Petits Meurtres à la Cité Impériale

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar Dark GaGa » Mer 05 Déc 2018 - 15:30   Sujet: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Petits Meurtres à la Cité Impériale

Époque : classique (OT)
Ambiance : quelque part entre le Genji Monotogari et Agatha Christie avec pas mal d'irrévérence. 8)
Univers : syncrétique - ce que je trouve bon du Legends avec ce que je trouve sympa du canon.

Continuité avec ma première fic : oui, on y retrouve des personnages, mais les textes sont indépendants.

Format : série d'enquêtes. (mais menons à bien la première)

Synopsis :
On pourrait penser qu'il fait bon vivre dans la Cité Impériale, au cœur du pouvoir, dans un univers fait de fêtes et d'opulence. Pourtant, pas besoin de Rebelles pour y avoir complots et trahison. Les agents du BSI vont tremper dans les pires miasmes de la Cour Impériale, se confronter aux contradictions d'une société censée se baser sur les valeurs de l'Ordre Nouveau, faire face à leurs doutes, mettre leur foi à rude épreuve...

Chapitres :
1. Une cage pour décadent.
2. Pour un énorme paquet de crédits...

nos enquêtrices :

Image



Je me suis toujours demandé comment un si puissant Empire pouvait prendre des décisions stupides et perdre face à une bande de pouilleux... bah, voilà une explication...
:D
Modifié en dernier par Dark GaGa le Mer 06 Nov 2019 - 16:25, modifié 5 fois.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mer 05 Déc 2018 - 16:55   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

À quand la diffusion sur France 3 ? :paf:
“La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute.” - Confucius
Jagen Eripsa
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 19802
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Dark GaGa » Mer 05 Déc 2018 - 17:18   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Ah non, j'ai pas la télé... je vais négocier les droits avec Netflix... :diable:
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Mer 05 Déc 2018 - 17:19   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Dark GaGa a écrit:Ambiance : quelque part entre le Genji Monotogari et Agatha Christie. 8)


La suite éventuelle de cette fan fic s'appellera-t-elle: Les Dix Petits Ewoks? :paf:
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1626
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Mer 05 Déc 2018 - 17:29   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan. Je hais les ewoks... L'épisode 6 existe pas! Endor is a lie! :evil:
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar TienVogh » Mer 05 Déc 2018 - 18:05   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Dark GaGa a écrit:Ah non, j'ai pas la télé... je vais négocier les droits avec Netflix... :diable:


Tu devrais proposer l'idée à Disney pour une série live. :lol:
FanFictions : Dark Claria : Dame rouge des Sith (roman), Pour toi, Tarania (OS)
#LegendsNeverDie
TienVogh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 599
Enregistré le: 23 Mai 2015
Localisation: Cité Impériale, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Jeu 06 Déc 2018 - 10:24   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Ha non, si c'est pour me retrouver avec des inadaptés sociaux premier degré et du pipi-prout... :o
J'aime bien mettre des personnages débiles, mais en général, ça reste un masque qui cache des esprits retords.

1. Une cage pour décadent

- Bougez-vous, Souvarov, vous devriez déjà être sur place.

Analina Souvarov enfila en hâte son uniforme, attacha rapidement ses cheveux blonds coupés aux épaules, avant de sauter dans son speeder. Quatre heures du matin. La voix du colonel Wassid lui parut encore plus détestable que d'ordinaire dans le communicateur. Décidément, cette femme ne lâchait rien, toujours sur le pont, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit.

Wassid était une légende au BSI : ancienne tireuse d'élite de la République, elle avait combattu avec les clones durant la Purge. Elle était réputée pour avoir travaillé avec l'Inquisitorius, s'affirmant comme une implacable tueuse de Jedi et une enquêtrice hors pair, qui ne perdait jamais une cible. Elle détenait d'ailleurs le record du parcours de tir depuis cinq ans, et Analina avait toujours rêvé de la surpasser. Avec l'âge, elle s'était posée, obtenant un poste particulièrement élevé et envié, la rumeur lui prêtait des accointances avec certains membres haut placés du Cercle Intérieur. C'était à la fois un honneur, et un fardeau de travailler sous ses ordres.

- Et secouez les débiles de votre équipe, Souvarov, rappelez leur que le BSI ne dort jamais.

Ça, c'était plus compliqué. Velrys était en congés, certainement dans un coin perdu de la Bordure Extérieure, et elle soupçonnait Billy de programmer son communicateur pour ne jamais être dérangé la nuit. Seul le KX était disponible, et elle était à près sûre de ne pas avoir besoin d'un droïd de combat pour ce genre de mission.

Les lumières du Palais Impérial scintillaient dans la nuit, comme un phare sur la cité endormie. C'était la première fois qu'Analina accédait dans ce saint des saints, et elle ne put s'empêcher d'être émue.

- Suivez-moi, vite, fit le larbin qui l'attendait.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Ven 07 Déc 2018 - 16:13   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

La lentille rouge de Gisela Wassid sembla la scanner, le colonel avait perdu un œil durant la Purge, elle arborait fièrement la terrible brûlure d'un sabre laser sur sa joue droite. À l'instar de l'Empereur, elle avait toujours refusé la chirurgie réparatrice et portait sa cicatrice comme un étendard.
- C'est une affaire très délicate, Souvarov… peut-être qu'il vaut mieux que vos sous-fifres restent au lit, j'ai fait boucler la zone, rien ne doit sortir de cette pièce.
- Que s'est-il passé, madame ?
- Une fête à Pradeux qui a mal tourné… plus mal que d'habitude… Venez.

Wassid fit signe aux gardes royaux d'ouvrir une porte dérobée.
La grande salle des fêtes était dans un état indescriptible. Des corps plus ou moins léthargiques gisaient partout, les meubles étaient renversés ou dévastés, le sol jonché de nourriture gâchée et de verres brisés, une odeur brutale d'alcool et d'épices la saisit au nez. Elle aperçut les médics courir d'un courtisan à un autre.

- On décompte déjà quinze morts, beaucoup de blessés… La plupart sont saouls ou drogués. La fête a complètement dégénéré un peu avant trois heures, une bagarre a éclaté et ils ont commencé à s’entre-tuer.

Analina frissonna. Comme toute habitante de la Cité Impériale, elle avait entendu parler des fêtes flamboyantes et décadentes de la Cour, organisées par le ministre de l'Intérieur, qui avaient tendance à virer à l'orgie dès que l'Empereur partait se coucher. Jusque-là, elle avait toujours cru à des méchantes rumeurs propagées par des esprits séditieux.

- Faites pas votre chochotte, Souvarov. La Cour est un ramassis de dégénérés et vous le savez.
- Je ne comprends pas… Les valeurs de l'Ordre Nouveau…
- L'Empire durera dix mille ans, mais il faudra encore de nombreuses années pour le purger des miasmes de l'Ancienne République. On ne supprime pas des millénaires de décadence, de corruption aristocratique, en un claquement de doigt. Mais on peut contenir le pourrissement, le rassembler au même endroit pour le contrôler et l'éradiquer. Rendons grâce à Sa Majesté Impériale de faire ce sacrifice, d'accepter de supporter cet immonde cloaque si près de lui.
- Il faut être près de ses amis mais encore plus de ses ennemis, concéda Analina.
- Tous ces déchets détiennent énormément d'influence, ont la main-mise sur beaucoup de secteurs économiques et politiques. Ici, ils sont affaiblis, mis en cage, abrutis par les fêtes et les nuits blanches, et peu à peu, l'Empire s'emparera de leurs biens… Mais ce n'est pas ça qui nous préoccupe…

Elle poussa la porte d'un petit salon pourpre, où ronflait un homme masqué, vêtu d'un improbable costume évoquant un érable doré, vautré sur un canapé entre deux esclaves twi'lek.

- Réveillez-le.

Analina reconnu sans peine Alec Pradeux. Le ministre sursauta et, ôtant son masque, découvrit des pupilles dilatées, son haleine puait l'alcool.
- Hein quoi ? Cassez-vous, Wassid, je prends mon poste qu'à quatorze heures.
- Vous prenez votre poste tout de suite, Votre Excellence, ne se démonta pas le colonel.
- Il est quelle heure ?
- Il est quatre heures du matin
- Oups, pardon, je manque à tous mes devoirs… L'ambiance est grandiose, cette fête de l'automne dépasse toutes mes espérances… Vous faites bien de me réveiller, Wassid, faut que je lance le jeu de la couronne avant que tout le monde ne s'écroule.

Il frétilla comme une tortue sur le dos, incapable de se lever. Wassid s'approcha et lui injecta quelque chose avant d'ordonner à un serviteur d'approcher une bassine. Analina détourna le regard.

- Qu'est-ce qui se passe ? Le ministre sembla reprendre ses esprits. Je n'entends plus l'orchestre.
- Il s'est passé quelque chose de très grave, monsieur le ministre, la fête a tourné au massacre. Vos invités sont devenus enragés et se sont entre-tués. Et parmi les morts, on compte un sénateur, un Moff, quelques fils de famille… j'ai fait boucler la salle des fêtes.

L'homme blêmit.
- Sleemo… Je vais me faire défoncer par le vieux… il est réveillé ?
- Si vous parlez de Sa Majesté Impériale, non. J'ai cru bon de ne pas le déranger, ni lui, ni le Premier Ministre. Nous avons trois heures pour régler cette affaire avant leur lever.
- Arf… bien joué Wassid. Comment ça se fait que le BSI soit déjà là ?
- Nous étions à la fête, Yularen et moi, vous ne vous rappelez pas ?
- Ah si… Et où est cette andouille ?
- Blessé en service, monsieur, en tentant de remettre de l'ordre dans cette cohue. Vous avez quitté la fête à quelle heure ?
- Oulah, j'en sais rien… J'ai eu subitement un gros coup de fatigue et j'ai demandé à Lola et Ruta de me réserver un salon, le temps de me reposer… La fête se passait bien, je venais de faire servir la surprise de l'automne.
- Souvarov, allez me récupérer un échantillon. C'est un cocktail orange dans une fontaine.

Analina regagna la pièce principale et avisa un groupe de mécontents, déguisés en légumes de saison, en train de houspiller deux gardes royaux impassibles.
- BSI, intervint-elle. Vous êtes consignés le temps de l'enquête.
- C'est un scandale, vous n'avez pas le droit de nous séquestrer.
- Nous avons tous les droits. Des crimes ont été commis dans l'enceinte du Palais, vous êtes tous des suspects. Retournez vous asseoir, avant que je considère tout acte de contestation comme un aveu de culpabilité et de rébellion.
Le groupe se tut immédiatement et obtempéra devant la menace. Analina s'acquitta assez rapidement de sa tâche et ramena un verre. Le liquide avait une odeur tristement familière.

- Des bâtons de la mort, confirma Wassid après analyse par son implant. Un puissant hallucinogène couplé à l'alcool et au carsinum euphorisant. Un cocktail idéal pour rendre fou n'importe qui, monsieur le ministre.
- Hein, quoi ? J'ai jamais ordonné de servir ça, je suis pas débile. J'avais prévu un petit assaisonnement festif pour relancer l'ambiance jusqu'à l'aube, mais pas ce poison mortel.
- Je vous crois, monsieur. Vous avez eu de la chance, nous sommes intervenus assez vite, vous auriez pu avoir un massacre général sur les bras.
- C'est un complot ! Si je tenais la sale petite crevure qui a organisé ça…
- Inutile de vous demander si vous avez des ennemis, je pense qu'on peut suspecter tout le Cercle Intérieur et toute la haute hiérarchie impériale. Il est important qu'aucune information ne filtre sur l'holonet le temps de l'enquête.
- Va falloir que vous chopiez Dangor, je l'ai vu traîner avec ses drones caméra. Il doit avoir tout filmé comme à son habitude. Sinon, je vais vous la résoudre, votre enquête… Torturez mon cuisinier, il vous dira qui lui a ordonné de mettre des bâtons de la mort dans ma surprise. Et puis, vous accuserez les rebelles d'avoir commis cet ignoble attentat, ce qui ne serait pas étonnant. Et torturez aussi mes fournisseurs… Et… où est Xizor ?
- Le prince Xizor est parti vers une heure et demie avec une conquête. Pourquoi ?
- Hum… non, rien. Foutez-le sur la liste des suspects. Et faites pas semblant, Wassid, vous savez ce qu'il est et qu'il m'alimente en petits condiments spéciaux.
- Je pense qu'il serait malavisé de le contacter, monsieur. Moins de gens seront au courant, mieux nous pourrons contrôler les retombées de cette affaire.
- Pfff, collez tout sur le dos des rebelles.
- Je doute que Sa Majesté se contente d'affirmations, monsieur.

Pradeux perdit immédiatement son attitude désinvolte et saisit son visage lifté entre les mains.
- Non, vous avez raison, on est complètement coincés… c'est un piège parfait. Quoi que je fasse, le vieux va me pourrir… La Cité Impériale est un sanctuaire, il n'y tolère plus un seul incident depuis que cet idiot de Vador a fait crasher un speeder sur un sénateur. Et c'est moi qui suis responsable de la sécurité de cette putain de planète ! Quoi qu'on dise, ce sera une épouvantable claque médiatique… Quinze morts, en plein cœur du Palais. Je peux même pas accuser les rebelles, ce serait admettre qu'ils sont suffisamment dangereux pour menacer le vieux jusque dans son lit… Un complot ? Je suis responsable de la traque des traîtres, ça voudra dire que mes services sont des branquignols. Un accident en cuisine ? C'est encore pour ma pomme ! Déjà que j'ai Pestage sur le dos, à cause de quelques petits dérapages… Je suis coincé ! Je suis fini !
Wassid posa une main gantée sur l'épaule tremblante du ministre.
- Le BSI trouvera une solution, monsieur.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Ve'ssshhh » Ven 07 Déc 2018 - 19:06   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Une enquête qui nous dévoile les turpitudes de la Cour ?
Je prends!

Avec autant de suspects de haut rang, tes enquêtrices devront y aller avec des pincettes.
Ou bien vont-elles piétiner ces dépravés avec toute l'arrogance des agents du BSI :diable: ?

PS : Est-ce bien cette orgie que nous annonçait ton drabble "Sleemo"?
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 632
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 10 Déc 2018 - 13:11   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Merci.

ça risque en effet d'être compliqué pour elles, vu les suspects. Et surtout comment faire pour l'Empire s'en sorte la tête haute.

Mon drabble est bien dans l'ambiance, mais il se situait plus tôt ou plus tard dans la time-line.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar LL-8 » Lun 10 Déc 2018 - 22:48   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Symoe cette fic'!
J'accrochais déjà bien à ton style, Gaga, et là ça se confirme :)
Je suivrai la suite avec attention ^^
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1038
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Dark GaGa » Mar 11 Déc 2018 - 14:08   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Merci LL.

La suite :

Analina était partagée, entre son devoir d'obéissance à la hiérarchie qui lui commandait de couvrir le ministre et celui d'adepte de l'Ordre Nouveau, qui lui imposait d’éradiquer les relents de l'Ancienne République. Alec Pradeux, malgré son entrée précoce au COMPORN et son rang, était l'incarnation de tout ce qu'elle détestait. Un homme corrompu, désinvolte, qui bafouait toutes les valeurs qu'il était censé faire respecter. La pègre prospérait partout, des planètes entières étaient tombées sous leur contrôle, jusqu'au cœur de l'Empire. Tout le Secteur Invisible de Coruscant était aux mains du Soleil Noir, qui versait des pots de vins astronomiques au ministre pour qu'il ferme les yeux. Le faire tomber était une nécessité. L'Empire devait se purger de toute corruption pour rétablir l'ordre, la prospérité, offrir à chaque être humain la sécurité qu'il méritait.
Or, cet impératif entrait en contradiction avec le respect de la volonté impériale. Si Sa Majesté tenait à maintenir ce décadent comme conseiller, c'est qu'il avait ses raisons. Et ce n'était pas à elle d'aller contre Sa volonté. Il n'y avait qu'une seule vérité : l'Empereur a toujours raison.

- Je regrette, votre Excellence, s'inclina-t-elle devant un homme en pourpre qui jouait avec des holocaméras. Je suis obligée de saisir vos drones et de vérifier vos connexions holonet.

Le museau chafouin du porte-parole du Palais esquissa un sourire coupant.
- Faites, faites… Quelle abominable tragédie, n'est-ce pas. Je sens que le Conseil va être très agité ce matin.
- Vous avez constaté quelque chose de suspect, votre Excellence ?

Ars Dangor entortilla sa longue moustache.
- Rien de particulier, Alec a fait un travail admirable comme d'habitude, c'est juste un peu dommage que son animation « combat de légumes » ait un peu dérapé.
- Son animation ? Des combats étaient prévus ?
- Alec a toujours ses fêtes sous contrôle, tout est millimétré, prévu, exécuté à la seconde près, tout en gardant bien sûr l'effet de surprise et de spontanéité. C'est un talent d'artiste véritable... Tout cela est bien regrettable… Je me demande d'ailleurs comment je vais expliquer aux médias le fait qu'il y ait quinze morts au Palais, avec l'Empereur qui dormait juste au-dessus.
- Je pense qu'il vaut mieux ne pas en parler, Excellence, du moins tant que nous n'aurons pas avancé.
- C'est vrai. Ce sera très délicat d'annoncer aux familles influentes du Noyau que personne n'est en sécurité, y compris au cœur du Palais… Et je n'imagine même pas comment ce cher Alec va expliquer cet incident à l'Empereur…

Analina opta pour le silence. Le ton mielleux, chargé de sous-entendus, du numéro deux du gouvernement la mettait mal à l'aise.

- Tu fais chier, Souvarov, brailla le communicateur. Tu dors jamais ?
- Boucle-la, Billy, et analyse ces données.

- J'espère bien sûr récupérer mon matériel et mes données intactes, susurra le porte-parole.
- Bien sûr, Votre Excellence, mentit Analina.

Restituer des preuves intactes ne faisait pas partie des protocoles du BSI. La jeune femme soupira. L'euphorie initiale, à l'idée d'évoluer dans le même espace que le maître de la galaxie, venait de laisser place au dépit. Elle n'était pas faite pour faire des courbettes dans l'espace feutré du Palais, elle se sentait plus adaptée à jouer du canon sur des missions d'extermination. Et elle se demanda pourquoi Wassid l'avait embarquée là-dedans.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Mer 19 Déc 2018 - 15:21   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Le maître des cuisines avait très rapidement rabattu l'arrogance de prime aloi avec laquelle il les avait reçues.

- Je vous jure que j'ai suivi la recette de monsieur le ministre sur ce datapad, madame, tremblotait le bonhomme. Son Excellence est très pointilleuse avec les surprises et fait tout pour qu'elles ne soient pas éventées.

La cuisine était en désordre, le BSI avait frappé vite. Ils n'avaient pas encore eu le temps de lancer la vaisselle, et donc d'effacer des traces.

Scan de la cuisine en cours… recherche poudre de bâton de la mort… absence.

Gisela jeta un œil sur le listing : un mélange douteux d'alcools, d'épices et de fruits.
- Vous n'avez utilisé que ça ?
- Non, madame. Les cuisines préparent la base du cocktail qui sera servie dans la fontaine. Ensuite, nous avons pour consigne d'ouvrir une boîte, mettre son contenu dans une vasque et la faire porter à Son Excellence qui finalisera en personne sa recette devant ses invités.

Et ainsi passer pour un empoisonneur... ou un fou, nota Gisela.

Il désigna une boîte sur une table, comme ses voisines, elle avait des scellés de la douane. Rien d'étonnant, Pradeux était réputé pour se servir sur les saisies. Les scellés cryptés semblaient authentiques, ils indiquaient le contenu, l'identifiant de l'agent, la date de saisie.

- Wassid, cracha-t-elle dans son communicateur. Chopez-moi l'agent D-854C et amenez-le en interrogatoire. Je me fiche qu'il soit deux heures du matin dans votre secteur, l'Empire ne dort jamais.

Analyse du contenu en cours… feu de krayt : stupéfiant catégorie 2 - aphrodisiaque.
L'échange avait donc eu lieu après l'ouverture de la boîte. La cible était donc quelqu'un qui avait accès au Palais, en mesure de soudoyer un ou plusieurs serviteurs, de se procurer une dose conséquente de drogue, donc avoir les contacts et les moyens… N'importe qui de la Cour.

- Souvarov, essayez de retrouver la vasque avec les bâtons et faites un relevé. Et le serviteur qui l'a amenée.

Elle se tourna à nouveau vers le maître-queue.

- Vous avez identifié l'épice ?
- Non, madame, mais Son Excellence m'a bassiné depuis une semaine avec son ingrédient rare. J'ai supposé que c'était normal que je le connaisse pas.

Scan des expressions faciales... peur 52 %, sincérité 23 %, confusion 18 %...
énuméra l'implant.

Rien d'étonnant qu'un lambda l'ignorât, surtout réduit en poudre, les bâtons de la mort circulaient dans les cercles huppés de la capitale et sa consommation était assez confidentielle. Il suffisait d'une seule grosse dose en soirée pour rendre accro. Le coupable avait bien joué, l'Empereur serait furieux à l'idée d'envoyer toute sa cour en désintoxication.
Même si Pradeux était une honte pour le COMPNOR et méritait d'être destitué, Gisela réprouvait la méthode qui ridiculisait l'Empire et son maître. Si l'assassinat de quelques notables du Noyau ne lui faisait ni chaud, ni froid, l'acte était clairement un lèse-Majesté, une provocation mortelle qu'elle ne devait pas laisser passer. Il était très clair que le crime ne pouvait profiter qu'aux esprits rebelles, en ridiculisant le siège du pouvoir.

- Mettez tout le personnel de Pradeux au secret, et qu'on les interroge jusqu’à que l'un finisse par sortir quelque chose d’intéressant.
- Et moi ? fit le cuisinier.
- Au trou, avec les autres.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 31 Déc 2018 - 13:07   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

- Non KX, soupira Analina, j'ai dit « en douceur ». Non, tu n'arraches et découpes rien. Pourquoi tu laisses pas les IT faire leur travail ? Je m'en fiche que tu t'ennuies, tu n'as qu'à te mettre en veille ! Si tu fais planter cette enquête, je te garantis que tu auras une longue programmation d'ennui. Et c'est pas la peine de bouder, ça sert à rien.

Le son des doigts secs de Wassid tapotant nerveusement une table la poussa à raccourcir la communication.

- Rien d’intéressant, marmonna Analina. Mon KX est venu donner un coup de main aux IT, rien en est sorti de concluant. La plupart des témoins sont ivres ou drogués. Ils ont rien vu de particulier à part les cancans sur les coucheries réelles ou supposées des uns et des autres. L'agent Billy épluche les holos de Dangor, il va en avoir pour des plombes. Il me garantit que rien n'a été posté sur l'holonet pour l'instant. Qu'est-ce qu'on fait de Dangor, d'ailleurs ? Il commence à s'impatienter.
- Tant pis pour lui, cracha Wassid, il n'avait qu'à se coucher tôt. C'est un suspect.
- C'est tout de même le numéro deux du gouvernement.
- Je m'en fiche. Il est suspect. Le peu d'indices que nous avons me laisse à penser que c'est un membre du Cercle Intérieur. Pradeux étant le numéro trois, il faut s'attendre à ce que ses ennemis soient du même niveau.
- Une idée ?
- Les inimitiés au sein du Cercle sont notoires. Tout le monde sait que Pestage et Vador haïssent Pradeux.
- Le premier ministre et le seigneur Vador? Rien que ça ?
- J'aurais tendance à écarter Dark Vador, il est actuellement dans la Bordure et ce ne sont pas du tout ses méthodes. Le poison est une arme de courtisan. Quant au premier ministre, c'est un homme loyal et intègre. Je l'imagine pas un seul instant programmer un tel désordre nuisible à l'Empire. Il y a d'autres moyens de faire tomber Pradeux. Non, notre cible est déloyale et ne vise peut-être pas que Pradeux.
- L'Empereur serait-il ciblé ?
- C'est une évidence, il sera le premier humilié dès que l'affaire sera ébruitée au Sénat. Des saloperies comme Mothma sauteront très vite sur l'occasion... Et j'imagine facilement les réactions virulentes des familles nobles qui ont perdu un proche dans de telles circonstances... Quant à l'opinion publique, elle en retiendra que la Cour est un foutoir et qu'il y a personne pour diriger… Vous avez retrouvé le saladier ?

Analina lui tendit une vasque en cristal dont le fond était tapissé d'une poudre rouge.

- Il y a bien les empreintes de Pradeux et celles du cuisinier, pas d'autre empreintes. Nous avons pas encore identifié le serviteur.
- Torturez le personnel, je veux savoir ce qui s'est passé exactement entre le moment où le cuisinier lui a remis la vasque et celui où il l'a présenté au ministre. L'échange a peut-être eu lieu à ce moment-là.
- Le ministre nous a indiqué avoir eu besoin d'aller se coucher au moment du service, peut-être a-t-il été drogué, sinon il aurait certainement constaté la substitution de son ingrédient secret.
- Bonne remarque, Souvarov. J'ai tellement l'habitude de le voir ivre-mort que je n'ai pas fait attention à ce détail. Pradeux n'a jamais quitté une fête avant l'aube et c'est un maniaque du contrôle. Même saoul, il sait ce qu'il fait. Faites analyser son sang et ceux de tous les témoins. Je veux savoir qui a pris quoi, tout ce qui a circulé dans cette soirée.
- Madame, il est bientôt sept heures et nous n'avons rien résolu.
- Je vais demander audience au premier ministre et lui faire mon rapport, c'est à présent de son ressort. Je pense qu'il temporisera et gérera lui-même Sa Majesté au lever.
- Que fait-on des témoins ?
- Le Palais a des cellules, qu'on les mette dedans, avec tous les serviteurs. Et faites savoir que j'abattrai quiconque ouvrira sa bouche à l'extérieur ainsi que toute sa famille, ça devrait faire taire les bavards qui nous auraient échappé. Laissez Dangor retourner dans sa suite, mais collez-le sous surveillance le temps que Pestage prenne une décision. Et allez faire une sieste, le Conseil est à dix heures, soyez prête à onze heures avec l'analyse des drones terminée.
- Bien. Et vous, madame ?
- Je gère. Barrez-vous, Souvarov, et profitez-en pour revenir avec une coiffure correcte.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark vador40 » Lun 31 Déc 2018 - 14:25   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

J'adore cette FF. Le style, l'ambiance et une histoire bien ficelée, tout y est. Tu peux me compté parmis les lecteurs. J'attend avec impatience la suite :cute: :love: .
"J'ai l'impression que tu n'accordes pas la même valeur à notre association que moi..."
Aphra
Pigiste Jeux Vidéo
Dark vador40
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3673
Enregistré le: 14 Mai 2015
Localisation: Seul dans la mer des dunes, probablement en train de contempler le paysage...
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 31 Déc 2018 - 15:36   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

merci. Il y a la première apparition de Wassid dans l'autre fic, qui est à peu près du même tonneau. :)
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Ven 04 Jan 2019 - 15:14   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Wassid était assise dans un des nombreux petits salons, non loin de la salle du Conseil, en train de prendre une collation chaude. Aucune trace de fatigue n'apparut sur son visage rigide. Cette femme est un droïde, conclut Analina.

- Je veux des avancées, Souvarov.
- Je regrette, madame, les pistes tournent court. Il n'y a aucune trace du serviteur.
- Ils n'embauchent pas n'importe qui au Palais… trouvez qui a fait rentrer ce type. Épluchez les registres d'entrée et sortie.
- Les holos d'Ars Dangor ne présentent que peu d'intérêt, à part pour les journaux à cancans… Il y a de quoi faire chanter la plupart des invités. Le ministre Pradeux a bien annoncé sa surprise, puis a vidé la vasque dans la fontaine à cocktail. Avant de tourner de l’œil et se retirer là où nous l'avons trouvé. La bagarre semble avoir démarré à cause des hallucinations, le fait qu'ils soient tous costumés au milieu d'un décor fantasmagorique a dû aggraver la perte de réalité.
- Mettez-moi de côté toutes les preuves compromettantes, ça pourra toujours servir. Montrez-moi la séquence.

La scène était noyée dans une cacophonie de musique et de rires. La foule était passablement éméchée et excitée quand Pradeux, soutenu par ses deux esclaves twi'lek, prononça un discours d'une voix chevrotante, avant de plonger ses deux mains dans la vasque et saupoudrer la fontaine à cocktail. Malgré les multiples angles de vue, le visage du porteur n'apparaissait pas, ni même son corps en entier. Wassid se pinça le menton. Un pli agacé ébranla la rigidité de sa face.

- Qu'a dit Dangor ?
- Que filmer les bonniches du Palais n'a aucun intérêt pour lui.
- Logique. La suite ?

Analina reprit son datapad.

- Le douanier avoue avoir fait comme d'habitude, prélevé et scellé la dîme à Pradeux, il n'a rien vu de particulier. Les saisies de bâtons de la mort sont dans un hangar à part et il n'y a pas eu de pertes, ni de vol.
- Donc le coupable ne s'est pas servi gratuitement, il a acheté le produit ou, pire, se l'est fait offrir.
- Un pot de vin ? Sinon, j'ai la liste de toutes les substances retrouvées sur les victimes et tous les témoins : alcools exotiques, stupéfiants les plus rares, c'est un catalogue de luxe pour dealer.
- Bienvenue à la Cour. Ne jouez pas les effarouchées, Souvarov... le tout-CoCo est intoxiqué jusqu'à la moelle, c'est un art de vivre dans les hautes sphères... C'est, hélas, tout l'héritage poisseux de la République.
- Comment s'est passé votre entretien avec le premier ministre, madame ?
- Délicat. Il a pris la mesure de l'incident, et confirme la consignation des deux ministres présents lors de la rixe, Pradeux et Dangor, ainsi que des témoins. Le BSI a tout pouvoir pour régler cette affaire. Nous sommes assis sur une poudrière, Souvarov, il nous appartient d'éviter toute explosion. L'Empire ne doit pas perdre la face et surtout pas devant le Sénat.
- Et l'Empereur ?
- Le premier ministre a averti Sa Majesté. Venez, le ministre Pradeux nous attend.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 14 Jan 2019 - 16:29   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Analina ne put s'empêcher de tiquer face à la débauche de luxe des suites impériales, aux murs et sols surchargés de matériaux précieux et encombrés d’œuvres d'art, bien loin des idéaux épurés et fonctionnels de l'Ordre Nouveau. Elle était d'avis de brûler tous ces vestiges d'un ordre révolu, d'effacer jusqu'au dernier souvenir de la République. Et voir ses symboles resplendir au cœur du pouvoir était un choc. Ils auraient dû arracher les moulures, ou du moins, les recouvrir du logo impérial.
Une twi'lek, vêtue d'une caricature putassière d'uniforme impérial, vint les accueillir.

- Alec, chou, gazouilla-t-elle avec effronterie, tes invitées sont là.

Le ministre était avachi à sa console, les yeux injectés de sang, en train de se servir un verre pour avaler des pilules douteuses. Ses gestes étaient saccadés, traduisant une forte nervosité, à moins que ce fut les effets tremblotants de l'alcool qui saturait son haleine. Analina sentit déjà sa tête tourner rien qu'à la respirer.

- Vous devriez pas boire autant, Votre Excellence, osa Wassid.
- La ferme, Wassid, j'ai besoin de concentration, surtout après une nuit blanche.
- Tu devrais dormir, chou, fit l'insolente twi'lek.
- Dormir ? Alors que des traîtres veulent faire de moi de la pâté à rancor ? L'Empire ne dort jamais, c'est ce qui fait notre force. Nous devons contre-attaquer, frapper fort avant qu'ils ne se ressaisissent, anéantir les effets de leur pathétique initiative. Bon, asseyez-vous, Wassid, et prenez des notes. On a des urgences à gérer concernant les morts. Cette patate de Pestage est très clair là-dessus : pas de mort au Palais. Et il a raison, nous allons retourner les conséquences de cet attentat à notre avantage.
Donc, le Sénateur, étant d'un certain âge, sera hospitalisé pour une maladie contagieuse alien, Son décès sera constaté dans quinze jours et débrouillez-vous pour que son cadavre disparaisse dans un accident et faites accuser les saloperies xénos qui pullulent dans son secteur. Les militaires seront contents, ça leur fera une excuse pour lancer une purge. Concernant le Moff, c'est un impérial, on a de comptes à rendre à personne. Foutez-le dans un vaisseau et faites-le exploser près de Chandrila, inventez-lui une maîtresse là-bas pour justifier son déplacement.
- Pardon, votre Excellence, mais pourquoi Chandrila ?
- C'est toute la subtilité de mon plan… faire coup triple. Nous appellerons cette opération « Ta Gueule, Mothma ». Cette horrible rouquine ne cesse de provoquer l'Empereur, elle refuse que nous patrouillons dans son système, on va lui donner l'occasion de la boucler. Un attentat rebelle sur sa planète, c'est un prétexte idéal pour lui envoyer quelques destroyers. J'imagine déjà sa trogne dépitée... L'Empereur va adorer et va peut-être retirer l'idée de m'envoyer nourrir son rancor. J'ai bien fait d'avoir évité le Conseil, paraît que c'était orageux ce matin...

Analina leva une main.
- Excusez-moi, Votre Excellence, c'est un plan brillant, mais nous avons des milliers de témoins. L'affaire s'ébruitera très rapidement. Nous ne pouvons pas les garder trop longtemps au secret sans attirer l'attention.

L'implant oculaire rougeoya, comme pour la mitrailler du regard.
- Ne discutez pas les ordres, Souvarov, lâcha froidement le colonel. Pas de corps, pas de crime. Ce qui importe, c'est la voix de l'Empire. Comme vous l'avez précisé, la plupart des témoins n'ont rien vu, ne savent pas pourquoi nous les interrogeons. Ils savent qu'une fête à Pradeux a dérapé, mais ils ignorent s'il y a un lien précis entre leur arrestation et cet incident. Ils ont aucune idée de la gravité des faits. Il est important de maintenir le flou sur le réel motif de l'enquête, et d'en tirer profit. Lâchons quelques rumeurs, un vol, une offense, une trahison... laissons-les paniquer et s'accuser mutuellement. Vous verrez que nous trouverons très vite d'autres chefs d'accusation qui viendront masquer cette misérable affaire.

Pradeux vida un second verre.
- Le BSI retombe toujours sur ses pattes, Wassid. Yularen est toujours dans le coma ?
- Le colonel a repris conscience mais devra rester hospitalisé quelques jours.
- Bah, ça lui fera une blessure de guerre, vous allez devoir gérer à sa place, Wassid, je vais entièrement confiance pour dénouer cette merde. Pour les autres victimes, fouillez leur dossier et trouvez leur une mort crédible qui sert nos intérêts. J'ai demandé à Dangor de communiquer sur le parfait déroulé de la fête et j'ai convaincu Pestage d'en organiser une autre dans deux jours, pour prouver que tout va bien et qui devra se dérouler sans incident, sinon le vieux me décalque. Sinon, une idée sur l'identité de la petite raclure qui m'a pourri ma soirée?
- Les pistes sont très minces, monsieur.
- Dire que j'ai plongé la main dans cette saloperie. J'aurais pu être contaminé...
- Vous avez été drogué, monsieur, j'ai retrouvé des somnifères dans votre sang. C'est un miracle que vous ayez pu tenir debout jusqu'à la surprise.
- C'est donc bien une attaque contre moi… Lola, tu te rappelles qui m'a servi un verre ?
- Plein de gens, chou. Mais un assassin te l'aurait certainement fait offrir par quelqu'un d'autre.
- Monsieur le ministre, reprit Wassid, je vais vous demander d'être sincère. Nous avons pas de traces, mais nous pouvons remonter la piste à partir d'un mobile. Connaissez-vous dans votre entourage proche, quelqu'un qui aurait les moyens de se procurer la drogue, de vous faire droguer, de la faire servir sans laisser de traces, quelqu'un qui aurait une dent contre vous et contre l'Empereur. Et qui se croit certainement hors de portée de sa colère.
- Hors de portée de colère de l'Empereur, vous délirez, Wassid… J'aurais bien pensé à la vieille carne qui me sert d'épouse, mais elle est trop maligne pour risquer sa tête… Faudrait quelqu'un de complètement inconscient ou qui sait comment détourner la foudre...

Pradeux porta son verre à ses lèvres en ricanant… avant de blêmir.
- Attendez… si… je… il n'y a qu'une personne qui corresponde à ce critère…
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar TienVogh » Jeu 17 Jan 2019 - 19:15   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Dark GaGa a écrit:L'Empereur va adorer et va peut-être retirer l'idée de m'envoyer nourrir son rancor.

Personellement, j'ai une préférence pour les scarabées piranhas de Yavin IV. :diable:

Toujours aussi plaisantes à lire, ces chroniques de la cité impériale décadente. :)
FanFictions : Dark Claria : Dame rouge des Sith (roman), Pour toi, Tarania (OS)
#LegendsNeverDie
TienVogh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 599
Enregistré le: 23 Mai 2015
Localisation: Cité Impériale, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Jeu 24 Jan 2019 - 16:37   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Merci, j'assume aussi le fait que Dame Claria m'a beaucoup inspirée. :wink:

*


Callixta Pradeux était une femme d'un certain âge, elle paraissait vingt ans de plus que son mari, un visage en lame de couteau que n'éclairait aucun sourire. Seule excentricité, un fard à lèvre violine qui accentuait l'aspect cadavérique de son teint. Contrairement à son époux, elle affichait une tenue stricte. Elle vivait dans un immense duplex de l'avenue Galactica, meublé avec goût, selon les standards du COMPORN.
- J'ai très peu de temps à vous consacrer. J'ai rendez-vous dans quelques minutes avec la Ligue.

Analina avait épluché rapidement son dossier en maugréant contre le colonel qui s'était réservé leur meilleure piste, l'envoyant sur une piste à première vue bouchée. Or, la lecture lui démontra que Wassid n'avait pas perdu de son flair légendaire.
Callixta Pradeux était une suspecte intéressante. Elle faisait partie des ligues de vertu coruscanties, un groupe plus ou moins élitiste, œuvrant pour la moralisation de la société impériale, et pointant régulièrement les excès du ministre. Ce qui en disait long sur l'équilibre du mariage. Elle et sa bande interpellaient régulièrement l'Empereur sur les déviances de la Cour, ne craignaient pas de le mettre en cause dans de virulents pamphlets, tout en restant à la limite du lèse-Majesté. Toute cette clique de fanatiques avait donc un motif solide de déclencher un scandale, et les moyens. Nombre de hauts dignitaires et de membres de la vieille noblesse du monde-capitale, écœurés par les dérives de Pradeux, les soutenaient plus ou moins publiquement.

- Je souhaite vous poser quelques questions à propos de votre mari, madame.
- Hum, ricana-t-elle. Qu'est-ce que cet immonde débauché a encore fait ?
- Je crois comprendre que vous n'avez que peu de contact ?
- Alec a sa garçonnière au Palais, avec ses putains aliens. Il n'a pas mis les pieds ici depuis quinze ans. La famille est un vain mot pour lui, il n'est même pas venu au baptême de sa dernière petite-fille.
- Quand l'avez-vous vu la dernière fois ?
- Pour le Nouvel An, il y a des devoirs auxquels les époux ne peuvent se soustraire.

Callixta était l'héritière de la Rokugan, une importante corporation du Noyau. C'était à sa fortune que le ministre devait son ascension, il avait plus besoin d'elle que le contraire. Billy avait réussi à fourrer son nez dans leur contrat de mariage, elle avait tout, il n'avait rien. Elle n'avait aucun intérêt à rester mariée.

- Pourquoi vous ne divorcez pas ?
La femme prit un air pincé.
- La vertu paraît plus éclatante lorsqu'elle côtoie le vice.
- Comme Sa Majesté… lorsqu'il côtoie la Cour. Ce qui est valable pour vous l'est pour lui, non ?
- L'Empereur est une figure symbolique, qui doit incarner dans sa chair nos valeurs de pureté et de sobriété. Il est impensable qu'il puisse frayer avec des catins et des dévoyés et se laisser entacher par tous ces scandales.
- Et que comptez-vous faire ? Mettre l'Empereur dans une cage ?
Les yeux délavés semblèrent la fusiller.
- Nous avons déposé un moratoire sur la moralisation de la Cour, qui proposent des règles strictes concernant la vie privée et publique de nos dirigeants, mais vous vous égarez, vous ne deviez pas parler de mon mari ?
- En effet, madame. Rien de grave, c'est une enquête de routine. Lui connaissez-vous des ennemis ?
- Alec est l'ennemi de la Vertu.
- L'ennemi de votre ligue ?
- Alec cristallise tout ce qui pourrit cette galaxie. Le crime, la décadence, l’obscénité. Il corrompt tous ceux qu'il approche.
- L'Empereur ?
- Palpatine représentait ce que nous vénérons : la sobriété, la probité, un homme irréprochable, dépourvu de vices. Son couronnement a été notre victoire.
- Vous en parlez au passé, que dois-je en conclure ?
- Alec est allé jusqu'à souiller ce que nous avions de plus beau… en introduisant cette putain Jedi dans le Cercle. Il a fait de notre emblème le pantin de cette catin décadente.

Analina n'en perdait pas une miette devant ce déluge indécent de lèse-Majesté. Cette vieille carne devait avoir de sacrés appuis pour oser traiter l'Empereur de marionnette gâteuse devant un agent du BSI assermenté. Elle usa de toute sa volonté pour rester impassible et cacher son indignation. Le souverain avait toujours eu un comportement exemplaire, qu'aucun scandale sur sa prétendue vie privée n'avait pu ébranler. Il avait traversé les dernières tempêtes médiatiques avec une dignité et une maîtrise de soi indiscutable.

- Elle est de retour, avec son bâtard qu'elle veut légitimer... éructait la dame. Mon ignoble mari tente de réintroduire la catin d'Alderaan dans ce foutoir qu'on ose appeler une Cour. Mais nous allons l'en empêcher. Cette fois-ci, nous ne faillirons pas. Nous protégerons l'Empereur du vice !
- Heu… d'accord… Et comment ? Vous allez décrédibiliser votre mari ? Le faire chasser de la Cour ?
- Alec sera puni un jour par là où il a péché, la Force y pourvoira. Non, nous allons exiger d'Organa qu'elle expulse cette engeance de la Cité Impériale. Nous allons déposer un ultimatum de deux jours, au-delà duquel, nous boycotterons Alderaan.
- Je vois, fit Analina.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Dim 27 Jan 2019 - 15:30   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Gisela arpenta avec nostalgie les couloirs de l'ambassade d'Alderaan. Rien ne semblait avoir changé durant toutes ces années, c'était comme un plongeon dans le passé. Les longs couloirs d'un blanc épuré, les plantes chamarrées, tout respirait une certaine harmonie, conforme à l'idéal paisible que souhaitait afficher la planète…
Elle était là, silencieuse, vautrée dans une chauffeuse, près d'une baie lumineuse s'ouvrant sur un jardin intérieur, bercée par les notes d'un opéra. Le salon était richement meublé, jurant violemment avec la norme en vigueur du bâtiment. Gisela avisa un grand portait holographique du souverain galactique, ainsi qu'un sabre-laser, bien posé en évidence sur une commode, comme pour la narguer.
Touchée. Elle porta brusquement sa main par réflexe sur sa joue qui se mit à irradier, la douleur ouvrit une faille dans sa mémoire. Vert. La lame, comme les yeux de la padawan cernée par les clones. La Jedi doit mourir.

Gisela se pinça pour reprendre pied avec l'ici et maintenant.
Bouclier mental activé, annonça l'implant. Armes défensives activées. Toxine N4 prête.
Elle avait passé du temps à le programmer, espérant qu'il puisse la protéger contre les tours maléfiques de la sorcière.
Roganda Ismaren avait le profil de la coupable idéale. Parce qu'elle était née Jedi et qu'un Jedi était, par nature, un ennemi de l'Empire. Et si elle n'avait pas fini son noviciat, qu'elle était maladroite avec un sabre-laser, elle maîtrisait le pire de leurs talents : celui de s'immiscer dans la tête d'autrui et d'en prendre le contrôle. Il lui suffisait d'un seul regard pour transformer n'importe qui en marionnette, elle aurait pu se procurer très facilement la drogue et envoyer un pantin la servir. C'était pour ça qu'elle avait écarté Souvarov de la rencontre, personne, à part elle-même, était capable de résister aux tours de ce vampire psychique. Et parce nul autre, à part elle, poserait la main sur Roganda.

Le siège-boule pivota, révélant une femme vêtue de la robe blanche traditionnelle alderaane, les cheveux nattés simplement en deux longues tresses qui retombaient sur ses épaules. Peu de bijoux, un maquillage discret, l'antithèse de la favorite flamboyante que Gisela avait connue quelques années plus tôt. Elle avait un peu grossi et le blanc de l'étoffe faisait ressortir les kilos de la grossesse qu'elle n'avait pas perdus. Elle tenait dans ses bras un bébé endormi qui devait avoir près d'un an. Elle avait, comme toujours, le sens de la mise en scène.
Le colonel s'inclina lentement, la poitrine oppressée par une peur irrationnelle. Elle avait combattu de nombreux Jedis pendant la Purge, certains étaient des maîtres aguerris. Mais aucun n'avait su la toucher aussi profondément que cette femme.
- Asseyez-vous, fit la sorcière d'une douce voix de mezzo.

Gisela l'analysa, évitant tout contact prolongé avec les longs yeux noirs, le regard d'un Jedi était sa voie d'entrée vers l'âme de la victime.
- Cela fait longtemps, colonel Wassid, qu'est-ce qui vous a donné le courage de vous présenter devant moi ?
Gisela réprima un pincement des lèvres. Elle s'était préparée à ce que l'ancienne Main lui reprochât sa trahison. Comme les autres, elle s'était très vite détournée de celle qui avait été brisée par le scandale.
Difficile d'oublier les événements qui avaient secoué la galaxie, après l'annonce de l'expulsion de la Cour de la jeune Alderaane, enceinte de cinq mois. Une terrible humiliation, menée par un impitoyable battage médiatique qui s'était cruellement déchaîné sur la dévoyée, l'infidèle. Le Palais était resté mutique, arguant pudiquement d'un choix personnel de la favorite d'aller accoucher parmi les siens, ce qui avait ouvert la voie à l'hallali. Nul n'avait de doute. Hormis l'infidélité, rien ne justifiait le renvoi dans sa famille d'une maîtresse adorée enceinte.
Elle avait tout perdu et Gisela fut surprise d'apprendre son retour discret, dans les valises de la nouvelle sénatrice. Au grand dam des chroniqueurs avides de scandales, elle ne faisait que très peu parler d'elle.
Mais ce n'était que le calme qui cachait la tempête, Ismaren avait toujours eu un tempérament volcanique et imprudent, assez détonnant pour une Jedi censée avoir une âme de glace, et elle était guidée par la meilleure motivation qu'il soit : la vengeance.

Archives – interrogatoire Alec Pradeux – 11h12
- Ce n'était pas votre meilleure amie, monsieur ?
- Si... si... mais j'ai fait une grosse boulette... qu'elle me pardonnera jamais. Si Roganda a été chassée de la Cour, c'est ma faute. J'étais bourré, j'avais pas dormi, Pestage m'a gonflé et je lui ai balancé que le vieux était cocu, juste pour le vexer. Quand ils se disputent, ça arrive que RoRo se lâche un peu trop dans mes fêtes. J'ai merdé. Je voulais vraiment pas lui faire du tort, surtout que c'est dans mon intérêt qu'elle devienne impératrice... Mais ce cafard est allé tout déballer au vieux qui a moyen apprécié... déjà qu'il était furieux de s'être fait faire un gosse dans le dos, mais d'apprendre que c'est peut-être pas le sien... Roganda me tuerait pour ça.


- Ne parlez pas trop fort, Irek est assez colérique et j'ai eu du mal à l'endormir, dit-elle d'une voix légère.
Gisela se força à sourire et coupa la lecture automatique de ses archives. Elle avait répété plusieurs fois cet entretien durant le trajet, et anticipé son scénario : une suite de questions visant à pousser sa cible à se dévoiler. Mais celle-ci semblait s'être aussi préparée. La passe d'arme serait difficile.

- Je suis ravie de vous revoir, princesse, je n'imaginais plus vous croiser dans la Cité Impériale, on dit que vous avez une vie très rangée.
- Je suis mère, maintenant, j'ai d'autres responsabilités. Je ne peux plus me conduire comme une gamine écervelée.
L'enfant avait les cheveux noirs et les traits fins de sa mère, aucun signe qui pouvait donner un indice sur son géniteur.
- Il vous ressemble beaucoup, osa Gisela, qui est le père ?
Touchée. Le visage de poupée de Roganda prit une expression douloureuse et des larmes brillèrent dans les yeux en amande.
- Si vous êtes venue me traiter de catin sous mon propre toit, vous pouvez repartir d'où vous venez...

Gisela se sentit troublée malgré elle, consciente de n'avoir pu s'empêcher de la regarder. Malgré son malheur, la rumeur lui prêtait une terrible dépression, elle était toujours aussi belle que dans son souvenir, et la maternité la rendait d'autant plus émouvante. Elle posa sa main sur le bras tremblant. La peau lui parut d'une extrême douceur, l'odeur discrète d'une fragrance florale ébrécha ses défenses.
- Excusez-moi, madame, nous avons tous été surpris par votre renvoi, surtout après l'annonce officielle de votre grossesse, qui préfigurait un mariage... Ce fut si brutal, si incompréhensible...
- Je sais ce que les cafards de la Cour ont dit sur moi, mais c'est faux. Il n'y a que lui, il n'y a jamais que lui et il le sait...
- J'imagine combien vous avez souffert... Vous devez terriblement lui en vouloir...
Roganda essuya rapidement une larme. L'émotion venait de la trahir, quoi qu'elle dirait, elle ne pourrait pas cacher son ressentiment envers son ancien amant.
- Non, je ne peux qu'en vouloir à moi-même... j'ai été sotte et imprudente.
- L'Empereur vous a chassée et vous ne lui en voulez pas ? Pourtant il a été porté à la connaissance du BSI le dernier message que vous lui aviez adressé à bord du Tantive IV.
Gisela activa son datapad, une voix éraillée, hystérique, résonna dans la pièce.

- Espèce de salaud, tu n'as pas le droit de me faire ça ! Je vais les tuer, tu sais ? Je vais tuer toutes ces pouffiasses, profites-en bien parce que je te ferai bouffer leurs morceaux. Et tous ces cafards de la Cour, je vais les tuer aussi ! Putain, mais réponds ! Je vais te tuer, je vais vraiment te tuer, toi aussi.

Une légère rougeur de honte traversa le visage de l'ancienne Jedi. Gisela sentit le pouls s’accélérer sous ses doigts. Touchée, deux.
Roganda baissa la tête et caressa doucement le visage de son fils, comme pour se redonner une contenance.
- On dit souvent des bêtises sous l'emprise de la colère et de la douleur, j'étais horriblement blessée et très triste. C'était une dispute épouvantable où nous sommes allés trop loin... Il ne voulait pas d'un enfant, mais je sais que les hommes ont du mal à se projeter avec un bébé. Je suis persuadée que lorsqu'Irek sera assez grand pour prouver ses talents, il ne pourra que le reconnaître...
- Pourquoi pas régler ça par un test ADN ?
Roganda eut un sourire pincé.
- Parce que vous imaginez le contraindre à quoi que ce soit ? J'ai déjà fait cette erreur. Non, mon fils est l'héritier du trône et il légitimera lui-même son sang. Mais j'imagine que vous n'êtes pas venue badiner sur mes peines de cœur.
- En effet, princesse... je fais appel à notre vieille amitié, nous avons longtemps travaillé ensemble...
- Amitié ? Vous m'avez plantée comme les autres durant ma disgrâce...

Gisela lui prit la main et la caressa. Elle avait une main fine et elle parut encore plus fragile à nu, dépourvue des bijoux et artifices qu'elle portait jadis.
- J'ai fait les choix qui me paraissaient juste à l'époque, mais je n'ai cessé de penser à vous et j'espère que vous me pardonnerez...
L'Alderaane soupira sous le baiser et se détendit.
- Je ne suis pas sotte, vous avez bénéficié de ma faveur pour gravir les échelons. Si vous ne vous étiez pas détournée, vous auriez subi la même disgrâce. Je vous écoute.
- Dites-moi, si jamais vous teniez la personne à la source de votre rupture qu'en feriez-vous ?
Une lueur inquiétante brilla dans les yeux noirs.
- Vous connaissez mes talents, colonel... Croyez-vous que quiconque puisse échapper à la vengeance d'une Main ? Si je tenais cette crevure, je lui offrirais une mort des plus douloureuses et humiliantes !
Troisième touche. Gisela réprima sa satisfaction.

- Et simple routine : vous étiez où hier entre onze heures et trois heures du matin ?

Roganda se tourna vers son fils et lui caressa tendrement la joue.
- Où voulez-vous que je sois, sinon avec mon fils.
Dans le mille. Mensonge. Les registres du Palais étaient formels, si elle avait abandonné la fête à vingt-trois heures, elle n'avait quitté le Palais qu'à trois heures du matin, un peu avant la bagarre.
Gisela jubila. Elle la tenait.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Ven 08 Fév 2019 - 13:42   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Analina brancha son datapad sur la table. La nuit était en train d'assombrir la ville qui ne dormait jamais et le poids du manque de sommeil commençait à la tarauder. Elle carburait au café serré depuis midi et avait hâte de rejoindre sa couchette dans son petit studio des quartiers réservés aux fonctionnaires. Face à elle, le colonel était imperturbable comme toujours, seul un pli sur le front, balayé par une mèche garance échappée du chignon, trahissait une quelconque préoccupation.

- Plutôt intéressant, avança Analina. Le ministre n'a pas tort, son épouse est une abominable mégère qui hait son mari, qui crache sur l'Empereur, mais encore plus sur notre autre suspecte, qui a un lien intime avec les deux. Ça vire à l'obsession, elle a avoué monter une cabale politique contre Ismaren.
- Et ? Pourquoi vous ne l'avez pas arrêtée ?
- Si je puis me permettre, la Jedi me parait un suspect plus pertinent.
- Vous déconnez, Souvarov. Vous avez face à vous une parasite de l'Ancienne République qui insulte l'Empereur et vous la laissez libre ?
- Je pense qu'il est mieux en effet de la laisser mener ses petites combines et faire tomber ensuite ses complices qui la protègent. L'arrestation de l'épouse d'un ministre m'a paru être un scandale de trop, vu le contexte. Je préfère bétonner mon accusation.
- D'où sortez-vous, Souvarov ? De la Bordure Extérieure ? Elle traite l'Empereur de pantin, c'est un motif suffisant.

La petite blonde rougit sous l'affront. Elle était de pure souche coruscantie et avait toujours affiché son dédain pour les barbares de l'au-delà du Noyau, dont faisait partie Wassid, qui peinait à dissimuler son accent de provinciale issue des Colonies.

- Sauf votre respect, madame, ça semble être une manie familiale, vu les propos du ministre, qui lui-même ne se prive pas d'affubler l'Empereur de sobriquets infamants. Et sa femme est une fanatique du COMPORN, son arrestation est problématique. Par contre, la Jedi…
- Suffit, Souvarov. Vous n'êtes pas là pour apprendre la politesse au numéro trois du gouvernement, un intime, de surcroît. Quant à Ismaren, j'en fais mon affaire. Elle a un alibi et aucun mobile. Elle est loyale à l'Empire et il est dans son intérêt que Pradeux soit confirmé à son poste. Creusez ailleurs.

L'implant brilla. Analina perçut le regard acéré se perdre dans le vide. Elle mentait. La petite blonde se pencha en avant.

- Madame, mais le ministre a pourtant dit que...
- Y a pas de mais, Souvarov. Pradeux s'est planté. Trouvez une autre voie. Cette Ligue me paraît une bonne piste. Et tant que vous y êtes, débarrassez-nous des corps, si vous savez pas quoi faire.
- Bien, madame.

Analina ravala sa colère et regagna son bureau où Billy était en train de mâchouiller un beignet devant sa console.

- Ça me chiffonne quand même. Regarde. Là on a un serviteur, là on en a un autre et puis là, devant le mur. Douze drones, douze vues différentes et le seul moment intéressant n'est pas enregistré. Un bras, une main gantée, un bout d'uniforme de larbin.
- Dangor sait quelque chose, il cache quelque chose, c'est clair. Tu as remarqué autre chose de particulier ?
- Il a des petites obsessions, il suit certaines personnes très attentivement. D'ailleurs, un drone ne lâche pas Pradeux et cette femme.

Analina remarqua la jeune femme masquée un peu boulotte, en long manteau de neige, qui ne quittait pas le ministre et cancanait familièrement avec lui en début de soirée. Certainement la courtisane Jedi que ciblait son épouse. Le doute était en train de devenir une certitude. Wassid haïssait les Jedis, c’était notoire et obsessionnel chez elle. Elle affichait d'ailleurs un tableau de chasse dans son bureau : les sabres-laser de ses victimes. Elle avait insisté pour se rendre seule dans l'enclave d'Alderaan et venait d'absoudre sans plus d'explications la suspecte la plus crédible. Elle avait cerné un trouble chez sa supérieure, il s'était passé quelque chose de probablement honteux qu'elle voulait garder secret.

- Billy, tu penses pouvoir accéder à un ou deux dossiers plus ou moins confidentiels ?
- Ça dépend de combien tu me payes…
- Une entrée gratos avec la totale au CoCobar, ça te va ?
- Avec les suppléments ?
- Bien sûr.
- Mets-en une deuxième, c'est l'anniversaire de ma mère dans 3 jours.

Analina posa les invitations sur la table.

- Sérieux ? T'as eu ça où ?
- T'occupe et bosse.
- Avec plaisir, votre Altesse… voyons le premier… Roganda Ismaren, c'est du gros poisson, accréditation maximale pour accéder à la fiche détaillée. Jolie femme… pas très habillée... Ah oui, d'accord. Il y a un protocole alpha dessus. Tu devrais pas trop insister.
- C'est à dire ?
- Protection particulière, entourage du numéro un. Ce joli cul est intouchable… dommage...
- Elle a été virée de la Cour, il y a plus d'un an, Billy.
- Le protocole alpha est toujours actif, depuis cinq ans. Attends, je vais vérifier un truc… Voyons qui a fait verrouiller cette fiche... ha ha… colonel Wassid.
- Bien joué. Tu peux avoir accès à la fiche de Wassid ?
- Oulah, tu soupçonnes Oeil-de-Sang de quelque chose ?
- Simple routine, Billy.

Les listings des missions auxquelles Wassid avait participé. Inquisitorius apparaissait en face de la plupart des entrées verrouillées. Puis le dossier était vide à partir de l'an 13 : aucune mission.

- C'est bizarre, reconnut Billy. Wassid a été nommée au directoire par Pradeux en personne en 15, contre l'avis de Yularen. Alors qu'elle glandait plus rien depuis deux ans ?
- Ou elle travaillait pour quelqu'un suffisamment important, quelqu'un du Cercle Intérieur qui veut pas voir ses petites magouilles dans nos fichiers… rappelle-toi des rumeurs à son sujet, comme quoi elle coucherait utile... Elle était présente lors de la fête, n'a pas un bleu, alors que le directeur a été grièvement blessé.
- Tu penses que Wassid est suspecte ?
- Je pense que ça pue. Pradeux nous désigne un coupable et Wassid s'empresse de la protéger. De plus, la défection de Yularen la place comme numéro un provisoire du BSI. Il suffirait de peu pour que ça devienne permanent. Il va falloir jouer serré, Billy… Pradeux, Dangor, une ex-favorite et Wassid… qu'est-ce qui lie tout ça ?
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Mer 27 Fév 2019 - 13:52   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Elle tapota d'un ongle nerveux sur la table, tandis que la petite blonde chargeait le fichier des morts. Souvarov était un bon élément, une sorte de trandoshan qui lâchait jamais sa proie. C'était dommage de devoir la briser, mais elle apprendrait vite à courber l'échine quand il le fallait. Elle laissa vagabonder ses pensées en fixant le portrait officiel du souverain galactique. Garce. Ismaren avait conservé ce don de se fourrer au mauvais moment et au mauvais endroit, puis, au moment où elle pensait la serrer enfin, elle se permettait de lui échapper par le plus cinglant des alibis.
La voix morne de l'agent énumérant la liste des victimes l'éloigna de sa colère. Un Sénateur de la Bordure où sévissaient des aliens un peu gênants, un Moff incompétent venu plaider sa cause et tout un ramassis de petites frappes issues de familles influentes du Noyau, des inutiles. S'il y avait pas eu le risque de ridiculiser l'Empire, c'était un scénario idéal pour une petite purge.

- Alors, s'impatienta Gisela.
- La plupart ont des liens avec la pègre du Noyau, nous pourrions maquiller l'affaire en prise d'otage, en accident ou en beuverie qui finit mal dans le Secteur Invisible.
- Pradeux a des liens avec le Soleil Noir, je doute qu'il apprécie qu'on déclenche une descente de troopers sur leur territoire. Trouvez autre chose.
- Madame, je ne comprends pas pourquoi l'Empire prend des gants avec la pègre.
- Parce que nous en sommes qu'au début et que l'Empire doit se renforcer, et faire avec ce que la République nous a laissé. La pègre fait régner l'ordre dans les secteurs où nous ne pouvons pas sacrifier nos troupes, c'est un accord profitable. L'éradication de la pègre est une étape à venir, mais pour l'instant, nous la laissons faire le sale boulot et s'affaiblir contre la fange alien, tandis que nos troupes se renforcent et se consacrent à des objectifs plus glorieux. Vous voyez à court terme, Souvarov. L'Empire est éternel, nous avons tout notre temps. Il a fallu des millénaires à la République pour se constituer, ne brûlons pas des étapes, peut-être nous faudra-t-il cinquante ou cent ans pour imposer l'Ordre Nouveau partout, dans une galaxie épurée et ordonnée. Occupez-vous d'agir à votre niveau, Souvarov. L'Ordre passe par l'obéissance à vos supérieurs.

La jeune femme la regarda avec méfiance. Elle devait certainement la soupçonner de quelque trahison à cause de cette garce d'Ismaren, ce qui était un bon reflexe. Gisela sourit, Souvarov avait encore beaucoup de choses à apprendre, comme cacher ses émotions.

- Débrouillez-vous pour qu'on retrouve ces cadavres loin du Palais, Souvarov, et si possible faites accuser des nuisibles.
- Que fait-on des témoins ?
- C'est une expérience sociologique intéressante, Souvarov. Il est évident que nous n'allons pas garder enfermée l'aristocratie de la Cité Impériale, mais les langues se délient et nous avons des sujets passionnants qui remontent… Ils ne savent pas de quoi on les accuse, ils délirent sous l'effet du manque de drogue et craignent l'idée que leurs turpitudes, enregistrées par Dangor, leur explosent à la figure. Car c'est ainsi que nous les dominons, ils savent que l'Empereur déteste la décadence mais ils ne peuvent s'empêcher de s'y rouler avec la complicité de Pradeux. Et, au petit matin, c'est la honte qui les submerge et les force à courber l'échine devant le regard implacable de Sa Majesté. Je sais ce que vous pensez du ministre, Souvarov, mais ce qu'il fait a un sens. La fange est contenue, elle est terrorisée et commence à piteusement s'accuser. Nous allons avoir de quoi les écraser.
- Vous voulez dire que le terroriste nous a rendu service ?
- Non. L'Empire est fort. Nous retombons toujours sur nos pattes. Plus on nous attaque, plus nous nous renforçons. Chaque revers peut être transformé en victoire. Nous les relâcherons demain.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 04 Mar 2019 - 14:25   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Billy finit son verre avec des bruits de paille incongrus dans un bar chic de CoCoVille. Leurs salaires ne leur permettaient pas de se payer la moindre boisson, mais leurs uniformes étaient un passe-droit permanent. Le serveur leur offrit une consommation. Il avait certainement quelque chose à se reprocher, nota Analina. Elle se tourna vers le petit gros qui essuyait la tâche sur son uniforme prêt à éclater. Il était issu d'une famille de la classe moyenne de Coruscant, membres du COMPORN de la première heure, ce qui lui avait permis de court-circuiter l'académie et sa sélection physique. Un mètre soixante de hauteur sur autant de large, aucune aptitude de terrain, mais une bonne capacité de fouille-merde, ce qui l'autorisait à passer sa vie sur son siège, derrière ses terminaux. Ce qui était une bonne chose, il était insortable.

- Elle veut relâcher les suspects, Billy. Et je ne trouve rien contre elle.
- Tu t'attaques à gros. Wassid a toujours été très bien notée, son statut d'héroïne de la guerre des clones, de larbin des Inquis la rend quasi intouchable. Elle évolue à la Cour comme si elle y était née. Pestage l'apprécie, Pradeux idem, des huiles comme Tarkin ou Vador font souvent appel à elle. Et il y a quelque chose avec Ismaren. Wassid fréquente les fêtes à Pradeux depuis le moment où son dossier a été purgé, et elle copinait avec Ismaren avant sa disgrâce. Des rumeurs disaient qu'elle était amoureuse d'elle.
- Wassid ? Amoureuse d'une Jedi ? Tu rigoles, cette femme n'a pas de cœur. Et elle hait les Jedis.
- Tu peux pas lancer des accusations sur Wassid en te basant sur tes doutes et parce qu'elle te traite pas assez bien à ton goût.
- Elle couvre une Jedi.
- Les Inquisiteurs sont des Jedis, Vador est un Jedi, va falloir t'y faire, il y a plein de Jedis dans l'Empire. Faut trouver le mobile. Le mobile est clairement d'éliminer Pradeux en provoquant la colère de l'Empereur. Humilier l'Empereur, c'est une fausse piste, à mon avis. Il en a déjà pris plein la tronche en passant pour le cocu de service, et malgré ça, c'est sa concubine qui a servi de fusible, alors je pense pas qu'un scandale impliquant Pradeux le touche. Quant à humilier l'Empire, on en a vu d'autres. Et Dangor est très fort pour détourner l'opinion vers des futilités.
- Tout ça revient sur Ismaren. Pradeux l'a faite virer de la Cour.
- Et il fait tout pour se rattraper. J'ai vu passer des rapports sur une soirée très privée organisé par Pradeux, où l'Empereur et son ex-favorite se seraient croisés.
- Une réconciliation ?
- Elle a un gosse à placer et aucun allié hormis Pradeux. C'est une fausse piste, Souvarov, même si c'est tentant. Ismaren essaye de se refaire une virginité à la Cour, elle a aucun intérêt à créer du scandale. Par contre, la LVC, ça me paraît plus crédible. Ce sont des fanatiques et tu en as une preuve, ils considèrent que l'Empereur est à leur service et non pas eux au sien. S'ils le voient comme un pantin, ça m'étonnerait pas qu'ils cherchent à le bousculer. Les fanatiques sont versatiles, ils brûlent très vite ce qu'hier ils ont adoré. Je traîne pas mal sur des zones du Dark Holonet. Si la romance avec Ismaren a distrait la populace, elle a fait beaucoup de mal dans certains milieux puristes du COMPORN qui ne comprennent pas que l'Empereur puisse avoir ce genre de passion.
- C'est à dire ?
- Pour les radicaux, l'Empereur est un symbole, une sorte de divinité abstraite qu'il faudrait pétrifier sur son trône. Ils ne tolèrent pas qu'il puisse avoir un caractère et des envies autres que ce qu'ils imaginent. Ils préféreraient le tuer plutôt que de le voir vivre autrement que selon leur volonté.
- Tu plaisantes ?
- Non. C'est une déviation courante du culte de la personnalité. C'est un phénomène qu'on retrouve sur n'importe quel sujet de fanatisme. Les fans finissent par croire que leur idole leur appartient. Rappelle-toi de ce qui est arrivé à Lirya Sterdall.

Analina n'avait pas pour coutume de suivre l'actualité people, mais il était difficile de faire l'impasse sur le meurtre brutal de la jeune starlette par un de ses fans, au motif qu'elle avait dévié de la ligne directrice de son art.

- Moi, à ta place, Souvarov, j'irai gratter du côté des radicaux. C'est pas la première fois que des attentats sont fomentés au sein de l'élite de l'Empire. Vador a failli y passer chais pas combien de fois. Même si tout le monde sait que c'est dangereux de le titiller, il y a toujours des abrutis pour le faire.
- Et puis, il y a des rebelles.
- Pas pour les mêmes raisons. Les rebelles sont nostalgiques de leur vieille république pourrie. Les radicaux vénèrent l'Empire au point de vouloir empailler son créateur. C'est pas le même délire.
- Et Wassid est une fanatique… bien vu, Billy… on va leur jouer un tour à ma façon...
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Ven 15 Mar 2019 - 16:04   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Gisela repoussa le verre offert.
- Merci, monsieur le ministre, mais pas en service.
- Faut vous décoincer, Wassid. On a le Sénat au cul, là. La sénatrice Organa n'a pas trop apprécié votre petite descente chez sa cousine, et toute sa clique de débiles nostalgiques commence à fouiner dans nos affaires. Vous avez fait exploser le Moff chez Mothma comme je l'ai demandé?
- J'y travaille, monsieur le ministre.
- Non, Wassid. Je veux mon opération « Ta Gueule Mothma ». Cherchez pas à gagner du temps avec moi, ça marche pas. Je veux voir cette fichue rouquine fermer son clapoir à connerie dans les prochaines heures.
- Très bien, monsieur, j'envoie l'ordre tout de suite.

Alec Pradeux se détendit. Il semblait s'être reposé depuis leur dernière entrevue, mais son visage trop lisse semblait trahir des injections pour cacher les ravages de la fatigue et des excès.

- Bon, vous en êtes où de votre chasse au conspirateur ? Parce que j'ai l'impression que ça piétine là. Et moi, j'ai Pestage qui squatte mon communicateur, quant à l'Empereur, j'ose même plus sortir de mon bureau de peur qu'il me fusille dans les couloirs.
- Mes meilleurs agents sont sur le terrain.
- Bon, ça me rassure de voir que ma RoRo y est pour rien. Je m'en doutais un peu, elle est plutôt du genre pas subtile quand elle est en rage. Vous vous rappelez quand elle a décapité la duchesse Iorana et jeté sa tête aux pieds du vieux parce qu'elle pensait qu'il se la tapait ? C'était le bon temps... Quoique, la maternité l'a assagie, on dirait. Vous avez pu voir son fils ? Il ressemble à qui ?
- À sa mère, monsieur, pourquoi ?
- Simple curiosité. Vu que l'impérial cocu lui a interdit de l'amener au Palais, je me suis dit qu'il devait trop ressembler à quelqu'un. Et j'aurais bien sûr voulu savoir qui.
- Il ressemble à sa mère.

Le ministre réprima un sourire carnassier.
- Dommage, RoRo en démordra pas sur sa prétendue fidélité, mais j'aurais été bien curieux de découvrir l'heureux géniteur. Sinon, j'ai vu votre rapport sur la vieille carne qui me sert d'épouse. Vous avez bien fait de pas y toucher, elle a trop d'amis pour l'instant. Et j'ai pas envie de tomber avec. Il va falloir vous bouger, Wassid.
- L'Empire est maître du temps, monsieur. C'est nous qui donnons le rythme et pas nos ennemis. J'ai pensé à une souricière. Et votre petite fête va être l'appât.

L'homme recula dans son siège.
- Je vous écoute, Wassid.
- Vous avez parlé de refaire une fête à but de propagande, pour montrer que tout va bien, qu'il s'est rien passé. J'imagine que votre adversaire va sauter sur l'occasion de recommencer.
- Bien vu, Wassid. Sauf que cette fois-ci, nous serons prêts. Lola va tracer toutes mes consommations et nous allons faire surveiller les aller-retours cuisine. Ainsi que les fournisseurs. J'ai chargé Dangor de lancer la com.
- Et l'Empereur, monsieur ?
- Bah, c'est comme d'habitude. Il commencera par dire que mes fêtes le gonflent et qu'il a autre chose à faire, mais il pourra pas s'empêcher de passer faire un tour, ne serait-ce que me balancer des piques et pourrir l'ambiance comme il sait si bien le faire. Il ne le sait pas, mais il sera notre appât. Notre petite merde conspiratrice ne pourra pas résister à l'idée de faire un scandale devant lui. Sauf que vous me collerez des renifleurs du BSI partout et on la chope !

Gisela observa avec mépris la twi'lek court-vêtue venir se trémousser devant le ministre pour lui passer une communication.
- C'est Xizor, chou. Il y aurait des débiles qui foutent le feu dans une de ses zones de transit.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Mer 27 Mar 2019 - 20:54   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Ca y est, je suis enfin à jour :D !

Un haut dignitaire impérial (amateur de jolies twi lek, un bon point pour lui :roll: !), empêtré dans un potentiel scandale dévastateur... Le (la) responsable sera-t-il appréhendé par le BSI?

Toujours aussi glaçante la Gisela... qu'elle fasse gaffe à la relève on sait jamais :sournois: !

à suivre :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1626
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Jeu 28 Mar 2019 - 9:40   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

C'est clair que la relève est toute en finesse...


Analina poussa le son au maximum à l'intérieur de son casque, calant son pas sur le rythme de la Marche Impériale, et l'intensité des jets de son lance-flamme sur les amplitudes des cuivres. Autour d'elle, les troopers se déployaient pour empêcher toute fuite alors que le KX la soutenait à la mitrailleuse lourde. Cramer des saloperies rebelles aliens, ça c'était un vrai travail, bien loin des complots feutrés de la Cour. Ça faisait un petit moment que cette cité du Secteur Invisible narguait le BSI en laissant transiter des informations et des armes en direction d'opposants. Ils se croyaient protégés, mais Analina jubilait à leur démontrer le contraire. Trahir l'Empire était un très mauvais calcul à terme, et s'il fallait leur faire rentrer ça dans le crâne à coup de lance-flamme, elle n'avait aucun complexe à le faire.

- Allez zou, on crame tout, gueula-t-elle dans son communicateur. On fait comprendre à ces déchets qu'ils sont à peine tolérés ici.

Il y avait quelque chose de sublime à voir ces taudis partir en flammes dans la nuit perpétuelle des souterrains du monde-capitale. Des civils tentèrent de se cacher, elle poussa la puissance de son engin pour en faire des torches galopantes.
- Hé KX, ça fait du bien de se défouler !
Le droïd d'extermination approuva en faisant exploser un speeder chargé d'aliens terrifiés.

La voix courroucée de Gisela Wassid vint interrompre sa séquence symphonique.
- Souvarov, vous foutez quoi, là ?
- Je fais ce que vous m'avez demandé, madame, je me débarrasse des corps.
- On m'apprend que vous foutez le feu dans le Secteur Invisible, qu'est-ce qui va pas dans votre tête, Souvarov ?
- Je purge des traîtres et des aliens, madame. Conformément aux procédures.
- Ramenez votre cul dans mon bureau, Souvarov ! Immédiatement.
L'adrénaline monta d'un cran. Le colonel mordait à l'appât comme prévu.
- KX, tu continues à cramer tout ça. Capitaine, je dois filer. Poursuivez l'opération jusqu'à ce que vous estimiez que ces déchets aient compris la leçon. Ah, et faudra déconnecter le droïd, si vous voulez pas qu'il se fasse toute la planète.

Analina admira le panneau couvert de sabres-laser, avec un nom et une date affectés à chacun des cylindres. Il y en avait environ une douzaine, ce qui était exceptionnel pour une femme seule. Le tout premier datait des premières minutes de l'Ordre 66. Il y avait aussi dans la vitrine le casque abîmé d'un soldat clone, ainsi qu'une mèche de cheveux violette. Étranges trophées. Wassid s'installa derrière sa console, le visage plus sévère que d'ordinaire.

- Vous pouvez m'expliquer c'est quoi ce délire, Souvarov ? Je vous ai dit de ne pas toucher au Soleil Noir.
- Tout à fait, madame. Sauf que le BSI a les preuves d'activités rebelles dans le quartier. Le Soleil Noir devrait s'estimer heureux que nous le fassions pas cramer avec ses pantins.
Un mince sourire plissa la joue brûlée du colonel.
- Hum, peut-être allons-nous faire quelque chose de vous, Souvarov. Remettez-moi les preuves, nous allons pouvoir renégocier certaines choses avec la pègre.
Analina s'inclina, troublée. À quoi tu joues, Œil de Sang ?

- Le ministre s'impatiente, vous en êtes où ?
- Nous sommes en train de nous débarrasser progressivement des corps, et les familles sont ravies à l'idée que nos troupes vengent leurs enfants. Quant aux témoins un peu trop bavards, nous avons décidé de ne pas y toucher.
- Pourquoi ?
- Parce que les menacer accréditerait leurs propos, alors que les laisser parler rend leur parole futile. Il sera aisé de les ridiculiser ensuite.
- Bien, et les recherches de suspects ?
- L'agent Billy traque la Ligue de Vertu Coruscantie sur l'Holonet et j'ai mis quelques personnes sous surveillance.
- Le ministre ne souhaite pas que vous pistiez son amie. La princesse d'Alderaan est loyale à l'Empire, et c'est pas le moment d'avoir le Sénat sur le dos parce que vous provoquez Organa, est-ce bien clair, Souvarov ?
- C'est dommage, car elle a une activité très suspecte au Palais. Tenez, rien qu'aujourd'hui, sa présence est attestée sur les registres et...
- Souvarov, obéissez aux ordres !
- Bien, madame.

Compte-là dessus et bois de l'eau fraîche, rumina Analina en prenant l'élévateur.
- Billy, tu me colles un drone sur Œil-de-Sang, je veux tout savoir de ses mouvements, y compris ce qu'elle fait quand elle va aux chiottes.
- Beuh… t'es vraiment tordue, grinça le petit gros.
- Discute pas les ordres, Billy. Je veux pouvoir tout tracer d'elle, l'autre pouffe de Jedi et Dangor, si tu peux.
- Et les fanatiques de la LVC ?
- Tu me fais un lot. Je suis sûre que tout est lié. On va les traquer jusque dans les chiottes !
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar TienVogh » Jeu 28 Mar 2019 - 15:34   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Dark GaGa a écrit:C'est clair que la relève est toute en finesse...

Y'a pas à dire, elle sait y faire cette petite, elle ira loin.

On va les traquer jusque dans les chiottes !

Je crois que je commence à comprendre pourquoi tu lui as donné un nom à consonnance russe... :D
FanFictions : Dark Claria : Dame rouge des Sith (roman), Pour toi, Tarania (OS)
#LegendsNeverDie
TienVogh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 599
Enregistré le: 23 Mai 2015
Localisation: Cité Impériale, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Jeu 28 Mar 2019 - 15:56   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Ha, je vois que la référence est trouvée...

Rendons à César ce qui lui appartient.
Le personnage d'Analina ne m'appartient pas, je le mets en scène avec l'accord de son créateur (qui a traqué les rebelles jusque dans les chiottes et cramé pas mal de villes à chaque fois que je lui demandais ce que faisait son personnage pendant les vacances).
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 08 Avr 2019 - 9:35   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Gisela avisa la trentenaire aux rondeurs indécentes qui reniflait les coupes posées sur les tables. Le thème de la soirée était « Bleu » et tous les verres contenaient un liquide opaque de cette couleur.
- Alec, c'est une plaisanterie ? Pourquoi il n'y a que du lait de bantha à ta fête ? Où est l'alcool ?
- Ha ça, chérie, c'est parce que ton ex a estimé que sans alcool, la fête est moins folle. Tu pourras le traiter de vieux pisse-froid quand il daignera se montrer. Il est chonchon en ce moment, mais je suis sûr que ta tenue lui fera de l'effet...

Roganda portait une robe vaporeuse de Naboo très décolletée qui mettait en valeur ses nouvelles formes et cachait son visage sous un masque de plumes. Gisela avait enfin l'impression de la retrouver, insolente et flamboyante, comme aux plus belles heures de son règne, arborant sans complexe des fortunes sur sa peau dénudée.
Résultat du scan : Roganda Ismaren – armée – sabre-laser détecté.
Gisela n'en croyait pas son implant : cette folle avait réussi à entrer avec une arme illégale. Qu'est-ce qu'elle pouvait faire avec un sabre-laser au Palais, sinon un crime ?

- Pfff, on va mourir d'ennui… tu as prévu quelque chose dans les amuse-gueules ?
- Ha non, ma chérie, c'est soirée « Sans. » Pas de drogue, pas d'alcool, bonjour tristesse et grise mine… comme ton ex.
- Arrête avec ça. D'abord, c'est pas vrai, et si ça parvient à ses oreilles, tu vas en prendre une. Déjà qu'il est en colère contre toi.
- Ha bon ? Tu sais ça d'où, toi ?
- C'est assez notoire. Quand il a quelqu'un dans le nez, il le fait savoir. Je peux savoir pourquoi ton chien du BSI me suit partout ?
- Qui ça ? Ha… Sérieux, Wassid, vous pouvez pas faire un effort ? Si j'ai mis un dress-code « bleu », c'est pas pour vous voir en uniforme « pas bleu ».
- Je suis en service, monsieur. Et je tiens à ce qu'on me voit.
- Wassid s'occupe de ma sécurité, RoRo, vu que môssieu Coincé-de-la-robe ne veut pas voir de twi'lek à ma fête, paraît que c'est décadent… que ça fait trop vieille république… Bref, Wassid surveille qu'on empoisonne pas mon verre. Au premier geste suspect, elle agit.
- Geste suspect de qui ?
- De tout le monde.
- Tu penses qu'ils vont te refaire le coup du cocktail ?
- S'ils sont malins, non. Dangor a doublé le nombre de drones, j'ai collé du BSI un peu partout, déguisés en invités. Manque plus que mon appât. J'espère qu'il va sortir de sa bibliothèque, ça commence à être lourd sa nouvelle lubie de la chimie pour les dingues… Tu sais qu'il a failli faire exploser sa piaule ? Il y avait des éclairs et de la fumée partout… Il a bricolé une sorte de miroir moche qui a fait un court-jus, je te raconte pas le bazar. Et puis quand on voit sa tête, on se demande ce qu'il fiche avec un miroir. Bref, passons, il s'arrange pas... Bon... RoRo chérie, tu t'y mets quand ?

L'ex-Jedi soupira et le prit par la main. Le couple avança vers le centre de la pièce et Roganda ferma les yeux et sembla se concentrer. Gisela estima qu'elle devait faire un truc de Jedi, ce qui pouvait expliquer la présence de l'arme.
- Je sens une perturbation dans la Force...
Roganda ouvrit brusquement ses yeux, une expression de crainte sur ses lèvres crispées, et, lâchant la main du ministre, alla se faufiler parmi les décors.
Gisela se retourna. Un petit groupe venait d'entrer dans la pièce, mené par une grande femme rousse et une petite aux cheveux châtains tressés. Tous masqués et en longues robes bleues.

- Sénatrice Mothma, Sénatrice Organa, piailla la voix aigrelette du ministre, et les autres connards de l'opposition. Quel déplaisir de vous voir. Vous n'étiez pas sur ma liste, il me semble ?
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Mar 28 Mai 2019 - 14:48   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

À ce niveau-là de hiérarchie, il était difficile de parler d'incompétence, mais plutôt de trahison. Le BSI montait une souricière et le ministre s'appliquait à tout faire foirer en organisant un bal masqué. Comment pouvait-elle repérer qui que ce soit sous cette mascarade. Analina fulminait en tirant sur sa robe qui s'était accrochée dans l'un des arbres du décor. Et pour corser le tout, elle devait porter ces ridicules fanfreluches du prix de son salaire annuel. Si Pradeux avait eu envie de tout saboter, il s'en tirerait pas mieux.
Elle finit par repérer ses proies, le colonel Wassid lui facilitait la tâche, en étant la seule à ne pas se prêter au ridicule du jeu des masques. Elle se tenait avec la Jedi sous un arbre alors que le ministre tentait de se débarrasser des fouille-merde du Sénat. La bande à Mothma au grand complet, venue certainement renifler le scandale et préparer leurs prochaines tirades grotesques.
Analina avait du mal à admettre qu'on ne brûlât pas tous ces pourris à coup de lance-flamme. Il devait exister une raison valable de conserver ces vestiges vivants de l'ancien régime, mais le lieutenant était hermétique à tout argument autre qu'un bon sénateur était un sénateur mort.
Voilà qui allait compliquer le scénario. Pradeux n'était même pas capable de trier une liste d'invités à une soirée privée.
Elle libéra le minidrone qu'elle avait réussi à passer en douce, bravant les consignes de monopole de Dangor qui ne supportait pas que quiconque en dehors de lui pût prendre des images des fêtes.
Sigma 1 à Sigma 2. La blatte est en place.
Elle se concentra sur les deux femmes, Wassid avait posé une main sur l'épaule de la Jedi et semblait lui susurrer quelque chose à l'oreille. Voilà qui présageait rien de bon.

Une sorte de vague électrique sembla traverser l'assemblée, elle put ressentir la présence avant même de l'apercevoir. La foule dériva vers la grande porte avec une excitation certaine. Gardes écarlates, deux hommes au milieu, l'un en pourpre, l'autre en noir. La jeune femme blonde sentit son cœur s'emballer.

- Mon dress-code, merde, éructa Pradeux. C'est pourtant pas compliqué : bleu ! Même les débiles de la clique Mothma ont joué le jeu !

Les parasites tournoyèrent autour du duo, comme des insectes autour de leur reine, se ployant en mille révérences pour quérir des faveurs. Ils étaient tous là pour ce bref moment où le souverain galactique se montrait accessible, court-circuitant la lourdeur administrative du protocole des audiences.

Reste concentrée, Souvarov, dit sa partie raisonnable, alors que l'autre sautillait mentalement. J'ai vu l'Empereur !
Les deux cibles semblèrent s'agiter. La Jedi bougea très rapidement avant de tendre un bras et serrer lentement le poing. Elle aperçut un homme masqué porter les mains à la gorge. Un homme qui tenait un blaster. Qui gérait la sécurité dans ce foutoir ? Elle se précipita, mais Wassid la devança, immobilisant l'homme à coup de toxine. Une arrestation discrète et rapide, nul parmi les invités sembla y faire attention.

- Wassid. J'ai un suspect. Foutez-moi cette saloperie au trou.
Sigma 1 – contre-ordre – Interceptez ce type.

Hors de question de quitter la scène. Quelqu'un s'était introduit avec un blaster pour tuer l'Empereur, malgré toutes les fouilles à l'entrée. Non, ce n'était pas de l'incompétence à ce niveau. Elle se glissa pour se rapprocher des cibles. Pradeux, Ismaren, Wassid... le trio de suspects... Elle en était certaine, cette histoire de cocktail empoisonné était un leurre, l'Empereur était la cible. Elle cracha des ordres rapides dans le com-link pour soustraire le suspect avant que Wassid ne l'éliminât. Ce qui était certainement déjà le cas.
- KX, va falloir agir vite, on a un suspect empoisonné. Stabilise-le, trouve un putain d'antidote, je veux des aveux qui tiennent la route.

La foule s'écarta. Merde. L'Empereur se dirigeait d'un pas sûr en direction du trio, et Wassid avait son distributeur de toxine armé.
Sigma1 – activation blatte sur Wassid – toxine 4. Vite. Je contourne pour me mettre à portée.
Bien reçu, Sigma 2. fit la voix de Billy
Pradeux et Wassid s'inclinèrent et Ismaren glissa à genoux, nuque ployée.

- Alors, Pradeux, vous voyez que sans alcool et sans twi'lek, vous arrivez à tenir debout...
Le ministre bafouilla quelque chose. La longue robe noire glissa lentement sur le sol, pour s'arrêter devant la jeune femme agenouillée. Wassid bougea à son tour, pour discrètement se placer dans le dos de la Jedi.
- Sigma 2, sois prêt. Ça va se jouer à une fraction de seconde. Ne quitte pas le bras de Wassid d'un clignement d’œil. Si elle bouge, tu la butes.
Un mince sourire apparut sous la capuche. Analina perçut un lourd silence s'imposer, malgré les efforts de l'orchestre à maintenir une ambiance festive. La longue manche se déploya et la main parcheminée alla saisir le menton de la femme pour la forcer à redresser la tête.
- Roganda... toujours là pour aider ton vieil ami… Tu peux cesser ton jeu de cache-cache.
Et il reprit sa route.

- Sigma 2 à Sigma 1. Il se passe quoi ?
- Fausse alerte, mais garde Œil-de-Sang en visée.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Mer 29 Mai 2019 - 9:00   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Spoil - Aphra #1....

L'ambiance en image des joyeusetés de la Cour... une belle brochette de pas finis, comme dirait Pradeux...
heureusement que la nuit, on s'amuse...

Spoiler: Afficher
Image
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Jeu 22 Aoû 2019 - 14:32   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

Toxine désactivée.
Gisela détendit son bras, toute menace semblait écartée. Roganda n'avait esquissé aucun geste de menace. Elle suivit quelques instants la silhouette courbée qui s'éloignait en tapant fermement de la canne sur le sol ciré. Le ministre aida son amie à se relever et la serra dans ses bras.

- Félicitations, ma chérie. Je crois qu'on va pouvoir faire des bals à visage découvert désormais.
- Vous pouvez m'expliquer, demanda le colonel.
- Wassid, depuis le temps que vous êtes à la Cour, vous en maîtrisez pas les codes ? Roganda vient d'être réintégrée. Plus besoin de masque. On va pouvoir se voir plus souvent, ma chérie !
L'ex-Jedi sourit et remit nerveusement une de ses mèches baladeuse sous le diadème.
- Alors, ça, ça va grandement faciliter mes petites affaires, continuait Pradeux, les yeux brillant d'excitation. Mais dis-moi, ma chérie, t'es une vraie petite cachottière... ça dure depuis combien de temps ? Non, dis rien... ma petite soirée privée a porté ses fruits, c'est ça ? Je le savais... Vous voyez, Wassid, voilà comment on place ses billes.
Gisela resta silencieuse, cette conversation commençait à la mettre mal à l'aise.
- Alec... soupira Ismaren.
- On va pouvoir passer aux choses sérieuses... Je suis trop content, chérie, va falloir qu'on fête ça... aux chiottes le lait, qu'on m'amène ma cuvée spéciale !

- Vous fêtez quoi ? Fit une petite voix dans leur dos.
Gisela reconnut la sénatrice Organa, malgré le masque. Un petit bout de femme au visage poupin, les cheveux tressés dans une coiffure similaire à sa cousine.
- Roganda, tu peux m'expliquer ? Déjà, ce que tu fais là alors que tu as prétendu te coucher tôt. Et deuxièmement pourquoi tu le laisses te toucher ? Tu nous as promis de ne pas recommencer...
Roganda baissa la tête et prit un air d'enfant prise sur le fait. Le ministre fit un pas pour s'interposer.
- Bon, sénatrice, déjà vous n'êtes pas sur ma liste et deuxièmement, je vous prierai de ne pas venir enquiquiner ma meilleure amie, qui est ma cavalière ce soir. J'ai pas bu ma dose et ma patience a des limites. Je tolère votre groupe de cafards fureteurs mais au premier esclandre, je vous fais virer à coup de pompes dans le fion. C'est clair ?
L'adolescente eut une moue outrée, Gisela se pinça pour ne pas rire. Pradeux avait ses défauts, mais il avait un don pour recadrer les nuisibles.
- Roganda, tu sais ce que tu nous as promis. Et j'aimerai pas devoir te ramasser à la petite cuillère comme la dernière fois. Garde tes distances. Bonne soirée, monsieur le ministre.
- C'est ça, cassez-vous, sénatrice.
Il se mit à renifler bruyamment et à s'éventer avec un air dégoûté.
- Wassid, vous trouvez pas que subitement, ça pue le fumier par ici ?
- Alec... arrête ça, le supplia Ismaren. J'ai besoin d'elle pour rester ici. Elle peut me renvoyer sur Alderaan à tout moment. Tante Rouge n'attend que ça pour m'y enfermer.

Gisela suivit du regard la petite brune rejoindre son groupe.
- Elle osera pas. C'est pas la première fois que je claque le beignet d'un Organa et c'est pas cette boutonneuse basse sur pattes qui va m'impressionner. Et au pire, tu sais que tu peux venir t'installer chez moi... en attendant mieux.
- Alec, je ne veux pas me fâcher avec Leia... Tu sais que je ne peux pas vivre au Palais pour l'instant, ce serait renoncer à mon fils. Il va falloir me trouver une sortie discrète ce soir.
- Wassid, vous arrangerez ça, ça doit être dans vos cordes, les sorties discrètes.
- J'ai un suspect à interroger, monsieur le ministre.
- Oui, oui... bien joué, vous deux. Mais j'ai d'autres priorités immédiates. Discutez pas, Wassid, c'est l'affaire d'une demi-heure. Vous aurez toute la nuit pour torturer. Trouvez un moyen de faire sortir mon amie tout en détournant l'esprit de sa casse-pied de cousine. C'est compris ?
- Bien, monsieur.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark GaGa » Mer 06 Nov 2019 - 16:14   Sujet: Re: Petits Meurtres à la Cité Impériale

(je suis prise sur des projets persos, donc plus vraiment dedans, mais la première histoire est terminée depuis longtemps, faut juste que je pense à maj)

Analina n'en perdait pas une miette. Le trio et Organa. Il était notoire que la jeune sénatrice n'avait pas la prudence de son père et elle s'affichait parmi l'opposition au Sénat. Comment avait-elle pu louper ça ? Ismaren était sa cousine et elle lui devait son retour à Coruscant. Tout cela faisait le lien, une ancienne Jedi, une tueuse de Jedi, un ministre insolent, les pourritures républicaines du Sénat, les fanatiques de la Ligue contrôlées par l'épouse du ministre. Ça puait le coup d’État...
- Oméga à Sigma 1, fit le communicateur. J'ai mis le suspect au frais, comme prévu. La toxine n'est pas mortelle, le KX procède à l'interrogatoire.
- Bien joué, Oméga. On a un nom ?
- Oui, Lit Friedman, du COMPNOR. On vérifie l'identité.
- Comment a-t-il pu entrer avec un blaster?
- Il a un complice à l’intérieur. C'est peut-être pas fini.
- Identité du complice ?
- Quelqu'un en bleu avec un masque.
- Génial, merci, c'est à peu près la description de tout le monde ici… Dites au KX d'obtenir plus de précision... Terminé.

Analina aboya des ordres pour maintenir la surveillance. Il était bientôt vingt-trois heures, si l'Empereur obéissait à sa routine habituelle, il ne devrait pas tarder à quitter la soirée et à être hors de danger. Il profitait de la fête avec un sourire figé, harcelé par des nuées de flatteurs, qui, pour une fois, avaient les idées claires. Elle admira le calme avec lequel il supportait les gêneurs. La garde rouge se resserra et il quitta la pièce avec quelques minutes d'avance.
Elle retourna à sa surveillance. La Jedi commença à se rapprocher de la sortie. Et elle s'aperçut que le groupe de sénateurs ne la quittait pas des yeux.
Bien vu, Souvarov...
Cette saloperie de vestige républicain allait commettre son crime en douce, avec la complicité de ces pourris. Au moment où elle allait franchir une porte dérobée, Wassid la saisit par le bras, puis l'attira à elle et posa ses lèvres sur les siennes.

- C'est quoi, ça ? grésilla la voix de Billy dans le communicateur.
Le groupe d'opposants sembla médusé, et ils étaient pas les seuls. Le deux femmes s'embrassèrent langoureusement quelques secondes avant de quitter la salle.
Le ministre leva deux verres remplis d'un liquide bleu transparent.
- Il est vingt-trois heures, mes amis. Que la fête commence !
La musique changea de ton et s'accéléra et toute une armada tapageuse de danseuses twi'lek débarqua en poussant des fontaines remplies d'alcool.
- C'est quoi ce bruit ?
- Je crois que là, ça va vraiment être le bordel... abdiqua Analina.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 


Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations