Informations

IMPORTANT : pour que la participation de chacun aux discussions reste un plaisir : petit rappel sur les règles du forum

L'Héritage - Vol. 1

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar Zèd-3 Èt » Jeu 01 Déc 2022 - 12:04   Sujet: Re: L'Héritage

LL-8 a écrit:
Chapitre 10


LL-8 a écrit:sous son attitude de froide de vaurien

Un mot en trop :wink:

LL-8 a écrit:Il était donc lié, de près ou de loin, à l’individu que son équipe et lui recherchaient.

Carth n'est donc pas la cible principale, mais un simple moyen pour une fin :sournois:

LL-8 a écrit:Et il ne parlait pas de Skywalker.

J'en reviens à ma théorie de Kol le Jedi, ça me semble le plus cohérent pour l'instant !

LL-8 a écrit:La rumeur voulait même que le Seigneur Vador ait promis une récompense à qui le retrouvait et le lui ramenait vivant

Retrouverait et amènerait ? :think:

LL-8 a écrit:Le jeune homme n’eut pas de réactions particulières. Il ne sait pas.

Azzio, fils d'un clone ? :sournois:

LL-8 a écrit:Ce type est un purge trooper

Tu mets des majuscules, d'habitude :cute:

LL-8 a écrit:les cafards et autres insectes qui y avait élu domicile

Avaient :P

LL-8 a écrit:— Talia ?

Aaaaaah, enfin ! :D



Njoka aurait peut-être dû préciser qu'il ne parlait pas de Skywalker, non ? :transpire: J'imagine le gros quiproquo si Azzio le donne ce nom là :lol: Bon, cela dit je suis sûr que le scénario saura être arrangeant :paf:
En parlant de quiproquo, on se doute qu'Azzio n'est pas convoqué pour la raison qu'il croit... mais du coup on se demande bien pourquoi ! :sournois:
La relation entre Azzio et Talia est très intéressante, j'espère qu'elle continuera à évoluer tout en restant aussi passionnante :D Je te fais confiance pour ça :jap:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3038
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar LL-8 » Dim 04 Déc 2022 - 14:40   Sujet: Re: L'Héritage

Bonjour à tous ! :hello:

Merci d'être toujours nombreux par ici ! :jap: Et merci pour vos retours ! Je prends tout en compte. Et je vous réponds en spoiler !

Spoiler: Afficher
ShamanWhills a écrit:La fin est une belle chute vu que tu révèles enfin qui est le Jedi que recherche Azzio :)

C'était dans mon cahier des charges personnel: ne pas attendre la fin pour le révéler :D

Zèd-3 Èt a écrit:
LL-8 a écrit:Il s’agissait de Neuf, l’un des jumeaux de l’escouade. Seule sa crête et son bouc le différenciait de son frère, Huit.

Les parents se sont pas embêtés :lol:

Mais :paf:

Zèd-3 Èt a écrit:
LL-8 a écrit:Enfin, Solar allait lui livrer ses secrets.

Finir le chapitre à ce moment là, j'appelle ça de la cruauté pure et simple ! :o

Des fois, j'aime bien :D

Zèd-3 Èt a écrit:Décidément, ça semble à tout point de vue être une histoire plus ambitieuse que d'habitude :love:

Zèd-3 Èt a écrit:Oui, ça se ressent à la lecture et c'est un vrai plaisir :D

Merci! :jap: :jap:

Zèd-3 Èt a écrit:Peut-être que tu pourrais retoucher ce chapitre lors de l'évaluation par le Jury ? :ange:

C'est prévu ! (J'ai déjà commencé, en vrai, je note tes remarques ^^)

Zèd-3 Èt a écrit:Entre ce petit cliffhanger et celui du chapitre précédent, j'ai l'impression que tu commences à trouver ton rythme. Tu as posé tous les éléments de base de ton histoire, chacun est à sa place et le récit peut avancer tranquillement.

C'est à la fois plus rapide (à cause des ellipses) et plus lent, mais je tenais à me poser un peu pour ce récit.

Zèd-3 Èt a écrit:Rien à dire sur l'orthographe, la conjugaison ou la grammaire et j'ai lu deux fois ! Chapeau bas :jap:

:jap:

Zèd-3 Èt a écrit:On observe directement Azzio à travers les yeux d'un autre personnage pour la première fois. C'est intéressant, on retrouve le personnage qu'on connait, mais il m'a semblé un peu différent. Plus ouvert, ce qui ne lui correspond pourtant pas.

C'est la perception du personnage par Talia, mais c'est aussi lié à leur relation.

Zèd-3 Èt a écrit:Notre ami Purge Trooper enquête sur Carth, avec qui Talia travaille, laquelle a aidé Azzio, qui s'est lui-même fait recruter par Njoka pour infiltrer le groupe des rebelles et a un lien avec quelqu'un d'important pour sa sauveuse. La galaxie est petite, tout de même :lol:

:transpire:

Zèd-3 Èt a écrit:Njoka aurait peut-être dû préciser qu'il ne parlait pas de Skywalker, non ? :transpire: J'imagine le gros quiproquo si Azzio le donne ce nom là :lol: Bon, cela dit je suis sûr que le scénario saura être arrangeant :paf:

Le scénario sera arrangeant. :paf:

Loucass824 a écrit:Et pour Mon Mothma, pour moi elle est rousse, pas cheveux rouges... Lol après, ce n'était qu'un détail, peut-être a-t-elle déjà été dépeinte comme ayant les cheveux rouges.

Ah oui, ce mot existe :paf: Disons que c'est roux bien pétant quoi.

Loucass824 a écrit:L'endroit, je ne le connais pas. Il pourrait très bien être inventé de ta part que cela fonctionne.

J'invente rarement des lieux ou des espèces quand j'écris une fic',il y en a bien suffisamment dans SW comme ça.

Loucass824 a écrit:Par contre, le début du chapitre m'a un peu laissé perplexe. De la manière dont Azzio parle du plan, il s'interroge. Le genre d'interaction et d'échange de mots qu'on a au moment de l'élaboration du plan, se poser en public pour observer, étudier les options, être sceptique, ect. Mais en réalité l'opération allait débuter ! Donc c'était étrange la manière d'amener tout cela.

Maintenant que tu le dis, c'est pas entièrement faux. Je verrai pour retravailler un peu ça, même si dans mon esprit, l'idée est qu'Azzio veut afficher ses points de désaccord avec Talia.

Loucass824 a écrit:Perso, une Rébellion avec un autre Jedi caché à bord, ça me pose toujours problème avec ma sensibilité sacro sainte trilogie originelle du très faible nombre de Jedi.

Certes, mais promis, j'en rajouterai pas 15 :D

mareva_mae a écrit:En suivant les événements de son pdv, on évite à mon sens un énième débat moral d'Azzio qui aurait été intéressant, mais qu'on aura sans doute au chapitre suivant quand il devra décider s'il dénonce ou pas son sauveur... Donc ça aurait été un peu lourd de suivre ces scènes avec lui, je trouve ton choix parfait pour ce chapitre.

Merci ! :jap:

mareva_mae a écrit:Et on connaît l'identité de notre fameux Jedi... Je ne sais pas si je suis contente que ce soit un personnage de ton cru plutôt qu'un visage connu. En un sens, ça nous fait de plus en plus de rescapés de l'ordre 66 dans la nature, mais d'un autre côté, c'est aussi rafraîchissant !

Disons que choisir Skywalker comme cible, ç'aurait été beaucoup moins plausible.


Sur ce, bonne lecture!


Chapitre 13


1 ABY. Botor, Mondes du Noyau.

— Tendez le bras.
Azzio s'exécuta et déplia son bras gauche. La Twi’lek médecin postée en face de lui observa son mouvement attentivement avant de lever les yeux.
— Comment on se sent ? demanda-t-elle.
— Ça va, rassura Azzio.
Elle hocha la tête, rassurée, et termina d’enrouler le bandage autour de son avant-bras. Azzio observa la pièce où il était. Une dizaine de couchettes médicales étaient alignées le long d’un mur aussi blanc que possible. De l’autre côté, deux cuves à bacta étaient remplies du liquide épais caractéristiques et accueillaient deux individus qu’Azzio ne distinguait pas bien. L’infirmerie de la base de Botor était toute récente – tout comme le reste des installations – mais elle tournait déjà à plein régime. Azzio ne comptait pas le nombre de rebelles qui venaient se faire soigner ici. Les médecins n’étaient pas très nombreux et ils étaient régulièrement débordés de travail. La base se situant dans les mondes du Noyau, tous les agents à proximité s’y rendaient pour se faire soigner, comme Azzio le faisait en cet instant.
Il ne s’en était pas rendu compte, mais il avait été touché pendant la course-poursuite avec le speeder impérial. Le stormtrooper n’avait pas été si mauvais, en définitive. Il porta deux doigts à sa tempe, où des points de suture avaient refermé la plaie causée par les rochers. La falaise. La chute. Koi est un Jedi. Cette pensée n’arrêtait pas de le tourmenter depuis qu’ils étaient rentrés à la base. Il tentait de se persuader que ce qu’il avait vu et ressenti ne voulait rien dire. Le Nautolan avait fait l’impossible, certes, mais cela ne voulait pas forcément dire qu’il était affilié avec l’ordre des Jedi. Il avait peut-être simplement des capacités hors du commun. Mais une petite voix dans sa tête lui hurlait d’arrêter de se bercer d’illusions. Que ce soit avéré ou non, il s’agit forcément de celui que l’Empire recherche. Ce qui le mettait dans une situation délicate, plus encore que lorsqu’il avait dû laisser Jester et sa bande.
— Vous avez de la chance que le tir n’ait pas touché l’épaule, ajouta la Twi’lek. C’est de l’excellent travail, je ne suis pas sûre que j’aurais pu la réparer.
Juché sur la couchette médicale, Azzio jeta un œil à l’ouvrage d’Osis. L’épaule de métal n’avait pas bougé. C’était d’ailleurs grâce à elle qu’il avait pu attraper Carth sans le lâcher et même le remonter. Il remercia la Kiffar silencieusement.
— Je me suis aussi permise de vérifier vos vertèbres, reprit le médecin en s’assurant qu’aucune oreille indiscrète n’écoutait. Visiblement, ça tient, fit-elle dans un sourire.
Il la remercia d’un mouvement de tête et descendit de la couchette. Elle entreprit d’ôter ses gants jetables sans le quitter des yeux.
— N’hésitez pas à revenir si vous sentez une douleur, dit-elle dans un sourire. On ne sait jamais.
Azzio la remercia une nouvelle fois, revêtit une chemise légère sur son pantalon utilitaire et sortit des quartiers médicaux. Les couloirs de la base de Botor avaient été dessinés sur le modèle de la base de Hoth, à la différence près que ceux de Botor avaient été taillés dans la roche, sous la surface de la planète, sur environ un kilomètre carré de surface. Achevée seulement quelques mois avant qu’Azzio n’y mette les pieds, elle était relativement peu peuplée. Le personnel qui y résidait consistait surtout en des spécialistes de la communication, quelques agents de terrain et quelques soldats chargés de la défense de la base. Botor était un point stratégique pour les Rebelles, Azzio l’avait bien compris. Proche des mondes les plus influents de la galaxie et, accessoirement, de la capitale de l’Empire, elle constituait un point de départ idéal pour toutes les missions d’infiltration que l’Alliance menait depuis quelques mois.
Azzio sentait petit à petit le combat des Rebelles gagner du terrain dans son cœur. Il comprenait leurs idées. Il connaissait leur histoire. Il avait vu de quelle manière ils l’avaient traité. Tout cela pesait dans la balance et désormais, il hésitait à faire part au soldat en noir de la récente découverte qu’il avait faite, tout comme il avait hésité à le contacter sur Kafrene. Il ne savait pas sur quel pied danser et son indécision le frustrait tout autant que les enjeux auxquels il faisait face. Alors qu’il parcourait le dédale d’un air pensif, il nota les différents visages qui le saluaient. Tout n’était pas parfait dans cette organisation. Des erreurs étaient commises. L’esprit de camaraderie qui régnait au premier abord s’effaçait pour laisser place à des dissensions dès que l’on creusait un peu. Malgré tout, Azzio ne pouvait s’empêcher de s’attacher à ces gens. Il pesta intérieurement. Depuis que Bor l’avait laissé pour mort sur Seswenna, il n’arrivait pas à retrouver ses réflexes de sa vie passée. Peut-être qu’en fin de compte, j’ai toujours été comme ça. Je n’avais peut-être simplement pas trouvé les bonnes personnes. Il finit par arriver machinalement à la salle de réunion où Talia lui avait demandé de la retrouver pour le débriefing. Il entra dans la pièce. Circulaire, elle était scindée en deux parties. La première abritait une large banquette, une table ronde et des placards contenant de quoi se restaurer. La seconde, au fond, laissait entrevoir une table de réunion et son holoprojecteur. C’est dans cette pièce qu’Azzio aperçut Talia et Carth. Les deux agents semblaient en pleine discussion et Azzio sentit qu’il n’était pas en droit de les interrompre.
— Je ne suis plus une gamine, Carth, fit Talia d’un air passablement énervé.
— Je sais à quel point il ressemble à Dek. Je ne voudrais pas que tu te fasses avoir.
Azzio se figea en comprenant qu’on parlait de lui. Il savait que sa ressemblance avec un autre avait fait l’objet de discussions depuis qu’il avait rejoint l’Alliance. Talia n’avait abordé qu’une seule fois le sujet, mais il avait vite discerné qu’elle n’était pas la seule à faire le rapprochement. On le dévisageait, on se raidissait légèrement lorsqu’il passait. L’homme à qui il ressemblait avait laissé une trace et il avait le sentiment étrange de ne pas en être à la hauteur.
— Je suis capable de faire la différence, merci, répondit Talia d’un ton sarcastique. Passe à autre chose, Carth.
Azzio vit la jeune femme sortir en trombe de la salle de réunion avant de se figer en découvrant qu’il avait potentiellement entendu toute la conversation.
— Ah, tu es là.
Ce n’était pas une question, ni même un reproche. Elle énonçait simplement un fait. Son visage avait changé du tout au tout en quelques heures. Le sourire soulagé qu’elle arborait en rentrant de la mission s’était changé en une expression de colère contenue qu’Azzio ne lui connaissait pas. Elle s’attarda une demi-seconde sur son visage avant de s’asseoir d’un air las sur la banquette. Elle semblait abandonner l’idée de rester en colère. Tout comme Azzio se sentait beaucoup plus libre en sa présence, la jeune femme se détendait lorsqu’il était là. Leur lien s’était renforcé en peu de temps, et Azzio se désolait à l’idée que le moment inévitable de le briser approchait.
— Je suis désolée, dit-elle simplement.
Il secoua la tête. Elle n’avait pas à être désolée.
— Dek, c’est le gars à qui je ressemble, c’est ça ?
Talia leva les yeux vers lui.
— C’est ça, confirma-t-elle.
Elle soupira avant de se décider à poursuivre :
— Tout le monde ici le dit : tu lui ressembles, tu parles comme lui, tu agis comme lui… Ce n’était pas un clone, pourtant. C’est incroyable. Mais rassure-toi, nuança-t-elle, je suis capable de faire la différence.
Elle se répète.
— Comment est-il mort ? demanda Azzio.
Il avait bien compris que le dénommé Dek n’était plus là. Il avait laissé derrière lui une nostalgie douloureuse qui se remarquait vite. À voir la tristesse et le respect solennel qui emplissaient le visage de certains lorsqu’ils parlaient de lui, il n’avait pas simplement décidé de prendre des vacances.
— Il était commandant à bord du Tantive IV, dit Talia après avoir pris une grande inspiration. Le vaisseau a été appelé lors de la bataille de Scarif et il s’est fait aborder par l’Empire. Les officiers ont été capturés et emmenés sur l’Étoile de la Mort.
Azzio déglutit. Il se repassa mentalement les conversations qu’ils avaient pu avoir et mesura enfin la dimension que cet événement avait pu prendre pour elle. Tout à coup, il se sentit très stupide.
— Comme tu t’en doutes, il n’en est jamais revenu, conclut-elle.
Azzio fut pris d’une envie de s’excuser pour toutes les fois où il avait soulevé que la destruction de la station avait fait des victimes innocentes. En réalité, tu ne fais pas vraiment partie de ces gens. Une petite voix lui hurlait de ne pas chercher à la connaître davantage. Il décida de l’ignorer.
— Vous étiez proches ? osa-t-il demander.
Talia eut un petit rire et son regard se teinta de nostalgie.
— On a grandi ensemble sur Hosnian Prime, on a rejoint l’Alliance ensemble, on a fait nos premières missions ensemble, on s’est fiancés… On peut dire qu’on était proche, termina-t-elle un brin sarcastique.
Azzio prit conscience de la portée de son geste sur Seswenna. Une fois de plus, il se sentit idiot.
— Je suis désolé.
C’était tout ce qu’il pouvait dire. Talia balaya sa remarque d’un geste de la main.
— Ne t’excuse pas, lui dit-elle. Il connaissait les risques, il savait dans quoi il s’engageait.
— Salut la compagnie ! fit une voix masculine.
Azzio se retourna pour découvrir un jeune opérateur de l’Alliance, aux cheveux courts, blonds et bouclés, vêtu d’un uniforme beige et de bottes brunes. Il était relativement grand et élancé. Il s’agissait de l’officier qui les avait accueillis quelques jours plus tôt sur la base. Azzio n’avait pas saisi son nom, mais il avait retenu qu’il débordait d’un enthousiasme parfois agaçant. Son intervention fit sortir Carth de la salle de réunion, suivi de Koi.
— Zef, salua-t-il d’une voix volontairement posée.
L’un de ses bras était en écharpe et son visage avait aussi été amoché durant la course-poursuite, mais il gardait son attitude un brin fermée d’officier rebelle. Le jeune opérateur lui lança un grand sourire et désigna le chemin d’où il venait d’un pouce en l’air.
— On a une communication urgente pour toi, dit-il. Ça vient de très haut, précisa-t-il.
Il marqua une pause théâtrale, avant de se pencher en avant comme si l’information qu’il allait révéler était un secret intergalactique.
— Du genre… la princesse Leia.
— Le général Organa, tu veux dire, le recadra Koi d’un air sérieux.
Le jeune officier ne se départit pas de son sourire.
— C’est ça ! Et c’est urgent, dit-il une nouvelle fois.
Azzio se remémora la chaîne de commandement de l’Alliance. Mon Mothma était le personnage le plus important qu’il avait rencontré, mais il avait rapidement compris qu’elle n’était pas la personne la plus influente de l’organisation. Le dévouement presque religieux que certains vouaient à celle qu’ils appelaient Princesse était frappant. Elle était le symbole de leur rébellion, l’espoir qui les poussait à poursuivre leur combat malgré les forces armées que l’Empire leur opposait. Azzio avait aussi entendu parler de Skywalker et de ses prouesses. Ce gars est un Jedi aussi, j’en suis persuadé. Mais ce n’est pas lui que je cherche, sinon le Purge Trooper m’aurait envoyé vers lui. Or il ne l’avait jamais rencontré, et il n’était pas près de le faire, au vu des récents événements. Cette réflexion raviva en lui un sentiment de culpabilité qui commençait à devenir pesant.
Devant lui, Carth soupira.
— Le débriefing est ajourné, lâcha-t-il.
Il salua brièvement le dénommé Zef et quitta la pièce d’un pas rapide. L’opérateur, lui, ne bougea pas. Alors que Koi abandonnait lui aussi la pièce, il reporta son regard sur Azzio, sans cesser d’arborer ce sourire légèrement agaçant sur son visage.
— C’est toi le nouveau, hein ? Sacrée équipe dans laquelle tu es tombée, se moqua-t-il gentiment.
Il marqua un temps d’arrêt et observa Azzio d’un air pensif. Le jeune homme leva les yeux au ciel.
— Je ressemble à Dek, je sais.
Zef eut un petit rire et leva une main en signe d’excuse.
— Oui, tu me fais penser à quelqu’un, mais ce n’est pas Dek. Enfin, tu me fais penser à lui mais cette pensée me fait penser à quelqu’un d’autre.
Azzio leva un sourcil et vit le jeune officier abandonner son explication bancale.
— Laisse tomber, c’est compliqué, dit-il d’un ton enjoué à grands renforts de gestes maladroits.
Azzio ne put s’empêcher de penser que cette bonne humeur constante cachait forcément quelque chose. Il voulut demander à qui il faisait penser cette fois mais il n’en eut pas l’occasion.
— En tout cas, bienvenue dans l’Alliance ! conclut Zef.
Il tourna les talons, lançant un clin d’œil à Talia au passage.
— On s’accroche, Hosnian !
— On décroche, Corellian ! lui répondit la jeune femme d’un ton égal.
Azzio se retint de demander ce que signifiait ces salutations étranges. Elles correspondaient bien au personnage. Il croisa les bras, fixant l’encadrement vide par lequel le jeune homme était passé.
— Laisse-moi deviner, murmura-t-il, il a perdu aussi des gens sur l’Étoile de la Mort ?
Dans son dos, la jeune femme marqua un temps avant de répondre.
— On a tous perdu quelqu’un, Azzio.
Le jeune homme inspira lentement. La façon dont elle avait dit cette phrase, les sentiments qui transparaissaient à travers ces mots… Comme si elle faisait sienne la douleur des autres. Il comprenait ce qui rendait la plupart des rebelles différents de l’Empire. Ce n’était pas leur cause ou leur volonté de se battre, non. C’était un sentiment plus fort que tout cela, un sentiment qu’Azzio avait déjà éprouvé, lorsqu’il avait voulu aider la petite Twi’lek. La compassion. Les rebelles transpiraient la compassion. Et il comprit que s’il restait plus longtemps parmi eux, cela le perdrait. Car la compassion ne le sauverait pas, pas dans une galaxie aussi dangereuse que celle où ils vivaient. Elle lui attirerait plutôt des ennuis. Azzio pouvait sentir qu’il commençait à s’attacher à ces gens, à comprendre leur passé, leurs douleurs. Il posa ses yeux sur Talia et le déchirement se fit plus intense encore. Mais c’était plus que sa propre survie qui était en jeu. S’il refusait de se plier aux ordres de l’Empire, il était mort de toute façon, mais plus encore, c’était toute leur équipe qui était en danger. S’il obéissait, Koi mourrait probablement, mais le reste vivrait. Il tenta de se consoler par cette pensée, d’excuser l’acte égoïste qu’il s’apprêtait à commettre. Il devait s’y mettre maintenant, ou bien il ne le ferait jamais.
— Carth a bien dit que la réunion était ajournée ?
— Oui, confirma Talia. Tu vas bien ?
Il se retourna et vit qu’elle levait des yeux inquiets vers lui. Il sentit la culpabilité monter en lui et tenta de la chasser en empoignant son épaule de métal un peu trop vivement. Une légère douleur se répandit dans tout son bras.
— Oui, oui, mentit-il. Juste mal à l’épaule. Je vais aller me reposer.

Talia plissa légèrement les yeux, comme si elle essayait de percer son esprit. Elle finit par lui sourire et Azzio se prit à lui en vouloir de ne pas l’avoir empêché de se rapprocher d’elle.
— On se voit tout à l’heure.
Il lui rendit son sourire du mieux qu’il put et quitta la pièce. Au fond, peut-être qu’il n’était pas vraiment un traître. Il était juste lâche.


**



— Le Nautolan, alors.
Intégralement vêtu de son armure noire, Njoka observa le portrait de Koi’Koi Izaburu. C’était donc lui, le Jedi qu’il recherchait ardemment depuis tout ce temps. Il avait misé sur l’homme aux cheveux longs, mais il n’était pas déçu pour autant. Enfin ses efforts avaient payé. Il leva les yeux vers la petite silhouette holographique d’Azzio. Le jeune homme semblait hésiter, ne pas être à l’aise avec son choix. Njoka l’avait prévu. Mais en vue de ses plans futurs, il ne pouvait pas se permettre qu’Azzio nourrisse des doutes trop longtemps.
— Tu te demandes si tu as eu raison, analysa-t-il d’une voix dénuée de sentiments.
Le hors-la-loi lui retourna un regard holographique accablé mais ne répondit pas. Sous son casque, Njoka leva les yeux au ciel.
— Est-ce que tu sais au moins qui tu es ? lâcha-t-il d’un ton frustré sans réellement le vouloir.
— Qu’est-ce que ça peut bien vous faire ? répliqua Azzio en serrant les dents.
Il sait. Les rebelles avaient donc mené les mêmes recherches que lui et en avaient informé Azzio. Le clone se redressa, conscient que ce fait pouvait tout aussi bien aider que desservir ses projets.
— Est-ce que tu connais l’histoire de la chute de la République ? demanda-t-il.
Le jeune homme ne répondit pas. Il était jeune, il ne devait pas se souvenir des événements. Njoka croisa les bras.
— Les clones servaient la République et le Sénat, oui, mais ils étaient sous les ordres directs des Jedi. Ces derniers ont eu accès à des postes importants : commandant, général, haut général… La guerre leur a permis de regagner l’influence qu’ils avaient perdue au cours des décennies précédentes.
Il marqua une pause, laissant son interlocuteur assimiler les informations.
— Lorsque le dernier général séparatiste a été tué, ils ont senti que leur pouvoir leur glissait entre les mains, poursuivit-il. Ils ont menacé le Chancelier de le tuer s’il ne leur remettait pas les pleins pouvoirs.
Il mit les mains dans son dos et entreprit de tourner autour de l’holoprojecteur. La silhouette bleutée d’Azzio s’adapta pour toujours être dans son champ de vision.
— Heureusement pour nous, ils n’ont pas réussi. Les clones ont défendu la République. Beaucoup ont été tués à cette période.
Il s’arrêta, puis fixa Azzio droit dans les yeux à travers la visière de son casque.
— Cet individu que tu te plais à appeler ton ami en a massacré personnellement deux douzaines.
Le jeune homme déglutit, sans bouger.
— Tu ne les trahis pas, conclut Njoka. Tu dénonces un traître envers la République et l’Empire. Maintenant, enchaîna-t-il, active les coordonnées de tes comms.
— Non.
Njoka leva un sourcil. C’était la première fois qu’Azzio s’opposait aussi directement à ses directives. Qu’avait-il en tête ?
— Vous avez dit que vous vouliez le Jedi, pas les autres.
— Et qu’est-ce qui te fais croire que tu es en position de négocier ? demanda Njoka d’un ton froid.
— Je peux toujours leur révéler votre plan. Le Jedi s’enfuirait et se cacherait et vous devriez reprendre votre traque de zéro.
Le Purge Trooper croisa les bras. La perspective de devoir tout recommencer ne l’enchantait pas, mais il en était parfaitement capable. Il doutait en revanche de la capacité d’Azzio de mettre à exécution sa menace.
— Tu deviendrais un paria, lui fit-il remarquer.
— Ce sera le cas de toute façon.
Il n’y a rien de pire qu’un homme qui n’a rien à perdre.
— Ces individus s’opposent à l’Empire. Tu ne fais que reculer l’échéance.
— Notre marché incluait le Jedi, c’est tout, maintint Azzio. Si vous le voulez, on devra faire ça à ma manière.
Njoka serra les dents. Il n’aimait pas beaucoup qu’un avorton comme Azzio lui dicte sa conduite. Mais ses plans incluaient de lui faire croire qu’il contrôlait la situation. Njoka jouerait donc son jeu. Pour le moment.
— Très bien, céda-t-il.
Le jeune homme resta impassible.
— On repart en mission bientôt, reprit-il. Je vous communiquerai les coordonnées pour que vous puissiez récupérer le Jedi.
Et il coupa la communication. Il ne la coupe jamais en premier. Le clone se retint de tout envoyer valser. Il avait horreur de se sentir humilié de cette façon. Un rapide coup d’œil sur la droite lui indiqua qu’Archie, en armure, n’avait pas bougé du coin de la pièce où il s’était posté. Le soldat ne fit aucun commentaire sur le déroulé de la conversation. Il avait probablement senti que son commandant maîtrisait la situation. Ou bien il n’osait pas s’exposer à des représailles pour une remarque inappropriée. Dans tous les cas, il restait silencieux, prêt à exécuter les prochains ordres. Njoka ne se fit pas attendre.
— Préviens le reste de l’escouade. Nous partons bientôt.
"Mind tricks don't work on me."
Nouvelle fic' ! L'Héritage
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1235
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Mandoad » Lun 05 Déc 2022 - 13:05   Sujet: Re: L'Héritage

Retard rattrapé !

Toujours très bon, tous les deux. Tu as vraiment trouvé une balance parfaite entre les instants de réflexion et l'action et je suis toujours autant fan de Talia.

Chapitre 12:
J'aime bien ce débat sur la destruction de l'Etoile de la Mort et le nombre de mort que cela a causé. C'est un sujet à débat qui ne me surprend pas. La vie de toutes ces personnes sur la station ou le risque de destruction de nouvelles planètes ? J'ai mon opinion sur la question, mais j'aime bien que tu le développes ici. D'ailleurs, on voit que ce sujet impact assez fortement Talia. On apprendra plus tard la présence de Dek sur la station, qu'il a été capturé alors que sur le Tantive IV, enfermé et est... *flashback tu destin similaire d'un autre de tes personnages*....
Wait... Retourne sur "Chroniques d'une Rebelle"... Mais comment j'ai pas vu ça, bon sang !
La grande surprise du chapitre est Koi (mais celle des deux est d'avoir reconnu Dek)! Je ne l'avais pas vu venir alors qu'il était juste sous notre nez et ma petite idée de voir Dass Jennir suite à la mention du père d'Azzio s'envole :D
Donc Azzio va devoir balancer le type qui vient de lui sauver la vie... Nul doute que cela va compliquer les choses, comme on le voit par la suite. :sournois:

Chapitre 13:
Le chapitre suivant fait la part belle à Azzio et ses doutes et on sent que la Rébellion commence à compter de plus en plus pour lui. Quand je disais que les choses ne se simplifiaient pas pour lui. :D
En revanche, à la place de Talia, j'aurais mis un claque à Carth depuis le temps qu'il lui rappelle que "Attention, ce n'est pas Dek.". Je ne sais pas si c'est intentionnel de ta part pour nous montrer que Carth s'inquiète beaucoup (ou éprouve une pointe de jalousie, je ne sais pas :transpire: ), mais ce sujet revient une fois tous les 3 chapitres. D'ailleurs, j'ai trouvé inétressant qu'Azzio ait conscience de ces mêmes répétitions (y compris l'insistance de Talia qui essaie de se convaincre qu'elle peut faire la différence, malgré son coup de panique du chapitre précédent).
Eh ensuite, bien que j'aie tilté à la mention du Tantive, tu nous offres un retour de Zef ! :love:
Et un mention d'Hajoo sans la nommer ! :love:
J'étais en ébullition émotionnelle pendant toute cette partie, si bien que la suivante m'a parue anecdotique, c'est pour dire ! :D

Et pourtant, il s'en passe des choses. Azzio qui décide de trahir Koi, mais pas les autres, Njoka qui le ressent et qui perd sa confiance en Azzio (ainsi que son calme), mais je reste bloqué sur ma réalisation de Dek, l'apparition (pour la 2e fois, mais pas pu le reconnaitre à la première) de Zef et le fait que tout cela est lié à ton univers et un peu à Hajoo en fait. Un spin-off quoi :cute:

Je reviendrai vite pour la suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1508
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar LL-8 » Lun 05 Déc 2022 - 21:40   Sujet: Re: L'Héritage

Merci pour ton retour Mandoad! :jap:

Mandoad a écrit:J'ai mon opinion sur la question, mais j'aime bien que tu le développes ici. D'ailleurs, on voit que ce sujet impact assez fortement Talia.

J'ai mon opinion aussi, mais j'aimais l'idée de creuser un peu tous les avis - si je ne me trompe pas, on ne voit pas beaucoup dans l'UE des gens s'interroger sur le sort des gens à bord de la station.

Mandoad a écrit:Wait... Retourne sur "Chroniques d'une Rebelle"... Mais comment j'ai pas vu ça, bon sang !

Je dois dire que j'attendais ta réaction depuis que j'ai commencé à poster :D
C'est en parcourant le spin-off Hajooà la recherche d'infos sur Jaden que je suis retombée sur Zef et que j'ai eu envie de m'en resservir. Et puis finalement, ça s'emboîtait plutôt bien ^^
De là à parler de spin-off... Je dirais plutôt que j'avais envie de connecter mes fics' à un autre niveau que celui d'un simple caméo (ce que j'avais fait entre Hajoo et La Traque)

Mandoad a écrit:Je ne sais pas si c'est intentionnel de ta part pour nous montrer que Carth s'inquiète beaucoup (ou éprouve une pointe de jalousie, je ne sais pas :transpire: ), mais ce sujet revient une fois tous les 3 chapitres.

Ce qui joue aussi, c'est qu'il y a des ellipses entre chaque partie. La question est revenue, mais à 4 mois d'écart en réalité.

Mandoad a écrit:Je reste bloqué sur ma réalisation de Dek, l'apparition (pour la 2e fois, mais pas pu le reconnaitre à la première) de Zef et le fait que tout cela est lié à ton univers et un peu à Hajoo en fait. Un spin-off quoi :cute:

Zef n'est apparu qu'une fois pour le moment. J'aime le bougre mais ce n'est qu'un agent des communications, pas un haut gradé ^^ les descriptions sur Hoth correspondaient plutôt à des officiers du Canon et du Legends ;)
"Mind tricks don't work on me."
Nouvelle fic' ! L'Héritage
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1235
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar LL-8 » Dim 11 Déc 2022 - 21:15   Sujet: Re: L'Héritage

Hello à tous!
Voici la suite! Bonne lecture ^^


Chapitre 14


1 ABY. Corellia, Mondes du Noyau.

La zone industrielle de Coronet City était plongée dans le noir à cette heure de la nuit. La mer qui bordait son port était calme et sa surface lisse comme du verre. Les surfaces des lunes se reflétaient dans cette mer d’huile, éclairant de leur lumière douce les bâtiments déserts. Koi se souvenait du nombre incalculable de missions qu’il avait effectuées dans cette ville du temps où il était un Jedi. Il chérissait le temps qu’il avait passé sur Corellia. Y revenir après toutes ces années de fuite lui faisait quelque chose. Il avait toujours préféré la négociation et la diplomatie à l’attaque et la brutalité, si bien que le Conseil l’avait souvent choisi lorsqu’il s’agissait de régler des différents économiques ou politiques sur la planète. Eut-il été humain, on aurait pu croire qu’il y était né tant il la connaissait bien. Il se souvenait des conversations qu’il avait eues avec de nombreux marchands et dirigeants de corporations au temps où il n’était encore qu’un émissaire de la République. Avant que tout ne change.
Il n’avait pas participé à la première bataille de Géonosis. Il était à ce moment-là en mission diplomatique sur Corellia. Mais le chaos de la guerre s’était répandu jusque dans les mondes du noyau. Si on n’en avait pas forcément vu les actes, on en avait ressenti les effets. Le coût de la vie avait augmenté, les relations entre les gens s’étaient tendues, la sérénité avait disparu. Et puis Koi avait été obligé de rejoindre la Grande Armée de la République. Il n’avait jamais été d’accord avec l’idée que les garants de la paix se transforment en acteurs de la guerre, mais il avait suivi la direction du Conseil. La confiance qu’ils avaient placée en lui était réciproque, et il avait contribué à libérer et protéger de nombreux mondes des Séparatistes. Mais il avait aussi vu les ravages que le passage de ses hommes et lui avait laissé à chaque fois. L’impact des combats sur les populations locales était plus grand que la joie de se voir rendues à la liberté. Koi en avait été profondément marqué. Ces souvenirs l’avaient hanté durant les années qu’il avait passées en fuite, si bien qu’il s’était promis de ne plus jamais se battre.
Et puis il avait fini par découvrir l’Alliance, ses idéaux, ses projets. Carth l’avait convaincu de rejoindre ce groupe. Le jeune homme qu’il était alors avait eu une vision des choses plus complète que Koi, et l’avait mis en relation avec des personnalités influentes de la Rébellion. Il se souvenait de ses premières discussions avec Bail Organa. Leurs échanges avaient tout d’abord été tendus, mais les valeurs du politicien l’avaient finalement convaincu de reprendre le combat. De tenter, une nouvelle fois, de libérer la galaxie de l’oppression. La destruction d’Alderaan et la mort d’Organa l’avaient grandement peiné. Même si son héritage perdurait à travers les œuvres de sa fille, les étoiles avaient perdu ce jour-là un grand homme.
— Temps d’arrivée estimé : huit minutes.
La voix de Zef résonna à travers les haut-parleurs des comms. Koi soupira. Ils se trouvaient dans l’un des parcs aérospatiaux plein air d’Incom, l’un des plus gros concurrents de la Corporation Technique Corellienne, plus particulièrement dans l’espace réservé aux vaisseaux des Forces de Défense Corelliennes. Il avait beau être tard et faire nuit, ils se devaient d’être discrets. Il fit un signe de tête à Carth et ce dernier baissa le son des comms de manière à être le seul à les entendre. Talia, Ivee et Azzio, qui marchaient devant eux, ralentirent le pas. La jeune femme se retourna et fit plusieurs signes de la main que Koi interpréta aisément : ils arrivaient au premier portail.
Le complexe était très basique et consistaient en un enclos où les vaisseaux sortis des usines et tout justes importés étaient parqués avant d’être livrés à leurs acheteurs. Les Forces de Défense Corelliennes avaient un temps fait partie des plus gros clients de ce parc. Leurs effectifs avaient été réduits avec l’arrivée de l’Empire et les récentes victoires de l’Alliance dans la Bordure Extérieure avait convaincu le Moff de ne pas trop se reposer sur les forces armées locales, trop versatiles. En compensation de la chute des moyens accordés à ces patrouilleurs corelliens, on avait fait venir de nouveaux pelotons de stormtroopers pour veiller sur les différentes villes de la planète. Tous ces événements ne stoppaient pas pour autant l’activité des Forces de Défense et elles venaient de commander pour la première fois une série de chasseurs X-Wing : vingt modèles flambants neufs parqués dans deux espaces différents. Et Koi et ses compagnons allaient en voler la moitié.
Ils arrivèrent devant la grille délimitant les espaces réservés aux Forces de Défense. Un large panneau aux couleurs d’Incom avait été affiché. La corporation, dont de nombreux modèles étaient taillés pour l’usage militaire, ne jouait pas sur le même terrain que la Corporation Technique Corellienne, dont la plupart des modèles était destinée aux particuliers et aux commerçants. Koi observa brièvement l’architecture du lieu et repéra rapidement les commandes de verrouillages. À sa gauche, le droïde de Talia quitta son épaule pour se précipiter vers le panneau de contrôle. Il déplia une petite tige métallique qu’il inséra dans l’espace prévu et entreprit de pirater la console. Mais le portail ne se déverrouilla pas.
— Six minutes, informa Carth.
Ivee émit une série de bruitages graves. Koi secoua la tête.
— Le portail est coincé, traduisit Talia, confirmant au passage ce que Koi avait bien compris.
— Koi, tu ne peux pas faire ton truc magique ?
Le Nautolan se tourna vers Azzio et le fixa de ses yeux sombres. Au fil des années, il avait appris à diminuer son utilisation de la Force pour éviter de se faire repérer par les Inquisiteurs de l’Empire. Ces Jedi déchus l’auraient repéré bien trop facilement. Bien qu’ils n’existaient plus, Koi avait pris l’habitude de faire les choses sans l’aide de la Force, sauf en cas d’urgence. Il sonda Azzio — la dernière technique qu’il s’autorisait à utiliser ces derniers temps. Quelque chose perturbait le jeune homme. Le Jedi pouvait sentir son trouble, mêlé à de la curiosité et de l’angoisse. Koi avait appris à faire confiance à son instinct guidé par la Force, et celui-ci lui envoyait des signaux négatifs. Il n’arrivait pas à mettre le doigt sur l’origine de cette perturbation mais il avait du mal à faire entièrement confiance au jeune homme. Depuis qu’il était entré au sein de l’Alliance, quelque chose n’allait pas chez lui.
— Il n’en aura pas besoin, interrompit Carth en désignant la grille.
Ivee s’écarta du panneau enfin déverrouillé. Lentement, le portail se souleva, laissant voir plus pleinement les deux autres entrées verrouillées qui menaient aux différents espaces.
— Quatre minutes.
Ils devaient se dépêcher.
— Allez Ivee, encore une porte et on a terminé, dit Talia.
Le Nautolan resta sur ses gardes, vérifiant qu’aucun garde de nuit ne s’était décidé à faire sa ronde à cet instant précis. Lui-même était vêtu d’un uniforme de technicien gris, le même que celui que Carth et Talia portaient. Leur alibi était simple : ils étaient l’équipe d’urgence envoyée pour résoudre un problème de surtension et Azzio, dans sa tenue de garde, était l’homme en charge de s’assurer que tout se déroule bien. Ils avaient même un faux mandat d’intervention d’Incom à montrer si besoin était. Mais Koi ne désirait pas devoir jouer cette carte. La ruse était grossière. Il doutait qu’aucun garde suffisamment futé ne tombe dans le panneau. Ils devraient sûrement en venir aux mains et cela les retarderait, en plus d’attirer une attention non désirée sur eux.
— Trois minutes.
— On dirait qu’ils ont renforcé leur sécurité, fit Azzio.
— Venant des Forces de Défense, c’est possible, admit Talia. Ils ont peut-être mis à jour leur protocole informatique.
— Il va falloir se dépêcher, déclara Carth. Zef se fera repérer si on n’ouvre pas le toit rapidement.
Koi se retourna et s’approcha de celui qu’il avait protégé depuis des années.
— Dis-leur de faire demi-tour.
— On ne peut pas abandonner maintenant ! s’insurgea Azzio.
Koi croisa les bras, dubitatif quant aux mobiles du jeune homme. Tenait-il réellement à réussir cette mission ou bien cachait-il autre chose ? Dix vaisseaux ne valaient pas la vie des neuf hommes qui devaient atterrir d’ici peu. Les réflexes de général de Koi revinrent au galop. Jamais il n’avait mis en péril la vie de ses hommes pour du matériel. Son instinct lui criait d’annuler la mission. Mais Talia abonda dans le sens d’Azzio.
— Ivee a bientôt terminé, dit-elle. On reste sur le plan initial.
Koi n’était pas certain que ce soit une bonne décision. Il avait déjà vu des commandants perdre des hommes dans une mission pour avoir trop attendu. Il ne voulait pas perdre qui que ce soit ici. Il allait répliquer qu’ils n’avaient plus le temps lorsque la lourde porte grillagée se souleva enfin. Ivee poussa un petit trille de victoire. Koi se résigna à poursuivre la mission et les quatre compagnons s’engouffrèrent rapidement dans l’enclos.
— La commande d’ouverture du toit est là-bas ! intima Talia à Azzio.
Koi vit le jeune homme s’y précipiter et abaisser le levier, activant l’ouverture de la grille qui surplombait l’espace circulaire où les X-Wings étaient disposés le long des murs, laissant un espace suffisant au sol pour qu’une bonne vingtaine de techniciens s’affairent si besoin. La seconde d’après, un petit cargo apparaissait au-dessus de leurs têtes et descendait à une vitesse relativement élevée dans le parc. Koi mit une main devant son visage pour se protéger de la poussière soulevée. Ils avaient frôlé la catastrophe mais il devait se rendre à l’évidence : ils avaient réussi à passer en-dessous des radars et de systèmes de détection. L’opération se déroulait somme toute correctement.
Les moteurs du cargo se coupèrent et la porte arrière se déverrouilla, laissant sortir huit hommes et femmes en tenue de pilotage orange et blanches. Ils portaient des casques aux couleurs de leurs différents escadrons. Koi les avait personnellement choisis pour cette mission. Certains avaient combattu lors de la Bataille de Yavin mais tous étaient des pilotes aguerris, expérimentés, capable de faire voler cette dizaine de X-Wings jusqu’à la base de Botor sans se faire repérer. Derrière eux sortit le pilote du cargo, le jeune officier des communications aux cheveux blonds que Koi connaissait bien : Zef. Le jeune opérateur était de retour sur sa planète d’origine mais ne laissa transparaître aucune excitation. Il était concentré sur sa mission. Koi savait ce qu’il avait sacrifié pour la cause de la rébellion et malgré son air juvénile et immature, il savait qu’il était l’un de ces hommes sur qui on pouvait compter en permanence. Le jeune homme le salua d’un mouvement de la tête avant de coller son poing à celui de Talia en signe de victoire.
— Vous aviez raison de choisir ce garage-là, dit-il. Le Téméraire ne serait jamais passé en largeur dans l’autre ouverture.
Il n’alla pas plus loin et se plaça à côté de la jeune femme, le regard rivé sur Carth. L’officier s’apprêtait à donner les dernières instructions.
— Rappelez-vous, dit-il au milieu des rebelles. Le système de détection est basé sur la vitesse et la durée de survol. Gardez ces deux éléments en tête et tout devrait bien se passer.
Les pilotes hochèrent la tête d’un air concentré. Tous étaient au fait de ce qu’ils devraient faire, mais ils acceptèrent les rappels de Carth sans broncher. Koi prit la relève.
— Les vaisseaux trois à dix sont à vous. Carth et moi piloteront les deux derniers. Talia et Azzio s’assureront d’effacer les traces de notre passage.
Une nouvelle fois, tous les individus présents acquiescèrent à l’unisson. La mission était claire dans les esprits de tous. Il n’y avait pas de temps à perdre. Koi transmit les codes de déverrouillage des sabots électromagnétiques à chacun des pilotes. Tous reçurent l’information et signalèrent par un pouce en l’air qu’ils étaient parés.
— À vos vaisseaux, conclut Carth, et que la Force soit avec vous.
Les pilotes se précipitèrent en silence vers leurs engins et, un par un, les sabots d’immobilisation sautèrent. Zef lança un clin d’œil à Talia avant de glisser de son air joyeux :
— On s’accroche, Hosnian !
— On décroche, Corellian, eut tout juste le temps de répondre la jeune femme avant qu’il disparaisse dans son vaisseau.
Il fallut seulement une poignée de secondes avant que le Téméraire ne décolle dans un torrent de poussière et s’élève rapidement avant de disparaître d’un coup dans la nuit. Suivirent les huit X-Wings. Les vaisseaux amorcèrent une sortie rapide dans un ballet impressionnant de technique. Très vite, ils se transformèrent en une série de points lumineux dans l’étendue sombre de la nuit corellienne. Koi les suivit un instant des yeux avant de reporter son attention sur Talia.
— Quai numéro cinq, dit-il. Demande Oouga. C’est une Aqualish.
Talia acquiesça. Elle et Azzio devraient quitter Corellia par leurs propres moyens, mais Koi ne s’en faisait pas trop pour eux. Il se dirigea vers le vaisseau qu’il devait piloter. Il avait possédé un chasseur, un jour. Un Delta-7 standard, le modèle utilisé couramment par les chevaliers Jedi. Il avait dû s’en séparer lorsque ses clones s’étaient retournés contre lui. Trop reconnaissable, ce genre d’appareil attirait les ennuis. Le X-Wing devant lequel il se tenait lui rappelait vaguement son propre chasseur. Blanc, strié de bandes d’un bleu très clair. Il ne manquait qu’un symbole sur les ailes, indispensable. Un symbole qui n’existait plus désormais. Il avait été remplacé par un autre, semblable : celui de l’Empire. L’autre aile avait été flanquée de l’emblème des Forces de Défense. Koi fronça les sourcils. Il ne savait pas s’il avait trop laissé la nostalgie l’envahir, mais il avait un mauvais pressentiment. Il fit le tour du vaisseau pour ouvrir le cockpit. Il était familier avec les X-Wings, même s’il en avait pas piloté beaucoup. Ces vaisseaux étaient presque devenus l’apanage des rebelles. Il se devait de connaître les connaissances de base relatives à son utilisation. Il allait atteindre la commande d’ouverture lorsqu’un déclic familier se fit entendre. Il tourna la tête et se retrouva nez à nez avec le canon d’un fusil blaster pointé vers son visage. Il n’eut pas le temps d’apercevoir qui le tenait. Carth hurla :
— Koi !
L’instant d’après, le soldat était projeté contre le mur le plus proche et son arme volait à une dizaine de mètres d’eux. Carth, à quelques pas derrière lui, resta en alerte, bras levé. Koi analysa rapidement son armure. Ce n’était pas un stormtrooper classique. Son équipement était sombre. Son casque à visière rouge était à mi-chemin entre celui des clones et celui des troupes de chocs de l’Empire. Koi comprit immédiatement de quel corps de l’armée ce soldat était le membre. Il ne les avait croisés que deux fois depuis que l’Ordre Jedi était tombé. Des Purge Troopers. Il pensait qu’ils avaient disparu. Leur présence ici ne signifiait rien de bon. Ils sont là pour nous. Il voulut se retourner, remercier Carth de l’avoir sauvé. Il n’en eut pas le temps. Le soldat en noir se releva et pointa de nouveau son arme sur Koi. Mais cette fois, il ne fut pas seul. Trois autres Purge Troopers apparurent, toutes armes dehors. L’un d’eux pointait même un second blaster en direction de Talia. Koi leva les yeux vers Azzio, dont le regard trahissait la confusion. Nous avons été trahis. Le Nautolan n’éprouva pas de haine pour le jeune homme, seulement une intense déception. Il savait que quelque chose n’allait pas avec lui, mais il avait espéré qu’il s’agissait d’autre chose. Il n’avait pas été attentif, et parce qu’il s’était relâché, c’était la vie de deux de ses compagnons qui était menacée à présent.
Il n’eut pas le loisir de prolonger ses pensées plus longtemps. Dans le parc aérospatial, un cinquième soldat entra. Il marchait d’un pas lent, conquérant, assuré, orgueilleux. Une épaulière rouge le distinguait du reste des purge troopers. Il frappait dans ses mains gantées, lentement, d’un air satisfait.
— Deux Jedi pour le prix d’un, fit-il d’une voix déformée par son vocodeur.
Koi ouvrit de grands yeux et fut pris de vertiges. Il aurait reconnu cette voix n’importe où. Cette voix qu’il avait côtoyée jour et nuit durant trois années entières. Ce soldat est un clone. Les visages et les noms de ses compagnons de guerre lui revinrent brutalement en mémoire. Il se revit combattre à leurs côtés puis les abattre un à un lorsqu’ils s’étaient retournés contre lui. Il avait essayé de les raisonner, de les tirer de leur transe, sans y parvenir. Il avait été acculé et n’avait pas eu d’autre choix. Il en avait eu le cœur déchiré. Lui qui avait cherché par tous les moyens à préserver la vie de ses hommes avait été forcé de la prendre pour se sauver lui-même. Ce souvenir lui donna la nausée. Mais ce clone-ci semblait différent, en pleine possession de ses moyens. Il n’était pas gouverné par une programmation Kaminoenne. Il était volontairement à la poursuite des Jedi et sa haine pour eux se ressentait à des mètres à la ronde.
Le clone commandant s’approcha du petit groupe et son casque alla de Carth à Koi. À quoi ressemblait-il, sous l’armure ? Avait-il vaincu le vieillissement accéléré ou bien se battait-il contre les effets du temps qui s’abattaient sur lui ? Le Nautolan l’observa et son cœur se déchira une nouvelle fois. Lui il ne pourrait pas le sauver non plus. À travers son casque, Koi aurait presque pu le voir sourire.
— Voilà qui promet d’être intéressant.
"Mind tricks don't work on me."
Nouvelle fic' ! L'Héritage
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1235
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar ShamanWhills » Lun 12 Déc 2022 - 11:25   Sujet: Re: L'Héritage

Salut :hello:

Chapitre très intéressant axé sur le vol des X-Wings! L'opération se passe bien jusqu'à la trahison d'Azzio dont je me demande à quel moment il a retourné sa veste vu que ce n'est pas indiqué ni dans ce chapitre, ni dans le précédent...

Nous en apprenons un peu plus au sujet de Koi: Un Jedi Consulaire du fait de sa préférence pour les mots que les poings, un homme qui considère les Clones comme des êtres humains et non de la chair à canon et qui a quand même dû les tuer pour se sauver lui-même par instinct de survie... Par contre, qu'il reconnaisse le clone qui commande l'unité est intéressant car cela voudrait dire que les deux ont une relation assez forte, genre "Frère d'armes", à l'instar de Cody et Obi-Wan Kenobi, Bly et Aayla Secura et tente d'autres à l'époque...

Hâte de voir les réactions des autres membres de la Rébellion quand le Commandant Clones leur dira: "merci Azzio de nous les avoir mené à nous"... (je vois bien ce genre de répliques dite par le gars :transpire: ).

Bonne chance pour la suite :hello:
Fan Fiction: La Jedi de Tython
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar Loucass824 » Mar 13 Déc 2022 - 0:46   Sujet: Re: L'Héritage

Et me voilà ! En retard ? Oui et non, je me suis trouvé éloigné du forum suite à une sanction, vilain que j'ai été. Mais je me trouvais tout de même dans les parages en tant qu'invité pour suivre les fic des camarades. Plutôt que de lâcher un retour condensé, je vais poster mes deux retours rédigés au moment de chaque chapitre que tu as publiés. Je mise sur l'authenticité... Lol donc préparer toi à du pavé de record olympique !

Chapitre 13 :
J'ai regretté de ne pas pouvoir poster de suite du coup ! Lol car les refs, je les avais !

Un nouveau lieu, une nouvelle base. J'avoue personnellement de créer les lieux au besoin de mon côté, car c'est plus simple que d'apprendre des choses sur des mondes existants. Surtout qu'à mon époque chronologique, j'ai du mal à faire le tri sur "les planètes existent-elles encore ?" Quelle est leur allégeance, ect... Je fais comme je peux... Lol

Bon, Koi est donc le Jedi... Lol ça semble plutôt clair. Ce qui me dérange un peu, surtout de ce qu'on voit par la suite. Avoir la mention de Leia et Luke alors qu'un autre Jedi se cache ici, qu'ils ne se soient jamais croisés, que Koi n'ai jamais tenté d'aider Luke, avoir envie d'amorcer un contact, ect... J'ai vraiment beaucoup de mal à trouver cela crédible. Tu as soigné l'intérêt de Njoka envers lui, lui qui ne peut se pencher sur Luke car consigne de Vador. Donc en l'occurrence c'était un point bien planté précédemment. Mais la présence d'un Jedi caché qui le demeure malgré la présence d'un autre Jedi en la personne de Luke ? Même si des infos apporteraient du contexte plus tard, cela me gêne pas mal. La faute à la prélogie tout ça de toute façon... Lol

Beaucoup d'allusions sont faites sur Azzio et sa ressemblance à Dek, même si j'avais d'abord cru qu'il pouvait avoir un ticket avec la docteur Twi'lek... Lol
On explore enfin le conflit en lui. Il s'efforce tout d'abord à chercher les défauts ou points négatifs. Il en trouve, mais cela ne l'aide pas comme il le pensait, n'éludant pas son affect grandissant pour la cause. Et pour Talia également... Il apprend plus concrètement pour ce fameux Dek. Le début de l'échange ancre vraiment le lien avec Talia, où on le sent très fort et naturel. Qu'Azzio apprenne concrètement ce qu'il lui est arrivé était très bien amené. Cela m'a même fait songé à un autre perso, mais je vais y revenir... Lol tu es vraiment parvenue à nous faire vivre la situation d'Azzio je trouve, le fait qu'à part se sentir désolé pour toutes les conversations précédentes à ce sujet, ses prises de positions qui paraissent idiote une fois au courant, on ne peut pas faire grand chose d'autre. Une situation plaisante à suivre, d'un côté une culpabilité naturelle et légitime à propos d'un sujet sur lequel on ne peut rien, et dans le même temps Talia qui ne parvient pas à lui en vouloir, même si elle tenterait.

Mais lorsque le fameux Zef s'est pointé... Je me demandais si une ref viendrait, et voilà que je n'ai pas pu la relever en postant plus tôt ! Lol c'était tout naturel qu'il se pointe du point de vue narratif, pour les raisons que l'on sait... Ou ne sait pas, pour ceux n'ayant pas lu tes autres récits. C'est toujours difficile à dire, mais j'ai trouvé que la référence fonctionnait bien, pas trop forcée, qu'on peut comprendre l'essentiel sans forcément avoir tout lu. Son interaction avec les autres est toute naturelle, il est à sa place, même pour ceux ne le connaissait pas je pense.

Et on revient ensuite sur la gangrène dont Azzio pense être atteint : la compassion. J'étais tout content que le souvenir de cette fameuse petite Twi'lek soit rappellé, car je l'ai gravé dans mon esprit dès le début concernant notre bougre d'Azzio et qui il est au delà de ses doutes/angoisses. Chose où tu laisses à nouveau le doute ici. Le rappel de son bon fond ancré est naturel et légitime, mais tu ne négliges pas de mettre en scène un instinct de préservation si développé qui le pousse à se prioriser parfois. Incarné par cette voix qui le pousse à chasser son bon fond, un tiraillement qui fonctionne très bien ! Jusqu'à songer qu'il est lâche, à se dénigrer pour justifier d'agir comme il le fait. Et le regret qu'il éprouve concernant Talia et ce qu'elle n'a pas fait, c'est à dire l'avoir repoussé ou maintenu à distance, est une nouvelle preuve que les deux ne seront jamais que des amis.

Mais Azzio est un lâche bien étrange pour poser ainsi ses conditions face à l'ami Njoka... Lol c'était en tout cas intéressant le subtil changement lors de l'interaction. Njoka a beau se persuader que "oui, j'en fais exprès de lui faire croire qu'il a un avantage sur moi", eh bien Azzio avait en effet la main lors de cet échange. C'était en l'occurrence à Njoka de déceler et tirer des infos du comportement d'Azzio, et non le contraire. De se rendre compte qu'il avait une longueur d'avance concernant ses origines. Après, le bougre est habile, et a finement manœuvré pour montrer qu'il en saura toujours plus qu'Azzio, notamment avec sa version biaisée de l'histoire, parvenant à conserver sa contenance face aux infos supplémentaires qu'Azzio possédait, et l'aplomb dont il faisait preuve.

J'irai presque imaginer qu'Azzio a des intentions cachées, et a déjà choisi son camp. On aurait vécu la scène de son point de vue, je pense qu'on aurait appris qu'il cherche à leur tendre un piège. Car concrètement... Certes, Azzio veut survivre, et crains l'ami Mudjifar. Mais à présent collé aux basques de rebelles, que risque-t-il de plus ? On voit déjà les risques qu'il prend pour sa mission... A vouloir éviter un danger, il se met plus encore en danger en définitive... Lol je pense qu'il s'agit d'une prise de conscience qu'il aura à un moment où un autre. Pas de quoi suffire seul à opter pour le camp des Rebelles, mais que cela pèsera dans la balance.


Chapitre 14

Bon, déjà la certitude de savoir que Koi est bel et bien un Jedi de son point de vue en plus cette fois. Mais que Carth en soit un aussi ?! J'ai vraiment beaucoup de mal avec ça... Ça brise énormément ma vision et mon paradigme de l'univers, rejoignant ce que je ressens vis à vis de la prélogie. Du coup, ça atténue pas mal mon ressenti, donc désolé d'avance. Je ne dirais pourtant pas que tu n'es pas tributaire, car ce n'est pas moins qui fait popper des Jedi un peu partout fichtre ! Lol mais entre la certitude de Koi la dernière fois et maintenant ça...

On fait donc le point sur notre premier bougre. Alors j'ai une théorie (oui, je prend la peine de me lancer malgré mes loupés successifs) enfin ce n'est pas vraiment concernant des éléments précis, ni même tant une théorie que cela. Une intuition issue de petits détails. Le nom de Koï et ta manière de dire bonjour via différentes langues (qui s'est envolé, donc paye ma théorie...) Je me dis que tu dois peut-être posséder quelques connaissances sur d'autres cultures. Et Koi, dans le folklore asiatique, je sais que ce n'est pas anodin. Surtout en voyant le perso tel que tu le décris, un Jedi très old school, plus proche d'un Qui-Gon que d'un Mace Windu par exemple. Qui ne veut pas suivre la nouvelle voie des Jedi et de l'ordre, à prendre les armes, ect.

Cela fait écho à ce qu'on dit des carpes Koï dans les légendes, à savoir des poissons condamnés à nager à contre courant, symbole de persévérance. Je vise large en disant asiatique, car je ne suis pas certain s'il s'agit de fable japonaise ou chinoise, mais il est dit que lorsqu'une carpe Koi parvient à remonter le courant d'une cascade, il se transforme donc en dragon pour s'élever vers les cieux. Ma confusion entre légende chinoise ou japonaise est due à Pokémon (et oui, j'ai de la belle ref hein...), étant donné qu'un Magicarpe se transforme en Léviator.
Enfin bref, tout cela pour dire que je m'interroge à propos du perso. Si cela a un lien, tu ne me le dira pas car cela révèlera trop de chose. Ou bien je vais beaucoup trop loin. Lol mais l'image du perso allant à contre courant, menant une lutte difficile voire impossible face à un obstacle bien trop grand pour lui, j'ai resongé à cette fable entendue il y a longtemps... Bref ! Lol

Se dire qu'il a côtoyé Bail en plus... Vraiment, j'essaie hein, mais de me dire à présent que deux Jedi jouaient les petits opérateurs clandestins tandis que Luke se démenait comme il le pouvait avec sa condition de Jedi, avant même de rencontrer Yoda, ect ect... Dès que j'y pense, cela soulève nombre d'incohérences, y compris pour ton récit. Mais avec un chapitre entier consacré la dessus, difficile de passer au dessus de mon côté, désolé...

Alors je suis très peu familier avec le contexte autour de Corellia, mais je trouve que tu apportes ton lot d'éléments très appréciables. Ils s'incorporent naturellement dans le récit à plusieurs reprises, plantant un cadre pertinent. Même si elle n'est pas l'enjeu, une autre échelle se trouve à l'oeuvre, avec une organisation gouvernementale qui change de fournisseur militaire en passant aux X-Wing, causant certainement des soucis pour l'Empire, de voir une planète apparemment sous leur contrôle utilisant les chasseurs ayant causé leur perte. Si j'ai bien compris la scène, c'est assez subtil la manière dont tu l'as fait, et j'ai beaucoup aimé ! On a également une explication sur le matériel des Rebelles. Ils ne sont guère soutenus en définitive, contraints de larciner tel un vulgaire gang de criminels.

La crainte vis à vis d'Azzio prend toute sa forme donc. On sait que Koi n'utilise pas vraiment ses pouvoirs, mais qu'il le fait de temps en temps quand même... J'avoue qu'il s'agit d'un autre problème. Certes, la stupéfaction à son sujet est au rendez-vous au moment de la révélation. Stupéfaction qu'on vit sous le prisme d'un autre perso, donc qui est d'autant plus pertinente. Mais ensuite, qu'un Jedi soit actif, fermé à la Force mais pas vraiment fermé, l'utilisant quand ça arrange, la cachant pour ne pas se faire repérer également... J'ai beaucoup de mal. Il n'y a pas de moteur émotionnel particulier qui le pousse à négliger sa croyance et son rapport à la Force. Une blessure qui l'aurait poussé à la mettre de côté, cela fonctionne davantage pour moi. Mais ici, les inquisiteurs l'en empêchent, mais si besoin il l'utilise tout de même. On se dit qu'avant cela, même avec les inquisiteurs présents, il a bien du l'utiliser malgré les risques. Et l'empereur, que fait-il devant tous ces Jedi qui pullulent sous son nez ?

Je retrouve pas mal le côté "à contre courant" de Koi dans sa manière de vouloir lâcher l'opération, que la fin ne justifie pas les moyens, alors qu'il combat aux côtés de gens qui ont détruits l'Etoile de la mort. À raison selon moi hein, mais je ne peux m'empêcher de voir l'analogie chez lui, de suivre un mouvement qui n'est pas le sien. Pourquoi le suit-il d'ailleurs ? Réponse plus tard... Lors d'un chapitre centré sur Carth certainement. Même si j'ai du mal à cerner le second bougre. On a appris à le connaître un peu en passant du temps dans ses bottes. Je ne sais pas quels indices tu avais laissés concernant le fait qu'il soit un Jedi, car sa personnalité et son caractère n'en font pas vraiment un à mon sens. D'où le problème que ce serait lui qui aurait redonné espoir ou convaincu Koi de ne plus rester sur le côté ? J'avoue que sur ces points, plus les explications vont tarder à venir, et plus ma perplexité va s'implanter je pense.

Tu nous laisses donc sur un sacré cliffhanger, avec un effet très plaisant sur les flashback du Viêtnam de Koi lors de l'apparition de l'ami Njoka. On se trouve à une période charnière, qui va décider de beaucoup de choses, difficile de savoir où on se dirige. Encore une fois, désolé d'avoir à ce point insisté sur ce que j'ai moins aimé, mais cela me pose problème, bien malgré moi. J'ai toujours beaucoup de choses à dire. Lorsque c'est du positif (ce qui est majoritairement le cas), ça fait une longue liste de compliments. Dans le sens inverse, ça peut paraître tribunal ou règlement de compte.
C'est le souci, alors que ce n'est pas le cas.

Voilà pour du pavé colossal, je n'avais pas menti sur la marchandise... Lol
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.

Déçus de la postlogie ? Venez jeter un œil !
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 818
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar L2-D2 » Mar 13 Déc 2022 - 11:27   Sujet: Re: L'Héritage

Chapitres 11, 12 et 13 lus !

Ouh là ! Il s'en est passé, des choses, dans ces trois Chapitres, toujours aussi passionnants à lire ! Et c'est peu dire que l'intrigue ne traîne absolument pas : une mission, des explications sur le fameux Dek, suivi d'une trahison... qui se confirme dans le chapitre suivant ! C'est génial, en fait !

Par contre, deux Jedi pour le prix d'un, hmm ? :think:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mareva_mae » Mar 13 Déc 2022 - 12:23   Sujet: Re: L'Héritage

Hello, chapitre 13 et 14 lus !

Toujours aussi appréciable de voir Azzio vaciller entre sa loyauté naissante pour la Rébellion (et surtout Talia ?) et son instinct de survie, qui encore une fois l'emporte. On sent que chaque décision en défaveur de la Rébellion est de plus en plus couteuse pour notre héros, qui se permet même de poser ses conditions à l'Empire. J'aime beaucoup ta façon de traiter ce combat interne avec un peu plus de nuances à chaque fois, ça aurait pu être redondant mais ce n'est pas du tout le cas, au contraire ! Tu nous abordes toujours ses questionnements internes en lien avec l'évolution du personnage et ça fonctionne super bien.
Je suis désolée je n'ai pas encore lu tes précédents récits donc je n'ai pas les codes pour faire le rapprochement avec d'autres personnages cités par mes camarades, mais j'ai hâte de les lire. Et ça fonctionne très bien sans avoir ces Easter eggs :cute:

Quant au vol de X-wing, on sent presque dès le début que tout est trop facile. Tu nous expliques les réticences de Koi à l'égard d'Azzio et même si c'est bien justifié, j'avais l'impression de lire justement ça, une justification. Une explication directement de l'auteur qui prend la voix d'un personnage pour nous détailler pourquoi Koi ne soupçonnait rien de trop profond avant, parce qu'il était coupé de la Force par peur des Inquisiteurs. Ça fonctionne, évidemment, mais j'ai trouvé ça plus gros sabot et convenu que ce que tu nous proposes d'habitude avec une finesse remarquable sur cette histoire.

Hâte de lire la suite et de voir ce cliffhanger de folie résolu ! (j'ai mes suspicions mais je suis prête à être surprise :sournois: ).
Double Suns and sipping blue milk

Fanfiction ; Le Jedi et La sorcière : [Tome 1], achevé - [Tome 2], en cours de publication
mareva_mae
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 481
Enregistré le: 06 Mar 2022
 

Messagepar LL-8 » Lun 19 Déc 2022 - 20:13   Sujet: Re: L'Héritage

Hello à tous !
Je suis encore une fois un peu en retard ^^
Encore une fois, merci à tous pour vos retours ! Je vous réponds en spoiler :

Spoiler: Afficher
ShamanWhills a écrit:L'opération se passe bien jusqu'à la trahison d'Azzio dont je me demande à quel moment il a retourné sa veste vu que ce n'est pas indiqué ni dans ce chapitre, ni dans le précédent...

Tu parles du moment où Azzio décide de donner les infos aux inquis? C'est dans le chapitre 13 je crois ^^

ShamanWhills a écrit:Par contre, qu'il reconnaisse le clone qui commande l'unité est intéressant car cela voudrait dire que les deux ont une relation assez forte, genre "Frère d'armes"

Koi reconnaît qu'il s'agit d'un clone, pas forcément de quelqu'un de proche de lui. Disons qu'il en côtoyé tellement, qu'il reconnaît la voix et l'intonation directement.

Loucass824 a écrit:Avoir la mention de Leia et Luke alors qu'un autre Jedi se cache ici, qu'ils ne se soient jamais croisés, que Koi n'ai jamais tenté d'aider Luke, avoir envie d'amorcer un contact, ect... J'ai vraiment beaucoup de mal à trouver cela crédible. Tu as soigné l'intérêt de Njoka envers lui, lui qui ne peut se pencher sur Luke car consigne de Vador. Donc en l'occurrence c'était un point bien planté précédemment. Mais la présence d'un Jedi caché qui le demeure malgré la présence d'un autre Jedi en la personne de Luke ?

Merci pour tes retours Loucass, et ne t'inquiète pas, je retiens aussi le positif ^^ c'est très constructif!
À la base, je voulais faire de Koi un Jedi clandestin, quelqu'un dont seuls les membres proches de l'équipe connaîtraient le passé.
Tu soulèves cependant un point qui contredit un peu mes intentions d'origine :
Loucass824 a écrit:Se dire qu'il a côtoyé Bail en plus...

Du coup, je remasterisai un peu mon texte dans le futur, histoire de donner un peu plus ce côté underground à Koi (et par conséquent, Carth).

Loucass824 a écrit:j'ai trouvé que la référence fonctionnait bien, pas trop forcée, qu'on peut comprendre l'essentiel sans forcément avoir tout lu. Son interaction avec les autres est toute naturelle, il est à sa place, même pour ceux ne le connaissait pas je pense.

Tant mieux!

Loucass824 a écrit:Koi est bel et bien un Jedi de son point de vue en plus cette fois. Mais que Carth en soit un aussi ?! J'ai vraiment beaucoup de mal avec ça...

Alors ça... Ce sera un peu plus explicité dans ce chapitre-ci. Mais disons qu'il s'agit vraiment de gens qui ont fait profil bas. On est pas sur des Jedi à la Rebels qui se baladent à la vue de l'Empire sans être inquiétés.

Loucass824 a écrit:Le nom de Koï et ta manière de dire bonjour via différentes langues (qui s'est envolé, donc paye ma théorie...) Je me dis que tu dois peut-être posséder quelques connaissances sur d'autres cultures. Et Koi, dans le folklore asiatique, je sais que ce n'est pas anodin.

Alors... J'aurais aimé pouvoir te dire que j'avais réfléchi autant à la question... La vérité est que non :paf: Le nom de Koi est venu surtout de la consonance aquatique du nom :D
Et quant aux différents bonjours... Je connais quelques mots, mais tu vois, c'est très limité!

Loucass824 a écrit:Mais ensuite, qu'un Jedi soit actif, fermé à la Force mais pas vraiment fermé, l'utilisant quand ça arrange, la cachant pour ne pas se faire repérer également... J'ai beaucoup de mal.

J'avoue m'être inspirée de Fallen Order et de Kenobi, où on voit des Jedi faire ce choix. Dans le cas de Koi, on dira qu'il aura volontairement diminué son utilisation de la Force.

L2-D2 a écrit:Chapitres 11, 12 et 13 lus !

Merci L2 de tes retours!!

mareva_mae a écrit: Et ça fonctionne très bien sans avoir ces Easter eggs :cute:

Contente de l'entendre!

mareva_mae a écrit:Ça fonctionne, évidemment, mais j'ai trouvé ça plus gros sabot et convenu que ce que tu nous proposes d'habitude avec une finesse remarquable sur cette histoire.

Ah, j'ai eu un moment de faiblesse :paf: Mais j'avais vraiment besoin de passer par ce chapitre ^^


Serait-ce le bon moment pour vous annoncer que nous sommes déjà à l'avant-dernier chapitre ? (Eh oui, j'ai dit que je ferais plus long, mais vous me connaissez à force ^^).
J'espère que ce chapitre vous plaira! Enjoy!


Chapitre 15


1 ABY. Corellia, Mondes du Noyau.

La visière rougeâtre du purge trooper pivota d’un demi-centimètre et Carth sentit le regard de l’homme sous le casque le fixer avec intensité.
— Il semblerait que je ne me sois pas totalement trompé sur ton compte, padawan, dit-il d’une voix déformée par le vocodeur.
Carth sentit ses doutes se dissiper. Ce soldat, cette menace qui se tenait face à eux… Il s’agissait bien d’un clone, un être créé au départ pour servir la République et ses valeurs. Le voir soutenir les couleurs de l’Empire ne lui semblait pas naturel. Même si le jeune homme n’avait jamais combattu à leurs côtés, il connaissait bien leur histoire. Lorsque la guerre avait éclaté, il n’avait que quatre ans. Il n’avait eu l’occasion de n’apercevoir ces soldats qu’en de brèves occasions cérémoniales. Mais l’impression que lui laissait ce purge trooper était la même : il avait le sentiment de s’être fait tromper.
— Attendez !
Azzio se plaça entre le soldat et lui, levant une main en signe de protection bien inutile face à cinq individus surarmés. Imperceptiblement, Talia se rapprocha de Carth, prête à intervenir. Ivee, juché sur son épaule, analysait toutes les issues possibles.
— Vous vouliez le Nautolan, dit Azzio d’une voix forte, vous l’avez. Les autres ne font pas partie du contrat.
Carth tiqua. Avait-il bien entendu ce qu’il venait de dire ? En face, le soldat eu un rire moqueur. Il se rapprocha d’un pas lourd et imposant que rien ne semblait pouvoir arrêter.
— Pathétique, commenta-t-il simplement.
Il s’arrêta à hauteur d’Azzio et observa tour à tour Carth et Talia. Les deux rebelles se raidirent, prêts à rompre leur immobilité, mais le soldat ne s’en préoccupa pas. Il reporta son attention sur Azzio.
— Ne t’en fais pas. Je te laisse la fille.
Carth sentit le monde autour de lui s’ébranler. Il y a forcément une explication. Devant lui, Azzio pivota et lança un regard contrit à Talia.
— Je suis désolé.
Carth serra le poing, tremblant de rage. Il avait nourri de grands espoirs au sujet du jeune homme. Ses origines, ses capacités, les qualités dont il avait fait preuve avaient dissipé ses doutes initiaux à son sujet. Il avait placé en lui ses espoirs de faire de l’Alliance rebelle une véritable puissance galactique, de fournir à cette cause qu’il chérissait une armée digne de ce nom, capable de tenir tête aux soldats de l’Empire. Il comprenait à présent à quel point il avait fait fausse route. Pas un instant cet homme n’avait été des leurs. C’était un imposteur, et ce, depuis le début. Carth s’en voulut d’être tombé dans son piège, d’avoir cru à ses mots. Jamais il ne se serait fait tromper de cette façon. Il avait cru que l’Empire n’approchait que les membres les plus faibles de leur organisation et il avait cru leur être supérieur. Il s’était surestimé et il s’était trop relâché. Je me suis fait avoir aussi.
— Traître, gronda-t-il.
Azzio ne réagit pas. Carth pouvait sentir son esprit cogiter, peut-être dans l’espoir de trouver une autre solution à cette situation. Au milieu du parc où seuls deux X-Wings restaient, le Purge Trooper s’avança et fit un signe de la main à ses hommes.
— Emmenez-les et prévenez l’Impassible que nous arrivons.
Carth se raidit et chercha rapidement le regard de Koi. Il finit par le trouver et plongea ses yeux dans ceux du Nautolan. Il n’eut pas besoin de puiser dans la Force pour comprendre que son mentor avait eu la même idée que lui. D’un accord tacite, les deux Jedi projetèrent leurs opposants les plus proches à plusieurs mètres d’eux. L’un des soldats se releva rapidement, l’autre resta à terre, inanimé. Carth ne s’en préoccupa pas. Il n’avait pas le temps de se soucier de ces soldats. Ils devaient s’extirper de ce traquenard le plus rapidement possible. Il s’immergea complètement dans la Force, retrouvant lentement des sensations qu’il avait laissées de côté depuis trop longtemps. Sa concentration se fit plus affûtée et il prit conscience de tout son environnement. La Force le prévint presque trop tard et il se baissa, évitant de justesse un tir du commandant clone. Il se retourna et oublia les événements parasites pour se fixer son attention sur lui. Puis il tendit une main et projeta une puissante onde de Force. Le soldat recula mais ancra un genou et une main au sol, restant suffisamment stable pour ne pas perdre ses moyens.
— Carth, baisse-toi !
Il obéit à l’ordre de Talia et se courba en deux juste avant que la jeune femme ne tire. Il vit un des soldats qui se précipitait sur lui tomber à terre dans un grognement à peine audible. Le trait laser l’avait atteint en pleine poitrine. Carth se redressa. Celui-là, on ne dirait pas un clone. Le soldat lui donna rapidement raison. Il se releva et ôta son casque, un sourire sadique sur le visage. Ses cheveux étaient relevés en une crête pointue et deux implants cybernétiques balafraient son visage. Son armure était visiblement plus résistante que celle des soldats plus classiques. Il sortit une vibrolame de sa ceinture et l’activa, le regard mauvais. La lame crépita et rappela étrangement à Carth celle du sabre laser qu’il avait abandonné des années en arrière. Raison de plus de regretter cette décision. Le soldat s’approcha rapidement et Carth dégaina son propre blaster mais il n’eut pas le temps de tirer. Une vague invisible emporta le soldat et l’écrasa au mur. L’homme resta inerte et Carth perçut que la vie l’avait quitté. Il se retourna pour voir Koi le fixer avec soulagement.
— Il ne faut pas traîner. On doit…
Il ne termina pas sa phrase. Un tir sortit de nulle part atteignit le Nautolan en pleine poitrine. Un petit cercle rougeâtre se forma sur son torse. Carth tenta d’accrocher le regard de Koi mais déjà ses yeux étaient hagards. Il émit un râle sourd et s’écroula.
— NON !
Carth hurla, ne reconnaissant pas sa propre voix. C’était impossible, c’était une illusion. Ce ne pouvait pas être vrai. Pas lui. Pas Koi. Pas maintenant. Et pas ici. Carth sentit son monde sombrer et tout autour de lui devint flou.
Il avait passé les vingt dernières années de sa vie aux côtés du Nautolan. Koi, ce n’était pas simplement son mentor. C’était celui qui l’avait sauvé lorsque le monde était en feu, c’était celui qui lui avait permis de vivre lorsque tous ses semblables avaient été tués. Il n’oublierait jamais qu’il avait bravé les clones au Temple pour le tirer de l’enfer où il se trouvait. Carth aurait dû mourir ce jour-là, comme tous les novices et les padawans qui se trouvaient au Temple. Mais Koi l’avait sauvé et l’avait emmené avec lui dans sa fuite. Ils avaient vécu les vingt années suivantes cachés aux yeux de l’Empire. Non, le Nautolan n’était pas simplement son mentor. Il était ce qui se rapprochait le plus d’un père à ses yeux. Et il venait de le perdre sans avoir rien pu faire pour l’empêcher. Il leva les yeux vers celui qui avait tiré. Le clone était là, son casque inexpressif tourné vers lui. Il n’avait pas une once de regret. Il levait déjà son blaster en direction de Talia. Carth serra le poing. Pas une deuxième fois. Il inspira et puisa dans la Force la puissance nécessaire avant de libérer une vague si importante qu’elle envoya au sol les trois soldats encore debout. Carth resta une demi-seconde immobile, incapable de quitter le corps de Koi des yeux. Il n’arrivait même pas à faire un pas pour se rapprocher de lui. Derrière lui, Talia posa une main sur son épaule, le regard suppliant.
— On doit partir, Carth.
À voir son visage, elle était sincèrement désolée de le presser ainsi. Elle avait raison, ils devaient quitter cet endroit. Ces soldats étaient forts et il ne leur faudrait pas une minute de plus pour se relever et les décimer. Mais Koi… Koi n’aurait même pas de sépulture digne de tout ce qu’il avait fait pour la galaxie. L’abandonner ici était plus dur encore qu’assimiler le fait qu’il ne le reverrait jamais. Les yeux emplis de larmes, il se força à détourner le regard et fit demi-tour en direction de la porte du parc. C’est alors qu’Azzio les rejoignit, blaster en main. Carth se raidit, incapable de déterminer les actions du jeune homme mais ce dernier ne pointa pas son canon dans leur direction.
— Leur navette n’est pas loin. On doit se dépêcher, ils ne vont pas mettre longtemps avant de se lancer après nous.
Comment peut-il encore croire qu’on est dans le même camp ? Carth eut envie de lever son blaster et de tirer mais il se retint. Ce n’était ni le moment, ni la manière. Il n’honorerait pas la mémoire de Koi de cette façon. Et puis, il avait besoin d’Azzio pour trouver la navette. Talia, elle, ne dit rien. Le visage fermé, elle s’élança à la suite d’Azzio. Ivee, toujours accroché à son épaule, était silencieux, lui aussi. Carth se mit à courir avec eux, conscient que, quelques mètres derrière, le clone et ses hommes s’étaient déjà mis en route. Ils ne pouvaient pas relâcher leur attention. Ils se faufilèrent dans les différentes allées du parc aérospatial sans prêter attention aux vaisseaux autour d’eux. Ces véhicules étaient neufs et scellés et forcer la sécurité leur ferait perdre un temps précieux. Leur meilleure option restait la navette des purge troopers, probablement prête à quitter la planète dès que possible. Carth soupçonnait que le pilote était l’un des cinq soldats venus les arrêter. Il n’y aurait donc personne à bord et la faire décoller serait un jeu d’enfant. Il suffisait maintenant d’y arriver.
Ils ne croisèrent aucun garde sur leur passage et Carth en déduisit que les impériaux avaient probablement fait isoler le site. Ils ne ralentirent pas pour autant leur pas. Derrière eux, le bruit caractéristique des bottes des stormtroopers se faisait déjà entendre. Ils ne se rapprochaient pas, mais ils ne s'éloignaient pas pour autant. Ces soldats d’élite semblaient infatigables. Carth tenta de sonder leurs esprits. Contrairement à Koi, il ne s’était jamais interdit d’utiliser la Force. Ses connaissances étaient de toute façon trop basiques pour qu'il représente un danger pour qui que ce soit. Il avait donc simplement évité de trop en faire en public public. Peut-être que c’est à cause de moi qu’ils nous ont repérés. Après tout, Koi avait tout fait pour que pas un impérial ne mette la main sur eux. Leur sécurité — celle de Carth tout particulièrement — avait toujours été sa priorité. Je n’ai même pas été capable de repérer la taupe parmi nous. Le jeune homme rejeta ces pensées. Si Koi était mort, c’était à cause d’Azzio. C’était lui qui les avait menés jusqu’à eux. Il n’y avait qu’un seul coupable dans l’histoire, et ce n’était pas lui.
Il survola les pensées des soldats qui les poursuivaient sans réussir à avoir une claire impression de ce qui se passait dans leur esprit. Ses propres pensées étaient trop chamboulées pour qu’il puisse avoir une vision nette des choses. Il abandonna l’idée et redoubla d’efforts. Ils finirent par sortir du parc aérospatial et se retrouvèrent sur une plateforme d’atterrissage commerciale. Deux vaisseaux civils aux couleurs d’Incoms étaient stationnés à quelques mètres d’eux. Carth envisagea un instant de plutôt monter dans l’un de ces engins : plus discrets, utilisables sur le long terme, ils leur permettraient probablement de rentrer directement sur Botor sans faire de détour pour éviter d’attirer l’attention. Mais la navette des purge troopers qui se profilait devant eux était plus rapide et mieux armée. Le choix d’Azzio était plus judicieux, il devait le reconnaître, à son grand regret. Ils se précipitèrent vers le véhicule sombre. La passerelle s’ouvrit rapidement et le premier à se précipiter à l’intérieur fut Ivee, suivi de Talia.
— Démarre les moteurs ! lui intima Azzio.
Carth serra les dents. Il détestait l’idée que ce traître se permette encore de donner des ordres. Mais il se retint encore un peu. Les Purge Troopers étaient là et il fallait leur faire face. Il freina et pivota alors que les deux énormes moteurs de la navette se mettaient en route. À côté de lui, Azzio tira un feu nourri en direction des soldats, les forçant à se mettre à l’abri derrière des caisses de stockage. Il faisait encore nuit sur Coronet City et seule la lumière écarlate des traits laser éclairait la scène. Carth pointa son propre blaster et imita Azzio, empêchant l’espace d’un court instant le clone et ses hommes de tenter quoi que ce soit contre eux. Il comprit bientôt que la navette était parée à décoller. À sa gauche, Azzio abandonna ses cibles et monta sur la rampe alors que le vaisseau décollait légèrement du sol. Levant le bras, Carth envoya à distance une dizaine de lourdes caisses en direction des soldats, bloquant leur passage. Puis il rangea son blaster et se tourna vers la navette.
— Azzio ! appela-t-il en tendant la main vers le jeune homme.
Pieds ancrés sur la rampe, Azzio lui tendit sa main gauche, la même qui l’avait sauvé d’une mort certaine sur Botor. Carth l’agrippa et saisit de son autre main le vérin de la rampe. Il posa ses deux pieds sur la passerelle sans cesser de tirer sur la main d’Azzio. Il n’oublierait pas ce que le jeune homme avait fait aujourd’hui. Il n’était pas prêt à le laisser s’en tirer aussi facilement. Il finit par déstabiliser le jeune homme et l’amena contre lui.
— Ça, c’est pour Koi, glissa-t-il dans son oreille.
Puis il alla au bout de son mouvement et projeta Azzio derrière lui. Le jeune homme n’eut pas le temps de se raccrocher à quoi que ce soit. Il perdit l’équilibre et tomba en arrière alors que la navette s’élevait. Toujours en équilibre sur la passerelle, Carth l’observa atterrir au sol sur le dos et rester un instant groggy avant de se relever lentement. Plus loin, les soldats de l’Empire réussissaient à dégager leur passage et se précipitaient vers lui. Il ferma les yeux. Le semblant de paix que son acte lui avait apporté disparut rapidement. La vision du corps sans vie de Koi lui revint en mémoire et une larme coula à travers ses paupières fermées, synonyme de toute la douleur qui affluait en lui. Il avait perdu ce qui comptait le plus pour lui aujourd’hui. Il allait devoir disparaître de nouveau, faire attention à chacune de ses actions, maintenant que l’Empire avait retrouvé sa trace. Mais surtout, il allait devoir apprendre à vivre sans son mentor. Il rouvrit les yeux. Coronet City ne ressemblait plus qu’à un amas de points lumineux à mesure que la navette s’éloignait. Dans d’autres circonstances, le spectacle aurait presque pu être joli. La rampe se referma doucement et Carth s’enfonça dans le vaisseau. La mission avait beau être un certain succès, c’était l’Empire qui avait gagné aujourd’hui.
"Mind tricks don't work on me."
Nouvelle fic' ! L'Héritage
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1235
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar ShamanWhills » Mar 20 Déc 2022 - 13:33   Sujet: Re: L'Héritage

Salut à toi :hello:

On voit enfin la conséquence principale de la trahison d'Azzio: la mort du Nautolan :cry: (et de la pire des façons pour un Jedi).

Honnêtement, je ne m'étais pas du tout attendu à cela! Je pensais sérieusement qu'il allait survivre au Purges Troopers...

Ensuite, une nouvelle révélation de taille: Carth est un Padawan :shock: Tu as bien embrouillé les pistes en nous faisant focaliser sur Koi. Par contre, je suis très surpris que le leader des Purges Troopers connaissent Carth et son rang dans l'Ordre Jedi. Je ne vois qu'une seule explication valable, c'était que le Clone faisait parti de la 501ème Légion responsable de l'attaque du Temple Jedi durant l'Ordre 66.

Azzio ne m'a pas semblé désolé parce qu'il vient de faire ni de ce qui s'est passé, en tout cas je n'ai pas ressenti une quelconque culpabilité à sa trahison (surtout qu'il n'explique même pas pourquoi il a retourné sa veste). Le geste de Carth à la fin est signe de vengeance et je suis sure en son fort intérieur que tôt ou tard, il aura sa revanche sur lui. Quant à ce dernier, hâte de voir ce que les Troopers diront maintenant qu'il se trouve à nouveau parmi eux.

Bonne chance pour la suite de l'histoire :)
Fan Fiction: La Jedi de Tython
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar Loucass824 » Mar 20 Déc 2022 - 17:32   Sujet: Re: L'Héritage

Je comprends ton intention "sous les radars", qui comporte je trouve plus de sens déjà. Mais elle aura un écho plus important chez les spectateurs (ou détracteurs ?) de Rebels ? Et je n'ai pas vu cette série, donc même ton intention de base, j'aurai eu des soucis avec ! Lol dans ces dispositions, il n'y a pas tant à effectuer des modifications pour m'accommoder de quelque manière parce que c'est peine perdue, je suis un trop vilain bougre pour cela. Conserve tes partis pris et tes sensibilités, je continuerai de m'hérisser, et tout ira bien... Lol

C'est déjà la fin le prochain coup ?! Moi qui pensais qu'on se trouvait aux deux tiers, voire à la moitié... Normalement, on ménage les gens avant de leur balancer des choses comme ça... Lol

C'est lu ! Et je ne sais pas si le chapitre était plus court, mais ma lecture a filé à toute vitesse ! Se dire que le prochain chapitre est le dernier, ça va mal se terminer pour tout le monde tout ça... C'est déjà un peu le cas.

Alors tu apportes en effet pas mal de contexte nécessaire à propos de Carth durant ce chapitre, qui atténue un peu mon souci en définitive. Sans l'estomper totalement, mais tu optes pour des choix dans son parcours de vie qui sont les plus pertinents possibles compte tenu de ton choix initial de faire apparaître des Jedi. Chaque dose de contexte s'insère bien, apporte ce qu'il faut, mais peut-être au détriment de l'émotion lors de l'instant fatidique ? Peut-être que ce n'est que moi, mais la mort de Koi ne m'a strictement rien fait en réalité, à part me dire "merdasse, il y passe" sur le coup, les secondes suivantes, je n'étais pas vraiment touché...

Je n'ai pourtant pas un coeur de pierre ! Lol mais cette relation, qui est d'importance, ne nous est révélée qu'assez tardivement dans la réelle teneur de ses proportions. Si j'avais su pour leur lien depuis un moment, j'aurai été davantage touché je pense. Alors certes, cela t'aurait privé de la possibilité d'amener des révélations choc et impactantes, c'est certain. Mais à choisir entre le propos ainsi que l'émotion face au côté sensationnel d'une révélation, je choisis le premier bien souvent. Car l'impact de la révélation des Jedi et de leurs lien s'estompe plus rapidement que la douleur d'un lien brisé qui pourrait me toucher. Après, peut-être que d'autres vivront le chapitre différemment.

Son ressenti contre Azzio est aussi naturel que tout sauf sain, et cela, on le ressent parfaitement. On se demande ce qu'il va faire un jusqu'à ce qu'il le fasse plus tard. Mais c'est buffet à volonté pour les raisons de son ressenti ! La trahison d'une confiance personnelle, de la cause, d'avoir cru en lui, d'avoir cru se tromper à son sujet. Avant même que le drame ne survienne, il dispose de tout un tas de raisons légitimes d'avoir un ressenti.

J'avoue par contre que, vu de l'extérieur, Azzio fait un peu "limité" dans ce chapitre. Lui qui, bien que parasité par ses émotions, me donnait toujours une impression de faire preuve de discernement lorsque la situation l'exigeait, sans être exempt d'erreurs. Le coup, face à l'ennemi, du "on était d'accord hein, je vous fait confiance Mr le méchant", et le méchant qui s'amuse de la faiblesse du gentil dans un rire cliché (heureusement que le bougre de Njoka ne se bidonne pas d'ailleurs, j'aurai soufflé... Lol). Me dire que oui, c'est parce qu'Azzio est perturbé par ses émotions, ect. Mais il sait à qui il a affaire, donc croire qu'ils vont jouer fairplay... Après, à voir lorsque l'on aura sa vision après cela. Par contre, ses agissements ensuite, de vouloir fuir avec eux, ne m'a pas posé de souci.

L'action est bien dosée et tendue, et fonctionne même chez moi qui a une sensibilité différente au sujets des Jedi. Certes, j'apprécie que tu prennes la peine de ne pas les rendre surpuissants et surmontant tous les obstacles, qu'ils soient faillibles et non invincibles. Chose qu'il est important de souligner je trouve, même si de mon côté, j'apprécie tout autant de sentir leur puissance s'exprimer. Ton parti pris de mettre en scène des Jedi ayant un profil moins important dans une éventuelle hiérarchie semble impliquer qu'ils se trouvent plus bas sur l'échelle de puissance pour le dire ainsi.
(Même si beaucoup de Jedi exilés ont pour étrange principe de se débarrasser de leur sabre... Il leur brûle les doigts ? Lol plutôt que s'en débarrasser, suffit de ne pas s'en servir pour ne pas se découvrir non ?) Mais pour moi, un Jedi est exceptionnel. Les poussées de Force qu'ils envoient ici devraient envoyer leur cible heurter les murs pour qu'ils soient KO, quand le choc sensitif ne leur briserait pas les os. Mais je ne m'y suis pas tant attardé que cela dans le feu de l'action précisément parce que tu avais pris ces deux précautions précédentes, présenter des Jedi "peu en vue" et "faillibles, vulnérables", que j'ai aimé.

À y réfléchir, peut-être que verser dans l'émotion n'était peut-être pas ton but ? Certes, la trahison d'Azzio et son sort vis à vis du choix que Carth va occuper une grande place. Mais Koï, bien que secondaire, aurait dû faire trembler les lèvres au moins non, étant donné qu'on vit cela avec Carth ? Après, tout dépend de ton intention. Ne pas verser dans le trop dramatique, ça existe également, aucun souci, même si pour des morts impactantes, j'aime personnellement insister dessus sous le prisme des proches. Mais je me pose la question, étant donné de ce que symbolisait Koi pour lui.

Et Carth laisse ses émotions prendre le dessus. On peut le comprendre. De même qu'il n'était "pas suffisamment un Jedi" pour se laisser dépasser ainsi, manquant de maîtrise et de discipline émotionnelle. Et quand bien même, comment faire parler la raison lors de pareil instant ? Il s'agit même d'un basculement d'autant plus conséquent chez lui qu'il a même l'image d'Azzio lui sauvant la vie par le passé qui lui revient. Et malgré l'image que ce type l'ait aidé, il fait le choix de la haine. Ressentiment légitime et naturel selon moi, même si ce n'est pas bien.
Refuser ou nier la haine est une idiotie, car selon moi, l'enjeu est d'accepter qu'elle peut faire parti de l'être humain, tout en s'engageant à la combattre pour qu'elle ne s'empare pas de nous. Ce que Carth traverse donc m'a plu dans ta manière de le faire, à part pour la dimension de l'émotion, mais tout dépend de tes intentions à ce sujet comme j'ai dit. Surtout que sa haine ne fait que se rappeller à lui, il n'a pas le temps de l'assimiler ou quoi, avec Azzio, l'objet de son ressenti, qui s'invite dans sa fuite à plusieurs reprises, qui ne peut sortir de sa tête. Un détail certes, mais qui accentue très bien l'effet je trouve.

Et le "ça, c'est pour Koi" paraît très naturel. Pourrait faire cliché, mais pas du tout, car tu as très bien amené les choses avant cela, et le sens est là sans problème.

Alors avec un seul chapitre restant... Après, sommes nous à l'abri d'un épilogue non annoncé, comme chez Mandoad ? Lol mais on va découvrir ce qu'il advient d'Azzio. Qui, dans sa manière de s'écrouler et tomber à terre, fait écho avec notre première rencontre avec le perso, lorsqu'il tombe, blessé, avant d'être récupéré par Talia. Je pense que c'est trop bien calculé pour être du hasard, mais bon, j'étais bien convaincu de ma théorie autour du nom de Koï alors... Lol mais ça fait sens, on se dit qu'à nouveau, Azzio se fait avoir par ses camarades pour avoir voulu laisser ses émotions s'exprimer, et s'est laissé dépasser par les évènements. Chez les malfrats, avoir voulu aller contre le paradigme en tendant la main lui a joué des tours. Et en l'occurrence, avoir voulu protéger sa vie et celle de Talia l'a mené ici, une nouvelle fois... Il n'est jamais parvenu à saisir la teneur de la loyauté du milieu dans lequel il se retrouve, c'est je trouve assez triste et cruel, mais bien amené.

Le bougre va mal finir, et difficile d'entrevoir une rédemption pour lui... La méritait-il ? Difficile à dire, surtout que je m'avance un peu pour changer. A moins que son charcudoc lui ait dissimulé une bombe cachée qu'il va faire exploser une fois de retour au QG avec Njoka et les autres ?! Lol

J'avoue que savoir que le prochain est le dernier change un peu la manière de vivre le récit. Lol
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.

Déçus de la postlogie ? Venez jeter un œil !
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 818
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar mareva_mae » Mer 21 Déc 2022 - 17:47   Sujet: Re: L'Héritage

Chapitre lu, mais quoi, c'est déjà l'avant dernier ?? :shock:

Je t'avoue que je suis hyper surprise du coup de comment tu vas conclure ton histoire (et de si une suite est déjà prévue ?) parce que j'ai du mal à voir comment tu vas pouvoir conclure tout ce que tu as mis en place depuis le début en un seul chapitre. Mais je te fais confiance :D

J'ai beaucoup aimé cet avant dernier chapitre en tout cas. Avoir choisi le point de vue de Carth était super pertinent, on voit la scène à travers ses yeux ce qui permet de souligner la trahison d'Azzio sous un angle différent et nous donner les éléments biographiques de Carth pile au bon moment, sans alourdir la narration. Carton plein pour moi sur ce chapitre :cute:

L'absence d'Azzio ne m'a pas du tout gênée, au contraire. Cela nous permet de voir à quel point ses actes ont des conséquences dramatiques sur les autres, et puis on connait déjà le poids de son dilemme et ce qui l'a amené à se décider. Je ne doute pas qu'on aura un passage dédié à son "bilan" perso :)
Double Suns and sipping blue milk

Fanfiction ; Le Jedi et La sorcière : [Tome 1], achevé - [Tome 2], en cours de publication
mareva_mae
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 481
Enregistré le: 06 Mar 2022
 

Messagepar LL-8 » Lun 26 Déc 2022 - 19:48   Sujet: Re: L'Héritage

Hello à tous et merci pour vos retours !
Vous avez l'habitude, je vous réponds en spoiler :

Spoiler: Afficher
ShamanWhills a écrit:Honnêtement, je ne m'étais pas du tout attendu à cela! Je pensais sérieusement qu'il allait survivre au Purges Troopers...

Hé hé, contente d'avoir pu te surprendre!

ShamanWhills a écrit:Je ne vois qu'une seule explication valable, c'était que le Clone faisait parti de la 501ème Légion responsable de l'attaque du Temple Jedi durant l'Ordre 66.

Peut-être que Njoka a simplement bien fait ses devoirs :transpire:

Loucass824 a écrit:Lol mais cette relation, qui est d'importance, ne nous est révélée qu'assez tardivement dans la réelle teneur de ses proportions. Si j'avais su pour leur lien depuis un moment, j'aurai été davantage touché je pense.

J'y ai pensé. Les événements de ce chapitre auront des conséquences, mais le but était peut-être moins de pleurer Koi que d'établir un changement dans la relation Carth/Azzio.

Loucass824 a écrit:J'avoue par contre que, vu de l'extérieur, Azzio fait un peu "limité" dans ce chapitre.

Tu es le deuxième à avoir relevé ça, mais n'oublie pas qu'on voit ce chapitre à travers les yeux de Carth.

Loucass824 a écrit:Et le "ça, c'est pour Koi" paraît très naturel. Pourrait faire cliché, mais pas du tout, car tu as très bien amené les choses avant cela, et le sens est là sans problème.

Merci :jap:

Loucass824 a écrit:J'avoue que savoir que le prochain est le dernier change un peu la manière de vivre le récit. Lol

J'ai hésité à le dire en début ou en fin de chapitre... Mais il fallait bien le dire, ç'aurait été trop violent d'annoncer que le 16 était le dernier ^^

mareva_mae a écrit:J'ai beaucoup aimé cet avant dernier chapitre en tout cas. Avoir choisi le point de vue de Carth était super pertinent, on voit la scène à travers ses yeux ce qui permet de souligner la trahison d'Azzio sous un angle différent et nous donner les éléments biographiques de Carth pile au bon moment, sans alourdir la narration. Carton plein pour moi sur ce chapitre :cute:

Merci beaucoup :jap:



On arrive donc à notre dernier chapitre! (Désolée d'avance si ça ne finit pas sur un nombrer rond :paf: )
J'espère que ça vous plaira!
Bonne lecture :)


Chapitre 16


1 ABY. Corellia, Mondes du Noyau.

Azzio resta un instant allongé dos au sol. L’impact n’avait pas été très violent ; le vaisseau n’était pas encore trop haut lorsqu’il en était tombé. Ses vertèbres métalliques absorbaient bien les chocs et le contact avec l’asphalte ne s’était pas répercuté dans tout son corps comme il s’y était attendu. Le jeune homme se revit dans la fosse de pièces détachées, Bor l’observant quelques mètres au-dessus de lui. Il avait payé sa trahison ce jour-là. Tout comme il payait celle qu’il venait de commettre en cet instant. Koi. Le Nautolan était mort par sa faute. Il ne s’était jamais attendu à ce qu’il survive. Il connaissait le sort réservé aux Jedi et l’homme en armure noire n’avait jamais caché ses intentions. Il savait que la vie de Koi serait le prix à payer. Mais il n’avait jamais imaginé que tout cela se produirait de cette façon. Devant Talia. Elle doit me détester. Il se passa une main sur le visage. Je ne suis qu’un raté.
Il roula sur le côté avant de se relever lentement à la force de ses bras. Son épaule droite était douloureuse et il compensa par celle en métal, intacte. Il resta un moment à genoux, incapable de se tenir debout. Il aurait aimé pouvoir dire que sa seule erreur avait été d’accepter de suivre l’Empire. Mais c’était faux. Sa vie n’avait été qu’une succession de faux pas depuis bien avant cet événement. Depuis que sa mère était décédée, en réalité. Ai-je pris une seule bonne décision depuis ce jour-là ? Il n’aurait jamais été sous les ordres de Mud’jifar si la réponse à cette question avait été oui. Il se haïssait. Si tu tiens réellement à payer ta dette, je peux te trouver du travail. S’il avait accepté la proposition de Talia au lieu de fuir comme un lâche, rien de tout ceci ne se serait produit.
Le bruit de pas précipités se fit entendre et il se releva complètement. Deux Purge Troopers s’arrêtèrent à quelques mètres de lui, fusils blaster pointés dans sa direction.
— Ne bouge pas.
La voix était froide, menaçante. Azzio leva les deux mains en signe d’apaisement. Derrière les deux soldats, l’homme en armure noire s’avança d’un pas lent assuré. Malgré la défaite qu’il venait d’essuyer, il ne semblait pas perturbé outre mesure. Considérait-il que la mort de Koi était suffisante et qu’Azzio avait payé sa dette ? Le jeune homme en doutait. Cependant, le blaster de l’homme en noir était rangé dans son étui et il n’avait aucune autre arme à la main. Il passa entre ses hommes et s’arrêta à deux mètres de lui. Son casque à la visière rouge le fixait. Puis soudain, sa voix si particulière grésilla à travers le vocodeur.
— Laissez-nous.
Le deuxième soldat bredouilla d’une voix jeune, presque agréable :
— Mais, Comman…
— Maintenant.
Les deux hommes se regardèrent un instant avant d’obtempérer et de tourner les talons. Ils allaient probablement contacter leur vaisseau en orbite et appeler des renforts. Azzio se raidit. Il n’était pas sûr de tenir encore réellement à sa vie mais la perspective de la torture aux mains des impériaux lui faisait froid dans le dos. Il garda les mains en évidence mais se tint prêt à dégainer son blaster à la moindre menace. En face, le soldat en noir resta immobile. Son souffle était régulier et il ne semblait pas manifester de colère particulière. Il avait pourtant de bonnes raisons d’être furieux, suite à la trahison d’Azzio. Mais, contre toute attente, il ne réagit pas. Comme s’il s’y était attendu. Il leva lentement les mains et, avec précaution, retira son casque et sa cagoule. Azzio écarquilla les yeux.
L’homme qui se tenait devant lui possédait les mêmes traits que son père. Azzio avait suffisamment vu et revu le portrait holographique que l’Alliance possédait à la base de Botor pour l’avoir mémorisé parfaitement. Le soldat lui ressemblait comme deux gouttes d’eau. C’est un clone, lui aussi. Mais un clone plus vieux, âgé d’une soixantaine d’années environ. Ses traits étaient ridés et son crâne, dégarni. Un large tatouage écarlate barrait son œil gauche du front jusqu’à la mâchoire. À la base de son cou, Azzio discerna un autre tatouage, sans deviner la forme que celui-ci prenait. Le regard sombre du clone le fixait et, au fond de ces yeux, le jeune homme ne discerna toujours pas de colère.
— Je m’appelle Njoka, dit-il d’une voix désormais naturelle. Et ton père était un de mes frères.
Azzio eut du mal à le croire. Était-ce le visage que son père aurait arboré s’il avait encore été en vie ? Le jeune homme recula d’un pas.
— Tu comprends, à présent, pourquoi je t’ai choisi, poursuivit le clone.
Avait-il su depuis le début qu’ils partageaient des gènes communs ? Il avait toujours cru que l’Empire avait mis la main sur lui à cause des liens qui l’unissaient à Mud’jifar et des points de pression que cela lui donnait. Azzio réalisa tout à coup qu’il possédait la moitié de l’ADN de l’homme en face de lui. Un homme dont la haine pour les Jedi se ressentait à chaque instant. Avait-il aussi en lui la même propension à la violence ? Était-il réellement défini par sa génétique ?
— Les rebelles t’ont probablement dit que ton père se battait pour les valeurs de la République. Que ses intérêts et les leurs étaient les mêmes.
C’était exactement ce que Mothma lui avait dit, à quelques mots près. Et pourtant les clones, lorsque la République était devenue un Empire, avaient soutenu l’Empereur et ses directives. Azzio ne s’y était jamais attaché, mais ce point lui revint soudainement en mémoire. Il se demanda où Njoka voulait en venir.
— Je vais te dire la vérité, Azzio. Ton père n’a jamais choisi de se battre pour la Répulique. Aucun d’entre nous ne l’a choisi.
Le souffle du jeune homme se fit un peu plus court. Il ne voulait pas écouter le clone mais d’un autre côté, ses paroles sonnaient vrai. Il avait l’air sincère. Il tenta de recouper ce qu’il disait avec ce qu’il avait appris dans les archives disponibles sur Botor.
— Nous avons été créés dans un laboratoire, poursuivit Njoka, par des êtres dont la seule passion était de cloner tout ce qui les entourait. La République ne nous a pas engagés, elle nous a commandés à une race de cloneurs cupides.
Azzio tenta de se remémorer le nom de ce peuple, sans y parvenir. En face, Njoka fit quelques pas autour de lui sans cesser de le regarder dans les yeux.
— Mes frères ont dû se battre pour un gouvernement qu’ils n’avaient pas choisi et qui les traitait comme de vulgaires droïdes de combat. Cette guerre n’était pas la leur. Ils ne savaient même pas comment elle avait commencé. On leur a juste demander de se battre, de mettre leur vie en jeu, sans qu’ils n’aient leur mot à dire.
Azzio fit un pas de plus en arrière, incapable de faire face à la réalité. Il savait que Njoka ne mentait pas, et cela lui faisait encore plus peur.
— Nous étions des esclaves de la République. Des esclaves que les Jedi se sont empressés de massacrer lors de leur coup d’état.
Le clone fit un pas en avant et tendit la main.
— Ton père n’avait pas d’héritage à te laisser, Azzio, parce qu’il n’avait pas de vie à construire. On ne le lui a pas permis.
Une douleur enserra le cœur d’Azzio. Il revit sa mère, seule au foyer, dans leur petite maison sur Naboo. Son père n’avait pas pu vivre avec eux. Il n’avait pas pu construire cette famille qu’il avait fondée parce que les Jedi l’avaient tué avant qu’il n’en ait le temps. Le jeune homme serra les dents.
— Mais moi, j’ai un héritage à te léguer, dit Njoka. Un héritage que j’ai mis vingt ans à construire.
Azzio fronça les sourcils. Cet homme était un soldat depuis tellement d’années. De quel héritage pouvait-il bien parler ?
— Tu t’es fait tromper par ces rebelles, et ceci est compréhensible, dit-il. Tu avais besoin d’une famille et tu as cru qu’ils pouvaient te la donner. Mais ta vraie famille est devant toi, Azzio.
Il écarta légèrement les bras.
— Je suis le dernier des clones. Et je peux t’enseigner tout ce que je sais, si tu acceptes de me rejoindre.
Azzio accusa le coup. Cet homme, c’était probablement sa dernière chance de savoir qui était vraiment son père, de savoir ce qui le différenciait des autres humains. Qu’il l’ait réellement rencontré ou non, il restait une mine d’informations que personne d’autre ne pouvait lui fournir. C’était probablement aussi la seule issue qui lui restait. Avait-il réellement le choix ? Les rebelles ne l’accueilleraient pas. Il ne s’intégrait pas dans la société. Et il avait tourné le dos à la possibilité de rejoindre Jester. Il fouilla le regard du clone, à la recherche d’un indice. Il voulait bien croire que cet homme était le dernier clone. Mais c’était aussi un agent d’un Empire qu’Azzio avait appris à remettre en cause. Il connaissait ses méthodes et il n’était pas certain de vouloir y prendre part. Pour la première fois, il avait envie de faire le bon choix. Il construirait son propre héritage, même s’il n’avait personne à qui le léguer.
— Non.
Njoka leva un sourcil, plus contrarié que réellement surpris.
— Non ?
— Je ne rejoindrai pas l’Empire, déclara Azzio.
Le clone soupira, comme déçu par la réponse. Il lâcha son casque, qui rebondit au sol dans un bruit sourd.
— Les rebelles auront donc réussir à t’avoir. Quel gâchis.
Il s’apprêta à saisir son blaster mais Azzio ne lui en laissa pas le temps. Saisissant son arme dans son dos, il tira à l’aveugle et décampa. Il entendit le clone hurler de douleur mais ne se retourna pas pour voir ce qui causait sa souffrance. Il courut aussi vite qu’il le pouvait en direction des deux vaisseaux de la Corporation Incom. Il n’eut pas à chercher longtemps pour réussir à activer l’ouverture de la porte principale. Il se glissa dans le vaisseau et referma aussitôt derrière lui. Il ne prit pas le temps de réfléchir à ce qui venait de se produire. Il se précipita dans le cockpit, activa les moteurs et fit décoller l’engin. L’appareil disposait d’un hyperdrive de classe 2. Ce n’était pas énorme mais ce serait suffisant pour quitter le secteur et effacer ses traces. Il rentra des coordonnées dans l’ordinateur de navigation de manière à tracer une route avec suffisamment de points de sauts pour brouiller les pistes. Il vérifia la réserve de carburant et activa l’hyperdrive. Les étoiles s’étirèrent et bientôt un tunnel de lumière remplaça le noir de l’espace.
Arrivé au bout de son objectif, Azzio se laissa aller dans le fauteuil du pilote. La pression retomba lentement et le cœur du jeune homme reprit un rythme normal. Il réalisa bientôt que Njoka n’avait pas tenté de lui tirer dessus lors de sa fuite. Je ne sais pas ce que j’ai touché, mais ça devait être grave. Il souffla. Le clone était probablement mort et si jamais ce n’était pas le cas, Azzio doutait qu’il se remette rapidement. Cela lui accorderait un peu de répit. Mais même si l’Empire ne lui courait pas tout de suite après, il devrait se cacher. Il était toujours sous la menace de Mud’jifar et désormais, c’était toute l’Alliance rebelle qui voudrait probablement se venger de lui. Cependant, malgré tout ce qu’il avait fait, et les erreurs qu’il avait accumulées au fil des années, il réalisa qu’il tenait encore à sa vie. Il s’enfonça un peu plus dans son fauteuil à mesure que les vagues de lumière se reflétaient sur son visage. Il ne savait pas exactement où cette situation le mènerait. Je ne pensais pas que cette deuxième chance prendrait cette tournure.
Il devrait se débarrasser du vaisseau, trop voyant. Les impériaux auraient tôt fait de le repérer. Il fallait ensuite qu’il trouve une planète où il pourrait faire profil bas et se refaire un capital discrètement. Il considéra un temps recontacter Jester. Mais, outre le fait qu’il avait littéralement abandonné l’homme et sa bande, il ne pouvait pas retourner sur une planète telle que Daiyu. Mud’jifar développait ses affaires dans la galaxie et il finirait par y avoir des intérêts un jour ou l’autre. Il ne pouvait pas se permettre de le croiser. Il devait également éviter les planètes où les présences impériales et rebelles étaient trop fortes, ce qui réduisait grandement son champ d’action.
Azzio soupira. Il essaya d’imaginer ce qu’il serait devenu s’il avait accepté la proposition de Njoka. En recollant tous les morceaux, il doutait que le clone ait connu son père personnellement. Mais son intérêt pour lui était réel. Aurait-il rejoint l’armée ? Aurait-il enfin compris d’où il venait ? Ce qu’il imagina ne lui plut pas. Il n’était ni impérial, ni rebelle. Il n’était qu’un modeste humain qui essayait de faire son chemin dans l’univers. Et pour le moment, il était en fuite.





Qui dit Prologue, dit Epilogue... Rendez-vous dimanche prochain pour la conclusion de cette histoire!
"Mind tricks don't work on me."
Nouvelle fic' ! L'Héritage
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1235
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Mandoad » Mar 27 Déc 2022 - 17:34   Sujet: Re: L'Héritage

Retard de 3 chapitres rattrapé suite à un mois de décembre assez intense, mais je suis encore vivant- :D

Chapitre 14:

Déjà, j'aime bien le petit passage sur Koi et ses sentiments sur la guerre. En bref, il n'était pas à l'aise avec ce nouveau rôle, mais a fait confiance (à tort ?) au Conseil, chose qui l'a peu à peu rongé. Encore une fois, je vais refaire la comparaison avec les écrits de Traviss qui abordaient aussi les thématiques que tu nous offres dans cette histoire et je ne peux qu'aimer !
Dès le début, on sent que quelque chose ne va pas et ce n'est sûrement pas pour rien que tu as choisi d'utiliser le point de vue du Jedi qui ressent ainsi le trouble qui l'entoure et, plus particulièrement, celui d'Azzio. Et les problèmes débarquent avec le groupe de Purge Troopers, dont la présence de Njoka réveille certaines blessure. À ce moment, on se dit qu'Azzio a choisi son camp et on sent que tout le monde n'en sortira pas indemne. Bien écrit, comme toujours, avec un plan qui semble trop facile pour finalement se compliquer. :oui:

Chapitre 15:

Azzio ne perd pas de temps à dévoiler son rôle d'espion, mais on sent qu'il s'est attaché au groupe de Rebelles. Le coup de "on s'était mis d'accord pour celui-là, mais les autres doivent pouvoir partir" est toujours un peu simple, mais cela correspond bien à la naïveté volontaire d'Azzio qui veut se persuader depuis le début qu'il peut jouer sur les deux tableaux. C'est une erreur évidente et on verra par la suite ce que cela lui coutera.
Mais on passe au gros événement du chapitre: La mort de Koi ! Alors, je ne dirai pas qu'elle m'a surpris, car celle-ci me semblait assez logique du point de vue de l'histoire. On sent la dévastation qui s'empare de Carth, l'un des deux protagonistes principaux de l'histoire. Lui qui sait où va son allégeance, au contraire d'Azzio qui est dans une balance totalement instable entre vouloir connaître son passé grâce à l'Empire et avoir un futur grâce à la Rébellion.
Et quand on parle d'Azzio, je disais qu'on pensait qu'il avait choisi son camp mais, en vérité, non ! Il reste enfermé dans son idée qu'il peut rester à mi-chemin entre les deux camps, totalement déconnecté qu'il est. Il vient de faire tuer un membre de son équipe, mais presse les Rebelles de s'échapper en restant avec eux dans l'utilisation:
LL-8 a écrit:— Leur navette n’est pas loin. On doit se dépêcher, ils ne vont pas mettre longtemps avant de se lancer après nous.

L'utilisation du "nous" en est d'ailleurs particulièrement marquante. On a l'impression qu'Azzio ne réalise pas ce qu'il vient de faire et l'importance de son acte de trahison. Honnêtement, j'ai totalement eu la même réaction que Carth et son geste final m'a totalement convenu. Azzio a été bien trop égoïste et naïf à croire qu'il pourrait obtenir ce qu'il voulait en jouant autant l'équilibriste et espérant que cela serait sans conséquence.

Chapitre 16:

La conclusion se focalise donc sur Azzio et Njoka (Raaaaaaah la frustration de ne pas avoir la réaction de Talia sur la trahison de celui qui lui rappelait tant Dek ! Dans un épilogue ?). Tu en profites pour aborder une thématique que j'apprécie également (encore): Celle de la République qui élève des êtres vivants pour les envoyer à la guerre sans leur demander leur avis (quant on pense qu'en face, les Séparatistes préféraient les droïdes, on se demande quel camp était le plus dénué de conscience). C'est un aspect qui m'a toujours perturbé, notamment vis-à-vis des Jedi pour qui créer et utiliser des êtres de chair et de sang comme des pièces jetables ne posait aucun problème.
Ses paroles sonnent juste, mais il fait la même erreur que les Rebelles: Penser qu'Azzio se préoccupe de quelque chose d'autre que lui-même. En trahissant Koi, Azzio a choisi l'Empire, mais voulait rester avec les Rebelles. En trahissant Koi, il s'est fait rejeter par les Rebelles. En se faisant rejeter par les Rebelles, il a réaliser qu'il n'aurait pas du choisir l'Empire. Malheureusement pour lui, il lui aura fallu réaliser tout ce cercle pour le comprendre. Dommage pour lui, mais je n'ai pas de compassion pour le personnage à ce moment. Je l'aurais vu se faire emprisonner, mais il profite de l'erreur de Njoka pour s'enfuir et se retrouve comme il l'a mérité: seul.

En résumé, c'était une histoire très sympa que tu nous as proposé ici. J'ai beaucoup aimé ces thématiques sur les clones que tu nous as transmis ici et cela reste, pour moi, le sujet principal de ton histoire: rappeler qu'il s'agissait d'êtres vivants qu'on a réduit au rôle de chair à canon sans qu'on leur ait laissé le choix. On oublie trop vite que la République (bien que montrée comme le bon côté dans les films et séries) n'est en faite pas toute blanche du tout et que même les Jedi ne se préoccupaient que peu de leurs troupes (à l'image d'un Mace Windu ou d'un Ki-Adi Mundi, de mon point de vue) en fin de compte. Njoka est parfait pour illustrer tout ce sujet.
Je retiendrai surtout Talia et Ivee qui sont, pour moi, au-dessus des autres au niveau de l'empathie qu'on peut éprouver pour eux et de leur écriture. Carth et Koi son intéressants, mais restent un poil trop peu développés pour provoquer le même attachement. Azzio est bien écrit dans ce type de personnage qui ne sait pas sur quel pied danser et reste incapable faire un choix avant que cela ne soit trop tard. À la fin, je trouve qu'il s'en sort assez bien d'ailleurs.

Dans tous les cas, j'ai vraiment apprécié cette nouvelle fic' et ses petits raccords aux aventures de Hajoo (qui reste encore intouchable pour moi niveau écriture de personnage, quoique si tu nous comptes nous présenter les aventures de Talia et Ivee, je pourrais revoir cette position :wink: ) ! À bientôt dans le coin, j'espère !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1508
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Loucass824 » Mar 27 Déc 2022 - 18:27   Sujet: Re: L'Héritage

Le fait que ton but soit la focalisation sur la trahison fait qu'effectivement, le résultat est atteint. Même si, malgré cela, le lien que tu sembles présenter entre Carth et Koi est très fort. Un lien paternel, ou je ne sais plus comment tu le désignes, mais avec peu d'impact sur le moment du point de vue d'un proche. Après, les conséquences de cette perte s'abatteront sur Carth plus tard, une fois en sécurité, et pèseront peut-être pour longtemps. Mais je préfère lorsque cela est impactant pour le coup perso.

Ton rappel de la perspective de Carth sur ce point compte en effet. Mais je demeure sur ma ligne... Lol je me dis qu'à partir de là manière dont Carth réagit, c'est justement parce qu'il avait au fil du temps tenu Azzio en plus haute estime lors de sa première rencontre. Et le simple fait qu'il le trahit peut difficilement me faire croire que Carth le perçoit comme un incapable. Comme le dernier des salauds, une horrible personne, certes. Mais quelqu'un qui manque de compétence ? Je pense moins...

C'est lu ! Et même si l'annonce de la fin arrive vite, on sait que l'épilogue arrive ensuite... Si bien que je conserverais mes projections pour plus tard... Lol

Une nouvelle fois, j'ai eu l'impression d'avaler le chapitre à une vitesse folle ! Je ne sais pas s'il est plus court que les précédents.

Bon, ton idée de le faire tomber ainsi était bel et bien ton intention, qu'Azzio relève lui-même. Il fait les analogies comme je les ai faites, donc je suis content, tomber un peu juste de temps en temps ! Lol le bougre doutait déjà énormément de lui-même depuis le début de récit, mais pour une fois, la première fois je dirais, les doutes qui le taraudent me paraissent plus légitimes que par le passé. Parce que j'ai vécu ce parcours-ci du perso, ou bien parce que la situation est différente, ça...

De retour donc face à Njoka... Un face à face très révélateur malgré la tension et comment cela se termine. On se trouvait complètement sous ton contrôle durant ce passage, car au sein du choix se présentant à lui, les deux options se révélaient pertinentes pour le perso ainsi que pour le récit. La preuve en est que, malgré avoir repoussé Njoka, Azzio est toujours habité par une part de doute. Je penchais même légèrement pour qu'il rejoigne Njoka. Après avoir tout perdu, tel que l'on connait Azzio, qu'il accepte la seule main qu'on lui tendre pouvait contenir un cohérence naturelle et légitime. Que, après tout son parcours et des choix, il allait opter pour la seule personne apte à comprendre sa nature pour la partager en partie, peu importe si ce choix serait du dépit car ayant épuisé les autres options. C'aurait été pertinent mais dans le même temps très cruel, qu'Azzio, un type au bon fond mais avec des blessures et parcours de vie difficile le poussant à privilégier son propre sort, soit amené à servir l'Empire. Une fin douce amère, avec un épilogue qui aurait montré cela.

Mais non. Car ce bon fond est justement ce qui le caractérise. Il a vu ce que contient chacun des camps. Et face à la perspective de l'Empire, un sursaut de son instinct à parlé selon moi. Certes, ce que raconte et présente son choix, c'est un homme qui refuse la voie que son héritage semble tracer pour lui, par bien des aspects, pour effectuer un choix basé sur du libre arbitre. Peu importe que cela ne le rende pas des plus heureux ou satisfait. Il vient d'agir comme une personne, et non comme un clone, ce qu'a quoi Njoka tentait de le ramener en quelques sortes. L'aspect cyberpunk s'est amenuisé au fil du récit, mais dans ce propos, j'y vois une analogie par certains aspects avec la fin de Blade Runner 2049, et le choix pour lequel K/Joe finit par opter. Intentionnel ou non ? Ou bien est-ce que tu valides l'analogie sinon ? Lol

J'en viens donc à cet épilogue, et même au delà. Njoka n'est pas mort, loin de là. Il l'a laissé partir, car lui aussi ne peut se résoudre à assumer son sort de dernier clone sachant que son héritage peut être transmis. Il l'a laissé partir pensant pouvoir le retrouver et le faire changer d'avis. Théorique certes, mais la vision du monde du bougre me le laisse penser. J'avoue que j'ai un peu tiqué sur la facilité de la fuite d'Azzio. Vivre cela sous son point de vue t'évites de justifier comment cela se goupille, mais c'est un peu gros de facilité tout de même. Même si cela ne m'a rien gâché, car j'étais bien trop focalisé sur le propos. Et ce que j'ai eu en tête durant l'introspection d'Azzio pendant sa fuite.

J'ai du mal à croire qu'il ne s'agit pas d'une trilogie, ou qu'une suite serait absente. Tu avais toi-même mentionné qu'il s'agissait de ton œuvre la plus ambitieuse, sur laquelle tu avais bien plus travaillé, ou quelque chose du genre il me semble. Et avec pareille fin, même si ce récit va se voir offrir une conclusion digne, il y a encore beaucoup de choses à raconter je trouve. Alors peut-être que tu n'as rien prévu, je me monte le bourichon tout seul une fois encore, excessif que je suis. Je relève moi-même cette possibilité, je me connais ! Lol mais on sent Azzio sur la route de créer son propre héritage, tout en songeant à la fois à Talia et Njoka. Un épilogue ne peut répondre clairement à ces questions au complet j'ai l'impression...

Azzio va subir un sursaut dans l'épilogue annonçant la suite. Ce qui expliquerait ton annonce tardive de la fin de ce récit. Bon, si c'est faux, ce sera une preuve de plus que mon enthousiasme passe souvent au dessus de ma capacité de discernement dans des proportions parfois inquiétantes... Lol mais quid l'héritage concernant Carth ? Qui en agissant contre Azzio, a sali la mémoire de Koi ? Non, il faut qu'on voit le bougre tiraillé par son choix, l'image qu'il a renvoyé à Talia, et qu'il change un peu pour le jour où il retombera sur Azzio. Et on doit voir Njoka incapable de tirer une croix sur l'idée de transmettre son héritage, que sa vision sur sa vie et la guerre des clones doit être perpétuée, pour que personne ne tente jamais de réécrire le destin tragique des clones. Car s'il meurt, il emporte sa vision du monde avec lui dans l'oubli. Et Azzio, il doit trouver sa propre voie. Il a testé toutes les voies possibles, et vient de presque toutes se les fermer. Mais un sursaut va le pousser à négliger la passivité. Car on le sait depuis le début qu'il ne peut demeurer passif malgré tout. Donc voilà où j'en suis... Lol

Sans même l'annonce de l'épilogue, je songeais déjà à tout cela. L'avantage, c'est que je réserve mon discours de félicitations et de remerciement pour la semaine prochaine. Avec grande hâte, pour savoir si j'ai vu juste ou non ! Diable que j'ai envie de voir juste... Lol
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.

Déçus de la postlogie ? Venez jeter un œil !
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 818
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar ShamanWhills » Mer 28 Déc 2022 - 15:17   Sujet: Re: L'Héritage

Salut à toi :hello:

Dernier chapitre lu et qui se concentre sur les conséquences de la trahison d'Azzio et bien évidemment la grande révélation sur ses origines.

Chapitre intéressant qui permet à Azzio de se rendre compte qu'il a été le pendant "clone" d'Anakin Skywalker: tout comme le Jedi, Azzio a tout perdu: sa famille, ses amis, le fait qu'il ne puisse plus être avec les Rebelles et que l'Empire ne l'attire pas pour autant et qu'à la fin, il se retrouve totalement seul!

Ensuite, le point de vue du Clone concernant le traitement de ces frères d'armes de la part des Jedi et de la République est très intéressant mais j'y ai vu deux erreurs: La République a bien engagé les Clones sous la forme d'une Commande et de plus, les Clones n'étaient pas les esclaves des Jedi et ceux-ci ne les ont pas massacrés à cause d'un coup d'état qui n'était pas de leur fait.

Le Purge Trooper a bien omis de dire à Azzio que les Clones ont subi l'Ordre 66 (Génétique ou par puce), amenant leur point de vue sur les Jedi complètement différent de ce qu'ils étaient en réalité (la preuve par son dialogue qui traite les Jedi comme des esclavagistes et des massacreurs de Clones).

Concernant le titre de ta fiction: l'Héritage, finalement c'est bel et bien la mémoire du Dernier Soldat Clone à transmettre mais qui, de par l'action de ton héros, est amené à disparaitre tout comme son détenteur: une relique du passé, sa place étant dans un musée.

Une fin négative pour le héros et j'espère que l'épilogue permettra de savoir ce qu'il devient par la suite.
Fan Fiction: La Jedi de Tython
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar L2-D2 » Dim 01 Jan 2023 - 17:04   Sujet: Re: L'Héritage

Chapitres 15 et 16 lus!!!

Mais... c'est déjà la fin? Non pas qu'elle soit mal menée ni mal amenée, non pas qu'elle ne nous réserve pas son lot de surprises et de révélations en tout genre mais... déjà? :(

Mais bon, comme je le disais, ce fut passionnant, chaque nouveau paragraphe donnant l'impression que tu faisais feu de tout bois pour conclure comme il se doit ce reçut certes rapide mais formidablement bien mené!

Il ne reste plus quun epilogue alors? Vivement la suite! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar LL-8 » Lun 02 Jan 2023 - 0:03   Sujet: Re: L'Héritage

Hello à tous !
Merci pour vos retours :jap: Je vous réponds en spoiler !

Spoiler: Afficher
Mandoad a écrit:Encore une fois, je vais refaire la comparaison avec les écrits de Traviss qui abordaient aussi les thématiques que tu nous offres dans cette histoire et je ne peux qu'aimer !

Je vais vraiment devoir lire ses œuvres ^^

Mandoad a écrit:L'utilisation du "nous" en est d'ailleurs particulièrement marquante. On a l'impression qu'Azzio ne réalise pas ce qu'il vient de faire et l'importance de son acte de trahison.

Effectivement, et contente que tu le remarques! Il est totalement obnubilé par cette idée qu'il peut tout concilier qu'il ne réalise pas qu'il a tout perdu.

Mandoad a écrit:(Raaaaaaah la frustration de ne pas avoir la réaction de Talia sur la trahison de celui qui lui rappelait tant Dek ! Dans un épilogue ?).

Pas maintenant... Mais plus tard peut-être :sournois:

Mandoad a écrit:Je l'aurais vu se faire emprisonner, mais il profite de l'erreur de Njoka pour s'enfuir et se retrouve comme il l'a mérité: seul.

A force de ne penser qu'à lui, il se retrouve sans plus personne autour.

Mandoad a écrit:cela reste, pour moi, le sujet principal de ton histoire: rappeler qu'il s'agissait d'êtres vivants qu'on a réduit au rôle de chair à canon sans qu'on leur ait laissé le choix.

Oui! J'aime bien ce thème :)

Mandoad a écrit:Dans tous les cas, j'ai vraiment apprécié cette nouvelle fic' et ses petits raccords aux aventures de Hajoo (qui reste encore intouchable pour moi niveau écriture de personnage, quoique si tu nous comptes nous présenter les aventures de Talia et Ivee, je pourrais revoir cette position :wink: ) ! À bientôt dans le coin, j'espère !

C'est marrant, parce que pourtant j'ai l'impression que Hajoo manquait de développement. Mais je compte faire le même travail avec Azzio.

Loucass824 a écrit:Une nouvelle fois, j'ai eu l'impression d'avaler le chapitre à une vitesse folle ! Je ne sais pas s'il est plus court que les précédents.

Il était effectivement légèrement plus court.

Loucass824 a écrit:Il vient d'agir comme une personne, et non comme un clone, ce qu'a quoi Njoka tentait de le ramener en quelques sortes.

Exact!

Loucass824 a écrit:L'aspect cyberpunk s'est amenuisé au fil du récit

Forcément. Mais l'inspiration est toujours dans le coin ^^

Loucass824 a écrit:J'ai du mal à croire qu'il ne s'agit pas d'une trilogie, ou qu'une suite serait absente.

:sournois:

ShamanWhills a écrit:La République a bien engagé les Clones sous la forme d'une Commande et de plus, les Clones n'étaient pas les esclaves des Jedi et ceux-ci ne les ont pas massacrés à cause d'un coup d'état qui n'était pas de leur fait.

Le Purge Trooper a bien omis de dire à Azzio que les Clones ont subi l'Ordre 66 (Génétique ou par puce), amenant leur point de vue sur les Jedi complètement différent de ce qu'ils étaient en réalité (la preuve par son dialogue qui traite les Jedi comme des esclavagistes et des massacreurs de Clones).

Njoka choisit les informations qu'il veut donner. Son but est de convaincre Azzio, pas de lui raconter l'entière vérité.

L2-D2 a écrit:Mais... c'est déjà la fin? Non pas qu'elle soit mal menée ni mal amenée, non pas qu'elle ne nous réserve pas son lot de surprises et de révélations en tout genre mais... déjà? :(

Je me suis toujours demandée si je devait révéler combien de chapitres contenait mes fics'... Je ferait peut-être différemment la prochaine fois!


Nous voici donc arrivés au terme de cette histoire!
Les premiers chapitres ont été compliqués à écrire mais je dois dire que je me suis amusée à créer ces personnages ^^ Merci à tous d'avoir suivi Azzio, et merci pour vos retours!!
Sur ce, je vous laisse avec cet ultime chapitre :jap:



Épilogue

2 ABY. Tythe, Bordure Extérieure.

Le vent chaud soufflait fortement sur le plateau du nord de Tythe. La planète, autrefois aussi luxuriante que Naboo, n’était désormais qu’un vaste désert. Rien n’y poussait depuis longtemps et même les régions où des lacs existaient encore n’étaient pas fertiles. Seulement, la roche de cette planète abritait plusieurs sortes de minerais que les corporations les plus puissantes de la galaxie recherchaient. Incom, BlasTech… Nombreuses étaient les grandes sociétés qui y finançaient de petits villages de mineurs au confort minimal. Tythe n’était pas accueillante. On n’y vivait pas : on y survivait. On forait la roche, on y creusait des tunnels et des carrières pour espérer voir la couleur des cristaux tant désirés. Des arrivages une fois par mois permettaient aux travailleurs d’être ravitaillés et aux industriels de récupérer leur précieuse cargaison. Ici, l’Empire n’était pas très présent. Les Rebelles non plus, d’ailleurs. Des milices privées s’occupaient de défendre les mines contre la faune, si besoin était. Ce qui arrivait rarement. Les animaux avaient depuis longtemps fui ces zones où l’on creusait le sol.
Le village où Talia avait atterri n’était pas très étendu. Le soleil couchant caressait de ses rayons orangés les habitations bombées. Ces maisons grossièrement composées de pierres taillées qu’on avait empilées les unes sur les autres semblaient faire le dos rond. Quelques vêtements séchaient sur des fils tendus. Il n’y avait pas d’enfants dans les rues. Un silence pesant enveloppait la bourgade. Situé sur l’un des plus hauts plateaux de la région nord, le village n’abritait qu’une centaine de mineurs. La plupart étaient venus sur cette planète inhospitalière dans le but de subvenir aux besoins de leur famille, restée sur leur planète d’origine. Les autres se cachaient ou fuyaient quelque chose. C’était à cette catégorie de la population que Talia s’intéressait.
Vêtue de la veste en cuir sombre qu’elle affectionnait particulièrement, elle remonta son foulard sur le nez pour se protéger de la poussière soulevée par le vent. Elle paya la taxe du spatioport – en réalité une plateforme solitaire surplombant la falaise – au vieil homme qui s’occupait de garder son vaisseau avant d’accrocher son regard.
— Vous savez où je peux trouver Ash Dawnwalker ?
Le vieil homme désigna d’un doigt ridé et tremblant une habitation légèrement isolée, au bout de la rue principale.
— Il travaille de nuit, cette semaine, précisa-t-il d’une voix lasse. Avec un peu de chance, il ne sera pas encore parti.
La jeune femme le remercia d’un mouvement de tête et se dirigea vers le centre du village. Elle avait laissé Ivee à bord. Le petit droïde était chargé de garder un œil sur son vaisseau. Son appareil n’avait pas une grande valeur, mais dans un endroit aussi éprouvé par la pauvreté, il pouvait attirer le regard des plus désespérés. Et puis, un autre vaisseau était arrivé juste après elle, et elle n’avait pas réussi à savoir qui le pilotait. Elle doutait que Tythe soit réellement une planète touristique prisée. Par prudence, il valait mieux qu’Ivee garde son appareil. Elle entreprit de remonter la courte rue principale. Il y avait peu de passage, seulement un va-et-vient routinier. Des mineurs rentraient du travail, couverts de poussière, tandis que d’autres prenaient le chemin pour rejoindre leur poste. Mais tous affichaient le même regard las et fatigué trahissant le travail exigeant qu’on leur réclamait ici. Elle se demanda si, lorsque l’Alliance l’avait envoyée sur cette planète, ils avaient su à l’avance la misère qu’elle rencontrerait. C’est pour ces gens que nous nous battons.
=2.5Laissant de côté sa réflexion, la jeune femme aperçut bientôt la maison qu’elle cherchait. Identique aux autres, elle était légèrement en retrait par rapport au reste du village. L’endroit idéal pour quelqu’un qui cherchait à éviter la société. Talia s’approcha, notant au passage que l’extérieur de la maison n’était pas réellement entretenu. Elle frappa trois coups sur la porte. Elle n’eut pas à attendre longtemps avant qu’un jeune homme lui ouvre.
— Oui… ?
Le propriétaire des lieux se figea. Il marqua un temps avant de reprendre.
— Talia… ?
La jeune femme plissa les yeux, tâchant de le reconnaître après près d’un an sans le côtoyer. Il arborait une grosse barbe mal taillée. Ses cheveux avaient poussé et sa peau tannée avait perdu de son éclat. Il portait une tenue de mineur déjà usée. La poussière des mines s’était incrustée dans les fibres du vêtement. Ses traits étaient tirés et elle se demanda depuis combien de temps il n’avait pas dormi une nuit complète. Elle leva un sourcil dubitatif.
— Dawnwalker, vraiment ? demanda-t-elle d’un ton ironique.
— Laisse tomber, répondit-il d’un air las, c’était un nom que Zef avait mentionné. C’est plus courant qu’on croirait par ici.
Elle se retint de sourire à sa remarque. C’était bien Azzio qu’elle avait devant elle, l’homme qu’elle avait sauvé sur Seswenna. L’homme qui nous a trahis. Elle ne l’avait pas oublié. Elle se demanda si elle devait le saluer ou bien le gifler. Elle avait été en colère en rentrant de Corellia. Une colère sourde, un déchirement, un sentiment de s’être fait trahir par une personne en qui elle avait voulu croire. Mais, malgré elle, cette colère s’était peu à peu effacée. Après tout, il avait tenté de les sauver. Il manquait encore d’expérience. Il faisait des erreurs, des mauvais choix qui avaient coûté la vie de personnes innocentes. Mais il n’était pas foncièrement mauvais, elle en était persuadée.
— Qu’est-ce que tu fais ici ?
Son ton n’était pas froid, seulement fatigué. Il n’avait pas l’air particulièrement ravi de la revoir, comme s’il avait abandonné depuis longtemps l’idée de réintégrer une vie normale. Talia décida que le reste de leur conversation devait rester discrète. Elle força le passage et pénétra dans la petite habitation. Azzio referma derrière elle, sans protester. Il n’y avait qu’une seule pièce dans la petite habitation, où avaient été disposés une petite couchette au sol, un réchaud et un point d’eau. L’endroit lui rappela la chambre d’hôtel miteuse sur Kafrene où elle avait revu le jeune homme pour la première fois. Elle aurait dû deviner à ce moment-là que rien ne se passerait comme elle l’avait imaginé. Elle se retourna pour faire face à Azzio.
— Mon Mothma m’envoie ici…
— Pour me tuer, l’interrompit Azzio.
— Pour te ramener et discuter, le corrigea Talia. Le rapport de la mission sur Corellia lui fait dire que tu pourrais toujours être un atout pour l’Alliance.
Azzio secoua la tête de dépit. Talia savait qu’il s’en voulait. Elle avait appris à le connaître. Il n’avait pas un mauvais fond. La façon dont s’étaient terminées les choses sur Corellia était regrettable, c’était certain. La confiance qu’elle lui avait accordée s’en était retrouvée abîmée, tout comme celle que Carth et les autres lui avaient portée. Malgré tout, Mon Mothma lui avait demandé de le ramener. Il avait de la valeur aux yeux de l’Alliance. Et même si ses raisons étaient légèrement différentes, Talia était de son avis. L’ex-sénatrice l’avait envoyée à la recherche d’Azzio dans l’espoir de le convaincre de revenir. Talia avait mis du temps à le trouver. Mais elle y était enfin parvenue. Anticipant un refus du jeune homme, elle s’approcha légèrement de lui :
— Je sais que tu avais cru faire le bon choix, Azzio, et j’ai vu que tu as essayé de…
— Tu te trompes sur mon compte, lui répondit-il simplement en faisant un pas en arrière. Je ne suis pas un rebelle et, je suis désolé, mais j’ai beau lui ressembler, je ne suis pas Dek. Je ne le serai jamais.
Talia marqua un temps d’arrêt et fit un pas de recul. Sa ressemblance avec Dek l’avait frappée, c’est vrai. C’était la raison pour laquelle elle l’avait sauvé. C’était même ce qui l’avait attirée à lui, les premières semaines. Elle avait retrouvé en lui des aspects de l’officier qui lui manquaient. Il lui avait ramené ce sentiment de simplicité qu’elle ressentait avec Dek. Tout était plus facile avec lui. Mais ce n’était pas la raison pour laquelle elle avait accepté de le ramener. Elle voyait au-delà de cette ressemblance. Elle en était capable, à présent. Et elle souhaitait qu’Azzio revienne au sein de l’Alliance. Parce que sous ses airs de traître égoïste, elle savait qu’il se cachait un grand potentiel. Elle leva les mains en signe d’apaisement et le jeune homme se détendit légèrement. Elle allait de nouveau essayer de le convaincre quand on frappa à la porte. Azzio leva un sourcil accusateur.
— Un collègue ?
— Je suis venue seule, l’assura Talia.
Le jeune homme ne semblait pas convaincu. Il se saisit d’un fusil-blaster posé près de la porte et le garda dans le dos. Puis il ouvrit la porte, découvrant un homme dans un uniforme disparate que Talia ne connaissait pas. Il portait un casque lui donnant un air de Whiphid. Ce n’était pas un soldat, et encore moins un impérial. À en juger par son apparence, il s’agissait d’un chasseur de prime et il était étranger à Tythe. Talia fit rapidement le lien avec le vaisseau qui s’était posé peu de temps après elle. Alors c’était lui, le pilote qui me suivait.
— Azzio Otelli ? fit-il d’une voix déformée par le vocodeur de son casque.
Talia remarqua que c’était la première fois qu’elle entendait le nom de famille du jeune homme. Celui-ci collait avec ses origines. Si ses souvenirs étaient bons, il venait de Naboo, une planète aux antipodes de celle où il se trouvait actuellement. Le jeune homme confirma son identité d’un mouvement de tête méfiant.
— Un message pour vous.
Le chasseur de prime tendit une main, dévoilant un petit holoprojecteur portatif circulaire. Il l’activa et une silhouette bleutée et casquée apparut. Talia reconnut aussitôt le casque caractéristique des clones de la République.
Azzio, fit la silhouette, tu ne me connais pas, mais j’ai bien connu ton père. C’était un ami proche. J’imagine que tu te poses des questions à son sujet. Il m’a chargé de t’apporter les réponses en temps voulu. Je pense que le moment est plus que venu. Si tu veux vraiment savoir qui il était, rejoins-moi à ces coordonnées.
Une série de numéros s’affichèrent, puis tout disparut. Talia se répéta mentalement les chiffres que l’homme avait donnés pour s’assurer de les avoir bien retenus au cas où ce n’était pas le cas d’Azzio. En face, le chasseur de primes jeta l’holoprojecteur à terre avant de le briser avec le talon de sa botte.
— Bonne soirée, conclut-il abruptement en les quittant.
Talia resta interdite. Tout s’était passé tellement vite. Voilà qui rebattait les cartes. Elle leva les yeux vers Azzio, guettant un indice sur la suite des événements. Toute trace de méfiance avait disparu de son regard. Une nouvelle lueur, plus brillante, était apparue. Il tourna la tête vers elle.
— Tu sais ce que je vais faire, lui dit-il.
Talia hocha la tête. Évidemment.
— Tu peux retourner vers l’Alliance ou bien tu peux me suivre, ajouta-t-il. Mais je ne viendrai pas avec toi.
Talia avait bien compris son raisonnement. Elle secoua la tête. Azzio n’avait pas un crédit, pas un vaisseau et il comptait se lancer à la recherche d’un homme dont il n’avait même pas vu le visage. Elle se souvint de toute la rancœur qu’elle avait éprouvée lorsqu’il l’avait trahie sur Corellia. Elle aurait voulu s’accrocher à ce sentiment et avouer que sa mission était un échec. Mais elle ne voulait pas s’avouer vaincue. Azzio aurait besoin d’aide. Seul, il n’arriverait pas à retrouver le clone — si c’était bien un clone. Elle soupira. Elle allait devoir trouver une excuse pour son absence.




La suite de l'histoire d'Azzio se poursuivra dans le tome 2! Il est en cours d'écriture.
A bientôt ! :hello:
"Mind tricks don't work on me."
Nouvelle fic' ! L'Héritage
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1235
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Loucass824 » Lun 02 Jan 2023 - 1:28   Sujet: Re: L'Héritage

Bon, je n'ai pas pu attendre demain pour rédiger mon retour. Pas le choix, car comment le débuter sans...

Oui oui oui !!! Lol ah pour toutes les fois où j'ai merdouillé à voir des liens ainsi que des références qui n'existaient pas, voilà que je l'avais vu venir ce tome 2 ! Très bonne nouvelle ! En même temps, il y avait vraiment trop de choses à raconter encore...
Bon retrouvons nos esprits... En même temps, caser un épilogue sans même revenir sur le point de vue du protagoniste, c'est un peu grillé dès le début. J'ai eu du mal à ne pas me départir de ma certitude d'avoir vu juste. Si j'avais encore visé à côté, plus jamais je n'aurai parcouru l'un de tes récits... Lol

Talia, sur les traces d'un fugitif que l'on présage plutôt bien. Je comptais laisser la référence à ton acolyte concerné, mais en sachant par quel moyen elle est justifiée, je ne peux m'empêcher de la commenter avant lui, désolé Mandoad. Donc, Hajoo a bel et bien mentionné Jaden à Zef d'une manière ou de l'autre ! Je crois que c'est ce détail plus que l'utilisation du nom en lui-même qui m'a marqué. Même si cela va certainement en rester là, je me dis que signifier que la rencontre passée avec Jaden soit ramenée de cette manière... Oui, j'ai mis des spoils, on ne sait jamais... Mais après tout... On sait déjà comment finit la trilogie de Mandoad... Ce n'est pas décadent de s'attendre à un petit quelque chose non...?

Tu nous plantes le décors d'une Talia qui a toujours Azzio dans la peau, donc pour un rapprochement plus fort plus tard, que j'attends, tout est là ! Son "amour"/affect est plus puissant que la haine/rancœur légitime qu'elle a ressenti. Surtout qu'avec du temps qui a passé, les ingrédients sont là pour qu'une proximité renaisse sans peine. Je lui trouve même un optimisme plus affiché. Difficile de l'affirmer, car après un an écoulé, cela pourrait être du à des évènements non révélés encore, autres que son naturel affect pour le bougre qui reprend le dessus. Tu conserves le mystère sur la nature réelle de la mission ordonnée par Mon Mothma, et je trouve que c'est très bien pour l'heure.

La primauté de la perception de son bon fond suffit à elle seule. Elle-même se rend compte qu'elle voit au delà de Dek à travers Azzio. Simple prétexte pour se détacher d'un proche dont elle n'a peut-être toujours pas fait le deuil ? Ça demeure possible, même si je maintiens toujours ce rapprochement qui va se faire je pense. Avec nombres d'obstacles prévus entre temps, bien entendu... Elle le voit comme un atout pour la rébellion, c'est ça, on va y croire qu'il n'y a que cela madame... Lol

Et là, on croit à l'arrivée d'un nouveau joueur dans la partie, on se dit "eh, mais en termes de chronologie, l'utilisation de ce fameux nom..." Mais non, malveillante que tu es ! Lol plus que cela, le point de départ de ce tome 2 ! Alors on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent (ce qui est une bonne chose, même si cela frustre le lecteur), même si je suis moyen fan de la manière en question, le principe de coordonées qui tombent comme ça, ect... Je sais qu'il ne s'agit que d'un épilogue, mais voilà. Ça bien montre qu'Azzio est toujours gangrené par sa quête identitaire, étant donnée qu'elle resurgit sans peine alors qu'il se trouvait hors du temps et de l'existence, à s'isoler dans pareil endroit. Mais il "retrouve vie" en peu de temps, prêt à repartir.

Et par ce biais, replonger Talia dans une relation avec des airs un peu toxiques. Ce mot est souvent utilisé à tort et à travers, et je ne l'aime pas des masses. Mais en l'occurrence, il présage des choses intéressantes je trouve. L'affect de Talia envers Azzio me paraît assez dysfonctionnel, dans le sens où c'est presque idiot qu'elle l'aime toujours. Elle se fait du mal à bien l'aimer d'une certaine manière. Et le comportement d'Azzio, de songer encore à son intérêt, même si c'est légitime, le mène à pousser Talia dans un ultimatum blessant et heurtante par certains aspects, même si elle semble ne pas le présager. Il néglige les sentiments de Talia, qui se retrouve un peu prisonnière de cette relation qui ne la quitte pas. Elle se donne même une certaine contenance, sachant qu'elle va le suivre "pour le bien de la mission et de la cause". Mais il y a bien plus que cela selon moi...

Voilà en tout cas ma lecture à ce sujet, peut-être que ce n'est pas vraiment ton intention. Mais j'ai hâte de la voir développée dans le tome 2, à coup de Talia qui va tomber dans des embrouilles, Azzio qui va mettre une plombe à comprendre pourquoi elle semble "manquer de cohérence" dans ses actes, pour ensuite saisir pour les sentiments qu'elle éprouve, et va apprendre à se négliger pour enfin agir en faveur de Talia. Oui, que veux-tu, à peine remis d'un succès trop rare, je me projette déjà sur la suite ! Njoka ou Carth, ou bien des nouvelles menaces, tout peut arriver sur ce point ! Une sorte d'Evil Carth même, reniant tout pour sa vengeance, ect.

En tout cas, félicitations pour ce tome 1, et merci pour la proposition de ton récit ! De tout tes récits que j'ai lu, c'est le premier que j'ai commencé le jour 1, dont j'ai suivi la publication jusqu'au bout, contrairement aux autres que j'ai binge-readés pour le dire ainsi. Et c'était très plaisant, très intéressant ! Je ferai attention pour présager des prochaines révélations, étant passé à côté de la principale avec le Azzio est un fils de clone, m'apprenant que oui, les clones pouvaient enfanter, bigre... Lol on est donc parés pour la suite et un développement plus important encore sur le thème de l'humanité des clones ! Un sujet qui te tiens à cœur, et que tu sais exploiter avec brio, une nouvelle fois.

Donc évidemment, je serai là pour la suite ! Un peu d'infos par contre...? Lol tu conserves jalousement ton nombre de chapitres, soit. Mais à part "tome 2 en cours d'écriture"... Il m'en faut plus !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.

Déçus de la postlogie ? Venez jeter un œil !
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 818
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar ShamanWhills » Lun 02 Jan 2023 - 12:13   Sujet: Re: L'Héritage

Salut et Bonne Année :)

Un épilogue intéressant, qui nous permet de revoir Azzio. il semblerait que du temps soit passé. En tout cas, je suis étonné que Talia revienne vers lui après ce qu'il a fait sur Corellia. Je m'étais attendu plutôt à ce qu'il soit traqué par l'Alliance et l'Empire via des Chasseurs de Prime...

En tout cas, le traitre aura droit à une seconde chance. Cependant, ce nouvel appel à sa quête d'identité est intrigante et peut-être que ce nouveau clone donnera un autre point de vue que celui du Purge Trooper.

Je te souhaite bon courage pour ton Tome 2 et à bientôt :hello:
Fan Fiction: La Jedi de Tython
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar L2-D2 » Mar 03 Jan 2023 - 11:47   Sujet: Re: L'Héritage

Epilogue lu !

Ah ! Mais il y a un tome 2 de prévu ! :cute:

Du coup, cet épilogue remplit parfaitement son job, tout en bouclant l'intrigue de cette première partie et en remettant une pièce dans la machine pour la suite avec un nouvel objectif en vu ! Néanmoins, je trouve tout de même un peu "facile" - ou du moins, cela me semble manquer de plausibilité - l'idée que la Rébellion et Mon Mothma voudraient reprendre Azzio dans leurs rangs, qu'il leur serait utile... oui, il a tout de même causé la mort d'un Jedi, ce qui a dû faire un mal certain à l'effort de guerre de l'Alliance ! :perplexe:

Vivement le tome 2 ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Mandoad » Mar 03 Jan 2023 - 17:18   Sujet: Re: L'Héritage

C'est lu !

Bon ben, on va commencer par ma première réaction, vu qu'elle est venue tôt dans l'épilogue: Dawnwalker ! Alors, au-delà du clin d'oeil, cela a tellement d'implication pour que Zef mentionne ce nom. Hajoo lui a-t-elle parlé de lui à un moment et d'une façon qui l'a suffisamment marqué ? S'est-il retrouvé impliqué dans une histoire avec les deux Rebelles ou Zef l'a-t-il croisé sans connaître son passé avec Hajoo ? Ou alors, c'est du hasard complet... Tant de possibilité :D

Pour le reste, c'est donc un épilogue en forme de "À suivre" que tu nous proposes. On se demande ce qui a pu se passer en une année pour que Mon Mothma décide d'envoyer Talia chercher un traitre pour les aider (un traitre qui a causé la mort d'un Jedi ne l'oublions pas). Cela semble un peu facile pour le moment, mais je ne doute pas que tu y répondras dans ce tome 2, car c'est la bonne nouvelle. Il y aura une suite. Talia, Ivee, Azzion et un mystérieux clone connaissant le passé du protagoniste. Curieux de voir ce que tu vas nous proposer :oui:

Vivement la suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1508
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar mareva_mae » Mer 04 Jan 2023 - 15:12   Sujet: Re: L'Héritage

Chapitre 16 et épilogue lus :D

Une belle conclusion à une histoire très chouette, dont j'ai hâte de découvrir la suite. J'ai notamment apprécié le propos autour des clones que tu développes, mais aussi ton personnage principal, très crédible. Oui Azzio ne sait pas souvent sur quel pieds danser et fait des erreurs, mais c'est pour ça qu'il a autant fonctionné sur moi. J'adore les flawed characters et le tien était super réussi.

Je suis un peu plus dubitative quant au format que tu as choisi, qui à mon avis doit s'apparenter à une novella. Peut-être que c'est ma gourmandise qui parle mais je trouve ton tome 1 trop court, on dirait presque un demi tome qui ouvre d'abord à des aventures très prometteuses qui finalement se concluent trop vite à mon goût. A partir de l'infiltration de tes personnages dans un complexe impérial et la révélation de l'identité de Koi, tout s'accélère et ça m'a un peu laissé le goût d'une fin précipitée. Avec la richesse de tes personnages secondaires, notamment Talia, je pense qu'il avait largement de quoi étoffer ton texte.

Désolée pour cette petite note un peu négative, je l'aurais sans doute vécu autrement si j'avais su dès le début la longueur de ton texte. Je tiens à rappeler que j'ai passé un excellent moment et que ta plume m'a séduite de A à Z :cute:

Hâte de lire la suite et de découvrir tes précédents textes :)
Double Suns and sipping blue milk

Fanfiction ; Le Jedi et La sorcière : [Tome 1], achevé - [Tome 2], en cours de publication
mareva_mae
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 481
Enregistré le: 06 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Mer 04 Jan 2023 - 18:58   Sujet: Re: L'Héritage

Alors je rajoute une petite couche, mais promis, je ne vais pas faire long. Vraiment ! Lol

C'est que le commentaire de Mareva fait un peu écho à mon ressenti en réalité. C'est de ce qu'elle a soulevé sur la longueur qui m'a à ce point persuadé qu'il y aurait une suite. Lorsque tu as annoncé que la fin se présageait déjà, ça m'a pris un peu au dépourvu. Plus que ton annonce tardive, car après tout, annoncer ta progression ou non dans le récit, c'est toi qui voit. Même si je l'avais su de base, je me serais dit que ça se précipite un peu, avant même d'arriver au bout du propos.

Alors je n'en avait pas forcément parlé (déjà parce que je dis suffisamment de choses comme cela dans mes pavés) mais la longueur me donnait cette impression que c'était un peu court, au delà qu'une frustration qu'on peut avoir lorsqu'on arrive au terme d'un récit qui nous a plu. Ce qui était un peu le cas, donc je me suis dit que le souligner n'importait pas tant que cela, que c'était normal. En terme de longueur, mes récits sont assez longs, donc je ne sais pas a combien de mots tu te trouves. Mais voilà, le point soulevé par ma camarade m'a parlé également. Ça m'a moins "gêné" pour le dire ainsi, car j'ai été soulagé pour le tome 2. Si ton récit prenait bel et bien fin ici, ma perplexité se serait davantage exprimée !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.

Déçus de la postlogie ? Venez jeter un œil !
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 818
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar LL-8 » Dim 08 Jan 2023 - 17:40   Sujet: Re: L'Héritage

Hello à tous et merci pour vos retours ! :jap:
Contente de vois que dans l'ensemble, ce récit vous a plu.

J'ai cru comprendre que la longueur (ou son absence justement xD) avait pu poser un peu problème. Je me suis demandé si j'allais annoncer dès le début qu'il n'y aurait que 16 chapitres... Je verrai pour la suite comment je fais les choses, mais on restera dans le même ordre d'idée. J'ai toujours eu un style concis, court et dense... Je crois que j'aurai du mal à faire ça autrement ^^ Voyez ça comme une saison de 16 épisodes :D


Loucass824 a écrit:Donc, Hajoo a bel et bien mentionné Jaden à Zef d'une manière ou de l'autre !Je crois que c'est ce détail plus que l'utilisation du nom en lui-même qui m'a marqué.

Je suis contente que ce détail ait fonctionné! Depuis le début de mes publications sur ce site, j'aime mettre des références à d'autres œuvres qui m'ont marquée. Mais c'était là l'occasion de lier un peu plus cette fic' au reste. Qui sait si ce détail n'aura pas son importance :sournois:

Loucass824 a écrit:Alors on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent (ce qui est une bonne chose, même si cela frustre le lecteur), même si je suis moyen fan de la manière en question, le principe de coordonées qui tombent comme ça, ect... Je sais qu'il ne s'agit que d'un épilogue, mais voilà. Ça bien montre qu'Azzio est toujours gangrené par sa quête identitaire, étant donnée qu'elle resurgit sans peine alors qu'il se trouvait hors du temps et de l'existence, à s'isoler dans pareil endroit. Mais il "retrouve vie" en peu de temps, prêt à repartir.

J'explorerai tout cela dans le tome 2, si cela peut te rassurer.

Loucass824 a écrit:En tout cas, félicitations pour ce tome 1, et merci pour la proposition de ton récit ! De tout tes récits que j'ai lu, c'est le premier que j'ai commencé le jour 1, dont j'ai suivi la publication jusqu'au bout, contrairement aux autres que j'ai binge-readés pour le dire ainsi. Et c'était très plaisant, très intéressant !

Merci beaucoup! :jap:

ShamanWhills a écrit:En tout cas, je suis étonné que Talia revienne vers lui après ce qu'il a fait sur Corellia.
L2-D2 a écrit:Néanmoins, je trouve tout de même un peu "facile" - ou du moins, cela me semble manquer de plausibilité - l'idée que la Rébellion et Mon Mothma voudraient reprendre Azzio dans leurs rangs, qu'il leur serait utile... oui, il a tout de même causé la mort d'un Jedi, ce qui a dû faire un mal certain à l'effort de guerre de l'Alliance ! :perplexe:

Tout cela sera bien sûr revu en détails dans la suite!


Mandoad a écrit: Alors, au-delà du clin d'oeil, cela a tellement d'implication pour que Zef mentionne ce nom. Hajoo lui a-t-elle parlé de lui à un moment et d'une façon qui l'a suffisamment marqué ? S'est-il retrouvé impliqué dans une histoire avec les deux Rebelles ou Zef l'a-t-il croisé sans connaître son passé avec Hajoo ? Ou alors, c'est du hasard complet... Tant de possibilité :D

J'avais bien sûr une raison en tête mais ton commentaire me fait penser qu'il peut y avoir d'autres possibilités (surtout depuis qu'on connait la fin de ton tome 3). Après, pour le moment, les implications de cette mention concerne surtout mes personnages ^^

mareva_mae a écrit:J'ai notamment apprécié le propos autour des clones que tu développes, mais aussi ton personnage principal, très crédible.

Merci ! :jap:

mareva_mae a écrit:Avec la richesse de tes personnages secondaires, notamment Talia, je pense qu'il avait largement de quoi étoffer ton texte.

Il y avait peut-être des choses à faire peut-être, mais ce n'était pas l'objectif de ce texte, surtout sans savoir ce que seraient les retours. Maintenant que mes personnages sont établis et que je sais qu'ils ont été appréciés, je verrai si j'étofferai pas un peu la suite.

Merci à tous en tout cas d'avoir suivi ce tome et pour vos retours positifs!
À bientôt pour la suite!
"Mind tricks don't work on me."
Nouvelle fic' ! L'Héritage
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1235
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Loucass824 » Dim 08 Jan 2023 - 20:36   Sujet: Re: L'Héritage

"sans savoir ce que seraient les retours"

Bon, on ne se voilerait pas un peu la face avec ça là ? Lol encore, venant de quelqu'un qui a sauté le pas pour son tout premier récit, toute première expérience dans l'écriture, je pourrais comprendre. Mais lorsque l'on a déjà fait montre de son talent à plusieurs reprises (comme toi en l'occurrence) la crainte de la réception a vraiment conditionné ton ambition/envie de t'étendre sur ces points ? Tu pensais vraiment que tu allais produire un résultat décevant ? Je crois bien que, de toutes les personnes qui t'ont lu, tu dois être la seule à le penser... Lol ce n'est pas pour casser, mais simplement, tu as déjà largement fait tes preuves tout de même, tes oeuvres parlent pour toi. Bigre, c'est en réalité le lot de tous les auteurs de devoir être rassurés en définitive... Lol eh bien si ce n'est que ça, pas de souci, je continuerai à le faire, ça ne me dérange pas du tout !

A propos de ton style justement, que tu décris comme concis, court et dense, c'est intentionnel, un but recherché depuis le début, pour une raison ou pour une autre ? Ou alors c'est venu comme ça, au fil du temps ? Après, peut-être s'agit-il du meilleur moyen pour toi de te trouver le plus à l'aise pour que ton talent s'exprime au mieux. Mais si cela est dû à un frein quelconque de ne pas tenter un récit plus long ou étoffé... Je t'arrête de suite, et demande que le risque soit pris ! Lol parce que moi, un récit comme le tien, il ne serait pas juste rallongé, mais bel et bien étoffé, amélioré à être plus long ! Alors certes, ce n'est que mon avis, et le plus important est que tu demeures à l'aise dans ton travail. Mais une part de moi se dit presque dommage de ne pas aller au bout de ces possibilités ! Lol mais le choix doit venir de toi.

Tout ça pour ça... Lol mais bon courage pour la suite en tout cas !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.

Déçus de la postlogie ? Venez jeter un œil !
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 818
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar LL-8 » Mar 17 Jan 2023 - 15:53   Sujet: Re: L'Héritage

Il y a toujours une petite appréhension lorsqu'on crée des nouveaux personnages :wink:

Loucass824 a écrit:A propos de ton style justement, que tu décris comme concis, court et dense, c'est intentionnel, un but recherché depuis le début, pour une raison ou pour une autre ? Ou alors c'est venu comme ça, au fil du temps ?

J'ai essayé plusieurs formats, dont le roman. Je reste plus à l'aise avec un format plus court, j'ai moins cette sensation de m'épuiser à l'écriture.
"Mind tricks don't work on me."
Nouvelle fic' ! L'Héritage
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1235
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Précédente

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations