StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Princesse ... et guerrière
  • Titre original Princess ... Warrior - Empire #5 à 6
  • Genre Comic-Book
  • Série Empire
  • Univers Legends
  • Année et période -1 (Empire)
  • Scénariste(s) Randy Stradley
  • Dessins Davide Fabbri
  • Encrage Christian Dalla Vecchia
  • Couleurs Digital Chameleon
  • Couverture Brian Ching
  • Synopsis : Peu avant la bataille de Yavin, la Princesse Leia accepte une mission qui consiste à apporter des ravitaillements essentiels à la planète Ralltiir, qu’elle voit contrecarrée lorsque les forces de l’Empire, dirigée par Dark Vador, prennent le contrôle de la planète. Leia s’échappe sans que les Impériaux ne découvrent la vraie raison de sa visite, mais elle comprend que le temps des débats et des missions humanitaires pourrait bien être révolu. S’occupant d’un autre point chaud, elle se retrouve plongée jusqu’au cou dans les exactions impériales, au point qu’elle est obligée de prendre les armes contre eux. Auparavant, elle était une politicienne déchaînée, guidée par un sens aigu de la justice. Désormais, elle doit combattre pour sauver un peuple menacé d’extinction.
  • Note du staff SWU
     (68 % - 2 commentaires)
  • Note des internautes
     (aucun commentaire disponible)
     (65 %)
    Scénario.

    Un officier qui se la joue macho !Une nouvelle fois, Stradley troque sa casquette d’éditeur contre celle de scénariste. D’après ce que j’ai compris, il adapte ici une histoire originellement sortie dans le Star Wars Radio Drama, dont il récupère certains dialogues et bouts d’intrigues. Sans connaître la présentation originale, le résulta est pas mal du tout sous le format comic. Il nous offre un portrait sympa de la Leia pré-Yavin. On découvre la manière dont elle est déjà impliquée dans la Rébellion à travers une mission diplomatique qui capote. Bien évidemment, le personnage est respecté, avec un caractère bien trempé, une risque-tout pour sa cause. Relativement à son âge, elle a tout juste 18 ans à ce moment, c’est une sacré force de caractère limite irréaliste mais enfin… Elle a de qui tenir avec Padmé tout de même. Côté positif, il y a tout ce qu’il faut dans ce numéro : une juste cause (Leia), du glamour (sa copine la blonde), de l’action et du vice (les Impériaux qui pourchassent Leia). Côté négatif, on a un peu l’impression de lire deux intrigues séparées. Stradley aurait du s’arranger pour que le story-arc tienne mieux d’un seul bout. Là, on a dirait qu’il a monté deux intrigues séparées ensemble.

    Dessins.

    et sa récompense...


    De mémoire, ça a été un grand plaisir de retrouver Fabbri et Dalla Vecchia qui n’avait pas œuvré sur Star Wars depuis un petit moment. Leur talent ne se dément pas. Les crayonnés de Fabbri s’affinent un peu à chaque épisode et le mise en scène des gunfights est réussie. Les couleurs sont toujours aussi propres. Elles manquent un peu de caractère je trouve. C’est un constat qui revient souvent dans cette série. On est habitué à associer des couleurs ternes à la trilogie par rapport au clinquant de la période de l’Ancienne République. C’est un peu les clichés visuels associés. C’est pourquoi les couleurs très propres de Dark Horse, qui sont superbes sur les comics prélogiques, ne semblent pas naturelles à des histoires de l’ère trilogique. En vérité, je me fais peut-être des délires tout seul ;)
    Un petit mot sur les couvertures qui sont, je crois, le premier boulot de Brian Ching pour Star Wars. C’est pas mal, on reconnaît son trait plus fin que celui de Fabbri, mais avec une mise en scène plus simple que ce qu’on a pu voir ensuite. Mention spéciale pour celle du #5 très cool.

    Conclusion.

    LeiaEn soit, le numéro est bon. On peut regretter que cette série ne développe pas de personnages récurrents. Entre cette histoire et To the Last Man par exemple, il y aurait eu des rapprochements réalisables. D’ailleurs, au niveau des couleurs, il y a eu un boulot plus personnel de fournit sur To the Last Man justement. Exactement le genre d’évolution que j’attendais. Détail pratique : au jour où je fais ces commentaires, Princess Warrior n’est toujours pas sorti en TPB.
  • 29/10/2015
     (70 %)  •  Langue : VF
    Pour l'une de ses premières missions pour l'Alliance Rebelle, et à l'insu de son père, la Princesse Leia Organa se rend sur la planète Ralltiir pour livrer des armes et des médicaments aux insurgés locaux. Hélas, l'Empire a déjà instauré une répression sévère, et Leia parvient à quitter la planète sans avoir été inquiétée... ou presque. Car si la jeune Princesse entend bien trouver un moyen de livrer son chargement, certains Impériaux entendent bien, eux, lui mettre la main dessus !

    Ce court arc de deux numéros permet à Randy Stradley, habituel éditeur de Star Wars chez Dark Horse, de prendre les commandes de l'écriture. Et le pari est à moitié réussi : si le personnage de Leia est fidèle à ce qu'on voit dans les films, si les événements narrés dans ces deux numéros permettent de bien faire évoluer le personnage – qui débattra jusqu'au bout du bien-fondé d'une action militaire avant de comprendre qu'elle est parfois nécessaire – il y a un sérieux problème ici : le rythme de ces deux numéros.

    Malheureusement, on ne sent que trop le manque de linéarité du récit. Une première situation sur Ralltiir se présente, une autre sur Kattada, mais les Impériaux sur ces deux planètes ne sont pas les mêmes... De même, le destin de certains personnages est bien maladroit : si le sort du commandant Karg permet de faire prendre conscience à Leia de ses responsabilités, il n'en demeure pas moins un antagoniste assez ridicule... Il y avait sans doute quelque chose de mieux à faire, quelque chose de plus fluide, permettant au lecteur de s'impliquer davantage dans l'intrigue. Là, on a l'impression de rester en surface. Difficile de mettre le doigt précisément sur ce qui ne va pas, mais il y a clairement quelque chose qui cloche. :neutre:

    Fort heureusement, aux dessins, on retrouve avec plaisir le dessinateur italien Davidé Fabbri (compère de Stradley sur la mini-série Actes de guerre, il y a pire comme CV!) qui nous livre une nouvelle fois une très bonne prestation, mais par rapport à la série Republic, sans sabre-lasers ! Fabbri est assurément l'un des meilleurs dessinateurs ayant œuvré sur la licence et, heureusement, ces deux numéros ne marquent pas sa seule collaboration sur la série Empire. Ici, entre les ambiances variées, les costumes, les scènes de dialogues et les batailles, il a de quoi s'éclater, comme on peut d'ailleurs le voir avec le personnage de Mia Ikova, dont le design en fait, peut-être, un peu trop... Il a en tout cas parfaitement saisi Leia, et on voit presque le personnage mûrir « physiquement » au fur et à mesure des planches.

    Princesse et guerrière est donc un mini arc court, assez efficace en dépit d'un problème de rythme qui vient amoindrir la qualité du récit, permettant de saisir Leia à une époque finalement peu connue de sa vie et qui va contribuer le personnage que l'on rencontrera plus tard dans l'Episode IV. A noter que, sans être une suite directe, le treizième numéro d'Empire reviendra sur la bataille de Ralltiir, en abordant cette fois le point de vue Impérial. Mais j'aborderai le sujet plus tard ! :sournois:

    Note : 70%
Univers
 
Ce livre ne fait pas partie de l'Univers Officiel Star Wars, mais appartient à l'Univers "Legends".
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

54 membres le possèdent (qui ?)
50 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Forum
 
Envie de discuter de ce livre ? Participez au forum sur le sujet qui lui est consacré !
Publicité