La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 38]

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Notsil » Lun 26 Mar 2018 - 14:03   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 27/Partie 2]

Ah zut c'était pas la suite :p
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2365
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Darth Eluar » Dim 01 Avr 2018 - 21:51   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 27/Partie 2]

Bon, je pourrais vous faire le coup du "oh ben en fait je vais arrêter" mais il a été usé jusqu'à la corde et puis il est tard, vous avez dû voir largement assez de poissons pour aujourd'hui, alors oublions et profitons d'un nouveau chapitre :D

Notsil a écrit:Ah zut c'était pas la suite :p

La voilà :D

Gnagnagna, comment ça "une semaine de retard", je ne vois vraiment pas ce que vous insinuez :paf:

Chapitre Précédent
Sommaire
Chapitre Suivant (Partie 2)


Chapitre 28 (Partie 1):



Système Mandalore, Concordia.

La douce brise faisait voler les cheveux de Pristia dans les airs. Le soleil déclinait fortement au-dessus d’elle. Le crépuscule envahissait le ciel. Bientôt, la nuit allait tomber. Au loin retentissaient les grognements d’une meute de chats manka. Depuis le fond du ravin, s’élevait une fumée provenant de plusieurs vaisseaux que la silhouette qui se dressait non loin de là avait abattus à elle seule.

Pristia tenait son sabre laser jaune de ses deux mains. Derrière elle, des voix étouffées qu’elle identifia sans savoir pourquoi comme celles d’amis lui parvinrent. Elle n’y fit pas attention. Elle était concentrée sur celui auquel elle faisait face. La silhouette d’un Miraluka se découpait dans le coucher de soleil. Une lame cramoisie luisait à côté de celui-ci.

« Je ne vous reconnais plus, maître, s’entendit dire Pristia. Comment avez-vous pu vous abandonner aux ténèbres ainsi ? »

La silhouette ne répondit pas. Rapprochant son sabre laser de son visage dépourvu d’yeux, elle se ramassa sur elle-même dans la préparation d’un saut assisté de la Force, puis bondit.


Dans un cri, Pristia se redressa, le visage en sueur. Elle était allongée dans son chasseur, après avoir programmé son siège pour qu’il s’étale dans une position plus favorable au sommeil. Autour d’elle, les bruits caractéristiques de la nuit en forêt ne la rassurèrent qu’en partie. Ce qu’elle venait de voir était-il un simple cauchemar ? Rien n’était moins sûr. La Jedi avait eu suffisamment de visions pour savoir les reconnaître.

Mais comment interpréter celle-ci ? La jeune fille ne pouvait croire qu’il fallait le faire au pied de la lettre. Ce qu’elle avait vu ne pouvait pas être réel. Son maître était peut-être instable, il possédait certes des ténèbres en lui, mais il n’y succomberait jamais, Pristia le savait. Eleccoï n’était pas comme ça.

Une voix la tira de ses rêveries. Eÿnra accourait. L’œil valide de la Mirialan trahissait son inquiétude.

« Grande sœur, s’enquit-elle de sa voix mi-naturelle, mi-robotique, tout va bien ? Je t’ai entendu crier.
- Ne t’inquiète pas, petite sœur, la rassura l’Humaine. Ce n’était qu’un mauvais rêve.
- Tu es sûre ? s’inquiéta Eÿnra.
- Certaine, répliqua Pristia avec beaucoup plus d’assurance qu’elle n’en ressentait en réalité. Je vais prendre mon tour de garde, ajouta-t-elle en jetant un coup d’œil à l’horloge du tableau de bord de son vaisseau. Ça ne sert à rien que tu y retournes pour me réveiller dans une demi-heure standard.
- Si tu veux, grande sœur, grommela la jeune hybride en rejoignant à contrecœur son propre chasseur. Tu n’as pas intérêt à me mentir, sinon tu vas voir. »

Ces derniers mots étaient prononcés avec espièglerie. Pourtant, la jeune Humaine eut une boule dans la gorge en regardant partir son amie. Elle lui avait menti. Le pressentiment qu’elle avait eu une semaine plus tôt en arrivant ici ne faisait que se renforcer.

En s’extrayant agilement de son petit vaisseau, Pristia se plongea dans ses réflexions.

Un grand danger planait sur son maître mais ce n’était pas tout. La jeune fille avait également l’impression que son amie et elles étaient menacées.

Pourtant, elles quitteraient le système Mandalore le lendemain matin. Tout était prêt. En suivant les indications du plan que Colehn leur avait laissé et grâce aux pièces qu’elles avaient convoyées dans leurs vaisseaux, y compris certains éléments finis de leur création, les deux jeunes filles avaient construit une petite station qui abritait le projet… Quel était son nom déjà ? Ah oui. Coque Impénétrable.

Elles l’avaient programmée, toujours en suivant les indications. Restant prudentes, les deux amies se partageaient les tâches à tour de rôle. Pendant que l’une travaillait à l’assemblage ou la programmation, l’autre montait la garde. Il valait mieux éviter les mauvaises surprises. Jusque-là, mis à part des rongeurs qui avaient en partie grignoté les câbles d’un de leurs vaisseaux, qu’il avait fallu réparer, les Jedi n’en avaient eue aucune.

Heureusement que la mécanique faisait partie des compétences enseignées au Temple, car elles auraient été incapables de participer à cette mission dans le cas contraire.

Pristia écouta le son des insectes nocturnes qui emplissait l’air. Elle se détendit progressivement tout en gardant son attention focalisée sur les alentours. Rien ne perturbait la pénombre qui entourait les vaisseaux. La jeune fille laissa de côté ses pressentiments. Le lendemain, les deux Jedi allaient quitter le système ennemi et toute menace disparaitrait. La première chose que l’Humaine ferait en rentrant sur Coruscant serait certainement de contacter son maître. Elle s’inquiétait beaucoup pour lui et espérait avoir tort.

Eleccoï était le deuxième être qui comptait le plus pour elle, après Eÿnra. Son maître était parfois dur, mais très juste, et il la traitait avec affection. Son enseignement était sage et il avait appris à Pristia à se contrôler de mieux en mieux quand survenaient des évènements inattendus, même s’il arrivait encore à la padawan d’être paralysée dans pareille situation.

La jeune Humaine était révoltée par le traitement injuste du Conseil envers son maître. Il avait simplement demandé à être tenu à l’écart de la guerre car il pensait que celle-ci avait une influence néfaste sur lui et les maîtres avaient pris peur et commencé à le tenir à l’écart de tout. On avait convoqué la jeune Humaine dans la salle du Conseil pour dire ce qu’elle pensait du Miraluka et elle en avait dressé un portrait profondément positif. Bien sûr, elle n’avait pas manqué de parler de ses moments d’égarement, sans toutefois mentionner l’exécution de la jeune Sith Dévaronienne qu’il avait perpétrée sur Onderon. Si le Conseil savait, Eleccoï risquait gros, et Pristia ne voulait en aucun cas perdre son maître. Il était, de son point de vue, le meilleur qu’elle aurait pu rêver.

Se reconcentrant à nouveau sur le chant des insectes nocturnes, l’Humaine laissa son esprit vagabonder et s’échapper de ses noires pensées. Elle était certaine que tout irait mieux en rentrant sur Coruscant.

***


Le vent de Malastare se déchaînait. Un gros orage se préparait. Eÿnra devait s’abriter, ou elle allait subir la fureur des éléments. Courant vers les hauts plateaux qui se dressaient non loin d’elle, la jeune fille entendit la plainte d’une femme. Quelqu’un était en danger ! Elle devait aller la sauver ! Courant vers l’origine du bruit, la jeune Mirialan tenta de de déchiffrer la plainte qui lui parvenait. Un sentiment la frappa soudain : cette voix lui semblait familière ! Elle connaissait cette femme !

Un plateau montagneux lui barra soudain la route. La jeune fille commença à l’escalader. La roche était friable et ses mains ne cessaient de glisser de leur prise. Pour ne rien arranger, le tonnerre se rapprochait, et une violente averse s’abattit alors.

Se plongeant dans la Force, Eÿnra mobilisa tous ses sens. Ses membres se murent alors à une vitesse telle que la Mirialan ne sentait plus la pierre sur laquelle elle prenait appui. Sans savoir comment c’était possible, elle se retrouva au sommet.

Alors, un appel puissant fit trembler la Force. C’était un appel noir, qui la distordait et la faisait souffrir. Un appel qu’elle n’avait que trop entendu depuis sa jeunesse, encore plus depuis le fatidique duel de Felucia.

Une silhouette se matérialisa devant elle. Celle-ci avait la même apparence que la jeune fille, mais elle semblait plus décrépie, comme si de puissants phénomènes avaient altéré son corps.

Les Jedi l’appelaient « la manifestation de son côté obscur ». Mais cette présence n’était pas elle. C’était bien plus que des ténèbres intérieures. Cette chose avait une conscience et une volonté propres. Elle n’avait qu’un but : prendre possession de son corps.

« Va-t’en, murmura Eÿnra. Tu n’as aucun pouvoir sur moi.
- J’ai bien plus de pouvoir sur toi que tu ne l’imagines, petite Jedi, répliqua la présence noire. Tu vas bientôt te précipiter entre les filets de mon nouvel allié. Et il m’aidera. »

A la gauche de la Mirialan, une silhouette laiteuse se forma. Cette forme blanchâtre, la jeune fille ne la connaissait que trop bien.

« KoTOR… » articula-t-elle.

Ne laissant pas le temps au Sith d’agir, elle tendit la main vers lui et projeta une violente vague de Force. L’apparition se dissipa dans des volutes mauves.

Se retournant vers la présence, la jeune fille répéta :

« Va-t’en ! Tu n’as aucun pouvoir sur moi !
- Mais je suis toi, susurra son interlocutrice. Tant que tu le nieras, je gagnerai en puissance. »

Dévoilant un sabre laser couleur sang, elle se précipita vers la Jedi qui attrapa son arme et para le coup au dernier instant. Elle contre-attaqua ensuite, esquivant plusieurs coups qui lui auraient été fatals.

Un premier éclair s’abattit non loin. Il lui fallait se défaire de son adversaire au plus vite ou la tempête l’emporterait. La jeune fille sentit que ses forces la quittaient à toute vitesse. Elle allait craquer.

Soudain, une ouverture se présenta. Parant un coup dangereux, Eÿnra parvint à repousser l’arme de la présence sur le côté. Elle avait une occasion de frapper.

Alors, elle abattit son sabre.


Se réveillant en sursaut, la jeune Mirialan se cogna sur la paroi de son chasseur. C’était une vision. Encore…

Cette présence ne cessait de se manifester. A chacune de ses apparitions, elle gagnait en puissance. Eÿnra n’avait évoqué ces visions qu’une seule fois devant son maître, qui y avait vu la manifestation d’une épreuve que la Force lui ferait subir bientôt.

Cependant, la jeune fille craignait que ce ne soit bien plus profond que cela. Quelque chose sommeillait en elle depuis toujours, une présence puissante. Et cette présence sembler gagner de plus en plus en puissance…

Et il y avait KoTOR. C’était la quatrième fois qu’elle le voyait ainsi dans son sommeil en moins d’un mois. Je devrais peut-être le rapporter à mon maître, s'interrogea la jeune fille. Après réflexion, elle se dit qu’une fois rentrée sur Coruscant, elle contacterait le Pantorien pour lui faire part de ses inquiétudes.

Un mauvais pressentiment l’étreignait. Elle sentait le côté obscur se propager partout. Il encerclait la galaxie et la pénétrait de toutes parts. Tant de Jedi avaient péri ou disparu depuis le début de la guerre.

Pourquoi pensait-elle soudain à eux ? Pourquoi l’image d’Eleccoï se formait-elle dans son esprit ?

Des visions commencèrent à tournoyer autour d’elle et les voix se multipliaient. Le passé, le présent et le futur s’entremêlèrent.

« Reviens parmi nous ! »

« L’enfant est déjà en sécurité. »

« La Force est puissante en vous. »

« Que débute le plan Vfrar’nal. »

« La guerre a recommencé. »

« Le Duracier… »


Alors, la jeune fille sombra à nouveau dans l’inconscience et aucun rêve ne vint accompagner les dernières heures de sa nuit.
Modifié en dernier par Darth Eluar le Sam 05 Mai 2018 - 18:57, modifié 1 fois.
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar mat-vador » Dim 01 Avr 2018 - 22:56   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 28/Partie 1]

Lu!

On devine que la confrontation entre l'apprentie et son ancien maître constituera l'élément essentiel de l'intrigue pour la suite! de bon augure :sournois: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1549
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Lynne » Lun 02 Avr 2018 - 11:51   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 28/Partie 1]

Ah ben c'est pas trop tôt ! :paf:
Un chapitre plutôt calme, dans le sens où il n'y a pas (encore) de baston, qui ne devrait pas tarder si on se fie aux visions de Pristia et au piège qui va sûrement bientôt s'abattre sur les deux padawans. Par contre, la connexion entre KoTOR et l'apprentie de Myyr m'intrigue...un vestige de leur confrontation ?
En tout cas, vivement la suite !
Super-MJ à votre rescousse !
We've all got light and dark inside of us. What matters is the part we choose to acton on, that's who we really are
- Sirius Black
Lynne
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 343
Enregistré le: 03 Juin 2017
 

Messagepar Notsil » Lun 02 Avr 2018 - 21:30   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 28/Partie 1]

Oh oh, ça promet du lourd pour la suite tout ça !

Juste une suggestion, pour moi un siège s’allonge plus qu’il ne s’étale ; à toi de voir.

Les 2 miss vont clairement au-delà des ennuis :)
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2365
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar L2-D2 » Mar 03 Avr 2018 - 7:20   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 28/Partie 1]

Début du Chapitre 28 lu !

Ouh, les deux padawans vont devoir chacune affronter leur maître ou un analogue... ça s'annonce intéressant et prometteur ! Quelque chose me dit que cela va mal finir... un duo Eleccoï/Eynra vs Pristia/Myrr à venir ? :sournois:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5389
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar LL-8 » Mar 03 Avr 2018 - 16:59   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 28/Partie 1]

Lu!
Sympa!
Pas grand chose à dire de plus, sinon que vivement la suite :D et je veux revoir Eleccoï ^^
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1032
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Darth Eluar » Sam 05 Mai 2018 - 18:56   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 28/Partie 2]

Hum, il semblerait que j'aie quelque peu subi une dilatation temporelle tout à fait soudaine et imprévisible :transpire:
Pour me faire pardonner, je... trouverai un truc mais je préfère ne rien promettre :transpire:
Certains d'entre vous commencent à voir au delà de mon détournement d'attention :D Mais j'ai encore des tours dans mon sac :sournois: :diable:

La suite, donc :D

Chapitre Précédent (Partie 1)
Sommaire
Chapitre Suivant

Chapitre 28 (Partie 2):


La chaleur naissante du soleil du système Mandalore réveilla Eÿnra plus ou moins paisiblement. Le souvenir de ses cauchemars la hantait encore et la jeune Jedi se sentait choquée. Elle devait parler à maître Satele. Elle n’attendrait pas le retour de son maître : sitôt qu’elle serait de retour sur Coruscant, elle irait voir la plus vénérable des Jedi.

Ouvrant la partie droite de son masque par la force de sa volonté, la Mirialan inspira une grande gorgée d’air pur et se força à oublier, pour l’instant, ce qui venait de se dérouler. L’air filtré par son masque la répugnait profondément. Quand celui-ci lui recouvrait l’intégralité du visage, elle se sentait oppressée. Cependant, elle était obligée de le faire pour dormir, car sa blessure avait altéré une partie des nerfs qui se chargeaient chez elle de la commande involontaire de certains mouvements. Ainsi, si son cœur battait encore heureusement de lui-même, elle devait faire un effort conscient pour ordonner à ses poumons de se gonfler et de se vider. Le masque pouvait s’en charger pour elle en lui insufflant de l’air, mais elle détestait profondément sa présence.

Le visage ainsi caché, sans compter ses implants et son bras artificiel, Eÿnra avait le sentiment d’être telle un droïde. En réaction, sa personnalité s’était exacerbée au cours des dernières années, comme pour marquer son identité. Il lui était arrivé à plusieurs reprises de défier les décisions du Conseil et de son maître mais, puisque cela menait à chaque fois à une victoire plus importante que prévue pour la République, la jeune fille n’avait subi que des remontrances.

Touchant ses implants qui couraient sur toute la partie gauche de son corps, la jeune Jedi vérifia, comme à chaque réveil, qu’ils fonctionnaient tous parfaitement. Il n’y avait rien à signaler. Elle poussa un soupir. Cette intrusion à l’intérieur d’elle-même, même si elle l’avait sauvée, l’avait rendue assez méfiante envers certaines technologies. Si Eÿnra reconnaissait leur utilité et savait s’accoutumer à leur utilisation, comme avec l’installation de cette petite station sur Concordia, elle évitait de s’en approcher dès qu’elle le pouvait. C’était une sorte de revanche pour lui avoir volé une partie de son identité. S’il existait quelque part dans l’Univers une civilisation dont la technologie était entièrement biologique, la Mirialan en venait presque à prier pour que celle-ci envahisse la galaxie.

Elle avait cependant gardé son goût et son talent pour le pilotage. C’était une sorte d’exception à son allergie à la technologie. Elle pilotait aussi bien qu’elle se battait au sabre laser ou qu’elle élaborait des stratégies complexes, trois talents acquis auprès de son maître qui les partageait.

La Jedi jeta un coup d’œil vers leur création. Cachée par les arbres environnants, la Coque impénétrable se distinguait à peine depuis son vaisseau, pourtant posé à quelques dizaines de mètres. Elle arborait de plus le même vert délavé que les végétaux, se camouflant encore mieux parmi ceux-ci. Il s’agissait d’une petite station dont la partie principale, de la forme d’une demi sphère, était de la taille d’Eÿnra, qui était contrainte de se baisser pour rentrer dans le minuscule compartiment de contrôle. A son sommet se dressait une antenne qui ne devait même pas mesurer deux fois la taille de la Mirialan.

La voix enjouée de Pristia extirpa la jeune fille de ses pensées.

« Bien dormi, petite sœur ? » interrogea l’Humaine.

Eÿnra ne put retenir un sourire. Chaque fois qu’elle était en compagnie de son amie, cette dernière savait lui remonter le moral et elle savait que l’inverse était vrai. Les deux jeunes filles passaient tout leur temps ensemble à l’époque où elles n’étaient que des jeunes novices. Depuis leur obtention du statut de padawan, elles passaient toujours ensemble chaque instant libre qui leur était offert. Eÿnra devait reconnaître qu’elle pourrait passer des semaines entières à discuter avec son amie sans s’en lasser. Chaque mission qu’elles avaient partagée avait été une bénédiction. Celle en cours l’était plus que tout, car c’était la première dont elles étaient chargées à elles seules.

Elle appelait Pristia « grande sœur » depuis des années, car l’Humaine savait toujours la raisonner, la réconforter, la protéger. Pourtant, Eÿnra surpassait son amie dans presque tous les points, et parfois de très loin. Cependant, la Mirialan s’inclinait devant Pristia et la considérait comme sa protectrice, parfois encore plus que son maître, avec lequel elle partageait pourtant une profonde affection filiale.
Et puis, Pristia lui avait sauvé la vie après Felucia, en maintenant son état jusqu’à ce qu’elle puisse recevoir des soins. Sans elle, Eÿnra serait morte, et la jeune fille n’avait toujours pas eu l’occasion de repayer sa dette à son amie.

Ce fut avec le sourire que lui conférait toujours l’Humaine que la padawan répondit :

« Parfait, grande sœur ! Tu as inspecté la station ?
- Oui, c’est bon, lui apprit Pristia. On peut décoller.
- Alors ne moisissons pas plus longtemps ici, décida Eÿnra en réglant son siège pour passer de la position allongée qu’elle avait activée pour la nuit à une position assise adaptée au pilotage. On y va ? »

L’Humaine répondit par l’affirmative et se glissa dans son propre vaisseau puis réalisa la même manipulation que son amie. Les deux Jedi fermèrent ensuite leur cockpit et activèrent le système de camouflage en le renforçant à l’aide de la Force. Elles décollèrent de concert et quittèrent l’atmosphère en évitant soigneusement les zones habitées de la planète.

En arrivant dans l’espace, Eÿnra ne manqua pas de remarquer un détail qui l’intrigua. Les vaisseaux qui défendaient Mandalore étaient moins nombreux qu’à leur arrivée, une semaine plus tôt. La jeune fille eut un pincement au cœur en pensant que ces vaisseaux étaient probablement déployés ailleurs dans la galaxie, propageant la destruction et fauchant d’innombrables vies innocentes. Cependant, un élément supplémentaire accrut sa curiosité. Le plus imposant des croiseurs mandaloriens, qui devait en toute logique être leur vaisseau amiral, manquait lui aussi à l’appel. Quelque chose d’important se préparait.

Pensive, la Mirialan modifia son cap pour suivre son amie et lança les calculs de l’ordinateur de bord. Quand celui-ci indiqua aux deux jeunes filles qu’elles étaient prêtes à sauter en hyperespace, elles actionnèrent presque simultanément la manette de l’hyperpropulseur et les étoiles s’allongèrent pour laisser la place à un long tunnel bleu.

Eÿnra ne put retenir un soupir de soulagement. Un mauvais pressentiment l’étreignait depuis une semaine, comme si quelque chose risquait de se produire. A présent qu’elles avaient quitté le système Mandalore, elles étaient en sécurité.

De son côté, Pristia ne perdit pas de temps. Maintenant qu’elles étaient en hyperespace, elles pouvaient transmettre sans crainte. Elle ouvrit un canal avec son amie et l’élargit pour contacter Coruscant.

Cinq figures apparurent devant les jeunes Jedi, dont quatre qu’elles connaissaient : deux membres du Conseil, maître Satele et maître Kirto, ainsi que le Commandant Suprême des Armées Markus Urlbot, et l’amiral Dodonna. Ils étaient accompagnés d’un Chagrien qui portait lui aussi des galons d’amiral.

« Maîtres, Commandant Suprême, Amiraux, salua Pristia. Nous avons réussi. La Coque Impénétrable est prête.
- Excellent, se satisfit Urlbot. Maître Kirto, amiral Ul-Laged, êtes-vous prêts à procéder ?
- Oui, commandant suprême, répondit le Chagrien d’un ton martial. L’assaut sur Mandalore va pouvoir débuter.
- Parfait, ponctua le plus haut gradé de l’armée de la République. Vous risquez de rencontrer une forte résistance, mais la Coque Impénétrable devrait changer la donne.
- Un instant, intervint Eÿnra. J’ai remarqué que plusieurs croiseurs mandaloriens avaient disparu entre notre arrivée et notre départ, y compris leur croiseur amiral.
- Hum, réfléchit l’amiral Dodonna, il n’y a pourtant pas eu d’engagement supplémentaire de croiseurs mandaloriens depuis une semaine…
- Peut-être préparent-ils une attaque ? suggéra maître Satele.
- Peut-être… approuva le commandant suprême Urlbot.
- Nous serons prudents et tiendrons compte du risque accru d’arrivée rapide de renforts, décida maître Kirto. Merci de cette information, padawan. Que la Force soit avec n… »

Il s’interrompit en entendant les alarmes qui résonnèrent en chœur dans les cockpits des deux jeunes filles, faisant sursauter ces dernières. Eÿnra baissa la tête, abandonnant les cinq silhouettes du regard, pour diriger ses yeux vers le tableau de bord qui afficha trois mots rappelant un dur souvenir à la padawan :

Hyperpropulseur hors-ligne.

Comme sur Felucia quatre ans plus tôt, le sang de la Mirialan ne fit qu’un tour. Son hyperpropulseur avait été piraté, comme le jour où elle avait perdu son bras gauche et failli mourir. Son maître lui avait raconté qu’il avait ensuite été convoqué dans le bureau de la chancelière et que le professeur Colehn, y apprenant ce qui leur était arrivé, avait semblé reconnaître leur technologie, sans lui révéler quoi que ce soit.

« Euh… Eÿnra, est-ce que… commença Pristia.
- Oui, souffla celle-ci. C’est exactement ce que j’ai eu sur Felucia. »

D’autres mots s’affichèrent sur l’écran.

Activation du cran de sécurité. Retour à l’espace réel. Calcul des coordonnées en cours.

Le tunnel bleu s’emplit d’un halo rosé qui caractérisait les retours forcés à l’espace réel puis celui-ci disparut et les étoiles reprirent péniblement leur place autour des deux vaisseaux qui furent saisis de fortes turbulences avant que les jeunes filles ne parviennent finalement à en reprendre le contrôle.

« Quelque chose nous a tirées hors d’hyperespace ! s’écria Pristia.
- Le prototype du Coupeur de Route est encore en leur possession… soupira Urlbot en gardant un calme impressionnant. Où êtes-vous ? »

Eÿnra jeta un regard autour d’elle. Une planète se détachait au loin et ses instruments de navigation, après quelques instants à se remettre de cette sortie impromptue d’hyperespace, lui indiquèrent son nom : Concord Dawn. Elles se trouvaient encore au cœur de l’espace mandalorien !

Elle transmit l’information au commandant suprême qui se passa la main sur le visage. Ce fut à ce moment que des parasites commencèrent à saturer la conversation et rendre indistincte la voix d’Urlbot.

« N… lanc… Mand… sau… » entendit la jeune fille avant que les hologrammes ne disparaissent complètement, à l’exception de Pristia qui semblait assez paniquée.

Eÿnra se souvint que son amie avait tendance à perdre son sang-froid quand une situation qu’elle n’avait jamais connue se présentait. Elle voulut la rassurer mais aperçut plusieurs croiseurs se détacher du fond étoilé et se rapprocher à grande vitesse.

« Et voilà les croiseurs disparus de Mandalore… » grinça-t-elle.

Ils étaient au complet. Les cinq croiseurs manquants, y compris le vaisseau amiral, présents pour les accueillir. Avant que la jeune fille ne puisse réagir, un tremblement ébranla le vaisseau d’Eÿnra et celle-ci sentit son manche de guidage mourir entre ses mains. Elle savait ce que cela signifiait : elle était prise dans un rayon tracteur qui l’attirait lentement en direction du vaisseau amiral mandalorien. Le voyant de ses canons lui indiqua que le rayon la privait par ailleurs de sa puissance de feu.

Pristia fut plus rapide et entama une habile manœuvre d’évitement, réalisant des cabrioles imprévisibles qui avaient la vertu d’empêcher un rayon tracteur de la cibler. Scannant les croiseurs tout en se rapprochant d’eux, l’Humaine s’écria à l’attention de son amie :

« Ne t’inquiète pas, je vais te sortir de là ! »

Elle continua de manœuvrer pour interdire aux rayons tracteurs de la cibler tandis que le vaisseau d’Eÿnra était irrémédiablement attiré vers un hangar. Son pauvre petit chasseur ne pouvait rien face à un rayon aussi puissant.

« Eÿnra… » s’éleva la voix de l’Humaine.

Les deux jeunes filles ne s’appelaient par leurs prénoms que lorsqu’elles se trouvaient dans une situation très grave. La Mirialan déglutit et demanda à son amie quel était le résultat de son scan.

« Ils ont tous des rayons tracteurs, lui expliqua Pristia. Je ne pourrai pas leur échapper éternellement. Mais j’ai une bonne nouvelle. Ils n’ont pas encore levé leurs boucliers, ils devaient s’attendre à ce que les rayons tracteurs nous neutralisent immédiatement. Ça veut dire que je pourrai tirer une fois en faisant des dégâts maximaux, ensuite ils activeront leur protection. Mais je ne vois pas ce que je pourrais faire en un tir.
- Attends, j’ai une idée, s’écria Eÿnra. Est-ce que tu vois quelque chose qui pourrait être à l’origine de… du puit de gravité ou je-ne-sais-quoi qui nous empêche de passer en hyperespace ? »

Son amie réfléchit quelques instants et finit par répondre.

« Il y a une sorte d’antenne, expliqua-t-elle, et ça n’a pas l’air d’être une antenne de communication. »

Ce fut au tour d’Eÿnra de se plonger à toute vitesse dans ses pensées. Elles n’auraient droit qu’à un seul coup et il y avait autant de rayons tracteurs que de vaisseaux. Ce n’était pas eux qu’il fallait cibler et l’espèce de puit de gravité empêcherait toute fuite. Mais si Pristia détruisait ce dernier, alors elle pourrait s’échapper. Malheureusement, piégée par le rayon tracteur, la Mirialan ne pourrait pas la suivre mais, au moins, l’Humaine serait sauve.

Comme si elle avait suivi le cheminement de ses pensées, son amie s’écria :

« Non, n’y pense même pas, Eÿnra ! Je ne te laisserai pas !
- Il n’y a pas d’autre solution, soupira la padawan. Je suis prise au piège, de toute façon, mais toi, tu peux t’échapper.
- Il n’est pas question que je…
- S’il te plait, Pristia, demanda la Mirialan avec une sincérité qui brisa le cœur de son amie. Tu dois t’échapper. Je me débrouillerai, ne t’inquiète pas. Fais-le, je t’en prie… »
Pristia eut un instant de doute où elle faillit se faire cibler par un rayon tracteur mais finit par obéir à contrecœur à son amie.
« Je reviendrai, promit-elle, je te le jure. »

Elle se rapprocha du la structure qu’elle avait détectée et tira dessus à pleine puissance, provoquant une explosion très localisée sur le vaisseau amiral. L’écran du tableau de bord afficha alors :

Hyperpropulseur en ligne.

Malheureusement, Eÿnra savait bien que le rayon tracteur annulait cette information. Immédiatement, l’écran lui indiqua que les boucliers des croiseurs étaient levés. A elles-deux, elles n’avaient pas la puissance de feu pour en venir à bout. La voix de Pristia retentit une dernière fois dans son communicateur :

« Tiens bon, petite sœur, je serai vite de retour. »

La voix était de toute évidence chargée de sanglots.

« Je t’attendrai, grande sœur, répondit la Mirialan avec émotion. On sera bientôt de nouveau au Temple de Coruscant à discuter de tout et de rien. Je te le promets. »

L’Humaine ne lui répondit pas mais Eÿnra entendit l’émotion qui lui étreignait la gorge. Pristia lui adressa un regard chargé de regrets et actionna à contrecœur la manette de l’hyperpropulseur.

La Mirialan regarda avec tristesse le vaisseau de son ami disparaître et redirigea son regard vers le croiseur amiral mandalorien duquel elle était maintenant toute proche. Son vaisseau pénétra dans l’un des immenses hangars que la jeune fille détailla du regard.
Plusieurs dizaines de soldats en armure mandalorienne l’attendaient accompagnés d’une bonne centaine de droïdes de combat. Eÿnra poussa un soupir. Elle ne pourrait pas tous les combattre. Elle allait devoir se rendre et réfléchir plus tard à une évasion. Ça ne serait pas la première fois qu’elle serait prisonnière.

Cependant, Eÿnra ne s’était encore jamais évadée d’un croiseur amiral mandalorien… et n’avait encore jamais été capturée par Mandalore elle-même. Une femme en armure jaune se dressait en effet au milieu de ses soldats. Un sabre laser pendait à sa ceinture. La jeune fille avait entendu au détour d’un couloir du Temple que Mandalore était une Sith du nom de Dark Lutrinka. Elle venait d’en avoir la confirmation.

Son vaisseau se posa finalement et elle s’en extraya. Mandalore retira son casque pour laisser apparaître le visage d’une femme qui semblait jeune, mais chez qui les effets du côté obscur étaient manifestes pour un œil aguerri. Ses yeux jaunes éclairaient en effet un visage pâle.

« Dark Lutrinka, je présume, salua Eÿnra de la voix artificielle de son masque.
- Padawan Eÿnra Malkir, répliqua la Sith sur le même ton. Il est regrettable que votre amie nous ait échappé, mais vous étiez notre cible principale. Veuillez déposer votre sabre. Il est évident que cela serait du suicide de vous attaquer à nous. De plus, j’ai ordre de vous avoir vivante et je ne voudrais pas décevoir mon maître. »

Ces derniers mots éveillèrent la curiosité de la jeune fille. Les Jedi avaient été très surpris en voyant l’unité qui animait toujours l’Armée Noire malgré la mort de Dark KoTOR. Soit les Sith n’étaient effectivement que des serviteurs, ce qui était bien entendu inenvisageable, soit ils avaient trouvé très vite un nouveau maître, ce qui restait déroutant. Il n’y avait même pas eu de période de flottement. Qui pouvait-ce donc bien être ?

Quant à l’impossibilité pour la padawan de vaincre autant d’ennemis, ce n’était pas totalement vrai. Eÿnra avait déjà vaincu des adversaires plus nombreux, mais il ne s’agissait pas de soldats d’élite surentraînés. Mais, par-dessus tout, ce qui l’empêcha de tenter quoi que ce soit fut la pensée que Lutrinka était une ancienne membre du Conseil Noir. Il aurait effectivement été suicidaire de s’attaquer à elle avec autant de renforts derrière la Sith.

La Mirialan comprit qu’elle n’aurait pas d’autre solution que de coopérer. Elle déposa son sabre laser au sol et leva les mains derrière la tête. Immédiatement, une décharge paralysante l’atteint dans le dos et la jeune Jedi sombra dans l’inconscience.
Modifié en dernier par Darth Eluar le Lun 21 Mai 2018 - 21:25, modifié 1 fois.
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar LL-8 » Sam 05 Mai 2018 - 20:33   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 28/Partie 1]

Enfin le retour de la Tourmente ! :D

J'ai bien aimé, même si finalement il se passe pas grand chose... J'ai jamais caché que les padawans n'étaient pas mes préférées. En revanche j'aime beaucoup la description que tu fais des émotions d'Eÿnra sous son masque :jap:
Allez, bientôt la suite (on y croit! :lol: )
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1032
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar mat-vador » Sam 05 Mai 2018 - 22:26   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 28/Partie 1]

It's a trap!!

Bien écrit ce passage grâce au lien d'amitié qui unit les deux padawan, malheureusement séparées par les circonstances :cry: !

Bref la suite!
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1549
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 07 Mai 2018 - 10:03   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 28/Partie 1]

Deuxième partie du Chapitre 2 lue !

Fichtre, La Tourmente de l'Ordre est de retour en même temps que La Fédération Impériale ! Vous vous êtes donnés le mot, ce n'est pas possible autrement ! :lol:

Très bon Chapitre qui s'achève d'une façon totalement inattendue. Les Sith ont tout de même mis la main sur deux des principaux protagonistes du récit côté Républicain ! Tout cela n'augure rien de bon pour eux... :sournois:

Je suis très impatient de lire la suite ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5389
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Darth Eluar » Lun 21 Mai 2018 - 21:24   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 28/Partie 2]

Merci à vous pour vos commentaires et vos compliments :) :jap:
Spoiler: Afficher
LL-8 a écrit:Enfin le retour de la Tourmente ! :D

J'ai bien aimé, même si finalement il se passe pas grand chose... J'ai jamais caché que les padawans n'étaient pas mes préférées.

Il y en aura pour tous les goûts. :D Mais je n'ai jamais caché non plus qu'elles jouaient un rôle important dans cette histoire :) Même si j'ai mis en oeuvre certaines tactiques :whistle:

En revanche j'aime beaucoup la description que tu fais des émotions d'Eÿnra sous son masque :jap:

:jap: Je l'ai beaucoup travaillée :)

mat-vador a écrit:It's a trap!!

Bien écrit ce passage grâce au lien d'amitié qui unit les deux padawan, malheureusement séparées par les circonstances :cry: !
:diable:

L2-D2 a écrit:Fichtre, La Tourmente de l'Ordre est de retour en même temps que La Fédération Impériale ! Vous vous êtes donnés le mot, ce n'est pas possible autrement ! :lol:

Euh alors... *jette un regard vers Jag qui glande tout comme lui devant ses 85647 projets en retard*
Oui oui bien sûr c'est fait exprès ! :transpire:

Très bon Chapitre qui s'achève d'une façon totalement inattendue. Les Sith ont tout de même mis la main sur deux des principaux protagonistes du récit côté Républicain ! Tout cela n'augure rien de bon pour eux... :sournois:

:sournois: :sournois: :sournois: :diable: :diable: :diable: :diable:


Devant votre impatience et comme je le disais (ah non je n'ai rien osé dire :transpire: ) la dernière fois, pour me faire pardonner, je vous publie le chapitre 29 en intégralité aujourd'hui.
Le chapitre 30, lui sera coupé en deux, car... vous verrez :sournois:
Les choses se corsent et s'accélèrent. La République va lancer son attaque sur Mandalore en tentant de profiter de ses atouts, mais tout se passera-t-il comme prévu ? :sournois:

Chapitre Précédent
Sommaire
Chapitre Suivant


Chapitre 29 :


Felucia, Académie Noire.

Eÿnra reprit lentement conscience. La décharge paralysante l’avait heurtée de plein fouet. Alors que ses sens se remettaient doucement en place, ses yeux robotiques parcoururent les alentours. Elle découvrit qu’elle était prisonnière d’un champ de force qui maintenait ses membres et la contraignait à rester en position debout, suspendue à une cinquantaine de centimètres du sol.

Dès que les sens de la jeune fille lui permirent de ressentir la douleur, celle-ci envahit son esprit. Il semblait que des petits chocs électriques étaient provoqués à intervalles réguliers par le champ. Ces chocs visaient de toute évidence à la maintenir constamment éveillée et seraient terriblement efficaces à présent que les effets de la décharge paralysante étaient dissipés.

La jeune fille était face à un mur qui se trouvait tout proche d’elle. De chaque côté d’elle, elle put observer les mêmes parois à la même distance. Faisant appel à ses sens, elle détecta qu’il y avait un peu plus d’espace derrière elle jusqu’à une porte fermée par un autre champ de force. Elle se trouvait donc dans une petite cellule de détention. L’évasion de ce genre d’endroit était difficile mais faisable, selon bien sûr ce qui s’étendait à l’extérieur.

Pour trouver un indice sur ce dernier élément, Eÿnra détailla les murs qui l’entouraient et comprit très vite qu’elle n’était plus sur le croiseur mandalorien. En effet, les parois étaient faites de pierre, chose impossible sur un vaisseau. La jeune fille en déduisit donc qu’elle était au sol, mais où exactement ? Quand elle fit appel à la Force, elle frémit en ressentant la puissance du côté obscur qui habitait les lieux. Il devait donc s’agir d’un temple Sith ou d’un édifice de ce genre. En y réfléchissant, quelque chose semblait familier dans cette sensation.

Se pourrait-ce que… Oh non ! pensa-t-elle.

La Mirialan comprit qu’elle était de retour dans le lieu qu’elle abhorrait par-dessus tout : l’Académie Noire de Felucia. Quelque chose semblait étrange, cependant. Le côté obscur paraissait plus puissant que lors de sa dernière visite. Pourtant, c’était ici que Dark KoTOR était mort. Avec sa disparition, les ténèbres auraient dû s’affaiblir. Comment avaient-elles pu se renforcer ?

Il y avait comme une présence, une présence qui se masquait et dont la jeune fille ne parvint pas à déterminer l’identité. C’était très étrange. Elle sentit en revanche trois puissantes présence obscures. Des Sith étaient là. Elle s’étonna intérieurement. Seulement trois Sith ? N’y avait-il pas plus d’activité dans un endroit aussi central ? Des non-sensitifs n’étaient-ils pas présents dans les alentours ? La réponse à ces deux questions était négative, alors que la logique la plus élémentaire aurait voulu le contraire. Que se passait-il ?

Eÿnra s’interrompit dans ses réflexions en sentant deux des présences sombres se rapprocher. Elle entendit se désactiver le champ de force qui verrouillait sa cellule ainsi que le bruit de quatre pieds humains ou humanoïdes qui s’approchaient.

Faisant le tour de la cellule pour lui faire face, deux Humains entrèrent dans son champ de vision. La première était Dark Lutrinka, alias Mandalore, qui avait quitté son armure dorée pour des habits sombres plus classiques de l’ordre Sith. Le deuxième était un vieil homme à la barbe blanche qui aurait inspiré la confiance à la jeune fille sans ses deux yeux oranges.

« Bien installée ? siffla ironiquement celui-ci.
- Pas terrible… répliqua insolemment Eÿnra sans ouvrir la partie droite de son masque.
- Dis-moi, interrogea Lutrinka, pensais-tu vraiment entrer et sortir de notre système impunément ?
- Mais si vous étiez au courant de notre présence, s’étonna la Jedi, pourquoi ne pas nous avoir capturées directement sur Concordia ?
- C’est moi qui pose les questions, ici ! balaya la Sith en accompagnant ses paroles d’une gerbe d’éclairs de Force qui arrachèrent un cri à la Mirialan. Il se trouve, poursuivit-elle, que nous avons été informés de votre présence. Nous avons reçu les codes des transpondeurs de vos vaisseaux et nous savons même ce sur quoi vous travailliez. Malheureusement, notre informateur n’a pas pu se procurer les coordonnées où vous avez installé votre petite station. Concordia est grande, nous n’avons pas le temps de la chercher, alors c’est toi, petite padawan, qui vas nous l’indiquer.
- Jamais, refusa Eÿnra. Je ne vous dirai rien ! »

Les deux Sith tendirent simultanément les mains et la foudroyèrent ensemble, lui infligeant une douleur atroce. Tous ses muscles se tétanisèrent d’un coup. Certains de ses implants hésitèrent mais continuèrent à fonctionner.

« Les Jedi… bredouilla la Mirialan en reprenant son souffle. Les Jedi sont entraînés pour résister à la torture.
- Peut-être, répondit le vieux Sith, mais tu n’es pas encore une Jedi. »

Il avait appuyé sur la corde sensible. Eÿnra était frustrée de ne toujours pas être chevalière. Après tous ses actes héroïques, elle était toujours une padawan. La jeune fille serra les dents et répliqua :

« Vous… vous n’arriverez pas à me provoquer.
- Je crois que si, répliqua le Sith en s’approchant. Je crois que si. »

Il déposa la main sur le masque de la jeune fille qui sentit son filtre à air cesser de fonctionner. Sentant qu’elle commençait à étouffer, elle n’eut pas d’autre choix que de libérer la moitié droite de son visage et d’inspirer profondément, ce qui arracha un sourire au Sith.

« Voyons un peu l’utilité de ces implants… » déclara-t-il avec un plaisir mauvais.

La Mirialan lui jeta un regard noir de son œil valide ce qui accentua le sourire du Sith. Descendant sa main, il ferma les yeux et sembla visualiser les implants à travers la Force.

« Tiens donc, jubila-t-il, celui-là ne remplacerait-il pas tes reins ? »

La jeune padawan murmura un oh non si bas que le synthétiseur sur la partie gauche du masque ne le relaya pas. Elle sentit l’implant en question cesser de fonctionner et, si elle n’en perçut pas tout de suite les effets, la jeune fille savait qu’elle allait s’empoisonner lentement s’il ne se remettait pas en marche.

« Alors, padawan, interrogea à nouveau Lutrinka en la foudroyant à nouveau, toujours aucune idée sur la position de la station ?
- Allez… articula péniblement la jeune fille en serrant les dents. Allez au Bogan ! »

Elle se rendit compte ensuite de l’ironie de cette phrase, puisque Bogan, à l’origine une des lunes de Tython, la planète d’origine des Jedi, symbolisait le côté obscur de la Force. Les Sith ne relevèrent pas.

« Il faut que tu saches quelque chose, lui apprit Lutrinka. Nous avons réussi à rattraper ta chère amie. Tu ne voudrais pas qu’il ne lui arrive malheur inutilement, n’est-ce pas ? »

Non, c’était impossible ! Pristia s’était échappée ! Elle avait rejoint Coruscant !

« Vous bluffez ! s’écria Eÿnra.
- Tu crois ? siffla ironiquement la Sith. Que ferais-tu si ce boîtier me permettait d’ordonner son exécution ? »

Elle sortit un petit boîtier de communication de sa tenue ample et le tint bien en vue.

« D’après les communications que nous avons pu intercepter, poursuivit-elle, vous semblez très proches. Comment réagirais-tu si tu avais sa mort sur la conscience ? »

La Mirialan réfléchit à toute vitesse. Pristia s’était échappée du système Concord Dawn, c’était une certitude et l’appareil qui les avait tirées d’hyperespace avait été mis hors d’usage au moins assez longtemps pour permettre à l’Humaine d’être loin. Aurait-elle pu être recapturée ? Ce n’était malheureusement pas inenvisageable. Il aurait suffi de lui tendre une embuscade lors d’un saut intermédiaire. Cependant, il était presque impossible de prévoir les coordonnées d’un saut intermédiaire.

La Jedi se plongea dans la Force et tenta d’établir un lien avec son amie. Le côté obscur qui l’entourait brouillait ses sensations mais elle parvint à ressentir la présence lointaine et très floue de l’Humaine. Le lien qui les unissait dans la Force n’était pas aussi puissant qu’un lien maître-apprenti mais il existait tout de même. L’émotion principale qui en émanait était l’inquiétude mais en aucun cas la souffrance interne.

La Sith bluffait. Pristia était libre et en bonne santé. Eÿnra rouvrit son œil valide et déclara plus calmement :

« Vous mentez. »

Lutrinka appuya sur le bouton du boîtier et la Mirialan ne ressentit aucune perturbation dans la Force autre que celle qui l’avertit un quart de seconde en avance de la douleur qu’elle s’apprêtait à ressentir.

Une puissante décharge la traversa de part en part, la faisant crier, tétanisant profondément tous ses muscles et désactivant plusieurs implants supplémentaires, dont un qui se trouvait très proche du cœur de la jeune fille. Celui-ci se mit à battre plus rapidement et la connaissance que la Jedi avait de ses implants lui apprit qu’il allait accélérer progressivement si l’appareil n’était pas réactivé.

« Bien vu, Jedi, siffla la Sith. Mais il me reste une dernière carte dans la manche. Seigneur Molzeg ?»

Elle fit un signe de tête au vieux Sith qui quitta la cellule avant de revenir avec une seringue qu’il tenait très précautionneusement.

« As-tu déjà entendu parler du sérum V ? » demanda Lutrinka.

Eÿnra ne se donna même pas la peine de secouer la tête, ce qui lui valut une nouvelle décharge. Cette fois, elle serra les dents, ne voulant pas donner à ses tortionnaires la satisfaction de la voir se tordre de douleur.

« Le sérum V, expliqua la Sith, est nommé ainsi pour « vérité ». Il est en effet capable d’arracher n’importe quelle information à presque n’importe qui. C’est ce sérum qui a contraint un esprit aussi brillant et résistant que le docteur Nasan Godera à révéler tous ses travaux à Observateur 1.
- Ce sérum est extrêmement difficile à fabriquer, poursuivit Molzeg. Durant la guerre, les Services Secrets Impériaux n’en possédaient que quelques doses, et seul le consentement d’un membre du Conseil Noir pouvait les autoriser à en faire usage. Considère-toi honorée que nous en utilisions une pour toi.
- Sérum ou pas, lui opposa la Mirialan, je ne parlerai pas. La Force est avec moi et elle me rendra plus forte.
- La Force… répéta ironiquement le Sith. Tu n’as encore aucune idée du pouvoir du côté obscur.
- Le côté obscur rend faible ! cracha Eÿnra.
- Tu ne diras pas toujours ça, ma jeune amie, répliqua mystérieusement Lutrinka. Bientôt, nous te montrerons le pouvoir des ténèbres. Mais, pour le moment, nous avons besoin d’une information. »

Elle fit signe à Molzeg qui injecta le sérum à la jeune fille. Celle-ci, attachée, n’avait aucun moyen de l’en empêcher. Quand le liquide se propagea dans son sang, elle comprit que les Sith ne mentaient pas. Il atteignit très rapidement son cerveau et la Mirialan sentit baisser la force de sa volonté. S’appuyant sur ses pouvoirs, elle tenta de résister à son influence mais cela prit toute sa force. Epuisée, elle ne put s’empêcher de crier quand les petites décharges du champ de force continuèrent de traverser son corps.

« Je répète ma question, insista Lutrinka. Où se trouve la station que vous avez construite ? »

La présence du sérum devenait de plus en plus lancinante. Il devait stimuler les zones du cerveau qui recevait les signaux de douleur, produisant une intense souffrance comme si la jeune fille avait plusieurs immenses plaies ouvertes. La torture devenait atroce.

Eÿnra faisait tout son possible pour ne pas céder mais elle devait avouer que les Sith n’avaient pas sous-estimé l’effet du liquide. En parallèle de la souffrance abominable, elle sentait baisser la force de sa volonté. La jeune fille ne s’était jamais senti aussi proche d’un amas de cellules et de neurones, ce qui fit naître en elle une colère froide. Elle avait le sentiment d’être un droïde que l’on pouvait reprogrammer à volonté.

N’obtenant toujours aucune réponse, Molzeg et Lutrinka tendirent la main vers leur victime. Celle-ci se cambra légèrement, s’attendant à une nouvelle décharge, mais ses tortionnaires n’en firent rien. Ils posèrent tous deux leur main sur son front et entrèrent dans son esprit affaibli, redoublant la souffrance que la Mirialan ressentait.

« Ahhhhh ! hurla-t-elle en se contorsionnant dans tous les sens que ses liens lui permettaient. Sortez de ma tête, par pitié !
- Une forêt, murmura la Sith. Rien d’étonnant. Voyons ce qu’on peut voir de plus…
- Non pitié ! supplia-t-elle. Sortez de ma tête, je vous en prie ! »

La douleur était abominable, plus que tout ce qu’elle avait pu imaginer dans ses pires cauchemars. S’il lui restait toute la force de sa volonté, la Jedi aurait pu tenir encore un peu. Mais l’effet du sérum combiné à toutes les tortures qu’elle avaient subi eurent raison d’elle. Elle craqua. Sa bouche articula une série de coordonnées, celles qu’elle avait effacées de son ordinateur de bord en même temps qu’elle avait programmé la destruction du prototype de camouflage du vaisseau.

« Eh bien, tu vois quand tu veux, se satisfit Lutrinka avec un sourire cruel tout en sortant un communicateur dans lequel elle ordonna : Kinaan, déployez les éclaireurs à ces coordonnées. »

Les Sith relâchèrent leur emprise sur elle et son corps s’affaissa. La jeune fille se serait écroulée au sol si ses bras n’avaient pas été maintenus en hauteur. Elle se sentait tellement coupable. Elle comprenait qu’elle venait de condamner d’innombrables vies innocentes par son acte qu’elle regrettait déjà. Durant tout son entraînement, elle avait cru orgueilleusement qu’elle serait capable de résister à toutes les formes de torture. Il lui restait manifestement encore beaucoup de choses à apprendre.

Pour ne rien arranger, le rythme de son cœur avait démesurément accéléré et, sans son implant qui visait à le ralentir, il n’y avait aucun moyen de le faire battre plus lentement.

Cependant, avant de quitter la cellule, Lutrinka fit un geste vers la padawan et tous ses implants, ainsi que le filtre de son masque, se remirent à fonctionner. Il ne s’agissait pas d’un acte de bonté. Les Sith n’en avaient pas terminé avec elle.


Système Mandalore.

Rog Kirto fit quelques pas sur le pont. Malgré la vieillesse qui commençait à prendre l’Humain, il restait toujours vif grâce à la Force. Avoir un siège au Conseil Jedi depuis plus de vingt ans était usant, mais maître Satele lui avait appris à ralentir la vieillesse en se plongeant dans la Force. Le côté lumineux était une source de pouvoir immense, contrairement à ce que prêchaient les Sith. Il suffisait juste d’atteindre un niveau de sagesse suffisant pour s’ouvrir soi-même les portes de cette puissance.

Il y avait longtemps que maître Kirto l’avait fait. Malgré son âge, il savait toujours se battre au sabre laser comme personne et était souvent cité comme l’un des meilleurs duellistes de l’Ordre, sinon le meilleur, désormais que Satele, qui avait longtemps détenu ce titre honorifique, ne maniait plus la lame du fait de ses cent-huit ans.

De fait, il était le deuxième homme du Conseil après Satele, et seul maître Baï, le Céréen, avait une influence comparable à la sienne. Cependant, Kirto n’en tirait aucune fierté. Ce n’était pas la voie du Jedi, et il ne tirait de toute façon aucune fierté de quoi que ce soit depuis qu’il s’était aperçu qu’il avait été trompé par l’Empereur Sith qui avait pris la place de son maître trente années durant sans que l’Humain ne le soupçonne.

Ecartant ces noires pensées, le maître Jedi rejoignit à l’avant du pont l’amiral Ul-Laged, un Chagrien à la haute stature et à la mine sévère qui le salua d’un signe de tête avant de se repencher sur la table holographique qui affichait l’image de la formation des croiseurs mandaloriens qu’avaient capturée les padawans avant leur départ du système. Semblant se souvenir d’elles, le Chagrien releva à nouveau la tête vers Kirto.

« A-t-on des nouvelles des padawans ? demanda-t-il.
- La padawan Kleen a repris contact, répondit l’Humain, mais la padawan Malkir a été capturée.
- C’est regrettable. » soupira l’amiral.

Maître Kirto approuva d’un signe de tête sans savoir si Ul-Laged s’inquiétait pour la padawan ou pour les informations qu’elle pourrait révéler sous la torture. Le Chagrien était toujours très pragmatique. Certains le détestaient en prétendant qu’il ne pensait pas à ses hommes, mais le Jedi, qui avait partagé de nombreuses missions avec l’amiral, savait pertinemment que c’était faux. Ses tactiques visaient toujours à réduire au maximum les pertes, bien que ça ne soit pas évident pour ceux qui se situaient en bas de l’échelle.

Le Chagrien discutait de stratégie avec son second, un Twi’lek à la peau verte. Les deux officiers dialoguaient avec beaucoup de concentration. Il était évident qu’ils ne voulaient rien laisser au hasard. Après avoir répercuté les derniers ordres à leurs subordonnés ainsi qu’aux croiseurs qui les accompagnaient, l’amiral et le contre-amiral se retournèrent vers la baie d’observation, imités par le maître Jedi.

Le tunnel bleu de l’hyperespace disparut et les traits lumineux se raccourcirent avant que les étoiles ne reprennent leur place dans le ciel.

Un nombre important de vaisseaux mandaloriens les attendaient en formation de combat, ce qui n’avait rien d’étonnant pour un blocus de défense d’une planète aussi stratégique. Très vite, les formations des deux bords manœuvrèrent et engagèrent le combat tandis que les chasseurs des deux camps décollaient.

« La station sur Concordia est-elle opérationnelle ? demanda le Chagrien.
- Oui, amiral, lui apprit un sous-officier.
- Les Jedi ont bien travaillé, murmura Ul-Laged pour lui-même. Activez-la sans tarder. Je ne veux pas risquer de pertes inutiles. »

Les techniciens s’activèrent dans la fosse de commandement et, très vite, les relevés des boucliers indiquèrent que ceux-ci avaient une puissance bien supérieure à celle qu’ils étaient censés générer d’eux-mêmes. Dans le même temps, les boucliers des croiseurs ennemis diminuèrent de moitié en quelques minutes et continuèrent de baisser progressivement.

Kirto sourit. Avec un peu de chance, cette technologie pousserait leurs ennemis à se rendre et cette guerre commencerait à faire beaucoup moins de victimes.

« Amiral, s’exclama un sous-officier, nous détectons une arrivée de renforts derrière nous ! Ils vont nous prendre en tenaille !
- Déjà ? s’étonna le Chagrien. Ils ont fait vite ! »

Très réactif, l’amiral ordonna plusieurs mouvements dans sa formation afin d’adapter sa tactique. La table holographique montra cinq croiseurs mandaloriens derrière eux dont un qui surpassait largement les autres en taille. Ce devait être le croiseur amiral de Mandalore. Après avoir reçu la confirmation d’un de ses subordonnés que la Coque Impénétrable faisait aussi effet sur ces renforts, Ul-Laged ouvrit un canal de communication avec le croiseur amiral ennemi.

« Ici l’amiral Ul-Laged, se présenta-t-il. Mandalore, je présume ? »

La silhouette d’un homme en armure se dessina. Il ne s’agissait clairement pas de Mandalore.

« Mandalore est… occupée, déclara ce dernier. Je suis Kinaan Vizsla, du clan Vizsla. C’est moi qui la seconde.
- Vous avez pu constater que vos boucliers subissent actuellement un léger problème technique, lui annonça l’amiral. Je vous suggère de vous rendre, Mandalorien.
- Malheureusement pour vous, amiral Ul-Laged, il semble que vous ayez sous-estimé nos services de renseignements. »

Le Mandalorien fit un signe vers ce qui devait être sa propre fosse de commandement et tourna de nouveau la tête vers le Chagrien.

« A présent, déclara Kinaan, je pense que vous devriez vérifier vos boucliers.
- Amiral, s’écria un technicien à cet instant, le rapport de forces entre les boucliers s’est inversé ! Ce sont les nôtres qui diminuent et les leurs qui se renforcent ! Nous avons perdu le contrôle de la station.
- Oh non, soupira Ul-Laged en se passant la main sur le visage. Contactez immédiatement le Commandant Suprême Urlbot. »
Le sous-officier hocha la tête et obéit à son supérieur. Très vite, la silhouette du mandalorien disparut pour laisser la place à celle du Commandant Suprême. Sans laisser le temps à celui-ci de saluer son subordonné, le Chagrien prit immédiatement la parole de son ton martial habituel mais dans lequel Kirto décela une petite pointe de panique.
« Commandant Suprême, lui apprit l’amiral, ils ont pris le contrôle de la Coque Impénétrable.
- C’est impossible, s’étrangla Urlbot. Jamais leurs services de renseignement n’auraient pu…
- La padawan a peut-être parlé, suggéra le Chagrien.
- C’est possible, intervint Kirto avec un tremblement dans la voix. Si c’est le cas, ils ont dû la faire passer par les pires formes de torture qui soient. »

Les deux militaires hochèrent la tête pensivement.

« Amiral, ordonna finalement le commandant suprême, s’ils disposent de la Coque Impénétrable, alors cette bataille est perdue. Battez immédiatement en retraite.
- A vos ordres, commandant suprême, obéit Ul-Laged avant de répercuter l’ordre. A tous les vaisseaux : passez immédiatement en hyperespace ! »

Ce faisant, il se tourna vers le sous-officier en charge de l’hyperpropulsion. Celui-ci était livide.

« Mon… Monsieur… bredouilla-t-il. C’est… c’est impossible. L’hyperpropulseur… Il est hors ligne… »

Les officiers supérieurs ainsi que le Jedi bondirent tous en entendant ces derniers mots. Urlbot s’étrangla, perdant son calme habituel :
« Quoi ?
- Commandant, articula maître Kirto, ne me dites pas que c’est encore le…
- Le Coupeur de Route, souffla le plus haut gradé de l’armée de la République d’une voix blanche. Mais le prototype qu’ils nous avaient volé ne pouvaient pas cibler de vaisseau de la taille du vôtre… Ce qui signifie que la fuite dans les laboratoires est toujours active… »

Très vite, des messages leur annoncèrent que tous les vaisseaux de la République présents expérimentaient le même problème.

Kirto sentit un début de panique l’envahir. Les boucliers du croiseur étaient en train d’être réduits à peau de chagrin, et ils ne pouvaient même pas fuir. Se plongeant dans la Force, il ne put rien voir. Alors, il comprit qu’il était très probable que son heure soit venue.

« Autorisation de me rendre pour épargner la vie de mes hommes ? » demanda l’amiral Ul-Laged dans un souffle.

Le masque de l’officier se craquelait. Il avait perdu son ton martial habituel.

« Accordée, bien sûr, répondit Urlbot en tentant de retrouver son calme.
- Permission de mettre en application la procédure mille-cent-trente-huit ? ajouta le Chagrien.
- Ah non, je ne vous donnerai pas un tel ordre ! refusa cette fois le commandant suprême.
- Alors, je prendrai cette responsabilité moi-même, décida l’amiral. Je fais partie de l’Etat-Major, les informations que je détiens sont trop importantes. Maître Kirto, contre-amiral Rewoh’nesie, je ne vous oblige pas à vous y soumettre. »

Kirto savait ce qu’impliquait la procédure mille-cent-trente-huit. Dans le cas d’une capture par l’ennemi sans perspective de libération rapide, les officiers supérieurs possédant des informations stratégiques pouvaient décider de se donner la mort afin d’être certains de ne pas les divulguer sous la torture. Ils n’étaient en aucun cas contraints d’appliquer cette procédure sauf ordre direct.

Le maître Jedi n’eut pas besoin de réfléchit très longtemps. Il savait qu’il était entraîné à résister un temps à la torture, mais il ne fallait jamais présumer de ses capacités. En tant que membre du Conseil Jedi, il disposait d’informations cruciales qui ne devaient pas parvenir aux Sith. Il prit sa décision.

Le Twi’lek qui secondait Ul-Laged fit un pas en avant.

« Je vous avais dit que je vous suivrais jusqu’à la mort, amiral, déclara-t-il avec conviction. Ça sera chose faite. »

Kirto fit de même et annonça :

« Je rejoindrais la Force avec vous, messieurs. »

Une larme perla sous l’œil du Chagrien quand il demanda à Urlbot d’une voix empreinte d’une émotion profonde :

« Commandant Suprême, s’il vous plaît, transmettez mes excuses à mon épouse. Dites-lui que je ne serai pas de retour à temps pour son anniversaire. »

Le haut gradé hocha la tête, la gorge serrée et murmura :

« Que la Force soit avec vous, mes amis, à jamais. »

Sa silhouette disparut quand les officiers contactèrent à nouveau le Mandalorien.

« Avez-vous pris votre décision, messieurs ? demanda celui-ci.
- Oui, répondit Ul-Laged. Mais avant toute chose, je veux avoir la certitude que si je me rends, mes hommes seront bien traités.
- Je vous en donne ma parole d’honneur. »

Kirto soupira de soulagement. Venant d’un Sith, cette promesse n’aurait eu aucune valeur, mais il connaissait la valeur de l’honneur chez les Mandaloriens. Les troupes auraient droit au traitement juste des prisonniers de guerre.

« Très bien, se satisfit Ul-Laged, lui aussi au fait de la culture mandalorienne. Alors au nom de la République, je me rends, moi, mes vaisseaux et mes hommes.
- J’accepte votre capitulation, approuva Kinaan. Veuillez baisser vos canons et déposer toutes vos armes à l’écart de vos hommes. »
Le Chagrien approuva et l’hologramme du Mandalorien disparut. A l’extérieur du vaisseau, les échanges de tirs cessèrent immédiatement. L’amiral se tourna vers ses hommes et prononça un discours rassurant dans lequel il expliqua les raisons de sa décision. Beaucoup de ses subordonnées avaient les larmes aux yeux.
Echangeant un signe de tête avec le Jedi et son second, Ul-Laged demanda aux droïdes Z3 qui assuraient la sécurité du vaisseau de prendre place devant eux. Maître Kirto eut un petit sourire triste en pensant que l’amiral devait se dire que ces tas de boulons avaient au moins une utilité : personne dans l’équipage n’aurait voulu se salir les mains et exécuter ses supérieurs.
« Droïdes, ordonna le Chagrien. Ecoutez tous les ordres avant de les exécuter. Ordre de mettre en place la procédure mille-cent-trente-huit sur maître Kirto, le contre-amiral Rewoh’nesie et moi-même. Ordre ensuite de vous désactiver ainsi que tous les autres modèles à bord du vaisseau afin de procéder à la capitulation en faveur de l’Armée Noire. Procédez aux ordres à mon commandement… »

Les droïdes levèrent leurs armes vers les deux officiers et le Jedi. Celui-ci prit la peine de se rappeler ce qu’il avait accompli pour l’Ordre. La mission où il avait cru avoir participé à la mort de Zutell… Toutes les batailles contre l’Empire… La bataille finale de Korriban… L’échec du plan de Zutell… La mort de Dark KoTOR sur Felucia – ces deux dernières victoires étant plus du fait de maître Netrul que du sien mais cela n’avait pas d’importance – et enfin toutes les batailles qu’il avait menées durant cette guerre.

Kirto eut le sentiment qu’il mourait pour quelque chose. Si les renseignements qu’il possédait tombaient entre les mains de l’ennemi, cela serait catastrophique. Le maître Jedi était convaincu que la République, les Jedi et la Justice triompheraient toujours.

Paisiblement, il se rappela la dernière ligne du Code Jedi.

Il n’y a pas de mort, il n’y a que la Force.

« Procédez. »

Kirto ne sentit même pas la mort le prendre.
Modifié en dernier par Darth Eluar le Dim 29 Juil 2018 - 16:48, modifié 1 fois.
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar mat-vador » Lun 21 Mai 2018 - 22:00   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 29]

Aie!

On dirait que les évènements prennent mauvaise tournure pour les Jedi et la République! C'est tragique à souhait :sournois: !

Bref la suite!!
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1549
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Lynne » Mar 22 Mai 2018 - 9:05   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 29]

Eh bien, voilà un chapitre fort en émotions ! Je me doutais bien qu'Eÿnra allait finir par parler, mais tu réussis tout de même à instaurer un certain suspense. Quant à la flotte Républicaine...les pauvres ! J'avoue être touchée par la mort de Rog Kirto, c'est un perso qu'on suit depuis assez longtemps.

La fuite dans les labos va t-elle coûter encore plus à la République ? :sournois:

En tout cas, j'attends la suite avec impatience !
Super-MJ à votre rescousse !
We've all got light and dark inside of us. What matters is the part we choose to acton on, that's who we really are
- Sirius Black
Lynne
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 343
Enregistré le: 03 Juin 2017
 

Messagepar L2-D2 » Mar 22 Mai 2018 - 11:04   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 29]

Chapitre 29 lu !

Encore un excellent Chapitre, vraiment ! :oui:

Tu nous fais bien retranscrire toute l'horreur ressentie par Eÿnra lors de son interrogatoire par les Sith et j'ai beau ne pas être partisan dans les récits du sérum de vérité, ma foi lorsqu'on s'en sert avec parcimonie, ça passe. C'est le cas ici, et comme je doute que cela devienne un élément récurrent de ton intrigue, ça me va ! :)

Dans le même temps, nous disons au revoir à Rog Kirto, de façon fort "honorable". Comme Lynne, j'ai été assez touché par sa mort, ce n'était certes pas un des personnages principaux, mais on le voyait régulièrement. Ce ne sera désormais plus le cas... La directive 1138 est bien trouvée en tout cas, même si j'imaginais plus les officiers se suicider "eux-mêmes" qu'ordonner à des droïdes de les tuer. :neutre:

Vivement la suite, qui s'annonce manifestement intriguant ! :sournois:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5389
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Notsil » Mar 22 Mai 2018 - 21:05   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 29]

Oh mais ça se termine tout tristement tout ça ! Décision pas facile à prendre... (y'a que 3 officiers sur les bâtiments susceptibles de connaitre des informations sensibles ? ^^) et la République perd beaucoup.

Et la petite padawan qui apprend à la dure l'humilité face à la torture... on voit bien la différence avec Kirto, et ça c'était sympathique ;)
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2365
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar LL-8 » Sam 09 Juin 2018 - 0:30   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 29]

J'ai enfin rattrapé mon retard!

Très bon tout ça!! La fin est tragique, mais on se doute que c'est loin d'être terminé... Je me demande ce que les Sith ont en réserve pour Eÿnra :sournois:
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1032
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Darth Eluar » Dim 29 Juil 2018 - 16:47   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 29]

Retour après une longue période d'absence, je vous présente mes excuses car la suite est écrite depuis un moment, je manque juste un peu de motivation, peut-être qu'en me forçant à publier ça me passera :transpire: :neutre:

Que répondre à vos commentaires après tout ce temps... Je suis content que la mort de Kirto vous touche autant, il avait rempli son intérêt pour l'intrigue et il valait mieux s'en débarrasser de cette manière, tant mieux si c'est bien exécuté :cute:

Normalement, après une longue période d'absence, je reviens avec des bonnes résolutions, et bien la seule que je vais prendre sera de ne plus promettre de délais, comme ça je ne pourrai pas ne pas m'y tenir :paf: Et comme je l'avais dit précédemment, je publierai en 2 parties ce que j'ai envie de publier en deux parties, et d'un trait ce que j'aurai envie de publier d'un trait :D

Pour vous tenir au courant, l'écriture avance tant bien que mal, et j'ai lentement mais sûrement commencé le chapitre 37.

Sur ce, je vous présente le chapitre 30. L'intrigue s'accélère et toutes les visions commencent à prendre leur sens. :sournois: J'espère qu'il sera à la hauteur de l'attente :D


Chapitre Précédent
Sommaire
Chapitre Suivant

Chapitre 30



Korriban, Station Genzo.


Myyr faisait les cents pas dans sa salle de méditation. Le contact n’avait toujours pas été rétabli avec Eleccoï et maître Noko, tous deux portés disparus à la surface de Korriban. Cette nouvelle venait aggraver encore la situation qui n’était déjà pas reluisante avec une Sith en liberté sur la planète de la galaxie la plus plongée dans le côté obscur.

Comme une mauvaise nouvelle n’arrivait jamais seule, le Pantorien avait appris que sa padawan avait été capturée par l’Armée Noire. Il pouvait sentir la souffrance de celle-ci. Elle devait subir les pires des tortures. Un grand danger planait sur elle, Myyr pouvait le sentir clairement.

Un vieux dicton Corellien disait jamais deux sans trois. Récupérant le bloc de données qu’il avait laissé tomber au sol, le Jedi pensa que l’on devrait dire jamais deux sans quatre. Sur l’écran du bloc se trouvaient deux nouveaux messages. Le premier provenait du poste de contrôle de la station. Les relevés indiquaient que le vaisseau d’Amej Dara était réapparu en basse atmosphère de Korriban. Toutes les patrouilles étaient loin du point où le chasseur avait été détecté mais avaient convergé aussi vite que possible vers ces coordonnées. C’était trop tard. A peine sorti de l’atmosphère, le vaisseau était passé en hyperespace sans même laisser le temps à ses poursuivants d’avoir un visuel clair sur lui. Il était par conséquent impossible de déterminer combien d’occupants comptait le chasseur biplace.

Le deuxième message originait du Conseil Jedi. L’attaque de Mandalore avait été une catastrophe abominable. Leurs ennemis avaient mis la main sur un projet secret du Laboratoire d’Innovations de la République et avaient mis leurs forces en déroute. Un nombre important de croiseurs étaient tombés entre les mains de l’Armée Noire et viendraient renforcer encore leur flotte. Fort heureusement, l’amiral Ul-Laged avait eu la présence d’esprit de supprimer toutes les données sensibles des vaisseaux, mais il s’était sacrifié, ainsi que maître Kirto, et des milliers de soldats étaient maintenant prisonniers.

Myyr respectait Kirto. C’était un grand maître Jedi. L’Humain s’était comporté à plusieurs reprises comme un mentor envers lui. Sa perte chagrinait profondément le Pantorien.

Un nouveau message apparut sur son écran. Le Conseil lui demandait de le contacter immédiatement en privé. Curieux, Myyr verrouilla sa porte et activa l’holoterminal posé sur une table à droite de la pièce. Les plus illustres maîtres du Conseil apparurent devant lui, les traits tirés. Maître Satele observa fixement son ancien padawan.

« Myyr, murmura-t-elle. Je ne pensais pas que cette annonce viendrait dans une ambiance si triste. »

Le Pantorien lui adressa un regard interrogateur dans lequel devait se lire tout l’abattement que ces mauvaises nouvelles à répétition lui procuraient.

« Que voulez-vous dire ? interrogea-t-il.
- Le Conseil… débuta la plus respectée des Jedi. Le Conseil vient de perdre un de ses membres les plus éminents. Alors que la guerre fait rage, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser un siège vide ici très longtemps, ajouta-t-elle en désignant la chaise vide dans laquelle s’asseyait maître Kirto. Nous étudions depuis quelques semaines la possibilité de t’offrir une place parmi nous. Il a été décidé que tu prendrais la prochaine place qui se libérerait, que son occupant la quitte de son plein gré ou que la Force l’y contraigne. Cela m’attriste que nous nous trouvions dans le deuxième cas. Maître Myyr Netrul, je te propose un siège au Haut Conseil de l’Ordre Jedi. »

Le Pantorien ne sut pas quoi répondre. Une place au Conseil ? Jamais il n’aurait cru que cet honneur lui serait offert un jour. Il n’existait pas de plus haute distinction dans l’Ordre. Mais était-il digne de cette place ? Intérieurement, il pensait le contraire. Sur Felucia, il avait cédé un moment à la colère, même s’il s’était repris ensuite. Quelques jours plus tôt, il avait laissé Eleccoï se rendre à la surface contre la règle de prudence la plus élémentaire. Il n’avait cessé de commettre des erreurs. Méritait-il le Conseil ?

« Je tâcherai d’en être digne, articula-t-il sachant qu’un refus serait très malvenu.
- Maître Kirto serait fier de savoir que vous êtes son successeur, intervint la Togruta maître Lanu. Vous en êtes plus que digne, maître Netrul. »

Myyr s’inclina et, si l’image du Conseil ne changea pas, il sut que, dans la salle de celui-ci, son propre hologramme s’affichait désormais sur l’ancien siège de maître Kirto, en position assise. La technologie des hologrammes était si poussée qu’elle n’affichait pas exactement les protagonistes d’un appel tels qu’ils se tenaient, mais une sorte d’avatar de ceux-ci qui permettait de répercuter la cible de leur regard, qui aurait été perdue par la différence de positionnement d’un côté à l’autre.

L’hologramme s’élargit et Myyr s’aperçut que Pristia attendait patiemment à l’entrée de la Salle du Conseil. Sur un signe de maître Satele, la padawan s’avança et demanda d’une petite voix :

« Maîtres… Je sais que c’est la deuxième fois que je viens vous voir… mais vous ne pouvez pas rester inactifs ! ajouta-t-elle en commençant à s’enflammer. Mon maître a disparu, ma meilleure amie est prisonnière, nous devons faire quelque chose ! »

Il y avait un tremblement évident dans sa voix. Bien qu’il partageait son anxiété, Myyr pensa que la jeune fille devait se contrôler, ce que ne manqua pas de lui faire remarquer maître Lo-Tho Baï.

« Calme toi, padawan, intervint le Céréen. Vois-tu où mène l’attachement ? »

Myyr soupira intérieurement. L’attachement était proscrit par l’Ordre, mais un lien se formait presque automatiquement entre un maître et son padawan. Cela n’était-il pas contradictoire ? Le Pantorien avait passé sa vie à s’empêcher de ressentir des émotions, pourtant il avait été effondré par la mort de Tardijj tout comme il serait effondré de perdre sa padawan à présent.

Pristia respira quelques instants, semblant se calmer, et reprit plus doucement :

« Pardonnez-moi, maîtres. »

Voyant qu’elle était plus encline à recevoir ses arguments, maître Baï expliqua :

« Nous ne savons même pas si maître Eleccoï est toujours en vie.
- Maître Baï, lui opposa calmement l’Humaine, mon maître a été votre propre padawan, je suis certaine que vous sentez comme moi dans votre cœur qu’il est vivant mais qu’un grand danger pèse sur lui.
- Certes, admit le Céréen en laissant son dos s’appuyer sur le dossier de son siège.
- Et un énorme danger pèse également sur Eÿnra, poursuivit Pristia, vous pouvez le sentir comme moi, maître Netrul ?
- En effet, approuva Myyr avec un ton inquiet. Elle est en péril.
- Alors pourquoi ne faites-vous rien ? interrogea la padawan.
- Nous n’avons aucune idée de l’endroit où ils se trouvent, expliqua maître Satele. La logique voudrait qu’ils aient été emmenés dans une des bases de l’Armée Noire.
- La « Coalition » a plusieurs cœurs, commença maître Lanu. Mandalore tout d’abord, c’est une certitude, continua-t-elle avec un pincement dans la voix en pensant probablement à la déroute que la République venait d’y subir. Quant à l’Ascendance Chiss, nous sommes parvenus à en déterminer à peu près les limites, mais nous n’avons pas pu en cartographier l’intérieur. Les Régions Inconnues sont déjà remplies de suffisamment de dangers, alors nos éclaireurs n’ont pas pu risquer de s’y aventurer.
- Mais tout indique qu’un troisième cœur centralise ces deux armées, affirma maître Baï. Puisque Korriban est sous notre contrôle, nous avons pensé à Dromund Kaas, que nous avions plus ou moins laissé à l’abandon depuis que les réseaux de partisans impériaux ont été démantelés. Mais nous n’avons rien trouvé sur l’ancienne capitale impériale.Nous y avons installé un autre blocus pour empêcher les Sith de s'en emparer. Les attaques à répétition sur Korriban semblent indiquer que nos ennemis se situent à proximité, mais toutes nos tentatives de localisation se sont soldées par un échec.
- Par conséquent, conclut maître Satele, nous n’avons aucun moyen de savoir où sont maître Eleccoï et la padawan Malkir.
- Je… Je comprends, bredouilla Pristia.
- Mais sois assurée que nous avons mobilisé nos informateurs, continua la plus illustre des Jedi. Dès que nous saurons où ils se trouvent, nous lancerons une opération de sauvetage.
- Tu peux disposer, padawan. » résonna la voix autoritaire de maître Baï.

La jeune Humaine s’inclina et quitta à contrecœur la pièce, visiblement très soucieuse. A vrai dire, Myyr ressentait la même inquiétude. Une ombre noire planait sur Eÿnra, et, s’il ne partageait pas de lien spécifique dans la Force avec Eleccoï, qui lui aurait permis de dire la même chose, le maître Jedi était certain que les prémonitions de Pristia étaient également véridiques pour le Miraluka. Le Pantorien espérait de tout son cœur qu’une mission de sauvetage puisse être montée avant qu’il ne soit trop tard.

« A présent, proclama maître Baï, nous devons discuter de nos réajustements tactiques après cette catastrophique déroute de Mandalore.
- J’ai discuté avec le Commandant Suprême Urlbot, déclara Satele. Il semble convaincu que nos ennemis vont s’enhardir et attaquer à leur tour une cible stratégique de la République.
- Les chantiers navals de Kuat renforcer il nous faut, intervint une petite créature à la peau verte et aux longues oreilles.
- Tout à fait, maître Oteg, approuva Satele. Kuat est cruciale. »

Myyr frissonna. Kuat était vitale pour la République. Formant une ceinture autour de la planète, ses chantiers navals y produisaient une grande partie des nouveaux vaisseaux de l’armée et réparaient beaucoup de croiseurs endommagés. Pendant la guerre contre l’Empire, celui-ci était parvenu à prendre les chantiers, stoppant net une offensive galactique presque victorieuse des troupes républicaines.
Une perte de Kuat aurait un double effet sur la galaxie : en plus de priver la République d’une immense source de vaisseaux, elle permettrait à la flotte de l’Armée Noire de profiter de cette source pour se renforcer. Cela pourrait renverser cette guerre.

« Maître Oteg, poursuivit Satele, voulez-vous que je vous y rejoigne ?
- Vos compétences de commandement et de stratégie largement supérieures aux miennes sont, approuva la petite créature verte.
- Maître Satele, protesta maître Baï, nous avons besoin de vous ici sur Coruscant.
- Je me suis tenue éloignée trop longtemps des champs de bataille, opposa l’Humaine. Nos troupes ont besoin de moi. Coruscant est en sécurité. Jamais nos ennemis n’oseront l’attaquer. En revanche, ce n’est pas le cas de Kuat. Je ne peux peut-être plus combattre moi-même, mais je sais encore diriger une bataille. »

Le Céréen sembla chercher du regard du support chez les autres maîtres du Conseil. Myyr approuvait ce que disait son maître. A côté de lui, maître Lanu haussa les épaules en signe de reddition. La Togruta n’aurait pas osé contester Satele.

« Très bien, capitula maître Baï en sachant très bien que personne au Conseil n’aurait osé s’opposer sans raison majeure à celle qui tenait le titre de Grand Maître de l’Ordre. Maître Satele ira rejoindre maître Oteg sur Kuat. Que la Force soit avec nous. »

Après avoir conseillé à Myyr de prendre garde à une probable nouvelle attaque sur Korriban, les maîtres levèrent la séance. Alors que leurs hologrammes disparaissaient, le Pantorien sentit un pressentiment l’étreindre. Quelque chose de grave allait se jouer.


Felucia, Académie Noire.


Combien de temps s’était-il écoulé ? Se comptait-il en minutes ? En heures ? En jours ? Eÿnra n’en avait aucune idée. Toute notion du temps l’avait quittée. La jeune fille essayait de se plonger dans la Force mais le sérum lui vrillait le crâne et la Jedi peinait à faire appel à ses sens. Elle avait l’impression que son cerveau cherchait à s’échapper de sa tête.

Elle se sentait brisée, physiquement comme intérieurement. Elle avait été torturée par deux anciens membres du Conseil Noir, des maîtres en terme d’infliction de souffrance aux autres. Ses muscles répondaient à peine et elle respirait difficilement.

La Jedi sentait que cette séance avait réveillé quelque chose en elle. Le sérum en était-il responsable ou étaient-ce les ténèbres qui régnaient en ce lieu ? La Padawan l’ignorait. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’une obscurité tapie en elle commençait à se mouvoir, à prendre forme. La volonté de la jeune fille était profondément affaiblie et elle ignorait comment y faire face. Si cette présence en elle passait à l’assaut, Eÿnra aurait une immense difficulté à la repousser.

La Mirialan tentait de rassembler ses sens. Elle devait imaginer un moyen de s’échapper de cet endroit. Malheureusement, des entraves magnétiques lui interdisaient tout mouvement et un champ de force fermait sa cellule. Son sabre laser n’était pas à proximité mais Eÿnra pouvait sentir son cristal l’appeler. Il se trouvait dans les murs de l’Académie Noire, et il n’y avait aucune raison pour qu’il ait été retiré de l’arme à laquelle il donnait l’énergie pour fonctionner.

Encore une fois, elle fit son possible pour se plonger dans la Force et ressentir les présences qui peuplaient les alentours. Une nouvelle fois, la jeune fille ressentit trois puissants Sith, dont les deux qui l’avaient torturée. Elle ne put s’empêcher de ressentir une certaine colère à l’égard de ceux-ci. Faisant son possible pour la contenir, elle perçut les ténèbres environnantes faire le contraire. Sa volonté affaiblie, la Jedi ne put leur faire face et sentit son ressentiment se renforcer. Un sentiment qu’elle n’avait jamais ressenti naquit en elle mais elle parvint à le contenir, contrairement à cette colère qui grandissait contre son gré.

Faisant un effort pour concentrer son esprit sur autre chose, espérant que ses émotions en profiteraient pour s’estomper, la jeune fille continua de sonder les alentours. Elle sentit à nouveau cette mystérieuse présence qui se masquait. Il lui aurait été impossible de dire si elle était bonne ou mauvaise. Cette présence semblait… diffuse… éthérée. Comme si elle n’était pas vraiment là. Se concentrant sur celle-ci, la padawan sentit soudain qu’elle l’appelait.

Eÿnra…

Faisant un effort, la jeune fille mobilisa toute sa conscience pour lui répondre.

« Qui… bredouilla-t-elle. Qui êtes-vous ? »

La réponse résonna dans son esprit.

Je suis retenu ici, comme toi. Mais contrairement à moi, tu as la possibilité de t’échapper.

« Co… interrogea la Mirialan. Comment ? »

Le champ de force qui t’entrave et celui qui bloque la porte sont tous deux générés dans une petite pièce au-dessus de toi. Si tu te concentres, tu peux les mettre hors service.

« Je… articula Eÿnra. Je n’en ai pas l’énergie. »

Tu l’as largement… Tu es très puissante, fais appel à la Force, utilise tes émotions.

Ses émotions… Etait-ce un Sith qui voulait la tenter ? La présence ne ressemblait pourtant à aucun adepte du côté obscur qu’elle avait pu affronter. Qui était-ce ?

« Pourquoi devrais-je vous faire confiance ? » demanda la Jedi.

La réponse vint sous la forme d’une autre question.

Qu’as-tu à perdre ?

Eÿnra connaissait pertinemment la réponse à cette nouvelle interrogation. Rien. Elle n’avait rien à perdre. Elle était enchaînée et torturée. Un petit espoir d’évasion se présentait à elle et la Jedi devait le saisir.

Mobilisant toute sa force, elle tenta de visualiser le générateur qui la surplombait. Utilisant le côté lumineux comme elle l’avait appris, elle sentit son esprit refuser cet effort, comme éteint par le sérum. Une douleur atroce lui vrilla le crâne et lui arracha un cri.
La voix résonna à nouveau dans sa tête.

Le sérum refuse les émotions calmes et lumineuses. Tu dois faire appel à ta peur et ta colère. Ne te méprends pas : c’est la seule solution pour te défaire de ce qu’ils t’ont injecté.

Que faire ? Obéir à cette voix ? La jeune fille ne put pas se poser la question très longtemps. L’obscurité tapie en elle continuait de grandir et Eÿnra sentit un spasme la parcourir quand elle perdit le contrôle d’elle-même quelques instants.

Quelque chose prit possession de son esprit et utilisa la rage qui couvait en elle. Ce quelque chose la canalisa et sembla en tirer une grande source de puissance. La Mirialan sentit ses pouvoirs se rassembler à nouveau sans qu’elle ne l’eut ordonné et se concentrer au-dessus d’elle. Très vite, un petit bruit d’implosion résonna à travers le plafond et les entraves de la padawan se désactivèrent en même temps que le champ de force qui fermait la pièce.

La Jedi tomba lourdement au sol, se rattrapant tant bien que mal grâce à son bras artificiel pour éviter de se fracasser le crâne sur les lourdes dalles. Elle se releva péniblement et fut prise d’un vertige en reprenant progressivement le contrôle de son esprit. Les ténèbres étaient plus puissantes que jamais en elle et cette obscurité était en train de se rassembler, de se préparer à se manifester réellement, la jeune fille le percevait avec clarté.

Sa volonté était toujours en miettes mais son corps, désormais libéré de ses liens, commençait à reprendre lentement des forces. Saurait-elle s’échapper de cet endroit macabre ? Rien n’était moins sûr. L’Académie Noire était occupée par trois Sith dont au moins deux membres du Conseil Noir. Et il y avait cette mystérieuse présence qui l’aidait, qui la conseillait. De quelle nature était-elle ?

Ce fut à cet instant que la présence se manifesta à nouveau.

Bien, très bien. A présent, suis ton instinct. Il te guidera vers la liberté.

Sachant bien qu’elle n’avait pas vraiment le choix, Eÿnra obéit. Se plongeant dans la Force et essayant d’utiliser le peu de sens que le sérum lui laissait, elle eut l’impression de sentir une voie vers la sortie. Suivant de longs et étroits couloirs en légère pente ascendante, la jeune fille se dirigea vers cet espoir.

Elle déboucha finalement sur une grande salle et eut un frisson en la détaillant de ses yeux robotiques. C’était la grande salle centrale de l’Académie, celle où Tardijj et Dark KoTOR étaient morts, celle où elle avait reçu ses blessures. Les hauts murs n’étaient plus ornés des mines qui les avaient causées, mais tout lui rappelait ce funeste duel. Au centre de la pièce était dressé une sorte de sarcophage vers lequel la Jedi fit quelques pas avec curiosité avant de s’arrêter net.

Ses deux tortionnaires étaient là, dans un profond état de transe, le même que celui dans lequel son maître, Tardijj et elle avaient découvert KoTOR dans cette même pièce quatre ans plus tôt. Lutrinka et Molzeg ne semblaient cependant pas détecter sa présence.
Volant à son secours, la voix intérieure se manifesta à nouveau.

Dark Molzeg a ton sabre laser à la ceinture.

C’était vrai. Eÿnra pouvait sentir la présence de son arme.

« Que dois-je faire ? » murmura-t-elle très bas.

C’est très simple. Grâce à la Force, tu vas activer ton arme à distance et t’en servir pour tuer Molzeg par surprise. Ensuite, tu attireras ton sabre à ta main et tu combattras Lutrinka.

« Quoi ? s’étonna la Jedi. Je ne tuerai pas un être vivant lâchement par surprise ainsi ! »

La voix se fit plus impérieuse.

Pour gagner une guerre, il faut avoir le courage de faire ce qui est nécessaire.

La jeune fille savait que c’était vrai. De son point de vue, les Jedi manquaient parfois de courage. Cependant, une telle action irait à l’encontre de tous les préceptes de l’Ordre.

Soudain, son esprit l’emmena très loin. Elle n’était plus dans la Grande Salle Centrale de l’Académie Noire mais au sommet d’un haut plateau désertique, sur une planète qu’elle identifia comme Malastare. A sa droite s’étendait un long ravin qui continuait à perte de vue. En face d’elle, les deux Sith étaient toujours là, dans la même position de méditation qu’ils avaient dans la réalité. Aucun autre signe de vie ne se présentait à perte de vue.

Baissant les yeux vers elle-même, Eÿnra découvrit qu’elle avait le corps d’avant ses blessures. Son bras gauche était naturel et aucun masque n’oppressait son visage. Elle pouvait respirer librement. A sa ceinture, se trouvait son sabre laser.

Une respiration éraillée se fit soudain entendre derrière elle et, quand la Jedi se retourna, elle se vit elle-même, ou presque. Cette fois, c’était son corps meurtri qui lui faisait face. Un masque similaire au sien couvrait le visage qui l’observait, à la différence que les yeux de celui-ci étaient représentés par des cercles rouges sang et non bleus. Une sorte d’émanation laiteuse tournoyait autour de la silhouette sans qu’Eÿnra ne puisse en déterminer la nature. Le bras métallique de l’apparition se dressa et activa une lame cramoisie, tandis que la partie droite de son masque s’ouvrait, laissant apparaître un œil orange vif.

Alors la jeune fille comprit que cette apparition était la forme que ses ténèbres intérieures avaient prise. Elle activa à son tour sa lame jaune or et se mit en position défensive, sentant toute la faiblesse que lui procurait le sérum se manifester à nouveau. L’apparition se mit en garde et l’attaqua, déversant plusieurs coups puissants. Celle-ci tendit ensuite la main vers la Jedi et lui asséna une violente poussée de Force, la projetant à quelques mètres. La Mirialan ne se trouvait plus en position de protéger Dark Molzeg, et l’apparition en profita immédiatement pour transpercer celui-ci de son sabre laser.

Eÿnra fut alors brutalement ramenée à la réalité. Elle eut la sensation de chuter de plusieurs dizaines de mètres et se retrouva à nouveau à l’Académie Noire de Felucia. Sans avoir le moindre contrôle sur elle-même, la jeune fille se sentit tendre la main vers le Sith. Elle se sentit mobiliser ses sens pour activer son sabre laser. Elle aperçut sa lame jaune décapiter Molzeg sans que celui-ci ne puisse rien faire. Elle vit son arme être attirée à sa main pendant que Dark Lutrinka ouvrait les yeux, mue par ses propres sens.

La Sith leva des yeux incrédules vers son camarade qui gisait au sol puis vers la Jedi, semblant lutter intérieurement pour comprendre comment cette dernière avait pu s’échapper. Enfin, une lueur de compréhension traversa ses yeux quand elle jeta un regard apeuré vers le sarcophage qui trônait au centre de la pièce. Lutrinka activa alors son sabre laser rouge sang.

Eÿnra retrouva le contrôle de ses mouvements alors qu’une membre du Conseil Noir lui faisait face, arme à la main.
Modifié en dernier par Darth Eluar le Mar 28 Aoû 2018 - 23:26, modifié 1 fois.
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar mat-vador » Dim 29 Juil 2018 - 18:49   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 30]

Mat resserre son capuchon sur la tête et rencontre un (autre) dealer

-Psst, monseigneur Eluar! me faudrait trois comprimés d'ectasy de Tourmente de l'Ordre.
-[Darth Eluar] ok, trente cinq crédits!
-Hein, pourquoi c'est si cher? Bon allez j'achète, n'empêche ca va finir par me coûter très cher tout ça..

Alors, tout ca pour dire que je suis heureux de ce nouveau chapitre! Un nouveau maître siège au Conseil Jedi, sera-t-il à la hauteur :sournois: ? Et notre captive de felucia a reçu un sacré coup de main mais toute aide a un prix :diable: ..
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1549
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 30 Juil 2018 - 19:40   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 30]

Chapitre 30 lu!

Quel plaisir de retrouver "La Tourmente de l'Ordre" deux longs mois après le dernier Chapitre! Bon, il m'a fallu un peu de temps pour resituer où en étaient les différents protagonistes... mais ton style, ta qualité d'écriture et la fluidité de ton récit m'ont vite replongé dans ce vaste récit épique que tu nous proposes depuis le début! :oui:

Et tandis que Myrr intègre le Conseil, sa padawan est en bien fâcheuse posture... la suite nous dira ce qu'il va advenir d'elle! J'ai hâte d'y être! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5389
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar LL-8 » Mar 31 Juil 2018 - 20:12   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 30]

Toujours pas d'Eleccoï à l'horizon? Non? Bon, tant pis... :D

Ravie de te revoir dans la course, camarade Eluar! Très bon chapitre que tu nous sers là. Myrr est un personnage que j'aime toujours autant suivre :oui:

Vivement la suite !
En parlant de suite.... J'avais pas gagné un certain pari, moi?
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1032
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Darth Eluar » Mar 28 Aoû 2018 - 23:26   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 31]

Merci à tous pour vos retours :jap:

mat-vador a écrit: Et notre captive de felucia a reçu un sacré coup de main mais toute aide a un prix :diable: ..

:sournois:

LL-8 a écrit:En parlant de suite.... J'avais pas gagné un certain pari, moi?

Alors... il se trouve que l'intitulé du pari si je perdais était "tu auras tous les chapitres de la Tourmente une semaine avant jusqu'au mois de juin". :whistle: Tu noteras que j'avais savamment évité de te dire quand en juin pour pouvoir te troller en arrêtant dès le début, mais vu qu'il n'y a eu aucun chapitre publié entre le pari et le 30 juin ben... techniquement, j'ai tenu mon pari :paf: :P

Alors, j'avais promis aucun délai, et j'ai tenu ma promesse :paf:
Le chapitre suivant est important et aurait dû venir au milieu d'une suite de publications plus rapprochées, pour maintenir le suspense et vous tenir en haleine. Je voulais le publier en deux parties, mais rien n'indique que j'aurais le temps et l'envie simultanés de publier à nouveau rapidement (rien n'indique non plus que je ne l'aurai pas, mais vous avez vu ce qu'il s'est passé ces derniers mois :transpire: ), alors je préfère ne pas vous gâcher le plaisir de lecture. :transpire:

Pour éviter de repasser la moitié du chapitre à essayer de vous rappeler où on est et qui sont ces gens :
Nous retrouvons donc une Eÿnra affaiblie physiquement et surtout mentalement par la torture et le sérum, et qui vient de céder sous l'impulsion de la voix en tuant un Sith désarmé. Devant elle, se dresse une redoutable membre du Conseil Noir, mais surtout ses propres ténèbres...

Chapitre Précédent
Sommaire
Chapitre Suivant


Chapitre 31:



Felucia, Académie Noire, Grande Salle Centrale.


La Jedi et la Sith se faisaient face, toutes deux en position de garde, arme à la main. Eÿnra ne pouvait se concentrer sur sa lutte intérieure. La Conseillère Noire qui se tenait devant elle était très puissante, elle le sentait. Les ténèbres internes de la padawan progressaient et menaçaient de prendre le dessus à tout instant mais l’adversaire que représentait Lutrinka l’obligeait à rester concentrée sur le duel à venir.

« Comment t’es-tu échappée ? interrogea la Sith avec une pointe d’appréhension dans la voix.
- Vous avez sous-estimé mon pouvoir, répliqua Eÿnra en tentant de paraître bien plus confiante qu’elle ne l’était.
- Non, je ne pense pas, réfuta l’adepte du côté obscur. Je pense, ajouta-t-elle avec un regard inquiet vers le sarcophage qui trônait au centre de la pièce, que tu n’es pas celle que j’ai sous-estimée… »

Cette phrase déclencha un trouble important chez la jeune fille. Que voulait dire Lutrinka ? Pourquoi semblait-elle si apeurée ? Et qu’y avait-il dans ce sarcophage ? A cet instant, la voix mystérieuse résonna une nouvelle fois dans sa tête.

Allez, attaque-la ! Ne lui laisse pas le temps d’appeler de l’aide ! Ne lui laisse pas le temps de te duper !

Devait-elle écouter cette présence étrange ? Pourquoi lui ferait-elle confiance ? La réponse était simple : Eÿnra savait que les Sith étaient ses ennemis. Quant à cette voix, elle semblait également être parmi les ennemis des Sith. C’était son seul espoir de voie vers la liberté. Elle engagea le combat.

Elle réalisa un puissant saut pour parcourir les quelques mètres qui la séparaient de son ennemie et lui porta une lourde attaque au niveau de la taille que Lutrinka para aisément. Les deux adversaires commencèrent à échanger des puissants coups de sabres. Grâce à son maître, Eÿnra avait appris à mélanger les formes de combat. Elle utilisait un mélange d’Ataru, de Soresu et de Juyo qui déstabilisait son ennemie.

Celle-ci abandonna très vite son style agressif pour adopter une tactique plus défensive devant le talent de la Mirialan. La Jedi continua de porter des coups de plus en plus agressifs. Etait-ce elle-même ? Pas vraiment. Les sens de la jeune fille lui montraient à intervalles réguliers des sortes de flashs durant lesquels elle se voyait sur Malastare en train de combattre Lutrinka. Mais, durant ces micro-visions, la Jedi apercevait son double obscur combattre à ses côtés. C’était cette silhouette noire qui portait les coups les plus dangereux.

Voyant qu’elle peinait de plus en plus, une grande terreur commença visiblement à gagner la Sith qui jeta à nouveau un regard apeuré vers le sarcophage.

« Jedi, écoute-moi ! » s’exclama-t-elle.

La voix éthérée se manifesta à Eÿnra.

Ne l’écoute pas. Elle t’a torturée.

« Jedi, répéta Lutrinka. Il ne se passe pas ce que tu crois. Tu es manipulée !
- Pourquoi vous écouterais-je ? répliqua la jeune fille. Vous n’êtes qu’un monstre ! »

Elle porta un puissant coup et obligea la Conseillère Noire à ployer le genou pour la repousser. Faisant pivoter son poignet, la Jedi désarma la Sith en envoyant l’arme de celle-ci voler à plusieurs mètres. Alors qu’elle aurait simplement dû la tenir en respect, la part sombre d’elle-même prit à nouveau le dessus et Eÿnra frappa de la pointe de sa lame.

Ployant plus fortement encore le genou, Lutrinka tendit ses deux mains en joignant ses index au-dessus de sa tête et intercepta la lame jaune de la jeune fille à l’aide de la Force. Cette dernière eut un petit hoquet de surprise. Elle savait que cette technique existait, maître Satele lui avait déjà raconté comment elle l’avait utilisée lors de la première bataille d’Alderaan. Cependant, la Mirialan ne l’avait jamais vue à l’œuvre.

Cet instant d’hésitation permit à la Sith de rassembler ses forces. Le visage tiré par l’effort qu’elle réalisait, elle se releva péniblement en maintenant toujours le sabre d’Eÿnra grâce à ses paumes ouvertes. Dark Lutrinka imprima alors une petite impulsion dans ces dernières, ce qui fit reculer le sabre de la Jedi durant quelques instants avant que celle-ci ne frappe à nouveau.

La Sith utilisa ce minuscule laps de temps pour réaliser une roulade sur le côté, esquivant ainsi l’attaque d’Eÿnra, et attira de nouveau son arme à sa main.

Quand elle se retourna vers la Mirialan, cette dernière eut un mouvement de recul. L’alchimie Sith, qui donnait à la Conseillère Noire son apparence si jeune, était brisée, probablement par les efforts que Lutrinka devait fournir. Cette dernière arborait désormais un visage décharné, squelettique, inhumain.

« Je sais, soupira-t-elle ironiquement. Je suis moins belle comme ça. »

Sans un mot supplémentaire, elle se jeta rageusement sur Eÿnra. La Sith semblait avoir abandonné son idée de parler à la Jedi et laissait complètement cours à sa rage et sa haine. Et cela semblait fonctionner. La padawan se sentit faiblir devant les puissantes attaques de son ennemie. Bientôt, elle serait désarmée à son tour et ne pourrait rien faire.

Un nouveau flash montra Malastare à ses sens. La jeune fille faisait confiance à son instinct pour parer les coups mais sa défense fut pénétrée à plusieurs reprises. Ce fut son double obscur qui para les coups in extremis. Cet alter ego tendit alors la main vers la Jedi et la projeta en arrière pour affronter seul la Sith.

Eÿnra perdit le contrôle sur elle-même et se sentit investie d’une émotion qu’elle ne connaissait pas, qu’elle ne contrôlait pas. Voyant que son corps se mouvait sans qu’elle ne le commande, elle s’attela à maîtriser cette émotion afin de reprendre le contrôle.

Pendant qu’elle y consacrait toute sa force, elle découvrit que Lutrinka perdait du terrain. L’obscurité en la Mirialan semblait plus puissante, plus efficace face à la Sith. La jeune fille devait-elle continuer à tenter de la contrôler ou au contraire l’embrasser ?

Elle tourna la question dans tous les sens à toute vitesse dans son esprit. Ce fut alors qu’elle comprit que le but de la mystérieuse présence n’était autre que de donner le pouvoir à ses ténèbres internes. Elle ne pouvait pas le laisser faire. Elle était une Jedi. Elle devait lutter, tant extérieurement qu’intérieurement.

Le sabre de la Conseillère Noire vola à nouveau et cette fois, la Jedi, ou plutôt son alter ego obscur, infligea à son ennemie une puissante poussée de Force qui l’envoya se cogner violemment au plafond de la salle avant de retomber lourdement inconsciente aux pieds de la jeune fille. Dark Lutrinka était vaincue.

Voyant son corps lever le sabre pour achever la Sith, Eÿnra poussa intérieurement un cri de désespoir. Elle se revit, sur Malastare, allongée au sol, plusieurs mètres derrière sa silhouette obscure qui brandissait son arme pour exécuter la Conseillère Noire. Avec un cri, la jeune Jedi se précipita et para le coup de sa lame jaune.

« Je n’exécuterai pas froidement une ennemie désarmée, déclara-t-elle à l’intention de ses ténèbres intérieures. Je suis une Jedi ! »

La mystérieuse voix résonna encore une fois, autour d’elle dans le désert de Malastare.

Tu le dois et tu le feras. C’est ainsi, et seulement, ainsi, que tu seras libre.

Eÿnra comprit que, quand la présence lui promettait la liberté, ce n’était pas celle que la Jedi croyait. Qui était cette présence ? Quel rapport avec le sarcophage ? Etait-il possible que… Non ! Dark KoTOR était mort, elle l’avait vu être frappé d’un coup mortel par Myyr. Mais pourtant, on racontait que certains Sith étaient parvenus à maintenir leur conscience au-delà de la mort…

La Mirialan comprit.

« Dark KoTOR… » murmura-t-elle.

La vision ne se dissipa pas, cette fois. Eÿnra était toujours sur Malastare. A ses côtés apparut une silhouette laiteuse que la Jedi identifia sans aucun mal comme celle de KoTOR. La voix de celui-ci résonna à nouveau, mais, cette fois, elle semblait moins lointaine et éthérée et provenait de la silhouette.

« Bien vu, padawan, murmura celui-ci. Mais il est trop tard. Embrasse tes ténèbres, tue Lutrinka, et viens prendre sa place à mes côtés. »

Ces ténèbres étaient-elles les siennes ? Son esprit affaibli les avait désignées par son obscurité intérieure, mais la jeune fille ne pouvait admettre que cette chose faisait partie d’elle. D’une manière ou d’une autre, KoTOR devait la lui avoir insufflée.

Dans la réalité, Eÿnra se cambra tandis que sa vision lui montra son alter ego obscur s’approcher d’elle, arme à la main.

« Je… suis… une Jedi, répliqua péniblement la jeune fille.
- Tu sous-estimes le pouvoir du côté obscur, proclama l’esprit Sith. Tu es déjà à moi ! »

La Mirialan sentit un flot de haine et de rage la pénétrer. Elle comprit que l’obscurité qui s’était éveillée en elle se déchaînait. La jeune fille ne pouvait pas la laisser gagner.

Alors que le vent de Malastare semblait porter les cris lointains d’une jeune femme, la Jedi activa son sabre laser et para le coup que ses ténèbres intérieures lui portèrent.

Un duel débuta alors entre les deux Eÿnra, la Jedi qui tentait de toutes ses forces de contenir ses émotions négatives, et l’autre elle qui prenait de l’ampleur et menaçait de gagner l’avantage.

Ce fut la seconde qui porta tout d’abord les attaques les plus précises, et chacun de ses coups représentait une vague de haine qui renversait un peu plus la Mirialan.

« Bien, siffla KoTOR. Utilise ta colère ! Lutrinka t’a torturée, humiliée, et maintenant, tu vas la tuer ! »

Des images de la torture qu’elle avait subie vinrent s’intercaler entre les coups de son alter ego obscure. Non, celle-ci ne pouvait pas gagner, elle ne devait pas gagner, elle ne devait même pas exister. La jeune Jedi tenta de calmer son être et de repousser ses ténèbres intérieures dans le néant en se rappelant le Code.

Il n’y a pas d’émotion, il y a la paix.

La jeune fille para une attaque de taille de la lame cramoisie au niveau de sa poitrine et fixa de son regard d’un bleu intense l’unique œil valide orange de son adversaire. Ce ne pouvait pas être elle. Ce ne serait jamais elle.

Il n’y a pas d’ignorance, il y a la connaissance.

Elle para une attaque d’estoc au niveau de ses jambes de son ennemie intérieure et emprisonna la lame rouge d’un mouvement habile du poignet.

Il n’y a pas de passion, il y a la sérénité.

D’un geste sec du bras, elle entraîna le sabre de celle qui voulait prendre le pouvoir sur elle au-dessus de leurs têtes et lui adressa un regard victorieux.

Il n’y a pas de chaos, il y a l’harmonie.

Faisant pivoter sa main, elle arracha l’arme de son adversaire et la fit voler à plusieurs mètres.

Il n’y a pas de mort, il y a la Force.

Eÿnra tendit son sabre vers la poitrine de l’apparition. Elle avait gagné.

Cependant, le rire de KoTOR se fit entendre.

« Tu ne peux pas gagner, Jedi, proclama l’esprit Sith. Tu m’appartiens pour toujours ! »

L’autre Eÿnra se dissipa dans des volutes noires avant de se reformer un peu plus loin, là où son sabre avait été projeté. Regardant le manche de l’arme pour la première fois, la jeune fille se rendit compte qu’il s’agissait du même que celui qu’elle avait en main actuellement.

« Entends les mots de Marka Ragnos, poursuivit Dark KoTOR. Comprends qu’il s’agit de la voix de la raison. »

Alors tout autour d’elle, dans tout son esprit résonna le Code Sith, comme un appel lancinant qui lui vrillait le crâne.

La paix n’est que mensonge, il n’y a que la passion.

L’Eÿnra obscure fit un puissant bond et se précipita sur la padawan qui eut à peine le temps de parer.

Par la passion, j’ai la puissance.

Son adversaire leva les bras au-dessus de sa tête puis abattit violemment sa lame rouge. La force de son bras mécanique rendit le coup encore plus puissant. Eÿnra, qui se trouvait sous sa forme d’avant ses blessures, ne put pas supporter l’attaque de ses bras organiques. Elle dut s’accroupir et appuyer sa main droite au sol pour éviter de s’écrouler.

Par la puissance, j’ai le pouvoir.

L’apparition obscure retira son sabre et frappa un coup en diagonale depuis le côté. La Jedi para de justesse mais s’écroula au sol devant la force dévastatrice de l’attaque.

Par le pouvoir, j’ai la victoire.

Son ennemie s’avança et attaqua d’un puissant coup d’estoc qui visait le cou d’Eÿnra. Cette dernière leva sa lame jaune au dernier moment et parvint à dévier de justesse l’attaque au-dessus de sa tête.

Par la victoire, mes chaînes se brisent.

Son adversaire réalisa un moulinet rapide du bras et fit passer sa lame cramoisie sous le sabre de la Jedi avant de faire voler celui-ci un peu plus loin.

La Force me libèrera.

Elle posa son pied sur la poitrine d’Eÿnra et appuya. Bien qu’elle se trouvait dans son esprit, dans une vision éthérée de Malastare, la jeune padawan eut réellement le sentiment d’avoir le souffle coupé.

Cela ne pouvait pas se terminer ainsi ! Elle ne pouvait pas laisser cette obscurité la gagner si facilement. Déjà, la haine envahissait cet esprit qui ne l’avait jamais connue. Elle ne pouvait pas laisser cela se dérouler !

La jeune fille était consciente que ce duel n’était qu’une façon pour son esprit de symboliser les émotions négatives qui tentaient de l’emporter. Ce n’était qu’en se calmant et se remémorant le Code qu’elle pourrait l’emporter.

Il n’y a pas d’émotion, il y a la paix.

La Jedi donna un puissant coup de pied à son adversaire pour se libérer de son emprise. Cette dernière relâcha sa pression sur sa poitrine mais abattit en réaction son sabre laser.

Il n’y a pas d’ignorance, il y a la connaissance.

Eÿnra fit une roulade sur le côté pour éviter le coup et tendit la main vers sa propre arme.

Il n’y a pas de passion, il y a la sérénité.

Attirant son sabre à sa main, elle activa de nouveau sa lame jaune et fit face à ses ténèbres internes. A nouveau, le vent de Malastare se leva et sembla porter les cris d’une jeune femme qui furent vite couverts par la voix de KoTOR.

« Ta propre colère est plus forte que toi, proclama-t-il. Cesse de lutter ! Abandonne-toi à ta haine !
- Jamais ! s’écria la Jedi. Je ne viendrai jamais du côté obscur.
- C’est inévitable, soupira l’esprit, car tel est ton destin. Il est inutile de résister, ma jeune élève. »

Dans la réalité comme dans sa vision, Eÿnra se cambra profondément alors qu’un flot chaotique d’émotions la traversa.

Il n’y a pas de paix, il y a la colère.

La jeune fille était paralysée. La colère qui prenait le pouvoir sur elle contre sa volonté lui interdisait le moindre mouvement. Le masque de l’esprit Sith disparut, laissant apparaître son visage de Pantorien, et celui-ci s’approcha d’elle et lui caressa la joue avec un sourire mauvais, ce qui provoqua une intense sensation de froid mordant à la jeune fille.

Il n’y a pas de peur, il y a le pouvoir.

« Tu seras une arme de choix, murmura KoTOR. Mais d’abord, je dois écraser cette partie de toi qui continue de se rebeller.
- Vous… articula péniblement la Jedi. Vous… ne pouvez… pas… prendre possession… de mon… corps… ainsi. »

Le sourire du Sith s’élargit.

« Voyons, Jedi, il ne s’agit pas d’une possession comme dans les vieux contes. Je n’ai fait que réveiller cette part de toi qui veux goûter au côté obscur. En échange, elle me sera loyale. »

Il n’y a pas de faiblesse, il y a le côté obscur.

Eÿnra bredouilla :
« Je… n’ai pas… cette obscu…
- Nie-le tant que tu voudras, l’interrompit l’esprit, tu ne fais que lui donner du pouvoir. »

Il se tourna et fit quelques pas vers l’Eÿnra obscure qui le fixait de son œil jaune.

« Quant à vous, proclama-t-il, n’oubliez jamais. Vous m’êtes loyale, à moi et à moi seul. »

Il n’y a pas de mort, il y a l’immortalité.

A travers la silhouette laiteuse du Sith, la padawan vit son alter ego s’incliner profondément.

« Bien… murmura le Sith avant de disparaître dans des volutes mauves. Au revoir, Jedi ! Et merci pour ce beau cadeau. » s’évanouit sa voix.

Non, elle ne pouvait pas laisser sa puissance, qu’elle savait si importante, tomber aux mains de son ennemi. Comment avait-elle pu perdre le contrôle d’elle-même si facilement ? Cette part obscure n’était pas elle, c’était un tour du Sith, de la sorcellerie pour prendre le contrôle de son corps, elle en était certaine.

Une nouvelle fois, le Code Jedi tenta de résonner en elle mais, même dans ses pensées, il peinait à exister.

Il n’y a… pas d’émotion… Il y… a… la paix.

Ces paroles de sagesse ne purent aller plus loin. Le Code Sith emplit entièrement son corps, son esprit, tout son être. La puissance obscure qui déferlait sur elle était incommensurable. Elle était incapable d’y faire face.

Je suis le cœur de l'Obscurité.
Je ne connais pas la peur mais je l'instille à mes ennemis.


La jeune fille porta les mains à sa tête et poussa un hurlement de douleur. Face à elle, son alter ego tendit les mains avec un éclat de cruauté dans le regard et la foudroya puissamment. La douleur était encore pire que celle provoquée par des éclairs réels, accentuant le cri d’Eÿnra. Elle ignorait si elle criait véritablement dans la réalité.

Pour être honnête, elle avait perdu la notion de la limite entre la réalité et cette vision. La barrière était devenue floue, tout était si réel. Son esprit était si faible que plus aucune pensée ne le traversait. Toutes les émotions qu’elle ressentait étaient celles provoquées par ses ténèbres intérieures, mis à part un intense désespoir, le désespoir des vaincus.

Je suis le destructeur de ce monde.
Je connais le pouvoir du Côté Obscur.


La puissance des éclairs s’intensifia et la Jedi se sentit soudain soulevée en l’air. Elle fut ensuite projetée violemment dans le ravin qui se trouvait non loin. Alors, la vision se dissipa, brouillant encore plus les sens de la jeune fille, qui se rendit compte qu’elle n’avait plus aucun contrôle sur son propre corps.

Je suis le feu de la haine.
Tout l'univers se prosterne devant moi.


Impuissante, elle se vit exécuter froidement Dark Lutrinka qui gisait au sol. Elle était réduite au rang de spectatrice de ses propres actions et, cette fois, le contrôle ne lui revint pas. Elle avait perdu son propre corps. Son œil valide bleu se ferma et elle sentit quelque chose s’y dérouler tandis que la partie droite de son masque s’ouvrit.

Je m'engage dans l'Obscurité où j'ai découvert la vraie vie,
Dans la Mort de la Lumière.


Sans l’avoir ordonné, elle sentit sa bouche articuler :

« Maître… »

La voix diffuse de l’esprit Sith résonna à travers la large pièce.

« Excellent… Excellent… »

Les mots suivants rendirent folle de douleur la jeune Jedi mais elle ne put rien faire. Son esprit n’était plus le sien.

« La Force est puissante en vous, poursuivit KoTOR. Une grande Sith vous deviendrez. Désormais, vous répondrez au nom de Dark… Elwyn. »

Ces mots glacèrent le sang de la padawan qui ne pouvait s’imaginer être appelée par un nom Sith. Elle avait échoué. Elle avait perdu le plus grand combat de sa courte vie.

Alors, son œil valide se rouvrit et, dans son reflet qu’elle put observer sur le sarcophage, elle découvrit qu’il était jaune.
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar L2-D2 » Mer 29 Aoû 2018 - 15:03   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 31]

Chapitre 31 lu!

Superbe!!! :shock:

Très bien écrit (les codes Sith et Jedi qui entrecoupent les scènes d'action), très bien décrit (un excellent duel tant physique que psychologique) pour une conclusion terrifiante et qui redistribue considérablement les cartes. Bravo! :jap:

Vivement la suite! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5389
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mer 29 Aoû 2018 - 17:31   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 31]

Lu!

Et je plussoie L2! Quel suspense, quelle tension!

Vivement la suite avec Dark Elwyn :sournois: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1549
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Lynne » Jeu 30 Aoû 2018 - 11:43   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 31]

Ouah ! Ce basculement est, je trouve, très bien fait, l'idée des deux Codes qui se mélangent aux combats est bien trouvée. Hâte de voir ce que la suite nous réserve, avec deux Jedi principaux sur quatre passés du côté obscur !
Super-MJ à votre rescousse !
We've all got light and dark inside of us. What matters is the part we choose to acton on, that's who we really are
- Sirius Black
Lynne
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 343
Enregistré le: 03 Juin 2017
 

Messagepar LL-8 » Ven 07 Sep 2018 - 15:46   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 31]

Lu!
J'ai beaucoup aimé!
Vivement la suite!

...

Je plaisante ^^ Je n'avais toujours pas commenté, mais j'avais bien lu!
Que dire... Comme mes camarades du dessus, j'ai bien aimé la confrontation des deux codes qui entrecoupe l'action à proprement parler. Parfois c'est tellement plus efficace que raconter ce qu'il se passe dans la tête d'un perso, et là je trouve que tu le fais très bien.
Maintenant, j'avoue que j'aurai préféré un chapitre tournant autour de Myyr ou Eleccoï plutôt qu'Eÿnra (j'ai déjà dit que je n'étais pas fan de ce perso? :lol: ). Disons qu'au moins, on a une confirmation de ce qu'on soupçonnait déjà: KoTOR est encore en vie, d'une certaine manière.

Darth Eluar a écrit:Alors... il se trouve que l'intitulé du pari si je perdais était "tu auras tous les chapitres de la Tourmente une semaine avant jusqu'au mois de juin". :whistle: Tu noteras que j'avais savamment évité de te dire quand en juin pour pouvoir te troller en arrêtant dès le début, mais vu qu'il n'y a eu aucun chapitre publié entre le pari et le 30 juin ben... techniquement, j'ai tenu mon pari :paf: :P

Espèce de fourbe.
En attendant, moi je tiens mes délais sur TMA... Je sens qu'on va l'attendre longtemps, le chapitre 32 de la Tourmente :P
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1032
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Notsil » Mar 11 Sep 2018 - 20:40   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 31]

Me revoilà par ici !

Ça a bien avancé tout ça :)

Très chouette duel lumineux / obscur ! Pas facile de résister après la torture et les drogues, mais j'ai envie de croire qu'un jour elle récupèrera un minimum le contrôle de son corps ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2365
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Darth Eluar » Sam 04 Mai 2019 - 19:47   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 - 31/08/2019

Spoiler: Afficher
04-05.png
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar L2-D2 » Sam 04 Mai 2019 - 19:48   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 - 31/08/2019

Owouiiiiiiiii !!! :love:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5389
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Notsil » Jeu 09 Mai 2019 - 16:17   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 - 31/08/2019

Oh une date officielle de la suite ?? ou de la fin ? ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2365
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar LL-8 » Mer 15 Mai 2019 - 19:31   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 - 31/08/2019

Seigneur Darth Eluar, maître des teasers ! :D

Bon, alors je réagis un peu tard, mais je réagis quand même :lol:
Contente de te voir revenir dans le coup, j'ai vraiment eu peur que tu nous laisses en plan avec cette fic' ! Hâte de voir ce que tu nous réserves !
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1032
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Darth Eluar » Lun 08 Juil 2019 - 11:47   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 - 31/08/2019

Spoiler: Afficher
08-07.png
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar Darth Eluar » Jeu 15 Aoû 2019 - 14:29   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 - 31/08/2019

Spoiler: Afficher
15-08.png



promis je ne floode pas plus, c'est le dernier :transpire: :D
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar L2-D2 » Jeu 15 Aoû 2019 - 15:15   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 - 31/08/2019

A jour, oui... Mais est ce que je me souviens de tout? C'est une autre question! :transpire:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5389
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Notsil » Mer 21 Aoû 2019 - 20:47   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 - 31/08/2019

J'attends, j'attends ^^ (mais tu as bien fait mon temps libre disparait en juillet-aout ^^).
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2365
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar darkCedric » Mer 21 Aoû 2019 - 20:51   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 - 31/08/2019

Ça sent le renfermé ici ! Combien d'années que ce sujet n'a pas vu la lumière ? :paf:
Mmmmmmmmmm
darkCedric
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3036
Enregistré le: 26 Juin 2016
Localisation: Juste à côté de toi
 

Messagepar Darth Eluar » Sam 31 Aoû 2019 - 12:12   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 32]

Tata tata taaaatata ! Tatatata tatatatata... Oh et puis zut c'est trop long. Blabla inside pour ne pas prendre trop de place.
Spoiler: Afficher
ATTENTION !
Alerte rouge ! Ceci n'est pas un exercice !
Il semblerait qu'Eluar soit en train de tenir son délai annoncé !

Avant toute chose, je vous remercie pour vos commentaires suite au dernier chapitre. J'y ai passé beaucoup de temps, et c'est certainement celui dont je suis le plus satisfait, et de loin. :jap: Je suis content qu'il vous ait plu :oops:

LL-8 a écrit: Je sens qu'on va l'attendre longtemps, le chapitre 32 de la Tourmente :P

Même pas ! Ça fait moins d'un an, na ! :paf:

darkCedric a écrit:Ça sent le renfermé ici ! Combien d'années que ce sujet n'a pas vu la lumière ? :paf:

Si je puis me permettre, tu es le dernier à pouvoir me faire cette remarque, monsieur "j'ai échappé de justesse au placement en archives de ma fic en passant juste sous le délai d'un an utilisé pour le nettoyage" :P

L2-D2 a écrit:A jour, oui... Mais est ce que je me souviens de tout? C'est une autre question! :transpire:

Alors un petit résumé succinct et non exhaustif.

Alors que la République avait vu une opportunité de remporter la guerre, de nouvelles fuites venant de son Laboratoire d'Innovations causent une déroute catastrophique au-dessus de Mandalore. Ces fuites viennent compromettre le mystérieux Projet Duracier et obligent les dirigeants républicains à réagir. Dans le même temps, les Sith passent à l'offensive. Sous l'influence de la Tentatrice Twi'lek Amej Dara, Eleccoï les rejoint avec toutefois l'idée de se retourner à terme contre eux et devenir le héros qu'il rêve d'être. Eÿnra, elle, bascule du côté obscur et laisse place à sa part d'ombre, Dark Elwyn, sous l'influence de l'esprit Sith Dark KoTOR. Pendant ce temps, le Grand Amiral Chiss Lolness prépare son plan, avec l'aide de son assistant Rancesh et de l'amiral transfuge de la République Reclelc...

Je dois vous informer que l'écriture du tome 1 est terminée. Il n'y a donc plus grand chose qui m'empêche de publier au rythme que je veux. On va donc tenter un rythme hebdomadaire jusqu'à la fin du tome.
Ce chapitre, comme les 3 suivants, est plutôt long, mais ensuite, pour une raison inconnue, la taille de mes chapitres diminue brutalement. Je ne sais pas s'il vaut le coup de faire des publications en 2 pour seulement 4 chapitres.
Celui-ci paraîtra d'un trait, par souci d'excuse pour le retard. Dans tous les cas, et normalement si tout se passe bien sauf imprévu, on devrait terminer la publication du tome 1 en 2019 :D

Pourquoi revenir aujourd'hui ? Et bien parce qu'il y a 4 ans, jour pour jour, je commençais l'écriture de la première version de cette fan-fiction. Vous ne la verrez jamais (parce que c'est nul) mais le premier chapitre en est la dernière trace presque non retouchée sur ce forum :transpire:

Une dernière petite chose. Comme vous avez pu le voir, l'idée d'appeler un personnage comme un jeu vidéo, si elle m'a semblé amusante, s'est retournée contre moi à présent que des infobulles révèlent aux visiteurs le sens des acronymes. Cela étant impossible à annuler, faites abstraction du mieux que vous pouvez de ces infobulles moches et de la casse inadaptée au nom qu'elles imposent :transpire:

C'est donc l'heure du chapitre 32 ! :jap: Vous m'avez manqué :cute:

Chapitre Précédent
Sommaire
Chapitre Suivant


Chapitre 32



En orbite autour de Malachor III.


Eleccoï se laissait guider à travers les couloirs de la station. Il réfléchissait sans cesse à ce qu’il faisait. N’était-ce pas inconscient ? A vrai dire, il n’en savait rien. Lui qui était d’habitude si réfléchi, qui soupesait chaque action, chaque mot, avait agi impulsivement sur Korriban. Quelque chose était né en lui, quelque chose qu’au départ, il ne contrôlait pas.

Pourtant, il avait découvert que ce quelque chose était puissant, bien plus que tous les enseignements qu’il avait reçus. Se servir de ses émotions n’était peut-être pas néfaste, après tout. La République était tenue en échec par les Sith, et c’était peut-être en raison de l’étroitesse de vision des Jedi.

Mais, plus que tout, il avait compris sur Korriban que la Force elle-même voulait le faire goûter au côté obscur. Il ne fallait pas questionner la volonté de la Force. Il ne fallait jamais essayer de lutter contre ses courants. Au contraire, il fallait se laisser porter par eux, et tout était révélé en temps voulu.

Si Eleccoï avait décidé de goûter au pouvoir que conféraient les émotions, il n’allait pas pour autant trahir ses alliés. Pourquoi les Sith croyaient-ils que faire accepter le côté obscur à un Jedi pouvait le contraindre à se retourner contre la République ? Au contraire, en utilisant avec sagesse les deux côtés de la Force quand il le fallait, un tel Jedi serait un allié de poids pour tous ceux qui luttaient contre la tyrannie.

Il n’y avait qu’à prendre l’exemple de Rynij. L’espion des Jedi au Conseil Noir avait goûté toute sa vie au côté obscur sans jamais être consumé par lui comme les autres Sith. Si celui-ci l’avait fait, pourquoi Eleccoï ne le pourrait-il pas ?

La Twi’lek lui avait montré quelques techniques du côté obscur sur Korriban avant de décoller avec lui, et le Miraluka devait bien avouer que ces quelques jours lui avaient fait découvrir une puissance incroyable.

Tentant de diriger ses pensées sur autre chose, il continua de suivre la Twi’lek. La station était de grande taille et de nombreux Sith la peuplaient. Eleccoï eut le cœur brisé de voir d’anciens frères d’armes parmi eux. Pourquoi avaient-ils abandonné la République ? Certains d’entre eux n’avaient-ils pas eu la même idée que lui ?

Reportant son regard par un hublot, il détailla l’inhospitalière Malachor III. Ainsi, c’était dans ce système que les Sith avaient élu domicile. Pourquoi les Jedi n’y avaient-ils pas pensé avant ? L’ancien abri de l’Académie Trayus, l’endroit où le Triumvirat Sith qui avait causé tant de dommages à l’Ordre avait été fondé trois siècles et demi plus tôt.

Peut-être l’Ordre ne voulait-il simplement plus entendre ce nom qui signifiait désormais pour eux la désolation. Après tout, depuis la destruction de Malachor V et la chute du Triumvirat, ce système n’avait jamais revêtu à nouveau d’importance stratégique.

Un Chiss à la haute stature déboucha soudain d’un couloir et son visage se figea dans un large sourire quand il aperçut Amej et Eleccoï. Ce dernier le reconnut. C’était le Grand Amiral Lolness, celui qui apparaissait dans la propagande de l’Armée Noire.

« Tentatrice Dara ! s’exclama Lolness.
- Grand Amiral, salua la Twi’lek en baissant respectueusement la tête, ce qui surprit Eleccoï.
- Je vois que vous avez ajouté un maître Jedi à votre tableau de chasse, tentatrice, constata le Chiss en s’approchant d’une démarche distinguée. Maître… Eleccoï, je crois, il est de coutume de saluer ses supérieurs. »

Ses supérieurs ? Pourtant, du temps de l’Empire, tous les Sith, de quelque rang qu’ils soient, étaient supérieurs à tous les non-sensitifs. Puisque le Miraluka comptait rejoindre les rangs des Sith, ou du moins prétendre le faire, n’était-il pas supérieur à cet amiral ?

Il fit part de son questionnement à Amej qui lui expliqua :

« Nous ne fonctionnons pas sur le modèle de l’Empire, car c’est ce qui a mené nos prédécesseurs à leur perte. Seuls les membres du Conseil Noir sont des Seigneurs et peuvent prétendre à la souveraineté sur tous. Les autres membres de l’Ordre leur doivent obéissance, ainsi qu’à certains membres de l’Armée.
- Et en l’occurrence, ajouta Lolness, je suis le chef de l’armée de la Coalition. Par conséquent, maître Eleccoï, j’ai le regret de vous dire que vous êtes bien mon subordonné.
- Pardonnez-moi, Grand Amiral, soupira le Miraluka, se sentant presque insulté sans vraiment savoir d’où venait ce sentiment.
- Bien, se satisfit le Chiss. Maintenant que les présentations sont faites, tentatrice Dara, dites-moi où vous l’emmenez.
- Eh bien, répondit respectueusement la Twi’lek, je compte le confier à l’Instructrice Lasnara qui lui trouvera une assignation utile.
- L’assignation est toute trouvée, ordonna Lolness en pointant Eleccoï du doigt. Il pourra jouer un grand rôle dans la mission que le Seigneur KoTOR m’a confiée. »

KoTOR… Le Miraluka chercha dans sa mémoire… N’était-ce pas le Sith qui avait été tué sur Felucia ? Quelle était cette mission dont le Chiss parlait et quelle part Eleccoï pourrait-il bien y prendre ?

« L’Instructrice fera comme bon lui semble, poursuivit le Grand Amiral, mais il ne quittera pas les murs de cette académie. Pour la République, il sera un prisonnier dans un de nos centres de détention.
- Comme vous voudrez, Grand Amiral, obéit Amej.
- Une deuxième chose, expliqua Lolness en se rapprochant d’elle, vous devez vous tenir à disposition du Seigneur Polgur. Il s’est passé quelque chose sur Felucia. »

Polgur… Ce nom fit frémir Eleccoï qui repensa à son affrontement avec ce Sith sur Sullust et à leurs retrouvailles sur Onderon au début de la guerre.

Le Chiss se rapprocha encore et se pencha pour murmurer à l’oreille de la Twi’lek. Eleccoï dut utiliser en partie la Force pour saisir ces quelques mots :

« Il y a un nouveau Seigneur…
- Qui ? murmura Amej, dont l’expression faciale trahissait sa surprise.
- Je l’ignore, lui apprit le Chiss, et je n’aime pas ignorer les choses. »

Il se recula alors et poursuivit à haute voix :

« Le Seigneur Polgur a fait savoir que tous les tentateurs étaient susceptibles de recevoir son appel dans les prochaines heures.
- Je garderai mon holocommunicateur à portée de main, répliqua la Sith.
- Parfait, conclut Lolness. Ce sera tout, vous pouvez disposer. »

Il s’éloigna alors et Amej resta interdite quelques instants, rendant Eleccoï très perplexe. La Sith lui fit finalement signe de la suivre et le mena à nouveau à travers des couloirs avant de déboucher dans une salle de taille moyenne.

A gauche, la baie vitrée d’un aquarium offrait la vue d’un poisson au corps effilé, dont le nom échappa au Miraluka, qui déchiquetait avidement de sa puissante mâchoire une proie malchanceuse.

Accoudée sur une barre qui courait le long de la vitre, une Sith au Sang Pur admirait le spectacle. Les entendant arriver, elle les interpella.

« Tentatrice Dara ! s’exclama-t-elle sans se retourner. Vous m’amenez un maître Jedi ? Si tous mes fournisseurs avaient votre talent, la Guerre serait déjà gagnée.
- Instructrice Lasnara, répliqua la Twi’lek sur le même ton, vous savez bien qu’il n’y en a pas deux comme moi.
- En effet… »

Alors l’Instructrice se retourna, dévoilant le visage d’une Sith au Sang Pur entre deux âges, aux yeux jaunes éclatants et arborant un sourire mauvais.

« Je vous remercie, tentatrice, déclara-t-elle. Je vais m’occuper de notre hôte. »

Amej salua l’Instructrice et se retira, mais aucune ne montra de traces d’un respect de subordonnée à supérieure, ce qui fit penser au Miraluka qu’elles avaient un rang équivalent.

« Je n’ai pas de temps à perdre, commença la Sith au Sang Pur à l’intention d’Eleccoï, alors je vais être claire. Je suis l’instructrice Lasnara, je fais partie de ceux qui accueillent les nouvelles recrues et qui procèdent à leur entraînement. Vous m’obéissez, tout se passe bien. Vous faites la forte tête, vous avez des problèmes. C’est bien clair ? »

Le Miraluka hocha la tête, non sans penser qu’au vu de la puissance qu’il sentait émaner de son interlocutrice, il pourrait certainement la vaincre en combat singulier, mais chassa ces idées stupides de son esprit. Il devait gagner la confiance des Sith.

« Vous êtes un maître Jedi, alors je n’aurai pas à vous apprendre le maniement du sabre laser, ni les techniques de Force de base. C’est déjà ça de gagné. En revanche, je sens qu’il y a toujours du conflit en vous, poursuivit la Sith au Sang Pur. Mon travail est de vous apprendre à vous soumettre totalement au côté obscur. Grâce à mon entraînement, personne ne pourra vous arrêter. Nous allons débuter sans plus tarder. Suivez-moi. »

Elle le mena dans une pièce non loin, à l’autre bout de laquelle se trouvait une petite porte. Elle lui tendit une vibrolame.

« Vous pourriez en avoir besoin, déclara-t-elle.
- Quand récupèrerai-je mon sabre ? interrogea Eleccoï.
- Plus tard, esquiva la Sith au Sang Pur en désignant la porte. Votre première épreuve vous attend. »

Saisissant l’arme, le Miraluka se dirigea vers la porte qui coulissa pour le laisser passer avant de se refermer derrière lui. Il n’eut même pas le temps de détailler la pièce dans laquelle il avait pénétré que ses sens de Miraluka l’avertirent que des éclairs de Force se dirigeaient vers lui. Tendant la main, il les para. Ces éclairs étaient peu violents, l’œuvre d’un Sith peu entraîné et manquant de puissance dans la Force.

Quand les éclairs cessèrent, il distingua la figure d’un Dévaronien qu’il reconnut immédiatement pour avoir réalisé plusieurs missions en sa compagnie des années plus tôt.

« Tien Ikatro… murmura-t-il. Vous avez disparu il y a quatre ans sur Yavin IV… Vous avez commis des crimes de guerre pour l’Armée Noire !
- C’est ta faute ! s’écria le Dévaronien d'une voix folle. Ta faute ! Inutile ! Ils m’ont qualifié d’inutile ! Tout ça parce qu’ils t’ont toi ! Mais ça va changer ! Si je te tue, je peux regagner mon honneur !
- Attendez ! s’exclama Eleccoï. Je… »

Il n’eut pas le temps de prononcer un mot supplémentaire et dut tendre sa lame pour parer le coup d’Ikatro. Il attaqua à son tour et mit son adversaire en difficulté.

« Bien… » résonna la voix de l’instructrice dans un haut-parleur à travers la pièce.

Il devait l’impressionner ! Il devait leur faire croire qu’il était de leur côté ! Il porta plusieurs coups puissants et tenta de se servir de ses émotions comme Amej Dara le lui avait montré sur Korriban.

Ikatro ne fit pas le poids très longtemps. Eleccoï se surprit à penser que le Dévaronien était peut-être bien inutile mais chassa cette idée de son esprit. Rapidement, le Miraluka désarma son adversaire et le mit hors de combat avec une puissante poussée de Force qui le sonna.

« Excellent, résonna à nouveau la voix de Lasnara. Vous avez vu à quel point il était faible. C’est ma première leçon. Les faibles n’ont pas leur place parmi nous. Tuez-le. »

Le tuer ? C’était contraire à tout ce qu’il avait appris. Il ne pouvait pas tuer un innocent. Mais Ikatro était-il innocent ? Il s’était laissé consumer par le côté obscur, et avait été utilisé pour commettre des atrocités de guerre. Si Eleccoï voulait gagner la confiance des Sith, il devait être capable d’exécuter les coupables.

Il décapita le Dévaronien et, au milieu de la culpabilité qui l’étreignait, une satisfaction d’avoir éliminé un mauvais être naquit.

« Excellent, applaudit Lasnara. Deuxième leçon. »

Un pan de mur pivota pour laisser apparaître une jeune Zabrak à la peau rouge. Elle était solidement enchaînée à la paroi. Des traces violacées témoignaient d’une violente torture.

« Cette padawan a été capturée, expliqua la Sith au Sang Pur. Elle ne nous est plus d’aucune utilité, nous lui avons soutiré toutes les informations qu’il nous fallait. L’épreuve est sensiblement la même. Exécutez-la ! »

Ce n’était pas la même chose qu’exécuter un assassin. Cette fois, la padawan était réellement innocente. Elle leva des yeux apeurés vers lui.

« Maître Eleccoï ! s’exclama-t-elle. Vous êtes ici pour me délivrer ? »

Tant d’innocence dans cette phrase… Il ne pouvait pas la tuer comme ça…

« Pourquoi ne pas la retourner pour servir votre cause ? s’exclama-t-il de façon à ce que Lasnara l’entende.
- Elle est faible, proclama l’instructrice, inutile ! Tuez-la ! »

Comment pourrait-il faire cela ? C’était une enfant ! Une innocente ! Et pourtant, s’il ne le faisait pas, tout son plan échouerait ! S’il gagnait la confiance des Sith, il pourrait sauver des millions de vies, comme l’avait fait Rynij !

Il prit sa décision. Les millions de vies qu’il pourrait sauver étaient plus importantes que la vie de cette padawan. Il serra le manche de la vibrolame.

« Non, maître Eleccoï, ne faites pas ça ! s’écria la jeune Zabrak en écarquillant ses yeux de terreur. Je… je le sens… Votre avenir…
- Je suis désolé, l’interrompit le Miraluka. Je dois le faire. »

Il la tua et, cette fois, aucun sentiment de satisfaction ne vint couvrir sa culpabilité.

« Vous avez beaucoup trop hésité, analysa l’instructrice. Ça ne me plait pas. »

Une décharge puissante sortit du mur et vint frapper le Miraluka qui s’écroula au sol.
« Je… suis... désolé… bredouilla-t-il. Ça ne… se reproduira pas.
- Je l’espère, menaça Lasnara. Je l’espère. »

La décharge cessa et la porte de la salle s’ouvrit. L’arme d’Eleccoï lui échappa pour venir rejoindre la main de l’instructrice qui pénétra par l’ouverture.

« Venez avec moi, ordonna-t-elle. Votre entraînement de Sith va réellement pouvoir débuter. »


Coruscant, Laboratoire d’Innovations de la République.

Colehn se morfondait dans son bureau. Il se sentait coupable de la déroute que la République avait subie sur Mandalore. Tous ces prisonniers, toutes ces familles séparées parce qu’il avait voulu protéger la sienne…

Que devait-il faire ? Dénoncer Hinn, dont il savait qu’elle était la traitresse à la solde de l’Armée Noire, à ses supérieurs ? Mais s’il faisait cela, il perdait la seule raison pour laquelle il servait la République : sa famille. Que devait-il faire ?

Il se leva, pour se rendre à la collation habituelle des chefs de projets. Alors qu’il arpentait les couloirs, perdu dans ses pensées noires, un droïde Z3 se manifesta, sortant de l’ombre où il était stationné.

« Vous êtes demandé dans le sous-secteur 77, monsieur, annonça-t-il de sa voix monocorde.
- Par qui ? interrogea le scientifique
- Je l’ignore, monsieur. »

Le Kaleesh soupira. Depuis que le SIS avait accru sa présence au sein du laboratoire, les invitations de ce type se multipliaient, comme si les demandes officielles étaient devenues trop risquées.

Un rapide tour dans sa mémoire digne de celle d’un Céréen lui apprit que le bloc 77 était censé être vide à cette heure. Typique du SIS. Les Services Secrets de la République avaient un goût prononcé pour la théâtralité.

Se dirigeant dans les fins couloirs qu’il connaissait par cœur, Colehn s’y rendit rapidement, en se demandant ce que les agents lui voulaient. Au fond de lui, une crainte grandissait : la République avait-elle découvert qu’il couvrait l’espionne de l’Armée Noire ? Si c’était le cas, le considérerait-elle comme une victime ?

Quand la porte du bloc coulissa pour le laisser entrer et que le Kaleesh découvrit qui l’attendait, il en vint presque à regretter qu’il ne s’agît pas de Forces Spéciales arme au poing. Assise sur une chaise, deux verres posés devant elle, Ly Hinn se retourna lentement.

« Pohol, mon ami, souffla-t-elle mielleusement. Vous avez quitté votre bureau en avance ! C’est excellent ! Entrez, je vous prie. »

Sentant qu’il n’avait pas vraiment le choix, le scientifique en chef obtempéra et s’assit sur le siège que lui désigna l’Humaine.

Cette dernière le dévisagea quelques instants avec son regard perçant qui semblait tout calculer, tout analyser. Un regard qui savait instiller un sentiment de supériorité chez ceux qui le croisaient. Techniquement, Colehn était le supérieur d’Hinn. Cependant, dans cette pièce, le rapport de force était inversé.

Hinn dégageait une aura magnétique. Elle n’avait pas atteint la quarantaine et beaucoup d’hommes dans le laboratoire la trouvaient très belle. Quand elle avait rejoint l’équipe après la guerre à la faveur de l’opération Pince à Papier, elle était une toute jeune chercheuse tout à fait brillante. Elle représentait une vraie proie pour certains de ses collègues masculins peu scrupuleux et certains comportements tout à fait inadmissibles n’avaient pas tardé à apparaître. Le Kaleesh avait voulu protéger la jeune femme mais avait vite compris que cette dernière pouvait se défendre seule : quand un chercheur avait mystérieusement failli finir broyé dans un déchiqueteur particulaire, les faits de harcèlement avaient instantanément cessé.

A l’époque, Colehn avait cru à la version que lui avait fournie l’Humaine : celle d’une jeune scientifique broyée par la machine impériale, forcée de travailler pour les institutions de recherche militaire. Malheureusement, le Kaleesh avait depuis compris que cette version était un mensonge. Hinn était une impériale fidèle, et la résurgence de l’Armée Noire était pour elle la réapparition de tout ce en quoi elle croyait.

Le scientifique en chef fut tiré de ses réflexions par un soupir de l’Humaine, qui lui sembla étonnamment sincère.

« Vous savez, Pohol, murmura-t-elle en lui tendant un verre qu’il refusa, je crois que nous sommes partis de mauvaises bases.
- Nous étions partis sur d’excellentes bases, professeur Hinn, réfuta Colehn, jusqu’à ce que vous nous trahissiez. Jusqu’à ce que vous menaciez ma famille.
- Je sais ce que cela fait, soupira à nouveau Hinn avec une expression qui ressemblait fort à de la tristesse sincère. Le sentiment d’impuissance. Cette rage qui vous étreint… Je n’ai jamais oublié. »

Le Kaleesh leva des yeux interrogateurs. Il y avait un vrai tremblement dans la voix de l’Humaine. Cependant, ce qu’il connaissait d’elle l’incitait à se méfier. Peut-être était-ce feint.

« Vous savez, poursuivit la jeune femme, j’étais comme vous, quand j’étais toute jeune. Je n’étais loyale à aucun gouvernement, seulement à ceux que j’aimais. »

Disait-elle cela pour toucher volontairement Colehn, ou était-ce la vérité ?

« Il y avait un garçon, raconta la scientifique. Nous nous connaissions depuis l’enfance… L’entrée à l’Académie des Sciences Impériales nous a… rapprochés. Il a choisi les recherches civiles, tandis que mes prédispositions ne m’ont pas vraiment laissé le choix, j’étais forcée de rejoindre le département de recherches militaires. Contrairement à moi, il a eu droit à une permission sur notre monde natal, une petite planète impériale sans histoire. Avant de partir… »

Le masque d’Hinn s’était brisé. Ses émotions étaient palpables. Elle était soit une actrice d’un très grand talent, soit en train de se remémorer des souvenirs qui la touchaient profondément.

« Avant de partir, déglutit-elle péniblement, il m’a demandée en mariage. J’ai accepté, bien sûr. C’était le plus beau jour de ma vie. Le lendemain, je suis partie rejoindre mon nouveau laboratoire pendant que mon nouveau fiancé allait rejoindre sa famille. Il m’avait promis qu’il annoncerait lui-même la nouvelle à la mienne. Je n’ai jamais su s’il en a eu le temps. La République a lancé une offensive pour « libérer » ma planète. Elle était dirigée par le général Sensar. Ce maudit Cathar a bombardé notre capitale, massacrant des milliers de civils. Je n’ai jamais revu ceux envers qui j’étais loyale. Alors, ma loyauté est allée à l’institution qui me permettrait d’accomplir ma vengeance. Je me suis portée volontaire pour participer à un programme top secret des Services de Renseignements Impériaux. »

Colehn était bouleversé. Il savait que les histoires de ce genre se comptaient par millions. La guerre entre la République et l’Empire avait été particulièrement meurtrière et les deux camps avaient l’un comme l’autre commis des atrocités. Le scientifique ne put s’empêcher de ressentir une pointe de culpabilité. Après tout, il était à la tête d’un laboratoire de recherche militaire. Son travail était de trouver des meilleurs moyens de tuer. Cependant il savait qu’il pouvait se regarder dans un miroir. Depuis son arrivée au poste de scientifique en chef du LIR, ce dernier avait subi un tournant majeur, étant redirigé principalement sur des recherches à but défensif. Le projet Duracier en était la preuve. Quand celui-ci aboutirait, la République serait à l’abri de toutes les guerres.

Face à lui, Hinn semblait lutter pour retrouver le flegme qui la caractérisait. Elle était très différente de ce qu’elle montrait habituellement.

« Je suis désolé, articula le Kaleesh.
- Ne le soyez pas, répliqua l’Humaine en secouant la tête. Vous n’y êtes pour rien. Je tenais simplement à vous dire que… j’ai du respect pour vous. Les circonstances ont fait que nous sommes ennemis, mais il s’agit uniquement du hasard de la Force. Vous n’êtes pas un Républicain farouche. Vous voulez juste protéger ceux que vous aimez. Et je ne suis pas une impériale convaincue, contrairement à ce que vous pensez de moi. J’ai juste une vengeance à accomplir. Sensar fait aujourd’hui partie de l’Etat-Major. Vous devez comprendre que je ne reculerai devant rien pour le mettre à bas, ainsi que la République qui l’a couvert malgré ses agissements. Quels que soient les sacrifices que j’aie à faire, qu’ils soient personnels ou qu’il s’agisse de vies à prendre, je le ferai. Je le dois à ceux que j’aimais. Ils ne méritaient pas de mourir. Votre famille ne méritait pas d’être capturée par quelqu’un comme Lolness. Mais si vous ne coopérez pas, si vous vous mettez entre moi et ma vengeance, je lui transmettrai le message qu’il attend pour les tuer. Ça n’a rien de personnel. J’espère que vous comprenez. »

Il comprenait. Elle était impitoyable. L’épreuve qu’elle avait subie l’avait transformée en une machine de guerre. Colehn se demanda s’il aurait réagi comme elle. En son for intérieur, il dut s’avouer que c’était probable. Il serait probablement parti dans une croisade meurtrière comme l’Humaine. C’est ce qu’il ferait s’il arrivait malheur aux siens. Lolness ne survivrait pas à sa vengeance. Peut-être le Kaleesh avait-il mal jugé l’Humaine. Elle lui semblait… plus humaine, justement.

« Bref, coupa Hinn en reprenant péniblement son accent noble qui la caractérisait en temps normal. Parlons… affaires, justement. Le SIS met trop le nez dans les miennes. Les Mandaloriens n’étaient pas censés montrer autant nos atouts. C’était stupide de leur part. Maintenant, je me retrouve à devoir accuser un autre scientifique pour me débarrasser des pots de colle des renseignements. J’ai besoin de vous. Je me suis débrouillé pour faire parvenir des preuves contre le professeur Amstramgravomitch. Vous allez certainement bientôt être interrogé. Confiez-leur vos soupçons à son propos, cela suffira pour qu’ils l’arrêtent. Il ne me restera plus qu’à me débrouiller pour qu’il soit dans un état qui lui fera avouer n’importe quoi. »

Mais le Bith n’avait rien fait ! Il était innocent !

« Mais… protesta Colehn. Il…
- Professeur, je ne vous demande pas votre avis, l’interrompit l’humaine. N’oubliez pas : je ne reculerai devant rien, menaça-t-elle alors que son ton se fit plus dur. Je n’ai qu’un mot à dire pour que votre famille rejoigne la mienne. Croyez bien que je le ferai. J’en suis désolée. »

Le Kaleesh se résigna. Il quitta la pièce sans saluer sa collègue. Il allait livrer un innocent à la justice militaire, connue pour être bien plus expéditive en temps de guerre que son homologue civile. Comme il s’en voulait. Mais il aimait sa femme. Il aimait ses enfants. Il avait rejoint la République pour eux. S’il trahissait sa famille, à quoi rimerait son engagement au service du Sénat ? L’institution était corrompue jusqu’à l’os, il le savait. Il la servait pour ceux qu’il aimait. Pour les protéger. Mais, ce faisant, il les avait mis en danger.
Le Kaleesh était pris dans un atroce cercle vicieux sans la moindre perspective de sortie. Il n’avait plus d’espoir. Il était brisé. Il devait obéir à Hinn. Il n’avait pas d’autre choix.

Se sentant suer à grosses gouttes, le scientifique se dirigea vers les toilettes les plus proches. Face au grand miroir tactile qui surplombait le lavabo, Colehn retira son masque d’os traditionnel et laissa apparaître son visage reptilien sur lequel il passa ses mains remplies d’eau, ce qui lui fit un grand bien.

Remettant le masque qui caractérisait la culture Kaleesh, le scientifique en chef releva la tête et découvrit dans le miroir une silhouette qu’il connaissait.

« Commandant Suprême Urlbot, salua-t-il. C’est une surprise de vous voir en personne ici.
- Professeur Colehn, salua le numéro un de l’Armée de la République. Quand une affaire urgente requiert mon attention, cela justifie que je quitte le Libérateur.
- Je crains de savoir ce qui vous tracasse, monsieur, soupira le Kaleesh.
- C’est plutôt évident, en effet, opina Urlbot. Nos ennemis n’étaient pas censés avoir cette technologie à leur disposition sur Mandalore. La fuite dans vos rangs est plus active que jamais. Votre enquête avance-t-elle ? »

Colehn soupira. Que devait-il faire ? Malheureusement, a réponse lui apparaissait clairement.

Je suis loyal à ceux que j’aime.

« Je ne voulais pas le croire, mentit-il, mais tout me porte malheureusement à penser que le professeur Amstramgravomitch est le responsable de tout cela.
- Hum, réfléchit le Commandant Suprême. Cela confirme les informations de nos services. Nous allons l’interroger. Je vous remercie de votre coopération, professeur. »

L’officier supérieur s’éclipsa immédiatement, flanqué de deux soldats des Forces Spéciales.

Le Kaleesh se sentait mal, très mal. Le Bith qu’il venait de livrer à la justice de la République était un bon élément du Laboratoire et les propos d’Hinn laissaient peu de place au doute : il serait drogué avant son arrestation, de sorte qu’il avoue des crimes qu’il n’avait pas commis. En sortant pour retourner à son bureau, Colehn aperçut une haute silhouette à la peau cuivrée qui l’observait avec un sourire. Il se promit que, dès que sa famille serait hors de danger, il ferait tout pour se racheter auprès de la République.

Quand viendrait le moment critique, il prendrait la bonne décision.

Il l’espérait.
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar LL-8 » Sam 31 Aoû 2019 - 12:51   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1[Chap 32]

AAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!
Enfin, mon vieux partenaire d'écriture, les chemins de la fanfiction tu as retrouvés :D

Que dire ?
Déjà, merci pour le bref résumé, ça permet de reprendre l'histoire sans trop de soucis de mémoire. Je me suis bien remise dedans. Eleccoï est toujours un de mes personnages préférés. Hâte de lire la suite !

Effectivement, le infobulles sur le nom de KoTOR m'ont fait rire ^^
Par contre, je dois dire que j'avais oublié que 80-90% des noms sont en fait des anagrammes... Ça m'a beaucoup perturbée :transpire:

Allez, vivement la suite ! On veut savoir comment ça va se terminer ! (Je sens venir le gros cliffhanger en fin de Tome 1 :sournois: :lol: )
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1032
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar mat-vador » Sam 31 Aoû 2019 - 21:57   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1[Chap 32]

ca y est!

Eleccoi a donc de nouveaux copains et reçoit une instruction à la hauteur de son niveau :sournois: ! Basculera-t-il définitivement?

Quand à notre kaleesh, il va de compromission en compromission...

La suite!
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1549
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Notsil » Dim 01 Sep 2019 - 20:52   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1[Chap 32]

Oh ! J'adore comment tes perso justifient leurs "mauvaises" actions, parce qu'ils n'ont pas vraiment le choix et qu'ils sont totalement manipulés :p

J'adore le "Amstramgravomitch" ^^

J'adore le "Lolness" que j'avais oublié (t'as bien créé avec un LOL + -ness ou j'extrapole ? ^^).

Bref ils sont tous dans les ennuis jusqu'au cou, ça promet une fin de tome... intéressante ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2365
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar L2-D2 » Lun 02 Sep 2019 - 12:52   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1[Chap 32]

Chapitre 32 lu !

Un grand merci pour le bref résumé, certes pas exhaustif comme tu l'as dit mais suffisamment bien fait pour être parfaitement compréhensif et rappeler l'essentiel des récents événements ! :jap:

Donc j'ai beaucoup aimé ce Chapitre ! Sublime passage consacré à Eleccoï qui s'enfonce de plus en plus dans le Côté Obscur. Il semble bien sur de lui, sur de son double jeu... mais combien de temps fera-t-il illusion envers lui-même ?

Notsil a écrit:J'adore le "Amstramgravomitch" ^^

Pareil. C'est absolument génial ! :lol:

Vivement la suite ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5389
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Darth Eluar » Dim 08 Sep 2019 - 12:41   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1[Chap 33]

Spoiler: Afficher
LL-8 a écrit:AAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!
Enfin, mon vieux partenaire d'écriture, les chemins de la fanfiction tu as retrouvés :D

:D

LL-8 a écrit:Déjà, merci pour le bref résumé, ça permet de reprendre l'histoire sans trop de soucis de mémoire. Je me suis bien remise dedans. Eleccoï est toujours un de mes personnages préférés. Hâte de lire la suite !

L2-D2 a écrit:Un grand merci pour le bref résumé, certes pas exhaustif comme tu l'as dit mais suffisamment bien fait pour être parfaitement compréhensif et rappeler l'essentiel des récents événements ! :jap:

Donc j'ai beaucoup aimé ce Chapitre ! Sublime passage consacré à Eleccoï qui s'enfonce de plus en plus dans le Côté Obscur.

:oops:

LL-8 a écrit:Effectivement, le infobulles sur le nom de KoTOR m'ont fait rire ^^
Par contre, je dois dire que j'avais oublié que 80-90% des noms sont en fait des anagrammes... Ça m'a beaucoup perturbée :transpire:

Avec le recul, j'avoue que je regrette un peu, c'est parfois ridicule, mais bon, maintenant que je suis lancé, ça ferait tout aussi bizarre d'arrêter, alors je garderai cette tradtion pour toute la suite de La Tourmente :transpire:

LL-8 a écrit:Allez, vivement la suite ! On veut savoir comment ça va se terminer ! (Je sens venir le gros cliffhanger en fin de Tome 1 :sournois: :lol: )

:sournois:

mat-vador a écrit:Eleccoi a donc de nouveaux copains et reçoit une instruction à la hauteur de son niveau :sournois: ! Basculera-t-il définitivement?

Quand à notre kaleesh, il va de compromission en compromission...

Notsil a écrit:Oh ! J'adore comment tes perso justifient leurs "mauvaises" actions, parce qu'ils n'ont pas vraiment le choix et qu'ils sont totalement manipulés :p

L2-D2 a écrit:Il semble bien sur de lui, sur de son double jeu... mais combien de temps fera-t-il illusion envers lui-même ?

:whistle:



Notsil a écrit:J'adore le "Amstramgravomitch" ^^

J'adore le "Lolness" que j'avais oublié (t'as bien créé avec un LOL + -ness ou j'extrapole ? ^^).

En fait c'est tous les deux des références (pas très subtiles, pour changer ^^) à ce roman (lisez-le, Zèd peut vous confirmer que c'est de la bonne :lol: )


Je me dépêche pour garder un rythme hebdomadaire et éviter de retomber dans mes vieux travers :transpire: :D

Alors... Je n'aime pas ce chapitre. Pas du tout. J'ai mis un temps pas possible à l'écrire car je ne savais vraiment pas comment l'écrire. Mais je ne pouvais pas faire sans cette scène. C'est comme ça que j'ai passé quelques mois sans rien réussir à sortir. Le déclic est venu quand j'ai compris que je ne serais jamais satisfait de ce que j'y écrirais. Alors... voilà quelque chose. Je ne sais pas ce que ça vaut. Moi, je n'aime pas, mais il a bien fallu avancer à un moment. :neutre: Avec le recul, c'est quand même moins pire que ce que je craignais, j'ai réussi à limiter la casse :transpire:


Chapitre Précédent
Sommaire
Chapitre Suivant

Chapitre 33



Felucia, Académie Noire.

Libre.

Libre.

Elle était libre.

Cette part d’elle qui l’enfermait, qui l’empêchait d’accéder à la vraie puissance, était rejetée dans les tréfonds de son esprit.

Depuis toujours, elle était là. Les Jedi l’appelaient « la manifestation du côté obscur ». Mais elle était bien plus que cela. Elle était la vraie personnalité de la Mirialan. Celle qui ne demandait qu’à s’éveiller depuis toujours. Celle qui avait tenté à de multiples reprises de prendre possession de l’esprit de la Jedi, sans succès. Mais elle était enfin éveillée. KoTOR l’avait nourrie. L’esprit Sith lui avait donné la puissance nécessaire, tandis que le sérum V affaiblissait les défenses mentales d’Eÿnra.

C’était suffisant. A présent, elle avait pris l’avantage. Cet esprit lui appartenait. Ses défenses psychiques étaient désormais siennes. Elle détenait la position de force. Elle ne la perdrait plus jamais.

Et, plus que tout, elle avait enfin un nom : Elwyn. Ses ennemis trembleraient de peur en l’entendant. Elwyn serait associée à la destruction. Sous son règne, les Sith parviendraient enfin à la victoire. Rien ne l’arrêterait. La République s’écroulerait. Un jour, elle arriverait même à annihiler l’esprit de KoTOR et à devenir la seule dirigeante légitime des Sith.

Pour l’heure, elle devait encore obéir à l’esprit. Celui-ci l’avait libérée. Elle lui devait sa loyauté. Pour le moment, du moins.
A genoux, elle avait écouté les consignes de KoTOR. Elle serait sa messagère, sa représentante. En d’autres termes, elle dirigerait les Sith et n’aurait à répondre qu’à lui.

Certains se seraient demandés comment une jeune fille qui n’avait pas dix-neuf ans pouvait mener l’Ordre des Seigneurs du côté obscur. Mais Elwyn ne s’était pas posée la question un seul instant. Sa puissance était grande. Eÿnra était déjà pleine de potentiel. Elwyn était bien plus que cela. Le côté obscur coulait en elle avec une pureté sans égale.

Sur son masque, le motif Jedi serait effacé dans l’heure. Désormais y trôneraient des motifs Sith. Enfin, la haute stature de la Mirialan ne laissait pas percevoir son âge. Son apparence était imposante. Sa puissance était sans pareille. La peur serait sa marque de fabrique.
Rien ne l’arrêterait. Rien. Elle pouvait sentir le pouvoir qui coulait en elle. Se concentrant, la jeune Sith tendit sa main valide. Une gerbe d’éclairs se forma à son extrémité. Elle sourit sous son masque. Le côté obscur lui appartenait.

Elwyn n’était plus dans la grande salle centrale de l’Académie. KoTOR lui avait intimé de se rendre dans une petite pièce d’entraînement un peu plus loin. Avant cela, il lui avait ordonné de retirer le cristal jaune qui se trouvait au cœur du sabre de la Mirialan, et lui avait offert le Kyber rouge qui l’avait accompagné de son vivant. L’arme de la jeune fille arborait désormais une lame cramoisie.

Elwyn avait déposé le cristal jaune dans une réserve attenante à la prison. Il serait envoyé sur Korriban. Plus jamais il ne serait proche d’elle.

Une présence lui fit soudain tourner la tête. Dark Polgur. Il était apparu dans certaines images de propagande de l’Armée Noire. C’était le seul Sith qui se montrait au grand jour.

« Monseigneur, s’inclina-t-il avec un respect de toute évidence feint.
- Seigneur Polgur, salua Elwyn.
- Le Seigneur KoTOR m’a ordonné de me tenir à votre disposition. J’ai prévenu tout l’Ordre Sith qu’il devait en faire de même.
- Bien, très bien, se satisfit Elwyn. Je vais devoir parler au l’amiral Lolness, pour m’enquérir de l’avancement de la guerre.
- Le projet Vfrar’nal sera bientôt complété, lui apprit le Sang-Pur. Nous réduirons bientôt la République en miettes.
- Ce n’est pas à vous que je posais la question. » répliqua sèchement la Mirialan.

Elle sentit la colère couver en Polgur et sut qu’il serrait les poings.

« Je sais ce que vous pensez, siffla-t-elle en tournant vers lui son masque inexpressif. Vous refusez de vous laisser commander par une enfant. Il faudra vous y faire, ajouta-t-elle en se levant et en faisant quelques pas gracieux vers le Sith. Cette enfant est plus puissante que vous. »

Polgur soutint son regard quelques instants. Il serait difficile de gagner son respect. Le Sith au Sang Pur craignait KoTOR, mais la Mirialan ne lui faisait pas peur.

« Nous serons bientôt prêts à lancer notre assaut sur Korriban, annonça-t-il. Vous pourrez alors vous y établir.
- Très bien, se satisfit Elwyn. A présent, laissez-moi.
- Une dernière chose, intervint le Sith. Vous devriez contacter Kinaan de Mandalore. »

La Mirialan soupira. KoTOR l’avait avertie à propos des Mandaloriens. Elle savait qu’elle devrait s’en méfier. Mais elle pouvait se servir des compétences diplomatiques de celle avec qui elle partageait ce corps.

« Soit, approuva-t-elle. Mettez-moi en contact avec lui. »

Polgur s’inclina et Elwyn put sentir la rage qui couvait en celui-ci. L’idée d’obéir à ce qu’il jugeait être une enfant semblait le répugner.
Quelle misérable vermine…

Le Sith au Sang Pur n’était qu’un rat-womp sans importance. Il désirait le pouvoir suprême mais maîtrisait à peine mieux la Force qu’un apprenti de l’Académie.

Il allait falloir lui montrer à qui il devait obéir.

« Quelque chose vous dérange, Seigneur Polgur ? » siffla la Mirialan.

Son interlocuteur resta muet et ne prit même pas la peine de feindre l’incompréhension.

« Oui, je le sens, poursuivit la jeune fille en se rapprochant lentement de lui. Vous refusez de laisser vos actes être dictés par une enfant. Et pourtant, le Seigneur KoTOR vous terrifie. »

Elle inspira puissamment et son masque répercuta le bruit en l’amplifiant. La Mirialan se rapprocha encore plus jusqu’à frôler Polgur.

« Quelle délicieuse terreur, se délecta-t-elle. Vous allez apprendre qu’il n’est pas le seul à craindre. Vous ressentirez bientôt cette même peur à mon encontre. »

Elle leva la main. Par réflexe, le Sith attrapa son sabre laser mais fut repoussé par une violente vague de Force et vit son arme lui échapper.

Elwyn attira l’objet à sa main robotique tandis qu’elle refermait les doigts de sa main droite tels les serres d’un aigle.
Elle instilla toute sa haine dans son geste et se plongea pleinement dans le côté obscur. Alors Polgur s’accroupit en tenant sa gorge, vaincu.

« Restez à votre place, Seigneur Polgur, siffla la Mirialan.
- Oui, Monseigneur, articula péniblement son interlocuteur.
- A présent, mettez-moi en contact avec Mandalore, ordonna à nouveau la jeune Sith tout en rendant son sabre à Polgur.
- Oui, Monseigneur. » articula-t-il de nouveau.

Elwyn relâcha son emprise puis croisa les mains derrière son dos en observant le Sith au Sang Pur quitter la salle. Il complotait déjà contre elle, c’était évident. Il faudrait y remédier.


Korriban, Station Genzo.

La peur… La colère… La haine…

Un vent violent balayait la surface de Malastare et Myyr peinait à avancer.

Une vague de souffrance et de mort. Quelque chose était arrivé. Quelque chose s’était brisé.

Trébuchant à plusieurs reprises, il progressait dans un profond canyon qui se rétrécissait. Il ne devait pas abandonner. Il devait parvenir à son but. Il devait savoir.

La lumière avait subi une terrible défaite et les ténèbres s’étendaient.

Devant lui, un haut plateau se dressait, lui barrant la route. Le tonnerre résonna alors et un puissant éclair frappa son sommet.

La Pantorien s’approcha et vit la silhouette qui trônait triomphalement plusieurs centaines de mètres plus haut. Il baissa ensuite la tête et, en faisant plus attention, remarqua soudain un corps étendu à quelques pas de lui.

Myyr se précipita vers celui-ci mais eut un mouvement de recul quand il reconnut celle qui gisait là. C’était Eÿnra. C’était sa padawan.
Le corps de cette dernière n’était que de chair : ses prothèses avaient disparu. Cependant, elle semblait dans un état bien plus grave encore que celui duquel elle avait été sauvée après Felucia.

La peau de la jeune fille était profondément noircie, à l’exception de son visage qui était au contraire d’une pâleur abominable. Elle semblait aux portes de la mort. Pourtant, elle respirait encore.

La Mirialan ouvrit alors les yeux et fixa son maître. La douleur inondait son regard.

« Maître, hoqueta-t-elle. Je suis désolée. Elle est trop forte. Je n’ai pas pu. J’ai échoué. Je suis désolée. »

Le Pantorien leva les yeux vers le sommet du plateau et reconnut cette fois la silhouette de cyborg qu’arborait désormais Eÿnra. Pourtant, ce n’était pas elle. C’était quelqu’un d’autre. Il le savait.

Le maître Jedi ouvrit les yeux et balaya un regard apeuré autour de lui. Après quelques instants, il comprit où il se trouvait.

Le silence de sa salle de méditation ne l’apaisa pas. Le chant noir de Korriban, qui s’étendait à quelques centaines de kilomètres sous la station, distordait la Force et la faisait gémir de douleur.

Pourtant, cette vision n’était pas due à l’influence néfaste des nombreuses reliques qui pullulaient dans les tombes de la planète rouge.
La Force s’obscurcissait partout dans la galaxie. Le mal avait encore gagné en puissance.

Non ! Ce ne pouvait être arrivé ! La vision devait avoir une autre signification !

Ces dernières semaines avaient été abominables. Myyr ne pouvait pas croire que les catastrophes allaient continuer. La Force allait certainement stopper cet enchaînement diabolique !

Son holocommunicateur se manifesta soudain. Quand il sentit la vague de panique qui en émanait, le Pantorien sut qui le contactait.

Il fit un geste de la main et le visage de Pristia se dessina devant lui. La jeune Humaine semble terrifiée. L’espoir d’être détrompé abandonna alors le Pantorien. Ce qu’il craignait était donc bien arrivé.

« Maître Netrul ! s’écria la jeune padawan. J’ai eu une vision… »

Elle s’interrompit. Le Jedi poursuivit alors :

« A propos d’Eÿnra, souffla-t-il. Moi aussi.
- Qu’est-ce que ça veut dire ? interrogea la jeune fille. Que s’est-il passé ?
- Les ténèbres l’ont envahie, articula Myyr d’une voix blanche. Quelque chose en elle s’était réveillé il y a peu. Elle semble avoir échoué à lui résister. »

Et je n’ai pas su m’en alarmer, compléta mentalement le Jedi.

Il avait senti éclore cette autre Eÿnra, comme si un autre être habitait l’esprit de la jeune fille. Avec le recul, il lui semblait que cet éveil avait débuté après les évènements de Felucia quatre années auparavant. Comment le duel avec KoTOR avait-il pu impacter la Mirialan de cette manière ?

Le Pantorien l’ignorait. Il n’avait rien perçu de tel en lui. Une intuition au plus profond de lui-même lui suggérait que cet autre être sommeillait en la padawan depuis toujours. KoTOR l’avait peut-être simplement éveillé.

D’où provenait-il ? Il ne s’agissait pas simplement de la manifestation du côté obscur qui sommeillait en tout être. C’était plus puissant, plus profondément lié aux ténèbres. La clé se trouvait peut-être dans les origines d’Eÿnra. Myyr savait que la jeune fille n’était pas une simple enfant détectée dans un coin perdu de la galaxie. Il savait qui était la mère de la jeune Hybride, mais la question que le Pantorien se posait ne trouverait pas de réponse de ce côté. Quand le Jedi aurait à nouveau une conversation privée avec maître Satele, il lui poserait la question. Le père de la jeune padawan devait être la clé pour lever ce mystère.

La voix sanglotante de Pristia le ramena à la réalité.

« C’est impossible, hoqueta cette dernière… Qu’allons-nous faire ?
- Eÿnra n’a pas basculé, souffla Myyr en faisant son possible pour ne pas laisser transparaître que l’espoir le quittait. Elle a simplement perdu le contrôle de son esprit. Nous pouvons la faire revenir.
- Mais comment ? interrogea la jeune fille.
- Je l’ignore, avoua le Pantorien. Je l’ignore.
- Je… »

La padawan fut soudain interrompue par la disparition brutale de l’hologramme. Alors, Myyr perçut enfin la vague d’alerte immédiate qui agitait la Force autour de lui. Quelque chose venait de débuter.

Ses craintes furent alors confirmées quand une nouvelle silhouette se matérialisa sur son communicateur. C’était le commandant en second de la station. Son visage était calme, comme toujours, car il s’agissait d’un officier expérimenté. Cependant, le Jedi n’était pas dupe et savait que son interlocuteur luttait pour conserver cette expression de marbre.

« Maître Jedi, s’écria-t-il en modulant péniblement sa voix. Nous sommes attaqués ! »

A son tour, Myyr fit un effort et ne paniqua pas.

« Lancez les chasseurs, ordonna-t-il. Levez le bouclier et mettez les croiseurs en position. J’arrive. »

La figure holographique hocha la tête et disparut. Le Pantorien mit ses pensées noires de côté. Il avait plus urgent. Korriban ne devait pas tomber. Il fallait stopper la propagation des ténèbres. D’un geste, le Jedi ouvrit la porte et se dirigea vers la passerelle de commandement de la station.

Cette bataille ne devait pas être perdue.
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar mat-vador » Dim 08 Sep 2019 - 17:31   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1[Chap 33]

Lu!

C'est vraiment cool de basculer du Coté Obscur, ca permet d'avoir des larbins à son service :x ! Pauvre Polgur qui doit supporter cette gamine :D !

Et Myyr va peut-être avoir une conversation avec Satele Shan :wink: , ca pourrait être intéressant!

Vivement la suite :oui: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1549
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 09 Sep 2019 - 7:35   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1[Chap 33]

Chapitre 33 lu !

Tu dis ne pas aimer ce Chapitre ? A la lecture, pourtant, on ne ressent pas un tel sentiment ! :oui:

Je me suis vraiment retrouvé plonger sur Felucia, avec une très belle caractérisation du "duo" Eÿnra/Elwyn, sa confrontation avec Polgur et la soumission (provisoire ?) de ce dernier, mais aussi et surtout le grand retour de Myrr dans l'intrigue ! Lui qui a perdu sa padawan au Côté Obscur ne va sans doute pas rester sans rien faire... :sournois:

Vivement la suite ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5389
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Darth Eluar » Sam 14 Sep 2019 - 21:26   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1[Chap 34]

Je suis content que ça vous plaise quand même :cute: Ca veut dire que j'ai réussi à limiter la casse... Je pense que mon sentiment négatif sur ce chapitre vient beaucoup du temps passé dessus :jap:

La suite, avec un figurant d'un vieux chapitre et le retour d'un autre personnage tertiaire.
Comment ça, pas vendeur ? :paf: Bon alors, que dites-vous de ça ?

Elwyn ayant tué la Sith Mandalorienne Dark Lutrinka, elle doit trouver de nouveaux alliés chez le peuple guerrier pour assurer leur loyauté. De son côté, l'amiral transfuge Reclelc s'apprête à affronter ses anciens alliés. Myyr et la station spatiale de Korriban tiendront-ils ?

Chapitre Précédent
Sommaire
Chapitre Suivant


Chapitre 34


Mandalore.

Debout face au hublot de ses quartiers, Kinaan scrutait les étoiles. Là-bas, dans ces mondes en guerre, ses frères et sœurs mandaloriens mouraient pour les Sith. Il se battaient avec honneur et périssaient pour le nom de Mandalore.

Ces paroles étaient-elles vides de sens ? Des murmures autour de lui chuchotaient que sa cousine n’était pas digne de diriger leur peuple. Pourtant, Lehet était une Vizsla, l’un des clans les plus anciens et respectés parmi les guerriers. Ce n’était pas son nom qui était mis en cause. C’était celui qu’elle avait adopté. Beaucoup de Mandaloriens étaient réticents à l’idée de servir Dark Lutrinka.

Kinaan les comprenait. Lui-même commençait à douter. Pour le jeune bras droit de la Sith, leur dirigeante se faisait trop rare. Ces derniers temps, celle-ci allouait de plus en plus de ressources aux plans des Sith sans penser aux conséquences pour les Mandaloriens. La dernière opération de capture d’une jeune Jedi avait fait grincer beaucoup de dents, la jeune fille ayant été conduite sur Felucia sans autre information.

Heureusement, cela avait finalement permis de mettre la République en déroute au-dessus de Mandalore et Lutrinka avait regagné une part de légitimité.

A cette pensée, Kinaan tourna la tête vers les croiseurs républicains capturés lors de la bataille. Ceux-ci orbitaient non loin, des nuées de droïdes de réparation s’affairant autour d’eux. Bientôt, ces vaisseaux viendraient grossir les rangs de la flotte mandalorienne et seraient d’une aide importante pour la Coalition.

La Coalition…

Une alliance créée de toute pièce par les Sith, sans véritable but autre que la destruction de leurs ennemis. Les Chiss, en particulier le Grand Amiral, n’étaient que d’égoïstes manipulateurs qui attendaient leur heure dans l’ombre. Quant aux anciens impériaux, ils gardaient leur mépris ridicule pour les autres guerriers, alors que leur nombre était pitoyable devant l’apport des deux autres factions à la Coalition.

Que venaient faire les Mandaloriens dans cette entreprise ? En dehors du duel perdu par leur ancien chef cinq années plus tôt, Kinaan y voyait simplement une occasion pour les combattants de faire leurs preuves, de servir Mandalore et d’honorer leurs ancêtres. C’était un but louable, à une seule condition : que cette guerre profite au peuple mandalorien. Le jour où les Sith négligeraient les héritiers des Taungs, le jour où ils ne les traiteraient plus avec respect, il faudrait quitter cette alliance. Le nom de Mandalore en dépendait.

Se reconcentrant sur le présent, le bras droit de Mandalore eut un regard vers l’holoterminal posé sur une table à quelques pas de lui. Toujours aucune nouvelle de sa cousine. Habituellement, elle le tenait au courant de son retour lors de ses voyages sur Felucia. Cette fois, depuis plusieurs jours, c’était le silence radio le plus total. Kinaan n’aimait pas ça. Il ne voulait pas être un pion dans les complots des Sith.

Un mouvement derrière lui le fit se retourner avec un sourire en coin. Une silhouette fluette enroulée dans une serviette se glissa dans la pièce.

C’était Depam, sa jeune épouse. Elle était la fille du patriarche du clan Ordo, puissant et influent sur Mandalore. Leur union quelques mois plus tôt avait scellé une alliance solide qui permettait au clan Vizsla de bénéficier d’un soutien de poids et d’asseoir sa légitimité sur les autres maisons.

La jeune femme s’approcha et scruta le visage son mari puis demanda de sa voix douce :

« Qu’est-ce qui te tracasse, Kinaan ?
- Toujours aucune nouvelle de Mandalore, soupira le guerrier.
- Et ça t’inquiète, conclut Depam. Tu as bien raison. Kinaan, quand comprendras-tu que nous ne sommes que leurs pions ? »

Son épouse faisait partie de ceux qui hésitaient quant à la marche à suivre. Dark Lutrinka s’inquiétait d’ailleurs du clan Ordo qui semblait être le centre de toutes les critiques qui pesaient contre elle. Le mariage de Kinaan n’avait pas été pris à la légère. Il avait causé beaucoup de débats. Mais le Mandalorien aimait Depam.

« Je n’irais pas jusque-là, réfuta-t-il. Mais les décisions récentes de ma cousine sont inquiétantes, je te l’accorde.
- Dark KoTOR est mort, insista la jeune femme. Mandalore n’a plus de légitimité pour nous gouverner.
- C’est le discours de ton père, esquiva le jeune homme.
- C’est le mien. Et quand bien même, le clan Ordo est l’un des plus importants. Tu es censé prendre au sérieux le discours de mon père.
- C’est ce que je fais, Depam, souffla Kinaan. Mais le clan Ordo devrait prendre à garde à ce que ses mots ne se transforment pas en trahison.
- Kinaan ! » s’écria Depam.

Les yeux de son épouse crachaient des éclairs et le jeune homme battit en retraite en se retournant vers le hublot.
Une main douce mais ferme agrippa son bras et le força à se retourner.

« Estime toi heureux que je ne répète pas ces paroles à mon père ! fulmina la jeune femme. Il te tient en haute estime ! Ne gâche pas la considération du patriarche d’un si puissant clan !
- Viens-en au fait. »

Kinaan tenta de se dégager, en vain. Sous son apparence douce et aimante, sa femme aussi était une guerrière.

« Mon père, chuchota cette dernière en se rapprochant jusqu’à frôler son oreille, refuse d’être dirigé par une Sith. Comprends-nous bien : les Sith sont des bons alliés qui nous traitent bien et permettent de livrer des combats contre des adversaires honorables. Mais ils ne partagent pas nos valeurs. Ta cousine a beau être de sang mandalorien, faire partie de notre peuple n’est pas qu’une affaire d’origine. Jamais un Sith ne pourra prétendre faire partie des nôtres. »

Kinaan ne répondit pas. C’était un débat qui faisait rage depuis des années dans son esprit. Si Depam continuait à faire preuve d’autant de conviction, elle finirait par le convaincre. Mais que pouvait-il faire ? Il était un Mandalorien, pas un traître.

« Tout ton clan te suivra toujours aveuglément, poursuivit son épouse. C’est à toi qu’ils sont fidèles, pas à Mandalore, que tu en sois conscient ou non. Mon père et le clan Ordo te soutiennent. Quant au clan Fett, j’ai la parole de ses principaux membres qu’ils sont derrière toi. C’est une occasion unique. Empare toi du masque de Mandalore, Kinaan. Il n’attend que toi.
- Depam, soupira le combattant, je l’ai vu combattre. Je ne peux rien faire contre sa sorcellerie.
- Sommes-nous tombés si bas que nous craignons les Sith ? Ce n’est pas l’une des nôtres ! Tu n’as pas à l’affronter en combat singulier !
- Je ne l’attaquerai pas déloyalement ! s’exclama Kinaan. Jamais !
- Ce n’est pas ce que je voulais dire ! Je… »

Les bips de l’holoterminal coupèrent la jeune femme qui pesta.

« Réfléchis, Kinaan. » soupira-t-elle avant de quitter la pièce.

Quelle conduite devait-il adopter ? Le Mandalorien doutait. Il dut cependant chasser momentanément ces pensées de son esprit et se dirigea vers la petite table où trônait son holocommunicateur. Enfin, il allait avoir des nouvelles de sa cousine.

La surprise et la déception se mêlèrent dans son esprit quand une toute autre silhouette que celle de Mandalore se matérialisa. Il s’agissait d’une femme d’assez grande taille, au visage caché par un masque sur lequel étaient peints des motifs Sith. De nombreuses prothèses semblaient lui avoir été greffées et le Mandalorien eut la sensation qu’il avait déjà rencontré cette Sith. Qui était-ce ? Et où était Mandalore ?

« Mes salutations, Mandalorien. » proclama l’hologramme.

La voix amplifiée par le masque interdisait à Kinaan de donner un âge à son interlocutrice. Il répondit au salut par un hochement de tête et interrogea :

« Qui êtes-vous ?
- Mon nom est Dark Elwyn, répondit la Sith. C’est désormais à moi que vous vous adresserez parmi les Sith.
- Sur quelle autorité ? Je ne vous ai jamais rencontrée auparavant.
- Avec tout mon respect, Mandalorien, cela ne vous concerne pas. »

Kinaan hocha la tête. Il se moquait bien des petites affaires des Sith. Il posa la question qui lui brûlait les lèvres.

« Où est Mandalore ?
- C’est la raison de mon appel, soupira son interlocutrice. Mandalore… a été tuée. Tuée par les Jedi. » ajouta-t-elle après un instant d’hésitation.

Tuée ? Cette nouvelle bouleversait tout.

« C’est impossible, murmura Kinaan.
- Malheureusement, si. La perte du Seigneur Lutrinka nous affecte tous. »

Lehet avait été une guide pour Kinaan. Elle lui avait beaucoup appris sur la gestion d’un état. Même si elle était une Sith, même si certaines de ses décisions étaient profondément discutables, le jeune homme comprit à cet instant à quel point il respectait sa cousine. Et à présent, elle n’était plus.

Il ne devait pas se morfondre. Il devait être à la hauteur du clan Vizsla. Les Mandaloriens devaient toujours aller de l’avant. Un petit mouvement derrière lui l’informa que Depam était revenue. Cette dernière devait se tenir hors de portée de l’enregistrement puisqu’Elwyn ne réagit pas. La jeune femme resta silencieuse mais, si elle avait entendu la conversation, Kinaan n’eut aucun mal à imaginer l’état d’esprit dans lequel elle devait se sentir.

« Je vais réunir les principaux clans, proclama-t-il.
- Ecoutez, répliqua la Sith en secouant la tête, la guerre va entrer dans une phase cruciale. Le Grand Amiral Lolness vous donnera les détails. Nous ne pouvons nous permettre que votre peuple reste sans chef. »

Où voulait-elle en venir ? Elle allait certainement tenter d’imposer une nouvelle fois son Ordre à la tête des Mandaloriens. Il ne la laisserait pas faire.

« Sachez que si vous désirez imposer vous-même un nouveau dirigeant, le peuple de Mandalore ne se laissera pas…
- Loin de moi cette idée, l’interrompit son interlocutrice. Je veux juste m’assurer que le processus ne sera pas trop long. Et surtout, que le nouveau Mandalore continuera ce que le Seigneur Lutrinka a commencé.
- Aucun clan ne souhaite se retirer de cette guerre, la rassura Kinaan. En tous cas tant que nous avons la reconnaissance qui nous est due.
- Vous l’aurez toujours, approuva la Sith. Quant à vous en particulier, Mandalorien, j’ai cru comprendre que vous étiez un candidat sérieux pour prendre la tête de votre peuple. Vous me semblez tout à fait à la hauteur. Les Sith vous soutiendront.
- Je n’ai pas besoin de votre soutien, refusa le jeune homme.
- Prenez-le comme un présent, alors. »

Kinaan n’était pas un imbécile. Il avait parfaitement identifié la manœuvre de son interlocutrice. Elle tentait de le mettre dans une position de faiblesse afin qu’il se sente redevable. Mais si ce qu’avait dit son épouse un peu plus tôt était vrai, il n’avait réellement pas besoin de ce soutien.

« N’essayez pas de me rendre tributaire, Sith.
- Voyons, s’amusa celle-ci, ce n’est qu’un bon échange de procédés entre alliés.
- Si vous souhaitez nous montrer que vous allez considérer notre peuple à sa juste valeur, il faudra faire bien plus que ça.
- Nous en rediscuterons, Mandalore, souffla la Sith en l’appelant pour la première fois par ce titre suprême. Nous en rediscuterons. »

L’hologramme s’effaça et laissa le Mandalorien dans le désarroi pendant quelques instants. Lui, Mandalore ? En était-il digne ?

Le bras de Depam vint enserrer son dos. La jeune femme, qui avait revêtu son armure, se colla contre lui et lui insuffla du courage par ce simple geste.

Il respira profondément et se retourna. Il devait honorer son nom. Il devait être digne d’un Mandalorien.

« Depam, préviens les clans que j’ai à leur parler. »

Son épouse, qui n’avait pas enfilé son casque, eut un petit sourire.

« A vos ordres, Mandalore. »


Korriban.

« Amiral, couverture ionique de la flotte à soixante-quatorze point huit. La sortie d’hyperespace s’est déroulée normalement et tous les vaisseaux sont opérationnels. »

Reclelc se pencha sur la table de commandement. Celle-ci affichait en trois dimensions une image des vaisseaux alliés à proximité. Toute la flotte était en effet en place. L’hologramme s’élargit et montra la station de la République et les croiseurs qui l’entouraient. Il serait difficile de venir à bout de cette protection.

« Tous les vaisseaux, chargez la flotte de la République à pleine vitesse, ordonna-t-il. Delta leader, une escouade de chasseurs Aurek est en approche. Nettoyez-moi tout ça.
- Je les vois, monsieur, répondit la voix sûre du pilote. On va s’en charger. »

La table de commandement montra les hologrammes de l’escadrille Delta se rassembler et voler à la rencontrer des chasseurs Républicains.

Ces derniers mirent en place des manœuvres dangereuses mais efficaces qui montraient tout leur talent. Il devait s’agir d’une escouade appartenant aux Ailes D’Onasi, l’élite des pilotes républicains, nommée ainsi en l'honneur du héros de la République qui avait secondé le grand Revan après sa rédemption.

Heureusement, les Delta n’étaient pas en reste. Ces petits chasseurs fabriqués dans les usines mandaloriennes étaient des hybrides entre les dangereux vaisseaux mandaloriens, qui avaient parfois le défaut d’être moins maniables, et les petits chasseurs impériaux, agiles mais peu résistants. Ces nouveaux vaisseaux cumulaient les deux points forts et donnaient un net avantage à leur pilote.

Tandis que les petits vaisseaux engageaient le combat, Reclelc reporta son regard vers les plus gros croiseurs ennemis. Ceux-ci devaient être surpris par son audacieux mouvement de charge de la station et manœuvraient péniblement pour former une ligne de défense devant cette dernière. Ils seraient bientôt à portée de tir.

« Amiral, s’exclama un technicien, la station a levé son bouclier. Il protège les croiseurs qui l’entourent. »

La bataille ne serait pas facile.

« Confirmez à nos renforts d’attendre en hyperespace, ordonna-t-il. Ils feront une entrée théâtrale au moment opportun. Poursuivez la charge à pleine vitesse et forcez-les à briser leur formation. »

Se retournant vers la baie d’observation, le militaire observa la station se rapprocher à grande vitesse. Derrière elle, s’étendait la surface rougeoyante de Korriban.

Korriban… Moins de vingt ans auparavant, c’était sur la passerelle de commandement d’un croiseur de la République qu’il observait cette vue. Tant de choses avaient changé…

Il avait échoué à prendre Korriban. Cette fois, il réussirait.

« Monsieur, le tira de ses pensées la voix d’un lieutenant, les croiseurs de la République brisent leur formation. »

Revenant au moment présent, Reclelc vit des vaisseaux ennemis s’écarter et d’autres venir à leur rencontre. Classique… Il avait eu raison de tabler sur l’inexpérience du Jedi qui avait pris le commandement de la station. Celui-ci n’avait pas senti le piège tendu par les forces de la Coalition.

« Stoppez immédiatement la charge, ordonna l’officier. Que tous les vaisseaux s’en tiennent au troisième plan de bataille établi et que nos chasseurs reviennent à proximité. »

Laissant le temps à l’escadrille Delta de venir s’abriter derrière la silhouette imposante du Vengeur, les autres Harrower formèrent une ligne compacte puis deux d’entre eux s’écartèrent pour former une tenaille prête à se refermer.

« Diminuez de dix pourcents la puissance de nos boucliers et concentrez-la sur nos canons. Tirs de barrage sur les croiseurs qui se sont avancés ! »

Les autres vaisseaux s’exécutèrent et commencèrent à pilonner les forces ennemies dans l’espoir d’affaiblir leur bouclier.

Il était temps de les frapper de confusion pour entrer dans la deuxième phase de l’attaque. Pour l’instant, les défenseurs républicains devaient croire à un assaut comme tous ceux qu’ils avaient subis jusque-là. Ils avaient tort : ils faisaient cette fois face à un vrai officier.

« Que la Lame de Beskar sorte d’hyperespace… ici, commanda-t-il en pointant un lieu au-dessus des croiseurs ennemis. Voyons si notre ami Mandalorien est à la hauteur de sa réputation. »

Un croiseur de taille relativement faible comparée aux Harrower impériaux et aux Valor de la République fit son apparition au point exact où il l’avait demandé. Dans une manœuvre habile, il se rapprocha des trois vaisseaux républicains et les pilonna à son tour.

Ces derniers réalisèrent alors une manœuvre d’évitement incroyablement pataude. Un chasseur mandalorien, profitant de l’ouverture laissée par ce mouvement, décolla seul et détruisit sans aide les générateurs de boucliers d’un des croiseurs. Toute une escadrille le suivit alors. Sous le feu conjugué des guerriers descendants des Taungs et des Harrower, le croiseur vulnérable subit de larges avaries et des capsules de sauvetage en furent lancées.

« Laissez les capsules, ordonna Reclelc. Nous ne voulons pas réaliser un massacre inutile. Il y a mieux à faire. »

La confusion régnait dans les rangs de la République. Il fallait frapper vite avant que le commandement de la station qui leur faisait face ne parvienne à remettre ses troupes en ordre de bataille.

« Equipe Mern, quel est votre statut ? interrogea-t-il.
- Nous sommes prêts et attendons votre signal pour sortir d’hyperespace, lui répondit une voix féminine.
- Excellent, se satisfit-il. Je vous transmets les coordonnées où vous devrez surgir. Ça va être à vous de jouer, Sith. »

Reclelc pianota sur la table de commandement. Il n’avait jamais eu l’intention de vaincre la solide défense de la République de front. Du haut de son expérience, il était tout à fait conscient qu’un commando avec une occasion de frapper au cœur de l’ennemi avait souvent bien plus de chances d’être décisif qu’une immense flotte.

Leurs ennemis semblaient se reposer grandement sur la station et le puissant bouclier qu’elle générait. Il fallait y remédier. Avec un sourire, il observa ses quatre vaisseaux forceurs de blocus émerger d’hyperespace derrière les croiseurs qui s’étaient avancés et à la limite du bouclier de la station.

Après un instant de flottement qui permit aux vaisseaux de la Coalition de se rapprocher grandement de leur objectif, les croiseurs républicains restés en arrière débutèrent des tirs de barrage. Il était trop tard. Les habiles pilotes des forceurs de blocus manœuvrèrent et évitèrent les tirs. Arrivés à portée de la station, ils larguèrent des têtes d’abordage.

Ces engins effilés étaient conçus pour percer la coque des structures visés tout en colmatant autant que possible les brèches qu’elles causaient, afin de conserver l’hermétisme de la cible et permettre à leurs occupants de passer à l’abordage. Celles-ci se plantèrent sur une large zone de la station Genzo. Excellent. Les défenseurs devraient se diviser et ne sauraient plus où donner de la tête.

Les forceurs de blocus se dirigèrent alors vers les hangars ennemis, afin de déborder les républicains. Un vaisseau fut malheureusement détruit en vol, touché à de trop nombreuses reprises. Les trois autres subirent de telles avaries qu’ils ne pourraient pas redécoller. L’avenir de leurs occupants dépendait de la victoire dans cette bataille.

« Nous avons réussi à pénétrer dans la station, déclara la voix de la Sith, et nous commençons notre progression vers le générateur de bouclier.
- Bonne chance, Sith. » souhaita Reclelc.

Il devait leur donner du temps.

« Reprenez la charge, et fermez la tenaille sur les vaisseaux qui ont approché. Intensifiez notre feu et renvoyez nos chasseurs. Commencez à charger nos canons améliorés et attendez mon ordre. Et surtout, que nos renforts se tiennent prêts à émerger à mon signal. »

La République ne tiendrait pas la journée. Reclelc allait réussir là où il avait échoué auparavant.

Il reprendrait Korriban.
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar mat-vador » Sam 14 Sep 2019 - 21:50   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 34]

Lu!

Connaissant les Mando'ad, cela m'étonnerait qu'ils restent obéissants aveuglément à la nouvelle Sith. Cela pourrait fragiliser cette coalition, en fin de compte :sournois: .

Et l'amiral renégat attaque Korriban, comme un certain Malgus lors de la Bande Annonce d''un certain jeu SWTOR :sournois: .

En attente de la suite :oui: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1549
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Notsil » Sam 14 Sep 2019 - 22:08   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 34]

Pareil que mat, je crois que les Mando ne seront pas de gentils petits moutons ^^

A voir où tu nous mènes, parce que là ça craint pour les Jedi et la République ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2365
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar L2-D2 » Lun 16 Sep 2019 - 7:50   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 34]

Chapitre 34 lu !

Je confirme que l'accroche en spoiler est beaucoup plus vendeuse que celle juste au-dessus ! :lol:

J'ai beaucoup aimé l'introduction du nouveau Mandalore : voilà un personnage qui augure du meilleur et s'annonce imprévisible. On sent à travers le passage qui lui est consacré toute la légitimité que tu souhaites lui accorder, et c'est réussi !

Et dans la deuxième partie du récit, la bataille de Korriban commence. Hâte de voir ce qui est prévu !

Vivement la suite ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5389
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Darth Eluar » Sam 21 Sep 2019 - 20:46   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 35]

Merci pour vos retours :jap:

Spoiler: Afficher
L2-D2 a écrit:Chapitre 34 lu !

Je confirme que l'accroche en spoiler est beaucoup plus vendeuse que celle juste au-dessus ! :lol:

Merci :lol:

mat-vador a écrit:Lu!

Connaissant les Mando'ad, cela m'étonnerait qu'ils restent obéissants aveuglément à la nouvelle Sith. Cela pourrait fragiliser cette coalition, en fin de compte :sournois: .

Notsil a écrit:Pareil que mat, je crois que les Mando ne seront pas de gentils petits moutons ^^

L2-D2 a écrit:J'ai beaucoup aimé l'introduction du nouveau Mandalore : voilà un personnage qui augure du meilleur et s'annonce imprévisible. On sent à travers le passage qui lui est consacré toute la légitimité que tu souhaites lui accorder, et c'est réussi !

Je plante des graines pour l'avenir :sournois: :roll:

mat-vador a écrit:Et l'amiral renégat attaque Korriban, comme un certain Malgus lors de la Bande Annonce d''un certain jeu SWTOR :sournois: .

En attente de la suite :oui: !

Notsil a écrit:A voir où tu nous mènes, parce que là ça craint pour les Jedi et la République ^^

L2-D2 a écrit:Et dans la deuxième partie du récit, la bataille de Korriban commence. Hâte de voir ce qui est prévu !

Vivement la suite ! :oui:

Et bien la suite tout de... ben tout de suite ! :transpire:



Chapitre Précédent
Sommaire
Chapitre Suivant


Chapitre 35



Hyperespace.

La noirceur. Les ténèbres étaient partout autour de lui. Il était une petite flamme vacillante au milieu de la nuit. S’ils avaient su, les autres Jedi auraient désapprouvé son entreprise. Mais Eleccoï savait qu’il faisait ce qui était juste.

Genior avait réussi, bien des années plus tôt, avait abattu l’Empire quasiment à lui seul. Eleccoï pouvait le faire. Il était fort. Il serait un héros. Le Conseil admettrait son erreur. Il se le promettait.

Pourtant, une insidieuse panique avait commencé à sourdre en lui. Prenait-il la bonne décision ? N’était-il pas en train de commettre la plus grave erreur de sa vie ?

Le Miraluka balaya une nouvelle fois ces craintes. Il faisait ce qui était juste. Il devait croire en lui. Croire en la Force. Il rejoindrait Genior au panthéon des héros courageux qui avaient osé marcher aux côtés de l’ennemi. Après tout, les plus grands héros de l’Ordre n’avaient-ils pas suivi ce chemin ? Outre Genior, les grands Revan et Ulic Qel-Droma avaient eux-aussi rejoint les rangs des Sith avant d’amener les défenseurs de la lumière à leurs plus grandes victoires. Personne n’aurait osé contester leur statut de héros. Personne ne contesterait le sien.

Après tout, le côté obscur n’était pas si dangereux. Eleccoï avait pu goûter à sa puissance sur Korriban. Il n’avait jamais ressenti un tel pouvoir. Rien ne l’arrêterait, ni les Sith esclaves de ces ténèbres qu’ils ne maîtrisaient pas, ni les Jedi qui n’osaient pas y toucher. Lui seul, Eleccoï, saurait résister à l’attrait de l’abandon à la nuit. Il suivrait l’exemple de Genior.

Le Miraluka devait bien être supérieur à tous ceux qui s’étaient laissés tenter par l’obscurité : il n’y avait pas complètement cédé sur Korriban. Il n’y cèderait pas plus. Certes, il avait dû commettre deux meurtres au-dessus de Malachor. Deux meurtres qui le taraudaient. D’abord, un ancien Jedi, qui avait œuvré pour le bien de la galaxie avant de s’abandonner aux ténèbres. L’exemple à ne pas suivre pour Eleccoï, mais tout de même un être vivant désarmé. Et ensuite, cette pauvre padawan innocente. La terreur qu’il avait vue en la jeune fille le hantait encore.

Cependant, il avait commis ces actes pour le bien commun. Ces deux morts étaient des sacrifices nécessaires pour que la mission dont la Force avait investi Eleccoï soit menée à bien. Il devait gagner la confiance des Sith. Il le ferait. Quand il serait devenu un allié insoupçonnable pour eux, il ferait le même choix que Genior. Et enfin, la République le traiterait en héros.

S’extirpant de sa couchette, le Miraluka fit quelques pas vers le hublot qui donnait sur le mystérieux et infini danger de l’hyperespace. Il n’avait bien entendu pas besoin de cette ouverture pour ressentir cette présence si pesante. Cette dernière était-elle responsable de la migraine qui l’étreignait ? Relevant sa capuche, il se massa les tempes puis ses globes oculaires vides. Pourquoi les autres espèces s’embarrassaient-elles de ces organes superflus qu’étaient les yeux, alors que la Force offrait une vision si belle et distincte des choses, sans la limite qu’imposait la lumière ? Les notions de champ de vision et d’opacité des objets lui étaient inconnues. Il voyait tout.

Il perçut l’arrivée de l’instructrice bien longtemps avant que celle-ci ne fasse coulisser sa porte. Lasnara… Cette garce de Sang-Pur qui l’avait forcé à commettre ces meurtres à la station. Certes, elle lui avait ensuite appris à mieux se servir du côté obscur. Cela lui serait utile. Malheureusement, c’était elle dont il devait gagner la confiance pour gravir les échelons Sith.

Il se retourna et s’inclina légèrement.

« Instructrice Lasnara… proclama-t-il.
- Eleccoï, mon ami, souffla la Sith avec une chaleur feinte. Il est temps pour vous de commencer à servir notre Ordre. »

Servir les Sith… Cette perspective le répugnait. Mais il allait devoir surmonter ce dégoût s’il voulait pouvoir accomplir cette mission. Rejetant le mouvement de recul qui le prenait mentalement, il interrogea :

« Est-ce courant pour une instructrice de quitter Malachor avec un nouveau Sith si tôt ?
- Non, bien sûr que non, sourit son interlocutrice.
- Mais vous avez une mission cruciale. » proclama une voix derrière le Miraluka.

Le terminal holographique s’était allumé sans qu’Eleccoï ne s’en aperçoive. Ce dernier n’eut aucun mal à reconnaître la voix du Grand Amiral Lolness qu’il salua. L’officier rendit à peine son salut à l’ancien Jedi et expliqua avec son léger accent :

« Nous allons bientôt porter un important coup à la République. Il est inutile que vous en sachiez plus pour le moment. La seule connaissance dont il est nécessaire de vous faire part est votre mission. Celle-ci est fort simple : vous allez enregistrer un petit message et attirer les Jedi dans un piège. Rien de plus. »

Des Jedi dans un piège ?

« Quel type de piège ? interrogea le Miraluka.
- Un piège meurtrier, sourit le Chiss. Il est fort probable que l’Ordre soit dans un état de panique après l’assaut que nous allons porter. Vous êtes un disparu récent et nous avons fait en sorte que l’Ordre ne connaisse pas votre sort. Vous avez la possibilité de convaincre un grand nombre de Jedi de venir vous rejoindre, surtout si vous brandissez un lieu aussi sacré. »

Eleccoï sentit une variation dans la vitesse du vaisseau et sut que ce dernier avait regagné l’espace réel. Quand une chaleur lumineuse vint le réchauffer, il comprit de quel lieu l’amiral parlait. Accompagné d’une flotte de plusieurs croiseurs de l’Armée Noire, le Miraluka venait de gagner l’orbite de Tython. Il se trouvait à quelques centaines de kilomètres au-dessus des ruines sacrées datant de la fondation de l’Ordre Jedi.

La guerre avait forcé la République à laisser Tython sans protection. Seuls quelques rares Jedi organisaient des fouilles à la surface de la planète, comme lui-même l’avait fait à de nombreuses reprises. En revanche, aucun vaisseau n’occupait l’orbite de la planète. La discrétion était assurée.

Non loin du vaisseau Sith, la présence d’un corps céleste s’imposa à l’ancien Jedi. Le froid qui le gagna lui fit identifier Bogan, la lune du côté obscur. En se concentrant, le Miraluka put percevoir Ashla, la lune du côté lumineux, qui orbitait un peu plus loin. Ce fut cependant derrière la première que les croiseurs s’abritèrent.

« Vous voulez attirer les Jedi sur Tython et les massacrer, comprit-il. La flotte de la République les protègera.
- Pas après ce qu’ils auront subi, réfuta le Grand Amiral.
- C’est-à-dire ? s’étonna-t-il.
- Vous le découvrirez bientôt, sourit son interlocuteur. Pour l’instant, ne vous concernez que de ce que vous avez à faire. Vous allez jouer un rôle non négligeable dans cette victoire majeure… »

Et s’il s’agissait de son occasion de prévenir la République ? Mais il ne savait rien. Il devait en apprendre plus. Malheureusement, il n’avait pas encore la confiance des Sith. Il devait la gagner. Il devait accomplir ce qu’ils lui demandaient. Ensuite, il pourrait devenir un héros.

***

Korriban, Station Genzo.

Une violente secousse ébranla la station de défense de la République et toutes les alarmes retentirent en même temps. Une cacophonie se répandit quelques instants dans la salle de commandement avant que la voix impérieuse de Myyr ne vienne le stopper.

« Restez calmes, ordonna-t-il posément avant de se tourner vers un sous-officier qui avait déjà commencé à analyser les rapports qu’il recevait. Quelle est la situation ? interrogea le Pantorien.
- Les têtes d’abordage ennemies ont pénétré les secteurs douze, vingt-sept et trente-quatre, expliqua son subordonné. Il semble qu’elles soient majoritairement remplies de droïdes de combat, mais il est possible que des troupes impériales fassent également partie des forces qui ont pénétré la station.
- Fermez les sas anti-dépressurisation de ces trois secteurs, intima d’une voix forte le Jedi. Ça ne les arrêtera pas, mais nous gagnerons un peu de temps.
- Des forces ennemies sont également entrées dans plusieurs de nos hangars. Elles sont confirmées comme étant des troupes d’élite impériales, ajouta-t-il après un coup d’œil sur son écran. Il semblerait de plus que certains ennemis manient un sabre laser, mais je ne peux le confirmer.
- Entendu. Envoyez toutes les forces spéciales présentes ainsi que nos Jedi pour contenir l’assaut. Gardez des troupes pour surveiller le générateur principal. Ils vont certainement s’y attaquer en priorité.
- Maître Jedi, intervint l’officier qui l’assistait, nos ennemis tentent certainement de se débarrasser de notre bouclier amélioré qui protège nos croiseurs. Devons-nous leur ordonner de lever leur propre bouclier ? »

Myyr réfléchit quelques instants puis refusa.

« Leurs générateurs de bouclier alimentent à distance le nôtre, rappela-t-il. Cela voudrait dire que nous affaiblirions la protection qu’offre notre station à nos vaisseaux. Or, vous voyez cet Harrower ? »

Il pointa du doigt le plus gros vaisseau ennemi.

« Nous avons reçu des informations comme quoi la puissance de feu du Vengeur a été améliorée. Il ne ferait qu’une bouchée des défenses de nos croiseurs.
- Alors il faut défendre coûte que coûte notre générateur de bouclier, comprit l’officier.
- Exact. »

Myyr avait déjà commencé à se diriger vers la porte de la passerelle.

« Je vais assister nos forces, déclara-t-il. Colonel, je vous laisse le commandement.
- A vos ordres, maître Jedi. Que la Force soit avec vous. »

Le Pantorien prit place dans un turbo-ascenseur qui le mena non loin du niveau central. Par souci de sécurité, le passage en mode défensif désactivait en effet la possibilité d’atteindre directement le cœur de la station. A cause de la grande taille de celle-ci, il lui fallut quelques minutes pour parvenir à son but. Durant ce trajet, il s’équipa d’une oreillette pour entendre facilement les rapports de la situation.

Cette dernière n’était guère reluisante. Les voix paniquées se succédaient. Plusieurs hangars étaient complètement tombés entre les mains ennemies et des vaisseaux d’abordage supplémentaires pouvaient y atterrir en sécurité et déverser des flots de renforts pour l’Armée Noire. Celle-ci progressait inexorablement. Heureusement, l’arrivée des Forces Spéciales et des Jedi permit de ralentir l’ennemi.

Enfin, le turbo-ascenseur ouvrit ses portes. Les bruits de combat n’étaient pas loin et Myyr se précipita vers leur origine en activant son sabre laser. Là, trois soldats républicains résistaient héroïquement face à une force ennemie bien supérieure en nombre. Ils ne devaient leur salut qu’à l’étroitesse des corridors qui interdisaient à leurs ennemis de les encercler.

Le Jedi se lança dans la bataille sans malheureusement pouvoir empêcher l’un des combattants républicains de rejoindre les nombreux corps de ses camarades étendus au sol, touché par une décharge à la poitrine. Le Pantorien sauta en lançant son sabre laser qui tournoya en fauchant plusieurs ennemis. Il tendit la main, repoussant d’autres soldats vêtus de noirs avant de se réceptionner en projetant une nouvelle vague de Force puis rattrapa son arme, désarma et assomma les derniers ennemis.

« Occupez-vous des blessés, et neutralisez les prisonniers ! » intima-t-il aux deux soldats survivants avant de poursuivre son chemin.

Quelques couloirs plus loin, une respiration accélérée attira son attention. Le Jedi s’approcha et découvrit un jeune Zabrak qui gisait contre un mur. Myyr le reconnut. Il s’agissait d’un padawan. Il avait toujours protesté contre l’idée d’envoyer des Jedi accompagnés de leur padawan pour défendre des lieux comme Korriban. Malheureusement, le manque de combattants se faisait aussi sentir dans l’Ordre.

Le Pantorien s’accroupit pour découvrir la grave blessure du padawan. Il fit une grimace en comprenant que celle-ci dépassait de loin ses faibles connaissances en guérison Jedi. Il se rappela cependant que le maître du padawan était bien plus douée dans ce domaine.

« Où est ton maître ? interrogea-t-il. Elle pourra te guérir. »

Le Zabrak leva péniblement son bras pour montrer, dans la pénombre due à l’éclairage fortement abîmé de la zone, le corps sans tête d’une Humaine. Reportant des yeux horrifiés vers le padawan, Myyr réalisa alors la nature de la blessure que celui-ci avait subie. C’était un sabre laser qui lui avait fait cela. Il voulut rassurer le jeune Zabrak, mais ne croisa que des yeux sans vie.

Cette guerre devait s’arrêter. C’était un enfant qui était mort. Mort au combat…

A quelques pas de lui se trouvait un escalier qui menait au niveau central. Il lui fallait stopper cette attaque. Le Pantorien ne prit pas la peine de dévaler les marches et se contenta de quelques sauts pour arriver à son but.

Il reçut alors un message dans son oreillette.

« A l’aide, nous sommes débordés au générateur principal ! »

Si le générateur tombait, tout était perdu.

« Ici maître Netrul, déclara-t-il. Tenez bon, j’arrive ! »

Un bruit de bottes lui fit lever la tête. Le Jedi n’eut besoin que d’un coup d’œil dans la Force pour comprendre que des renforts ennemis approchaient.

« Colonel ! ordonna-t-il. Rétractez tous les escaliers qui mènent au niveau central. Scellez-le à l’aide de champs de force. Que plus personne n’y entre !
- Mais maître Jedi, objecta l’officier dans son oreillette, nous ne pourrons plus vous envoyer de renforts.
- Pour l’instant, c’est surtout l’ennemi qui en envoie. Faites-le ! On va se débrouiller seuls.
- Bien, maître Jedi.
- Où sont les renforts que nous avons demandés à Dromund Kaas ? marmonna ce dernier.
- Ils seront là d’ici trente-cinq minutes. »

Nous ne tiendrons jamais assez longtemps, pensa Myyr.

« Entendu, répondit-il. Dites à nos hommes de tenir coûte que coûte. Nous allons les repousser. »

Un champ d’énergie apparut aussitôt au-dessus de sa tête tandis que l’escalier disparaissait dans les murs. Myyr tourna les talons sans se préoccuper des soldats ennemis qui chutaient sur la barrière magnétique. Il n’y avait de toute façon pas d’autre solution. L’heure n’était pas au recueillement. Il fallait protéger le générateur.

Myyr s’élança avec l’intention de rejoindre le générateur principal de la station mais des voix sur sa droite l’arrêtèrent net. Juste derrière un croisement, deux personnes discutaient. Leurs mots étaient étouffés par le masque qu’ils devaient probablement porter et en partie couverts par le grésillement caractéristique d’un sabre laser qui découpait une paroi. Cependant, le Jedi put entendre ce qu’ils disaient. Leurs voix le frappèrent : il aurait juré qu’il s’agissait d’adolescents. Cela ne faisait que confirmer toutes les témoignages de très jeunes Sith en activité partout dans la galaxie. Même sous l’Empire, les apprentis de l’Ordre du côté obscur étaient plus âgés.

« La distraction a fonctionné ? demanda la première voix.
- On dirait, répondit la seconde. Toutes les troupes de la République ont convergé vers le générateur principal. Nous avons le champ libre.
- Parfait. Elle devrait avoir fini son travail au générateur secondaire d’ici quelques instants. Elle nous rejoindra bientôt. Si nous lui présentons un travail terminé…
- Elle nous récompensera. Allons-y ! »

Le bruit étouffé du métal dont on accompagnait la chute parvint aux oreilles de Myyr, puis les Sith pénétrèrent par l’ouverture.

Le Pantorien n’eut aucun mal à comprendre le but de ces derniers. Derrière cette paroi était caché le prototype de générateur de bouclier qui protégeait en ce moment la station. Il s’agissait d’un petit bijou tout droit sorti du Laboratoire d’Innovations de la République : relié aux générateurs de bouclier de tous les vaisseaux alliés, il tirait sa puissance de ceux-ci et créait une bulle protectrice quasi-invulnérable.

La manœuvre des Sith était d’autant plus habile qu’une coupure du générateur principal de la station aurait entraîné l’autodestruction du prototype. En revanche, s’ils désactivaient ce dernier en premier, ils pouvaient le récupérer et s’en servir à leur tour.

Mais peu de gens sur la station connaissaient l’endroit où il était caché. L’Armée Noire avait décidément des informateurs partout.
Myyr ne pouvait laisser cette arme tomber entre les mains de l’ennemi. Il sortit lentement de sa cachette et pénétra discrètement dans l’ouverture à la suite des Sith.

Les adolescents semblaient tourner au milieu des panneaux de contrôle sans vraiment savoir lequel était le bon. Le Pantorien, lui, le savait. Il jeta un regard à sa droite vers un petit écran surplombant une dizaine de boutons de couleur et fut rassuré en voyant que ceux-ci n’avaient pas été activés. A sa gauche, un interrupteur rouge protégé par une coque transparente n’attendait que son ordre pour provoquer la destruction du prototype. Il s’agirait d’un dernier recours.

« Vous n’avez aucune idée de comment cette chose fonctionne, n’est-ce pas, mes très jeunes amis ? clama-t-il d’une voix forte.
- Jedi ! s’étonnèrent les deux garçons. Vous n’auriez pas dû venir ! »

Sans autre avertissement, ils activèrent leur sabre laser et se jetèrent sur lui.

Le Pantorien alluma à son tour sa lame verte et para leur coup gracieusement et sans difficulté. Ses deux adversaires étaient inexpérimentés. Ils ne pouvaient pas être responsables des Jedi morts qu’il avait rencontrés plus haut. Ils n’étaient pas assez vivaces pour cela. Myyr pourrait les désarmer aisément et éviter deux morts inutiles.

Un coup de pied habile éloigna le premier combattant et le Jedi se retrouva aux prises avec le second. Leurs lames s’entrechoquèrent au-dessus de leurs têtes et Myyr eut une idée. Il désactiva son sabre laser et se baissa pour éviter l’arme de son ennemi. Ce dernier était désormais dépourvu de défense et reçut un puissant coup à la base de son nez. Il perdit connaissance.

Alors que Myyr se retournait pour faire face à nouveau à l’autre Sith, il sentit une présence se glisser subrepticement derrière lui. Un impérieux sentiment d’urgence le prit.

L’adolescent, furieux devant la blessure de son ami, se précipita avec un cri de rage sur le Pantorien. Ce dernier soupira. Dévoré par la haine, le Sith s’était déconcentré. Il avait baissé sa protection contre les attaques de Force. Une violente vague du Jedi l’envoya s’assommer contre un mur et Myyr se retourna vers le panneau de contrôle.

Il découvrit la silhouette gracieuse d’une Twi’lek à la peau rougeâtre. Cette fois, les blessures qu’il avait rencontrées plus tôt s’expliquaient. Encore et toujours elle…

« Amej Dara… soupira-t-il.
- Myyr Netrul, sourit l’intéressée en pianotant sur le panneau de contrôle. Cela faisait longtemps. Comment va votre bras depuis Balmorra ?
- N’essayez pas de gagner du temps, lui interdit le Jedi en réactivant son sabre laser. Écartez-vous de ce panneau !
- Oh avec plaisir ! Dès que… »

Elle appuya sur un dernier bouton et une longue plainte de la machine résonna dans la salle, avertissant Myyr que le bouclier était désactivé. La Sith activa son sabre laser, toujours vers l’arrière de sa main comme elle en avait l’habitude puis, sans prévenir, enfonça profondément celui-ci dans le panneau, le rendant inutilisable.

« Et hop, déclara-t-elle avec son faux ton enfantin. Plus de protection pour votre armée. Alors, j’avais une mission secondaire… poursuivit-elle avec désinvolture. Ah oui ! »

Elle tendit son arme vers le Jedi et déclara d’un ton théâtral feint :

« Rendez-vous, Jedi !
- Il est temps que vous payiez pour vos crimes, répliqua calmement le Jedi. »

Il devait neutraliser la Sith à tout prix. Si elle était mise hors d’état de nuire, il pourrait aller redémarrer manuellement le générateur. Mais elle était une adversaire coriace et très dangereuse. Elle avait signé la mort de plus d’un Jedi. Une raison de plus pour l’arrêter aujourd’hui.

Quand leurs lames s’entrechoquèrent, une voix résonna dans son oreillette.

« Maître Jedi, les boucliers sont hors-service »

Myyr dut hausser la voix pour couvrir le bruit des sabres laser, tout en parant une nouvelle attaque de la Sith.

« Je sais, colonel, je rencontre quelques difficultés mineures ici. Mais tout rentrera très vite dans l’ordre. »

Il effectua une roulade pour esquiver une vicieuse attaque d’estoc.

« Les renforts devraient être ici d’ici peu, réalisa-t-il. Quelles sont les nouvelles ?
- Mauvaises, maître Netrul. Ils ont été légèrement retardés. Certains de leurs ordinateurs de bord ont subi les uns après les autres une défaillance mineure. Rien de grave ni de spécialement suspect, mais cela a suffi pour rajouter un quart d’heure d’attente. »

Une inattention faillit lui coûter un bras mais le halo vert de son sabre vint stopper le coup à temps.

« Dressez tous les boucliers secondaires en attendant. Il faut tenir, colonel ! »

Il effectua un saut périlleux et tenta à son tour une attaque mais celle-ci fut contenue par son adversaire.

Soudain, la paniquée du colonel vint à nouveau emplir son oreille.

« Maître Jedi, le Vengeur, ils déchaînent leur puissance de feu sur la flotte ! Nous n’avons aucune chance. Déjà un de nos croiseurs vient d’être abattu ! Attendez, ils se mettent en position pour… Activez les boucliers secondaires d’urgence ! »

Une immense explosion secoua la station.

« Oups, reprit la Twi’lek avec désinvolture, il est possible que j’aie coupé les boucliers secondaires… Désolée pour votre passerelle de commandement… »

Myyr lui jeta un regard noir et effectua un saut de Force pour s’éloigner d’elle. Il pianota ensuite sur son bracelet pour activer ce qui s’apparentait le plus à une vue d’ensemble de la bataille.

Un grand pan de la station Genzo venait de se disloquer. La passerelle de commandement était perdue. Aucun survivant n’était envisageable. Tout cela parce qu’il avait laissé cette Sith jouer avec lui… Quel imbécile ! Il s’était cru plus malin, et les siens avaient été débordés.

Sous le feu nourri du Vengeur, un autre croiseur républicain piqua soudain vers Korriban et commença à se détruire. Il fallait stopper le massacre. Dara ne faisait que gagner du temps. Myyr pourrait la vaincre, à l’usure, mais il serait trop tard. Il y avait encore une chance de gagner la bataille de Korriban.

Le Jedi lança une puissante poussée de Force sur son ennemie puis se précipita vers le prototype. Il fallait le réactiver. C’était ce bouton vert juste au-dessus de lui… qui disparut dans un crépitement d’énergie quand une décharge de blaster vint le frapper.

Myyr tourna la tête. La Sith avait contré la vague de Force. Elle s’y attendait. Derrière elle, l’ouverture déversait un flot de soldats vêtus de noirs, leur arme pointée vers lui. Il reposa une dernière fois son regard vers le prototype. Le système de réactivation était détruit. Korriban était perdue. Jamais les renforts n’arriveraient à temps et, même s’ils le faisaient, ils seraient pulvérisés à leur tour par la puissance de feu du Vengeur.

Quel imbécile il avait fait. Il avait cru que le prototype de bouclier serait suffisant. Il s’était laissé manipuler comme un padawan inexpérimenté. Toutes ces vies gâchées par sa faute…

Une autre voix grésilla dans son oreille.

« Maître Netrul, vous m’entendez ? »

Le premier soulagement depuis le début de la bataille. Il s’agissait de la voix du commandant des Forces Spéciales déployées dans la station. Il avait survécu.

« Capitaine, c’est bon de vous entendre, soupira-t-il. Nous avons perdu. Dites à toutes nos forces de se replier.
- Mais, maître Jedi, protesta le soldat, nous ne pouvons pas abandonner comme ça !
- Trop de vies ont été perdues aujourd’hui, lui opposa le Jedi. Je suis le responsable de cette défaite. Nous ne pouvons pas nous permettre d’en perdre plus. Rejoignez Dromund Kaas et de là, la Flotte. Prévenez nos renforts de rebrousser chemin. C’est un ordre.
- Et vous ?
- Je… m’occuperai de mon cas tout seul. Maintenant, partez ! »

La communication fut brutalement coupée. Myyr espéra que rien n’était arrivé au soldat. De toute façon, tous les commandants de vaisseau avaient normalement pu intercepter la transmission. Au moins l’un d’entre eux avait dû recevoir cet ordre. Les autres l’auraient aussi.

Les troupes d’élite se rapprochaient doucement de lui tandis que la Sith le fixait avec un sourire. Le Pantorien le lui rendit. Il ne pouvait pas affronter seul tous ces soldats, pas dans sa situation. Mais il allait leur offrir une dernière surprise.

Il leva lentement les mains en s’éloignant de quelques pas du prototype et lâcha son arme. Cependant, vif comme l’éclair, il se projeta dans la Force vers l’interrupteur rouge et l'enfonça à distance.

Alors, une vague d’énergie traversa le générateur de bouclier. Myyr n’eut pas le temps de le voir s’effondrer sur lui-même. Il n’eut pas la satisfaction de savoir que les Sith ne l’auraient jamais. Une décharge traversa son corps. Était-ce une décharge mortelle ? Il n’eut pas le temps d’avoir mal. Tout devint blanc autour de lui.


***

A la semaine prochaine :diable:
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1526
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar mat-vador » Sam 21 Sep 2019 - 22:10   Sujet: Re: La Tourmente de l'Ordre Tome 1 [Chap 35]

Lu!

Le Jedi Miraluka veut se lancer dans un double jeu :roll: ... eh ben bonne chance à lui :P ! Il risque de réellement devenir ce qu'il croit faire semblant d'être :sournois: .

La bataille de Korriban se termine par une défaite des gentils et le sacrifice de Myrr :cry: ! Ils sont mal la République et les Jedi, ils sont mal!

Du coup, la prochaine pourrait avoir lieu à Tython :roll: .

Vivement la suite :oui: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1549
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations