Bannière du site
Biographie du soldat Bill, par Salz Fjord
L'histoire des exploits du soldat Bill, Trooper de choc, influençants la guerre contre l'Empire, d'après l'interview du reporter Salz Fjord.
Tout ceci se passe après la mort de l'Amiral Thrawn aux chantiers de Bilbringi.
Créé par Koor Oragahn. Dernière modification de l'histoire le : 8 Juin 2012

Sommaire
 
  1.   L'interview
  2.   Sur Tatooine...
  3.   Quick, entre vous et nous c'est une histoire d'égoûts.
  4.   Faites place, c'est nous la loi !
  5.   Le soldat Bill fait du ski
  6.   Holiday on Ice
  7.   Vador indulgent ? Impossible
  8.   Lieutenant Bill !!!
  9.   Braveheart & Incontinence
  10.   Les petits voyages de Bill
  11.   Le débat s'envenime...
  12.   Un nouveau bataillon
  13.   En Harley Davidson...
    > Actions
 




1. L'interview
Faites place !
Les deux hommes étaient assis dans une petite pièce, autour d'une table basse.
Le reporter Salz Fkord pris la parole.
- Alors soldat Bill...
- Oh, app'lez moi Bill, tout simplement.
- Ok. Alors Bill, racontez nous un peu qui vous êtes.
Bill but une gorgée d'eau et reposa le verre.
- Je suis actuellement à la retraite. J'ai 42 ans.
- Je suppose que, comme tous les soldats de l'Empire, vous êtes passés par l'Académie Impériale, non ?
- Oui. Mais j'y suis resté peu d'temps, avant d'être aussitôt affecté à ma première mission.
- Si vous me permettez, on raconte que les soldats subissaient un lavage de cerveau afin d'effacer pas mal de choses dont ils n'avaient pas besoin... étiez vous au courant ?
- Bah je sais pas, moi personnellement mes supérieurs m'ont toujours dit que j'en avais pas eu besoin.
- Je vois. Racontez donc moi vôtre première mission.
- Ahh, les missions... quand on m'donnait une mission, qu'on m'affectait à une garnison, quelque chose de ce genre ou sur un vaisseau, c'était jamais pour très longtemps... mon premier boulôt consistait à m'occuper de rayons tracteurs à bord du Destroyer Stellaire Devastator. On venait de capturer une navette corellienne pleine de rebelles...
- C'est vous qui aviez pris le Tantive IV, le vaisseau où se trouvait Leia Organa Solo, dans les rayons tracteurs ?
- Ah c'était ça son nom ?... enfin... heu... non non non !... à ce moment là j'étais aux toilettes, c'était le lieutenant Jestiv qui me remplaçait, très provisoirement bien entendu...
Bref, je revenais du petit coin quand tout d'un coup, je vis mon supérieur à l'autre boût du couloir, en train de parler à un garde. Par chance, il ne m'avait pas vu. J'ai courru aussi vite que possible jusqu'à mon poste pour ne pas qu'il remarque que j'l'avais quitté.
Malhereusement je suis arrivé un peu trop vite et j'ai... comment dire...
- Allez y, dit Fjord, tentant de rassurer l'ex-soldat.
- Bah j'ai dérapé et j'ai heurté le lieutenant Jestiv. Il est tombé par terre. Tout le pont de commandement s'est tourné vers nous. Jestiv m'a engueulé en me disant qu'il était sur le point de capturer une capsule de sauvetage qui venait de s'éjecter. Je me suis excusé et lui ai demandé de ne rien dire à nôtre supérieur. De toute façon, Jestiv devait une faveur à mon oncle...
- Et la capsule alors ? demanda Salz Fjord.
- Bah, heu... elle s'est écrasé sur c'te planète, là, heu... Tatane... Toutou... Tati...
- Tatooine.
- Ah voilà, Tatooine. Enfin bref peu de temps après, sans vraiment savoir pourquoi d'ailleurs, on m'a fait embarquer avec un détachement de troupes vers cette planète pour fournir de l'aide à la garnison en place, mais moi et la chaleur vous savez... déjà que sur le pont du Devastator on avait pas froid... d'ailleurs j'ai toujours plaint ce Vador, lui et son costume noir... il ne devait pas aller souvent sur Tatooine lui ! En plus dans...
- Et donc ? coupa Fjord.
- Hein ?... ah oui... et en plus avec ces foutus casques...
Enfin bref, c'était soit ça mais on n'y voyait rien, soit la chaleur. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, dans ce trou paumé y'avait deux soleils ! J'vous jure ! deux soleils ! Et bah j'peux vous dire qu'il m'a pas fallu une plombe pour me décider : j'ai pris le casque avec la clim' et tout dedans. Et en fait c'était pratique, les p'tits trous noirs pour les yeux, ils fonctionnaient comme des lunettes de soleil...

Ecrit par Koor Oragahn le 6 Avril 2001
 




2. Sur Tatooine...
Une équipe de choc!
- Vous êtes donc rendu sur cette planète désertique.
- Ouais, on m'avait placé dans une équipe de dix commandos et on a attérit sur... comment vous dites déjà?
- Tatooine.
- Voilà, on à attérit sur Tatooine dans une navette Lambda en plein milieu du désert, mais y avait que ca sur cette planète!
On nous avait même envoyé un AT-PT, vous savez un de ces bipodes pour une personne, une merveille!
Je sais pas ce qu'il y avait dans c'te capsle mais une chose est sure, le boss la voulait!
- Et qu'avez vous fait en suite?
- Ben le commando était dirigé par le lieutenant Jestiv qui est parti avec nous, il disait qu'il devait venir pour échaper au commandant, j'ai pas bien compris...
- Excusez-moi mais on rapportz souvent que c'était Dark vador en personne qui avait la charge du Dévastator à ce moment là, est-ce vrai?
Bill prit un air à la fois ettoné et réfléchit qui n'allait pas du tout avec son visage, puis après un bon moment ou il parraisait inerte, il répondit :
- Ah ben si vous le dites! C'est peut-êtrr pour ca qu'on avait pas vu notre boss : le commandant Nadroj, ou c'était Drojan, je sais plus, depuis un moment!
Puis Bill se mit à glousser un rire tout à fait insuportable. Le journaliste ne chercha pas à comprendre.
- Donc, qu'à fait le lieutenant Jestiv? demanda Jestiv quand l'ncien soldat impérial essuyait les dernières larmes de ses yeux.
- Ben il voulait distribuer les rôles, je m'en souviens car tout le monde voulair piloter le bipode, àlors on a jouer à la courte paille et c'est moi qui ai gagné!
- Vous étiez heureux j'immagine?
- Oh ben çà oui àlors! Mais...
- Mais?
- Ben en fait, j'éytais un des seuls qui avait pas prit de lecon de pilotage de véhicle impériaux, c'était juste une option à l'acadmie impériale.
- Et que s'est-il passé?
- Ben en fait j'ai confondu la manette des commandes aves celle des blasters...
- ...Et? pressa Fjord.
- Ben, en fait à cemoment là, je terminait la marche et j'avais à ce moment là, le lieutenant Jestiv dans la ligne de mire..., répondit Bill visiblement embarrassé.
- Vous l'avez tué?! dit le journaliste, lui visiblement surpris.
- Ah non! Il mort un peu plus tard. Vous savez, un cous de blaster d'un tel calibre sa ammoche sacrément!
- Je vous croit sur parole. Que s'est-il passé ensuite? ben le second du Lieutenant : Ordis qu'y s'aplait à prit le commandement et m'a demandé de sortir du bipode. C'est un autre soldat qui en prit le contrôle. Mais il à fait une bourde.
- Laquelle?
- Ben pour plus faire de bétises, j'ai orienté les canons du bipode vers le bas tout en laissant les lasers en veille et quand le pilote à voulu redémarer l'appareil eh ben je sais pas ce qui s'est passé mais les canons lasers ont tiré sur le pied droit de l'AT-PT, et il est tombé, une jambe en moins. Le pilote est mort dans l'explosion.
- Il y a eu une explossion?
- Ben ouais, je sais pas pourquoi ni comment.
- Bien, ensuite.
- Ben on a voulu recontacter la Lambda mais le comlink du chef, s'était le pilote qu'il avait guardé.
- Je vois, vous étiez coincé, donc.
- Ouais, et c là que Ordis ma demandé de trouver un autre moyen de transport parce que on était pas loin d'une route commerciale. J'y suit aller, laissant mes compagnons dans le camps quon vait établi puis j'ai attendu que quelqu'un passe.
- Et qu'avez vous trouvé?
- Ben j'ai attendu trois heures avant qu'un couple de jawa sur des Dewback passent, et je leur ai dit une phrase qu'on aime bien dire chez les commandos! : "Je réquisitionne ces véhicules au nom de l'Empire!".
- Ils reusèrent d'abord mais quand j'ai tiré sur le premier, le deuxième était beaucoup moins fier et s'est enfuit!
- Vous avez délibérément tué ce jawa!
- Ben en fait je pensais que j'avais mit la puissance de mon arme sur paraliseur...
- Et ce n'était pas le cas, n'est-ce-pas?
- Ben ... Ouais.
- D'accord, ensuite? dit Fjord en se grattant les cheveux.
- Ben j'ai ramené mes trophés au camp. Ordis m'a demandé ce que c'était, j'ai répondu que c'étais son moyen de transport. Il m'a ensuite demané si' je n'avait pa trouvé mieux et je lui ais dit que non. Il m'a regardé d'un air bizarre puis on est parti à la recherche de la capsule.
C'est d'ailleur moi qu'il ait trouvé! dit fierement Bill!
- Ah? répondit Fjord, septique.
- Ouais! Bon au début j'avait vu un truc métallique qui brillait aux soleils comme un droïd mais on l'a trouvée grace à moi!

Ecrit par Cesba le 8 Avril 2001
 




3. Quick, entre vous et nous c'est une histoire d'égoûts.
Foulaa... ! c'te chaleur, ça m'monte à la tête dit donc !
- Là, sur le site du crash, j'ai rencontré le soldat Bob, un très bon élément des forces impériales. Si je me souviens bien c'est lui qui a trouvé des pièces des droïds sur le site du crash.
- Oui je dois avoir sa fiche chez moi... il paraît que ce que lui et sa troupe a fait sur Tatooine est assez... litigieux.
- Oui je sais. Enfin bon la limite entre propagande rebelle et vérité est tout de même grande.
- Mmm je n'en suis pas si sûr... enfin bon, poursuivons.
- Oui donc en fait on a retrouvé la trace de ces droïds. Ils n'étaient ni avec ces jawas...
- Que vous avez abbatu.
- ??... heu oui, enfin non, et ni chez ces propriétaires fermiers...
- Que vous avez abbatu.
- C'est moi ou j'ai l'impression de parler à un droïd avec deux lignes de programme, là ?
- Hein ? s'encquit Fjord. Non rassurez vous, je suis tout ce qu'il y a de plus humain. Où en étions nous ?
- Bah sur Tatooine. On poursuivait la trace de ces droïds qui détenaient les plans de l'Etoile Noire. Tiens d'ailleurs, une petite anecdote. A l'époque, mon cousin Cusso s'occupait du transit de marchandises impériales à la station spatiale Hunn VI. Ce jour là, il devait superviser le chargement de containers de sérum de vérité en partance pour l'Etoile Noire.
- Ce sérum, c'est celui qui était utilisé par l'Empire pour soutirer des informations aux rebelles, notemment grâce à vos saletés de sphères de torture, non ?
- Oui oui ! c'est effectivement à ça qu'il servait !... et bah peu de jours avant qu'Alderaan soit détruite, Cusso devait organiser le transfert d'une livraison de sérum à l'Etoile Noire. Et vous savez quoi ? cet imbécile de première a intervertit les ordres de chargement des cargos, ce qui fait qu'au lieu d'avoir du sérum, mes collègues de l'Etoile Noire ont reçu plusieurs litres de flotte pour leurs droïds !
- Héhé ! voilà qui aurait sûrement contrarié le Grand Moff Tarkin !
- Oh que oui, dit il avec un sourire jusqu'aux oreilles.
Haha ! Enfin bon là je rigole mais juste après cet incident Cusso a aussitôt été transféré sur Kessel.
- Mmm, effectivement, pas... cool.
- C'est clair... heu j'en étais où déjà ?... ah oui, la recherche des droïds... on avait reçu des rapports nous indiquant qu'ils avaient été aperçus à Mos Eisley. Enfin là tout notre groupe était parti mais moi et le lieutenant Rembet on avait eu un petit pépin de blasters.
- Un pépin de... blasters ?
- Il a fallu qu'on enlève nos armures, qu'on les largue, qu'on chope de vieux costumes et un swoop miteux, tout ça pour filer à l'avant-poste impérial de Mos Eisley. C'est Rembet qui conduisait. Il ne pilotait pas super bien mais... c'était déjà ça. Enfin dans le genre tête brûlée, c'est pas mal. A cause de lui on a failli se bouffer un ronto à l'entrée de Mos Es'. On était à la bourre !

Ecrit par Koor Oragahn le 9 Avril 2001
 




4. Faites place, c'est nous la loi !
Ouchini !!!
-Ensuite, nous sommes allés nous changer au central.
-De Mos Eisley?
-Affirmatif. Ca fait du bien de se retrouver dans son armure, on se sent comme chez soi... Ca me fait toujours cet effet là quand je l'enfile, je me sens comme... Mais bon.
-On a été, le lieutenant et moi, jeter un oeil sur les rapports, mais y'avait rien sur ces droids. A croire que c'est malin un droid !!!
-Vous n'aviez donc aucune piste?
-Si, on savait quand meme qu'ils étaient tout en métal, mais ca suffisait pas pour les reconnaître. C'est alors qu'il m'est venu une idée géniale !
-Racontez moi ça !
-Et bien je me suis dit qu'avec cette chaleur, ils auraient vite soif, surtout avec tant de métal autour de leur corps et qu'ils iraient surement dans une taverne pour se désaltérer.
Héhé! ingénieux non? Oui, je sais, je ne suis que simple soldat, mais avec un esprit vif comme le mien, je pourrais vite être caporal !!
-Et votre lieutenant, qu'a-t-il fait?
-Bah, le lieutenant Rambet il voulait pas trop m'écouter, il trouvait ça stupide, peut-être qu'il ne voyait pas toutes les subtilités de mon plan.
-Effectivement, il était assez élaboré, et murement réflechit votre plan.
-Comme tu dis mon gars, élaboré et réflechit. Moi je m'suis pas laissé abattre, pour un stormtrooper se serait un comble (rire étouffé), alors j'ai appelé des potes de comptoir pour leur demander s'ils n'avaient pas vu ces deux robots.
-Et?
-Et... rien à part Kralteehg, un non-humain, qui me dit avoir vu 4 droids comme ceux que je cherchaient, mais vu son état permanent d'ébriété, je n'étais pas vraiment sûr de lui.
-Votre chef était au courant de vos recherches?
-Rembet? Non, je voulais monter en grade, et comme ils disaient à l'académie : "Pour monter rapidement en grade, il faut vous faire remarquer, compris les bleus-bites?". J'ai donc voulu tout lui dire une fois que j'aurais retrouvé seul les droids.
-Vous vous êtes donc rendu à... "la Cantinaé c'est comme ça qu'on appelait ce lieu?
-Ben, pas toud'suite. T'as entendu comme moi, y'avait 4 droids, et moi je suis tout seul, et même si j'ai un blastech K-45U dernier cri avec viseur au Titanium et deux recharges, ça faisait un peu juste pour 4 féroces droids rebelles. J'ai donc appelé deux hommes de confiance, un pour me couvrir et l'autre pour montrer qu'on est plein, pour aller les cueillir.
-Vous avez réussit?
-Ouaip. On les as neutralisé sans aucune résistance, sans rien casser non plus, ce qui est important pour le commerce local et cela prouve qu'on se préoccupe de la tranquilité de nos concitoyens. On a rapporté les 2 droids au poste...
-Ils n'étaient pas quatre?
-Ben en fait, c'est cet alcoolo de Kralteehg qui voyait double !! Il croyait qu'on étaient 6 !!! Bref, on les as amenés au poste vite fait bien fait. L'efficacité, c'est une de nos qualités a nous, troupes d'élites !
-Et ensuite?
-Et bien, vous ne le croirez jamais !
-Quoi? Ce n'étaient pas eux?
-Si si, c'étaient bien eux, j'en suis sûr! Mais le central a foutu je ne sais quoi avec eux, ptet qu'y avait des taupes mais ils ont réussit à s'échapper et on n'a même pas eux, moi et mes potes, not' promotion !
-Un dur coup !
-C'était notre chance, personne ne nous croyait plus de les avoir capturés vu qu'ils s'étaient échappés.
-Qu'avez-vous fait alors?
-Ben on est sortis de la ville et on a été shooter quelques jawas, histoire de rigoler un peu et de se changer les idées. Toute façon ils sont pleins et se ressemblent tous. Et qui oserait les défendre vu qu'ils arnaquent tout le monde ici.
-C'est un peu vrai. Mais n'avez-vous pas peur des représailles?
-Qu'ils viennent ces @#*/$£ de jawas, on les attends !!! Comme les rebelles, on va leur mettre leur paté !
-Ok, ok, restez calme
-A chaque fois qu'on évoque ces sales bestioles, ça m'fout les boules !
-On va changer de sujet alors
-Ouaip, vaut mieux pour vot' permis de journaleux !

Ecrit par Wedge3D le 10 Avril 2001
 




5. Le soldat Bill fait du ski
Hum, les pistes sont encombrées...
Après une pause afin de calmer Bill et de se soulager, Fjord reprend :
- J’ai lu que vous aviez fait partie des forces impériales qui ont attaqué la base rebelle de Hoth.
- Ouais, c’était le bienvenue d’ailleurs. Je commençais à en avoir marre de rester consigné à bord du destroyer. Enfin, pour ne pas s’ennuyer, on avait emmené quelques Jawas pour…
- Merci, mais pour en revenir à Hoth, comment appréhendiez-vous cette mission ?
-Après qui ?
- Euh, vous la sentiez bien cette mission ?
- Pour sûr ! Bon, j’suis pas du genre à faire des bonhommes de neige, mais envoyer des boules de neige dans la gueule du lieutenant Keras sans se faire voir, c’est plutôt fendard !
- Qui est ce lieutenant Keras ?
- Un de ces satanés fils à papa qui arrivent comme une fleur à un poste que je méritais à la sueur de mon casque ! Le père de cet (BIP) était le livreur de bacta attitré de Palpy. On se demande comment il a obtenu ce poste ? ? ?
- La progression sur Hoth n’a pas été trop dure ? Je veux dire, vous étiez dans un quadripode ou à pied ?
- Ben, à cause de l’accident sur Tatooine, on m’a dit que je serai plus utile à pied.
- On dit que l’environnement de Hoth est dangereux, est-ce vrai ?
- Oh oui ! A peine on avait débarqué qu’une dizaine de wampas se sont mis à nous courir après. Alors moi, j’suis pas une tapette de rebelle, je n’ai pas bougé et puis je leur ai tiré dessus.
- Vous les avez tués ?
- Euh, enfin presque. Au moment d’appuyer sur la détente, un petit drapeau est sorti de mon blaster. C’était marqué dessus « Vérifiez toujours vos armes ! ». Il s’est avéré que c’était ce (BIP) de lieutenant Keras qui m’avait fait ce coup-là.
- Alors, qui a tué les wampas ?
- (murmure) C’est le lieutenant. (voix normale) Je suis sûr qu’il a fait ça exprès pour qu’on le remarque et que les wampas étaient dans le coup !
- Hum, admettons. Il vous a fallu longtemps pour atteindre la base rebelle ?
- Mmmm… Disons 20 bonnes minutes.
- Seulement ? Alors que vous étiez à pied ?
- Bah, voyant qu’on avançait pas vite, on nous a fait monter dans un quadripode. On était un peu serré mais au moins, il faisait chaud. On entendait le pilote gueuler à chaque fois qu’il descendait un appareil rebelle, même quand on était dans l’armurerie à l’arrière. Et puis, j’ai pu changé d’arme, enfin voilà…
- Il s’est passé quelque chose de spécial à bord de ce quadripode ?
- Non, trois fois rien.
- Mais encore ?
- Ben , comme je le disais, j’ai changé d’arme. J’en ai vu une qui me plaisait bien. Le truc, c’est qu’en la prenant, il y a eu un drôle de bruit.
- De quel bruit s’agissait-il ?
- Ben, je sais toujours pas. J’ai eu l’impression au début que ça venait d’en-dessous du plancher, un peu comme un grappin magnétique qui s’accroche. Et puis j’ai levé la tête et j’ai vu que la sécurité d’un détonateur thermal avait été enlevée. Quand j’ai vu ça, je me suis rué vers l’avant du quadripode. Faut me comprendre, je me suis dit à ce moment-là que j’avais dû enlever la sécurité en prenant le blaster.
- Que s’est-il passé ?
- Ben, le détonateur a explosé. Le quadripode est tombé sur le flanc droit. J’étais près d’une sortie de secours, alors j’ai pu me barrer rapidement.
- Vous n’avez jamais été inquiété pour cette maladresse ?
- Non, j’ai dit qu’un rebelle qui avait dû s’écraser avait accroché un grappin magnétique au ventre du quadripode, qu’il était monté et qu’il avait lâché un détonateur thermal. Je sais, c’est pas très crédible, mais c’est passé quand même.
- Et ensuite ?
- Quand je me suis relevé, j’ai vu que j’étais plus très loin de la base rebelle. Alors, j’ai terminé à pied. Faut dire que j’avais pas le choix…

Ecrit par Zil Turn le 10 Avril 2001
 




6. Holiday on Ice
Dites donc c'est pratique ce mouchoir devant le masque ! en plus il est tout chaud ! :]
- Enfin juste avant de déguerpir du quadri, j'avais chopé une armure de soldat des neiges, section Blizzard, parce que c'est pas pour dire mais une dans armure classique, y'a peut être la clim' mais y'a pas le chauffage !... enfin bon... j'ai donc marché...
- Vous avez tout fait à pied, dans la neige ?
- Bah en fait non. J'ai un collègue qui m'a prit en stop avec son TR-TT. C'était très sympa, on s'est amusé à dézinguer du rebelle à plein pôt...
- Oui heu s'il vous plaît, sachez tout de même que vous êtes en attente de procès là, faudrait pas aggraver votre cas.
- Oh ça va ! tu vas pas commencer journaliste à la noix ! J'parie que tu sais même pas tenir un blaster !
- Parfois seul un micro et une caméra suffisent...
- Mouais... c'est pas avec un micro qu'on fait un trou dans un Jawa. Enfin bref... j'étais à l'arrière, derrière les deux pilotes, quand plusieurs salves de tirs rebelles nous ont frôlé. Les blindages des TR-TT n'étant pas aussi résistants que ceux des quadripodes, il a fallu qu'on en évite plusieurs. Malheureusement on s'en est mangé deux, et les pilotes furent tués. J'ai alors pris les commandes et commencé à esquiver les tirs, filant vers un TB-TT pour me protéger derrière ses jambes. Le problème c'est que je savais pas trop piloter ces engins là. Alors que je me trouvais enfin entre les jambes d'un TB-TT, j'ai du avoir peur je crois, enfin je sais plus mais j'ai fait une fausse manoeuvre et j'ai fait un croche patte au quadripode. Quand j'ai vu qu'il commençait à tomber, je me suis barré en vitesse. D'ailleurs le quadripode s'est fait exploser juste après. J'ai eu chaud !
- C'est un miracle que vous soyez encore vivant !
- Oh que oui !... enfin voilà, comme j'étais en avance sur le reste de ma troupe, j'ai décidé de dégager le passage. J'ai pulvérisé quelques canons et d'autres soldats rebelles... c'était trop fort !
- Mon frère devait sûrement être parmis eux... j'ai vu qu'il son nom sur une liste des tués dans les tranchées de Hoth... je me souviens de son visage, dit Fjord, pensif.
- Oh bah vous savez, dans l'état où ils étaient, vous ne l'auriez jamais reconnu de toute façon... heu... donc c'est là que j'ai reçu une transmission comme quoi la navette de Vador était en approche. Là je me suis dit : Bill, c'est le moment de leur montrer que tu vaux ta place parmis la garde Royale !
Je me suis infiltré dans la base, puis suis passé devant une armurerie. Pensant y trouver pas mal de choses intéressantes, je m'y suis infiltré mais y'avait plus grand chose en fait. Des lampes, des masques, des recharges quoi. Mais au fond, caché entre deux étagères, y'avait un détonateur thermal.
- On dit un détonateur thermique.
- Thermal !
- Thermique !
- Thermaaaaaaaaaaaal !!!
- THER-MI-QUE !!!!!
- Ok ok... thermique...
- Sachez une chose, on dit une station thermale, ce que je doute que la base Echo ait été, et un détonateur thermique. Compris ?
- Ouais ouais... comment connaissez vous le nom de c'te fichue base sur Hoth ???
- Ha ha ! secret professionnel mon cher...
- Mouais... enfin ils l'avaient laissé là, mais moi j'allais pas faire la même erreur ! J'l'ai chopé avec moi, ensuite j'ai trouvé un plan de la base et j'ai suivit le chemin vers le centre de commande. C'était un bordel de couloirs c'te base j'vous jure ! Un moment, j'ai cru entendre des voix qui me semblaient... impériales. J'ai jeté un oeil et effectivement des troupes Blizzard étaient déjà en place. J'les ai rejointes. Puis on s'est séparés à un carrefour en T.
- Vous ne les avez pas suivis ?
- Nan, je voulais opérer moi même. Et de toute façon ils étaient au moins une dizaine, tous surarmés. Sûr que si ils tombaient sur des vermines de rebelles, ces derniers allaient passer un sale quart d'heure.
- Oui oui, on m'a raconté des exploits de ces troupes d'élite. Ils sont effectivement très forts.
- C'est clair ! ... j'en étais où ?... ah oui !... Alors que je m'étais décidé à partir dans la direction opposée, j'ai cru entendre des voix, dont une de femme, qui venait au delà du coude du boût du couloir que j'allais emprunter. Mais j'étais tout seul. Là, j'ai enclenché le détonateur... heu... thermique ?
Salz Fjord fit un signe de la tête approbatif.
- Merci, dit Bill, tout soulagé. Je l'ai balancé dans la direction des voix et je me suis planqué. Le problème, c'est que les soldats des neiges, que j'avais croisé juste avant, les avaient eux aussi entendu et ils avaient fait machine arrière, en traind de tirer dans le couloir. J'ai essayé de les prévenir mais ils n'entendaient rien avec tous ces tirs... quand ils sont arrivés au croisement, le détonateur a explosé...
...bon sang qu'est-ce que je m'en veux...
- Attendez. vous voulez dire que vous avez explosé un détachement de dix soldats d'élite à vous tout seul ????!!
- .... oui...
- Bon sang !...
- Mais j'en ai pas fait exprès !... enfin bref j'étais parterre, choqué, quand j'ai entendu les deux mêmes voix, dont celle de la femme. Je ne les avait même pas eu !... j'étais encore plus meurtri dans ma chair..
- Ouais bon ça va, faut pas exagérer non plus...
- ... si quand même... un peu quoi... dit le soldat Bill, tentant de simuler des larmes.
J'étais là, assis, quand j'ai entendu plusieurs bruits de pas recouverts par un étrange souffle, comme si quelqu'un respirait dans un scaphandre.
- Un scaphandre ?
- C'était le Seigneur Vador. Je me suis immédiatement relévé. Il m'a demandé pourquoi le tunnel était obstrué et je lui ai dit que des rebelles avait balancé un détonateur... thermique. Je sais pas si il était énervé...
- Sûrement...
- ... il a fallu qu'on fasse un crocher, ce qui nous a fait perdre un peu de temps... enfin bref voilà quoi.

Ecrit par Koor Oragahn le 13 Avril 2001
 




7. Vador indulgent ? Impossible
Needa m'a dit que c'était un YT 2400. Je comprends rien
- Donc, après cela j’ai suivi le Seigneur Vador vers le hangar. Un vaisseau était en train de se taper l’esquive.
- A quoi ressemblait ce vaisseau ?
- On aurait dit un rond circulaire avec deux pointes sur l’avant. Deux tourelles quadrilasers, un cokpit sur le coté gauche.
- Vous en savez des choses sur ce vaisseau.
- C’est pace que… J’y viendrait plus tard. Alors Vador a ordonné de sortir le canon laser à répetition. J’ai aidé les gars, j’ai même enlevé le cran de sûreté.
- Un cran de sûrété ?
- Ouais. Du moins, je croyais au début. Les gars on commençait à tirer sur le cargo quand le canon à exploser.
- Exploser ?
- Ben, ouais, c’était pas un cran de sûreté, c’était le refroidisseur. Le canon était en surchauffe. Il a pété et tué quatre soldats. Vador était furax. Il a commencé à m’étrangler à distance quand un gars est venu et lui a dit : « Seigneur Vador, le Faucon Millenium est à porté des rayons tracteurs du Vengeur. ». Alors il m’a laché et m’a dit : « Vous allez venir sur mon super destroyer et me faire un rapide précis, très précis, sur le Faucon Millenium. ».
- C’est terrible.
- Oui. Alors, je lui ai fait mon rapport. Il était assez satisfait. Il a dit : « C’est parfait soldat… » Je lui ai dit mon nom. « Bill. Parfait soldat Bill. Ce cargo est donc un YT 2400. Excellent. »
- Le Faucon n’est pas un YT 2400. C’est un YT 1300.
- Je sais, mais Vador n’en savait rien. Je l’ai demandais au capitaine Needa. Le Seigneur Vador a dut s’en apercevoir, parce que Needa est venu. Je l’ai vu passer devant moi en marchant. Et quand il est repassé, il était refroidit. Vador l’avait tué. J’ai cru qu’il allait me tué.
- Que s’est il passer ensuite ?
- On est partit dans un champ d’astéroïdes poursuivre le Faucon. Ensuite, on en est sortit pour que Vador puisse contacter l’Empereur.
- Vous avez vu l’Empereur ?
- Oui, c’est moi qui ai prit l’appel. Il était vraiment moche. J’ai eu peur. Ensuite, Vador a contacté des Chasseurs de Primes. Il y avait un droïde, un gars en armure, un lézar. Ho la la. Il m’ont foutu les ch’tons. Vador leur a demandé de trouver un certain Solo. Un type nommé Baby Foot…
- Boba Fett.
- Si vous voulez. Donc ce type en armure a contacté Vador quelques heures plus tard. Il est venu me voir et m’a dit « Soldat Bill, je vous donne le commandement d’une troupe qui se rendra sur la planète Bespin. Félicitation lieutenant Bill. » Il est partit et le vaisseau est passer en hyperespace.

Ecrit par Tycho Celchu le 5 Janvier 2001
 




8. Lieutenant Bill !!!
Zou! Vous me voyez là dans le cockpit?
- Vous l'avez enfin eu votre promotion.
- Ouaip! Le Lieutenant Bill s'est vu confié une escouade de commandos répondit le soldat avec un large sourrire ( Un peu comme ca : :D).
- Et ensuite?
- Ben l'Amiral Piett a décidé d'envoyer mon équipe en éclaireurs sur un planète appelée Bespan...
- Bespin.
- Vous allez jouer à ce jeu encore longtemps?
- Tant que vous vous tromperez.
- Vous aves de la chance qu'on soit en direct.
- Ce n'est pas le cas.
- Ha? Bon, vous aurez vot' compte après l'interview!
- Mais oui. Donc vous êtes parti en avant pour être sûr d'attraper Leia Organa et le Capitaine Solo.
- Ah c'étais eux?! Vous en savez des choses dites-moi!
- Je n'est fais que regarder la Trilogie.
Ne voyant pas de koi Fjord voualiat parler, Bill oublia la remarque.
- Bref, moi et mon escouade sommes parti dans une navette Lambda : Le Tyderium.
Le journaliste leva la tête mais laissa le soldat continuer.
- On est vite parti et on est passé en vitesse lumière dès que c'étais possible. Jusqu'au momnet ou on est sorti de l'hyperespace plus tôt que prévu...
- Que s'est-il passé? Vous étiez aux commandes?
- Non j'étais copilote. Attendez je venais d'être promu Lieutenant je v pas faire le boulot des subalternes! Pfff. Mais bon je voulasi garder un oeil au cas ou. Et g bien fait parce que on est tombé en plein milieu d'une bataille spatiale entre un croiseur interdicteur et deux frégates rebelles! Et qu'est ce que vous avez fait?
- Ben je vais vous epargner les détails mais en voulant préter main forte au croiseur on a finit par se faire aborder par des troupe de la rébellion...

Ecrit par Cesba le 5 Juin 2001
 




9. Braveheart & Incontinence
Oh ! Excusez moi monsieur, je ne voulais pas... non ! non !
- Ainsi les rebelles vous ont capturé ?
- Attendez ! vous allez trop vite !
- Bah que s'est-il passé alors ?
- Voyez-vous, j'ai su que mon honneur était en jeu, que j'étais responsable de la vie de mes soldats. Je savais que je devrai combattre jusqu'à mon dernier souffle, combattre pour la gloire de l'armée impériale, pour nôtre salut, pour nôtre fierté, pour nôtre bravoure, pour que les rebelles sachent qui nous...
- Oui oui... et... comment vous ont-ils abordé ?
- Ils nous ont attrapé avec leurs rayons tracteurs et luttaient contre ceux de l'Interdicteur. Je savais qu'à long terme l'Interdicteur réussirait à nous récupérer, mais il fallait accélérer les choses si on ne voulait pas que les rebelles appellent des renforts.
- Des renforts ? pour une navette de classe lambda remplie de simples soldats.
- SIMPLES SOLDATS ??!!
- Holalaaaa... mais c'est qu'il a sa fierté hein !
- Et bah oui ! et tant pis si ça ne vous plait pas ! Bon j'en étais où ?... j'ai alors décidé qu'il fallait lancer un appât aux rebelles pour qu'ils dévient leurs rayons tracteurs.
- Intéressante stratégie...
- Merci.
- Et quel était cet... appât ?
- Moi. Je me suis sacrifié en expliquant aux pilotes ce qu'ils devraient faire quand les rebelles auraient été duppés. Bon je vous passe les détails, mais grossièrement j'ai enfilé une tenue de commando de l'espace, puis suis sorti et lancé quelques torpilles.
- ... vous m'aviez dit que l'Interdicteur allait de toute façon remporter le lutte pour la navette. Pourquoi vous être... sacrifié ?
- Pour tout ce que je vous ai dit avant ! Malheureusement les torpilles ont été attirées par les générateurs de l'Interdicteur et ont explosé à sa surface, l'endommageant gravement. Finalement les rebelles ont réussi à s'emparer de la navette alors que j'étais attiré vers la coque du vaisseau impérial par les seuls rayons tracteurs encore opérationnels.
- Un échec...
- Je me souviens encore des visages des pilotes collés à la baie du cockpit, en train de me faire des gestes.
- Ils vous suppliaient de leur venir en aide ?
- En fait... non. Pas vraiment ce genre de gestes.... plutôt heu...
- Ah oui, je vois...
- Oui enfin bon hein c'est pas ma faute ! c'était à cause des rebelles !
- Mais oui c'est ça... bon allez, continuez...
Le soldat Bill essuya une larme, ce qui surprit Fjord.
- J'ai un truc dans l'oeil.
- Oui bon ça va... vous n'en mourrez pas hein ! dit Salz Fjord, visiblement exaspéré.
- C'est vous qui le dites !
- Bon ça va !! ...alors cette suite ?!
- Ok ok ok. Bon alors ce qui s'est passé c'est qu'une fois rapatrié à bord du vaisseau, j'ai été aussitôt rétrosubdégradé... et je dois avouer que ça m'a fait du bien. Vous savez, j'avais du coup beaucoup moins de responsabilités à porter sur mes épaules !
- Je vois.
- Comprenez, les responsabilités, c'est comme une sorte de caleçon remplit de sable humide et salé qui vous colle à la peau, un truc qui devient vite génant, une sorte de fardeau quoi...
- Pénible ?...
- Oui, très pénible. Enfin bref, le lieutenant en chef des troupes m'a dit qu'il avait reçu l'ordre d'envoyer une escouade supplémentaire sur Bespon
- Bespin.
Le sodat Bill jeta un regard noir à Salz.
- ...et que j'en faisais partie, poursuivit-il. Je me suis retrouvé une fois de plus enrôlé dans un commando, cette fois-ci volant en direction de la Cité des Nuages. Quelle déveine !
- Quelle chance vous voulez dire ! c'est une superbe cité !
- Oui bah je veux bien, mais le lieutenant ne m'a pas laissé le temps d'aller au... petit coin si vous voyez ce que je veux dire.
- Non je vois pas...
- Vous me charriez là ? hein ?...
- Oui c'est vrai, je vous taquine. Mais dites moi, c'est chronique chez vous ce genre de choses !
- Oui bah personne n'est parfait ! moi aussi j'ai mes ennuis personnels. Bref une fois arrivé sur place, il fallait que je trouve un endroit où me soulager, et vite. Ne trouvant pas de WC, j'ai cherché un endroit sombre et discret. J'ai finalement trouvé une salle au détour d'un couloir, faiblement éclairée. C'était une sorte d'atelier on queq'chose dans c'genre là.
- Palpitant.
- J'avais quelques problèmes avec mon armure.
- Hhaann... c'est hal-lu-ci-nant !
- Ouais bref j'avais à peine réussit à libérer le zozio qu'une unité R2 s'est ramenée à côté de moi.
- Intéressée par vôtre... commença Fjord avant d'être sèchement interrompu par le soldat.
- Par mon quoi ?!! Hein ? Hein ? Je sais pas ce qu'il faisait là c'te droïde ! Moi ce que je voulais c'était uriner tranquillement, mais c'te fichu droïde n'avait rien trouvé rien de mieux à faire que de sifflloter. Il a même activé un de ses projecteurs c'te vicelard !
- Il voulait juste éclairer le coin pour vous aider à...
- Je n'avais pas besoin d'aide !! je sais très bien uriner tout seul !!!... et puis j'avais enlevé mon casque, donc je voyais assez bien comme ça !
- Ok ok ! ça va, j'ai rien dit...
- D'ailleurs mal lui en a prit, en activant son projecteur il m'a fait sursauter et je l'ai arrosé !
- C'est pas très beau.
- Ouais bah tant pis pour lui ! Je sais pas si c'était à cause de ce... de ce... de cette unité R2 qui couinait mais j'ai entendu du bruit qui provenait de la porte. Le truc se rapprochait. J'ai alors essayé d'atteindre mon blaster que j'avais posé sur le rebord d'un appareil, tout en évitant de m'arroser.
- Difficile n'est-ce pas...
- Attendez ! vous ne savez pas la meilleure ! le truc qui se rapprochait était un droïde de protocole, tout doré comme s'il allait au bal ! Tout ça prenait une sale tournure de droïde "party". Je commençais à en avoir ras le c**. D'ailleurs l'autre machin doré l'a tout de suite comprit !
- Il s'est enfuit ?
- Bah il a essayé. J'ai voulu me rapprocher de lui en lui faisant des gestes pour lui dire qu'il ne fallait pas faire de bruit et qu'il se taise pour ne pas alerter d'autres personnes mais j'ai glissé.
- La flaque je suppose ?
- ...ha ha... en essayant de ralentir ma chute j'ai aggripé la première chose qui me passait sous la main.
- Vôtre... zozio ?
- Tssss ! Imbécile ! Vous en faites exprès ??! Vous avez autant de cervelle qu'un non-humain !
J'ai essayé d'attraper le rebord de l'appareil sur lequel j'avais posé mon blaster mais en fait c'est le blaster lui même que j'ai aggripé. J'ai heurté le sol, mon blaster aussi et le coup est parti.
- Vous avez failli mourrir ! c'est...
...dommage ! pensa très fortement Salz Fjord.
- ... dingue oui ! Finalement c'est le droïde doré qui a dégusté ! Le pauv' il a volé à travers la pièce, complètement disloqué. Je suis resté quelques secondes au sol, allongé, pour reprendre mon souffle et finir de...
- Vous soulager ?
- Tête de noeud ! Et finir de reprendre mes esprits ! j'ai frôlé la mort !
- Pas la honte en tout cas. Je suppose que vous deviez être en train de baigner dans vôtre... jus.
- Hi-la-rant, fit le soldat Bill d'un ton cassant. Dites moi vous êtes payé à l'interview ou à la blague ?
- Holala... et susceptible en plus de ça !...

Ecrit par Koor Oragahn le 13 Juin 2001
 




10. Les petits voyages de Bill
Une pomme bien entamé, hein ?
- Ben non, mais vous arrêtez pas de m’interrompre !
- Pardon, enchaînez…
- C’est malin, j’en étais oui moi ? Ah oui, donc ce pauvre droïd était en morceaux… Je me suis relevé, et je suis retourné avec les autres commandos… Le lieutenant commençait à s’impatienter…
- Plutôt normal ! Il vous a fallu du temps pour satisfaire votre besoin !
- Et, c’était pas ma faute…
Le soldat Bill eut un rire sordide.
- Ha ha, quand je repense à ce pauv’droïd, il va s’en souvenir longtemps, si on arrive à le récupérer… Avec ces maudits Ugnaughts ! Ils sont pires que les Jawas, vous savez ? Ils vivent dans les sous-sols, récupère tout ce qui traîne… Ces vraiment des saletés…
- Bien, ne nous éloignons pas de notre sujet !Votre mission sur Bespin était fini ?
- Ben oui, il paraît que Baby Foot avait réussi à capturer un type, un certain Silo…
- Solo !
- Oui, Silo, Solo, c’est pareil ! Il l’a congelé, un peu comme un steak…Enfin, toujours est-il qu’après, Vador est rentré furax du noyau de la cité, et on est vite parti, parce que ça commençait à être un joyeux bordel ! Y’avait des gens qui courait dans tout les sens, et qui essayait de s’enfuir, et donc on a fait pareil…
- Et après ? s’impatienta le journaliste.
- Et ben, c’est tout, après le lieutenant nous a fait rentrer sur l’Interdicteur, et on est parti pour un grand projet, une espèce de grosse base intersidémachin.
- L’Etoile de la Mort ?
- Une bricole comme ça ouais ! Donc on est passé en hyperespace, et on est arrivé un peu plus tard près d’une lune appellée Entor, et…
- Ce serait pas plutôt Endor ?
- Oui oui, si vous voulez… Donc, JE REPRENDS ! C’est pénible à la fin, vous me coupez tout le temps. Si vous êtes pas content, allez voir quelqu’un d’autre, et passez vos nerfs sur un de ces satanés Jawas… Bon Dieu, si je revois ces saloperies, je vous jure que…
Salz Fjord le coupa d’une voix desespérée :
- S’il vous plait, vous pouvez poursuivre, ou alors on va y passer la nuit !
- Mmm… Donc on nous a débarqué sur cette gigantesque base en construction, l’Etoile quelque chose… Fallait voir l’allure que ça avait ! On aurait dit une pomme déjà bien entamé, un peu pourrie ! Enfin, j’ai entendu dire que ça plaisait beaucoup à l’empereur, alors moi vous savez, j’obéissais aux ordres ! On devait finir de construire ce truc… Et en vitesse en plus ! Y’avait une espèce de petit commandant tout nerveux qui nous gueuler dessus parce que ça allait pas assez vite…Tiens, je me souviens de son nom : Jarjarrod !
- Jerjerrod…
- Oui, j’y étais presque… En tout cas, il avait l’air vraiment surexcité… Il courait partout, demandait tout le temps quand on aurait fini… Je sais pas ce qu’il est devenu, mais ça m’étonnerait pas qu’il ait eu une crise cardiaque !
- Il est mort dans l’explosion de l’Etoile de la Mort.
- Ah !
Bill ne montra pas plus de tristesse que ça, et continua son récit :
- Tout ça, ça a duré un sacré bout de temps ! Et puis finalement, ils m’ont transféré sur la lune, au bunker de l’écran de protection… Je me suis dit que ça allait être sympa, la forêt ! On allait pouvoir se faire de bonnes grillades, et des feux de camp !
- Attendez, vous pensiez réellement que tout ça serait possible ?
- Ben oui ! Ca avait tranquille comme coin !
- Et naïf avec ça !
- Ben quoi, je pouvais pas prévoir moi, que il allait y avoir encore d’autres saletés de bestioles !
- Les Ewoks ?
- Oui, ils venaient toujours s’amuser à frapper à la porte arrière du bunker… Du coup, moi, je voulais la laisser ouverte, mais le lieutenant n’a pas voulu, il m’a dit que quelque chose allait arriver et qu’il valait mieux être prudent ! J’ai pas insisté… Après, un tas de rebelles est arrivé, avec ses bestioles avec eux. Y’avait encore ce Silo, et la petite bonne femme qu’est toujours avec lui, l’espèce de comtesse avec les coiffures toujours bizarres…Vous savez, ils se sont mariés depuis, mince comment elle s’appelle déjà ?
- Léia ?
- Voilà ! Vous pouviez pas le dire plus tôt ?
- Je vous interromps plus moi maintenant !
- Ouais, bon, enfin finalement le lieutenant est revenu, et ils nous a libéré. Il a foutu les rebelles dehors et a fermé les portes.
- Vous avez fait quoi ensuite ?
- Ben, le type qu’était aux commandes du bouclier de la grosse base était parti, alors je me suis mis à sa place, discrètement, sans rien dire à personne… J’ai bien fait d’ailleurs, parce que sans faire exprès je me suis endormi sur la manette qui commandait le truc, et je l’ai abaissé ! Du coup, je crois que le bouclier était coupé…
- QUOI ? Vous voulez dire que l’Etoile de la Mort n’avez plus d’écran de protection avant même que le générateur n’explose ?
- P’tet bien…J’ai bien essayé de la remettre en place, mais c’te foutu manette voulait plus bouger…Vous savez, l’Empire, ça a des millions pour construire des grandes bases inutiles et laides, mais pour graissé une pauvre manette, ça !…
- Vous pensez à tout ces rebelles qui sont morts en s’acharnant sur les destroyers stellaires, alors qu’ils aurez pu partir à l’attaque de l’Etoile bien avant?
- Bof, c’est pas bien grave, ils ont quand même gagné, alors…

Ecrit par Koor Oragahn le 22 Septembre 2012
 




11. Le débat s'envenime...
"Le seigneur Vador saura corriger cet insolent petit merdeux."
Oui, mais bon, je vais pas m’attarder sur Bespin, c’est pas spécialement la planète qui m’a laissé le meilleur souvenir…
-Soit, si vous voulez…hi, hi ,hi !… Désolé !…dans vot’jus ! hi ! hi ! hi ! Elle est quand même bien bonne !
Le soldat Bill manqua de renverser la table à laquelle Salz Fkord et lui étaient assis, d’un coup de pied rageur… Le journaleux décida donc de s’en tenir là, et de changer une nouvelle fois de sujet, avant que la situation ne dégénère.
-Bien. Et où était la destination de votre affectation suivante ?
-Ouais, après Bespin, j’étais plutôt venere, et avec l’impression de m’être fait arnaquer par mes supérieurs : Veers, Piett, Needa, et toute la clique, quoi. Alors j’ai été pousser un bon coup de gueule au haut commandement. Malheureusement, juste au moment où j’étais en train de vider le contenu du bureau de l’Amiral et de le répandre avec fureur sur le sol de la pièce, j’ai entendu comme un soufflement rauque se rapprocher : « Merde ! Vlà Darky ! », que j’me suis dit.
-Darky ?!
-Ouais, Darky. Dark Vador, quoi, si vous préférez. On l’appelait comme ça, avec les potes, des fois. Seul’ment, il aimait pas trop qu’on l’appelle comme ça…Et j’avais parlé un peu trop fort…Oulà… Ca me fait encore mal au dos d’en parler. Et ouais, mon p’tit monsieur ! Trois côtes cassées et une dizaine de point de sutures…
-Intéressant… Expliquez-vous.
-…Euh…Mais, non, mais non, ça ne vous intéresse pas…
-Mais si ! Je vous en prie, continuez !
-Bon. Si vous y t’nez. Darky, enfin, Dark Vador, a commencé à m’étrangler, comme d’hab’. Mais c’te fois, il était vraiment en colère… Y m’a proch’té contre les murs de la pièce, et ch’uis passé à travers la fn’ête…
-Ouille !
-Comme vous dites. Ch’uis tombé sur un convois militaire bourré d’explosifs qui venait ravitailler la base…
-Et ?…Boum ?
-C’est qu’vous comprenez vite, pour un journaleux !
-Mais comment avez-vous fait pour survivre à une telle explosion ?
-Vous sous-estimez les troupes d’élites de l’Empire, mon bon monsieur ! Et sachez que l’état-major impérial possède les meilleurs droïdes-médecins de la galaxie ! A peine une semaine à flotter dans une cuve bacta, et hop ! Déjà sur pieds ! Mais les pilotes et l’escorte qui gardaient le convoi n’ont pas eu cette chance…Ca été un vrai carnage. Y’a bien eu une quinzaine de morts, à c’qu’ on dit. Après ça, le haut commandement à dû se sentir un peu coupable, où je sais pas quoi, mais après l’incident, y m’ont muté sur une planète assez sympa.
-C’est cela. Revenons donc à notre à votre affectation.
-Euh…C’était une planète avec tous pleins d’arbres…Ca d’vait être Andorre, j’crois. Ouais, quek’chose comme ça.
-Endor ! Mais vous le faites exprès ou quoi ?!
-Ouais, bah c’est bon ! J’ai pas vu votre « p’tite orgie », ou vot’ chais pas quoi, moi…
-C’est sans importance…Reprenons.
-Ouais. C’était pas mal, Andorre…euh…Endor. Y’avais plein de jawas avec des poils. Ca m’a rappelé le bon vieux temps sur Tatooine. Entre trois parties de sabbacc et deux siestes à la base, on partait cramer ces bêtes-là au lance-flamme, histoire de rigoler un peu.
-Ahem…Je vous préviens que quelques âmes sensibles vont regarder cette interview…
-Et alors ? Si tous les parents offraient des lances-flammes à leurs gosses pour leurs anniv’, ceux-ci s’en porteraient pas plus mal ! Ca leur apprendraient à vivre, dans cette galaxie de femmelettes et de rebelles !
(Salz, hors de lui ) : -Soldat Bill ! Vous commencez à me chauffer ! En lisant votre dossier avant l’émission, j’ai appris que vous aviez descendu la moitié de ma famille et belle famille dans durant la guerre civile, sans conter le neveu de la belle-sœur du grand-père de la cousine du frère du cousin germain de ma filleule par alliance ! Du second degré ! Alors, laissez-moi vous faire part du dégoût que j’éprouve envers des vermines impériales comme vous ! Alors je vous prierait de bien vouloir nommer correctement les ewoks, créatures formidables sans lesquelle nous n’aurions jamais pu sauver la galaxie ! Ah, ça fait du bien ! Je peux vous dire que cela faisait longtemps que j’en avais envi !
(Bill, narquois) : -Vous avez sauvé la galaxie ? Et toute votre famille est morte au combat ? Vous me prenez pour un jawa ? Vous étiez sûrement un collabo, non ?
(Salz, s’étranglant avec son micro) : >-QUOOI !! REPETEZ-CA UN PEU POUR VOIR !
Des bruits de bagarres retentissent dans la pièce, tandis que le service d’ordre de l’holo-chaîne sépare difficilement les deux compères à coups de matraques électriques dans la tronche…
-Eh, patron, on coupe cette séquence là ? demande un holo-cameraman gêné.
-Surtout pas ! Je suis sûr que ça intéressera les holos-spectateurs…
Au bout de quelques instants, la lumière réapparait sur le plateau :
-Allez, les gars, on continue !

Malheureusement pour Salz Fkord, le rapport de force était inégal entre un ancien soldat d’élites de l’empire et un simple journaliste…

-Excuffez-moi, je ne ffais pas ffe qui m’a fris…
-Y’a pas d’mal …Vous savez, sur vos « ewoks », on tapait bien plus fort !…euh…ouais…hem. Revenons à nos bantha…
(Salz, après qu’on lui ai apporté un dentier ) : - Certes. Mais cette paisible planète allait en réalité bientôt perdre toute sa tranquillité, n’est-ce pas ?
-Ah ça…

Ecrit par sith lord le 26 Septembre 2004
 




12. Un nouveau bataillon
- Ah ça!
- Non non, c'est pas ce que vous pensez!
- C'est que j'ai pas encore dit ce que je pensais!
- Ah, il me semblait aussi que j'avais oublié un paramètre avant de vous répondre. Peu-importe. Donc je disais donc.
- Que disiez vous?
- Ben laissez moi le temps de finir!
- C'est que vous prenez trop de temps!
- Si vous êtes pas content, allez voir ailleurs!
- Je vous rappelle que c'est vous qui avez demandé cette entrevue.
- Oui, vous avez raison. Où en étais-je donc?
- Endor!
- A oui, Andore!
- Pas Andore, Endor!
- Non mais vous avez fini?
- Non je commence. Eeh désolé, donc continuez.
- (Bill) Donc j'étais sur Endor. Pour mes services rendus, on me nomma chef d'un bataillon.
- D'un bataillon? Pauvre eux... heem. Pardon
- Oui d'un bataillon! Cependant c'était étrange.
- (Salz) Qu'est-ce qui était étrange?
- Et bien leur donna ordre d'avancer, lorsque je me retourna, ils avaient tous disparus.
- Disparus? Comment?
- Je ne le sais pas, ils ont disparus de même en quelques secondes. C'est alors que je partis à leur recherche. Étrangement, j'entendis des voix. C'était mon bataillon qui me parlait comme s'ils étaient à côté mais je ne les voyais pas.
- Des fantômes?
- Oui, ils étaient comme des fantômes. Je les cherchai partout, jusqu'à temps que je les retrouve.
- Ils étaient où?
- Derrière moi?
- Derrière vous?
- (Bill) Oui, derrière moi. Ils sont réapparuts comme par enchentement. C'est alors que j'ai réalisé qu'en fait, ils n'avaient pas disparus, ils étaient seulement cachés par les herbes longues.
- Cachés par les herbes longues, il me semblait que les herbes longues ne faisaient pas plus que 3 pieds de haut sur Endor.
- (Bill) Tient, c'est bizarre en effet. Comment ce fait-il que je ne les ai pas aperçu à travers l'herbe longue? D'ailleurs, cela me fait penser, peut-être saurez vous me faire comprendre les dires de mon supérieur lorsqu'il m'a assigné mon bataillon.
- (Salz) Que vous a-t-il dit?
- Il m'a dit que c'était le dernier bataillon qu'ils avaient en leur possession. Il s'excusa que la compagnie qui forme les storms est du couper dans les coûts de productions et que c'était pour cela qu'on m'avait confié le bataillon surnommée "les minis-storms".
- Quoi? Vous voulez-dire que vous commandiez une armée de nains?
- (Bill) Ah! C'est pour cela que je ne les voyais pas à travers l'herbes.
(Salz dans sa tête: Imbécile!).

Ecrit par Belhavreth le 10 Novembre 2006
 




13. En Harley Davidson...
Une ZX-22 avec radio-cassettes et clim' intégrée...
- Bref , moi et ma troupe étions chargés de garder une clairière sans
importance. Mes mini-storms étaient en fait des mini-scoot-troopers .
Je me souviens encore de leur démarche qui me faisait penser aux jawas.
C'était d'ailleurs ça qui m'a influençé dans l'accident...
- L'accident ?
- Je n'ai pas vraiment envie d'en parler en fait...
- Allez-y ...
- Et bien vous savez toutes ces horreurs de la guerre m'ont traumatisées...
- Ah, enfin une preuve de sensibilité !
- Non, je déconne ! Simplement, je m'était endormis et au loin, y avait des
bruits de bataille . Ca m'a perturbé. Je me suis reveillé en sursaut et me
croyant sur Tatanne...
- TATOOINE !
- Ouais, c'est-ça, Tatooine. Bref me croyant sur Tatooine , en les voyant
s'approcher , j'ai cru que des jawas m'attaquaient et ...
- VOUS LES AVEZ TUE ?
- ( doucement ) Pas tous... (voix normale ) Bref, j'ai encore été baissé de
grade.
- Vous commenciez à vous habituer ?
- Vous voulez vraiment que j'oblige votre assistant à apporter un nouveau
dentier ?
- non , non , changeons de sujet ! Ahem ! Bref ?
- On m'assigné une Moto-Jet dernier cri . On était trois Scoots-Troopers .
Je me souviens quand on s'amusait à embrocher des ewoks. Et leurs
petits cris lorsqu'ils nous voyaient arriver dit Bill , la larme à l'oeil.
-Oui, bon ... Revenons sur le sujet de base.
- C'était sympa jusqu'a ce que les rebelles arrivent. Ils nous ont pris par
surprise , les %@&# ! Sans que je n'ai le temps de comprendre , y en a un qui m'a fait une prise de judo , puis m'a laissé pour mort . Pendant ce temps , mes potes se sont enfuis pour aller prévenir le QG . Deux rebelles m'ont chourré ma moto-jet pour les poursuivre. Je ne l'ai plus jamais revue ....
-Qui ?
- Ma moto-jet...
- Quelle terrible perte en effet...
- Une ZX-22 avec Radio-Cassettes et climatisation integrée...
- Continuons ...
- Bon , ben j'ai reussi à rejoindre le QG à pied et ils m'ont réassigné à une mission. On devaient piéger les rebelles de toute à l'heure. On ma fait monter dans un TR-TT...
- Je croyais que depuis Tatooine , on ne vous donnait plus les commandes d'appareils ?
- J'avais changé de commandement . Bref , on y va , on les piège , tout se passe bien jusqu'à ce que ...
- Vous fassiez encore une gaffe ?
- Non , cette fois-ci , c'était pas moi. C'était cette saleté d'ewoks qui nous avais tendu un piége...
- Les piégeurs se font piéger, hein ?
- Donc, tout part en eau de boudin, nous dans le TR-TT , on dézingue tout ce qui bouge quand ....
- Une bourde ?
- Oui... J'entends taper à l'écoutille alors j'ouvre et une grande carpette poilue m'éjecte !

Ecrit par warmafett le 4 Mai 2008
 




Réservation de la suite de l'histoire
Suite de l'histoire non réservée.

Vous devez vous identifier pour pouvoir réserver ou écrire une suite à l'histoire.
 


 

Les actualites les plus consultées ce mois-ci :
[Postlogie] [MAJ] Rumeur : le début de l'Episode VII dévoilé ? | [Postlogie] Episode VII : un visiteur du tournage lâche un spoiler ! | [Postlogie] [MAJ] Episode VII : des scènes tournées dans une forêt anglaise ? | [Postlogie] [OFFICIEL] Episode VII : un nouveau vaisseau dévoilé ! | [Postlogie] [OFFICIEL] Deux jeunes acteurs pris dans l'Episode VII ! | [Collection] [Guitare] Peavey s'invite au San Diego Comic Con | [Communauté] Ils parlent de Star Wars... De jeux vidéo Star Wars ! | [Rebels] Le pilote de Star Wars Rebels en précommande en DVD... | [Littérature] Et voici la première annonce chez Marvel ! | [Rebels] Encore des anciens de retour dans Rebels |
Dites, ne le dites surtout pas aux autres staffeurs SWU, mais c'est MOI le boss ici :op
Éditions Delcourt Lego Bioware La Geekerie Kotobukiya France Edge Entertainment Bragelonne.fr Geekmemore Star Wars En Direct