Sasha et l'escadron rouge [fin]

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 29 Aoû 2016 - 21:43   Sujet: Sasha et l'escadron rouge [fin]

Ah, la fin août ! La canicule, les fêtes, le mois de septembre qui pointe le bout de non nez et avec lui, la fin des vacances…
Sauf que je ne suis pas venu parler de ce sinistre avenir, mais de fanfics !


Il y a bien une suite à « Venom, le destin d'un pirate ».

Ou plutôt deux suites ! Deux suites qui se déroulent dans le même intervalle de temps, mais à des milliers de parsecs l'une de l'autre ;
Deux suites pour le prix d'une ! :hello:
Et des Guest Stars en prime! Lando Calrissian ou Jaïna Solo ( Monsieur Boba Fett a bien voulu, une nouvelle fois, faire un petit caméo dans une de mes réalisations, je l'en remercie humblement) :jap:

Grande promo d'automne ! Les pirates hissent le pavillon :
SOLDES

C'est pas beau, ça ? :D




Deux récits, dont voici les synopsis:


Synopsis : Sasha et l'escadron rouge

Spoiler: Afficher
À même pas 13 ans, Sasha Vega an-Herrion* a un lourd passé derrière lui : orphelin, esclave, enfant-soldat, espion, il a vu et fait pas mal de choses horribles… Son ancien maître, l'infâme pirate Venom n'hésitait pas à lui confier les missions les plus délicates : infiltrer le personnel d'une cantina, un équipage de contrebandiers, ou débarquer en éclaireur sur un monde hostile pour préparer un raid des commandos Reapers. Il appréciait surtout le talent particulier du gamin : flairer les embrouilles et le mensonge à dix parsecs à la ronde. Un don précieux pour des pirates.
Mais là, Venom lui a confié une mission très longue durée : étudier de l'intérieur la vie d'une paisible famille herrianne (c'est qu'il manque cruellement de données sur le sujet, l'ancien pirate).
Une mission dont le garçon s'acquitte avec brio et beaucoup de bonheur : il a de nouveau parents, des fermiers, qu'il adore. Avec eux, avec ses copains, il réapprend à vivre, à rire, à jouer.

Pourtant, tout n'est pas rose dans sa nouvelle vie : il doit retourner à l'école, obtenir de bonnes notes, aider ses parents à la ferme, s'occuper de sa petite sœur, contrecarrer les sinistres plans d'une puissante corpo qui a des vues sur sa planète. Voila qui fait des journées bien remplies !

Un représentant de la corporation ReHab a débarqué un jour sur Herrion avec une très généreuse proposition. Trop généreuse pour être honnête, selon Sasha pour qui cette affaire pue l'arnaque.
Mais Venom n'est pas là : qui, sur ce monde rural, écoutera les avertissements d'un garçonnet de douze ans qui en paraît moins? Ses copains et copines, bien sûr ! Il a sa petite bande à l'école, ancien et nouveaux amis : Jacsyn, Berylle, Thera, Milo, Mizar, Rigel, Corran. Des espions en herbe qui ne demandent qu'à participer à ce qui s'annonce comme un jeu palpitant ! Il peut également compter sur les jeunes pilotes de l'escadron Rouge, aussi doués pour les farces que pour les combats spatiaux. Mais ce qui a commencé comme un jeu pourrait prendre un tour plus sinistre.
D'autant plus que les cadres de la corpo grouillent à Herrion Ville, font beaucoup de promesses et distribuent énormément d'argent afin d'obtenir l'accord de l'assemblée planétaire. Le machiavélique chef de projet Marcona et ses droïdes comploteurs sont prêts à tout pour faire aboutir le contrat, y compris à la corruption, au meurtre et au coup de force !
Un gros morceau pour une bande de gamins qui jouent aux espions? Voire…
Sasha a été formé par le redoutable Venom : Vibro-lame, garrot ou blaster lourd ne lui font pas peur, il sait également en user ! Presque aussi bien que ses camarades Reapers, enfants-soldats et commandos en retraite (très) anticipée. Des retraités qui s'ennuient un peu et rêvent de reprendre du service !

Sasha est bien conscient de ses responsabilités : il n'est-il le seul représentant de la famille Herrion sur la planète ! Il doit protéger ses concitoyens ! Mais qui l'écoutera ?
Voxan, le directeur de la sécurité planétaire, qui suspecte lui aussi un coup fourré ?
Ve'sshhh, l'effrayant mais bienveillant Berger insectoïde, à qui l'on peut tout confier et qui est toujours de bon conseil ?
Ou alors ce vieux copain du vice-roi qui explore une planète gazeuse du système en quête de kobacite et d'autres gaz précieux: Lando Calrissian, LE Général Calrissian!
Ses parents ? De paisibles et inoffensifs fermiers, voyons ! Sasha ne veut surtout pas les mêler à sa petite guerre secrète. Il pourrait être surpris, pourtant…
Mais son soutien le plus sûr est SyDney, un droïde de combat pas comme les autres qui est aussi une armure intégrale. Le partenaire idéal pour un impitoyable guerrier déguisé en sage écolier !

* Markus Herrion l'a adopté en même temps que Thalia et Venom




Synopsis : Venom et le seigneur de la guerre. Euh... plus tard?


Que faire ?
Les publier en même temps, ( dans deux topics différents) en alternant un chapitre de l'une ou de l'autre chaque semaine ?
En proposer une (mais laquelle) et on verra pour l'autre ?
Tenter malgré tout la fusion ? (oui, mais casse-cou et 200 pages A4!!).
Essayer d'écrire autre chose ? J'y travaille, mais ce n'est pas du StarWars !
Abandonner mes vaines tentatives d'écriture et me retirer dans un monastère ? :cry:

Euh… À la réflexion, dans le dernier cas, je préférerais qu'il soit situé sur une petite île tropicale aux plages paradisiaques, le monastère ! Le Tibet, le Temple jedi ou Skellig Michael, très peu pour moi !
Avec des règles très, très souples, aussi. Si vous connaissez, faites-moi signe !


Oui, que faire ? :perplexe:
Au secours, Obi Wan Kenobi, vous êtes mon seul espoir !
Ou bien vous, estimés lecteurs, si mes récits ne vous ennuient pas trop !


EDIT 05/09/16

Après avoir recueilli l'avis d'une horde de Sith gentils , je me suis réuni en comité (avec moi-même) et nous avons décidé à l'unanimité ( moins une voix), que ce serait "Sasha et l'escadron rouge"!


Modifié en dernier par Ve'ssshhh le Lun 01 Mai 2017 - 21:58, modifié 18 fois.
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Lun 29 Aoû 2016 - 21:50   Sujet: Re: Une Nouvelle fanfic! ( Oui, mais laquelle?)

Un topic par histoire me parait plus approprié, ô prince des Bergers d'Herrion :wink: ! donc il te faudra ouvrir deux topic :whistle: ! sachant que ces deux topics ne doivent être crées en même temps sinon tu risques de paumer tes nouveaux lecteurs qui risquent de trouver La Brume encore plus brumeuse :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mer 31 Aoû 2016 - 19:44   Sujet: Re: Une Nouvelle fanfic! ( Oui, mais laquelle?)

Deux topics, donc! C'est ce que je pensais aussi.

Mais dois-je pour autant publier intégralement l' une avant de passer à l'autre?

Je pourrais aussi alterner sur les deux topics, par exemple:
- un chapitre de "Sasha et l'escadron rouge" les semaines paires
- un chapitre de "Venom et le seigneur de la guerre" les semaines impaires.

Trop compliqué? votre avis m'intéresse!

Une petite précision:
j'ai déjà présenté l'intégrale de " Venom et le seigneur de la guerre" sur un autre forum (mais je prépare une version réactualisée et corrigée), alors que je n'ai publié que des extraits de "Sasha et l'escadron rouge".
Les deux se trouvent par contre sur starwars inventions en format PDF.
( Je viens juste d'y publier le dernier opus en date: Complots sur Coruscant: l'affaire des mouettes à béton)

Mon objectif en les publiant sur ce forum serait donc de recueillir vos corrections et suggestions afin de les améliorer.
Le premier livre: Venom, le Destin d'un pirate s'est beaucoup amélioré et s'est considérablement enrichi grâce à ces commentaires et je continue à travailler sur le chapitre un, pas encore satisfaisant à mon goût. :cry:
( il faudrait d'ailleurs que je me décide à éditer un jour les nouvelles, nouvelles, nouvelles corrections) :transpire:
Qui est prêt à relever le défi?
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Mer 31 Aoû 2016 - 19:57   Sujet: Re: Une Nouvelle fanfic! ( Oui, mais laquelle?)

Ve'ssshhh a écrit:Deux topics, donc! C'est ce que je pensais aussi.

Mais dois-je pour autant publier intégralement l' une avant de passer à l'autre?


Oui absolument! En ce qui me concerne, c'est ce que je suis en train de faire (même si je n'ai pas encore beaucoup eu de commentaires sur ce que j'ai publié jusqu'à présent :cry:. Ceci étant, j'ai quand même des lecteurs, c'est déjà ça :D ).
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 05 Sep 2016 - 22:12   Sujet: Sasha et l'escadron rouge

Ceci étant, j'ai quand même des lecteurs, c'est déjà ça :D ).


C'est tout ce qui compte! même si, tu as bien raison, un petit commentaire de temps en temps, ça peut pas faire de mal et puis...


Donc, après avoir recueilli l'avis unanime de mat vador, voici:

Sasha et l'escadron rouge



Introduction

L'espace autour de Herrion fourmillait de vaisseaux ; la planète, trois ans après sa libération, était en pleine reconstruction.
Alors qu'il entamait sa descente, le représentant officiel de la très respectable «Tendrando arms », put constater que les herrians prenaient la sécurité très au sérieux : bien qu'il ait déjà été inspecté par une équipe de fouille, son transport fit encore l'objet de trois scans, pas un de moins.
Surveillé, mais privilégié, son transport n'eut pas à suivre la longue file de cargos: ils étaient nombreux à attendre qu'une place se libère sur le trop modeste astroport d'Herrion-Ville, mais les Gardiens d'Herrion lui donnaient systématiquement la priorité.
Il en conclut que sa cargaison devait être très attendue. Le représentant avait rendez-vous avec le conseiller Markus Vega an-Herrion (1), certainement un proche parent du vice-roi, chargé de la sécurité planétaire. Un homme riche, en tout cas, compte tenu du prix exorbitant de la cargaison.
Pendant la guerre, Tendrando Arms s'était taillé une belle réputation de fabricant de droïdes avec les célèbres Chasseurs de Yuuzan Vongs. Mais jamais la compagnie, -aucune compagnie- n'avait produit des droïdes comme ceux qu'il transportait.

La planète était peu peuplée et la nouvelle capitale, Herrion-Ville, était une toute petite cité, selon les normes galactiques. Mais elle possédait le seul astroport opérationnel de la planète. Les autres n'étaient plus que ruines. Ces dernières années, comme d'innombrables mondes de la galaxie, Herrion avait vécu des moments douloureux, enduré un génocide.
Cependant, les responsables n'étaient pas les extra-galactiques eux-mêmes, mais des citoyens de la république, des traîtres qui s'étaient mis à leur service. Leur chef Bokkor Hekken, surnommé le Boucher d'Herrion avait été capturé par des chasseurs de prime (2) et avait payé ses crimes. Devant des journalistes, le vice-roi Markus Herrion avait eu une phrase qui avait glacé d'effroi nombre de gens civilisés :
« Sur Herrion, on sait faire des nœuds de cravate qui serrent un peu trop le cou !» 
Le criminel avait été pendu, entouré des têtes de ses principaux complices.
Le vice-roi les avait ramenées de son expédition et fait planter sur des piques (2). Aux nombreux reproches exprimés pour cette méthode barbare, le vieil homme avait répliqué :
« les chambres de désintégration, c'est bon pour les mondes riches ! »

Le représentant avait dû remplacer au pied levé le Patron – le célèbre Lando Calrissian-, retenu par une affaire urgente. Avec des indigènes de ce calibre, il ne voulait surtout pas commettre de bourde et s'était bien documenté. Il relut ses notes une dernière fois :
Les Herrians, majoritairement fermiers ou éleveurs, préféraient vivre dans des villages ou de petits bourgs où tout le monde se connaissait.
Il y avait eu peu de grandes villes et elles n'existaient plus : la grande métropole du continent nord, ValVert avait été rasée et ses habitants offerts aux extra-galactiques. Idem pour Olympus et Virage. Quant aux belles cités touristiques, fiertés de la planète, elles étaient à l'abandon, leurs réseaux sanitaires, énergétiques, de transports, méthodiquement détruits lors du génocide.
Par contre, contrairement à d'autres mondes dévastés par la Vong-formation, les immenses et remarquables zones sauvages de la planète - 80 % de la surface habitable- n'avaient pas souffert. Les mystérieux M'luur, plus connus sous le nom de Bergers d'Herrion, y avaient donné asile à la majorité des survivants.

Pendant la longue approche, suivie d'un interminable circuit d'attente, le marchand eut tout loisir de constater que la ville était en plein chantier : on agrandissait l'astroport, on réparait des bâtiments endommagés, mais il y avait surtout beaucoup de constructions neuves.
C'est qu'il fallait reloger les survivants des cités dévastées, abandonnées faute de moyens, et héberger les expatriés (une vieille tradition) qui revenaient en masse au pays avec la volonté de redonner vie à leur monde et à leur peuple.
Herrion Ville, jadis bourgade paisible aux portes du Palais-Herrion, devenait une vraie cité.

D'après sa documentation, le complexe scolaire du district Nord-est, dont les aires de jeu et de sport jouxtaient la clôture de l'astroport, avait été parmi les premiers bâtiments construits. Un signal fort et optimiste envoyé à la galaxie tout entière, car les enfants avaient été les premières victimes du génocide perpétré par le Boucher.
Pratiquement les trois quarts de la population avaient disparu lors de l'Occupation. Si des millions d'êtres avaient été offerts aux Extra-galactiques pour des sacrifices à leurs dieux barbares, tant d'autres avaient succombé aux camps de travail, aux expérimentations biologiques, aux exactions du Boucher !

Pourtant, à cette heure matinale, à 20 minutes du début des cours, les trois établissements se remplissaient déjà d'écoliers. Les quinze millions de survivants n'avaient pu se résoudre à attendre la naissance de nouvelles générations, pas alors que la guerre avait laissé tant de jeunes êtres orphelins. Selon leurs croyances, un enfant était une bénédiction dans un foyer et l'adoption était monnaie courante.
Avec l'excellente réputation de la planète et de ses habitants, des adoptants soumis à une rude sélection, les candidatures n'avaient pas manqué, et la population s'était déjà accrue de trois millions de jeunes gens de tous ages.
Parmi eux, d'anciens enfants soldats, victimes et complices de bandes de pirates.
Des enfants traumatisés, maltraités, dressés à tuer sur la paisible Herrion ?
Ses habitants avaient accepté de relever le défi.
Ils n'étaient d'ailleurs plus aussi paisibles qu'avant : ils étaient des survivants !



1 Jadis surnommé Venom
2 voir: "Venom, le destin d'un pirate"




Le chapitre 1 est prêt, je le posterai sous peu
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 10 Sep 2016 - 21:00   Sujet: Sasha et l'escadron rouge [chap 1]

Voici, comme annoncé, le premier chapitre des aventures de Sasha. Ce sera l'occasion de faire connaissance avec Ve'ssshhh, mon homonyme. vous pourrez constater que mon avatar est bien plus impressionnant quand il dépasse les deux mètres!


Chapitre 1 : Une nouvelle vie, un nouveau droïde.

Un visiteur indésirable
Sur un étroit chemin serpentant entre les vergers, Sasha Vega se hâtait lentement vers l'école. Lentement, car l'engin qu'il chevauchait lui aurait permis d'avancer bien plus vite. Mais le ciel était bleu, les vergers étaient en fleurs, et toutes sortes d'animaux multicolores voletaient de l'une à l'autre. Un spectacle fascinant pour un garçon qui avait passé ces dernières années dans les coursives de stations minables, de vaisseaux pirates, ou dans des camps sordides.
Il était un de ces nouveaux herrians pour qui les écoles avaient été construites. Quelques mois plus tôt, il avait été adopté par un couple de cultivateurs qui avaient perdu leur fils unique pendant la guerre. Juché sur son engin, son crâne protégé par un casque ajouré, son visage caché par une visière, il ressemblait à des centaines d'autres écoliers. Même s'il paraissait robuste et en bonne santé, on lui aurait donné dix ans tout au plus. Pourtant, il approchait doucement de son treizième anniversaire.
La faute aux rations trop justes et à tous ces produits que les pirates donnaient pour que leurs petits soldats restent… petits. Venom avait changé tout ça, mais il fallait du temps. Tant mieux, Sasha n'était finalement pas si pressé de grandir.

Venom ? Un pirate, un assassin, leur maître. Leur héros aussi, l'exemple même de la réussite : un petit esclave sans nom, comme eux, qui s'était hissé par sa force, son courage, ses talents et sa ruse au sommet de la hiérarchie. Son habileté au couteau, sa maîtrise durement acquise des poisons lui avaient valu ce surnom : Venom. Ce n'étaient pourtant que les moindres de ses talents. Les pilotes voulaient piloter comme Venom, les commandos voulaient se battre comme Venom et Sasha, quand on lui avait confié un lance aiguilles paralysantes, avait rêvé de connaître les poisons comme Venom.
Mais quelque chose de grave était arrivé à l'impitoyable pirate  : il s'était découvert une conscience et un cœur. Sasha qui le considérait comme son grand frère savait bien qu'il les avait depuis le début, mais Venom avait appris à la dure à les voir comme des faiblesses. Pire, il avait aussi découvert l'amour : Thalia, Red 1 dans l'escadron rouge, lui avait mis le grappin dessus !
Pour Sasha, les pilotes et techniciens de l'escadron rouge, ou pour les mini-commandos de la compagnie Reaper, le nouveau Venom avait tout changé: il ne s'était pas contenté d'affranchir ses petits esclaves, il les avait richement dotés. Sasha savait qu'il avait de l'argent placé sur Franca (un des Mondes du Chariot, spécialisé dans la finance) et qu'il toucherait un gros pactole à sa majorité. Surtout, surtout, il leur avait trouvé des PARENTS. Sur ce point, Sasha était persuadé d'avoir touché le gros lot !

Au début, il avait vu ça comme une nouvelle mission: pour le spécialiste de l'infiltration et de l'espionnage qu'il était, se couler dans le moule familial avait été facile. Mais il était incapable de dire à quel moment il avait cessé de jouer un rôle pour devenir vraiment le «petit chou» de Ma' ou le «fiston » de Pa'. Pas très longtemps après son arrivée, en tout cas !
Tout n'était pas rose, bien sur : Il y avait toujours du travail à la ferme, et il fallait en plus aider Ma' qui n'en pouvait plus de traîner son gros ventre et sa petite habitante (au moins, celle-là était sortie de sa cachette il y a un peu plus de deux mois). Mais comparé aux camps d'esclaves, c'était de la rigolade. Et puis, il y avait plein de choses qu'il fallait faire soi-même : les herrians n'étaient pas contre la haute technologie, mais ils refusaient d'en dépendre. ''Le meilleur ouvrage est celui qu'on fait soi-même'', disait pa' !
Par exemple, il y avait peu de speeders (réservés aux urgences ou aux transports collectifs), mais des flotteurs tirés par des animaux. Des droïdes ? Très peu ! Il y en avait à l'astroport ou pour quelques tâches spécialisées, comme les droïdes médicaux très hauts de gamme de l'hôpital, mais presque personne n'en avait à la maison.
Et l'école ? Encore un truc herrian : dans une autre vie, Sasha avait eu son droïde précepteur (sa famille était riche, mais il ne lui en restait que bien peu de souvenirs) et avait aussi bénéficié de cours personnalisés dispensés sur le Réseau, comme des trillions de jeunes êtres dans toute la galaxie. Une école  en dur où les enfants se rassemblaient au matin? Cela n'existait pas sur Nippa  (il avait vérifié dans les archives de la Bibliothèque)! Mais finalement, c'était plutôt bien de retrouver les copains, de travailler et de faire route ensemble !

Des gens bizarres, les herrians, avec des traditions curieuses, mais plutôt gentils, selon Sasha.
Et, à la maison, il y avait tous ces bons moments : Ma' venant faire son traditionnel bisou au coucher. Sasha croyait avoir oublié ce qu'était un câlin et il se prêtait volontiers au jeu, même s'il se trouvait un peu grand pour ça. Ma' était toujours là en cas de cauchemar ou d'une petite déprime et sa cuisine était délicieuse
Il avait redécouvert les parties de pêche et les baignades avec ses parents ou les copains. Et puis, simplement, apprendre à tailler un arbre Kaï à petits coups secs et précis, aider à cueillir les fruits n'étaient pas du tout des corvées. Pa' n'obligeait jamais Sasha à faire des trucs trop durs et lui apprenait plein de choses. Il entendait être obéi, mais il savait écouter et prenait le temps d'expliquer ses ordres et décisions.

Ouais, j'ai vraiment touché le gros lot!
Ce que Sasha aimait le plus, c'était s'asseoir sur l'établi et le regarder transformer quelques bouts de bois, un morceau de métal, ou des circuits récupérés à l'astroport en un objet simple, élégant et utile. Sasha lui passait les outils et posait des questions, et pa' expliquait, tout en travaillant. Ils avaient déjà commencé à travailler ensemble sur le premier projet de Sasha: la personnalisation de son bike.

Le bike ? Un objet, un moyen de déplacement primitif, sans répulseur, ni rien ! Essayez donc d' imaginer cette incroyable machine: une roue motrice à l'arrière, une directionnelle à l'avant, un pédalier à énergie musculaire avec un couplage magnétique à trois vitesses entraînant la roue arrière. Ajoutez un cadre, une selle et un guidon pour se tenir et diriger l'engin, un freinage manuel et c'est tout !
Primitif, non ? Pas vraiment fun, par rapport à un swooper, un over-board ou une motospeeder.
Quoique… Les gamins avaient vite découvert les possibilités fabuleuses du bike.

Alors qu'il passait près d'une colline abrupte, Sasha en eut un aperçu magistral. Un biker surgit du sommet, slaloma entre les arbres Kaï sur la pente raide et glissante, réussit à se positionner sur l'étroite bande dure bordant un canal d'irrigation et se servit de la vitesse acquise pour sauter canal et clôture. Il atterrit juste devant Sasha avant de stopper net sa monture dans un dérapage de la roue arrière.
-  Hé, Jacsyn !  Le salua sobrement Sasha, qui ne voulait surtout pas avoir l'air impressionné.
Jacsyn était son meilleur copain. Il releva sa visière, laissant apparaître un visage ingrat, mais transfiguré par un immense sourire :
-  Alors, Sash', ça boume ? Pas trop embêté par ta petite sœur ?
 - bof, la routine ! Elle avale du lait par un bout, ça ressort en moins joli par l'autre, et le reste du temps elle dort !

Sasha n'allait tout de même pas avouer qu'il avait littéralement fondu la première fois qu' Alora avait saisi son doigt dans une minuscule menotte avec une force surprenante et qu'elle l'avait regardé de ses yeux clairs perpétuellement étonnés. Il adorait lui donner le biberon et s'était même porté volontaire (une ou deux fois, faut pas exagérer) pour changer la couche du petit monstre, qui lui faisait des risettes dès qu 'elle entendait sa voix.
Les deux amis reprirent la route côte à côte, simplement heureux d'être à nouveau ensemble.
Les adultes se demandaient parfois comment deux garçons si différents pouvaient être aussi liés. Sasha était calme et réservé, pour ne pas dire secret ; Jacs était dynamique et joyeux, exubérant même. Sasha était beau (il le savait et savait aussi en user : une arme utile pour un très jeune espion), la beauté de Jacs était… toute intérieure. Sasha cachait ses talents, Jacs était un pilote d'élite et le faisait savoir : il pilotait son Bike comme son Intercepteur aile-A: toujours en interception. Le bike lui-même ressemblait à une aile A, avec de fausses dérives rouges flanquées d'un numéro 9. Même le casque n'échappait pas à la bande rouge. Pas très original: tous les gars et filles de l'escadron avaient fait de même. Écoliers peut-être, pilotes de chasse avant tout !

- Eh, t'as vu l'heure ? Va falloir mouliner pour arriver à temps !
Sasha ne se fit pas prier. L'un des premières modifications qu'il avait apportée à son engin était le montage d'un coupleur magnétique à cinq vitesses au lieu de trois. Une fois lancé, chaque coup de pédale faisait tourner sa roue bien plus vite que celle de red 9. Bien sur, il fallait avoir des mollets en acier, mais il s'était entraîné.
-   J'vais plus vite que ton aile A ! lança-t-il en un défi triomphant.
Puis, regardant en avant, il freina brutalement. Jacs, surpris, l'évita de justesse, freina à son tour.
- eh, qu'est-ce qui te prend ?  J'ai failli…
Il s'interrompit net en voyant l’attroupement. Trois silhouettes, un humain et deux droïdes acculés à la clôture du spatioport, littéralement cernés par une meute de bikers. Une meute où les casques striés de rouge étaient majoritaires. Une situation potentiellement explosive si l'on en croyait les avertissements proférés par le plus gros des droïdes. Menacer les Rouges, quel idiot! Heureusement pour lui, ceux-ci s'étaient vu confisquer leurs blasters en débarquant sur la planète ! Ces visiteurs avaient de la chance !

Jacsyn avait déjà redémarré pour rejoindre la meute. Il se glissa sans peine au premier rang : il était, malgré son N°9, l'un des leaders de l'escadron. Le second de Thalia depuis que Masha avait été blessée. À voir la mine hautaine et renfrognée de l'humain, Sasha décida de la jouer calme (pour l'étranger) et autoritaire (pour calmer les rouges). Allez savoir pourquoi, quand les rouges se mettaient dans la panade, c'était toujours à lui, Sasha, d'arrondir les angles et d'éviter les ennuis. Les rouges le voyaient comme une sorte d'ambassadeur. Avec les pleins pouvoirs, il va sans dire: s'ils lui confiaient le boulot, ils respectaient aussi ses décisions. Il avança tranquillement et passa entre les rangs aussi facilement que son pote et le rejoignit face aux étrangers. Le gros droïde lançait ses menaces, le droïde de protocole, plus diplomate essayait de faire valoir les titres de son maître '‘sa sommité Ravin Dengras, baron de Kloo’'.


Sasha avait appris le Manuel du Savoir-vivre et salua le Noble selon l'usage : avec un respect dû à la différence d'age et non au rang. 
- Mes salutations, Baron Kloo. Je suis Sasha Vega An-Herrion. Seriez vous assez aimable pour me donner les raisons de votre présence en ce lieu interdit aux étrangers ? Peut-être vous êtes vous égaré ? 
Sasha évitait généralement de donner son nom entier. Mais il avait affaire à un noble, ou supposé tel. Le personnage daigna redescendre de sa hauteur en entendant le nom Herrion.
-  Seriez vous, jeune homme, apparenté à son Altesse Markus Herrion, vice-roi  des Mondes du Chariot? Dans ce cas vous serait-il possible d'ordonner à ces petits voyous que sont vos sujets de cesser leur insupportable harcèlement?
-  Grand-père Markus m'a adopté, en effet. Mais je me dois de vous rappeler que, malgré tout mon respect, vous vous trouvez dans une zone interdite. Il est du devoir de chaque citoyen d'Herrion, quel que soit son age, de respecter et faire respecter les règles établies. Là où vous voyez des voyous, je ne vois que de bons citoyens  respectant les lois édictées par mon grand-père et par l'Assemblée.
Grondements d'assentiment. Sasha pensait qu'il s'était un peu planté quelque part, en débitant des phrases aussi alambiquées, mais il avait lourdement insisté sur les mots interdit et citoyen.
Il aurait peut-être du la jouer un peu plus diplomate ?
Tant pis ! Ce type hautain lui portait sur les nerfs ! Il l'aurait bien lardé d'aiguilles paralysantes si on lui avait laissé conserver son Bronash. Un soudain silence l'alerta, et l'ombre d'un très haut personnage l'enveloppa. Deux vargs à six pattes surgirent à ses côtés, l'encadrant, puis s'allongèrent au sol sans cesser de fixer les intrus.
Une voix crissante d'insectoïde :
- C'est très bien, les enfants ! vous êtes de bons citoyens! Je ne manquerai pas de rappeler à vos parents et enseignants combien votre civisme est digne d'éloges !
À l'écouter, plus d'un bomba le torse de fierté. Ayant constaté  l'effet de ses paroles sur les jeunes gens assemblés, l'être enveloppé d'une large houppelande prit un ton plus ferme pour ajouter :
- Maintenant, je prends le relais. Vous ne voudriez pas être en retard à l'école , n'est-ce pas?

La petite bande s'égailla aussitôt comme une volée d'oiseau-nectar. Une patte chitineuse et griffue retint Sasha.
- Voudriez vous rester un instant, jeune maître Sasha ? 
Jamais Ve'ssshhh n'appelait le garçon ainsi. C'était Sasha, Vega junior ou parfois « petit chenapan », quand il le surprenait à dérober un fruit bien mur sur un terrain qui ne lui appartenait pas. Mais jamais maître. D'abord, ses parents adoptifs n'étaient pas nobles. Et puis, sur Herrion, on n'employait pas les titres (ici, un vice-roi était un responsable politique, rien de plus) et il n'y avait ni maîtres ni sujets, même si on respectait énormément la puissante famille qui avait donné son nom à la planète.

Ve'ssshh était une énigme pour les enfants adoptés du voisinage. Malgré son aspect effrayant et ses simples activités de berger, ils avaient compris qu'il était un personnage important du district, respecté voire adulé par leurs parents: depuis des temps immémoriaux, il veillait à ce que les gens respectent les lois, arbitrait les litiges, conseillait l'un ou l'autre…
Les gamins, surmontant rapidement leur crainte, l'avaient vite intégré à leur nouvel univers. Comme leurs parents, ils avaient pris l'habitude de venir lui confier leurs petits et grands soucis, et il était toujours de bon conseil. Ils l'adoraient et venaient veiller le soir avec lui, se blottissant près d'un feu pour écouter ses étranges histoires. Ils le redoutaient en même temps, comme devaient l'aimer et le redouter ses herbivores poilus, car il pouvait aussi se montrer très sévère, à l'occasion ! Ils redoutaient surtout la douloureuse morsure de ses Vargs, qui n'avaient pas leur pareil pour pincer le mollet d'un jeune délinquant ou carrément déchirer un fond de culotte quand la faute était plus grave. Avec explications embarrassées aux parents et punition à la clé. 
Sasha s'était méfié de lui, au début: il connaissait des races d'insectoïdes qui l'auraient facilement ajouté à leur goûter (il était trop petit pour faire un plat de résistance) et sous sa houppelande, un Berger avait tous les attributs d'un prédateur !
Mais finalement, il avait placé Ve'ssshhh en bonne place dans sa liste personnelle de gens cool. Pour tout dire, il l'aimait beaucoup.
En tout cas, l'immense mante en imposa facilement à l'étranger et à ses droïdes, qui se turent enfin !
- Baron Klooo, je suis Ve'ssshhh, le Journeyman du district, chargé de faire respecter les lois. Puis-je vous être utile ? Peut-être avez vous perdu votre chemin ? 

Sasha aurait voulu avertir Ve'ssshhh du danger représenté par le gros droïde, un garde du corps très cher, parfois reprogrammé en assassin. Il essaya de se retourner, mais la patte appuya un peu plus, lui faisant comprendre qu'il devait se taire et écouter.
- j'ignorais cette interdiction, daigna répondre le hautain baron. Mon rendez-vous avec le questeur LamarK n'étant que dans huit heures, j'ai souhaité visiter cette planète qu'on prétend si belle et accueillante. Ne disposant pas d'un moyen de transport décent, j'ai opté pour une promenade pédestre parmi ces magnifiques vergers ! 
Il n'ajouta pas '‘bande de ploucs technophobes et xénophobes’', mais il le pensait si fort que Sasha crut l'entendre. Ve'ssshhh répondit sans paraître insulté :
- La reconstruction mobilise tous nos moyens techniques, et a amené sur notre monde quelques individus peu scrupuleux. Cela a sensiblement amoindri nos capacités à accueillir les visiteurs de marque, je le crains. Vous m'en voyez fort navré !
Il fit mine de réfléchir, adoptant une posture typiquement humaine, puis suggéra :
- Mais, avec l'appui du jeune maître Sasha, vous réussirez, j'en suis certain, à trouver un land speeder de location qui vous mènera sans peine à la capitale ou au palais 
Puis il s'adressa à Sasha.
- Jeune maître, puis-je vous confier cette délicate mission ? Il me semble plus convenable qu'un membre de l'illustre famille Herrion se charge de recevoir comme il se doit un visiteur de marque. Ne vous inquiétez pas pour l'école, je me charge de prévenir le directeur Voxan de votre retard.

Voxan ?,Mais ce n'est pas…
Sasha réussit à cacher sa surprise et, jouant le jeu, hocha vigoureusement la tête.
Ve'ssshhh ajouta :
- Je vous laisse aussi Swift, il vous raccompagnera à l'école ensuite 
Le Varg hexapode redressa la tête en entendant son nom. Il se leva et vint frotter son museau sur la jambe du garçon. Dès qu'il approcha sa main, le Varg (ou Vark, les deux se disaient), étira son long cou et se laissa gratter sous la mâchoire avec un feulement de plaisir.
Sasha le connaissait bien.

Il y a quelques semaines, Jacs avait attrapé la fièvre de Baan. La version longue, le pauvre, avec pustules et horribles démangeaisons. Sept jours au lit et trois de plus pour se remettre !
Et pendant tout ce temps, Swift avait attendu Sasha à la sortie de la ferme parentale et l'avait accompagné jusqu'à l'école. Pareil pour le retour. Original, comme garde du corps, mais plus sympa et moins encombrant que les équipes que la sécurité mettait en place chaque fois qu'un Herrion mettait le pied sur la planète.
Le garçon, qui se demandait où Ve'sshhh l'entraînait, comprit soudain : Voxan n'était pas le directeur de l'école, qui s'appelait Altaïr (c'était le nouveau papa de Jacsyn), mais celui de la sécurité planétaire. À tous les coups, le land speeder serait muni d'une balise de repérage et le baron Klooo suivi en permanence. En attendant, Ve'ssshhh comptait sur lui, Sasha, pour surveiller les visiteurs et en tirer un max d'infos !
Tu peux compter sur moi, Ve'ssshhh, je suis un pro ! Pensa fièrement le garçon.

Bien sur, c'est l'intrus qui posa les questions en premier, alors qu'ils cheminaient.
- Serait ce indiscret de savoir, jeune maître, quelles raisons ont poussé le vice-roi à vous donner son nom ? Peut-être étiez vous l'un de ses fameux pages.
Sasha sentit bien que les insinuations de l'homme avaient quelque chose de désobligeant. Il avait entendu toutes sortes d'histoires à propos de ces pages.
Il ne connaissait personnellement qu'un seul ancien page, qu'il avait trouvé très sympa. Mais Stian Mereel le mandalorien était un peu susceptible quand on parlait de sa jeunesse. Il aurait écrasé ce type et ses droïdes comme on écrase une punaise en l'entendant parler comme ça ! Le guerrier n'aurait même pas eu besoin de dégainer son blaster ! Dans sa liste des gens les plus cool de la galaxie, il venait juste après Venom et bien avant Markrrr le Garoug, le Vice-roi Herrion ou son frère le Capitaine Procyon.

Tu veux savoir si je le méritais? Devina le garçon, qui choisit une version très arrangée de l'histoire.
- Eh bien, ma cousine et moi sommes les seuls survivants des Vega de Nippa. La Tour des Nuages, vous connaissez? 
L'homme hocha la tête : tout le monde connaissait ce haut lieu touristique et commercial détruit par les Vongs.
- C'était à notre famille !
Vrai pour lui, Sasha, mais pas pour le père de Thalia qui n'y possédait que deux – luxueux- appartements et quelques locaux commerciaux. À l'époque, Thalia et ses parents commerçaient dans la galaxie avec le Perce-Neige, le gros galion stellaire qu'ils possédaient.
-   Quand le vice-roi nous a retrouvés par hasard, il a dit : « Les Vega de Nippa sont une branche cadette des Herrion. Si vous n'avez plus personne là-bas, vous m'avez moi! Il suffira de reprendre votre ancien nom. Et je serais très heureux si vous m'appeliez grand-père ».
Il espérait que son imitation du vieil homme distrairait le baron. Ce fut le cas. De plus, citer les Vega de Nippa l'avait fait remonter dans l'estime du noble.

À son tour de questionner :
- Au fait, vous êtes ici pourquoi? Parce que le questeur Lamark, il est pas du genre arrangeant, vous voyez ? Dès qu'il s'agit de distribuer des sous, eh bien, il est comme qui dirait avare…
Lamark était le questeur du comité de reconstruction. Autant dire qu'il gérait le plus gros budget de la planète. D'après Pa', Lamark avait évité bien des erreurs et n'avait pas son pareil pour repérer les escrocs. Peut-être parce qu'il était originaire de Franca, le centre bancaire de tout le secteur He'ran.
- eh bien, ce n'est pas un secret, mon garçon. Tel que vous me voyez, je suis un membre important du directoire de ReHabCorp. 
Le garçon se montrait raisonnablement impressionné, constata l'homme.
- ReHab Corp ? C'est vous qui reconstruisez les planètes détruites par les Vongs? 
- C'est notre maison mère qui se charge de la restauration : RePlantetHab ! Nous, nous en trouvons de nouvelles pour tous ces pauvres réfugiés qui ont perdu la leur 
- Ouah ! Ça doit être un sacré travail ! 
çà y est, je l'ai ferré, pensa Sasha.
Ce gros type bouffi d'orgueil ne pourrait résister à l'admiration naïve d'un gamin !

Lorsqu’ils arrivèrent au comptoir '‘visiteurs’' de l'astroport, Sasha connaissait la généalogie du baron par cœur, sa passion pour les fleurs de Cath et pour son beau palais, mais l'homme restait très flou sur la nature de ses fonctions.
Sasha n'arrivait pas à se décider entre deux impressions :
La plus probable, c'était que cette grosse baudruche gonflée de vent, si imbue de sa personne, ne devait pas avoir des fonctions très importantes au directoire de ReHabCorp: il était trop bête.
Pas méchant, par contre : le genre à menacer beaucoup, sans jamais passer à l'acte. Quand il était esclave, Sasha avait développé un sixième sens pour ça. Ce type était un faible : Même ses droïdes ne semblaient pas le respecter beaucoup. Mais il avait un document joliment emballé, une offre de la part de sa compagnie. C'était un coursier de luxe, avec un grand nom pour lui ouvrir des portes.
Ou alors, qui sait ? c''est carrément le plus grand espion de tous les temps!
Avoir l'air si bête, ce ne peut être que du talent pur.

Par contre, Sasha n'avait aucun doute sur les droïdes : ils avaient leur propre objectif, leur propre mission. Dangereux !


Au comptoir, Sasha fit un numéro de grande classe : Il exigea, protesta, tempêta, menaça d'appeler grand-père, bref se montra aussi hautain et bouffi de son importance que son compagnon. Jusqu'à ce que le réceptionniste cède et fasse amener un speeder luxueux mais vieillot qui avait, disait-il, appartenu à l'ancien Vice-roi. Sasha salua le grand seigneur comme il l 'avait appris. Celui-ci, qui n'avait pas daigné ouvrir la bouche devant le réceptionniste, se fendit d'un salut amical quoique un peu condescendant, avant de démarrer…
- Pfoou !  Souffla le garçon. Il en tenait une couche, celui-là !
Le réceptionniste le regarda d'un drôle d'air, un peu vexé peut être.
- Pardonnez-moi, jeune maître? 
Sasha lui offrit un de ses sourires contrits, et demanda/
- J'en ai peut-être trop fait? 
- Si c'était un rôle, jeune maître, il était un peu surjoué !
Il insistait beaucoup sur le « jeune maître » Une expression que personne n'employait sur Herrion, mais que le droïde de protocole avait prononcée pas moins de dix fois.
Le « jeune maître » confirma :
- Bien sur, c'était un rôle! Ve'ssshhh m'a dit d'être horriblement aimable avec lui et de jouer les nobles !
Puis il comprit :
- Oh, pardon, désolé ! J'ai pas été très gentil avec vous. Vraiment désolé, j'étais un peu trop dans le rôle !
Il agrémenta son sourire tordu d'un regard de chiot repentant : il s'était beaucoup entraîné !
- Pas de problème, mon gars ! Mais préviens-moi à l'avance si tu dois refaire ton petit numéro. Ah, le directeur Voxan veut connaître tes impressions. Et voir tes enregistrements ; il passera à l'école cet après midi.
Le réceptionniste transmettait un message, mais il ne semblait pas savoir qui était vraiment Sasha, contrairement à Voxan qui avait été briefé par Grand-père et Venom lui-même.
- Bon, faut qu'j'y aille ! Si je sèche encore une heure de cours, je vais me faire tirer les oreilles. Au revoir et merci!! fit Sasha, soudain soucieux.




Une surprise pour l'escadron rouge ? Un nouveau copain pour Sasha !

- Repos  ordonna Red 1.
Thalia se régalait chaque fois qu'elle reprenait ses fonctions de leader.
L'escadron rouge, pilotes et tech confondus, était au complet dans le grand hangar, rangé en cinq lignes impeccables. Ce n'est pas parce qu'ils avaient classe le matin qu'ils allaient sécher l’entraînement de l'après midi . Écoliers -presque- sages, enfants -presque- modèles à la maison, mais pilotes avant tout !
C'est à cause d'eux que leur école avait été baptisée «  Chevaliers Stellaires », après un vote des élèves. Ils étaient peut-être les seuls écoliers de la galaxie à abandonner leur pupitre pour les manettes de leurs chasseurs dès que sonnait l'alarme. Après les batailles de Vance, Tschaï et Coryndon, l'escadron rouge était célèbre dans toute la galaxie !

Mais là, le conseiller Markus Vega an-Herrion, époux du Squadron Leader, était présent ! Tous se retenaient de l'appeler Venom, ou Commandeur, car selon l'Histoire Officielle, le Venom en question avait sauvé la galaxie mais était mort de ses innombrables blessures après un combat héroïque contre un méchant sorcier(1).
Le directeur Voxan et plusieurs membres importants de la Garde nationale s'étaient rassemblés près de l'estrade, tandis que les parents se tenaient un peu à l'écart ; quel que soit le motif de la cérémonie, ils semblaient avoir été mis dans la confidence. Ça faisait beaucoup de monde dans le Hangar, mais omme il faisait beau, les chasseurs avaient pu être rangés à l'extérieur. Les Ailes A n'étaient pas très grands, mais il y en avait 24 ! Venom s'était débrouillé pour remplacer ceux perdus à Vance et en avait trouvé 6 de plus.

Sasha était là, lui aussi. Il avait fait son rapport au directeur Voxan et à Venom (pardon, Markus) qui s'était invité au débriefing : histoire d'occuper un peu le jeune couple - et aussi de profiter gratuitement de leurs compétences-, le Vice-roi les avait bombardés conseillers du Comité de Défense (il y avait des comités pour tout, sur Herrion, mais celui-là était VRAIMENT IMPORTANT).
Il leur avait fait visionner ses enregistrements et les deux adultes avaient confirmé son opinion, y compris sur les droïdes. Sasha savait qu'il était doué ! Ven... Markus le savait aussi et Voxan commençait tout juste à comprendre. Quant à son système espion, souvenir de son ancienne fonction, il était si bien intégré à ses propres sens qu'il avait été jugé trop dangereux de l'enlever. Bref, Sasha était toujours une holo-caméra ambulante ! Pratique, pour un espion, non ?
Il n'était pas membre officiel de l'escadron, mais son «  grand-frère » Markus lui avait demandé de rester.

Markus venait de faire un petit discours sur la sécurité de la planète et sur les moyens de l'améliorer. Il fait dire qu'il était assez critique sur les faibles ressources consacrées à ce poste vital. Il avait payé de sa poche 8 bombardiers Stingray (le vice-roi en avait acheté 8 de plus), offert un second satellite de défense automatique (un lance-missiles) et, bien sur, Thalia et lui finançaient intégralement l'escadron rouge. Ils avaient aussi dégotté une poignée d'ailes X déclassés, mais bien meilleurs que les obsolètes Z95 de la garde nationale.
Les herrians ignoraient l'origine de leur fortune, mais il semblait que leur bourse fut inépuisable quand il s'agissait de protéger leur planète d'adoption. Normal : Markus savait de quoi les pirates étaient capables. Il en avait organisé, des raids dévastateurs ! Un inconnu le remplaça au pupitre.
- en tant que représentant de Tendrando arms, je suis fier de vous présenter aujourd’hui notre nouveau modèle, fruit de la coopération entre les services R&D des Ateliers de Balmorra et de Tendrando Arms, le SyD P-17

Un groupe de Droïdes imposants entra en une colonne parfaitement réglée. Arrivée à l'extrémité de la zone de manœuvre, le premier des droïdes se décala sur sa droite, fit un demi-tour, forma une ligne avec ceux qui le suivaient, d'autres se décalèrent à gauche en un ballet bien réglé. Bientôt, cinq lignes impeccables se formèrent, parfait miroir de celles des jeunes humains. Un droïde se plaça seul devant.
Ils étaient vraiment classe, ces droïdes, avec leur allure martiale. Ils semblaient porter une armure moulante, un casque et une visière masquaient leur tête. Un casque et une visière qui avaient un peu la même forme que celui que les jeunes bikers devaient porter sur leurs engins.

Le représentant présenta une holo montrant les performances de son modèle : Blaster intégré, lames surgissant des avant-bras, bouclier mobile, mini-missiles, ces droïdes semblaient dignes de leurs redoutables ancêtres CYV, SD9 et SD10. En plus modeste, cependant.
- Les androïdes SyD 17 ont hérité de leurs ancêtres toutes les capacités des meilleurs droïdes de combat de la galaxie, mais pour vous présenter l'une des grandes nouveautés du modèle, j'aurais besoin d'une volontaire : Squadron leader Vega, si vous le voulez bien…

Le droïde devant la première ligne s'avança en entendant le nom. Sasha se rendit compte alors qu'une étroite bande rouge verticale striait l'armure de l'épaule droite à la hanche: au milieu, sur la poitrine, s'affichait un numéro, le 1. Thalia s'avança. Le droïde vint à sa rencontre. Thalia lui tourna le dos, bien campée sur ses deux jambes, bras le long du corps, légèrement écartés. La suite fut incroyable : le droïde s'ajusta d'abord à sa hauteur, puis s'ouvrit littéralement, comme s'il éclatait de l'intérieur. L'instant d'après, Thalia était dans le droïde !
Dans les rangs, l’excitation était à son comble. Tous les pilotes se rappelaient que, sur R71, Venom leur avait promis une armure, comme celle des pilotes de mini-TIEs restés là-bas. Mais celle-là était nettement plus cool. Elle ne ressemblait pas à celle des space troopers, elle était mieux. Bien mieux ! Comme Venom l'avait promis.
- Squadron leader, m'entendez vous ? 
- 5 sur 5, monsieur ! La connexion neurale est parfaite et… Hooooo ! 
Quelques rouges firent un pas en avant. Partagés entre émerveillement et inquiétude, tous s'échangeaient des coups d’œil nerveux,
- Squadron leader ? 
- Excusez-moi ; C'est encore mieux que dans le simulateur. L'intégration des senseurs est parfaite ! Je pourrais même dire ce que Jacsyn a mangé à midi. 
- çà, c'est pas un scoop, marmonna Sasha, déclenchant des rires nerveux .

Il était vexé, très vexé même, de ne pas avoir été mis dans la confidence. Sa cousine et son « grand frère» lui faisaient des cachotteries, maintenant ?
-   Peut-être pourriez vous faire une petite démonstration ; votre public semble captivé, suggéra le représentant.
Le duo Syd 17/Thalia franchit le champ de force délimitant la Zone d'exercice.
On l 'entendit ordonner :
- Armes activées. Niveau d'exercice 
Une profonde inspiration puis, une voix recueillie :
- Allons-y, N°1, montrons leur de quoi nous sommes capables.
 
C'était un parcours d'exercice type, avec obstacles, pièges, méchants, grands méchants, Boss, civils, otages et autres surprises. Thalia battit très largement son record personnel de vitesse, toucha quasiment toutes les cibles, et surtout, en préservant civils et otages. Pas un parcours parfait, mais tout de même époustouflant !

- Bien sur, SyD01 et vous-même avez encore beaucoup à apprendre l'un de l'autre… Seul l’entraînement fera de vous le duo parfait, Je n'ose dire le couple, ajouta le représentant en coulant un regard malicieux vers Ven… Pardon, Markus, qui se contenta de croiser les bras dans une attitude menaçante en le foudroyant du regard.
Rien à faire, quand il jouait un autre rôle que le sien, ça se voyait: il en faisait toujours trop!
Puis Thalia appela, un à un, tous ses pilotes et les mech attitrés de chaque chasseur; à chaque fois, l'un des droïdes s'avançait, et fusionnait avec son hôte.
-  Sasha Vega!
Le garçon, qui boudait dans son coin, faillit rater l'appel. Surpris et confus, il s'avança. Il fixa sans comprendre le Droïde qui lui faisait face. Sasha réalisa soudain : SON droïde. Avec la bande rouge et B007 sur la poitrine.
- eh bien, petit nigaud, qu'est-ce que tu attends ?  l'interpella sa cousine.

Il se positionna, comme Thalia l'avait fait. Ses connexions neurales étaient invisibles, mais étaient encore plus perfectionnées que celles de ses camarades. Le droïde fit le reste.
*CONNEXION !*
- Ouahhhh.... 
Il était émerveillé ( mais un peu submergé) par la masse de données auxquelles il avait accès. Un flot qui se réduisit sensiblement, pour ne laisser que les cinq sens et quelques données standard. Il testa quelques mouvements : l'armure semblait faire partie de lui Ses mains n'arrivaient pas jusqu'à celles du droïde, mais quand il serra les poings, puis agita les doigts, elles réagirent comme les siennes. Touchant son visage, non la visière, de ses doigts métalliques, il sentit la surface lisse, froide et dure comme s'il la touchait lui-même. Oui, c'était comme si…
- Ouaaahh ! Et en plus, je suis grand ! Un grand droïde !
* Salut, Sasha, je suis SyD119, ton partenaire. Je suis sûr qu'on va bien s'entendre, tous les deux ! *
Non, pas tout à fait, il n'était pas un grand droïde, ils étaient deux! La voix semblait enfantine et appliquée, un peu comme celle des petits du jardin d'enfants.
* J'ai encore beaucoup à apprendre et je risque de faire quelques gaffes au début, prévint SyD', il va falloir que tu m'aides. Je peux compter sur toi ? *
-   Suuuur !  lui souffla Sasha, soudain très fier.



note:
1 Sasha exagère? Peut être un peu. Mais l'Alliance Galactique aurait-elle déplacé un destroyer stellaire de 17 kilomètre de long ( et commandé par WEDGE ANTILLES en personne) pour combattre un rigolo? Hein? Hein?
Et les Jedi, ils étaient venus en force juste pour le spectacle, peut-être? :grrr:
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Mer 14 Sep 2016 - 16:55   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 1]

Sasha a un nouveau copain :x (je parle de Syd évidemment) ! Qui se montrera d'ailleurs des plus utiles notamment contre les capitalistes de ReHabCorp dont un certain Marcona si mes souvenirs sont bons.
Au fait il est toujours sur Raxus Prime à trier les ordures :D ?
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mer 14 Sep 2016 - 21:28   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 1]

mat-vador a écrit:
Au fait il est toujours sur Raxus Prime à trier les ordures :D


Aux dernières nouvelles, il continue à rembourser ses dettes tout en se rendant utile à la société galactique ( recycler, c'est bon pour la Galaxie :ange: ).
Il a récemment eu quelques malheurs quant un salopard de hutt malhonnête ( pléonasme) récemment débarqué* lui a volé son trésor : 3241 pièces d'un milli-crédit patiemment récoltées en fouillant dans les tas d'ordures :cry: (une fortune, n'est-ce pas?)!
Mais il en fallait plus pour l'abattre! Il s'est découvert une nouvelle passion: reconstruire pièce par pièce un cutter plasma ( entièrement recyclé). Je me demande ce qu'il compte en faire? :?
Il aurait promis un festin à base de tranches de mollusque grillées aux collègues qui accepteraient de l'aider à trouver les composants nécessaires . :x


* Ce hutt, un certain Zangra, aurait subi un brutal revers de fortune: il prétend avoir été caïd de Firola et avoir possédé un magnifique casino réputé pour ses parties de sabacc Tous des menteurs, ces hutts! :pfff:

PS J'en profite pour annoncer que le prochain chapitre s'intitulera: "Espion, lève toi! ( tu as école ce matin)" et sera probablement publié samedi.
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 17 Sep 2016 - 18:30   Sujet: Sasha et l'escadron rouge [chap 2]

Et voici le second chapitre des aventures de Sasha! Un agent dormant ne dort jamais que d'un oeil!


Chapitre 2 : Espion, lève-toi ! (Tu as école ce matin!)




Accidents suspects : questeur, un métier dangereux !
SyD accompagnait Sasha sur le chemin de l'école. SyD avait gagné beaucoup d'expérience au contact des gens. Il semblait plus mûr qu'au début et, forcément, ils étaient devenus très copains. Mais pas comme avec les autres enfants. Plutôt comme un Berger et son Varg. Le chef, c'était Sasha ! Ses parents toléraient de mieux en mieux la machine au point de la laisser parfois surveiller la petite Alora. SyD avait su se rendre utile pour plein de choses, comme le jour où l'élévateur de pa' était tombé en panne : le Droïde pouvait soulever et transporter un nombre impressionnant de cageots de fruits et il était toujours prêt à rendre service. Évidemment, il avait fallu faire des concessions et, après de longues discussions, la famille avait accouché de nouvelles règles :

- SyD n'avait pas le droit d'entrer dans la maison sans autorisation, sauf en cas d'urgence, il n'avait pas le droit d'aider Sasha pour ses devoirs ou de faire les corvées à sa place.
- Sasha devait utiliser son Bike ou marcher pour aller à l'école, ne pas fusionner en dehors de l’entraînement, sauf si sa vie ou celle de quelqu'un était menacée.
- SyD devait rester à l'écart quand Sasha jouait avec ses copains.
Et surtout, Sasha était responsable des actions de son Droïde.

L'ancien agent de Venom n'était pas naïf: en bon espion, il avait vite découvert que ses parents (et certainement les parents de ses camarades) avaient les moyens de contrôler les droïdes SyD, en particulier les fonctions de combat. Autrement dit, il savait que s'il essayait une des actions prohibées, le droïde refuserait, tout simplement ; ou accepterait, mais après avoir discrètement obtenu l'autorisation parentale.
C'était typique des parents Herrians : ils laissaient beaucoup de liberté à leurs enfants, au moins en apparence, mais leur mettaient toujours la pression avec ces histoires de « responsabilités »

Jacsyn le rejoignit selon sa procédure casse-cou habituelle, cette fois en roulant à toute vitesse au fond du canal asséché avant d'éviter de justesse un petit pont, puis de stopper devant son copain d'un grand dérapage. Son SyD qui le suivait en surfant sur des roulettes rétractables surgies de ses pieds, sauta le pont dans un salto impressionnant. Impressionnant, mais plutôt que de s'en vanter, il resta à l'écart des garçons avec le SyD de Sasha.
Encore une preuve que les Parents s'étaient mis d'accord à l'avance sur les règles à respecter. Il avait mené sa petite enquête et savait que c'était la même chose pour les autres.

Jacsyn aborda tout de suite le sujet qui tue
- t'as fait le devoir d'histoire de l'art ?
- m’en parle pas ! L'art herrian au troisième millénaire avant Yavin ! Un cauchemar  Dire qu' y avait même pas cent mille colons, à l'époque !! À part le Palais, c'était plutôt calme, par ici !
- Ouais, moi aussi, j'ai galéré ! Heureusement, mon pa' m'a aidé  à trouver des data-cartes dans sa bibliothèque.
C'est bien pratique d'avoir un pa' aussi instruit, pensa Sasha, un peu jaloux. Un prof, en plus! Mais moi, j'ai la bibliothèque du Palais ! Gniiiahaha !
- J'ai trouvé un ou deux trucs, au Palais, glissa-t-il négligemment.
- J'espère que ça suffira à m'éviter un E, ajouta-t-il d'un ton funèbre.
Il n'allait tout de même pas avouer qu'il avait presque intégralement pompé sa rédac sur un ouvrage si vieux qu'il était imprimé sur des feuilles de plast !
La prof ne risque pas de connaître ! Elle n'y verra que du feu ! Gniahahaha !

Derrière, les deux SyD se racontaient des potins de droïdes. Le SyD de Jacs parlait de son sujet favori : « sa » famille ; il fallait peut-être dire ''la SyD'', car elle avait une voix féminine, maternelle même.
Maternelle, dévouée, mais un peu autoritaire aussi : depuis que SyD09 avait investi la maison des Altaïr, Sasha avait constaté des changements : jusque-là, Jacs' et son pa' vivaient en « célibataires », et ça se voyait ! Maintenant, plus de vaisselle traînant dans l'évier, plus de linge débordant du container, plus de poussière oubliée dans un coin.

Quant à la chambre de Jacs', on ne la reconnaissait plus, une fois rangée et le lit fait !
Et ce n'était certes pas un droïde de combat qui s'en occupait :
«  Ma programmation m'interdit de faire tes corvées à ta place » avait impitoyablement rappelé « la » droïde quand Jacs' avait tenté de faire croire à son copain qu' « elle » s'en chargeait. Il y avait de quoi se poser la question : qui commandait, dans cette petite famille ?
Le directeur de l'école, veuf inconsolable et dépressif avait perdu sa femme pendant l'invasion. En tant qu'enseignant, il n'avait adopté le garçon au visage un peu ingrat que par devoir et aussi poussé par sa famille (les survivants), qui trouvait qu'il se laissait aller.
D'après pa', il ne regrettait pas sa décision, au contraire !
En écoutant l'air de rien parents, voisins et famille, Sasha avait appris que le Directeur avait spectaculairement repris goût à la vie depuis l'arrivée de son '‘fiston’'.
Déformation professionnelle ? Contrairement aux enfants de son âge, il gardait toujours une oreille attentive aux propos des adultes !

La cause de ce changement d'attitude? Sasha la connaissait depuis longtemps : quand Jacs' était quelque part, la vie devenait plus belle ! C'est sans doute pour ça que Sasha appréciait tant son copain.
Cela ressemblait à une maladie contagieuse, très contagieuse ! Pas moyen d'y échapper !
D'ailleurs, le directeur Altaïr était gravement atteint : lui si triste, sérieux et collet monté, il lui arrivait de faire des jeux de mots, de redescendre des pentes raides au guidon de son bike, de sauter du troisième niveau de la Chute du Rocher en défiant son fils d'en faire autant… Jacsynite aigüe !
C'est grave, docteur ?
- J'espère bien que c'est incurable, avait affirmé le docteur Terak, (le Vaccinator, comme le surnommaient les écoliers! ), psychologue et confident à ses heures.
En petit dur jouant à l'écolier modèle, Jacs prétendait le mener par le bout du nez, mais en réalité, ils s'adoraient.

Sasha se souvenait de ce qu'avait dit le Vice-roi quand Venom avait fait remarquer qu'il serait dur de ramener à la vie normale des enfants-soldats à la fois abîmés et endurcis par l'esclavage et la guerre :
-   les Herrians sont peut-être être des ploucs conservateurs, mais il y a au moins deux domaines où ils excellent : apprivoiser les petits prédateurs farouches et élever des enfants .
Il faut reconnaître qu'ils avaient réussi avec Sasha et les autres petits pirates : les redoutables petits prédateurs étaient devenus des enfants – presque- modèles. Presque ! Comme sur le Viper, (où Venom, dont ils étaient les chouchous, leur passait bien des fautes en dehors du service), les rouges n'avaient pas renoncé à leurs farces spectaculaires et souvent vengeresses. Mais ils avaient appris à ne pas s'en vanter. La seule fois où ils s'étaient fait prendre, le groupe avait assumé la faute en bloc, même si seulement deux étaient concernés. Sasha avait participé, une ou deux fois. Trop marrant pour rater ça !
En tout cas, il n'y avait pas que les enfants qui guérissaient. Les parents aussi !

… …


La cour de récré était l'endroit idéal pour les ragots et nouvelles de la ville :
- …. Tu sais pas la nouvelle ? Le questeur Lamark a eu un accident ! Il s’est fait écraser par un gros bloc de durabéton tombé d'une grue ! Splash ! Y a eu du sang partout, jusque sur les vitres de la boutique de monsieur Corrant ! Et madame Leo, elle a eu sa robe toute tachée par…

Berryle aimait à rajouter des détails sanglants dans toutes ses histoires. Elle était une des rares survivantes du génocide et avait vu des tas de trucs atroces. Elle s'en soulageait en les racontant à ses copains. Beaucoup d'élèves l'évitaient à cause de ça, mais pas les enfants soldats : eux adoraient, au contraire !
Les rouges l'avaient, pour ainsi dire, adoptée et elle était toujours fourrée avec Sasha et ses potes !
Sasha écouta son récit avec attention. Pour lui, cet accident avait une signification particulière: Lamark était le second questeur à avoir un accident, et les deux avaient émis des réserves sur l'offre de ReHabCorp.
Il n'aurait pas dû le savoir, mais il savait écouter aux portes. Quand on a été un espion, on l'est pour la vie.
Bien sûr, à cause de la Reconstruction, ils étaient souvent amenés à inspecter des chantiers dangereux, mais tout de même ! Deux, coup sur coup !
Il pensait à ce droïde à l'aspect intimidant qui avait accompagné le Baron Kloo. Un assassin, il en était certain.
Le représentant de la corpo avait changé, mais le droïde était toujours dans le secteur. Et d'après Berylle, le Comité de reconstruction allait convoquer une Assemblée Planétaire pour valider l'accord.

Il aurait bien demandé conseil, mais Markus et Thalia étaient en voyage. Ils avaient la bougeotte et envie d’action. Surtout Markus. Normal , pensait le garçon: on ne peut pas passer toute sa vie à rester couchés en se faisant des bisous partout, non ?
Du coup, Venom avait pris le commandement du Goth (1), l'un des croiseurs de l'Amber Star et était parti régler un problème pour le compte de la compagnie. Thalia était sur Coryndon pour régler quelques détails avec sa flotte de mercenaires. Nul doute qu'elle et ses petits camarades ne tarderaient pas à le rejoindre. Et ils avaient abandonné Sasha !
- Il faut bien que quelqu'un reste pour veiller sur les rouges, avait dit Thalia
- Et puis ces bouseux d'herrians sont gentils mais, malgré ce qui leur est arrivé, ils sont encore trop naïfs. Le Vieux est trop loin, occupé par la politique, alors qui va rester pour les défendre en cas de pépin ? 

Venom était bien le seul à oser appeler ''le Vieux'' le puissant vice-roi qui les avait adoptés. Celui-ci, loin de se vexer, l'appelait ''Gamin''. Une sorte de jeu entre eux. Pour Sasha et Thalia, c'était Grand-Père
Comme protecteur de la planète, Sasha avait avancé un nom :
- Voxan? 
Il n'allait certainement pas citer Moranx, le général de la garde nationale : non seulement Venom et lui se détestaient, mais en plus, c'était un nul. Même Sasha, qui n'était pas un spécialiste, s'en était rendu compte !
Long silence, regard appuyé  et Markus avait concédé, du bout des lèvres:
- Mouais… Il est plutôt bon…
Thalia avait complété :
-… Pour un amateur !
C'était pourtant au directeur qu'ils avaient confié '‘leurs’' rouges en leur absence.

Pour mettre la pression, Venom était aussi bon que les parents. Mais il ne lui mentait jamais quand c'était important. Il sentait que quelque chose n'allait pas, lui aussi. Le seul truc bien, c'est qu'il avait laissé à Sasha tous les codes d'urgence du Comité de Défense. Ceux qui déverrouillaient les fonctions de combat des droïdes SyD, par exemple, avec ou sans l'accord des parents. Et d'autres, tout aussi utiles en cas de gros pépin. Le garçon en avait des centaines, enregistrés dans sa puce mémoire ! Avec, il pouvait même prendre le contrôle du réseau informatique public ! (2) Des codes que Markus ne pouvait tenir que du Vice-Roi en personne.
Et il me les a confiés, à moi ! 
Et puis, même s'il adorait sa nouvelle vie, il s'ennuyait tout de même un peu. Alors, pourquoi pas ?
- Je vais mener mon enquête,  décida-t-il.

Il savait que Voxan viendrait voir les Droïdes à l'entraînement. Il s'arrangerait pour lui poser quelques questions. Et s'il refusait d'en parler ? Sasha se disait qu'il pouvait toujours obtenir les infos sans embêter le Directeur : pour quelqu'un comme lui, s'ouvrir un accès privé aux fichiers de la sécurité, c'était de la routine. Surtout sur Herrion: Venom avait raison, des amateurs ! Ça pourrait lui valoir des ennuis, cependant…
- Et alors ? Me sortir du pétrin, c'est ma spécialité!  conclut-il à voix haute.
SyD le regarda et demanda :
- C'est qui le pétrin ?
- Oh, rien ! Je pensais à des bêtises que je pourrais faire 
- Des bêtises? Cela semble amusant! Je peux en faire aussi?
- P't'être bien , mais après, on risque d'être punis,  prévint Sasha.
Sauf s'il trouvait un truc pour rendre ses actions «  officielles ».
Comment Venom aurait fait , lui?



Sasha passe à l'action : protégeons le jus de kilao !
- Un exercice de contre-espionnage? Et c'est moi qui dois l'organiser?  Dans l'école ?
Sasha ouvrait de grands yeux, comme si on venait de lui faire une très bonne surprise.
- Et à l'extérieur. C'est-ce que prévoit ta feuille d'exercice. Avant de partir, le Conseiller an-Herrion a laissé un programme d'entraînement détaillé, avec des alertes et des exercices aléatoires.
Sasha lut à haute voix le doc que l'instructeur lui tendit :
- La sécurité soupçonne des individus mal intentionnés d'avoir introduit des droïdes espions sur Herrion dans le but de dérober la recette du jus de Kilao. Vous devez mettre en place un réseau de renseignement local, indépendant de la Sécurité, pour identifier les espions et contrecarrer leurs plans !
Il était soudain moins enthousiaste :
- Sur TOUT Herrion ? C'est grand, une planète ! 
- Seulement dans les districts de l'astroport et avoisinants. De plus, je ne connais qu'un seul site de vente dans ces districts. Et pour autant que je sache, tu peux même recruter tes parents
- Et je suppose qu'il y a vraiment quelque part des droïdes qui attendent que je les démasque? 
Essaya Sasha avec un regard implorant
- ça, je n'ai pas le droit de te le dire ! Répondit, l'air mystérieux, l'instructeur qui n'en savait rien.

Les instructeurs, d'anciens officiers et pilotes de l'Amber Star s'étaient habitués aux programmes bizarres concoctés par Markus et Thalia et savaient de quoi les rouges étaient capables. Ce genre de mission ne les étonnait même plus. Sasha avait donc piraté leur console et tout inventé. Facile avec le code perso de Markus. Le truc, c'était juste de ne pas laisser de trace de l'intervention.
Pas de fausse modestie, l'histoire du Kilao, c'est du génie ! Juste assez inoffensif pour ne pas être pris trop au sérieux. Il n'y a vu que du feu !

Maintenant, il avait au moins un prétexte pour fureter partout. Et recruter son propre réseau d'espions.
Qui sait si en recherchant les voleurs de recette, il ne tomberait pas, - pur hasard n'est-ce pas-, sur de vrais espions ?
Il avait déjà des candidats pour son réseau. Berylle, dont la maman présidait le comité de reconstruction et Jacsyn, bien sur. Rigel et Mizar, des copains qui habitaient en ville. Corran ? Oui, peut-être. Mais pas tout de suite : la fièvre de Baan avait encore frappé ! Ceux-là savaient garder un secret.
Et, pour les rouges, peut-être Thera et Milo. Ses meilleurs copains, en résumé. Les autres n'avaient pas le truc. Trop voyants, trop exubérants. Des pilotes de chasse, quoi! Et après ?
- je vais fonder le club des limiers, décida-t-il. J'aurais beaucoup de volontaires qui prendront des airs mystérieux et fouilleront partout, et ça cachera le travail de mes vrais agents .
Une méthode typique de Venom.
- En plus, on va bien s'amuser !


« club des limiers » …
Cette fois, ça y était ! Sur Herrion où tout était bon pour initier les enfants à la vie sociale, créer un club officiel n'avait rien de simple. Il avait fallu obtenir l'accord du directeur Altaïr, déposer les statuts du club, trouver des conférenciers, lancer les invitations, recueillir les inscriptions, réserver une salle et un créneau horaire. Un sacré travail, tout entier sur son temps libre. Il avait fallu dix jours pour tout organiser. Sans compter le temps qu'il avait passé à initier secrètement ses agents au B A BA du métier.
Pour la première séance, il avait une bonne cinquantaine de curieux, dont le directeur Altaïr lui-même. Comme conférencier, Sasha avait réussi à recruter le Directeur Voxan, qui était venu présenter le travail de la sécurité planétaire. Il constata qu'il avait fait un bon choix, car Voxan, habitué à travailler avec des comités qui ne connaissaient rien à son boulot, savait se montrer pédagogue et même parfois amusant.
Sasha trouva son exposé passionnant, et ses camarades aussi.

Puis ce fut à son tour  de rentrer dans l'arène; il avait bricolé un manuel du parfait limier, directement inspiré de celui récemment offert par une célèbre chaîne de restauration rapide (heureusement absente sur la planète).
Le genre de truc que les adultes allaient trouver charmant et un peu naïf. Comment relever des traces de pas sans matériel sophistiqué, par exemple.
Il avait tout préparé pour réaliser quelques manips simples, mais n'avait pas prévu assez pour autant de monde ! Ni que presque tous les écoliers, sur Herrion, portaient le même modèle de bottines. Il s'en sortit quand même en démontrant qu'il pouvait identifier un « espion » rien qu'avec la pointure et l'usure différente de chaque bottine .
Une bonne séance, mais, rentré à la maison, il ne veilla pas longtemps et tomba dans son lit comme une masse. Décidément, il devenait trop mou  avec cette vie facile.

… …




… et vrais agents !

La petite bande s'entraînait dur pour être à la hauteur. Sasha était un prof exigeant :
- Non, Thera, si tu restes si près, il va te repérer. Et puis, tu ne peux pas anticiper ses mouvements. Si tu stoppes brutalement parce qu'il s'est retourné, il va trouver ça suspect ! 
- Mais si je continue à marcher, je vais passer devant lui ! 
- Et alors ? C''est Rigel, derrière toi, qui reprend la filature. Si tu n'as pas le temps de trouver quelque chose, tu continues et tu le dépasses. Milo se planque pour passer derrière et tu deviens l'éclaireur. Par contre, s'il te repère, à toi de trouver un truc pour que ça ait l'air naturel. 
- Euhhhhh… Je pourrais me mettre à courir et rattraper les garçons devant ? Comme si je les avais reconnus ?  
- c'est une bonne idée. Approuva Sasha. Essaie de trouver deux ou trois autres solutions. Il faut toujours avoir un plan B…et un C, un D....
- et nous, on pourrait l'attendre et lui dire bonjour  Suggéra Mizar.
- Ou alors détaler comme si on voulait pas jouer avec elle  Proposa Milo
- comme ça, elle pourrait s'arrêter net et faire semblant de s'être trompé, bouder ou pleurer , renchérit Mizar
- Quand on est repéré, autant attirer l'attention de la cible, approuva Sasha. Ça rend le travail des autres plus facile. Quand on filoche, il faut être plusieurs et changer souvent de poursuivant.

Il était temps de passer à la pratique :
- Allez : quand monsieur Corrant sortira de son magasin, on va le suivre ! Jacsyn et Berylle vous restez en arrière avec vos Bikes, S'il faut faire vite, l'un d'entre vous accélère et prend la chasse. Théra passe en premier, Rigel derrière, Mizar et Milo, vous restez devant lui, Thera vous guidera jusqu’au changement. Test comlink... « S7 »
« T1 » « R2 » «  M3 » «  M4 » « J5 », « B6 » répondirent les espions en herbe.
« On y va ! »

Surveiller un lieu était assez facile, mais ennuyeux : suivre quelqu'un, c'était tout un art ! Comme Sasha savait où allait monsieur Corrant, il pourrait superviser ses agents et repérer les erreurs. Il l 'avait filé, seul, pour repérer ses habitudes.
Mais il avait bien choisi son équipe, et monsieur Corrant n'était pas un gibier trop difficile, ni trop facile non plus : il avait été agent de sécurité à l'Amber Star, mais c'était il y a longtemps !
Heureusement pour lui, le jeune espion pouvait prendre sur son temps d'entraînement pour organiser ces exercices et prélever du matériel, comme ces comlinks qui se glissaient dans l'oreille. Car il n'était pas resté inactif entre-temps et avait du mal à gérer toutes ses activités. Grâce aux données piratées dans les fichiers de la Sécurité, il avait localisé les droïdes suspects. La Sécurité avait relâché sa surveillance, pas lui. Heureusement, il avait un excellent système de surveillance à sa disposition :
Il se connecta à SyD. Celui-ci, en mode furtif, surveillait de loin le droïde de protocole qui rencontrait, décidément, beaucoup de monde. L'autre Droïde ne quittait pas les bureaux de la société. Avec ses senseurs surpuissants, SyD pouvait identifier les contacts, et parfois, enregistrer les conversations…
*- J'ai reconnu le contact, il est dans mes fichiers: c'est le questeur Marlez. On dirait qu'il essaie de se cacher. SyD faisait un très bon espion.
-  C'est bien, SyD, continue ta surveillance. *

Marlez était le nouveau questeur du comité de reconstruction. Pourquoi rencontrait-il un droïde de ReHabCorp si loin de ses bureaux ? Encore une énigme à résoudre !
Pa' le trouvait trop sympa, trop cool avec les gens. « Comme quelqu'un en campagne électorale », avait-il dit pour marquer sa défiance. Pour lui, un bon questeur ne cherchait pas à être populaire : ces hauts fonctionnaires n'étaient d'ailleurs pas élus, mais nommés par l'Agence des Finances avec l'assentiment du vice-roi.
Après plusieurs jours à espionner le droïde de protocole, le garçon avait une liste de ses contacts, il avait pu en identifier une bonne partie. Mais qu'en faire ?

Sasha était un bon espion, il savait diriger une équipe. Mais il avait trop de choses à faire en même temps : il y avait une réunion du club après-demain, et il devait tout préparer. Surveiller les droïdes ReHab. Se renseigner sur ce fameux accord dont tout le monde parlait. Faire ses devoirs.
Ah, et passer à la maison de Markus et Thalia, toujours en voyage, pour arroser les fleurs. Si seulement il avait eu l'équipe alpha ! Avec de vrais pros, tout aurait été plus facile.
En plus, d'après Berylle, l'accord allait être voté dans cinq jours. Il y avait une réunion, ce soir.
Pa' et ma' devaient y aller, mais ma' ne voulait pas quitter Alora, fiévreuse. Il pourrait peut-être demander à pa' s'il pouvait l'accompagner. Heureusement, il n'y avait pas école demain non plus. Le problème, c'est qu'il n'était pas sûr de tout comprendre.
D'habitude, il y avait quelqu'un pour prendre les décisions. Venom, bien sur. Mais, à défaut, Sasha aurait bien fait son rapport au Vice-roi. Sans eux, Sasha ne savait vraiment pas vers qui se tourner. Voxan ?
- Allez, grand frère, reviens vite à la maison gémit-il.

En attendant, il devait préparer son équipe. Tout le monde avait pris son tour de filature, Rigel était revenu en poursuite. Berylle coordonnait la manœuvre.
- très bien, je n'ai même pas besoin d'intervenir.  Se dit Sasha
- R2, décroche !   J5, à toi, fonce .
Berylle s'en sortait comme une pro.
Cette fille est géniale ! Bon, je fonce à l'auberge pour le final!
Comme chaque jour ou presque, monsieur Corrant allait boire une pinte à l'auberge du Vertvert, déjeuner sur place, puis faire une partie de Triga avec son vieil ami Denin avant de retourner à sa boutique. Sasha l'avait choisi parce que le parcours était assez long et compliqué et que monsieur Corrant n'était pas un amateur : il avait lui-même monté des filatures, en son temps. C'est du moins ce que pa' – ancien de la Compagnie- avait raconté à son fiston.
Le but de l'exercice, c'était qu'il ne remarque rien. Jusque-là, ses agents improvisés s'en sortaient bien.
- M4, il entre à l'auberge du Vertvert. Tu veux que j'entre? 
Sasha intervint :
- S7, Négatif, fin d'exercice. Bravo à tous, il n'a rien vu. Qui veut un jus de Kilao ? C'est moi qui offre !  Rendez-vous au Parc!
Il y avait bien quelques petites maladresses, mais il en parlerait plus tard. Pour l'instant, c'était bientôt l'heure du casse-croûte. Sasha avait une horloge à la place de l'estomac, et elle allait bientôt sonner.




Un déjeuner sur l'herbe

Le Parc était l'endroit idéal pour déjeuner, puis se la couler douce en regardant passer les nuages. Avec les copains, on pouvait bavarder de tout et de rien sans qu'un adulte n'y mette son nez. Un tapis d'herbe moelleux pour s’asseoir ou se coucher et personne pour vous interdire de marcher dessus, l'ombre fraîche des Vertverts, le vol musical des oiseaux-nectar. La petite buvette de madame Mimba, qui faisait le meilleur jus de Kilao de toute la planète, était à l'entrée. Entre parenthèses, si on voulait dérober la recette du Kilao, c'est bien l'échoppe de madame Mimba qu'il fallait espionner!

Arrivée tôt, une fois les gobelets remplis à ras bord, la petite équipe s'installa à son endroit favori, un petit rond de pelouse entouré de Vertverts, un coin tranquille où on pouvait voir sans être vu. Un endroit très recherché par les citadins, mais : premier arrivé, premier servi ! Les autres pique-niqueurs n'auraient qu'à aller poser leur postérieur ailleurs !

Ma' avait préparé une tarte salée au Kaï vert, le pa' de Jacsyn (ou SyD 09?) des sandwiches au kolmi (3). Rigel et Mizar avaient apporté deux super desserts concoctés par leurs mères, Thera des petits pains tout chauds fourrés d'un délicieux hachis de woomp (4).
Berylle avait amené des crackers Biscuit Baron et un paquet de Gellies : sa mère était très occupée en ce moment. Pas grave, tout le monde aimait les crackers Biscuit Baron : sur Herrion, c'était un produit de luxe ! Milo sortit une boite remplie de bonbons aux Cinq Nectars faits maison.
Le paradis, ou presque …

Notes:
1 Une affaire contée dans «  Venom et le seigneur de la guerre ».
2 Et aussi de la base de données de l'école, celle où sont enregistrées notes et heures de retenue… Gniahahaha ! :diable:
3 Un légume herrian, croquant, acide juste ce qu'il faut et un peu sucré. (plein de vitamines, bien entendu!) :ange:
4 Un petit ruminant bipède élevé par les Bergers (entre le mouton… et le kangourou)



Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Dim 18 Sep 2016 - 17:30   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 2]

Et voilà c'est la rentrée des classes pour le petit Sasha! j'espère pour lui qu'il ne redoublera pas cette année :diable: !

PS: Il paraît qu'une pupille dathomirienne élevée par un couple internal (il s'agirait d'un certain monsieur Tissan et d'une certaine madame Khai :diable: ) va être inscrite l'année prochaine dans la même école que Sasha! Je pense qu'ils devraient tous les deux très bien s'entendre à moins que cette sympathique Namneyen ne puisse résister à l'envie de lui donner quelques coups de boule pour lui piquer euh je veux dire emprunter :D son cher Syd (il y a un rapport avec le paresseux de l'âge de Glace?).
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mar 20 Sep 2016 - 18:50   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 2]

(il y a un rapport avec le paresseux de l'âge de Glace?).


Heu.... Les SyD deviennent soudain très paresseux quand leurs partenaires leur demandent de ranger leur chambre ou de les aider à faire leurs devoirs. Il faut dire que c'est dans leur programmation.
à part ça, j'vois pas!

pour ce qui est de la demoiselle, elle ferait mieux de prendre en compte l'entraînement commando de Sasha avant de tenter quoi que ce soit! Lui aussi a une faucheuse tendance à régler ses problèmes par la violence, mais il se soigne! :x
Après, si Namneyen rejoignait la bande, il pourrait lui faire essayer son SyD ( ou un des SyD de réserve, il a les codes secrets)! :wink:

P.S
Puisqu'on en parle, comme garde du corps, entre un SyD et un Gladius, y a pas holo! :P
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 26 Sep 2016 - 19:59   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 2]

Voici un nouveau chapitre assez court (pour changer), mais qui introduit une nouvelle aventure de Red1 et Venom* et surtout, ma Guest Star !
Qui est-ce? Un petit Quizz?
Top chrono: homme d'affaires (pas toujours) respectable, j'ai un gout prononcé pour les projets hors normes, potentiellement capables de faire de moi l'homme le plus riche de la galaxie, mais qui capotent le plus souvent à cause d'interventions intempestives ( Seigneur Sith, Destroyers impériaux, invasion Yuuzan Vongs...). Entre deux projets, je donne un coup de main à mes amis et me retrouve dans des situations incroyables, comme lorsque j'ai piloté un vieux cargo à l'intérieur d'une station de combat impériale.... Je suis, je suis...




Chapitre 3 : le Berger et le Héros.



À qui faire confiance ? Demandez au Berger !
En sortant avec pa' de la réunion, Sasha était convaincu d'une chose : il n'avait rien compris !
Pourtant, l'idée de départ était simple : en échange de terrains pour accueillir des camps provisoires de réfugiés, ReHabCorp s'engageait à reconstruire les réseaux d'énergie, d'eau potable et de traitement des déchets de Bleurive, Hautchemin et MontRoyal, trois autres villes de la planète, pour l'instant abandonnées faute de moyens et d'habitants.
C'est que Herrion, qui n'avait jamais été un monde riche, avait perdu avec ces villes sa principale source de revenus : le tourisme ! Des familles aisées venaient, avant la guerre, de Gothica, Saxe, ou Hyborria passer quelques semaines de villégiature. Des Starliners déversaient régulièrement leurs cargaisons de touristes venus admirer les paysages remarquables et soigneusement préservés. La planète était, pour l'essentiel, une gigantesque réserve naturelle, mais des visiteurs étaient admis en nombre limité.
Sauf que : pas de sous, pas de villes ; pas de villes, pas de touristes ; pas de touristes, pas de sous ! Résuma le jeune espion ;
Et puis, les survivants de ces villes, obligés de résider près de Herrion-Ville ou à Vole-au-Vent voulaient que l'accord soit signé pour pouvoir enfin retourner chez eux.
La majorité des crédits de reconstruction provenaient de dons des habitants des mondes voisins, de la bourse personnelle du vice-roi et de l'Amber Star, qui avait pas mal de soucis en ce moment. Il n'y en avait pas assez pour tout reconstruire !
C'est pas juste ! Tous ces pauvres gens devraient pouvoir rentrer à la maison !

C'était un sujet particulièrement sensible pour un garçon qui avait été si longtemps privé d'un « chez luii ».
Il connaissait dans son entourage immédiat plusieurs de ces exilés, souvent obligés de vivoter de petits boulots en attendant mieux. Madame Mimba, par exemple, avait dirigé un restaurant célèbre à Bleuerive, avec des dizaines d'employés. Maintenant, elle tenait une buvette !
Oui, mais elle fait le meilleur jus de Kilao de la planète!

Par ailleurs, tout le monde était d'accord pour aider les réfugiés.
-   la place ne nous manque pas sur notre belle planète : ces pauvres gens pourront enfin y vivre décemment ! Vous aimeriez vous entasser dans des cargos vétustes ou sur des stations surpeuplées, vous ?   Avait fait remarquer madame Antares, la mémère à son gugu.
- au moins, dans leurs stations pourries, ils ne risquent pas de marcher sur une crotte de gummie oubliée sur un trottoir !  avait aigrement remarqué l'un de ses voisins, déclenchant l'hilarité générale .
Le gummie de madame Antares était très mal élevé, beaucoup trop gâté.
Il ne s'agissait pas seulement d'altruisme : certains fermiers rêvaient aussi aux bonnes affaires qu'ils pourraient réaliser en leur vendant leurs bons produits fermiers ! Ils s'en frottaient les mains d'avance :
- On va les requinquer avec des produits sains, de la vraie nourriture ces pauvres réfugiés !  Entendit Sasha de la part d'un voisin.
On se disait même que certains de ces nouveaux venus pourraient devenir de vrais Herrians.
Ouais, une bonne affaire ! Sauf que…
L'instinct du garçon lui hurlait qu'il y avait une entourloupe quelque part.

D'après les orateurs, l'accord était très avantageux. Mais alors, pourquoi ces dizaines de clauses en jargon juridique  incompréhensible ? Pourquoi un document de 14 000 pages pour finaliser l'accord ?
Sasha n'était pas le seul à ne rien comprendre et à se méfier : Pa', qui avait pourtant bourlingué avec l'Amber Star dans sa jeunesse était tout aussi perplexe. Il en discutait avec quelques voisins, tandis que Sasha, fatigué (l'heure du coucher était passée depuis longtemps) sentait ses paupières devenir lourdes, très lourdes. Manque d'entraînement !

Il sentit la présence derrière lui, ce qui le réveilla immédiatement. Il reconnut la patte griffue qui se posa sur son épaule. Ve'ssshhh.
- Alors, Sasha, ton enquête progresse?
Comment Ve'ssshhh savait ça ?
Il ajouta, sans laisser au garçon le temps de répondre :
- Tu ne sembles pas très convaincu par les arguments de cette Corpo.
- vous et Pa' non plus… Vous avez posé beaucoup de questions.
- Et obtenu peu de réponses claires. Ces gens sont de beaux parleurs. Tu ne crois pas qu'il serait temps de demander de l'aide ? Au directeur Voxan, par exemple. C'est son travail. Et il est digne de confiance 
- Je ne sais pas s'il me croira 
-   il sait de quoi tu es capable. Et il enquête de son côté. Sans grands moyens, ni soutien, hélas. Tes informations lui seront peut-être utiles. 
Un silence. Ve'ssshhh réfléchissait.
- Tu ne veux pas être vu avec lui, n'est-ce pas ? Attends-le près de l'Arbre aux Vœux, je vais le prévenir. Ah ! J'y pense : après-demain, à l'entraînement, amène une copie de cet accord. On attend un visiteur important, et j'ai l'intuition qu'il pourrait t'aider.

Comment faisait-il pour tout savoir ? Ve'ssshhh et sa race étaient assez mystérieux, mais dans ce domaine, Ve'ssshhh était le champion toutes catégories.
Sasha contacta SyD pour qu'il sécurise la zone. Ve 'sshhh avait raison. Pas question que quelqu'un le voie parler avec Voxan ou lui remettre une data-carte. Un espion doit rester dans l'ombre. Il avait utilisé un code d'urgence pour activer l'un des SyD de réserve, qui avait repris la surveillance des Droïdes. Si on ne voyait plus son SyD à ses côtés, quelqu'un pourrait se poser des questions. Même pa' devait ignorer ses agissements.

Sasha n'aimait pas cacher des choses à pa'. Il avait l'impression de trahir sa confiance. Encore un poids de plus sur ses épaules. Il ne s'en rendait pas compte, mais il se voûta un peu plus, comme si le poids était réel. Alora faisait ses dents, réveillant toute la maisonnée. Mais si Sasha dormit très mal cette nuit, et plusieurs fois les nuits qui suivirent, c'était pour d'autres raisons. D'habitude, des tirs de turbo laser près de la maison ne l'auraient pas réveillé.



Un visiteur de marque : c'est pas n'importe qui, Lando !
Le visiteur était vraiment quelqu'un d'important : le général Lando Calrissian en personne ! Il était venu constater de lui-même l'efficacité des droïdes SyD. Tendrando Arms, qui avait fait une grosse partie du travail de conception, lui appartenait pour moitié. Il expliquait au directeur Voxan, qui l'avait accompagné, la raison de sa présence dans le système.
-  J'ai obtenu du Capitaine Herrion une licence de prospection minière pour Luma VII. J'ai accompagné mon équipe, car je voulais voir les SyD à l’œuvre ! 
Luma était le soleil d'Herrion (qui s'était d'abord appelée Luma IV), Luma VII était la géante gazeuse qui étincelait dans le ciel d'Herrion les nuits sans nuage. On l'appelait aussi le Diamant Bleu.
Sasha /SyD venaient de terminer leur parcours. Voxan leur fit signe d'approcher.
-  Voici Sasha Vega an-Herrion, dont je vous ai parlé, qui vient de terminer sa séance d'entraînement.
-  Et Syd 119!  protesta Sasha qui ne voulait pas que SyD se vexe.
-  Et son partenaire SyD 119  compléta obligeamment le Directeur.
- À eux deux, ils devraient pouvoir vous en dire plus sur la formation qu'ils reçoivent, et vous raconter l'étonnante histoire de l'escadron rouge.

Puis il s'excusa, prétextant une réunion urgente. Sasha ne laissa pas le temps au visiteur de poser une question. Les senseurs de SyD étaient vraiment très performants, et il avait entendu la conversation.
- Vous avez dit capitaine, en parlant de grand-père. Vous le connaissiez avant qu'il devienne Vice-Roi ? 
- Depuis près de trente ans. Nous avons été aussi souvent associés que concurrents. Un grand bonhomme, ton grand-père, mais redoutable en affaires.

Le général avait dû y laisser des plumes, à en juger par son expression. Sasha soupira :
- Justement, j'aurais vraiment aimé qu'il soit là, avec cette histoire d'accord avec ReHabCorp. Lui, il aurait compris toutes ces clauses.
- ReHabCorp ? Ils sont implantés sur Herrion ?
Lando Calrissian faisait la moue.
- Vous connaissez ? 
- Pas en bien, crois-moi ! Ils ont une politique très agressive, je dirais même des méthodes de voyous 

Et Lando conta au garçon les mésaventures de ses amis Han et Leia face à une expédition de ReHabCorp. Puis il posa une question sur SyD et les partenaires s'empressèrent de répondre. Une question en entraînant une autre, Sasha conta l'histoire des rouges et de leurs ailes A.
- … Les rouges sont des pilotes et des Techs, pas des fantassins, ils se débrouillent très bien avec leurs SyD. C'est juste qu'ils ne sont pas censés participer aux combats au sol, sauf pour se défendre . C'est pas des stormtroopers ou des SpecForces. Mon grand frère voulait surtout qu'ils aient une bonne armure pour qu'ils soient protégés en cas de pépin . termina Sasha pour excuser d'avance d'éventuelles maladresses de ses camarades.
- Tu dis ils… Et toi, tu n'es pas pilote ? 
-  Ben, non, ma spécialité, c'est plutôt l'esp…
- Enfin, se reprit-il, je suis une sorte d'éclaireur, vous voyez. Premier arrivé, dernier parti. J'étais sur Tschaï avant tout le monde termina-t-il fièrement.

Il avait failli se trahir. La fatigue !
Puis lui et SyD firent une démonstration des processus de séparation et de fusion. Lando fut surpris par la petite taille et l'age du garçon .
- Je suis plus vieux que j'en ai l'air, vous savez ! J'aurai bientôt treize ans ! Protesta-t-il.
Il s'empressa de retourner dans son droïde : il faisait beaucoup plus grand ainsi.
SyD intervint :
- Sasha est quelqu'un de très mur et de très expérimenté. Il est vraiment très fort dans sa spécialité ! Je suis très content d'être son partenaire, même s'il ne veut toujours pas m'apprendre à faire des bêtises. Et en plus, notre Pa' est formidable. J'ai beaucoup appris avec eux.

Sasha fut un peu surpris d'entendre SyD parler de «Notre Pa'», mais d'un autre côté, Pa' se comportait avec SyD comme avec un enfant. Exigeant, mais patient et toujours prêt à répondre aux questions. Pas étonnant que SyD l'aime aussi. Par contre, Lando ne semblait pas choqué d'entendre un « droïde «  parler alternativement avec sa voix ou celle d'un enfant.
Sasha fit un gros effort pour remplir ses devoirs d'hôte, mais il était vraiment crevé. Heureusement, à l'intérieur de SyD 119, cela ne se voyait pas. Le général Calrissian eut droit à une démonstration de travail en équipe.
- Vous voyez, général, ils…
- appelle-moi Lando, comme le font mes amis !
Sasha, tout fier, reprit :
- Vous voyez, Lando, même au sol, ils travaillent en double paires qui se couvrent mutuellement…
Le Finger Four était une tactique de pilotes de chasse. Il essaya d'expliquer le principe à Lando, qui hocha la tête :
- je connais. C'est très efficace avec des pilotes expérimentés qui se connaissent bien. Ce qui semble être le cas, même au sol.

À la fin, Sasha était si crevé qu'il faillit oublier de donner sa data-carte. SyD le surprit, encore une fois. C'est lui qui, imitant l'attitude, la syntaxe et la voix de son partenaire, présenta la requête, ajoutant :
- Vous vous y connaissez en affaires, vous ! Ici, la plupart des gens n'y comprennent rien, et je n'ai pas trop confiance en ceux qui sont censés savoir. Je suis le seul représentant de la famille Herrion sur la planète et je vou… Je ne voudrais pas qu'ils fassent une grosse bêtise! 
Lando ne parut pas très surpris par cette demande. Sasha, qui n'avait jamais pensé à ça, prit le relais pour raconter les accidents mortels des deux questeurs
- ils avaient « émis des réserves», tous les deux. Un questeur ne peut pas être pour ou contre, il donne des recommandations et émet des réserves  expliqua-t-il.
Vous voulez bien, Dites?  fit-il suppliant, en tendant la carte.
- Je vais y jeter un coup d’œil, promis !  Fit l'homme d'affaires en acceptant la carte. Puis il ajouta :
- Tu n'es pas seul, tu sais ! Je dois t'avouer que le Directeur Voxan m'avait prévenu que tu aurais une requête. Et, sous prétexte d'excuser son départ prématuré, il m'a expliqué qu'un dénommé Ve'ssshhh et lui devaient présenter ce soir une motion pour retarder ce vote. Je comprends maintenant qu'il voulait que je sois votre messager 

Sasha se sentit tout à coup soulagé d'un grand poids. Des adultes de confiance prenaient les affaire en main. Il en connaissait si peu !
- Tu devrais contacter ton grand-père. Il est de retour de Coruscant, Il est sur Hyborria, je crois. Il devrait avoir assez de poids pour renégocier cet accord ou le faire capoter.


" Beep...Vous avez un message"

Il avait craint de ne pas assurer lors de la réunion du club, mais après le discours de Lando, il se sentait gonflé à bloc.
Le thème était «  comment savoir si quelqu'un a fouillé vos affaires ». Ce fut un grand succès!
Allez savoir pourquoi, tous les ados du club se sentaient concernés et se promirent d'appliquer le jour même ses techniques toutes simples : un cheveu collé au bon endroit, un petit bout de papier coincé dans un tiroir, un peu de poussière...
Il annonça pour le lendemain après midi une grande chasse aux indices. Il voulait que demain, la ville soit pleine de gamins furetant dans tous les coins; ainsi, son équipe  passerait inaperçue et pourrait monter tranquillement une surveillance du Questeur Marlez.
Comment allait-il réagir à la motion  de Ve'ssshhh?
En principe, le continent sud, où vivaient la plupart des Bergers n'était pas impliqué dans l'accord, pas plus que la Forêt. Mais Ve'sshhh vivait au contact des humains depuis des siècles et se sentait concerné.
Ce n'est pas parce que des adultes avaient pris le relais qu'il allait laisser tomber, non ?
SyD se chargerait de déposer les « indices » pour la chasse pendant la nuit. Tiens, au fait, il était peut-être temps de lui donner un vrai nom. Avec les droïdes de réserve, il y avait déjà plus de 50 SyD sur la planète. Sans compter qu'on attendait un nouveau lot. Il lui en parlerait demain: Là, c'était l'heure de rentrer à la maison : le goûter n'attend pas !

À la maison, Ma' n'était ni dans le verger, ni au rez-de-chaussé:
- Sasha ? Tu es rentré ?
Elle devait être en haut avec Alora.
- Oui, m'man' ! C'est moi! Cria-t-il sur le même ton.
- un message de Thalia  est arrivé pour toi ! Il est à côté de ton goûter ! Je ne peux pas descendre, mon petit chou, Alora fait diarrhée sur diarrhée.
Sasha fronça les sourcils : il ne s'y connaissait pas trop en bébés, mais ça semblait inquiétant.
- C'est grave m'man?
Elle dut sentir l'inquiétude dans la voix :
- le docteur Terak dit que non, pas trop ! Il est passé tout à l'heure. Tu sais, ce n'est pas facile pour elle de passer du lait aux légumes! Ne t'inquiètes pas, mon chou ! 
- d'ac, M'man ! Bon courage !
D'après son estomac, il était l'heure exacte du goûter. Il visionna la Holo en le dévorant.

Beep Début de message.
- Salut, cousin ! Bon, je fais court, le capitaine qui doit emporter le message est pressé ! ça se complique dans la bordure: il y a un chef de guerre qui fait des misères à l'Amber et à ses filiales. Markus est la-bas, et il a commencé à lui apprendre les bonnes manières, tu le connais, mais il va avoir besoin de renforts. Alors je pars le rejoindre avec le Vandal (ça y est, il est enfin réparé), et la flotte (1) .
Les coryndiens ne sont pas contents, mais, après tout, ils n'ont livré que le tiers de ce qu'ils avaient promis et ils se sont offerts deux stations de défense toutes neuves. Oncle Alcor (2) a dû taper du poing sur la table pour que, au moins, le Vandal soit traité en priorité. Je ne l'aurais pas cru, mais il peut être encore plus teigneux que grand-père. Tout ça pour te dire que je ne vais pas rentrer la semaine prochaine, comme prévu. Dommage !
Il paraît qu'Alora met ses dents ? Fais-lui une bise de ma part, ainsi qu'à tes parents ! Et je t'en fais une aussi ! Ah, j'ai aussi envoyé une holo à l'escadron ! S'il te plaît, empêche-les de faire des bêtises. Enfin, si tu peux !
Beep _ fin de message_ 

Arrêter l'escadron rouge quand ils sont en « Mode Connerie »(3) ? Autant s'abriter d'une pluie d'astéroïdes sous un parapluie!
Ceci dit, ils étaient plutôt sages, ces temps ci. Même Milo ne rajoutait plus de gros mot à chaque phrase. Seulement une sur cinq en moyenne. Les progrès étaient lents.
- dommage, tu parles ! Elle est trop contente de rejoindre son Venom chéri, ouais ! Eh, les amoureux, on a besoin de vous ici! Marmonna le garçon.

Mais il se sentait mieux depuis que des adultes compétents (surtout Ve'ssshhh) s’occupaient du problème ReHab. Pour la première fois depuis longtemps, ce soir-là, il s'endormit tout de suite et ne fit aucun cauchemar.


Notes
1 La petite flotte pirate est devenue flotte mercenaire et Thalia a « hérité » des parts de Venom, officiellement décédé.
2 Alcor Procyon an-Herrion, demi-frère du Vice-roi et nouveau dirigeant de la compagnie Amber-Star
3 L'expression est de Venom, mais Sasha l'a (évidemment) reprise à son compte

* C'est le début de: "Venom et le seigneur de la guerre"



Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 08 Oct 2016 - 19:29   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 4]

Et voici un nouvel épisode des aventures de Sasha et ses copains!



Chapitre 4 : Wookieleaks: un espion (à temps partiel) balance sur le réseau!



Une nouvelle élève, une ancienne camarade.
Le lendemain, une bonne surprise attendait les Rouges à l'école. Ce n'en était pas une pour Jacsyn, qui avoua plus tard avoir été contraint au secret. Il y avait une nouvelle venue en classe : une jeune fille par l'âge, une fillette par le comportement, qui marchait maladroitement avec une prothèse métallique provisoire à la place de sa jambe gauche. Elle avait l'air un peu perdue et effrayée, malgré la présence rassurante de ses parents.
-   Masha, c'est Masha ! 
Il y avait une joie contenue chez les rouges. Contenue, car on leur avait bien expliqué que trop de cris et d'agitation risquaient de l'effrayer. Ils s'attendaient à la voir débarquer à l'école d'un jour à l'autre. Jacsyn fit un signe à Sasha «  attends ici », puis s'avança lentement, sourire aux lèvres.
Il parla tout doucement.
- Bonjour, Masha ! Tu te souviens de moi ? Je suis venu jouer avec toi, avant-hier.
- Jac-Syn ? Bon-Jour !
 
D'après Jacs’, elle parlait de mieux en mieux, mais avait encore tendance à hacher un peu les mots.
Pendant la bataille de Vance, son chasseur avait été détruit, et une décharge avait remonté les connections neurales. Les connections neurales, c'est bien pour contrôler un chasseur, on gagne aussi quelques millisecondes. Mais quand elles grillent, il y a des bouts de cerveau qui grillent aussi. C'est d'ailleurs pour cela que la plupart des pilotes s'en passaient. Bien sur, la science médicale pouvait réparer ça. Venom avait payé pour avoir les meilleurs spécialistes.
« Mais c'est long et on perd des données en chemin », avait rappelé l'un des experts. Masha allait beaucoup mieux : il était temps, disaient les médecins, qu’elle fréquente d'autres enfants, surtout ceux qu'elle avait connu. C'était bon aussi pour réveiller ses souvenirs. Ceux qui restaient.
- Je peux te présenter un copain, Masha ?
- Ton A-mi? 
- Oui, Masha, et bientôt le tien aussi. Tu seras dans notre classe. Nous t'aiderons, promis !
Sasha avança :
- Bonjour, Masha ! Je m'appelle Sasha. Tu veux être mon amie? 
- Sa-sha.... Mon ami 
A la fin des cours (elle n'en suivait qu'une partie et travaillait aussi avec deux éducateurs), Jacsyn lui avait présenté trois rouges de plus. Elle avait été troublée quand Théra l'avait saluée. Comme un souvenir ? Sur le Viper, elles étaient très bonnes copines, toujours ensemble.
Jacs prenait très au sérieux son rôle d'ange gardien. Sasha se promit de l'aider de son mieux.

Il n'en monta pas moins sa filature l'après midi. Jacs était occupé, mais Corran avait rejoint l'équipe. Pas de chance, le questeur Marlez ne quitta son bureau que pour aller prendre une boisson au distributeur du bâtiment administratif. Les parents ne badinaient pas avec l'heure du retour. Toute son équipe se dispersa à l'heure fatidique.
Sasha n'avait pas pensé à ça en réunissant sa petite troupe ! Le fait que sa '‘chasse aux indices’' ait été un grand succès ne suffisait pas à le consoler. Frustré, il rentra chez lui en solitaire: Jacs parlait avec les parents et les éducateurs de Masha. Après tout, il s'était porté volontaire !
C'est grand-père qui avait choisi les nouveaux parents de Masha : ils n'étaient pas aussi riches qu'il l'avait promis à Venom, mais ils avaient réussi dans les affaires et ils savaient s'occuper d'enfants handicapés. Surtout, tous deux avaient été des pilotes de chasse. Après les avoir rencontrés, Venom avait approuvé. Il ne l'avait pas regretté. Jacsyn aussi était conquis :
- En plus, ils pilotent toujours: ils ont racheté deux des vieux Z95 de la force de défense et sont réservistes !
Nul doute qu'il devait avoir avec eux des discussions plus passionnantes qu'avec son enseignant de père adoptif.
Sasha ne décolérait pas de l'échec de sa filature !
- Si seulement j'avais des tags ! Rouspéta-t-il auprès de son fidèle droïde. En lui en collant un, je pourrais tracer tous ses déplacements.
Les tags, c'étaient de minuscules balises qui se collaient partout et émettaient un signal qui permettait de les localiser. Minuscules, invisibles, indétectables sans un récepteur spécial ; avec les modèles les plus puissants, on pouvait même pister un vaisseau dans l'hyper-espace. Un des fameux gadgets ultra-secrets de Venom. Secrets, mais pas pour Sasha ! Il n'y avait pas cet article dans les réserves de l'escadron rouge. Mais dans celles de Venom ? Une idée à creuser !
C'est pas bien de fouiller dans les affaires des autres. Mais, en cas d'urgence ?
Grand-père avait offert une jolie maisonnette aux tourtereaux. Ils n’aimeraient sûrement pas trouver des squatters chez eux à leur retour, non ?
- J'ai les clés, après tout !
Tiens, il avait de la compagnie ! Swift trottait à ses côtés. Encore un coup de Ve'ssshhh. C'était parfois contraignant, mais un membre de la famille Herrion avait toujours une escorte quand il se déplaçait. À défaut de Jacsyn, Sasha appréciait beaucoup plus son protecteur à six pattes qu'un agent de la sécurité planétaire. Mais franchement, c'était inutile : SyD' était le meilleur garde du corps qui soit !

… …



Menaces et ripostes : Sasha balance sur le réseau !

-   Ve'ssshhh ! Ve'ssshhh ! Mais où il eeeeeest ! 
Sasha risquait d'être en retard à l'école, et le Berger n'était pas à sa place habituelle. Et il avait un truc super important à lui donner! Lando avait enfin une réponse, il avait envoyé un messager, et c'était grave, très grave !
La patte sur son épaule le fit sursauter. Il serait plus correct de dire qu'il fit un bond et faillit tomber de son Bike !
- Je suis là, Sasha. Dis-moi, tu me sembles bien excité: effrayé, dirais-je.
-  Ah, Ve'ssshhh, je suis content de te trouver! Ils vont nous voler la planète ! On pourra plus rien faire! Et y aura plein de gens partout! Et ils couperont les...
-   Du Calme… Caaalme… là, tout doux… Respire profondément… Oui, c'est bien !

Ce fut ' comme si un grand manteau bien chaud et douillet s'était posé sur les épaules du garçon. La panique reflua. Pourquoi aurait-il peur? Ve'ssshhh était là, tout irait bien.
- Voilà, tu vas mieux ? Si tu reprenais au début ? 
- Lando Calrissian, le Général, il a fait ce que je lui demandais: il a fait analyser le contrat par ses experts. Non, par une grande agence d'experts, c'est pourquoi ç'a été si long, et ils sont formels: il ne faut surtout pas le voter !
- Cette fois, j'ai compris ! As-tu lu l'analyse ? En quoi est-il dangereux ? Une clause particulière ?
- Oui, et Lando m'a fait un résumé ! C'est super grave, il y a plein de clauses , toutes seules, elles veulent rien dire , mais ensemble, elles offrent la planète à ReHab ! C'est super malin, il a dit, Lando ! Lui n'avait rien vu, et pourtant il s'y connaît! Mais il trouvait lui aussi que c'était trop long et trop compliqué, alors il a demandé à des experts ; il a pris les meilleurs !
- Tu as leur analyse avec toi ? Bien ! C'est une copie, j'espère? 
- Oui, bien sur, j'ai fait plusieurs copies, faut toujours en faire. 
- C'est bien ! Glisses en une dans les archives et une autre dans le réseau, je sais que tu peux le faire. j'ai rendez-vous avec des membres du comité pour la préservation du milieu, et Voxan doit venir. Nous allons étudier tout cela. Va, maintenant, ou sinon, tu seras vraiment en retard !

Sasha repartit, le cœur plus léger. Ce n'est que presque arrivé à l'école qu'il se rendit compte :
- hé, comment il sait que j'ai accès aux systèmes informatiques planétaires? 
N'importe qui ici, du vieillard au plus jeune, lui aurait répondu sans même s'en étonner :
-  Ve'ssshhh sait toujours !

En tout cas, la diffusion de l'analyse fit scandale! Mêmes les profs en parlaient entre eux à la récré. Devant les holocams des infos locales, Voxan fit l’innocent :
- Oui, j'ai soutenu une motion pour 10 jours de réflexion supplémentaires ! Un simple réflexe de prudence, dirais-je, mais je n'aurais jamais imaginé que…
Il semblait abasourdi :
- … non, j'ignore comment cette info a pu rentrer dans le réseau ! Mais n'oubliez pas que chaque citoyen a le droit d'informer les autres, anonymement s'il le souhaite. Une enquête? S'il y a dépôt d'une plainte pour mensonge, diffamation ou malveillance, et qu'un juge mandate la Sécurité, j'enquêterai et trouverai l'auteur, qui devra prouver ses accusations devant un jury citoyen ou les retirer. En attendant, il m'est interdit de fouiller la vie privée des bons citoyens de cette planète !

Un enquête ? Comme s'il ne savait pas qui avait balancé. Protéger ses sources et couvrir son informateur, c'est le B-A-BA du bon flic !
Madame Sirius, présidente du comité de reconstruction, fut elle aussi interviewée :
- … Je suis effarée ! Toutes ces clauses, je les jugeais inutiles, mais inoffensives. Isolées, elles le sont, mais rassemblées ! Le résultat me terrifie !
Elle se tut, le temps de se ressaisir, puis affirma :
- Nous avons besoin de juristes professionnels ! Des spécialistes du droit commercial ! Je l'avoue, ce type de contrat dépasse totalement mes compétences ! 
Elle offrit sa démission, qui fut finalement refusée.

Malheureusement, les dirigeants de ReHab ne portèrent pas plainte.
 Dommage, Sasha aurait bien aimé les voir se soupçonner mutuellement, d'espionnage industriel, par exemple: il s'était arrangé pour que l'info semble parvenir d'une de leurs consoles publiques !
Qui sait? Avec un peu de chance, ils feraient une enquête interne qui parviendrait aux mêmes résultats.
Il avait de quoi attiser leur méfiance: pour éviter que ReHab ne remonte la piste jusqu'à lui, le rusé Lando avait commandé l'analyse au nom d'une corpo concurrente et encore plus puissante.
Ils n'avaient pas pour autant renoncé à atteindre leurs objectifs: le chef de projet Marcona jurait ses grands dieux qu'il n'avait jamais envisagé une action déloyale et se disait prêt à réviser le contrat…
-…  avec l'aide d'authentiques experts, sans interprétation partisane suscitée par des concurrents déloyaux .

C'est qu'il était fort pour les discours, monsieur Marcona !
Quand même, il va t'en falloir, du blabla pour faire oublier ce coup, estima le jeune espion, fort content de lui. Mais le « chef de projet » lui paraissait - malheureusement- capable de surmonter l'épreuve.
Là, c'est un à zéro ! Mais les corpos ont récupéré la balle !

Grande consolation, le truc des tags tournait super bien : avec la complicité de deux droïdes astromech des rouges, les SyD, souvent aidés des compagnons, suivaient Marlez et ses contacts. C'est que sa petite équipe avait maintenant tout d'une unité pro. Sauf le temps ! Les pros ne passent pas la majeure partie de la journée à l'école, eux ! Malgré tout, la liste de Sasha grandissait, Voxan avait les noms. Seul problème : le droïde de protocole, très, très actif, n'avait pas de tag, lui !
je vais devoir passer à l'étape suivante !
Mais cela signifiait s'introduire chez des gens, placer des micros, des caméras. Toutes choses très mal vues sur Herrion, et pour tout dire, sévèrement condamnées.
Ouais, mais les nouveaux bâtiments de ReHab ne font pas partie d'Herrion, non ?
Comme une ambassade, ils bénéficiaient de l'extra-territorialité. Ce n'était plus une atteinte à la vie privée, mais de l'espionnage. En plus, pour terminer les travaux, des tas de gens entraient et sortaient. L' occasion se présenterait bien de…
Plus tard ! Pour l'après midi, Sasha avait mieux à faire.




Interlude : Place au sport

Il y avait un mini tournoi de street-ball à l'école, cet après midi. Pas d'entraînement, pas de filature, place au sport ! Le street-ball (1) était populaire sur Hyborria ou Gothica, mais assez peu de gens le connaissaient, sur Herrion, avant que ne débarquent trois millions d'enfants venus de tous les horizons.
Les Vargs affamés, c'était le nom de la seule équipe incluant des Herrians pure souche (il en restait si peu) : Berylle et Corran, débutants, faisaient équipe avec des experts 
Les deux cousins, Mizar et Rigel se ressemblaient suffisamment pour qu'on pût les croire frères. Normal , leurs mères respectives étaient sœurs jumelles. Les Inséparables, comme les profs les surnommaient, avaient grandi sur Hyborria, le monde industriel du secteur He'ran où ce sport était une quasi religion: ils étaient de fervents pratiquants et rêvaient d’une carrière professionnelle. Quant à Sasha, il était l'on des meilleurs joueurs des équipages de Venom. À bord du Hun, il avait même battu la meilleure équipe de pages du Vice-roi (2) !

Ils allaient affronter pas moins de trois équipes de rouges (TIE fighters, TIE Interceptors et TIE Avengers, toujours chasseurs, ceux-là (3) ) et deux redoutables équipes de Coruscanti, les Level 1313 et les S4892 (4). Quant aux Starfires, composée d'enfants des personnels de l'astroport, ils allaient jouer jusque sur Hyborria, Franca ou Gothica. La seule équipe qui soit sponsorisée, avec de beaux maillots et tout, et tout…
La huitième était une équipe de profs improvisée, mais monsieur Pegasus et madame Cygnus avait joué en seconde ligue sur Hunnia.

Monsieur Corrant, ancien champion de l'Amber Star, rappela les règles du jeu pour les spectateurs (surtout des parents et des personnels). Elles étaient simples :
"-  On peut utiliser toutes les parties du corps pour frapper la balle, sauf les mains et les avant-bras  (il n'est pas recommandé d'utiliser certaines parties du corps, car la balle est très dure : ouille! C'est vous qui voyez !)
- on peut jongler, faire des passes, utiliser tout obstacle naturel pour faire rebondir la balle, y compris le sol, mais si elle y rebondit plus d'une fois, roule ou s'immobilise, l'adversaire peut la récupérer.
- On doit envoyer la balle dans les cages adverses pour marquer. Il est interdit de pénétrer dans la '‘zone rouge’' adverse , juste devant les cages.
- trois buts d'avance, c'est gagné, sinon, c'est celui qui est en tête au cinquième qui gagne. Je rappelle que ce sont 5 et 10 buts pour les adultes et les pros" 

Les matches étaient courts, mais intenses et très physiques. Hors tournoi, on jouait trois manches successives. Le truc sympa, c'est que chaque terrain pouvait être différent : murs, trottoirs, clôtures, lampadaires, corbeilles à déchets modifiaient les caractéristiques du terrain et pouvaient servir aux rebonds… Mais attention aux fenêtres : sur Herrion, elles étaient en verre, pas en plast ou en transpacier : gare à la casse !
Pour leur première partie contre les Starfires, les Vargs s'étaient réunis en cercle, tête contre tête, pour se motiver et recevoirles les dernières consignes du capitaine Mizar :
- Leur meilleur joueur, c'est Mika  Un super jongleur et passes précises! Je m'en charge !, expliqua Mizar, mais le plus dangereux, c'est Lucca : il tire de loin, vite et fort. Faut toujours avoir quelqu'un entre lui et la cage. Sasha, c'est pour toi. Rigel, tu es le plus rapide, je te laisse te placer à ta guise. Berylle, Corran, si la ruse de Sasha marche, ce sera à vous de jouer. On va le gagner, ce match ! 
Un, deux trois, ssssssssshraaaaaaaaassshhh!!!!!!'' »

Le feulement du petit Varg affamé retentit. Et pour bien marquer le coup, ils ôtèrent leurs chasubles pour montrer leurs maillots à eux : tuniques blanches ou trônait un magnifique jeune Varg tenant une balle en équilibre sur son museau. L’œuvre de ma', qu'un ingénieux bricolage de pa' avait réussi à reproduire et imprimer sur le tissu en 5 exemplaires.

Monsieur Corrant commenta le match d'ouverture :
« Début du Match : les Vargs ont la balle : Sasha lève la balle du plat du pied, lobant Mari qui s'est interposée. Mizar la réceptionne en courbant le dos, la fait rebondir d'un coup d'épaule et, du pied l’envoie... Là où aurait dû se trouver Corran, qui a oublié de s'avancer. La balle roule au sol. -
Aux Starfires de jouer. Mari, Feren, rebond sur le mur, contré par Rigel, Lucca récupère, passe à Mika, qui fait son numéro : amorti de la poitrine, genou gauche, genou droit, passe à lui-même du plat du pied pour contourner un Corran dépassé, récupération sur l'épaule, puis… au lieu de passer à Lucca, que Sasha surveillait, il ajuste un boulet de canon, droit au but ? Non ! Berylle est en plein sur la trajectoire, probablement par hasard. Elle tourne le dos sous l'assaut et… bel arrêt involontaire du… postérieur. Hou, ça doit faire mal !
- Balle aux vargs. Sasha passe à Mizar, s'avance, Mizar renvoie la balle, Sasha récupère et tire direct contre le mur du réfectoire. Beau rebond ! Rigel est juste sur la trajectoire… Berylle n'est pas loin, mais semble un peu perdue… Rigel tire ! Tir tendu et précis, bien cadré, mais d'un peu loin... Ilena s'interpose au dernier moment et, d'un coup d'épaule, la renvoie, un peu au hasard. Course rapide de Lucca qui récupère in extremis, relève la balle, un rebond du genou, et… superbe reprise de volée ! Mais le retour rapide de Sasha sauve les Vargs ! Toujours 0/0. 
- Une courte pause pour souffler, les enfants. N'oubliez pas de prendre une bonne rasade de jus de Kilao, gracieusement offert par notre sponsor officiel, madame Mimba ! 
- Et la partie reprend, sous l'impulsion des vargs, dont les mauvaises langues disent déjà qu'ils jouent à trois contre cinq ! Allez, Berylle, Corran, on se secoue ! Mizar fonce à travers la défense des Starfires, Lucca et Feren viennent renforcer Mari, mais Mizar passe vers l'arrière. Sasha jongle, mais il est pressé par Mika et ilena. Il tape vers l'avant, un peu au hasard, dirait-on… Rigel est trop loin. Mais le hasard fait bien les choses : Berylle est là ! Oubliée de tous, toute seule devant le but ! Pour une fois, elle réussit son contrôle et tire ! Ouiiiiiii ! But, but Buuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut ! Et les petits Vargs mènent 1 à zéro !

La gorge sèche, Monsieur Corrant avala une gorgée de jus bien frais :
- Les starfires passent à l'attaque, avec Mari, Feren, qui passe à Mika, démarqué. Un seul obstacle, devrais-je dire naturel, entre le but et lui : Corran. Mika va le passer, le passe… Mais ? Mais ?
- Que s'est il passé ? C'est Corran qui a le ballon et il est seul devant le but adverse, il tire ! Ouiiiiiiii ! But, But, Buuuuuuuuut ! Je n'ai rien vu, rien compris, je demande un ralenti ! Ah, on m'informe qu'il n'y a pas d' holocam sur le terrain ! dommage ! En tout cas, 2 à zéro pour les Vargs.

-  Et la partie reprend : cette fois, les Starfires se méfient : Corran semble avoir appris à jouer depuis son but. Il contre un tir de Mika, passe à Rigel qui, un, deux, trois, rebonds de la tête, envoie vers Mizar. Mais Lucca est là qui lui subtilise le ballon. Le revoici face à Corran. Lucca tente un pont, mais… je n'ai encore rien vu ! Corran a la balle, il passe en retrait à Sasha, qui renvoie en un long lobe sur Berylle, bel amorti du pied gauche, elle ajuste, tire ! Ilena s'interpose et sauve son camp. Retour à Mika, qui affronte une Berylle revenue en soutien. Il la passe grâce à un judicieux rebond sur une poubelle, lance Feren qui tire… Ouhhhhhh, ça fait mal ça ! Sasha a fait preuve d'esprit de sacrifice, il doit le regretter, maintenant !
En général, On évite d'arrêter la balle avec… euh, vous voyez ce que je veux dire !
Pauvre Sasha ! J'ai mal pour toi ! Mais le jeu, impitoyable, reprend. C'est Bérylle qui lance Mizar.. Mizar, encore Mizar, quel jongleur ! Rigel, Corran qui, encore une fois, mystifie Lucca, Bérylle s'est avancée, va-t-il la voir ? Oui ! Et notre petite Bérylle, en limite zone rouge, n'a plus qu'à déposer la balle dans les cages adverses. Et… eh, oui, but ! Et C'est Le Maaatch ! C'est gagné !
Match! Match, Maaaaaaaaaaaaatch ! C'est incroyable, les Starfires sont vaincus, eux qu'on donnait favoris du tournoi ! Les petits Vargs ont gagné ! La victoire semble ranimer le pauvre Sacha qui vient, un peu pâle, féliciter sa copine." 

Sasha se chargea de tout expliquer aux Starfires :
-  c'est ce qui arrive quand une grande équipe sous-estime les petits poucets5. Vous pensiez tellement fort que des herrians ne savaient pas jouer, que vous l'avez cru ! Quand ils étaient étudiants, le pa' de Corran et la ma' de Berylle ont joué en équipe une sur Gothica ! Ils ont appris deux-trois choses à leurs enfants. Presque tout, même. Sans rancune ? 

Mika se montra beau joueur, mais Lucca boudait dans son coin!
Les Starfires remportèrent tous leurs autres matches, même contre les 1313 et les interceptors. Les petits Vargs gagnèrent encore leur match contre les profs, puis un troisième contre les TIE fighters (plus dans le coup, ces vieux chasseurs ! ), Un autre fut perdu de justesse. Sasha eut le plaisir de marquer un but chanceux contre les Interceptors de Jacs, mais pour le reste, son équipe se fit écraser : 1à 4 contre l'équipe de Jacs, 0/3 contre les 1313, même score contre les S4892.
Les 1313 furent déclarés vainqueurs du tournoi pour un seul but d'avance au goal-average.
- la prochaine fois, on s'entraîne plus, et on les bat !  Jura Sasha : il pensait pouvoir convaincre le pa' de Corran de les entraîner. Un triple champion de secteur, demi-finaliste de la conférence Nord-est!
C'est très utile de pouvoir consulter en cachette les fichiers de la sécurité.
En tout cas, battre les Starfires était presque aussi génial que de glisser des épines sous les pieds de ReHab ; Et une nuit sans cauchemars pour Sasha, une ! Bon d'accord, après le tournoi, il avait mal partout, Mais cela ne l'empêcha pas de tomber comme une masse.



Chasse au vertil : un après midi avec les copains
Le lendemain, impossible d'aller fureter du côté de chez ReHab ; Sasha avait un bébé sur les bras.
Et même dans les bras ! Pa' et ma' avaient dû s'absenter.
Alora était charmante, mais constata le garçon, changer ses couches n'avait rien d'une partie de plaisir depuis qu'elle mangeait viandes et légumes. Beurk !
La faire manger, par contre ! Elle suivait chaque cuillère du regard, comme la tête chercheuse d'un missile Blue-ray suit sa cible jusqu’à l'impact et elle ouvrait grand son bec bien avant de recevoir sa becquée.
Cela laissait tout un tas de possibilités amusantes : retirer la cuillère au dernier moment, lui faire suivre une trajectoire compliquée, faire semblant de manger à sa place, rater la bouche…
Sasha constata que c'était amusant seulement après que la petite vorace eut satisfait sa première faim. Avant, c'étaient hurlements stridents et grosse colère  garantis!

Il jouait avec elle quand ses potes arrivèrent. Une fois Alora changée (les autres se contentèrent de regarder de loin, sauf Mizar qui avait un petit frère et qui prodigua quelques conseils inutiles) et couchée pour la sieste, il réunit son conseil de guerre à l'ombre des vert-verts (6) de la cour. Ma' avait donné son autorisation pour que la petite dorme dehors dans son petit lit flottant, à côté de son frère. Il faisait si beau ! Le conseil fut court: Sasha voulait savoir comment et à quelles heures entraient et sortaient les ouvriers travaillant dans l'immeuble ReHab. Rien de plus facile pour Rigel et Mizar dont les pères, associés dans une entreprise de construction, travaillaient sur le chantier! ! Berylle fit sa mystérieuse en promettant bien mieux, grâce à sa maman. Pas moyen d'en savoir plus !
Et après ? place au jeu !
Pa' avait bricolé un truc génial : une cible taillée dans un bloc de mousse isolante bien dure, sur laquelle ma' avait dessiné un vertil vorace (7) ; Il fallait lui lancer de petits dards empennés au moyen d'un long tube dans lequel on soufflait. Pa' appelait ça une sarbacane ! Il y avait un système de points : un coup dans l'abdomen, cinq points, 7 points pour les pattes, 10 pour la tête, 10 de plus si on le touchait entre les antennes. De quoi passer l'après midi entre copains, en attendant le réveil d' Alora.
La partie fut serrée : bien sur, Sasha avait de l'expérience avec son lance-aiguille Bronash, mais là, il fallait tout de même souffler ! Pas facile de bien doser… à ce jeu, Théra était la meilleure : quel souffle ! Milo, par contre, failli avaler le dard : au lieu de souffler, il avait aspiré, cet idiot ! Heureusement que pa' avait prévu ce genre de gag en construisant sa sarbacane et que les dards n'auraient même pas égratigné un vrai vertil. C'était un sacré bricoleur, pa' ! La partie s’interrompit un instant quand Alora réclama son biberon .
Quand ma' et pa' rentrèrent, ils trouvèrent les compagnons assis en cercle, dégustant leur goûter, tandis qu' Alora, repue, passait de bras en bras et de câlins en câlins…
Un après midi passé à s'amuser avec les copains est toujours un bon après-midi !


Notes
1 Ou Corr-ball quand il se joue dans les coursives d'un vaisseau ou d'une station (c'était la distraction favorite des petits esclaves des pirates, Venom y excellait avant d'être affranchi.)
2 Hé, Sasha ! Milo, Jaïa, Jacsyn et Thera y sont peut-être pour quelque chose, non ?
3 Notez leur préférence pour les produits de la maison Sienar, Pourtant, ils pilotent des aile-A ! Mais leur coursier est plus rapide que l'Interceptor.
4 deux secteurs assez mal famés de Coruscant
5 Un conte traditionnel herrian  ???
6 Le feuillage des plantes, sur Herrion, tire sur le bleu, mais les feuilles persistantes des vert-verts sont vraiment vertes!
7 Un ravageur de récoltes, un vrai fléau pour les paysans.


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Ven 21 Oct 2016 - 19:49   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 4]

Cette semaine, c'est Sasha qui est de service. D'ailleurs, la mission que Ve'ssshhh lui a confiée a toute l'apparence d'une corvée.
L'apparence seulement.


Chapitre 5 : Cap'tain Sasha et les Reapers !




Mission chez les commandos :une vieille tradition remise à l'honneur !

Ce n'était pas la première fois que Sasha se rendait dans le district des Cascades. Mais cette fois, il était en Mission. Pas une mission secrète, ni une opération anti-réhab : K'reelll, le Berger du district avait appelé son collègue V'esshhh  à l’aide ;
Il avait un gros souci avec d'anciens enfants soldats :
- Ce n'est pas qu'ils se comportent mal, et leurs thérapeutes sont assez satisfaits de leurs progrès. Mais je ressens comme un malaise, une grande détresse chez beaucoup d'entre eux… J'ai besoin d'un peu d'aide.
- Quel type d'aide  ?
- Je crois que j'ai la solution… Quelqu'un de ton district !

La solution, qui venait de descendre de la navette inter-districts, filait sur son Bike à une allure très modérée, toujours accompagnée de SyDney. Sasha y allait, parce que son ami Berger le lui avait demandé, mais sans aucun enthousiasme :
- Mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir leur raconter, moi ? Il est marrant, V'essshhh !
« Va les voir, cause un peu avec eux, essaie de savoir ce qui ne va pas, gnagnagna, gnagnagna ! » J'suis pas Docteur, moi ! Et pourquoi moi, d'abord ?
- Tu sais, je crois qu'ils ont surtout besoin de quelqu'un qui les comprenne ! Tu les connais bien : tu t'es souvent entraîné avec eux, vous avez fait des opérations ensemble. À mon avis, tout ce que tu auras à faire, c'est de les écouter !
SyDney était toujours de bon conseil, mais son partenaire n'avait guère envie de l'écouter. Sauf qu'il avait l'argument qui tue :
- Et puis Venom t'a demandé de veiller aussi sur eux !

Les reapers (1) venaient d'un monde peu développé aux fortes traditions guerrières. Au départ, Venom avait pensé ramener ses petits commandos chez eux : il pensait qu'auréolés de leurs talents guerriers et les bras chargés de riches présents, ils seraient accueillis à bras ouverts par leurs familles et leurs tribus. Une erreur, comme une rapide enquête l'avait démontré : pour leurs parents, pour les chefs de clans, ils étaient morts le jour de leur départ, qui plus est sans avoir acquis le statut de guerrier. Bref, ils auraient été au mieux, ignorés , au pire, chassés ou tués. Heureusement, les montagnards du district des Cascades voulaient aussi adopter. Quoi de mieux que des enfants élevés à la dure pour un district où la vie était loin d'être aussi facile que sur le reste de la planète ?

K'reelll avait choisi l'endroit et les protagonistes : un vallon étroit et accidenté, un bosquet, une cascade, de quoi faire un bon goûter, Sasha et le Sergent Wolf. Peter Wolf Arctarus, sur ses documents d'identité. Wolf, selon son nom tribal, qu'il s'était lui-même choisi. Ils avaient le même age, mais pour Sasha, depuis sa formation commando, c'était Sergent !
Ou : ''à vos ordres Sergent ''! Mais pas cette fois ! K'reeelll les avait abandonnés là, comme s'ils pouvaient à eux deux résoudre tous les problèmes des enfants soldats !
- Bon, ben… Fit le Sergent, embarrassé…
- Ouais, répondit Sasha, tout aussi embarrassé… Il y eut un silence gêné.
Puis il explosa :
- Ils en ont de bonnes, ces vieux ! Y a un problème, démerdez-vous, trouvez la solution ! Et finalement, les Bergers sont les pires !
Long silence…
- Ils ne comprennent pas… Ils ne peuvent pas comprendre… Ce qu'on a fait, ce qu'on a vécu…Ce qu'on est vraiment , Commença le Sergent.

Tout ce que tu as à faire, c'est écouter, avait dit SyDney. Sasha ne fit pas qu'écouter : ce que ressentait le sergent, il le ressentait aussi, sauf qu'il n'avait jamais réussi à mettre des mots dessus !
Cette envie d'utiliser la violence pour résoudre les problèmes les plus banaux. Cette colère, parfois, qui montait sans qu'il sache trop pourquoi ou comment. Bien sur, en bon infiltrateur, il savait le cacher !
Tout était là, en trois mots  : Machines à tuer.
Mais le vrai problème, son pire cauchemar, c'était :
- Qu'est-ce que mes parents penseraient de moi s'ils savaient tout, résuma-t-il.
- Et aussi, s'ils savaient qu'on a aimé ça : se battre, je veux dire. Et ce pouvoir qu'on avait, même sur les adultes… Comment ils le prendraient ? Encore que  mon pa' a été soldat dans l'armée du Secteur… Non, même lui, il aurait du mal à imaginer…

Wolf avait l'air d'une brute, mais il savait réfléchir, presque comme un adulte. Sur sa planète, on l' était après avoir coupé sa première tête ! Sasha comprit enfin :
- Et maintenant, vous devez être des enfants comme les autres : vous n'avez même pas de SyD, pas d’entraînement spécial, même pas le prestige et la gloire des pilotes.
- T'as tout pigé : des tueurs à la retraite, voilà ce qu'on est. Plus rien…
- Et moi, je suis un Herrion, héritier d'un empire ! Et Markus est mon grand-frère ! C'est pas juste !
- Depuis quand la vie est juste ? Je me souviens quand ils sont venus me chercher ! J'ai fait partie du tribut : un enfant sur dix ! Et j'ai quitté mes montagnes sauvages que j'aimais tant et nos guerres tribales pour la guerre spatiale ! Et mon père a reçu un fusil, une de ces pétoires à propulsion chimique en compensation ! Il était plus fier de son arme que de son fils ! Pourtant, j'étais sacrément doué : sergent à dix ans ! Peuh ! Et Venom… Il nous disait qu'on était les meilleurs, qu'on pouvait devenir aussi bons que lui !

Sasha n’écoutait qu’à moitié, il revivait des souvenirs longtemps enfouis :
- Je me souviens… Ils ont tué mon grand-frère devant moi, parce qu'il essayait de me défendre ! Moi, j’savais pas me battre à l’époque ! J’ai rien pu faire, ils étaient trop forts, trop méchants !
Quand Venom m'a trouvé et acheté, j'ai pensé qu'il pourrait me protéger… Il l'a fait ! Il m’a surtout appris à être plus fort !
Wolf déroulait lui aussi le fil de ses pensées :
- Ouais, on avait tous envie d’être plus forts, comme lui ! Moi, j’me suis entraîné, entraîné encore. Et j’ai fait de mes soldats les meilleurs de tous ! Pour être le plus fort ! Pour qu’il soit fier !
- Markus…. C'est moi qui ai choisi son nouveau prénom, tu sais… Markus, c'était celui de mon frère !

Pour les garçons perdus dans leurs souvenirs, la conversation se transformait en un double monologue/ Pourtant...
- On est bien, ici, et c'est bien d'être de vrais enfants, mais on est des guerriers ! Sur mon monde…
Sur son monde, la guerre faisait partie de la vie quotidienne. Mais son camarade lui coupa la parole !
- J'crois que j'ai une idée ! Fit Sasha, tout excité, en se levant brusquement, avant d'ajouter :
- Mouais, ce serait mieux de vérifier d'abord…
- Quoi, c'est quoi, ton idée ?
- Tu m'accompagnes ? On va à la bibliothèque du palais : Faut que vérifie sur la Charte familiale !
- Vérifier quoi, enfin !!!
- J'suis un Herrion, non ? J'ai des privilèges, enfin je crois… Et justement, il y en a un qui pourrait te plaire. Faut vérifier, j'te dis. Après, on parlera à K'reeelll

V'essshhh, quoiqu’un peu sceptique, écouta attentivement les arguments enflammés d’un gamin qui se trouvait génial :
- J'avoue que je n'avais pas pensé à ça ! Une solution pour le moins originale…Mais il sera difficile de l'appliquer 
Sasha avait bien étudié la question :
- Ben pourquoi ? D'abord, tout cadet de la famille Herrion a droit à une garde d'honneur et à un titre militaire : le vice-roi est Amiral, son héritier général, etc. Le grand-père de Grand-père a eu sa mini compagnie de petits soldats à l'age de 8 ans, grand-pa' m'a raconté l'histoire ! Bon d'accord, c'étaient surtout des compagnons de jeu et ça fait longtemps que ça ne s’est pas fait, mais c'est légal !

Ve’ssshhh n’en doutait pas : il avait vu en personne les petits soldats en question défiler lors d’une parade, aux ordres de leur petit capitaine, sous l’œil amusé et attendri des « grands » ! Mais une tradition presque oubliée serait-elle un argument suffisant ?
Sasha en avait d’autres :
- Et puis Venom m'a demandé de veiller AUSSI sur eux ! Après, la compagnie Reaper sera MA compagnie, on va prêter serment, et tout ! Donc, ils ont le DEVOIR de s'entraîner pour remplir leur mission ! Y a pas de raisons que les rouges et moi on y ait droit, et pas eux !
- Convaincre leurs parents et l'assemblée ne sera pas si facile…
- K'reellll m'a dit qu'il se chargeait des parents ! Ils sentent bien que quelque chose ne va pas ! Et il dit qu'il y a pas mal d'anciens soldats et des résistants dans le voisinage : voilà pour l'encadrement ! Quant à l'assemblée, pas la peine, j'ai vérifié : quand grand-père n'est pas là, les Gardes d'Honneur, c'est l’affaire de Voxan : elles dépendent de la sécurité  ! TU lui parles, Il dit OUI, on informe K'reelll et les parents, et c'est bon ! Il n'est même pas obligé d'en parler à ses adjoints ! Simple, non ?

Tout simplement génial ! Y en a là d’dans ! s’auto-congratula le médiateur des cours de récré.
L’insectoïde semblait encore dubitatif. Il fixa le garçon rouge d’excitation et de fierté jusqu’à ce que celui-ci revienne sur terre et admette :
- Enfin, jusqu’à ce que grand-père confirme ou non. Mais il est pas là pour l’instant , et s’il saivait que t’es d’accord, il dirait oui, pas vrai ?
- Je vais en parler à Voxan, on verra bien ce qu’il en pense ! Capitula le Berger. Mais je crois que tu surestimes mon influence : le Directeur de la Sécurité, s’il tient compte de mes conseils, n’obéira pas au moindre de mes ordres, tu sais ? Il vérifiera tes arguments un à un, consultera Kr’eelll et certains des parents adoptifs puis jugera en son âme et conscience. Quant à ton grand-père, il se fiera plus à la sagesse de Voxan qu’à mes recommandations.

Ayant réussi à émousser quelque peu l’excessive confiance que lui vouait son jeune ami et ébranler son « inébranlable » assurance, il ajouta, malicieux :
- tu sais, même si nous sommes entre amis, tu devrais faire attention à tes phrases : ce n’est pas ma langue natale, mais il me semble qu’en basic, on dit «  il n’est pas » ou « tu es ».
Sasha, un peu vexé et totalement dégrisé, se mordit la lèvre, abrégea les salutations et fila de toute la vitesse de son bike. Il en avait presque les larmes aux yeux !
Ah ces vieux ! Faut toujours qu’ils gâchent tout !
Après avoir roulé sans but, mais à fond de train sur les petits chemins de campagne, il s’arrêta, épuisé, mais un peu plus serein :
Elle est parfaite, ma solution ! Pourquoi V'essshhh fait tant de difficultés ? C'est bien ce qu'il voulait, non ? Et puis K'reeelll est d'accord : il a déjà trouvé un endroit isolé pour la cérémonie !
C’est cette pensée réconfortante qu’il suivit pour rentrer à la maison.

Le Berger était conscient d’avoir froissé son jeune ami, mais il avait estimé nécessaire de le remettre – gentiment- à sa place : celle d’un écolier placé sous la tutelle des adultes. Sasha avait une trop haute opinion de lui-même, il avait besoin que quelqu’un lui fixe des limites. Ve’ssshhh était en terrain familier : les Changeurs, équivalents M’luur des adolescents humains, se comportaient parfois ainsi quand ils découvraient leur force et leurs pouvoirs. W’arrr, par exemple, commençait tout juste à s’assagir.
Il s’inquiétait surtout de l’usage qu’un petit humain à l’imagination débordante et au caractère parfois ombrageux pourrait faire d’une armée privée ! Mais il estimait qu’on pourrait éviter la plupart des bêtises en plaçant Sasha et ses guerriers sous la sourcilleuse tutelle du directeur de la sécurité. K’reeelll veillerait au grain, lui aussi.

Le garçon parti, V'essshhh contacta son collègue.
[Tu avais raison K'reeeelll, fut la réponse du Berger au Berger, Sasha était bien la solution ! Mais je demanderai quand même à W'arrr d'en parler aux Fantômes…]
[Ils sont très secrets, tu les connais, mais j'ai réussi à convaincre certains de participer aux entraînements. Je pense que cela sera plus convainquant que tous les discours. Et toi, comment ça avance, avec Sasha ?]
[ S'il n'y avait pas ce problème avec ReHab, j'aurais déjà trouvé un prétexte pour commencer sa formation. Je l'ai testé, c'est un élève qui promet.]
[ Tu lui as placé un bien lourd fardeau sur le dos !]]
[ Correction : Il s’en est chargé tout seul: c'est bien pourquoi je le laisse faire !]
[ Seul ? Il aura besoin d’aide. De nous tous !]
[ Tu prêches un convaincu. Mais pour l’instant, nous sommes très minoritaires : nos congénères n’aiment pas se mêler des affaires des humains. Sasha s’imagine que je suis derrière toutes les décision importantes du gouvernement, alors que je ne parviens même pas à convaincre mon propre peuple de l’imminence du danger]
[ Cela pourrait changer]!
[ J’y travaille...]

Notes:
1 Reapers =moissonneurs : en référence à la Moisson (Selon le jargon des pirates de Belvan, c’est un assaut destiné à capturer des esclaves sur une planète peu méfiante) et aussi à « Grim Reaper », la faucheuse, autrement dit la Mort.




Frères de sang
Pendant toute la semaine, Sasha avait attendu cette cérémonie avec beaucoup d'appréhension. Mais là, il était en plein dedans et finalement, c'était plutôt… Chaud !
Le feu dansait joyeusement dans la clairière obscure, projetant, telles des lucioles de braise, des myriades d’étincelles quand une branche craquait.. Sasha s'entailla le doigt et en fit couler quelques gouttes dans le bol que lui tendait le Sergent Wolf, mêlant son sang à celui des soldats de la Compagnie et à la terre d'Herrion. Le sang affluait dans ses tempes, bourdonnait dans ses oreilles, Son cœur battait à tout rompre, et la nuit était sauvage, rouge et magique au milieu des cris et des chants de guerre. Cette cérémonie primitive, barbare, avait quelque chose de terriblement exaltant !

Sur le moment, Sasha se sentait prêt à affronter un Rancor à mains nues ou à défier la galaxie toute entière ! Il prêta le serment du Reaper, puis dansa avec les autres, but à la cruche qui passait de mains en mains un breuvage aigre et brûlant, sauta à travers le feu jusqu’à ce qu'il ne reste plus que des braises… Au petit matin, l'Initié de fraîche date se réveilla avec la tête bourdonnante et l'estomac en fureur… C'était la première fois qu'il buvait de l'alcool !
C'est la dernière, juré ! Beuahhh !
Un bon petit dej' et quelques gorgées d'eau glacée bues à même la source suffirent à calmer tout ça !
Puis, toute sauvagerie oubliée, SES soldats vinrent lui prêter serment. Ou plutôt prêter serment à Sasha Herrion, héritier potentiel du vice-roi…

L’héritier rentra à la maison en poussant son Bike, trop crevé pour pédaler. Et son estomac ne s'était apaisé qu'un moment, constata-t-il.
Beaaark ! Plus jamais ça !
- Et voilà : je suis Capitaine ! Encore des responsabilités… fit-il en se laissant tomber dans son lit !
Il dormait avant de toucher l'oreiller. Heureusement, il n'y avait pas école et V'essshhh avait tout arrangé avec pa' et ma' pour cette ''soirée d'anniversaire'' d'un copain d'un autre district!



Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Ven 21 Oct 2016 - 21:02   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 5]

Ils m'ont l'air adorables ces reapers chérubins :diable: ! Cependant le gentil Sith que je suis hésite à les gérer comme nounou mais peut-être pourrait-on demander à un certain couple infernal (Liars-Sethnah ou bien Thalia-Venom? :whistle: ) de prendre soin d'eux?
Méfions-nous de l'eau qui dort..
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 31 Oct 2016 - 20:29   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 5]

D'habitude, C'est Ven... Markus jr qui veille sur ces charmants bambins, mais il s'amuse (sans eux, le vilain!) à l'autre bout de la Galaxie!
Sasha fait ce qu'il peut pour le remplacer, mais il est surbooké, le pauvre garçon! Gare au surmenage!
D'autant plus qu'au prochain chapitre, fini de jouer! il revient à son hobby favori: espionner! Mais ce n'est plus vraiment un passe-temps.
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Ven 04 Nov 2016 - 19:35   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 5]

Revoici Sasha et ses copains, en visite scolaire. Bof? Pourtant là, c'est du sérieux!

Chapitre 6 : Espionnage industriel, Rehab sur écoute !




Une visite chez les corpos ; c'est Marcona qui régale !
Berylle était géniale !
Ma copine est super géniale ! Super hyper méga géniale !
Se dit Sasha en rentrant au vu et au su de tous dans l'antre de l'ennemi. Avec un badge officiel et avec le '‘chef de projet’' Marcona pour guide. En plus, il avait ses copains avec lui ! Toute sa classe, pour être exact ! Trois adultes, encadraient la sortie : le directeur Altaïr, Monsieur Pegasus et madame Sirius.

Berylle avait fait fort: elle avait réussi à convaincre sa mère d'abord, puis Marcona lui-même, d'organiser des visites scolaires:
- on a même droit de visiter le palais et la sécurité planétaire ! Alors, pourquoi ReHab, c'est interdit ? Vous y faites des trucs pas bien, comme ils disent sur le réseau ?
Marcona avait reçu le message 5 sur 5 : Pour redorer son blason, il avait programmé plusieurs visites. La classe de Berylle était la première.
Une aubaine pour Sasha qui n'avait pas trouvé de moyen simple de pénétrer clandestinement dans le bâtiment : tous les ouvriers portaient un badge et étaient scannés à l'entrée. Pareil pour les matériaux. Et la nuit, une armée de drones de surveillance et de gardes veillaient sur les locaux. Il y avait probablement des détecteurs partout .

Même ainsi, il était prêt à tenter sa chance quand Berylle était arrivée un beau matin, toute fière :
-  j'ai une surprise pour toi…
-  ah ? C'est quoi ?
Sasha avait oublié la promesse de sa copine ; ce n'était pas encore son anniversaire, alors quoi ?.
-  J'ai une surprise pour toute la classe… 
- ah, bon  fit Sasha, vaguement déçu.
-   tu ne veux pas essayer de deviner ? 
-   Euh, chais pas… Tu as des places pour un concert des Herrion's Twisters ? 
Berylle était une fan, lui beaucoup moins.
-   Essaie encore ! … Y a pas un endroit que tu aimerais visiter ? 
- Euh, la plage des coraux à Bleurive ?  Un des plus beaux sites de la planète, d'après pa' et ma'.
-  Ah, quel nigaud ! Un endroit où tu veux entrer à tout prix, même en cachette 
- Euh… Quoi ??? ReHab ? Tu peux me faire rentrer chez ReHab ?
Sasha lui aurait fait une bise ! D'ailleurs, Il lui en avait fait une (sur la joue, bien sur!) et elle était devenue toute rouge ! Ah, les filles ! Et elle la lui avait rendue.
-  dis, Sasha, pourquoi tu es tout rouge ? 
- La ferme, SyD' !

Enfin, il y était ! Et il avait amené avec lui quelques gadgets pillés dans les réserves secrètes de Venom (non, c’est pas du vol, c’est pour une bonne cause!) Des micros organiques presque indétectables, par exemple. Et, vu leur forme et leur consistance, il avait trouvé le moyen idéal pour les placer : il s'était fabriqué sa propre sarbacane, une petite, plus discrète que celle de pa'. Mais il n'en eut pas besoin pour sa première cible : les superbes distributeurs multi fonctions installés dans le hall. Boissons, casse-croûte, l'autochef intégré avait plus de 5000 produits dans sa mémoire! Une curiosité, sur la modeste Herrion. Marcona, qui avait prévu l'effet que cette nouveauté pouvait avoir sur une horde de gamins excités, promit d'offrir une boisson et un en-cas à chaque élève en fin de visite. Sasha décida de patienter un peu : tout ce petit monde s’agitant et se bousculant autour de sa cible lui fournirait une multitude d’occasions d’agir discrètement
Il avait appris, au cours de sa formation que c'était un lieu stratégique : on s'y rencontre, on discute, on oublie parfois les règles de sécurité. Il prépara un de ses micros et le mit de côté.
Il se doutait bien que Marcona ne leur ferait pas visiter les endroits stratégiques, sinon de loin : c’est depuis une passerelle qu’ils purent admirer le « centre de coordination et de communication ».

Certaines consoles, encore sous housse, attirèrent la curiosité du garçon. Il répondit au coup de coude de Jacs qui lui en montra une déjà déballée.
- c’est pas une console comm’, ça, chuchota le N°9 de l’escadron.
- je crois que notre guide a oublié le mot « surveillance » pour ce centre, répondit Sasha sur le même ton.
Il avait reconnu le matos au premier coup d’œil.
- tu veux que j’en colle un, lui souffla son copain.
- inutile : trop loin, trop d’échos ! Dommage !
Il était également assez expérimenté pour ne pas essayer de coller un micro dans le superbe bureau que le chef de projet présenta fièrement comme le sien : trop souvent scanné et vérifié !
Mais dans la petite salle d'attente attenante ? Oui !
Ce fut un jeu d’enfants ! Un simple regard et Jacsyn s’en chargea : il essaya un des fauteuils, c'est à dire qu'il se vautra dedans.
- Woof ! Super confortable! Y s'refusent rien, chez ReHab ! 
- Jaaacsyn !
Le regard qui le fusilla n'était pas celui du directeur Altaïr ; c'était pire: celui de son pa'. Il se trouvait que c'était la même personne. Jacs se releva comme un ressort, conscient qu'il avait peut-être abusé.
- pardon, Pa', euh monsieur le directeur…euh…  
- Nous reparlerons de cela à la maison. Mais ce n'est pas à moi que tu devrais présenter tes excuses !
Tout penaud, tête basse, le pauvre Jacsyn troussa des excuses convenables à monsieur Marcona, qui les reçut avec bienveillance :
- L'as-tu trouvé confortable, au moins ? 
- oh, oui, super, je veux dire… 
- Je te remercie d'avoir fourni ton avis de testeur expérimenté. Je ferais part de ton appréciation si flatteuse à notre décorateur. Il en sera ravi !
Jacs eut bien le sentiment qu'on se payait sa tête. Il bouda pendant le reste de la visite. Mais il avait collé un micro sous le siège. Il ne semblait pas trop inquiet, tout de même, pour le tête-à-tête promis par son pa'.

Les bureaux de la comptabilité, ce n'est guère passionnant à visiter! Mais pour y placer un micro ?
Oui ! Les comptables, ça traite des dossiers, ça discute de choses sérieuses. Mais la sécurité et le secret ? Pas leur truc !
Les toilettes? Évidemment : on entend parfois de drôles de bruits, mais plein de gens les prennent pour leurs bureaux. Sasha profita d'un arrêt pipi pour en coller un sous un lavabo. Berylle fit de même côté filles. L'élévateur? Pareil! Sasha connaissait des gens qui y tenaient leurs conversations secrètes : on coupe le moteur, et… (1)
La technique ? Très simple : Il sortit sa sarbacane, et, caché par un copain, visa l'un des coins supérieurs de la cabine. Dans les bureaux, il préférait le pot d'une plante verte: ce truc gluant tenait sur presque toutes les surfaces; une fois sec, ça ressemblait à une grosse crotte de nez!
Encore un micro pour la vaste maquette Holo qui permettait de voir d'un coup d’œil le projet de reconstruction de Bleurive. Il ne restait plus, en fin de visite, qu'à coller son dernier micro, le plus puissant, près du fameux distributeur. Dans la bousculade, ce fut une partie de plaisir.

Par contre, Sasha était un peu embêté : Marcona l'avait regardé, à plusieurs reprises, avec un peu trop d'attention.
Aïe, il m'a vu !
Mais ce n'était pas ça du tout !
- Ne seriez vous pas, jeune homme, l'illustre Sasha Vega an-Herrion, que le baron Kloo m'a décrit sous un jour fort élogieux ?
L'homme avait de la lire la bio officielle du garçon : elle mentionnait sa servitude chez les pirates, mais ne mentionnait que des activités de '‘service’'.
Qu'il interprète ça comme il veut.
La bio mentionnait aussi qu'à la fin, il exerçait ses '‘services’' au sein de l'escadron rouge.
Il va penser à du piston, ou que ma cousine a voulu me protéger. Attention, Je me suis déjà trahi une fois. Heureusement que Lando a juré de garder mon secret.
-  C'est bien moi, m'sieur. Mais vous savez, « l'illustre » et le « vous » sont de trop : je suis juste Sasha !

'‘Juste Sasha’' se permit un ouf de soulagement mental.
- Eh bien Sasha, il m'a demandé si je te voyais, de te renouveler ses remerciements pour ton aide amicale et énergique. 
- oh, c'était un plaisir. Mais j'ai failli me faire gronder, car je suis arrivé très en retard à l'école! 
Il jeta un regard en coin au directeur Altaïr qui s'était approché.
- Tu m'en vois désolé ! Il semblerait que la compagnie ait une dette envers toi. S'il m'est possible de m'acquitter de cette dette, peut-être une petite faveur…
Le directeur intervint:
- Justement, Sasha souhaitait vous en demander une, n'est-ce pas, Sasha ? 
Marcona prit cet air standard d'adulte bienveillant et attentif qui irritait tant le garçon. Comédie, pour comédie, il joua à fond son personnage : intimidé, mais fier, faussement modeste:
- J'ai fondé un club, à l'école : Le Club des limiers d'Herrion !

Le corpo ne pouvait ignorer le célèbre club sponsorisée par une non moins célèbre chaîne de restauration.
Sasha se tut, comme s'il ne savait pas comment continuer. Altaïr vint à sa rescousse :
- Créer et animer un club est une activité qui requiert beaucoup de travail, c'est un bon moyen pour initier nos jeunes à la vie sociale, pontifia le Dirlo. Sasha s'est beaucoup investi et son club a énormément de succès.
il encouragea le garçon du regard.
- Euhhhh… oui, nous organisons des conférences, aussi, avec de vrais spécialistes.
Nouveau blocage, suppléé par le Dirlo.
- Sasha a invité le directeur Voxan, monsieur Corrant, qui a raconté une enquête passionnante qu'il a menée sur Amber12, les Journeymen Volner et Wa'rr qui ont expliqué leur travail.
- Oui, et Wa'rr nous a montré comment il utilisait le flair de ses vargs pour retrouver les voleurs !
Les yeux du garçon brillaient.
- Ce fut très spectaculaire, en effet  insista le dirlo avec un regard appuyé à Marcona.
Il pressa le garçon de faire sa demande :
- Hé bien, Voila : j'ai lu dans votre bio officielle que vous aviez dirigé une compagnie qui formait des agents de sécurité et des gardes du corps.
- Nous y voilà! Surtout les gardes du corps, n'est-ce pas? Sais-tu que j'ai moi même commencé ma carrière en exerçant cette profession? 
-   Vrai ? Vrai de Vrai ? 
- J'ai un planning chargé, mais…

Sasha, bouche bée et tardant à saisir la perche tendue, monsieur Altaïr lui donna une petite tape amicale dans le dos.
- Ah, oui, pardon ! Accepteriez vous de venir parler de ce super métier à l'une de nos prochaines réunions ? 
-   Comme je te le disais, j'ai un planning chargé, mais si l'une de vos dates convient…
- Oh ! Les voilà, m'sieur ! Ce serait vraiment super !
-   Et si j'emmenais mes propres gardes du corps et qu'ils faisaient une petite démonstration ?

le garçon en resta sans voix, mais ses yeux parlaient pour lui! Marcona lui ébouriffa les cheveux et commença la distribution.
Vous avez vu comme je l'ai ferré, ce vieux ? À la réunion, je trouverai bien un moyen de les taguer, lui et ses gardes du corps. Ensuite, où qu'ils aillent …
Seuls ses potes savaient où il voulait en venir. Le petit geste approbateur de Berylle l'emplit d'une vraie fierté. Juste avant de partir, Marcona ne put s 'empêcher de prendre Sasha à part, pour lui dire sur le ton de la confidence :
- Concernant votre club, j’ai cru relever une certaine ressemblance avec le célèbre, sauf sur Herrion bien sur, '‘club des limiers galactiques’' 
Il veut m’embarrasser ? Genre je garde ton petit secret, mais je ne suis pas dupe. Hé bien, faisons-lui plaisir.
Sasha répondit sur le même ton confidentiel :
-  Je me suis même inspiré du manuel, au début. Mais il n'y avait pas grand-chose, alors j'ai fait des recherches, à la bibliothèque municipale ou à celle du palais, et j'ai trouvé plein de techniques sympa 
- Et tu n'as pas songé à t'inscrire au vrai club ? 
- Si, mais il n'y a pas de restaurant Biscuit Baron, ici!  Regretta le garçon.
Qui poursuivit :
- Dommage, on aurait pu avoir le badge bleu, celui avec le communicateur 
- Peut-être que je pourrais arranger cela. Je voyage beaucoup, tu sais… 
Il n'a pas réussi à m’embarrasser, alors il cherche à m'acheter… D'accord !
- Ce serait vraiment super, monsieur ! Génial ! 


j'y arriverai, Avec un petit coup de main de mes amis : Le droïde et le Berger
- pffff ! Y en a trop ! Comment je fais le tri, moi ?
Caché sous les couvertures, il en pleurait de frustration. Espionner ne l'amusait plus du tout, finalement. Il en avait ras le bol, de ses petits jeux. Tout ça pour des gens incapables d'apprendre à corriger leurs conneries. L'opinion était à nouveau en faveur du projet ReHab ! Désespérant !
Sasha avait pourtant programmé deux consoles du Hangar pour essayer de démêler le fatras de conversations que les micros enregistraient jour et nuit. L'une triait par mots clés, l'autre utilisait un algorithme de reconnaissance vocale, programmé pour reconnaître certains personnages importants : Marcona, le Droïde de protocole, Marlez et quelques autres. Mais même ainsi, il y en avait trop ! Beaucoup trop !
Il avait veillé bien au-delà de l'heure habituelle, mais n'avait relevé qu'un fatras de petites phrases sans importance, des vantardises d'un comptable concernant sa vie amoureuse, de drôles de bruits provenant des toilettes, et même une utilisation imprévue de l'élévateur quand une tech de la salle de contrôle et son amoureux, le comptable vantard, s'étaient retrouvé seuls. Sasha, rouge jusqu’aux oreilles, avait coupé l'enregistrement au moment crucial. Pourtant, tout avait bien commencé, les tourtereaux avaient échangé des infos intéressantes…
-   J'sais pas quoi faire ! Il faudrait une armée d'analystes!  Se plaignit-il à SyD qui patrouillait autour de la ferme en quête d'intrus et de Vertils voraces.
-   Mais tu en as une !  Plus de 70 SyDs, des astromechs, et même l'auto-chef du hangar ne demandent qu'à t'aider ! Il ne connaît pas que des recettes de cuisine, tu sais, et il trouve que ses capacités sont sous-employées. Et déjà, tu pourrais coupler les deux consoles pour qu'elles croisent leurs données.

Sasha grimaça :
- Mais pourquoi j'y ai pas pensé plus tôt ! 
- parce que tu es trop impliqué ! Tu veux tout faire, tout contrôler ! Tu oublies que tu as des amis. Pas que chez les humains, je veux dire. Repose-toi, on va s'en occuper ! J'en ai déjà discuté avec 125 et 126 et ils ont parlé aux autres réservistes. Tu sais, tu peux nous faire confiance: nous savons réfléchir et aussi garder un secret !  Alors ? 
Ai-je confiance dans les SyD ? J'ai confiance en SyDney ? Oui, à 150 %
-   bien sur, que je te fais confiance ! Tu es un vrai ami ! Je ne connais pas beaucoup les autres, mais toi, oui ! Alors si tu me dis qu'ils sont d'accord, c'est bon pour moi. Tu as raison : Je suis un idiot ! J'ai trop l'habitude de travailler en solo. J'ai même pas pensé à coupler les consoles! 
- C'est plus facile de réfléchir avec un peu de recul, tu sais! Voila ce qu'on va faire: nous, on s'en occupe, et toi tu dors. Que penses-tu de mon plan ? 

SyDney ne laissa pas de place aux objections. Son ton avait changé ; pour un peu, on aurait dit pa' en train de faire l'une de ses '‘mises au point’'. Une seule réponse possible :
- qu'il est génial ! 
- Alors, bonne nuit. SyDney, terminé! 
Le droïde coupa sans laisser à son ami le temps de répondre, mais resta connecté.
- dormir, je veux bien, mais j'y arriverai pas…
Sasha bougonna un peu, se tourna sur le côté, et ses yeux se fermèrent tous seuls.
-  Dors bien! 
SyDney avait jugé la situation assez grave pour employer la '‘berceuse’', Un outil prévu au départ pour garder inconscient un partenaire gravement blessé ou trop épuisé. Pour cela, il n'avait pas hésité, au risque de griller quelques-uns de ses propres circuits, à pirater le comlink intégré du garçon en lui envoyant des fréquences hypnotiques.

Un droïde de combat pouvait faire preuve de ruse, mais il était conçu pour attaquer l’ennemi de front : il partit à la recherche de Ve'ssshhh et l’intercepta lors de sa tournée nocturne.
Puis il lui expliqua vertement ce qu'il pensait des adultes qui faisaient faire leur boulot par des enfants.
Il détailla toutes les actions de Sasha et de ses amis, insista sur leurs réussites, vanta leur astuce et leur courage. Il souligna aussi leurs limites.
Le Berger écouta patiemment un SyDney bien remonté.
Puis il lui expliqua calmement qu'il avait raison en principe, mais que même ses Vargs, Swift en tête, savaient que ce boulot-là, c'était celui de Sasha et de personne d'autre.
- ce Vertvert te le dirait aussi si tu pouvais le comprendre. Sasha le sait aussi, au fond de lui. Mais tu as raison sur un point, ton ami a besoin d'aide. Pour analyser ce flot de conversations, pour pister tous ces gens qu'il n'a pas les moyens de suivre.
SyDney s’engouffra dans la brèche :
-  C'est pour votre planète qu'il se bat. Presque seul. Envers et contre tous. Il va y laisser ses forces, s'il continue comme ça . Comme si l'école et la ferme ne suffisaient pas, il passe son temps libre à espionner, ses nuits à trier les infos, et en plus, il veille à l'entraînement des Reapers ! Il est tout près de craquer. Et dire qu'il n'est même pas né ici !
Il y eut un court silence, mais le droïde savait que ses missiles (verbaux) avaient fait mouche. Il ignorait que ses coups avaient porté bien au-delà de l’insectoïde. Après ce qui ressemblait à une profonde réflexion, celui-ci répondit enfin :
-  Mon peuple a des principes. Ils sont si profondément ancrés en nous qu'il m'a fallu bien du temps pour leur faire admettre que la situation est grave. Mais il est heureux que tu sois venu m'en parler : ton plaidoyer a fait plus pour convaincre mes congénères que tous mes arguments. La décision vient d'être prise : nous n'avons pas pour habitude d'intervenir dans les affaires des humains – je suis plutôt une exception- encore moins de les espionner, mais nous allons déroger à nos principes, pour cette fois. 

Le droïde réussi à exprimer la surprise. Le Berger lui expliqua :
- C'est un réseau similaire à celui qui te lie à tes collègues : tous les Bergers des trois continents ont écouté notre conversation. Presque tous. Je suis sûr que tu en comprends les avantages, mais aussi les conséquences désastreuses si cela venait à se savoir. Je sais que tu garderas notre secret. C'est le prix à payer pour notre aide. 
- Et Sasha ? 
- L'avenir est encore flou, trop changeant. Mes visions ne sont pas très précises. Je crois cependant qu'un jour, il saura, et même sera admis dans la Conscience. Mais pour l'instant, il devra tout ignorer. 
-   Lui cacher quelque chose ? Je n'aime pas ça !
- Ah bon ? Vous autres SyD avez pourtant vos petits secrets ! Pas si petits, d’ailleurs !

Ce Ve’ssshhh savait décidément tout, en déduisit le droïde. L’insectoïde avait d’autres arguments, plus à même de convaincre le protecteur de Sasha :
- Savoir maintenant lui ferait plus de mal que de bien. Nous savons tout deux qu’il ne va pas très bien, ces temps ci. Il aurait bien besoin de relâcher un peu la pression, mais sa conscience le tourmentera tant qu’il n’aura pas réglé le problème.
- Justement, savoir que les Bergers se chargent de l’affaire…
- … ne l’empêchera pas de s’inquiéter : il n’en a pas conscience, mais c’est la Force qui le guide et elle ne le laissera pas en paix. Elle est parfois une maîtresse exigeante !

Comme le droïde ne répondait pas, il ajouta :
- tu t’en doutais, n’est-ce pas ?
- Markus m’avait informé du résultat des tests effectués par la Jedi Jade Skywalker. La Force est un concept irrationnel et difficile à appréhender pour un droïde. Mais introduire ce paramètre dans l’équation expliquerait plusieurs entorses à la logique que j’ai pu constater.
- Quand le temps sera venu, je lui apprendrai à maîtriser ce pouvoir. Et surtout, à trouver son équilibre spirituel. Mais ce sera peine perdue tant qu’il n’aura pas le sentiment d’avoir accompli sa mission. Par ailleurs, c'est difficile à expliquer, mais pour agir, nous avons besoin de sa force et de sa détermination. Il est comme une balise dans l'hyper espace. Il nous montre le chemin. 
- Ce devrait être l'inverse ! 
Répondit SyDney, qui avait du mal à comprendre.
-   Nos principes : Comme je te l’ai dit, la Force est une maîtresse exigeante.
-   On dirait un discours de Jedi !

SyDney avait étudié la question après avoir analysé les rapports de la bataille de Coryndon et écouté la description enthousiaste qu'avait faite Sasha de Mara Jade Skywalker.
- Tu n'es pas tombé loin. Les Jedi ne sont pas les seuls adeptes du côté lumineux de la Force. Mais tu peux lui laisser entendre que tu as trouvé une aide imprévue. S'il te pose des questions, Dis-lui que tu as promis de garder le secret. C'est une chose qu'il peut comprendre. Et puis, toi aussi, tu ne lui as pas tout dit…
- Ce ne sont encore que des enfants… Ils ne se posent même pas la question.
- Ils grandiront, il grandira… Que lui répondra tu, s'il te la pose un jour ?
- Je ne sais pas… je ne sais vraiment pas : mes circuits tactiques et stratégiques ne me sont d’aucun secours.



Notes:

1 Un certain agent Gibbs, un officier des services d’enquête judiciaire de la marine de l’Alliance ( ou serait-ce celle de l’Empire? :perplexe: )



Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Dim 13 Nov 2016 - 20:29   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 6]

Il est fort possible mon cher Berger que le fameux Gibbs soit un agent double ou triple :D !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 14 Nov 2016 - 19:36   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 6]

Il est fort possible mon cher Berger que le fameux Gibbs soit un agent double ou triple :D !


Les agents doubles pullulent, ces temps ci... L'administrateur de la station Aruma ( qui après sa cuite mémorable VOIT double :x ),
l'agent Himron qui ne va pas tarder à débarquer sur Herrion... :sournois:


Quant à Gibbs, si je le faisais débarquer dans mon histoire avec son équipe, le problème ReHab serait résolu en même pas 45', pub comprise! :non: :non:
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 20 Nov 2016 - 17:52   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 6]

Et voici un nouvel épisode des aventures de Sasha!



Chapitre 7 : La Dispute




L’aile A attaque à l’aube
Les droïdes étaient capables de traiter d'énormes masses de données en très peu de temps, surtout quand ils fonctionnaient en réseau. SyDney put faire un rapport sur leurs conclusions sur le chemin de l'école :
- Parmi les nouvelles clauses que Marcona va proposer à l'assemblée, il y en a une intéressante : Il veut créer un comité exécutif dont le rôle serait de suivre le projet, de servir de relais avec l'assemblée, mais aussi de prendre des décisions immédiates. Et, tiens-toi bien, ce comité comprendra un membre de la famille Herrion, le vice-roi lui-même ou son représentant par intérim!
D'après l'auto-chef, qui a des banques de données sur la psychologie humaine, c'est censé rassurer les indécis. Ah, et ils prévoient de faire atterrir le premier convoi dans 22 jours, et de débarquer les premiers réfugiés moins d'une semaine plus tard.
- Il est bien sûr de lui, ce Marcona ! Des Herrions, y en a pas des tonnes, et ils sont au loin ! 
- Tu es là, non ? 
- Ouais, mais ici, la majorité, c'est à 19 ans standards. Et moi, j'aurai juste treize ans dans… Ben, 22 jours, justement! 
- Tu veux qu 'on vérifie sur le réseau ? 
-  ça, je peux faire moi même. Bon, faut mettre Ve'ssshhh et Voxan au courant. 
- déjà fait ! Fallait pas ? 
-   euh… Si, c'est bien ! C'est juste que… Enfin, pas grave…

Sasha, contrarié, avait l'impression que les événements lui échappaient, mais il sentait bien qu'il risquait de se montrer injuste envers son ami. Il essaya de rattraper le coup, avec un sourire forcé.
- C'est sur, quand vous vous lancez dans l'action, vous ne faites pas les choses à moitié ! 
-   On est des droïdes de combat, pas vrai ? Avant d'avancer, on nettoie toutes les poches de résistance. Et on se coordonne avec nos alliés. 

SyDney connaissait bien Sasha. Il était assez fin pour comprendre sa frustration. Pour être plus précis, le module '‘partenaire’' de ses circuits analytiques, qui avait déjà diagnostiqué surmenage et risque de dépression, le comprit et jugea contre-productif de parler des '‘nouveaux alliés secrets’' ; cela ne ferait qu'accentuer le malaise et le désarroi du garçon. Conclusion de l'analyse : Ve'ssshhh avait raison.
Sasha réfléchit un instant ; il manquait quelque chose au puzzle.
- Dis, tu peux demander de vérifier si le service comptabilité n'a pas récemment versé de grosses sommes à quelqu'un ? Ici ou hors planète, je veux dire. 
- Oui, bien sur! C'est fait ! Il faut chercher quelque chose en particulier?
- Je ne sais pas encore. C'est juste une intuition. Et aussi, Venom m'a toujours dit qu'il fallait remonter la piste de l'argent. 

Sasha n'eut pas le temps d'en dire plus, car il dut baisser brutalement la tête tandis qu'une aile A le survolait à très basse altitude. Enfin, un Bike déguisé en aile A. Jacsyn avait fait fort cette fois, mais trop absorbé dans ses réflexions, son copain n'avait rien vu venir.
Le jeune Biker était tout fier de son exploit, mais son grand sourire s'effaça quand il se fit engueuler :
-  T'es pas fou? T'as failli m'arracher la tête avec tes acrobaties de pilote du dimanche!
Traiter d'amateur son meilleur copain, pilote de chasse expérimenté, n'était peut-être pas la meilleure façon d'exprimer son mécontentement, jugea SyDney. Il avait bien raison.
- Ouais, et c'est toi, le super espion des cours de récré qui ne m'a même pas vu ou entendu arriver, qui va m'apprendre à piloter ? Il ferait mieux d'apprendre à surveiller ses arrières, le triple zéro, l'agent secret à la gomme !

Sasha ne répondit pas. Il ne chercha pas à riposter. C'est comme si son regard traversait son copain sans le voir, concentré sur un lointain point à l'horizon.
SyDney comprit que cette réflexion était arrivée au pire moment.
Jacsyn qui s’attendait à une réplique cinglante, une volée d'insultes, ou même un coup de poing, n’eut droit qu’à un silence qu’il jugea méprisant, un regard qu’il supposa indifférent ! C'était comme s'il n'existait pas, n'existait plus pour son copain.
Rageur, il démarra en direction de l'école, trop vexé pour se rendre compte de l'effet de ses paroles.

Les droïdes le savaient : leurs partenaires s’échangeaient parfois des propos peu amènes, -ils s’insultaient copieusement- sans que cela ne prête à conséquence. D’abord alarmés, ils avaient fini par comprendre qu’il ne s’agissait que d’une une sorte de jeu, un concours de créativité. Mais pas aujourd’hui : il s’agissait d’une authentique dispute. SyD09 suivi son partenaire, mais prit le temps de s'informer auprès de son collègue. Ils échangèrent des salves de données cryptées tandis qu'ils s'éloignaient l'un de l'autre.
- Je vais essayer d'en parler à Jacsyn , promit 09.
SyDney espérait juste qu'il n'était pas trop tard.

Il fallut beaucoup de temps avant que Sasha ne se décide à enfourcher sa monture. Il ne dit rien, garda un visage impassible, mais la lumière dans ses yeux s'était éteinte.
Il arriva en retard à l'école et répondit hargneusement à monsieur Pegasus qui lui en faisait gentiment le reproche. La journée commençait mal, très mal. Elle finirait probablement dans le bureau du dirlo !
En classe, l'ambiance fut si glaciale qu'on pouvait craindre une brutale épidémie de rhumes pour le lendemain. En fin de matinée, la rumeur s'était répandue : les deux garçons les plus populaires de l'école s'étaient disputés et ne se parlaient plus ! Pire : ils s'ignoraient ! La cour de récré s’emplit de murmures, de conciliabules, de regards noirs : on commençait à prendre parti, des clans se formaient. Entre jeunes êtres d’origines si différentes, les frictions étaient monnaient courante. En général, une bonne blague de Jacsyn ou la sereine médiation de Sasha suffisaient à calmer les esprits. Mais là, ils étaient au cœur – et même à l’origine- du conflit !

À la fin des cours, la meute des rouges s'était reformée autour de son leader.
'' Quand les choses vont mal, restez solidaires, faites corps'', avaient-ils appris. Seul problème : pour la plupart des rouges, Sasha était l'un des leurs et cette dispute les perturbait. Plus d’un espéra en secret que leurs instructeurs, au Hangar, pourraient régler le conflit. Venom et Thalia absents, vers qui d’autre se tourner ?
Sauf que Sasha ignora le groupe, tout comme il congédia gentiment le petit clan  (Corran, Berylle, Mizar, Rigel et plusieurs autres) qui s'était formé autour de lui.
Il ne voulait pas de nouvelles disputes, il n’exigeait pas d’excuses, il avait juste envie d'être seul.
Il se contenta d'écouter poliment et de s'excuser quand Monsieur Pegasus essaya de lui parler. Même chose avec le dirlo qui lui rappela les règles de savoir vivre. Il répondit bien comme il faut quand il le fallait, d'une voix monocorde, respectueuse et sans émotion apparente. Venom, Thalia, ou l'un des anciens enfants soldats auraient reconnu cette intonation particulière. Altaïr, qui avait survécu au camp de travail et à la brutalité de ses gardiens la reconnut aussi. Changeant de cap, il congédia le garçon avec gentillesse et des paroles rassurantes. Il se promit d' appeler ses parents , plus tard.
Il le fit beaucoup plus tôt que prévu : Sasha n'était pas venu à l'entraînement, et son bike manquait. C'est un Jacsyn affolé qui vint le prévenir et qui avoua leur dispute. Son père, après avoir vérifié qu'il n'était pas dans l'établissement et mené une rapide enquête, tenta vainement de contacter SyDney, puis alerta les parents.

- … Non, je n’arrive pas à contacter son droïde et Synne la... Enfin, le SyD de Jacsyn affirme avoir également perdu le contact. C’est ce qui m’inquiète le plus !
- …. Je ne pense pas : il a récupéré son repas, mais a laissé sa tablette dans son casier. Et il a menti à son instructeur en prétendant s’être inscrit à un cours facultatif. Cela ressemble à une fugue. Les raisons ?
Jacsyn m’a avoué qu’ils se sont disputés ce matin, mais je crois que le mal est plus profond et plus ancien. L’équipe pédagogique m’a signalé qu’il était bizarre depuis plusieurs jours. Monsieur Pegasus m'en a parlé hier, et madame Cygnus l'a remarqué elle aussi. Je pensais vous appeler après l'avoir observé un peu, mais je crains que le temps ne nous manque.
Pardon ?…
… Non, Non, rassurez vous : Comme je vous l’ai dit, Synne prétend ignorer où ils se trouvent , mais selon ell… Lui, SyDney est toujours opérationnel : compte tenu de ses capacités au combat, toute tentative d’ agression ou d’enlèvement serait vouée à l’échec. Sasha étant aussi un Herrion, j’ai évidemment prévenu le directeur Voxan qui a mis une équipe sur l’affaire et fait surveiller l’astroport. Mais mon Jacsyn est persuadé que tout vient de leur dispute, il est totalement bouleversé, il s’en veut terriblement  ! Pourrait-il faire une bêtise ? Je ne sais…

Le directeur regarda Synne, réfléchit et corrigea :
- Non je ne pense pas : son SyD ne le laisserait pas faire, ces droïdes sont aussi d'excellents auxiliaires d'éducation.
La cause de la dispute ? Jacsyn est avec moi. Dès que j'essaie d'avoir des détails, il se ferme comme une huître (1). Vous voulez essayer? Jacs, Monsieur Vega voudrait te dire un mot.

Henryn Vega se voulut rassurant :
- Bonjour Jacsyn. Je voulais juste te dire que se disputer avec son meilleur copain, ça arrive. Même si vous avez échangé quelques méchancetés, ce n'est pas si grave. J'espère de tout mon cœur que vous arriverez à vous réconcilier. Mais en attendant, j'ai besoin de savoir ce qui a déclenché cette dispute ; cela pourrait être important, tu sais ! Toi aussi, tu as peut-être remarqué que Sasha n'allait pas bien.
-   J'ai fait le malin avec mon bike, et il a dit quelque chose qui m'a vexé. Alors, moi aussi j'ai dit quelque chose qui l'a vexé, et, et… Et voilà !
Tout rouge, le souffle court, il finit par lâcher ce qu’il avait sur le cœur :
- Et d’abord, tout ça, c'est votre faute, à vous, les adultes! 
- Jacsyn !!  intervint son pa'

Mais son fiston ne se laissa pas intimider, au contraire. Il était vraiment en colère :
- Quoi, Jacsyn ? C'est vrai ! Il s'inquiète à cause de vous ! Il dit que vous êtes naïfs, que ce truc de ReHab, ça sent mauvais! Et il a raison ! Il sait toujours quand les trucs vont mal tourner, quand les gens lui mentent, quand ils préparent un sale coup! À bord du Viper, tout le monde le savait aussi : quand Sasha faisait la grimace et disait que les nouveaux associés ne sentaient pas bon, même Venom y réfléchissait à deux fois !

Les anciens pirates ne s’étalaient pas sur leur passé. Mais là, Jacs’ était bien remonté :
- Il lui faisait tellement confiance qu’ il l'emmenait avec lui chaque fois qu'il traitait avec des inconnus ! Si vous saviez le nombre de fois où il nous a sauvé les miches ! Eh ben là, il sent tellement mal le truc que ça le rend malade. Il se décarcasse et personne ne l'écoute: ça aussi, ça le rend malade !

Il faillit trahir un secret :
- Ven… Markus le croirait tout de suite, lui ! Thalia aussi ! Dommage qu'ils soient pas là ! Et eux vous les croiriez, s'ils vous disaient que c'est un piège ??
Jacsyn en avait gros sur le cœur. Il s'en voulait, mais il en voulait encore plus à ces vieux débiles qui ne comprenaient rien à rien.
Son père n’en revenait pas ! Pourtant, il devait reconnaître que Sasha avait fait de son mieux pour prévenir tous les adultes en qui il avait confiance, ce qui ne faisait pas grand monde, il est vrai : lui-même, quelques membres de l’équipe pédagogique, quelques voisins...
Comme son pa' était plutôt méfiant envers le projet, Altaïr avait pensé qu'il ne faisait que reprendre ses propos à son compte. Pas mal de gamins faisaient ça.

Jacsyn avait failli parler de leurs activités secrètes, s'était retenu à temps. Il n'y en avait que trois qui les prenaient au sérieux : Ve'ssshhh, bien sur, Lando et Voxan.
S'il avait lâché le morceau, son pote ne lui aurait plus jamais adressé la parole !
Il y eut un long silence après cette diatribe. Puis Henryn Vega, atterré, reprit :
- Je savais que le projet ReHab le préoccupait, mais pas à ce point. Il a bien essayé de m'en parler, mais… Comme je m’en méfie moi aussi, j'ai pensé que…
- J’ai cru moi aussi qu’il ne faisait que reprendre vos arguments, le rassura le directeur, pensif.
Un court silence, puis le pa’ de Sasha reprit:
- Enfin, pour l'instant, ce qui m'inquiète, c'est qu'il n'est toujours pas rentré. Tu n'aurais pas idée de l'endroit où il aurait pu aller ? 
- L'astroport ! Quelque part où on peut voir les cargos décoller. 
- Il serait prêt à partir ? A… Quitter la maison ? 
Le pa' de Sasha semblait bouleversé.
- Non, pas ça, il vous aime trop. Mais des fois, ça fait du bien de s'évader. Enfin, d'imaginer que… 



Affaire d’état ?

Bien entendu, c'est Ve'ssshhh, ou plutôt son varg Swift, qui retrouva le garçon sur une petite colline où on avait une bonne vue sur les cargos qui arrivaient et repartaient. Ils eurent une très longue conversation et partagèrent finalement un repas au coin du feu. SyDney, qui avait prévenu le Berger, resta à l'écart et assura la liaison avec la famille et les autorités, mettant fin à la mobilisation d’une bonne centaine d’agents de la sécurité. Il était temps : quand elle concernait un membre de la famille royale, une simple fugue pouvait se transformer en affaire d’État !
Il était déjà tard quand il le ramena à la maison et Sasha, apaisé mais épuisé, partit au lit immédiatement et s'endormit d'un bloc. Pour une fois, le droïde fut autorisé à rester dans la chambre et put veiller sur le sommeil de son partenaire.
En bas, Ve’ssshhh parlait avec pa’ et ma’. SyDney, maintenant bien au fait des traditions locale, savait que c’était impoli, mais il écouta tout de même : le bien-être de son protégé en dépendait peut-être !
Les murs, les planchers ou les fenêtres n’étaient pas des obstacles suffisants pour ses puissants senseurs.
- SyDney m'avait prévenu de l’incident, expliquait le Berger. Quand Sasha a fugué, il a compris le besoin de solitude de son partenaire et l'a suivi de loin. Il a ignoré l'appel prioritaire d'Altaïr et préféré m'appeler moi. Ce droïde me surprend vraiment. Les SyD me surprennent agréablement…

Quand Markus junior et Thalia avaient présenté leur projet, Ve’ssshhh, consulté par des parents, ne s’y était pas opposé mais avait émis quelques réserves et suggéré quelques mesures de sécurité. Il semblait avoir récemment révisé sa position sur les droïdes, constatèrent Lisha et Henryn.
- Demain, j'essaierai de régler cette brouille. Deux si bons amis qui ne se parlent plus pour une petite dispute, c'est désolant.
- Le pauvre Jacsyn était bouleversé. Mais d'après lui, il n'y a pas que ça … Se désola ma'. Sasha n’allait pas bien et nous ne nous sommes aperçus de rien !
- Il ne voulait pas vous inquiéter, m’a-t-il dit. N’oubliez pas qu’il a appris à cacher ses émotions et qu’il est très doué pour la dissimulation, la rassura le Berger. Mais nous avons eu une longue conversation, tous les deux, et il s’est enfin épanché. Il y a déjà un peu de surmenage, il mène de front trop d'activités, qu’il peine à gérer. Et surtout, comme tout garçon de son âge, il se plaint d'un manque de considération ; on ne l'écoute pas toujours, on ne tient guère compte de ses opinions. Il en veut surtout à ses profs…
- à moi aussi, je suppose ; dans ses propos sur ReHab, je ne voyais que le reflet de mes propres opinions.

Pa' se sentait un peu coupable, mais le Berger le rassura :
- il n'y songe même pas. Il vous est profondément attaché et vous fait confiance. Belle réussite, quand on considère la vie qu'il a menée. C'est cette vie qui lui a donné une maturité que n'ont parfois pas des adultes deux fois plus âgés. Raison de plus pour tenir compte de ses avertissements !
- Nous en avons conscience, intervint ma'. Il a beaucoup souffert, et nous pensions au début qu'il garderait toujours ses distances.
- il est très prudent avec les étrangers, mais semble capable d'offrir sa confiance d'un bloc, comme ça, du jour au lendemain. Repensez à la façon dont il s'est comporté avec vous, Ve'ssshhh !
Rappela pa’.
- Mon aspect l’effrayait au début, mais il m'a assez rapidement adopté, confirma l’insectoïde. Tous ses camarades l’ont suivi. Ils ont surmonté leur peur parce qu’ils lui faisaient confiance, je m’en rends compte aujourd’hui. Une confiance que je partage, soit dit en passant. Mais j'ai l'impression que nous sommes assez peu nombreux à en bénéficier.
- Marcona et d'autres n'en font pas partie.
- Et j'ai tendance à le croire : ce petit humain semble capable de sentir les intentions malveillantes, presque aussi bien qu'un Berger ou un varg ! Avant cette « fuite » sur le réseau, j’ignorais leur but réel, mais je ressentais leur duplicité. Elle est toujours présente.

L’insectoïde se tut un instant, puis annonça :
- Ils vont bientôt présenter un texte modifié.
- Je m'y opposerai, affirma ma'. Tout le monde sait que Henryn est hostile au projet, ils ne l'écoutent plus. Jusqu’ici, j'ai gardé ma réserve, peut être aurais-je plus de poids.

- je n'en ai plus guère moi même, sauf sur les anciens, déplora le Berger. S'il était plus âgé, c'est Sasha qu'il faudrait envoyer. Il a des arguments convaincants. J'y pense. Par adoption, c'est un Herrion et ...
- Laissons-le en dehors de la politique, coupa Henryn ! je manquerais à tous mes devoirs de père en l'envoyant se battre à ma place !

SyDney, bien que sensible aux arguments du Berger, approuvait totalement pa’.
L’insectoïde renonça à son idée :
- Je suppose que vous avez raison. Mais, s'il vous plaît, tenez bien compte de ses… Intuitions. Il possède un réel talent dans ce domaine. Il est sensible à la Force, vous vous en doutiez, mais il n'y a pas que cela : il sait lire dans les cœurs. Même ce garnement de Markus Junior ne peut lui mentir ! Il n'essaie même plus, m'a-t-il avoué !
Ma’ saisit la perche tendue :
- Tiens, vous n'avez jamais dit ce que vous pensiez de lui. De Markus, je veux dire.
- Markus senior m'a posé la question, bien entendu.
- Et ?
- Mon opinion ? Il y a du bon en lui. Bien plus qu'il ne le croit. Thalia et Sasha font ressortir ses meilleures qualités et son amour pour notre monde est sincère. Vous êtes également en mesure, Henryn et vous, de l'aider à faire les bons choix : il s'est fortement attaché à vous. Qu'en sortira-t-il ? L'avenir nous le dira.

Le trio médita un instant ce jugement, puis le Berger conclut :
- Mon avenir immédiat, c'est de restaurer l'amour-propre froissé de deux garnements (2) que j'aime beaucoup et de recoller la vaisselle cassée.
- Allez-vous les convoquer  pour les réprimander? Demanda pa’, méfiant.
- Henryn, voyons ! Le réprimanda ma’ qui connaissait mieux les Bergers que son étranger de mari.
- Bien sûr que non ! Je pensais plutôt organiser une rencontre « fortuite ». En ma présence, bien entendu. Leurs droïdes ne refuseront pas de m’aider à la provoquer. Ensuite… J’ai toute une réserve de contes dans ma besace. Il y en a justement un qui…
- Je devine lequel, sourit Lisha Vega.

Ve’ssshhh surprit encore le droïde en ajoutant, sur une fréquence inaudible aux humains, mais parfaitement captée par ses senseurs :
- Vous allez m'aider, n’est-ce pas SyDney ?
Avec la complicité de SyDney et Synne , il n'eut aucun mal à y parvenir. Conseiller, consoler, apaiser et recoller les morceaux, c'était sa spécialité. Depuis plusieurs siècles.
Après avoir conté aux garçons l’une de ses édifiantes histoires (3), il assista attendri à l’émouvante réconciliation du nerf et de l’antel (4). Ce conte faisait toujours son petit effet !

Mais sa satisfaction laissa place à une sourde inquiétude car un sombre nuage obscurcissait sa vision du futur. Il sentait venir un malheur. Quelle calamité allait encore s’abattre sur ces jeunes humains ? Il se promit de tout faire pour l’éviter.
Il oubliait que les visions du futur sont souvent floues et que le malheur frappe où il veut.


Notes
1 :transpire: Euh... Oui, enfin... Un coquillage géant que l’on peut admirer en plongeant sur la barrière de corail au large de Bleuerive, ça vous va? :siffle:

2 Un mot que le Berger emploie souvent. Mais il a 500 ans après tout et tout au long de sa carrière, il a remis sur le droit chemin des milliers de jeunes humains ! Il faut savoir qu’il qualifie ainsi les jeunes Bergers de moins de 100 ans (qui sont parfois irréfléchis).

3 et 4 « Il était une fois deux amis inséparables…. » / Les deux amis de l’histoire !


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Lun 21 Nov 2016 - 22:19   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 7]

Si Ve'ssshhh est si doué pour éduquer les enfants, pourquoi ne travaille-t-il pas en milieu scolaire :neutre: ? Cela résoudrait beaucoup de problèmes à moins que ce sympathique Berger craint de se faire chahuter par ces petits démons.. je veux dire ces charmants chérubins :D !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 27 Nov 2016 - 16:28   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 7]

Si Ve'ssshhh est si doué pour éduquer les enfants, pourquoi ne travaille-t-il pas en milieu scolaire


Chais pas! je crois qu'au fond, il préfère ses paisibles Woomps, qui ne poussent pas de hurlements perçants en courant dans tous les sens, ne passent pas leur temps à poser des questions où à réclamer leur goûter et qui, en plus, sont bien meilleurs à manger! :diable:

Et puis, il est surtout doué pour éduquer les Forceux et empêcher les " adultes responsables" de faire de grosses bêtises. ( Il n'y arrive pas toujours!)

Ou alors...Ou alors... Il a peut-être fait des stages et ça ne lui a pas plu? :x
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 04 Déc 2016 - 18:55   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 8]

Ve'ssshhh avait pressenti un malheur sans pouvoir en saisir la cause. Pouvait-il imaginer que...



Chapitre 8 : disparition inquiétante.




Coups durs en série : on continue !
- Tu es sûr que ce n'était pas un cauchemar ? Tenta Jacsyn. Une fois, j'en ai fait un où tout l'escadron avait été détruit, sauf moi ! J'étais tout seul, perdu dans l'espace, dans mon aile A qui s'était transformé en un vieux mini-chasseur. Sans hyper prop’ ! Ç’avait l'air si vrai… Flippant !
Sasha grimaça, frissonna en imaginant la scène, mais revint vite à son cauchemar personnel :
- Horrible ! Mais moi, c’en était pas un ! Il lui est arrivé quelque chose, je te dis ! Je l'ai senti !
Il plaça ses mains en porte-voix et cria :
- Ve'ssshhh ! Ve'eeeeeeesssshhhh ! Tu es là ?

Les amis avaient tous répondu à l'appel angoissé de Sasha et ils quadrillaient les vergers et les bosquets. Pas de pot, un tech de chez Tendrando Arms et ses droïdes étaient venus faire une révision générale des SyD et mettre à jour leurs systèmes. Sans leurs senseurs, la recherche était plus difficile.
- Veeeee'eeeessshhhh, cria Berylle en écho.
- Sasha ! Jacs ! Tout le monde ! Rappliquez ! J'ai trouvé quelque chose !
C'était Milo qui appelait, et il semblait effrayé. Il y avait de quoi ! Une grosse tache pourpre, des éclaboussures… Du sang de Varg. Beaucoup de sang. Les compagnons suivirent la piste sanglante : ils n'eurent pas à aller loin
- Swift ! Il est… M… Mort ?
Au vu de ses blessures, on pouvait se demander comment l'animal avait trouvé la force de se traîner jusque-là. Là , c'était sur la houppelande lacérée et tâchée de Ve'ssshhh. Tachée de son sang pourpre et d'un liquide qui ne pouvait être que…
- C'est du sang de Berger ! Tu avais raison, Sasha !
- Y en a un autre ici !

C'était Mizar, qui s'était éloigné de la scène; il ne supportait pas la vue du sang. Pas de pot, il était tombé sur pire: un autre varg, à moitié brûlé et coupé en deux, celui-là… Il était en train de gerber son petit déjeuner quand les autres arrivèrent.
- Oh, merde, c'est Hope!
Sasha connaissait tous les vargs du Berger. Les enfants les craignaient un peu et avaient tendance à les éviter, pas lui : Il avait la cote avec eux et ils appréciaient ses caresses.
- Ici aussi !
- Celle-là, c'est Dodger… C'est comme dans mon rêve, Ils se sont battus, ils ont essayé de le protéger, et…

Sasha ne put continuer, il éclata en sanglots. Berylle vint le consoler et le prit dans ses bras. Thera, en sa qualité d’aînée, décida d'appeler les secours. Elle réussit après maintes discussions à joindre Voxan en personne.
- …. Tous ses vargs sont morts, je vous dis… Oui, Sasha les a reconnus, il les connaît bien, tous les trois ! L'une est à moitié brûlée, les deux autres… Une arme blanche, je dirais! … Non, on a trouvé sa houppelande… Non, c'est bien son sang : on peut pas se tromper, il est vert… Oui, sa houppelande ! Et sa crosse aussi, elle est brisée… d'accord, on attend et on touche à rien.

Quand la sécurité arriva, Sasha aurait bien voulu s'exprimer, mais il ne pouvait s'arrêter de pleurer. De tous les gamins du district, il était le plus proche du Berger et de ses Vargs.
- Ne parle pas de ton rêve, lui avait soufflé Berylle.
Elle fit passer la consigne aux autres:
- Dites juste qu'on voulait lui demander conseil…
Rusée Berylle : les enfants, plus que les adultes, allaient souvent confier leurs petits ou grands soucis au Berger de leur district. Personne n’irait chercher plus loin !

Les enfants s’attendaient à voir Voxan mener les investigations, mais l’équipe qui débarqua bientôt était mené par deux de ses enquêteurs. Quand ils vinrent l'interroger, Sasha avait essuyé ses larmes. L'inspectrice était plutôt sympa, mais son collègue ne lui inspira pas confiance. Il s’efforçait d'être gentil, mais…
Sasha sentit tout de suite qu'il cachait quelque chose. Du coup, il décida de garder pour lui sa découverte.
Heureusement, ils ne posèrent que quelques questions et gobèrent le mensonge concocté par Berylle avant de conduire – gentiment mais fermement- la petite bande loin de la scène de crime.
- c’est normal, c’est la procédure ! C’est pour préserver les indices, expliqua doctement Berylle à ses camarades outrés d’être expulsés comme des malpropres.
- Tiens, à propos d’indices, pourquoi tu ne leur a pas montré le truc que tu as ramassé près de Swift ? S’étonna Corran.
- C’est à cause de ce type, l’inspecteur Val… Val truc, là… J’le sens pas… J’le sens vraiment pas. Bougonna Sasha en plissant le nez.
- Valdeck ? Il a dit qu’il s’appelait Valdeck, rappela Berylle.
- Ouais, ben, Valmachin, il.. Il… Il pue !
- Ah, bon, j’ai rien senti, moi, s’étonna Mizar. Ah, si, le parfum à la fleur de Cath de la dame.
- Mais non, c’est pas ça : il est pas clair, il cache des trucs, s’énerva Sasha. Je le sens, c'est tout !

Les rouges approuvèrent gravement, mais les autres étaient perdus.
- C’est un don qu’il a, expliqua Jacsyn. Si vous saviez combien de fois il nous a sauvé la mise avec ça ! Même Venom y réfléchit…ssait à deux fois avant de traiter avec quelqu'un quand il voit…yait Sasha faire la grimace !
Thera rappela :
- Enfin, vous avez bien vu, à l’école, qu’il sait toujours quand quelqu’un raconte des craques ! Rappelez-vous la dispute entre Corton et Iolow !
Milo approuva :
- c’est mieux qu’un f**** détecteur de mensonges !
- Milo, t’avais promis !
- oh, pardon, j’le ferai plus !
- C’est vrai que t’as compris tout de suite que c’était Iolow qui avait copié, concéda Berylle à son copain.
Corran, à demi convaincu, reposa sa question :
- Et le truc que t’as caché, c’est quoi ?

Sasha sortit de sa musette un morceau de métal rayé. Par les crocs de Swift. Il affirma :
- Je sais ce que c'est ! Cette pièce appartient à un droïde! Et je suis certain de savoir lequel. Pas vous ?
- Possible, fit Thera qui examinait la pièce. Des droïdes peints en vert, y en a pas des masses ! Surtout qu'il était en noir juste avant… regardez dans les griffures !
- c'est bien noir, dessous ! Admit Mizar
- Et ce modèle sert souvent d'assassin, rappela Sasha.
- Allons demander conseil à Lando ! Il est venu avec son tech. De toutes façons, il faut qu'on récupère nos SyDs, proposa Milo.
- Bonne idée ! Après, j'essaierai de convaincre Voxan.
Sasha était bouleversé, mais pas au point d'oublier le plus important: si Ve'ssshhh avait été assassiné, il devrait le venger !
- On le vengera, jura Jacsyn, qui pensait la même chose.

Les autres approuvèrent. Les Herrians de souche ne savaient pas comment, mais les rouges avaient la réponse : à grands coups de blaster lourd (c'était un droïde blindé), un point c'est tout !
- Ouais, il pourrait y avoir un accident, aussi : un missile déréglé qui tombe sur le bâtiment de ReHab pendant un entraînement à basse altitude! ''Oups, pardon, on s'excuse, désolés'' proposa Milo.
- Sauf qu'on n'est pas sûrs à 100 % de le toucher et qu'il y a souvent des herrians innocents qui passent chez ReHab, objecta Thera.
- Bon, d'accord, j'exagère un peu… N’empêche…
N’empêche qu’un missile bien placé pouvait résoudre leur problème. À une époque pas si lointaine, ils n’auraient pas hésité une seconde.
- Allons d’abord voir Lando, trancha Sasha.



Parole d’Expert !
Lando n'était pas certain, mais son tech confirma aux enfants qu'il s'agissait bien d'une pièce de Droïde. Il fit quelques tests :
- C'est un alliage spécial, il n'y a que deux modèles de droïdes qui en sont équipés : Le SR-400 et le BDG. Vu la forme, je penche pour le revêtement de l'avant-bras d'un BDG. Il serait facile de vérifier.
- Faites-le, ordonna Lando.
- Et il n'y a qu'un BDG vert sur Herrion ! Insista Sasha !
- c'est une preuve, tu n'aurais peut-être pas dû la faire disparaître de la scène de crime, reprocha Lando ; elle aurait pu aider les techniciens de la sécurité à monter un dossier d' accusation.
Sasha se défendit :
- Il y avait d'autres morceaux, ils n'ont pas pu les rater tous ! Mais je suis prêt à parier que ces pièces n’apparaîtront jamais dans le rapport. Y a plein de gens, y compris de la sécurité qui fréquentent beaucoup les ReHab, ces temps ci. Et je sais qu'ils distribuent beaucoup d'argent. J'ai mes sources. Heureusement, s'ils veulent des preuves, j'ai tout enregistré.
- Si je n'avais pas eu une longue discussion avec ton grand-père, je dirais que tu dramatises. Un autre dirait peut-être que tu as une imagination débordante.
- Ah, bon, il dramatise? Tante Mira, qui est chef sécurité et inspectrice des Douanes à l'astroport se faisait taper sur les doigts parce qu'elle retardait les cargaisons de ReHab avec ses contrôles. Depuis qu'elle laisse couler, cousine Lanie a un bike tout neuf, avec toutes les options et des ouvriers refont à neuf leur vieille maison ! S'insurgea Jacsyn
Mizar intervint :
- Une preuve de notre imagination débordante : monsieur Antares, qui travaille à l'état civil ! Il rencontre en cachette le droïde de ReHab, deux fois, et juste après il s'offre un tout nouveau système holo ! Un modèle super luxe, tout droit sorti d'un cargo ReHab.
- puis qu'on parle de Holos, qu'est-ce que vous dites des six caméras holos et du droïde réalisateur qu'a reçu Herrion- stars ? Comme par hasard, dans les trois dernières éditions, il y avait de supers reportages sur Marconna, ReHab&co, renchérit Milo.
- trois numéros sans parler des Herrion twisters, ajouta Berylle
- Aucun article sur Lana Bandana !
S'insurgea Milo, qui était fan de l'artiste originaire d'Herrion (enfin, surtout de sa poitrine avantageuse).

- aucun sur Blek Uranus ou Calypso Rand, ils sont pourtant champions de la conférence Nord-est !
S’indigna Rigel ! Mizar approuva gravement : une offense impardonnable pour ces fervents adeptes du street-ball !
- D'habitude, y a pas une seule émission sans au moins trois de ces stars ! Expliqua Sasha. Herrion-Stars, c'est l'émission préférée de tous les juniors d'Herrion ! Et il n'y en a que pour ReHab ! Si c'est pas de la propagande, ça !
.- Mais je te crois. Je vous crois! Je me suis renseigné sur ce Marcona. D'autres corpos l'ont déjà employé pour des coups tordus. Aucune preuve, bien sur. Et rien d'illégal, mais il n'est pas clair.
- on ne le laissera pas faire, s'exclama Milo, toujours le premier à chercher la bagarre.
- Il ne faut jamais répondre aux provocations d'un pareil comploteur, Milo : il n'attend que ça! Il saura détourner à son profit tout incident, c'est un expert. Sasha, tu devrais appeler ton grand-père, conseilla Lando
- j'ai essayé, mais rien à faire. Il paraît qu'il est reparti en urgence à cause d'une loi que le Sénat veut voter.

Sasha, attristé et démoralisé par ce qui venait d'arriver, se sentait dépassé. Toute l ‘équipe avait le moral à zéro. Lando tenta de les rassurer :
- Ne perdez pas courage ! Vous n’avez pas trouvé le corps de ton mentor n'est-ce pas? Il est blessé, mais est-il vraiment mort? Ce n'est pas certain!
Il s’adressa à Sasha :
- En attendant, tu as tes amis : je suis sûr qu'ensemble, vous pouvez beaucoup. Et vous avez les SyD. Une petite armée de droïdes, les plus sophistiqués de la galaxie. Croyez-moi, vous n'avez pas encore découvert le dixième de leurs capacités. Ils ne sont pas doués qu'au combat : ils savent aussi espionner et ruser ! Je sais de quoi ils sont capables : J'ai suivi moi-même leur conception. Votre '‘Grand-frère’' voulait les meilleurs pour vous. Je crois que nous y sommes arrivés !
- ça c'est bien vrai ! Attestèrent les SyDs présents. Et on donne déjà un coup de main !
- et, bien sur, je ferai mon possible pour vous aider! Je ne suis pas le seul ! Le vice-roi a demandé à quelques amis de garder un œil sur son monde, nous ne sommes pas loin !
Il scruta les jeunes visages : malgré la tristesse, on sentait en eux une nouvelle résolution. Il ne pouvait faire mieux pour le moment : il avait un planning serré. Il les quitta en se promettant de veiller sur la petite bande, encore plus qu’il ne l’avait promis à son vieil ami le vice-roi. Il avait surtout promis de le tenir au courant des événements. Ce Ve’ssshhh semblait être bien plus qu’un simple berger. Comment Markus prendrait-il la triste nouvelle ?
… …


- Le directeur Voxan est très occupé, affirma le robot secrétaire. Il est impossible de le déranger pour l'instant. Peut-être voudrez vous laisser un message ?
Voxan avait pourtant donné à Sasha son code comlink direct, mais le droïde faisait barrage. D'ailleurs, depuis quand Voxan avait un droïde secrétaire ?
- Oh, c'est juste que je me suis souvenu de quelque chose concernant notre découverte de ce matin. Tant pis, au revoir ! Mentit Sasha avant de couper, sans donner plus de détails.
- on verra bien qui réagira, si quelqu'un réagit ! Expliqua-t-il aux autres.
- Et maintenant ?
- maintenant, on va chez mon pa', fit Jacsyn quelque peu déconfit. Désolé, il insiste ! Qu'est-ce que vous pariez qu'il y aura aussi madame Cygnus  et l'instructeur Bogdan?
- ils veulent tester le moral des troupes? Fit Milo, dégoûté.
- a ton avis ?
- beuark ! Mon moral, il a besoin de mes copains et d'un gobelet de Kilao ! On serait mieux ensemble dans notre cachette du Parc.
Tout le monde approuva. Les psychologues allaient trouver l'ambiance morose, très morose. Une journée de congé, en plus ! On ne pouvait faire pire.
Si ! le docteur Terak faisait partie du comité d’accueil !
- ah non, pas encore de piqûre !
Berylle avait très bien résumé l'opinion générale. Et à haute voix, pour que le Docteur reçoive bien le message.

Horrible matinée, repas morose, après-midi déprimant ! Dégoûtés par la '‘sollicitude’' des adultes qui semblaient vouloir les accompagner partout, les compagnons s'étaient dispersés comme une volée d'oiseaux nectars!
- vous devriez en parler, les enfants, entre vous et aussi avec nous, cela vous ferait du bien, avait conseillé madame Cygnus, la médic de l'école.
ouais, mais sans vous !
C'est-ce que les compagnons auraient aimé dire. Après avoir raconté leur histoire, Ils étaient restés muets. Polis, mais muets. Sasha pensait que le message était passé : il en eut confirmation en rentrant.
Pa' et ma' étaient au courant, bien sur. Ils avaient donné leur accord pour la '‘thérapie de groupe’' préconisée par l'équipe éducative. Pa' demanda :
- alors, ce déjeuner chez le directeur Altaïr ?
Sasha émit un bruit inconvenant (que pa' ne releva même pas), et un geste plus correct mais tout aussi explicite. À force de travailler ou de bricoler ensemble dans le boucan de l'atelier, ils n'avaient pas besoin de parler pour se comprendre. Le geste et la mimique en réponse étaient aussi clairs: « désolé, fiston, ils ont insisté ». Il ajouta, rassurant :
- En tout cas, vous avez été déclarés bons pour le service : désolé fiston, mais tu as école demain !

Ma' avait les yeux rouges, comme si elle avait pleuré : elle aimait beaucoup Ve 'ssshhh.
Eux, au moins, ils n'essayèrent pas de lui tirer les vers du nez. La famille fit bloc, surtout pendant la diffusion en direct du bulletin d'informations. Sasha avait insisté pour le voir. Ses parents voulaient savoir, eux aussi, mais ils avaient peur des réactions de leur fils. C'est l'inspecteur chef Valdek, celui que Sasha n'aimait pas, qui fit la conférence de presse. Un modèle de désinformation, selon le garçon.
- Bah, des enquêteurs, ça ? Ils n'ont même pas parlé des bouts de métal!
- quels bout de métal ?
- Y en avait plusieurs morceaux ! Swift en avait même un coincé entre ses crocs. Et il n'en parle pas ! Des morceaux de droïde ! De toutes façons, c'est un menteur, ce type, on peut pas lui faire confiance.
- Tu es bien catégorique, mon petit chou. Peut-être avait-il de bonnes raisons de cacher la présence de ces indices ? Pour le bien de l'enquête ?
- c'est un menteur et pire que ça ! Vous verrez  bien que j'ai raison! Prophétisa -t-il avec force.

il se ferma suffisamment pour que ma' juge bon de clore la discussion. Il avait eu tort de s'énerver. Pourtant Sasha devinait qu'elle était prête à le croire : il ignorait que Ve'ssshhh avait confirmé les déclarations de Jacsyn.
Pour détendre l'atmosphère, pa' raconta comment il s'était disputé une fois avec le Capitaine à bord du Hun. Pour pa', il n'y avait qu'un Capitaine (avec un C majuscule) : le vice-roi Markus Herrion, grand-père . Pa' était alors le chef-mécanicien du bord, et leurs engueulades homériques étaient devenues légendaires. Avant de lui présenter ses futurs parents, grand-père en avait raconté une au garçon. Pas aussi marrante que celle-là :
- … et il a conclu : « si vous n'avez pas de quoi remplacer le tibanna, toi et tes tire-au-flancs de techs, vous n'avez qu'à péter dans le réservoir ! Ce gaz-là vaudra bien l'autre ! »
- Henryn ! Ne sois pas grossier !

Mais pa' avait atteint son but ; Sasha était trop occupé à rigoler pour broyer du noir : le très aristocratique Markus Herrion en train de dire des gros mots !! Sasha retrouva assez de souffle pour hoqueter :
- Et alors ?
- et alors, je lui ai dit : on peut toujours essayer, mais pour qu'il y en ait assez, il va falloir que tout l'équipage se dévoue. Et je compte bien sur vous pour donner l'exemple.

Là c'était trop ! Imaginer grand-père en train de baisser son pantalon pour… Plié de rire, Il lui fallut un bon moment avant de pouvoir hoqueter:
- il l'a fait ?
Nouvelle crise de fou rire.
- je suis sûr qu'il y a pensé, juste pour me clouer le bec. Mais finalement, il a dit : '' faites selon vos caprices. Comme toujours ! Ah, Ifni, pourquoi ai-je engagé une diva plutôt qu'un vrai mécanicien-chef ?''

Pa' imita l'intonation et les gestes du vieil homme, ce qui provoqua un nouveau fou-rire
- Parce que c'était toi le meilleur, bien sur  !
- ta confiance me va droit au cœur, fiston !
- il me l'a dit, juste avant que je vous rencontre : ''c'est le meilleur et c'est le plus grand bricoleur de la galaxie. Il pourrait réparer un hyper-propulseur avec trois bouts de ficelle et un comlink usagé'' (1) Et tu sais quoi ?
- je sens que tu va me le dire…
- il a raison : c'est toi le meilleur !
Sasha se serra contre son pa' dans un mouvement spontané qui le surprit lui-même. Ce genre de démonstration, il ne l'avait réservé jusque-là qu'à ma'. Et encore ! Seulement deux fois !

Malgré les efforts de ses parents, la tristesse et les larmes revinrent en force dès qu’il fut seul dans l’obscurité de sa chambre, jusqu’à ce que la fatigue l’entraîne dans un sommeil agité
Pourtant, à son réveil, Sasha n'était pas aussi triste qu'il l'avait craint. En fait, il se sentait calme, apaisé. Peut-être à cause de ce drôle de rêve qu’il avait fait. Depuis, il avait l’impression que Ve'ssshhh était toujours avec lui, veillait sur lui.
Comme il l'expliqua à ses amis :
- après tout, Lando a raison : personne n'a retrouvé son corps, pas vrai ? Moi, je continue, et vous ?
- C'est drôle, j'ai la même impression. Moi aussi, j’ai rêvé de notre ami. Bien sûr qu'on continue, pas vrai ?
Berylle avait exprimé l'opinion du groupe :
- Pour moi aussi, il est toujours là ! on les aura ! Promit Jacsyn
- sur !
-ouais !
- on va gagner !
- On va le faire pour Ve'ssshhh !
- bon, c'est pas tout, ça : qu'est-ce qu'on fait ? Demanda Thera, avec son solide sens pratique .

Sasha avait son idée :
- J'ai du nouveau ! SyD’ et ses potes ont bien travaillé ! Tenez-vous bien : ReHab a trouvé un représentant de la famille Herrion à sa botte! Un inconnu, bien sur! Je vous ai parlé de la nouvelle proposition de loi ?
- Oui, justement : c'est une bonne nouvelle, ça ?
- La bonne nouvelle, c'est qu'on a tout notre temps pour lui préparer un accueil inoubliable, à ce traître. Et je crois savoir comment ! Vous allez adorer ! Et dès que j'aurai mis Voxan dans le coup, il pourra lui causer des tas d'ennuis supplémentaires. En attendant, devinez de qui parlera la prochaine émission de Herrion' Stars ?
- De Marcona ?
- Des Shining Brothers ! Ils envisagent de passer ici lors de la prochaine tournée ! Un spectacle offert par…
- Rehab corps !
- ça, c'est une bonne nouvelle ! S’exclama Corran.
- Ouais ! même si c'est ReHab qui va en profiter ! Renchérit Sasha.




Le shérif est en prison

Mais, inexplicablement, il fut impossible de contacter Voxan. Un appel sur sa ligne privée tombait toujours sur le même droïde secrétaire. Depuis quand une agence planétaire herrianne employait des droïdes pour ce genre de tâche , alors que le herrian moyen raccrochait immédiatement en entendant une voix synthétique ?
Sasha dut attendre le soir pour comprendre : le Bulletin annonça l’arrestation du directeur pour agression et meurtre probable.
Celui de Ve'ssshhh : quelle sinistre farce !
Le détestable inspecteur Valdeck, avec une mine de circonstance, annonça avoir trouvé des indices troublants près du terrier de Ve'ssshhh et aussi dans l'appartement de son '‘ami’' et supérieur.
« le directeur Voxan a reconnu avoir rencontré le Premier Journeyman Ve'ssshhh avant-hier dans la soirée. Il nie toute participation, mais il est bien le dernier à l'avoir vu en vie… » Affirma-t-il devant les caméras
- je n'en crois rien! S’indigna ma'.
- Voxan ? Difficile à croire ! Et même, je vois mal Voxan venir à bout de trois Vargs et d'un Berger, renchérit pa'
- Tout ça, c'est que des mensonges, explosa Sasha. Bien sûr qu'ils se voyaient souvent ! Ils travaillaient ensemble contre Marcona !
Oups, il s'était trahi !
- Sasha ? Comment le sais-tu ?
- Euh… C'est Ve'ssshhh qui me l'a dit quand on a parlé, l'autre jour. Il voulait me rassurer, je crois.
C'était plus facile de ne mentir qu'à moitié.
- j'aurais… Je n'aurais même pas dû vous en parler ! J'avais promis !
Ça au moins, c'était vrai !
- avec la disparition de Ve'ssshhh et l'arrestation de Voxan, ce n'est plus nécessaire de garder le secret, le rassura ma'.
- tu n'as rien trahi ! D’ailleurs, s'il t'a confié un détail important, il serait bon de nous le dire ; cela pourrait me permettre de convaincre les gens, suggéra pa'.

Sasha prit le temps de réfléchir… Si ! Il y avait une chose qu'il pouvait leur dire :
- euh… Il a parlé d'un cousin Herrion, un inconnu, que ReHab aurait embauché. À cause de la nouvelle loi ! Celle du comité exécutif.
- ça, ce serait grave !
- Un cousin inconnu ? Impossible, trancha ma'
- Tu sais, ma chérie, il y avait bien Sasha et Thalia.
- Des Vega, comme toi ! Ou les Kellen, les Darpa et bien d’autres ! Et Grand… le vice-roi les a adoptés. Mais un Herrion ? Tous les survivants ont été recensés. Même les cousins de la main gauche !
- De la main gauche ? Ça veut dire Q… Qu'est-ce que cela signifie ? S’enquit Sasha, intrigué.

Ma’ serra les lèvres, gênée, pa’ se dévoua :
- Une expression herrianne qui désigne des enfants illégitimes et non reconnus… Des enfants nés d'une servante du palais, par exemple. Ils ont un autre nom, des parents officiels sur leur acte de naissance… Typiquement Herrian , te dis-je : Ce genre de chose n'existait pas sur Nippa, même dans les villages les plus arriérés !
- Henryn, voyons !
- C'est vrai, pourtant : les herrians sont tellement conservateurs que je parie qu'il y a eu au moins 1000 réunions de comités et une dizaine d'assemblées planétaires rien que pour approuver l'invention du feu !!Quant à l'utiliser pour cuire des aliments…

Sous le regard noir de sa femme et malgré le sourire ravi de son fils, il revint dans le vif du sujet :
- Tu sais, Sasha, j'ai découvert qu'ici, surtout dans les districts entourant le palais, la plupart des gens pourraient se dire membre de la famille Herrion, expliqua-t-il avec un sourire contraint.
- Ils peuvent : il y a un fichier, au palais. Ils y sont tous. Révéla Lisha.
- alors, on pourrait vérifier, non ? Suggéra son petit chou.

Sasha connaissait l'existence du ''Livre'', - mais ignorait cette histoire d’enfants cachés - et il comptait s'en servir. Grand-père lui avait révélé les secrets du palais. Il était plus correct de parler d'initiation. Avec salles secrètes, serments, et tout. Sasha avait adoré !
Thalia et Venom y avaient eu droit aussi, mais séparément. Un à la fois, c'était la règle, selon Grand-Père. Et Sasha devrait attendre sa majorité pour l'initiation complète.
Mais il n'aurait jamais cru que ma' serait au courant, elle aussi :
- Je suppose que oui, ce ne serait pas si difficile : étant un Herrion "officiel", tu as le droit de consulter le Livre, mon chou.

Grand-père, pa' et ma' se connaissaient bien. Quand il était là, il venait manger à la maison. Et il était le parrain d'Alora. Sasha avait cru que c'était à cause de pa', son ancien chef-mec.
Sauf si…
Une « cousine de la main gauche », Ma' ? Pas possible !
En tout cas, sur ce coup, les parents pouvaient aider.
- Sais-tu quand et comment ce monsieur apparaîtra sur scène ? S’enquit pa’.
- Non, pas encore. Mais je trouverai. Et je le renverrai chez lui!

Sasha semblait plus que déterminé à régler ce problème. Inébranlable, découvrirent ses parents.
- Tu sais, fiston, ce n'est pas à toi de…
- Si ! Pardon, pa', je t'ai coupé la parole. Mais grand-père m'a bien expliqué : il a fait de moi un Herrion, et cela entraîne des responsabilités. L'age n'y fait rien. ReHab, d'accord, c'est aux adultes de s'en occuper. Encore que, maintenant que Ve'ssshh et Voxan sont hors jeu, je vois pas qui voudrait, à part vous. Mais cette affaire concerne la famille Herrion. Dont le suis le seul représentant. Enfin, représentant officiel, si j'ai bien compris. C'est mon devoir ! J'ai prêté serment !
- Crois-tu que tu vas y arriver tout seul, comme ça, mon petit bonhomme ?
- Henryn !
- J'ai… Je n'ai jamais dit : tout seul… Vous êtes là, non ?
- Oui, on est là, mon petit chou ! N'est-ce pas Henryn ?

Ça, c'était un ultimatum ou Sasha n'y connaissait rien. Elle reprit :
- Au cas où tu l'aurais oublié, mon chéri, Sasha est le seul à pouvoir accéder au Livre.
Comment elle savait, pour le Livre ? Elle n'avait pas été initiée, sinon, elle aurait pu le faire elle-même. Comment elle avait dit : Une cousine de la main gauche ?
- D'accord… D'accord. Mais puisque tu es un Herrion officiel, c'est à toi que je demande : comment on procède ?
Pa' n'aimait pas qu’on lui force la main ; il n'acceptait que contraint et forcé et le faisait savoir.
Mais s'il pensait embarrasser son fiston, c'était raté :
- Bon, demain, je vais commencer à en parler aux copains ; enfin, aux plus bavards. Et vous aussi !
ils veulent garder le secret, disait Ve'ssshhh ?
Alors on va répandre la rumeur, des tas de rumeurs: les potins, c'est la spécialité d' Herrion, pas vrai ? Un nouveau membre de la famille Herrion, un survivant, ça se fête, pas vrai?

Pour l'adoption de Venom, Thalia et Sasha, il y avait eu des cérémonies, un gigantesque banquet au palais, ripailles, bières, vin, et jus de Kilao à volonté. Malgré leur réputation de gens sérieux et conservateurs, malgré les épreuves qu'ils avaient subis, les Herrians ne rataient pas une occasion de faire la fête. Surtout quand l'argent sortait de la bourse du Vice-roi.
- Ils seront obligés de réagir et de dévoiler leur jeu, conclut le jeune espion. Après… Il faut que j'aille au palais. Et que je parle au Chambellan.
- Le Chambellan ? Mais il est très vieux, mon chou…
- Et il dort beaucoup, je sais. Mais branche-le sur l'histoire de la famille et c'est lui qui finira par t'endormir.
- ça, c'est bien vrai ! Confirma pa' qui s'était retrouvé assis près du vieillard lors d'un banquet.
Il poursuivit, sur un ton plus conciliant:
- On dirait que tu as déjà sérieusement réfléchi à ta stratégie. Mais n'hésite pas à demander conseil, fiston. Tu ne peux pas tout faire.
- j' sais bien, pa', soupira le garçon. Heureusement que je vous ai !




Note:
1 Mieux que MacGyver 

Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 18 Déc 2016 - 14:35   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 8]

Et revoici Sasha et ses amis: la partie prend de l'ampleur, chacun s'efforce de placer ses pièces; à ce petit jeu, marconna est très fort!


Chapitre 9 : Rumeurs et manipulations, les grandes manœuvres.



Elle court, elle court, la rumeur

Les commérages étaient un sport national. Les rumeurs se répandirent très vite, de l'école aux parents, des parents aux voisins : il y en avait pour tous les goûts, et le résultat dépassa les espérances des jeunes comploteurs. Parmi celles qui circulaient, il y en avait qui ne manquaient pas de saveur.
La préférée de Sasha ? Celle qui parlait d'une très, très vieille épave retrouvée avec des passagers en stase. Un Herrion d'il y a 25 000 ans ? Génial ! L'hypothèse favorite des cours de récré !
Une autre, venue de l'extérieur et répandue par les équipages de l'Amber Star en escale, parlait d'un clone ou d'un fils caché de grand-père. Sasha y reconnut le portrait de son '‘grand frère’' Venom, toujours en train de guerroyer au loin pour le compte de l'Amber Star au lieu de venir donner un coup de main ici. Celle-là aussi avait ses soutiens parmi les écoliers.
La plus insidieuse soutenait que le '‘cousin’' descendait d'un Herrion banni par le grand-pa' de Grand-père, un renégat chassé pour trafic d'esclaves et d'autres atrocités. C'est ma' qui avait lancé celle-là.
Elle trouvait un écho favorable parmi les anciens.
Des gens âgés se souvenaient de cette affaire, d'autres l'avaient déjà racontée à leurs petits-enfants :
- Imaginez, les enfants… Ce … Verryn (1) séquestrait des gens dans sa belle Villa de Bleurive ! De pauvres gens arrachés à leurs familles ! Certains étaient des enfants, tout comme vous. Ici, sur Herrion ! Quel scandale !

Certains affirmaient qu'après tout, presque tous les herrians pouvaient se dire cousins des Herrion et qu'être un très lointain parent n'amènerait aucune légitimité spéciale :
- Si on va par là, moi aussi je suis un Herrion, avait fait remarquer pa' au vieux monsieur Betel. Les Vega de Nippa valent bien les Kellen ou les Darpa ! Et vous verriez un Darpa non adopté par le vice-roi régner sur Herrion , vous?
Il avait réduit sa voix à un murmure pour suggérer :
- Dans ces conditions, vous pourriez vous-même prétendre au …

Pa' savait bien que ses propos seraient répétés, amplifiés et repris à leur compte par des Sirius, des Betel, des Cygnus. Les Herrion « de la main gauche » ne manquaient pas dans ce district si proche du palais !
Il y avait deux états civils, sur cette planète: l'officiel, celui des registres, et celui que tout le monde connaissait mais dont on ne parlait qu'à mots couverts. Ici, descendre d'un vrai Herrion, ou '‘adopter’' un bâtard Herrion donnait un certain statut, un prestige tacitement reconnu… Henryn l'étranger avait mis du temps à le comprendre. Descendre d'une branche cadette l'avait aidé à s'intégrer, mais il avait aussi bénéficié du statut de Lisha et surtout de son père Jolan.
Quant à l'inconnu, personne n'imaginait qu'il put s'agir d'un imposteur. Ou que la rumeur fut fausse. Comme Sasha l'avait prévu, ReHab se devait de réagir au plus vite, pour faire taire les bruits les plus défavorables.



Une soirée entre copains, une pub mystère !
Sasha savait par ses écoutes que Marcona avait décidé d'accélérer le mouvement et de jouer sa carte plus vite que prévu. Incroyable ce que les droïdes arrivaient à obtenir des milliers d'enregistrements. C'est à croire qu'ils se faisaient aider !
L'auto-chef de l'escadron rouge, décidément fin psychologue, avait même prédit son prochain coup, si bien que les compagnons s'étaient rassemblés chez les parents de Mizar. Ils avaient la permission des parents, la maison pour eux seuls, des gellies et des crackers pour visionner le nouveau numéro de Herrion Stars.
- Tu crois qu'ils vont parler des Shining brothers ?

Le numéro commença par un reportage sur leur tournée, et se conclut par un message pour Herrion :
- Salut, les herrians ! Je sais que nombre d'entre vous se posent la question, commença Jin'Lan, le chanteur solo ; ou plutôt duo, avec ses deux têtes.
Les trois autres reprirent en chœur :
- eh bien, oui ! Nous chanterons bientôt pour vous dans votre toute nouvelle salle de spectacle à Herrion-Ville et, tenez-vous bien, le spectacle sera gratuit, grâce à notre partenaire ReHabcorp !!
Modulé en six voix, c'était presque un chant !
- à bientôt, les Shiners ! Préparez-vous à briller !

Un concert des Shining ? Et gratuit, en plus ! Une super mega bonne nouvelle !
Peu importait que ce soit ReHab qui paie !
Puis Lamu Torval passa à sa rubrique potins. Les juniors et quelques adultes aimaient son humour acide mais souriant . Elle fit ses choux gras des folles rumeurs qui couraient sur le mystérieux Mr Herrion. Elle en inventa même quelques autres, histoire d'y placer ses célèbres jeux de mots, qui en général ne volaient pas très haut, mais seraient répétés dans toutes les cours de récré ; Comme d'habitude, elle laissa les compagnons pliés de rire, même Sasha qui devinait où ils allaient en venir.
À la fin de son intervention, Muro Steeele, le présentateur, annonça du nouveau sur le sujet juste après la pub !
- pffft ! On s'en fout de la pub !

Sur Herrion, la pub, c'était pour des compagnies d 'Hyborria, pour quelques commerces de la ville, dont le principal magasin de bikes. Mais depuis quelque temps, il y avait de la pub pour ReHab… Et aussi pour ReHab… Et, bien sur, pour?… ReHab ! heureusement, y en a qui suivent !
Au moins la moitié de la (trop) longue page de pubs. Ah, non , pardon! Il y eut aussi un clip mystérieux, des images, des indices, et, à la fin, un code comlink à appeler…
- Ça c'est de la pub ! On appelle ?
- Faut la permission des parents, c'était écrit…
- Pfff ! Toujours pareil ! C'est juste un numéro à appeler, non ?
- En plus, aucun risque, c'est gratuit !
- On pourrait essayer d'appeler du Hangar, demain ! Bogdan est plutôt cool pour ça…
- Bonne idée ! Et il adore les bonbons aux cinq nectars ! J'en amènerai !
- 'onne faim, cha ! Pache mwaa é gellies
- T'en as déjà plein la bouche, Milo !
- Pas besoin d'appeler ! Moi, je sais, cafta Berylle !
Évidemment, sa mère était aussi au comité d'urbanisme.
- Moi aussi ! J'ai reconnu la déco, annonça Sasha !
- quoi ?
- C'est quoi ?
- Alleeeez, faites pas les rancors !

Mais les cruels rancors ne purent s’empêcher de distiller leurs indices au compte gouttes :
- allez, devinez ! Un endroit où on peut manger.
- Ils ont aussi des cadeaux dans leurs menus juniors…
- et y en a partout dans la galaxie !

Mizar, qui avait vécu un bon moment sur Hyborria, finit par deviner.
- non, z'êtes pas sérieux… un Resto Biscuit Baron, ici ? Sur Herrion ?
il y en avait eu un dans l'ancienne capitale totalement rasée par les extragalactiques, mais les compagnons l'ignoraient. Heureusement que la page de pub durait, car les commentaires fusèrent sur cette excellente nouvelle
- eh, ssshhhht ! Ils reprennent
- Vous pouvez dire que Herrions'stars se met en quatre pour vous, chers Herrions' fans ! Car nous avons cherché ! Et nous avons trouvé ! Trouvé un holo-reportage diffusé il y a quelque temps sur de nombreux mondes du noyau. Et n'écoutant que notre devoir, nous en avons obtenu les droits. Voulez-vous en savoir d'avantage sur le mystérieux M. Herrion ?
- Oui ! Hurlèrent en chœur Milo, Jacsyn et Thera !

Les grands pilotes de chasse se comportaient parfois comme des petits du jardin d'enfants. Ils devaient croire que Steele les entendait !
-  Mais d'abord, quelques nouvelles d'amis que nous avions un peu négligé ces derniers temps : Lana Bandana, notre célèbre holo Star…
- On s'en fout de Lana Bandana ! On veut M. Herrion !
- et c'est toi, Milo, qui dit ça ?
- Shhht !
-  … nous venons d'apprendre une terrible nouvelle : Notre champion Blek Uranus s'est blessé à l'entraînement: il ne pourra pas jouer la finale de la Coupe Hydienne!
- Oh, non ! C'est pas juste !
- Mille bouses de bantha ! C'est fichu pour Hyborria ! Ils ont déjà perdu Swan Houk !
- Ouais, Telos va gagner, c’est sûr !

Il y avait vraiment de quoi se lamenter et gémir, mais la suite retint toute leur attention :
- Et maintenant, en exclusivité, nous vous offrons l'interview réalisée par les studios Argan : Rdb6- C interroge l'ambassadeur Berk'Alava-Herrion ! 
Le monsieur Herrion en question avait quelques rides et de magnifiques cheveux blancs.
- C'est fou ce qu'il ressemble à grand-père ! On dir…Mwommm.

Berylle avait fourré une poignée de gellies dans la bouche de Sasha pour le faire taire. On ne pouvait parler et mastiquer. Un silence religieux régna pendant tout le reportage. Le bol passait de main en main, et les compagnons mâchaient en silence.
« - …Des produits agricoles, principalement. Mais notre grande spécialité, c'est la création de parfums, réputés jusque dans le secteur Corporatif ! D'ailleurs, je suis moi-même créateur de… »
- Pffft ! Un parfumeur, c’est pas un métier, c’est…
- Shhht, Milo, on entend rien !
« - … Le nom de Berk'Alava n'est pas aussi connu que celui de Herrion, Mais dans le secteur de Berk, il figure parmi les plus illustres ! Savez-vous que… »

Sasha trouvait son soi-disant cousin bien bavard ! Mais peut-être qu’après tout, les « vieux » seraient plus sensibles que lui à ces précisions : le clan Berk’avala ( il plongea sa main dans le bol de gellies et en engloutit une pleine poignée), pardon, Alava semblait tout aussi noble et presque aussi ancien que la famille Herrion !
- …Je ne suis venu dans le Noyau que pour représenter mon monde, Berk'Hom à diverses manifestations commerciales. Bien sur, les dirigeants de ma planète ont pensé que le nom de mon père m'ouvrirait bien des portes. Disait l'Ambassadeur.
Le droïde lui posa enfin la question que tous attendaient :
- …Aller sur Herrion ? J'ai pensé la visiter, mais anonymement, comme un simple touriste. Je n'y ai vécu que quelques semaines, les premières de ma vie, après tout ! J'avoue que ce battage médiatique me surprend beaucoup !

Ils étaient forts, chez Rehab : sans avoir l’air d’y toucher, ils avaient réussi à présenter leur candidat aux herrians. Un candidat fort sympathique et aux illustres origines. Sasha était prêt à parier que quand il faudrait trouver un président au Comité Exécutif, quelqu’un – probablement payé par ReHab- suggérerait :
- Et pourquoi pas cet ambassadeur que nous avons vu à la holo ? Vous l’avez entendu , il souhaite visiter notre monde : invitons-le, nous pourrons ainsi nous faire notre opinion !
Et tout le monde trouverait cette idée géniale !
Sauf que ce gars ne pouvait pas être ce qu’il prétendait ! Sasha en était certain ! Il enfourna une nouvelle tournée de gellies… Trop, beaucoup trop !
«  Et après ces révélations, une page de pub ! »

- é un imhoheur et eu eu e..ouwé..
- Finis de mâcher tes gellies, Sasha, on comprend rien !
- C'est qui Valor ? Demanda Milo, après avoir avalé les siens
- C'était le frère aîné du vice-roi et du capitaine Procyon. Il a été assassiné par l'empire, l’informa son leader.
Jacsyn s'y connaissait en histoire herriane : normal, celui qui lui faisait réviser ses leçons était directeur d'école !
- Et il aurait eu un fils ? Avec une pilote de la bordure extérieure ? Bah ! Remarqua Berylle.
- pas n'importe laquelle : une noble, tout de même ! Releva Corran, impressionné comme avaient dû l’être tous les herrians authentiques.
- Une pilote de chasse ! Et Wing Commander, en plus ! S’émerveilla Jacsyn !
- Ouais… Il est très fier de son nom et de sa planète ! La planète Herrion, sa famille paternelle, il s'en fout un peu ! Pardon, Sasha ! Insista-t-elle.
- Mmmmmhhhh…  Bredouilla Sasha, toujours englué dans ses gellies.
- C'est vrai qu'il ressemble au vice-roi… C'est peut être pas un mensonge, son histoire, supposa Mizar
- Si c'en est un, c'est un bon !
- c'est un imposteur, maintenant, j'en suis sur ! Et je peux le prouver, triompha Sasha, qui venait enfin d'avaler l’énorme bouchée !

Il réussit à garder son secret un moment, mais céda sous les pires menaces.
- Eh bien, voilà…
Ses explications assurées déclenchèrent l'enthousiasme de ses camarades. Et aussi quelques ricanements gênés. Seule Berylle fit une petite moue. Il lui semblait qu'un détail clochait. Sasha était peut-être un peu trop optimiste !
… …


Son plan '‘parfait’' se heurta aussi au scepticisme de pa' :
- Ton plan me plaît beaucoup, mais il a encore quelques petites failles. Une grosse, au moins:  as-tu pensé à vérifier les registres d'état-civil d'Herrion-Ville ? Même s'il n’apparaît pas dans le ''Livre'', les gens le croiront s'il a un acte de naissance et qu'il est au registre.
- euh… Et il y est ?
- Oui, fiston, il est enregistré ! J’étais en ville, quand l’information a commencé à circuler : Herrion info a rediffusé l’entretien, tout le monde est au courant. Je me suis précipité au centre municipal et je n'étais pas le seul. Désolé, mon garçon, mais j'ai vu le registre, nous l’avons tous vu. C'est dans la partie qui a été reconstituée après l'invasion, mais c'est vrai !
- Oh… Pas bon !
Sasha réussit à faire bonne figure.
- Un faux : Vous saviez que monsieur Antares s'est offert un super projecteur Holo, avec l'abonnement direct à l'Holonet, et tout ?

Tout cela, surtout l'abonnement, coûtait une fortune.
- Tout le monde le sait en ville. Il a prétendu avoir touché un héritage. Tu auras du mal à prouver qu'il a falsifié les dossiers, si c'est à ça que tu penses ! Déjà , il n’aurait pu le faire sans complicités dans son service !
- Ouais, j'y pensais, Soupira Sasha, déçu !

Rien n'était aussi simple qu'il le pensait. Mais il avait encore un atout dans sa manche :
- Bien sur, que Valor a eu un enfant, le Chambellan me l'a confirmé. Mais je sais un truc qu'ils ne savent pas…
- Quoi donc, mon chou…
Cette fois il exigea de le leur dire à l'oreille… C'était un peu embarrassant !
- Sais-tu au moins ce que veut dire ce mot ?
- J'ai vérifié dans la bibliothèque du palais… Et j'ai aussi trouvé des fichiers holos sur les Hermians…
- Hmmmm cela pourrait au moins faire douter pas mal de gens… On peut toujours essayer. Laisses nous un peu de temps pour peaufiner les choses avant de te lancer… Pas vrai, Lisha ?
- C'est vrai, mon chou ! Nous connaissons bien mieux que toi nos concitoyens. Les adultes ont souvent du mal à changer d'avis, tu sais. Ton plan a le mérite d'être simple, mais tu pars du principe que tes preuves suffiront à convaincre. Pardonne-moi mais c'est un peu naïf.
Pa' fut aussi surpris que son fils des propos de ma' : il n'avait pas l'intention d'être aussi direct.
D'ailleurs, si c'est pa' qui avait dit ça, Sasha se serait vexé. Là, il fut tout simplement mortifié. Ma' le prit dans ses bras pour le consoler.
- Ce n'est pas ta faute, mon chou. Tu sais, nous, les adultes, nous nous donnons l'air de gens raisonnables et responsables, mais nous pouvons aussi êtres aussi têtus qu'un nerf (un ruminant dont on tirait des steaks délicieux) et porter des œillères comme des antels...

Sasha réussit à sourire en imaginant un quatuor d'herrians à œillères en train de tirer un flotteur.
Avec leurs œillères, les craintifs antels qui tiraient les flotteurs utilisés pour le transport sur la planète, ne voyaient que la route devant eux. Et dans leur petite tête, ce qu'ils ne voyaient pas ne pouvait leur faire peur : cela n'existait tout simplement pas !
- Ne t'inquiètes pas, fiston ! Tu as avec toi deux experts en '‘Antels et nerfs à deux pattes’'. Avec notre aide, tu devrais pouvoir les ramener sur le droit chemin.
En attendant, le lendemain était un grand jour : Le club des Limiers recevait le chef de projet Marcona en personne




Gardes du corps en action : une histoire de faussaires !

Cette fois, Sasha avait dû chambouler le planning de la réunion. Déjà, elle avait commencé plus tôt ;
D'abord, parce qu'il avait besoin du labo de sciences et ses micro-électroscopes pour une démonstration sur l'identification de poils et cheveux. La technicienne, madame Actarus avait accepté  de l'assister: elle avait suivi avec curiosité les préparatifs de Sasha, puis s'était passionnée pour le projet, suggérant diverses améliorations aussitôt adoptées. Mais elle ne pouvait dépasser son horaire de plus d'une heure : elle devait récupérer sa fille au jardin d'enfants.
Ensuite, parce que le chef de projet Marcona avait un planning serré et que Sasha voulait rassembler tout le monde dans la grande galerie pour observer le travail des gardes du corps à son arrivée. Deux d'entre eux, Messieurs J et K, tout habillés de noir étaient arrivés en avance pour reconnaître les lieux et commenter le travail de leurs collègues.
Du coup, malgré un gros travail de préparation, les travaux pratiques furent un peu bâclés. Tout le monde, y compris Sasha, avait la tête ailleurs. Lui aussi était impatient de voir des pros en action.
À l'heure dite, tous étaient rassemblés derrière la grande verrière. Le luxueux speeder Rehab, précédé et suivi de deux autres, remontait l'avenue. Il stoppa devant l'école.

Le comlink intégré du garçon s'activa… c'était SyDney. Lui et les SyDs de Thera, Milo et Jacsyn s'étaient placés pour fournir une surveillance permanente. D'autres SyDs veillaient tout près, comme toujours !  
- Sasha, il semble que Marcona ait ajouté une surprise au programme. Ne montre rien, surtout, mais il y a des tireurs sur les toits voisins. Deux suivent le speeder, mais l'un d'eux a déjà acquis sa cible.
- Et c'est ?
- Toi ! Enfin, la verrière devant toi. Pas de panique, j'ai été informé que c'était du bluff. Tu sais, la source dont je t'ai parlé. Elle ne s'est jamais trompée. L'auto-chef a fait une analyse, il est d'accord à 99,99 % (2). D'ailleurs, regarde ton voisin, M. K: Il est déjà aux aguets, tout prêt à te '‘sauver’'. Et sinon, je suis là !
Tous les gardes du corps organiques ne valaient pas un SyD ; et SyDney était le meilleur de tous.
Sasha était entraîné à cacher ses émotions, il ne montra rien, mais il lorgna un peu sur le grand garde. Il décida de le tester.
- Il n'a que deux véhicules d'escorte ?
Le proche-humain, concentré sur sa mission sursauta légèrement, mais se reprit très vite :
- Nous sommes sur Herrion, une planète paisible. Il serait impoli d'arriver avec des blindés, non ?
- Sur ! Les derniers blindés que les gens ont vu par ici n'étaient pas du tout amicaux.
- regarde… K éleva la voix. Regardez en haut à gauche… voyez-vous le petit drone qui survole le convoi ?
il attendit que tous le repèrent… Il était vraiment tout petit, ce drone
- Il guette tout mouvement suspect et nous préviendra si… À TERRE ! TOUT LE MONDE À TERRE !
Dehors, les gardes du corps s'étaient déployés, la portière du véhicule était déjà ouverte. Ils reçurent l'alerte en même temps. La grande verrière explosa, mais Sasha était déjà au sol, poussé puis couvert par K. Marcona avait proposé de montrer le travail de son escorte : pour une démonstration, c'était une belle démonstration ! Le garçon n'avait pas imaginé en faire partie !
Le genre de nouvelle qui ferait les gros titres :

« REHAB SAUVE UN MEMBRE DE LA FAMILLE HERRION ! »

Sauf que quatre droïdes amoindrirent sensiblement l'action '‘héroïque’' des gardes du corps : Surgis de nulle part, quatre SyDs s'étaient interposés et avaient déployé leurs boucliers, repoussant les éclats de verre. Celui-ci était spécialement traité pour éviter les éclats mortels, mais tout de même ! Il y aurait pu y avoir des coupures, et même des blessures plus graves… C'était peut-être au programme, d'ailleurs !
Sasha réussit à regarder dehors. La limousine blindée avait reçu deux impacts, mais les gardes avaient déjà mis Marcona à l'abri. Évidemment, c'était plus facile s'ils savaient à l'avance !
- Merci de votre aide, mais je prends Sasha en charge, tout de suite. Programme d'urgence 911 : allez, en voiture, mon garçon !

SyDney n'avait pas sa voix de tous les jours : celle-ci ressemblait plutôt à celle d'un sergent-instructeur du genre peau-de-vache . Non, elle aurait intimidé même un sergent instructeur !!
K laissa sa place sans rechigner, mais ne perdit pas une miette du processus. Il fit remarquer perfidement :
- votre réaction était un peu trop tardive.
Sasha fusionna docilement avec son droïde, qui lui transmit :
- Laisse-moi garder l'initiative, il vaut mieux qu'il n'en sache pas trop sur la fusion.
Puis SyDney répondit au garde du corps :
- instructions permanentes: ne pas interférer avec les séquences d'enseignement. Nous ne sommes pas les bienvenus à l'école et devons rester à l'écart. Cela augmente le délai de réaction, beaucoup trop ! Une erreur à corriger, mais qui ne dépend pas de nous. Heureusement, vous étiez là. Merci encore.

La voix de SyDney s'était radoucie. Il semblait presque sincère !
Le directeur Altaïr était un peu sonné, mais il organisa l'évacuation avec sang-froid. SyDney s'adressa à lui :
- Je ramène Sasha à la maison. Programme d'urgence 911. Vous pourrez me contacter par l'intermédiaire de SyD09
Le SyD de Jacsyn aidait à évacuer les élèves. Jacs’ avait fusionné, mais là aussi, c'était le droïde qui agissait. Jacs appela par le canal SyD :
- Sasha ? Tu vas bien ?
- Pas de soucis, je ne risquais rien : K était prêt à me protéger. Il n'attendait que ça !
- Synne (3) me dit que c'était un coup monté ! Et elle m'a dit de me taire et de la laisser faire, j'en reviens pas !
- SyDney m'a prévenu juste avant. T'imagines le coup de pub pour ReHab ? Sont trop malins ! J'les déteste ! Je crois que nos SyD ont raison : inutile de trop en montrer à ces agents ReHab. Bon, faut que j'y aille : Syd' est décidé à me ramener à la maison !

L'école grouillait déjà d'agents de la sécurité, l'inspecteur Valdeck à leur tête : toujours prêt à briller devant les holo-cams, celui-là !
- j'ai appelé pa' et ma' pour leur dire que tu n'as rien. Ils nous attendent… Oui, pa' a bien dit : je Vous attends !
Pa' se méfiait des droïdes, même s'il aimait bien SyDney. Et puis, Sasha pensait qu'il était un peu jaloux de sa relation avec SyDney.

Pa' et ma' les attendaient de pied ferme. La chaîne info diffusait les images en boucle. Comme par hasard, une équipe holo suivait Marcona dans ses déplacements. Les impacts sur la carrosserie blindée, la verrière qui explose, des enfants paniqués qui courent vers les abris, tout y était.
De nouvelles images, enfin : Des enfants sortant de l’école tout excités, répondaient aux questions des reporters (4).
- Et tout a explosé ! Et les SyDs, ont levé leurs boucliers, et… bling ! du verre qui tombait partout, sauf sur nous. C'était comme si on était sous un parapluie ! Glapit Illyna !

Pour Corran, le choc initial laissait place à la colère :
- … Et ils ont essayé de tuer Sasha ! Mon copain Sasha ! Ces salauds, ils ont bien failli l’avoir ! Si l'agent K n'avait pas été là…
Le directeur Altaïr, ses ouailles à l'abri, confirma que Marcona n'avait pas été le seul visé.
- C'est vrai, le jeune Vega an-Herrion a été la cible d'un des tireurs ! Un garçon de 12 ans ! Qui pourrait lui en vouloir  à ce point?
- Ces dernières années, plusieurs Herrion ont connu une fin tragique, rappela le journaliste.
- Oui, c’est vrai, admit le Directeur. Il nous faudra revoir les mesures de sécurité. Heureusement, personne n'a été blessé, grâce aux agents K et J qui ont donné l'alerte. Et aussi aux boucliers des SyDs dont la vitesse de réaction me laisse pantois : quelle efficacité ! Nous leur devons beaucoup.
- à quelles mesures pensez-vous ?
- Des gardes à l’entrée ? Il faudra étudier cela avec la Sécurité. Et des SyD ? Ils ont évité un drame aujourd’hui… Oui, je vais recommander une modification de l’article du règlement intérieur les concernant, réfléchit-il tout haut.
- Alors ça, c’est une excellente idée, approuva Sasha , parlant aussi au nom de son droïde qui approuva d’un hochement de tête!

Après ça, le reportage reprenait au début.
- ils ont failli te tuer, fiston ! Mais pourquoi ?
- Ce n'est pas la première fois que quelqu'un essaie de tuer un Herrion, remarqua sobrement ma'.
- Il va falloir te mettre à l'abri, te faire quitter la planète, termina pa’

Quitter la planète ? Surtout pas ! Pour que Marcona aie le champ libre ? Vite, faut les rassurer :
- mais non, pa', ma', je ne risquais rien ! C'était un coup monté, j'vous dis !
SyDney intervint pour soutenir son partenaire :
- Sasha a raison : l'analyse à posteriori des angles de tir confirme cette hypothèse.
Nous avons tout enregistré : le premier tir est passé à plus de 40 centimètres au-dessus de Sasha . Au-dessus de l’endroit où aurait dû se trouver sa tête si l’agent K ne l’avait pas déjà jeté au sol, précisa le droïde !
Les autres tirs étaient encore plus haut. Aucun n’aurait pu l’atteindre, même s’il était resté debout !Par contre, il fallait viser avec soin les points de rupture pour que la verrière éclate ainsi ;
- que dis-tu ? montre-nous ça !

La holo reprenait les enregistrements de plusieurs SyDs et le droïde y avait inclus les analyses de trajectoire, qui apparaissaient en couleur. Même avec son entraînement très sommaire au tir longue portée, Sasha voyait bien que SyDney avait raison. Mais ses fermiers de parents ?
Surprise ! Ils réagirent comme des pros, comme le prouva l’analyse de ma’  :
- Au moins trois tireurs… Le toit des bâtiments C et D. De là où ils étaient, ils ne pouvaient pas rater leur tir, surtout sur une cible allongée au sol. Ou ce sont des amateurs, ou alors…
- Moins de 100 mètres, pas de vent, lumière idéale, même des amateurs auraient pu y arriver ! C'était bien une supercherie, confirma pa’ !
- Et puis, la dernière chose dont ils ont envie, c’est de voir Grand-P… Un Vice-roi furieux revenir à toute vitesse avec son croiseur, ses soldats et ses enquêteurs. Il mettrait immédiatement fin à leurs manigances ! Raisonna ma’.
- oui, même si le relais comm’ est en panne, il en serait vite informé par les équipages des cargos ! reconnut pa’, un peu rassuré.
Sasha dévisagea ses parents d'un air ébahi ! Leur analyse de la situation tactique l’avait laissé sans voix. Pa' lui fit un clin d’œil et justifia :
- L’entraînement militaire fait partie de la formation, à l'Amber Star.
Et ma', alors? Elle aussi s'est entraînée à l'Amber Star ?

Mais pa' ne lui laissa pas le temps de poser la question.
- Un coup monté, donc. Mais nous allons remercier comme il se doit ce gentil agent K qui t'a sauvé la vie, n'est-ce pas, fiston ?
- Beuh, pourquoi, s’il a fait semblant ?
- n'oublie jamais ton objectif principal, fiston : empêcher ce pseudo Herrion de diriger le comité exécutif !
- Ho, j'l'avais oublié, celui-là !

Sasha rumina en silence, puis sourit béatement :
- où il est mon héros ? Il faut que je le remercie ! Un super garde du corps, l'agent K ! Il m'a sauvé la vie !?
- N'en fais pas trop, tout de même ! Conseilla ma’.
- Pfft ! J'peux même lui faire une bise, si vous y tenez vraiment !
- i l ne vaut mieux pas ! C'est un Marennien : sa peau est plus rêche qu'une peau de Vertil !
- Ouais, c'est vrai ! Dis, ma', on pourrait faire un gâteau au six nectars  et le lui offrir, pour le remercier ?
- Aux cinq nectars, tu veux dire ?
- Ben, on pourrait rajouter du nectar de vertvert, celui qu'on prend quand on est constipé ? Vous trouvez pas qu'il a un air constipé ? Ce s’rait lui rendre service ! Faut juste s'assurer qu'il sera près des toilettes au moment où…
- Je crois qu'on va en rester aux remerciements émus, Sasha. Émus, mais sobres et dignes, à la herriane ! Et avec une grammaire correcte : je ne t'ai pas corrigé cette fois, mais n'en profite pas !
- Oui pa', pardon, pa' !



Notes:
1 Eh oui, le méchant Malthus Verryn – qui a joué un si vilain tour au sorcier Magnus- était un Herrion, à l’origine ! ( Voir : Venom, le destin d’un pirate). Précision: dans ce cas précis, les accusations n'étaient que pures calomnies. Depuis, il en veut un peu (???) aux herrians.
2 Il est fort, l’auto-chef ! Mais depuis quand les droïdes cuistots ont des diplômes en psychologie et en stratégie? 
3 Le surnom de son droïde, qui a une voix féminine, un peu maternelle
4 Avec l’accord des parents venus les chercher, bien entendu !

Bonne lecture!
Modifié en dernier par Ve'ssshhh le Ven 30 Déc 2016 - 20:51, modifié 1 fois.
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Dim 25 Déc 2016 - 18:55   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 9]

Marcona qui fait semblant de sauver Sasha..! ma foi s'il avait su qu'il finirait à trier les déchets sur Raxus Prime, il aurait organisé une vraie embuscade, cela aurait été plus marrant :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 31 Déc 2016 - 17:47   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 9]

Marcona qui fait semblant de sauver Sasha..! ma foi s'il avait su qu'il finirait à trier les déchets sur Raxus Prime, il aurait organisé une vraie embuscade, cela aurait été plus marrant :diable: !

Il va le regretter, c'est certain! Mais il a d'autres projets pour Sasha! :chut:

Quand un illustre invité débarque sur Herrion, une visite protocolaire s'impose. Mais avant, une vendetta va secouer l'école. Faute de noyer l'affront dans le sang, les rouges vont le noyer dans... autre chose! :diable:



Chapitre 10: Cousin Firmus, l'arme secrète de ReHab


Alerte ! Escadron Rouge en Mode Connerie (ERMC) !

Jacsyn était bien sage, aujourd’hui ! Pas d'acrobatie sur son bike, pas de blague douteuse, il avait même pressé Sasha pour arriver en avance à l'école. À chaque cours, il avait levé la main pour répondre, même en histoire d'art galactique.
- ça, c'est suspect, avait murmuré Sasha à l'oreille de Corran.
D'autant plus que les rouges étaient Tous trop sages, depuis que Masha avait fait sa crise. Deux jours plus tôt, en proie à la panique, elle avait refusé de revenir à l'école. Quelque chose ou quelqu'un l'avait effrayée.
Quelqu’un : Sasha s’était déjà mis en chasse, il avait ses suspects mais pour une fois, les rouges semblaient avoir trouvé le coupable avant lui. Ils préparaient quelque chose.
Il y avait à l'école, une grosse brute de Coruscanti en dernière année qui ne se prenait pas pour de la merde (comme tous les coruscanti, d'ailleurs). Il était, avec sa bande, connu pour martyriser les petits et embêter les filles. D’habitude, ils étaient assez malins pour traiter les rouges – filles comprises - avec un certain respect, les saluant aimablement quand ils croisaient un groupe. Sauf que là, personne ne daignait lui répondre. Des regards noirs le suivaient…
À sa place, je flipperais ! J’croyais qu’il avait compris que Masha était l’une des nôtres ? Il est débile, ou quoi ?
Sasha n’en doutait pas : la vengeance de l’escadron serait terrible !

Pourtant, la matinée passa sans incident et la sonnerie retentit : fin des cours !
Sasha, Corran, Mizar et Rigel étaient en train de dévorer leur casse-croûte et regardaient un petit groupe de rouges – des techs- s'entraîner mollement au street-Ball.
Et les autres ? Jacsyn, Thera et Milo, toujours trop sérieux, s'étaient inscrits à un cours supplémentaire sur les communications hyper-spatiales. Bon, d'accord, ce pouvait être un sujet important pour des pilotes, mais presque tous s'étaient inscrits…
Très très suspect : ils sont tous à des endroits où on peut les voir. Ils ne se fabriqueraient pas un alibi, des fois ?
Qu’il n’ait pas été mis dans la confidence ne le vexait pas le moins du monde : tous ceux -rouges compris- qui avaient été formés à l’école de Venom avaient la culture – pour ne pas dire la religion- du secret. Chacun des participants savait ce qu’il avait à faire, mais ils ne devaient pas être plus de trois ou quatre à connaître tous les détails de l’opération.
« Le taux de réussite d’un complot est inversement proportionnel au nombre de comploteurs », disait toujours Venom.
Cette maxime allait-elle se vérifier aujourd’hui ?

Magor, la grosse brute, avait fini son casse-croûte et les desserts qu'il avait extorqués à deux petits de première année. Comme à son habitude, il se dirigea vers la rangée de toilettes au bord du terrain de jeu. Sauf que là, elles étaient toutes occupées. Sauf une !
Sasha coula un regard en coin vers le petit groupe de rouges. L'un d'eux s'était interrompu et Sasha le vit remuer les lèvres. Jarvis, le spécialiste en explosifs de l’escadron! Il remarqua un autre détail important…
Il a un comlink ! … Et fit immédiatement le lien avec tous ces WC fermés ou hors service
Sasha passa son système espion en mode enregistrement, se mit la main sur la bouche, pinça son nez et, imitant la voix d'un droïde, annonça en douce à ses copains :
- Alerte, alerte, catastrophe en approche ! Code ERMC ! Je répète, catastrophe en approche ! Code ERMC !

Cela commença comme un grondement en profondeur… Un bruit de geyser… La porte des WC n°9 fut arrachée de ses gonds et un flot de liquide suspect et malodorant jaillit du local emportant tout sur son passage.
- Bearrrk ! Ça shliiiingue ! s’exclama Corran, qui, imitant son copain, se pinça le nez.
Du flot émergea une silhouette massive qui se redressa péniblement ; une silhouette dégoulinante et couverte d'immondices.
Passé le moment de stupeur, toute l'assistance réagit de la même façon : pointant du doigt la grosse brute, dans un immense éclat de rire…Tout près de là, des ouvriers qui travaillaient sur des conduites souterraines commencèrent à s'engueuler.
Vous n'y êtes pour rien, les gars ! Mais les rouges ont tous un alibi ! Alors qui ?

Berylle revint des toilettes à ce moment, contournant soigneusement le flot puant et l’abruti qui gesticulait en plein milieu ; Les toilettes des filles étaient juste derrière celles des garçons,
- J'ai raté quelque chose ? Demanda-t-elle à ses copains avec un sourire innocent.
Berylle ? Non ? Si ! Ma copine est géniale !
Berylle aimait beaucoup Masha et l'aidait souvent en classe.

Bien entendu, ce fut à Sasha d'informer “diplomatiquement” les copains de la brute que toute tentative de représailles serait impitoyablement réprimée. Bien que ce ne fut pas exactement dans son mandat, il ajouta :
- Le racket des casse-croûtes doit cesser immédiatement : cette école est sous la protection de l'escadron . Quant à votre copain, il ferait mieux de changer d'école ! Si on le voit encore tourner autour de Masha, je ne serai pas en mesure de garantir sa sécurité. Ni la vôtre. Capice ?
Pour proférer des menaces voilées, il était aussi bon qu'un vigo du Soleil Noir
Ouais, ils ont compris 5 sur 5 ! Ce qui est bien avec cette histoire, c'est que tout le monde va oublier l'attentat !

À force de patience et de douceur, et aussi en lui montrant l’enregistrement de Sasha, Jacsyn, Thera et Berylle parvinrent à convaincre Masha de retourner à l'école, lui promettant que personne ne l'embêterait.
- Plus jamais ?
- Plus jamais !
Pour celle-là, il en avait fallu du matos ! Et une sacrée préparation.
Il ne faut pas embêter les rouges : question technique, ils en remontreraient à des ingénieurs. Leurs farces étaient parfois de mauvais goût, mais toujours très sophistiquées.
Il ne faut jamais embêter les rouges!
JAMAIS !!!



Salut, cousin !

- Je veux juste dire bonjour à mon cousin ! Protesta Sasha.
Ces nouveaux venus dans la sécurité planétaire n'avaient pas l'intention de laisser une bande de gamins approcher le yacht posé dans la baie 117. Il y avait beaucoup de nouvelles têtes dans la sécurité depuis que l'inspecteur Valdeck avait été promu directeur par intérim.
- quoi, vous le reconnaissez pas ? Piailla Jacsyn, qui ajouta :
- Vous avez pas vu sa trombine à la holo ? C'est Sasha Vega an-Herrion ! Vous voulez empêcher un HERRION d'entrer dans SON Astroport ? Et la Baie 117, c'est celle de sa famille ! Il y entre comme il veut !

Il avait raison : la société qui gérait l'astroport appartenait à la famille. Et la baie 117 était celle où grand-père posait sa navette. Justement, un groupe en uniforme des douanes approchait :
- Que se passe-t-il, ici ?
Jacsyn reconnut la douanière :
- Tante Mira ! Ces types, ces… étrangers, veulent empêcher Sasha de voir son cousin !

L'inspectrice principale de la Douane, accompagnée de trois de ses hommes, était suivie par un réceptionniste que Sasha connaissait bien. C'est lui, manifestement, qui avait alerté les douaniers, également chargés de la sécurité de l’astroport (1). Sasha lui fit un clin d’œil auquel l'homme répondit avant de s'éloigner. Il y avait encore des agents de la sécurité fidèles à leur ancien chef.
Mira Altaïr, tatie de Jacsyn, avait peut-être lâché du lest sous la pression de ReHab et des comités et accepté quelques cadeaux, mais elle restait une vraie herriane : méfiante envers les étrangers, surtout s'ils empiétaient sur ses plate-bandes. L'astroport était sous sa responsabilité :
- Je prends le relais, messieurs ! Merci de votre aide, mais cet endroit n'est pas sous la responsabilité de votre service.
- La sécurité des membres de la famille Herrion…
- Ce garçon en fait partie ! Et il a été récemment victime d'un attentat ! Et vu l'incompétence de vos services, les terroristes courent toujours !
Elle considéra pensivement les deux Marenniens :
- Finalement, je retire ce que j'ai dit : vous pouvez vous rendre utile. Sa protection est de votre responsabilité elle est même votre priorité ! Ce jeune homme est un des trois héritiers potentiels. Vous allez y veiller jusqu’à ce qu'il en ait terminé avec sa visite protocolaire !

L’un des gardes fit mine de protester, mais l’autre lui fila un coup de coude, avant de déclarer  roidement:
- Merci de l’avoir identifié, madame ! Et vous avez raison pour ce qui est des failles dans la sécurité : Nous n’avions pas été informés de sa visite, ni de son identité. Trop d’amateurs dans ce service ! Des Bous… des herrians ! il était vraiment temps que des professionnels prennent le relais.

La douanière s’empourpra, outrée de cette attaque contre ses compatriotes. Elle s’apprêtait à hausser le ton quand une voix synthétique annonça d’un ton précieux :
- Pardonnez-moi, Messieurs, Madame, gentils damoiseaux et damoiselles… Mon maître s'interroge sur l'origine de cet esclandre.
Le droïde de protocole doré poursuivit :
- J'ai cru entendre le nom de Sasha Vega An-Herrion. Puis-je savoir lequel d'entre vous… Ah, très bien !
Sept doigts pointaient le coupable.
Lâcheurs ! Cafteurs !
- Illustre seigneur, veuillez recevoir mes respectueuses salutations, salua la machine avec une courbette
- Que se passe-t-il donc, 5P ?
La voix était mélodieuse, avec des tonalités féminines. Tous se tournèrent vers elle.
- Votre petit cousin, l'illustre Sasha Vega an-Herrion et ses jeunes amis vous font l'honneur d'une visite, Monseigneur ! Proclama le droïde.

Rien à dire, il présentait bien, le dénommé Firmus Berk'Alava Herrion. Aimable et souriant, mais aristocratique jusqu’au bout des ongles. Silhouette androgyne dans sa belle robe blanche soulignée d'or, un vêtement traditionnel de sa planète natale, là-bas, dans la bordure extérieure. Sasha l’admira, bouche bée, avant de retrouver ses bonnes manières :
- Mes respectueuses Salutations ! Je suis Sasha Vega, de Nippa, fils adoptif de son Altesse Markus Herrion, Vice-Roi des mondes du Chariot !
- Le fils de mon oncle Markus ? Quelle joie ! Entrez donc, cher cousin, vous et vos aimables écuyers… Et écuyères.
- eh ben, il en tient une couche celui-là, marmonna dans sa barbe (qu'il n'aurait pas avant plusieurs années) l'écuyer Milo
- Milo, pas de gros mots, cette fois, hein ?
- C'est sûr, c'est pas le moment de péter…
- Milo !!!!

Le grand salon du Yacht était luxueusement décoré et agréablement parfumé.
- Mmhhhh... Fleur de Cath, cire de Kali, Mooroon, huile de poisson-corail: '‘Nuages sur Nippa’'. Non, il y a aussi autre chose… C'est différent: J'aime !
Fit Sasha, qui avait cassé sa tire-lire pour offrir ce parfum à Ma'. Le seul qu'il connaissait, à vrai dire !
Il s'était souvenu que sa vraie mère adorait cette fragrance. Il avait du mal à se souvenir de son visage, mais son odeur…
- En tout cas, ça sent très bon, résuma Milo
- Une création en votre honneur, cousin ! Souligna cousin Firmus, fier de son petit effet. Pas tout à fait ma création : Je me suis largement inspiré de Nuages, avec une petite touche personnelle : quelques emprunts à votre monde d’adoption, chez cousin. Nippa et Herrion réunis en votre hommage.
- ça me rappelle… Oh, j'étais trop petit…

Firmus attendait manifestement sa visite. Peut-être avait-il prévu de l’inviter ? Il donna le signal en s’asseyant dans un fauteuil sculpté. Les compagnons, intimidés, perchèrent leurs postérieurs sur le rebord des deux canapés qui leur avaient été assignés. Sasha se força à se carrer confortablement dans le second fauteuil.
Milo a raison, c'est pas le moment de péter !
- Que me vaut l'honneur de votre visite, cher Sasha ?
- Eh bien, selon le protocole, en tant que seul Herrion présent sur la planète, je me dois de vous accueillir, cher cousin. Et puis…et puis…
- Et puis ? encouragea-t-il
L'homme (?) semblait amusé.
- J'étais curieux de vous voir, voilà ! Vous comprenez, depuis des jours, on ne parle que de vous, ici.
- eh bien me voilà ! Invité par le '‘comité pour la préservation des traditions’'. Je ne sais ce que cela signifie, ni qui sont ces gens, mais ils ont beaucoup insisté.
- oh, ici, vous savez, il y a un comité par habitant (2) ! C'est rarement important. Mais dans celui-là, il y a le Maire de Vol-au-Vent, la plus grande ville de la planète, celui de Trois-collines et le Chambellan du palais, c'est pas n'importe qui !
- Et aussi ton pa' et ta ma' ! Osa affirmer Berylle.
Cousin Firmus leva un sourcil
- Le Vice-roi se serait-il marié ? Je l'ignorais.
- Euh, non, c'est pas lui ! Il voyage beaucoup, alors il m'a confié à une famille, des Vega, comme moi… Mon Pa' est un vieil ami à lui, vous savez ?
- Je comprends: des… tuteurs ?
- Ce sont mes parents : pa' et ma' !

La conversation prenait un tour imprévu, qui embarrassait Sasha. Maudite Berylle ! Il aurait préféré que Milo pète, finalement ! Heureusement, Firmus n'insista pas.
- mais je manque à tous mes devoirs ! Que diriez vous d'une tasse de thé ? Ou peut-être préféreriez vous un verre de SuperNova ?
Il nota l’intérêt porté à sa proposition.
- Mmmmhhh ... Banco ! Va pour le SuperNova !
La boisson gazeuse la plus populaire de la galaxie était une rareté sur la planète !
En tout cas, tout flotte comme sur des répulseurs !

Le pire scenario, avait expliqué ma', « c'est de voir ReHab sortir ce Firmus de son chapeau juste au dernier moment, quand il sera impossible de réagir. Exposons-le en pleine lumière, nous trouverons bien un moyen pour l'aider à se tirer un coup de blaster dans le pied ».
Créer un nouveau comité pour cela, quelle idée de génie ! Enfin, bon, pas tant que ça : sur Herrion, on créait un comité parce qu'on avait marché sur une crotte de Gummie oubliée (3). Mais recruter de si importants personnages, par contre… Une idée du Chambellan : il était peut-être très vieux, mais sa cervelle fonctionnait toujours aussi bien !
Maintenant, il faut que je le fasse sortir de son petit nid douillet.
En tout cas, les écoutes prouvaient que Marcona avait longtemps hésité avant d'autoriser sa venue :
«  - c'est trop tôt, Nous ne sommes pas encore prêts, s'était-il plaint devant le soi-disant droïde de protocole et vrai comploteur.
- Nous aviserons. Cela pourrait tourner à notre avantage si votre homme est aussi doué que vous le dites… » 

Sasha ne savait pas comment les SyD faisaient, mais ils avaient trouvé un moyen d'extraire des trucs intéressant des milliers de fragments de conversations enregistrées, parfois presque inaudibles.
Je croyais qu'il fallait des centaines d'analystes, pour ça !
Sasha lui-même ignorait qu'il en avait toute une armée à sa disposition.
Pendant le service, Firmus se fit présenter les '‘écuyers et écuyères’'. Il eut un mot aimable pour chacun et s’intéressa plus particulièrement aux jeunes pilotes.
- Ma mère était pilote de chasse, elle aussi ! Elle commandait le croiseur et les trois ailes de chasse envoyées par le secteur de Berk en soutien de la République, au temps de la guerre des Clones…

Parlez pilotes et chasseurs à Jacsyn, Thera et Milo, et vous lancez une machine infernale. Ils en avaient des questions, et Firmus y répondit obligeamment. C'est ainsi que Sasha apprit qu'après une bataille éprouvante, la ma' de Firmus, blessée, avait passé sa convalescence au palais. Valor, le frère de grand-père – et le pa' de Firmus- y séjournait aussi. Décidément, il s'en passait des trucs, au palais !
Puis la conversation dériva sur les chasseurs de l'époque et leurs performances. Sasha, largué, eut le temps de faire un tour d'horizon. Luxueux, le salon ! Un peu surchargé, peut être, mais classe ! Des œuvres d'art sous écran, lumière douce et tamisée, air purifié et parfumé. Holo très haut de gamme et, là-bas… N'était-ce pas une table et un sabot de sabacc ?
Évidemment, les Rouges invitèrent Firmus à venir les visiter dans leur Hangar. Sasha en profita pour lui proposer de séjourner au palais.
- je n'ose pas vous proposer d'habiter chez moi, ce n'est qu'une simple ferme, mais il y a des suites princières au palais.
- Je te remercie, cher cousin, ainsi que tes écuyers, mais le Chambellan me l'a déjà proposé. Hélas, je suis sujet à d'Hoooorrribles migraines, que seules l'atmosphère très pure et les lumières spécialement calculées de mon petit chez moi parviennent à soulager. Et la chaleur extérieure n'arrange rien… Ce n'est qu'une question de jours, le temps de m'accoutumer à la planète, rassurez-vous… Je serais très honoré de visiter votre escadron, et aussi ta charmante famille et sa ferme, mon cher Sasha, dès que ma santé le permettra !

Les verres vidés et les -délicieux- biscuits engloutis, il ne restait plus qu'à prendre congé…
Sasha fit mine, au passage, de remarquer la table de sabacc .
- Oh, vous savez jouer au sabacc, Firmus ?
- Je me débrouille…
- Grand-père avait commencé à m'apprendre. C'est un très bon joueur, vous savez! Et vous ?
- Comme je le disais, je me débrouille… assez pour avoir participé à quelques grandes parties, sur Firola… Et même, une finale du grand tournoi Token Tour, sur la Grande Roue.
Là, il était sincère, faussement modeste : on sentait le passionné !
- La Finale ? Alors, vous devez être encore plus fort que grand-père ! Vous jouez selon les règles du gambit corellien ou celles du Bespin Standard ?
- Pour le grand tournoi, c'était celle de Bespin. En général, je joue selon celle de Kubaz.
Sasha ne connaissait pas, mais il y avait des tas de règles différentes, au sabacc.
- Je ne connais pas… Mais vous pourriez m'apprendre ?
La flatterie, ça paye toujours !

Après avoir retrouvé leurs montures, les amis passèrent aux commentaires.
- Super sympa, le cousin !! Il s'y connaît en chasseurs, en plus ! S’enthousiasma Jacsyn, conquis.
- Ouais, Il attendait ta visite, il l'avait bien préparée ! Thera était un peu plus mûre, assez pour se méfier.
- Notre visite ! Il savait qu'il y aurait des pilotes. Et Je parie qu'il connaissait déjà les réponses aux questions qu'il nous a posées… Intervint Berylle
- Et pour le parfum, Sasha ? Comment il a deviné ?
- Chai pas… J'en ai acheté un flacon, pour ma', y a pas longtemps ! Même que pour une mini dose, juste trois ou quatre pulvérisations, j'ai claqué toutes mes économies ! Eh, c'était ici, à la boutique de l'astroport !
- Y a quelqu'un qui a cafté !
- Ouais ! La vendeuse !
- pas évident : depuis l’attentat, la sécurité me suit partout ! Ils avaient arrêté parce que Ve’ssshhh leur avait dit de me lâcher les bottines (4), mais… Ils me protègent ou ils me surveillent ?

Le garçon eut un pincement au cœur en repensant à son ami disparu.
Non, pas mort ! On n’a jamais retrouvé son corps, pas vrai ?
- Ce sera pas facile de le faire sortir de son yacht, remarqua Mizar, qui ne perdait pas de vue l'objectif.
Les autres étaient un peu amorphes. Sasha essaya quand même :
- Non, mais… Ah, zut, je viens d'avoir une idée, mais elle m'échappe. Bah, ça reviendra. Fait trop chaud pour réfléchir !
- Si on allait se baigner ?
- Au moins toi, t'arrive à réfléchir, Mizar ! Je vote pour !
Vote approuvé à l'unanimité ! Direction, la chute du Rocher !
Ce n'est qu'en rentrant pour le dîner qu'il eut l'illumination :
- Le sabacc !! Y a un truc qui colle pas, là ! Mais quoi ? Un expert, il me faut un expert ! Lando !!

Mais Lando avait délaissé ses prospecteurs pour d'autres affaires :
- Il revient bientôt ! Plus tôt que prévu ! Précisa le prospecteur, Kamil Lood , avec un grand sourire.
Une bonne nouvelle ? Jusqu’ici, lui ou Lando faisaient la tête chaque fois qu'on leur parlait de la concession.
En attendant, Sasha dut trouver un autre expert. Il y avait une Cantina, à Herrion-Ville. Très mal famée selon les habitants. Beaucoup trop sage, selon Sasha. Le proprio, un ancien joueur professionnel, était un bon ami de grand-père. Un type un peu louche, comme il se doit.



La gousse rance, l'arme secrète des fermiers !
Sasha s'était levé aux aurores, pour ne pas dire avant le soleil; normalement, c'était aujourd’hui qu'il aurait ses réponses. Et alors, on verrait bien !
Toujours suivre la piste de l'argent ! Il avait raison, Venom. Les SyDs et leurs amis ont bien travaillé.
Plus tard ! Pour l'instant, on était en pleine récolte du kaï ! C'est pas pour rien qu'il y avait des vacances en cette période : tous les bras étaient utiles. Et le kaï se ramasse à la fraîche, avait dit ma'. Déjà qu'elle s'inquiétait de la chaleur excessive des derniers jours. Pa' confirma :
- Le kaî rance, il n'y a rien de pire, fiston ! Je n'ai jamais réussi à m'habituer. Tu risques de t'en rendre compte bientôt : il y a peut-être déjà des gousses fichues.

En tout cas, il était assez inquiet pour autoriser SyDney à donner un coup de main. Ramasser le Kaï, c'est un travail éreintant ! Heureusement, à la grande satisfaction de son pa', Sasha avait appris très vite la technique : il fallait couper le pédoncule d'un coup sec et précis de la serpette, ni trop près de la gousse, ni trop loin. En plus, avec Sydney pour le soulever, il n'avait même pas besoin d'échelle !
Finalement, mon entraînement est utile, même ici. Sasha était expert dans le maniement de la vibro-lame.
Sauf qu'au moins, ici, c'est pas pour apprendre à trancher des gorges.
- Beeeeuarkk !! c'est quoi cette puanteur ?
- Tu viens de trancher ta première gousse rance, mon chou !
- bienvenue au club, fiston !
- Beeeuuuah, c'est dégueulasse… Beuaaaahhh !!!
- ATTENTION, ATTENTION ! MES SENSEURS DÉTECTENT UNE SUBSTANCE VOLATILE POTENTIELLEMENT TOXIQUE ! NIVEAU DE SÉCURITÉ TROIS ! ATTENTION, ATTENTION …
- La ferme, SyD, c'est juste une gousse rance ! Eurrrk ! Qu'est-ce que j'en fais, pa' ? Beuaaaahhh !
- Là-bas, au fond ! Vite, SyDney, lance la sur le tas !
- Oui, pa'. Tout de suite ! Menace éliminée. Retour au niveau 5.

C'était trop loin pour Sasha, mais son droïde aurait pu mettre cette saleté sur orbite. Même en tenant son partenaire à deux mètres du sol, et d'une seule main, en plus !
Monsieur Betel le Vieux, qui avait observé la scène à distance, rigolait ouvertement. Le danger écarté, il s'approcha avec une cruche remplie d'eau fraîche de sa source. Les assoiffés (il faisait déjà très chaud) se désaltérèrent longuement, puis Pa' vint montrer à son fiston comment détecter une gousse rance.
- Regarde bien, ici ! Tu vois, c'est un peu aplati… Et c'est mou au toucher. Quand tu en as une comme ça, tu tranches au plus près de la tige ! Mais n’abîme pas le bourgeon, hein ? Sinon, pas de gousse l'année prochaine !
- Et là, ça ne va pas puer ?
- Si, mais beaucoup moins ! Ne fais pas cette tête ! Ça nous arrive à tous au moins une fois ! En général, après, on fait très attention.
Sasha avait l'impression de s'être fait bizuter : Pa' aurait pu lui expliquer AVANT ! Bienvenue au club, qu'il avait dit, pa'…
- Eh, c'est quoi, ça ?
Un insecte, d'une vingtaine de centimètres de long, était perché sur la branche qu'il venait de délester d'une gousse. L'animal entreprit de lécher le latex suintant de la coupure.
- Oh, c'est un Mrill !
Ma' semblait plutôt contente de le voir.
- Ne fais pas de mouvement brusque, surtout ! Tu risquerais de l'effrayer !
- C'est un insecte très farouche, expliqua Pa', ils ne se montrent que rarement. Les gens d'ici pensent qu'en voir un porte chance.
- Mais c'est vrai, Henryn !
Pa' était un galactique, souvent sceptique vis-à-vis des croyances et coutumes locales. Pourtant, il poursuivit d'un ton nostalgique :
- Je n'en ai vu que deux fois : la première, c'était pendant notre premier rendez-vous, Lisha et moi! La seconde, c'était la veille de l'arrivée des secours de l'Alliance, à la Libération. Mais c'est probablement l'odeur du Kaï rance qui l'a attiré : les Mrills adorent ça ! Ils sont bien les seuls.

Sasha continua à travailler en lorgnant le petit animal gourmand ; Farouche, un Mrill ? Celui-ci se posait sur la branche immédiatement après que Sasha eut coupé la gousse. Et il dardait des antennes curieuses vers le garçon .
Ouais, j'y crois ! Tu portes bonheur, mon petit ami…
Le Mrill attendait maintenant sur la branche, à quelques centimètres de la lame, que Sasha ait fini de couper.
- T'es un gourmand, toi ! Et sacrément confiant !
- Tu as vu, Henryn, murmura Ma', d'un ton révérencieux : il a la « Confiance du M'rill »
Monsieur Betel, toujours dans le secteur, faisait une drôle de tête.

À la fin, il fallut se coltiner les gousses rances jusqu’au composteur municipal. Même avec les chiffons que pa' et lui avaient mis sur leurs nez, l'odeur était atroce. Et collante ! Ils durent enlever tous leurs vêtements et se laver à grande eau dans la cour avant que ma' les autorise à entrer pour déjeuner…Et encore, elle leur vaporisa une dose de ''Nuages sur Nippa''. Pour une fois, Sasha n'avait pas très faim… Au début, en tout cas !
- Cet après-midi, tu fends et tu places sur l'aire de séchage ! Je te montrerai comment on fait, et après…
- Cesse de le faire marcher, Henryn !
- Et après… Je crois que tu apprécieras encore plus le bassin de la chute du Rocher. À mon avis, tous tes copains y seront aussi !
Sasha mit un moment à comprendre.
- Oh, merci, merci, pa'
- De rien fiston ! Tu m'as impressionné, tu sais ! Tu as tout de suite trouvé le coup de main ! À l'époque, j'ai mis bien plus de temps que toi !
Ouais, les lames, je connais. Heureusement que tu ne m'as jamais vu au combat.
Sasha se demandait souvent si ses parents l'aimeraient toujours s'ils savaient tout.
- Ne rentre pas trop tard, le Chambellan nous a demandé de passer au palais. Il a des nouvelles.
Ah, lui aussi? Alors, Herrion ou imposteur ? Imposteur, ça me faciliterait la vie

Les copains étaient bien là, libérés eux aussi par leurs parents. Il faisait bon au pied des chutes et l'eau était bien fraîche. Plongeons, baignades, discussions autour du goûter : après-midi de rêve ! Tant mieux, parce qu'au palais, les nouvelles n'étaient pas bonnes :
- j'ai fait tous les tests, mes amis…
Le chambellan s'interrompit. Franchement, il n'avait pas besoin de faire durer le suspense. Il vit les regards hostiles et crut préférable de reprendre tout de suite :
- .. .Il a accepté sans rechigner.
- Et ?
Pa' cachait à peine son irritation.
- Il est bien celui qu'il prétend !
- ah bon ? Mais alors pourquoi il n'a pas de… Enfin, vous voyez !
Sasha, le rouge aux joues, plaça ses mains en coupe à distance de sa poitrine.
- C'est un hybride, Sasha ! Humain et Hermie ! En lui, l'humain mâle domine…
- Ah, bon ?

Sasha, déçu mais secrètement soulagé – il aimait bien Firmus- rumina un moment, puis haussa les épaules :
- Vous savez, je l'ai trouvé plutôt sympa, cousin Firmus ! S'il faut, en lui expliquant le problème, il décidera de nous aider plutôt que ReHab ! Je lui parlerai !
Il sembla se satisfaire de cette nouvelle résolution. Nouveau silence, puis il passa à autre chose :
- Dites, chambellan ? Je peux utiliser la console principale ? C'est juste pour un appel intra-système, cette fois ! Lando m'avait promis des documents sur ses prospections ! Il paraît qu'il y a de la Kobacite sur Luma VII !!
- Bien sur, mon garçon ! Vas-y !
Le garçon partit en courant vers la salle comm.

Après son départ, Le Chambellan expliqua aux Vega :
- De toutes façons, il est toujours impossible de joindre le petit Markus (5) : l'hyper-relais de Chooma est toujours en réparation ; Ils avaient bricolé un modèle provisoire à la fin de la guerre, mais ça ne pouvait pas durer. Le nouveau sera aux normes, mais en attendant, ils sont bien lents ! Très lents !
- Nous devrions avoir une liaison sub-spatiales avec Hyborria, ce n'est pas si loin ! Mais non : ces fichus herrians craignent trop d'y perdre leur sacro-sainte indépendance, s'emporta Pa' ! Au lieu de ça, nous dépendons d'un relais Holonet dont l'abonnement coûte une fortune.
- Il est tout près, Henryn, et en plus, c'est la famille qui paie… remarqua malicieusement le vieil homme qui connaissait bien la mentalité de ses compatriotes
- Sasha voulait contacter grand-père. Moi aussi, j'aurais bien aimé…
- Nous vivons des temps difficiles, ma petite Lisha.
Pa' regardait le couloir où son fiston avait disparu. Ma' aussi :
- Il le prend plutôt bien, finalement…
- Il est assez grand maintenant, pour savoir qu'on ne gagne pas à tous les coups, répondit pa'
- En attendant, on est dans de beaux draps.
- Pas si sur ! La motion n'est pas encore passée.
- Pas encore, non ! Mais au besoin, on leur en trouvera un, d'Herrion 
- tu veux dire une ?
- je préférerais l'éviter, mon chéri.
Pa' n'en était pas si sûr : officiellement ou non, sa Lisha était une vraie Herrion,
- Moi aussi ! Moi aussi…murmura-t-il.
- mais ce serait une solution, commenta le chambellan, qui savait vraiment tout de la famille.

Sasha avait plus important à faire  que de se lamenter : il savait exactement quelles questions poser à son ami ! En particulier sur un certain Zangra le Hutt. Lando savait tout sur le sabacc. Sur la pègre, aussi !
Sasha ne fut pas déçu : il obtint ses réponses et quelques bonnes suggestions en prime. En rentrant avec ses parents, il s'efforça de garder un visage impassible. Ils le croyaient triste, en réalité, il jubilait. Il échafaudait déjà son plan.
Demain, il faudrait se lever tôt : encore du kaÏ ! Et après-demain ! Et comme ça pendant une semaine : cueillette le matin, baignades et plongeons l'après midi ! Pas si mal, les vacances !

À la rentrée, Berylle manquait. Sa maman avait appelé pour dire qu'elle était malade. Elle était pourtant en pleine forme la veille ! Ce fut le cas aussi le lendemain et le surlendemain. Sasha, qui s'était porté volontaire pour lui amener ses cours, apprit qu'elle était à Trois-Collines, chez sa tante :
- Je suis trop occupée avec ces négociations ! Ma sœur a proposé de la garder…
Sasha n'y crut pas : madame Sirius avait peur, très peur. Et le tag qu'il avait collé dans les cheveux de sa copine disait qu'elle était toujours à Herrion-ville.
Je te retrouverai, Berylle !
Mais il avait d'abord un truc important à faire. Et il avait bien l'intention de repasser voir cousin Firmus. Les agents de sécurité avaient l'habitude de le voir débarquer, à force !



Notes:
1 C’est un modeste astroport sur une très modeste planète !
2 Sasha exagère : Le record absolu est seulement de 279 144 comités (peu de temps avant l'Invasion extra-galactique). Un nombre facile à retenir : c'est pile poil le nombre de membres d'équipage d'un super destroyer Executor ( sans les artilleurs, cependant).
3 les gummies sont des petits prédateurs cousins des Vargs. Faciles à apprivoiser, ils sont des animaux de compagnie très prisés. Sauf par ceux qui ont le malheur de marcher sur une crotte !
4 on ne connaît pas les baskets, sur Herrion.
5 Il parle du vice-roi, pas de Venom : le chambellan est vraiment très, très vieux.


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 14 Jan 2017 - 20:37   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 10]

.



Et voici un nouveau chapitre des aventures de Sasha et ses amis; Ils ont préparé une petite surprise pour cousin Firmus :diable:



Chap. 11 : ERMC, l'arme secrète de Sasha !


Une production des studios Red Squad en super-farce'o'vision : ERMC bis !
Firmus Berk'Alava Herrion avança jusqu'au pupitre d'une démarche assurée mais pleine de retenue. Combiner les deux, c'était le summum de l'élégance.
Il y a bien un air de famille avec les portraits du grand hall.
Sasha ne devait pas être le seul à l'avoir constaté. Normal, c'était un vrai Herrion. Sauf que…
En attendant de donner le signal, Sasha s'agita un peu sur sa chaise : il avait quelques remords parce que, finalement, il aimait bien Firmus.
Désolé, cousin, mais fallait pas jouer avec ReHab !
En tant que membre de la famille, il était assis au premier rang, juste à côté du chambellan, sur la scène de la nouvelle et très grande salle polyvalente offerte par ReHab. En face, près de 30 000 personnes. Il aurait préféré être au deuxième rang avec ses parents (juste derrière lui). Ou tout au fond, bien caché . Il avait fait le forcing, pourtant :
- Je serai là ou sont mes parents, c'est tout. Le deuxième rang, c'est déjà bien !
Pa' avait soutenu son fiston :
- depuis cet attentat, il est sous les feux des projecteurs. C'est très éprouvant pour lui, vous savez ?

Mais voilà, sur Herrion, on ne badinait pas avec les traditions, et Sasha avait dû céder. !
Bah, Finalement, ça m'arrange !
Cela faciliterait son plan.
La place de ses parents sur la scène n'était pas due à leur parenté avec leur '‘noble’' fils, comme Sasha l'avait cru. Il y avait ce truc brodé au revers du veston de pa' et sur le joli corsage de ma'.
Ils appellent ça le Rameau. Faut que je me renseigne. Et il y a autre chose, encore plus important. Pourquoi monsieur Betel ou madame Cygnus y sont aussi , par exemple?
Sur cette fichue planète, il y avait tous ces '‘secrets’' que tout le monde connaissait mais dont on ne parlait jamais. Des secrets, Pa' et ma' en avaient autant en réserve que leur ex-pirate de fiston.
Pourquoi étaient-ils sur l'estrade, alors ? Parce que, pour tout le monde ici, c'était leur place, un point c'est tout !
Moi aussi, j'ai mes petits secrets… Et une grosse surprise !
Et Alora ? Elle n’était pas invitée, mais pa’ et ma’ n’avaient trouvé personne pour la garder. Avec un peu de chance, elle déciderait de gratifier l’assistance d’un petit concert de hurlements. C’est qu’elle avait une voix perçante et un sacré souffle quand elle piquait une petite colère !

Il espérait que le multi projecteur holo et audio allait fonctionner comme prévu. Un modèle très haut de gamme, offert par ReHab, digne des meilleures salles. Très très réaliste. Le responsable médias de ReHab avait juré qu’on pouvait faire jouer des holo-acteurs avec des vrais sans que personne dans le public ne voie la différence.
Ajoutez-y un petit gadget à la Venom, quelques SyD en mode furtif, un ERMC (Escadron Rouge en Mode Connerie), faites mijoter par le génial auto-chef du Hangar, le droïde cuisinier et psychologue (1)

Le Maire Mangus Leo, président du '‘comité pour la préservation des traditions’' qui avait terminé son pompeux laïus de bienvenue, céda sa place au nouveau-venu. Il aurait préféré que la cérémonie se déroule à Vole-au-Vent, la ville qu'il administrait, mais il avait fini par reconnaître que la nouvelle salle polyvalente et ses moyens de transmission étaient bien mieux adaptés.
Firmus, après un joli discours de remerciement, se prêta aimablement au jeu des questions-réponses. Les herrians étant ce qu'ils sont, il y en avait pour tous les goûts.
Une des voisines de Sasha, Madame …
ah, zut, j'me rappelle pas ! Ah, si : Madame Antares, la mémère à son Gugu ! (2)
… Posa une question sur les '‘devoirs dynastiques’'.
- Ma chère madame, bien que les Hermiens et les humains soient génétiquement très proches, je suis un hybride : certaines incompatibilités m'empêcheraient d'avoir une descendance, si je souhaitai en avoir une, par les moyens naturels. Je tiens aussi à rappeler que, bien que fier de pouvoir me prévaloir de ma parenté avec l'illustre famille Herrion, je reste très attaché à Berk'Hom, le monde où j'ai grandi. Pour la préservation de la dynastie, puisque telle est votre préoccupation, je sais de source sûre que mon oncle Markus a eu la sagesse d'adopter des héritiers jeunes, très doués, et dynamiques.
Pour ma part, j'ai eu le privilège de m'entretenir à plusieurs reprises avec l'un d'eux, mon jeune cousin Sasha ici présent et j'ai la prétention d'affirmer que, dans son cas tout au moins, mon oncle a fort bien choisi !

Il se tourna vers Sasha et lui fit une courbette que celui-ci, fort embarrassé, lui rendit.
La flatterie, ça paie toujours ! Il est fort, très fort !
Pesta Sasha, alors que l'assistance applaudissait.
Monsieur Betel senior ne se gêna pas pour intervenir dès que les applaudissements se furent calmés.
- Et il a la « confiance du M'rill »
Cette fois, il y eut quelques exclamations de surprise, des murmures.
- cela ne m'étonne pas, répondit tranquillement le chambellan.
C'est quoi, cette histoire de M'rill ? Cette petite bête était bien gentille, mais pourquoi ils en font toute une affaire ?
Sasha, très embarrassé, ne savait plus où se mettre.

En tout cas, cette simple déclaration sembla avoir plus d'effet sur l'assistance que le discours de Firmus. Le maire Leo dut intervenir pour que celui-ci puisse reprendre. Avant de poursuivre, Firmus, apparemment fort impressionné, fit un salut respectueux à son jeune cousin. Comme s'il savait ce que signifiait cette histoire de M'rill ! En tout cas, l'assistance  le crut!
- Vous voyez ce que je veux dire ? La succession est déjà entre de bonnes mains ! Bien entendu, je n'oublie pas mon héritage et, s'il m'est possible de rendre service à la planète de mon père, c'est avec joie que je le ferai. On me reconnaît quelques talents dans les domaines diplomatiques et juridiques, et je serai ravi, si l'occasion s'en présentait, de me faire la voix d'Herrion auprès de nombreux mondes prospères de la bordure extérieure où je me flatte d'avoir quelque influence.
- Le jeune Vega est très prometteur, je le reconnais, mais c'est maintenant et non dans dix ans, que nous aurions besoin d'un membre de la famille Herrion, fit une femme dans l'assistance.
Difficile à voir d'ici, mais ce devait être la ma' de Corton, un camarade de classe qui était aussi juste à côté. Là, Firmus avait intérêt à bien jouer. Sasha ne lui en laissa pas le temps.

Cela commença par une vibration, d'abord sourde, puis de plus en plus forte, au point de faire trembler les vitrages de plast de la salle. C'était comme si un vaisseau, ayant raté les pistes de l'astroport, s'apprêtait à se poser juste derrière le bâtiment. Puis le silence, bientôt brisé par des grondements assourdis : tirs de Blasters ! La salle fut soudain plongée dans l'obscurité.
Une détonation, et de la fumée se répandit depuis l’arrière de la scène.
Enfin, surgirent de nouveaux arrivants, et pas des moindres : des individus en armure escortant… Une grosse limace répugnante et inquiétante ! Derrière Sasha, des gens se levèrent et s'écartèrent précipitamment, laissant la place à Zangra le Hutt, caïd de la pègre de Firola !
La créature tourna lentement la tête et fixa Firmus avec un intérêt malsain. Puis le Hutt s'adressa à lui :
- Nooola goooba taaaaa. Fi'm'mus. Doo Plo Kaarrrr.
C'est en tout cas ce que Sasha, qui avait quitté lui aussi sa chaise pour se réfugier près de ses parents, entendit : il ne connaissait pas le huttese, mais Firmus semblait avoir compris, lui. Il était terrifié et se blottit derrière le pupitre

- C'est un malentendu, Zangra, je vais payer, juré, avec les intérêts. Je t'ai déjà envoyé un accom…
- Tooo da Tsa !!!
Zangra fit un geste à l'attention d'un de ses séides, un twilek armé jusqu’aux lekkus... Un chasseur de primes bien connu.
- Mais Je t'ai déjà versé plus de la moitié ! Deux cent mille ! Dites-lui, vous ! Marcona, dites-lui, que j'ai payé !
- Firmus Mangla, tu pouvais te cacher sous un faux nom, je t'ai retrouvé. Cette fois, tu ne m'échappera pas, menaça le twilek
- Non, Non ! Marcona, protégez-moi, vous avez promis…
- promis quoi, Firmus ? Osa demander le Chambellan.
- De payer mes dettes de jeu… J'ai tout perdu ! Une Partie de sabacc ! J'ai tout perdu, tout !

Pas de chance, dans la confusion, les amplis du pupitre avaient été déconnectés : seuls les témoins les plus proches entendirent la confession. Pas n'importe qui, puisqu’ils étaient sur l'estrade, mais aussi bavards que tous les herrians : la nouvelle aurait fait le tour de la planète d'ici demain.
Sasha trouvait que ces intrus étaient très statiques. Il savait pourquoi. Il fallait agir avant que le public...
À moi de jouer, regardez les copains, je pourrais donner la réplique à Lana Bandana !
– Y a un truc bizarre…
Tenant toujours la main de son pa', il s'avança à bout de bras, regarda de plus près, curieux, fronça les sourcils. Puis se redressa, affichant un grand sourire. Il lâcha la main de son pa', entendit son appel angoissé :
- Sasha ! Reste avec moi…
Sasha s'était planté devant le massif Hutt, les mains sur les hanches, dans une posture de défi.
- Hé, le hutt ! Tu veux te battre ?
Il éclata de rire.
- Sashaaaa !!!!!
- Pas de panique, pa' ! J’ai tout compris ! C'est juste une… ah, j'te montre !

Pa’ fit mine de le suivre mais s’interrompit. Son visage soucieux s’éclaira soudain, comme si…
Ouais, il a compris lui aussi, devina le garçon. Il le vit chuchoter quelque chose à ma’ qui cacha son sourire en se penchant sur Alora, dont les yeux curieux volaient de son frère au monstre visqueux.
Il s'avança tranquillement jusqu'au Hutt à le toucher, puis continua. On le voyait maintenant superposé au Hutt
- c'est juste une holo ! Une holo ! Regardez, je suis un Hutt !!! Bouahhhh !
C'est à ce moment que la projection coupa
- eh bé ! Ça, c'est de la holo ! On aurait dit un vrai  Hutt! Pas vrai, Firmus ?
Mais Firmus, sanglotant, était en proie à une crise de nerfs.

Certains, dans la salle, avaient fini, le premier moment de frayeur passé, par reconnaître l'extrait d'un holo-drame qui avait eu beaucoup de succès. Il y eut même des rires et des applaudissements… Mais, grâce au gadget de Venom, on avait réellement vu et entendu Zangra le Hutt et non un acteur humain en gilet de fourrure !
Sasha retourna vers ses parents, retrouvant l'étreinte de son pa', et leur dit tout bas :
- vous savez quoi ? Je crois que nous avons eu droit à une super-production signé des studios Red Squad ! Mais le héros n'en était pas un. Pas de pot ! En tout cas, le son est formidable : j'ai cru qu'un vaisseau se posait pour de vrai ! Et l’image est encore mieux ! ils ne se sont pas moqués de nous, chez Rehab !
- Aurais-tu participé au scénario, par le plus grand des hasards ?
Demanda ma' sur le même ton.
- ça's'pourrait bien… Et aussi au casting. Il est bien, mon Hutt, non ?
- votre petit spectacle a fortement impressionné ton cousin Firmus.
- Firmus, il est bien gentil, mais il n'a pas de couilles !
Pa’fronça les sourcils :
- Sasha, je t'interdis d'être grossier, menaça-t-il, sévère !
- Pardon, pa'… … Pourtant, cette fois, c'est vrai !
- Je n'ai pas entendu la fin de ta phrase, mon garçon…
- C'est rien, pa' ! Rien d'important. Tu crois qu'on va être punis, pa' ?
- Y a-t-il des preuves pouvant vous incriminer ?
- Une farce des Rouges ? Tu rigoles ! On sait que c'est eux s'ils s'en vantent après ! Sinon…
- Ce coup ci, ils feraient mieux de rester discrets. Mais j'avoue que c'est une belle farce, une réussite, approuva ma'.
- Vous croyez qu'ils vont continuer la cérémonie ?
- je ne pense pas ! Tout le monde s'en va ! Nous aussi, nous allons rentrer: ta soeur est fatiguée, répliqua pa'.
- on va quand même s’arrêter au buffet ; t'as vu toutes ces bonnes choses ? On va pas laisser perdre, tout de même ?
- Tu as déjà dit une grossièreté, Sasha ! Essaie plutôt de faire des phrases grammaticalement correctes, je te prie…
- Oui, mais…S'il te plaiiiiiit
- Bon, d'accord, mais tu as intérêt à me raconter toute l'histoire ! En détail !

Beaucoup de gens partageaient l'opinion de Sasha sur le gaspillage. Beaucoup trop : Laisser perdre un tel festin , pas question ! Et les émotions, ça donne faim ! D'autant plus que c'est ReHab qui avait payé ! Malgré la foule, il tenta un raid commando et réussit à grappiller quelques gourmandises et quelques commentaires au passage.
- Le pauvre cousin Firmus est grillé ! Ils n'ont rien entendu, mais ils l'ont vu se cacher : ils ne l'éliraient pas, même comme gardien des toilettes municipales ! Dommage, il était bien sympathique…
Confirma-t-il en partageant le fruit de ses rapines. Qui sait ? Peut-être que pa' allait oublier son impair de tout à l'heure. Il tenta d'aborder le sujet par la bande :
- Et tu sais quoi, pa' ? Il y en a plein qui disent la même chose que moi tout à l'heure.
- J'ai entendu moi aussi, fiston ! La politesse se perd ! Raison de plus pour ne pas accepter de telles incartades de mon propre fils !
Arghhh ! Perdu !
Sasha n'était pas trop inquiet, cependant: ses parents étaient trop contents des conséquences de sa petite farce. Et au pire, qu'est-ce qu'il risquait ? Corvée de vaisselle pendant trois jours ? La récolte (pas terrible, cette année) était finie : aucun risque d'avoir encore à trimballer des gousses rances.
Maintenant, il faut que je retrouve Berylle ! Je suis certain que c'est encore un sale coup de ReHab ! Ils comprendront jamais, ceux-là ? Ah, et il faudrait aussi trouver un truc pour libérer Voxan ! Plus tard, d'abord  Berylle !!



Rehab contre-attaque : la revanche des corpos.

Il y avait de quoi déprimer ! Sasha, qui attendait un message de Lando près d’une console de la salle comm’ du palais, ruminait de noires pensées.
Après l'attentat dont il avait failli être victime- c'est-ce que les gens croyaient- le chef de projet Marcona avait réussi à retourner l'opinion, et avait placé ses pièces et ses hommes comme il le voulait.
C’était désespérant : ReHab avait, à chaque fois, réussi à trouver une parade aux obstacles que Voxan et Ve'sssshhh, avec l'aide de Sasha, avaient réussi à placer sur leur route.
Il dépensait beaucoup d'argent, faisait plein de promesses. Il avait habilement accepté de retirer les clauses les plus contestables et réussi à convaincre l'assemblée d'en voter d'autres, dans une atmosphère de plus en plus tendue : des incidents dans les docks de l’astroport, des sabotages, des mails de menace contre des partisans du projet…
La sécurité en avait déduit qu’un groupe d’opposants radicaux – forcément venus de l’extérieur- s’apprêtait à mettre ses menaces à exécution. Une théorie que les herrians, déjà échaudés par des agressions dans le passé (3), ne demandaient qu’à gober !
Du coup, l’état d’urgence avait été proclamé, l’espace planétaire fermé ! Et le messager de Lando – le tech qui s’occupait des SyD- n’avait pas pu se poser !

Marconna s'était aussi efforcé de rendre Sasha (l'autre '‘cible’' de l'attentat) très populaire, se servant même de ''l'affaire Firmus'' pour mettre en valeur son courage. Même Herrion’s Stars avait diffusé l’extrait où le garçon faisait face au Hutt !
À quoi jouait-il donc ? Les médias (4) étaient à sa botte  et avaient « gommé » toute trace d’implication de ReHab dans l’affaire Firmus ! Il avait au moins deux questeurs dans sa poche.

Et peut-être deux, non trois, présidents de comité. Madame Sirius avait annoncé, du bout des lèvres, qu'elle soutiendrait le nouvel accord. Berylle ? Où est Berylle, madame Sirius ?
Madame Sirius avait eu un mari et trois enfants. Il ne lui restait plus que sa Berylle.
 Et le nouveau directeur par intérim de la sécurité? Vendu, Lui aussi ! Sasha n'aimait pas Valdeck, mais c'était un bon ami de Marlez, d'après pa'.
Le seul point positif, c'est qu'ils ne pouvaient plus compter sur leur Herrion apprivoisé, le neveu ‘surprise’ de grand-père Markus était disqualifié. Il avait déjà quitté la planète. Bon voyage, Firmus ! Et laisse tomber le sabacc, ça ne te réussit pas. Et rembourse tes dettes !

Pourtant, c’était un bon joueur et assez bon prof. Avec ce qu'il avait appris, Sasha espérait surprendre grand-père lors de leur prochaine partie!
Après le sale coup de la conférence, se sentant un peu coupable, il était tout de même retourné le voir en cachette, avec un petit cadeau. Firmus semblait bien seul et désolé, dans son beau yacht. Il n'y avait même plus de gardes de la sécurité pour le protéger. Sasha l'avait abreuvé de conseils, puis lui avait offert :
- Mais c'est...
- Des crédits ! Il y en a assez pour payer ta dette, je pense !
- Oh, oui ! Largement ! Mais comment  as tu ??
- Un petit emprunt au trésor du palais ! Tu devrais aller voir Grand-père et tout lui expliquer, tu sais ? Tu es son neveu, après tout ! Il comprendra. Et pour mon emprunt aussi ! Enfin, j'espère : J'ai laissé un reçu… Tu t'en serviras bien pour tout rembourser , Hein ? Sinon, je suis dans la panade !
- Je te le jure ! Je ne te décevrai pas !
Firmus en avait pleuré, et il avait serré son cousin contre lui.
- Je te rembourserai !
Sasha en doutait un peu. Ce serait bien, pourtant : il y en avait bien pour…dix mille ans d'argent de poche, peut être plus. S'il devait rembourser, plus tard, il avait intérêt à trouver un job très, très bien payé ! Espion ?
Enfin, Firmus était parti…

Sans ses amis et ses droïdes, le garçon se serait senti très seul pour lutter contre la Corpo. Même s'ils ne comprenaient pas tout, lui y compris, toute la bande sentait bien qu'un piège se refermait lentement sur la planète. Ve'ssshhh disparu et présumé mort , Voxan accusé du meurtre et emprisonné, sur qui pouvait-il compter ?
Lando avait bien voulu, encore une fois, lui donner son avis sur les nouvelles lois, mais il ne pourrait faire mieux. Sa concession minière faisait l'objet d'attaques incessantes, et il n'osait s'en éloigner. Avait-il décroché le gros lot ? il avait parlé d’un filon «  intéressant » dans l’anneau rocheux de Luma VII.
L'émetteur hyper-spatial n'était toujours pas réparé, et ce n'était pas un hasard : pas possible d'appeler grand-père ou un autre à l'aide ! Sasha avait été tenté de se cacher dans un cargo en partance, pour le rejoindre, mais qui protégerait Herrion en attendant ? Et puis, en ce moment, presque tous étaient affrétés par ReHab !
Mais où sont les cargos de l’Amber Star quand on a besoin d’eux ! (5)
Depuis, l'état d'urgence avait été proclamé.

La console bipa. Les liaisons subespace intra-système fonctionnaient toujours, mais elles devaient être surveillées. Lando avait promis d'envoyer des holos de l'atmosphère de Luma VII, pour un exposé que le garçon devait faire en cours de science. Qui s’en méfierait ?
Les holos sont un bon moyen de cacher d'autres infos. Lando employait quelques slicers (6) de génie et le message caché était indétectable sans la bonne clé de décryptage. Pour plus de précaution, Sasha téléchargea directement les données dans sa puce mémoire interne. Du super matos Spaarti, comme le reste de son équipement implanté. Totalement indétectable, avait dit Venom avant l'opération. En fait, les connections neurales restaient -difficilement- détectables, mais elles cachaient complètement le vrai bidouillage.
Sa puce ne mit que quelques secondes à décrypter le message.
L'analyse des nouvelles clauses était alarmante, surtout l'une d'entre elles : elle permettait d'avancer la majorité d'un membre de la famille Herrion à 13 ans !
- Et si je me souviens bien, tu auras bientôt treize ans ! Je ne suis pas certain de ce qu'ils vont tenter de faire, mais tu fais partie de leurs projets, disait Lando. 
Il offrait de venir récupérer son jeune ami, s'il le souhaitait. Trop tard !
Encore que Lando devait s’y connaître en opérations clandestines… Puis Sasha réalisa :
- Mais mon anniversaire, c'est demain , gémit-il!
Et c’était aussi le jour où devait se tenir la première réunion du comité exécutif ! Coïncidence ?

Il se reprit vite : au moins, avec le message d'alerte de Lando, Sasha avait un coup d'avance. Il avait toute une journée pour réfléchir et s'organiser. Lui qui voulait agir dans l'ombre, était maintenant très exposé.
Il comprenait maintenant pourquoi Marcona l'avait poussé en pleine lumière:
Jusqu'ici, à part dans notre district, les gens ne me connaissaient pas ! il avait déjà pensé à un remplaçant au cas où !
Et tout ça pour deux raisons : il y avait  « Herrion » dans son nom et il aurait treize ans demain. Drôle d'anniversaire ! Il l'avait imaginé autrement, son premier anniversaire sur Herrion : une fête avec parents, copains, super goûter et gâteau d'anniversaire, bien sur ! Ils avaient une tradition bizarre, ici… Placer de vraies bougies, autant que d'années, sur le gâteau, allumer le tout et tout souffler d'un coup. Sasha n'avait jamais entendu parler d'une telle coutume ! Mais, après avoir assisté aux anniv' de copains, il avait vraiment envie d'essayer !
De retour à la maison juste à temps pour le repas, il trouva une atmosphère lugubre : encore des mauvaises nouvelles pendant les news ? Pa’ tenta bien dérider la famille avec une de ses histoires de l’Amber Star, mais le cœur n’y était pas. Sasha sentait bien que ses parents étaient très inquiets !

Il avait ses propres problèmes. Que faire ? S'enfuir dans les bois, avec SyDney  et trouver refuge chez les Bergers ? Mais Ve'ssshhh avait disparu et il n'en connaissait pas d'autre. Sauf Kr'eell, mais le district des cascades, c'était loin !
Et puis, crétin, ils arrêteront pa' et ma' à ta place, et peut être même tous tes copains. Et tu finiras par te livrer toi même.
Et puis, il y avait Berylle ! Maintenant, il savait où elle était retenue. Ç’avait été dur, à cause des murs épais et des brouilleurs du bâtiment ReHab : ce tag était vraiment minuscule !
Mais tout ce que j'ai besoin de savoir, c'est qu'elle y est !
Quelle bonne idée il avait eu quand il avait tagué tous ses agents, ses meilleurs copains et copines.
Je vais me laisser emmener ; Sur place, je serai au cœur de l'action et j'en apprendrai plus : je suis un espion et j'ai le meilleur système de la galaxie dans mon crâne. Mes potes auront toutes les infos en direct et pourront agir plus facilement. Et je serai près de Berylle !

Il se sentit bien mieux après avoir pris sa décision. Il réussit même à dormir sans cauchemar, pour une fois. C'était comme si Ve'ssshhh l'approuvait. Il s'endormit avec deux mots dans la tête : sections fantômes, comme si quelqu'un le lui avait soufflé. Ve'ssshhh ?



Un drôle d’anniversaire !

Tout ça commençait à sentir très mauvais. L'astroport grouillait de gens pas très recommandables. Des mercenaires en escale technique, avait dit le nouveau directeur de la sécurité, qui avait tenté de rassurer tout le monde en affirmant : « ils seront consignés à l'astroport, avec interdiction de le quitter le temps de l'escale ». Menteur ! Dès le lendemain, il les avait engagés pour « assurer la sécurité de la ville et de l'astroport »
Sasha sentait venir le coup tordu. Cela ne l'empêchait pas de filer vers l'école sur son bike, Jacs à ses côtés. Il avait mis Jacs dans la confidence, bien sur: n'était-il pas le leader des rouges en l'absence de Thalia ?

Valdeck avait confisqué les commandes parentales des SyDs et les avait placés en mode minimal : les SyDs pouvaient toujours accompagner leurs partenaires, mais seulement entre maison et école. Ils pouvaient toujours les protéger, mais obéiraient à tout ordre d'un membre de la sécurité, même contre la volonté de leur passager, s'il le fallait. Tous les entraînements avaient été supprimés, l'accès au hangar, interdit ! Valdeck devait se douter que les rouges étaient impliqués dans le '‘coup’' de la salle polyvalente, et il prenait ses précautions.
Mais Sasha avait la parade : avec ses codes, il avait libéré les SyDs de toute tutelle, les avait autorisés à passer en mode combat et leur avait donné l'ordre de «faire semblant » et de se préparer à l'action. Les SyDs étaient futés, même les réservistes. Ils étaient même capables de mentir à leurs partenaires, mais seulement pour les protéger, évidemment !
Les SyDs des deux garçons étaient au hangar : « entretien programmé ». Les gardes de ReHab avaient gobé le morceau sans broncher.
Par ailleurs, peu après le soi-disant attentant contre Sasha et le chef de ReHab, la corpo avait été autorisée à déployer des forces de sécurité, gardes et droïdes. Le pauvre Voxan, toujours en prison, avait droit à un chef d'accusation de plus, et ses « complices »  de la sécurité, suspectés, avaient été désarmés et consignés dans leurs locaux. Sasha était suivi en permanence !
Pour ma sécurité, ben voyons !
Pour lui, ça sentait le coup d'État !
L'heure n'était plus aux secrets, mais à l'action : cela faisait déjà un moment que ses copains et lui avaient bidouillé quelques plans de bataille, au cas où. C'était le moment de les mettre en application !!

Sasha expliqua à son copain qu'il avait décidé d'être au cœur de l'action, dans l'antre de l'ennemi.
- Mouais, ça serait utile de savoir ce qu'ils font et comment ils réagissent, mais tu es sûr que ton émetteur est assez puissant pour ça ? Il y aura des brouilleurs partout !
- Il est costaud, mon émetteur, et je peux essayer de pirater les leurs à distance. Affirma Sasha qui, devant la moue dubitative de Jacs, admit cependant :
- Ce serait peut-être un peu juste sans ma liaison SyD. Mais comme SyDney sera dehors, lui…
- ah, c'est vrai ! Elle passe partout, la liaison SyD ! C'est pour ça que tu l'as envoyé au Hangar ?
Jacsyn reprit :
- J'ai revu le sergent Wolf et il est prêt à agir dès que tu en donneras l'ordre, Il a « trouvé » des navettes pour le trajet ! Des navettes ReHab, avec chauffeurs ! Ils seront en place dans une heure.
- Il trouve toujours une solution. Je ne préfère pas savoir comment il les a « persuadés », ces pauvres chauffeurs Le problème, c'est les armes ! Avec quoi ils vont se battre ? J'hésite…
- Tu connais Wolfie : à l'écouter, un bon couteau de cuisine ou une corde, c'est bien suffisant ! Ce sont des commandos, Sash , pas de simples soldats !
- N'empêche, ça m'embête de les impliquer alors qu'ils sont si mal équipés. Et puis, y a pas longtemps qu'ils ont repris l’entraînement. Mais sans eux, on n'est pas assez nombreux. Et puis, si je les laisse sur la touche, ils vont se vexer !
- T'as trouvé quelque chose sur ces sections fantômes ?  Demanda Jacs pour changer de sujet : il savait son copain enclin aux coups de blues et il avait reconnu les symptômes.

Ils étaient tranquilles pour parler : ils cheminaient seuls. Bien des parents avaient décidé de garder leurs enfants à la maison ce jour-là.
Pa' avait dit :
- Nous ne devons pas nous laisser intimider ! Je pense que tu dois y aller. Mais si tu préfères rester à la ferme… 
-   J'aimerais bien : ces mercenaires, c'est suspect, et j'ai de l'expérience sur le sujet. (pa' connaissait presque tout du passé de son fiston) Mais t'as raison, pa' ! Faut pas se laisser intimider ! Et puis, si j'y vais pas le jour de mon anniversaire, les copains vont me traiter de froussard !

Pa' avait approuvé et n'avait même pas corrigé les fautes de langage de son fiston ; Ne rien dire à son pa', lui cacher des choses importantes, c'est dur ! Mais c'était pour son bien :
C'est un fermier ! S'il essaie de résister, il va se faire tuer ! Et peut-être ma' aussi. Et qu'est-ce que je deviendrai, moi, sans eux ?
Sasha, plongé dans ses noires réflexions, avait perdu le fil. Jacsyn dut répéter sa question.
-  ah, heu…Il y a un ordre de mobilisation, authentifié, et tout. Mais je ne sais même pas à qui c'est destiné ! 
- c'est peut-être un truc que Venom a organisé avant de partir. Des troupes pas loin, des droïdes ?
Sasha en doutait :
- si c'était lui, il me l'aurait expliqué en me donnant les codes.
-   N'empêche, « sections fantômes », c'est classe ! Ça fait pro ! T'as bien les codes ?
- Ouais, là, comme les autres. 
Sasha montra sa tête..
- Alors, envoie ! Tu pourras toujours annuler après ! 
- t'as raison ! Je le fais tout de suite ! 
Sasha avait un très bon émetteur et avait déjà pris le contrôle du réseau planétaire. Les codes, toujours les codes ! Il les avait tous, dans sa puce mémoire. Tous ! Venom avait fait fort !
- Des gens normaux n'auraient pas fait confiance à ce point à un gamin ! Mais Venom est TOUT sauf normal , pensa-t-il à haute voix, soudain sérieux
- Te vexe pas, mais toi aussi t'es TOUT, sauf normal !

Jacsyn avait dégainé son grand sourire moqueur. Sasha s'esclaffa (comme son pote l'avait prévu), puis répliqua :
- Mouais… On pourrait dire la même chose de toi et des rouges !
- Pas faux , répondit Red 9 avec une grimace comique.

Ils redémarrèrent dans un grand éclat de rire. Quand il fallait vous remonter le moral ou vous faire oublier vos soucis, Jacs était un champion !
Un quart d'heure plus tard, Madame Deneb, une des voisines de Sasha, entama une tournée de ses champs, son enfumoir à la main. C'était pourtant un peu tôt dans la saison pour une infestation de Vertils voraces. Elle longea la forêt. Un bosquet de VertVert la cacha un instant aux regards indiscrets. Elle ne reparut de l'autre côté qu'un bon moment plus tard. Elle entreprit aussitôt une tournée impromptue des voisins. Toutes sorte de gens, des paysans surtout, semblaient très excités, tout à coup.



Notes
1 Décidément, il est dans tous les coups, celui-là !
2 Les gummies sont des petits prédateurs cousins des Vargs. Faciles à apprivoiser, ils sont des animaux de compagnie très prisés. (surtout des mémères à leur gugu)
3 Celle de Bokkor Hakken fut la pire.
4 LE média : une seule chaîne d’information (privée) pour toute la planète ! Reste le bouche à oreille 
5 La réponse dans «  Venom et le seigneur de la guerre »
6 Des hackers, dirions-nous.


Bonne lecture!

N'hésitez pas à commenter ou à me signaler fautes et erreurs!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Jeu 26 Jan 2017 - 21:45   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 11]

Ah la fameuse blague au cousin Firmus! Ce sont des sacrés rigolos dans la famille :diable: .
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 28 Jan 2017 - 21:40   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 11]

Ce sont des sacrés rigolos dans la famille :diable:


Tout à fait! Entre Sasha qui fait des farces et Venom qui retombe en enfance en plein briefing, il n'y en a pas un pour racheter l'autre!


Tiens, à propos d'enfance, savez-vous que c'est le treizième anniversaire de Sasha? Non? :evil: Comment ça, Non? :grrr:
Même Marcona est au courant! Il a préparé une petite cérémonie et un somptueux cadeau. Le Badge de Limier Galactique, le bleu avec le communicateur? Eh bien, non! il avait pourtant promis!
Sasha, lui, il veut la dernière extension de Battlefront: " Galactic Commandos" et l'intégrale en holo UUHD de sa série préférée: "un trésor au bout de la route". Comment, vous ne connaissez pas? Mais si, celle qui raconte les aventures du célèbre Pirate au chapeau de paille!
C'est dire s'il va être déçu! Et quand il est grognon, il peut être très canulant, ce garçon!
Par contre, il risque d'aimer le cadeau surprise de son grand-frère Venom!

Chapitre 12 : Joyeux anniversaire !



Une vieille connaissance se dévoile. Le pro prend la navette en marche !
Le pire, c'était l'attente ! Sasha savait qu'ils viendraient le chercher. Mais quand ?
Les heures et les cours se succédaient, mais il avait la tête ailleurs. Les profs aussi, d'ailleurs ; ils faisaient de leur mieux pour agir comme d'habitude et ne pas alarmer leurs élèves, mais on les sentait nerveux. Le seul avantage, c'est que Jacsyn et lui avaient eu le temps de voir tout le monde  aux intercours: les rouges, bien sur, mais aussi Corran, Mizar et Rigel. Tous savaient, maintenant, et se tenaient prêts.
Wolf avait appelé pour annoncer que les Reapers avaient quitté leur district pour une « sortie culturelle » à la capitale. Au programme, une visite au musée de la Résistance, une autre au Palais.
- « on se retrouve au parc pour le déjeuner ?  À moins qu’un imprévu ne nous oblige à changer le programme », avait insinué, malicieux, le Sergent.

C'était vraiment trop dur d'attendre ! Quand retentit la sonnerie de fin de cours, Sasha était une vraie boule de nerfs. Il fit un bond sur sa chaise et la renversa. D'habitude, il y aurait eu des rires, et monsieur Pegasus l'aurait réprimandé. Mais là, rien ! Et ça, c'était encore plus flippant que tout le reste !
Bien entendu, c'est à ce moment qu'il fut convoqué au bureau du dirlo. (et pas PAR le dirlo!)
Avant d'entrer dans le bureau, Sasha avait eu le temps de repérer le speeder de la sécurité. Un engin banalisé, mais Sasha savait repérer les détails. Et puis en ce moment, seuls les services d'urgence avaient droit aux speeders. Monsieur Altaïr était tout pâle, et l'officier de sécurité (Sasha le connaissait, et pas seulement de vue) pas très à l'aise non plus. Il avait son blaster paralysant, mais pour l’œil exercé de Sasha, c'était une arme déchargée. Et ses deux compagnons étaient des ReHab, armes de guerre dans leurs étuis et à la main, bâton paralysant pour l'un, verrou de contention pour l'autre. S'attendaient-ils à ce qu'il fasse des histoires ?
L'officier essaya de se montrer rassurant, brodant sur une histoire de mercenaires agités qui prétendaient connaître Grand-pa' et voulaient parler à un représentant des Herrion. Il accompagnait ses propos de gestes de la main. Sasha, très calme, regarda d'abord les mains s'agiter, se gratta le nez, se frotta l'oreille gauche, puis le fixa droit dans les yeux.
- Je comprends. Je vais vous accompagner. Pas de problème.
L'homme acquiesça avec quelque chose dans le regard. De la surprise ?
- Où est ton droïde ?  fit l'un des ReHab, celui qui avait le verrou, sans chercher à paraître poli.
- En révision, y en a pour la journée  répondit-il sans lui accorder l’aumône d'un regard.

Il fixait toujours l'officier, comme s'il était le seul digne de son attention. Celui-ci finit par baisser les yeux, comme gêné. S'il y avait un meilleur agent que Sasha dans la galaxie, c'était bien Himron (1). Il jouait son rôle de collabo pétri de remords à la perfection. Il avait proposé de neutraliser les gardes puis de filer à l'abri, mais Sasha avait refusé. Pratique, ce langage gestuel : le message était passé, entre eux. En partant, il le laissa poser sa main sur son épaule. Sasha était très content que Venom ne l'aie pas laissé sans un allié sûr. J'suis pas tout seul !
Avant de partir, Sasha stoppa net, se tourna vers Monsieur Altaïr :
- Ne vous inquiétez pas : tout se passera bien !
La main de l'officier remonta vers sa tête et le cou, couvrant l'oreille, et le remit dans la bonne direction, avec un peu trop de brusquerie, peut être. Il se laissa emmener sans faire d'histoire. Il était trop occupé à consulter les fichiers qu 'Himron venait de télécharger dans sa puce. Himron en faisait probablement autant de son côté. Il valait mieux qu'ils comparent leurs notes.

Débarqué devant le bâtiment de la sécurité, Himron en savait plus sur les événements récents. Et restait stupéfié par l'efficacité des actions clandestines de son jeune collègue.
Il comprenait maintenant le plan de ReHab. Le garçon avait raison, il fallait agir vite .
Pour la journée, Il y avait deux fichiers : « fait » et « à faire ».
Il consulta  « fait »
«  SyD en mode combat »
«  hangar sous contrôle, chasseurs prêts »
«  deux vigi-drones ReHab bricolés, piégés et sous contrôle »
«  Speeder de monsieur Corrant réparé, caché et prêt à décoller , ID des services d'urgence enregistrée»
«  Reapers en alerte rouge »
«  contrôle du réseau com »
«  mobilisation sections fantômes »
«  copains prévenus »

Dans la rubrique « à faire », il trouva une liste de priorités :
1 protéger famille : SyD125 et SyD126
2 retrouver Berylle : moi !
3 Contrôler l'astroport, détruire les air speeder, appui aérien : les rouges !
4 trouver des renforts : libérer les agents sécu et gardes : red 13, 14, Jarvis, 4 SyD/auto (2).
5 S'emparer du QG de ReHab : Moi, Sydney, Wallie + 5 SyD/auto, speeder, drones
6 autres : voir plan
4 Bis : Himron !!!!!!
7 Pas de quartier: On les réduit en bouillie !!!!

Il y avait l'enregistrement d'un plan rédigé sur une tablette d'écolier : dessins maladroits, flèches partout, silhouette de droïdes et de pilotes au design très enfantin, mais le gamin et ses amis avaient pensé à presque tout. Seul problème : ils sous-estimaient le nombre et le professionnalisme des troupes ennemies, Et ils faisaient preuve d’un optimisme excessif concernant leurs propres forces. Ces gamins se croyaient invincibles à l’intérieur de leurs droïdes armures.
Himron, récemment arrivé avec un contingent ''d'experts en sécurité'' recrutés par le nouveau directeur Valdeck, avait eu très peu de temps : il l'avait surtout consacré à s'insinuer dans les bonnes grâces de ses chefs et à déployer ses systèmes d'espionnage. Il commençait tout juste à élaborer ses plans quand ReHab avait précipité les choses. Il pensait à tort avoir encore un peu de temps. Heureusement, il avait quelques atouts cachés et plusieurs des droïdes de surveillance de ReHab étaient en fait sous ses ordres. Il avait prévu de réactiver les droïdes SyD, mais il avait pensé les utiliser sans leurs pilotes (Des SyD/auto, comme aurait dit Sasha) et il avait plutôt misé sur du sabotage,
Trop tard pour les arrêter ! Dans ce cas, pour compenser, il fait que je trouve des renforts se dit «  4 bis, Himron » .
Il lança une série de codes via son comlink intégré. Il avait les moyens, grâce à ses droïdes "apprivoisés", de perturber les systèmes de surveillance et de communication de l'ennemi.
L'effet de surprise leur donnera une chance supplémentaire!
il pensait surtout aux Reapers, qui en auraient bien besoin!
Ah, si, autre chose.
Il contacta l'équipe du speeder pour lui fournir une ID ReHab authentique : ainsi, ils pourraient s'approcher bien plus près sans déclencher l'alarme.

Pour les renforts, il avait tout prévu : plutôt que de délivrer les agents enfermés dans les locaux de la sécurité, il se dirigea vers la petite caserne de la Garde Nationale. Une bonne centaine de soldats de permanence y étaient retenus. Contrairement à la sécurité, la caserne avait une armurerie où étaient stockées des armes de guerre. De quoi équiper 400 personnes, réservistes ou agents de sécurité.
Des enfants, sur leurs bikes, passaient devant les bâtiments : pas d'activité péri-scolaire aujourd’hui, tous rentraient plus tôt à la maison. Himron reconnut les casques striés de rouge de quelques jeunes soldats, suivis comme leurs ombres par leurs SyDs. Personne, pas même les mercenaires, ne s'étonnait de les voir circuler ainsi.
Un petit malin, ce Milo : d'après les données, c'est lui qui avait eu l'idée de ''déguiser'' quelques camarades pour déplacer les SyDs de réserve sans attirer l'attention. La ruse permettait aussi de faire oublier la troupe de rouges cachés dans les sous-sols de l'école. Les gardes de faction, des mercenaires, le virent arriver de loin. Ils oubliaient de surveiller leurs arrières : tant pis pour eux. Les droïdes furtifs SD-X de ''Tendrando arms'' méritaient bien leur nom.



Dans l'antre de l'ennemi, un agent infiltré !
Sasha avait presque fini de consulter les infos d'Himron.
Quoi, il a réussi a faire rentrer des SD-X en fraude ? Comment il a fait ? Ah, tiens, un cargo de Marek ? Ça ne m'étonne pas !
Il consulta la notice technique des droïdes :
Waouh ! Lando fabrique les meilleurs droïdes de la galaxie ! Ah, on arrive !
Le speeder se posa sur le toit de la '‘forteresse’' ReHab. Il y avait du monde : des gardes et des Droïdes de combat.
Bah ! Classe C: de la camelote (3) ! Tiens, mon droïde assassin préféré est là, lui aussi.
Sasha fit un large panorama, suggéra quelques cibles prioritaires : et un missile pour l'assassin de Ve'ssshhh, un !. Son système espion avait été spécialement conçu pour ça. Il avait des micro-caméras dans ses yeux, des capteurs de toutes sortes : Tout le monde croyait la fabuleuse technologie Spartii disparue depuis la guerre des clones, mais ils s'étaient juste faits très, très discrets. Comme leurs équipements dans sa tête.
- On descend, fit le garde en le poussant dans l'élévateur.

C'était une sorte de salle de conférence. Les soldats firent entrer Sasha d'une bourrade. Ils étaient attendus.
Il y avait déjà plein de monde, dont une équipe de tournage qui disposait ses holo-cams aux endroits stratégiques ; Une trentaine de personnes étaient assises au bout de la salle, discrètement surveillées par des soldats. Parmi elles, Sasha reconnu monsieur Corrant
désolé pour le speeder
Madame Mimba et monsieur Betel l’ancien avaient été réquisitionnés, eux aussi. Près d'une console, le directeur par intérim de la sécurité (l'ex-inspecteur Valdek), et les deux nouveaux questeurs ne semblaient pas menacés, eux. Le questeur Marlez donnait même des ordres à un soldat !
Un peu plus loin, madame Sirius, maman de Berylle, se tenait tête basse et se tordait les mains.
D'après mon tag, Berylle est ici. Vous allez la récupérer, madame Sirius, je vous le promets.
Son système espion tournait à fond, et il espérait que SyDney recevait bien.
J'ai fait tout ce que je pouvais, maintenant reste à savoir pourquoi ils m'ont enlevé, moi aussi.
Il avait sa petite idée. Il avait beaucoup étudié la Charte, ces temps ci.
La règle des trois ? Mais il y avait deux questeurs et un directeur, alors ils n'avaient pas besoin de lui, non ? Sauf si la décision concernait la sécurité planétaire ou le nouveau comité exécutif.
Dans ce cas, ils avaient également besoin d'un Herrion et d'au moins 3 présidents de comité. Madame Sirius était bien là Qui d'autre ? Ces deux-là, au bout : des présidents de comités, on les voyait parfois aux infos.
Oui, le comité exécutif allait tenir sa première séance et elle serait publique !

Le chef de projet Marcona l'aperçut :
- Ah, enfin, nous sommes au complet ! Bienvenue, mon garçon, et bon anniversaire ! Tu as bien 13 ans aujourd’hui ? 
- Qu'est-ce que ça peut vous faire ? Vous voulez une part du gâteau ?
 Sasha ne fit rien pour se montrer aimable. L'homme se retint de lui flanquer une baffe, mais préféra répondre :
- Je vais avoir TOUT le gâteau !! Tes bons amis Ve'ssshhh et Voxan neutralisés, je me demandais qui s'était chargé de disqualifier mon Herrion apprivoisé. C'était toi, j'en ai maintenant la certitude. Tu as bien caché ton jeu, j'ai bien cru à ton numéro de petit garçon timide ! Mais depuis, je me suis renseigné. Je sais que tu es dangereux, mais tu as de la chance, petit veinard : je me suis débarrassé de tes amis, mais j'ai encore besoin de toi.
- j'espère que vous avez aimé ma petite farce ! Surtout que c'est votre super-matos qui a servi !
- Je n'ai guère apprécié, sur le coup, mais je dois avouer que c'était très réussi.

Marcona était un professionnel et semblait admiratif. Flatté, Sasha lui renvoya la balle :
- pas autant que votre faux attentat ! Et m'impliquer dedans, c'était très malin ! Du travail de pro ! Un partout, la balle au centre ! Reprise du match !
- Charmant garçon! Mais c'est à mon tour de jouer, et je viens de réussir un coup de maître : t'enrôler dans mon équipe.
- Désolé, je suis trop jeune ! Un mineur ne peut pas faire l'affaire, j'ai vérifié, mentit-il !

Grâce à Lando, il était au courant de la nouvelle clause, mais il n’avait aucune raison d’en informer son ennemi.
Cette fois, son sourire moqueur le trahit et lui valut une baffe.
- Ne m'interromps pas ! J'ai fait insérer une clause dans le dernier vote de l'assemblée. En tant qu'unique représentant de la famille Herrion, tu peux être déclaré majeur à 13 ans. Il suffit que tu apposes ta signature sur le document. 
- et si je refuse ? 
-Tu ne voudrais pas qu'il arrive des misères à ton pa', ta mère ou à ta petite sœur ? Tu sais, ces mercenaires qui pullulent à l'astroport ne sont pas aussi disciplinés que mes gardes. Tu bosses pour moi maintenant, mon petit espion, compris ?
Zut, il a dit '‘espion’' : il s'est bien renseigné !


Opération '‘famille’'
Deux SyD de réserve, en automatique, surgirent dans la maison, surprenant pa' et ma'
- Nous apportons un message de Sasha, voulez-vous le voir ? 
Sans attendre, l'un d'eux projeta une holo. Le visage soucieux de leur fils apparut :
«  papa, maman, si vous visionnez cet appel, c'est que les gardes de ReHab m'ont enlevé. Je pense que c'est parce que je suis un Herrion. Pa', Ma', je ne leur céderai pas je vous jure ! Sauf si… Il faut vous mettre à l'abri. Il faut que vous soyez à l'abri. Ils vont venir, c'est certain ! J'ai demandé à SyD125 et SyD126 de vous protéger et de vous cacher. J'ai activé les codes d'urgence de tous les SyD, ils sont en mode combat ! J'ai désobéi, pardon ! Je serai fort si vous êtes à l'abri ! Je vous aime ! »
SyD126 surveillait l'extérieur et recevait les alertes de ses collègues : 
- Un groupe armé arrive. Ils seront là dans… 4 minutes
Pa' n'y comprenait rien.
- Sasha ? Il a les codes ? Mais comment ? 
SyD125 répondit
-   non seulement il a les codes, mais il est dans notre fichier des hautes autorités, juste après le vice-roi et les conseillers Vega an-Herrion. Ordre direct du vice-roi, confirmé par les conseillers… La règle des trois 
- Sasha ? Notre Sasha ?  fit pa' incrédule.
- l'ennemi se rapproche ! Cela vous dirait de faire une balade en Droïde ? 
SyD125 s'ouvrit .
- Sasha a parlé d'un sac kangourou pour sa petite sœur, ajouta-t-il.
Subjugué, pa' alla le récupérer et ma' l'enfila, y déposant Alora. On entendait le rugissement de répulseurs, tout près.
- il faut faire vite. Des Bergers nous attendent à la lisière de la grande forêt ! 



QG ennemi
Le message rassurant de SyD125 lui parvint alors qu'il apposait sa main sur le document en déclinant son identité .
Ouf ! Ils sont sauvés ! Je suis libre d'agir, maintenant !
Il se tourna vers Marcona :
- Bon, je suis majeur ! Et alors , ça vous avance à quoi ?
- Fait attention à ton attitude, petit, où ta famille en paiera le prix.
Gagner du temps. En apprendre le plus possible. Sasha garda ce qu'il savait pour lui et revint à une attitude plus humble.
- c'est mieux… Eh bien, nous allons maintenant, et dans le respect des lois, faire de toi le vice-roi par intérim (4)
Sasha en resta pantois!
Moi, vice-roi?
Sasha avait vu son grand-père dans l'exercice de ses fonctions: ça avait l'air d'un job terriblement ennuyeux! Surtout qu'avec le nouveau comité exécutif, pas besoin de vice-roi?
Pourtant, pendant les interminables formalités, il eut le temps de réaliser que...
Cachant un sourire narquois, il se leva pour prêter serment, n'affichant que sérieux et détermination face aux holo-cams.
Facile: il avait suffisamment observé grand-père pour l'imiter à la perfection! En général, il en faisait des tonnes pour faire rire les copains.
Mais pas cette fois. non, pas cette fois
y'en a qui vont pas rigoler longtemps!


Alerte aux rouges !
Jacsyn et SyD09 attendaient avec quelques pilotes dans les sous-sols de l'école. Jacs avait dérobé les cartes-clés pour éviter de fracturer les portes.
Pardon, pa' .
Ils suivaient en direct une cérémonie dans les locaux de ReHab . Le truc bizarre, c'était de la voir aussi par les yeux de Sasha. Les SyDs travaillaient en réseau, et Jacs pouvait localiser tout le monde. Wallie, en armure, menait SyDney et cinq SyD de réserve pour délivrer leur pote et s'emparer du QG ennemi . Red 13, red 14, Jarvis et leurs SyDs menaient quatre autres unités de réserve vers le bâtiment de la sécurité et les casernes. Les mercenaires y avaient enfermé une compagnie de la garde nationale et une partie des pilotes de bombardiers Stingray. Pas de pot, en cas de bagarre en l'air, Il faudrait se passer de l'escadron d'ailes X qui terminait son entraînement et sa conversion sur Hunnia.
Tant mieux, Ça fera plus de victoires pour nous.
D'autres rouges, des mechs, avaient pris place en des points stratégiques définis par le plan. Même sans être grand stratège, Jacsyn savait qu'il fallait toujours contrôler l'astroport. Et puis Sash’ était bien plus futé que lui. Heureusement, ils avaient un ami dans la place. Sasha avait découvert que Venom avait infiltré l'agent Himron dans l'administration.
Pendant que les Reapers se répandaient dans la ville ( sortie libre), Jacs et ses troupes devaient reprendre le contrôle de leurs chasseurs et décoller en appui. Les chasseurs étaient prêts, armés, ravitaillés : les mercenaires avaient scellé le hangar de l'extérieur, croyant les droïdes neutralisés. Les Astromechs et les SyD avaient pu travailler tranquillement et même installer de simples bombes à gravité sur les points d'emport externes. Inutiles dans l'espace, elles pouvaient servir à bombarder les blindés et les speeders au sol. Encore une idée vicieuse de Venom. Autre idée, qu'il avait cachée à ses pilotes : un tunnel secret reliait le hangar à l'école. Les SyDs étaient au courant, mais avaient l'ordre de ne le révéler qu'en cas d'urgence. Même Sasha ne l'avait appris qu'en déverrouillant les droïdes !
Restait plus qu'à attendre le signal…



J'ai cru voir un fantôme… non, des tas ! Au secours !
- Vous êtes en sécurité, ici  insista SyD 125. Nous devons rejoindre nos camarades 
Les deux droïdes sortirent. La cache avait été creusée pendant l'occupation et les Bergers y avaient installé une sorte de base arrière.
-  Il a raison , confirma la voix crissante  du Berger W'aar. Cette cache n'a jamais été découverte. Et nous avons des guetteurs.
il poursuivit :
- Votre fils aura grand besoin de leur aide ; nous allons intervenir, nous aussi. Il est temps que les Bergers se lèvent pour défendre leur monde.
- Ils sont partis ?  Fit une autre voix d'insecte, bien connue.
- Ve'ssshhh ? Vous êtes en vie ! 
Ma' en pleurait presque de joie. Elle connaissait le Berger depuis qu'elle était toute petite.
- Ce Droïde assassin a bien failli me tuer. Sans Swift, il m'aurait achevé. Cela fait presque deux semaines que j'attends que mes blessures guérissent. 
- Ils ont emprisonné Voxan! Ils l'accusent de meurtre! De votre meurtre! Et Sasha! Ils ont pris Sasha!
Pa' aurait bien secoué le grand insectoïde, mais il savait Ve'ssshhh bien plus fort que lui.
- Faites-lui confiance ! Il l'avait prévu. Il ne s'est laissé capturer que pour retrouver son amie Berylle 
- Comment le sav…
  Le Berger fit léviter Alora, qui s'était mise à pleurer.  Une fois dans ses…Bras ? Elle se calma tout de suite et commença à gazouiller, en essayant d'attraper les petites lumières de toutes les couleurs qui tourbillonnaient juste au-dessus de sa tête

- il n'y a pas que les Jedi qui maîtrisent la Force, Henryn ! Je veille sur lui, même du fond de cette cave. Je lui expédie à l'occasion quelques petits conseils dans ses rêves. Et plusieurs de mes congénères travaillent pour lui par l'intermédiaire des droïdes. Je dois avouer qu'il se débrouille très bien… Tenez, Lisha ! Je crois qu 'Alora a une petite faim.
Il laissa la maman récupérer son bébé et poursuivit :
- C'est un peu cruel, je le sais, de lui avoir caché que j'avais survécu et de continuer à le faire. j’espère qu'il ne m'en voudra pas trop, mais je devais mobiliser mon peuple et ma soudaine réapparition aurait pu le perturber. C'est pour cela que je me suis caché des SyDs … Ah, voilà !
Ils viennent de le faire nommer vice-roi par intérim… Et c'est diffusé sur les canaux publics ! W 'aar, allume l'écran ! 

Sur Herrion, on considérait qu'une image 2D était bien suffisante ; Émus, Lisha et Henryn virent leur fils prêter serment devant 30 témoins. Leur garçon faisait preuve d'un sérieux et d'une détermination digne d'un adulte. Le reportage précisait qu'il venait d'avoir treize ans et que, selon la clause de majorité, il était en âge d'exercer ses fonctions. W'aar commenta:
- Surprenant! Et stupide! Ils lui offrent le bâton pour se faire battre! Plus personne ne contestera ses ordres de mobilisation, maintenant ! Il a réactivé les Sections Fantômes, vous le saviez ? Il avait les codes ! Il est temps d'y aller, je crois. Pendant la guerre, vous avez formé la meilleure équipe de Snipers de la résistance. Prêts à reprendre du service, fantômes ?  Sasha a tendance à se prendre pour un pro et à nous considérer comme des bouseux. Montrons-lui ce que nous savons faire ! Allez donc vous équiper, des transports nous attendent !

Pendant le règne du Boucher, W'arr avait été à la pointe du combat, un soldat parmi les soldats. Très apprécié de ses collègues humains, il était maintenant le coordinateur des sections fantômes. Un comportement assez rare chez les Bergers pacifiques qui préféraient généralement d'autre méthodes. Comme abriter des familles entières dans des caches comme celles-ci
- Et Alora?
- Ce n'est pas la première fois que Meee 'reeeen s'occupe d'un bébé humain. Et après son repas, la petite va dormir un bon moment.

La cache renfermait tout un arsenal ; il y avait même des tenues camouflées avec plusieurs options : forêt, champs, milieu urbain et désert. Des voisins vinrent s'équiper, d'autres étaient déjà passé. Quelqu'un, Sasha évidemment, avait lancé l'ordre de mobilisation des sections fantômes, apprit le couple. S'ils étaient restés chez eux, leur chef de section les auraient prévenus;
Les codes étaient bons, l'ordre bizarre  : « préparez-vous à défendre votre monde contre Rehab et ses sbires, qui que vous soyez ».
Dans le doute, certains chefs de section avaient contacté le gardien de la cache la plus proche. Chaque gardien, sous l'autorité de Ve'ssshhh ou de W'arr avait confirmé l'ordre. La majorité ne s'était même pas posé de question : la situation leur semblait assez grave pour justifier une mobilisation. Des caches comme celle-ci, il y en avait partout.
Herrion avait déjà vécu une invasion. Depuis, les survivants avaient pris quelques précautions.
Les Herrians avaient même changé leur devise pacifiste et écolo pour une autre : « la liberté ou la mort »

Les fantômes allaient se réveiller, pour le grand malheur de leurs ennemis. Bouh !


Notes:
1 Un agent de Venom, encore un espion !
2 Sans partenaire à l’intérieur.
3 Des dérivés des antiques droïdes B1 de la fédération du commerce : de la camelote !
4 En temps normal, en cas d'absence du vice-roi, c’est l’assemblée qui désigne un remplaçant (s'il n'a pas nommé de régent). Encore une des fameuses clauses ?


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 11 Fév 2017 - 18:41   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 11]

Arrivé à ce stade de mon récit, je tenais à rappeler que cette histoire est celle d’enfants-soldats (et de survivants) en voie de guérison. Malgré leurs progrès, ils ne peuvent réagir ni raisonner comme des enfants « normaux » quand ils sont confrontés à des événements dramatiques. J’espère avoir semé assez d’indices à ce sujet dans les chapitres précédents.
Si j’insiste sur ce point c’est parce que, dans une histoire qui pourrait passer -à tort- pour gentillette, ce chapitre (et le suivant) contiennent de -courtes- scènes de violence impliquant Sasha et ses amis.

Vous voila prévenus !



Chapitre 13 : Pas de Quartier ! À l'abordaaaaaage !




La réunion du comité exécutif déraille ! La faute à qui ?
Ignorant l'ampleur de cette mobilisation, Sasha suivait l'évolution de la situation de sa petite armée sur son réseau com intégré.
Marcona était occupé, en train d'organiser la suite des festivités : un Herrion, deux questeurs, le directeur de la sécurité (trois sales traîtres), trois présidents de comité (deux étaient aussi de sales traîtres), deux '‘experts juridiques’' (rôle consultatif), Marcona lui-même: le comité exécutif était au complet.
Il y eut tous les blablas habituels, puis la cérémonie avec les prestations de serments.
Enfin, Sasha, obéissant aux instructions du Corpo, ouvrit la séance puis lui passa la parole.
Celui-ci présenta sa motion, qui remettait tout simplement les clés de la planète à ReHabCorp. Les experts expliquèrent ensuite les conséquences possibles de cette motion: ils étaient neutres, payés pour faire leur boulot d'experts. Le comité pourrait décider en toute connaissance de cause, ce qui ne changerait au vote, déjà acquis. Une fois votée à l'unanimité, la motion donnerait immédiatement des pouvoirs très étendus à la corpo, seulement limités par le comité ou le veto du Vice-roi. Et ce, jusqu'à ce que l'assemblée planétaire se réunisse.
Et bien sur, ReHab s'arrangera pour que je ne puisse pas le mettre, mon veto ! Et pour retarder l'assemblée aussi longtemps qu'ils le voudront ! Un grand malin, ce Marcona ! Mais j’suis plus malin que lui !

Malgré tout, Sasha était très content que leur ennuyeux discours s’éternise : ses troupes n’étaient pas encore en place !

Pour valider l'accord, il ne manquait plus que les signatures des membres du comité et de trente témoins, qui devaient décliner leur identité l'un après l'autre. Même en y mettant toute leur mauvaise volonté (braves gens!), ils auraient bientôt fini.
On y est presque… Du temps, il faut gagner un peu de temps !
Les holocams étant braquées sur le pupitre des signatures, Sasha en profita pour provoquer son voisin.
-   De toutes façons, même si on le signe, votre truc, on sera désavoués par l'assemblée ! 
Il devinait déjà la réponse, mais ce type aimait s'entendre parler: ce serait autant de temps gagné.
- Alors, qu'est-ce que tu risques ? Sois un gentil petit garçon, et signe!
Raté. Autre chose ?
- Et sinon ? Vous ferez du mal à ma famille ? Vous les avez pas ! J'ai bien vu votre air contrarié quand vous avez essayé de me faire croire que vos sbires les avaient…
Blafff…
Sasha frotta sa joue maintenant bien rouge et défia du regard son tourmenteur. Il avait connu pire, Bien pire. C’est avec un sourire suffisant – à la Venom- qu’il annonça :
- eh, vous savez que c'est moi qui ai balancé votre complot sur le réseau, l'autre fois ? C'est même moi qui ai payé les experts !
Sasha mentait un peu, mais il ne voulait pas que Lando aie des ennuis. Ni se prendre une autre baffe ; il ajouta, très vite :
- vous savez, un vice-roi couvert de bleus, ça fera mauvais effet sur la holo!
Marcona, qui avait levé la main, se retint de frapper, mais il n’était pas loin de griller un motivateur ! Il était vraiment furax et murmura d'une voix blanche :
- Tu me payeras ça, je te le garantis. Au diable les ordres. Tu souffriras ! Tu seras plus docile, après.
Il contenait difficilement sa colère.
Sasha était également en colère; baissant la voix, il passa aux confidences, inébranlable et sûr de lui :
- Blessez-moi, tuez-moi si vous voulez ! Et alors ? Venom va revenir : il me vengera et c'est le roi du poison ! Vous mettrez des jours et des jours à crever. Et j'espère pour eux que vous n'avez pas de famille , parce que sinon…
Inutile de finir la phrase . Marcona savait qui était Venom : il devint tout blanc !

Allez, c’est le moment de faire monter les enchères !
- Berylle, où elle est Berylle, gémit-il d’une toute petite voix.
Évidemment, le corpo se pencha vers lui, pour mieux entendre. Sasha insista, d’un souffle presque inaudible :
-  Ma copine Berylle ! Où elle est ? Pourtant, sa maman est prête à faire tout ce que vous voulez…
Sa cible se rapprocha encore…
Parfait ! Feu !
- ASSASSIN ! VOUS AVEZ TUÉ BERYLLE ! ILS VOUS ONT MENTI, MADAME SIRIUS, ILS L’ONT…hurla-t-il dans le tympan du malheureux corpo !
Cette fois, Marcona s'énerva vraiment. Le coup de poing envoya rouler le garçon et il se cogna la tête contre la console, heureusement recouverte d’un épais capitonnage. Il avait essayé d’ accompagner le coup, mais il avait la tête qui tournait et ses oreilles bourdonnaient. Mais pas autant que celles de son bourreau !
Il avait eu de la chance : le coléreux chef de projet s’était retenu au dernier moment. Il cracha tout de même une dent et un gros glaviot sanglant sur la moquette toute neuve.
- Oups, je crois que j'ai fait une tache sur votre belle moquette, lança-t-il, plein de défi !

Mais quelqu'un d'autre accaparait l'attention de Marcona. Le cri de douleur et de colère d'une mère :
-   Berylle ! Ma Berylle ! Assassin, assassin ! Vous lui aviez déjà coupé un doigt ! Vous me l'avez tuée ! 
Il fallut deux gardes pour maîtriser la maman en furie.
Dommage, pensa Sasha : ce Marcona aurait moins fait le malin avec deux yeux crevés ou quelques belles balafres… Madame Sirius avait de très beaux ongles, très longs, bien aiguisés.
Il en profita pour s’asseoir, adossé à la console, et tâter sa lèvre gonflée.
Là, ça va se voir à la holo ! T’es mort, débile ! Les herrians, ils aiment pas les bourreaux d’enfants !
Pendant ce temps, Marcona essayait de rattraper le coup :
- Calmez-vous ! Elle est en bas, et elle va bien… Pour l’instant , menaça-t-il !
- allez chercher la fillette !  Ordonna le corpo à deux de ses hommes.
Puis il se tourna vers Sasha, qui essayait péniblement de se relever et insinua ;
- Tu l'aimes bien, ta copine, n'est pas ? À ton avis, au bout de combien de doigts coupés tu te décideras à signer ? Il lui en reste neuf ! Et après ? Une oreille ? Un œil ? Oui, un œil… Je crois que je vais commencer par ça.

Sasha avait des envies de meurtre. Mais il ne devait pas faire courir de risques à sa copine ; dans ses priorités, elle passait avant tout le reste, même l'avenir de la planète . Il baissa la tête et dit tout doucement :
- J'vais signer.
- pardon ? J'ai mal entendu.
- j'vais signer, j'vous dis…Faites pas du mal à Berylle 
- Si tu me le demandes poliment… Et à genoux ! 
Quel crétin, ce type ! Sasha était prêt à tout pour gagner du temps ! Il s'agenouilla, lentement…
- S'il vous plaît, monsieur… Ne faites pas de mal à Berylle.
Mais moi, je vais t’en faire du mal,  tu vas voir! Fallait pas faire du mal à Berylle !
-   Eh bien, tu vois ? Tu peux être un gentil petit garçon quand tu veux ! Regarde, Berylle a rejoint sa maman. Allez relève-toi et montre l'exemple ! Tu vas signer en premier. 

Parfait ! tous les otages réunis en un même lieu, c'était l'idéal. Sasha se releva, marcha vers la console. Le présentateur s’excusa pour l’incident technique qui avait coupé son et image pendant quelques secondes et le garçon en profita pour faire un tour d'horizon de la pièce, ses holo-cams en mode émission. Comme ça, Wallie et les SyDs sauraient exactement où frapper. Il y était presque ! Il leva la main sur la console, puis s'interrompit.
- Est-ce que je dois dire quelque chose, Monsieur ? 
Magnanime, Marcona acquiesça et afficha un texte que le garçon n'avait pas l'intention de suivre au-delà du… dixième mot. «  Sois Bref » Cette fois, il pensait l'avoir maté.
T'as tout faux !
- Je le serai, monsieur ! Dit-il docilement, d'une voix atone.
il se tourna vers les témoins, mettant bien en valeur le coup qu’il avait reçu, connecta son comlink intégré au réseau planétaire, balança mentalement une deuxième salve de codes, dont l'ordre de mobilisation de la Réserve, puis entama sa première déclaration officielle :

- Citoyens d'Herrion ! En ma qualité de vice-roi, je vous appelle… AU COMBAT ! POUR HERRION ! Ne les laissez pas voler notre planète !   À L'ABORDAAAAAAAGE ! 
La fin n'était pas prévue, mais ça faisait vraiment trop classe !
La réaction fut immédiate : des morceaux de plafond tombèrent et le mur derrière lui s'effondra… Il y eut un grand blanc et il s'effondra, lui aussi !


Les fantômes attaquent !
Même conscient, il n'aurait pu entendre son pa' lui répondre :
-  Reçu 5 sur 5, fiston !  À l'abordage !
La cérémonie et les discours s’éternisant, les snipers avaient eu le temps de rejoindre leurs postes de tir et de choisir quelques cibles. Henryn suivait l’émission sur son data-pad en attendant le signal. Pas très professionnel, mais il ne devait pas être le seul.  Il avait grimacé en voyant que son fils avait été battu :
- je crois que cela équivaut à une autorisation de tir, n’est-ce pas chérie ?
Il reprit ses binoculaires et retrouva rapidement ses cibles potentielles. Elles n’avaient pas bougé.
Sa partenaire, peaufinant ses réglages, était trop affairée pour répondre ou se laisser distraire.
Dans leurs écouteurs, Fantôme 1 confirma l’ordre du vice-roi d’une voix crissante de Berger :
- Snipers, Feu à volonté !
L’observateur s’empressa de transmettre les coordonnées à « sa » sniper bien aimée :
-   cible au 348 ; Droïde. Distance… 321,6 mètres. Vent régulier du 153… 2km/h 
-   Je l'ai, répondit ma'  Cible détruite !  On te vengera, mon petit chou !  À l'abordage ! Henryn ?
- Au 263 à 607,31 mètres : véhicule blindé, chef de bord à découvert.
- Vu ! Zut, raté !
- un peu rouillée, ma chérie ? 
- ah, erreur de munition ! Oublié le sélecteur !… J'l'ai eu, cette fois. Un autre ?
Les sections fantômes se lançaient au combat. Même un peu rouillés, ils n'étaient pas des amateurs !


À la conquête du QG ennemi : pas de quartier !
Sasha se réveilla peu après sa fusion avec SyDney. Il lui fallut quelques secondes pour retrouver ses esprits et se souvenir : le mur du fond et le toit qui se déchirent, puis l'éclair aveuglant. Cutters plasma et Grenade étourdissante !
Il fit un tour d'horizon : des cadavres de gardes au sol (leurs casques les avaient protégés de la grenade, pas des blasters des SyDs) et un droïde ennemi explosé. Les comploteurs, encore K.O. Deux SyD sans pilote, au fond, protégeaient les « témoins » encore un peu sonnés avec de grands boucliers mobiles.
Berylle et sa mère n'étaient visibles nulle part… Une bouffée d’angoisse le saisit :
- Berylle ? Elle est où, Berylle ?
- SyDney, Situation ?
SyDney combla les blancs par la liaison neurale : un des SyD sans pilote les amenait à l'abri. Des images récapitulatives suivaient :
L'étage supérieur, servant de hangar à speeder et de poste de tir pour les gardes était dévasté. Des corps au sol, des Droïdes à moitié fondus : explosions (deux drones ReHab piégés par les rouges étaient rentrés un peu en avance à la maison), impacts de missiles portables et de blasters lourds.
Wallie et les SyDs n'avaient pas fait dans la dentelle. Sasha releva un détail rassurant :
Ouf, le speeder de monsieur Corrant est intact !

Dehors ? La fermeture d'urgence des portes blindées avait laissé une grande partie des troupes ReHab à l'extérieur. Ils étaient sortis pour contenir d'éventuels mouvement de protestation. Pour l'instant, ils ramassaient leurs morts et blessés :
Tiens, il y a eu une averse de grenades ? On est mieux dedans !
Le toit était sécurisé : un des SyD avait pris les commandes d'un canon de défense et transmettait les images. Personne ne viendrait par là.
Wallie/SyD40, le tech du chasseur de Thalia. se battait contre deux droïdes de combat. Non, plus qu'un. Sasha et lui s'étaient souvent entraînés ensemble et formaient une bonne paire.
- Eh, Sash’ ! Tu te secoues, ou quoi ? Y en a d'autres qui arrivent ! 

Sasha prit le temps de larder d'aiguilles paralysantes Bronash le ponte de chez ReHabCorp, les deux questeurs et l'ex-directeur par intérim de la sécurité :
-   En ma qualité de Vice-Roi par intérim, je te démets de tes fonctions ! 
Précisa le garçon avant de le piquer. Il n'avait pas le droit de destituer des questeurs, dommage !
Les deux autres traîtres s'étaient retrouvés au mauvais endroit, au mauvais moment : sous un énorme tas de gravats tombés du plafond.
- Deux de moins ! Tant pis pour eux, c'est pas moi qui vais les pleurer ! Aux suivants !
SyDney avait récupéré un blaster lourd dans l'armurerie de l'escadron.
- Super, un ouvre-boites ! 
Pas de détail ! Les trois gardes de ReHab qui surgirent en courant furent dispersés façon puzzle. Dommage pour la moquette et la déco murale. L'ouvre-boîtes n'était pas prévu pour des cibles si fragiles
-  Oups ! Heureusement que c'est pas moi qui fais le ménage !
Puis le flingue mérita son surnom en ouvrant de bas en haut le dernier droïde de combat qui approchait.
- Trop facile ! Camelote ! Ils ne valent rien !
-   Allez Wallie, on s'les fait, tous ces salopards ! Hurla-t-il, féroce et sans pitié.
Ces types avaient menacé de faire du mal à ses parents et à sa petite sœur !
Un tireur embusqué derrière le mur lui tira dessus. Mauvaise idée : le blaster lourd défonça la fine cloison et tout ce qui se trouvait derrière. Deux corps de plus au sol !
Crétins, on ne reste pas groupés face à un blaster lourd !
« Arme vide » , signala le blaster. SyDney avait déjà tiré sur la réserve pour venir ici.
Pris dans la folie du combat, Sasha lâcha son « ouvre-boites », négligea ses blasters de poignet et sortit ses lames d'avant- bras. Il courut vers des ennemis terrifiés en rugissant un cri de guerre.

La différence entre un soldat et un enfant-soldat, c'est que ce dernier n'a ni conscience du danger, ni scrupules moraux. Jusqu’à ce qu'on lui donne l'ordre de stopper, il n'est qu'une machine à tuer.
Quatre gardes de plus l'apprirent à leurs dépens, mais ils ne pourraient profiter de leur expérience, à moins de recoller les morceaux : les vibro-lames étaient parfaites pour l'atelier découpage !  (1)
Concentré sur sa tache meurtrière, il ne tint pas compte des tirs qui ricochaient sur le bouclier déployé par son droïde. Ses adversaires (les survivants), si : Ils lâchèrent leurs armes !
Sasha n'était plus tout à fait un enfant-soldat : quand il vit les derniers gardes -terrifiés par sa férocité et son invincibilité supposée- abandonner le combat, il se donna l'ordre lui-même et cessa son attaque. Il les larda cependant d'aiguilles Bronash. Clément, mais pas stupide !
- Est, dégagé !  Signala-t-il une fois (un peu) calmé.
- Ouest, dégagé  répondit Wallie (qui n'avait pas fait de prisonnier, lui). Qu’est-ce qu'on fait ?  Les civils s'agitent.
-   La salle de contrôle, en bas ! On les fait descendre par l'escalier nord, vaut mieux éviter l'ascenseur. Trop gore pour des civils : la moquette est fichue et j'ai un peu repeint les murs, fit-il en se demandant stupidement si on allait lui demander de payer les réparations.
- pareil pour moi ! Manquerait plus qu'ils vomissent partout ! On embarque les types que t'as piqués ? 
- Ouais ! Les quatre près de la console ! Euh, tu t'en charges, il reste un gros nuisible, ici! 
Le Droïde assassin de ReHab lui fonçait dessus. Il avait réussi à quitter le toit ? Une de ses jambes semblait endommagée, il y avait un trou à l'emplacement de son blaster de poignet, et des traces de brûlures sur sa cuirasse, mais il restait dangereux. Et rapide ! Sasha avait une charge ionique dans le blaster intégré, mais l'autre était déjà trop près. Trop rapide !
SyD' reprit le contrôle, avec ses réflexes électroniques. Les deux machines entamèrent un corps à corps digne d'un combat de lutte corellienne… Le problème, comme SyD' le signala, c'est qu'elles étaient de force égale. Mais l'assassin savait qu'un humain se cachait dans l'armure. Une lame plasma surgit de sa poitrine. Trop courte pour faire mieux qu 'entamer le blindage de SyD', mais s'il pouvait gagner quelques centimètres… Sasha regarda désespérément autour de lui et soudain, trouva la solution : sa petite taille permettait une manœuvre inédite. «  SyD ! » il visualisa son idée, pour le bénéfice de son partenaire : « Go ! ».
SyD s'ouvrit d'une façon très différente. Plutôt que de sortir à l'avant, droit vers la lame menaçante, Sasha tomba littéralement entre les jambes des Droïdes. Il roula entre celles de l'assassin, jusqu'aux blasters qu'il avait repéré. Il revint à sa position initiale, appliqua les canons sur les articulations de chaque jambe de métal, au défaut du blindage et tira. Il s'effaça derrière SyD quand le Droïde s'effondra. SyD' repoussa la machine de toute sa force jusqu’au mur, que l'Assassin défonça presque. Le choc le paralysa un instant. Sasha, caché derrière SyDney, tira deux coups de blaster de très près, dans les articulations des épaules.
- Sûr qu'il va beaucoup moins bien marcher, maintenant ! Déclara-t-il, très fier de lui .

Mais SyDney se retourna, saisit le garçon au passage et courut jusqu'à la salle de conférence tout en balançant sa charge ionique.
Sasha regarda son droïde, étonné par cette dernière manœuvre.
- Il avait peut-être un dispositif d'auto destruction. Je ne pouvais prendre le risque,   expliqua celui-ci.
Il regarda dans le couloir.
- Désactivé, mais ses mémoires doivent être intactes. Tu le voulais, n'est-ce pas ? 
- c'est un témoin à charge  approuva le garçon. Tu crois qu'on devrait lui placer un verrou ? 
- Il en a pour un moment, parole de Droïde. Et il n'ira pas loin en pièces détachées. Mais si t'en as un sous la main…
Sasha se souvint du garde qui était venu le chercher : il était tombé non loin de la console. Il fonça, fouilla et revint avec l'objet.
- Il t'était destiné, je crois ! 
Il se dirigea vers l'assassin, mais SyDney ne lui en laissa pas le temps et s'empara du verrou.
- tu bouges pas de là !  ordonna-t-il au garçon.
Il n'avait pas la même voix au combat que dans la vie de tous les jours. Il avait l'air plus mûr, plus autoritaire . Il partit fixer le verrou, et revint aussitôt.
-  Instructions permanentes de sécurité : tu es vulnérable, là !  rappela le droïde avant de s'ouvrir
- Allez, en voiture ! 

En bas, les « témoins », toujours couverts par les boucliers, commençaient à s'agiter. Berylle et sa Ma' étaient là aussi avec un quatrième SyD en automatique. À la vue des garçons, celui-ci quitta son poste avec ses congénères pour nettoyer l'immeuble. Heureusement pour les nombreux employés civils, ils n'étaient pas programmés pour tuer des gens désarmés. Ceux de la salle de contrôle, cinq techs, étaient blottis contre le mur ouest, à genoux, les mains sur la tête.
- Où sont les autres? Demanda-t-il à l'un d'eux .
Comme ses lames rougies étaient toujours sorties, le tech préféra répondre :
- Aux abris, en sous-sol. C'est la procédure, en cas de bombardement.
- Bien ! Qu’ils y restent ! Toi et tes collègues, vous bossez pour moi, maintenant ! Et faites pas les malins, sinon…
Il allait dire : je vous botte les fesses, mais à la vue de ses lames sanglantes, l'autre se méprit.
- Oui, monsieur, à vos ordres, monsieur.
- pour toi, ce sera Vice-roi ! Ou Altesse !
- avosordresviceroialtesse !
- très bien ! Soyez sage !

Sasha fit vibrer ses lames pour les nettoyer, aspergeant au passage le tech horrifié, et les rentra. Berylle avait vu le sang : pas de quoi la choquer, au contraire. Il faut bien le dire, elle était parfois un peu…Bizarre.
- Eh, Sasha ! Tu les as mis en morceaux, hein ?
Elle agita sa main bandée, où un doigt manquait.
- Tu parles! On les a dispersés façon puzzle! Y a du sang et des débris partout ! 
Sasha connaissait le goût de sa copine pour les détails macabres, mais il n'insista pas.
Moi aussi, je suis un peu bizarre ! Je blague alors qu'il y a des cadavres partout ! Et maintenant ? Ah, oui !
-   Monsieur Corrant ! Pourriez vous trouver des volontaires pour surveiller le vestibule et l'étage supérieur, s'il vous plaît ? Ah, votre speeder est intact ! Pas une égratignure, juré !
Corrant le regarda sans comprendre…
- Wallie l'avait emprunté pour nous rejoindre.
- Eh, ho, c'est toi qui a eu l'idée ! Se dédouana son camarade, qui ajouta :
- Mais il est comme neuf, monsieur Corrant! On a même réparé le stabilisateur !

Sasha/SyDney avait ramassé quelques blasters (fixés magnétiquement à la cuirasse du droïde, c'est pratique), et les distribua. Personne ne viendrait par là, mais cela les occuperait. Puis il fixa les écrans de surveillance. ReHabCorp avait installé des caméras partout. Bonne idée !
En bas, c'était le chaos : les gardes ReHab avaient renoncé à ouvrir les portes et se dispersaient à la recherche d’un abri.
Des tireurs embusqués sur les toits ? Mais on devrait voir les traînées de blaster ?
Des SyD pilotés ou non sortaient des portes défoncées du bâtiment de la sécurité, suivis d'une foule d'agents libérés.
Zut, ils n’ont que des blasters de poing !
Côté caserne, les gardes nationaux étaient équipés en guerre et prenaient position contre les mercenaires qui tentaient de quitter l'astroport. Himron était à leur tête. Il avait un SyD/auto à ses côtés.
Malin : comme ça, il peut rester en contact avec tout le monde.
Himron lui expliqua plus tard qu'il s'était aussi servi du SyD pour prouver aux soldats qu'il était dans le bon camp, et non un vendu. Plutôt que d'expliquer son vrai rôle, le SyD avait affirmé :
- il s'était fait engager sous une fausse identité : en réalité, c'est un instructeur de l'escadron ! Il voulait délivrer Voxan !
Menteur comme un SyD, ce droïde!!! Enfin, c'était à moitié vrai !

Un Blindé Léger Monoplace aux armes d'Herrion grossièrement repeintes sur un emblème ReHab surgit au coin de l'avenue et ouvrit le feu sur les mercenaires. Des agents de la sécurité, mal armés mais déterminés à se battre , s'en servirent comme bouclier mobile pour avancer. Un SyD apparut un instant à l'écoutille et salua au passage les miliciens de la garde nationale.
Un second blindé apparut, suivi par d’autre agents munis de blasters d’assaut probablement pris à l’ennemi. Sasha reconnut enfin les conducteurs: frustrés de ne pouvoir piloter aujourd’hui (leurs chasseurs étaient en révision, et avec les connections neurales, pas question de prendre ceux des autres), red 13 (Mario) et red 14 (Luigi) s'étaient trouvé d'autres montures. Chasseur ou blindé, du moment qu'ils pilotaient et pouvaient compter les points…
J'espère qu'ils vont pas faire la course en balançant des peaux de kaï derrière eux ! C'est très glissant, les peaux de kaï
Sasha en avait fait les frais sur l'aire de séchage familiale.
À l'arrière de la caserne, des gens arrivaient en civil et ressortaient en uniforme, armés jusqu’aux dents. Son ordre de mobilisation avait été reçu 5 sur 5 ; les Herrians reprenaient leur destin en main !
- Très bien, tout ça !

Sur l'astroport, une nuée d'ailes-A montait vers l'espace, malgré les menaces de la tour de contrôle.
- Nos détecteurs signalent de nombreux appareils ennemis sortant de l'hyper-espace, signala Jacsyn pour toute justification.
Quels ennemis ? Facile de deviner !
Juste avant, ils avaient fait un petit coucou aux véhicules ReHab et mercenaires garés de l'autre côté : les speeders étaient en flammes, les blindés défoncés.
ils vont beaucoup moins bien marcher, maintenant, c'est sur !
La tour tenta désespérément de les arrêter :
- Escadron rouge ! Revenez immédiatement ! Ce ne sont pas des ennemis, je répète pas des ennemis !
- Ta gueule, crache-merde! Oups, pardon ! Désolé ! J'm'excuse ! J'le dirai plus !
Ça, c'était encore Milo qui venait de dire un gros mot !
Ses excuses ne l'empêchèrent pas de se fendre d'une réponse plus laconique aux injonctions des ReHab de la Tour : Son messager fila à toute vitesse et vint exploser dans la grande coupole. Pas très aimable non plus, mais indispensable : la Tour contrôlait les deux satellites de défense. Après ça, personne n'essaya de les arrêter.

Dans les quartiers Est, des enfants sommairement armés affrontaient des gardes ReHab, qui découvraient à leurs dépens que la dernière fournée d'enfants-soldats adoptés n'était pas encore apprivoisée. Les Reapers étaient des commandos dignes des forces spéciales et ça se voyait : leurs armes provenaient surtout des ennemis qu'ils avaient tués par surprise. Ils se battaient d'autant plus férocement que, cette fois, ils le faisaient pour leurs familles. Sasha, le cœur serré, vit l'un de ses « frères de sang » tomber sous les tirs ennemis.
- Si j'avais eu assez d'armes et d'armures  regretta-t-il.

Les troupes cantonnées à l’ouest n’étaient pas en meilleure posture : là, c'étaient des Bergers et leurs Vargs qui surgissaient de partout, accompagnés d'humains en tenue camouflée. Les sections fantômes ?
-ça, alors ! Des Bergers qui se battent !
Il vit trois Varg bondir gueule ouverte sur un des mercenaires récemment arrivés.
- Yerk ! Il aurait dû mettre son armure, celui-là ! Pas joli à voir !
Sasha n'avait jamais imaginé que les Varg puissent être si féroces. Mais les crocs de Swift avaient réussi à endommager une cuirasse (2) de droïde assassin, après tout !
- Bah ! Ça fera peut-être réfléchir ses collègues.
Puis une autre caméra montra…
- VE'SSSHHH, c'est Ve'ssshhh, il est vivant ! IL EST VI-VANT !!!

Lui et Syd entamèrent une petite danse de guerre. Pour stopper aussitôt : Ve 'sshhh venait de faire un truc incroyable ! Deux droïdes de combat avaient surgi, le Berger avait tendu le bras et à distance, les avait envoyés s'écraser contre un mur
- c'est un truc de Jedi, ça !  Hurla-t-il, enthousiasmé.
Il dut faire un gros effort pour se calmer -un peu- et se concentrer sur sa tâche :
- Bon, il est temps de calmer le jeu, pas vrai, Marcona ?
Celui-ci était conscient mais toujours paralysé ; ses yeux exprimaient horreur et incompréhension.
- Ouais, t’as perdu ! Et t’as encore rien vu !
C’était peut-être un tantinet optimiste, mais le garçon était trop exalté pour s’en rendre compte !





Notes:
1 Mais personne n'aurait dû en confier à des écoliers, nous sommes bien d'accord.
2 Juste le revêtement décoratif –et relativement tendre- de ses membres, en fait. Même Swift se serait cassé les dents sur les parties blindées.


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Sam 11 Fév 2017 - 22:47   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 12]

Ravi de revoir la défaite de Rehab :diable: et de Marcona!

Les herrians vont d'ailleurs apprendre à ce gugus ce que veut dire travailler de ses mains (il a réussi à garder tous ses doigts après ce qu'il a fait subir à Berylle, non? je sais plus :whistle: :sournois: ) dans une décharge sur une certaine planète dont je tairai le nom :diable: .
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 26 Fév 2017 - 17:49   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 12]

(il a réussi à garder tous ses doigts après ce qu'il a fait subir à Berylle, non? je sais plus :whistle: :sournois: )


Une réponse dans ce nouveau chapitre?
On peut cependant affirmer que son avenir est bouché: les herrians seraient-ils des adeptes de la loi de Lynch? :grrr:
La justice, le code pénal? Hummm: Madame Sirius est la seule loi à l'ouest du Pecos ... La seule juge disponible!
Dommage :diable:

N.B Dans ce chapitre (et les précédents), Sasha cite abondamment des répliques de sa série favorite qui se déroule à l'aube de la République: "Un trésor au bout de la route". Le célèbre Pirate au Chapeau de Paille est l'un de ses héros!



Chapitre 14 : justice expéditive





Psycho
Sasha/SyD’ se pencha, saisit le «  Chef de projet » Marcona par le col, le redressa sans effort et lui injecta l'antidote. Il était dans la salle de commandement ennemie , autant en profiter ! Il donna des ordres à ses techs, appuya sur la touche émission, réfléchit à son discours et annonça:
- ici le Vice-Roi par intérim Sasha Vega an-Herrion. J'ai pris le contrôle de votre QG. Je détiens Marcona et son état-major. Cessez immédiatement le combat et rendez-vous aux forces légitimes de la nation Herriane…
Pas mal, non ? Ça fait officiel et responsable !
Tout à son triomphe, Sasha était sur un petit nuage. Si le chef de projet avait pu voir l’expression exaltée du gamin et le grand sourire féroce qui découvrait ses canines, il l’aurait cru en plein délire psychotique ou sous l’emprise d’une drogue dangereuse et se serait montré plus coopératif :
- Chef Marcona ? Un petit coucou à vos subordonnés ? 
-   Rien ne t'autorise, petit crétin…
sliiiingggg
- Aaaahhhhh 
La lame surgie de l'avant-bras avait tranché un doigt, qui tomba au sol.
- ça c'est pour Berylle 
- Vas-y, Sasha ! Coupe-les tous ! Clama celle-ci, féroce et vengeresse !
- Tu vois ? Elle est d'accord. Comprenons-nous bien : j'suis pas un gentil petit garçon. J'suis même pas un garçon normal : plutôt genre psychopathe, tu vois ?
Cette fois, Marcona approuva sans restriction. Sasha, très inspiré, ajouta sans réfléchir :
- Tu sais qui je suis ? Je suis ton pire cauchemar !
Par chance, le corpo ne connaissait rien aux aventures du Pirate le plus populaire de l’Holonet et ne reconnut pas la citation. Le garçon se hâta d’embrayer :
- Tu as fait du mal à ma famille, à mes amis, à mon peuple… C'est toi le crétin ! Tu as réveillé le tueur. Non, un paquet de tueurs ! Alors, sois un gentil petit corpo et aide-moi à les rendormir. Ou alors…Un autre doigt ? Une oreille ? Un œil, peut-être. Le droit?

Sasha se régalait à lui renvoyer ses propres menaces. Il darda sa lame vers le visage du corpo, qui finit par craquer :
- non, non ! Je vais leur parler, je vais tout arrêter !
Rien à dire, être un droïde de combat de près de deux mètres de haut et muni de vibro-lames avait ses avantages, songea le gamin.
- Ici Marcona, cessez le combat, cessez le combat !  Protocole Jaune, je répète, suivez le protocole jaune.
- Ah bon? Pourquoi jaune? Bah, laisse tomber: désactive plutôt tes droïdes!
- Droïdes, code 66 ! désactivation !
- Ah, Code 66, c'est quand même mieux ! Là au moins, ça en jette !
Mais pourquoi Jaune ? Non, mais ! Jaune ! Pfft ! Ridicule !

Ridicule ou non, ça avait l'air de marcher ! Les gardes et mercenaires cessèrent le feu l’un après l’autre ; Il faut dire qu’attaqués de toutes parts, ils n’avaient guère de chances de reprendre l’avantage. Il y avait bien quelques imbéciles qui tiraient encore, mais sans l'assistance des droïdes, ils étaient mal partis.
Le problème, c'est que les enfants-soldats n'avaient pas compris que la guerre était finie et continuaient leur attaque.
Zut, j’avais oublié : ils ne font pas quartier ! Comment les arrêter ?
- SyD’, contacte le Sergent, faut les arrêter !
- Liaison comlink indisponible. Utilise les hauts parleurs, conseilla SyDney.
Les types de ReHab en avaient installé partout. Un ordre à ses techs terrorisés et ils lui transférèrent les contrôles.
-   Compagnie Reaper ! Sergent Wolf ! Ici Sasha, votre Capitaine !! Fin de combat, je répète, fin de combat ! Code bleu !  Je répète, code bleu !

Pour se faire entendre, il dut répéter deux fois et régler le son sur TROP FORT !!!! Enfin, ils s’arrêtèrent en se couvrant les oreilles. On voyait bien, en gros plans, leurs grimaces de douleur.
Zut, il ne manquerait plus que des tympans éclatés !
Sasha baissa le son pour transmettre ses ordres :
- Rassemblez les prisonniers et désarmez-les ! Je les veux vivants : Ils ont de la valeur !
Les Reapers avaient effectué suffisamment de raids d’esclaves par le passé pour que cet argument porte ses fruits. Il ajouta tout de même :
- Sauf s'ils résistent, bien sur…
Il fallait bien leur laisser ça.



Fantômes.
Leurs camarades de la section leur avait trouvé un très bon poste, en hauteur, avec une vue bien dégagée sur l’astroport. Ma' s'améliorait de tir en tir. Et pa' lui choisissait des cibles de plus en plus difficiles. Leur priorité : les officiers ennemis et tous ceux qui semblaient avoir une ombre d'autorité. Une denrée de plus en plus rare dans leur zone d'action.
Mais ces mercenaires expérimentés se réorganisaient déjà : ils allaient finir par comprendre d’où venaient ces tirs lointains qui décimaient leurs rangs.
- Va falloir qu'on bouge, prévint pa' ,
Soudain la voix de leur fils faillit leur faire éclater les tympans. Il y avait un haut parleur juste derrière eux. Quand l'orage fut passé, oreilles sifflantes malgré leurs protections, ils durent utiliser leur langage gestuel pour se parler.
''Fini ? Vraiment fini ? '' '‘Regarde, il se rendent’' ''sauf s'ils résistent, bien sur'' cita Ma' avant de reprendre sa position... On ne sait jamais…les sensations revenaient :
c'est presque dommage de s'arrêter en si bon chemin. Zut, je pense comme une mercenaire
Peut-être bien que la guerre et un génocide m'ont changée plus que je ne croyais...


"Pendez-les haut et court !"
Sasha se sentit obligé d''expliquer :
- Vous voyez, Marcona, tout le monde sous-estime les enfants-soldats. Mais nous, on nous a dressé à tuer, pas à faire des courbettes. C'est pas joli-joli, mais c'est comme ça !
Puis il pensa à ce qu'il avait vu :
- Et je dois reconnaître que les vieux se sont montrés à la hauteur, eux aussi, fit-il, admiratif.
-  Vous n'avez aucune légitimité, la cour de justice galactique …
- C'est toi, débile, avec tes manigances, qui m'a donné ma légitimité. Tu voulais un vice-roi, tu l'as ! Tu l'as fait voter par l'assemblée, ta clause, elle a force de loi ! 
Sasha voulait vraiment lui faire peur, à ce salopard :
- et puis, avant la cour de justice galactique, il y a celle d'Herrion. Meurtres, enlèvement d'enfants, corruption de fonctionnaires et d'élus… j'en oublie ?
Sasha cita une phrase de son grand-père :
- Sur Herrion, on fait de jolis nœuds de cravate qui serrent un peu trop le cou.
- Je n'ai tué personne ! 
- non recevable: ton droïde assassin l'a fait, j'ai des preuves, et on peut fouiller ses mémoires. Je l'ai un peu cassé, mais ses mémoires fonctionnent encore. Et sur Herrion, on est responsable des actes de ses droïdes. T'as signé en arrivant!
 
Ces derniers jours, Sasha avait reçu un cours accéléré de droit Herrian.
- Et même sans cela, l'enlèvement d'enfants est passible de mort , J'ai compté quant à moi 17 chefs d'accusation, intervint la maman de Berylle.
- Ou alors, on peut lui couper la tête !  Comme celles que le Vice-roi a ramenées de Tschaî (1)  , proposa Berylle qui aimait toujours autant les histoires sanglantes.
- Ma flotte va surgir d'un instant à l'autre  avec des troupes et des droïdes! Vous ne pourrez pas l'arrêter. Et alors, on verra qui sera pendu, petit prétentieux. Et peut-être que ce sera pas par le cou !
- Mouais, il y a tout de même l'escadron rouge ! Faudrait pas nous prendre pour de la merde de Bantha !  clama Wallie depuis l'escalier, qu'il gardait.
-   Enfin, t'as raison sur un point, reprit Sasha. Il va falloir accélérer les choses! Monsieur Corrant ? 
- oui, Vice-Roi ? 
- Pensez vous pouvoir rassembler rapidement 12 jurés ? 
- Nous étions 30 témoins. C'est largement assez pour un tirage au sort.
  - Et pour l'appel? 
Corrant regarda les écrans. 
-  Je crois qu'il y a suffisamment de monde dans la rue pour recruter 24 jurés 
- merci, monsieur Corrant. Pouvez vous procéder immédiatement au tirage au sort ? À cas où.
- Je m'y mets tout de suite 
- Madame Sirius ? Vous êtes habilitée à présider un tribunal, n'est-ce pas ? Tenez, cette datacarte résume toutes les preuves que j'ai pu rassembler ! Il y en a d'autres dans le droïde assassin à l'étage et le reste est sur le réseau.
C'est bien parce qu'elle était juriste qu'elle avait négocié avec ReHab. Malheureusement pour elle, le droit pénal (qu'elle maîtrisait) et le droit commercial (elle avait appris la théorie, il y a troplongtemps), ça fait deux ! Là, par contre, elle était dans son élément :
- Nous allons nous restreindre aux charges les plus graves, pour un premier procès : meurtre, enlèvement d'enfants et corruption active, On verra pour les autres charges plus tard ! expliqua la spécialiste. L'un des experts du comité servira d'avocat. Monsieur Corrant, vous m'assisterez, ainsi que l'autre expert. Veuillez rassembler le jury ! Berylle, tu seras appelée comme témoin : attends ici !

Sasha reprit sa conversation avec Marcona dont le regard allait du droïde de combat à la juriste. Un terrible doute se lisait sur son visage.
- Vous n’avez pas le droit : elle ne peut être juge et partie !
- Ah bon ? Fallait réfléchir avant de faire du mal à sa fille ! P’tet bin q’t’as raison, et alors ? Nous les herrians sommes peut-être des ploucs pacifistes, mais faut pas nous énerver !
- Oui, j’ai raison : ce procès est illégal !
- Je le rendrai légal !
Comme le corpo ne comprenait toujours pas, le garçon rappela :
- J’suis le Vice-Roi, t’as oublié ? Même si tes copains gagnent, toi, tu perds !

Au début, Sasha voulait juste lui faire peur, mais les herrians présents l’avaient pris au mot : douze jurés attendaient impatiemment le moment où ils pourraient annoncer : « coupable » ! Le corpo avait probablement droit à un procès équitable, mais apparemment tout le monde s’en foutait !
- Et puis le Peuple est souverain, ici, et il veut ta tête ! J’vais pas être plus royaliste que le vice-roi, non ?

Pour la première fois, le corpo eut vraiment peur, mais il n’était pas prêt à supplier  un gamin:
- Dans ce cas, mes amis me vengeront. Tu vas déguster, petit !
- T'as rien compris ! Les rouges vont faire ce qu'ils ont a faire. Nous tous ici, nous ferons ce qu'il faut. Et, tu sais quoi ? Même s'ils gagnent, ils ne m'auront pas ! T'as déjà vu un SyD lancer l'auto-destruction ? J'te promets d'en amener beaucoup avec moi, de tes copains ! Des dizaines ! Des centaines !
Sasha se tourna vers monsieur Corrant et les autres.
- Je vous le promets ! Ils ne pourront pas se servir de moi comme otage ou comme pantin ! Je le jure !
- bien dit, Vice-roi ! Mais ils ne gagneront pas ! approuva Corrant, les larmes aux yeux
Ben quoi, qu'est-ce qu'ils ont tous à pleurer ?




Accueil glacial… mais ça devrait se réchauffer en fin d'après midi !
Marcona n'avait pas menti : une douzaine de transports lourds, accompagnés d'une imposante escorte, surgirent de l'Hyper-espace. Entre eux et Herrion, seize ailes A. Un escadron qui avait décollé sans ordres, sans soutien et qui n'avait pas le droit d'intercepter des transports civils censés amener du matériel pour la reconstruction. Même les troupes étaient prévues dans l'accord :
«  la compagnie assurera elle-même la sécurité des sites dont elle commandite la reconstruction et déterminera la taille la plus approprié pour le périmètre de sécurité » Disait la clause 166-3b. Le document ne précisait pas combien de troupes, ni la taille du périmètre. Toute la planète ?

Mais les Rouges n'en avaient cure. Les lois ? Les contrats ? Les règles ? Ils n'y comprenaient pas grand-chose !
Enfin, si : Celles mises au point avec leurs parents, ils comprenaient! La charte d'Herrion, oui, c'était assez simple et ils l'avaient apprise à l'école.
Mais ils avaient aussi leurs propres lois :
« dans l'espace, ce que tu prends est à toi ! »
et surtout :
«  veillez les uns sur les autres et protégez le vaisseau mère » 

Herrion était leur vaisseau-mère ; un gros vaisseau, avec un grand équipage! Et leurs familles étaient à bord.
- Ici red leader ! Je m'adresse à la flotte ReHab ! Vous n'êtes plus les bienvenus, ici ! Veillez faire demi-tour ou nous vous détruirons 
Selon Jacsyn, c'était un avertissement loyal ; Si ces corpos étaient assez bêtes pour affronter l'escadron rouge, ils mériteraient leur sort. Le commandant ennemi, un humain du nom de Go'Hota, ne l'entendait pas ainsi , mais il décida de se montrer diplomate :
- Escadron rouge, je connais votre réputation et votre courage, et je les respecte. Mais vos agissements sont illégaux et risquent de causer de graves ennuis à vos parents ! Rentrez à la maison, vous aurez d'autres occasion de défendre votre planète !
L'argument «parent » sema le doute chez les pilotes : ils savaient que, sur Herrion, les parents pouvaient être tenus pour responsables des bêtises de leurs enfants. Des parents qu'on aime et qui vous aiment, çà n'existe pas chez les pirates. Sur Herrion, si !

Malheureusement pour lui, le commandant fit une maladresse :
- Et puis, soyez raisonnables : que peuvent faire quelques malheureux chasseurs contre une flotte si imposante ? 
- eh, connard, t'as entendu parler du destroyer impérial qu'on a dégommé à Vance ? 
ça, c'était encore Milo. Cette réplique regonfla à bloc le moral des pirates. Il se souvint un peu tard qu'il avait promis à ses parents de ne plus dire de gros mots. En plus, il exagérait un peu, ce n'était qu'une grosse frégate bien mieux armée que d'ordinaire !
- ouais, et on n'était que treize !  Thera (red 10)
-   Et on était à court de missiles !  ça, c'était Jaïa (red 4)
- on en a de meilleurs, maintenant ! Wedgie, red 2
-  silence sur la fréquence de combat ! 
Jacsyn, red 9, mais aujourd’hui red leader, attendit que son coup de gueule fasse effet, puis ajouta:
-  Vous n'avez que douze transports, et nous sommes seize ! Et prêts à mourir pour notre planète. Un chasseur, un vaisseau ! Comme red 5 ! Comme Jas !
-  Un chasseur, un vaisseau ! Comme Jas, hurlèrent quinze voix en retour!

Lors de la bataille de Vance, red 5 (Jas Hobax) s'était délibérément jeté avec son chasseur sur la passerelle de commandement de la frégate ennemie, tuant ses officiers et détruisant ses boucliers.
-  Et si t'as pas compris , voila notre réponse : la liberté ou la mort ! 
La nouvelle devise d'Herrion, inscrite sur le fronton de leur école ; un slogan que quinze pilotes reprirent en chœur ; un slogan que leurs droïdes répétèrent à leur façon.
Le commandant prit très au sérieux leur détermination : il fit avancer son escorte à la rencontre de l'escadron et plaça ses transports en formation défensive. Atterrissage retardé.
- tout ça pour une bande de gamins excités!  Je leur collerai bien une fessée !

Go'Hota se demandait ce qu'il avait pu dire de travers.
Dans la salle de contrôle ReHab, transformée en QG de la résistance, madame Mimba qui essuyait ses larmes, s'exclama , sanglotant de plus belle:
-   mon Dieu, qu'avons-nous fait !
Sasha répondit calmement
-  vous vous êtes fait aimer de vos enfants 
Puis il ajouta, oubliant ce qu'il avait lui-même déclaré un instant plus tôt :
- n'oubliez pas que c'est l'escadron rouge, aussi! Que des têtes brûlées! Des Kamikazes! Prêts à tout pour qu'on parle d'eux ! Mais comme copains, on peut pas faire mieux ; pas vrai, Berylle ? 
Pour une fois, celle-ci se contenta d'approuver de la tête ; elle essuya quelques larmes et sourit. Un sourire carnassier :
- ces pauvres corpos vont se faire bouffer tout crus ! Rien ne résiste à l'escadron rouge !

Sasha approuva de la tête, incapable de parler. Heureusement qu'il était planqué dans l'armure, seul SyDney savait qu'il pleurait, lui aussi. Là-haut, la situation était bloquée. En bas, les forces herriannes avaient le dessus presque partout ; il y avait encore quelques poches de résistance autour des transports mercenaires, mais les fantômes et l'armée régulière se renforçaient sans cesse. Des troupes et des speeders arrivaient de Vol-au vent et d'autres villes.
Ouais, ouais, OUAIS ! On va gagner ! J'les ai eus, J'LES AI EUS !

Sasha était bien excité. Trop ! Puis il se reprit.
C'est pas fini ! Voyons si je peux contacter ce commandant.
Il trouva des données dans la console principale (SyDney s'était branché dessus). Il lui demanda d'imiter la voix de Marcona. Il y avait des cargos et tout un convoi sur l'orbite. Autant avoir des témoins. Ses tech apprivoisés obéirent sans sourciller et ouvrirent quelques canaux supplémentaires.
- Flotte Manta, ici le QG. Le Chef de projet Marcona appelle le commandant Go'Hota ! 
-   Go'Hota à Marcona ! J'espère que tout est prêt pour accueillir mes troupes.
-   Euh, je crains que nous n'ayons un petit contretemps: les avenants au contrat n'ont pu être validés. Il vaudrait mieux attendre encore un peu.
- Eh bien, dépêchez-vous ! Vous détenez bien le gamin ? Et cette présidente de comité ? Vous avez de quoi les faire céder ! Forcez-les à signer, je me charge du reste, nous avons déjà eu bien assez de contretemps !

Ce type admettait sa complicité ! Et il était pressé ! Très bien, mais il n'allait pas renoncer comme ça ! Sasha commençait à en avoir marre ! Tant pis pour la ruse! D’une chiquenaude mentale, il changea de voix :
- En réalité, c'est le gamin qui détient votre Marcona ! Et tous ses hommes d'ailleurs ! Quant à la présidente, elle est en train de prononcer la sentence ! 
  Il détourna une comptine Herrianne :
- Et si vous vous po-sez, vot' gars, y- s'ra- Pen- du ! 
- Qui êtes vous ? Qu’est-ce que vous racontez ? 
- Grâce aux manigances de votre collègue débile, je suis le Vice-roi par intérim. Sasha Vega-an Herrion, pour ne pas vous servir! Et je confirme: Vous n'êtes pas les bienvenus ici ! Et vous serez très mal reçus !

Pour être pris au sérieux, il balança des images de gardes mains sur la tête, de robots désactivés, de cadavres ensanglantés. Surtout de cadavres. En particulier ceux à moitié bouffés par les Vargs. Ces types avaient le droit de savoir ce qui les attendait.
- elles sont bien, les images ? J'en ai d'autres, si vous voulez ! Dites-vous bien ça ! Ceux que les rouges n'auront pas, nous les aurons. Jusqu'au dernier !
Il appela sur la fréquence de l'escadron :
- Hé, les rouges ! Vous m'entendez ? 
-  Hé, Sash’ ! T'es là ? 
- Ouais, et c'est moi qui commande, ici c'est moi le vice-roi! Vous avez le feu vert! Chasse libre !  Dégommez-les !
Très inspiré, Il hurla, montant dans les aigus :
-  LE DRAPEAU NOIR FLOTTE SUR HERRION ! À L'ABORDAGE ! PAS DE QUARTIER ! LE BUTIN D'ABORD ! 
Les filles et gars en armure, à terre ou dans l'espace avaient entendu  et répétèrent!
- pas de quartier ! Le butin d'abord ! 
Les SyD en automatique reprirent le slogan en ouvrant leurs haut parleurs à fond. Comme par hasard, cela suffit à convaincre les dernières poches de résistance de se rendre aux adultes en uniforme. Tout plutôt que se laisser massacrer par des gamins et des droïdes !



Le général Calrissian voit rouge !
Il y eut un appel prudent, comme si celui qui parlait s'adressait à un débile :
- Euh, vice-roi... Ici l'Ardent, canonnière de l'Amber Star, en orbite avec le convoi S46… elle est vraiment grosse cette flotte. Vous voulez vraiment l'affronter tout seul ?
- Euh, pardon. Je motivais les troupes, vous comprenez ? Eh bien, un peu d'aide ne serait pas de trop 
-   il n'y a pas un adulte responsable, près de vous ? 
- Ben, il y en a 24 pas loin, mais ils sont en train de condamner en appel le responsable local de ReHab Corp. Pour… Meurtre, enlèvement d'enfants et… Ah, ils l'ont relaxé pour corruption de fonctionnaires : preuves insuffisantes. Faut dire que les fonctionnaires en question sont toujours dans les vapes. Zut, j'ai oublié de les ranimer !

La justice pouvait être rapide, sur Herrion ; expéditive, pour parler cru !
Sasha était un peu perdu, trop excité; maintenant que le combat était terminé, il avait beaucoup de mal à rester lucide. Le type reprit patiemment, en détachant ses mots :
- J'aimerais parler à un Adulte, mon garçon. Un adulte Res-pon-sa-ble ! 
- Heuh, y a bien madame Mimba, la vendeuse de jus de Kilao. Le meilleur de toute la planète ! 

Il sourit bêtement à la dame, qui ne pouvait voir son visage à travers l'armure.
Là, il était en train de couler à pic ! Il aurait dû faire passer la dame pour une présidente de comité plutôt que de vanter son jus de Kilao. Qui sait, avec les innombrables comités d'Herrion, c'était peut-être vrai ! Trop tard ! Qu'est-ce que ce type devait penser de lui ? Il ne savait plus comment se rattraper, mais heureusement…
Une patte griffue se posa sur l'épaule de Sasha – enfin, de SyD'- et le garçon paniqué s’apaisa progressivement. Ve’ssshh lui avait déjà fait le coup : c’était comme si la sérénité du grand Berger l’enveloppait d’un manteau chaud et douillet, l’isolant du bruit et de la fureur. Encore mieux, l’insectoïde prit le relais et rattrapa ses gaffes :
- Ici, le premier Journeyman Ve'ssshhh. Si vous êtes bien le commandant Looney, nous nous sommes déjà rencontrés 
-   Journeyman Ve'ssshhh, salutations ! Requérez-vous aide et assistance ? 
- Je les requiers ! Et je suis en contact avec le directeur de la sécurité Voxan 
-  ici Voxan ! Nous requérons votre aide, commandant Looney! 
- Et selon la règle des trois, c'est une demande officielle du gouvernement d'Herrion, confirma Sasha, qui avait bien retenu ses leçons.
Il se sentait beaucoup mieux.

Un nouveau protagoniste s’invita sur la fréquence générale :
- Ici le Lady Luck II, je suis le général Lando Calrissian. Mes amis et moi pouvons nous joindre à la fête ? 
Sasha ne laissa à personne le temps de répondre:
-   Bien sur, Général ! Et ce serait bien si vous preniez le commandement. Je crois que certains ne me prennent pas assez au sérieux! 
- Ils ont tort, Sasha ! Mais ils ne te connaissent pas encore. 
-  Merci, Lando . Commandant Looney ? Mon choix vous convient-il ?
-  Tout a fait, vice-roi. Et… Pardon, si je vous ai un peu… Rabroué.
-  Pas d'souci ! C'est juste que j'étais un peu trop excité, tout à l'heure.
-   J'avais remarqué. Je contacte immédiatement le général.
- Merci ! Vous savez, je suis super-content que les grands reprennent les affaires !
- Ce doit être un grand soulagement pour vous, abonda l’officier.
Lui, en tout cas, était extrêmement soulagé de ne plus avoir à gérer un gamin surexcité !

Sasha était confiant : avec Lando aux commandes, les corpos allaient prendre la raclée !
Il avait détruit une étoile de la mort, alors que pouvaient contre lui quelques transports lourdauds ? Celui-ci organisa tout d'abord un réseau com crypté ; inutile que l'ennemi entende ses ordres, n'est-ce pas ?
Avec les techs apprivoisés de la salle de contrôle, ce fut un jeu d'enfants !
Ses premiers ordres furent pour les rouges :
-   On garde le sacrifice comme plan B ou plutôt Y ou Z, bien compris ? Nous devrions arriver à utiliser vos talents de manière plus constructive. 
En réponse, un chœur d'enfants bien sages :  « à vos ordres, mon général ! »
- Ah ! C’est beau, l'autorité ! Admira le jeune monarque.
Lando poursuivit :
- Connaissez-vous une manœuvre appelée : gifle de l'aile A ? 
- Non, mon général, mais on apprend vite !  répondit Jacsyn.
- en fait, c'est très simple, il faut juste un bon timing…

En plus du « Lady Luck II » (un VCX bien armé), Lando avait un cargo de combat de classe Solo, deux ailes B et quatre ailes X. Il s'était déjà fait voler une concession (plusieurs, même) et prenait maintenant ses précautions, même dans un système ami. Trois canonnières AEG 82 et deux vedettes Skipray de l'Amber Star rejoignaient sa petite force. Trois cargos indépendants s’invitèrent sans que personne ne le demande. Trop rapides pour être totalement honnêtes, ces cargos. Des amis de grand-père Markus , qu'ils disaient. Il fréquentait pas mal de gens louches, grand-père Markus. Lando devait les connaître aussi, car il les intégra immédiatement à son plan.
- Appel sur le canal SyD, prévint SyDney
-  Sasha ? C'est Jarvis ! On a libéré les pilotes des Stingray et repris leur hangar. Y en a six qui peuvent décoller tout de suite ! 
-  Qu'est-ce qu'ils attendent , alors? Qu'ils rejoignent immédiatement le général Calrissian ! Ils devraient déjà y être !! 
L'autorité venait facilement ; ça peut être fun, d'être vice-roi.
-   ça va chauffer !

Tant qu’il y était, il donna des ordres pour préparer un accueil chaleureux aux transports qui réussiraient à passer. Facile : Il n'y avait pas 36 000 endroits où ces lourds engins pouvaient atterrir. Il ordonna également d'envoyer des techs reprendre le contrôle des satellites de défense.
Alors que des officiers expérimentés avaient repris les commandes de la garde et de la réserve, personne ne contesta ses instructions.
Peut-être parce que Ve’ssshhh, qui se tenait derrière lui, coupait court à toute réclamation. Il en imposait même aux généraux ! Peut-être aussi parce qu’elles étaient assez générales, raisonnables et sensées pour qu’un officier intelligent les interprète à sa façon ?
Ses ordres ne devaient pas être si mauvais : Sasha entendit un colonel les reprendre point par point avec un langage si grossier qu'il aurait fait rougir même Milo :
- … un accueil chaud brûlant, qu'on va leur offrir ! On va leur rôtir le cul, conclut l’officier !
- Ce type devrait être général, commenta le garçon, béat !

Voxan, fort de son autorité, essaya bien de négocier. Mais Go'Hota, probablement trop occupé à organiser ses forces, ne daigna pas lui répondre.
Après des semaines de captivité, le directeur de la sécurité finit lui aussi par griller quelques circuits :
- C'est çà ! Viens te battre ! Allez, descend ! On va te bouffer tout cru avec tes p'tits copains ! Notre petit Varg de vice-roi a les crocs ! Il a besoin de chair fraîche pour grandir ! On va lui en offrir des tonnes ! Il le mérite bien ! 

Allez discuter de paix, après ça ! Sasha s'adressa à Berylle :
- Finalement, les grands sont pires que nous !
- heureusement qu'on est là pour les empêcher de faire des bêtises, hein ? Répondit sa copine avec un clin d’œil.
- Ouais ! Voyons si on peut avoir des images du combat. J'aimerais bien voir les rouges démolir ces Corpos ! Y a des holocams à grande portée et des radars sur les satellites de défense.
Il s'adressa aux techniciens qu'il avait débauchés :
- Allez, les petits, il est temps de mériter votre salaire !
Comme les techs hésitaient, il ressortit ses lames.
- Ah, c'est vrai, c'est pas moi qui vous paie ! Bon, disons que si vous faites bien votre travail, je rentre mes lames sans les salir ! Ça vous va ?


Notes
1 Celles des principaux complices du Boucher d'Herrion. Un petit cadeau de Quyymaen et Markrr, pirates amis de Venom. (Lire: Venom, le destin d'un pirate)
Markus Herrion a été très touché par cette délicate attention. :diable:


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 19 Mar 2017 - 18:22   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 14]

.Tout de suite, la suite!





Chap 15 : Négociations musclées

Fin de crise : la lame, la corde et le petit Varg.
Mais il n'y eut pas de combat, à la grande déception des jeunes pilotes (1) et de leur tout aussi jeune vice-roi !
Le commandant Go'Hota, après avoir assuré la protection de ses fragiles cargos, avait pourtant rassemblé le reste de ses forces pour un assaut direct. Sûr de son bon droit, il était décidé à forcer le passage. Il disposait après tout d’une grande puissance de feu et d'une confortable supériorité numérique.
Mais l'apparition des bombardiers et de deux Z95 privés (ceux des parents de Masha, supposa le garçon) changea la donne; elle ne changeait guère l'équilibre des forces, mais elle confirma que les troupes au sol étaient perdues et le combat, inutile : ses lourds et lents cargos avaient besoin de terrains sécurisés pour se poser.
Il ordonna un « repli stratégique », non sans avoir menacé tout le monde de… Poursuites judiciaires ?
-  il veut nous poursuivre en justice ? S’étrangla Sasha qui, sorti de SyD' pour satisfaire un besoin naturel, s'était perché sur une console : il paraissait plus grand, ainsi ! Lando le rassura :
- Ne t'inquiète pas : ton Grand-père a les meilleurs avocats de la galaxie et il n'est pas à un coup tordu près. Qu'est-ce que tu paries que c'est ReHab qui finira par payer? 
-  p'te't même que je peux les faire payer tout de suite, répondit Sasha, pensif, en couvant Marcona du regard.
Une autre idée lui vint :
- Dites, vous pourriez essayer de calmer les Rouges, ils sont bien énervés, là ! Ils vous écouteront, à vous ! 

Il avait essayé, mais les Rouges, enragés et indignés par la « lâcheté » des corpos, avaient envie de se battre. Contre n'importe qui !
Il faisait confiance à Lando ; en attendant, il avait ce Marcona sous la main. Un condamné à mort qui attendait son exécution. L’expert qui lui avait servi d’avocat protestait justement auprès de la juge. L’insectoïde et son jeune ami entendirent des mots comme « irrégulier », « expéditif », « partialité du jury ». Il n’avait pas tort, mais madame Sirius lui rappela que l’état d’urgence et maintenant l’état de guerre avaient été proclamés, ce qui permettait d’accélérer les procédures.
- En principe, le procès peut être cassé par l’Assemblée Planétaire réunie en Grand Jury. Mais votre client peut être exécuté à tout moment, donc avant que l’instance suprême ne puisse siéger. Si vous voulez gagner un peu de temps, je ne vois qu’une solution : une Grâce Royale !
Les deux tournèrent leur regard en direction de Sasha, qui tira sur la houppelande de Ve'ssshhh.
-  Dis, c’est bien vrai, hein ? Le Vice-roi peut gracier un condamné à mort ? 
-  Tu veux gracier ce criminel ? 
L’insectoïde vit un sourire rusé gagner le visage du jeune humain.
-  Seulement s'il est très, très gentil avec moi. On devait bien signer un contrat, non? ReHab lui a donné tous les pouvoirs, non ? Je suis sûr qu’avec un peu de persuasion, on pourrait lui faire accepter de nouvelles clauses sympa!
- On devrait pouvoir trouver un accord plus avantageux  confirma pensivement le Berger qui regarda d'un autre œil le condamné, gardé par SyDney qui avait ressorti ses lames.
 Mais, dans le cerveau bouillonnant du garçon, les idées et les questions se bousculaient plus vite qu’il ne pouvait les exprimer:
-  Dites, vous les Bergers, ça fait combien de fois que vous nous sauvez la mise ? Enfin, aux humains, je veux dire… 
- Quatre ou cinq, je dirais. Je ne sais pas si je dois compter cette fois ci : Tu avais l'air de t'en sortir tout seul. Vous autres humains avez tendance à vous fourrer dans de sacrés pétrins .
- C'est bien vrai, ça! Finalement, vous êtes un peu les Bergers des humains ?
- Mais c'est-ce que nous sommes! Nous prenons soin de vous et quand les années sont bonnes, que vous vous multipliez beaucoup, nous prélevons quelques enfants bien dodus et nous les dévorons à la veillée, rôtis au feu de bois. Enfin, ceux que nous ne faisons pas sécher au soleil, badigeonnés de jus de Kaï vert pour la conservation. Les provisions pour l'hiver, tu comprends !

Le garçon, interdit, ne savait trop si son ami plaisantait : il semblait si sérieux !
Puis il repéra les petits soubresauts des pattes postérieures : il savait que c'était un peu comme le rire, chez les Bergers. Celui-ci poursuivit :
- Le Berger des Humains… C'est comme ça que mon peuple m'appelle, sais-tu ?
- eh, j'y pense ! Je vous ai vu ! Vous avez tendu le bras, et les deux droïdes… Spaaafff 
Il mima la scène de façon convaincante, surtout quand SyD et lui jouèrent les droïdes écrasés, puis demanda :
-   Vous êtes un Jedi ?  J'en connais une balèze (2), vous savez ; et son mari, c'est LE Jedi !
- Il n'y a pas que les Jedi qui maîtrisent la Force. Quelques Bergers sont assez doués. Mais nous sommes bien plus pacifiques. Sauf en cas d'urgence, bien sur !

Sasha, satisfait, se tourna vers Marcona  qui était devenu tout pâle : le voisin, le vieux monsieur Betel, avait récupéré une corde et tressait déjà un nœud compliqué. SyDney essayait d'argumenter avec lui sur les avantages de la décapitation.
Berylle était pour, mais monsieur Betel préférait son joli nœud.
-  Bon, si on causait, monsieur Marcona ? Souhaitez-vous déposer une demande de grâce ? Vous feriez mieux de faire vite, votre nouvelle cravate est presque prête!  Ou préférez-vous la solution de SyDney ?
- elle est plus salissante, c'est vrai, mais de toutes façons, la moquette est fichue , argumenta SyDney!
Le droïde essayait toujours de convaincre Betel.
Voxan les rejoignit à ce moment. Sasha ne put résister, un grand sourire aux lèvres, il l'interpella :
- Ah, directeur ! Vous m'apportez un bon morceau de bidoche ReHab, j'espère ? Vous l'aviez promis ! J'ai les crocs, moi ! J'ai rien mangé depuis ce matin ! Ssssssssshrrrraaaaaaahhhhh !
Sasha imitait assez bien le feulement du Varg juvénile. Cette fois, il se surpassa !

Il fit une grosse impression sur Marcona qui, pour peu qu'on éloigne de lui la gamine sanguinaire, le petit varg affamé, le droïde aux lames affûtées et le vieux à la corde, se déclara prêt à tout renégocier  avec les adultes « responsables ». Avant toute discussion, son avocat exigea des garanties que le garçon accorda royalement :
- Si votre client coopère, c’est bon pour moi ! Ce sera perpète au lieu de la corde, c’est bien ça, madame Sirius ?
Celle-ci approuvant, le garçon en revint à des préoccupations plus importantes :
- Dites, personne n’a quelque chose à grignoter ? J’ai vraiment faim, là !

Ve'ssshhh, Voxan et madame Sirius se mirent au travail, sous l’œil vigilant de « l’avocat » du futur bagnard .
Pour tout repas, le petit Varg se contenta d'une boite de rations K et d'un paquet de Gellies 100 % chimiques, qu'il partagea avec sa copine. Tout le monde, lui y compris, avait oublié les fabuleux distributeurs du hall d’entrée et leurs 5000 recettes ! Dommage !
Le ventre plein, il redevint vice-roi et se sentit plus disposé à gracier le condamné repenti. Il s'immisça dans la négociation. Puisqu’ils discutaient toujours du contrat, il émit quelques idées dont certaines furent approuvées par les adultes.
Quand il signa enfin la demande de grâce rédigée à la hâte par l’ « avocat », il fit un déçu :  monsieur Betel aurait tant voulu que le corpo essaie sa belle cravate ! SyDney rengaina ses lames sans commentaires. Sa programmation lui interdisait de tuer un organique sans défense, mais il avait appris à mentir. Avec talent.
Sasha se retrouva seul au milieu du chaos, fatigué, mais très satisfait et assez fier de lui !

Un seul truc l'embêtait un peu : le droïde de protocole, si actif parmi les comploteurs, était introuvable. Mais ces droïdes étaient plutôt froussards, se souvint-il.
Il doit se cacher dans un coin, en attendant que le calme revienne pour sortir.

Dans le ciel d'Herrion, les rouges étaient tellement énervés qu'ils étaient prêts à tirer sur tout ce qui bouge. Pour les calmer, Lando les entraîna dans une périlleuse course entre les anneaux de Luma V. Ils rentrèrent enfin, déçus de ne pas être devenus des héros immortels (c'est à dire morts), mais heureux d'avoir réussi à suivre (et surtout dépasser) le Lady Luck entre les rochers et les blocs de glace. En plus, leurs parents les attendaient à l'astroport. Sans réprimande, comme certains l'avaient craint (surtout Milo), mais avec un somptueux goûter. Elle est pas belle, la vie ?
C'est Jacsyn qui dut être choqué en voyant son enseignant collet-monté de pa' l'accueillir en tenue camouflée et blaster à l'épaule (mais avec un goûter, tout de même)!
Dans les heures qui suivirent, le commandant Looney nota cette réflexion  sur son livre de bord:
« ils sont tous dingues, sur cette planète!».
Le commandant Go'Hota, son adversaire potentiel, aurait approuvé.
Sasha aussi !


Complètement crevé ! On rentre ?
Tout le monde se bousculait joyeusement, les gens se congratulaient. Pas Sasha. Sans le soutien de SyDney, il se serait effondré. Quand la salle avait commencé à grouiller de monde, il s'était réfugié, épuisé, dans son partenaire comme dans un cocon. Heureusement, l'attention des autres s'était détournée de lui. Le directeur Voxan, innocenté, s'occupait avec sa soi-disant victime Ve'ssshhh de rendre un peu d'ordre au chaos. L'agent Himron, qui avait libéré et armé les gardes nationaux, leur donnait un coup de main. Berylle avait retrouvé sa maman. Elles ne se lâchaient plus.
Et moi, alors?
Deux SyD entrèrent dans la salle déjà comble, 125 et 126 qui délivrèrent leurs passagers: Pa', portant Alora dans son harnais ventral et Ma'. Les larmes aux yeux, il se dégagea de son partenaire et courut vers eux. Pa' ouvrit grand ses bras et Sasha s'y précipita.
- Papa, maman ! 
C'était la première fois qu'il employait ces mots en entier. Ils restèrent enlacés, tous les quatre, un long moment. Puis Sasha se rendit compte que SyDney et ses collègues avaient formé une barrière protectrice autour d'eux. Il y avait des chants et des rires, une fête s'improvisait, mais Sasha n'avait pas envie… Ma' le comprit :
-   Et si on rentrait à la maison ? Je crois qu'il me reste de la tarte salée au Kaï vert, et j'avais fait des sorbets et un gâteau pour ton anniversaire.
 
Sasha trouvait l'idée géniale : un anniversaire en famille, sans contrat à signer, sans règle des trois, sans clause de majorité, sans Vice-roi par intérim…
Il remarqua enfin que ses parents étaient en tenue camouflée ; Et ce long fusil à lunette que SyD125 avait posé à côté de ma'? Et les binoculaires et le blaster d'assaut de pa' ? 
-   on t'expliquera à la maison.
Mais Sasha avait reconnu le matos :
- Sniper ? Observateur ? Vous ? 
Il n'avait jamais vu ses parents avec une arme !
- Avec ma grossesse puis un bébé sur les bras, je n'ai pas pu m'entraîner correctement, reconnut maman. Mais flinguer, c'est comme le bike, ça ne s'oublie pas ! 
Sasha avait plein de questions à poser, mais ce n'était pas l'endroit :
- On se tire en douce ?  proposa-t-il.
-   Allez-y  conseilla SyDney. On vous couvre ! 
- tu ne viens pas avec nous ?  offrit papa.
-   Je vais rester un moment et faire le Sasha, le temps que vous preniez la clé des champs .
Il avait parlé avec la voix du garçon .
- Bonne idée, mais ne rentre pas trop tard, fiston ! 
- promis, pa' 

Cette fois, la famille comporte cinq membres, c'est officiel, se réjouit Sasha. Une drôle de famille ! Sasha se demanda quelle serait la spécialité d'Alora. Espionne ? Soldat/Mécano , comme papa ? Fermière/ Sniper, comme maman ? ll faudrait quand même inviter les copains et faire une méga-fête, avec jus de Kilao à volonté, un de ces jours.
Plus tard ! D'abord, une question lui brûlait les lèvres !
Par sécurité, SyDney concentrait ses capteurs audios sur sa famille, qui s'éloignait :
- Dis, maman, ton arme, là, c'est pas un blaster, hein ?
- C'est un fusil Verpine : il tire des projectiles hyper-véloces, mon chou ?
- Des Projectiles ? Mais c'est hyper-primitif, ça ! Il y a 25 000 ans, ils avaient déjà des blasters !
- Et ton lance-aiguilles ? Ce sont des rayons qu'il tire, peut-être ? Et puis, tu en connais, des blasters capables de traverser le casque d'un stormtrooper à 500 mètres ?
- Traverser ??? tu veux dire…
- Il entre, traverse le crâne, ressort de l'autre côté, oui ! Et avec la munition adaptée, je dégomme un droïde militaire de classe C à 300 mètres. Dard a été conçu spécialement pour équiper les Snipers herrians ; il coûte cinq fois plus cher que le modèle de base mais le projectile va 4 fois plus vite : rien ne l'arrête ! Et nous produisons tout un tas de munitions spéciales.
- Ta maman a abattu un officier mercenaire à 842,27 mètres, aujourd’hui. Et personne n'a su d'où venait le tir ! Pas mal pour une arme primitive, non ? Intervint pa' avec fierté.
- Ouaaaaaaah !!! t'es fortiche, mam !
- Bof, je fais bien mieux d'habitude : Je suis un peu rouillée, tu sais ?
Silence… ça devait chauffer dans la petite cervelle du garçon. Le droïde conclut qu'à 99 ,9 % la réplique suivante serait :
- Tu m'apprendras, dis, ma' ? S'il te plaiiiiît…
Ce doit être ça, une famille herriane normale, se dit SyDney. Au moins, après souper, on pourra parler boutique !


Au bout d’un moment, une petite délégation conduite par le directeur Voxan approcha du « vice-roi ». Ve’ssshh se tenait ostensiblement en retrait, en observateur. Le droïde, notant leurs expressions embarrassées, en déduisit qu’ils étaient porteurs de mauvaises nouvelles. Ce n’était pas tout à fait cela :
- Oui ? Fit-il avec la voix de son partenaire.
Voxan rassembla tout son courage pour annoncer :
- Euh, Sasha, tu sais, je crois qu’il serait temps d’informer le Vice… Enfin le Vrai Vice… Enfin ton grand-père de ce qui est arrivé.
- La connexion Holonet n’étant pas réparée, le plus simple, Directeur Voxan, serait de demander au capitaine Looney de détacher l’un de ses vaisseaux pour porter le message, conseilla froidement « Sasha ».
La réponse glaciale doucha le peu d’enthousiasme du directeur :
- Ah, oui, bonne idée, Sash… euh, Vice-Roi. Mais nous pensions que…
- J’allais me dévouer pour réparer vos bêtises ? Nan ! Dem… Heu, débrouillez-vous !
SyDney renonça à la mascarade et reprit sa voix de droïde :
- Le Vice-Roi par intérim fête actuellement son treizième anniversaire en famille et si vous osez le déranger…
- … vous aurez affaire à nous , termina SyD125
- Et à moi également, intervint Ve’ssshhh. Laissez ce garçon en paix, au moins pour ce soir. Il s’apercevra bien assez tôt que ses épreuves ne sont pas terminées. SyDney, tu devrais rejoindre ta famille !




Communication longue distance : deux vice-rois pour le prix d’un !
- Tu dois être furax, grand-père !
Sasha, d'une toute petite voix, avait osé briser le lourd silence qui s'était installé dans la grande salle de communications du palais. La holo de grand-père, bien plus grande que nature, trônait au milieu de tous les '“responsables”' venus lui faire leur rapport. Et il n'était pas content !
Les hauts responsables avaient tenté de tergiverser, mais deux jours après l'insurrection, les communications hyper-spatiales avaient été rétablies -était-ce un hasard ?-  et il avait bien fallu le mettre au courant ! D’où cette convocation générale : les maires, directeurs d'agences planétaires, présidents de comité, le général en chef de la garde nationale et les quelques questeurs encore en activité se faisaient tous petits, comme des enfants pris en faute attendant leur punition.
Ils l’auraient bien méritée : certains avaient bel et bien pactisé avec l’ennemi, mais ils étaient toujours en fonction !
Cela avait scandalisé Sasha qui, un peu en arrière, se serrait entre ses parents pour trouver quelque réconfort. Lui, à la place de grand-père, aurait ordonné à monsieur Betel de faire quelques nœuds de cravate supplémentaires !
Ve'ssshhh avait bien tenté de lui expliquer la complexité de l’affaire et les enjeux politiques qui motivaient cette clémence apparente, mais le garçon n’avait pas compris grand-chose. Quels que soient ses motifs, même si ce n’était pas pour de l’argent ou du pouvoir, un traître était un traître, non ? Les adultes étaient si compliqués, parfois ! (3)
En tout cas, l’insectoïde se tenait à ses côtés, comme Lando, toujours général de la défense planétaire. Le chambellan était assis tout près. Aussi bien entouré, il se sentait à peu près en sécurité. Mais il craignait d’en prendre pour son grade, lui aussi : n’avait-il pas outrepassé ses droits en provoquant une vraie révolution ?
Il avait laissé les autres parler, restant bien sage dans son coin. Quand il avait dû s’exprimer, il avait tout fait pour minimiser son action : il avait donné un '‘coup de main’', c'est tout !

L'expression du vieil homme se radoucit quand il répondit enfin à son fils adoptif.
- Furax n'est pas le mot, Sasha. Effaré serait plus juste. Effaré d'abord par l'ampleur et la complexité de cette machination ; Herrion n'était pas le seul front où nous avons dû nous battre pour notre survie, tu sais…
Il se pencha vers les dirigeants qui courbèrent l'échine, et son ton se durcit :
- Effaré surtout par l'ampleur de votre naïveté et de votre… Légèreté, messieurs dames. J'aimerais le savoir: êtes vous des enfants naïfs et confiants ? Des adolescents geignards, exigeants mais manquant d'assurance ? Ou des ADULTES RESPONSABLES !
Le ton avait monté crescendo, mais il ne permettait pas à sa colère de prendre le dessus. Pas plus qu'il ne leur laissa l'occasion de répondre.
- Je pencherais pour la deuxième hypothèse : Vous n'avez cessé de me harceler en prétendant pouvoir prendre seuls toutes les décisions ! J'ai cédé, et j'ai commis la grave erreur de ne pas nommer un régent capable de vous remettre sur le droit chemin au cas où ! Mais l'auriez-vous seulement écouté ?

Sasha ouvrait de grands yeux : c'était toujours dérangeant de voir des adultes se faire morigéner comme des gamins : le monde à l'envers ! Il ne comprenait pas non plus pourquoi Grand-père faisait mine de croire à leur naïveté : pourtant Voxan ou le chambellan avaient dû l’informer des manigances et des allégeances douteuses de certains d’entre eux ?
Pourtant, le vieil homme poursuivit dans le même registre :
- Adolescents pleurnichards ? Quelle autre qualification puis-je trouver pour ceux qui se plaignent maintenant, après avoir revendiqué haut et fort leur indépendance, d'avoir été abandonnés à eux-mêmes ? Je n'ai pas à me justifier devant vous. Pourtant sachez que rien n'est moins vrai !

Il se tut un instant, puis reprit plus calmement
- Pendant que vous votiez motion stupide sur motion stupide, je me battais, avec mes rares alliés, dans les coulisses du Sénat pour empêcher ou tout au moins faire amender une loi scélérate. Si elle avait été votée telle quelle, c'est avec un mandat du Sénat et escortée d'une force militaire de l'Alliance que la flotte de ReHab aurait débarqué. Même le légendaire et vaillant escadron rouge n'aurait rien pu y faire !
Il laissa son public estomaqué digérer cette nouvelle, puis reprit plus doucement
- je ne vous cache pas que le statut d'Herrion est toujours précaire ! La loi, même amendée, autorise les colonisations forcées. Et Herrion n'est qu'une petite, minuscule planète, très vulnérable dans l'immense galaxie : une proie facile. Vous avez de la chance que le sénateur du secteur Her'an, dont vous ne faites pas partie, soit un membre de la famille très attaché à notre monde. Vous avez de la chance que, grâce à l'Amber Star, des secteurs de la bordure extérieure aient soutenu son amendement. Vous avez de la chance que, grâce à l'intelligence et à la détermination des conseillers Vega an-Herrion et de mon frère, l'Amber Star soit toujours assez forte et influente pour vous soutenir de toute sa puissance ! Assez forte aussi pour financer une partie de la reconstruction !

Il y allait fort, grand-père, assénant ses vérités comme autant de coups de marteau : forts, précis, méthodiques.
- Une dernière jérémiade à qui il faut tordre le cou : vous me dites aujourd'hui que j'aurais dû nommer Markus Junior à la défense ? Je me souviens pourtant de la méfiance ou de l'hostilité de certains d'entre vous à son égard.
(Il braqua ses yeux de glace sur le général en chef de la garde, Moranx, qui baissa la tête).
- Je l'ai donc envoyé là où il serait le plus utile, et j'ai tous lieux de m'en féliciter : je peux affirmer ici que son épouse et lui ont sauvé l'Amber Star , et vous avec! Pourtant, il ne vous a pas abandonné : il vous a laissé l'escadron rouge et les SyDs, il a été le premier à comprendre qu'Herrion était menacée et a envoyé l'agent Himron et ses troupes. Et surtout, surtout…

Grand-père tourna son regard vers Sasha. Pour lui, plus d'hostilité, ni de colère. Juste un regard bienveillant, aimant, plein de fierté: un regard de grand-père, réconfortant.
Ouf, il ne m’en veut pas !
Puis grand-père détourna son regard. Trop d'émotions ! Il avait décidé de calmer le jeu. De reprendre son calme.
- Général Calrissian, mon vieil ami Lando… comment vous remercier ?
- Ce fut un plaisir, Markus. J'ai eu la grande joie de rencontrer Sasha et ses amis, de travailler avec l'escadron rouge… un plaisir, vraiment ! Et un honneur !
- Je sais que vos explorations minières n'ont pas été à la hauteur de vos espérances…
Tu parles ! Je suis sûr qu'il savait bien qu'il n'y aurait pas grand-chose.
Grand-père semblait un peu repentant
- Oh, il y avait bien un gisement de Kobacite, mais l'exploiter aurait dégagé une rentabilité toute marginale…

Lando n'avait pas l'air de s’en désoler. Il chassa négligemment une poussière imaginaire sur son costume immaculé.
Plus cool que ça, tu meurs !
Admira Sasha, qui avait déjà placé Lando en bonne place sur sa liste de gens super cools.
Puis l'homme d'affaires reprit d'un ton désinvolte :
- … fort heureusement, mes prospecteurs ont déniché dans les anneaux deux trois petites choses… De quoi rentrer dans mes frais, et qui sait, faire un modeste bénéfice.
Il avait l'air satisfait du Varg qui a mis la patte sur la réserve de Kaï séché.
Grand-père le comprit, car son attitude changea. Il fronça les sourcils et se fit soupçonneux :
- Deux ou trois petites choses, vous dites ?
- oh, rien d'important … Nous pourrons en parler plus tard… En privé.

Ils jouaient à ce petit jeu depuis des décennies, avait compris le garçon. Aucun doute, Lando avait gagné cette manche : le bénéfice serait tout sauf modeste, et pour une fois grand-père n’oserait pas contester l’accord ou exiger sa part.
Pour se donner une contenance, celui-ci se tourna vers un autre :
- Ve'ssshhh ! Vous devez bien désespérer de ces incorrigibles humains. Encore une fois, c'est à votre peuple et à vous-même que nous devons…
- Cette fois, Markus, nous n'avons fait qu'aider un peu en voisins. Certains ici se sont crus abandonnés. Mais celui que vous nous aviez laissé s'est révélé l'homme, pardon le garçon, de la situation ! C'est mon peuple qui est en dette avec lui, non l'inverse !

Là, Sasha comprit qu'il ne pourrait continuer à se cacher.
Grand-père observa longuement l’insectoïde, y lut la réponse qu’il attendait, hocha lentement la tête, comme à regret, puis reprit comme s'il parlait d'autre chose.
– à quoi tient le succès où l'échec d'une machination? Une mécanique bien huilée, une grande carte de la galaxie…
Grand-père faisait allusion à la '‘mécanique des astres’', une incroyable machinerie censée représenter le système Luma , formée de rouages, dents, balanciers, ressorts, contrepoids, qui avait été l'une des attractions touristiques de Bleuerive. Une machine primitive (une spécialité, sur Herrion), complexe et fragile qui nécessitait un entretien permanent, surtout à proximité de plages de sable fin.
- Oui, à quoi ? À la lucidité d'un responsable qui n'a commis qu'une seule erreur : croire en l'amitié ?

Il parlait de Voxan et de l'ami qui l'avait trahi, Valdeck. Il avait bien choisi ses mots : tous comprirent que cette erreur était pardonnée.
- À la légendaire ténacité des Vega , de Nippa ou d'ailleurs ? Aux intuitions d'un jeune homme qui était prêt à revenir de l'autre bout de la galaxie pour défendre sa planète d’adoption ? À des amitiés enfantines ou adultes? Un peu de tout cela, je suppose…
Il ménagea un court silence que personne n’osa rompre.
- Mais surtout aux grains de sable, reprit-il soudainement. UN grain de sable que tous, où presque, avaient négligé. Un petit grain de sable qui s'est ingénié, acharné à gripper la belle machine. Elle a fini par casser.
Cette fois, Sasha intervint :
- il en a fallu de pleines poignées, de grains de sable, pour la casser ! Des pelles entières ! Et à la fin, des blasters lourds !
- Ne néglige pas ton long, ton patient travail de sape : ce travail les a poussés à la faute! Petit à petit, échec après échec, leur belle machine s'est transformée en un cauchemar qui les a broyés. Ve'ssshhh et Voxan l'ont confirmé à l'instant, tu as fait bien plus que leur donner un coup de main.

Et voilà pour la théorie que Sasha avait soutenue ! Personne ne l'avait cru, il s'en rendait compte !
Il pressentit vaguement que Grand-pa’ et Ve’ssshh jouaient à leurs « jeux politique » et qu’ils avaient scellé un accord qui lui échappait. Un accord le concernant. Mais comme il n’avait plus à craindre l’ire de l’aïeul, cela ne lui sembla pas si grave, sur le moment !
- C'est encore dessous de la vérité, Vice-roi ! Sans lui, je n'aurais rien pu faire du tout, pas avec des traîtres qui sabotaient toutes mes enquêtes, divulguaient toutes mes tentatives, insista Voxan !
- Sasha a été l'âme de toute notre action, renchérit Ve'ssshhh, c'est sa détermination qui a convaincu mes congénères de l'aider, et non l'inverse !
- Et à la fin, il nous a tous sauvés, conclut Voxan.

Il garda le silence un instant, attendant peut-être une réponse, un commentaire. Certains hochèrent vigoureusement la tête, approuvant, d'autres la baissèrent, peut-être conscients d'avoir choisi le mauvais camp. Sasha répondit à sa façon en se serrant un peu plus contre ses parents. Il regarda son pa', opposant depuis le début au projet ReHab. N'allait-il pas se vexer ? Pa' le serra plus fort et lui sourit.
Le Vice-roi échangea un regard avec ma', un signe de tête avec son ancien chef-mécanicien, puis s'adressa au garçon :
- Je te fais confiance, tu le sais ! Assez pour t'avoir confié une partie des secrets familiaux, malgré ton jeune age. Assez pour te placer haut dans la liste des autorités auxquelles les SyDs pouvaient se référer. Une confiance que tu n'as jamais trahie. Je te trouvais cependant un peu jeune pour aller plus loin. Pourtant Ve'ssshhh m'avait prévenu : il a su voir au-delà des apparences. Je me suis trompé, je m'en excuse devant toi. Devant tous ces '‘responsables’'. Devant tes parents, aussi : nous voulions te protéger, sans nous rendre compte que c'était toi, le Protecteur !

Il y eut des remous et des murmures : sur Herrion, ce terme avait manifestement une signification particulière ; ils furent nombreux à chercher la confirmation de Ve'ssshhh. Un discret petit geste de sa part, et des regards révérencieux revinrent sur Sasha qui se tortilla, mal à l'aise.
- Mais il y en a un qui n'a jamais douté de toi, un qui est allé bien au-delà, au point de te confier les clés de la planète. Si j'avais su qu'il t'avait transmis tous les codes, toutes ces informations secret-défense, je l'aurais désapprouvé. À tort ! Il a tout misé sur toi, ton grand-frère Markus ! J'aurais dû l'écouter !
- J'espère que je ne l'ai pas déçu, finit par répondre le garçon d'une vois étranglée.
Il se demandait encore s'il avait bien fait de déclencher une révolution.
- Déçu ? Je ne crois pas ! Moi, en tout cas, tu ne m'as pas déçu, ça, non ! Ah, Ah , ah ! Pas plus que tu n'as déçu V'essshhh qui t'a fait confiance pour mener le combat !
Le Berger approuva  en posant sa patte sur l'épaule du garçon.
- tout mon peuple s'est rangé derrière toi, comme je l'avais espéré. Bien peu y seraient arrivés.
Grand-père conclut :
-Les seuls que tu as déçus, ce sont Marcona et ses amis ! J'y survivrai, crois-moi !

Puis il laissa le garçon souffler un peu en s'adressant au public.
- Comme je le disais tout à l'heure, Herrion n'est pas sauvée: des mesures drastiques s'imposent ! Comme de sacrifier un peu de votre sacro-sainte indépendance : d'ici peu, je soumettrai à l'assemblée planétaire et au sénat sectoriel une série de textes législatifs. Je vous recommande de les étudier à fond ! Et de convaincre l'assemblée de les voter. À vous de choisir si vous êtes prêts ou non à quelques sacrifices pour intégrer une communauté qui saura vous protéger. Mais sachez que si vous choisissez de continuer dans cette voie néfaste, ma famille se détournera à jamais de cette planète et vous abandonnera à votre sort, quel qu’il soit ! Vous pourrez même trouver un autre nom qu'Herrion, si cela vous chante !
Là, il avait choqué. Sasha s’aperçut qu’il n’était pas le seul à pleurer !
- il est temps de mettre un terme à cette conférence. Méditez mes paroles ! Maintenant, je souhaite m'entretenir avec mon Régent. En privé !
Sasha mit un moment avant de réaliser que c'était lui, le Régent ! Il ne comprit que quand grand-père ajouta :
- Henryn, Lisha, restez s'il vous plaît. Ce jeune homme a beau être majeur, il aura besoin de tout votre soutien !
Hé ho, mais c’est fini tout ça, on a gagné, fin de partie ! Je joue plus, moi…
Il allait protester, mais sous le regard sévère de Grand-père, seul un petit couinement de bête traquée parvint à franchir ses lèvres.
Non, ce n’était pas fini !


Notes:
1 Eh non, pas de bataille spatiale. Vous êtres déçus ? Alors, imaginez l'état d'esprit des Rouges ! Franchement, l'escadron rouge avec le Général Calrissian aux commandes (LE LANDO CALRISSIAN!!!) l'aurait écrasée, cette flotte ReHab, même s'ils étaient venus avec une ÉTOILE de la MORT. Non, mais !! Que des lâches, ces
******** de corpos !
2 Mara Jade Skywalker, qu'il a accompagnée à bord de l'Aventurier Errant. Sous prétexte de lui apprendre deux ou trois « trucs de Jedi », elle a testé sa sensibilité à la Force.
3 Pourtant, il ne classe pas la maman de Berylle dans cette catégorie.



Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 01 Avr 2017 - 19:00   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 15]

Si ce nouveau chapitre débarque un samedi, c'est une question de date: c'était le moment ou jamais pour parler d'un poisson. Pas n'importe lequel: celui-ci est une célébrité!
La question du jour est donc: d'où vient-il? C'est si facile que j'ai décidé d'en faire un concours:
Le premier à répondre (juste) gagne le tout nouveau BK 103 : cinq vitesses, amortisseur roue avant, peinture personnalisée, avertisseur cinq tons...offert par la maison Peugeat&fils, avenue Royale, Herrion-ville, Herrion, bordure extérieure. ( à venir retirer par ses propre moyens)
Les N° 2 à 20 gagnent un bon d'achat de de 5 crédits à la buvette de madame Mimba, Parc royal, même ville, même planète.
Les suivants gagnent nos remerciements émus pour leur participation à la reconstruction d'Herrion

Appelez le N° 666-888 sur votre liaison holonet
Appel surtaxé: 1500 crédits à la connexion
plus tarif d'une communication galactique ( 3000 crédit/minute)


Chapitre 15 : Un régent récalcitrant.


« Votre mission, si vous l’acceptez… »
Après toutes ces péripéties, Sasha avait espéré qu'on le laisserait en paix. Mais non ! Rien n'était simple, avec les adultes !
Cette histoire de régent, par exemple : Sasha l’avait appris à l’école, c’était quelqu’un que le Vice-roi nommait pour le représenter quand il devait s’absenter. Bref, un vice-roi par intérim ? Mais non, trop simple ! Un vice-roi par intérim était élu par l’Assemblée pour remplir la même fonction !
Et, par la volonté de grand-père, il était les deux à la fois ! Deux fois plus de corvées !

Alors qu’il se préparait à une ennuyeuse séance du Barbant Comité des Bornes et Limites, il se repassa des extraits de son « entretien privé » avec le vrai vice-roi. Dans la panique, il avait enclenché l’enregistrement de son système espion et toute la scène était gravée dans sa puce mémoire.
visionnage en cours

« - …. mais j’ai pas été élu par l’assemblée, moi, objecta-t-il !
- L’assemblée a voté la loi Marcona et le comité exécutif l’a appliquée, c’est parfaitement légal, répondit grand-père.
- Ah, zut ! Et tu peux pas la dé-légaliser ? Parce que là, j’en ai ma claque de toutes ces emmerdes !
- Sasha ? Menaça pa’, l’air sévère !
Grand-père en rajouta :
- Ton pa’ a raison : ce genre de mot ne devrait pas être au répertoire d’un garçon bien élevé. De plus, un régent… Ou un vice-roi se doit d’être exemplaire !
Sasha demanda très vite, histoire de faire oublier son impair :
- attends, y a un truc que je pige pas ! C'est toi, le vice-roi, non ? Alors comment je peux être vice-roi en même temps ? Et je suis aussi vice-roi des mondes du Chariot ?
- ah, c'est compliqué, la politique ! Disons, pour simplifier que je suis deux personnes en même temps.
Là, tu vois (il se plaça à droite), je suis le vice-roi des mondes du Chariot, qui a des pouvoirs économiques et politiques sur tout le secteur Her'an… Et aucun sur Herrion !
Il passa à gauche :
- Et là, je suis le vice-roi d'Herrion, dont les pouvoirs sont totalement différents et limités à Herrion. On appelle cela une union personnelle. C'est-ce que j'essaie de changer en ce moment : bientôt, je ne serai plus qu'un seul vice-roi
- alors, si je comprends bien : Quand tu es à droite, tu peux pas être à gauche, alors toi ou l'assemblée peuvent choisir un remplaçant.
- Bravo ! Tu as tout compris ! En ce moment, le remplaçant c'est toi ! Tu es vice-roi d'Herrion tant que je ne reviens pas sur la planète, ce dont je me garderai bien pour le moment. Si c'était moi qui t'avais nommé et non l'assemblée, tu serais Régent ! Tu l'es, en fait : pour bien marquer le coup, je t'ai nommé ainsi !
- Donc, moi aussi, je suis deux personnes en même temps ?
- Eh oui, mais c'est le vice-roi qui a le plus de pouvoir, puisqu’il est nommé par l'assemblée ! Par contre, comme tu es aussi Régent, ils savent que je suis derrière toi et que je te soutiens à fond. Enfin, n'abuse pas trop quand même, hein ?
Grand-père termina son explication par un clin d’œil, mais son fils adoptif ne trouva pas ça drôle du tout !
- Oui, mais moi, je veux… Je ne veux pas être régent, ou Vice-roi, ou président de comité.
- Trop tard, mon petit : non seulement tu l’es, mais tu as déjà pris des décisions qui engagent toute la planète ! Maintenant tu dois finir ce que tu as commencé !
Sasha, au bord des larmes, bafouilla :
- mais je pensais bien faire, moi, c’est pas comme si…
- Globalement, tu as bien fait, le rassura grand-père  ! Tu as commis quelques erreurs, bien entendu, mais je suis assez satisfait de tes décisions. Plus important, BEAUCOUP PLUS important, les herrians en sont satisfaits. C’est pour cela que tu vas mener cette affaire jusqu’au bout, jusqu’au vote de l’assemblée. Et tu vas faire en sorte qu’ils votent correctement."

Fin de visionnage

Tout le monde était enfin arrivé, le kilao et les petits fours servis, la réunion pouvait commencer. Sasha coupa son enregistrement, mais il n'avait même plus besoin de sa puce pour se souvenir de la suite:

Le Vieux avait pointé sur lui un index impérieux et l’avait fusillé de ces yeux de glace qui lui donnaient un regard encore plus flippant que celui de Venom dans ses mauvais jours (1) !
Maman avait courageusement défié l’intimidant monarque :
- C’est dur, ce que tu… Vous lui demandez : trop pour un jeune garçon qui…
- … Qui est majeur à cause d’un vote stupide de ces stupides herrians ! Un garçon qui est un Herrion, avec toutes les responsabilités qui en découlent. Un garçon qui est au pouvoir parce que certains se sont défilés au moment où je cherchais des héritiers.
Il avait foudroyé pa’ et ma’ du regard, sans rien ajouter, laissant leur fils perplexe, pour ne pas dire médusé.
Puis comme ils se taisaient, il avait repris :
- Un gamin, c’est tout ce que méritent nos stupides concitoyens. Et encore, Sasha est trop bien pour eux : il y a plus de maturité et de bon sens dans cette petite cervelle que dans celles de tous les présidents de comité réunis !
Il devait vraiment être en colère contre ces idiots!
- Une punition, alors, avait murmuré pa’.

Sasha était bien d’accord, mais il ne comprenait pas pourquoi c’était lui qui était puni !
- Pas seulement, Henryn : en ce moment, notre garçon est certainement le mieux placé pour faire accepter les détails du nouvel accord avec ReHab. Et aussi pour arracher le vote de l’Assemblée pour mon projet d’adhésion à la confédération du Chariot.
- Mais tu pourrais… Tu ne pourrais pas le faire, toi-même, grand-père ? Avait supplié le régent malgré lui.
- Je ne le souhaite pas, et pour deux raisons : la première, c’est que j’aurai déjà fort à faire pour convaincre l’assemblée sectorielle et la Confédération. Et il y a ces plaintes déposées par ReHab auprès de différentes juridictions. Je peux gérer ça, mais c’est un job à plein temps. La deuxième raison, c’est que les herrians me respectent, mais me trouvent un peu trop… Un peu trop…
- Autocratique ? Autoritaire ? Avait perfidement suggéré pa’.
- Autocratique ? Quand je pense au nombre de fois où j’ai dû capituler face aux caprices du lobby des chefs mécaniciens du Hun, avait riposté, mi-figue mi-raisin, l’ancien Capitaine de l’Amber Star à son ancien chef mécano.
puis, s' adressant à son héritier :
- Mais ton père a raison : j’ai été formé comme chef d’entreprise, pas comme politicien : je suis parfois un peu trop abrupt et, eh bien oui, autoritaire. Les herrians détestent ça ! Je vais donc agir en coulisses et te laisser le devant de la scène. Rassure-toi, tu n’auras pas à faire de discours ou à négocier, je m’occupe des détails désagréables : toi, tu fais le vice-roi, moi je m’occupe du lobbying Considère ça comme un stage d’immersion dans la vie professionnelle.
« cette mission, si vous l’acceptez… »
Le regard de grand-père ne laissait aucune autre option !
Ça va être Mission Impossible, avait pensé le garçon, catastrophé !
- Et tu as ma permission pour faire tourner en antel (2) tous ces imbéciles ! Il paraît que tes amis et toi êtes doués pour les farces. Alors, lâchez-vous, hissez le pavillon noir, pas de quartier !
Ah si on a le droit de se marrer…
La mission était tout à coup devenue un peu plus attrayante !

Comités, poil au nez !
La réunion du Comité des Bornes et Limites s'éternisait. L'heure du goûter était passé depuis longtemps, et ce n'était pas avec trois minuscules biscuits… Sasha s'agita : pas fichus de prendre une décision, ces vieux ! Tout ça pour une bête querelle de clôture à propos d'un champ que deux familles se partageaient depuis des siècles, sans aucun problème. Sauf que là, elles s'étaient disputées pour des motifs si stupides que le garçon n'arrivait pas à les comprendre.
Ou fixer la séparation ? Le très sérieux comité des bornes et limites n'avançait pas : Ils ne voulaient froisser personne ! Le président s’efforça de résumer toutes les -mauvaises- bonnes raisons de ne rien décider, un discours quasiment identique à celui qu’il avait fait en ouverture de séance. Soit ce gars avait une mémoire de poisson rouge, soit il voulait le noyer ( le poisson, bien sûr!)

Il poussait le bouchon un peu trop loin !
Ras le Bol ! Mauris (3), tu as dépassé les bornes des limites de ma patience!
Le vice-roi, excédé,se décida à intervenir :
- Ils ne veulent pas se mettre d'accord ? Vous n'avez qu'à annoncer que vous allez réquisitionner une bande de dix mètres en plein milieu pour, je sais pas, moi, construire un nouveau chemin vicinal ! Et ils devront construire chacun leur clôture à 1,5 mètres en retrait du chemin : c'est bien ça, la loi ?
Bien sûr que c’était légal, ils le savaient tous !
Il avait enregistré toutes les lois et procédures du Codex Herrion dans sa super puce mémoire ! Il lui suffisait de sélectionner le bon article, et plouf ! Le texte  défilait (virtuellement) devant ses yeux. Quel dommage qu’il n’ait jamais pensé à utiliser ce truc en interro ! Et, au besoin, SyDney et ses collègues pouvaient lui sortir une analyse complète en deux minutes !
Sasha n’avait aucun scrupule à tricher, histoire d’impressionner par ses connaissances tous ces vieux trop sérieux. Ça faisait partie de son plan ultra secret pour se faire disqualifier : ils seraient tous fous de colère quand il révélerait publiquement ses combines.
- Mais, vice-roi, vous n'y pensez pas ! Ils seront en colère contre nous et…
- C'est ça le but: au moins, ils oublieront leurs disputes!

Ils ne semblaient guère convaincus…
- Allez courage, messieurs dames ! Servir la communauté implique quelques sacrifices personnels ! Bon d'accord, ils vont vous haïr ! Mais quand ils se seront réconciliés sur votre dos, vous pourrez annoncer que vous laissez tomber! Ils finiront par vous pardonner ! Et si vous voulez vous défiler, vous n’aurez qu’à leur dire que c’est moi qui vous ai dit de faire comme ça !
- Vous n’y pensez pas, vice-roi, répéta Mauris Aquarius, l’air d’un poisson hors de l’eau.

Avouer qu’il prenait ses ordres d’un gamin, fut-il vice-roi ? Il tenait trop à la réputation d’indépendance de son comité !
- Ben non, en fait : Je savais bien que vous sauriez prendre vos responsabilités, fit Sasha comme si les commissaires avaient adopté sa suggestion. Et si ça leur plaît pas, dites leur de faire appel  devant le conseil du Régent! Disons, dans cinq jours, au conseil ? Je vais vous les réconcilier, moi !
Prétextant un devoir  -une version en Corellien ancien- à terminer pour le lendemain, il leva la séance avant qu’ils n’aient le temps de réfléchir. Le seul problème, c’est qui avait vraiment un texte à traduire pour le cours de dix heures !
Pour la séance du conseil, Sasha avait son idée : le nerf et l'antel, une histoire que Ve'ssshhh avait utilisé pour les réconcilier, Jacs et lui. Ils avaient juste le temps de répéter le petit spectacle costumé, avec les copains.
Le message sur l'amitié et les disputes stupides passa 5 sur 5. Il y eut des larmes et des embrassades. Le projet de séparation fut enterré, le comité pardonné.
Ils peuvent me trouver naïf, avec mes petits contes, mais tant que ça marche !



Conseil du Régent ou Comité des farces ? Régent ou Vice-roi ? Les deux !
L’assemblée l’avait fait vice-roi, Grand-père l’avait nommé régent.
Son premier acte officiel avait été de convoquer l'assemblée planétaire, officiellement pour entériner ses décisions, en particulier, les nouvelles clauses du contrat. Mais, comme grand-père avait besoin de temps pour son projet d’union, il lui faudrait tenir plus d’un mois Au moins, ils avaient réussi à placer dans l'ordre du jour l'abrogation de cette maudite clause de majorité. Sasha avait tout fait pour ça !
En attendant, non seulement il devait se coltiner des réunions de comités mais encore, recevoir et écouter ses '‘sujets’'. Des gens venaient à la ferme où à l'école, pour '‘consulter le vice-roi’' sur des sujets les plus divers, du très sérieux au plus ridicule.
Pas moyen de s'y soustraire : il avait fallu établir des horaires de visite, trouver des conseillers. Pa', ma' et le directeur Altaïr avaient voulu s'occuper de ça, mais Sasha avait gentiment refusé et nommé ses propres conseillers : SyDney et ses meilleurs copains, bien sur. Après mûre réflexion (au moins trois secondes), il avait nommé le sergent Wolf conseiller à la défense.  Rien que pour le voir donner des ordres au stupide général Moranx ! Selon Sasha, son frère de sang en savait plus sur la guerre que tout l'état-major réuni !
Ensuite, il avait désigné deux '‘conseillers’' supplémentaires que Wa'rrr lui avait confiés pour sa protection: Jaws et Speedy, deux de ses vargs.
Des enfants et des vargs conseillers? Ridicule ! C'était bien ce que Sasha voulait démontrer !
Toute cette affaire était ridicule, il ne se priva pas de le répéter sur tous les tons : il allait leur donner des raisons de l'abroger, cette stupide clause !

Détail marrant, c'était parfaitement légal ! il pouvait le prouver, textes à l'appui ! Il avait même trouvé des précédents : au moins deux vice-rois l'avaient fait ! Depuis toujours, les vice-rois aimaient à piquer un peu les farouches et exigeants herrians.
Grand-père avait confirmé par holo, annonçant officiellement qu'il soutiendrait les décisions de son '‘suppléant’'.
- Vous l'avez nommé, considérez-le comme mon régent! Ses décisions sont les miennes !
Comme il l'avait expliqué au garçon, c'était l'occasion pour lui de donner une nouvelle leçon aux naïfs mais prétentieux herrians :
- Ton idée pour faire annuler ta nomination devrait marcher. En attendant, en mon absence, tu es vraiment le vice-roi! Tes décisions ont force de loi tant que l'assemblée ne les a pas examinées et validés ou invalidées. Alors, amuse-toi si tu veux, mais évite de déclencher une révolution ! Bref, fais preuve de bon sens et n'abuse pas trop !
- Il y a les réunions de comités : je les trouve barbantes, alors imagine ce que ce sera pour toi ! Moi, je ne peux pas le faire, mais toi, n'hésite pas à montrer ton ennui et à faire preuve de franchise! Ils appelleront ça de la fraîcheur ou de la naïveté !
Et avec les consultations, tu vas en entendre de drôles ! Alors vas-y, fais-toi plaisir, nomme qui tu veux, réponds comme tu l'entends, mais écoute poliment les quémandeurs. Tu peux piquer un peu , mais évite de blesser leur amour-propre. Ce que je te demande n'est pas facile, c'est un sacré boulot, j'en suis bien conscient! Mais je fais confiance en ton honnêteté et en ton sérieux.

Une situation complexe que Sasha avait résumé ainsi à ses '‘conseillers’' :
- en gros, on a le droit de faire les idiots, mais sérieusement !
Berylle avait répondu :
- Jouer, c'est toujours sérieux !
- alors on joue au conseil du vice-roi ?
- j'veux bien, mais pas trop sérieux quand même, hein ?
Milo s'inquiétait… Déjà qu'il n'osait plus dire de gros mots, si en plus il n'avait pas le droit de faire des farces !
- t'as raison, Milo ! Les corvées, c'est mieux quand on s'amuse ! Et j'ai bien l'intention de m'amuser ! Et vous ? Des idées ?
Elles avaient fusé de toutes parts, presque en même temps.
- Et si on se déguisait pour les audiences ?
- on pourrait aussi faire un concours de jeux de mots ?
- tu crois que les Reapers accepteraient de faire la garde royale ?
- Ils seraient super, tous en rouge ! Et puis, ce sont tes gardes d'honneur !
- On pourrait aussi créer un comité : le Comité des Farces !
- On créera une équipe spéciale de rouges pour les préparer ! Plusieurs, sinon ça fera des jaloux !
- on fera des concours et on distribuera des médailles et des bonbons aux cinq nectars en récompense, avait confirmé le vice-roi.


Une session du Conseil.
Malgré les déguisements, les farces et les jeux de mots, beaucoup trop d’affaires présentées au conseil exigeaient des décisions sérieuses. Les compagnons firent donc de leur mieux pour trouver des solutions aux problèmes de leurs concitoyens ; des solutions parfois originales, parfois naïves, mais qui semblaient satisfaire les visiteurs.
Heureusement, pour se marrer un bon coup, il y avait les fous et les originaux. Les prophètes à deux sous, les illuminés, les poètes maudits, les génies incompris ou ceux qui voulaient le prendre de haut firent les frais de l'humour potache des compagnons ou des analyses technico-philosophiques de SyDney :
… Il glosait depuis deux heures sur la théorie de l'hyper-espace avec un ''génie '' venu vendre un délirant projet de transport instantané. Inspirés, le vice-roi et ses conseillers avaient organisé un concours de tir à la sarbacane, pour tester le transport instantané de projectiles. Mais, se souvenant des conseils de grand-père, Sasha écouta attentivement le résumé de SyDney avant de recevoir le farfelu. Il expliqua gentiment à l'inventeur qu'il s'était trompé de Vice-roi :
- Herrion n'est pas la confédération du Chariot ! Notre planète est beaucoup trop pauvre pour financer un projet aussi ambitieux ! Et en plus, on manque de personnel : regardez, nous, les enfants, on est obligés de faire le boulot des grands ! Mais Sydney me dit que certains équipements que vous voulez construire débouchent sur des applications directes et celles-ci peuvent intéresser les industriels. Si vous me laissez vos coordonnées et une de vos documentations techniques, je vous promets de les transmettre à des hauts responsables d'entreprises du secteur qui ont des moyens bien supérieurs aux miens. Et au Capitaine de l'Amber Star, aussi !

- On peut piquer, mais pas blesser, il a dit Grand-père, expliqua-t-il plus tard à ses conseillers.
- ça, pour piquer, on a piqué, répondit Jacsyn : on a bousillé la cible, cette fois ! Tu crois que ton pa' nous en refera une ?
- T'imagines, et si ça marche, son truc ? On a peut-être raté une super occasion ! Rappela Corran.
- SyDney ?
- Je ne crois pas, non ! Son projet est très bien présenté, et c'est lui-même qui a mis en valeurs les applications dont je t'ai parlé. Mais le voyage instantané ? Il faudrait y consacrer le budget total de l'Alliance Galactique pendant au moins cent ans, juste pour confirmer ses théories. J'étais en réseau avec l'ordinateur de l'université de Hunnia, il a fait les calculs pour moi !
Sasha prit le temps d’y réfléchir :
- en tout cas, je crois qu'il vaut mieux envoyer la doc, comme promis, on ne sait jamais !
Et je vais demander l'avis de Lando : c’est un grand homme d’affaires !


Affaires militaires : Engagez-vous, qu'ils disaient !
Wolf avait réussi à obliger les vieux croûtons de l'état-major à reprendre l'entraînement physique !
Le conseil au grand complet se déplaça pour voir de gros fermiers (dans les deux sens du terme) ou des notables influents dans le civil suer sang et eau aux ordres d'un impitoyable sergent-instructeur haut comme quatre pommes (il avait un peu grandi),
Le grossier colonel- il s'appelait Taurus- se sortit avec les honneurs du parcours du combattant : il était bien le seul ! Un qui ne rigolait pas, c’était Wolf, qui leur passa un savon sur leur déplorable forme physique. Il prescrivit un stage de remise en forme suivi d'un entraînement bi-décadaire.
- les officiers se doivent de montrer l'exemple, aboya-t- il. L'entraînement des troupes s'est trop relâché, il est temps d'y mettre bon ordre ! Leur vie en dépend !
Ordre aussitôt validé par le vice-roi qui s'empressa de l’inscrire à l'ordre du jour de la prochaine assemblée.
Nul doute qu’il y aurait bientôt des démissions en cascade dans la Garde Nationale !
- Et rigole pas, Sasha ! Toi aussi tu t'es ramolli ces derniers temps : tu comptes trop sur ton droïde, il va falloir y remédier !
Là, tout d'un coup, c'était beaucoup moins marrant !


Le conseiller Jaws se charge de l'affaire
Pour les rares menteurs et malveillants, il se reposait sur les '‘conseils’' de Jaws le bien nommé. Le Varg avait sa façon bien à lui d'intimider les importuns, d'un bâillement découvrant ses crocs impressionnants ou, pour les plus obstinés en faisant claquer sa mâchoire. Une fois, Speedy et lui coursèrent l'un de ces mal intentionnés jusqu’à l'astroport, à la grande joie du vice-roi et de ses conseillers qui avaient suivi sur leurs bikes en bombardant le malheureux de conseils assez peu utiles, il est vrai. Le vice-roi intervint :
- Dites, on approche de l'astroport, là ! Si vous voulez qu'on la fasse, cette Interview, faudrait vous dépêcher !
Mais le faux journaliste était trop essoufflé d'avoir couru si longtemps. L'humain, au visage rougi et ruisselant de sueur (quelle idée de mettre un costume quand on s'apprête à courir un marathon par 30° à l'ombre), tomba littéralement dans les bras des agents de la sécurité qui désiraient « l’interviewer », eux aussi.
On apprit plus tard que c'était un espion engagé par les avocats de ReHab, qui n'avait pas renoncé à un procès.


… …

Crevant tout ça, mais finalement Sasha finit par atteindre son but tout en s'étant bien amusé.
Deux soucis, cependant :
Malgré les blagues, les farces douteuses, les réparties cinglantes, les jeux de mots à deux sous, les uniformes de pacotille, la majorité de ses « sujets », présidents de comités en tête, s'étaient déclarés satisfaits de ses prestations.
Comment ça, satisfaits ? C'est le monde à l'envers ! J'ai tout fait pour les énerver !!
Même la révélation de sa « triche » n’avait pas eu l’effet escompté : pour tout dire, le scandale de la puce mémoire avait fait pshhhit !
Madame Sirius l’avait qualifiée en public « d’utilisation ingénieuse des ressources disponibles » avant de lui souffler à l’oreille :
- tu sais, Sasha, tous les hauts responsables ont leurs trucs pour paraître plus intelligents et informés qu’ils ne le sont !
J’aurais dû demander à Marcona de m’offrir un costard à 10 000 crédits en échange de sa grâce ! Non : un nouveau bike BK 103 de la maison peugeat&fils avec toutes les options!
Plus grave, ses résultats scolaires avaient baissé. Mais le conseil de classe lui trouva des excuses !
C'est vraiment le monde à l'envers !

Il ne restait plus qu’un léger détail à régler : l’assemblée planétaire ! Des millions d’herrians n’attendaient que l’occasion de donner leur avis avant de voter ! Un cauchemar !


Notes:
1 Sasha n’est pas encore au courant pour les petites bébêtes venimeuses qui apparaissent dans les yeux de son grand frère (Voir : « Venom et le seigneur de la guerre »), sinon il réviserait son opinion
2 L’équivalent herrian de « faire tourner en bourrique »
3 C’est le prénom du président : Mauris Aquarius (et pas : aquarium! :P )


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Ven 21 Avr 2017 - 20:25   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 16]

.


Chapitre 17 : y vont voir qui c’est Markus !




Assemblé planétaire : faites les taire !
Le grand jour était arrivé !
La grande salle de chaque district était connectée au réseau : par holo, tous les herrians majeurs pouvaient intervenir. Pour le moment Sasha était toujours majeur, il était donc assis dans le fauteuil du Vice-roi, tout près de la tribune. Quelqu’un avait pensé à le rehausser avec des coussins, sinon les herrians n’auraient vu de lui qu’une masse de cheveux bouclés dépassant du pupitre. En principe, il n’aurait pas grand-chose à faire : traditionnellement, le Vice-roi n’intervenait pas dans les débats. Sauf si on lui posait une question !
Grand-père, confiant, lui avait annoncé que tout se déroulerait comme prévu, mais il n’en menait pas large !
Y’en aura bien un pour me poser une colle sur l’alinéa 3 du paragraphe 375-47. Un prof, par exemple ! Et j’saurai pas répondre, et…
La patte de Ve’ssshhh se posa sur son épaule, et l’insectoïde chuchota :
- Ne t’inquiète pas, tout se passera bien.
Sans savoir pourquoi ni comment, Sasha qui jusque-là était une vraie boule de nerfs et s’agitait dans son fauteuil, s’apaisa et cessa de se ronger les ongles. Grand-père avait raison, la partie était quasiment gagnée : les présidents, maires et autres notables influents avaient retenu la leçon et fait campagne pour l’adhésion à la Confédération du Chariot . L’opinion semblait favorable au projet : la sourde menace d’un procès intenté par ReHab et celle d’une colonisation forcée avaient plané sur les débats.
Quand, quelques jours avant la réunion, un journaliste lui avait demandé son avis, Sasha s’était contenté de raconter l’histoire terrifiante d’un monde isolé – Quastar-, attaqué et pillé par des pirates, sa population réduite en esclavage, sans que les mondes voisins ne lèvent le petit doigt.
- j’ai tout vu, j’y étais !
En parlant, le Régent avait le regard halluciné de ceux qui en ont trop vu, avait noté le journaliste .
- Vous savez, c’est mieux d’avoir des amis quand tout va mal, avait conclu le jeune chef d’état en couvant les siens d’un regard attendri.
Une petite phrase anodine qui avait été diffusée et rediffusée ad nauseam. Grand-père y avait veillé !

Il était donc en première ligne, sous le regard attentif de millions de ses concitoyens, mais heureusement, Voxan, Ve'ssshhh et madame Sirius, (toujours la fameuse règle des trois) étaient là pour répondre à sa place. Une seule question lui fut posée :
- Pensais-tu être vraiment le vice-roi ?
Il répondit  sincèrement:
- Au début, je n'y croyais pas trop. Mais tout le monde disait que je l'étais, alors j'ai fait ce qu'il fallait . Mais, vous savez, même sans le titre, je l'aurais fait quand même !
Il réfléchit, puis ajouta :
- Je dois reconnaître que cela m'a bien facilité les choses, surtout pour mobiliser les troupes régulières ou quand j'ai nommé le général Calrissian à la tête des forces spatiales.
Puis il conclut avec une pointe de perfidie :
- D'ailleurs c'est vous qui avez voté cette loi : je ne pouvais pas désobéir aux lois de la planète, non ? 

Et paf, dans les dents ! Après ça, personne n'osa lui demander autre chose !
Surtout que les témoins en rajoutèrent une couche : madame Mimba, monsieur Corrant, monsieur Betel l'ancien, le colonel – bientôt général- Taurus et bien d'autres, se succédèrent et tinrent à peu près les mêmes propos : LEUR vice-roi avait été à la hauteur.
Selon monsieur Betel, aussi courageux que roublard, il avait mené Marcona en bateau du début à la fin. L’ancien maquignon avait affirmé :
- confiez-moi ce garçon pendant un mois, et il vous vendra une vieille carne pour le prix d’un reproducteur primé. Et vous serez convaincu d’avoir fait une bonne affaire !
On pouvait lui faire confiance sur ce point : en son temps, il en avait roulé plus d’un dans la farine ; son père avait même initié au marchandage le vice-roi Markus Herrion !
Monsieur Corrant parla même de machiavélisme. Quant à madame Sirius, elle ne manqua pas de rappeler que tout ça, c'était la faute des adultes :
- Nous avons confié à cet enfant des responsabilités écrasantes et il les a assumées, avec quelques maladresses, certes, mais aussi avec courage, sagesse et honneur. Par ailleurs, en ma qualité de présidente du comité de reconstruction, puisque vous avez décidé de me maintenir à ce poste malgré mes nombreuses erreurs, j'appuie sans réserves les décisions du vice-roi, affirma la maman de Berylle.

Vice-roi, pas vice-roi par intérim. Ils sous-entendaient même que Sasha avait tout prévu, qu'il leur avait fait organiser le procès exprès pour avoir les mains libres, par exemple.
Ah bon ? Il avait failli rater l'occasion d'obtenir des renforts, avec ses conneries !
Tous ces compliments le mettaient mal à l’aise et il ne pouvait s’empêcher de nourrir d’horribles soupçons :
J’espère qu’ils ne disent pas tout ça parce que grand-père leur a fait la leçon !

Au moins, pour la clause de majorité, le message était passé. Madame Canopus, présidente de l'influent Comité pour la Préservation des Milieux Sauvages, résuma la situation :
- Sasha, rassure-toi, j'ai bien compris ton message. Et je suis d'accord à cent pour cent: un garçon de treize ans a bien plus important à faire que d'écouter un cénacle de vieille barbes tourner en rond et ressasser les mêmes problèmes ! C'est pourquoi je soutiens la motion d'abrogation de la clause de majorité.
Elle parla ensuite, trop longtemps, des réunions auxquelles le Vice-roi avait assisté :
- … j'ai apprécié d'avoir un interlocuteur qui savait écouter et poser les bonnes questions, mais aussi relever avec humour nos petits travers. J'ai, par le passé, travaillé avec des officiels bien moins concernés et attentifs ! Oui, mes chers concitoyens, notre jeune vice-roi a déjà les qualités d'un bon dirigeant, j'en suis convaincue! Mais ne brûlons pas les étapes, au risque de le dégoûter à jamais de la politique. Réfléchissez bien à cela: nous pourrions encore avoir besoin de lui, plus tard. En attendant, laissons le grandir en paix! C'est la meilleure façon de lui prouver notre reconnaissance !
Ce discours avait quelque chose d'inquiétant : madame Canopus ne demandait pas l'acquittement, mais un sursis…

Cependant, aucun témoin ne racontait l'histoire comme lui l'avait vécue. Dans les souvenirs du garçon, tout n'avait été qu'improvisations et décisions hasardeuses. Et son objectif principal avait été de délivrer Berylle.
Ve 'ssshhh comprenait tout. Comme souvent, il avait posé sa patte sur l'épaule de Sasha pour le retenir et l'apaiser. À la fin, il l'ôta en lui chuchotant :
- va-y, libère-toi. Dis leur ce que tu ressens. 
Sasha se leva, en colère contre il ne savait quoi, et leur débita  toute l'histoire à sa façon : ses peurs, ses doutes, ses erreurs, ses remords, le soutien de ses amis, révélant des actions que bien des gens ignoraient.
Il n'y avait pas que les Reapers, les Rouges et les '‘conseillers’' Corran, Berylle, Mizar, Rigel, il y avait tous les autres : ceux qui, déguisés en membres de l'escadron rouge, avaient accepté de conduire les Droïdes vers leur poste de combat au nez et à la barbe des ReHab, par exemple. Il en profita aussi pour rappeler le travail et le dévouement de ses droïdes. Il souligna toutes ses erreurs, il y en avait un paquet, il avait eu le temps d'y réfléchir!

Son discours devint plus confus quand il parla de ceux qui étaient «  tombés au champ d'honneur », selon l'expression consacrée, surtout des quatre Reapers morts ce jour-là. Il s'embrouilla avec ses  :'
' C'étaient mes soldats, on a prêté serment''
''Si je les avais laissés à l'écart, ils m'en auraient voulu à mort'','
' J'avais juré''
''c'étaient mes frères de sang et ils sont morts à cause de moi'' et autres déclarations sans queue ni tête entrecoupés de larmes et de sanglots. Heureusement, avant de s'effondrer, il avait pensé à demander pardon aux familles. Dans un brouillard de larmes, il entendit pa' parler durement à l'assemblée, puis V'essshhh prit le relais pour raconter une de ses édifiantes histoires tandis que ses parents l’entraînaient dehors, vers le flotteur familial.
- Attends, je ne leur ai pas dit… J'me suis emmêlé, ils vont rien comprendre !
- Ils ont compris l'essentiel : Ces morts, ils en sont responsables, nous en sommes tous responsables !V'eessshhh l'a bien dit, tu es comme l'antel du marchand : nous t'avons chargé de tous nos biens, au-delà de ce que tu pouvais porter. Sauf que toi, tu as réussi à traverser le pont !
Ils étaient déjà loin quand une longue ovation s' éleva. Trop crevé pour en profiter ! à la maison, il fut bientôt déshabillé, couché, embrassé, bordé dans son lit.
- Maintenant, tu peux te reposer, dit ma' en sortant.

Pour la première fois depuis une éternité, Sasha dormit treize heures d'affilée.
L'assemblée vota l'approbation à la quasi-unanimité. Les familles de ses frères Reapers tombés au combat avaient voté pour et l'avaient fait savoir.
- Avec ça, tu es couvert, dit papa. Maintenant, s'ils veulent accuser quelqu'un, c'est toute la planète qui est responsable 
Il était couvert, d'accord, mais ReHab n'avait pas renoncé aux poursuites judiciaires. Ils avaient de très bons juristes, des amis haut placés et ils étaient sûrs de leur bon droit.
Ce qui rassurait Sasha, c'est que grand-père avait pris les choses en mains :
- Ne t'inquiète pas : ils m'ont traité de vieille carne mais ils vont s'y casser les dents, avait affirmé le vieux pirate.




Papy contre-attaque : ils vont voir qui c'est Markus !
À un moment, il fut même question de citation à comparaître devant la cour de Justice Galactique. Une fausse alerte : ReHab avait un adversaire de taille. Comme Lando l'avait prédit, Grand-père Markus, le vrai vice-roi, géra tout ça à sa façon. Cela lui prit plusieurs mois, mais Rehab finit par jeter l'éponge.
Il avait le bras long, des amis dans tous les milieux, y compris les plus louches et ne craignait pas d'infliger des coups bas ! Comme il l'avait affirmé :'' ''Aux quatre coins de la galaxie qu'on va les retrouver, éparpillés par petits bouts, façon puzzle. Je vais leur montrer qui c'est Markus !'' (1)

Sa première manœuvre ?
Faire voter par les assemblées le rattachement d’Herrion au secteur He’ran.
Et paf, pour ReHab, l'adversaire n'était plus un monde pauvre et isolé, mais tout un secteur riche et puissant ! Et paf, pour les herrians, indépendantistes farouches, le plus souvent à leurs dépens : ils avaient fini par comprendre qu'ils étaient trop vulnérables seuls et avaient dû voter la motion !

Puis il alluma des contre-feux :
ReHab avait lancé une campagne sournoise contre Sasha, le présentant comme un tueur psychopathe qui avait fait capoter dans le sang leur offre généreuse à une planète martyre.
En riposte, il fit mettre le commandant Go'Hota en accusation devant la cour de justice sectorielle sur Gothica, pour ''complicité d'enlèvement d'enfants''. Grâce aux enregistrements saisis dans les consoles du centre ReHab d'Herrion et aux banques mémoire du droïde assassin, il avait des preuves solides. Il accepta que Marcona soit rejugé par cette même cour ; l'objectif était simple, l'utiliser pour incriminer les hauts responsables de ReHab. Il promit une énorme prime de 300 000 crédits au cas où le commandant refuserait de comparaître.
Enfin, il envoya en primeur au commandant et au directoire un reportage '‘pas encore diffusé sur les grandes chaînes’' où Berylle racontait son enlèvement avec moult détails sanglants et cet air halluciné qu'elle avait en réalité depuis qu'elle avait survécu à un génocide… Dans le reportage, des médecins éminents insistaient sur le traumatisme qu'elle avait subi, sans préciser lequel. Quant à Sasha, pas d'interview, mais des images le montrant en classe, aidant son pa' à la ferme, jouant avec ses copains…
Un petit garçon bien sage comme lui pouvait-il être le tueur machiavélique et sans pitié que décrivait ReHab ?

Une équipe de News – la Bright Star, bien sûr ! (2)- retrouva Firmus
-  C’est vrai, il m'a piégé ! Mais il l'a fait pour sauver sa planète : je ne lui en veux absolument pas. Je profite d’ailleurs de l’occasion pour demander pardon aux herrians : j’ai agi pour aider des compatriotes hermians, mais ce n’est pas une excuse acceptable.
Sasha, lui, m’a pardonné : ce garçon a un cœur d'or, savez-vous ? Alors que j'ai manqué de jouer un sale tour à ses concitoyens, alors que tous m'abandonnaient, il m'a tendu la main, offert son aide! Un jour, je créerai un parfum en son honneur ! Ce sera mon chef-d’œuvre !
Mais si vous souhaitez connaitre les origines de l'horrible chantage qui m'a contraint à trahir ma famille et ma planète natale, je peux vous en dire long… »
Un témoignage d'autant plus accablant qu'il impliquait une collusion entre ReHab et les esclavagistes de la bordure extérieure : Firmus avait accepté la partie fatale dans l'espoir de gagner assez de crédits pour racheter des compatriotes réduits en esclavage.
Des reportages comme ça, il y en eut des dizaines : la guerre médiatique fit rage.

C'est ainsi que toute la galaxie se passionna pour l'affaire Herrion.
L’affaire y gagna une telle renommée qu’une très populaire série pour la jeunesse s'empara de l'histoire à sa façon : On apprit que le célèbre pirate au chapeau de paille – que tous ses fans croyaient mort dans le dernier épisode (3)- allait venir aider le Prince Shasha, son droïde Siddley et leurs amis à chasser les méchants droïdes Trop Peur de la planète Hellion ! Le tournage allait commencer sous peu.
Il faut dire que la série, quasiment abandonnée, venait juste d'être rachetée par la Bright Star Entertainment. Le nouveau propriétaire faisait campagne – on pouvait même parler de propagande- en faveur d’Herrion : il ne pouvait manquer cette occasion de répandre la bonne parole auprès des jeunes esprits !
Et puis, fan de fraîche date, il avait dans sa besace tout un tas d'histoires de pirates -authentiques celles là- pour renouveler l’intrigue et relancer la série  !

Dégoûté par cette campagne qui le faisait passer pour le pire des salopards -même ses enfants le regardaient d’un sale œil-, Go’Hota, qui avait également reçu la visite intimidante d'un certain Venom, retira sa plainte et négocia une grosse indemnité au bénéfice des deux « victimes ».
Pour son troisième procès, Marcona plaida coupable et donna beaucoup de détails sur les agissements de ReHab. Il y gagna dix ans dans une cellule confortable au lieu de perpète – ou la mort- sur Herrion. Quand il l’apprit, Sasha jugea que c'était trop gentil, mais il avait dix ans pour y remédier. Il était un peu rancunier, et il avait une très bonne mémoire : il se promit «d'arranger les affaires » de Marcona.
Toi, tu t'en mordras les doigts d'en avoir coupé un à ma copine Berylle ! (4)
Il avait plein de temps pour réfléchir aux meilleurs moyens de pourrir la vie de l’ex-corpo. Il avait déjà quelques idées.

Pour la soi-disant rupture de contrat, le vice-roi lâcha ses meutes de juristes, y compris ceux de Lando et de l'Amber Star (également accusés), qui déposèrent requête sur requête pour retarder les procédures !
Les dirigeants de la compagnie comprirent vite qu'ils en auraient pour des années. Sans compter qu'il existait bien un contrat, révisé par leur plénipotentiaire Marcona et bien plus avantageux pour Herrion.
L’avait-il signé sous la contrainte ? Peut-être en échange de sa grâce ?
Oui, mais lui aussi avait usé de contrainte. Et commis des crimes !
D'ailleurs, quelle était la responsabilité du directoire dans les actes répréhensibles de leur '‘chef de projet’' ? Devaient-ils être accusés eux aussi ?
Les juristes des deux bords se préparaient à des joutes mémorables. Et à se remplir les poches au passage !

Entre temps, grand-père démontra qu'il était digne d'être un pirate : tout un tas d'incidents désagréables éclatèrent soudainement sur les chantiers de ReHab : Grèves, pannes, sabotages, cargaison '‘perdues’', attaques de pirates ! Le chaos total !
Et ce n'est pas tout : le célèbre commodore Darpa, l'ennemi déclaré des pirates et des contrebandiers, annonça une prise spectaculaire dans un cargo ReHab : un énorme stock d’Épice de contrebande ! Informateur anonyme, mais digne de foi, avait commenté le Commodore.
Les médias déchaînés, qui avaient fini par prendre parti, montèrent en épingle chaque échec, chaque affaire de malversations impliquant un sous-fifre de ReHab ou de sa maison mère. Des rumeurs perfides et persistantes se répandirent, impliquant personnellement plusieurs membres éminents du Directoire dans des scandales plus nauséabonds les uns que les autres.
- moi aussi, je sais calomnier, affirma grand-père en privé. D'ailleurs, certaines de ces rumeurs sont vraies.
Il réussit même à retourner le baron Kloo (encore un cousin ?) contre ses collègues, provoquant une vraie révolution de palais !

Finalement ReHab, sous la pression de la maison mère (RePlanetHab) qui venait d'avoir un contact douloureux avec un autre membre de la famille (Venom, qui d'autre?), décida sagement d'arrêter les frais et de payer -comme promis- pour la reconstruction. La compagnie obtint tout de même une consolation : selon l’accord, la planète acceptait de recevoir les réfugiés, mais à ses conditions.

Une sage décision car grand-père avait le glaive vengeur et le bras séculier (5) : il mobilisait déjà une armée de chasseurs de primes et de tueurs à gages. Il en connaissait beaucoup : les meilleurs, c'est à dire les pires !
Grand-père ne faisait pas dans la dentelle ! Il n'était peut-être pas le plus honorable de la lignée des vice-rois Herrion, mais il était le plus redoutable. C'était un papy flingueur !
Les Rehab avaient vu qui c'était, Markus : leur pire cauchemar ! Le second, non le troisième de la famille avec Markus Junior qui avait réussi l'exploit de remettre au pas RePlanetHab.
Pendant longtemps, entendre simplement le mot Herrion donna des cauchemars aux dirigeants de la corpo.


Notes
1 un petit clin d’œil à Michel Audiard. Je ne peux pas résister au plaisir de citer intégralement Raoul Volfoni: "Non mais t'as déjà vu ça ? En pleine paix ! Il chante et puis crac, un bourre-pif ! Il est complètement fou ce mec. Mais moi, les dingues, je les soigne. Je vais lui faire une ordonnance, et une sévère… Je vais lui montrer qui c'est Raoul. Aux quatre coins de Paris qu'on va le retrouver, éparpillé par petits bouts, façon puzzle. Moi, quand on m'en fait trop, je correctionne plus : je dynamite, je disperse, je ventile!"

2 Une compagnie de médias ruinée que Venom a rachetée pour une bouchée de pain. Au départ simple couverture pour ses magouilles, elle s'est considérablement développée et commence à se faire un nom sur la scène galactique.
3 Une holo-série pour la jeunesse. Une histoire de pirates se déroulant peu avant la fondation de la république, alors que l'hyper-propulsion n'en était qu'à ses débuts balbutiants et que les Routes restaient à découvrir. Les jeunes (ex)-pirates en sont fans, Thalia et Venom aussi! Et non, le héros n'a pas le corps élastique, il n'a pas mangé de fruit du démon, mais il y a bien un D dans son nom :wink:
4 Il tint parole, mais ceci est une autre histoire.
5 Encore Audiard !
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Ven 21 Avr 2017 - 20:57   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 17]

Salut Ve'ssshhh! Je vois que tu es fan des Tontons flingueurs :diable: ! On touche pas au grisbi surtout sinon gare..

Tout est bien qui finit bien on dirait.. même pour Marcona! En voilà un pourtant qui méritait une fin de méchant digne de ce nom: découpé en petits morceaux :sournois: fins et délicats.. Un certain couple infernal corello dathomirien n'aurait pas dit non :siffle: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1675
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 24 Avr 2017 - 18:48   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 17]

mat-vador a écrit:
Tout est bien qui finit bien on dirait..


Eh oui, c'est presque fini, sur Herrion comme dans la bordure extérieure, mais Sasha doit d'abord en terminer avec ses corvées!
Quant à Marconna... :diable: Sasha a bien retenu la leçon de son grand-père: quand tu veux nuire à quelqu'un, lâche d'abord une meute d'avocats à ses trousses... Ensuite, trouve-lui un petit job pas sympa et (très) mal payé et il n'aura bientôt que ses yeux pour pleurer :cry:
Je n'en dis pas plus, ceci est une autre histoire ( que je n'ai pas entièrement écrite, en plus!)
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 01 Mai 2017 - 21:58   Sujet: Re: Sasha et l'escadron rouge [chap 17]

Voici donc le dernier chapitre des aventures de Sasha et, en prime, l'épilogue des aventures galactiques de nos héros.



Chapitre 18 : Récompenses ?




Cérémonies ; franchement, ils abusent !
Les herrians pouvaient être lourds, par moments. Une semaine entière de cérémonies, c'était abuser. Surtout quand on doit participer à toutes. Sasha avait donc dévoilé les holo-plaques des rues Brand et Lamark. Ce n'était que justice : les deux questeurs avaient été les premières victimes du sinistre complot.
Dans une ville qui s’agrandissait chaque jour, les nouvelles rues ne manquaient pas. Le prolongement de la vieille Avenue Royale avait reçu son nom de baptême : avenue Calrissian. Au moins, Lando avait réussi à transformer l’inauguration en une bonne partie de rigolade et après, il avait convié ses jeunes amis à une fête à tout casser !
Puis il avait fallu inaugurer le monument en hommage aux Reapers tombés au combat, en attendant de baptiser des écoles. Quatre morts, une dizaine de blessés, c'était peu, compte tenu de leur armement sommaire. C'était trop pour Sasha qui se demandait encore s'il avait bien fait de les entraîner dans cette affaire. Il en faisait encore des cauchemars.
Le Sergent Wolf préparait, avec la complicité de K'reeelll une de ses fêtes secrètes et sauvages, dans la montagne :
- Tu verras, ça ira mieux après, avait-il affirmé.
Sasha attendait ce jour avec impatience : ce serait le vrai adieu à ses frères et sœurs de sang disparus.
Après ? Remise de médailles à la caserne. Il y en avait un paquet ! Et à qui on avait refilé la corvée, hein ?


Les chevaliers stellaires
Fini ? Pas du tout ! Mais, au moins, Grand-père s'était chargé de la suite, dans la partie militaire de l'astroport. Sasha était au milieu des Rouges, et l'ambiance était mitigée : les techniciens bombaient le torse, emplis de fierté. Le discours avait conté leurs exploits lors des combats qui avaient permis de reprendre la ville et l'astroport.
Un discours qui avait laissé de marbre les pilotes.
Le vice-roi, peu avare de compliments et de flatteries, leur avait pourtant passé la pommade :
«  Moitié anges et moitié démons, mauvaises têtes mais gentils garçons (et filles), ils ne savent ni le bien ni le mal, car ils ne pensent qu’à leur idéal », avait-il déclamé dans une surprenante envolée lyrique qui ne lui ressemblait pas.
Hé, c’est beau et en plus, c’est tout à fait eux, avait admiré Sasha !
Mais rien n’y fit !
Il avait aussi prétendu qu'ils avaient remporté leur plus grande victoire ce jour-là : armés seulement de leur courage, de leur esprit de sacrifice et de leur terrible réputation, ils avaient mis en déroute un « ennemi infiniment supérieur en nombre et en puissance » -dixit Grand-père-.
- Pas de combat, pas de gloire, avait marmonné Jacsyn en guise de réponse,
Les grognements d’approbation avaient fusé de toutes parts.
- P***** oui, avait confirmé Milo, décidément incorrigible.
Les pilotes en voulaient surtout aux lâches et sournois Corpos qui avaient fait exprès de fuir rien que pour les empêcher de se couvrir de gloire !
Affront suprême : pendant ce temps les Verts, leurs concurrents de toujours, avaient conquis la gloire éternelle, là-bas dans la Bordure !
Mais le rusé vice-roi savait comment mettre un peu de baume sur leur amour-propre égratigné: Il parla de Red 5 et de son sacrifice en orbite de Vance, puis dévoila théâtralement la plaque indiquant :
« B.S.G.N Jas Hobax »
(1)

Puis il mentionna le nouvel indicatif du contrôle chasse : Red 5.

Les sourires refleurirent : Jas n'était peut-être plus là mais, en esprit, il accompagnait au combat chacun de ses partenaires.
Enfin, il dévoila la nouvelle date du concert des Shining Brothers (reporté à cause de l’état d’urgence), insinuant que le groupe réservait une belle surprise aux membres de l’escadron. Laquelle ? Il se contenta d’un sourire énigmatique (2).
Autre annonce surprenante, mais qui déclencha des hourras dans la troupe : l'assemblée venait de voter une motion faisant des SyDs des citoyens d'honneur. Incroyable, quand on pensait à la méfiance des herrians envers les droïdes.
Une motion que le vice-roi transforma en décret en y apposant publiquement sa signature.
- Une très belle cérémonie, finalement , conclut Sasha, au comble de la joie, en allant féliciter son partenaire cybernétique.
La dernière ? Hélas, non !



Du Kaî, encore du Kaï ! Il n'est pas rance, au moins ?
- Et moi qui croyais que j'en avais fini avec tout ça, pesta Sasha qui serait bien parti se baigner avec les copains.
À la place, il devait rester assis bien sagement sur une chaise inconfortable, avec juste à ses côtés la présence réconfortante de SyDney, « assis » lui aussi sur une chaise ! Une chaise qui se serait brisée en menus morceaux s’il s’y était vautré comme son partenaire : c’est qu’il pesait son poids, le droïde ! En d'autres circonstances, il y aurait eu des raisons de se marrer !

Évidemment, ils avaient dû attendre jusqu'au bout ! Les Rouges, les Reapers, les SyD et d'autres héros avaient reçu leur distinction ce matin.
Les herrians aimaient les cérémonies, mais dédaignaient les décorations (sauf les militaires, bien sûr) . Ils avaient une distinction, cependant, offerte d'habitude aux citoyens qui s'étaient dévoués des décennies, sinon une vie entière, au bien de la communauté.
Un simple rameau de Kaï, offert par un enfant vêtu de blanc pour l'occasion. Un enfant méritant : remettre un rameau, c'était aussi un honneur , rappelé par la suite par un foulard Blanc..
Ceux qui avaient reçu un rameau arboraient ensuite un insigne brodé à même le vêtement, sur la poitrine. Pour cette fois, il avait fallu innover. Le plus difficile avait été de trouver une peinture haute résistance pour le plastron des SyD.
C'était la distribution de rameaux la plus massive de l'histoire de la planète. Même à la Libération, on n'en avait pas distribué autant ! D'habitude, il y en avait deux ou trois par an, grand maximum. À tel point qu'on s'était inquiété, à tort, des dégâts que cela pourrait causer aux récoltes.
- Pourquoi on n'est pas passé avec les autres ? Marmonna Sasha
Maigre consolation, la majorité de ses copains, dans la tribune de gauche, devaient patienter comme lui. Corran, Rigel et Mizar, promus membres d'honneur des rouges étaient avec eux, en grand uniforme, foulard blanc au cou. Masha était là aussi, toute étonnée de se retrouver au milieu de ses camarades, mais terriblement fière.
Elle avait fait d'immenses progrès, ces derniers temps, mais la plupart de ses souvenirs ne reviendraient jamais. Peu importe, elle s'en faisait de nouveaux ! Elle ferait toujours partie des Rouges, et ses parents étaient pilotes. Elle aussi: les tests avaient démontré qu'elle avait conservé ses compétences . Ils s'étaient offert pour l'occasion un troisième Z 95, un biplace d'entraînement.
Et Berylle, alors ? Membre des Rouges, aussi, adoptée depuis l'affaire des '‘WC explosifs’' !
Mais elle était encore de corvée, comme Sasha et SyDney.
Courage, c'est la dernière !

Dans la tribune des officiels, Venom l'observait de son air canaille et perpétuellement amusé.
Cette fois, il y avait autre chose dans son regard. De la fierté ? Il n'avait rien dit quand il était enfin rentré : il s'était contenté d'un long regard approbateur puis d'un petit coup amical sur l'épaule agrémenté d'un de ses sourires canaille (que Sasha lui avait rendu en égal). Pas besoin de plus, ils se comprenaient. Égaux ! Frères ! Pas de rapport officiel à faire, cette fois  : chacun avait raconté ses exploits à l'autre, en se vantant outrageusement en en rajoutant un max.
En contant ses péripéties, Sasha avait eu la vague intuition que son aîné savait déjà tout. Comment ? Mystère !
Thalia, quant à elle, sous un superbe chapeau de paille qui faisait penser à celui du roi des pirates, affichait une expression suffisante. Elle avait affirmé :
- je vous l'avais bien dit , c'est pas une quiche, mon cousin !
Dans la tribune, on trouvait aussi le Capitaine Procyon, Quyymaen, revenu victorieux du secteur Murami, le couple de Jedi le plus célèbre de la galaxie, leur ami Lando et son épouse à leurs côtés. Le jeune Ben, qui les avait accompagnés, avait bien de la chance : il jouait avec d’autres enfants dans l’aire de jeu du parc avoisinant. Près de Venom et Thalia, Jaïna Solo et son impérial copain s'offraient enfin une permission ensemble. Il y avait aussi un vieux bonhomme en uniforme de général d'empire, couvert de décorations. Markrr, empêtré dans la gestion d’une flotte et d’une planète n'avait pu se libérer, pas plus que le mandalorien Stian Mereel, en mission. Mais ce dernier avait délégué son fils Alcor, qui essayait en ce moment de convaincre Venom de lui enseigner quelques techniques de combat à l'arme blanche.
Il y avait aussi un cousin/cousine de Firmus. Fille ou garçon ? Eiren semblait plutôt cool et avait le contact facile. En tout cas, il/elle avait leur age et avait déjà sympathisé avec la bande.
Incroyable, mais vrai : Venom lui avait offert un des SyD de réserve !

Sasha se trémoussa sur sa chaise, gagné par l'envie de s'enfuir avec SyDney. Son partenaire le soutiendrait contre vents et marées, avec ou sans accord parental. Ils trouveraient bien un cargo prêt à décoller. Celui de Marek, par exemple. À l'écart des officiels, son crâne chauve dépassait de la foule.
« Moi, un contrebandier, au milieu des nobles et des Jedi? Tu n'y penses pas », avait-il affirmé !
Un autre regard vers la tribune. Pa' articula silencieusement, bougeant exagérément les lèvres : « courage ! ».
Près d'eux, le Directeur Voxan et son nouvel adjoint Himron arboraient aussi le dessin brodé. Himron semblait se plaire sur Herrion. Il avait un ticket avec madame Mimba. Qui l'eut cru ? Peut-être, pensait Sasha, aimait-il son jus de kilao (le meilleur de la planète, ne l'oublions pas). Venom perdait l'un de ses meilleurs agents, mais il n'en semblait pas contrarié.
Et Ve'ssshhh ? Il n'avait pas refusé son rameau. Il s'était contenté de dire :
«  J'ai reçu mon rameau il y a 152 ans. Je l'ai planté, et c'est un bel arbre, maintenant. Je n'ai pas besoin d'un nouveau »

La plupart des discours étaient ennuyeux à mourir !
Blabla , blablabla…
Celui de Ve'ssshhh fut le plus intéressant , certaines parties, en tout cas:
- ...Vous avez choisi d'offrir la citoyenneté aux SyD de l'escadron rouge. Il y a encore quelques semaines, j'aurais désapprouvé, mais l'un d'eux m'a fait changer d'avis. Laissez-moi vous conter la nuit ou SyDney ici présent est venu me trouver. Pour, il n'y a pas de mot plus précis, m'engueuler ! Pour la première fois, j'ai eu l'impression d'être l'un de ces chenapans que j'ai si souvent sermonnés et remis sur le droit chemin. Cette nuit-là, c'est bien ce que ce droïde a fait pour moi et pour mon peuple : Nous remettre sur le droit chemin.

Ve'ssshhh était un conteur né. Sous l'humour et le ton plaisant de son histoire, on sentait le respect.
Tu as fait tout ça pour moi, Syd’? Pourquoi t'en as pas parlé ?.Tu es le meilleur ami que j'aie jamais eu !
Sasha, conversant par leur liaison privée avec son droïde, perdit une nouvelle fois le fil :
-  …au cours de ma très longue vie, j'ai connu bien des Herrion, généralement alors qu'ils n'étaient pas plus hauts que trois gousses de Kaï. Je me souviens de l'un d'entre eux en particulier, l'un des plus aventureux, un vrai chenapan ! Voler des fruits bien murs ? Aller plonger aux chutes du Rocher, malgré le danger ? Faire des acrobaties insensées avec son Bike ? Forcer la clôture de l'astroport et essayer d'embarquer sur un cargo ? La routine, pour lui. Une fois, il a réussi et sa mère a dû payer des chasseurs de primes pour le retrouver à l'autre bout de la galaxie. Il était alors plus jeune que toi, Sasha. Il voulait se faire embaucher comme mousse sur un navire pirate. Pas n'importe lequel : la légendaire Amber Star du pirate gentleman Zilin ! Plus tard, il est parti à nouveau- avec la bénédiction de sa mère, cette fois- courir l'espace. Il y a fait une belle carrière, peut-être pas tout à fait de pirate, comme il en avait rêvé. Il a mis bien longtemps à nous revenir. N'est-ce pas, vice-roi ? 

En voilà une bonne histoire, qui valait bien d'avoir patienté si longtemps ! Sasha apprendrait la suite, de gré ou de force ! Mais Ve'sshhh continuait :
- Quand j'ai demandé au vice-roi pourquoi il t'avait adopté, Sasha, il a confirmé ce que je pensais déjà de toi :
«  Ce n'est pas à cause de sa famille. Qu'il s'appelle Vega ou Tartempion n'y aurait rien changé.   C'est parce que des gens que j'aime et respecte m'ont vanté son intelligence, son courage et sa loyauté. Mmmmmh, et peut-être aussi parce j'ai toujours eu un faible pour les pirates, je l'avoue. J'ai découvert depuis bien d'autres qualités :sa capacité à aimer sans restriction, sa détermination, sa persévérance, son bon cœur. Je n'ai jamais eu à regretter mon choix, et maintenant, j'en suis immensément fier », m'a-t-il dit.
-  Eh bien, Sasha, moi aussi je suis très fier d'être ton ami. 

Sasha se sentait au centre de l'attention de tous et aurait aimé rentrer dans un trou. Tout petit, le trou ! Noir, chaud et douillet…Il perdit encore le fil du discours. Nouveau regard suppliant vers les parents, maman qui articulait «  Gâteau aux cinq nectars ».
Bien pratique de savoir lire sur les lèvres!
Y a que les parents pour savoir ce qu'est une vraie récompense.
Remonté à bloc, Sasha affronta son supplice le cœur plus léger; Ve'sshhh en finit enfin.
Le Vice-roi, manifestement trop ému pour un discours, passa la parole aux « conseillers Vega-an Herrion ». Venom et Thalia firent court. Son '‘grand frère’' savait aller à l'essentiel et sa cousine détestait les blablas.
-   Bon, je sais que t'en as assez des discours, frérot. Alors, comme Thalie et moi avions quelque chose à te demander, on en profite ! Thalia ? 
- Sasha, tu voudrais bien être le parrain de Jas ? 
Elle caressa son ventre qui commençait à s'arrondir.
-  Ouais, Suuur !  répondit simplement le garçon.
Il y eut des applaudissements et cris de joie dans l'assistance, surtout dans la tribune des rouges qui avaient bruyamment approuvé le choix du prénom !
Enfin de l'action ! Sasha put se lever et aller récupérer son rameau alors que SyDney revenait avec le sien. Berylle était superbe, toute en blanc. Il y eut dans le public des sourires et même de petits rires entendus quand elle lui fit la bise (qu’il lui rendit!).
Eh, n'en faites pas un roman, c'est juste une copine !
Puis il retourna se rasseoir car malheureusement, c'était pas fini ! Les deux rameaux provenaient du verger de pa'.
Pa' me montrera comment on fait une bouture, moi aussi, je vais le planter. N'empêche que Berylle aurait dû avoir un rameau, elle aussi !

Celle-ci avait affirmé qu'elle serait très heureuse de porter un foulard blanc, comme Corran, Mizar et Rigel.
- Le rameau, c'est un truc de vieux ! Je n'ai pas envie qu'on m'appelle Honorable! Tu verras, tu en auras vite marre ! Avait-elle affirmé.
Maintenant, toute la famille avait son rameau. Sauf Alora, mais elle était encore un peu jeune, peut être. Elle n'avait même pas encore toutes ses dents ! Pa' et ma' avaient gagné le leur dans la Résistance au cours de l'invasion, mais ils ne le portaient que dans les grandes occasions


Enfin, un vrai cadeau !
Maintenant, c'était la maman de Berylle qui était au pupitre ;
- Je tenais tout d'abord à rappeler encore une fois au peuple d'Herrion qu'il doit sa liberté et son indépendance au courage de ses enfants, qu'ils soient faits de chair et de sang ou de métal et de circuits. Nous avons récemment fait de mauvaises choix, mais donner une famille à d'anciens enfants- soldats, puis accepter, malgré nos préjugés, la présence des SyD à leurs côtés est certainement la meilleure décision que nous ayons jamais prise. Et j'en suis encore plus persuadée après le récit de Ve'ssshhh. Alors, mes amis… Aux enfants d'Herrion !  
Elle fit le signe qui, sur Herrion, lançait les acclamations. Ce fut un joyeux brouhaha. À entendre cette reconnaissance implicite, les SyD se redressèrent visiblement : « Enfants d'Herrion « ! Ce titre valait toutes les récompenses.
Quand les acclamations se furent calmées, elle poursuivit :
-  mais un de ces enfants a fait bien plus pour son peuple : bien avant que nous n'ayons compris le danger, il a tenté de nous mettre en garde. Puis, comme nous ne voulions rien comprendre, il a mobilisé ses amis pour parer à sa façon les coups sournois des comploteurs. Enfin, sans l'avoir voulu, il a été nommé Vice-roi. ReHab croyait avoir trouvé un pantin, ils ont hérité d'un féroce guerrier ! Vous connaissez la suite.
Sasha redouta un instant qu’elle la raconte tout de même, mais à son grand soulagement, elle n’en fit rien :
- Vice-roi…quelle lourde charge ! Chez nous, quand quelqu'un accomplit sa tache au service de la communauté, notre récompense est de lui en confier une nouvelle, encore plus difficile. Nous avons bien une idée, mais pour cela, nous attendrons un peu. Sasha a bien mérité quelques années de répit! 

Il y en avait au moins un qui approuvait sans réserve.
- mais alors, quelle récompense lui offrir , maintenant? 
"Un gâteau aux cinq nectars, mais c'est déjà fait", eut envie de répliquer le garçon .
- nous avons même créé un comité, pour cela 
Rires dans l'assistance ! Les herrians et leurs comités ! Heureusement, ils savaient se moquer d'eux-mêmes.
- mais nous tournions en rond… Comme trop souvent!  Alors, j'ai fait ce que je fais depuis mes cinq ans, depuis que je sais tenir droit sur un bike, je suis allé demander conseil à T'reeeek, le Berger de mon district. Il se trouve qu'il avait une solution. Une tache assez difficile, une responsabilité, mais plaisante et à la portée d'un jeune garçon. Un honneur, aussi, que les Bergers n'ont accordé que trois fois auparavant.
-   Sasha, veux-tu approcher ? 

Ve'sshhh portait un panier : il se pencha pour en montrer le contenu. Un minuscule Varg dormait au fond. Il se réveilla et fixa le garçon avec intérêt.
-   tu peux le prendre sur ton bras.
Sitôt fait, le Varg se colla contre son avant-bras gauche et entreprit de lui lécher la figure. Sa langue était râpeuse. Sasha rit de plaisir.
- Ce n'est pas facile d'éduquer un Varg, mais je t'aiderai, promit le Berger. Je suis sûr que SyDney t'aidera aussi . Ta première tache sera de lui trouver un nom. 
Sasha en avait un tout trouvé :
- Swift ? Risqua-t-il.
-  cela me fait grand plaisir;  Swift est ton nom, dit-il au petit animal, qui le fixa intensément avant de reporter toute son attention sur son maître!
- Ce petit a un nom. Ce petit a un Chaa'ren! Annonça le Berger.
- Maintenant, tu dois le présenter au Peuple et au Monde, rappela l'insectoïde.
Sasha avait déjà assisté à la cérémonie, mais n'avait jamais vu un humain le faire. Il se retourna, éleva le bras gauche, le petit animal formant comme un long bracelet…
-  Il s'appelle Swift,  cria-t-il, émerveillé, aux quatre vents.
Comme récompense, il ne pouvait imaginer mieux. Une super journée, finalement, pensa-t-il, sous les acclamations  de la foule.


Invitations ; la nouvelle armure de Venom
Il ne restait plus grand monde. Pa', Ma', Alora, Swift, SyDney et Sasha étaient venus inviter grand-père, Mara, Lando et leurs conjoints respectifs à venir manger à la ferme le lendemain ; à la bonne franquette, comme disait pa', qui ne semblait aucunement gêné d'être entouré d'aussi illustres personnages.

Markus et Thalia discutaient tout près de là avec leur amie Jaïna et son copain, le célèbre Jagged Fel. Quyymaen qui venait de passer quelques jours à la maison, enfin chez Venom et Thalia (mais ils avaient tendance à s'inviter pour les repas), avait embarqué avec le Capitaine Procyon qui avait un rendez-vous d’affaires important sur Munnliist. L’ancien maître d’équipage de Venom souhaitait visiter Kalee, la planète d'origine de sa race, qu'il n'avait jamais vue. Les deux mondes étant situés dans l’espace impérial, le Capitaine de l’Amber Star se faisait fort d’obtenir sur place, auprès de ses relations, les visas rendus nécessaires par une administration impériale pointilleuse.
Les deux jeunes gens finirent par prendre congé  de leurs amis:
-  Bon, on vous attend ce soir  à dîner, lança Markus au jeune couple.
-   Et si vous voulez rester pour dormir, on a une chambre d'amis, renchérit Thalia.

Markus s'écarta un peu et posa au sol la valise qu'il trimballait partout. Une valise qui s'ouvrit toute seule, libérant…
- Ouah !!!! Trop classe ! 
Sasha en était bouche bée. La nouvelle armure de Venom était géniale!
Noir et chrome, ça en jette, pensa le garçon qui envisagea aussitôt de redécorer son bike.
Si j'ajoute quelques flammes en plus, ça le fera !
Thalia rangea son chapeau dans une boite puis fusionna avec N°1. Celui-ci n'avait peut-être pas de rameau peint sur le plastron, mais sa poitrine arborait le fameux chapeau de paille surmonté par une étoile ambre, le tout au-dessus de deux sabres croisés. Sasha se promit de se renseigner.
-   Je veux les mêmes!  s'exclama SyDney en voyant les propulseurs dorsaux que le Droïde déployait.
- Le dernier arrivé est de corvée de vaisselle !  Clama Markus en décollant !
-  T'as encore triché !  Hurla Thalia par-dessus les grondements de propulseurs.
Une fois les remous calmés et la poussière retombée, Grand-père remarqua d'une voix lasse :
-   eh bien, avec ces deux-là, c'est pas gagné ! 
Sasha lui prit la main, la tapota pour le rassurer et, du haut de ses treize ans, affirma :
-   T'en fais pas, papy, je suis là, moi ! Je les empêcherai de faire des bêtises ! 
-   Et c'est censé me rassurer ?  fit le Vice-roi, un immense sourire aux lèvres, en prenant les autres à témoin. Quoiqu'il prétende, il était très fier de ses trois enfants adoptifs.



Notes:
1 Base Stellaire de la Garde Nationale
2 Une chanson, évidemment ! Son titre ? Les Chevaliers Stellaires ! Le Vice-roi en a cité un extrait (sans dévoiler ses sources).
Certains d'entre vous ( les plus de quarante ans?) connaissent peut-être le début:
«  Les chevaliers stellaires
dans un bruit de tonnerre
à deux pas du soleil
vont chercher la lumière… »

extrait de l‘album : « Shining Brothers, le concert à Herrion-Ville »

...



Il me reste à conclure non pas une, mais trois histoires§ Un mariage ?
Déjà fait ! Désolé de ne pas vous y avoir convié après « Venom, le destin d’un pirate », mais la famille a souhaité qu’il se déroule dans la plus stricte intimité…
Pas de mariage donc, mais…



Épilogue : Jas H et le vétéran.



Cela faisait plus de deux heures que Sasha et SyDney attendaient avec le SyD de Thalia, de l'autre côté de la vitre. Quant à Swift, il était interdit d’hôpital et était resté avec pa'. Il était assez grand, maintenant, pour s'éloigner un peu de son maître , mais pas trop longtemps. Thalia était arrivée aux aurores à la maternité du centre médical, et le garçon avait arraché au dirlo l'autorisation de sécher les derniers cours du matin. Mais de là où il était, il ne voyait presque rien. De l'excitation, il était passé à l'attente et de l'attente à l'ennui. SyDney lui avait proposé une partie de Triga, et Sasha perdait contre son droïde. Et dire que c'est lui qui avait appris à jouer à SyD' !
- Rien de nouveau ? C'est long…   demanda le garçon pour la centième fois.
- C'est le premier enfant et Thalia est encore jeune,  répondit pour la centième fois SyD01, connu sous le surnom de N°1, qui s'était abondamment documenté; ses collègues, qui avaient développé un sens de l'humour immature digne de leurs jeunes partenaires,
l'appelaient docteur SyD. Ses circuits stratégiques avaient élaboré toutes sortes de scénarios, y compris ceux où il serait seul avec la jeune maman au moment fatidique. Il avait pris cette hypothèse très au sérieux et exigé une formation spécifique. Qu'il avait finalement reçue !

Des gens avaient émis des doutes quant à la capacité du jeune couple à élever un enfant. Des doutes surtout centrés sur Markus. Un jour, un conseiller avait osé aborder la question lors d'une réunion de travail, au palais. Sasha, venu pour régler un détail concernant une décision prise durant son intérim avait vu grand-père, jusque-là souriant et enjoué, s'assombrir comme s'il allait faire orage. Il était intervenu avant que la foudre ne s'abatte sur le malheureux conseiller :
- C'est des bêtises, tout ça : d'abord, pa' et ma' disent qu'ils s'en sortiront très bien ! (Pour lui, c'étaient des experts indiscutables). Et puis, ils prennent ça très au sérieux, vous savez : Thalia prend des cours et s’entraîne beaucoup avec Alora, Markus a lu des tas de livres et pose tellement de questions à pa' et à ses voisins qu'ils commencent à en avoir marre ! En plus, il observe tellement comment font les autres papas avec leurs garçons qu'à mon avis, c'est plus de l'observation, c'est de l'espionnage industriel !

C'était l'expert qui parlait ! Il avait conclu, fort de sa toute nouvelle autorité :
- Et puis , c'est moi le parrain ! S'il faut, je saurais m'en occuper, moi, de Jas !
Fixant le rameau brodé sur la tunique du garçon, le conseiller avait fait une petite courbette et bredouillé :
- Je... Je n'en doute pas, Honorable Sasha !
Son intervention avait eu le mérite de ramener le sourire et la bonne humeur de grand-père qui avait passé l'éponge et pardonné la remarque intempestive !

Mais Jas n'était vraiment pas pressé de quitter son nid douillet, et le temps passait ! Bien entendu, Venom était le seul autorisé à rester près de son épouse.
- toujours rien ? C'est l… 
Sasha se tut: les deux SyDs s'étaient tournés d'un bloc vers l'intrus apparu à l’entrée.
- Excusez-moi… Ah, Sasha, tu es là ? 
- Docteur Terak? 
Sasha salua le médecin avec une certaine méfiance. Chaque rencontre avec lui se terminait généralement assis, en caleçon sur une table froide, avec une injection d'un vaccin quelconque. Sans compter qu'il faisait parfois les frais de l'humour mordant du médecin, surtout depuis qu'on lui donnait de «l'honorable ».
- Je vois que les conseillers sont très occupés, dommage ! Mais peut-être pourrais-tu les remplacer ?
Il expliqua sans attendre :
- Nous avons un petit souci, aux urgences. Un touriste, un vieux monsieur, a été pris d'un malaise ce matin, à l'astroport… Rien de grave ! Il voulait voir les ailes A et la sécurité lui a bloqué l'accès. Il s'est un peu énervé et, avec la chaleur, a fait une syncope. D'après sa fille, c'est un vétéran maintes fois décoré de la rébellion, puis de la république. Il paraît qu'il pilotait une aile A à Endor. Le correspondant de Trans Line nous a demandé s'il était possible de lui obtenir une dérogation. J'ai appris que le squadron leader était ici, mais je pensais que c'était pour une visite prénatale de routine. J'ignorais que…
SyD01 confirma :
-  Jas est un peu en avance sur le planning.
- En avance ? Moi j'dirais qu'il n'est vraiment pas pressé, protesta le garçon. Et si ça continue, il sortira pas avant l'heure du goûter! 
-  Impossible de déranger Thalia mais, Sasha, peut-être pourrais-tu parler à ce monsieur ?
-   Un vétéran de la rébellion ? Ouais, j'veux ! Mais… 
Sasha tourna la tête vers la vitre, avec un peu de regret.
- De toutes façons, tu ne verras rien ! On ne nous laisse pas entrer, rappela SyDney.
-   Allez-y , suggéra SyD01. Je vous appelle dès qu'il y a du nouveau et j'enregistre tout ! 
Il voulait s'assurer l'exclusivité de l’événement, pensa le garçon, qui finit par céder.

Le vétéran décoré, qui d'après le docteur Terak n'avait cessé de râler et de bougonner, s'était bien calmé. Peut-être parce qu'il tenait à se montrer sous son meilleur jour à la très jolie medic qui avait remplacé le docteur. Vu son age, il ne devait pas être tout jeune quand il avait piloté un intercepteur A Wing pour la première fois.
S'il faut, c'est aussi un vétéran de la guerre des clones ?
Sa fille attendait non loin, avec le représentant de Trans Line qui, à la vue de Sasha se leva et se fendit d'une courbette. Pile poil le truc qui énervait Sasha ! Il avait été vice-roi, ouais, bon, et alors ! Pas la peine d'en faire un fromage ! Et le docteur Terak qui en rajoutait :
-   Madame Nolia, puis-je vous présenter l'Honorable Sasha Vega an-Herrion vice-roi émérite et l'Honorable SyDney, alias SyD 119 
Cette fois, Sasha riposta ;
- vous pourriez pas laisser tomber ? Chaque fois que vous dires ''honorable '', j'ai l'impression d'être aussi vieux, grand et moche que vous !
Le docteur ne se laissa pas démonter :
- Hé bien, dans ce cas, tu aurais dû attendre d'être vieux grand et moche pour te comporter en héros et sauver ta planète .
- j'aime bien qu'on m'appelle honorable, moi, protesta SyDney!
Le docteur reprit :
-   bien, pardonnez-moi, honorable SyDney, je reprends tout à zéro uniquement pour ce jeune homme. Madame Nolia, je vous présente Sasha, qui, en plus d'être un proche parent du Squadron Leader Vega-an Herrion, est aussi, comment dire… la mascotte de l'escadron ? Il y a ses entrées.

Sasha fit mine de lui balancer un coup de pied. Puis, se rappelant ses bonnes manières, il salua la dame dans les règles. Celle-ci avait le sourire aux lèvres, comme si l'échange entre le docteur et le garçon l'avait amusée. C'était probablement l'objectif du médecin, fin psychologue.
- Ainsi donc, voici le fameux vice-roi qui a chassé une armée de sa planète à lui tout seul ou presque. Je vous voyais plus grand. Mais certes pas vieux et moche… 
Sasha darda un regard vengeur sur le médecin, du genre «  ah, vous voyez  ».
Puis s'assit à côté de la dame et, avec son sourire le plus charmant, lui demanda :
-  Si vous me racontiez toute l’histoire? Votre père est entre de bonnes mains, il semble très coopératif avec sa médic.
- Le vieux fou, fit-elle, en le couvant d’un regard attendri.
Puis elle commença :
-  Depuis longtemps, je voulais offrir une croisière à mon père. Visiter les grands centres touristiques avec des millions de touristes ne le tentait pas. Mais quand je lui ai dit que nous passerions par Herrion, il a tout de suite accepté. J'aurais dû me douter que… 
- C'était pour voir les ailes-A  compléta Sasha.
- et le fameux escadron rouge, dont les pilotes sont si jeunes  paraît-il 
- oh, pas tant que ça, vous savez… Thera vient d'avoir quinze ans, et Thalia… Eh bien, elle va être maman! 
La dame sourit et reprit :
- évidemment, il a voulu aller fureter près de la base stellaire dès qu’il a constaté qu’ elle jouxtait l’astroport et qu’il n’y avait aucune clôture. Qu'on lui refuse l'accès était prévisible, mais c'est un vieil irascible. 
Sasha ne savait pas trop ce que voulait dire irascible, il préféra rester en terrain connu:
- ah oui, ici on ne fait pas trop la différence entre soldat et citoyen, vous savez… Mais continuez !
- Il s'est mis en colère, a proféré des menaces, exigé de rencontrer le chef d'escadron. Pourtant, les plantons ont été très polis : ils lui ont expliqué que la squadron leader était en congés, et que le personnel n'était pas là le matin 
- Normal, ils ont école , expliqua Sasha. Et ici, il faut avoir de bonnes raisons pour sécher un cours !
Il en savait quelque chose !
- … Mais c'est quand l'un des gardes a cité le nom de l'astroport qu'il a eu son malaise. Tu comprends, j'ai eu un neveu, son petit-fils préféré, qui portait ce nom : Jas Hobax. Mais il est mort pendant la guerre, avec sa famille quand sa planète a été détruite, termina la dame.
- Sur Jerkal ? C'était Jerkal ?
La voix de Sasha monta dans les aigus. Et s'entendit de loin.
La dame acquiesça, un peu étonnée :
- Jerkal, c'est ça !
Le vieil homme avait tourné la tête, il avait reconnu le nom. Il posa une question à la médic qui répondit longuement. Sasha s'était levé d'un bond. Il s'arrêta d'un coup, prit deux profondes respirations, fit quelques exercices mentaux que Ve'sssshhh lui avait appris, pour retrouver son calme.
- Alors, c'est bien notre Jas. Dit-il posément à la dame.
Il soupira :
- Il va falloir que je le lui annonce, je suppose…
Il se tourna vers le docteur :
- Dites, il n'a pas de problème…
Il montra son cœur.
- Ce monsieur est construit pour durer, aucun problème.
Le docteur avait compris. Il se tourna vers madame Nolia :
- ce serait une bonne idée de laisser faire ce jeune homme.
Sasha se força à approcher lentement du vieil homme suivi par SyDney et les autres. Il ne savait pas le nom du vétéran, s'avisa-t-il trop tard . Nolia ? Pas sûr ! Il préféra rester dans le vague :
- Bonjour, monsieur, je m'appelle Sasha 
- Bonjour, mon garçon, fit le vieil homme, amical. Tu me pardonneras si je me dispense de courbettes, je n'ai jamais baissé la tête devant personne. 
- Je déteste ça, moi aussi  approuva sans réserve le garçon, qui poursuivit : Dites, vous êtes libre cet après midi ? Je peux vous avoir un ticket pour visiter les locaux des rouges, et même vous faire rencontrer les pilotes…
- et quelqu'un là-bas pourra m'expliquer pourquoi cet astroport porte le nom de mon petit-fils? Tu as parlé de Jerkal
- Jas n'est pas mort sur Jerkal, vous savez… C'est une longue histoire. Les rouges sont les mieux placés pour la raconter. Et ils seront si heureux de rencontrer le grand-pa' de Jas. Il leur a tellement parlé de vous ! Vous êtes leur héros !
Le vieil homme oscillait entre incompréhension et émotion. La médic, inquiète, voulut le scanner ; il la repoussa sans brusquerie et fixa Sasha droit dans les yeux :
- Tu veux dire que mon Jas est devenu pilote ?

- Pilote de chasse, oui. Et à la fin, il pilotait un intercepteur aile-A . Il paraît qu'il était le meilleur. Meilleur que Thalia, même 
- Mais il est mort… 
- Il est mort en Héros !  Il a sauvé des tas de gens, ce jour-là, y compris grand-père et oncle Alcor. 
" Et tué plein de méchants.», se retint-il d'ajouter.
Le vieil homme croyait son petit-fils disparu depuis longtemps; il rumina la nouvelle un instant, oscillant entre tristesse et fierté. La fierté l'emporta :
- Et ils ont donné son nom à un astroport ? C'est bien ! Mais j'aurais préféré offrir son nom à un enfant nouveau né, comme le veut la coutume chez moi.

C'est à ce moment que SyD01 appela : Jas était venu au monde. Enfin, tout de même !
Depuis qu'il fréquentait des Bergers adeptes de la Force, Sasha ne croyait plus aux coïncidences.
L'idée et l'action furent quasi simultanées. Il saisit la main du vieil homme et l'incita à se lever, puis le tira littéralement à travers les couloirs , suivi par Madame Nolia, le docteur, la médic et aussi quelques curieux.
-   Venez ! Venez ! Il faut que je vous présente quelqu'un , ne cessait-il de répéter au vieil homme en cheminant vers la maternité.
Une fois arrivé sur place, il montra son filleul nouveau-né que leur présentait, avec un sourire fier et timide qui le métamorphosait, l’heureux papa. Avec des gestes délicats qui auraient surpris ses camarades pirates, il le tendit à son petit frère, qui s’en saisit expertement : Sasha avait une petite sœur, après tout ! Il savait même changer les couches !
-   Il s'appelle Jas ! C'est moi le parrain ! dit fièrement le garçon.

Monsieur Nolia (mais il avait peut-être un autre nom?) ne savait pas ce qu'était un parrain – cette tradition n’existait pas sur son monde natal- mais il afficha un grand sourire heureux quand il caressa la joue de Jas d’un doigt hésitant.
Il y avait aussi Hobax dans sa longue liste de prénoms : Jas Hobax Marek Markus Alcor Sasha Markrr Quyymaen Stian Vega-Herrion (3) (le dernier, celui en armure mandalorienne, là, ferme la porte) était son patronyme complet.
Le sourire émerveillé du vieil homme valait toutes les récompenses.
La boucle était bouclée.



« Ainsi s’achève cette chronique. Elle ne pourrait guère aller plus loin, car ce serait alors
l’histoire d’un homme. Le romancier qui écrit une histoire d’adulte sait exactement où et
comment s’arrêter, c’est le plus souvent par un mariage. Quand il s’agit d’un enfant, il s’arrête
où il peut.
La plupart des personnages de ce livre vivent toujours. Ils sont prospères et heureux. Peut-être
aura-t-on envie de reprendre un jour ce récit et de voir quel type d’hommes et de femmes sont
devenus les enfants dont nous avons parlé. Il est donc plus sage à présent de ne rien révéler
d’autre sur cette partie de leur vie »
Mark Twain

Ceci est donc la
FIN



Notes:
3 Le an- marque l'adoption, ce qui n'est pas le cas ici. À sa majorité, Jas pourra choisir de s'appeler Jas Herrion tout court ( ou Marek Herrion, ou Quyymaen Vega-Herrion…). Pour les prénoms, les parents ont appliqué avec un zèle excessif une vieille tradition herrianne…
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 650
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 


Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations