La Fédération Impériale

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Quels personnages principaux de La Fédération Impériale préférez-vous ? (Deux choix possibles)

Carth Poldrei
8
33%
Gilad Pellaeon
8
33%
Celric Tavill
6
25%
Derth Beny'lya
0
Aucun vote
Grodin Tierce
1
4%
Corran Horn
1
4%
 
Nombre total de votes : 24

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 17 Déc 2017 - 12:14   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci Ve'ssshhh ! :jap:

Ve'ssshhh a écrit:En ces sombres temps de débats enflammés sur le nouvel opus de la saga, quel bonheur de retrouver ce petit bout l'UEL génialement revisité (non, ce n'est pas de la flatterie).

Pour l'heure, je me tiens à l'écart de ces débats, je n'ai pas encore vu le film (et ça ne changera sans doute pas avant Noël !). :cute:

Ve'ssshhh a écrit:Je reviens pile poil au moment où les soupçons de Poldrei sont confirmés.
Quant à savoir ce qu'il va faire de cette révélation...
J'ai l'impression qu'il ferait mieux d'écouter Ace, le "vieux" sage: cette révélation peut provoquer beaucoup de remous, dans les deux camps.

Mais peut-être va-t-il jouer cette carte autrement? En s'adressant directement aux "héritiers" de Vador?
Je n'y crois pas trop, mais ce serait marrant s'il demandait à Luke de former ses futurs "chevaliers impériaux"? :transpire:


Intéressante théorie ! Qui me fait penser au chapitre suivant... :sournois:

Ve'ssshhh a écrit:P.S
Et pendant ce temps, sur un monde obscur du noyau profond...
... Quelqu'un pourrait ne pas apprécier les trois derniers mots du logo de la Fédération! :diable:


Corrigé. :whistle:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Dark Palgueïss » Ven 12 Jan 2018 - 13:35   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Ca y est, chapitres 1 à 100 lus ! :lol:

Alors, que dire ? Je sais pas trop par où commencer. J'ai commencé il y a un peu plus de dix jours, je me suis dit "ça a l'air bien, on va lire un chapitre par jour"... Résultat, j'ai dû plusieurs fois passé des heures et des heures à lire des dizaine de chapitres à la pelle :transpire: . C'est vraiment très très bon, en fait on a la même sensation que quand on lit un "vrai" roman, le côté addictif, le plaisir de la découverte, l'attachement aux personnages, tout y est !

Y a beaucoup de points positifs que j'aimerais mettre en avant, donc désolé je vais faire un peu long :paf:

Déjà, et c'est un peu logique, les personnages. Ils sont (de mon point de vue) TOUS excellents, intéressants et attachants. On a pour tous du plaisir à suivre leurs histoires, même pour Derth Beny’lya qui pourtant n'est pas très sympathique :transpire: . Gros point positif aussi, non seulement les personnages principaux sont très bons, mais aussi les personnages secondaires, notamment et surtout Thrawn, bien entendu, que tu retranscris très bien :love: .

L'intrigue dans laquelle les personnages évoluent est aussi excellente. Elle est complexe, il y a de multiples camps, de multiples objectifs, ambitions et motivations, mais on est pas pour autant perdus, tu l'as très bien retranscrite. L'histoire donne la part belle aux intrigues politiciennes, aux alliances, aux stratégies et même aux petites combines. C'est très bien, car ça nous permet de "parfaitement" saisir le contexte dans lequel les personnages évoluent, ça leur donne à tous une épaisseur, ça rend cohérent chacune de leurs actions. En ça, tu as selon moi, fait bien mieux que les nouveaux Star Wars, mais je m'écarte du sujet :transpire:

Ce que j'aime aussi beaucoup dans ton histoire, c'est la façon dont le souvenir de l'Empire "du passé" reste marquant pour chacun des protagonistes. Personnages principaux comme secondaires, ils ont tous été marqués par ce régime, et ça se ressent. On sait donc à la fois ce qu'ils font, ce qu'ils veulent, et d'où ils viennent, et ça c'est très bon, ça leur donne une consistance appréciable pour le lecteur.

J'adore aussi la façon dont "l'ombre" de Vador et Palpatine, plane sur l'histoire : on fait souvent allusion à eux, comme si ils n'étaient pas vraiment morts, comme si leur souvenir restait omniprésent dans les esprits. D'ailleurs c'est tellement vrai, qu'ils pourraient l'un comme l'autre être au coeur des intrigues dans pas longtemps, entre la révélation qu'a eue Poldreï et la vision qu'a eue Celric. :sournois:

Tout autre chose, mais j'aime beaucoup aussi que tu mettes autant l'accent sur les vaisseaux, que tu nous les décrives bien, mettes en avant leur spécificité etc... Merci beaucoup pour ça, c'est un point très appréciable de ton histoire :jap:

Sinon, mention spéciale aux bothans, qui m'amusent beaucoup : la première fois que j'ai découvert ce peuple, c'est dans la bande dessinée "Légacy" à travers le Jedi Bothan Hosk Trey'lis. J'ai fait la grosse erreur de croire que ce sympathique Jedi, fondamentalement bienveillant était représentatif de son peuple, je me suis donc imaginé que les Bothan était un peuple doux et pacifique... Je mesure aujourd'hui mon erreur ! :paf:

Dans un autre registre, j'ai A-DO-RÉ la scène de l'interview du général Derth. On aurait vraiment dit un politicien "classique", un de ceux qu'on peut voir à la télé, interrogé par une Ruth Elkrief ou un Bourdin galactique :D Tout y est : les "éléments de langage" déjà préparés par un communicant, les "petites phrases" destinées à être abondamment commentées par la suite, la question inattendue qui oblige le "politicien" à improviser... Bref du grand art :lol: !

J'ai bien aimé aussi la scène où l'on parle des midi chloriens, et des réactions violentes qu'ont eues certains Jedi à leur sujet. Ca m'a rappelé les réactions outrées des fans au sujet des mêmes midi chloriens, je sais pas si c'était voulu ou pas, mais ça m'a bien fait rire.

Sinon, il paraît qu'il y a plein de références à l'Univers Etendu, je saurais pas dire je connais pas assez l'UE :transpire: En revanche je crois avoir relevé des références à d'autres oeuvres, le "que vos lames restent acérées" que se lancent un moment les Bothans, et le "j'ai dépensé sans compter" de Poldreï ne seraient-ils pas des références à Eragon et à Jurassick Parck ? :sournois:

Enfin, j'ai quelques questions :

"L'espèce" de Thrawn, c'est les Chiss non ? Elle est inconnue ? Je croyais que c'était un peuple éloigné mais connu malgré tout. Visiblement, cette question a son importance, et le peuple Chiss va peut être jouer un rôle majeur dans les événements à venir, vues les dernières révélations sur Thrawn... :sournois:

Autre question, tu as apparemment publié plusieurs nouvelles en lien avec la Fédération Impériale. J'ai retrouvé "la Justice de Vador" ( :love: ), mais quelles sont les autres ? J'aimerais bien les lire !

Je voulais savoir aussi, tu parles au moment de l'interview de Derth d'une interview qu'aurait donnée Dooku au même journaliste qui interroge le général Bothan. Tu as écrit cette interview, par hasard ? :D

Enfin dernière question, mais un peu spoiler : tu parles à un moment de membres du conseil impérial (Quest et je sais plus le nom de l'autre) qui "se comportent comme si L'Empereur était encore en vie"... Ce qui amène à ma question, sont-ils au courant que ce bon vieux Palpy sera bientôt de retour plus puissant que jamais ?

Voilà, j'ai hâte de lire la suite ! Bien sûr je vais devoir me montrer patient, et ça, ça va pas être facile :cry:

J'ai hâte de voir le retour de Palpatine. Je me demande comment chaque personnage va réagir. Que va faire Thrawn ? Et Poldreï ? Et les autres ? Vont-ils l'accueillir à bras ouverts ? Ou entrer en guerre contre lui ? Une alliance avec la République va-t-elle se faire, face à ce nouvel ennemi commun ? :sournois:
Dark Palgueïss
Jedi SWU
 
Messages: 78
Enregistré le: 06 Jan 2017
 

Messagepar Jagen Eripsa » Sam 13 Jan 2018 - 17:41   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci beaucoup pour ce commentaire très enthousiaste ! :jap:

Dark Palgueïss a écrit:Alors, que dire ? Je sais pas trop par où commencer. J'ai commencé il y a un peu plus de dix jours, je me suis dit "ça a l'air bien, on va lire un chapitre par jour"... Résultat, j'ai dû plusieurs fois passé des heures et des heures à lire des dizaine de chapitres à la pelle :transpire: . C'est vraiment très très bon, en fait on a la même sensation que quand on lit un "vrai" roman, le côté addictif, le plaisir de la découverte, l'attachement aux personnages, tout y est !


J'en suis ravi, car c'était l'effet recherché ! :jap:

Dark Palgueïss a écrit:Déjà, et c'est un peu logique, les personnages. Ils sont (de mon point de vue) TOUS excellents, intéressants et attachants. On a pour tous du plaisir à suivre leurs histoires, même pour Derth Beny’lya qui pourtant n'est pas très sympathique :transpire: . Gros point positif aussi, non seulement les personnages principaux sont très bons, mais aussi les personnages secondaires, notamment et surtout Thrawn, bien entendu, que tu retranscris très bien :love: .


Merci ! En temps qu'auteur, je m'y suis évidemment attaché... Mais c'est appréciable de voir qu'ils ont le même effet auprès de mes lecteurs ! :cute:

Dark Palgueïss a écrit:L'intrigue dans laquelle les personnages évoluent est aussi excellente. Elle est complexe, il y a de multiples camps, de multiples objectifs, ambitions et motivations, mais on est pas pour autant perdus, tu l'as très bien retranscrite. L'histoire donne la part belle aux intrigues politiciennes, aux alliances, aux stratégies et même aux petites combines. C'est très bien, car ça nous permet de "parfaitement" saisir le contexte dans lequel les personnages évoluent, ça leur donne à tous une épaisseur, ça rend cohérent chacune de leurs actions. En ça, tu as selon moi, fait bien mieux que les nouveaux Star Wars, mais je m'écarte du sujet :transpire:


C'est vrai que j'adore les bouquins SW avec une intrigue politique : ceux de Luceno sur la prélogie, notamment. Je préfère parfois mettre ces moments en avant, plutôt que de rejouer certaines scènes déjà écrites dans la continuité Legends que j'évoque ensuite.
Cela étant, j'aimerais bien retranscrire l'émotion aussi bien que le font certains passages des nouveaux films ! La fin des Derniers Jedi, par exemple, m'a vraiment impacté...
(Au passage, j'écris pas mal de mes textes en écoutant des pistes de la BO de la saga - y compris des nouveaux films, qui laissent donc une certaine trace dans mon texte :D )

Dark Palgueïss a écrit:J'adore aussi la façon dont "l'ombre" de Vador et Palpatine, plane sur l'histoire : on fait souvent allusion à eux, comme si ils n'étaient pas vraiment morts, comme si leur souvenir restait omniprésent dans les esprits. D'ailleurs c'est tellement vrai, qu'ils pourraient l'un comme l'autre être au coeur des intrigues dans pas longtemps, entre la révélation qu'a eue Poldreï et la vision qu'a eue Celric. :sournois:


:sournois:

Dark Palgueïss a écrit:Sinon, mention spéciale aux bothans, qui m'amusent beaucoup : la première fois que j'ai découvert ce peuple, c'est dans la bande dessinée "Légacy" à travers le Jedi Bothan Hosk Trey'lis. J'ai fait la grosse erreur de croire que ce sympathique Jedi, fondamentalement bienveillant était représentatif de son peuple, je me suis donc imaginé que les Bothan était un peuple doux et pacifique... Je mesure aujourd'hui mon erreur ! :paf:


Moi, j'ai vraiment découvert les Bothans avec Battlefront II. De charmantes créatures, qui passent inaperçues jusqu'à ce qu'elles surgissent du néant et te réduisent en poussière stellaire avec leur incinérateur... D'où la façon dont je les dépeins ici. :lol:

Dark Palgueïss a écrit:Dans un autre registre, j'ai A-DO-RÉ la scène de l'interview du général Derth. On aurait vraiment dit un politicien "classique", un de ceux qu'on peut voir à la télé, interrogé par une Ruth Elkrief ou un Bourdin galactique :D Tout y est : les "éléments de langage" déjà préparés par un communicant, les "petites phrases" destinées à être abondamment commentées par la suite, la question inattendue qui oblige le "politicien" à improviser... Bref du grand art :lol: !


J'en suis ravi ! Je trouve que la question de l'information a trop rarement été évoquée jusqu'ici dans les films et dans les films, et ça me chagrine un peu. Dans mes histoires, elle est d'une grande importance. :)

Dark Palgueïss a écrit:J'ai bien aimé aussi la scène où l'on parle des midi chloriens, et des réactions violentes qu'ont eues certains Jedi à leur sujet. Ca m'a rappelé les réactions outrées des fans au sujet des mêmes midi chloriens, je sais pas si c'était voulu ou pas, mais ça m'a bien fait rire.


J'aime bien me moquer des gros débats qui divisent les spectateurs. Je sens que je vais insérer quelques passages qui paraîtront totalement WTF, que tout le monde croira inspirés des nouveaux films... Et là, PAF ! Je sortirai la référence Legends, histoire de rigoler un bon coup. :lol:

Dark Palgueïss a écrit:Sinon, il paraît qu'il y a plein de références à l'Univers Etendu, je saurais pas dire je connais pas assez l'UE :transpire: En revanche je crois avoir relevé des références à d'autres oeuvres, le "que vos lames restent acérées" que se lancent un moment les Bothans, et le "j'ai dépensé sans compter" de Poldreï ne seraient-ils pas des références à Eragon et à Jurassick Parck ? :sournois:


Pour Eragon, bonne question ! Fort possible, vu que j'apprécie cette saga (malgré, ou à cause du plagiat effronté que constituent les deux premiers livres par rapport à la saga SW), mais c'est plutôt involontaire. Par contre, la seconde référence, j'assume totalement ! Une de mes répliques préférées. :D

Dark Palgueïss a écrit:"L'espèce" de Thrawn, c'est les Chiss non ? Elle est inconnue ? Je croyais que c'était un peuple éloigné mais connu malgré tout. Visiblement, cette question a son importance, et le peuple Chiss va peut être jouer un rôle majeur dans les événements à venir, vues les dernières révélations sur Thrawn... :sournois:


Question complexe à la réponse bancale, à cause du jeu TOR qui a choisi de faire apparaître les Chiss plus de trois mille ans avant Yavin... L'espère était donc connue de l'Ancienne République, mais, selon le retcon, voulant se protéger des exactions du reste de la galaxie, elle s'est finalement retirée sur le territoire de l'Ascendance en effaçant toute trace de son existence dans les banques de données galactiques... Et les Chiss sont ensuite restés très discrets, connus de quelques rares voyageurs jusqu'à l'ère de la guerre des Vongs. Donc quand Thrawn apparaît, personne, ou presque, ne sait à quelle espèce il appartient. Un fait qui semble avoir été maintenu dans le nouvel Univers Officiel.

Dark Palgueïss a écrit:Autre question, tu as apparemment publié plusieurs nouvelles en lien avec la Fédération Impériale. J'ai retrouvé "la Justice de Vador" ( :love: ), mais quelles sont les autres ? J'aimerais bien les lire !


Au nom des siens sur Poldrei (première nouvelle d'une petite série que j'ai en tête sur la résistance polcaphréenne), Une journée si ordinaire pour Pellaeon, Un regard tourné vers les étoiles pour Celric, et Liberté de conscience pour Tierce. J'ai quelques idées pour une nouvelle sur Beny'lya, mais rien de bien transcendants pour l'heure... Quant à Corran, il a déjà eu son lot d'apparitions sous cette forme dans l'UE Legends. :cute:

Dark Palgueïss a écrit:Je voulais savoir aussi, tu parles au moment de l'interview de Derth d'une interview qu'aurait donnée Dooku au même journaliste qui interroge le général Bothan. Tu as écrit cette interview, par hasard ? :D


Eh bien, je crois qu'elle apparaîtra dans les Chroniques de la Marine Républicaine... Mais là comme ça, j'en suis plus vraiment sûr. :transpire:

Dark Palgueïss a écrit:Enfin dernière question, mais un peu spoiler : tu parles à un moment de membres du conseil impérial (Quest et je sais plus le nom de l'autre) qui "se comportent comme si L'Empereur était encore en vie"... Ce qui amène à ma question, sont-ils au courant que ce bon vieux Palpy sera bientôt de retour plus puissant que jamais ?


À cette question spoiler, je ne peux faire qu'une réponse spoiler : la vérité sera connue en temps utile ! :D

Et pour la suite... J'ai rédigé une bonne partie du chapitre 101 ces dernières semaines, mais j'en suis pas vraiment content... :transpire:
Je crois que je vais le reprendre entièrement une fois que j'aurai un peu plus le temps, ce qui signifie que la Fédération reprendra bientôt son rythme de publication. :wink:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 16 Jan 2018 - 20:09   Sujet: Re: La Fédération Impériale

J'ai mis du temps à le mitonner, ce chapitre... Un peu plus d'un mois, pour écrire quatre pages qui n'étaient qu'un cul-de-sac ! Résultat, hier, j'ai tout effacé, et il m'a fallu trois heures tout au plus pour livrer cette nouvelle mouture bien plus fournie et de meilleure qualité. :cute:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 101

Malgré l’heure avancée, Celric ne parvenait pas à trouver le sommeil.
Il se tournait et retournait dans son petit lit depuis de longues heures déjà. Il avait chaud, respirait mal et ne parvenait pas à calmer le bouillonnement qui régnait dans sa tête et l’empêchait de profiter d’un repos ô combien souhaité.
Après la journée éprouvante qu’il venait de vivre, cette insomnie prolongée achevait de l’épuiser. En temps normal, dans un tel état de fatigue, il se serait écroulé comme une masse ; cette fois, il était purement et simplement incapable de dormir. Trop de pensées l’assaillaient.
Cela avait commencé une quinzaine d’heures plus tôt, à l’issue de son entraînement à la méditation de combat.
Cette technique de la Force transformait ses utilisateurs en véritables ordinateurs tactiques, capables de coordonner une flotte toute entière au combat. Mais là où les ordinateurs se limitaient à la gestion des machines – avec tous les défauts qu’elles comportaient – les pseudo-Jedi pouvaient s’adresser directement aux êtres pensants. Les influencer. Les contrôler même.
Les résultats obtenus en utilisant cette technique étaient impressionnants. Et ses implications… Effrayantes.
Celric n’avait pas démérité lors de l’exercice. Il avait touché, dans la Force, les consciences de ses condisciples affectés pour l’occasion à son « camp », il leur avait transmis les impulsions nécessaires pour que chacun puisse gagner son duel.
C’est en rompant le lien qu’il avait soudainement ressenti un grand vide, un gouffre béant dans son esprit.
On prenait facilement goût à ce genre de pouvoirs.
L’après-midi, il avait pris le rôle de duelliste lors des entraînements de ses condisciples. Ce changement lui avait permis de constater de plus près les modifications induites par la méditation de combat. Les coups impulsés par Piotr demandaient plus de finesse et d’agilité que ceux qui avaient lieu pendant l’exercice dirigé par Flynn ; Jovan faisait preuve de plus d’agressivité que Gladys. Chaque pratiquant influençait ceux qui combattaient sous ses ordres.
Comment était-ce possible ?
La réponse lui était venue alors qu’il se rafraichissait, après cette longue journée d’entraînements, sous le filet d’eau glacé qui lui servait de douche.
La Force permet d’influencer les esprits faibles.
Il connaissait évidemment cette technique. Mais il ne l’avait vue jusque-là que comme une astuce opportunément utilisée pour se sortir d’une situation embarrassante. Là, cette fois…
Cette fois, c’était différent.
Que peut-on réaliser ainsi ? La Force est-elle capable rendre plus convaincantes des paroles sans sens ? Permet-elle de rallier à sa cause les foules ?
Pendant les longues heures où C’Baoth retournait dans ses quartiers pour méditer, Osvalt leur avait délivré quelques enseignements sur l’histoire des Jedi à la fin de l’Ancienne République, et leurs divergences internes – jusqu’au succès d’une de leurs hérésies, les Sith, qui avec Palpatine et Vador avaient pris le pouvoir.
Est-ce ainsi que l’Empereur est parvenu à la fonction suprême ?
Toutes ces questions tourmentaient Celric, et lui permettaient d’entrevoir des développements qu’il n’aurait jamais imaginés, même dans ses rêves les plus fous.
La Force est une sorte de sixième sens, lui chuchotait son esprit. Une manifestation de la supériorité d’êtres élus par rapport aux autres.
Tous ceux qui pensent ne sont-ils pas fondamentalement égaux ?
Tu sais bien que ce n’est pas le cas. Les différences existent. Mais toutes celles qui sont matérielles – fondées sur la richesse – ou physiques – fondées sur l’apparence – ne sont que superficielles. Seule compte la Force. L’Empereur semblait frêle, mais son pouvoir, son lien avec la Force, n’en faisait-il pas l’être le plus puissant de la galaxie ?
Mais il a été vaincu. Palpatine a été vaincu.
Et par qui ? Pas par la Rébellion. Pas par des êtres communs, mais par un Jedi. Le premier des nouveaux Jedi. Le jeune Skywalker.
Il était soutenu par les Rebelles…
…Eux-mêmes menés par Leia Organa Solo, la sœur de Skywalker, qui partage ses pouvoirs. Les gens du commun sont faits pour être dirigés par ceux qui maîtrisent la Force. La Galaxie fonctionne ainsi.
L’Ancienne République était dirigée par des êtres non-sensibles.
Mais l’Ordre Jedi y occupait une place prépondérante. Les Maîtres étaient les conseillers du pouvoir. Les dirigeants de l’ombre. Leur puissance éclipsait celle des êtres inférieurs – qui en étaient effrayés. Et c’est pour ça que les Jedi sont tombés.
Non, ce n’est pas ce qui s’est passé.
Si. Ils nous haïssaient. Pour notre savoir, notre pouvoir, notre sagesse. Pour notre maturité. Ils nous haïssaient. Et c’est pourquoi ils nous ont détruits.
Celric ouvrit les yeux. Ces derniers mots ne lui étaient pas venus seuls ; ils étaient accompagnés par un véritable tourbillon de noirceur, un feu ténébreux qui menaçait de lui brûler les entrailles.
Et c’est ainsi qu’il comprit.
Ces pensées n’étaient pas les siennes.
Elles le seront bientôt, lui promit la voix. Très bientôt, vous ouvrirez les yeux et la Vérité vous apparaîtra. Vous la verrez.
Son cœur s’accéléra. Partez. Maintenant. Mon esprit m’appartient.
Vous êtes un Jedi. Votre esprit appartient aux Jedi.
Vous n’êtes pas un Jedi.
Alors le tourbillon se transforma en une véritable tempête de Force. Celric perçut les énergies qui s’amassaient, autour de lui, prêtes à se déchaîner…
Et qui disparurent un l’espace d’un instant.
Haletant, il se redressa sur sa couchette et alluma sa lampe de chevet. Il était seul dans sa chambre et ne percevait plus la moindre trace de la sombre présence qui s’était attaquée à lui.
Pour s’en assurer, il devait étendre son champ de conscience. Il expira pour redonner à son souffle un rythme régulier, puis s’assit en tailleur sur son matelas pour une brève méditation.
Il toucha les consciences de ses camarades, comme il l’avait fait un peu plus tôt, mais en prenant bien garde de rester discret, comme invisible. Il évita la tour où il savait que C’Baoth résidait.
Sa perception s’étendit, et toucha alors jusqu’aux habitants du village installé de l’autre côté du château, des gens simples à présent placés sous la domination du clone fou.
Grandissant encore, elle entra en contact avec un autre esprit – d’une puissance dépassant de loin tout ce qu’il avait connu jusque-là, C’Baoth excepté.
Mais nulles ténèbres dans cet être, sinon celles, étouffées, propres à chaque âme. Celric eut l’impression d’être aveuglé, mais pas par le manque de lumière – plutôt par son excès.
Il comprit alors de qui il s’agissait.
Le cœur toujours battant, il se leva et enfila rapidement une tenue pratique, avant de sortir de sa chambre.
L’homme approchait. Celric sentit qu’il se dirigeait vers le Haut Château, avec prudence, circonspection, mais sans hésiter pour autant.
De son côté, Tavill descendit les marches qui devaient le mener au bâtiment principal, en prenant bien garde de ne pas se faire voir. Il parvint sans encombre jusqu’au premier niveau, mais dut subitement se cacher en entendant des pas se diriger vers lui.
C’était Osvalt. L’instructeur impérial, revêtu d’une toge civile très banale, marchait d’un pas régulier, presque mécanique. Il regardait droit devant lui, sans but précis, si bien que Celric se demanda s’il n’assistait pas à une authentique démonstration de somnambulisme.
C’est sans importance, se morigéna-t-il. Concentre-toi sur ce qui compte vraiment.
Osvalt parti, il reprit sa progression et arriva finalement dans le hall principal de la bâtisse, juste à temps pour entrevoir le chasseur qui se posait dans la cour éclairée par l’aube naissante.
D’autres pas retentirent dans le hall. Celric reconnut sans peine leur bruit feutré ; C’Baoth quittait sa demeure. Pour ne rien perdre de la rencontre, il rejoignit discrètement le balcon qui surplombait l’entrée, en prenant bien garde à rester caché par l’imposante balustrade de pierre volcanique.
À travers les rares décors évasés de la pierre, il aperçut plus distinctement l’appareil. C’était un chasseur rebelle, pas si différent de son Z-95 – de celui de Mara, se corrigea-t-il. Un X-Wing, comme ceux qu’il avait affrontés sur Ord Mantell. Sa verrière bascula en arrière et un pilote en sortit, d’un bond, pour se positionner face à C’Baoth qui venait de le rejoindre.
— Maître C’Baoth, dit-il d’une voix claire et bien distincte. Je suis Luke Skywalker.
Celric se concentra sur le visage du dernier des Jedi. Il semblait fatigué par le voyage, mais c’était bien le faciès du héros rebelle – l’une des personnes les plus traquées par l’Empire. Même sur Polcaphran, il avait eu vent des avis de recherche à son encontre.
— Oui, je sais, répondit le maître des lieux. Bienvenue sur Jomark.
— Je vous remercie.
— Je vous attendais plus tôt.
La remarque surprit Celric. Leur formation à la méditation de combat avait eu lieu – ils en maîtrisaient les bases, sinon la pratique –, mais en aurait-il été de même si Skywalker était arrivé deux semaines plus tôt ?
— Oui, j’en suis désolé. Depuis quelques temps, les événements semblent échapper à mon contrôle.
— Et pourquoi ?
La question sembla surprendre le Rebelle.
— Je l’ignore.
— Comment, vous l’ignorez ? Êtes-vous un Jedi, oui ou non ?
— Eh bien… Oui…
— Alors, vous devriez garder votre contrôle. Sur vous, et sur les autres, ainsi que sur les événements. Toujours.
— Oui, Maître.
Une entrée en matière purement baothienne, jugea Celric. Tout en finesse…
— Mais vous êtes enfin là, ajouta le clone après quelques instants de réflexion. C’est le plus important. Ils n’ont pas pu vous arrêter.
— Non, mais ils ont essayé, cependant.
— Qui a osé… ?
— Les Impériaux.
— Était-ce… Spécifiquement dirigé contre vous ?
— Ils ont placé une nouvelle prime sur ma tête.
— Tel a été le sort de nombreux Jedi. C’est l’Empire qui les a détruits, savez-vous ?
— Oui, je le sais, répondit Skywalker. L’Empereur et Dark Vador les ont traqués.
— Et ils avaient avec eux un ou deux Jedi Sombres, répondit C’Baoth d’un ton à la fois sinistre et songeur. J’ai affronté les derniers d’entre eux sur…
Quelle comédie, jugea Tavill en se mordant la joue. C’était l’un d’eux !
— Il y a si longtemps.
Malgré la distance, Celric aperçut dans le regard de Skywalker une expression qu’il associa, sans savoir pourquoi, à la perplexité. Il décida d’y voir un signe encourageant.
— Il y a longtemps, acquiesça le Rebelle. Mais les Jedi peuvent revivre. Et nous avons toujours une chance de tout reconstruire.
La remarque attira les acquiescements de C’Baoth.
— Oui, votre sœur. Elle va donner naissance à des jumeaux Jedi, bientôt.
Des jumeaux Jedi ?
Potentiellement Jedi, corrigea Skywalker. À dire vrai, les jumeaux sont la raison pour laquelle je suis là.
— Non. Vous êtes là parce que je vous ai appelé.
— Eh bien… Oui, peut-être, mais…
— Il n’y a pas de mais, Jedi Skywalker, fit C’Baoth d’un ton sec. Être Jedi, c’est servir la Force. C’est par la Force que je vous ai appelé, et quand la Force vous appelle, vous devez obéir.
— Je comprends.
Celric comprenait de mieux en mieux, lui aussi. C’Baoth convoitait les enfants de Leia Organa Solo parce qu’il pressentait que leur potentiel serait équivalent à celui de leur oncle. Une puissance brute, non entraînée, qu’il pourrait façonner selon sa volonté…
— Maître C’Baoth, reprit Skywalker, quand vous parlez d’un appel de la Force, que voulez-vous dire ?
— Je vous ai appelé pour deux motifs. D’abord, afin de compléter votre éducation. Ensuite… Parce que j’ai besoin de votre aide. J’approche du terme de ma vie, Jedi Skywalker. Bientôt, je vais accomplir le long voyage qui conduit de cette vie à ce qui trouve par-delà.
— Je suis désolé.
— C’est le sort de toute vie, fit C’Baoth avec un haussement d’épaules. Pour les Jedi comme pour les êtres inférieurs.
Le terme, douloureusement familier, fit tiquer Celric, et balaya les doutes qui subsistaient en lui sur sa mystérieuse insomnie.
— Et comment puis-je vous aider ? demanda Skywalker.
— En apprenant avec moi. En vous ouvrant à moi. En absorbant ma sagesse, mon expérience et mon pouvoir. C’est ainsi que vous prolongerez mon existence et mon œuvre.
— Je vois. Mais vous comprenez aussi que j’ai un travail à poursuivre…
— Et êtes-vous préparé ? Pleinement préparé ? Ou bien êtes-vous venu ici sans avoir rien à me demander ?
— En fait, oui. Je suis envoyé par la Nouvelle République pour requérir votre assistance dans le combat contre l’Empire.
— À quelle fin ?
— L’élimination de la tyrannie. Le rétablissement de la liberté et de la justice pour tous les êtres de la galaxie.
Bel exercice de propagande, songea Tavill.
— La justice, grimaça C’Baoth. N’allez pas chercher la justice chez les êtres inférieurs, Jedi Skywalker. Nous sommes la véritable justice de cette galaxie. Nous deux, et le nouvel héritage Jedi qui nous suivra. Laissez les batailles mesquines aux autres, et préparez-vous pour l’avenir…
— Mais je…
— De quoi ont donc besoin les jumeaux de votre sœur ?
— Ils ont besoin de… Eh bien, il leur faudra un jour un professeur. Il est entendu que je serai chargé de leur éducation quand ils en auront l’âge, tout comme j’éduque Leia. Le fait d’être un Jedi ne signifie pas forcément que vous ferez un bon professeur. C’est le problème.
Il hésita un bref instant.
— Obi-Wan Kenobi se faisait le reproche d’être responsable du fait que Dark Vador se soit tourné vers le Côté Obscur. Je ne voudrais pas que cela se répète avec les enfants de Leia. Je m’étais dit que vous pourriez peut-être m’enseigner les méthodes d’instruction Jedi appropriées…
— Ce serait du temps perdu, dit C’Baoth avec une certaine violence. Amenez-les ici, sur Jomark, dans cette demeure où je forme l’avenir des Jedi. Je les éduquerai.
— Oui, Maître. J’apprécie votre offre. Mais, ainsi que je vous l’ai dit, j’ai du travail. Tout ce que je désire, ce sont certaines indications…
— Mais vous, Jedi Skywalker ? l’interrompit C’Baoth. N’avez-vous donc pas besoin d’un complément d’éducation ? Dans le domaine du jugement, peut-être ?
La question sembla déplaire au jeune Rebelle.
— Oui, il est certain que j’ai encore à apprendre dans ce domaine, concéda-t-il. Je me dis parfois que le Maître Jedi qui m’a éduqué espérait que je saurais trouver le reste par moi-même.
— Il suffit simplement d’écouter la Force. Mais venez. Nous allons visiter les villages et je vous montrerai.
— Tout de suite ?
— Pourquoi pas ? J’ai demandé un véhicule. Il nous attend sur la route. Non, restez là !
La remarque surprit Celric ; puis il comprit que C’Baoth s’adressait non pas à Skywalker, mais à l’astromech de son chasseur qui venait de s’extraire de l’appareil pour le suivre.
— Ce n’est que mon droïd, dit le Jedi.
— Je veux qu’il reste là où il est, insista C’Baoth. Les droïds sont des abominations – des créations douées de raison mais qui ne font pas authentiquement partie de la Force.
Skywalker se tourna vers son droïde, tandis que Celric regagnait avec précaution l’intérieur de la bâtisse. Il referma soigneusement la fenêtre, se releva…
…Et tomba nez-à-nez avec Piotr Paveller.
— Alors ? demanda le garçon avec un enthousiasme à peine masqué. Il est comment ?
— Qui ça ? répliqua Celric, sur ses gardes.
— Skywalker !
— Ce n’est qu’un garçon de ferme, fit une troisième voix, de femme cette fois.
Sortie d’une pièce annexe, Mara se dirigea vers eux d’un pas ferme.
— Tu rigoles ? s’indigna Piotr. C’est un Jedi ! Et un pilote !
— Nous recevons le même genre de formation, rappela Celric. Et je suis pilote, moi aussi.
— Ouais, mais c’est Skywalker !
— Tu ferais mieux de calmer ton enthousiasme, lui asséna Jade. Je dois te rappeler quel camp tu sers ?
— On peut être impérial et avoir du goût, la taquina-t-il.
— Ce n’est pas le problème, répondit Tavill. Tout le monde est debout ici ?
— J’ai senti sa présence, avoua Paveller.
— De même. Il ne passe pas vraiment inaperçu. Qu’est-ce qu’ils se sont dit ?
— Des trucs intéressants, indiqua Celric. Surtout un. Je pense avoir compris ce que recherche C’Baoth… Des gamins.
— Les enfants Jedi d’Organa Solo, comprit Mara. J’aurais dû y penser.
— Il veut s’en prendre à des nouveau-nés ? C’est moche, ça, commenta Piotr. Même venant de sa part.
— Précise ta pensée, lui asséna aussitôt la Main de l’Empereur.
— On peut parler franchement, non ? répondit Piotr avec une assurance très affirmée, qui lui donnait un air presque comique malgré les circonstances. C’est un salaud. N’allez pas me faire croire que je suis le seul qui ressent son influence néfaste. Je la perçois autour de vous deux.
Celric et Mara échangèrent un regard.
— Et, en admettant que tu aies raison ?
— Si je le sens, alors Luke Skywalker le percevra aussi, non ? Une fois qu’il y sera bien familiarisé. C’est pour ça que vous le guettiez, non ? Pour savoir comment il allait réagir à son contact ?
— Tu en sais trop pour que ce soit sain, lui lança Jade d’une voix menaçante. Surtout à ton âge…
— J’ai entendu sa voix dans ma tête, se défendit Piotr. Mais moi, au moins, je ne l’ai pas écouté. Vous croyez que tous les autres ont eu ce genre de scrupules ?
Au regard que lui lança Mara, Celric comprit que ce n’était sans doute pas le cas.
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar L2-D2 » Mar 16 Jan 2018 - 20:21   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 101 lu !

Luke Skywalker !!! :love:

Que dire, si ce n'est que cela faisait bien trop longtemps que tu ne nous avais pas livré notre dose de la Fédération Impériale ? Ici, on reprend le système d'une scène connue, vue à travers les yeux d'un personnage qui ne l'est pas, habile procédé qui pourrait presque nous donner l'impression que si, Celric Tavill était bien présent dans la Croisade Noire du Jedi Fou ! :sournois:

Curieux de savoir comment Luke va réagir à l'influence de C'Baoth... et aussi à ses retrouvailles (mais la connait-il, au moins, ici ?) avec Mara Jade ! A moins que tu ne nous le montres interagir avec Celric. Tout est possible. Vivement la suite ! :oui:

Oh, j'oubliais : à qui donc appartient cette voix que Celric entend ? C'Baoth ? Ça parait presque trop simple... :sournois:
"Les histoires que nous aimons ne rentrent peut-être pas toutes dans une seule ligne de temps, mais elles compteront toujours à nos yeux." - JJ Miller

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3902
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Dark Palgueïss » Jeu 18 Jan 2018 - 22:06   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Très bon chapitre :lol: La "tentation" de Celric par C’Baoth au début est très bien, et nous apprend plus sur les motivations et pensées du personnage. L'échange entre Luke et C’Baoth pose des enjeux intéressants, entre les enfants de Leïa et la possible découverte par C'Baoth de la "trahison" de Thrawn.

Sinon, Mara Jade continue de m'intriguer, j'ai hâte de voir quel rôle elle va jouer. :sournois:

Ah et sinon, je me demande comment Luke s'en est sorti, ça sera peut être important plus tard.
Dark Palgueïss
Jedi SWU
 
Messages: 78
Enregistré le: 06 Jan 2017
 

Messagepar mat-vador » Jeu 18 Jan 2018 - 23:10   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Skywalker est là! Skywalker est parmi nous :x !

A mon avis, le garçon de ferme risque de faire de la résistance à C'baoth à moins que ce dernier n'utilise une certaine rouquine pour faire pression sur lui. :sournois:
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 777
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Ven 19 Jan 2018 - 19:09   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous ! :jap:

L2-D2 a écrit:Curieux de savoir comment Luke va réagir à l'influence de C'Baoth... et aussi à ses retrouvailles (mais la connait-il, au moins, ici ?) avec Mara Jade !


Au moins en partie, dirons-nous ! Dans cette continuité, Luke a bien été capturé par Talon Karrde, mais son évasion de la base du pirate a réussi, puisque Mara a été appelée par Thrawn pour un briefing très spécial et n'a donc pas pu le poursuivre...

L2-D2 a écrit:Oh, j'oubliais : à qui donc appartient cette voix que Celric entend ? C'Baoth ? Ça parait presque trop simple... :sournois:


Parfois, un peu de simplicité ça fait du bien. :cute:

Dark Palgueïss a écrit:L'échange entre Luke et C’Baoth pose des enjeux intéressants, entre les enfants de Leïa et la possible découverte par C'Baoth de la "trahison" de Thrawn.


:sournois:

mat-vador a écrit:A mon avis, le garçon de ferme risque de faire de la résistance à C'baoth à moins que ce dernier n'utilise une certaine rouquine pour faire pression sur lui. :sournois:


Vu ce que la rouquine en question pense de C'Baoth... :D
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar L2-D2 » Ven 19 Jan 2018 - 19:55   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Parfois, un peu de simplicité ça fait du bien. :cute:

Bon... et bien, je me suis fait avoir ! :transpire:

C'est de ta faute aussi, à piéger régulièrement le lecteur, on voit le mal partout après ! :chut:
"Les histoires que nous aimons ne rentrent peut-être pas toutes dans une seule ligne de temps, mais elles compteront toujours à nos yeux." - JJ Miller

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3902
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Ven 26 Jan 2018 - 1:27   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Et une dose de Fédération Impériale, une ! :cute:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 102

— Solo ne faisait pas partie de l’accord !
La voix de Beny’lya résonna dans la salle de conférences, amplifiée par l’acoustique mal étudiée du préfabriqué où elle était installée. Elle fit tressaillir Tav Breyl’lya et une des aides de camp de Bel Iblis, mais l’ancien sénateur, lui, ne broncha pas.
— Entendons-nous bien, général, répondit-il sur un ton bien plus calme et mesuré. Borsk Fey’lya m’a offert son assistance financière à l’époque où je me suis éloigné de la Rébellion. Il m’a apporté un soutien précieux au moment où, privé de celui du regretté Bail Organa, j’en avais le plus besoin. Il n’a assorti cette d’aide d’aucune condition.
Les mots étaient pesés, mais tranchants. Beny’lya regretta de n’être accompagné que par un négociateur de seconde zone comme Breyl’lya. Un vrai Bothan, un politicien digne de ce nom, n’aurait pas été de trop pour faire face à un homme tel que Bel Iblis, aussi bon militaire que fin diplomate, même s’il lui arrivait de faire preuve d’obstination.
— Han Solo est un Corellien, poursuivit Bel Iblis.
Il leva le pouce.
— Un officier brillant, même si parfois indiscipliné…
Puis l’index.
— …et le mari de Leia Organa.
Et enfin le majeur.
— Trois bonnes raisons de le rencontrer, conclut l’ancien sénateur.
— Vous n’ignorez pas qu’Organa est la plus zélée des soutiens à Mon Mothma, rappela Beny’lya. Vous exposer à Solo, c’est s’assurer que le Conseil Provisoire sera informé de votre retour avant la fin de la journée.
— Je sais parfaitement ce que je fais, général.
Ils se toisèrent pendant plusieurs secondes, en silence. La tension régnant dans l’air était palpable, même pour ceux qui n’avaient aucune affinité avec la Force.
— Votre peuple est connu pour son sens des affaires, lâcha finalement le Bothan. Je peux donc vous proposer un marché.
— Lequel ?
— Revenez au sein de la Nouvelle République, sous le parrainage de Borsk Fey’lya, et vous deviendrez très vite le prochain Commandeur Suprême de nos forces.
Le regard de Bel Iblis se fit plus dur encore.
— Les stéréotypes ne sont pas toujours justes, dit-il d’une voix cassante. On prétend que les Bothans sont toujours les mieux informés, mais vous semblez persuadé qu’Ackbar a vraiment passé un marché avec les Impériaux. Est-ce de l’opportunisme politique, ou de l’aveuglement ?
— Les faits…
— J’ai eu des désaccords avec Gial Ackbar, autrefois, mais nous étions d’accord sur l’essentiel : la guerre contre l’Empire ! martela Bel Iblis. Jamais il n’aurait trahi son camp. Prétendre une telle chose est une insulte faite à son honneur. Les comptes secrets opportunément révélés ? C’est une pratique courante de déstabilisation. Palpatine la pratiquait déjà lors de la Guerre des Clones. Crix Madine et Tycho Celchu en ont aussi été victimes, n’est-ce pas ?
— Le mode opératoire est très différent…
— Parce que les Impériaux ont évolué, eux. Mais les vieilles techniques restent les meilleures. Plus c’est gros, plus ça passe… Surtout si quelqu’un se précipite dessus pour l’exploiter.
Une femme habillée d’une tenue de combat fit alors irruption dans la pièce.
— Sénateur !
— Irenez, répondit Bel Iblis en se levant. Que se passe-t-il ?
— Solo et Calrissian ont quitté leurs appartements. Ils sont dans le mess.
Le Corellien baissa la tête avant d’acquiescer.
— Allons-y. Général, après vous.
Beny’lya se leva à son tour et se dirigea vers la porte, passant devant Bel Iblis qui lui emboîta aussitôt le pas.
Le Nid du Faucon Pèlerin, la base de Bel Iblis, ressemblait beaucoup aux anciennes installations de l’Alliance Rebelle, que ce soit la base Zéro de Yavin ou la base Écho de Hoth. Bâti avec des préfabriqués datant de la Guerre des Clones, le complexe n’était pas très impressionnant mais semblait bien géré. En quittant le centre de commandement, ils montèrent dans un speeder de combat qui les emmena vers les plateformes d’envol.
Beny’lya ruminait la situation en silence. Intérieurement, il bouillait de rage. Une panne des systèmes de survie sa navette personnelle lui avait fait perdre deux précieuses heures à l’arrivée de l’Ar’kai en orbite, un temps que Solo avait pu employer pour rencontrer Bel Iblis.
Lorsqu’il était enfin arrivé à la base, Beny’lya avait été informé par Tav Breyl’lya de la rencontre entre Han Solo, Bel Iblis et un troisième homme, l’ancien général rebelle Lando Calrissian. Un ami proche de Solo, pour autant que Derth s’en souvienne.
Il va falloir faire preuve de finesse pour retourner la situation, comprit Beny’lya. Quitte à rebattre toutes les cartes.
Ils arrivèrent devant un bâtiment d’aspect anodin, en plastique-à-mémoire comme tous les autres, et qui n’avait comme signe distinctif que quelques lettres peintes à la main indiquant son rôle de cantine militaire et bar d’appoint.
Quand ils y entrèrent, ils ne virent qu’un seul homme, élégamment habillé, en train d’examiner les entrailles d’un répéteur accroché sur le mur derrière le bar.
— Eh bien, Calrissian ? tonna Bel Iblis.
Comme foudroyé, l’homme se raidit d’un coup et laissa retomber la cloison qu’il tenait. Au même instant, Han Solo et un autre homme sortirent d’une pièce annexe, des bouteilles entre les mains.
Découvrant la situation, l’ancien contrebandier eut un sourire ironique.
— Désolé, Sénateur, mais nous voulions boire un petit verre en vous attendant.
— Dans ce cas, vous ne vous opposerez sans doute pas à ce que nous le partagions avec vous ?
— Ce sera avec plaisir.
Il approcha avec ses bouteilles et les posa sur une grande table. Celui qui l’accompagnait – sans doute le barman – fit de même et apporta des verres tandis qu’ils s’installaient tous autour de la table, avant de quitter la salle.
Solo examina une des bouteilles avec intérêt.
— Une Kibshae ’48, déclara-t-il. Parfait pour les réunions un peu tendues.
Il plongea son regard dans celui de Beny’lya.
— La dernière fois que je vous ai vu, vous étiez menotté et encadré par deux agents de Cracken. Vous vous en êtes plutôt bien tiré, à ce que je vois.
— Je suis plein de ressources, répondit le général en levant son verre. À votre santé.
Ils trinquèrent tous, mais sans enthousiasme démonstratif.
— Vous savez, reprit Solo, c’est assez marrant quand on y pense.
— Marrant ? interrogea Bel Iblis.
— Nous étions venus sur New Cov pour découvrir ce que les Bothans y tramaient. Et nous nous retrouvons, ici, autour d’un verre, avec le chef des militaires bothans et un sénateur présumé mort depuis quinze ans.
— Vous vouliez nous espionner, lâcha Beny’lya.
Ses soupçons se trouvaient une nouvelle fois confirmés. Les humains et leurs actes fourbes…
— Juste histoire de vérifier que vous ne savonnez pas trop la planche pour Ackbar, répliqua Solo. On ne sait jamais…
— Nous n’avons pas piégé Ackbar.
— Mais vous et votre cousin, vous profitez de cette affaire ridicule pour renforcer votre pouvoir. Un comportement intéressant… Nécrophages, pas chasseurs…
— Ce n’est pas le problème, aujourd’hui, intervint Sena Midanyl. Les histoires de clans politiques sont secondaires. L’affaire Ackbar déstabilise toute la Nouvelle République. Et dans l’autre camp, vous avez un Empire plus dynamique qu’il ne l’a jamais été depuis Endor.
— Exact, répondit Bel Iblis. Nos analyses des communications impériales captées est édifiante. Les Impériaux se réarment et recrutent. Ils disposent de nombreuses informations, jusqu’au cœur du Palais Impérial – la Source Delta, comme ils l’appellent. La situation pourrait rapidement devenir critique.
— Ackbar est le seul capable de mener nos forces, insista Solo. Et je ne dis pas ça à la légère.
— Vos désaccords récents sont connus de tous, confirma Irenez.
— Il n’a pas accepté ma démission de l’armée, avoua le Corellien. Et il a désapprouvé mon appel aux contrebandiers. Mais je ne suis pas rancunier.
— Ou si peu, intervint Calrissian.
Solo fit une moue mitigée.
— Je ne t’ai jamais fait payer pour le coup de Bespin.
— J’ai passé un an à préparer ton sauvetage ensuite.
— Bien vu.
Bel Iblis but une gorgée et reposa son verre en le claquant.
— Parfois, on doit être prêt à enterrer les querelles pour l’intérêt commun. C’est le cas aujourd’hui. La Nouvelle République est encore balbutiante, et on ne peut pas se permettre qu’elle tombe. Je pense pouvoir vous aider à la sauvegarder.
— Vous seriez prêt à vous joindre à la Nouvelle République ? interrogea Solo.
— À re-joindre, en fait, précisa Bel Iblis. J’ai fait partie de l’Alliance Rebelle autrefois.
Calrissian échangea un regard avec son ami.
— Je l’ignorais aussi, se défendit le capitaine du Faucon Millenium.
— J’étais l’un des premiers dirigeants de l’Alliance, expliqua l’ancien sénateur. Vous vous souvenez sans doute de l’accord initial qui a donné naissance à la Rébellion.
— Le Traité Corellien, acquiesça Solo. Alors…
— Votre amie Bria Tharen était l’une de mes meilleures officières. L’une des premières à me rejoindre et l’une des plus déterminées. Sa mort a coïncidé avec mon éloignement de l’Alliance. Nous formions un triumvirat informel, à l’époque : Bail Organa, Mon Mothma et moi. Bail fournissait les fonds, Mon Mothma les hommes et je m’occupais de nous équiper en vaisseaux. Hélas, après la destruction d’Aldérande, nous n’étions plus que deux… Et l’équilibre des pouvoirs s’en est trouvé bouleversé.
— Laissez-moi deviner. Mon Mothma a pris Leia sous son aile et elle vous a marginalisé.
— Je pensais qu’elle allait devenir aussi autocratique que l’Empereur, qu’elle ne se battait plus contre lui que pour prendre sa place, avoua Bel Iblis.
Il pinça les lèvres, visiblement soucieux.
— J’ai vécu l’ascension de Palpatine au pouvoir, expliqua-t-il aussitôt. Quand je suis arrivé sur Coruscant, comme assistant de Com Fordox, c’était l’homme politique en vogue. Aucune affaire de corruption en vingt ans au pouvoir, un miracle à l’époque. Cultivé, tempéré, intuitif. Son élection à la Chancellerie, en pleine période troublée, était vue comme un nouveau souffle. Puis les choses ont évolué… La crise séparatiste, le renforcement des pouvoirs… Progressivement, sans trop de bruits, jusqu’à ce que la guerre éclate et qu’il soit trop tard. Et à cette époque, qui a seulement osé dire à la République qu’elle faisait fausse route ? Corellia !
Il fit un geste en direction de Midanyl.
— Sena s’en souvient aussi bien que moi. Nous avons protégé notre système et c’est la seule chose qui nous a épargné les dévastations de la guerre. Mais cela ne nous a pas protégés de l’Empire… Aussi, quand j’ai vu en Mon Mothma quelques-uns des signes que j’avais remarqué autrefois chez Palpatine, j’ai décidé de prendre mes distances.
— Mais la situation a encore évolué, intervint Midanyl.
— En effet. La Nouvelle République sera bientôt une république de fait, si j’en crois les informations officielles et vos propos, Solo. J’en prends acte, comme je prends acte des difficultés que vous connaissez. Cela fait longtemps que cette idée flotte dans mon esprit. Je ne veux pas revenir comme un mendiant, mais en apportant quelque chose à la Nouvelle République. Et je sais à présent comment. L’Empire s’est emparé de toute une flotte sur Sluis Van… L’équilibre militaire pourrait vite basculer. Mon ralliement le ramènerait à votre avantage.
— Avec tout le respect que je vous dois, intervint Beny’lya, six cuirassés ne compenseront pas les pertes de Sluis Van.
— J’en conviens, admit Bel Iblis. Et ce n’est pas ce que je sous-entendais. Mais j’imagine que vous voyez de quoi je parle, Calrissian ?
— J’en ai une vague idée, admit le Socorrien.
— Je m’en doutais. Il n’y avait pas beaucoup de raisons pouvant vous amener à examiner ce vieux répétiteur. J’imagine que ce sont les capitonnages bleus et dorés qui vous ont mis la puce à l’oreille ?
— J’ai voulu vérifier avant de trop m’enthousiasmer, confirma Calrissian.
— Et c’est tout à votre honneur.
— Je ne comprends rien à ce que vous racontez, admit Derth.
Bel Iblis joignit ses mains sur la table. Il avait retrouvé l’air inflexible qu’il arborait une heure plus tôt, dans la salle de commandement, mais l’agrémentait cette fois d’un mince sourire qui n’aurait pas dépareillé sur le visage d’un bothan.
— Six cuirassés ne suffiraient pas, dit-il doucement, mais que diriez-vous de deux cents ?

* *
*
La planète autour de laquelle orbitait l’Ar’kai était isolée, mais les systèmes de communication du destroyer étaient suffisamment puissants pour établir une liaison stable jusqu’au relais Holonet le plus proche. Seul bémol, la recherche de la meilleure ligne de transmission pouvait prendre un certain temps.
— Combien de temps ? grommela Derth, qui trépignait d’impatience.
— Nous y sommes presque, répondit un technicien des techniciens depuis la fosse à terminaux que surplombait la passerelle de commandement.
Le général se mit à tapoter nerveusement du pied le sol brillant, afin de rappeler à tous son agacement.
— Liaison établie ! annonça finalement un opérateur comm. Vous pouvez lancer votre appel.
— Enfin !
Il se dirigea vers la petite salle annexe équipée d’un holoprojecteur qui permettait de discuter en toute intimité si le besoin s’en faisait sentir.
Et vu ce que je dois annoncer à Borsk…
Il entra quelques coordonnées dans la console centrale, et le logo de l’Holonet apparut immédiatement, remplacé presqu’aussitôt par la silhouette de Fey’lya, plus vraie que nature.
Derth, salua le Conseiller. Que me vaut cet honneur ?
La question avait été posée sur un ton presque sarcastique, mais Beny’lya ne s’en formalisa pas. Ce qu’il avait en réserve pouvait rabattre le caquet de son prétentieux de cousin.
— J’ai établi le contact avec Bel Iblis, annonça-t-il d’emblée. Mais la situation est plus complexe que prévue. Han Solo et Lando Calrissian sont aussi présents.
Fey’lya se mordit les joues.
Voilà qui remet en question toute notre stratégie, lâcha-t-il ensuite. Solo est Corellien, comme Bel Iblis. Et l’ancien sénateur n’est pas connu pour se sentir redevable de ceux qui l’ont aidé.
— Dans ce cas, pourquoi l’avoir fait ?
Parce qu’il vaut mieux disposer d’une solution de repli au cas où les choses tourneraient mal. Surtout quand on s’attaque à un adversaire de la taille de l’Empire Galactique…
Derth dut admettre que c’était un choix pragmatique qui lui convenait bien.
— Mais Solo, voire même Bel Iblis, ne sont plus que des paramètres secondaires de l’affaire. Borsk, la situation a sérieusement évolué.
Que dit Bel Iblis ? Il accepterait de devenir Commandeur Suprême ?
— Il est convaincu de l’innocence d’Ackbar. Il se méfie de nous…
La procédure suit son cours.
— Nos informaticiens pourraient examiner d’un peu plus près ce transfert douteux…
Pour faire libérer Ackbar plus vite ?
— Pourquoi pas ?
Derth décida que le moment était venu de faire preuve d’un peu d’intelligence politique. Suffisamment, en tout cas, pour que son cousin ne le sous-estime plus.
— Tu ordonnes l’examen, nos agents découvrent les preuves d’un complot, et tu les révèles au Conseil Provisoire. Ackbar est relâché, grâce à ton intervention. Tu justifies ta conduite par ta volonté d’une égalité parfaite entre tous les membres des Forces de Défense de la Nouvelle République, du simple soldat au commandant en chef. Et tu deviens l’Incorruptible, le garant des principes du régime.
C’est un plan intéressant, admit Fey’lya. De fait, nous disposons déjà des preuves attestant d’un complot impérial.
Et voilà pour ma longueur d’avance…
— Alors cette tactique est encore plus simple à mettre en œuvre.
À condition qu’elle comporte un réel intérêt. Pour l’heure, garder Ackbar enfermé nous est bien plus profitable.
— Ackbar n’aura plus aucune importance si nous ramenons la flotte Katana au sein de la Nouvelle République.
Fey’lya se raidit, le regard figé.
La flotte Katana.
— Les cuirassés de Bel Iblis en proviennent. Les six. Ce qui signifie qu’il y a sans doute encore cent quatre-vingt-quatorze autres navires qui attendent, quelque part dans l’espace profond, qu’on mette la main dessus…
Et Bel Iblis sait où les trouver…
— Non, mais il sait qui les a trouvés. Il nous propose de partir à sa rencontre pour établir un marché.
Ce « nous » impliquant… ?
— Solo, Calrissian… Et moi, bien sûr.
Donc le Conseil Provisoire sera informé. Sans nous.
Beny’lya inspira un grand coup.
— Alors prends les devants. Réunis le Conseil. Apprends-leur la vérité sur Ackbar, sur Bel Iblis, sur la flotte Katana, sur tout. Joue toutes tes cartes et présente-toi en protecteur de la Nouvelle République. L’affaire Ackbar a miné l’influence de Mothma et d’Organa sur les Forces de Défense : aujourd’hui, tu es le seul qui peut mobiliser toutes nos forces.
S’inspirant de Bel Iblis, il tendit quatre doigts vers l’holoprojecteur.
— Quatre cent mille hommes d’équipage. Tu es le seul en mesure de les mobiliser… C’est ce qu’il nous faut pour prendre le contrôle de ces navires avant que l’Empire s’en empare.
Il y a un risque ? demanda calmement Fey’lya.
Beny’lya reconnaissait bien ce comportement-là : c’était celui du calculateur, pesant tous les éléments avant de prendre sa décision. Et c’est ton erreur, Borsk, songea-t-il avec délectation. Tu as oublié ce qu’est réellement un Bothan. Nous sommes des chasseurs. Des prédateurs. Des instinctifs. Parfois, mieux vaut se fier à ses tripes qu’à son cerveau.
Derth appréciait la situation à sa juste valeur. Pour une fois, c’était lui qui tenait son propre cousin en haleine. Il avait toutes les clés en main, et cela le réjouissait, même s’il avait fallu traiter avec des humains pour y parvenir.
— Bel Iblis prétend que les Impériaux disposent d’un informateur au cœur même du palais. La « Source Delta », comme ils l’appellent. Nos services ont quelque chose là-dessus ?
Nous n’avions pas de noms, jusqu’à présent.
Il détourna son regard un bref instant, puis tendit la main : Beny’lya comprit qu’il venait d’attraper l’holoprojecteur.
Le Conseil de l’Éducation est en session plénière ce matin, expliqua le Conseiller en se mettant à marcher. Mon Mothma devait le superviser… Je vais aller la prévenir directement.
Le décor changea derrière lui ; Derth aperçut les parois étroites d’un turboascenseur.
— Je sais où nous pourrions trouver un tel effectif, reprit le général. L’État-major prévoyait de réarmer la flotte de Teradoc et formait des équipages sur Coruscant à cette fin.
Il s’agit de la flotte que nous avons perdu sur Sluis Van ?
— Précisément ! L’Empire doit être en train de réparer les vaisseaux et d’y affecter ses propres équipages. Comment pourrait-il trouver aussi, pour la flotte Katana, autant d’hommes formés en si peu de temps ?
Ça pourrait bien marcher… murmura Fey’lya.
Le décor changea à nouveau. Apercevant rapidement un arbre ch’hala multicolore en arrière-plan, Derth comprit que son cousin venait d’entrer dans le Grand Corridor.
— Je vais t’envoyer la quasi-totalité de ma flotte pour les embarquer. Plus Tav Breyl’lya, qui ne nous aura pas servi à grand-chose ! Mobilise autant de ressources que possible. Cette opération est capitale.
Où dois-je les envoyer ?
Derth jeta un coup d’œil à la feuille de flimsiplast sur laquelle il avait noté toutes les informations essentielles sur leur cible.
— Sur Pantolomin. C’est là que nous nous rendons.
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Dark Palgueïss » Ven 26 Jan 2018 - 19:44   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 102 lu !

Moi à partir du moment où Han Solo est présent, j'achète ! Avec en plus Lando c'est d'autant mieux :lol:

Toute petite déception de ce chapitre (la seule), j'aurais aimé plus d'échanges entre Solo et Derth, les légères piques qu'ils s'envoient nous mettent en appétit.

Sinon, chapitre qui ouvre des intrigues intéressantes avec un nouveau personnage Bel Iblis que personnellement je ne connaissais pas. C'est d'ailleurs très sympa de brièvement présenter son histoire, ça fixe tout de suite le personnage pour ceux qui ne connaissent pas par coeur l'Univers étendu. Et c'est fait avec pas mal de légèreté.

La révélation selon laquelle il pourrait amener la Flotte Katana à la Nouvelle République est le temps fort de ce chapitre, si mes souvenirs sont exacts, c'est cette flotte que Thrawn a utilisée dans sa campagne ? Si elle tombe entre les mains des républicains, ça pourrait changer la donne. :sournois:

Sinon j'ai beaucoup aimé Derth dans ce chapitre. Dans la première partie, entre Solo et Bel Iblis on le trouve presque "effacé", mais si l'on sait peu ce qu'il pense lors de cette discussion, on découvre vite dans la deuxième partie qu'il a écouté attentivement ce qui se disait, notamment à propos de la Flotte Katana. On en attendait pas moins de lui !

Son échange avec son cousin est intéressant, et je lui trouve une "hostilité" nouvelle envers le Conseiller... Bien sûr ça n'a jamais été l'amour fou entre eux, mais quand même... Serait-ce que Derth commence à avoir plus d'ambition qu'être le poing armé de Borsk ? Doit-on se préparer à des trahisons entre cousins ? :sournois:

Sinon j'ai noté ça :

Et tu deviens l’Incorruptible


Une référence à Robespierre ? :lol:
Dark Palgueïss
Jedi SWU
 
Messages: 78
Enregistré le: 06 Jan 2017
 

Messagepar Alfred M. » Ven 26 Jan 2018 - 20:12   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Derth comprit que son cousin venait d’entrer dans le Grand Corridor.


I know what you did here :sournois: .

Bon sinon c'est vrai que ce serait un retournement intéressant que la NR obtienne les Dreadnaught même si ça remplacerait pas les vaisseaux modernes perdus. Plus important si Ackbar revenait à la barre ce serait un sacré problème pour les impériaux.

Toujours aussi intéressant à suivre, plus les chapitres avancent plus on est tenu en haleine :) .
"Your Rebellion's part in that war didn't conclude with your victory at Endor. In fact, it's barely begun."
Grand Admiral Osvlad Teshik - The Essential Guide to Warfare
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2018
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Ven 26 Jan 2018 - 21:35   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous ! :jap:

Dark Palgueïss a écrit:Toute petite déception de ce chapitre (la seule), j'aurais aimé plus d'échanges entre Solo et Derth, les légères piques qu'ils s'envoient nous mettent en appétit.


Bel Iblis servait de modérateur... Une fois en mission, ils n'en auront plus. :D

Dark Palgueïss a écrit:Sinon, chapitre qui ouvre des intrigues intéressantes avec un nouveau personnage Bel Iblis que personnellement je ne connaissais pas. C'est d'ailleurs très sympa de brièvement présenter son histoire, ça fixe tout de suite le personnage pour ceux qui ne connaissent pas par coeur l'Univers étendu. Et c'est fait avec pas mal de légèreté.


Merci ! Bel Iblis est un de mes personnages préférés, un des plus nuancés de tout l'UEL. Il est dans le camp du Bien, mais il a des défauts bien prononcés (son entêtement par exemple) et n'hésite pas à prendre des décisions parfois extrêmement difficiles (tirer sur les transports de réfugiés dans Star by Star).

Dark Palgueïss a écrit:La révélation selon laquelle il pourrait amener la Flotte Katana à la Nouvelle République est le temps fort de ce chapitre, si mes souvenirs sont exacts, c'est cette flotte que Thrawn a utilisée dans sa campagne ? Si elle tombe entre les mains des républicains, ça pourrait changer la donne. :sournois:


Si elle tombe... :siffle:

Dark Palgueïss a écrit:Son échange avec son cousin est intéressant, et je lui trouve une "hostilité" nouvelle envers le Conseiller... Bien sûr ça n'a jamais été l'amour fou entre eux, mais quand même... Serait-ce que Derth commence à avoir plus d'ambition qu'être le poing armé de Borsk ? Doit-on se préparer à des trahisons entre cousins ? :sournois:


Timothy Zahn, dans Dark Force Rising, a écrit:— Oui, car c’est malheureusement un autre trait de caractère typique des Bothans. Dès qu’un leader bothan trébuche, les autres lui passent dessus. Dans le passé, c’était au sens propre : ils allaient jusqu’au couteau, à la mort. Mais de nos jours, ils se satisfont de l’assassinat verbal. C’est un progrès, je pense.


Dark Palgueïss a écrit:Sinon j'ai noté ça :

Et tu deviens l’Incorruptible


Une référence à Robespierre ? :lol:


Exactement ! :jap:

Alfred M. a écrit:I know what you did here :sournois: .


:D

Alfred M. a écrit:Bon sinon c'est vrai que ce serait un retournement intéressant que la NR obtienne les Dreadnaught même si ça remplacerait pas les vaisseaux modernes perdus. Plus important si Ackbar revenait à la barre ce serait un sacré problème pour les impériaux.


Reste à voir ce qui va réellement se passer !

Alfred M. a écrit:Toujours aussi intéressant à suivre, plus les chapitres avancent plus on est tenu en haleine :) .


Merci ! :cute:

Au menu du prochain chapitre : Grodin Tierce, un peu de Karen Traviss et même de la Menace Fantôme ! :sournois:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Ve'ssshhh » Ven 26 Jan 2018 - 21:47   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 102 lu! (enfin)

Ah, ah! C'est un sacré retournement de situation: Bel Iblis prêt à rejoindre la République, Fey'la volant au secours d'Ackbar, la flotte Katana bientôt entre les mains de la NR...
J'adore la façon dont tu détournes les scènes du livre!

Heu, ils ont bien dit : "source delta"?
Hé, les bothans: attention à la source Delt.... Ah, trop tard! :paf:

Quelque chose me dit que cela va tourner à la course de vitesse... Comme dans l'autre univers, finalement. :D


Edit:
Je ne l'avais pas vu à la première lecture ( ni à la seconde :oops: ), mais:

Nous y sommes presque, répondit un technicien des techniciens depuis la fosse à terminaux que surplombait la passerelle de commandement


Je suppose que tu voulais écrire " ...répondit un des techniciens depuis..." :wink:
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 464
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Johny Boy » Ven 26 Jan 2018 - 22:10   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Prologue: lu
J'aime beaucoup cette période et ces personnages déjà donc forcément j'suis partial mais j'aime bien
Johny Boy
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1037
Enregistré le: 31 Mar 2007
Localisation: Devant mon pc, dans mon monde
 

Messagepar mat-vador » Ven 26 Jan 2018 - 23:20   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Miammiammiamiam! de la Fédération Impériale :x !

Ces bothans sont toujours opportunistes et mon dieu, La Nouvelle République va-t-elle devancer Thrawn dans la capture de la Flotte katana :roll: ?

Tu as dit qu'il y aurait du Menace Fantôme dans tes prochains chapitres? Vas-tu faire réapparaître Jar Jar :D :D :D ?
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 777
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Sam 27 Jan 2018 - 8:59   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 102 lu !

Une nouvelle fois, un excellent Chapitre ! Il faut dire que Han et Lando "respirent" les personnages des films, même s'ils n'ont guère de répliques. Avec en plus Bel Iblis qui leur livre pas mal d'infos - en faisant le lien avec le contexte prélogique, ce qui ne gâche rien - et Beny'lya qui s'émancipe enfin de l'ombre de son cousin, tout cela fait beaucoup de points positifs. Ackbar sera-t-il enfin libéré de tout soupçon ? Peut-être, mais être libéré de tout soupçon ne signifie pas retrouver son rang... :sournois:

Et bien sûr, avec cette source Delta, rien ne dit que l'Empire ne va pas, lui aussi, se mettre à la recherche de la flotte Katana... Et si jamais il leur met la main dessus, ça sentira vraiment très mauvais pour la Nouvelle République ! :chut:

Vivement la suite !

(Sinon : à quand un lien avec les Chroniques de la Marine Républicaine ? L’occasion parait trop belle avec une partie de l'intrigue qui s'oriente vers la recherche de la flotte Katana ! :oui: )
"Les histoires que nous aimons ne rentrent peut-être pas toutes dans une seule ligne de temps, mais elles compteront toujours à nos yeux." - JJ Miller

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3902
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Sam 27 Jan 2018 - 14:04   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous !

Ve'ssshhh a écrit:Ah, ah! C'est un sacré retournement de situation: Bel Iblis prêt à rejoindre la République, Fey'la volant au secours d'Ackbar, la flotte Katana bientôt entre les mains de la NR...
J'adore la façon dont tu détournes les scènes du livre!


Merci ! :jap:
Cette fois, Bel Iblis est en position de force. Dans le livre, il ne veut pas revenir en implorant Mon Mothma, mais ici, avec la semi-victoire de Thrawn sur Sluis Van, la Nouvelle République est dans une posture bien plus difficile...

Ve'ssshhh a écrit:Quelque chose me dit que cela va tourner à la course de vitesse... Comme dans l'autre univers, finalement.

:sournois:

Ve'ssshhh a écrit:Je suppose que tu voulais écrire " ...répondit un des techniciens depuis..."


Houlà, effectivement ! Merci, je vais corriger illico. :transpire:

Johny Boy a écrit:Prologue: lu
J'aime beaucoup cette période et ces personnages déjà donc forcément j'suis partial mais j'aime bien


Merci ! J'espère que la suite te plaira tout autant. ^^

mat-vador a écrit:Miammiammiamiam! de la Fédération Impériale !

Ravi de rassasier ton appétit ! :D

mat-vador a écrit:Ces bothans sont toujours opportunistes et mon dieu, La Nouvelle République va-t-elle devancer Thrawn dans la capture de la Flotte katana ?

Ou l'inverse ? Les paris sont ouverts !

mat-vador a écrit:Tu as dit qu'il y aurait du Menace Fantôme dans tes prochains chapitres? Vas-tu faire réapparaître Jar Jar :D :D :D ?

Image

L2-D2 a écrit:Une nouvelle fois, un excellent Chapitre !

Merci ! :jap:

L2-D2 a écrit: Il faut dire que Han et Lando "respirent" les personnages des films, même s'ils n'ont guère de répliques.

Y en aura davantage la prochaine fois ! Surtout pour Lando, qui est ici taiseux (comme dans le roman d'ailleurs ^^), mais aussi pour Han...

L2-D2 a écrit:Avec en plus Bel Iblis qui leur livre pas mal d'infos - en faisant le lien avec le contexte prélogique, ce qui ne gâche rien -

Zahn pouvait difficilement intégrer des références prélogiques à l'époque où il a écrit, comme tous les auteurs de la période Bantam... J'essaie de rattraper ça. :cute:

L2-D2 a écrit:Ackbar sera-t-il enfin libéré de tout soupçon ? Peut-être, mais être libéré de tout soupçon ne signifie pas retrouver son rang... :sournois:

Ni que ça lui épargnera d'autres malheurs... :whistle:

L2-D2 a écrit:(Sinon : à quand un lien avec les Chroniques de la Marine Républicaine ? L’occasion parait trop belle avec une partie de l'intrigue qui s'oriente vers la recherche de la flotte Katana ! :oui: )

Jamais. :transpire:
Ce sont deux univers bien distincts, deux continuités totalement différentes, et je tiens à ce que ça reste ainsi. Ainsi, au moins, je ne risque pas de spoiler involontairement la suite des Chroniques. :cute:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 04 Fév 2018 - 19:05   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Le chapitre du jour ! Finalement, la dose de Menace Fantôme, ce sera pour le prochain tour. ^^



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 103

Lorsque Grodin revint à lui, le premier sens qu’il perçut fut le toucher. Et quel toucher… Des draps satinés lui couvraient le corps jusqu’au cou.
Drôle de prison…
Il ouvrit les yeux et son étonnement grimpa d’un cran. Il était allongé dans une vaste chambre dont le mobilier élégant sous-entendait le raffinement. Les murs étaient peints dans un rouge écarlate et des dorures faisaient ressortir les encadrements des fenêtres et de la porte.
Et il n’était pas seul.
— Je vois que vous êtes enfin réveillé, fit une voix hors de son champ de vision.
Il tourna la tête pour apercevoir son visiteur… Et reconnut en lui l’homme qui lui avait tiré dessus.
Daiven Carson.
Ou presque.
Car à présent, sous la lumière solaire qui filtrait à travers les fenêtres de la chambre, Grodin pouvait mieux détailler le visage de son agresseur. Il avait un nez plus fin et une pilosité faciale plus claire que Daiven ; il portait en plus un collier de barbe qui donnait un air plus doux à son solide visage. Surtout, il paraissait plus jeune que Carson. Il leva une main en signe d’apaisement.
— Vous n’avez rien à craindre. Je ne suis pas votre ennemi.
Grodin balaya rapidement du regard la chambre.
— Je vois ça, dit-il, laconique.
— Il y a une cabine sanitaire derrière votre lit, et une tenue propre à votre taille dans la commode. Prenez le temps qu’il vous faudra. Mon père et moi vous attendrons dans le petit salon, au bout du couloir.
L’homme sortit sans ajouter un mot de plus.
Toujours allongé, emmitouflé dans son luxueux lit, Grodin fit le point sur sa situation.
Première information : il se sentait pâteux. C’était normal, après une décharge paralysante, mais le degré de son malaise était trop élevé pour être dû à une simple charge. En avait-il pris une autre ? L’avait-on drogué ? Quelle que soit la réponse, il estimait avoir dormi au moins trente heures, et peut-être jusqu’à une semaine.
Ce qui posait la question de sa localisation. En trente heures, il avait facilement pu être emmené sur un monde voisin de Corulag, comme l’autre planète-clé du secteur Borméa, Chandrila. Et s’il avait dormi une semaine, comme il le craignait, il pouvait bien avoir traversé la moitié de la galaxie !
Venait ensuite le problème de ses hôtes. Il était certain d’avoir reconnu en l’homme qui venait de partir celui qui l’avait neutralisé un peu plus tôt. Ce qui le déroutait un peu plus encore. Des Impériaux ne lui auraient sans doute pas tiré dessus. Mais des Rebelles l’auraient enfermé dans une cellule plutôt que dans un palais !
Manquant cruellement d’informations, il ne pouvait planifier aucune évasion… Pour l’instant. La conduite la plus sage à tenir était sans doute de répondre aux exigences de ses hôtes pour en apprendre plus sur eux. Et savoir si le soupçon qu’il avait sur leur identité était bien fondé.
Cette résolution prise, il se leva, quittant avec regret ses draps, et prit la direction de la cabine sanitaire.
Après une rapide vérification – physiquement, tout allait bien, heureusement –, il entra dans la douche et découvrit avec plaisir qu’elle fonctionnait à l’eau. Il fit couler un filet chaud sur son dos, profitant de ce luxe tellement plus agréable que les douches soniques de l’armée impériale. Puis il sortit, se sécha et ressortit pour s’habiller.
Il examina sa tenue avant de l’enfiler. Ils étaient plutôt passe-partout : pantalon sombre en toile et chemise claire, avec un fin gilet sur les épaules. Une variante du « style Solo » en vogue sur les mondes humains de la Nouvelle République. Il la revêtit et, après un bref coup d’œil dans le miroir, sortit de sa si belle chambre.
Le couloir qui s’ouvrait devant lui était bâti dans le même style flamboyant. Des portes fermaient étaient visibles de part et d’autre ; il n’y avait pas de fenêtres, ce qui rendait l’ensemble plus sombre. La lumière venait de son dos, mais aussi d’une pièce qui s’ouvrait face à lui, à une trentaine de mètres. Il parcourut à grandes enjambées la distance, le ventre serré à l’idée de ce qu’il allait découvrir.
Le salon dans lequel il entra était assez large et ouvrait sur deux versants de la maison. À sa droite, une petite table entourée de chaises invitait au repas. Du côté gauche, des fauteuils à hauts dossiers se trouvaient face à une cheminée éteinte. Presque-Carson était assis dans l’un d’eux, visible. Il tourna la tête en voyant Grodin arriver.
Il avança vers lui, et vit alors l’autre homme.
Daiven Carson.
Cette fois, les traits correspondaient globalement à ceux du visage de son ami. Mais ils étaient marqués par de profondes cicatrices, d’anciennes brûlures sans doute. Le regard était identique, un mélange de dureté et d’ironie. Il était toutefois plus vieux, d’une quinzaine d’années sans doute.
Et Grodin sut alors que son hypothèse était fondée.
— Major Tierce, salua-t-il avec un signe de la tête. Je m’appelle Erv Lekauf. Je suis heureux de vous voir conscient.
— Merci, Monsieur, répondit-il en lui tendant la main.
Le vieil homme la lui serra avec une vigueur que ne laissait pas soupçonner son apparence.
— Je suis colonel, en fait, à présent.
— Alors la Nouvelle République n’est pas au fait des dernières nouvelles.
Grodin s’installa dans un fauteuil face aux deux hommes.
— Veuillez pardonner Shav pour la façon un peu cavalière dont il vous a traité, poursuivit le vieil homme.
— Sur le moment, je n’ai pas vu d’autre moyen de vous soustraire à mes collègues ou aux autorités militaires, expliqua son fils. Vous risquiez d’être capturé d’une minute à l’autre si je n’intervenais pas.
— Je vous en remercie, répondit Grodin. Cette aide m’est très précieuse.
Père et fils échangèrent un regard.
— Je préfère que les choses soient claires, reprit Lekauf senior. Nous n’avons pas fait ça pour vous aider, mais pour nous éviter des ennuis.
Grodin voulut répondre, mais l’autre ne lui en laissa pas le temps.
— Pourquoi êtes-vous venu sur Corulag ?
— C’est un monde important, répondit Tierce après quelques instants de réflexion. Un grand spatioport, sans doute moins surveillé que ceux du Centre Impérial…
— Et vous espériez y trouver des sympathisants impériaux.
— Je vous ai trouvés.
— Nous n’en sommes pas, intervint Shav. Pas au sens où vous l’entendez en tout cas. Si cela avait été le cas, je porterais l’armure des troupes de choc plutôt que l’uniforme de la sécurité du Curamelle…
— Exactement, approuva son père. Tout ce que j’appréciais dans l’Empire a disparu sur Endor…
— Je connais ça, avoua Grodin.
— J’en doute sérieusement. Je ne parlais pas de l’Empereur, colonel… En vérité, je suis plutôt ravi par son sort.
Il avait dit cela avec un mince sourire aux lèvres, ce qui lui donnait un air presque narquois. L’homme faisait preuve d’un indéniable courage : insulter ainsi la mémoire de Palpatine aurait été puni de mort face à n’importe quel autre Garde Impérial.
Mais Grodin garda pour seules armes les mots.
— Vous parlez comme un Rebelle.
— Et vous avez une vision par trop manichéenne et étriquée. J’ai vu l’Empereur de très près – moins longtemps que vous, certes. Il n’y avait rien en lui qui puisse m’inspirer le respect. Son apparence repoussante n’était qu’un aperçu de sa décrépitude intérieure.
— Ce sont les Jedi qui lui ont infligé ces cicatrices, rappela Tierce.
Ce qui provoqua un éclat de rire chez le vieux Lekauf.
— Vous croyez encore à cette fable ? Tel que je l’ai connu, il a très bien pu se les infliger lui-même pour servir ses objectifs. Palpatine n’avait aucun respect pour la vie, en particulier pour celle de ceux qui le servaient avec loyauté. Mais vous devriez le savoir, colonel, n’est-ce pas ? J’ai assisté une fois aux sessions finales de la Garde sur Yinchorr. Je sais ce que vous deviez faire pour accéder à l’honneur… Que dis-je, le privilège… De le servir. Lui. Pas l’Empire.
Le souvenir de Sevvion Xanxsi, son partenaire d’entraînement, s’imposa à Grodin, accompagné de l’habituelle vague de culpabilité. Il repensa à la fois où il en avait parlé, sur Wayland, avec Daiven, avant son départ pour Sluis Van…
Et cette fois, c’était l’image même de Daiven qui lui infligeait ces remarques cinglantes. Daiven, qui lui avait parlé de sa condition de clone… De son ignorance au sujet de son génome originel… Et du seul souvenir qu’il pouvait y rattacher.
— Vador, lâcha finalement Tierce. Vous étiez l’un des proches de Vador.
— Je ne sais pas si « proche » est le mot qui convient, mais c’est pour lui que je me battais, en effet. Est-ce mon clone qui vous l’a dit ?
Voyant l’air surpris de Grodin, son fils ajouta :
— Vous répétiez un nom quand je vous ai emmené ici. Daiven… J’ai fait quelques recherches, et le reste n’a pas été bien difficile à trouver.
— Il ne se souvient pas de vous, précisa Tierce. Mais il m’a dit qu’il ressentait un lien particulier avec Vador.
— Il a dû naître après mon départ de l’Armée impériale, répondit Lekauf. Je ne suis resté que quelques années au service de l’Empire, et ça m’a suffi pour voir plusieurs tentatives d’assassinat contre Dark Vador… La plupart orchestrées par Palpatine en personne. Comme un jeu… C’est au cours de l’une d’elles que j’ai récolté ces cicatrices, précisa-t-il en désignant son visage.
— Vous avez déserté ?
La question sembla l’insulter.
— Je vous parle de loyauté, et vous me demandez si j’ai déserté ? Foutaises ! J’ai fait part de mes sentiments à Vador – respectueusement, bien sûr – et il m’a offert un poste ici, sur Corulag, à la tête de la sécurité de Santhe/Sienar.
— Ça ne lui ressemble pas.
— Vous croyez ? Vador était bien conscient de la façon dont Palpatine se jouait de lui. C’est sans doute pour ça qu’il a fini par le tuer.
Grodin fixa le vieil homme avec des yeux ronds.
— Vous délirez. C’est Skywalker qui les a assassinés – tous les deux.
— Je suis resté suffisamment longtemps aux côtés de Vador pour me faire une idée sur l’identité de l’homme derrière le masque.
Il jeta un regard à Shav.
— Je ne connais pas grand-chose à la Force, mais je sais quels liens peuvent unir un père et son fils…
Le cœur de Tierce s’accéléra. Il a perdu la tête…
— Qu’allez-vous faire de moi ?
— Vous représentez un problème pour nous. Corulag est déjà étiquetée « planète impériale »… Si la Nouvelle République vous découvre, elle soupçonnera la présence de cellules infiltrées, semblables à celle que vous supervisiez sur Brentaal, selon votre dossier. Mais si vous disparaissez, on croira à une fausse alerte, et tout reviendra à la normale dans quelques temps. La seule solution serait de vous faire disparaître… Malheureusement, la planète est à présent soumise à une surveillance renforcée. Tous les vaisseaux repérés par la flotte de l’amirale Eclipse sont arraisonnés et inspectés dans les moindres détails. Ce serait une folie de vous envoyer là-haut…
— Donc vous allez me faire disparaître, comprit Grodin.
Le visage de Lekauf s’éclaira d’un fin sourire.
— Vous ne croyez pas si bien dire.



Ce chapitre fait 5 pages, j'en ai 694 sur mon document principal... Le cap des 700 sera franchi au prochain chapitre !
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Alfred M. » Dim 04 Fév 2018 - 19:56   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Finalement, la dose de Menace Fantôme, ce sera pour le prochain tour. ^^


Ca nous laisse du temps pour deviner le lien avec la Menace Fantôme que tu veux faire avec l'histoire de Tierce :D .

Un autre chapitre bien plaisant à lire avec encore une sympathique révélation pour les fans du Legends, ceux de Traviss surtout :cute: .

Et vu que tout le monde a déjà deviné que Vador est le père de Luke, autant que ça sorte :paf: .
"Your Rebellion's part in that war didn't conclude with your victory at Endor. In fact, it's barely begun."
Grand Admiral Osvlad Teshik - The Essential Guide to Warfare
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2018
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 04 Fév 2018 - 20:29   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 105 lu !

Pas de Menace Fantôme au programme, donc... Tant pis, on se consolera avec le retour inattendu d'un personnage de Karen Traviss, personnage qui fait le lien avec le l'un des personnages secondaires de ton récit, c'est bien vu et totalement inattendu du coup ! :oui:

Où vas-tu avec Tierce ? De là à ce qu'il finisse par se rallier avec un Poldrei qui ferait sécession d'avec Thrawn, voire même rejoigne la Nouvelle République, il n'y a qu'un pas !

Jagen Eripsa a écrit:Ce chapitre fait 5 pages, j'en ai 694 sur mon document principal... Le cap des 700 sera franchi au prochain chapitre !

Belle bête que ce premier tome !!! :shock: :jap:
"Les histoires que nous aimons ne rentrent peut-être pas toutes dans une seule ligne de temps, mais elles compteront toujours à nos yeux." - JJ Miller

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3902
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Dim 04 Fév 2018 - 21:01   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Ben finalement, Les potes de Grodin n'ont pas l'air si amicaux! Quelque chose me dit que notre Ancien Garde Impérial ne va pas se laisser faire :sournois: ..
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 777
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark Palgueïss » Sam 10 Fév 2018 - 12:19   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 103 lu (en retard :transpire: ) !

L'intérêt de ce chapitre va crescendo, on retrouve Tierce qu'on avait quitté en mauvaise posture, et surtout on découvre un nouveau personnage, Erv Lekauf. Si j'ai bien compris il est donc "l'original" de Daiven. Au fil de la discussion on découvre qu'il était un proche de Vador, ce qui augmente d'un coup son importance, et lorsque à la fin il explique qu'il connaissait la vérité à propos de l'identité de Vador, on se dit qu'on a affaire à un petit futé qui sait se servir de son cerveau. :oui:

Sinon je note que Han Solo est visiblement un lanceur de tendances vestimentaires, et ça, j'approuve totalement :lol:

Un léger détail m'intrigue cependant, c'est quoi une "douche sonique" ? Dit comme ça, ça n'a effectivement pas l'air sympa. :transpire:
Dark Palgueïss
Jedi SWU
 
Messages: 78
Enregistré le: 06 Jan 2017
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 13 Fév 2018 - 14:46   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci tout le monde ! Je répondrai à vos messages un peu plus bas. :jap:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 104

La balle jaillit des mains de la joueuse à une vitesse inouïe. L’officière tunroth avait une carrure impressionnante, à faire pâlir d’envie un wookiee, et elle savait comment s’en servir. En l’absence de gravité, le projectile suivit une trajectoire parfaitement droite qui devait le mener jusqu’à la cible adverse.
Mais un homme, un véritable colosse, revêtu de la tenue d’entraînement des pilotes, bondit sur son chemin et l’intercepta. L’impact l’entraîna en arrière, mais ses semelles magnétiques lui permirent de se maintenir au sol.
— Dia, à toi ! cria-t-il avant d’envoyer la balle à la twi’lek qui se tenait, debout, sur la paroi à sa droite.
Elle l’attrapa et la passa aussitôt vers Corran, qui tira à son tour. Il avait bien visé et crut un court instant qu’il allait marquer ; mais Varzatti sauta et la rattrapa, avant de s’accrocher au plafond.
— Ce ne sera pas pour cette fois ! s’exclama le colonel en affichant un grand sourire.
La sonnerie annonçant la fin du match retentit alors. Varzatti lâcha la balle, qui se mit à flotter pendant que les joueurs des deux équipes rejoignaient la sortie de l’arène.
— Match remporté par les navigants, annonça le commandant du Sewell. Autant pour la prétendue infaillibilité des pilotes !
Le zérograv-ball, variante du fameux grav-ball, se pratiquait dans une pièce fermée où ne s’appliquaient pas les lois de la gravité. C’était un sport déroutant mais assez populaire dans la Marine. Corran, Knysso Jooler et Siveline Jaderan des Rogues avaient répondu à l’invitation de trois de leurs collègues des Spectres, Garik « Face » Loran, Dia Passik et Kell Tainer, pour constituer une équipe capable d’affronter celle rassemblée par le colonel Varzatti. Sans succès, hélas.
Le retour à la gravité artificielle avait toujours quelque chose d’un peu déroutant. Knysso, qui était sortie la première de l’arène, aida Corran à s’en extraire à son tour sans s’effondrer au sol.
— Pour fêter ça, tournée générale au mess le plus proche ! annonça le commandant lorsqu’il reprit pied à son tour. Y compris pour les perdants !
L’annonce fut saluée comme il se doit par les troupes, qui se dirigèrent vers le bar en question. Après avoir récupéré leurs commandes, ils s’installèrent autour de grandes tables disposées devant la grande baie d’observation qui leur offrait une vue imprenable sur Coruscant. Le Sewell croisait au large d’une des stations Golan héritées de l’ère impériale ; la superstructure en orbite stationnaire masquait en partie les fantastiques lumières du monde-capitale.
Varzatti s’installa à la table des pilotes, à la place laissée vacante par Kell qui était allé rejoindre les autres officiers.
— Pour vous honorer de la présence du vainqueur ! s’exclama-t-il en s’asseyant.
— Vous semblez de très bonne humeur, colonel, remarqua Knysso avec un petit sourire.
— Ces nouvelles jambes sont une bénédiction, affirma-t-il. J’ai l’impression de revivre !
— Les changements sont impressionnants, confirma Loran. Vous êtes plutôt bon, au zéro-ball.
— Je pratiquais le grav-ball à haut niveau, avant la guerre, indiqua le colonel. J’étais membre de la sélection de Grizmallt avant de m’enrôler dans la Rébellion.
— Du coup, vous allez reprendre le pilotage ? demanda Corran.
— Hors de question, répondit Varzatti avec un sourire ironique. J’étais trop mauvais – sans quoi je n’aurais pas perdu mes vraies jambes !
Voyant que son explication ne les convainquait pas, il fit marche arrière :
— D’accord, c’était peut-être un peu plus complexe que ça. J’ai été blessé quand j’étais encore sous les ordres de Roons… Le général Sewell.
Son regard se fit lointain.
— Je ne peux pas m’empêcher d’éprouver un peu de culpabilité. Si j’avais été meilleur… Si j’étais resté… J’aurais peut-être pu éviter à Roons de se sacrifier pour la cause.
— Vous semblez bien l’avoir connu, remarqua Siveline.
— Comme tous ses hommes, indiqua Varzatti. Il était proche de chacun de nous.
Il posa les coudes sur la table.
— Il faut que vous compreniez une chose : Roons Sewell a créé l’esprit de la Rébellion. Dans les premiers temps, avant la bataille de Yavin, nous avions des leaders politiques… Mon Mothma, Bail Organa… Des stratèges militaires, comme l’amiral Ackbar ou le général Dodonna… Mais Roons était à part. Il portait le titre de général, mais la planification n’était pas vraiment son affaire… Sa meilleure arme, c’étaient les mots. Il a donné à la Rébellion l’envie d’aller jusqu’au bout, de se battre jusqu’au dernier homme, de ne rien lâcher tant que l’Empire existerait.
Il ouvrit ses mains, comme pour les englober tous.
— Vous, les Spectres, et surtout les Rogues, vous êtes les héritiers de cet « esprit de Yavin » qui a été insufflé par Roons. Et je trouve que c’est un bel hommage que le vaisseau qui héberge vos escadrons porte son nom. Tout ce que je regrette, c’est qu’il n’ait pas vécu assez longtemps pour voir ça…
Il leva sa pinte de bière lum pour porter un toast.
— Aux héros morts, lança-t-il, et à leur légende !
Ils trinquèrent tous avec lui et burent quelques gorgées.
— Je ne pourrais pas piloter à nouveau parce que ça me rappellerait trop l’époque de Roons. La Rébellion des premiers temps, c’était quelque chose ! Avant Yavin, nous avions toutes nos preuves à faire, des hésitations sur la conduite à tenir… Et nous manquions cruellement de moyens. Pour les prothèses, par exemple… Celles que j’avais jusqu’à présent avaient été bricolées avec des pièces de droïdes. Et pourtant… Pourtant, nous avons renversé l’Empire. Nous avons gagné, et nous gagnerons encore, peu importe ce que l’ennemi nous enverra. Ce Grand Amiral non-humain ne m’inquiète pas.
Corran pinça les lèvres. Il ne partageait pas totalement l’optimisme du colonel. Nous gagnerons, c’est certain… Mais avec combien de pertes ? Nous avons déjà affronté deux fois ce Thrawn… Il a volé son destroyer à Booster, et toute une flotte à la Nouvelle République. Jusqu’à présent, nous volions leurs vaisseaux aux Impériaux… Il inverse les rôles, et ça m’inquiète fortement.
Il n’avait pas encore eu de nouvelles de Mirax et de son beau-père depuis son retour sur Coruscant.
— Il doit bien inquiéter nos chefs, pourtant, remarqua Knysso. Le commandant Antilles est toujours au Palais pour son débriefing…
Revenu avec Corran et Myn à bord du Sewell, Wedge était presque aussitôt reparti pour informer le général Cracken de sa découverte.
— Je pense que ce n’est pas le seul sujet dont débat le Conseil provisoire, annonça Face. Pour l’heure, leur principale source d’inquiétudes, c’est Poldrei.
— Vous avez des informations là-dessus ? demanda Varzatti.
— On peut dire ça.
Loran se fendit d’un large sourire.
— Figurez-vous qu’avant d’entamer une glorieuse et héroïque carrière de chef courageux de l’Escadron Spectre, naviguant à travers toute la galaxie pour protéger la veuve et l’orphelin des manigances d’infâmes seigneurs de guerre impériaux…
Dia lui donna un coup de coude dans les côtes.
— Aïe ! Donc, avant ma carrière de pilote, j’ai été enfant-acteur pour le compte des chaînes d’Holonet de l’Empire. À cette époque, entre deux talentueuses prestations ovationnées par la critique qui saluait en moi l’exemple même de la beauté juvénile…
Il reçut un deuxième coup, plus fort.
— D’accord, d’accord ! Je côtoyais donc les personnels techniques des studios de Coruscant. Il y avait quelques Impériaux convaincus, bien sûr, mais la plupart n’étaient que d’honnêtes gens qui travaillaient pour vivre. Quand la Nouvelle République s’est emparée de la planète, elle a fermé tous les organismes de propagande pour rétablir un Holonet libre. Les présentateurs impériaux ont été renvoyés, bien sûr, mais les installations et les personnels ont été pour partie récupérés… Ce qui me permet d’avoir quelques connaissances fort sympathiques de l’autre côté des holocams.
— Qui vous refilent parfois des infos utiles, comprit Varzatti.
— Précisément !
— Je ne vois pas quel est le rapport avec Poldrei, dit Siveline en haussant les sourcils.
— Allons, mademoiselle, un peu de patience ! Il faut toujours quelques éléments de contexte pour faire une bonne histoire, croyez-en mon expérience de… (Il croisa le regard de sa compagne.) Bref ! Les Impériaux avaient concentré tous leurs studios Holonet sur Coruscant. C’était plus pratique pour le BSI, qui pouvait les garder à l’œil. Malheureusement pour eux, cela signifie que quand vous autres admirables Rogues avez bouté Isard hors de la planète à grand renfort de missiles à l’arrière-train, toutes leurs installations ont été perdues en même temps. Plus d’Holonet civil impérial. Rien que de petites chaînes locales dans les systèmes ou même sur les planètes. Bien sûr, pour la propagande, c’est plus simple. Quand l’information ne circule plus, la désinformation prend le relai… Et c’est comme ça que le Conseil Intérimaire est parvenu à cacher la vérité sur la situation catastrophique de l’Empire à la majeure partie de sa population, qui croit toujours que la Nouvelle République va s’effondrer à la fin de la semaine.
Il se fendit d’un petit rire avant de poursuivre.
— Hier soir, alors que Dia et moi passions un moment très agréable au Club Impératrice Têta, nous avons croisé l’une de mes anciennes maquilleuses, devenue assistante de production pour HoloInfos. Elle ne s’est pas fait prier pour me révéler les dernières exclusivités… Et notamment le fait que sa chaîne allait être à présent diffusée dans l’espace impérial.
— Dans l’espace impérial ? répéta Corran, surpris.
— Dans l’espace impérial, confirma Face. Et sans censure.
Varzatti laissa échapper un petit sifflement.
— Eh bien, voilà qui promet d’être intéressant…
— L’Empire n’a jamais relâché son étreinte sur les médias jusqu’à présent, rappela Dia. La propagande était même son essence. Elle permettait de faire croire à la population – la population humaine, bien sûr, le reste ne comptait pas – que l’Empereur était un puits de sagesse et qu’il accomplissait des miracles à chaque instant de la journée. Vous avez déjà lu un numéro de la Tribune Impériale ?
— La presse coruscanti n’a jamais fait de gros chiffres sur Corellia… marmonna Corran.
— J’ai consulté un numéro, une fois, admit Varzatti. Parce que je n’avais rien d’autre sous la main pour patienter.
— Comment ! s’exclama Face. Personne ici n’a lu mon superbe entretien… Je me tais ! conclut-il précipitamment en voyant les yeux de Dia lancer des éclairs.
— Au lieu de rappeler à tous ta brillante carrière, parle justement de cette interview, lui lança la twi’lek.
— L’interview ? répéta Siveline.
Elle seule était restée de marbre jusqu’ici.
— C’est Poldrei qui a négocié pour ce retour, expliqua Loran en regardant la jeune femme dans le blanc des yeux. La seule condition qu’il a posée est un interview en direct, après-demain.
Il plaqua son dos contre le dossier de sa chaise et passa ses bras derrière la tête.
— Voilà pourquoi, à mon humble avis bien sûr, les services du général Cracken ont fait appel à Piggy et Avorton. Ils avaient besoin de deux analystes du comportement. J’imagine qu’Avorton-Zsinj est sorti des oubliettes…
Le peuple d’Avorton, les Thakwaashs, avait une capacité très intrigante. La plupart de ses membres disposaient de personnalités multiples, dotées d’aptitudes différentes. Avorton avait appris comment les moduler pour en forger de nouvelles. Pendant leur traque de Zsinj, les Spectres avaient fait appel à ce talent pour deviner de quelle façon le Seigneur de guerre allait se comporter.
— J’ai entendu dire que vous étiez vous aussi un bon analyste, Loran, déclara Varzatti. Je m’étonne qu’ils ne vous aient pas réquisitionné vous aussi.
— Je n’avais pas grand-chose à dire de plus. Les Polcaphréens ont peu de spécificités… La gravité de leur planète est un millième de G supérieure à celle de Coruscant, et l’atmosphère a une composition tout à fait classique. La seule particularité, c’est une évolution génétique qui a été favorisée par la présence de deux soleils de couleurs différentes ; des iris d’un gris très spécifique qui sont plus répandus que la moyenne au sein de la population. D’ailleurs, vous les portez à merveille, mademoiselle Jaderan.
Corran tourna brusquement la tête vers Siveline.
— Tu es polcaphréenne ?
— Je suis le premier à le savoir ? s’étonna Face. Pourtant votre nom est assez caractéristique. Ou peut-être m’a-t-il sauté à l’oreille parce que je l’ai entendu lors du briefing pré-mission… C’est pour ça que vous lui en voulez, n’est-ce pas ? Quel était votre lien avec Palder Jaderan ?
— C’était mon grand-oncle, répondit-elle avec un regard glacial. Vous en savez beaucoup trop, lieutenant…
— C’est mon métier, se défendit-il.
— Alors peut-être pourriez-vous expliquer à ceux qui n’ont pas tout suivi ? suggéra Varzatti.
Siveline eut un petit soupir.
— Autant que je m’en charge moi-même… Mon grand-oncle était le chef du mouvement pro-séparatiste sur Polcaphran. Carth Poldrei était l’un des meneurs de la Résistance. À la fin de la Guerre des Clones, il a pris d’assaut le palais d’Heduris en compagnie de ses hommes et a exécuté de sang-froid Palder Jaderan.
Elle serra les dents.
— Il avait commis quelques erreurs – beaucoup d’erreurs – mais ça n’excuse en rien ce que Poldrei a fait. Il est ambitieux et violent… Et c’est pour ça que je me bats contre lui.
Voilà qui explique ses réactions violentes à chaque fois que le Moff est évoqué… songea Corran.
— Alors nous verrons peut-être cela à l’écran, dit Varzatti en plissant les yeux. Qui ont-ils choisi pour poser les questions ? Favel Dovinder ?
— C’est ça, le plus surprenant, répondit Face. Apparemment, ils ont fait appel à Jaden Asdertov.
— Jamais entendu parler, avoua Corran.
— Moi si, répondit Knysso. C’est un opposant de toujours à Palpatine… Il faisait partie des journalistes les plus critiques à son égard pendant la Guerre des Clones. Il s’est enfui de Coruscant à la proclamation de l’Ordre Nouveau et a refait surface quelques mois plus tard dans le secteur Bryx, aux côtés du général séparatiste Horn Ambigene. Ils ont plus tard rejoint la Rébellion.
— Un profil intéressant, commenta Dia. D’autant que Poldrei a apparemment accepté…
— Venez vous joindre à nous, commandant ! lança alors Varzatti en regardant en direction de la porte.
Corran se retourna. Wedge, l’air épuisé, venait de faire son entrée dans le mess, son casque sous le bras. Il se dirigea vers eux.
— Ce serait avec plaisir, colonel, dit-il quand il fut près d’eux. Malheureusement, ça devra attendre… J’ai des informations de la plus haute importance à vous communiquer.
— Nous étions justement en train d’en discuter, annonça Face avec son aplomb habituel.
— J’en doute, Loran, répondit Wedge. La situation a sérieusement évolué en quelques heures. Ackbar est de retour.
— Les accusations ont été levées ? demanda Corran, surpris.
Il n’avait jamais cru aux soupçons sur la probité de l’amiral, mais était surpris que la procédure aboutisse aussi vite.
— C’est étonnant, commenta Knysso. Et j’imagine que ça ne doit pas faire plaisir au conseiller Fey’lya.
— Détrompez-vous, Jooler. C’est lui qui a apporté les preuves d’un complot contre Ackbar… Et a demandé sa réintégration. Mais ce n’est pas le plus important. Colonel, les ordres de départ devraient arriver d’ici quelques minutes.
— La flotte se déploie ? Rien n’était prévu…
Il désigna sa tenue d’exercice.
— Sinon, vous pensez bien que je ne serais pas dans cet accoutrement.
— Je sais… Mais le Conseil provisoire a besoin de nous. Vous allez être content, Face ; nous prenons la direction de chez vous.
— Parfait, commenta Leader Spectre. Je vais préparer ma tenue de bain et mes jetons de casino…
La remarqua déclencha quelques rires ; Varzatti, lui, décrocha son comlink pour passer un appel.
— Lieutenant, nous avons une nouvelle mission, annonça-t-il. Préparez le vaisseau ; nous partons pour Pantolomin.



Alfred M. a écrit:Et vu que tout le monde a déjà deviné que Vador est le père de Luke, autant que ça sorte :paf: .


Tout le monde n'a pas encore deviné, loin de là ! Lekauf est un cas à part, vu qu'il a bien connu le Vador des premiers temps... Celui qui est allé se recueillir sur la tombe de Padmé.
Spoiler: Afficher
Image


L2-D2 a écrit:Où vas-tu avec Tierce ? De là à ce qu'il finisse par se rallier avec un Poldrei qui ferait sécession d'avec Thrawn, voire même rejoigne la Nouvelle République, il n'y a qu'un pas !


:sournois:

mat-vador a écrit:Ben finalement, Les potes de Grodin n'ont pas l'air si amicaux! Quelque chose me dit que notre Ancien Garde Impérial ne va pas se laisser faire :sournois: ..


Tu verras bien. :D

Dark Palgueïss a écrit:Si j'ai bien compris il est donc "l'original" de Daiven.


Exact ! :jap:

Dark Palgueïss a écrit:Sinon je note que Han Solo est visiblement un lanceur de tendances vestimentaires, et ça, j'approuve totalement :lol:


Y a pas que toi ! :D

Dark Palgueïss a écrit:Un léger détail m'intrigue cependant, c'est quoi une "douche sonique" ? Dit comme ça, ça n'a effectivement pas l'air sympa. :transpire:


C'est une variante très technologique des douches classiques, utilisant des ultrasons pour un décrassage optimal... Très efficace, mais pas très confortable. :D

Sinon, personne n'a remarqué l'évocation d'un personnage important de The Force Unleashed ? :(
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Alfred M. » Mar 13 Fév 2018 - 15:40   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Sinon, personne n'a remarqué l'évocation d'un personnage important de The Force Unleashed ? :(


Heu... :transpire: A vrai dire je sais même plus si j'avais capté que le Sewell, c'était pour Roons Sewell :paf: .

Bon sinon la tournure que ça prends est vraiment très intéressante, à tous les niveaux. Et nous teaserais-tu une bataille pour le prochaine chapitre ? :shock:
"Your Rebellion's part in that war didn't conclude with your victory at Endor. In fact, it's barely begun."
Grand Admiral Osvlad Teshik - The Essential Guide to Warfare
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2018
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 13 Fév 2018 - 17:01   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Alfred M. a écrit:Heu... :transpire: A vrai dire je sais même plus si j'avais capté que le Sewell, c'était pour Roons Sewell :paf: .


Je l'ai quand même appelé par son nom complet plus d'une fois. :D

Alfred M. a écrit:Bon sinon la tournure que ça prends est vraiment très intéressante, à tous les niveaux. Et nous teaserais-tu une bataille pour le prochaine chapitre ? :shock:


Pas pour le prochain... :sournois:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar L2-D2 » Mer 14 Fév 2018 - 11:21   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 104 lu !

Alors ça y est, tu as dépassé les 700 pages ?

Excellent ! Poldrei prépare quelque chose, mais quoi ? Une annonce en direct ? Une révélation sur les parents de Leia et Luke ? :sournois: A moins que tout cela n'ait rien à voir, ce ne serait pas la première fois que tu nous induirais volontairement en erreur...

Toujours un plaisir de retrouver Corran Horn, je trouve vraiment que tu as saisi le personnage, il parle comme Stackpole le ferait ! :jap: Et en prime un excellent Garik Loran, lui aussi fidèle à lui-même. Du tout bon dans la caractérisation, comme toujours !

La suite, vite ! :oui:

Jagen Eripsa a écrit:Sinon, personne n'a remarqué l'évocation d'un personnage important de The Force Unleashed ? :(

Hélas, non... même en retournant lire le Chapitre une seconde fois ! :(
"Les histoires que nous aimons ne rentrent peut-être pas toutes dans une seule ligne de temps, mais elles compteront toujours à nos yeux." - JJ Miller

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3902
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Alfred M. » Mer 14 Fév 2018 - 11:38   Sujet: Re: La Fédération Impériale

L2-D2 a écrit:
Jagen Eripsa a écrit:Sinon, personne n'a remarqué l'évocation d'un personnage important de The Force Unleashed ? :(

Hélas, non... même en retournant lire le Chapitre une seconde fois ! :(


Je viens de relire. Et j'avais tiqué la première fois en fait :transpire: . Mais vu la façon dont Ackbar parle d'elle dans le post-RotJ, j'avais toujours supposé à sa mort :transpire: . D'un coté c'était évident, ça se passe sur Corulag mais d'un autre, "Amirale", voilà quoi :transpire: .
"Your Rebellion's part in that war didn't conclude with your victory at Endor. In fact, it's barely begun."
Grand Admiral Osvlad Teshik - The Essential Guide to Warfare
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2018
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mer 14 Fév 2018 - 11:52   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Je pense avoir compris de quel personnage il s'agissait (Juno Eclipse ?) mais je ne vois absolument pas la référence... :(
"Les histoires que nous aimons ne rentrent peut-être pas toutes dans une seule ligne de temps, mais elles compteront toujours à nos yeux." - JJ Miller

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3902
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Alfred M. » Mer 14 Fév 2018 - 12:06   Sujet: Re: La Fédération Impériale

L2-D2 a écrit:Je pense avoir compris de quel personnage il s'agissait (Juno Eclipse ?) mais je ne vois absolument pas la référence... :(


Lis en partant de la fin tu trouveras vite :sournois: .
"Your Rebellion's part in that war didn't conclude with your victory at Endor. In fact, it's barely begun."
Grand Admiral Osvlad Teshik - The Essential Guide to Warfare
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2018
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mer 14 Fév 2018 - 12:35   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Oh punaise !!!! :shock:

Bien joué Jag, et merci Alfred ! :jap:
"Les histoires que nous aimons ne rentrent peut-être pas toutes dans une seule ligne de temps, mais elles compteront toujours à nos yeux." - JJ Miller

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3902
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mer 14 Fév 2018 - 13:27   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour vos comms ! :D

L2-D2 a écrit:Alors ça y est, tu as dépassé les 700 pages ?


Yep ! :cute:

L2-D2 a écrit:Excellent ! Poldrei prépare quelque chose, mais quoi ? Une annonce en direct ? Une révélation sur les parents de Leia et Luke ? :sournois: A moins que tout cela n'ait rien à voir, ce ne serait pas la première fois que tu nous induirais volontairement en erreur...


La réponse dans deux chapitres. :sournois:

L2-D2 a écrit:Toujours un plaisir de retrouver Corran Horn, je trouve vraiment que tu as saisi le personnage, il parle comme Stackpole le ferait ! :jap: Et en prime un excellent Garik Loran, lui aussi fidèle à lui-même. Du tout bon dans la caractérisation, comme toujours !


Merci ! :jap:

Alfred M. a écrit:Je viens de relire. Et j'avais tiqué la première fois en fait :transpire: . Mais vu la façon dont Ackbar parle d'elle dans le post-RotJ, j'avais toujours supposé à sa mort :transpire: . D'un coté c'était évident, ça se passe sur Corulag mais d'un autre, "Amirale", voilà quoi :transpire: .


Dans les faits, on n'a pas de date de mort officielle, ni même l'assurance qu'il y en a eu une. :transpire:
Pour moi, si le clone de Starkiller et Rahm Kota ont été tués (sans doute au cours de la libération de Vador), il n'en va pas forcément de même pour Juno, et je l'imagine bien devenant l'une de ces officières de la Nouvelle République en arrière-plan. Les romans font toujours intervenir Ackbar (à ce niveau, la saga de la Flotte Noire est d'une fraîcheur appréciable), mais il est évident qu'il y a eu davantage de commandants... Et j'imagine que Juno Eclipse peut en faire partie. Elle est chargée de la garnison de Corulag, son monde natal, ce qui apparaît pour tous comme un excellent compromis entre le tempérament planétaire, pro-impérial, et la volonté d'effectuer la transition vers la Nouvelle République. :)
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar mat-vador » Mer 14 Fév 2018 - 19:58   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Oh mon dieu j'ai oublié de commenter
Grand Maître Jagen veuillez me pardonner
Cette immense étourderie
car d'une Sith Twi Lek je me suis épris

Bon après ces vers de poésie :transpire: , il est temps de me confier.

Ta grande connaissance de l'UE ne cesse de me surprendre même si le nom de Sewell me disait très vaguement quelque chose. comme d'habitude c'est très plaisant à lire, on ne s'en lasse pas. :sournois:

Bref la suite!
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 777
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Jeu 15 Fév 2018 - 12:02   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci Mat ! :jap:

Y a de la connaissance de l'UE, c'est vrai, mais surtout beaucoup de recherches pour écrire chaque chapitre. J'ai toujours mes bouquins sous la main et un accès à Wookieepedia en moins de deux. :D
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Dark Palgueïss » Ven 16 Fév 2018 - 16:17   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 104 lu !

Et ça commence bien, puisque l'on découvre un sport de l'univers Star Wars, le "zéro ball". De manière générale, c'est ce qu'il y a de sympa dans cette histoire, les aspects "quotidiens" de l'univers Star Wars sont abordés, sans que ça ralentisse l'action pour autant. Personnellement j'adore, après la douche sonique (merci pour les explications, au passage), un sport de balles :lol:

Sinon, avec le personnage de Face, on apprend que le Moff Poldreï inquiète la République, l'inquiète peut être plus encore que Thrawn... Et ils ont bien raison, puisqu'on apprend que notre Moff préféré (pas dur en même temps ^^) va donner une prochaine interview à une chaîne pro-républicaine, diffusée donc largement à travers la Galaxie. J'ai comme l'impression qu'une petite révélation choc se prépare... :sournois:

Bref j'ai hâte de lire la suite !
Dark Palgueïss
Jedi SWU
 
Messages: 78
Enregistré le: 06 Jan 2017
 

Messagepar Dark Palgueïss » Ven 16 Fév 2018 - 21:50   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Ah oui et désolé pour le double post, mais je voulais te poser une question, et j'arrête pas de l'oublier. :transpire:

Est ce qu'on verra des batailles terrestres dans ton histoire ? Je trouve que tout ça manque de TB-TT :diable:
Dark Palgueïss
Jedi SWU
 
Messages: 78
Enregistré le: 06 Jan 2017
 

Messagepar Jagen Eripsa » Ven 16 Fév 2018 - 22:05   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci Dark Plagueïss ! :jap:

Dark Palgueïss a écrit:De manière générale, c'est ce qu'il y a de sympa dans cette histoire, les aspects "quotidiens" de l'univers Star Wars sont abordés, sans que ça ralentisse l'action pour autant. Personnellement j'adore, après la douche sonique (merci pour les explications, au passage), un sport de balles :lol:


Je trouve que c'est ce qui fait la richesse de l'univers SW, on peut très bien y imaginer son quotidien. :cute:

Dark Palgueïss a écrit:Sinon, avec le personnage de Face, on apprend que le Moff Poldreï inquiète la République, l'inquiète peut être plus encore que Thrawn... Et ils ont bien raison, puisqu'on apprend que notre Moff préféré (pas dur en même temps ^^) va donner une prochaine interview à une chaîne pro-républicaine, diffusée donc largement à travers la Galaxie. J'ai comme l'impression qu'une petite révélation choc se prépare... :sournois:


:sournois:

Dark Palgueïss a écrit:Est ce qu'on verra des batailles terrestres dans ton histoire ? Je trouve que tout ça manque de TB-TT :diable:

J'ai prévu deux batailles terrestres d'ampleur (qui dépoteront, je peux te le garantir !), mais pas avant le deuxième tome. Pour l'heure, on va rester dans le spatial, avec quelques grands moments en perspective ! :cute:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Dark Palgueïss » Ven 16 Fév 2018 - 22:56   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Ah parfait, merci pour la nouvelle ! :jap: Pas de soucis, j'attendrai le temps qu'il faudra. Est-ce que ces batailles terrestres impliqueront le général dont tu parles un moment (je sais plus son nom désolé :transpire: ), et dont tu dis qu'il n'est heureux que "les bottes dans la boue" ?
Dark Palgueïss
Jedi SWU
 
Messages: 78
Enregistré le: 06 Jan 2017
 

Messagepar Jagen Eripsa » Sam 17 Fév 2018 - 17:04   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Pour la première fois depuis très très longtemps, j'ai pu écrire tout le chapitre d'un trait... :shock:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 105

La navette amorça son approche en douceur, repliant lentement ses stabilisateurs vers son imposant aileron dorsal.
Elle ressemblait à un rapace fondant sur sa proie. Cette impression était renforcée par la couleur atypique de sa coque. Si la plupart des modèles de classe Lambda ou Sentinelle arboraient ce gris-blanc si semblable à celui de la coque des destroyers impériaux, cette version-ci était bien plus sombre.
Il s’agissait d’un vaisseau des Renseignements. À tous les coups, la peinture n’est que la partie visible d’un ensemble de dispositifs furtifs, songea Pellaeon en contemplant cette navette atypique.
Ses patins touchèrent finalement le sol et la rampe s’abaissa presque aussitôt. Une escouade de stormtroopers avança pour former une haie d’honneur, comme le voulaient les conventions impériales.
Mais Derran Fahl n’y était apparemment pas habitué. Il descendit de la rampe sans cacher son air dubitatif.
Petit et plutôt frêle, il ne payait pas de mine. S’il n’avait pas été informé de sa fonction, Gilad aurait pu le prendre pour un timide bureaucrate de seconde zone.
Un camouflage parfait pour un espion, comprit alors le capitaine.
— Directeur Fahl, bienvenue à bord du Chimaera, le salua-t-il en avançant vers lui.
Ils échangèrent une poignée de mains plus vigoureuse que Pellaeon ne l’aurait cru.
— Merci, capitaine.
— Le Grand Amiral Thrawn vous attend. Suivez-moi, je vous prie.
Ils traversèrent le hangar puis le quittèrent côte à côte, sans un mot. Pellaeon tentait tant bien que mal de rassembler ce qu’il savait sur lui… C’est-à-dire pas grand-chose. Fahl n’était qu’un directeur de service de seconde zone avant la mort de l’Empereur. Comme pour nombre de ses collègues, la bataille d’Endor avait été le début d’une série de promotions. Bon nombre d’agents des Renseignements avaient disparu au contact des Rebelles : morts au combat, capturés, couvrant leurs arrières et même, pour certains, passés à l’ennemi. Mais les plus grandes pertes étaient des défections en faveur de seigneurs de guerre émergents qui payaient leurs services à prix d’or. Les agents des Renseignements étaient une ressource plus convoitée encore que les destroyers stellaires.
Mais Derran Fahl n’avait pas déserté. Il était resté fidèle à l’Empire légitime, même si celui-ci n’était plus que l’ombre de sa gloire passée. Au fil des mois, tandis que les déboires s’accumulaient, il avait grimpé les échelons du pouvoir – jusqu’à l’assassinat de Pestage et la dissolution, dans le sang, du premier Conseil Intérimaire.
À ce moment-là, il avait compris toute l’étendue de la folie et de la hargne dont Isard pouvait faire preuve. Il savait, comme tous ses collègues, qu’elle avait été capable de faire exécuter son père et prédécesseur pour accaparer son poste. Et qu’elle ne reculerait devant rien pour protéger le pouvoir qu’elle avait ainsi acquis… Soudainement, aux yeux de Fahl, la proximité d’Isard était devenue aussi désirable qu’un poste d’officier sous les ordres de feu Vador.
Il avait simulé sa mort en mission, et était resté caché du regard d’Isard. Quand celle-ci était finalement disparue, pour un temps, après la chute de Coruscant, il avait réémergé et s’était imposé comme l’une des figures capitales du nouveau gouvernement impérial établi sur Orinda.
Depuis, il avait rallié la cause du Moff Poldrei et offert ses services au Grand Amiral Thrawn.
— Tout ce décorum était-il nécessaire ? demanda-t-il à Pellaeon alors que les portes du turboélévateur se refermaient sur eux.
— Je ne faisais que suivre les procédures, se défendit le capitaine.
— Moins de personnes seront informées de ma visite, mieux je me porterai.
— Vos services ont déclaré que le personnel du Chimaera était fiable, rappela Gilad, agacé par le ton suspicieux du directeur.
— Pour autant que nous sachions. Je ne peux pas exclure un échec… Ou la trahison d’un de mes agents.
Pellaeon retint à grand-peine un soupir. Parfois, je regrette vraiment cette République naïve et idéaliste où les principales difficultés consistaient en une bande de pirates idiots…
Il n’ajouta pas un mot de plus pendant le reste du trajet. À l’entrée de la cabine du Grand Amiral, ils subirent, chacun leur tour et en silence, la sempiternelle inspection infligée par le noghri Rukh.
Puis ils arrivèrent finalement dans le saint des saints, où les attendait Thrawn.
Il était debout quand ils le virent ; parfaitement droit, face à la baie d’observation qui lui permettait d’inspecter les chantiers de Bilbringi. Les installations spatiales d’assemblage se déployaient face au Chimaera ; d’où ils se trouvaient, la vue était imprenable sur les nouveaux destroyers en cours d’assemblage.
En les entendant arriver, Thrawn se retourna, posant immédiatement son regard ardent sur son invité.
— Directeur Fahl, dit-il de sa voix la plus courtoise. C’est un plaisir de vous rencontrer enfin.
— Plaisir partagé, Grand Amiral Thrawn, assura l’homme en lui serrant la main.
— Vos informations nous ont été utiles à plus d’un titre.
— J’espère qu’elles le seront encore. C’est d’ailleurs la raison de ma visite…
— Vous m’avez fait savoir que vous aviez des données capitales à me transmettre.
— Je préférais vous les donner de visu, expliqua Fahl. Moins de personnes seront informées, mieux cela vaudra…
La paranoïa est vraiment le trait commun entre tous ces espions, pensa Pellaeon en se fendant en pensée d’un mince sourire.
— Des informations collectées ces deux derniers jours sur les mouvements de troupes des Rebelles laissent penser qu’une opération de grande envergure est en préparation, en vue d’un déclenchement imminent.
Thrawn haussa les sourcils.
— De combien d’hommes parlons-nous ?
— Près de quatre cent mille.
— Ils peuvent envahir tout un système avec une force pareille, fit remarquer Pellaeon, tendu.
Il avait beaucoup de mal à se faire à l’idée que les Rebelles pouvaient à présent déployer un tel nombre de soldats. Jadis, elle aurait été incapable d’en mobiliser le dixième.
Mais la quantité ne faisait pas tout. À Yavin, une trentaine de chasseurs étaient parvenus à détruire une arme immense… La valeur d’hommes se battant pour leur cause a supplanté celle de l’Empire, de Tarkin et de tous ceux qui ne servaient que pour la peur, la richesse ou le pouvoir, pensa le capitaine en affichant toujours une mine impassible.
Son regard se posa alors sur le Grand Amiral. Cette fois, la valeur est de notre côté.
— Ils ne feront rien de tel, trancha Thrawn avec un mince sourire.
— C’est ce que vous indique la Source Delta ? demanda Fahl, visiblement vexé.
La mystérieuse source d’informations dont disposait le Grand Amiral au Palais Impérial était un sujet de crispation dans leur relation avec les Renseignements.
— La Source Delta a été, pour cette fois, incomplète, répondit Thrawn sans se départir de son calme. Mais ce qu’elle m’a rapporté, couplé à d’autres éléments, forme un gigantesque puzzle dont votre information est la dernière pièce. Projection Besh trente-neuf, annonça-t-il à voix haute.
L’éclairage de la pièce baissa tandis que jaillissaient d’autres sources de lumière autour d’eux ; des hologrammes représentant des œuvres d’art, comme Thrawn les aimait tant.
— Ces pièces vous diront peut-être quelque chose ? demanda-t-il à ses interlocuteurs.
— J’en ai peut-être vu l’une ou l’autre à l’occasion, admit Pellaeon.
— Personnellement, ça ne me dit rien, répondit Fahl.
— Rien d’étonnant à cela. Cette familiarité que vous ressentez, capitaine, vient sans doute de votre engagement pendant la guerre des Clones. Ces œuvres sont le fait d’artistes mandaloriens.
Voyant leur étonnement manifeste, il poursuivit, faisant quelques pas :
— Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il s’agit d’un peuple pouvant faire preuve d’un grand raffinement. Chacune de leurs pièces d’armure sont, à leur façon, des œuvres d’art… En raison du grand brassage culturel, ethnique et même entre espèces qu’ils connaissent, les Mandaloriens constituent pour moi l’un des peuples les plus difficiles à analyser.
Il s’arrêta devant une sculpture qui semblait constituée de débris de vaisseaux.
— Pourtant, il existe bien une culture mandalorienne – un art mandalorien. Sur Mandalore elle-même, elle survit dans quelques vieux clans attachés à des traditions séculaires… Des clans qui jadis participèrent aux guerres menées contre la République. Peu de temps avant le traité de Coruscant, les Mandaloriens parvinrent même à bloquer la Voie Perlémienne et à stopper l’approvisionnement de la capitale. Un exploit retentissant.
— Je veux bien le croire, dit Pellaeon.
— Ils devaient cette victoire à l’efficacité de leurs navires. À une époque de raffinement technologique, ils ont choisi de tout miser sur des cuirassés lourds dotés d’un blindage et d’un armement obsolètes mais néanmoins très efficaces. Un pari payant.
— C’est très intéressant, commenta Fahl, mais cela ne nous indique en rien la destination de ces soldats.
Il avança vers Thrawn.
— Je sais que vous appréciez ces leçons d’art, mais le moment me semble très mal choisi.
— Pourtant, Directeur, l’observation est la base d’un combat réussi. L’observation, d’ailleurs, est la base de n’importe quel travail qualitatif. C’est une notion bien assimilée par les ingénieurs de Rendili StarDrive qui conçurent leur modèle phare en conservant ces œuvres d’art mandaloriennes dans leurs bureaux.
Il se permit un petit sourire.
— Ils espéraient en retirer suffisamment d’inspiration pour concevoir un modèle aussi réussi que les anciens croiseurs mandaloriens. Et cela fut indéniablement un succès. Les cuirassés de classe Rendili ont longtemps été l’épine dorsale de nombreuses flottes sectorielles.
— Pas que les flottes sectorielles, intervint Pellaeon. Ils étaient aussi utilisés par la République pendant la guerre des Clones, après la crise rendilienne. Sans compter, bien sûr, la flotte Katana.
Thrawn lui adressa un regard mi-peiné mi-amusé.
— Vous gâchez mes effets d’annonce, capitaine.
Le cœur de Gilad manqua plusieurs battements quand il comprit ce que signifiaient les mots du Grand Amiral. Fahl fut plus rapide à réagir.
— Vous voulez nous faire croire que les Rebelles ont retrouvé la Force Sombre ? demanda-t-il, éberlué.
Il avait employé le surnom jadis donné à la flotte Katana. Les cuirassés qui la constituaient étaient des vaisseaux modifiés, dotés de systèmes asservis qui permettaient une diminution drastique de l’équipage à mobiliser pour faire tourner le navire. Deux mille hommes suffisaient à un cuirassé Katana, contre seize mille – huit fois plus ! – pour le modèle standard.
— Précisément, répondit Thrawn avec tout son flegme coutumier. Nous avons déjà dû les affronter ces derniers temps.
— Linuri, comprit Pellaeon.
—Et surtout New Cov… Des cuirassés de la flotte Katana, sous le commandement d’un renégat corellien, contribuent à la destruction d’un corps expéditionnaire impérial, en compagnie du destroyer du général Beny’lya. Quelques jours plus tard, la Nouvelle République mobilise des centaines de milliers d’hommes – de quoi équiper une flotte toute entière. Dans l’urgence…
— Le lien de cause à effet n’est pas évident, déclara Fahl. Pas suffisamment en tout cas pour sauter ainsi aux conclusions.
— C’est pour cette raison qu’il faut parfois faire appel à l’instinct, rétorqua aussitôt Thrawn. Et le mien m’assure que la Nouvelle République est partie à la recherche de la flotte Katana – et qu’elle est cette fois assurée de mettre la main dessus.
— Je croyais qu’elle l’avait déjà…
— Non, contra Thrawn. Le renégat a trois vaisseaux – peut-être davantage, mais pas tout une flotte. Il ne dispose pas non plus des coordonnées.
— Comment en être certain ?
— C’est là qu’intervient la Source Delta, indiqua le Grand Amiral avec un mince sourire. Grâce à ses informations, je sais que le général Beny’lya doit se rendre sur Pantolomin en toute urgence. La planète devrait être le point de ralliement des transports de la Nouvelle République avant de rejoindre la flotte Katana… Pourquoi choisir un monde aussi fréquenté, où il ne manquerait pas de se faire remarquer ?
— Si les coordonnées sont sur Pantolomin, il nous faut agir sans tarder, dit Fahl avec un ton offensif. Pour les récupérer avant eux !
— Ce ne sera pas possible, je le crains. J’ignore ce que Beny’lya recherche sur Pantolomin – ou plutôt qui il recherche, car je suis quasiment certain qu’il s’agit d’une personne. Notre seule solution sera d’attaquer une fois qu’il se trouvera sur place. Capitaine ?
— Oui, amiral ?
— Vous transmettrez l’ordre de mobilisation au Judicator et au Peremptory, ordonna Thrawn. Ainsi qu’à leurs vaisseaux d’escorte. Cela devrait être suffisant pour damer le pion à toute la flotte bothane.
— Et nos propres hommes ? demanda Fahl. Ne devraient-ils pas être eux aussi mobilisés ? N’aviez-vous pas une…
Il hésita, laissant au Grand Amiral la possibilité d’attaquer.
— Comment en avez-vous été informé ?
— Par des réquisitions d’intendance, indiqua le Directeur. Rien de plus. J’ignore tout de l’emplacement de l’usine de clonage.
— Et cela doit rester ainsi. Le secret est notre meilleure protection… Pour répondre à votre question, non, je n’ai pas les effectifs nécessaires à cet instant. Ils ont été déployés sur la flotte capturée à Sluis Van. Nous devrons donc agir avec un minimum de moyens pour sécuriser la flotte… Une fois que nous aurons ses coordonnées, cela va de soi.
— Ça semble cohérent, admit Fahl.
— Bien. Je vais préparer les instructions pour l’opération. Nous nous retrouverons ce soir pour partager le dîner. Un garde vous attend à l’extérieur pour vous conduire à votre cabine.
Comprenant qu’il était congédié, Fahl salua et sortit de la salle de commandement, laissant Thrawn et Pellaeon seuls.
— Partagez-vous les doutes du directeur Fahl, capitaine ? demanda doucement le Grand Amiral.
C’était une simple question, mais Gilad la prit comme une mise à l’épreuve.
— Je les comprends, mais je ne les partage pas. Je pense qu’il finira par se ranger à votre opinion une fois qu’il vous aura vu à l’œuvre.
Il salua vaillamment.
— Je vais transmettre les instructions aux capitaines Brandei et Willard, annonça-t-il alors.
Il se détourna du Grand Amiral pour se diriger vers la porte de sortie.
Mais, avant de la franchir, il ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil en arrière. Thrawn était à nouveau tourné vers la baie d’observation, contemplant Bilbringi.
— Une dernière chose, amiral, lança Pellaeon. Entre les vaisseaux de Sluis Van et la flotte Katana… J’ai l’impression que notre ultime offensive contre la Rébellion sera prête avant la date prévue.
Le Grand Amiral tourna doucement la tête vers lui.
— Capitaine, je crois bien que vous pourriez avoir raison.
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Alfred M. » Sam 17 Fév 2018 - 17:45   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Pour la première fois depuis très très longtemps, j'ai pu écrire tout le chapitre d'un trait... :shock:


Et c'est un bon chapitre qu'on a vite, que demander de plus ? :)

Bon par contre j'ai un peu peur pour les nouveaux équipages si ils se pointent dans des transports non-armés sur Pantolomin :transpire: . Quant à Thrawn il est un peu trop confiant. Des Bothans et quelques Corelliens pourraient-ils le surprendre ? :sournois:
"Your Rebellion's part in that war didn't conclude with your victory at Endor. In fact, it's barely begun."
Grand Admiral Osvlad Teshik - The Essential Guide to Warfare
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2018
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar L2-D2 » Sam 17 Fév 2018 - 18:00   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 105 lu!

La course à la flotte Katana a débuté semble-t-il! Thrawn semble bien confiant... et il a des raisons, mais la Nouvelle République ne va sans doute pas se laisser faire comme ça! :sournois:

Et pendant ce temps, nous attendons l'interview de Poldrei... :sournois:

La suite! :)
"Les histoires que nous aimons ne rentrent peut-être pas toutes dans une seule ligne de temps, mais elles compteront toujours à nos yeux." - JJ Miller

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3902
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 11 Mar 2018 - 20:13   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous ! Vous aurez vos réponses dans quelques temps. :D

J'ai mis davantage de temps que prévu pour livrer ce chapitre, entre mon mémoire à finir, mes cours à rallonge et quelques difficultés pour écrire ce chapitre... Pourtant imaginé de longue date ! :sournois:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>
Chapitre 106

L’homme avait le visage buriné, marqué par l’âge et présentant quelques traces de brûlures.
Mais son regard noir était toujours aussi intense ; il tranchait indéniablement avec son air impassible.
— Carte blanche ? répéta-t-il, comme pour vérifier qu’il avait bien entendu.
Confortablement installé dans son fauteuil, de l’autre côté du bureau, Carth acquiesça.
— Tant que les objectifs sont remplis, vous pourrez agir comme vous l’entendrez. Sous-traitez comme vous l’entendez. Vous connaissez ces choses-là mieux que moi…
L’homme acquiesça brièvement.
— J’accepte.
Poldrei faillit lâcher un soupir de soulagement.
— Comment voulez-vous être payé ?
— Des puces de crédits. Intraçables.
Le Moff fit une grimace.
— Pour transporter une somme d’un milliard de crédits, il vous faudra une sacrée valise…
— Vous trouverez bien un moyen.
Carth fit mine de réfléchir.
— Mygeeto est réputée pour offrir les plus belles gemmes de la galaxie. Si vous réussissez votre mission, je serai en mesure de vous payer avec une cargaison intraçable.
— Entendu.
Il se leva et lui tendit la main.
— Je vous conseille de ne pas tenter de me duper, annonça-t-il d’une voix menaçante.
— Nous avons déjà travaillé deux fois ensemble, rappela Poldrei lors de leur poignée. Et cela s’est toujours bien passé.
— Vador payait.
— Et je ferai de même. Vous n’avez rien à craindre de moi, je suis un homme de parole.
Ils échangèrent un long regard silencieux, chargé de tensions. C’était l’affrontement de deux forces de caractère, des hommes usés par la vie mais encore aussi durs que le fer, aussi solides que l’acier.
Finalement, Carth raccompagna son « invité » à la porte. Les panneaux s’écartèrent, laissant entrevoir Anthara Brenko qui attendait dans l’antichambre de l’autre côté.
— Je vous souhaite bonne chance, Fett, déclara Poldrei sur un ton solennel.
L’homme répondit par un signe de tête et s’éloigna. Il ne portait qu’un costume de ville, très classique, qui ne laissait pas entrevoir sa dangerosité intrinsèque. Ainsi vêtu, il ressemblait davantage à un comptable qu’à un chasseur de primes… Même si un œil plus aguerri remarquait vite en lui les signes d’une vie mouvementée.
Et ce visage, ce regard… Ils hantaient Carth depuis une semaine. C’étaient ceux d’Ace.
Il les voyait dans ses rêves tourmentés. Entrecoupant les visages de Dark Vador, Luke Skywalker et Leia Organa Solo…
Il savait qu’il lui fallait prendre une décision. Le moment du basculement était venu : il se trouvait au bord du gouffre et ne pouvait plus reculer.
Maintenant, la machine infernale est lancée, songea-t-il en regardant le chasseur de primes s’éloigner.
— Une fois encore, l’avenir de l’Empire dépend de vous… murmura-t-il pour lui-même.
— Monsieur ? fit alors la voix d’Anthara à ses oreilles.
Il se retourna pour faire face à sa jeune aide de camp.
— Vous avez assisté à un spectacle peu commun, lui dit-il avec gravité. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut voir Boba Fett sans son casque !
Les propos semblèrent la dérouter.
— Boba Fett ? Ici ? Sans son casque ?
— Je lui ai demandé d’être particulièrement discret. Une armure mandalorienne ornée de scalps de wookiees passerait plutôt mal auprès de certains de nos convives !
Anthara tentait d’apercevoir la silhouette de Fett dans le couloir, mais il avait déjà disparu.
— Et que faisait-il ici ?
— Nous avons abordé le bon vieux temps, quand nous travaillions tous deux pour Vador.
Il soupira légèrement.
— Et pour le reste de notre discussion, ça ne vous concerne pas. Allons, ne faisons plus attendre plus longtemps nos invités.
Il quitta aussitôt son bureau, traversa l’antichambre et rejoignit le couloir qui reliait l’aile privée aux salons publics.
Tout en marchant, il laissa son regard vagabonder sur le décor des lieux. C’est étrange, songea-t-il, le style est typiquement polcaphréen. Pourtant, Hiertuj ne l’était pas…
Surtout, il tranchait avec l’ancien palais, situé au cœur d’Heduris, qui lui était d’inspiration auréenne avec ses parements de marbre blanc. Ce qui ne déplaisait pas à Carth. Trop de mauvais souvenirs y étaient associés…
Il tenta de se focaliser sur ses vieux souvenirs, datant de l’époque où il n’était qu’un étudiant passionné par le passé. Généralement, la nostalgie et l’amertume parvenaient à le distraire…
Mais son dilemme lui revenait toujours à l’esprit.
Vador.
Il n’était que l’un des nombreux officiers ayant servi sous les ordres du Seigneur Noir. Mais, dans son cas personnel, tout s’était bien passé. Carth avait fait preuve de compétence plutôt que d’ambition personnelle, ce qui lui avait permis d’éviter de manquer de souffle.
Il y avait même gagné ses galons d’amiral, suite à la bataille de Kamino. Contacter Boba Fett pour organiser l’interception et la libération du Seigneur Noir avait indéniablement été une idée profitable…
Et il y avait eu ce lien qu’il ressentait au plus profond de son âme. Vador et lui n’étaient pas si différents. Il le sentait déjà, à l’époque, et à la lumière des dernières découvertes il se rendait compte de la pertinence de cette comparaison.
Oui, toutes ces pensées le préoccupaient. Il savait qu’il allait devoir agir, mais comment le faire… Là, c’était une autre histoire. Pourrais-je vraiment trahir Vador ? La question le tourmentait davantage encore qu’il ne l’aurait imaginé.
Mais il n’était pas le seul à être troublé, visiblement. Il jeta un coup d’œil à Anthara ; elle avançait d’un pas régulier mais machinal, et ses yeux ne semblaient voir que le sol.
Voyant le malaise de sa subordonnée, Carth s’arrêta.
— Vous vouliez me dire quelque chose ? demanda-t-il d’une voix plus douce.
Elle acquiesça.
— Je… J’aimerais que vous me fassiez confiance, Monsieur. Mais je comprendrais que ce ne soit pas le cas, d’autant que je n’ai pas été tout à fait franche sur ma relation avec Ahris, avoua-t-elle, honteuse.
— C’est-à-dire ?
— Lui et moi avons été amants à l’Académie.
— Je vois… répondit Poldrei en haussant les sourcils. Et ?
Hésitante, elle déglutit.
— Eh bien, avec les circonstances de son départ… Son travail auprès du Grand Moff Kaine... J’imagine que cela peut être un frein à votre confiance à mon égard.
Il se fendit d’un mince sourire.
— Intéressant. Ahris pensait que vous mettriez plus longtemps à m’en parler. Peut-être ne vous connaît-il pas si bien que ça, finalement…
— Il vous en a parlé ? s’étonna-t-elle, choquée.
Carth se fit plus solennel.
— Je vous ai dit que j’avais parfaitement confiance en lui, répondit-il calmement. Et je ne vous ai pas menti. Il est comme le fils…
Il s’interrompit, la gorge serrée.
— Vous êtes à mon service depuis moins d’un mois. Et vous vous en sortez très bien, pour l’heure. Seulement, vous devez encore comprendre une chose… (Il approcha son index de son crâne.) Tout ce qui est important, je le stocke . C’est une vieille habitude qui m’a évité beaucoup d’ennuis, surtout à la Cour impériale.
— Entendu, monsieur.
— En l’occurrence, cette affaire est d’une telle importance que je ne m’en remets à personne… Si ce n’est à ceux qui sont concernés au premier chef. Et vous n’en faites pas partie.
Il lui fit un clin d’œil.
— Pas encore.
Elle sourit timidement.
— Je comprends.
— Bien ! Alors passons aux choses sérieuses.
Elle acquiesça et le suivit jusqu’au salon de réception.
De toutes les salles bâties par son prédécesseur, le Moff Hiertuj, c’était de loin la plus majestueuse de toutes. Les lambris de bois précieux sur les murs étaient soulignés par la pierre brute et le métal chromé aux formes élégantes. Le mobilier était très moderne et dessiné avec finesse ; tout n’était que courbes plus ou moins prononcées. Les couleurs étaient sobres mais élégantes. Les baies vitrées offraient une vue superbe sur Heduris, à quelques kilomètres de là. D’ordinaire, ses vastes volumes étaient mis en valeur par le dénuement des lieux, mais ce n’était pas le cas aujourd’hui.
Une foule d’humanoïdes – avec une majorité d’humains – s’affairait autour de terminaux portatifs reliés à des appareils compliqués que Carth ne reconnut pas. La seule zone qui échappait à cette agitation était un espace libre où avaient été installés deux fauteuils. L’un d’eux était déjà occupé.
Les activités s’interrompirent lorsque le Moff fit son entrée.
Il composa un visage d’apparence amicale et adressa quelqeus salutations pendant sa progression vers le plateau improvisé. En théorie, ces gens sont mes ennemis, songea-t-il en gardant un sourire de circonstances. Mais ils vont m’être plus utiles qu’une légion de stormtroopers…
Enfin, il arriva au niveau des fauteuils ; l’homme qui l’y attendait était déjà levé.
— Monsieur Asdertov, dit-il en lui serrant la main. Je suis ravi de faire enfin votre connaissance.
— Le plaisir est réciproque, répondit le journaliste avec courtoisie.
Carth le connaissait de réputation depuis longtemps. Ils avaient le même âge, à quelques années près, et avaient traversé des épreuves similaires.
Surtout, Jaden Asdertov était un Rebelle de la première heure. Dès la fin de la Guerre des Clones, il était entré en résistance contre l’Empire en se joignant aux vestiges de la flotte séparatiste qui continuaient le combat malgré la désactivation de leurs droïdes.
— Asseyez-vous, je vous en prie, dit Poldrei en prenant lui-même place. Je suis désolé de vous avoir fait attendre, mais des affaires très urgentes nécessitaient mon attention.
— Bien sûr, acquiesça Asdertov en jetant un coup d’œil sur son datapad. Ne vous inquiétez pas, nous sommes dans les temps.
Un Duros s’approcha d’eux et tendit la main à Carth.
— Moff Poldrei, salua-t-il lors de leur poignée. C’est un honneur.
— Pour moi aussi, monsieur Doonker, répondit l’Impérial avec un signe de tête. Vous assurez la réalisation de l’émission ?
— Ma direction a pensé que ce serait un point de départ idéal pour ma carrière sur votre planète. Dès que nous aurons fini la retransmission, je deviendrai le premier responsable du bureau d’Holoinfos sur Polcaphran.
— J’en suis ravi.
— Nous serons à l’antenne dans deux minutes, dit-il avant de s’éloigner.
Carth le suivit un instant des yeux.
— À quel genre d’échange allons-nous avoir droit ? demanda alors Asdertov.
— Je vous demande pardon ? lança Poldrei en revenant vers lui.
Le journaliste dardait sur lui un regard inquisiteur, qui le faisait paraître plus âgé – et plus désabusé – qu’il ne l’était réellement.
— Vous connaissez mon parcours, dit-il. Vous savez quelles sont mes convictions. Je n’en changerai pas. Les questions que je vous poserai seront directes et appelleront des réponses franches. Y êtes-vous prêt ?
— Parfaitement.
Il observa quelques instants Asdertov.
— Vous savez, ce n’est pas la première fois que nous nous affrontons, dit-il alors posément. J’ai participé à la campagne contre Horn Ambigene, pour le compte de l’Empire. Vous étiez dans le camp opposé…
— Effectivement.
— J’étais lieutenant, à l’époque. Dans la Marine. Nous manquions encore de moyens, les foyers de résistance étaient nombreux… Et nous devions nous habituer à appeler « Empire » ce qui était jusque lors la « République ». C’était une époque étrange…
La plus heureuse et la plus horrible que j’aie traversé, songea Carth, le cœur serré. J’ai commis tellement d’erreurs…
Il se morigéna une fois encore. Le moment est mal choisi pour ressasser le passé. Concentre-toi sur l’avenir.
Le compte à rebours apparut flottant au-dessus d’eux. Les secondes s’égrenèrent… Lorsqu’il n’en resta plus que deux, il s’évanouit.
— Bonjour et bienvenue pour cette édition spéciale en direct de l’Empire, annonça le journaliste quand un indicateur lumineux s’alluma. Ici Jaden Asdertov, en direct de Polcaphran pour une émission exceptionnelle accompagnant le lancement d’HoloInfos sur les canaux de transmission de l’espace impérial. L’entretien qui va suivre fera date.
Vous n’imaginez même pas à quel point… pensa Carth, amusé.
— L’homme que vous allez entendre aujourd’hui est celui dont tout le monde parle. Inconnu il y a quelques mois, il est à présent le chef politique d’un Empire malmené…
Voilà qui fera bien plaisir au Conseil Intérimaire ! se dit-il avec une pointe d’ironie.
— …Mais encore capable de l’emporter, comme l’ont démontré les récents événements de Sluis Van. Mais qui est-il réellement ? Vétéran de la Guerre des Clones, fidèle de Vador ou dernier espoir d’un modèle impérial à bout de souffle ? C’est ce que nous tenterons de découvrir au cours de cette confrontation sans concession. Moff Poldrei, merci d’avoir accepté de répondre à nos questions.
— Tout le plaisir est pour moi, assura Carth d’une voix chaleureuse.
— Moff Poldrei, vous assumez aujourd’hui une place qui a été occupée avant vous par Sate Pestage et Ysanne Isard. Vous êtes le troisième, depuis la mort de l’Empereur, à émerger comme le chef politique de ce qui reste de l’Empire. Que représente ce poste à vos yeux ?
— C’est une responsabilité. Une lourde responsabilité. Mon rôle est d’assurer la cohésion entre des mondes singuliers afin de les amener à contribuer ensemble au futur de la Galaxie. C’est une tâche qui n’est pas tous les jours simple… Mais j’ai choisi de m’y consacrer, et je n’abandonnerai pas mon devoir dès que survient la première difficulté.
— Mais quelles méthodes comptez-vous employer ? Coruscant garde en mémoire l’expérience traumatisante de la fuite d’Ysanne Isard, qui après avoir répandu le virus Krytos a fui la planète en tuant plusieurs millions de personnes lors du décollage du Lusankya
— Ysanne Isard ne souhaitait que répandre la mort et la destruction. Ce n’est pas mon cas.
— Vraiment ?
— Elle ne faisait que détruire, alors que mon souhait est de construire.
— Pourtant, ce n’est pas le travail des officiers impériaux. Moff Poldrei, vous avez servi dans la Marine Impériale pendant plus de vingt ans. Vous avez grimpé les échelons un à un, jusqu’à votre position actuelle. Pensez-vous vraiment nous faire croire que vous avez passé toute votre vie à créer et pas à tuer ?
— SI je l’avais pu, je n’aurais jamais porté le moindre blaster de ma vie, répondit-il doucement. Je n’ai pas eu le choix. La Guerre des Clones s’est invitée ici, sur Polcaphran, avec une violence inouïe. Comme d’innombrables autres personnes dans la galaxie, j’ai perdu à ce moment-là des êtres chers – tous les miens. Le choix était simple : se coucher et mourir, ou se dresser, se battre et espérer l’emporter malgré tout. Et quand nous y sommes parvenus, oui, je me suis enrôlé dans la Marine de ce qui était encore la République Galactique. J’y suis resté, fidèle à mon engagement.
— Et cela malgré les exactions commises par l’Armée Impériale ?
Carth se mordit les joues.
— Oui.
Il se redressa légèrement.
— J’ai eu la chance de pouvoir toujours agir en mon âme et conscience. Lorsque j’ai affronté les vestiges de la Confédération des Systèmes Indépendants, en esprit, je poursuivais les objectifs que je m’étais fixés pendant la Guerre des Clones. Lorsqu’il s’agissait de lutter contre la contrebande et la piraterie, je contribuais à la protection des biens et des personnes en transit dans la galaxie. Que se serait-il passé si on m’avait ordonné de massacrer des civils… ? Je l’ignore. Je n’ai jamais été confronté à cette situation.
— Vous reconnaissez que l’Empire a massacré des civils ?
La question était sans appel, mais Carth ne prit même pas le temps d’hésiter.
— Oui.
Il croisa les bras tout en pesant les mots qu’il allait prononcer.
— Ce serait mentir que d’affirmer le contraire.
Asdertov semblait un peu désarçonné ; il ne s’attendait sans doute pas à ce que Poldrei vienne aussi facilement sur son terrain.
Personne ne s’y attendait, songea le Moff avec satisfaction.
— Et que qualifiez-vous de massacres de civils ? Des exactions commises en marge des affrontements ?
— En partie, mais pas seulement. L’Empire a – nous avons – participé à la destruction de millions d’êtres pensants par un usage disproportionné de la force. Jusqu’à détruire leurs planètes.
Le journaliste faillit bondir de son siège.
— Selon la version officielle impériale, Aldérande a été détruite par une réaction en chaîne provoquée par des armes expérimentales illégales. L’Alliance Rebelle puis la Nouvelle République ont toujours contesté cette théorie.
— Ils avaient raison.
Carth prit une courte inspiration.
— La destruction d’Aldérande restera une tâche indélébile sur l’histoire de l’Empire de Palpatine.
Asdertov mit quelques instants avant de répondre ; pendant ce cours laps de temps, les mots, fatidiques, semblaient toujours flotter dans les airs.
J’ai atteint le point de non-retour, songea Carth avec un sentiment étrange.
— Avez-vous conscience de la gravité de ce que vous venez d’admettre ?
— La destruction d’un monde et de ses habitants est un crime contre la civilisation galactique que nul ne peut balayer d’un revers de la main. L’Empire a trop longtemps été aveugle, et rien ne peut le pardonner. Il est temps pour ceux qui le servent d’ouvrir les yeux. Je l’ai fait.
— Vous ne pensez pas que ces remords viennent trop tard pour les Aldéraniens et tous ceux qui comme eux ont tant perdu à cause de la tyrannie ?
— Bien sûr…
— Vos mots ne les consoleront pas. Ils ne peuvent pas excuser près de trente ans de sauvagerie aveugle.
— Et ils ne pourront jamais le faire. Mais la responsabilité du régime ne signifie pas que tous ceux qui se sont battus pour lui sont coupables des mêmes fautes. Ce serait oublier un peu trop vite que nous avions pour chef Palpatine, l’homme qui a dupé les Jedi, le Sénat et même la République toute entière – à l’exception de certains esprits libres, comme vous.
Le compliment laissa Asdertov de marbre. Il enchaîna aussitôt sur la question suivante :
— Vous pensez que rejeter la faute sur un mort suffira pour donner à l’Empire une nouvelle virginité ?
— Pas totalement, reconnut Carth. Mais cela permettra peut-être d’éviter à quelques récits de comptoir de se propager. J’ai entendu, à plusieurs reprises, des officiers affirmer que l’Étoile Noire avait été accaparée par Tarkin et qu’il comptait s’en servir pour renverser l’Empereur. Que Palpatine n’avait même pas été informé de la décision du Grand Moff concernant Aldérande. Balivernes ! Quand on construit une arme aussi coûteuse et aussi puissante, c’est bien qu’on compte s’en servir. Et Palpatine est même allé plus loin : il en a construit une deuxième. Le crime est signé.
Il jouait avec sa gestuelle pour renforcer la force de ses mots. C’était une technique qu’il avait acquise à force de regarder des conférences scientifiques. Les meilleurs professeurs n’étaient pas les plus savants, mais ceux qui parvenaient le mieux à toucher le cœur de leurs élèves.
— Je pense que la plupart des Impériaux ont, comme moi, été dupés par les discours de celui qui était autrefois le Chancelier Suprême. Palpatine nous a promis une vie meilleure, mais en définitive il n’a construit l’Empire que dans un seul but : son pouvoir personnel. Nous lui avons fait confiance, et nous avons été trompés.
— Pendant plus de vingt ans.
— Bien sûr. Il s’est passé quelque chose, un phénomène presque impossible à comprendre. Pendant près de mille ans, la galaxie a été unie. L’Ancienne République ? Elle a tenu vingt-cinq mille ans. Mais l’Empire… L’Empire a été presque entièrement balayé en seulement cinq ans. Ce n’est pas naturel. À qui la faute ? J’ai vu la lente transformation d’officiers intègres en carriéristes sans scrupules, obnubilés par la promesse de récompenses futiles… C’est là le système bâti par Palpatine. Un système qui s’est effondré avec sa mort.
— Mais vous savez comme moi que Palpatine ne pouvait pas contrôler l’Empire à lui seul. Il avait à son service toute une administration, et même un second officieux, Dark Vador… Sous les ordres duquel vous avez servi. Est-ce exact ?
— Oui.
— Alors je vous le demande, Moff Poldrei : Dark Vador était-il un criminel en puissance ? Avez-vous obéi aux instructions d’un meurtrier de masse ?
Carth se raidit ; cette fois, les mots avaient du mal à sortir de sa bouche.
— Oui, lâcha-t-il finalement.
Il attendit quelques instants, puis, plus assuré, reprit :
— Vador a commis des actes atroces. Mais j’ai gardé – et je garderai toujours – un certain... respect… envers lui.
— Pourquoi ?
— Ce n’était pas un planqué. Il n’a jamais hésité à se salir les mains, et ne déléguait pas ses basses œuvres. Il méprisait les valeurs érigées en modèle par la Cour Impériale – l’ambition vaine et vénale doublée d’une incompétence crasse – et préférait l’efficacité et le sens du devoir. En cela, je me sens proche de lui. Vador était-il mauvais ? Oui, il l’est sans doute devenu. Rien ne pouvait excuser le massacre de l’Ordre Jedi, le bombardement de Falleen, la destruction d’Aldérande… Pourtant, j’ai le sentiment qu’il restait un fond d’honneur en lui, un trait qui ressortait lorsqu’il agissait aux côtés de ses hommes. Je pense que, comme moi, il a été façonné – brisé – par la Guerre des Clones.
Puis il asséna, pour appuyer son argumentation :
— Vador est ce que l’Empereur en a fait.
— Comme l’Empire, si je vous suis bien.
— Comme l’Empire. Je me souviens de mes premiers temps dans la Marine Impériale, juste après la Guerre des Clones ; je servais aux côtés d’hommes honorables voués à la protection des populations mises en danger par les vestiges séparatistes. J’étais fier du combat que je menais. Que s’est-il passé ensuite ? L’Empire a changé. Les officiers de la vieille école ont pris leur retraite ; certains des plus honorables, comme Jan Dodonna ou Adar Tallon sont passés à la Rébellion. Chez ceux qui sont restés, pour la plupart, les intérêts personnels ont pris le dessus. La cruauté est devenue monnaie courante. Pire encore, elle a été encouragée. Je veux mettre un terme à ces dérives. Je veux redonner aux citoyens de l’Empire une raison d’être fiers de leur régime.
Asdertov inclina légèrement la tête.
— Ce qui ne sera pas facile, vu la situation que vous venez de nous décrire.
— La bataille sera longue, mais elle a déjà commencé.
— Pourquoi ne pas rejoindre plutôt la Nouvelle République ? Pour l’heure, vous avez surtout critiqué votre propre camp…
— Afin de donner un aperçu du chemin que nous allons devoir parcourir. Mais nous pouvons encore avancer si nous retrouvons le sens de l’obéissance et de l’abnégation. L’Empire est une bonne idée mal exécutée : la galaxie a besoin d’un pouvoir central fort pour rester stable, d’un exemple à suivre. La Nouvelle République dispose de modèles, mais sa structure est trop relâchée pour durer. Pour construire son système politique, elle s’inspire de l’Ancienne République en aggravant les faiblesses qui ont plongé celle-ci dans la Guerre des Clones.
— Pour l’heure, c’est plutôt l’Empire qui a éclaté…
— Ça ne durera pas. La Nouvelle République s’est construite sur le rejet de notre modèle impérial. Si celui-ci évolue – ou s’il disparaît, dans l’éventualité où nous perdrions la guerre – elle perd sa raison d’être. Les conflits sectoriels qui empoisonnaient la vie des Jedi de l’Ancienne République reprendront de plus belle. Pas un jour ne passera sans qu’on ait écho des affrontements entre Ishoris et Diamalas, Sif’kries et Frezhlix, Nhoras et Clatears… Jadis, l’Ordre Jedi maintenait tant bien que mal la paix. Sans lui, que deviendra la Nouvelle République ?
— Des Jedi qui ont été massacrés par votre Empire…
— Le crime initial de Palpatine.
— Aujourd’hui, quelle est la position de l’Empire vis-à-vis des chevaliers ?
— La neutralité. Officiellement, il ne reste qu’un seul chevalier Jedi, Luke Skywalker… Héros de guerre de la Rébellion. Mais l’Empire n’entreprendra aucune action hostile contre lui s’il reste lui aussi en-dehors du conflit.
— Cette ligne de conduite ne risque-t-elle pas de diviser un peu plus vos partisans ?
— Ils devraient se souvenir que les Jedi se sont battus vaillamment pendant la Guerre des Clones. Ce monde sur lequel nous sommes, Polcaphran, n’aurait jamais été libéré sans l’intervention de maître Plo Koon. Et je ne serais pas là pour vous en parler… Nous avons besoin de l’Ordre Jedi, pour accompagner le retour à la paix et à la stabilité.
— Cela fait partie de vos projets ?
— Je ne suis pas Jedi ; c’est aux êtres sensibles à la Force qu’il reviendra d’agir. Mais je veux leur offrir un cadre où ils pourront s’épanouir, comme tous les autres citoyens de la galaxie. L’Empire doit être refondé. Aux trois piliers traditionnels que sont l’Ordre, la Paix et la Sécurité, je veux adjoindre trois autres principes essentiels : la Justice, la Loyauté et l’Unité. Concrètement, je pense qu’il faut repenser la structure même de notre régime. Les pouvoirs ne doivent pas reposer entre les mains d’un unique Empereur, mais entre les mains d’une poignée d’êtres éclairés choisis par leurs pairs pour leurs compétences et leur droiture. Palpatine voulait tout contrôler, jusqu’aux plus infimes pensées de ceux qui vivaient dans son ombre. Je pense au contraire qu’on peut laisser davantage de libertés à la population. Nous devons encourager l’enrichissement intellectuel, le dépassement de soi, et la participation à la vie politique. Nous devons recentrer la politique impériale sur les secteurs où l’intervention d’une structure centrale est essentielle, par exemple pour coordonner les forces de défense ou servir d’intermédiaire entre deux systèmes en désaccord. Voilà l’avenir que je veux pour l’Empire.
Asdertov attendit quelques instants, pour s’assurer que Carth avait fini.
— Voilà un exposé très intéressant, commenta-t-il avec un visage fermé parfaitement impassible. Vous êtes convaincu que l’Empire peut être encore réformé…
— Mais c’est déjà le cas ! Aujourd’hui, le chef des forces armées impériales, le Grand Amiral Thrawn, est un non-humain !
Il vit une lueur de surprise passer dans le regard du journaliste.
— Qui aurait imaginé une chose pareille sous Palpatine ? La vérité, monsieur Asdertov, c’est que l’Empire doit évoluer ou chuter. À titre personnel, je me battrai pour qu’il survive. Parce que je pense qu’il s’agit de la meilleure voie pour préparer le futur de notre galaxie. De nos peuples.
Et il ajouta, de façon presque instinctive, sans pouvoir se retenir :
— De nos enfants.
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar mat-vador » Dim 11 Mar 2018 - 21:27   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Les deux derniers extraits ont été lus :D !

Ca y est! La course à la Flotte Katana a commencé et J'ai comme l'impression que Poldrei suit ses propres plans avec cette interview dont il espère récolter tous les fruits politiques :sournois:
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 777
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Alfred M. » Dim 11 Mar 2018 - 21:41   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Lu, j'ai pas mis longtemps à deviner que c'était Fett mais pas pour sa mission :transpire: .

Poldrei en a-t-il trop dit ? Peu probable que ça change grand chose, dans un sens ou dans l'autre, les opinions politiques changent difficilement.
"Your Rebellion's part in that war didn't conclude with your victory at Endor. In fact, it's barely begun."
Grand Admiral Osvlad Teshik - The Essential Guide to Warfare
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2018
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 11 Mar 2018 - 21:52   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Lu!
Boba Fett entre en scène! :love: :D
Poldrei est décidément l'homme qui change l"Histoire! Chaque fois qu'il intervient, on glisse un peu plus vers l'infinity...

Et son interview! Voila une belle profession de foi... Qui risque de déplaire à certains impériaux.
Poldrei a passé son Rubicon et pourrait rencontrer une forte opposition.
Mais peut-être est-ce pour cela qu'il a engagé le plus grand des chasseurs de prime?

En matière de révélations, on est servi! Pas tout à fait, cependant: j'en attendais une autre.
Aurait-il décidé de suivre les conseils d'un vieux clone fatigué?
Ou peut-être que l'interview n'est pas terminée?


P.S. J'y pense... ça doit aussi chauffer sur Byss: les oreilles d'un autre clone doivent siffler!
Et il n'est pas du genre à laisser une offense impunie :diable:
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 464
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 11 Mar 2018 - 22:26   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous ! :cute:

mat-vador a écrit:J'ai comme l'impression que Poldrei suit ses propres plans avec cette interview dont il espère récolter tous les fruits politiques :sournois:


C'est bien possible... :whistle:

Alfred M. a écrit:Lu, j'ai pas mis longtemps à deviner que c'était Fett mais pas pour sa mission :transpire: .


:sournois:
J'ai donné un ou deux indices auparavant, dans tout ce topic... Bon courage pour les retrouver. :D

Poldrei en a-t-il trop dit ? Peu probable que ça change grand chose, dans un sens ou dans l'autre, les opinions politiques changent difficilement.


Bien évidemment. Il a dit ce qu'il pensait... Depuis son échec avec Kaine, il sait que faire preuve de diplomatie avec ses pairs impériaux est voué à l'échec.

Ve'ssshhh a écrit:Poldrei est décidément l'homme qui change l"Histoire! Chaque fois qu'il intervient, on glisse un peu plus vers l'infinity...

Effectivement... Mais Celric et Derth Beny'lya participent aussi grandement à cette dynamique. :cute:

Ve'ssshhh a écrit:Et son interview! Voila une belle profession de foi... Qui risque de déplaire à certains impériaux.
Poldrei a passé son Rubicon et pourrait rencontrer une forte opposition.
Mais peut-être est-ce pour cela qu'il a engagé le plus grand des chasseurs de prime?

Il pourrait y avoir de nombreuses raisons pour ce contrat...

Ve'ssshhh a écrit:En matière de révélations, on est servi! Pas tout à fait, cependant: j'en attendais une autre.
Aurait-il décidé de suivre les conseils d'un vieux clone fatigué?
Ou peut-être que l'interview n'est pas terminée?

Nous verrons ce qu'il en est pour les conseils du vieux clone ! Par contre, l'interview est quasiment terminée. Je voulais achever le chapitre sur une dernière réplique forte et symbolique. :D

Ve'ssshhh a écrit:P.S. J'y pense... ça doit aussi chauffer sur Byss: les oreilles d'un autre clone doivent siffler!
Et il n'est pas du genre à laisser une offense impunie :diable:

:sournois:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar L2-D2 » Lun 12 Mar 2018 - 14:24   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 106 lu !

Ouh, l'interview de Poldrei ! Il me donnerait presque envie de rallier l'Empire, le bougre ! :lol:

Boba Fett entre dans la danse. Tu dis avoir donné une poignée d'indices dans les précédents Chapitres ? Pas vus en ce qui me concerne mais, au vu de mes brillantes capacités de déduction, ce n'est guère étonnant ! :transpire: En tout cas, j'ai bien aimé comment tu nous résous le cliff de fin du Pouvoir de la Force 2 en quelques mots à peine !

Et puis vient l'interview, qui nous a été annoncée il y a quelques Chapitres maintenant. Bon, je m'attendais à ce que Poldrei lâche la véritable identité de Dark Vador, surtout lorsqu'on le voit qui en fait l'éloge (ou, à défaut d'un éloge, reconnait l'avoir admiré), mais ce ne sera pas pour cette fois. Je m'étonne cependant de le voir révéler publiquement le nom et le rôle de Thrawn à la galaxie toute entière... :? Et nul doute qu'un certain ex-Empereur cloné n'entendra pas les choses de cette oreille. On remarquera d'ailleurs que la neutralité est quand même d'un certain point de vue : ne pas s'en prendre à Luke, ok, mais manifestement, l'Empire 2.0 de Poldrei entend bien avoir ses propres utilisateurs de la Force...

La suite ! :oui:
"Les histoires que nous aimons ne rentrent peut-être pas toutes dans une seule ligne de temps, mais elles compteront toujours à nos yeux." - JJ Miller

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3902
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar CRL » Lun 12 Mar 2018 - 14:58   Sujet: Re: La Fédération Impériale

>_> 106 chapitres....
bon bah... j'vais commencer par le premier... puis je reviens l'année prochaine quand j'aurais fini ceux-là :hello: :paf:
The universe is a pretty big place. If it's just us, seems like an awful waste of space.
― Carl Sagan, Contact
CRL
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3935
Enregistré le: 07 Avr 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 12 Mar 2018 - 15:21   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Fais attention : tu vas devenir accro ! :)
"Les histoires que nous aimons ne rentrent peut-être pas toutes dans une seule ligne de temps, mais elles compteront toujours à nos yeux." - JJ Miller

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3902
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Lun 12 Mar 2018 - 22:56   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci !² :jap:

L2-D2 a écrit:Ouh, l'interview de Poldrei ! Il me donnerait presque envie de rallier l'Empire, le bougre ! :lol:


C'est plus ou moins son but... :lol:

L2-D2 a écrit:Boba Fett entre dans la danse. Tu dis avoir donné une poignée d'indices dans les précédents Chapitres ? Pas vus en ce qui me concerne mais, au vu de mes brillantes capacités de déduction, ce n'est guère étonnant ! :transpire: En tout cas, j'ai bien aimé comment tu nous résous le cliff de fin du Pouvoir de la Force 2 en quelques mots à peine !


Je distille toujours quelques petits indices, qui me semblent très indicatifs... Mais c'est parce que j'écris le texte après tout. :cute:

J'imagine que lors d'une (re)lecture d'un coup ça semble plus évident.

L2-D2 a écrit:Je m'étonne cependant de le voir révéler publiquement le nom et le rôle de Thrawn à la galaxie toute entière... :?


Il était temps que son rôle devienne public. :cute:

L2-D2 a écrit:On remarquera d'ailleurs que la neutralité est quand même d'un certain point de vue : ne pas s'en prendre à Luke, ok, mais manifestement, l'Empire 2.0 de Poldrei entend bien avoir ses propres utilisateurs de la Force...

:sournois:

CRL a écrit:>_> 106 chapitres....
bon bah... j'vais commencer par le premier... puis je reviens l'année prochaine quand j'aurais fini ceux-là :hello: :paf:

En espérant que je finisse le tome 1 d'ici là... :paf:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18687
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations