Fan fic: Le commencement 1

Les Fan-Fictions avortées ou à l’abandon depuis plus de six mois sont disponibles à la lecture dans ce sous-forum.

Retourner vers Les Archives (textes inachevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Duxx » Dim 04 Mai 2008 - 13:19   Sujet: Fan fic: Le commencement 1

commencement 1

Auteur : Merouane Tamene

Note de l´auteur : Comment raconter l´histoire d´un homme auquel tant de gens doivent la vie ou la mort ? Comment expliquer si ses décisions furent bonnes ou mauvaises ? a vous d´en juger si vous lisez cette histoire

Adresse : tmerouane@hotmail.com

Note : Le chevalier Jedi Revan fus considérer comme l´ultime sauveur de la galaxie, et aussi l´un des guerriers qui marquèrent leur noms dans le panthéon des héros qui donnèrent leur vie pour la liberté, ce récit retrace ses exploits, ses peurs, sa personnalité, et aussi ses démons.

Histoire :Revan naquit trente ans après les guerres d´Exar Kun sur une planète éloigné dans la bordure extérieure, un globe du nom de Déralia, cette planète été indépendante, et ne faisait nullement partie de la République, une simple colonie d´humain fondée par un homme du nom de Korel de Koros.

Korel était un homme bon et très sage, anciens vétéran des guerres Sith, il fut un des officiers les mieux respecter pour ces prouesses durant le conflits obscure, beaucoup l´admiraient pour son courage et son intelligence, car il réussi a créer une nations indépendante qui obéit a sa propre politique, l´administrateur Korel ne voulait en aucun cas faire partis du noyaux Républicains, chose que la plupart de ces confrères au conseil politique désapprouvent avec énergie, et oui ! quand une idées est nouvelle, ont craint toujours le pire.

Mais un matins de printemps, avec un ciel menacées par des nuages ébène, un mauvais présage pour le superstitieux, et un phénomène naturel pour le naïf qui ne croit pas au destins, une réunion du conseil politique pas comme les autres se dérouler, l´administrateur Korel écoutait les rapports avec un froncement de sourcilles, une inquiétude ruisselait sur le visage de ces confrères.

-" Les Mandaloriens ont encore attaquer une planète, et cela peu de temps après avoir pris Deyer"

-" Nous devrions appeler la République Administrateur Korel, au moins une flotte de vaisseaux pour la protection de Déralia"

-" Si je dois appeler la République ! déclara Korel a tous, se sera uniquement comme allié et non comme signe d´appartenance politique"

-" La République, répondis le vis administrateur, a toujours défendus les droits humains, ainsi que le respect des peuples de toutes race galactique."

-" Le respect des races galactique Sarm ? dit Korel étonné, ça se voit que vous n´avez pas vue les atrocités que moi j´ai vue durant la guerre d´Exar Kun, de nombreuse planètes encore sous le joug de la République vivent en tolérant l´esclavage, le racisme, ou même la corruption, certaines régions ne savent même pas ce que veut dire le mot paix, et cela en vivant sous la protection de cette République qui prétend défendre les droits humains ou humanoïdes, Déralia obéit a des lois honnêtes et intègres, ne l´oubliez pas . "

-" Avez-vous oublier monsieur l´administrateur, intervins un haut conseiller, que les mandaloriens ont combattus auprès d´Exar Kun durant la guerre ? et que leur chef suprême Mandalore fut un proche allier du seigneur noir ? sans parler de leur technologies en matière d´armement qui est deux fois plus supérieure que celle de la République, l´aide des Jedi nous sera sûrement utile."

- " Encore les Jedi ? dit Korel surpris, n´avez vous riens appris l´orsque vous et moi étions soldat sous les ordres de Nomi Sunrider Lobs ? ces êtres ne savent même pas prendre une décisions sans parlementer des heures et des heures, avez vous oublier qu´ils obéissent a des lois comme le respect de la vie même celle d´un seigneur noir qui a commis un crime ? ! vous ignorez aussi que durant la prise de Yavin 4, les Jedi voulaient capturer Exar Kun vivant et le ramener comme ils disent du bon coté de la Force? un crime doit payer et un criminel doit être jugé sévèrement pour les vies qu´il a arracher, c´est ça la vrais justice et Déralia respecte son vrais visage"

-" Le problème actuel sont les mandaloriens ! rappela le premier conseiller, je suis d´accord avec l´administrateur en ce qui concerne l´indépendance de Déralia, la République doit en tout cas alerter de ces attaques, et cela en respectant les relations diplomatique, ainsi nous aurons trouver une protections militaire sans pour autant déclarer l´appartenance de Déralia dans le noyau Républicains "

-" Très biens ! approuva Korel, je vous remercies messieurs "



Les troubles politiques étaient fréquent a cette époque, mais l´esprit d´un enfant ne pouvait comprendre la nature de ces troubles, Revan n´avait que cinq printemps, mais doté d´un esprit d´une maturité étonnante, il aimait savoir, comprendre les choses que certains trouvent futiles, posant des questions a tout le monde icompris a ça mère, Eïrané, une femme très belle et très douce qui aimait son fils d´un amoure infinis.

Revan aimait ça mère aussi, chaque fois qu´il regardait son visage, l´enfant se dit que nul beauté au monde n´égalait la sienne, il lui offre toujours des fleurs en rentrant a la maison, Eïrané très heureuse que son fils lui attache tant d´attentions lui dit :

- Continues comme ça et ton père pensera qu´il y a un autre homme dans m´a vie

- Je t´aimes maman et je veux que tu m´aimes toi aussi ! dit l´enfant innocent avec une toute petite vois.

- Mais je t´aimerai toujours mon chérie et ce n´est pas la peine de m´offrir des fleurs pour gagner mon amoure, c´est gratuit pour toi tu sais ?

- J´ai lue dans un livre que l´orsque ont offre un cadeau a une personne, elle nous aime encore d´avantage, dit Revan vivement

- Oh mon chérie ! dit Eïrané avec tendresse, approches !

L´enfant tout heureux se réfugia dans les bras de ça mère, celle ci serra son fils avec amoure et fierté, nul enfant au monde ne ressemble a Revan, un enfant doté d´une beauté étrange, des yeux d´un noir obscure brillant dans la nuit ébène, un visage très proche a la fois du coté de ça mère et du père, fruit de l´union de deux personne qui s´aiment a la folie, fruit d´un amoure sincère auquel aucun mot ne suffis a décrire.

- Mon amoure pour toi est plus grand que l´univers infinis mon beau petit prince ! chuchota Eïrané dans l´oreille de Revan.

- J´espère que je suis toujours roi ! dit une vois derrière eux

- Papa ! cria l´enfant de joie

Korel donna une accolade a son fils Revan, Eïrané se leva et embrassa son maris avec passion, rentrer a la maison et revoir ça famille après une séance de conseil mouvementé avait de quoi soulager un être stressé comme l´administrateur Korel.

- Alors petit voyou, tu as biens travaillé a l´école ?

- J´ai réussi a réciter les neufs règles a respecter pour devenir un citoyens modèle Déraliens papa

- Bravo petit gars ! dit Korel ravie, tu veux veux biens me laisser seul avec t´as mère ?

Eïrané sourit et regarda son maris malicieusement, et s´attendait a le voir venir vers elle affins de satisfaire leur désires oublier par les devoirs quotidiens, mais Korel se dirigea vers le balcons et commença a regarder les montagnes neigeuses, la pluie tombait par rasade, et une humidité glacière se faisait sentir, Eïrané rejoignis son maris et lui pris la main réconfortante.

- Que ce passe-t-il ? dit elle inquiète

- Le conseil veut que je signe le traité d´appartenance a la République, et cela dans l´espoir d´obtenir une aide militaire contre les mandaloriens

- Les mandaloriens ? dit elle effrayer

- Ils attaquent les mondes indépendants et massacrent tous sur leur passages

- tu crois qu´il vont . ....dit Eïrané en pensant a Revan

- Non ne t´inquiète pas, rassura Korel, Déralia est très éloigné et ils ne risqueront pas a venir ici

- J´aimerai que tu es raison Korel, dit elle en posant la tête sur son torse, j´ai si peur

- Regardes moi Eïrané, dit Korel en tenant ça femme par les épaules, je ne laisserai personne te faire du mal, toi et Revan vous êtes tout pour moi

- J´ai confiance en toi Korel, dit elle avec un sourire triste

Le maris et la femme s´embrassèrent longuement, mais l´administrateur était beaucoup plus inquiet que son épouse, son objectif fus de rester a l´écart des troubles, mais en vain.

Quand Revan réapparut, le petit aperçus ça mère dans les bras de son père, avec un regard étrange et perdus, il posa une questions pour le moins inattendus pour un garçon de son age.

- Papa, maman ! demanda l´enfant innocent, c´est quoi la mort ?

Korel et Eïrané furent stupéfait d´entendre leur jeune garçon âgé de cinq ans seulement, poser une question pareille.

- Revan ! accourue Eïrané vers lui, qui t´as parler de cela ?

- Cela veut dire quoi maman ?

- Je m´en vais dire quelque mots a l´instituteur, déclara Korel en colère

- Ecoutes moi mon chéri, dit la mère a son fils, la mort est une chose que tu demeures encore tout jeune pour comprendre le sens, et je veux savoir qui t´as parler de ça ?

- Personne maman ! cela m´est venus tout seul dans la tète

Korel regarda son fils avec un froncement de sourcils.

- La mort ne rend jamais ce qu´elle prend mon fils, dit Korel en regardant Revan dans les yeux, personne n´a le droit de servir sous son aile quelque soit son pouvoir ou ça positions

Eïrané surprise foudroya du regard son maris, mais l´administrateur soutena le regard de ça femme, elle aurait juré qu´il savait ce qu´il faisait, Revan lui, se retourna et partie jouer.

Le lendemain :

Les collines de Déralia sont d´une virtuosité éclatante, avec un soleil qui propage une chaleur tiède, cette planète pourrait rivaliser avec la somptueuse Dantooine, ou la vertueuse Ithor. Revan sortis admirer la nature, courant et sautant en gesticulant et en criant de joie, il offrira de nouvelles fleurs a ça mère et elle sera contente, mais malheureusement la vie du jeune garçon sera bouleverser en ce jour, ou peut être si nous osons dire, le sort d´une galaxie entière se jouera.

Alors que l´enfant s´allongea sur l´herbe pour admirer les flocons nuageux, une ombre gigantesque passa au dessus de lui et ce dirigea vers la petite ville en constructions, c´était un vaisseaux de classe Manticore suivie par des chasseurs Basiliques a la puissance de feu destructrice, les chasseurs tirèrent sur les défenses antiaériennes avec une précisions incroyable, un bombardier a fait exploser les générateurs d´énergie et canarda tout les pauvres soldat qui tirèrent avec désespoir sur ces mastodonte métallique, un transporteur de troupes au sole atterri et des soldats en armures sortirent comme des abeilles tueuses et se mirent a massacrer tout sur leur passages, les pauvres Déraliens tombèrent sous le feu des mandaloriens, et Revan qui courait aussi vite que ces jambes lui donner de force a la recherche de ça mère, voulant être en sécurité dans les bras d´Eïrané, un mandaloriens l´aperçus et se mis a tirer sur l´enfant qui continuait a courir malgré les tires mortelles, le soldat continua a tirer mais il fus transpercer par le poignard d´ une femme en furie qui voulait protéger son enfant coûte que coûte, Eïrané plongea la lame du couteau avec une rage incroyable, quand ont menace le petit d´une mère aucun être au monde ne peut survivre a ça vengeance, le soldat tomba mort, et Eïrané toujours sous l´emprise de la haine se mis a frapper le mandaloriens sans vie, frappant de toute la force de son bras meurtris, voulant faire payer a ce monstre le mal qui voulait faire a son fils, voulant faire payer l´affront dont il osa commettre, car personne n´a le droit de toucher un seul cheveux de Revan, son enfant, ça chaire, son sang, la moitié d´elle même, la prunelle de ces yeux, le fils de Korel, son fils, qu´elle a eu avec amoure, non personne ne lui enlèvera son Revan, personne même si elle devra combattre toute les armées qui oserons lui faire du mal, elle frappe, et frappe, et frappe en criant de rage, oser s´attaquer a son fils, cela finira par un carnage meurtrier.

Prenant son enfant par la main, Eïrané coura et n´aperçus pas le regard épouvanté de Revan, ça mère dont il ne voyait que la bonté et la douceur, c´est transformer en une véritable tueuse sanguinaire, un autre soldat fus victime d´Eïrané quand il voulus exécuter un pauvre homme sans défense, la femme de l´administrateur l´assomma avec la crosse de son couteau, et plongea la lame dans ça gorge, continuant son chemins au milieu des tires et des décombres, Eïrané ne ralentis pas le pas, récupérant un Blaster elle tira sur une escouade commando et faisait mouche a tout tire, ces lascars ignoraient qu´ils ont eu affaire a un anciens lieutenant qui a servis dans l´armée Corelliennes et qui fus major de ça promotions, Eïrané sentis monter en elle ce sentiment de survie quand elle été soldat, récupérant un autre Blaster elle se mis a tirer pour couvrir la fuite des colons, Revan qui restait coller a ça mère ferma les yeux et se mis a pleurer de panique et de peur, Eïrané continue a tirer et réussi a tuer tout un escadrons mandaloriens grâce a son adresse aux armes légers, une vrais combattante dans Korel tomba amoureux des années plutôt, la mère pris la main de Revan d´une main et un autre Blaster de l´autre, et se dirigea vers le chemins de la maison, l´enfant tomba par terre épuisé mais Eïrané le releva avec force et se remis en course, un soldat sortis de nul part et tira un rayons qui toucha l´épaule d´Eïrané, criant de douleur elle riposta avec un autre tire qui toucha le mandaloriens en pleine tête, ignorant la blessure, elle continua ça course, voulant mettre son fils en sécurité quelque part, l´enfant pleurait de plus en plus et si il devait continuer comme ça; il va attirer l´ennemie, alors elle fis quelque chose dont elle n´a jamais fais auparavant, elle donna une gifle qui le fis taire une bonne fois pour toute, le coeur d´Eïrané se brisa mais tans pis, bizarrement Revan semblait avoir compris son geste, et la regarda de ces yeux doux.

La maison apparus, et Eïrané entra en compagnie de son fils dans ça chambre a coucher, dans le passé, elle installa une cache secrète derrière son armoire, composant un code secret, une porte s´ouvrit et fis entrer son fils a l´intérieure, cette cache devait biens servir un jour, elle regarda son fils avec un triste sourire, Revan vivra de longues années et ne mourra pas de sitôt, elle le sent, un destins fabuleux l´attend c´est sure, il lui fera honneur car elle a confiance en lui.

- Revan je veux que tu reste ici, et que tu n´en sortes pas tu m´as compris ?

- Mais maman....

- Je t´aimerai toujours mon chérie, quoi qu´il arrive gardes foi en l´espoir

- Restes avec moi maman s´il te plais ! supplia le pauvre enfant

- Adieu mon beau petit prince dit Eïrané les larmes au yeux

Eïrané donna un baiser tendre a son fils, et ferma la porte de la cache secrète malgré les protestations de Revan, serrant son Blaster contre elle, des larmes coulèrent sur ces joues, mais elle les écrasa avec rage, " les soldats ne pleurent pas " dit elle résolue, elle défendra ça famille jusqu´a la mort, inspirant un bon coup elle s´élança dehors pour faire face au combat, le champ d´honneur lui ouvre grand les bras, car le destins de tout combattant est de mourir pour l´honneur, Eïrané elle, mourut par amoure.

Quelque jours plus tard :

L´enfant finis par sortir après une semaine de bombardement sans arrêts, une semaine caché dans la chambre secrète, inquiet de ne pas voir ça mère revenir, Revan pris résolutions d´aller la chercher lui même.

En sortant de ça maison, un spectacle effroyable tomba sous ces yeux, un paysage de mort, de cauchemar, de désolations, des incendies a perte de vue, un ciel nuageux par la fumée noir des flammes, des décombres incalculables, et des cadavres partout, le pauvre enfant été galvanisé par cet enfer, habitué par la beauté paradisiaque de la nature, Revan fus marqué a jamais, une blessure qui le poursuivra toute ça vie, aucun mot ne lui sortais de la bouche, une stupeur comme celle la, avait de quoi rendre muet n´importe qui.

Revan aperçus ça mère étendus sur le sole les yeux grandes ouvertes, l´enfant courra vers elle et lui pris la main, croyant qu´elle le regarde; Revan se mis a l´appeler maman! maman! mais Eïrané ne bougea pas, surpris par la réactions de celle qui considère comme la plus belle de toutes, Revan se mis a la secouer doucement, mais Eïrané ne bougea toujours pas.

- Maman réveilles toi ! dit le pauvre enfant en touchant son visage, s´il te plais maman réveilles toi, je te promet de t´offrir beaucoup de fleurs et je serai gentille maman s´il te plais

Hélas, malgré les promesses de son fils, Eïrané ne bougea pas, la pauvre femme réussi a protéger son enfant au détriment de ça vie, le pauvre enfant se rappela les paroles de son père concernant la mort et compris que ça mère fut emporter par elle et qu´elle ne reviendra pas, l´enfant baissa la tète et pleura un instant mais après un moment il l´a releva et se fis une promesse

Je jure que je ne perdrai jamais la foie et que je serai comme maman souhaitait me voir devenir
Je suis une âme perdu
Duxx
Padawan
 
Messages: 8
Enregistré le: 04 Mai 2008
 

Messagepar Duxx » Dim 04 Mai 2008 - 13:26   Sujet: 

ceci est ma fic qui est déja fini, je vais la potser sur ce forum, et j'éspére qu'elle aura beaucoup de succes
Je suis une âme perdu
Duxx
Padawan
 
Messages: 8
Enregistré le: 04 Mai 2008
 

Messagepar Revan1er » Dim 04 Mai 2008 - 13:41   Sujet: 

Bon début.

L'histoire débute très fort avec l'attaque des mandaloriens et la mort des parents de Revan.

Passage très émouvant je dois dire. :cry:

Seul petit point négatif les nombreuses fautes d'orthographes.

Bonne continuation!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Duxx » Lun 05 Mai 2008 - 11:33   Sujet: 

« Pour quoi étaient-ils venus ? Est ce pour les ressources de Déralia ? Ou pour tuer ? Ont ne le surent jamais, car les Mandaloriens repartirent, laissant la terre autrefois fertile maculée de sang. »
« Quant a lui, son enfance fut une tragédie, qui penserait que le peuple de mon apprenti avait un jour existé. »
« Je l’ai vue sur Arkania avec les réfugiés, ce n’était pas un hasard, tout comme ce n’est pas un hasard que c’est moi qui vous comtes son histoire, le destin ? Où la Force ? Je ne le saurais le dire, je l’ai emmené sur Dantooine et il fut accepté. »

A seize ans, Revan possédait déjà la carrure d’un adulte, grand et athlétique, son regard dur et perçant intriguait ses interlocuteurs, et un coté réservé presque farouche, un visage grave et paisible munit d’un caractère calme mais qui cachait une volonté d’acier, mais le plus étrange, c’est qu’il ne parlait presque jamais, donnant l’impression qu’il vivait dans un autre monde, gardant toujours l’esprit en alerte, préférant jouer pour certains moment le rôle d’observateur.

Trois mois seulement depuis son arriver a Dantooine, et déjà l’adolescent fut intrigué par ce nouvel univers qu’il n’a jamais vu, Dantooine lui rappelait son monde natale, des futaies a perte de vue, des fermes de colons partout, un ciel d’un bleu profond, des lacs et des rivières d’une beauté magnifique, sans oublier l’enclave Jedi, sa nouvelle maison.

Oui sans aucun doute, Dantooine pouvait s’affirmer une des plus belle planètes de la galaxie, mais Revan avant tout était intrigué par les Jedi, ces êtres pures et nobles qui défendent le biens contre le mal dans la galaxie, gardiens de la paix et de la justice, combien de livres et d’holocrons narraient les exploits de Nomi Sunrider ou d’Ulic quel Dromma, ou les aventures d’Arca Jett dans le système d’Ondéron, des histoires qui nourrissaient l’imagination de Revan, mais maintenant en les voyant de plus prés, il fut déçus, très déçus.

Selon l’éducation de sa mère, les êtres de pouvoirs doivent affirmer d’avantage de noblesse, les conquérants plus de courages et de grandeurs, les bienfaiteurs, plus d’humanité, telle étaient les conseils d’Eirané pour son fils avant qu’il ne parte a l’école, or ces Jedi ne faisaient que méditer des heures et des heures, cherchant quelque chose au fond d’eux même, n’aidant qu’autrui qu’après de longues délibérations, et si ont pouvaient parler d’autrui, une République qui n’a pas bougé le petit doigt pour secourir son monde du joug des Mandaloriens, courbant l’échine devant des hommes tremblant de peur qui viennent se réfugier en demandant asile politique, ceux la ! Les Jedi n’hésitent jamais a les aider, tandis que des gens pauvres sortent de leur gorges tout les cris de détresses, et devant eux, ces être de lumières relèvaient fièrement leur têtes, et étalent leur sagesses et leur conseils de patience en refusant d’éprouver pour eux aucun sentiment de pitié ou de compassion, sous prétexte que le code Jedi interdis les émotions fortes.

Iles disent qu’il n’y pas d’émotions seulement la paix, la paix ? Éprouvent ils de la paix en ignorant la douleur des autres ? Ses gens possèdent ils vraiment un quelconque sentiment humains ? Ils refusent tout contact d’amoure par peur du coté obscure, mais alors ! Que dire de la furie guerrière d’Eirané, celle qui n’a pas hésiter une seule seconde a massacrer du Mandaloriens pour protéger la vie de son fils, laissant l’amoure la rage et la colère guider son bras, c’était elle égarée ? Voir tomber dans le coté obscure pour sauver sa vie ? Nullement, elle s’est laisser guider par son instinct de mère et avait donner sa vie pour le sauver, contrairement au Jedi le plus altruiste, elle seul mérite le respect et l’admiration et personne d’autre, un modèle qui restera graver dans son coeur pour toujours.

En fait, le jeune garçon se sentait humilié, était-ce biens ces gens qui ont réussi a vaincre Exar Kun il y a quarante ans ? Était-ce biens ces Jedi qui au fil des siècles maintenait la paix et la justice dans la galaxie ? Combien son père avait raison de vouloir fondre une colonie indépendante de la République et des Jedi, avec de nouvelles lois, loin de la corruptions et de la bureaucratie du sénat, loin de ces Jedi qui respectent leur codes au péril de la vie des autres sous prétexte de maintenir l’équilibre de la Force.

Jamais Revan n’aurait osé parler de ces pensées obsédante qui le déchiraient, mais après de longues semaines pendant les quelles il ne connus que des nuits de mauvais sommeil, il ouvrit son cœur à Kreia.

- Tu n’oses l’avouer, lui dit Kreia, mais tu t’es pris d’admiration pour les Jedi

La réaction du jeune garçon fut aussi violente que son mensonge était grand. Vis-à-vis de l’ordre et des Jedi, il jura de n’éprouver aucun sentiment d’admirations pour ces êtres qu’ont laisser ses parents mourir, mais en lisant quelque part qu’il existe des être plus coupables que les Jedi, son âme c’est déchirer en deux morceaux, que mimaient le doute et l’angoisse.

Il ne servait a riens de mentir, Kreia connaissait le secret de son cœur. Alors Revan confessa toute la peine qui le rongeait. Lorsqu’il était arrivé ici, quelque mois plus tôt, il se croyait heureux d’appartenir à ces êtres nobles, une illusion parmi tant d’autres.

Kreia le consola et la rassura, cet adolescent si sensible à la Force possédait une présence d’esprit troublante, et une maturité toute tracée, fruit de l’éducation de la défunte Eirané en qui Revan éprouvait un attachement inquiétant.

Tout le monde croyaient les Jedi parfait, mais personne n’est parfait, même les maîtres les plus sages et les plus avisés possédent tous un défaut commun, la fierté, Kreia aurait menti si elle avait prétendu ne pas posséder ce défaut, muni elle aussi d’un franc parler que tout le monde prenait pour une arrogance, personne n’aimait entendre une vérité crus ou dure a accepter, elle expliqua a son padawan qu’en dépit de tout, chaque Jedi possédaient sa propre vision du monde, certains étaient d’accord avec leur maîtres, d’autres suivaient comme des esclaves les décisions du conseil sans se poser de questions.

Combien de Jedi savaient réciter par cœur le code sans vraiment le comprendre, Odan Urr douteraient des mots qu’il avait écrit en vivant cette époque chaotique, combien de Jedi comme Exar Kun ou Ulic Qel Dromma avaient succombé au coté obscure alors que leur maîtres furent les plus grands Jedi que la galaxie a connus, et leur actes si proche des non sensibles a la Force, comme la conquête des mondes du noyaux pour bâtir des empires plus puissant que la République, a l’image de ceux qui furent construit par Xim le despote ou l’impératrice Téta.

- Ils prétendent, dit encore Kreia que la Force est divisée entre la lumière et l’obscurité, et que le coté obscure conduit a la déchéance, ils refusent tout sentiment de colère, de peur, ou même d’amour.

- C’est une marque de grande sagesse ! Affirma Revan, répétant machinalement une phrase qu’il avait entendue dans les cours de philosophie de maître Dorak, nous perdons notre perceptions de différencier le biens et le mal, car l’obscurité nous aveuglent

- L’obscurité ? s’exclama Kreia, parce que tu crois que le coté obscure existe ? Que savent ils du coté obscure ces imbéciles qui se ventent de ne pas y succomber ! Ils ne font que réciter les leçons de leur maîtres aussi idiots que leurs prédécesseurs, en vérité, la seule chose qui leur importe, c’est le passé et la tradition. Ils y trouvent la justification de leur grandes peurs et de leur petite lâchetés, ils leurs fournissait toutes les excuses : « ces règles furent sûrement instaurer pour une bonne raison, nous respectons l’enseignement de nos aïeux car ils savent ce qu’ils font ! » en vérité, ces imbéciles sont les esclaves de la traditions.

- Comme je la hais, moi, leur traditions ! Depuis que j’étais enlever a ma famille pour devenir Jedi, ceux-ci me répétaient sans cesse que les attaches devaient être rompus, car tel est le prix a payer pour entrer dans l’ordre, personne m’a demander mon avis, et ont me fis payer ce prix de devenir Jedi, un rôle que je n’ai jamais eu la liberté de refuser ou d’accepter.

Revan fus choqué d’entendre Kreia parler d’une manière aussi sacrilège, celle-ci regardait le ciel de Dantooine avec une expression glacial.

- Si vraiment tu désapprouves les Jedi ? Questionna Revan, pour quoi m’avoir emmener ici pour suivre leur enseignements ? Et pour quoi me transmettre le savoir de ton maître que tu en veux tellement

- Je n’enseigne pas mon savoir à tous mes élèves, réplique Kreia, et je ne suis pas le même chemin que mon maître, je leur laisse choisir la voie qui leur conviennent, si ils veulent quitter l’ordre, grand biens leur fasse

- Ainsi tu auras l’impression d’avoir accomplis ton devoir envers l’ordre et envers toi-même, sans pour autant renier t’es convictions !

- En quelque sorte

- C’est très honnête ! dit Revan en hochant la tête

Un grand soulagement emplis le cœur du jeune garçon, Kreia sut qu’elle l’avait délivrer d’un poids, mais elle ignore quel chemins son nouveau Padawan arpentera, Revan n’était pas fait pour devenir Jedi, Kreia l’aurait parier sur la torture.

- Puis-je te demander une faveur ? dit il a Kreia

- Parles

- Ma mère voulait me voir devenir un homme juste et brave, elle voulait que je deviennes quelque chose et aussi ne jamais perdre espoir et toujours me battre pour les autres, j’ai l’intentions de réaliser son souhait.

- Pour quoi cela ?

- Parce que comme elle, je veux changer la marche du temps

La justesse de cette réponse frappa Kreia et la remplis de bonheur, tout maîtres rêve de rencontrer une fois dans ça vie un élève digne de son savoir, Kreia avait elle enfin trouver son diamant brut en la personne de ce jeune orphelin ?

- Dans ce cas nous partons, dit elle résigner, je t’enseignerai tout mon savoir et ma vision de l’univers, alors peut être trouveras-tu ce que tu cherches.
Je suis une âme perdu
Duxx
Padawan
 
Messages: 8
Enregistré le: 04 Mai 2008
 

Messagepar Duxx » Mer 07 Mai 2008 - 11:34   Sujet: 

bon, ce n 'est pas que je suis un fénéant pour ne pas finir cette fic, mais apparement personne ne semble s'intérésser au périple de Revan.

Sur ce je préfére largement le forum de jeuxvideo.com et je tiens a vous signaler que j'ai écrit les trois commencement et que j'ai déja publier l'intégralité de mes histoires.

je tire ma révérance sur ce site et je ne posterai plus aucune suite, sans encouragement a quoi bon continuer.

a+
Je suis une âme perdu
Duxx
Padawan
 
Messages: 8
Enregistré le: 04 Mai 2008
 

Messagepar Notsil » Mer 07 Mai 2008 - 12:09   Sujet: 

Salut,

Sûr que se décourager après 3j sans com est une belle preuve de persévérance - surtout quand on a déjà un message d'encouragement ^^

Dommage j'allais m'attaquer aux fics de Revan aujourd'hui, m'enfin si j'ai bien compris inutile de débuter la tienne.
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2372
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Duxx » Mer 07 Mai 2008 - 12:24   Sujet: 

l'encouragement était de la part d'un ami que je connais trés bien, d'ailleurs c'est lui qui m'a encourager a publier dans le forum, vue que la fic avait bien marcher sur le forum de Sith lords.

mais j'aimerai bien connaître ton avi la dessus. Vue que tu es le deuxième a poster enfin.

c'était pas trop tôt.

merci d'avance
Je suis une âme perdu
Duxx
Padawan
 
Messages: 8
Enregistré le: 04 Mai 2008
 

Messagepar Darkliser » Mer 07 Mai 2008 - 12:28   Sujet: 

Et qui a engager Revan1er ici? :lol:
C'est stupide se décourager à poster si en plus tu l'as finie :perplexe:
En plus tu as effectivement eu un encouragement ce qui signifie que les autres vont arriver. Moi j'ai déjà lu sur JV.com donc inutile de commenter pour le moment. En plus j'ai poster mon dernier chapitre Jeudi et je n'ai tjrs pas eu de comms mais je m'en formalise pas.

Tu devrais reconsidérer la question. Par ailleur il y a deux FF sur Revan et elles sont bien commentés alor pk pas la tienne?
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Duxx » Mer 07 Mai 2008 - 12:35   Sujet: 

ok sa marche

la suite est pour bientôt, elle mettra l'apprentissage de Revan aux cotés de Kreia, une philosophie bien étrange pour un Jedi, axé sur le bien et le mal, ont comprendra pour quoi Kreia fut accusé de la chute de Revan.

a la prochaine

et je publierai même si elle sont bourrées de fautes d'orthographes
Je suis une âme perdu
Duxx
Padawan
 
Messages: 8
Enregistré le: 04 Mai 2008
 

Messagepar Notsil » Mer 07 Mai 2008 - 21:36   Sujet: 

En effet ya vraiment beaucoup de fautes ^^ Mais bon, c'était sympa de développer l'enfance de Revan de cette façon, et de voir comment il commence à évoluer au sein des convictions Jedi...

Par contre je me pose une question : tu dis qu'il a les yeux noirs, et Revan1er dit dans sa fic qu'il les a vert, alors en fait il les a de quelle couleur ? :P
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2372
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Duxx » Jeu 08 Mai 2008 - 12:38   Sujet: 

il a les yeux verts en fait.

dans la suite j'expliquerai ce détaille, car Revan comporte quelque bizarreries au niveau de la force, sans oublier au niveau physique
Je suis une âme perdu
Duxx
Padawan
 
Messages: 8
Enregistré le: 04 Mai 2008
 

Messagepar Duxx » Sam 17 Mai 2008 - 11:58   Sujet: Re: Fan fic: Le commencement 1

Et c’est alors que Revan se plongea dans les études avec la passion d’un néophyte, étudiant la Force et ses secrets, sans compter le maniement du sabre laser, Kreia répondait a toute ses questions et fut ravie de voir son élève passer des heures et des heures dans la bibliothèque, le jeune garçon maîtrisa le Shii-cho en si peu de temps que déjà il commençait l’apprentissage du Makashi sous la direction de la vieille femme.

- Le Makashi est la fleur de l’élégance, une Forme qui existe depuis le commencement de l’ordre, c’est ma préféré ! dit elle en activant son sabre vert

Revan activa à son tour son sabre d’entraînement et se mit en garde, Kreia avec une seule main enchaîna des coups spectaculaires, le jeune garçon puisa sa défense avec les charges basiques du Shii-cho mais fut vaincu par son professeur en une minute.

- Saches que le Shii-cho reste avant toute chose une base d’entraînement, dit elle gravement, le Makashi est très efficace dans des combats de sabres, l’élégance des ses charges est une parfaite liberté d’expression

- Si nous exprimons librement les mouvements du sabre ? demanda Revan, pour quoi refuser celle de nos sentiments ?

- Jamais il faut exprimer la peur ou la colère, mais il faut faire face, ce connaître soi même, avoir le courage de connaître nos faiblesses, nos craintes, et aussi avoir la Force de les purger, voila le véritable combat, une guerre contre soi-même.

Revan frappa un coup transversal, mais Kreia le bloqua d’une seule main et fis voler le sabre de son élève dans les airs.

- T’as mère ne t’aimait pas, dit Kreia froidement

Revan c’est sentit déchirer, aussitôt il revus le cadavre d’Eirané étendus sur le sol les yeux grands ouverts avec cette expression de terreur sur son visage, des larmes de tristesses coulèrent sur son visage

- Comment oser vous parler de la sorte !? Dit-il entre ces dents

- Si vraiment elle t’aimait pour quoi t’avoir cacher pour aller ce battre ? dit Kreia avec un sourire glaciale, pour quoi risquer ça vie pour des personnes qu’elle ne connaissait pas ? Pour quoi son instinct guerrier l’est emporter sur celui d’une mère ?

- Vous n’y étiez pas ! dit Revan en colère, comment oser vous dire des choses pareilles ?

- Pour quoi la vérité est si dure a entendre ? dit Kreia froidement, ce qu’a fait t’as mère est deux fois plus inhumain que lâche, oser abandonner son enfant pour mourir ensuite et le rendre orphelin, alors qu’elle aurait pue se cacher avec lui.

- Assez !
- Mais elle a préférer t’abandonner, poursuivit Kreia, et tu lui en veux pour ça n’est ce pas ?

- La ferme ! Cria-il

- Alors tu as vécus depuis ce jour sans oser montrer ta colère, car tu avais peur de briser t’a mère même dans l’autre monde. Tu as fermé ton esprit à la réalité afin de pouvoir vivre.

Revan écrasa une larme sur son visage, et serra son sabre laser avec rage, non ! Sa mère était morte pour lui sauver la vie, non parce qu’elle était attirée par le combat, il le sait, elle l’avait cacher pour le protéger, elle était partie pour sauver Korel son père, jamais elle n’aurait abandonner son fils c’est certains, mais alors pour quoi il lui en voulait a ce point ? Pour quoi elle n’était pas rester avec lui ? Pour quoi était-elle morte ?

- Parce qu’elle t’aimait pas, dit elle en lisant ses pensées

Revan activa son sabre puis attaqua Kreia avec toute la rage qui le brûlait, la Force lui était devenus plus facile a manier, une suave brûlante qui coulait en lui comme une entité vivante, Kreia qui avait réussi a bloquer ses charges au début, eu du mal a percevoir ses points d’ouvertures, et c’est mise a tenir son sabre a deux mains pour se défendre, Revan attaquait toujours, puis donna un coup tranchant qui faillis couper Kreia en deux, puis fit un roulé boulé pour atterrir derrière son maître, et donna un violent coup de poing dans l’omoplate, Kreia tomba par terre et laissa tomber son arme, Revan tournoya son sabre puis s’apprêta a donner le coup de grâce, mais s’arrêta a quelque centimètre du cœur.

- Pour quoi hésites-tu ? dit Kreia gravement

Revan désactiva son arme puis la jeta loin, il était redevenus calme et son visage regagna ça sérénité d’antan, Kreia se releva puis fit voler son sabre jusqu'à elle.

- Tu possèdes une grande présence d’esprit mon jeune Padawan ! Admit Kreia, je ne m’attendais pas a une telle maîtrise d’émotions, en tout cas, cet exercice t’aura montrer comment sonder ta rage et ta colère pour vaincre ton ennemie.

- Pour quoi avoir insulter ma mère ?

- Je savais très biens que tu souffrais encore de sa mort, dit elle doucement, ce que je voulais t’enseigner aujourd’hui, c’est peut être ça disparition qui t’on rendus fort.

- Dans quelle but ?

- Qui peut le savoir, la Force tisse les files du destin, et ses voies demeurent impénétrables

- Vous aviez raison maîtresse, j’en voulais ça mort, mais je n’ai pas eu le courage de le dire

- le courage c’est aussi garder nos émotions au fond de nous.

Coruscant ! Le berceau de la civilisation, la grande capitale de la République Galactique, la cité grossissait jusqu’à couvrir toute la planète. Les tours d’argent étincellent au soleil, un spectacle magnifique et déroutant, Revan contempla longuement la cité colossale, visitant les rues, et les environs, Kreia était l’avait emmener la bas pour une leçon particulière, mais le maître n’en dis pas plus, Revan qui commençait a connaître Kreia redoutait une nouvelle épreuve encore plus dure, si elle le provoquerait encore comme sur Dantooine, il lui arrangerait le portrait.

Kreia ! Un bien étrange personnage qui inspire de la crainte plus que du respect, tout les padawan la redoutaient, et le plus arrogant d’entre eux n’osait la défier, il faut dire que ça réputation de maître est biens mériter, elle forma plusieurs élèves, et tous devinrent des chevalier Jedi, mais il y avait cher elle quelque chose d’étrange qui fasciner Revan, son aura, a la fois lumineuse et lugubre, et une présence apaisante et envoûtante en même temps, mais il devait l’avouer, il apprenait beaucoup avec elle, répondant a toutes ces questions sans retenus, malgré ça sévérité. Kreia était tout le contraire d’Eirané, mais elle possédait la même volonté, et aussi le même courage que ça mère, comme si les deux femmes étaient taillées dans un seul bloc de granit.

Le jeune homme âgé maintenant de dix sept ans, contemplait le temple Jedi de Coruscant, plus grand que celui de Dantooine, le symbole de l’ordre Jedi, il était gigantesque, et donnait l’impression d’être vivant, Kreia l’emmena aussi voir le palais sénatorial, une visite nécessaire pour lui donner certaines idées sur la politique Républicaine.

- Le vrai pouvoir que tout homme rêve d’obtenir est ici, dit elle en désignant le sénat, les premiers êtres à l’état de brutes essayèrent de s’organiser pour vivre en communauté et développèrent principalement trois façons de le faire. La première se nomme monarchie, c’est le règne d’un seul homme, la deuxième oligarchie, et l’on y voit commander une élite. Dans la troisième enfin, tous les citoyens exercent leur pouvoir. C’est la démocratie

« Dans des royaumes comme Onderon, ou le consortium Hapés, la parole du souverain est loi, ici a Coruscant, le chancelier est soumis a l’autorité du sénat, les sénateurs sont choisis démocratiquement par le peuple afin de parler en leur noms, telle est la politique de la République depuis des milliers d’années, dans certaines monarchies, il n’y a qu’un seul être libre, le roi, les autres sont des esclaves, ceux la ont les appèlent les tyrans ou les despotes »

- Mais les nobles……. intervins Revan

- Les nobles aussi. Certes, ils ont plus de privilèges et mènent une vie plus agréable, mais ils doivent aussi obéir

Kreia se tut, car elle avait remarqué que ces mots avaient fait mouche, et elle voulait qu’ils résonnent dans l’esprit du garçon.

- Un pouvoir multiple ne vaut riens, dit Revan froidement, un seul homme doit être le chef, doit être le leader, il n’appartiens qu’a lui de prendre les bonnes décisions

- C’est possible en situations de guerre, répliqua Kreia, mais cette question nous dépasse tous, l’homme d’aujourd’hui est un animal politique, c’est la liberté qui permet à chaque esprit de s’exprimer, de créer, d’engendrer la grandeur. Dans un état idéal, tout le monde saurait commander à la perfection dans sa vieillesse après avoir su obéir dans ça jeunesse.

- Une véritable communauté ne repose pas sur des liens du sang, dit Revan le regard perdus, mais sur un homme qui adopte une lois devant lesquelles tous les citoyens seraient égaux, et qui saurait récompenser la volonté d’agir et d’émerger, ou encourage les forts, ou soutiens les faibles. Dans une telle société ce qui est honteux, ce n’est pas d’être humble et pauvre, mais c’est de riens faire pour améliorer sa propre condition.

- Ce sont ces tours d’argents qui donnent ces illusions Revan, mais le fait que tu pensais ce que tu disais, témoigne de t’as sincérité.

Ces moments se conjuguaient très fréquemment, Revan demeura longtemps sur Coruscant, apprenant l’histoire, la politique, la philosophie, mais aussi des leçons de luttes a mains nues, ou même le maniement des vibrolames, en quelque semaines, le jeune padawan devins un très bon Makashiste, personne ne pouvait le vaincre dans un combat amicale, certains tentèrent par jalousie de le défier dans un vrais combat de sabre laser, mais Revan qui avait retenu la leçon de Kreia sur Dantooine, refusa tout bonnement en leur disant, qu’ils étaient plus forts que lui, et que ces victoires n’étaient qu’un simple coup de chance.

Mais parfois, ces actes quotidiens trahissaient une fureur primitive, une obsession de l’affrontement physique, un jour un élève conservateur critiqua les méthodes de Kreia, Revan avait finis par renfermer ces mains autour du cou de son camarade. Il aurait sans doute tué si un maître de passage ne l’avait arrêté.

Une autre fois, il a giflé une jeune élève qui avait mis en doute la véridicité de maître Thon.

Kreia l’observait avec attention et inquiétude ; il y avait deux nature en Revan : celle du jeune homme a la culture raffiné, qui posait mille questions, calme et très réservé ; la deuxième est celle du guerrier où la fougue s’emparait de lui, l’amenant à pointer son sabre sur la gorge de celui qui oserait lui manquer de respect.

Cependant, elle sentis qu’elle avait encore beaucoup de chose a lui apprendre, lui donner la possibilité de canaliser sa formidable énergie, mais aussi doter ce corps née pour la violence sauvage de la bataille, d’un esprit plus puissant, et d’un sang froid vigoureux, Revan est fort, mais il n’est pas encore prêt.

Un matin, Kreia l’emmena dans la ville basse de Coruscant, le jeune homme découvrit tout un autre monde, une misère effroyable, des bidons villes a perte de vue, au milieu de tout sa, il se sentis suffoquer par la puanteur d’urine, de sueurs, et d’excréments humains, une odeur insupportable. Dans cet enfer vivait des personnes de toute races, certains mendiaient, d’autres poussaient des cris d’agonies, des enfants pleuraient aussi, et parfois, ont entendaient des quintes de toux et des respirations difficiles, Revan aperçus un cadavre et détourna la tête aussitôt, un paysage si familier a ces yeux.

- Pour quoi m’as tu emmener ici ? demanda Revan troublé

- Voila le vrais visage de Coruscant, expliqua Kreia gravement, derrière cette grande puissance ce cache un coté sombre.

- Je sens leur souffrance, dit Revan en tenant ça tête avec les deux mains

- Moi aussi je la sens, ces gens n’ont commis aucune faute, sinon celle d’être née
- Mais pour quoi ?

- Il n’y a pas de pour quoi, l’univers est gouverner par la Force, quand ces gens naquirent, il fut établis qu’ils mourraient ainsi, de même qu’il fut établie a notre naissance un destins qui demeure caché, telle est la Force vivante, a la fois juste et impitoyable.

- Mais pour quoi ne pas être clément dans ce cas, si leurs destins est scellé ?

- Tu peux faire acte de clémence, mais tu ne peux changer la volonté de la Force, tu ne ferais que prolonger leurs agonies, une main généreuse peut faire plus de mal qu’une main égoïste.

- pour quoi la République ne fait riens ?

- Parce qu’aucune constitution politique n’est parfaite, c’est une question qui restera sans réponse pour toujours.

Une ombre voila le regard de Revan, un homme en le voyant le supplia de l’aider, Revan s’approcha de lui, Kreia foudroya du regard son jeune élève, celui-ci se tourna vers elle sans aucune expression.

- Si je n’e peu sauver cet homme de ça misère, j’ai peu le sauver d’une mort lente et douloureuse.

Brusquement, et avec la rapidité de l’éclaire, Revan lui brisa le cou, l’homme s’effondra le regard perdus, et Revan contempla le cadavre sans vie

- Au moins celui-la ne souffrira plus, dit Revan gravement.

Kreia afficha un sourire au coin, son élève commençait à comprendre, et pour la première fois depuis longtemps, elle c’est sentis fière, fière d’être un mentor.

- Il te reste encore une dernière chose a apprendre avant de quitter Coruscant, une leçon nécessaire qui nécessite un professeur particulier, et c’est aussi une surprise ! dit Kreia lentement mais toujours avec son ton glacial.

- Que trames-tu mon vénérable maître ? dit Revan froidement.

- Va dans l’appartement G14 et soit a la hauteur.

Kreia partis et laissa Revan tout seul, quel piéges tendait-elle ?
Je suis une âme perdu
Duxx
Padawan
 
Messages: 8
Enregistré le: 04 Mai 2008
 

Messagepar Darkliser » Sam 17 Mai 2008 - 19:05   Sujet: Re: Fan fic: Le commencement 1

Très bien décrite l'enfance du petit Revan et ta façon d'écrire me plaît beaucoup.
Le seul point négatif est le grand nombre de fautes qui gènent la lecture.

La suite bientôt?
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Revan66 » Dim 18 Mai 2008 - 13:48   Sujet: Re: Fan fic: Le commencement 1

bah les fautes on s'y fait vite^^
mais je dois admettre que l'enfance de Revan et son developpement est magnifiquement raconté,c grandiose!
la suite!!!! (je m'e lasserai pas de cette fic ^^)
Revan66
Padawan
 
Messages: 13
Enregistré le: 07 Mai 2008
Localisation: Perpignan
 

Messagepar Notsil » Dim 18 Mai 2008 - 22:56   Sujet: Re: Fan fic: Le commencement 1

Beaucoup de fautes oui, mais découvrir ainsi l'enfance de Revan reste passionnant.

Juste au passage, on dit "granite" et non granit :wink: (oui c'est un détail, mais la géologue que je suis ne pouvait le laisser passer :P).

En attendant la suite !
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2372
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 


Retourner vers Les Archives (textes inachevés)


  •    Informations