Informations

IMPORTANT : pour que la participation de chacun aux discussions reste un plaisir : petit rappel sur les règles du forum

Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar supernad » Ven 05 Avr 2024 - 18:13   Sujet: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Bonjour à tous, je me présente, Supernad, un fan de Star Wars depuis toujours. Bien que je me sois pas mal intéressé à l'ensemble de la saga, j'ai toujours été curieux de savoir comment la faire avancer. Je n'ai jamais été très fan des préquelles en général, même si je ne les boude pas. À l'époque de l'univers étendu que j'ai beaucoup aimé, je trouvais que l'évolution avait beaucoup de sens. Après le rachat par Disney, il y a eu cet espoir de voir tout cela retranscrit sur grand écran. Même après l'annonce que l'univers étendu serait désormais appelé l'univers légende, j'ai quand même laissé le bénéfice du doute. Je ne suis pas un détracteur de la nouvelle trilogie, je trouve qu'il y a pas mal de bonnes choses dedans.
Malheureusement, l'intérêt de continuer avec l'état dans lequel la saga s'est terminée au cinéma n'est pas très enthousiasmant. C'est pour cela que j'ai imaginé une petite fan fiction qui irait bien loin dans le temps, pratiquement 400 ans après les événements de Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker .

Paradoxalement, j'ai commencé à écrire cette fan fiction avant la rumeur selon laquelle le film sur Rey s'appellerait le nouvel ordre Jedi. C'est pour cela que j'ai décidé de garder le titre. Il y a aussi quelques éléments de la dernière bande-annonce de The Acolyte qui contrediront un peu un aspect de mon histoire, même si j'ai réussi à trouver une excuse pour cela.

La fanfic en elle même je l'ai plus imaginé au début comme un script que comme un livre, c'est pour cela que je l'ai appelé épisode X. J'essaierai de tenir un rythme de parution de 4 et jours entre les chapitres, en espérant qu'elle sera lue par le plus grand nombre possible. Même si je l'ai terminée et que j'ai pris beaucoup de plaisir à l'écrire, c'était une expérience assez jouissive. Donc, je vais vous faire une petite présentation en attendant le premier chapitre.

Donc quelques information a savoir avant la lécture:
1- Première fois que j'écris une fanfic soyez indulgent :D
2- La fanfic comportera 41 chapitres + un épilogue.
3- Elle est le premier tome (ou épisode) d'une trilogie.
4- L'action se passe pratiquement 400 ans après la fin de l'ascension de Skywalker.
5- Tous les personnages sont originaux même si certains ont des noms familiers pour ceux qui connaissent l'univers Légende.
6- Comme je l'ai dis je les imaginais plus comme un script donc a la fin je partagerais le casting.

Voici le générique, et le premier chapitre. Merci d'avance pour vos retour

Image

Chapitre 1 : Les chevaliers du Nouvel Ordre Jedi.

Dans le système solaire de Lybeya, du secteur Bajic de la Bordure Extérieure de la République Stellaire Unifiée, un petit vaisseau Jedi naviguait dans l'espace infini. À bord se trouvaient trois jeunes chevaliers, chacun se préparant à sa manière pour la mission à venir.

Coleman, un jeune Jedi humain d'une vingtaine d'années à peine, à la peau blanche, sur son crâne une couche de chevelure noire. Il portait une robe Jedi blanche sans manche contrastant avec l’allure habituelle d’un Jedi.
Il était en méditation dans sa chambre. Devant lui, son sabre laser en pièce flottait dans l'air, alors qu'il tentait de l'assembler avec la Force. Un éclair de lumière passa entre les morceaux, faisant changer son cristal kyber vert de couleur, passant du vert au jaune, puis au rouge. Concentré, Coleman entendit soudain des pas dans le couloir.

La porte s'ouvrit, révélant Meywine, une autre jeune Jedi du même âge que lui. Coleman laissa subitement les parties de son sabre se fracasser par terre et s'éparpiller au sol.

-Qu'est-ce que tu fais, Coleman ? Oh, tu as encore brisé ton sabre !demanda-t-elle d'un air agacé

-On t'attend avec Sédu. Le briefing avec papa va bientôt commencer.

Coleman ouvrit ses yeux bleus, révélant une lueur d'irritation
- C'était vraiment le pire moment pour m'interrompre, Mey, répondit-il, exaspéré. Il se leva et suivit sa camarade à travers le vaisseau.

Meywine, surnommée Mey par Coleman, était une Jedi humaine à la peau blanche, aux cheveux courts teints en violet et aux yeux noisette. Elle portait une mini-robe Jedi blanche qui lui arrivait jusqu'aux genoux, ainsi que des bottes noires avec un petit talon.

Sédu, un jeune Jedi humain du même âge que ces deux compagnons, de peau noire, très grand de taille, large des épaules, la tête avec un trait fin de cheveux, attendait dans le centre du vaisseau, un air de calme et de détermination sur son visage. Il portait une robe Jedi violette assortie de bottes noires, se tenant droit et sûr de lui.

Sédu le regard sévère lança :
-Coleman, pourquoi avais-tu éteint ton communicateur ? J'ai essayé de t'appeler.

- La mission n'a pas encore commencé, Sédu. J'étais occupé. Si tu voulais me parler, tu n'avais qu'à te déplacer !, lui répondit Coleman d’un air contrarié .

Sédu le réprimanda :
- La discipline est primordiale chez un Jedi. C'est pour ça que j'ai été nommé capitaine de cette mission au lieu de toi.

- Oh, arrête de jouer à "la grande Rey'", tu veux!!!!. Rétorqua Coleman, d'un ton provocateur.

Sédu, gardant son ton calme et froid:
-Je suppose qu'il y en a qui sont prêts à assumer les responsabilités d'un vrai chevalier Jedi et d'autres non.

Coleman sentit le sang lui monter à la tête. L'air imprenable de Sedu l'énervait et il était prêt à emmener ce duel verbal à un autre niveau quand Meywine, le sourire aux lèvres, déclara :

- Autant j'adore voir ta tête en feu s'aplatir contre la belle face de Marbre de Sédou, Coleman. Mais là on a un appel du temple donc vite vite on a affaire.

Sédu se tourna vers la console du vaisseau et appuya sur le voyant rouge. La tension dans la pièce commençait à être pesante.

L'hologramme s'anima, révélant un homme à la chevelure grisonnante vêtu d'une longue robe de Jedi. Les jeunes Jedi lui adressèrent un geste de salutation, inclinant légèrement la tête en signe de respect.

-Hum, j'espère que vous avez une bonne raison de me faire attendre, mes anciens Padawans, Coleman fait encore des siennes, n'est-ce pas ? demanda l'homme avec un sourire amusé.

Meywine éclata de rire et se moqua gentiment:
- Papa, tu as tout compris!

Haris Brightstar, l'homme à l'hologramme, était un éminent chevalier Jedi et le leader de la famille Brightstar. Il est le père de Meywine et le maître de Sédu et Coleman.

Les Brightstar, une lignée descendante directement de Rey, dont le fondateur, Herold Brightstar, avait uni sa destinée à celle de la dernière Jedi il y a près de 400 ans, constituaient l'une des familles fondatrices du nouvel ordre Jedi. Bénis par la Force, ils étaient voués à devenir de grands chevalier.

Coleman sentit la chaleur s’amasser sur ses joues sous le regard moqueur de son maître. Voyant cela, Sédu se hâta de prendre la parole:
- Maître, nous venons de sortir de l'hyperespace.

Haris repris s’éclaircissant la voix :
- C'est bien. Écoutez-moi attentivement. Ce que j'ai à vous dire est important.
Cette mission est la dernière que je vous confie en tant que maître chevalier Jedi. Bientôt, je quitterai le nouvel ordre pour devenir le haut gardien de la prison de Mytus VII. C'est mon devoir en tant qu'héritier de la famille Brightstar. C'est la grande Rey elle-même qui a décidé que notre famille serait gardienne des plus grands criminels de la galaxie, en repentance des actions de notre ancêtre, Shiv Palpatine.

Il ajouta:
-Je vous ai recommandés pour cette mission parce que je crois en vous plus que quiconque.

Meywine répondit fièrement:
- T'as pas à t'inquiéter, papa. Je ferai honneur à notre famille

Haris avec bienveillance :
- Je le sais, ma fille. Un jour, ce sera à toi de reprendre le flambeau.

- Merci, maître, de votre confiance. Je suis prêt pour n'importe quelle mission. Dit Sédu

Coleman agacé :
-Assez des politesses, passons au vrai sujet!!!!.

Haris acquiesça :
- Très bien. Votre mission est de capturer un Jedi renégat du nom de Nit Braum.

Le maître montra ensuite un hologramme représentant un Nautolan, un amphibien à la peau grise, avec des tentacules sur la tête, une forte stature et un sourire narquois.

Il continua:
- Nit Braum était un ancien Chevalier Jedi. Depuis son enfance, il faisait secrètement partie du syndicat criminel Tenloss. Le syndicat l'a envoyé infiltrer les rangs des Jedi pour développer ses propres pouvoirs et apprendre nos stratégies afin de les utiliser contre nous. Il n'y a pas longtemps, il a été découvert et a fui pour rejoindre son syndicat. La rumeur dit qu'il aurait assassiné leur chef et pris sa place.

Sédu surpris:
-Maître, je vous prie de m'excuser, mais est-ce que ce type de mission ne devrait pas être confié à des Jedi plus expérimentés?

- Sédu, l'Ordre a déjà envoyé plusieurs chevaliers pour traquer Braum, mais aucun d'eux n'est revenu vivant. Braum connaît les Jedi, leurs méthodes, leurs stratégies, ce qui lui confère un avantage. C'est pourquoi l'Ordre a décidé de vous envoyer, jeunes et inconnus de lui, afin de le prendre par surprise. Lui répondit le chevalier Jedi .

- Donc en gros, les anciens se la coulent douce au temple pendant qu'on doit essuyer derrière eux, c'est ça. Dit Coleman d'un ton narquois

Haris esquissa un léger rire:
- À peu près, oui. C'est moi qui ai mené l'enquête sur Braum, et en temps normal, sa capture me reviendrait. Mais mon nouveau rôle de haut gardien m'a empêché de poursuivre cette mission.

Puis bascula vers un ton plus triste:
- Je me sens coupable de la perte de plusieurs chevaliers. C'est pour cela que cette fois, j'ai demandé au conseil de me laisser choisir qui irait interpeller Braum. Naturellement, j'ai choisi mes deux anciens padawans fraîchement devenus chevaliers et ma fille.

Le maitre pris son ton le plus paternel en s'adressant au trio:
- Vous trois, vous n'êtes pas n'importe quels jeunes chevaliers Jedi. Sédu et Coleman, vous portez en vous mes enseignements, et ma fille, Meywine, tu es la fille de la prophétie de la grande Rey. En 2 ans en tant que chevalier Jedi, tu as déjà accompli bien plus que nombre de maîtres aguerris.

Coleman, semblant frustré par la mention de cette prophétie, dit à son maître d'un ton solennel :
- Maître. Je vous ramènerai la tête de Braum.

- N'oublie pas de laisser la tête attachée au corps ! Ajouta Haris en riant.

Coleman lui sourit :
- Je ferai de mon mieux, mais je ne vous promets rien.

L'atmosphère semblait s'être allégée dans le vaisseau

- Sédu, je t'ai choisi comme capitaine parce que tu sais garder la tête froide. Je compte sur toi pour bien gérer les deux autres. Lui déclara son maitre .

- Maître, encore une fois votre confiance m'honore et me remplit de joie.C'est fait l'ordinateur de bord vient de recevoir les informations sur Braum . Dit Sédu reconnaissant .

- Braum se dirige avec certains membres du syndicat Tenloss vers les astéroïdes de Vergesso. J'ai reçu des informations de ma source à l'intérieur du syndicat sur une transaction imminente avec des braconniers de l'espace. Expliqua Haris .

Sédu d’une voix assuré :
- C'est une opportunité à ne pas manquer. Je rentre les coordonnées

- Un Jedi renégat et des braconniers, jolie association. Je sens que je vais m'amuser ! intervint Meywine .

Haris terminant son appel :
- Je n'ai pas à vous rappeler ce que fait un chevalier Jedi. Nous sommes les épées de la justice. Ne permettons pas à l'obscurité de nous submerger. Malgré les actes de Braum, il répondra devant un tribunal juste. Je compte sur vous pour être exemplaires et envoyer un message fort à toute la galaxie. Que la force soit avec vous. L'hologramme se dissipa.

Meywine se tourna vers Sédu tout en le vouvoyant, dit d'un ton moqueur :
- "Capitaine", je crois qu'il est temps de vous informer que Coleman a encore cassé son sabre laser.

Coleman, comme un enfant accusé:
- C'est faux !

Sédu se tourna à son tour vers Coleman :
-Coleman, pourquoi ton sabre n'est pas accroché à ta ceinture ?

- C'est rien, je l'ai juste fait tomber en le nettoyant. Répondit Coleman, d'un ton douteux .

Sédu, l'air mesquin :
- T'inquiète, tu peux utiliser celui que j'ai en rechange. Être discipliné, c'est aussi toujours avoir un deuxième sabre laser en cas où, oui.

Meywine avec humour :
- Ah, que deviendrons-nous sans monsieur discipline ?!

Les rires des trois Jedi résonnaient, signe de leur confiance mutuelle face à la mission qui les attendait.
Modifié en dernier par supernad le Dim 07 Avr 2024 - 22:46, modifié 17 fois.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar GTZL1 » Ven 05 Avr 2024 - 19:59   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Hello there :hello:
Bienvenue dans la section, c'est toujours sympa d'avoir un nouvel auteur.

J'ai globalement assez bien aimé le début de ton histoire, j'ai envie de lire la suite pour l'instant :oui:.
Par contre 41 chapitres... C'est vraiment long, à 1 par semaine ça fait presque une année ! As-tu envisagé de couper ton idée générale en 4 tomes ou de rallonger un peu tes chapitres pour en avoir moins ? (celui que tu as posté n'est absolument pas trop long par exemple, ça ne gênerait pas). Parce que sur près d'un an, je ne suis pas sûr que les lecteurs parviennent à suivre :transpire:.

Donc Rey a finalement tourné la page Kylo Ben... Moi je suis pas contre, mais tu risques de réveiller les foudres des Reylo du forum :D.
"You're not fighting me. You're fighting yourself... and losing."

Crédit avatar: lornaka
Fan-fics: Le Secret de Ryloth, Je vous l'avais dit, Zolta : premières armes
GTZL1
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1780
Enregistré le: 09 Avr 2020
Localisation: flying Maul's Gauntlet
 

Messagepar Jagen Eripsa » Ven 05 Avr 2024 - 20:12   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Bienvenue une fois encore !

GTZL1 a écrit:Par contre 41 chapitres... C'est vraiment long, à 1 par semaine ça fait presque une année ! As-tu envisagé de couper ton idée générale en 4 tomes ou de rallonger un peu tes chapitres pour en avoir moins ? (celui que tu as posté n'est absolument pas trop long par exemple, ça ne gênerait pas). Parce que sur près d'un an, je ne suis pas sûr que les lecteurs parviennent à suivre :transpire:.

Je m'inscris en faux, il y a des lecteurs fidèles qui suivent sur le long terme, et d'autres qui pourront découvrir le récit au fur et à mesure ^^
“Nulla dies sine linea.” - Pline l'Ancien
Jagen Eripsa
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 23804
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar supernad » Ven 05 Avr 2024 - 20:50   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

GTZL1 a écrit:Hello there :hello:
Bienvenue dans la section, c'est toujours sympa d'avoir un nouvel auteur.

J'ai globalement assez bien aimé le début de ton histoire, j'ai envie de lire la suite pour l'instant :oui:.
Par contre 41 chapitres... C'est vraiment long, à 1 par semaine ça fait presque une année ! As-tu envisagé de couper ton idée générale en 4 tomes ou de rallonger un peu tes chapitres pour en avoir moins ? (celui que tu as posté n'est absolument pas trop long par exemple, ça ne gênerait pas). Parce que sur près d'un an, je ne suis pas sûr que les lecteurs parviennent à suivre :transpire:.

Donc Rey a finalement tourné la page Kylo Ben... Moi je suis pas contre, mais tu risques de réveiller les foudres des Reylo du forum :D.


Salut ,merci pour l'accueil et le retour. Comme le dit Jagen j'ai vu sur le forum pas mal de fic assez longue. Je me suis dis qu'un rythme de 4 jours pourrait aider a la faire découvrir sans inonder le topic. Mais je pense que je vais accélérer au moins au début pour que les bases soient établis.

Je suis un grand fan de Reylo , ça m'a même poussé a lire du Ali Azlwhood c'est dire :D

Et pendant un moment j'ai hésité avec le fameux " il lui a fait un enfant via la force, quand il a partagé sa force vitale". Mais je me suis dis que je ne peux pas encore une fois laisser le dernier des Jedi puceau (dans ce cas pucelle). :D

De plus la scène que je déteste le plus de la saga c'est "Rey Skywalker". Je voulais donner une nouvelle lignée. D'ailleurs dans cette oeuvre Rey ne sera jamais référencée comme "Rey Skywalker", mais comme "la grande Rey" fondatrice du nouvel Ordre Jedi.

PS: Pour ceux qui auraient du mal avec le prénom Sédu, ça se prononce comme Windu.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar sam sanglebuc » Sam 06 Avr 2024 - 7:16   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

On peut être Reylo et ne pas mordre !
Bon courage pour la publication !
Ben: "Tu n'es pas seule"
Rey: "Toi non plus"
# JE SUIS KYLO - REYLO VIVRA !
sam sanglebuc
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 249
Enregistré le: 09 Sep 2017
Localisation: Libourne (33)
 

Messagepar supernad » Sam 06 Avr 2024 - 13:54   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

sam sanglebuc a écrit:On peut être Reylo et ne pas mordre !
Bon courage pour la publication !


Merci. Les Reylo ne sont qu'amour :ange: . :lol:
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Dim 07 Avr 2024 - 22:36   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Meme si nous sommes dans un topic de lettre, un peu d'illustrations ne fera pas de mal. Je me suis dis histoire de donner envie de lire la fic et pour célébrer plus de 400 vue, je vous partage ses images générées par une IA pour vous présenter un peu les personnages du premier chapitre.

Coleman.
Image

Meywine
Image

Sédu
Image

Haris Brightstar

Image

A demain pour le deuxième chapitre. :hello:
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar Adanedhel » Lun 08 Avr 2024 - 1:06   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Hey ! Ca fait plaisir de voir un peu d'activité dans la section fan-fic !

41 chapitres effectivement c'est beaucoup ! Si en termes de longueur ils correspondent à celui là, je pense que tu pourrais les poster deux par deux, chaque dimanche :wink:

Un chapitre très introductif qui présente donc les personnages et un début d'intrigue ! Je l'ai trouvé très sympa à lire, mais il contient je dirais pas mal de petites maladresses et défauts qu'on a un peu tous en commençant l'écriture, du coup je vais essayer de te faire les retours qui m'avaient bien aidés à l'époque où je m'étais lancé :)

Effectivement on sent le côté scénario, en dehors des dialogues ton texte est très descriptif et je dirais qu'il manque un peu de "vie", il est très factuel et décrit ce qui se passe de manière un peu impersonnel sans nous le faire ressentir via le prisme d'un personnage, sans s'attarder sur les différentes actions ou émotions... ça fait qu'il se lit très vite, mais oui on sent un côté plus "document de travail" qui attend d'être illustré par des images, que texte littéraire destiné directement à un public...
Là par exemple c'est un chapitre qui pourrait être écrit du point de vue de Coleman (sans forcément être à la première personne, simplement un narrateur externe qui embrasse le point de vue d'un des personnages. Ce côté vivant peut être apporter aussi via un narrateur purement omniscient et détaché, mais je trouve l'exercice plus difficile), au moment où il travaille sur son sabre tu pourrais te concentrer sur l'effort que ça lui demande, décrire plus précisément ce qu'il ressent, on s'attacherait davantage à lui en étant déjà "dans sa tête". Plutôt qu'une description un peu plate "il avait les cheveux machins, et les yeux trucs, et portaient une tenue comme ceci", c'est des éléments qui peuvent être intégrés à la narration de manière plus fluides ("dépité, il passa sa main dans son épaisse chevelure noire", "en se relevant, il lissa les plis de sa tunique blanche, qui tranchait avec les tenues traditionnelle..."). Puis quand il rejoint ses deux camarades, au choix tu peux changer de point de vue pour adopter celui d'un des deux autres, ou bien rester sur Coleman et nous montrer ce que lui pense d'eux, comment il les perçoit. Sans doute de façon pas tout à fait objective, ce qui permet d'apporter un peu de nuances entre ce qu'ils renvoient et ce qu'ils sont réellement, ça te donne de la marge pour faire évoluer leurs perceptions au fil de l'histoire ! :oui:

Côté dialogues ils sonnent plutôt justes, dans un ton que je trouve peut-être trop "familier", mais je dois bien avouer que j'associe plus facilement Star Wars aux dialogues un peu ampoulés de George Lucas :transpire: globalement tu ne transmets par les dialogues que des infos que les personnages ne connaissent pas donc ça c'est cool (sauf peut-être le nom de leur ancêtre, ça aurait pu passer par la narration plutôt qu'un dialogue, là il y a un peu ce côté "mon ancêtre Palpatine a fait des choses terribles, mais vous le savez déjà, je voulais juste le répéter à voix haute, comme ça" :paf: l'ellipse de 400 ans pourrait le justifier, mais pour des proches de ce personnage j'imagine que l'histoire de l'Ordre est connue :think: )

Coleman est le mieux caractérisé des trois, on sent tout de suite le côté tête brûlé, pour ce qui est de Mey et Sedu en revanche je trouve qu'ils ont un peu la même voix, pour l'instant je ne suis pas sûr de pouvoir discerner le caractère de l'une ou de l'autre... je suppose que leurs traits propres auront l'occasion de se démarquer par la suite, mais si tu envisages de retravailler ton texte un jour, c'est un élément sur lequel il pourrait être pertinent de s'attarder (je ne sais pas dans quel ordre tu as écrit ton récit, mais il est probable que ce chapitre soit un des tous premiers, peut-être que les personnages ont gagné en précision dans ta tête depuis, et qu'ils gagneraient à être peaufinés de ce côté là :wink: )

Voilà, j'espère que ce sont des conseils qui pourront t'être utiles à l'avenir, ils m'ont en tous cas bien aidés et j'essaye de les appliquer autant que possible à ce que j'écris.

En tous cas je suis curieux de découvrir ce que tu as en réserve pour la suite, vers quelles directions tu vas faire tendre ton récit (surtout si tu puises quelques inspirations dans le Legends :love: ), je trouve toujours intéressant de découvrir ce qui peut être créé dans des fan-fics qui se risquent à explorer l'après Rise of Skywalker :oui: ([instant auto promo] tu seras peut-être curieux de jeter un oeil à ma proposition en la matière, qui prend place après une ellipse bien moins longue que la tienne ^^ de base je travaillais dessus en l'appelant aussi Episode X, mais j'ai opté pour un autre nom au fil de l'écriture ! [/instant auto promo])
Staffeur Littérature Comics VO

Fan-Fic post-Episode IX : Les Échos de Mortis !
Adanedhel
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3148
Enregistré le: 04 Juin 2015
Localisation: (Ky)Lorraine
 

Messagepar supernad » Lun 08 Avr 2024 - 12:53   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Les toile héroïque en force :D . Merci Ada pour ces conseils précieux. Il est vrai que c'était difficile de sortir de cette narration script. Surtout pour ce premier chapitre ou j'imaginais après le texte la caméra descendre sur le vaisseau Jedi. Pour l'instant je vais le garder tel qu'il est, mais je vais appliquer ce que tu m'as dis pour le reste de l'histoire pour lui donner plus de vie .

Et sans faute je vais faire un passage sur ta fanfic pour la lire.

Les prochains chapitres seront plus long mais je n'exclus pas de poster deux en même temps surtout les deux prochains qui sont très complémentaires.
Modifié en dernier par supernad le Lun 08 Avr 2024 - 13:15, modifié 1 fois.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar Adanedhel » Lun 08 Avr 2024 - 13:14   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Aah j'ai failli te demander si tu étais le supernad de LTH, sans ton avatar de Superman j'étais pas sûr :lol:

En tous cas c'est clairement pas rien de se lancer et d'arriver au bout d'un projet de fan fic, je suis vraiment curieux des idées que tu vas développer par la suite !
Staffeur Littérature Comics VO

Fan-Fic post-Episode IX : Les Échos de Mortis !
Adanedhel
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3148
Enregistré le: 04 Juin 2015
Localisation: (Ky)Lorraine
 

Messagepar supernad » Lun 08 Avr 2024 - 13:26   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Adanedhel a écrit:Aah j'ai failli te demander si tu étais le supernad de LTH, sans ton avatar de Superman j'étais pas sûr :lol:

En tous cas c'est clairement pas rien de se lancer et d'arriver au bout d'un projet de fan fic, je suis vraiment curieux des idées que tu vas développer par la suite !



Ça ne se voit pas , mais c'est bien Superman mon Avatar il porte juste une robe Jedi avec sabre bleu en mains. :lol: . Oui ses idées me traitaient dans la tête depuis pas mal de temps. C'est parceque j'ai eu enfin du temps libre en ce moment que j'ai fini par les écrire. Et j'étais le premier surpris du kiff que ça procure. J'espère pouvoir répéter l'expérience pour le tome 2 le plus tôt possible.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Lun 08 Avr 2024 - 23:30   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Voici le deuxième chapitre ,bien plus long que le premier. Nous continuons avec la mise en place de ce nouvel ordre Jedi. J’espère qu'il va vous plaire. Enjoy :hello: :hello:



Chapitre 2 : La cérémonie de la lumière des étoiles

Dans le lointain Secteur Abrion se trouve la planète Scarif, un lieu chargé d'histoire et de signification pour le nouvel ordre Jedi. Autrefois sous l'emprise des derniers vestiges de l'Empire et du Premier Ordre, ces forces oppressives avaient exploité les ressources naturelles de la planète et opprimé ses habitants autochtones.

Cependant, tout a changé lorsque Rey, séduite par la puissance de la Force imprégnant Scarif, décida d'en faire le nouveau foyer des Jedi. Avec l'aide des locaux, elle libéra la planète de ses ennemis, négociant un accord pour que les Jedi deviennent les gardiens de Scarif, protégeant à la fois ses habitants et ses richesses naturelles.

Ainsi, elle devint un symbole de la victoire du bien sur le mal et de la renaissance de l'Ordre Jedi. Pratiquement 400 ans après la libération de la planète, le Nouvel Ordre a érigé un grand temple imposant et une cité majestueuse, devenant le principal fief de ces chevaliers.

Ces structures grandioses témoignent de la réussite et de la prospérité du Nouvel Ordre, guidant de nombreux apprentis sur le chemin de la Force. Mais Scarif n'est pas seulement un symbole du renouveau des Jedi, c'est aussi un bastion de sécurité et de protection.
Un immense bouclier enveloppe la planète, créant une barrière impénétrable qui ne laisse passer que les vaisseaux autorisés. Ce bouclier garantit la sécurité de Scarif et de ses habitants, préservant la paix et la tranquillité.

C'est sur cette planète et dans son académie Jedi que Valia Laurine, une Zéltrone âgée de 17 ans, était en train de passer sa dernière nuit en tant qu’élève. Demain aura lieu la cérémonie des lumières des étoiles. Cette fête marque le jour où les étudient ayant fini leur éducation à l'académie sont envoyés à leurs maîtres Jedi pour devenir leurs padawan. Et où de nouveaux jeunes étudiants feront leurs rentrés à l'académie. Cette célébration représente un moment important dans la vie des jeunes serviteurs de la force, symbolisant le passage à un nouvel état de responsabilité et d'apprentissage.

Fraîchement diplômée, Valia n'est pas n'importe quelle Padawan, elle est l'héritière de la prestigieuse famille Laurine. L'histoire de cette famille remonte à plusieurs générations. Son ancêtre, Malek Laurine, fut une sénatrice respectée de la Nouvelle République, ayant joué un rôle crucial dans la construction du nouvel ordre Jedi. En tant qu'intermédiaire entre cet ordre naissant et la République Stellaire Unifiée, Malek contribua à établir une relation solide entre les Jedi et les peuples de la galaxie.

Grâce aux services rendus à l'ordre, la famille Laurine obtint le statut privilégié de "Voix des Jedi" au sein du sénat de la République Stellaire. Ce rôle de porte-parole leur conféra un pouvoir politique considérable au cœur de la galaxie.
Valia, en tant qu'héritière de cette lignée illustre, porte sur ses épaules le poids de cette tradition et l'espoir de perpétuer l'héritage familial dans le respect des valeurs Jedi.

Depuis trois ans, la jeune Zeltrone a suivi une formation rigoureuse, préparant ainsi son chemin vers cette destinée. Demain, elle quittera la planète Scarif pour se rendre sur Ahch-To. Là, dans le monastère dédié au légendaire Luke Skywalker, elle poursuivra sa formation en tant que Prêcheuse, guidée par les plus grands maîtres Jedi de cette branche.

Dans le nouvel ordre Jedi, les Jedi sont dispersés en trois branches distinctes : les Chevaliers Jedi, les Jedi Prêcheurs et les Jedi Chercheurs.

Les Chevaliers Jedi constituent le cœur de l'ordre, représentant ses guerriers et ses protecteurs. Ils sont principalement formés au combat au sabre laser et sont chargés de maintenir la paix dans la galaxie, en intervenant lorsque des situations de conflit surgissent. Les Chevaliers se consacrent à l'application des principes Jedi sur le terrain, défendant les opprimés et combattant les forces du mal. Ils sont souvent envoyés en mission dans toute la galaxie pour répondre aux menaces et aux crises.

Les Jedi Prêcheurs, quant à eux, assument un rôle plus spirituel et diplomatique au sein de l'ordre. Ils sont responsables de la direction des temples Jedi sur différentes planètes et jouent un rôle majeur dans l'identification et le recrutement des sensibles à la Force.
En créant ce nouvel ordre, Rey abolit l'idée de prendre des jeunes enfants ou des nouveau-nés à leurs parents pour les former. À la place, elle instaura la création de plusieurs temples dans plusieurs planètes où les prêcheurs ont le devoir de localiser les jeunes sensibles à la Force et de les adhérer aux préceptes Jedi sans les séparer de leurs proches. Au début de leurs adolescences, les jeunes apprentis doivent choisir de continuer leur éducation sur Scarif à l'académie ou suivre un autre chemin.

Les Prêcheurs agissent également en tant que conseillers et médiateurs entre l'ordre et les politiciens de la galaxie, facilitant la communication et la coopération pour le bien-être de la République Stellaire Unifiée.

Enfin, troisième et dernière branche, les Jedi Chercheurs se spécialisent dans la recherche et le développement de technologie compatible avec la Force. Ils explorent les mystères de la Force et travaillent à créer de nouvelles technologies qui utilisent cette énergie mystique de manière éthique et respectueuse.

Les Chercheurs sont également les gardiens de l'histoire Jedi, veillant à la préservation des connaissances et des artefacts liés à l'ordre à travers les âges. En tant qu'explorateurs et archéologues, ils parcourent la galaxie à la recherche de réponses aux questions fondamentales sur l'origine des Jedi.

Valia a toujours été une âme timide et introvertie. Depuis son plus jeune âge, elle a été élevée dans l'ombre imposante du poids et du prestige de son nom. Malgré les attentes de sa famille et de ses maîtres Jedi, elle a toujours ressenti une certaine déception envers elle-même, car elle ne parvenait pas à se conformer pleinement aux normes imposées par sa famille.

Pendant ses trois années passées, l’héritière Laurine a démontré à maintes reprises qu'elle possédait les qualités et les compétences d'une véritable chevalière. Son habileté au combat et sa maîtrise de la Force étaient indéniables, mais elle n'a jamais réussi à surmonter complètement sa nature réservée. Malgré ses efforts, elle se sentait souvent en décalage avec les demandes de ceux qui l'entouraient, ce qui alimentait sa propre frustration et son sentiment d'inadéquation.

Pourtant, en dépit de ses luttes intérieures et de la pression familiale , elle nourrissait en secret le rêve de devenir un jour chevalière Jedi. Elle aspirait à utiliser ses pouvoirs pour aider et défendre ceux qui ne pouvaient pas se défendre eux-mêmes, même si elle gardait ce désir enfoui au plus profond de son cœur. Les chevaliers représentaient pour elle l'idéal de l'altruisme et du service désintéressé, agissant au nom de la justice et de la paix dans la galaxie, tandis que les autres branches semblaient être davantage au service de l'ordre et de ses enseignements.

La jeune padawan se tenait à l'intérieur de sa chambre dans l'académie, rangeant soigneusement ses affaires en préparation de son voyage imminent. Sur le mur, une petite holovid se reflétait sur ses yeux verts, illuminant ses cheveux longs blonds, diffusant en boucle un message réconfortant de sa mère, lui assurant que tout irait bien et qu'elle ferait la fierté de la famille Laurine. Ces paroles lui apportaient un certain réconfort, mais ne suffisaient pas pour accepter son avenir tout tracé.

À côté de l'holovid, une tablette reposait sur le bureau, affichant un ancien texte écrit par le maître Jedi Finn. Ce dernier était célèbre pour être un précurseur de la théorie de l'attachement comme source positive de la Force, une idée révolutionnaire qui remettait en question les dogmes traditionnels de l'Ordre Jedi.

Finn avait également été celui qui osa mettre fin au célibat imposé aux Jedi, plaidant en faveur de relations basées sur l'amour et la compassion plutôt que sur la séparation et le détachement.

Pour Valia, ces idées avaient toujours résonné profondément, faisant écho à ses propres convictions sur la nature de la Force et le rôle des Jedi dans la galaxie.

La jeune Zéltrone passa la nuit à méditer sur les héros légendaires comme Finn et Rey, se demandant s'ils auraient accepté leurs destinées sans broncher. Peu à peu, une pointe de colère monta en elle, ce sont eux qui ont établi les bases de ce nouvel ordre Jedi, avec toutes ses nouvelles traditions.Se retournant dans son lit, elle pensa même casser la tablette d'un coup de ses petites cornes qu'elle possédait sur son front signe de la lignée de sa famille, mais se ravisa à la dernière minute. Ne voulant pas faire de bruit.

Après une nuit agitée, le soleil émergeait sur Scarif, illuminant la chambre de Valia d'une lueur dorée. Des coups insistants à sa porte rompirent le calme. Elle savait exactement qui se tenait de l'autre côté, son plus ancien ami et allié, Zain Solaris.

Les Solaris sont une lignée prestigieuse d'académiciens dévoués à l'Ordre Jedi. Originaire de la planète Kiffex, ils ont joué un rôle crucial pendant l'ère impériale, sauvant en secret des Holocrons Jedi, préservant ainsi l'héritage de l'Ordre. Leur don unique de psychométrie, hérité de la Force, leur permettait de visualiser le passé en touchant des objets ou des personnes.

Après la chute de l'Empereur, ils avaient prêté main-forte à Luke Skywalker dans ses premiers efforts de reconstruction. À la disparition de ce dernier, les Solaris avaient poursuivi leur quête du savoir . Mais c'est avec l'avènement de Rey qu'ils se mirent completeemnt au service du nouvel ordre. Gavi Solaris, ancêtre de Zain, fut le principal allié de la dernière Jedi, l'aidant à retrouver des connaissances qu'elle pensait perdu à jamais.

Des années après Il établit même sur Endor un grand institut de recherche et de conservation de l'histoire des Jedi du nom "les phares d'Endor".

Zain, tout comme ses ancêtres, possédait ce don unique de psychométrie. Il était le seul ami de Valia depuis leur enfance, leur amitié étant née des liens entre les deux familles et de leur implication dans la formation du nouvel Ordre.

Contrairement à son amie, l'héritier Solaris lui n'avait aucun mal à embrasser sa destinée choisie pour lui, un chemin tout tracé pour l’emmener a devenir le prochain Doyen des phares d’Endor.

D’un caractère moins soucieux et plus ouvert que sa camarade, il excellait dans les matières théoriques comme l'histoire des Jedi et de la République. Ce sont les activités plus physiques liées à la Force dont il avait le plus de mal, comme le combat au sabre laser ou les exercices de lévitation les plus poussés.

Aprés plusieurs minutes ou Zain s'acharna sur la porte, Valia se décida à lui ouvrir la porte en utilisant la force d'un geste de la main. Là, un jeune humain chétif, portant une robe Jedi marron, sur sa ceinture un sabre blaster, un outil multifonction, se faufila dans la pièce d'un air enthousiaste, s’exclamant.
-Hé, Valia, tu n'es pas encore prête ? La cérémonie va commencer dans quelques heures, tout le monde sera là ! Ils vont annoncer Maître Koffi comme nouveau membre du Conseil !

- Je ne sais pas si je vais y aller..." répondit Valia timidement se levant difficilement pour l'accueillir, puis surprise elle demanda : Attends, qu'est-ce que tu viens de dire sur Maître Koffi ?

- Oui c'est génial, tu sais ? Notre directeur d'académie va devenir membre du conseil. On aura un lien direct avec le conseil, nous, la nouvelle génération ! L’informa son ami.

- Je ne sais pas, Zain. Je connais Maître Koffi depuis bien plus longtemps que toi. J'ai toujours trouvé certaines de ses idées un peu poussiéreuses, comme l'intégration du nouvel ordre au sein de la République stellaire unifiée. Dit-elle d'une voix pleine de doute.

- Ne t'inquiète pas. Les Laurine garderont leur place, même si l'ordre se joint à la République. Et pour moi, en tant que futur Chercheur, avoir accès aux ressources des Jedi et de la République serait une véritable aubaine. Affirma –t-il d'un air nonchalant en entortillant de ses doigts ses cheveux noirs bouclés.

- Tu sais, en tant qu'apprenti historien, tu sembles avoir vite oublié ce qui s'est passé la dernière fois que les Jedi ont fait confiance aux politiciens. Lui fit remarquer Valia avec un ton sarcastique.

- Attends, c'était il y a longtemps, tout le monde a retenu la leçon. Ça ne risque plus d'arriver. Tous les criminels sont emprisonnés sur Mytus VII, les Brightstar veillent sur la galaxie. Clama le jeune Solaris, examinant de ses yeux bruns le holovid de la mère de Valia.
- L'histoire a une fâcheuse tendance à se répéter lui. Rétorqua son amie.

- Alors, pourquoi tu ne veux pas aller à la cérémonie ? L’interrogea Zain, tentant de changer de sujet.

- Je ne sais pas,... C'est juste que... Je ne suis pas sûre de vouloir y aller... J'ai l'impression que je vais me sentir seule sans toi... lui avoua Valia d'une voix tremblante, ses larmes commençant à monter.

- Ne t'inquiète pas. Nous pourrons toujours rester en contact grâce aux communicateurs. Et puis, tu devrais être excitée d'aller au monastère de Luke. C'est l'un des endroits les plus prestigieux de la galaxie, où se retrouvent les plus éminents théologiens et philosophes Jedi. C'est un honneur d'être sélectionnée pour cela. La rassura le jeune homme avec un sourire bienveillant, comprenant qu’elle parlait de son imminent voyage et non de la cérémonie.

-Mais... Mais ... Tu sais... Je ne suis pas sûre d'avoir mérité cet honneur... Je l'ai obtenu uniquement grâce à mon nom de famille... J'ai essayé de parler à ma mère et à Maître Koffi... Je ne voulais pas devenir prêcheuse... Je voulais devenir chevalière... Mais personne ne m'a écoutée. Dit Valia d'une voix entrecoupée de sanglots, se rappelant à quel point cette décision imposé pesait sur son âme.

Zain, avec compassion, tenta de la consoler.
- Valia... Nous avons souvent parlé de cela depuis notre enfance... L'aventure, les combats, c'est bien, mais nous avons un devoir envers l'Ordre et nos familles. Notre présence et celle de nos familles sont la garantie que l'Ordre Jedi survivra toujours. Les prêcheurs et les chercheurs sont les piliers de cette organisation, et c'est grâce à eux que les chevaliers peuvent mener à bien leurs missions tout en ayant une institution qui les protège.Tu devrais considérer cet honneur comme une opportunité, plutôt que comme une source de souffrance.

Le silence s'installa, empli de la tension des émotions non exprimées. Valia regardait fixement le sol, voulant arrêter ses larmes qui menaçaient de déborder. Zain, quant à lui, observait son amie avec une expression empreinte de compréhension et de compassion, il décida de briser cet atmosphère chargée d'incertitude et de peine.

- Est-ce que tu pourrais venir à la cérémonie, juste pour moi ? S’il te plait, cela signifierait beaucoup pour moi de partager cette journée avec toi , je te promet nous passerons un très bon moment. Lui proposa tendrement en prenant doucement les mains roses de la Zéltrone, couleur de peau de son peuple, dans les siennes au teint cuivré.

Valia, ne voulant pas refuser cette invitation faite avec tant de considération, hocha timidement la tête en signe d'acceptation.

Alors qu'elle essuyait ses larmes tentant de retrouver son calme, elle se rendit compte soudain qu'elle avait oublié de demander au jeune Solaris où il avait été envoyé
- Oh, au fait, ... Où as-tu été affecté ? S'empressa de lui demander.

- Je vais être le padawan de Maître Mika Zoras ! On va explorer les vestiges de l'ancien château des comtes de la planète Serenno avec notre groupe de chercheurs ! J'ai hâte ! Cria le padawan, sautillant de joie.

Avant qu'il ne commence un cours sur l'histoire de Serenno, lui qui ne ratait aucune occasion pour transformer la moindre petite discussion en exposé, Valia interrompit son ami, lui demandant de l'intimité pour se changer.

Zain s'exécuta sans rechigner avec le sourire aux lèvres. Près de la porte, alors qu'il attendait, il remarqua dans les couloirs un de leurs camarades de classe, Geki Késhin, un jeune humain de petite taille aux cheveux rouges et aux yeux bridés, qui était embêté par d'autres membres de l’académie. Il avait toujours ressenti de la pitié pour Geki. Malgré son tempérament chaleureux et amical, il n'était pas très bon élève et se faisait souvent moquer par les autres.

Valia, quelques instants après, sortit à son tour, vêtue d'une robe de cérémonie aux couleurs orange de la famille Laurine. Elle interrogea son ami sur ce qui se passait.
- C'est encore Geki qui se fait embêter par les autres. Le pauvre a à peine réussi le test pour devenir Padawan Chevalier. Je me demande quel maître a pu le choisir pour le former ? Lui répondit le jeune Solaris.

Zain, je comprends tes doutes, mais je pense que tu sous-estimes Geki. Malgré ses lacunes, il montre toujours une détermination remarquable. Peut-être qu'il cache un potentiel que nous navons pas encore vu. Lui fit remarquer Valia avec un air réfléchi.

-Qui? Geki, le pleurnichard, a du potentiel ? Il finira sûrement garde dans un temple, loin, loin dans cette galaxie. -Tu sais, tu as déjà les bases d'un bon prêcheur. Tu arrives à voir le potentiel des autres là où il n'y en a pas. Se moqua Zain

- Tu peux être assez méchant quand tu le veux. Lui reprocha Valia d'un ton vexé.

- Je te promets d'être de meilleure humeur si tu te mets à marcher. Allons-y. Dit Zain d’un air pressé.

Le couple d'amis quittèrent la chambre de Valia et se dirigea vers le grand temple, où la cérémonie devait avoir lieu. Ils furent rapidement rejoints en route par d'autres padawans et apprentis, tous vêtus de leurs plus beaux atours et rayonnants de joie pour cette journée spéciale. Attendant impatiemment le début des festivités.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Jeu 11 Avr 2024 - 21:09   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Troisième chapitre.Sur une lointaine planète,un Jedi au nom célèbre (pour les fans de l'univers légende) se voit assigner une mission des plus étranges. J’espère qu'il va vous plaire. Enjoy :hello: :hello:


Chapitre 3: Le Jedi exilé

Dans les couloirs du nouveau grand temple Jedi, le droïde de protocole TC-400 se frayait un chemin à travers la foule venue assister à la cérémonie de la lumière des étoiles, sa lourde démarche métallique résonnant dans les vastes corridors. Passant de la grande bibliothèque, où les holocrons brillaient de leur savoir ancien, émettant une lueur mystérieuse qui illuminait les rayons de textes sacrés et d'anciens manuscrits, aux salles de méditation imprégnées de sérénité. Jusqu'à la salle du conseil, là les sièges étaient disposés de manière différente du traditionnel cercle. Trois étaient alignés de chaque côté de la pièce, avec une petite scène au centre, élevée au-dessus du reste. Le siège central était flanqué de deux autres sièges à ses côtés, bien que moins élevés que le siège principal, chacun symbolisant l'importance et l'autorité des membres du Conseil Jedi.

Malgré ses efforts, le droïde ne parvenait pas à remplir sa principale mission, retrouver le grand maître dans les couloirs animés du temple. TC-400 semblait de plus en plus inquiet, ses circuits internes s'activant frénétiquement alors qu'il continuait à arpenter les couloirs. Il n'hésitait pas à interpeller les passants qu'il croisait, leur demandant d'une voix synthétique s'ils avaient aperçu le grand maître. Pourtant, il savait pertinemment que le grand maître avait une habitude singulière lorsqu'elle cherchait la tranquillité. Elle se retirait dans une petite salle de méditation, nichée au fin fond du temple, oubliée de tous. C'était là qu'elle se rendait pour trouver le calme et la paix loin de l'agitation du temple.

Dans cet humble sanctuaire de paix, le grand maître, une femme humaine finissant sa trentaine, dont la silhouette fine et les longs cheveux noirs semblaient embrasser la quiétude, assise sur le sol enveloppée dans une robe blanche à rayure dorée d'une pureté angélique, plongée dans une profonde méditation.

Bien que son corps soit immobile, son esprit semblait vagabonder à travers la galaxie, se concentrant intensément sur la recherche d'une personne particulière.D'un coup, la conscience du grand maître se retrouva sur la planète océanique Ahch-To, qui avait considérablement changé en près de 400 ans. Sur cette planète où Rey avait été entraîné par Luke Skywalker, elle y fit construire sur une des îles un monastère en mémoire de son maître.

Ce monastère est devenu un lieu de pèlerinage renommé pour tous les croyants dans la Force, attirant de nombreux académiciens, philosophes et théologiens en quête de sagesse et de connaissance.

Les Lanais, habitants originels de la planète, ont vu arriver d'autres races venues s'installer pour profiter de l'attrait du monastère. Une petite ville s'est érigée, avec plusieurs infrastructures et un marché animé, pour répondre aux besoins des visiteurs.

Dans ce marché, un Rodian de petite taille, vert de peau, les antennes bien aiguisées, se hâlait tout en regardant nerveusement par-dessus son épaule, soupçonnant d'être suivi. Dans sa fuite, il emprunta plusieurs ruelles pour échapper à son poursuivant.

Il se retrouva finalement dans une impasse, en faisant demi-tour il tomba face à face avec un homme humain imposant, dans la quarantaine. Il portait un long manteau rouge grenat sur son dos flanqué le symbole des Jedi .Par-dessus un gilet tactique sombre et un pantalon beige avec des bottes longues noires lui arrivant aux genoux. Le manteau et le gilet sont ornés de sangles et de poches. À sa ceinture, un sabre laser, avec un protège-main blanc et un émetteur de lame en forme de fente.

Avant que le Rodian puisse parler, l'homme le fixa des yeux, commença à se caresser sa barbe noire et chuchota.

- Je ne veux pas que tu me vendes tes cristaux Glitterstim .

Le Rodian répéta dans sa langue natale la même phrase.

-Je veux que tu détruises la petite réserve que tu as sur toi. Continua l’homme.

Le Rodian répéta une fois de plus la même phrase dans sa langue, puis ouvrit son sac, jeta plusieurs cristaux marron au sol et les écrasa avec ses semelles.

- Avant de partir nourrir les progs au monastère. Donne-moi tous tes crédits. Lui dis l'homme avec un sourire en coin.

Le petit être vert ravi, sortit sa bourse qu’il offrit à l’homme et se dirigea vers le monastère, quittant le marché avec empressement.

Le glitteryll était une drogue qui apparut sur la planète Ryloth environ trois décennies avant la Bataille de Yavin. Elle confère pendant quelques secondes à quelques minutes (selon les personnes) une sorte d'intuition télépathique à son utilisateur qui devient capable de focaliser son esprit sur celui d'une créature proche et de lire ses pensées. Un usage trop fréquent rend l'utilisateur définitivement aveugle et/ou mentalement instable. Malheureusement pour le Rodian, même si son attirail ne lui donnait pas l'air suspect, l'homme qui l'arrêta était bel et bien un Jedi.

Le Jedi également quitta le marché et embarqua dans son vaisseau. Il s'agissait d'un vaisseau assez original, qui ressemblait à un Purrgil, une baleine de l'espace de petite taille totalement cybernétique.

Il possédait même plusieurs pattes métalliques qui indiquaient qu'il pouvait se déplacer sur terre. L'intérieur du vaisseau ressemblait plus à une maison de campagne qu'à un vaisseau spatial.

La pièce principale était un studio avec une cuisine intégrée. Le Jedi se dirigea vers cette cuisine, heureux et chantonnant comme un enfant qui avait réussi une bêtise. Il prit un verre de lait de Thala-sirene de son réfrigérateur.

Avant de le boire, il annonça à son vaisseau qu'il appelait Harlow d’un air heureux.

- Ce soir, c'est jour de fête, Harlow. J’ai de quoi plumer ces maudits marchands ambulants au sabacc.

Le vaisseau semblait vivant, émettant des bips dans la langue des droïdes en réponse à son maître.

- Comment ça, je vais avoir des ennuis ? Et il n'y a personne derrière moi. Nia le Jedi.

Mais en se retournant, il aperçut le Grand Maître qui se tenait là, sursautant sur place, il faillit faire tomber son verre.

- Ah, grand maître, que fais-tu ici ? Tu aurais dû simplement m'appeler au lieu de te projeter via la Force. On capte bien ici. Salua le Jedi reposant son verre nerveusement sur le comptoir.

Il semblait assez familier avec le grand maître pour la tutoyer.

- Ton communicateur est éteint. Dis-moi, tu parlais bien de participer à des jeux d’argent; c'est ça ? Demanda le Grand Maître d’un air curieux.

Non, mais je joue parfois au Sabacc avec des marchands ambulants, c’est amical, rien de plus ! Lui affirma le Jedi d’un ton très suspicieux se tenant la main derrière sa chevelure noire fournie.

- Tu sais très bien que les jeux d’argent sont proscrits par le nouvel ordre ! répondit calmement la jolie femme.

- Si tu fais semblant de n'avoir rien entendu cette fois-ci, je te promets de t’apporter du Mellrum à ma prochaine visite au grand temple, dans deux jours. Je sais que tu en raffoles. Négocia le Jedi en lui lançant un regard malicieux.

- Je vais plutôt faire semblant de ne pas vouloir savoir comment tu as obtenu cette bourse que tu as dans ta poche. Lui reprocha le grand maître.

Elle continua à s’adresser au chevalier, mais cette fois-ci en fuyant son regard.

- À propos de ta visite au grand temple, j'ai une mauvaise nouvelle et aussi une autre très mauvaise nouvelle.

Non non, tu ne sembles pas comprendre. Mon exil se termine dans deux jours, que le conseil le veuille ou non. Rétorqua l’homme irrité.

- Tu devrais attendre d'entendre ce que j'ai à te dire. Puis se lança.

- La mauvaise nouvelle est que Koffi a été élu au conseil. Il siégera en tant que secrétaire.

- Quand a eu lieu le vote ? L’interrogea-t-il étonné.

-Il y a quelques jours.

Avant que le Jedi n’objecte elle continua.

- Je sais que tu penses que Koffi a précipité le vote pour éviter que ton retour d'exil ne soit un obstacle pour lui, mais cela n'aurait rien changé à l'issue.

- Pourquoi penses-tu cela ? Demanda-t-il.

- Parce que Koffi a très bien mené son coup, et ton retour d'exil n'aurait pas pesé dans la balance, malgré tes nombreux exploits. Dit le grand maître avec une voix pleine de regret.

- Maintenant, Koffi va ouvertement plaider pour le retour de l'ordre dans la République. Il empoisonnera le conseil jusqu'à ce qu'il obtienne gain de cause.lança le Jedi en colère.

En haussant la voix, il ajouta.

-Regarde ce qu'est devenu le nouvel ordre Jedi. –- -- Nous étions censés protéger la paix et la justice, mais nous nous retrouvons entraînés dans des batailles politiques entre nous.

- C'est le prix à payer pour l'indépendance de notre ordre. De toute façon, tu me sous-estimes. Je ne laisserai pas Koffi faire ce qu'il veut et quand bon lui semble. Il est encore loin d'avoir une véritable influence sur le conseil. Il reste juste un simple petit secrétaire. Le reprit calmement le grand maître.

- D'accord, je comprends que ce soit une mauvaise nouvelle, mais je ne saisis pas le lien avec moi et mon exil ? S’enquit le Jedi.

- Ton temps en exilé est écoulé. Le conseil ne souhaite en aucun cas le prolonger, cependant, j'ai une mission secrète pour toi qui te demandera de rester trois ans de plus sur Ahch-To. Lui annonça le grand maître d’un ton sérieux.

- QUOI, Je refuse ! Trois ans de plus dans ce trou ! C'est inacceptable !!!! Eclata le Jedi en fureur, son visage blanc tournant rouge comme les laves fumantes de Mustafar.

- Comment oses-tu remettre en question une mission donnée par le grand maître du nouvel ordre Jedi ? Rappelle-toi ta place, chevalier Jedi Katarn !!! Cria le grand maître tout en s'approchant de lui avec autorité, le foudroyant de ses yeux marron qui ferait trembler un Rancor.

Il semblerait que le nom du Jedi soit Katarn.

- Depuis que tu m'as promis, il y a trois ans, en devenant grand maître, de me sortir de cette planète, tu ne fais que m'y enfoncer encore plus ! Tu n'as jamais rien fait pour moi ! Et maintenant, cette mission ! Non c’est hors de question! hurla avec véhémence l’homme.

- Moi je n'ai rien fait pour toi ? Tu as oublié que c'est grâce à mon intervention que le Conseil a décidé de ne pas te bannir de l'ordre ! C'est grâce à moi que tu as fini dans un exil tranquille sur une jolie planète malgré ton acte inadmissible ! Se défendit le grand maître, choquée par ses accusations.

- Jolie planète ? Tu parles ! Le temps y est exécrable, ça fait 5 ans que je meurs d'ennui à chaque instant. Je suis un Jedi destiné à voyager dans la galaxie pour protéger ceux qui en ont besoin, pas à pourrir sur cette maudite fausse ! lui répondit Katarn d’un air boudeur.

- Si tu veux redevenir un Jedi qui voyage dans la galaxie pour accomplir sa destinée, tu ferais mieux de baisser d'un ton et d'écouter en quoi consiste la mission avant de la refuser. L’exhorta le grand maître.

Le chevalier, sentant que sa chef était sur le point de perdre patience et qu'il l'avait déjà poussée à bout, reconnut la force de son adversaire. La tête baissée, il murmura.
- D'accord, je t'écoute.

-Tu vas prendre une padawan. Annonça sèchement le grand maître.

- Moi prendre une padawan ? Non non, Je te rappelle que si j'ai terminé exilé, c’est à cause d'un padawan. Donc non merci ! Dit le Jedi, secouant sa tête en signe de désapprobation.

- Ça ne sera pas une padawan officielle mais officieuse. Elle lui rapporta.

-Je ne savais pas que les Padawan officieux existaient. Ils sont comment ? Gentils, méchants, rétrécissent au lavage ? Sortit le jedi d’un ton narquois.

- Hun hun, Ne fais pas le malin. La padawan en question sera affectée au monastère de Luke pour étudier en tant que Jedi prêcheuse, mais je veux que tu l'entraînes officieusement à devenir chevalier Jedi. Lui expliqua la jeune femme, fatiguée par ses remarques qui ne faisait rire que lui .

- Quel est le nom du padawan officieux, et pourquoi dois-je l'entraîner en cachette ? Demanda-t-il en mâchant ses mots.

Le Grand Maître prit une grande respiration et se lança.

- Le padawan en question est Valia Laurine, l'héritière de la famille Laurine. Pendant sa formation à l'académie, j'ai décelé en elle le potentiel de devenir une chevalier. Cependant, Valia était sous pression de sa mère et de Koffi, directeur de l'académie, pour choisir la voie familiale.
Elle va être envoyée ici, au monastère de Luke, pour continuer ses études. C'est l'occasion rêvée pour elle de rencontrer un chevalier Jedi pas comme les autres qui pourrait l'aider à s'émanciper un peu des traditions.

- Ah, c'est moi ce fameux Jedi? Questionna Katarn ironiquement en se montrant du pouce. Il continua.- Quel est l'intérêt du Grand Maître dans tout ça ?

Le Grand Maître, se tenant toujours droite, énonça ses raisons en comptant sur ses doigts .

- Premièrement, en tant que Grand Maître, je me soucie de tous mes pupilles.

- Deuxièmement, Koffi était le padawan de la grande mère de Valia, il a noué une amitié profonde avec la famille Laurine notamment sa mère Eden Laurine. Il connaît Valia depuis toute petite et pourtant elle ne semble pas être influencée par lui.
C'est sûrement pour cela qu'il a fait la demande officielle de la prendre comme padawan, pour l'endoctriner une bonne fois pour toutes, elle est destinée à prendre la place de sa mère après tout. Demande que j'ai refusée d'ailleurs.

- Troisièmement, si la nouvelle génération voit une Laurine défier les traditions familiales et aller au-delà de ce qui lui a été dicté, elle sera un vrai exemple pour eux, montrant que nous devons toujours aller de l'avant au lieu de retourner aux idées d'un autre temps.

- Bravo, bravo, tu as pensé à tout, mais la petite dans tout ça ? L’interpella Katarn.

- Tu n'as pas besoin de t'inquiéter. Valia a le potentiel pour être une grande chevalier Jedi, et elle le sait. Elle a juste besoin d'un vrai soutien. De plus, d'après mes dernières informations, elle serait très malheureuse d'avoir suivi la voie des prêcheurs !!! Répondit le grand maître d'un ton enthousiaste.

- Pourquoi moi et non toi qui l'as prend comme padawan ? Et qu'est-ce que j'y gagne dans cette histoire ?", chuchota le chevalier à l’oreille de la chef des Jedi.

- Tu sais très bien mon rang ne me permet pas de former Valia derrière le dos de sa famille. En tant que Grand Maître, je dois maintenir de bonnes relations avec les trois familles fondatrices.

Je ne peux absolument pas me permettre un conflit avec la Voix des Jedi. De plus, j'ai déjà choisi un nouveau Padawan et je te promets, que lui aussi est vraiment quelque chose. Précisa le grand maître.

Elle poursuivit en répondant à la deuxième partie de sa question.

- Et qu'est-ce que tu y gagnes dans cette histoire ? Et bien, tu seras dans les bonnes faveurs du Grand Maître. C'est déjà bien. Et si Valia décide après les trois ans de changer de branche et de devenir une chevalier, de passer les tests et réussit, tu seras celui qui l'aura formée pour cet exploit. Tu deviendras célèbre comme celui qui a fait d'une Laurine une chevalière, ce qui est du jamais vu dans l'Ordre.

- Tu sais je comprends ton manège. Tu sortiras vainqueur de cette histoire quoi qu'il arrive. Si la Laurine décide de changer de branche et devenir chevalier, ton objectif sera atteint. Et même si elle refuse après trois ans, elle te sera quand même reconnaissante d'avoir essayé de l'aider à réaliser son rêve. Ainsi, elle deviendra un bon alliée pour toi dans le futur. Lui signala Katarn incrédule.

- Contente de voir que tu n’as pas perdu ta perspicacité durant ton exil. Le félicita le grand maître en le narguant.

Sentant qu’il était temps pour elle de prendre congé, elle termina à la hâte.

- Je dois y aller. TC-400 me cherche partout. Il va sûrement finir par se jeter du haut du temple si je ne suis pas à l'heure pour la cérémonie de la Lumière des Étoiles. Donc c'est Ok !!! Bien, Valia arrivera demain. Ne la brusque pas, elle est plutôt timide. Observe-la pendant un moment, et fais-toi un avis. Officiellement, tu seras affecté à la sécurité du monastère. Quand tu le jugeras bon, présente-toi et raconte-lui mon plan pour faire d'elle une chevalière Jedi. Je te fais confiance, tu vas assurer. Salut.

Le grand maître se vaporisa dans l'air d'un coup, comme un fantôme, laissant à Katarn aucune chance de lui répondre. Comme si son avis ne comptait pas et que pour elle, il avait accepté cette mission étrange.

Le chevalier leva les yeux au plafond, et s’adressa à son vaisseau.

- T'as entendu ça Harlow, on va devoir rester ici pour encore trois ans. Il y a ceux qui vont à de grandes cérémonies et il y a les oubliés comme nous. À ta santé, mon ami !

Il reprit le verre de lait Thala-Sirene qu’il avait laissé sur son comptoir et le bu d'un coup sec. Après l’avoir terminé sans même s'essuyer la barbe, il jeta un dernier commentaire de dégoût à son vaisseau.

-5 ans et ça ne passe toujours pas, ce truc est immonde. J'aurais beau essayer, jamais je ne m'y habituerai. C’est même sûrement ça qui a rendu Luke Skywalker sénile avant l’heure.

Et il s'étala sur la banquette, fatigué par le flot d’information qu’il venait de recevoir.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Dim 14 Avr 2024 - 21:42   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Alors que le vaisseau Jedi s'approche de sa déstination, Sedu se remémore son passé tourmenté. J’espère qu'il va vous plaire. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 4 : Souvenir d’une enfance volée

Alors que le vaisseau Jedi fendit l'espace en direction des mystérieux astéroïdes de Vergesso, Maywine et Coleman se tenaient dans la salle de briefing, prêts à écouter le plan soigneusement élaboré par Sédu pour capturer le Jedi renégat, Nit Braum. Avec les astéroïdes se profilant à l'horizon, l'excitation et la tension montaient à bord alors que le trio se préparait à affronter l'inconnu et à mettre fin aux machinations de leur cible.

Sédu se tenait debout, présentant son plan avec un ton calme et décidé :

- D'après les informations transmises par maître Haris, la transaction entre Braum et les braconniers de l'espace se passera dans l'ancienne mine de Corusca gem, une mine artificiellement terraformée avec gravité et atmosphère respirable. Il activa un hologramme qui projeta une représentation détaillée des astéroïdes.

- Regardez attentivement. Nous arriverons par l'arrière de l'astéroïde. Voici les deux ascenseurs menant à la mine, marqués en rouge et en bleu. Meywine, tu descendras par cet ascenseur plus large. Désignant l’ascenseur en rouge sur l'hologramme.

- Une fois en bas, tu devras le détruire pour empêcher une fuite massive des adversaires qui pourraient se trouver dans la mine.

-Coleman, ton poste sera ici, près de cet autre ascenseur plus petit. Il pointa vers le ascenseur en bleu.

- C'est là que Braum devrait apparaître. Tu resteras caché, prêt à l'intercepter par surprise dès qu'il émergera.

- Pendant ce temps, je vais m'occuper des vaisseaux ennemis stationnés à ces emplacements. Montrant les emplacements des vaisseaux à l'avant des astéroïdes sur l'hologramme.

- Je vais les saboter en plaçant ces sphères brouilleuses sur leurs systèmes, ce qui les empêchera de décoller. Une fois repartis, nous lancerons une alerte aux Rangers dont le poste n'est pas loin pour qu'ils viennent récupérer les restes.

Le capitaine termina à peine d'expliquer son plan , que Coleman protesta avec véhémence.
- Attends une minute Sédu, ce plan n'a aucun sens. Envoyer Mey toute seule dans la mine ? Je parie qu'elle va finir par battre tout le monde et capturer Braum elle-même. Et nous, on finira comme des clowns !!! .

- Je comprends ton étonnement, Coleman. Mais tu sais aussi bien que moi que Meywine est une des Jedi la plus puissante de l'ordre, elle est au même niveau que les membres du conseil. Sa réputation la précède. Rien qu'à sa vue, Braum voudra s'échapper. Il n'hésitera pas à lancer ses sbires dans une bataille perdue pour s'assurer qu'il puisse fuir par le petit ascenseur. Répondit avec calme le capitaine.

Frustré par la remarque selon laquelle Meywine est une des Jedi les plus fortes de l'ordre, Coleman tapa violemment des mains sur la console en criant.

- Mey a une prime d'un million de crédits, morte ou vive. Ça risque de donner du courage aux braconniers et au syndicat pour l'affronter !!!

- Les braconniers sont des lâches, c'est pour ça qu'ils s'attaquent aux animaux, jamais ils n'oseront défier un Jedi et surtout pas l'héritière des Brightstar. Ils préféreront se rendre pour qu'on les livre aux Rangers. Quant au syndicat, le gros des membres sera dans le vaisseau, attendant la fin des négociations entre les chefs. Braum ne sera entouré que de quelques hommes de main. Lui Dit Sédu toujours en gardant son sang froid.

- Comment sais-tu tout ça ? Interrogea Coleman.

- L'informateur de Maître Haris au sein du syndicat Tenloss. Celui qui l'a prévenu de la transaction, des arrangements et du lieu. Apparemment, le Maître lui fait confiance, et ça me suffit. Affirma son compagnon.

- Peu importe le plan, tant que vous me garantissez que ce sera moi qui capturera Braum ! lança Coleman jouant carte sur table.

- Je te promets de te laisser ton prix, mais attention, si tu n'es pas à la hauteur face à lui, je pourrais bien te le voler ! Le taquina Meywine.

- Moi, pas à la hauteur face à ce traître ? Je vais lui montrer ma technique au sabre, à la fin de la journée l'ami aura un ou deux tentacules de moins sur la tête. Se venta Coleman sur de lui.

- Sédu, si je dois détruire l'ascenseur avec des explosifs, est-ce que ça ne risque pas de provoquer un effondrement dans la mine ? Demanda la Brightstar au chef de la mission.

- Ne t'inquiète pas, d'après les calculs de l'ordinateur de bord, la mine est solide, elle résistera à une explosion de cette ampleur. En fait, un grand boom serait même utile pour faire sortir les braconniers et les mercenaires de leurs vaisseaux. Cela me permettrait de m'approcher et de placer les sphères brouilleuses. La rassura son ami.

- Haha, Mey, tu crains de finir ensevelie sous les débris ? Avec ton grand front, tu ne risques rien pourtant ! Se moqua d’elle Coleman.

Meywine, en riant.

-Eh bien, je vais te faire goûter à mon grand front ! Elle se leva et s'attaqua à lui, en le ceinturant doucement, et essaya de frapper sa tête contre la sienne.

La scène de ses deux amis se chamaillant replongea Sédu dans les souvenirs de leur enfance, évoquant en lui un sentiment de chaleur et de camaraderie, teinté de la nostalgie des jours passés.Le jeune Jedi se remémora avec émotion les moments où ils étaient inséparables, affrontant ensemble les défis et les épreuves de leur formation Jedi.

Le vaisseau continua à travers l'espace, son sillage étincelant se perdant dans l'immensité cosmique. À bord, Sédu aux commandes regardait les étoiles défiler avec un mélange de mélancolie et de détermination. Il se souvenait peu de son passé, si ce n'était quelques fragments éparpillés qui hantaient parfois ses rêves.

Il se rappelait vaguement d'une planète lointaine, de paysages sauvages et de ciels étoilés à perte de vue. Mais tout cela semblait maintenant si loin, comme des souvenirs d'un autre temps, d'une autre vie. À l'âge de cinq ans, alors qu'il venait à peine de découvrir sa connexion avec la Force en lévitant des objets du quotidien, Sédu avait été kidnappé par Jérone, un mercenaire, dans le cadre des arènes illégales entre Force sensitives et diverses créatures.

Embarqué dans un monde de violence et de désespoir, il avait été arraché à son foyer et plongé dans un cauchemar sans fin. Mais au lieu de subir son sort seul, il avait trouvé un allié inattendu en la personne de Coleman, le fils de Jérone. Du même âge que Sédu, lui aussi Force sensitive et obligé par son père à se battre dans l'arène, il avait pris en charge le jeune Sédu et l'avait protégé autant que possible dans cet environnement hostile.

Sous la tutelle de Coleman, Sédu avait appris à survivre dans ces arènes cruelles où seule la force brute faisait loi. Mais au fil du temps, il avait découvert la vérité sur son nouvel ami. Ce dernier n'était pas seulement un enfant pris au piège, mais aussi un jeune garçon en quête de rédemption, cherchant à échapper à l'ombre de son père et à trouver sa propre voie.

Dès le début, il avait vite compris que lui et Coleman se complétaient. Il était le calme face à la tempête, tandis que Coleman incarnait la fureur brûlante. C'était une symbiose étrange, mais elle fonctionnait d'une manière ou d'une autre, les deux jeunes garçons se soutenant mutuellement d'une façon que personne d'autre ne pouvait comprendre. Il décida d’accepter les défauts de son ami en voyant au-delà de son masque de colère, comprenant que derrière sa carapace se cachait un jeune garçon blessé en quête d'affection et de compréhension.

Jusqu'à l'âge de douze ans, les deux garçons luttèrent ensemble pour survivre à peine dans l'arène impitoyable, où seules comptaient la force et la ruse. Leur amitié était devenue leur plus grande force.

Un jour, Jérone commit une grave erreur en capturant un chevalier Jedi renommé, Haris Brightstar, héritier de la prestigieuse famille Brightstar, directement descendante de Rey, l'une des plus grandes Jedi de tous les temps. Le criminel avait cru bon de demander une rançon à la famille pensant ainsi s'enrichir rapidement.

Dès que Haris fut emprisonné, Coleman eut comme un pressentiment, réalisant que son père seul n'aurait jamais pu arrêter un chevalier Jedi aussi puissant.

Séduit par la conviction de son compagnon, Sédu ourdit un plan subtil pour s'entretenir avec Haris dans sa cellule. Dans la pénombre étouffante de la geôle, leur rencontre avec Haris fut un éclat de lumière dans les ténèbres.

Le Jédi émanait une aura de sagesse et de noblesse, ses traits éclairés par une lueur intérieure que même les murs de la cellule ne pouvaient étouffer. Pour eux, c'était comme rencontrer une légende vivante, un héros dont ils avaient entendu parler dans les récits les plus anciens. Le contraste entre la majesté du chevalier Brightstar et l'obscurité sordide de leur cachot semblait souligner l'immensité de la tâche qui les attendait.

Sédu pouvait voir que Haris était frappé par l'horreur de la situation, et ressentit une profonde empathie envers eux. L'image de ces enfants, confinés dans les ténèbres, contrastait cruellement avec l'idéal de justice et de protection qu'il avait prêté serment de défendre en tant que Jedi. Son regard empli de compassion reflétait la douleur de voir de jeunes âmes innocentes plongées dans un tel désespoir.

Il remarqua aussi avec étonnement l'amusement de Haris lorsque Coleman lui proposa son aide pour s'échapper en échange de la destruction du trafique organisé par son père. C'était comme s’il voyait en Coleman une lueur d'espoir.

Haris se tourna vers Sédu, lui demandant s'il voulait également partir d'ici. Lui qui, à l'époque, ne parlait pas beaucoup, hocha simplement la tête, puis se colla à Coleman, montrant ainsi qu'il ne voulait pas être séparé de lui.

C'était un geste simple mais chargé de signification, une déclaration silencieuse de leur lien indéfectible. Le Jedi, toujours bienveillant, se leva, sortit ses mains des barreaux et les posa, une sur la tête de Coleman et l'autre sur celle de Sédu. Il leur demanda d'aller dormir, sachant que demain serait un autre jour pour eux.Les jeunes captives n'avaient jamais autant ressenti de chaleur humaine qu'à ce moment-là de leurs vies. C'était comme si les gestes de Haris étaient un baume pour leurs âme tourmentée, leur offrant un peu de réconfort dans cette nuit froide.

Sédu se souvint que ce soir-là, Coleman n'arrêtait pas de répéter en colère que leurs rencontres avec le Jedi n'avaient rien donné, alors que lui avait le pressentiment que leur vie ne serait plus jamais pareille.

Dormant au milieu de la nuit, il fut réveillé brusquement par son ami, qui lui couvrit la bouche pour étouffer tout son. Des hurlements éclataient de toutes parts, comme si un éclair gigantesque s'était jeté sur l'arène, les cris des personnes et des animaux résonnaient de tous les côtés. Les deux enfants se cacherent au fond de la pièce, écoutant le fracas des blasters fondre dans l'air. Jérone entra subitement dans la pièce, ferma violemment la porte, et comme un enragé, saisit son fils. Ce dernier luttait pour se libérer de l'emprise de son père et ne comprenait pas un mot de ce qu'il criait. Sédu sauta sur le mercenaire de toutes ses forces pour tenter de libérer son ami, mais Jérone le projeta de l'autre côté de la pièce.

C'est à ce moment qu'il vit une lumière bleue déchirer la porte en deux. Haris se tenait là, grand majestueux, sabre laser bleu à la main, foudroyant Jérone du regard. Il demanda à Sédu de fermer les yeux brièvement. Sédu obéit, et quelques instants plus tard, il entendit le bruit sourd d'une masse tomber violemment au sol.Quand il ouvrit les yeux, il vit que la tête de Jérone reposait par terre, tandis que le reste de son corps était encore enlacé autour de Coleman. Il se précipita vers son ami pour le dégager et s'attendait à trouver son compagnon de fortune en état de choc, mais Coleman souriait tout en jetant un regard admiratif au Jédi.

Haris semblait le plus surpris, il rangea son sabre, se mit à genoux, souleva les deux garçons et les fit sortir. Les souvenirs de Sédu concernant cette nuit s'arrêtent brusquement, plongeant dans une nébuleuse de flou.Il se rappela avoir entendu des Jedi présents discuter d'un plan parfaitement exécuté, louant Haris pour avoir brillamment joué son rôle en simulant sa capture.

Il se souvint aussi des rires des Rangers de la République Stellaire se moquant de Jérone et de sa crédulité en pensant avoir capturé l'un des plus grands Chevaliers Jedi de la galaxie. Mais pour Sédu, tout cela demeurait confus. Toujours perdu dans ses souvenirs, il sursauta quand une main familière le fit sortir de ses rêveries.

- Capitaine, c'est l'heure de passer à l'action, Je le répète, Braum est pour moi. Toi et Mey, vous pouvez vous occuper des sbires. Dit Coleman.

Sédu adressa un sourire à son ami et lui déclara avec sincérité.

- Je suis désolé pour tout à l'heure. Ce que j'ai dis ne reflète pas ce que je pense vraiment. Parmi toutes les personnes que je connaisse, avec Meywine, tu es celui qui a le plus le potentiel de devenir un grand Jedi.

- Arrête de me dire des choses que je sais déjà. En un rien de temps, vous allez m'appeler Grand Maître. Répondit Coleman, se sentant gêné du compliment.

- Ce serait un jour sombre pour la galaxie, le jour où tu deviendrais le Grand Maître du Nouvel Ordre Jedi !! Sauta Meywine sur l'occasion.

- Quand je serai Grand Maître. Toi tu seras sur Mytus VII à faire l'appel des prisonniers. Gardienne de prison, ça t'ira très bien ! La reprit Coleman du tac au tac.

Sédu ria de bon cœur aux taquineries entre ses deux confrères, puis il ressentit soudainement un sentiment familier, semblable à celui qu'il avait éprouvé lors de sa rencontre avec son Maître Haris. C'était cette sensation que rien ne serait plus jamais comme avant, mais cette fois-ci, c'était différent, c'était plus sombre. Comme s'il avait l'impression de pénétrer dans une arène encore plus périlleuse que celle qu'il avait quittée neuf ans auparavant. Il doutait que cela soit pour le mieux.

Le vaisseau Jedi arriva sous la chaîne d'astéroïdes, annonçant le début d'une mission pleine de défis et d'incertitudes pour ses trois téméraires Chevalier.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar Adanedhel » Mar 16 Avr 2024 - 13:03   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Chapitres 2 et 3 lus ! J'ai toujours du mal avec le style, mais j'aime beaucoup les idées que tu présentes !

(Typiquement, tu as écrit au présent sur le chapitre 2 alors que le précédent était au passé, il y a pas mal de tournures un peu familières et quelques phrases un peu redondantes...)

C'est un choix intéressant de baser l'académie sur Scarif, ce n'est pas une planète qui me serait venue en tête comme puissante dans la Force ! Faire d'Ahch To un sanctuaire à la memoire de Luke semble tout de suite plus évident ^^ Pourquoi cette planète en particulier du coup ?

Très bonne idée d'avoir différentes voies au sein de ton ordre Jedi, ça lui donne plus de consistance ! Et ça amorce une intrigue qui promet de belles choses dans le chapitre 3 avec ces dissentions internes ! :oui:

Je ne suis pas fan de faire de Finn un Jedi (je trouve que son parcours menait vers tout autre chose que le IX a balayé d'une triple pirouette) mais en considérant cette bifurcation du IX c'est très pertinent de le faire défendre des Jedi qui prônent l'attachement !

(Et c'est sympa d'avoir une zeltrone et un kiffar en protagonistes ^^)

Toujours curieux de voir où tu vas nous mener !
Staffeur Littérature Comics VO

Fan-Fic post-Episode IX : Les Échos de Mortis !
Adanedhel
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3148
Enregistré le: 04 Juin 2015
Localisation: (Ky)Lorraine
 

Messagepar supernad » Mar 16 Avr 2024 - 13:54   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Adanedhel a écrit:Chapitres 2 et 3 lus ! J'ai toujours du mal avec le style, mais j'aime beaucoup les idées que tu présentes !

(Typiquement, tu as écrit au présent sur le chapitre 2 alors que le précédent était au passé, il y a pas mal de tournures un peu familières et quelques phrases un peu redondantes...)

C'est un choix intéressant de baser l'académie sur Scarif, ce n'est pas une planète qui me serait venue en tête comme puissante dans la Force ! Faire d'Ahch To un sanctuaire à la memoire de Luke semble tout de suite plus évident ^^ Pourquoi cette planète en particulier du coup ?

Très bonne idée d'avoir différentes voies au sein de ton ordre Jedi, ça lui donne plus de consistance ! Et ça amorce une intrigue qui promet de belles choses dans le chapitre 3 avec ces dissentions internes ! :oui:

Je ne suis pas fan de faire de Finn un Jedi (je trouve que son parcours menait vers tout autre chose que le IX a balayé d'une triple pirouette) mais en considérant cette bifurcation du IX c'est très pertinent de le faire défendre des Jedi qui prônent l'attachement !

(Et c'est sympa d'avoir une zeltrone et un kiffar en protagonistes ^^)

Toujours curieux de voir où tu vas nous mener !


Salut Ada (je suis en plein lecture de ta fic :lol: chapitre 4) Pour le deuxième chapitre je mis au présent pour que le lecteur vis la dernière nuit de Valia a l'académie avec elle.

Pour Scarif a la base je voulais Ajan Kloss comme nouveau lieu pour le temple Jedi. Mais après recherches j'ai trouvé que c'était une lune et non une planète. Scarif comme elle a un passé avec l'empire je me suis dis voilà ça montre que Rey a continué à se battre contre les derniers vestiges du premier ordre, et comme Scarif est a la base une très belle planète très lumineuse elle serait l'endroit parfait pour les Jedi. Ahch-To est une planète océanique ou il n'y a pas beaucoup de terre, et comme elle symbolise l'exil et l'isolement étant a l'extérieur des régions connu. J'ai trouvé que ça ne représente pas l'idéal de ce nouvel ordre. Et justement avoir un monastère de Luke là-bas ou il est a la foi célébrer mais
qui serait aussi un endroit où on exile les Jedi qui ont un peu déconné, représentait mieux cette planète.

Finn je sais que ce n'est pas cannon mais dans le dernier film Lego il est entraîné par Rey pour devenir un Jedi. Et comme je ne voulais pas introduire que des personnages inédit comme allier de Rey dans la construction du nouvel ordre , je me suis dis naturellement Finn serait devenu un Jedi et aurait apporté sa propre vision a la chose.

A ce soir pour le chapitre 5 qui sera le dernier chapitre d'exposition après ça place a l'action.

Edit: En parlant de personnages :wink: ,


Valia
Image

Zain
Image

Le grand maître
Image

Katarn
Image

harlow
Image[/img]
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Mar 16 Avr 2024 - 21:32   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Valia vit une cérémonie mouvementée . Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 5 : Ascension et Départ


Valia et Zain se faufilèrent dans le temple, désireux de trouver les meilleures places pour assister aux multiples présentations, avant l’entrée du conseil et le discours du grand maître.Chaque année, pour accueillir les nouveaux arrivants les membres de l’académie organisaient différents spectacles. Des débats sur la Force et le rôle de l’ordre, des duels aux sabres, des démonstrations des dernières inventions des Jedi Chercheurs.
Ces festivités n’avaient pas comme seul but de célébrer l’arrivée de ces nouveaux étudiants, mais aussi de montrer au reste de la galaxie le prestige de l’institution Jedi. Il n’était pas rare que des personnes influentes comme des sénateurs, des rois ou d’autres présidents de guildes y assistent accompagnant leurs enfants sensibles à la Force.

Être un Jedi dans cette nouvelle galaxie était une marque de distinction très convoitée. Certaines familles riches faisaient tout pour que l'un des leurs rejoigne le nouvel ordre, n'hésitant pas à apporter leur soutien financier et politique aux Jedi. Avoir un membre de sa famille au sein de l’ordre signifiait un contact direct avec les Jedi, sans passer par des intermédiaires comme à l'époque de l'ancienne République, puisque non seulement les membres n’étaient plus des ermites détachés de leurs proches, mais en plus, ce nouvel ordre était indépendant de la République stellaire. C'était donc un avantage considérable en termes d'influence.

Cette indépendance permit aux Jedi de pouvoir gérer leurs affaires et choisir quand intervenir sans se faire entraîner dans les conflits politiques de la galaxie, bien qu'ils devaient expliquer leur position au Sénat en cas de refus d’une requête de la République. C’était à la voix des Jedi, la matriarche de la famille Laurine de trouver les mots nécessaires pour convaincre les sénateurs du bien-fondé de cette décision.

Les deux amis décidèrent de se séparer momentanément, Zain voulant se rendre au stand de la délégation des Phares d’Endor pour voir les dernières trouvailles technologiques, alors que Valia était plus intéressée par le duel amical opposant Maître Roza Ikarios, une Lasat à la fourrure pourpre et aux grandes oreilles pointues, contre Maître Vorthak Caldera, un grand Talz aux yeux noirs globuleux et à la fourrure épaisse et blanche. Les deux étaient d’anciens chevaliers renommés reconvertis en instructeurs à l’académie.

Entourée par d’anciens camarades de classe promus padawan chevaliers, le match entre les deux Jedi commença. Les deux duellistes venant de races à la force physique impressionnante, les coups échangés résonnaient dans toute la salle. La lame verte de Maître Ikarios s’écrasant contre la lame bleue de Maître Caldera créant une onde de choc qui décoiffa les spectateurs les plus proches.

Après plusieurs coups échangés, c’est le Talz qui prit l’avantage, la Lasat se résignant à changer de tactique et à se servir de sa dextérité plutôt que de la force brute. Esquivant les attaques une après l’autre, Maître Ikarios arriva enfin à trouver une ouverture, Maître Caldera accéléra son geste et les deux finirent par se neutraliser en se désarmant. Résultat de ce combat match nul entre les deux chevaliers qui se saluèrent, laissant leur place à Reyling Brightstar, le meilleur élève de l’académie.

Il était coutume que celui terminant premier au test de padawan chevalier vienne montrer ses talents durant la cérémonie de la Lumière des Étoiles. D’ailleurs la rumeur courrait à l’academie que Reyling a été choisi pour être le padawan du grand Maître.Alors qu’il se mettait en position, Valia jalousait son ancien camarade dont elle était sûre qu’elle était aussi bonne que lui en maîtrise du sabre laser, quand soudain elle fut surprise de voir apparaître le grand maître se tenant près de la scène, lui faisant signe de la rejoindre.

La jeune Padawan avait une relation particulière avec la chef du jedi qui remontait à son entrée à l'académie. Dès sa nomination, le grand maître s'était montré très intéressée par les progrès de Valia, venant parfois l'observer lors de ses entraînements à l’épée ou de ses exercices de maîtrise de la Force. Elle intervenait souvent dans les cours pour lui prodiguer des conseils spécifiques, parfois en désaccord avec les autres instructeurs.

Valia se sentait vue lorsque le Grand Maître était présente dans la pièce, mais elle appréciait particulièrement qu'elle la traitât avec délicatesse, tout en la poussant à s’ouvrir peu à peu à elle. Au début, elle crut que cet intérêt n’était dû qu’à cause de son nom de famille. Il était normal pour le grand maître de superviser l'éducation de l'héritière des Laurine. Mais elle découvrit très vite, via leurs interactions, qu’elle avait son intérêt à cœur. C'était une différence marquée par rapport à sa mère et aux membres de sa famille, dont les préoccupations étaient uniquement centrées sur les intérêts de l'Ordre et de leur clan.

La Zéltrone se surprenait ces derniers temps à rêver que le Grand Maître, consciente de ses compétences au sabre laser et dans l'utilisation de la Force, s'opposerait à son envoi sur Ahch-To, et qu'elle déciderait de la nommer chevalier Jedi de sa propre autorité. Ces rêveries allaient parfois jusqu'à s'imaginer devenir la padawan du Grand Maître. Mais elle comprenait la délicate situation du Grand Maître et ne pouvait lui en vouloir, sachant qu'elle-même n'avait pas su dire non à sa famille.

Valia se dirigea vers le côté de l’estrade où Reyling Brightstar se donnait en spectacle, déconcertée par le manque de réaction de la foule alors que le grand maître était là devant eux.

- Ça ne te dirait pas de monter sur scène pour montrer un peu à tout le monde de quoi tu es capable ? Lui proposa-t-elle.

- Comment ça, grand maître, je ne comprends pas ? Répondit Valia.

- Parle doucement Valia sinon les gens vont croire que tu as pris un bâton de la mort. Je ne suis pas vraiment ici, je suis en haut en train de me préparer pour mon discours. Je me projette directement dans ton esprit, c’est pour ça qu’il n’y a que toi qui me voit. Expliqua-t-elle, faisant des signes de mains au passant qui l’ignorait, prouvant ainsi la véracité de ses propos.

- Allez, fais-toi plaisir, je sais que du temps de l’académie, tu as toujours voulu affronter Reyling, mais Koffi t'en a empêché. Plaisanta le grand maître. d’un sourire plein d'espièglerie, observant l'air confus de la padawan.

- Comment savez-vous cela ? demanda étonnée Valia.

- Je le sais parce que dans ton regard là, il y a quelques instants, tu m'as rappelé un ami à moi , grand potentiel, mais certains aspects de son caractère le freinaient dans sa progression. Les tiens, c’est cette timidité. Tu sais, on n'a qu’une vie. Ose un peu, fais-toi plaisir !!!

Sans crier gare, le grand maître poussa Valia par la force qui se retrouva sur l'estrade là où Reyling était en train de faire tourbillonner son sabre à la lame verte avec ses yeux.

Dans la tradition de ce jour spécial, si quelqu’un rejoignait un chevalier sur scène, cela voulait dire qu’il le défiait dans un duel à l’épée. Or, étant promue dans la branche des prêcheurs, cela paraissait étrange pour les camarades de classe de Valia présents sur place qu'elle demanda à affronter le numéro un de la branche des chevaliers de l’académie. Alors qu’elle se redressait, cherchant du regard le grand maître qui avait disparu, Valia sentit l'attention de l’assistance sur elle. Prise de panique, elle ne savait pas quoi faire. Reyling, de son côté, avait bel et bien interprété son geste comme une invitation au combat. Il s’approcha d’elle, l’épée à la main.

N'ayant plus de choix, Valia sortit son sabre et l’alluma, sa lame violette fendit l’air alors qu’elle prenait une position défensive. Alors qu’elle attendait l’attaque imminente, une silhouette s'interposa entre les deux combattants.

C’était Maître Matsenn Koffi. Il prit à partie le jeune Brightstar, l’emmenant à l’autre bout de l'estrade, puis revint du côté de Valia, la prenant par le bras pour la faire descendre, la traînant à bonne distance du public.

- Qu’allais-tu faire sur scène, Padawan Laurine ? S'écria Koffi en la fixant d’un air sévère, trahissant le visage d’un humain à la peau noire dans la quarantaine bien entassée.

- Je, je, RIEN. Bégaya Valia.

- Tu sais ce que ta mère et ta grand-mère diraient si elles te voyaient hein ? Elles seraient déçues bien sûr. L’arme des Laurines, ce sont les mots. applique toi à les aiguiser sur Ahch-to plutôt que de perdre ton temps avec des futilités qui ne sont pas de ton rang. La réprimanda le Jedi.

- Oui, maître, désolée. Chuchota Valia, la tête baissée.

Avant que Koffi ne puisse continuer sa leçon de morale, Zain apparut devant lui.

- Oh, maître Koffi, félicitations pour votre élection en tant que secrétaire. Le congratula le jeune Solaris.

- Merci, Padawan Solaris. Le remercia sèchement le nouveau membre du conseil de l’ordre Jedi.

Sans donner l’occasion à Zain de continuer la discussion, il partit en direction de l’arrière de la pièce. Cela n’atteignit pas le jeune chercheur qui commença à conter à son amie un gadget qu’il venait d’essayer au stand des Phares d’Endor.

- Valia, viens, je vais t’emmener essayer le nouveau projecteur holographique. C’est une sorte de puce qu’on place sur le front. Elle permet, en concentrant la Force, de créer et diffuser des illusions. Tu peux même te faire passer pour quelqu’un d’autre. Je me suis transformé en Hutt, c’était bluffant. Même si ça reste expérimental, l'illusion ne dure pas longtemps.

Valia, elle, écoutait à peine ce que lui racontait son ami, toujours bouleversée par l'événement qu'elle venait de vivre. D'un coup, l'atmosphère dans la salle changea. Les lumières s'éteignirent plongeant l'assemblée dans l'obscurité. Puis, comme des étoiles lointaines éclairant un ciel nocturne, des faisceaux lumineux se mirent à danser, créant une ambiance mystique et solennelle.

Au même moment, les grandes portes s'ouvrirent, laissant place à l'apparition des six secrétaires de l'Ordre Jedi. Chacun d'entre eux était auréolé d'une aura de respect et de sagesse, leurs robes à rayures bleues flottant légèrement derrière eux alors qu'ils avançaient vers leurs sièges.

Secrétaire, deux de chaque branche, est le grade le plus bas du Conseil du Nouvel Ordre Jedi. Au-delà de siéger dans le conseil, ils se voient confier des tâches spécifiques par le Grand Maître et les Hauts Maîtres, qui leur assignent des responsabilités en fonction de leur domaine d'expertise.

Pour devenir Secrétaire dans le conseil du Nouvel Ordre Jedi, outre la nécessité d'un poste vacant, la maturité mentale est cruciale, surtout en raison des disparités d'espérance de vie entre les différentes races au sein de l'Ordre. Seuls ceux qui démontraient cette maturité avaient le privilège de passer un entretien devant le conseil Jedi. Après avoir passé cet entretien, cinq finalistes étaient sélectionnés par le conseil. Ces finalistes étaient soumis au vote des membres de l'ordre. Celui recueillant le plus de votes obtenait le siège. Une fois le secrétaire intégrant le conseil, il pouvait participer aux votes sur les mesures et les décisions prises. Cependant, son vote ne comptait que comme une seule voix parmi les autres membres du conseil.

Zain, toujours avide d'étaler sa science, commença à décrire chacun des six secrétaires au fur et à mesure qu'ils prenaient place. Il entama ses descriptions en commençant par les trois secrétaires positionnés à droite. Il fit signe vers le premier.

- Le voici, Maître Tarkarbacca, un Jedi Wookiee chercheur connu pour avoir conçu des consoles de pilotage de vaisseau spécialement adaptées aux réflexes des Jedi. Grâce à sa contribution, ni les Mandaloriens ni les droïdes n'ont plus de chance de battre un Jedi dans un combat spatial, quel que soit son niveau de pilote.

- Lui, c'est Maître Fildar Glayssid, un grand diplomate. Il a souvent été détaché par l'ordre pour négocier des traités de paix entre des factions ennemies. C'est un grand prêcheur. Continua en présentant le deuxième secrétaire à droite, un Jedi Mon Calamari.

- Chevalier Lylara Tress, connue pour ses talents de stratège militaire exceptionnels. Sa guerre contre le syndicat criminel Sornax a mis fin au règne de ces terribles malfrat qui maintenant ne compte que quelques membres éparpillés un peu partout. Il enchaîna décrivant une Twi'lek à la peau bleue d'une beauté saisissante.

Le jeune Solaris continua son exposé en se tournant vers le premier siège à gauche.

- Maître Gartock, un chevalier Jedi de la race Trandoshan des reptiliens. Il a réussi à canaliser la nature violente de sa race pour promouvoir la paix et l’harmonie. Maître incontesté du Soresu, il est aussi l'auteur de plusieurs textes sur comment renforcer sa connexion à la Force en atteignant la paix intérieure et en abandonnant toute agressivité.

- Elle c’est Maître Dolna, une chercheuse Jedi extraordinaire. Elle a développé l'arme dont je suis équipé, ainsi que plusieurs autres inventions. Introduit Zain une Ugnaught femelle de petite taille à l’air porcin assise au deuxième siège à gauche.

- L'arme dont tu parles, c'est le sabre laser blaster, n'est-ce pas ? Demanda Valia qui reprenait goût à la discussion, devant ce défilé majestueux.

- Exactement ! C'est une création incroyable qui permet aux Jedi chercheurs généralement moins puissants que les autres de canaliser la Force à travers leur sabre pour projeter un blast du petit canon sur le côté. Ainsi, en cas de problème, nous pouvons couvrir nos frères les chevaliers. Expliqua-t-il.

- Enfin, voici Maître Koffi, l'ancien directeur de notre académie ! Sous sa tutelle, l'académie a produit certains des meilleurs Jedi que nous n’avons jamais connus!

Valia était la seule à ne pas participer aux applaudissements enthousiastes envers le nouvel secrétaire Mont Koffi. Elle était davantage concentrée sur la prochaine étape de la cérémonie, l’arrivée des Hauts Maîtres.

Les Hauts Maîtres, les vieux jumeaux, mâle et femelle Miraluka, Maître Thalen et Maître Shailare Hilal, firent leur entrée sous une musique solennelle portant leurs robes Jedi blanches à rayures vertes.

Leur présence empreinte de respect captivait immédiatement l'attention de tous. Originaires de la planète Alpheridies, les Miraluka sont une race sensible à la Force reconnaissable à leurs yeux bandés et à leurs visages tatoués. Thalen, ancien Grand Maître du nouvel Ordre Jedi, avait cédé sa place mais accepta de rester Haut Maître pour guider le nouveau. Quant à Shailare, sa sœur jumelle, sa connexion exceptionnelle avec la Force lui conférait des visions du futur, lui permettant d'apporter une guidance précieuse à l'Ordre dans les moments difficiles.

Zain, subjugué par leur présence, oublia ses explications, ce qui ravit Valia qui préférait se laisser emporter par l'instant.

Les Hauts Maîtres étaient au nombre de deux, les bras droits et gauche du Grand Maître. Une fois qu'un Haut Maître décidait de se retirer, il choisissait parmi les six secrétaires son successeur. Bien que son successeur devait obtenir un vote de confiance du conseil. Si ce n'était pas le cas, les cinq autres secrétaires pouvaient tous briguer le poste, et il revenait alors au Grand Maître, au deuxième Haut Maître et au secrétaire restant de choisir via un vote. Le vote d'un Haut Maître dans le conseil était équivalent à deux voix. Les vieux jumeaux s'installèrent dans leurs sièges, aux côtés du siège vide du grand maître. Thalen prit place à droite et Shailare à gauche.

Lorsque le droïde de protocole TC-400 annonça l'entrée du Grand Maître, l'audience alluma respectueusement ses sabres laser. Dans une ambiance électrique, la silhouette élégante et charismatique du Grand Maître fit son apparition, traversant la pièce avec grâce et détermination. Ses cheveux noirs encadraient un visage aux yeux marron, d'une beauté stupéfiante, tandis qu'elle portait sa robe angélique au rayure doré avec une assurance majestueuse.Elle se dirigea vers son siège avec calme, et d'un geste de la main, elle libéra l'audience de leurs sabres.

Valia interrompit Zain avant qu'il ne puisse commencer à lui expliquer qui était le Grand Maître, lui signifiant qu'elle en savait déjà assez sur elle. La jeune Padawan remarqua les holocrons flottant partout, signe que la cérémonie était retransmise dans tous les temples de la galaxie.
Celui ou celle qui porte le titre du Grand Maître du Nouvel Ordre Jedi doit incarner la sagesse et la puissance des Jedi. Il ou elle est chargé(e) de diriger l'Ordre dans sa quête pour maintenir la paix et l'harmonie dans la galaxie. Son rôle dépasse celui d'un simple leader, il est aussi un guide spirituel et un exemple à suivre pour tous les Jedi.En tant que gardien du côté lumineux de la Force, le Grand Maître est un rempart contre les ténèbres et un défenseur des valeurs fondamentales de l'Ordre Jedi.

Le Grand Maître est choisi parmi les deux Hauts Maîtres existants. En cas de désistement de l'un ou des deux Hauts Maîtres, les Secrétaires les plus anciens sont considérés comme des candidats potentiels à la succession. Le processus de sélection implique un vote du Conseil des Jedi, où chaque membre exprime sa préférence. Une fois élu, le Grand Maître devient le chef incontesté, incarnant les principes de la Force guidant les Jedi dans leur quête de justice et de paix.
Le vote du Grand Maître compte pour quatre voix et peut rompre l'égalité en sa faveur. Il lui faut la majorité pour faire adopter ses résolutions, mais il dispose également d'un droit de négation pour annuler toute décision proposée par le reste du Conseil. Ce droit est révoqué lors des votes pour choisir les membres du Conseil.

Le Grand Maître, debout devant cette immense audience, entama directement son discours.

"Chers frères et sœurs du Nouvel Ordre Jedi, apprentis et membres respectés de notre communauté, ainsi que nos honorables invités, je vous salue aujourd'hui avec gratitude alors que nous nous rassemblons pour célébrer la Lumière des Étoiles.

Je tiens d'abord à féliciter Maître Koffi pour son élection en tant que Secrétaire au sein du Conseil du Nouvel Ordre Jedi. Son travail singulier en tant que directeur de l'Académie a été remarqué et apprécié par nombreux d'entre nous. Cette nouvelle responsabilité souligne son dévouement et son engagement envers nous. Sa contribution future au Conseil sera certainement précieuse, et j'attends avec impatience de voir comment il saura enrichir nos débats et nos décisions.

Le rôle d'un Secrétaire est d'apporter sa propre perspective et ses propres convictions, ce qui fructifie nos discussions. Comme nous le connaissons tous si bien, Maître Koffi n'a jamais hésité à partager son point de vue avec le reste de l'Ordre, et cela même avant son élection. J'espère qu'il continuera à apporter cette même énergie et à partager ses idées maintenant qu'il fait partie du Conseil."

L'audience laissa éclater quelques petits ricanements, ponctués de quelques exclamations approbatrices, à la remarque du Grand Maître. Koffi, assis au troisième siège à gauche, fit un geste de sa tête chauve, tout en esquissant un sourire nerveux, signe qu'il comprenait la pique le ciblant.

Elle poursuivit.

"Je tiens également à adresser un mot aux nouveaux venus qui rejoignent notre Académie aujourd'hui. Je comprends les sentiments qui vous habitent en quittant vos familles et vos foyers pour suivre la voie des Jedi. C'est un moment de transition et de transformation, mais sachez que vous n'êtes pas seuls. Vous faites désormais partie d'une nouvelle famille forte et solidaire, prête à vous soutenir et à vous guider.

La Force vous entoure toujours, même lorsque vous êtes loin de ceux que vous aimez. Elle est avec vous, vous protégeant à chaque pas que vous faites. Gardez la foi en votre potentiel et en la mission qui vous attend, car c'est grâce à votre détermination et à votre courage que vous deviendrez de véritables serviteurs de la Force.

Cette cérémonie a été nommée après vous, vous êtes la lumière nous venant des étoiles pour éclairer notre futur vers un avenir radieux. Que cette nouvelle étape de votre voyage soit remplie de découvertes, de défis et de réalisations. Puissiez-vous grandir en sagesse et en force, et porter haut les valeurs de l'Ordre Jedi dans tout ce que vous entreprenez.

À la fin de vos trois années d'études, vous rejoindrez l'une des trois branches qui composent notre Ordre : Chevalier, Prêcheur ou Chercheur.

Chacun de ces rangs offre des opportunités uniques de servir la galaxie et de contribuer à la préservation de la paix et de la justice.

En tant que Chevaliers Jedi, vous serez les gardiens de la paix et de la justice, prêts à intervenir lorsque le mal menace l'équilibre de la Force. Votre entraînement vous préparera à maîtriser les arts du combat au sabre laser et à utiliser la Force avec sagesse et discernement.

Les Jedi Prêcheurs sont des émissaires de la sagesse et de la compassion, chargés de diffuser la lumière de la Force à travers la galaxie. Vous serez formés à l'art de la médiation et de la diplomatie, utilisant vos dons pour résoudre les conflits et guider ceux qui sont perdus sur le chemin de la paix.

Enfin, les Jedi Chercheurs sont les gardiens du savoir et de la connaissance, dévoués à l'étude et à la préservation des enseignements Jedi. Vous explorerez les mystères de la Force et contribuerez à l'enrichissement de notre héritage culturel, tout en cherchant à percer les secrets de l'univers.

Quel que soit le chemin que vous choisirez, sachez que votre formation sera complète et rigoureuse, vous préparant à affronter les obstacles les plus difficiles et à honorer le serment que vous prêterez en devenant Jedi.

Vos camarades fraîchement promus de l'Académie se préparent à rejoindre leurs Maîtres comme Padawan pour poursuivre leur apprentissage. Comme vous ils sont les gardiens de notre héritage, et je vous encourage à apprendre d'eux autant que de vos instructeurs. Leur expérience sera un atout inestimable dans votre propre route vers la maîtrise de la Force.

À vous tous qui vous apprêtez à quitter ces murs protecteurs de notre Temple, ce moment marque le début d'un nouveau chapitre, où vous ferez face à de nombreux défis, sans le confort et la sécurité de l'Académie. Soyez prêts à affronter ces défis avec courage et détermination, car c'est ainsi que vous grandirez en tant que Jedi.

À présent, vous êtes liés à vos Maîtres qui seront vos guides, vos mentors, et vous accompagneront sur le chemin de la connaissance. Je vous demande d'être ouverts à eux, d'élargir vos façons de penser et d'accueillir les enseignements qu'ils vous offriront. Soyez prêts à remettre en question vos croyances les plus tenaces. Vous verrez à la fin des 3 ans passées ensemble, vous allez former un lien spécial entre Padawan et Maître, une connexion basée sur la confiance, le respect et le développement mutuel qui peut-être perdurera bien au-delà de notre plan d'existence."

Le Grand Maître s'arrêta un instant, puis passa à un ton plus grave.

"Dans quelques jours, nous commémorons un anniversaire douloureux. Il y a 450 ans, l'Ancien Ordre Jedi fut décimé par les machinations du Seigneur Sith Dark Sidious.

Cet anniversaire est un rappel puissant pour nous tous, une mémoire vivante des conséquences tragiques qui peuvent découler de l'ignorance et de l'oubli. C'est une invitation à méditer sur les leçons du passé et à nous engager résolument à veiller à ce que cela ne se reproduise plus jamais.

Nous ne devons jamais oublier les erreurs qui ont conduit à la chute de l'Ancien Ordre Jedi, nous devons nous efforcer de nous élever au-dessus de ces erreurs pour créer un avenir meilleur, un avenir où la lumière triomphe sur les ténèbres et où la paix règne dans toute la galaxie.

Je vous exhorte à considérer cet anniversaire comme une opportunité pour le changement, plutôt que de retomber dans des méthodes archaïques et dépassées. De ne plus s'accrocher à des schémas de pensée d'un autre temps, nous devons nous ouvrir à de nouvelles perspectives. C'est ainsi que nous pourrons construire un avenir plus radieux et plus prometteur pour nous-mêmes et pour les générations futures.

Souvenons-nous que la grande Rey a érigé ce nouvel ordre avec la promesse d'être meilleur que l'ancien. Il tient à nous de nous tenir à cette promesse en nous engageant dans une voie de progrès et de transformation continue. C'est en cultivant la compassion et la volonté d'être meilleur que ceux qui nous ont précédés que nous honorerons son héritage."

Semblant fatigué du ton solennel, elle décida de l’abandonner pour basculer vers un ton plus personnel.

"Mes frères et sœurs de la lumière, il est temps pour moi de dissiper une illusion qui plane parfois sur la position de Grand Maître de notre Ordre. Certains pensent peut-être que ce titre est juste synonyme de prestige, de pouvoir et d'autorité, mais en réalité, il représente avant tout l'engagement ultime au service de notre ordre et de ses membres.

J'ai été bénie par la Force pour être la guide et la protectrice de notre institution qui œuvre sans relâche pour la paix, la liberté et la défense des innocents. Chaque décision que je prends, chaque action que j'entreprends, est motivée par mon dévouement envers nos valeurs.

Je suis consciente que certains peuvent avoir des doutes en raison de mon âge, étant la plus jeune Grand Maître depuis la grande Rey. Mais vous savez jusqu'où je suis prête à aller pour protéger ce que je considère comme ma maison, mon foyer, ma famille.

Mais au final, je n'oublie pas que je suis simplement qu'une feuille de l'arbre qu'est notre ordre, et sans le soutien de chacun, je ne pourrais rien accomplir. Peu importe votre rang ou votre branche, que vous soyez chevalier, prêcheur ou chercheur, maître padawan ou élève à l’académie, ici dans ce temple ou loin dans les étoiles, chacun d'entre vous compte pour moi. Votre soutien est précieux à mon cœur.

C'est pourquoi je vous supplie, croyez en moi, aidez-moi. Et ensemble nous continuerons à défendre la paix dans notre galaxie. Que la Force soit avec nous tous."

- "Que la Force soit avec nous !" S’exclama l'audience, à l'unisson, comme si la scène avait été répétée maintes fois.

Valia, émue jusqu'aux larmes, ressentit une sensation de chair de poule parcourir son corps. C'était la première fois depuis longtemps qu'elle se sentait réellement connectée à quelque chose de plus grand qu'elle-même.Oubliant l’incident qu’elle venait de vivre, les doutes qui l'avaient assaillie ce matin-là semblaient maintenant s'effacer devant un lendemain plus prometteur qu'elle ne l'avait imaginé. Elle prit la décision de saisir pleinement cette opportunité d'étudier dans le monastère de Luke Skywalker. Peut-être que cette nouvelle voie lui réserverait des horizons bien plus vastes que ceux qu'elle n’avait cru jusqu'à présent.

La cérémonie continua pendant toute la journée. Différents Jedi purent échanger entre eux et renouer avec d'anciens amis perdus de vue ou camarades d'académie. Valia et Zain passèrent la majeure partie de la cérémonie à dire au revoir à différents instructeurs de l'académie et à des camarades de promotion, échangeant des promesses de rester en contact et de continuer à se soutenir dans leur nouvelle vie en tant que Padawan.Zain semblait déçu de ne pas avoir eu l'occasion d'essayer toutes les nouveautés proposées par les Jedi chercheurs. Valia, quant à elle, chercha Geki pendant un moment, espérant lui souhaiter bonne chance pour sa formation de chevalier, mais ne parvint pas à le trouver. Elle dut se résigner à laisser tomber et décida de retourner dans sa chambre pour rassembler ses affaires avant de se diriger vers l'astroport.

Là, elle rencontra une ultime fois Zain, qui embarquait pour Serreno.

- Tu promets de m'appeler quand tu arriveras à Serreno ? Lui demanda Valia.

- Bien sûr, chaque jour ! Lui répondit Zain avec bienveillance.

- Et fais attention, les vieux châteaux sont remplis de pièges. Averti la jeune Zéltrone son ami.

- Avec ma psychométrie, je les trouverai avant qu'ils ne me trouvent. Dit Zain regardant les passagers prenant place sur le vaisseau en direction de Serreno.

-Tu t'es amélioré un peu ? Tu en auras vraiment besoin maintenant ! Elle insista inquiète.

- Ça va, je la contrôle mieux. Assura le jeune Solaris avec confiance.

Après avoir étreint Zain pour la dernière fois, Valia ressentit un mélange de nostalgie et d'excitation pour les aventures à venir.Montant à bord du vaisseau en direction d'Ahch-To, une vague de détermination la submergea. Debout, fixant le ciel, elle était prête à embrasser les opportunités qui l'attendaient sur cette planète mystérieuse.Elle était prête à entamer ce nouveau chapitre de sa vie en tant que Padawan, à explorer les profondeurs de la Force et à suivre les enseignements de ceux qui l'avaient précédée.Avec un sourire confiant sur son visage, Valia s'installa dans son siège, prête à affronter l'avenir avec courage et détermination. Elle savait que la Force serait avec elle, guidant chacun de ses pas sur le chemin de la lumière.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Ven 19 Avr 2024 - 18:05   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

La mission pour capturer le Jedi renégat Nit Braum se révèle pleine de surprises . Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 6 : Le Ballet des Astéroïdes : Duel Souterrain

Le vaisseau des trois jeunes Jedi se rapprochait inexorablement de sa destination. À bord, Coleman, Sédu et Meywine se préparèrent mentalement à affronter les défis qui les attendaient. Les Astéroïdes de Vergesso, jadis un repaire incontesté des syndicats criminels les plus impitoyables de la galaxie, furent désormais un lieu désolé et désert, leur activité criminelle anéantie par les efforts conjugués des Jedi et des Rangers de la République. Cependant, malgré cette apparente désolation, Nit Braum avait été assez astucieux pour choisir ces astéroïdes comme refuge.

À l'intérieur du cockpit, Sédu et Meywine étaient tous les deux aux commandes du vaisseau, manœuvrant habilement à travers les dédales d'astéroïdes. Leurs mains agiles dansèrent sur les commandes, tandis qu'ils surveillaient attentivement les scanners pour détecter tout signe de danger. Pendant ce temps, à l'arrière, Coleman assis tournant machinalement dans ses mains le sabre laser de rechange que Sédu lui avait offert. Son regard concentré scrutait le vide, l'obsession de capturer Nit Braum le consumant.Il était déterminé à prouver sa valeur en tant que chevalier Jedi, à ne pas être éclipsé par les exploits de Meywine, fraîchement promue comme lui et accumulant déjà les victoires.

La rivalité et la complicité entre Coleman et Meywine remontaient à leur enfance, marquée par les tumultes sur Mytus VII. Quand Haris Brightstar démantela les arènes clandestines dirigées par le père de Coleman, il craignit que les deux enfants ne soient séparés. Pour éviter cela, il décida de les prendre avec lui sur Mytus VII, sa planète natale, afin de les préparer à suivre la voie des Jedi. Coleman se remémora sa première rencontre avec la jeune Meywine. Malgré ses années passées dans l'arène, affinant ses compétences à manier la Force avec adresse, il n'eut jamais le don de la ressentir chez les autres. Cependant, tout cela changea le jour où Haris lui présenta sa fille. Une jeune fille de 12 ans, entourée d'une aura de Force écrasante, impossible à ignorer. Le jeune garçon avait affronté des créatures imposantes, des bêtes fantastiques, et des mercenaires sans pitié, mais jamais il ne ressentit une telle intensité.Cette fillette, qui n'était ni plus grande ni plus costaude que lui, semblait avoir le pouvoir de l'écraser à tout moment. Son premier réflexe fut une montée de larmes de peur, mais sa panique se dissipa dès que la petite fille éclata de rire et lui fit remarquer qu'il sentait le Tauntaun mouillé. Un changement s'opéra dans l’esprit du jeune garçon, la peur se mua en une sensation de chaleur.
Le rire de Meywine était comme une mélodie enchanteresse, éclairant l'espace autour d'elle d'une lueur aussi brillante que celle de mille soleils. Sans le savoir, Coleman se mit à rire lui aussi et lui raconta qu'effectivement, il avait passé plusieurs années à dormir près d'un Tauntaun qui avait l'habitude de lui lécher le visage pour le réveiller chaque matin.

De retour au présent, Coleman observait avec désir la silhouette de son amie, assise dans le siège du co-pilote. Il agita brusquement la tête pour éloigner cette pensée impure de son esprit. Ce n'était pas le moment de se laisser distraire par ses pulsions, il devait rester concentré sur la mission à accomplir et la gloire qui l'attendait.

- Nous sommes arrivés, tout le monde est prêt ? Demanda Sédu en se levant.

Il rassembla ses camarades une dernière fois avant de basculer le vaisseau en auto-pilote pour le faire atterrir et passer en mode furtif.

Le capitaine demanda à Coleman qu’il soupçonnait de préparer un mauvais coup de résumer le plan une dernière fois.

- Missa Sédu, saboter vaisseaux ennemis.Plaisanta Coleman avec une voix de Gungan en montrant son ami du doigt.

- Mey, missa détruire grand ascenseur, piéger petits poissons ! Cette fois-ci son doigt se tourna vers la jeune Jedi.

- Missa, resté cacher et boum capturer méchant Nautolan ! terminant la course de son doigt sur sa poitrine, au grand plaisir de Meywine très amusée par son humour.

Sédu laissa passer le manque de sérieux de son camarade, saisit le sac qu'il avait préparé, puis lança un vibrant "Que la Force soit avec vous".

Ses deux compagnons lui répondirent par un "Que la Force soit avec nous" aussi vibrant que le sien.

La mission débuta. Le groupe atterrit à plusieurs lieues éloignées des vaisseaux du syndicat et des braconniers. Coleman fonça prenant la direction du centre, là où se trouvait l'entrée de la mine, revêtu de son manteau Jedi blanc. Meywine, alors qu'elle s'engageait vers l’ouest, fut arrêtée brusquement par Sédu.

- Dis-moi, tu as bien compris le plan ? l'interrogea le jeune Jedi.

-Tu parles du plan où c'est moi qui arrête Braum dans la mine, pendant que vous deux empêchez toute intervention extérieure ? Oui, celui-là, je l’ai bien compris ne t’inquiète pas, je me charge de tout. Répondit sarcastiquement l’héritière Brightstar.

- Je suis désolé, mais tu connais Coleman, tu as vu sa réaction quand il a soupçonné que tu allais t’occuper de Braum. En ce moment, il est sur les nerfs. Affirma le capitaine de mission.

-En ce moment ? Tu étais ou toutes ces dernières années ? Dis plutôt depuis notre entrée à l’académie, le Coleman de notre enfance sur Mytus VII me manque. Avoua tendrement Meywine.

- C'est vrai il a une grande bouche, mais il est resté le même au fond. Et puis Tu dis ça pourtant je n’ai pas l’impression que ce Coleman qui a grandi en taille et en muscle ne te soit si désagréable surtout à regarder. Se moqua d’elle Sédu relevant un sourcil.

Meywine rougit à la remarque de son ami sans lui répondre elle courut vers sa destination, enveloppée dans sa cape à capuche blanche. Après avoir parcouru une longue distance sans rencontrer le moindre obstacle sur son chemin, elle atteignit enfin le grand ascenseur qui avait autrefois permis de remonter rapidement les minéraux extraits dans la mine.

Coleman, de son côté, devait faire preuve de discrétion dès qu'il arriva près du petit ascenseur autrefois dédié au personnel de la mine. Il sentit la présence d'individus tout près.

Sédu lui pris la direction de l'est, il se positionna à une distance sûre derrière les deux vaisseaux stationnés côte à côte, observant attentivement les alentours à l'aide de ses jumelles de vue.

Meywine devant le grand ascenseur constata que le générateur qui l'alimentait était détruit. Elle ne pourrait pas l'utiliser, et la profondeur de la mine la rendait inaccessible pour la plupart des gens. Cependant, pour un chevalier Jedi tel qu’elle, ce n'était pas un obstacle insurmontable. Elle commença sa descente, sautant habilement d'une paroi à l'autre et prenant soin de placer des explosifs à certains endroits stratégiques en chemin.

Près du petit ascenseur,

Coleman se cacha sans se faire remarquer. Il repéra deux Nikto reconnaissable à leurs tètes reptiliennes a cornes , l'un à la peau verte et l'autre à la peau marron, armés de blasters Renegade C-2, postés devant la porte de l'ascenseur.

Sédu continua d'observer l'activité autour des vaisseaux. Il remarqua que le vaisseau du syndicat Tenloss était une frégate Lancier, tandis que celui des braconniers était un cargo Darius de marque ZX. Ces cargos étaient connus pour être utilisés par la guilde de poste galactique, ce qui permettait aux braconniers de faire leur contrebande sans attirer l'attention.

A l’intérieur de la mine, guidée par la Force, Meywine sentit la présence de plusieurs individus au fond. Elle décida de suivre cette sensation et d’aller voir par elle-même ce qui se tramait.

Toujours tapi dans l'ombre, Coleman bouillonnait d'impatience. Son plan était d'attendre l'explosion déclenchée par Meywine afin de surprendre les Nikto. Mais, il avait du mal à se maîtriser.

Sédu scanna les deux vaisseaux, confirmant les informations fournies par Maître Haris, une dizaine d'individus étaient présents à l'intérieur du vaisseau du syndicat Tenloss. Cependant, à sa grande surprise, il ne détecta personne à bord du vaisseau des braconniers. "C'était très étrange", songea-t-il.

Meywine se rapprochait de plus en plus des présences qu'elle avait détectées. Elle commençait à se sentir coupable d’avoir menti à Coleman. Depuis l’annonce de la mission elle n'avait nullement l'intention de lui laisser combattre Braum. Ce Jedi renégat avait déjà assassiné plusieurs chevaliers expérimentés. Elle ne voulait pas prendre le risque de voir Coleman l’affronter. En tant que Jedi la plus puissante de l'ordre, c'était à elle de neutraliser cette menace. Peu importe si son ami lui en voudrait, cela lui passerait de toute façon. Après tout il était connu pour être colérique mais jamais rancunier.

Coleman devenait de plus en plus impatient, la main agrippée à son sabre laser, bouillonnant d'excitation.

Sédu décida de s'approcher davantage du vaisseau des braconniers pour effectuer un scan plus approfondi. Il faisait très attention à ne pas se faire détecter, utilisant ses pouvoirs pour déterminer s'il y avait un sensitif à la Force à bord du vaisseau des Tenloss. Les résultats étaient négatifs.

Meywine se dissimula et observa la scène se déroulant au centre de la mine. Nit Braum se tenait debout, enroulée dans sa veste noir poussiéreuse sur ses epaulette le symbole du syndicat Tenloss un crane avec deux cornes pointus sortant des ses yeux deux blasters. Il était entouré de quatre gardes du corps de différentes races, armés de blasters. Il semblait porter un appareil sonore à l'oreille. En face de lui, elle s'attendait à voir des braconniers, mais fut surprise de découvrir trois individus vêtus de longues robes noires foncées, leurs visages cachés derrière des masques. L'un d'eux parlait dans une langue inconnue pour Meywine, ce qui était d'autant plus étrange car elle maîtrisait une centaine de langues. Les deux autres se tenaient derrière lui, tenant chacun un enfant Mirialan à la peau verte jaunâtre, parsemée de taches noires sur le visage. Ce spectacle était intriguant, d'autant plus que la jeune Jedi ressentait une présence néfaste dans l'ombre.

Coleman fulminait, incapable d'attendre plus longtemps. Il commença à murmurer ,"Mais qu'est-ce que tu fous, Mey ?"

Sédu arriva à proximité du cargo. Ses scanners étaient formels : aucune trace de présence à bord. Sédu commença à s’inquiéter,"Des braconniers qui arrivent avec un vaisseau vide... Que peuvent-ils espérer marchander ?" Il était perplexe.

Après plusieurs minutes d'écoute, Meywine ne parvenait toujours pas à comprendre les mots prononcés par la figure masquée. Pendant ce temps, Braum restait silencieux. Consciente qu'il était temps d'agir, toujours avec le sentiment d'une présence tapie dans l'ombre, Meywine décida de déclencher les explosifs.

Le grondement tonitruant résonna à travers l'astéroïde, libérant Coleman de la tension qui l'habitait. Les deux Nikto se retournèrent pour observer la fumée qui montait. Quand Coleman leur fit face, avant qu'ils n'aient pu réagir, il leur ordonna avec la force de dormir. Les deux tombèrent comme des pierres. Une fois à terre, il se mit à les ligoter un par un.

Sédu vit la trappe du frégate s'ouvrir, laissant sortir plusieurs membres du syndicat voulant voir ce qui s'était passé dehors. Se cachant dans l'ombre du cargo, il se glissa sous la frégate et plaça trois sphères brouilleurs.

Meywine sortit de sa cachette et trouva Braum ainsi que le reste de son groupe étendus par terre, sous le choc de l'explosion. D'un ton ferme, elle annonça

-Par l'autorité du Nouvel Ordre Jedi, vous êtes en état d'arrestation ! Je suis Meywine Brightstar, chevalier Jedi, et toute résistance est futile."

Elle scruta l'endroit du regard, tentant de localiser la présence maléfique, mais sans succès. Elle se concentra à nouveau sur le groupe qui se relevait.

Pendant ce temps, Coleman se tenait devant l'ascenseur, attendant que son adversaire se présente.

Quant à Sédu, il observa les membres du syndicat remonter à bord de la frégate. Il les compta jusqu'au dernier, puis, une fois qu'ils furent tous remontés, il alluma les sphères brouilleurs.

Meywine activa ses sabres laser, une paire unique reliée par une chaîne en beskar incassable, deux sabres périphériques rassemblant dans la forme de leurs poignées et leurs lames au fameux dark sabre des Mandaloriens. Leur couleur blanche était le résultat de sa connexion profonde à la Force, purifiant chaque cristal kyber qu'elle touchait depuis son enfance.

Les mystérieuses figures masquées continuaient de converser dans une langue que seul Braum, équipé de son appareil comprenait. Ce dernier lança soudain, fixant Meywine des yeux globuleux noirs.

- Ils ont envoyé la fillette Brightstar pour faire le sale boulot. Le Conseil est tombé bien bas!!! puis, sans prévenir, il prit le jeune Mirialan dans ses bras et se mit à courir.

Le moment de vérité approchait à grands pas pour Coleman. Il ressentait que l'affrontement était imminent.

Sédu, après avoir activé les sphères, contacta son vaisseau via son communicateur. Il était convaincu que les mercenaires tenteraient de démarrer le leur pour enquêter sur la situation, mais sans succès. Grâce aux sphères, ils étaient piégés à l'intérieur de leur frégate, comme dans un tombeau mortel.

Meywine se retrouva rapidement sous le feu croisé des gardes du corps de Braum, dépourvus de coordination après la désertion soudaine de leur chef. Grâce à la Force, elle figea aisément les tirs de blaster dans l'air et les renvoya vers leurs émetteurs, les éliminant sur-le-champ. Elle aurait voulu se lancer à la poursuite de Braum, déterminée à l'empêcher de rencontrer Coleman à tout prix. Mais les mystérieuses figures masquées bloquaient son chemin.

Coleman entendit le bruit de l'ascenseur qui remontait. Son moment était enfin venu. Il activa son sabre laser, vibrant d'une lueur bleue. Le duel était sur le point de commencer.

Sédu retourna à son vaisseau, survolant le pugilat entre le syndicat et les braconniers. Il se positionna pour tirer, les armes de son vaisseau braquées sur le syndicat, au cas où les sphères brouilleurs cesseraient de fonctionner.Il fit retentir sa voix à travers les haut-parleurs extérieurs du vaisseau :

-Au nom du Nouvel Ordre Jedi, je vous déclare en état d'arrestation. Mes armes sont pointées sur vous. Tout geste suspect de votre part sera sanctionné.

A l’intérieur de la mine Meywine faisait face au groupe noir.

- Peu importe qui vous êtes, si vous ne vous écartez pas, vous finirez comme ces quatre-là, menaça-t-elle en brandissant ses sabres périphériques, défiant les figures mystérieuses.

- Nous ne craignons pas ton pouvoir, élu de la lumière. De notre sang renaîtront les ténèbres, répliqua froidement la figure au centre dans la langue basique.

Les trois individus allumèrent des sabres lasers, éclatant d'un rouge sombre, symboles du côté obscur de la Force. Le chef tenait un sabre classique, tandis que son second à droite portait une sphère qui libéra un sabre rouge intégré à la paume de sa main. Le troisième maniait un sabre laser à double lame.

Toujours en attente, Coleman savait qu'il désobéissait au plan original qui voulait qu'il reste caché pour surprendre Braum. Attaquer un adversaire de dos n'était pas dans ses principes, il préférait mourir avec honneur plutôt que de vivre en lâche. L'ascenseur s'ouvrit enfin, laissant le Jedi renégat émerger, tenant dans ses bras le petit Mirialan.

Sur le vaisseau Jedi, Sédu envoya un message au poste de commandement des Rangers de la République. Il reçut une réponse rapide indiquant que deux X-Wings nouvelle classe seraient là en renfort dans quelques minutes. L'inquiétude grandissait en lui alors qu'il repensait à la situation actuelle. Pourquoi Meywine tardait-elle tant à terminer la mission ?

Plongée dans un combat féroce contre les trois mystérieuses figures, Meywine tournoyait ses sabres à une vitesse impressionnante, donnant l'impression qu'ils étaient allumés en même temps, bien que ce ne fût pas le cas. Grâce à la Force, elle activait et désactivait ses sabres pour éviter de se blesser elle-même. Ses adversaires étaient d'un bon niveau. S'ils avaient été des Jedi, ils auraient sûrement été sélectionnés pour devenir chevalier. Dans cette cave étroite, elle ne pouvait pas maîtriser ses trois adversaires facilement. Elle n’avait plus le choix, elle décida d’éliminer les deux sbires et de capturer leur chef pour l'interroger après. D'un mouvement rapide, elle repoussa avec la Force ses trois attaquants sur le côté. Puis, d'un geste précis, elle détacha l'une de ses épées de la chaîne et la lança sur celui à la double lame. Lorsqu'elle atteignit sa cible, elle l'alluma grâce à la Force, transperçant sa cible au niveau du torse. Puis, toujours grâce à la Force, elle rappela son sabre à elle.

- Tu as ramené un spectateur, Braum. Tu sais, il est trop jeune pour voir ce que je vais te faire, déclara Coleman à Braum sortant de l'ascenseur, surpris de le voir sous sa veste noir porter un enfant Mirialan.

- Encore un bébé Jedi. Toute l'académie est venue ou quoi ? se moqua Braum.

- Écoute, laisse-moi passer et je te laisse la vie sauve, toi et tes amis. Vous ne savez pas dans quoi vous vous êtes embarqués ! Continua-t-il.

- Je me fiche de tes histoires. Soit tu te rends, ce qui serait personnellement une grosse déception pour moi. Soit tu allumes ce sabre que tu as à la ceinture. Et ne crois pas pouvoir utiliser le gamin comme bouclier. Moi, j'ai une mission à accomplir, et je la remplirai, répondit Coleman impassible.

- Tu veux un combat, tu l'auras ! Je te rajouterai à ma liste des Jedi que j'ai tués, cria Braum.

Dans un geste de fureur, il projeta violemment au sol le petit Mirialan, qui poussa un cri de douleur. Puis, il alluma son sabre laser de couleur verte.

Toujours à l'intérieur du vaisseau, Sédu se tint la poitrine alors qu'un éclair de douleur traversait son cœur à la sensation de la présence du côté obscur près de la mine.

Meywine, maintenant convaincue de l'infériorité de ses adversaires, combattait avec confiance. Le second, équipé d'une lame intégrée à sa main, prit au sérieux sa feinte. Pensant l'attaquer, il tomba dans son piège ; elle lui arracha le bras où se trouvait la sphère alimentant sa lame, puis le termina d'un coup tranchant. Sa lame toujours allumée, il tomba figé au sol.

- Tu es forte, élue de la lumière, mais notre maître nous a promis d'arracher ce qui nous a été pris. Des ténèbres il émergera et il consumera cette galaxie dans les flammes de sa gloire, prévint le chef du mystérieux groupe à genoux.

Il tourna son sabre laser contre lui, réalisant qu'il s'apprêtait à se donner la mort. L'héritière Brightstar utilisa la Force pour le retenir. Malgré son emprise sur lui, l'individu masqué commença à convulser puis s'arrêta soudainement, le corps étalé par terre. Meywine, impuissante, constata que le chef était mort. Un bip de son corps commença à retentir.

Coleman et Braum se battaient farouchement. Au début, le renégat semblait prendre le jeune Jedi à la légère. Mais, après que ce dernier ait esquivé plusieurs de ses coups et riposté avec des attaques qui ont brûlé Braum au niveau des bras, il commença à prendre la situation au sérieux.

- Tu te débrouilles pas mal, petit. Haris Brightstar est ton maître !! Je reconnais sa garde de défense, admis Braum.

- Maître Haris m'a bien formé au Soresu, mais j'ai une préférence pour le Makashi ! Le nargua Coleman, changeant totalement de posture, adoptant une forme plus élégante et gracieuse.

Pris au dépourvu, Braum se demanda comment un gamin aussi brut et téméraire pouvait-il se transformer en un instant en un chevalier plein d'adresse ? Effectivement, le Makashi est parfaitement adapté pour les duels en un contre un, grâce à sa fluidité et sa capacité à déjouer les attaques de l'adversaire avec élégance. Braum se retrouva vite dépassé par Coleman, qui avait maintenant pris l’avantage et affichait même un sourire de confiance qui énerva au plus au point le renégat.

Face à la supériorité technique du jeune Jedi, Braum décida de miser tout sur la force brute pour inverser la tendance. Mais une fois de plus, il fut surpris par un changement de garde de la part du chevalier qui passa à la forme Ataru. Dans un tourbillon incessant, esquivant les coups, le jeune Jedi sembla danser autour de son adversaire avec grâce et agilité. Il enchaîna ensuite avec une série de mouvements de Djem So, utilisant des contre-attaques avec sa force brute pour déstabiliser Braum. Puis, il monta d'un cran et bascula vers le Juyo, enchaînant des attaques rapides qui finirent par couper deux tentacules de la tête du Nautolan.

Étourdi par la force déployée et le niveau de maîtrise de ses techniques, le renégat ne savait plus ou donner de la tète et tomba par terre, incrédule face à ce qu'il venait de vivre. Il croyait au début que Coleman se contentait d'utiliser la technique Niman, une forme de sabre laser polyvalente. Mais il réalisa que le jeune prodige ne se contentait pas de répéter approximativement des mouvements de plusieurs styles, il était véritablement un maître des sept formes et pouvait les reproduire à la perfection.

C'était une prouesse jamais vue dans l'histoire des Jedi. Normalement, un chevalier apprend les bases des sept techniques à l'académie mais se spécialise ensuite dans l'une d'elles. Au mieux, il pourrait apprendre deux formes complémentaires. Pourtant, ce jeune Jedi d'une vingtaine d'années était capable de maîtriser les sept formes en même temps.Totalement vaincu, son sabre laser brisé reposait à côté de lui, le Nautalon était dépassé par la situation, alors que la douleur des blessures s'intensifiait, l'envahissant peu à peu.

Coleman, quant à lui, éprouvait une fierté immense à la vue de son adversaire terrassé. Souhaitant ardemment que son maître Haris ait pu être témoin de son exploit. Il aurait également aimé que son père puisse le voir, lui, l'exact opposé de ce qu'il était, le criminel, le voleur, et son fils, un chevalier honorable, venant à bout des plus vils de la galaxie. Après des années de labeur, de sueur et de sang, il allait enfin prouver à tout le monde qu'il n'avait rien à envier à la fille prophétisée par Rey.

- Le combat est terminé. Attache-toi les mains avec ça, annonça le Jedi.

Il lui tendit une paire de menottes magnétiques, brillantes dans la faible lumière de l'astéroïde. Quand soudain, une nouvelle explosion éclata, brisant le silence qui régnait.

Sédu n'eut guère le temps de redresser les commandes pour élever le vaisseau, quand celui-ci fut pris par surprise par le souffle d'une explosion. Projeté dans l'air, il eut toutes les peines du monde à le stabiliser. Le son assourdissant des alarmes retentit dans le cockpit, saturant l'espace de lumière rouge. Il observa l'endroit où se tenait le vaisseau cargo des faux braconniers. Il était en feu, preuve qu'il était la source de l'explosion. La frégate, elle, avait été propulsée sur plusieurs mètres par la déflagration. Le vaisseau du syndicat, malgré les dégâts, s'alluma et commença à léviter. Le Jedi déduisit que le souffle de l'explosion avait probablement détruit les sphères brouilleuses.La frégate se positionna pour attaquer et commença à bombarder le vaisseau Jedi. En quelques instants, le bouclier céda. Sédu entama des manœuvres d'esquive et décida de se diriger vers la mine, espérant comprendre ce qui se passait avec ses compagnons. Il ordonna à l'ordinateur de bord de dévier toute l'énergie de l'hyperdrive vers les boucliers. La frégate avait clairement l'avantage. Dans un mouvement acrobatique, il redressa le vaisseau et se positionna au-dessus de la frégate en piquant vers eux. Il avait peu de temps pour prendre une décision. S'il visait la frégate, il risquait de détruire tous ceux qui se trouvaient à l'intérieur, une situation qu'il souhaitait éviter s'il le pouvait. Il opta donc pour des tirs ciblés visant à neutraliser les armes du vaisseau. Malgré ses tirs, le vaisseau ennemi continuait de se déplacer, bien que certaines de ses armes fussent désormais hors service. Dans une nouvelle tentative, il attaqua à nouveau, mais cette fois la frégate réagit plus rapidement, le prenant au dépourvu. Il subit plusieurs tirs, son ordinateur de bord lui signalait à nouveau que les boucliers étaient sur le point de céder.

Meywine se trouvait toujours à l'intérieur de la mine lorsque la puissante explosion secoua la surface. Le bip émanant du corps inanimé s'était tu. Elle retira la capuche et le masque de l'individu pour découvrir cette fois ci le visage d’un mâle Mirialan adulte. Elle remarqua que son œil droit était cybernétique et que de la bave sortait de sa bouche, signe qu'il s'était empoisonné à l'aide d'une fausse dent.

Elle se pencha pour lui prendre son sabre laser et l'accrocher à sa ceinture. Elle ne s'attarda pas à découvrir l'identité des deux autres et fonça vers l'ascenseur. Une fois à l'intérieur, les minutes lui semblèrent interminables alors qu'elle attendait de remonter à la surface.

Projeté au sol par l'explosion, Coleman perdit de vue Braum pendant un court instant. Le Nautolan en profita pour saisir les blasters d'un des Nikto endormis et menacer le petit Mirialan.

- Maintenant, tu me laisses passer ou je descends le petit, hurla-t-il fatigué et blessé.

- Je te l'ai dit. J'ai ordre de te ramener en vie. L'enfant, non, répliqua Coleman d’une voix remplie de doute.

- Arrête gamin. Tu es bon, très bon. Jamais je n'ai vu un Jedi maîtriser les sept formes. Félicitations, tu es autant un monstre que la fille Brightstar. Mais tu n'es pas un tueur. Tu aurais pu me tuer plusieurs fois, mais tu as retenu tes coups. Ajouta Braum, discernant le doute chez le jeune Jedi.

- Tu ne feras rien. Je le sens en toi, tu n'es pas un assassin. Ça te détruirait de prendre la vie de ce petit. Tu donnes trop d'importance à l'honneur. Tu aurais pu terminer cette mission rapidement. Mais tu as préféré me faire face. Continua-il avec le Mirialan sous son coude en avançant lentement, arme toujours pointée sur l'enfant.

Tétanisé le sabre laser bleu allumé à la main, Coleman avait été percé à jour par son adversaire. Il n'aurait jamais fait de mal à un innocent, surtout pas à un enfant. Mais la mission était cruciale, pour son maître, pour son ordre, et surtout pour lui-même. Elle marquerait le véritable début de sa vie de chevalier. Son esprit était rempli d'incertitudes.

Alors que Braum continuait d'avancer de plus en plus, le vaisseau Jedi et la frégate apparurent dans le ciel, engagés dans un combat acharné. Braum vit son vaisseau prendre l'ascendant, mais cet espoir fut de courte durée. Deux X-Wings de nouvelle classe firent leur entrée et attaquèrent le syndicat. En quelques instants, le vaisseau fut réduit en débris. La porte de l'ascenseur s'ouvrit derrière lui. Avant qu'il ne puisse réagir, Meywine l'étouffa avec la Force et le fit flotter dans les airs. D'un geste de la main, elle le laissa tomber par terre violemment, brisant plusieurs de ses côtes, il perdit connaissance instantanément.

Le silence régna de nouveau sur l'astéroïde marquant la fin de la mission. Coleman, livide de rage et de confusion fixait Meywine avec un mélange de colère et de frustration. Braum gisait au sol, une victime de la décision de la Brightstar d'agir seule.Meywine se tenait debout prés du petit garçon Mirialan, son expression était imperturbable, mais ses yeux semblaient refléter une profonde réflexion. Coleman, évitant soigneusement son regard, restait silencieux, incapable de trouver les mots pour exprimer son désarroi.

Le vaisseau Jédi se posa en silence non loin d'eux. Dans cette atmosphère tendue et chargée d'émotions refoulées, une nouvelle fissure s'était creusée entre Meywine et Coleman, laissant derrière elle des cicatrices profondes dans l'âme tourmentée du jeune Jedi.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Lun 22 Avr 2024 - 19:41   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

La vie monotone de Valia au monastère de Luke connait un petit rebondissement.. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 7:Quotidien d'une Padawan prêcheuse sur Ahch-To

Après avoir pris ses quartiers, la jeune padawan ne perdit pas de temps à visiter les lieux. Le monastère de Luke était humble, sans ornements en métaux précieux ni grandes tapisseries. Cependant, la bibliothèque abritait plusieurs holocrons anciens, comparables à celles du grand temple de Scarif. Les moines prêcheurs vivaient modestement, consacrant leur temps à la méditation et aux échanges sur la Force. Le monastère était situé sur la plus grande île d'Ahch-To, non loin de l'île du village de Linai où s'était exilé Luke Skywalker.

Dans sa chambre, Valia trouva son emploi du temps très chargé. Sa semaine ressemblait à ceci :

**Atunda (Premier jour) :**
- 7h00 - 8h00 : Entraînement physique et entretien du corps.
- 8h00 - 8h30 : Petit-déjeuner.
- 8h30 - 9h30 : Méditation matinale.
- 9h30 - 11h00 : Cours de philosophie et théologie Jedi.
- 11h00 - 12h30 : Cours d'histoire des Jedi.
- 12h30 - 13h30 : Déjeuner.
- 13h30 - 14h30 : Histoire de la galaxie.
- 14h30 - 15h30 : Pratique de la prêche.
- 15h30 - 16h30 : Méditation.

**Katunda (Deuxième jour) :**
- 7h00 - 8h00 : Entraînement physique et entretien du corps.
- 8h00 - 8h30 : Petit-déjeuner.
- 8h30 - 9h30 : Méditation matinale.
- 9h30 - 11h00 : Cours de géopolitique galactique.
- 11h00 - 12h30 : Cours d'histoire des Jedi.
- 12h30 - 13h30 : Déjeuner.
- 13h30 - 14h30 : Diplomatie et résolution de conflits.
- 14h30 - 15h30 : Histoire de la galaxie.
- 15h30 - 16h30 : Méditation.

**Satunda (Troisième jour) :**
- 7h00 - 8h00 : Entraînement physique et entretien du corps.
- 8h00 - 8h30 : Petit-déjeuner.
- 8h30 - 9h30 : Méditation matinale.
- 9h30 - 11h00 : Cours de philosophie et théologie Jedi.
- 11h00 - 12h30 : Cours d'histoire des Jedi.
- 12h30 - 13h30 : Déjeuner.
- 13h30 - 14h30 : Histoire de la galaxie.
- 14h30 - 15h30 : Pratique de la prêche.
- 15h30 - 16h30 : Méditation.

**Datunda (Quatrième jour) :**
- 7h00 - 8h00 : Entraînement physique et entretien du corps.
- 8h00 - 8h30 : Petit-déjeuner.
- 8h30 - 9h30 : Méditation matinale.
- 9h30 - 11h00 : Cours de géopolitique galactique.
- 11h00 - 12h30 : Cours d'histoire des Jedi.
- 12h30 - 13h30 : Déjeuner.
- 13h30 - 14h30 : Diplomatie et résolution de conflits.
- 14h30 - 15h30 : Histoire de la galaxie.
- 15h30 - 16h30 : Méditation.

**Natunda (Cinquième jour) :**
- 7h00 - 8h00 : Entraînement physique et entretien du corps.
- 8h00 - 8h30 : Petit-déjeuner.
- 8h30 - 9h30 : Méditation matinale.
- 9h30 - 11h00 : Cours de philosophie et théologie Jedi.
- 11h00 - 12h30 : Cours d'histoire des Jedi.
- 12h30 - 13h30 : Déjeuner.
- 13h30 - 14h30 : Histoire de la galaxie.
- 14h30 - 15h30 : Pratique de la prêche.
- 15h30 - 16h30 : Méditation.

Chaque élève avait droit à une heure par jour en dehors du monastère après les cours, à utiliser avant le dîner à 19h30. Valia reçut une note la dispensant des corvées de nettoyage et de maintien du monastère, étant la padawan du grand prêcheur des lieux. Elle fut informée aussi que les moines organisaient des lectures après le dîner pour débattre sur plusieurs sujets.

Au cours des premiers jours, la jeune Zéltrone fut conviée par son nouveau maître à une de ces lecture sur les trois familles fondatrices. Malgré que sa mère l’ait déjà formée dans ce domaine, elle décida d’y assister pour connaître la perspective des autres sur ce sujet.

Devant l’assistance, un moine Ugnaught qui dirigeait la session avec sa voix porcine expliqua :
" Maître Rey et Finn ont aboli le célibat chez les Jedi. Ils considéraient les relations et l'attachement comme une source de lumière, une connexion puissante entre les êtres, un conducteur de la Force. Ainsi, les Jedi ont été autorisés à fonder une famille.

Les trois familles fondatrices croyaient en la collaboration et au potentiel de chacun. Elles évitaient de s'accaparer le pouvoir de l'ordre. Par décision commune, Maître Rey annonça que les descendants des trois familles ne brigueront aucun poste au conseil du Nouvel Ordre Jedi.

En échange, elle créa trois positions spéciales : les Brightstar seraient les hauts gardiens de la prison Mytus VII, regroupant les pires vermines de la galaxie, agissant également comme police interne de l'ordre sous l'autorité du conseil. Les Laurine occuperaient la position de "voix des Jedi", partageant les positions et opinions de l'ordre au Sénat républicain et prêchant dans les temples de la galaxie. Quant aux Solaris, ils hériteraient du titre de doyens des Phares d'Endor, le plus grand centre de recherche Jedi de la galaxie, continuant la quête de compréhension de la Force et développant des technologies compatibles avec elle."

Valia se demanda pourquoi les trois fondateurs avaient si peu confiance dans leurs descendants pour les confiner à des rôles précis.

- Ils ont peut-être remarqué des signes d'arrogance chez leurs descendants, ou peut-être ont-ils voulu éviter les luttes de pouvoir internes au sein de l'ordre. Se posa-t-elle la question.Mais malgré cela, elle trouvait excessif de cantonner tout un clan à un unique rôle. Beaucoup d’avis furent partagés pendant ce cours, Valia s’est abstenue de donner le sien. Malgré que l’assistance se soit retournée vers elle plusieurs fois, attendant qu’elle intervienne à cause de son statut de membre d’une de ses trois familles.

En dehors du monastère, la padawan avait profité dès le premier jour de son heure de liberté pour se promener et explorer les alentours. Après un passage par le petit village, elle se retrouva au marché, spécialement conçu pour les visiteurs du monastère. Il offrait une variété de produits artisanaux locaux, des herbes médicinales rares et des souvenirs traditionnels. Pour les amateurs de méditation, des articles comme des tapis et des coussins étaient disponibles. De plus, on pouvait trouver le célèbre lait de thala-sirene, une spécialité locale prisée par les habitants de l'île. Avant qu'elle ne puisse y goûter, Valia fut interpellée par un Rodian qui lui proposa des cristaux glitteryll pour intensifier sa pratique de la méditation. Elle déclina timidement l'offre.

Valia passa les jours suivants à la recherche d'un endroit isolé où elle pourrait s'entraîner au sabre laser en toute discrétion. Elle découvrit une petite crête éloignée des regards où elle se rendit en fin de journée, prétextant son heure de balade. En se rendant sur cette crête, elle déposa un holocron sur un rocher et l'activa. Le grand maître apparut et commença à expliquer les mouvements de la technique Shien, ainsi que la manière efficace de bloquer les tirs de blaster. Valia essaya d'imiter le plus efficacement possible le grand maître avec son sabre laser à la lame violette.Elle appréciait particulièrement ce holocron, un cadeau de la chef des Jedi offert en cachette. Elle voyait le temps passer rapidement, elle devait diviser son temps entre la pratique du sabre et des exercices de la Force. Elle veillait à rentrer au monastère avant la tombée de la nuit pour ne pas éveiller les soupçons.

À chaque retour, elle croisait un homme d'une quarantaine d'années, aux cheveux mi-longs et à la barbe noire, à l'entrée du monastère. Revêtu d'un manteau bourbon orné du symbole des Jedi en doré dans le dos, à sa ceinture un sabre laser à la poignée unique, malgré sa dégaine de bandit, il était clairement un chevalier. Sa présence intriguait la jeune padawan. Selon quelques prêcheurs, il était affecté au monastère en tant que garde, mais elle ne comprenait pas la nécessité d'un chevalier ici. La planète était pratiquement déserte, et il n'y avait rien de valeur à voler au monastère, à moins d'être collectionneur de tapis de méditation. Que pouvait faire un chevalier ici ?

- Il devait s'ennuyer à mourir. Peut-être avait-il contrarié quelqu'un de haut placé dans l'ordre, se demanda-t-elle.

- Peut-être le patriarche des Brightstar ? Non, Valia connaissait Haris Brightstar, et il n'avait pas l'air d'un homme facilement vexé.

- Peut-être Maître Koffi ? Ah oui, lui, il serait du genre à vous envoyer ici si vous faisiez obstacle sur son chemin.

Une dizaine de jours passerent sur Ahch-To, l’enthousiasme qu’avait ressenti Valia durant la cérémonie de la lumière des étoiles s’était totalement estompé. La vie d’un prêcheur était monotone, sans aucune surprise ou originalité. Tout était programmé à l’avance, chaque jour étant une répétition du jour d’avant. Sa petite heure d’entraînement n’était clairement pas suffisante pour s’améliorer au maniement du sabre, et les cours d'exercice physique n’aidaient pas non plus. Trop basiques, ils se résumaient à faire le tour de l'île le matin et quelques échanges avec des sabres en bois entre padawan.

Un jour, alors qu’il pleuvait des cordes dehors, Valia noyait sa tristesse durant le déjeuner en s’attaquant à un plat de ragoût d'Ortolan, préparé avec des poissons et des crustacés, un prêcheur Togruta qu'elle reconnaissait de l'époque de l'académie vint s'asseoir à sa table.

-Bonjour Padawan Laurine. Dit il en la saluant. J’espère que tu te souviens de moi je suis Lakara Orinthi , j'étais ton aînée à l’académie. Comment va Fédé Solaris? Le cousin de ton ami Zain, j'étais assez proche de lui mais nous avons un peu perdu contacte depuis que j'ai commencé mon internat ici au monastère.

- Oui je me souviens de toi, Fédé va bien il a rejoint les Phares d'Endor, répondit Valia timidement.

- Ça ne m'étonne pas. Son don de psychométrie était très avancé. Il pouvait tout trouver, commenta Lakara en souriant.

Valia se remémora une conversation avec Zain, où il exprimait sa frustration contre son père qui lui demandait constamment d'être comme son cousin Fédé.

- Tu as déjà visité un peu les alentours ? L’interrogea le Togruta.

- Oui, j'ai visité l'île, le petit village et le marché... C'était... c'était plutôt... tranquille, répondit elle en bafouillant légèrement, n'ayant pas eu beaucoup de discussions avec d'autres personnes depuis son arrivée.

- Tu es déjà tombée sur le Rodian qui vend du glitteryll au marché ? Tu en as acheté ? Demanda le Torgruta avec malice.

- Non, je n'en ai pas acheté, répondit Valia en hochant la tête en signe de négation.

- Tu aurais dû, tu sais, à petite dose ça ne fait pas de mal. Plusieurs prêcheurs en prennent dans leur tisane, apparemment ça aide à la méditation, dit-il avec un sourire moqueur.

Valia rit nerveusement à cette révélation. Lakara se pencha discrètement vers elle et lui murmura :

- Par contre, si tu es vraiment adepte de sensations fortes, tu devrais aller dans la grotte du reflet !

"La grotte des reflets !!!?" S’exclama Valia, intriguée.

- Oui !!! confirma Lakara. La grotte des reflets est un lieu très particulier sur Ahch-To, où l'empreinte du côté obscur est très forte. Certains prétendent que les parois peuvent révéler des aspects cachés de soi, des visions ou des vérités enfouies. Tu as déjà lu les mémoires de la grande Rey ? Elle décrit son expérience dans cet endroit lors de son entraînement avec Luke Skywalker.

- Malheureusement je n'ai fait que feuilleter les pages de ses mémoires, admit-elle avec une pointe de honte. Je me suis surtout concentrée sur les passages où Rey décrivait ses batailles au sabre laser, avoua-t-elle.

- C'est certainement une expérience à ne pas manquer. Un Jedi doit confronter son côté sombre, et tout le monde ici l'a fait. C'est une sorte de rite de passage inavoué. Bon, je dois y aller, dit le padawan prêcheur en se levant.

- Je suis de corvée, je dois nettoyer le sol de la salle de méditation. Je parie qu'aux Phares d'Endor, ils ont des droïdes pour faire le ménage. Fédé a vraiment de la chance ! Plaisanta-t-il avant de s'éloigner.

Cette après-midi, Valia ne pouvait se concentrer sur ses cours. Son esprit était toujours sous l'emprise des révélations du Togruta. Rien qu'à y penser, elle se sentait attirée par cette caverne. L'idée de se trouver dans le même endroit où une légende comme Rey s'était entraînée la remplissait d'excitation.

Décidant le casser ce cycle ennuyeux de son quotidien et de passer dès maintenant ce rite initiatique, quand vint l'heure de sa promenade, elle se hâta vers le petit village où elle avait observé des nonnes Lanai embarquer sur un petit bateau pour se rendre sur l'île du Sud, l'île où Luke Skywalker s'était exilé.

Heureusement pour elle le temps se calma, elle pu prendre le bateau avec eux et se retrouva maladroitement installée entre deux nonnes qui semblaient gênées par sa présence. À l'arrivée sur l'île, la jeune padawan fut surprise de trouver des panneaux indiquant la maisonnette de Luke Skywalker, comme dans un circuit touristique. Une fois sur la falaise, elle se concentra sur la Force et ressentit une sensation de tentation, comme un appel qui lui promettait de répondre à toutes ses questions.

La mer brusquement s’anima semblant s'être réveillée du mauvais pied avec la ferme intention de contrarier la jeune Zéltrone dans sa quête. Les vagues s'écrasaient violemment contre la falaise, rendant toute tentative de descente vers la grotte très risquée, mais submergée par la curiosité, la jeune Jedi était déterminée à poursuivre malgré tout. Reculer était impossible.

Valia descendit jusqu'à la grotte, trempée jusqu'aux os dans sa robe bleu foncé, noyée et tremblante de froid à l'entrée de la caverne, c'était là que Rey s'était tenue pour trouver des réponses. Valia était déterminée à suivre l'exemple de cette héroïne légendaire. Elle commença à ressentir une sensation étrange, comme si par la douleur que le froid de cette caverne aurait normalement dû causer ne l’atteignait plus.

Dès qu'elle s'aventurait plus profondément dans la grotte, elle entendait mille échos de ses pas. Plus elle marchait plus le bruit devenait strident, elle arriva jusqu'à un mur de glace. Curieuse de savoir si ce mur symbolisait la fin de son voyage, elle était attiré par lui comme un miroir magique capable de révéler les plus grand secret de l’univers. Elle le toucha du bout des doigts, se concentrant sur la question qui l'avait toujours tourmentée, d’une vois tremblante elle demanda : "Montre-moi ma place dans cette galaxie."

Soudain, le mur commença à lui geler les doigts. Prise de panique, Valia voulut se retirer, mais c'était trop tard ! Son corps commençait également à se transformer en glace. Elle ne pouvait plus bouger ni respirer, comme si son être était percé par un million de lames invisibles. Alors que l'obscurité de la grotte enveloppait son être glacé, Avec un dernier souffle, Valia se laissa aller vers les ténèbres qui l’envahissaient, regrettant amèrement d'avoir osé pénétrer dans cette grotte maudite. Son corps, désormais inerte, demeurerait éternellement prisonnier des glaces de la caverne, une triste mémoire de sa quête avortée et de l'orgueil qui l'avait poussée trop loin.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Jeu 25 Avr 2024 - 20:04   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Alors que Coleman est furieux de l'intervention de Meywine durant son duel, une nouvelle menace fait son apparition. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 8: Sous l’œil du mal

Sédu se précipita pour descendre du vaisseau et se dirigea vers ses deux amis, reconnaissant la voix enragée de Coleman brisant le silence assourdissant. Le jeune Jedi visiblement agité, exprimait sa colère envers Meywine avec une intensité palpable.

- Pourquoi tu as fait ça, Mey? Pourquoi tu es intervenu dans mon combat ? Cria-t-il, sa voix résonnant dans l'air chargé d'électricité. C'était à moi de l'arrêter. Tu as volé ma gloire!

- Coleman, calme-toi. Qu'est-ce qui s'est passé? Le reprit Sédu en s'approchant de lui avec prudence.

- Ce qui s'est passé, c'est qu'elle avait promis de ne pas intervenir. Mais je n'aurais pas dû la croire. J'aurais dû savoir que c'est impossible pour elle de ne pas être le centre de la galaxie!

- Meywine, peux-tu m'expliquer ce qui s'est passé? Demanda le capitaine de la mission en se tournant vers la Jedi, lui qui était dans le flou le plus total.

Meywine, penchée au chevet du petit Mirialan, appliqua délicatement sa main sur ses ecchymoses et utilisa la Force pour le soigner.

- Personne ne t'a volé ta gloire. Je le dirai à tout le monde si ça te fait plaisir, je leur dirai que c'est toi qui as battu Braum. Répondit l'héritière Brightstar directement à Coleman d'un ton calme pour ne pas effrayer le petit.

- Non, non, non !!!!! Toujours en fureur, répéta Coleman. Ce n'était pas ce qui était convenu. Tu as fait ce que tu fais toujours. Tu règles tout toute seule et tu me fais passer pour un incapable, bon sang. Tu penses qu'à l'Ordre, ils vont dire quoi ? Qu'un jeune Jedi a battu un chevalier déserteur ? Non, ils vont plutôt dire que la magnifique Brightstar, héritière de la divine Rey, a sauvé une fois de plus la galaxie en capturant un Jedi renégat. C'est toi qui récolteras les lauriers comme toujours, pendant que moi, moi j'aurai droit aux corvées de mission insignifiantes, comme retrouver les animaux de compagnie des riches femmes de sénateurs ou chasser les hommes des sables sur Tatooine.

Meywine se leva du chevet du petit enfant, perdant patience, elle haussa elle aussi la voix.

- Tu crois qu'il se passe quoi quand je rentre de mission ? Que je suis couverte de crédits et qu'on écrit des chansons à mon nom ? Non, après une mission, il y en a une autre, et encore une autre. Tu penses pouvoir gérer cette pression, Coleman ? Sais-tu ce que ça fait que là où tu vas, tout le monde s'attend à ce que tu les sauves, et que tu n'as pas le droit à l'erreur, car leurs vies sont littéralement entre tes mains ? Si tu veux la gloire, ce n'est pas en cherchant à te battre constamment que tu l'as trouveras, sois-en sûr.

- Je me suis battu toute ma vie. Pour manger, pour survivre, pour apprendre. Et maintenant, je me bats pour prouver que je vaux quelque chose. Riposta le jeune Jedi en colère.

- Toujours à revenir sur le passé. Le jour où tu réaliseras que tu n'as rien à ne prouver à personne, tu trouveras ta véritable valeur. Soutint Meywine déçue.

Sédu s'était approché à son tour du petit Mirialan, abandonnant toute idée d'arbitrer le débat houleux entre ses deux amis. Il décida plutôt de s'adresser à l'enfant.

- Ignore-les. Dit-il calmement. Ils se chamaillent, mais ils s'aiment. Moi, c'est Sédu. Et toi, comment tu t'appelles ?

Le petit émit un son à peine audible.

- Je m'appelle Elio.

À l'écoute de l'enfant s'exprimer, les deux jeunes amis cessèrent leur dispute.

- Elio, pourrais-tu nous dire comment tu t'es retrouvé ici ? Demanda Sédu adoptant un ton paternel qui rappela à Coleman sa première rencontre avec son maître, Haris Brightstar.

L'enfant sembla désorienté, faisant signe de la tête que non, puis il commença à pleurer.

Meywine revint près d’Elio et le prit dans ses bras. Elle lui demanda d'une voix très posée
- Si tu as encore mal quelque part, dis-le-moi. Je peux apaiser la douleur.

Comme son ancêtre Rey, Meywine avait développé le don de guérir et apaiser la douleur des autres via la force en transférant sa propre force vital.

- Toi, tu te calmes maintenant. Nous avons des choses plus urgentes à discuter. Ordonna Sédu son compagnon.

Coleman s'apprêtait à répliquer lorsque les pilotes des X-Wings débarquèrent. Ils s'étaient posés près du vaisseau Jedi. Les deux retirèrent leurs casques, révélant qu'elles étaient toutes les deux des femmes Gran reconnaissables à leurs têtes bovines aux oreilles triangulaires en éventail.

- Salutations, chevaliers Jedi. Je suis la capitaine Vorna. Se présenta la Gran à la peau plus foncée. Voici le sergent Viskra, désignant celle à la peau plus claire.

- Nous faisons partie des Rangers de la République Stellaire Unifiée. Le centre de commandement nous a demandé de rester en alerte pour soutenir une mission Jedi. Mais ce qui aurait dû être une opération de capture et d'exfiltration rapide s'est apparemment transformée en bataille ! Précisa-t-elle.

Le corps des Rangers de la République Stellaire Unifiée, une élite composée des meilleurs pilotes de la République, avait pour mission de maintenir l'ordre et la sécurité sur les routes de la république tout en prêtant main-forte aux Jedi lors de leurs missions. Créé par Poe Dameron, l'ancien général rebelle, héros de guerre et ami fidèle de Rey, le corps entretenait des liens étroits avec le Nouvel Ordre Jedi, bien qu'appartenant à la République.

- Merci, Capitaine et Sergent. Sans vous, je crois que j'aurais vécu mon dernier vol. Je me présente... Remercia Sédu reconnaissant, mais il se fit couper la parole par le sergent Viskra.

- Ce n'est rien, j'ai toujours eu un faible pour les chevaliers Jedi ! Déclara-t-elle en adressant des clins d'œil à Sédu de ses trois yeux noirs.

La capitaine esquissa un toussotement désapprobateur face aux agissements de sa subordonnée, puis revint à la discussion principale.

- Bon, nous avons eu des informations du centre de commandement. Ils ont mis en place des barrages sur tout le système. Cependant le reste de Tenloss ne viendra pas. Leurs vaisseaux sont équipés d'un système de ruche, dès qu'un vaisseau est détruit, cela alerte les autres. Donc, c'est terminé, ils n'ont aucune raison de venir ici.

- C'est bon à savoir. Nous en avons fini ici aussi. Voici notre cible, comme vous le voyez, il est menotté et assommé. Là, il y a deux de ses hommes la bas. Au fait, moi c'est Sédu, voici Coleman et Meywine. Le Jedi put enfin se présenter.

- Oh, tu es Meywine ? Meywine Brightstar, celle qui a flanqué une raclée aux hommes du syndicat Sornax sur Glavin, il n’y a pas si longtemps ! S’extasia le sergent.

- Oui, c’est bien moi. Répondit la jeune fille fièrement.

- Oh capitaine, vous savez que nous venons de prêter main-forte à une petite célébrité, elle est si jeune et pourtant elle est déjà dans le livre noir des syndicats criminels ! Dit la Gran à sa supérieure tout excitée.

- Bon, nous on va prendre que le Nautolan. Vous pouvez emmener avec vous les Nikto, ils sont pour vous. Histoire de ne pas repartir les mains vides. Intervint sèchement Coleman envers les Rangers.

- Oula toi par contre, je t'aurais bien laissé te faire descendre par la frégate. Lui envoya le sergent, vexée et sur le point de s'engager dans un concours de remarques avec lui.

- Sois plus chou, prends exemple sur ton ami. Elle adressa un nouveau clin d'œil à Sédu avec ses trois yeux. Meywine, de son côté était très ravie par la répartie du Ranger.

- Encore une fois merci pour votre intervention. Nous prenons notre prisonnier et vous pouvez emmener les membres du syndicat, c'était ce qui était convenu. S’interposa Sédu cherchant à calmer le jeu entre le sergent et Coleman.

- Et que vient faire ce petit Mirialan ici ? Demanda la capitaine en pointant du doigt Elio qui s'était laissé tomber dans les bras de Meywine.

- Apparemment, Braum était impliqué dans le trafic de sensibles à la Force, ce qui relève de notre juridiction. Nous allons prendre le petit avec nous et essayer de localiser sa famille après avoir remis notre prisonnier au Conseil. Retorqua Sédu avant que ses deux amis ne puissent prendre la parole.

- C'est noté. Acta le capitaine. Par contre, votre vaisseau a pris un sacré coup, jamais il ne vous ramènera à Scarif. Il y a un atelier astro-mécanique sur la deuxième Lune de Lybeya, à la sortie du système. Ils pourront réparer les dégâts. Je vais vous envoyer ses coordonnées.

- Dites-leur que c'est de la part de Viska, ils vous feront un prix d'ami. Ajouta le sergent tout en tentant un troisième clin d'œil à Sédu.

- Mesdames, c'était un plaisir. Dit Meywine. Puis elle chuchota à l'oreille du sergent en couvrant sa bouche de sa main, Sédu reconnu les coordonnés de son communicateur personnel. Appelez-le. Dit la Jedi à la ranger en lui adressant Cette fois-ci un clin d'œil.

Sédu laissa échapper un rire nerveux alors que le groupe se mit en marche vers leurs vaisseaux respectifs.

Les Gran avaient réveillé les deux Nikto, maintenant leurs prisonniers. Coleman et Sédu portaient Braum tandis que Meywine avait Lumi dans ses bras.

Grâce au nouveau modèle X-Wing plus spacieux, capable de transporter quelques prisonniers, les pilotes allaient pouvoir emmener les deux mercenaires sans problème.

Les Jedi eux une fois à l'intérieur de leur vaisseau déposèrent Braum sur une banquette et le ligotèrent. Sédu lui activa des droïdes sphériques médicaux qui commencèrent à scanner le Nautolan et à soigner ses blessures puis prit la parole.

- Qu'est-ce que c'était là-bas ? Demanda-t-il, agacé.

- Rien ! Répondit Coleman tout en baissant la tête, se rendant surement compte du triste spectacle qu'il avait donné près de la mine.

- Tu as perdu ton sang-froid. Tu te laisses emporter facilement ces derniers temps. Insista Sédu.

- C'était juste de la frustration parce que Mey n'a pas respecté le plan. Se défendit le jeune humain.

- Toi non plus, tu ne l'as pas respecté, tu étais censé le prendre par surprise, mais te connaissant tu as sûrement dû l’affronter en duel. Accusa le capitaine son ami d'un ton sévère.

Coleman n’écouta pas la remarque, à la place il commença à raconter son duel à son ami.

- Tu aurais dû me voir. Je l'ai complètement dominé. Au début, il m'a pris de haut. Mais une fois que j'ai enchaîné les techniques les unes après les autres, il ne savait plus où donner de la tête. Ma victoire était totale. Et je ne parle pas uniquement des techniques au sabre. Poursuivit-il. Même lors de l'utilisation de la Force, je ressentais son enveloppe autour de moi, renforçant mes muscles et me rendant plus fort, plus rapide. Jamais je ne me suis senti aussi puissant qu'aujourd'hui. Rien ne vaut une véritable expérience de combat.

- Maîtriser les sept formes est un exploit unique dans l'histoire des chevaliers. Je doute que quiconque les ait maîtrisées comme toi. Mais cela comporte un risque. En passant de la défense à l'attaque, du calme à l'offensive, tu affaiblis la barrière entre le contrôle et l'agression. Par conséquent, tu pourrais être enclin à puiser ta force du côté obscur. Si tu ne fais pas attention, tu risques de te perdre. Félicita Sédu son camarade pour ses prouesses, tout en exprimant ses inquiétudes.

- Tu étais là, tu l'as vu de tes yeux. Je n'ai pas enduré toutes ces années d'entraînement intense pour me perdre maintenant. Le côté obscur n'a aucune emprise sur moi. Mon rêve est de devenir un grand maître Jedi, de veiller à ce que personne ne subisse ce que nous avons enduré enfants. Pour cela, je dois être fort et compter au sein du Nouvel Ordre. Le côté obscur est le chemin de la facilité, il offre juste une illusion de pouvoir, pas la vraie force. Le rassura le jeune Jedi.

Sédu était impressionné par la sagesse des paroles de son compagnon, mais décelait dans son ton qu'une partie de son discours était plus pour se rassurer lui-même que pour le convaincre lui.

- Dis-moi, tu n'as rien senti près de la mine ? Demanda-t-il à Coleman.

- Non. Tu veux dire quoi ? Répondit Coleman, étonné.

- J'ai senti le côté obscur près de la mine. Expliqua Sédu.

- De quoi tu parles ? Posit Coleman la question, mais ce n'est pas Sédu qui répondit, mais Meywine.

- IL parle d'une aura maléfique qui se trouvait à l'intérieur de la mine et des trois manieurs sombres avec qui Braum faisait affaire.

- Comment ! Des manieurs sombres ? Tu as affronté des manieurs sombres dans la mine ? S’exclamèrent les deux compères.

- J'ai mis Elio dans mon lit, il dort. Venez, il faut partir ? Conseilla Meywine. Nous avons déjà trop tardé. Il est temps de livrer notre ami au conseil. Je veux dégager d'ici le plus vite, j'ai l'impression qu'on nous observe. Je vous raconterai tout en route. Continua-t-elle d’un ton inquiet.

Le vaisseau Jedi décolla péniblement, libérant un nuage noir qui témoignait des dommages subis lors de la bataille.

OoooO

À l'intérieur de la mine, tandis que les corps des manieurs sombres gisaient, l'œil cybernétique du Mirialan continuait de bouger.

Loin dans les étoiles, dans un endroit inconnu. Un hologramme projetait en boucle le combat qui venait de se dérouler. Une silhouette allongée dans un lit, les mains squelettiques, attachée à de grandes machines médicales, observait attentivement la scène. Une deuxième ombre masquée à robe noire s'approcha d'elle.

- Que faisons-nous maintenant, maître ? Demanda-t-elle d'une voix empreinte de peur.

- Je me suis projeté sans me faire voir par les Jedi. La fille Brightstar est forte pour son âge, elle a ressenti ma présence dés le début. Ils vont se rendre à la deuxième Lune de Lybeya. Dis le à tous les criminels de la galaxie.

- Nous n’avons plus le choix. Dis à tous les syndicats criminels de la galaxie, à tous les mercenaires les contrebandiers Trente millions de crédit pour celui qui m’apportera l'enfant Mirialan en vie, vingt pour celui qui me ramènera le corps froid de l'élu de la lumière. Le temps presse, notre heure arrivera bientôt. Prépare-toi, mon serviteur! Déclara la silhouette d'une voix fatiguée.

Les deux conspirateurs se regardèrent, échangeant un regard empli de sombres desseins. Des plans sinistres étaient en marche, déterminés à semer le chaos et briser la paix fragile. L’avenir semblait plus incertain que jamais.
Modifié en dernier par supernad le Lun 29 Avr 2024 - 20:42, modifié 1 fois.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Lun 29 Avr 2024 - 20:31   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Alors qu'elle vient de vivre une expérience traumatisante dans la grotte des reflets, Valia rencontre Katarn. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 9: Le Maître officieux

Valia se réveilla avec une sensation de froid envahissant tout son corps. À ses côtés, un petit feu crépitait et une couverture reposait sur ses épaules. Étourdie, elle peina à se rappeler comment elle avait quitté la grotte pour se retrouver de nouveau au sommet de la falaise. C'était maintenant la fin de la journée , le soleil se couchait , en ouvrant les yeux elle découvrit une mystérieuse créature en forme de Purrgil, mais métallique, assise comme entrain de dormir à quelques pas en face d'elle.

- Ah, tu es enfin réveillée, Laurine!!. Entendit Valia. Se retournant, elle reconnut le chevalier garde du monastère, portant dans ses mains des branches de bois qu'il jetait pour alimenter le feu.

La jeune padawan resta silencieuse. Le chevalier lui lança un sourire moqueur et reprit.

- Tu caches bien ton jeu. Tu es plus casse-cou que je ne le pensais. Tu t'es aventurée dans la grotte des reflets sans aucune préparation. Pourtant la bibliothèque du monastère possède plusieurs exemplaires des mémoires de la grande Rey. Tu aurais pu te renseigner un peu avant de te précipiter tête baissée.

- Oui je suis désolé, merci de m’avoir sorti de cette grotte. Dit Valia d’une voix faible prenant conscience de sa stupidité.

- Ah oui, je suis Maître Katarn, Chevalier Jedi ! Se présenta l'homme montrant des deux pouces le symbole du Nouvel Ordre de couleur dorée, un cercle central entouré de huit lignes droites qui s'étendent radialement vers l'extérieur, formant une étoile à huit branches. Brodé sur le dos de son manteau.

- Enchantée, je suis Valia Laurine, mais je suppose que vous le savez déjà. Répondit la jeune padawan.

- Comment avez-vous su où j'étais ici ? Demanda-t-elle, rassemblant son courage pour le regarder dans les yeux.

- Disant que c'est moi qui t'ai envoyée ici. Indirectement, du moins. confessa Katarn avec un sourire.

- Deux petits crédits ont été suffisants pour convaincre Lakara de te raconter toutes ses bêtises sur le fameux rite de passage inavoué. Tu crois que les prêcheurs s'aventurent dans une caverne du côté obscur ? Ils sont bien plus occupés à jouer les guides pour les touristes. Révéla-t-il amusé.

- Quoi, MAIS Qui êtes vous? Et Pourquoi faire tout un plan pour m'envoyer ici ? J'ai frôlé la mort gelée, c'était terrifiant, épouvantable. J'étais prisonnière de mon propre corps. Cria Valia, ressentant une montée de colère et d'incompréhension.

- Premièrement, un Jedi ne doit jamais prendre pour argent comptant ce qu'on lui dit. Il ne doit jamais présumer mais doit faire preuve de perspicacité pour détecter les mensonges.

- Deuxièmement, un Jedi ne part jamais en mission sans se préparer. La discipline est essentielle pour réussir et survivre.

- Troisièmement, l'expérience est le meilleur moyen pour apprendre. Expliqua Katarn comme un professeur donnant une leçon.

- Apprendre ? Apprendre quoi ? demanda Valia, le ton empreint de tristesse. Je n'ai rien appris !

- Si tu avais lu les mémoires de la grande Rey, tu aurais su que la grotte ne répond pas à nos questions. Au contraire, elle ne montre que la pire version de la réponse que tu souhaites. Rey avait demandé à la paroi de glace de lui montrer ses parents, mais elle n'a vu que son propre reflet. Le côté obscur voulant lui faire croire qu’elle n'avait pas d'origine et qu'elle serait toujours seule. C'est ce que fait le côté obscur, il manipule ton espoir pour te briser, il te fait croire que tes pires craintes se sont déjà réalisées, et ainsi il incite à céder à la peur. Lorsque je t'ai trouvée, tu étais gelée, aussi blanche que la neige. De ton état, j'ai déduit le message que la paroi voulait te faire passer. Lui rétorqua le Jedi d’un ton calme.

Valia repensa à ce qui s'était passé dans la grotte, elle se revoyait gelée. Elle comprit que sa plus grande peur était d'être figée destinée à errer sans volonté propre, sous le contrôle des forces environnantes sans identité, sans désir. Prisonnière d'une vie qui lui était imposée.

Elle se demandait si peut-être il était trop tard, si la paroi avait raison. Après tout, elle se retrouvait sur une planète qu'elle n'avait pas choisie, faisant des études qu'elle n'avait pas choisies, pour un rôle dans le futur dans lequel elle n'avait aucune passion.

Face à la désolation sur son visage, Katarn chercha à lui remonter le moral.

- Nous nous interrogeons tous sur notre place dans l'univers. Se sentir figé et normal. Cependant, notre chemin est le nôtre à tracer, guidé par la Force, à condition que nous croyions en nous et en elle. Et toi, Valia Laurine, que choisis-tu ? Être figée par le destin qu'on t'a choisi ou écrire ta propre histoire ?

- Ce n'est pas si simple. J'ai des devoirs, des contraintes, ma famille... Sanglota Valia, les larmes aux yeux.

- Je le sais bien. Je sais que si des membres des familles fondatrices cherchent à se libérer du serment de leurs ancêtres, ils seront obligés d’abandonner leur nom et seront reniés par leurs familles. Par le passé, certains qui ont fait ce choix ont fini par quitter l'Ordre à cause des persécutions qu'ils ont vécues, ils ont même été directement pris pour cible par des bandits ou des mercenaires désireux de se venger des Jedi. Une seule fois dans l'histoire du Nouvel Ordre, l'émancipation d'un membre d'une des familles fondatrices a été acceptée, et ce fut pour des raisons exceptionnelles. Dit le Maître Jedi toujours avec son ton sérieux.

- Pourquoi me dites-vous tout ça ? demanda-t-elle intriguée. Je ne suis pas votre Padawan, je ne fais pas partie de la branche des chevaliers.

- Si tu le veux, je peux t'aider à le devenir. Chevalier ! Lui proposa Katarn. Par contre, il faudra travailler sur ta garde, ta coordination aussi est affreuse. Mais ta dextérité et ta connexion à la Force lorsque tu es concentrée est assez puissante. Se moqua le Jedi.

- Mais pourquoi feriez-vous cela pour moi ? Cela ne peut vous rapporter que des ennuis. Attendez-vous me surveillez, depuis quand ? L’interrogea Valia, surprise.

- Je te surveille depuis ton arrivée. Nous avons une amie en commun toi et moi, le Grand Maître. Elle a foi en ton potentiel, et surtout en ta capacité à être un exemple pour le Nouvel Ordre. Du coup, elle m'a demandé de secrètement te former pour devenir Chevalier pendant ton passage au monastère. Je serais, comme qui dirait, ton maître officieux. révéla Katarn.

- Tu as peut-être remarqué que notre Ordre commence à s'ancrer dans des traditions dépassées. Certains semblent même regarder encore plus loin en arrière avec nostalgie, oubliant les erreurs du passé. À travers toi, le Grand Maître souhaite rappeler aux Jedi que notre salut et notre survie résident dans notre capacité à évoluer, à nous adapter et à nous ouvrir, plutôt que de retomber dans des méthodes qui nous ont presque anéantis. Les Jedi doivent être fluides, comme la Force, se laissant porter par le temps, plutôt que d'être figés et immuables comme des rochers. Proclama le Jedi en s’asseyant sur le sol les jambes et les bras croisés.

À cette révélation, la joie envahit le cœur de Valia, réchauffant son corps. Elle réalisa que son rêve celui où le Grand Maître l'aiderait à choisir sa voie n'était pas une illusion. Le Grand Maître semblait être un ange envoyé par la Force pour la guider. Ce sentiment de gratitude la motivait à honorer les efforts de son idole. Convaincue maintenant que cette paroi maudite se trompait, elle ne resterait pas figée et ne laisserait pas le contrôle de sa vie à d'autres. Au contraire, Valia était déterminée à tracer son propre chemin, soutenue par de puissants alliés. Mais cette sensation de bonheur fut vite dominée par les doutes et les craintes. Comme l’avait expliqué Katarn s'engager sur ce chemin n'était pas chose facile, et surtout il faudrait établir un plan minutieux pour ne pas se faire prendre.

- Et mes études, comment va-t-on faire ? Et pour Maître Jovelle, qu'allons-nous lui dire ? Les moines, ils pourraient nous surprendre pendant l'entraînement. S’interrogea Valia à voix haute, surexcitée mais inquiète, assaillant Katarn de ses questions.

- Tu continueras tes études avec le vieux Pau'an comme si de rien n'était. La formation des prêcheurs est dense au début, mais cela s'allégera par la suite, nous aurons donc plus de temps pour nous entraîner ensemble. Lakara sera là pour te couvrir en cas de besoin, tant que je continuerais à aligner les crédits il nous aidera. Et dans trois ans, à la fin de ta période d’apprentissage et à ton retour au temple, pour ton affectation final tu devras choisir entre devenir prêcheuse ou chevalier. Déclara le Jedi heureux de voir l’enthousiasme de la jeune Zéltrone.

- Et si l'Ordre vous rappelait, je ferais comment moi ? Exprima-t-elle immédiatement, comme si elle se posait plus la question à elle-même qu’à son nouveau maître.

- Tu es du genre nerveuse toi !! Lui fit remarquer Katarn en levant un sourcil.

- Pas besoin de t'inquiéter, je suis ici aussi pour trois ans. Par décret du Grand Maître, donc personne ne me rappellera. Je me suis engagé dans ce plan et je compte aller jusqu'au bout. Mais les termes du contrat, je les ai un peu modifiés.

- Comment ça ? retorqua Valia surprise.

- À la fin de nos trois ans, si je te dis que tu n'as pas l'étoffe d'un chevalier, tu dois me promettre de m'écouter et de suivre la voie familiale. Je sais que nous venons de nous rencontrer et que je dois moi aussi gagner ta confiance en tant que maitre. Mais nous devons nous mettre d’accords sur ce point avant même de commencer. Après tout le Grand Maitre a déduit par elle-même que j’accepterais de t’entrainer moi je ne lui ai rien promis. Et ce point est non négociable pour moi.

- Je ne sais pas si tu le sais? Mais pour changer de branche un Jedi doit être parrainé par un Jedi de l'autre branche et passer des tests pour prouver ses compétences. Mais je n'accepterai de te parrainer que si je suis sûr que tu réussiras les tests. Encore une fois tu dois me promettre de m'écouter. lui dit-il, le sérieux se lisant sur son visage illuminé par le petit feu qu’il continuait à alimenter avec des branches.

L'excitation de Valia retomba brusquement. Elle qui pensait qu'elle serait en charge de sa vie pour la première fois, maintenant devait accepter de céder une partie de ce contrôle à ce Maître Chevalier qu'elle venait à peine de faire sa connaissance .

Avant même qu'elle ait le temps de répondre, Katarn se justifia d’un ton solennel.

- Je ne fais pas cela pour me protéger des foudres de ta famille, ni pour te protéger toi. Je le fais pour protéger le Grand Maître. Je la connais bien quand elle est sûre de quelque chose, elle peut aller jusqu'à l'extrême pour le prouver. Si je lui dis que tu n'es pas faite pour être chevalier, mais que toi tu insistes pour passer les tests, c'est elle-même qui te parrainera. Cela créera une vraie tension entre elle, le Conseil et ta mère la voix des Jedi . Tensoin qui risquerait de menacer sa position. Il est hors de question que je la laisse perdre son poste, sans elle nous serons perdus surtout maintenant qu’il y a à l'intérieur du conseil des personnes qui ne cherchent que ça.

Valia sentait au ton de Katarn qu'il tenait vraiment au Grand Maître. Cela lui rappela Zain, car elle n'avait plus reçu de message de la part de son meilleur ami depuis quelques jours. Elle avait l'intention de l'appeler dès son retour de la grotte, mais les événements prirent une autre tournure. Elle se leva et avec conviction elle annonça.

-J'accepte d’être votre Padawan Maitre Katarn, j’accepte les termes que vous venez me dicter. Moi aussi, je ne veux pas causer d'ennuis au Grand Maître. Elle est la seule à s'être vraiment préoccupée de moi et de ce que je voulais depuis mon entrée à l’académie. Si elle vous a fait confiance pour m’entraîner alors je vous fais confiance aussi. Si vous me dites que je n'ai pas ce qu'il faut pour être Chevalier Jedi, alors je ne rechignerai pas, je suivrai la voie de ma famille.

C’était la sentence la plus longue sortie de la bouche de Valia depuis son arrivée sur Ahch-to. Katarn lui ,souriait semblait très satisfait par sa réponse, ce mystérieux personnage dégageait une aura assez particulière. Comme une nonchalance spéciale, comme s'il n’avait rien à faire de ce qu’on lui disait, mais qu’en même temps il vous écoutait attentivement sans émettre aucun jugement. Un parfait confident.

- Par contre j’aimerais clarifié une chose, ma garde est très bonne. Mes instructeurs m'ont toujours félicitée pour cela depuis mon enfance. Fit remarquer Valia à son nouveau maitre, sentant qu’elle pouvait se permettre une pointe d’humour avec lui.

- C'est normal, tu as probablement été caressée dans le sens du poil toute ta vie en tant qu'héritière de la famille Laurine. Mais avec moi, les choses seront différentes. Avec moi, ce sera travail, sueur et sang, peu importe ton nom. Peut-être même que mon entraînement te découragera tellement que tu te diras qu'être Prêcheuse ce n’est pas plus mal que ça au final. La nargua Katarn.

- Impossible. Je ne peux même pas articuler deux phrases sans bégayer, et parler en public est une torture. Je préfère mille fois affronter un Sarlacc. Les enseignants des prêcheurs sont une perte sur moi. reprit la jeune Zéltrone en souriant de toute dent, un geste qu’elle avait oublié depuis son arrivée sur cette planète océanique.

- Il se fait tard, la nuit est tombée. Tu dormiras à l'intérieur de Harlow, je te cède la banquette. Je sais que ce n'est pas très chevaleresque, mais je suis désagréable le matin si je ne dors pas dans mon lit. Et ne t'inquiète pas pour aujourd'hui, comme je te l'ai dit, Lakara veille sur tout. Préconisa le Jedi.

Lorsque son nom fut prononcé, le Purrgil cybernétique s'éveilla. Ses phares ressemblant à des yeux s'illuminèrent et il se mit à émettre des bips. Valia était captivée par cette créature métallique. Elle pouvait clairement sentir qu'il s'agissait d'un être vivant doté d'intelligence et non d'une simple machine. S'approchant du vaisseau, elle le caressa et interrogea le Jedi.

- Mais qu'est-ce que c'est ?" demanda-t-elle.

- C'est Harlow, un vieil ami et mon vaisseau. Dévoila Katarn.

- C'est un Purrgil. Il y a plus d'une décennie, je l'ai trouvé gisant sur une lune près de Lothal. Des braconniers avaient pris pour cible son troupeau et l'avaient gravement blessé. Quand je l'ai trouvé, j'ai ressenti une connexion avec lui, comme si je savais que ce n'était pas sa place de mourir sur cette lune. J'ai alors fait appel à un ami Jedi chercheur, il a sauvé en le transformant en cyborg. Il a préservé son cerveau intact et a installé un traducteur pour convertir ses pensées en langage droïde. Harlow a refusé d'être relâché et a insisté pour rester avec moi, il a même accepté d'être transformé en vaisseau habitable. Je t'épargne les détails, ce n'était pas une jolie opération et ça m'a coûté un bras. Continua-t-il.

Katarn ouvrit la porte, invitant Valia à entrer. Elle restait bouche bée devant l'intérieur qui ressemblait à une petite maison de campagne près d'un lac. Un studio confortable et une cuisine équipée étaient visibles.

- Il y a une salle de bain en bas, si tu en as besoin. Et je t'ai ramené une robe pour que tu puisses te changer et laisser tes vêtements sécher," précisa-t-il a son invité.

Poursuivant sa visite guidée, il ajouta.

- L'avantage avec un vaisseau vivant, c'est qu'il ne ressent aucune douleur mais garde son esprit intact. Il offre toutes les commodités, même des tourelles de combat. Et il n'a pas besoin d'être piloté, c'est un Purrgil. Il a la carte de la galaxie intégrée en lui. Tu n'as qu'à lui demander où tu veux aller, et il t'y amène.

- C'est extraordinaire, on dirait un château ambulant ! S'exclama Valia avec admiration, émerveillée par la découverte de cette créature magnifique.

- On peut dire ça. Bon, moi je vais dans ma chambre au fond. Acquiesça Katarn.

Harlow, avec ses bips caractéristiques, invita Valia à faire comme chez elle. Valia, comprenant le langage du vaisseau, était reconnaissante.

- Merci Harlow, c'est très gentil à toi de m'accueillir.

Malgré son aspect métallique, elle ressentait une réelle chaleur accueillante émanant du vaisseau. Elle était convaincue qu'elle allait nouer une très belle amitié avec le Purrgil.

Épuisée, Valia enfila la robe que lui avait offerte Katarn, elle était trop grande pour elle mais pour une nuit cela faisait l'affaire. Elle s'effondra dans les fauteuils, repensant au véritable tourbillon émotionnel qu'elle venait de vivre. Son parcours l'avait menée des sombres abysses du désespoir à la lumière éclatante de l'avenir. La rencontre avec un chevalier Jedi singulier dans son approche, avait été marquante. Dépourvu du ton solennel habituel, il dégageait une assurance unique. Et son vaisseau, un gentil Purrgil cyborg nommé Harlow, qui n'hésita pas à abaisser la lumière silencieusement lorsque elle s'était installée pour la nuit, l'aidant à fermer les yeux.

Valia était persuadée que cette nuit serait ponctuée de rêves enchanteurs, où elle partirait à l'aventure aux côtés de son nouveau mentor à bord du vaisseau vivant. Mais comme dans une danse, où chaque moment de bonheur est suivi d'une épreuve, elle se leva précipitamment au milieu de la nuit le souffle coupé. Un cauchemar terrifiant venait de la secouer. Elle se retrouvait sur une planète, témoignant de Zain et de son groupe de chercheurs assaillis par des coups de blaster, des cris de douleur, le son des speederbikes, des corps tombant. Trois créatures semblaient tout droit sorties des ténèbres. Zain, paniqué, courait dans toutes les directions. Une Jedi Mikkian lui confiait une mystérieuse boîte, lui criant "fuis, je les retarderai".

La jeune padawan se sentait déboussolée, submergée par ses émotions en ébullition. En se levant, elle fut prise par une vision, elle vit un système solaire, puis une planète plongée dans l'ombre noire. Tout ceci ajoutait une nouvelle dimension à son angoisse. Les lumières de la chambre s'illuminèrent d’un coup, accompagné de bips d'alerte. Dans la langue des droïdes, Harlow avertit Valia que son ami est en danger, qu'il reconnaissait ce système solaire et cette planète, c'était Serreno. Avant même que la padawan puisse lui répondre, le vaisseau décolla, traversa l'atmosphère à grande vitesse et se lança déjà en hyperespace, laissant Valia debout planter là sans savoir quoi faire.

OoooO


Dans un repaire sombre de la galaxie, la silhouette mystérieuse sur son trône attendait que son serviteur termine un appel puis il demanda :

- Qu'en est-il de nos autres objectifs ?

- Tout se déroule comme prévu. Les Jedi chercheurs ne posent aucune menace sérieuse pour nous. Nos éléments n'ont eu aucun mal à les éliminer et vont récupérer leurs trésors. Annonça le serviteur se tournant avec assurance vers son maître.

- Parfait ! Conclut le maître et avant de retomber dans l'ombre, déclara :

- La dernière étape de notre retour est désormais enclenchée. Bientôt, notre avènement secouera cette galaxie, et ceux qui ont tenté de nous anéantir paieront le prix de leurs péchés.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Jeu 02 Mai 2024 - 22:19   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Les trois amis analysent les événements survenus durant la mission sans se rendre compte qu'ils sont maintenant pris en chasse. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 10 : L'étau lunaire

Dans le vaisseau Jedi, en route vers l'atelier astro-mécanique, Meywine raconta ce qu’elle avait vécu à l'intérieur de la mine. Elle évoqua son affrontement avec les trois individus masqués, qui parlaient une langue inconnue, en présence de Braum. Elle mentionna également la forte présence néfaste qui émanait de l'intérieur de la mine, et montra le sabre laser de leurs chefs, un Mirialan adulte à l'œil cybernétique. Sedu semblait perplexe, cherchant à trouver une logique dans ce qui s'était passé.

-Tout ceci est louche. Murmura-t-il. Un cargo vide, des manieurs sombres, une langue inconnue... Qu'est-ce que tout cela pourrait bien signifier?

- Des manieurs sombres, on peut en rencontrer, c'est rare mais ça peut arriver. Mais un cargo de la Guilde de la poste galactique vide... Ça, c'est bizarre. Fit remarquer Coleman.

Les manieurs sombres sont des sensitives du côté obscur qui utilisent leurs connexions aux ténèbres à des fins personnelles, en contraste avec les Sith qui suivaient une culture et une doctrine bien établies. Leur niveau de compétence est souvent très inférieur à celui des chevaliers Jedi, étant des autodidactes.

Rey, assistée de Gavi Solaris, entrepris d'effacer la culture Sith de la galaxie. Outre le démantèlement d’Exegol, la planète de l’éternelle Sith, et de plusieurs autres temples à travers la galaxie. Elle chargea les Solaris de retrouver et de sécuriser tous les Holocron et objets Sith, en confinant ceux impossibles à détruire dans les coffres-forts des phares d'Endor. En quelques décennies, toute trace de la culture Sith a été méthodiquement effacée. Elle demanda même aux Laurine de mettre en pratique leurs talents de négociateur afin que les Jedi prennent en charge les différentes mines de cristaux kyber à travers la galaxie, contrôlant ainsi la fabrication des sabres laser. Souvent, un manieur sombre doit en voler un à un Jedi, préférant cibler les chercheurs, moins compétents au combat que les deux autres branches.

Ces adeptes du côté obscur se sont donc retrouvés sans maître ni savoir. Rey et sa famille Brightstar traquaient sans relâche le moindre murmure de prêtres noirs dans la galaxie. Les manieurs sombres se sont donc tournés vers le banditisme, exploitant le peu de pouvoir qu’ils avaient pour s'enrichir. Jérone, le père de Coleman, était l'un d'eux.

- Et le Mirialan a piégé le cargo pour qu'il s'autodétruise dès que ses signes vitaux disparaissaient. C'est un geste typique de mercenaire. Pour protéger leur clientèle, ils prévoient que s'ils sont mortellement blessés, leur vaisseau explose pour que les autorités n'aient pas accès à l'historique de l'ordinateur de bord. Continua de déduire Coleman se grattant le menton.

- Je doute qu'ils soient des braconniers ou des mercenaires . Le Mirialan adulte a évoqué un maître qui allait faire son retour. Ils n'étaient pas de simples manipulateurs du côté obscur. Leur niveau de combat était élevé, comparable à celui d'un chevalier Jedi, s'il y avait eu un autre que moi dans cette grotte le résultat de ce combat ne serait peut-être pas le même . Précisa Meywine.

-Allons Meywine c'est surement des manieurs sombres , il n'y a aucune autre explication, et ne parle surtout pas de Sith Coleman tu sais très bien que le grande Rey a fait le nécessaire pour empêcher les adorateurs du coté obscur de ressusciter cette culture . Intervenu Sédu de la main empêchant Coleman de faire cette suggestion qu'il trouvait farfelu et provocatrice surtout connaissant le caractère enfantin de son ami.

Coleman secoua la tète pour se dégager de la main de son compagnon, d'un ton sévère il lui reprocha

-Ce n'est pas parce que tu ne veux pas qu'une chose arrive qu'elle ne va magiquement pas se produire, tu agis comme les membres de l'ancien ordre, au lieu d'affronter la réalité tu détourne le regard.

-Je ne détourne pas le regard, je ne veux juste pas que le grand maître me prenne pour un fou quand je lui ferais mon rapport. Tu sais très bien que chaque jour le temple reçoit des dizaines de message d’arnaqueurs qui cherchent à magouiller des crédits contre sois disant "des informations" sur un nouveau seigneur Sith qui aurait fait son apparition, Rien que la semaine dernière maître Haris m'a raconté qu'il avait reçu une transmission ou en lui affirmait que Sidius avait encore une fois trouver le moyen de ressusciter et siroterait des cocktails sur Canto Bight. Donc excuse moi si je veux avoir plus de détails avant de me lancer des cette théorie. Se défendit Sédu vexé du ton de son ami.

- Des Sith ou des mercenaires, en tout cas, s'ils n'avaient rien à marchander, quel était le but de leur rencontre avec le syndicat ? s'exclama Coleman.

- Ils avaient bien quelque chose à marchander. Elio ! Déclara Meywine.

- Tout ça pour un enfant, c'est exagéré. Il doit être très important. Riposta étonné le capitaine de la mission.

- Si c'était le cas, on aurait reçu un signalement de sa disparition. Fils de politicien, noble ou un élève du temple Jedi... Je vérifie depuis tout à l'heure la base de données pour l'instant, rien. Dit Coleman en tapotant sur la console de l'ordinateur de bord.

- S'il n'est personne, pourquoi est-il au centre de cette intrigue ? S’interrogea Sédu.

- Attend un peu, mais quel idiot je fais comment j'ai pu oublier ça. Le cargo appartient à la Guilde de la Poste Galactique. Hurla soudainement Coleman comme frapper par la foudre .

- Oui et alors !!! Répondirent les deux autres.

- Alors il ne peut pas se déplacer librement. Ajouta-t-il.

- Que veux-tu dire par là ?Demanda Meywine.

- Quand j'étais padawan, un jour Maitre Haris m'a envoyé régler tout seul une affaire de disparition d’un courrier sur Chandrela. J’ai du interroger un employé de la guilde, un vieux bonhomme tout dégarni qui a insisté pour me faire toute un cours sur leur système de livraison. J’avoue j’ai passé plus de temps à essayer de deviner via la force ce qui était dans les colis qu’à l’écouter, après tout ce n'était qu'un simple erreur de la part du cabinet du sénateur de la planète et il n'y avait aucun complot d'espionnage. Mais s’il y a une chose dont je me souviens c’est que omelette m'a assuré que leurs cargos étaient automatiquement programmés pour rester dans les limites de la République Stellaire. Dès qu'ils sortent de la frontière, ils s'éteignent sec et envoient un signal à la direction centrale.

- Où veux-tu en venir, et c'est qui omelette ? Rétorqua Sédu perplexe.

- Omelette c'était le vieux employé je n'arrivais pas à me souvenir de son nom alors je l'ai baptisé ainsi , il était chauve avec une grosse tache de naissance jaune sur le crane, on aurait dit que quelqu'un lui avait cassé des œufs sur la tète. Bref ce que je veux dire c'est que si tu utilises un cargo de la guilde, tu peux passer inaperçu, mais seulement à l'intérieur de la République. Lui apprit Coleman.

- Ils voulaient trouver un moyen d'extraire Elio pour l'emmener dans les territoires extérieurs. Ils ont dû le capturer en utilisant le cargo, mais ils étaient incapables de le sortir des frontières de la République. Conclut Meywine, les yeux écarquillés.

- C'est là que Braum entre en scène. Ancien Jedi, il connaît toutes les routes et sait comment éviter les chevaliers et les Rangers. Le parfait livreur! Termina Coleman la phrase de sa camarade.

- On a eu de la chance de tomber sur lui au bon moment pour le sauver. Se félicita Sédu.

- Ce n'est pas la chance, mais la Force qui nous a guidés vers lui. Il reste à déterminer son rôle dans cette histoire. Le corrigea Meywine.

- Quoi qu'il en soit, Braum m'a dit qu'on ne savait pas dans quoi on mettait les pieds. Il avait l'air de dire vrai, ce complot va loin. Et si on le réveillait pour lui demander ? Proposa Coleman d’un regard plein de malice.

Sédu rejeta catégoriquement cette idée

- Hors de question. Notre mission était de la capturer, pas de l'interroger. Nous ferons notre rapport au Conseil, ils se chargeront du reste.

- Allez !!! Tenta Coleman de le convaincre. Quelques questions pour démêler le nœud. Ne me dis pas que tu n'es pas curieux. On pourrait bien être face au retour des Sith.

- Je t'ai dis de ne pas plaisanter avec ça. Cette galaxie souffre déjà assez entre braconniers, mercenaires et bandits. Pas la peine d'y rajouter les Sith. lui répondit froidement Sédu.

Coleman se rappelant que ses amis étaient déjà assez remontés contre lui à cause de sa crise sur les Astéroïdes, décida de ne pas pousser le bouchon plus loin.

Arrivés aux coordonnées partagées par les Rangers, le vaisseau se posa sur une petite lune en périphérie du système de Libeya. Pendant que Sédu et Meywine partirent explorer les environs, Coleman demeura en charge de surveiller le prisonnier.

Sur place, les deux Jedi découvrirent la présence d'un atelier astro-mécanique en plein air avec une boutique peuplée de droïdes mécanos, dont deux 2-1C et un grand 3D-X4 qui géraient l'établissement. À leur demande, les petits robots effectuèrent des scans, tandis que le droïde de protocole annonça le verdict de sa voix métallique :

- L'hyperdrive ainsi que les stabilisateurs ont pris un sérieux coup, mais rien de bien contraignant, les réparations ne seront pas long.

Les deux compagnons étaient soulagés , ils ne resteraient pas longtemps sans bouger, ce qui était une bonne chose au vu du développement de la situation. Sédu paya les réparations tandis que Meywine visitait la boutique, où elle trouva une variété de vivres à acheter.

Dans le vaisseau Jedi, Coleman faisait face à Braum, qui commençait à reprendre ses esprits, attaché et sous bonne garde. Il remarqua le dégoût dans le regard du Nautolan lorsque ce dernier réalisa qu'il était son prisonnier. Le jeune Jedi ne put s'empêcher de sourire à cela, puis annonça :

- Toi qui m'avais promis un combat. Ça s'est terminé très vite, trop vite même. J’ai du mal à croire que tu étais chevalier et que tu as tué plusieurs Jedi. Tu as dû les prendre en traître, en face à face tu es plus faible que les mannequins d'entraînement de l’académie.

- Si tu savais ce qui nous attend, crois-moi, tu n'aurais pas ce sourire stupide sur le visage. Lui cria dessus Braum d'un air paniqué. Puis il demanda

- Il est où, le petit ?

- Le petit Mirialan ? On l'a remis aux Rangers. Ils se chargeront de le ramener chez lui. Dit Coleman d'un ton désintéressé.

- Tu mens, je peux le sentir, il est ici !!! Répliqua Braum, avec colère.

- Écoute, il y a des personnes prêtes à déchaîner les enfers pour le trouver. Ils l'attendent depuis des siècles, et maintenant qu'il est là, ils ne le laisseront pas leur échapper. Si tu as un soupçon de bon sens, tu me laisses partir pour le leur remettre, sinon, nous mourrons tous. Hurla-t-il avec insistance.

- C'est ces personnes qui te font si peur, j'adorerais les rencontrer. Affronter des manieurs sombres, c'est un peu mon rêve. Tu peux me dire où je peux les trouver ? Se moqua Coleman de son prisonnier, avec un regard de défi apparent.

- Tu penses encore que tout ça se résume à une simple confrontation entre gentils Jedi et méchants bandits ? Non, des forces bien plus puissantes que toi, bien plus grandes que ton amie la Brightstar, sont à l'œuvre ici. Et puisque j'ai déjà échoué, ma vie est en danger. Tu as le moyen de nous sauver tous. Laisse-moi leur remettre l'enfant. Supplia le Nautolan.

Sédu fit irruption avant que Coleman puisse répondre et d'un ton ferme :

- Nous ne te laisserons pas emmener Elio. Fais-toi une raison, ta seule destination est Scarif, où tu seras jugé pour tes crimes par le Conseil Jedi.

- Et toi ! se tournant vers son compère Jedi. Je t'ai dit de ne pas lui parler.

- C'est lui qui m'a parlé, moi, je mentais simplement la garde. Mentit Coleman.

- Si vous tenez vraiment à m'emmener à Scarif, faites-le vite, car je vous garantis que ce ne sera pas un voyage de tout repos. menaça Braum.

Les deux jeunes hommes quittèrent la pièce, Coleman s'enquit auprès de Sédu du lieu où se trouvait Meywine. Le jeune capitaine lui signala qu'elle effectuait des courses dans la boutique. Se dirigeant vers l’avant du vaisseau, avant même que les alarmes ne se déclenchent, les sens Jedi des deux amis les avaient déjà prévenu du danger imminent qui allait s’abattre sur eux, ils se ruèrent vers le cockpit la devant leurs écrans ils ne croyaient pas leurs yeux. Le radar révélait la présence de plusieurs vaisseaux de chasseurs fighters, 5 vaisseaux de classe amiral, 3 croiseurs républicains et 2 escadrons X-wing des Rangers.

De son coté quand Meywine termina ses courses, le droïde de protocole lui indiqua que son compagnon était retourné à son vaisseau et que les robots mécanos ne tarderaient pas à terminer les réparations. Elle venait d'acheter des sucreries pour les offrir à Elio, espérant que son geste renforcerait sa confiance dans le groupe de Jedi et qu'il s'ouvrirait à eux pour leurs apporter quelques réponses.

Soudain, au pied de la porte ses sens s'activèrent et elle ressentit une menace dans son dos. D'un geste brusque, elle laissa tomber ses courses, fit un saut en arrière, dégaina ses sabres en l'air et trancha en deux le droïde.

Le droïde 3D-4X laissa tomber une lame aiguisée au sol, et Meywine entendit sa voix chromé répéter "négatif, négatif". Elle se précipita dehors et vit dans le ciel une violente bataille opposant un escadron X-wing à plusieurs chasseurs fighters, ainsi que cinq imposants vaisseaux amiraux arborant les symboles des cinq grands syndicats du crime galactique : Tenloss, Hutt, Renthall, Dravenko et Sornax. Elle remarqua également que plusieurs vaisseaux transporteurs sortaient de leurs entrailles, signifiant une invasion terrestre dans les prochaines minutes.

La jeune Brightstar fut stupéfaite de voir que les vaisseaux non seulement se battaient contre les forces de la République, mais également entre eux.

Tournant son regard vers son propre appareil, elle vit sa porte s'ouvrir, laissant sortir Coleman, Braum menotté, et Sédu portant Elio dans ses bras.

Dans son esprit, figé dans l'espace et le temps, l'héritière Brightstar commença à analyser la situation. Elle parvint à trois conclusions:

- Tout d'abord, si le droïde s'est attaqué à elle, cela signifie que cet atelier appartenait secrètement à l'un des syndicats, et qu'il a reçu l'ordre de la tuer.

- Deuxièmement, le fait que Coleman et les autres avaient quitté le vaisseau indiquait qu'il n'était pas en état de marche.

- Enfin, aucun appareil ennemi n'avait tiré sur le groupe sorti, même lorsqu'ils étaient à découvert, ce qui suggérait que les assaillants voulaient les capturer vivants, probablement pour récupérer Elio.

Meywine, toujours immobile dans le temps, élabora un plan. Sa priorité était de trouver un moyen de transport pour s'échapper. Si le jeune Mirialan était à l'intérieur, les assaillants ne prendraient pas le risque de le détruire. Ainsi, elle devait absolument trouver un vaisseau.

Fixant le ciel, elle vit les transporteurs de troupes se rapprocher dangereusement du sol. Ils étaient au nombre de dix, deux pour chaque vaisseau amiral. Elle concentra toute son énergie sur la Force, tendit les bras en l'air et fit un geste comme si elle essayait de joindre les deux mains. Instantanément, plusieurs des transporteurs commencèrent à zigzaguer entre eux, comme s'ils avaient perdu le contrôle. Deux d'entre eux se heurtèrent et explosèrent en vol, suivis de deux autres, encore deux puis trois autres d'un coup, il n'en restait plus qu'un. Épuisée, Meywine fut prise de vertiges, cette prouesse lui avait drainé beaucoup de son énergie. Le bruit des tirs des X-wing retentissait dans ses oreilles.

Consciente du danger imminent, la jeune chevalier se reconnecta rapidement alors que plusieurs chasseurs la prenaient pour cible, leurs tirs atterrissant tout près d'elle. Elle ralluma ses sabres laser et les serra fermement dans ses mains.

Les Brightstar étaient redoutés dans la galaxie en raison de leurs techniques au sabre laser innovantes créées par Rey et ses descendants. Certaines de ces techniques étaient si puissantes et agressives qu'elles ne devaient être utilisées qu'en cas d'urgence extrême sous peine d'emprisonnement ou de bannissement.

L'une de ces techniques était la Griffe de la Force. Meywine concentra la Force dans ses mains, puis la fit circuler autour de ses lames laser blanches. Les sabres commencèrent à briller intensément, entourés d'une aura forte. Elle joignit ses deux lames, prit une grande inspiration, et d'un geste puissant, lança une vague d'énergie en forme de X qui fendit l'air et trancha plusieurs chasseurs, les détruisant sur son passage.

Cette fois-ci, Meywine ne put résister à la fatigue. Elle se laissa tomber au sol, fermant les yeux. Coleman, qui observait le tout depuis sa cachette, se précipita à ses côtés défiant a son tour les tir ennemis. Arrivé a sa hauteur , il la prit dans ses bras et la souleva, puis rejoignit a la hâte Sédu, qui maintenait Braum sous la menace de son sabre, l'empêchant de fuir. À leurs côtés, Elio était visiblement terrifié, les larmes coulant sur son visage.

Le communicateur de Sédu, dissimulé dans sa ceinture Jedi, commença subitement à vibrer. Il le sortit et décrocha.

- Que fais-tu, mon chou ? On n’arrête pas de vous appeler sur votre vaisseau. Pourquoi vous êtes toujours au sol ? Vous allez vous faire tirer comme des Peko-Peko. Le Jedi reconnut la voix du Sergent Viskra.

Il se souvint que Meywine lui avait donné son numéro de communicateur. Il répondit.

- Sergent Viskra, notre vaisseau refusait de décoller. On a dû l’abandonner. Que se passe-t-il ?

- Après votre départ des astéroïdes de Vergesso, plusieurs barrages des Rangers dans la région ont été attaqués. Des mercenaires, des contrebandiers, tout le monde essayaient de passer vers la deuxième lune. C'était la folie. Les vaisseaux amiraux des cinq syndicats ont forcé le passage, et nous nous sommes regroupés pour les prendre en chasse. D'après les informations que nous venons de recevoir du centre de commande, la prime dans la liste noire sur la tête de Meywine Brightstar est passée à 20 millions de crédits, le petit Mirialan que vous avez trouvé lui vaut 30 millions de crédits mais vivant. Expliqua Viskra à travers le communicateur.

Le groupe de Jedi était frappé par cette nouvelle. Pendant que la bataille entre les forces de la République et les forces des cinq syndicats faisait rage, le transporteur s'apprêtait à atterrir.

- Alors vous avez un plan ou quoi ? Il faudrait se dépêcher un peu, messieurs dames les Jedi, cria le sergent.

- Un transporteur va bientôt atterrir, on va s'en emparer, révéla Meywine d’une voix tremblante, revenant à elle dans les bras de Coleman. Elle continua alors que son camarade la déposait gentiment par terre.

- Je garde Braum. Vous deux, allez le prendre. En désignant Coleman et Sédu.

Avec peine, la Jedi se leva, repris ses sabres que Coleman n'avait pas omis de prendre, et les activa. Fixant le renégat d'un regard sombre, elle ordonna avec fermeté :

- Toi, tu ne bouges pas !

Braum, avec un air sournois, ignorant Meywine pour s'adresser à Coleman, lui lança.

- Je t'avais dit, gamin, que tu ne sais pas où tu mets les pieds. Félicitations. Vous allez tous mourir. Elle la première.

D’un geste violent, Coleman saisit Braum par le col poussiéreux de sa veste prêt à le tabasser pour lui ravaler son sourire narquois.

- Laisse tomber, on a des choses plus urgentes. On s'occupera de lui plus tard, intervint Sédu tenant fermement son camarade .

Il poursuivit, cette fois-ci interrogeant Viskra via son communicateur.

- Où est le Capitaine Vorna ?

- Elle est tombée au champ d'honneur, révéla Viskra avec tristesse.

- Bon, on va vous couvrir du mieux qu'on peut du ciel, mais faites vite, on ne tiendra pas longtemps, les prévint-elle.

Les trois ami, pris par le pois de cette annonce restèrent immobiles pendant quelques instants. Coleman et Sédu se ressaisirent, activant leurs sabres laser bleus. Les portes du transporteur qui venait d'atterrir s'ouvrirent lentement, révélant une petite armée de mercenaires. Une bataille féroce se profilait pour les trois amis Jedi.
Modifié en dernier par supernad le Mer 15 Mai 2024 - 0:41, modifié 2 fois.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Lun 06 Mai 2024 - 21:29   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Après la vision de Valia, Harlow fonce sur la planète Serenno alors qu’elle et son maitre Katarn tentent de comprendre la situation.. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 11: Il faut sauver le Padawan chercheur Zain


Valia toujours sous le choc des visions qu'elle venait d'avoir, se tenait debout à bord de Harlow, filant à toute allure dans l'hyperespace.Elle avait expérimenté des rêves prémonitoires auparavant, mais ils étaient généralement anodins. Comme celui où elle avait prédit que sa mère lui offrait " les préceptes de Finn " ensemble de texte regroupant les théories et pensée de l'ancien rebelle tournait Jedi pour son dixième anniversaire, ou celui où Maître Koffi allait annuler un entraînement au sabre laser pour un cours sur l'ancien ordre Jedi. Cependant, jamais elle n'avait eu un rêve aussi intense. Submergée par la panique, elle vit Katarn se précipiter en halte, vêtu d'un pyjama avec de dessins de porgs qu'elle avait remarqué en vente sur le marché d'Ahch-To.

- Mais tu fais quoi ? Qui t'as autorisé à décoller, Harlow ? Lui reprocha furieux le Maître Jedi.

Des bips retentirent dans toute la pièce.

- Comment ça, son ami est en danger ? De quel ami tu parles ?.

Une nouvelle vague de bips se fit entendre.

Katarn ne comprenant rien à ce que son vaisseau tenter de lui expliquer se tourna vers Valia pour trouver des réponses

- tu peux m'expliquer ce qui se passe ? Parce que si ni toi ni moi sommes au monastère dès l'aube, notre plan, celui sur lequel nous venons tout juste de nous mettre d'accord, sera fini avant même de commencer. Lui demanda-t- elle en colère.

La jeune Zeltrone essaya de rassembler ses esprits pour expliquer la situation à son nouveau maître, mais son air paniqué trahissait sa nervosité.

- J'ai ffait un rêve où jj'ai vu mon ami et son groupe de chchercheurs se faire attattaquer. Je ssens qu'il est en danger, je me suis rréveillée et j'ai eu une vvision de la planète ou il se trouvait mais je je n'ai pas demandé à Harlow de décoller, je le jure ! Des bip des bips ont retentit dans toute la salle, et il a décollé !

Au ton de peur et d'angoisse de Valia ,Katarn décida de se calmer pour l'aider à avoir plus clair.

- Ecoute, je te crois, Harlow parfois ne fait qu'à sa tète, c'est l'inconvénient d'avoir un vaisseau vivant.Puis, s'adressant au Purgill, il ordonna

- Allez, maintenant, fait demi-tour.

Des bips toujours paniqués résonnaient à travers le vaisseau, irritant le maître Jedi qui haussa encore plus la voix.

- Tu sais bien qu'on ne peut pas accorder trop d'importance aux cauchemars de Valia. Il se peut que ce soit juste les résidus du côté obscur qu'elle a rencontrés dans la grotte qui lui jouent des tours. Tu ne te souviens pas de ma première fois dans la grotte ? J'ai passé une semaine à faire des cauchemars.

Valia, témoin de l’échange entre les deux , prit la parole en bégayant.

- Maître, désolée, mais ce n'était pas un cauchemar... C'était plutôt comme ces rêves... pré-pré-pré-prémonitoires que j'ai parfois. Mais cette fois-ci, c'était... c'était différent. J'avais l'impression de revivre... quelque chose qui s'était déjà passé, et... et pas quelque chose qui... qui va se passer.

- Tu as déjà fait des rêves prémonitoires!!!! S'exclama Katarn surpris par cette révélation. C'est un signe d'une forte connexion à la Force.

-Mais rêver d'événements passés, c'est d'un autre niveau. Il faut une véritable maîtrise de la méditation. Ajouta -t-il scannant de la tète au pied sa padawan comme s'il essayait de voir au plus profond de son être.

Harlow émit des séries de bips alors que Katarn semblait de plus en plus inquiet

- Es-tu certain qu'elle t'a transmis sa vision ? interrogea le Jedi son Purgill qui lui répondit par un bip affirmatif.

-Je n'ai rien fait, je n'ai pas partagé ma vision. Répliqua Valia, mâchant toujours ses mots .

- Les Purgills sont naturellement hypersensibles à la Force. Dès qu'elle est canalisée pres d'eux comme par exemple une vision, ils peuvent la capter. Donc, même si tu ne l'as pas fait exprès, Harlow a vu ton cauchemar et ta vision. Expliqua Katarn cherchant à rassurer sa nouvelle padawan.

- Je suis désolée, Harlow, je ne voulais pas que tu voies ça. S’excusa la zeltrone, se sentant coupable que le vaisseau ait pu voir cette vision d'horreur.

- Ne t'inquiète pas, il en a vu d'autres, le Harlow. Il est solide. Il le faut pour être mon vaisseau ! Se moqua le jedi affichant un sourire cherchant toujours à alléger l’atmosphère.
D’un geste il actionna un petit levier sur le côté du mur, et soudain une console apparut, surgissant du sol, prenant place devant un l’écran, Katarn se retourna vers Valia et lui demanda.

-Tu connais le nom du maître Jedi chercheur de ton ami ?

Valia fermit les yeux pour se concentrer, aprés quelques seconde elle cria avec confiance

- oui maître Mika Zoras .

Katarn tapota sur la console et un hologramme s'activa, révélant une jeune Mikianne bipède aux teintes bleues, arborant des excroissances sur la tête.

- Selon les données du temple, elle dirige un groupe de recherche sur Serreno. Voici son communicateur, essayons de la contacter. Proposa le jedi , lisant les informations affichées pour trouver la numéro.

il passea l'appel, plusieurs minutes s'écoulèrent sans réponse.

- Appelons celui de Zain!!!. Proposa à son tour Valia. Elle se rapprocha de la console et tapa les coordonnées. Mais encore une fois, il n'y eut aucune réponse.

Valia commença à s'agiter sous le regard du chevalier qui ne semblait pas savoir comment gérer cette crise .

- Ne t'en fais pas, cela ne signifie rien. Ils pourraient simplement être sur un site de fouille et avoir laissé leurs communicateurs derrière eux. Puis, il demanda.

- Zain !!! Parle-moi de lui.

- Je le connais depuis que j'ai 10 ans, d-depuis que j'ai visité les phares d'Endor avec ma mère. Nous sommes d-devenus les meilleurs amis. Il est l'héritier de la famille Solaris. Il est g-gentil, intelligent et attentionné. C'est quelqu'un de bien, le meilleur même. répondit Valia toujours, sa voix trahissant encore son angoisse qui ne cessait d'accentuer de minute en minute. Continua-t-elle.

- Ç-ça fait deux jours qu'on ne s'est pas p-parlé. Je n'ai pas r-répondu à son dernier message. J'étais triste et f-fatiguée après toutes les l-leçons avec M-Maître Jovelle. Tout a l'heure J'ai pensé fort à lui en m'endormant. Je voulais l'a-appeler demain, lui dire que tout irait mieux désormais.

Tu sais, je ne pense pas t'avoir dit ça. Mais notre plan doit rester secret, secret comme dans personne ne doit le savoir, même pas ton meilleur ami. Rétorqua Le maître ne pouvant contrôler son sarcasme.

Valia gesticulant des mains en signe de négation

- Non, non, je n'allais pas lui dire pour vous , moi et le grand maître. Je voulais juste le rassurer et lui dire que tout irait bien. Il s'inquiète toujours pour moi.

Alors que Katarn lui envoya un regard plein de doute sur son engagement envers leurs secret , il remarqua enfin sa tenue.

- Bon, je vais me changer et je reviens. Fais de même. Et attends-moi ici. Puis, s'adressant au vaisseau.

Harlow, fonce. Si ce n'est rien, je veux revenir le plus vite possible pour éviter trop d'ennuis avec le monastère. Ajouta-t-il.

Après plusieurs minute Le jedi reviens a la pièce principal cette fois ci vêtu de son manteau grenat son gilet armure noir sur sa chemise de même couleur, un pantalon belge et des botes noir qui lui monte jusqu'au genoux avec le sabre laser dans la ceinture. Valia c'était elle aussi rhabiller de ses vêtements qui avaient séché. Elle enfila sa robe jedi de couleur bleu foncé toujours d'un air soucieux.

Des heures passèrent l'ambiance était au silence a l'intérieur du vaisseaux. Harlow émergea de l'hyperespace, révélant la planète Serreno à porter de radars. Alors qu'ils s'approchaient, les bips retentirent à nouveau.

Le maître esquissa un sourire s'éclaircit la voix et donna l'ordre à son vaisseau

- Décroche, Harlow.

- Ici le poste frontière de Serreno, veuillez vous identifier. Dit une voix qui résonna dans le pièce.

Katarn prit un drôle d'accent aigu et se lança.

- Salutations, poste frontière. Je m'appelle Rodi, je suis marchand ambulant. Et j'arrive avec des caisses pleines de thala-sirene . Je reviens d'un long pèlerinage au monastère de Luke. Croyez-moi, on y ressent la Force la bas, même pour les moins sensitives, comme moi. En tout cas, j'ai pensé​ qu'il était dommage que seul ceux sur Ahch-To profite de cette boisson délicieuse. Vous savez elle fait des miracles pour les rhumatismes j'en prenais trois fois par jour maintenant je suis neuf comme un boulons. Je me propose donc de vous en livrer quelques caisses. Bien entendu, moyennant une compensation bien sûr​.

- Avez-vous votre numéro d'identification de la Guilde des Marchands Ambulants ?" Combien vous êtes abord ? Demanda le poste frontière.

-Oui, oui, nous sommes deux moi et mon manœuvre elle m'aide a décharger la marchandise. S'empressa de lui mentir Katarn tout en sortant une carte de la poche intérieure de son manteau et tapotant sur la console.

Vérification en cours veillez patienter peu. Le poste retorca . Puis quelques secondes après demanda

- Votre vaisseau est original, c'est quoi comme modèle ?"

- Ce tas de ferraille !!! C'est une hybride de plusieurs pièces. Je l'ai échangé contre quelques épices sur Yavin IV Lui affirma le Jedi avec son drôle d'accent.

Harlow lança des bip pour montrer qu'il était vexé.

-C'est bon vérification terminé vous pouvez passer. Bonne chance pour vendre ta pisse sur Serreno, la thala-sirene c'est dégueulasse. Et le poste coupa.

Katarn, soulagé que sa ruse ait fonctionné, se tourna de nouveau vers sa jeune élève et lâcha

- Thala-sirene de la pisse ? Ah s’il n’avait pas coupé subitement je pense que je serais devenu ami avec ce monsieur.

Valia abasourdie par ce qu'elle venait d'entendre, s'adressa à son nouveau maître en bégayant.

- Pourquoi avoir menti, Maître ? Nous au-au-aurions pu leur dire que nous sommes des Jedi et que nous rendions simplement visite au groupe de chercheurs.

- Si ta vision concerne le passé et non le futur, quelque chose ne va pas. J'ai vérifié la base de donnés du temple, aucun signalement d'attaque sur les sites de chercheurs . Nous ne pouvons donc pas nous fier à qui que ce soit ici. Ils mettront quelques cycles à réaliser que le code que je leur ai donné appartient à un marchand ambulant Toydarien qui vient d’être arrêter par Rangers. Il se peut que je lui ai pris sa carte de marchant comme gage pour qu’il me paye se qu’il me doit après l’avoir sévèrement battu au Sabacc. Et il se peut aussi que quand je lui ai réclamé mes crédits, il m'a menacé de me dénoncer au prés de Jovalle au monastère. Il se peut que quelqu'un qui connaissait un peu ses magouille l'a devancé et l'a dénoncé au prés des rangers qui sont venus le cueillir . Tu sais j'ai toujours aimé ce proverbe qui dit " mange ton ennemi au déjeuner avant qu'il te mange au dîner" Quoi qu'il en soit, tout ça pour dire que nous allons prendre le temps d'aller voir par nous-mêmes ce qui se passe sans se faire remarquer. Expliqua Katarn essoufflée par se discours.

Alors que le Purgill mécanique entamait sa descente dans l'atmosphère de Serreno, Valia se questionnait maintenant sur le genre de maître qu'elle venait d'hériter. Un Jedi qui mentait et trompait ouvertement sans scrupules, une facette qu'elle n'avait jamais rencontrée auparavant. Et cette histoire de Sabacc ? Les jeux d’argents étaient pourtant interdits pour les membres de l'ordre se confirma-t-elle à elle-même. Peut-être que s’associer a ce Jedi était une erreur en fin de compte. Pouvait-elle réellement lui accorder sa confiance ? Même sa façon de s'habiller laissé plus penser a un Mercenaire qu'un jedi. L'esprit de la jeune Padawan était rempli d'incertitude et de questions.

Katard lui ne pouvait réprimer le sentiment de danger qui l'envahissait. Son instinct lui disait que des épreuves l'attendaient dans cette planète vers ou il se dirigeait. Avait-il emmené l'héritière de la famille Laurine dans un territoire hostile ? Serait-il capable de la protéger et de sauver l'héritier des Solaris?, lui qui se sentait rouillé après cinq ans d'exil sur Ahch-To ? La surface se rapprochait inexorablement, accompagnée des préoccupations du Maître Jedi quant aux mystères qui le menaçaient sur cette planète inconnue.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Jeu 09 Mai 2024 - 19:48   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Pris au piège sous le feu des cinq grands syndicats du crime, les trois amis Jedi doivent faire preuve de tous leurs talents pour pouvoir s'échapper. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 12: Fuite vers l'inconnu

Lorsque les portes du transporteur s'ouvrirent, une vingtaine de membres du syndicat Dravenko se mirent à tirer intensément sur Sédu et Coleman qui se précipitaient vers eux. Ses Bandits étaient reconnaissables à l'acklay une créature massive ressemblant à un reptile à grosse tête ornée de cornes pointues, une gueule qui abritait des rangées de dents pointu et des griffes acérées. Symbole distinctif de leur syndicat qu'ils arboraient fièrement sur leurs vestes vertes.

Les deux Jeune chevaliers, grâce à leurs compétences en techniques de défense, arrivaient habilement à éviter puis repousser les tirs de blasters. Ils avançaient côte à côte, se couvrant mutuellement, telles deux âmes sœurs qui se comprenaient parfaitement. Depuis leurs cinq ans, Coleman et Sédu avaient été contraints de faire équipe dans les arènes clandestines organisées par Jérone, le père de Coleman. Dans cet environnement brutal, leur coordination gagnée au fil des combats était devenue l'un de leurs points forts, pour survivre. Mais ce que leurs adversaires ignoraient est que cette synchronisation découlait d'une technique de maîtrise de la Force appelée "Vision partagée", cette technique avancée permet à deux individus de partager temporairement leurs perceptions sensorielles, partageant ainsi la vu, la ouille et même les sensations physiques de l'autre. Cette connexion sensorielle renforçait considérablement la coordination et les capacités à anticiper les mouvements de leurs ennemis.

Les deux jeunes Jedi n’avaient pas hésité à travailler et améliorer encore plus cette technique durant leurs formations sous la tutelle de Haris Brightstar, qui admira ce lien naturel entre ses deux padawan.

Les mercenaires n'avaient à peine avancé que de quelques pas qu'ils se retrouvèrent déjà en déroute, plusieurs de leurs membres tombant sous les tirs de blasters déviés par les deux chevaliers.Lorsqu'il ne restait plus qu'un petit groupe de quatre, Coleman interrompit sa connexion avec son ami et passa à la forme de Djem So plus offensive. Il asséna deux coups fatals à deux membres, puis, dès qu'il se tourna vers lui, il le vit également éliminer les deux restants.Sédu fit le tour du transporteur et atteignit le cockpit. La porte s'ouvrit, libérant le pilote qui s'était agenouillé, déposant son blaster aux pieds du Jedi. Il fit un signe de tête indiquant au pilote de déguerpir, ce dernier ne rechigna pas et parti en courant. Le jedi prit alors place dans le cockpit. Pendant ce temps, Coleman surveillait la bataille près des portes arrière. Les forces républicaines se confrontaient toujours aux syndicats criminels. Dans leur malheur, les syndicats se déchiraient entre eux, chacun préférons embaucher seul les primes sur Meywine et Elio plutôt que de s'entraider. Il comprit que cette division offrait une chance de fuite et leva les mains en signe de victoire pour indiquer à Meywine que les transporteurs étaient sécurisés, elle qui maintenait toujours Nit Braum en joue, avec Elio à ses côtés.

- Allez, avance, on y va. Ordonna la Jedi à son prisonnier des la vue du signe de son camarade.

- Fais-moi avancer si tu l'oses !! La défia Braum.

- Je n'ai pas de temps à perdre avec toi. Si je te laisse ici, tu ne t'en sortiras pas. Ceux qui cherchent Elio ne te laisseront pas en vie. Nous sommes ta seule chance si tu veux survivre. Répliqua Meywine fermement.

- Le Nautolan, dégoûté par les paroles pleines de sens de la jeune Jedi, se mit en marche.

Meywine gardait un œil sur les forces républicaines, presque anéanties. Il ne restait qu'un croiseur et quelques X-Wings. Deux classe-amiraux des syndicats avaient été détruits aussi, ainsi qu’une poignée de leurs chasseurs étaient neutralisés.

- Cela va être serré, mais nous avons une chance. Se dit à elle-même.

Arrivant à la hauteur de Coleman, se dernier pris la relève et escorta Braum et Elio a l’intérieur du vaisseau, ou il l’attacha sous le regard du Mirialan encore sous le choc de la situation. Meywine , elle se dirigea directement vers le cockpit où Sédu était déjà installé.

- Alors ? S'exclama Meywine avec impatience en s'adressant à Sédu.

- C'est un transporteur. Il n'y a pas de moteur hyperdrive à bord. Nous pouvons le faire décoller et quitter la lune, mais nos possibilités seront limitées. Répondit Sédu analysant l’appareil.

- S'il y a des communicateurs à bord, nous devrions envoyer un message au temple pour demander de l'aide ! S’injecta Coleman dans la discussion.

- Il y en a, mais les vaisseaux amiraux ennemis brouillent les communications. Nous devons d'abord prendre de la distance. Confirma Sédu.

- Décollons rapidement. Les forces ennemies ne risqueront pas de nous détruire avec Elio à bord. Notre mouvement permettra aux X-wing de se libérer et ils pourront se retirer. Sedu appelle le sergent Viskta.

Sédu s’exécuta en allumant son communicateur. La réponse du sergent retentit immédiatement.

- Je suis toujours là. Je vous ai vu prendre le transporteur, bien joué !!!!

Meywine étant la plus expérimenté de son groupe pris naturellement le commandement, Sédu lui se mit en retrait pour la laisser converser avec le sergent pour mettre au point leurs évasion.

- Il est temps pour vous de partir. Dès que nous décollerons, les vaisseaux ennemis nous suivront. Nous comptons sur vous pour donner l'alerte a notre temple. Nous allons les attirer dans l'autre direction. Nous survivrons jusqu'à l'arrivée des renforts Jedi dans les territoires extérieurs. Annonça l’héritière Brightstar.

- Vous êtes dans un transporteur de troupe vous n'irez pas loin sans escorte. Et les territoires extérieurs ? Vous vous retrouvez sans défense là-bas. NON on va essayer de vous couvrir en attendant les renforts. Objecta Viskra.

- Vous êtes dépassés en nombre. Si vous ne vous retirez pas maintenant, vous serez tous détruit. Ne vous préoccupez pas de nous. Les syndicats ont perdu leur atout majeur, la surprise. Nous allons les attirer dans les zones extérieures et les éliminer un par un en attendant l'arrivée de la mission d'extraction. Lui répondit calmement Meywine.

En vu des pertes subis Viskra abondera la dispute et accepta le plan.

-D'accord, mais promettez-moi de survivre et en finir avec ces syndicats de mafieux. Pour tous ceux qui sont tombés aujourd'hui pour vous protéger

- Je vous le promets. Merci pour tout. Vous êtes notre ange protecteur. Lui Déclara Sedu avec gratitude.

Le sergent Viskra ricana

- Ne dis pas des choses pareilles mon chou, je suis au travail, on nous écoute!

Avant de couper, elle ajouta

- que la force soit avec vous.

Le transporteur décolla, attirant l'attention directement les forces syndicalistes vers lui ,les amenant à abandonner le combat avec les républicains pour poursuivre leurs cible . De leurs côtés les X wing sautèrent sur cette occasion pour affliger le plus de dégâts possible au chasseur fighters ennemis donnant une marge d'avance au groupe de Jedi avant de se retirer.

Alors que le transporteur s'engageait dans l'espace a toute allure, Sédu demanda à sa camarade.

- Que faisons-nous maintenant ?

- Nous allons encore réduire le nombre de nos poursuivants ! Dit Meywine en souriant.

- Regardez derrière, c'est le vaisseau des Tenloss qui nous a pris en premier en chasse, il devance les deux autres.

Elle se tourna vers Braum,avec un ton provocateur elle lui demanda.

- Sur une échelle de 1 à 10, combien tiens-tu à ton vaisseau amiral?

Le Jedi renégat lui lança un regard noir rempli de haine et de colère

- J'ai compris ton plan, Mey, haha, c'est génial. Par contre, toi, Sédu, tu vas détester. Prévena Coleman son ami rire narquois.

- Ce n'est pas le moment de prendre des risques, je vous signale qu'on a trois grands vaisseaux destructeurs derrière nous ! Balbuta Sédu.

- Justement, on va baisser notre vitesse et laisser le vaisseau de Tenloss nous rattraper. Une fois qu'ils activeront leur tracteur bim, leurs boucliers seront éteints, les laissant vulnérables aux attaques des deux autres qui feront le travail à notre place. Le rassura Meywine.

- Mais on se retrouvera dans la mêlée ? Cria en panique Sédu.

- Vu que personne ne veut partager la prime, les deux autres seront obligés de garder leurs boucliers de peur de se faire descendre. Ils vont gentiment nous suivre jusqu'à une planète où ils préféreront une attaque terrestre bien plus sûre pour sécuriser leurs butins, au lieu de nous attaquer dans l'espace. Sur terre, nous aurons l'avantage. Rétorqua Meywine, visiblement regagnant un peu son énergie depuis la bataille dans l’atelier astro-mécanique.

- Brillante, Mey, tu es brillante !! Éclata de rire Coleman.

La jeune Jedi sourit de toutes ses dents blanches au compliment de son ami.

Le transporteur s'était déjà engagé en dehors des frontières de la République, suivi principalement par le vaisseau du syndicat Tenloss. Une fois identifié, Sédu ralentit le vaisseau, qui fut violemment secoué. Les commandes ne répondaient plus, signe qu'un tracteur les avait emprisonnés. Le Jedi poussa les moteurs à fond pour rendre difficile le la mission de remorquage, espérant gagner quelques secondes.

Le transporteur se mit à reculer, ses moteurs fonctionnant à plein régime. Le groupe tourna la tête vers le vaisseau amiral qui se rapprochait de plus en plus. Soudain, une explosion retentit alors que les vaisseaux du syndicat Sornax et Dravenko apparurent et ouvrirent le feu sur celui de Tenloss, le réduisant en morceaux. Le tracteur bim s'interrompit brusquement, libérant ainsi les commandes du transporteur.

- Un de moins ! Hurla de joie Meywine .

Elio se joignit à elle avec un "Oui !" L'enfant semblait maintenant amusé, comme s'il se trouvait sur un manège.

Meywine se leva de son siège et adressa un gros câlin au petit Mirialan, mais ses amis la ramenèrent brusquement à sa place.

- regarde ! cria Sedu. Les deux vaisseaux se sont mis côte à côte et ne se battent plus entre eux !!

Les vaisseaux amiraux ouvrirent ensemble le feu sur le transporteur, secouant violemment le petit vaisseau dans l'espace. La joie fut de courte durée, laissant place à l’incompréhension à bord.

- Ils veulent nous abattre ! Je pensais qu'ils voulaient garder le petit en vie ! Dit Coleman avec véhémence.

- Non, ils ne cherchent pas à nous éliminer, ils viennent de détruire notre système de survie. Sans oxygène, nous nous évanouirons rapidement et ils pourront nous capturer tranquillement. Expliqua inquiet Sédu .

Meywine, contrariée contre elle-même, ajouta.

- Ils sont plus malins et moins cupides que je ne le pensais. Ils ont sûrement décidé de se partager les primes. Depuis un an, j'ai arrêté plusieurs lieutenants de Sornax,. Mais je n'aurais jamais pensé qu'ils iraient jusqu'à laisser une prime de 30 millions à un autre syndicat.

Fonçant sans cape dans le vide sidéral, le transporteur subissait les tirs des destroyers qui se faisaient de plus en plus précis, plongeant le groupe dans le désespoir. Alors que l’oxygène commençait à se faire plus rare et au moment où le sentiment de défaite s'installait chez le trio, l'ordinateur de bord se mit à émettre des bip.

- Une planète !! Une planète !! S'exclama soudainement Coleman en pointant du doigt le radar.

- Oui ! s'écria Sédu, et Meywine.

Sédu poursuivit

- Les scanners indiquent une planète sans civilisation, mais il y a des traces de vie. !!!

- C'est mieux que rien. Il n'y a peut-être ni ville ni infrastructure, mais les habitants locaux pourraient nous aider. La force ne nous a pas abandonné. Reprit Meywine avec espoir.

Sédu se concentra sur les commandes, déterminé à atteindre la planète et sauver ses amis. Grâce à ses sens aiguisés, il évitait efficacement les tirs incessants des vaisseaux ennemis, qui semblaient avoir deviné leur trajectoire. À bord du vaisseau. En fouillant les compartiments du transporteur, Coleman découvrit deux masque à oxygène il plaça un sur Elio et le deuxième avec un peu de résistance sur Braum. Il activa après la vision partagée, incluant cette fois-ci Meywine dans le réseau, permettant aux trois chevaliers de partager leurs perceptions. Ensemble, ils synchronisèrent leurs respirations, alternant entre eux pour que chacun puisse respirer pendant que les autres retenaient leur souffle.

Le transporteur se rapprochait de la planète inconnue, ravivant la lumière dans le cœur des Jedi, bientôt ils pourraient mettre pied à terre et se cacher en attendant les secours. Quand l’espoir pontait de nouveau le bout de son nez, un tir des vaisseaux amiraux détruisit le deuxième moteur, faisant tourner l’appareil dans tous les sens. Meywine et Sédu avaient du mal à rester assis sur leurs sièges alors que Coleman, debout, s'agrippait à tout ce qu'il pouvait. Braum toujours attaché balancé dans tout les cotés, Elio lui a été projeté jusqu'à la porte et criait de toutes ses forces.

Le vaisseau entra dans l'atmosphère de la planète en chute libre. Le crash semblait inévitable, et les pleurs deElio redoublaient alors que les trois Jedi se sentaient impuissants. Meywine, toujours fatiguée par la bataille, peinait à utiliser la Force pour ralentir la course du transporteur. L'effort intense que lui avait coûté la griffe de la force pour neutraliser les chasseurs ennemis l'avait complètement drainée.

Approchant dangereusement du sol, l'impact était imminent. Toujours sous la vision partagée, les trois jedis sentirent leurs cœurs se serrer d'un coup. Une aura sombre comme une bulle avait englobée le transporteur, plongeant l'atmosphère dans un silence sinistre alors que les pleurs perçants d’Elio résonnaient dans leurs esprits . Coleman, partageant sa vision avec les deux autres, n’arrivait pas à comprendre la scène qui se jouait devant lui. Elio flottait en l’air générant cette bulle remplie du coté obscur, des remarqua des éclairs crépitant lui parcouraient le corps. L'appareil heurta le sol avec moins de violence que prévu secouant ses passagers. Tous étaient indemnes, à l'exception du petit Mirialan allongé inconscient sur le sol. Des qu’il se libéra de son siège, Sédu se précipita vers lui tandis que Coleman et Meywine s'entraidaient pour se relever.

- hahaha hahaha . Le voila, celui qu'il cherche ! L’élu des ténèbres est de retour, et la galaxie sera de nouveau plongée dans l'enfer ! Hurla Braum ayant perdu son masque, à genoux la bouche en sang. Il éclata de rire de façon démente, ses cris plein de folie résonant dans les oreilles des trois Jedi toujours remuer par le crash.


OooooooO


Dans un repaire sombre de la galaxie, la silhouette mystérieuse reposait sur son lit médical, ses mains osseuses attachées à des machines imposantes. Soudain, elle se réveilla brusquement et actionna les commandes du lit, faisant apparaître son serviteur vêtu de noir.

- Qu'est-il arrivé ? J'ai ressenti une perturbation ! Interrogea t-il, sa voix témoignant de sa santé fragile.

- Nos informateurs chez les syndicats Sornax et Dravenko viennent de nous faire savoir qu'une alliance entre ces deux groupes a été formée. Ils ont décidé de partager les primes, avec Sornax visant l'élu de la lumière et Dravenko nous livrant le petit Mirialan. Rapporta le serviteur.

- Les Jedi ont fuit jusqu'à une planète recluse des frontières extérieures, mais ils sont pris au pièges ils n'ont aucun moyen de s'échapper. Continua-t-il.

-Prévient-les de se montrer prudents. Ordonna la silhouette, tentant de se redresser avant de retomber dans son lit.

- Je ne tolérerai aucune blessure pour l'enfant. Ajouta-t-il, la fatigue se faisant toujours entendre dans sa voix.

- À vos ordres, maître. Acquisa avec respect le serviteur.

Dans le vide cosmique, des manigances ténébreuses menacent l'équilibre de la galaxie.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Lun 13 Mai 2024 - 21:30   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Valia et Katarn arrive sur Serenno ou il commence leurs enquete pour savoir ce qui est arrivé à Zain (introduction d'un nouveau groupe d'antagoniste dans ce chapitre). Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 13: Complot sur Serenno

Pour ne pas attirer l'attention des autorités de la planète, qu'il soupçonnait de manigancer quelque chose, et préférant éviter de s'approcher du château où les Jedi chercheurs menaient leurs fouilles, Katarn demanda à Harlow d’atterrir discrètement près de la mégalopole Serenno City, la capitale de la planète. Valia sortit du vaisseau et aperçut une porte mécanique à l'arrière qui s'ouvrait, laissant apparaître son maître à bord d'un speeder à deux places. Katarn l'invita à monter d'un geste de la main, la jeune Zeltrone s'exécuta. Durant le trajet, le spideur fila à toute allure, quittant très vite la ville pour les étendues verdoyantes qui faisaient la particularité de cette planète. L'angoisse de Valia montait à mesure qu'elle pensait à Zain et redoutait ce qu'elle découvrirait une fois arrivée au château. L'idée même de trouver le corps sans vie de son meilleur ami la faisait trembler de tout son être.

Katarn remarqua la tension de sa padawan et choisit d'intervenir. "Un Jedi doit se concentrer sur la tâche à accomplir, sans faire de suppositions. Il est essentiel de maîtriser ses émotions et de ne pas les laisser dicter nos actions", dit le maître Jedi d'un ton assuré. La jeune padawan acquiesça timidement d'un signe de tête et répondit d'un "Oui" discret.

-Lorsque tu manies le sabre, tu sembles calme et concentrée. Comment se fait-il que tu sois si émotive le reste du temps? Demanda Katarn à son élève.

Valia se perdit un moment dans ses souvenirs puis répondit d’une voix nostalgique et timide.

-Je pratique le maniement du sabre depuis que j'ai trois ans. Mon père m'a formée, c'est un ancien Chevalier Jedi. Nous passions beaucoup de temps à jouer ensemble, notamment au chevalier et au bandit avec des épées en bois. C'est ainsi que j'ai appris les bases, et c'est pourquoi je me sens à l'aise avec un sabre. Mon père me répétait toujours que le sabre d'un Jedi est avant tout un bouclier pour protéger les autres, mais que pour protéger les autres, on doit savoir se protéger soi-même.

À la mention du père de Valia, Katarn leva les sourcils surpris comme s’il venait de comprendre une évidence.

- Bien sur Tu es la fille du prince Korin Altar ! Je me souviens de lui, il était deux ans devant moi à l'académie. Un Zeltron avec sa chevelure blonde et ses cornes majestueuses, signes de la lignée royale. Je me disais bien qu'à part les membres de la famille royale, les Zeltrons n’avaient pas de corne. bien sur, le fameux Korin, toutes les filles étaient folles de lui, le Grand Maître aussi, même si elle n'a jamais voulu l'avouer. À l’époque, sa popularité m’énervait, du coup un jour je l'ai défié en duel et il m'a mis une sacrée raclée. Il devient quoi ?L’interrogea Katarn, curieux de savoir ce qui était devenu son ancien rival.

-Mes parents se sont séparés quand j'avais douze ans. Je crois que c'est en partie à cause de moi. J'ai dit à mon père que je ne voulais pas suivre la voie des prêcheurs mais celle des chevaliers, il a pris mon parti, cela a déclenché des disputes avec ma mère à propos de mon éducation dans la tradition Laurine. Finalement, ils ont décidé de se séparer et depuis on ne me laisse plus le voir aussi souvent que j'aimerais. Il est maintenant le chef de la garde royale de Zeltros. Le ton de Valia avait changé durant sa réponse, Katarn détecta une pointe de tristesse et de honte quand elle lui répondit.

-Les Zeltrons, vous êtes une société matriarcale où ce sont les femelles qui détiennent le pouvoir et où les princes sont mariés pour assurer les bonnes alliances politiques. Tu es maintenant assez âgée pour te douter que le mariage de tes parents a été arrangé par la famille royale et la famille Laurine, qui sont les deux plus puissants clans de ta planète. On ne peut pas faire plus prestigieux, tu es à la fois une princesse et la future voix des Jedi. Mais avoir un mariage arrangé n’est pas la meilleure base pour une relation saine. Donc, crois-moi, tu n'as rien à te reprocher. Dit Katarn, cherchant à réconforter Valia.

-Parfois, certaines choses ne marchent pas. Notamment les mariages, je m'y connais, le mien était un désastre. Ajouta-t-il avec un rire amusé.

-Vous !! Marié ? Lâcha Valia, incrédule.

Toujours avec un sourire, le Jedi raconta.

-Oui, je sais, c'est difficile à croire, avec ma dégaine de rat d'égout. J'étais jeune à l'époque, ça n'a duré que quelques mois, et on a failli se détruire mutuellement. Je pense que même si nous nous connaissons que depuis une journée, tu as déjà cerné ma nature quelque peu insupportable. Là encore, ce n'est pas la meilleure des attitudes pour avoir une relation sur le long terme.

Valia était choquée alors que le speeder continuait sa route vers une haute plaine. Elle se demandait quel genre de femme pourrait accepter de se marier avec Katarn ? Une Jedi peut-être ? Oui, les Jedi avaient une fâcheuse tendance à se marier entre eux. Il faut dire qu'entre les missions et la dévotion à l'ordre, il n’y avait qu’un Jedi pour comprendre un autre. Peut-être une contrebandière ? Ça expliquerait sa tenue et sa fourberie. Valia était sûre que son nouveau maître devait avoir la cote avec les personnages des bas-fonds de la société.

Puis une idée étrange lui traversa l'esprit : « le Grand Maître ». Valia chassa très vite cette absurdité. Non, pas le grand maître, c'était impossible. Pour Valia, le Grand Maître était une personne noble, belle et distinguée. L’exemple même de la féminité et de la raffinerie. Elle n’avait sûrement aucun lien avec ce Jedi garde de temple qui ne respectait guère les préceptes les plus basiques. Katarn devait être une ancienne connaissance. Le hasard l'avait mis sur le chemin d'Ahch-To, et le Grand maître lui avait demandé un service qui pourrait le faire entrer dans ses faveurs. Si ce Chevalier semblait vraiment se soucier du Grand Maître, c'était simplement par fidélité. Rien de plus normal, après tout, la chef du nouvel ordre Jedi était une personne charismatique et respectée par toute la galaxie.

Valia dévisagea son nouveau maître, pensant que plus elle le fixerait mieux elle résoudrait cette énigme qui s’était imposée à elle durant ce trajet. Il est vrai, se dit-elle, que le chevalier était bien bâti, grand et musclé. Cela se voyait que s'il négligeait de prendre soin de sa figure cachée par sa barbe épaisse et sa chevelure ébouriffée, ce n’était pas le cas de son corps. De plus, il devait avoir le même âge que le Grand Maître. « Non, pas encore cette histoire », se cria intérieurement Valia à elle-même. Mais un petit diable lui murmurait que certes, le Grand Maître était connu pour ses manières les plus droites, mais elle avait aussi un côté espiègle et rayonnant qui pourrait bien la rendre victime d’un chien mal léché comme Katarn. Les contraires s’attirent, et Valia n’avait jamais rencontré quelqu'un de plus contraire au Grand Maître que Katarn.La jeune fille était sur le point de pousser la discussion plus loin lorsque les tourelles du château de Serenno apparurent.

Ils étaient presque arrivés, et elle allait enfin savoir ce qui s'était passé à Zain.Le château des comtes de Serenno était une imposante demeure entourée d'un luxuriant jardin. Quatre tours soutenaient le grand palais. Autrefois, c'était la résidence fortifiée des rois de cette planète, qui utilisaient les tunnels secrets pour se déplacer jusqu'à leurs capitales. L'intérêt archéologique de ce lieu résidait dans ses tunnels secrets où se trouvaient les coffres où les comtes cachaient leurs trésors, notamment des textes et des holocrons regorgeant de détails sur l'histoire de la galaxie.

Au fil du temps, la majorité de ces tunnels se sont effondrés. C'est pourquoi le Nouvel Ordre Jedi envoya une mission de fouille et de restauration du château, une initiative que les autorités, désormais composées de parlementaires, ne voulurent pas prendre, car ce monument était pour eux un rappel du passé douloureux de leur planète.

Valia s'attendait à découvrir les vestiges d'une bataille féroce, comme dans son cauchemar, mais il n'en fut rien. Le lieu semblait intact, cependant, elle ne put s'empêcher d'avoir un mauvais pressentiment. Katarn sortit rapidement du speeder et se dirigea vers une tente à proximité d'une tranchée creusée, indiquant la présence de chercheurs dans les environs. Une fois sur place, il se mit à fouiller frénétiquement l'herbe du pied, faisant des allers-retours entre les murs extérieurs qu'il examina avec les mains et la tente comme s'il cherchait quelque chose avec fébrilité.

La jeune apprentie décida de se fier à la Force et l'utilisa pour scanner le château à la recherche d'un signe de vie. Mais, elle ressentit un profond désarroi en ne détectant rien.

Le maître Jedi, maintenant à quatre pattes, suivit une trace jusqu'à dans la tranchée. Il se releva subitement et appela Valia d’un cri dur

-Viens, On part.

Avant qu'elle ne puisse émettre la moindre objection, Katarn avait déjà "Démarré son spideur. Dès qu'elle monta, il accéléra frénétiquement, manquant de peu de la faire chavirer de bord. Valia voulut demander pourquoi cette précipitation alors qu'ils venaient à peine d'arriver, mais le chevalier la devança.

-Il y a eu une bataille près des tranchées et on a voulu le masquer. Ça vient d'être fait, pas plus tard que quelques heures. Si on tombe sur nous ici, on sera cuit, c'est pour ça qu'on repart. On va prévenir le Grand Maître", dit Katarn inquiet, regardant les alentours comme une proie qui craignait d’être le viseur d’un prédateur.

Valia fut surprise par les capacités de discernement et le calme dont fit preuve son maître. En quelques minutes seulement, il évalua la situation et en tira plusieurs conclusions. Son estime pour lui grandit, elle commença à penser que derrière l'apparence de mercenaire et le comportement de malfaiteur se cachait bel et bien un chevalier Jedi aux compétences hors du commun. Elle n'hésita pas à lui demander :

- Comment avez-vous déduit tout cela, Maître ?

- Ils n'ont pas eu le temps de replanter l'herbe, ils l'ont juste peinte. Mais les traces de sang et de brûlure des speederbikes sont toujours là. Il y en avait plusieurs, certains venaient du sud, d'autres circulaires, preuve qu'ils ont encerclé la tranchée, et d'autres qui vont vers la ville mais qui ne sont pas les nôtres. Ils ont poursuivi quelqu'un ou plusieurs. Le mur extérieur du château est criblé de tirs de gros et petit calibre, et ils viennent juste de les reboucher. Répondit Katarn toujours à l’affût du moindre danger. Il continua avec un ton plus grave : "Il y a des traces de cendres dans la tranchée. Et j'ai trouvé ça enterré.

Le Jedi sortit de son manteau un sabre blaster, l'arme des Jedi chercheurs. Valia saisit avec angoisse l’arme et l'alluma, un soulagement la parcourut quand elle vit que la lame laser était verte et non bleue comme celle de Zain. Il y avait encore une chance qu'il soit en vie.

Le spideur retourna rapidement près de Harlow. Les deux compagnons se précipitèrent à l'intérieur dans l'espoir de contacter le Nouvel Ordre Jedi afin de faire leur rapport au Grand Maître.

Une fois à l'intérieur, Katarn ordonna d'une voix vive à son vaisseau d'appeler le temple, mais il reçut immédiatement une série de bips inquiétants.

Le Jedi réalisa la situation et déclara à son apprentie :

- Ils ont mis les communications extra-planétaires sous surveillance. Harlow peut sentir quand ses comm sont sur écoute. Si on appelle le temple, on risque d'être découverts et de leur donner la chance d'effacer davantage leurs traces.

- Maître, qu'est-ce que tout cela signifie ? Je n'arrive pas à trouver un sens à tout ce qui se passe", demanda Valia, étourdie par Katarn qui faisait les cent pas devant tout en se tenant la barbichette.

- Pour mettre les communications sous surveillance, il faut être un haut gradé de l'armée de Serenno. Si je me souviens bien de mes cours d'histoire à l'académie, Serenno était le fief des séparatistes lors de la guerre des clones. À leur retour dans la République, bien que cette dernière ait laissé ses planètes membres développer leurs propres armées locales, ils ont quand même placé des bases militaires sur les anciens lieux d'insurrection pour s'assurer de leur loyauté. En tout cas, les traces de blasters indiquent un gros calibre, comme ceux de l'armée. Et le fait qu'ils se hâtent d'effacer les traces est le signe qu'ils s'attendaient à être découverts plus rapidement que prévu. Voici ce que je pense : quelqu'un leur a échappé et ils ont eu peur qu'il donne l'alerte. Expliqua le Jedi.

Valia sentit l'espoir renaître en elle. Si quelqu'un avait pu échapper à l'attaque, c'était peut-être Zain. Il s'était peut-être caché et attendait que des secours viennent le chercher. Elle se rappela son cauchemar mais ne se souvint pas d'avoir vu des soldats dedans, ce qu'elle mentionna à Katarn. Elle se rappela son cauchemar mais ne se souvint pas d'avoir vu des soldats dedans, ce qu'elle mentionna à Katarn.

- Maître, il n'y avait pas de soldats dans mon rêve. Je les aurais reconnus à leurs uniformes. Je me souviens juste d'une bande de mercenaires avec un acklay sur leurs vestes et trois silhouettes mystérieuses avec des armes laser étranges.

-C'est l'emblème du syndicat Dravenko ! Sursauta Katarn. Pourquoi ne m'as-tu pas dit ça avant ?

Valia, prise de panique par le reproche du chevalier, bégaya, ne sachant pas quoi répondre.

-Bon, passons. Certes, les membres du syndicat Dravenko sont redoutables, mais une attaque de cette envergure sur des Jedi et la mise sous surveillance des communications sont le signe d'un commanditaire bien plus puissant. Il est possible que des soldats se soient mêlés à eux au cas où des témoins gênants auraient pu assister à la scène. En tout cas, si nous partons maintenant pour donner l'alerte, nous risquons de condamner celui qui s'est échappé. Nous devons le retrouver rapidement. Conclut Katarn.

-Mais comment allons-nous procéder ? Nous n'avons aucune piste sur son identité ni sur son lieu de cachette. S'interrogea à haute voix Valia.

-Nous avons toi! Lui répondit Katarn avec un sourire en coin en la pointant du doigt. Tes visions nous ont amenés jusqu'ici, maintenant tu vas devoir nous guider.

-Je ferai de mon mieux, maître. Balbutia la padawan, incertaine. Mais je ne peux pas contrôler mes visions. Elles surviennent sans prévenir.

-Je ne te demande pas une nouvelle vision. Concentre-toi sur celle que tu as déjà eue, mais cette fois-ci, essaie de mettre de côté tes émotions. Reste calme et ne te laisse pas submerger par la peur ou l'incompréhension. Observe ce qui s'est passé et rapporte-moi ce que tu vois", lui indiqua Katarn d'un ton calme et déterminé.

-Je vais essayer, maître, mais je ne sais pas si j'en serai capable. Zain est mon meilleur ami, et l'idée de le voir souffrir me terrifie.Répondit Valia avec un air toujours tremblant, traduisant son manque de confiance en ses capacités.

-Fais ou ne fais pas, il n'y a pas d'essai", commanda le Jedi d'un ton sérieux, fatigué par l’indécision de la jeune Zéltrone, puis il ajouta avec amusement.

-C'est une citation que j'ai lue il y a longtemps, je crois que ça vient de maître Obi-Wan Kenobi !

-C'est maître Yoda, ancien grand maître de l'ordre Jedi. Corrigea la padawan.

-Ah oui, c’est vrai ! Celui qui n'a même pas pu détecter un Seigneur Sith qui vivait juste à côté du grand temple Jedi. Alors, on ne va pas trop se fier à ses paroles.Rétorqua le maître avec son fameux ton sarcastique. Il continua plus formellement.

-Mais sur ce point, il avait raison. Dire qu'on essaie, c'est déjà admettre la possibilité de l'échec. Tu dois être résolu, utilise ton entraînement au sabre comme base. Commence par te mettre en position de méditation et ferme les yeux. Sois calme et attentive comme quand tu manies ton épée. Concentre-toi sur la Force. Ne laisse pas la peur te dominer, dis-toi que ce que tu fais, tu le fais pour sauver ton ami. Dit Katarn, encourageant Valia.

Valia écouta les conseils de son maître, lui rappelant ceux de son père quand ils passaient des après-midis entiers à s'entraîner ensemble dans l'arrière-cour de leur demeure. Elle adopta la position de méditation en croisant les jambes tout en fermant les yeux. Les souvenirs de son cauchemar refirent surface, les images et les cris troublants. Malgré sa nervosité, le soutien de Katarn la réconfortait. Elle comprit qu'elle n'était pas seule dans cette épreuve et qu'elle pouvait compter sur lui. Finalement, elle expulsa les pensées noires de son esprit et se concentra de tout son être sur la Force tout en se répétant qu'elle veut sauver Zain.

Tout à coup, en ouvrant les yeux, la jeune Jedi se trouva debout devant la tente des chercheurs, dans le château des comtes de Serenno qu’elle venait de quitter il n’y a pas longtemps. La seule différence, c’est qu'il faisait nuit, dans la tranchée, plusieurs projecteurs avaient été placés, quelques chercheurs s'affairaient aux fouilles. Elle pénétra dans la tente et vit Zain aux côtés de la Jedi chercheuse Mika Zoras, examinant ce qui semblait être une boîte à bijoux.

Katarn lui murmura pour ne pas la déconcentrer, de décrire ce qu'elle voyait. Valia débuta sa narration.

-Je vois Zain avec Maître Zoras ! Ils sont en train d'examiner une sorte de boîte à bijoux. Maître Zoras demande à Zain d'utiliser sa psychométrie pour déterminer l'origine de la boîte. Zain se concentre. Vous savez, même si c'est un don héréditaire, il a toujours eu un peu plus de mal que les autres membres de sa famille à l'utiliser.

Elle marqua une pause avant de reprendre.

-Attendez, j'entends des cris ! Ils sont en train de sortir de la tente. Je les suis. Oh, des mercenaires en spideurbike les ont encerclés ! Ils tirent sur les chercheurs qui sont dans la tranchée. Maître Zoras a dégainé son sabre, les autres chercheurs aussi. Ils sont en train de se battre. Je ne vois plus Zain !

-C'est rien. La rassura Katarn. Reste sur Zoras. Que se passe-t-il ?

-Elle et les chercheurs sont en train de mettre en déroute les mercenaires. Mais il y a des victimes. Beaucoup.Vous aviez raison, certains mercenaires ont des blasters lourds identiques à ceux de l'armée. Les tirs viennent de partout. Attendez, attendez ! Je vois un vaisseau qui survole la zone. Il est de taille moyenne, et sa porte arrière s'ouvre. Oh, oh, deux créatures ont sauté dans la tranchée, une troisième a déployé des ailes et fonce sur le reste des chercheurs qui viennent de sortir du châtea. Raconta Valia, effrayée par les scènes dont elle était témoin.

-Décris-les !!! Cria Katarn.

Valia continua à observer la Jedi Mikianne qui se lançait au cœur de l'action. Puis elle rapporta.

-Les spiderbikers se retirent. Des cris résonnent depuis la tranchée. J'entends des tirs et distingue une lueur rouge. La créature ailée est désormais au sol, elle a activé une sorte de faux-laser rouge. C'est similaire à nos sabres, mais en forme de faux. Je n'en ai jamais vu de pareil. Des chercheurs se sont rassemblés pour l'attaquer. Oh non, il les a découpés d'un coup.

-Je t'ai demandé de décrire leurs caractéristiques physiques. Lui ordonna Katarn avec insistance.

Valia s'exécuta.

-Oui, désolée. C'est une créature humanoïde fine avec des ailes membranaires, sa peau est noire, des plumes rouges sur le crâne et il a les yeux perçants. Il porte une armure noire, et il est très agile et rapide grâce à ses ailes, les chercheurs n'arrivent pas à le toucher.

Les deux autres ont surgi de la tranchée. Ah, il y en a un que je reconnais. C'est un Togorien. Ce sont des félins humanoïdes, bipèdes, avec des griffes rétractables, des oreilles pointues et des mâchoires puissantes. Il y en avait un dans ma classe. Mais celui-ci est différent. Il est très grand et large, et sa peau est blanche. Il porte une armure noire comme l'autre et tient dans ses mains une grande hache laser. Il est fort, très fort. Encore une arme que je n'ai jamais vue. Il a envoyé en l'air une dizaine de chercheurs.

Elle marqua une nouvelle fois une pause, pour garder sa concentration puis continua.

-Voilà le dernier, il est vraiment étrange. Son corps semble être une fusion entre l'humanoïde et le serpent, ce qui le rend impressionnant. Sa partie supérieure, humanoïde, est entièrement cybernétique, avec quatre bras, chacun équipé de canons blaster, et il tire des mini-missiles de son torse et de son dos. Sa tête présente un axe central et une petite bouche, avec deux paires d'yeux rouges également cybernétiques de chaque côté. Sa partie inférieure est une longue queue de serpent grise. Il semble insensible aux attaques et se faufile habilement entre les chercheurs.

-Dis-moi ce qui se passe maintenant," dit Katarn essayant d'être intrigué par les informations que sa padawan lui donnait.

Valia, d'un ton apeuré.

-À eux trois, ils ont pratiquement massacré tout le monde. Il y a un chercheur qui leur demande ce qu'ils veulent. Le Togorian est en train de l'étrangler. Attendez !!! il vient de lui parler, il a dit : 'La boîte.' Le chercheur lui indique la tente de la main. Zoras l'a entendu, elle se précipite vers la tente.

-Oh !!!! s’étonna la Jedi, je vois Zain, il est revenu avec un spideur, il rentre de l'autre côté de la tente.Je suis avec eux dans la tente. Zoras dit à Zain qu'ils veulent la boîte et qu'il doit la prendre et s'enfuir, qu'elle va le couvrir. Il sort de l'autre côté de la tente, prend son spideur et fonce. Poursuivit-elle.

-Reste avec Zoras, ne suis pas ton ami. La supplia Katarn.

-Même si je le voulais, je ne pourrais pas. Je n'arrive plus à bouger; Indiqua Valia. Les trois entrent dans la tente. Zoras a voulu attaquer le Togorian, mais le serpent a tiré une fléchette sur elle. Elle est tombée. Ils sont immobiles maintenant. Elle leur crie dessus, elle demande qui les a envoyés. Ils ne répondent pas, ils la fixent sans bouger. 'Quoi ? !!,' une humaine entre dans la tente, elle a un masque sur le visage, mais je peux dire que c'est une femme grâce à sa silhouette et ses cheveux longs qui dépassent. Elle porte le même genre d'armure que les autres. Les trois se mettent derrière elle. Elle interroge Zoras, lui parle de Zain, demande où va-t-il. Zoras refuse de répondre.Oh NON!!!!!

Valia ouvrit les yeux et prit une grande respiration. Elle posa les mains sur son cou comme pour vérifier que sa tête était toujours attachée à son corps. Elle regarda son maître et ajouta les larmes aux yeux.

-Ils l'ont décapité !

Katarn se rapprocha de son apprentie et posa une main bienveillante sur son épaule, la félicitant.

-Tu as été remarquable, Valia. Grâce à toi, nous avons pu comprendre ce qui s'était passé. Repose-toi maintenant.

-Zain ? Nous ne savions pas où il était. Sanglota Valia, toujours bouleversée .

Malgré les protestations de son maître et son état de fatigue émotionnelle, elle décida de se re-concentrer. Fermant les yeux et se concentrant farouchement sur la Force, elle se plongea dans sa méditation, mais cette fois-ci, quelque chose clochait. Une vague de douleur la parcourut. Lorsqu'elle les rouvrit, elle se retrouva attachée sur une croix dans une sombre salle. En voyant la couleur de peau de ses mains et sa silhouette, elle réalisa que ce n'était pas elle, mais le corps de Zain qu'elle habitait, partageant sa vision. Devant eux se trouvaient deux Mythrols, des amphibiens bleus ornés de branchies, vêtus de vestes arborant un Acklay sur les manches, un mâle et une femelle. Le mâle s'approcha, le visage menaçant, et interrogea Zain sur la boîte qu'ils recherchaient. Face au silence de Zain, le Mythrol le frappa violemment avec un bâton électrique, provoquant une convulsion chez Valia. Alors que Zain perdait connaissance, leur lien mental se brisa. Valia, sur le point de s'évanouir elle aussi, se retrouva entre les bras de Katarn et murmura

- Dravenko a Zain, ils l'ont capturé. Avant de tomber dans l'obscurité.



OooooooO




Dans un repaire sombre de la galaxie, la silhouette mystérieuse était maintenant assise sur un trône noir, son serviteur à ses côtés, quand un hologramme s'alluma.

- Nous vous saluons, Maître. Dit avec sa voix métallique une figure masquée aux cheveux bruns qui émergeaient de son masque, derrière elle se tenaient les trois créatures du rêve de Valia.

- Alors, tu as accompli ta mission, Darth Kachina ? Questionna la silhouette mystérieuse.

Darth Kachina était le nom de cette manipulatrice du côté obscur, elle répondit d'un ton fuyant :

- Nous avons détruit les Jedi Chercheurs sans problème, Maître.

- Ce n'est pas ce que je t'ai demandé ! Réprimanda la mystérieuse silhouette son acolyte avec fureur. "Je t'ai demandé si vous avez retrouvé la bague des comtes de Serenno !

D'un ton apeuré, la Sith rapporta

- Lors de l'assaut du château, un Padawan chercheur s'est échappé avec la boîte contenant la bague. Nous l'avons poursuivi en ville et l'avons capturé, mais la boîte était introuvable. Nous l'avons conduit au repaire des Dravenko. Il ne tardera pas à révéler où il l'a dissimulée, je vous le garantis.

- De tous mes soldats, tu es celle qui a le plus à perdre en me décevant. Rappelle-toi ce que je t'ai pris et ce que je t'ai promis en retour pour cette mission. Mais surtout, garde en mémoire les conséquences désastreuses pour toi en cas d'échec. Va, maintenant. Menaça la silhouette obscure.

- A vos ordres, maître. s'inclina Darth Kachina.

La communication coupa. La Sith entra dans la pièce où Zain était attaché, elle s'avança pressée sous le regard méfiant des Mythrols qui reculèrent. Elle posa sa main sur la tête du Padawan chercheur toujours évanoui et déclara

- Maintenant, tu vas me dire où tu as caché cette maudite boîte.Instantanément, une vague de douleur la traversa, comme si elle avait heurté un mur, un mur composé de millions de souvenirs. Kachina elle-même fut prise de vertige et se laissa tomber par terre.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Jeu 16 Mai 2024 - 22:52   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Le groupe des trois Jedi se retrouve sur une planète inconnu ou ils commencent l’ascension des piques montagneux à fin de trouver de l'aide.(Chapitre révélation de l'identité du vrai antagoniste de l'histoire) Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 14: Révélation dans les piques

Sédu, après s'être penché sur le petit corps inerte d'Elio et l'avoir examiné, sentit son cœur battre. Il se retourna pour faire face à Meywine et Coleman. Avec un soupir de soulagement leur annonçant la bonne nouvelle

– Elio est vivant ! Il est juste inconscient !

Ses deux amis avaient des visages empreints d'inquiétude, tandis que Braum, ne cessait de rire frénétiquement. Agacé par l'attitude du Jedi renégat, Coleman lui asséna un violent coup de poing au visage. Il s'apprêtait même à le rouer de coups quand Meywine s'interposa.

– Détache-le ! Ordonna-t-elle d'un ton ferme. On n'a vraiment pas le temps pour ça. On doit se mettre en marche, les syndicats ne vont pas tarder. – Je te le répète, tu as besoin de nous si tu veux rester en vie. Tu vas nous suivre gentiment, sinon c'est moi qui vais m'occuper de ton cas. Lança-t-elle avec un ton plein de menace au Nautalon

Braum, avec un regard démoniaque, ajouta

– Oh, mais je vais vous suivre. Je ne raterai ça pour rien au monde. Je vais peut-être mourir, mais je veux vous voir souffrir avant de rendre l'âme

Au vue de l’humeur de l'héritière Brightstar, Coleman s'exécuta, mais se menotta immédiatement au prisonnier, tandis que Sédu portait Elio sur son dos. Le groupe sortit du transporteur. Une grande montagne se dressait devant eux. Meywine prit sa direction avec conviction, alors que ses deux compagnons semblaient perplexes.

– Pourquoi allons-nous dans cette direction, Meywine ? Demanda Sédu.

– Pendant notre chute, je n'ai pas lâché le radar des yeux et j'ai mémorisé l'endroit où il signalait une présence intelligente. C'est dans ses pics là-haut. Cela tombe bien, ils nous serviront comme couverture naturelle. Par contre, il va falloir courir si on veut mettre de la distance entre eux et nous. Répondit Meywine avec clarté

Le trio entama son ascension dans une course effrénée, avec Coleman en queue de peloton, obligé de suivre le rythme imposé par Braum, qu'il pensait délibérément ralentir. Pendant toute une demi-journée, ils gagnèrent du terrain, suivant la Jedi qui ouvrait la marche. Sédu remarqua que le petit Elio sur son dos s'était réveillé, il tourna la tête et lui offrit un sourire rassurant. Le jeune enfant ne semblait pas souffrir, mais affichait quand même un air triste dans la vue aurait fondit le cœur de n’importe quelle personne qui le croiserait. Sédu décida de le réconforter

– Ne t'inquiète pas, tout va bien se passer. Tu ne cours aucun danger. Regarde, nous sommes en train de grimper cette montagne, puis nous trouverons des gens pour nous aider. Tout ira bien, tu rentreras vite chez toi.

– Je n'ai plus de chez moi. Les gens en noir ont pris ma maman et mon papa. Rétorqua Elio toujours la mine désolée, rempli de chagrin. Cette révélation brisa le cœur de Sédu, faisant remonter en lui des souvenirs douloureux de son enfance, lorsqu'il avait été séparé de sa propre famille par un mercenaire avide de ses compétences. Incapable de trouver les mots adéquats, il tenta néanmoins de continuer de réconforter l'enfant.

– Je suis convaincu qu'ils vont bien et qu'ils t'attendent. Murmura-t-il doucement.

– Les gens en noir m'ont dit que ce n'était pas la peine de m'enfuir, qu'ils étaient morts et que je ne les reverrais jamais. Que bientôt, j'aurai un nouveau père. Dit Elio continuant à raconter ses malheurs.

Ces paroles glaçantes firent frémir le jeune Jedi. Il ressentit une colère sourde envers ceux qui avaient fait subir de telles atrocités à ce petit être innocent. Mais il s'efforça de garder son calme pour apaiser Elio.

– Quoi qu'il en soit, ne t'en fais pas. Nous te protégerons et nous te ramènerons là où tu seras en sécurité, je te le promets, parole de Jedi.

– Est-ce que les Jedi sont mauvais ? Les gens en noir m'ont dit que je les aiderais à les vaincre. Demanda l’enfant timidement.

– Non ! Lui affirma Sédu. Les Jedi ne sont pas mauvais. Au contraire, les Jedi sont les protecteurs de la vie, de la paix et de la justice dans la galaxie. Ne crois pas tout ce que les gens en noir t’ont dit. Ils cherchaient à te manipuler.

– Oui, je le savais ! Ce sont eux les méchants. C'est eux qu'on doit combattre ! Déclara Le petit Mirialan fièrement.

Les paroles d'Elio émurent Sédu. Il décida de lui poser d'autres questions .

– Tu sais ce qu'ils voulaient, les hommes en noir ?

– Non, au début, il y avait des gens riches qui sont venus chez nous. Ils n'arrêtaient pas d'embêter mon papa, je les ai vus lui donner des crédits, mais il n'a pas voulu les prendre. Puis un jour, quand j'étais avec ma maman à la maison, j'ai entendu des cris et elle m'a caché dans l'armoire, mais les gens en noir m'ont trouvé. Ils m'ont emmené dans un grand vaisseau, comme celui qui rassemble les colis à l'astroport, et après j'étais dans la mine. Et là, j'ai vu ton amie… Le petit continua le reste de l'histoire que Sédu connaissait déjà.

Pour le jeune capitaine de mission, il était clair que cet enfant ne comprenait pas ce qui lui était arrivé.Il n’était qu’une nouvelle victime dans les machinations sordides de groupe mystérieux cherchant à exploiter ceux au don extraordinaire. Ayant lui-même passé sept ans dans les arènes, à lutter pour sa survie jusqu'à ce que la Force lui envoie Haris Brightstar pour le sauver, Sédu était persuadé maintenant que la Force à son tour l'avait choisi pour venir en aide à cet enfant. Il voulait éviter au petit de vivre les mêmes souffrances que lui. Cette mission s’est transformé dans son esprit en serment de sauver tous les êtres qui se retrouvaient arrachés à leurs foyers par des fanatiques ou des brigands qui voulaient exploiter leurs talents. Elio était le premier de ses enfants, avec lui commence une nouvelle quête pour Sedu pour rendre la galaxie plus sûre et juste pour ceux incapables de se défendre. La pluie commença à tomber, rendant le terrain rocheux glissant et boueux. Ils devenaient de plus en plus difficiles à avancer sous cette averse. Sédu entendit le petit ventre du Mirialan gargouiller. Il se rappela qu'il n'avait rien mangé depuis deux jours à présent. Accélérant la cadence pour rattraper Meywine qui ouvrait la marche, il lui proposa

– Je crois qu'on devrait faire une pause. Afin de se réhydrater et de trouver quelque chose à manger.

– Avec ce temps, c'est notre chance de mettre une vraie distance entre nous et les syndicats. Eux qui ne connaissent que les Spideurbike n'ont pas les capacités physiques pour ses pics rocheux et la pluie va les ralentir encore plus. Conseilla Meywine, toujours soucieuse de la sécurité de son groupe.

Sédu acquiesça, mais campa sur sa position

– Je suis d'accord, mais nous aussi, nous atteignons nos limites. Si nous ne prenons pas de pause, nous risquons de perdre notre lucidité et de ne pas anticiper les dangers.

Au moment où Sédu répondit, Coleman, derrière, trébucha sur une pierre et s'effondra dans la boue, entraînant avec lui son prisonnier menotté. Face à cette situation, Meywine, n'ayant d'autre choix, décida de suivre la suggestion de Sédu. Après un bref examen de la région, elle repéra une petite grotte en hauteur qui servirait de refuge pour la nuit. Elle désigna l'endroit à ses deux compagnons

– Coleman, Sédu, allons nous réfugier là-bas pour la nuit.

Une fois la grotte atteinte, la Jedi entra la première pour inspecter les lieux et s'assurer qu'il n'y avait aucun danger. Elle constata que la grotte était vide et suffisamment spacieuse pour que le groupe y tien sans se serrer. Invitant ses amis à la rejoindre, Coleman trouva dans les parois un espace auquel il pourrait faire passer la main de Braum pour l'attacher à l'autre. Soulagé enfin d'avoir de nouveau sa main libre. Pendant ce temps, Sédu déposa délicatement Elio sur le sol.

– Reste ici. Lui indiqua-t-il. Elio s'agrippa à sa robe de Jedi pour lui signaler qu'il ne voulait pas être séparé de lui. Tendrement, Sédu lui chuchota

– Je reviens, je vais chercher de l'eau et essayer de trouver quelque chose à manger.

Le Mirialan acquiesça d'un geste de tête et accepta de rester gentiment assis à attendre son sauveur. Sédu se dirigea vers les deux autres qui étaient déjà en pleine discussion à l'entrée de la grotte. Coleman résumant la situation.

– Nous n'avons pas eu le temps de prendre nos sacs donc pas de nourriture, je n'ai qu'une barre sucrée sur moi. La nuit approche et il risque de faire froid, mais nous ne pouvons pas faire de feu pour ne pas attirer l'attention. Ça se présente mal, très mal.

Après un court instant où le trio se dévisageait attendant chacun que l’autre trouve une solution miracle pour leur sortir de ce traquenard. Meywine proposa deux stratégies.

– Les rangers ont probablement déjà alerté le temple. Le grand maître enverra la cavalerie. Les syndicats, eux, nous enverrons des troupes au sol, mais ne resteront pas en orbite pour ne pas alerter la flotte Jedi. Nous devons donc trouver un moyen de contacter nos forces pour signaler notre position. Nous avons deux options : soit avancer pour trouver de l'aide auprès des habitants de cette planète, soit tendre une embuscade aux syndicats et prendre leurs communicateurs.

– Une autre bataille ? Nous ne sommes pas au meilleur de notre forme, et cela représenterait un gros risque. Nous ne connaissons ni leur nombre ni leur puissance de feu. Avancer semble être la meilleure solution. Même si les habitants de cette planète n'ont pas de communicateurs longue distance, ils peuvent au moins nous offrir de quoi regagner des forces. Ensuite, nous pourrons envisager de passer à l'attaque. Dit Sedu.

Coleman lui regardait son capitaine avec un air de mépris comme si la décision de son capitaine d’avancer l’offenser personnellement.

– Ils doivent déjà savoir dans quelle direction nous nous dirigeons grâce à leurs propres radars. S'ils nous rattrapent à découvert, ce sera fini pour nous. Ce qu’il faut faire plutôt c'est de les attendre ici. Quand ils arriveront, nous réglerons nos comptes. L'élément de surprise est de notre côté, ils ne s’imagineront pas à ce qu’on les attaque. Non, ils penseront que nous allons juste nous contenter de fuir jusqu’à l’arrivée de nos renforts. On a pas d'autre choix, il faut prendre notre destin en main, et leurs imposer le combat selon nos condition.

Meywine, gênée de prendre le parti de Coleman, déclara.

– Je suis plutôt d'accord avec Coleman. Si nous avions pu avancer plus rapidement, j'aurais été en faveur de continuer. Mais notre situation actuelle ne le permet pas. Le fait de traîner un prisonnier nous fait perdre trop de temps. D'ici, nous pouvons les voir venir et mettre en place une embuscade qu’ils ne verront pas venir.

Sédu, habituellement plus calme, commença à perdre son sang-froid en haussant la voix.

– Alors laissons Braum ici et continuons à nous trois, je porterai Elio. On avancera plus vite.

– Braum EST la mission. Je ne rentrerai pas sans lui ! Affirma Coleman en montant également le son de sa voix, prêt à défier quiconque se mettra sur le chemin de sa gloire.

– Arrête avec ton ego et tes idées de grandeur. Redescends un peu, c’est la réalité pas un jeu. La mission a échoué, il est temps de changer de plan. Notre priorité est de survivre et de sauver Elio. Cria Sedu rempli de colère sur son ami.

– La mission reste la même, on nous a confié une tâche et je compte bien l'accomplir. Quitte à tout sacrifier. Riposta Coleman se rapprochant de Sédu de tout son poids avec un regard intimident.

Sédu lui ne pouvait croire les paroles de son camarade, il lança d'un ton furieux

– Tu parles comme un chasseur de prime, tu ne penses qu'à toi. Nous sommes des Jedi, nous protégeons ceux qui ne le peuvent pas. As-tu oublié notre propre histoire, d'où nous venons ? Ou peut-être, tu veux marcher dans les pas de ton père !!!.

À cette accusation, Coleman perdit toute raison et s'apprêtait même à sortir son sabre lorsque Meywine les fustigea d'un regard d’une force glacial qui figea ses deux compagnons sur place. Son aura écrasante remplissait la grotte en signe d’avertissement, et après s’être assurée que ses deux amis s'étaient calmés, elle prit la parole.

– Peu importe ce que Coleman et moi pensons. Sédu, en tant que capitaine de cette mission, c'est à toi que revient la décision. Et toi Coleman, ton premier devoir est de soutenir ton capitaine. Si tu as des désaccords, mentionne-les dans ton rapport au conseil. Mais jusqu’à notre retour sur Scarif c’est Sédu qui décide, resteà ta place.

Devant se déferlement de puissance que Coleman savait au combien impossible à rivaliser, il avala sa salive tout en baissant la tête, les remontrances de Meywine n’étaient pas fausses, d’un point de vue purement technique le code Jedi donne au capitaine d’équipe ou au maître les pleins pouvoir durant une mission. Face à un autre capitaine, il n’aurait pas eu le droit d’exprimer son opinion, en tout cas pas avec autant d'insubordination, mais comme c’était son meilleur ami, il avait abusé de leur lien pour se faire entendre.

– Effectivement, la décision me revient, et je choisis de poursuivre vers le village. Dit Sedu d’une voix posée, signe qu’il avait repris son calme. Voyant Coleman baisser la tête, sachant que lui aussi avait fauté en mentionnant son père, Sédu ajouta

– Braum nous accompagnera également. Nous ferons de notre mieux pour mener notre mission à terme.

Après un échange les yeux dans les yeux entre les jeunes hommes, ou sans me le dire les deux s’étaient demandés pardon du regard, Sédu se dirigea vers l'extérieur, prit une grande feuille et utilisa la Force pour rassembler suffisamment de gouttes de pluie pour en faire une bonne bouchée. Pendant ce temps, Coleman sortit sa barre sucrée qu'il avait gardée dans sa ceinture Jedi et la tendit au jeune Mirialan. Sous le yeux rempli de tendresse d'affection de Meywine, Ce geste apaisa définitivement la tension dans la grotte, laissant place à la quiétude de la nuit.

Les trois Jedi se tenaient proches au fond de la grotte pour se réchauffer. Bien qu'ils n'aient rien avalé, ils étaient suffisamment hydratés grâce à la pluie. Meywine avait donné à boire à Braum, et bien qu'il ne l'ait pas montré, il semblait aussi avoir satisfait sa soif. Elio s'endormait paisiblement, sa tête reposant sur leurs genoux de Sédu qui se tenait à gauche du groupe, alors que le trio faisait face au Jedi renégat. Coleman rompit le silence qui s'était installé depuis un moment et demanda au prisonnier

– Donc, ce que tu déblatérais tout à l'heure dans le transporteur, ça voulait dire quoi ?

– Eh bien, au moins, toi, tu oses poser la question au lieu de faire semblant de n'avoir rien vu ni entendu comme les deux autres. Tu sais, je crois que tu es celui que je préfère dans ce groupe. Tu es direct, franc, brut, c'est rafraîchissant. C'est mieux que le reste des Jedi qui se la jouent omniscients, mais en réalité ne savent rien. S’exclama Braum arborant un sourire narquois.

Il poursuivit avec un rire sinistre

– En revanche, même si j'ai renié le nouvel ordre, je garde mon honneur. Si tu veux des informations, tu devras venir me les faire cracher.

– Pas besoin de te faire cracher quoi que ce soit. Quand tu as grandis comme chez les Brightstar, tu apprends quelques astuces en matière d'interrogatoire, comme fouiller la mémoire de quelqu'un grâce à la Force. Dit Coleman avec un sourire en coin.

Le Nautalon abandonna son sourire arrogant pour une expression inquiète, pendant que le Jedi levait la main pour scruter son esprit. Meywine intervint soudainement pour le stopper.

– Je vais m'en charger, je suis la plus compétente dans cette technique.

Elle plongea profondément dans l'esprit de Braum, qui se débattait comme pour chasser un insecte agaçant. Meywine, les yeux fermés, se concentrait intensément. Elle semblait explorer les méandres de la mémoire du renégat, et plus elle avançait, plus celui-ci se débattait vigoureusement. Braum fut pris par des convulsion qui ,puis soudainement, il s'immobilisa, lassant tomber sa tête dans le vide.

Sédu et Coleman sous le choque se tournèrent vers leur amie, qui venait de rouvrir les yeux et semblait ne plus savoir ou elle. S'il y avait une chose que Coleman et Sedu n'avait jamais vu sur le visage de Meywine c'était la peur. Après des années à la côtoyer, ils étaient persuadés qu'ils ne la verraient jamais. Il faut dire que Meywine n'était pas n'importe qui, elle est l'héritière de la famille Brightstar, descendante directe de la grande Rey, fille de la prophétie, Jedi la plus puissante du nouvel ordre. Mais ils se trompaient, cette nuit là dans cette grotte lugubre sur une planète inconnu, Meywine venait pour la première fois de faire l’expérience de la peur.



OoooooooooO


Dans un repaire obscur de la galaxie, la silhouette mystérieuse fouillait frénétiquement de ses mains squelettiques son lit lorsque son serviteur apparut devant lui.

– Comment puis-je vous aider, maître ? Lui demanda-t-il.

– Mon masque, où est mon masque ? Répéta la silhouette avec agoni.

– Le voici, maître. Lui indiqua son serviteur, tendant un masque noir orné d'accents de rouge vif, avec des lignes angulaires et des motifs ciselés.

Le serviteur frissonna en le touchant. La silhouette mit le masque sur son visage et se redressa.

Le serviteur, toujours sur un ton soumis, déclara

– C'est l'heure de votre dîner. Maître.

Il claqua des mains, et une porte fit son apparition, éclairant faiblement la pièce. Deux hommes vêtus de noir firent leur entrée accompagnée de deux enfants : un garçon tusken et une jeune fille Twi'lek. Les hommes poussèrent les enfants jusqu'au lit où se tenait la silhouette.

– Approchez, mes enfants, approchez. Aujourd'hui, vous connaîtrez l'absolution! La silhouette les invita.

Les deux enfants semblaient pris de panique, mais demeuraient immobiles. Ils observèrent la main squelettique sortir de la manche de la robe, tendue vers eux. Là main se transforma comme un aspirateur qui avalait une aura de force émanant des enfants qui dans leurs regards se voyaient incompréhension la plus total .

En quelques secondes, les enfants disparurent, ne laissant derrière eux que leurs vêtements abandonnés sur le sol. La main, autrefois squelettique, paraissait maintenant revigorée. La silhouette s'adressa à son serviteur

– Cela ne suffira pas longtemps. J'ai faim. Toujours faim. Tout le temps faim. Nous n'avons plus de temps.

Le serviteur d'un ton sinistre répondit

– Bientôt, maître. Soyez patient, et je vous offrirai le meilleur des festins. Vous ne connaîtrez plus jamais la faim, Au grand

Darth Nihilus.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Lun 20 Mai 2024 - 19:57   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Valia et Katarn retrouvent la trace de Zain et décident de passer à l'action Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 15: Un général , une Sith et un gangster entrent dans une Cantina

Valia se réveilla, le vent cinglant son visage. Il lui fallut quelques secondes pour réaliser qu'elle était dans le spideur avec son maître, Katarn, en train de parcourir la ville. Quand il la vit se réveiller, il s'exclama.

– Je te l'avais dit, tu es une sacrée casse-cou toi. Mais j'aime ça. Tu ne manques pas culot quand il le faut. Par contre, va doucement sur la vision partagée, notamment avec une personne qui se trouve très loin de toi. Ça peut être dangereux.

– De quoi parlez-vous ? Demanda la Zeltrone, incrédule revenant peu à peu à elle.

– Tu as vision partagée avec ton ami Zain, mais tu l'as fait d'une façon brute sans maîtrise. C'est pourquoi tu as ressenti toutes ses émotions, même sa douleur physique. Je pense que les Dravenko le torturait, c'est pour ça que tu as perdu conscience soudainement. Deduit Katarn.

– Oui. Répondit la padawan.

- Deux Mythrol lui demandaient où était la boîte, mais comme il ne répondait pas, ils l'ont frappé avec un bâton électrique. Elle ajouta

- Pardon, maître, mais qu'est-ce que la vision partagée ?

– D'abord, ton ami a eu une bonne intuition en cachant la boîte, ce qui a probablement évité qu'il soit tué. Il sait qu'ils la recherchent, et qu'ils ne le tueront pas tant qu'il ne parlera pas.

Quant à la vision partagée, c'est une technique Jedi avancée où deux chevaliers se connectent télépathiquement pour partager leurs sens et leurs perceptions. Normalement, un maître l'apprend à son apprenti. C'etait dans mon programme de te l'enseigner, mais visiblement, tu as pris les devants. Tu as une forte connexion à ton ami. En cherchant à le localiser, tu as plongé ton esprit dans le sien. Cependant, utiliser la vision partagée de manière brute peut être dangereux, car cela implique également de partager la douleur ressentie par l'autre. De plus, les Solaris sont particulièrement risqués à cause de leurs psychométries, ils absorbent les souvenirs de ce qu'ils touchent. Leurs esprits sont un véritable tourbillon. Donc, jusqu'à ce que nous ayons pu t'entraîner plus sérieusement, interdiction d'utiliser cette technique. Expliqua Katarn d’une voix entrecoupée par le son du vent.

Valia peinait à croire la remarque de son maître selon laquelle elle avait utilisé instinctivement une technique aussi avancée. Bien qu'elle ait une bonne connexion à la Force, elle n'avait jamais pensé posséder autant de talent naturel. Cette idée la flatta un peu et pour la première fois depuis longtemps, elle ressentit de la fierté pour elle-même. Mais. Elle reprit vite ses esprits et demanda

– Ou allons-nous maître ?

Le chevalier afficha un petit sourire avant de répondre

– Sauver ton ami ! Puis, il continua

– Pendant que tu dormais, j'ai mené un peu mon enquête en ville. Étant donné qu'ils n'ont pas hésité à attaquer des Jedi, le syndicat Dravenko doit être bien implanté ici. Et qui dit syndicat criminel dit probablement trafic de drogue. J'ai demandé "poliment" où je pourrais trouver les meilleures battons de la mort en ville, et ils m'ont dirigé vers l'ouest. Là-bas, j'aurai besoin de toi pour trouver Zain. Tu m'indiqueras où tu ressens sa présence, et je m'occuperai du reste.

Le spideur fonçait vers l'est, traversant la mégapole qui scintillait de grands buildings imposants et de publicités lumineuses. Lorsqu'ils atteignirent un quartier particulièrement agité, avec ses maisons closes et ses nightclubs, Valia remarqua l'effervescence des dealers et des prostituées dans les rues. Katarn lui répétait de rester concentrée et de ne pas perdre le contrôle, car son objectif était simplement de localiser Zain. Alors, au milieu de ce tumulte, elle se concentra sur la présence de son ami, jusqu'à ce qu'elle la ressente intensément. D'un cri, elle annonça à son maître

– C'est là ! Maître, c'est là !"

Valia venait de designer un immeuble d'où émanaient des sons forts de musique et de jeux de lumière, indiquant clairement qu'il s'agissait d'une cantina. Katarn choisit une petite ruelle pas très éclairée de l'autre côté et gara son spideur. Descendant du véhicule, il fit signe à son apprenti de le suivre.

Il commença à grimper le mur, sautant d'un côté à l'autre, jusqu'au toit, Valia suivant de près. Une fois là-haut, il s'agenouilla et observa les alentours. De sa position, il avait une vue sur l'entrée principale ainsi que sur l'entrée arrière de l’etablissement qu’il l’intéressait.

Il se tourna vers son apprenti avec un ton sarcastique et lança :

– Apparemment, on est arrivé à temps pour la réunion.

Pointant du doigt un véhicule qui venait d'arriver par l'entrée arrière, le chevalier Jedi nota l'homme humain d'une cinquantaine d'années aux yeux cerné et en uniforme militaire flamboyant qui en sortait, accompagné de ses gardes. Il était évident qu'il s'agissait d'un militaire haut gradé.

Nous avons donc nos militaires, nos bandits, et nos manieurs sombres. par contre, il est étrange que je ne ressente la présence que d'un seul d'entre eux. Poursuit-il.

Valia, étonnée, demanda

– Vous les ressentez, maître ? Moi, je ne ressens que Zain à l'intérieur."

– C'est parce que tu manques encore de maîtrise globale de tes sens. Tu ne ressens que ce que tu cherches, mais tu dois apprendre à être plus attentif à ce qui t'entoure. Lui indiqua le Jedi

Katarn se releva et annonça son plan

– Bon, il est temps pour moi d'aller voir de plus près ce qui se passe. Reste ici, Valia. Harlow nous suit en mode furtif depuis le ciel. Lorsque tu me verras sortir avec ton ami, appelle Harlow pour venir nous chercher.

– Et comment je fais pour appeler Harlow, je n'ai pas de communicateur ? L’interrogea Valia

Katarn sorta deux petits communicateurs de sa poche et tendi un a sa padawan - Voici un, tu peux m'appeler et en switchant ce bouton appeler Harlow.

Avant que Valia ne puisse souhaiter à son maitre "que la force soit avec vous" il avait déjà effectué quelques sauts depuis le toit, puis traversa la route. À l'entrée du bar, un Besalisk imposant, ses quatre bras d'un brun robuste, se tenait la porte. Mais sa corpulence ne lui servait rien face à un Jedi entraîné. D'un geste de la main devant son visage, il se décala pour permettre à katarn d'entrer.

À l'intérieur, la musique tonnait et les jeux de lumière étaient éblouissants. Le Jedi était enchanté de retrouver cette ambiance bien plus festive que les rochets humides de sa planète d’exil, cela faisait des années qu'il n'avait pas mis les pieds dans une cantina. Il se faufila à travers la foule sur la piste de danse pour atteindre le bar.

Il bouscula accidentellement un Pa'lowick à la peau bleue, au long museau et aux yeux exorbitants, qui en signe de protestation décida de le défier dans un duel de danse.

Katarn qui ne refusait jamais un defi accepta et se laissa emporter par la musique, exécutant des pas de danse exotiques tout en imitant les mouvements du Pa'lowick. La foule commença à se rassembler autour d'eux. Le jedi se perdait au son de la musique, faisant prevue d’agilité et de confidence qui ravi les presents qui au son de leurs applaudissements était clairement leurs favoris. Alors qu'il s'apprêtait à conclure le duel par un triple saut arrière, suscitant les acclamations du public, le communicateur de Katarn s'alluma et la voix de Valia retentit :

– Alors Maître, que faites-vous ?"

– Ce que je fais ?! Je prends un peu de bon temps pour moi. Excuse-moi, ça fait 5 ans que je n'en ai pas pris, donc ton ami peut bien attendre deux ou trois minutes, ça ne le tuera pas !! Répliqua sèchement le chevalier, visiblement agacé de s’être fait stopper en plein moment de gloire.

– Mais, mais, maître," Balbutia Valia avec inquiétude.

– C'est bon, ça va. J'ai le militaire en visuel, il est en train de monter dans un ascenseur au fond. Répondit Katarn se rendant à l’évidence que le sort du Solaris était bien plus important que sa soirée endiablée.

Katarn attrapa un verre de Jawa Juice auprès d'une personne dans la foule, le bu coup sec laissa le verre tomber par terre et se lança à la poursuite du militaire.

Pres de l'ascenseur, une porte donnait sur un escalier. Katarn du prendre et monter tout en se concentrant pour entendre ou l'ascenseur allait s'arrêter

Il finit par arriver au dernier étage, il découvrit un couloir menant à une pièce gardée par deux Mythrols, un mâle et une femelle, tenant des blasters.

Le maître Jedi prit une profonde inspiration et apparu devant eux. Avant qu'ils ne puissent réagir, il pénétra dans leurs esprits. Une fois à leur niveau, sous son contrôle, il leur demanda

– Que se passe-t-il dans la pièce ?

La femelle lui répondit

– Le chef a une réunion importante avec ses partenaires.

Katarn perçut la présence d'un individu sensible à la Force et d'un manipulateur du côté obscur continua :

– Vous allez ouvrir la porte et annoncer que le Chevalier Jedi Katarn est là.

Le mâle ouvrit la porte et annonça d'une voix claire

– Le Chevalier Jedi Katarn est là.

Katarn fit irruption dans la pièce et se retrouva derrière une table et face au militaire humain, accompagné de deux gardes braquant leurs blasters sur lui. À côté, se tenait une mystérieuse manipulatrice sombre, dissimulant son visage derrière un masque, mais laissant ses cheveux bruns apparents. Derrière elle, les trois créatures décrites par Valia à côté des soldats, sur la droite un Duros à la peau verte, aux yeux rouges perçants, vêtu d'une veste ornée du motif d'un acklay, le menaçait également d'un blaster. Tout ce monde donnait son dos à un mur avec une grande fenêtre.

Attaché au mur de côté Zain conscient était sur le point de subir une injection d'une seringue par un droïde interrogateur qui flottait dans l’air.

– Waw, quelle scène ! S'exclama le Jedi aux occupants de la pièce en levant les mains en l'air.

– Un général, une manieuse sombre sombre et un gangster dans une Cantina. Il y a de quoi faire plusieurs blagues dessus. Ah, j'oubliais.

Katarn tourna les mains vers les deux Mythrols

– Mais deux amis, vous avez été formidable, merci beaucoup, allez dans le fond et embrassez-vous. Trop de violence dans cette galaxie, faites l'amour, pas la guerre.

Les deux Mythrols obéirent et se dirigèrent vers le fond de la pièce, commençant à s'embrasser passionnément. Le Duros déclara d'un ton rigide

– Ils sont frère et sœur!

Olala !!! Cria Katarn avec un air de dégoût, il ordonna à la hâte

–Dormez. !!!! Les deux s'effondrèrent sur le sol.

– Surtout, ne leur dites rien à leur réveil. Je ne veux pas qu'il y ait une mauvaise ambiance lors de leur prochaine réunion de famille. Se moqua le jedi.

Le militaire dans le visage venait de se liquéfier, trahissant la peur, demanda de sa voix tremblante

– Que fait un Jedi ici ? Ce n'était pas prévu. Nous sommes découverts

La manieuse sombre, d'un ton calme, essaya de la calmer

– Ne paniquez pas général. Sa présence ne change rien.

–Oui. Dit le chevalier en appelant une chaise de sa main et en s'asseyant.

– Pas la peine de paniquer. Parlons un peu. Je vous en prie, je pense qu'à la fin, nous trouverons tous un terrain d'entente.

Le groupe s'installa sur leurs chaises, une tandis que les trois créatures et les gardes restaient debout et immobiles toujours prets à déguainer au premier geste suspect du Jedi.

Katarn après une observation attentive des créatures déterminant leur race, déclara

–Un Togorian. Dit-il en désignant la créature féline albinos.

– Un S'kytri. En indiquant la créature ailée noire.

–Vous deux normalement vos races sont du genre pacifiste. On m'a dit que vous aviez des armes intéressantes. Une hache et une faux laser, je n'en ai jamais vu, c’est excitant, vous me les montrerez plus tard !!!"

– Puis toi. Continua-t-il en s'adressant à la créature mi-hybride mi-serpent cybernétique.

– Tu es un Hysalrien. Vous êtes rares. Même un Wookie peut passer toute sa longue vie sans en croiser un. Par contre, les prothèses cybernétiques te font perdre tout ton charme, l'ami.

Les trois créatures restèrent impassibles, tandis que la manieuse sombre semblait fixer Katarn sous son masque.

–Bon, je me présente. Je suis le chevalier Jedi Katarn. Continua-t-il en se tournant légèrement pour montrer le symbole du Nouvel Ordre Jedi sur le dos de son manteau.

— Ma venue ici est le fruit de circonstance indépendante de ma volonté, mais après ce que j'ai vu, je ne peux pas simplement partir.

– Il ment ! S'écria le général. Nous avons reçu un appel des postes frontières. Quelqu'un a utilisé la carte d'adhésion à la Guilde des Marchands Ambulants d'un toydarien qui est emprisonné par les Rangers de la République, pour débarquer ici. C'est le Nouvel Ordre qui t'a envoyé. Ils savent.

–Waw. Lâcha Katarn en se tournant vers la manipulatrice du côté obscur.

–C'est avec ce genre de personne avec qui vous faites des complots. Je ne l'ai même pas touché et il est en train de tout me raconter. Avec des complices pareils, ça vous prendra 400 ans de plus pour arriver à nous défier de nouveau.

Vexé, le militaire pestiféra

–Vous ne comprenez pas qui vous avez en face de vous, sale Jedi. Je suis le général Rendall Dox, chef des armées de Serenno. Vous ne sortirez jamais vivant de cette planète.

Sous son masque, Katarn pouvait sentir la colère de la manieuse sombre s’accumuler en elle de plus.

Le Duros qui lui résta calme tout au long, d'un ton irrité, répliqua

–Tu as dit vouloir parler, nous t'avons entendu. Maintenant, on va te cribler de tirs de blaster, si tu veux bien.

–Attends-rétorqua Katarn. Tu es Lazloss Lyn, le chef du syndicat Dravenko. Je dois avouer que je suis un peu impressionné de te rencontrer. Ni Jedi, ni chasseurs de primes, même Mandaloriens n'ont réussi à te capturer. Franchement, chapeau. Bon, comme tu as l'air d'un Duros peu patient, j'ai une proposition à te faire et qui pourrait bénéficier certaine partie au tour de cette table. Apparemment, vous êtes à la recherche de quelque chose."

–Dis- nous où se trouve la boîte, et peut-être que toi, le garçon, pourrez partir d'ici indemne. Proposa la manieuse sombre.

Toujours avec son air moqueur, Katarn riposta

- Je tiens d'abord à féliciter le gamin pour son silence. Jetant un regard à Zain crédule à l'œil bleu et au visage tuméfié puis se retourna vers son interlocutrice, il ajouta

- Comme c'est un Solaris, impossible de voir dans son esprit. Vous avez dû essayer, mais vous vous êtes heurté à son mur de souvenirs. Ç'a dû faire mal, tant mieux.

– Bon, pour tout vous dire là, je ne suis pas au courant de l'emplacement de la boîte, mais j'ai quelque chose de bien plus précieux à vous offrir, général Dox, ainsi qu'à toi, Lyn.

Le chef du syndicat s’écarquilla les yeux intrigués, demanda

— Qu'as-tu as m'offrir, Jedi ?

Katarn changea brusquement d'expression, passant du ton moqueur au menaçant, se pencha sur la table puis déclara.

- Je t'offre la possibilité de quitter cet endroit en vie. Je te donne la chance d'aller te cacher loin de ma colère. Toi aussi, général, je te propose de partir d'ici. Utilise tes crédits pour te procurer une nouvelle identité et recommence ta vie. Elle désignant la manieuse sombre masquée, elle viendra avec moi sur Scarif. Je connais quelqu'un qui sera ravi de t'interroger. Quant à ton groupe de garde du corps là, ils vont mourir ici et maintenant pour ce qu'ils ont fait à mes frères Jedi."

D'un geste brusque, tous ceux assis se levèrent, les gardes du général prêts à appuyer sur la détente, tandis que le groupe de créatures restait immobile. Katarn se leva également, la table qui les séparait flotta violemment dans les airs et s'écrasa sur le plafond, elle restait figée comme un aimant sur une barre métallique. Tous les adversaires du Jedi furent pris de court par une vague d'énergie, les projetant violemment contre le mur de la fenêtre. Ils étaient immobilisés sous le poids d'une bulle invisible qui les empêchait de bouger. Katarn leva la main droite et, d'un geste des doigts, libéra Zain de ses chaînes.

L'explosion de puissance du chevalier était remarquable. Même Valia, perchée sur le toit de l'immeuble d'en face, n'avait jamais perçu une telle intensité émanant d'un Jedi.

Alors qu'il attirait Zain vers lui par la Force, Darth Kachina saisit l'occasion pour commencer à repousser la bulle d'énergie invisible avec sa propre manipulation de la Force. Un duel s'engagea entre les deux pendant que les autres restaient toujours écrasés sous le poids de la Force.

Une fois Zain sur ses épaules, Katarn avança en accentuant son bouclier de Force, poussant ses adversaires encore plus fort contre le mur. Cependant, la Sith résista et à son tour commença également à pousser.

Katarn décida de ne pas prolonger ce combat. Il sortit une petite sphère de sa poche extérieure gauche de son manteau, une grenade aveuglante. Il appuya sur le bouton et la jeta au sol. Soudain, la pièce fut inondée d'une lumière blanche éblouissante. Les adversaires du Jedi furent tous jetés à terre, libérés de son emprise. Un instant plus tard, ils entendirent la fenêtre exploser.

Katarn s'était défenestrer et s'est jeté dans le vide avec Zain sur ses épaules. En chute, de sa main libre, il saisit son sabre laser et l'alluma. Sa lame verte a la forme coupante se planta dans la structure du building, ralentissant leur chute.

Valia, de l'autre côté, assistait au spectacle, voyant son maître tenir son meilleur ami sur une épaule tout découpant l'immeuble avec son sabre laser.

Elle appuya sur son communicateur

–Harlow, descends, j'ai besoin de toi.

Une fois au sol, Katarn se mit à courir frénétiquement. Zain, restant bouche bée, était conscient depuis le début, mais ne pouvait parler sous le choque de ce qu’il venait de vivre. Une fois qu’il comprit qu’ils étaient au sol, il cria

– Vous êtes fou ! Laissez-moi descendre !

–Arrête de râle. Tu n'es pas en état de courir, alors accroche-toi et fais confiance au chevalier Jedi. Au fait, c'est Valia qui m'envoie. Répondit Katarn toujours en train de courir.

Le jedi tourna à gauche puis à droite, se retrouvant dans une rue bordée par un canal. Il repéra une grande canalisation au bout et, entendant le bruit de plusieurs spideurbike approchant, décida de s'y diriger pour l'emprunter.

Dans les tunnels noirs, un réseau complexe se déploya devant. Le chevalier attrapa son communicateur et sollicita son vaisseau.

– Harlow, Tu me reçois ? J'aurais besoin que tu me guides.

Depuis le ciel, Harlow avait deja récupérer et suivait les déplacements de son maître. Sur ses écrans, il affichait la progression du Jedi à la jeune padawan ainsi qu'une carte détaillée de la région. Elle répondit à l'appel.

–Oui, maître, nous vous voyons. Harlow a scanné les canalisations et nous allons vous guider pour trouver la sortie de l'autre côté du canal.

Aider par sa jeune apprentie, Katarn, toujours portant l'héritière Solaris, emprunta plusieurs embranchements dans ce vaste réseau, alors qu'il percevait la présence de la Manieuse sombre qui le traquait, son adversaire gagnant du terrain.

Après plusieurs minutes, il atteignit l'extrémité d'une grande canalisation qui se jetait dans une chute d'eau de plusieurs mètres, son mince filet rejoignant le cours du canal. À ce moment précis, Harlow surgit devant lui, planant, tandis que la porte du vaisseau s'ouvrait.

– Zain ! Appela Valia.

Reconnaissant la voix de son amie, le jeune chercheur se laissa tomber des épaules de Katarn et se tourna vers elle en s'exclamant

– Valia, que fais-tu ici ?

Katarn, pressé, canalisa la Force dans ses mains et projeta violemment le garçon dans les bras de son amie d'enfance, répliquant

– Les retrouvailles, c'est pour plus tard !

Les deux amis, enfin réunis dans les bras l'un de l'autre, se serrèrent fort. Valia étreignit Zain avec force jusqu'à ce qu'elle l'entende pousser un cri de douleur. Elle le lâcha subitement, se rappelant qu'il avait été blessé par les Mythrols pendant son interrogatoire. Elle se décala pour laisser à son maître l'opportunité de sauter dans le vaisseau, mais il ne montrait aucun signe d'intention de le faire. Au contraire, Katarn semblait déterminé à rester. Il ordonna à ses alliés.

– Harlow, emmenez-les et attendez-moi en haut de cette tour en construction là-bas. Il désigna un immeuble en construction à l'écart de la ville. Pourquoi ? Demanda Valia etonnée.

– J'ai fait quelques promesses dans le bar et je compte les tenir. Répliqua Katarn d’un ton déterminé. Avant qu'elle puisse le persuader d’abandonner son idée, Valia se fit entraîner à l'intérieur du vaisseau par Zain qui paraissait lui presser de partir

– Laisse-le, cet homme est fou. Tu as vu ce qu'il m'a fait ? Il m'a jeté par la fenêtre !

Harlow émeta des bips insistants, indiquant à Valia qu'il était temps de rentrer et de faire confiance au Chevalier, car il savait ce qu'il faisait. Valia, le cœur lourd de laisser son nouveau mentor derrière elle, obéit en fermant la porte. Harlow prit de l'altitude et disparut dans les nuages. De son côté, Katarn entendait le Spiderbike se rapprocher.

Avec une agilité exceptionnelle, il grimpa, sachant que la manipulatrice sombre le poursuivait. Une fois au sommet de la fausser, il remarqua les rails magnétiques se charger, annonçant l'approche d'un train. Il se précipita le long des lignes. lorsque le train passa, il utilisa la Force pour bondir sur le toit en effectuant un saut impressionnant. Dès qu'il s'est retrouvé sur le toit du train, la manipulatrice du côté obscur est apparue à bord du Spiderbike. Son véhicule, armé de mini-canons, a immédiatement ouvert le feu. Pendant ce temps, Katarn s'est mis à courir le long du train, esquivant habilement les tirs ennemis. Au moment où il atteignait presque l'extrémité du dernier wagon, Katarn activa subitement son sabre laser et effectua un petit saut en arrière. Dans un geste vif, il trancha en l'air les armes du Spiderbike.

Dépassée par la rapidité d'action du Chevalier, la manipulatrice sombre a viré brusquement à gauche pour éviter le sabre laser, mais elle n'a pas réussi. Non seulement Le geste du Jedi a détruit ses armes, mais l'a obligé a modifié sa trajectoire, l'éloignant ainsi davantage. Alors que le train pénétrait dans la ville, Darth Kachana vu Katarn sauter de son toit et se diriger en courant vers une tour en construction.

Il commença une ascension rapide entre les échafaudages et se retrouva rapidement au sommet. La Sith etait ravie, elle comprit que le Jedi était maintenant coincé. Se précipitant vers le pied de l'immeuble, elle se lança également sur les échafaudages pour atteindre le sommet. Dans le ciel, Harlow détecta un vaisseau les prenant en chasse et le signala à ses passagers.

Valia se précipita vers l'une des tourelles de combat et prit position. Reconnaissant le vaisseau qu'elle avait vu en rêve, celui-là même d'où étaient venues les trois créatures, elle se rappela ce qu'ils avaient fait au Jedi chercheur. Sans hésiter, elle arma la tourelle, se concentra et ouvrit le feu. À l'académie, Valia était l'une des meilleures au simulateur de combat en vaisseau.

Se remémorant les conseils de son maître lors de sa méditation, elle s'efforça de faire abstraction de ses émotions tout en restant consciente de son environnement, ce qui lui permit de prédire les manœuvres du vaisseau ennemi. Elle réussit après quelques coups à toucher le vaisseau ennemi, le forçant à perdre de l'altitude après avoir été endommagé.

Surplombant l'immeuble, Katarn attendait contre une poutre l'arrivée de sa poursuivante. Cette dernière ne tarda pas à apparaître, son sabre laser rouge déjà allumé. Cependant, quelque chose semblait différent, et Katarn le lui fait remarqua rapidement.

– Qu'est-ce qui se passe ? La puissance que tu dégageais dans la bar était bien plus forte que celle que tu montres maintenant. Tu n'es pas épuisée par cette petite course-poursuite, j'espère ?

– Cette puissance est amplement suffisante pour te vaincre ! Riposta Darth Chakina d'une voix altérée par son masque métallique.

Katarn invoqua son sabre par la Force, le détachant de sa ceinture, et attaqua rapidement son ennemie. En quelques coups échangés, lui fit réaliser qu'elle n'était pas une très habile manieuse de sabre. Elle peinait à esquiver ses offensifs, et ses contreattaques étaient lents et prévisibles. Le Jedi, prenant pitié d'elle, abandonna son sabre comme arme d'attaque, esquiva un autre dès ses gestes prévisibles et lui assena un violent coup de genou droit dans son ventre, suivi d'un coup de pied du gauche dans le torse pour l'envoyer valser. Avant qu'elle n'ait eu le temps de se relever, le Jedi la mettait déjà en joue son sabre vert tout près de sa nuque. Katarn passa ensuite à un de ses jeux favori durant un combat taquiner son adversaire.

– J'ai gaspillé mon temps à t'attendre. Tu es franchement nulle. Je parie que même ma Padawan pourrait te battre avec une main attachée dans le dos.

– Maudit Jedi, toujours la langue bien pendue ! Lança la Sith à terre.

Surpris par son ton familier, le chevalier la questionna - On s'est déjà rencontrés ? Et si tu me laissais voir derrière ton masque, afin de voir si je me souviens de toi ?

– Peu importe si tu vois mon visage, cela ne te dira rien. Pour vous, nous n'étions pas dignes. Répondit-elle avec un ton amer.

Katarn, de plus en plus intrigué, commença à envisager un lien avec ce Sith. Surement une rencontre antérieure à son exil. Cependant, il ne parvenait pas à se rappeler une personne précise de cette époque qui aurait pu devenir un utilisateur du côté obscur de la Force. - Quel est ton nom ? Demanda-t-il

Darth Kachina répondit la Sith avec défiance.

– Je ne t'ai pas demandé ton nom de Sith. Mais ton prénom avant que tu ne deviennes une servante du côté obscur, quand tu étais encore une personne à part entière ? Insista Katarn.

Mon Nom ? Il m'a été arraché, tout comme le reste, à cause de vous. Mais je récupérerai ce qui m'a été volé. Où se trouve la boîte ? Vociféra Darth Kachina avec colère.

Renonçant à toute tentative de raisonner avec son adversaire, Katarn posa une autre question

– Où sont tes trois créatures ? Je leur ai promis la mort, et je compte bien tenir cette promesse.

La Sith ne répondit pas, toujours à terre, sa respiration haletante. Le jedi sortit une nouvelle fois son communicateur.

- Harlow, où es-tu ? J'ai fini ici. Viens, il est temps de quitter cette planète.

Puis, se tournant vers la Sith

– Quant à tes trois amis, ce sera pour une autre fois. Toi, tu vas venir avec moi chez le Nouvel Ordre Jedi. Je pense que tu vas beaucoup les intéresser.

Harlow apparut dans le ciel, descendant vers sa position. Katarn fit un geste de son sabre, invitant la Sith à se lever tout en maintenant sa lame près de son cou. Soudain, tous ses sens en éveil, Katarn vit des coins des yeux le Togorian immense à droite avec sa hache laser et le S'kytri ailé à gauche avec sa Faux lasers l'encercler, prêts à le décapiter. D'un bond en arrière, il évita de justesse leurs attaques. Ils n'étaient pas arrivés seuls, une quinzaine de spiderbikes du syndicat Dravenko, menés par le chef Lazloss Lyn, pointaient également leurs armes sur le lui.

– Tu n'es peut-être pas forte en maniant le sabre, mais tu as une belle maîtrise du côté obscur. Tu as coupé mes sens, m'empêchant de sentir l'arrivée de tes renforts. Malheureusement pour toi, je ne compte pas seulement sur la Force durant un combat.

– Ah. Continu a-t-il étonné. Il semble que tu ailles mieux, tu dégages plus de puissance maintenant. Félicita Le Jedi Darth Kachina.

La Sith se releva, aider par son serviteur fellin alors que Harlow arriva au niveau de Katarn sa porte s'ouvrit laissant paraître Zain sur le côté puis Valia sabre à la main. Katarn lui fit signe en tendant son bras de ne pas la rejoindre.

– Vous êtes à présent cerné, vous n'avez nulle part où vous enfuir. Donnez-nous ce que nous cherchons et je vous promets une mort sans douleur. Hurla Lazloss.

Katarn tourna la tête vers sa padawan et lui adressa un gros sourire et un clin d'œil lui dit

– Tu es d'accord que c'est une situation d'urgence, hein Valia?

La jeune Zeltronne ne comprenna pas la question, Et son maitre ne paraissait pas attendre de réponse. Sur le toit de cette tour, elle vit le chevalier Jedi maitre Katarn saisir fermement son sabre à deux mains, une aura de Force entourant sa lame vert. Puis, changeant de posture, il éleva son sabre à la verticale et libéra un tir d'énergie sous forme de lame, projetant tous leurs adversaires comme emportés par un ouragan. Les spiderbikes étaient entaillés par des lames invisibles et se heurtaient les uns aux autres, tandis que le Togorian et le S'kytri se dressaient en bouclier pour protéger leurs maîtresses Sith. Valia observait, émerveillée, l'attaque impressionnante de Katarn. Elle avait déjà entendu parler de cette technique de sabre laser : "la griffe de la force", une technique interdite de la famille Brightstar. Alors que ses adversaires étaient coupé et emporté par la force, Katarn se rua à l'intérieur du vaisseau et referma la porte. Il donna l'ordre à Harlow de partir rapidement :

– Fonce, Harlow, il est temps pour nous déguerpir de cette planète.

Zain, témoignant de l'exploit du Jedi, demanda médusé

– Mais qui êtes-vous, monsieur?!

Katarn ressentait une certaine satisfaction d'avoir impressionné son public lors de sa démonstration de force. Ça faisait longtemps qu'il n'avait susciter de l'admiration chez les autres. Pendant ce temps, Harlow était sur le point de quitter l'atmosphère de Serenno lorsque des alarmes retentirent, annonçant un danger imminent.

– Des chasseurs fighters ultra Sonic de l'armée de Serenno ! Cria Katarn.

Avant qu'il ne puisse réagir, une grosse explosion secoua le vaisseau, propulsant le Jedi contre le plafond avec une force destructrice. Il se fracassa le crâne et retomba lourdement au sol. Valia et Zain furent également projetés sur le côté. La padawan se releva rapidement, tandis que Harlow émettait des bips, indiquant qu'il venait de subir deux missiles thermiques et que le vaisseau était en état critique, prêt à s'écraser. Zain pleurant que la fin était proche et entamait une prière, implorant la Force de les épargner. Pendant ce temps, Valia se précipitait vers son maître et le trouvait inconscient, le sang coulant de sa tête. Les alarmes retentissaient dans la pièce, indiquant un impact imminent, non pas avec le sol, mais avec le canal traversant la mégapole. Valia serrait son maître dans ses bras, prête à affronter l'impact, déterminée à le protéger. Harlow percuta l'eau à une vitesse fulgurante, puis commença à sombrer rapidement. De loin, Darth Kachina observait avec colère, déterminée à retrouver le Jedi et ses alliés.


OoooooooooO



Dans un repaire obscur de la galaxie, Darth Nihilus reçut un appel. C'était le général Rendall Dox qui se tenait devant lui. Avec une voix tremblante d'inquiétude, il déclara

– Maître, nous avons un problème. J'ai dû mettre en œuvre le plan plus tôt que prévu.

– Quel genre de problème ?" Demanda d'un ton froid le seigneur Sith.

Dox bégaya

– Un chevalier Jedi, Katarn, il a dit qu'il s'appelait Katarn. Il nous a découverts, je ne sais pas comment. Il n'était pas tout seul, d'après mes informations, il était accompagné d'une jeune Zeltronne. Il a récupéré le petit Solaris, mais mes forces ont abattu son vaisseau, qui est tombé dans le canal. Nous sommes en train de chercher les restes.

– Qu'en est-il du plan ? Réagis Darth Nihilus calmement.

– Oui, je me suis dit que maintenant que beaucoup de Jedi ont été impliqués, cela attirerait sûrement l'attention du Nouvel Ordre et de la République Stellaire. J'ai fait arrêter le Parlement de Serenno et déclarer la loi martiale. La base de la République est encerclée par mes troupes. J'ai déjà commencé le déploiement.

Alors qu'il finissait sa phrase, Dox sentit son souffle se couper comme une main autour de son cou. Darth Nihilus, d'un ton furieux

– Qui crois-tu être pour prendre ce genre de décision ? Ta lâcheté va peut-être compromettre un plan que j'ai mis des siècles à établir.

– Je… je n'ai pas eu le choix. Dox, le souffle coupé, essaya de s’expliquer.

– Dis à Darth Kachina qu'elle a jusqu'à la nuit avant le rituel pour me ramener la Bague des comtes de Serenno. Toi, reste sur ta planète et ne ramène ta flotte aux coordonnées que je t'envoie que jusqu'à ce que je te l'ordonne. Si elle n'a pas la bague, ne l'attends pas. Tu comprends ? Exigea le seigneur noir des Sith.

Le général s'exclama bruyamment "Oui !" alors qu'il sentait la pression qui lui étreignait la nuque se relâcher. La communication se coupa brusquement. Le serviteur, regardant depuis un coin sombre, osa enfin parler.

– Maître, est il prudent de laisser la flotte de Serenno là-bas. La république stellaire ne va pas tarder à découvrir le coup d'État de Dox et enverra sa propre armée pour contrôler la planète ?

– Oui, l'idiot s'est précipité. Mais peut toujours être utile. La situation sur Serenno sera une bonne diversion pour la République stellaire et les Jedi. Darth Kachana affronte un redoutable Jedi nommé Katarn. Je le connais bien. Il pourrait nous causer des ennuis. Il vaut mieux le garder prisonnier sur Serenno. Si nous ne parvenons pas à obtenir la bague, tant pis. Mais au moins ne pourront profiter de la situation pour déplacer d'autres pions plus discrètement. Affirma Darth Nihilus.

Il ordonna ensuite à son serviteur

– Que le message soit transmis à tous nos alliés dans l'ombre : rendez-vous dans cinq jours pour la résurrection de L'Empire Sith.

– Gloire gloire au Côté Obscur. gloirea notre Maître Darth Nihilus !

Dans le repaire sombre de la galaxie, des lames rouges s'allumèrent au son de ces cris, révélant non pas un seul serviteur pour le Seigneur Noir des Sith, mais une armée dédiée aux ténèbres.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Jeu 23 Mai 2024 - 23:17   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Après avoir sondé l’esprit de Braum, Meywine révèle à ses amis Sedu et Coleman une machination qui dure depuis plusieurs siècles. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 16:Les élus de la lumière et des ténèbres.

Dans la grotte, Sédu et Coleman n’en revenaient pas. L'expression de terreur sur le visage de Meywine était si inattendue qu'ils restèrent figés plusieurs minutes. Sortant de sa léthargie, Coleman se hâta de vérifier l'état de Braum et le trouva inconscient.

Meywine demanda à Sédu si Elio était aussi endormi, ce que Sédu confirma. À cela, Meywine fit signe à ses amis de la suivre à l'entrée de la grotte. Sédu posa délicatement le petit Mirialan sur le sol et le couvrit de son manteau.

Coleman craignait ce qu'il allait entendre. Une réaction aussi intense que celle de Meywine ne présageait rien de bon. Arrivés à l'entrée de la grotte, c'est Sédu qui prit la parole, interpellant la Brightstar

–Qu'as-tu découvert dans l'esprit de Braum ?

– Quelque chose de terrible. Rey avait raison. Elle avait raison. Répéta La Jedi d’un ton alarmé

– De quoi tu parles, Mey? Elle avait raison sur quoi, la Grande Rey? S'exclama Coleman prenant Meywine par les épaules afin de l’empêcher de faire les cent pas.

La jeune Jedi prit une longue inspiration, le doute se lisant sur son visage, puis elle déclara.

– Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de vous dire ce que je sais. Mais je vais quand même le faire. Au départ, j'étais contre le fait de vous le cacher. Vous avez grandi avec nous, les Brightstar, vous avez le droit de savoir

Les deux compères écoutaient avec attention les paroles de leurs camarades, évitant toute interruption.

Meywine poursuivit son récit.

– À la création du Nouvel Ordre Jedi et pendant le démantèlement des reliques Sith d’Hexgon, Rey a découvert qu'un prêtre noir avait réussi à s'échapper lors de la dernière bataille. Il tentait désormais de rassembler des artefacts Sith. Avec Gavi Solaris, elle est partie en mission pour traquer ce prêtre et l'empêcher de mettre la main sur ces objets. Au cours de leurs investigations, ils ont découvert que ce prêtre cherchait une chose en particulier « le masque de Darth Nihilus ».

En explorant l'histoire de ce Sith pendant la Guerre civile galactique, Rey et Solaris ont découvert que Nihilus n’était pas n’importe quel Sith. Il était parmi les plus redoutables que la galaxie n’a jamais connus. Il était craint par les Jedi mais aussi par ses propres disciples, les Sith eux même le voyaient comme une calamité qui s’était abattue sur eux. Darth Nihilus n’avait pas seulement comme ambition de contrôler la galaxie, mais il cherchait à dompter la vie elle-même source de toute création.

Il développa une nouvelle capacité effrayante qui consiste à absorber la force vitale des êtres vivants. Il poussa sa connexion au côté obscur jusqu’à pouvoir aspirer la vie d'une planète entière et de ce fait durant la guerre, il a anéanti de nombreuses civilisations. Par contre, ce que Nihilus n’a pas calculé, c’est que cette compétence l’a rendu très dépendant, comme un addict, il ne pouvait plus se passer de la force vitale assassinant même ses proches pour en obtenir. Il fut trahi par les siens, son corps mutilé, il n’a pas eu autre choix que de transférer l’essence même de son etre dans son masque afin de survivre. Il s’est fait construire une armure métallique comme nouveau corps pour continuer sa quête de désolation. Des Jedi de l'époque ont confronté Nihilus et ont réussi à détruire son nouveau corps, ils ont ensuite enterré son masque, indestructible, dans un lieu secret.

Des siècles passèrent, durant l’ère de l’empire, Palpatine a chargé ses prêtres de fouiller les archives de l'ordre Jedi pour retrouver le masque, sans succès. Il semblerait que le prêtre noir était de ceux chargés de cette mission.

– Pourquoi nous parles-tu d'un vieux Sith ? Parle-nous de ce que les Brightstar nous ont caché. Interrompit Coleman alors que Sédu lui donnait un coup de coude

–J'y viens ! dit Meywine d'un ton irrité tout en continuant son récit.

–Plus d'une vingtaine d'années sont passée sans que Rey trouve le prêtre noir, et cette quête était devenue son obsession. Elle consacra tout l'Ordre Jedi à cette mission. Un événement particulier renforça sa détermination, un convoi des Solaris se rendant aux phares d'Endor, alors en construction, fut attaqué par des mercenaires, entraînant la disparition de plusieurs holocrons Sith.

Rey et son mari, Hérold Brightstar ont traqué et récupéré tous les holocrons sauf deux. Ne me posez pas de questions sur ses deux holocrons je vous expliquerai leurs roles plus tard. Quoi qu'il en soit Rey était convaincue que le prêtre noir était derrière cette attaque. Sa paranoïa grandissait, envoyant les chevaliers dans les quatre coins de la galaxie délassant d’autres problèmes important pour l'ordre.

Le Conseil du Nouvel Ordre Jédi a commencé à remettre en question son leadership, se demandant si son passé familial, en tant que petite-fille d'un Sith, influençait ses actions, et si elle ne négligeait pas les intérêts de la galaxie. Pour eux, il n'y avait aucune preuve indiquant que le prêtre noir avait lui-même réussi à retrouver ce masque ni qu'il était lié au vol des Holocron. Ce prêtre n'était pour le conseil qu'un fantôme que Rey chassait.

Sachant que le Conseil devenait impatient à son égard, et pour éviter des tensions et des discords qui mettraient en pérille ce jeune ordre. Rey convoqua les chefs des trois familles fondatrices : Harlod Brightstar, Malek Laurine et Gavi Solaris. Tous trois étaient fidèles à Rey et croyaient en la nécessité de poursuivre la traque du prêtre noir. Ensemble, ils élaborèrent un plan pour continuer cette mission tout en préservant l'intégrité de l'ordre. Chaque famille jouera un rôle prédéfini au sein de l'Ordre Jedi. Les Brightstar seront chargés de traquer les adeptes du côté obscur et de surveiller les organisations criminelles, en assumant la responsabilité principale de la prison de Mytus VII. Les Laurine, dotés d'un sens politique, seront les porte-parole des Jedi au Sénat de la République Stellaire. Ils seront également présents dans divers temples galactiques pour détecter toute influence Sith parmi les politiciens et les représentants de la république pour éviter d’avoir un nouveau Palpatine.

Les Solaris seront quant à eux responsables des phares d'Endor et poursuivront la quête des artefacts Sith, tout en recherchant le masque de Darth Nihilus au cas où le prêtre n'aurait pas réussi à le trouver. Sachant les capacités des sith à rester dans l'ombre pendant longtemps, les membres des trois familles s'engagerent à ne pas briguer de postes au sein du Conseil de l'Ordre Jedi et ne jamais se détourner de leur mission assignée. Rey a annoncé cette décision au conseil, et a dissimulé la nature de sa décision sous le motif selon lequel elle craignait que les descendants des fondateurs ne cherchent à s'approprier le pouvoir au nom de leurs ancêtres. Peu de temps après elle renonça à son titre de Grand Maître, qui a été transmis à son ami Finn, lequel a été mis dans la confidence. Il est devenu de coutume qu'on révèle la nature du serment au nouveau grand maitre élu, afin que ce dernier s'engage en secret à les aider dans leur quête sans pour autant négliger les autres devoirs de l'ordre. Les membres des familles Brightstar, Laurine et Solaris ont depuis leur destinée tracée dès leur naissance, et ne peuvent s'en détourner sous peine d'être bannis de leur famille.

Sédu, enregistrant les informations données par Meywine, demanda

– Donc c'est pour cela que Maitre Haris va devenir haut gardien. Alors qu'il pourrait être grand maitre un jour, il en a l'étoffe. Le serment vous oblige à sacrifier vos propres ambitions pour cette cause.

– Oui, pour vous dire la vérité, papa en a assez de cette vie de Jedi. Si ça tenait à lui, il aurait arrêté depuis longtemps. Il ne croit pas au retour de Darth Nihilus. Il a parcouru la galaxie à la recherche des manipulateurs du côté obscur et a vu son lot d'horreurs. Mais maintenant, c'est à lui de veiller à ce que les criminels qui pourraient s'associer à des Sith restent enfermés. Je pense que c'est pour cela qu'il a refusé de vous en parler. Il pensait que par loyauté envers lui, vous suivriez la voie des Brightstar. alors qu'il veut que vous soyez libres de vos choix. Répondu l’héritière Brightstar d’une voix triste.

– Et toi, comment as-tu appris tout cela ? Intérrogea Coleman ,Meywine.

– Lorsqu'un membre des trois familles achève sa formation et se prépare à assumer son rôle, le responsable de sa famille lui révèle le serment et la mission secrète qui ont été décidés par nos ancêtres. J'ai donc appris tout cela, il y a deux ans après avoir été nommé chevalier. Avoua Meywine.

– Et en quoi tout cela concerne notre histoire ? Quel est le lien avec Braum ? Posa Sedu la question.

Meywine, pris un ton sérieux avant d’annoncer

– Les trois familles ont échoué. Je ne sais pas comment, mais le prêtre noir ou des complices à lui ont trouvé le masque. Enfin, j'ai compris de quoi parlait Braum avec les trois autres. C'était une langue codé complexe. Ils lui ont révélé qu'ils faisaient partie des Disciples de Korriban, une secte fondée par le seigneur sith Darth Nihilus. Ils ont entendu parler de sa défection des rangs Jedi et s'il réussissait à ramener Elio à leur maître, il lui offrira une place près de lui lorsqu'il conquerra la galaxie.

– Mais Pourquoi Elio ? Cria Sedu. Coleman réagit avant sa cammarde

– Arrête Sédu. Tu as vu ce qu'il a fait dans le transporteur. Il est clairement lié au côté obscur. Ils cherchent sûrement à le recruter parmi leurs disciples.

– C'est bien plus grave que ça. Le Mirialan a tout expliqué en détail à Braum. Il y a des siècles Darth Nihilus a été réssucité par cette secte fondée par le prêtre noir, mais ils n'ont jamais réussi à transférer son esprit dans un être sensible à la Force assez fort pour qu’il exploite son potentiel. Et cela à cause de l'activité du nouvel ordre qui accapare les meilleures forces sensitives. À chaque fois qu'il possède un corps, l’essence même de Nihilus est affaibli et doit se nourrir de la force vitale des autres pour rester accrocher à la vie. Mais cela provoque la détérioration du corps ce qui l’oblige à changer de hôte. Après avoir épuisé toute son essence, il est définitivement mourant, il ne pourra changer de corps qu'une dernière fois, et ce sera dans le corps d’Elio, l'élu des ténèbres.

– Encore cette histoire d'élu des ténèbres ! Soupira Sédu, l'air exaspéré.

Meywine, poursuivant sans se laisser détourner.

– Je vous ai parlé des deux Holocrons volés. Les Solaris ont réussi à comprendre de quoi il s'agissait. Le premier traitait de l'ascension des Sith. Quand un Jedi atteint l'ascension, il fusionne avec la Force ne faisant plus qu’un avec elle et trouvant la paix éternelle. Pour un Sith, c'est l'inverse. Leur esprit reste enchaîné ici, souffrant éternellement, cherchant un nouveau corps à posséder. Souvent, leur essence est emprisonnée dans un objet qui leur appartenait de leur vivant, comme le masque de Darth Nihilus. Le deuxième Holocron contenait une partie du Journal de Sidius, évoquant la théorie des élus de la lumière et des ténèbres.

– Laisse-moi deviner, tu es l'élu de la lumière. Dit Coleman, sarcastiquement.

Meywine, poursuivant toujours comme si elle se parlait à elle-même.

– C'est un peu plus complexe que ça. D'après Sidius, les expériences de son maître, Darth Plagueis, ont tellement perturbé l'équilibre de la Force que le côté lumineux a créée Anakin Skywalker pour le combattre. Mais Plagueis a été tué par Sidius, son apprenti. La Force crée, mais ne contrôle pas. Ainsi, malgré son statut d'élu de la lumière, Anakin Skywalker a basculé du côté obscur. Ses enfants, Luke et Leia, sont devenus les héritiers de la lumière, deux Jedi pour affronter deux Sith Vador et Sidius.

Après la victoire des jumeaux, le côté obscur a alors fait de Ben Solo, le fils de Leia, son champion, forçant ainsi le côté lumineux à choisir Rey, petite-fille de Sidius. Les deux côtés de la force se sont affrontés dans une bataille où les familles Palpatine et Skywalker ont été leurs épées.

Pour mettre fin à cette guerre, Rey a décidé de maîtriser l'équilibre la parfaite harmonie entre la lumière et l'obscurité. Elle y arriva preuve son sabre laser de couleur doré. Faisant d'elle l'une des forces sensitives les plus puissantes à avoir jamais vécu. Elle a même tenté d'enseigner l'équilibre à d'autres pour continuer l'harmonie entre les deux côtés, Mais beaucoup de ses disciples ont succombé à la tentation du côté obscur.

Pire certain ont été détruits de l'intérieur, leurs corps et esprit devenant un champ de bataille entre deux forces les poussant à perdre la raison. Elle abandonna et interdis l'apprentissage de cette technique qu'elle jugea trop dangereuse au sein du Nouvel Ordre. Pendant des années, Rey pensait avoir mis fin à la guerre entre les deux côtés de la Force.

Jusqu'au jour juste avant sa disparition à l’age de 120 ans où elle m'a vue dans un rêve, moi, sa descendante bénie par la lumière. C'étaient ses dernières parole au clan Brightstar. Qu’une force sensitive extraordinaire du côté lumineux allait un jour naitre de leur famille, qu’ils la reconnaîtront, car elle naîtra un jour de printemps ou la présence de la force sera des plus forte, ou les fleures qu’on pensera morte se rouvriront, qu’un soleil ardant dans le ciel ne fera qu’éclairer de sa lumière et non bruler de sa chaleur. Que L’Enfant naîtra sans cri que le premier son qu’on entendra de lui sera un rire. Qu’elle aura les yeux noisette de sa mère.

– Attend, si la guerre entre les côtés de la force est de retour, et si le côté de la lumière t'a choisi comme sa championne, cela veut dire qu'il y a un élu des ténèbres aussi. Déduit Coleman.

– Oui bravo Coleman. Le félicita Meywine

– Et vous pensez que c'est Elio ? Dit Sedu comme s’il ne croyait rien de ce qu’il venait entendre.

– Ce n'est pas moi qui le pense Sédu, ce sont les disciples de Korriban. Le Mirialan adulte a raconté à Braum que le premier hôte de Nihilus avait, lui aussi, fait un rêve prémonitoire, un Mirialan tromper dans le côté obscur verra le jour pour défier la descendante de la dernière Jedi.

– Oui cela semble logique, si le côté lumineux a prévenu Rey, le côté obscur a lui prévenu celui qu’il jugeait comme son déscipline le plus fort, donc Nihilus. Surement pour mettre en place une organisation qui formerait cet élu des ténèbres, comme les Brightstar t’ont formé Mey depuis ta plus jeune enfance. Théorisa Coleman.

– Je ne pense pas que Nihilus cherche un apprenti ou un successeur, Coleman. Dit Meywine d’un ton effrayé.

– Ne me dis pas que tu penses qu’il veut se servir d’Elio comme nouveau hôte ? Lui demanda Sedu inquiet.

– Avec son affinité naturelle pour le côté obscur, Nihilus obtiendra enfin un corps à la hauteur de ses espérances. Ce n’est pas pour rien que ses sbires ont dit à Braum qu’il était mourant, Elio est sa vraie chance pour retrouver les pouvoirs qu’il détenait il y a longtemps. Il pourra de nouveau plonger la galaxie dans la guerre et le sang.

S’il a été battu avant, c’est parce qu’il a été pris en traitre par ses adorateurs, et que son corps métallique le limitait face au Jedi. Mais une fois ressuscité dans le corps d’un élu du côté obscur, rien ne pourra l’arrêter.

Et comme il n’a plus de temps à perdre, il joue le tout pour le tout et il a envoyé tous les criminels de cette galaxie après nous. Une prime de 20 millions, il faut être sacrément désespéré.

– Tout ceci est absurde. Comment cette secte a-t-elle pu exister pendant pratiquement 400 ans sans que les Jedi en entendent parler? Les trois familles ont tout fait pour la trouver, comment ont-elles pu passer à côté ? Dit Sédu, incrédule, exprimant son scepticisme.

À la surprise du trio, Braum, désormais réveillé qui prit la parole

– Le prêtre noir a suivi l’exemple de votre très cher Rey avec un petit twist. Il a fondé une famille qui l’endoctrina dans l’amour du côté obscur, cette famille resta isolée et confinée à elle-même pendant concrètement quatre siècles.

Ils ont même offert certain de leurs enfants soit comme nourriture, soit comme corps pour ce monstre. Ils ont aussi beaucoup œuvré dans l’ombre à accroître leurs richesses. Ils ont attendu jusqu'à ce que le dernier Avatar de Nihilus entende parler de ta naissance, fille de la prophétie, il y a 21 ans, pour commencer à mettre leur plan en exécution.

Il faut dire que les Brightstar étaient si fiers de voir la prophétie se réaliser, ils voulaient t’afficher à la galaxie comme une arme de dissuasion, ils t’ont vendu comme la réincarnation de Rey pour mettre au rang tout le monde, que cela soit les Jedi, la république stellaire et les syndicats criminels.

Dès que tu as pointé ton nez petite brightstar, la secte de disciples de Koriban a été formé, et ils ont commencé à recruter leurs agents grâce aux arènes de combat clandestines. Comme celle de ton père, Coleman.

Tu sais ton histoire est assez célèbre dans le nouvel ordre fils de Jerone. Mais ce que tu ne sais peut-être pas, c'est que Haris Brightstar n’a pas débarqué dans ta vie juste pour mettre fin aux souffrances de pauvres petits orphelins et créatures forcé à se battre

Non, le jour où il a séparé la tête de ton paternel de son cou, les Jedi avaient eu vent d'une secte à l'intérieur de cette arène et sont allés enquêter, mais ils n’ont rien trouvé de concret. La secte ne fait partie d'aucun syndicats criminels, ils ne sont que leurs clients via multiple companies impossible a tracés.

Nihilus a eu les trois familles à l'usure, il a attendu sans rien faire, sans rien tenter. Il faut dire que, avec le temps, l'engagement des trois familles s'était affaibli. De plus en plus de membre se rebellent contre le serrement des fondateurs. Certains ne voulaient même pas être Jedi.

– Comment sais-tu tout cela ? Hurla Coleman dans la grotte, perturbant le sommeil d’Elio avec le son de sa voix résonnante.

Le Jedi renégat, arborant un air fou, éclata de rire

– Parce qu'on m'a envoyé chez le Nouvel Ordre Jedi pour l'espionner, et c'est exactement ce que j'ai fait, et plutôt bien même. J'ai vécu parmi vous et j'ai appris énormément de choses. C'est pour ça que Nihilus est venu me voir, puisque la partie la plus difficile de son plan n'était pas de capturer le petit, mais ce qui venait ensuite. Il devait grandir et accroître ses pouvoirs dans son nouveau corps sans attirer l'attention des Jedi, et c'est là que j'aurais pu l'aider.

Il continua en passant à une voix pleine de menace

– Mais tu sais quoi ? Finalement, vous êtes tous fous, Jedi et Sith. Vous êtes tous aussi arrogants les uns que les autres. Vous croyez vous battre pour de grandes causes, la lumière de la paix contre le contrôle des ténèbres. Mais en réalité, vous êtes destinés à cette danse pour toute l'éternité, en brûlant tout ce qui aura le malheur de croiser votre route. Alors moi et bien moi, je vais me mettre de côté et admirer le spectacle. Faites en sorte de me divertir.

– La seule chose qui va te divertir, c'est compter les gouttes tombant du plafond de ta cellule sur Mytus VII, espèce de vermine. Tu n'as aucun honneur. Tout ce que tu veux, c'est te complaire dans l'idée que rien ne compte, que tout est déjà foutu d'avance.

Mais tu te trompes lourdement. Nous allons achever ce que les fondateurs ont commencé. Pendant que nous ramènerons la paix dans la galaxie, toi, tu croupiras en prison. Lui annonça Coleman, les yeux remplis de Logo Fanfictions.fr

Accueil
Star Wars
Star wars épisode 10: Le Nouvel ordre Jedi
Chapitre 16 : Les élus de la lumière et des ténèbres.
Star wars épisode 10: Le Nouvel ordre Jedi
NightwingNad
Continuation / Action / Science-fiction
Aucune review 3 vote(s) de lecteurs, moyenne de7 sur 10 3 évaluation(s)
Nombre de commentaires:3
Nombre de lectures:705
Nombre de téléchargements:462
Chapitre 16 : Les élus de la lumière et des ténèbres.
4423 mots, Catégorie: T

Dernière mise à jour il y a environ 13 heures

0commentaires
7lectures

16 - Les élus de la lumière et des ténèbres.


Dans la grotte, Sédu et Coleman n’en revenaient pas. L'expression de terreur sur le visage de Meywine était si inattendue qu'ils restèrent figés plusieurs minutes. Sortant de sa léthargie, Coleman se hâta de vérifier l'état de Braum et le trouva inconscient.

Meywine demanda à Sédu si Elio était aussi endormi, ce que Sédu confirma. À cela, Meywine fit signe à ses amis de la suivre à l'entrée de la grotte. Sédu posa délicatement le petit Mirialan sur le sol et le couvrit de son manteau.

Coleman craignait ce qu'il allait entendre. Une réaction aussi intense que celle de Meywine ne présageait rien de bon. Arrivés à l'entrée de la grotte, c'est Sédu qui prit la parole, interpellant la Brightstar

–Qu'as-tu découvert dans l'esprit de Braum ?

– Quelque chose de terrible. Rey avait raison. Elle avait raison. Répéta La Jedi d’un ton alarmé

– De quoi tu parles, Mey? Elle avait raison sur quoi, la Grande Rey? S'exclama Coleman prenant Meywine par les épaules afin de l’empêcher de faire les cent pas.

La jeune Jedi prit une longue inspiration, le doute se lisant sur son visage, puis elle déclara.

– Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de vous dire ce que je sais. Mais je vais quand même le faire. Au départ, j'étais contre le fait de vous le cacher. Vous avez grandi avec nous, les Brightstar, vous avez le droit de savoir

Les deux compères écoutaient avec attention les paroles de leurs camarades, évitant toute interruption.

Meywine poursuivit son récit.

– À la création du Nouvel Ordre Jedi et pendant le démantèlement des reliques Sith d’Hexgon, Rey a découvert qu'un prêtre noir avait réussi à s'échapper lors de la dernière bataille. Il tentait désormais de rassembler des artefacts Sith. Avec Gavi Solaris, elle est partie en mission pour traquer ce prêtre et l'empêcher de mettre la main sur ces objets. Au cours de leurs investigations, ils ont découvert que ce prêtre cherchait une chose en particulier « le masque de Darth Nihilus ».

En explorant l'histoire de ce Sith pendant la Guerre civile galactique, Rey et Solaris ont découvert que Nihilus n’était pas n’importe quel Sith. Il était parmi les plus redoutables que la galaxie n’a jamais connus. Il était craint par les Jedi mais aussi par ses propres disciples, les Sith eux même le voyaient comme une calamité qui s’était abattue sur eux. Darth Nihilus n’avait pas seulement comme ambition de contrôler la galaxie, mais il cherchait à dompter la vie elle-même source de toute création.

Il développa une nouvelle capacité effrayante qui consiste à absorber la force vitale des êtres vivants. Il poussa sa connexion au côté obscur jusqu’à pouvoir aspirer la vie d'une planète entière et de ce fait durant la guerre, il a anéanti de nombreuses civilisations. Par contre, ce que Nihilus n’a pas calculé, c’est que cette compétence l’a rendu très dépendant, comme un addict, il ne pouvait plus se passer de la force vitale assassinant même ses proches pour en obtenir. Il fut trahi par les siens, son corps mutilé, il n’a pas eu autre choix que de transférer l’essence même de son etre dans son masque afin de survivre. Il s’est fait construire une armure métallique comme nouveau corps pour continuer sa quête de désolation. Des Jedi de l'époque ont confronté Nihilus et ont réussi à détruire son nouveau corps, ils ont ensuite enterré son masque, indestructible, dans un lieu secret.

Des siècles passèrent, durant l’ère de l’empire, Palpatine a chargé ses prêtres de fouiller les archives de l'ordre Jedi pour retrouver le masque, sans succès. Il semblerait que le prêtre noir était de ceux chargés de cette mission.

– Pourquoi nous parles-tu d'un vieux Sith ? Parle-nous de ce que les Brightstar nous ont caché. Interrompit Coleman alors que Sédu lui donnait un coup de coude

–J'y viens ! dit Meywine d'un ton irrité tout en continuant son récit.

–Plus d'une vingtaine d'années sont passée sans que Rey trouve le prêtre noir, et cette quête était devenue son obsession. Elle consacra tout l'Ordre Jedi à cette mission. Un événement particulier renforça sa détermination, un convoi des Solaris se rendant aux phares d'Endor, alors en construction, fut attaqué par des mercenaires, entraînant la disparition de plusieurs holocrons Sith.

Rey et son mari, Hérold Brightstar ont traqué et récupéré tous les holocrons sauf deux. Ne me posez pas de questions sur ses deux holocrons je vous expliquerai leurs roles plus tard. Quoi qu'il en soit Rey était convaincue que le prêtre noir était derrière cette attaque. Sa paranoïa grandissait, envoyant les chevaliers dans les quatre coins de la galaxie délassant d’autres problèmes important pour l'ordre.

Le Conseil du Nouvel Ordre Jédi a commencé à remettre en question son leadership, se demandant si son passé familial, en tant que petite-fille d'un Sith, influençait ses actions, et si elle ne négligeait pas les intérêts de la galaxie. Pour eux, il n'y avait aucune preuve indiquant que le prêtre noir avait lui-même réussi à retrouver ce masque ni qu'il était lié au vol des Holocron. Ce prêtre n'était pour le conseil qu'un fantôme que Rey chassait.

Sachant que le Conseil devenait impatient à son égard, et pour éviter des tensions et des discords qui mettraient en pérille ce jeune ordre. Rey convoqua les chefs des trois familles fondatrices : Harlod Brightstar, Malek Laurine et Gavi Solaris. Tous trois étaient fidèles à Rey et croyaient en la nécessité de poursuivre la traque du prêtre noir. Ensemble, ils élaborèrent un plan pour continuer cette mission tout en préservant l'intégrité de l'ordre. Chaque famille jouera un rôle prédéfini au sein de l'Ordre Jedi. Les Brightstar seront chargés de traquer les adeptes du côté obscur et de surveiller les organisations criminelles, en assumant la responsabilité principale de la prison de Mytus VII. Les Laurine, dotés d'un sens politique, seront les porte-parole des Jedi au Sénat de la République Stellaire. Ils seront également présents dans divers temples galactiques pour détecter toute influence Sith parmi les politiciens et les représentants de la république pour éviter d’avoir un nouveau Palpatine.

Les Solaris seront quant à eux responsables des phares d'Endor et poursuivront la quête des artefacts Sith, tout en recherchant le masque de Darth Nihilus au cas où le prêtre n'aurait pas réussi à le trouver. Sachant les capacités des sith à rester dans l'ombre pendant longtemps, les membres des trois familles s'engagerent à ne pas briguer de postes au sein du Conseil de l'Ordre Jedi et ne jamais se détourner de leur mission assignée. Rey a annoncé cette décision au conseil, et a dissimulé la nature de sa décision sous le motif selon lequel elle craignait que les descendants des fondateurs ne cherchent à s'approprier le pouvoir au nom de leurs ancêtres. Peu de temps après elle renonça à son titre de Grand Maître, qui a été transmis à son ami Finn, lequel a été mis dans la confidence. Il est devenu de coutume qu'on révèle la nature du serment au nouveau grand maitre élu, afin que ce dernier s'engage en secret à les aider dans leur quête sans pour autant négliger les autres devoirs de l'ordre. Les membres des familles Brightstar, Laurine et Solaris ont depuis leur destinée tracée dès leur naissance, et ne peuvent s'en détourner sous peine d'être bannis de leur famille.

Sédu, enregistrant les informations données par Meywine, demanda

– Donc c'est pour cela que Maitre Haris va devenir haut gardien. Alors qu'il pourrait être grand maitre un jour, il en a l'étoffe. Le serment vous oblige à sacrifier vos propres ambitions pour cette cause.

– Oui, pour vous dire la vérité, papa en a assez de cette vie de Jedi. Si ça tenait à lui, il aurait arrêté depuis longtemps. Il ne croit pas au retour de Darth Nihilus. Il a parcouru la galaxie à la recherche des manipulateurs du côté obscur et a vu son lot d'horreurs. Mais maintenant, c'est à lui de veiller à ce que les criminels qui pourraient s'associer à des Sith restent enfermés. Je pense que c'est pour cela qu'il a refusé de vous en parler. Il pensait que par loyauté envers lui, vous suivriez la voie des Brightstar. alors qu'il veut que vous soyez libres de vos choix. Répondu l’héritière Brightstar d’une voix triste.

– Et toi, comment as-tu appris tout cela ? Intérrogea Coleman ,Meywine.

– Lorsqu'un membre des trois familles achève sa formation et se prépare à assumer son rôle, le responsable de sa famille lui révèle le serment et la mission secrète qui ont été décidés par nos ancêtres. J'ai donc appris tout cela, il y a deux ans après avoir été nommé chevalier. Avoua Meywine.

– Et en quoi tout cela concerne notre histoire ? Quel est le lien avec Braum ? Posa Sedu la question.

Meywine, pris un ton sérieux avant d’annoncer

– Les trois familles ont échoué. Je ne sais pas comment, mais le prêtre noir ou des complices à lui ont trouvé le masque. Enfin, j'ai compris de quoi parlait Braum avec les trois autres. C'était une langue codé complexe. Ils lui ont révélé qu'ils faisaient partie des Disciples de Korriban, une secte fondée par le seigneur sith Darth Nihilus. Ils ont entendu parler de sa défection des rangs Jedi et s'il réussissait à ramener Elio à leur maître, il lui offrira une place près de lui lorsqu'il conquerra la galaxie.

– Mais Pourquoi Elio ? Cria Sedu. Coleman réagit avant sa cammarde

– Arrête Sédu. Tu as vu ce qu'il a fait dans le transporteur. Il est clairement lié au côté obscur. Ils cherchent sûrement à le recruter parmi leurs disciples.

– C'est bien plus grave que ça. Le Mirialan a tout expliqué en détail à Braum. Il y a des siècles Darth Nihilus a été réssucité par cette secte fondée par le prêtre noir, mais ils n'ont jamais réussi à transférer son esprit dans un être sensible à la Force assez fort pour qu’il exploite son potentiel. Et cela à cause de l'activité du nouvel ordre qui accapare les meilleures forces sensitives. À chaque fois qu'il possède un corps, l’essence même de Nihilus est affaibli et doit se nourrir de la force vitale des autres pour rester accrocher à la vie. Mais cela provoque la détérioration du corps ce qui l’oblige à changer de hôte. Après avoir épuisé toute son essence, il est définitivement mourant, il ne pourra changer de corps qu'une dernière fois, et ce sera dans le corps d’Elio, l'élu des ténèbres.

– Encore cette histoire d'élu des ténèbres ! Soupira Sédu, l'air exaspéré.

Meywine, poursuivant sans se laisser détourner.

– Je vous ai parlé des deux Holocrons volés. Les Solaris ont réussi à comprendre de quoi il s'agissait. Le premier traitait de l'ascension des Sith. Quand un Jedi atteint l'ascension, il fusionne avec la Force ne faisant plus qu’un avec elle et trouvant la paix éternelle. Pour un Sith, c'est l'inverse. Leur esprit reste enchaîné ici, souffrant éternellement, cherchant un nouveau corps à posséder. Souvent, leur essence est emprisonnée dans un objet qui leur appartenait de leur vivant, comme le masque de Darth Nihilus. Le deuxième Holocron contenait une partie du Journal de Sidius, évoquant la théorie des élus de la lumière et des ténèbres.

– Laisse-moi deviner, tu es l'élu de la lumière. Dit Coleman, sarcastiquement.

Meywine, poursuivant toujours comme si elle se parlait à elle-même.

– C'est un peu plus complexe que ça. D'après Sidius, les expériences de son maître, Darth Plagueis, ont tellement perturbé l'équilibre de la Force que le côté lumineux a créée Anakin Skywalker pour le combattre. Mais Plagueis a été tué par Sidius, son apprenti. La Force crée, mais ne contrôle pas. Ainsi, malgré son statut d'élu de la lumière, Anakin Skywalker a basculé du côté obscur. Ses enfants, Luke et Leia, sont devenus les héritiers de la lumière, deux Jedi pour affronter deux Sith Vador et Sidius.

Après la victoire des jumeaux, le côté obscur a alors fait de Ben Solo, le fils de Leia, son champion, forçant ainsi le côté lumineux à choisir Rey, petite-fille de Sidius. Les deux côtés de la force se sont affrontés dans une bataille où les familles Palpatine et Skywalker ont été leurs épées.

Pour mettre fin à cette guerre, Rey a décidé de maîtriser l'équilibre la parfaite harmonie entre la lumière et l'obscurité. Elle y arriva preuve son sabre laser de couleur doré. Faisant d'elle l'une des forces sensitives les plus puissantes à avoir jamais vécu. Elle a même tenté d'enseigner l'équilibre à d'autres pour continuer l'harmonie entre les deux côtés, Mais beaucoup de ses disciples ont succombé à la tentation du côté obscur.

Pire certain ont été détruits de l'intérieur, leurs corps et esprit devenant un champ de bataille entre deux forces les poussant à perdre la raison. Elle abandonna et interdis l'apprentissage de cette technique qu'elle jugea trop dangereuse au sein du Nouvel Ordre. Pendant des années, Rey pensait avoir mis fin à la guerre entre les deux côtés de la Force.

Jusqu'au jour juste avant sa disparition à l’age de 120 ans où elle m'a vue dans un rêve, moi, sa descendante bénie par la lumière. C'étaient ses dernières parole au clan Brightstar. Qu’une force sensitive extraordinaire du côté lumineux allait un jour naitre de leur famille, qu’ils la reconnaîtront, car elle naîtra un jour de printemps ou la présence de la force sera des plus forte, ou les fleures qu’on pensera morte se rouvriront, qu’un soleil ardant dans le ciel ne fera qu’éclairer de sa lumière et non bruler de sa chaleur. Que L’Enfant naîtra sans cri que le premier son qu’on entendra de lui sera un rire. Qu’elle aura les yeux noisette de sa mère.

– Attend, si la guerre entre les côtés de la force est de retour, et si le côté de la lumière t'a choisi comme sa championne, cela veut dire qu'il y a un élu des ténèbres aussi. Déduit Coleman.

– Oui bravo Coleman. Le félicita Meywine

– Et vous pensez que c'est Elio ? Dit Sedu comme s’il ne croyait rien de ce qu’il venait entendre.

– Ce n'est pas moi qui le pense Sédu, ce sont les disciples de Korriban. Le Mirialan adulte a raconté à Braum que le premier hôte de Nihilus avait, lui aussi, fait un rêve prémonitoire, un Mirialan tromper dans le côté obscur verra le jour pour défier la descendante de la dernière Jedi.

– Oui cela semble logique, si le côté lumineux a prévenu Rey, le côté obscur a lui prévenu celui qu’il jugeait comme son déscipline le plus fort, donc Nihilus. Surement pour mettre en place une organisation qui formerait cet élu des ténèbres, comme les Brightstar t’ont formé Mey depuis ta plus jeune enfance. Théorisa Coleman.

– Je ne pense pas que Nihilus cherche un apprenti ou un successeur, Coleman. Dit Meywine d’un ton effrayé.

– Ne me dis pas que tu penses qu’il veut se servir d’Elio comme nouveau hôte ? Lui demanda Sedu inquiet.

– Avec son affinité naturelle pour le côté obscur, Nihilus obtiendra enfin un corps à la hauteur de ses espérances. Ce n’est pas pour rien que ses sbires ont dit à Braum qu’il était mourant, Elio est sa vraie chance pour retrouver les pouvoirs qu’il détenait il y a longtemps. Il pourra de nouveau plonger la galaxie dans la guerre et le sang.

S’il a été battu avant, c’est parce qu’il a été pris en traitre par ses adorateurs, et que son corps métallique le limitait face au Jedi. Mais une fois ressuscité dans le corps d’un élu du côté obscur, rien ne pourra l’arrêter.

Et comme il n’a plus de temps à perdre, il joue le tout pour le tout et il a envoyé tous les criminels de cette galaxie après nous. Une prime de 20 millions, il faut être sacrément désespéré.

– Tout ceci est absurde. Comment cette secte a-t-elle pu exister pendant pratiquement 400 ans sans que les Jedi en entendent parler? Les trois familles ont tout fait pour la trouver, comment ont-elles pu passer à côté ? Dit Sédu, incrédule, exprimant son scepticisme.

À la surprise du trio, Braum, désormais réveillé qui prit la parole

– Le prêtre noir a suivi l’exemple de votre très cher Rey avec un petit twist. Il a fondé une famille qui l’endoctrina dans l’amour du côté obscur, cette famille resta isolée et confinée à elle-même pendant concrètement quatre siècles.

Ils ont même offert certain de leurs enfants soit comme nourriture, soit comme corps pour ce monstre. Ils ont aussi beaucoup œuvré dans l’ombre à accroître leurs richesses. Ils ont attendu jusqu'à ce que le dernier Avatar de Nihilus entende parler de ta naissance, fille de la prophétie, il y a 21 ans, pour commencer à mettre leur plan en exécution.

Il faut dire que les Brightstar étaient si fiers de voir la prophétie se réaliser, ils voulaient t’afficher à la galaxie comme une arme de dissuasion, ils t’ont vendu comme la réincarnation de Rey pour mettre au rang tout le monde, que cela soit les Jedi, la république stellaire et les syndicats criminels.

Dès que tu as pointé ton nez petite brightstar, la secte de disciples de Koriban a été formé, et ils ont commencé à recruter leurs agents grâce aux arènes de combat clandestines. Comme celle de ton père, Coleman.

Tu sais ton histoire est assez célèbre dans le nouvel ordre fils de Jerone. Mais ce que tu ne sais peut-être pas, c'est que Haris Brightstar n’a pas débarqué dans ta vie juste pour mettre fin aux souffrances de pauvres petits orphelins et créatures forcé à se battre

Non, le jour où il a séparé la tête de ton paternel de son cou, les Jedi avaient eu vent d'une secte à l'intérieur de cette arène et sont allés enquêter, mais ils n’ont rien trouvé de concret. La secte ne fait partie d'aucun syndicats criminels, ils ne sont que leurs clients via multiple companies impossible a tracés.

Nihilus a eu les trois familles à l'usure, il a attendu sans rien faire, sans rien tenter. Il faut dire que, avec le temps, l'engagement des trois familles s'était affaibli. De plus en plus de membre se rebellent contre le serrement des fondateurs. Certains ne voulaient même pas être Jedi.

– Comment sais-tu tout cela ? Hurla Coleman dans la grotte, perturbant le sommeil d’Elio avec le son de sa voix résonnante.

Le Jedi renégat, arborant un air fou, éclata de rire

– Parce qu'on m'a envoyé chez le Nouvel Ordre Jedi pour l'espionner, et c'est exactement ce que j'ai fait, et plutôt bien même. J'ai vécu parmi vous et j'ai appris énormément de choses. C'est pour ça que Nihilus est venu me voir, puisque la partie la plus difficile de son plan n'était pas de capturer le petit, mais ce qui venait ensuite. Il devait grandir et accroître ses pouvoirs dans son nouveau corps sans attirer l'attention des Jedi, et c'est là que j'aurais pu l'aider.

Il continua en passant à une voix pleine de menace

– Mais tu sais quoi ? Finalement, vous êtes tous fous, Jedi et Sith. Vous êtes tous aussi arrogants les uns que les autres. Vous croyez vous battre pour de grandes causes, la lumière de la paix contre le contrôle des ténèbres. Mais en réalité, vous êtes destinés à cette danse pour toute l'éternité, en brûlant tout ce qui aura le malheur de croiser votre route. Alors moi et bien moi, je vais me mettre de côté et admirer le spectacle. Faites en sorte de me divertir.

– La seule chose qui va te divertir, c'est compter les gouttes tombant du plafond de ta cellule sur Mytus VII, espèce de vermine. Tu n'as aucun honneur. Tout ce que tu veux, c'est te complaire dans l'idée que rien ne compte, que tout est déjà foutu d'avance.

Mais tu te trompes lourdement. Nous allons achever ce que les fondateurs ont commencé. Pendant que nous ramènerons la paix dans la galaxie, toi, tu croupiras en prison. Lui annonça Coleman, les yeux remplis de colère.

– Et comment tu vas faire ça petit Jedi ? Tu sais quelles sont tes options ? Parce qu'aux dernières nouvelles, tu es coincé dans une grotte dans une planète inconnu, traqué par une armée de mercenaires. Si tu veux arrêter Nihilus, il ne te reste qu'une chose très simple à faire. Prends ton sabre et tranche la tête du petit. Tu mettras fin à un complot de pratiquement 400 ans et tu sauveras ta précieuse galaxie. Lui rétorca Braum.

– Nous ne sommes pas comme toi, prêts à sacrifier des innocents pour résoudre les problèmes. Nous trouverons un moyen de vaincre Nihilus sans passer par là. Intervena Sedu.

– La voici l'arrogance des Jedi. Penser qu'une vie vaut autant que celle de millions d'autres. Tu veux protéger cet enfant, mais il n'est pas innocent, il est le champion des ténèbres.

Tu l'as vue à l'œuvre. Il grandira, ses pouvoirs avec lui, et il sera séduit par eux. Tu sais comment ça finira ? Ce sera à l'héritière Brightstar de l'affronter. Mais cette fois, rien ne lui garantira la victoire. Alors que là tout de suite, il est juste une cible facile. Lui reprocha Braum.

– Tais-toi, plus un mot. Ordonna Meywine le Nautalon.

Braum ne faisant qu’à sa tête continua sans relâche

–Et toi, Coleman ? Tu vas prendre ce risque ? Ton père était un adepte du côté obscur, tu as vu ce qu'il a fait, la souffrance qu'il a infligée à tant de gens. Vas-tu laisser quelqu'un d'autre faire la même chose ? Alors que tu as l'opportunité d'en finir avant que cela n'arrive. Surtout que si tu le laisses en vie, il finira peut-être par te prendre celle que tu aimes, celle que tu n'as pas quittée du regard pendant qu'on montait ce maudit pique et que tu as trébuché comme un clown en la léchant des yeux. Etant ton prisonnier, j'avoue, j'étais un peu jaloux. hahaha Avant que Coleman puisse répondre, Meywine leva la main pour demander le silence en abaissant deux doigts. Le renegat se mit aussitôt à ronfler. Coleman sentit ses joues brûlées, mêlant colère et gêne. Meywine et Sedu feignirent de ne rien remarquer. Pendant ce temps, Elio se leva et se précipita vers Sédu, le prenant dans ses bras.

– Ce méchant parle trop. Et vous, vous ne m'avez pas laissé dormir non plus. Se plaignit l’enfant.

– Désolé, on va faire moins de bruit. Si tu veux te rendormir, n'hésite pas. Dit Sedu avec un sourire pour cacher l’atmosphère sombre qui s’était installé dans la grotte.

Le petit Mirialan ferma les yeux, sa tête reposant sur la poitrine du Jedi. Quand ce dernier se tourna vers son amie, il demanda à Meywine

– Tu as dit que la Force crée, mais ne contrôle pas, n'est-ce pas ?

– Oui, Anakin Skywalker était l'élu de la lumière, mais il a succombé au côté obscur avant de se repentir. Ben Solo était l'élu des ténèbres avant de se sacrifier pour la lumière. Les côtés de la Force offrent leurs connexions, la tentation sera là, mais nous restons maîtres de nos choix. Répondit Meywine avec tendresse, caressant la tête du petit qui s’affalait sur la poitrine de son ami.

Après un moment de réflexion, Sédu s'adressa à ses deux compagnons avec un ton solennelle.

– Alors, il est de notre devoir à ce que cet être innocent ait également le pouvoir de choisir sa vie. Promettez-moi que vous ne révéler rien au Conseil du Nouvel Ordre concernant Elio. Suivons simplement ce que nous avons déjà décidé. Une fois les renforts arrivés, le plan de Nihilus sera anéanti. Il mourra, ou au pire, il se réincarnera une dernière fois dans l'un de ses disciples faibles. Nous informerons ensuite Maître Haris de ce qui s'est passé ici et les traquerons pour mettre une fois pour toutes fin à cette histoire qui n'a que trop durer. Notre victoire sera totale, nous aurons empêché la résurrection d’un des plus grands Seigneur Sith tout en sauvant une vie innocente.

Meywine accepta timidement la proposition du capitaine de la mission, tandis que Coleman lui semblait plus embarrassé. Quelques heures plus tard, le soleil se leva, il était temps pour le trio Jedi de se lever et poursuivre son voyage vers des contrées encore plus inconnues.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Lun 27 Mai 2024 - 22:23   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Déboussolé par sa perte de conscience, Katarn essaie de faire le point sur le situation avec Zain et Valia pour trouver un moyen de quitter Serenno.. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 17: Insurrection sur Serenno.

Dès que Katarn se réveilla,une douleur intense lui traversa immédiatement le crane, comme si quelqu'un l'avait mitraillé de coup marteau. Il se trouvait allongé sur la banquette, sa tête bourdonnante. Tentant de se redresser, des vertiges le saisirent, obligeant Valia à se précipiter vers lui pour le rallonger. Le visage de la Zeltronne lui apparaissait quelque peu flou, il ne pouvait reconnaître que sa peau rose, rassemblant ses forces.

Il lui demanda ce qui s'était produit et comment il s'est retrouvé avec un bandeau sur la tête.

– Vous avez heurté votre tête violemment contre le plafond lorsque les chasseurs fighters de l'armée de Serenno nous ont attaqués. Vous vous êtes évanoui et vous avez une grosse blessure, donc j'ai dû vous mettre un bandage. Lui rapporta son apprentie.

– Où sommes-nous ? demanda le Jedi, toujours groggy à cause de la douleur.

– Je n'en suis pas certaine. Répondit-elle. Nous avons été pris pour cible en plein vol. Nous nous sommes écrasés dans le fleuve. Je ne comprends pas vraiment, mais Harlow a commencé émettre un son métallique. Nous sommes restés immergés pendant plusieurs heures avant de ressortir ici. Zain est sorti pour vérifier, mais nous semblons avoir émergé près des chutes du fleuve.

– Harlow possède trois modes un mode spatial pour les voyages dans l'espace, un mode terrestre pour se déplacer sur terre, et un mode aquatique pour plonger sous l'eau. Expliqua Katard.

Des petits bips retentirent, signalant que le vaisseau n'était pas en grande forme.

– Ah, je vois. Tu as utilisé toute ton énergie pour activer ton mode aquatique et échapper aux chasseurs. Mais tu as pris un sacré coup, tu as besoin de réparations pour pouvoir voler à nouveau. Comment se porte ton mode terrestre ? s'inquiéta le chevalier .

Le vaisseau émit un son faible, rappelant celui d'un animal blessé.

– Si tu peux encore te déplacer, c'est déjà un bon début. Il va falloir que tu tiennes bon, mon ami. Car tu es notre seul espoir pour partir d'ici. Ajouta-t-il.
La porte du vaisseau s'ouvrit soudainement, Zain apparut tenant des gourdes d'eau, le visage noir d’appréhension . Sans demander comment se portait Katarn, il déclara

– Alors, tu lui as montré, Valia?

– Me montrer quoi ? Interogea le Jedi.

Harlow, qui entendait la discussion, annonça à Katarn avec une série de bips qu'une communication a été diffusé sur tous les canaux de la planète et projeta un hologramme du général Dox s'adressant aux habitants de Serenno:

‘’ Citoyens de Serenno, aujourd'hui, je me tiens devant vous, non seulement en tant que général de notre fier armé, mais en tant que gardien dévoué de notre héritage, de notre culture et de notre identité.

Depuis trop longtemps, nous avons été témoins des tentatives insidieuses de la République Stellaire Unifiée pour effacer nos traditions, nos croyances et notre mode de vie sacré.

Regardez autour de vous. Les vestiges de notre histoire ont été étouffés par les tentacules corrompus des traîtres vendus à la République. Nos monuments, nos temples millénaires tombés aux mains des Jedi. Nos coutumes, nos rites ancestraux, relégués au rang de superstitions dépassées. Nos fils et nos filles, enrôlés dans les rangs d'une force étrangère abandonnant leur propre destinée pour servir les ambitions de bureaucrate sans scrupules.

Mais je vous le dis aujourd'hui, mes compatriotes, nous ne resterons pas passifs devant cette usurpation de notre souveraineté et de notre dignité. Nous sommes les gardiens de notre planète, les héritiers de nos ancêtres, les défenseurs de notre identité. Il est temps de nous lever et de résister à l'oppression de l'envahisseur !

Rappelez-vous, mes chers concitoyens, de nos ancêtres, de ces hommes et femmes fiers qui se sont rebellés il y a bien longtemps contre l'oppression et l'injustice de la république et qui en ont payé le prix fort. Des hommes et des femmes qui ont refusé de s'agenouiller. Leur souvenir résonne encore en nous, car nous portons dans nos cœurs le même feu qui animait leurs âmes courageuses.

Comme eux, nous refusons de plier l'échine devant ceux qui cherchent à nous asservir et à nous priver de notre liberté.

Face à la menace que représente la République stellaire unifié et son parlement galactique corrompu. Qui n'a jamais caché son favoritisme envers les ancies planète résistantes, avec l’aide des subordonnés dont ils savent ma dévotion pour notre planète et notre destinée commune, j’ai décidé de mettre fin à notre asservissement à la république stellaire unifiée.

Je vous annonce aujourd'hui que ma première action en tant que nouveau leader de Serenno sera de chasser la République de nos terres en détruisant leur base au sud. Tous ceux ralliés aux rangs de l'envahisseur seront sévèrement réprimandés, tout les complices de la république ne seront plus tolérée. Par conséquent, la loi martiale a été déclarée afin de traquer et d'éliminer tout traître envers notre patrie.

Cette base militaire de la République symboles de l'occupation étrangère doit être effacé de notre sol, afin que nous puissions recouvrer notre souveraineté et notre liberté.

La planète Serenno, autrefois un joyau de notre système solaire, est devenue le bastion de cette institution malfaisante et maléfique dans le but et de s'enrichir sur notre dos . Mais je vous le promets, mes compatriotes nous ne laisserons pas cette injustice perdurer. notre armée puissante et déterminée, renversera les forces d'occupation et restaura l'honneur de notre planète.

Que cette action marque le début d'une nouvelle ère de renouveau pour notre planète. Que nos ennemis sachent que nous ne reculerons devant rien pour défendre notre peuple. Ensemble, nous accomplirons des prouesses que nos ancêtres n'auraient osé rêver. Ensemble, nous restaurerons la grandeur de notre planète et nous laisserons notre empreinte dans l'histoire galactique. Pour la liberté, pour la justice, pour notre Serenno bien-aimée !”

L'hologramme se termina alors que Zain faisait les cent pas répétant.

– Nous sommes foutus, nous sommes foutus, foutus !

– Calme-toi, tu aggraves mon vertige. Lui lança Katarn se tenant toujours la tête.

– Me calmer ? Nous sommes piégés sur cette planète, sans communication, sans moyens de nous échapper à cause d'une insurrection sortie de nulle part. Répliqua Zain, toujours avec un ton effrayé.

Après quelques instants de réflexion, le Jedi plongé dans ses pensées demanda à Harlow

– Quelle est l'état des communications. Harlow?

Harlow avec une série de bip indiqua que toutes les communications extra planétaire étaient brouillées et qu'une tentative d'appeler Scarif ne ferait que révéler leurs positions.

Le chevalier se tourna ensuite vers Zain et lui demanda

–D'accord Solaris parle-moi de la boîte que vous avez trouvée. Où se trouve la bague que tout le monde semble recherchait ?

– Quand ils m'ont poursuivi jusqu'en ville. Je ne savais pas quoi faire. J'ai pris la boîte et je l'ai jetée dans une ruelle. Quant à la bague, eh bien... je l'ai avalée. Répondit Zain avec un air de panique.

– Tu l'as avalée ? S’exclamèrent Valia et Katarn ensemble. Le maître, repris son calme, continua

– Elle est toujours à l'intérieur, ou tu l'as déjà expulsée ?

Zain, avec une pointe de honte, sortit la bague de sa poche.

– Elle est sortie, ne vous inquiétez pas. Je l'ai lavée dans la rivière. Dit-il.

Le padawan chercheur tenait entre ses mains une petite bague ornée d'un diamant rouge vif étincelant. Elle dégageait une aura sinistre que Katarn et Valia ressentirent instantanément.

– As-tu une idée pourquoi ils recherchent cette bague ? Questionna Katarn.

– Non, je ne sais pas. Elle est étrange cette bague. Ma psychométrie est fragmentée, je ne vois que des flashes sombres, je n'ai jamais eu autant de mal à lire un objet. Affirma Zain tout en faisant tourner la bague entre ses doigts lui jetant un regard plein de colère.

Valia qui observait l’interrogatoire que menait Katarn avec Zain, décida de s’injecter dans la discussion.

– Vous pensez quoi de ce coup d'État maître? Son timing est beaucoup trop suspect.

– Oui, il est impossible de monter un coup d'État en quelques heures, il faut un minimum de préparation. Je pense qu'ils ont simplement accéléré un plan qui était déjà en place. Dox est trop faible pour être le cerveau de l'opération. La Sith que j’ai affronté Darth Kachina, ne semble pas être la véritable chef non plus. Le déplacement du chef de Drevenko jusqu'ici , alors qu'il est connu pour ne pas aimer se monter.Cela suggère qu'ils obéissent tous à un maître, un maître puissant. Au début, il était prévu que le syndicat Dravenko soit responsable de l'attaque sur le groupe de chercheurs en cas de témoins qui rapportaient les faits aux autorités.

Notre intervention pour sauver Zain allaient mettre à jour une machination impliquant les trois parties et par ricochet leurs maîtres. Comme ils ne savaient si nous avions survécu ou non, ils n’ont pas eu d’autre choix que de mettre la planète en quarantaine. Je pense que coup d'État était prévu après qu’ils auraient mis la main sur la bague, mais notre intervention les a forcés à le précipiter pour nous empêcher de communiquer avec le temple Jedi. Déduit le chevalier Jedi.

Une Sith ? mais , mais c’est impossible maître ! Beguaya Valia

Il n’y a que ceux qui baignent dans la culture des sith qui se réclament «Darth » Généralement même les manieurs sombres les plus arrogants évitent de le porter, car ils savent que c’est une provocation que les Jedi ne laisseront pas passer. Donc si elle s’est annoncée comme telle, c'est qu’elle n’est pas juste une manieuse sombre, mais bien une Sith formée à l’art du côté obscur.

– Je te l’ai dis Valia que celle qui m’a capturé était une Sith, bon revenons au vrai sujet. Quel est le but faire ce coup d'État ? Nous ne sommes plus à l'époque de l'Ancienne République. La République Stellaire est plus souple et offre bien plus de liberté que sa prédécesseur. Le discours de ce général n'a aucun sens, c’est juste un ragoût de nationalisme digne d’un gamin écervelé. Rétorqua Zain.

Katarn, toujours songeur, ajouta

– Si le but était la bague et que le coup d'État aurait eu lieu après son obtention, cela signifie que le coup d'État en lui-même avec ou sans la bague n'est qu'une diversion pour attirer l'attention sur Serenno. Les Jedi et les forces de la République vont bientôt arriver ici. Pendant ce temps, je parie que leur maître à d'autres plans ailleurs qu'il veut exécuter sans prendre le risque qu'il soit interrompu.

– Mais ils n'ont pas la bague. En tout cas pas encore. Fais remarquer Valia

– Effectivement. Cela signifie qu'ils vont probablement essayer de la récupérer tout en se débarrassant de nous, et cela, avant l’arrivée de l’armée de la république. Dans leurs actions tout indique que maintenant, ils cherchent à gagner du temps et détourner les regards, jusqu'à ce que leurs maîtres réussi ce qu'il cherche à entreprendre.

– Et désormais, que devons-nous faire ? Demanda Zain inquiet.

Katarn ignorant la question de l'héritier Solaris, se tourna vers son vaisseau.

– Harlow, tu as scanné Serenno à notre arrivée. Tu sais où se trouve la base militaire de la République Stellaire. Montre-la-nous.

Harlow s'exécuta en diffusant la carte de la planète, marquant en rouge l'emplacement de la base.

– Exactement, acquiesça Katarn. Plein sud de notre position. Nous allons nous diriger vers la base en utilisant le mode terrestre de Harlow. Nous passerons par les grandes forêts pour rester à couvert. Ça nous prendra environ cinq jours pour y arriver. Les communications de la base sont plus développées que celles de Harlow et peuvent faire passer des appels malgré les brouilleurs des insurgés. De là-bas en contactera le temple Jedi pour faire notre rapport. Annonça le chevalier à son groupe.

–Je suis d'accord. Approuva Valia. Cela semble être la seule option. Nous devons nous mettre en marche maintenant. Nous avons déjà perdu assez de temps, et cette Darth Kachina doit certainement nous chercher.

Elle continua en s'adressant d’une voix tendre à Harlow.

– Harlow, je sais que tu es mal en point, mais je te fais confiance pour nous amener là-bas. Une fois arrivés, nous te réparerons et tu seras comme neuf.

Le vaisseau émit des bips décidés, indiquant qu'il était déterminé à faire de son mieux pour accomplir sa mission.

– Il semble que ce vaisseau t'apprécie bien, Valia ! Commenta Zain, étonné.

– Harlow n'est pas juste un vaisseau, c'est notre ami. Je ne le connais pas depuis longtemps, mais je sais qu'on peut compter sur lui. C'est lui qui a insisté pour que nous venions te sauver, Zain. Lui répondit la Padawan avec un joli sourire.

– Alors, je lui dois un grand merci ! ! S’exclama Zain

Hausant la voix comme s’il parlait à une personne malentendante, le Solaris cria

– MERCI HARLOW.

Le son du padawan chercheur résonna dans la tête de Katarn, comme une vague déferlante de douleur.

– Oh, doucement, il n'est pas sourd. D'ailleurs, où est le merci Katarn d'avoir affronté une armée pour sauver tes fesses?!! Lui reprocha le Jedi d’un ton aigri.

– Moi, vous remerciez ? Vous m'avez jeté par une fenêtre, jamais, je n'oublierai ça. Dit sèchement Zain d’un regard plein de mépris.

– Tu sembles être du genre tendre, toi. Comment as-tu fait pour résister à l'interrogation des Mythrols ? Lui demanda le chevalier d'un ton sarcastique.

– À chaque fois qu'ils me touchaient, je m'évanouissais. J'ai passé plus de temps à dormir qu'à être interrogé. Confia Zain avec un soupir.

– Bon, eh bien, quel courage !! Ton nom sera gravé dans le Hall des Braves au temple ! déclara Katarn avec un sourire narquois

Zain lui fit une grimace boudeuse exagérée, tandis que Valia riait face aux taquineries entre son maître et son meilleur ami.

De son côté Harlow se redressa, déployant ses pattes mécaniques, et entama sa route en direction de la base de la République Stellaire.


OoooooooooooO


Dans un repaire sombre de la galaxie sur son trône Darth Nihilius était en communication avec Lazloss Lyn.

– Comment se déroule le rassemblement? Interrogea le Sith avec une voie fantomatique.

– Nous allons commencer à arriver en petits groupes pour ne pas attirer l'attention. Mes hommes et ceux de Sornax seront les premiers à arriver. Pensez-vous que cela sera suffisant ? Demanda le Duros.

– Oui, si Dox suit ce qui a été décidé, cela devrait suffire. En ce moment, les plus grandes forces de la République Stellaire se dirigent vers Serenno. Ils ont peur d'une nouvelle grosse insurrection comme à l’époque de la guerre des clones, et voudront l'étouffer au plus vite. Lui répondit Darth Nihilus

– Et les jedi ? Questionna Lazloss Lyn.

– Si nous voulons que les Jedi ne s'emmêlent pas. Trouvez Katarn et ramenez-le-moi avec la bague. J’ai quelques comptes à régler avec lui. Ordonna le seigneur noir.

– D’accord comme vous voudrez. Acquiesça le criminel, puis il continua avec un petit air menaçant.

– J'espère que vous n'oublierez pas ce que nous allons faire pour vous. Après cela, les Jedi ne nous pardonneront jamais et nous traquerons sans relâche.

– Bientôt, les Jedi ne seront plus un souci pour personne. Affirma le Sith coupant l'appel sans aucun égare à son interlocuteur.

Le serviteur qui se tenait près de son maître tout au long de l’échange à côté murmura.

– Tout est en place pour la cérémonie, il ne manque qu'une pièce.

– Oui, le jour de gloire approche, je le sens. Une nouvelle galaxie va naître de mes mains. Annonça le Seigneur noir avec sa voix démoniaque.

Dans un repaire sombre, un complot maléfique se dessine. Les forces de l'ombre se rassemblent, ourdissant leurs plans sinistres dans l'obscurité.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Jeu 30 Mai 2024 - 23:52   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Sur la planète inconnu, le groupe de trois Jedi fait connaissance avec les locaux. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 18: Les nomades pieux de la force

Le groupe de jeunes Jedi, accompagné de leurs prisonniers et du petit Mirialian, quitta la grotte dès les premières lueurs de l'aube. L'ascension fut ardue, surtout pour Coleman attaché à Braum. Malgré les difficultés, le groupe progressa très vite sur un terrain escarpé et rocailleux, traversant les pics de montagne et la végétation sauvage. Les grosses pentes rendaient toute tentative de poursuite par Spiderbike impossible, ce qui constituait un avantage dans cette situation. Ils savaient que leurs poursuivants devraient affronter les mêmes obstacles pour les rattraper. Grâce à leurs capacités physiques développées en tant que Jedi, plus ils avançaient, plus ils creusaient l'écart avec les syndicats criminels.

Meywine, en tête du groupe, repéra dans la végétation quelques baies sucrées à l'allure violette. Après un petit test sur sa peau pour vérifier si elles étaient toxiques, le résultat se révéla négatif, permettant ainsi au groupe de se ravitailler en vitamines. Sédu marchait à côté d’Elio, qui semblait avoir repris un peu de force. Il observait des petits insectes volants et paraissait s'amuser dans cette nature, momentanément oubliant les malheurs qu'ils venaient de subir. Le jeune Jedi était ravi de voir cet être innocent retrouver un moment de répit où il pouvait simplement être un enfant, courant dans les champs. Les rires du petit lui évoquaient sa propre planète, dont il ne conservait que des fragments de souvenirs heureux, avant que le mal ne s'abatte sur lui. Sédu avait toujours souhaité enquêter sur son passé, et un jour retrouver le chez-soi qu'il avait perdu. Pendant un moment, il avait même envisagé de quitter le nouvel ordre et de découvrir ses origines. Cependant, il ressentait une trop grande gratitude envers Haris Brightstar son sauveur, ainsi qu'une trop grande amitié pour Coleman qu’il considérait comme un frère ce qui l'empêchait de les abandonner.

Meywine remarqua l'expression nostalgique de son ami et décida de ne pas le laisser seul avec ses pensées.

- Est-ce que tu penses à ton enfance, Sédou? Lui demanda-t-elle, curieuse.

- Oui ! Avoua le jeune Jedi avant de poursuivre. Je suis comme Elio, un être arraché à sa famille pour assouvir les ambitions d'un fanatique.

- Tu sais, Papa a toujours pensé qu'un jour, tu partirais à la recherche de ta famille. C'est pour cela qu'il était moins severe envers toi qu’envers Coleman. Il sentait en toi le besoin d’aller retrouver ce que Jerone t’as arraché, et pour cela la vie d’un chevalier Jedi ne pourrait être qu’un obstacle. Répondit Meywine.

- Je ne savais pas que Maître Haris avait cette ambition pour moi! Dit Sédu, étonné.

Meywine avec douceur mettant sa main sur épaule lui déclara.

- Ce n'est pas une ambition, mais un souhait. Tu as toujours confondu les deux. Tu as l'impression d'avoir une dette envers nous et que tu dois la régler en obeissant à tout ce qu’on te demande sans jamais rechigner ni exprimer ton propre avis.

- Mais j'ai une dette. envers Maître Haris qui nous a sauvés, Coleman et moi et nous a formé. Envers la famille Brightstar qui nous a accueillis, et envers toi qui m'as toujours traité comme ton frère. Répliqua Sédu comme surpris que Meywine ne comprenne pas ce fait accompli.

- Tu te trompes. Tu n'as aucune dette envers qui que ce soit, tout comme Coleman n'a pas à prouver sa valeur. En réalité, c'est vous qui nous avez sauvés, Papa et moi. Vous étiez les seuls à me traiter comme une personne et non comme une divinité qu'il fallait soit adorer, soit craindre. Et après la mort de maman, sans vous, Papa aurait été perdu. Savoir que vous étiez là pour lui, que vous aviez besoin de lui, cela lui a donné la force de persévérer dans la voie des Jedi. Rétorqua Meywine, légèrement offensée.

À la mention de la mère de Meywine, Sedu se remémora Dania Brightstar. Une femme d'une grande beauté, ses cheveux noirs et yeux noir noisette brillant contrastaient avec sa peau pâle et son air fatigué qui laissaient transparaître sa santé fragile. Les rumeurs du village racontaient que donner naissance à un être aussi puissant que Meywine l’avait drainé de sa force vitale. Toujours accompagnée d'un droïde médical qui semblait craindre qu'elle ne s'évanouisse à tout moment.

Dania avait un attachement particulier pour Sedu et en encore plus envers Coleman, qui exprimait davantage ses émotions. Dès leurs arrivées, elle prit grand soin d'eux, ainsi que sa fille dont elle était très protectrice notamment contre les mauvaises rumeurs. Dania s'était chargée de l’éducation de Sédu et Coleman dans des domaines variés tels que la lecture, la philosophie et la navigation, apportant ainsi son soutien à Haris dans leur formation. Elle mourut quatre ans après qu'ils aient rejoint la famille Brightstar lors de leurs deuxièmes années a l'académie Jedi.

Sedu fut aussi submergé par les souvenir des membres de la famille Brightstar et même certains prêcheurs de diverses planètes qui considéraient Meywine comme une sorte de déesse, apportant durant leurs visites offrandes et sollicitant ses bénédictions. À 12 ans, la fille de la prophétie était isolée par son statut, son clan persuadé qu'elle était la prochaine sauveuse de la galaxie.

Il n’y avait que Coleman qui contrastait avec cette vénération pour l’héritière Brightstar. Dès leur première rencontre, Sedu remarqua que Coleman se moquait éperdument des prophéties et des croyances entourant Meywine. Rien ne l'empêchait d'aller vers elle, de jouer avec elle, de rire avec elle. Même quand les adultes le lui interdisaient sous peine qu'il distrayait la petite protégée de ses entraînements spéciaux. Contrairement aux autres enfants, Coleman ne craignait pas de s'approcher de Meywine, de passer du temps avec elle et encore pire s’entrainer avec elle. Il lui avait même donné un surnom «Mey » dimunitif de Meywine dont il trouvait trop serieux. C'est grâce à lui que Sedu a été convaincu que Meywine était simplement une enfant comme eux. Il a donc commencé à le suivre, et ainsi, le duo devint un trio.

Sedu, apaisé par les souvenirs et les paroles réconfortantes de Meywine, exprima sa gratitude envers elle.

- Merci, Meywine, tu as toujours eu ce talent pour me réconforter. Quant à Coleman. Il ne cherche pas à prouver sa valeur aux autres, mais à toi. Mais je suppose que tu le sais déjà. Ajouta-t-il avec un air taquin.

- Coleman est un idiot, mais il exprime sa colère au lieu de la laisser s'accumuler en lui. C'est pourquoi je ne m'inquiète pas trop pour lui. Toi, en revanche, tu gardes tout pour toi, tu suis les ordres sans jamais protester. J'ai peur que tout ce ressentiment s'accumule en toi et assombrisse ton cœur. Dit Meywine gênée.

- Que veux-tu dire par là, quel ressentiment ? L’interrogea le jeune Jedi.

- Ce que je veux dire, c'est que tu gardes tout pour toi, et c'est probablement parce que tu le fais par obligation et non par choix. J'ai peur qu'un jour, tu te réveilles avec des regrets, et que ces regrets se transforment en rancœurs. Quoi que tu décides, sache que nous serons toujours à tes côtés. Là où tu partiras, nous serons toujours ta famille. Tu n'as pas à choisir une destinée qui ne te convient pas, et cela pour personne. Je sais que la voie de la Force t'a fait souffrir. Il faut être aveugle pour ne pas le remarquer. C'est pour ça que tu nous as fait promettre de ne rien dire sur Elio au Conseil. Tu te vois en lui, et tu veux lui donner la chance que toi, tu n'as pas eu. Mais tu sais il y a une chose que j’ai toujours voulue te le dire. Tu as le droit d'être en colère, tu as le droit de ne plus la suivre la voie des Jedi si elle ne te convient plus. Tu as passé ta vie entre te battre dans les arènes pour amuser les autres puis à t' entraîner pour devenir un chevalier qui se bat pour les autres. Mais es vraiment ce que tu veux? Te battre.

Sudu était ému presque aux larmes, même s'il ne voulait pas le montrer. Il était surpris que Meywine ait pu le comprendre aussi profondément. Il pensait pourtant avoir toujours bien caché son jeu. En vérité la vie de Jedi n’a jamais été pour lui, ce n’était pas une vie qu’il appréciait particulièrement. Il n'avait jamais été un élève exceptionnel à l'académie, contrairement à Meywine ou à Coleman, qui aspirait toujours à être le meilleur. La seule chose dans, il avait un peu d’intérêt était le pilotage. Même une fois devenu le Padawan de Haris, Sedu avait toujours fait de son mieux, mais sans jamais dépasser ses propres limites. Alors que ses amis devenaient de plus en plus puissants, lui continuait sur ce chemin par fidélité et par un sentiment de redevance envers eux.

Mais aujourd'hui, pour la première fois, sa sœur adoptive lui offrait une autre perspective. Elle lui disait clairement qu'il avait le choix, le choix de partir et de suivre sa propre route sans se sentir coupable de trahir ses proches. Oui inconsciemment, il avait éternellement voulu entendre ses paroles, pour valider ses propres émotions et ne pas sentir le poids de la culpabilité. Mais aujourd'hui les choses avaient changé. La force avait mis sur son chemin le petit Elio.

Sedu était convaincu maintenant, c’était sa destinée de veiller sur lui, le guider maintenant qu'il n'a plus personne. Surtout avec ses pouvoirs naissants qui pouvaient le tenter. Une vie loin de la Force, loin des Jedi et des Sith, pourrait être la seule solution pour lui de grandir tout en garantissant qu'il ne ferait de mal à personne.

Un tourbillon d'émotion frappa le cœur cœur du Jedi. C'était peut-être ça le sentiment qu'il avait eu avant la mission, celui qui lui disait que rien ne serait plus comme avant. Les événements s'étaient succédé si rapidement depuis l'opération sur les astéroïdes de Vergesso qu’il n’avait pas eu le temps d’y repenser. Mais sur ses piques qu’il escaladait, il devait faire un choix, et il ne pouvait plus se cacher derrière des excuses extérieures. C'était à lui, et à lui seul, de décider de son avenir.

Avant qu'il puisse exprimer ses pensées, Elio accourut vers lui en criant.

- Un village ! Il y a un village en bas !

Sedu et Meywine se mirent à courir pour arriver près d’une pente descendante. Au creux de la montagne s'étendait un village, bordé de champs verdoyants. Sa position encaissée le rendait presque invisible depuis le ciel, et encore moins accessible pour un atterrissage à proximité. Il semblait être protégé par une barrière naturelle, le préservant de toute intrusion extérieure. Coleman toujours menotté à son prisonnier arriva par derrière et observa le village avec attention aux côtés de ses amis qui s'étaient arrêtés pour admirer la vue.

- C'est donc ça le village détecté par les radars. Je ne sais pas pour vous, mais je doute qu'on ait une chance de trouver un communicateur longue distance ici. Nota-t-il.

Il est vrai que le village donnait l’air d’être dépourvu de toute technologie, jusqu'à ce que Meywine intervienne.

- Regardez là-bas, je rêve ou ce sont des astro-droïdes ?

À cause du soleil dans les yeux, le groupe mit du temps à confirmer que plusieurs astro-droïdes de différents modèles, tels que des R5-D4, des R4-P17 et des R2-A5, semblaient effectuer la cueillette dans les champs. Certains étaient même enfoncés dans le sol, servant d'arroseurs automatiques.

Ce spectacle inédit fit renaître l'espoir chez les Jedi, car même si ce sont d'anciens modèles, certains de ces droïdes pourraient amplifier le signal d'un petit communicateur comme celui de Sédu pour transmettre un message à longue distance.

Le groupe se dirigea avec hâte vers le village. Entamant leur descente, Braum sortit de son silence pour taquiner Coleman.

- Et si les villageois ne sont pas très accueillants, comment vas-tu te battre avec une main attachée, mon petit Jedi ?

Coleman ne répondit pas immédiatement, mais posa sa main sur sa ceinture pour sentir la présence de son sabre laser. Cette idée avait également traversé son esprit. Bien qu'il appréciât l'enthousiasme de ses amis, il savait qu'il était important d'être prudent dans cette situation.

Alors que le groupe descendait avec difficulté, ils commencèrent à discerner des signes de vie dans le village. Les habitants, de diverses espèces, semblaient pareillement remarquer l'approche du groupe.

Un homme d'une quarantaine d'années, aux cheveux longs et à la peau bronzée, vêtu de peaux d'animaux, s'avança fièrement pour accueillir le groupe. Coleman, toujours la main à la ceinture, scruta l'homme de tous ses sens pour voir s'il était armé. Il ne paraissait pas l'être. L'homme, une fois à la hauteur, les salua avec la langue basique

- Bienvenue étrangers. Que venez-vous chercher dans notre humble village ?

En bon chef de groupe, Sedu s’avança vers lui et lui répondit.

- Merci cher monsieur. Nous sommes des Jedi et nous étions en mission, mais nous avons eu des problèmes avec notre vaisseau. Serait-il possible de demander l'hospitalité dans votre village ? Nous sommes fatigués et aimerions utiliser l'un de vos droïdes pour envoyer un message d'alerte afin qu'on vienne nous chercher.

- Chez les Nomades pieux, vous trouverez toujours une main tendue. Soyez les bienvenus chez nous. Je suis Nannok, chef de ce village.

L’homme poursuivi.

- Par contre, je ne sais pas si un de nos droïdes pourra faire passer votre message. Je suppose que de là ou vous venez, ils sont dépassés depuis longtemps.

- Enchanté, chef Nannok. Je suis Sédu, voici Meywine , le petit s'appelle Elio. Et voici Coleman. Ne vous inquiétez pas, nous allons tenter notre chance avec vos droïdes, on ne sait jamais. Se présenta Sedu.

- Lui doit être votre prisonnier. Je dois vous prévenir que nous sommes une communauté pacifiste, et que la violence n'a pas de place chez nous. Informa Nannok pointant du doigt le Nautolan enchainé à Coleman.

- Nous respectons totalement vos croyances. Acquiesça Sédu avec compréhension. Auriez-vous un endroit où nous pourrions garder notre prisonnier en sécurité ?

Nannok prit un moment pour réfléchir, puis désigna un petit bâtiment en bois. De l’autre côté du village.

- Voici notre remise. Vous pouvez le laisser là, nous lui apporterons à manger. Il ajouta

- Vous aussi avez l'air épuisés. Nous allons vous fournir de quoi vous rafraîchir et vous restaurer, ensuite nous pourrons discuter de l'envoi de votre message.

Le groupe accepta l’invitation du nomade et le suivit alors qu'il donnait ses directives au villageois. Une femme humaine du même âge et ethnie que Nannok accompagnée de deux filles, une adolescente et une autre enfant demanda à Meywine de les suivre avec Elio. Pendant ce temps, Coleman se dirigea vers la réserve avec Sédu et Nannok pour y déposer leur prisonnier et vérifier la solidité de la cellule. Elle était assez rudimentaire, ce qui poussa Coleman à insister pour attacher les mains de Braum, sous le regard critique du chef du village.

Une fois cette tâche accomplie, Nannok invita le reste du groupe dans une hutte en terre qui servait de sauna. À l'intérieur, Coleman et Sédu se déshabillèrent et commencèrent à se nettoyer à l'eau chaude. Après un bain de plusieurs minutes revigorant qui redonna de l'énergie aux deux amis, un enfant Rodien du village leur apporta un ensemble de vêtements en peau de bête. Leurs robes Jedi qu’ils avaient dissparu, mais leurs sabres laser étaient toujours là où ils les avaient laissés. Sédu supposa que les villageois les avaient pris pour les laver.

Les deux hommes suivirent l'enfant jusqu'à une hutte plus grande. En y pénétrant, ils découvrirent Meywine et Elio revêtus des mêmes robes en peau d'animal qu’eux.

À la vue de Sédu, Elio accourut vers lui. Sédu le prit dans ses bras et s'installa, heureux de voir qu’il lui avait manqué. Coleman lui resta debout, observant Meywine dans sa robe, la bouche presque ouverte, sous les regards moqueurs de Nannok et de l’assemblée présente. Se reprenant, il s'assit rapidement.

Au centre de la hutte, une grande table était dressée avec plusieurs plats qu'aucun d'entre eux ne reconnaissait. Ils échangèrent des regards, se demandant par où commencer, lorsque Nannok brisa le silence.

- Allez-y, mangez. C'est des plats que nous avons concoctés grâce à nos récoltes et à nos élevages. Ma femme Nakomi les a préparés. Invita le chef.

- Merci, Nakomi. Ç'a l'air délicieux. Dit Meywine en s'adressant à la femme qu'elle avait suivie à l'entrée du village.

- Ce n'est rien, c'est la première fois que notre communauté a des visiteurs. Nous voulons vous faire honneur avec nos modestes plats. Informa Nakomi. Sédu toujours intrigué par ce qu'on lui a servi.

- Que conseillez vous madame Nakomi? Demanda Sedu contemplant les plats devant lui.

Avant que la femme du chef ne lui répond, la petite fille se précipita vers lui, regardant Elio en désignant un plat de lentilles.

- Celui-ci, c'est le meilleur ! S’exclama-elle avec enthousiasme.

- Ça suffit, Ayna. Tiens-toi bien devant nos invités. Intervenu le Chef Nannok. Puis, il commença par présenter sa famille.

- Voici Ayna, ma fille de cinq ans, et Keyana, sa grande sœur.

Keyana semblait particulièrement renfermée, avec les cheveux noirs courts et la peau bronzée comme celle de ses parents, tandis que sa petite sœur était une enfant active et souriante, avec ses couettes brunes qui lui descendaient jusqu'au bas du dos.

- Vous avez une très jolie famille, Chef Nannok. Que la Force vous les garde. Dit Sédu poliment. La petite Ayna, jouant avec de la nourriture avec Elio, demanda.

- Vous connaissez la Force. Vous êtes des Jedi ? Puis se tournant vers Meywine. Toi, tu as les cheveux violets comme Khaleen !

- Qui est Khaleen? L’interrogea Meywine avec un sourire chaleureux.

- C'est notre grand mere à tous ici. Lui répondit la gamine. Le chef, voyant les Jedi perplexes, prit la parole pour expliquer.

- Bien que vous ne connaissiez rien de nous, nous sommes au courant du monde extérieur, des Jedi et de la Force. Nous sommes les Nomades Pieux. Il y a longtemps, un Jedi nommé Quillan Vox et sa femme Khaleen Hentz ont fondé cette communauté. C'était à l'époque de l'Empire, lorsque celui-ci traquait les enfants sensibles à la Force. Quillan et Khaleen faisaient partie d'un réseau qui cachait les sensibles à la Force pendant le règne de Palpatine. Ils ont créé une petite communauté nomade qui se déplaçait en fonction du danger. Ils ont initié les membres à la Force, mais leur formation était pacifique, axée sur la méditation et l'harmonie avec la nature. Après la chute de l'Empire, Luke Skywalker entendit parler de notre communauté et a proposé à notre ancêtre de rejoindre son nouvel ordre Jedi, mais il a refusé.

Quillan craignait que la résurgence des Jedi n'entraîne également celle des Sith. Lui et sa communauté ont décidé de quitter les territoires de la Nouvelle République et de s'installer ici sur cette planète sans nom. Nous nous sommes appelés les nomades pieux, car nous vivons en harmonie avec la Force. Nous méditons et prions pour qu'elle nous apporte l'eau pour nos champs et fasse croître nos cultures. Nous ne l'utilisons pas pour acquérir du pouvoir ou se battre. Même lorsque nous chassons, c'est uniquement pour nous nourrir et nous vêtir, sans faire appel à la Force. Nous ne voulons pas la souiller par des actes de violence. Nous avons découvert dans ces montagnes une manière de vivre qui nous permet de fusionner avec la Force tout au long de notre existence. Ainsi est notre voie.

Sedu, admiratif de ce qu'il venait d'entendre, déclara

- Nous ignorions l'existence d'une telle communauté, c'est une manière noble de vivre.

- Nous croyons que chercher à maitriser la Force ne peut que conduire au conflit. C’est pour cela que nous renions toutes violence en son nom. Ajouta Nannok.

Coleman qui observait la discussion, croisant les bras paraissait défiant et n'hésita pas à exprimer son avis.

- Avoir une connexion avec la Force est un don, ne pas exploiter ce don est du gâchis.

Meywine et Sedu lui lancèrent un regard noir, lui signifiant de se taire. Pendant ce temps, le chef semblait amusé de la réponse de Coleman, répliqua.

- Notre ancêtre Quillan a expérimenté les deux côtés de la Force, la lumière et le côté obscur. Il a essayé de maîtriser chacun séparément, mais cela ne l'a mené qu'au malheur. Il a vu ce que c'était que de choisir un camp et de s'y tenir, et à la fin, il n’y a que souffrance. C'est pourquoi il a créé une communauté dans laquelle personne ne perd. Ici, la Force dans ses deux aspects décide de notre destin. Nous refusons de choisir, donc nous restons neutres dans leurs conflits.

- Si votre Quillan avait choisi de rester et d'aider Luke Skywalker au lieu de s'enfuir, il aurait pu rencontrer la grande Rey, qui lui aurait enseigné l'équilibre et la maîtrise des deux côtés. C'est là la vraie voie de la Force. Se moqua Coleman.

Le chef semblait maintenant offusqué des remarques sur son Ancêtre.Sédu, conscient de la tension croissante, tenta comme à son habitude de désamorcer la situation en exprimant son respect pour le choix de Quillan Vox.

- Il n'y a pas de mauvaise voie dans la Force, sauf celle du côté obscur. Votre choix est très honorable, Chef Nannok. Nous apprendrons de votre modestie, qui fera de nous de meilleurs serviteurs de la Force.

Le chef éclata de rire et versa à Coleman un verre d'un nectar rouge juteux.

- Je t'aime bien, jeune Coleman. Tu dis ce que tu as sur le cœur, tu ne te caches pas. Tu es dur, mais sincère, tout comme ma fille Keyanna.

Keyanna croisa Coleman du regard et rougit sans dire un mot.

Meywine, souhaitant, elle aussi, apaiser l'atmosphère, et changer la discussion. - Ayna a mentionné que je ressemblais à Khaleen. Pourquoi elle a dit ça ?

- Khaleen avait également les cheveux teignent en violets. C'est ainsi qu'elle est décrite dans les textes anciens. Répondit Nakomi.

- C'est un heureux accident que j'ai la même teinture de cheveux que votre ancêtre. Avec ma mère, nous aimions en essayer plusieurs, elle aimait particulièrement celle-là. Lui confia l’héritière Brightstar.

- Elle te va très bien. Elle est digne d'une personne dont la connexion avec la Force est surpuissante. La complimenta la femme du chef des nomades.

- Maintenant que vous avez fini de manger avec le petit Lumi, aller jouer dehors. Demanda le chef à sa petite fille Ayna. La petite s'exécuta et prit Elio, le traînant dehors avant même qu'il n'ait eu l'occasion de dire non. Une fois les enfants sortis, Nannok se tourna vers Meywine.

- Nous avons senti ta présence dès ton arrivée, tu es bénie par la lumière comme personne ici. Meywine acquiesça de la tête pour dire merci, mais le chef ne s'arrêta pas là.

- Nous avons aussi senti le côté obscur chez l'enfant Mirialan. Sa connexion est forte.

- Elio n'est qu'un enfant innocent, rien de plus. Exprima Sédu gravement.

- Je suis d'accord, il reste un enfant innocent. J'espère que vous veillerez à ce que cela perdure. Mais toi, jeune Coleman, qui remettait en question les choix de notre ancêtre, il semble maintenant que tout lui donne raison. La lutte constante entre les deux côtés de la force perdure, et ce sont les innocents qui en pâtissent. Aquicsa Nannok.

- C'est la vie, elle n'est pas censée être facile. Certains veulent malgré tout la vivre, d'autres préfèrent se cacher et la regarder passer. Vous avez fait votre choix, moi, j'ai fait le mien. Riposta Coleman toujours avec son ton provocateur.

Sédu et Meywine jetèrent de nouveau un regard sévère à leur ami insolent.

- Pour ce qui est de votre demande d'utiliser un de nos droïdes pour lancer un message, nous sommes d'accord à une condition. Dit Nannok adoptant un ton solennel.

- La quel? Interrogea Sedu

- J'aimerais que vous n'évoquiez pas notre communauté dans votre message, et que vous me donniez votre parole de ne pas révéler notre existence à votre ordre Jedi. Annonça le chef.

-Sedu tenta de rassurer le chef des villageois.

- Vous n'avez rien à craindre de nous. Notre ordre est pacifique lui aussi. Il respectera vos envies et vos coutumes. Même s'il découvre votre existence, je vous donne ma parole que rien n'arrivera à votre communauté.

- Bien que vous sembliez être des individus respectables, il est de mon devoir de protéger ma communauté. Je ne peux pas prendre le risque de révéler notre existence, même si votre ordre est actuellement pacifique. Les choses peuvent évoluer dans le futur, et il y a d'autres factions dans la galaxie qui pourraient représenter une menace. Comme ceux qui vous traquent. Rétorqua Nannok sévèrement.

- Vous êtes au courant des mercenaires à nos trousses ? Dit Meywine, surprise.

- Comme je vous l'ai dit notre communauté vit en symbiose avec la nature et la Force. Ces dernières les alertent en cas de danger. Certains villageois ont repéré les mercenaires lors d'une chasse, suite à quoi nous avons prié la Force pour notre protection. Elle nous a répondu en enveloppant le village d'un brouillard, le rendant invisible du ciel, et en créant des orages, rendant le terrain impraticable pour les envahisseurs. Les mercenaires ont subi de lourdes pertes à cause des glissements de terrain et les chutes de pierre, ils ne pourront jamais nous atteindre. Nous avons compris que votre arrivée était également orchestrée par la Force, puisqu'elle a levé son nuage à votre approche, nous indiquant ainsi que nous devions vous accueillir et vous aider. Révéla le nomade.

- Vous êtes donc sûr que vous êtes en sécurité ? Questionna Sédu, Nannok.

- Sur ? Non, cela dépendra de combien de temps, vous resterez ici. Il est clair que plus vite vous partirez, plus vite, nous serons en sécurité. Lui confirma le chef.

- Le plus vite nous passerons notre appel, le plus vite nous partirons. S’injecta Coleman dans la discussion.

- Il se fait tard, vous passerez la nuit ici. Demain, nous verrons quel droïde est toujours en état pour passer votre message. Mais encore une fois, j'insiste sur notre condition. Conclu Nannok.

- Nous n'avons pas d'autres choix que d'accepter. Nous vous donnons notre parole que nous ne révélerons rien sur votre communauté. S’inclina Sedu.

- Sédu, ça commence à faire beaucoup de choses à cacher au Conseil. Pourtant, c'est normalement toi, monsieur discipline, le chevalier parfait. Lança sarcastiquement Coleman.

- Depuis quand ça te gêne d'avoir des secrets ? Comme celui qui pourrait expliquer pourquoi tu as cassé autant de sabres laser récemment. Murmura Sedu, à son ami avec un ton glacial.

Coleman semblait pris au dépourvu par cette remarque inattendue de son camarade.

Après le repas, le groupe discuta pendant quelques heures des nouvelles de la galaxie depuis le départ des nomades pieux. Le soleil s'était couché quand Sedu et Coleman sortirent de la hutte avec Nannok, laissant Meywine derrière eux, invitée à passer la nuit avec la famille du chef. Nannok les conduisit vers une nouvelle hutte près de la réserve dans laquelle Braum était détenu.

Sedu alla chercher Elio, qui jouait dehors avec Ayna. Ils rentrèrent pour se coucher. Dans leurs hutes, ils trouvèrent leurs vêtements propre et séché, ils les enfilerent et allèrent au lit. Coleman lui, resta près de la fenêtre à observer la réserve jusqu'à tard dans la nuit.

Soudain, il vit une ombre passée s'embarquent près de la sortie du village. Il se précipita dehors décidé à la suivre. Il arriva près d'un champ où il découvrit Keyanna en train de s'entraîner à lancer des couteaux en les faisant léviter avec la Force.

- Les Nomades ne sont pas aussi pacifiques qu'ils le prétendent. Se dit-il à lui-même.

OoooooooooooO


Dans un repaire obscur de la galaxie, Darth Nihilus s'impatientait alors que ses machines de soin bourdonnaient. Son serviteur était plongé dans une conversation animée sur son communicateur.

Zethus, Zethus des nouvelles ? Cria le Sith.

- Maître, le nouvel ordre a débarqué en nombre avec plusieurs vaisseaux de leur flotte. Les syndicats ont dû se replier, mais leurs hommes au sol continuent la traque. Informa Le serviteur son maitre d'un ton qui trahissait sa peur.

- Combien de temps ? Combien de temps ? Continua le Sith, avec une colère palpable dans sa voix.

- Encore quelques jours, les mercenaires ne sont pas habitués à ce genre de terrain montagneux. Mais les Jedi sont coincés, ils n'auront pas d'autres choix que d'appeler un de leurs vaisseaux ce qui nous donnera leurs positions, l'élu des ténèbres sera à vous maitre. Rerpit Zethus toujours tremblant.

-Incompétent ! rugit le seigneur noir, lançant une vague d’éclair qui propulsa violemment son serviteur contre le mur.

Le prêtre se redressa précipitamment et supplia

- Je vous en prie, maître, ne gaspillez pas votre énergie sur moi. Vous en avez besoin.

Toujours bouillonnant de rage, Darth Nihilus menaça.

- Si tu n’obtiens pas le petit Mirialan, c'est ta vie que je gaspillerai.

- Oui, maître ! Se prosterna Zethus avant de retourner vers son poste.

Dans un repaire obscur de la galaxie, la colère du Seigneur noir des Sith gronde. La résurrection d'une des menaces les plus redoutables que la galaxie n'a jamais connus n’était qu’une question de temps.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Lun 03 Juin 2024 - 20:13   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Se dirigeant vers la base de l'armée de la république stellaire, Katarn saisit occasion pour commencer à entraîner Valia. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 19: Entrainement en route

Après des heures de voyage à travers la vaste forêt de Serenno, Harlow se dirigeait vers le sud, visant la base militaire de la République Stellaire Unifiée. Katarn saisit cette opportunité pour commencer l'entraînement de sa nouvelle padawan. Cependant, un obstacle surgit, Zain, le padawan chercheur, ignorait l'accord entre Valia et le Jedi. Katarn, désireux de maintenir Zain dans l'ignorance, décida de l'impliquer dans l'entraînement, prétendant qu'il s'agissait d'une préparation à un éventuel combat.

Assis sur le toit de son vaisseau en mouvement rapide, il demanda aux deux padawans de suivre le rythme pour évaluer leur endurance physique. Valia, dotée d'une excellente condition physique, n'eut aucun mal à suivre Harlow. Ce dernier se déplaçait grâce à quatre pattes métalliques qui creusaient la terre. Pendant plusieurs heures, Valia maintint le rythme, parfois même en grimpant dans les arbres et en sautant de branche en branche.

Zain, lui, était loin derrière, essoufflé et se laissait distancer. À plusieurs reprises, Katarn dut demander à Harlow de ralentir un peu pour ne pas perdre Zain de vue. Il était clair pour le Jedi que l'héritièr Solaris avait négligé son entraînement physique durant ses années à l'académie.

Inquiet que la tâche soit trop difficile pour lui, Katarn ordonna à son vaisseau de faire halte. Zain mit plusieurs minutes à rattraper le groupe. Pendant ce temps, Valia, sans la moindre trace de fatigue, attendait près de la porte que son maître la rejoigne. Le Maître chevalier émergea du vaisseau, tenant deux gourdes d'eau et des rations qu'il distribua aux deux Padawans, tout en leur indiquant.

- Prenez une pause pour manger. Nous allons entamer l'entraînement au sabre laser juste après

- Entraînement au sabre ? Pourquoi faire ? Nous ne sommes pas des chevaliers, ni Valia ni moi. Demanda Zain, perplexe.

- Comme je te l'ai expliqué, nous pourrions rencontrer des ennemis à tout moment. J'ai besoin de savoir si vous êtes capables de me couvrir, ou si je dois me débrouiller seul. Expliqua Katarn.

- Je n'ai pas de sabre. Répliqua Zain, manifestant clairement son désintérêt pour cet entraînement.

Katarn sortit de son manteau le sabre blaster qu'il avait trouvé près du château et le lui lança.

- Maintenant, tu en as un.

Zain l'attrapa difficilement, après un petit examen, il remarqua

- C'est le sabre de Maître Zoras. Je ne peux pas l'utiliser.

- Pourquoi ? L'interrogea Katarn d'un air sarcastique. Elle ne risque plus de lui être utile. Le padawan chercheur sentit la colère monter en lui, le ton du chevalier ne lui plaisait pas et il voulait le lui faire comprendre.

- Parlez avec respect de mon maître. Elle a donné sa vie pour que je m'échappe.

- Très mauvais choix de sa part, tu t'es fait attraper en quelques cycles. Riposta Katarn continuant à narguer le jeune Solaris.

Zain furieux par l’attitude du Jedi, laissa éclater sa colère.

- Et vous êtes qui pour parler comme ça à l'héritier de la famille Solaris, famille fondatrice du nouvel ordre Jedi ? Un simple garde sur un rocher perdu. Je l'ai dit à Valia, un chevalier sur Ahch-To, cela veut dire qu'il a été exilé là-bas pour faute grave. Et c'est vous qui êtes censé nous sauver, la bonne blague !

- Zain, Maître Katarn t'a sauvé la vie. Sois plus reconnaissant envers lui. Il te demande juste de nous aider à partir d'ici. laisse-le nous montrer quelques techniques pour nous défendre, ça ne nous fera pas de mal. Intervenu Valia cherchant à apaiser la situation.

Zain, surpris que son amie prenne la défense de Katarn, rétorqua. - Tu veux qu'il t'apprenne quoi ? La Griffe de la Force ? Tu ne comprends pas que s'il a été exilé sur Ahch-To, c'est probablement à cause de ça. C'est une technique interdite, réservée aux Brightstar. Même eux ne l'utilisent qu'en cas d'urgence extrême.

- Tu penses que mon exil est lié à la Griffe de la Force ? Crois-moi, gamin, j'ai fait bien pire Allez manger et cessez de discuter. Tu participeras à l'entraînement, que cela te plaise ou non. Répliqua Katarn, riant à la remarque de Zain.

Le jedi sortit d’une autre poche de son manteau des rations de nourriture qu’il jeta à Valia

- Mange et donne à l’autre pleureuse une part. Maintenant qu’il m’a tapé sur les nerfs, je vais me venger sur vous deux durant l’entrainement.

Pour montrer son mécontentement, Zain décida de s’asseoir en retrait près d'un arbre, ignorant Valia qui cherchait à s'installer à ses côtés. Ils mangèrent en silence pendant que Katarn semblait chercher quelque chose à l'arrière du vaisseau.

Valia reconnut les sphères que Katarn ramena dans ses mains. C’était des boules d'entraînement comme celles qu'elle utilisait à l'académie. Durant trois ans, elle avait perfectionné sa garde défensive et sa capacité à dévier les tirs grâce à ces sphères. Cependant, elle se sentit déçue. Elle s'attendait à ce que son maître tienne parole et lui concocte une épreuve plus difficile plutôt qu'un entraînement aussi classique. Observant l'expression de sa padawan, Katarn en déduisit qu'elle s'attendait à un entraînement simple où elle aurait juste à dévier les tirs des sphères.

- Tu penses que ce sera uniquement une séance de déviation des tirs comme à l'académie ? Détrompe-toi, tu vas avoir un défi de taille. Allez, allume ton sabre et prépare-toi. L’invita le chevalier.

Valia obéit, alluma son sabre à la lame violette et adopta une position défensive. Katarn activa les boules, une dizaine flottant dans l'air. La jeune padawan s'attendait à recevoir des tirs de blaster de la part de ses boules, mais au lieu de cela, les sphères se précipitèrent sur elle à une vitesse vertigineuse. Avant qu’elle ne puisse les esquiver, la première boule heurta sa tête, suivie de près par la seconde qui s’écrasa sur son ventre. Tombée à terre, le soufflé coupé,elle fut ensuite bombardée par de petits vaisseaux lumineux qui l'électrocutèrent.

Katarn lui riait de toutes ses dents observant la scène. Lorsque les boules s'arrêtèrent, il lui rappela

- Je te l'avais pourtant dit, un chevalier ne doit jamais présumer. La concentration et l'analyse sont essentielles. Ta garde était adaptée pour des tirs de mi-distance, mais à courte distance, tu étais vulnérable comme un ver nu. Valia se releva, le visage empreint de déception, elle demanda pardon à son maître.

- Désolée, maître. Je ferai mieux la prochaine fois. Murmura-t-elle avec humilité.

- Allez, laisse ta place à ton ami. Voyons de quoi il est capable. Proposa le Jedi à Valia.

Zain, qui lui aussi assistât à l’échec s’avança d'un air confiant. Les sphères flottaient à proximité, mais il décida de ne pas allumer son sabre, préférant utiliser le côté blaster de son arme. Concentrant la Force dans ses mains, il la fit couler à travers le canon du sabre et projeta plusieurs tirs. Malheureusement, aucun ne toucha les sphères, qui esquivaient habilement à grande vitesse. En un instant, elles le cernèrent, le laissant désorienté quant à la cible à viser. Puis, de manière synchronisée, elles lui envoyèrent leurs tirs simultanément, le faisant tomber au sol, submergé par la douleur.

Katarn qui ne pouvait plus de se spéctacle pitoyable se frappait les genoux en proie à un fou rire.

- Ha haha ! Mais comment tu es mauvais, monsieur l'héritier d'une des familles fondatrices. Tu sais quoi ? Tant que tu ne toucheras pas une de ces boules, je n’arrêterais pas de te moquer de toi ! Vexé, Zain reprit son air boudeur et retourna à sa place près de l'arbre.

- Alors, Valia, es-tu prête pour le deuxième round ?Demanda Katarn à la jeune Zeltrone. Valia avait observé attentivement l'attaque des sphères sur Zain et pensait avoir compris comment les repousser.

Elle répondit à son maître d'un "oui" plein de confiance. En position, Valia cette fois-ci esquiva la boule qui visait sa tête, effectua un saut sur le côté pour éviter celle qui visait son ventre. Elle se retrouva rapidement encerclée par le reste, mais utilisa la Force pour les projeter. Une fois déstabilisait, elle fonça sur l'une des sphères et la coupa en deux avec son sabre. Instantanément, elle enchaina en bloquant un tir venant de derrière elle, détruisant ainsi une deuxième boule. Les sphères restantes tentèrent à nouveau de l'encercler, mais Valia ne leur laissa pas l'occasion. Telle une danseuse, elle enchaînait les pas alors que les tirs frôlaient son corps. D'un mouvement brusque, elle utilisa la Force non pas pour repousser les boules, mais pour les attirer vers elle à grande vitesse. Puis, d'un geste tournoyant, elle les détruisit toutes d’un coup. Katarn, satisfait cette fois-ci, applaudissait sa padawan.

- Félicitations, tu as été excellente. Ton potentiel est indéniable, tu n'as pas besoin qu'on te répète les choses deux fois de suite.

Zain, stupéfait par ce qu'il venait de voir, lui demanda.

- Comment as-tu réussi ça, Valia ?

Valia, rougissant légèrement sous le compliment de son maître, expliqua.

- C'est simple. Il est impossible que ces sphères soient aussi rapides et agressives d'elles-mêmes.

-J'ai réalisé que c'était vous Maître Katarn qui les manipulait avec la Force, vous les projetiez sur nous à grande vitesse ou activiez leurs tirs. Alors, je me suis concentrée sur vous et sur votre main cachée derrière votre dos. J'ai pu lire leurs mouvements et les détruire.

Zain, impressionné par la perspicacité de son amie, lâcha un "Waw" à son discours. Pendant ce temps, Katarn lui leva l'index en l'air pour donner ses remarques.

- Oui, bravo. Tu as bien intégré la première leçon dont nous avons discuté lorsque nous nous sommes rencontrés. Maintenant, je dois veiller à ce que tu assimiles les deux autres. Valia ne saisissait pas totalement la remarque que Katarn venait de lui faire. Cependant, elle ressentit un danger approché. Avant qu'elle puisse réagir, une sphère que Katarn avait dissimulée derrière un arbre pendant qu'elle se battait contre les autres vint la percuter dans le dos, la faisant chuter une fois de plus. À ses pieds, son maître, d'un ton sévère, la réprimanda.

- La deuxième leçon, toujours rester préparée et disciplinée. Et la troisième leçon, c'est quoi ? lui demanda Zain qui désormais semblait heureux de la défaite de Valia. En effet, cela prouvait que même si elle était meilleure que lui en combat, elle restait loin d'avoir le niveau d'un chevalier. Finalement, elle ne le surpassait pas de beaucoup.

- L'expérience est la meilleure façon pour apprendre. Continua Katarn avec un sourire sadique. D'un geste de la main, il déclencha le blast de la dernière sphère en l'air, électrocutant la jeune padawan toujours à terre.

Le ciel commençait à s'assombrir, signe de la tombée de la nuit. Après avoir partagé une nouvelle ration de nourriture, le groupe décida d'un ordre pour monter la garde, laissant ainsi Harlow se débrancher pour économiser son énergie. Katarn serait le premier, suivi de Valia, puis de Zain. Le padawan chercheur avait expressément demandé à être le dernier à passer, sachant que cela signifierait qu'ils le laisseraient dormir le matin. Il préférait éviter l'entraînement brutal de ce chevalier Jedi dont la dégaine ne lui inspirait rien de bon.

Une fois en place, Katarn se tenait sur le toit de son vaisseau, scrutant avec attention et concentrant ses sens au loin pour détecter tout ennemi approchant. La douleur à sa tête s'était apaisée,il avait appliqué une crème qu'il avait trouvée sur le marché de Ahch-To, vendue par une nonne Lanai. Après un moment, il entendit la trappe du toit s'ouvrir, c'était Valia qui venait le rejoindre, s'asseyant à ses côtés. La padawan, au regard timide, était en avance, ce n'était pas encore le moment de relever le chevalier de son poste. Katarn le lui fit savoir.

- C’est encore trop tot pour ta garde. Tu devrais retourner à l'intérieur et dormir un peu.

- Je sais," répondit Valia d'une voix gênée. Elle ajouta. Je voulais vous remercier. "Me remercier de quoi ? Lui dit le Jedi, amusé. De t'avoir électrocutée ?

- Oui, enfin… non. Je voulais vous remercier pour tout. Merci d'avoir sauvé Zain, de nous entraîner et de veiller sur nous. Repris Valia, un peu embarrassée.

- Toujours mieux que de ne rien faire sur Ahch-To. Avoua Katarn avec une touche d'humour.

Il continua.

- Tu es douée, Valia. Vraiment douée ! Ton potentiel est là, il ne demande qu'à être exploité. Rien que le fait d'avoir un sabre à lame violette est la preuve que tu es plus à l'aise dans l'utilisation physique de la Force. Les Jedi arborant cette couleur sont rares, ce qui témoigne de ton talent. Rien que pour ton cristal Kyber, ta mère aurait dû te laisser suivre la voie des chevaliers.

- C'est mon père qui m'a amené dans une mine de cristal kyber sur notre planète quand j'avais huit ans. C'était le seul de cette couleur-là, j'ai tout de suite était attirée par lui. Raconta Valia.

- Ah, tu te rappelles des premiers cours sur les trois couleurs de sabres laser. Le vert, le bleu et le plus rare violet. Et puis les trois couleurs de la soumission, le blanc, symbole de la purification d'un cristal kyber. Le rouge, indiquant que le cristal saigne et démontre le contrôle du côté obscur. Et enfin le doré, signe d'équilibre, témoignant de la maîtrise des deux côtés de la Force par son détenteur. Comme celui de la grande Rey. Lui dit Katarn d’une voix nostalgique.

- Vous pensez qu'il y a eu d'autres personnes qui ont possédé cette maîtrise ? Lui posa la question Valia.

- Dans l'ancien ordre Jedi, il y avait des individus sensibles à la Force dont les sabres laser avaient une teinte jaune, signe de l'équilibre. Mais les Jedi craignaient qu'ils ne deviennent trop puissants, la plupart se limitaient au rôle de gardiens du temple sur Coruscant. Ils n'étaient même pas pleinement reconnus comme des chevaliers Jedi et passaient toute leur vie au temple. Lui apprit le maitre Jedi.

- Je ne savais pas. Par contre, je sais que la grande Rey a interdit l'enseignement de l'équilibre, car certains de ses Padawan ont basculé du côté obscur. Poursuivi Valia.

- Pire que ça, certain se sont transformés en démons de la force. Leurs esprits et leurs corps ont été broyés par la bataille des côtés de la force pour le contrôle faisant deux des créatures immondes. La grande Rey a dû les abattre et c'est après qu'elle a décidé de bannir cette pratique. L’informa Katarn.

- Ah C'est effrayant ! Dit Valia un frisson lui parcourra le corps.

- En effet. La tentation du côté obscur est un danger constant pour ceux qui cherchent l'équilibre. C'est pourquoi la grande Rey à dû prendre cette décision. pour préserver la stabilité et la sécurité du nouvel ordre Jedi. Confirma le Jedi.

Après un moment de silence, Valia chercha à changer de sujet pour revenir vers un moins sérieux.

- Vous m'avez parlé de mon père à l'académie. Et ma mère, comment était-elle ?

Katarn, pris quelques secondes pour plonger dans ses souvenirs, puis répondit.

- Comme ton père, elle était mon aînée de deux ans. Je dois avouer que, à cette époque, je ne l'ai jamais côtoyée suffisamment pour pouvoir parler d'elle. Cependant, elle était connue pour prendre ses études au sérieux. Quelques années plus tard, le hasard a fait que je me trouvais à la nouvelle Alderean la capitale de la République stellaire pour une mission conjointe avec les Rangers. C'était le jour où elle devait faire son premier discours devant le Sénat en tant que voix des Jedi. Je me souviens d'une Zeltrone distinguée et déterminée qui a fait honneur à notre ordre.

- Oui, ma mère a toujours été fière de représenter les Jedi. Elle m'a souvent répété l'importance de notre rôle, nous sommes indépendants et nous ne dépendons pas de la République stellaire. Mais nous devons justifier certaines de nos actions sans consulter les politiciens, tout en maintenant leur confiance. Confia Valia

- Et bien, j'espère qu'elle ne sera pas trop déçue une fois que tu seras chevalier Dit Katarn avec un ton calme.

- Je sais qu'elle réagira mal, mais si elle ne peut pas accepter mon choix, je ne peux rien y faire. Je refuse de rester figée et inutile comme dans la grotte des reflets. Je veux avoir le pouvoir de choisir ma propre destinée. Lui répondit la padawan avec une voix remplie de détermination.

- Considère le bon côté des choses. Une fois déshérité, tu pourras voir ton père à volonté. Tu penses pouvoir organiser un match retour ? Depuis que j'ai 14 ans, j'attends de prendre ma revanche sur lui. Plaisanta Katarn.

- Mon père est la plus fine lame de Zeltron, je ne suis pas sûre que votre revanche se passera comme prévu. Et puis, c'est de ma mère qu'il faudra se méfier une fois qu'elle saura que c'est vous qui avez détourné sa fille de la voie familiale. Elle risque de s'acharner sur vous. Répliqua Valia amusée.

- Eh bien, ce n'est pas comme si le Conseil Jedi m'appréciait déjà. Je parie qu'après mon exil, ils auraient trouvé les missions les plus pénibles à me confier, juste pour vérifier si leur message était bien passé. Alors finalement, je doute que ta mère puisse aggraver une situation déjà compromise. Continua Katarn. Valia hésita un instant avant de poser sa question, puis se lança.

- Maître, vous semblez être très puissant. Vous avez effectué des missions conjointes avec les Rangers, vous possédez une véritable connaissance de la Force et de l'histoire de l'ordre. Je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un en dehors de la famille Brightstar capable de maîtriser la griffe de la force. Si ce n'est pas à cause de cette technique interdite, pourquoi le Conseil vous a-t-il envoyé en Ahch-To?

Katarn laissa poussa un grand soupire avant d’annoncer.

- J'ai toujours voulu être unique. Tu le vois, ma tenue n'est pas comme celle des autres Jedi. Même la poignée de mon épée ressemble davantage à ceux en acier de l'ancien temps qu'à un sabre laser.

J'ai toujours eu une certaine aversion pour le conformisme et le règlement, surtout s'ils faisaient obstacle à ma liberté et à ma progression de l’apprentissage de la Force. J'ai toujours pensé que la Force elle-même était là pour nous aider à nous affirmer en tant qu’individu et non pour nous faire fondre dans une masse. J'ai appris la Griffe de la Force en défiance du code Jedi. Mais je ne me suis pas arrêté là. J'ai continué à défier le conseil du nouvel ordre, jusqu'à ce qu'ils m’exilent. Mais au fond de moi, je sais que j'ai raison. Il y a des moments où tu dois croire en toi et persister, même lorsque tout le monde te dit que tu as tort. Mais tu te connais, tu sais de quoi tu en es capable.

Valia partageait pleinement le sentiment de son maître. Elle avait ressenti cette même sensation chaque fois que Zain essayait de la dissuader de devenir chevalier, à chaque fois que sa mère tentait de la convaincre que la mission des Laurine était la plus importante, et chaque fois que Koffi intervenait pour modifier ses cours en lui disant qu'elle n'était pas adaptée à cet entraînement pour les chevaliers. Elle comprenait maintenant pourquoi le Grand Maître avait confié la tâche de la former à Katarn. Les deux se ressemblaient, lui qui avait eu le courage de suivre son propre chemin et d'accepter les conséquences sans broncher ni regretter. Bien qu’il resta évasive sur la vraie raison de son exile, Valia ne voula pas pousser son maître à se confier davantage, sentant son malaise face à ce sujet. Elle conclut simplement.

- Je vous comprends maître. Depuis mon jeune âge, on me dit d’être la parfaite Laurine, que je dois mettre de côté ce que je ressens pour le bien de mon clan. J'espère qu'un jour, je gagnerai assez votre confiance pour que vous me disiez clairement ce qui s'est passé. Katarn, levant la tête au ciel observant les étoiles, répondit.

- Oui, je pense qu'un jour, je te le révélerai. Mais pas cette nuit. Cette nuit, tu vas aller te coucher et reprendre des forces pour l'entraînement de demain. Si tu réussis à battre tous les droïdes sphères, je t'apprendrai à couper du Beskar en un coup.

- Couper du métal mandalorien d'un coup ? C'est impossible ! Il faut plusieurs entailles au même endroit pour y arriver ! S’exclama la padawan, stupéfaite.

- Rien n'est impossible quand on possède la bonne technique. Allez, va dormir. Lui ordonna Katarn, l'air satisfait.

Valia, tout excitée, s’exécuta sans se rendre compte que le levier de la trappe venait d'être refermé. Quelqu'un avait écouté la conversation entre le maître et son apprentie, et ce quelqu'un n'était autre que Zain.

Il découvrit ainsi que Valia lui avait menti, Katarn n'était pas un simple garde du monastère de Luke qu'elle avait persuadé de l’emmener sur Serenno pour prendre de ses nouvelles. Il était bel et bien son nouveau maître et voulait la former à la voie des chevaliers pour qu'elle se rebelle contre sa famille.

Zain se senti trahis par son amie, mais surtout, il était en colère qu'un individu comme Katarn, un routier vulgaire, puisse ainsi manipuler l'héritière d'une des familles fondatrices et la pousser au déshonneur.

Remuant sa fureur dans la nuit, il se convainquit même que c'était maintenant à lui de sauver Valia de l'influence de ce renégat et qu'une fois qu'il rentrerait à Scarif, il n'hésiterait pas à aller voir Maître Koffi pour le dénoncer et le faire bannir de l'ordre. Valia retourna se coucher, trouva Zain dans son lit de fortune. Elle croyait qu'il dormait, mais lui mettait en place son plan pour "sauver" l'héritière de la famille Laurine.



OoooooooooooooooO




Dans la caserne de l'armée de Serenno Darth Kachina était en pleine réunion avec le général Dox qui paraissait toujours trembler dans ses bottes

- La base de la République stellaire a mis nos forces en déroute, malgré notre supériorité numérique. Mais nous continuons à les encercler. Annonça le général. Qu'en est-il des renforts ? demanda la Sith, sa voix modifiée par le masque.

- Pour l'instant, ils se rassemblent à l'entrée de notre système solaire. Une fois au complet, ils passeront surement à l'attaque. Déclara le général.

- Et les Jedi? Interrogea Darth Kachina.

- Les Jedi nous ont contactés pour discuter, afin que nous leur assurions que leurs équipes de chercheurs vont bien et pour négocier leur libération. Comme il n'y a pas de temple sur Serenno, ils n'ont aucune influence ici. L’informa le général.

- Qu'avez-vous répondu ? Questionna Darth Kachina.

- Nous leur avons dit que leurs chercheurs sont en résidences surveillés à l’intérieur du château. Que ceci est une affaire interne et qu'une fois que les forces de la République stellaire quitteront Serenno, nous les libérerons. Indiqua le général.

- Bien ! Nous ne pouvons pas nous permettre que le nouvel ordre découvre la mort des chercheurs, sinon ils pourraient attaquer la planète directement. Comment avance le retrait de vos troupes ? Continua la Sith son interrogatoire.

- Nous procédons selon le plan. Nous retirons progressivement nos forces et les regroupons derrière la lune de Serenno. Dans quatre jours, nous serons prêts à partir sans éveiller les soupçons de la République. Affirma Dox.

- Continuez à attaquer la base et à perturber leurs communications autant que possible. Exhorta Darth Kachina le militaire.

- Et concernant Katarn, que prévoyez-vous ? Le temps nous est compté, et pour l'instant, nous n'avons pas de trace d'eux. Il est possible qu'ils soient morts au fond du canal. après tout, ils se sont pris deux missiles de plein fouet. Demanda Dox, souhaitant intérieurement ne jamais plus avoir affaire avec le Jedi.

- Je sais que le Jedi et sa petite bande sont en vie. Je n'ai pas besoin de les traquer, je sais où ils se dirigent. Je vais les attendre près de la base et ramènerai la bague à notre Maître. Assura Darth Kachina.

- Loué soit Darth Nihilus. Cria le général Dox.

La Sith sortit accompagnée de ses trois acolytes et prit un vaisseau de l'armée, déterminée à commencer à mettre en place son piège pour capturer Katarn.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Jeu 06 Juin 2024 - 22:30   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Grace à Keyanna, Coleman apprend plus sur Quillan Vox le fondateur des nomades pieux de la force, ce qui l'amène à découvrir des informations sur une pratique de la force dont il a toujours été intéressé. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 20: La pratique interdite


Coleman, caché dans l'obscurité, observait Keyanna faire preuve d'une grande habileté dans l'utilisation de la Force. Elle ne manquait jamais sa cible, et ses couteaux revenaient à elle dès qu'elle le leur ordonnait d'un geste de la main. Il fit involontairement un petit mouvement du pied, le trahissant dans l'obscurité.

En proie à la panique, la jeune fille se retourna, ses lames prêtes à l'action se précipita vers lui. Avant qu'il ait eu le temps de s'exprimer, elle arriva à sa hauteur et tenta de placer l'un de ses couteaux sur sa nuque. Mais en bon chevalier Jedi entraîné, Coleman n'allait pas se laisser faire. Il lui attrapa le bras, le tordit et, se baissant pour utiliser son propre corps comme levier, il la projeta plusieurs mètres plus loin. S’écrasant au sol, la lueur de la lune éclaira le visage du jeune Jedi à Keyanna, ses yeux bleus étincelant dans la nuit. La jeune nomade se releva, laissant cette fois-ci ses couteaux par terre, mais encore une fois se rua vers Coleman qui ne comprenait son acharnement.

Elle tenta de lui asséner des coups de poing et de pied, mais Coleman les esquivait avec facilité. Il comprit vite qu'elle ne cherchait pas à lui faire du mal, mais plutôt à se mesurer à lui. Malgré plusieurs feintes de sa part, montrant sa supériorité en tant que combattant, la jeune fille ne semblait pas vouloir en rester là. Fatigué par cette danse qui s’éternisait, il décida de mettre fin au combat en allumant son sabre devant elle, signe que cette confrontation était maintenant terminé.

Le jedi fut étonné du sourire illuminer le visage de Keyanna, tandis que dans ses yeux brillait une lueur de fascination à la vue de son épée de lumière bleu. Il se remémora la première fois ou il a vu un Jedi manier un sabre, se souvenant de l'admiration qu'il avait éprouvé pour Haris Brightstar débarquant pour le libérer de son père tortionnaire.

Avec son sabre flamboyant, Haris avait rapidement mis fin à l'existence pathétique de cet être malveillant. Et c'est à ce moment-là que Coleman réalisa que c'était là sa vocation. Punir les lâches et les criminels avec la pointe d’une épée enflammée. Il éteignit son sabre puis le tendit à la jeune nomade qui ne comprenait pas son geste.

- Tu veux essayer de le manier ? Lui proposa le jeune Jedi.

Keyanna se releva et regarda Coleman d'un air suspicieux. Il continua.

- Vas-y, prends-le. Je vais te montrer un peu comment on s'en sert.

Sans dire un mot, la jeune fille saisit le sabre et le scruta attentivement. Avec sa poignée argentée, c'était comme si elle explorait un trésor sorti de ses rêves.

- Tends le bras et appuie sur le bouton. Lui demanda gentiment Coleman se positionnant derrière elle, un ton que lui-même reconnaissait n’avoir pas pratiqué depuis un moment.

Keyanna s'exécuta et un instant, la lumière bleue du sabre éclaira de nouveau le ciel. La nomade recula de plusieurs pas, tendant le bras aussi loin que possible, comme si elle tenait un torchon brûlant dans ses mains.

- N'aie pas peur. La poignée est faite d'un métal spécial, elle ne va pas fondre. Je sais que tu penses le contraire à cause de la chaleur que dégage la lame. Mais ne t'inquiète pas, tu peux le faire bouger comme bon te semble. Essaie. Lui proposa Coleman doucement avec des indications d'un ton calme.

Keyanna commença à faire des mouvements verticaux et horizontaux avec l'épée, écoutant le bruit caractéristique que la lame produisait, elle éclata de rire, apparaissant contente, ce qui ravi Coleman. Quelques minutes après elle éteigna le sabre et le rendit à Coleman. Puis, pour la première fois, il l'entendit parler quand elle le remercia.

- Merci, j'ai toujours rêvé de manier un vrai sabre laser ! Dit-elle d'un ton reconnaissant.

- Ah, tu parles ! J'aurais juré que tu étais muette. En tout cas, ravi que ça t'ait plu. Par contre, j'aurais quelques questions pour toi, si tu veux bien. Repris Coleman avec un air sarcastique.

La jeune nomade acquiesça de la tête, montrant qu'elle était d'accord pour répondre à ses questions.

- Je croyais que votre communauté était pacifiste et ne s'entraînait pas à la maîtrise de la Force ? Pourtant, tu m'as l'air bien entraînée, toi. Comment ça se fait ? L’interrogea Coleman.

- Oui, notre communauté est bien pacifique et ne s'entraîne pas à la maîtrise de la Force. Il n'y a que moi qui le fait en cachette. Répondit Keyanna Pourquoi ? Continua Coleman curieux.

Keyanna pris une longue respiration puis commença son récit.

- Quand j'étais petite, j'avais un petit Varactyl que j'adorais. Un jour, il s'est perdu dans les montagnes et a glissé, tombant dans un fossé. Je ne pouvais pas le laisser là, surtout qu'il semblait blessé et souffrant. Alors, je me suis concentrée et j'ai prié la Force. Sans que je sache comment, il a commencé à flotter dans les airs et à venir vers moi. J'ai pu le ramener à la maison et le soigner. J'avais dix ans à l'époque, et on m'avait toujours dit qu'il était mal de manipuler la Force pour soi-même. Qu'il ne fallait jamais utiliser notre connexion pour des raisons égoïstes. Mais ce n'était pas égoïste, je voulais juste sauver mon animal de compagnie. Depuis ce jour, je m'entraîne en secret. Je ressens cet appel en moi, celui qui me dit que mon don servira un jour.

- Oui, mais passer de la lévitation d'un petit animal à lancer plusieurs couteaux à la fois sans jamais rater la cible et de nuit, ça demande un sérieux entraînement. Si tu as tout appris toute seule, c'est plutôt impressionnant. Avoua Coleman.

Keyanna semblait hésitante, comme si elle était sur le point de révéler un lourd secret à Coleman. Elle retourna à l'endroit où elle s'entraînait, et au pied de l'arbre reposait un petit sac en peau d'animaux. Elle en sortit un livre qu'elle tendit à Coleman, expliquant

- C'est grâce à ça que je me suis perfectionné. Coleman feuilleta au clair de Lune ce qui paraissait être le journal de Quinall Vox, le fondateur des nomades pieux de la force.

Coleman ouvra le journal et commença à lire quelques passages sur la vie de Quillan Vox, son temps comme Jedi puis sa chute du côté obscur ainsi que sa rencontre avec Khaleen son épouse. Étonné, il demanda à la jeune nomade

- Ou as-tu trouver ce journal ?

- Dans le mausolée de Quillan, là où il est enterré. Revela la jeune nomade. C'est son ancien vaisseau transformé en tombe. Les fondateurs de notre communauté ont laissé plusieurs textes sur la façon de prier la Force et de l'écouter. Mais le seul à avoir été un Jedi, c'était Quinllan. Je me suis rendue à son mausolée plusieurs fois, convaincue qu'il avait laissé quelque chose derrière lui. Il avait vécu une vie bien trop riche pour ne pas la documenter. J'étais presque déterminée à le déterrer s'il le fallait. Mais je n'ai pas eu besoin de le faire. En fouillant à plusieurs reprises, j'ai découvert un dédale suspect près de sa tombe. Je l'ai bougé et j'ai trouvé ce sac avec ce journal dedans.

Coleman continua à feuilleter le journal, passant par plusieurs passages auxquels le Jedi décrivait en détail ses sensations lorsqu'il utilisait la Force. Il réalisa que ces passages avaient sûrement aidé Keyanna dans sa formation. Il revint au passage où Quinall avait rejoint le camp des Sith lors de la guerre des clones. Il décrivait la sensation que lui procurait le côté obscur, la colère qu'il ressentait la peur sa haine pour le conseil Jedi qu'il croyait corrompu. Puis, il passa à un autre passage où l'ancien Jedi évoquait les nomades pieux, exprimant son désir de bâtir une communauté dévouée à la Force sans s'en servir.

Pendant plusieurs pages, il racontait comme lui sa femme et son fils ont convaincu certains force sensitive anciennement traquer par l’empire à les rejoindre pour partir vers les territoires extérieurs. Le journal retraçait la vie de Quillan sur cette planète inconnue la construction du village. Puis Le ton du journal changea. Quillan se plaignait qu'en dépit de la vie harmonieuse qu'il menait, il ressentait un vide en lui, comme s'il lui manquait quelque chose dans la vie. Le journal se termina par plusieurs pages blanches.

-Je sais, le journal s'arrête brusquement. Pourtant, selon les informations que j'ai recueillies, Quillan a vécu pendant encore longtemps après cette dernière entrée. Je ne comprends pas pourquoi il n'a pas continué à écrire, il avait encore de la place. Peut-être que sa vie était devenue monotone et ne méritait plus d'être suivie. Intervenu Keyanna remarquant la déception dans le regard de Coleman.

Le jedi lui était persuadé qu'il y avait quelque chose de plus dans ce journal. Il parcourut frénétiquement les derniers passages où Vox parlait de l'écoute de la Force, soulignant qu'il était nécessaire d'écouter ses deux côtés. Il évoquait également comment dans la nature, les deux côtés cohabitent malgré le chaos apparent.

Alors que la jeune nomade récupérait ses affaires par terre, tournant le dos au Coleman. Une idée lui traversa l'esprit. Il ouvrit l'une des pages blanches, puis posa sa main sur le papier et canalisa la Force. Soudain, la page se remplit de l'écriture de Quillan. Coleman se concentra encore plus et toutes les pages blanches furent maintenant remplies. Son intuition était correct Vox avait utilisé une encre invisible que l'aura de la force revela. Avant que Keyanna ne le remarque, Coleman enleva sa main et le texte disparu.

La jeune adolescente s'apprêtait à récupérer le journal lorsque Coleman lui demanda.

- Est-ce que je pourrais le garder pour cette nuit ? Je te le rendrai, je veux juste le lire plus attentivement. Keyanna baissa la tête semblant embarrasser par cette requête, elle répondit

- D'accord, mais fais attention à ne pas te faire découvrir. Je pourrais avoir des ennuis.

Coleman heureux de pouvoir garder le journal s’empressa de souhaiter bonne nuit à Keyanna et promit de lui donner quelques conseils sur la maîtrise de la Force. Il se précipita ensuite vers sa hutte ou Sédu et Elio dormaient profondément, il trouva une bougie qu'il alluma, puis se dirigea vers l'arrière de la maisonnette. S'installant confortablement, il commença à lire les pages blanches en utilisant la Force. Un titre apparut "La pratique interdite".

Quillan Vox avait commencé à s'entraîner à maîtriser l'équilibre. Tout en documentant sa progression, décrivant des jours où il se sentait léger et joyeux, et d'autres où il était colérique et amer.

Il essayait de concilier ces deux sentiments simultanément. Il effectuait des exercices de respiration torse nu par temps froid durant l'hiver. Et durant l'été, il restait immobile en plein soleil. Son idée était de canaliser la frustration d'un environnement hostile pour puiser dans le côté obscur tout en gardant le contrôle sûr soi avec le côté lumineux. Ainsi, il créait en lui deux fleuves avec deux courants qui se croisaient et créèrent une chute puissante. Malheureusement, les progrès de Vox étaient limités. Sur plusieurs pages, il concluait qu’à chaque fois qu’il se rapprochait de l’équilibre le côté obscur s’emparait de lui l’obligeant à s'isoler pour se calmer.

Coleman passa de page en page essayant d’enregistrer le plus d’information possible. Excité par cette découverte lui qui se sentait en début soirée fatigué par toutes les aventures qu’il venait de vivre ses derniers jours, avait soudainement retrouvé tout son énergie. Il enchaina les pages jusqu'à ce qu'il tombe sur un incident marquant.

Durant un entraînement, Quillan invoqua le côté lumineux en lui, se remémorant tous les actes positifs qu'il avait accomplis en tant que Jedi et fondateur des Nomades pieux. puis, il se mit à imaginer une attaque contre sa communauté, les Sith les ayant pris pour cible. Le visage de Dark Sidious, l'Empereur Noir des Sith, lui revint en mémoire, suscitant la peur suivi de colère et de haine. Il essaya de concilier tous ses sentiments en puisant dans les deux côtés de la Force en même temps.

Soudain, il se sentit en parfaite harmonie, en colère, mais sûr de pouvoir défendre son foyer. Comme si tout avait du sens pour lui. Il ressentit une force comme jamais auparavant, comme s'il pouvait soulever des montagnes rien que du regard. Quillan écrit qu’il garda cette transe pendant plusieurs minutes quand le côté obscur commença à le tenter en lui offrant le vrai pouvoir pour ne plus jamais perdre ses proches comme il les avait perdus autrefois.

Il essaya de se rassurer en se disant qu'ici, il n'y avait pas d'ennemis,mais il y en a toujours. Se dit-il.

-Et s'il était découvert ? Pensa-t-il .

Non les membres de sa communauté l'aiment et ils ne l'abandonneront pas comme l'avait fait le Conseil Jedi. Mais c’était trop tard, son cœur sembra dans le doute.Vox entra dans un état de démence, se sentant pris dans le courant chaotique de sa propre vie, balloté d'un côté à l'autre par des mains invisibles. Il ressentit son corps brûler, son esprit lui se retrouva dans une caverne sombre, marchant dans une eau noire, persuadé que c'était le chemin à suivre pour s'en sortir ignorant des avertissements intérieur. L'eau était opaque, mais il avança quand meme, jusqu’à le point d'être submergsubmergé.

Lorsqu'il se réveilla, Quillan constata que son corps était brûlé, des traces de griffures marquaient les arbres autour de lui, et sa femme, Khaleen, gisait au sol. Quand elle reprit connaissance, elle lui raconta qu'il s'était transformé en démon, ses yeux devenus jaunes et des éclairs parcourant son corps. Il l'avait attaqué, et elle avait dû se défendre contre lui. Ainsi, Vox avait décrit un bref instant où il avait ressenti une puissance immense, capable de canaliser sa colère et de la transformer en énergie positive.

Il avait fait l'expérience de l'équilibre dans la force, cependant il admit que c'était impossible de garder cette état que la tentation était trop forte et que lorsque les deux côtés de la Force avaient pris possession de son corps comme un champ de bataille, il devenait une menace pour lui-même, et pour les autres.

Le journal se termina avec l'ancien Jedi expliquant sa décision de garder ce journal comme mémoire de sa vie. Mais scellant cette dernière partie de manière à ce qu'elle ne tombe pas entre les mains d'amateurs. Il jugeait qu'il fallait déjà avoir une certaine expérience pour comprendre ce que signifiait véritablement de maîtriser la Force et chercher à atteindre l'équilibre. En conservant ces informations, il espérait fournir un avertissement clair aux futurs manieurs de la Force sur les conséquences de s'aventurer sur cette voie. Cette décision refléta sa volonté de préserver l'histoire de ses propres luttes et expériences, tout en mettant en garde contre les dangers de la tentation du côté obscur. Coleman était abasourdi, ne croyant pas ce qu'il lisait. Enfin, l'un de ses rêves allait peut-être se réaliser, maîtriser l'équilibre.

Après son adoption par la famille Brightstar, Coleman passa le plus clair de son temps avec Meywine, se sentant attiré par cette fille qui semblait, elle aussi, accablée par le poids de ses origines sans pour autant perdre son optimisme et son sourire. Il développa un véritable attachement envers elle, ce qui rendit Dania Brightstar, la mère de Meywine très heureuse, enfin sa fille avait un véritable ami.

De l'âge de 12 à 14 ans, sous la tutelle de Haris et Dania, Coleman et Sédu furent entraînés à la voie des Jedi. En revanche, l'éducation de Meywine était assurée par l'ensemble du clan, et non seulement par ses parents.

Après avoir intégré l'académie, Coleman s'attendait à devenir rapidement l'une des étoiles montantes de cette prestigieuse institution. Convaincu que son expérience dans les arènes de son père et sa formation au sein de la famille Brightstar lui conféraient un avantage certain sur la plupart des élèves, même les plus âgés. Mais contrairement à ses attentes, Coleman se trouva rapidement face à une réalité différente.

Les jeunes Jedi de son âge étaient bien plus disciplinés et bien plus préparés que lui, avec une parfaite maîtrise de leurs émotions, contrairement à lui. Effectivement, dès leur plus jeune âge, les sensibles à la force étaient envoyés dans les temples locaux pour entamer leur entraînement.

Être un Jedi dans cette nouvelle galaxie était une marque de prestige très convoitée. Certaines familles riches faisaient tout pour que l'un de leurs enfants rejoigne le nouvel ordre, n'hésitant pas à apporter leur soutien financier et politique aux Jedi.

Coleman réalisa très vite que même si les enseignements Jedi prônaient l'égalité entre les membres, il existait néanmoins des statuts sociaux plus désirés que d'autres. Dès le début de sa vie d'étudiant, il remarqua plusieurs individus, originaires de différentes planètes, chercher à se lier d'amitié avec Meywine, l'héritière de la famille Brightstar.

Rien que le premier jour, plusieurs membres de la famille Laurine et Solaris ont accueilli la descente de Rey et l'ont invité à visiter le grand temple à proximité de l'académie. Meywine semblait apprécier sa nouvelle popularité, tant auprès des élèves que des professeurs.

Coleman lui ressenti un profond sentiment d'exclusion envers son amie, ce qui le frustrait. Son tempérament colérique l'avait isolé, à l'exception de Sédu, qui était resté à ses côtés. Pendant ce temps, Meywine était rapidement devenue la reine de l'académie, grâce à ses exploits dans la Force et son talent de sabreuse. Mais ce qui le dérangeait le plus Coleman, c'était qu'elle ne réalisait pas que ceux qui l'entouraient n'étaient pas de véritables amis, mais simplement des opportunistes cherchant à profiter de sa lumière.

Le pire, c'est qu'à mesure qu'ils grandissaient, son attirance pour elle augmentait, séduit par sa beauté et sa grâce. Ses sentiments dépassaient désormais le cadre de l'amitié ou de la fraternité, il était profondément amoureux d'elle.

Coleman avait envisagé à maintes reprises d’avouer ses sentiments à son amie, mais à chaque fois la voyant avec son nouveau groupe de camarade, il se disait que c'était à présent trop tard. Elle était maintenant entourée des fils de rois et de sénateurs, tandis que lui n'était qu'un misérable rat, fils d’un manieur sombre au passé plus que trouble. Coleman avait aussi réalisé que Sédu avait discerné ses sentiments pour Meywine. Il tentait souvent de créer des occasions de rencontre entre les deux, ou entre eux trois, dans l'espoir de retrouver le bon vieux temps. Cependant, ces rencontres tournaient généralement mal, Coleman étant frustré de voir que Meywine agissait comme si de rien n'était, comme si elle était toujours la même fille qu'ils avaient connue, ne les ayant pas remplacés par des personnes plus dignes de son rang.

Coleman compris assez vite que pour être considéré dans ce nouvel ordre, pour retrouver ce qu'il pensait avoir perdu, il devait devenir plus fort. Il devait devenir si puissant que ses origines ne seraient plus importantes. Après tout, devenir un chevalier Jedi était sa vocation, et s'il devait l'être, autant être le meilleur. Il s'investit alors totalement dans son entraînement, fournissant davantage d'efforts là où les autres se contentaient du nécessaire.

Ses sacrifices lui attirèrent les railleries de ses camarades, témoins de ses luttes pour se hisser à leur niveau. Parfois, cela dégénérait en disputes, entraînant des remontrances de la part de ses instructeurs.

Malgré, cela ne le décourageait pas. À la fin de sa première année, il avait comblé son retard et se classait désormais parmi les meilleurs de sa classe. Meywine, quant à elle, était encore hors de sa portée. Elle était tellement au-dessus que les membres de sa classe ne se donnaient même plus la peine de la défier ou de se comparer à elle. À la fin de sa première année, elle était au niveau de diplômé Padawan qui allait être assigné à un maître.

Cette situation exacerba encore plus Coleman. Durant sa deuxième année, il conceva alors un plan, s'il ne parvenait pas à surpasser Meywine dans la maîtrise de la Force, il le ferait par le maniement du sabre. Haris avait toujours loué son talent d’épéiste, affirmant souvent qu'il possédait une technique naturelle. C'était donc par là qu'il comptait démontrer sa valeur.

Meywine elle, est devenue une experte dans la quatrième forme de combat au sabre laser, appelée Ataru. Cette forme de combat très acrobatique et dynamique, mettant l'accent sur l'agilité et la vitesse. Elle ajouta même de nouvelles attaques avec la Force et a créé une nouvelle arme laser, deux sabres à lame mi-longue attachés par une chaîne en Beskar. Lorsqu'elle les faisait tournoyer, cela ressemblait à une hélice blanche, impossible à arrêter. Elle pouvait donc se défendre et attaquer simultanément. Elle parvenu même à vaincre plusieurs chevaliers lors de ses entraînements, ces derniers étant incapables de contrer ce nouveau sabre.

Une fois de plus, Coleman se sentit dépassé. Il croisa le sabre laser avec elle à plusieurs reprises, étant le seul de la classe à avoir le courage de la défier, et malgré sa bonne maîtrise de la cinquième forme de combat appelée Djem So, connue pour son agressivité et sa puissance, ainsi que du Soresu, une forme défensive enseignée par Haris, il se retrouvait systématiquement ridiculisé par elle lors de chaque match.

Ainsi les deux dernières années se résumèrent pour Coleman à une série d'échec cuisant, le reléguant davantage au rang de paria au sein de l'académie. Tandis que les autres élèves évitaient soigneusement de se retrouver face à Meywine lors des exercices, cherchant à démontrer leurs compétences aux chevaliers en quête d'un padawan, Coleman accumulait un nombre record de défaites, le faisant passer pour un perdant aux yeux de ses pairs.

À la fin de sa troisième année, Coleman passa avec brio les tests pour devenir Padawan chevalier, se classant même deuxième après Meywine. Malgré cela, aucun chevalier ne décida de le prendre comme apprenti, le jugeant trop présomptueux et colérique.

Haris Brightstar du intervenir auprès du conseil pour prendre deux Padawan, ses enfants adoptifs. Il était rare que le conseil accepte qu'un chevalier prenne deux apprentis, d'autant plus qu'il était interdit pour un parent d'être officiellement le maître de son enfant. Mais, comme il n'avait pas de lien de sang avec Sédu et Coleman et qu'il se portait volontaire pour superviser un élément jugé difficile, cela déchargeait le conseil d'une responsabilité, ils acceptèrent sa demande.

Meywine fut elle assignée au grand maître de l'ordre. Pendant deux ans, Coleman parcourut la galaxie avec Sédu et maître Haris, accomplissant diverses missions. Coleman surveillait de près les progrès de Meywine, qui étant la padawan du grand maître et en raison de l'obligation de ce dernier de rester sur Scarif, lui confiait fréquemment des missions de haut niveau qu'elle accomplissait fièrement en solo. Sa réputation au sein de l'ordre grandit rapidement, et au lieu d'attendre les trois années habituelles pour passer l'ultime test des chevaliers, elle termina sa formation en deux.

C'était le coup de grâce pour Coleman,Meywine était incontestablement la plus forte, et il savait qu'il ne pourrait jamais rivaliser avec elle. Coleman se laissa tomber dans une grande dépression, écraser par les regrets qui envahissaient son cœur. Toutes ces heures passées à s'entraîner, à suer, à saigner, semblaient avoir été vaines. Sa colère envers Meywine pendant toutes ces années n'avait plus de sens, car il avait échoué, il n'était pas à la hauteur et ne le serait jamais. Coleman réalisa qu’il avait perdu beaucoup de temps à en vouloir son amie, même durant ces deux années où à chaque rencontre, il lui lançait des piques qu’elle les prenait toujours à la légère en paraissant ne pas être touchée, en réalité, ce n'était pas elle qui avait raison, mais lui. C'était lui qui ne s'était jamais senti à la hauteur. Sous les yeux de Sédu et de Haris , Coleman perdit tout goût à la vie.

Voyant le désespoir dans les yeux de son fils adoptif, Haris prit une décision radicale qui risqua de compromettre son statut de chef des Brightstar, il décida de révéler les secrets des ancêtres à son Padawan. Il emmena Coleman au sommet de la montagne qui surplombait la prison de Mytus VII. Là-bas se trouvait un temple caché dont l'existence était inconnue du jeune homme jusqu'à présent.

Dans ce temple, Haris expliqua que c'était un lieu secret construit par Rey et Harold pour former leurs enfants. Il lui révéla que Rey bien que fondatrice du nouvel ordre voulait que sa famille garde un œil sur les criminelles les plus dangereux de la galaxie et que pour accomplir cette tâche, elle devait leur laisser un savoir bien plus avancé que celui du reste des Jedi.

De ce fait les Brightstar depuis des siecles venaient ici pour profiter des holocrons spéciaux laissés par leurs ancêtres. Il révéla que c'était là que Meywine était conduite quand elle était enfant pour s'entraîner et apprendre les plus grandes techniques de la famille, y compris la Griffe de la Force. Coleman compris maintenant pourquoi la famille Brightstar produisait les meilleurs chevaliers, ils avaient un accès direct aux connaissances de la grande Rey et ses descendants que l’ordre ne possédait pas. Faisant d'eux la plus puissante famille de la galaxie. Et avec ses pouvoirs naturels et les connaissances de ce temple, Meywine était certainement la Jedi la plus forte qui existe, ayant déjà surpassé les membres de sa famille.

Haris décida de donner l'opportunité à son Padawan qu'il aimait comme son propre fils, de devenir également plus fort et d'exploiter son plein potentiel. En contre-partie, il demanda à Coleman de lui promettre de mettre en pratique ce qu'il apprendrait dans le temple secret de Rey pour défendre la paix et la justice.

Coleman accepta, mais s'interrogea sur la raison pour laquelle il était le seul à avoir été initié à ce lieu, et non Sedu. Haris lui confia que Sedu n'avait pas besoin de connaître ce lieu, car il n'était pas dans la quête de puissance comme lui. Qu'il préférait pour Sedu qu'il s'émancipe plus pour trouver son propre chemin et que l’amener ici n’aurait fait que l’attacher encore plus.

Pendant toute une année, grâce au savoir contenu dans le temple, Coleman apprit auprès de plusieurs Brightstar de différentes générations et perfectionna ses techniques au sabre ainsi que son affinité avec la Force. Il étudia plusieurs textes cependant, c'était un ancien texte qui l'intriguait particulièrement.

Il s'agissait d'un écrit de Rey elle-même qui ne se trouvait pas dans ses mémoires. Dans ce texte, Rey expliquait qu'en tant qu'élue de la lumière et petite-fille d'un Sith, elle avait une affinité particulière avec l'équilibre. Elle raconta comment sa force avait décuplé lorsqu'elle entreprit, pendant sa restauration d'anciens textes Jedi, de maîtriser les sept formes de sabre laser. Passer de la défense a l'attaque l'aida à mieux contrôler les deux côtés de la force. Grâce à cela, son équilibre s'était renforcé, faisant d'elle l'une des Jedi les plus puissantes ayant jamais existé.

Coleman se lança donc dans l'apprentissage des sept formes avec détermination pensant que cela serait son ticket vers la gloire. Il mit en œuvre son talent naturel et progressa rapidement. Il chercha d’autres références à l'équilibre dans d'autres textes, mais sans succés, il interrogea de ce fait son maître sur cette pratique.

Haris lui fit part de l'histoire tragique de cette discipline et de la raison pour laquelle elle avait été proscrite, la grande Rey avait détruite toute allusion qui pourrait servir à l' apprendre. Désormais obsédé par cette idée, Coleman voyait en cela le moyen d'enfin rivaliser avec l'héritière Brightstar. La formation avec son maître arrivant a sa fin Coleman avoua son entraînement à Sédu qui comme prévu en ami fidèle garda le secret et ne montra aucune envie de se rendre dans le temple de Rey.

Les deux passèrent les tests de chevalier en même temps. Ils réussirent, le conseil fut impressionné par les progrès fulgurants de Coleman. Meywine présente durant les teste étaient très fiers de ses amis, mais elle fut surprise lorsque Coleman ne faisant qu'à sa tête, la défia devant le grand maître et le conseil à un combat au sabre.

Sans hésiter, elle accepta, pensant que comme durant ses années à l’académie, elle mettra rapidement fin à la confrontation. Elle fut prise au dépourvu par les nouvelles compétences de Coleman, qui la poussa même à se battre sérieusement après avoir sectionné sa chaîne Beskar d'un seul coup. Bien qu'elle finisse par triompher de lui, ce combat suffit pour que le conseil reconnaisse les efforts de Coleman et le félicite. Il était évident maintenant pour lui que la voie de l'équilibre était celle qui le mènerait à devenir l'égal de Meywine et un Jedi respecté par tout l'ordre.

Coleman commença à s'entraîner dans le but de changer la couleur de son cristal kyber vert, pensant que la teinte dorée serait un signe qu'il était sur le bon chemin. Bien qu'il parvenue à faire jaunir le cristal, il était immédiatement submergé par le côté obscur, perdant tout contrôle. Depuis un an, il brisa plusieurs sabres, chose que Meywine et Sédu remarquèrent et l’interrogèrent à plusieurs reprise à cet égard, sans que ce dernier vende la mèche.

De retour dans la nuit calme, le journal de Quillan Vox était le premier document détaillant un entraînement pour atteindre l'équilibre que Coleman avait trouvé. Malgré les avertissements, il avait suffisamment confiance en lui pour croire qu'il serait à la hauteur là où Vox avait échoué.

Convaincu maintenant que la Force l'avait mis sur son chemin, car elle voulait qu'il maîtrise l'équilibre. Coleman se répétait que si Meywine était l'élue de la lumière et que Elio Celui de l'obscurité lui serait l'élu de l'équilibre. Avec sa maîtrise des sept formes de sabre laser, il était convaincu de réussir en fusionnant les enseignements du journal avec ceux du temple de Rey. Maintenant, il ne lui restait qu’à mettre au point un plan pour tester sa théorie et trouver un moyen de copier le journal afin de pouvoir emporter ses connaissances avec lui lorsqu'il quittera la planète.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Lun 10 Juin 2024 - 20:47   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

La tension monte entre Katarn et Zain, ce dernier pour prouver sa valeur décide d'utiliser sa psychométrie pour percer les secret de la bague de Serenno. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 21: La bague du comte


Dès l'aube du deuxième jour de marche, Harlow continuait son avance vers la base de la république stellaire. Katarn toujours positionnait sur le toit du vaisseau observant sa padawan qui courait derrière tout en affrontant une nouvelle salve de sphères droïde.

Contrairement à la veille cela n'étaient pas manipulés par la force, mais le Jedi avait prévenu Valia qu'il avait modifié leurs programmations afin de les rendre plus rapide et agressif que la norme. Valia était ravi de ce challenge, Zain dormait à l'intérieur ce qui lui permettait de se concentrer mieux sur son entraînement. Pendant des heures de course, les sphères lui donnaient beaucoup de mal. Courir tout en les affrontant n'était pas une mince à faire.

Sous les cris de son maître, elle essaya de suivre à la lettre ses recommandations.

- Ne les laissent pas t'acculer. Concentre la force dans tes membres pour gagner en puissance. Hurla Katarn.

Après un barrage de tir qu'elle détourna grâce à son épée, le Chevalier lui reprocha sa passivité.

- Tu es trop défensive, pourquoi tu te contentes de juste dévier leurs tirs ?

Valia s'exécuta et décida de s'attaquer aux sphères. Après plusieurs tirs, au lieu de les dévier, elle visa certaines boules dans leurs angles morts. À sa grande surprise, les droïdes esquivèrent les blast tout en continuant à l'encercler.

La padawan ne comprenait pas comment ces sphères flottantes avaient accompli cet exploit. Pourtant, elle était sûre d'avoir bien calculé son coup. Elle se concentra sur son maître pour voir s'il déployait la force pour les aider, mais Katarn ne dégageait rien. Pendant longtemps Valia avait beau se triturer les ménages, elle ne trouvait aucune explication possible au réflexe des droïdes qui redoublaient d'agressivité envers elle.

Mais comme un flash, elle se souvint de la discussion avec Katarn quand les deux parcouraient Serenno City. La vision partagée, une technique qui permet à deux jedi ou plus de synchroniser leurs sens et leurs champs de vision. Et si Katarn avait modifié les sphères pour avoir un esprit ruche ?

Valia en était sûr maintenant, les sphères partageraient entre eux leurs visions ce qui leur donnaient l'occasion d'esquiver même les attaques dans le dos. La padawan s'arrêta brusquement et changea de garde.

Décider à présent de briser la défense des droïdes pour transformer ce duel en un combat rapproché.

- Très bien, tu as deviné ma petite surprise. Désormais, applique-toi et trouve une ouverture. Lui cria Katarn.

Dès que Valia s'arrêta les sphères lui lancèrent une rafale de tir. Elle en dévia la plupart, les retournant contre les droïdes. Ces derniers encore une fois n'ont eu aucun mal à les éviter, mais le but de la jeune Zeltronne n'était pas de riposter, mais de calculer leurs vitesses de réaction. Elle remarqua que malgré l'esprit ruche certains droïdes étaient plus longs que les autres. Elle fonça sur eux et en un instant, elle fut encerclée par le reste des sphères qui arrivaient sur elle pour défendre leurs camarades. Valia fit un bond en l'air telle une danseuse de ballet ce qui la métta derrière les boules métalliques et d'un coup, elle trancha en deux une dizaine avec sa lame violette.

- Yehh Bravo. Applaudis Katarn tout en ordonnant à Harlow de ralentir pour ne pas distancer sa padawan.

Dès que les sphères les plus rapides furent neutralisées, Valia ne fit qu'une bouchée du reste du groupe sous le regard satisfait de son maître.

- Première leçon du jour apprise. La synchronisation parfaite n'existe pas. Même quand deux esprits sont connectés, certes cela donne un avantage, mais ça ne te rend pas magiquement plus fort ou plus rapide. Quand tu affrontes plusieurs personnes à la fois prend l'information au lieu d'esquiver sans but, cherche leur rythme d'exécution et détruit le. Exactement comme tu viens de le faire en utilisant les droïdes les moins rapides pour appâter les plus rapides. Lança Katarn.

Valia sourit à son maître ravit de pouvoir montrer tout son talent au chevalier. Alors qu'elle s'attendait à de nouvelles instructions, elle fut prise au dépourvu quand Katarn sauta du haut du toit sur elle. Sortant son sabre en plein air, il l'alluma et s'écrasa sur Valia qui eu à peine le temps de parer le coup.

Bien que la padawn avait déjà participé à plusieurs duels au sabre avec son père et ses instructeurs, rien n'était comparable à ce qu'elle était en train de vivre. Katarn s'acharnait sur elle avec un regard noir n'écoutant en rien ses supplices ni en prenant en sorte de ne pas la blesser.

Le chevalier n'hésitait pas à lui asséner des coups si fort qui la projetèrent à plusieurs mètres. Après quelques échanges, Valia fit l'expérience de la technique au sabre de Katarn. Impressionné par sa maîtrise rien de ce qu'elle tentait pour le contrer ne marchait, elle était à des années lumières de son niveau et se vida rapidement de son énergie ne savant plus d'où donner de la tête.

La padawan se retrouva coincé sous les assauts du Jedi, elle essaya comme dernière tentative de serrer le plus possible son sabre dans ses mains, mais d'un geste de moulinette par son maître, elle fut désarmée facilement. Une fois le sabre de Valia toucha le sol, le visage de Katarn repris une forme normal et son sourire sarcastique repoussa de nouveau.

- Alors qu'as-tu appris de cet échange ?

Valia toujours sous le choc n'arrivait pas à formuler une phrase.Elle ne remarqua que Zain qui avait assisté à la scène et qui sortit son sabre blaster et tira sur Katarn. Le tir de Zain fut aisément dévié par le chevalier, il tendit la main et d'un geste de la force, il lui prit l'arme. Il enchaîna par attirer comme un aimant le jeune Solaris vers lui, une fois arrivé à sa hauteur, il lui affligea un coup de poing au ventre qui l'affala par terre. Valia se précipita vers son ami qui gesticulait de douleur. D'un ton véhément, il lança

- Je, vous ferai bannir pour cela, sale traître.

- Quand tu attaques un chevalier qui a son sabre a la main attend toi à mourir. J'ai repeint tellement de vêtements avec le sang de mes assaillants. Estime-toi heureux de n'avoir que de la poussière sur ta robe. Riposta Katarn d'un air sévère.

Zain se tordant de douleur se défendit.

- C'est vous qui avez attaqué Valia en se jetant sur elle comme un animal enragé, je n'ai fait que la défendre

- Zain, certes maître Katarn y est allé un peu fort, mais ça faisait partie de l'entrainement. Tu devrais t'excuser envers lui. Lui proposa Valia d'un ton incertain.

Furieux de voir son amie prendre le parti du chevalier, Zain se redressa et lança un regard plein de haine à la Zeltronne.

- Mais tu es devenu folle ! Ce Jedi t'as brouillé l'esprit. Il te fait miroiter l'idée de devenir chevalier. Je vous ai entendu hier, tu m'as menti Valia, si tu te laisses faire c'est le déshonneur qui t'attend. Tu es une Laurine ta place est auprès des prêcheurs.

- Hé bien, c'est acté, nous sommes les pires gardiens de secret de la galaxie. Soupira Katarn se nettoyant l'oreille droite avec son petit doigt.

- Écoute Zain, je suis désolé de t'avoir menti. Mais tu dois comprendre c'est ma décision de devenir chevalier, maître Katarn n'a rien avoir avec ça. Et je ne ferai pas marche arrière. Annonça Valia au jeûne Solaris.

- Tu ne me laisses pas le choix, une fois sur Scarif je vous dénoncerais au Conseil et ce Jedi sera banni à vie. Je ne te laisserai pas entacher la réputation des familles fondatrices. Menaça Zain.

Devant l'air malfaisant de son ami, Valia perdit son calme naturelle et le gifla violemment.

- Si tu fais ça, alors c'est terminé entre nous. Je croyais que tu étais mon ami, mais tu es comme les autres, tu ne penses qu'aux apparences. Lui hurla la padawan les larmes aux yeux.

- Écoute petit, là, tu gênes mon entrainement avec ma padawan. Et si tu retournais dormir à l'intérieur de Harlow. Tu es inutile pour nous, on se débrouillera pour partir d'ici. Et sur Scarif fais ce que tu veux. Je n'en ai rien à faire. Lui dit Katarn cette fois-ci se nettoyant l'oreille gauche.

Alors que sa joue rougissait et que les larmes montait, Zain courru vers le vaisseau et se précipita à l'intérieur. Répétant en sanglotant "moi, je suis inutile !, moi, je suis inutile !". Il se retrouva devant son lit de fortune, sur la table de chevet se trouvait la bague qui avait causé toute cette situation. Ce petit caillou rouge avait plongé la vie de Zain dans un cauchemar permettant.

Rempli de colère, il s'empara de la bague prêt à la jeter quand une idée lui traversa l'esprit. Grâce à cette bague, il allait prouver qu'il n'était pas inutile. Après tout, il possédait un don spécial lié à sa famille, "la psychométrie". Zain mit la bague sur son index et se concentra férocement jusqu'à ce que sa psychométrie s'active.

Sans prévenir, il fut projeté dans la mémoire de la bague, il se retrouva dans une planète d'acier et de fer. Des bâtiments à perte de vue, il était dans la cour d'un temple Jedi ou un padawan s'entraînait. C'était un humain aux cheveux brin long du même age que Zain. Il fut rejoint par un chevalier Jedi humain, Zain compris que c'était son maitre. Les deux parlaient, mais Zain n'arrivait pas à entendre ce qu'ils se disaient.

La scène changea brusquement, le padawan en question était maintenant un homme adulte à la chevelure toujours longue, mais qui commençait à devenir grisonnante. Il parlait au même chevalier Jedi, mais lui aussi était désormais devenu bien plus âgé. Cette fois-ci, Zain pu entendre leur conversation. L'homme dit à son maître de ne pas s'inquiéter pour lui et que c'était aujourd'hui le rôle «d'Obi-Wan » que d'assurer ses arrières. Qu'il aimerait que son maître rencontre un jour son padawan.

Soudain Zain se fut frappé par un mal de crâne et se retrouva dans le noir Complet, sa tête devenait de plus en plus lourde. Il avait la sensation que quelqu'un l'observait et au lieu de se replonger dans la mémoire de la bague, il se retrouva dans sa chambre à l'académie.

Un holocron de son père était allumé. Zain connaissait ce souvenir, c'était le jour où un des instructeurs contacta son père pour lui faire part de son inquiétude concernant la Psychométrie de Zain qui n'était pas assez développé en comparaison des autres membres de la famille Solaris.

Le père de Zain Jaime Solaris lui avait envoyé un message plein de reproche de ne pas être à la hauteur de son nom que sa psychométrie faisait pitié en comparaissant de celle de son cousin Fédé, et que s'il continuait ainsi, c'est Fédé qui deviendra le prochain doyen des phares d'Endor.

Zain focalisa toute son énergie pour arrêter le flux de souvenir qui le submergeait. De force, il arracha la bague de son doigt et la jeta de l'autre côté de la pièce. Jamais l'héritier Solaris n'avait eu une telle expérience avec un objet. Mais surtout, il n'avait jamais ressenti que l'objet lui-même était en train de sonder son Esprit.Cette bague n'était pas n'importe quel bijou, elle renfermait une présence, une présence malveillante prête à surgir. De plus, les paroles blessantes de son père le foudroyèrent dans son cœur l'obligeant à regarder de plus près sa situation. Il venait de s'attaquer au Jedi qui risqua sa vie pour sauver la sienne. Et pire, il insulta sa meilleure amie, sa seule allier, la seule personne dans la galaxie qu'il a toujours traité comme un être vivant et non comme étendard de sa famille prestigieuse.

Zain compris qu'il était allé trop loin, il s'enferma dans le vaisseau, trop gêné pour sortir et faire face à ses compagnons.

Après plusieurs heures d'entraînement ou Katarn infligea les pires défaites à Valia. Le soleil entama son coucher. Sachant qu'il n'avait plus de rations le Jedi s'aventura en forêt pour chasser tout en demandant à sa padawan de préparer un petit feu discret et à Harlow de s'arrêter pour qu'ils campent ici la nuit.

De retour près du vaisseau avec des petits rangeurs de la forêt qu'il n'a pas eue de mal à capturer, Katarn trouva Valia et Zain près du feu, silencieux, assis à distance, évitant de se croiser du regard. Alors qu'il préparait le dîner, l'atmosphère était de plus en plus pesante, le Jedi en tant que seul adulte du groupe décida que c'était à lui de calmer la tension.

- Écoute Solaris, je me suis un peu mal exprimé envers toi. Ça fait un petit moment que je n'ai pas eu de la compagnie et j'ai un peu oublié mes manières. Donc si je t'ai vexé, c'est sans rancune petit. Déclara le jedi timidement, tendant à Zain un petit rangeur qu'il venait de rôtir au feu.

Zain pris la nourriture avec dégoût, lui qui n'était pas habitué à la vie en plein air. Valia voyant le courage de son maître, lui emboîta le pas

- Moi aussi, je suis désolée Zain. Je n'aurais pas dû te frapper. Je m'en veux.

- C'est plutôt à moi de, vous demandez pardon à tous les deux. À vous maître Katarn, vous m'avez sauvé la vie et depuis je n'ai fait qu'agir comme un petit voyou. Sans vous, je serais mort dans cette cantina. Et toi Valia, Je suis désolé, la vérité, c'est que j'ai tellement peur que tu te rends compte à quel point je suis nul que tu ne voudras plus être mon amie. Avoua Zain avec une pointe de honte.

- Zain, tu n'es pas nul, tu deviendras un Jedi chercheur brillant. Le rassura Valia.

- Merci Valia, mais déjà je suis incapable d'utiliser ma psychométrie sans me faire dominer par mes émotions. Pas vraiment brillant pour un Solaris. Si Fédé était là, il aurait déjà percé le secret de la bague sans qu'il perde le contrôle. Dit Zain d'un air triste, sortant la bague de sa poche.

- Tu as vu dans la mémoire de la bague ? Raconte-nous. Demanda Katarn empressé.

- Je n'ai pas pu me plonger longtemps. Tout ce que j'ai vu, c'est un Jedi qui parlait à son maître, il était dans un temple sur une planète d'acier. La première scène, il était jeune pratiquement notre âge à Valia et Moi. La deuxième scène, il était devenu vieux plus âgé que vous maître. Raconta Zain.

-Et ce jedi, il a dit quelque chose d'intéressant ? questionna le chevalier.

- Dans le premier souvenir, je n'ai pas pu entendre sa conversation. Dans le deuxième, il a dit à son maître que c'était son padawan Obi wan protégeait ses arrières maintenant,et qu'il aimerait qu'il rencontre son maître. Expliqua Zain.

Obi Wan ? comme Obi Wan Kenobi? Interrogea Valia.

- Oui, et la planète, c'est sûrement Coruscant l'ancienne capitale de la république abritant le grand temple de l'ancien ordre Jedi. Lui répondit Katarn. Il se retourna vers Zain et l'invita à continuer à raconter ce qu'il avait vu.

- Rien après, j'ai eu une étrange sensation comme si quelqu'un m'observait en retour. Ma tète allait exploser,j'ai perdu le contrôle et j'ai commencé à revoir mes propres souvenirs et pas des bons. Confia le Solaris.

- Dis-moi Zain, la bague faisait partie des joyaux de Serenno, le Jedi en question, tu l'as reconnu ou non ? Demanda le Jedi.

- C'est ce qui me chiffonne depuis le début, c'est que la passation de pouvoir entre les comtes de Serenno se faisait grâce à une médaille en or et un collier de pierre précieuse. Mais pas de bague. Donc théoriquement cette bague n'a rien avoir avec les comtes pourtant elle se trouvait bien au château et dans un coffre-fort caché.Je me souviens bien du portrait du dernier comte, il n'avait pas de bague à la main.

Alors qu'il mentionnait le comte, Zain sursauta, faisant embraser le feu.

- Le comte, c'était lui, il était plus jeune, mais c'était lui le maître à qui s'adressait le Jedi. Cria le Solaris.

- De qui tu parles, Zain? S'exclama Valia.

- Dans le château, il y avait le portrait du comte Doku, le dernier comte de Serenno, c'était un ancien Jedi. Il était derrière l'insurrection contre la république ce qui engendra la guerre des Clones. C'est lui qui j'ai vu dans ma vision. Expliqua le padawan Chercheur.

- Arrête-moi si je me trompe, mais la psychométrie te révèle le passé d'un objet, si la bague appartenait à Doku, tu aurais dû voir les souvenir de sa perspective à lui. Pourtant, si j'ai bien compris, elle t'a montré la perspective du Jedi. Dit Katarn songeur

- Oui, c'est vrai d'habitude, je vois les souvenir d'un objet de la perspective de son détenteur. Là, j'avais clairement l'impression que j'étais lié au Jedi et non à son interlocuteur Doku. Révéla Zain

- Tu peux me montrer la bague ? Demanda Katarn en tendant la main. Zain le lui donna après une petite expertise du Jedi, c'était à son tour d'exprimer sa surprise.

- Ce n'est pas un caillou précieux, c'est un cristal Kyber rouge. Annonça Katarn les yeux écarquillés.

- Le cristal a saigné, c'est l'œuvre d'un Sith!!! hurla Valia.

- Oui, peu de gens le savent, mais le comte Doku était un Sith. Il était même l'apprenti de Palpatine. Informa Zain les deux autres.

- Comment le sais-tu. ? Demanda Katarn étonné.

- Je suis un Solaris, je sais tous sur la chute de la haute république et l'ancien ordre Jedi. Il y a des informations que l'ancien ordre a gardé secrete, comme le fait que Doku était un Sith. C'était déjà mal qu'un ancien Jedi était le chef des séparatistes alors si le public avait su qu'il était aussi un Sith, les ennemies politiques des Jedi se seraient servi de cette information pour les discréditer encore plus, eux qui avaient proclamé haut et fort avoir détruit les Sith, il y a de cela mille ans. Expliqua Zain.

Katarn se tenant le montant assis pris du feu avait l'air d'avoir compris, il fit part de ses déductions aux deux padawans.

– Eh bien, si Doku était un Sith, il a donc fait saigner ce cristal kyber le rendant rouge de couleur. Mais le cristal ne lui appartenait pas, il appartenait à l'autre Jedi qui devait être son apprenti du temps où il faisait encore parti de l’ordre. Je n'ai peut-être pas les connaissances des Solaris, mais je sais que dans l'ancien ordre toute possession et attachement étaient proscrits. Donc un Jedi une fois mort n'avait rien à léguer appart son sabre laser. La coutume était de le donner soit à son maître ou à son padawan. De ce fait le Jedi est mort et son cristal s'est retrouvé avec Doku qui était son maître. Doku devait tenir beaucoup à son padawan, il transforma le cristal du sabre en bague et la garda dans le coffre-fort du château.

- Vos conclusions sont logique maître Katarn Par contre, la sensation que j'ai ressentie en tenant cette bague, je n'ai jamais rien ressenti d'aussi sombre que ça. Mais j'avoue, c'était la première fois que je vois à l'intérieur d'un cristal kyber. De plus un qui a saigné donc imprégné du côté obscur. Ça vient peut-être de ça. Ajouta Zain.

- D'ailleurs, nous n'avons toujours pas la réponse à la question la plus importante. Pourquoi cette Darth Kachina et ses complices cherchent cette bague ? Fit remarquer Valia.

Katarn se leva brusquement et etteigna le feu. Valia nota le changement dans son visage, paraissant très inquiet quand elle posa la question sur Darth Kachina. Elle sentit que son maître avait deviné la réponse grâce aux informations qu'il venait de recevoir de Zain, mais n'avait pas l'intention de leur révéler.

- Allez, finissez de manger puis au lit . Demain, on continuera l'entraînement tous ensemble. Même toi Solaris tu vas nous rejoindre, tu vois, tu es loin d'être inutile. Grâce à toi, nous en savons plus qu'hier et sûrement demain, nous apprendrons encore plus. Donc fini de te la couler douce.

Proclama le Jedi qui se dirigea vers son poste de surveillance, le toit de son vaisseau.

Zain sourit à cette invitation et s'exécuta sans rechigner, il avait l'air plus léger et plus en proie à collaborer. La confrontation du matin n'était plus qu'un mauvais souvenir pour lui.

Valia, elle, voulait rejoindre son maître sur son poste de garde. Elle savait qu'il cachait quelques chose, certainement la clé même de cette histoire. Mais elle choisit de lui faire confiance, s'il n'a rien dit, c'est qu'il devait avoir une bonne raison, et lui mettre la pression ne résulterait en rien de bon. Alors qu'elle finissait sa nourriture, Valia se jura que demain, elle redoublerait d'efforts pour prouver une fois pour toutes à Katarn qu'elle était digne de confiance.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Jeu 13 Juin 2024 - 23:03   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Pendant que Meywine et Sedu inspectent les Astro-droïdes des nomades , Coleman s'isole pour tenter de maîtriser l’équilibre dans la force.. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 22 : L'équilibre dans la force

Après une bonne nuit de sommeil, Sedu se leva de bonne heure, trouvant au pied de la porte de sa hutte une joli panier de fruit, de confiture et de pain que les nomades avaient laissé en guise de petit déjeuner. Il réveilla Elio pour manger, puis se dirigea vers Coleman qui lui refusa catégoriquement d'ouvrir les yeux. Le jeune Jedi décida de laisser dormir son ami, le connaissant, il a dû passer la nuit en garde surveillant la réserve ou Braum était emprisonné. Il était donc naturel qu'il soit exténuée. Surtout que Coleman avait toujours eu une fâcheuse tendance à surestimer ses capacités physiques.

Une fois rassasié, Sedu et Elio sortirent de leur maisonnette allant à la rencontre de Meywine qui elle passa la nuit avec la famille du chef Nannok. À mi-chemin, ils trouvèrent l'héritière Brightstar avec Ayna qui se dirigeaient vers eux. À la vue de la petite fille, Elio courra vers elle et les deux commencèrent à jouer ensemble comme s'ils étaient seuls au monde. Ce spectacle tendre donna le sourire à Meywine qui voulait participer à son tour au jeu des enfants, mais qui s'est fait logiquement arrêter par Sedu.

- Tu joueras avec les enfants plus tard Meywine. D'abord, nous devons aller inspecter les astro-droïdes qui sont dans les champs. Lui annonça Sedu.

- Je t'ai devancé, j'ai demandé au chef Nannok de les rassembler pendant que je venais vous chercher. D'ailleurs où est Coleman? Demanda la Jedi.

- Il dort encore, je l'ai laissé, de toute façon les droïdes et la mécanique n'ont jamais été son fort, on peut se passer de lui. Ajouta Sedu.

- D'accord, on va laisser Elio avec Ayna ici et direction les champs pour nous. Répondit Meywine.

Sedu accepta l'invitation de son amie, avant de partir, il donna à Elio plusieurs conseils assez paternels comme faire attention pendant qu'il courait ou être poli et ne pas embêter les villageois. Il lui indiqua qu'il allait bientôt revenir.

- ça te va bien d'être père, dès qu'on rentrera, tu devrais appeler la sergente Viskra. Vous feriez un joli couple. Se moqua Meywine de Sedu alors qu'ils entamaient leur marche vers les champs.

- Ha ha, très drôle. Les Grans sont trop passionnés à mon gout. Si ça se passe mal, je ne veux pas me faire courser par une Rangers dans toute la galaxie. Rétorqua Sedu amusé.

- T'inquiète tata Meywine veille. Un bon coup de griffe de la force sur son X-wing et elle te laissera tranquille. Rigola la Jedi.

- J'aime le fait que tu es prête à risquer un incident diplomatique juste pour me sauver d'une hypothétique petite amie folle. C'est rare de nos jours une telle loyauté. Dit Sedu cachant son sourire.

Les deux camarades continuèrent leur marche jusqu'à retrouver le chef Nannok dans ses champs verdoyants aux multiples fruits et légumes. Avec d'autres villageois, ils avaient rassemblé tous les droïdes.

- Voici les Astro droides que nous possédons, comme vous le voyez, ils sont tous en état assez délabré. Je ne sais pas si un d'eux est capable d'envoyer un message. Ça fait maintenant plusieurs siècles qu'ils n'effectuent que des tâches de labeur pour nos récoltes. Annonça le Chef Nannok montrant plusieurs droïdes de classe R d'un ancien temps.

- Si vous le permettez chef, j'aimerais quand même jeter un coup d'œil. Je suis bon Pilote et je m'y connais en maintenance de Droïde, je peux réussir à en réparer un. Affirma Sedu.

Le chef accepta la demande de Sedu. Ce dernier avec Meywine comme assistante commença l'examen des droïdes.

Coleman avait lui de son côté veillé toute la nuit, relisant le journal de Quillan Vox. Sa découverte lui donna l'énergie pour rester debout pendant une semaine s'il le fallait, il était décidé à tout faire pour partir de cette planète avec ses connaissances précieuse.

Une fois Sedu et Elio réveillaient, il fit semblant de dormir et refusa de participer au petit déjeuner. Dès que les deux quittèrent la hutte, il se précipita à la fenêtre pour les voir disparaître au loin dans le village. Coleman laissa passer plusieurs minutes pour être sûr que Sedu s'était dirigé vers les champs, là où se trouvaient les droïdes. Il sortit le journal et à son tour, il s'aventura dans le village.

Le plan de Coleman était simple, il ne pouvait pas garder le journal, il était certain que Keyanna refuserait de simplement le lui donner. Il avait pensé à le voler avant qu'il ne parte, mais il chassa vite cette idée, hors de question de faire de la peine à la jeune fille qui lui avait gentiment partagé son secret. Mais Keyanna ne savait pas pour les pages scellé avec la force, et Coleman était persuadé qu'elle ne le découvrirait jamais. Donc ce qu'il devait faire était simple. Remplacer les pages scellés par des pages vierges, ainsi la jeune nomade pourrait garder le journal sans qu'elle ne se rende compte que des pages lui manquent.

Alors que le jeune Jedi errait dans le village se demandant où il pouvait trouver du papier, il tomba sur Elio et Ayna en train de jouer. C'était sa chance, interrogé une petite fille serait bien plus facile que de demander à un adulte son aide. Il se rapprocha des enfants et s'agenouilla pour être à leur taille.

- Petite, Ayna c'est ça ? je peux te poser une question. Lui demanda Coleman se forçant à sourire pour paraître inoffensif.

- Oui, monsieur le Jedi. Lui répondit nonchalament la petite fille.

- Vous avez du papier ici ? L'interrogea Coleman.

- Oui, nous en avons, on le fabrique nous-mêmes quand vient la saison des prières. Répondit sincèrement Ayna.

- La saison des prières ? Questionna Elio.

- Oui, à chaque nouvelle année, on prend un bout de papier et on met dessus une prière, un souhait qu'on aimerait que la force exhausse. Puis, on met le petit papier sur une planche en bois et on le jette dans la rivière. Le papier qui survit a la traversée est la prière qui se réalisera. Expliqua la jeune nomade.

- Bien, cool comme tradition. Tu peux me dire où je peux trouver du papier donc ? Continua Coleman pressé.

- Dans la réserve là où vous avez mis le méchant monsieur. Indiqua Ayna. Mais il faut demander la permission à papa, il n'aime pas quand j'en prends pour m'amuser. Ajouta-t-elle comme une maîtresse d'école concernée par la discipline de ses élèves.

- Bien sûr, je vais de ce pas lui demander. Elio, tu restes sage et tu restes avec Ayna compris ! Ordonna le Jedi.

Le petit Mirialan avait à peine écouté les indications de Coleman, il était déjà parti courir derrière sa camarade de jeu. Coleman fonça vers la réserve, avec la force, il en ouvrit la serrure rudimentaire et entra. À l'intérieur, il trouva Braum effondré au sol, vidé de toute énergie. Il paraissait s'être fait à l'idée de sa captivité. L'ignorant totalement, le jeune Jedi commença à chercher frénétiquement le butin qu'il s'était donné mission de trouver. Passant d'étagère à étagère les gesticulations de Coleman ravivèrent la curiosité du Nautolan.

- Tu fais quoi ? tu cherches à voler ses pauvres gens. Et bien tel père, tel fils, a ce que je vois. Lança le renégat à Coleman.

Coleman lui l'ignorait complètement, se concentront sur sa recherche.

- Ton père était connu pour être le pire des lâches. Kidnappé des enfants, volé ceux dans le besoin, assassiné dans le dos. À chaque nouvelle de lui, il redoublait de bassesse. Une enflure de première. Repris de plus belle Braum.

- Tu sais, tu prêches un converti. Le gars était un rat et le plus beau jour de ma vie est quand maître Haris a fait rouler sa tête sur le sol. Donc si tu cherches à m'énerver tu devrais changer de stratégie. Rétorqua Coleman fouillant un placard dans lequel il trouva enfin ce qu'il était venu chercher.

Il sortit le journal sous les yeux de Braum qui ne comprenait rien à la situation. Il détacha soigneusement le ressort du journal, pris les pages scellé par la force et les remplaça par des pages vierges. Certes, les pages étaient bien plus blanches que le reste du cahier, mais il était sûr que Keyanna ne se douterait de rien. Du moins jusqu'à son départ.

- Allez Bye vermine. Continue de croupir en silence. Dit Coleman d'un air satisfait.

Il sortit de la réserve, remet la serrure. Et entama une course vers la hutte du chef du village. Avant même qu'il n'y arrive, il croisa Keyanna qu'il 'invita à se mettre à l'ombre des regards.

- Voici ton journal, merci de me l'avoir prêté, c'était très intéressant. Déclara Coleman d'un air reconnaissant.

Keyanna se saisit du journal, elle semblait gênée par les remerciements du jeune homme.

- Dernière chose, y a-t-il un endroit discret près du village où je pourrais m'entraîner avec mon sabre ? Demanda Coleman à l'adolescence

- Oui, la plaine en dehors du village à l'est. Comme tout le monde est au champ en train d'aider tes amis, tu ne seras pas dérangé. Lui montra Keyanna du doigt le chemin à suivre .

- Merci pour l'info, j'y fonce. Salut. Dit Coleman.

Alors qu'il s'apprêtait à partir que Keyanna l'arrêta par sa robe. Le cœur du Jedi bâta à cent à l'heure, pensant sa supercherie vite découverte par la jeune fille.

- Je pourrais te rejoindre après mes corvées pour que tu m'entraînes au sabre. Proposa Keyanna d'une voix si timide que Coleman eu peine à l'entendre.

- Oh oui bien sûr, je te montrerai une technique ou deux Jedi. Répondit le jeune homme soulagé.

Coleman traversa à la hâte le village puis s'engagea dans une montée assez ardue. Il trouva assez facilement la plaine indiquée par Keyanna. Un grand champs verdoyant parsemé de gros rochets comme des tetes de topes qui dépassaient. Un terrain d'exercice parfait pour l'expérience qu'il voulait mener. Il sortit les pages du journal qu'il avait caché dans sa robe Jedi et recommença à les lires du début.

Quillan Vox voulait se servir d'un environnement hostile pour canaliser le côté obscur. Dans un de ses exercices, il resta torse nue sous le froid et la pluie se concentrant sur le chaos engendrerait par les éléments. Dans une autre passage, il passa les jours d'été à se faire cuire au soleil ardent dans la chaleur le replongeait dans la fournaise de la guerre des batailles au côté de ses camarades mort et de la trahison de ceux qu'il pensait ses frères d'armes.

Quillan Vox décrivait que malgré la colère et la haine, les sentiments qu'il partageait pour sa nouvelle famille, les nomades pieux l'aidait à rester en balance entre le côté obscur et le côté lumineux, mais jamais trop longtemps. Le côté obscur étant un courant déchaîné, il finissait toujours par l'emporter, l'amenant à perdre momentanément la raison. Malheureusement pour Coleman les conditions pour recréer les exercices de Quillan n'étaient pas réunis. Il ne faisait ni trop chaud ni trop froid. Les nuages bien que présent ne faisait que donner de l'ombre au soleil et n'avaient aucune intention de décharger leurs larmes sur la terre. Le jedi resta planter là pendant un bon moment, ne sachant pas quoi faire.

Après une matinée perdu à attendre un changement climatique qui n'arriva jamais, Coleman se concentra de nouveau et se relit à lui-même les indices qu'il avait trouvés jusqu'à maintenant. Quillan avait décrit l'équilibre comme deux torrents de puissances qui se croisaient et se mélangeaient l'un l'autre dans une parfaite harmonie. Jusqu'à à présent, Coleman avait toujours utilisé le cristal kyber de son épée pour conjurer les deux côtés de la force, sa couleur jaunâtre lui indiquait qu’il faisait cohabiter les deux cotés dans le cristal, mais à chaque fois son crystal finissait par éclater. Or Quillan lui utilisait son propre corps comme catalyseur. Au lieu de transférer la puissance dans son épée, il devrait donc l’enchaîner dans son propre cœur. Un exercice plutôt difficile pour Coleman lui qui n'aimait pas se plonger dans des méditation profonde. Depuis son plus jeune âge comme apprenti, Coleman avait toujours excellé dans l'utilisation physique de la force. Booster sa puissance et sa rapidité en la canalisant, il savait le faire et grâce à son talent inné de sabreur cela lui permettait de dominer la plupart de ses adversaires. Mais le côté spirituel de la vie d’un Jedi, cela lui a toujours donné du mal, car ça nécessitait un véritable travail sur soi et une confrontation avec ses sentiments les plus profonds.

Déjà ses instructeurs conscient de son passé, lui conseillaient de ne pas repenser aux événements de son enfance. Au contraire il exhortaient à faire le vide dans son esprit, d’oublier cet vie et de se détacher de tout. Coleman comprenait cela, lui-même avait cette peur de voir en lui-même, il redoutait ce qu'il allait trouver, à trop creuser cela pourrait faire remonter les pires pulsions inscrit dans l’ADN qu’il partageait avec un manieur sombre. Parfois, il se regardait dans le miroir après une de ses crises de colère et il voyait l'image de son père qui le narguait. Plus, il grandissait plus, il lui ressemblait physiquement, et plus il lui ressemblait physiquement plus il avait peur de terminer comme lui. S'il y avait une chose qui le dégoûter c'était de se souvenir qu'il portait en lui les gènes de cet être horrible. Et s'il y avait une chose qui le tétanisé, c'était de se transformer en lui. Mais arrivé à cet instant Coleman n'avait plus le choix, c’était ici et maintenant, la technique qui a permis à Rey de devenir une des Jedi les plus puissantes de l'histoire était à porter de main. C'était le jour tant attendu après des années à être relégué au second plan, enfin, il avait la chance de marquer de son empreinte sa génération et de prouver sa véritable valeur.

Coleman se mit en position de méditation et plaça son sabre loin de lui pour ne pas être tenté de l'utiliser. Si la météo n'allait apporter le chaos dans, il avait besoin alors, il se servira de celui qui était déjà en lui. Le Jedi ferma ses yeux et se plongea profondément dans ses souvenirs esseyant de mélanger bon et mauvais. Il se laissa glisser loin, loin dans sa mémoire. Le premier souvenir qui remonta était un dans, il n'avait jamais partagé avec personne.

C'était le jour où sa mère biologique l'abandonna, il avait quatre ans et observait ses parents se disputer devant lui comme s'il était invisible. De ce qu'il comprit, sa mère avait volé les dernières réserve de Glitterstim pour nourrir son addiction et que si elle ne voulait pas se faire tuer par Jerone, elle devait partir immédiatement en lui laissant leurs fils dans il avait déjà décelé un fort potentiel dans la force. Sans se retourner ni lui adresser le moindre geste d'au revoir sa mère sorti et il ne l'a revu plus jamais. C'était le premier jour de sa vie ou il comprit qu'il allait être destiné au malheur.

Coleman continua de puiser plus profondément . Cette fois-ci, il se retrouvait à dix ans dans l'arène clandestine de son père, il regardait Sedu qui devait affronter un tauntaun enragé. Jerone fatigué par le manque de talent de Sedu, avait précédemment trafiqué plusieurs combats pour le faire gagner et ainsi augmenter sa côte et pousser les paris vers lui. Après cet assuré qu'il était le favori du combat, il ordonna à un de ses complices de parier sur sa mort afin de décrocher le pactole. Jerone sortirait doublement gagnant, il se débarrassait d'un boulet tout en s'enrichissant au Passage. Coleman était là à assister à l'exécution de son ami par une créature à fourrure grise qui faisait le triple de sa taille avec des griffes capables de déchiqueter l'acier. Encore une fois Jerone allait lui enlever un être cher. Mais l’erreur du manieur sombre résidait dans le fait de sous-estimé son fils, il n'était plus un petit garçon et ayant découvert le plan macabre de son père, il décida de s'interposer.

Avant le combat, Coleman utilisa un tranquillisant sur le Tauntaum qui mit du temps à faire effet. Ainsi une fois que le combat débuta, Sedu qui n'avait comme arme qu'une lance électrique vu la créature perdre progressivement de sa vitesse et de sa férocité. Le public cru a un tour de la force de la part du petit qui fini par neutraliser la bête. Mais Jerone lui savait qu'il n'avait pas les compétences pour une telle prouesse.

Après le match, le mercenaire fou de rage retrouva son fils et avec la même lance électrique que Sedu utilisa pour gagner son combat , il le tortura pendant des heures jusqu'à lui brûler la peau lui laissant une cicatrice atroce sur le bras. Coleman se souvenait des cris de qu'il poussait, ce n'était pas ressentir la douleur qui lui faisait honte, mais d'avoir avoué son crime à son père alors qu’il s'était promis de ne pas sortir un son de sa bouche.

Toujours en méditation, le Jedi serra le bras la ou la cicatrice se trouvait, il la pressa si fort qu'elle s'ouvrit et commença à saigner. Coleman était submergé de colère, il aurait tellement aimé avoir Jerone en face de lui ici et maintenant.

Il lui aurait montré combien il avait changé, combien il n'était plus cette victime qui s'acharnait sur lui. Alors que la haine remplissait son cœur, c'est un autre souvenir qui prenait place. Cette fois-ci, il avait treize ans, il venait de se faire gronder par un gardien Brightstar qui lui empêchait d'entrer dans un temple ou Meywine s'entraînait avec les aînées de son clan. Coleman insista jusqu'à faire perdre patience le garde qui le bouscula, le faisant tomber par terre. Alors qu'il allait se relever, Dania Brightstar la mère de Meywine sorti de nulle part accompagné de son droïde médicale et passa un savon au garde. Malgré sa mine pâle et sa silhouette svelte, ses cris entre coupé de toux assourdissaient les environs, montrant à tous les passants qui se rassemblaient Coleman le présentant comme son fils qui venait de se faire agresser. Le petit garçon ne pouvait croire ses oreilles, la jeune femme se referait à elle-même comme sa mère demandant au garde de s'excuser pour le mal qu'il lui avait causé. A la vue de se souvenir, la noirceur qui remplissait son cœur commença à changer la laissant place à la tendresse et l’amour ressentit envers cette femme qu’il admirait de tout son ame. De même, de nouveaux souvenirs chez les Brightstar se manifestèrent. Les escapades avec Meywine pour explorer les environs. Les leçons d'histoire de Dania qui lui racontait notamment les prouesses de la grande Rey. Les entraînements avec Haris dans le temple secret de Rey qui l'encourageait et le félicitait le poussant à donner le meilleur de lui.

Non Coleman n'était pas que le réceptacle de la haine et de la colère laissé par ses géniteurs. Il était aussi le réceptacle d'un vrai amour, celui d'une famille qui l'a choisi. D'une mère adoptive qui combattu la maladie chaque jour pour prendre soins de lui, d'un père adoptif qui brava les interdictions de son clan pour lui apprendre la voie des Jedi. Et d'un frère adoptif qui abandonna la quête de ses origines pour rester à ses côtés. Alors que les enseignements Jedi demandent à étouffer la colère et la frustration. Coleman compris pour la première fois qu'en vérité il y avait des colères saines. Il était l’ensemble de ce qu'il avait vécu, il n'avait pas à les séparer et il pouvait totalement être en fureur devant les sévisse dont il avait été victime petit, tout en tant reconnaissant de la chance d'avoir rencontré la famille Brightstar.

Il sentit en lui un sentiment étrange, certes, il était en colère, mais cette colère n'était pas destructrice, au contraire elle était protectrice. Sa mission était claire désormais, jamais, il ne pardonnerait ce qu'on lui a fait , jamais, il n'oublierait où il en ferait le deuil comme le réclame le code Jedi. Pardonner ou oublier serait cautionné, cela serait céder au mensonge de se dire que ce n'était pas grave. Non, il allait rester accroché à cette peine, à cette douleur, mais cette peine et cette douleur l'ont aussi amené à croiser des personnes qui lui ont appris la compassion et la noblesse.

Ainsi Coleman pris la décision de leur faire honneur, que la chance que la force lui a attribuée ne serait pas en vains. Que son avenir sera consacré à aider les autres au nom de la Force.Il ouvrit les yeux, il était assis dans une grotte, l'eau ne faisait que lui toucher les pieds avec des vagues calme et sereine et des goûtes cristallines lui tombant sur les épaules. Coleman en avait conscience, il s'était projeté dans un plan astral à l'intérieur de son esprit, le même décrit par Quillan Vox dans son journal.

Le jeune Jedi était dans un état d'équilibre parfait entre le côté obscur et le côté lumineux de la Force, lui procurant un sentiment de sérénité profonde et de puissance maîtrisée. Pour la première fois, il était en harmonie intérieure rare, où chaque émotion était reconnue et acceptée sans être submergée par elle. La paix et la compassion du côté lumineux se mélangent parfaitement avec la force brute et la détermination du côté obscur, créant une cohésion mentale et spirituelle exceptionnelle. Coleman percevait une clarté de pensée et un discernement qui transcendent les simples concepts de bien et de mal, guidées par une compréhension profonde de la Force dans son entièreté, permettant une connexion intime avec l'univers. Cette union des contraires engendrait chez lui un sentiment d'accomplissement et de plénitude. Le Jedi était fier de lui même, lui qui se pensait trop lâche venait d'affronter ses démons intérieurs et en sortir vainqueur, L'exploit qu'il venait d'accomplir était la preuve que les liens qu'il partageait avec ceux qui l'entoure étaient vrais, sa famille était son encre et cette encre ne cédera pas face à la déferlante des vagues noir. Coleman était plus fort que ce qu'il pensait, plus béni par la force qu'il soupçonné , pour la première fois il se sentit complet.

Quittant la grotte pour revenir vers son plan physique, le Jedi flottait dans l'air comme accroché par des files, il se déplaçait tel un fantôme avec une rapidité qui le déconcertait lui-même. Ce qui lui aurait coûté une dizaine de secondes pour aller d'un point A a B, il le faisait en demi seconde. Sa blessure s'était cautérisée, grâce à des éclairs lui parcourant tout le corps.

Après quelques minutes a testé sa rapidité, Coleman décida de passer au test de puissance. Il se concentra sur un des rochers qui flottait toujours en l'air. Il serra la main et un des rocher qui flottait en l’air devin poussière. Curieux de voir les éclairs le parcourir sans la moindre sensation de gêne. Il se souvint des contes de Dania sur la grande Rey qui pouvait utiliser les techniques Sith comme le lancer d'éclair sans se faire dominer par le côté obscur.

Il décida de faire de même et à sa grande surprise, il réussit à invoqué la foudre dans ses mains et à la projeter en direction d'un deuxième rocher sans aucun mal en le détruisant instantanément. Le déferlement de puissance réjouissait Coleman qui prenait gout à ce nouvel état de transe. Il remarqua son sabre laser par terre et l'invoqua vers lui par la force, il s'en saisit, une idée le traversa l'esprit. Il s'était entraîné comme un forcené pour apprendre la griffe de la force dans le temple caché de Rey, mais à chaque fois qu'il essaya cette technique , il trouvait le résultat pas assez satisfaisant à son gout. Meywine, elle pouvait couper en deux des vaisseaux spatiaux alors que lui sa griffe au mieux pouvait couper un arbre. Il alluma son sabre la lame bleu passa directement changea en doré signe qu'il était en parfait équilibre. Il commença à imprégner sa lame de la force qui en réaction brillât de mille feux, il remarqua que ce n'était pas que le côté lumineux que sa lame se chargeait, mais aussi des éclairs signe que le côté obscur crépitait en elle aussi. Sa lame continuait à se remplir de puissance, elle brillait brille jusqu'à l'aveugler. Une fois prêt à lancer sa griffe de la force, d'un coup le sabre explosa dans les mains de Coleman fondant en pièce, projetant le Jedi par terre.

Ses paumes étaient en feu, l'explosion du cristal avait aussi griffé le Jedi sur le visage. Alors que ses oreilles sifflaient, il se releva avec mal et entendit un rire narquois se moquer de lui. Coleman reconnu directement ce rire, c'était celui de Jerone. Son père dans cette plaine se tenait devant lui.

- haha, tu as cru quoi ? qu'un raté comme toi aller réussir. Tu ne vaux rien, c'est pour ça que ta mère t'a laissé. Tu n'es bon à rien. Lança Jerone a son fils.

Le voici le moment tant attendu par Coleman, son tortionnaire de père se tenait devant lui et il n'était plus un petit garçon incapable de se défendre. Sa vengeance était là à porter de main.

Cependant, Coleman n'arrivait pas à bouger, il ressentit son corps pris d'éclair de force qui lui brûlait la peau. La douleur était insupportable, mais résilier, le jeune homme avança vers son ennemie quand une nouvelle voix se fit entendre.

- La vengeance n'est pas la voie des Jedi. Souviens-toi de qui tu es. Tu es un chevalier, tu as prêté serrement de défendre la paix et la justice.

À la surprise de Coleman son interlocuteur n'était autre que son maître, Haris Brightstar.

- Ne l'écoute pas, tu mérites ta vengeance, laisse-toi aller à elle, elle te conduira vers la vraie puissance. Cria Jerone l'air malfaisant.

- Rappelle-toi mon padawan, le côté obscur n'est qu'une illusion, la seule chose vers lequel il te conduira, c'est la solitude. Riposta Haris d'un air serein et tranquille.

Coleman était déchiré et pas que spirituellement, il sentait littéralement son corps en train de se faire traîner de deux côtés différents comme si chaque main était enchaîné et se faisait trainer par un croiseur céleste. Alors que Haris et Jerone continuaient à l'invité chacun de son côté, il bloqua ses oreilles pour ne plus entendre leurs cris. Il se retrouva de nouveau dans la grotte sauf que cette fois-ci une eau noire qui tombait du plafond inondé le torrent agité l'aspirer vers le bas. Coleman coulait comme si un boulet était accroché à ses jambes, il pouvait gesticuler comme il le voulait, il n'arrivait pas à remonter vers la surface qui s'éloignait de plus en plus de lui.

L'oxygène de plus en plus rare, ses poumons de plus en plus lourds de cette eau noir, l'esprit groggy de Coleman s'en alla vers Meywine. Il revit sa première rencontre avec elle, son sourire qui brillait plus fort que mille soleils, la chaleur de sa main quand elle tenait la sienne et courrait dans les prairies de Mytus, sa suffisance quand il croisa l'épée avec elle et esquivait ses attaques d'une grâce sans pareil. Elle était si belle Meywine et lui si bas, rien de ce qu'il ne faisait rien de ce qu'il était mérité d'être en sa présence.

Alors que le jeune homme sentit son esprit se disloquer sous l'étreinte des deux côtés de la force, Coleman se réveilla la figure sur l'herbe de la plaine, Meywine assise sur lui, maîtrisant ses deux bras avec les siennes, son genou idéalement placer sur le bas de son dos l'empêchant de se relever.



OooooooooooooooooO


Dans un repaire sombre de la galaxie, Darth Nihilus demanda des nouvelles à son serviteur sur l’avancée de la capture d’Elio.

- Maître la flotte Jedi est arrivé dans la bordure extérieure. Nos alliés ont dû partir se replier laissant leurs troupes derrière sur la planète, pour ne pas attirer l'attention sur la planète sur laquelle se trouve l'élu des ténèbres. Répondit Zethus de sa veille d'un centenaire.

- Et la situation au sol ? Demanda le Sith irrité.

- Aucun de changement, après avoir trouvé leur transporteur détruit. La trace des Jedi s'arrête près de pique de montage. Le terrain est très difficile, les glissements de terrain ont déjà coûté cher en vie et en matériels aux syndicats Dravenko et Sornax.

Sentant la colère de son maître s'accentuer, il ajouta d'une voix pressée.

- Mais ne vous inquiétez pas. Nous avons placé des sondes pour capter toutes communications envers la flotte Jedi. Comme ils n'ont aucun moyen de s'enfuir, s'ils arrivent à appeler leurs vaisseaux dans l'espace pour leur envoyer un nouveau transporteur, on pourra les intercepter en route. Et prendre l'enfant sans que la flotte intervienne.

Darth Nihilus laissa pousser un soupir de mécontentement comme s'il ne croyait pas dans les compétences de ses sbires.

- Encore un peu de patience et comme dans les temps anciens, votre gloire baignera cette galaxie dans le sang des traites et mécréants. Affirma le serviteur sûr de lui.

Dans un repaire sombre de la galaxie, l'ultime seigneur noir des Sith se prépare à sa résurrection.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Mar 18 Juin 2024 - 19:44   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

De plus en plus prés de la base de la république, Katarn rassemble ses troupes et apprend à Valia une nouvelle technique de la Force. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 23: Le lien mental

Le troisième jour du voyage vers la base de la république stellaire fut assez étrange pour Valia. Bien que l'ambiance, elle était au bon fixe avec Zain qui participait à l'entraînement lui aussi se faisant courser par des sphères droïdes essayant d'esquiver leurs tirs. La jeune padawan, elle devait affronter un vieux mannequin robotique assez rouillé sorti de la réserve d'Harlow, tout en gardant la cadence avec le vaisseau.

Ce qui inquiétait Valia, c'était que Katarn aujourd'hui n'avait pas l'air intéressé par ses progrès. Il faisait des allers-retours entre le toit et l'intérieur de Harlow. Elle ne comprenait pas pourquoi il semblait si préoccupé et dès qu'elle essaya de lui poser des questions, il lui indiquait de rester concentré sur son entraîneur.

Le mannequin robotique était plus performant que ce que Valia pensait, Malgré le fait qu'il avait subi le poids des années à se faire maltraiter par Katarn, il proposait une bonne résistance à la Zeltronne. Le jour passa très rapidement, Zain était complètement vidé par ses efforts. Alors que Valia avait triomphé du challenge lancé par son maître.

À la tombée de la nuit, après avoir encore une fois ramené des rangeurs comme diner. Katarn près du feu de camps ou le groupe s'était installé les invita à manger. Valia saisit l'occasion pour enquêter sur les agissements de son maître.

- Alors Maître Katarn, vous ne m'avez pas donné vos impressions sur mon entrainement aujourd'hui. Lança la jeune padawan à son maître qui mastiquer frénétiquement sa viande.

- Bravo, tu as battu un mannequin robotique, c'est niveau apprenti de temple comme entraînement. Rétorqua sarcastiquement le Jedi.

- Oui, mais le mannequin était différent de ceux de l'académie, celui-là avait accumulé plus d'expérience en vous affrontant. Répondit Valia limite froissé par le ton moqueur du Jedi.

- Le but de l'entraînement d'aujourd'hui n'était pas de te faire avancer, mais te faire reposer et te garder en forme. Le vrai entraînement commencera demain. Révéla Katarn.

- Et moi, je pourrais avoir un jour de repos, comme Valia? Demanda Zain qui ne s'attendait déjà à une réponse sanglante du Jedi.

- Toi demain, je vais t'attacher à l'avant de Harlow et laisser les sphères te bombarder jusqu'à te faire vomir tes tripes. Ta façon d'esquiver et abjecte, tu as tellement peur de la douleur que tu te jettes n'importe comment, face à de réels adversaires, tu te ferais tuer en une seconde. Et ton sabre ? Il te sert à quoi? Gronda le Jedi le padawan qui s'enfonça dans le col de la robe comme une tortue dans sa carapace.

Face à l'humeur sévère de son maître, Valia décida de jouer franc-jeu.

- Maître, vous semblait préoccupé que c'était il passé ? pourquoi tous ses allers-retour pendant la journée ? L'interrogea la padawan.

- Je voulais vérifier quelque chose qui s'est révélé vrai. Toutes mes suspicions ont été confirmées. Avoua le Jedi

Il regarda ses padawan intriguaient par ses paroles, il prit une grande expiration et expliqua la situation.

- Tout en long de la journée, j'ai demandé à Harlow de scanné en basse fréquence l'atmosphère de la planète et je revenais à l’intérieur voir le résultat. D'après ses radars plusieurs vaisseaux de combat ont quitté Serenno. Donc oui, j'avais raison, le coup d'État était un piege, Dox et les siens sont en train de se regrouper ailleurs pour s'enfuir.

- Mais c'est une bonne nouvelle, nous allons regagner la base sans résistance. S'exclama Zain.

- Pas vraiment, l'arrêta Katarn pour continuer son analyse.

- Cela signifie qu'ils ont réussi leurs coups et qu'ils ont attiré l'armée de la République loin de leur vrai objectif. Mais le plus bizarre dans l'histoire, c'est depuis que nous avons commencé notre marche, nous n'avons pas été traqués. Vous savez pourquoi je vous faisais autant courir avec les sphères derrière vous ? c'était pour créer des empreintes dans toutes les directions et brouiller les piste. Je voulais rendre notre traque plus difficile. Mais rien depuis trois jours aucune tentative pour nous retrouver.

- Ils pensent peut-être que nous sommes morts? Théorisa Valia.

- Impossible, trop risqué pour eux de faire cette supposition. Non, ils savent depuis le début où nous nous rendons, et ils nous y attendent. Affirma Katarn.

- Oui, une embuscade serait le meilleur plan d'action vu qu'ils sont en train d'extraire leurs forces de la planète, ainsi, ils n'ont qu'à laisser un petit groupe derrière pour nous intercepter. Et il n'y avait pas cent lieux où nous pouvions nous rendre pour trouver de l'aide. La base de la république est l'endroit le plus logique. Confirma Zain

- Ils nous attendent près de la forêt noyée. Annonça Katarn.

- La forêt noyée ! Crièrent ensemble les deux padawans.

À l'entente de la forêt noyée, Harlow projeta de ses phares une carte de la région montrant un grand marécage parsemé d'arbre gigantesque.

- Voici la Forêt noyée , un des joyaux de la planète Serenno. Une forêt millénaire aux arbres titanesque qui cache presque toute lumière à l’interieur. Leurs troncs sont aussi larges q'une route On pourrait y faire atterrir des petits vaisseaux sans problème. Les racines de ses arbres sont plongées dans un fleuve aux particularités nutritionnelles assez spécial qui ont fait muter ses arbres. Impossible pour nous d'éviter cette forêt pour atteindre la base. Et c'est la tout le problème dès que nous sortirons de la foret, nous serons à découvert jusqu’à la base , une cible facile à abattre. Montra Katarn le chemin sur la carte holographique.

- Alors pas la peine de traverser, nous n'avons qu'à attendre à l'intérieur un jour ou deux. Une fois toute l'armée de Serenno parti, on pourra sortir. Suggéra Zain.

- Si on fait cela, nous ne pourrons pas prévenir à temps le grand maître qu'il y a un complot à l'œuvre impliquant des Sith. Chaque minute que nous passons sans contact avec Scarif joue contre nous. Déclara Valia.

- Mais nous n'avons aucune idée de ce complot. On sait qu'ils cherchent la bague et c'est nous qui l'avons. Hurla Zain, essayant de résonner Valia vers le plan le plus sûr.

- Oui, ils cherchent la bague et ses Darth Kachina qui nous attend à la fin de notre route. C'était sa mission de la récupérer, et comme elle a l'air d'avoir une sacrée dent contre moi, c'est sûrement elle notre dernière adversaire avant d'arriver à la base. Prédit Katarn songeur.

- Vous avez des explications pourquoi elle vous en veux particulièrement cette Sith? Réclama Zain curieux.

- Non, elle ne me dit rien, j’ai déçu pas mal de femme dans ma vie, mais aucune au point de virer vers le côté obscur. Repris Katarn toujours penseur.

- Nous allons l'affronter maître, c'est notre seule solution pour avancer. Insista Valia debout évitant le regard de Zain pour ne pas perdre sa détermination.

- Nous allons faire les deux, l'affronter et nous cacher. Lui apprit Le jedi qui semblait avoir établi un plan.

Devant le regard intrigué des deux autres, il ajouta.

- Nous allons nous deviser en deux groupes. Moi, je vais attirer Kachina et ses trois acolytes à l'intérieur de la forêt avec comme objectif de capturer la Sith pour l'interroger. Vous deux avec Harlow, vous allez garder la bague et vous cacher.

- Hors de question que je vous laisse affronter Darth Kachina et ses sbires tout seul maître, j'ai vu de quoi ils sont capables, vous aurez besoin de soutiens. Hurla Valia en désaccord avec le plan de son maître.

- Oui, c'est trop risqué, ils ont détruit un bataillon de Jedi chercheurs. Je sais que vous êtes fort maître Katarn, mais quatre contre un, même pour vous, c'est limite. Avoua Zain.

- Les trois sbires sont forts certes, mais Kachina, elle ne l'est pas. Quand je l'ai affronté la dernière fois, elle n'avait aucun talent pour le sabre laser, je l'ai battu très facilement. Et la forêt noyée me donne la préfète couverture pour attaquer par surprise. Si j'arrive à les éliminer les trois monstres discrètement et rapidement, elle ne me résistera pas. Affirma Katarn.

- Et ils auront peut-être du renfort avec le syndicat Dravenko, vous y avez pensé maître ? lui reprocha sa Padawan.

- Justement, c'est pour cela qu'on se sépare. Les dravenkos vont vous chercher pendant que j'affronte la Sith, ce qui me donnera plus d'avantage. Et c'est pour cela que je veux que tu restes avec Harlow, Valia, les Dravenkos c'est de la Petite vermine, tu t'en sortiras face à eux. Lui répondit son maître.

Valia toujours pas convaincu par ce plan, plaida sa cause.

- Zain, peut rester et défendre la bague avec Harlow. Il faut capturer le plus rapidement Kachina et il vous faut de l’aide pour cela. Ainsi, nous reviendrons pour en terminer avec Dravenko s'ils se rapprochent de Harlow. Et nous quitterons tous les trois la forêt vers la base. Proposa la padawan.

À la suggestion de rester seul à garder la bague, le visage de Zain se liquéfia, il ne voulait absolument pas avoir à se battre, mais il ne voulait pas aussi passer pour un lâche devant sa meilleure amie.

- Tu en dis quoi le Solaris ? Tu penses être à la hauteur de cette tâche ? Lui demanda le Jedi d'un air solennelle

- Moi ? oui bien sûr. Menti Zain essayant de cacher ses doutes. Après tout avec Harlow, nous n'avons qu'à bien nous cacher et vous attendre. Et puis l'environnement de la forêt nous permet.

- Et tu es prêt à mettre ta vie en jeu pour cette bague ? Continua le Jedi à faire pression sur lui.

- Oui, mes camarades sont morts à cause de cette bague. Je ne laisserai pas leurs morts en vain. Je ne laisserai pas leurs assassins avoir gain de cause. Affirma fièrement l'héritier Solaris.

Valia était très fier de son ami, enfin, il avait trouvé en lui le courage nécessaire pour être un vrai Jedi. C'est ce qu'elle avait toujours cherché de sa part, qu'il comprenne qu'être Jedi est une dévotion permanente et non un titre de noblesse.

- C'est acté, Zain gardera la bague pendant que nous deux affronteront les Sith. S'exclama Valia à voix haute.

Katarn se leva et se dirigea vers sa padawan une fois près d'elle, il lui sourit et mit sa main sur sa tête tout en lui déclarant.

- Calme-toi, tu ne vas rien affronter. Toi, tu seras ma seconde paire d’yeux qui me permettront de couvrir mes arrières. Mais la bagarre, c'est moi qui la ferais. Tu vas rester bien planquée pour observer et me prévenir en cas de danger.

- Et comment je vous préviendrai d'un danger si je reste cachée? Dès que j'ouvrirai la bouche, je vais vendre ma position à l'ennemie. Demanda Valia.

- Facile, je t'ai parlé de la vision partagée, que c'était dans mon programme de te l'apprendre. Eh bien, nous allons débuter par la première étape pour maîtriser cette technique. Le lien mental. Nous allons créer une connexion télépathique entre nous deux afin de discuter sans émettre le moindre son. Demain matin fini l'entraînement avec l'épée place à l'entraînement avec la force. Zain toi tu continueras tes exercices d'esquive et riposte. Annonça le Jedi.

Excité par l'idée d'apprendre une nouvelle technique, Valia sauta de joie, mais se fait vite recadrée par son maître.

- Le lien mental nécessite plusieurs séances avant de pouvoir l'apprendre. Tu devras le maîtriser en une seule si tu veux venir avec moi. Tu te sens prête à relever ce défi?

- Je n'ai pas d'autre choix que de le faire après tout fait ou ne fait pas n'est pas maître ? Se moqua La padawan.

- Mollo sur les références sur Yoda, je t'ai dit, je ne suis pas un fan de l'ancien ordre. Répondit le Jedi avec un rire au coin.

Après une bonne nuit récupératrice dès les premières lueurs du soleil le groupe se mit en marche. Zain, réalisant maintenant que sa vie serait probablement en jeu, se focalisa très sérieusement sur l'entraînement avec les sphères. Tout en courant derrière le vaisseau, il essaya de bloquer leurs tirs et les renvoyait, s'imaginant affronter un troupeau de mercenaires. Valia et Katarn eux étaient perchés sur le toit de Harlow en position de méditation.

- Bon, première étape fait le vide dans ton esprit. Rien ne compte en ce moment, tu es seul avec la force. Ordonna le Jedi.

Valia s'exécuta fermant les yeux, elle se concentra pour se purger de toute pensée, mais ne pouvait y arriver, demain serait le jour où elle aura sa première grande bataille en tant que Jedi.

- Arrête de te projeter dans le futur, reste dans le moment ne te disperse pas. La fustigea Katarn.

Valia redoubla d'effort et parvenu à faire le vide.

- Maintenant, un exercice simple comme du temps où tu étais enfant avec tes instructeurs. Je pense à quelque chose et tu le devines. Continua le chevalier.

Katarn imagina plusieurs objets dans son esprit quand Valia commença à les citer.

- Un spideur, un sabre, une coupe, un vaisseau. Un globe. Un droïde mécanique.

- Bien, continue Valia, ne t'arrête pas. Lui demanda le Jedi.

- Un blaster, un casque de mandalorien, une veste. Zain avec du maquillage sur la figure. Vous en train de danser. hahaha. Valia éclata de rire et se réveilla.

- Tu as vu à la première distraction, tu perds ta concentration. Et si demain, tu voyais quelques chose de choquant comment tu réagira? Tu dois rester implacable face à la situation, il ne faut pas laisser les émotions te dominant. La réprimanda le chevalier.

- Oui désolé. S'excusa la padawan. Je vais faire encore mieux.

La zeltronne se reconcentra de nouveau avec la ferme intention de reussir. Après des heures où elle reçut les images les plus loufoques comme la version féminine de maitre Koffi, ou bien le grand maître parlant comme un droïde de protocole. Elle ne perdit pas sa concentration et continua à décrire chaque image que lui envoyait son maître. Une fois satisfait, Katarn lui expliqua la deuxième étape.

- Maintenant, je vais ouvrir mon esprit à toi, je vais dire une phrase dans mon esprit et tu devras l’écouter et la finir à haute voix aussi rapidement que possible. Je commence simple après, nous allons monter en puissance.

- Mon vaisseau s'appelle ?

- Harlow. Cria Valia.

- Katarn : C'est un purgill.

- Valia: Cybernétique

- Katarn : Je l'ai rencontré

- Valia: Sur la lune de Lothal.

- Katarn: Il y a de cela

- Valia : douze ans.

- Katarn: J'étais en mission

- Valia: Pour capturer Shomck le braconnier

- Katarn : C'était un

- Valia : Yuzzum

- Katarn : Je lui ai coupé

- Valia : les antennes pour qu’il n’arrive plus à chasser.

Katarn continua à formuler des phrases plus longues aussi rapidement que possible empêchant sa padawan de répondre à temps, Comme le crédo du nouvel ordre Jedi.

Katarn : Il n’y a pas de suffisance.

Valia : Il y a l'amour.

Katarn : Il n’y a pas de soumission.

Valia : Il y a le savoir.

Katarn : Il n’y a pas de résiliation.

Valia : Il y a la paix.

Katarn : Il n’y a pas de Tumulte.

Valia : Il y a la maitrise.

Katarn : Il n’y a pas la mort.

Valia : Il y a la force.

Valia s'accrocha de plus en plus fermant les yeux pour se concentrer. Elle répondait le plus rapidement possible. Là encore toute l'après-midi leurs échanges commença à ressembler à une discussion. Valia essayait de répondre tellement vite qu'elle n'écoutait plus ses réponses. Elle les enchainait une après l'autre, quand une main se posa sur son épaule.

La padawan ouvrit les yeux, le soleil allait bientôt se coucher. Zain se tenait près d'elle alors qu'il lui parlait, ce n'était pas sa voix qui résonnait dans la tête de Valia mais celle de son maitre.

- Pour le diner, tu veux des rangeurs avec champignons ou des champignons avec des rangeurs ? blagua le Jedi.

Valia chercha du regard Katarn, mais il n'était pas là pourtant sa voix, elle pouvait jurer qu'il lui chuchotait dans son oreille.

- Je suis en forêt à la recherche de quoi manger. Lui Répondit le Jedi alors qu'elle n'avait posé aucune question.

- ç'a marché, le lien mental est en place, tu ne t'en es pas rendu compte, mais plus, j'augmentais la cadence plus, tu avais moins le temps de sortir les réponses de ta bouche ensuite, tu ne faisais que les penser me permettant de lire en toi. Tu étais tellement focalisée à me répondre que tu utilisais la force pour me les projeter directement. Normalement contrôler sa psyché est difficile surtout pour Jedi. Car avec l'exercice de la force, cette dernière nous protège naturellement des intrusions. Maintenant, tu arrives à switcher, tu peux utiliser la force pour te protéger ou tu peux l'utiliser pour projeter. Expliqua Katarn.

- Je suis vraiment étonné, je ne pensais pas réussir aussi rapidement, vous m'avez dit que ça prendrait plus de temps. S'exclama Valia sans emmètre le moindre son.

- La connexion mentale dépend aussi de celui avec qui tu la partages. Plus il est fort dans la force, plus c'est facile. Par exemple si la Séraphine était là, tu n'aurais même pas eu besoin de t'exercer, elle est si puissante dans la force qu'elle peut être un émetteur et un récepteur à la fois. Elle lit en toi et se projette en même temps, tu n'as absolument rien à faire. Moi, je suis moins doué qu'elle, j'ai dû t'ouvrir mon esprit quand tu devinais les images et j'ai dû aussi apprendre à lire en toi quand tu complétais les sentences. En conclusion pour l'instant le lien mental ne marche qu'avec moi si tu essaies avec Zain par exemple vus votre niveau actuel, vous n'arriverez pas à vous synchroniser en tout cas pas sans un long entraînement. Expliqua Katarn.

- La Séraphine? qui est la Séraphine ? maître ? demanda Valia muette.

- Ah oui, j'oubliais que vous la nouvelle génération, vous n'êtes pas au courant du surnom du grand maître quand elle était chevalier. On l'appelait la Séraphine, ne me demande pas pourquoi c'est une histoire bien trop longue à raconter.

Valia se souvint de la projection du grand maître dans son esprit durant la cérémonie de la lumière des étoiles. Zain toujours début près de Valia s'inquiétait de ne la voir ne pas lui répondre tout en semblant elle-même plongée dans une discussion. Il la secoua une nouvelle fois.

- Et oh Valia, tu m'entends je te parle.

- Ah oui désolé Zain, j'étais en discussion avec maître Katarn. Il est en train de chasser notre dîné. Lui rétorqua la Jeune Zeltrone.

- Vous avez donc réussi et en une journée !!! S'étonna le Solaris.

- Oui, mais apparemment, c'est plus grâce à maître Katarn que moi. Confia Valia.

- Non, tu as ta part dans le succès de notre entreprise. Ta connexion à la force est forte, une fois décidé à faire quelque chose, tu arrives à faire de la force ton allié. C'est une qualité rare qui démontre ton cœur pur Valia. Lui Annonça le Jedi dans son esprit.

- Vous êtes toujours connecté maître comment on fait pour arrêter le lien ? L'interrogea Valia.

- Comme c'est ta première fois et je suis l'émetteur, je vais l'arrêter moi-même. Quand nous aurons plus de temps, je t'apprendrai à avoir plus de contrôle sur cette technique. Lui Dit Katarn.

Arrivée au nouveau campement, Katarn trouva Zain et Valia qui avaient déjà préparé le feu pour le diner. Il décida qu'après deux jours de gruillad place à quelques chose de plus leger surtout que demain un dur combat les attendait. Le Jedi leur concocta un bon ragoût de rangeur et de champignons. Une fois servi, il saisit cette dernière assemblée pour donner ses directives pour la bataille à venir.



- Demain sera la cinquième jour, on arrivera au milieu de la matinée dans la forêt noyé. Là-bas Valia et moi nous prendrons position dans les arbres et nous je me ferais remarquer pour attirer Kachina. Toi, Zain, tu restes avec Harlow, vous allez trouver un endroit près des racines gênantes noyé pour vous cacher et nous attendre. Si vous êtes découvert, essai de résister le plus longtemps possible, mais ne prends aucun risque.

Katarn s'arrêta brusquement et regarda fermement les deux padawan

- Maintenant, écoutez-moi bien attentivement. Et surtout toi Valia. Si le combat ne tourne pas à ma faveur si je meurs ou je suis grièvement blessée, je t'ordonne de te replier. Tu cours rejoindre Zain et vous foncez à la base sans regarder en arrière.

D'un geste de la main le Jedi interrompu sa padawan qui voulait deja protester.

- Tu te souviens quand je me suis jeté sur toi du haut de Harlow et je t'ai attaqué de toute mes forces ?

- Oui difficile d'oublier. Répondit Valia avec un ton narquois

- Et bien dis-moi qu'as-tu appris de cet affrontement? Lui demanda Katarn.

- Que vous êtes très fort, beaucoup plus fort que moi et que je suis loin de votre niveau. Avoua la padawan.

- Exactement, et tu sais, c'est la seule fois que tu m'as déçu. Tu n'as pas réagi comme je l'aurais souhaité. Au lieu de continuer à m'affronter, tu aurais dû mettre au point un plan pour t'échapper. C'était ça la vraie leçon. Ça ne sert à rien de s'engager dans un combat perdu d'avance. Reste en vie pour te battre un autre jour. Si demain l'adversaire est trop fort, tu dois partir. Il n'y a rien de déshonorant à cela. Lui déclara le chevalier.

- Cela va aussi pour vous aussi maître. Lui rétorqua Valia défiante.

- Je le sais, mais moi mon déshonneur serait que quelques chose vous arrive à tous les deux. Je suis un chevalier Jedi ma première mission est de vous ramener sain et sauf tous les deux. Bien sûr, je me retrouve dans une situation difficile, je dois découvrir qui est derrière toute cette histoire, tout en vous protégeant. J'espère accomplir les deux, mais si ça s'avère impossible alors votre protections est ma priorité. Je ne veux ni prise de risque inutile ni défiance de votre part. Je veux que mes ordres soient suivis à la lettre. Exhaurta le Maître.

- Moi ça me va, mais j'espère que ça n'arrive pas à cela. De mon côté, je garderai la bague jusqu'à votre retour. Dit Zain

- Je suivrai vos ordres maître, même si ça ne me plaît pas. Céda Valia

- Valia, maintenant que tu touches de plus en plus ton potentiel. L'impatience te gagne. L'impatience est le pire ennemi d'un padawan. Ne crois pas pouvoir tout accomplir vite. Reste consciente des progrès qu'il te reste à faire. Et surtout es confiance en moi. L'Invita le Jedi d'un se ses sourires sincères.

Valia senti une force se dégageait de son maître. Il savait ce qu'il faisait, bien que son apparence ne le montrait pas, la semaine passée avec lui, lui révéla une personne calme et réfléchi. Son discours n'était pas celui de quelqu'un qui doutait de ses compétences, mais d'un leader qui couvrait toutes les possibilités. D'ailleurs depuis le début, il a toujours été franc avec elle et Zain, il ne les a jamais traités comme des petits débutants essayant dès les rassurer comme des petits enfants ou les affoler pour les contrôler. Il les a traités comme des adultes leur donnant des directives directes et expliquant limpidement la situation. Valia se sentait mal d'avoir défié son maître, Avec le grand maître, il est un des rares Jedi à l'avoir traité comme une vraie personne et maintenant qu'elle avait goûté à ce degré de considération, elle s'était permise d'être impatiente avec lui. Katarn avait raison, elle devait se fier à lui, il est celui qui a pu dévoiler son potentiel. Entre la projection dans un souvenir, les progrès à l'épée et désormais le lien mental. En une semaine, Valia avait bien plus apprises avec Katarn que pendant trois ans à l'académie.

La nuit passa à la vitesse de la lumière, le cinquième jour entrant dans la forét noyée. À l'intérieur du vaisseau Purgill, alors Katarn lui donnait l'impression que c'était un jour comme un autre. Valia et Zain eux pouvaient sentir que leurs destins allaient se jouer ici et maintenant. Tous les deux étaient sur le point de vivre la première réelle bataille de Jedi. Lui devait garder l'objet convoité par leurs ennemis, elle assistait son maître à capturer une Sith. La tâche s'annonçait lourde, Valia se remémora ce que son maître lui dit la veille "surtout ait confiance en moi".



OoooooooooooooooooooooO


Dans un repaire sombre de la galaxie, Darth Nihilus appela le général Dox qui apparu sur son écran.

- Alors Dox ou vous en êtes ? Demanda impatiemment le seigneur noir.

- Nous avons fini de regrouper, nous attendons Kachina qui est resté avec un petit groupe de soldat de Dravenko pour récupérer la bague. Annonça le militaire.

- Et les forces de la République ? questionna Nihilus.

- Après s'assurer d'avoir la supériorité numérique sur nous, ils viennent de commencer leur débarquement, dans une heure, ils auront pris le contrôle Serenno. Nous avons laissé deux petits bataillons pour leur faire croire à une résistance, mais tout ce qu'ils trouveront, c'est une planète vide et une base bien amochée. Révéla Dox.

- Une heure ! si Kachina n'est pas de retour. Laissez-la et venez. Ordonna le sith.

- Bien sûr maître. La communication avec Dox se coupa.

Le Seigneur Sith se leva de son trone des lames rouges s'allumèrent à son Passage. Une armée de manieur sombre se tenait au côté de son serviteur Zithus chantant à l'unissent.

" Gloire à Darth Nihilus, gloire à l'empire des Sith."



Dans un repaire sombre de la galaxie, une armée du coté obscur s'est assemblé prête à plonger la galaxie dans les ténèbres.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Sam 22 Juin 2024 - 0:21   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Pendant que Sedu et Nannok échangent tentant de trouver un droïde capable de faire passer un appel , Meywine elle confronte Coleman. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 24: Doute et blessure

Dans les champs des nomades, après avoir passé le clair de la journée à l'inspection de plusieurs droïdes qui se sont révélés non fonctionnel pour booster le signal d'un petit communicateur. Sedu se retrouva seul quand Meywine décida d'aller voir pourquoi Coleman ne les avaient pas rejoints. Continuant à ausculter plusieurs C1-10P essayant de voir si l'un d'eux pouvait être réparer. Après plusieurs heures à jouer les mécano, il fut rejoint par Nannok qui venait aux nouvelles portant ce qui paraissait être une grosse boîte a outils qu'il laissa tomber par terre.

- Alors, vous avez trouvé votre bonheur, jeune Sedu? Demanda le chef des nomades s'agenouillant près de Sedu.

- Pour l'instant la force n'est pas de mon côté, mais je vais persévérer. Répondit avec calme le Jedi.

- Je suis désolé, nos droïdes datent de plus de 400 ans, et avec le temps, nous avons oublié les méthodes pour les garder en bon état. Nous nous sommes contentés à les reprogrammer pour des simples tâches comme les plantations des graines leurs hydratations ou bien la cueillette. Et pour qu'ils soient les plus rapides nous leur avons enlevé les part non nécessaire à ce travail. Expliqua Nannok.

- Pas la peine de vous excuser, je comprends votre envie de vous isoler. Ce n'est pas comme si la galaxie était un havre de paix. Affirma Sedu les mains tripotant les circuits d'un des droïdes.

- Tiens c'est curieux, vous semblez en désaccord avec votre ami, je pensais pourtant que les Jedi étaient tous sur la même longueur d'onde ? remarqua Nannok

- Disant que la galaxie et ses membres n'ont pas tous été tendres avec moi et cela depuis mon plus jeune âge. Avoua le jeune homme.

- Ah, je vois ! comme je vous l'ai dit hier, il est difficile de vénérer pacifiquement la force dans votre galaxie. Les convoitises sont trop grandes. Et les Jedi d'après notre ancêtre Quillan peuvent être assez renfermé envers d'autres communautés adorant la force qui ne suivent pas leurs préceptes. C'est pour cela qu'il est primordial pour nous de rester caché. Ici en 400 ans, nous avons vécu en paix, pas le moindre acte de violence. Assura le chef des Nomades.

- Les Jedi ne sont pas des fanatiques en tout cas pas ceux du nouvel ordre. Votre ancêtre faisait partie d'un ordre qui s'est fait détruire de l'intérieur, car il a oublié pourquoi il se tenait. Le mien celle qui l'a bâti a pris en compte ces leçons et a fait en sorte qu'elles ne se reproduisent plus. Déclara Sedu, se sentant obligé de défendre le nouvel ordre Jedi, même si son ton trahissait un discours plus appris par cœur que sincère.

- Celle qui a bâti ce nouvel ordre vit-elle encore ? L'interrogea Nannok.

- Non la grande Rey nous a quittés il y a quelques siècles. Répondit le Jedi surpris par la question.

- Alors comment pouvez-vous être sûr que ce nouvel ordre ne reniera pas sa fondatrice ? Vous savez qui est l'ennemi du bien ? l'ennemi des valeurs et de l'honneur ? Ce n'est pas le mal, car le mal est attaché au bien, il est son ombre. L'ennemi du bien, c'est le temps. Le temps efface, le temps rend confiant le temps fait oublier Un jour viendra quelqu'un qui voudra refaire les mêmes erreurs du passé tout en affirmant être au-dessus d'elle. Il vous dira que c'était un autre âge qu'il a appris de cela, mais la vérité, c'est que l'histoire et les mots ne nous apprennent rien, seul le vécu nous enseigne des choses, ils nous les marquent dans nos mémoires parfois dans notre chaire. Prêcha le chef des nomades.

- Je vous l'ai dit notre fondatrice a pris tout cela en compte, l'organisation même de notre institution est faite pour empêcher ce qui s'est produit il y a longtemps. Et même si elle n'est plus avec nous, elle a laissé derrière elle des descendants qui continuent à veiller sur ses principes. Un d'eux est mon maître, Haris Brightstar c'est le père de Meywine, un grand homme et un grand Jedi. Je crois en lui. Rétorqua Sedu avec un peu d'énervement non pas contre Nannok mais contre lui-même dans le cœur résonnait avec les paroles du chef.

- Tous ce que je veux dire c'est qu'il y a longtemps l'ancien ordre était aussi appelé le nouvel ordre, tout ce qui est ancien était nouveau à la base. Et tout ce qui est nouveau deviendra ancien par la force du temps. Votre ordre a deja 400 ans jusqu'à quand restera-t-il le "nouvel ordre Jedi" ? Telle est la question que vous devez vous poser cher ami. D'ailleurs, vous avez parlé de l'ordre comme une institution. Les institutions changent, elles évoluent parfois dans le bon sens parfois dans le mauvais. Et quand c'est dans le mauvais cela peut avoir des conséquences terribles pas que sur ses membres, mais aussi sur le reste de la galaxie. Continua Nannok.

- Et vous, vous n'êtes pas une institution ? est-ce que vous avez oublié les valeurs de vos ancêtres ? Répliqua Sedu ayant mare d'être sur la défensif dans cet échange.

- Non, nous ne sommes pas une institution. Nous sommes une communauté. Nous ne cherchons ni à réguler ni à former ni à gouverner ni même à endoctriner. Notre structure est simple et n'a pas pour vocation a l'obéissance aveugle et absolue. Nous partageons des valeurs de paix et de neutralité. Nous sommes convaincus que la force que ça soit dans sa lumière ou dans ses ténèbres est pur, mais c'est la vanité des individus qui la ternissent dans des conflits de sang. La force n'est pas un pouvoir à maîtriser, mais une entité a vénérer, car elle est le fil qui relit les êtres vivant. Nous devons prier sa bienveillance et accepter ses décisions au lieu de la porter comme une arme et nous pavaner avec. Ajouta Nannok.

Les paroles du nomade transperçaient Sedu comme mille lames, lui aussi avait toujours pensé que la force était un pouvoir bien trop grand pour être maîtrisée, jusqu'à présent, il s'était convaincu que le nouvel ordre était la meilleure alternative pour avoir des personnes conscientes et responsables tout en chassant ceux qui en abusent, mais les nomades pieux de la force eux étaient contre toute pratique de la force. Et grâce à cela, il vivait une vie de paix et de tranquillité. Comme celle dans, il avait toujours rêvé pour lui.

Alors qu'il était toujours plongé dans ses doutes, le chef Nannok dans le visage bienveillant l'interpella an plaçant sa main sur l'épaule du Jedi.

- Je vous demande pardon Sedu. Je suis allée trop loin. J'ai réagi comme ton ami Coleman hier. J'ai voulu imposer mon point de vue, sans écouter le tien ni le prendre en considération. J'ai laissé des préjugés guidés ma pensée. Je ne connais pas ton ordre Jedi, je ne voulais pas lui manquer de respect ni à ton engagement envers lui.

- Non ce n'est pas grave, vous avez dit des choses censées qui méritent d'être écouté. Contrairement à Coleman, je ne suis pas contre le fait d'être contredit, je cherche toujours à apprendre de tous les points de vue qui m'entourent. Répondit calment Sedu.

-Je vous avoue que mon discours n'était pas sans un certain calcul. Ici, nous avons une tradition qui s'appelle la saison des prières.A chaque nouvelle année, chacun d'entre nous prend un bout de papier où il écrit dessus une prière, un souhait qu'on aimerait que la force exhausse. Le petit papier est placé sur une planche en bois et nous les jetons dans la rivière. Le papier qui survit a la traversée est la prière qui se réalisera. Cette année, c'est ma prière qui a survécu, j'avais souhaité que notre communauté s'agrandisse. J'ai prié pour que de nouvelles personnes nous rejoignent, que notre foie touche de nouveaux êtres en dehors de ceux nés ici. J'ai compris après que moi aussi, j'avais de la vanité dans mon cœur, comme tous les êtres de la galaxie. Je voulais qu'en quoi je crois soit partagé par le plus de monde. Peut-être que voir d'autres y croire renforcerait ma propre foie. Mais je reste convaincu que la voie des nomades pieux peut aider.

Beaucoup n'ont pas cru que la prière se réalisera, depuis notre installation ici, nous n'avons jamais eu de visiteur. Alors quand je vous ai vu débarquer, j'étais tout content. Et maintenant, je me ridiculise à vous faire un cours de théologie. Rigola Nannok.

- Non, vous êtes loin d'être ridicule, chef Nannok. Je vous trouve sage et je pense même que beaucoup de Jedi seraient chanceux de discuter avec vous. Pour m'être beaucoup battu, je sais que ça demande une vraie détermination à renoncer à tout pouvoir. C'est probablement même un chemin que j'emprunterais moi-même un jour. Mais pas pour l'instant. Pour l'instant, j'ai des responsabilités, envers mes amis dans, j'ai été nommé chef de mission, envers Elio qui s'est retrouvé mêlé à cette histoire sans avoir rien demander. Tant que tout ce monde ne sera pas en sécurité, je ne pourrais pas lâcher mon épée. Expliqua Sedu.

- En parlant de Elio, qu'aller vous faire de lui ? Il est clairement attiré au côté obscur. Ce n'est pas une particularité très appréciée par les Jedi. Vous avez dit de lui que c'était un enfant innocent. Et je vous ai dit que je suis d'accord. Mais jusqu'à quand il sera considéré comme innocent ? Questionna le nomade.

- Que voulez-vous dire par là? Se leva Sedu heurtant de la jambe la boite à outils de Nannok qui fit un bruit métalique.

Le nomade pris une grande inspiration comme pour bien choisir ses mots

- Un des points de divergence entre nous et les Jedi est sur le côté obscur. Nous savons que vous les Jedi avaient peur de lui, que vous le prenez pour une entité malveillante à combattre. Pour nous le côté obscur est juste du chaos. Le côté instinctif et brute de la force, il n'est pas forcément mauvais, il est même nécessaire pour la fabrique de la nature. Sans l'ombre, nous ne ferons brûler par la lumière. Bien sûr taper dans ce côté peut noircir votre cœur et c'est pour cela que nous sommes contre toute pratique de la maîtrise de la force dans ses deux côtés. Mais nous n'avons aucun préjudice envers ceux qui naissent avec une certaine affinité pour le côté obscur. Pouvez-vous dire de même pour les Jedi? Quel avenir aura-t-il ? Moi, je ne vois que deux possibilités. Soit, il sera formé comme un Jedi, et plus il découvrira ses pouvoirs plus, il y aura un risque qu'il rentre de plus en plus en contact avec le côté obscur. Soit, les Jedi ne voudront pas de lui, mais je doute qu'ils le laisseront aller de sa vie comme de rien n'était. Il sera traité comme une menace mise sur surveillance pour le reste de ses jours.

Aux paroles de Nannok, Sedu se remémora la dispute avec Braum dans la grotte. Le Jedi renégat avait préconisé de mettre fin à la vie d'Elio comme solution au problème. Bien sûr Sedu en était contre, mais la supposition posé par Nannok étaient vrais. Surtout que le seule solution dans, il pouvait penser était de mentir au conseil en attendant de détruire les enfants de Korriban. Mais là son plan était risqué, déjà rien ne lui garantissait que Haris accepte de garder le secret, Haris était maintenant à la tête de la famille Brightstar sa loyauté est au Jedi. leurs cachés l'identité de l'élu des ténèbres serait considéré comme une grande trahison. Et il voyait mal Darth Nihilus juste attendre sa mort sagement. Le jedi compris désormais le sous-entendu du nomade, ce que Nannok remarqua sur son visage.

- Je vous ai dit que j'avais prié pour que ma communauté s'agrandisse et je crois que c'est grâce à vous que se rêve se réalisera. Ici Elio vivra sa vie entourée de gens qu'ils ne le traiteront pas comme un paria. Il sera un des nôtres, il n'aura pas à choisir le chemin de la violence. Elle n'existe pas ici. Surtout une fois vous partit, il n'y a aucun moyen pour lui de quitter la planète. Suggéra Nannok.

- Même si je dis oui à cela, en ce moment les Jedi doivent savoir qu'il y a une grosse prime sur lui. Il est la raison pour laquelle nous sommes poursuivis. Ils voudront savoir pourquoi cette prime. Informa le Jedi le chef.

- Vous et vos amis, vous pouvez vous mettre d'accord pour trouver une histoire. Proposa Nannok.

- Il faut d'abord que j'arrive à faire passer un message de secours. Sans cela, je crois que nous resterons coincés avec vous bien plus longtemps que prévu. Répliqua Sedu.

Nannok soudain ouvrit la boite à outils là se trouvait une antenne de droïde R5D4, elle semblait assez rouillée, mais cela valait le coup d'essayer de la replacer dans un des droïdes.

- Vous nous l'avez caché tout au long, j'ai perdu des heures à fouiller vos droïdes. Cria Sedu

Nannok se leva à son tour de sa hauteur, il proclama.

- Elle est à vous si nous avons un accord. Premièrement ne pas dévoiler notre existence. Deuxièmement faites en sorte que l'enfant revienne ici.

- Pourquoi vous vous préoccupez d'Elio à ce point ? demanda fermement Sedu.

- Parce que je crois en la force. J'ai parlé au reste des villageois et ils sont d'accord, eux aussi, qu'il est celui que la force nous a envoyé. Depuis quelques années, les vœux durant la saison des prières ne se réalisent plus. Certains de nos jeunes membres y compris ma fille Keyanna ont commencé à douter de nos principes. Je leur ai pourtant répété que c'était un test que nous devions nous dévouer encore plus, mais sans succès. Comme je vous l'ai dit le temps est l'ennemi du croyant. Et ma communauté commence, elle aussi, à daté, il nous fallait un signe pour revigorer notre foie et ce jeune petit est venu au bon moment. Il assez facile de deviner qu'il n'a plus de famille et c'est pour cela qu'il s'est retrouvé avec vous, Il a même déjà dit à Ayna qu'il n'avait plus de parent. Nous avons ressenti sa présence avant même que votre vaisseau ne touche le sol. Quand nos éclaireurs ont repéré les mercenaires vous pourchassant. Nous avons prié la force pour qu'elle nous protège d'eux et en réponse une tempête s'est abattu comme vous l'avait vu et elle nous a tous protégés. C'est la preuve que la force est encore à l'écoute. Que nous sommes toujours pieux malgré les transgressions de certains.

Vous et vos amis avaient vos vies, même si je ressens que vous tenez beaucoup à Elio et qu'il y a dans vos mots quand vous parlez du nouvel Ordre des regrets de votre part. C'est à vous de décider de votre chemin, notre communauté peut accueillir plus qu'un seul membre, si vous souhaitez rester avec lui vous êtes le bienvenu. Mais l'enfant lui, la force là envoyée sur cette planète pour le sauver. Et je compte bien répondre à son appel. Annonça Nannok.

- Vous oubliez une chose, Braum! À la seconde où on le livrera au conseil, il révélera qui est Elio. Il pourrait même aller jusqu'a dévoilé votre existence. Rappela Sedu

- Et votre conseil a l'habitude de croire ses chevaliers ou les criminels ? Posa Nannok la question en se moquant. Votre prisonnier ne sait rien de nous. Je doute que les Jedi s'intéressent à des simples habitants d'une planète désertique. De plus il reste encore plusieurs mois avant la nouvelle année et la nouvelle saison des prières, Elio peut vous suivre dans un premier temps puis vous le ramènerez ici. Personne ne soupçonnera sa cachette. Même vos ennemis penseront qu'ils se trouvent quelqus part dans un temple Jedi sous bonne garde.

- Donc si je récapitule, vous nous laisserez utiliser l'antenne si je promets de vous rendre Elio une fois la menace passée.

- Exactement, je vous conjure Sedu Soyez à l'écoute de la force. Exhorta Nannok.

- Et si je tente de la prendre de force, qu'aller vous faire ? Menaça Sedu.

- Rien, je ne sais pas me battre et je n'ai pas d'arme sur moi. Vous pourrez me prendre cette antenne sans aucun efforts. Mais je sais que vous ne le ferez pas. Dit Nannok confiant.

- Et pourquoi êtes-vous si sûr? lui demanda Sedu.

- Parce que vous êtes d'accord avec moi. Vous le savez au fond de vous que notre rencontre n'est pas dû au hasard, qu'elles étaient les chances que durant une mission ou vous deviez capturer un criminel, vous trouverez une communauté qui serait parfaite pour vous et pour le petit que vous venez de recueillir ? Il y a là, la force en œuvre mon ami. C'est l'occasion de lui prouver que vous êtes un ses disciples.

Sedu, je suis un bon juge de caractère. Votre ami Coleman cherche la gloire, il aime se sentir fort, il aime se sentir puissant, c'est pour cela que notre mode de vie lui est incompréhensible, il a sûrement des choses à prouver a lui-même et au monde , ce pauvre garçon. Meywine d'après ce qu'elle a raconté à ma femme, elle est descendante de votre Grande Rey. Elle a en elle l'héritage de sa famille, elle a été formée pour le porter. Aussi bons soient-ils, vos amis ont d'autre priorité que le bien-être d'Elio. Il n'y a que vous qui vous préoccupez sincèrement de lui. Il n'y a que vous qui puissiez prendre le bon choix pour sa survie. Conclus Nannok.

Sedu sentit un tourment dans son être, tout ce que lui disait Nannok coulait de sens. Il pourrait offrir un vrai foyer à Elio. Et à lui aussi. Meywine l'avait dit de suivre son cœur, elle avait vu en lui les doute qui le rangeait en étant un Jedi. Vivre avec les Nomades serait une véritable chance pour lui d'enfin connaître la paix tout en prenant soins de l'enfant que la force lui a confié. Alors qu'il regardait un R5D4 en fond du champ parfait pour placer l'antenne sur lui, il ne pouvait plus perdre de temps. Nannok venait de lui offrir une belle opportunité qu'il serait idiot de refuser.

Quand Coleman sortit de sa transe le visage par terre, la bouche remplit d'herbe sous le poids de Meywine qui le serrait au point qui senti son épaule droite se disloquait. Il tapota de ses doigts frénétiquement les bras de son amie lui signalant qu'il se rendait comme un combattant qui jetait l'éponge.

- C'est bon, tu es revenu à toi ? Lui hurla aux oreilles Meywine.

- Oui, oui lâche-moi, tu me fais mal!! balbutia Coleman qui comprit soudain qu'il était tellement vidé de son énergie qui parvenait à peine à pouvoir parler.

Meywine enleva son genou de son dos et le Libéra. En se retournant Coleman vu le visage de L'héritiere Brightstar passait de l'inquiétude à la fureur.

- Mais tu es fou!! fou!! regarde ce que tu as fait. Lui lança la Jedi.

Scannant les alentours, Coleman vu des traces de griffures sur les arbres et les rochers l'entourant. Ses angles de mains étaient cassés et en sang et sa poitrine fumée comme un corps qu'on aurait électrocuté.

Il voulait demander des explications, mais ne pouvait sortir le moindre son de sa bouche. Son crâne était en feu, il avait l'impression qu'il pesait une tonne et que sa nuque ne pouvait plus supporter son poids.

Coleman rassembla tout ce qu'il lui restait de conscience pour faire une phrase.

- Que c'est il passé ? je ne comprends rien.

- Ce qui s'est passé ? j'étais inquiète de ne pas te voir nous rejoindre aux champs avec Sedu pour inspecter les droïdes. Je suis allé te chercher, mais aucun villageois ne t'avaient vu. J'ai demandé à Keyanna et j'ai directement senti qu'elle me mentait je l'ai pressé et elle m'a dit que tu étais parti sur cette plaine pour t'entraîner avec ton sabre. En route, j'ai ressenti une sensation étrange comme si les deux côtés de la force s'étaient mélangé. J'ai foncé et je t'ai trouvé dans un état ! Tu es devenu un monstre. Tu avais les yeux jaunes et des éclairs te parcouraient leurs corps, tu m'as attaqué à vue avec tes griffes. Comme une bête tu étais rapide, mais sans aucune conscience, je t'ai maîtrisé et quand j'ai mis ma main sur ta tête pour te réveiller, j'ai senti ton être se faire écraser par le côté obscur. J'ai projeté en toi assez de force pour pouvoir te faire chavirer du côté de la lumière. Lui Raconta Meywine en panique.

Coleman se souvint des écrits de Quillan Vox lui aussi avait perdu la raison et attaqué sa femme en voulant maîtriser l'équilibre. Il serra les pages qu'ils avaient cachés dans sa robe de Jedi pour vérifier qu'ils ne les avaient pas perdus, a son grand bonheur, ils étaient toujours là.

Devant le visage satisfait du jeune homme, la Brightstar ne pouvait plus de se contenir, elle laissa sa fureur éclatée.

- J'ai été idiote. J'aurais dû écouter Papa, il m'a prévenu que les secrets des Brightstar ne te suffirait pas, que tu voudras toujours plus, que tu ne seras jamais satisfait.

Coleman ne comprenait pas, que Meywine voulait dire par cela.

- Oui, c'est moi qui ai supplié Papa de te montrer le temple caché de Rey. Pour que tu puisses devenir plus fort grâce aux holocrons des anciens. Lui confia Meywine voyant dans son regard qu'il cherchait des explications.

- De quoi tu parles ? Maître Haris m'avait dit que c'était sa décision que j'étais comme un fils pour lui, qu'il voulait que je devienne fort. Dit Coleman d'une voix basse montrant sa fatigue et son incompréhension.

- Bien sûr qu'il t'a dit cela pour que tu acceptes de le suivre. Si tu avais su que c'était moi derrière, tu aurais refusé. Tu aurais cru que j'avais eu pitié de toi. Tu as toujours pensé que c'était le seul sentiment que je pouvais ressentir la pitié. Lui hurla Meywine les larmes aux yeux.

- Et lui ne voulait pas ? il ne voulait pas me montrer le temple ? L'interrogea Coleman.

- Non, il ne voulait pas, c'est contre les règles de la famille. Et malgré tout l'amour qu'il vous porte à toi et Sedu, il ne l'aurait jamais fait si je ne l'avais pas supplié. J'ai tout fait, j'ai même utilisé le souvenir de maman pour le convaincre. Il avait peur Coleman. Peur de tes ambitions. Surtout depuis que tu le questionnais sur l'équilibre dans la force .Révéla Meywine.

Coleman senti la douleur se saisir de son cœur, lui qui se croyait spécial aux yeux de Haris Brightstar. Lui qui pensait que c'était le seul être avec Sedu à le mettre au même pied que Meywine venait de découvrir, ce n'était rien. Haris avait juste cédé au caprice de sa fille. Sa formation était bati sur un mensonge. Le chagrin laissa très vite place à la colère, mais comme d'habitude au lieu de blâmer Haris ,Coleman lui préférait s'attaquer à celle qu'il avait en face de lui.

- Pourquoi ? Je ne t'ai rien demandé. Je n'ai pas besoin de toi pour devenir plus fort. Je serais devenu le meilleur même sans ce fichu temple !!? Cracha Coleman a son amie.

- Tu t'entends ? tu viens juste d'échapper à la destruction de ton âme en tentant de maîtriser une technique interdite. Et tu t'inquiètes de ne pas être le meilleur. Mais quelque chose ne tourne pas rond chez toi. Lui reprocha la Brightstar.

- Bien sûr que tu ne peux pas comprendre, tu as toujours été forte, tu as toujours été la meilleure. Tu ne sais pas ce que ça fait d'être une victime. Personne ne t'a jamais regardé comme si tu étais un déchet, personne ne t'a jamais traité comme une ordure. Moi, toutes les nuits, il venait passer sa colère sur moi, toutes les nuits, je priais pour qu'il m'oublie ce soir-là. Mais il ne m'a jamais oublié, pas même un soir jusqu'au jour où j'ai vu sa tête roulant par terre. J'ai compris ce jour-là que ce ne sont pas les prières qui me sauveront, seule la puissance pourra m'aider et tous ceux comme moi. Déclara Coleman.

- Moi, je ne sais pas ce qu'est d'être une victime ? Tu te trompes Coleman, je suis bien une victime. Ta victime. Tu m'as demandé pourquoi j'ai demandé à papa de te montrer le temple secret de Rey. C'est parce que j'en avais marre. J'avais marre de voir le garçon que j'aime me détestait pour ce que j'étais. Marre de le voir m'insulter à chaque occasion, qu'il me jette à la figure les pires atrocités et que je devais sourire pour faire croire que ça ne m'atteint pas.

Je me suis dit que si tu devenais plus fort, cette colère et cette jalousie que tu avais envers moi depuis notre entrée à l'académie se calmerait. Que nous pourrions redevenir ce petit garçon et cette petite fille qui s'adoraient sur Mytus, mais je vois que je me suis trompé, tu veux toujours plus jusqu'à te détruire et moi avec. Lui répondit Meywine.

- Non, mais je rêve ? C'est toi qui nous as remplacé par les fils et fille de, la minute où tu as mis un pied dans l'académie. Il t'a fallu une journée pour que je n'existe plus pour toi, et le pire, c'est que ces gens-là n'avaient rien à faire de toi. Ils voulaient juste s'afficher avec la fille de la prophétie. Je ne t'ai jamais détesté à cause de ta force, c'est parce que tu nous as laissé tomber que je voulais te prouver que j'étais meilleur, meilleur que les lécheurs que tu as choisi comme ami. L'attaqua Coleman

- Tu n'as jamais compris les nuances de mon rôle, pas seulement en tant que fille de la prophétie, mais aussi en tant qu'héritière de la famille Brightstar. Nous sommes la famille la plus puissante de la galaxie et le véritable bras armé des Jedi. Un jour, je dirigerai cette famille, il est de ma responsabilité d'avoir de très bonnes relations avec tout le monde. Pour le bien de l'ordre et de notre mission, je n'ai pas choisi de naître Brightstar mais jamais, je ne trahirais mon devoir. J'ai tout essayé pour te garder dans ma vie à l'académie et après, ais, tu étais trop orgueilleux pour cela, tu m'as repoussé et tu as pris mes tentatives d'apaiser les choses comme de la pitié. Se défendit Meywine.

- Tu adores te donner le bon rôle. Tu es innocente de tout, tu n'as rien fait. M'as-tu défendu quand tes amis se moquaient de moi ? Quand ils me regardaient comme si j'étais un animal de compagnie qui a été recueilli par ta famille. Les as-tu jamais remis à leurs places? Non ce qui les a remis à leur place, c'est quand je suis devenu fort et qu'ils n'ont plus osé ouvrir leurs bouches. Encore une fois, c'est en devenant fort que je me suis protégé. Et si je l'avais été du début, tu ne serais pas tourné vers eux. Continua Coleman a étalé la liste de ses complaintes

- Je ne te laisserais plus me blâmer pour tous tes malheurs Coleman. Tu es aujourd'hui assez grand pour soit accepté le passé et allé de l'avant soit rester figé toute ta vie dedans.

Je ne laisserais plus mon amour pour toi excusé tes actions. Je suis une chevalier Jedi. Je te préviens Coleman pour la première et dernière fois, ce que tu viens de faire est une pratique interdite par le nouvel ordre Jedi. Tu as enfreint une règle sacrée de notre code et au nom de cet ordre. Si un jour, tu cherches de nouveau à maîtriser l'équilibre. Je te ferais bannir. Et si c'est trop tard, si je te retrouve comme aujourd'hui, alors je te tuerai de mes mains ainsi au moins ton âme au lieu de se faire détruire ne fera qu'un avec la force et trouvera peut-être le repos éternel.

Sur cet avertissement Meywine s'essuya les yeux de ses larmes et repris le chemin du village. Coleman lui inspecta son sabre brisé en plusieurs pièces et pouvait entendre déjà les reproches de Sedu qui lui avait prêté. Il le laissa sur place et réparti lui aussi vers le village, lessivé par tout ce qui venait de vivre. En chemin, il croisa Keyanna qui venait pour s'entraîner au sabre avec lui. Il s'excusa de ne pas pouvoir le faire prétextant la destruction de son sabre. La jeune fille paru triste et énervé à la fois, mais Coleman ne se tarda pas sur elle.

À l'entrée du Village, il trouva Sedu en discussion avec Meywine près d'eux un R5D4 avec une antenne rouillé sorti de sa tête.

- Alors, je vois que tu as de la chance avec les droïdes. Déclara Coleman essayant de cacher son état

- C'est un peu plus compliqué que ça, mais d'abord, vous étiez où tous les deux ? Et pourquoi tu as l'air de t'être fait tabasser par un Wookie. Demanda Sedu. Puis remarquant le manque de sabre à il s'exclama

- Mon sabre de rechange, tu en as fais quoi ? ne me dit pas que tu l'as cassé aussi? Quel genre de technique détruit un sabre laser ?

Meywine jeta un regard noir a Coleman qui cherchait dans sa tête une excuse crédible quand Sedu l'arrêta.

- Bon concentrons-nous sur le plus important. Nous allons essayer de passer un appel, mais avant, j'ai beaucoup choses à vous annoncer.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Ven 28 Juin 2024 - 18:38   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Dans la forêt noyée , Katarn engage le combat contre les forces de Darth Kachina.. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 25: Duel dans la forêt noyée


Alors que Harlow avançait dans le maréquage l'eau montant de plus en plus, de ses fenêtres Valia et Zain pouvaient voir les racines gigantesques qui s'affichaient devant eux. Katarn ne leur avait pas menti, les arbres ressemblaient à des gratte-ciel végétaux d'une hauteur ont donné le vertige. Devant une racine parcellement noyée Harlow s'arrêta pour montrer à ses passagers avoir trouvé la meilleure cachette. Le Jedi et ses apprentis sortirent du vaisseau pour étudier le lieu. Le Purgill ne s'était pas trompé, l'eau montait jusqu'à la taille de Katarn et la racine était tellement grande qu'il était presque impossible de voir Harlow derrière. Se fiant à son vaisseau vivant, le Jedi rameta Valia et Zain pour un dernier discours.

- Bon Harlow s'est décidé pour cette cachette et je trouve qu'il a raison. Ici, vous serez en sécurité. Zain, tu attendras ici que nous revenions. Même si nous tardons trop ne fait rien n'essaie pas de venir nous chercher, ne te déplace sous aucun prétexte. Ordonna le Jedi.

- Et comment je fais pour savoir que rien ne vous ait arrivé moi. Demanda le padawan chercheur anxieux.

- S'il m'arrive quelque chose, Valia viendra te chercher et vous partirez. Mais on n'arrivera pas là tous se passera bien, la force a toujours été de mon côté. Répondit confiant le Jedi.

Zain se tourna vers Valia qu'il serra dans ses bras en lui chuchotant avec humour.

- Je t'interdis de mourir, je ne veux pas affronter tout seul nos parents une fois cette affaire terminée. Surtout ta mère, tout, mais pas sans regard assassin.

- Continue comme ça et tu vas me donner envie de rester caché dans cette forêt. Lui rétorqua Valia tout en lui rendant son câlin.

Zain rejoignit Harlow regardant Katarn et Valia commençaient leur acensions dans les arbres tell des Ewoks. Il leur a fallu quelques secondes pour qu'il les perde de vue, les fouilles filtrant la lumière empêchant tout visuel de durer. Sur ses bronches énormes, Katarn et Valia progressaient rapidement. Le chevalier Jedi faisait preuve d'une agilité déconcertante pour quelqu'un dans la quarantaine, sa padawan qui d'habitude était fière de sa condition physique avait même du mal à le suivre. Passant d'arbre à arbre comme un macaque, vite Katarn trouvera un grand buisson assez large pour couvrir le corps d'un être humain. Il s'arrêta devant lui avec Valia juste derrière.

- Voici ta cachette Valia. Elle est parfaite si tu t'allonges, tu seras hors de vue. Fait en sorte que ta concentration dans la force ne soit que sur le lien mental et tu ne te feras pas repérer. Lui indiqua le Jedi.

- De plus le champ de vision et assez ouvert, si quelqu'un arrive dans votre dos, j'aurai le temps de vous prévenir. Remarqua Valia.

La padawan s'exécuta s'allongeant dans les feuilles avec son corps frêle et sa peau rosâtre, on pouvait même la confondre avec un fruit ou une fleur. Elle disparut des yeux de Katarn qui activa le lien mental.

- Petit test de vérification, tu m'entends Valia? dis Katarn sans émettre de son. - Parfaitement maître, maintenant à la deuxième phase, vous allez ramener quelques invités. Répondit Valia.

Katarn laissa sa padawan sur place et continua d'avancer, une fois qu'il se pensait avoir dépassé le milieu de la forêt. Il grimpa tout au long du plus grand arbre. En haut, il découvrit le soleil à son zénith dans un ciel dégageait.

Le Jedi se dit dans son cœur qu'il faisait tellement beau que c'était presque dommage de gâcher cette journée dans une effusion de sang, mais le devoir l'appel et il n'était pas du genre à se défiler. Il sortit d'une des poches de son manteau un petit communicateur qu'il activa puis annonça.

- Ici le chevalier Jedi Katarn, j'appelle la base de la république stellaire, j'ai besoin d'aide mon vaisseau a été abattu par l'armée de Serenno et j'en suis le seul survivant, je me suis perdu dans la forêt noyée quelqu'un peut venir me chercher.

Il ne fallut pas longtemps à Katarn pour remarquer un vaisseau décollé et fonçait sur sa position. Le vaisseau en question ressemblait davantage à ceux de mercenaires, il était sûr, c'était Darth Kachina. Elle avait mordu à l'hameçon maintenant, il ne fallait plus que tirer.

Katarn sorti son sabre laser qu'il alluma, sa lame vert jade conquit le ciel d'un éclat étincellent. Il se concentra dans la force puis l'infusa dans son épée, la lame brillait de plus en plus, elle se chargea en puissance, une fois arrivée au degré souhaité, il lâcha cette lame de force invisible avec une précision de tireur d'élite. La lame se posa sur l'aile droite du vaisseau approchant qu'elle découpa net.

Le vaisseau perdu instantanément de son altitude et commença à tourner sur lui-même fumant de partout. Katarn vu la porte s'ouvrir, quatre silhouettes trois se jetèrent dans les arbres le quatrième déployant ses ailes membrane abandonnant l'appareil qui s'écrasa en pleine jungle.

Le jedi savait désormais la position de ses adversaires, par contre eux ignoraient la sienne. Une seule solution pour l'attraper, il devait se séparer pour le chercher. Katarn décida de saisir cette occasion, déployant ses sens, il courut à grande vitesse dans les arbres sautant de l'un à l'autre, il pouvait sentir la force l'entourait de son aura protectrice.

Il freina sec se cachant derrière un grand tronc d'arbre quand il a vu au loin le togorian lui aussi a sa recherche. Le grand félin blanc a l'armure noir était seul en train de fouiller derrière les branches. Comme une ombre Katarn avança vers lui par-derrière discrètement sans faire aucun bruit. Il canalisa la force dans sa main droite jusqu'à ce qu'elle commence à trembler, il la saisit avec sa main gauche pour la stabiliser puis la plaça dans le dos dans son adversaire. D'un coup, il libéra sa décharge. Durant la nano seconde où sa main était en contact avec le dos du Togorian, il sentit tous les os de son corps se briser par la vague d'énergie qu'il venait de lâcher. L'acolyte fut projeté à plusieurs centaines de mètres tout en chutant dans le vide.

Katarn avait réussi, il venait d'éliminer un de ses adversaires discrètement sans se faire remarquer. C'est en tout cas ce qu'il pensait jusqu'à ce que le S'kytri piqua sur lui avec sa faux laser rouge. Mais le Jedi avait des réflexes aiguisés, il dégaina son sabre et barra le coup de la faux. S'engageant dans un duel avec la créature ailé, le jedi décida de revenir vers la position de Valia.

Valia de son côté toujours allongé, attendant son maitre, espérant qu'il arrive le plus rapidement possible. Elle fut subitement traversée par un frisson qui lui rappela la grotte des reflets. C'était la même sensation, le froid glaçon, quelqu'un manipulait le côté obscur, mais elle n'arrivait pas à savoir où il se trouvait.

Alors qu'il échangeait plusieurs coups avec le deuxième acolyte, Katarn était désavantagé, car contrairement au S'kytri qui pouvait voler et n'avait pas donc pas besoin de ses jambes comme appui, Katarn lui devait rester sur la défensive quand il se déplaçait. De plus la langueur de la faux gardait la lame de son épée à distance. Alors qu'il augmenta sa vitesse pour arriver plus rapidement vers la position de Valia qui n'était plus loin, cette dernière le contacta par le lien mental.

- Maitre la créature mi-hybride mi-serpent est dans votre angle mort. Faites attention. Le prevena la padawan

- C'est un hyslerien, ils essayent de me prendre en tenaille. Conclu le Jedi.

Katarn encore une fois s'arrêta sec au moment où le hyserlien tira plusieurs salves de ses blasters accrochés à ses quatre mains. Le chevalier les détourna directement vers le S'kytri à sa grande surprise lui qui ne s'attendait pas à ce que Katarn devine le piège tendu. Le manieur sombre esquiva encore une fois grâce à ses ailes, il se rapprocha de Katarn pour lui acérait un coup vers la tête, le Jedi attendu jusqu'à ce que la faux se rapproche de son œil, il dévia le coup d'une force qui projeta la faux vers son maître, la voici la chance de Katarn alors que son adversaire avait du mal a stabiliser son arme le Jedi pris position pour une attaque rapide de la forme cinq Djem So, la forme à attaque directe et puissante, mais en plein élan encore une fois Valia l'alerta.

- Maitre le hyslerien sa poitrine est un lance-roquette.

Reculant instinctivement Katarn observa la poitrine métallique du hyslerien s'ouvrir et projeter deux missiles vers lui. Il concentra la force dans sa lame et lança une nouvelle fois la griffe de la force. La lame de force rencontra les deux projectiles en pleine course, une fois qu'elle les atteigna une explosion secoua toute la forêt.

Valia perdu de vue son maître alors que la fumée englobait les alentours. En un éclair, elle vit une silhouette en haut de l'arbre sortir de la fumée, le S'kytri se jeta à vitesse maximum sur elle, la découpant en deux, mais en réalité ce n'était que le manteau de Katarn. Il l'avait jeté comme leur et l'acolyte s'était fait avoir.



Katarn qui se tenait de l'autre côté sauta sur le dos de la créature qui de son poids tomba sur une grosse branche. Il écrasa de ses jambes les ailes du S'Kytri telle un insecte l'empêchant de bouger tout en invoquant son sabre, le hyslerien toujours pris dans la fumée de l'explosion ne voyait rien et ne pouvait donc pas venir au secoure de son camarade. C'était terminé pour le S'kytri, Katarn était sur le point de le poignarder quand tout son être trembla d'un coup. Ce n'était pas Valia qui le prévenait d'un danger, mais la force elle-même. Il changea instinctivement de position, au lieu de planter son épée dans le corps du S'Kytri, il le mit à l'horizontal comme un bouclier. Au coin de son œil, il vit la hache du Togorian qui s'empala sur son sabre le projetant cette fois-ci comme un ballon. Après avoir traversé le premier arbre, Katarn termina sa course dans un deuxième, créant un trou dans le tronc.

Valia ne pouvait croire ses yeux, elle dans le rôle était d'être les yeux dans le dos de son maître, n'avait pas vu venir le grand félin avec sa hache laser. Elle voulut se mettre Debout et quitter sa position pour aller prendre des nouvelles de son maître, mais avant même qu'elle ne bouge, elle entendît sa voix résonné dans sa tête.

- Ne bouge pas, je vais bien. Lui Hurla Katarn.

- Maître, je suis désolée, il a débarqué de nulle part, je je. Bégaya Valia en détresse.

- Ce n'est pas ta faute, ils ont deviné que j'ai du soutien, la façon dans j'ai esquivé les tirs du hyslerien ont vendu la mèche. Mais ils ne t'ont pas encore localisé. Affirma Katarn.

- Mais eux aussi communiquent en secret comme nous ? Demanda Valia inquiète.

- Oui surement, mais quelque chose cloche. Ils ont tout planifié, ils avaient trois coups d'avance sur moi. Leur coordination est parfaite. Ils m'ont mené là où ils étaient sûrs que ni moi ni toi ne pourrions voir le Togorian m'attaquer. Si la force ne m'avait pas prévenue, je serais fichu. Sauf que le Togorian devrait être mort.

J'ai senti les os de son corps se briser, normalement, il ne pourrait même pas bouger le petit doigt. Répondit le Jedi lui aussi dubitatif.

- Maître tout à l'heure quand vous êtes allé plus loin. J'avais senti comme une présence du côté obscur. Je n'ai pas pu la localiser et j'ai voulu vous le dire, mais le lien mental ne marchait pas. Annonça Valia.

- Ah oui, je l'avais momentanément coupé quand je courrais vers ta position. J'avais besoin de me concentrer sur ma défense. L'informa son maître.

Après un très bref moment de réflexion, Katarn émergea du trou qu'il avait creusé par sa chute. Il trouva les trois acolytes en face de lui se tenant sur un arbre le visage grave les yeux jaunes.

- Félicitation, tu es le premier à avoir paré cette attaque. Tu n'es pas n'importe quel Jedi. Tu es un vrai guerrier. Lança le Togorian d'une voix mécanique qui ne dégageait aucune émotion.

- Toi aussi, tu es bon dans ton genre, j'avais juré t'avoir eu avec mon force push. Au pire, j'espérais que je t'avais handicapé au point que tu aurais dû te transformer comme ton ami en cyborg si tu voulais un jour de nouveau marcher. Mais là, tu es propre comme un sous neuf. Rétorqua Katarn.

- Tu ne voudrais pas me donner ton secret ? j'en ai besoin, tu ne m'as pas raté, j'ai l'épaule en compote. Continua le chevalier avec un petit sourire sarcastique alors qu'il se massait l'épaule gauche qui s'était un peu disloqué après sa chute.

Le Togorian ne répondit pas, continuant lui et ses compagnons a fixé le Jedi d'un regard vide.

- Valia, je veux que tu te concentres exclusivement sur le S'kytri ne le quitte pas des yeux, peu importe le combat reste sur lui. L'exhorta le Jedi.

Sans lui donner l'occasion de répondre, Katarn se jeta sur ses trois adversaires qui encore une fois ne s'attendaient pas à un geste aussi risqué. En plein air, il prit son sabre qu'il lança sur le tronc, une fois planté commençant à brûler le bois, Katarn utilisa la poignée de son épée comme un levier pour y mettre la jambe et sauter encore plus haut alors qu'il esquivait la hache du félin, il prit de nouveau appui sur l'épaule du Togorian puis lui asséna un violent coup de pied en pleine face qui l'envoya valser sur plusieurs mètres.

Il rappela à lui son épée pendant que le hyslerien dans son dos chargeait ses blasters, Katarn coupa la branche sur laquelle, ils se tenaient tous les deux, précipitant son adversaire dans une chute alors. Que lui sauta sur une nouvelle branche suivie par le S'kytri qui lui pouvait voler.

Cette fois-ci le jedi s'était donné quelques secondes pour pouvoir l'affronter en tête-à-tête. Déjà, il avait compris que la faux était une arme faite pour garder à distance l'ennemie, mais son point faible était la lenteur de ses mouvements, elle pouvait couvrir un bien large espace que l'épée, mais une le S'Kitri avait du mal à parer les coups proche, se positionnant dans la forme Ataru propice à des attaques acrobatiques et rapides, Katarn l'encercla d'une pluie de coup tout en tournant sur lui telle une toupie. Le S'Kitri avait du mal à suivre le rythme du Jedi, il essaya de miser sur sa force pure avec un coup direct, mais ne réalisa pas que c'était un piège. Le chevalier l'esquiva, se saisit du bras tendu de son adversaire et le coupa d'un coup.

Valia était subjugué par la dextérité de son maître, jamais, elle n'avait vu un Jedi passait aussi vite de la défense à l'attaque. Dans son duel face à l'acolyte ailé, il ne lui laissait aucune chance. Ses mouvements étaient plus rapides, ses coups plus précis, ses feintes plus raffinées et difficiles à deviner, et en plus il semblait prendre du plaisir. Katarn était un duelliste né, la padawan compris qu'il lui manquait plusieurs années d'expériences pour pouvoir rivaliser avec lui.

Le S'Kitri perdant son bras se retrouva à terre terrassée, le jedi allait assener le coup de grâce quand le Hyslerien s'accrochant avec sa queue seprentique à un arbre du dessus inonda Katarn de tir. Le Jedi qui n'avait pas eu le temps de se retourner pour les dévier n'avait autre choix que de courir, évitant les projectiles et abandonnant sa première proie. Mais Katarn n'était pas dupe, il savait que hyslerien ne cherchait pas à le toucher, mais à l'amener là vers le gros Torogeian qui s'était remis du coup au pied au visage et l'attendait avec sa hache Laser. ​

Le jedi ne voulait pas le montrer, mais il était, lui aussi, impressionné par ses adversaires. Premièrement malgré leurs manques de techniques flagrant face à lui, leur coordination était parfaite pour se défendre l'un l'autre. De plus il ne dégageait aucune prétention de guerriers, ils acceptaient leur limite et cherchait à l'abattre en équipe. Il était sûr qu'ils utilisaient la vision partagée, mais jamais, il n'avait face à un groupe qui avait poussé cette technique jusqu'à s'effacer complètement et devenir un seul esprit. Lui qui avait appris à Valia que la synchronisation parfaite n'existait pas était maintenant témoin du contraire comme quoi malgré son âge la force pouvait encore le surprendre.

Arrivée à hauteur du félin albinos, le jedi croisa directement le laser avec lui. Les coups du togorian était fort très fort pas la peine de vouloir sur enchérir avec lui en termes de puissance brute, il avait clairement le dessus. Ne s'attardant pas avec l'Ataru, Katarn passa à la forme six connus sous le nom de Niman. Cette forme hybride combine des éléments des cinq premières formes de combat au sabre laser. Elle est connue pour son équilibre et son adaptabilité, n'exigeait pas autant de force physique ou de concentration intense que d'autres formes, permettant aux pratiquants de conserver leur énergie.

Grâce à elle Katarn pu s'éloigner des tirs du hyslerien tout en continuant à affronter le Togorian sautant d'arbre à arbre. Échangeant des coups encore et encore tout en se faisant poursuivre par le serpent cybernétique qui à chaque fois où le chevalier arrivait à avoir l'avantage couvrait son camarade par un tir de barrage assez précis pour le remettre sur la défensive. Katarn n'avait plus le choix, s'il voulait affronter le Togorian et le S'kitri à l'aise, il devait se débarrasser de celui qui les couvrait à distance aka le Hyslerien.

Alors que le felin abattait sa hache sur lui, Katarn recula de quelques pas puis tourna derrière un tronc, il sortit à gauche et frappa du pied le genou du togorian l'obligeant à se baisser, avant même qu'il ne comprenne la jambe de Katarn s'était déjà écrasé sur sa figure pour la deuxième fois de ce duel, le projetant encore une fois à plusieurs mètres.

Le Hylserien avait lui le jedi dans son viseur, prêt à l'abattre quand il remarqua que Katarn n'avait plus son sabre dans les mains. Katarn le fixa d'un sourire narquois et de la main fit comme il tenait un pistolet invisible de son index, il pressa la détente. Le sabre vert s'activa d'en dessous du monstre cybernétique, allant l'empaler quand le S'kitri a la dernière seconde apparue dans le ciel et se saisit de son compagnon le sauvant d'une morte certaine.

Katarn ne pouvait croire qu'il avait échoué, pourtant son plan était parfait, la demi seconde ou il avait disparu derrière le tronc d'arbre, il avait éteint son sabre puis lâcher dans le vide le guidant avec la force discrètement vers la position du hyserlien qui était trop préoccupé à couvrir le Torogrian pour s'apercevoir de quelques chose. La seule façon de voir le sabre était d'avoir des yeux dans le ciel. Et c'était là le problème, Katarn avait laissé le S'kitri à l'agonie ayant perdu un bras, mais ce dernier venait de répliquer comme si de rien n'était avec ses deux bras en plus.

Katarn rappela a lui son épée et ne tarda pas sur place avant que les trois adversaires ne le repère, il s'échappa loin dans la forêt. Il courut frénétiquement, mettant de la distance puis entama une descente jusqu'aux racines géantes trompaient dans le fleuve, il trouva une grosse racine ou il se cacha derrière. Essoufflé par sa course il a eu du mal à appeler Valia, après plusieurs tentatives pour se calmer il pût enfin rétablir la connexion mentale.

- Valia , tu m'entends où étais-tu passé ? Demanda le jedi le souffle coupé.

- Maître, je ne comprends pas, je n'ai jamais vu ça, c'est impossible. Hurla la padawan de panique dans l'esprit de son maître.

- Calme-toi et raconte-moi tout, comment l'autre a pu faire repousser son bras ? Interrogea Katarn.

Le chevalier ressenti que sa padawan essayait de rependre ses esprit pour être la plus explicite possible

- J'ai vu votre combat vous lui avait sectionné le bras droit , puis il est tombé par terre. Et quand vous avez disparu avec les deux autres, il est resté planté là à ne rien faire. C'est là que je l'ai senti, le côté obscur, il était puissant, mais il n'émanait pas de lui, ça venait d'encore plus profondément de la forêt. Il s'est levé à récupérer son bras et la replacer sur sa cicatrice comme de rien était, une sorte de fumée est sorti de son corps comme s'il se ressoudait le bras et comme ça il l'a récupéré. Raconta la padawan.

- Donc, il a utilisé une technique de guérison par la force, mais je n'en ai jamais entendu parler qui pouvait recoller un membre, même la grande Rey au mieux, elle pouvait refermer des cicatrices ou redonner de l'énergie a quelqu'un. Conclu Katarn.

- Je ne pense pas que ce soit lui, maître, il n'a dégagé aucune force, il s'était juste tenu là. Quelqu'un de puissant dans le côté obscur là fait pour lui et ce n'est pas la première fois. J'avais ressenti la même chose au début de votre combat. Mais cette fois-ci c'était plus intense. C'est sûrement cette Darth Kachina, elle regarde le combat, elle aussi. Indiqua Valia.

- Maître, vous auriez dû la ressentir vous aussi ? Ajouta-t-elle étonner du manque de discernement de son maître.

- Je te signale que je me bat contre trois adversaires à la fois, j'ai besoin de tous mes sens, une seule seconde de déconcentration et je suis cuis. Mais si c'est elle, elle a dû guérir le Togorian aussi quand j'ai écrasé tous ses os. D'ailleurs depuis le début du combat aucun des trois n'a déployé la force. Encore plus bizarre quand je lui ai coupé le bras, le S'Ktri, il n'a ni crié ni son sang n'a coulé. Observa Katarn.

- Et leur coordination est d'un niveau très élevé. Vous avez vu maître comment ils se partagent les tâches d'attaque et de défense ! Le togorian est la brute celui qui donne les coups les plus fatals, le S'Ktri vous distrait avec ses attaques a mis distance et le Hyslerien est chargé de la défense et de la couverture de ses amis en se mettant loin de vous pour vous empêcher de l'intercepter. Et quand ils sont séparés, ils se mettent en formation pour attendre le retour de l'autre et accroître leurs chance de victoire. C'est l'équipe parfaite. S'exclama Valia.

À l'énumération des qualités des trois acolytes, le doute commença à ronger le cœur de Katarn. Ses adversaires étaient trop fort et trop bien préparé. En un contre un, il en aurait déjà terminé avec eux, mais maintenant qu'ils l'ont vu à l'œuvre, ils ne casseront plus leur formation. Lui avait déjà utilisé la griffe de la force deux fois et le changement de forme de combat au sabre lui coûta beaucoup en énergie. Plus se combat s'éternisera plus il sera mis en difficulté et le pire il reste loin de son objectif initial. La capture de Darth Kachina, une Sith qui s'est révélé posséder un pouvoir très gênants. Ah S'il pouvait seulement briser cette coordination parfaite, se dit-il soudain une idée lui foudroya l'esprit.

Loin dans la forêt noyée, à l'intérieur du vaisseau purgill, Zain faisait les cent pas. Angoissé comme jamais attendant le retour de Valia et de Katarn, il ne tenait pas sur place.

Après une série de bip de la part de Harlow, le Solaris l'engueula

- Comment ça je dois me calmer ! Ça fait maintenant une heure qu'ils sont partis et nous avons entendu une grosse explosion. S'ils ne sont pas revenus, c'est qu'il s'est passé quelques chose. Dit Zain d’un ton colérique au vaisseau. Harlow lui répondit cette fois-ci avec des bips vive lui indiquant sa frustration et lui demandant de ne pas sous-estimer Katarn. Que depuis qu'il était devenu son vaisseau, il l'a vu accomplir les missions les plus dangereuses et revenir toujours en vie et que celle-là n'échapperait pas à cette règle.

Pendant que Harlow essayait de rassurer le jeûne padawan chercheur, il ne détecta pas, un groupe de mercenaires en tenus amphibiennes sortant de l'eau l'encerclant de tous les côté. À leurs têtes deux individus qui eux n'avaient pas besoin de combinaisons pour se déplacer dans l'eau, deux Mythtols un mâle et une femelle arborant sur le blouson un Ackay le symbole du syndicat Dravenko.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar GTZL1 » Ven 28 Juin 2024 - 20:29   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Effectivement c'était un combat bien énergique que tu nous proposes là :oui:. Si même un Jedi aussi doué que Katarn (nom ou prénom, d'ailleurs ?) est mis en difficulté par des Acolytes, on ne peut qu'imaginer l'adversaire coriace que devrait être Dark Kachina.

Plus largement, j'ai récemment eu le temps de rattraper ta fanfic et honnêtement... c'était très bien. Personnages, World building, scénario. J'ai été très agréablement surpris par à peu près tout. Tu t'éloignes juste ce qu'il faut des films tout en restant clairement dans les canons de SW.
Les trois jeunes Jedi sont assurément les personnages les plus intéressants. On se fait assez vite une idée d'eux au début... pour qu'ensuite de nouveaux éléments viennent s'ajouter et les approfondissent d'une manière très bien réalisée. Je n'ai pas vu venir presque toutes les révélations les concernant, et aucune ne semble illogique ou forcée ! Bien joué pour eux, et cela vaut aussi pour tous les autres.

Bref, je te dis un grand bravo pour le fond.

Par contre, la forme... Désolé d'être aussi franc, mais par moments c'est effrayant.
Regarde par exemple cette simple phrase :
"Zain rejoignit Harlow regardant Katarn et Valia commençaient leur acensions dans les arbres tell des Ewoks."
- "commençaient" devrait être "commencer" ou éventuellement "commençant"
- ascension écrit faux
- soit des s aux deux (leurs ascensions) soit à aucun (leur ascension)
- "tell" n'existe pas, ici il faut mettre "tels"
Quatre fautes, dont trois basiques, dans une phrase aussi simple ! Sérieusement ?
Les phrases sans faute sont l'exception et non la règle dans ton texte, qui plus est pour la plupart basiques. Et je n'aborde même pas les mots échangés avec d'autres (sans au lieu de son, ont au lieu de à...) ou les erreurs de ponctuation, elles aussi récurrentes.

Pourquoi je me permets d'insister autant ? Parce que, comme dit plus haut, ton fond est vraiment bien. Cette écriture ne lui rend absolument pas honneur !
Le texte, c'est le seul moyen qu'a le lecteur pour rentrer dans ton monde, ton histoire, tes personnages. Alors donne-lui envie de le faire !
"You're not fighting me. You're fighting yourself... and losing."

Crédit avatar: lornaka
Fan-fics: Le Secret de Ryloth, Je vous l'avais dit, Zolta : premières armes
GTZL1
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1780
Enregistré le: 09 Avr 2020
Localisation: flying Maul's Gauntlet
 

Messagepar supernad » Ven 05 Juil 2024 - 17:35   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Sedu informe Coleman et Meywine d'une décision qu'il vient de prendre et qui risque de mettre en péril leurs amitié . Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 26: Fissure

A l'entrée du village, le droïde R5D4 faisait tourner sa nouvelle antenne toute rouillée dans toutes les directions tel un enfant heureux d'avoir retrouvé un de ses anciens jouets. On jurerait presque voir un être vivant retrouver un de ses membres perdus il y a longtemps, ignorant de ses bips frénétiques la scène qui passait devant lui, Sedu se tenait à côté de ses amis d'un air agité donnant l'impression que chaque mot qui allait sortir de sa bouche serait lourd à entendre. Après quelques instants a bien faire tourner chaque phrase, qu'il voulait prononcer dans sa tête tout en fouillant le regard de ses compagnons, c'est Meywine impatiente qui prit la parole.

- Alors, cette annonce Sedu, tu attends quoi pour la faire ? Lui dit-elle , laissant clairement entrevoir une mauvaise humeur qu'elle voulait absolument ne pas la cacher.

- Bon, l'antenne marche, mais avant je dois vous dire que j'ai conclu un marché avec Nannok. Déclara Sedu d'un ton plein de doute.

- Nous le savons déjà, tu as promis de ne pas dévoiler leurs existences au nouvel ordre en retour de leurs aides. Répondit Coleman qui lui aussi n'avait pas l'intention de dissimuler son aigreur.

- Ce n'est pas ce marché dont je parle. Il y a un autre. Continua Sedu baissant encore la tête comme s'il allait la planter au sol.

- Quoi encore ? Demanda Meywine intrigué.

- Voilà, Nannok avait l'antenne depuis le début, il m'a demandé en échange de l'utiliser de réfléchir à faire d'Elio un membre de leur communauté. Et j'ai accepté, il m'a même invité à les rejoindre si je le voulais et je pense que je vais le prendre au mot. Annonça enfin Sedu à ses amis.

À l'écoute de son ami, les yeux de Coleman s'écarquillèrent si largement qu'il avait l'impression qu'il allait lui sortir de la tête. Il ne comprenait rien à ce que venait de dire Sedu et tentant de l'absorber , il fut pris de vertiges qui l’obligèrent à s’asseoir par terre. Meywine elle, etait tout autant médusé par ce qu'elle venait d'entendre, elle essaya de comprendre plus clairement.

- Attend, tu veux dire que Nannok t'as fait du chantage ? l'antenne en échange d'Elio? Mais pourquoi, pourquoi il le veut ?

- Non, il ne m'a pas fait de chantage, nous avons discuté de la force de la façon dans sa communauté voit les choses. De ce que cela implique d'être un utilisateur de la force et qu'elle impacte aura sur l'avenir d'Elio. Et après sa demande, il a sorti l'antenne. Il m'a dit que je pouvais la prendre si je le voulais que de toute façon, il n'avait aucun moyen de m'arrêter, mais je devais prendre la meilleure décision pour Elio et moi. Avoua le capitaine de Mission. Et pour Elio, les nomades ont une tradition ou ils pensent que chaque année la force leur exhaussera un vœu, cette année le vœu était que leur communauté s'agrandisse alors, ils ont pris la venue d'Elio un être très fort dans la force qui n'a plus aucun endroit où aller comme un signe qu'elle a répondu à leur souhait. Ajouta-t-il. Coleman par terre avait troqué sa surprise par la colère, malgré la fatigue cette nouvelle lui avait fait monter le sang à la tête revigorant son énergie.

- De mieux en mieux ! Tu veux laisser Elio ici et toi avec ? Tu es tombé sur la tête ou quoi ? Tu comprends pas déjà, c'est impossible de laisser Elio ici, car toute la galaxie est à ses trousses. Et cette histoire de vœu, ne me dit pas que tu crois à ce genre de superstition ? depuis quand la force réalise des vœux ? Lança Coleman à haute voix que les villageois autours commençaient à se rendre compte de la réunion officieuse des Jedi.

- Ne te moque pas des croyances des autres Coleman. La force a plusieurs moyens de se faire entendre. Quant à Elio, j'y ai pensé et j'ai un plan. Une fois de retour sur Scarif, je vais me déclarer gardien son gardien puisqu'il n'a plus de parent. Et en tant que son gardien, je leur annoncerait mon souhait de quitter l'ordre et de l'emmener avec moi et je reviendrais après ici pour l'élever sans risque dans les traditions des nomades pieux de la force. Nihilus et ses complices ne se douteront de rien puisqu'ils penseront que les Jedi gardent Elio dans un de leurs temples à travers la galaxie. Répliqua Sedu qui maintenant tout en restant calme décidé de fixer Coleman des yeux pour lui signaler tout son sérieux.

- Elio est un force sensitive de potentiel rare. Le conseil n'approuvera pas ta tutelle Sedu. Surtout quand ils apprendront qu'il est l'élu des ténèbres et qu'il est recherché par les enfants de Korriban. Un protocole sera mis en place pour lui assurer la meilleure prise en charge. Mais ils ne le laisseront partir, c'est un risque que l'ordre ne peut pas se permettre de prendre. Affirma Meywine qui avait abandonné la colère pour un ton plus diplomatique voyant le sujet délicat qu'elle traitait.

- L'ordre n'a pas besoin de savoir de quoi Elio est capable. Dans la grotte, vous m'avez promis de garder le secret et je vous demande de réitérer cette promesse. Demanda Sedu a ses deux amis.

- Non non non. Dans la grotte, nous ne sommes mis d'accord pour garder le secret jusqu'à ce que nous informions Maître Haris et trouverons tous ensemble la meilleure solution afin de combattre Nihilus et sa secte. Là ce que tu nous demandes, c'est de mentir ouvertement à tout le monde y compris le conseil pour que tu puisses quitter l'ordre comme si de rien n'était et venir jouer les fermiers dans ce trou pourri. Rétorqua Coleman en haussant de plus en plus la voix.

- Jouer les fermiers? Non Coleman, je vais revenir ici pour m'assurer qu'un être innocent ne passe pas sa vie à regarder derrière son épaule avec la peur de se faire prendre. Tout en étant traité comme une malédiction par des personnes qui auront peur de lui. Ici Elio pourra vivre en harmonie avec ce qu'il est sans blesser personne tout en étant part d'une communauté chaleureuse qui lui donnera de l'amour et un sens de la famille. C'est la meilleure solution pour lui. Se défendit Sedu.

- Sedu, je comprends ton point de vue, tu te revois en Elio. Toi aussi, tu n'as pas eu le choix, tu t'es retrouvé dans les arènes puis chez les Jedi sans n'avoir jamais vraiment décidé. Mais tu dois avouer une chose, tu ne sais rien des nomades, de leur mode de vie de leur véritable traditions et coutume. Passer une journée avec eux ne te garantie en rien que c'est ici la meilleure place pour Elio. Tu manques de sagesse nécessaire pour prendre cette décision, et c'est normal cela vaut aussi pour Coleman et Moi. Nous sommes trois jeunes chevaliers, l'expérience n'est pas de notre côté. Et même si je n'ai rien dit dans la grotte, car je ne voulais pas te contrarier puisque tu semblais déjà t'être beaucoup attaché à lui. Et parce que je pensais que nous aurions plus tard une conversation bien plus réfléchie une fois quitté cette planète. Eh bien ce n'est pas à toi de décider de son avenir. Nous devons nous tenir à notre code, du moment que nous avons découvert un complot qui datte de l'avènement de notre ordre, nous devons le plus rapidement possible faire part de tout cela au Conseil, tout autre action sera prise comme un acte de trahison. Tu dois avoir foi dans le conseil, dans le grand maître. Dit Meywine en douceur, mais avec autorité pour montrer à Sedu que si elle avait déjà pris son parti durant cette mission, elle n'allait pas laisser passer ce qu'il proposait.

- Je ne te comprends pas Meywine! Tu es celle qui m'a dit d'écouter mon cœur, que tu respecterais mes décisions et les supporterais. Que je n'avais pas à suivre la voie des Jedi si je n'en avais pas envie. Et une fois que je le fais, tu tiens contre moi à me faire la leçon. Tu parles des nomades, mais les nomades en une journée ont montré bien plus d'hospitalité et de compassion que beaucoup de peuple de notre galaxie, même les Jedi. Ils nous ont ouvert leurs maisons sans rien demander en retour. C'est un peuple simple et respectueux de la force qui est arrivé à trouver le meilleur moyen de la servir. Tu l'as dit toi-même le conseil privilégiera son intérêt sur le mien ou celui d'Elio. Alors qu'ici, nous serons tous les deux enfin en paix, libéré de cette violence qui a embrumé nos vies. C'est ce que la force veut pour Elio et moi. Toi qui es lié à elle ne trouve tu pas cela étrange que nous aillons croiser leurs chemins maintenant que nous avons trouvés Elio? Qu'un orage s'est abattue au moment où nous en avions besoin pour empêcher nos poursuivants de nous rattraper ? Ne pense-tu pas qu'elle nous a poussé dans cette direction pour s'assurer que son élu ne soit pas maltraité par les deux camps qui s’entre-tuent depuis des millénaires? L'interrogea le Jedi sûr de ce qu'il avançait. Avant que l'héritière Brightstar n'ait eu la chance de répondre, c'est Coleman qui s'interposa en se levant, la fureur dans les yeux.

- J'aurais dû m'en douter que c'est toi qui lui avais bourré le crâne avec ses idées qui ont mis le doute en lui. Comme maître Haris, tu l'as toujours surprotégée. À le crasser comme un animal écorché. Reprocha le jeune homme à Meywine, alors qu'il se levait , il se tourna vers Sedu.

- Et toi, il t'a fallu une journée avec ses nomades pour renoncer à ton serment. Un serment sur l'honneur de dédié ta vie à protéger les autres et à suivre la voie de la grande Rey. Ce n'est pas la paix qu'ils cherchent, mais l'indifférence. Leurs paix est basée sur un mensonge, ils se pensent pieux, mais se sont juste des lâches. Alors qu'ils pourraient aider les autres et faire profiter la galaxie de leurs connexions avec la force, ils se terrent ici à ne rien faire et avoir des vies sans aucun sens. Ils ne respectent pas la force, ils en ont peur. Et c'est pour cela qu'ils te plaisent, parce que tu es un lâche comme eux, depuis que nous sommes enfant, j'ai dû te défendre j'ai dû me battre pour deux prendre les coups pour deux, que ce soit dans les arènes ou a l'académie, pendant que tu te défilais. Et maintenant, tu as trouvé la parfaite porte de sortie.

- Tu oses me traiter de lâche alors que je suis resté à tes côtés quand tu n'avais personne et que tu étais moqué par tout le monde, quand tu n'avais plus personne !! S'offusqua Sedu butant sa tête sur celle de Coleman.

- Oh non, tu n'es pas resté par bonté de cœur, tu es resté parce que même partir te faisait peur, partir cela voulait dire te débrouiller tout seul sans Meywine ni maître Haris ni Moi. Et désormais, tu as trouvé ton courage, car tu as trouvé de nouvelles personnes sur qui t'appuyer. Dans le fond, tu n'as rien à faire d'Elio, tu as juste trouvé le parfait trou ou planter ta tête et tu cherches une excuse pour ne pas te sentir mal. Mal de me trahir de trahir l'ordre. Siffla Coleman qui avait l'air de ne pas vouloir reculer.

- L'ordre!! tu n'as que ce mot à la bouche. Sans lui, tu n'existes pas sans lui, tu n'es rien. Tout le monde n'est pas comme toi Coleman, il y en a qui veulent une vraie vie pour eux-mêmes. Souffla Sedu.

- L'ordre est celui qui m'a donné un but dans la vie. De ne plus être faible, que ceux qui le sont, que ceux qui n'ont personne pour les aider comme jadis, c'était mon cas et bien, ils pourront compter sur moi et sur le don que j'ai reçu et que les Jedi m'ont appris à maîtriser. Je pensais que nous étions frère. Je pensais que plus, nous grandirions plus, tu comprendrais la responsabilité que nous incombe de faire en sorte que d'autre ne souffre pas comme nous avons souffert petit. Mais tu as toujours cherché la fuite. Pendant longtemps, tu as trompé tout le monde, ils prenaient ta nonchalance pour du recul et de la retenue. Moi aussi, je me mentais à moi-même, mais aujourd'hui, je me rends compte que j'avais raison te concernant. Dit-Coleman défiant son ami.

- Ceci est ton fardeau, Coleman, il n'a jamais été le mien. C'est à toi d'effacer les erreurs de ton père, moi, je n'ai rien demandé comme Elio n'a rien demandé. Et aujourd'hui, je prends ma destinée en main, et je ne laisserais pas cet enfant être une victime de circonstance. Je te ne te laisserais plus ni toi ni quelqu'un d'autre dicté ma vie. Lança Sedu qui prit quelques pas en arrière.

Meywine qui assistait à l'échange depuis le début était rangé par le chagrin. Sous ses yeux les souvenirs des moments précieux avec ses meilleurs amis se dissipaient laissant place à cette scène remplie de haine et de rancœur.

- Arrêtez tous les deux cette mission est en train de nous détruite. Supplia-t-elle les larmes coulant sur sa joue.

- Oh, pauvre fille de la prophétie, il y a bien longtemps que nous le sommes, mais tu étais trop perché sur ta tour d'ivoire pour t'en rendre compte. La fustigea Sedu d'un ton assassin froid et haineux dans elle ne le croyait pas capable.

La situation était tendue, la décision de Sedu venait de déchirer le trio. Ce qu'il leur proposait, c'était de trahir le code Jedi et le laisser s'installer ici avec l'élu des ténèbres. Sans surveillance ni supervision. Hors de question pour Coleman, il avait son petit caractère et n'était pas contre dissimuler quelques détails de mission au conseil. Mais la menace que faisait planer Darth Nihilus sur la galaxie était trop grande pour parier sur ses nomades et leurs philosophies de vie pour contenir l'élu des ténèbres. Meywine de son côté était toujours sous le choc des paroles de Sedu. Ce n'était pas ce qui lui avait dit qui la faisait trembler, mais la façon avec laquelle, il s'est adressé à elle, on aurait dit une autre personne quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, jamais cette part d'ombre de Sedu s'était manifesté autant, et maintenant qu'elle l'avait conseillé de laisser plus libre cours à son cœur, elle craignait d'avoir ouvert une valve difficile à refermer.

- Bon, nous allons passer le message, et voir si des renforts sont dans le coin. Je suis d'accord pour ne rien révéler sur les nomades, c'était le deal et je le respecterais, après tout, ils ne représentent rien, mais pour Elio, nous allons tout rapporté. Indiqua Coleman.

Il prit une grande respiration et siffla fort dans la direction du droïde qui s'était perdu un peu plus loin. Coleman lui fit signe de venir, R5D4 s'exécuta alors qu'il avançait vers eux dans un silence qui venait à peine de s'installer, le groupe entendit enfin avec clarté les bips du Droide. Ce dernier répétait dans sa langue "fin de la transmission, fin de la transmission".

- Mais de quoi il parle, quelle transmission ? Demanda Meywine surprise.

- Je savais que vous auriez du mal à accepter ce que je vous annoncerais. Alors pendant que vous étiez absent, j'ai passé l'appel sans vous. Quand j'ai branché R5D4, j'ai pu transmettre un message de secours. La flotte Jedi est arrivée hier et ils étaient en train de nous chercher dans tout le système, j'ai pu entrer en contact avec maître Shailare qui est tout près de nous avec son croiseur. Nous ne sommes mis d'accord pour un rendez-vous au pied de la montagne demain à l'aube pour notre extraction. Révéla Sedu.

Coleman en rage voulue se jeter sur lui, mais son corps était toujours engourdi par son expérience avec la technique de l'équilibre, Meywine s'interposa avec la force pour le figé sur place.

- Dis-moi précisément ce que tu lui as dit ! Réclama Meywine avec cette fois-ci assez de violence dans sa voix pour qu'il comprenne qu'elle ne jouait plus maintenant.

- D'abord, je lui ai raconté comment nous sommes arrivés ici après la capture de Braum et comment nous avons trouvé Elio. Bien sûr, je lui ai dit que nous n'avions aucune idée pourquoi les syndicats du crime sont à sa recherche. D'après ce que j'ai cru comprendre de sa part, une rumeur s'est propagé dans la galaxie comme quoi Elio était le fils d'un très riche Mirialan mafieux que Braum avait Kidnappé et que à présent, il cherche à le récupérer des mains des Jedi. Comme tu t'en doutes Meywine cette rumeur vient sûrement des enfants de Korriban pour couvrir leurs traces. Répondit Sedu avec un air froid qui ne le quitté plus.

- Et pour les nomades ? Lui posa la question la Brightstar.

- Je lui ai dit que nous avons découvert un ancien vaisseau écrasé et à l'intérieur se trouvait un droïde capable de booster le Signal de mon petit communicateur. Que ne nous sommes pas entré en contact avec les locaux et que nous ne les avons pas croisés. Je lui ai demandé de ne pas envoyer de transporteur ici, car il était impossible pour eux d'atterrir à cause des piques et que c'est nous qui viendrons à leurs rencontres demain matin au pied de la montagne. Précisa Sedu.

- Tu as menti à un haut maître, Sedu, tu te rends compte de ce que tu as fait? Hurla Coleman toujours sous la prise de la force de Meywine.

- Oui, j'ai délibérément caché des informations à un haut maître. La punition pour cela peut varier de l'exil temporaire jusqu'à le bannissement avec emprisonnement dans la prison de Mytus. Cela dépend de la nature des informations et vu ceux que j'ai cachés si vous me dénoncez et bien, ça sera bannissement et emprisonnement, et comme vous le savez très bien un pour un Jedi se retrouvant dans cette prison avec les pirez criminels de la galaxie et équivaut à une condamnation à mort. Répondit Sedu conscient dans la position dans laquelle, ils venaient de mettre ses amis.

- Tu n'as pas le droit de nous faire cela. Tu nous mets devant un choix impossible soit trahir l'ordre soit te trahir toi. Accusa Meywine lâchant enfin Coleman, furieuse elle aussi de ce que venait de faire Sedu.

- Je l'ai fait, car je suis sûr que vous me choisirez, je suis sûr que notre lien est plus fort qu'un serrement. Dit Sedu confiant.

- Même si c'est le cas rien ne sera plus comme avant entre nous. Tu le sais ça ? Demanda la Brightstar.

- Oui, j'en suis conscient. C'est pour cela que je quitterai l'ordre le plus vite possible. Je sais que pour vous ma présence ne sera qu'un rappelle constant de toute cette histoire. Une fois que j'expliquerai au conseil que Elio n'est juste qu'un mirialan ordinaire et que Braum s'est trompé, je reviendrai ici. D'ailleurs, j'ai rendu visite à ce dernier, et je lui ai indiqué que s'il disait la vérité au conseil, je ferais en sorte que ça arrive aux oreilles des enfants de Korriban. Il n'est pas idiot, il sait très bien que les Sith sont du genre très rancunier. Informa le Jedi ses compagnons.

- Mais que t'arrive-t-il? tu fais du chantage à un renégat ? Tu n'as plus honte de rien ? Cria Coleman.

- Peut-être que tu surestimes le sentiment de honte Coleman. Oui, je suis désolé que nous soyons arrivés là, crois-moi la dernière chose que je voulais était que ça se termine entre nous de la sorte. Je t'avoue même que je me déteste un peu pour ce que je viens de faire, mais il y a aussi ce sentiment de liberté qui me submerge. À la fin de cette mission, je serais enfin libre tout en remboursant la dette que j'ai envers la force. Je vous promets qu'Elio aura la meilleure des vies ici, qu'il grandira avec amour et ne fera de mal à personne. Il sera ma repentance pour le mal que je vous ai causé. Affirma Sedu.

- Tu n'es plus le Sedu que j'ai connu, ce Nannok t'as complètement retourné le cerveau. Je vais aller m'expliquer avec lui. Menaça Coleman.

- Tu te trompes, Nannok n'a rien avoir dans tout cela. Il n'a fait que prêcher un converti. Peut-être que c'est vrai que j'avais peur de partir, de me retrouver seul. Mais cette envie a toujours existé en moi et aujourd'hui, je me dois de l'écouter, pas seulement pour mon propre bien, mais celui d'Elio. J'espère qu'un jour toi aussi, tu iras au-delà de la culpabilité d'être le fils de Jerone pour trouver ta propre voie et non celle que l'ordre Jedi t'a imprimée en toi. Répondit Sedu.

Le trio se fissurait encore plus au gré des révélations de Sedu. Ne pouvant plus se voir les un les autres, ils passèrent un bon moment, ne sachant que faire. Le chef Nannok débarqua de nulle part, Coleman voulait l'attaquer d'emblée, mais encore une fois, il fut arrêté par Meywine qui établi un lien mental pour lui parler discrètement.

- Coleman surtout n'affiche rien devant lui, il ne doit pas entrevoir nos désaccords. Chuchota la fille de la prophétie dans l'esprit de son ami qui fut surpris de l'entendre de la tête, mais lui répondit par l'affirmative avec la tête.

- Alors, vous venez manger avec nous ? Il vous faut prendre des forces avant votre départ. Dit le chef affichant un grand sourire satisfait.

- Oui, nous serons ravis de manger un peu avant notre départ. Merci pour le droïde et l'antenne grâce à vous nous avons pu passer un appel à notre flotte. Lui répondit Meywine tout en lui rendant un sourire de façade.

- Je suis au courant pour le message, j'étais présent. Même si je n'en doutais pas, je me devais d'entendre de mes propres oreilles cet appel. Le jeune Sedu a respecté la promesse, et je suis sûr que même de retour chez vous, il ne la brisera pas. Révéla le nomade.

- Oui Sedu est digne de confiance, pas du tout le genre à vous poignarder dans le dos. Répliqua Coleman sarcastiquement.

- Jeune Coleman que vous ait-il arrivé dans nos plaines? Vous avez l'air mal au point. Venez avec moi, je vais demander à ce qu'on vous laisse le bain en urgence. Invita Nannok remarquant l'état lamentable dans lequel se trouvait le jeune Jedi.

Coleman voulu refuser, mais il n'avait pas trop le choix, il se sentait sale, très sale, dans sa peau sous ses angles ou le sang avait coagulé dans ses cheveux remplis de poussière après s’être fait maîtriser par Meywine et même dans son esprit qui le renvoyait à ses propres erreurs qui ont conduit au désastre qu'il venait de vivre. Il voulait se nettoyer, il voulait laisser l'eau coulait sur sa tête peut-être qu'elle emmènerait tous ses problèmes avec elle. Meywine aussi lui demanda via le lien mental de le suivre, Il suivit donc Nannok jusqu'à la maison indiquée Alors que Sedu se dirigeait lui vers la hutte du chef, Meywine l'arrêta en le tenant de sa robe de Jedi puis se jeta dans ses bras.

- Je suis désolée, Sedu, désolé que cela soit arrivé là. Je sais que tu dois être tiraillé à l'intérieur, que ce n'est pas facile pour toi. Lui murmura de en sanglots la Jedi. Sedu laissa filer toute l'animosité qui avait pris place durant leur échange. Il la serra à son tour dans ses bras très fort. - Oui, je me sens mal, j'ai été dur avec toi tout à l'heure. La force sait que la dernière chose que je veux et de vous faire du mal à Coleman et toi. Mais ce qui se présente à moi, je ne peux pas juste lui tourner le dos. Sinon, je le regretterai toute ma vie. Je refuse d'envoyer cette enfant vers une vie de malheur. Crois-moi Meywine c'est la meilleure solution. Un jour, tu me pardonneras, Coleman aussi, en tout cas, je passerais le reste de ma vie a prié pour cela. Lui murmura à son tour.

Une fois dans la hutte du chef Nannok et après avoir attendu le retour de Coleman qui s'était bien lavé, l'atmosphère à table était lourde. Bien qu'Elio et Ayna jouaient ensemble et que le chef Nannok insistait pour que ses invités essayent tous les plats préparés par les villageois en leurs honneurs, la fissure entre Jedi était trop grande pour la masquer avec des faux semblant. Meywine elle, quitta la table asse rapidement prétextant avoir mal au ventre. Coleman là soupçonnait plutôt de vouloir se rafraîchir et essuyer ses larmes en secret. La nuit tomba sur le village où les Jedi après s'être reposé et resassié récupèrent leur prisonnier dans la remise.

Meywine offert à Coleman un de ses sabres pour pouvoir se défendre en cas de danger. Sedu lui n'avait pas cherché d'explication sur la disparition du sabre qu'il prêta à Coleman. Il ne voulait pas ajouter de l'huile sur le feu. Braum avait l'air autant de mauvaise humeur qu'eux, sûrement la visite de Sedu ne l'avait pas enchanté. Toujours une main attachée à Coleman, il donnait l'impression d'avoir perdu du poids et que sa peau était devenue encore plus grise qu'avant. Étant un nautalon, il avait besoin de consommer une grande quantité d'eau pour garder son énergie, les villageois avaient fait en sorte de lui en procurer, mais pas autant qu'il voulait.

- La descente est moins difficile que l'ascension, vous n'avez qu'à suivre ce sentier. Vous arriverez en bas dès l'aube. Mais faites attention, le terrain peut être glissant surtout de nuit. C'est dommage que vous partiez maintenant, nous aurions aimé vous accueillir plus longtemps. Dit Nannok entouré de sa femme et de ses deux filles venant dire au revoir au groupe de Jedi.

- Ne vous inquiétez pas, nous allons probablement nous revoir très vite. Je vous remercie pour tout. Que la force soit avec vous. Déclara Sedu qui ne cachait plus sa connivence avec le chef des nomades.

Elio lui avait les larmes aux yeux de quitter sa nouvelle amie Ayna qui, elle aussi, faisait la grimace à l'idée de le quitter. Elle s'accrochait à lui avec vigueur et il a fallu que sa sœur Keyanna ne les sépare pour qu'elle laisse Elio rejoindre les Jedi

- Dis-moi petite Ayna, sais-tu qu'elle est le vœu qui a été formulé cette année ? l'interrogea Sedu avec une voix bienveillante, s'agenouillant près d'elle.

- Oui, qu'on va avoir des nouvelles personnes qui vont venir vivre avec nous. Répondit en sanglots la petite nomade.

- Hé bien, crois en la force ma petite et bientôt ce vœu se réalisera. Répondit Sedu lui jetant un clin d'œil.

Ayna était trop jeune pour comprendre les sous-entendu du Jedi, sa sœur par contre avait bien capté de quoi il s'agissait elle se tourna vers Coleman dans elle croisa le regard. Ses yeux criés le dégoût envers la scène qui venait de passer. Keyanna était confuse, elle pouvait sentir le ressentiment et la colère du Jedi émané envers son ami et envers son père à elle. Quelque chose s'était passé et elle n'était pas au courant. Avant qu'elle ne puisse exprimer la moindre objection son père l'arrêta de sa main.

- Que la force soit avec vous. Chers amis Jedi. Pria le chef des nomades.

Après un dernier câlin entre les deux enfants, le groupe se mit en marche pour son rendez-vous. Plus que jamais l'équipe qui s'était formée depuis des années n'était maintenant que l'ombre d'elle-même chacun remuant à l'intérieur de sois sa propre aigreur et tristesse.



OoooooooooooooooooooO



Dans un repaire sombre de la galaxie, Zhetus le serviteur de Darth Nihilus exultait des nouvelles qu'il venait de recevoir.

- Nous savons où ils se dirigent maître. Nous les tenons. S'exclama le serviteur.

- Explique-moi Zhetus. Ordonna impatiemment Darth Nihilus branché à ses machines de soin.

- Les Jedi ont pu passer un message à leur flotte, nos hommes au sol l'ont intercepté. Ils ont rendez-vous à l'aube de l'autre côté de la montagne. Nos forces vont les cueillir et prendre l'enfant. Expliqua le serviteur.

- Les Jedi auront de l'aide, nous ne serons pas de taille. Cria Nihilus en colère.

- Non maître, nous avons tout prévu, une grosse attaque surprise sur le croiseur du haut maître dépêché sur place va les occuper. Pendant que les transporteurs de Sornax et Dravenko atterriront et recouperont l'enfant. Cela sera une attaque éclair comme jamais les Jedi n'ont connu. Se réjouit Zethus sûr de son coup.

- Nous n'avons plus le temps, l'enfant et la pièce maîtresse, tout est en place pour la cérémonie. Affirma le seigneur Sith dans le ton fatigué dégageait quand même de l'espoir de se voir bientôt regagner sa puissance perdue.

Dans un repère sombre de la galaxie, les prémisses d'une bataille pour l'avenir se mettent en place. Qui du trio de Jedi ou des forces Darth Nihilus en sortira vainqueur ? Difficile à dire. Toujours en mouvement est l’avenir.
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 

Messagepar supernad » Ven 12 Juil 2024 - 19:44   Sujet: Re: Star Wars épisode X: Le Nouvel Ordre Jedi

Katarn découvre le secret derrière la force des acolytes de Darth Kachina. Enjoy :hello: :hello:

Chapitre 27 : Le secret de Darth Kachina

Dans la forêt noyée, Valia cru que son maître avait perdu l'esprit, il n'arrêtait pas de crier via leurs lien mental "mais bien sûr, mais bien sûr, la coordination parfaite n'existe pas ! elle est toute seule". La jeune padawan pouvait l'entendre si précisément qu'elle avait l'impression qu'il se tenait juste derrière elle, elle ne comprenait pas ce que Katarn voulait dire par là, pourtant il avait bien en face de lui trois adversaires et leur coordination était bien parfaite chacun de leurs mouvements n'avait rien de gratuit tout était calculé pour arriver à asséner le coup fatal.

- Maître doucement, vous m'avez tellement surpris que j'ai failli presque me lever et donner ma position. Exhorta Valia paniqué.

- Désolé Valia, je me suis emporté, mais j'ai enfin compris sa technique, tu ne vas pas en croire tes oreilles ! répondit katarn apparemment très excité.

-Et bien, dites-le-moi, car je ne comprends rien. Lui avoua la jeune zeltrone.

- Pourtant, c'est si simple que ça en est quasiment impossible. Cela demande une grosse maîtrise du côté obscur. J'ai entendu des histoires sur des sorcières de l'ancien temps capable de faire ce genre de chose, mais pas ce niveau-là. Souffla le chevalier alors qu'il remarqua des ombres tout au long des branches sûrement les trois acolytes à sa recherche.

- Moi, je suis perdu, j'ai beau analyser la situation, je n'arrive pas à voir ce que vous insinuez. S'il vous plaît expliquez-moi maître. Demanda valia impatiente.

-La vérité, c'est que depuis le début, je me bats contre un seul adversaire et non trois. C'est Darth kachina qui contrôle les trois autres, elle utilise une combinaison entre la possession corporelle et la vision partagée, une sorte de manipulation des corps extrême et sur une longue durée. Ce genre de prouesse, il n'y a que le grand maître qui pourrait en être capable, mais même, elle aurait du mal, car ces techniques nous plongent dans le côté obscur.

Katarn pris une petite pause puis continua.

- Il y a une raison pourquoi ses acolytes ne saignent pas et ne crient pas en cas de douleur, c'est parce qu'ils sont déjà morts, ils ne ressentent rien ce ne sont que des corps qu'elle possede et manipule. Quand on utilise la vision partagée, il y a toujours en termes de réaction un délai entre les membres connectés, car chacun d'eux doit absorber l'information venant de la vision de l'autre pour pouvoir reprendre. Comme pendant ton entraînement, tu as vu que les droïdes n'avaient pas tous la même vitesse de réaction et c'est grâce à ça que tu es arrivé à les piéger. C'est pour ça que j'ai dit que la coordination parfaite n'existe pas. Dès que tu trouves le plus long à réagir, tu peux briser leur rythme en le ciblant. Cependant, ce n'est pas le cas de nos trois amis, eux n'ont aucun décalage, c'est normal puisqu'il n'y a qu'un seul cerveau qui traite toutes les informations et non trois. Cette technique fait de Kachina la meilleure des guerrières. Tu l'as dit toi-même une équipe parfaite. C'est comme si elle possédait plusieurs paires d'yeux de bras et de jambes, elle peut à elle toute seule encercler ses ennemis sans avoir à les confronter ou se mettre en danger, elle reste bien cachée ne fait que tirer les fils comme une marionnettiste. expliqua le Jedi.

Valia resta silencieuse pendant un court instant tournant dans sa tête ce qu'elle venait d'entendre, ce que disait son maître avait du sens. Le Togorian est revenu après s'être fait fracturer les os de son corps et le S'kitri n'a ni saigné ni hurlé de douleur quand Katarn lui avait amputé le bras. Il n'y a pas que cela, elle avait remarqué un manque total de force vital émanant des trois acolytes. Ils ne dégagent aucune présence dans la force, ni l'avaient utilisé durant le combat, de plus ils se tenaient comme des êtres sans conscience. De parfait petit larbin pour faire le sale travail. Darth Kachina était un adversaire redoutable, jamais Valia n'avait entendu parler d'une technique pour posséder des corps et surtout pas ceux dépourvus d'âme. Face à cette Sith elle et son maître se retrouvaient sur un terrain inconnu. Pire le combat pourrait durer des lustres puisque même s'ils arrivent à battre trois sbires, ils ne feront que revenir à la charge. À l'usure, c'est la Sith qui remportera ce duel.

Sentant la peur commençant à s'emparer de sa padawan, Katarn intervenu.

- Valia, même si nous n'avons pas l'avantage le fait d'avoir survécu assez longtemps pour percer son secret, nous donne un coup à jouer. Reste calme et concentrée, il n'y a pas d'adversaire imbattable. Nous aussi, nous avons des arguments à faire valoir dans ce combat. Affirma avec optimisme le Jedi.

- Maître, si vous avez vu juste et qu'elle peut faire bouger trois corps d'un coup, vous restez quand même le plus fort, maintenant qu'elle le sait, elle va chercher à vous fatiguer en attendant de vous abattre. Elle ne prendra plus aucun risque, peut-être qu'il est temps de penser à une retraite ? Retournons auprès de Harlow, et essayant de sortir de la forêt en direction la base de l'armée de la république. Proposa Valia.

- Même si on y arrive, on perdra notre seule piste pour découvrir qui est derrière tout cela. Partir, cela mettra la galaxie encore plus en danger. Non, Nous allons la faire sortir de sa cachette et en finir d'un coup. Répliqua le Jedi avec orgueil et détermination.

Valia n'était pas étonné, elle connaissait ce côté chauvin de son maître, hors de question pour lui de fuir un combat, même un qui s'annonçait mal.

- Fouillé la forêt à sa recherche, à deux, nous pouvons le faire même si cela va nous prendre beaucoup de temps. Mais Cela pourrait aussi calmer la pression sur vous, car dès que je sortirai elle m'enverra une de ses marionnettes. Dit l'héritière Laurine qui avait accepté la décision de son maître de ne pas s'enfuir.

- J'ai bien mieux comme idée, elle va nous amener directement à elle. Indiqua Katarn.

- Comment ça ? S'exclama Valia.

- Tu as dit avoir senti la présence du côté obscur à chaque fois que j'ai infligé des gros dégâts au Togorian puis au S'kitri. Voici la clé de ce duel. Tant qu'elle les manipule, elle peut masquer sa présence, mais les rafistoler comme elle l'a fait, ça, c'est autre chose cela lui demande encore plus de concentration et d'énergie au point ou elle ne peut plus cacher sa présence. Déclara le Jedi.

- Oui, mais je n'ai pas pu la localiser. Répondit Valia doutant des paroles du Jedi.

- Mais, tu l'as ressenti plus intensément quand j'ai sectionné le bras du S'kitri n'es pas ? Lui posa la question Katarn.

- Oui. Confirma la padawan.

- Cela veut dire que le sectionnement de membre lui demande plus d'énergie que les fractures. Normal le Togorian est mort, il n'a pas besoin de tous ses os pour fonctionner, tant que ses articulations sont intactes, c'est bon pour elle. Par contre, ressouder des membres via la force, c'est une autre paire de manche. Conclu Katarn.

- Donc vous voulez infliger des dégâts si sérieux à un des trois acolytes que pour les soigner, elle n'aura pas d'autres choix que de laisser paraître sa position ? L'interrogea Valia qui prenait conscience des risques de ce plan.

- Un des trois ? No les trois en même temps. des coup fatal, et pas aux bras, mais aux têtes. Trois décapitations propres qui vont la plonger dans l'horreur, car elle n'aura plus aucun de ses serviteurs pour la protéger en cas de danger. Comme je te l'ai dit, elle n'est pas forte en maniement du sabre, c'est sûrement pour cela qu'elle a appris cette technique de possession, voici sa faiblesse à nous de l'exploiter. Souffla enfin le Jedi sa padawan de son vrai plan avec un petit rire.

- Maître, vous êtes fou ! c'est impossible de faire ce que vous proposez. Une attaque aussi directe va vous laisser trop exposer, même si vous arrivez à en décapiter un les deux autres vont réagir instantanément et vous avoir. C'est du suicide!! Hurla Valia dans l'esprit du Jedi.

- Qu'est-ce que je te répète depuis notre rencontre ? Rien n'est impossible, tant qu'on a la bonne technique. Et moi, j'en ai une parfaite pour ce coup. Le seul problème, c'est qu'elle va me vider de mon énergie et rompre ma connexion avec la force dès que je l'utiliserai. Surtout que j'ai enchaîné plusieurs griffes de la force alors, j'ai déjà brûlé plus de la moitié de mon énergie. Il me faudra quelques minutes pour me re-concentrer. Ce sera donc à toi de localiser et de capturer Kachina.

Katarn entendit la salive qui descendait dans la gorge de sa padawan. Il venait de lui demander d'affronter une Sith dans un combat singulier. Il était conscient du risque que cela lui en coûterait. Il aurait bien voulu le lui épargner. Il s'était promis de ne pas mettre Valia en danger, mais il n'avait pas le choix. Pour s'assurer la capture de Darth Kachina, il devait faire confiance à l'héritière Laurine, une jeune fille qu'il y a une semaine, il ne la connaissait pas et qui était destinée à un autre chemin qu'un affrontement contre une manipulatrice du côté obscur.

- Écoute, je sais que je te demande beaucoup, mais je ne l'aurais pas fait si je doutais de toi et de tes capacités. Kachina n'est pas forte à l'épée, tu peux l'avoir. La semaine que j'ai passée à t'entraîner me rend sûr que tu vas y arriver. Tu es bourré de talent et ta pureté d'âme est l'essence même de ta connexion à la force. Aie confiance en toi, Ait confiance dans la force, elle te guidera vers la victoire. La rassura Katarn avec un ton remplie de douceur dont Valia ne le soupçonnait pas en être capable.

La jeune padawan était tiraillé entre la joie et la peur. Son maître venait de lui confirmer toute la confiance qu'il plaçait en elle. Elle qui avait cherché toute sa vie ce mentor qui ne la traiterait pas comme une fleur délicate et fragile. Ce mentor qui ne l'enrobait pas dans du coton au nom de sa lignée prestigieuse. Katarn était un chevalier Jedi, il n'avait que faire des noms et des titres, c'était un véritable serviteur de l'ordre et de la force prêt à tout pour accomplir son devoir. Un exemple à suivre. Et désormais, c'était à elle de prouver que choisir la voie des chevaliers n'était pas un caprice d'une adolescente qui s'ennuyait. Qu'elle ne fuirait pas devant l'adversité même si cette dernière prenait la forme d'un être malfaisant au pouvoir démoniaque.

Non dans son cœur Valia savait que le jour où elle devait tuer la petite fille timide et introverti en elle pour laisser sortir la Jedi, était venu. Au nom de la force au nom de l'ordre Jedi. Valia Laurine allait s'élever en barrage contre les forces du mal qui menaçaient tout ce dont elle croyait et chérissait.

- Maître Katarn, je vous remercie du fond du cœur. Je, vous ferai honneur, je vous le promets. Dit Valia reconnaissante.

- Tu es bizarre comme fille, l'autre fois, tu m'as remercié de t'avoir électrocuté, maintenant, tu me remercies alors que je t'envoie vers une mort Quasi certaine. Rappelle moi de ne pas t'offrir de Cadeau. Se moqua le Jedi.

- Bon, je vais couper le lien mental pour me concentrer sur ma technique. Valia peu importe ce que tu ressens émanant de moi, ou ce qui m'arrive tu ne dois pas t'en préoccuper. Ne te focalise que sur Kachina. Ne t'éparpille pas, reste à tout prix sur elle et engage le combat immédiatement après l'avoir trouvée. Et souviens-toi nous avons besoin d'elle vivante si nous voulons éclaircir toute cette histoire. Ajouta Katarn cette fois avec sérieux.

- Oui maître compris. Que la force soit avec vous. Dit Valia résolue.

- Et avec toi, ma padawan. Rétorqua aussi solennellement Katarn. Valia commença à trembler d'excitation et de peur à cause combat à venir, allongée dans son buisson, elle longeait des yeux avec appréhension les alentours attendant l'apparition de son maître. Katarn lui quitta vite sa cachette et fit en sorte de ne pas être discret. À peine, il grimpa aux arbres pour prendre la hauteur que le Togorian le S'Kitri et le hyslerien le prirent en chasse.

La padawan commença à sentir la présence de son maître de plus en plus palpable, il canalisait en lui la force comme jamais, elle n'avait ressenti. Il arriva et pris position dans l'arbre à côté d'elle, ses yeux etait fermé et son sabre déjà allumé. En quelques secondes les trois acolytes apparurent, eux aussi, lui faisant face. Leurs formations étaient parfaites. Le S'kitri lévitait dans les airs grâce à ses ailes, le togorian était derrière lui et le Hyslerien s'enroulait sur une branche grâce à sa queue reptilienne se tenant le plus loin.

Valia ne comprenait pas comment son maître allait réussir son attaque. Il était trop loin de ses adversaires, il devait faire un grand saut en l'air pour arrivée à la hauteur du premier et même s'il réussissait à lui asséner un coup les deux autres étaient déjà en position idéale pour riposter. Soudain une sensation étrange serra le cœur de la padawan, alors qu'il dégageait une forte connexion au côté lumineux de la force, le côté obscur commença a, lui aussi, entouré Katarn, froideur haine et colère se mélangeait au calme, la paix et la sérénité du Jedi.

Le vent se leva brusquement comme une tempête qui annonçait un mauvais présage. Sous sa brise le cœur de Valia se serrait encore plus. Que se passe-t-il ? Ce qu'elle ressentait n'avait aucun sens. Le côté obscur et le côté lumineux se mélangeaient tels deux fleuves qui avaient trouvé même nid, ce nid n'était autre que Katarn.

Le jedi ouvrit les yeux, Valia remarqua directement leurs changements de couleur, ils virèrent jaunes, il n'y avait pas que ses yeux qui avaient changé de couleur, mais sa lame laser aussi. Elle passa du vert Jade au doré flamboyant et sur son visage des rides commencèrent à se former et des petits éclairs lui parcourir le corps.

Pendant un bref moment la padawan senti comme si quelque chose s'était brisé au plus profond des trois acolytes, avant même qu'elle cligne des yeux, Katarn était déjà arrivée près du S'kitri, elle n'avait même pas vu le geste de la main du chevalier que la tête de la créature ailée était déjà séparé de son coup. Le Togorian lui avait eu à peine pu placer sa hache laser à la verticale pour se défendre que Katarn l'avait déjà découpé en deux d'un coup si violent qu'il ne s'arrêta pas jusqu'à transpercer la nuque du félin albinos qui lui aussi se retrouva sans tête. Resta le Hyslerien visiblement surpris par la vitesse de l'attaque, chargea ses blasters et tira plusieurs coups en panique, mais Katarn se déplaçait telle un fantôme qui fondait l'air, il ne fut pas inquiéter par ses tirs et là aussi une fois arrivée prés de lui le décapité d'un coup, sur sa figure de son adversaire la même expression de choc que celle de ses compagnons.

Dès que Katarn éliminera le dernier acolyte, il rangea son sabre, se mit à terre croisant les jambes en respirant fort comme un animal blessé. Les éclairs qui lui parcouraient son corps s'intensifièrent dégageant même de la fumée à l'odeur de chair brûlée. Valia était tétanisé devant le spectacle qu'elle venait d'observer. Elle n'avait jamais vu quelqu'un se déplacer de la sorte, on aurait dit un spectre marchant sur l'air, une présence insaisissable. Mais ce qui la perturba encore plus c'était l'accumulation du côté obscur chez son maître.Ce petit instant d'harmonie entre les deux côtés de la force qu'elle avait ressenti s'était dissipé laissant place à une aura noire écrasante. Elle se releva pour prendre des nouvelles du Jedi qui gémissait au loin de douleur

- Je t'ai dit de ne pas te préoccuper de moi, trouve-la. Hurla de pleine gorge Katarn qui souffrait le martyre.

Valia à la hâte se rappela les consignes de son maître. Elle se focalisa de tous ses sens pour localiser sa proie. Alors qu'elle s'attendait à devoir taper fort dans la force pour la trouver, elle la ressentit très facilement, elle était au milieu de la forêt. Cependant, quelque chose n'était pas nette au lieu d'utiliser sa technique pour réparer ses acolytes, elle semblait être en mouvement en train de courir. La padawan compris que la démonstration de son maître avait brisé la volonté de la Sith de poursuivre se combat, ce qu'elle cherchait désormais était de fuir cette forêt.

Quand le vaisseau de Darth Kachina avait été abattu par la griffe de la force de Katarn, elle s'était réfugiée au plein milieu dans la forêt déployant ses acolytes à sa recherche. Son plan était simple, offrir le Togorian en pâture pour faire sortir le Jedi, puis à trois contre un, cela serait facile. Grâce à sa technique, elle pouvait voir ce que des sbires voyaient et les manipuler à sa guise. Elle fut surprise par la maîtrise du sabre laser de Katarn, défense et attaque, il n'avait rien avoir avec les Jedi chercheurs qu'elle avait affronté auparavant. Si elle n'avait pas la capacité de soigner ses acolytes, elle aurait sûrement pris moins de risque, mais c'était sa carte joker et elle n'avait pas d'autres choix.

Essayant de le piéger en trois contre un, le chevalier à plusieurs reprises surpris la Sith avec des attaques astucieuses, cherchant à frapper dans l'angle mort, mais sa vision partagée l'aida à tout esquiver. Quand Katarn se retira, Darth Kachina pansa qu'il se cachait pour récupérer ses forces, que c'était maintenant qu'une question de temps avant l'abattre et que tant qu'elle garderait une formation serrée, elle y arriverait. C'est donc avec une certaine tranquillité, qu'elle le suivi dès qu'il sortit à découvert pour l'encercler.

C'est là que tout a changé, pendant un instant au plus profond de son être une sensation étrange s'empara d'elle, le côté obscur de la force s'était intensifié sans raison. Sans prévenir une cascade d'images s'afficha devant elle, comme des souvenirs d'une vie qu'elle n'a pas vécue. Une femme à la robe Jedi blanche se tenait droit devant elle, le sabre laser doré reflétait ses cheveux châtains et son visage trentenaire.

Elle reconnu instantanément cette femme, Son maître lui avait parlé d'elle. Celle que la galaxie surnomma la grande Rey, la fondatrice du nouvel ordre Jedi, une des êtres les plus puissantes dans la force à avoir jamais existé. Celle qui terrassa l'empereur des Sith. À ses pieds logés des cadavres masqués.

La terreur, la peur, l'effroi pris possession de l'âme de la Sith et avant même qu'elle ne puisse réagir dans les yeux de ses acolytes elle vu Katarn qui brandissait une lame doré similaire à celle de la grande Rey décapitant ses marionnettes d'un geste fantomatique qu'elle crut avoir rêvé.

À genoux par terre, la Sith avait perdu la connexion avec ses acolytes, mais bien pire, elle comprit de quoi il retournait. Le côté obscur venait de lui envoyer un avertissement, le pouvoir dans elle était témoin, celui que le Jedi déploya était le même que celle de la grande Rey, ce pouvoir avec lequel elle terrassa tous ses ennemis pour arriver à restaurer l'ordre dans la galaxie. Si même le côté obscur avait peur de ce pouvoir, quelle chance avait-elle de s'en sortir indemne de ce duel ? Se demanda Kachina. Pouvait-elle rivaliser avec un Jedi qui avait hérité celle technique ?

La sith avait beau essayer de rassembler son courage, de taper dans la haine qu'elle avait envers Katarn, elle ne pouvait chasser l'épouvante qui s'installa profondément en elle. Plus aucun doute possible si elle s'entêtait à continuer ce combat, elle finirait comme ses pantins, la tête séparée du reste de son corps. Plus qu'une seule chose à faire, au diable les machinations de Darth Nihilus,au diable son plan et ses ambitions, il faut s'enfuir, partir, quitter les lieux. C'est vers cette idée que se regroupa l'esprit de Kachina, sa seule chance de survie était de sortir de cette forêt trouver un nouveau vaisseau et s'envoler loin, tellement loin que les Jedi et les sith l'oublieront et continueront leur guerre millénaire sans se préoccuper d'elle.



OoooooooooooooooO


Dans un repaire sombre de la galaxie, alors que les préparatifs du plan faisaient leurs chemins. Un appel secoua la chambre de Darrh Nihilus.

- Maître, nous l'avons ! nous avons la bague !! S'exclama le général Dox aux yeux fatigués signe de ce manque de sommeil.

- Bien répondit froidement le seigneur Sith.

- Oui maître, deux membres du syndicat Dravenko, deux Mythrols qui ont accompagné Darth Kachina ont pu la ramener. Affirma le général.

- Qu'est devenu Kachina et le Jedi ? Interrogea Nihilus curieux.

- Les Mythrols m'ont raconté qu'ils ont récupéré la bague du corps froid du petit Solaris, sans se préoccuper de Kachina qui s'était engagé dans un combat avec Katarn. Ils n'ont fait que suivre mes instructions de revenir le plus vite après avoir sécurisé la bague. Confirma le militaire.

- Voulez-vous que j'envoie quelqu'un la chercher ? demanda-t-il au seigneur Sith.

- Non. Riposta Nihilus d'une voix tranchante.

- Mais, maître ! Si le Jedi ou les forces de la République Stellaire la capture, et l'interroge, elle pourrait bien tout leurs dévoiler. Insista Dox.

- Il est trop tard dorénavant, ni la république ni les Jedi ne peuvent nous arrêter. Ramenez-moi la bague immédiatement que la cérémonie commence. C'est en ce jour béni qu'il y a plus de quatre cent cinquante ans que la république est tombé et que les Jedi ont été décimés chez eux dans leur temple. Et encore une fois, c'est en ce jour et dans ce même temple que renaîtra de nouveau l'empire Sith. Annonça Nihilus qui coupa la transmission.

Le seigneur Sith quitta de son trône alors qu'il marchait vers la sortie, les sabre laser rouge s'allumèrent à son passage, il n'y avait pas un ou deux mais une centaine voir plus, une petite armée des ténèbres qui scandait.

" Gloire à Darth Nihilus, Gloire au nouvel empire Sith"
supernad
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 46
Enregistré le: 13 Jan 2024
 


Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations