Informations

IMPORTANT : pour que la participation de chacun aux discussions reste un plaisir : petit rappel sur les règles du forum

Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar mat-vador » Sam 01 Oct 2022 - 21:07   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir à tous, comment ça va ?

Allez, je vous publie la fin du prologue :wink: ! Avec un passage marquant pour le jeune Alan Tissan :diable: !



Tal’etha vint s’enquérir de la santé du corellien qui la rassura d’un bref geste de la main. Il prit ensuite son padawan par l’épaule.
- Tu t’es bien comporté, Alan.
- Merci, Maître.
Le garçon tourna la tête, vers les cadavres qui jonchaient la place.
- N’y avait-il pas moyen de…
- Je crains que non, mon garçon. Les Afarathu ont choisi ce sort funeste, ils ne font plus qu’un avec la Force, malgré toutes les atrocités qu’ils ont commises.
- Ils ne le mériteraient pas.
- Ce n’est pas à nous qu’il appartient d’en décider, le reprit Keiran. La Force nous relie tous et nous dépendons de sa volonté.
- Il n’y a pas de mort, il n’y a que la Force.
Keiran approuva d’une inclinaison du menton.
- Viens, allons nous occuper des blessés.
Ils déambulèrent entre les cadavres, majoritairement Afarathu, alors que la zone était bouclée et que tout déplacement était interdit aux résidents de cette partie de l’enclave sélonienne. Les Jedi corelliens se penchaient au chevet des fantassins de la CorSec blessés lors de l’affrontement, les stabilisant pour les cas les plus graves.
Alan Tissan restait proche de son maître et de la sélonienne Tal’etha, et veillait à procurer les fournitures médicales nécessaires selon la gravité de l’état des victimes comme des patch bacta ou des stimm. Des navettes médicales arrivèrent ensuite sur les lieux, pour les évacuer vers le cendre médical principal.
Les soldats corelliens commençaient à entasser les cadavres des Afarathu les uns sur les autres lorsqu’une caporale attira l’attention de tous :
- Par ici, celui-là respire encore !
Keiran, Tal’etha et Alan furent les plus prompt à la rejoindre. Avec un de ses collègues, elle avait soulevé le corps du sélonien par les omoplates lorsque le non humain avait émis des gémissements plaintifs.
Il avait perdu un morceau de sa queue, un bras et une gauche lors de la bataille. D’autre part, des impacts de blaster déformaient son tronc, au niveau du sternum et des hanches. Beaucoup de sang avait coulé de ses plaies fumantes.
La Jedi sélonienne se pencha la première et s’empressa d’user de la Force pour stabiliser son état. Quand elle fut certaine que son congénère était encore conscient, elle lui demanda dans son dialecte :
- Où est votre quartier général ?
L’Afarathu ouvrit les yeux, qui exprimaient une haine mortelle.
- Je ne dirai rien.
Keiran se pencha pour fouiller ses poches, sous les yeux de son padawan. Il récupéra un disque holographique et un comlink. Le Jedi corellien appela un officier :
- Faites examiner ça et tracez l’origine des derniers messages reçus.
- Oui, monsieur.
Alan Tissan s’approcha avec des patch bacta que la selonienne prit pour bander les blessures de l’Afarathu. C’est alors que celui-ci redressa la tête pour plonger son regard dans celui du padawan.
L’adolescent demeura pétrifié lorsque les iris du non humain furent inondés par une marée de braise sinistre, annonciateur de calamités.
- La fin des Jedi viendra.
La voix du sélonien aux yeux brillant d’un jaune angoissant, semblait être le produit de murmures froids désincarnés. Puis il prit feu, les flammes surgissant de l’intérieur de son corps pour le dévorer en une combustion spontanée. Le vent souffla les cendres, les dispersant comme on le ferait de la poussière.
Il voulut prévenir son maître mais les mots restèrent bloqués au fonds de sa gorge. Il se tourna vers Maître Tal’etha mais la sélonienne avait disparu. Mais que se passait-il, par les Neufs Enfers ? Il se redressa et se retourna pour chercher Maître Halcyon.
Mais il avait disparu. En fait, tout son environnement immédiat avait disparu. Il n’y avait plus de Jedi corelliens, d’agents de la CorSec et de cadavres sanglants d’Afarathu. La place urbaine s’était effacée.
Une brume terne l’encerclait, l’envahissant d’une terreur instinctive. Il se sentait égaré, il ignorait ce que signifiait ce rêve éveillé. Alors il ferma les paupières, se persuadant qu’il allait se réveiller. Tout cela n’était qu’un mauvais rêve.
Oui, il allait se réveiller. Ce n’était qu’un mauvais rêve, n’est-ce pas ?
Il rouvrit les yeux mais il n’obtint pas ce qu’il avait espéré. Il se tenait devant l’entrée du Temple Jedi de Coruscant, qu’il avait visité quelques mois auparavant, en escortant Maître Halcyon à la capitale. La majesté et la splendeur des lieux l’avaient ébloui. Il n’oublierait jamais les statues gigantesques des Jedi qui avaient apporté gloire et prestige, encadrant ce grand escalier aux larges marches.
Il monta les marches jusqu’au sommet de l’escalier. Au fur et à mesure de son ascension, des murmures étouffés d’angoisse parvenaient à ses oreilles. Une odeur de cendres de plus en plus tenace, irritait ses narines.
Franchissant le seuil, une vision d’apocalypse le saisit. Le hall des Mille Fontaines était ravagé par des incendies épars, tandis que des Chevaliers Jedi brandissaient leur sabre-laser, affrontant des soldats en armure blanche immaculée. Ces derniers semblaient innombrables, écrasant les utilisateurs de la Force sous le nombre, les harcelant entre les gigantesques colonnes qui soutenaient le grand plafonds au-dessus de leur tête.
Plus haut, des passerelles traversaient le hall et des combats semblaient tout aussi féroces. Sous ses yeux, deux Jedi tombèrent, fauchés par les tirs de blasters à bout portant. Deux cadavres de plus, ajoutés à ceux qui jonchaient le sol.
Des enfants, des Novices, cherchaient à échapper à leurs bourreaux car ils ne pouvaient pas se défendre. Un groupe fut encerclé par ces soldats froids et impitoyables, puis massacré devant un Alan impuissant.
- Non !
Il dégaina et activa son sabre-laser, la lame verte émeraude se dépliant dans un crépitement familier. Il se jeta impétueusement sur les meurtriers, son épée traversant leurs corps. Mais les soldats ne tombèrent pas, restant indemnes.
Ils le considéraient avec mépris, se contentant de retourner leur imposant fusil blaster vers le jeune corellien. La voix de l’un d’eux filtra à travers son casque.
- Exterminez tous les Jedi.
Ils ouvrirent le feu et Alan hurla, ressentant la douleur à chaque tir qui lui traversait le corps. Le décor s’évanouit dans un flash, le déplaçant en un autre lieu. Il comprit qu’il se trouvait toujours sur Coruscant, à l’extérieur du sanctuaire.
L’entrée du Temple Jedi était distant d’une centaine de mètres. L’édifice de l’Ordre était plongé dans la nuit épaisse, une structure pyramidale à moitié tronquée, surmontée de cinq tours. Les flammes perçaient à travers les murs, éclairant ce qui entourait le jeune padawan.
Des dizaines de corps de Jedi de tous âges et de toutes espèces, gisaient sur le sol, les yeux grands ouverts, figés à jamais dans le désespoir. La crosse de leur sabre-laser roulait de leur paume, à moitié brisée.
Deux sombres silhouettes encapuchonnées, les enjambaient. Alan ressentit l’obscurité qui en émanait, le faisant frissonner. Les deux intrus s’approchaient de lui, inflexibles et déterminés. Le sabre-laser à la lame sanglante, détenu dans leur poing.
Alan Tissan les menaça de son arme, sentant le regard de ses paires d’yeux jaunes incandescents qui le scrutaient froidement.
- Ce que tu vois, est l’avenir, lui déclara le plus proche des deux.
Son acolyte s’était écarté pour suivre un Jedi à l’agonie qui rampait pour s’échapper. Il le rattrapa en quelques foulées et l’empala de sa lame sang.
- La vérité est que la paix reste un mensonge.
L’étrange créature maléfique continuait de s’avancer vers le padawan qui serrait nerveusement la crosse de son sabre-laser. Alan ne pouvait distinguer ses traits sous le capuchon qui semblait avaler toute source de lumière.
Son acolyte continuait de errer, traquant les quelques rescapés pour les achever sans pitié.
- Ceci sera la fin de la République et des Jedi.
Le padawan se lança à l’attaque de ce mystérieux ennemi. Sa lame verte le frappa de haut en bas mais ses coups ne portaient pas. La lame sang les avaient déviés sans le moindre mal, son porteur y exprimant tout son dédain.
- Tu ne pourras pas l’empêcher.
Alan perdit son épée, lorsque la lame sang balaya la sienne d’un simple revers. Il voulut récupérer son arme mais une puissance invisible le souleva du sol. Il lévita en apesanteur, son ennemi s’amusant à le tracter vers lui, visage contre visage.
Cette sensation de froid qu’il éprouvait depuis le début, ne fit qu’accentuer son angoisse. Les yeux de braise paraissaient aspirer son âme.
- Le Côté Obscur sera destiné à tous, à ta famille. Les Tissan ont servi l’obscurité et ils continueront de servir.
Il le rejeta en arrière, le premier réflexe de Alan fut de reprendre son sabre. Mais l’adepte malfaisant le devança, se penchant au-dessus de lui.
- Le règne des Sith… notre règne sera éternel.
Il leva sa lame sanglante pour l’abattre sur le padawan. Alan leva les bras pour se protéger la figure et hurla.

- Alan !!
Le cri de Keiran Halcyon le fit revenir à la réalité. Son maître, les autres Jedi corelliens et quelques agents de la CorSec étaient penchés vers lui, l’entourant avec une expression inquiète.
- Vous êtes sûr qu’il n’a pas été touché durant l’affrontement ? Suggéra une femme des forces de sécurité. On devrait le faire examiner.
- Il ne souffre pas de blessure physique, assura Keiran.
Les traits de l’adolescent étaient décolorés, ses yeux bleus fixaient l’horizon droit devant lui, encore choqué par cette vision cauchemardesque. La femme de la CorSec fusilla le Jedi corellien du regard, pensant qu’il était imprudent d’avoir fait participer ce garçon à une confrontation aussi violente pour la première fois de sa vie.
Les corps des Afarathu étaient enveloppés par des droïdes dans des sacs mortuaires et expédiés par navette à la morgue du centre médical de Coronet, pour identification et autopsie selon la procédure classique.
- Je m’occupe de lui, fit Keiran à Tal’etha et aux Jedi corelliens.
La sélonienne acquiesça d’un hochement de tête avant de s’éloigner, en compagnie des autres Jedi. Keiran attendit qu’ils soient hors de portée de voix avant de demander.
- Que s’est-il passé ?
- La Force m’a montré une vision, maître. Les Sith… n’ont pas disparu.
Il lui raconta l’assaut sur le Temple Jedi par d’étranges soldats en armure blanche intégrale, puis l’apparition des inquiétantes silhouettes sombres qui promettaient la chute de la République et de l’Ordre.
Keiran sentait la peur de son élève, à chaque mot qu’il prononçait pour décrire chaque scène de sa vision. Il redoutait tout ce qu’il avait vu.
Son mentor tenta de le réconforter.
- Il est possible que ce soit une vision du passé. Le Temple Jedi a été dévasté lors du Sac de Coruscant.
- Maître Halcyon, ils ont parlé de ma famille.
- Je sais, tu me l’as dit.
Keiran ne doutait pas de la conviction de son padawan.
- Très bien, j’informerai le Conseil de Coruscant. Nous verrons ce qu’ils en pensent. D’ici là, tu dois rester concentré sur l’instant présent. Nous venons de porter un grand coup aux Afarathu et si la Force le veut, nous allons en finir aujourd’hui.
- Oui, maître.
Une heure plus tard, Tal’etha revint vers Keiran pour l’informer que la CorSec avait remonté l’origine des messages sur le comlink de l’Afarathu capturé vivant. Les coordonnées relevées par les techniciens marquait l’emplacement du quartier général des Afarathu à quelques kilomètres de l’enclave, tout près du statioport.
Les Jedi corelliens sonnèrent le rassemblement, regroupant les unités de la CorSec qui rembarquèrent à bord des navettes d’assaut, pour leur nouvelle destination. Alan insista auprès de son maître pour participer à la dernière phase de l’opération.
Après des années de terreur, il était temps pour le Système Corellien de retrouver la paix.

FIN DU PROLOGUE


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à samedi prochain :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 03 Oct 2022 - 12:05   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Extrait lu !

Intéressante vision de Force ! Mais alors, la grande question : les soldats en armure blanche font inévitablement penser à l'Ordre 66, mais la présence d'apprentis malfaisants dotés de sabre-laser rouge pourrait mettre le doute... :think:

Fin du prologue en tout cas ! Quand se déroulera la suite ? Une fois Alan devenu Chevalier ? En tout cas, il est, peut-être, dommage de déjà nous montrer le jeune Tissan avoir des doutes sur sa future affiliation ou même sur les décisions de plusieurs de ses descendants. A voir ce que tu feras de cette information ! :think:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mer 05 Oct 2022 - 21:07   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour, L2 :wink: !

L2-D2 a écrit:Intéressante vision de Force ! Mais alors, la grande question : les soldats en armure blanche font inévitablement penser à l'Ordre 66, mais la présence d'apprentis malfaisants dotés de sabre-laser rouge pourrait mettre le doute... :think:


Il a une vision de l'avenir à la fois claire et aussi un peu imprécise, comme toutes les Visions de Force :sournois: !

L2-D2 a écrit:Fin du prologue en tout cas ! Quand se déroulera la suite ? Une fois Alan devenu Chevalier ? En tout cas, il est, peut-être, dommage de déjà nous montrer le jeune Tissan avoir des doutes sur sa future affiliation ou même sur les décisions de plusieurs de ses descendants. A voir ce que tu feras de cette information ! :think:


Oui, il y aura un bond dans le temps ! en tout cas, cette vision va le poursuivre et même l'obséder, le pousser à faire des choix :think: ... j'en dirais pas plus :wink: !

A samedi :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 08 Oct 2022 - 20:27   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir, comment allez-vous :wink: ?

Allez, c'est l'heure de publier le chapitre 1 et on va faire un saut de VINGT ANS :oui: !



Chapitre 1 ( 1/3 )

360 années avant la bataille de Yavin IV
Espace Hutt, système Y’toub, Nar Shaddaa

Orbitant autour de la planète Nal Hutta, le satellite de Nar Shaddaa représentait le lieu idéal pour toute relation commerciale dans laquelle personne ne souhaitait voir les lois de la République interférer.
Les redoutables kadijics Hutt eux-mêmes avaient compris l’intérêt de laisser ce havre particulier, connu autrement sous le nom de Lune des Contrebandiers, prospérer sous un contrôle relatif. Autrefois revêtu d’une jungle hostile, elle servit de refuge à l’espèce Evocii, native de Nal Hutta dont les représentants avaient été chassés par les Hutt avides de s’approprier leur monde avant de convoiter le satellite.
Profitant de la naïveté des evocii, les Hutt les exproprièrent de tout droit et les exploitèrent sans retenue, menant peu à peu à leur extinction dans l’indifférence générale, y compris celle du Sénat Galactique. Ils y bâtirent des usines puis des résidences, jusqu’à en recouvrer toute la surface disponible.
Aujourd’hui, la cité hérissait le satellite, bâtie sur plusieurs niveaux. Sur bien des aspects, elle ressemblait à la Cité Galactique de Coruscant. Mais elle n’en avait pas le prestige. Même les plus hauts bâtiments exposés au soleil, demeuraient plongés dans une pénombre poisseuse. Le vice et la cruauté suintaient de leurs structure.
Il en était ainsi de Nar Shaddaa qui ne connaissait qu’une seule loi, celle du plus fort et du plus cruel. Il n’existait aucune place pour la bonté et la bienveillance. Pour beaucoup, cette vérité était la réalité qui régentait le cycle de la galaxie.
Une vérité dont était convaincu le Sith togorien, Dark Sakar. La créature félinoide massive et trapue, dont la carrure intimidante était camouflée sous un large manteau à capuchon, était installée dans un coin de cette cantina mal famée, reniflant les effluves d’alcool consommés et de tabac émis par les narguilés mis à la disposition des clients.
Assis à une table circulaire pour deux, le togorien à la fourrure blanche avait à peine touché au verre qu’il avait commandé une heure plus tôt. Pour donner le change, il le portait de temps en temps jusqu’à ses babines avant de se raviser.
Il ne souhaitait pas que ses sens soient émoussés par le moindre centilitre de cette substance douteuse qui moussait au fonds de son verre. Nar Shaddaa était un endroit dangereux, il ne devait pas relâcher sa garde. À travers les courants de la Force, il ressentait la présence de tous ces misérables cloportes qui l’entouraient et jouissaient du moindre gain dérisoire, des crédits qu’ils arrachaient à de bien plus faibles ou de bien plus naïfs qu’eux.
Comme ce petit gotal qui mendiait entre les tables des clients, et se fit ensuite racketter par un drovin, puissante créature humanoïde contre lequel il ne pouvait se défendre. Personne ne l’aida, Sakar esquissa une grimace méprisante.
Le gotal venait de recevoir une leçon des plus précieuses. La réussite venait toujours de soi, jamais des autres. Sakar l’avait appris lui-même en prenant la place de son maître, définitivement et radicalement. Son maître détenait le pouvoir, il l’avait défié pour le lui prendre.
Telles étaient la loi des Sith et la Règle des Deux, instaurée par Dark Bane. Autrefois, les adeptes du Côté Obscur étaient aussi nombreux que les Jedi, causant de nombres de conflits et aboutissant toujours à leur défaite.
Lorsque la victoire finale était à portée de main, les Sith finissaient toujours par se retourner les uns contre les autres. Laissant la République et les Jedi perdurer à travers les siècles. Plusieurs siècles auparavant, Dark Bane comprit la vérité. Le Côté Obscur ne pouvait être obtenu que dans un seul réceptacle, au risque d’être affaibli s’il était dispersé dans plusieurs gobelets médiocres. Un seul réceptacle qui serait ensuite reversé dans un autre, le moment venu. Un maître qui détient le pouvoir et un apprenti qui le convoite. Celui qui en était digne, devait détruire ses rivaux et patienter dans l’ombre, planifier sur le long terme la destruction des Jedi et de la République.
C’était le Grand Plan.
Bane extermina sa propre confrérie lors de la Bataille de Ruusan, qui marqua la fin des Guerres Sith. Il réussit cet objectif tant et si bien, que les Jedi crurent que leurs ennemis séculaires avaient été définitivement éradiqués. Au fur et à mesure des décennies, les Sith ne devinrent plus qu’un mythe obscur, destiné à effrayer les enfants.
Sakar n’ignorait pas que cela demanderait du temps. Une République et un Ordre Jedi solidement établis et sûrs de leur force, ne se renverseraient pas en un jour. Mais il pouvait déjà en saper la confiance et la crédibilité.
En tant que togorien, il était parvenu à devenir le chef de sécurité de la présidente d’une grande corporation commerciale, ce qui lui permettait d’accéder à des informations sensibles et de pouvoir planifier ses plans en conséquence. La République et les Jedi ayant été démilitarisés après la fin des Guerres Sith, les grandes corporations disposaient de bien plus de latitudes pour accroître leur influence en se servant des questions de sécurité.
Sans compter les groupes de pirates qui prospéraient le long des voies commerciales hyperspatiales. Un terreau fertile pour alimenter des troubles politiques locaux dans les systèmes stellaires éloignés, afin de saper la confiance des citoyens qui se sentiraient laissés pour compte. Sa couverture et le legs de ses prédécesseurs Sith lui avaient permis de semer les graines d’instabilité à venir. Il s’était arrangé pour que aucune enquête ne remonte jusqu’à lui.
Même s’il pouvait arriver qu’un puissant Seigneur Noir des Sith sous-estime la persévérance de certaines créatures. Ou leur stupidité. Parfois les deux allaient de pair. Ce fut le cas de cette mirialan aux cheveux coupés courts dont il avait senti l’approche, juste avant qu’elle n’entre dans la cantina.
Les vêtements rapiécés et défraîchis, ainsi que le blaster qu’elle portait à la ceinture, suggéraient qu’elle exerçait une profession peu recommandable. Près de l’entrée, le togorien surprit la silhouette effilée de son apprentie Muun, Dark Mungol, qui remuait, prête à intervenir. Il toucha son esprit à l’aide la Force, lui affirmant tacitement qu’il avait le contrôle de la situation.
Un rodien ivre s’interposa sur le chemin de la mirialan, sans s’apercevoir de sa présence. Jusqu’à ce que la farouche humanoïde aux tatouages géométriques faciaux, ne l’envoya valser au sol d’un violent coup d’épaule. Énervé, le rodien secoua ses antennes et commença à insulter la femme dans son dialecte. Celle-ci se retourna à demi et lui exprima son dédain d’un simple regard insolent. Le rodien porta la main à sa ceinture, dégrafant le holster qui contenait son blaster.
Avant même qu’il ne l’ait agrippé, la mirialian tenait le sien dans son poing puis pressa la détente deux fois. Touché en pleine poitrine, le rodien tituba puis renversa la table la plus proche. Il ne se releva pas, dans un silence de cathédrale. Ce rodien mort ne devait pas avoir beaucoup d’amis. La mirialan intercepta un droïde serveur et lui glissa quelques crédits en guise de dédommagement. Enfin elle se dirigea vers la table de Dark Sakar.
Le Sith togorien écarta son verre sur le côté, rejeta son capuchon sur ses larges et puissantes épaules. Sans préambule, la mirialan s’assit face à lui, dégaina sa vibrolame qu’elle planta dans la table, le regard inflexible.
Elle annonça d’une voix froide :
- Je veux mon fric.


Voilà, j'espère que cela vous a plu ! Désolé pour le cliffhanger qui vous laisse en plein milieu du chapitre 1 :sournois: !

Je vous ménage un peu de suspense pour samedi prochain :P !
Modifié en dernier par mat-vador le Sam 15 Oct 2022 - 21:00, modifié 1 fois.
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 10 Oct 2022 - 10:25   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

De quoi de quoi ? Tu nous proposes désormais des CHAPITRES ? :shock:

Chapitre 1 lu donc !

Et ça démarre avec... les deux Seigneurs Sith de l'époque ! Carrément ! Je ne m'attendais pas à leur présence, encore moins à ce qu'ils soient là tous les deux ! Tu nous expliques qu'il va y avoir un bond dans le temps, on s'attend donc légitimement à voir Alan adulte débarquer et non. Bien joué ! Bon, celle qui a mal joué par contre, c'est la mirialan. Elle a l'air redoutable, okay, mais s'exprimer ainsi face à un Sith, quand bien même incognito ? Mauvaise idée ! :chut:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mar 11 Oct 2022 - 20:41   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

L2-D2 a écrit:De quoi de quoi ? Tu nous proposes désormais des CHAPITRES ? :shock:


Euh oui, il était temps que je fasse pareil que tous les auteurs :transpire: ! Je suis long à la détente :x des fois;

L2-D2 a écrit: Chapitre 1 lu donc !


1ère partie de chapitre 1 :whistle: plutôt...

L2-D2 a écrit:Et ça démarre avec... les deux Seigneurs Sith de l'époque ! Carrément ! Je ne m'attendais pas à leur présence, encore moins à ce qu'ils soient là tous les deux !


Je l'avais précisé dans le synopsis :wink: ! Il était temps qu'ils apparaissent, surtout avoir été teasés dans la fin du prologue avec la vision de Alan :sournois: !

L2-D2 a écrit:Tu nous expliques qu'il va y avoir un bond dans le temps, on s'attend donc légitimement à voir Alan adulte débarquer et non.


T'inquiètes, on reverra notre Alan :wink: !

L2-D2 a écrit:Bon, celle qui a mal joué par contre, c'est la mirialan. Elle a l'air redoutable, okay, mais s'exprimer ainsi face à un Sith, quand bien même incognito ? Mauvaise idée ! :chut:


Je confirme que c'est même une très très très mauvaise idée :diable: !

Allez, à samedi :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar JediLord » Mer 12 Oct 2022 - 12:15   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Oh du Nar Shaddaa et du Sith! Et un Sith Togorien! :love: :love: J’achète et j’adhère! :oui:
Avec une bonne réserve de ce truc à proximité! Par la lumière, c'est fameux!| Elzar Mann
Les Jedi n'ont pas triomphé aujourd'hui et tu apprendras un jour qu'ils ont perdu!| Freedon Nadd
JediLord
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2351
Enregistré le: 28 Juin 2019
Localisation: Felucia, à avoir la trouille des chamans Feluciens
 

Messagepar mat-vador » Mer 12 Oct 2022 - 21:06   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

JediLord a écrit:Et un Sith Togorien! :love: :love: J’achète et j’adhère! :oui:


Chacun ses hum gouts :transpire: :x !

Attends de voir la zeltronne que j'ai promise :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar JediLord » Jeu 13 Oct 2022 - 9:15   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

mat-vador a écrit:
JediLord a écrit:Et un Sith Togorien! :love: :love: J’achète et j’adhère! :oui:


Chacun ses hum gouts :transpire: :x !

Attends de voir la zeltronne que j'ai promise :diable: !


Mais ils sont trop chous ces gros chats. :cry:
Avec une bonne réserve de ce truc à proximité! Par la lumière, c'est fameux!| Elzar Mann
Les Jedi n'ont pas triomphé aujourd'hui et tu apprendras un jour qu'ils ont perdu!| Freedon Nadd
JediLord
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2351
Enregistré le: 28 Juin 2019
Localisation: Felucia, à avoir la trouille des chamans Feluciens
 

Messagepar mat-vador » Jeu 13 Oct 2022 - 20:12   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

J'adore les chats :oops: aussi... enfin pas trop gros :whistle: .
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 15 Oct 2022 - 21:00   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir, comment allez-vous ?

Allez, c'est l'heure de la suite du chapitre 1 :wink: ! Que va-t-il se passer entre le Sith togorien et la mirialan :sournois: ? Découvrez-le maintenant !


Chapitre 1 ( 2/3 )

Sakar demeura impassible, guère impressionné par sa démarche intimidante. Les conversations avaient repris, après le règlement de comptes tout frais.
- Je suppose que c’est la raison de notre rendez-vous, capitaine Tifal. Vous êtes-vous au moins occupé de votre mission, avant que nous abordions la question de votre salaire ?
- Je ne serais pas venue si la mission n’était pas accomplie.
- Était-il indispensable de nous rencontrer ? Une simple communication holo aurait suffi, lui indiqua le togorien qui fit grincer sa chaise lorsqu’il se pencha vers elle.
Il dégagea ses manches, pour montrer ses mains griffues. L’hésitation furtive se lut dans les yeux de la mirialan, avant qu’elle ne reprit contenance.
- Au contraire, je préfère les explications franches. Surtout si mon employeur souhaite cacher certains secrets.
Une alarme électrisa les sens du Sith et il constata que son apprentie Muun s’était approchée discrètement, pour attirer son attention. Il comprit grâce à son instinct, que la mirialan n’était pas venue seule.
Trois de ses acolytes étaient entrées dans la cantina, montrant leurs armes bien en évidence aux autres clients qui leur chercheraient des noises. Un nikto, une falleen et un weequay. La muun se glissa derrière eux, prête à agir.
- Très bien , capitaine. Qu’avez-vous découvert ?
- Vous n’êtes pas ce que vous prétendez être. Pour un chef de sécurité de Ororo Transports, vous avez le bras plutôt long.
- Comment avez-vous découvert cela ?
- J’ai des spécialistes qui arrivent à déchiffrer les banques de données les plus sécurisées.
Le togorien inspira pour maîtriser son irritation.
- Je devrais les recruter.
- Vous auriez dû les recruter avant que je ne le fasse, ponctua-t-elle d’un ton triomphant. J’aime bien savoir avec qui je fais affaire. Votre poste de chef de sécurité ne colle pas du tout avec les virements que nous encaissons de votre part. Et quand je flaire un truc pas net, cela ne m’incite pas trop à faire confiance.
Elle avait rangé sa vibrolame pour le menacer de son blaster.
- Maintenant, dites-moi ce que vous êtes vraiment.
- Cela ne vous avancerait à rien de le savoir, capitaine.
Sakar voulait découvrir à quel point elle était curieuse.
- Très bien, gardez vos derniers secrets pour l’instant. Mais cela aura un prix pour vous, le prévint-elle.
Le togorien se recula pour empoigner le bord de la table avec ses mains puissantes. Ses griffes râpèrent sur la surface du plastacier.
- Quel prix ?
- Je veux le double de ce que vous me payez jusqu’à maintenant, fit-elle. Et l’exclusivité de tous les boulots que vous pourriez confier à n’importe qui d’autre que moi et mon équipage. Nous serons les seuls à faire le sale boulot contre vos concurrents, tant que ça reste bien payé.
- Un partenariat privilégié, grinça-t-il sans chaleur.
La mirialan se contenta de sourire.
- Les bons comptes font les bons amis. En échange, vos secrets seront bien gardés. Nous pourrions même vous aider à gravir les échelons au sein de Ororo Transports.
- Qu’est-ce qui vous fait croire que je ne me satisferais pas de mon poste actuel ?
- Vous avez bien plus d’ambition que ça et si vous montez, cela me consolerait de croire que c’est un peu grâce à nous.
Sakar n’était guère satisfait de cette proposition. Il ne pouvait pas l’accepter car rien n’interdirait à la mirialan de revoir ses exigences à la hausse dans un avenir très proche. D’autre part, même si elle ne se doutait pas de sa véritable nature, elle avait réussi à cerner un aspect de sa personnalité. Cela lui déplaisait au plus haut point.
- Votre second est-il au courant ? Demanda-t-il.
- Je l’informerai bien assez tôt. Enfin, si nous faisons affaire.
Elle releva le canon de son blaster vers sa poitrine, pour exercer une pression supplémentaire.
- Alors les termes de notre partenariat vous conviennent ? Ou faut-il que j’adresse mes exigences aux grands pontes de Ororo Transports en leur suggérant de se trouver un autre chef de sécurité ?
À quelques tables de là, Dark Mungol suivait l’échange entre la mirialan et son maître. La muun encapuchonnée au teint gris camouflait sa longue et fine silhouette d’humanoïde chauve, sous une longue toge ample.
Grâce à ses sens aiguisés par la Force, aucun mot ne lui échappait malgré le brouhaha ambiant. Et elle s’était placée dans le dos des trois acolytes de la mirialan, attendant le bon moment pour régler leur compte.
Tout à coup, une jeune fille zeltronne, humanoïde Proche Humaine à la peau rose et aux cheveux bleus azurs, pieds nus et portant une robe en haillons, passa devant elle et les trois mercenaires. Elle se dirigeait sans hésiter vers la table de Dark Sakar. Le togorien la vit surgir dans son champ de vision.
Il se figea.
Une étrange aura émanait de cette fille, malgré son apparence misérable et le collier d’esclave qu’elle portait au cou. Cela électrisait ses sens et le togorien sentit que son apprentie le percevait aussi.
La mirialan qui ne lâchait pas son blaster, mit quelques secondes de plus à s’apercevoir de sa présence, suscitant chez elle une violente réaction.
- Je t’avais dit de rester à bord du vaisseau, fit-elle à la gamine qui se tenait à sa hauteur.
La zeltronne l’ignora, fixant avec intensité le togorien qui ne lui donnait pas plus de dix ans.
- Il fallait que je sois ici.
- Si tu ne retournes pas au statioport, je vais te flanquer une raclée dont tu vas te souvenir longtemps, la menaça la mirialan à bout de patience. Esclave.
Sakar était enivré par l’énergie brute de la zeltronne. Cela n’avait rien à voir avec les phéromones que les représentants de cette espèce pouvaient secréter.
- Tu devrais lui obéir, petite, lui miaula le togorien. Les asticots ne doivent pas défier les nexus et rester à leur place.
- Je ne veux pas de cette place, répondit-elle avec défi.
- Pourquoi ?
- Parce je suis comme vous. Je le sens.
Le togorien n’avait plus de doute quant au pouvoir qui résidait en elle. Voilà qui devenait intéressant.
- Ça suffit, trancha la mirialan excédée. Vous décidez quoi ? Ajouta-t-elle au togorien.
Sakar ronronna, découvrant ses crocs intimidants.
- Ce que je décide, capitaine Tifal ? De rejeter votre proposition et de vous éliminer de l’équation. Vous êtes beaucoup trop curieuse et votre loyauté n’est pas à la hauteur de votre cupidité. Vous n’offrirez plus vos services à qui que ce soit.
- Vous oubliez que c’est moi qui tiens le blaster, togorien.
- Alors, servez-vous en.


Voilà, désolé encore pour ce nouveau cliffhanger ! Pour la fin du chapitre 1, il faudra attendre encore une semaine :transpire: !

Allez, ciao a presto :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 17 Oct 2022 - 11:46   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Deuxième partie du Chapitre 1 lue !

Ah, je savais que ça allait mal se passer ! Sakar ne va faire qu'une bouchée de la mirialan... mais qui est cette mystérieuse esclave qui débarque ? Et la règle des Deux, non mais oh ?

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mar 18 Oct 2022 - 20:42   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour :wink: !

L2-D2 a écrit: Sakar ne va faire qu'une bouchée de la mirialan...


Tu crois pas si bien dire :sournois: !

L2-D2 a écrit:mais qui est cette mystérieuse esclave qui débarque ? Et la règle des Deux, non mais oh ?


Pas d'inquiétude, la Règle des Deux sera respectée :D ! Ce petit détail sera réglé mais pas tout de suite :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar JediLord » Jeu 20 Oct 2022 - 22:16   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

mat-vador a écrit:Merci pour le retour :wink: !

L2-D2 a écrit: Sakar ne va faire qu'une bouchée de la mirialan...


Tu crois pas si bien dire :sournois: !

L2-D2 a écrit:mais qui est cette mystérieuse esclave qui débarque ? Et la règle des Deux, non mais oh ?


Pas d'inquiétude, la Règle des Deux sera respectée :D ! Ce petit détail sera réglé mais pas tout de suite :diable: !


Nan mais oh le favoritisme spéciste! :o Dès que ça sent Zeltron ou Twi’lek dans l’équation… :x
Avec une bonne réserve de ce truc à proximité! Par la lumière, c'est fameux!| Elzar Mann
Les Jedi n'ont pas triomphé aujourd'hui et tu apprendras un jour qu'ils ont perdu!| Freedon Nadd
JediLord
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2351
Enregistré le: 28 Juin 2019
Localisation: Felucia, à avoir la trouille des chamans Feluciens
 

Messagepar mat-vador » Ven 21 Oct 2022 - 17:11   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Priorité aux aliens à la peau rouge :o :x !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 22 Oct 2022 - 21:02   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir à tous, comment allez-vous ?

D'abord une bonne nouvelle : j'ai atteint les CINQUANTE MILLE MOTS :x :love: !

Et on termine ce chapitre 1 ! ça va dégénérer :diable: !


Chapitre 1 ( 3/3 )


Le Sith savait ce qui se produirait, avant que la mirialan ne se décida à abréger la conversation à sa manière. Tifal brûlait de crisper son index sur la détente, même si cela la chagrinait de s’asseoir sur un tas de crédits. Le chantage n’avait pas marché, tant pis. Quand elle aurait terminé ici, elle trouverait bien d’autres contrats, avec les concurrents d’Ororo Transports comme Pulsar ou les clans neimodiens.
Mais son index ne se contracta pas sur la détente fatale. Malgré toute la volonté qu’elle y mettait, une force invisible l’en empêchait. Lorsque la mirialan croisa le regard du togorien, elle devinait sa satisfaction.
- À quoi jouez-vous ? S’agaça-t-elle.
- Demandez-le à votre esclave, capitaine.
Elle tourna la tête vers la zeltronne, qui avait levé la paume, avec un sourire mauvais découvrant ses petites dents espacées.
- Je vous l’ai dit, déclara la petite au togorien. Je suis comme vous.
Sakar surprit l’étincelle de cruauté qui brillait dans ses yeux d’un mauve fascinant. Une énergie sombre baignait les courants de la Force, alors qu’elle usait de son pouvoir. La haine jaillissait d’elle à torrents.
La figure féline de Sakar trahissait sa jubilation, devant l’angoisse de la mirialan.
- Prouve-le, petite, répondit-il à l’enfant.
La mercenaire voulut rabattre la main qui tenait son blaster pour la frapper au visage. Mais l’enfant avait anticipé ce mouvement, enveloppant tout le bras de la mirialan dans un étau inextricable. Cette fois, la non humaine commença à s’affoler, ce que Sakar savoura.
Les trois acolytes comprirent que quelque chose n’allait pas et dégainèrent leur blaster. La zeltronne usa de ses pouvoirs pour fracturer le bras de la mirialan, qui glapit de douleur lorsque son membre se tordit dans un angle peu naturel. Un hurlement qui provenait de ses propres tripes et paralysa toute la clientèle éméchée aux alentours.
Le temps se figea, tous les regards convergeaient vers la scène juste avant que le togorien ne se releva brusquement, en soulevant sa table, renversant son verre et ne la projeta sur la mirialan qui tomba en arrière avec sa chaise.
La zeltronne avait été assez rapide pour s’écarter de la trajectoire. Sakar nota que cela constituait un nouveau point en sa faveur. Dark Bane avait cependant enseigné qu’il ne pouvait y avoir que deux Sith. En tant que Seigneur Noir, Dark Sakar possédait déjà une apprentie et ne pouvait commencer à en former un deuxième.
Se débarrasser de la zeltronne, lui traversa l’esprit un instant. Son apparition avait été utile mais lui posait un dilemme potentiel. Si la zeltronne le suivait, cela ne manquerait pas de provoquer des tensions avec son apprentie.
Son instinct lui dictait de la laisser les suivre, jusqu’à ce qu’il prenne une décision. D’abord, régler cette petite complication.
Il empoigna la mirialan sonnée par le col d’une seule main tandis que Dark Mungol passait déjà à l’action. Ses bras fins mais musclés s’étaient enroulés autour du cou du weequay devant elle, elle lui brisa la nuque d’une brusque torsion du coude. Le nikto et la falleen se retournèrent contre elle mais ne purent rien contre sa maîtrise martiale.
Elle agrippa en un battement de cils, le blaster de la falleen dont elle dirigea le canon vers le nikto, qui fut foudroyé à la gorge et agonisa dans des râles indécents. Puis son poing gauche broya la trachée de la femme humanoïde. Les trois corps gisaient à ses pieds puis elle observa son maître qui avait saisi la mirialan au cou, la soulevant du sol tel un fétu de paille.
La mercenaire revint à elle, surmonta la douleur de son bras brisé en miettes et asséna des coups de poing de sa main gauche pour obliger le togorien à lâcher prise. Ce dernier y resta insensible, tout comme à ses coups de pieds lorsqu’elle rua avec l’énergie du désespoir. En dernier recours, elle dégaina sa vibrolame pour le poignarder.
De son autre main puissante, le togorien la désarma aisément, interceptant son poignet et le tordant pour le froisser. La douleur fit émettre un long mugissement à sa victime, le vivifiant encore et encore.
Il tourna la tête vers la zeltronne qui ne perdait rien du spectacle. Elle n’avait pas détourné le regard et semblait jouir des souffrances de celle qui l’avait possédée et maltraitée.
Intéressant, très intéressant, pensa Sakar.
Le Sith sentit le Côté Obscur le parcourir, le rendant plus omniscient. Son destin lui appartenait plus que jamais et il tenait à le faire savoir à sa victime dans ses derniers instants. Les pupilles du félinoide baignèrent dans une marée jaune embrasée qui accentuèrent davantage la terreur de la mercenaire.
- Regardez bien qui vous avez contrarié, capitaine.
Les autres clients ne pouvaient voir cette lueur funeste dans ses yeux et d’ailleurs, certains d’entre eux avaient commencé à se détourner. La mort frappait à Nar Shaddaa à tout moment, et personne ne prenait plus la peine de s’en soucier.
La mirialan avait pâli, quand Sakar toucha son esprit et le pénétra pour lui dévoiler la vérité sur ce qu’il était. Lorsqu’elle comprit, elle gémissait :
- Non… impossible… vous êtes morts.
- C’est vous qui le serez bientôt, capitaine. Nous sommes au contraire, bien vivants et prêts à prendre notre revanche.
La zeltronne redevint impassible. Pour elle, sa propriétaire avait déjà rejoint le néant. Ce fut le cas lorsque le Sith usa de ses griffes pour arracher la trachée de la gorge de la mercenaire, laissant un flot de sang gicler sur son manteau et sur sa figure.
Sakar jeta le corps avec dédain, dans l’indifférence générale et rejoignit la muun. Celle-ci dévisagea sévèrement la zeltronne, la considérant comme une rivale potentielle qu’il lui faudrait éliminer au plus vite, si son maître ne le faisait pas.
- Maître ?
Sakar comprit immédiatement, à quoi elle faisait allusion.
- Plus tard, grogna-t-il.
Au niveau de l’entrée, les Sith remarquèrent un chadra-fan, petite créature humanoïde à l’apparence de rat d’égout, qui s’enfuit à leur approche. La créature portait les mêmes habits que ceux dont ils s’étaient débarrassés.
Le togorien feula son irritation, il lui fallait encore perdre du temps pour attraper et écraser ce cloporte.
Le chadran fan rejoignit la rue à l’extérieur et désigna le trio à des complices qui attendaient à quelques mètres.
- Ils ont tué la capitaine ! S’écriait-il.
Les mercenaires au nombre d’une vingtaine se déployèrent devant eux, empoignant leur blaster ou leur vibrolame. Quelques-uns agrippèrent leur comlink pour rameuter du renfort. Le togorien fixa les cieux nocturnes de Nar Shaddaa puis l’autre côté de la ruelle humide et crasse, encombrée de dealers, mendiants et racailles de bas étage.
- Par ici, intima Sakar.
Ils fuirent dans cette direction, la zeltronne sur leurs talons.


Voilà, j'espère que cela vous a plu :wink: ! On se reverra ce petit trio la semaine prochaine, dans le chapitre 2 !

Allez, à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 24 Oct 2022 - 14:10   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Troisième partie du chapitre 1 lue!

Donc la Règle des 2 ne sera pas ignorée, voilà un point positif! Et nos deux Seigneurs Noirs seretrouvent avec une acolyte qui ma foi a déjà ses petits talents et est "opérationnelle"! Reste à voir ce que va donner ce nouveau trio... :think:

Vivement la suite! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mar 25 Oct 2022 - 20:28   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour, L2 :wink: !

L2-D2 a écrit:Donc la Règle des 2 ne sera pas ignorée, voilà un point positif! Et nos deux Seigneurs Noirs seretrouvent avec une acolyte qui ma foi a déjà ses petits talents et est "opérationnelle"! Reste à voir ce que va donner ce nouveau trio... :think:


Oui, il y en un(e) de trop. Ca ne peut pas durer :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 29 Oct 2022 - 21:11   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir à tous, comment allez-vous :wink: ?

Voici le début du chapitre 2 qui va permettre de connaître mieux la petite zeltronne :diable: !


Chapitre 2 ( 1/3 )

Zeviya ignorait ce qu’étaient réellement ces deux étrangers, mais son destin était lié au leur. La petite fille zeltronne était emplie de cette certitude qu’ils allaient changer sa vie. Elle aspirait mieux qu’à une vie d’esclave sur un vaisseau pirate, une vie où elle n’était qu’un objet entre des mains prédatrices.
Aujourd’hui, elle avait dix ans mais elle n’avait pris conscience de ses pouvoirs que quelques mois auparavant, lorsqu’elle avait tué accidentellement ce pirate wronnien dans son sommeil. Ce dernier la tenait fermement entre ses bras, sous la couette après avoir abusé d’elle comme tant d’autres fois. Elle avait versé des larmes de désespoir comme tant d’autres fois, son petit corps nu et menu serré contre cette peau crasse qui sentait l’alcool de récupération et de tabac fétide. Elle l’avait entendu ronfler de satisfaction, ce qui l’avait tenu éveillée dans cette chambre à côté de la soute du vaisseau de la capitaine Tifal, un cargo lourd récupéré.
Elle avait imaginé son bourreau mourir dans les pires souffrances, étouffer en sentant la vie le quitter. Elle était parvenue à le visualiser clairement dans son esprit, comme si cela était sur le point d’arriver.
Elle avait surpris tout à coup, des halètements émis par le pirate, ce dernier la relâchant pour la laisser se redresser sous le drap terni. Elle avait quitté le lit pour se pencher et le regarder. Le wronnien se débattait dans sa couche, ses deux mains enserrant sa propre gorge pour se libérer d’une corde invisible qui l’étranglait.
Les yeux du Proche Humain à la peau bleue voulaient jaillir de leurs orbites, tant ils débordaient d’effroi. Son regard implorant croisa celui de la petite zeltronne, la suppliant de l’aider ou d’aller chercher de l’aide. Mais Zeviya n’avait pas bougé, car elle avait tellement souhaité ce moment. Elle voulait si ardemment sa mort.
Le pouvoir qui sommeillait en elle, s’était éveillé en fourmillant dans tout son corps. La terreur qui agitait le pirate, elle le ressentait comme un fluide qui coulait dans ses propres veines. Une lumière sombre qui lui avait procuré pour la première fois, un sentiment d’invincibilité. Plus rien ne pouvait l’atteindre à cet instant-là.
Tout le monde dans l’équipage du capitaine Tifal avait pensé à une mort accidentelle, due à un excès de boisson. Personne n’avait jamais soupçonné la véritable cause du décès, la mirialan avait simplement ordonné que le corps soit balancé par le sas, dans le vide spatial. Personne ne l’avait soupçonné, elle, continuant de la traiter comme une moins que rien, l’exploitant et abusant de sa faiblesse.
Mais à partir de ce jour-là, elle eut le pressentiment que son destin n’appartiendrait qu’à elle. Jusqu’à ce qu’elle entendit l’appel, qui lui commandait de désobéir à Tifal, de quitter le statioport pour retrouver le togorien et la muun dans cette cantina. Elle n’avait plus besoin d’être esclave, seulement d’être libre et décider par elle-même. Elle espérait avoir fait le bon choix pour son avenir, alors que les décharges d’énergie les frôlaient.
Les mercenaires revanchards se montraient particulièrement déterminés, à venger la mort de leur capitaine.
Les deux étrangers allongeaient de plus en plus la foulée, menaçant de la distancer.
- Eh, attendez-moi ! Leur cria-t-elle.
Elle surprit le regard méprisant de la muun, qui lui rétorqua après s’être baissé pour éviter un trait ionisé mortel.
- Mérite-le.
Zeviya comprit le message. Sa survie ne viendrait que d’elle-même. Elle n’avait pas d’autre choix que de tenir la cadence. Les mollets lui brûlaient et ses pieds nus piétinèrent par mégarde, des morceaux de transparacier.
Elle grogna lorsqu’un de ses débris s’enfonça le long de son gros orteil gauche. La douleur aurait suffi à faire arrêter sa course mais elle ne pouvait pas envisager de retomber entre les mains de ses poursuivants.
L’énergie de la haine lui permit de canaliser cette douleur en une force qui lui permit de garder le rythme infernal. Ils parvinrent peu à peu à distancer leurs ennemis, dans un dédales de rues toutes aussi sombres les unes que les autres. Mais ils demeuraient néanmoins proches, l’écho de leurs voix continuant de se réverbérer jusqu’à leurs proies.
Les Sith arrivèrent finalement dans une impasse. Sur leur chemin, se dressait un mur haut de plus de cent mètres, la façade d’un des buildings qui peuplaient la surface de la Lune des Contrebandiers. La muun ne retint pas son dépit face à son maître.
- Et maintenant, Seigneur Sakar ?
- On attend, répondit le togorien.
Zeviya se rangea à leur hauteur en boitant. Lorsqu’elle comprit la situation, elle ne se retint pas de persifler :
- Vous n’avez pas le sens de l’orientation.
Ce à quoi le togorien rétorqua avec un sourire carnassier :
- Ce piège n’est pas pour nous.
Les Sith se tenaient dos au mur, la crosse de leur sabre-laser brillant dans leur poing. Dark Mungol avisa la zeltronne qui se réfugia entre eux deux, s’asseyant à même le sol pour examiner sa blessure.
- Maître, nous ne pouvons pas nous encombrer d’un poids mort.
- Je prendrai ma décision en temps voulu, Dame Mungol.
Le togorien appuya un regard agacé vers elle. La muun jeta finalement une trousse médicale aux pieds de la zeltronne.
- Soigne-toi, lui intima-t-elle.
Zeviya s’en empara et fit l’inventaire. Elle retira le morceau de transparacier de la plaie, appliqua un stimm pour atténuer la douleur temporairement. Elle nettoya la blessure avant d’appliquer un pansement bacta qu’elle enroula autour de l’orteil.
- Qu’est-ce que je peux faire pour vous aider ?
- Rien, trancha le togorien. Évites de te retrouver entre nous et nos ennemis.
L’enfant se le tint pour dit car elle avait perçu la froideur funeste dans le ton du félinoide. Elle sentait le pouvoir qu’ils accumulaient en eux, se préparant à l’affrontement inévitable avec les hommes de Tifal.
Ces derniers surgirent face aux deux Sith, menés par un nautolan, humanoïde aquatique aux multiples appendices crâniens. Ses yeux noirs sans facette se fixaient sur les adeptes du Côté Obscur, indécis car les étrangers ne semblaient pas décontenancés de devoir s’expliquer devant une bande de forbans, capables des pires extrémités.
Non ils ne paraissaient pas du tout effrayés, y compris cette morveuse de zeltronne qui restait sagement assise et les regardait avec un étrange sourire. Savait-elle d’avance ce qui allait se passer ?
Le nautolan sentit ses hommes dans son dos, qui attendaient la permission d’en découdre. Rimmol était jusqu’il y a peu, le second de Tifal. La disparition de celle-ci le propulsait naturellement à la première place.
Au fonds de lui-même, il avait plutôt envie de les remercier. Après tout, ça faisait longtemps qu’il convoitait la place de Tifal et ils lui avaient rendu service. Mais il lui fallait s’affirmer aux yeux de son équipage, venger les trois gars qui avaient escorté Tifal dans la cantina.
Le nautolan ricana en brandissant son blaster :
- Pris au piège comme des rats womps, hein ? Cela vous apprendra à oublier à qui vous avez affaire.
Sakar laissa le Côté Obscur couler en lui, prêt à entrer en éruption.
- Je crains que ce ne soit vous qui ne sachiez pas à qui vous avez affaire.
Sur ces mots, deux lames sang sinistres se déplièrent dans un crépitement intimidant. Tous les mercenaires, Rimmol compris, eurent un mouvement de recul.
- Cap’taine, z’avez vu ? Brailla une zabrak à la peau mate. Ce sont des Jedi !
- Et alors, ils sont que deux ! Butez-les ! Cracha le nautolan.
- La gamine, aussi ?
- Reprenez-la vivante, si vous pouvez. On la revendra aux Hutt.
La zabrak fut subitement tractée en avant, vers la muun qui avait élevée la main. Dark Mungol entendit le cri de stupeur de la mercenaire avant que son épée ne la découpa en deux, au niveau des hanches.
Les deux morceaux cautérisés retombèrent loin l’un de l’autre, pétrifiant ses camarades choqués. Un twi’lek déglutit avant d’oser dire au nautolan :
- Euh, Rimmol, on devrait p’tet se tirer, non ?
Sakar choisit à leur place, en élevant les bras à son tour. Dans le dos de leurs ennemis, les deux tours vétustes qui marquaient l’entrée de l’impasse, s’écroulèrent l’une sur l’autre en un immense tas de gravats informes.
- Aucun de vous n’en réchappera, proclama-t-il alors que ses yeux s’embrasaient d’une lueur jaune lugubre.


Voilà, j'espère que ça vous a plu :hello: !

Allez, à samedi prochain :hello: !
Modifié en dernier par mat-vador le Dim 13 Nov 2022 - 21:49, modifié 1 fois.
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 30 Oct 2022 - 14:56   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Extrait lu!

On continue avec les Sith et Dark Sakar donc, qui continue d'être un personnage plein de potentiel! Et on en apprend davantage sur Zeviya effectivement, notamment ses premiers faits d'arme! :think:

Vivement la suite! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mar 01 Nov 2022 - 12:55   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour :) !

Dark Sakar : c'est une vraie machine à tuer :diable: ! Quant à Zeviya, elle va devenir d'un grand intérêt :sournois: !

À samedi prochain :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 05 Nov 2022 - 22:11   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir à tous, comment allez-vous ?

Allez, c'est l'heure de la suite avec notre petite zeltronne et les deux Sith :sournois: !


Chapitre 2 ( 2/3 )

Toute possibilité de fuite coupée, les malfrats virent le félinoide accomplir un bond de dix mètres de haut avant d’atterrir au milieu d’eux.
- Attention ! Avertit Rimmol.
Exposé à la furie du Sith, le nautolan fit parler son instinct de conservation, en agrippant l’épaule d’un humain frêle qu’il poussa devant lui en guise de bouclier. Son complice se fit hacher d’un puissant coup oblique, sans avoir pu utiliser son blaster.
Les traits ionisés plurent sur les deux Sith, de manière complètement désordonnée. Zeviya ne perdait pas une miette du carnage en cours. Elle se délectait de chaque séquence, de chaque vie que les étrangers aux épées lumineuses ôtaient sans retenue.
Elle avait compté quarante pirates pris au piège. Dix d’entre eux encerclaient Dark Mungol, espérant l’éliminer plus facilement et rapidement que Dark Sakar. Ils reprirent leur sang froid, se coordonnant pour la submerger sous les rafales. La muun souriait, déviant les tirs et se créant un bouclier impénétrable avec sa lame écarlate qu’elle faisait danser dans sa grande main fine. Deux de ses ennemis s’écroulèrent, la poitrine percée par des traits ardents qu’elle leur avait renvoyés.
Elle invoqua une Vague de Force, qui renversa ses ennemis au sol. Profitant de leur confusion, son index effilé glissa sur un bouton de sa crosse, la rallongeant d’une dizaine de centimètres et activant une nouvelle lame sanglante opposée.
Les huit survivants se relevèrent et une femme borgne fut la plus prompte à tirer sur la muun. Le trait ricocha sur la lame opposée pour se ficher dans le front d’un de ses complices, un gotal qui émit un gargouillement surpris.
Puis Mungol en finit avec les sept antagonistes, en les agrippant à l’aide de la Force et en les attirant à portée de son double sabre. Zeviya, fascinée, l’observa en train de faire tourner son arme dans ses deux mains au-dessus de sa tête et décapiter ses ennemis en un seul mouvement circulaire.
La muun sentait l’attention de la petite zeltronne. Elle croisa son regard, qui ne traduisait aucune terreur mais au contraire, beaucoup d’avidité. Ce pouvoir de détruire qu’elle possédait, l’enfant souhaitait l’acquérir aussi.
Intéressant.
Mungol, forte de ce nouveau paramètre, s’approcha pour prêter main-forte à son maître. Celui-ci avait éclairci les rangs de ses antagonistes. Zeviya vit que certains cadavres avaient été déchiquetés à coups de griffes, au niveau du ventre et du cou, les entrailles se répandant sur le sol. Le togorien avait saisi le nautolan à la gorge, après l’avoir privé de son bras.
Rimmol qui ruait pour se dégager vainement, fixa la lame sanglante que Sakar abattit sur lui, une fraction de seconde plus tard, le privant de sa tête, qui rebondit entre les derniers rescapés. Ces derniers au nombre de onze, hésitèrent, échangeant des regards désespérés après la perte de leur leader.
Zeviya qui se mit à la hauteur des Sith, décelait chez eux la certitude d’une mort imminente et brutale. Un twi’lek à la peau beige, jeta son arme aux pieds du togorien et leva les bras en l’air. Ces compagnons l’imitèrent.
- Pitié, épargnez-nous !
Sakar renifla de mépris et éleva le bras. Le twi’lek porta les doigts à sa gorge, ses lekkus se secouant frénétiquement avant que le filin invisible ne broya sa trachée. Juste à l’instant où son corps s’affaissa, les autres ramassèrent leurs armes, comprenant qu’ils n’en réchapperaient pas. Ils espéraient seulement en emporter au moins un avec eux.
Sakar et Mungol fondirent sur eux, sous les yeux de la zeltronne, qui ne doutait pas un instant de l’issue. Les lames sanglantes démembrèrent, tronçonnèrent dans un ouragan mortel, tout ce qui se dressait devant eux.
Sourds à leurs hurlements de douleur.
Tout n’était que cruauté et violence jusqu’à ce que les Sith baissèrent leurs armes. Zeviya vit que trois mercenaires respiraient encore. Sur la demande de son maître, Mungol s’approcha pour les achever.
Zeviya lui emboîta le pas, dévisageant les figures tordues des trois infortunés qui rampaient. Le plus proche, une femme avec un bandeau sur le front, se remit sur le dos et leva les bras pour se protéger. Un bien maigre bouclier contre le sabre-laser qui lui trancha les bras avant de lui fendre la tête. Le deuxième gagnant était un snivvien qui tendit la main.
- Attendez… je peux payer…
Les Sith se tenaient au sommet de la chaîne alimentaire. Mungol le lui rappela en lui coupant la main et en creusant un profond sillon dans sa poitrine. Zeviya admirait sa puissance, sa froide détermination.
Elle voulait tant lui ressembler…
Le troisième était un humain chauve à la figure vérolée, signe de sa trop grande consommation d’épice. Il n’avait pas lâché son blaster, serrant ses dents jaunies par le manque d’hygiène à cause de la douleur due à la perte de sa jambe, tranchée juste au-dessus du genou. Après avoir tenté vainement de se mettre hors d’atteinte, il se redressa sur un coude et braqua son blaster sur la muun qui l’avait rattrapé en quelques pas.
La Sith agita les doigts, le blaster vola et rebondit en se brisant sur le sol.
- Je peux vous être utile, je vous jure ! Brailla l’homme désespéré.
Mungol arbora un sourire sur sa figure lisse, sans relief.
- Je ne vois pas en quoi.
- Je connais cet homme, intervint Zeviya. Laissez-le moi.
La Sith hésita avant de reculer et d’éteindre son sabre-laser, devinant ce qu’impliquait la requête de la jeune fille. Celle-ci se dressa au-dessus de l’homme qui la reconnut.
- Zev ?
Sa figure exprima tout à coup de l’espoir.
- Zev, il faut que tu m’aides ! Tu me dois bien ça, hein ?
Zeviya laissa son regard errer au loin, se souvenant du temps où elle n’avait été qu’une souillon. Du jour où Tifal avait arraisonné le vaisseau de ses parents, les avait fait tuer avant de la capturer et de la réduire en esclavage.
Des sévices qu’elle avait subis de la part de la plupart des membres d’équipage. Des maigres gestes de bonté que d’autres, plus rares, lui avaient accordé. Comme cet homme qui la suppliait, du nom de Temlis.
Elle se souvenait qu’il était le seul à lui apporter à manger et à boire, alors qu’elle était enchaînée dans le couloir principal du cargo. Il l’avait pris en affection, disait toujours quelques mots gentils pour elle et lui avait même offert des jouets. Cela lui avait permis de supporter la dureté de son existence.
Jusqu’au jour où il avait consommé plus d’épices et d’alcool que d’habitude. Ce jour-là, il était allé la trouver. Zeviya se souvenait de son regard qui n’était plus le même. Celui d’un froid prédateur, et non plus celui d’un ami. Comme si les substances emmagasinées dans son corps avaient fait ressortir sa pire facette.
Mécaniquement, il s’était emparé d’elle malgré ses cris, ses protestations mais il ne l’avait pas entendue. Il l’avait aplatit sur le ventre et fait subir les pires outrages sous les ricanements et les applaudissements du reste de l’équipage, qui ne se privait pas de ce genre d’extrémités à son égard.
Elle se rappelait cette première fois, bien plus que les autres. Enfouissant au plus profond d’elle, cette rage contre ce qu’elle avait subi.
- Zev ? Insista l’homme.
- Je te dois certaines choses, Tem. Mais pas la vie.
La voix de la petite zeltronne tranchait comme du duracier acéré. Car elle n’oubliait pas, elle revivait ce moment où celui qu’elle considérait comme un ami, l’avait trahi et souillée. Elle serrait les poings, l’énergie sombre s’éveillant de plus belle en elle.
La voix de la muun lui parvint, un souffle qui se mêlait au bruit du vent.
- Appuie-toi sur la haine, cela te rendra forte.
Zeviya avisa un des blasters qui gisait sur sa droite, à deux mètres d’elle. Elle ferma les yeux, visualisant dans son esprit que le blaster était dans son poing. Elle ouvrit les paupières lorsque les doigts serrèrent la crosse froide de l’arme qui avait volé jusqu’à elle.
Elle pouvait faire ce qu’elle voulait de Temlis, elle ne rendrait de compte à personne. Oui, elle se sentait tellement puissante que plus jamais elle ne serait faible.
Temlis le comprit à son regard.
- Zev, tu ne me tueras pas, hein ? J’ai été très gentil avec toi, tu te souviens ? Je t’ai donné à manger, je t’ai offert des jouets !
La zeltronne releva le canon du blaster vers lui. Puis elle visa le moignon de sa cuisse et pressa la détente. Le trait ardent s’écrasa sur les chairs à vif cautérisées, ce qui fit hennir sa victime.
- Tu oses prétendre avoir été gentil avec moi ? Cracha-t-elle avec mépris. Moi, je me souviens quand tu ne l’étais pas.
Elle tira encore deux fois dans le moignon, une odeur de chair brûlée s’élevant de la plaie jusqu’à ses narines. L’homme gémissait en se tordant sur le sol, implorant sa pitié encore une fois. Mais elle n’y avait pas eu droit de sa part, ni d’aucun autre.
Il ne la méritait pas.
Elle abrégea son calvaire d’un dernier tir en plein cœur. Puis elle rangea l’arme à la ceinture qui serrait sa robe en haillons, à la taille.
- Allons rejoindre mon maître, lui fit la muun.
Dark Sakar était resté immobile, ses puissants bras trapus croisés devant sa poitrine. Il n’avait rien perdu de tout ce qui venait de se passer. Son apprentie s’inclina devant lui.
- C’est fait, monseigneur.
Le togorien grogna son assentiment, la laissant se placer dans son dos. Zeviya soutint son regard où continuait de briller la flamme de la haine.
- Comment t’appelles-tu ?
- Zeviya, monsieur.
- Sais-tu ce que nous sommes ?
La zeltronne jeta un coup d’œil vers la grande crosse du sabre-laser qu’il tenait à la main.
- Ils ont dit que vous étiez des Jedi.
Sakar gronda :
- Non.
Elle ne put se retenir de frissonner, le trouvant terriblement intimidant.
- Nous sommes bien plus que cela. Nous sommes les Sith.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à samedi prochain :hello: !
Modifié en dernier par mat-vador le Dim 13 Nov 2022 - 21:50, modifié 2 fois.
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Sam 05 Nov 2022 - 23:31   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Extrait lu!

Marrant, je me disais qu'il y allait y avoir un problème avec la Règle des Deux... et je commence à me dire qu'en fait, c'est Dark Sakar, la Maître Sith, qui pourrait en faire les frais! :think:

Vivement la suite! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mar 08 Nov 2022 - 21:35   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour, L2 !

L2-D2 a écrit:Marrant, je me disais qu'il y allait y avoir un problème avec la Règle des Deux...


Patience, le problème va être réglé :sournois: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Jeu 10 Nov 2022 - 21:51   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir à tous, j'ai deux grandes nouvelles :D !


1) J'ai atteint et dépassé les cent pages en terme d'écriture ce qui me confère une avance très confortable puisque vingt pages seulement ont été postées jusqu'à maintenant. :sournois:


2) La deuxième nouvelle va ravir les archéologues de l'UE Legends comme moi. Les Rangers Antariens vont apparaître dans ce tome 3 des Origines :diable: !

Voici une petite image :

Image

Image

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à consulter la fiche encyclopédique SWU sur cette milice Pro-Jedi :oui: !

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez :wink: !

A samedi :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar JediLord » Sam 12 Nov 2022 - 14:53   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Ouh Fichtre! J’ai un de ces retards à rattraper! :transpire: (Mat range ce martinet électrique et défense d’allumer le bûcher!) Faut que je m’y remette d’urgence moi! :x
Avec une bonne réserve de ce truc à proximité! Par la lumière, c'est fameux!| Elzar Mann
Les Jedi n'ont pas triomphé aujourd'hui et tu apprendras un jour qu'ils ont perdu!| Freedon Nadd
JediLord
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2351
Enregistré le: 28 Juin 2019
Localisation: Felucia, à avoir la trouille des chamans Feluciens
 

Messagepar mat-vador » Sam 12 Nov 2022 - 15:39   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

JediLord a écrit: (Mat range ce martinet électrique


Trop tard, je l'ai passé à Talon :P ! Tu vas morfler :diable: !!
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar JediLord » Sam 12 Nov 2022 - 15:57   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

mat-vador a écrit:
JediLord a écrit: (Mat range ce martinet électrique


Trop tard, je l'ai passé à Talon :P ! Tu vas morfler :diable: !!


Hé oh! Tu connais la règle d’or! Pour les touristes pas d’armes sur Aargau! :o :x
Avec une bonne réserve de ce truc à proximité! Par la lumière, c'est fameux!| Elzar Mann
Les Jedi n'ont pas triomphé aujourd'hui et tu apprendras un jour qu'ils ont perdu!| Freedon Nadd
JediLord
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2351
Enregistré le: 28 Juin 2019
Localisation: Felucia, à avoir la trouille des chamans Feluciens
 

Messagepar mat-vador » Sam 12 Nov 2022 - 22:40   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

JediLord a écrit:Hé oh! Tu connais la règle d’or! Pour les touristes pas d’armes sur Aargau! :o :x


:wink:


Allez, c'est l'heure de vous publier la fin du chapitre 2 !


Chapitre 2 ( 3/3 )

Zeviya fronça les sourcils. Les Sith ne lui évoquaient pas grand-chose, à part les piques que les pirates de l’équipage de Tifal se décochaient, pour souhaiter une mauvaise main lors des parties de sabacc.
- Mais, je croyais que… vous étiez une légende.
Cette fois, Sakar ricana.
- C’est ce que tout le monde accepte comme vérité, y compris les Jedi. Que sais-tu des Jedi et de la République ?
Elle n’avait pas d’autre option que d’être honnête.
- Je n’en ai jamais rencontré. Tout le monde dit qu’ils sont les gardiens de la paix et de la justice, qu’ils protègent la République. Mais je n’ai connu ni paix ni justice, avoua-t-elle avec amertume.
Le félinoide découvrit ses crocs en guise de sourire.
- Tu es si jeune et tu as pourtant découvert la première vérité. La paix est un mensonge.
- Quelles sont les autres vérités ?
Les Sith sentaient sa soif d’apprendre.
- Connais-tu la Force ? Poursuivit le togorien.
La zeltronne secoua la tête, pour signifier son ignorance.
- Tu disposes de son pouvoir, tu l’as senti.
Un éclair de compréhension passa dans ses prunelles mauves. Le pouvoir qu’elle sentait en elle, était présent en eux. Ce torrent sombre et ardent qui ne demandait qu’à se libérer.
- Les Jedi ne sont pas comme vous ?
- Ils maîtrisent la Force mais imparfaitement, expliqua le Sith togorien. Car ils se sont imposés à eux-mêmes une totale servitude alors qu’ils pourraient gouverner la République, la galaxie toute entière. Les Sith n’aspirent qu’à profiter pleinement du pouvoir pour le bien de tous. Il nous appartient de guider le commun des mortels pour leur salut. Notre force est la force de ceux et celles qui le méritent. Il ne peut y avoir de place pour les faibles et les incapables. Comprends-tu ?
- Oui, monsieur.
- Que désires-tu, au plus profond de toi ?
La zeltronne réfléchit à peser soigneusement ses mots.
- Je ne veux plus être faible et être à la merci de n’importe qui.
Dark Sakar paraissait satisfait.
- Ton potentiel mérite d’être exploité.
Zeviya ne comprit pas tout de suite ce qui se passait, lorsqu’un néon sanglant et lumineux poussa de l’abdomen du félinoide. Ce dernier ouvrait sa gueule, le regard figé, pris de court.
- Mais pas par vous, Sakar, s’éleva la voix de la muun derrière lui.
Dark Mungol maintint une seconde sa lame dans le corps massif du togorien avant de la dégager d’une saccade. Le félinoide tomba à genoux, laissant rouler à terre son sabre-laser et plaquant sa grande main contre la plaie calcinée sur son ventre.
- Mon heure est venue, proclama Mungol.
Le togorien toussa du sang, qui éclaboussa le sol.
- En êtes-vous digne ? L’interrogea son maître.
- Vous avez baissé votre garde, répliqua-t-elle. C’est une faiblesse indigne d’un Seigneur Noir des Sith, j’aurais été stupide de ne pas en profiter. Et je ne vous aurais jamais laissé me remplacer par une autre élève.
Elle le contourna pour se placer face à lui, le sabre levé. Sakar savait que sa blessure était trop grave pour qu’il puisse se mettre debout. Il avait bien formée son apprentie, elle avait su attendre et frapper au bon moment. Bien d’autres apprentis avant elle, avaient fait preuve d’un stupide honneur en défiant leur maître à la loyale.
À la force de sa volonté, Sakar se dressa, le buste droit, toujours agenouillé. Sa colère était contre lui-même et non contre son élève.
- Prenez ce qui vous revient de droit, Dame Mungol.
Son regard se planta dans celui de la muun qui abattit son sabre l’instant d’après. Elle contempla le corps fumant après avoir rangé son sabre dans la manche de sa toge. Zeviya ne put se retenir d’être indignée, n’ayant guère compris ce meurtre.
- Pourquoi vous avez fait ça ?
Mungol se détourna du cadavre pour pivoter vers la zeltronne.
- Telle est la loi des Sith, Zeviya. Il ne peut y en avoir que deux. Un maître qui détient le pouvoir et un apprenti qui le convoite. Si l’apprenti en est digne, il tue son maître pour prendre sa place et enseigner son savoir à un nouvel apprenti. C’est ainsi que les Sith se perpétuent et se renforcent à mesure que la lumière des Jedi et de la République se fanera. Nous devons rester dans l’ombre jusqu’à ce que nous prenions notre revanche.
La zeltronne reposa les yeux sur le cadavre du togorien.
- D’accord, mais vous étiez vraiment obligée de le tuer comme ça ? Dans le dos ?
- Tous les moyens sont bons pour arriver à nos fins, répondit Mungol. La trahison, la manipulation… notre destin est de dominer, peu importe comment nous y parvenons. Si mon maître était digne de conserver son titre, il aurait réussi à parer mon attaque et peut-être me tuer. Il t’aurait peut-être prise comme apprentie.
- Vous me prenez donc comme apprentie ?
Mungol sentit ses espoirs, elle espérait une meilleure vie que celle qu’elle avait connue. Mais la muun devait la mettre à l’épreuve. Devenir Sith ne tombait pas des étoiles, il fallait s’en montrer digne et abattre les obstacles qui se dressaient sur son chemin.
C’étaient les épreuves que Sakar lui avaient imposées et elle les avait relevées avant qu’il ne l’accepte comme élève.
Mungol voulait être sûre que Zeviya était digne d’être son apprentie et de recevoir son savoir.
- Cela dépend.
La Muun se dirigea vers le tas de gravats après avoir récupéré le sabre de son défunt maître. Elle leva ses deux mains et la petite zeltronne put admirer une nouvelle démonstration de ses pouvoirs. Elle dégagea un chemin en moins de quelques secondes et commença à se diriger vers la sortie. Elle lança à la zeltronne qui lui avait emboîté le pas :
- Tu ne viens pas avec moi.
La colère de Zeviya explosa dans la Force. Celle-ci agrippa son blaster à la ceinture pour le pointer dans le dos de la muun.
- Ne bougez plus !
Mungol se retourna avec lenteur et calme.
- Vous m’aviez promis que vous me prenez comme apprentie !
- M’as-tu vraiment écouté ? Je t’ai dit que cela dépendait.
L’irritation de Zeviya diminua un peu, sans qu’elle ne cessa pour autant de la menacer avec le blaster.
- Si tu es digne de suivre mon apprentissage, tu trouveras un moyen de quitter ces lieux et de me rejoindre. Considère cela comme ta première épreuve.
- Je ne vous laisserai pas m’abandonner !
À bout de patience, la Sith la désarma en lui confisquant le blaster d’une simple traction télékinétique. Elle broya l’arme dans son poing puis attrapa les pieds de la gamine, la faisant trébucher sur le dos.
La chute humiliante calma la passion de la petite fille, dont la colère continuait cependant de ruisseler dans la Force.
- Si tu es digne, rejoins-moi sur Coruscant.
- Coruscant, la capitale de la République ? Fit Zeviya.
- J’y serai dans quatre jours, lui expliqua son aînée. J’y resterai pendant une semaine. Si tu n’y parviens pas, tu auras prouvé que tu n’étais pas digne de mon intérêt.
Sans état d’âme, la muun abandonna la petite zeltronne sans lui accorder un regard de plus. Zeviya resta immobile, convaincue que la Sith ne la laisserait pas monter à bord de son vaisseau, si elle possédait un.
Elle se débrouillerait, elle trouverait un moyen. Elle fouilla de nouveau le charnier et ramassa un autre blaster dont elle s’assura qu’il était en parfait état de marche. Ses yeux mauves fixèrent le passage où la muun disparaissait au loin.
Elle devait trouver un nouveau vaisseau pour rallier Coruscant. Elle attendit quelques minutes puis se résolut à quitter les lieux. Au bout d’une vingtaine de secondes, des couinements et des bruits de mastication parvenaient à ses oreilles, la faisant se retourner. Des rats mutants gros comme le poing, surgissaient des ombres pour se nourrir des cadavres.
D’ici quelques heures, toute trace de ce qui s’était passé dans cette impasse aurait disparu.


Voilà, j'espère que cela vous a plu :sournois: !


A la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 14 Nov 2022 - 13:10   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Troisième partie du Chapitre 2 lue !

Ah voilà ! La Règle des Deux a réclamé son dû ! :jap: Bon, je ne m'attendais pas à ce que tous les trois forment une heureuse famille, hein, mais pas non plus que là, subitement, dans le dos, Mungol sorte son sabre du jeu ! Je ne l'ai pas vu venir, celle-là, et pourtant je t'ai parlé rapidement de la Règle des Deux ! :paf:

Bon, je ne doute pas que la jeune Zeviya va atteindre Coruscant. Mais qu'elle rejoigne Mungol, ça, c'est une autre affaire... :think:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mer 16 Nov 2022 - 22:10   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour L2 :D !

Dark Mungol prend le pouvoir... Une bonne chose de faite :diable: !

Quant à Zeviya elle devra faire ses preuves :sournois: !

On va revenir sur un Jedi corellien samedi :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 19 Nov 2022 - 22:38   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir, comment allez-vous ?

Allez, c'est l'heure de retrouver notre cher Alan Tissan :diable: !



Chapitre 3 ( 1/2 )


Bordure Extérieure, Korriban, berceau des Sith

Alan Tissan avait perçu les effluves glacées du Côté Obscur, lorsque le cargo corellien qu’il avait loué, arriva en orbite de la planète Korriban. Par la verrière de transparacier du poste de pilotage, la surface rouge blafarde de ce monde rude, lui souhaitait la bienvenue. Âgé de trente quatre ans, le Chevalier Jedi corellien doutait que sa venue sur cette planète, soit une si bonne idée que ça. Après tout, il serait confronté au danger à en croire les recherches qu’il avait effectué dans les Archives du Temple Jedi de Coruscant.
Il estimait cependant ne pas avoir le choix. Les visions funestes de la chute des Jedi et de la République ne cessaient de le hanter, depuis la première fois qu’il les avait eus, vingt ans auparavant lorsqu’il était encore le padawan de Keiran Halcyon. Ce dernier, après le démantèlement de la secte terroriste Afarathu, avait envoyé comme promis, son rapport au Haut Conseil de Coruscant pour solliciter leur avis.
Mais les leaders de l’Ordre avaient jugé que ces visions ne méritaient pas leur attention, puisque les Sith avaient disparu depuis des siècles. Par conséquent, toute rumeur ou bruit ne devait être prise au sérieux, y compris les prémonitions d’un jeune padawan. Les Maîtres avaient même suggéré à Halcyon, qu’il était possible que son apprenti ait raconté ces visions pour… se rendre intéressant.
Ce qui avait scandalisé les deux corelliens qui s’étaient sentis insultés.
Keiran s’était déplacé en personne au Temple Jedi pour demander des comptes au Conseil. Si celui-ci s’était excusé pour la tournure maladroite de leur réponse, ils n’étaient pas pour autant revenus sur le fonds de l’affaire. Les visions de Alan restaient nulles et non avenues.
Les années passèrent après cet épisode tendu, Alan mena sa paisible vie de Jedi sur Corellia, accédant au titre de Chevalier. Il rencontra la femme de sa vie, issue de la haute société corellienne et fonda une famille, dans le château qui appartenait aux Tissan depuis des millénaires. Il avait oublié ses visions, jusqu’à ce que celles-ci ne ressurgissent, quelques mois auparavant.
Le même cauchemar qui se répétait, les corps de Jedi à perte de vue, le Temple en flammes, et ces deux ombres qui promettaient le retour des Sith.
La servitude éternelle des Tissan dans les ténèbres.
Alan refusait cette perspective. Il lutterait pour que cela n’arrive pas. Si certains ancêtres avaient été de grands Jedi respectés, d’autres bien trop nombreux à son goût, avaient en revanche sombré du Côté Obscur.
Il se rappelait la légende de Hedel Tissan, surnommé Griffe de Serpent, forcé de tuer son frère jumeau jaloux de sa réussite, sur les marches même du Temple. Cette lointaine histoire traduisait la trajectoire des Tissan dans l’histoire de la galaxie. Un chemin compliqué.
Korriban lui fournirait peut-être des réponses. Si les Sith ont survécu à la débâcle de Ruusan, il y trouverait sans doute des indices, des traces d’un passage récent notamment dans les antiques tombeaux de la Vallée des Seigneurs Noirs. Ce monde maudit avait été jadis le berceau des Sith, le siège de leur pouvoir, de leurs manigances.
À mesure que son vaisseau descendait vers la surface, les frissons qui lui parcouraient la colonne vertébrale s’accentuaient et cela n’avait rien à voir avec le froid sidéral. Le malaise qu’il ressentait, lui tenaillait les tripes.
Il lui fallait des réponses sur la survie des Sith. Plus vite il en aurait fini ici, plus vite il pourrait rentrer sur Corellia sans avoir à répondre à des questions gênantes. Il n’avait informé personne de cette escapade, pas même son ancien maître. Pas même son épouse et ses enfants. Il avait seulement confié dans un dernier message holo, être parti sur Anaxès faire du tourisme pour quelques jours. Prétextant vouloir se ressourcer. Pour donner le change, il avait réservé une chambre d’hôtel pour deux semaines standard. Si la Force le voulait, il serait revenu et personne n’en saurait rien.
Il visionna la cartographie de Korriban et repéra une cité modeste, à l’écart des anciens domaines des Seigneur Sith d’autrefois. La colonie de Dreshdae.
Fondée il y a quelques millénaires, son développement s’était accru suite à la fin des Guerres Sith, la République ayant ouvert ce monde à la colonisation, pour tirer définitivement un trait sur le passé. Les Jedi avaient vainement protesté, jugeant que la faune de ce monde était trop dangereuse pour des explorateurs. Cela encouragerait le pillage des tombeaux Sith et d’artefacts du Côté Obscur. Ils avaient souhaité que la planète soit frappée d’interdiction. Mais le Sénat demeura sourd à leur revendications.
Le cargo perça les couches nuageuses, Alan maintint fermement les manettes pour stabiliser l’assiette face aux turbulences qui le secouaient rudement. La bourgade située en bordure d’un canyon, se dessinait devant lui, un étalement de préfabriqués en duracier qui abritaient un millier d’âmes tout au plus. Quant au statioport… il consistait en un terrain vague où étaient garés d’autres vaisseaux et véhicules, dont l’état d’entretien laissait désirer.
Il eut l’occasion de s’en apercevoir après qu’il ait atterri entre ses tas de ferraille. Le Jedi corellien doutait que certains puissent encore servir. Alors qu’il les étudiait, un aqualish s’approcha de lui. Alan dévisagea le non humain, aux yeux noirs sans facette et aux défenses recourbées sur elles-mêmes qui déformaient son nez et ses lèvres.
- Affaires ou tourisme ? Lui demanda-t-il.
Le corellien étudia sa tenue, qui ne présumait pas qu’il avait affaire à un douanier. Il ressemblait bien plus à un mineur.
- Affaires, répondit-il après une brève hésitation.
- Ouais, je me disais aussi, ironisa l’aqualish. Les touristes évitent ce genre de trou paumé, enfin quand ils en entendent parler.
Le non humain examinait à son tour le corellien. Un homme bien bâti de taille moyenne, aux cheveux blonds coupés, une courte barbe agrémentée d’une moustache fournie, qui lui conférait une belle allure. Ses yeux bleus insondables masquaient des préoccupations, que l’on pouvait deviner à sa mâchoire serrée.
- Quel genre d’affaires ?
- À votre avis ? Fit Alan avec un sourire entendu.
L’aqualish ricana subitement.
- Je vois. Vous voulez dénicher des artefacts dans les tombeaux Sith et les refourguer ensuite au marché noir, hein ?
- Ça vous pose un problème ? S’étonna le Jedi.
- Bah, je suppose qu’y faut bien gagner sa vie. Après tout, si vous avez des embrouilles avec la République et les Jedi, c’est vous qui voyez.
Il tendit la main, Alan lui glissa des crédits pour s’acquitter de la taxe de séjour minimale. L’aqualish semblait plutôt blasé, pas du genre à chercher les ennuis.
- Tous ceux qui vont aux tombeaux Sith, ne reviennent pas toujours, le prévint le douanier. Quant à ceux qui sont de retour parmi les vivants, on comprend vite qu’ils y ont laissé une partie de leur âme. Vous saisissez ?
- Je ferai attention. Où peut-on se loger et manger ?
- Il y a une cantina, à deux rues d’ici. C’est la haute tour, voyez ? Vous pourrez vous arranger avec le patron qui adore les pourboires. C’est pas un palace, par contre.
- Je m’adapterai, assura le corellien.
- Gare à la bouffe, si vous êtes allergique au terentatek ou au tukata, plaisanta l’aqualish.
- J’ai l’estomac solide.
L’aqualish se détourna finalement, laissant le corellien récupérer ses affaires dans un sac de voyage dans son cargo. Puis il émergea du statioport pour mettre le pied dans la cité de Dreshdae. Il projeta ses perceptions autour de lui, faisant abstraction du Côté Obscur qui perturbait ses sens. Le trafic n’était pas aussi important qu’il le pensait.
Korriban n’attirait pas les foules, à cause de son lointain passé tumultueux. Et ceux qui y étaient présents possédaient la figure d’assassins patentés ou d’escrocs retors, dissimulés dans les ruelles. Alan détestait déjà cet endroit.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à samedi prochain :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 21 Nov 2022 - 10:32   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Première partie du Chapitre 3 lue !

Nous revoilà aux côtés d'Alan Tissan ! Et pas mal le Conseil Jedi qui pense que les visions d'Alan sont uniquement un moyen pour lui d'attirer l'attention, celle-là, il fallait oser la sortir, et c'est tellement dans la pensée prélogique ! :paf:

Bon retour sur Korriban également, on sent presque un petit côté KoTOR pas désagréable qui se dégage de ce passage, des descriptions ou des dialogues.

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Jeu 24 Nov 2022 - 20:58   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour :wink: !

L2-D2 a écrit:Et pas mal le Conseil Jedi qui pense que les visions d'Alan sont uniquement un moyen pour lui d'attirer l'attention, celle-là, il fallait oser la sortir, et c'est tellement dans la pensée prélogique ! :paf:


Avec le recul, j'ai trouvé les Jedi de la prélogie un peu cons :whistle: .

L2-D2 a écrit:Bon retour sur Korriban également, on sent presque un petit côté KoTOR pas désagréable qui se dégage de ce passage, des descriptions ou des dialogues.


Oui, j'ai relu les BD Tales of The Jedi qui parlent de Durron Quel Droma, Shaela Nuur et de la chasse aux Terentateks. :diable:
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 26 Nov 2022 - 22:14   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir à tous, comment allez-vous :D ?

Allez, c'est l'heure de la suite avec Alan Tissan :wink: !


Chapitre 3 ( 2/2 )


Il esquiva un landspeeder conduit à grande vitesse par un trandoshan, peu soucieux de sa sécurité et de celle des autres. Un ithorien, à la tête en forme de marteau, l’aborda pour proposer des produits qui lui permettraient de voyager dans des contrées agréables. Bien qu’il se montra particulièrement insistant, Alan parvint à décliner son offre.
Il leva les yeux vers le sommet de la tour qui abritait la cantina. Puis il entra finalement dans les lieux. Les lourds battants renforcés s’écartèrent à son intention, découvrant le bar à moitié vide qui occupait le rez-de-chaussée.
Deux femmes twi’lek se déhanchaient de façon lascive sur un podium au milieu de la pièce, surplombant l’indifférence des clients abrutis par les alcools. Une odeur de tabac flottait, émanant d’un dug qui aspirait un narguilé, attablé à sa droite. La créature élancée, à l’apparence de canidé tordu, aperçut le nouveau venu et lâcha, sarcastique :
- Tiens, un nouveau pèlerin.
À peine avait-il fait quelques pas à l’intérieur, que Alan sentit tous les regards converger vers lui. Il avait pris la précaution de changer de tenue, celui d’un mécanicien itinérant à la recherche d’un boulot intéressant.
Ceux affalés sur leur table, en apparence ivres morts, se redressaient, vifs et alertes. Les joueurs de sabacc posèrent leurs cartes, ignorant le droïde croupier qui les encourageait à continuer la partie.
- Les joueurs sont priés de miser.
Même les danseuses twi’lek en tenue très légère, avaient interrompu leurs mouvements suggestifs, dardant leurs yeux sur le Jedi. Celui-ci se força à invoquer la Force, pour garder son calme et sa concentration.
Malgré lui, il croisa le regard de quelques uns dont le dug qui avait salué son arrivée. Ce n’était pas que de la curiosité qui y brillait… non, quelque chose de plus malsain était tapi au fonds de leur âme et le corellien en comprit la raison.
Le Côté Obscur était à l’œuvre et aucun n’en avait conscience. Le temps qu’ils avaient passé sur Korriban, les rongeait comme un poison lent et corrosif. Voilà ce qui motivait Alan à ne pas s’attarder ici plus de temps qu’il n’était nécessaire.
Il se dirigea vers le comptoir, tenu par un falleen, qui nettoyait les verres avec son torchon. L’humanoïde à l’apparence de lézard le dévisagea pendant quelques instants.
- Ce sera quoi, étranger ?
- Une chambre et un verre.
Le falleen hocha la tête, posa son verre et son torchon, puis appela son droïde protocolaire qui tenait un datapad.
- À quel nom dois-je enregistrer, monsieur ? Demanda l’automate.
- Hedel Griffe-de-Serpent, répondit Alan.
Il avait choisi le nom d’un de ses ancêtres pour passer incognito. Le robot enregistra puis déclara :
- Chambre 315 au troisième étage. Pour combien de temps ?
- Quatre jours.
- Pour valider votre réservation, vous devez vous acquitter d’une avance de cinquante crédits.
Alan glissa les crédits sur le comptoir, aussitôt disparus entre les mains du falleen.
- Je vous sers quoi ?
- Bière corellienne.
Il fit couler deux autres crédits en même temps que le barman lui tendit le verre demandé, dans un gobelet de plastacier. Le droïde protocolaire lui accorda une datapuce, qui constituait la clé de sa chambre.
Peu à peu, certains clients se désintéressèrent de lui mais pas tous. Notamment le dug qui quitta sa place et son narguilé pour s’approcher du comptoir.
Alan sentit sa présence côté de lui, sur son flanc gauche. Il choisit de l’ignorer jusqu’à ce que le dug lui adresse la parole.
- Griffe-de-Serpent, hmm.
Le Jedi tourna vers la tête pour soutenir son regard mauvais.
- Je peux vous aider ?
Il s’efforça de demeurer impassible face à l’haleine infecte du non humain, qui marchait sur ses mains et usait de ses pieds pour attraper des objets ou pointer du doigt ceux qui ne lui plaisaient pas, comme Alan.
- Que viens-tu faire ici, humain ?
- E’chutta ! Jura le falleen. T’as pas mieux à faire, Slerd ?
- Occupe-toi de ton comptoir, barman.
Le falleen voulut ajouter quelques mots acerbes puis décida que ce n’était pas son affaire. Alan sentit que celui-ci ne cherchait qu’à gagner sa vie, sans s’attirer d’ennuis.
- Je ne suis que de passage, se justifia le corellien.
- Tu as réservé pour quatre jours, pèlerin. Tu veux nous faire croire que tu es un mécanicien ?
- Eh bien, si vous savez où je peux dégotter un boulot, je pourrais vous prouver mes talents.
Le dug Slerd ne sembla pas satisfait d’échouer à mettre en défaut le corellien.
- C’est quoi ce nom de Griffe-de-Serpent ? Tu ne ressembles pourtant pas à un serpent, pèlerin.
Alan but une gorgée de son verre.
- Un simple surnom pendant l’enfance.
- Tu sais ce que je pense de toi, pèlerin ? Souffla le dug, toujours aussi hostile. Tu n’es pas ce que tu prétends être.
Le corellien suspendit son geste, alors qu’il s’apprêtait à boire une autre gorgée. Du coin de l’œil, il surprit Slerd en train de brandir une vibrolame vers lui.
- Tu ressembles à un petit fouineur. Tu n’as pas la tête d’un mécanicien, pour moi.
Au fonds de lui, Alan sentait que le dug savait ce qu’il était. Le Côté Obscur déteignait sur tous, pas étonnant que le Conseil Jedi ait voulu interdire l’accès de la planète à quiconque.
- Je ne cherche pas les problèmes.
- Tu viens pourtant de les trouver, pèlerin.
Alan s’écarta du comptoir, juste avant que le dug ne bondit sur lui, fendant l’air de sa vibrolame. La créature était rapide, un adversaire dangereux à qui le Côté Obscur semblait conférer une acuité des sens plus accrue.
Le corellien n’évita pas complètement la lame acérée qui déchira le haut de sa veste au niveau de l’épaule. Pour se dégager, il lança son pied dans la figure du dug, ce dernier s’ébrouant, envahi d’une rage effrénée.
Jusqu’à ce que le canon d’un blaster ne se colla sous sa mâchoire. Bien qu’aveuglé par les effluves du Côté Obscur, le dug possédait encore assez de jugeote pour savoir quand il n’avait pas le dessus. Ses yeux fous plongeaient dans ceux du corellien qui le tenait en respect.
- Comme je le disais, je ne cherche pas les problèmes. Mais si on doit continuer le débat, dug, j’y mettrai un terme définitif.
Slerd cracha par terre. Alan vérifia que personne d’autre n’allait tenter quoique ce soit, mais il avait fait forte impression. Pour aujourd’hui.
Le dug rangea sa vibrolame avant de s’écarter.
- C’est pas terminé, pèlerin. On se reverra.
Il regagna sa place et remet l’extrémité du narguilé à son bec, jetant au corellien un nouveau regard mauvais. Le Jedi rangea son blaster avant que le falleen ne se pencha vers lui d’un ton alarmé :
- Je ne sais pas ce que vous venez faire ici, étranger. Mais vous devriez partir maintenant et ne pas revenir.
- J’ai quelque chose à faire et je ne partirai pas avant.
Le barman haussa finalement les épaules.
- Comme vous voudrez, mais je vous aurai prévenu.
- Merci du conseil.
Le corellien suivit le droïde protocolaire qui le guida jusqu’à sa chambre. Le dug ne le quitta pas des yeux jusqu’à ce qu’il disparaisse dans le turbo ascenseur.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à samedi prochain :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 27 Nov 2022 - 11:56   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Deuxième partie du Chapitre 3 lue!

Voilà donc un Alan Tissan un peu plus pro-actif, qui montre ses talents et qui se trouve sur Korriban, dont on sent bien l'omniprésence du Côté Obscur! Mais pourquoi est-il sur place? Mystère... pour l'instant! :think:

Vivement la suite! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Jeu 01 Déc 2022 - 21:39   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour :wink: !

L2-D2 a écrit:Voilà donc un Alan Tissan un peu plus pro-actif, qui montre ses talents et qui se trouve sur Korriban, dont on sent bien l'omniprésence du Côté Obscur! Mais pourquoi est-il sur place? Mystère... pour l'instant! :think:


Est-ce une bonne idée d'être venu sur Korriban :whistle: ?

On verra par la suite :sournois: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 03 Déc 2022 - 22:23   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir, comment ça va ?

Allez laissons Alan Tissan sur Korriban et partons retrouver notre petite zeltronne sur Nar Shaddaa :sournois: !


Chapitre 4 ( 1/2 )

Nar Shaddaa

Belva Sang surveilla les conteneurs traînés sur une barge antigrav, qui montait le long de la rampe d’accès de son cargo jusqu’à la soute. La contrebandière devaronnienne piaffait d’impatience, préférant que les droïdes du statioport accélèrent la cadence. Le pot de vin qu’elle avait versé aux autorités locales, aurait dû suffire.
Enfin, si on pouvait appeler « autorités locales », les mercenaires au service de la pègre, en dehors des frontières de la République. Elle fit les cent pas, sur le quai jusqu’à ce que le chargement à bord du Verpine Fougueux fut achevé. Elle rajusta sa veste défraîchie, fit abstraction de l’haleine de carburant et de duracier humide, laissa les droïdes passer devant elle et disparaître.
- Nous vous souhaitons bon voyage, lui fit un automate de sa voix monocorde.
- C’est ça, à la prochaine.
Elle ne prit pas garde à la petite silhouette qui se hissait sur la rampe d’accès et se réfugiait dans la soute, pour se cacher entre les conteneurs.
Belva laissa tomber le morceau de chique qui restait coincée dans sa bouche, avant de monter à bord. Elle croisa son droïde personnel, alors que celui-ci se tenait près de l’écoutille, en veille. Elle l’activa en lui flanquant une claque sur le torse.
- On se réveille, le tas de boulons.
L’automate s’agita.
- Ah, maîtresse. Dois-je entamer les procédures de décollage ?
- Ça vaudrait mieux si tu ne veux pas que je t’expédie dans un broyeur à ordures, Déglingué.
Le droïde prit les devants, prenant la réponse de sa propriétaire au pied de la lettre. Alors qu’ils traversaient la soute, la devaronnienne posa subitement la main sur le holster qui contenait son blaster.
Elle avait cette étrange impression qu’elle n’était pas seule. Elle scruta attentivement la pénombre qui stagnait dans les recoins puis se décida à arpenter lentement la soute, après avoir verrouillé l’écoutille. À pas lents, elle contourna les conteneurs qui transposaient chacun de l’épice de Kessel, dissimulée sous des étoffes luxueuses, prête à dégainer et à griller le premier rat womp qu’elle débusquerait.
À cet instant, les moteurs de son vaisseau rugirent, faisant vibrer la coque. Elle freina, hésitant à poursuivre. Puis elle se persuada que cette impression n’était que le fruit de sa paranoïa ordinaire, qui lui avait permis de flairer les bons coups… et les ennuis avant qu’ils ne lui tombent dessus. Non, c’était probablement son imagination.
Elle quitta la soute, grimpa les escaliers étroits pour accéder au couloir principal puis au poste de pilotage, là où son droïde s’affairait sur les paramètres de navigation.
- Aucune défaillance détectée.
- Super, on décolle de ce trou à nexus, se réjouit-elle.
- Vous êtes encore plus ravissante quand vous boudez, maîtresse.
- La ferme.
Elle s’installa sur le siège de pilote et s’empara fermement des manettes. Elle manipula quelques boutons au-dessus d’elle pour arracher le Verpine Fougueux de la piste d’appontage et s’éleva rapidement vers les couches atmosphériques. Elle eut l’occasion d’admirer les lumières de la Lune des Contrebandiers encore une fois.
Elle éprouvait un sentiment mitigé de soulagement et de regrets. Elle quittait un foyer mais aussi une souricière mortelle. Elle était satisfaite d’y pouvoir conclure des affaires rentables mais devait prendre garde à ne pas quitter ce cloaque, les pieds devant.
Il était temps de voguer vers des systèmes plus civilisés, membres de la République sachant qu’elle aurait affaire aux autorités bien moins corruptibles.
Lorsque le vaisseau atteignit l’orbite, une alarme sonna dans le cockpit.
- Ça vient de la soute, indiqua la devaronnienne.
- Problème de pressurisation au niveau de l’écoutille, fit le droïde.
- Va réparer ce poodoo, Déglingué.
- Oui, maîtresse.
Belva entendit son domestique s’éloigner. Elle stabilisa le vaisseau en orbite, attendant le retour de son droïde. L’alarme cessa de résonner mais l’automate se faisait désirer. La devaronnienne patienta quelques minutes avant de se lever brusquement de son siège.
- Ce tas de ferraille a encore trébuché sur les marches, grogna-t-elle de mauvaise humeur. Il faudrait que je pense à l’envoyer à la casse.
Elle prit au passage un bâton lumineux. Elle franchit le couloir d’accès principal puis inspecta les marches qui descendaient au fonds de la soute. Elle promena la lumière blafarde sur les conteneurs, allongeant et raccourcissant leurs ombres au fur et à mesure de son inspection. Ses yeux scrutaient attentivement ce que l’obscurité tentait de lui masquer.
- Déglingué ? Appela-t-elle.
Au bout de la deuxième rangée, son pied buta sur son droïde, étalé de travers au sol. Enfin ce qu’il restait de son droïde. Sa tête avait été arrachée du torse, un trou fumant au milieu du front. Elle vida le holster de son blaster.
- Je n’aime pas les passagers clandestins, vous feriez mieux de vous montrer.
Elle se raidit, se baissant légèrement juste en-dessous de la hauteur des conteneurs entreposés pour ne pas offrir une cible trop évidente, aux passagers clandestins. Mais elle doutait rapidement qu’il y en ait plusieurs.
Si c’était le cas, ils se seraient jetés sur elle sans hésiter. Cela ne l’empêcha pas de régler son blaster en mode létal. Elle n’aimait pas les invités surprise, surtout s’ils apportaient un paquet d’ennuis dans leur sillage.
Elle contournait à peine la deuxième rangée qu’elle surprit une petite silhouette courir pour se réfugier derrière la troisième rangée. Elle pressa la détente par réflexe, le trait ardent passa au-dessus de l’intrus, éclairant dans un flash, ce qui ressemblait à un petit humanoïde à la peau rose et aux cheveux bleus azur longs.
Un enfant ?
Si c’en était un, il courait vite. Elle se détendit.
- Eh, attends !
Elle se lança à sa poursuite et le rattrapa aisément. Elle bloqua l’intrus qui se tenait dos au mur et la menaçait à son tour de son blaster. La devaronnienne se figea en l’étudiant de près. La contrebandière avait face à elle, une zeltronne aux pieds nus dont la robe avait connue de meilleure jours. Un collier d’esclave ceignait son cou.
Ses yeux mauves étincelaient de détermination mais aussi de doute. Elles se jaugèrent du regard, en silence.
- Tu as envie de tirer ? Fit la devaronnienne.
La petite fille grimaça.
- Je n’ai pas envie. Je n’ai rien contre vous.
- Moi non plus, je n’ai rien contre toi. Enfin, mis à part que tu as bousillé mon droïde.
L’intruse ébranlait le cœur de la dévaronnienne, elle lui rappelait la misère permanente dont elle cherchait à se détourner, dans des endroits où la bonté se montrait aussi précieuse que de l’or de merenzane.
- Vous êtes en colère ?
- Je suis un peu contrariée mais si j’étais vraiment énervée… eh bien, on ne serait pas en train de discuter.
Belva rangea son blaster en signe de bonne foi. Elle leva ensuite les paumes pour rassurer la gamine, qui hésita avant de remettre son arme en travers de sa ceinture de fortune. Ses traits étaient creusés et amaigris.
- Allez, viens m’aider à transporter Déglingué.
- Déglingué ?
Elle accepta de la suivre prudemment.
- Allez, ne sois pas timide. Je ne mords pas. Tu t’appelles ?
- Zeviya, répondit la petite.
- Moi c’est Belva.
Elles arrivèrent jusqu’au droïde inerte.
- Et ça, c’est Déglingué. Prends sa tête, je m’occupe du reste.
Zeviya obéit sans causer de difficultés, laissant la devaronnienne hisser la carcasse de son droïde sur ses épaules. Ils quittèrent la soute puis s’arrêtèrent dans le couloir d’accès principal. La contrebandière appuya la main sur un panneau de commande et une partie de la paroi glissa silencieusement sur le côté, pour révéler la chambre de Belva.
En plus du lit de Belva, la pièce contenait aussi un atelier de réparation. La devaronnienne posa le corps de son domestique sur la table, avant que la zeltronne ne posa la tête sur la chaise.
- Bon, il faut que je passe en hyperespace. Ou je serai en retard sur mon horaire. Installe-toi, fit-elle à l’enfant. J’arrive.
Belva se précipita dans le poste de pilotage et remarqua qu’un appel était en attente de réception. Le coin de ses lèvres se crispa lorsqu’elle en devina la provenance.
- Verpine Fougueux, j’écoute.
- Ici contrôle, vous comptez quitter l’orbite quand, Verpine Fougueux ? Vous perturbez l’approche de plusieurs arrivants.
Activant ses écrans tactiques, la devaronnienne s’aperçut en effet qu’elle bloquait le passage de plusieurs vaisseaux en approche de la Lune des Contrebandiers.
- Oups, désolée, contrôle. Je vous dégage le passage, immédiatement.
- Ça vaudrait mieux. Bonne route, Verpine Fougueux.
- Ravie de faire affaire avec vous, les gars.
Elle relança les moteurs et vira de bord, pour s’arracher du champ gravitationnel de la lune et de Nal Hutta. Elle verrouilla les coordonnées pour Rorak, près de la frontière sud de l’Espace Hutt, sa destination finale étant Bothawui.
Elle respira lorsque les étoiles s’allongèrent en des filaments infinis, le Verpine Fougueux ayant plongé en hyperespace.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à samedi prochain :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 04 Déc 2022 - 16:47   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Première partie du Chapitre 4 lue !

Après un petit détour via Alan Tissan, revoilà donc la jeune Zeviya ! Et si je m'attendais à ce qu'elle rejoigne très vite le camp des Sith, si les premiers Chapitres donnaient l'impression qu'elle était la future Seigneure Noire, ce Chapitre me donne l'impression que son sort n'est pas encore scellé... à voir ce que tu lui réserves par la suite, mais il y a un certain potentiel ! :think:

(et là, Belva meurt dans la deuxième moitié du Chapitre, et on n'en parle plus ! :paf: )

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Jeu 08 Déc 2022 - 21:13   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour L2 :wink: !

L2-D2 a écrit:Après un petit détour via Alan Tissan, revoilà donc la jeune Zeviya ! Et si je m'attendais à ce qu'elle rejoigne très vite le camp des Sith, si les premiers Chapitres donnaient l'impression qu'elle était la future Seigneure Noire, ce Chapitre me donne l'impression que son sort n'est pas encore scellé... à voir ce que tu lui réserves par la suite, mais il y a un certain potentiel ! :think:


Être Sith, ça se mérite :diable: !

L2-D2 a écrit:(et là, Belva meurt dans la deuxième moitié du Chapitre, et on n'en parle plus ! :paf: )


:lol:
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 10 Déc 2022 - 22:44   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir, comment allez-vous ?

Voici la suite et fin du chapitre 4 :diable: !

Chapitre 4 ( 2/2 )


Zeviya profita de l’absence temporaire de la contrebandière, pour inspecter sa chambre. Elle ne s’attendait pas à ce que ce soit si propre et si bien rangé, cela la changeait de ses conditions précaires parmi les pirates de Tifal. Pas la moindre trace de poussière ou odeur de carburant fétide, à mettre au rebut.
Elle tira sur le collier d’esclave qui lui serrait le cou, le contact lui irritait l’épiderme. Elle voudrait s’en débarrasser au plus vite. Elle avait rodé plus d’un jour sur ce statioport de Nar Shaddaa, au milieu des vaisseaux, sans se faire remarquer. Elle avait observé tous les pilotes, qui descendaient leurs marchandises ou qui en chargeaient d’autres. Usant de la Force pour analyser l’aura qui s’en dégageait, elle était restée à l’écart en percevant qu’aucun ne serait digne de confiance. Elle ne souhaitait pas revivre ce qu’elle avait subi jusque-là.
Puis elle s’était intéressée à cette devaronnienne. À première vue, elle paraissait aussi distante que ses collègues mais sa présence dans la Force ne dégageait pas la même noirceur poisseuse de fourberie ou de duplicité.
C’est ce qui l’avait décidé à tenter sa chance.
- J’espère que je n’ai pas été trop longue, fit Belva qui en avait terminé.
Zeviya se força à lui sourire tandis que la contrebandière l’examinait plus attentivement. Celle-ci se pencha vers elle.
- Je vais t’enlever ça, fit-elle en lui montrant le collier d’esclave.
La zeltronne la vit se diriger vers l’atelier de réparation, fouillant parmi ses outils et revenant avec un scalpel laser. Elle se laissa faire puis eut l’impression de mieux respirer. Être libérée de cette entrave qui symbolisait sa condition misérable, la fit chavirer de bonheur.
- Tu dois te sentir mieux, non ?
- Merci.
- Tu dois avoir faim.
Zeviya inclina le menton pour manifester son approbation. Ses yeux s’agrandirent lorsque Belva lui présenta une barre protéinée. L’ancienne esclave dévora l’aliment, manquant de s’étouffer avec les miettes.
- Eh doucement ! Dût même la prévenir la contrebandière qui lui tendit une gourde.
La zeltronne avala plusieurs gorgées avant de rendre la gourde. Puis la devaronnienne s’assit à côté d’elle.
- Vu ton collier d’esclave, tu appartiens à quelqu’un, non ?
- Euh… appartenais.
- Tu me racontes ?
Zeviya se demanda d’abord si la contrebandière allait la revendre. Mais cette pensée s’évapora lorsqu’elle pensa à tout ce que Belva avait fait pour elle jusque-là. Alors elle accepta de lui raconter. Ses parents l’avaient emmenée pour son premier voyage hors de Zeltros, les pirates du capitaine Tifal les avaient interceptés et abordes aussitôt leur premier saut effectué. Les parents l’avaient cachée dans un caisson.
Elle n’avait pas oublié leurs cris de terreur avant qu’ils ne soient massacrés froidement par les hors-la-lois. Elle les avait entendus fouiller leur vaisseau avant qu’ils ne la débusquent, l’emmenant devant leur féroce chef mirialan qui l’avait toisé puis forcé à regarder les corps de ses parents, aux figures trahissant leur terreur.
Ils l’avaient emmené avec eux, Tifal enregistrant ses prises auprès d’un kadijic Hutt, avant d’obtenir que Zeviya soit son esclave. La mirialan l’obligeait à effectuer tous les travaux ingrats à bord de son vaisseau, l’offrant même à ses hommes qui se livraient sur elle à tous les sévices et abus inimaginables.
Aux détails qu’elle précisait, la zeltronne surprit les poings de la devaronnienne se contracter, révoltée par le traitement abject subi par la gamine.
- Pauvre chérie, souffla-t-elle. Comment as-tu réussi à leur échapper ?
- Tifal avait conclu une affaire avec une personne influente mais ça ne s’est pas bien passé.
- Un règlement de comptes.
Zeviya hocha de nouveau la tête.
- J’ai tout vu.
- Cela a du être violent, avança Belva.
- Moins que ce qu’ils m’ont fait, rappela la zeltronne. En tout cas, ils sont tous morts et ceux qui les ont eus, ne s’intéressaient pas à moi.
- On peut dire qu’il y a une certaine justice, conclut la contrebandière.
Celle-ci promena son regard sur l’atelier de réparation, là où était allongé son droïde.
- Tu m’aides à réparer Déglingué ? Proposa-t-elle à la zeltronne.
- D’accord.
Zeviya paraissait ravie de pouvoir trouver une occupation.
- Au fait, pourquoi vous l’appelez Déglingué ?
- C’est une vieille histoire. Pour faire simple, il m’appartient depuis longtemps et il a développé sa propre personnalité. Attends-toi à une surprise quand il se réveillera.
De sous son lit, elle retira une grande caisse à outils et l’ouvrit, dévoilant à Zeviya des hydroclés de différents calibres, des fer à souder, des chalumeaux et des pièces de rechange provenant d’un recyclage improvisé.
Elle prit deux paires de lunettes de protection, elle en offrit une à sa nouvelle passagère. La zeltronne les enfila sur ses yeux, imité par la dévaronnienne qui lui demanda de tenir la tête de l’automate collée au haut du torse de ce dernier.
Belva entreprit plusieurs étapes dans l’opération. Retrait des pièces détruites, découpe puis recoupe des matériaux indispensables, installation des nouvelles pièces, soudure de la tête puis reconnexion des systèmes avant leur allumage.
Les photorécepteurs de Déglingué s’illuminèrent finalement d’une lueur rassurante et toutes deux s’écartèrent pour le laisser se redresser.
- Bon retour parmi nous, tas de ferraille. Comment te sens-tu ?
- Maîtresse Belva, que m’est-il encore arrivé ? Se plaignit son domestique.
- Oh, trois fois rien, s’amusa la devaronnienne.
- En fait… euh… je t’ai tiré dessus, avoua Zeviya avec un sourire gêné. Désolée, je pensais que tu me ferais du mal si tu me trouvais dans la soute.
Le droïde se remit sur ses appuis puis il se pencha vers la petite zeltronne qui le saluait en secouant la main.
- Jamais je ne ferais du mal à… oh, ça alors ! Vous êtes une zeltronne ! C’est une espèce fascinante, ne trouvez-vous pas, maîtresse Belva ?
- Sans blague, grogna sa propriétaire.
- Les représentants de cette espèce ont la capacité d’émettre des phéromones pour influencer les émotions de leurs partenaires. Et ils s’adonnent à des pratiques hédonistes, que je trouve originales et particulièrement inventives.
- Hé, je sais ce qu’est un zeltron, merci. Zeviya, je te présente Déglingué. Déglingué, souhaite la bienvenue à Zeviya.
- Bienvenue à bord du Verpine Fougueux, maîtresse Zeviya. Vous verrez, le service à bord est de qualité !
- Tu parles, cracha Belva. T’es même pas fichu de faire cuire correctement un steak de gizka.
- Non mais par contre, je sais calculer les coordonnées d’arrivée et de départ des voyages en hyperespace, les vecteurs d’approche…
- Ça, c’était avant ton cinquième accident. Ou sixième, je sais plus.
- Impossible, je ne peux pas être détérioré à ce point ! Protesta la machine. À quoi puis-je être utile, alors ?
- Pas grand-chose. Je sais pas pourquoi je te garde encore, d’ailleurs.
Zeviya vit le droïde la considérer à nouveau.
- Quand vous serez en âge de copuler, maîtresse Zeviya, je pourrai vous laisser l’accès à ma partie de la mémoire concernant les méthodes de reproductions de la majorité des espèces répertoriées dans ma banque de données. Ce serait un honneur pour moi !
- Euh, merci, fit l’enfant.
- Tu serais pas en train de la draguer, par hasard ? Intervint la contrebandière. Cette môme n’a même pas dix ans, pervers !
- Maîtresse Belva, mon éthique est au-delà de tout reproche ! Jamais, je ne me le permettrai !
La devaronnienne soupira.
- Va nettoyer la soute, tu parles beaucoup trop.
- Ce sera une joie. Mais je ne peux partir sans vous faire remarquer que votre croupe est absolument splendide, qui donnerait envie aux individus de sexe masculin de vous monter, maîtresse Belva !
- Dégages le plancher ou je te cogne à coups d’hydroclés !
Belva respira de soulagement lorsqu’il leur laissa toutes les deux, avant d’accorder un sourire gêné à sa passagère.
- Désolée.
- C’est rien, la rassura Zeviya. Je comprends mieux pourquoi vous l’appelez Déglingué. Il est plutôt marrant.
La devaronnienne reprit une expression sérieuse.
- Quand j’aurai terminé ma livraison sur Bothawui, je programmerai la suite du trajet vers Zeltros. Il serait temps de rentrer chez toi, tu as vu assez de poodoo dans ta vie. Tu mérites mieux que ça.
Dans un geste maternel de tendresse, elle lui caressa les cheveux bleus. Zeviya prise de court, ne s’écarta pas car personne ne l’avait jamais traité ainsi. Elle trouvait cela perturbant puis elle décela tout à coup la tristesse de la dévaronnienne, comme si c’était la sienne.
Sa nature de zeltronne lui permettait de ressentir ses émotions et elle sécréta malgré elle des phéromones pour lui procurer du bien-être.
- Non, pas Zeltros, fit Zeviya.
- Pourquoi ? Tu dois avoir pourtant de la famille, non ?
La gamine détourna le regard, gênée par l’insistance de la contrebandière.
- Je dois aller à Coruscant.
- Coruscant ?
- Mes parents m’ont parlé d’un ami de la famille qui habite à la Cité Galactique et qui m’aiderait quand je l’aurai trouvé. Il faut que j’y sois rapidement, c’est très important pour moi !
Belva s’apprêtait à argumenter que cela lui coûterait du carburant, que mettre le cap sur Coruscant ne serait pas bon pour ses affaires… quand la zeltronne se mit à genoux devant elle, les mains jointes.
- S’il vous plaît.
Zeviya émit à son insu de nouveaux phéromones pour l’influencer. Au proie à un éphémère conflit intérieur, la devaronnienne s’inclina finalement.
- Si tu veux y aller, tu n’as pas besoin de me supplier.
La zeltronne se releva comme un ressort et se serra contre elle.
- Merci ! S’écria-t-elle de joie.
- De rien. Tu es en train de me rendre sentimentale.
Zeviya avait connu l’insouciance avec ses parents puis la cruauté. Elle ne voulait pas revenir en arrière. Elle laisserait derrière elle Zeltros et Nar Shaddaa. Coruscant et un nouveau destin l’attendaient là-bas. Elle devait rejoindre la Sith muun, qui aurait tant de choses à lui apprendre sur la maîtrise de son pouvoir.
Forte de cette certitude sur son avenir, elle laissa la devaronnienne quitter la chambre après lui avoir dit :
- Tu peux fouiller les tiroirs, tu trouveras des vêtements à ta taille. Ils appartenaient à ma petite sœur.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 12 Déc 2022 - 13:41   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Deuxième partie du Chapitre 4 lue !

Déjà ouf, Belva n'est pas morte dans ce Chapitre ! :transpire:

Et on fait davantage connaissance avec la contrebandière, avec son droïde Déglingué et puis, surtout, sur la jeune Zeviya ! Son passé donc, mais aussi le fait qu'elle ment à Belva (bon, en même temps, je ne l'imaginais pas lui dire "oui, les Sith m'ont mis à l'épreuve parce que je peux devenir peut-être l'une d'eux..."). Du coup, je me demande ce que cela va donner. Zeviya va-t-elle finalement rejoindre Belva et renoncer à la voie des Sith ? Ou bien éliminer Belva, qui fait manifestement preuve de gentillesse envers elle (et ce n'est sans doute pas fini, vu la mention de la petite sœur de la contrebandière, que l'on imagine décédée) ? A moins que tout cela n'ait à avoir avec Alan Tissan ? Pas mal de questions donc, et c'est tant mieux !

Seul point qui a pu me déranger, c'est l'aspect un peu "obsédé sexuel" du droïde. Bon, si ça reste un running-gag qui n'est pas martelé à chacune de ses apparitions, je pourrai m'en contenter ! :neutre:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mer 14 Déc 2022 - 21:34   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour :D !

L2-D2 a écrit:Déjà ouf, Belva n'est pas morte dans ce Chapitre ! :transpire:


C'est prévu pour plus tard :sournois: !

L2-D2 a écrit:Du coup, je me demande ce que cela va donner. Zeviya va-t-elle finalement rejoindre Belva et renoncer à la voie des Sith ? Ou bien éliminer Belva, qui fait manifestement preuve de gentillesse envers elle (et ce n'est sans doute pas fini, vu la mention de la petite sœur de la contrebandière, que l'on imagine décédée) ? A moins que tout cela n'ait à avoir avec Alan Tissan ? Pas mal de questions donc, et c'est tant mieux !


:jap:

L2-D2 a écrit:Seul point qui a pu me déranger, c'est l'aspect un peu "obsédé sexuel" du droïde. Bon, si ça reste un running-gag qui n'est pas martelé à chacune de ses apparitions, je pourrai m'en contenter ! :neutre:


J'ai eu une pensée pour le droide de Lando dans le spin off Solo :transpire: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 17 Déc 2022 - 21:43   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir à tous, comment ça va :wink: ?

Alez, on laisse Zeviya de côté et on revient sur Alan Tissan en visite touristique sur Korriban :P !


Chapitre 5 ( 1/2 )

Korriban, Vallée des Seigneurs Noirs

Alan Tissan arrêta son speeder à l’entrée de la gigantesque nécropole qu’il recherchait. Il venait de déboucher du fonds des canyons, creusés par les cours d’eau taris pour arriver devant un paysage désolé, coincé entre deux chaînes de montagnes, sinistres sentinelles d’un passé obscur que tous avaient oublié ou cherché à oublier.
Une voie pavée dont les contours avaient disparu sous l’érosion et la poussière, s’enfonçait dans l’horizon. De part et d’autre, se dressaient des statues immenses, représentants des individus encapuchonnés qui semblaient vouloir l’écraser, minuscule insecte qui profanait le repos des Seigneurs Sith d’autrefois.
Ces colosses de pierre étaient les témoins d’une arrogance qui avait perdu les adeptes du Côté Obscur, lors de la Bataille de Ruusan qui vit leur défaite définitive et sans appel face à l’Armée de la Lumière. À leurs pieds, étaient disposés des flambeaux éteints, qui rendaient hommage à leur puissance et à leur grandeur, tels des dieux que l’on devait vénérer. Perpendiculaires à la voie, saillaient des escaliers qui menaient à des ziggourat creusées à flanc de montagne, où étaient abrités les tombeaux des Sith.
Le vent se leva et rabattit les pans de la bure verte marécage, derrière la silhouette du Jedi Corellien qui observa les lieux avec une once d’inquiétude dans ses yeux bleus. Pour se rassurer, il posa la main sur la crosse de son sabre-laser, attaché à la ceinture. Les flux de la Force qui le berçaient, étaient maintenant saisis d’un courant glacial, qui le fit frissonner jusqu’aux os.
Il inspira pour maîtriser sa respiration. Il ne devait pas oublier les leçons de Keiran Halcyon, ne laisser aucune prise à l’obscurité si prégnante ici.
Il entendait l’appel pressant du Côté Obscur, son murmure qui troublait la quiétude de ses pensées. Il n’y a pas d’émotion, il n’y a que la paix, récita-t-il intérieurement.
Il laissa son véhicule derrière lui, accomplissant un pas après l’autre avec prudence. Ses yeux scrutaient avec méfiance les statues antiques qui jetaient leur ombre sur lui, une malédiction qu’ils lui promettaient. Sous leur capuchon de granit, ils paraissaient lui dire : tu serviras l’obscurité, comme ta famille l’a servie.
Où trouvera-t-il des réponses aux visions qui le tourmentaient ? Comment être certain de la survie des Sith qui œuvraient à la chute de l’Ordre Jedi et de la République ? Comment les empêcher de nuire, si c’était le cas ?
Dans quel tombeau devait-il aller ? Il continua à s’enfoncer dans la Vallée, se fiant à son instinct. Jusqu’à ce qu’une voix racla ses pensées.
Par ici, Jedi.
Il tourna la tête sur sa gauche, fixant les marches qui menaient à l’entrée d’une ziggourat, la plus grande de la Vallée. Abritant les restes d’un prestigieux Seigneur Sith. Comme subjugué, il débuta l’ascension, toujours accompagné par ce murmure suave qui l’encourageait à le trouver. Parvenu en haut des marches, il fixa craintif à l’entrée du tombeau, la statue de trois mètres, illustrant la figure funeste d’un Sith au sang pur, un alien humanoïde autochtone d’un peuple disparu depuis longtemps. Ce souverain arborait en guise de coiffe, un casque aux longues cornes et s’appuyait sur une longue épée antique.
Entre.
Alan fouilla le tunnel qui s’enfonçait dans la ziggourat, aussi loin qu’il le put avec ses yeux bleus. Peu rassuré par l’absence de lumière, il dégaina et activa son sabre-laser. La lame verte émeraude fut brandie devant sa poitrine. Il progressait, empruntant des couloirs, montant et descendant des marches. Il lutta contre la panique d’avoir perdu le sens de l’orientation, contre ces murs et ce plafonds qui l’écrasaient, l’oppressaient.
Il trébucha contre les squelettes de pillards qui avaient tenté de dévaliser ce tombeau, comme tous les autres. Il écarta à coups de bottes, des crânes et des cages thoraciques, émiettés par l’usure du temps.
Enfin, il arriva dans la salle funéraire. Celle-ci était comblée de divers objets d’orfèvrerie, couverts de poussière. Ce lieu était resté inviolé et Alan se demanda comment. Il remarqua le sarcophage qui trônait au milieu du butin. Il se raidit instinctivement, s’attendant à ce qu’un sceptre en jaillisse pour l’assaillir.
Le danger électrisait ses perceptions jusqu’à ce qu’il entendit des grognements bas dans son dos. Il pivota pour faire face à trois quadrupèdes monstrueux à la peau bleue de nuit, possédant l’apparence de chiens d’attaque qui auraient subi d’horribles mutations. Leur dos et le sommet de leur tête étaient hérissés de piques longues d’une dizaine de centimètres, à l’image de leur crocs et de leurs griffes qui pourraient déchiqueter du cortosis aussi aisément que des parchemins de flimsi. Leur paire d’yeux flamboyaient d’une lueur rouge sombre funeste, étincelant d’une rage sur le point de se déchaîner.
Des Tukata. Les chiens Sith et Inflexibles Gardiens des Tombeaux millénaires.
Les trois fauves qui venaient de surgir dans la salle funéraire, se déployèrent pour prendre le Jedi en tenaille. Le corellien fit danser la lame verte dans sa main, espérant les intimider mais les Tukata semblaient bien décidés à le mettre en pièces. Les bêtes jappaient, impatients de se rassasier de cette viande fraîche.
Leurs pattes se pliaient, les faisant se ramasser jusqu’au sol, pour leur permettre de bondir sur leur proie. Alan accumula la Force en lui, se préparant à la confrontation.
- Ourkaa !!
La voix désincarnée qui s’était élevée derrière lui, avait claqué comme la foudre tombant du ciel. Brisant net l’élan des Tukata, qui couinaient, pris de terreur, leurs excroissances dressées se repliant contre leur corps. Alan, toujours aux aguets, se tourna vers le Fantôme de Force qui s’était matérialisé au-dessus du sarcophage.
Sa silhouette ressemblait à la statue qui marquait l’entrée du tombeau. Le Côté Obscur émanait par vagues d’onde, troublant les perceptions du corellien.
Le sceptre prononça quelques mots dans un langage guttural inconnu, des cailloux raclant au fonds d’un estomac ou d’un broyeur à ordures.
Alan surmonta sa répugnance avant de persifler :
- Je ne comprends pas ce que vous dites.
Le sceptre ricana, et l’écho se répercuta dans toute la pièce. Les Tukata s’étaient repliés vers la sortie, assis sur leur postérieur et attendant sagement. Leurs yeux ardents intenses continuaient de fixer le Jedi.
- J’ai senti une présence là où je repose. Mais je ne pensais pas qu’un Jedi serait aussi téméraire pour pénétrer dans mon sanctuaire.
- Vous pouvez peut-être m’aider, osa Alan.
Un nouveau rire ponctua la réponse du sceptre.
- Tu souhaites élargir tes connaissances, Jedi ? Mérites-tu notre savoir ?
- Qui êtes-vous d’abord ?
- J’étais le Maître de ces lieux, le souverain d’un Empire qui s’épanouissait loin des faiblesses de la République. Là où le potentiel de chacun de mes sujets était exploité pour la grandeur de tous.
- Vous voulez dire, en réduisant des peuples en esclavage.
Le fantôme le toisait avec mépris.
- L’égalité est un mensonge, une entrave qui affaiblit les Jedi et les empêche de profiter de la pleine puissance de la Force.
- Ça ne me dit toujours pas qui vous êtes.
- Ceux qui me craignaient, me connaissaient sous le nom de Marka Ragnos.
Le corellien se figea, baissant son sabre.
- Je suis…
- Je sais qui tu es, Alan Tissan.
Il fronça les sourcils, méfiant.
- Comment me connaissez-vous ?
Marka Ragnos laissa paraître un sourire maléfique.
- Depuis que j’ai rejoint le Chaos, ma vision s’est élargie. Je connais l’avenir que tu redoutes, je sais ce que tu as vu.
- Alors, répondez, le pressa Alan. Où se cachent les Sith, que j’en finisse avec eux ?
Les Tukata s’agitèrent de nouveau derrière lui.
- Mais la réponse est ici même, parmi nous, répondit le sceptre avec sarcasme. Tu es la clé de notre victoire, Tissan.
- Qu’est-ce que vous dites ?
Les traits du corellien s’étaient décoloré sous le coup de la peur, qui alimentait le sceptre et le rendit moins immatériel qu’au début.
- Tu permettras notre retour, Jedi et je vais te montrer comment.
Marka Ragnos étendit une main transparente et une vague invisible renversa le Jedi au sol. À peine s’était-il relevé qu’une violente migraine le fit chanceler tandis que la réalité autour de lui disparut dans un brouillard sombre.
- Regarde la vérité que prend ta peur, Tissan.
Alors Alan revit les mêmes visions qui l’avaient tourmenté il y a vingt ans, lors de la destruction des Afarathu. Des corps de Jedi partout, le Temple de Coruscant attaqué et incendié par des soldats en armure blanche intégrale, ces ombres de Sith qui le mettaient hors de combat, chaque fois qu’il voulait les combattre.
- Les Tissan ont servi l’obscurité et ils continueront de servir.
La voix de Marka Ragnos résonnait de tous les côtés, submergeant le corellien dans la détresse alors que celui-ci était tombé à genoux, la tête entre ses main, laissant rouler au sol le sabre-laser éteint. Le sceptre le tortura en lui faisant revivre la même vision jusqu’à ce que Alan parvienne à reprendre le contrôle de son esprit.
- Non, cela ne peut pas arriver !
Il se remit sur ses appuis, reprit son sabre, en posture de combat. Le corellien invoqua une Poussée de Force qui souffla le fantôme avant que celui-ci ne réapparaisse au-dessus du sarcophage. De nouvelles images traversèrent alors l’esprit du corellien.
Une Vision de Force, différente.
Celle d’un grand vaisseau sidéral aplati, en forme de Y, en perdition et en flammes, qui chutait dans les couches atmosphériques d’un monde inconnu qui ne ressemblait pas à Korriban. L’épave hors de contrôle s’écrasa au milieu d’une vaste forêt de grands pins, les écrasant sous son poids titanesque, s’enfonçant à moitié dans le sol et répandant dans son sillage d’innombrables débris calcinés.
Après ce terrible naufrage, des femmes farouches munies d’armes primitives, montés sur des prédateurs qu’elles avaient dressées, encerclèrent l’épave, pour combattre les Jedi. Alan les voyait utiliser la Force… par des sorts oraux.
Des mots qu’il ne connaissait pas, s’incrustèrent dans ses pensées.
Chu’unthor… Dathomir… Sorcières.
Enfin, une dernière image s’imposa. Il se vit brandissant un étrange bâton au pommeau incrusté d’un diamant mauve qu’il usait pour précipiter les Sith dans une tempête dévastatrice et un gouffre sans fonds, à un endroit et à une époque qu’il ne pouvait identifier.
- Assez ! Fit Ragnos.
Le Sith disparu invoqua la Force pour arracher Alan à ses visions. Le corellien revint à la réalité, le souffle coupé, tentant de comprendre ce qui lui avait été révélé. Cette fois, ses yeux bleus brillaient d’un regain d’espoir.
- Je trouverai… un moyen… de détruire les Sith.
- L’avenir est écrit et tu ne pourras pas le changer, Jedi.
- Non !
- Alors, meurs !
Le fantôme de Ragnos s’évapora dans un craquement de tonnerre, tandis que les trois Tukata s’ébrouèrent, en rugissant. Les fauves féroces qui n’avaient plus de maître pour les contrôler, s’avancèrent vers le Jedi, qui recula vers la tombe du Sith, le sabre levé.
Leurs excroissances se dressaient sur leur échine de plus belle, trahissant leur frénésie de goûter à cette chair fraîche.
Ils s’aplatissaient contre le sol, prêts à lui sauter à la figure. Alan détecta une présence avant qu’elle n’émergea dans la tombe. Un alien sous forme de canidé tordu, apparut derrière les Tukata, un sourire cruel satisfait sur la figure. Alan reconnut sans mal le dug qui l’avait provoqué dans la cantina de Dreshdae, la veille.
Slerd.
- Comme on se retrouve, pèlerin, croassa le non humain qui brandissait un blaster et une vibrolame. Ou plutôt, Jedi.



Voilà, j'espère que cela vous a plu :cute: ! N'hésitez pas à me faire part de vos retours !

Allez, à la prochaine pour la suite du chapitre 5 :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 18 Déc 2022 - 19:00   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Première partie du Chapitre 5 lue !

Marka Ragnos en guest-star, rien que ça ! Et une vision qui nous confirme l'Ordre 66 ! Et une autre qui annonce le Chu'unthor : voilà, là, l'intrigue va démarrer ! Encore faut-il qu'Alan Tissan survive à sa rencontre avec Slerd, le Dug (bon... qu'il survive, ça, on s'en doute, mais comment le Dug va-t-il mourir, ça... moi je le vois finir dévoré par les tukatas, tiens ! :diable: ).

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mer 21 Déc 2022 - 21:15   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour :wink: !

L2-D2 a écrit:Marka Ragnos en guest-star, rien que ça !


Oué, petite référence à Tales of The Jedi :sournois: !

L2-D2 a écrit:Et une autre qui annonce le Chu'unthor : voilà, là, l'intrigue va démarrer !


Début des manigances autour de ce projet... euh, plus tard :whistle: :transpire: !

L2-D2 a écrit: Encore faut-il qu'Alan Tissan survive à sa rencontre avec Slerd, le Dug (bon... qu'il survive, ça, on s'en doute, mais comment le Dug va-t-il mourir, ça... moi je le vois finir dévoré par les tukatas, tiens ! :diable: ).


Réponse ce samedi :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 24 Déc 2022 - 22:04   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir à tous, comment allez-vous ?

C'est l'heure de la suite sur Korriban :diable: !


Chapitre 5 ( 2/2 )


Le corellien éprouva la désagréable sensation que la lueur démente au fonds de son regard s’était accrue davantage depuis leur rencontre d’hier.
- Vous venez piller les tombeaux ?
- Oh mais j’ai trouvé beaucoup mieux, Jedi. J’ai découvert le pouvoir, le seigneur de ces lieux m’offre ses connaissances en échange de mes services.
Ses yeux brûlèrent subitement d’une lueur incandescente de mauvais augure. Les Tukata rugirent, faisant claquer leurs épaisses mâchoires.
- Quels services ?
- Je dois protéger les secrets des Sith. Le seigneur Ragnos… oui, je l’entends murmurer dans ma tête. Sa volonté est claire.
Il braqua son blaster sur le corellien et pressa la détente. La lame verte émeraude intercepta le tir et le dévia vers le plafonds. Puis le Tukata sur sa gauche aboya avant de bondir sur lui. Alan vit sa gueule béante, grande ouverte, prête à se refermer sur sa gorge. Il se baissa pour ne pas être percuté, l’haleine du monstre chauffant ses narines.
La bête se réceptionna sur le sarcophage, avant que son congénère sur la droite du corellien ne l’imita. Cette fois, le Jedi fouetta l’air de son épée et sa lame ardente fouilla profondément les tripes de l’animal. Son cadavre fumant retomba derrière le corellien, bousculant et renversant le trésor du Seigneur Sith disparu, avec fracas.
Le dernier Tukata griffait le sol pierreux, crachant et foudroyant l’intrus de ses yeux rouges de braise. Mais il ne tenta rien… car son congénère dressé sur le sarcophage avait sauté dans le dos du Jedi, qui l’esquiva d’un pas chassé. Le corellien parvint à le toucher légèrement d’un coup de sabre, lui laissant une balafre sur le flanc.
Alan n’eut pas de répit car le Tukata face à lui, le chargea sans crier gare. L’animal se releva sur les pattes arrières, l’attaquant avec les griffes pour le défigurer. Le corellien recula puis leva la paume gauche, invoquant la Force en lui. L’air se comprima autour du Tukata qu’il saisit pour le rejeter sur le dug.
Slerd glapit de rage, écrasé par le poids de la bête, qui se redressa sur ses pattes en claquant des dents. L’autre Tukata blessé s’obstina contre le Jedi qui le laissa passer devant lui avant d’abattre le sabre-laser à sa hauteur, le décapitant net. Puis le corellien bloqua deux tirs décochés par le dug, pressé d’en finir.
Il renvoya le troisième au fonds de la gorge du dernier Tukata, qui s’affaissa à jamais, ses yeux rouges cessant de transpercer les ombres.
- Non, je ne peux pas échouer ! Geignit le dug. Le maître sera mécontent, je ne veux pas subir sa colère !
Pris de panique, il ouvrit le feu sur le corellien qui resta intouchable à l’aide de son épée. Arrivé à portée du dug, Alan faucha avec sa lame verte émeraude le blaster et la vibrolame, désarmant son adversaire.
Les traits de son visage demeuraient indéchiffrables mais ses yeux bleus regardaient le dug avec une froideur inhumaine.
- J’empêcherai le retour des Sith, à n’importe quel prix.
Il leva son sabre-laser au-dessus de Slerd mais une voix familière l’arrêta :
- Je ne me souviens pas t’avoir enseigné que tu pouvais achever tes ennemis désarmés, Alan.
- Maître Halcyon ?
Le jeune Chevalier de trente quatre ans s’écarta du dug, devant l’irruption de son ancien mentor, Keiran Halcyon. Vingt ans avaient passés depuis la neutralisation de la menace Afarathu, les rides qui creusaient son visage et la blancheur partielle de ses longs cheveux n’avaient cependant pas altéré la vivacité du Maître Jedi.
- Pourquoi êtes-vous ici ?
- Drôle de question. Je viens te ramener à la maison.
Alan se sentit rabaissé d’être traité comme un enfant.
- La vieillesse commence à vous rattraper. Je ne suis plus votre apprenti.
Keiran avança dans la lumière du sabre de Alan, abaissant son capuchon pour dévoiler la sévérité de son expression.
- As-tu oublié le respect qu’en tant que Chevalier, tu dois à ton Maître ?
- Je… excusez-moi, Keiran.
Il baissa son sabre.
- Cet endroit est un poison pour les utilisateurs de la Force, tu y es resté trop longtemps. Il est temps de rentrer sur Corellia.
Son ancien padawan savait qu’il avait raison. Il était si facile pour les esprits peu aguerris de sombrer dans la folie. Mais il pensa à ce que la Force lui avait montré. Son instinct lui dictait que la Force n’avait pas pu le tromper.
- Cet endroit a confirmé mes Visions sur le retour des Sith.
- As-tu la moindre preuve tangible et solide de ce que tu avances ? Insista Keiran.
- Non, mais je…
- Alors le sujet est clos.
Du coin de l’œil, Alan surprit le dug ramassant la garde sa vibrolame brisée pour tenter une nouvelle attaque vaine.
- Je n’échouerai pas ! Cria-t-il.
Le corellien étendit la main pour le catapulter contre le plafonds à l’aide de la Force. Slerd retomba sur le sarcophage, assommé. Keiran promena son regard sur les corps des Tukata neutralisés par son compatriote, le dug inerte sur le sarcophage et les trésors contenus dans la salle funéraire.
- Partons.
Alan hocha la tête, la mine fermée. Les deux Jedi corelliens émergèrent du tombeau. Aux pieds des marches qui les ramenaient sur la voie principale, une dizaine de corps les attendaient. Des malfrats originaires de Dreshdae que Alan n’avait pas encore croisés.
Certains tenaient des blasters ou des vibrolames dans leurs mains froides.
- Que s’est-il passé ?
- Les amis du dug barraient le passage et ils refusaient de se rendre, répondit Keiran avec fatalisme. Le Côté Obscur n’aide pas à faire des choix avisés.
Alan avait saisi la pique derrière les derniers mots de son aîné. N’y tenant plus, il demanda d’un ton acerbe :
- Comment m’avez-vous retrouvé ?
Keiran Halcyon garda son flegme, en lui adressant un sourire malicieux.
- Tu n’as pas fait tant d’efforts que ça pour brouiller tes traces. J’ai d’abord commencé par Anaxès où tu avais réservé une chambre d’hôtel. Le droïde à l’accueil m’a confirmé que tu avais loué un vaisseau au statioport pour une destination inconnue. Connaissant tes préoccupations liées aux Visions de Force montrant le retour des Sith, la destination suivante m’a paru évidente.
Ils reprenaient le chemin du retour, se rapprochant du landspeeder emprunté par Alan.
- Plusieurs mondes ont été le siège du pouvoir dans l’Ancien Espace Sith comme Ziost ou Khar Delba. Mais Korriban était le lieu de repos des Seigneurs Noirs. Dreshdae était la seule cité bâtie proche de la nécropole et lorsque j’ai su qu’un certain Hedel Griffe-de-Serpent avait réservé une chambre miteuse à la cantina…
- Je me doutais que vous saisiriez la référence à l’histoire de ma famille. Seul quelqu’un la connaissant parfaitement aurait pu venir jusqu’à moi. Mais cela aurait été plus prudent de vous informer de mes intentions.
Alan reconnut ainsi son erreur et Keiran en était satisfait. Mais cela ne ne dissipait toutes ses inquiétudes.
- Alan, je connais effectivement l’histoire de ta famille et c’est ce qui me fait peur pour toi.
- Nous ne devons pas laisser prise à la peur.
- Alan, je suis sérieux.
Le vent se leva avec plus de vigueur et siffla autour d’eux. Il était temps pour Alan d’affirmer son point de vue face à son ancien instructeur qu’il considérait comme un père et un frère. Il était persuadé au fonds de lui que les Sith reviendraient de l’ombre et que cela signerait la fin de la République et des Jedi.
Il savait que cet avenir pouvait être empêché et il n’en démordrait pas.
- J’ignore ce que tu tentes de prouver, reprit Halcyon, mais tu dois y mettre fin.
- Et pourtant je le sens dans la Force, Maître. Vous croyez les Sih disparus mais l’obscurité ne disparaît jamais vraiment. Nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers et attendre que l’incendie se déclare aux portes du Temple de Coruscant.
- Tu es persuadé de connaître l’avenir mieux que tous les Jedi, y compris Maître Yoda ?
Alan fut déçu que son mentor refuse de le comprendre.
- Tes Visions reflètent ta plus grande peur et tu ne parviens pas à maîtriser tes émotions. Nombre de tes ancêtres y ont laissé prise et nous savons les terribles ennemis de la République qu’ils sont devenus. Tiens-tu vraiment à suivre ce chemin ?
- N’est-ce pas plutôt l’Ordre Jedi qui craint de ne plus bénéficier de la paix qui dure depuis si longtemps ? Tenta le jeune Chevalier.
Keiran ne se laissa pas déstabiliser par l’attitude bornée de son protégé.
- Les Sith ne sont plus depuis plusieurs siècles, Alan. S’il n’en restait, ne serait-ce qu’une poignée, la Force ne nous aurait-elle pas envoyé des signes évidents ?
Cette fois, le jeune corellien ne trouva tien à redire face à cette évidence et Keiran poursuivit sur sa lancée.
- Tu dois mettre un terme à cette quête et à cette obsession, Alan. Tu es Chevalier Jedi et un père de famille, cela signifie que tu dois assumer le poids de grandes responsabilités. N’oublies pas ce que tu représentes.
Keiran posa la main sur son épaule. Son ancien padawan jeta un dernier regard vers la nécropole, les sommets des tombeaux millénaires qui étaient les reliques d’un passé révolu et sombre que personne ne souhaitait voir revenir.
Il était temps de laisser ces ténèbres là elles étaient enfouies pour toujours, sous peine de s’y perdre à jamais.
- Je vous demande pardon, concéda-t-il.
- Rentrons chez nous, dans ce cas. Korriban et les Sith sont tombés dans l’oubli, il vaudrait mieux qu’il en reste ainsi.


Voilà, j'espère que cela vous a plu :wink: !

A samedi prochain et joyeux noël :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 26 Déc 2022 - 19:03   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Deuxième partie du Chapitre 5 lue !

Et voilà ! Je me suis encore fait avoir ! Non seulement aucune de mes solutions envisagées n'a fonctionné, mais en plus voilà que débarque, l'air de rien, Keiran Halcyon ! Bon, je trouve le relationnel Maître-ancien élève assez classique, à la fois dans la licence de façon générale (coucou Obi-Wan et Anakin) mais aussi dans des propres récits, pour l'instant Alan a un peu de mal à se différencier d'Oreste ou de Liars. Mais bon, il ne s'agit que du deuxième Chapitre sans compter le prologue où il apparaît, ceci expliquant sans doute cela !

Retour sur Coruscant, donc ? Là où tout nos protagonistes semblent converger ? :think:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8134
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Jeu 29 Déc 2022 - 21:51   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Merci pour le retour, L2 :wink: !

Alan te semble trop classique comme Jedi et Tissan :diable: ? Allons un peu de patience, je fais en sorte que son histoire soit passionnante tout comme celle de Zeviya car ces deux là sont amenés à se croiser tôt ou tard :sournois: !

Allez à samedi :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 31 Déc 2022 - 21:45   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien 3 : Chu'unthor

Bonsoir comment allez-vous :sournois: ?

Allez, c'est l'heure de la suite et de retrouver notre petite Zeviya :diable: !



Chapitre 6

Coruscant, monde capital de la République

Lorsque le Verpine Fougueux avait émergé de l’hyperespace, Zeviya avait manqué de défaillir à l’instant où ses perceptions sensorielles avaient été submergées par le fourmillement des milliards d’étincelles qui grouillaient sur Coruscant. Les feux de la Cité Galactique étaient visibles à des années lumière et à travers le poste de pilotage du vaisseau de la contrebandière, la petite zeltronne ne se privait guère de les admirer.
Belva Sang ne cessait de lui couler des regards attendris, amusée par l’insouciance dont faisait preuve l’enfant. La devaronnienne se glissa ensuite dans les principaux couloirs aériens de la capitale de la République. Les flèches des tours de duracier hautes de plusieurs kilomètres perçaient les couches nuageuses, symbole de l’opulence et de la puissance d’une République sûre de ses principes sur lesquels elle avait été fondée, des millénaires auparavant.
Belva poussa les manettes loin d’elle, faisant plonger le vaisseau à pic. Zeviya ne protesta pas contre la rudesse de la manœuvre, la contrebande étant déclarée illégale sur la plupart des mondes civilisés.
La zeltronne comprit rapidement que Coruscant ne représentait pas seulement la lumière. Au fur et à mesure de leur descente, les ombres prirent le dessus. Après avoir franchi plusieurs niveaux, la lumière du jour disparaissait totalement au profit d’une nuit permanente et glauque. Mais cela n’intimidait pas Zeviya.
Si elle voulait accomplir son destin, elle devait en saisir toutes les nuances. Alors, elle projeta davantage sa conscience autour d’elle, son esprit touchant les moindres effluves et ruisseaux obscurs d’un monde où les lois de la République et des nantis n’avaient plus cours. Après tout, elle y avait baigné lors de ses escales forcées à Nar Shaddaa, pendant sa vie d’esclave. Elle sentit que sa compagne Belva ne partageait pas cet enthousiasme.
La Force lui indiquait que si la devaronnienne était soulagée de s’y réfugier, elle répugnait à s’y perdre pour autant. Elle se servait des ténèbres des Bas Fonds pour y mener ses affaires et gagner sa vie. Mais elle n’était pas prête à renoncer à la lumière.
Zeviya l’appréciait mais la méprisait aussi pour cela. À son jeune âge, elle avait compris que les flambeaux des étoiles étaient une illusion à laquelle beaucoup se raccrochaient pour ne pas voir la réalité en face.
Les ténèbres étaient la vérité, car elles révélaient ce que les gens étaient vraiment. Des animaux vils, obéissant à leurs plus bas instincts.
Belva surprit l’avidité dans les yeux mauves de la gamine.
- Les Bas Fonds ne sont pas un paradis. Mais au moins, nous ne serons pas inquiétées par les autorités, confia-t-elle.
Zeviya ressentait son appréhension alors qu’elle entamait la phase d’atterrissage sur un quai clandestin géré par un gang local. Le Verpine Fougueux se posa puis Belva déverrouilla l’écoutille. Elle se leva de son siège en intimant à Déglingué de rester à bord, tout comme la zeltronne qui lui emboîta le pas. Au bas de la rampe d’accès qui s’était déployée, les attendaient trois individus peu recommandables. Une weequay avait pris la tête deux humains, à la figure parsemés de boutons purulents. Quelque soit l’allégeance des percepteurs d’impôts locaux, l’hygiène était quelque peu sommaire, à l’image des conditions de vie de ceux qui survivaient plus qu’ils ne vivaient, loin des flambeaux et du prestige de la haute classe.
La weequay tendit la paume ouverte vers le haut et Belva, rompue par l’habitude, lui versa une poignée de crédits. Pour sa protection et un peu de tranquillité éphémère dans un lieu qui avalait les existences comme une glouton.
- Dans deux heures, tu dégages, lui fit l’un des hommes qui l’accompagnait.
La devaronnienne serra les dents.
- Deux heures suffiront.
Les malfrats quittèrent le quai, au grand soulagement de la contrebandière dont la zeltronne avait perçu l’angoisse. Zeviya l’appréciait suffisamment pour ressentir de la colère devant l’agressivité verbale que sa protectrice temporaire avait essuyé des percepteurs locaux.
- Ils mériteraient qu’on leur écrabouille cette face de rat womp qui leur sert de visage, marmonna-t-elle.
Elle rendit le sourire à Belva, qui lui caressa les cheveux coiffés en tresses légères.
- Tu as raison, frangine. On pourrait même les barbouiller avec nos excréments.
Elles laissèrent le Verpine Fougueux pour gagner quelques rues plus loin, un des turboascenseurs qui les menaient aux niveaux supérieurs. Sur le chemin, Belva garda constamment la main sur son holster, prête à dégainer son blaster en cas d’ennuis. Zeviya faisait de même avec son arme, s’immergeant dans la Force pour anticiper les mouvements des résidents qu’ils croisaient. Heureusement, personne ne leur accorda la moindre attention.
Belva avait superposé sur son pantalon, sa chemise et sa veste de pilote, un poncho tout comme Zeviya.
Elles entrèrent dans le turboascenseur, remontant d’une vingtaine de niveaux. Lorsqu’elles en émergèrent, elles empruntèrent ensuite une avenue souterraine mais qui leur paraissait bien plus fréquentable que les Bas Fonds, malgré que la lumière des niveaux supérieurs leur soit encore interdite.
Des agents de sécurité patrouillaient, Zeviya remarqua que les badauds insouciants se baladaient sans armes. La petite zeltronne tira Belva par la manche pour le lui montrer sans un dire un mot. La contrebandière le comprit et retira le blaster de sa ceinture pour l’enfouir sous sa veste. Zeviya l’imita peu après.
Les enseignes étaient bien plus lumineuses et n’indiquaient pas des lieux de divertissement douteux avec des créatures exotiques. Tout était bien plus propre et mieux entretenu que les Bas Fonds, sans cette odeur rance et acide qui donnait des hauts de cœur.
Remontant l’avenue, Belva repéra un chauffeur d’aérotaxi, un gran aux trois yeux pédonculés qui était désœuvré.
- Par ici, fit-elle.
Elle aborda le chauffeur qui était assis sur le capot de son véhicule décapotable et lui demanda s’il pouvait les emmener aux niveaux supérieurs.
- Me faudrait une destination plus précise, madame.
La contrebandière se tourna vers la gamine.
- Je le saurai en cours de route, lui assura la zeltronne.
- Commencez par nous emmener, on vous guidera, conclut Belva.
Le gran haussa finalement les épaules.
- Tant que vous avez les moyens de payer la course, fit-il.
Il les invita à monter à bord avant de démarrer. Installées sur la banquette arrière, les courants d’air fouettèrent leur figure tandis qu’ils prenaient de la vitesse. Ils s’enfoncèrent dans un corridor qui les amena dans l’un des canyons de duracier de la Cité Galactique.
Zeviya était émerveillée et cligna des yeux lorsque la lumière du soleil la frappa. Elle sentit la chaleur sur sa peau qui la réchauffait alors que leur taxi prenait de l’altitude et s’intégrait dans un couloir de circulation.
Les niveaux supérieurs lui dévoilèrent des multitudes de nuances, des reflets vivants d’un ballet sur-agité d’engins de toutes sortes, de toutes tailles. Elle prit conscience du sentiment de supériorité qui pouvait s’emparer de n’importe qui, lorsqu’on dominait ce spectacle depuis le sommet des grandes tours qui hérissaient la Cité Galactique.
Zeviya s’immergea dans les courants de la Force, se fiant à son intuition pour repérer la signature de la Sith au milieu des mille milliards d’habitants que comptait la planète oecuménopole. Elle donnait ses instructions au fur et à mesure, au chauffeur gran. Ce dernier s’aperçut peu après qu’elle l’orientait vers le 500 Republica, qui abritait les prestigieuses places diplomatiques et le siège de plusieurs grandes corporations.
- Hé, vous êtes sûres de votre destination finale ?
Belva prit conscience que leurs vêtements bien que corrects et anonymes, ne correspondaient pas en effet à l’idée que l’on se faisait de la haute société.
- Zeviya ?
- Faites-moi confiance, martela la zeltronne impavide.
Le gran se concentra sur la conduite et le taxi quitta le couloir aérien pour freiner sur une plate-forme en lévitation qui menait à l’entrée d’un immeuble, parmi les plus hauts de la capitale.
- C’est l’ambassade de Muunilinst, qui abrite aussi le siège du Clan Bancaire Intergalactique, expliqua leur chauffeur.
Le gran semblait peu à l’aise en ces lieux.
- Si j’étais vous, je me méfierais des muuns. Question avarice, ils sont bien plus usuriers que ces foutus Hutt.
- Zeviya, tu es sûr que l’ami de tes parents habite ici ? Insista la dévaronnienne.
La zeltronne projeta ses perceptions et ressentit tout à coup un vide, comme un rocher qui casserait net le flux d’un torrent tumultueux.
- C’est bien là.
Sans hésiter, la zeltronne sauta au bas du véhicule, suivie par Belva. Celle-ci la prit dans ses bras, prise par l’émotion d’une séparation inexorable. Bien que leur amitié soit récente, la devaronnienne s’était attachée à elle.
Zeviya sentit sa tristesse et elle usa encore de ses phéromones pour apaiser sa peine, après avoir surpris les larmes qui embuaient ses yeux.
- Tu vas me manquer, petite. J’aurais aimé te garder avec moi, t’adopter, avoua-t-elle.
Zeviya fut surprise par ces derniers mots et elle ne sut d’abord que répondre.
- Je ne suis pas faite pour cette vie-là, Belva, fit-elle.
La contrebandière en convenait à son tour.
- C’est vrai, tu mérites mieux. Désolée d’être égoïste.
- C’est rien.
Au cours du trajet qui les avait amenées au cœur de la République, Zeviya et la contrebandière avaient nourri une complicité, comme si elles avaient été sœurs. Pendant ce temps, la zeltronne était déchirée par ce conflit entre deux possibilités.
Rester avec Belva ou monter encore plus haut, auprès de cette Sith. Avec la devaronnienne, elle aurait connu le bonheur d’une vie précaire et aventureuse, flirtant avec nombre de dangers dans un milieu qui ne tolérait pas la faiblesse.
La Sith ne lui offrirait aucune affection contrairement à Belva mais pouvait lui permettre d’exploiter pleinement le potentiel qui sommeillait en elle.
Son choix fut arrêté quand il devint certain que le bonheur était une illusion et que seul importait le pouvoir de changer son destin en un idéal bien plus grand, plus étendu. Sans autres limites que ses propres faiblesses.
Elle devait se séparer de Belva même si cela lui faisait mal. Même si elle ne l’oublierait pas vraiment, au fonds d’elle-même.
- Il faut que je te donne ça, fit tout à coup la devaronnienne.
Elle lui offrit un pendentif et un comlink qu’elle lui glissa ensuite dans sa paume.
- Le comlink contient ma fréquence personnelle, si jamais tu as besoin de me contacter pour de l’aide… ou pour manger un morceau. Ce médaillon appartenait à ma petite sœur, j’espère qu’il te portera chance.
- Je ne t’oublierai pas, Belva. Merci pour tout.
Elles s’étreignirent une dernière fois avant de s’écarter. Bien que tremblante, la zeltronne se dirigea sur la passerelle après avoir rendu son blaster à la contrebandière. Celle-ci la regarda avant de monter dans le taxi, en essuyant ses larmes.
Jusqu’à ce qu’elle parvint devant les gardes muuns, elle ne se retourna pas. Elle ne pouvait pas revenir en arrière. Elle n’était pas certaine de revoir la contrebandière. Cette conversation était sans doute la dernière.
Les non humains s’avancèrent pour lui barrer le chemin et la fouiller scrupuleusement à l’aide de leurs scanners portatifs, lui demander d’écarter bras et jambes.
- Vous pouvez passer, lui annonça l’un d’eux après la fin du contrôle.
Elle pénétra dans le hall, qui affichait un formalisme pragmatique à l’image de la culture muun dont quelques représentants profitaient de leur pause pour continuer de parler affaires. Ces derniers se détournèrent les uns des autres pour la dévisager avec une curiosité distante. Zeviya soutint leurs regards avant qu’ils ne se désintéressent d’elle.
Elle se dirigea vers le guichet principal, tenu par un droïde secrétaire.
- En quoi puis-je vous aider, très jeune demoiselle ?
- Je dois voir quelqu’un, répondit-elle avec assurance.
- À quel nom ?
Pour la première fois, la zeltronne masqua son incertitude. La Sith ne lui avait pas dit son nom, ce qui l’entravait pour confirmer cette piste.
- Je ne connais pas son nom mais nous avons déjà parlé. Elle m’a encouragé à venir la retrouver pour… me permettre d’étudier. En tout cas, m’en donner les moyens. Si vous pouvez me montrer les holos du personnel, je pourrais vous l’indiquer.
- Je suis navré mais je ne suis pas habilité à vous les montrer.
Zeviya joua la comédie, en prenant un air malheureux.
- S’il vous plaît, je dois absolument la trouver.
- Y a-t-il un problème ? Intervint un jeune muun.
Elle se tourna vers l’employé de l’ambassade qui la toisait de sa hauteur longiligne et effilée.
- Je dois parler à l’une de vos congénères mais j’ai oublié son nom.
À son insu, elle secréta des phéromones pour influer son attitude envers elle. Elle entendit le muun tousser, signe que cela commençait à agir.
- N’avez-vous pas de documents ou de datapads officiels qui permettraient d’identifier la personne que vous recherchez ?
- Je… non, je les ai oubliés. Je suis désolée, monsieur.
Elle le sentait sous son emprise chimique.
- Très bien, céda-t-il à son soulagement. DZ-7, montre les holos de tout le personnel.
- Oui, monsieur.
Les images tridimensionnelles apparurent au-dessus du comptoir, devant la figure de la gamine qui les examinait au fur et à mesure qu’elles défilaient. Elle laissa son instinct la guider, pointant finalement son index triomphant vers la muun dont elle reconnut sans peine les traits froids et calculateurs.
- Là, c’est elle que je dois rencontrer.
L’employé se pencha, intrigué.
- Il s’agit de la sous-directrice Setcha Damask. En êtes-vous sûre, jeune fille ?
- Tout à fait.
Le muun saisit alors son comlink.
- Qui dois-je lui annoncer ?
Zeviya laissa un fin sourire étirer ses lèvres.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à l'année prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3304
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations