[Recueil SWU #4:] Les Batailles de Coruscant

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Darkwilliam » Mer 22 Aoû 2007 - 23:12   Sujet: [Recueil SWU #4:] Les Batailles de Coruscant

Chose promise, chose dûe. 8)

Le Staff FF après réflexion et débat a donc décidé de vous proposer le sujet suivant: Les Batailles de Coruscant. Afin de permettre à chacun d'utiliser l'idée qui lui semble la plus judicieuse et donc de favoriser l'imagination du plus grand monde, nous avons décidé de ne pas nous focaliser sur une seule Bataille de Coruscant, mais sur quatre!

Quitte à faire les choses, autant les faire en grand. 8)

Voici donc les affrontements qui ont été retenus et sur lesquels vous allez pouvoir faire chauffer vos claviers. Attention, nous ne retenons à chaque fois que l'aspect de la guerre qui a concerné Coruscant et pas le conflit dans son intégralité bien entendu!

1-La Guerre de l'Hyperespace.
2-La Guerre des Clones.
3-La Reconquête par l'Alliance Rebelle.
4-La Reconquête par l'Alliance Galactique.

Nous avons également décidé de limiter à chaque fois le temps pour vous pencher sur chaque bataille. Ainsi, vous aurez 3 semaines pour chaque bataille, au bout desquelles, nous passerons à la période suivante et ainsi de suite. Si vous comptez bien, ce recueil s'étendra donc normalement sur 3 mois. Attention, il faut jouer le jeu. Lors des 3 premières semaines, nous allons nous pencher sur la Bataille de Coruscant lors de la Guerre de l'Hyperespace. Il ne faut donc pas poster une nouvelle sur une autre période.

Faisons dès à présent un petit descriptif de chaque bataille pour que tout le monde puisse s'y retrouver:

1-La Guerre de l'Hyperespace:
Elle oppose l'Empire Sith de Naga Sadow à la République Galactique près de 5000 ans avant la Bataille de Yavin . Les forces de la République sont menées par Memit Nadill, aidé par les Jedi. Ces derniers remportent la victoire après avoir pris conscience qu'une grande partie de l'armée de Sadow n'est qu'une illusion.
Plus d'infos ici:
http://starwars.wikia.com/wiki/Battle_o ... ace_War%29

2-La Guerre des Clones:
Est-il nécessaire de décrire cette bataille qui se déroule en -19? Pour rappel, elle oppose la Confédération des Systèmes Indépendants menée par le Comte Dooku et le Général Grievous à la Grande Armée de la République, menée par l'Ordre Jedi. Le Chancelier Palpatine est un des enjeux de cette bataille, remportée finalement par la République.

3-La Reconquête par l'Alliance Rebelle:
Après la bataille d'Endor, les Rebelles reprennent Coruscant aux Impériaux suite à la mission d'infiltration et de sabotage des boucliers planétaires par l'escadron Rogue. Mais attention, Isard a laissé un cadeau empoisonné aux Rebelles...

4-La Reconquête par l'Alliance Galactique:
La prise de Coruscant par les Yuuzhan Vong avait causé un immense traumatisme, dont la Nouvelle République ne se releva pas. En revanche la reconquête par l'Alliance Galactique en +29 signe la victoire finale contre les envahisseurs et la défaite du Seigneur Shimrra.

Vous l'avez compris, vous allez donc devoir traiter l'aspect que vous souhaitez dans ces différentes batailles qui ont marqué l'histoire de Coruscant. Vous pouvez choisir le camp que vous voulez, les persos que vous voulez (militaire, civil, Jedi, Sith, Yuuzhan Vong, Séparatistes, Impériaux, Rebelles...) et l'intrigue que vous souhaitez. Mais bien sûr, l'action doit se dérouler sur ou autour de Coruscant et respecter l'UE!

Pour le reste des consignes, c'est du connu maintenant! L'orthographe doit être soignée, le style propre et plaisant à lire, bref, écrivez nous de bonnes petites nouvelles. :)

Voilà messieurs dames, le recueil numéro 4 est en marche. Et on commence donc pendant 3 semaines avec la Guerre de l'Hyperespace!

Et c'est partiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!! 8)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Minos » Jeu 23 Aoû 2007 - 0:49   Sujet: 

Cool, sujets bien sympas, différentes périodes à traiter...encore de la gaieté, de la joie et de la bonne humeur au programme ! :D
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Kieffer » Jeu 23 Aoû 2007 - 7:56   Sujet: 

Pour les auteurs souhaitant se pencher sur La Guerre de l'Hyperespace et voulant en connaitre tous les tenants et aboutissements je leur conseille la lecture de la quadrilogie "Légendes des Jedi" parue chez Dark Horse France et comprenant les quatre tomes suivants:
-Les Seigneurs des Sith
-L'Age d'or des Sith
-L'Empire des Sith
-La Guerre des Sith

Par avance, bonne chance aux futurs auteurs, je leur souhaite vivement de nous produire de captivantes nouvelles. :wink:
Kieffer
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 175
Enregistré le: 26 Juil 2006
Localisation: France
 

Messagepar Darkwilliam » Jeu 23 Aoû 2007 - 10:10   Sujet: 

Merci Kieffer! :wink:

Tiens au fait, je ne l'ai pas précisé véritablement mais vous n'êtes bien entendu pas obligé de parler de l'affrontement militaire en lui même hein! Vous pouvez développer une intrigue à part mais où la bataille est en toîle de fond et/ou joue soudainement un rôle! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dark-Solaris » Jeu 23 Aoû 2007 - 12:56   Sujet: 

ouh la.

Tres tres bonne idée de faire plusieurs époques en 1 recueil !!

Par contre La Guerre de l'Hyperespace, moi personnellement je n'y connais rien. ton lien DW aide un peu, mais pas assez pour respecter pleinement l'UE...

Le temps de trouver et lire Légendes des Jedi, de former ses idée set de commencer à les mettre en place, les 3 semaines seront passés... donc heu moi je crois je ne vais pas faire la 1ere bataille...

les autres sont déjà plus realisables (possedant les romans).

bon, je vais essayer de faire quelque chose de bien ici quand meme... pas comme l'O66 où mes nouvelles etaient moyenne, ou la Mort de l'Empereur où je n'ai pas participé, ou la Destruction d'Alderaan où j'ai ecrit une nouvelle plutôt pitoyable... ^^.

bonnes chances à tous !
Dark-Solaris
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 320
Enregistré le: 13 Fév 2005
Localisation: Aldera
 

Messagepar Evangile » Jeu 23 Aoû 2007 - 13:58   Sujet: 

Concernant la Guerre de l'Hyperespace je suis un peu comme Dark-Solaris. Cependant, venant tout juste de terminer Labyrinth of evil je frémis rien qu'à l'idée de réaliser un écrit quant à l'attaque de Coruscant pendant les guerres cloniques !

:wink:
Evangile
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 110
Enregistré le: 23 Mai 2007
 

Messagepar Titi77 » Jeu 23 Aoû 2007 - 14:55   Sujet: 

Yes ! Un nouveau recueil !
4 idées à trouver ! 4 défis ! Comme les quatre mousquetaires quoi :)
Et avec la période NOJ en partie \o/
Bon, comme disait un homme célèbre (ou pas) "All I need is an idea"...
En tout cas, je rassure les gens qui ne connaissent pas Tales Of The Jedi, le récit de la bataille est assez "succint" car l'action principale de la bd se passait sur Koros Major. Par contre ça donne une bonne description visuelle. A ce propos, la fresque dans le bureau de Palpy ne vient t-elle pas de cette bataille ?
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar Darkwilliam » Jeu 23 Aoû 2007 - 18:56   Sujet: 

Tiens, je me demandais si certains allaient oser faire une nouvelle pour chaque bataille! Beau défi en effet! 8)

Pour la participation des membres sur le sujet de la Guerre de l'Hyperespace, le staff se doutait bien que c'était très certainement la période la moins maitrisée. Toutefois Vile a insisté pour qu'on puisse avoir l'occasion de se pencher sur cette époque pour ceux qui le souhaitent! :wink:

P.S: Ravi que le sujet plaise! 8)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Kalax Undrogan » Ven 24 Aoû 2007 - 16:10   Sujet: 

Ca me botte...mais il faut choisir l'une des batailles, ou écrire sur les 4 ? Dans n'importe quel cas, je suis partant ! :lol: C'est la première fois que je travaille sur un recueuil !
Moi j'crois pas aux vampires, et j'y croirais jamais, mais j'crois ce que mes yeux voient, et mes yeux c'qu'ils ont vus, c'était des vampires !
Kalax Undrogan
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 92
Enregistré le: 19 Juil 2007
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 24 Aoû 2007 - 16:34   Sujet: 

Euh...tu fais ce que tu veux! Une, deux, trois ou quatre, c'est toi qui choisit hein! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Kalax Undrogan » Ven 24 Aoû 2007 - 20:57   Sujet: 

Les quatre ? :lol: No n je deconne, jpense que je pourrais mieux m'imiscer dans une époque que je connais mieux, donc c'est soit celle de RDS ou de la Nouvelle République ! :)
Moi j'crois pas aux vampires, et j'y croirais jamais, mais j'crois ce que mes yeux voient, et mes yeux c'qu'ils ont vus, c'était des vampires !
Kalax Undrogan
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 92
Enregistré le: 19 Juil 2007
 

Messagepar Gonau Wocou » Mar 28 Aoû 2007 - 14:13   Sujet: 

Ah ouais quand même... Il ne me rete plus qu'a trouver l'inspiration... Enjoy!



-----------------------

300!!!! :D :D :D
Si tu veux la paix, prépare la guerre...
Gonau Wocou
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 363
Enregistré le: 01 Oct 2006
Localisation: Saint-Etienne
 

Messagepar Kalax Undrogan » Mar 28 Aoû 2007 - 15:52   Sujet: 

Lol, pour ma part j'ai commencé this morning un texte sur celle de la guerre des clones ! :lol: :lol: Paix !
Moi j'crois pas aux vampires, et j'y croirais jamais, mais j'crois ce que mes yeux voient, et mes yeux c'qu'ils ont vus, c'était des vampires !
Kalax Undrogan
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 92
Enregistré le: 19 Juil 2007
 

Messagepar Titi77 » Lun 03 Sep 2007 - 22:01   Sujet: 

Tadaaaaaa !
Après moult réflexions, pages et corrections, voici ma (première je l'espère) contribution à ce recueil. Une histoire narrée dans un ton qui change un peu de mes productions habituelles pour une fois. ;) On y trouve un sénateur républicain observant l'invasion Sith et craignant - à juste titre - pour sa vie. Mais tout ne se passera pas comme on le pense... :sournois:
Bonne lecture à tous.

==============


La (tentative de) Revanche des Boulets

Coruscant, sous un bureau au dernier étage d'un immeuble


Terrifié. L'homme était terrifié. Il n'avait jamais eu aussi peur de sa vie. Caché sous un bureau, il entendait son coeur battre comme les tambours indigènes appelant le Roi Kong. Pire qu'une rave party de fin d'été : une vraie pluie de bombes. D'ailleurs, c'était ça qu'il y avait dehors : une pluie de bombes.
Donc, notre homme avait peur. Point n°1.
Point n°1 bis : l'observateur averti remarquera sûrement sa toge de bonne coupe et sa coiffe (ridicule) rehaussée d'or et de pierres précieuses.
Point n°1 ter : en faisant appel à d'excellentes connaissances du who's who de Coruscant (ou à la version starwarsienne de Google (tm)), l'observateur averti – toujours lui – constatera aussi qu'il s'agit d'un sénateur. Et pas n'importe quel sénateur. Pas parce qu'il était célèbre ou chef d'une quelconque commission mais parce qu'il représentait un système paumé dont personne n'avait rien à f... La preuve ? Il s'agit du sénateur Raspoutchik représentant le système de Zhxamtstplrrt'avicéduraprononcé (à tes souhaits, ami lecteur. NDLA).
Donc, il était terrifié (point n°1).
« Le Schtroumpf à lunettes ( (c) Peyo) me fera remarquer qu'on n'a pas beaucoup avancé depuis le début, déclara le narrateur.
- On n'a pas beaucoup avancé depuis le début, remarqua le Schtroumpf à lunettes ( (c) Peyo).
- Certes, répondit le narrateur.
- Alors pourquoi on n'avance pas ? Le lecteur se fout qu'on récapitule la même chose trois cent fois d'affilée ! Allez hop, au boulot ! D'ailleurs le Grand Schtroumpf dit toujours que... »
<Bruit de massue s'abattant sur la tête d'un Schtroumpf, suivi de l'écrasement d'une paire de lunettes à l'aide d'un rouleau compresseur>.
« Aieuh ! Mais pourquoi est-il si méchant ?, S'insurgea le Schtroumpf à lunettes.
- Parce que l'auteur veut faire comme ça et l'auteur a toujours raison. Point. », conclut le narrateur en menaçant le Schtroumpf à lunettes à l'aide d'un blaster (NDLA : toute résistance est inutile, le mieux pour le lecteur est donc de continuer à lire sans faire de vagues.).

Pourquoi le sénateur – appelons-le ainsi – était-il terrifié ?
Il redoutait d'être la prochaine victime d'un conflit qui avait débuté quelques heures auparavant (point n°2 et... Ok, j'arrête). Il s'était rendu à une session extraordinaire du Sénat, dont l'objet était d'écouter l'avertissement du Jedi Memit Nedill à propos de la Menace Sith. Évidemment, personne n'y croyait, puisque les Jedi déchus avaient été bannis il y a bien longtemps (NDLA : Ta ta tatataaaaa... Heu... Attendez... Désolé.). D'ailleurs, ils s'étaient bien marrés quand Odan Urr (mais quelle tronche de cake ! Et ces incisives qui lui sortaient de la bouche, arf !) avait tenté de faire de même, et oui : on ne rigole pas trop lors d'une session du sénat républicain. Le problème était que cette menace passa de fantômatique à bien réelle avant même que Memit n'ait atteint le hall du Sénat. Le sénateur, lui, était encore dans son bureau, occupé à ingurgiter une grande quantité d'alcools divers et variés et à faire des trucs pas catholiques avec ses secrétaires, histoire de tuer le temps avant la session. Elles étaient particulièrement excitées par ses mains qui... [ NDLA : l'auteur choisi de ne pas en dire plus afin d'éviter de heurter la sensibilité des plus jeunes.]. De fort occupé, notre sénateur passa à complètement estomaqué quand il vit une immense flotte d'invasion obscurcir le ciel de la capitale républicaine. Sa terreur augmenta encore quand cette petite dizaine de milliers de vaisseaux (la force principale étant partie pour le système Tetan, je vous le rappelle. Et ouais, prendre Coruscant n'était qu'un bonus pour les Sith de l'époque. Mais allez faire comprendre ça au vieillard cloné n fois et à ces masos de Vong. Aaah, l'intelligence des anciens. Enfin, bref.), se mit à bombarder la ville et à larguer des barges de débarquement, genre essaim de frelons dérangés pendant la sieste. Il voulut serrer ses secrétaires pour s... - les rassurer – mais elles avaient déjà pris la poudre d'escampette (qui traînait sur la table). Il ne trouva donc qu'une bouteille de cognac qu'il vida d'un trait, sans effets secondaires. [ NDLA : Et oui, le MJ m'informe que les stats du sénateur sont de 17 + 6 en constitution, ce qui l'immunise effectivement contre les effets de l'alcool, à part « un léger picotement au bout des doigts ».]
Ensuite, le cri de guerre de l'armée Sith (SADOW !) eut raison de sa témérité (ouais, même les sénateurs républicains en ont) et il se terra sous son bureau, en espérant que les envahisseurs le laisseraient en paix. Évidemment, l'auteur avait fait en sorte que ce ne soit pas le cas et, depuis une dizaine de minutes, un groupe de guerriers Massassi menés par un Seigneur Sith massacrait allègrement (il allaient pas y aller en pleurant non plus, sinon c'est pas gagné hein...) les occupants de l'immeuble. Évidemment (toujours), l'auteur ne voulait pas se débarrasser de ses tics d'écriture (enfin pas dans ce cas là) et avait fait en sorte que les guerriers Massassi se rapprochent du bureau du sénateur, histoire de faire progresser l'intrigue – non mais, hein.

***


Coruscant, en bas de l'immeuble où se planque notre cher sénateur


Hkrimloh'Vatoupaytay était un Seigneur Sith « mineur ». Pour tout plein de raisons dont voici un extrait :
- il était plus petits que ses fidèles et robustes Massassi (le haut de son casque à cornes arrivait au niveau de leur menton);
- il avait un domaine mineur (un petite planète avec peu de ressources et encore moins d'esclaves);
- et son importance aux yeux des autres Seigneurs était – roulement de tambours – mino... reminnin... minaro... minaret.... minimum... oh et puis [CENSURE par l'auteur]. Une importance négligeable (et toc).
Comme de juste, il n'était pas satisfait de cet état de fait et faisait tout pour le changer (faire la Revanche du Sith quoi). Il avait ordonné à ses Massassi de faire en sorte de massacrer tout ce qui bougeait et de piller ce qui pouvait l'être. Quand il avait constaté que cet immeuble était habité, il avait mené ses fidèles serviteurs à la charge, égorgeant ainsi quelques animaux de compagnie pour en accrocher les organes vitaux aux étendards de son domaine. (Une charge de Massassi, c'est violent, primitif et beau ; un peu comme une armée d'Uruk Hai qui tape sur le sol avec ses lances par une nuit d'orage) Bien entendu, plusieurs horloges à pendule furent réduites à l'état de confettis malgré une résistance acharné du carillon sonnant l'heure (pauvres horloges, mais une horloge à pendule, ça bouge).
De l'entrée de l'immeuble, il observa en souriant ses hommes mettre à sac chacune des pièces pendant que d'autres torturaient les crétins de civils qui s'étaient rendus (c'est bête un civil) et que d'autres serviteurs lui amenaient le matériel indispensable pour la suite de la conquête. Hkrimloh sourit et ordonna que son « fidèle » conseiller-lécheur-de-bottes-serviteur-boulet-à-tout-faire, dénommé Reyvakse, lui soit amené sur le champ.
« Vous m'avez appelé Maître ?, déclara t-il en s'inclinant bien bas dans un bruit de vertèbres soumises à un effort trop important mais comme c'était pas la première fois, il avait l'habitude le bougre.
- Oui, vermine ! », répondit le Sith, confortablement installé sur sa chaise longue et sirotant un cocktail de sang et d'esclaves féminines sacrifiées à la pleine lune tandis qu'une autre esclave tenait un parasol pour lui faire de l'ombre (la claaaaaaaaaasssssssssse quoi).
« Je veux que tu m'apportes le chef des imbéciles qui se sont retranchés au dernier étage de ce bâtiment. Prends 12356897648,42 guerriers avec toi.
- Oui oui oui oui Maître. A vos ordres Maître. Tout de suite Maître. Comme vous le désirez Maître.
- Ensuite, dépêche-toi. Une fois ceci fait, nous pourrons fêter la victoire. Enfin, moi je fête et toi, tu me sers de repose-pieds, vil serviteur.
- Heu... Oui Maître.
- Mes collègues contempleront ma puissance et alors je pourrais me venger d'avoir été relégué à la table des enfants lors des repas de famille, MOUHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHA... HAHAHAHAHAHAHH ! » (Le narrateur a coupé quelques pages de rires démoniaques pour éviter que vous, amis lecteurs, ne perdiez patience.)
En fait, Hkrimloh qui – on l'a déjà dit – n'était qu'un Seigneur Sith mineur n'avait aucun pouvoir réel dans l'Empire Sith et ne faisait qu'appliquer le plan (génial) de son chef (Naga Sadow pour ceux qui ne connaîtraient pas les Tales Of The Jedi).
En tout cas, en bon grand méchant qui se respecte, il laissait les sous-fifres faire le sale travail. Il faut bien avouer que c'est mieux d'être méchant puisqu'en étant gentil, on doit tout faire tout seul – y compris la vaisselle et le ménage. L'horreur quoi ! Il sourit en constatant que ses troupes s'amusaient bien et décida d'allumer la radio pour savoir comment le reste de la bataille se déroulait. Il apprit que le dernier point de résistance adverse était le parvis du sénat. « Bonne nouvelle, le conflit sera terminé pour le dîner et on aura plein de prisonniers à torturer. Je pourrais même hériter d'une dizaine de mondes à exploiter et des prisonniers à écorcher pour refaire le cuir de mon canapé. Comme ça, je n'aurais plus à rougir du mobilier en cuir humain de cette chère Dark X puissance 24274472094729724. Le pied. »
(NDLA : Les connaisseurs auront remarqué que le personnage de Dark X puissance 24274472094729724 et son canapé en peau d'humain ressemble beaucoup à celui de Dark X² et Dark X et leurs canapés en peau de Jedi, décris dans La Gueguerre des Étoiles et La Gueguerre des Étoiles 2 – La Saga Continue !, fan fictions parodiques écrites par un grand nombre d'écrivains dont les noms sont d'ores et déjà passés à la postérité. L'auteur ne fera aucun commentaire sur ses sources d'inspiration, mais sachez que ce n'est pas une coïncidence).

***


Coruscant, dernier étage du fameux immeuble


Au même moment, Reyvakse et ses Massassi se rapprochaient du dernier bureau non pillé de l'immeuble. Il fit signe à l'un de ses hommes qui alla frapper à la porte et ordonna :
« Ouvrez ! Au nom des Sith !
- Vous faites erreur ! Y a personne ici ! », leur répondit une voix étouffée.
Dépités, ils repartirent et s'apprêtaient à sortir du bâtiment lorsque Reyvakse eut un éclair de génie :
« Mince ! On a oublié de piller le bureau ! »
Et, se retournant vers les guerriers, il reprit une formule consacrée, crée à l'aube des temps, simple à comprendre et très poétique aux yeux de certains :
« CHAAAAARRRGEEEEEZ !! », et gravit les escaliers quatre à quatre. Il avait juste oublié deux choses :
- l'immeuble faisait 247 étages,
- ses guerriers étaient plus rapides que lui.
Partant de ces hypothèses, l'esprit scientifique sommeillant en chacun de nous n'aura guère de peine à arriver aux conclusions suivantes :
- Reyvakse fut essoufflé à partir du troisième étage,
- étant essoufflé, il dut ralentir et fut rattrapé, puis piétiné par les troupes qu'il menait (ouais, des guerriers Massassi, c'est un peu comme des Lemmings : ils avancent, point. La seule différence : ils mordent).
Une fois les 239 étages restants péniblement gravis par son corps meurtri, Reyvakse put courageusement mener le pillage du bureau et la capture de son occupant depuis l'arrière de la ligne de front. Notre pauvre sénateur fut assez terrorisé par l'apparence simiesque (et barbare) de ses gardiens pour tomber dans la caisse de pommes déposée là par un auteur qui s'est rendu compte que les pommes n'existaient pas dans la galaxie Star Wars (ça lui évite aussi de salir son costum... de se faire inutilement blesser en tentant de se débattre. Pas bête la guêpe, enfin le sénateur).
« Il a l'air important chef : il a un chapeau en or, déclara un vieux Massassi.
- Amenez-le devant le Maître.
- A vos ordres. »
Quelques minutes plus tard, un seau d'eau glacée réveilla notre ami politicien tandis que le Sith le fixait intensément, sourire débile et bave aux lèvres.
« J'ai un sénateur républicain en mon pouvoir ! Mouhahahah ! Tu seras torturé à mort ! Avec des raffinements de cruauté ! Et je deviendrais alors un vrai Seigneur Sith ! Et j'me vengerais ! Mouhahaha !
- Mais... vous ne voulez pas que j'avoue ce que je sais ?
- Pour quoi faire ? On va tout détruire de toute façon !
- Ah heu...
- Allez, au travail vous autres, torturez-moi ça ! »
Le sénateur retomba dans les pommes (ben oui, il n'est pas sorti de sa caisse, les Massassi ont trimbalé le tout car ça à l'air de se manger ces trucs là et on pourrait y cuire le type, ça éviterait de faire se déplacer le chef cuistot du Seigneur) quand il vit ses bourreaux s'avancer vers lui (il ne supportait pas la violence).
« Tapette ! », lança ironiquement Hkrimloh. Il ordonna à ses hommes de commencer le travail.

Normalement, le sénateur Raspoutchik était condamné. Mais c'était sans compter sur la terrifiante Deus Ex Machina de la bataille : Naga Sadow fut distrait dans sa méditation (bonjour la concentration, pff j'vous jure...) et les trois-quarts des forces d'invasion Sith – qui n'étaient qu'illusions – disparurent. Le reste eu peur et prit la fuite, la queue entre les jambes.
Sur Coruscant aussi, bien entendu. Ceci sauva le sénateur car ses bourreaux n'étaient pas réels et les autres guerriers suivirent le mouvement général de fuite fissa non sans avoir consciencieusement piétiné à mort Reyvakse. Hkrimloh se retrouva face à face (enfin casque à menton car il était petit, on l'a déjà dit) avec un sénateur dont l'expression stupéfaite se traduisait dans toute sa force et toute sa beauté par ce petit mot : « Gné ? »
De rage, le Sith dégaina son épée et voulut frapper l'humain devant lui mais une malencontreuse suite d'événements survint :
- il glissa,
- son épée lui échappa des mains,
- par réflexe, son adversaire attrapa l'arme,
- et le Sith vint s'empaler sur la pointe de l'épée.
Le politicien tomba encore une fois dans les pommes (ben oui : il n'était toujours pas sorti de la caisse, c'est pas comme si il avait le temps, c'est occupé un politicien) à la vue de ces cinquante huit litres de sang se répandant sur le sol (mais quelle violence ! Ça mérite au moins une interdiction aux moins de 18 ans. Note De La Censure).


FIN


Enfin, non pas tout à fait.
Tout d'abord, l'auteur tient à préciser que seul le narrateur fut maltraité durant l'écriture de cette histoire.
Ensuite, le seul personnage survivant – le sénateur – fut confondu (ça arrive) avec un héros de guerre et nommé chancelier un mois plus tard. Ses ministres se rendirent rapidement compte que c'était un boulet (un de plus) et deux jours après son élection, un malencontreux croc en jambe le fit chuter dans une cage d'escalier et mit fin à sa carrière politique (à ses jours aussi par la même occasion).
Moralité : l'abus d'alcool est dangereux pour la santé.
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Lun 03 Sep 2007 - 23:00   Sujet: 

:shock:


:perplexe: :x


:cry:


Passé la surprise et la souffrance, vient le désappointement et la question de fond : C'est quoi ce truc ???

Rigoler un bon coup, je veux bien...rien de telle qu'une bonne poilâde pr se dérider...mais là...je vois sincèrement pas ce que ce "truc" vient faire au sein d'un recueil SWU.

Je respecte ta production intellectuelle...mais je dis qu'elle aurait plus sa place en....HdF ou bien encore dans un refuge pour courtes Fic' à tendance humoristique...


Concernant mon point de vue tout à fait personnel (ce qu'il y a au-dessus l'est aussi, personnel, mais je n'y parle pas trop du fond).

Je trouve que ton texte est beaucoup trop confus, relativement mal écrit (les phrases se suivent sans bcp de sens, le vocabulaire est relativement pauvre et souvent redondant...) et enfin, je n'ai pas trouvé cela particulièrement drôle alors que je pense que le but était de faire sourire... Mise à part une ou deux fois, ça n'a produit aucun effet de ce genre sur moi...


Peut-être que d'autres apprécierons, moi, je passe. :wink:
Raphus cucullatus

- End of line -
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9891
Enregistré le: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar Django » Lun 03 Sep 2007 - 23:47   Sujet: 

Titi qu'avais-tu fumé avant d'écrire ce texte? Je n'ai lu que le début (2 paragraphes) mais j'ai abandonné car cela n'apporte rien. Tu devrais reprendre ce texte et le réécrire sans mettre d'humour à toutes les phrases.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Minos » Mar 04 Sep 2007 - 20:42   Sujet: 

En fan de parodies et autres délires, moi j'aime bien, ce qui n'étonnera pas grand-monde :D Malgré un style un peu trop ampoulé par moments, il y a des références diverses et variées, et je trouve ça sympa.
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Den » Mar 04 Sep 2007 - 20:48   Sujet: 

:shock: Minos sort du corps de Titi! :shock:
**attrappe Titi et lui met la camisole**
Blague à part, Les parodies me plaisent (c'est probablement l'effet Gueguerre et Minos :lol: ) donc j'ai pris du plaisir à te lire, cependant, un petit truc m'ennuie: Parfois l'humour nous empêche de suivre la progression de l'histoire.
Mais c'est aussi un des points fort de l'humour, nous faire tourner en bourrique :x
En gros j'aime plutôt bien 8)
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5316
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Titi77 » Mar 04 Sep 2007 - 20:52   Sujet: 

voups
Alors effectivement, j'admet que ce texte a été écrit trop rapidement ce qui doit déjà expliquer une partie des problèmes de phrase et de vocabulaire que Dolarn a constatés.
En plus, il est le premier où je tente de changer de mon "registre" habituel (à savoir essayer de faire sourire), preuve que n'est pas humoriste qui veut.
J'ai aussi voulu surcharger le texte pour forcer le "ton parodique" mais ça n'a pas spécialement abouti, en relisant sous un oeil nouveau, je remarque effectivement que... bah j'ai encore des trucs à apprendre dans ce genre là.
En bref, j'ai du boulot de refonte sur les bras :) Je pense que je vais "retirer" ce texte jusqu'à nouvel ordre.

PS : un grand merci à ceux qui ont aimé ! Et un aussi grand aux autres, pour m'avoir montré qu'on a toujours du travail ;)
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar AJ Crime » Mer 05 Sep 2007 - 22:59   Sujet: 

Salut,

Le thème me botte et j'ai donc commencé une petite nouvelle (sérieuse) sur la bataille de Coruscant pendant le guerre de l'hyperespace. Promis ça sera court, mais pas trop. Avec de l'action et pas trop de réflexions théologique sur les pourquoi et les comment pour cette fois.

Seul hic, puisqu'il y en a un, c'est que ce WE je Baptise mon fils et que je ne sais pas si je vais réussir à boucler le texte dans les délais avec les recherches (compliquées vue l'époque lointaine) et mon retard à l'allumage (puisque ça fait une bonne semaine que le topic est lancé). Je confesse que « Le Premier Jedi » risque d'en pâtir un peu. Est ce que je pourrais bénéficier d’un petit délai dans le cas où je sois en retard pour rendre ma copie ? :oops:

De plus, il semblerait que cette époque n’attire pas les foules ? :perplexe:

Allez je me remets au travail, demain.
:sournois:
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Darkwilliam » Mer 05 Sep 2007 - 23:16   Sujet: 

Là, tu as encore une semaine devant toi normalement! Mais si tu veux un petit délai supplémentaire et étant donné qu'il n'y a effectivement pas foule pour cette période là, il n'y a pas de problème! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Gonau Wocou » Jeu 06 Sep 2007 - 9:09   Sujet: 

Euh dis moi Dark William, ce délai, il est valable pour tout le monde? :D Parceque là j'ai du gros mais... Il me faut du temps. J'aurai pas un retard à la SWU, hein, rassure toi :lol:
Si tu veux la paix, prépare la guerre...
Gonau Wocou
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 363
Enregistré le: 01 Oct 2006
Localisation: Saint-Etienne
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Jeu 06 Sep 2007 - 10:20   Sujet: 

Gonau Wocou a écrit:J'aurai pas un retard à la SWU, hein, rassure toi :lol:



C'est quoi cette vanne totalement fondée ? :D

Je pense que si tu es en voie de rédaction de ton histoire, il suffira que tu postes un chapitre ou du moins un bon bout d'histoire pour que ce soit recevable...

Après, nous étudierons la chose mais le Staff SWU n'est pas tortionnaire avec ses contributeurs.....surtout pas sur cette période trouble de SW qui, il est vrai, demande plus de réflexion et de recherches avant d'écrire...

:wink:
Raphus cucullatus

- End of line -
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9891
Enregistré le: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar AJ Crime » Jeu 06 Sep 2007 - 12:48   Sujet: 

Ok,

Ca marche, si je n'ai pas fini dans une semaine je vous poste ce que j'ai fait, quitte à vous livrer un autre morceau plus tard. Mais pour le moment ça avance bien. En travaillant quelques midi comme cela je pense vous faire un texte aux petits oignons.

Allé bon courage à tous, que la Force envahisse vos claviers.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Minos » Ven 07 Sep 2007 - 12:12   Sujet: 

Salut tous, voici ma contribution à la guerre de l'hyperespace. Âmes sensibles, faites gaffe, y'a deux-trois passages assez...euh...crus, on va dire.
Bonne lecture !

Clair-obscur

Avesh Vèntorqis était né quinze ans auparavant, et était issu d’une vieille lignée patricienne Sith, l’une des dernières à ne pas avoir mélangé son sang pur avec celui des serviles Massassi. L’importance de son clan étant toute relative, pour ne pas dire marginale, il rappelait souvent à ses interlocuteurs l’origine glorieuse de ses aïeux. Il descendait en effet en ligne directe des anciens Jedi qui, lors du Grand Schisme, avaient dû partir en exil après avoir renié les valeurs fondamentales de l’Ordre jedi.
Mais au fil des siècles, le clan des Vèntorqis s’était étiolé, et Avesh s’en retrouva le dernier représentant peu après sa naissance, quand ses parents furent assassinés par d’autres seigneurs Sith qui n’avaient jamais été identifiés.
Il eut néanmoins de la chance : son clan avait toujours fait preuve d’une loyauté indéfectible envers le Seigneur Simus, et celui-ci avait pris le nouveau-né sous son aile. Il fut élevé en futur seigneur, et intégra bien vite les préceptes qui dirigeaient la vie des Sith. Il survécut à plusieurs conspirations d’autres seigneurs subalternes, et se montra impitoyable dans les représailles qu’il exerça. Il était capable de tenir tête à ses rivaux, mais n’était pas assez fou pour tenter de s’attaquer à plus puissant que lui.
Il n’était pas non plus dépourvu d’ambition : sous l’égide de son seigneur, il comptait bien récolter les fruits de sa fidélité, et se faire une place parmi les grands. Respectueux de ses aînés, tyrannique avec leurs esclaves massassi, et se plaçant systématiquement sur un pied d'égalité avec ses pairs, il était un seigneur Sith en devenir. Il avait surtout conscience que son ascension sociale prendrait des années, mais il connaissait depuis longtemps les vertus de la patience.
Les événements récents avaient été pour lui un mélange d’excitation et de crainte : la prise de pouvoir de Naga Sadow laissait augurer un nouvel âge d’or pour son peuple, et il avait vite annoncé qu’ils allaient prendre leur revanche sur la République, leur ennemi séculaire. Mais Simus, son maître, avait été tué par les jumeaux Daragon, ces deux espions envoyés par la République. Son cœur criait vengeance, et il également inquiet pour son avenir : sans son protecteur, il se retrouvait dans une situation très précaire, politiquement parlant. Il n’avait qu’une seule chance de s’en sortir, à savoir prouver sa valeur lors de l’invasion. C’était le moment ou jamais de se faire une place au soleil.
Lorsque les préparatifs de guerre furent bien avancés, il se vit confier le commandement d’une escouade d’une cinquantaine de Massassi. Ils feraient partie des forces d’invasion de Coruscant.

***
– Soyez tous prêts, nous allons sortir d’hyperespace d’un instant à l’autre, fit la voix du pilote dans l’intercom du vaisseau de guerre.
A ces mots, Avesh Vèntorqis défit son harnais et se leva tant bien que mal dans l’habitacle bas de plafond qu’il partageait avec ses soldats. Il balaya d’un regard froid et dur sa cinquantaine d’hommes, serrés les uns contre les autres. Ses fiers guerriers Massassi à la peau rouge étaient aussi impatients que lui d’en découdre avec ces moutons de la République.
A l’unisson de l’excitation réfrénée à grand-peine qui parcourait les rangs de ses hommes, son cœur battait la chamade, mais il n’en montra rien : au cas fort probable où Naga Sadow avait des espions à bord, il devait se montrer irréprochable. Il arbora un sourire cruel, tout en ceignant son crâne de son casque, surmonté de deux cornes proéminentes qui pointaient vers l’avant. Il plia lentement les articulations de sa main gauche, sur laquelle il avait enfilé son gant de pouvoir, artefact issu de la magie Sith : composé de petites plaques métalliques de couleur noir brillant, il s’ornementait d’un rubis permettant de focaliser la Force, et donc d’augmenter ses pouvoirs de sorcier.
Un léger soubresaut agita brièvement le navire, et la sourde litanie des moteurs changea d’octave, signe qu’ils venaient de réintégrer l’espace normal.
– Seigneur Vèntorqis, les capsules de combat seront larguées dans trente secondes, reprit le pilote.
– Parfait, répondit l’interpellé.
Avesh Vèntorqis resta debout et mit la Force à contribution pour assurer la stabilité de sa position, avant de dégainer son épée massive.
La capsule de combat fut larguée dans un fracas assourdissant et ses occupants furent secoués en tous sens, sauf Avesh, imperturbable. La descente lui parut interminable, et les coups sourds de canons-blasters se firent entendre à l’extérieur. C’était le point le plus délicat, celui qu’il ne maîtrisait pas du tout : un coup au but de la part des défenses de Coruscant et ses ambitions prendraient fin…ainsi que sa vie.
Quelque chose percuta violemment la capsule, qui se mit à tourbillonner sur elle-même. A l’intérieur, les occupants furent jetés dans les tous les sens, se télescopant ou heurtant les parois. Il y eut des cris et des grognements de douleur. Avesh ne fit pas exception à la règle et faillit s’empaler sur l’épée d’un de ses hommes, avant de s’écraser sur un panneau de contrôle.
Sonné, il lui fallut quelques secondes pour récupérer. Au moment où les points noirs qui dansaient devant ses yeux se dissipaient, une lumière aveuglante jaillit au-dessus de sa tête, et des bruits de bataille parvinrent à ses oreilles bourdonnantes.
Via la télékinésie, son épée surgit de sous un guerrier Massassi inerte et vint se loger dans sa main tendue. La capsule avait été touchée juste avant d’atterrir, mais le pilote avait eu le temps de déclencher l’ouverture de la soute, d’où la lumière vive qui inondait le compartiment.
Il bondit à l’extérieur, en lançant un farouche cri de guerre. Il eut un temps d’hésitation en voyant le chaos dans lequel il allait se jeter.

La zone d’atterrissage encerclait le Sénat de la République. Avesh vit des dizaines de capsules de combat atterrir. D’autres, en flammes, s’écrasaient sur des bâtiments, qui s’écroulaient comme des châteaux de cartes. Le ciel était constellé de croiseurs de guerre, qui échangeaient des tirs assourdissants. Les yeux brillants d’excitation, il se délecta du spectacle des ruines fumantes, des incendies, et des guerriers Massassi qui chargeaient aveuglément, tous tendus vers un seul but : prendre le Sénat.
D’innombrables débris s’abattaient sur la zone, boules de feu et de métal tordu qui peu de temps auparavant étaient encore des vaisseaux. Si Avesh se focalisait sur le fait que cette pluie de métal en fusion pouvait mettre un terme à sa vie d’un instant à l’autre, il risquait d’en rester tétanisé de peur, aussi tenta-t-il d’en faire abstraction.
Il se laissa tomber au sol, épée à la main, et aboya sur ses hommes, trop lents à le rejoindre. Il planta son arme dans le sol et l’enveloppa de la Force : de multiples flammèches bleues jaillirent du sol et enveloppèrent la lame. Ainsi renforcée, elle serait désormais capable de trancher n’importe quoi, et de tenir le choc face aux sabre-laser des Jedi.

– Sadow ! cria-t-il en pointant son épée vers le ciel.
Et il chargea à travers les ruines et les volutes de fumée épaisse, suivi par ses hommes, qui hurlèrent à qui mieux mieux leur soif de sang.
Du point de vue d’Avesh, la situation était très simple : ils allaient charger et s’emparer du palais après avoir écrasé toute résistance. Il n’avait pas pensé une seconde aux à-côtés, aux péripéties et événements qui composaient réellement une bataille. Il allait vite en faire l’expérience amère.

La Force l’avertit d’un danger et il perçut la présence de soldats ennemis, cachés quelque part derrière des pans de murs écroulés. Il n’eut pas le temps d’avertir ses Massassi que des gardes républicains dévoilèrent leur position, en les arrosant de tirs de blaster. Il se jeta derrière la carcasse d’un landspeeder et cria à ses hommes de se mettre à l’abri, mais sa voix ne porta pas assez, étouffée par les puissantes déflagrations des armes ennemies.
Une bonne partie de ses hommes se fit hacher menu par les lasers : certains furent transpercés de part en part, d’autres démembrés. Des flots de sang noirâtre constellèrent les peaux rougeaudes, et des odeurs de chair carbonisée et d’ozone assaillirent Avesh. Des larmes coulèrent de ses yeux agressés par la fumée.
Il était éberlué et n’osait plus bouger. Il avait entendu parler de ces « blasters » mais ne les avait jamais vu à l’œuvre. La position du Sénat lui parut soudainement inexpugnable, défendue par de telles armes. Il tenta de se reprendre : il devait agir, il était un Seigneur Sith ! Il jeta un œil par-dessus la verrière explosée du landspeeder pour repérer leurs ennemis, et un tir de blaster le toucha aussitôt à la tête.
Il crut que son crâne allait exploser, tandis qu’une chape de chaleur infernale lui enserrait la tête. Fébrilement, il se débarrassa de son casque et le jeta au sol, haletant. Les cornes du casque avaient disparu, et une bonne moitié de la protection était cabossée et noire de suie. Le sang martelait ses tempes, et bien qu’il n’eut pas été touché, sa tête bourdonnait.
Avesh ne comprenait plus rien. Les choses n’auraient pas dû se passer ainsi. Les républicains auraient dû être terrifiés par l’attaque dévastatrice, et céder à la panique. Or ils semblaient prêts à se défendre avec acharnement, prêts à tenir leur position coûte que coûte.
Avesh avait l’impression de devenir sourd, à force d’entendre des explosions, des cris de douleur et d’agonie, et tout cela l’empêchait de penser clairement. Il reprit courage en voyant une haute silhouette s’avancer derrière ses hommes. A travers l’omniprésente fumée, il ne put identifier l’homme, mais son casque à cornes indiquaient un seigneur Sith. Il pensa aux conséquences pour sa carrière si l’autre le trouvait là, terré derrière le landspeeder, et cela le décida à réagir.
Il poussa un cri de guerre en se redressant, exhorta ses hommes à aller de l’avant à sa suite, et chargea sans s’assurer que ses troupes survivantes le suivaient. Il avait beau courir sur l’ennemi, l’esprit vide de toute pensée cohérente, sa seule motivation était de fuir. Fuir une situation qui lui échappait complètement, un chaos indescriptible dans lequel il n’était rien d’autre qu’un misérable amas de chair prêt à se faire disloquer d’un instant à l’autre.
Une pluie de tirs s’abattit sur son escouade. Instinctivement, il se protégea derrière son épée, et vit avec autant de surprise que de soulagement que son arme déviait les projectiles énergétiques.
– En avant ! beugla-t-il.
Se rendant compte qu’il pourrait peut-être survivre, il avança avec plus de circonspection, toute sa concentration focalisée sur les tirs qui l’assaillaient. Il replongea dans sa catatonie intellectuelle quand il se rendit compte que ses hommes et lui n’arriveraient pas à franchir l’espace dégagé qui les séparait des républicains. La seule pensée qui traversa les méandres de son esprit brumeux était qu’il fallait continuer à avancer, jusqu’au bout.
A cinquante mètres de là, une capsule percuta un bâtiment industriel, qui explosa en faisant trembler le sol. L’onde de choc fut telle que tous les combattants se retrouvèrent à terre, et une pluie de métal en fusion s’abattit sur la zone.
Il vit un Massassi ramper vers lui, à à peine deux mètres de sa position. L’esclave avait eu les deux jambes sectionnées au niveau des cuisses, mais seule la fureur se lisait sur son visage, tandis qu’il continuait à avancer. Il est foutu, pourquoi continue-t-il ? Qu’est-ce que ça lui apporte ? se demanda Avesh, sidéré. Les Massassi n’avaient-ils donc aucun instinct de survie ? Ou se montraient-ils plus courageux que lui, leur vie passant après la réussite de leur mission ? Le destin, ou la mort, ou le simple hasard peut-être, lui apporta un commencement de réponse. Un bloc de permabéton se détacha d’un immeuble voisin et tomba droit sur le Massassi. Avesh ne parvint pas à détacher les yeux de la scène : l’esclave se transforma en un amas de pulpe sanguinolente, et de minuscules morceaux de chairs l’éclaboussèrent en même temps que les alentours.

Il se redressa, les jambes flageolantes. Ne songeant même plus à se protéger, il regarda autour de lui. Spectacle de désolation, de mort et de fin de monde. il n’y survivrait pas, aucun doute là-dessus. Immobile et les yeux écarquillés, de la salive coulait de sa bouche entrouverte. Comme dans un rêve, il vit trois Massassi s’en prendre à autant de soldats républicains. Ils n’étaient pas là pour survivre mais pour suivre les ordres de leurs maîtres : l’un d’eux égorgea un soldat avec ses dents, avant de s’écrouler, le crâne carbonisé par un tir de blaster à bout portant. Un autre éventra un soldat avec ses griffes, et se mit à fouailler dans ses entrailles, tandis que l’humain le lardait de coups de vibro-dague. Ils tombèrent ensemble et furent bientôt inertes. Le dernier guerrier des Sith empoigna le bras d’un soldat, et le tordit violemment dans un craquement de mauvais augure. L’humain hurla et son bras retomba, désarticulé. Le Massassi le saisit par le col et le pantalon, avant de le soulever de terre et de le tenir à bout de bras, au-dessus de sa tête. Tandis que le soldat implorait la pitié de son agresseur, ce dernier l’empala sur l’arête tranchante de la carrosserie d’un landspeeder en feu.

Un de ses hommes, si obnubilé par son envie, son besoin d’en découdre avec l’ennemi, courait vers le Sénat. Une de ses mains était plaquée sur son ventre, pour retenir ses entrailles qui menaçaient de se déverser à terre. Le Massassi bouscula Avesh sans le voir, ce dernier tomba à terre et ne se releva pas. Il se mit à trembler de partout et émit des marmonnements incompréhensibles. Il rampa sans but, avant de tomber dans un trou masqué par des débris branlants. L'endroit était petit et assez sombre, et les bruits de la bataille furieuse au-dessus de sa tête étaient assez assourdis pour qu’il ait l’impression de se retrouver dans un cocon de paix.
Il se mit en position du fœtus et des gémissements sourds, sur lesquels il n’avait aucun contrôle, sortirent de sa bouche, pendant ce qui lui parut être une éternité.

***
Memit Nadill parcourait inlassablement les ruines de la capitale, à la recherche de survivants à aider. Il n’avait pas pris de repos depuis la veille. Dès que les forces des Sith avaient été défaites, ses amis Jedi et lui-même avaient mis à la disposition de leurs alliés leurs services de guérisseurs. Il se reposerait quand il serait certain qu’il ne restait plus personne d’enseveli vivant quelque part.
Il laissait la Force le guider, tandis qu’il se frayait un chemin à travers les débris qui encombraient les abords du Sénat. Il sentit soudainement une présence entrer dans le champ de ses perceptions, potentiellement puissante dans la Force. Il alla droit dessus et, utilisant la télékinésie, dégagea l’endroit, lentement pour ne pas ensevelir l’être qui se trouvait sous l’amoncellement.
La lumière du jour envahit le trou, et Memit Nadill vit un jeune humain au fond, qui leva vers lui des yeux vides. Sa tenue indiquait clairement son appartenance aux rangs des Sith, ainsi que le gant à sa main gauche, artefact qui semblait suinter d’énergie obscure. Mais l’humain était différent, le Jedi le sentait. Clair-obscur, en quelque sorte. En tout cas, pas une source de danger. Nadill s’accroupit au bord du trou et lui demanda doucement :
– Qui es-tu, mon garçon ?
– Je…je ne sais pas. Mon nom est Avesh Vèntorqis. Je suis né seigneur Sith mais…je crois que je n’en suis pas un. Vous allez me tuer ? demanda-t-il anxieusement.
Nadill contempla longtemps l’adolescent. Il n’était rien de plus qu’un enfant, lancé au beau milieu d’une guerre qu’il n’était pas capable d’appréhender. Il avait beau être en état de choc, Nadill sut que son éducation avait été balayée d’un coup, comme s’il s’était rendu compte que toute sa vie, il avait fait fausse route. Le Mal inhérent à tout utilisateur du Côté Obscur de la Force était encore présent dans l’adolescent, mais tenu sous bonne garde.
– Tu n’es pas fait pour être Sith, mon garçon, reprit Memit Nadill. Tourne le dos à ton passé et viens avec moi, les Jedi peuvent t’aider.
Avesh se leva lentement et s’aida de la main tendue du Jedi pour s’extirper du trou. Ils se contemplèrent en silence, puis Nadill désigna le gant de pouvoir :
–Tu n’auras plus l’utilité de cet objet, désormais.
Avesh amena le gant au niveau de ses yeux. Une connexion existait toujours entre eux. L’artefact Sith réclamait du sang, des émotions violentes, et le jeune Sith sentit le Mal en lui se tendre vers l’objet. Il se plongea dans la Force, enveloppa en pensée tout ce qui faisait de lui un Sith, avant de déverser le tout dans le rubis du gant.
Un gémissement, qu’Avesh crut venir du gant, se fit entendre dans son esprit, et le gant de pouvoir se mit à palpiter et à dégager une forte chaleur. Il l’enleva prestement et la douleur décrut, même si des cloques apparurent sur sa main.
Memit Nadill ôta la cape des épaules d’Avesh et s’en servit pour emmailloter le gant, en prenant bien garde à ne pas le toucher directement. Posant une main sur l’épaule de l’adolescent, il lui dit :
– Viens avec moi, mon garçon. Il se pourrait que ta voie soit celle des Jedi.
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Den » Ven 07 Sep 2007 - 12:22   Sujet: 

Minos is back! Et ce, avec une histoire très prenante mettant en scène un Sith. Une ambiance très "Soldat Ryan" dès le commencement! J'apprécie beaucoup celà, et c'est assez bien rendu, je trouve. La violence à l'état pur qui convient largement à ce type de récit. J'ai vraiment eu l'impression d'être avec les Massassi, entouré par la guerre, la mort, la terreur!
Quant à la fin, elle est surprenante et vraiment bien tournée!

C'est un Minos en forme qui apporte une contribution non négligeable à ce recueil.
Encore Bravo!
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5316
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar bioman » Ven 07 Sep 2007 - 14:27   Sujet: 

ouaiiiiiiiiih, du sannnnnnnnnnnnnng, des tripes, des intestins, des organes, des morts, une vrai boucherie.

J'ai adoré ton histoire, on se retrouve dans l'ambiance bien glauque d'une bataille qui tourne mal.
La force rouge est en moi
bioman
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 440
Enregistré le: 28 Mar 2007
Localisation: paris 13
 

Messagepar AJ Crime » Ven 07 Sep 2007 - 17:44   Sujet: 

Rououaaahhhh,

Super, j'aurais aimé que ça dure plus longtemps. Dis nous que tu reprendras ta petite nouvelle dans une futur fan fiction. !! ?? Le personnage Sith mériterait d'être approfondi dans son passé comme pour son avenir.

Petites questions:

Est ce que la technologie des blasters et aussi bien maîtrisée en ces temps quelque peu reculés?

De plus, as tu une idée du passé de la famille Vèntorqis? au moins à quelle période remonte leurs racines Jedi puisque tu nous écris que ses ancêtres faisaient parti des tous premiers.

Voilà, très bon, j’ai beaucoup aimé la scène finale.

quelques coquilles rien de grave à mes yeux,

un paragraphe d'une phrase:
Minos a écrit:Mais au fil des siècles, le clan des Vèntorqis s’était étiolé, et Avesh s’en retrouva le dernier représentant peu après sa naissance, quand ses parents furent assassinés par d’autres seigneurs Sith qui n’avaient jamais été identifiés.


par exemple : peut-être des ";" ou "." tout simples à la place des ": " mais c'est discutable
Minos a écrit:Il n’était pas non plus dépourvu d’ambition : sous l’égide de son seigneur..........Son cœur criait vengeance, et il également inquiet pour son avenir : sans son protecteur, il se retrouvait


Voilà le but n'étant pas de faire une relecture complête, juste deux petites choses qui m'ont frappé.

En tous les cas me voilà motivé pour la suite de mon histoire qui avance, qui avance.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Den » Ven 07 Sep 2007 - 17:50   Sujet: 

Tiens, en lisant les commentaires que l'on a fait pour ta nouvelle, Minos, j'ai découvert que quelque chose qui m'avait échappé: le titre de ton histoire :shock:
Clair-Obscur... Je tenais à faire remarquer que ce titre est vraiment bien trouvé et surtout très original! C'est vrai quoi! C'est dur de trouver un titre accrocheur! :wink:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5316
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar AJ Crime » Ven 07 Sep 2007 - 17:59   Sujet: 

De plus, ce titre ne trouve sa signification qu'à la fin avec ce qu'est Ventorqis: Un clair obscur dans la Force!
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Minos » Ven 07 Sep 2007 - 18:02   Sujet: 

> Merci beaucoup, Bioman et Den ! Ravi que vous trouviez l'ambiance bien distillée.

AJ Crime a écrit:Rououaaahhhh,
Super, j'aurais aimé que ça dure plus longtemps. Dis nous que tu reprendras ta petite nouvelle dans une futur fan fiction. !! ?? Le personnage Sith mériterait d'être approfondi dans son passé comme pour son avenir.

Nan ! Ce sera ma seule histoire avec lui, j'ai déjà trop de choses sur le feu.
AJ Crime a écrit:Est ce que la technologie des blasters et aussi bien maîtrisée en ces temps quelque peu reculés?

Je sais pas...mais dans le comics, cette technologie est utilisée par la république et n'existe pas dans l'empire Sith.
AJ Crime a écrit:De plus, as tu une idée du passé de la famille Vèntorqis? au moins à quelle période remonte leurs racines Jedi puisque tu nous écris que ses ancêtres faisaient parti des tous premiers.

Dans le comics, il est dit que dans l'empire des Sith, certaines lignées sont restées "pures", tandis que d'autres ont mélangé leur sang à celui de leurs esclaves Massassi. Mon idée est donc que les Vèntorqis sont une famille descendant d'un ancêtre qui a quitté les Jedi lors du premier Grand Schisme.
AJ Crime a écrit:Voilà, très bon, j’ai beaucoup aimé la scène finale.

Paradoxalement, c'est celle dont je suis le moins satisfait, au niveau du réalisme et de la crédibilité. Y'a un truc qui me titille, mais j'arrive pas à mettre la main dessus.
AJ Crime a écrit:un paragraphe d'une phrase:

Pas top, effectivement. J'aime bien aérer mes textes, mais je le fais parfois à l'arrache. :lol:
AJ Crime a écrit:par exemple : peut-être des ";" ou "." tout simples à la place des ": " mais c'est discutable

Bien vu. C'est un peu ma spécialité, de mettre des " : " un peu partout...un défaut dont j'ai du mal à me débarrasser !
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Titi77 » Ven 07 Sep 2007 - 21:22   Sujet: 

Pour faire original, j'ai beaucoup aimé ce texte, très inspiré des 20 premières minutes d'un certain film de guerre de Steven S. ^;)
Le personnage de Ventorqis est très intéressant au niveau psychologique (de par son évolution au long du récit).
Ce qui me chiffone un peu c'est que ce soit un humain. On ne dit jamais qu'il reste de vrais humains chez les Sith à cette époque. Naga Sadow est décrit comme étant d'une lignée "pure" de Jedi exilés mais il présente des traits Massassi. Tout ça pour dire que ça m'a fait un peu tiquer. Après... :)
Je pense que le problème de la fin c'est : ah bah t'as pas la carrure pour être Sith alors tu seras un Jedi. Un peu abrupt. D'ailleurs tu te pose toi-même une grande question : que devient le gant de Ventorqis entre ce récit et Tel'Ay :roll: Ca fait une idée de plus :D
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar Django » Sam 08 Sep 2007 - 0:18   Sujet: 

Voila une histoire rondement menée, malgré beaucoup d'émoglobine. Elle se lit trés facilement. Chapeau Minos !

Titi, tu trouves que la fin est une peu trop rapide, c'est vrai mais peut-être que Minos va utiliser ces deux personnages pour une nouvelle histoire.

J'ai aimé ce récit, aller Minos une autre, une autre, une autre :D :wink: :sournois:
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Minos » Sam 08 Sep 2007 - 0:50   Sujet: 

Titi77 a écrit:Pour faire original, j'ai beaucoup aimé ce texte, très inspiré des 20 premières minutes d'un certain film de guerre de Steven S. ^;)

ça faisait longtemps que je voulais écrire un texte dans cette veine...l'occasion fait le larron.
Titi77 a écrit:Le personnage de Ventorqis est très intéressant au niveau psychologique (de par son évolution au long du récit).

C'était le grand défi du texte...si je ratais la narration de son évolution psychologique, tout tombait à l'eau.
Titi77 a écrit:Ce qui me chiffone un peu c'est que ce soit un humain. On ne dit jamais qu'il reste de vrais humains chez les Sith à cette époque. Naga Sadow est décrit comme étant d'une lignée "pure" de Jedi exilés mais il présente des traits Massassi. Tout ça pour dire que ça m'a fait un peu tiquer. Après... :)

Je suis pas sûr de moi non plus sur ce coup-là. Je suis parti du principe que plus le perso serait humain, plus sa lignée serait "pure"...d'où mon perso intégralement humain.
Titi77 a écrit:Je pense que le problème de la fin c'est : ah bah t'as pas la carrure pour être Sith alors tu seras un Jedi. Un peu abrupt.

En fait l'idée, sans doute mal retranscrite vue que son traitement ne me satisfait pas entièrement moi-même, repose sur un postulat très simple. On a vu des dizaines de fois des Jedi passer du Côté Obscur, pour x ou y raison. Par contre, on voit très rarement l'inverse. Ici, le but était de présenter un perso élevé dans le Côté Obscur de la Force, et qui se rend compte que finalement, il n'est pas fait pour ce rôle, en quelque sorte. Et l'idée est que Memit Nadill, Jedi émérite, le perçoit avant Avesh, d'où son idée d'en faire un Jedi, et que peut-être la voie des Jedi est faite pour lui. Et avoir un ancien Sith dans les rangs de l'Ordre Jedi peut permettre d'en apprendre énormément sur eux.
Titi77 a écrit:D'ailleurs tu te pose toi-même une grande question : que devient le gant de Ventorqis entre ce récit et Tel'Ay :roll: Ca fait une idée de plus :D

C'était pas prévu au départ, mais finalement, j'ai trouvé sympa de faire un lien avec mon autre histoire. ça me permet de poser les origines du Gant de Vèntorqis, sans que ça nuise à la lecture de ceux qui n'ont pas lu mon autre récit. :D
Django a écrit:Voila une histoire rondement menée, malgré beaucoup d'émoglobine. Elle se lit trés facilement. Chapeau Minos !

Mici l'ami ! :)
Django a écrit:Titi, tu trouves que la fin est une peu trop rapide, c'est vrai mais peut-être que Minos va utiliser ces deux personnages pour une nouvelle histoire.

Comme je le disais dans ma réponse à AJ Crime, je ne pense pas livrer une suite...j'écris beaucoup de choses différentes et dois faire des choix...mais c'est toujours sympa de garder des fins ouvertes, pour le cas où, un jour, je décide en effet d'écrire un développement.
Django a écrit:J'ai aimé ce récit, aller Minos une autre, une autre, une autre

Oui chef ! :lol: Je vais pouvoir retourner à mon autre histoire, vu que "à cause" du recueil, je n'ai pas pu m'y coller. :D
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Gonau Wocou » Sam 08 Sep 2007 - 15:43   Sujet: 

Mesdames et messsieurs, après plusieurs heures passées devant mon ordinateur et la lecture (ainsi que la relecture et la rerelecture...) de mon récit par un gentil compatriote, voici le début de ma maigre contribution pour le recueil.
Le récit est divisé en plusieurs parties, chaque partie mettant en scène un membre de la famille Aeon. Bonne lecture!

Une histoire de famille…

Meneg Aeon, vous connaissez ? Sûrement que non. Pourtant ce type, et sa famille, ont vécus d’innombrables aventures à travers les âges. Moi, je suis Dean Vimy un ami de la famille Aeon, et voici leur histoire.


Partie 1. La Grande Guerre de l’Hyperespace


Chapitre 1. Sauvetage en ruelles sombres…

Meneg Aeon, jeune Humain de Coruscant, étudiant talentueux en droit âgé de 23 ans et était tout à fait normal, si ce n’était qu’il était premier de la classe et ce, depuis sa plus tendre enfance. De fait, il rencontrait beaucoup de difficultés pour nouer des relations, d’abord parce qu’être avec d’autres personnes de l’intéressait pas et ensuite car il était timide. Timide et studieux et il ne sortait jamais de chez lui, sauf pour aller travailler. Il passait des heures à son bureau, dans son petit studio d’étudiant situé dans le campus de l’université. Lorsqu’il ne travaillait pas, il passait son temps libre sur son ordinateur pour chercher à approfondir certains sujets. Timide et d’une extrême discrétion, ce qui faisait que, avec sa corpulence moyenne, 1 mètre 75 pour 62 kilogrammes, il passait souvent inaperçu. Ses cheveux bruns, souvent bien coiffés arboraient toujours une mèche rebelle qui lui passait toujours devant son œil droit. De plus il vivait seul depuis la disparition de ses parents, dans un attentat à la bombe.

Ici débutent les mémoires de ce jeune homme qui allait devenir un héros de la Grande Guerre de l’Hyperespace, 5000 ans avant la Bataille de Yavin. « Je ne sais pas combien de temps il me reste à vivre. Une armada ennemie a été repérée hors du système et elle arrive ici. Aussi, je rédige mes mémoires, pour ne pas sombrer dans l'oubli. Tout commença au début de la dernière semaine de ma troisième année de droit, lors des examens. Ces épreuves détermineraient si je pouvais continuer mes études et peut-être même aller dans l’université la plus prestigieuse de tout Coruscant. Tous mes professeurs m’assuraient que je réussirais cet examen avec mention et ils s’évertuaient à me dire de me reposer. Mais il fallait que je travaille si je voulais être digne de cette place et je le fis, jusqu’à la veille des examens où décidai d’aller faire un tour dans les rues de Coruscant pour m’offrir un repos bien mérité. Comme je ne l’avais pas fait depuis longtemps, j’eus du mal à m’orienter dans les ruelles sombres de la ville. Mais après une petite heure, je retrouvai mes marques et allai où bon me semblait. Cependant, je ne sais trop comment, je réussis à me retrouver dans un quartier proche des bas-fonds. Le genre de lieu sombre et malodorant. Un coupe-gorge angoissant et oppressant. J’avançai donc à tâtons, sur mes gardes par peur de faire de mauvaises rencontres ou être agressé par quelque chose, ou quelqu’un. Alors que je pensais bientôt sortir des ruelles, je m’enfonçai encore plus dans le cœur de Coruscant. Commençant à m’inquiéter quant à savoir comment et quand je rentrerai chez moi, je pressai le pas au détriment de la vigilance. Bien mal m’en pris… Au bout de quelques virages dans les ruelles, je finis par tomber sur une impasse. Pestant contre cet obstacle, je voulus faire demi-tour jusqu’à ce que je m’aperçoive que j’étais tombé dans un piège. Un guet-apens tendu par des habitants des bas-fonds. Face au jeune homme que j’étais, se tenaient quatre autres personnages, tous plus louches les uns que les autres. Ainsi, un Humain, un Twi’lek, un Devaronien, et un Wookiee se trouvaient près de la ruelle principale, armés de diverses armes blanches et blasters. Le Wookiee grogna quelque chose dans ma direction. J’étais pétrifié et terrifié, et c’était à peine si je respirai. L’Humain tendit son sabre devant le natif de Kashyyyk, lui imposant de rester à sa place :
« - Tout doux mon vieux. On ne veut pas l’effrayer le jeunot, pas vrai les gars ? » Lança l’Humain à ses camarades qui répondirent tous par des grognements typiques de leurs races. J’étais coincé et mon cerveau n’arrivait pas à élaborer un plan correct pour me sortir de ce guêpier. Je lançai des regards inquiets de gauche à droite comme si je pouvais trouver quelque chose pour me sauver tandis que l’Humain, encore plus imposant de près, se rapprochait de moi à pas lents vers moi. Soudain un gémissement venant de derrière moi attira mon attention. Je jetai un bref coup d’œil pour apercevoir quelqu’un, ou quelque chose, assis dans la pénombre. La « chose » semblait mal en point, à en juger par ses cris de détresse. J’étais donc pris entre quatre brutes avides de me faire les poches, un mur et un inconnu sur le point d’être envoyé aux soins intensifs. Bref, ma situation était loin d’être brillante. Même si les malfrats pouvaient être sûrs de me faire les poches, ils n’auraient pas récupérés grand-chose, à part une dizaine de crédits, et peut-être mes vêtements. Sur le fond je m’en fichai un peu, mais à cet instant précis, j’étais plus inquiet pour moi-même. Si ces types voulaient tout ce que j’avais, ils allaient sûrement me mettre à tabac. Ainsi, au lieu de réfléchir, mon cerveau se concentrait pour savoir comment je pouvais garder mes biens, ou au moins comment ne pas me faire taper. Alors que l’homme n’était plus qu’à quelques mètres de moi, je fermai les yeux et inspirai lentement, très lentement, pour me préparer au coup que j’allais recevoir. Ce dernier n’arrivant pas, j’ouvrai un œil pour constater que l’homme s’était arrêté à quelques pas de moi. Il avait les yeux grands ouverts et l’air effaré. J’ouvrai alors l’autre œil pour tenter de comprendre l’attitude du voyou. Je n’osai cependant pas me retourner, de peur que ça soit une feinte. Je regardai donc quatre bandits à l’air ahuri qui regardaient dans ma direction. Dans ma direction ? Plutôt derrière moi. Cette idée me surpris et mon sang ne fit qu’un tour. Un silence pesant régnait dans la ruelle, et je n’entendais plus les gémissements de la « chose ». Soudain, alors qu’une lumière bleue venait d’apparaître dans un surprenant vrombissement, une voix au ton grave s’éleva dans mon dos.
« Laissez-le. Laissez l’Eliril. »
Voyant la mine décomposée de l’humain me faisant face, j’attendais le moment où il allait s’évanouir avec un petit sourire. Sourire qui disparut rapidement, laissant place à un visage de marbre, mon cerveau ayan le réflexe de se demander si ce n’était pas moi le dénommé « Eliril ». Alors que j’étais sur le point d’éclater de rire, je me pétrifiai en attendant de voir ce qui allait se passer. Quelques instants plus tard, l’Humain avait l’air d’avoir repris consistance et avait repris ça marche infernale. Alors qu’il n’était plus qu’à quelques mètres de moi, il arma son coup, qui, heureusement pour moi, n’arriva jamais. Effectivement, l’étranger vint se placer entre le malfrat et moi, faisant ainsi écran avec son corps. La capuche qui camouflait son visage tomba lorsqu’il reçut le coup de poing en pleine figure. Un Togruta m’apparût alors, chancelant et armé d’un sabre laser. Après s’être ressaisi, il envoya une onde choc vers l’Humain qui s’envola pour aller percuter ses camarades. Les énergumènes s’enfuirent en courant, laissant derrière eux leurs armes et leur honneur. Le Togruta se retourna alors vers moi, avant de prendre la parole :
« - Vous êtes en danger Eliril. Le savez-vous ?
- Euh, je vous suis très reconnaissant de m’avoir sauvé, mais en danger de quoi ?
- De mort.
- De… ? Et puis d’abord vous êtes qui ?! Hurlais-je tandis que je perdais mon sang-froid.
- Un Jedi. Je ne puis vous donner mon nom, c’est contraire à mes ordres. Sachez juste que j’ai pour mission de vous protéger.
- Ca va être simple pour la conversation… Et qui vous a chargé de me protéger ? Et de qui ou quoi ? Et puis c’est quoi ce délire avec l’ « Eliril » ?! C’est quoi ça ?
- Vous le saurez en temps et en heure, veuillez me suivre. »
Tandis que je maugréais, mon cerveau tentait d’analyser tant bien que mal ma situation. Elle n’était guère brillante mais pas non plus désespérée. Effectivement, le Togruta, bien que mystérieux, semblait de mon côté et donc il n’avait pas l’air de me vouloir du mal. Ainsi, sagement je le suivis dans les profondeurs de Coruscant.

Après plusieurs minutes de marche silencieuse ponctuée par divers « Par ici », « Suivez-moi » et autres « Par là », mon guide et moi-même arrivâmes face à un petit bâtiment coincé entre deux immeubles délabrés. La bâtisse avait une façade grise, sale, faiblement éclairée par un lampadaire. Elle semblait à l’abandon, mais une étrange musique triste et mélancolique filtrait à travers les volets clôt. L’entrée était surplombée par un petit toit en dessous duquel pendait divers objets, du holodisque à la dernière photo d’une star nommée Marson Lirin adulée par le troisième âge. Le Togruta s’approcha alors de la porte et frappa trois fois. La musique se stoppa alors et un rai de lumière jaillit d’entre les volets, allant illuminer l’endroit où je me trouvais. Mon ange gardien recula alors et je vis, stupéfait, la lumière s’éteindre et se rallumer deux fois. La porte s’ouvrit, me laissant apercevoir un petit salon richement décoré, avec une cheminée consumant des bûches et des canapés en tissus, ainsi qu’un petit homme assis dans un coin, revêtu de la même manière que le Togruta. Celui-ci se retourna alors vers moi et me sourit :
« - Soyez le bienvenu dans notre humble quartier général. » Je ressentis alors un violent choc à l’arrière du crâne, avant de perdre conscience sans avoir compris ce qu’il se passait.
Si tu veux la paix, prépare la guerre...
Gonau Wocou
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 363
Enregistré le: 01 Oct 2006
Localisation: Saint-Etienne
 

Messagepar Kieffer » Sam 08 Sep 2007 - 17:29   Sujet: 

Début alléchant. Une seule chose à dire...la suite ! :oops:
Kieffer
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 175
Enregistré le: 26 Juil 2006
Localisation: France
 

Messagepar Den » Sam 08 Sep 2007 - 17:34   Sujet: 

Même si tu sais déjà ce que j'en pense, voici ma critique^^
Et bien voici une bien jolie histoire où l'atmosphère est vraiment bien rendue. Il y a ça et là quelques fautes de style, mais qui n'en fait pas?
Les personnages sont bien présenté et on n'a qu'une seule envie :
Lire la suite!!!
Qui peut bien être ce Jedi? et pourquoi appelle-t-il le héros comme ça?
Aaaaarg j'veux la suiiiiite :lol:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5316
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Django » Dim 09 Sep 2007 - 0:00   Sujet: 

Salut Gonau,

Je viens de lire le 1° chapitre de ton histoire. Il est excélent. Les personnages sont bien décrits, les sites aussi, les situations sont du même acabit.

Tu écris : "Si ces types voulaient tout ce que j’avais, ils allaient sûrement me mettre à tabac." Je pense qu'il vaudrait mieux que tu écrives : "Si ces types............./..................sûrement me passer à tabac.

J'ai aimé. La suite, la suite, la suite trés vite s'il te plait. :) :) :D :D :wink:

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar AJ Crime » Dim 09 Sep 2007 - 9:08   Sujet: 

Salut,

Bonne mise en bouche Gonau même si je ne vois pas encore où tu veux en venir.

Quelques petites sujétions à te faire:

Gonau a écrit:se rapprochait de moi à pas lents vers moi.

Je pense qu'il y a un "moi" de trop.

Gonau a écrit:ou au moins comment ne pas me faire taper.

"me faire taper" ?? Ca fait un peu école maternelle. Le "au moins " plutôt entre des virgules pour suspendre l'action.

Gonau a écrit:j’ouvrai un œil pour constater

J'y verrais mieux un : « j’ouvris »

Gonau a écrit:mon cerveau ayan le réflexe de se demander

ayan avec un "t" au bout ?

Gonau a écrit:Ainsi, sagement je le suivis dans les profondeurs de Coruscant.

Une virgule après sagement ou alors le déplacer après "je le suivis" pour la fluidité.


Voilà que penses tu de ces propositions? Si non j'aime bien, le suspense est entier, sadique, la suite, vite.
[/quote]
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 09 Sep 2007 - 10:28   Sujet: 

Début de nouvelle plutôt sympathique et facile à lire, bien que parfois, le style soit encore un peu hésitant, les tournures de phrase pas toujours très appropriées!

Ceci dit, je note des progrès par rapport à tes nouvelles précédentes et ça c'est bien, parce que ça prouve que c'est en écrivant et en travaillant ses nouvelles qu'on progresse! Pour l'histoire en elle même, j'attends la suite pour me prononcer! Mais tout ça m'a l'air prometteur! :wink:

Dernier petit truc tout de même, je trouve que certaines descriptions font trop "terrestres" et pas assez "extragalactiques". Mais bon, c'est vrai que c'est toujours plus facile de se raccrocher à quelque chose qu'on connait! :)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Notsil » Dim 09 Sep 2007 - 19:53   Sujet: 

Tant de rattraper ce retard ^^

Titi77 -> J'avoue que je n'ai pas vraiment accroché à ton texte, bien que ça se laisse lire....Peut-être une overdose de situations comiques, ou je n'étais pas dans le bon état d'esprit....Quelques passages plutôt chouettes toutefois...mais c'est un bel effort de changer de registre ^^ Je pense que ta prochaine tentative sera meilleure ^^

Minos -> Penser à un Sith qui devient Jedi ça change du Jedi qui devient Sith ^^ Une horreur de la guerre bien décrite, par contre les passages "choquants" je ne les ai pas vu.....

Gonau -> arf ça donne envie de connaître la suite ! Il reste encore quelques fautes d'orthographe et quelques phrases bancales mais ya une nette amélioration^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2369
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar AJ Crime » Lun 10 Sep 2007 - 23:00   Sujet: 

Salut,

Juste pour une petite news, j'attaque ce qui devrait être la dernière scène de ma nouvelle que je pense intituler "Coruscant la Lumineuse". Si je calcule bien, j'ai jusqu'à Mercredi soir pour vous en dévoiler un morceau? Bien que j'aurais préféré vous la livrer d'un bloc mais je risque d'être un peu short sur les relectures. Parce que faire des épisodes dans le recueil, ça doit pas être évident de lire les morceaux de texte de plusieurs auteurs entrelacés avec des époques mélangées?

M'enfin dans le pire des cas j'aurais une version non définitive et non expurgée à vous faire connaître d'ici Mercredi. (Pis c'est pas long à peine dix pages A4 avec des marges standard, sans la dernière scène)

Allé, je retourne à mon word et à bientôt pour la grande guerre de l'Hyperespace.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Darth Vile » Lun 10 Sep 2007 - 23:06   Sujet: 

Ben si t'es sûr de finir à temps, je pense que tu pourrais éventuellement "reserver" des posts après celui-ci et les éditer par la suite avec les bouts de ton texte. Je pense que ça poserait pas de problèmes, si Willou est d'accord avec moi. :wink:
"Perdus ? Ah non ne dîtes pas ça ! Tant qu’elle est avec Teydo Pa’aja, une femme n’est jamais totalement perdue..." Teydo Pa'aja - Le Groupe Kenobi
"Can't look. Can't look... No power in the 'verse can stop me." River Tam - Firefly
Darth Vile
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1166
Enregistré le: 15 Fév 2003
Localisation: Entre les lignes du Dossier Force
 

Messagepar AJ Crime » Lun 10 Sep 2007 - 23:17   Sujet: 

Heu,

Je crois comprendre, Darth Vile, que tu me conseilles de poster par morceaux puis de reprendre tout dans un seul post une fois que j'aurais ma version définitive, relue et corrigée ?? !!

En accord avec DW bien sûre.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Darkwilliam » Lun 10 Sep 2007 - 23:26   Sujet: 

Moi j'ai compris que Vile te conseillait de réserver mettons...4 posts à venir (en postant juste un truc du genre "Nouvelle à venir") et que tu éditeras après avec ta nouvelle (une fois que tu auras relu les morceaux et que tu seras satisfait du résultat). Si c'est ça, oui je suis d'accord! :)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darth Vile » Lun 10 Sep 2007 - 23:28   Sujet: 

Ah non j'avais cru comprendre que tu voulais la poster en plusieurs bouts, et que tu voulais te presser de la finir sans relecture pour être prêt pour mercredi. :D
Mais si tu veux la poster d'un seul coup mercredi, alors là ben un seul post suffira. :wink:

Oui, je suis un chouia fatigué ce soir... ^^

EDIT: Willou a bien résumé ma pensée.
"Perdus ? Ah non ne dîtes pas ça ! Tant qu’elle est avec Teydo Pa’aja, une femme n’est jamais totalement perdue..." Teydo Pa'aja - Le Groupe Kenobi
"Can't look. Can't look... No power in the 'verse can stop me." River Tam - Firefly
Darth Vile
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1166
Enregistré le: 15 Fév 2003
Localisation: Entre les lignes du Dossier Force
 

Messagepar Django » Lun 10 Sep 2007 - 23:45   Sujet: 

Aj Crime, tu écris :

Parce que faire des épisodes dans le recueil, ça doit pas être évident de lire les morceaux de texte de plusieurs auteurs entrelacés avec des époques mélangées?

Pour ma part cela ne gène pas car je fais des copier/coller pour que le recueil ne soit pas perturbé en Word et éventuellement j'édite chaque histoire.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Notsil » Mar 11 Sep 2007 - 21:42   Sujet: 

Allez, à mon tour...
Merci à Minos pour avoir vu quelques coquilles, si vous en trouvez d'autres n'hésitez pas !


L'aube d'une ère nouvelle
(titre provisoire ^^)

Il n’aurait jamais du se trouver ici, se répéta-t-il en plongeant pour éviter une pluie de lasers. Virant sur la droite, il déchaîna à son tour le feu sur l’ennemi, qui louvoya pour éviter les salves. Jurant, il mit les gaz pour lui coller au train, ajustant d’une main la puissance de ses boucliers tout en canardant son adversaire de l’autre. Ses efforts finirent par être couronnés de succès : un tir parvint à son but, désintégrant le chasseur en une boule de feu et de débris. Il se dégagea vivement pour éviter d’endommager son vaisseau, et profita de ce court répit pour lancer un coup d’œil sur son écran radar. Il y vit des points bleus – eux, les vaisseaux de la République Galactique - et des points rouges – les Sith, ces maudits envahisseurs ! Un nombre consternant de points rouges, remarqua-t-il sombrement. Ils étaient quasi indénombrables. Chaque fois qu’ils parvenaient à en détruire un, deux ou trois autres reprenaient le flambeau. Chaque fois qu’un des leurs se faisait descendre, c’était la ligne de défense qui s’étirait un peu plus…Combien de temps tiendraient-ils ? C’était une lutte désespérée…Pour la centième fois en moins d’une heure, il regretta d’avoir demandé à Myra de l’accompagner sur Coruscant.
A peine une semaine qu’il était arrivé et sa vie avait irrémédiablement changé. Tout avait pourtant bien commencé…


Désireux de développer sa petite entreprise de transport de marchandises, il avait fait le voyage d’Axxila à Coruscant avec son épouse Myra, dans le cargo léger qu’il avait hérité de son père, le Serpent Hurleur. Ils avaient loué un petit appartement non loin des quartiers d’affaires, et il était immédiatement parti en quête de contacts et d’éventuels clients. Son premier objectif était d’accumuler suffisamment de bénéfices pour acquérir un deuxième cargo, et embaucher un employé. Son rêve d’être patron se réaliserait enfin !
Myra voyait les choses tout autrement. Elle n’aimait pas Coruscant, ni l’idée de faire confiance à des étrangers pour jouer le rôle d’intermédiaire dans leurs affaires ou pire, que son mari parte seul aux commandes de son cargo et la laisse ici, alors qu’elle avait laissé sa famille et ses amis sur Axxila. Elle tenait également à gérer l’entreprise, et ils s’étaient récemment disputés. Il pensait qu’elle serait plus en sécurité sur la planète, elle avait riposté en lui rétorquant qu’elle ne se sentait pas l’âme d’une femme au foyer récurant la maison du sol au plafond avec une ribambelle de gosses accrochés à ses pattes.
Il avait tenté de l’apaiser par de tendres paroles mais le mal était fait. Elle était partie en claquant la porte de leur appartement, après lui avoir dit qu’elle attendrait ses excuses à l’hôtel voisin. Dans le silence qui avait suivi, il s’était senti seul et désemparé. Jamais ils ne s’étaient disputés si violemment, jamais elle n’était partie ainsi alors qu’ils n’étaient pas réconciliés. Il espérait de tout cœur qu’elle se rende compte de son comportement puéril et qu’elle s’en veuille d’avoir porté un jugement si hâtif sur lui.
Et deux hommes portant l’uniforme de la République Galactique étaient alors entrés, désirant savoir si le Serpent Hurleur lui appartenait. Il avait acquiescé, et ils avaient voulu le réquisitionner. Hors de question qu’ils emmènent son cargo, sa vie, sans lui ! Voulait-il le piloter, alors ?
Il se demandait encore pourquoi il avait dit oui, sans même se renseigner sur ce qu’on attendait de lui !
Et il s’était retrouvé là, avec tant d’autres, dans l’espace étoilé autour de Coruscant, à participer à une bataille qui ne ferait que retarder l’inéluctable. Seule la pensée qu’il protégeait sa femme lui permettait de tenir et de ne pas pousser les moteurs au maximum pour fuir.
Les forces disparates de la République Galactique étaient constituées de vaisseaux de commerçants comme lui, de yachts de luxe appartenant à de riches industriels ou sénateurs….Des appareils inadéquats par rapport aux chasseurs Sith et aux vaisseaux lourds qui larguaient sans relâche des capsules de combat sur la planète sans autre défense que les canons-lasers trop peu nombreux par rapport à cette myriade de projectiles.
Sa console com bipa et une voix familière dit :
–Escadron Bleu, ici Contrôle. Le ravitaillement sera prêt d’ici une quinzaine de minutes. Tâchez de tenir bon jusque là.
–Bien reçu Contrôle, lâcha-t-il laconiquement.
Il laissa échapper un rire amer. Que voulaient-ils donc qu’ils fassent d’autre que « tenir bon » ? C’était une bataille qu’ils ne pouvaient pas gagner !
Ses mains se crispèrent sur les commandes. Il avait de la chance, comparé à d’autres. Au moins le Serpent était équipé de deux canons lasers, pourvu de boucliers plus résistants que la moyenne, et possédait des senseurs dernier cri.
Sur la fréquence privée de l’escadron, les commentaires ne se firent pas attendre.
–On voit bien qu’ils n’y sont pas, marmonna amèrement la voix de Dic.
–Ce n’est pas non plus la joie en bas, rétorqua-t-il, notre rôle est d’empêcher que leur combat dégénère en une boucherie générale.
–Tu n’as pas regardé les derniers holo, hein Mic ? C’est déjà un pur massacre…
–Je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler ainsi, dit-il d’une voix lasse.
A trente-sept ans, il avait passé l’âge des surnoms débiles...
–Tu préfères « Papi » peut-être ? plaisanta Dic.
Soupirant, il laissa couler. Il avait été jeune, lui aussi…comme Dic, comme Orson, comme Aecan, comme Taël…Taël qui n’atteindrait jamais son âge, maintenant.
–Les jeunes, on se calme », intervint leur leader, Osso, seul véritable combattant de la République dans leur groupe. « Une nouvelle vague de chasseurs couvrant des capsules de combat arrive. Nous devons faire un maximum de dégâts très rapidement, jusqu’à ce que l’escadron Vert nous rejoigne et que nous puissions aller ravitailler. Nous n’avons pas beaucoup de temps, alors ne vous éloignez pas plus que nécessaire. »
Ils alignèrent leur vecteur d’approche sur celui d’Osso, et « Mic » se retrouva d’un seul coup au cœur de la bataille. Il vira sèchement pour éviter une salve mortelle et tira à son tour sur ce qu’il pensa être un Chasseur Sith. Il ne sut pas s’il l’atteignit, trop occupé à entraîner son cargo dans une série d’esquives et de tonneaux pour semer son poursuivant décidément bien accroché.
La structure du Serpent gémit sous les pressions inhabituelles auxquelles il le soumettait. Il murmura rapidement une prière à l’un des Dieux de cet univers pour que son vaisseau tienne le choc, choisissant de croire que si il y existait effectivement une entité supérieure dans cette galaxie, il ne risquait rien à essayer de s’attirer ses bonnes grâces. Par chance ou protection divine, le Serpent vibra, mais resta entier.
Le temps s’étira. Les secondes se transformaient en minutes, les minutes en heures, comme il mitraillait, évitait les tirs adverses, canardait tout ce qui passait dans le champ de ses lasers. Il ne savait ni combien d’ennemis il avait abattu, ni combien de fois il avait échappé de justesse à la mort. Il savait seulement que pour l’instant, il était toujours en vie, même s’il ne savait toujours pas pour combien de temps.
Traversant une zone de calme, il prit conscience de sa respiration saccadée, de ses mains moites sur les commandes, de son cœur battant sous l’effet de l’adrénaline, tenant en échec la fatigue….
–Je suis touché ! Aidez-moi, il faut m’aider !
Il reconnut sans peine la voix paniquée qui hurlait sa détresse dans le canal de communication.
–Où es-tu Dic ? marmonna « Mic », je ne te vois pas !
–Calme-toi bon sang ! lança Osso.
–Ma verrière est fissurée, le givre recouvre tout, je ne vois plus rien ! fit le jeune homme au désespoir, aidez-moi, venez me chercher….
Un silence de plomb remplaça sa voix, avant qu’Osso ne reprenne :
–Désolé, Dic. Tu es trop excentré par rapport à ma trajectoire. Je n’ai pas assez de carburant pour faire le détour…
« Mic » se força à son tour à regarder sa jauge, sachant déjà qu’il devrait fournir la même réponse que son leader. Et il ne restait personne d’autre….Des dix du début, il ne restait plus qu’eux trois. Et bientôt, ils ne seraient plus que deux. Les cris et les sanglots de Dic finirent par être remplacés par un silence lourd de signification.
Sentant quelque chose de chaud et d’humide sur ses joues, « Mic » réalisa qu’il pleurait doucement. Il s’en voulut aussitôt, mais ne put s’en empêcher. Un homme ne devait pas pleurer. Un homme devait être fort. Il avait été éduqué ainsi. Fort, cuirassé contre le monde extérieur, ne laissant jamais paraître ses faiblesses. Un homme ne pleurait pas. Il eut besoin de se répéter plusieurs fois cette maxime avant que ses larmes ne se tarissent.
Il arriva au point de ravitaillement les yeux rougis, mais secs. Osso le rejoignit, deux rations à la main. Le temps de se restaurer, d’emmagasiner de l’énergie tandis que les réservoirs des vaisseaux se remplissaient, et il faudrait repartir.
Les deux hommes s’assirent dans un coin, ne disant mot, profitant du simple fait d’être là, en vie, alors que tant d’autres avaient déjà rejoint l’éternité.
Partout autour d’eux, se trouvaient ceux qui avaient eu moins de chance. L’air était saturé d’odeurs d’antiseptiques. Les blessés s’entassaient jusque dans les couloirs, gémissant dans tous les coins. De temps à autre un cri perçant jaillissait de ce brouhaha ambiant, un cri de désespoir, qu’il vienne de celui qui avait compris que tout était fini pour lui, ou des rares personnes qui venaient reconnaître les corps de leurs proches…
Tant de douleur et d’émotions à vif lui étaient insupportables, et plus que jamais le doute broyait son cœur … Où se trouvait Myra ? Sa femme était-elle en sécurité ? Mais pouvait-on encore être en sécurité quelque part sur cette maudite planète ?
Les holo-news étaient partout, lui apprenant l’étendue du désastre. Des dizaines de milliers de morts. Comme chaque jour dans la galaxie, réalisa-t-il avec un choc. Etrange cette prise de conscience soudaine. Etrange de savoir que les morts d’aujourd’hui n’étaient pas tous des inconnus. Etrange de penser qu’il avait toujours considéré les guerres comme des banalités ne pouvant l’atteindre, lui, le petit commerçant d’Axxila….
Et puis il fut de nouveau aux commandes du Serpent Hurleur, devant une kyrielle d’ennemis. Que faisait-il donc ici ? Pourquoi n’était-il pas resté avec Myra sur Axxila, loin de tout, mais aussi loin des troubles qui agitaient Coruscant.
Jamais il n’avait eu autant conscience que la vie était si merveilleuse, avant que tout ne bascule. Il se promit de retrouver Myra des fleurs à la main. Il s’excuserait, et lui demanderait de l’accompagner dans ses voyages pour qu’ils ne soient plus jamais séparés. Ils iraient rassurer leur famille sur Axxila, et il l’emmènerait faire du shopping. Il n’avait jamais compris pourquoi elle était si heureuse à chaque fois qu’il lui permettait d’utiliser ce petit rectangle de plastique si petit et si important à la fois….mais il était prêt à tout pour savourer chaque instant de bonheur en sa compagnie.
Son cargo fut secoué par un nouveau tir, et il jura en silence en entreprenant les manœuvres d’évitement mille fois répétées.
–Il est dans ma ligne de mire, prévint Osso.
Quelques secondes plus tard, après un dernier looping, son poursuivant explosa.
–Merci Osso. Je te dois une fière chandelle.
Passant de chassé à chasseur, il aligna à son tour un ennemi dans son viseur.
–Toi, je te tiens !
Il lança une salve de lasers…qui se perdit dans le vide. Il sentit sa mâchoire se décrocher tandis qu’il contemplait, abasourdi, le point où le chasseur se trouvait auparavant. Aurait du se trouver. Il avait tout simplement disparu. Comme tous les points signalant les ennemis sur ses senseurs.
Avant qu’il ne puisse le contacter, la voix d’Osso jaillit de la console de communication.
–Ils battent en retraite ! Ils fuient, les lâches !
–Mais comment…que s’est-il passé ?
–Je tiens un scoop d’en haut. Des illusions. Nous affrontions des illusions ! Et des Jedi ont réussi à la dissiper.
Il termina par un cri de joie qui amena un sourire sur le visage de « Mic ».
Alors c’était donc fini. Enfin. Un soulagement sans bornes l’envahit. Il était en vie. Il avait survécu. La tristesse le prit quand il songea à tous ceux qui n’avait pas eu cette chance. Dic, Taël, Orson, Aecan….et tous les autres dont il ne connaissait même pas le nom. Ils seraient honorés à titre posthume…mais il préférait largement ne pas recevoir de médaille et être en vie.
L’alarme de verrouillage se déclencha et il réalisa avec stupeur qu’un chasseur ennemi l’avait pris en chasse. D’où sortait-il ? Les assaillants quittaient le système sur un vecteur de fuite trop éloigné de sa position…
–Osso où es-tu ? hurla-t-il soudainement paniqué.
–Je suis presque à portée de tir ; essaie de gagner du temps !
Il s’agrippa aux commandes et tenta tant bien que mal de décrocher son poursuivant. Mais rien à faire. Jusqu’à ce qu’il réalise que l’ennemi ne tirait pas, se contentant de fondre sur lui...inéluctablement.
Oh non….



Il s’appelait Mickhail. Comme son père, lui avait-on dit. Il vivait seul avec sa mère Myra sur Axxila, même si chaque année, à la même époque, ils se rendaient sur Coruscant pour poser des fleurs devant un grand monument. Il y avait beaucoup de caractères gravés dans la pierre, mais maintenant qu’il savait les déchiffrer, il parvint à distinguer les cinq lettres qui formaient son nom. PIETT.
Il avait osé demander un jour à sa mère où était son père, et en le serrant plus fort qu’à l’accoutumée, elle lui avait dit qu’il s’était transformé en étoile, tout là-haut dans le ciel. Il n’avait rien demandé de plus, mais il s’était promis qu’un jour, lui aussi, il les rejoindrait.
Modifié en dernier par Notsil le Mar 11 Sep 2007 - 23:52, modifié 3 fois.
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2369
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar AJ Crime » Mar 11 Sep 2007 - 23:08   Sujet: 

Chapeau bas pour toi Notsil,

J'allais dire que je trouvais tes personnages attachant. Bien plus qu'attachant, ils sont profonds et réels bien plus que les vaisseaux Sith de ta nouvelle. Tu m'as arraché une larme à la fin, merci pour ses quelques lignes d'émotion. (non je ne plaisante pas) C'est le meilleur commentaire que je puisse faire.

Qui, qui veut me faire pleurer? qui se sent capable de le faire?

Bon passons à ce que j'ai relevé:

Notsil a écrit:Et deux hommes portant l’uniforme

tu as du oublier de retirer le premier mots "et".

Dans ton texte, je n'ai pas vu arriver l'escadron vert, leur relève. Raccourcir le récit n'est pas forcément bon pour la compréhension générale.

Notsil a écrit:avec stupeur d’un chasseur ennemi

je pense qu'il faudrait mieux mettre "qu'un" à le place du "d'un".

Une remarque générale, la longueur "TROP COURT", désolé de crier ainsi, mais la qualité du récit et de la psychologie des personnages fait oublier ce défaut.



ps: finalement j'ai eu pas mal de temps aujourd'hui, je devrais réussir à poster l'intégralité de mon texte pour demain.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Titi77 » Mar 11 Sep 2007 - 23:36   Sujet: 

Et trois hourras pour Notsil !
Effectivement un récit émouvant et à la chute inattendue. Personnellement, je ne pense pas que la longueur soit mauvaise : compte-tenu de l'histoire, tout se tient, rien n'est trop long ou pas assez développé.
L'idée de faire combattre les républicains dans des vaisseaux hétéroclites n'est pas mal non plus.
A part ça, je n'ai pas trouvé d'autres coquilles que celles relevées par AJ.
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Suivante

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations