Informations

IMPORTANT : pour que la participation de chacun aux discussions reste un plaisir : petit rappel sur les règles du forum

Pius Dea: L'ère des Tyrans (1ère partie) [FIN]

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Quel est votre perso préféré de cette première partie?

Julius Contispex
2
40%
Linza Contispex
1
20%
Pers'lya
1
20%
Ri'ila Terka
0
Aucun vote
Bekan Kalad
1
20%
 
Nombre total de votes : 5

Messagepar mat-vador » Sam 22 Juin 2019 - 22:28   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Den a écrit: Vivement la suite, qui arrive aujourd'hui, si je n'm'abuse! :sournois:


Merci pour le retour, Den :hello: !

Et en effet, la suite arrive eh bien euh tout de suite :transpire: !

C'est parti! Dans cet extrait, il est temps de découvrir ce qui se passe au Sénat, alors que la République essuie une débâcle sévère! Ca risque d'être un peu la panique :sournois: !

Coruscant, Chambre du Sénat

-Ce qui arriva à mon père me persuada que je devais reprendre le flambeau, que je devais aspirer à de plus grandes responsabilités que celles d'un simple trésorier aux Guildes Marchandes. Que je devais cesser de me préoccuper de mon bien être pour m'élever à la hauteur des exigences de l'intérêt général.
L'ensemble des sénateurs conserva un silence recueilli hormis quelques uns qui commençaient à s'agiter sous le coup d'une impatience trop longtemps contenue devant le discours interminable de Julius Contispex. Ce fut le cas de la selkath Lonleth B'lsak qui tenta alors d'attirer l'attention du président par une toux discrète.
-C'est la raison qui me poussa à me présenter au poste de sénateur de Coruscant, trois ans auparavant.
-Hum hum.
D'un air courroucé, le président du Sénat la reprit.
-Sénatrice, vous n'avez pas la parole.
La native de Manaan se dressa et ne tint pas compte de l'avertissement.
-Pardonnez cette interruption, monsieur le président. Je ne doute pas que la vie de Julius Contispex, notre estimé collègue, soit d'un intérêt certain. Mais le moment est-il vraiment opportun? Il me semble que cette session a pour but l'élection du nouveau Chancelier Suprême, dans un contexte de grave crise avec Alsakan si je ne me trompe pas.
La perplexité parcourut les rangs des autres dignitaires dont certains partageaient l'opinion de la selkath. L'un d'eux s'écria même:
-Assez de discours! Procédons à l'élection maintenant!
Un brouhaha s'éleva tandis que d'autres se levaient subitement des gradins, se houspillant avec véhémence.
-Non, c'est anti constitutionnel! Soutenaient les uns. Le sénateur Contispex doit poursuivre son discours!
-Comment osez-vous invoquer la Constitution? Répliquaient les autres. C'est au président du Sénat de décider si le discours doit être abrégé ou non, selon l'amendement numéro A 256!
-Et que faites-vous donc de l'amendement numéro B 3157 qui précise que le sénateur Contispex peut y opposer son veto au nom de la liberté d'expression, une des libertés garanties par la Constitution?
-Ah, vous êtes d'une stupidité et d'une outrecuidance sans limites! Seule la commission électorale peut décider si les élections peuvent être précédées par des discours de présentation. Relisez donc l'amendement C 853!
-Une bouse de Nerf de votre acabit a sans doute entendu parler de l'amendement D 435 qui stipule que cette commission doit être convoquée par le Chancelier Suprême en exercice!
-La belle affaire! Vous comptez ramener le cercueil de Pers'lya depuis Bothawui pour lui demander son avis?
La chambre du Sénat devint une cacophonie désolante où chacun et chacune ne s'entendait plus parler. La sénatrice Lonleth B'lsak ne put masquer son atterrement et prit son visage entre ses mains tandis que Julius s'amusait de ces querelles sur de banales questions de procédure.
La non humaine se lamentait de constater à quel point la République était tombée bas. À voir ces sénateurs se disputer comme des enfants, si peu considérés par leurs propres concitoyens, elle se demandait si la République ne méritait pas ce qui lui arrivait.
Si les principes sur lesquels elle était fondée méritaient qu'elle les défende encore. Elle n'en était pas certaine.
Puis elle croisa le regard goguenard de cet homme, Julius Contispex. Elle fut convaincue qu'elle ne pouvait pas le laisser prendre le pouvoir. Pas sans se battre.
-Allons, silence tout le monde!
Le président du Sénat martela son pupitre de son marteau, manquant de rompre ce dernier sous ses assauts répétés. Après plusieurs minutes d'échange infantiles et houleux, le silence revint bien que la tension continuait d'électriser l'atmosphère.
-Sénateur Contispex, la remarque de la sénatrice B'lsak est pertinente. Veuillez abréger votre discours, que l'élection du nouveau Chancelier puisse être menée à son terme.
-Ceci est un déni de démocratie, monsieur le président! Vous devriez avoir honte! Ajouta un soutien de Contispex dans l'assemblée.
Le président lui répliqua en frappant avec son marteau.
-Encore une interruption et vous serez exclus des débats!
L'intéressé se le tint pour dit. La sénatrice selkath qui était bien décidée à gêner son adversaire politique se redressa alors.
-Monsieur le président, au nom du République, nous vous demandons de lancer le vote. Nous n'avons personne pour nous gouverner!
Personne ne prit garde au sénateur Contispex penché sur son comlink, ayant reçu un signal convenu. Personne ne détecta le sourire mauvais qui étirait ses lèvres lorsqu'il releva la tête.
-Nous avons à affronter la crise la plus grave depuis la création de la République. Honorables membres de cette assemblée, nous devons choisir maintenant!
Quelques uns surmontèrent la peur qu'ils éprouvaient envers Contispex.
-Le vote! Le vote!
Le calme fut de nouveau ramené à coups de marteau et tous les sénateurs se murèrent dans le silence, se préparant à vivre un moment décisif.
Un garde sénatorial entra dans la chambre du Sénat et courut droit vers le président du Sénat. Tous deux échangèrent à voix basse et aucun des sénateurs surpris par cette irruption ne put évidemment en saisir l'objet.
Les plus proches pouvaient cependant remarquer la fébrilité du garde sénatorial et l’inquiétude qui luisait peu après dans le regard du président du Sénat.
Celui-ci attendit le départ du garde pour reprendre la parole.
-Des nouvelles très graves viennent d'être communiquées par le Quartier Général de la Marine Républicaine. Une attaque majeure d'Alsakan est en cours contre la Flotte de Helder, l'issue est jugée incertaine. Le bouclier planétaire a été levé, toutes les communications avec l'extérieur sont coupées.
-La Flotte du Noyau est attaquée? S'étrangla un sénateur.
-Les alsakani vont arriver! Paniqua un deuxième.
La nouvelle terrible annoncée provoqua un flottement et la confusion s'empara de tout le monde. Alors que les spéculations commençaient à se propager, personne ne remarqua le Sénateur Contispex se lever des gradins et franchir les rangs de ses collègues pour descendre, rejoindre le président du Sénat qui tentait de ramener la sérénité.
-Monsieur le président, puis-je utiliser cet holoterminal?
Il désignait un tableau avec plusieurs interfaces contre le mur, derrière le président.
-Allez-y, l'autorisa celui-ci.
Il ne prit guère attention aux manipulations de Contispex tandis que les jacassements des sénateurs reprirent.
-Il faut rappeler toutes les autres flottes ou nous sommes perdus!
-Et comment voulez-vous que nous fassions, sans Chancelier Suprême élu?
-Nous devons réunir la commission de crise!
-Le temps qu'elle soit réunie, les alsakani auront bombardé la moitié de la Cité Galactique! Il faut voter l'état d'urgence!
-Seul le Chancelier peut prononcer l'état d'urgence et rappeler les autres flottes!
-Mais nous n'avons pas de Chancelier!
Les invectives stoppèrent brusquement lorsque des immenses images holographiques baignèrent la grande salle d'une lueur blafarde mais suffisamment claire pour que tous comprennent de quoi il en retournait.
Tous hormis Contispex qui manifestait un calme effarant, fixaient fascinés et stupéfaits les représentations holographiques de bâtiments de guerre spatiaux en détruisant d'autres. Les représentants de l'assemblée ne tardèrent pas à constater que c'étaient des vaisseaux alsakani qui réduisaient à l'état de carcasse inerte leurs homologues républicains.
La voix de la sénatrice B'lsak fut la première à rompre le mutisme pesant.
-Qu'est-ce que cela signifie? Comment vous êtes-vous procuré ces images, sénateur Contispex?
-S'agit-il de la Flotte du Noyau? Demanda à son tour, le sénateur Mansur.
Il s'était levé des gradins comme la majorité de ses collègues, les traits livides. Julius conserva un masque impavide.
-Pour répondre à votre question, sénateur Mansur, il s'agit bien de la Flotte du Noyau. Quant à votre question, sénatrice, elle n'est pas prioritaire.
-Vous vous croyez au-dessus du Sénat, Contispex? S'indigna-t-elle. Comment pouvons-nous être certains que ces images sont authentiques?
-Sénateur Contispex, veuillez répondre à la question, le pressa le président du Sénat.
Le dignitaire coruscanti soutint le regard acéré de la selkath.
-Je peux vous assurer que ces images sont authentiques et qu'elles ne sont pas diffusées en différé. La vraie question: que choisissons-nous de faire maintenant?
-Non, vous ne vous en sortirez pas aussi facilement! Protesta la non humaine en le pointant de sa main à trois doigts.
-Si vous ne me croyez pas, que ceux qui ont des proches au sein de la Marine et surtout de la Flotte du Noyau les contactent. Si vous y parvenez, bien sûr.
Il ponctua sa remarque avec une expression de mépris et de suffisance, certain que personne ne le contesterait.
-Mon fils sert dans la Flotte du Noyau! S'écria un dignitaire duro.
-Mes deux filles sont pilotes! Renchérit un autre.
Cette fois, l'hystérie collective se déchaîna et Julius la savoura comme un fruit mur qu'il venait de cueillir.
Le désespoir d'autrui était parfois tellement exquis.
-Mes chers collègues, ne cédons pas à la panique! Tenta vainement la sénatrice selkath.
Elle ne parvint pas à se faire entendre et des sénateurs descendirent des gradins, en scandant:
-Nous devons faire évacuer nos familles, nous devons nous mettre à l'abri!
Le président du Sénat appela les gardes sénatoriaux pour les contenir.
-Le Quartier Général a donné l'ordre aux sénateurs de rester à l'intérieur pour leur sécurité! Hurlait l'un des officiers.
Les soldats formèrent un rempart contre lequel s'écrasèrent les dignitaires incontrôlables. La sénatrice B'lsak se joignit aux gardes pour faire revenir ses collègues à la raison.
-Nous avons des devoirs envers la République et les citoyens! Nous devons élire le nouveau Chancelier et rouvrir les négociations avec Alsakan!
Ils ne l'écoutèrent pas tandis que les autres sénateurs pétrifiés sur les gradins guettaient la réaction de Contispex. Les images holographiques de la Flotte du Noyau en déroute s'évaporèrent et il s'écarta de l'holoterminal alors que le président du Sénat tentait de ramener la discipline à ce troupeau d'eopies effrayés.
-Retournez à vos places, sénateurs! Cette session n'est pas terminée!
Ceux qui avaient tenté de partir comprirent la vanité de leurs efforts sans que leur grimace d'effroi ne cesse de déformer leur visage. Ils s'écartèrent des gardes, ne sachant que faire.
-Que devons-nous faire?
-Nous devons élire le nouveau Chancelier qui doit convaincre Alsakan de cesser leur folie! Nous devons demander un cessez le feu! Proposait B'lsak.
-Sénateurs, écoutez-moi! Intervint Contispex. La sénatrice B'lsak a raison!
Le silence revint alors que tous les regards convergeaient vers le coruscanti.
-Nous devons élire le nouveau Chancelier! Je comprends votre angoisse, je la partage! Je suis moi-même papa d'un petit garçon, il s'appelle Ethan! Mais en tant que membres de cette assemblée, nous avons de lourdes charges à assumer!
-Il a raison! Il a raison! Scandèrent ses soutiens.
-Nous devons sauver la République mais pas de n'importe quelle façon! La sénatrice B'lsak veut partager son pain avec un ennemi qui menace nos concitoyens, nos familles! Moi, je vous dis qu'il faut combattre et nous unir!
De vifs applaudissement saluèrent cette harangue avant que la selkath ne le coupa.
-Chers collègues, une escalade ne nous mènera à rien!
Une bronca s'éleva contre elle, étouffant ses protestations.
-Silence, laissez continuer le sénateur Contispex!
-Vous parlez de désescalade alors que les alsakani veulent la guerre!
L'un des sénateurs humains, supporter fervent de Contispex, franchit une limite.
-Combien les alsakani vous ont-ils payée pour leur offrir la République sur un plateau?
-Quoi? Comment osez-vous me calomnier? Lui rétorqua-t-elle.
-Silence, traîtresse! Silence!
La selkath fut ainsi censurée et ses soutiens n'osèrent prendre sa défense, de peur d'être pris à partie eux aussi.
-Sénateurs, si vous avez le courage de m'élire Chancelier, reprit Contispex, je m'engage à décréter immédiatement l'état d'urgence et la mobilisation générale! En ce moment, nos vaillants marins et soldats tentent de stopper l'avancée de l'ennemi et nous ne pouvons pas déshonorer leur sacrifice!
-Oui! Oui!
-Il est temps de choisir entre la faiblesse et la fermeté! Il est temps de procéder au vote!
Il leva le poing en l'air et les acclamations se succédèrent en une vague interminable.
-Votons à main levée! Contispex Chan-ce-lier! Contispex Chan-ce-lier!
Le président du Sénat ramena le calme et procéda au vote. Il demanda à l'assemblée enfiévrée, qui désirait faire confiance à la sénatrice... une dizaine de mains se dressèrent vers le plafonds et leurs propriétaires furent aussitôt hués et sifflés du nom: traîtres, lâches!
Le président mit fin à ces insultes puis demanda, qui souhaitait élever le sénateur Julius Contispex au rang politique le plus élevé au sein de la République. Aussitôt des centaines de bras se levèrent enthousiastes et emplis d'espoir.
Ils scandèrent:
-Contispex Chan-ce-lier! Contispex Chan-ce-lier!
Pour le plus grand malheur de la galaxie, Julius Contispex devint le nouveau Chancelier Suprême de la République. Peu de temps après, la prestigieuse assemblée lui accorda les pleins pouvoirs pour résoudre la crise.
Sur les canaux militaires prioritaires, l'ordre de rappel fut envoyé à toutes les flottes de la République. L'état d'urgence et la mobilisation générale furent décrétés, Coruscant fut soumise à la loi martiale et déclarée zone de guerre.
Ainsi fut mise à bas la démocratie...

Voilà, j'espère que cela vous a plu! Dites moi ce que vous en avez pensé... je ne sais pas pourquoi mais je me sens en transe tout à coup :x : Pius Dea! Pius Dea!

Contispex Chan-ce-lier! Contispex Chan-ce-lier!

Mais... mais qu'es-ce qui me prend de scander ça :transpire: ? Ce doit être à force de prendre des vapodouches :paf: !

Allez à la prochaine pour la suite!

Que commence l'ère des tyrans! Entendez mon rire démoniaque :diable: :diable: :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 23 Juin 2019 - 19:39   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Extrait lu !

Et malheur ! Ce qui devait arriver est arrivé ! Contispex a été élu Chancelier et a déclaré l'état d'urgence ! Quel meilleur moyen que celui-là pour garder les médias, la foule et les adversaires politiques sous contrôle ? :(

Reste à savoir la conséquence qu'aura l'élection sur la bataille... Je doute que les Alsakani acceptent bien gentiment de rentrer chez eux désormais ! Entendent-ils profiter du trouble politique pour se rendre sur Coruscant ? Ou bien s'agit-il d'une alliance avec Contispex, alliance dont les deux parties tenteront tôt ou tard de s'en extraire ? :sournois:

Vivement la suite ! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Dim 23 Juin 2019 - 21:47   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour L2 :hello: !

L2-D2 a écrit:
Et malheur ! Ce qui devait arriver est arrivé ! Contispex a été élu Chancelier et a déclaré l'état d'urgence ! Quel meilleur moyen que celui-là pour garder les médias, la foule et les adversaires politiques sous contrôle ? :(


Il risque pas de lâcher le morceau sitôt que la crise aura été résolue :sournois: !

L2-D2 a écrit:Reste à savoir la conséquence qu'aura l'élection sur la bataille... Je doute que les Alsakani acceptent bien gentiment de rentrer chez eux désormais ! Entendent-ils profiter du trouble politique pour se rendre sur Coruscant ? Ou bien s'agit-il d'une alliance avec Contispex, alliance dont les deux parties tenteront tôt ou tard de s'en extraire ? :sournois:


C'est vrai que Alsakan a une belle occasion de mettre la République à genoux :sournois: ! Mais cette élection de Contispex pourrait changer la donne... il a certains alliés chez les alsakanis, mais tous les alsakanis ne sont pas dans les petits papiers de Contispex dont Bilel Ap token, l'amiral qui mène l'attaque :sournois: !

Il y a des remous sur Coruscant et cela pourrait causer finalement un sacré tumulte sur Alsakan :diable: !

Bref cette première partie sur l'histoire de la secte Pius Dea n'est pas encore finie :sournois: , je peux te le promettre :P !

Allez à la prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 24 Juin 2019 - 12:03   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

C'est pas trop tôt!
Contispex! Contispex! :lol:
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3184
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Lun 24 Juin 2019 - 13:10   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Dark GaGa a écrit:C'est pas trop tôt!
Contispex! Contispex! :lol:


Yeah :x ! He's return!
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Ven 28 Juin 2019 - 17:09   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Et voilà comment s'éteint la démocratie... sous un tonnerre d'applaudissement! :o

Bon... Ben, il fallait s'y attendre. Contispex est élu Chancelier Suprême. Sinon, il n'y aurait pas eu de fic! :paf: L'état d'urgence est donc déclaré et je dois avouer qu'il a finement joué, ce Contispex... Et par la même occasion, toi aussi, tu as finement joué! :sournois:

Tout ça, c'est bien beau, mais que va-t-il arriver dans la suite? Alsakan ne va pas baisser les armes parce que Contispex leur ordonne... Quoique... :sournois: En tout cas, j'espère avoir droit à de nouvelles magnifiques batailles! :D Je me demande également quel rôle jouera Bekan dans la suite de l'histoire? :sournois:

En tout cas, tu frappes fort avec ce nouvel extrait! Vraiment hâte de lire la suite, comme toujours! :)

Bonne continuation, camarade!
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5444
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Ven 28 Juin 2019 - 21:49   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Den a écrit:Et voilà comment s'éteint la démocratie... sous un tonnerre d'applaudissement! :o


mais à quoi tu fais référence :idea: :D :D ? Un certain épisode III ?

Den a écrit:Bon... Ben, il fallait s'y attendre. Contispex est élu Chancelier Suprême. Sinon, il n'y aurait pas eu de fic! :paf: L'état d'urgence est donc déclaré et je dois avouer qu'il a finement joué, ce Contispex...


Ben c'était pas si dur face à des sénateurs un peu médiocres, sauf la selkath :sournois: !

Den a écrit:Tout ça, c'est bien beau, mais que va-t-il arriver dans la suite? Alsakan ne va pas baisser les armes parce que Contispex leur ordonne... Quoique... :sournois: En tout cas, j'espère avoir droit à de nouvelles magnifiques batailles! :D Je me demande également quel rôle jouera Bekan dans la suite de l'histoire? :sournois:


Il y a des chances qu'un certain amiral continue son attaque :diable: ! la question est; va-t-on le laisser continuer? Je parle des alsakani achetés par un certain nouveau chancelier. Il y aura pas mal de conséquences politiques pour Alsakan :sournois: ... quant à Bekan on le reverra t'inquiètes :wink: !

Den a écrit:
En tout cas, tu frappes fort avec ce nouvel extrait!


:jap:

Merci pour le retour et à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Sam 29 Juin 2019 - 17:37   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

mat-vador a écrit:mais à quoi tu fais référence ? Un certain épisode III ?


Je ne sais pas... C'est une phrase que ton extrait m'a inspiré... :whistle: :lol:

mat-vador a écrit:Ben c'était pas si dur face à des sénateurs un peu médiocres, sauf la selkath !


C'est vrai, mais Contispex a eu un tout petit peu plus de difficultés que Palpatine. :idea:

mat-vador a écrit:Il y a des chances qu'un certain amiral continue son attaque ! la question est; va-t-on le laisser continuer? Je parle des alsakani achetés par un certain nouveau chancelier. Il y aura pas mal de conséquences politiques pour Alsakan ...


Miam, je sens que ça va être génial! ;)

mat-vador a écrit:quant à Bekan on le reverra t'inquiètes !


T'as intérêt!! Sinon, plus de séance de Tortures avec de Belles Twi'leks! :grrr:

Je me demande bien quel rôle il va avoir dans la suite! :sournois:

mat-vador a écrit:Merci pour le retour et à la prochaine !


De rien l'ami!

A bientôt!

:jap:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5444
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Sam 29 Juin 2019 - 21:59   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Den a écrit:
mat-vador a écrit:quant à Bekan on le reverra t'inquiètes !


T'as intérêt!! Sinon, plus de séance de Tortures avec de Belles Twi'leks! :grrr:


M'enfin, quelle cruauté :shock: !

Bonsoir à tous, c'est l'heure de vous publier la suite!

Après l'interlude du Sénat, retour à la bataille spatiale! La situation de la Flotte républicaine va-t-elle s'améliorer ou empirer :sournois: ?

Découvrez-le maintenant!

Système de Coruscant, sur la Route Comerciale Perlemienne

L'ennemi se rapprochait.
Ekia Helder se cramponnait à la console lui permettant de suivre la progression inexorable des alsakani qui mettaient en pièces ses vaisseaux. De part et d'autre du pont principal du Défenseur, les messages d'alertes et les demandes de soutien tombèrent en rafales.
Cela faisait plusieurs minutes que l'amirale ne suivait plus du tout les rapports de pertes que lui rapportait Lyram Skyrim.
Le duro se rangea à sa hauteur.
-Madame, commença-t-il, nous avons perdu...
Elle l'arrêta d'un geste de la main.
-Non Lyram. Je ne veux pas le savoir, cela ne m'aidera pas.
-Je comprends.
-Tenez-moi seulement informée de la position des vaisseaux ennemis, en particulier du Cristal Brûlant.
Elle s'écarta pour contempler le champ de bataille à travers la baie de transparacier. Rien ne l'obligeait à regarder sa Flotte du Noyau se faire dépecer par les tirs des bâtiments lourds alsakani, supérieurs en nombre et qui continuaient à bénéficier d'un rapport de force de plus en plus écrasant au fur et à mesure des minutes.
Rien ne l'obligeait à fixer les épaves de ses propres navires dériver dans le vide, laissant échapper par des plaies béantes et noircies, cadavres et débris. Rien ne l'obligeait à river ses yeux hagards sur les destructions de Typhon qui se sacrifiaient pour retarder l'ennemi.
Rien ne l'y obligeait.
Le capitaine Skyrim appella le major gotal.
-Des nouvelles de l'Eclat de Xim?
L'Eclat de Xim désignait la frégate Sarbakan que Helder avait expédié à l'intention de la Deuxième Flotte.
-Non, capitaine.
-Merci, major. Prévenez-moi quand vous en aurez.
-Oui, capitaine.
Le lieutenant ho'din l'avertit tout à coup:
-Ils ciblent l'Aiglon de Corusca!
Sous l'assaut conjugué de deux frégates Hirken qui avaient réussi à s'approcher au plus près des lignes républicaines, le vaisseau en question encaissait les tirs de turbolasers, sans pouvoir bénéficier de l'appui de d'autres vaisseaux, déjà fortement sollicités. Des morceaux de coque se détachaient dans le néant spatial alors que ses batteries continuaient de riposter.
-Donnez l'ordre au capitaine Duvini d'évacuer! Ordonna Skyrim.
Le ho'din contacta l'Aiglon de Corusca.
-Capitaine Skyrim, Duvini refuse d'évacuer!
-Passez-le-moi!
L'hologramme vacillant d'un jeune commandant humain flotte devant le duro qui insista:
-Évacuez votre vaisseau, capitaine Duvini! C'est un ordre!
-Négatif, capitaine Skyrim! Je dois continuer à tenir ma position et à nourrir les tirs jusqu'au bout!
La tristesse emplit le coeur du non humain, car il sentait la détermination de ce jeune commandant promis à un brillant avenir. C'était le seul être vivant qui restait à bord et il semblait décidé à sombrer avec son bâtiment.
-Pour la République... pour la Grande Déesse...
L'hologramme s'éteignit à l'instant où le canon de proue d'un croiseur Atgeir frappa la passerelle de la frégate Sarbakan. Brisée en deux, ce qui en restait lévita sous les yeux de Ekia Helder qui baissait la tête.
-Nous avons perdu l'Aiglon de Corusca, signala pour la forme le ho'din.
-Je sais.
Le capitaine duro ignorait ce qui lui était le plus douloureux. La perte du capitaine Duvini ou la révélation que celui-ci ait intégré une secte fanatique. Combien au sein de l'Armée et de la Marine avaient fait de même à l'insu des services de renseignement?
Cette question n'avait pas une quelconque importance... même s'il se rappela à l'instant qu'un des membres de l'escadron Nimbus y appartenait.
-Capitaine, nous détectons des vaisseaux en approche qui viennent d'intégrer l'espace réel! Fit le major gotal.
Après une vérification:
-Nous avons identifié le transpondeur de l'Eclat de Xim! Ce sont les nôtres! Ajouta-t-il avec enthousiasme.
Des cris de joie résonnèrent sur tout le pont principal et Skyrim se pencha sur les consoles tactiques. Il identifia les silhouettes de deux frégates Sarbakan qui venaient de surgir à gauche des vaisseaux de Bilel Ap Token.
Seulement deux frégates... insuffisant pour renverser la tendance. Le duro crispa le poing, son enthousiasme douché. Mais tous avaient retrouvé espoir.
-L'ennemi a largué des cargo drones! Quatre cargos drones! Je répète, quatre cargos drones ont été largués!
De nouvelles images holographiques défilèrent et Skyrim étudia avec angoisse les représentations tridimensionnelles des mêmes vaisseaux qui avaient provoqué l'anéantissement du groupe de combat du défunt capitaine Thulo.
-Quelle est leur trajectoire, major? Demanda-t-il.
Le gotal lut les données avec fébrilité et son expression se figea sous le coup de l'effroi.
-Ils se dirigent droit sur nous!
-Détruisez-les tout de suite! S'écria tout à coup Helder, qui venait de rejoindre son second. Nous ne pouvons pas les laisser approcher, donnez l'ordre aux chasseurs de s'en écarter!
Le duro comprit la nécessité de l'ordre qui venait de tomber. Les bombes ioniques neutraliseraient encore une partie des derniers vaisseaux de la Flotte du Noyau mais s'ils les laissaient s'approcher jusqu'au Défenseur, c'est toute la flotte qui se retrouverait désorganisée. Et le reste de la bataille ne serait plus qu'un massacre en masse. Comme pour les vaisseaux de Thulo...
-Que tous les vaisseaux remontent leurs boucliers! Ajouta le duro.
Les cargos piégés qui avaient jailli du hangar principal du Minotaure venaient de dépasser deux frégates Sarbakan et deux cuirassés Gilagimar qui flanquaient le Défenseur à bâbord. Lorsque les tirs de turbo lasers les désintégrèrent sous des tirs croisés, les éclairs d'énergie ionisée traversèrent la nuit spatiale pour frapper leur coque et traverser les entrailles. Les lumières et les moteurs qui éclairaient les silhouettes des quatre navires républicains s'éteignirent brutalement.
Les alsakani avaient ouvert une nouvelle brèche et ils s'empressèrent d'en profiter. Ekia Helder s'écarta des écrans tactiques pour se porter vers la baie de transparacier.
Le Minotaure couvert par trois frégates Hirken tournait son canon de proue sur le flanc exposé du cuirassé sans défense tandis que des dizaines de chasseurs Yatagan bombardaient les deux frégates hors de combat.
Les trois nouvelles épaves encombrèrent bientôt l'horizon.
-À toutes les unités du quadrant est, ordonna Skyrim, couvrez le Défenseur à tout prix! Les alsakani ont fait une nouvelle percée, refermez la brèche!
Malheureusement tous les vaisseaux de la Flotte du Noyau encore en état de se battre – et dont le nombre ne cessait de diminuer, au contraire des épaves qui encombraient et gênaient leurs mouvements – pouvaient difficilement sous la pression de l'ennemi satisfaire l'ordre du capitaine Skyrim.
Néanmoins un ordre même impossible à exécuter devait être exécuté. Tous les survivants de la Flotte de Helder avaient conscience que si le Défenseur s'effondrait, tous les autres suivraient aussitôt.
Alors sous le feu féroce des navires de Ap Token, les moitié des vaisseaux postés devant le Défenseur se déportèrent à babord. C'était justement l'ouverture qu'attendait l'amiral alsakani à bord du Cristal Brûlant.
Ce dernier fixa avec une impatience contenue le vaisseau de commandement républicain qu'il tenait à affronter et à éliminer en personne. Il demanda au capitaine Delinki de se tenir prête à donner l'ordre d'ouvrir le feu.
Le Défenseur détecta évidemment la poussée d'énergie qui grandissait au niveau du canon de proue.
-Ils nous prennent pour cible! Hurla le ho'din.
-Remontez les boucliers! Remontez-les! Réagit Skyrim.
-Yatagans en approche! Lança quelqu'un depuis l'autre extrémité de la passerelle.
Cinq chasseurs alsakani abordèrent le Défenseur par l'arrière passant sous ses défenses et larguèrent leurs missiles.
-Préparez-vous à l'impact! Impact!
Helder et Skyrim manquèrent de s'écrouler lorsque la passerelle fut ébranlée par l'onde de choc. L'amirale recouvrit son équilibre et interrogea:
-Les boucliers?
-Ils ont tenu! L'informa le major gotal.
À cet instant le Souvenir de Rucapar et le Poignard d'Archais surgirent pour briser la faible ligne de défense composée d'un cuirassé Gilagimar – le Scimitar Vaillant – et de deux frégates Sarbakan. Les deux croiseur alsakani qui couvraient le Cristal Brûlant de Ap Token, concentrèrent leur puissance de feu sur le cuirassé républicain déjà endommagé sérieusement depuis le début de la bataille.
Ses boucliers ne résistèrent pas longtemps et son artillerie fut rapidement submergée en une vingtaine de secondes, sous le regard impuissant de la commandante corellienne qui n'entendit pas les appels dé détresse.
-Ici le Scimitar Vaillant! Nous avons perdu nos boucliers et l'essentiel de nos batteries! Nous demandons du soutien! Je répète, nous demandons...
Le canon de proue du Poignard d'Archais réduisit en miettes le pont principal du cuirassé qui se détacha en plusieurs fragments enflammés. Les deux frégates Sarbakan ne tardèrent pas à subir le même sort.
Le Défenseur était maintenant à découvert et le Cristal Brûlant s'élançait pour l'éperonner. Le coup de grâce approchait.
-Amirale, éloignez-vous! Intervint son second qui l'agrippa par les épaules, pour la faire reculer.
Un halo aveuglant masqua l'avant du vaisseau amiral alsakani et un long filament de nectar lumineux concentré s'allongea pour caresser le flanc du cuirassé, juste au-dessus du pont principal.
Cette fois, tous ceux qui se tenaient debout furent violemment flanqués à terre avec une puissance inouïe.
Sonnée un instant, Ekia se redressa sur ses coudes et croisa le regard du duro, étendu sur le dos.
-Lyram! S'enquit-elle. Vous êtes blessé?
En réponse, le non humain tendit vers la main en s'égosillant:
-Ekia, attention!
La corellienne releva la tête pour apercevoir le plafonds craquelé qui se rapprocha d'elle à toute vitesse. Elle perdit ensuite toute conscience de son environnement alors qu'une violente douleur transperçait son crâne de part en part.
Elle sombra dans un abysse insondable.

Voilà, j'espère que cela vous a plu! n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez! Les renforts républicains sont très maigres pour l'instant et Alsakan poursuit son offensive!

Les républicains sont au bord du désastre! Bekan et les Pilotes de l'escadron Nimbus vont-ils en réchapper?

Vous le saurez plus tard, allez à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mar 02 Juil 2019 - 9:24   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Extrait lu !

Et j'aurai pu développer, mais tu as résumé tout ce que je pensais ainsi :

mat-vador a écrit:Les renforts républicains sont très maigres pour l'instant et Alsakan poursuit son offensive!

Les républicains sont au bord du désastre! Bekan et les Pilotes de l'escadron Nimbus vont-ils en réchapper?

La situation de la République est de plus en plus tendue... et je me demande bien comment tout cela va se terminer pour elle ? En tout cas, on sent bien tout le désespoir qui suinte de cette bataille qui s'éternise et qui tourne au massacre. Nul doute que depuis Coruscant, Julius se frotte les mains...

Vivement la suite ! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mar 02 Juil 2019 - 20:37   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour, L2 :wink: !

L2-D2 a écrit:La situation de la République est de plus en plus tendue... et je me demande bien comment tout cela va se terminer pour elle ?


Tendue... normal quand tu fais partie du camp qui est en train de se prendre une dérouillée :D , et quelle dérouillée! Un ptit indice, la bataille approche de la fin :sournois: !
Comment va-t-elle se terminer? suspens!!!! tu pourrais être surpris :sournois: ...

L2-D2 a écrit:Nul doute que depuis Coruscant, Julius se frotte les mains...


Oh ca oui! Et ne t'étonnes pas s'il essaye de s'arranger pour être considéré comme le sauveur de la République :diable: ! Ironie du sort :roll: ...

Pour ma part, c'est la plus longue bataille que j'ai jamais écrite dans une fan fic :whistle: ! j'espère que la performance est à la hauteur de vos attentes :whistle: !

Allez à la prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Sam 06 Juil 2019 - 11:35   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Hello l'ami! :cute:

On peut dire que tu sais jouer avec nos nerfs! La République a de plus en plus de mal à prendre l'avantage! Malgré les maigres renforts, ils subissent toujours de lourdes pertes. Rah! Je me demande bien comment tout cela va se terminer? Est-ce que la République a un atout dans sa manche? Contispex a-t-il une surprise en réserve?

En tout cas, cette bataille à grande échelle est l'une des plus réussie que j'ai eu le plaisir de lire! Bravo! C'est une longue bataille, mais tellement intense et remplie de surprises! Oui, c'est une réussite!

J'ai encore une fois hâte de découvrir la suite! Tu annonces la fin de la guerre? Ah! Comment Contispex va-t-il sortir vainqueur de cet affrontement? :sournois: Je me pose la question... Mais je pense qu'il est assez malin pour s'en sortir, le bougre!

Allez! A la prochaine!

Et bonne continuation! :jap:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5444
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Sam 06 Juil 2019 - 22:39   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour :hello: Den!

Den a écrit:On peut dire que tu sais jouer avec nos nerfs! La République a de plus en plus de mal à prendre l'avantage! Malgré les maigres renforts, ils subissent toujours de lourdes pertes. Rah! Je me demande bien comment tout cela va se terminer? Est-ce que la République a un atout dans sa manche? Contispex a-t-il une surprise en réserve?


Tu seras surpris de la fin de la bataille, je peux te le promettre :sournois: ! Contispex maintenant élu ne peut plus laisser Alsakan poursuivre son offensive impunément :diable: !

Den a écrit:En tout cas, cette bataille à grande échelle est l'une des plus réussie que j'ai eu le plaisir de lire! Bravo! C'est une longue bataille, mais tellement intense et remplie de surprises! Oui, c'est une réussite!


Merci beaucoup, ca fait très plaisir! je me dit que après tout c'est Star Wars, et que donc il y a le mot wars :whistle: ! J'ai été marqué par les dures batailles spatiales pendant la guerre des Yuuzhan Vong, la dureté et l'intensité des combats et je ne parle pas de la scène d'ouverture de l'épisode III :sournois: !
Tout ca m'a inspiré et plus généralement les films de guerre.

Den a écrit:J'ai encore une fois hâte de découvrir la suite! Tu annonces la fin de la guerre? Ah! Comment Contispex va-t-il sortir vainqueur de cet affrontement? :sournois: Je me pose la question... Mais je pense qu'il est assez malin pour s'en sortir, le bougre!


C'est l'intérêt des prochains extraits à venir :sournois: !

Et voilà la suite!

La République est toujours en pleine débandade et il est temps de prendre des nouvelles des Jedi et de l'escadron Nimbus :wink: !

Découvrez cela!

Lyram Skyrim cria le nom de l'amirale, celle-ci gisant inerte sur le flanc au milieu du pont principal, recouverte en partie de débris de panneaux de duracier. Autour du capitaine duro désemparé s'élevaient des cris de détresse de blessés qui jonchaient le sol. Il saisit son comlink.
-Ici le capitaine Skyrim, le pont principal a été touché! Nous déplorons plusieurs blessés, envoyez des infirmiers et des droïdes!
Il se releva avec précaution, prenant garde à ne pas être électrocuté par les câbles flexibles sectionnés qui pendaient en émettant à leur extrémités de minuscules arcs. Une odeur de métal calciné irrita ses narines et une partie de l'équipage s'affairaient autour des extincteurs pour mettre fin aux débuts d'incendie.
Quelques autres se tenaient au chevet de ceux qui avaient besoin de soins immédiats... sauf ceux pour lesquels il était trop tard.
Le duro se pencha au-dessus du corps de l'amirale, écartant vivement les morceaux de plafonds qui s'étaient écroulés sur elle. Les paupières closes, des filaments de sang ruisselaient de son front jusqu'à sa mâchoire sur ses pommettes. Il glissa un index sur sa carotide et saisit un pouls faible mais régulier.
À cet instant deux brancardiers ho'din apparurent devant lui. L'un d'eux lui demanda:
-Quel est son statut?
-J'ai un pouls mais elle est inconsciente!
Une sphère artificielle flotta alors au-dessus de l'amirale et la scanna de son œil artificiel avant de déclamer:
-Priorité absolue. Pronostic vital engagé.
Sans perdre de temps les deux infirmiers la retournèrent sur le dos puis la soulevèrent avec précaution pour l'allonger sur le brancard.
-Chef médecin à infirmerie, nous avons une priorité absolue! Appela l'un d'eux. Pour information, il s'agit de l'amirale!
Lyram les regarder l'emporter avant de respirer un grand coup, averti par le major gotal.
-Monsieur, le vaisseau amiral ennemi se rapproche!
En effet, le Cristal Brûlant virait de bord pour présenter son flanc au Défenseur. Ses batteries latérales flamboyèrent, sollicitant les boucliers du cuirassé.
-Batteries principales, ripostez!
La passerelle vibra sous ses pieds lorsque les turbolasers du Défenseur s'animèrent à leur tour, s'écrasant sur les boucliers déflecteurs du croiseur Atgeir. Le Souvenir de Rucapar et le Poignard d'Archais tenaient à distance les autres vaisseaux républicains qui tentaient de porter assistance, bien que ceux-ci étaient déjà pris sous un feu ennemi implacable.
-Concentrez les tirs sur la passerelle! Ajouta le duro.
Le major bascula les instructions vers les artilleurs concernés.
-Major?
-Capitaine? Répondit le gotal.
Avec un sourire résigné, le duro lui dit:
-Vous serez mon second.


Bekan Kalad ressentit un frémissement dans la Force à l'instant où il s'écarta brusquement d'un Yatagan en flammes qu'il avait pris pour cible. Au milieu du chaos de lumière déchirant le manteau sombre cosmique, il tenta d'isoler les nouvelles présences qui venaient de surgir sur le champ de bataille.
Il entendit un appel dans la Force, une puissante Jedi qui tentait de toucher son esprit grâce au lien psychique qui les unissait. Un appel qui le réconforta et apaisa sa tension.
Son ancien mentor, la twi lek Ri'ila Terka.
Il ouvrit un canal avec elle.
-Content de vous voir, maître Terka, commença-t-il.
Il aperçut les deux frégates Sarbakan et les dizaines de chasseurs Typhon qui jaillirent des hangars et se confrontèrent à l'ennemi.
-Heureuse de voir que tu as réussi à survivre, mon ancien padawan, fit la voix soyeuse de la non humaine.
-On a besoin de vous, maître.
Un escadron de Typhon fonça entre les grands vaisseaux capitaux entremêlés étroitement, les traits ardents striant l'espace qui les séparaient. Le jeune alsakani projeta sa conscience et perçut leur présence certaine dans la Force.
Tous les pilotes de cet escadron étaient des Jedi.
-Nous arrivons, Bekan.
La motivation gonfla le moral du jeune Chevalier alors que ses pairs le ralliaient, lui et les autres pilotes Nimbus qui s'escrimaient avec acharnement contre des dizaines, voire des centaine des Yatagan qui tentaient de les abattre.
-Maître, où est le reste de la Deuxième Flotte? S'étonna-t-il finalement.
-Ils arrivent, affirma la non humaine. Mais ils ont été retardés.
Bekan se mordit la lèvre, effrayé à l'idée qu'ils n'arriveraient peut-être jamais à empêcher les alsakani d'annihiler ce qui restait de la Flotte du Noyau et de sauter vers Coruscant pour assiéger la capitale. Il n'osait pas en imaginer les conséquences.
La twi lek qui avait détecté son trouble, lui glissa:
-Garde confiance en la Force.
-J'ignore si cela nous aidera vraiment dans la situation actuelle.
-Il peut arriver beaucoup de choses dans une bataille.
Il se retint de répondre sarcastiquement qu'au vu des vaisseaux républicains qui rejoignaient les amas de débris les uns après les autres, il se passait effectivement beaucoup de choses. L'urgence et la précarité de leur position le força à se concentre sur sa survie immédiate, tout comme les autres pilotes de l'escadron Nimbus.
L'arrivée d'un escadron de Typhon Jedi les soulagea néanmoins d'un poids considérable et les rangs des alsakani se clairsemèrent quelque peu.
Ils ne pouvaient cependant empêcher le pilonnage incessant des croiseurs alsakani contre les positions républicaines qui succombaient les unes après les autres. Ils ne pouvaient que laisser échapper davantage encore de vies vers le néant qui les accueillait d'une étreinte froide et mordante.
Ils ne pouvaient que continuer de ressentir ces morts, de sentir leurs boyaux se tordre à chaque étincelle qui s'éteignait.
Ils ne pouvaient que se battre encore et encore. Ils ne pouvaient qu’espérer en réchapper mais cette espérance s'amenuisait au fil des secondes.
Cela fut confirmé lorsque Nimbus 9 – l'ikotchi – laissa échapper sur le canal.
-Je suis touché, les moteurs 1 et 2 ne répondent plus!
Un Yatagan le réduisit en poussière avant que quiconque ait pu le secourir. Un autre pilote républicain le vengea dans les instants qui suivirent avant que le jeune Jedi n'entendit grincer l'un des Nimbus sur le canal de leur escadron.
-Trop tard, Grevas, fit la voix féminine de Nimbus 8 sans dissimuler son mépris. Enfin mieux vaut tard que jamais. Dommage que tu n'aies pas été là pour couvrir Coxon quand il avait besoin de toi.
-Nimbus 9 aurait été encore de ce monde si toi, tu l'avais couvert efficacement, huit, rétorqua sèchement l'adepte du Pius Dea.
-Répète un peu, satané fanatique chauve!
-Fermez-la, vous deux! Intervint Riyan. On réglera ça après!
Bekan soupira, inquiet de la mésentente qui semblait croître entre les membres de l'escadron. Leurs tensions étaient à l'image de celles qui déchiraient la République sur Coruscant. Des tensions qui la faisaient vaciller sur son piédestal.
L'Éclat de Xim lança un appel général alors qu'il restait à distance avec une frégate Sarbakan pour détourner l'attention du plus grand nombre de vaisseaux ennemis possible.
-Nous avons perdu le Scimitar Vaillant! L'ennemi pilonne le Défenseur! Allez l'aider si c'est en votre pouvoir!
-Allez, les Nimbus, suivez-moi! Fit Riyan Lix.
Ri'ila Terka lui proposa:
-Leader Nimbus, attendez! Nous nous portons volontaires pour secourir le Défenseur! Tenez votre position ici, vous devez contenir l'ennemi et sécuriser le flanc tribord! Lança la Maître Jedi.
Un court silence indiqua que le sergent major ruminait la proposition.
-Très bien, maître Jedi! Bonne chance!
-Que la Force soit avec vous, leader Nimbus! Leader Sabre Vert, terminé!
Les Typhons Jedi virèrent de bord, Bekan compris. Leur trajectoire les amena droit sur le Défenseur violemment assailli par trois croiseur Atgeir. Non loin de là dérivaient les épaves de deux frégates Sarbakan et d'un cuirassé Gilagimar qui assuraient sa couverture.
À peine arrivèrent-ils à hauteur du vaisseau amiral républicain en péril, qu'un flash enveloppa la proue d'un des trois croiseur alsakani avant qu'un long filament d'énergie ionisée ardente ne percuta le flanc du Défenseur au niveau de la passerelle.
Bekan ne put en détacher ses yeux, horrifié. Il perçut la Force se tordre en un maelstrom de peur, de désespoir et de colère. La mort avait frappé au cœur de la Flotte du Noyau. Puis il fut soulagé de constater que le Défenseur tenait toujours en un seul morceau.
Les boucliers avaient encaissé la majorité de l'impact puissant. Mais cela n'empêcha pas les mauvaises nouvelles de s'accumuler encore comme le prouva cet appel lancé par le Défenseur.
-Ici le capitaine Skyrim! L'amirale Helder a été grièvement blessée lors de l'attaque ennemie! J'assume donc temporairement le commandement de la Flotte du Noyau! Le major Gesc Dosak sera mon second! Les ordres restent inchangés, nous devons tenir notre position! Coruscant doit être protégée à tout prix! Terminé.
À peine la nouvelle position hiérarchique fut-elle connue de tous que le Cristal Brûlant vira pour présenter ses batteries latérales au Défenseur. L'horizon se teinta d'éclats multicolores mortels, les salves de turbolasers s'écrasant à bout portant sur les champs de protection, les surchargeant de reflets éphémères.
Certains trouveraient ce spectacle magnifique, d'autres terrifiant. Les Typhons de l'escadron Sabre Vert ne tardèrent pas à être pris à partie par plusieurs Yatagan cinq fois plus nombreux qu'eux. La maîtrise de la Force des Jedi équilibrèrent cependant les débats. Ils s'étaient entraînés à agir en symbiose par le biais de leurs pouvoirs, sans avoir besoin de communiquer.
Bientôt des épaves brisés de chasseurs alsakanis jonchèrent les alentours du Défenseur mais les Jedi payaient aussi leur bravoure au prix fort. Deux d'entre eux avaient rejoint la Force à jamais et Bekan ressentit leur disparition comme une partie de ses propres tripes qu'on lui arrachait. Il abattit pour sa part cinq chasseurs Yatagan en une trentaine de secondes avant de surprendre une sensation de danger qui électrisait sa nuque.
Un danger qui menaçait le Défenseur.
L'avant d'un autre croiseur Atgeir à la gauche du Cristal Brûlant commença à s'illuminer d'une lueur sinistre. Cette fois, les boucliers du cuirassé amiral abordé et pris sous les salves des batteries du Cristal Brûlant n'y résisteraient pas.
Bekan devait prendre une décision, et vite...
En tant que Jedi, son choix fut moins difficile qu'il ne l'avait escompté. Il termina son passage et bascula dans une vrille pour foncer sur la proue du croiseur ennemi. Son ordinateur de bord afficha: risque de collision important, veuillez dévier de votre trajectoire.
-Non, pas question, rugit-il entre ses dents.
Il savait que ses torpilles ne suffiraient jamais à mettre hors de combat le canon de proue. Sauf si son engin était lui-même le projectile.
Non, il n'avait pas à hésiter. Même si cela impliquait de ne plus revoir Zeri.
Le grand cylindre emplit son champ de vision et son Typhon se cabra sous les puissantes décharges anti aéronefs décochées par le vaisseau capital alsakani. Les alarmes lui signalèrent que ses boucliers ne tarderaient pas à lâcher.
-Bekan, que fais-tu? S'alarma la voix de son ancienne instructrice twi lek à son oreille.
-Mon devoir, maître Terka.
-Éloigne toi de ce croiseur!
-Je n'ai pas d'autre option, le Défenseur doit tenir bon!
Il entendit alors ses paroles suivantes résonner dans sa tête alors qu'il accélérait vers son objectif.
Un Jedi a toujours le choix, Bekan.
Il usa comme elle de la Force pour répondre.
Un Jedi doit être prêt à sacrifier sa vie quand c'est nécessaire, maître.
Oui quand c'est nécessaire. Mais il n'a pas à le faire quand il n'y est pas obligé.

Le jeune alsakani soupira, sentant un poids s'ôter de son cœur. Son ordinateur de bord continuait d'écrire devant ses yeux: impact imminent! Évacuation fortement recommandée!
Il scella sa combinaison de vol et vérifia son étanchéité. Il activa la commande d'éjection en arrachant d'un coup sec la poignée au niveau de ses hanches. La verrière sauta dans l'espace, suivie par le siège du pilote auquel il demeurait attaché.
Son estomac se compressa, le vertige lui montant à la tête alors que les artilleurs alsakanis continuaient d'encadrer le Typhon désemparé qui perdit une aile avant de s'écraser sur le canon de proue.
Une sphère dorée boursoufla deux secondes l'avant du croiseur Atgeir avant de crever tel un abcès mourant.
Au milieu du chaos et de la destruction, il s'attendait à entendre un vacarme insupportable. Il n'eut droit qu'à un silence infini alors que trois chasseur Yatagan fonçaient pour l'achever. Ils disparurent dans des nuages de débris après que le Typhon de Ri'ila Terka se soit glissé dans leur sillage pour les abattre de quelques salves de canons.
Le jeune alsakani se sentait grisé par l’apesanteur.
Dans l'oeil du cyclone, il se sentait en paix.

Voilà, j'espère que cela vous a plu! Qu'avez-vous pensé du sacrifice de Bekan :sournois: ?

Allez à la prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 07 Juil 2019 - 19:32   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Extrait lu !

L'arrivée des renforts Républicains ! Ils sont certes peu nombreux, mais ils font du bien au moral ! Sauf que leur arrivée va pousser Bekan Kalad à prendre une décision pour le moins inattendue ! :shock: Je ne l'avais pas vue venir, celle-là ! J'espère sincèrement qu'il n'est pas mort... mais comme toujours avec toi, il va falloir attendre le prochain extrait pour en avoir ou non la confirmation !

Et pendant ce temps, cet en***** de Grevas continue de balancer des saletés à l'adresse de ses camarades d'escadron. Mais tuez-moi le et qu'on en parle plus de lui ! :grrr:

Vivement la suite ! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Lun 08 Juil 2019 - 13:02   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour L2 :cute: !

L2-D2 a écrit:L'arrivée des renforts Républicains ! Ils sont certes peu nombreux, mais ils font du bien au moral ! Sauf que leur arrivée va pousser Bekan Kalad à prendre une décision pour le moins inattendue ! :shock: Je ne l'avais pas vue venir, celle-là !


C'est ce qui arrive quand on combat avec acharnement :sournois: ! C'est ce qu'on appelle le sens du sacrifice et du devoir... c'est pour ça qu'on peut l'aimer le p'tit Bekan :P !

L2-D2 a écrit: J'espère sincèrement qu'il n'est pas mort... mais comme toujours avec toi, il va falloir attendre le prochain extrait pour en avoir ou non la confirmation !


post1201715.html#p1201715 : Relis bien la fin de cet extrait, tu auras un petit indice :sournois: !

L2-D2 a écrit:
Et pendant ce temps, cet en***** de Grevas continue de balancer des saletés à l'adresse de ses camarades d'escadron. Mais tuez-moi le et qu'on en parle plus de lui ! :grrr:


oui il est temps de s'occuper de son cas :whistle: ! Peut-être pas de la manière que tu souhaites, mais ce sera mieux que rien :siffle: !

Allez à la prochaine pour la suite!
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Mer 10 Juil 2019 - 16:00   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Salut l'ami!

Je suis en avance, pour une fois! :paf:

Eh ben dis donc!!! Si je n'étais pas prêt pour cet extrait! :shock: Bekaaaaaaan!! :cry: :cry: :cry: Quel geste héroïque!! Quelle ténacité!! Quel Jedi!! Oui, tu peux être fier de lui, c'est Chevalier Jedi du tonnerre que tu nous proposes là! Bon... visiblement, il ne serait pas mort... ou alors, j'ai mal relu le message de son holocron! Mais tu as réussi à me faire douter!!! :transpire:

Sinon, un extrait toujours aussi palpitant. Un peu plus haut, tu dis avoir été marqué par les batailles spatiales contre les YV. Et bien, je peux t'assurer que tu as réussi à rendre cette longue bataille aussi passionnante! Héroïsme, folie, enflures, tous les ingrédients sont réunis pour des scènes d'anthologie!

J'ai vraiment hâte de lire la suite!

Bonne continuation!
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5444
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Mer 10 Juil 2019 - 21:26   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour, Den :wink: !

Den a écrit:Je suis en avance, pour une fois! :paf:


Bien :D ! Une belle twi lek t'attend sous la vapodouche :sournois: pour hum te récompenser :transpire: !

Den a écrit: :shock: Bekaaaaaaan!! :cry: :cry: :cry: Quel geste héroïque!! Quelle ténacité!! Quel Jedi!! Oui, tu peux être fier de lui, c'est Chevalier Jedi du tonnerre que tu nous proposes là!


Eh oui, il est beau mon p'tit Jedi :wink: ! C'est un Jedi comme tout le monde les aime... ou presque :whistle: !

Den a écrit:Sinon, un extrait toujours aussi palpitant. Un peu plus haut, tu dis avoir été marqué par les batailles spatiales contre les YV. Et bien, je peux t'assurer que tu as réussi à rendre cette longue bataille aussi passionnante! Héroïsme, folie, enflures, tous les ingrédients sont réunis pour des scènes d'anthologie!


Les batailles spatiales, les combats au sabre laser et un zeste de manigance politique... (mais pas que) c'est pour ça que j'aime Star Wars :oui: ! Je tenais à faire de cette bataille le point d'orgue de cette première partie, l'aboutissement de la partie d'échec menée par Contispex pour prendre le pouvoir :diable: .... OUUIIII!!! Il n'y aura aucune limite à son pouvoiirrrr!! Préparez-vous à l'inévitable :diable: !!
Entendez mon rire démoniaque!!

On s'approche de la fin de la bataille et vous pourriez être surpris :sournois: !

Allez à la prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Jeu 11 Juil 2019 - 16:02   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Salut!!

mat-vador a écrit:Bien ! Une belle twi lek t'attend sous la vapodouche pour hum te récompenser !


Enfin,je suis reconnu à ma juste valeur! :o :paf:

mat-vador a écrit:Les batailles spatiales, les combats au sabre laser et un zeste de manigance politique... (mais pas que) c'est pour ça que j'aime Star Wars ! Je tenais à faire de cette bataille le point d'orgue de cette première partie, l'aboutissement de la partie d'échec menée par Contispex pour prendre le pouvoir .... OUUIIII!!! Il n'y aura aucune limite à son pouvoiirrrr!! Préparez-vous à l'inévitable !!
Entendez mon rire démoniaque!!


Oui, c'est aussi pour toutes ces raisons que j'aime autant SW!

Sinon, heu... une camisole pour Monsieur Mat-Vador! Il a encore une crise de Palpatinite aiguë!! :o

A la prochaine, l'ami! :jap:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5444
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Ven 12 Juil 2019 - 7:28   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Den a écrit:
Sinon, heu... une camisole pour Monsieur Mat-Vador! Il a encore une crise de Palpatinite aiguë!! :o


Ah oui c'est dangereux ca la Palpatinite :P !

Par contre la camisole est introuvable, c'est Dark Talon qui a du la garder pour ses soirées particulières :lol: :lol: :x :x !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 13 Juil 2019 - 22:44   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Bonsoir à tous, fidèles lecteurs et lectrices!

Il est temps... oui il est temps de découvrir la fin de cette sanglante bataille spatiale où la flotte républicaine se fait complètement démolir! vous aurez l'occasion de révoir le point de vue des alsakani et des républicains :sournois: !

Bonne lecture!

L'équipage du pont principal du Cristal Brûlant avait exulté de joie lorsque le canon de proue frappa de plein fouet la passerelle du Défenseur. Malgré les espoirs de Bilel et de sa capitaine, le cuirassé amiral conserva l'intégrité de sa structure et demeurait opérationnel.
Cependant il ne pourrait tenir sa position éternellement, le Défenseur finirait par être submergé. Le Poignard d'Archais approchait à son tour et son commandant avait prévenu Delinki qu'il chargeait son canon de proue pour abattre les boucliers.
Ceux-ci furent peu après malmenés lorsque le Cristal Brûlant s'approcha au plus près pour longer son flanc et le mitrailler de près. Simultanément, des Yatagans encerclèrent le vaisseau isolé, s'apprêtant à lâcher leurs torpilles.
L'amiral Ap Token savait qu'une phase importante de l'offensive vers Coruscant était sur le point de se terminer. La destruction du Défenseur entraînerait celle des derniers vaisseaux républicains encore en train de se battre désespérément dos au mur.
Une dizaine de chasseurs Typhons surgit tout au milieu de la mêlée et des rapports tombèrent, signalant des pertes brutales encaissées par les pilotes alsakanis.
Bilel tenta de rester concentré sur la silhouette du Défenseur qui emplissait à présent toute la baie de transparacier devant lui. Les bordées de turbolasers martelaient jusqu'à leur point critique les écrans de protection dont les reflets faiblissaient peu à peu.
La riposte républicaine fut au moins d'une égale intensité et l'amiral alsakani nota pour lui-même que les tirs ennemis convergeaient vers sa passerelle.
Il sourit. Ses ennemis étaient-ils donc à ce point désespérés qu'ils espéraient se sauver en essayant de le tuer, lui?
-Le Poignard d'Archais sera bientôt paré à utiliser son canon de proue, amiral.
-Merci, capitaine. Il est temps de battre le rappel de tous nos vaisseaux qui sont en train de faire diversion sur les autres fronts de la Route Commerciale Perlemienne et de la Passe Corellienne. Accordez le feu vert à la vice amirale Meraa Dovahkin. Nous frapperons bientôt aux portes de Coruscant.
La fierté illumina les traits de la jeune officier.
-Bien, monsieur.
Elle s'éloigna pour contacter les autres vaisseaux qui devaient appuyer l'avancée finale vers le monde capital de la République.
L'enseigne accourut tout à coup à sa hauteur, l'air préoccupé.
-Amiral, le Poignard d'Archais vient de perdre son canon de proue!
-Comment? S'écria-t-il, incrédule.
-Un chasseur républicain s'est écrasé dessus.
-Un accident?
L'enseigne hésita.
-Nous avons examiné les images et il semblerait que ce soit un acte délibéré, monsieur.
-Par les Lunes de Cristal!
La capitaine Carmina Delinki le rejoignit et il éprouva un frisson de mauvais augure lorsqu'il surprit sa mine sombre.
Il se força à rester calme lorsqu'elle lui annonça ce qu'il redoutait. Ce qu'il pensait redouter le plus.
-Monsieur, les vaisseaux de la vice amirale Dovahkin ont été rappelés sur Alsakan.
-Quoi? S'étrangla-t-il. Qui a pu lui donner un tel ordre?
Il sentait ses veines palpiter de rage devant une telle absurdité. Seul quelqu'un de plus haut placé que lui en était le responsable.
Certainement le Premier Régent avec la bénédiction de l'Archaiad, le nom donné à cette assemblée restreinte qui détenait les pleins pouvoirs politiques sur son monde natal. Or le chef d’État avait approuvé lui-même le plan d'attaque audacieux de Bilel devant l’État-major. La question était de savoir pourquoi celui-ci avait rappelé la flotte de Dovahkin.
-Si les vaisseaux ont été rappelés, commença-t-il...
-Cela veut dire que les républicains ont désormais le champ libre pour rapatrier leurs renforts sur Coruscant, termina la jeune femme. Devons-nous annuler l'assaut en cours et contacter Alsakan?
-Non, nous continuons comme prévu. Je les contacterais bien assez tôt.
-Monsieur, insista-t-elle. Si nous poursuivons l'offensive, nous risquons d'être coincés entre les défenses planétaires et toutes leurs autres flottes.
-C'est un risque à courir, continuez comme prévu, capitaine Delinki. Nous n'avons plus de temps à perdre, ce qui reste de la Flotte du Noyau doit être anéanti. Maintenant.
Son ton avait repris une inflexibilité stricte et elle s'inclina pour transmettre les ordres. Le Souvenir de Rucapar intervint dans la mêlée pour aider le Cristal Brûlant à submerger l'artillerie du Défenseur malmené.
Ce dernier ne tarderait pas à céder. La victoire était proche.
-Amiral! L'appela l'enseigne. Nous recevons un appel d'Alsakan!
-Dites-leur que je suis occupé!
-C'est le Premier Régent, monsieur.
Bilel réfléchit brièvement.
-Initialisez la transmission sur le pont, accepta-t-il finalement.
Quelques secondes après, l'hologramme d'un alsakani imberbe au crâne largement dégarni lévita devant l'amiral qui reconnut le visage suspicieux de l'ambassadeur basé sur Coruscant, Orin Melok. Les yeux plissés de celui-ci le fixaient avec sévérité.
-Où est le Premier Régent? S'étonna Bilel.
-Il est devant vous, amiral Ap Token. De fâcheuses circonstances sont survenues pendant que vous meniez campagne.
-De fâcheuses circonstances?
Un étrange sourire plissa les lèvres du nouveau chef d'Etat.
-Mon prédécesseur et certains membres de l'Archaiad nous ont quitté prématurément suite à un regrettable accident. Le contexte actuel m'a poussé à prendre les choses en main, au nom de notre peuple.
-Votre Excellence, je suis en pleine bataille. Mes marins et mes soldats sont en train de risquer leur vie...
-Votre flotte est rappelée tout comme celle de la vice amirale Dovahkin. L'Archaiad a trouvé un accord avec le nouveau Chancelier Suprême de la République.
L'instant de stupeur passé, l'indignation prit le pas.
-Vous me demandez de sacrifier une victoire pour un cessez le feu que la République ne respectera sans doute pas. Et dont vous venez de juger bon de ne m'en informer que maintenant.
-Ce n'est pas de votre ressort, amiral. Le cessez-le-feu prend effet immédiatement, annulez votre attaque et retirez-vous.
-Et comment vais-je justifier cette retraite à mes équipages? Protesta-t-il avec autant de véhémence.
-Ceci est de votre ressort, je ne doute pas que vous saurez les faire obéir de vous tout comme vous exécuterez l'ordre que vous avez reçu.
-Si vous refusez de me fournir une explication plus aboutie, je viendrai la chercher moi-même, votre excellence.
L'hostilité suintait dans le regard de l'amiral, ce qui suscita un froid mépris de Melok.
-Je serai ravi de vous fournir cette explication en personne, amiral. Mon bureau vous sera accessible à n'importe quel instant.
Les derniers mots du Premier Régent sonnaient comme une provocation.
-Alors nous nous verrons, conclut Bilel. Cette conversation n'est pas finie.
Il rompit sèchement la transmission holographique et son regard erra au loin avant que Carmina Delinki n'attira son attention.
-Monsieur?
Toute trace de colère avait disparu de ses traits alors qu'il se tourna vers elle. La jeune femme le sentait empli d'une féroce résolution.
-Allez-y, capitaine, accorda-t-il. Donnez les ordres.
-Bien, monsieur.
Elle s'éloigna d'un pas prompt et lança à travers le pont:
-Donnez l'ordre de désengagement immédiat à toutes les unités, l'attaque est annulée! Nous rentrons sur Alsakan, rappelez les Yatagan!
Le Cristal Brûlant et les deux autres croiseurs qui l'appuyaient, rompirent le duel avec le Défenseur dont les boucliers ne tenaient plus qu'à un fil. Bilel vit la forme massive du cuirassé républicain rapetisser au fur et à mesure qu'il s'en éloignait, les artilleurs ennemis soutenant toujours un feu intense.
-Nous avons rentré les coordonnées pour le saut, amiral.
-Merci capitaine. Vous me remettrez un rapport des pertes le plus vite possible.
-Ce sera fait.
Delinki fixa à son tour la silhouette du Défenseur qui continuait d'envoyer des bordées alors que des flash brillèrent au loin, plusieurs minutes après l'ordre de retrait. Les renforts de la République étaient arrivés.
-Cette bataille est terminée, capitaine, déclara-t-il. Il est temps d'en commencer une autre.
-Quelles sont vos intentions?
-Retrouvez-moi dans mes quartiers après le saut. Il y a beaucoup de choses que nous devons aborder.

Riyan abattit rageusement le Yatagan qui s'abîmait dans les flammes, après que son pilote soit parvenu à s'éjecter. Son Typhon fut aussitôt encadré par les ripostes de canons de d'autres ennemis qui le serraient de près.
Trois Yata.
-Ici, leader, j'ai besoin de soutien!
-On arrive, sergent major! Cria la voix de la twi lek Drya dans son casque.
Le chef de l'escadron Nimbus fit rouler son chasseur dans une succession de tonneaux ambitieux et compliqués pour se défaire de ses ennemis. Ses alarmes hurlèrent de plus belle lorsque les salves alsakanies frôlèrent la carcasse de son Typhon traqué de près.
À travers son cockpit, il voyait tourbillonner les silhouettes des épaves de cuirassés républicains hachées par l'artillerie des croiseurs alsakanis menés par le Ksarel Kebir qui resserraient l'étau. La situation devenait critique.
Et ce n'était pas l'arrivée de deux frégates Sarbakan qui allait y changer quoi que ce soit pour le moment.
Drya – Nimbus 6 – surgit avec Nimbus 5 à ses cotés pour porter assistance à leur supérieur. Deux Yatagans furent réduits en poussière de comète et le bleu Myco Dedhu reçut sur le canal de la part son équipière:
-Bien joué, le bleu! Joli tir!
-Merci Drya!
Le dernier Yatagan préféra rompre la poursuite mais il fut détruit par Zeya avant d'avoir pu se mettre à couvert.
Ils ne faisaient que retarder l'inévitable. Le cuirassé qu'ils escortaient se désagrégea, dévoré par les incendies. Tous les chasseurs républicains s'éloignèrent pour échapper à l'onde de choc, pourchassés par une multitude de Yatagan.
L'escadron Nimbus était chargé de verrouiller ce flanc mais leur position devenait intenable. Le sergent major Lix lorgna vers un autre vaisseau capital républicain qui stationnait en arrière et attirait maintenant sur lui l'essentiel du feu ennemi.
-On se replie vers le Vontor! Lança Riyan.
-Reçu, leader!
Les batteries du cuirassé Vontor entrèrent en action et endommagèrent deux frégates Hirken qui s'étaient enhardies alors que les Nimbus longeaient sa coque pour tenir à distance les pilotes alsakani.
Le Vontor surchauffa l'affût de ses canons jusqu'à ce que les deux frégates adverses finissent par dériver, embrasées. Il continua de nourrir les tirs jusqu'au maximum, bien au-delà de ses capacités avant de cesser le feu pour dévier l'énergie et remonter ses boucliers.
Les alsakani en profitèrent pour accélérer et surcharger d'un massif tir de barrage les écrans déflecteurs du cuirassé qui fit front courageusement. Mais à moins d'un miracle, son sort ne serait pas différent de d'autres cuirassés qui n'étaient plus que des coquilles brisées.
Riyan ne voyait pas de miracle en vue.
Il surprit seulement le Typhon de Zeya commencer à prendre feu au niveau d'un de ses deux moteurs ioniques. La zeltronne avait été surprise par un Yatagan qui avait volé sous son radar et l'avait prise en enfilade.
-Je suis touchée! L'entendit-il crier à ses tympans. Le réacteur 1 ne répond plus! Mes boucliers sont en train de lâcher!
Privée à moitié de sa motricité, elle tenta de s'embarquer dans des acrobaties mais l'alsakani s'accrocha derrière elle. Riyan réagit en les rattrapant tous les deux pour intercepter l'ennemi. Le temps lui manquerait cependant pour éviter la destruction du Typhon de son équipière.
-Ejecte-toi, Nimbus 2! Éjection!
La zeltronne répondit:
-Compris! Je m'éjecte!
Il vit la verrière sauter et la pilote non humaine jaillir hors de son cockpit attachée à son siège. Son Typhon se démembra sous les tirs du Yatagan avant que Riyan ne le liquida.
-Ils sont en train de la cibler! Prévint Nimbus 10.
Cinq silhouettes en forme de delta firent irruption dans le champ de vision de Nimbus leader. À cinq cent mètres de son équipière livrée à elle-même dans le vide de l'espace. Ses autres équipiers pris à partie n'étaient pas en mesure de la secourir.
Riyan fut lui-même aux prises avec deux Yatagan qui vinrent à sa rencontre à onze heures. Il les dépassa, esquivant leurs tirs de canons pour intercepter les cinq autres appareils alsakanis. Il accéléra pour foncer tête baissée.
-Amorçage de toutes les torpilles, ordonna-t-il.
Amorçage programmé, lancement conseillé avant mise à feu, répondit l'ordinateur de bord.
-Garde les tubes fermés quoiqu'il arrive.
Déconseillé, cela menacerait l'intégrité de votre vaisseau.
-Je m'en fiche!
Il scella sa combinaison après avoir vérifié son étanchéité. Il appuya sa paume sur son casque et sur son arrivée d'oxygène pour tester les jointures puis poussa sur le manche.
-Après éjection, lance les torpilles!
L'ordinateur de bord afficha sur son écran: impossible si les tubes de lancement sont fermés. Votre ordre absurde sera néanmoins exécuté.
-Merci, tas de circuits imprimés.
Il ralentit son Typhon lorsqu'il parvint à hauteur des cinq Yatagans qui arrivaient sur sa droite. La vitesse réduite permit aux deux autres Yatas de le rattraper à portée de tir. Et même mieux... ils lui collaient au shebs.
Parfait, pensa-t-il.
Il agrippa la poignée de sa main droite à coté du manche et inspira un grand coup. Il espérait ne pas mourir stupidement lorsque la verrière s'ouvrirait et qu'il ne serait pas projeté contre le toit du cockpit. Un accident qui était arrivé à plusieurs recrues de son académie plusieurs années auparavant lorsqu'ils s'entraînaient sur les derniers prototypes de Typhon.
Il tira la commande à lui et ferma les yeux instinctivement, en criant:
-Lancement des torpilles!
La fraction de seconde d'après, il fut aspiré par le vide cosmique et aperçut sous lui son chasseur Typhon privé de cerveau, qui se dirigeait droit sur les cinq chasseurs alsakanis. Trois d'entre eux se déportèrent brusquement sur le flanc lorsque leurs pilotes prirent conscience qu'ils allaient entrer en collision avec l'épave.
Cinq secondes s'écoulèrent avant que les torpilles n'explosèrent coincés dans le fuselage, oblitérant le Typhon et les sept Yatagan atteints par l'onde de choc. La vitesse d'inertie le rapprocha de Zeya qui tendit la main pour l'attraper par le poignet.
Ils lévitèrent sur eux-même, leur regard se croisant. À travers la visière de son casque, Riyan surprit la désapprobation qui s'échappait de ses yeux.
Leur comlink intégré continuait de fonctionner.
-Bon sang, Riyan! S'exclama-t-elle. Qu'est-ce qui t'a pris?
Elle lui tenait toujours fermement le poignet et il la prit alors l'épaule. Les mots lui vinrent naturellement.
Il sentait si serein, en totale intimité. C'était le moment, il doutait de pouvoir en bénéficier d'un autre tant que la bataille durerait.
-Ce qui m'a pris? Je t'aime, Zeya... voilà ce qui m'a pris.
Il lut sur ses traits de la surprise puis de la bienveillance.
-Je me demandais quand tu te déciderais, glissa-t-elle.
Elle se plaqua contre lui, ressentant des sentiments réciproques. Peut-être aussi pour se prémunir contre le froid de l'immense espace glacé.
Il lui rendit son étreinte et ils restèrent ainsi sans dire un mot de plus tandis que la mort les illuminait de ces éclairs à la fois proches et lointains. Au milieu du néant empli de carcasses de duracier rompues et calcinées, empli de ces cadavres congelés dont les expressions déformées trahissaient l'effroi dans leur dernier souffle, ces deux êtres s'aimaient.
Leur amour était la lumière déchirant les ténèbres, la bonté écartant la corruption. Ils s'abandonnèrent à cet instant de communion alors que le Vontor tentait de s'opposer à la progression du Ksarel Kebir et du reste de la formation menée par Yasip Yakub.
Rien ne pouvait retenir l'inévitable et ils ne pouvaient plus y participer, cela ne dépendait plus d'eux.
-Vontor, vous me recevez? Fit tout à coup la voix de Nimbus 6 dans leurs oreilles. Il se passe quelque chose d'étrange ici!
Les éclairs qui striaient la nuit cosmique baissèrent subitement d'intensité. Certains croiseurs alsakanis commençaient à rétrécir, s'éloignant inexplicablement des dernières lignes républicaines malmenées.
-Les Yatagans rompent l'engagement! Ils les rappellent! Signala le givin, Nimbus 7.
-Ici le Vontor! Les alsakanis ont cessé leurs attaques dans plusieurs secteurs, attendez les instructions du Défenseur!
Les canaux militaires républicains saturés quelques instants auparavant d'appels de détresse et de demande de soutien ou de repli, transmettaient maintenant les cris de surprise des équipages survivants qui s'étonnaient des nouvelles manoeuvres de l'ennemi.
-Ils battent en retraite! Lança un pilote qui n'appartenait pas à l'escadron Nimbus.
-Méfiez-vous, c'est peut-être un piège!
-Quelles sont les instructions?
La voix du capitaine Skyrim tomba peu après.
-Défenseur à toutes les unités, ordre de rester sur vos positions! Gardez les boucliers levés et continuez de nourrir les tirs jusqu'à épuisement de vos munitions! Les chasseurs doivent rester à proximité des vaisseaux capitaux! Lyram Skyrim, terminé.
Les vaisseaux alsakani se mirent hors de portée de tir de leurs antagonistes républicains qui ne cessèrent pas le feu pour autant. Ils ne furent inquiétés en aucun cas car la Flotte du Noyau avait tellement souffert qu'elle ne pouvait se lancer à leur poursuite.
-L'ennemi a cessé le feu et se regroupe pour sauter en hyperespace! Signala le Vontor.
-Maintenez votre position et attendez les ordres! Répliqua le Défenseur.
Les alsakani accéléraient jusqu'aux lisières du système lorsque d'autres flash apparurent à l'autre bout du champ de bataille.
Nimbus 10 s'écria:
-La Deuxième Flotte est arrivée!
Riyan et Zeya se détendirent soulagés, les navires alsakani clignotèrent un à un avant de passer en hyperespace.
Les vaisseaux de la Deuxième Flotte se déployèrent autour de ce qui restait de la Flotte du Noyau. Les deux pilotes naufragés évitèrent de regarder les épaves qui croisaient, les cadavres qui dérivaient dont celui de ce duro qui les dépassa en les frôlant.
La bataille était finie et la République avait été sauvée... à un prix exorbitant. La voix sarcastique d'un devaronnien leur parvint peu après:
-Eh les deux tourtereaux! Grinça Mulkar, Nimbus 3. Vous avez besoin que le Vontor vous envoie un taxi?
-C'est pas de refus, répliqua Zeya. On commence à geler ici.

Voilà, j'espère que cela vous a plu! n'hésitez à dire ce que vous en avez pensé :sournois: !

On se dit, à la prochaine pour la suite :hello: !

PS: en résumé, qu'avez-vous pensé de cette grande bataille :sournois: ?
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mar 16 Juil 2019 - 15:03   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Extrait lu!

Oh, je ne m'attendais pas à ce que la bataille se finisse ainsi par un repli alsakani! L'Amiral a dû en manger son chapeau... et tous les combattants font face à des enjeux qui les dépassent sur Coruscant, entre Contispex et le Régent nouvellement désigné! :sournois:

Superbe bataille, oui, enfin terminée... Et j'ai déjà hâte de lire la suite!!! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mar 16 Juil 2019 - 18:35   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour, L2 :wink: !

L2-D2 a écrit:Oh, je ne m'attendais pas à ce que la bataille se finisse ainsi par un repli alsakani! L'Amiral a dû en manger son chapeau... et tous les combattants font face à des enjeux qui les dépassent sur Coruscant, entre Contispex et le Régent nouvellement désigné! :sournois:


C'est le genre de chose qui arrive quand la politique prend le pas sur les évènements militaires :sournois: ... l'amiral alsakani l'a très mauvaise comme tu as pu le remarquer :whistle: !

L2-D2 a écrit:Superbe bataille, oui, enfin terminée...


:jap:

Allez à la prochaine pour la suite :cute: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Ven 19 Juil 2019 - 15:43   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Voilà! C'est lu!

Alors... Tu m'avais prévenu par deux fois que l'issue de la guerre serait surprenante... mais, je ne m'attendais pas à ça!! :shock: C'en est presque frustrant! :transpire: En tout cas, c'était finement joué! Comme toujours! :sournois: Jusqu'au bout, j'ai cru que les Alsakanis allaient vaincre et ce, même si c'était peu plausible que Contispex les laisse faire à leur guise. Comme quoi, le Chancelier Suprême fraîchement élu a su sortir son épingle du jeu!

Ah! J'oubliais ce moment de romantisme dont tu nous as gratifié! Joli!

Sinon, concernant cette bataille à grande échelle, j'ai adoré! Tu as fait référence, dans un précédent message, au bataille contre les Yuuzhan Vongs; et bien, je peux te dire qu'avec cette grande bataille, tu as atteint tes objectifs. J'avais vraiment cette impression de désespoirs mêlée à des actes de bravoures intenses!

Voilà! Maintenant, j'attends la suite!^^

Bonne continuation l'ami!

A bientôt! :)
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5444
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Ven 19 Juil 2019 - 22:07   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour, Den :wink: !

Den a écrit:Alors... Tu m'avais prévenu par deux fois que l'issue de la guerre serait surprenante... mais, je ne m'attendais pas à ça!! :shock: C'en est presque frustrant! :transpire: En tout cas, c'était finement joué! Comme toujours! :sournois: Jusqu'au bout, j'ai cru que les Alsakanis allaient vaincre et ce, même si c'était peu plausible que Contispex les laisse faire à leur guise. Comme quoi, le Chancelier Suprême fraîchement élu a su sortir son épingle du jeu!


oui c'est une très belle victoire... volée :sournois: ! Certains sur Alsakan risquent de l'avoir très mauvaise contre le nouveau Premier Régent! Contispex semble avoir réussi à faire pression sur quelques personnes bien placées :sournois: ... il n'allait pas laisser ses alliés aller aussi loin de leur propre initiative tout de même!

Den a écrit:Ah! J'oubliais ce moment de romantisme dont tu nous as gratifié! Joli!


En voilà deux qui risquent de finir sous la même vapodouche! Non, je ne parlais pas de moi et de Talon :transpire: :paf: !

Den a écrit:Sinon, concernant cette bataille à grande échelle, j'ai adoré! Tu as fait référence, dans un précédent message, au bataille contre les Yuuzhan Vongs; et bien, je peux te dire qu'avec cette grande bataille, tu as atteint tes objectifs. J'avais vraiment cette impression de désespoirs mêlée à des actes de bravoures intenses!


Je songeais surtout à la chute de Coruscant où les néo républicains se font balayer par les YV, dans la panique politique la plus complète :x !

Den a écrit:Voilà! Maintenant, j'attends la suite!^^


La suite? c'est pour demain :P !

ciao a presto!
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 20 Juil 2019 - 22:06   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Bonsoir tout le monde!

Oyez oyez gents dames, nobles messieurs! Voici donc la suite!

après la fin d'une intense bataille spatiale, il est temps pour nos républicains de panser leurs plaies!

Découvrez cela!

Plusieurs heures après la fin de la bataille, le chasseur de Maître Ri'ila Terka apponta dans le hangar principal du Défenseur. Le personnel s'écarta à son intention pour la laisser se poser au milieu d'une effervescence bouillante.
Après avoir bondi hors du cockpit, la Jedi twi lek considéra le spectacle devant elle. Des navettes se posaient et déchargeaient par leurs rampes d'accès, des lits anti grav poussés par des infirmiers et portant des blessés sérieux couverts de bandages au crâne, aux torses ou aux membres.
Leurs gémissements emplissaient ses sens auditifs et elle les absorba au fonds de son âme à l'aide de la Force. Des droides médicaux établissaient un diagnostic histoire de les classer par ordre de priorité.
Certains vaisseaux de la Flotte du Noyau avaient été si endommagés que leur infirmerie avait été mise hors service et que les blessés qui pouvaient être transportés étaient transférés le plus rapidement possible à bord de d'autres nefs.
La Deuxième Flotte s'était déployée pour protéger les survivants de l'amirale Helder, elle-même grièvement blessée au cours de la bataille et qui était prise en charge à bord de son propre vaisseau de commandement.
Elle secoua ses lekkus, sensible à la détresse ambiante puis se décida à hâter le pas pour rejoindre son ancien padawan qui devait se trouver au chevet de la commandante de la Flotte du Noyau. Elle franchit le sas et traversa des couloirs dans lequel s'affairaient des techniciens pour remettre en service des portions de corridors ou même des turbo ascenseurs secondaires.
Comme elle le pressentait, elle retrouva dans un coin isolé de l'infirmerie, un jeune chevalier alsakani penché au-dessus d'une femme inconsciente, allongée dans un lit médical. Le front entouré d'un bandage, des fils étaient incrustés dans son avant bras et ses poignets, reliés à des instruments de mesure qui mesuraient sa tension et son activité cognitive.
Ri'ila Terka le sentait puiser dans ses pouvoirs pour aider sa guérison.
Un officier duro le regardait faire de l'autre coté du lit, sa figure sans relief exprimant une grande angoisse.
Bekan Kalad, paupières closes et paumes jointes devant sa maigre poitrine, ne paraissait pas avoir remarqué sa présence jusqu'à ce qu'il lui dise.
-Bonjour, maître Terka.
Elle se contentait de se ranger à sa hauteur et de fixer l'officier non humain.
-Capitaine Skyrim? Je suis maître Terka du Haut Conseil.
-Enchanté, maître Terka, répondit sobrement le duro. Merci de nous avoir sauvé la mise.
-Je déplore que nous ne soyons pas arrivés à temps, tant de morts auraient pu être évitées, regretta-t-elle.
-Ce n'est pas de votre fait, ce sont les aléas de la guerre.
Le duro s'éclaircit la gorge.
-Maintenant il nous reste à déterminer quelles seront les prochaines intentions des alsakanis.
-Justement c'est la raison de ma présence, entre autres, dévoila la twi lek.
Bekan ouvrit à cet instant les yeux et émergea de sa transe. Lyram Skyrim crut voir la poitrine de l'amirale se soulever plus fermement, un bon signe.
Le jeune humain se tourna vers sa supérieure et s'inclina pour la saluer de façon plus cérémonieuse.
-Le Sénat a élu Contispex comme nouveau Chancelier Suprême et lui accordé les pleins pouvoirs pour résoudre la Crise avec Alsakan, raconta-t-elle, étant donné la gravité de la situation à quelques années lumière de Coruscant. Les derniers rapports sur la situation politique sur Alsakan semblent assez confus mais un nouveau Premier Régent a été désigné par l'Archaiad.
-C'est une coïncidence assez curieuse, fit remarquer Bekan soucieux. D'autant plus curieux le jour même de l'élection du nouveau Chancelier.
-Le Haut Conseil a trouvé cela étrange aussi. Nous ignorons pour le moment à quoi est du le changement de pouvoir là-bas. Toujours est-il que le Chancelier Suprême aurait ensuite pris contact avec le nouveau chef d'Etat d'Alsakan pour lui proposer un cessez le feu, en accèdant à certaines de leurs revendications, émises avant la destitution de Pers'lya. Le Premier Régent aurait accepté ce cessez le feu.
-Cela explique pourquoi les alsakanis ont rappelé la flotte, déclara le duro. Je me demande si cela faisait partie de leur stratégie globale.
-Cela m'étonnerait, fit observer Bekan. Mon intuition me dit que quelqu'un de haut placé sur Alsakan ou Coruscant a manigancé ce manège.
Le silence succéda à cette idée soulevée par le jeune Chevalier et d'une simple pression télépathique, la non humaine lui intima de ne pas en dire plus.
-C'est une idée intéressante, jeune Jedi, souligna Skyrim. Dans l'immédiat, nous allons nous satisfaire du cessez le feu. Il ne nous reste plus qu'à espérer qu'un traité de paix durable soit signé après tout cela.
-C'est notre souhait à tous, capitaine, appuya la twi lek.
Tous trois consultèrent de nouveau l'amirale Helder toujours inconsciente et inerte.

Dans la cantina du Vontor, un calme inhabituel y régnait. Cela s'expliquait sans mal par le contexte tendu qui suivait les batailles éprouvantes. Une bataille dans laquelle la République avait frôlé militairement de peu un désastre complet.
Le cuirassé amiral avait accepté de recueillir l'escadron Nimbus et les débris de l'escadron Reek – trois survivants sur douze – puisque les hangars du Défenseur étaient bondés de navettes de technicien et de vaisseaux médicaux de différents tonnages suite aux pertes sévères infligées à la Flotte du Noyau.
La nouvelle du cessez le feu qui prenait effet sur tous les fronts à travers la galaxie, hantait les pensées de Riyan Lix qui sirotait son verre empli de bière Polaris qu'il remuait avec une paille, du haut de son tabouret haut perché au bar.
Un droïde serveur nettoyait le comptoir, avec une expression absente. Riyan vêtu cette fois d'un uniforme standard correspondant à son grade, une tenue brune verte arborant son insigne de sergent major, jeta un regard vers Ilmi Kliss, la zabrak qui se tenait à un mètre de lui. Elle aussi juchée sur un tabouret penchée sur le comptoir, elle observa le fonds de son verre dans lequel baignait un liquide bleu.
Elle était revêtue aussi de son uniforme.
Quelqu'un racla tout à coup une chaise sur le sol avant de s’asseoir bruyamment dessus. Ilmi et Riyan contorsionnèrent la nuque pour voir leur équipier Myco Dedhu, le bleu de l'escadron répondant au matricule de Nimbus 5, étendre les jambes sous la table derrière eux, les bras croisés et le visage fermé. La tristesse assombrissait ses traits, la bataille avait du sérieusement l'ébranler.
Ilmi se mit sur ses appuis et adressa un regard interrogateur vers son supérieur. Riyan lui désigna Myco d'une inclinaison du menton.
-Va lui parler, lui intima-t-il.
-Oui chef, obtempéra-t-elle.
Son verre toujours dans la main, la jeune pilote non humaine à la chevelure cuivrée sauvage et au front hérissé de petites cornes se dirigea vers la table pour prendre place face au jeune homme. Celui-ci releva la tête et replia ses jambes pour la laisser prendre ses aises. Il s'éclaircit la gorge après avoir commandé une bière corellienne au droîde serveur qui la lui amena rapidement.
-J'ai pas besoin d'aide, plaida-t-il.
-Tu sembles pourtant en avoir besoin, insista Ilmi.
L'équipier de Drya écarta son verre de quelques centimètres.
-Je ne m'attendais à ce que cela se passe comme ça.
-C'est la guerre, le bleu. Tu t'attendais à quoi? Insista-t-elle.
Il se mordit la lèvre en se redressant.
-Pas à ça en tout cas, avoua-t-il. Tous ces morts... j'ai vu tellement de corps flotter dans l'espace... je me demande combien il y en a.
-Nous avons vu la même chose que toi.
Il se renversa en arrière sur sa chaise.
-Il doit y en avoir des centaines, peut-être des milliers. Si j'avais été plus rapide et plus réactif, j'aurais abattu plus d'alsakani, beaucoup de nos pilotes n'auraient pas été tués.
-Arrête de culpabiliser, tu as fait un super boulot. Tu as réussi à garder Drya en vie et elle a réussi à te garder en vie, c'est tout ce qui devrait t'importer.
Il soutint son regard tout en rapprochant son verre vers lui.
-Si j'avais fait mieux, on n'aurait pas perdu Nimbus quatre et Nimbus neuf.
Les yeux de la zabrak se voilèrent sous le coup de la peine.
-Coxon et Hrendi? Ils nous manqueront, j'ai fait l'académie avec eux, lui confia-t-elle.
-J'imagine pas ce que tu dois ressentir.
Elle lui accorda un sourire reconnaissant.
-Ce qui importe est de rester en vie pour le prochain combat, intervint Riyan qui réserva une chaise entre eux deux. Ce qui ne veut pas dire que nous devons les oublier, nous devons continuer à donner un sens à leur sacrifice, nous rappeler pourquoi ils sont morts.
-Ce n'est pas certain qu'il y ait un prochain combat, fit remarquer la zabrak. Je ne sais pas ce que le nouveau Chancelier a dit à leur Premier Régent mais je ne m'attendais pas à ce qu'un cessez le feu tombe en pleine bataille.
-Il a du employer les bons arguments alors que nous étions en pleine déroute, déclara Myco Dedhu.
-On peut dire que c'est un miracle, reste à savoir s'il durera.
À peine Ilmi avait achevé de formuler sa pensée que les autres membres de l'escadron Nimbus se présentèrent enfin à la modeste cantina. Drya la twi lek et Mulkar le devaronnien furent les premiers, bientôt suivis de Nimbus 7 et Nimbus 8, respectivement le givin Sokil Mayi et l'humaine aux cheveux roux courts Senya Torred.
Les quatre nouveaux venus saluèrent leurs deux camarades et leur supérieur et décidèrent de rapprocher une nouvelle table avec la première, trop petite pour accueillir tout le reste de l'escadron. Zeya arriva à son tour, accompagnée d'une mirialan, Nimbus 10 ou plutôt Irren Dugol. Tous se poussèrent pour les laisser s’asseoir parmi eux, la jeune zeltronne s'arrangeant pour se retrouver aux cotés de Riyan.
Tous avaient peu de temps après un verre à la main, servis avec diligence par le droîde serveur qui avait repris ses habituelles et monotones tâches ménagères. Tous se tenaient debout, les regards convergents vers Riyan.
Personne n'émit la moindre remarque sur l'absence de Grevas Eyl.
Riyan hésita encore un peu avant de se lancer enfin.
-Nous avons sûrement traversé le moment le plus dur de notre existence. J'ignore si nous aurons à subir d'autres épreuves de feu mais je tenais à profiter de ce moment de trêve, de ce cessez le feu pour vous dire que j'étais fier de vous commander. Et que je suis heureux de vous voir sains et saufs devant moi, bien que deux des nôtres n'aient plus cette chance.
Certains baissèrent la tête ou détournèrent les yeux un instant pour masquer le chagrin qui embuait leurs paupières. La main droite de Zeya serra celle de Riyan qui tressaillit à ce contact intime qui n'échappa à personne.
-Je n'ai pas la chance d'avoir connu Coxon et Hrendi aussi bien que certains d'entre vous qui les ont côtoyés à l'académie mais ils étaient d'excellents pilotes. Leur vaillance et leur sacrifice ont certainement permis de sauver beaucoup de vies, surtout les nôtres. Oui nous les regretterons car ils étaient de sacrés bons pilotes. Nous les regretterons aussi car nous ne pourrons plus leur parler, échanger un sourire ou une blague avec eux. Je vous demande de ne pas les oublier mais aussi de ne pas vous morfondre dans la tristesse car ce n'est pas le meilleur hommage que nous pourrions leur rendre en oubliant de vivre.
Il leva son verre à hauteur de son visage empreint de gravité.
-Nous devons continuer à avancer en profitant des moments que nous passons ensemble dans le présent et dans l'avenir. Car nous sommes les Nimbus.
Les autres équipiers secouèrent la tête, gonflés de fierté.
-À Coxon et Hrendi, que leur exemple continue de nous inspirer!
Les autres répétèrent le nom de leurs deux camarades tombés au champ d'honneur, en levant leur verre bien haut. Ils avalèrent une gorgée puis se murèrent dans un silence recueilli. Myco fut le premier à le rompre timidement.
-Que va-t-il se passer après? Le cessez-le-feu va tenir à votre avis?
Des regards perplexes furent décochés de part et d'autre.
-On va espérer que oui, après toutes les pertes qu'on a eus, répondit Drya en agitant ses lekkus.
-Avec ce nouveau Chancelier Contispex, nous ne sommes sûrs de rien, assura la mirialan Irren. Surtout avec ses stéréotypes sur nous, les non humains.
-Espérons qu'il saura faire preuve de pragmatisme politique, plaida Riyan. Je ne le crois pas assez stupide pour risquer de s'aliéner tous les peuples non humains de la République. Cela nous déchirerait et nous précipiterait dans une guerre civile.
-En admettant que nous parvenions à mettre fin à cette guerre là, ce qui n'est pas encore certain tant qu'un traité de paix n'aura pas été signé, souligna Senya d'Anaxès.
-Ce sont peut-être des ragots, mais j'ai entendu dire qu'il se passe des choses pas très nettes chez les alsakanis, fit observer Mulkar.
Le devaronnien fut alors l'objet de la curiosité de tous ses camarades.
-Du genre? L'encouragea Zeya.
-Un nouveau Premier Régent aurait été choisi au début de la bataille. Peu de temps avant que le Sénat ne désigne Contispex Chancelier. Je ne veux pas passer pour quelqu'un de paranoïaque, il n'y a peut-être aucun lien, mais vous ne trouvez pas ça bizarre?
Tous les pilotes échangèrent alors des regards vifs.
-Tu insinues que la bataille qui vient d'avoir lieu et qui a provoqué la destruction des trois quarts de la Flotte du Noyau serait le résultat d'une machination? Que la Crise d'Alsakan a été provoquée par quelqu'un qui tenterait d'en profiter? Martela la twi lek Drya.
-Cela a bien profité à Contispex, notre cher nouveau Chef d'Etat, pacifique et empreint du plus grand respect envers la diversité, fit remarquer ironiquement Mulkar.
-Je pense que nous en avons assez dit, coupa Riyan. Nous devrions passer à un autre sujet.
Les autres pilotes semblèrent surpris de cette intervention qu'ils ne surent comment interpréter.
-Vous avez peur de quelque chose, chef? Grinça le givin.
-Nous vivons une période tendue avec un Chancelier qui n'est pas réputé pour sa tolérance envers les non humains et envers quiconque ne pense pas comme lui. Coruscant est déchirée par des tensions entre communautés. Tout ce que nous pourrions dire sur Contispex et sur la politique en général pourrait se retourner contre nous et pourrait mettre en danger nos vies, nos carrières et même nos familles. Je n'ai pas l'impression que certains d'entre vous aient commencé à réaliser cela.
Ses paroles glacèrent l'ambiance et certains commencèrent à lorgner le fonds de leur verre, comme s'ils essayaient de déceler l'avenir.
-Et pour Grevas, qu'avez-vous décidé? L'interrogea le bleu.
-Son cas a été réglé, rétorqua Riyan d'une voix cassante.
À cet instant, l'intéressé entra dans la cantina, ostensiblement en retard. Il ne prit pas conscience du dégout qu'il inspirait maintenant au reste de tout l'escadron. D'un air détaché qui flirtait avec la provocation, il salua d'un hochement de tête ses camarades qui demeuraient froids.
Les lumières de la cantina reflétaient son crâne chauve luisant, signe de son endoctrinement forcené qui menait le moindre de ses actes.
-Tu n'as rien à faire ici, lui lança Ilmi Kliss.
Il fixa avec une condescendance marquée la jeune zabrak qui le toisait, les bras croisés.
-Ce n'est pas à toi d'en décider et je fais toujours partie des Nimbus.
-Après tout ce que tu as fait pendant la bataille, tu as un sacré culot de venir nous voir, déclara Mulkar les dents serrées.
-Heureux que vous ne commandiez pas l'escadron.
Devant son sourire narquois, Mulkar et Ilmi contournèrent leurs équipiers de concert pour le prendre en tenaille. Grevas Eyl ne sembla pas le moins du monde impressionné, ne reculant pas d'un seul pas.
Il paraissait sûr d'être intouchable. Il était après tout un adepte d'une secte fanatique et le nouveau Chef d'Etat de la République n'était autre que son guide spirituel. Fort de cette conviction, il poussa la provocation encore un peu plus.
-Je vous conseille de rester sages, les prévint-il.
-Ah oui? Rugit Ilmi.
-Les Enfants de la Déesse sont maintenant à la tête de la République et nous remettrons tous ceux qui se sont égarés, dans le droit chemin. Le Sage Suprême saura se montrer magnanime avec ceux qui sauront reconnaître leurs péchés. Tous ceux qui s'opposeront à la Volonté de la Déesse le paieront.
Riyan s'avança à son tour pour faire face au jeune croyant extrémiste. Il ordonna à Mulkar et Ilmi de reculer.
-Contispex n'est pas là pour prendre ta défense, Grevas. Si je ne t'ai pas viré de l'escadron jusque là, c'est parce que tu es un bon pilote et qu'il fut un temps où nous étions amis. Mais tu as franchi la ligne rouge.
Il espérait déclencher une réaction chez Grevas qui lui aurait montré qu'il avait conservé un coté humain. Mais son ancien ami demeurait impassible.
-Tu as donné un prétexte aux alsakani pour nous attaquer et Coxon est mort à cause de toi. Beaucoup trop de gens sont morts à cause de toi.
-Leurs morts serviront les desseins de la Déesse.
Riyan se fit violence pour rester calme.
-Tu auras le temps de dire cela à leurs familles, tu es viré des Nimbus. Le capitaine Skyrim approuve ma décision.
Dans le dos de Grevas apparurent deux soldats de la police militaire de la Marine en uniforme brun. Sentant leur présence, le pilote déchu pivota vers eux deux.
L'un d'entre eux, une falleen, demanda.
-Caporal chef Grevas Eyl?
-C'est moi.
La non humaine exhiba un datapad sous son nez.
-Vous êtes en état d'arrestation pour insubordination aggravée et mise en danger délibérée de la vie d'autrui. Vous avez le droit de garder le silence, tout ce que vous direz à partir de cet instant pourra être retenu contre vous. D'après l'article 3 du code de procédure militaire en vigueur dans la Marine et dans l'Armée, vous avez droit à un avocat civil de votre choix après un délai de 48 heures.
-Je peux passer un appel?
La falleen demeura inflexible.
-Je suis navrée caporal chef, mais le capitaine Skyrim a demandé que vous soyez placé en isolement pendant 48 heures.
-C'est de l'abus de pouvoir.
Elle secoua les épaules d'indifférence tandis que le second soldat, un gotal, se rangea à sa hauteur, une paire de menottes paralysantes dans la main.
-Veuillez vous tourner s'il vous plait, caporal chef.
Grevas réprima ses protestations et obtempéra. Alors que des étreintes d'acier se refermèrent dans un cliquetis mécaniques, il défia le regard de Riyan.
-C'est donc comme cela que ça se termine, hein? Ce n'est pas fini, Riyan!
-Pour aujourd'hui, si. Nous en avons tous fini avec toi.
Le chef d'escadron sentit la main de Zeya se contracter davantage autour de la sienne.
-On se reverra et vous me le paierez tous! Beugla tout à coup Grevas. Je le jure au nom de la Déesse, vous subirez son courroux!
-C'est ça, bon vent! Répliqua Mulkar avec dérision.
Les deux soldats emmenèrent par les coudes le prisonnier, qui disparut de leur champ de vision à leur grand soulagement.
Les ponts étaient désormais rompus avec Grevas Eyl.


[… ce n'était pas censé finir ainsi. Ce plan avait été si bien préparé avec minutie, dans ses moindres détails. Nous avons pris en compte toutes les interférences mais pas celles issues délibérément de nos rangs.
Nous n'aurions pas du rentrer bredouilles mais victorieux, forts d'une paix avantageuse pour notre peuple, pour les siècles à venir. Nous manquons ainsi une occasion d'être célébrés comme des héros mythiques dont le souvenir glorieux ne s'effacerait jamais. Tous nos morts auraient pu avoir leur nom inscrit sur la Stèle de la Mémoire, et honoré à jamais avec fierté par leur famille et leurs descendants.
Mais cela ne se produira pas. Peut-être que le moment est venu de crever l'abcès et de rendre justice à notre peuple.
Le Premier Régent et l'Archaiad ont prouvé depuis bien trop longtemps leur médiocrité, cette bande de tyrans aristocrates marchands mérite d'être foulé aux pieds par le peuple d'Alsakan, dont ils ont ignoré et bafoué trop longtemps les droits.
Ainsi soit-il, ma décision est prise.
J’œuvrerai pour mon peuple, comme j'ai toujours souhaité le faire. J'ignore ce qui s'est passé au moment où j'ai déclenché la bataille contre la Flotte du Noyau, comment ce parvenu d'Orin Melok, anciennement ambassadeur sur Coruscant, a accédé à la charge de Premier Régent. Y avait-il un lien quelconque avec l'élection de Contispex comme Chancelier Suprême de la République? Ce dernier l'avait-il appuyé en sous main?
J'ai l'intention de lui arracher la réponse, de changer les choses enfin. D'installer la démocratie que nous méritons tous.
Hessia, ma chérie, je ne sais pas si j'aurais l'occasion de te revoir mais j'espère que tu me feras confiance. Si j'échoue, je ferai en sorte d'être le seul à en payer le prix. Il est hors de question que nos compatriotes se déchirent dans une guerre civile.
Je t'aime, mon amour et tu embrasseras notre fille Tina pour moi, si nous ne nous revoyons pas d'ici là.
Que les Lunes de Cristal vous bénissent...]

Extrait du message envoyé à sa famille par Bilel Ap Token, Amiral des Forces de Défense d'Alsakan



Voilà, j'espère que cela vous aura énormément plu! Qu'avez-vous notamment pensé de la conclusion? Cela a de quoi nourrir des spéculations pour la suite, non :sournois: ?

Voyez cela comme une dernière transition pour le dernier arc de cette première partie sur... Alsakan! Un monde et un peuple dont vous ignorez tout :diable: !

Allez à la prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 27 Juil 2019 - 22:20   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Bonsoir à tous, c'est l'heure de la suite :wink: !

Cet extrait marque le début de l'arc spéciale Alsakan! Ouiii, Alsakan :diable: !

Après l'offensive avortée contre la République, un amiral alsakani rancunier fomente un complot au plus haut sommet de l'Etat!

Je vous laisse découvrir cela :sournois: !

Les Mondes du Noyau, Système d'Alsaka, le lendemain de l'accession au pouvoir de Julius Contispex


Bilel Ap Token relisait encore une fois le rapport remis par le capitaine Delinki, qui résumait l'état des pertes et des vaisseaux dans la flotte qu'il commandait. C'était une manière de passer le temps dans ses quartiers et de se concentrer ce qui l'attendait sur son monde natal.
Il se préparait à une confrontation vigoureuse avec le Premier Régent en personne. Il en avait discuté avec Carmina Delinki et avait pris des dispositions pour que les évènements ne dérapent pas.
C'était ce qui continuait de le préoccuper. Il posa finalement le datapad devant lui sur sa table de travail et se renfonça dans son siège, les sourcils sombres pliés et rapprochés, ce qui témoignait d'une crainte qui le rongeait.
Pas seulement celle d'échouer, mais aussi celle des conséquences qui découleraient de son échec. Un carillon le tira de ses pensées et il cria:
-Entrez.
Une jeune officier alsakanie franchit le seuil et le salua au garde-à-vous.
-Amiral, le prevint Delinki, nous allons réintégrer l'espace normal.
-Merci capitaine, je vous suis.
Son regard erra furtivement vers l'hologramme représentant son épouse et sa fille. La femme au port digne et chaleureux, la tête recouverte d'un bandeau, maintenait sa progéniture devant elle, une enfant qui atteignait dix ans standard.
Cet hologramme avait été immortalisé quelques années auparavant, peu après sa nomination au grade de commandant d'escadre au sein de la Flotte. Tina était maintenant une adolescente effrontée qui partageait cependant les mêmes convictions politiques que lui. Il sourit malgré lui, en imaginant les efforts que devait déployer Hessia pour maîtriser cette nature rebelle qui avait adopté le goût du risque.
Si les Lunes de Cristal l'accompagnaient, il aurait le temps de les serrer dans ses bras avant d'aller accomplir son devoir. Du moins, il l'espérait.
Il éteignit l'hologramme figé à regrets et rajusta son képi sur le crâne. Il vérifia le bon fonctionnement de son blaster avant de le ranger dans son holster à ses hanches. Enfin il emboîta le pas au capitaine Delinki.
Il la suivit jusque sur la passerelle principale du Cristal Brûlant où régnait une activité frénétique. Tous ses subordonnés se figèrent pour le saluer lorsque Carmina Delinki annonça d'une voix forte:
-Amiral sur le pont!
Bilel les autorisa à reprendre leur poste avant de se diriger vers les ordinateurs contrôlant les paramètres de son croiseur Atgeir et les instruments de navigation.
-Temps de sortie de l'hyperespace estimé à H moins 30 secondes, madame, signala le timonier.
-Merci, fit-elle.
Ils reculèrent au centre du pont et fixèrent tous les deux muets, l'infini vortex spatio temporel d'un halo laiteux aveuglant qui se désagrégea brusquement alors qu'ils titubaient sous l'effet de la brusque décélération.
Les étoiles avaient été recalées au loin, noyés dans le profond horizon cosmique tandis qu'un disque bleu azur envahit leur champ de vision.
Alsakan.
-Statut de la flotte, tous les vaisseaux sont sortis de l'hyperespace et sont opérationnels, souligna le timonier.
-Devons-nous garder les boucliers levés? Demanda Delinki.
-Non, abaissez-les capitaine. Personne ne doit se sentir menacé, surtout notre propre peuple. Nous devons inspirer confiance, insista Bilel.
-Très bien, amiral.
L'enseigne lança tout à coup d'une voix enfièvrée.
-Nous détectons des dizaines de signaux depuis l'orbite géostationnaire de la planète.
-Les Républicains?
-Négatif, monsieur. Ce sont les nôtres.
Par la baie de transparacier, les deux officiers devinaient les contours cylindriques de croiseurs de guerre Atgeir qui étaient déployés autour de la planète capitale.
-La flotte de Meraa Dovahkin, murmura Delinki.
-Envoyez lui un message crypté pour lui faire part de nos intentions.
Carmina accrocha son regard de duracier.
-Amiral, elle a des intérêts au sein de l'Archaiad. Elle les préviendra de nos intentions.
-Capitaine, Meraa Dovahkin a été sous mon commandement avant que je ne la recommande au poste de vice amirale. Je la connais très bien et je sais comment elle réagira. Je pense qu'elle n'aura pas oublié qu'elle m'est un peu redevable pour ça.
-Vous semblez si sûr de sa loyauté envers vous.
-Sa loyauté va avant tout à elle-même. C'est à notre avantage.
Carmina Delinki n'en était pas aussi convaincue. Elle avait étudié les positions des vaisseaux alsakanis face à eux, groupés autour du Missandei, le navire de commandement de Dovahkin. Celle-ci avait abrité sa flotte juste sous le bouclier planétaire, à la limite de portée de tir des défenses planétaires.
Si les choses ne tournaient pas comme prévu, si Dovahkin se dressait contre eux, l'affrontement serait sanglant et une issue victorieuse pour Bilel n'en serait pas vraiment une. Les pertes seraient telles que personne n'en tirerait profit.
Hormis peut-être la République.
Elle priait intérieurement que son commandant ait vu juste. Il commettait très rarement des erreurs, elle espérait que ce ne soit pas le cas.
Que Les Lunes de Cristal soient avec nous, respira-t-elle.
-Le Missandei a répondu, amiral, indiqua l'enseigne.
Ce dernier se tenait derrière une novice assise devant un ordinateur, pianotant un clavier. Elle imprima une feuille de flimsi que l'enseigne s'empressa d'apporter à ses supérieurs.
-Voici le message crypté de la vice amirale Dovahkin.
Delinki exhiba un datapad tandis que Bilel étira la feuille pour étudier les signes illisibles étalés sous ses yeux. Le fameux Code Hirken, inventé par l'amiral prestigieux du même nom qui avait mené des opérations contre la Marine Républicaine avec succès au début de la Cinquième Guerre Alsakan.
Le code devint un casse tête pour les services de renseignements de la République qui ne parvint pas à déchiffrer les messages alsakanis pour tourner la guerre à leur avantage.
Le message semblait bref. Delinki recopia sur son datapad les signes puis entra la clé de cryptage à l'aide d'une datapuce.
Le message véritable s'afficha quelques instants plus tard devant leurs yeux, dévoilé en Haut Alphabet Galactique – différent de l'aurebesh communément employé dans l'espace républicain – qui déclarait ceci:
Nous nous rallierons si vous réussissez.
Delinki surprit le sourire malicieux de son supérieur.
-Comme je vous le disais, capitaine, Dovahkin suit ses propres intérêts.
Elle hocha la tête, encore plus soucieuse.
-Alors vous avez d'autant plus intérêt à réussir, amiral.
Il acquiesça en silence.
-Bien, rendons les choses un peu plus officielles. Ouvrez un canal avec le Missandei, ordonna-t-il sans hésiter.
-Transmission initialisée, lui fut-il confirmé peu après.
L'hologramme de la vice amirale matérialisa le buste d'une robuste commandante alsakani aux traits fins qui auraient pu paraître séduisants si e n'était cette sévérité de circonstance qu'elle affichait avec raideur.
-Amiral Ap Token, salua-t-elle.
-Vice amirale Dovahkin, répondit-il à son intention.
-Le Premier Régent m'a chargée de vous accueillir, de m'assurer que vous étiez arrivé à bon port et de vous féliciter de la bataille que vous avez brillamment conduite jusqu'à votre rappel.
Bien entendu, Bilel n'était pas dupe. Le Premier Régent et l'Archaiad le craignaient au point d'avoir demandé à Dovahkin de déployer ses vaisseaux autour de la planète. Cela ne l'étonnait guère de leur part.
-Je suis honoré de l'attention que le Premier Régent me porte mais je ne mérite pas d'être accueilli par autant de vaisseaux, n'est-ce pas un peu excessif?
Dovahkin accorda un sourire discret.
-Le Premier Régent tenait à vous montrer l'étendue de tout son respect envers l'un des plus brillants commandants de notre peuple depuis Hirken.
-Est-il prêt à me recevoir?
-Il vous attend avec impatience.
Bilel ne laissa transparaître la moindre émotion.
-Je suis tout aussi impatient de lui parler en personne.
-Souhaitez-vous que je vous assigne une escorte?
Pour l'amiral, cela ressemblait à une question piège. Comme il le devinait, Dovahkin suivait ses propres intérêts.
Sa proposition avait peut-être pour but de lui tendre un traquenard. Les loyautés devenaient parfois si fluctuantes. Dans le doute, il préférait prendre le moins de risques possibles.
-Votre sollicitude me touche beaucoup, Dovahkin. Certains de mes soldats m'accompagneront pour présenter leurs hommages aux familles des disparus. Une escorte supplémentaire attirerait davantage l'attention. Ces familles auront besoin de discrétion et d'intimité pour se recueillir.
Un nouveau sourire de la vice amirale lui indiqua qu'elle avait compris sa réponse implicite qui déclinait sa proposition.
-Vous avez raison, amiral. Certains de vos équipages ont du être certainement éprouvés par la bataille récente contre la République. Un peu de calme est nécessaire au deuil de leurs proches. Je vais demander à ce que le bouclier planétaire soit abaissé et qu'un accès rapide au statioport principal de Xenvaer vous soit ouvert. J'espère que vous me donnerez rapidement des nouvelles de votre... entretien avec le Premier Régent.
-Merci, vice amirale. Cristal Brûlant, terminé.
La communication rompue, Bilel s'empressa de quitter le pont principal suivie par Carmina qui lui lança:
-Cela reste une mauvaise idée.
-Peut-être, concéda-t-il.
Ils empruntèrent un turbo ascenseur qui les descendit au hangar principal peuplé de techniciens bichonnant des Yatagans et quelques navettes de transport.
Bilel se dirigea vers l'une d'elles et il fut accueilli par un peloton de vingt quatre soldats menée par une femme qui le salua promptement, l'adjudant Asmaa Alduin.
-Nous sommes prêts à vous accompagner sur la planète, amiral.
-Merci, adjudant.
Les soldats qui portaient une armure de combat et arboraient des blasters lourds à leur ceinture, claquèrent des talons à l'unisson puis se mirent en rang deux par deux pour grimper la rampe d'accès et disparaître dans la soute.
-Si vous ne revenez pas, nous vous vengerons, affirma Delinki avec conviction.
Bilel soupira alors qu'il s'apprêtait à les suivre.
-Nous en avons déjà discuté, capitaine. Quoiqu'il advienne, les alsakanis ne doivent pas se déchirer dans une guerre intestine.
-Même si cela revient à laisser le Premier Régent en place?
-Oui, répondit-il sans équivoque. Si j'échoue, vous pouvez faire une dernière chose pour moi. Prendre soin de ma famille.
Les traits de la jeune officier se fermèrent.
-Je vous le promets.
-Merci, capitaine. À bientôt, j'espère.
-Que les Lunes de Cristal vous permettent de réussir.
Il lui sourit puis disparut à son tour à l'intérieur de la navette. À regrets, Carmina Delinki observa l'écoutille se refermer dans son dos.
Ce qui se passerait ensuite ne pouvait plus dépendre d'elle.

Voilà, j'espère que cela vous a plu! N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé :jap: !

Sur ce, à la prochaine pour la suite :hello: !

Et profitez de vos vacances :cute: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 28 Juil 2019 - 19:48   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Le précédent extrait est lu !

Superbe conclusion de l'arc consacré à la bataille entre les flottes Républicaine et Alsakanie, avec une focalisation sur les différents protagonistes, le sort réservé à Grevas, les conséquences des élections de Contispex et du Premier Régent et surtout, surtout, la déclaration d'intention finale de Ap Token... un Ap Token qui va encore plus se retrouver sur le devant de la scène de ton récit semble-t-il, avec ce même Ap Token en tête d'affiche ! :sournois:

Vivement la suite... qui est déjà disponible ! Argh, me voilà en retard ! :paf:

Comme le dirait si bien Terminator : I'll be back. :wink:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Dim 28 Juil 2019 - 22:10   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour 8) !

L2-D2 a écrit:Superbe conclusion de l'arc consacré à la bataille entre les flottes Républicaine et Alsakanie, avec une focalisation sur les différents protagonistes, le sort réservé à Grevas, les conséquences des élections de Contispex et du Premier Régent et surtout, surtout, la déclaration d'intention finale de Ap Token... un Ap Token qui va encore plus se retrouver sur le devant de la scène de ton récit semble-t-il, avec ce même Ap Token en tête d'affiche ! :sournois:


:jap:

Nos républicains l'ont échappé belle, Grevas a enfin un peu eu ce qu'il méritait :whistle: ! Contispex est peinard pour l'instant mais ca va s'agiter sérieusement sur Alsakan :diable: , ca c'est sûr!

Allez à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 29 Juil 2019 - 19:44   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Extrait lu !

Ça sent la guerre civile sur Alsakan...

C'est curieux comme le changement de focalisation et d'intrigue redore le blason d'un personnage. Dans le précédent arc, Ap Token était l'antagoniste, l'agresseur, l'ennemi à abattre, quand bien même tu nous avais fait comprendre qu'il était honorable, stratège, bref que c'était un équivalent antique de Thrawn. Là ? On sent déjà qu'on a envie de le voir réussir. Parce qu'il est passé dans le camp de ceux qui résistent au Pius Dea et aux conséquences des actes de la secte, parce que le voir être rappelé après que le précédent Chef d'Etat ait été assassiné (oups, pardon, qu'il ait eu un accident) a de quoi faire enrager... c'est finement joué !

Vivement la suite ! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Lun 29 Juil 2019 - 22:09   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

L2-D2 a écrit:

Comme le dirait si bien Terminator : I'll be back. :wink:


Déjà :x ?

L2-D2 a écrit:Ça sent la guerre civile sur Alsakan...


La Crise entre Alsakan et la République va encore connaître quelques sacrés rebondissements :sournois: !

L2-D2 a écrit:C'est curieux comme le changement de focalisation et d'intrigue redore le blason d'un personnage. Dans le précédent arc, Ap Token était l'antagoniste, l'agresseur, l'ennemi à abattre, quand bien même tu nous avais fait comprendre qu'il était honorable, stratège, bref que c'était un équivalent antique de Thrawn. Là ? On sent déjà qu'on a envie de le voir réussir. Parce qu'il est passé dans le camp de ceux qui résistent au Pius Dea et aux conséquences des actes de la secte, parce que le voir être rappelé après que le précédent Chef d'Etat ait été assassiné (oups, pardon, qu'il ait eu un accident) a de quoi faire enrager... c'est finement joué !


Eh bien oui, ce qui peut inspirer la sympathie chez Ap Token, c'est ce que c'est un pur militaire pas forcément familiarisé au jeu politique. Cela ne l'empêche d'avoir un avis tranché et progressiste sur la question. Il le dit clairement dans le message à sa femme et sa fille, il veut installer la démocratie... bref un idéaliste! Mais l'idéalisme a-t-il sa place dans une telle galaxie troublée à une telle époque sombre et reculée d'une République qui vient de choisir un tyran en devenir :sournois: ? On verra...

Je pense que dans les extraits suivants, tu vas apprécier encore plus ce personnage car je vais davantage l'humaniser! Comme quoi, être un ennemi de la République dans l'univers SW ne veut pas dire incarner un méchant caricatural!

C'est pour cela que je te dis: à la prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 03 Aoû 2019 - 21:54   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Bonsoir, voilà la suite :wink: !

Dans ce passage, l'amiral Ap Token atterrit sur sa planète natale et prend la température :sournois: !

Allez je vous laisse découvrir ça!

Au milieu des soldats affectés à sa protection rapprochée, Bilel entendit le pilote déclarer à travers le haut-parleur:
-Paré pour le décollage.
Sans échanger un mot, les soldats se répartirent équitablement de part et d'autre pour prendre place sur des strapontins au confort spartiate. L'amiral s'assit parmi eux et il pouvait ressentir leur respect et leur confiance en lui.
Ils donneraient leur vie pour lui. Bilel espérait ne pas en arriver jusque là.
Les lumières vacillèrent lorsque le contrôle du Cristal Brûlant conféra l'autorisation de décollage.
-Nous approchons du bouclier planétaire, signala de nouveau le pilote quelques minutes plus tard.
Bilel se leva d'un pas vif pour gagner le poste de pilotage. Il se retint d'une main au siège du pilote pour contempler l'étrange spectacle qui s'étalait devant ses yeux attentifs. Les silhouettes peu accueillantes des vaisseaux de Meraa Dovahkin emplissaient son champ de vision, donnant l'impression qu'ils lui barraient la route.
-Ici contrôle de Xenvaer, annonça la voix d'une femme alsakanie. Veuillez patienter en orbite géostationnaire le temps qu'on vérifie que tout soit en ordre.
-Bien reçu, contrôle, répondit le pilote. Nous restons en attente.
La communication interrompue, la présence de l'amiral fut enfin remarquée.
-Pardon monsieur, je ne vous ai pas vu, s'excusa le pilote.
-Ce n'est rien, continuez de faire votre travail.
-Oui, monsieur.
Bilel trompa le temps en continuant de guetter anxieusement les croiseurs Atgeir de la vice amirale qui dérivaient autour de Alsakan. Leur navette se rapprochait inexorablement et lentement jusqu'à portée de tir.
Les secondes puis des minutes s'écoulèrent, faisant accroître sa peur de s'être trompé sur le compte de Dovahkin. L'avait-il mal jugée? Un seul tir de turbolaser et tout était fini, Delinki n'aurait pas eu le temps de lui porter secours.
-Navette Obsidienne L-26, annonça de nouveau le contrôle de Xenvaer, vous avez la permission d'atterrir au statioport principal quai numéro 14. Étant donné votre statut prioritaire, vous serez dispensé de toute formalité à votre arrivée.
-Merci contrôle, nous nous poserons quai numéro 14. Nous suivons la balise que vous venez de nous indiquer, terminé.
Bilel se détendit, Dovahkin n'était pas son ennemie. Son véritable ennemi l'attendrait sur Alsakan même. Comme il le prévoyait.
La navette entama sa descente, passant sous la flotte de Dovahkin et entra dans l'atmosphère du monde capital. Ils traversèrent les couches nuageuses avant de déboucher au milieu d'un champ vierge dégagé grâce auquel Bilel put discerner les reliefs dentelés d'une chaîne de montagnes, au loin.
Le soleil du système Alsaka brillait au firmament tandis que l'amiral admirait la beauté de son monde d'origine, constellé de champs, de forêts et de mines de cristaux au halo mauve reflété par les rayons ardents de l'astre. Ces mines de cristaux à ciel ouvert etaient exploitées par de puissantes corporations commerciales dirigés par les membres de l'Archaiad. Pour leur profit seul... encore une chose à laquelle il espérait mettre un terme.
Peu de temps, le pilote l'avertit:
-Amiral, nous allons survoler les Ruines de Rucapar.
Bilel avait déjà visité ces Ruines au sol dans une sorte de pèlerinage mémoriel avec sa famille. Il n'avait jamais eu l'occasion de les étudier depuis le ciel. Il se pencha au-dessus de l'épaule du pilote.
D'immenses cratères noircissaient la surface au milieu de vestiges encore vacillants d'une cité flamboyante.
En pleine Troisième Guerre Alsakan, Rucapar était le joyau de la planète Alsakan, abritant en son sein ce qui faisait la fierté de tout un peuple. Les Mosaïques.
Ce nom désignait les cinq voies dallées qui s'étiraient depuis la place centrale de l'antique cité jusqu'au sommet des cinq montagnes qui la surplombaient, formant un pentagone parfait. Bilel se souvint des récits de ce chroniqueur alsakani qui vantait l'éclat des rubis, qui pavaient ce moyeu jalousé de tous.
Ce chroniqueur racontait que les reflets renvoyés par Alsaka étaient vus à plusieurs systèmes à la ronde. Jusqu'à Coruscant même. Bon, ce type là devait peut-être exagérer un peu, mais le spectacle devait être magnifique.
Il n'en restait plus que des cendres ternes et vitrifiées.
Les Mosaïques appartenaient aux Vingt Merveilles de la Galaxie au même titre que la Flèche de Shawken ou la Balise de Belgoth détruite pendant le Second Conflit Alsakan.
Puis vint la Purification de Rucapar, le crime ignoble commis par la République perfide qui massacra sans pitié des millions de soldats et de civils. L'attaque fut menée avec une efficacité et une brutalité exemplaire.
Les citoyens de Rucapar n'avaient eu aucune chance face aux bombes incendiaires largués par la flotte ennemie depuis l'orbite.
La Purification de Rucapar ne devait pas être oubliée.
En cet instant, Bilel était néanmoins persuadé que la République n'était pas le pire ennemi qu'il allait devoir affronter. Son pire ennemi était à la tête du pouvoir sur Alsakan, terré dans la capitale Xenvaer.
Sa destination finale.
Ils dépassèrent finalement les Ruines de Rucapar, plongées désormais depuis des siècles dans un silence éternel.
-Nous approchons de Xenvaer, nous entamons la phase d'approche, signala le pilote.
Ils franchirent une nouvelle ligne montagneuse et découvrirent une cité opulente au fonds d'une gigantesque vallée.
Des aéronefs flottaient à quelques centaines de mètres au-dessus du sol, se dissimulant derrière les façades de hautes tours qui marquaient l'emplacement du centre névralgique de Alsakan. Là où le destin de tout un peuple allait peut-être se décider.
-Contrôle de Xenvaer, ici navette Obsidienne L-26. Nous achevons la phase d'approche, quai numéro 14.
-Bien reçu, navette Obsidienne L-26. Suivez la balise jusqu'à appontage, terminé.
Bilel rejoignit ses hommes dans la soute, ceux-ci s'étant levé de leurs strapontins, guettant fiévreusement ses ordres. Il accrocha le regard de chacun d'entre eux dont celui de l'adjudant Alduin.
-Vérifiez vos armes, leur fit celle-ci.
Ils s'exécutèrent promptement, leur silence seulement rompu par le claquement sec des cellules énergétiques qu'ils introduisirent dans la crosse de leur blaster.
Asmaa Alduin confirma:
-Nous sommes opérationnels, monsieur.
-Merci adjudant, répondit l'amiral.
Le vaisseau ouvrit son train d'atterrissage et décéléra brusquement avant de se poser délicatement à l'écart des autres navires stationnés.
La lumière du soleil agressa leur vision lorsque l'écoutille fut ouverte et que la rampe d'accès se déploya. Sur un ordre bref d'Alduin, les soldats descendirent la rampe au pas de course et s'alignèrent parfaitement en posture d'attente, raides comme des piquets, les bras croisés dans le dos. L'amiral et l'adjudant prirent place devant eux, accueillant l'un des officiers des forces de sécurité, un capitaine sur le point de partir à la retraite.
Le nouveau venu à la moustache grisonnante frisée les salua brièvement.
-Je suis le capitaine Aleskon, bienvenue à la maison, amiral.
-Merci, capitaine.
-Mon fils qui sert dans votre flotte m'a donné de ses nouvelles. Apparemment, la bataille contre les républicains ne s'est pas déroulée comme prévu.
L'adjudant s'avança d'un pas pour le remettre à sa place mais Bilel l'en empêcha d'un geste impérieux de la main. Il ne se formalisa pas sur le ton insolent du capitaine.
-La bataille se déroulait comme prévu, Aleskon. Mais quelque chose s'est mal passé ici et j'espère y remédier.
Aleskon déglutit, devinant sans peine, la tenace détermination de l'amiral.
-Le Premier Régent vous a appelé un aérotaxi, amiral. Je vais vous...
-Non, trancha Bilel. Amenez trois véhicules de vos forces de sécurité, mes hommes m'accompagnent.
La réquisition aurait soulevé une protestation véhémente en temps normal, mais le regard froid de Bilel dissuada Aleskon de porter une réclamation à son égard. Trois airspeeders militaires décapotables furent rangées peu après devant l'entrée du statioport et tous y grimpèrent à l'exception d'Aleskon.
Bilel s'assit sur la place de passager avant dans le premier véhicule, le pilote lui demandant:
-Nous allons au siège de l'Archaiad, monsieur?
Il échangea un regard avec Alduin installée dans le second airspeeder.
-Non, pas tout de suite, répondit-il enfin. Nous passerons d'abord par la Place de la Mémoire.
Ces mots furent prononcés suffisamment bas pour ne pas être entendus d'Aleskon, à qui Bilel n'accordait pas la moindre confiance. Il avait hâte de s'éloigner au plus vite de ce satané rat de cristal, semblable à ceux que les ouvriers exterminaient régulièrement au fonds des mines qu'ils infestaient.
Un à un, les airspeeders s'élevèrent dans le ciel d'Alsakan sous le regard d'Aleskon qui avait attrapé son comlink.
Certainement pour prévenir le Premier Régent de la venue d'un amiral revanchard.


La Place de la Mémoire était le carrefour d'où jaillissaient les plus grandes avenues de Xenvaer. Depuis l'airspeeder à bord duquel il naviguait, Bilel observa non sans émotion le gigantesque obélisque haut d'un kilomètre qui se dressait au milieu de la place, au centre d'un rectangle aussi étendu qu'un champ de cristal.
L'édifice érigé peu après la fin de la Première Guerre Alsakan contre la République, brillait d'un apaisant reflet ocre sous le soleil. Si intense qu'il en éclipsait les autres tours qui parsemaient ça et là la capitale planétaire.
Les trois airspeerders amorcèrent leur descente et l'amiral constata que la Place de la Mémoire était fortement animée en cette heure matinale. Des centaines... non... des milliers de compatriotes occupaient les lieux gardant cependant une distance respectueuse avec l'obélisque. Des bras se levèrent dans le ciel alors que les véhicules se rangèrent sagement le long des trottoirs pour déposer leurs passagers.
Les passants qui admiraient les silhouettes lointaines des vaisseaux de guerre stationnant en orbite, remarquèrent les uns après les autres l'amiral et son escorte. Les soldats encadraient étroitement leur supérieur, l'adjudant Alduin priant aux citoyens de s'écarter de leur passage.
Des murmures s'élevaient des rangs tandis qu'ils se frayaient un chemin jusqu'à l'obélisque.
-Regardez, c'est l'amiral Ap Token!
Bilel s'attendait évidemment à être reconnu. Voilà ce qui arrivait finalement quand il s'aventurait sur le terrain politique, notamment en critiquant la légitimité de l'Archaiad à représenter les aspirations du peuple.
Comme un raz de marée, son nom se répandit avant d'être scandé par des sympathisants:
-Ap Token! Ap Token!
Des acclamations et des vivats se firent entendre alors qu'il freina pour les saluer avant de parvenir devant l'obélisque même.
La Stèle de la Mémoire.
Sur les quatre faces de ce monument funéraire, étaient inscrits de haut en bas en Haut Alphabet Galactique, les noms de ceux et celles tombés contre la République, victimes civiles et militaires. Nul doute que le nom de chacun des martyrs de Rucapar devait être répertorié.
Avec la bataille qui venait d'avoir lieu, de nouveaux noms enrichiraient la Stèle de la Mémoire.
À ses pieds, des corbeilles étaient remplis de cristaux opaques. Les légendes locales racontaient que les âmes des défunts venaient se réfugier dans ces cristaux, comme un réceptacle éternel de leur esprit errant qui leur permettait de trouver enfin le repos.
Ces âmes roderaient autour de la Stèle de la Mémoire, voilà pourquoi les proches des défunts prenaient chacun un cristal pour le déposer au pied de l'obélisque. Cela expliquait le monticule multicolore qui s'étendait depuis le monument jusqu'à un rayon de deux mètres. Un chemin avait été aménagé pour permettre à chacun des visiteurs de s'approcher assez près de l'obélisque pour apposer la paume sur sa surface en signe de recueillement.
Bilel imité par certains de ses gardes, arracha un cristal d'une des corbeilles, un rubis nimbé d'une couleur chlorophyle qui lui rappelait les vertes prairies de la Grande Mer de Sérénité aux alentours de la ville d'Archais.
Un doux souvenir d'enfance qui ne l'avait jamais quitté.
Il murmura une prière silencieuse en hommage au repos des morts qu'il s'autorisait à troubler l'espace d'un instant, puis il le déposa sur le monticule, sous les applaudissements d'une partie de la foule.
Il arpenta l'accès à l'obélisque et posa la paume sur la Stèle de la Mémoire lorsqu'il fut assez proche. Il supplia les Lunes de Cristal, les esprits gardiens d'Alsakan de favoriser sa réussite dans ce qu'il allait bientôt entreprendre.
Lorsqu'il se détourna, les gardes menés par Alduin l'entourèrent de nouveau pour le préserver physiquement de ses compatriotes qui se massaient autour de lui, pour le héler:
-Amiral Ap Token! Quelles sont les nouvelles de la bataille?
-Combien de républicains sont morts?
-Vous avez bombardé Coruscant?
Tant de questions qui firent comprendre à Bilel que le black out des communications intrasystème n'avait pas été levé depuis le début de la bataille de la Flotte du Noyau. Alors que l'adjudant Alduin ne cessait de réclamer de céder le passage, il profita du silence momentané pour tonner d'une voix forte:
-La vérité est que nous avons été trahis. Par les mêmes qui depuis toujours mènent les destinées de notre peuple contre son gré.
Il leur avoua de but en blanc avoir été rappelé par le Premier Régent alors qu'il tenait la victoire à portée de main. Cela suscita des imprécations vigoureuses contre l'oligarchie marchande et son chef.
-À bas l'Archaiad! À bas les traîtres à Alsakan! Vive Ap Token!
Ce fut la preuve pour Bilel que le peuple le soutenait, et que celui-ci ne pleurerait pas la chute de l'Archaiad. Ces derniers ne tenteraient rien contre lui, sous peine de déclencher des émeutes.
Il savoura les effusions quelques instants encore puis se décida à regagner les airspeeders.
-Adjudant, je dois passer voir ma famille, m'assurer qu'ils vont bien.
-Bien, Amiral. On ne vous lâche pas, répondit la femme.
-J'y compte, adjudant.
C'était un moment périlleux que de traverser une telle foule animée. Des personnes guidées par l'argent de l'Archaiad pouvaient briser le rempart protecteur des gardes entourant l'amiral et le frapper d'un coup de vibrolame ou de blaster.
Mais les oligarques ne se risqueraient pas à faire de lui un martyr public, sous peine de déclencher une révolution débridée qui les renverserait. Bilel le savait.
Il fut tout de même soulagé de monter à bord et les trois airspeeders décollèrent pour quitter la Place de la Mémoire sous les acclamations d'une foule acquise à sa cause.
Personne ne prêta attention à ces deux individus mystérieux encapuchonnées, le visage masqué par un masque mortuaire sinistre. Traversant la place, ils fixaient l'amiral et son escorte s'éloignant dans les couloirs aériens avant que l'un d'eux ne s'empara d'un comlink pour avertir d'autres complices.

Voilà, j'espère que cela vous a plu! N'hésitez pas à me faire de vos remarques :) !

Allez à la prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 05 Aoû 2019 - 16:20   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Extrait lu!

L'Amiral s'offre un bain de foule, histoire d'assurer sa légitimité... pour mieux organiser son coup d'état? Le voilà qui refuse d'être convoqué comme un vulgaire laquais par le Premier Régent : il le rencontrera lorsqu'il le décidera, pas avant!

Vivement la rencontre... et la suite donc! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Dark GaGa » Mer 07 Aoû 2019 - 17:41   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Sympa, la description d'Alsakan, c'est de ton invention ou c'est dans une source Legends?

Sinon, on sent bien le climat pourri à Alsakan, miroir de la première intrigue politique.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3184
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Mer 07 Aoû 2019 - 21:44   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci à vous deux pour les retours :wink: !

L2-D2 a écrit:L'Amiral s'offre un bain de foule, histoire d'assurer sa légitimité... pour mieux organiser son coup d'état? Le voilà qui refuse d'être convoqué comme un vulgaire laquais par le Premier Régent : il le rencontrera lorsqu'il le décidera, pas avant!


Le soutien populaire, c'est bon pour la confiance :sournois: !

Dark GaGa a écrit:Sympa, la description d'Alsakan, c'est de ton invention ou c'est dans une source Legends?


Pour la description d'Alsakan, j'ai pas mal inventé :siffle: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 10 Aoû 2019 - 22:26   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Bonsoir les amis, c'est l'heure de la suite!

Cet extrait est destiné à humaniser le personnage de l'amiral Ap Token avant l'heure des règlements de compte avec le Premier Régent :sournois: !

Sur ce, bonne lecture!

La famille de Bilel habitait à l'est de Xenvaer, dans un paisible quartier résidentiel connu sous le nom de Havre Doré. Un hommage aux jardins qui poussaient et s'épanouissaient sur les toits des habitations et minuscules immeubles, faisant penser à une plaine multicolore jonchée de crevasses de duracier.
L'amiral ne se lassa pas de ce spectacle jusqu'à ce qu'il parvint devant une maison élégante à l'entrée décorée de Roses Jelko. Quelques fleurs dépassaient du toit, semblant tomber vers lui alors qu'il levait les yeux pour les étudier.
Il descendit de l'airspeeder, rajustant son uniforme bleu, à peine troublé par les instructions que l'adjudant Alduin adressait aux soldats.
-Déployez-vous! Ordonnait-elle. On établit un périmètre de sécurité!
En silence, les fantassins se groupèrent par trinômes pour organiser des rondes autour de la maison familiale.
Il ôta le képi de sa tête et carillonna à la porte.
Au niveau de sa figure, un scan rétinien s'anima et flasha sa cornée avant qu'une voix mécanique ne déclara:
-Identification positive, entrée autorisée.
Le battant s'écarta à son intention et il s'empressa d'entrer. Il accéda rapidement au salon où sa femme l'attendait. Celle-ci s'était levée du divan au milieu de la pièce près d'une petite fontaine de marbre brun, écartant les pans de son châle qui coiffait sa chevelure sombre cuivrée. Il trouvait sa Hessia à l'aise dans cette tunique ample magenta qui mettait en valeur ses courbes harmonieuses.
Elle ouvrit les bras et il s'y blottit amoureusement.
-Je ne suis pas trop en retard pour le déjeuner? Fit-il d'un ton léger.
Elle répliqua en souriant.
-Je te préfère en retard plutôt que mort.
Il lui rendit son sourire, peu surpris de sa verve toujours aussi aiguisée qui traduisait toute l'affection qu'elle lui portait. Elle appela ensuite le droïde majordome après qu'elle l'ait invité à s’asseoir à ses cotés, ses mains dans les siennes.
-Apporte-nous du thé.
-Tout de suite, madame, brailla le robot.
Celui-ci s'éclipsa quelques instants dans la cuisine, le temps d'accorder un peu plus d'intimité au couple.
-Tu as reçu mon message? Demanda-t-il.
-Oui et tu as intérêt à me dire que cette idée de renverser l'Archaiad est du bluff.
Elle avait adopté un ton sévère, désapprouvant son idée.
-C'est très sérieux et c'est ce que tout le monde attend depuis longtemps, insista-t-il. Tu sais pourquoi ma décision a été motivée.
-Tu as confié que la bataille menée contre la République ne s'était pas terminée comme tu le voulais, Bilel.
À cet instant le droïde revint, portant un plateau fin argenté soutenant deux tasses fumantes. Tous deux s'en emparèrent sans attendre et l'automate fut de nouveau congédié.
-Ils m'ont rappelé, Hessia, confia-t-il avec une amertume profonde. Alors que je tenais la victoire!
-Je comprends ta colère, mais de là à penser que la nomination d'Orin Melok comme Premier Régent a un rapport avec celle du nouveau Chancelier Suprême Contispex.
-Contispex a la réputation d'avoir le bras très long. D'après les rapports des services de renseignements, les circonstances de son accession à la tête de la République sont assez floues. Sans parler de ce qui est arrivé à ses opposants comme Pers'lya. Je ne crois pas du tout au hasard.
-Tu penses que c'est quand même une raison suffisante de faire ce que tu as l'intention de faire?
-Je veux éclaircir cette affaire, découvrir la vérité et en informer le peuple. Je ne peux plus reculer, ma chérie.
-As-tu au moins pensé aux risques que cela pouvait nous faire courir?
-J'ai pris des précautions.
Il termina sa tasse et la posa sur la table basse devant eux.
-Je veux que toi et Tina fassiez vos bagages et alliez chez les Kalad. Ils n'oseront pas s'en prendre à vous là-bas.
Hessia soupira, maîtrisant mal son angoisse.
-Tu penses que cela suffira à nous protéger?
-Hassan est un vieil ami et il est respecté de tous. Sans parler de son fils qui est un Jedi. Donc si Melok l'attaque, les Jedi ne resteront pas sans réaction.
Plus rassurée, elle hocha la tête, se rangeant à ses arguments.
-Je vais envoyer quelqu'un ramener Tina à la maison, proposa Bilel.
-Non ce n'est pas la peine, lui répondit sa femme. Elle est dans sa chambre.
L'amiral fronça les sourcils.
-Que se passe-t-il? Elle est malade?
-Non, je lui ai interdite de se montrer.
Un éclair de compréhension passa dans le regard de son mari.
-Bon, qu'a-t-elle fait encore comme bêtise?
-Elle a participé hier à une manifestation devant le siège de l'Archaiad. Les forces de sécurité ont dispersé le rassemblement et ont procédé à des arrestations. Ils l'ont gardée au poste pendant trois heures puis l'ont relâchée sans retenir la moindre charge contre elle.
Il esquissa une grimace de désapprobation.
-Elle ne tient vraiment pas en place.
-Elle a hérité de toi en partie, lui glissa Hessia avec malice. Tu peux être fier.
Il leva les yeux au plafonds, sentant qu'il allait devoir accomplir peut-être ses obligations paternelles.
-Bon, je vais lui en toucher deux mots. Commence à te préparer.
Ils se levèrent pour se séparer momentanément. Il l'entendit appeler le droide tandis qu'il se dirigeait vers l'aile est de la maison. Il toqua deux fois à la porte de la chambre de sa fille, au fonds du couloir.
Devant l'absence de réaction, il finit par l'appeler:
-Tina? C'est papa!
Il entendit un grand remue ménage avant que le battant ne s'ouvrit. Une jeune alsakanie se précipita dans ses bras.
-Eh doucement, ne m'étouffe pas! S'écria-t-il, pris de court tout en lui rendant son étreinte.
-Tu es vivant!
Lorsqu'ils s'écartèrent, Bilel remarqua à quel point le soulagement de sa fille était manifeste. Elle passa sa main dans ses sombres cheveux tressés qu'elle ramena derrière la nuque.
-Je suis content de te revoir aussi, ma chérie. Malheureusement, il me reste beaucoup de choses à faire et il y a certaines choses dont nous devons discuter.
Le visage de Tina redevint grave devant le ton sérieux de son géniteur, preuve de sa grande maturité.
-Maman t'a raconté pour l'arrestation?
-Oui, tu te rends bien compte des risques que tu as pris? La sermonna-t-il. Surtout en ce moment?
-Tu es en colère parce que tu as du rentrer avant la fin de la bataille.
Il en déduisit qu'elle avait lu le message tout comme sa mère.
-Je suis contrarié mais je suis aussi inquiet. Des évènements importants vont se produire et je veux vous savoir en sécurité toutes les deux.
L'incertitude tordait les traits de la jeune fille.
-Tu vas vraiment le faire, papa? Tu vas renverser l'Archaiad?
-Je ferai ce que je crois juste, Tina.
Les larmes perlaient au coin de ses yeux, et cela émut Bilel qui la prit de nouveau dans ses bras. Il l'entendit pleurer en murmurant:
-N'y vas pas. On a besoin de toi.
-Quelqu'un doit le faire, insista-t-il. Tu sais pourquoi je dois le faire.
Tina partageait les mêmes opinions politiques que lui, elle le prenait en exemple lorsqu'il lui parlait de la liberté des peuples à pouvoir s'exprimer et à décider par eux-mêmes. Liberté dont ne bénéficiait aucunement le peuple d'Alsakan.
Voilà pourquoi elle avait participé à la manifestation d'hier devant le siège de l'Archaiad, qui confisquait tous les pouvoirs depuis la création de la République. Sa fille était prête à mener ce combat avec lui... ou après lui.
-C'est juste que...
Elle ne termina pas sa phrase.
-Oui? L'encouragea-t-il.
-La grand mère de Bekan est venue me voir après que les Forces de Sécurité m'aient relâché.
Il respira plus calmement lorsqu'il comprit de quoi il en retournait. Elle faisait allusion à Semina Kalad, une vieille femme gentille qui adoptait parfois cependant un comportement étrange. Il lui arrivait de prétendre d'avoir des visions de l'avenir.
Certaines s'étaient réalisées, d'autres s'étaient révélées être le plus souvent des canulars. Avec le temps, personne ne prêtait plus vraiment attention à ce qu'elle marmonnait. Enfin les gens les moins crédules.
Sa fille à en juger par le regard qu'elle lui adressait, semblait avoir été bouleversée.
-Bon, qu'est-ce que cette vieille folle a pu te raconter encore? Demanda-t-il d'un ton taquin.
Cela ne la détendit qu'à peine.
-Elle m'a dit t'avoir vu mort, poignardé dans le dos.
Malgré lui, Bilel se sentit glacé par cette révélation. Il n'en laissa cependant rien paraître sous son sourire.
-Elle divague, tu ne devrais pas l'écouter. Combien de fois a-t-elle prédit ce genre de choses qui se sont réalisées vraiment?
-Ben, quelques unes en fait.
-Ce qui n'est rien en comparaison de tout ce qui ne s'est pas produit.
Cette fois, elle semblait un peu moins anxieuse. Seulement, un peu moins.
-Tout se passera bien, d'accord Tina? Des soldats m'escortent, je ne serai pas tout seul. Promets moi que tu veilleras sur maman jusqu'à mon retour.
-C'est promis.
Il l'embrassa tendrement en signe d'affection.
-Prépare vite tes affaires, vous partez toutes les deux chez les Kalad. Je viendrai vous chercher là-bas, d'ici là vous y serez en sécurité.
Il la laissa repartir dans sa chambre et retourna dans le salon, l'air soucieux. Il était préoccupé par cette fichue prédiction de la vieille Kalad. Puis il se persuada finalement qu'elle devait radoter, surtout à un âge si avancé.
Dans tous les cas, il ne pouvait pas se laisser ronger par le doute, l'enjeu était devenu bien trop important.
Lorsqu'ils furent de nouveau réunis dans le salon, l'émotion et la tension étaient palpables. Bilel tentait d'effacer son expression fermée par des sourires chaleureux et assurés mais ni son épouse ni sa fille n'étaient dupes.
Tenant à la main quelques maigres sacs contenant leurs effets et du linge, aucune tout comme lui n'osait prononcer un seul mot. Jusqu'à ce qu'ils s'étreignirent tous les trois et qu'il leur accorda:
-Nous nous reverrons très vite, leur promit-il.
Puis ils sortirent dans la rue. À leur apparition, Asmaa Alduin sonna le rassemblement et les soldats se réunirent autour du trio sans cesser de surveiller tous les angles possibles. L'amiral se rangea à hauteur de l'adjudant.
-Alduin, désignez deux volontaires pour les escorter chez le Magistrat Kalad.
La jeune officier hocha la tête, laissant s'approcher les deux autres Ap Token. Les deux volontaires qu'elle choisit allèrent chercher le lanspeeder familial dans le garage, puis le garèrent dans la rue. Ils aidèrent l'épouse et la fille à monter à bord.
Bilel s'approcha d'eux.
-Quand vous les aurez amenées chez le Magistrat Kalad, foncez au statioport principal et attendez-nous là-bas. En cas d'imprévu, si notre absence se prolonge, rejoignez le Cristal Brûlant.
Il accorda de nouvelles effusions à ses proches avant de s'éloigner à regrets. Il regarda les larmes couler sur les visages de Hessia et Tina avant que le véhicule ne démarra pour disparaître à la première intersection.
-Allons-y, adjudant.
Tout le peloton prit place à bord des airspeeders et ils prirent de l'altitude après être passés devant deux individus encapuchonnés arborant un masque mortuaire de mauvais augure, blottis au fonds d'une impasse.
L'un d'eux décrocha son comlink pour signaler d'une voix étouffée par le masque:
-La cible est en mouvement.

Xenvaer, siège de l'Archaiad

Au-dessus de la capitale d'Alsakan, le ciel était dégagé pour laisser les silhouettes menaçantes des vaisseaux de guerre de la Flotte de Défense à découvert. Tous les alsakanis pouvaient admirer ce spectacle improbable, y compris ceux qui étaient enclavés entre deux grandes tours dans le quartier des affaires à proximité des bâtiments gouvernementaux.
Comme celui qui abritait le siège même de l'Archaiad.
Le Premier Régent posté devant la baie de transparacier qui filtrait la lumière du soleil éclairant son bureau, avait aussi droit à ce privilège.
Quelques uns de ses partisans à bord du Missandei de la vice amirale Dovahkin lui avaient confirmé l'arrivée de l'amiral Ap Token en orbite de la planète mère. La situation était potentiellement explosive, surtout avec autant de vaisseaux de guerre regroupés en orbite ou au-delà. Orin Melok se doutait que Bilel Ap Token chercherait à le rencontrer en personne.
Il sourit intérieurement car cet homme, un militaire plus que compétent certes, n'entendait rien aux subtilités de la chose politique. C'est ce qui causerait sa perte immanquablement. Un tel individu ne méritait que le mépris.
Maintenant qu'il était au sommet de l’État, il ne laisserait pas cet amiral obtus le détrôner de son piédestal, même s'il bénéficiait des faveurs du peuple.
Heureusement, il avait pris quelques mesures. Comme celles d'installer ses proches amis à des postes clés, à la tête de ministères ou des forces de sécurité locales.
La grande inconnue restait néanmoins la posture de la vice amirale Meraa Dovahkin. Si celle-ci possédait des relations privilégiées au sein de l'Archaiad, elle avait été l'élève spirituelle de Ap Token qui l'avait ensuite recommandée au poste le plus élevé auprès du ministère de la Défense.
Vers qui pencherait son allégeance?
Elle se préoccuperait avant tout de ses propres intérêts, ce qui ne répondait pas forcément à ses inquiétudes. Même s'il muselait Ap Token, il n'était pas certain que la flotte que celui-ci commandait se rallierait à l'Archaiad. Il avait su fidéliser ses équipages à sa personne, grâce à son charisme.
Après l'accord de cessez-le feu conclu avec le nouveau Chancelier Suprême de la République – envers lequel il demeurait redevable pour avoir favorisé son ascension – celui-ci l'avait assuré d'un soutien militaire important pour lui permettre de sauver la paix et d'écraser d'éventuelles mutineries ou rébellions au sein de la Flotte de Défense.
Peut-être Julius Contispex guettait-il l'occasion rêvée d'affermir son emprise sur les alsakanis. Melok n'était pas parvenu à cette position pour devenir le vulgaire pantin d'une puissance plurimillénaire rivale.
Non, il ne pouvait pas gâcher cela. Il lui faudrait jouer serré.
Chaque chose en son temps, d'abord il devait régler le cas d'un amiral rancunier. La première étape de la consolidation de son pouvoir.
Derrière lui, il entendit entrer le Ministre de la Défense et Conseiller de l'Archaiad, Skan Het.
-Excellence? Fit ce dernier.
-Quelles sont les nouvelles?
Orin surprit le plissement des lèvres, que son rictus sournois étirait.
-Aleskon a confirmé que l'amiral Ap Token n'a pas atterri seul. Une compagnie entière de soldats l'escorte et il vient de réquisitionner trois airspeeders des Forces de Sécurité. Il se dirige vers le centre ville.
-Les Assassins Malkites sont en place?
-Plusieurs d'entre eux suivent l'amiral à la trace et la majorité est prête à entrer en action sitôt que l'amiral et ses hommes investiront le bâtiment.
Melok opina du chef, satisfait.
-Bien, continuez à vous tenir informé de ses mouvements. Je dois passer un appel à notre ami commun de Coruscant.
Het accomplit une révérence respectueuse avant de se retirer. Le Premier Régent s'assit devant son pupitre au milieu de la pièce et composa une fréquence. L'hologramme d'une femme chauve recouverte d'une grande toge à capuche se matérialisa à échelle réduite devant sa figure concentrée.
-Je souhaite m'entretenir avec le Chancelier Suprême Contispex.
-Un instant, lui signala l'adepte du culte Pius Dea.
Elle disparut du champ de l'holoprojecteur avant de réapparaître peu de temps après.
-Le Grand Sage anime une session au Sénat. Voudriez-vous rappeler plus tard?
-Je dois lui parler, insista-t-il.
Une autre femme apparut aux coté de l'adepte qui s'inclina devant elle. Melok devina qui était cette nouvelle venue importante.
-Madame Contispex, je dois discuter avec votre mari.
-Je suis habilitée à parler en son nom, déclara Linza Contispex. Vous avez toute mon intention, Premier Régent Melok.
L'alsakani s'apprêtait à protester, ressentant l'impression d'être réduit à demeurer dans l'antichambre. Il se contint, se souvenant qu'il ne pouvait pas manquer d'estime à l'épouse même du nouveau Chef d'Etat de la République.
-Je souhaitais vous informer de la venue de l'amiral Ap Token sur Alsakan. Tout nous porte à croire qu'il veux s'entretenir avec moi en personne et accompagné.
Il avait martelé intentionnellement ce dernier mot et le sourire de Linza traduisit sa compréhension.
-Il réagit donc comme nous l'avions prévu.
-Avec votre bénédiction, je souhaite envoyer les Assassins Malkites l'intercepter avant même qu'il n'arrive jusqu'ici.
Elle trancha d'un ton ferme:
-Non, continuez à suivre notre plan.
-Votre plan, vous voulez dire. Je me demande vraiment s'il vaut la peine que nous risquions l'Archaiad tout entier, moi compris.
-Il est indispensable que les alsakanis règlent leurs différents dans les coulisses. Je ne crois pas qu'une embuscade au cœur de Xenvaer soit dans votre intérêt.
Il fronça les sourcils, n'appréciant guère de ne pas le maître de la situation, une situation qui lui glissait entre les doigts.
-Très bien, le cas de l'amiral sera donc réglé à l'abri des regards indiscrets.
-Pensez-vous pouvoir garder le contrôle de votre flotte sitôt Ap Token neutralisé? S'enquit l'épouse de Contispex.
-Je ne doute pas que Meraa Dovahkin nous demeurera loyale. Je n'en suis pas aussi certain concernant les équipages de Ap Token. Il a réussi à susciter en eux une véritable fidélité à sa personne, au point qu'ils le vénèrent. Il est à craindre que son bras droit, le capitaine Delinki et les autres commandants de vaisseau ne tentent une action désespérée et dangereuse contre nous.
Linza demeura impassible.
-C'est pour cela que je vous remercie, madame Contispex, ainsi que le Chancelier Suprême d'envoyer une de vos flottes nous prêter main forte.
-Nous avons un intérêt à votre maintien durable comme Premier Régent, monsieur Melok. Pour faciliter l'installation de la paix et de nouvelles relations entre nos gouvernements.
-Oui, je suis d'accord. Il faudrait que l'on discute des conditions d'un traité de paix...
-... après que la situation sur Alsakan se soit stabilisée durablement.
Elle avait conservé une voix douce tout en y instillant une plus forte dose de fermeté. Si Orin Melok n'apprécia pas de se faire couper dans son élan, il fut assez diplomate pour ne pas le laisser paraître.
-Bien évidemment, susurra-t-il.
-Alors c'est entendu, martela-t-elle. Si la situation échappe à votre contrôle ou si les vaisseaux de Ap Token se soulèvent contre votre autorité légitime, la 2ème Flotte de l'amiral Jehun interviendra pour sauver la paix.
-Le Sénat approuve cette action? Demanda l'alsakani, pris d'un doute.
-Le Sénat approuve le Chancelier.
Orin Melok n'était pas dupe, il n'était pas spécialement ravi de voir surgir dans le ciel de sa planète natale une flotte de combat républicaine.
-Je suis heureux de pouvoir compter sur votre soutien, Orin Melok terminé.
Il se renfonça dans son siège lorsque le buste de Linza Contispex s'éteignit dans un flash. Puis n'y tenant plus, il se leva et se mit à faire les cent pas. Il devait contenir une périlleuse poudrière, il était conscient de l'impopularité de l'Archaiad au sein des citoyens.
Si Bilel réussissait à renverser le régime, il serait acclamé comme un héros et la guerre contre la République serait certainement relancée. Beaucoup de choses, trop de choses étaient dans la balance, le moindre faux pas couterait si cher, que Alsakan se retrouverait en position de faiblesse vis-à-vis de Coruscant.
Cela ne devait pas arriver. Pas sous sa gouvernance.
À cet instant, le Ministre de la Défense Skan Het le dérangea à nouveau:
-Excellence?
-Oui?
-Les autres conseillers de l'Archaiad sont réunis dans la grande Chambre et me demandent pourquoi vous tardez à venir. Je leur ai déjà répondu maintes fois que vous étiez occupé à régler quelques affaires personnelles mais ils s'impatientent vivement et j'ai bien peur de ne pas pouvoir les maintenir.
-Ils ont bien attendu deux heures, ils patienteront quelques minutes de plus.
Le Premier Régent s'était bien privé de justifier la convocation de l'Archaiad à une heure aussi matinale. Il se doutait fort bien que les conseillers qui étaient pourtant ses alliés, n'apprécieraient guère d'apprendre qu'ils allaient servir de pions pour éliminer Ap Token de l'équation.
Il frissonna à la pensée que lui-même ne pouvait qu'être un simple pion pour le redoutable clan Contispex fermement installé à la tête de la République. Il aspirait à devenir bien plus que cela, et montrer à son allié républicain d'aujourd'hui qu'il n'était pas destiné à demeurer son faire valoir.
Skan Het s'apprêtait à rebrousser chemin quand son comlink bipa.
Il le décrocha, murmura à mi voix avant d'annoncer:
-Votre Excellence, l'amiral vient d'arriver.
Orin se permit un léger sourire suffisant.
-Donnez l'ordre aux gardes du palais de ne pas l'arrêter et de n'opposer aucune résistance.
-Premier Régent, êtes-vous certain...
-Oui, certain. Donnez le signal convenu aux Assassins Malkites, je crois qu'il est temps de rejoindre les autres conseillers de l'Archaiad.

Voilà, j'espère que cela vous aura plu! le prochain extrait promet d'offrir un moment décisif... qu'adviendra-t-il du coup d'Etat et quelles conséquences cela aura-t-il?

Allez à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 12 Aoû 2019 - 10:08   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Extrait lu !

Un extrait long, mais qui pose les bases de la suite de l'intrigue, une suite qui s'annonce dramatique ! :shock: Espérons que la visite de Ap Token chez lui ne sera pas une visite d'adieu. En tout cas, on sent bien le durcissement de l'intrigue et un retour à un thème politique pur et dur : complots, assassins, alliances qui se font et se défont...

Vivement la suite ! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mar 13 Aoû 2019 - 9:30   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour :wink: !

L2-D2 a écrit:Un extrait long, mais qui pose les bases de la suite de l'intrigue, une suite qui s'annonce dramatique ! :shock: Espérons que la visite de Ap Token chez lui ne sera pas une visite d'adieu.


J'ai préparé le stock de kleenex :transpire: :paf: !

L2-D2 a écrit:En tout cas, on sent bien le durcissement de l'intrigue et un retour à un thème politique pur et dur : complots, assassins, alliances qui se font et se défont...


Bref tout ce j'ai aimé dans GOT :roll: !

Et j'ai remarqué que nous avons dépassé les 10000 lues :shock: :love: ! Félicitations et merci à tous et à toutes pour votre fidélité, ça me fait chaud au coeur :) ! Je suis ravi que cette fan fic se déroulant sur une période inédite de l'Ancienne République (12000 ans avant Yavin IV :x !) vous plaise autant!

N'hésitez pas à lâcher un ptit com pour me dire ce que vous avez aimé ou pas :wink: !

Allez à la prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 17 Aoû 2019 - 21:46   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Bonsoir c'est l'heure de la suite :wink: !

Cette fois, ca y est! l'heure des règlements de comptes sur Alsakan a sonné!!! :diable:

je vous laisse découvrir ça!

La nervosité de Bilel Ap Token gagna du terrain lorsque les trois airspeeders ralentirent près de l'entrée d'un palais imposant, celui qui conservait le siège de l'Archaiad. Une grande arche de marbre cristallisée surplombait l'allée pavée qui menait jusqu'au bâtiment sur dix mètres. Les soldats descendirent puis s'alignèrent vivement sur deux lignes, encadrant étroitement l'amiral et l'adjudant Alduin, qui gardait un comlink à la main.
Bilel ne put se retenir de lui demander:
-Des nouvelles du Cristal Brûlant?
-Rien à signaler, monsieur. La situation demeure inchangée.
-Et ma famille?
-Mission accomplie, les deux soldats regagnent le statioport principal selon les ordres convenus.
Jusqu'ici, tout se passait bien. Bilel était prêt à parier que personne sur Alsakan ne soupçonnait ses projets.
Mais il ne commettrait pas cette erreur de jugement. Il n'ignorait pas qu'il foulait un terrain qui lui était étranger. La politique.
Voilà pourquoi il ne s'attarderait pas plus de temps ici nécessaire. Il procèderait à l'arrestation du Premier Régent et des conseillers de l'Archaiad qui lui étaient loyaux, puis les emmènerait à bord du Cristal Brûlant. Cela convaincrait la vice amirale Dovahkin de se rallier à lui, par opportunisme évidemment, pas par conviction.
Fort d'un total soutien militaire, il proclamerait à ses compatriotes la chute de cette oligarchie aristocratique inique et assurerait la tenue des premières élections démocratiques. Espérant au plus profond de lui-même, que de nouvelles figures politiques émergeraient pour jouer le jeu de la démocratie dont il se porterait garant pour tenir la République et ce nouveau Chancelier en respect.
La partie la plus délicate de son plan commençait.
Devant eux, deux gardes protégeaient l'entrée du palais. Recouverts d'une armure pourpre, celui de droite s'avança pour les arrêter:
-Attendez, vous ne pouvez pas entrer ainsi.
Bilel accrocha le regard de Alduin qui claironna d'une voix ferme:
-Rayons paralysants!
Immédiatement, deux soldats braquèrent leur blaster sur les gardes surpris, qui s'affalèrent inconscients. Alduin désigna les tireurs pour leur demander de faire bonne garde. Ils reçurent l'instruction de ne laisser entrer personne jusqu'à ce que tout soit terminé.
Le reste de la troupe déboucha dans un grand hall d'accueil, quelques civils qui patientaient assis sur des sièges, furent vivement priés d'évacuer les lieux. Ce qu'ils s'empressèrent de faire sans broncher. Les soldats alsakanis se déployèrent, laissant l'amiral et l'adjudant se diriger vers le guichet d'accueil tenu par un jeune homme.
Visiblement troublé par cette intrusion, celui-ci déglutit.
-Hum, euh... vous désirez?
-Nous souhaitons nous entretenir avec le Premier Régent, lança Bilel sans préambule.
-Vous euh... vous avez rendez-vous?
L'adjudant décida de le brusquer.
-Avez-vous oublié que vous êtes face à un amiral?
Le malheureux guichetier n'en menait pas large.
-Je... pardonnez-moi, amiral.
-Ce n'est rien, le rassura-t-il. Dites-moi seulement si le Premier Régent est là.
-Il a convoqué l'Archaiad dans la Grande Chambre.
L'amiral et son bras droit s'écartèrent du guichet avant que Bilel ne lança par dessus son épaule:
-Trouvez un abri.
-Euh oui, monsieur.
Le jeune alsakani s'éclipsa sans demander son reste avant que la troupe de conspirateurs ne se dirigea vers les turbo ascenseurs. Les trois gardes qui veillaient furent désarmés sans qu'ils n'opposèrent la moindre résistance.
Soit parce qu'ils n'avaient pas adhéré au nouveau Premier Régent, soit peut-être parce qu'ils en avaient reçu l'ordre. Certainement de quelqu'un de haut placé parmi l'Archaiad, voire le Premier Régent...
Celui-ci envisageait-il de recevoir l'amiral pour négocier ou le rallier à sa cause? Eh bien, il risquait d'être désagréablement surpris, car la négociation ne faisait pas partie des options dont il avait l'intention d'user.
Il ordonna que les trois sentinelles soient neutralisées par des tirs paralysants. Hors de question à la fois de les laisser donner l'alerte et de semer des cadavres derrière lui. Inutile d'endeuiller plus de familles que nécessaire.
Il ne serait pas le boucher de son propre peuple et il ne laisserait plus l'Archaiad envoyer à la mort des innocents pour défendre ses prérogatives et ses monopoles commerciaux. Il mettrait un terme à tout cela.
Le peloton se repartit en trois groupes, chacun s'engouffrant dans une cage de turbo ascenseur.
Quarante étages plus haut, en parfaite synchronisation, les soldats se déployèrent vivement et prirent de court cinq autres gardes qui n'opposèrent là aussi aucune résistance. Ils se laissèrent comme précédemment désarmer puis se faire paralyser.
Bilel se prit à croire que les Lunes de Cristal le bénissaient sans restriction. Les soldats à sa suite, il traversa le couloir vers l'entrée de la Grande Chambre. Celle-ci était un amphithéâtre moyen contenant l'Archaiad au grand complet.
Les trente membres qui composaient cette oligarchie élitiste, se figèrent d'effroi devant l'irruption des vingt soldats de Bilel qui investirent les lieux pour se poster équitablement devant les quatre accès.
La peur se lisait dans leurs yeux agrandis alors que l'amiral fixait froidement le Premier Régent que deux soldats encadrèrent aussitôt. Le chef d'Etat affichait une impassibilité étonnante, presque sereine.
-Amiral Ap Token, vous vous êtes fait attendre.
Sa voix affichait un calme désarmant, qui perturba Bilel. Celui-ci se demandait quelle fourberie il manigançait.
-Il est temps que nous reprenions la conversation là où nous l'avons laissé hier, votre excellence. Ensuite, je vous livrerai vous et l'Archaiad à la justice du peuple d'Alsakan.
Le sourire narquois de Melok flotta furtivement sur ses lèvres, nullement impressionné par les menaces de son antagoniste.
-Je dois avouer que votre idéalisme et votre franchise sont rafraîchissants et amusants.
-Qu'est-il arrivé à votre prédécesseur et à certains Conseillers?
Le rictus disparut.
-Comme je vous l'ai précisé, un accident fâcheux leur est survenu.
-Un accident? Railla Bilel. Vous voulez dire que vous les avez éliminés. Je suis curieux de savoir qui a bien pu vous aider.
-Ne craignez rien, vous le découvrirez assez tôt, amiral.
-Alors, dans ce cas, nos objectifs concordent. Car j'ai l'intention de faire éclater la vérité devant le peuple.
L'amiral dégaina son blaster et le pointa sur le Premier Régent, dont les traits se décolorèrent légèrement. Melok semblait appréhender la suite des évènements.
-Vous allez me tuer?
-Non, vous aurez droit à un procès équitable, dans une véritable démocratie, répliqua Bilel. Ce que vous n'avez jamais accordé au peuple d'Alsakan, devant lequel vous expliquerez pourquoi vous avez rappelé ma flotte, alors que nous étions sur le point de remporter une grande victoire sur la République.
-Cela ne signifie pas que vous auriez remporté la guerre.
-Qu'insinuez-vous?
Le Premier Régent qui avait recouvré son sang froid, arbora de nouveau une satisfaction méprisante.
-Vous avez une vision trop étroite des choses, vous n'avez aucune idée des véritables enjeux.
-Parfait, ce sera l'occasion de nous éclairer tous. En attendant, les conseillers de l'Archaiad et vous-mêmes êtes invités à bord du Cristal Brûlant d'où j'informerais les concitoyens de la transition politique en cours et de votre mise en accusation.
Melok le considérait avec une condescendance aussi égale.
-Vous commettez une grave erreur si vous pensez maîtriser la politique comme une flotte à la parade.
-Je sais mener une flotte au combat bien mieux que vous, lui fit remarquer Bilel. Nous poursuivrons cet entretien ailleurs.
-Vraiment? Qu'es-ce qui vous fait croire que vous sortirez de ce bâtiment, vivant?
L'assurance qui se dégageait de son adversaire, perturba l'amiral. Mais que manigançait-il donc?
Sur un ordre bref de l'adjudant Asmaa Alduin, les soldats du haut gradé mutin se mirent à bousculer les Conseillers de l'Archaiad pour les forcer à se levers de leur siège confortable et à se diriger vers la sortie, sous la menace des blasters.
Certains tentèrent de protester, pour les impressionner.
-Ne vous avisez pas de me toucher! S'écria l'un des dignitaires en haut de l'amphithéâtre.
L'adjudant traversa les rangs pour grimper à sa hauteur et lui asséner une claque vigoureuse.
-Aujourd'hui, plus personne n'est intouchable, affirma-t-elle.
Les deux soldats face à Bilel poussèrent le Premier Régent devant eux.
-Tout le monde dehors! Allez! Exigea Ap Token.
Il tira deux coups vers le plafonds et la panique transforma subitement la meute de Conseillers de l'Archaiad indignés en un troupeau d'eopies terrifiés et dociles. Quelques uns supplièrent même les soldats de les épargner.
Ceux-ci ne répondirent que par un mépris silencieux. Rapidement, la foule improvisée s'amassa devant les turbo ascenseurs et Alduin répartit ses hommes, remplissant les cages pleines à craquer.
Bilel avait conscience qu'il devait leur faire quitter la planète au plus vite. Même s'il bénéficiait d'un soutien populaire, le Premier Régent devait posséder quelques partisans dans la capitale. Un groupe de soldats emmenant de force des dignitaires de l'Archaiad ne pouvait pas passer inaperçu.
Les battants du turbo ascenseur qu'il avait emprunté s'écartèrent et des soldats se déployèrent autour de lui, envahissant de nouveau le hall cette fois désert. Les autres fantassins encadraient leurs précieux otages de près.
Alduin s'assura que personne ne manquait à l'appel.
-Tout le monde est présent, amiral.
-Merci, adjudant. Maintenant sortons d'ici.
Ils ouvrirent la marche tandis que la jeune officier murmura à son supérieur.
-Il nous faudra plus de véhicules pour nous embarquer tous.
-Nous en réquisitionnerons juste dans la rue, répondit-il simplement.
Elle se contenta de cela.
À la sortie, Bilel et ses partisans s'attendaient à retrouver les deux sentinelles qui leur confirmeraient que la voie était dégagée.
Mais ce furent seulement deux cadavres sanglants qu'ils contemplèrent avec stupéfaction. Ils gisaient de travers au milieu de l'allée. Le choc passé, Bilel serra plus fermement la crosse de son blaster tandis que Alduin aboya en brandissant à son tour, son arme de poing.
-Position défensive!
Sur ces mots, une dizaine de silhouettes encapuchonnées jaillirent de la rue, blasters à la main, la figure recouverte d'un masque mortuaire. Les premières salves fusèrent, touchant mortellement coup sur coup trois soldats alsakanis.
-Reculez! Ordonna l'amiral qui s'était ressaisi et avais mis un genou à terre pour viser et abattre deux des mystérieux antagonistes.
Les Assassins Malkites.
-Protégez l'amiral! Rugissait l'adjudant. Protég...
L'ordre qu'elle répétait mourut finalement lorsqu'une étoile de duracier, un shuriken, se logea dans sa gorge. Les fantassins tentèrent de s'organiser mais ils avaient été pris de court par l'embuscade. Tout comme certains conseillers de l'Archaiad, qui s'effondrèrent perforés de rafales perdues. Sous les yeux de Orin Melok et de Skan Het qui tentaient de se préserver comme ils le pouvaient.
Ils s'étaient accroupis dans une position ridicule, espérant y échapper.
Le Premier Régent comprit que son allié Contispex n'avait pas de scrupules à risquer sa peau et celle de ses autres partisans.
Cela lui ouvrit les yeux sur le peu de valeur qu'il représentait. Allié ne signifierait jamais ami.
Les Assassins Malkites subissaient des pertes mais cela les ralentissait à peine. Un soldat alsakani eut le temps de balancer une grenade avant d'être plaqué au sol par des tirs chirurgicaux qui trouèrent sa poitrine.
-Vite, à l'intérieur!
Ce qui restait des soldats loyaux à sa personne reflua à l'intérieur du palais, avec les précieux otages encore en vie. Non sans subir encore quelques pertes. Bilel et les conjurés n'étaient plus qu'une dizaine face à une meute de plus en plus croissante de mercenaires bien entraînés.
Il était acculé dans le hall.
Il croisa alors le regard du Premier Régent, alors que les ennemis se regroupaient pour forcer l'entrée.
-Pauvre imbécile! Rugit Melok. Pensiez-vous vraiment avoir la moindre chance?
Les traits de l'amiral piégé se convulsèrent d'impuissance et il brandit sans réfléchir son blaster sur le visage de Melok. Les yeux de celui-ci s'agrandirent sur le coup de la stupéfaction avant qu'il ne leva les bras pour se protéger vainement.
Fort heureusement pour lui, Bilel n'eut pas l'occasion de violer le serment qu'il avait fait au capitaine Delinki. Être le seul avec ses soldats à payer le prix de son échec.
Il eut le souffle coupé lorsqu'une douleur fulgurante naquit entre ses omoplates pour transpercer l'un de ses poumons. Il tituba sur ses appuis pour reprendre sa respiration mais il ne réussit qu'à accentuer davantage la souffrance qui le fit s'écrouler à genoux.
Devant le reste des soldats et des conseillers médusés, il tenta de passer le bras derrière sa nuque pour saisir la poignée d'une vibrolame plantée profondément au milieu de son dos.
Il frissonna malgré lui lorsqu'il comprit que la vision de cette vieille folle de Kalad était en train de se réaliser.
Mort... poignardé dans le dos.
Un de ses propres soldats passa dans son champ de vision, le visage baigné de larmes.
-Pardonnez-moi, amiral... j'ai été obligé de le faire... pour sauver ma famille.
Il voulut agripper son uniforme pour l'obliger à avouer pourquoi il l'avait trahi mais il n'avait plus assez de forces pour cela.
La perception de son environnement se brouilla alors qu'il s'affalait sur le flanc, sa vie s'échappant de son corps. Il entendit seulement une soldate alsakanie, s'écrier:
-Sale traître!
Elle braqua le soldat félon avec son arme mais un assassin Malkite la foudroya d'un tir bien placé. Le rictus triomphant de Melok fut la dernière chose qu'entraperçut l'amiral agonisant.
-Je sais que vous m'entendez encore, Ap Token, déclara le Premier Régent alors que les Assassins Malkite étaient sur le point d'envahir le hall, face à des soldats tétanisés. Vous êtes certainement l'un des plus grands commandants que Alsakan ait connu depuis l'amiral Hirken mais vous n'avez jamais été un politicien. Votre erreur est de ne pas avoir compris que tout le monde peut être acheté et que tout le monde peut trahir, s'il estime avoir une bonne raison de le faire.
Puis Melok lança au reste des conjurés:
-C'est terminé, jetez vos armes!
Les soldats de Bilel échangèrent des regards indécis et confus avant de laisser tomber leur blaster l'un après l'autre. Peu après, les Assassins Malkites investirent les lieux sans un mot, isolant les captifs qui se tenaient à genoux, les mains sur la tête.
Celui qui les menait fit face au Chef d’État et aux Conseillers de l'Archaiad. Skan Het exhiba une bourse pleine de crédits pour la lui donner.
-Merci pour vos services.
-C'est inutile, répondit le Malkite. Nous avons déjà été payés.
-Alors, vous pouvez faire encore quelque chose pour nous, proposa Melok.
L'assassin accepta finalement l'argent.
-Je vous écoute, excellence.
-Fouillez tout le palais et éliminez tous les témoins potentiels, personne ne doit savoir ce qui s'est passé. Faites disparaître tous les corps.
Bilel s'accrochait encore vainement à la vie et tout commençait à disparaître dans une pénombre grandissante. Ses dernières pensées se tournaient vers sa famille.
Adieu Tina, adieu Hessia.
-Déposez le corps de l'amiral dans une ruelle mal famée, nous ferons passer sa mort pour un crime crapuleux.
Melok fixait le corps inerte de Ap Token, dont le regard n'exprimait plus qu'un vide insondable.
-Très bien, excellence. Et ces prisonniers?
Le Premier Régent ne montra aucune considération pour les survivants de la conjuration, entourés des Assassins Malkites.
-Ah oui, je les avais oubliés. Eh bien, achevez-les.
Le soldat qui avait porté le coup fatal à l'amiral rebelle s'agita tout à coup.
-Attendez, vous avez promis...
-Je vous ai promis que votre famille serait épargnée, pas vous, trancha sans pitié le Premier Régent.
Sur un geste impérieux de leur chef, un Assassin Malkite se glissa derrière chaque prisonnier et glissa la lame d'un stylet sur leur trachée.
D'un mouvement sec, ils leur tranchèrent la gorge et les gargouillis répugnants emplirent l'air quelques instants avant que leurs cadavres sanglants ne s'étendirent aux pieds de leurs bourreaux. Des conseillers de l'Archaiad détournèrent le regard, choqués par la violence de l'exécution. Le regard de d'autres exprimait une désapprobation éloquente, celle de voir le sang de d'autres alsakanis continuer à être versé inutilement.
Orin Melok avait triomphé de cet ennemi, il ne lui restait plus qu'à affirmer son pouvoir à l'égard des militaires.
Et de la République.
Il souhaitait montrer à Contispex qu'il n'aurait pas besoin de son soutien. Jamais.


Voilà, j'espère que cela vous a plu! N'hésitez pas à vous servir dans le réservoir de kleenex :whistle: :D !

Allez à la prochaine pour la suite! :hello:
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 18 Aoû 2019 - 17:44   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Extrait lu !

Malheur! Qu'est-il arrivé à notre Amiral ? :shock:

Je ne m'attendais pas à ce que tu résolves si vite cette partie de l'intrigue, je dois bien l'admettre... et c'est tant mieux, j'adore être surpris de cette manière ! Le Premier Régent démontre à quel point il est implacable, ne serait-ce qu'envers le sort réservé à la pauvre âme qui a accepté de trahir l'officier qui croyait avoir tout prévu... et tu nous offres une nouvelle démonstration des redoutables assassins Malkites !

Vivement la suite pour voir comment tout cela va évoluer ! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Lun 19 Aoû 2019 - 18:55   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour :jap: !

L2-D2 a écrit:Extrait lu !

Malheur! Qu'est-il arrivé à notre Amiral ? :shock:


tiens, un kleenex :transpire: !

L2-D2 a écrit:Je ne m'attendais pas à ce que tu résolves si vite cette partie de l'intrigue, je dois bien l'admettre... et c'est tant mieux, j'adore être surpris de cette manière ! Le Premier Régent démontre à quel point il est implacable, ne serait-ce qu'envers le sort réservé à la pauvre âme qui a accepté de trahir l'officier qui croyait avoir tout prévu... et tu nous offres une nouvelle démonstration des redoutables assassins Malkites !


Il va se passer plein de choses dans ce dernier arc :sournois: ! c'est pour ça que j'ai expédié cette partie!

Allez à la prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Mer 21 Aoû 2019 - 9:49   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Quel enfoiré ce Contispex... on verrait presque sa main derrière chaque execution.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3184
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Mer 21 Aoû 2019 - 17:26   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Dark GaGa a écrit:Quel enfoiré ce Contispex... on verrait presque sa main derrière chaque execution.


Et attends de voir la seconde partie :sournois: .
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 24 Aoû 2019 - 21:42   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Bonsoir, c'est l'heure de la suite!

Dans cet extrait, il est temps de voir comment vont réagir les équipages de la flotte de l'amiral Ap Token lorsqu'ils apprennent sa mort :sournois: !

Je vous laisse découvrir ça!

Au large de la planète Alsakan

Le temps s'écoulait trop lentement au goût du capitaine Delinki. Elle arpentait la passerelle principale du Cristal Brûlant, luttant contre une anxiété qui lui tordait les boyaux. Elle avait chargé l'officier chargé des transmissions d'espionner tous les canaux ouverts depuis la planète mère depuis qu'elle avait eu confirmation de l'atterrissage de la navette de l'amiral, au statioport principal de Xenvaer.
D'après les dernières transmissions interceptées, elle savait que Bilel et son escorte avaient fait une escale à la Place de la Mémoire. Elle avait apprise ensuite qu'ils se dirigeaient vers le quartier Havre Doré, là où résidait la famille de son commandant.
Elle comprit aisément qu'il souhaitait la voir et la mettre à l'abri d'éventuelles réprésailles. Certainement chez le magistrat Hassan Kalad, un homme respecté pour son intégrité et intouchable du fait que l'un de ses fils était un Jedi. Une sage précaution.
Ses pas l'amenèrent de nouveau devant la baie de transparacier d'où elle pouvait admirer la position des vaisseaux de la flotte sous son commandement et ceux plus lointains menés par la vice amirale Meraa Dovahkin. Celle-ci n'avait pas tenté de la contacter et semblait guetter elle aussi la tournure que prendraient les évènements.
-Capitaine, la navette de l'amiral a décollé du statioport.
Elle retint son souffle, la tension se relâchant légèrement.
-Essayez de les contacter, je souhaite avoir des nouvelles de l'amiral et de ses invités.
-À vos ordres, répondit l'enseigne qui l'avait dérangé.
Elle patienta dans son dos, jusqu'à ce qu'il lui dise en se retournant avec une moue gênée.
-Ils ne répondent pas, capitaine.
Elle se mordit la lèvre, ne supportant pas d'être dans l'incertitude.
-Bon, n'insistez pas alors, se résigna-t-elle.
Sans doute l'amiral préférait-il demeurer discret pendant qu'il traversait la flotte de Meraa Dovahkin. C'était compréhensible.
-Madame, nous recevons un signal crypté du Missandei.
Le cerveau de Carmina Delinki chauffa à toute vitesse. Ils n'étaient censés contacter le Missandei que pour leur confirmer le retour de l'amiral Ap Token et la réussite de son coup d'Etat. Pas avant... cela ne signifiait qu'une chose.
De nouveau tendue, elle écarta ses hésitations.
-Imprimez le message, que je puisse le décrypter.
-Bien, madame.
Elle trouva que l'enseigne mettait trop de temps à imprimer le message codé. Elle arracha sèchement la feuille de flimsi qu'il lui tendait et exhiba un datapad pour recopier au signe près tout le contenu.
Elle inséra la clé de codage et son visage se décolora lorsqu'elle lut la traduction du message transmis par Meraa Dovahkin.
L'aigle à deux têtes a raté sa passe, le vautour multak est toujours accroché à son perchoir.
-Madame, l'amiral a réussi? S'enquit un lieutenant qui avait surpris sa réaction.
Elle reprit contenance, tout en demeurant ancrée dans le mutisme. Elle sentait tous les regards converger vers elle, emplis d'un fol espoir. Tous ceux présents sur le pont adoraient leur commandant, tout comme les autres équipages sur les autres navires. Bilel Ap Token avait soudé par son charisme et son souci envers chaque membre, chaque rouage, une flotte toute entière à sa personne. Un attachement qui surpassait sans doute le patriotisme envers Alsakan et ses institutions, comme l'Archaiad.
Elle avait compris ce qu'un tel attachement impliquait. Une confiance aveugle envers les décisions de son chef, une foi absolue en la victoire que celui-ci pouvait remporter contre vents et marées.
Un fanatisme jusqu'au boutiste en cas de capture ou de mort de son commandant.
Bilel lui-même avait pris conscience de ce danger lors de sa conversation en privée avec Delinki. Il avait aussi compris parfaitement ce que cela impliquait.
Voilà pourquoi il lui avait demandé de tout faire pour éviter à leur peuple le chaos d'une guerre civile qui ne pourrait que les fracturer davantage. Mais en était-elle en mesure d'empêcher cela d'arriver, avait-elle les épaules?
Il n'existait qu'un seul moyen de le savoir.
Elle inspira un grand coup.
-Ouvrez un canal avec le Missandei et je souhaite que tous les commandants de vaisseaux soient connectés pour écouter ce que nous avons à nous dire.
L'enseigne lui confirma:
-Transmission initialisée, tous les officiers supérieurs de la flotte sont connectés.
-Merci, le remercia-t-elle.
Le buste tridimensionnel de la vice amiral Dovahkin flotta au milieu du pont, attirant l'attention de tous.
-Carmina, fit celle-ci.
-Meraa, je n'irai pas par quatre chemins. Quel est le statut de l'amiral?
Le visage transparent laissa apparaître des rides gênées.
-Il est mort, capitaine Delinki. Comme tous ceux qui l'accompagnaient. Je suis désolée de vous l'apprendre.
Mort. Le mot fatidique la frappa, tel un tir de turbolaser en plein dans les tripes.
-Comment... comment est-ce arrivé?
-Il a été piégé par les partisans du Premier Régent au siège de l'Archaiad. Il a été pris au dépourvu.
Après avoir surmonté le choc de la nouvelle, Carmina Delinki se mit à réfléchir. Tout sentait le complot minutieusement préparé.
Le changement de pouvoir au plus fort de la bataille contre la Flotte du Noyau tant sur Coruscant que sur Alsakan, le rappel soudain et inexpliqué de leur flotte sur Alsakan et enfin la tentative avortée de coup d'état...
Cet enchaînement d'évènements devait bien profiter à une personne, peut-être le nouveau Premier Régent tout simplement.
-Carmina?
Elle revint à la réalité amère. Bilel Ap Token n'était plus et la situation était incertaine. Les prochaines décisions auraient un impact décisif.
-Oui, madame. Maintenant, j'aimerais connaître votre position.
-Vous devez bien vous en douter, lui affirma la vice amirale. Je servirai Alsakan, comme tout patriote.
-Vous voulez dire, servir le Premier Régent.
-N'es-ce pas la même chose? Je connais votre réputation, capitaine Delinki et je sais que vous êtes une fervente patriote.
-Tout comme l'amiral Ap Token. C'est pourquoi je dois prendre le temps de mesurer les conséquences de mon choix.
Meraa Dovahkin lui accorda un sourire courtois.
-Prenez alors le temps de la réflexion, capitaine Delinki tout comme vos autres homologues. Mais ne tardez pas trop, nous ignorons si le cessez le feu avec la République demeurera solide et débouchera sur un traité de paix durable. Nous aurons besoin de toutes les bonnes volontés pour assurer les intérêts de notre peuple.
Elle eut l'impression d'entendre le Premier Régent parler à sa place.
-Je suis parfaitement consciente des enjeux, je vous rappellerai bientôt. Cristal Brûlant, terminé.
Le silence qui régnait autour d'elle fut aussitôt rompu par des murmures. La nouvelle de la mort de Ap Token avait secoué les esprits.
Les murmures s'accrurent et ne tardèrent pas à devenir des imprécations véhémentes.
-Ils ont tué l'amiral! S'exclama l'un d'eux.
-Ils ont trahi notre commandant, l'Archaiad nous a trahis! Renchérit un deuxième.
Carmina Delinki sentait elle-même ce bouillonnement brouiller le cours de ses pensées et sa lucidité. Oui, elle était indignée aussi à juste titre. Mais en tant que bras droit, la responsabilité de toute une flotte lui incombait désormais.
Elle devait respecter la dernière volonté de Bilel, contre celle des équipages s'il le fallait. Elle réagit immédiatement lorsque quelqu'un proposa à la volée:
-Vengeons sa mort, rasons le siège de l'Archaiad!
-Silence! Tonna-t-elle de sa voix cristalline.
Tout le monde sombra dans le mutisme en apercevant les yeux de la jeune officier qui paraissaient jeter des éclairs aussi aveuglants que des reflets de cristaux.
-Il revient au commandant de cette flotte de prendre une telle décision! Je comprends votre colère, je la partage! L'amiral Ap Token n'était pas seulement notre commandant, il était plus que cela! Il se dévouait et se préoccupait de chacun d'entre nous comme si nous le connaissions depuis notre naissance. Mais nous devons penser à ce qui est réellement en jeu, la défense de notre patrie. Certains d'entre vous voudraient forcer les défenses planétaires et en finir avec l'Archaiad, en les bombardant. Ce n'est pas ce que Bilel Ap Token voulait!
Tous échangèrent des regards sceptiques.
-Vous êtes convaincu que l'Archaiad est notre véritable ennemi. Mais l'amiral pensait comme moi que notre plus grand ennemi demeure la République! Le cessez-le feu est peut-être illusoire, les hostilités peuvent reprendre à tout moment. Si nous nous déchirons comme des vautours multak, la République sera la seule à en tirer avantage, contrairement à nous, à nos familles, à ceux qui nous sont chers!
Elle s'octroya une pause pour reprendre son souffle et sa voix animée devint plus apaisée.
-Je vous demande donc en tant que officier supérieur assumant le commandement de cette flotte à partir de maintenant, de rester à vos postes et de vous concentrer sur vos tâches respectives. Notre flotte ralliera les défenses de Meraa Dovahkin et nous servirons d'abord Alsakan avant de servir l'Archaiad.
Un soupir collectif semblait émaner de l'ensemble du pont regroupé autour de sa personne. Un subalterne lança alors un Rompez tonitruant et chacun reprit sa place comme s'il ne s'était rien passé. Ce qui n'était pas le cas.
Chacun avait désormais le coeur lourd suite à la perte de l'amiral Ap Token.
-Confirmez au Missandei que nos vaisseaux se joindront aux leurs dans l'attente d'instructions ultérieures. Donnez à l'ordre à chaque unité de se placer en orbite parmi la flotte de Dovahkin. Leur position exacte leur sera communiquée plus tard. Que chaque capitaine de vaisseau accuse réception de cet ordre dans les cinq minutes.
-Bien, madame.
Carmina Delinki se força à calmer sa respiration. Un moment critique venait de passer, il en arriverait sûrement d'autres. Elle priait les Lunes de Cristal d'être prête, le cas échéant. Elle ne pourrait pas bénéficier des conseils de son défunt commandant.
À elle seule lui revenait de porter sa destinée et celle des équipages sous son commandement. Le timonier sur le pont principal donna le cap, attendant de recevoir des coordonnées précises de la part du Missandei.
Les moteurs du Cristal Brûlant firent vibrer de leur puissance soutenue le sol sous ses pieds alors qu'elle longea la baie de transparacier pour observer son monde natal. Oui, la République demeurait l'ennemie, elle en restait persuadée.
Cela signifiait-il qu'elle soutiendrait l'Archaiad et ce Premier Régent sans conditions? Cela n'était pas certain.
Au bout de deux minutes, l'officier chargé des transmissions l'appela:
-Madame?
-Oui, major?
-Hum, nous avons un grave souci.
Carmina devina lequel avant qu'il ne poursuivit.
-Beaucoup de vaisseaux n'ont pas accusé réception.
-Combien? Le pressa-t-elle.
Le major alsakani semblait encore plus mal à l'aise.
-Presque toute notre flotte, madame.

Voilà j'espère que cela vous a plu! N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé!

Allez à la prochaine pour la suite :hello: !

Au fait une annonce importante: je suis en train d'écrire l'épilogue de la première partie :cute: ! je ferai une annonce concernant la deuxième partie prochainement.
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 25 Aoû 2019 - 19:17   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Extrait lu!

Oh oh oh! Je pensais que c'était la fin de l'arc, mais manifestement non, les hommes d'Ap Token n'entendant pas accepter sans réagir la trahison qui a entrainé la mort de leur Amiral! :grrr:

Vivement la suite! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Lun 26 Aoû 2019 - 13:07   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Merci pour le retour :hello: !

L2-D2 a écrit:Oh oh oh! Je pensais que c'était la fin de l'arc, mais manifestement non, les hommes d'Ap Token n'entendant pas accepter sans réagir la trahison qui a entrainé la mort de leur Amiral! :grrr:


La fin de l'arc :siffle: ? Non mais là, cela aurait été trop facile :sournois: .

Allez à la prochaine prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 31 Aoû 2019 - 22:10   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Bonsoir, c'est l'heure de la suite!

Dans cet extrait, la situation dégénère complètement au-dessus la planète d'Alsakan! L'échec du coup d'état a décidément des conséquences :sournois: !

Je vous laisse découvrir ça!

Choquée par cette révélation, Delinki se précipita vers les consoles tactiques. Et la gravité de la situation lui apparut pleinement.
Seule une flottille d'une dizaine de bâtiments lourds lui avait emboîté le pas. Les autres navires demeuraient immobiles, campés loin de l'orbite géostationnaire. Et de la flotte fidèle à la vice amirale Dovahkin.
-Le Souvenir de Rucapar et le Alsahim ont répondu et nous suivent de près, l'avertit le subalterne. Mais le Poignard d'Archais et le Minotaure sont restés autour du Ksarel Kebir, tout comme le reste des vaisseaux.
Elle fixa avec angoisse l'un des croiseurs Atgeir à la traîne.
Yakub.
Bien sûr, elle aurait du se douter qu'il réagirait ainsi. Mais elle n'aurait jamais pu se douter qu'il bénéficiait de bien plus d'influence qu'elle au sein de la flotte de Ap Token. Si elle voulait empêcher que la situation dégénère, c'était l'homme à persuader.
-Ouvrez un canal prioritaire avec le Ksarel Kebir! Ordonna-t-elle.
-Tout de suite, madame.
Le major se posta près du poste du centre de transmissions et secoua la tête de dénégation peu de temps après.
-Ils ne répondent pas.
-Essayez encore! Insista-t-elle.
Elle dissimula ses poings crispés dans son dos, pour masquer la tension qui l'habitait et la rongeait. Par les Lunes de Cristal, Yakub! Que préparez-vous?
-Le Ksarel Kebir a gardé tous ses canaux de transmission fermés, devons-nous contacter les autres vaisseaux?
-Allez-y, lui permit-elle sans enthousiasme.
Carmina ne nourrissait guère plus d'espoir au sujet des autres capitaines ralliés au Ksarel Kebir. Mais son commandant lui avait fait promettre de veiller aux intérêts de Alsakan. Le peuple devait rester uni contre la République.
Quelqu'un lança tout à coup à sur sa droite:
-Nous détectons une poussée d'énergie sur la proue du Ksarel Kebir!
De nouveau, Carmina fixa plus intensément l'avant du croiseur Atgeir qui sembla briller de plus en plus intensément. Tout à coup, les alarmes hurlèrent d'un klaxon angoissant.
-Ils se préparent à ouvrir le feu, madame! Ils nous visent!
Elle réagit instinctivement.
-Remontez les boucliers arrières!
Un flash déchira l'horizon stellaire lorsque le Ksarel Kebir tira en direction du Cristal Brûlant. Elle se raidit en fermant les yeux, s'attendant à être bousculée voire oblitérée. Mais ce fut finalement une frégate Hirken loyaliste qui en paya le prix.
Le vaisseau d'escorte se trouvait sur la trajectoire du puissant tir d'artillerie et à cause de ses boucliers abaissés, fut proprement fracassée en deux morceaux embrasés, perdus dans le vide cosmique.
Les cadavres de l'équipage de la frégate détruite se mirent à errer dans le néant profondément glacé, sous son regard horrifié.
Elle aurait voulu crier sa rage et son désespoir. Mais elle ne le pouvait pas, elle ne pouvait qu'encaisser ces pertes qui relevaient de sa responsabilité.
-Ils sont en train de se déployer! Quels sont les ordres, capitaine? Questionna le major.
-Que tous les vaisseaux loyaux relèvent les boucliers au maximum! Que les artilleurs se tiennent prêts! La cible principale est le Ksarel Kebir!
-Ils se mettent en position d'attaque, nous ne tiendrons pas!
Elle ordonna:
-Contactez le Missandei! Nous avons besoin de leur soutien tout de suite!
Le buste de Dovahkin flotta de nouveau à son grand soulagement.
-Meraa, Yakub s'est mutiné! Nous devons mettre un terme à cela! Insista-t-elle.
Les traits de la vice amirale montraient qu'elle partageait son inquiétude.
-Cela me semble clair, reconnut Dovahkin. Rejoignez l'orbite basse, nous allons vous couvrir en nous portant à votre rencontre.
-Compris, nous continuons sur notre trajectoire actuelle. Cristal Brûlant, terminé.
La flotte rebelle menée par Yakub s'ébranla lentement et les premiers vaisseaux s'élancèrent à la poursuite des loyalistes en fuite, Ksarel Kebir en tête.
Carmina Delinki donna l'ordre d'accélérer mais elle ignorait si cela serait suffisant. Elle et tous les équipages qui lui étaient restés fidèles, demeuraient exposés aux canons de proue des croiseurs Atgeir.
La conception du Cristal Brûlant et de ses boucliers devait lui permettre cependant de résister à plusieurs salves jusqu'à ce qu'ils puissent s'abriter derrière le Missandei et le reste de la flotte commandée par Dovahkin.
Plusieurs frégates Hirken du camp de Yakub commençaient à les rattraper. Leur vitesse et leur maniabilité leur permettaient de gagner du terrain sur la minuscule flottille de Delinki en fuite. Bientôt des messages d'alerte tombèrent sur le pont principal.
-Ici le Makal! Nous commençons à perdre les moteurs, nous sommes sous le feu ennemi!
Le Makal désignait l'une des frégates de Delinki qui couvrait le Cristal Brûlant à l'arrière et fermait la marche. Il était donc évidemment le plus exposé.
Il était à portée des turbolasers de quatres frégates Hirken de Yakub qui l'encadraient de près. Bientôt des fragments se détachèrent de la coque, ses boucliers faiblissant peu à peu, avant que ses moteurs ne lâchèrent.
-Nous avons perdu nos moteurs! Nous allons tenir notre position et couvrir votre retraite! Que les Lunes de Cristal vous bénissent!
Delinki ébranlée de voir cette frégate se détacher peu à peu de sa formation, se précipita vers le major.
-Ordonnez au Makal l'évacuation immédiate!
Le major tenta de transmettre l'ordre à temps, sans succès. Et bientôt le Makal, malgré sa résistance, succomba sous les assauts des quatre frégates antagonistes pour rejoindre à son tour le néant.
-Madame, je suis désolée. Nous avons perdu...
-Le Makal, je sais major.
De nouveaux cadavres emplissaient son champ de vision. Elle devait en faire abstraction, le destin d'Alsakan était en jeu.
-Nous avons reçu un message du Missandei! La flotte de la vice amirale Dovahkin est en approche, capitaine!
Le Missandei avait pris conscience du péril qui menaçait le Cristal Brûlant et avait décidé d'anticiper. À leur tour, les forces menées par Dovahkin s'élançaient à la rencontre des mutins et des fugitifs qu'ils traquaient.
La perspective de voir ces deux formations se jeter l'une sur l'autre terrifiait Delinki. Alors que sa position devenait plus précaire avec la perte de deux autres frégates.
-Le capitaine Yokin du Souvenir de Rucapar souhaite vous parler, capitaine! Annonça le major.
-Passez-le moi!
L'hologramme d'un capitaine alsakani corpulent et vif flotta en tremblant devant son visage.
-Capitaine Delinki, Yakub ne s'arrêtera pas tant qu'ile ne nous aura pas tous anéantis.
-Je ne peux pas croire qu'il soit aussi suicidaire, Yokin. Qu'espère-t-il en faisant cela? Se lamenta-t-elle.
-Il espère nous entraîner dans sa chute, c'est évident. C'est pourquoi nous devons le stopper tout de suite.
-Nous le ferons quand le Missandei arrivera jusqu'à nous.
-Capitaine Delinki, nous devons le faire maintenant.
Elle avait noté son ton tranchant
-J'ai parlé avec le commandant Terel du Alsahim et il m'a promis son soutien, reprit Yokin.
-Nous allons tous y passer, si nous faisons ça!
-Nous devons courir le risque.
L'hologramme de Yokin s'éteignit, la laissant perplexe sur la marche à suivre. Devait-elle continuer à fuir ou se retourner pour faire face?
Certains avaient choisi pour elle.
-Madame, le Souvenir de Rucapar et le Alsahim ont stoppé leurs moteurs!
Elle n'hésita plus.
-Stoppez les moteurs, préparez-vous au combat! Donnez des solutions de tirs sur les rebelles les plus proches!
La flottille loyaliste freina collectivement et les vaisseaux commencèrent à pivoter pour présenter leur flanc. Le Cristal Brûlant se trouvait au centre, couverts par le Souvenir de Rucapar et le Alsahim. Elle devait tenir bon jusqu'à l'arrivée imminente des forces de Dovahkin.
Elle concentra sur les frégates de Yakub qui accéléraient pour se porter au contact, quel serait le prix du sang versé aujourd'hui?
Tenait-elle vraiment à le deviner?
-Deux frégates au point V 15-4B sont en train de nous viser, signala le major.
-Verrouillez leurs coordonnées.
Le subalterne lui confirma:
-Cibles verrouillées et acquises, les artilleurs attendent vos ordres.
Delinki ne voulait pas songer un seul instant aux équipages adverses. Ses propres compatriotes, qui avaient sans doute une famille, des enfants... peut-être même que certains venaient de la même ville qu'elle, à Archais.
Peut-être que certains d'entre eux étaient ses voisins.
La distance qui séparait les deux flottes rivales se rétrécissait rapidement. Delinki et les siens allaient se retrouver au milieu d'un maelstrom infernal. Ce que craignait Bilel Ap Token était sur le point d'arriver.
Alsakan menaçait de sombrer dans la guerre civile.
Comment avait-elle pu laisser cela arriver? Comment avait-elle pu laisser son peuple se déchirer? Le seul point positif était que Bilel n'était plus de cette galaxie pour le voir.
Le Cristal Brûlant trembla sous les tirs de barrage des deux frégates mutinées.
-Feu à volonté! Lança-t-elle tout à coup.

Et voilà, j'espère que cela vous a plu :cute: !

Voilà, cela fait plus d'un an que j'ai commencé à publier et je tenais à vous remercier de m'avoir suivi et de continuer à me suivre! Félicitations à vous :jap: !

Bonne nouvelle: j'ai enfin terminé cette première partie sur le Pius Dea et je vous ferai des annonces imminentes pour la deuxième partie dont j'ai commencé l'écriture :wink: !

On se reverra assez vite sur ce sujet, c'est promis!!

Portez-vous bien et à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Sam 31 Aoû 2019 - 22:14   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Félicitation pour avoir terminé cette première partie de Pius Dea, l'ami!

Comme promis, je lirai ce que j'ai manqué très bientôt!

Et à très vite pour une nouvelle aventure dans la seconde partie! ;)
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5444
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Sam 31 Aoû 2019 - 22:31   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Den a écrit:Félicitation pour avoir terminé cette première partie de Pius Dea, l'ami!


Ca me fait chaud au coeur :love: !

J'espère te revoir très vite moi aussi :cute: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2098
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 02 Sep 2019 - 11:33   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Hein quoi? La partie 2 n'est pas prête?
Contispex!!!!
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3184
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar L2-D2 » Lun 02 Sep 2019 - 12:17   Sujet: Re: Pius Dea: les Chroniques des Tyrans (1ère partie)

Extrait lu !

Oh là là, je ne m'attendais pas à ce que cette première partie finisse déjà... et de cette façon ! Tu nous abandonnes avec Alsakan en pleine Guerre Civile ! :shock:

Mais alors comme ça, la deuxième partie n'est pas prête ? Mais non non non ! :grrr: Comment allons-nous pouvoir attendre de voir comment Contispex va affirmer son pouvoir sur Coruscant ?

Bon courage pour la suite de l'écriture, et à bientôt ! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6010
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations