Le Dossier Fantôme
     (85 %)
    Scénario.

    Wedge et Mirax


    Sans nécessairement être son point fort, The Phantom Affair jouit d’une histoire de qualité. Sans aucun doute ma préférée sur les premiers arcs de la série X-Wing. Là où les autres aventures se contentent pour ainsi dire de fournir une bonne histoire de pilotes, avec batailles spatiales et méchants impériaux à l’avenant, Stackpole et Macan sont ici beaucoup plus inspirés. Tous les éléments précités sont présents : acrobaties aériennes, méchants impériaux, bravoure des pilotes ; mais on découvre en plus une partie du passé très dramatique de Wedge, tandis que les pilotes sont en mission sur une planète dont la société est encore fortement marquée par le règne de l’Empire, et les auteurs le retranscrive bien dans l’histoire. Ajoutez à cela pas mal de rebondissements, une belle brochette de vilains, des vicieux aux idiots, l’ensemble gratiné d’une vengeance personnelle. Si Wedge est particulièrement mis en avant, les autres pilotes ne sont pas en reste et on arrive à se familiariser avec bon nombre d’entre eux, voire à s’attacher un petit peu à certains.

    Dessins.

    Rogue on the run


    Malgré tous ces compliments, la vedette de cette aventure reste Biukovic. Je ne suis pas sont plus grand fan (pour faire la connaissance de ce dernier, lisez plutôt la critique de l’Ultime Commandement), mais avec The Phantom Affair je suis ravi. Biukovic est bon partout : personnages expressifs, décors précis, découpage des planches intelligent et dynamique, combats spatiaux rythmés. Il est bon aussi avec les aliens, précisons-le, mais le must est que tout ça est fait avec un style indéniable auquel le lecteur ne peut pas résister. Et comme si la seule présence de Buikovic ne suffisait pas, Dark Horse a jugé bon de nous gratifier de magnifiques couvertures du français Matthieu Lauffray.

    Conclusion.

    Wedge


    En conclusion, une des toutes meilleures histoires de la série Rogue Squadron. Selon moi, Stackpole ne retrouvera l’alchimie mise au point ici que dans l’histoire « In the Empire’s Service ». Entre ces deux histoires, il va continuer à développer ses personnages de manière intelligente, mais au niveau global il sortira rarement des thèmes classiques attachés aux X-Wings pour apporter des touches plus originales, plus mystérieuses, qui permettent au lecteur de s’immerger totalement dans l’ambiance de l’histoire comme c’est le cas ici. Avec le recul, je pense que l’on peut dire sans risque que c’est un des meilleurs comics Star Wars réalisés à l’époque, et qui contrairement à d’autres n’a pas du tout vieillit. A noter que l’adaptation française par Dark Horse France nous prive des couvertures de Matthieu Lauffray, vivement que Delcourt rattrape le coup dans sa nouvelle série consacrée aux as de la République.
  • 11/10/2004
     (60 %)
    Stackpole est un auteur aguerri de la saga. Ses comics sont aussi intéressants que ses romans. Mais pourquoi faut-il que les dessins soient aussi moches ? Sans parler du format A4 de la VF qui enlaidit encore plus le tout.

    A part ça on passe un moment divertissant en lisant cette histoire de l'escadron rogue confronté à une université où la désinformation est la règle.
Univers
 
Ce livre ne fait pas partie de l'Univers Officiel Star Wars, mais appartient à l'Univers "Legends".
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

18 membres le possèdent (qui ?)
17 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Forum
 
Envie de discuter de ce livre ? Participez au forum sur le sujet qui lui est consacré !
Publicité