Trahison

Les Fan-Fictions avortées ou à l’abandon depuis plus de six mois sont disponibles à la lecture dans ce sous-forum.

Retourner vers Les Archives (textes inachevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Code 44 » Dim 20 Avr 2008 - 0:09   Sujet: Trahison

Voilà encore une histoire courte pour me faire pardonner de mon manque d'activité sur "Unis".
J'ai eu un peu du mal à l'écrire, j'espère qu'elle vous plaira :)

Le Maître Jedi Sifo-Dyas suivait son ami, le Comte Dooku dans un labyrinthe de tunnels. Ils se trouvaient sur la planète Coruscant, le joyau de la galaxie, symbole de la République.
La République...voilà bien une chose qui touchait Sifo-Dyas et Dooku, peut-être encore plus que la Force. C'était le but qu'ils suivaient tous deux, comme une lumière brillant dans toute la galaxie. La République existait depuis des millénaires, bien avant leurs naissances. La République avait apporté la paix dans une galaxie opprimée par les seigneurs de guerres et les criminels. Les Jedi, haut représentants de la République luttaient pour elle. Sans les Jedi, la République serait tombée, laissant la galaxie en proie aux ténèbres. Mais les ténèbres s'étendaient : petit à petit, comme un ver ronge un fruit, la République s'était putréfiée. Les sénateurs étaient tous plus corrompus les uns que les autres. Même les pouvoirs de Valorum, le Chancelier Suprême ne pouvaient lutter efficacement contre ce mal grandissant. Sifo-Dyas avait essayé de l'aider, de combattre le mal avec encore plus de vigueur mais il avait l'impression de se débattre pour rien. Un peu comme si un Jawa fonçait héroïquement sur un Rancor. Mais tout cela restait des impressions. Sifo pouvait se persuader qu'il se trompait, que la République n'était pas si corrompue. Puis il y eut la crise de Naboo : la Fédération du Commerce, irritée par la taxation des voies commerciales avait fait subir un blocus à la petite planète. Deux Jedi, Qui-Gon Jiin et son padawan, Obi-Wan Kenobi furent envoyés en tant qu'ambassadeurs pour négocier une cessation du blocus. Les Neimodiens, n'hésitèrent pas à tuer l'équipage des Jedi et à essayer de les assassiner. Par chance, ils en réchappèrent. La Fédération décida alors d'envahir Naboo et une immense armée droïde marcha sur Theed, capitale de la planète pour forcer la jeune reine, Padmé Amidala à signer un traité légalisant l'invasion.
Qui-Gon et Obi-Wan réussirent à sauver la reine pour la conduire sur Coruscant. Amidala demanda l'aide de Valorum mais les sénateurs de la Fédération hurlèrent au scandale et réclamèrent une commission d'enquête. Ne pouvant obtenir de l'aide auprès de la République, la reine retourna sur sa planète, accompagnée des Jedi. Ils réussirent fédérer les Gungans et à attaquer l'arme droïde. Par chance, Anakin Skywalker, un jeune garçon sauvé par Qui-Gon réussit à détruire le vaisseau-mère droïde, désactivant l'armée de la Fédération. Tout semblait aller pour le mieux...si Qui-Gon n'était pas mort. En effet, les Neimodiens étaient plus ou moins dirigés par un guerrier Zabrak utilisant un double-sabre. Et ce guerrier n'était autre qu'un Sith. Les Sith avaient disparu il y a presque mille ans de cela. Et Qui-Gon fut tué par ce Sith avant que son padawan ne le tranche en deux. Les nouvelles étaient fort inquiétantes : le retour des Sith n'augurait rien de bon. Et Valorum avait été forcé de démissionner, remplacé par l'ambitieux Palpatine.
Ca faisait deux mois maintenant. Et Sifo-Dyas était inquiet. Inquiet, non seulement par rapport aux Sith mais aussi par rapport à la République. L'affrontement de Naboo avait montré une bonne fois pour toute qu'elle était corrompue. Les idées de Sifo-Dyas étaient assez peu suivies au sein de l'Ordre mais il y avait tout de même une personne qui était d'accord avec lui. La même personne qui marchait juste devant lui. Dooku, comte de Serenno était pour Sifo-Dyas ce qu'on pouvait le plus rapprocher d'un ami. Bien que le Comte ait presque 70 ans, il était encore alerte et ses idées étaient bien connues de l'Ordre. Dooku, tout comme Sifo s'était rendu compte que les Jedi se déshonoreraient à servir une institution aussi corrompue que la République. Mais il avait même fait mieux que son ami puisque Dooku avait purement et simplement quitté l'Ordre. Il était devenu un des « Égarés », un de ces Jedi ayant volontairement quitté l'Ordre pour poursuivre un but encore plus grand. Et le Comte venait de contacter Sifo-Dyas en lui disant qu'il avait quelque chose de très important à lui montrer. Sifo avait été surpris bien sûr, mais Dooku l'avait convaincu. Il l'avait mené dans le quartier industriel, dans le quartiers des Usines. Et ça faisait quelques heures qu'ils marchaient en silence dans le dédale d'un des immeubles. Sifo ne savait pas ce que son ami voulait lui dire. Au bout d'un long moment de silence, il prit la parole :

_Dooku ? Ou allons-nous ?

Le Comte se retourna, l'ombre masquant une partie de son visage.

_Nous sommes arrivés, Maître Sifo-Dyas
Soudain, ils se trouvèrent dans une salle, très haute de plafond. La pièce était remplie de lourdes tentures rouges sang, ornées d'un sceau que le Jedi n'avait jamais vu. Tout indiquait une sorte de temple. Et cet endroit puait le côté obscur. Dooku semblait avoir un sourire satisfait sur les lèvres. Quand Sifo prit la parole, il était très inquiet :

_Dooku ? Où sommes-nous ?

Le Comte écarta les bras, désignant toute la salle :

_Nous sommes là ou l'avenir de la République va se jouer !

Sifo ne bougea pas, restant interdit :

_Que voulez vous dire ?

Une voix douce fit se retourner Sifo-Dyas. Un homme encapuchonné, vêtu d'une lourde bure s'avança vers eux. Son visage était caché dans l'ombre de sa capuche, ce qui dissimulait son identité :

_Le Comte dit vrai, maître Sifo-Dyas. C'est ici que va se jouer l'avenir de la République...et de la galaxie.

Instinctivement, Sifo prit son sabre laser et l'activa. Cet homme était puissant dans la Force mais était rempli d'obscurité. Un Jedi Noir ? L'homme se rapprocha de lui si bien que le Jedi aurait pu d'un simple coup de sabre, le couper en deux.

_Allons, dit Dooku. Le Seigneur Sidious est un allié. Baissez votre sabre.

L'homme en noir sourit et leva la main en signa d'apaisement :

_Non, Comte. Si maître Sifo-Dyas désire me terrasser, qu'il le fasse. Bien que j'ai peur que cela signe la fin de la République.

Sifo-Dyas tiqua : l'homme en noir n'allait rien faire pour se défendre ? Et pourquoi parlait-il de la République ?

_Qui êtes vous, « Seigneur Sidious » ?

La voix était toujours calme et chaude :

_Je suis un Seigneur Noir des Sith.

Immédiatement, Sifo-Dyas abattit son sabre sur la silhouette masquée. Mais juste avant que la lame bleue ne se fraya un chemin dans la tête de Sidious, le bras du Jedi s'immobilisa. Sidious n'avait pas bougé, un sourire sur les lèvres. En revanche, Dooku venait de tendre la main vers lui. Sifo se retourna brusquement vers lui :

_Dooku ! Pourquoi...

La voix du Comte était glacée par rapport à celle du Sith :

_Écoutez au moins ce que le Seigneur Sidious a à vous dire.

La bouche de Sifo forma une moue de dégout :

_Écouter un Sith !

Sidious commença à se déplacer autour de Sifo-Dyas

_Oui maître Sifo-Dyas, je suis un Sith. Est-ce pour cela que vous allez me tuer ? Pour un différend philosophique ?

_Vous êtes maléfique. Vous ne cherchez que le pouvoir !

_Certes. Mais les Jedi ne font-ils pas de même ?

_Les Jedi agissent pour le bien de tous ! Pour le bien de la République ! rugit le maître Jedi

Sidious leva la main pour interrompre Sifo-Dyas. S'en savoir pourquoi, il s'exécuta. Le Sith repris parole de sa voix douce et mielleuse :

_Ah la République...une chose merveilleuse en son temps. Quel dommage quelle soit corrompue et condamnée.

Dooku dut employer toute son énergie pour retenir son ami grâce à la Force

_Corrompue par vous !

Sidious arrêta brusquement de faire les cent pas et secoua la tête :

_Non. Nous sommes les détenteurs de l'antidote qui va guérir la galaxie.

Dooku parla à son tour :

_La République est pourrie, Sifo. Vous le savez, nous en avons souvent discuté.

_Je ne pensais pas que vous étiez allié aux Sith, Comte.

Dooku sembla hausser les épaules :

_Je crains que ce soit le seul moyen de sauver la galaxie

_Que voulez vous dire ?

Sidious repris de sa voix douce :

_Comme nous le savons tous les trois, la République est fichue. Elle va sombrer dans les ténèbres si nous n'agissons pas. La corruption a détruit tout ce qu'il y avait de bon dans la République. Nous devons intervenir.

Le Sith avait raison, bien que Sifo refuse de l'avouer. Bien sûr il aurait dû repousser mentalement Dooku avant de plonger sa lame dans le coeur de Sidious mais il ne pouvait pas se convaincre de le faire. Dooku poursuivit à la place de Sidious :

_Vous ne pouvez nier le fait que vous êtes d'accord avec nous, Sifo. Sinon, pourquoi contacter Kamino pour demander aux cloneurs de bâtir une armée pour la République ?

Sifo-Dyas eut l'impression de recevoir un coup de marteau en pleine figure : ils savaient. Comment étaient-ils au courant ? Palpatine avait bien insisté sur la fait qu'il confiait cette mission secrète à lui-seul. Il avait pris toute les précautions possibles...un sourire légèrement moqueur naissa sur les lèvres du Comte :

_On ne cache rien à un Sith...surtout pas quand ce Sith est Chancelier Suprême

A ces mots, Sidious releva lentement sa capuche pour laisser place au visage de Palpatine. Sifo-Dyas était abasourdi.

_Que ? Chancelier Suprême ? Que signifie ?

Il se surpris à rengainer son arme, tout en s'étonnant à moitié du fait qu'il n'ait pas vu plus tôt que le Comte avait libéré son bras. Palpatine avança jusqu'au Jedi et posa ses mains sur ses épaules :

_Maître Sifo-Dyas...vous devez comprendre pourquoi je vous ai chargé de contacter Kamino. Si nous voulons sauver la République d'elle même, nous allons devoir faire défection.

_Quoi ? Une Rébellion ?

Le Comte marcha jusqu'à lui secouant négativement la tête :

_Pas une rébellion. Une scission. Nous sommes en train de bâtir un mouvement Séparatiste. Quand il sera assez fort, nous utiliserons l'armée clone pour renverser le Sénat et le purger.

Le coeur du Jedi sembla s'arrêter de battre :

_Une guerre...

_Non pas une guerre, dit doucement Palpatine. Nous voulons sauver la République mais cela nous oblige à la détruire momentanément. Pour la rebâtir encore plus forte.

Le Comte leva les bras au ciel :

_Imaginez, Maître Dyas...une République invincible ! Voulez-vous nous rejoindre ?

Sifo se surpris à sourire : il y avait du vrai dans ce que disait les deux hommes : la République était trop corrompue pour être sauvée. Peut-être fallait-il la détruire pour la sauvegarder. Il se surpris aussi à dire :

_Oui...je le veux. Ensemble, nous éradiquerons le mal !

Palpatine eut une grimace de gène.

_C'est à dire que...pour vraiment me servir, il me faut un apprenti.

Dooku pris la parole pour eux deux :

_Mais nous, Seigneur Sidious ! Nous vous serons dévoués !

Palpatine eut un petit rire :

_Ho, je n'en doute pas...mais les Sith suivent la Règle des Deux : il ne peut y avoir que deux Sith. Un maître et un apprenti. L'un pour incarner la puissance, l'autre pour la désirer. La mort du seigneur Maul a laissé cette dernière place vacante.

Sifo sentit alors une horrible brûlure au niveau du ventre. Quand il regarda, il vit que la lame verte du Comte y était plantée de toute sa longueur. Mais ce n'est pas tant cette blessure qui lui faisait autant mal. C'est quand il entendit les derniers mots du Comte :

_Elle ne l'est plus...Maître.

Et il retira son sabre. Sifo-Dyas s'écroula. Il eut à peine le temps de voir son ancien ami s'agenouiller devant Palpatine qui remettait sa capuche :

_Comte Dooku. A partir d'aujourd'hui mon apprenti , vous répondrez au nom de Dark Tyranus.

Et le nouveau Sith de lui répondre :

_Merci...mon maître

Sifo sentit les ténèbres se refermer sur lui quand il entendit à peine Sidious ordonner à son apprenti de rechercher un modèle génétique valable pour l'armée clone. Puis ce fut le noir. Ce n'est qu'à cet instant précis que le Jedi compris qu'il s'était fait avoir. Palpatine ne voulait pas sauver la République, il voulait la détruire. Et Sifo venait de lui livrer le moyen de le faire.

Sifo-Dyas aurait du s'en douter. Après tout, la trahison est l'art des Sith...non ?
Modifié en dernier par Code 44 le Dim 20 Avr 2008 - 15:53, modifié 1 fois.
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Minos » Dim 20 Avr 2008 - 11:54   Sujet: 

Hum...la question que je me pose, c'est le pourquoi de cette mise en scène.
Palpy a manipulé Sifo-Dyas, dont il n'a plus besoin désormais. Donc Sifo-Dyas doit mourir. Mais pourquoi provoquer cette rencontre et tout lui avouer avant de le tuer ?
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Code 44 » Dim 20 Avr 2008 - 12:10   Sujet: 

Parce que j'estime que Dooku et Sifo se valaient.
Palpy voulant un apprenti, il attendait qu'un des deux tue l'autre, ça prouverait son dévoument.
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Minos » Dim 20 Avr 2008 - 12:13   Sujet: 

D'ac, je comprends mieux. Du coup, je pense que les motivations des uns et des autres auraient gagnées à être plus développées. :wink:
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Code 44 » Dim 20 Avr 2008 - 12:16   Sujet: 

Bah disons que j'étais légèrement dans les vappes quand je l'ai finie hier soir (ou ce matin très tôt :lol: ) et j'avais pas envie de tout reformuler^^
Mais c'est vrai qu'à la relecture, ça va trop vite. Je changerais tout ça...plus tard^^
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Darth_Vader_2.0 » Dim 20 Avr 2008 - 14:27   Sujet: 

Bien écrit, facile à lire et intéressant.
Darth_Vader_2.0
Jedi SWU
 
Messages: 80
Enregistré le: 19 Jan 2006
Localisation: France
 

Messagepar Code 44 » Dim 20 Avr 2008 - 15:51   Sujet: 

Ah ? Merci :lol:
(perso, j'me suis un peu auto-déçu sur ce coup là :( )
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar AJ Crime » Dim 20 Avr 2008 - 22:05   Sujet: 

Prenant en compte ton état de fatigue avancé à la finition de cette nouvelle je vais m'exprimer ici pour t'aider à paufiner si je le peux...

Plutôt bien écrit tout cela, je ne te connaissais pas encore code44 mais j’aime. Quelques petites remarques d’ordre général si je puis me permettre : tu pourrais découper un peu plus tes paragraphes d’introduction (je le sais j’ai le même défaut) et le verbe être (était) est utilisé trop souvent cela alourdit un peu le style. Même s’il n’est pas toujours aisé de le remplacer.

Quelques remarques orthographiques si tu en attends, si non tu peux passer à la fin


code44 a écrit: Ils réussirent fédérer les Gungans et à attaquer l'arme droïde.
« Armée droïde » non ?

code44 a écrit:Tout semblait aller pour le mieux...si Qui-Gon n'était pas mort.

Le « Si » me gène un peu, la négation qui suit pourrait être mal interprétée « Mieux dans le meilleur des mondes … sauf que Qui-gon y avait laissé sa vie » par exemple, mais moi je dis ça je dis rien.

code44 a écrit:de sa capuche, ce qui dissimulait

« sa capuche dissimulant son identité » pour être un peu moins rigide…. ? ? ? ?

code44 a écrit:la main en signa d'apaisement

en signe avec un « e » non ? bien que signe soit répété dés la phrase suivante.

code44 a écrit:bleue ne se fraya un

« ne se fraye » me semble plus juste mais je n’en suis pas certain…

code44 a écrit:Dooku venait de tendre la main vers lui. Sifo se retourna brusquement vers lui

« Vers lui » deux fois…. ? ? ? ?

code44 a écrit:S'en savoir pourquoi

« sans » je pense.

code44 a écrit:Palpatine avait bien insisté sur la fait qu'il confiait

« Le fait » également.

code44 a écrit:un sourire légèrement moqueur naissa sur les lèvres du

« naquit » me semble plus correct à voir.

code44 a écrit:Il se surpris à rengainer son arme

« surprit » no comment ? ? ?

code44 a écrit:Sifo se surpris à sourire / Il se surpris aussi à dire :

Encore ? ? « surprit » je suis en train de me remettre en question là…

code44 a écrit:Dooku pris la parole pour eux deux

« prit » là je suis sûr de moi

code44 a écrit:que le Jedi compris

« comprit. » la troisième personne du passé simple te poserait-elle des problèmes ?

Les dialogues sont un peu succincts mais cela donne une pointe d’action dans l’échange. C’est loin d’être désagréable même si comme Minos et toi-même je pense que tu aurais pu fouiller un peu plus. En revanche, je vois très bien pourquoi palpy orchestre cette rencontre, mettre Dooku en avant et le pousser vers une nouvelle étape en le mettant face à un adversaire qui se disait être son ami et ainsi prouver sa valeur à servir le côté obscur. J’ai adoré ce retournement de situation et l’avènement du comte…
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Code 44 » Dim 20 Avr 2008 - 22:17   Sujet: 

Je prend note de tes conseils et je corrigerai le tout demain.
Là pas le goût -surtout que j'ai réussi à me remettre à "Unis", alors :lol: )
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Notsil » Lun 21 Avr 2008 - 17:24   Sujet: 

Lu aussi ^^

En effet les pensées des personnages auraient mérité un peu plus de développement, notamment au niveau de sidious, pour justifier le fait qu'il hésite entre les 2 hommes.

Quelques fautes encore ^^ :

Les Jedi, haut représentants

->hauts

Mais les ténèbres s'étendaient : petit à petit, comme un ver ronge un fruit

->rongeait, autant rester au passé.

Puis il y eut la crise de Naboo

->il y avait eu sonne mieux je trouve ^^

Ils réussirent fédérer les Gungans et à attaquer l'arme droïde.

->à fédérer...et armée, mais déjà vue par AJ ^^

Les Sith avaient disparu il y a presque mille ans de cela.

->un présent pour indiquer un fait antérieur à une action au déjà au plus que parfait...pourquoi ne pas dire "les Sith avaient disparu mille ans auparavant" par exemple ? ^^

dans le quartiers des Usines.

->le quartier ou les quartiers

Ou allons-nous ?

->Où (chipotons ^^)

Nous sommes là ou l'avenir de la République

->où (idem^^)

Le Sith repris parole de sa voix douce

->reprit

Sidious repris de sa voix douce :

->reprit

sur la fait qu'il confiait cette mission secrète à lui-seul.

->pas besoin du tiret

Il avait pris toute les précautions

->toutes

un sourire légèrement moqueur naissa sur les lèvres du Comte :

->c'est bien "naquit" ^^

Il se surpris à rengainer son arme

->surprit - la série déjà vue par AJ, mais comme j'ai pas tout noté...^^

Sifo se surpris à sourire

->idem

il y avait du vrai dans ce que disait les deux hommes

->disaient

Il se surpris aussi à dire :

->surprit - ils se surprennent beaucoup dans cette partie ^^

Quand il regarda, il vit que la lame verte du Comte y était plantée de toute sa longueur.

->hum, c'est pas un truc genre "jusqu'à la garde" que tu voulais dire ?
Parce que bon, un corps humain est moins large que la longueur d'un sabrelaser en général...à moins qu'il plante sa lame de travers ? ^^

. Mais ce n'est pas tant cette blessure qui lui faisait autant mal.

->ce n'était...et j'enlèverai soit le "tant" soit le "autant", ça surcharge un peu ^^

C'est quand il entendit les derniers mots du Comte :

->Ce fut

Ce n'est qu'à cet instant précis que le Jedi compris

->Ce fut à cet instant précis que le Jedi comprit / Ce ne fut qu'à cet instant précis que le Jedi comprit

Valà, ça reste très sympa à lire sinon ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2372
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Den » Mer 23 Avr 2008 - 9:08   Sujet: 

Voici une jolie histoire sur Sifo-Dyas.
L'histoire est plutôt bien écrite.
Je suis d'accord avec mes collègues sur le fait que les pensées des persos auraient gagnées à être plus fouillée.
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5316
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 


Retourner vers Les Archives (textes inachevés)


  •    Informations