StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Tales #12
     (80 %)
    A Day in the Life
    Scénario : Brett Matthews
    Dessins : Adrian Sibar
    Couleurs : Guy Major

    Wedge


    L’histoire se déroule 4 ans après la bataille de Yavin.
    Le premier point qui ressort de cette histoire est son erreur de continuité. Mais ne sommes-nous pas sous le label « Infinities » me direz-vous ? C’est vrai, mais Infinities ne veut pas dire tolérance zéro. L'objectif est de permettre aux auteurs de ne pas se priver de bons concepts pour satisfaire à la cohérence habituelle, pas de travailler sur Star Wars sans se soucier de ce qu'ils écrivent. Il ne faut pas non plus stigmatiser cette histoire alors que d'autres récits assez faibles sont passés sous silence car leurs incohérences n’ont pas le relief que celle-ci. Quelles en sont les faiblesses ? Toute l’intensité dramatique de ces quelques pages trouve son fondement dans la réaction de Wedge à la mort d’un camarade. C'est touchant, mais ce thème a déjà été joué plusieurs fois par Stackpole. Il n’y a rien de créatif là-dedans.
    Graphiquement, on est sur la déclinaison d’un genre déjà vu sur Lando’s Commando (Tales #5) et quelques autres histoires. Avec moins de style à mon goût néanmoins. Enfin, Sibar s'en sort bien. La mise en couleur est propre et agréable, alternance de teintes très sombres puis très élevées.

    A Jedi’s Weapon
    Scénario : Henry Gilroy
    Dessins : Manuel Garcia
    Encrage : Jimmy Palmiotti
    Couleurs : Guy Major

    Anakin in trouble


    L’histoire se déroule 24 ans avant la bataille de Yavin.
    L'art et la manière de parler de sexe et de séduction sans avoir l'air. Dès les premières pages, le lecteur a les mots « séduction » et « tentation » bien ancrés dans l'esprit avec le comportement et les allusions de la délégation de Kashir. Il est fort dommage que le déroulement reste gentillet sans jamais aller plus loin ouvertement. Sans rechercher le racoleur, cela aurait mis une touche plus adulte et placé éventuellement Anakin dans une situation encore plus inconfortable. Plus que celle-ci qui me fait demander si Obi-Wan a tenu des comptes précis du nombre de sermons qu'il a pu faire à son très indiscipliné padawan. Pour le coup, ça reste une leçon bien sympathique.
    Côté dessins, c’est très réussi. Le Anakin de Manuel Garcia est très expressif et conserve une grande part d’innocence. L’encrage de Palmiotti est parfait, il donne beaucoup d’épaisseur aux dessins. La mise en couleur de Guy Major est discrète mais très appropriée.

    The Revenge of Tag and Bink
    Scénario : Kevin Rubio
    Dessins : Rick Zombo
    Encrage : Randy Emberlin
    Couleurs : Dan Brown

    Boba Fett


    L’histoire se déroule 4 ans après la bataille de Yavin.
    Pour ce qui est du choix de l’artiste, on regrette l’absence de Marangon pour cette sorte d’épilogue. Zombo rend des dessins très conventionnels à l’issue des années 90. Dans l’absolu ils sont ce qu’ils sont, mais ils sont définitivement décalés dans une histoire courte qui se veut humoristique. En somme une erreur de casting selon moi.

    Once Bitten
    Scénario : C.B. Cebulski
    Dessins : Makoto Nakatsuka
    Couleurs : Dave Nestelle

    Aurra au travailL’histoire se déroule de 36 ans avant à l’année de la bataille de Yavin.
    Une pure histoire d’action. Le flashback n’est ici qu’un procédé pour mettre en scène les adversaires. C’est dommage mais sans conséquence. Moins acceptable est le fait que le récit ne nous permet jamais de comprendre le pourquoi du combat et le choix des personnages.
    Graphiquement, Nakatsuka nous offre une mise en images de l'action avec pas mal de punch. Un style manga très mode et qui a tendance à éclipser tout le reste. Mais comme l’intrigue et la caractérisation sont assez faibles, c’est un bien pour un mal. On retiendra ce point positif et c'est bien tout.

    The Duty
    Scénario : Christian Read
    Dessins : John McCrea
    Encrage : Jimmy Palmiotti
    Couleurs : Giulia Brusco

    VaderL’histoire se déroule 18 ans avant la bataille de Yavin.
    Read frappe un grand coup avec cette aventure. Tous les éléments sont soignés. La thématique autour du devoir est très forte. Le Jedi qui au départ semble être promis à un destin prémédité fini par connaître l’inattendu face à Vader. Ce moment justement relance la dynamique de l’histoire en son milieu, et nous propulse jusqu’au rebondissement final. L’alternance d’action et de dialogue dans ce sens, alors que dans le schéma classique on a l’inverse est un point positif supplémentaire. Enfin, au-delà de tout cela, la mise en scène d’un Jedi survivant durant la purge est toujours auréolée d’un mystère qui attire le lecteur à chaque fois.
    McCrea s’est surpassé dans un style qui abouti certainement à son oeuvre la moins personnelle sur Tales. Peu importe, ça colle à cette histoire au ton plus grand public que les autres auxquelles il a participé.




    Conclusion
    Les aventures de ce numéro ne m’ont pas marqué. Leur style est éclectique, mais ça c’est la marque traditionnelle de cette série, mais en tant que récit indépendant elles ont assez peu d’envergure. Heureusement, The Duty tire vraiment son épingle du jeu et donne du relief à ce numéro. Le Vader de McCrea en couverture vient rendre hommage à l’excellence de l’histoire et c’est justice.
  • 13/05/2005
     (70 %)
    A Day in the Life: Une histoire qui n'apporte rien. pareil que ce qu'à écrit le testeur.

    A Jedi’s Weapon: Mais pourquoi Qui-Gon est allé récupéré cet Anakin, il fait que des bêtises. Si j'étais Obi-Wan, je lui donnerais des baffes moi (quoi !! la colère, le côté obscur ,...). Bref Obi-Wan a encore du boulot devant lui.

    The Revenge of Tag and Bink: Mouais ! bof, pas terrible, pas marrant, bref à oublier.

    Once Bitten: c'est juste une histoire pour voir un combat entre Qui-Gon et Obi-Wan contre Aurra Sing.

    The Duty: Vader est Vader et c'est pour ça qu'on l'aime même si ici le dénouement final est prévisible
Univers
 
Ce livre ne fait pas partie de l'Univers Officiel Star Wars, mais appartient à l'Univers "Legends".
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

30 membres le possèdent (qui ?)
26 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Publicité