La Fédération Impériale

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Quels personnages principaux de La Fédération Impériale préférez-vous ? (Deux choix possibles)

Carth Poldrei
6
33%
Gilad Pellaeon
5
28%
Celric Tavill
5
28%
Derth Beny'lya
0
Aucun vote
Grodin Tierce
1
6%
Corran Horn
1
6%
 
Nombre total de votes : 18

Messagepar L2-D2 » Lun 20 Mar 2017 - 8:26   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 82 lu !

De la géopolitique comme on l'aime ! :oui: Une discussion passionnante entre Poldrei et son assistant, dont la fin semble jeter les bases de la Fédération Impériale qui donne son nom au récit... Alors quoi ? Un Triumvirat ? Et avec qui ? Thrawn pour l'aspect militaire, Poldrei pour l'aspect civil... à moins qu'il ne se voit plutôt comme le fameux "arbitre", et qu'il se voit donc en futur Empereur ? :sournois:

En tout cas, ce Chapitre renforce toute la sympathie qu'on peut avoir pour le Moff, lui qui se retrouve à devoir "gérer" l'embrigadement Impérial, le spécisme, la violence comme seul moyen d'expression. On a presque envie de le voir réussir, tiens !
Seigneur Tarkan, je ne suis pas surprise de vous trouver dans l'ombre de Vador. J'ai senti votre odeur méphitique dès que je suis montée à bord. - Princesse Leia
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2983
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Lun 20 Mar 2017 - 16:37   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci L2, je vais répondre un peu plus bas. :jap:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 83

En entrant dans sa chambre, Celric jeta un rapide coup d’œil sur ses affaires, vérifiant que rien n’avait bougé. Son datapad était toujours installé sur son bureau de fortune – un petit pupitre de bois sans doute réalisé par un artisan local – et ses affaires s’alignaient toujours à la penderie.
Rien ne semblait avoir changé depuis son départ pour le petit-déjeuner.
Mauvaise démarche, se morigéna-t-il. L’œil ne voit que la surface des choses. Ce n’est qu’un sens parmi d’autres. Aisément falsifiable.
Ces dernières paroles, il les entendit avec la voix de Joruus C’Baoth. Le clone Jedi leur enseignait les voix de la Force depuis près de dix jours à présent. Celric et les autres étudiants étaient installés dans le Haut Château de Jomark depuis leur arrivée, et, en raison de l’étendue de la bâtisse, ils disposaient tous de leur propre chambre. Spartiate, certes, mais fonctionnelle.
Appliquant les leçons qu’on lui avait inculqué, Celric étendit ses perceptions autour de lui à la recherche de quelque chose d’anormal. Comme d’habitude, il eut l’impression d’un trop-plein de sensations, comme si un fleuve tentait d’entrer dans une bouteille. Il était encore désorienté par ce nouvel état, et résolut de méditer davantage pour cesser de se sentir submergé par ce nouveau pouvoir.
Mais, à cet instant, l’important est qu’il n’avait rien perçu d’anormal. Sa chambre était comme d’habitude – totalement banale.
Il referma la porte et s’assit sur le lit. La leçon du jour allait bientôt commencer, mais il avait une tâche à remplir – et il ne pouvait pas raisonnablement demander un délai supplémentaire pour l’effectuer.
Maître C’Baoth me réduirait sans doute en purée, songea-t-il avec une certaine résignation.
Il récupéra sa mallette d’affaires personnelles sous son lit et en sortit son blaster, rangé avec quelques cartouches d’énergie. Des recharges nécessaires pour alimenter son arme, car le cylindre monté sur le pistolet ne risquait guère de produire de lasers…
Il le détacha et en sortit une petite carte électronique qu’il inséra aussitôt dans son datapad. L’interface civile s’effaça et le symbole circulaire de l’Empire apparut. Il entra ses identifiants et laissa, comme chaque jour, son message.
L’entraînement poursuit son cours – RAS.
Les mots ne restèrent que quelques secondes sur l’écran, puis s’effacèrent définitivement. Ce système utilisé par les Renseignements Impériaux empêchait le stockage de données compromettantes ; tout ce que saisissaient les agents été expédié sur un terminal lointain, en l’occurrence sur sa planète natale Polcaphran.
Agent. C’était bien là ce qu’il était devenu. Habillé d’une tunique civile assez simple, très différente de l’uniforme militaire ou de la tenue pressurisée de pilote de TIE avec laquelle il avait appris à dormir (comme le voulaient les contraintes du service dans la Chasse Impériale), il n’avait pas grand-chose d’un homme en service commandé. Pourtant, sa mission était plus importante que jamais.
L’heure avançant à toute vitesse, il remballa ses affaires et sortit de sa chambre aussi vite que possible. Ce faisant, il heurta Piotr Paveller qui jaillissait au même instant de la sienne.
— Désolé ! s’excusa le garçon, embarrassé.
— Ce n’est rien, assura Celric en l’aidant à se relever. Tu es aussi à la bourre ?
— Ouais, carrément. J.J.J. va pas être content…
— J.J.J. ? répéta le Polcaphréen, déconcerté, alors qu’ils se remettaient en marche.
— Notre hôte, Joruus Jamais Joyeux ! expliqua Piotr avec un large sourire.
Celric ne put s’empêcher d’être amusé, lui aussi.
— Ça lui va bien.
— Et pas qu’un peu !
Ils sortirent de l’aile où étaient les chambres et s’engagèrent dans un escalier à colimaçon qui devait les mener jusqu’au niveau de la cour.
— Dis, Celric… reprit Piotr.
— Ouais ?
Tavill s’arrêta en voyant que son condisciple avait ralenti.
— Que se passe-t-il ?
— Toi aussi, tu es inquiet à propos de C’Baoth, dit-il en murmurant.
Ce n’était pas une question. Celric sentit un frisson le long de son échine. Paveller n’avait que quinze ans, mais sa sensibilité à la Force atteignait déjà une ampleur incroyable. Un puissant Jedi en devenir.
C’est d’ailleurs ce qu’avait dit C’Baoth en les rencontrant, une semaine plus tôt.
— Ton potentiel est immense et ne demande qu’à être développé, jeune Paveller, avait-il annoncé en regardant de haut cet adolescent plutôt maigrichon. Tu iras loin. Un puissant Jedi en devenir.
Il s’était ensuite tourné vers Celric, et une ombre avait alors empli son regard.
— Mais ce potentiel n’est pas donné à tous…
— Ouais, répondit-il à Piotr. Je n’en suis pas vraiment fan.
— C’est ce que je ressens depuis le premier jour, dit le garçon avec une voix étonnamment mature pour son jeune âge. Son aura est dérangeante…
— Tu arrives à percevoir des auras ? s’étonna Celric.
— Ouais.
— Comment est la mienne ?
Paveller prit le temps de la réflexion.
— Assez froide, dit-il après quelques instants. Tu as beaucoup perdu. Mais en même temps… C’est comme craquelé, comme si tu avais encore des doutes sur…
Il n’acheva pas sa phrase.
— On ferait bien de rejoindre les autres, suggéra Tavill, alarmé.
Il se promit de mentionner l’incident dans son rapport du lendemain. Paveller n’en avait peut-être pas conscience, mais il constituait une véritable bombe à retardement prête à exploser en emportant toute cette opération.
Ils arrivèrent finalement dans cette cour qui accueillait jour après jour leurs exercices. Les autres apprentis y étaient déjà rassemblés autour de Naghor Osvalt et d’une caisse militaire posée à ses pieds.
C’Baoth, lui, observait la scène depuis un balcon à une dizaine de mètres au-dessus d’eux.
— Bien, nous allons pouvoir enfin commencer, dit Osvalt en les voyant approcher.
Il s’accroupit et déverrouilla le petit conteneur.
De l’extérieur, il ressemblait à tous ceux amenés par le stormcommando sur Jomark : des caisses de matériel entreposées en secret dans une des caves du Haut Château. Mais dans celui-ci s’alignaient des cylindres métalliques enchâssés dans de la mousse à forme adaptative.
— Ce sont des sabres lasers, expliqua-t-il aux étudiants qui n’osaient plus faire le moindre bruit. Des armes utilisées autrefois par les Jedi. Je sais que votre objectif principal est d’apprendre à maîtriser la Force. Mais vous devez aussi pouvoir vous défendre si besoin. Je vais donc vous apprendre à les utiliser.
Flynn Tharon leva une main hésitante.
— Oui ?
— Ça signifie qu’on ne se servira plus de nos blasters ?
— Le mieux, c’est de savoir maîtriser toutes ces techniques, expliqua Osvalt. Le blaster est plus adapté aux affrontements à distance, mais dans un environnement resserré le sabre-laser est bien plus dangereux. Et il permet d’agir sur votre environnement pour le modifier à votre avantage. Maintenant, prenez-en un chacun…
Arrivé dernier, Celric se retrouva en queue de file pour le choix des armes. Il ne restait que trois sabres accessibles.
Il allait prendre le plus proche de lui quand il ressentit un attrait étrange pour le troisième. Il se décala et posa sa main sur l’arme.
Il se sentit alors sa tête tourner ; sa vue se brouilla jusqu’à ce que l’obscurité soit totale. Il n’entendit plus rien, ne sentit plus rien : il était perdu dans les limbes.
Puis ses sens revinrent aussi vite… Mais il n’était plus sur Jomark.
Il faisait nuit. Il se trouvait dans une immense salle aux larges colonnes de marbre. Les couleurs qui s’étendaient sur les murs et le sol flamboyaient.
En fait, la salle flambait.
— Il faut tenir !
Ces mots avaient été prononcés par un autre homme qui s’avança à sa droite. C’était un géant, les cheveux blonds tirés en arrière dans un long catogan. Il portait une bure sombre et tenait en main une lame verte dont la lueur illuminait d’émeraude les environs.
— Nous devons laisser le temps aux autres de s’enfuir !
Celric se sentit acquiescer. Dans sa main, l’arme qu’il venait de toucher… Moulée à sa paume. Sa lame était également verte. Un autre apprenti assez jeune tenait un sabre bleu.
Le Temple était perdu. Leurs adversaires étaient trop nombreux, et ils disposaient d’une aide obscure que tous les Jedi percevaient, non loin de là.
Dans la fumée, face à eux, des silhouettes apparurent. Elles portaient l’armure blanche des stormtroopers, avec des marquages bleus usés et des casques différents. Ils ouvrirent le feu.
Suivant son instinct, Celric sentit ses bras bouger pour orienter sa lame. Les rayons écarlates renvoyés vers les tireurs abattirent quelques-uns des clones. Mais cela n’était pas suffisant.
Alors, les Jedi avancèrent. Progressivement, en esquivant ou renvoyant les tirs assez précis pour les menacer. Ils enjambèrent les premiers cadavres, puis abattirent leurs armes sur les soldats.
Ces traîtres qui livraient le Temple sacré aux flammes et éteignaient celle, sacrée, de l’Ordre dans toute la Galaxie.
La résistance s’arrêta. Ils étaient tous morts. Leurs armures ne s’étaient révélées d’aucune utilité…
Celric sentit l’air âcre entrer dans sa gorge. Il était fébrile comme jamais. Leur ennemi approchait…
Alors, il le vit. Une nouvelle silhouette, sombre cette fois. Sa capuche était rabattue sur son visage, dont on ne voyait que deux yeux jaunâtres étincelants. Il portait l’arme des Jedi, sa lame bleue activée.
C’était le cœur de la tempête s’abattant sur l’Ordre.
Il avança tranquillement, comme si ses adversaires ne représentaient rien. Celric sentit qu’il allait attaquer…
Il tenta une frappe, mais l’autre para sans difficulté. D’un coup presque banal, il s’attaqua au torse du jeune homme, qu’il toucha aussitôt.
La lame carbonisa sa poitrine de part en part. Celric Tavill se sentit mourir. Il bascula en arrière et entrevit alors le visage de son meurtrier…
Il le connaissait.
Skywalker.
Il avait déjà abattu l’autre padawan, et le maître ne ferait pas long feu face à lui. Il était trop fort…
Mais d’autres pouvaient lui échapper. Alors que la vie l’abandonnait, il revit des images de sa vie : sa mère devenue folle, cette acolyte chauve aux étranges tatouages…
Et Scout…
Puis ce fut le néant.
— Celric !
Osvalt était en train de le secouer violemment.
— Oui, oui ! répondit-il, troublé. Je… Je vais bien…
Mais il n’en était pas vraiment sûr… Revivre la mort de cet apprenti était éprouvant. Le nom de Skywalker avait raisonné dans son esprit… Y avait-il un rapport avec Luke Skywalker ? Et cette dernière image… Était-ce vraiment sa mère ?
Si c’était bien le cas, alors il était lié à l’histoire de ce garçon mort au combat près de trente ans plus tôt.
Il baissa les yeux. Dans sa main, il tenait serré le sabre laser de la vision.
— Ça ira, assura-t-il. Je n’ai rien… C’était juste un vertige.
— D’accord, répondit Osvalt, visiblement peu convaincu. Tu vas faire équipe avec Paveller. Tharon, avec Adonsen. Colmiss, Sarn. Les jumeaux, ensemble… Enfin, Dermany et Llonest.
Ils se positionnèrent par paire dans la cour, chacun toisant l’autre.
— Tous ces sabres disposent d’un modulateur de puissance de la lame. Vérifiez qu’il est réglé au minimum…
Osvalt passa dans les rangs pour vérifier que tout le monde obéissait.
— Bien. À présent, vous ne risquez plus de démembrement… Juste un énorme bleu ! Vous allez à présent activer vos lames. Il faut une double pression pour activer ou désactiver l’alimentation : c’est une sécurité.
Plein d’appréhension, Celric alluma le sabre.
Comme il s’y attendait, une lame émeraude jaillit de la poignée de l’arme. Le bourdonnement et les lueurs des dix épées allumées offraient un spectacle étrange dans la clarté du matin du Jomark.
Piotr tenait un sabre écarlate en mains. Il semblait intrigué par l’arme qu’il fit légèrement bouger.
— C’est plus léger que ce que je pensais… marmonna-t-il.
— Il y a trois positions principales pour tenir votre arme, continua Osvalt. Haute, basse et médiane. À cela s’ajoutaient autrefois sept formes de combat… Mais n’étant pas un Jedi, je ne peux pas vous les enseigner. Vous serez donc toujours limités face à un adversaire ayant suivi l’ancienne formation, même s’ils sont aujourd’hui peu nombreux…
Il leur montra comment positionner le sabre ; ils limitèrent.
— Bien, les approuva-t-il. La haute est davantage adaptée aux duels et la basse à l’attaque. Je pense que la médiane est un bon compromis face aux blasters… Tout à l’heure, nous nous entraînerons avec des sphères flottantes. Mais pour l’heure, vous allez tester vos armes en échangeant avec votre binôme.
Celric jeta un coup d’œil à Piotr ; il tenait son sabre dans une seule main et le faisait bouger légèrement.
— Le but, c’est de bloquer les coups et de jauger l’énergie que ça nécessite ! rappela Osvalt. Bien ! Vous êtes prêts ? Allez-y !
Du coin de l’œil, Tavill vit Jovan Colmiss frapper aussitôt, son sabre tenu à deux mains, sur Gladys Sarn qui para le coup avec difficulté. Les autres s’étaient aussi mis à l’œuvre ; le son inimitable des lames s’entrechoquant retentissait sans arrêt. Seul Paveller attendait encore.
Celric inspira, et passa à l’action.
Il tenta un coup diagonal, mais Piotr para avec un sourire et se lança dans une contre-attaque composée très rapide. Il ne tenait son sabre que d’une seule main ; ses coups manquaient légèrement de force, mais l’arme qu’il tenait virevoltait à un rythme ébouriffant.
À deux reprises, Tavill sentit la lame lui frapper les bras.
— Bon sang ! jura-t-il, autant énervé qu’impressionné. Tu as bouffé quoi ce matin ?
— Du rancor, répondit-il en riant. Non, en fait, ça me rappelle les fois où je m’amusais avec mon cousin… Avec des bouts de bois. Tu ne l’as jamais fait ?
— Non, jamais, admit Celric avec curiosité.
— C’est pas si différent. Ce qui change, là, c’est le poids de l’arme… Mais légèrement. Essaie, maintenant.
Celric acquiesça. Une nouvelle fois, il prit sa respiration et se lança dans une nouvelle botte.
Il frappa assez haut, au niveau de l’épaule droite : bloqué par la lame écarlate, il récidiva sur le flanc gauche, toujours sans succès. Pour plus de liberté de mouvement, il ne laissa que la main droite sur la poignée de son sabre, l’autre lui servant à s’équilibrer.
Haut. Bas. Diagonale. À chaque fois il était repoussé ; il tenta une dernière attaque, au niveau des pieds de Piotr.
Sans succès.
— Mais blast… haleta-t-il en se redressant. Comment… tu fais… ?
— Il entre en résonance avec la Force, dit une voix caverneuse tout près d’eux.
Il se tourna brusquement : pendant qu’ils ferraillaient, C’Baoth avait quitté son balcon et était venu les rejoindre. Dans la brise du matin, sa barbe mi-longue remuait légèrement.
Le clone observait Piotr.
— Les sabres lasers ne sont que de pitoyables outils que n’importe quel imbécile peut manier, lança-t-il à l’assemblée sur un ton méprisant. 
Celric eut l’impression que cette remarque s’adressait avant tout à Osvalt ; et, comme pour le lui confirmer, l’instructeur serra les dents.
— La véritable arme d’un maître Jedi, c’est son esprit. C’est ce qui le distingue du commun des mortels et en fait un être exceptionnel… Avec de l’entraînement, vous pourrez le transformer en une lance mortelle qui anéantira tous vos ennemis. Méditez là-dessus.
Il commença à s’éloigner.
— Vous pourriez nous apprendre comment faire ! lança Jovan Colmiss.
Le Jedi s’arrêta ; ils retinrent tous leur souffle.
— Oui, je le pourrais, dit C’Baoth.
Tavill aurait juré qu’il souriait, mais il ne le vit pas faire.
Ce dont Celric était certain, en revanche, c’est que le clone convoitait quelqu’un. Un étudiant qui s’était distingué par son potentiel.
Il regarda à nouveau Piotr, qui observait le maître en train de s’éloigner.
— J’ai un mauvais pressentiment… murmura-t-il avec inquiétude.  



(Si vous ne trouvez toujours pas d'où viennent les noms des apprentis et de leur instructeur, je sais pas quoi faire de plus :o )

L2-D2 a écrit:Alors quoi ? Un Triumvirat ? Et avec qui ? Thrawn pour l'aspect militaire, Poldrei pour l'aspect civil... à moins qu'il ne se voit plutôt comme le fameux "arbitre", et qu'il se voit donc en futur Empereur ? :sournois:


Ah ah ! Voilà des questions qui ne trouveront pas tout de suite leur réponse... :sournois:

L2-D2 a écrit:En tout cas, ce Chapitre renforce toute la sympathie qu'on peut avoir pour le Moff, lui qui se retrouve à devoir "gérer" l'embrigadement Impérial, le spécisme, la violence comme seul moyen d'expression. On a presque envie de le voir réussir, tiens !


Tout dépend qui. Poldrei n'est pas totalement sympathique... C'est plutôt le genre anti-héros. Avec ses objectifs, ses ambitions... Et un certain manque de scrupules. C'est un ancien résistant, qui a connu des combats difficiles... Il est prêt à tout ou presque.
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar L2-D2 » Lun 20 Mar 2017 - 18:44   Sujet: Re: La Fédération Impériale

100ème message sur ce topic ! :cute:

Chapitre 83 lu !

J'aime quand je n'ai pas beaucoup à attendre !

Alors là, je ne m'attendais pas à une telle vision de Force ! Si je devine bien grâce aux indices, le garçon qui succombe dans la vision est Whie Malreaux, la référence à la mère folle et une acolyte chauve aidant bien... et si je me souviens bien, Scout et elle étaient proches, oui ! Voilà un beau lien avec l'UE Légendes, comme tu sais si bien les faire ! :oui:

Le reste du Chapitre est tout aussi intriguant. Quel sort va réserver C'Baoth au pauvre Piotr Pavellan ? Et quand est-ce que Mara Jade va débarquer sur place ?

Comme d'habitude, la suite !
Jagen Eripsa a écrit:Ah ah ! Voilà des questions qui ne trouveront pas tout de suite leur réponse... :sournois:

Te connaissant, je m'en doute ! Mais ça ne m'empêche pas de faire part de mes hypothèses ! :D

Jagen Eripsa a écrit:(Si vous ne trouvez toujours pas d'où viennent les noms des apprentis et de leur instructeur, je sais pas quoi faire de plus :o )

A mon grand désespoir, je ne vois pas ! J'ai bien Flynn Tharon qui me fait penser à Flint Carson, mais je ne vois pas comment raccrocher les autres, du coup ce n'est sans doute pas ça... :paf:
La, comme ça, les noms me parlent en plus, j'ai l'impression que ça me dit quelque chose, mais impossible de mettre le doigt dessus !
Seigneur Tarkan, je ne suis pas surprise de vous trouver dans l'ombre de Vador. J'ai senti votre odeur méphitique dès que je suis montée à bord. - Princesse Leia
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2983
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Lun 20 Mar 2017 - 22:38   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour la lecture et le comm' ! :jap:

L2-D2 a écrit:Si je devine bien grâce aux indices, le garçon qui succombe dans la vision est Whie Malreaux


Indeed. :jap:

L2-D2 a écrit:Le reste du Chapitre est tout aussi intriguant. Quel sort va réserver C'Baoth au pauvre Piotr Pavellan ? Et quand est-ce que Mara Jade va débarquer sur place ?


Va-t-elle débarquer sur place déjà ? :siffle:
Quant à C'Baoth... Nous verrons... :sournois:

L2-D2 a écrit:A mon grand désespoir, je ne vois pas ! J'ai bien Flynn Tharon qui me fait penser à Flint Carson, mais je ne vois pas comment raccrocher les autres, du coup ce n'est sans doute pas ça... :paf:
La, comme ça, les noms me parlent en plus, j'ai l'impression que ça me dit quelque chose, mais impossible de mettre le doigt dessus !


Même avec la blague de Piotr en début de chapitre ? :o :paf:
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Alfred M. » Lun 20 Mar 2017 - 23:13   Sujet: Re: La Fédération Impériale

L2-D2 a écrit:Alors là, je ne m'attendais pas à une telle vision de Force ! Si je devine bien grâce aux indices, le garçon qui succombe dans la vision est Whie Malreaux, la référence à la mère folle et une acolyte chauve aidant bien... et si je me souviens bien, Scout et elle étaient proches, oui ! Voilà un beau lien avec l'UE Légendes, comme tu sais si bien les faire ! :oui:


:shock: :perplexe:
Oui bon c'est pas forcément ma période de prédilection :transpire:
Une vision de Force ok, heureusement on a pas eu droit à "le sabre t'as choisi !" :x

Bon chapitre comme d'hab', cool de pas attendre en effet :sournois:
I wanted to tell myself that I didn't thrust her [Leonia Tavira] away because of the injuries to my hands, but I knew that wasn't the truth. [...] The injuries were the reason I did not pull her closer. - Corran Horn - I, Jedi - Michael Stackpole
Alfred M.
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1075
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 21 Mar 2017 - 0:29   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Alfred M. a écrit:Une vision de Force ok, heureusement on a pas eu droit à "le sabre t'as choisi !" :x


J'aillais pas copier Harry Potter... Je suis resté sur un pouvoir déjà connu, la psychométrie qui se manifeste notamment chez les Kiffars et particulièrement chez Quinlan Vos. ;)

Là, ce n'est pas un pouvoir que Celric peut manifester, mais le lien entre le sabre et lui a provoqué la vision (et cela a été renforcé par la puissance du moment).

Alfred M. a écrit:Bon chapitre comme d'hab', cool de pas attendre en effet :sournois:


J'étais inspiré. :D
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar L2-D2 » Mar 21 Mar 2017 - 0:42   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Même avec la blague de Piotr en début de chapitre ? :o :paf:

Oh punaise! JJJ ! :idea: Piotr Paveller, c'est Peter Parker! :shock:
Seigneur Tarkan, je ne suis pas surprise de vous trouver dans l'ombre de Vador. J'ai senti votre odeur méphitique dès que je suis montée à bord. - Princesse Leia
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2983
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 21 Mar 2017 - 0:58   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Héhé. :D

Regarde les initiales des autres, tu devrais en reconnaître quelques-uns ! Mais c'est Zahn qui a commencé avec Mara Jade. :lol:
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar L2-D2 » Mar 21 Mar 2017 - 11:24   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Ah mais ouais ! Flynn Tharon, c'est Flash Thompson, Nagor Osvalt, c'est Norman Osborn, Gladys Sarn, c'est Gwen Stacy...

Franchement, chapeau, c'est super bien fait ! :oui:
Seigneur Tarkan, je ne suis pas surprise de vous trouver dans l'ombre de Vador. J'ai senti votre odeur méphitique dès que je suis montée à bord. - Princesse Leia
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2983
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 21 Mar 2017 - 13:56   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci ! :jap:
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar darkCedric » Mar 21 Mar 2017 - 18:08   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit: Mais c'est Zahn qui a commencé avec Mara Jade. :lol:


Heu... j'ai pas compris la référence là :perplexe: :paf:
« Chaos isn't a pit. Chaos is a ladder ! And some, are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm, or the gods, or love. Illusions. Only the ladder is real. » Petyr Baelish
Le Règne de Grievous
darkCedric
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2193
Enregistré le: 26 Juin 2016
Localisation: Gallifrey, dans la constellation de Kasterborous
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 21 Mar 2017 - 18:19   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Une rousse dont les initiales sont "MJ"... Moi c'est à ça que ça m'a fait penser. :D
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar mat-vador » Mar 21 Mar 2017 - 22:40   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Ca y est, j'ai rattrapé mon retard! Alors au menu, géopolitique avec Poldrei (Quand l'appétit va, tout va?) Talon Karrde (et Mara Jade, pas de vapodouche dommage ah zut j'ai confondu avec Dark Claria :siffle: :diable: !) et joruus C'Baoth qui se verrait bien appliquer une Règle des Deux perso (ses autres élèves réduits au rang de larbins dont un certain Celric :sournois: ..).

Bref la suite :oui: :cute: !
je suis un Sith mais je suis gentil :grrr:
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 493
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mer 22 Mar 2017 - 9:36   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour ce retour ! :jap:

Une règle des Deux pour C'Baoth ? Naaaaaaaan... Il est plus ambitieux que ça. :D
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 09 Mai 2017 - 15:15   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Je pensais que cela ne faisait que quatre semaines sans publications... Eh bien non, bientôt deux mois. :transpire:

Sans plus attendre, la suite !



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 84

En descendant de sa navette, qui venait tout juste d’atterrir dans l’un des innombrables hangars du Palais Impérial, Derth Beny’lya eut la surprise de voir son cousin Borsk l’attendre au pied de la rampe, raide comme une statue. Ils se saluèrent, et Fey’lya l’invita à le suivre, ce qu’il fit sans hésiter.
Borsk l’emmena dans la section principale du Palais ; ils traversèrent l’immense Grand Corridor, et ses sections bordées d’arbres à l’écorce changeante tout en nuances de vert et de mauve, puis s’engagèrent dans un turboélévateur qui devait les emmener dans une des tours de l’immense complexe qu’avait jadis bâti Palpatine.
Le conseiller resta silencieux tout au long du trajet. Il n’essaya même pas d’engager la conversation sur des banalités, comme il aurait pu le faire en temps normal. Non, il était trop tendu pour cela – et cela se voyait.
Ils arrivèrent finalement dans le bureau de Borsk et y entrèrent. C’était une magnifique pièce disposant d’une vue plongeante sur la Cité Galactique, le cœur de l’Ancienne République et de l’Empire qui était autrefois né de ses cendres. À présent, les complexes administratifs de la Nouvelle République s’étendaient sous leurs yeux sur plusieurs dizaines de kilomètres – une zone appelée à grandir à mesure que d’autres mondes se ralliaient ou étaient conquis par la force.
Derth ne chercha même pas à repérer l’ambassade de Bothawui dans cette forêt de tours. Elle était perdue dans ce paysage, et, de toute façon, ce n’était qu’une façade sans intérêt. Le véritable représentant du peuple bothan était là, avec lui, et il semblait prêt à enfin lui parler. Borsk apposa son badge contre le lecteur magnétique pour s’assurer de l’imperméabilité des lieux avant de prendre la parole.
 — J’ai des nouvelles de première importance, annonça-t-il d’emblée.
Beny’lya haussa les sourcils et releva le museau.
— Je m’en serais douté.
— Nos agents ont identifié les cuirassés de Linuri, poursuivit Borsk sans tenir compte de cette interruption. Ils se sont déjà manifestés par le passé… Toujours contre des cibles impériales. Leur précédent coup d’éclat visait la base Ubiqtorate de Tangrene.
Derth acquiesça, sa curiosité éveillée. S’attaquer à un convoi de marchandises tenait de la piraterie… Mais détruire une installation de pointe des Renseignements Impériaux, c’était tout à fait autre chose. Si mes souvenirs sont exacts, la base de Tangrene a été détruite au moment du putsch de Zaarin, au plus fort de la guerre civile. À l’époque, l’Empire avait largement de quoi défendre ses complexes de surveillance.
— Des vétérans, donc, comprit-il. Ils combattent la même cible que nous, mais sans être rattachés à la Nouvelle République, ou avant à l’Alliance. Une armée privée.
— Exact.
— Mais une telle organisation nécessite des fonds…
— Effectivement.
— Donc, soit il s’agit d’un trilliardaire, soit c’est quelqu’un qui bénéficie du soutien d’un monde ou de plusieurs.
— Raisonnement judicieux.
— Merci. Sait-on qui peut financer une telle flotte ?
— Nous.
Derth dévisagea son cousin.
— Je ne plaisante pas.
— Moi non plus.
— Si nous avions des cuirassés, je le saurais !
— Nous ne les « avons » pas vraiment, admit Borsk. Mais leur propriétaire est notre allié… Et notre obligé, grâce à quelques menus services.
Fantastique. Beny’lya bouillait intérieurement. Avec ces cuirassés, la conquête de Polcaphran se serait déroulée sans problèmes et je ne me serais pas retrouvé dans un tel poodoo.
— Et, donc, il s’agit de… ?
— Garm Bel Iblis.
Une fois encore, Derth regarda son cousin d’un œil perplexe.
— Il est mort. Sur Anchoron. Cela fait bien quinze ans…
— C’est inexact.
Fey’lya s’enfonça un peu plus dans son fauteuil.
— Il a survécu à l’explosion et a plus tard participé à la fondation de l’Alliance. Il s’en est éloigné après la destruction d’Aldérande et a entamé une guerre privée contre l’Empire. Malheureusement, à cause de ses moyens limités, il n’est jamais parvenu à représenter une menace sérieuse… Il y a six ans, avant la bataille d’Endor, mes agents ont tiré les forces de Bel Iblis d’un mauvais pas. Il m’est alors venu à l’idée que le général pourrait se révéler un soutien de poids…
— Oh, tu crois qu’un ancien sénateur de Corellia, revenu d’entre les morts et reconnu pour ses capacités tactiques a une telle importance ? demanda Beny’lya, la voie chargée d’ironie.
— Sans doute plus qu’un général privé de son commandement, répondit Fey’lya d’une voix aigre.
Derth se figea. Ce ton, ce regard… Il connaissait Borsk depuis longtemps, et cela ne lui disait rien qui vaille.
— Tu m’as promis que je deviendrai Commandeur Suprême, lâcha-t-il, sa fourrure se hérissant sous l’effet du choc.
— Si je prends la tête de la Nouvelle République, il me faudra un chef militaire issu d’une autre espèce, expliqua Fey’lya. Je ne peux pas risquer d’avoir des accusations de népotisme sur le dos… Surtout depuis que tu as fait preuve de ton incompétence sur Polcaphran.
— Mon incompétence ?
— C’est le mot qui convient le mieux à ce manque de résultats.
Borsk le foudroya du regard avant de se détendre légèrement.
— Tu récupéreras l’Ar’kai et ton commandement, lui promit-il. Et peut-être un galon de plus. C’est le mieux que je puisse faire…
Il avait dit cela comme si cela représentait pour lui un effort presque insurmontable ; or Derth savait bien ce qu’il en était. Borsk Fey’lya était l’une des personnes les plus puissantes de la Nouvelle République : seuls Mon Mothma, Ackbar et, à cause de son aura, Leia Organa pouvaient encore l’éclipser.
Il entrevit alors ce que serait son avenir : il deviendrait un laquais dans l’ombre de son cousin surpuissant, un exécutant à l’ancienne mode effectuant le sale travail pendant que Borsk se couvrirait de gloire.
Pense-t-il même au bien de notre espèce ? À l’avenir des Bothans ? Ou n’est-il préoccupé que par sa propre importance ?
Cette idée le terrifiait. Tout ce qu’il avait fait, jusqu’ici, il pensait le faire pour la gloire de Bothawui et de son peuple. Mais peut-être n’avait-il été qu’une marionnette entre les mains d’un génie politique.
Il lui était déjà redevable pour sa sortie de prison : bientôt, il le serait également pour sa restauration à la tête de l’Ar’kai, et pour bien d’autres raisons encore….
Il était coincé dans une nasse inextricable dont il ne sortirait jamais.
— Je pourrais également m’arranger pour t’affecter deux de ces nouveaux destroyers de classe-République que nous assemblons actuellement au-dessus de Rendili… ajouta pensivement Borsk.
— Je…
Il fut interrompu par le chuintement de la porte, suivi du pas précipité d’un Bothan qui surgit dans le bureau. Vu son élan, il aurait sans doute enfoncé le sas si les panneaux ne s’étaient pas écartés à son approche.
— Conseiller… Fey’lya ! lança-t-il, haletant.
Il portait l’uniforme des agents administratifs du Bothan Spynet, mais il n’avait qu’un seul galon. C’était encore un débutant.
— J’espère que vous avez une bonne raison de nous interrompre, siffla Borsk en le foudroyant du regard.
— Une très bonne… raison, Conseiller… répondit l’autre en lui tendant un datapad.
Derth vit son cousin poser les yeux sur l’appareil, intrigué. Il le vit écarquiller ses larges yeux mauves, attraper la tablette entre ses mains, et pâlir à mesure que le texte défilait.
Quand il reprit la parole, sa voix était beaucoup moins arrogante qu’à l’ordinaire, presque étouffée. Il contient ses émotions¸ comprit Derth.
— Quand avons-nous reçu ce rapport ?
— Il y a dix minutes environ, répondit l’agent (qui avait enfin reprit son souffle). Le temps que je le décrypte, et le voilà.
— Qui d’autre est au courant ?
— D’après l’agent, personne.
— Pas même Cracken ?
— Non…
Fey’lya acquiesça lentement.
— Cette information ne doit pas sortir d’ici. Je l’apporterai moi-même à Mon Mothma. Compris ?
L’agent acquiesça et sortit aussi vite qu’il était entré.
— Par la Gueule de Del’kar, s’exclama Derth quand les panneaux se refermèrent, qu’est-ce qui te met dans un état pareil ?
— Tu comprendras mieux quand tu auras lu ça à ton tour, répondit Borsk en lui tendant la tablette.
Le général l’attrapa et parcourut du regard les lignes de texte qui y étaient affichées. Il s’agissait de rapports bancaires, incompréhensibles pour un novice comme lui… Sauf…
Son cœur manqua un battement quand ses yeux se posèrent sur le nom.
— « Gial Ackbar », lut-il. C’est bien ce que je pense ?
— Tout dépend de ce que tu penses, répondit Borsk.
— Ackbar a détourné des fonds pour son usage personnel ?
— C’est plus compliqué que cela. La banque centrale de Coruscant a subi une cyber-attaque ce matin, et j’ai donc demandé à mes agents d’enquêter là-dessus… Et voilà que de grosses sommes sont apparues, comme par magie, sur le compte d’Ackbar. Des sommes qui ont transféré par Palanhi, un monde neutre…
— L’Empire ? suggéra Derth.
— On va partir du principe que oui, répondit son cousin. Qui d’autre ?
— Ça me rappelle ce procès d’il y a quelques années… L’affaire Keldu…
Borsk le fixa quelques instants avant de comprendre.
— Oh, tu veux parler de l’affaire Celchu… L’Empire utilisant de faux comptes pour discréditer un des nôtres. C’est bien possible, admit-il en haussant les épaules. Mais il faudra une enquête pour le déterminer. Et Ackbar ne restera pas en poste pendant ce temps-là.
— Et tu auras un Commandeur Suprême tout prêt à leur proposer, devina Beny’lya.
— Bien sûr que non, s’agaça le Conseiller. Je vais d’abord avancer mon nom comme recours. Et comme Mon Mothma refusera de me nommer à cause de mon inexpérience militaire, je proposerai Bel Iblis. Elle n’aura pas le choix… Et nous aurons alors un allié là où nous avions jusqu’ici un ennemi.
La rapidité avec laquelle Borsk avait adapté son plan à cette nouvelle donne ne manqua pas de susciter l’admiration de Beny’lya. C’était imparable : ils seraient débarrassés d’Ackbar et l’Empire trouverait face à lui un nouveau Commandeur Suprême plus pugnace en la personne de Garm Bel Iblis.
Reste à savoir s’il sera l’allié des Bothans… Ou juste celui de Borsk.
— Quand passeras-tu à l’action ?
— Très vite, assura Fey’lya. Le temps de faire quelques vérifications, et j’irai trouver Mon Mothma. Je veux lui annoncer cela avant que Cracken ne l’apprenne… Une occasion en or pour redorer le blason de nos espions… Tu récupéreras bientôt ton commandement !
— Je m’en réjouis d’avance, répondit Derth sans montrer le moindre enthousiasme.
Il se leva et se dirigea vers la porte, quand une dernière question lui vint à l’esprit.
— Il y a quelque chose que je ne comprends pas dans cette histoire, lança-t-il à son cousin.
— Je t’écoute.
— L’Empire cherche sans doute à discréditer Ackbar, ou alors peut-être est-ce un coup des faces de poulpes, ou qui sais-je d’autre encore. Après tout, il peut bien être coupable, je m’en fiche.
— Et… ?
— Quelle que soit la personne à l’origine de ce transfert, une question subsiste. Pourquoi maintenant ? 



Pourquoi maintenant, en effet ? :sournois:

Réponse avec le prochain chapitre, qui entamera le dernier arc de cette seconde partie ! ;)
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Alfred M. » Mar 09 Mai 2017 - 15:58   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Je pensais que cela ne faisait que quatre semaines sans publications... Eh bien non, bientôt deux mois.


J'avais hésité à t'engueuler à Cusset (ainsi que Skykarde) :lol:

Jagen Eripsa a écrit:Pourquoi maintenant, en effet ?


Et moi, je me demande plutôt : Les Rogues sont-ils encore sur Sluis Van ? :siffle:

Sinon c'est toujours un plaisir à lire :)
I wanted to tell myself that I didn't thrust her [Leonia Tavira] away because of the injuries to my hands, but I knew that wasn't the truth. [...] The injuries were the reason I did not pull her closer. - Corran Horn - I, Jedi - Michael Stackpole
Alfred M.
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1075
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 09 Mai 2017 - 16:31   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour la lecture et le comm'. :jap:

Alfred M. a écrit:J'avais hésité à t'engueuler à Cusset (ainsi que Skykarde) :lol:


Heureusement qu'on a pas abordé le sujet, t'aurais pu me soutirer des infos exclusives... :sournois:

Alfred M. a écrit:Et moi, je me demande plutôt : Les Rogues sont-ils encore sur Sluis Van ?
:siffle:

Oui. :D
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mar 09 Mai 2017 - 21:16   Sujet: Re: La Fédération Impériale

La fédération est (enfin) de retour, les ennuis d'Ackbar commencent alors que débute l’ascension irrésistible d'un bothan ambitieux.
Jusqu'ici, tout se passe comme prévu par Timothy Zahn, mais je sens venir le "dérapage infinity".

En tout cas Beny’lya, malgré sa déception, ne perd pas son sang-froid et pose la bonne question: pourquoi maintenant?

j'ai ma petite idée, mais je n'ai aucun mérite: j'ai lu les romans! :transpire:
"There's a problem on the horizon. There is no horizon'.
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 327
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Mar 09 Mai 2017 - 21:47   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Selon moi et au risque de casser la surprise, le fameux dérapage infinity pourrait provenir de ce cher Derth :sournois: !

Qu'es-ce que j'ai gagné? Qu'es-ce que j'ai gagné?

1) Une vapodouche torride.
2) deux Vapodouches torrides.
3) Une infinité de vapodouches torrides. :lol: :lol:
je suis un Sith mais je suis gentil :grrr:
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 493
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 09 Mai 2017 - 22:04   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour vos messages ! De fait, on est dans l'Infinity depuis un petit moment déjà, et ça continuera sur cette lancée jusqu'à la fin de ce premier tome : pas du très différent, mais de petites touches, de ci de là, qui annoncent des bouleversements bien plus importants. :sournois:

Et ça ne viendra pas d'un seul personnage, mais de tous à la fois. :P
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar L2-D2 » Mer 10 Mai 2017 - 8:08   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 84 lu !

Fichtre ! Deux mois sans un nouveau Chapitre de la Fédération Impériale ! Quelle idée de travailler, franchement ! :lol:

Pas grand chose à dire de plus que mes commentaires habituels, tout simplement car c'est toujours aussi bien fait ! Discussions qui basculent entre Fey'lya et Beny'lya, première fissure entre les deux cousins avec une prise de conscience de Beny'lya qui nous rendrait presque le personnage sympathique en fait, avant qu'on embraye sur la suite, avec le retour inévitable dans le jeu de Garm Bel Iblis, dans une position manifestement très différente de celle qu'il occupe dans La Croisade Noire du Jedi fou. Voilà qui s'annonce intéressant ! :oui:

La suite !
Seigneur Tarkan, je ne suis pas surprise de vous trouver dans l'ombre de Vador. J'ai senti votre odeur méphitique dès que je suis montée à bord. - Princesse Leia
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2983
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mer 10 Mai 2017 - 10:20   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour la lecture et le comm' ! :jap:
L2-D2 a écrit:la suite, avec le retour inévitable dans le jeu de Garm Bel Iblis, dans une position manifestement très différente de celle qu'il occupe dans La Croisade Noire du Jedi fou.


Pour l'heure, il est encore parfaitement dans le cadre de la trilo... Zahn avait déjà lié Bel Iblis aux Bothans, et les infos citées là sur son financement sont bien Legends (J'en étais bien le premier surpris !).
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Alfred M. » Mer 10 Mai 2017 - 10:36   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Je me rappelais plus pourquoi le bothan rencontrais Bel Iblis dans les romans, mais si c'était pour remplacer Ackbar c'est assez logique.
I wanted to tell myself that I didn't thrust her [Leonia Tavira] away because of the injuries to my hands, but I knew that wasn't the truth. [...] The injuries were the reason I did not pull her closer. - Corran Horn - I, Jedi - Michael Stackpole
Alfred M.
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1075
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mer 10 Mai 2017 - 10:53   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Ah oui ?

Mmm... faut vraiment que je finisse par la lire, cette trilogie ! :transpire:
Seigneur Tarkan, je ne suis pas surprise de vous trouver dans l'ombre de Vador. J'ai senti votre odeur méphitique dès que je suis montée à bord. - Princesse Leia
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2983
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Sam 13 Mai 2017 - 22:32   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Allez, un autre chapitre avant la fin de la semaine, histoire de rattraper un peu le rythme ! :cute:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 85

Coincé dans son armure Zéro-G, assis sur un siège convenant davantage à un Ughnaught qu’à un homme de son gabarit, le colonel Tierce commençait à trouver le temps long.
Très long.
Quatre heures déjà qu’il attendait avec deux autres commandos dans cette taupe minière exiguë, sans pouvoir bouger. Il remuait comme possible la pointe des pieds pour faire circuler son sang, mais en l’absence de gravité la sensation désagréable du fourmillement ne le guettait pas qu’à cet endroit-là… Il fallait que son sang irrigue convenablement le cerveau. Il allait en avoir besoin dans quelques minutes…
Sans oxygène, impossible de retirer le casque. Il se contentait donc de remuer la tête en bougeant son cou, avec difficulté. Autrefois, une telle attente ne lui aurait posé aucun problème, mais il vieillissait et ses capacités s’en ressentaient. Il commençait à avoir faim, ce qui ne se serait jamais produit autrefois. Il s’était encroûté…
Sa vessie le démangeait aussi, mais il ne souhaitait pas tenter sa chance avec le recycleur intégré de l’armure… Il n’avait pas encore eu l’occasion de tester son efficacité et n’était pas pressé de le faire.
 — Signal en provenance du vaisseau-mère, indiqua l’un de ses hommes. T moins quatre minutes.
— Bien reçu, indiqua Tierce.
Quatre minutes. Ils y étaient presque. Leur taupe n’était qu’un appareil parmi la centaine stockés dans la soute d’un vieux cargo modifié. Vidé de ses entrailles, débarrassé des quartiers de l’équipage, des systèmes de survie et de tout ce qui n’était pas nécessaire à sa mission, l’antique galion kuati s’acheminait doucement vers sa fin.
Autour des taupes, Tierce pouvait distinguer les reflets noirs des panneaux solaires de nombreux chasseurs TIE. Ce n’étaient pas des modèles standards ; leur forme indistincte lui rappelait quelque chose, mais il ne parvenait pas à trouver quoi.
Au-delà des TIE ? Le vide. L’obscurité. Ils auraient dû voir les parois du cargo, mais il n’y avait là qu’un noir absolu. Sur les murs, le sol, le plafond, rien que le néant.
Grodin connaissait les théories sur les manteaux-boucliers, mais les voir en fonction était bien plus impressionnant. Comme allaient l’apprendre à leurs dépens les Rebelles…
— T moins deux minutes.
— Allumage des réacteurs, annonça-t-il à ses hommes. Préparez vos armes.
Il compta les secondes, la boule au ventre. Le plan du Grand Amiral Thrawn était audacieux… Mais également très risqué. Et cette fois, il n’aurait qu’un vaisseau désarmé pour toute protection.
Un petit vaisseau minier contre un croiseur interstellaire.
Il eut un rire sans joie.
C’est à croire que nous sommes les Rebelles, à présent !
Son compte à rebours mental arriva à terme.
Rien.
Sa tension monta d’un cran. S’il y a un problème… Si ce manteau-bouclier nous avale pour l’éternité, qu’on ne peut plus en ressortir…
Il y eut alors un éclair de lumière, qui manqua de l’aveugler… Puis l’espace apparut.
De nombreux débris encore incandescents y flottaient encore. Mais, au cœur de ce nuage, il y avait encore une centaine de vaisseaux impériaux en parfait état de marche, prêts à fondre sur leurs cibles. Au-delà, derrière un gros complexe orbital aux multiples ramifications, un monde verdoyant aux traces d’industrialisation visibles depuis l’espace occupait l’arrière-champ.
Sluis Van.
— Surveillez les écrans, ordonna aussitôt Tierce à ses hommes. Notre objectif est un destroyer stellaire de classe Secutor, repère vectoriel Aurek sept point vingt-cinq, Gamma trois point zéro sept et S neuf quarante-cinq.
Leur cible avait jadis pour nom Death’s Wings. Un de ces destroyers étranges utilisés par l’Empire comme soutien pour sa flotte auxiliaire des Colonies. C’était un porte-chasseurs inspiré par les classe-Venator de l’Ancienne République, avec d’immenses « ailes » abritant des hangars suffisants pour accueillir plusieurs centaines de chasseurs. Il y en avait plusieurs en attente dans les chantiers de Sluis Van ; les Rebelles les avaient sans doute récupérés dans un dépôt impérial abandonné après la déroute d’Endor, ou lors de l’invasion d’un système isolé.
Il fit pointer la tête foreuse de la taupe vers la coque du Secutor. Il n’avait plus qu’à croiser les doigts pour qu’aucun obstacle ne jaillisse sur leur chemin…
Un A-Wing leur passa devant à pleine vitesse. Le chasseur rebelle ne les avait pas remarqués : il était bien trop occupé à échapper au TIE qui lui collait aux basques.
TIE Defender, songea Tierce. Ouais, c’est ça. Un de ces Défenseurs qu’affectionnait Zaarin.
Ses anciens confrères de la Garde Impériale avaient eu fort à faire face à ces chasseurs de pointe. Les Intercepteurs TIE – Même ceux modifiés des protecteurs de l’Empereur – ne pouvaient pas rivaliser contre l’armement des Défenseurs.
Deux autres chasseurs de la Rébellion en proie aux mêmes difficultés passèrent devant eux. Ils se dirigeaient vers une autre zone, au-delà des chantiers, où le combat se concentrait à présent. La flotte de Thrawn venait de sortir de l’hyperespace : autour du Chimaera, une vingtaine de frégates et deux destroyers tenaient en respect les forces de défense rebelles.
— Nous y sommes presque ! lança Grodin, autant pour ses hommes que pour lui-même.
Deux kilomètres… Une poussière à l’échelle de l’espace, mais une distance incroyablement longue en situation de combat.
Un choc ébranla la carlingue de la taupe qui s’apprêtait à plonger.
— Un Y-Wing, indiqua le commando qui surveillait les scanners. Il nous a pris pour cible.
Tierce serra les dents. Les Y-Wings disposaient d’un armement lourd capable d’abréger leur mission en un rien de temps, pour peu que le pilote estime devoir en faire usage…
— J’y vais, répondit l’autre en attrapant son arme.
L’armure Zéro-G était normalement conçue pour le combat spatial. On la prétendait capable d’affronter un chasseur stellaire…
Il était temps de le démontrer.
L’homme sortit par la trappe latérale, son blaster bien en évidence. Surveillant du coin de l’œil les écrans, Grodin le vit tirer quelques salves bien senties en direction du cockpit du Y-Wing.
Sans effet.
Mais cela importait peu. Ils arrivaient sur la coque du Death’s Wings. Avec appréhension, Tierce activa le laser perforateur de la taupe.
Un rayon d’énergie pure jaillit de la machine pour frapper le blindage du destroyer. Le cône frontal de la taupe se mit à tourner pour maximiser les effets de son extracteur de métaux ; très vite les premiers signes de fragilité apparurent.
Grodin plongea la taupe dans les entrailles du vaisseau.
Le laser avait attendri le blindage, mais il sentit quand même un choc quand ils passèrent la couche de protection supérieure. Les niveaux inférieurs, en revanche, ne posèrent aucun problème et furent traversés comme du beurre.
La taupe était suffisamment enfoncée, à présent, pour que la trappe latérale donne sur les coursives du Secutor en réparations. Le colonel respira un grand coup : ils y étaient arrivés.
Le commando assigné aux écrans se leva. Il n’y avait plus que lui à l’arrière de l’appareil.
— Où est VK-496 ? lui demanda Tierce.
L’autre haussa les épaules.
— Il a dû sauter avant qu’on passe la coque, je pense. Pour défendre nos arrières.
Une nouvelle explosion secoua la taupe. Génial. Déjà un homme en moins. Deux gars pour prendre d’assaut un destroyer stellaire ?
Un jeu d’enfant…
— Ne restons pas là, ordonna le colonel. En avant !
Heureusement pour eux, leur faible nombre n’avait que peu d’importance. Le vaisseau était vide, ou presque ; ils ne rencontrèrent personne pendant les deux cents premiers mètres. Les Rebelles, pourtant, n’auraient eu aucun de mal à les repérer ; avec la gravité artificielle du vaisseau et l’atmosphère maintenue dans les coursives, le bruit des lourdes armures Zéro-G était immanquable.
Le premier groupe de Rebelles qu’ils rencontrèrent les attendait au pied du turboascenseur devant les mener à la passerelle de commandement.
Ils furent proprement balayés en quelques secondes.
Pauvres imbéciles, songea Grodin en entrant dans la cabine sans regarder les cadavres carbonisés.
L’autre commando prit un élévateur adjacent : ils ne pouvaient pas tenir à deux sur la même plateforme.
Ils arrivèrent finalement dans la tour tribord du destroyer. Comme sur les anciens classe-Venator, deux postes de contrôle se dressaient fièrement sur le dos du vaisseau, l’un consacré à la coordination des escadrons de chasseurs tandis que l’autre servait de passerelle de commandement. C’est celle-là qu’ils s’apprêtaient à prendre d’assaut.
— Le pont est derrière cette porte, indiqua-t-il à son coéquipier qui s’extrayait de l’ascenseur.
Elle était à une cinquantaine de mètres, au bout d’un large couloir en travaux où s’étalaient câbles et échafaudages renversés.
— Finissons-en, grommela l’autre en brandissant son blaster à répétition. Je passe devant, colonel.
Il avança d’un pas pesant et menaçant vers leur objectif. Il était évident que les Rebelles les attendaient ; mais qu’auraient-ils pu faire contre une telle machine à tuer ?
C’est ce que se demandait Grodin à cet instant, dans une magnifique démonstration d’arrogance impériale.
Un comportement qui, comme d’habitude, s’avéra fatal.
Son coéquipier n’était plus qu’à dix mètres du pont quand un câble négligemment posé au sol se tendit brusquement et remonta jusqu’à ses chevilles.
Déséquilibré, le commando bascula en avant et chuta sur le sol métallique dans un fracas assourdissant. Dix mètres derrière lui, Grodin regarda la scène sans comprendre ce qui se passait.
Cinq soldats rebelles sortirent alors de leurs cachettes et tirèrent sur lui.
— Blast ! jura-t-il en les alignant avec son blaster.
L’un des défenseurs venait de se pencher sur le spacetrooper à terre. Tierce ne vit pas ce qu’il fit à ce moment-là, mais quelques secondes plus tard les trois rebelles survivants retournèrent se mettre à l’abri.
Grodin eut à peine le temps de voir la grenade coincée dans l’interstice entre le casque et la plaque dorsale avant qu’elle n’explose.
La déflagration dégagea une vague de chaleur qu’il ne ressentit même pas, grâce à ses protections intactes. Mais le casque de son coéquipier s’était détaché et roulait à présent sur le sol, laissant voir les dégâts infligés à son porteur. La « chose » noircie et morcelée qui pendait à l’extrémité de l’armure n’avait plus rien d’une tête humaine.
Ravalant ses émotions, Grodin avança en prenant soin d’éviter un tel piège. Il débusqua les Rebelles et les abattit un par un, malgré leur tentative de riposte. Il agit avec méthode, sans émotion – c’était la guerre, après tout.
Il entra finalement sur le pont en s’attendant à une nouvelle vague de résistance. Mais la grande salle était vide et les ordinateurs éteints ; il était seul.
Au-delà de la grande verrière si impériale qui ouvrait la passerelle de commandement sur l’espace, la bataille se poursuivait dans toute sa férocité. Les Néo-Républicains avaient reçu le renfort d’autres unités déployées dans le système Sluis et étaient à présent supérieurs en nombre.
Mais l’Empire avait Thrawn…
Tierce prit bien soin de verrouiller la porte du pont par un mot de passe et avança vers les consoles de contrôle du destroyer.
En temps normal, un classe-Secutor nécessitait quarante mille membres d’équipages pour son fonctionnement optimal. Aujourd’hui, il était seul aux commandes de ce mastodonte.
Malgré la tension, il s’autorisa un léger sourire.
— Commando Vingt-Quatre en place, annonça-t-il au Chimaera via sa liaison comm’. J’attends vos ordres.
Puis il s’appuya sur la console de contrôle et observa la bataille, conscient qu’il ne pouvait pas faire grand-chose de plus. 



SInon, j'ai rajouté un sondage sur le topic pour connaître vos personnages préférés. :cute:
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar mat-vador » Dim 14 Mai 2017 - 22:06   Sujet: Re: La Fédération Impériale

haha! je savais bien que Thrawn allait faire son petit marché à Sluis Van :diable:
je suis un Sith mais je suis gentil :grrr:
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 493
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 14 Mai 2017 - 22:49   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour ce retour ! :D

C'est pas fini, on aura encore deux autres chapitres autour de cette bataille. :cute:
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Alfred M. » Lun 15 Mai 2017 - 8:55   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Tranquille Thrawn veut se récupérer des Secutor. Mais les Rogues, Solo et Calrissian (si ces derniers sont toujours là) vont-il le laisser faire ? :sournois:
Je note que sur le Wookiee que Sair Yonka est présent avec son ISD. Est-il présent aussi dans ton uchronie ? Thrawn va-t-il être tenté de compléter sa collection de Destroyer piqué à Isard ? :D
I wanted to tell myself that I didn't thrust her [Leonia Tavira] away because of the injuries to my hands, but I knew that wasn't the truth. [...] The injuries were the reason I did not pull her closer. - Corran Horn - I, Jedi - Michael Stackpole
Alfred M.
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1075
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 15 Mai 2017 - 9:37   Sujet: Re: La Fédération Impériale

A voté ! Poldrei et Tavill pour ma part, avec une mention spéciale pour Pellaeon certes, mais j'ai une préférence pour les personnages originaux !

Et deux Chapitres en une semaine ! C'est que c'est cool, ça ! :cute:

Sinon, Chapitre 85 lu !

Beaucoup aimé, comme d'habitude. La mission de Tierce est bien narrée, le piège dans lequel tombe son coéquipier à la fin du Chapitre est à la fois superbement trouvé et banalement efficace, le lien entre la situation actuelle de l'Empire et celle de la Rébellion il y a quelques années est rappelé... Et on imagine très bien tout ceci se dérouler sous nos yeux, sur un écran de film, plusieurs minutes avec Tierce dans sa taupe minière avant, soudain, d'être plongés avec lui en pleine bataille ! :oui:

Deux Chapitres de plus sont prévus pour cette bataille, c'est bien cela ! J'ai hâte !
Seigneur Tarkan, je ne suis pas surprise de vous trouver dans l'ombre de Vador. J'ai senti votre odeur méphitique dès que je suis montée à bord. - Princesse Leia
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2983
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 15 Mai 2017 - 20:47   Sujet: Re: La Fédération Impériale

A voté!

J'ai choisi Poldrei et Pellaeon.

Poldrei était une évidence, pour sa personnalité complexe et pour son influence considérable sur le déroulement de cette histoire.
Pellaeon, parce que... c'est lui! Un des rares officiers impériaux que j'apprécie. Que dire d'autre? Thrawn ne l'a pas choisi par hasard!
Ces deux là, le personnage de (fan) fiction et le personnage de (vraie :transpire:) fiction me semblent assez complémentaires.

Celric Tavill a un gros potentiel mais pour l'instant, il se contente de suivre le courant: il est le naïf (au bon sens du terme) de cette histoire, et sa quête initiatique ne fait que commencer. Je suppose qu' à un moment ou un autre, il s'affirmera, prendra ses propres décisions et ce sera à son tour de changer le "cours de l'histoire".
"There's a problem on the horizon. There is no horizon'.
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 327
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Jagen Eripsa » Lun 29 Mai 2017 - 18:00   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous pour vos commentaires ! J'y répondrai en bas de ce message. :jap:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 86

Comme tant d’autres fois dans la vie de Corran Horn, une journée commencée paisiblement s’achevait en véritable désastre.
— Neuf, deux TIE à tribord ! lui indiqua Asyr.
Il lâcha un juron sonore.
— Bien reçu, Onze ! Dix, avec moi ! En chandelle !
— Cinq sur cinq.
Corran ramena le manche de pilotage vers lui et fit remonter le nez de son chasseur au maximum. Une telle manœuvre difficile en atmosphère, mais aisée à accomplir dans le vide spatial. Ooryl l’imita à la perfection, gardant toujours une distance régulière entre leurs deux appareils. Au terme de la boucle, les TIE apparurent dans leur ligne de mire.
Le Corellien activa ses canons laser et lança un déluge de plasma sur les panneaux solaires du chasseur impérial. En temps normal, cela aurait suffi à envoyer l’adversaire au tapis… Pas cette fois.
Mais il s’y attendait. Les lasers avaient au moins eu le mérite d’affaiblir les boucliers du Défenseur.
Il largua une torpille droit sur la zone mitraillée.
La boule d’énergie protonique fila vers le panneau et l’impacta à pleine vitesse, provoquant une explosion de belle taille. Corran avait visé la jonction entre le panneau solaire bâbord et le cockpit, et sa tactique avait payé.
Le TIE partit à la dérive et sortit de son champ de vision. L’autre chasseur impérial, touché par les salves d’Ooryl, s’était désintégré.
— Voilà la preuve qu’on peut les détruire ! s’enthousiasma Corran.
Il surjouait légèrement son entrain, bien sûr, mais il voulait que le Vol Trois de l’escadron Rogue conserve sa motivation. Ils allaient en avoir besoin d’ici la fin de la bataille.
Dire que c’était censé être une bonne journée, se lamenta-t-il. Un quart d’heure plus tôt, il bouillait d’impatience à l’idée de revenir sur Sluis Van. Les chantiers ne lui manquaient pas, loin de là, mais Mirax devait l’y rejoindre dans quelques heures. Elle était dans un secteur voisin et espérait bien imposer à son père cette halte conjugale des plus agréables…
Puis ce foutu cargo était sorti de l’hyperespace.
Il était apparemment vide et endommagé, mais Wedge avait senti que quelque chose clochait. Il n’avait même pas eu besoin de la Force pour ça.
Les Rogues étaient montés dans leurs chasseurs juste à temps pour voir le cargo se disloquer. En libérant, bien sûr, une vague de défenseurs TIE, comme sortis du néant !
Vraiment, une bonne journée.
Et quelques instants plus tard, cinq destroyers impériaux accompagnés de leur escorte étaient sortis de l’hyperespace et avaient engagé le combat avec les forces néo-républicaines.
Une très bonne journée.
— Neuf, il y a un truc que je ne comprends pas, dit Siveline sur la liaison du Vol Trois.
— Je vous écoute, Douze. 
— Ces TIE ! Comment ont-ils pu passer à travers nos détecteurs ?
— Technologie furtive, répondit Asyr Sei’lar. Très haut de gamme. Peut-être même un manteau-bouclier.
— Un quoi ?
— Manteau-bouclier. La théorie est un peu compliquée…
Elle s’interrompit le temps d’expédier une salve sur un intercepteur TIE téméraire.
— … Mais pour faire simple, c’est un champ de dissimulation inviolable. Ce qui explique l’impuissance des senseurs, malgré le scan poussé. Rien n’a filtré, ni masse, ni signature magnétique.
— Mais ça doit coûter affreusement cher, insista Siveline. Il doit bien y avoir une raison… Je vois mal l’Empire faire exploser un cargo avec de l’équipement de pointe juste pour déployer des chasseurs.  
— Qrygg a peut-être une explication.
— Vas-y, Ooryl, l’encouragea Corran.
— Qrygg a vu des débris coniques s’extraire du cargo en même temps que les TIE. Qrygg a estimé que c’étaient des capsules de sauvetage pour l’équipage du cargo, mais il pense maintenant s’être trompé.
— Mais alors…
Le comlink bascula automatiquement vers la fréquence de l’escadron.
— Rogues, ici Leader. D’après le commandement, plusieurs vaisseaux en réparation signalent l’intrusion de commandos impériaux.
— C’est pour ça ! s’exclama Siveline. Leader, Neuf, les Impériaux ne viennent pas détruire les vaisseaux mais les voler !
— Je viens de le dire, Douze, signala Wedge d’un ton réprobateur.
— Désolée, s’excusa-t-elle. Mais au moins, nous savons à présent où chercher ! Ooryl a repéré des débris coniques qui se sont extraits du cargo. Ce sont des vaisseaux d’abordage.
— Des capsules, indiqua Corran. Un vrai vaisseau d’abordage se remarque davantage.
À l’époque où il travaillait pour la CorSec, il avait affronté quelques vaisseaux pirates spécialisés dans le détournement de cargos. Parfois, ils disposaient de capsules perforantes leur permettant d’assaillir l’appareil ennemi à plusieurs endroits en même temps.
Mais jamais ils n’auraient envoyé une seule capsule pour un croiseur de combat… L’Empire savait que les vaisseaux étaient sans équipage. Il n’y avait pas d’autre explication possible.
Près de la zone de l’explosion, il n’y avait que quelques croiseurs Mon Calamari en cours de réparation, des navires de croisière reconvertis en bâtiments de guerre. Mais au-delà, vers l’intérieur des chantiers… Un butin bien plus intéressant pour l’Empire.
Tycho comprit avant lui.
— La flotte de Teradoc. C’est ce qu’ils veulent.
Une quarantaine de croiseurs capturés quelques mois plus tôt lors d’un raid sur les chantiers de Thanos avaient été emmenés sur Sluis Van pour être vérifiés. C’était une prise de l’amiral Ackbar, l’un de ses plus beaux faits de guerre.
Des vaisseaux lourds… Principalement des classe-Impériale, mais aussi quelques classe-Secutor et, au cœur du dispositif…
Trois cuirassés stellaires de classe Bellator, longs de sept kilomètres chacun, parés au combat.
— Oh, bon sang, marmonna-t-il en réalisant vers quel désastre ils se dirigeaient. Cette fois, c’est pas un destroyer-casino…. Wedge…
— J’ai vu. Contrôle, l’Empire tente de s’emparer des vaisseaux en utilisant des capsules d’abordage. Quels sont vos ordres ?
Il y eut quelques instants de silence, sans réponse.
— Contrôle ? insista Wedge.
— Nous vous avons entendu, Leader Rogue, signala sèchement Contrôle. Ce n’est pas le genre de décisions que nous prenons à la légère. Pour le moment, limitons les dégâts. Traquez et détruisez les capsules qui ne sont pas encore déployées.  
— Bien reçu. Rogues, déployez vos senseurs et repérez les retardataires…
— J’en ai repéré cinq dans les chantiers, indiqua Hobbie. Ils se dirigent vers les vaisseaux les plus éloignés… Si on se dépêche, on pourra les rattraper.
— On va faire ça, approuva le commandant. En avant !
Corran bascula toute la puissance sur ses réacteurs et amena son chasseur dans la bonne direction. Ils avaient presque cent kilomètres à parcourir jusqu’à leur objectif. Si loin… Si peu de temps…
Et les TIE Defender étaient déjà à leurs trousses.
Donc, vous voulez protéger les capsules. OK. Mais va falloir vous accrocher, les gars…
On pourrait louvoyer un peu… Les Défenseurs sont sans doute moins maniables que nos X-Wings…
Sauf qu’en louvoyant, on n’arrivera jamais à temps…
— Besoin d’un coup de main, les Rogues ?
Une formation d’A-Wings surgit à bâbord, en provenance de l’espace profond. La voix sembla familière à Corran ; pourtant, il ne s’agissait pas de son ancien coéquipier Pash Cracken.
— Commandant Clèn, salua Wedge. Ravi que vous puissiez vous joindre à la fête.
 — Il ne vient pas seul, ajouta la voix féminine mais étonnamment grave d’Haylan Zarr.
Wes Janson intervint sur la fréquence :
— Si les Spires et les Anvils veulent bien se montrer dignes de leur réputation…
Corran consulta ses écrans. Si les deux escadrons étaient là, alors, sans doute…
Comme il s’y attendait, il repéra un destroyer Venator arrivant vers leur position. Le Roons Sewell semblait paré au combat, aussi fringant que lorsqu’ils l’avaient quitté quelques semaines plus tôt après la bataille d’Ord Mantell.
— Antilles, ici le colonel Varzatti. Je viens d’avoir un briefing de nos amis des chantiers navals. Vous savez que vous trimballez une fichue poisse ?
— J’en suis le premier désolé, colonel. Vous avez des ordres ?
— Ouais. On cible les réacteurs.
— Des capsules d’abordage ? Je ne suis pas sûr…
— Laissez les Spires se charger des taupes, voulez-vous ? Je parle des destroyers. Ils sont en train de préchauffer leurs moteurs. Ils se tirent.
Whistler l’astromécano bipa pour confirmer les dires du colonel.
Il va y en avoir pour des milliards de dégâts… songea Corran avec un frisson. De quoi retarder l’effort de guerre pour un an au moins.
— Colonel ? intervint alors Tycho Celchu. Ici Rogue 2. Vous avez bien parlé de taupes ?
— Affirmatif. D’après mes opérateurs de senseurs, ce ne sont pas de véritables capsules d’abordage, mais des taupes minières modifiées.
— Celles de Lando Calrissian ! comprit Corran.
Le plan de l’Empire était à présent limpide… Et d’une efficacité impressionnante : avec ces deux attaques, la production de vaisseaux du secteur allait être sérieusement ralentie pour les mois à venir.
Et si en plus les Impériaux parviennent à capturer ces croiseurs…
— Lando a peut-être les codes de ses taupes, signala Wedge. Nous pourrions essayer de le contacter.
— Je doute que vous y parveniez, soupira Varzatti. L’Empire brouille les fréquences longue portée. Nous n’avons capté le signal de détresse que parce que nous étions dans ce secteur. 
— Bien compris, colonel, soupira Wedge. Rogues, acquisition des cibles.
Corran repéra la sienne : un destroyer ayant une vague ressemblance avec le Sewell, identifié sous le matricule CS-9417. Mais sur sa coque, des caractères aurabesh indiquaient son ancien nom : Death’s Wings.
Le Vol Trois ouvrait la voie à une formation de quatre B-Wings de l’escadron Anvil, qui larguèrent leurs torpilles juste après les Rogues. D’autres bombardiers de la défense sluissi – principalement d’antiques Y-Wings et des TIE Bomber reconvertis – pilonnèrent à leur tour les réacteurs de l’imposant navire.
Le croiseur fut secoué d’un bout à l’autre par de terribles secousses. Plusieurs geysers de flammes jaillirent des moteurs touchés, mais ceux qui restaient poussaient encore le vaisseau vers l’espace profond, d’où il pourrait passer en hyperespace.
— Deuxième passage ! s’exclama Corran. On y retourne !
Il fit revenir son chasseur vers le mastodonte de duracier, suivi par son escorte. Sur ses écrans, il ne voyait que des chasseurs néo-républicains ; les défenseurs TIE étaient tenus à distance par les Spires et les pilotes de la garnison de Sluis Van.
Cette fois, Asyr et Siveline passèrent les premières et pilonnèrent la zone la plus sensible des réacteurs, à la jonction avec la coque principale. Un point qui était déjà bien plus fragiles qu’ils ne l’imaginaient.
Corran sentit que quelque chose n’allait pas une fraction de secondes avant de voir jaillir la tornade incandescente devant son chasseur. Incapable de corriger la trajectoire à temps, il plongea à pleine vitesse dans le maëlstrom, seul : Ooryl était parvenu à l’éviter.
Quand il en émergea, son chasseur était couvert de marques de brûlures. Mais c’était là le dernier de ses soucis ; Whistler hurlait comme jamais, mais ne parvenait même pas à couvrir les alarmes du cockpit.
— Mes systèmes de navigation sont cuits ! s’exclama-t-il sur la fréquence de l’escadron. Whistler ! Whistler ?
Le droïde se calma et pépia quelque chose que Corran ne comprit pas, et pour cause : son ordinateur de bord était hors-service.
Son chasseur était perdu.
Il n’était pas le seul, d’ailleurs ; durement touché, le Death’s Wings perdait en altitude. Les explosions l’avaient fait entrer dans la sphère d’attraction planétaire. Il allait bientôt entrer dans l’atmosphère de Sluis Van puis s’écraser sur la surface de la planète, perdu pour un camp comme pour l’autre.
Mais pour l’heure Corran s’en fichait. Il était enfermé dans un véritable cercueil de métal où plus aucun système électrique ne fonctionnait, et ses moteurs eux-mêmes flambaient. La verrière du cockpit était obscurcie, et il ne pouvait qu’apercevoir les silhouettes de ses coéquipiers tentant de lui porter secours. Plus aucune commande ne répondait.
Il n’y avait plus qu’une chose à faire.
Il retira le cache sous l’ordinateur de bord, celui que tous les pilotes espéraient ne pas avoir à activer un jour : c’était la commande des dispositifs d’éjection.
Il éjecta Whistler en premier : le droïde fila dans l’espace et le chasseur s’éloigna rapidement de lui.
Puis ce fut son tour.
Corran s’était déjà retrouvé dans le vide par le passé, mais pas au cœur d’une bataille. La vision des lasers et missiles que s’échangeaient la Nouvelle République et l’Empire le terrifiait, parce qu’à présent il était complètement impuissant. Sans protection, et incapable de se déplacer.
Seul dans l’immensité spatiale.
Mon père est mort dans mes bras, songea-t-il en sentant son cœur se serrer comme il le faisait toujours quand ce souvenir lui revenait à l’esprit. Il est parti trop tôt, mais il n’était pas seul…
Je ne veux pas mourir seul.
Et il ne pouvait pas mourir maintenant ! Il lui restait tant de choses à faire. Il avait une vie à mener avec Mirax. Des projets. Des tas.
Et il y avait ce message que son père avait confié à Whistler… lorsqu’il l’avait découvert, deux ans plus tôt, en pleine Guerre du Bacta, il ne s’était pas senti de taille à l’écouter.  
À présent Whistler risquait d’être détruit, et le dernier témoignage d’Hal Horn avec lui.
Une erreur… C’était une erreur…
Au loin, le X-Wing aux couleurs de la CorSec termina sa course contre un des croiseurs en fuite et explosa. Corran ressentit de la peine : le vaisseau l’avait accompagné depuis sa fuite de Corellia et à travers tout son parcours au service de la Nouvelle République.
Mirax l’avait transporté une fois, accroché à la coque du Pulsar, sans connaître l’identité de son passager…
C’est à ce souvenir doux-amer qu’il songeait quand un morceau de coque à la dérive le heurta, cognant durement contre son casque.
Le visage de Mirax fut la dernière image qu’il vit avant de basculer dans les ténèbres.



Corran est-il mort ? Et comment s'en tire Grodin Tierce, dans son vaisseau qui fonce vers la planète ? Va-t-on voir deux personnages principaux disparaître ? Il faudra quelques temps avant de le savoir... :sournois:

Maintenant, les réponses !

Alfred M. a écrit:Tranquille Thrawn veut se récupérer des Secutor. Mais les Rogues, Solo et Calrissian (si ces derniers sont toujours là) vont-il le laisser faire ? :sournois:
Je note que sur le Wookiee que Sair Yonka est présent avec son ISD. Est-il présent aussi dans ton uchronie ? Thrawn va-t-il être tenté de compléter sa collection de Destroyer piqué à Isard ? :D


Donc déjà, y avait pas que les Secutor. Merci à l'Essential Guide to Warfare de m'avoir donné l'inspiration... :D
Spoiler: Afficher
Image

Solo et Calrissian... ne sont donc pas présents ! Yonka y est mais n'intervient pas dans ce chapitre. J'imagine qu'il a pas mal de problèmes à régler à bord de son vaisseau. :lol:

L2-D2 a écrit:A voté ! Poldrei et Tavill pour ma part, avec une mention spéciale pour Pellaeon certes, mais j'ai une préférence pour les personnages originaux !

Ce sont aussi un peu mes "chouchous". :cute:

L2-D2 a écrit:Sinon, Chapitre 85 lu !

Beaucoup aimé, comme d'habitude. La mission de Tierce est bien narrée, le piège dans lequel tombe son coéquipier à la fin du Chapitre est à la fois superbement trouvé et banalement efficace, le lien entre la situation actuelle de l'Empire et celle de la Rébellion il y a quelques années est rappelé... Et on imagine très bien tout ceci se dérouler sous nos yeux, sur un écran de film, plusieurs minutes avec Tierce dans sa taupe minière avant, soudain, d'être plongés avec lui en pleine bataille !


Content que ça t'ait plu. :jap:

Ve'ssshhh a écrit:A voté!

J'ai choisi Poldrei et Pellaeon.

Poldrei était une évidence, pour sa personnalité complexe et pour son influence considérable sur le déroulement de cette histoire.
Pellaeon, parce que... c'est lui! Un des rares officiers impériaux que j'apprécie. Que dire d'autre? Thrawn ne l'a pas choisi par hasard!
Ces deux là, le personnage de (fan) fiction et le personnage de (vraie :transpire:) fiction me semblent assez complémentaires.

Celric Tavill a un gros potentiel mais pour l'instant, il se contente de suivre le courant: il est le naïf (au bon sens du terme) de cette histoire, et sa quête initiatique ne fait que commencer. Je suppose qu' à un moment ou un autre, il s'affirmera, prendra ses propres décisions et ce sera à son tour de changer le "cours de l'histoire".


Effectivement, Celric a à mes yeux un très gros potentiel. Pour la petite anecdote, j'avais envisagé d'en faire un "enfant de l'Empereur", façon The Old Republic, mais c'était un peu trop caricatural et hors-Universe. L'histoire que j'ai créé à la place me satisfait totalement, le personnage a gagné en épaisseur depuis les brouillons, comme Poldrei d'ailleurs. :cute:
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar L2-D2 » Lun 29 Mai 2017 - 18:21   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 86 lu !

Je suis forcé de reconnaître que tu t'es surpassé sur ce Chapitre : j'ai été pris aux tripes comme rarement dans la lecture des Chapitres avec Corran Horn ! :shock: Et tu nous laisses sur un double cliffhanger, que tu n'as pas prévu de résoudre dans l'immédiat, en plus ? Horreur, malheur, n'en jetez plus ! Bon, ben, j'en suis quitte pour attendre...

Franchement, bravo, on ressent toute la malice du plan de Thrawn et, comme les Républicains, on assemble les pièces du puzzle mais trop tard, bien trop tard... Et les tactiques désespérées s'enchaînent : ouvrir le feu sur les réacteurs de leurs propres vaisseaux pour les empêcher d'être volés par l'Empire, c'est la solution de la dernière chance ! Et si le Death's Wings est perdu (encore que rien n'est moins sûr, nous ne sommes pas à un rebondissement prêt), ce n'est peut-être pas le cas des autres vaisseaux que les commandos Impériaux cherchent à dérober.

Mon pronostic pour la suite ? Horn ou Tierce va être fait prisonnier. Mais vu que l'ancien garde impérial l'a déjà été précédemment, je verrai presque Horn être livré en pâture à C'Baoth, tiens ! :sournois:
Seigneur Tarkan, je ne suis pas surprise de vous trouver dans l'ombre de Vador. J'ai senti votre odeur méphitique dès que je suis montée à bord. - Princesse Leia
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2983
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Alfred M. » Lun 29 Mai 2017 - 18:55   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Donc déjà, y avait pas que les Secutor. Merci à l'Essential Guide to Warfare de m'avoir donné l'inspiration... :D


Ah carrément :transpire:

J'ai voté pour les pilotes parce que... je suis moi :D

Y a trois de mes persos favoris de l'UE que tu t'es approprié sans mal et 3 persos que t'as su nous faire apprécier en un clin d'oeil donc si j'avais du décider rationnellement j'y aurais passé la nuit :D

Pour ce qui est du chapitre : très bon. J'ai eu une sueur froide en lisant le nom de Pash Cracken avant de lire la ligne, j'ai cru qu'il allait arriver et s'occuper des taupes à fond avec ses A-Wing :transpire: Mais non, l'Empire se récupère la flotte du Grand Maldrood. Si Leonia Tavira avait eu le temps de faire ses courses avant Ackbar, elle aurait put échanger son ISD contre un Bellator :shock: . Enfin encore faut-il trouver un équipage. Pour l'Empire, je crois que ce ne sera pas un problème :D .
I wanted to tell myself that I didn't thrust her [Leonia Tavira] away because of the injuries to my hands, but I knew that wasn't the truth. [...] The injuries were the reason I did not pull her closer. - Corran Horn - I, Jedi - Michael Stackpole
Alfred M.
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1075
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Lun 29 Mai 2017 - 20:31   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour ces retours ! :jap:
L2-D2 a écrit:Je suis forcé de reconnaître que tu t'es surpassé sur ce Chapitre : j'ai été pris aux tripes comme rarement dans la lecture des Chapitres avec Corran Horn ! :shock: Et tu nous laisses sur un double cliffhanger, que tu n'as pas prévu de résoudre dans l'immédiat, en plus ? Horreur, malheur, n'en jetez plus ! Bon, ben, j'en suis quitte pour attendre...


Ouais, c'est sans doute mon coup le plus sadique. Pour le moment... :sournois:

L2-D2 a écrit:si le Death's Wings est perdu (encore que rien n'est moins sûr, nous ne sommes pas à un rebondissement prêt)


Je confirme qu'il fonce bien vers la planète, comme le vaisseau de Grievous au début de l'Épisode III. :D

L2-D2 a écrit:Mon pronostic pour la suite ? Horn ou Tierce va être fait prisonnier. Mais vu que l'ancien garde impérial l'a déjà été précédemment, je verrai presque Horn être livré en pâture à C'Baoth, tiens !

Nous sommes en territoire néo-républicain... :whistle:

[quote=Alfred M.]Ah carrément :transpire:

J'ai voté pour les pilotes parce que... je suis moi :D

Y a trois de mes persos favoris de l'UE que tu t'es approprié sans mal et 3 persos que t'as su nous faire apprécier en un clin d'oeil donc si j'avais du décider rationnellement j'y aurais passé la nuit :D [/quote]

Ravi que tous les personnages te plaisent. :cute:

Pour ce qui est du chapitre : très bon. J'ai eu une sueur froide en lisant le nom de Pash Cracken avant de lire la ligne, j'ai cru qu'il allait arriver et s'occuper des taupes à fond avec ses A-Wing :transpire: Mais non, l'Empire se récupère la flotte du Grand Maldrood. Si Leonia Tavira avait eu le temps de faire ses courses avant Ackbar, elle aurait put échanger son ISD contre un Bellator :shock: . Enfin encore faut-il trouver un équipage. Pour l'Empire, je crois que ce ne sera pas un problème :D .


Il y a trois Bellator dans les docks de Sluis Van, mais l'Empire parviendra-t-il à tous les capturer ?
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar mat-vador » Mar 30 Mai 2017 - 20:18   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Eh bien la voilà la bataille de Sluis Van! Remakée avec succès par Jagen :sournois: .. J'espère que Corran Horn ne va pas mourir, C'est le denier Jedi corellien qui reste :cry: ..
je suis un Sith mais je suis gentil :grrr:
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 493
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 30 Mai 2017 - 21:33   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour la lecture et le comm' ! :jap:

"The Last Corellian Jedi"... On dirait un titre de film. :whistle:
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Tigre12 » Mar 06 Juin 2017 - 13:10   Sujet: Re: La Fédération Impériale

A voté!
Poldrei pour son caractère de chef d'état un peu débonnaire mais ferme quand il le faut, et bien sûr Pellaeon pour son tempérament de fidèle adjoint qui s'inquiète pour son supérieur.
Juste une question pour le chapitre 64 : Zsinj n'était pas grand moff avant Endor?
Modifié en dernier par Tigre12 le Jeu 08 Juin 2017 - 18:26, modifié 1 fois.
Tigre12
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Enregistré le: 11 Oct 2015
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 06 Juin 2017 - 16:37   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour la lecture et le comm' ! :jap:

Tigre12 a écrit:Poldrei pour son caractère de chef d'état un peu débonnaire mais ferme quand il le faut, et bien sûr Pellaen pour son tempérament de fidèle adjoint qui s'inquiète pour son supérieur.


Je sais pas si j'utiliserais le terme "débonnaire" pour Poldrei... ^^
Tigre12 a écrit:Juste une question pour le chapitre 64 : Zsinj n'était pas grand moff avant Endor?


Effectivement ! Je viens de consulter la fiche Wookieepedia et c'est bien ce qui est indiqué. C'est étrange d'ailleurs car ce n'est pas du tout sous-entendu dans les romans où il apparaît plutôt comme un ambitieux ayant tiré profit de la mort de l'Empereur pour passer du rang de capitaine d'un cuirassé stellaire à celui de Seigneur de la Guerre.

Mais Kaine étant le successeur de Tarkin à la tête de la Bordure Extérieure, il doit normalement avoir un rang supérieur... C'est un paradoxe que je ne m'explique pas...

Toutefois l'uniforme immaculé est bien usurpé, lui. :D
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Tigre12 » Jeu 08 Juin 2017 - 18:25   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Mais Kaine étant le successeur de Tarkin à la tête de la Bordure Extérieure, il doit normalement avoir un rang supérieur... C'est un paradoxe que je ne m'explique pas...


C'est dû aux 20 secteurs prioritaires, mais quand on voit que Kaine a changé le côté de la galaxie de son oversector...

C'est étrange d'ailleurs car ce n'est pas du tout sous-entendu dans les romans où il apparaît plutôt comme un ambitieux ayant tiré profit de la mort de l'Empereur pour passer du rang de capitaine d'un cuirassé stellaire à celui de Seigneur de la Guerre.

Je ne sais par pour les romans car je ne les aies pas lu, je me base uniquement sur les diverses encyclopédies.

Juste une question, dans la marine quelle grade est supérieur : capitaine ou colonel ( vu que dans CDLMR ton personnage passe de capitaine à colonel, mais ici le capitaine Yvanion est supérieur au colonel Garind ) ?
Tigre12
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Enregistré le: 11 Oct 2015
 

Messagepar Jagen Eripsa » Jeu 08 Juin 2017 - 19:31   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Tigre12 a écrit:Juste une question, dans la marine quelle grade est supérieur : capitaine ou colonel ( vu que dans CDLMR ton personnage passe de capitaine à colonel, mais ici le capitaine Yvanion est supérieur au colonel Garind ) ?


Théoriquement, il n'y a même pas de colonel dans la marine. :D

Le grade équivalent dans la saga Star Wars est celui de "commodore", qui en français s'apparente à "commandeur"... Sauf que ce grade n'existe pas dans notre hiérarchie où l'on passe de "capitaine de vaisseau" à "contre-amiral".

Pour simplifier toute cette terminologie, j'ai fait le choix de l'échelle hiérarchique suivante dans mes histoires :

Lieutenant < Capitaine < Major < Colonel < Amiral

Avec toutes les variantes que sont "Vice-amiral", "Grand Amiral", etc. ;)

Dans le cas d'Yvanion et de Garind, Garind est un grade au-dessus, mais c'est un cas un peu particulier parce qu'il est avant tout l'aide de camp du Moff Poldrei.
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Tigre12 » Jeu 08 Juin 2017 - 20:16   Sujet: Re: La Fédération Impériale

D'accord merci beaucoup !
Tigre12
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Enregistré le: 11 Oct 2015
 

Messagepar Jagen Eripsa » Jeu 15 Juin 2017 - 9:15   Sujet: Re: La Fédération Impériale

<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 87

D’un œil impassible, le Grand Amiral Thrawn observait la retraite des vaisseaux capturés se transformer en déroute.
Stratégiquement placé au cœur du dispositif impérial, le Chimaera était protégé par tout un écran de vaisseaux de soutien et de destroyers placés sous les ordres des meilleurs capitaines de l’Empire. La Nouvelle République ne s’aventurait pas à attaquer ce corps expéditionnaire solidement défendu ; elle se contentait toujours de protéger les chantiers en repoussant les corvettes et les chasseurs trop téméraires.
Mais le rapport de force tournait peu à peu en sa faveur, et le capitaine Pellaeon sentit que la bataille allait arriver à un tournant.
Les vaisseaux étaient stoppés les uns après les autres par les attaques des chasseurs contre leurs systèmes de propulsion. La férocité des attaques surprit jusqu’au capitaine lui-même. Les Rebelles sont prêts à détruire leurs croiseurs pour éviter qu’ils ne tombent entre nos mains. En sachant qu’il y a peut-être encore quelques-uns de leurs hommes à bord. Et des ouvriers. C’est très… Impérial, comme comportement.
Il décida de réviser son opinion de ses ennemis à la hausse.
— Capitaine ? l’interpella un opérateur depuis la fosse de la passerelle de commandement. Le Valorum vient de nous contacter.
C’était le nom de leur vaisseau de transmission, un destroyer de classe-Victoire positionné aux confins du système Sluis pour assurer le relai entre la force d’intervention et le reste de la galaxie. Pellaeon détourna son regard de la bataille. Il rejoignit la plate-forme élévatrice à l’arrière du pont pour descendre dans la fosse.
— Je vous écoute, dit-il au technicien installé sur sa console.
— C’est une communication cryptée, monsieur. Les ordinateurs de la passerelle ne disposent pas du code permettant de l’ouvrir.
— Affichez le descriptif.
L’homme s’exécuta. Pellaeon examina la clé de cryptage et comprit immédiatement que cela ne relevait pas de son niveau.
 — C’est un message pour le Grand Amiral Thrawn, dit-il. Je vais le lui apporter…
Il tendit un cylindre de stockage à l’opérateur. Le jeune homme l’attrapa et l’inséra dans le terminal, avant de le ressortir quelques secondes plus tard. Pellaeon le remercia et quitta la fosse, l’objet en main.
Thrawn n’avait pas bougé : il observait le combat, l’air toujours aussi flegmatique. Le capitaine le rejoignit et vit que pendant sa courte absence, la situation avait encore empiré…
— Nous avons perdu deux des trois Bellator… mumura-t-il, la boule au ventre.
— Effectivement, admit Thrawn. Et nous allons encore perdre un Secutor dans quelques secondes.
Comme pour confirmer ses paroles, les réacteurs d’un destroyer explosèrent en un millier de fragments, laissant le reste de la coque partir à la dérive.
— Dois-je ordonner la retraite, Amiral ?
— Les coordonnées du point de saut sont déjà prêtes et ont été communiquées aux officiers de navigation au début de la bataille.
— Mais ces pertes…
— Il n’y en aura pas d’autres. Les croiseurs sont arrivés à la limite de notre zone de couverture. Nous allons protéger les vaisseaux restants.
Thrawn détacha son regard de la bataille un instant pour fixer Pellaeon.
— Ce n’est pas une défaite, capitaine. Rappelez-vous que le principal objectif de cette opération était la neutralisation des chantiers de Sluis Van. Les vaisseaux capturés seront un apport appréciable à nos forces, mais cela s’arrête là.
Il se replaça face à la baie panoramique.
— Nous avons forcé la Rébellion à détruire ses prises de guerre. Psychologiquement, cette bataille aura un impact retentissant. Les graines de la dissension que nous avons semées feront le reste. Nos amis bothans y veilleront. Mais vous en doutez, bien sûr.
— Amiral…
Thrawn l’interrompit d’un geste, avant de se saisir de son comlink.
— Capitaine Harbid, amenez le Death’s Head en position de couverture derrière les vaisseaux capturés. Amiral Rogriss, je veux que l’Inexorable et le Nemesis se dirigent vers les chantiers navals. Naviguez dans la limite de la zone d’attraction planétaire et ne tirez qu’avec vos armes longue portée.
Les officiers accusèrent réception de ces nouveaux ordres.
— Rogriss devrait constituer une excellente diversion pour forcer les Rebelles à bouleverser leur plan de bataille. En l’absence de commandant unique, ce changement imprévu devrait les désorganiser pendant quelques minutes. Suffisamment longtemps pour que nous puissions évacuer les derniers croiseurs. Et les répercussions, sur l’après-bataille… 
Pellaeon comprit où le Grand Amiral voulait en venir
— La présence du vaisseau dévolu au Moff Poldrei signera l’attaque.
— Exactement. Il est préférable que nous restions ambivalents pendant quelques temps encore sur la direction que prend l’Empire. Pour l’heure, notre ami polcaphréen est placé en pleine lumière, ce qui conduit nos ennemis à des choix tactiques qu’ils pensent adaptés, et dont nous tirerons finalement profit.
— Si vous le dites, amiral.
Depuis la passerelle, ils observèrent les destroyers quitter la formation d’escorte du Chimaera et manœuvrer suivant les ordres de Thrawn. L’approche des trois mastodontes de duracier aurait dû désorganiser les Rebelles, mais ils maintinrent leurs positions et continuèrent la poursuite des vaisseaux en fuite. Fort heureusement, le Death’s Head et ses vaisseaux de soutien se placèrent sur la ligne de tir des frégates défendant les chantiers, protégeant du même coup les croiseurs capturés pendant deux longues et nécessaires minutes.
Le classe-Bellator restant, accompagné de cinq destroyers Secutor et d’une dizaine de vaisseaux plus petits, disparut soudainement de leur champ de vision.
— Ils viennent de passer en vitesse-lumière, indiqua Pellaeon.
— Parfait, commenta Thrawn sans le moindre sourire. Lancez la manœuvre de repli.
— Immédiatement.
Le capitaine transmit l’ordre à tous les vaisseaux, avec un goût d’amertume et de déjà-vu dans la bouche. Il avait été dans la même situation à Endor. Il avait donné ce même ordre après la destruction de l’Étoile de la Mort…
— Comme je vous le disais, capitaine, ce n’est pas une défaite, reprit le Grand Amiral quand Pellaeon revint vers lui. Outre les gains de vaisseaux, nous avons recueilli de précieuses informations sur nos ennemis. Vous aurez sans doute noté qu’ils n’ont pas réagi à notre diversion.
— Je les ai trouvés très combattifs.
— Effectivement. Je pensais qu’ils prendraient plus de temps avant de s’attaquer à leurs propres vaisseaux, mais ils sont parvenus à me surprendre. Oui, même moi, je peux commettre une erreur, précisa-t-il avec un bref rire. Le tout est d’en tirer profit. Les erreurs sont constructives, mais lorsqu’elles ne sont pas corrigées, elles deviennent des fautes. Ce que je ne tolérerai pas plus de la part du personnel impérial que je ne le tolère pour moi-même.
Le Chimaera entama sa manœuvre de repli. La superstructure obliqua vers bâbord, faisant disparaître peu à peu Sluis Van et ses chantiers du champ de vision des hommes présents sur la passerelle. Au même moment, les escadrons de TIE regagnèrent leurs vaisseaux-hôtes, laissant les Défenseurs survivants assurer seuls la couverture de la flotte impériale.
Puis les étoiles s’allongèrent et le destroyer plongea dans la relative sûreté de l’hyperespace. Thrawn se détourna alors de la baie d’observation.
— En parlant d’erreur, capitaine, n’en avez-vous pas commis une à l’instant ?
Pellaeon sentit un frisson le long de son dos. Il était certain de son efficacité.
— Amiral ?
— Vous auriez dû me transmettre ce message prioritaire dès son arrivée.
— Je… Oh.
Il avait toujours le cylindre en main. Comment diable Thrawn avait-il deviné que le message était pour lui ?
— Tenez.
Le Grand Amiral prit le cylindre et s’approcha d’un terminal libre à l’arrière de la passerelle. Il entra ses identifiants et l’holoprojecteur s’activa.
La silhouette d’une jeune femme s’éleva devant eux.
— Grand Amiral Thrawn, salua Mara Jade avec une voix froide, presque mécanique. Comme vous me l’aviez demandé, j’ai réfléchi à votre offre de recrutement.
Elle marqua un temps d’arrêt.
— J’ai décidé d’accepter les termes de votre accord. Dès que vous m’aurez transmis l’ensemble des informations concernant ma mission, je partirai pour Jomark. Jade, terminé.
Thrawn garda les yeux fixés sur l’holoprojecteur après qu’il se soit éteint.
— Nous allons lui fournir l’équipement nécessaire… dit-il finalement.
— Nous pourrions l’envoyer à la base d’Ord Karrani, suggéra Pellaeon. C’est assez proche de Jomark pour qu’elle ne perde pas trop de temps à s’y rendre.
— Idée judicieuse. Je vais vous transmettre sa fréquence de comlink pour que vous puissiez la contacter. Vous vous chargerez également de transmettre les instructions nécessaires au gouverneur militaire d’Ord Karrani.
— Oui, Amiral.
Pellaeon fit mine de quitter la passerelle, mais la voix de Thrawn le retint.
— Capitaine ?
— Monsieur ? répondit-il en se retournant.
Thrawn eut un mince sourire.
— Sluis Van n’est pas une défaite. Mais ce message, en revanche… C’est une belle victoire.  



Le prochain chapitre sera le dernier de la deuxième partie, et le 89 entamera la troisième, L'Avènement de la Force Sombre ! :sournois:
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar L2-D2 » Jeu 15 Juin 2017 - 17:53   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 87 lu !

Fin de la bataille de Sluis Van, mi-figue mi-raison pour l'Empire pourrait-on dire. L'objectif principal est atteint, mais les Républicains se sont chèrement défendus... au prix de l'immobilisation (destruction ?) de leurs propres bâtiments, dans une stratégie qui n'est pas sans rappeler celle de l'Empire. Une chose que Thrawn fait d'ailleurs judicieusement remarquer, lui qui admet avoir fait une erreur de jugement sur ses adversaires, sans passer pour autant pour un faible. Bel effort, il fallait y arriver, la "légende" du Grand Amiral n'est pas écornée ! :D

Bon, par contre, on ne sait toujours pas ce que sont devenus Horn et Tierce ! :grrr:

Et retour dans l'intrigue de Mara Jade. Les pièces sont en place pour la troisième partie de ce tome 1 ! S'agit-il de la dernière, ou une quatrième partie viendra-t-elle ensuite ?

En tout cas, la suite !
Seigneur Tarkan, je ne suis pas surprise de vous trouver dans l'ombre de Vador. J'ai senti votre odeur méphitique dès que je suis montée à bord. - Princesse Leia
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2983
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Jeu 15 Juin 2017 - 18:26   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour la lecture et le comm' ! :jap:
L2-D2 a écrit:Bon, par contre, on ne sait toujours pas ce que sont devenus Horn et Tierce ! :grrr:


Il faudra encore attendre un petit moment. :D
L2-D2 a écrit:Et retour dans l'intrigue de Mara Jade. Les pièces sont en place pour la troisième partie de ce tome 1 ! S'agit-il de la dernière, ou une quatrième partie viendra-t-elle ensuite ?


Il y aura une quatrième, intitulée L'Ultime Commandement ! Pour ces parties, j'ai repris les titres des livres de l'UE, mais j'ai retraduit Dark Force Rising en L'Avènement de la Force Sombre plutôt qu'en La Bataille des Jedi, sans doute le titre le plus mal traduit de toute l'histoire des mauvaises traductions de Star Wars en France. :lol:
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Alfred M. » Jeu 15 Juin 2017 - 21:52   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Lu ! Toujours avec grand plaisir, suivi d'une impatience à voir la suite :cute: .

Qui va hériter du Bellator ? Rogriss :siffle:

Un demi-SSD quand même, c'est un poids non négligeable... en attendant que le Reaper rejoigne la cause :sournois: .

Un Bellator et Mara Jade, notre ami Thrawn semble avoir plus de cartes en main que sous la plume de Zahn... si Mara Jade joue franc-jeu... ce qui est très improbable :D
I wanted to tell myself that I didn't thrust her [Leonia Tavira] away because of the injuries to my hands, but I knew that wasn't the truth. [...] The injuries were the reason I did not pull her closer. - Corran Horn - I, Jedi - Michael Stackpole
Alfred M.
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1075
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar mat-vador » Jeu 15 Juin 2017 - 21:58   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Eh bien cet infinities ou du moins la partie sur Sluis Van correspond à peu près à la fin de l'héritier de l'Empire :sournois: . Ce n'est pas désagréable de se retrouver en terrain connu.. avec des variations à la sauce spéciale Jagen Eripsa :sournois: .

Quant à ce titre l'Avènement de La Force Sombre, je devine la référence à une certaine flotte disparue de deux cents cuirassés de l'Ancienne République dont je tairai le nom.. à moins qu'il ne s'agisse des projets d'un certain C'baooth :idea: ! Ca fait longtemps qu'on n'a pas eu de nouvelles de celui-là :diable: ..
je suis un Sith mais je suis gentil :grrr:
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 493
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Sam 17 Juin 2017 - 17:46   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour vos retours sur ce chapitre. :jap:
Alfred M. a écrit:Qui va hériter du Bellator ? Rogriss :siffle:


Possible... :D
Alfred M. a écrit:Un Bellator et Mara Jade, notre ami Thrawn semble avoir plus de cartes en main que sous la plume de Zahn... si Mara Jade joue franc-jeu... ce qui est très improbable :D


Oui, Thrawn a de nombreux avantages... Mais cela va-t-il durer ?

mat-vador a écrit:Eh bien cet infinities ou du moins la partie sur Sluis Van correspond à peu près à la fin de l'héritier de l'Empire :sournois: . Ce n'est pas désagréable de se retrouver en terrain connu.. avec des variations à la sauce spéciale Jagen Eripsa :sournois: .


Comme souvent dans le genre uchronique, j'essaie de garder quelques constantes dans la version alternative de l'histoire. :)

mat-vador a écrit:Quant à ce titre l'Avènement de La Force Sombre, je devine la référence à une certaine flotte disparue de deux cents cuirassés de l'Ancienne République dont je tairai le nom.. à moins qu'il ne s'agisse des projets d'un certain C'baooth :idea: ! Ca fait longtemps qu'on n'a pas eu de nouvelles de celui-là :diable: ..


Le titre est de Zahn, à l'origine... Mais j'imagine qu'effectivement, de son point de vue, les deux explications se tenaient... :whistle:
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mer 21 Juin 2017 - 20:53   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre lu!

Et je suis d'accord avec le Grand Amiral: ceci n" est pas une défaite ( surtout comparé à la version originale). Il a tout de même fait une belle récolte et atteint une partie des ses objectifs.

Quant au récit, il a définitivement pris une direction différente ( je parle aussi des chapitres précédents) par rapport aux livres de Zahn. Encore que...

Comme souvent dans le genre uchronique, j'essaie de garder quelques constantes dans la version alternative de l'histoire.


Je suis impatient de savoir lesquelles :)
"There's a problem on the horizon. There is no horizon'.
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 327
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Jagen Eripsa » Lun 26 Juin 2017 - 23:54   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour la lecture et le comm' Ve'ssshhh ! :jap:
Thrawn est donc semi-victorieux, la Nouvelle République aussi divisée que dans le livre de Zahn... Mais quid de Pentastar ?



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 88
La troisième et dernière rencontre entre Carth Poldrei et Ardus Kaine se déroula en orbite de Yaga Minor. Cette fois, le Grand Moff était d’humeur joyeuse et cela se voyait sur son visage.
— Comment allez-vous, Carth ? demanda-t-il en accueillant son invité qui venait tout juste de descendre de l’Iron Consular.
— Très bien, répondit Poldrei, sur ses gardes. Surtout après avoir vu un tel spectacle.
Il fit un geste en direction de la baie du hangar : dans l’espace séparant la station Golan où ils se trouvaient des principales installations navales, une flotte attendait silencieusement les ordres de son nouveau maître.
— Mes chantiers sont les meilleurs, s’enorgueillit Kaine en bombant le torse. Yaga Minor, Ord Trasi et Jaemus disposent d’installations de pointe. Votre flotte est prête dans les délais… Et j’ai démobilisé quelques-uns de mes unités pour vous fournir le complément.
— Vraiment ? s’étonna Carth.
— Mais certainement. L’effectif reviendra très vite à la normale. Tant que vous occupez la Rébellion, je ne crains rien ni personne.
Poldrei acquiesça distraitement.
— Bien sûr.
Kaine se retourna alors et fit signe à un de ses officiers de le rejoindre.
— Vilim, approchez ! Carth, vous connaissez peut-être Vilim Disra ?
La question laissa le Polcaphréen perplexe ; Kaine avait-il oublié leur précédente rencontre sur Sartinaynian ?
— Nous nous sommes croisés une fois ou l’autre par le passé, éluda Disra en saluant Poldrei.
Le regard entendu qui accompagnait cette poignée de main confirma ce que Carth avait pressenti, et il ne put s’empêcher d’éprouver un peu de tristesse pour la déchéance d’un esprit aussi brillant que celui de Kaine.
L’arrivée d’un jeune homme blond à ses côtés le tira de sa rêverie.
— Voici mon aide de camp, le colonel Ahris Garind, dit-il à ses hôtes.
— C’est un honneur, déclara celui-ci en saluant les dignitaires.
— Un fier jeune homme que vous avez là, commenta Kaine. Il s’agit donc de votre assistant ?
— Le meilleur de tous, Excellence, répondit doucement Carth.
Le regard de Kaine se troubla un court instant, puis le Grand Moff reprit toute sa contenance.
— Bien, très bien… Où en étions-nous…
— Nous devions finaliser la vente, Excellence, intervint Disra.
— Oui, bien sûr. Nous pourrions peut-être le faire sur Sartinaynian ? J’y possède un superbe domaine nommé Armeval. Ce serait sans doute le cadre idéal pour un tel accord…
— Une autre fois peut-être ? suggéra Poldrei, mal à l’aise en repensant à sa visite à Armeval. Comme je vous l’ai indiqué, je dois regagner rapidement Polcaphran. J’ai d’importantes affaires à régler, et elles ne peuvent pas attendre.
— Comme vous voudrez ! Yaga Minor a aussi son charme. Une belle planète, si on omet les Yagaïs. Il y a des arbres de toute beauté. Carth, c’est la première fois que vous venez ?
— La deuxième, corrigea le Moff. Mais la dernière fois remonte à bientôt quarante ans… Pour le lancement du Vol vers l’Infini. Les chantiers ont bien changé depuis lors. 
— J’imagine ! Ainsi, vous avez assisté au départ des cuirassés ? C’est un événement dont beaucoup se souviennent ici ! Je crois avoir vu une holoimage représentant l’événement dans une des baies d’observation… Carth, vous voudriez peut-être la voir ?
— Excellence, intervint Disra, nous devrions peut-être achever la vente d’abord ?
Kaine perdit aussitôt de sa jovialité et se fit pensif.
— Eh bien, oui, j’imagine que vous avez raison, Vilim. Tout est déjà prêt, n’est-ce pas ? Eh bien, venez, suivez-moi !
Le Grand Moff partit vers le fond du hangar et les entraîna dans une série de coursives. Il avançait plutôt rapidement, Garind à ses côtés. Les deux autres suivaient à quelques mètres de distance, Carth examinant Kaine du regard avec beaucoup d’insistance.
— C’est moi ou son état s’est encore dégradé ? chuchota-t-il à l’oreille du Moff de Sartinaynian.
— Il a eu une nouvelle attaque, peu de temps après votre départ, confirma Disra. Son aide de camp, le lieutenant Jaddar, l’a retrouvé étendu sur le parquet de sa chambre. Il est passé à deux doigts de la mort.
— Si près que ça ?
— Nous avons déployé beaucoup de moyens pour le sauver. Nous y sommes parvenus, mais pas assez vite. Ses périodes de lucidité se font de plus en plus rares… Au moins est-il joyeux, maintenant, et plus agressif comme avant.
— C’est une bonne chose.
— Je dirais plutôt que c’est surprenant. Il est devenu imprévisible et la situation empire de jour en jour. Jaddar s’est enfui, et nous avons perdu sa trace. Il commence à y avoir des rumeurs… Des bruits de fond… Son état va finir par se savoir, et tout le monde cherchera à en profiter.
Carth acquiesça.
— Les Moffs accepteront-ils un rapprochement avec l’Empire ?
— Pas sans quelques garanties. Concernant le Conseil Intérimaire, par exemple.
— Nous l’avons déjà marginalisé.
— Il faudra plus.
— Entendu. Je vais voir ce que je peux faire.
Kaine et Garind, qui semblaient en grande conversation, s’engouffrèrent dans un ascenseur. Avant que les portes ne se referment, le regard du jeune homme, chargé d’appréhension, croisa celui de son mentor.
— Nous prendrons le suivant, indiqua Poldrei.
Ils rejoignirent une autre cabine, sur la gauche, et y entrèrent.
— Pont d’observation, déclara Disra quand ils furent tous deux installés. Nous voulons aussi avoir notre mot à dire sur le fonctionnement de l’Empire…
— Il sera réorganisé, assura Carth. Et ça n’est pas négociable. J’ai des projets de plus en plus précis à ce sujet, et le soutien du Grand Amiral Thrawn pour les accomplir.
C’était là un semi-mensonge ; Thrawn s’était clairement exprimé en faveur de tout ce qui pouvait renforcer l’Empire. Et Carth était absolument convaincu que son œuvre était en mesure d’y parvenir.
— Ce n’est pas ainsi que nous parviendrons à un accord, se plaignit Disra.
— Je vous offre une alternative à la guerre civile. Vous pensez vraiment que l’Alignement pourrait s’en remettre ? Croyez-moi, les Moffs ont bien plus à gagner en me reconnaissant comme chef.
— Vous n’êtes pas Grand Moff.
— Un titre vide de sens sans le pouvoir qui va avec. Et le pouvoir, je l’ai déjà.
— Grâce à la flotte que nous vous fournissons.
Carth le fixa droit dans les yeux.
— Même sans elle. J’ai reçu des nouvelles très intéressantes de la part du Chimaera juste avant l’accostage. Thrawn a attaqué les chantiers navals de Sluis Van.
— Il s’en est emparé ? demanda Disra, surpris.
— Non, mais il est parvenu à capturer une partie de la flotte de Teradoc en maintenance là-bas. À ce que j’ai compris, les Rebelles ont même été forcés de détruire le reste.
L’ascenseur arriva au sommet de sa course et ses portes s’ouvrirent sur une immense salle, recouverte d’un dôme de transparacier aux larges montants. La flotte et les chantiers de Yaga Minor étaient entièrement visibles, offrant un spectacle fantastique à observer.
— Imaginez ce que Thrawn pourrait faire ici… suggéra Carth à Disra.
Le Moff ne répondit pas.
Ils avancèrent dans la salle. Elle comportait plusieurs sections où des techniciens s’affairaient sur d’immenses ordinateurs, mais aussi d’autres espaces plus esthétiques. Devant eux, il y avait même un espace entouré de végétation, où se dressait une table et quelques chaises. Ardus Kaine et Ahris Garind y étaient déjà installés face à face.
— C’est un jeune homme très cultivé que vous avez là, Carth ! s’exclama le Grand Moff en désignant l’aide de camp de Poldrei. Avec de remarquables connaissances en botanique. Nous avons eu une conversation très intéressante sur la flore de Corulag.
— J’en suis ravi, répondit Carth en s’asseyant à côté d’Ahris.
Disra s’installa sur le siège restant, disposé devant un petit terminal où il inséra un cylindre de données. Aussitôt, une vue holographique de la flotte apparut entre eux.
— Douze destroyers de classe Impériale-II, énonça-t-il d’une voix monocorde. Quarante croiseurs Enforcer. Douze cargos de classe Gabelu et leur chargement, soit deux plateformes Golan Mark Trois. Ainsi que quatre docks mobiles Sienar. Le tout pour cinquante trilliards de crédits.
— L’Empire paiera comptant, annonça Carth. Nous avons les fonds requis.
— Pour une planète comme Polcaphran, cela représente bien une vingtaine d’années de revenus fiscaux, remarqua alors Kaine.
Poldrei se tourna vers le Grand Moff. Son attitude venait de changer du tout au tout ; il n’y avait plus de trace de bonhommie sur son visage, où brillait à nouveau son intelligence acérée.
Il est passé en un instant de la volaille au rapace.
Y-a-t-il encore de l’espoir pour lui ?
— L’estimation est exacte, reconnut-il avec un sourire. Mais nous disposons de ces ressources. Palpatine avait de nombreux secrets enfouis…
— C’est ce que prétendent les rumeurs, dit Kaine. Et je ne doute pas de leur véracité. Seulement de l’usage que vous pourrez en faire…
Carth retint son souffle. Allait-il repartir dans un délire paranoïaque, comme lors de leur dernière rencontre ?
— Thrawn a sans doute quelques capacités stratégiques, reconnut le Grand Moff, mais il va commettre une erreur, tôt ou tard.
— Qu’est-ce qui vous le fait dire ?
— L’Histoire. C’est toujours ainsi que cela finit. Il va attaquer les Rebelles, et cela se retournera contre lui. Il perdra, comme tous les Seigneurs de Guerre qui ont voulu porter le flambeau impérial avant lu. Vous en avez conscience, n’est-ce pas ?
— L’Histoire peut changer, assura Carth. Et l’Empire va changer.
— C’est la voie que j’ai choisi en créant l’Alignement. Vous savez que mon offre, pour Polcaphran tient toujours… En fait, je serais même prêt à vous donner cette flotte en échange.
D’un geste, il embrassa tous ces vaisseaux amassés dans leur champ de vision.
— Oui, tout cela, en échange de votre ralliement. Que vous la gardiez pour vous ou que vous l’offriez à Thrawn, peu importe. La place de Polcaphran est dans l’Alignement.
Carth regarda les croiseurs pendant quelques secondes, le temps de formuler sa réponse. L’offre était tentante, il ne pouvait le nier. Et il l’aurait accepté quelques mois plus tôt. Mais il était à présent trop engagé aux côtés de Thrawn pour reculer. Et, quels que soient ses doutes sur les méthodes et les capacités du Grand Amiral – et il en avait encore quelques-uns – il sentait qu’il y avait là une opportunité de changer les choses, en profondeur, comme il l’avait espéré dans sa prime jeunesse. Il pouvait à présent construire, et plus seulement détruire comme il l’avait trop souvent fait.
— Je regrette, Ardus, mais ma réponse est toujours la même, assura-t-il avec un bref soupir.
Le Grand Moff accepta sa décision.
Pendant l’heure qui suivit, ils réglèrent les détails du paiement et quelques autres questions nécessitant leur attention. Carth observait discrètement le comportement de Kaine, qui semblait parfaitement normal. Il s’émerveillait aussi de la place à laquelle il était parvenu, lui, le petit commerçant polcaphréen parlant d’égal à égal avec le successeur de Wilhuff Tarkin à la tête de la Bordure Extérieure.
Il était plus qu’un simple Moff, à présent. Et c’est armé de cette conviction qu’il s’adressa une dernière fois à Kaine, alors que leurs discussions s’achevaient.
— Vous savez, Ardus, mon offre à moi aussi est toujours valable, dit-il d’une voix qui se voulait conciliante. La place de l’Alignement est aux côtés de l’Empire.
Il vit bien le regard mi-surpris mi-sceptique que lui lança Disra, mais il n’en tint pas compte. Il devait faire cette proposition, pour apaiser sa conscience.
Et, plus encore, pour apparaître comme celui qu’il était finalement devenu. Le chef politique d’un régime vacillant, à bout de souffle, rejeté par la Galaxie, abandonné par celui qui aurait pu légitimement le relever, malmené par ceux qui en avaient assuré la régence.
L’héritier de l’Empire.
— Non, Carth, répondit Kaine avec un sourire. Pentastar restera indépendant. Notre heure de gloire n’est pas encore venue…
— Elle ne viendra peut-être jamais.
— C’est possible. Toutefois, quand Thrawn aura perdu, il y aura toujours ici un refuge pour vous.
— Je vous remercie, répondit Poldrei avec une résolution nouvelle en lui.
Les dés étaient jetés, à présent.
Il salua Kaine.
— Au revoir, Ardus.
— Au revoir, mon ami, répondit le Grand Moff en serrant la main qui lui était tendue.
Il ignorait encore que cet acte venait de sceller son destin. 



Ainsi s'achève la Partie 2, L'Héritier de l'Empire. Bilan ? Thrawn a commencé la mise en oeuvre de son Grand Plan avec Pellaeon toujours à ses côtés, Celric a exploré ses origines et découvert son affinité avec la Force, Beny'lya s'est tiré de son mauvais pas judiciaire, les sorts de Tierce et de Corran semblent bien incertains... Et Poldrei, déçu par le manque de soutien d'Ardus Kaine et de Pentastar, s'est finalement résolu à jouer un rôle de premier plan dans la refonte de l'Empire.

Si vous avez aimé mon récit jusque lors, je pense que la suite vous plaira davantage encore ! :D
Staffeur Fan-Fictions - Auteur des Chroniques de la Marine Républicaine et de La Fédération Impériale.
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17507
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: LorRhin
 

Messagepar Alfred M. » Mar 27 Juin 2017 - 9:12   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:— Douze destroyers de classe Impériale-II, énonça-t-il d’une voix monocorde. Quarante croiseurs Enforcer. Douze cargos de classe Gabelu et leur chargement, soit deux plateformes Golan Mark Trois. Ainsi que quatre docks mobiles Sienar. Le tout pour cinquante trilliards de crédits.
— L’Empire paiera comptant, annonça Carth. Nous avons les fonds requis


Ca roule sur l'or chez les Impériaux ! :O

Jagen Eripsa a écrit:— Imaginez ce que Thrawn pourrait faire ici… suggéra Carth à Disra.


Ouai enfin, c'est pas comme si il avait attaqué Mon Calamari ou Fondor, c'était "que" Sluis Van :transpire:

Jagen Eripsa a écrit:Si vous avez aimé mon récit jusque lors, je pense que la suite vous plaira davantage encore !


On a hate :)

L'Empire amasse des atouts mais la Nouvelle République a encore beaucoup de ressources à mobiliser. Elle a vaincu Palpatine, les Ssi-Ruuk, Shadowspawn, Isard, Zsinj et... sa cause est juste, dur de prévaloir face à ça même si Thrawn semble bien parti :sournois: .

Enfin encore merci pour ces bonnes lectures.
I wanted to tell myself that I didn't thrust her [Leonia Tavira] away because of the injuries to my hands, but I knew that wasn't the truth. [...] The injuries were the reason I did not pull her closer. - Corran Horn - I, Jedi - Michael Stackpole
Alfred M.
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1075
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations