Page 1 sur 1

[Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Ven 27 Nov 2009 - 17:31
par L'Antiquaire
Bonjour à tous.

De retour sur votre forum après quelques temps d'absence, c'est avec une idée d'écriture que je vous reviens.

L'idée m'a traversé que je pourrais moi aussi apporter ma pierre (mon caillou, serait plus exact) à notre univers fétiche et si mon histoire vient à plaire et à être lue auprès des fans, rien ne pourra me rendre plus heureux.

Le titre est celui de ce topic. En grave manque d'inspiration pour ne pas dévoiler la fin de mon histoire, et parce qu'incapable de trouver autre chose, j'ai choisi celui-ci, qui n'est rien d'autre que le modeste nom de son "héros".

Afin de rendre mon récit plus réaliste, j'aurai quelques questions à poser dans le topic concerné sur certains points de détails que je ne maitrise pas autant que je le voudrais. Et je remercie à l'avance toutes les bonnes âmes qui m'aideront à combler mes lacunes. :)

Sans trahir quoique ce soit de l'intrigue, je peux sans arrogance qu'il s'agit là d'un récit comme vous en verrez peu, et je l'expliquerai après avoir posté le texte. Et il me tarde de le faire. Si les idées sont toutes déjà là, les coucher sur le papier est plus difficile, faute de pouvoir travailler avec un dictaphone, ou autre, qui me permettrait de fixer sur support des idées qui s'envolent à peine ont-elles traversé mon esprit. Je ne suis pas forcément disponible pour l'écriture au moment où me vient l'inspiration. :(

Je peux au moins dire ceci: je ne jure que par la période "Les Ombres de l'Empire" (13 ans après sa sortie, c'est toujours mon histoire favorite, même au delà des films, et malgré une production - officielle ou non - très abondante de l'U.E. "Jen" se situera donc à ce moment.

Ensuite, l'histoire sera-t-elle canon ou non? Oui et non. Oui pour moi, mais non pour nombre d'entre vous je pense. Car, et je n'en ai fait aucun mystère dans un vieux topic dont je ne rappelle pas le nom, je pense que chaque trilogie et son U.E l'accompagnant sont à tout jamais irréconciliables, en terme d'une seule et unique unité. Pire encore, des aberrations comme TCW (version 2008, il faudra d'ailleurs que je pense à aller dans pas longtemps déverser toute ma bile sur cette horreur dans le topic dédié) empêcheront définitivement de venir recimenter un U.E qui se morcelle et s'étiole irréversiblement.

D'où mon bilan: à partir de ce constat, j'ai décidé que je me ferai MON Star Wars, et que ce qui sera canon à mes yeux sera la somme de toutes les histoires que j'aurai apprécié, qu'elle soit: productions officielles sorties de chez Lucasarts, histoires rajoutées de chez Dark Horse ou de chez nous, les fans, même si c'est une parodie.

Par exemple: je ne reconnais pas TCW mais la série de BDs "Republic" oui. La nouvelle "Le Trophée de l'Empereur" oui. Je dis non à presque tous les romans post ROTJ (jusqu'aux Vong) mais je dis oui à la fan fiction audio "In the Shadows". C'est selon que l'histoire me plaît.

Bref...

"Jen" sera donc pour moi partie intégrante de ma propre chronologie officielle.

Voilà. C'est tout pour l'instant. Je pars de ce pas m'atteler à l'écriture. Et je répondrai aux messages qu'on voudra bien m'envoyer.

Re: [En cours] Jen

MessagePosté: Sam 28 Nov 2009 - 13:04
par Darkwilliam
Avec une introduction pareille, on attend avec impatience l'histoire! :D Surtout quand on annonce ceci:

Sans trahir quoique ce soit de l'intrigue, je peux sans arrogance qu'il s'agit là d'un récit comme vous en verrez peu, et je l'expliquerai après avoir posté le texte.


Attention au retour de bâton! Je connais quelques lecteurs intraitables hantant parfois la section qui voudront voir si l'annonce est suivie de faits concrets. :sournois:

J'avoue ne pas être fan des annonces alors que rien n'a encore été écrit (si j'ai bien compris) mais si tu es motivé, c'est bien là l'essentiel. Donc, dans tous les cas, bon courage. :wink:

Re: [En cours] Jen

MessagePosté: Dim 29 Nov 2009 - 9:30
par L'Antiquaire
En fait, alors que j'écris ces lignes, les trois quart de l'histoire sont sur papier (électronique)

Voici le cadre qui a servi à la forger:

"Jen" est un récit autobiographique. Il est raconté par le personnage lui-même, cela aurait pu être une partie de son journal, s'il en avait fait un. Il est écrit à la première personne. Si c'est courant en BD, il me semble qu'en roman, seul "Moi, Jedi", ait utilisé cette forme.

Comme il le dit lui-même, Jen n'est pas un Jedi, pas un rebelle ni un pilote, ni même un soldat super entraîné (façon le héros de "Crimson Empire") Je trouve qu'on a fait beaucoup trop de récits de ce genre, et même quand une histoire commence sur un personnage ordinaire, celui-ci est promis à être un héros, voire un Jedi en devenir. J'en avais marre de ça: Ici, ce n'est pas le cas.

Ce n'est pas dit dans la nouvelle mais Jen est un humain. Par contre, son âge est mentionné: c'est un garçon, pas un adulte. Ce qui pourrait expliquer qu'il n'appartienne pas à l'une des catégorie citées ci-dessus mais, mais cela n'aurait rien changé si j'en avais fait un adulte.

Il n'y a qu'une seule action qui se déroule dans le présent (elle tient donc sur un jour) Le reste n'est que souvenirs.

La Tribune Impériale est bien citée, et j'ai écrit un article de journal pour lequel je laisse au staff concerné le soin de l'améliorer.

Voilà. j'espère que ces quelques éléments vous rendront assez curieux de lire cette nouvelle qui devrait tenir en quatre à cinq pages.

Maintenant, il ne me reste qu'à trouver les derniers détails que j'ai demandé dans le topic général des fan-fictions, à savoir le nom d'un personnage précis vu dans ROTJ et une donnée temporelle relative aux "Ombres de l'Empire".

Re: [En cours] Jen

MessagePosté: Mar 05 Jan 2010 - 21:32
par L'Antiquaire
Voici l'histoire achevée, au stade des corrections (merci d'avance à tous ceux qui la liront :wink: ):


Jen


« Le Prince Xizor n'avait été qu'un imbécile », m'avait expliqué mon père, « de n'avoir pas songé un seul instant que l'entretien auquel il avait été autorisé à assister entre Vador et son Empereur ne pouvait être en fait que l'irrésistible appât d'un piège tendu par ce dernier en vue de s'amuser avec lui. »
Il m'avait dit cela pour que je me méfie de l'homme qui aujourd'hui régente toute la galaxie, ce vieillard qui sur nos âmes a jeté un voile de noirceur plus absolu que les ténèbres de l'univers lui-même.
Le Falleen, leader notoire de l'organisation criminelle Soleil Noir, avait été il y a quelques mois encore le troisième personnage le plus important dans la hiérarchie Impériale, et pourtant à peine un pion dans la stratégie de Palpatine. Et lorsque on joue à un si haut niveau, le vaincu avait tout à perdre. En l'occurrence, Xizor, plus que ses richesses, y avait perdu la vie.

Je m'appelle Jen. Seulement Jen. Ici, sur Coruscant, le nom de notre famille, autrefois respecté, est aujourd'hui devenu synonyme de paria et il a coûté sa vie à mon père, tombé lui aussi dans les griffes du dictateur auto-proclamé, et condamné depuis ce même jour où le Prince Sombre s'était fait piéger sans le savoir.
Et tandis que Xizor s'en était allé trouver son maître, mon père avait après lui attendu avec méfiance l'audience à laquelle l'Empereur l'obligeait. La raison pour laquelle il avait été convoqué au Palais Impérial n'avait pas été difficile à deviner; ce qu'il craignait le plus avait fini par se produire.
Mon père était télépathe. Il n'était pas autant un Jedi. Enfant, ses parents l'avaient présenté au Temple mais les tests avaient démontré qu'il n'était pas sensible à la Force. Personne alors ne s'expliquait d'où provenait ce don unique qui allait devenir une malédiction pour notre famille, dont la jalousie de certains des membres ont provoqué la chute. Mon père, un haut fonctionnaire de l'administration Républicaine, n'avait parlé de sa télépathie à personne; seule sa famille connaissait son secret.
Cependant, depuis la proclamation de l'Empire, qui encourageait l'ambition, le profit personnel et la délation, les choses avaient changé. Mon père avait réussi à se maintenir en poste, bien que ne croyant pas aux valeurs du Nouveau Régime, et la chose avait déplu à son cousin, l'actuel dignitaire Impérial Kren Blista-Vanee, qui avait vu là une opportunité de gravir plus rapidement les échelons d'une hiérarchie corrompue, afin de devenir l'un des proches conseillers de Palpatine et ainsi mieux s'en attirer les faveurs.
Kren avait constamment cherché à nuire à la réputation de mon père, dont l'intégrité – et peut-être aussi ses talents de télépathe - lui avait valu d'être approché il y a cinq ans par le sénateur Organa, qui avait été l'un des acteurs de la création de l'Alliance Rebelle, sur Corellia puis sur Kashhyyyk. Il recrutait des alliés car il voulait combattre la tyrannie de l'Empereur; il n'a pas réussi.
J'étais présent ce jour-là, je me souviens, alors que le sénateur d'Aldéraan était accompagné d'un drôle de droïd répondant au nom de Proxy, qui n'a pas eu l'air d'apprécier la manière dont j'avais de scruter chacun de ses servo-moteurs, mais jamais encore je n'avais vu de modèle semblable capable de tant d'incroyables transformations, et il les utilisaient pour me narrer les trois premiers chapitres trop édulcorés de ce qui devait être la légende d'un jeune esclave venu d'un coin reculé de l'univers, une histoire peuplée d'improbables amis et jalonnée d'extravagantes aventures, même pour une si vaste galaxie.
Mais j'ai passé l'âge de me faire raccompagner par des droïds nounous tels ceux de la série E et je ne crois pas à ce genre de contes, dont Proxy me parla uniquement parce que, tout comme son héros, je me passionnais pour la mécanique et tout particulièrement la maintenance des vaisseaux spatiaux. J'aimais les modèles RCO-170 de l'Ancienne République, qu'on avait arrêté de fabriquer depuis longtemps, et j'espérais alors pouvoir devenir un jour mécano à bord d'un transporteur de chasseurs.
Je n'avais jamais voulu suivre les traces de mon père et je fus soulagé de voir qu'il l'entendait également ainsi. Pour preuve, il m'avait fait entrer en apprentissage l'année suivante auprès d'un vieil Ithorien nommé Tok Wau qui tenait une petite mais honorable boutique de pièces détachées ici même dans la Capitale. En mal de compagnie plus que tout autre raison je pense, et après le départ de son précédent apprenti, un certain Nak Pittareeze qui s'en était retourné chez lui sur Kalarba, Tok Wau avait cherché une nouvelle personne à former. Dans son arrière-cour, j'aurais pu être heureux et passer ma vie à trouver d'innombrables trésors, mais cette paisible existence devait être brutalement interrompue le jour de l'audience, après mon père apprit que Kren était allé jusqu'à raconter à son sujet qu'il utilisait son pouvoir en vue d'extorquer divers secrets auprès de fonctionnaires et militaires Impériaux, dans le but ultime de chercher à déstabiliser le Régime.
En fait, son seul véritable crime avait été de capter malgré lui les pensées du falleen, tandis que ce dernier s'entretenait avec Palpatine. Et le secret qu'il avait extirpé par accident de l'esprit du Prince avait dû être d'importance, au point qu'il l'emporta avec lui dans sa tombe, sans jamais me le dévoiler.

Xizor n'était pas un politicien et sa haine du Seigneur Vador, depuis l'affaire Emma Wermis, l'avait aveuglée. Mais il demeurait le leader du Soleil Noir et il était donc en mesure de nous créer des ennuis. Et c'est bien ce qui arriva. Au soir de l'entrevue, alors que nous étions mon père et moi à l'atelier de Tok Wau, après avoir convenu qu'il nous fallait quitter la planète, un gang de fonceurs a débarqué. En faisant vrombir leurs machines, les bandits, arborant les insignes de l'organisation criminelle, ont saccagé l'établissement du vénérable Ithorien, puis ils l'ont tué avant d'assommer et d'enlever mon père. Depuis, je ne l'ai plus jamais revu.
Je ne dois ma survie que parce qu'il a réussi à me cacher avant que les assassins ne me voient. Par la suite, laissé seul dans les décombres d'un bâtiment que ces mêmes crapules ont depuis lors ré-investi, et dont ils ont fait leur nouveau quartier général pour ce secteur, j'ai rapidement quitté les lieux, de peur que l'on se mette à ma recherche.
J'ai tenté de comprendre ce qui s'était passé. Selon moi, l'infâme tyran avait de nouveau convoqué Xizor après le départ de mon père, pour l'informer de ce qu'il avait fait. En réponse, le prince avait organisé cette expédition punitive à laquelle j'ai réchappé.
C'était il y a quelques mois. Au début bien sûr, j'ai tenté de retrouver sa trace, je me répétais qu'il était toujours vivant, que je finirais par le retrouver, mais on entend des rumeurs. Celles-ci circulent, persistantes, comme les nuées de vaisseaux qui quadrillent inlassablement le ciel de la planète, un ciel éternellement gris crevé de tours sur lesquelles la nuit courent les lueurs hideusement déformées des lumières du ballet perpétuel de ces machines en suspension.
On dit que Palpatine aime à torturer ses victimes avant de les tuer. Il ne connaît pas la pitié et les dissidents qu'il parvient à faire capturer sont assurés d'une mort lente et douloureuse. Hier encore, non loin d'ici, une escouade de stormtroopers a fait irruption dans un entrepôt désaffecté où s'étaient réfugiés des civils dont certains, je le savais, aidaient des rebelles. Au final, une femme et le bébé qu'elle tenait dans ses bras ont été les derniers abattus à bout portant; les victimes pour l'exemple d'un massacre organisé auquel nous tous n'avons eu d'autre choix que d'assister.

J'ai douze ans. A cet âge, on est pas un héros. Je ne suis ni un Jedi, ni un pilote ni un rebelle. Et de toute façon, à quoi bon? Il y en a bien assez comme ça. On en trouve tous les jours, sortis de nulle part, et pendant ce temps personne ne se soucie vraiment de nous. De ceux qui n'existent pas, sinon pour souffrir, de ceux qui crèvent de faim et dont l'existence ne laisse qu'une impression fugace sur une page glacée.
Je vis dans la rue depuis la mort de mon père. Je mendie, je vole pour survivre, alors que tous nos biens ont été saisis par l'Empire sur proclamation du tyran et que le reste de ma famille a été arrêtée au nom de son bon plaisir. J'ai entendu dire qu'il avait déjà procédé de même avec la famille d'un pilote qui s'était crashé par accident sur son château; les espoirs ruinés sont partout.
Aujourd'hui, il pleut encore. Depuis deux semaines maintenant une pluie battante tombe artificiellement sur ce district. Je me dis que c'est peut-être là toutes les larmes que nous ne pouvons verser, nous qui n'existons pas aux yeux du monde, aussi je ne cherche pas à lui échapper; je l'accueille et la laisse ruisseler sur moi, comme elle le fait sur le corps de ce gigantesque droid de construction laissé à l'abandon dans lequel j'ai trouvé refuge; un vieux mastodonte déconnecté et à moitié affaissé sur un bâtiment en ruines, un colosse écroulé sur le ferrobéton qui doit être là depuis bien longtemps si l'on en juge par toute la rouille qui le perfore.
Je l'ai découvert alors que j'essayais d'échapper à une bande de racailles qui voulait me soutirer des crédits que de toute façon, je n'avais pas, et depuis lors, ce géant inanimé est devenu le compagnon silencieux qui berce mes nuits et dans lequel parfois je rêve des héros de mon père.

Car mon père me parlait souvent du temps de la République. En particulier de ses derniers jours, où un certain Anakin Skywalker, qui avait été le Héros de toute galaxie, et rien de moins, avait porté les espoirs de chaque être vivant sur nombres de planètes, jusqu'à ce qu'il succomba lui aussi aux forces des ténèbres.
Skywalker avait été tué lors d'un raid effectué dans le Temple Jedi où une armée de clones avait massacré les siens, mais une autre version prétendait qu'il avait survécu, et qu'on avait vu son chasseur d'abord dans le district sénatorial puis en partance pour une planète volcanique du nom de Mustaphar.
C'est là-bas que le Héros Sans Peur serait mort, attiré dans un piège que lui aurait tendu les membres du Haut commandement Séparatiste. Ces derniers, revanchards et se sachant condamnés alors que Skywalker approchait, l'auraient fait disparaître en même temps qu'eux dans leur forteresse, non sans envoyer d'abord un message à travers l'Holonet affirmant la mort du Jedi le plus doué que l'on ait connu. Paraît-il que des bribes de ce message peuvent encore être captés dans l'espace, à qui sait l'entendre...
Skywalker. Skywalker et son maître, Obi-Wan Kenobi. Ce dernier aussi avait disparu, assassiné par Dark Vador, après avoir passé vingt années sans faillir, isolé sur la planète Tatooine, à veiller sur Luke Skywalker, le fils de son défunt apprenti, qui il y a quatre ans a réussi à détruire l'Étoile Noire près de Yavin IV. Mais ce coup d'éclat n'a pas fait disparaître Vador et son Empire; et même si la ruse avait fonctionné le temps que grandisse Luke, celui-ci était toujours activement recherché par l'Empereur. Kenobi avait fait de son mieux pour tenter de conserver une étincelle d'espoir pour la galaxie; cela suffirait-il?
Deux Jedi à l'époque, alors qu'aujourd'hui il n'en reste plus qu'un, à cause de l'Ordre 66 qui a expurgé les rangs de l'Ordre. Mais Tok Wau m'avait dit qu'on trouvait des Jedi dans toutes les espèces de la galaxie, y compris les plus incongrues, telles les Jawas et même les droïdes, et mon père avait fait remarquer qu'après la proclamation de l'Empire et l'extinction des Jedi, le nombre de leurs survivants s'était bizarrement accru. Des noms de Jedi qu'on avait jamais entendu auparavant s'étaient mis à circuler: Dass Jennir, Ashoka Tano, Ferus Olin. Mon père pensait que tout cela n'était que propagande élaborée par l'Ordre Nouveau, dans le but de maintenir un état de guerre aussi artificiel que permanent, afin d'accroître et de mieux ancrer la peur dans l'esprit des habitants de la Capitale.
A l'inverse, d'autres Jedi tels Roan Shryne, Shaak Ti et la Femme Sombre avaient réellement existé. L'Empereur avait soigneusement transformé leur défaite en retentissante victoire pour l'Empire, et il faisait aujourd'hui de même avec les rebelles.
En nul autre endroit de la galaxie qu'ici, au Centre Impérial, tant d'efforts sont déployés pour rappeler au habitants que l'Empire est tout-puissant. Outre la magnificence des symboles du pouvoir, chaque événement à mettre au crédit des militaires impériaux fait l'objet d'une mise en valeur savamment orchestrée. Tous les ans depuis l'avènement de l'Empire, les parades Impériales ponctuées de fastueuses fêtes battent leur plein. Depuis la Shaldania Parade avant le début du calendrier jusqu'au Festival des Etoiles, ce sont autant d'occasions où le cortège de l'Empereur sillonne la Capitale rebaptisée aux rythmes de spectacles sanglants organisés à sa gloire. Ce jour-là, exécutions publiques d'ennemis du régime, rafles dans les rues et tests de nouveaux vaisseaux ainsi que nouvelles armes sont au menu des festivités.
Il y a quelques mois par exemple, Vador avait ramené le sabre laser de Luke Skywalker de la planète Bespin et Palpatine avait tenu à exposer au public la main tranchée qui tenait encore l'arme, avant que celle-ci ne rejoigne, disait-on, une impressionnante collection privée. Cela avait été la dernière apparition en public du tyran, alors qu'il avait mystérieusement déserté les fêtes habituelles du calendrier Impérial ces deux dernières années.
A l'époque, jamais alors mon père et moi n'avions pu approcher Palpatine d'aussi près; sa nacelle survolait les rues à un kilomètre seulement au dessus de l'endroit où nous nous trouvions. Non, jamais je n'avais pu le sentir si proche, jamais, jusqu'à ce jour. Xizor est mort, mais reste l'Empereur. Je dois me hâter, car ce sera ma seule chance.
Cela fait des semaines maintenant que je suis Kren dans tous ses déplacements, notamment ici, dans ce riche restaurant proche des quartiers du 500 Republica, où il a laissé échapper que le tyran devait sur rendre sur Endor. Aujourd'hui. Maintenant.
Cela fait des semaines que je viens ici, au sommet de cette tour située en face de la plate-forme flottante d'atterrissage, où j'ai caché un fusil Blastech DLT-20a que j'ai dérobé à une patrouille impériale qui s'était un peu trop attardée à boire pendant son service.
Cela fait des semaines que je répète inlassablement les mêmes gestes, que je prends soin de tout planifier, jusqu'au moindre détail. L'arme ne doit pas s'enrayer.
La pluie qui me trempe jusqu'aux os et qui coule le long de mes yeux ne m'arrêtera pas. De là d'où je suis, j'ai une vue plongeante sur la plate-forme flottante d'atterrissage sur laquelle se tient une navette de classe lambda, un insignifiant engin que le vide semble prêt à engloutir, tout comme l'abîme à mes pieds avale sans ciller les torrents de pluie qui disparaissent loin, très loin en contrebas, dans les tréfonds de ténèbres aussi noire que l'âme de Palpatine.
« Plus que quelques minutes, papa » . Ce n'est pas pour une cause, c'est pour toi. Les Jedi ont été décimés, les rebelles meurent; je me fiche de la galaxie. Là, le voilà. Comme à son habitude il est entouré de ses gardes vêtus de rouge mais de là d'où je suis, ils ne peuvent me voir. Et encore moins agir. La chance est avec moi, Vador n'est pas ici, son maître a dû l'envoyer quelque part en mission.
« Plus que quelques mètres, papa. » Ça y est, le cortège s'arrête. Toute la cohorte des dignitaires Impériaux est également du voyage; tous y compris Kren se tiennent immobiles derrière Palpatine, qui s'apprête à embarquer. Je relève mon viseur sans m'occuper de ce que le vent hurle à mes oreilles; le tyran avance. Mais... ce n'est pas possible! Le voilà qui s'arrête et qui tourne sa tête vers moi, et son hideuse face grise et ravagée, teintée du fond rouge de ma lunette de visée... me sourit? Un sourire tendre, pareil à ceux de mon père, à ceux que j'ai vu si souvent dans mes rêves de revanche. Non, cela ne.... Agh !


Le lendemain, la Tribune Impériale titrait:

Encore une tentative d'assassinat sur la personne de sa Majesté l'Empereur.

Hier, un jeune dissident âgé de douze ans dont nous ne connaissons pas l'identité a tenté de tirer sur son Excellence du toit d'un gratte-ciel, alors que Palpatine rejoignait sa navette pour se rendre à Endor. Heureusement, le cortège de sécurité a parfaitement fonctionné. C'est un garde du corps Noghri de l'escorte personnelle du Seigneur Vador, arrivée en renfort à la dernière minute, qui n'a eu d'autre choix que de tuer le jeune garçon, d'un coup de lame dans le dos. Sage Pestage, porte-parole de sa Majesté dont la précieuse vie doit être la souci de chacun, nous a confié qu'il s'agissait du dernier membre encore en vie d'une famille déchue, qui usait d'influence afin de détourner à son profit l'argent du Régime.
Une fois encore la justice était du côté de notre bien-aimé Empereur et de ses sujets et l'on peut se réjouir qu'après la traitrise déjouée, c'est cet acte odieux qui a pu être avorté. Que cela nous rappelle que nous devons tous rester vigilants car les ennemis de l'Empire peuvent prendre les formes les plus sournoises. Profitons-en pour souhaiter un bon voyage à son Excellence Palpatine en attendant son retour dans la Capitale, où tous l'attendent avec impatience.

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Mer 06 Jan 2010 - 10:42
par L'Antiquaire
Merci à tous pour me laisser vos avis et remarques! (c'est ma première Fan Fiction) :)

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Lun 11 Jan 2010 - 21:33
par Titi77
Salut à toi l'Antiquaire et bienvenue à toi dans la section ! Pardon de ce manque de réactivité mais que veux-tu, après les fêtes il nous faut du temps pour revenir en forme sur les forums ;)
Trêve de (mauvaises) plaisanteries, j'ai donc lu ta nouvelle. Tu trouveras attaché à ce post le texte original avec mes remarques de forme/ style au format Word 97/2003 et ici même une impression plus générale sur ton texte.

Dans l'ensemble c'est bien écrit : peu de fautes, et ça s'enchaîne assez bien. Je trouve par contre que tu as une certaine passion pour les phrases longues (voire lourdes) et cela nuit un peut à ton récit par moments. Surtout si l'on tient compte du fait que le narrateur est un enfant de douze ans livré à lui-même. (Bon, moi aussi je ne suis pas réputé pour faire des phrases courtes et simples hein)
Côté histoire, je suis plus mitigé : autant on sent que tu as bien intégré ton texte dans l'UE, que tu as fait un effort de recherche... Autant la nouvelle me semble n'être qu'une succession de pensée sans but précis : l'action ne débute réellement que dans les derniers paragraphes et les propos du narrateur sont souvent à la limite de la divagation. Je pense qu'il faudrait au moins un autre avis extérieur mais peut-être pourrait tu essayer de réécrire en partie ton texte en faisait en sorte d'intégrer les différentes pensées "flashback" à l'action : on voit Jen courir vers le toit, il pense à sa famille. Il sort son arme et songe à la mort de son père, à l'Ithorien...
Au final, je ne peux que t'encourager à continuer à écrire (pour reprendre le dicton). Tu sembles avoir des idées originales sur l'univers SW et ce serait dommage de les gâcher. Rejoins-nous !

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Mar 12 Jan 2010 - 14:32
par L'Antiquaire
Alors tout d'abord un grand merci à toi Titi77, car il s'agit du 1er commentaire sur une 1ère nouvelle: ça impressionne, parce qu'on découvre qu'on a été lu :) Ça fait sacrément plaisir.

Je trouve par contre que tu as une certaine passion pour les phrases longues (voire lourdes) et cela nuit un peut à ton récit par moments.


Ça, c'est bien vrai. Une "mauvaise" habitude dont je ne sais pas me départir. Ma philosophie en la matière pourrait se résumer à "pourquoi faire simple quand je peux faire très compliqué?" :D

tu as fait un effort de recherche


Pour un récit de si courte durée, j'ai même dû en faire de trop. Cela ajoute à la lourdeur de mon récit je pense. Mais je cherchais à baliser les repères temporels d'une histoire qui prenait effet dans un laps de temps de quelques mois seulement. Et puis, cela devait ancrer aussi dans un certain réalisme, du quotidien des habitants de Coruscant à ce moment là.

Autant la nouvelle me semble n'être qu'une succession de pensée sans but précis : l'action ne débute réellement que dans les derniers paragraphes et les propos du narrateur sont souvent à la limite de la divagation.


C'est dommage pour le côté "divagation" si c'est allé jusque là car le reste de l'effet était voulu.

En effet, les histoires dans l'univers SW sont à mes yeux toujours les mêmes. Comme je l'ai fait remarquer dans "Jen", c'est toujours un Jedi, un pilote, un guerrier ultra-entraîné qui se retrouve avec le sort de la galaxie entre les mains. Et on sait qu'il y arrivera. C'est toujours le même archétype d'histoire qui revient. C'est lourd.

90% des histoires post ère Rebellion sont selon moi à jeter (jusqu'aux Vong, et je m'abstiens de tout commentaire pour "Legacy" et "Legacy of the Force", faute de les avoir lus) Parce que c'est toujours un tyran, un ex-impérial qui essaye de prendre le contrôle de la galaxie sur les cendres de ce qu'avait accompli l'Empereur. C'est ce que je surnomme l'agence S.O.S (Skywalker - Organa - Solo), qui va régler la question. Même contre les Vong où ils sont déjà bien âgés, je résumerai ça ainsi:

"Vous avez un problème dans la galaxie, aucun souci! L'agence S.O.S est là pour vous. Ex-Impériaux nostalgiques du régime, tyrans fous et impitoyables, femmes trompées, dépannages de chars des sables Jawas, agents de la circulation dans l'Hyperespace, escort-girl pour Hutts... Ils se mettent à votre service. Luke Skywalker, Leia Organa et Han Solo sont à votre disposition. Alors n'hésitez pas à les appeler". :oui:

Si ça peut inspirer un spot publicitaire à quelqu'un, merci juste de mentionner mon nom.

Avec "Jen", je voulais me démarquer à plusieurs niveaux:

Premier impératif: l'histoire devait mal se terminer. Au cinéma comme à la télé, toutes les histoires finissent bien, ou apportent la promesse d'un espoir à venir, comme ROTS, mais y-a-t-il vraiment eu des histoires où ça se terminait définitivement mal? Je pense que non, car les gens n'apprécieraient pas de ne pas voir à chaque fois portées à l'écran les valeurs où l'humanité et l'espoir, sans parler de l'amour.

Je préfère les méchants. Et ce, quelque soit l'histoire. et dans Star Wars, mon préféré, c'est l'Empereur. Pas le pathétique Vador, mais bien le génial manipulateur chez qui le côté obscur est TOTALEMENT présent (sans espoir de rédemption comme l'étincelle persistante de Vador) On sait que lui transpire le Dark Side, il n'en reviendra pas. Et ça c'est une idée qui me plaît au plus haut point. A tel point que j'en tremble pour qui écrira le roman sur la "jeunesse" de l'Empereur; qu'on aille pas lui mettre par exemple une fille dans les pattes en guise d'excuse pour être devenu un méchant. Ah non, alors ! Un méchant ne peut-il donc pas l'être pleinement et de naissance, sans une excuse bidon et esseulée telle celle-ci?

Et donc, un tel bad guy est impitoyable, au sens le plus strict du terme. Il n'hésite pas à tuer, à s'approprier les richesses... Il prend le pouvoir, il conquiert, en dévastant tout sur son passage. Ainsi, tuer un jeune garçon - ce n'est pas un adulte qui plus est, ça choque davantage - et dans le dos de surcroît, aucun problème. Et il fait s'éteindre la flamme de l'espoir, sans possibilité de la voir se ranimer.

Mais dans Star Wars comme dans toute franchise, on ne fait pas cela, pas sans contre-balancer avec des gentils qui viendront rattraper un tableau bien terni. Moi je suis contre. tout comme dans la vie réelle, il y a des occurrences où tout est noir, irrémédiablement. Et "Jen" s'est attaqué à l'Empereur, le point culminant de cette noirceur. Il le paye.

Deuxième impératif: Jen ne devait pas s'inscrire dans la lignée habituelle des héros: Jedi confirmé ou promis à le devenir, pilote, guerrier. Là encore, toujours la même rengaine. Il y a là à mon sens un véritable potentiel d'histoires à développer sur tous ces figurants laissés de côté pendant qu'un personnage principal brillait sur le devant de la scène.

C'est là où je remercie les gens qui ont eu l'idée du magazine: "La Saga en BD", qui se terminent toujours pas de courts récits, certains même en deux pages seulement, pas plus. C'est peut-être ceux que j'apprécie le plus (je pense en particulier à "Voyage au Pays des Ombres" pour le type de récit développé) Il ne servait de rien que j'arrive avec un énième texte racontant les exploits d'un personnage à venir, et qu'on laisse ensuite tomber, lui et les lieux qu'il a fréquenté (un autre reproche que je fais à tous ces auteurs qui ont écrit des histoires majeures dans l'univers Star Wars)

Troisième impératif: le récit devait être à la 1ère personne. Depuis que j'ai lu le roman "Dracula" (épistolaire), je me suis dit que je ne pouvais écrire que sous cette forme. C'était le plus facile pour moi. Pas de narrateur extérieur, on suit la progression du personnage de l'intérieur, on s'épanche sur ses réflexions, sur ses états d'âme. Il n'y manquait plus qu'une quelconque mention comme quoi Jen écrivait ses pensées dans un databloc et je respectai cette forme d'écriture "à la lettre".


Et tout ceci combiné, je savais que je faisais quelque chose de différent de ce qu'on trouve habituellement: récits longs et dynamiques incluant batailles spatiales à beaucoup contre beaucoup, bagarres au blasters ou au sabre laser, joutes verbales ponctuées de menaces sous-jacentes pour mieux tirer son épingle du jeu face à son adversaire, guerres, histoires d'amour suggérées ou promises à éclosion... "Jen" va dans une direction opposée. C'est ce que je voulais avant tout. Je sais toutefois que j'allais à contre-courant du type d'histoires que les fans de Star Wars affectionnent. Mais je l'ai fait exprès. C'était dans un but égoïste: qu'est-ce que j'aimerais qu'on trouve davantage de textes de ce genre...

en faisait en sorte d'intégrer les différentes pensées "flashback" à l'action : on voit Jen courir vers le toit, il pense à sa famille. Il sort son arme et songe à la mort de son père, à l'Ithorien...


Ce serait donc une question de ré-organisation des pensées par rapport à l'action elle-même. Je n'avais pas vu cela dans ce sens mais pourquoi pas? Sans sacrifier au crescendo final (on ne découvre les intentions de Jen que dans les derniers paragraphes), je vais regarder avec attention tes suggestions. Merci.

----------------------------------


L'idée de "Jen" est né sur les forums. Star-Wars Universe ou Sithclan je ne sais plus mais le titre du sujet c'était: "si vous deviez faire votre propre jeu vidéo". Et là, c'est venu tout de suite: le visage de l'Empereur enfin dévoilé comme tel dans ROTS, qui sourit à Anakin fraichement devenu Vador et qui dit: "et nous connaitrons alors... la paix". C'est ce visage que j'ai voulu retranscrire dans "Jen". Et je l'ai vu tout de suite au travers d'une lunette de visée. Je m'imaginai là encore un jeu atypique, à la KoTOR, où vous contrôliez un garçon ordinaire dont le but final est de tuer l'Empereur, tout en sachant qu'il n'y arrivera pas pour les besoins de la chronologie. Tout le reste a suivi tout seul, mais comme je ne suis pas doué pour les récits d'action, je n'ai pas trouvé d'autre idées. J'ai donc pris sur moi de tenter le pari d'une histoire où il n'y aurait qu'une seule et unique action. J'espère avoir réussi. Il n'y avait pas de quoi faire un roman, mais le format courte nouvelle est tout aussi bien je trouve.

Maintenant, plus j'écrivais, et plus je me représentais l'histoire sous forme de BD (à la manière de "La Courte Mais Intense Vie de Roons Sewell") C'est parce que je ne sais pas dessiner, sinon cela aurait été plus facile. Les mots servant à la description transformés en images; des lourdeurs auraient pu être évitées.

J'espère que le petit passage de la Tribune Impérial aura plu. J'ai essayé de respecter le ton du journal (Pro-Impérial) et je voudrais en profiter pour demander si l'on pourrait recevoir ce quotidien directement dans notre boîte mail, sous format PDF. Ce serait bien :oui:

Au final, je ne peux que t'encourager à continuer à écrire (pour reprendre le dicton). Tu sembles avoir des idées originales sur l'univers SW et ce serait dommage de les gâcher. Rejoins-nous !


Merci de ces encouragements ! Depuis que j'ai eu l'idée (tardive) d'apporter ma pierre (mon caillou :D ) à l'édifice Star Wars version fans, au lieu de me contenter d'être spectateur, je me suis enthousiasmé pour ce projet. Quand je vois les prouesses et l'imagination de certains, je me dit que tout est possible. Merci à tout ceux qui me liront en tout cas. C'est en soi une fantastique récompense.

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Mar 12 Jan 2010 - 15:53
par Mitth'raw Nuruodo
J'ai lu aussi, et ce n'est pas mal du tout :)

Le texte est à la fois original et réaliste par le fait qu'il est axé sur le destin individuel d'un personnage ordinaire, l'un des nombreux désespérés à avoir tenté de tuer l'Empereur. Pour l'écriture, je n'ai pas grand chose à redire; je n'ai pour ma part rien contre les longues phrases, j'en use aussi beaucoup dans mes propres fan-fics. Il est vrai qu'il faut se concentrer un peu plus pour lire, mais je trouve cela plus beau.

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Mar 12 Jan 2010 - 15:56
par wedge25
Salut,

J'ai profité d'une pause au boulot pour lire vite fait ta fanfic et je te donne donc mon avis:

J'ai adoré le thème et ton personnage est bien esquissé. On s'attache facilement à lui malgré la (trop?) courte longueur du récit et çà, c'est pas forcément évident donc, chapeau bas. Le fait que l'histoire finisse mal ne me dérange pas car je pense comme toi que les fins tragiques font malheureusement partie du quotidien. De plus, des histoires comme la tienne illustre parfaitement le règne de terreur instauré par l'Empire. La chute est bien amenée et d'autant plus bouleversante qu'on la sait inévitable et logique, aussi terrible soit-elle.

Un plus à ton gros effort de recherche sur l'UE et les films. :jap:

Au niveau de l'écriture, j'ai relevé quelques fautes de construction ou de syntaxe mais pas énormément et rien de méchant (j'essaierai de t'envoyer çà pour t'aider dans ta correction).
Mêmes reproches que Titi77, tes formulations sont magnifiques, ton style me plaît beaucoup, mais tes phrases sont parfois trop longues. Plus de coupures auraient été bienvenues pour dynamiser le récit. Mais là encore, rien de bien méchant.
Et enfin, je trouve également dommage que la chute soit amenée trop rapidement. Quelques incursions de l'action dans les pensées de Jen auraient permis de faire perdurer le suspense tout en séparant les différents souvenirs qui lui reviennent en mémoire tout en gardant la chute pour la fin de l'histoire. Tu pourrais intégrer toute la partie nostalgique de l'histoire, le passé de Jen, dans l'histoire au présent qui raconterait les péripéties avant d'en arriver au final.

(parenthèse: Oui, pour les phrases longues, je suis pas mal aussi :transpire: fin de parenthèse ).

Sinon, je me répète mais j'ai adoré ton histoire :lol: et j'attends la prochaine avec impatience.

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Mar 12 Jan 2010 - 20:57
par Titi77
Je risque de me répéter mais pour les phrases longues c'est surtout un problème de narrateur : en réfléchissant un peu, on a du mal à s'imaginer un enfant de 12 ans faire des phrases comme ça. Dans une description je n'aurais pas été aussi méchant ;)

"Jen" va dans une direction opposée.

Je suis tout à fait d'accord avec toi, l'innovation et l'originalité c'est le bien. Surtout dans un tel univers où je me trouve surchargé de textes/fan films/autres à propos d'apprentis Jedi soumis à la tentation (si il y a un disciple de Freud parmi nous, cela mérite débat je pense). D'ailleurs, et je suis désolé pour les auteurs que je n'ai pas commenté mais je zappe ce genre d'histoire. J'en ai lues quelques unes mais au final, ça se répète :)

J'espère que le petit passage de la Tribune Impérial aura plu. J'ai essayé de respecter le ton du journal (Pro-Impérial) et je voudrais en profiter pour demander si l'on pourrait recevoir ce quotidien directement dans notre boîte mail, sous format PDF. Ce serait bien


Je ne peux m'exprimer au nom de la rédaction mais je suis certain que ta suggestion sera examinée avec la plus grande attention ;)

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Mar 12 Jan 2010 - 21:08
par Mitth'raw Nuruodo
Je suis tout à fait d'accord avec toi, l'innovation et l'originalité c'est le bien. Surtout dans un tel univers où je me trouve surchargé de textes/fan films/autres à propos d'apprentis Jedi soumis à la tentation (si il y a un disciple de Freud parmi nous, cela mérite débat je pense). D'ailleurs, et je suis désolé pour les auteurs que je n'ai pas commenté mais je zappe ce genre d'histoire. J'en ai lues quelques unes mais au final, ça se répète


Ça dépend du traitement, quand même; on peut traiter un sujet classique de façon originale, amener la chute du Côté Obscur/la rédemption de façon intéressante. Ou alors, une intrigue classique comme celle du Jedi soumis à la tentation peut être simplement le prétexte à une peinture de la guerre, d'un peuple, d'un autre personnage, d'une planète, d'une situation politique... Le mieux, c'est encore d'avoir une intrigue innovante, mais même lorsque celle-ci n'est pas à la hauteur, il y a toutes sortes de choses que l'on peut faire pour rendre sa fan-fic intéressante. Au passage, j'espère que c'est ce que j'ai réussi avec En Chute Libre dans les Ténèbres, mais je n'en suis pas si sûr, je débutais à l'époque....

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Mer 13 Jan 2010 - 11:30
par Notsil
Lu aussi ;)

Court et très sympa. Le gros souci pour moi ça a été les variations de temps. Une fois tu parles au présent/passé composé en racontant ce qui s'est passé avant en imparfait/plus que parfait, puis tu parles du passé avec des passés composés...Ca n'a l'air d'avoir gêné que moi en même temps :p

Les tournures de phrases me choquent moins pour un gamin de 12 ans qui semble cultivé vu son milieu social de départ. Il manque peut-être une petite ligne de temps, il survit combien de temps "tout seul dans la rue" ? Comme tu dis, dans un univers noir, ce n'est pas un fils de diplomate qui se débrouille en mécanique qui va comprendre comment fonctionne la loi dans les rues, et qui a les moyens d'échapper aux bandes organisées qui régissent le milieu ;)

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Mer 13 Jan 2010 - 18:42
par L'Antiquaire
il survit combien de temps "tout seul dans la rue" ?


Ca c'était une inconnue avec laquelle je n'ai pas pu composer. J'ignorais combien de temps exactement s'était écoulé entre le dialogue Palpatine / Vador (de ESB, et donc aussi de SOTE), et le départ de Palpatine pour Endor. C'est une question de mois, certes, mais j'avoue que c'est une faiblesse de mon récit.

ce n'est pas un fils de diplomate qui se débrouille en mécanique qui va comprendre comment fonctionne la loi dans les rues, et qui a les moyens d'échapper aux bandes organisées qui régissent le milieu


Non mais comme il perd tout, père + foyer... Ca change les perspectives et je pense que c'est le genre d'événements qui bouleverse une vie d'autant plus brutalement... Maintenant, il faut en faire l'expérience pour vraiment bien le décrire... Je m'imagine par exemple qu'il a perdu sa mère à la naissance (sinon j'en aurais parlé)

J'ai adoré le thème et ton personnage est bien esquissé. On s'attache facilement à lui malgré la (trop?) courte longueur du récit et çà, c'est pas forcément évident donc, chapeau bas. Le fait que l'histoire finisse mal ne me dérange pas car je pense comme toi que les fins tragiques font malheureusement partie du quotidien. De plus, des histoires comme la tienne illustre parfaitement le règne de terreur instauré par l'Empire. La chute est bien amenée et d'autant plus bouleversante qu'on la sait inévitable et logique, aussi terrible soit-elle.

Un plus à ton gros effort de recherche sur l'UE et les films.


Un super gros merci Wedge25. C'est le genre de choses qui me donne envie de retourner de suite à ma plume...

Sinon, je me répète mais j'ai adoré ton histoire :lol: et j'attends la prochaine avec impatience.


Justement, une autre est en préparation, mais rien à voir...

Si on est d'accord pour considérer que "Jen" est différente des autres histoires traditionnellement admises, alors la prochaine sera en plus gros décalage encore. Mais pas dans le même style. Elle sera aussi plus courte que celle-ci, et enfin sans rapport. Et elle ne sera pas saupoudrée de ces quelques considérations personnelles sur certains récits ou personnages créés pour l'U.E (induisant un jeu narrateur / auteur avec lequel je me suis bien amusé) Elle est déjà commencée (et certaines phrases sont déjà longues... :siffle: )

Je ne m'inscris pas dans une continuité de récit, avec "Jen", ma 1ère fiction, je voulais me faire plaisir et apporter un petit corollaire au livre que j'adule: "Les Ombres de l'Empire". Et puis, le personnage n'était qu'un prétexte pour approcher l'Empereur, MON personnage définitivement préféré. Pourtant, pas question de le faire intervenir directement, et surtout pas en paroles! Car je n'aurais pas voulu être celui qui aurait dénaturé son génie des phrases lourdes de sens.

Grâce au format de la nouvelle, on peut vite s'affranchir d'un contexte chronologique donné. On peut se transposer ailleurs, dans cette chrono, et recommencer. Faire un passage éclair, et continuer ailleurs... Ça aussi, c'est quelque chose qui me plaît. Et puis ça aide, je n'ai pas encore l'envergure de créer un roman entier.

Je considère que je suis ce genre de fan qui fait des annexes. Il y a pour moi trois niveaux d'histoires Star Wars:

1 - Les histoires officielles, sorties de l'imagination de George Lucas (les films, TCW...)
2 - ces milliers d'histoires écrites ou développées par d'autres auteurs mais bénéficiant d'une diffusion par les firmes du créateur (histoires officielles là encore + désormais la nouvelle partie "Infinities")
3 - Tout ce qui est créé par les Fans (Fan-Fiction: texte ou audio, Fan-Film...)

Je considère faire de l'annexe de ces deux dernières catégories, même mêlées ensemble (dans "Jen", c'est le cas) Et cet aspect: "je fais de l'à-côté" me plaît, et la nouvelle me laisse libre d'expérimentations narratives bien à moi, chose que ne me permettrai pas dans un long roman, où je serais forcément obligé de suivre la structure classique des récits que l'on trouve en grand nombre dans l'U.E.

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Mer 13 Jan 2010 - 21:46
par Oiki Ran
Bonjour!!

Voila, j'ai moi aussi pris le temps de lire ta modeste nouvelle poussé par la curiosité et pour voir si cela correspondait à la présentation que tu en as fait. D'abord, je te souhaite, à mon tour, la bienvenue dans cette section et je te souhaite de pouvoir y exprimer toutes tes envies scénaristiques :wink: .

Voilà, pour commencer, je rejoins certains lecteurs précédents pour te reprocher la longueur de certaines de tes phrases. En fait, je ne suis vraiment pas fan de longues phrases qu'il faut relire une ou deux fois pour en comprendre le sens. Pour moi, cela fait un peu trop pompeux et un peu genre je me force à faire de longues et belles phrases qui en jettent. Donc, à part si on s'appelle Proust, je préfère la simplicité et la clarté d'une phrase simple qui permettra au lecteur de suivre sans problème l'histoire. C'est mon opinion et je suis conscient qu'on peut en avoir des différentes. Toutefois, il n'est jamais aisé de faire des phrases simples qui expriment parfaitement ce que l'on veut dire. Voici, d'ailleurs, deux exemples de phrases qui m'ont bien insuportées.

J'étais présent ce jour-là, je me souviens, alors que le sénateur d'Aldéraan était accompagné d'un drôle de droïd répondant au nom de Proxy, qui n'a pas eu l'air d'apprécier la manière dont j'avais de scruter chacun de ses servo-moteurs, mais jamais encore je n'avais vu de modèle semblable capable de tant d'incroyables transformations, et il les utilisaient pour me narrer les trois premiers chapitres trop édulcorés de ce qui devait être la légende d'un jeune esclave venu d'un coin reculé de l'univers, une histoire peuplée d'improbables amis et jalonnée d'extravagantes aventures, même pour une si vaste galaxie.


Les points, c'est le même tarif que les virgules! :grrr: :D

Et l'autre:

Celles-ci circulent, persistantes, comme les nuées de vaisseaux qui quadrillent inlassablement le ciel de la planète, un ciel éternellement gris crevé de tours sur lesquelles la nuit courent les lueurs hideusement déformées des lumières du ballet perpétuel de ces machines en suspension.


Là, il manque deux virgules (j'sais, j'suis jamais content) qui sont absolument nécessaire à la compréhension de la phrase. Vraiment, je suis resté bloqué 30 secondes sur cette phrase avant de comprendre son sens! :x

Ensuite, passons au contenu. Je dois dire, je n'ai absolument pas été gêné par le manque d'action. Vu que j'aime bien les scènes d'introspections, où le narrateur pense, j'ai été comblé par ton récit. Certes, cette forme n'aurait pas tenu pour un roman, mais vu que ce n'était pas l'objectif, je pense que ça convient parfaitement à une nouvelle. Ainsi, tu as pu donner corps à ton personnage, ce qui est toujours fort appréciable. Pour moi, c'est d'abord les personnages qui font une bonne histoire, et pas les péripéties qu'ils doivent surpasser. Donc, malgré les longueurs dues au style, je n'ai eu aucun mal d'entrer dans ton histoire et de la lire.

Trêve de compliments, passons maintenant à ce qui m'a le plus gêné dans ton récit. En préambule à ton histoire, et au début d'un des paragraphes, tu dis que tu as voulu écrire sur un personnage "normal" qui n'est ni un Jedi, ni un pilote, ni un rebelle. Certes, tu as rempli ton contrat, seulement je ne le considère pas comme un personnage "normal". Je m'explique: le simple fait que son père ait été un sympathisant de la Rébellion (même s'il en faisait pas partie), qu'il a croisé Bail Organa ou le fait qu'il a discuté avec le droïde Proxy font de lui un personnage priviligié et donc "anormal". Donc, oui ce n'est ni un Jedi, ni un pilote, ni rebelle, mais cela reste un personnage loin du citoyen lambda. Surtout, que le père côtoye l'Empereur et qu'il a un don particulier qui l'a mené à sa perte. Pour moi, si tu voulais faire un personnage "normal", tu aurais dû faire de son père un citoyen ordinaire qui se fait tuer sans aucune raison. Je pense que ça aurait renforcé ton récit.

Enfin, je n'ai guère apprécié le dernier paragraphe avec le panégérique des Skywalker et la multitudes de références aux films et aux livres. Vu que tu écrit à la 1ère personne, je trouve que ton personnage en sait bien trop sur l'histoire des Skywalker et sur l'Histoire de la galaxie. Je pense que le citoyen ordinaire (donc normal) ignorerait que Anakin Skywalker ait été vu sur Mustaphar, qu'Obi-Wan Kenobi se serait terrer pendant 20 ans sur Tatooine pour veiller sur le jeune Luke Skywalker et qu'il connaisse les noms de tous les Jedi ayant combattu l'Empire durant les années de règne de Palpatine.
Au fait, la main de Luke qui est exposé, c'est vrai ou c'est une invention de ta part? Si c'est vrai, je l'ignorais. Si c'est une invention de ta part, je ne l'apprécie guère.
En résumé, tout cela pour dire que tous ces clins d'oeils aux films et à l'UE desservent la "normalité" de ton personnage et donc tes intentions initiales.

En conclusion, je dirais que c'est une histoire sympathique à lire, qui est un bon premier écrit mais qui toutefois ne m'a pas laissé bouche bée par sa grande originalité. Moi-même, j'ai déjà écrit des nouvelles à l'issue tragique et je ne suis pas le seul dans le cas. En tout cas, j'suis d'accord avec toi, c'est très jouissif de décrire la cruauté de l'Empereur! :diable:

J'ai donné donc mon avis en toute franchise et j'espère que mes remarques ne t'ont pas froissé. Ce n'était pas le but! :wink:

Oiki Ran, le Ktâh qui te souhaite bonne chance pour ta prochaine histoire!!

PS: L'issue du récit était toutefois assez prévisible, ça se saurait si on pouvait abattre un Sith à distance! :D

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Jeu 14 Jan 2010 - 21:37
par wedge25
L'Antiquaire a écrit:Un super gros merci Wedge25. C'est le genre de choses qui me donne envie de retourner de suite à ma plume...

Sinon, je me répète mais j'ai adoré ton histoire :lol: et j'attends la prochaine avec impatience.


Justement, une autre est en préparation


Cool, ayant adoré la première, je vais guetter le topic jusqu'à ce que tu postes cette nouvelle histoire. :D

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Ven 15 Jan 2010 - 12:05
par L'Antiquaire
Merci Oiki Ran, pour tes commentaires, forts bien construits.

Pour te répondre:

Je pense que le citoyen ordinaire (donc normal) ignorerait que Anakin Skywalker ait été vu sur Mustaphar


Peut-être pas, avec l'explication que j'en donne. Tout le monde aura entendu parler de la défaite finale des séparatistes là-bas (du clan ayant survécu à Grievous et Dooku) S'ils avaient réellement fait ce que j'ai décrit, à savoir envoyer un message désespéré avant leur fin inéluctable, ils auraient pu avoir l'impression d'obtenir une victoire d'outre-tombe, en fichant un coup au moral des gens en annonçant la mort de Skywalker comme les séparatistes l'avaient fait en répandant la nouvelle de l'enlèvement de Palpatine dans "Le Labyrinthe du Mal".

Et puis, Skywalker est quand même mort sur Mustaphar un peu plus que sur Coruscant, après s'en être pris à Padmé et avoir combattu Obi-Wan. Ça laissait un sens caché de vérité sur ce paragraphe...

qu'Obi-Wan Kenobi se serait terrer pendant 20 ans


Ça c'est purement un avis personnel mais j'y tenais. Je ne supporte pas qu'on ait cherché à faire vivre de nouvelles aventures à Obi-Wan alors qu'il est censé être sur Tatooine. Je ne reconnais pas la série "Last of the Jedi" par exemple.

les noms de tous les Jedi ayant combattu l'Empire durant les années de règne de Palpatine.


Il ne les connaît pas (je ne vois pas ce qui t'en donne l'impression) Pas tous en tout cas. Pour ceux dont je reconnais l'existence, Roan Shryne..., je précise que la propagande de Palpatine se fait un devoir de mentionner leur nom au reste de la galaxie pour bien dire: ils ont perdu. Pour en fiche en coup au moral de ceux qui espérent le retour des Jedi :roll:

Pour ceux dont je dis "ils n'existent pas" (comme la cuillère :D ), Dass Jennir par exemple, je mentionne ici mon désaccord, sous prétexte qu'on s'attaque maintenant à la période entre les Episodes III et IV, de voir la liste des Jedi
survivants s'allonger comme par magie, par l'arrivée de nouveaux Jedi qui n'ont jamais existé avant ça et sur lesquels on va venir broder une histoire pour justifier d'une existence antérieure. Et puis, le coup des têtes de Styracosaures...

C'est trop facile. L'Ordre 66, C'EST la grande Purge. OK pour Obi-Wan et Yoda qui survivent, mais à force d'inventer de nouveaux Jedi, ça ne devient plus crédible. puisque les soldats de Palpatine, d'élite ou non, ne manipulent pas la force, ils ne pourraient avoir le dessus sur tous ces Jedi survivants s'ils venaient à s'unir, et rien ne pourrait empêcher la destitution de Palpatine, bien avant que Luke et Vador ne le battent.

On a quand même 23 ans ininterrompus de dictature. L'Empereur ne peut donc pas être menacé par des survivants pouvant manipuler la force à quasiment chaque année de règne. Surtout s'ils sont capables de pouvoirs à la Starkiller ou sous prétexte d'avoir été membres du conseil (Shaak Ti)

On a eu Roan Shryne et un groupe de Jedi sur la planète des Wookies, juste au moment de l'ascension de Vador, alors qu'il trouvait encore ses marques. Et ensuite un autre groupe de Jedi dans "Purge". Maintenant, on en est à un Purge 3, sans compter des survivants ici et là, même isolés. Sans oublier, bien sûr, les sensibles à la Force qui se découvrent en tant que tels même s'ils ne sont pas formés. Ça va bien là, faut arrêter !

Pour moi, l'espace de ce règne de Palpatine, et pour renforcer la toute-puissance de l'Empire, de l'Empereur et de son laquais, la Force doit disparaître, être éradiquée en même temps que ses porteurs, depuis le début du règne. Qu'on y laisse juste Obi-Wan et Yoda, et la promesse de Luke, descendant de Vador; cela suffit! La Force attend son heure. :grrr:

Au fait, la main de Luke qui est exposé, c'est vrai ou c'est une invention de ta part?


J'ai suivi la Chronique Oubliée: "Le Trophée de l'Empereur" (qui servait d'introduction aux "Ombres de l'Empire" aussi) et oui, le fait de l'exposer, c'est de moi. Ca renforce la noirceur du personnage (Hitler n'aurait pas hésité à faire de même), et puis, dans un contexte où l'Empereur voyait remis en question sa domination par la destruction de l'Etoile Noire et l'entraînement d'un nouveau Jedi - Luke - , exposer la main tranchée aurait suffi à faire perdre espoir au peuple...

On est à l'âge d'or de Palpatine. Comment être crédible sur le pouvoir qu'il a acquis et rendre hommage à son plan génial pour s'emparer de la république si on cherche à diminuer sa noirceur après coup?

Et puis, on sait qu'il a une collection privée. Pourquoi ne se servirait-il pas de certains artefacts pour renforcer son pouvoir?

Et puis, j'ai découvert que, parce qu'il était occupé aux préparatifs de la Seconde Etoile Noire, il ne s'était plus du tout montré en public depuis deux ans, dédaignant les festivités du calendrier Impérial. Ça m'a permis d'introduire une exception. Le motif me semblait suffisamment important.

Pour moi, si tu voulais faire un personnage "normal", tu aurais dû faire de son père un citoyen ordinaire qui se fait tuer sans aucune raison. Je pense que ça aurait renforcé ton récit.


Même dans un récit comme ça, quand on navigue dans l'univers Star Wars, on ne poeut pas faire l'économie que de mentionner certains "grands" personnages. Mais au moins, il ne combat pas avec eux, il n'est pas aidé par le héros qu'il lui faut justement comme par magie pour cette situation donnée. Il est seul. Il ne sera pas aidé.

un personnage "normal"


Jen est "normal". Il n'a pas de super-pouvoirs, ne manie pas de sabres ou de blaster avec dextérité, n'excelle pas avec un manche à balai, ne sait pas se battre à mains nues (c'est un enfant qui plus est)... Il fait normal parce qu'il fait partie des anonymes jamais mentionnés qui font la vraie population d'une galaxie entière. Les histoires qu'on développe traditionnellement sur Star Wars, elles, mettent toutes - ou presque - en avant des personnages anormaux mais dont tout le monde redemande.

Combien d'histoires à la "Nightlily: the Lover's Tale " trouve-t-on pour, à côté, ces innombrables histoires de héros en tous genres? Avec "Jen", j'ai aussi voulu attirer l'attention là-dessus. Et je me sens plus à l'aise à écrire ainsi. Je laisse les héros aux autres.

En résumé, tout cela pour dire que tous ces clins d'oeils aux films et à l'UE desservent la "normalité" de ton personnage et donc tes intentions initiales.


C'était juste parce que je ne pouvais pas faire l'économie de moi, fan qui fustige certaines directions ignominieuses dans lesquelles part la licence. Maintenant qu'il est ouvertement dit qu'on s'en fiche de ce qui est canon, tant que l'histoire est bonne et surtout fait vendre, je compose ma propre chronologie. pourquoi pas?

Pour moi, exit "Dark times", exit "Purge". :pfff: En remplacement, bienvenue à "In the Shadows" (que j'écoutais pendant que j'écrivais la nouvelle), au "Trophée de l'Empereur", à "The Force Unleashed" (uniquement parce que le "trick" final concernant qui a formé l'apprenti secret a sauvé la donne sinon, tout comme je pense que Anakin Skywalker ne peut pas avoir d'apprenti - et donc je jette au piloris TCW - je pense aussi que Dark Vador ne peut pas avoir d'apprenti), et bien sûr, bienvenue d'abord et avant tout aux "Ombres de l'Empire", pierre angulaire de l'édifice. :hello:

le père côtoye l'Empereur


Le père ne côtoie pas l'Empereur. Il se fait convoquer, parce que victime d'une cabale organisée par son cousin Kren, un arriviste de première. Si ce dernier n'avait pas voulu augmenter son pouvoir au détriment du père de Jen, celui-ci n'aurait pas rencontré l'Empereur et rien ne serait arrivé. Il me fallait bien une excuse pour amener l'Empereur.

Et l'autre:

Celles-ci circulent, persistantes, comme les nuées de vaisseaux qui quadrillent inlassablement le ciel de la planète, un ciel éternellement gris crevé de tours sur lesquelles la nuit courent les lueurs hideusement déformées des lumières du ballet perpétuel de ces machines en suspension.



Là, il manque deux virgules (j'sais, j'suis jamais content) qui sont absolument nécessaire à la compréhension de la phrase. Vraiment, je suis resté bloqué 30 secondes sur cette phrase avant de comprendre son sens! :x


Effet de style, poussé à l'extrême (j'en conviens) pour décrire avec des mots (cela aurait plus facile avec des images) le décor noir d'un Coruscant sous domination impériale qui ne fait qu'encourager la mélancolie de ses habitants, écrasés par le joug d'un Empereur maléfique. Par contre, je ne vois pas pour les virgules...

j'suis d'accord avec toi, c'est très jouissif de décrire la cruauté de l'Empereur!


Puisse toute sa noirceur et celle de son apprenti enfin éclater dans toute leur splendeur dans la série Live ! :diable: Puissions-nous enfin montrer un Vador qui n'échoue pas avant l'Episode IV, et un Palpatine plus manipulateur que jamais.

cette forme n'aurait pas tenu pour un roman


C'est certain. Tout un roman d'introspection? Ca ne marcherait pas dans Star Wars. la duologie "Moi, Jedi" a bien dû jongler entre récit classique et présentation à la 1ère personne. 300 pages de pensées? Dur. :paf:

Les points, c'est le même tarif que les virgules! :grrr: :D


Aie, ça fait mal ! :paf: :transpire:

J'ai donné donc mon avis en toute franchise et j'espère que mes
remarques ne t'ont pas froissé. Ce n'était pas le but! :wink:


En aucune façon.

Oiki Ran, le Ktâh qui te souhaite bonne chance pour ta prochaine histoire!!


Merci ! :)


Cool, ayant adoré la première, je vais guetter le topic jusqu'à ce que tu postes cette nouvelle histoire. :D


Entendu. Mais je te rappelle: ça n'aura rien à voir. Ce sera encore plus en décalage, c'est tout.

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Ven 15 Jan 2010 - 14:17
par Oiki Ran
Bonjour,

Merci Oiki Ran, pour tes commentaires, forts bien construits.


Merci :oops: ... Vu qu'un tel commentaire me plait (construit et détaillé), j'essaye de faire pareil lorsque je critique les autres. :wink:

Peut-être pas, avec l'explication que j'en donne. Tout le monde aura entendu parler de la défaite finale des séparatistes là-bas (du clan ayant survécu à Grievous et Dooku) S'ils avaient réellement fait ce que j'ai décrit, à savoir envoyer un message désespéré avant leur fin inéluctable, ils auraient pu avoir l'impression d'obtenir une victoire d'outre-tombe, en fichant un coup au moral des gens en annonçant la mort de Skywalker comme les séparatistes l'avaient fait en répandant la nouvelle de l'enlèvement de Palpatine dans "Le Labyrinthe du Mal".


Mouais, je reste tout de même dubitatif... Je préfère que Palpy reste énigmatique sur les circonstances de sa mort, accusant peut-être les Jedi qui ont voulu le renverser. Mais bon, ta version tient aussi la route.

Ça c'est purement un avis personnel mais j'y tenais. Je ne supporte pas qu'on ait cherché à faire vivre de nouvelles aventures à Obi-Wan alors qu'il est censé être sur Tatooine. Je ne reconnais pas la série "Last of the Jedi" par exemple.


Je suis d'accord avec toi, mais je pense que Palpatine aurait plus à gagner à le faire croire mort en même temps qu'Anakin Skywalker, car lui aussi était un héros de la Guerre des Clones. En fait, je trouve pas cela crédible, pour un citoyen normal, que Jen sache que Kenobi se soit caché pendant 20 ans pour veiller sur Luke. Là, où je suis d'accord, c'est qu'Obi-Wan se soit contenté de veiller sur Luke tout en se faisant le plus discret possible.

Pour moi, l'espace de ce règne de Palpatine, et pour renforcer la toute-puissance de l'Empire, de l'Empereur et de son laquais, la Force doit disparaître, être éradiquée en même temps que ses porteurs, depuis le début du règne. Qu'on y laisse juste Obi-Wan et Yoda, et la promesse de Luke, descendant de Vador; cela suffit! La Force attend son heure. :grrr:


Je partage la même opinion que toi, j'en ai marre de tous ces Jedi qui ont survécu à l'Ordre 66... Par contre, moi, pour montrer mon désaccord, je n'en aurais mentionné aucun. Toi, tu as préféré de dire que c'était des légendes, nous avons deux approches différentes pour le même sujet.

Et puis, on sait qu'il a une collection privée. Pourquoi ne se servirait-il pas de certains artefacts pour renforcer son pouvoir?


Ton point d'orgue c'est les Ombres de l'Empire (j'ai bien suivi :D ), moi c'est la trilogie de Thrawn. Or, révéler à la galaxie entière qu'il a la main de Luke, ça gache la surprise de la trilo de Thrawn. Surtout que je vois mal Vador aller récupérer la main de son fils, surtout après la proposition qu'il venait de lui faire.
J'ai toujours eu l'impression que Palpatine l'avait récupérée dans le plus grand secret et l'avait ensuite déposée sur Wayland. Ca aurait été un trophée personnel, mais qu'il n'aurait jamais voulu montrer à personne d'autre. C'est parce qu'il était capable de dissimuler cet élément à tous, même son plus fidèle serviteur, qu'il se sentirait vraiment tout puissant. De plus, pour moi, ça illustre aussi qu'il n'était pas dupe de la proposition de Vador à son fils. Ainsi, il sait que Vador a voulu le trahir et en même temps il récupère un trophée que Vador croit irrécupérable. Donc, ça conforte Palpatine dans sa vision d'être le dictateur absolu. Seulement, à l'inverse des Etoiles Noires qui sont là pour impressionner la population et ses soldats, le fait de posséder cette main quant à lui, c'est seulement de la satisfaction personnelle la rendant inutile à dévoiler au public.
Vala, c'est ma vision des choses.

Même dans un récit comme ça, quand on navigue dans l'univers Star Wars, on ne poeut pas faire l'économie que de mentionner certains "grands" personnages. Mais au moins, il ne combat pas avec eux, il n'est pas aidé par le héros qu'il lui faut justement comme par magie pour cette situation donnée. Il est seul. Il ne sera pas aidé.


Mais il croise Palpatine (une seule fois), Xizor (qui le juge suffisament menaçant pour l'éliminer) et Bail Organa (qui le juge suffisament digne de confiance pour lui proposer de joindre la Rébellion). Or, à mes yeux, ces trois points le font sortir du citoyen ordinaire qui n'aura jamais croiser ces trois illustres personnages dans toutes leur vie.
Donc, oui il ne les combat pas, ni n'est aidé, par contre il croise leur chemin et il est suffisament important pour que ces trois personnages s'arrêtent sur son cas.
Donc oui, tu pouvais les nommer dans ton histoire, par contre tu aurais pu garder une certaine distance entre eux et lui.

Jen est "normal". Il n'a pas de super-pouvoirs, ne manie pas de sabres ou de blaster avec dextérité, n'excelle pas avec un manche à balai, ne sait pas se battre à mains nues (c'est un enfant qui plus est)... Il fait normal parce qu'il fait partie des anonymes jamais mentionnés qui font la vraie population d'une galaxie entière. Les histoires qu'on développe traditionnellement sur Star Wars, elles, mettent toutes - ou presque - en avant des personnages anormaux mais dont tout le monde redemande.

Combien d'histoires à la "Nightlily: the Lover's Tale " trouve-t-on pour, à côté, ces innombrables histoires de héros en tous genres? Avec "Jen", j'ai aussi voulu attirer l'attention là-dessus. Et je me sens plus à l'aise à écrire ainsi. Je laisse les héros aux autres.


Je comprends ce que tu veux dire. Certes, au niveau des écrits professionnels, tu as raison, on s'intéresse peu au personnage ordinaire (sans doute parce que c'est moins intéressant et moins vendeur); par contre, au niveau fan fictions, tu n'es pas la première personne à vouloir t'intéresser aux personnes ordinnaires.

Ton histoire me rappelle un histoire que j'ai écrit il y a quelques années concernant un adolescent qui entrait dans la rébellion simplement car il avait le béguin pour une fille. Au premier combats, tout ses compagnons se faisaient tuer et lui, terrifié, ne tirait pas un seul coup de feu. Il était arrêté et condamner à mort par exécution publique. A la fin, il était exécuté et n'avait jamais revu la fille qui sans doute ne l'avait jamais aimée. Tout ce que savait ce garçon, c'est que la Rébellion avait gagné à Endor, mais ce ne fut pas le cas chez lui.
Or, il ne s'agissait que d'un exemple personnel, je suis sûr que pleins d'amateurs ont un jour écrit ce genre d'histoire. D'ailleurs, c'est un des plaisirs de la fan fiction: pouvoir explorer ce qui n'a que trop rarement été fait au niveau officiel!

C'était juste parce que je ne pouvais pas faire l'économie de moi, fan qui fustige certaines directions ignominieuses dans lesquelles part la licence. Maintenant qu'il est ouvertement dit qu'on s'en fiche de ce qui est canon, tant que l'histoire est bonne et surtout fait vendre, je compose ma propre chronologie. pourquoi pas?


Je partage la même démarche que toi... L'UE me déplait très sérieusement ces derniers temps, et tout comme toi je prends un certain plaisir à créer mon propre univers dans cet univers! :wink:

Le père ne côtoie pas l'Empereur. Il se fait convoquer, parce que victime d'une cabale organisée par son cousin Kren, un arriviste de première. Si ce dernier n'avait pas voulu augmenter son pouvoir au détriment du père de Jen, celui-ci n'aurait pas rencontré l'Empereur et rien ne serait arrivé. Il me fallait bien une excuse pour amener l'Empereur.


Je crois que ce n'est pas à la portée du premier citoyen d'être convoqué par l'Empereur à la première dénonciation venue. Pour moi, un citoyen ordinaire se fait tuer par des stormtrooper sans que l'Empereur n'en sache rien vu qu'il a bien d'autres affaires plus importantes à traiter.
Si, le père était mort suite à l'intervention de stormtrooper, rien n'empêchait à Jen de vouloir la peau de Palpatine car après tout les stormtroopers ne font qu'obéir aux ordres de l'Empereur...

Par contre, je ne vois pas pour les virgules...


Oiki, donc voici la réponse:
Celles-ci circulent, persistantes, comme les nuées de vaisseaux qui quadrillent inlassablement le ciel de la planète, un ciel éternellement gris crevé de tours sur lesquelles, la nuit, courent les lueurs hideusement déformées des lumières du ballet perpétuel de ces machines en suspension.

Sans cela, on croit que c'est la nuit qui court sur les tours et non les lueurs :wink:

Oiki Ran, le Ktâh qui une fois de plus s'est laissé allé à une réponse fleuve!!

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Ven 15 Jan 2010 - 16:59
par Notsil
Celles-ci circulent, persistantes, comme les nuées de vaisseaux qui quadrillent inlassablement le ciel de la planète, un ciel éternellement gris crevé de tours sur lesquelles, la nuit, courent les lueurs hideusement déformées des lumières du ballet perpétuel de ces machines en suspension.

Sans cela, on croit que c'est la nuit qui court sur les tours et non les lueurs :wink:


->si c'était la nuit le sujet, ça serait "court" et pas "courent" ^^ donc on voyait bien qu'il s'agissait des lueurs ;)
Après on a tous notre style d'écriture, nos petits tics et manies ^^ On nous donnerait la même image à décrire, on aurait tous un texte différent : c'est ça qui est beau :)

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Ven 15 Jan 2010 - 21:23
par Oiki Ran
->si c'était la nuit le sujet, ça serait "court" et pas "courent" ^^ donc on voyait bien qu'il s'agissait des lueurs :wink:


Certes, c'est d'ailleurs grâce à cela que j'ai fini par comprendre le sens de la phrase. En plaçant directement les virgules, je n'aurait pas eu ce problème. Surtout que malgré ses corrections, l'auteur pouvait toujours avoir commis une faute de grammaire.

Je ne critique pas le style employé, chacun le sien, mais simplement le fait qu'il y a des règles à bien employer et dans ce cas-ci, où il y a inversion entre le verbe et le sujet, cela facilite vraiment la compréhension de la phrase. D'ailleurs, il ne faut pas oublier que lorsqu'on écrit, le premier but est pas de faire de jolies phrases mais de se faire comprendre du lecteur. Si tu fais des phrases jolies et qu'elles sont compréhensibles, c'est encore mieux mais pas à la portée de tout le monde.

Notsil, j'ai fait lire les deux phrases par deux personnes différentes, une qui à l'habitude de lire (et qui a plus d'expérience que toi) et une qui n'a pas l'habitude de lire, ben la conclusion fut la même: "mes" virgules facilitent amplement la compréhension de la phrase. Donc, j'ignore si l'omission de ces virgules constitue une faute de français ou pas, par contre ça rend la phrase beaucoup moins compréhensible.
Donc, au lieu d'essayer de me contredire, pourquoi ne rattraperais-tu pas ton retard sur les Anges :P

Oiki Ran, le Ktâh qui tient à la bonne utilisation des virgules!! :diable:

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Sam 16 Jan 2010 - 19:28
par L'Antiquaire
Alors, entre deux lancers de virgules (je baisse la tête pour les éviter :D ), je prends plaisir à te répondre Oiki Ran:

Je préfère que Palpy reste énigmatique sur les circonstances de sa mort, accusant peut-être les Jedi qui ont voulu le renverser. Mais bon, ta version tient aussi la route.


Je n'avais pas imaginé cela comme un ordre ou même un souhait de Palpatine. C'était plus une initiative de la part de Gunray et des autres, le dernier geste désespéré et irréfléchi d'un irréductible qui se sait condamné mais ne veut pas admettre sa défaite. Mais c'est aussi juste un extra :)

Je crois que ce n'est pas à la portée du premier citoyen d'être convoqué par l'Empereur à la première dénonciation venue.


Mais tout le monde n'a pas Kren Blista-Vanee comme cousin (j'avais vraiment envie aussi d'impliquer un des dignitaires royaux, mais je n'avais pas trouvé les noms de ceux présents dans ROTJ. On m'a donné le nom de Kren, après quelques recherhces, ça marchait.

J'ai pensé aussi aux circonstances: la discussion Palpatine / Xizor (point de départ de SOTE, donc point de départ obligé de ma nouvelle, je voulais faire voir que j'avais compris ce passage comme étant un piège très tentant pour le Falleen dans lequel il tombe irrésistiblement, la faute à sa soif de pouvoir...)

Il y a un double motif: la trahison de Kren et le fait que le père capte les pensées de Xizor (ce dont Palpatine se sera rendu compte sans rien en dévoiler, bien sûr, personnage omniscient oblige :diable: )

Je partage la même démarche que toi... L'UE me déplait très sérieusement ces derniers temps, et tout comme toi je prends un certain plaisir à créer mon propre univers dans cet univers! :wink:


Toujours chercher à faire vendre salit la franchise, aussi bien pour les fans que ceux qui ne le sont pas. Fan des premières heures où la chronologie faisait l'objet d'un traitement de rigueur, j'aspire à revenir à cette démarche. C'est bon de se sentir compris.

Ton histoire me rappelle un histoire que j'ai écrit il y a quelques années concernant un adolescent qui entrait dans la rébellion simplement car il avait le béguin pour une fille. Au premier combats, tout ses compagnons se faisaient tuer et lui, terrifié, ne tirait pas un seul coup de feu. Il était arrêté et condamner à mort par exécution publique. A la fin, il était exécuté et n'avait jamais revu la fille qui sans doute ne l'avait jamais aimée. Tout ce que savait ce garçon, c'est que la Rébellion avait gagné à Endor, mais ce ne fut pas le cas chez lui.


Tu peux me donner le titre et le lien de cette Fan-Fiction stp? Je la lirai avec plaisir. Elle prend la tournure que j'affectionne... :diable:

Xizor (qui le juge suffisament menaçant pour l'éliminer) et Bail Organa (qui le juge suffisament digne de confiance pour lui proposer de joindre la Rébellion)


Ça, c'est le père, et quand cela arrive avec Organa (2 ans parès TFU), il faut considérer l'âge de Jen: il n'est qu'un gosse qui est là, parce que vivant avec son père. Et j'aurai dû préciser que le père refuse l'offre d'Organa (sinon, ça faisait de lui un rebelle, alors que je ne le voulais pas)

Surtout que je vois mal Vador aller récupérer la main de son fils


J'ai trouvé l'explication de la Chronique Oubliée "Le Trophée de l'Empereur" très convaincante (je la considère d'ailleurs comme canon en lieu et place de la BD "Le Sabre Perdu" dans La Saga en BD numéro 22) Une humiuliation supplémentaire infligée à Vador par son maître (c'est certain qu'il ferait ça de toute façon, il aime trop le "taquiner" :diable: )

l'avait ensuite déposée sur Wayland


C'est vrai. on ne sait pas où est sa collection privée. J'ai peut-être eu tendance à en déduire trop automatiquement qu'elle était au fin fond de son château sur Coruscant. :)

Ton point d'orgue c'est les Ombres de l'Empire (j'ai bien suivi :D ), moi c'est la trilogie de Thrawn


J'avoue :oops: oui. Quoique je respecte ANH comme an 0 et la chrono imposée par les films, tout de même. En ce qui concerne la trilogie de Thrawn, je vais faire grincer des dents: je n'aime pas. Pas en roman du moins. Je reconnais que l'histoire était très recherchée et digne d'être portée à l'écran comme Episodes VII, VIII et IX, mais bon. Le Jedi cloné, déjà, je ne l'aime pas (et je n'ai pas aimé non plus "Vol Vers L'Infini") Faudrait que je laisse de nouveau sa chance à cette trilogie, parce que Thrawn lui-même est un personnage excellent ! Et puis, à tout seigneur tout honneur, cette trilogie a été la première pierre de l'UE. Elle mérite bien que j'y retourne. Ça me donnera l'occasion d'essayer de sauver quelque chose de ce marasme d'histoires de revival impérial qui composent la période Nouvelle République (je n'ai gardé que "Crimson Empire" vol.1 et "L'Empire des Ténèbres"), jusqu'à l'arrivée des Vong.

C'est parce qu'il était capable de dissimuler cet élément à tous, même son plus fidèle serviteur, qu'il se sentirait vraiment tout puissant


C'est déjà le cas (le coup des "Mains de l'Empereur"), la garde noire de Jedi brisés (si on en croit TFU) et il me semble que dans SOTE, Vador sent bien que l'Empereur a toujours une longueur d'avance (avec ses espions)

"J'ai de nombreux pions à ma disposition" lui dit-il dans le Destin de Dark Vador (série "Côté Obscur" Tome 5, l'histoire avec la Femme Sombre) Dans ESB, c'est l'Empereur qui lui parle de son fils (et il marque une pause délibérée quand Vador soumet l'idée de le convertir) A mon sens, avant de lui en toucher deux mots, il a déjà anticipé que son apprenti émettra cette suggestion. C'est une façon de le tester: la voie des Sith étant la trahison, Vador a-t-il cette idée dans la tête? Il vaut mieux s'assurer de ses intentions. Et hop, on place Luke en tant qu'appât dans la conversation pour voir si il y mord.

Surtout qu'avec TFU, il y a maintenant un précédent. Le plan de Palpatine avec l'apprenti secret n'aurait-il pas éveillé une véritable envie chez Vador de se trouver un allié dans le but de destituer l'Empereur? Je serai ce dernier, je m'en assurerai... :x

Je pense que Vador le sait, de tout façon. Il a de trop nombreuses joutes verbales avec l'Empereur, qui use de finesses sans égal, pour ne pas se rendre compte qu'il ne peut pas avoir de secret pour lui. Cela a commencé avec sa séduction au Côté Obscur sur Coruscant, avec la mention de Padmé ("et tu seras capable de sauver ta femme... d'une mort certaine") Même si le roman ROTS rajoute qu'il connaît des membres du clergé de Naboo (et donc qu'il est conscient de leur mariage), il y a d'autres exemples au fil des récits où Palpatine anticipe ses pensées. Dans les dernières pages de "Purge" par exemple, où Vador culpabilise de la version exagérée que veux donner Palpatine des Jedi tués, ou bien encore quand l'Empereur sait raviver des pensées d'esclavagisme - que haïssait petit Anakin - dans je ne sais plus quelle histoire (faut que je retrouve le titre d'ailleurs)

Vala, c'est ma vision des choses.


Et on a chacun les nôtres, c'est pour cela que les forums existent et qu'on prend plaisir à venir échanger ses idées...

Je partage la même opinion que toi, j'en ai marre de tous ces Jedi qui ont survécu à l'Ordre 66... Par contre, moi, pour montrer mon désaccord, je n'en aurais mentionné aucun. Toi, tu as préféré de dire que c'était des légendes, nous avons deux approches différentes pour le même sujet.


C'est vrai que le nom des Jedi mentionné, c'est moi, l'auteur, qui les dit, et non Jen, le narrateur. Techniquement, je n'avais rien à faire dans le récit mais je devais pousser mon coup de gueule. Jen, lui, ne pouvait en aucun cas savoir pour ces gens-là. Après ça, en faire des légendes devenait le seul prétexte possible pour amener ces noms. juste un choix narratif. Mea Culpa à ceux que j'ai froissé avec mes opinions personnelles.

Là, où je suis d'accord, c'est qu'Obi-Wan se soit contenté de veiller sur Luke tout en se faisant le plus discret possible.


Ben oui. C'est une idée originale ça, un Jedi exilé pendant 20 ans sur une planète poussiéreuse, et qui n'en bouge pas.

Pour les virgules: je vois ce que tu veux dire. Si on en met à "la nuit", on met en emphase. Le sens c'était que Coruscant est plongé dans la noirceur des Sith et que toute espoir de lumière est déformé, n'arrive pas à se fixer pour chasser cette nuit. C'est la nuit qui manipule encore la lumière et la rend grossière. L'espoir a encore besoin d'être façonné.

Le ballet perpétuel des véhicules qui passent a quelque chose d'irréductiblement insistant, comme un renouveau, mais chaque nouvelle lumière apportée échoue dans sa tâche de ramener ne serait-ce qu'une lueur d'espoir.

Je ne sais pas pourquoi j'ai raté ça... :(

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Sam 16 Jan 2010 - 20:14
par Oiki Ran
Salut,

Fan des premières heures où la chronologie faisait l'objet d'un traitement de rigueur, j'aspire à revenir à cette démarche. C'est bon de se sentir compris.


N'étant pas un intégriste de la chronologie, c'est plutôt la médiocrité des histoires qui m'a fait fuire les médias UEesque récents.

Tu peux me donner le titre et le lien de cette Fan-Fiction stp? Je la lirai avec plaisir. Elle prend la tournure que j'affectionne...


Elle se trouve sur le site, dans la section fanfictions, dans le recueil SWU n°2 concernant la mort de l'Empereur. Le titre de l'histoire est: Loin d'Endor. Je te conseille de parcourir les différents recueils qui rassemblent des nouvelles autour d'un thème donné. Tu pourras ainsi découvrir des auteurs qui sont toujours présent ou d'autres qui ont déserté la section.
C'est un plaisir de participer à ces recueils car ça sort de ses histoires habituelles et permet d'explorer de nouvelles directions.

Ça, c'est le père, et quand cela arrive avec Organa (2 ans parès TFU), il faut considérer l'âge de Jen: il n'est qu'un gosse qui est là, parce que vivant avec son père. Et j'aurai dû préciser que le père refuse l'offre d'Organa (sinon, ça faisait de lui un rebelle, alors que je ne le voulais pas)


Justement, je trouve que les relations du père désservent la "normalité" du fils. Oui, il ne connait pas tous ces gens, mais le fait que son père les connaisse le sort de la "normalité". Pour le gars normal, son père ne connait Bail Organa que via l'holonet.

En ce qui concerne la trilogie de Thrawn, je vais faire grincer des dents: je n'aime pas. Pas en roman du moins. Je reconnais que l'histoire était très recherchée et digne d'être portée à l'écran comme Episodes VII, VIII et IX, mais bon. Le Jedi cloné, déjà, je ne l'aime pas (et je n'ai pas aimé non plus "Vol Vers L'Infini")


Je te rassure, j'ai beau être fan de la trilogie de Thrawn, je ne suis pas fan du Vol vers l'Infini (Thrawn est beaucoup trop gentil, même si j'ai adoré le traitement de l'apprentie de C'Baoth). Quant au Jedi cloné, c'est clair que vu ce qu'on sait actuellement, ça ne va pas trop, mais il faut pas oublier que ces livres datent de presque 20 ans et Georgie n'avait aucune idée claire du clonage ou de la Guerre des Clones. Donc, pour moi ce sont des circonstances atténuantes... Et puis, cette trilogie a introduit des personnages cultes :love: !

C'est vrai que le nom des Jedi mentionné, c'est moi, l'auteur, qui les dit, et non Jen, le narrateur.


C'est un peu le problème d'écrire à la 1ère personne, l'auteur ne peut pas se dissocier de son narrateur. Ainsi, si tu pousses un coup de gueule, c'est comme si c'était ton narrateur qui le poussait. Je comprends ton besoin de râler (j'suis un grand râleur :grrr: ), mais la ça nuit à l'histoire et à l'objectif que tu t'étais donné.

Oiki Ran, le Ktâh qui te souhaite une bonne soirée!!

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Mer 20 Jan 2010 - 21:38
par xximus
Lu Jen aussi ! Je serai pas aussi long dans mes commentaires que tout ce qui précède ( :transpire: ),
juste pour te dire que j'ai trouvé ça plutôt chouette :) Alors certes il y a dès longueurs au niveau de la phrase par moment, mais c'est correctement écrit, la narration est entraînante et l'histoire imaginée a de nombreuses qualités...
Le finish fait évidemment très plaisir à la lecture (comme à l'écriture j'imagine), c'est sympa à lire.
Bref ! :)

Voilà !

:hello:

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Ven 22 Jan 2010 - 22:08
par Minos
J'ai quand même du mal à croire qu'un gamin de douze ans puisse être assez mature pour raisonner comme il le fait dans l'histoire, concernant la propagande de l'empire et la véracité des rumeurs sur les Jedi, notamment. Et puis la question qui tue : quand est-ce et où a-t-il appris à se servir d'un fusil-blaster (même s'il n'a pas l'occasion de le faire) ?

L'histoire est riche d'informations, peut-être un peu trop, d'ailleurs : elle aurait mérité un meilleur découpage, je pense, pour gagner en clarté.

Et il y a de drôles de tournures de phrases de temps en temps.

On pourrait ne pas le croire vu ce que je dis avant, mais j'ai bien aimé l'histoire. :paf:
On sent le travail en amont et les recherches. J'ai trouvé intéressant l'idée du père télépathe mais sans avoir de rapport avec la Force... et regretté de ne pas voir ce concept pourtant original ne pas être plus exploité.

Voilà pour moi ! :)

Re: [Au Stade des corrections] Jen (Fan Fiction période SOTE)

MessagePosté: Jeu 28 Jan 2010 - 16:55
par L'Antiquaire
Voulant terminer ma 2nde Fan-Fiction, j'avais un peu déserté la 1ère. j'y reviens:

N'étant pas un intégriste de la chronologie, c'est plutôt la médiocrité des histoires qui m'a fait fuire les médias UEesque récents.


C'est vrai aussi. Et comme je prends en compte l'aspect chronologie, je suis doublement déçu.

dans le recueil SWU n°2 concernant la mort de l'Empereur


Je m'en vais lire ça de ce pas. Avec un sujet pareil... :wink:

cette trilogie a introduit des personnages cultes :love: !


Bien sûr! Le Grand Amiral Thrawn a largement gagné ses galons comme personnage incontournable de l'UE.

mais la ça nuit à l'histoire et à l'objectif que tu t'étais donné.


Non justement; c'était un de mes buts que de glisser mes coups de gueule dans la nouvelle.

Alors certes il y a dès longueurs au niveau de la phrase par moment, mais c'est correctement écrit, la narration est entraînante et l'histoire imaginée a de nombreuses qualités...


Je vais entendre ça toute ma vie (au sujet des longueurs de phrase) Sinon, merci, c'est un commentaire sympa ! C'est toujours gratifiant. :)

J'ai quand même du mal à croire qu'un gamin de douze ans puisse être assez mature pour raisonner comme il le fait dans l'histoire, concernant la propagande de l'empire


Un gamin dont le dernier parent a été tué, livré à lui-même, à la rue, en plein cœur d'une Cité en proie à la dictature, à la "justice" arbitraire et où le Mal fait sa promotion sur affiches et autres écrans géants... Il y a de quoi tuer l'innocence d'un gosse, je pense.

J'ai trouvé intéressant l'idée du père télépathe mais sans avoir de rapport avec la Force


Obligé. Y en a marre des Jedi et des aspirants..

et regretté de ne pas voir ce concept pourtant original ne pas être plus exploité.


C'était ma 1ère Fan-Fiction. Je ne savais pas si je pouvais faire ça.