Les Cendres du Phénix [Ch10]

Les Fan-Fictions avortées ou à l’abandon depuis plus de six mois sont disponibles à la lecture dans ce sous-forum.

Retourner vers Les Archives (textes inachevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar yahiko » Jeu 12 Nov 2015 - 1:28   Sujet: Les Cendres du Phénix [Ch10]

Titre : Les Cendres du Phénix
Période : 5 BBY (Empire Galactique, Star Wars Rebels)
Canonicité : Canon (ou presque)
Genre : Enquête, Action
Public : Tout public
Personnages Principaux : Gurney Malacore (création originale), Mon Mothma, Bail Organa, Leia, Palpatine, Tarkin, Dark Vador
Nombre de chapitres : 20 ou plus
Résumé : Sur Coruscant, le coeur du pouvoir galactique, une poignée de sénateurs menée par Bail Organa tente de percer les projets secrets de Palpatine. Mais le Grand Moff Tarkin ne l'entend pas de cette oreille, quitte à faire fit de la légalité. D'autant que l'Empereur continue son démantèlement méthodique du Sénat, dernier vestige de la démocratie.

Dramatis Personae (par ordre d'apparition)
Spoiler: Afficher
  • Wilhuff Tarkin : Grand Moff impérial (humain)
  • Sheev Palpatine : Empereur (humain)
  • Bail Prestor Organa : Vice-Roi et Sénateur d'Aldérande (humain)
  • Silya Shessaun : Ex-Sénatrice Républicaine de Thesme (humaine)
  • Notluwiski Papanoida : Gouverneur et Baron de la lune de Pantora (pantorien)
  • Domestiques de la famille Organa (non spécifié)
  • Breha Organa : Reine d'Aldérande, épouse de Bail Organa (humaine)
  • Dark Vador : Seigneur Sith (humain)
  • Astor Numbolt : Leader Jaune de la Rébellion (humain)
  • Nils Tenant : Amiral impérial (humain)
  • Conan Antonio Motti : Vice-amiral impérial (humain)
  • Cassio Tagge : Général impérial (humain)
  • Armand Isard : Directeur du Renseignement Impérial (humain)
  • Leia Organa : Fille de Bail et Breha Organa, Princesse d'Aldérande (humaine)
  • Gurney Malacore : Maître d'Arme de la famille Organa (jézarien)
  • Intendants de Christophsis (kerkoidiens)
  • Whorm Loathsom : Général de l'Armée Séparatiste (kerkoidien) [mention uniquement]
  • Patron de la SecuriCorp (weequay)
  • Pilote de la SecuriCorp (sullustain)
  • Rex : Capitaine dans l'armée des Clones de l'Ancienne République (humain)
  • Niklos Prescott : Ami de Leia Organa (humain)
  • Chasseur de prime au masque d'argent
  • Mon Mothma : Sénatrice de Chandrila (humaine)
  • R2-D2 : Astromécanicien de la famille Organa (droïde)
  • Demoiselle de compagnie de la famille Organa (non spécifié)
  • C-3PO : Droïde de protocole de la famille Organa (droïde)
  • Caporal au spatioport de Coruscant (humain)
  • Droïde de maintenance BLX (droïde)
  • Droïde médical 2-1B (droïde)
  • Wullf Yularen : Directeur Adjoint du Bureau pour la Sécurité Impériale (humain)
  • Kairos Mit’kla : Gérant de magasin (caamasi)
  • Lux Bonteri : Ex-Sénateur d’Ondéron (humain)
  • Vasp Vaspar : Sénateur de Taldot (humain)
  • Tynnra Pamlo : Sénatrice de Taris (humaine)
  • Nower Jebel : Sénateur d’Uyter (humain)


Chapitre 1 (2332 mots)
Chapitre 2 (2716 mots)
Chapitre 3 (3391 mots)
Chapitre 4 (1885 mots)
Chapitre 5 (2207 mots)
Chapitre 6 (2724 mots)
Chapitre 7 (3568 mots)
Chapitre 8 (2966 mots)
Chapitre 9 (2916 mots)
Chapitre 10 (3639 mots)

***


Ce projet de fiction est initialement parti d'une réaction envers la série Rebels suite à une première saison, à mon goût catastrophique au regard de la période traitée. Je trouvais que la série était dans le hors-sujet. J'ai eu donc envie d'écrire ce que j'aurai aimé voir dans une série se passant durant les années précédant Un Nouvel Espoir. Les débuts de l'Alliance Rebelle, le rôle de Bail et Mon Mothma, le cheminement de Leia et bien entendu, l'attitude de l'Empire envers tout ça.

Au moment où j'écris cette note, j'en suis déjà à mon 9e chapitre, ce qui est assez inespéré. J'ai dû achever une seule fiction jusqu'à présent, sur le Japon féodal, et elle faisait cinq courts chapitres. Le ton que j'ai adopté ici est résolument sombre, même si je l'espère agrémenté de quelques touches d'humour et de légèreté. Je pense que la période traitée l'impose. Le style d'écriture choisi est clairement "littéraire", dans le sens où je n'hésite pas à faire de longues descriptions avec régulièrement des mots "techniques", même si j'essaie d'éviter un style trop prétentieux et ampoulé. Ça ne plaira pas à tout le monde et en particulier aux plus jeunes je pense. Vous êtes prévenu :P

Cependant, l'action n'est pas oubliée. Je dirai même qu'elle occupe une grande place dans ce récit que je souhaite être un mélange d'action, d'aventures, de suspense, d'enquête policière et de jeux politiques. Quand j'arriverai au terme de mon récit, si j'y parviens, vous serez seul juge de la réussite ou de l'échec de ce projet et de ces intentions.

Je tiens à remercier diverses personnes pour leur participation amicale et bienveillante.

Fotini fut la première à m'apporter son soutien tant moral que littéraire. Je lui serais éternellement reconnaissant de ses relectures et de ses suggestions améliorant sensiblement de nombreux passages.

Oldie a également été d'une aide précieuse. Son implication fut remarquable et je pense que je n'aurai sans doute pas poursuivi au-delà du chapitre 6 sans nos échanges informels.

Plus récemment, matou, Tyra et Alfred M. ont eu la gentillesse d'accepter de relire les chapitres déjà écrits ce qui m'a permis d'améliorer certains points importants comme le jeu des personnages ou des détails techniques de cohérence.

Je vous souhaite une excellente lecture ;-)

***


Note initiale de l'auteur (12/11/2015)

Alors que je suis relativement critique envers la série Star Wars Rebels pour différentes raisons, je suis en train de réfléchir à une petite nouvelle de mon cru sur la même période donnant un léger aperçu de ce que j'aurai aimé voir dans la série de Dave Filoni produite par Disney.

L'histoire devrait se dérouler aux alentours de l'an 5 BBY et fera intervenir les grandes figures de ce qui deviendra l'Alliance comme Bail Organa ou Mon Mothma. Les personnages clé de l'Empire de cette époque seront également présents. Le tout dans une petite intrigue mélangeant enquête et politique.

J'espère pouvoir publier un premier chapitre dans les prochaines semaines. Le délai de publication dépendant de paramètres sur lesquels je n'ai pas forcément de contrôle (temps dispos et inspiration pour ne citer que les deux principaux)

N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires. Et si vous notez des coquilles, je vous invite à me le signaler par MP.

PS : concernant mon récit de partie sur le jeu Star Wars Rebellion, Les Mémoires de l'Alliance, dans la mesure où j'ai perdu la sauvegarde suite à une migration vers Windows 10, ça risque d'être compromis. Désolé...
Modifié en dernier par yahiko le Lun 20 Fév 2017 - 23:44, modifié 55 fois.
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar L2-D2 » Jeu 12 Nov 2015 - 17:59   Sujet: Re: [A venir] Nouvelle sur la période de Star Wars Rebels

L'idée est donc de laisser de côté les personnages d'Ezra, Kanan et cie et de donner une autre version de la création de l'Alliance Rebelle ? Pourquoi pas, je demande à voir ! :)
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5414
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar yahiko » Ven 13 Nov 2015 - 12:00   Sujet: Re: [A venir] Nouvelle sur la période de Star Wars Rebels

C'est l'idée en effet. Plutôt qu'une autre version, disons que j'aimerai en faire une version complémentaire, centrée sur les véritables leaders de la Rébellion et pas une cellule rebelle quelconque.
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Ad'ika » Ven 13 Nov 2015 - 15:21   Sujet: Re: [A venir] Nouvelle sur la période de Star Wars Rebels

Je suis impatiente de pouvoir lire ton récit... je viens de lire que tu ferais figurer les personnages-clés de l'Empire de l'époque donc je croise les doigts que Sly Moore soit présente... oui c'est un appel du pied de ma part :D En tout cas bonne chance et que la Force soit avec toi.
"There are stories about what happened." No One

"Well, I'm going to find someplace to hide. I don't want any Imperial officer finding me here. I have the death sentence in six star systems." ― Dani
Ad'ika
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 823
Enregistré le: 05 Mai 2015
Localisation: avec Amara
 

Messagepar yahiko » Ven 13 Nov 2015 - 20:38   Sujet: Re: [A venir] Nouvelle sur la période de Star Wars Rebels

Sly Moore ? C'est pas idiot. Pas sûr qu'elle ait un rôle important mais elle pourrait avoir une petite place. ;)

Merci pour tes encouragements en tout cas :cute:

EDIT 14/11/2015 :
La nouvelle s'intitulera "Les Cendres du Phénix".

Et bien sûr, toutes mes pensées vont aux proches des victimes des ignobles attentats d'hier.
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar yahiko » Dim 15 Nov 2015 - 23:27   Sujet: Re: [A venir] Les Cendres du Phénix (période Star Wars Rebel

C'est parti pour le premier chapitre introductif de cette nouvelle.
J'ai pris quelques libertés avec l'Univers Officiel et Etendu, bien que globalement je ne pense pas non plus être totalement dans l'Univers Alternatif.

Je vous souhaite une bonne lecture ;)


Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine...


Quatorze années viennent de s’écouler depuis l’avènement de l’Empire Galactique plus puissant que jamais. Les Jedi ne sont plus, et rien ne semble en mesure de contester la suprématie de l’Empereur Palpatine.

Seuls quelques soulèvements sporadiques et désordonnés ainsi que les dernières voix de l’opposition au Sénat menées par Bail Organa et Mon Mothma viennent troubler la politique impériale mise en œuvre par le Grand Moff Tarkin. Mais ce dernier est bien décidé à user de tous les moyens pour tuer dans l’œuf toute tentative de résistance.


Chapitre 1

Profondément enraciné dans le tissu urbain prolifique de la ville-planète Coruscant, capitale de l’Empire au coeur de la Galaxie, l’imposant complexe architectural du Palais Impérial dominait le quartier et ses environs telle une montagne massive de verre et de permabéton prête à engloutir quiconque d’assez aventureux pour s’en approcher de trop près.

Pourtant, en cet après-midi ordinaire, semblable à un grain de poussière flottant dans l’air, une navette protocolaire T-4a de classe lambda avait mis le cap sur le centre névralgique de l’Empire Galactique.

Développée par Sienar Fleet Systems, cet engin, relativement rudimentaire dans sa production de série, était avant tout un large conteneur aménagé pour transporter une vingtaine de passagers, auquel était adjoint un cockpit de pilotage et une propulsion supraluminique. Sur la base de ces seuls attributs, ce vaisseau spatial n’aurait jamais atteint une telle notoriété dans les rangs de l’Armée, et encore moins au sein de la population en général. C’étaient évidemment ses trois ailerons déployés en forme de Y inversé qui constituaient la signature esthétique de l’appareil, lui conférant cette allure légère, voire frêle, si particulière.

La navette ralentissait à mesure qu’elle s’approchait d’une plate-forme d’atterrissage aux abords du Palais Impérial. Une fois positionnée à la verticale, elle se posa silencieusement tout en réalisant un demi-cercle sur elle-même afin de se présenter dos au Palais. Des vérins s’actionnèrent avec un son étouffé puis la rampe d'accès s'abaissa et laissa apparaître un haut gradé de l’Armée Impériale.

Il descendit de l'engin avec flegme, ignorant presque les gardes impériaux vêtus de longues robes écarlates qui venaient de s’aligner de part et d’autre. Posant les pieds au sol, il marqua une pause, leva la tête et jeta un œil sur le Palais Impérial qui se dressait si haut qu’il semblait transpercer le ciel. L’officier ne put s’empêcher de se souvenir qu’il y a un peu plus d’une décennie de cela, c’était encore le temple du défunt Ordre Jedi.

De ce temple, il ne restait que peu de chose si ce n’est les tours périphériques qu’on distinguait à peine, noyées parmi tant d’autres ajoutées depuis. Les lignes sobres, claires et humbles de jadis avaient été effacées, démolies, pour laisser place à un amas grouillant quasi organique de lignes fractales luttant les unes contre les autres pour atteindre le sommet de la pyramide. Un beau symbole de ce nouvel ordre galactique, se dit-il. Puis il réajusta le col de son uniforme vert-kaki taillé au millimètre avant de s’enfoncer dans les entrailles du Palais.

***


C'était une vaste pièce, pratiquement vide, où même les rayons de lumière hésitaient à traverser les épais vitraux à l'armature en toile d'araignée. Au beau milieu, un vieil homme était assis sur un imposant siège en duracier aussi sombre que le basalte de Mustafar et aussi froid que la glace d'Orto Plutonia. Son visage était à demi dissimulé par la capuche de son ample robe noire. D'une voix chevrotante et nasillarde, il parlait à un hologramme.

« Sénateur Organa, j'envisage prochainement de restructurer le Sénat. »

« Restructurer le Sénat ?... Vous voulez dire, réduire le nombre de sénateurs je présume. L'affaiblir une fois de plus. Comme si lui avoir retiré ses principales prérogatives n'était pas suffisant. »

Bail Organa s'efforçait de maintenir un ton égal. Il était conscient néanmoins que ses paroles étaient à la limite du tolérable envers l'Empereur, même de la part d’un sénateur, ou plutôt surtout de la part d’un sénateur.

Il était loin le temps où le Sénat était le haut lieu des décisions politiques, où se votaient les lois régissant la Galaxie. Depuis l'avènement de l'Empire, le Sénat n'était devenu qu'une vulgaire chambre d'enregistrement des décisions de l'Empereur, tout au mieux un organe consultatif et une tribune pour les rares sénateurs critiques envers la politique impériale.

« Au contraire, moins de sénateurs permettront à cette vénérable institution d'être plus réactive, plus efficace », glissa l'Empereur Palpatine. « De plus, je vous assure que vous ne serez pas concerné par cette restructuration, cher Sénateur... à condition bien sûr de soutenir cette décision devant vos pairs. »

« Mais cela serait une trahison envers les autres sénateurs et les peuples qu'ils représentent ! » Bail faisait de son mieux pour garder son calme même si intérieurement son sang bouillait. Lui qui avait assisté à la chute de la République et n'avait compris que bien trop tard les manigances de Palpatine. Il avait même personnellement contribué malgré lui à ce que ce modeste Sénateur de Naboo à ses débuts devienne Chancelier Suprême et finalement Empereur autoproclamé.

Palpatine n'écoutait que d'une oreille ce qui n'était pour lui que jérémiades. Il fit un signe discret de la main. Ses serviteurs acquiescèrent de la tête et laissèrent son visiteur du jour entrer dans la pièce.

« Il est impossible de satisfaire tout le monde », dit Palpatine. « Vous êtes un politicien chevronné... Vous le savez mieux que quiconque. Il faut simplement savoir peser le pour et le contre, et bien entrevoir les conséquences de ses choix... Je vous laisse y réfléchir, Sénateur Organa. Je suis certain que vous vous rangerez du bon côté. »

Palpatine appuya sur un des nombreux boutons dont était muni son trône et mit fin à la communication holographique avec un petit rictus de satisfaction. Ses yeux injectés de sang pétillaient tels ceux d'un enfant en dépit des profonds sillons sur son visage qui trahissaient plus que de raison un âge biologique avancé. Depuis qu'il était devenu Empereur, ce genre d'opposition verbale était devenu si rare qu'il s'en délectait. Un bref instant, il éprouva même une pointe de sympathie pour Bail Organa, aussi étrange que cela lui parût. Après tout, les Sith se devaient de réserver leur haine aux Jedi, les autres n'étant que simples marionnettes. Si Organa avait accepté de se joindre à lui lorsqu'il était devenu Empereur, il en aurait peut-être fait son bras droit.

L'officier qui avait demandé audience à l'Empereur avait attendu patiemment la fin de la conversation entre Palpatine et Organa. Il s'agenouilla conformément à l'étiquette impériale, puis se releva.

« Majesté, permettez-moi de douter de la loyauté à votre égard de ce Bail Organa. »

Le Grand Moff Wilhuff Tarkin, quinquagénaire grisonnant aux traits longilignes et anguleux et aux yeux bleus acier, était devenu au fil de sa carrière militaire et politique l'une des personnes les plus puissantes de l'univers connu. Très tôt, Palpatine avait suivi l'ascension de cet officier prometteur, brillant et ambitieux, pour en faire la clé de voûte de son administration.

« La loyauté oui, c'est souhaitable, mais l'obéissance de ce sénateur et des autres me suffira... pour le moment. »

« Nous devrions simplement dissoudre ce Sénat », poursuivit Tarkin. « Après tout, ce n'est qu'une relique encombrante du passé. Nous pourrions amplement nous en dispenser. Le corps des Moffs que vous avez eu la sagesse de constituer est autrement plus efficace dans l'administration de l'Empire que ce ramassis de parasites complotant dans votre dos. »

« Patience, cher ami. Rien ne presse. Nous avons encore besoin du soutien de la population. Et qu'on le veuille ou non, le Sénat est hélas encore une pièce essentielle de ce soutien. Votre doctrine, Grand Moff Tarkin, n'a pas encore les moyens de ses ambitions, ce qui est regrettable... À moins que vous n'ayez fait des progrès significatifs en ce sens. »

« Les chantiers navals tournent à plein régime. La conscription a été rendue obligatoire dans tous les systèmes. Toutes les ressources que l'Empire a à sa disposition sont mobilisées pour la mise en œuvre de la doctrine. Soyez-en assurée, Votre Majesté ». Tarkin inclina la tête avec déférence.

La doctrine Tarkin élaborée un an après la proclamation de l'Empire et également connue sous le nom de la Doctrine de la Peur avait un objectif de dissuasion avant d'être un dispositif de répression. Néanmoins, afin d'ôter toute envie de contestation de la part de rebelles ou de dissidents, elle nécessitait une puissance militaire démesurée que l'Empire n'avait pas encore atteinte.

« Des résultats Grand Moff Tarkin... Je veux des résultats. »

***


« Cher Baron, je crois que vous avez perdu », dit une petite femme, la quarantaine, la voix empreinte de satisfaction. Silya Shessaun, anciennement sénatrice du temps de la République avait conservé un côté pétillant non dénué de charme.

Devant elle, au milieu d'une pièce largement éclairée, sur un plateau circulaire à damier, une créature holographique rougeâtre, la Limace K'lor se déplaça d'une case à proximité d'une autre, le Faucheux de Kintan. Celui-ci était un bipède à l'aspect massif, à la peau claire et dont les deux bras étaient placés de chaque côté d'une tête disproportionnée. La Limace s'approcha du Faucheux et commença à le découper à l'aide de ses deux membres antérieurs en forme de lame de rasoir pendant que la victime holographique hurlait dans un simulacre d'agonie.

« Impossible ! Ce coup n'était pas réglementaire. » Le Baron Papanoida désabusé protesta à travers sa barbe blanche au point d'en faire tomber sa haute coiffe cylindrique qui le grandissait d'une dizaine de centimètres lorsqu'elle était ajustée convenablement. « Votre Limace K'lor n'aurait pas dû être en mesure d'attaquer ! »

Ce Pantorien, une espèce humanoïde à la peau bleu pastel, portait un uniforme d'un pourpre sombre muni de quelques décorations, des bottes et des gants en cuir noir, rappelant son statut tant politique que militaire de gouverneur de la lune de Pantora.

« Absolument réglementaire. Je vous rappelle que j'ai déjà remporté le tournoi d'holochess de Kashyyyk », répondit Silya Shessaun tout sourire. « Et les Wookies sont meilleurs perdants que vous », ajouta-t-elle en se mettant à rire.

Un large morceau d'étoffe recouvrait la tête de Silya, retombait sur ses épaules et descendait jusqu'au niveau inférieur de sa poitrine. Sa longue robe était assortie en un camaïeu de bleus faisant resortir sa chevelure blonde et lisse, ses yeux clairs et son visage lunaire.

Papanoida inspecta une dernière fois le plateau de dejarik en fronçant les sourcils puis l'éteignit en soupirant. C'est alors qu'un homme entra dans la pièce. Il était relativement grand, à la carrure affirmée. Sa peau était légèrement basanée. Brun, le front dégagé, il arborait un bouc discret au menton. Il semblait préoccupé à en voir les traits de son visage, mais sa tenue composée d'un long manteau noir soyeux richement tressé et brodé parvenait à maintenir l'illusion d'un homme sûr de lui.

« Ah Bail ! Vous voilà enfin », s'exclama Papanoida, trop heureux de pouvoir penser à autre chose que sa bien piteuse défaite face à Silya. « Nous avions cru que l'Empereur vous avait dévoré par hologramme interposé. »

Bail s’appuya contre un mur, comme pour reprendre des forces. « Vous ne croyez pas si bien dire. »

Les deux invités, inquiets pour leur hôte, se levèrent dans sa direction.

« Et bien, que s'est-il passé ? » interrogea Silya.

« Allons en terrasse voulez-vous, j'ai besoin de prendre l'air. » Bail Organa fit un signe de la main en direction de la terrasse donnant sur les montagnes verdoyantes d'Aldera, la capitale d'Aldérande. « Vous prendrez bien du thé à base de ruica avec moi, n'est-ce pas ? »

« Avec plaisir », répondit Papanoida. « Cela fait une éternité que je n'ai pas dégusté cette spécialité de votre monde. Voilà qui requinquera peut-être mes articulations. »

Une fois assis à une large table d'une des terrasses du Palais Royal, baignée d’un soleil à peine couchant, Bail Organa alluma son databloc qui projeta un long texte portant tout en bas la signature de l'Empereur.

« Comment ça ? Mais c'est un scandale ! » s'emporta Papanoida. « Palpatine veut réduire le nombre de sénateurs de moitié ?! »

« D'une certaine façon, c'était à prévoir », dit Silya pendant que deux servantes apportaient le thé de ruica à la terrasse. « D'un point de vue pratique, le Sénat n'existe plus. »

« On croirait entendre Mon Mothma, chère Sénatrice », dit Bail se grattant le front.

« Ex-sénatrice », rectifia Silya. Elle souleva sa tasse de thé pour en boire une gorgée. Il était encore tout chaud. « C'est l'occasion de sortir de l’ambiguïté, Vice-Roi. On ne peut plus se contenter de hocher de la tête aux décisions de ce despote. Avons-nous perdu toute dignité ? »

« Vous savez très bien que c'est faux ! » La provocation de Silya avait fait son effet sur Bail. Alors qu'il était presque abattu après sa conversation avec l'Empereur, le voilà qui avait repris une attitude plus combative. « Nous ne nous contentons pas de hocher de la tête. Nous résistons. Pour le moment, ce sont des petits riens. Mais en les ajoutant les uns aux autres, notre organisation grandit. »

« Au point de défier l'Empire ? » demanda Papanoida.

« Pas frontalement, pas encore. Mais il existe des endroits dans la Galaxie où des personnes se lèvent pour dire à l'Empire qu'il n'est pas le bienvenu. Notre rôle ici est d'unir tous ces gens. Quand ce sera le cas, alors nous pourrons sortir de l’ambiguïté. Mais avant cela, il nous faudra être patients. Il faudra garder espoir. »

« Comment ne pas tomber amoureuse après un tel discours ? »

Une voix douce et chaleureuse se fit entendre dans le dos de Bail. Celui-ci se retourna. Une très jolie femme à la démarche altière s'approcha du groupe assis à la terrasse. Toute de rouge vêtue, sa coiffure formait une sorte de couronne tressée à laquelle était fixée un long voile qui lui tombait jusqu’aux mollets. Ses lèvres pulpeuses attiraient les regards tout autant que ses yeux délicats en forme d'amande. C'était la Reine Breha Organa d'Aldérande, épouse de Bail.

« Chérie, te voilà. Je t'épargne les présentations, tu connais déjà nos invités. » Bail caressa la main de sa chère et tendre et leva la tête. « Moi qui croyais que tu devais présider le Grand Symposium sur l’Éducation en ce moment même. »

« Disons que je souhaite profiter du peu de temps que j'ai avec mon mari avant qu'il ne reparte pour Coruscant. N'ai-je pas raison ? »
Modifié en dernier par yahiko le Jeu 19 Jan 2017 - 21:04, modifié 17 fois.
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar L2-D2 » Lun 16 Nov 2015 - 18:14   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Chapitre 1 lu !

Et bien c'était très intéressant, ma foi ! :oui: Le style est bon, fluide, l'arrivée de Tarkin très bien mise en scène, les dialogues convaincants, et la présence du baron Papanoïda, personnage suffisamment peu exploité pour que son utilisation soit appréciable !

Le sujet est en tout cas intéressant et autant j'aurais pu douter sur la pertinence de ton idée de départ (en gros, "nier" Rebels pour raconter ta version de la création de l'Alliance Rebelle) mais à la lecture, mes doutes se sont envolés. Du coup, je lirai la suite de ton récit avec plaisir. Tu as convaincu un lecteur ! :)
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5414
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar yahiko » Lun 16 Nov 2015 - 21:10   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Merci à toi pour ce retour fort sympathique ;)

Je suis heureux d'avoir pu dissiper tes craintes concernant l'orientation de cette nouvelle. Il est vrai que c'est toujours délicat de proposer un point de vue alternatif à une histoire déjà en cours. Si ça peut en rassurer certains, dans mon esprit, Ezra et compagnie existent bel et bien. Ils sont juste très loin du champ d'action de la nouvelle.

Content également que la mise en scène de Tarkin t'ai plu car elle m'a demandé pas mal de peaufinements pour arriver à l'effet que je souhaitais. Quant à Papanoïda, j'ai eu de la chance de tomber rapidement sur ce personnage au cours de mon "casting". Il a du potentiel. ^^

Plus globalement, j'essaie à chaque fictions de m'améliorer un peu. Pour l'occasion je me suis documenté sur les techniques d'écriture ce qui m'a amené à adopter des dialogues à l'américaine, c'est-à-dire, sans tiret introducteur, et en employant des guillemets. J'espère que cela ne choquera pas trop les puristes :p
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Mar 17 Nov 2015 - 20:27   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Très sympathique, cette fic ! Si ça se trouve, tu vas réussir à me réconcilier avec SW Rebels. Quoique...
Oh, et j'ai adoré ta lettre au Père Mickey.
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar yahiko » Mar 17 Nov 2015 - 22:04   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Se réconcilier avec Rebels ? N'en demande pas trop à ma fic :D

Merci pour ton retour sinon, c'est sympa de ta part :cute:
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar yahiko » Sam 21 Nov 2015 - 14:35   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Deuxième fournée montrant que j'avais oublié de mentionner un personnage important dans la fiche technique ^^
En bas de page, j'ai ajouté quelques notes.


Chapitre 2

Les moteurs ioniques d'un trio de chasseurs impériaux terrorisaient l'espace par leurs modulations stridentes. Le leader, un engin à l'allure singulière, était flanqué de deux chasseurs TIE/Ln plus conventionnels.

Issus des chaînes de production de Sienar Fleet Systems, compagnie spécialisée dans les vaisseaux à faible tonnage, les chasseurs de classe TIE, étaient réputés pour leurs coûts de fabrication et de maintenance défiant toute concurrence, à la condition cependant d'être peu exigeant.

Des chasseurs TIE, le modèle TIE/Ln était le plus basique et le plus répandu dans tout l'Empire, et de loin. Il était reconnaissable par son cockpit sphérique et par ses ailes munies de larges panneaux solaires hexagonaux disposés à la verticale. Son armement se limitait en tout et pour tout à deux canons laser de courte portée. Exit hyperpropulsion, bouclier ou même un habitacle oxygéné et pressurisé. Trop cher. Le cahier des charges de l'Empire était draconien. Il fallait des unités facilement remplaçables, capables d'être produites par milliers et par millions. De fait, les chasseurs TIE/Ln devaient sillonner tout l'Empire. Et l'Empire était immense.

« En formation de combat », dit une voix rauque et métallique.

À la tête du trio de chasseurs impériaux, le vaisseau de Dark Vador ne pouvait pas n'être qu'un vulgaire modèle de série. Son chasseur TIE avancé x1 était un prototype dont les ailes étaient repliées aux extrémités vers le cockpit donnant un aspect plus compact voire aérodynamique à l'ensemble. Surtout, doté des dernières technologies, il comblait nombre des lacunes opérationnelles des TIE/Ln, possédant notamment un bouclier, ce qui était le minimum pour un vaisseau en charge de la vie du bras armé de l'Empereur Palpatine, même si, peu d’adversaires de Vador pouvaient se targuer d'avoir rendu un tel bouclier utile.

Ces trois unités issues de l'escadron Noir pourchassaient des chasseurs rebelles qui avaient eu l'audace de s'attaquer à la tentaculaire station orbitale de Scarl pourtant tenue secrète. Ce qu'elle était en train de construire pour le compte de l'Empire apparaissait démesuré. L'ensemble ressemblait à une immense fourmilière de droïdes mécanos aux membres hypertrophiés et d'ouvriers sous combinaison spatiale de forte constitution, des esclaves Wookies probablement, tous affairés à souder au plasma hydrogène les épaisses plaques en quadrilium sous un geyser de particules métalliques en fusion.

Ils étaient cinq. Cinq Y-Wings décorés de jaune venaient d'apparaître sur les radars de la station orbitale avec l'espoir de mettre fin à l'un des projets secrets de l'Empire.

Version légèrement réaménagée d'un des fers de lance de la Marine Républicaine du temps de la Guerre des Clones, le Y-Wing était un chasseur bombardier. L'ensemble, formé par le cockpit et les deux moteurs tubulaires attachés entre eux par une armature dénuée de coque, pouvait vaguement faire penser à la lettre Y, d'où son appellation. Il était relativement polyvalent et performant à l'époque de la République, même si depuis, sa conception accusait le poids des années, notamment au niveau de sa vitesse subluminique pour les combats rapprochés. Et pour cause...

Les moteurs des cinq Y-Wings expulsaient des gaz brûlants rouges comme le sang. C'était tout leur désespoir qu'ils crachaient. Et malgré cela, les chasseurs TIE, plus légers et maniables, gagnaient du terrain.

« Ici Leader Jaune. Rompez la formation ! Mission annulée. Je répète, mission annulée. On décroche ! »

Aussitôt les cinq chasseurs rebelles, tel un essaim, se dispersèrent au-dessus des grues géantes robotisées des chantiers navals qui manipulaient péniblement d'interminables poutres en duracier. La manœuvre des Rebelles était évidente. Elle obligeait les trois chasseurs TIE de l'Empire à faire des choix sur leurs cibles en supériorité numérique, créant, espérait le Leader Jaune, une ouverture, un échappatoire pour les autres délaissés.

« Empêchez-les de s'enfuir. Pas de saut dans l'hyperespace », ordonna Vador derrière son casque de pilotage. Il n'avait pas besoin de hausser le ton pour se faire comprendre de son escadron, et encore moins pour se faire obéir. « Pour le reste, je m'en occupe. »

Les deux chasseurs TIE flanqués de part et d'autre de Vador s'écartèrent en un clin d’œil, et prirent les chasseurs rebelles en étau sous des tirs de barrage nourris zébrant l'espace de lignes fluorescentes d'un vert intense.

À quelques encablures de ce combat spatial, un imposant croiseur stellaire de classe Impérial, le Souverain, se tenait immobile, comme à l’affût de sa proie.

« Grand Moff Tarkin, comme prévu, les chasseurs rebelles viennent d'arriver et sont à présent à portée. Nous pouvons ouvrir le feu », lança timidement un sous-officier impérial.

« Ne faites rien », dit Tarkin en levant la main. « Assurez-vous juste que leurs communications restent brouillées. Le Seigneur Vador est en train de s'occuper de cette vermine. Il serait pour le moins fâché si nous lui privions de son plaisir. »

Avec une poignée d'officiers de haut rang autour de lui, Tarkin croisa tranquillement les bras devant une large baie vitrée qu'offrait son bâtiment. C'était comme à l'Opéra Impérial de Coruscant. Bien qu'ils connaissaient la fin de l'histoire, ils étaient fascinés d'avance par la performance pyrotechnique que le Seigneur Sith exécutait en ce moment même.

Dark Vador observait attentivement le cadran principal de son chasseur. La silhouette lumineuse d'un Y-Wing tremblait autour de sa ligne de mire, jusqu'au moment où elle s'immobilisa en plein centre. La cible était verrouillée. Sans hésitation, Vador appuya sur la gâchette puis une explosion retentit avec son cortège de fumée et de débris.

Plus que quatre.

Les autres Y-Wings n'avaient pas l'intention de se faire détruire aussi facilement et tentèrent de se coordonner pour abattre le vaisseau de Vador. En un tour de main, le Seigneur Sith bascula toute la puissance vers les moteurs et imprima un fort mouvement à bâbord sur son manche. Esquivant les tirs de laser rouge, le chasseur TIE partit en vrille à une telle allure qu'il donnait l'impression de tordre l'espace même. Toujours avec les gaz à fond, le chasseur se stabilisa, leva du nez, se retourna sur le dos. Redirection de la puissance sur les canons lasers. Le TIE ralentit, amorça une descente, se retourna à nouveau pour se retrouver à l'endroit. Suite à cette figure de voltige exécutée à la perfection, Vador se retrouvait face à la meute de chasseurs rebelles qui venaient vers lui. Il appuya sur la gâchette sans même chercher à verrouiller une cible. La Force était avec lui.

Presque trop facile, se disait-il.

Une puis deux explosions l’enveloppèrent. Les deux autres Y-Wings avaient réussi à s'écarter du viseur de Dark Vador in extremis. Mais ils n'avaient fait que retarder l'échéance. Les deux chasseurs TIE de l'escadron Noir venaient de décrocher de leur position de barrage pour passer à l'offensive.

« Je m'occupe du chef, occupez-vous de l'autre », indiqua Vador.

Le vaisseau du Leader Jaune zigzagua puis plongea au raz des chantiers, frottant par moment sa coque avec la surface des installations industrielles. Des étincelles jaillirent sans endommager outre mesure le Y-Wing. C'était un modèle vieillissant certes, mais qui n'avait pas encore dit son dernier mot.

À quelques centaines de mètres devant lui, il pouvait distinguer de gros conteneurs a priori fortement blindés qui devaient renfermer selon lui du gaz sous pression hautement explosif. Il temporisa. Reste sur la trajectoire se disait-il. Le chasseur de Vador derrière lui était presque à portée de tir. Reste sur la trajectoire. Il arma ses torpilles à proton, activa son calculateur vision haute, et redirigea toute la puissance qui restait à son vaisseau sur les déflecteurs avant. Vador était désormais à portée, juste derrière lui. Encore un peu, juste un peu... Clic. Il appuya fort sur la gâchette et redressa autant qu'il le pouvait le manche de son vaisseau en serrant des dents. Une énorme explosion résonna aux alentours des chantiers navals. Le souffle projeta tous les droïdes à proximité dans le vide sidéral. De fortes secousses s'emparèrent du Y-Wing. Et son poursuivant ? se demanda-t-il. Une seconde ou deux venaient de s'écouler. Tout était redevenu calme. Un peu trop. Il jeta un coup d’œil derrière lui. Seules les étoiles brillaient sur un fond galactique d'un noir impénétrable.

« Je l'ai eu ce salaud ! » Ses amis n'étaient pas morts pour rien pensait-il.

Il tentait de se réconforter comme il le pouvait. Malgré de lourdes pertes, il pourrait fournir de précieuses informations à la cellule rebelle à laquelle il appartenait. À condition d'en réchapper vivant...

Soudain, de la fumée envahit le cockpit du Y-Wing. Ça venait de nulle part. Dans un angle mort, Vador venait de surgir du néant au-dessus du Leader Jaune et piquait dans sa direction à toute allure. La précédente explosion surprise n'était pas venue à bout du Seigneur Sith. Pour prendre à défaut le meilleur astropilote de la Galaxie, il en fallait plus. Beaucoup plus. Des tirs déchirèrent l'armature du Y-Wing. Le moteur droit se détacha pour aller s'écraser avec pertes et fracas sur ce qui semblait être un entrepôt. Contrairement à son pilote, le droïde astromécanicien, un R7, à l'arrière du vaisseau, impuissant à réparer de telles avaries, semblait paniqué. Une série stridente et incompréhensible de sifflements électroniques d'intensité et de longueur variée résonna dans le peu de cockpit qui restait. Existait-il un paradis pour les droïdes ?

Le Leader Jaune quant à lui se contenta de fermer les yeux.

***


Avant même que les chasseurs rebelles autour des chantiers de Scarl fussent tous exterminés par Vador et son escadron Noir, Tarkin et d'autres membres de l’État-major interarmées s'étaient réunis en comité dans une vaste salle à bord du Souverain, le navire amiral du Grand Moff. Ce croiseur interstellaire formait un épais et long triangle surmonté d'une tour de contrôle et dont la tranche était parsemée d'éclairages et d'orifices d'où pouvaient sortir des escadres meurtrières de chasseurs TIE. Cette redoutable machine de guerre de 1600 mètres de long était lourdement armée à l'instar des autres croiseurs de la classe Impériale assemblés par Kuat Drive Yards, la même compagnie qui exploitait les chantiers navals de Scarl.

Au-dessus d'une holotable d'un noir nacré flottait la silhouette holographique bleutée en fil de fer d'un vaisseau dont l'aspect tout en se rapprochant de celui des croiseurs interstellaires en service était encore plus menaçant. L'hologramme tournait sur lui-même lentement, permettant ainsi à l'assistance de l'observer sous toutes ses coutures. Et à en juger par le nombre de salles et de hangars, la longueur de cet engin devait faire au bas mot dix fois celle du Souverain.

« Selon le responsable des chantiers navals de Scarl, les dégâts causés par ces terroristes seraient minimes », annonça l'un des officiers autour de la table. « En quelques jours, la construction de notre futur supercroiseur interstellaire pourra de nouveau repartir. » Le charisme de l'amiral Tenant n'était pas flagrant, et sans l'amitié de longue date qui le liait à Tarkin, il n'aurait probablement jamais pu endosser les responsabilités qui étaient les siennes.

« Je persiste à penser qu'il n'est pas raisonnable de se lancer dans un chantier de cette envergure alors que nous manquons de ressources pour terminer le projet DS-1 », lança le vice-amiral Motti à l'assistance sans réellement se soucier de savoir si l'amiral Tenant avait terminé.

Le jeune Conan Antonio Motti avait l'assurance de ceux qui avaient échappé aux vicissitudes de la vie. Né dans une famille puissante, riche et influente, cela n'avait été qu'une question de temps avant qu'il n'occupe un rôle important au sein de la Marine Impériale. Et de temps, il n'en avait pas fallu beaucoup, puisqu'à à peine trente ans, simple lieutenant il y a peu, il venait d'être catapulté vice-amiral grâce à ses relations hauts placés.

« Au contraire. Ce supercroiseur interstellaire me semble bien plus raisonnable et utile que cette folie de projet DS-1 », répliqua un troisième officier qui faisait face à Motti. « L'Armée pourrait pleinement bénéficier des capacités logistiques d'un tel navire. Nous pourrions ainsi projeter nos stormtroopers n'importe où dans la Galaxie en un temps record. »

Le général Tagge issu lui aussi d'une importante famille basée sur Tepasi, devait sa position autant par ses relations que par de réelles compétences de commandement qu'il avait pu mettre en œuvre, souvent avec succès, sur divers théâtres d'opérations où l'Armée Impériale avait dû intervenir. En tant que seul représentant de la branche terrestre au sein de ce comité, il se devait de défendre âprement les intérêts de l'Armée qui se confondait pensait-il avec les siens. Mais face à la Marine toute puissante, c'était toujours compliqué. Et encore plus lorsqu'une tierce partie entrait en jeu...

La porte de la salle coulissa.

« Ce supercroiseur sera sous mon commandement. »

Un individu, sinistre, tout vêtu de noir, pénétra dans la salle avec l'allure des vainqueurs et des conquérants, puis s'installa aux côtés de Tarkin en restant debout. Tagge eut un moment d'hésitation, mais était décidé à obtenir gain de cause, pour ses hommes... et sa carrière.

« Seigneur Vador, entre les loopings que vous venez de faire avec un chasseur TIE et diriger ce supercroiseur interstellaire, son équipage, ses troupes et ses escadrons, il y a un monde. J'ajouterai que compte tenu du fait que l'Armée est le premier contributeur budgétaire à ce projet, il est évident que je... »

« Trêve de chamaillerie ! » coupa Tarkin. « Ce nouveau navire sera attribué au Seigneur Vador. La mission que l'Empereur lui a confiée est prioritaire. De même que le projet DS-1 qui ne saurait être remis en cause. »

Le regard pénétrant de Tarkin fixa celui de Tagge. Ni colère ni menace dans les yeux du Grand Moff. Un simple rappel de son autorité qui avait fini de convaincre le général de ne pas insister outre mesure. D'autres cependant n'étaient pas aussi raisonnables.

« Traquer des fantômes du passé ? Ces... Jedi. Ne les avons-nous pas tous exterminés ? » ironisa Motti.

Vador fit quelques pas en direction du vice-amiral dont la jeunesse et l'arrogance ne lui avaient pas enseigné à craindre un Seigneur Sith.

« Ne sous-estimez pas le pouvoir de la Force », dit-il en pointant du doigt Motti. Son index et son pouce commencèrent à se rapprocher pour former une pince. La Force était convoquée par Vador qui fixait aussi intensément la gorge de Motti que son casque opaque le laissait deviner.

« Désolé de changer de sujet, mais l'heure tourne », intervint Armand Isard, un officier jusqu'à présent discret et qui ne se doutait pas qu'il venait d'interrompre Vador en pleine action.

Ce n'est que partie remise, songea le Seigneur Noir qui abaissa sa main laissant le fluide naissant de la Force s'évanouir autour de Motti. Ce dernier ignorait qu'il avait échappé au courroux de Vador et n'avait en tout et pour tout ressenti que de légers picotements à sa gorge. Il but un verre d'eau pour faire passer ces désagréments qui disparurent aussitôt.

« Ce qui devrait nous préoccuper actuellement est qu'un groupe de sénateurs va demander la tenue d'une commission d'enquête sur les comptes de l'Armée et de la Marine », continua Isard. Il inséra une datacarte dans le pupitre devant lui qui était intégré à l'holotable. Deux visages vinrent remplacer l'hologramme du supercroiseur. « Bien que nous n'ayons aucune preuve, nous suspectons les sénateurs Mon Mothma et Bail Organa d'être à la manœuvre. »

Armand Isard était le Directeur de la Commission pour la Préservation du Nouvel Ordre, organisation aux multiples ramifications dont le but était de promouvoir de différentes façons, plus ou moins avouables, la politique de l’Empereur auprès de la population. Le recueil d’informations sur les potentiels adversaires politiques de Palpatine faisait partie de ses attributions.

« Pourriez-vous être plus explicite, Directeur ? » demanda Tagge.

« Les sénateurs Organa et Mothma sont connus pour avoir quelques réserves envers la politique impériale, et c’est un euphémisme, même s’ils n’ont jamais franchi la ligne rouge jusqu’à présent. En outre, ils jouissent d’une grande reconnaissance parmi les sénateurs, y compris ceux acquis à la cause de l’Empereur. Peu d’autres auraient pu faire accepter une telle mesure. Sachez messieurs, que nous les surveillons de près en dépit de leur immunité qui ne facilite pas les choses. Tous les détails sont dans le dossier SGW-3118. Cette commission d’enquête ne doit pas être prise à la légère. »

Tarkin, restait silencieux tout en se grattant le menton, le regard plongé dans ses pensées. S'il était possiblement irrité par cette nouvelle, il n'en laissait rien transparaître.

« La plaie ! » faillit presque hurler Motti. « Si le Sénat venait à jeter nos comptes sur la place publique, nous pourrions avoir de sérieuses difficultés à justifier auprès des différents systèmes de la construction du projet DS-1... »

« ... Et du supercroiseur interstellaire », ajouta Tagge. « Cela pourrait même remettre en cause l'ensemble de votre doctrine Grand Moff », poursuivit-il sur un ton faussement ennuyé. Tagge n'allait pas jusqu'à considérer Tarkin comme un adversaire, mais c'était au moins un rival. « Le problème c'est que légalement, nous ne pouvons pas empêcher cette commission d'enquête. »

« Légalement non en effet », acquiesça Tarkin sur un ton sibyllin. Tant que l'Empereur tolérait l'existence du Sénat, il n'avait pas beaucoup de leviers à sa disposition pour les contrer. Mais il en avait...

Spoiler: Afficher
* Le déroulement du combat spatial s'inspire en partie de l'attaque de l'Etoile Noire dans Un Nouvel Espoir, surtout concernant le passage où le Leader Jaune active son calculateur vision haute (parallèle lorsque les Y-Wings sont dans la tranchée de l'Etoile Noire).

* La scène du comité de l'Etat-major interarmée fait également référence à celle où on voit Vador étrangler Motti. Vu que dans cette fiction on est antérieure à ANH, Vador ne va pas jusqu'au bout de son Force Choke. Il se rattrapera dans la Trilogie. :diable:

* Le projet Stardust correspond à l'Etoile Noire
Modifié en dernier par yahiko le Jeu 23 Fév 2017 - 17:18, modifié 18 fois.
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar L2-D2 » Mar 24 Nov 2015 - 17:49   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Chapitre 2 lu !

Je confirme tout le bien que j'ai pu penser à la lecture du premier Chapitre. Tu maîtrises clairement ton sujet, les parallèles avec les scènes de la trilogie classique sont bien trouvés (attention toutefois à ne pas trop en abuser même si, ici, cela passe très bien :wink: ), et le style sait se montrer incisif par moments, comme ici :

yahiko a écrit:Des chasseurs TIE, le modèle TIE/Ln était le plus basique et le plus répandu dans tout l'Empire, et de loin. Il était reconnaissable par son cockpit sphérique et par ses ailes munies de large panneaux solaires hexagonaux disposés à la verticale. Son armement se limitait en tout et pour tout à deux canons laser de courte portée. Exit hyper-propulsion, bouclier ou même un habitacle oxygéné et pressurisé. Trop cher. Le cahier des charges de l'Empire était draconien. Il fallait des unités facilement remplaçables, capables d'être produites par milliers et par millions. De fait, les chasseurs TIE/Ln devaient sillonner tout l'Empire. Et l'Empire était immense.

... ou comment faire passer la description des chasseurs TIE de fort belle manière ! :oui:

Encore une fois, les personnages ont leur "voix", celles des films, et leurs attitudes, notamment Tarkin et Vador qui sont parfaitement maîtrisés. Je suis curieux de lire la suite, et voir ce que cela va donner lorsque des personnages inédits ou moins connus feront leur apparition ! :)
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5414
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Mar 24 Nov 2015 - 21:07   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Je confirme, c'est vraiment bien ! J'attends le chapitre suivant avec impatience !
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Graf Organa » Mar 24 Nov 2015 - 23:22   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Cette lecture était un vrai régal. On imagine sans problème les événements et il y a une exploitation intelligente des personnages. Utilisé des personnages très peu connu et/ou ayant été coupé au montage des films (je pense notamment à Silya Shessaun).
C'est agréable d'avoir une fanfic avec Bail Organa et Tarkin :D

Sérieusement je suis fan !!
"J'admire la démocratie" Chancelier Palpatine après obtention des pleins pouvoirs
Graf Organa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2428
Enregistré le: 22 Oct 2013
Localisation: Alderaan/France
 

Messagepar yahiko » Mer 25 Nov 2015 - 12:58   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

@L2D2
les parallèles avec les scènes de la trilogie classique sont bien trouvés (attention toutefois à ne pas trop en abuser même si, ici, cela passe très bien :wink: )

Etant un fan absolu de l'épisode IV je vais essayer de me retenir ;)

comment faire passer la description des chasseurs TIE de fort belle manière ! :oui:

Merci. L'élaboration des descriptions étant l'un des aspects les plus chronophage pour ma part, ça fait plaisir que certaines d'entre elles ne soient pas passées inaperçues.

Encore une fois, les personnages ont leur "voix", celles des films, et leurs attitudes, notamment Tarkin et Vador qui sont parfaitement maîtrisés. Je suis curieux de lire la suite, et voir ce que cela va donner lorsque des personnages inédits ou moins connus feront leur apparition ! :)

Quand on a un support comme le film, c'est une grande aide pour donner vie à ses personnages. Pour d'autres personnages moins connus ou créés ex-nihilo, ça demande plus de boulot. Je te laisserai juger du résultat ;)

@Zed-3 Et
Merci à toi :cute:

@Graf Organa
Merci pour ton retour. Venant de la part d'un artiste SWU, ça me fait chaud au coeur ^_^
Bien vu pour Silya Shessaun. En effet, beaucoup trop de scènes expliquant les intrigues politiques ont été coupées. C'est bien dommage d'ailleurs.
Quand à Bail et Tarkin, oui, ce sont deux personnages charismatiques pas assez exploités hélas. J'espère que cette fiction leur rendra hommage. ;)
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Delerane » Jeu 26 Nov 2015 - 23:20   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Je me lance également !

Je viens de lire le chapitre I que j'ai adoré ! C"est excellent. Bien écrit, bien mis en scène, efficace et ambitieux, c'est très bien ! Je n'ai rien à redire, j'aime beaucoup ! Inutile que j'en dise plus c'est impec' jusqu'à présent !
Toutes ces croyances à la noix et ces armes démodées ça vaut pas un bon blaster.
Delerane
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Enregistré le: 21 Avr 2015
Localisation: Dagobah
 

Messagepar Delerane » Sam 28 Nov 2015 - 19:40   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Chapitre II lu !

C'est fabuleux. Du grand art. Magistral. J'adore ton style d'écriture, il est vraiment prenant. J'aime ta façon de faire rentrer en scène les personnages. Fabuleux. Si seulement on pouvait avoir un tel récit officiel ! Tout y est, et les clins d'oeil sont savoureux.

La Force est avec toi ! Et je le suis aussi :jap: .
Toutes ces croyances à la noix et ces armes démodées ça vaut pas un bon blaster.
Delerane
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Enregistré le: 21 Avr 2015
Localisation: Dagobah
 

Messagepar yahiko » Sam 28 Nov 2015 - 20:32   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix (Star Wars Rebels)

Merci à toi Delerane !
Tant de compliments vont me faire rougir :oops:

La Force est avec nous tous ;)
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar yahiko » Lun 30 Nov 2015 - 22:17   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch3] (SW Rebels)

Voilà le 3ème chapitre dont la rédaction m'a fait souffrir.
Je remercie Fotini qui se reconnaîtra peut-être pour son aide précieuse sur un passage. ;)

Chapitre 3

L'astre du jour s'élevait imperceptiblement dans le ciel immaculé d'Aldérande. Ses rayons caressaient déjà la cime des conifères multicentenaires, mais la brume qui couvrait l'océan de verdure tardait à se dissiper dans la fraîcheur du matin. Tout à coup, les rossignols à collier se turent et s'enfuirent à tire-d'aile, et leur joyeux vibrato fut remplacé par un fracas de pas précipités dans les broussailles. Une adolescente, ses cheveux bruns attachés en queue de cheval d'où dépassaient quelques mèches rebelles, vêtue d'un treillis se fondant dans le paysage, se frayait son chemin à travers les herbes hautes et les fougères digitales. Haletante, en nage, son cœur battant la chamade, voilà des heures qu'elle avançait dans cette forêt au pas de charge.

Parvenue à l'orée d'une clairière, elle s'adossa à un tronc d'arbre et dégaina son blaster. C'était un modèle léger de faible puissance, idéal pour la chasse au petit gibier ou l'autodéfense. Elle jeta un œil par-dessus l'épaule et vit au milieu du terrain dégagé, deux sphères métalliques qui lévitaient séparées de quelques mètres l'une de l'autre. Elles étaient à peine plus grosses que des pêches sihènes bien mûres. Sans doute des sphères d’entraînement de modèle Marksman-H, très prisées par les mercenaires et les chasseurs de primes. Leur surface était truffée de détecteurs de présence et de photorécepteurs qui leur permettaient de se diriger et de s'orienter au quart de tour vers leur cible.

Leia tenta de reprendre son souffle et d'apaiser son rythme cardiaque. Elle inspira profondément, se concentra. Puis, elle bondit de sa position, fit une roulade, ajusta sa ligne de mire et tira deux salves en direction des sphères. De la fumée sortit de l'une d'entre elles. Comme une pierre, elle s'effondra sur le sol. L'autre, intacte, répliqua d'un rayon laser fulgurant. Leia esquiva le tir s'aplatissant à terre, réarma son blaster et tira une nouvelle fois en direction de la sphère restante. Une explosion retentit dans la clairière dans un panache de fumée âcre.

Pendant que Leia se relevait et s'essuyait le front dégoulinant de sueur, une silhouette émergea de la forêt. C'était un individu anthropomorphe d'un grand gabarit. Un Jézarien, une espèce rarissime dans la galaxie, à la limite de l'extinction. Il devait mesurer pas loin de deux mètres, entièrement recouvert d'un pelage qui tirait sur le roux. Les yeux en amande, le nez convexe, deux cornes épaisses enroulées sur elles-mêmes masquaient des oreilles pointues.

« Bonjour Maître Malacore », dit Leia visiblement satisfaite tout en refaisant le nœud de sa queue de cheval. « Vous doutiez de mes capacités, mais comme vous pouvez le constater, j'ai réussi ! »

« Hmmm... Pas tout à fait... »

Leia n'eut même pas le temps de se poser de questions, qu'une douleur brève mais aiguë la frappa entre ses omoplates. Elle se retourna aussitôt et aperçut, surgissant des hautes herbes, une troisième sphère tournant lentement sur elle-même. Bien que non létaux, les tirs des sphères d’entraînement étaient suffisamment puissants pour laisser une trace persistante dans la mémoire de leur victime.

Leia s'effondra sur le sol et grimaça. « Ce n'est pas juste ! Cette troisième sphère n'est pas censée faire partie de l'entraînement ! »

« Un combat c'est autre chose que la politique chère Princesse », répondit sur un ton légèrement moqueur Gurney Malacore qui toisait sa jeune élève encore les bras écartés au sol. « Y définir soi-même les règles du jeu est un luxe, y compris pour la future Reine d'Aldérande. L'ennemi usera de toutes les fourberies pour parvenir à ses fins. Vous faire comprendre cela était l'un des objectifs de la séance d'aujourd'hui. »

« Mais nous sommes dans le même camp ! Vous n’étiez pas censé détourner mon attention ! » continua de protester la jeune fille.

« C'est aussi une autre leçon à retenir. Même ceux qu'on considère comme étant ses alliés ou ses amis peuvent vous trahir. » Le Jézarien avait pris une voix plus grave dissipant toute forme de légèreté. Puis, comme pour chasser de mauvais souvenirs, il se recomposa un sourire. D'autant plus qu'il avait de réels motifs de satisfaction.

Même si Leia avait baissé sa garde sur la fin, le maître d'armes était agréablement surpris de la prestation de son élève. Bien qu'épuisée par sa randonnée matinale dans les montagnes, et mise sous pression par les tirs des sphères d'entraînement, elle s'était débarrassée de deux d'entre elles assez facilement. Elle a du potentiel, se disait-il. Quelque part, il se reconnaissait un peu en elle, sans trop savoir pourquoi néanmoins.

Il s'empara de la sphère encore opérationnelle, la rangea dans une sacoche accrochée à sa ceinture, puis sortit une barre de rationnement de la poche gauche de sa longue veste d'un orange sombre.

« Tenez, avalez ça », dit-il tout en tendant la ration de nourriture à l'adolescente toujours à terre, et qui relevait son buste pour l'attraper. Mais l'héritière des Organa faisait la moue.

« C'est tout ce que vous avez à me proposer après ce que j'ai enduré ? »

« Désolé chère Princesse, mais cela fait aussi partie de l’entraînement », répondit le Jézarien presque sur le ton du reproche. « Sachez que durant le blocus de Christophsis, vous auriez été heureuse de pouvoir en manger tous les jours. »

« Le blocus de Christophsis », répéta Leia presque surprise. « Vous avez combattu pendant la Guerre des Clones ? »

« Ce serait une longue histoire... », dit Gurney presque gêné d'en avoir trop dit.

« Allez, racontez Maître ! J'ai au moins mérité ça ! »

« Hmmm... Vous avez raison. Disons que ce sera votre récompense pour vos efforts d'aujourd'hui. »

Tout en mâchant bruyamment la barre insipide qu'elle tenait entre ses deux mains, assise en tailleur sur l'herbe, la jeune fille, les yeux grands écarquillés, était tout ouïe. Voilà qu'elle allait en apprendre davantage sur son maître d'armes. Lui, si solitaire d'habitude, qui ne partageait que rarement ses états d'âme, et encore moins son passé.

« Par où commencer ? » se demanda Gurney en caressant son petit bouc au menton. « Nous n'avons pas toujours le destin qu'on s'imagine en étant jeune, à moins d'être de bonne famille, sauf votre respect demoiselle. Les aléas, les circonstances, nos choix aussi, nous font prendre des chemins étranges. Par exemple, je n'aurai jamais imaginé être maître d'armes d'une Princesse aussi charmante que têtue », glissa-t-il avec un clin d'œil.

« N'essayez pas de vous défiler Maître ! La Guerre des Clones ! »

« C'est bien ce que je disais », repris Gurney. « Têtue... »

***


Planète de la Bordure Extérieure, la réputation et la richesse de Christophsis tenaient pour beaucoup à la présence de cristaux géants d'un vert bleuté à sa surface. Ils étaient disposés à la fois en un pavage hexagonal telles les écailles d'un trandoshien, à une tout autre échelle bien sûr, et en pics verticaux pouvant culminer à plusieurs centaines de mètres. De nombreuses études scientifiques avaient été publiées pour percer les mystères de leur genèse, mais en vain. Ces formations géologiques uniques dans la galaxie restaient une énigme.

Chaleydonia, aussi connue sous le nom de Ville Cristal, était la capitale de cette planète et hébergeait à ce titre l'essentiel des centres de décisions. Le politique n'y était jamais très éloigné de l'économique dans la mesure où ce système était dirigé par une oligarchie marchande réunie au sein de la Guilde, l'institution suprême de Christophsis. L'industrie et le commerce y étaient prospères en grande partie grâce à l'exploitation des cristaux à la surface et des minerais de la ceinture d'astéroïdes. Mais la Guerre des Clones qui avait éclaté un an plus tôt entre la République et la Confédération des Systèmes Indépendants avait mis à mal toute l'économie de ce système qui faisait l'objet de toutes les convoitises pour un camp comme pour l'autre.

A priori loin de ces enjeux stratégiques galactiques, Gurney Malacore était un simple mercenaire qui menait une vie au jour le jour. Même s'il n'avait jamais cherché à faire carrière, il avait tout de même réussi à se faire un nom dans le milieu de par son sérieux et son professionnalisme. Nombreux déjà étaient ses anciens employeurs à travers la galaxie qui, pleinement satisfaits de ses services, le recommandaient à d'autres. Il avait ainsi rejoint une modeste compagnie spécialisée dans la sécurité rapprochée des personnes, la SecuriCorp, dont le principal et riche client était l'oligarchie marchande de Christophsis, les Intendants. C'était un boulot tranquille et grassement payé avait-il pensé à l'époque, de l'argent facile comme ça se disait dans le jargon. Encore ignorait-il où cela allait l’entraîner...

Les vaisseaux des Séparatistes venaient de s'inviter de force sur l'orbite de Christophsis et initièrent leur blocus. De larges bataillons de droïdes de combat débarquèrent en rangs ordonnés dans la Ville Cristal, soutenus par des divisions de chars d'assaut et de l'artillerie lourde. L'état d'urgence avait été déclaré sur toute la planète, et la confusion la plus totale régnait chez les habitants de la capitale.

Il ne fallut pas longtemps pour que l'armée menée par le général Whorm Loathsom s'empare des principales places fortes de Chaleydonia. Ne restait plus que la Maison de la Guilde où s'étaient réfugiés les sept Intendants de l'oligarchie marchande.

C'est dans un bureau spacieux, richement décoré de sculptures en marbre de Wayland et de peintures multispectrales encastrées dans les murs, que Gurney, debout, face aux Intendants assis en demi-cercle autour de lui, tenait dans sa main un holoprojecteur en fonctionnement. La communication était manifestement mauvaise. L'image se déformait de façon erratique et le son grésillait au point de se couper par instants. Sans compter les bruits des bombardements qui se faisaient entendre au loin à travers les épaisses vitres en transparacier.

« Sept millions de crédits, cash et payable d'avance », dit l'hologramme d'un individu portant un casque sur la tête et un plastron d'un rouge sombre sur la poitrine, uniforme en tout point similaire à celui que portait Gurney.

« C'est insensé ! » s'écria un Kerkoidien. « Maudits mercenaires... C'est du chantage, de l'extorsion pure et simple ! » renchérit un autre. « Ces tarifs sont sans commune mesure avec les prix du marché », ajouta un troisième.

Sept individus, vaguement humanoïdes, grassouillets, à la peau bleu cobalt et drapés de tissus précieux et raffinés, agitaient leurs petits bras en signe de protestation. La colère qui les animait, rendait leur long et disgracieux visage encore plus laid qu'à l'accoutumée, laissant ainsi clairement apparaître des canines inférieures saillantes et hypertrophiées. Ils continuaient à chuchoter entre eux, furieux d'être à ce point pris au dépourvu. Ces marchands dans l'âme, qui n'avaient toujours pas pris la pleine mesure de la situation, encore à raisonner en termes de profits économiques et de rentabilité, ne pouvaient se résoudre à payer une telle somme, pourtant dérisoire en comparaison de leur fortune.

« Nos tarifs ont changé », répliqua sèchement le responsable de la SecuriCorp à travers l'holoprojecteur. « Dois-je vous rappeler que ça grouille de droïdes là où vous êtes ? Maintenant, si vous préférez un simple taxi, appelez-en un. Bien d'autres personnes sont intéressées par nos services actuellement... »

La porte du bureau pourtant renforcée d'un blindage en duranium commençait à fondre et à se déformer à vue d’œil sous l'effet d'une chaleur extrême. Ce n'était plus qu'une question de secondes avant que la tranquillité précaire de ce petit comité ne vole en éclat.

« Attendez ! » interrompit l'un des Intendants d'une voix tremblante. « D'accord, nous acceptons vos conditions. Voilà l'argent que vous souhaitez », dit-il en validant la transaction sur un ordinateur qu'il tenait dans le creux d'une main. « Maintenant, faites vite ! »

« Messieurs les Intendants, c'est toujours un plaisir de faire affaire avec vous », répondit le mercenaire sous son casque. Il jeta un regard avide sur un terminal portatif et pouvait constater au même moment une arrivée massive de crédits de son côté. « Je vous donne rendez-vous sur le toit de votre immeuble dans dix minutes, pas une de plus. Nous n'attendrons pas les retardataires. »

Alors que l'holoprojecteur venait de s'éteindre, sur la porte, un cercle de grand diamètre dessiné par le métal en fusion se referma. Une épaisse plaque circulaire en duranium tomba lourdement à la renverse laissant apparaître des droïdes de combat à travers le trou béant nouvellement formé. Le Jézarien en armure leur fit face. Il signifia aux Intendants d'aller se cacher derrière le bureau tout en dégainant son blaster DC-15A modifié par ses soins.

Pas de quartier. Campé sur ses appuis, Gurney arrosa de tirs nourris l'endroit où s'était tenue il y peu une porte. « Oh oh... » Les droïdes de combat B1 semblaient pris de court, tous munis qu'ils étaient d'un inoffensif chalumeau à plasma en lieu et place d'un blaster. Avec leur tête allongée montée sur une tige d'acier, ils ne purent que se regarder entre eux, impuissants, en se reprochant mutuellement de ne pas s'être réarmés plus tôt. Les uns après les autres, ils tombèrent comme des mouches et formèrent rapidement un tas fumant de débris métalliques de couleur crème. La voie était libre.

« Venez, dépêchez-vous. Pas le moment de traîner ici », lança Gurney aux Intendants qui s'étaient réfugiés les mains sur la tête derrière le large bureau en plastacier. Des têtes dépassèrent, puis les Kerkoidiens se levèrent maladroitement et de façon désordonnée, ce qui agaça un tantinet le mercenaire en charge de leur sécurité, et de leur vie à ce moment précis.

Une fois tout ce petit monde regroupé, ils coururent dans un long couloir qui débouchait sur une série de portes de turboascenseurs. Gurney leva brièvement la tête, fronça des sourcils. Quelque chose clochait.

« Les ascenseurs ont été coupés », grommela-t-il en appuyant sans succès sur les boutons d'appel. « Il va falloir emprunter les escaliers », poursuivit-il tout en devinant une certaine appréhension sur le visage des Kerkoidiens. « Messieurs, tout ira bien. Imaginez juste ça comme une petite séance de jogging. » Le mercenaire savait cependant qu'il allait devoir forcer sensiblement la nature de ses clients compte tenu du temps restant, sept minutes, et du nombre d'étages gravir, pas moins de vingt.

Ils firent donc demi-tour, réempruntèrent le même couloir par lequel ils venaient d'arriver mais furent vite stoppés par la présence d'un contingent de droïdes séparatistes. Les premières salves de Gurney vinrent sans trop de difficulté à bout des quelques droïdes de combat en première ligne, encore des modèles B1 de base. Mais l'affaire se corsa sérieusement lorsqu'apparurent en retrait la version améliorée, les super droïdes de combat B2.

Supérieurs en tout point aux B1, les B2 étaient plus grands, plus massifs et résistants grâce à leur carcasse brossée en duranium renforcé. Les tirs de blaster de Gurney ne provoquaient au mieux que de simples étincelles. Comme si de rien n'était, les droïdes continuaient d'avancer de façon synchrone en maintenant leur avant-bras droit à la verticale, renforçant ainsi le caractère menaçant de leur marche martiale.

Les super droïdes B2 étaient dotés aussi d'une intelligence artificielle plus évoluée qui leur conférait en théorie plus d'autonomie dans leur décision, même si cela se traduisait souvent dans les faits par une agressivité accrue. De fait, dès que le groupe de fuyards fut à leur portée, les droïdes abaissèrent leur avant-bras droit à l'horizontale, et armèrent les canons qui y étaient intégrés.

C'est alors qu'une pluie de rayons laser s'abattit sur le mercenaire et ses clients terrorisés. Par chance, le Jézarien et les sept Kerkoidiens purent se mettre à couvert à temps à l'angle d'une intersection. Accroupi contre le mur, Gurney plongea alors sa main dans une sacoche accrochée à sa ceinture, en sortit un objet cylindrique et le lança avec force vers les droïdes qui s'approchaient. Au moment où le cylindre toucha le sol, un flash aveuglant illumina toute la longueur du couloir. Une myriade d'arcs électriques bleutés crépitèrent sur la surface polie des droïdes de combat pour disparaître en quelques secondes. Peu de temps après, les droïdes, comme un seul homme, tombèrent à la renverse, silencieux et inertes. Gurney s'avança prudemment à l'intérieur du couloir. Il donna un coup de pied sur l'une des carcasses et s'assura que la grenade à impulsions électromagnétiques avait bien fait son effet.

Soulagés, les Intendants accompagnés de leur garde du corps reprirent leur chemin et arrivèrent à la cage d'escalier. Les marches étaient hautes et en levant la tête, il leur était impossible de distinguer le plafond du dernier étage. C'est presque si l'on pouvait voir dans les yeux des Kerkoidiens la peur du vertige. Mais il ne restait plus que cinq minutes avant le rendez-vous sur le toit. Le groupe ne pouvait se permettre le moindre découragement ou hésitation.

« C'est trop haut... » dit l'un des Intendants. « Oui, il doit bien il y avoir d'autres moyens pour atteindre le toit... » acquiesça un autre qui transpirait rien qu'à l'idée d'accomplir un tel effort, si inhabituel et inapproprié pour un oligarque de Christophsis.

« Il n'y a pas d'autre moyen », dit Gurney sur un ton sans équivoque. « C'est maigrir ou mourir », en enfonçant son index dans la poitrine bedonnante d'un des Kerkoidiens. Il ne s'adressait plus à des clients, mais des compagnons de fortune dont il était de fait devenu le leader. Ils devaient lui obéir s'ils souhaitaient s'en sortir vivants. Leurs destinées étaient désormais liées pensait-il.

Impressionnés, et sachant que leur prestataire avait raison, les dirigeants de Christophsis prirent leur courage à deux mains et commencèrent à gravir les escaliers. Gurney fermait quant à lui la marche et jeta un coup d’œil vers les étages inférieurs plongés dans l'obscurité. Il avait comme un mauvais pressentiment.

Dès les premiers étages, les Intendants donnèrent des signes de fatigue. Ils respiraient comme des moteurs de landspeeder encrassés. Ils s'arrêtaient sans cesse en posant leur main sur les deux jambes ou en se reposant de tout leur poids contre la main courante en plastacier. Ils se plaignaient constamment en invoquant des ampoules imaginaires aux pieds. Même si Gurney s'efforçait d'ignorer la plupart des complaintes de ses peu valeureux compagnons, il devait de temps en temps leur accorder des pauses. C'était pour lui l'occasion de soigner les petits bobos psychosomatiques des Kerkoidiens, et aussi de tendre l'oreille sur ces bruits lointains mais qui semblaient se rapprocher à vive allure. Ce n'était pas des bruits de pas. C'était autre chose. Un écho strident qui ne lui disait rien qui vaille. Il fallait faire vite, et pas seulement pour être ponctuel.

À mi-parcours, un des Intendants s'effondra à plat ventre, laissant échapper d'une de ses poches une poignée de crédits. Aussitôt, il se releva puis courut pour tenter de rattraper ces petites plaques rectangulaires qui disparaissaient dans les tréfonds de la cage d'escalier, au point même de basculer dans le vide avec elles. Heureusement, le Jézarien, vigilant, le retint par le col de sa robe et remit le Kerkoidien sur pied.

« Merci pour cette offrande Intendant. Qui sait ? Ces quelques crédits pourraient nous porter chance. » Fulminant intérieurement, Gurney s'abstint d’un sermon sur le caractère futile et dangereux de l’acte de son grassouillet compagnon.

L'Intendant, sans montrer le moindre signe de reconnaissance envers son prestataire pour lui avoir sauvé la vie, se contenta de marmonner son mécontentement entre ses dents et reprit à contrecœur l'ascension. Gurney regarda une nouvelle fois vers le bas. Les échos déformés avaient laissé place à des sons saccadés plus directs et distincts. Ils les suivaient, c'était évident. Subrepticement, Gurney crut voir une forme à la fois noire et brillante, ronde et acérée. C'était à quelques étages plus bas. Il fallait courir et même plus.

Sans chercher à se justifier ou à s'excuser, le Jézarien poussa littéralement dans le dos, des deux mains, le groupe de Kerkoidiens. Sous son armure, le mercenaire commençait à transpirer également, mais ce n'était pas le moment de flancher. Ça se rapprochait. À l'oreille, plus que trois étages les séparaient désormais. Puis deux. Puis un.

Finalement, le visage de Gurney ressentit une grande bouffée d'air frais. La porte donnant sur le toit venait de s'ouvrir. Mais était-il dans les temps ? Durant la montée de ces escaliers interminables, au gré des arrêts et des accélérations, la ligne temporelle avait joué au yo-yo, se contractant et se dilatant à l'envi. Il avait perdu toute notion du temps. Il porta alors son attention sur sa montre d'un air réticent, inquiet du verdict implacable. Hélas, lui et ses compagnons étaient arrivés trop tard...

Spoiler: Afficher
* Le nom de Gurney m'est venu en pensant au personnage de Gurney Halleck dans Dune de Franck Herbert.

* La deuxième scène fait explicitement référence aux épisodes de The Clone Wars sur Christophsis.
Modifié en dernier par yahiko le Jeu 19 Jan 2017 - 12:47, modifié 14 fois.
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Graf Organa » Lun 30 Nov 2015 - 23:01   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch3] (SW Rebels)

Une bonne lecture du soir :) Je développerai mon commentaire demain ou après demain :D

yahiko a écrit:@L2D2
Merci pour ton retour. Venant de la part d'un artiste SWU, ça me fait chaud au coeur ^_^
Bien vu pour Silya Shessaun. En effet, beaucoup trop de scènes expliquant les intrigues politiques ont été coupées. C'est bien dommage d'ailleurs.
Quand à Bail et Tarkin, oui, ce sont deux personnages charismatiques pas assez exploités hélas. J'espère que cette fiction leur rendra hommage. ;)

Artiste est un grand mot je pense mais merci pour le compliment :jap: :oops:

Oui ces deux personnages sont bien plus importants que l'on pourrait le croire. Bail a crée l'Alliance Rebelle et ses actions de l'épisode 3 ont permis la mise en place de la trilogie originale (chronologiquement parlant) et Tarkin a laissé un héritage lourd dans la trilogie (directeur de la construction de l'étoile noire depuis la guerre des clones, destructeur d'Alderaan et son savoir a probablement permis la construction de la seconde étoile de la mort)
"J'admire la démocratie" Chancelier Palpatine après obtention des pleins pouvoirs
Graf Organa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2428
Enregistré le: 22 Oct 2013
Localisation: Alderaan/France
 

Messagepar yahiko » Lun 07 Déc 2015 - 18:17   Sujet: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

Quatrième chapitre qui prolonge le précédent. On est toujours sur Christophsis pendant la Guerre des Clones. Le groupe en fuite doit faire face à un nouveau danger...
Bonne lecture ;)

Chapitre 4

Gurney poussa la lourde porte qui donnait sur le toit, puis balaya lentement l'horizon du regard. Il ne vit que des tours en cristal vert qui paraissaient froides et inhabitées. La fumée des combats aux alentours noircissait davantage encore le ciel et le chargeait par endroits de nuages de poussières en suspension. Ils étaient cernés, livrés à eux-mêmes, sans possibilité désormais de s'échapper. Son armure si lourde et étouffante semblait aimantée par le sol. Et sa volonté fondait comme neige au soleil. En avait-il à peine pour lui-même et moins encore pour les autres. Lentement, il fit quelques pas qui traînèrent sur le sol. Presque titubant, il laissa s'échapper son blaster du bout des doigts, puis tomba sur les genoux ses mains posées à plat. Il baissa la tête. La sueur dégoulinait. Il ferma les yeux et quelques gouttes d'eau tombèrent. Les Intendants devant lui, ne prêtant guère attention au mercenaire, juraient de tous les noms. Mais lui n'entendait rien, ni le vent qui soufflait fort, ni les autres. Il n'entendait rien, sauf ce bruit qui avait fini par devenir dangereusement familier. Ce bruit aigu, saccadé, qui fendait l'air... Ils étaient là.

Deux boules d'un noir brillant jaillirent de la porte en roulant, renversant les Kerkoidiens qui se trouvaient sur leur passage, avant de s'arrêter brusquement. Gurney déglutit. La dernière chose dont il avait besoin, c'était des droïdes destroyers, les plus formidables et redoutables droïdes de l'armée séparatiste. Les prédateurs mécaniques se déployèrent sur leurs trois pattes pointues et s'enveloppèrent d'un halo bleu bourdonnant. Pris de panique, les Intendants se mirent à courir dans tous les sens en agitant les bras, telles des proies à nu et sans défense.

« À l'abri ! Derrière les conduits d'aération ! » cria Gurney ramassant son arme et s'interposant avec une certaine dose d'inconscience pour permettre aux autres de se cacher. Son instinct de combattant venait de refaire surface pour affronter cette nouvelle menace.

Il n'avait jamais eu affaire à ces droïdes destroyers auparavant. Mais il en avait bien assez entendu lors de ces discussions bien arrosées entre mercenaires. Il savait que ces droïdes étaient pratiquement invincibles au point même de faire fuir les Jedi. Alors lui, que pourrait-il bien faire ? Il n'avait plus de grenade à impulsions électromagnétiques. Et ses tirs de blaster pourtant à pleine puissance se dissipaient instantanément sur les déflecteurs qui entouraient les droïdes. Ces derniers redressaient leur tête et dévoilèrent en lieu et place de leurs deux bras, de redoutables canons jumelés pointés en direction de Gurney. Par réflexe, le Jézarien fit une roulade sur le côté et esquiva de justesse les tirs. Mais il ne fallut qu'une fraction de seconde aux droïdes destroyers pour réajuster leur cible qui était encore au sol. Gurney en mauvaise posture était à leur merci. Sur ses pupilles dilatées ne se reflétait que le visage de la mort.

C'est à ce moment que le soleil se voila et des bruits de moteur résonnèrent au sommet de l'immeuble. Des lasers bleus de haute énergie illuminèrent le ciel et frappèrent de plein fouet le bouclier des droïdes. Bien qu'insuffisant pour transpercer la défense de ces robots tueurs, le mercenaire profita de cette diversion opportune pour se précipiter derrière un pylône. Sauf, il jeta un regard derrière lui.

À l'opposé, l'ombre projetée sur le toit grandissait à mesure que le vaisseau de la SecuriCorp se posait. À en juger par les épaisses traces de carbones et de poussière sur sa coque, il n'avait pas été nettoyé depuis des années. Son apparence peu aérodynamique, anguleuse, presque pataude, rappelait plus celle d'un bantha qu'un engin de transport de troupes et d'exfiltration. Au moins semblait-il avoir pour lui la robustesse et la fiabilité, à défaut du reste. Ils devraient s'en contenter.

Au moment où la porte latérale coulissa, non sans difficulté, les Intendants se précipitèrent vers le transporteur. Il faut croire que la joie d'être bientôt sauvés de cette pétaudière leur avait fait oublier qu'à quelques mètres d'eux se tenaient les redoutables droïdes destroyers.

« Nom d'un wampa... Mais c'est qu'ils veulent vraiment mourir ces abrutis... » jura Gurney toujours à l'abri derrière son pylône. Il plongea la main dans sa sacoche. Il n'avait plus de grenade à impulsion électromagnétique certes, mais il lui restait une bonne vieille grenade fumigène. Les senseurs des droïdes seraient-ils aveuglés par la fumée ? Il n'en savait rien, mais il n'avait plus rien à perdre. Il arma la grenade sphérique et la fit rouler sur le sol en direction des droïdes. Il ne fallut pas longtemps pour qu'un épais brouillard s'installe, presque au point de désorienter Gurney lui-même. Il ne voyait ni les droïdes ni ses compagnons de fortune. C'est à peine s'il distinguait la vague silhouette sombre de ce qui devait être le vaisseau venu les chercher.

Après un bref instant d'hésitation, Gurney se releva et se mit à courir. Tout juste eut-il parcouru quelques mètres, qu'une violente décharge le toucha en pleine cuisse. La douleur fut si forte qu'aucun son ne parvint à sortir de sa bouche. Il s'effondra aussitôt sur le sol à plat ventre, seul, isolé, perdu dans cette brume éthérée.

Au même moment, le dernier Intendant monta à bord de la cabine passager, exténué et dégoulinant de sueur. Il ne savait pas s'il devait être soulagé d'être sur le point de quitter les lieux, ou s'il devait être furieux de ces péripéties indignes de son rang. Dans l'interphone de piètre qualité, une voix saturée se fit entendre. Il la reconnaissait. C'était la même que celle qu'il avait entendue peu de temps auparavant lorsque lui et ses collègues négociaient les moyens de leur fuite.

« Désolé pour ce petit retard messieurs, mais disons que nous avons dû faire un petit détour pour éviter une patrouille aérienne séparatiste », dit le responsable de la SecuriCorp à peine gêné. « Est-ce que tout le monde est à bord ? » Au ton nerveux de sa voix, il était clair qu'il espérait une réponse affirmative, et rien d'autre.

Le dernier Intendant hésita avant de répondre. Il se retourna, mais il ne voyait rien dans cette purée de pois. Sans doute que leur garde du corps avait péri face à ces droïdes ? Ce qui était sûr c'est que ni lui ni ses collègues n'avaient envie de subir un tel sort.

« Tout le monde est à bord. Nous pouvons décoller », indiqua l'Intendant avec un léger pincement dans la voix.

À croire que le pilote avait anticipé la réponse. À peine la phrase terminée, l'engin se hâta de prendre de l'altitude et la porte latérale se referma en un claquement sonore. Pourtant, le pilote ignorait que son collègue gisait à terre.

Gurney était toujours conscient. Il entendit le bruit des moteurs s'intensifier et comprit que le vaisseau était sur le point de repartir. Il devait vite se ressaisir. Son niveau d'adrénaline gonflé à bloc, il s'aida de ses bras pour ramper puis réussit à trouver les ressources pour rapidement se redresser. Faisant abstraction de la douleur, il tenait par miracle sur ses deux jambes et courait. Des traits lumineux déchiraient en lambeaux le voile blanc du brouillard évanescent. Heureusement, les lasers ne le visaient plus. C'était le vaisseau qui était pris pour cible dorénavant.

À mesure qu'il se rapprochait de l'appareil déjà haut dans le ciel, la fumée s'éclaircissait. Le Jézarien pouvait voir à travers la vitre du cockpit le visage du pilote. Gurney cria et lui fit signe avec ses bras. Le voyait-il ? Il fallut de longues et interminables secondes pour que la porte latérale s'ouvrît de nouveau. Alors que le vaisseau en vol stationnaire continuait à essuyer les tirs des droïdes destroyers, un câble métallique en sortit. Son extrémité descendit en se balançant au gré du vent. Elle se rapprocha du mercenaire au sol qui tendait déjà les bras pour l'attraper. Mais soudain, la descente du câble s'arrêta nette. Il était trop court et le transporteur ne semblait pas du tout enclin à réduire son altitude et se mettre de la sorte davantage à la portée des droïdes.

Gurney tenta d'attraper le câble à l'aide de sa détente sèche. C'était peine perdue. L'extrémité du câble devait se trouver à au moins six mètres du sol. Tentant de garder son sang-froid, il se mit à analyser la situation. Autour de lui se trouvaient des conduits d'aération qui pourraient, pensait-il, lui fournir un point d'appui et réduire la hauteur qui le séparait de son salut. L'entreprise semblait hasardeuse. Et la réussite improbable. Mais c'était son ultime chance. Il recula que plusieurs mètres, inspira profondément, puis prit son élan. À cet instant, une sensation étrange parcourut son corps, ses muscles, ses nerfs et son esprit. Était-ce son état avancé d'hypoglycémie ou bien la rage du désespoir ? Toujours est-il qu'il semblait dans un état second, presque en transe. Sa vision se déformait légèrement. Il lui semblait pouvoir distinguer les courants aériens. Tous ses sens étaient en alerte, plus qu'ils ne l'avaient jamais été. Il se mit à courir à toute allure, bondit sur un bloc en plastacier, fit une foulée et poussa de toutes ses forces sur ses cuisses, mollets, chevilles et même les tendons de doigts de pied. Il étira ses bras au maximum de son anatomie. Pendant un bref instant, le temps semblait s'être figé. Les droïdes ne tiraient plus. Le vaisseau ne tanguait plus. Le câble n'oscillait plus. Seul lui semblait porté par un vent invisible. C'est ainsi qu'il se hissa dans les airs, comme aspiré par une tornade.

D'une main ferme, Gurney s'empara du câble qu'il était décidé à ne pas lâcher. Il n'eut pas le temps de réfléchir à sa performance qu'une salve de laser le frôla à l'épaule. Puis il entendit une détonation. Et de la fumée noire s'échappa de la coque du transporteur. Une odeur de brûlée entoura le Jézarien. Le vaisseau perdait de l'altitude. Il venait d'être touché.

« Lâchez du lest ! » hurla une voix dans l'interphone de la cabine passager. « Le générateur principal a été touché. On n'a pas assez de puissance ! »

Les Intendants dans un désordre le plus total saisirent tout ce qu'ils trouvaient sous leur main. Conteneurs, caisses, boites à outils, pièces détachées, jusqu'au moindre boulon, tout fut jeté par-dessus bord. Mais le vaisseau continuait dangereusement à redescendre. Au bout du câble qui frétillait, Gurney continuait à s'accrocher pour ne pas tomber.

« Coupez le câble ! » ordonna le responsable de la SecuriCorp. « C'est notre seule chance de sauver la mission. »

Les Intendants se regardèrent mutuellement. Aucun n'était enthousiasmé à l'idée d'endosser la responsabilité d'abandonner leur garde du corps après tout ce qu'il avait fait pour eux.

« Bon sang ! Coupez-moi ce fichu câble immédiatement ! Qu'est-ce que vous attendez ! » s'époumona la voix dans l'interphone. « C'est lui ou nous tous. On n'a pas d'autre choix. »

Après un long silence, un des Kerkoidiens s'avança puis s'agenouilla au niveau du treuil sur lequel était fixé le câble. Il souleva un clapet et déverrouilla une sécurité. Aussitôt, le câble se dévida à toute allure jusqu'à se détacher de son support. Depuis la cabine passager, le visage de Gurney pris d'effroi et d'incompréhension, disparu en contrebas en une poignée de secondes parmi les droïdes destroyers.

Le vaisseau put reprendre de l'altitude et s'éloigna définitivement de ce lieu dont les Séparatistes avaient pris le contrôle. Les clients étaient sauvés, la mission accomplie. Le reste faisait partie des risques du métier.
Modifié en dernier par yahiko le Lun 30 Jan 2017 - 15:04, modifié 10 fois.
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar WaxWalker » Lun 07 Déc 2015 - 18:34   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

Très bon chapitre, très bon style d'écriture, je n'avais aucune peine à m'imaginer la scène sous les yeux.
Du beau boulot, hâte de connaitre la suite .
« Ignore ton instinct à tes risques et périls. » TCW Saison 1 épisode 9 : "Cloak of Darkness"
WaxWalker
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 538
Enregistré le: 22 Avr 2015
Localisation: dans un croiseur Venator en orbite
 

Messagepar L2-D2 » Lun 07 Déc 2015 - 21:31   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

Chapitres 3 et 4 lus !

Une nouvelle fois, c'est une belle réussite. Le coup du flash-back pour introduire un nouveau personnage et nous le faire découvrir davantage classique mais efficace, d'autant plus vu le flash-back choisi : la Guerre des Clones, Christophsis, forcément, tout cela parle aux fans de Star Wars que nous sommes ! Gurney Malacore rencontrera-t-il au hasard de ses pérégrinations dans la capitale Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker ? J'imagine que tu ne comptes pas me répondre... :sournois:

J'aime beaucoup ce que tu fais, et je suis curieux de voir où tout cela va nous mener. Et l'idée que l'un des personnages principaux soit le maître d'armes de Leia est très intéressante... Convaincra-t-il la jeune femme d'intégrer la Rébellion ? Va-t-il devenir un ennemi ? Il nous faut la suite, pas de doutes ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5414
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Lun 07 Déc 2015 - 23:20   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

J'avais du retard, il est rattrapé. Je crois que tout a été dis, je me contenterai donc d'implorer miséricordieusement la suite :D
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar yahiko » Mar 08 Déc 2015 - 13:03   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

WaxWalker a écrit:Très bon chapitre, très bon style d'écriture, je n'avais aucune peine à m'imaginer la scène sous les yeux.
Du beau boulot, hâte de connaitre la suite .

Merci à toi. Je te souhaite d'ailleurs une bonne continuation pour ta BD en cours qui se bonifie de planche en planche ;)

Zèd-3 Èt a écrit:J'avais du retard, il est rattrapé. Je crois que tout a été dis, je me contenterai donc d'implorer miséricordieusement la suite :D

Ahah ! Merci. Pas sûr que j'arrive à tenir le rythme, mais ce genre de message m'encourage :)

L2-D2 a écrit:Une nouvelle fois, c'est une belle réussite. Le coup du flash-back pour introduire un nouveau personnage et nous le faire découvrir davantage classique mais efficace, d'autant plus vu le flash-back choisi : la Guerre des Clones, Christophsis, forcément, tout cela parle aux fans de Star Wars que nous sommes ! Gurney Malacore rencontrera-t-il au hasard de ses pérégrinations dans la capitale Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker ? J'imagine que tu ne comptes pas me répondre... :sournois:

J'aime beaucoup ce que tu fais, et je suis curieux de voir où tout cela va nous mener. Et l'idée que l'un des personnages principaux soit le maître d'armes de Leia est très intéressante... Convaincra-t-il la jeune femme d'intégrer la Rébellion ? Va-t-il devenir un ennemi ? Il nous faut la suite, pas de doutes ! :oui:

Merci pour tes commentaires, ça fait toujours plaisir :)
J'étais parti au départ sur un monologue de Gurney pour raconter son histoire, mais c'était vraiment trop pénible à lire. Le flashback m'est apparut alors comme la façon la plus "cinégénique". C'est avec les vielles recettes qu'on fait les meilleurs plats. ^^
Concernant Christophsis, cet endroit réunissait pas mal d'atouts que je ne détaillerai pas ici :D pour que ce soit un choix évident pour le flashback de Gurney.
Quand aux interrogations sur la suite de l'histoire, tu as tout compris, je ne compte pas pas te répondre... :cute:
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Delerane » Jeu 10 Déc 2015 - 22:00   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

Excellent, comme précédemment ! Le GROS POINT FORT c'est le style d'écriture, plaisant, fluide, prenant. Un vrai régal ! Et l'histoire est très intéressante. Sinon, je n'arrive pas à bien visualiser à quoi ressemble Gurney. Si tu as une image, ou quelque chose/quelqu'un à quoi il ressemble je suis preneur !
Toutes ces croyances à la noix et ces armes démodées ça vaut pas un bon blaster.
Delerane
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Enregistré le: 21 Avr 2015
Localisation: Dagobah
 

Messagepar yahiko » Ven 11 Déc 2015 - 13:18   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

Merci à toi Delerane.
Bonne remarque pour Gurney, je m'étais d'ailleurs fait la réflexion à ce sujet. Il faudrait que je souligne davantage et rappelle les éléments de son aspect physique.

Je ne peux pour le moment que te renvoyer au paragraphe du chapitre 3 qui le décrit.
C'était un individu anthropomorphe d'un grand gabarit. Un jézarien, une espèce rarissime dans la galaxie, à la limite de l'extinction. Il devait mesurer pas loin de deux mètres, entièrement recouvert d'un pelage qui tirait sur le roux. Les yeux en amande, le nez convexe, deux cornes épaisses enroulées sur elles-mêmes masquaient des oreilles pointues.


Et aussi
« Par où commencer ? » se demanda Gurney en caressant son petit bouc au menton.


Je n'ai pas d'illustration hélas pour l'instant dans la mesure où même son espèce n'existe pas dans l'univers Canon et Legend.
Maintenant, si j'arrive à terminer cette fiction sur la partie écrite, il n'est pas impossible que des bonus viennent l'enrichir. Comprenne qui pourra ;)
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Delerane » Ven 11 Déc 2015 - 14:18   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

[quote="yahiko"
un pelage qui tirait sur le roux. Les yeux en amande, le nez convexe, deux cornes épaisses enroulées sur elles-mêmes masquaient des oreilles pointues.


C'est un peu ça nan mais avec deux grandes cornes :D : http://www.anglaisfacile.com/cgi2/myexa ... /59604.jpg
Toutes ces croyances à la noix et ces armes démodées ça vaut pas un bon blaster.
Delerane
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Enregistré le: 21 Avr 2015
Localisation: Dagobah
 

Messagepar yahiko » Ven 11 Déc 2015 - 20:49   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

Oui à peu de chose près, c'est ça :lol:
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Graf Organa » Ven 11 Déc 2015 - 21:12   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

Si j'ai le temps je pourrai m'amuser à essayer de le dessiner :)
"J'admire la démocratie" Chancelier Palpatine après obtention des pleins pouvoirs
Graf Organa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2428
Enregistré le: 22 Oct 2013
Localisation: Alderaan/France
 

Messagepar yahiko » Ven 11 Déc 2015 - 21:28   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

Si jamais tu as cette possibilité Graf, ce serait avec plaisir. Et si tu as des questions, n'hésite pas à m'envoyer des MP. :jap:
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Delerane » Ven 11 Déc 2015 - 22:54   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

yahiko a écrit:Oui à peu de chose près, c'est ça :lol:


:D
Toutes ces croyances à la noix et ces armes démodées ça vaut pas un bon blaster.
Delerane
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Enregistré le: 21 Avr 2015
Localisation: Dagobah
 

Messagepar yahiko » Lun 14 Déc 2015 - 17:17   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

Les fêtes de fin d'année approchant, je ne pense pas publier de nouveaux chapitres pendant cette période.

Je reprendrai ma fiction au début du mois de janvier 2016, histoire de digérer les repas divers et variés et de se remettre des émotions du nouveau Star Wars au cinéma... ou pas :lol:

Allez, joyeuses fêtes et à l'année prochaine !
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Lun 14 Déc 2015 - 17:49   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

À l'année prochaine !
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Delerane » Lun 14 Déc 2015 - 18:44   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

Que la Force soit avec toi :hello: .
Toutes ces croyances à la noix et ces armes démodées ça vaut pas un bon blaster.
Delerane
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Enregistré le: 21 Avr 2015
Localisation: Dagobah
 

Messagepar L2-D2 » Mar 15 Déc 2015 - 8:49   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch4] (SW Rebels)

En espérant te retrouver aussi inspiré que pour tes premiers Chapitres ! :hello:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5414
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar yahiko » Mar 02 Fév 2016 - 22:42   Sujet: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

De retour sur cette fiction avec un peu de retard ^^
Non pas que l'inspiration me manque, mais les journées ont le fâcheux défaut de ne comporter que 24 heures. :P
Ce chapitre sera l'occasion de clore le flashback sur Christophsis et de revenir à la temporalité normale du récit.

Je vous souhaite une bonne lecture ;)

Chapitre 5

Dans une pièce étroite, sombre, baignée dans une répugnante odeur d'urine, un individu était étendu sur le sol. Sur le flanc, couvert de blessures, le visage tuméfié, il vomissait un liquide verdâtre.

Ses côtes cassées, ses genoux brisés, ses muscles déchirés, son pelage par endroits brûlé, la douleur hurlait au plus profond de sa chair. Les décharges foudroyantes et toujours prégnantes des électro-bâtons plantés dans son dos. Les effets de ces longues et épaisses aiguilles hypodermiques déversant leurs drogues, sérums, psychotropes et autres hallucinogènes. Il aurait dû révéler ce qu'il savait lui murmuraient des voix d'outre-tombe dans sa tête. Les coordonnées de l'agence pour laquelle il travaillait, les noms de ses responsables, de ses collègues, l'endroit où les oligarques de Christophsis se terraient probablement en ce moment même, leurs habitudes, leurs défauts, leurs péchés mignons, les noms de leur entourage, de leurs collaborateurs, de leurs amis, de leur famille même. Lui qui avait été à leur contact jours et nuits pendant de longs mois. Il aurait pu tout dire ou même ne révéler qu'une partie et mettre ainsi fin à son supplice. Mais étrangement, il n'avait rien dit. En dépit de tout. Que ce soit ses collègues ou ses clients, ils l'avaient abandonné, honteusement, lâchement, égoïstement. Pourquoi n'en ferait-il pas de même ? C'était au mot près ce que l'un des droïdes interrogateurs lui avait susurré. Mais il n'avait pas craqué. Il n'avait pas balancé. Au point de susciter de la curiosité, et à vrai dire, un certain respect auprès de ses tortionnaires. Sa résistance aux sondes psychiques était exceptionnelle avait-il cru entendre.

Mais son mutisme allait lui coûter cher. À présent seul dans sa cellule nauséabonde, dépourvu de la moindre utilité et de la moindre valeur marchande, Gurney ne savait que trop bien ce qui l'attendait. La question était de savoir quand.

Des pas métalliques résonnèrent dans le couloir. Quelque chose glissa à travers une trappe sous la porte en duracier superficiellement oxydée par l'épreuve du temps. Par instinct, il rampa avec le peu de force qui lui restait et s'approcha. À l'aide de ses doigts engourdis, il s'empara d'un objet longiligne. Une sorte de bâtonnet d'une vingtaine de centimètres. Il le passa sous son nez mais ne renifla aucune odeur. En soulevant ses paupières endolories, il reconnut la couleur blanchâtre des barres de rationnement. Sans doute serait-ce le seul acte de miséricorde dont il bénéficierait avant la fin, la sienne. L'heure n'était plus aux plaintes et aux revendications. Son ventre gémissant depuis près de deux semaines, il ne put résister à la tentation et engloutit avec avidité cet ersatz de nourriture. Ce n'était pas de faim qu'il souhaitait mourir.

Peu de temps après avoir terminé ce qui pouvait être difficilement être qualifié de repas, une escorte de trois droïdes légèrement empruntés entrèrent dans sa cellule.

« Enfilez-lui les menottes », ordonna celui qui semblait être le chef du groupe.

« Bien reçu, bien reçu », répondirent les deux autres dans un synchronisme symptomatique d'une programmation rudimentaire de leur intelligence artificielle.

Une fois Gurney menotté, ils le traînèrent sans ménagement comme de la viande dans les longs couloirs froids et faiblement éclairés de la prison, jusqu'à l'arrière-cour exposée à une pluie battante.

Ce n'était qu'un terrain vague plongé dans l'obscurité nocturne et délimité par d'épais murs en permabéton d'une dizaine de mètres de hauteur. Gurney aurait pu espérer plus solennel comme dernier décor. Pour ne rien arranger, il pleuvait des cordes. L'eau ruisselait abondamment sur son visage, ses cornes enroulées et les lambeaux de son armure détrempée. Une autre odeur avait remplacé celle, innommable, de sa cellule. De subtils effluves venaient légèrement irriter ses narines. De l'ozone et de l’ammoniac, présents à l'état de traces dans l'atmosphère de Christophsis que la pluie entraînait dans son sillage. L'orage grondait au loin, et il se rapprochait.

Adossé à un mur, debout, il était désormais en place pour la dernière ligne droite, le grand saut. Quatre droïdes munis d'un blaster pointé sur sa poitrine lui faisaient face. Un autre en retrait qui portait les marques distinctives du commandement lui parlait de cette voix électronique caractéristique des modèles B1. Le Jézarien n'écoutait pas. À quoi bon. Il était plongé dans ses pensées, là où déjà il était libre. Il ne causerait de tort à personne en mourant ici, se disait-il. Il n'avait ni dette ni obligation. Il avait la conscience légère, celle des nomades et des vagabonds. Solitaire endurci, voguant de mission en mission, le mercenaire n'avait jamais pris le temps d'établir des attaches, de fonder une famille, ni de se faire des amis, des vrais. Finalement, sa disparition laisserait autant de traces dans la galaxie qu'une larme dans la pluie.

« Il est temps de mourir prisonnier », articula le chef droïde. « En joue... »

Les quatre droïdes armèrent leur blaster et s'apprêtèrent à tirer quand soudain, une explosion, puis une autre, puis une troisième détonèrent. Les quatre droïdes qui s’apprêtaient à exécuter Gurney furent abattus sans sommation par une rafale de laser. Il n'en croyait pas ses yeux. Des sirènes assourdissantes retentirent immédiatement en réaction à cette intrusion.

« Euh, je me rends », dit le chef droïde en levant ses deux bras pour aussitôt être lui aussi réduit à l'état de ferraille.

Une vague blanche déferla sur la prison. Les droïdes présents, surpris par l'assaut des clones de la République, furent submergés en quelques minutes. Le centre de commandement de la prison tomba rapidement. Les quelques officiers kerkoidiens qui avaient rejoint la Confédération des Systèmes Indépendants se rendirent sans opposer de résistance et les prisonniers dans les cellules furent libérés sur-le-champ.

« Voilà une opération comme je les aime », dit le capitaine d'une voix enjouée sous son casque. Ce clone de la compagnie Torrent, unité d'élite de la 501e légion de l'armée républicaine, était semblable à n'importe quel autre clone, à l'exception de quelques marques distinctives sur son armure. Il s'approcha de Gurney, toujours immobile et menotté.

« Retournez-vous, je vous prie. Ne bougez surtout pas. »

Le Jézarien s'exécuta promptement, puis ressentit une chaleur intense, mais brève au niveau de ses poignets. D'un coup précis de blaster, ses menottes tombèrent au sol.

« Merci infiniment », dit le mercenaire en se jetant au pied du soldat. « Vous m'avez sauvé la vie. »

« Ne me remerciez pas », dit le clone embarrassé. « Je n'ai fait que suivre les ordres. Si vous devez remercier quelqu'un, allez donc voir cette personne. C'est lui qui est à l'origine de toute cette opération », poursuivit-il en désignant du doigt un individu à une trentaine de mètres.

Cet individu en tunique gris ardoise, sous un abri improvisé, distribuait des paquets qui contenaient des boissons et de la nourriture aux prisonniers qui venaient d'être libérés. La joie qui se dessinait sur le visage de chacun d'entre eux valait toutes les formules de politesse. C'est sans doute ce qui permettait au Sénateur Bail Organa de tenir debout malgré son état de fatigue avancé que trahissaient des cernes profonds.

Gurney en bout de file finit par se retrouver en face de celui qui venait de lui sauver la vie. Le Jézarien trempé jusqu'aux os n'avait pas fière allure, mais cela ne le préoccupait pas le moins du monde en cet instant.

« Tenez, voilà pour vous », dit Bail en tendant un paquet de provisions à Gurney.

« Merci... Merci... Je vous dois la vie », dit le Jézarien en s'agenouillant. « Sans cette opération, je serais déjà un simple cadavre. Je suis votre éternel débiteur. »

« Vous ne me devez rien, cher ami », répondit Bail en indiquant à Gurney de se relever. « Se battre contre l'infamie est le devoir de tout un chacun. Je n'ai fait que ce que j'ai pu là où j'étais ». Puis Bail commença à dévisager le Jézarien, comme s'il semblait le reconnaître. « Ne seriez-vous pas ce Gurney Malacore dont les Intendants de Christophsis m'ont beaucoup parlé ? Ils seraient enchantés si vous pouviez reprendre vos fonctions. »

Sur ces mots, le Jézarien marqua un long moment d'hésitation. Les événements récents à la Maison de la Guilde refirent surface dans son esprit. Cette fuite interminable à travers les étages. Cette mort frôlée à tant de reprises. Et tout ça pour une poignée de crédits en provenance de clients méprisables. C'était absurde, pensait-il. Tout compte fait, jusqu'à présent, il n'avait jamais fait de choix, de vrais choix. Il s'était simplement laissé dériver sur les flots de l'existence, tel un navire sans gouvernail. L'argent avait décidé pour lui. Ses clients auraient-ils pu être les pires criminels de la Galaxie que cela ne l'aurait pas dérangé outre mesure. Mais on n'emporte rien après la mort, en tout cas, rien qui se compte en crédits.

***


À peine Gurney avait-il fini son récit que Leia, toujours assise en tailleur sur l'herbe d'une clairière, baignée par les rayons verticaux d'un soleil à son zénith, commençait à le bombarder de questions. Quid de la collaboration entre lui et son père, sur les autres batailles auxquelles il avait pu participer, sur les grandes figures de la Guerre des Clones comme Anakin Skywalker, Obi-Wan Kenobi, ou Maître Yoda dont elle avait tant entendu parler par son père. Elle voulait savoir comment il avait vécu l’avènement de l'Empire, la soi-disant trahison des Jedi et l'Ordre 66. Maintenant que son Maître d'armes venait de lui ouvrir la porte de ses souvenirs, elle était bien décidée à s'y engouffrer.

Pour Gurney, esquiver les interrogations de la jeune princesse semblait aussi délicat et périlleux que d'affronter des droïdes destroyers. Répondre à toutes ces questions mériterait des journées de récit au bas mot. Heureusement pour le Jézarien, un bruit familier se fit entendre, celui d'un landspeeder de standing à en juger par le sifflement discret qui se rapprochait.

L'engin ralentit sa course pour s'arrêter délicatement aux abords de la clairière laissant la carrosserie curviligne et chromée réfléchir la lumière du jour. Contrairement à de nombreux landspeeders bas de gamme à ciel ouvert, celui-ci disposait d'un habitacle intégral et blindé ce qui en faisait un modèle de choix pour les personnalités d'importance d'Aldérande, et notamment la famille royale. Deux personnes sortirent du véhicule, un homme et une femme.

« Je croyais Gurney que vous deviez enseigner l’Étiquette impériale à ma fille, n'est-ce pas ? » dit Bail Organa sur un ton à la fois amical et ennuyé tout en s'approchant.

Une tenue presque ordinaire habillait le Vice-Roi. D'un gris neutre et sobre, ses vêtements dégageaient néanmoins sur les épaules de Bail une élégance non ostentatoire. Légèrement en retrait, Breha resta silencieuse tout en arborant un visage radieux plein de bienveillance et d'amour maternel.

« C'est-à-dire que... » commença à balbutier Gurney qui cherchait maladroitement une excuse.

« C'est moi qui ai demandé à Gurney qu'il m'entraîne au tir. Tous ces cérémonials diplomatiques me sortent par les trous de nez », osa la jeune princesse avec une pointe de provocation. « Je n'ai pas besoin qu'on m'apprenne à faire des courbettes devant un dictateur décrépit. »

« Leia, tu es une princesse, notre fille, représentante de fait d'Aldérande. Ne t'ai-je pas déjà dit que les mots sont souvent plus efficaces que des tirs de blaster », poursuivit Bail.

« Votre fille... Possible. Mais des fois les mots ne suffisent plus, et dans ce cas... »

Jusque-là sur la défensive, Leia se détendit subitement à la vue d'un motospeeder rutilant qui venait de débarquer à l'improviste. Un jeune homme du même âge que Leia, cheveux bruns, gominés, portant une paire de lunettes teintées, se tenait aux commandes de cette monture mécanique.

« Bonjour M'dame... Messieurs... » salua timidement Nicklos Prescott. « Leia, tu ne m'avais pas dit que tu serais en pleine réunion de famille... Si tu veux, je peux repasser plus tard. »

« Au contraire, tu arrives juste au bon moment », répliqua la jeune fille. « Mets les gaz Nicklos ! » ordonna-t-elle tout en sautant à califourchon sur le motospeeder derrière Nicklos.

« Sois de retour avant dîner ! Nous partons pour Coruscant dès ce soir », lança Bail à sa fille.

« Je n'y manquerai pas père ! », répondit Leia en saluant de la main sans se retourner.

Le motospeeder disparu du champ visuel du petit comité en quelques secondes, ne laissant que des particules de poussière en suspension. Et voir sa fille agripper ce Nicklos Prescott en conclusion à leurs échanges, n'était pas vraiment du goût de Bail.

« Ne sont-ils pas mignons tous les deux ? » dit Breha à son mari tout en posant tendrement sa tête sur son épaule. « Ils me rappellent nous deux quand nous étions jeunes. Ce garçon me semble très gentil. »

« C'est un vaurien », grommela Bail.

« Tu sais, il faut se rendre à l'évidence Bail. Leia n'est pas une courtisane », poursuivit Breha tout en tenant la main de son mari. « Elle tient beaucoup trop de son véritable père. »

« C'est bien ça qui m'inquiète... »

L'astre du jour qui commençait à peine sa descente dans le ciel d'Aldérande n'était pas le seul spectateur de cette scène familiale. Dissimulé derrière la cime des arbres, un droïde-espion, un modèle Prowler 1000 aux allures de gros insecte fabriqué par les industries Arakyd, s'apprêtait à faire son rapport.

Spoiler: Afficher
* Une référence assez évidente à Blade Runner (le film) a été introduite dans ce chapitre.

* Je n'ai pas pu non plus résister à un parallèle entre Luke et Leia avec le dernier dialogue entre Bail et Breha, sans oublier un petit clin d'oeil à l'Empire Contre-Attaque.
Modifié en dernier par yahiko le Lun 22 Fév 2016 - 10:03, modifié 10 fois.
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Graf Organa » Mar 02 Fév 2016 - 23:17   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

Enfin la suite ! Enfin ! :D :)

Toujours agréable à lire, un style d'écriture simple mais bien construit :jap:

Nicklos est une de tes création ? Je n'ai pas souvenir de lui dans l'UE.

Le seul défaut de cette histoire c'est que ça tes postes ne durent pas assez longtemps :D

Il faudra que je pense à dessiner Gurney comme je l'avais dis il y a un moment.
"J'admire la démocratie" Chancelier Palpatine après obtention des pleins pouvoirs
Graf Organa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2428
Enregistré le: 22 Oct 2013
Localisation: Alderaan/France
 

Messagepar WaxWalker » Mar 02 Fév 2016 - 23:35   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

Je suis entièrement d'accord avec Graf, :D
On dirait qu Leia aime déjà les vauriens, :lol:
j'ai bien aimé le passage dans la prison séparatiste, d'ailleurs le capitaine clone c'était Rex ? (tiens j'ai bien envie de dessiné la scène de libération de Gurney)
« Ignore ton instinct à tes risques et périls. » TCW Saison 1 épisode 9 : "Cloak of Darkness"
WaxWalker
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 538
Enregistré le: 22 Avr 2015
Localisation: dans un croiseur Venator en orbite
 

Messagepar L2-D2 » Mer 03 Fév 2016 - 12:55   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

yahiko est de retour ! :)

Chapitre 5 lu !

Le récit est toujours aussi intéressant et maîtrisé, et certaines tournures de phrases sont vraiment très réussies ! Il m'a fallu quelques secondes pour me remémorer la situation dans laquelle nous avions laissé Gurney mais là, le flash-back s'achève avec une intervention fort sympathique de la compagnie Torrent et de Bail Organa... et c'et donc la première rencontre entre le futur précepteur de Leia et son père adoptif !

Retour à la réalité ensuite, avec une séquence avec Leia fort sympathique, et des clins d'oeil savoureux à la trilogie originale. J'apprécie vraiment ton récit, et j'ai hâte de voir où tout cela va nous mener, ainsi que le rôle de Gurney dans la future Rébellion !
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5414
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar yahiko » Mer 03 Fév 2016 - 13:49   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

Merci à vous pour vos retours forts sympathiques qui me confortent et me motivent dans l'idée de poursuivre cette nouvelle ^^

Graf Organa a écrit:Nicklos est une de tes création ? Je n'ai pas souvenir de lui dans l'UE.

Tout à fait, c'est une création de ma part.

Il faudra que je pense à dessiner Gurney comme je l'avais dis il y a un moment.

A toi de voir si tu en as le temps. Je ne te cache pas que cela me ferais énormément plaisir :cute:

WaxWalker a écrit:j'ai bien aimé le passage dans la prison séparatiste, d'ailleurs le capitaine clone c'était Rex ? (tiens j'ai bien envie de dessiné la scène de libération de Gurney)

Le capitaine clone est bien Rex, c'est bien observé ;)
Si à l'occasion il te prenait l'envie de dessiner des scènes de cette nouvelle, et en l'occurence celle de la libération de Gurney, je m'empresserai de l'inclure ici ;)

L2-D2 a écrit:Le récit est toujours aussi intéressant et maîtrisé, et certaines tournures de phrases sont vraiment très réussies ! Il m'a fallu quelques secondes pour me remémorer la situation dans laquelle nous avions laissé Gurney mais là, le flash-back s'achève avec une intervention fort sympathique de la compagnie Torrent et de Bail Organa... et c'et donc la première rencontre entre le futur précepteur de Leia et son père adoptif !

Merci pour tes compliments ;)
Cette rencontre me semblait un bon point de chute pour clore le flashback.

j'ai hâte de voir où tout cela va nous mener, ainsi que le rôle de Gurney dans la future Rébellion !

Wait and see ^^
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Mer 03 Fév 2016 - 16:44   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

Ayé, lu. Bon, je crois que tout es dit... Quelques coquilles de-ci de-là, mais rien d'important. Vivement la suite !
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar yahiko » Jeu 04 Fév 2016 - 13:25   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

Merci à toi.
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Delerane » Jeu 04 Fév 2016 - 13:40   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

(Je me mets à la lecture de cette suite que j'attendais dès que je le pourrai :wink: ).
Toutes ces croyances à la noix et ces armes démodées ça vaut pas un bon blaster.
Delerane
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Enregistré le: 21 Avr 2015
Localisation: Dagobah
 

Messagepar Delerane » Sam 06 Fév 2016 - 15:01   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

Lu !

Quel plaisir que de retrouver ta fan-fiction :love: !

Rien à redire, on est de retour à l'époque du récit et je prends plaisir à retrouver Bail et Leia (vivement que l'on revoit Vador et Tarkin :love: :love: :love: ). La fin est juste magistrale: entre le vaurien, et le dialogue Bail/Breha, c'est parfait ! Magistral !


D'ailleurs, comptes-tu essayer de corriger l'incohérence avec la mère de Leia ?
Toutes ces croyances à la noix et ces armes démodées ça vaut pas un bon blaster.
Delerane
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Enregistré le: 21 Avr 2015
Localisation: Dagobah
 

Messagepar yahiko » Sam 06 Fév 2016 - 16:08   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

Merci à toi, content que cela te plaise ;)

Concernant l'incohérence sur Leia et sa mère dont tu parles, j'imagine que tu fais allusion à ce que tu as pu mentionner dans ta Prélogie Alternative. Pour te répondre, je ne pense pas prendre parti dans cette fiction dans la mesure où je ne vois pas très bien ce que cela pourrait apporter à l'histoire. Même si rien n'est figé pour le moment et tout peut encore arriver ^^
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Delerane » Sam 06 Fév 2016 - 18:10   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

Exact, je parle du fameux passage de ROTJ où Luke demande à Leia si elle se souvient de sa vraie mère. Effectivement, cela n'apporterait pas grand chose (rien ?) à l'histoire mais ça pourrait être sympa :hello: .

Quoiqu'il en soit, vivement la suite !
Toutes ces croyances à la noix et ces armes démodées ça vaut pas un bon blaster.
Delerane
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Enregistré le: 21 Avr 2015
Localisation: Dagobah
 

Messagepar yahiko » Mer 10 Fév 2016 - 10:56   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch5] (SW Rebels)

Je viens d'ajouter le Dramatis Personae dans le tout premier post. Ceci en attendant le prochain chapitre qui prend plus de temps que prévu dans la mesure où je suis en plein remaniement de l'intrigue et que le prochain chapitre est assez crucial dans son orientation ;)
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar yahiko » Lun 22 Fév 2016 - 1:34   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch6] (SW Rebels)

Voici le sixième chapitre qui doit beaucoup à la relecture et aux suggestions de Fotini qui se reconnaîtra peut-être.
Disons qu'on commence à entrer dans les choses sérieuses, sans trop spoiler.

N'hésitez pas à me faire par de vos commentaires.

Je vous souhaite une bonne lecture ;)


Chapitre 6

On a beau être à la tête d'une administration de plusieurs dizaines de milliards de fonctionnaires à travers l'univers connu, il y a des tâches qui ne peuvent être déléguées.

L'impact des bottes noires de Tarkin sur le parquet résonnait dans l'obscurité de l'immense hall d'entrée de l'Imperium Icqui Aquaria, le principal aquarium de Coruscant. Il se dirigea sans hésiter vers le secteur J-41-610. C'était le lieu de rendez-vous qu'il avait mémorisé du message cryptique reçu plus tôt dans l'après-midi avant de l'effacer aussitôt, prudence et discrétion obligent.

En journée, des hordes de touristes venus des quatre coins de la Galaxie prenaient d'assaut ce complexe architectural grandiose et démesuré. Cet assemblage de poutres, de colonnes et de parois tout en transparacier et en duralium renforcé se déployait sur plus de dix mille hectares en surface et quinze kilomètres en profondeur. Un monde en soi. L'Imperium Icqui Aquaria abritait tout ce qui était connu d'espèces marines animales ou végétales. Des algues oxydantes proliférantes et toxiques aux tortues bicéphales de Yaga Minor disparues de leur biotope naturel depuis des siècles, de l'invisible plancton alpha, maillon essentiel de la chaîne alimentaire, aux gigantesques mais tranquilles raies placentaires, toute la faune et la flore aquatique de l’Empire étaient représentées ici, dans un écrin luxueux de marbre jaune de Sélonia et de dorures vingt-quatre carats qui accueillait les spectacles les plus incroyables et les conférences des biologistes marins les plus renommés.

Mais en cette nuit, Tarkin était seul lorsqu’il pénétra d'un pas calme mais déterminé dans un long tunnel aux parois transparentes. Sa veste beige impeccablement taillée, aux coutures nanométriques, baignait dans la réfraction bleutée des reflets oscillants des veilleuses disposées à intervalles réguliers. Le col relevé pour dissimuler à moitié son visage, le Grand Moff n'était nullement intéressé par les bancs de poissons qui volaient autour de lui dans un ciel ayant cédé sa place à l'océan. Imperturbable, il traçait son chemin, le regard droit devant.

L'odeur d'iode omniprésente n'avait pas mis longtemps à imprégner ses vêtements. À brûler à mon retour, nota-t-il un recoin de son esprit en arrivant dans une salle si vaste qu’elle pouvait amplement contenir un spatioport de la Bordure Extérieure. Même la promesse des enseignes holographiques rappelait une salle d’embarquement. Un autre monde s'offre à vous. La capsule d'immersion totale pour une expérience inoubliable ! vantait le message publicitaire qui clignotait au-dessus du prix, 99 crédits.

Tarkin traversa les cordons de sécurité pour entrer dans le sas d'embarquement, une grande salle en demi-cercle aux murs longés de banquettes en simili cuir noir. Aux heures ouvrables, le lieu était sans aucun doute le théâtre du va-et-vient bruyant des enfants qui jouaient pendant que leurs parents attendaient patiemment leur tour, mais à cette heure tardive toutes les baies d’accès aux capsules étaient closes. Toutes, sauf une, qui semblait attendre le Grand Moff. Il s'en approcha de façon mesurée, même prudente, avant d’ouvrir la porte en grand. Une voix de synthèse l’accueillit.

« Prenez place, je vous en prie. » Un mystérieux individu était assis devant une table circulaire au beau milieu d’une sphère en transparacier renforcé, capable de résister aux pressions océaniques les plus dantesques.

Tarkin, sans mot dire, s'assit en face de son hôte. La porte de la baie se referma aussitôt et la longue succession de craquements, de claquements et de vibrations métalliques suggéra la mise en branle d'une série de mécanismes. La capsule d'immersion hésita avant de se détacher délicatement de sa baie d'arrimage. Telle une bulle de savon, elle se mit à flotter au milieu de l'immensité aquatique du Grand Bassin pour un périple préprogrammé d'une vingtaine de minutes.

« Fascinant n'est-ce pas ? », demanda l’interlocuteur mystérieux. La capsule survolait en rase-mottes des forêts de teers, des coraux bleus de Naboo, qui recouvraient les montagnes et les vallées que formaient les récifs. La beauté du paysage n’avait d’égal que son silence. S'il y avait bien un endroit sur Coruscant à l'abri des indiscrétions de mouchards ou de droïdes-espions, c'était bien ici...

« Certes », dit Tarkin par pure politesse. Il était bien placé pour savoir qu’un empire à l’échelle de la Galaxie ne pouvait se bâtir sur la simple contemplation. Alors qu’à l’extérieur, l’écume blanche de la propulsion à hélices dessinait des cirrostratus dans le sillage de la capsule, le Grand Moff scrutait en face de lui un individu dont il ignorait tout ou presque. « Vous êtes un chasseur de prime très efficient, paraît-il. »

« Vous ne m’auriez pas contacté sinon. » Visiblement, la personne en face n’avait pas vraiment envie de s’étendre ni sur ses prouesses ni sur son passé. Les mains posées sur ses cuisses, il dégageait une assurance peu commune devant le second de l’Empereur au point d’en être agaçant.

« Et si nous en venions à l'objet de notre rencontre ? »

« Avant cela, vous ferez bien une partie de dejarik avec moi. Rien de tel pour faire connaissance. » L’individu appuya sur un bouton et la table holographique qui se trouvait au milieu de la capsule s'activa pour dessiner un damier divisé en trois cercles concentriques sur lesquels se trouvaient diverses créatures exotiques. Le générateur aléatoire avait distribué, conformément aux règles, quatre pièces de part et d'autre. À la vue du plateau de jeu, les années passées à l’Académie revinrent immédiatement dans l'esprit de Tarkin. Le dejarik faisait partie intégrante du cursus de tout officier, car il permettait d’illustrer nombre de concepts tactiques et stratégiques. Sans être excellent à ce jeu, préférant de loin la réalité des batailles historiques, Tarkin pouvait néanmoins s’enorgueillir d’avoir pu remporter quelques belles victoires sur ses camarades de promotion.

« Il est vrai que les premiers coups peuvent être très révélateurs… » dit le Grand Moff qui démarra la partie. Il déplaça le Ng'ok d'une case dans le sens trigonométrique autour de l'orbite extérieure, afin de ne pas être en prise avec la plus dangereuse des pièces adverses, le Monnok. Pour son second coup, il avança le Houjix, une pièce de force moyenne, sur la case centrale afin d’inciter l’adversaire à se découvrir.

Saisissant un hologramme de sa main gantée, le chasseur de primes avança le Faucheux de Kintan dans le camp adverse, juste derrière le Houjix. Un coup plutôt défensif, nota Tarkin, qui pouvait cependant cacher certaines complications à l’image de cet intrigant chasseur de primes. Ce dernier disposait d’un gabarit imposant, dissimulé derrière une tunique de lanières de flexacier et de duralumin tressées en écheveau. Un haut casque conique noir brillant se dressait sur sa tête et son visage était recouvert d'un masque d'argent désuet d’un autre âge..

« L'ouverture ithorienne appelée aussi la partie du prisonnier. Je suis certain que vous connaissez », commenta la voix synthétique qui dissimulait non seulement le timbre, mais également les émotions du chasseur de prime.

Tarkin hocha la tête avec indifférence. « En effet, c’est un début de partie classique ». Il étudia le damier un instant et déplaça son puissant Savrip sur une case adjacente à celle du Faucheux de son adversaire. Le chasseur de primes se préparait à contrecarrer le coup quand Tarkin déclencha l’attaque. Portée par un long cou, la gueule du Savrip avança pour enfoncer ses crocs dans l’épais bras gauche du Faucheux qui riposta en donnant d’intenses coups de massue sur la tête de son agresseur virtuel. Les hologrammes des deux créatures s'entrechoquèrent en des rugissements féroces et l’issue du combat semblait incertaine. Il fallut attendre quelques instants pour voir le Faucheux défait et reculer d'une case.

Tarkin se redressa et adressa un sourire ironique à son adversaire. « Cependant, je ne suis pas venu pour me divertir au milieu des crustacés et des poissons. » Il sortit une datacarte d'une poche intérieure de sa veste et l'inséra dans une fente de la table holographique. « Voici toutes les informations relatives à la mission. Nul doute que vous vous montrerez à la hauteur de votre réputation. »

Le chasseur de prime croisa les bras et étudia longuement le défilé des informations. Au milieu d’une marée de caractères en aurebesh, quelques visages se reflétèrent subrepticement sur le masque d'argent immobile. Le portrait d'une personne portant un bouc au menton revenait le plus souvent. Puis, le flot de données se tarit au moment où les baies d'arrimage réapparurent à une centaine de mètres. Le circuit de la capsule d'immersion était sur le point de toucher à sa fin.

« Intéressant. Cela me changera de ces ennuyeux meurtres sur gage. »

« Il va de soi que la discrétion la plus totale est primordiale. » Tarkin retira la datacarte et la rangea dans sa veste.

« Je vous recontacterai dès que la mission sera accomplie. »

« Le plus tôt sera le mieux. »

« En effet, nous avons une partie à terminer. »

***


La découverte de l'hyperespace il y a de cela des millénaires avait bouleversé toutes les théories physiques de l'époque. La vitesse de la lumière n'était plus un horizon indépassable. La nature de l'espace et du temps avait été remise en cause pour devenir une sorte de réseau de relations computationnelles entre les entités de l'univers. La notion même de mouvement n'était finalement qu'une illusion selon certains scientifiques.

Court-circuitant les contraintes de l'espace-temps conventionnel, l'hyperespace avait permis non seulement une révolution scientifique, mais surtout et plus prosaïquement une expansion inédite des échanges interstellaires. Bien qu'encore largement incompris dans sa nature profonde, les voyages dans l'hyperespace étaient depuis devenus monnaie courante. Il n'est d'ailleurs pas exagéré de dire que l'Ancienne République et donc l'Empire n'auraient pu advenir sans cette découverte.

Le vortex nébuleux d'un bleu éthéré défilait à vive allure autour du Tantive IV. Appartenant à la famille Organa, cette corvette corélienne CR90 disposait d'une puissante motorisation lui permettant d'atteindre une vitesse atmosphérique proche de celle du son malgré un tonnage relativement élevé et des lignes peu aérodynamiques. La redondance tant au niveau des propulseurs supraluminiques au nombre de neuf, que des circuits de commande en faisaient l'un des engins les plus fiables de sa catégorie. Vaisseau polyvalent, il se distinguait également par sa capacité d'emport élevée au regard de sa masse. On ne comptait plus les ravitaillements et les exfiltrations de systèmes assiégés par les Séparatistes à mettre au crédit des corvettes coréliennes, ce qui leur avait valu le surnom de briseurs de blocus lors de la Guerre des Clones.

« Nous arriverons sur Coruscant dans environ deux heures standard. » Bail se tenait debout et discutait avec la silhouette holographique d’une femme aux cheveux courts. Puis il se tourna légèrement sur le côté vers une jeune fille vêtue d’une combinaison aux tons clairs qui écoutait avec avidité les moindres mots de la conversation.

« Leia, pourrais-tu nous laisser seuls, s'il te plaît ? Je dois discuter des affaires sénatoriales avec Mon Mothma. »

La jeune fille fit la moue. « Je ne suis pas assez grande pour comprendre, c'est ça ? »

« Mais non ma petite puce, c'est juste que… »

Sans en écouter davantage, Leia quitta la salle des communications du Tantive IV les mâchoires serrées et les traits tendus. À peine sortie, elle bouscula une demoiselle de compagnie et continua son chemin s'en prendre même le temps de s'excuser.

Non loin, un droïde astromécano blanc et bleu de forme cylindrique se promenait dans la coursive bâbord du vaisseau. Dès qu'il vit la jeune fille, il s'empressa d'émettre quelques joyeux trilles électroniques et alla à sa rencontre.

« Pas maintenant R2 ». Le ton sec et incisif de la princesse refroidit le petit droïde qui recula aussitôt dans un sifflement désappointé.

Leia poursuivit son chemin d’un pas lourd et bruyant sous le regard gêné du personnel du vaisseau qui savait qu'il ne fallait pas contrarier l'héritière des Organa quand elle affichait cette mine des mauvais jours. Sa queue de cheval fouettait l'air comme une mise en garde et ses yeux étaient prêts à désintégrer quiconque croiserait son regard.

Elle arriva finalement dans une grande salle sombre dont les nombreuses taches d'huile et l'odeur de poussière suggéraient une ancienne soute réaménagée. Elle s’empara d’un pistolet laser qui était accroché à un mur, à côté de l'entrée, ainsi que des lunettes de protection aux verres teintés qui portaient ses initiales. La lumière s'éteignit. L’hologramme d’un stormtrooper immobile apparut devant elle à une dizaine de mètres. Sans prendre son temps, elle appuya sur la gâchette. L'hologramme vacilla légèrement sous l'effet du rayon laser qui avait effleuré la cuisse gauche, mais resta en place. Leia tira de nouveau, visant cette fois en pleine poitrine. Manqué. Elle ne toucha que l'épaule.

« Ce n'est pas ce que je vous ai appris, jeune princesse », dit une voix dissimulée dans l'obscurité. « Vos bras ne sont pas tendus, vos appuis sont mauvais… »

Leia sursauta et se retourna. « Gurney ? Mais que faites-vous là ? »

« Je pourrais vous retourner la question. »

La lumière revint et Leia vit son maître d'armes assis à une table en train de nettoyer son blaster DC-15A.

« Je ne vous avais pas remarqué », dit-elle d'un air hautain.

« Quelque chose qui ne va pas, jeune demoiselle ? » Le Jézarien n’avait pas besoin d’être un droïde psychanalyste pour se rendre compte que Leia n’était pas de bonne humeur. Tout dans son attitude désinvolte, sa forte respiration et ses pommettes toutes rouges la trahissait.

« Tout va pour le mieux, à part que tout le monde me prend pour une gamine. »

Elle se tourna de nouveau vers la cible holographique. La lumière s'éteignit.

« Vous devriez vous concentrer cette fois-ci. Visez la tête. »

Leia respira profondément et pointa son pistolet vers la cible. « Mon père ne me fait pas confiance. Il veut que je devienne sénatrice, mais il me tient à l'écart de toutes ses discussions avec Mon Mothma. »

« Il veut sans doute vous protéger. » Gurney continuait à astiquer nonchalamment son blaster sans lever les yeux. « Contrairement aux apparences, la politique est un domaine où la violence est omniprésente. Seul le choix des armes diffère, encore que…. »

« Mais je sais me défendre toute seule ! » Elle fronça les sourcils puis tira. Un trait lumineux rouge traversa le casque de l'hologramme pour impacter la plaque absorbante recouvrant le mur du fond. La cible factice disparut. Même si elle affectionnait ce lieu pour se défouler, tout ceci n’était que des exercices, pas la réalité excitante des responsabilités.

« Avoir l'impression de mériter quelque chose sans pouvoir l’obtenir... Oui, je connais ce sentiment. »

« Comment pouvez-vous savoir ce que je ressens ? Vous n'êtes qu'un domestique après tout ! » Elle avait à peine prononcé ces paroles qu’elle se rendit compte de sa gaffe et rougit intensément. « Excusez-moi, ce n'est pas ce que je voulais dire... »

Gurney fit semblant de n’avoir rien entendu.

« À la suite de mon entretien avec le Conseil Jedi, j'ai moi aussi ressenti une grande frustration, un sentiment d’injustice. On aimerait tous être considérés à notre juste valeur, j’imagine. »

« Vous ? Un Jedi ? » Leia, les yeux tout écarquillés, rengaina son pistolet et retira ses lunettes de protection.

« Non justement... J'étais très enthousiaste avant d’y aller. Je ne sais pas si c'était la fierté de rejoindre cet ordre prestigieux ou la possibilité de donner un sens à ma vie. Un peu des deux sans doute. » Il soupira. « Et alors… Je me suis retrouvé à répondre à tout un tas de questions saugrenues, certaines même presque infantilisantes sur la peur, la colère ou l’attachement. Je ne voyais pas très bien où ils voulaient en venir jusqu'à ce que la sentence finale soit prononcée par un certain Mace Windu. J'étais de toute manière trop vieux pour commencer une formation... Tout ça pour ça. Évidemment, j’étais furieux. »

Ce Gurney que d’aucuns considéraient comme un peu terne et taciturne, pour ne pas dire inintéressant, était en train de la surprendre de jour en jour. Alors comme ça, son maître d'armes était connecté d'une façon ou d'une autre à ce fluide mystérieux qu'était la Force ? Bercée par les récits de son père sur les exploits de ces guerriers, elle aurait sans doute adoré devenir une Jedi, se disait-elle. La lumière dans la pièce revint puis Leia s’approcha légèrement du Jézarien.

« Maître, regrettez-vous de ne pas être un Jedi ? »

« Hmm… Disons que contrairement aux Jedi, je suis encore en vie... »

Spoiler: Afficher
* J'ai dû pas mal potasser les règles du dejarik pour aboutir à la première scène qui s'inspire d'une partie célèbre.
* La personnalité de Leia est différente de celle qu'on peut observer dans l'épisode 2x10 A Princess on Lothal, mais cela peut s'expliquer par le fait que ma fiction se déroule deux ans avant
Modifié en dernier par yahiko le Lun 30 Jan 2017 - 15:07, modifié 6 fois.
Fan-fiction : Les Cendres du Phénix
Rogue One : Inspirations | Analyse
yahiko
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 970
Enregistré le: 21 Juin 2015
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Lun 22 Fév 2016 - 9:43   Sujet: Re: Les Cendres du Phénix [Ch6] (SW Rebels)

Très sympa comme chapitre. Gurney est décidément bien mystérieux...
Une petite coquille : des hordes de touristes venus --› venues
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Suivante

Retourner vers Les Archives (textes inachevés)


  •    Informations