[Editorial] #12 - L'Empire toujours plus grand  <     >  [Economie Galactique] #12 - YubTube fermé !  <     >  [Courrier Galactique] #12 - La chute de Beralt Steinein  <     >  [Maintien de la Paix] #12 - L'Executor, fleuron de l'Empire  <     >  [En direct du Front] #12 - Au cœur de la 501ème Légion (2)  <     >  [Cour Impériale] #12 - Mort d'un grand ténor  <     >  [Suivi du conflit] #12 - Adieu aux armes : le Moff Cisolan Kassory prend sa retraite  <     >  [Terrorisme] #12 - Tragique prise d'otage au Canard Déchaîné  <     >  [Politique Galactique] #12 - [EXCLUSIF] Un extrait de "Mando'ad draar digu" de Mandal A'bar  <     >  [Les Brèves de la T.I.] #12  <     >  [Interview] #12 - Arthas Boluzar nous parle culture et espèces  <     >  [Sports] #12 - L'Empire des étoiles  <    

#12 - L'Executor, fleuron de l'Empire

Chantiers Navals de Fondor : Il existe des visions qui ne laissent personne indifférent. La majesté du Centre Impérial, la beauté des immensités stellaires... À ces merveilles s'ajoute aujourd'hui une autre d'entre elles : l'Executor, mastodonte de dix-neuf kilomètres de long, vaisseau amiral du Seigneur Vador et fleuron de la Flotte Impériale. Visite guidée.


Nous sommes une vingtaine, assis dans le compartiment passagers de la navette mise à disposition des journalistes par le Haut Commandement de l'Empire. Par-delà les hublots, l'hyperespace déploie son tourbillon de lumière bleutée aux propriétés hypnotisantes. Un spectacle à couper le souffle... Pourtant, ce n'est pas pour lui que nous sommes agglutinés contre les parois du vaisseau. Nous nous amassons ainsi depuis que le pilote a annoncé la sortie à venir de l'hyperespace, en bordure de l'espace souverain de Fondor

Soudain, le temps semble s'arrêter, et nous retrouvons l'espace normal. La navette pivote de façon à nous laisser observer la structure gigantesque des chantiers planétaires. Quelle inspiration a-t-elle poussé les hommes à créer de telles choses ? Les plus nobles sans doute ; car nul sentiment mesquin ne saurait être à l'origine de la magnifique chose qui repose entre les docks de construction.

Super Destroyer Interstellaire Executor

Nous sommes encore loin, mais déjà nous pouvons distinguer l'ensemble de la structure de l'Executor. Sa forme rappelle les antiques Venator qui soutenaient l'Empire dans ses premières heures, mais en bien plus tranchant ; une pointe de flèche plantée dans le cœur des ennemis de l'Empereur. Lentement, nous nous rapprochons, jusqu'à ce que la coque d'un gris sombre occulte entièrement la noirceur de l'espace profond.

Le contraste avec l'obscurité se fait plus saisissant encore lorsque nous entrons dans le hangar. Répondant parfaitement aux standards impériaux, il est parfaitement agencé, avec des parois claires et un sol brillant ; un symbole de l'Ordre Nouveau voulu par Sa Majesté, aussi éclatant que la blanche armure de nos fidèles stormtroopers qui attendent là en rangs serrés. L'amiral Amise Griff, capitaine de l'Executor, nous accueille en bas de la rampe d'atterrissage. Il est accompagné d'une femme d'âge mûr, qui n'a pourtant rien perdu de sa beauté : la fameuse Lira Wessex, conceptrice de l'Executor, et qui dispose d'un palmarès à faire pâlir d'envie tous ses concurrents, grâce notamment à la fameuse classe Impériale qui nous est tant familière. Les deux responsables de l'Executor nous accueillent avec dignité et nous invitent à les suivre dans une visite guidée du plus impressionnant des navires de l'Empire.  
 


Ce qui surprend tout d'abord un habitué des vols spatiaux arrivant sur l'Executor, c'est l'espace qui y est disponible. La superstructure en duracier mesure dix-neuf kilomètres de long pour un équipage de plus de deux cent quatre vingt mille passagers, ce qui est en proportion bien moins élevé que sur les antiques Dreadnought de Rendili ou même que sur les vaisseaux de classe Impériale. « L'automatisation des systèmes et une plus grande rationalisation de notre mode de fonctionnement ont permis une véritable amélioration dans ce domaine depuis la Guerre des Clones », nous explique Mme Wessex. « L'efficacité est une partie capitale de la doctrine impériale, et nous l'appliquons à la lettre ici. Nous avons supprimé, par exemple, les équipes techniques de Z.E.S (NdlR : Zones Énergétiques Sensibles). Des études ont montré que leur taux de perte est douze fois supérieur à la normale, et qu'il s'agit du poste privilégié par les saboteurs rebelles lors des vingt-sept dernières attaques démantelées. Les droïdes assureront l'essentiel de ces tâches ingrates à présent ».

Le hangar à chasseurs de l'ExecutorBien entendu, par précaution, Mme Wessex ne nous livre aucune donnée sensible, sur l'armement notamment. Elle précise toutefois que l'
Executor peut accueillir douze escadrons de chasseurs. Nous parvenons alors à l'un des hangars destinés à cette activité. Quel spectacle, une fois encore ! Des TIE de nouvelle génération, aux panneaux courbés et à l'aspect acéré, sont accrochés aux rails qui descendent du plafond. Des pilotes en combinaison de vol noire circulent en rang serré. Quand nous l'interrogeons sur la raison de cette couleur, l'amiral Griff se montre des plus explicatifs. « Pourquoi n'ont-ils pas droit au blanc éclatant des stormtroopers ? C'est tout à fait simple. Le blanc, dans l'espace, est la couleur la plus évidente pour désigner une cible. Nos chasseurs ont des panneaux noirs pour être plus furtifs que ceux de nos adversaires. Si un pilote de TIE est abattu et s'éjecte, sa combinaison noire lui permet de survivre alors même que la bataille fait rage autour de lui. Si elle était blanche, nombre d'entre eux seraient abattus par les Rebelles dans leur cruauté... ». Nous assistons à un envol des TIE Avengers, tels qu'ils nous sont présentés. On nous précise qu'il ne s'agit que de prototypes d'un futur modèle d'intercepteurs plus performants encore qui devraient permettre de détruire plus aisément que jamais les appareils rebelles. Mais ces vaisseaux font déjà leur effet ; le décollage, coordonné, est une nouvelle preuve des capacités de l'Empire. 

On nous conduit ensuite dans une soute destinée aux véhicules des forces terrestres de l'Armée Impériale. Outre les walkers TS-TT que je connais bien désormais (Pour plus d'informations, retrouvez le second article de ma série Au cœur de la 501ème Légion), d'innombrables walkers TP-TT, plus petits et maniables, et quelques énormes TB-TT, emplissent l'immense espace de stockage. L'Executor, comme on nous l'explique alors, n'est pas que le pilier de la Flotte Impériale ; c'est aussi une base terrestre mobile, capable de déployer des installations et des véhicules en quantité suffisante pour sécuriser n'importe quel bastion rebelle. Les stormtroopers qui patrouillent dans le vaisseau nous rappellent une fois encore que l'Empire ne dort jamais, et qu'il est donc toujours prêt à riposter. 

Notre visite s'achève à l'endroit qui sert de centre névralgique à ce mastodonte de duracier : la passerelle de commandement. Elle paraît presque humble, en comparaison du reste de la structure ; en fait, comme nous l'explique l'amiral Griff, il s'agit de la copie conforme de celle de la classe Impériale. Lira Wessex intervient alors. « Là encore, la standardisation a permis une baisse importante des coûts, et facilitera la formation des équipes opérationnelles et de maintenance, qui auront à leur disposition l'ensemble des stocks déjà constitués pour la Flotte. L'Executor, en cas de dégât - peu probable, je dois l'admettre - pourra être réparé dans n'importe quelle base de seconde zone, ce qui le rendra opérationnel bien plus vite que ne le pensent les Rebelles. » C'est l'amiral Griff qui a le mot de la fin, en nous raccompagnant à notre navette. « La passerelle de l'Executor a également une fonction psychologique. L'officier en service - en l'occurrence, moi-même - n'a pas l'impression d'être le plus puissant qui soit au sein de la Flotte Impériale. Cela l'invite à faire preuve de modestie à l'égard du Seigneur Vador, et à l'égard de l'Empire lui-même ; il n'est qu'un rouage remplaçable dans un mécanisme de guerre à toute épreuve. »

De retour dans la navette, nous jetons un dernier regard à l'Executor, si majestueuse silhouette dans l'infinité de l'espace, me laisse penser que l'art de la guerre n'a jamais si bien porté son nom...


 
Zev Kallirran.

Articles du même numéro :

This Site is, in no way, sanctioned or associated with LUCASFILM and all images used are for personal pleasure and not for any financial gain. All Images, Movies and Sounds regarding the Star Wars Saga, herein, are © Lucasfilm. All Other Images/Designs/Texts/Datas etc are © SWU unless otherwise stated.