[Editorial] #12 - L'Empire toujours plus grand  <     >  [Economie Galactique] #12 - YubTube fermé !  <     >  [Courrier Galactique] #12 - La chute de Beralt Steinein  <     >  [Maintien de la Paix] #12 - L'Executor, fleuron de l'Empire  <     >  [En direct du Front] #12 - Au cœur de la 501ème Légion (2)  <     >  [Cour Impériale] #12 - Mort d'un grand ténor  <     >  [Suivi du conflit] #12 - Adieu aux armes : le Moff Cisolan Kassory prend sa retraite  <     >  [Terrorisme] #12 - Tragique prise d'otage au Canard Déchaîné  <     >  [Politique Galactique] #12 - [EXCLUSIF] Un extrait de "Mando'ad draar digu" de Mandal A'bar  <     >  [Les Brèves de la T.I.] #12  <     >  [Interview] #12 - Arthas Boluzar nous parle culture et espèces  <     >  [Sports] #12 - L'Empire des étoiles  <    

#12 - Arthas Boluzar nous parle culture et espèces

Centre Impérial, Coruscant : Arthas Boluzar, philosopheEn réaction à la montée du fascisme Rebelle dans les systèmes éloignés de la Galaxie, le philosophe Arthas Boluzar de l'Académie des Lettres Impériales a accepté de s'entretenir avec la Tribune Impériale au sujet du rôle de la culture dans un conflit entre deux sociétés diamétralement opposées.


Tribune Impériale. Arthas Boluzar, bonjour... ou bonsoir car comme vous le savez la Tribune Impériale est un média diffusé à tous moments dans toute la Galaxie.
Arthas Boluzar. Oui, et c'est ce qui rend ce grand journal si spécial. D'ailleurs nous pourrions même souhaiter à vos lecteurs une bonne nuit ou un bon appétit. (Rires)

T.I. Et nous en sommes particulièrement fiers !
A. Boluzar. Mais il faut, il faut...

T.I. Beaucoup vous considèrent comme la superstar de la métaphysique interespèces contemporaines, vous avez remis au goût du jour énormément de principes antiques considérés pour la plupart comme dépassés.
A. Boluzar. D'aucun penserait que j'ai purement et simplement copié quelques théories oubliées dans des fonds de tirroirs. Mais on oublie trop souvent que ce sont ces grands principes fondateurs qui ont guidés notre espèce dans sa compréhension de la vie et de la recherche du bonheur. La plupart des gens qui ont critiqués mon travail ne se rendent pas compte que leur vie est en partie construite autour de ces principes. J'estime que mon travail a ouvert les yeux à beaucoup de personnes.

T.I. Et j'ajouterai que n'est pas élu à l'Académie qui veut ! (Rires)
A. Boluzar.
C'est très aimable à vous. Pour ma part je crois que cette place est avant tout la reconnaissance d'un long travail acharné de remise en question des a priori forgés par l'évolution incontrôlée des sociétés actuelles. Au fil du temps, nous avons oublié nos origines, d'où nous venons et pourquoi nous sommes là. Je pense qu'en rappelant son passé à l'Empire nous lui avons donné une forte identité. C'est pour cette raison que ma métaphysique est contemporaine, puisqu'elle est intemporelle.

T.I. Justement, dans votre dernier ouvrage, Du bohneur nous remercions les anciens, vous expliquez comment l'Empire atteint la catharsis en acceptant son passé pour en faire une source de bonheur. 
A. Boluzar. On n'accède pas au bonheur sans regarder un instant par-dessus son épaule. La recherche du bonheur est un acte de foi et une épreuve douloureuse. Ce n'est qu'en contemplant les épreuves endurées qu'on peut se satisfaire du chemin parcouru. Finalement, l'Empire incarne le bonheur de la force, du triomphe et de l'amour de soi. 

T.I. Et de ce constat vous pensez pouvoir affirmer que les Rebelles ne peuvent accéder au bonheur, à l'harmonie.
A. Boluzar. Oui, car la Rébellion n'a pas la conviction nécéssaire pour assumer son passé. C'est un embryon de société désenracinée fondée sur le déni complet du passé. À ce stade, on peut dire qu'elle n'a même aucune origine. Franchement, son existence est une énigme philosophique, un problème que je n'ai pas pu résoudre. Je défie un givin de trouver une solution qui ait une logique interne irréfutable. (Rires)

T.I. Quel est le rapport avec le bonheur ?
A. Boluzar. Le bonheur est une finalité naturellement recherchée par tous. Or, si l'on suit le cheminenement de ma pensée, la Rébellion ne semble pas rechercher de finalité qui s'apparenterait au bonheur. Elle semble ne rechercher que la destruction et l'éradication d'un passé qui ne lui convient pas. Elle tente de réécrire l'Histoire, d'une certaine façon. Mais je pense que le problème est plus d'ordre culturel qu'idéologique. 

T.I. Donc, selon vous, l'Empire existe grâce à son baggage culturel ?
A. Boluzar. En vulgarisant, oui, on peut le voir sous cet angle. J'aime utiliser la métaphore d'un sportif de haut niveau : des deux adversaires, c'est celui qui prend l'avantage psychologique avant le match qui remporte la confrontation avant la rencontre. 

T.I. Cela ne vous ennuie pas que l'on puisse dire que la Rébellion est une menace pour l'Empire, à votre manière de concevoir la chose ?
A. Boluzar. Et bien... je n'aime pas juger la raison de tel ou tel individu. Je ne suis pas sectaire. C'est vrai que j'ai parfois l'impression de vivre au milieu de profanes qui ne savent pas penser. (Rires) Pour vous donner un ordre d'idée, même mon collègue de l'Académie Hyarum Phelt m'exaspère à toujours vouloir montrer comment les Rebelles ont faits pour détruire ceci ou cela... Non, il n'y a vraiment rien à craindre. Cette histoire ne durera pas. J'aimerais qu'on prenne plus en compte l'avis du philosophe, mais depuis la dissolution du Sénat... Bref, nous n'avons rien à craindre. 

T.I. Merci Arthas Boluzar. Avant de nous quitter, un projet à venir ?
A. Boluzar. Oui. Comme vous l'avez dit, je suis spécialiste en métaphysique interespèces contemporaine et je suis arrivé au stade de ma carrière où je sens que je dois aller au paroxysme de ma discipline. En ce moment je travaille sur les gamoréens.

 
Propos recueillis par Valeria Dracco..

Articles du même numéro :

This Site is, in no way, sanctioned or associated with LUCASFILM and all images used are for personal pleasure and not for any financial gain. All Images, Movies and Sounds regarding the Star Wars Saga, herein, are © Lucasfilm. All Other Images/Designs/Texts/Datas etc are © SWU unless otherwise stated.