Informations

IMPORTANT : pour que la participation de chacun aux discussions reste un plaisir : petit rappel sur les règles du forum

Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar L2-D2 » Jeu 16 Juin 2022 - 16:11   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Extrait lu !

Ma foi, voilà qu'Oreste rencontre Liars... d'un certain point de vue, comme on dit dans la saga ! :D

On retrouve des Holocrons, des liens avec ton récit du jedi corellien, et un duel au sabre-laser qui s'annonce. Un programme bien rempli !

Vivement la suite ! :oui:

mat-vador a écrit:Un dudu au sabre-laser est donc prévu, la semaine prochaine :sournois: !


:lol:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7833
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Jeu 16 Juin 2022 - 19:35   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour L2 :D !

Plein de ref au Jedi corellien ( les deux ) en effet et une pour.... Non, je dirais rien :x !

Allez, à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Mar 21 Juin 2022 - 21:52   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Bonsoir à tous, comment ça va ?

C'est l'heure du...du...du... duel :x :x :diable: !



Ils montèrent jusqu’aux salles d’armes, situées deux étages au-dessus. Les exclamations des padawans et des novices qui s’entraînaient, leur parvenaient. La bothane, accompagnée de Exan et des deux anciens apprentis du Sith Unique, entra dans un des dojos occupés par des élèves supervisés par un maître Jedi cathar, Rasi Tuum.
La créature félinoide perçut leur présence, se tournant vers eux. Les apprentis au nombre d’une douzaine, s’interrompirent en les voyant et murmurèrent entre eux :
- C’est le Jedi Vert et la Sith !
Le Jedi Vert et la Sith.
Il n’y avait aucune animosité dans leur ton, seulement l’innocence de la curiosité juvénile. D’ailleurs, ils s’avançaient sans crainte, les entourant et les sollicitant avec l’insouciance qui les caractérisait.
- Alors, vous avez tué combien de Sith ? Demanda une petite zabrak à Liars.
- Euh, eh bien…
- Waouh ! S’exclama un petit chagrien à l’encontre de Sethnah. C’est un vrai fouet-laser ?
- Euh, c’en est bien un mais il n’est pas facile à utiliser, parvient à répondre la jeune femme avec contenance.
La scène amusa Exan, mais la bothane beaucoup moins.
- On passe aux choses sérieuses ?
Le Jedi aborda son coreligionnaire cathar pour lui expliquer la situation. Maître Tuum hocha ensuite la tête et demanda ensuite aux étudiants de s’écarter pour laisser place nette aux deux duellistes. Sethnah et Kensha entrèrent dans l’arène, tout en se mesurant du regard. La Jedi masquait de moins en moins dans la Force son hostilité envers elle.
Exan se dirigea vers l’armurerie derrière la dathomirienne puis leur distribua des sabres d’entraînement. Chacune soupesa l’arme dans ses paumes avant de l’activer, un halo jaunâtre nimbant la lame, sa fonction principale étant de causer des douleurs simulant la perte d’un membre.
- Nous nous arrêtons au premier sang, nous sommes d’accord ? Insista Exan.
- Bien sûr, grinça la bothane.
- Nous ne voulons pas d’accident, enchaîna la dathomirienne avec une expression farouche, sinistre au point d’effrayer son compagnon.
Exan rejoignit Liars alors que les duellistes laissèrent tomber leur bure puis leurs armes personnelles, qu’ils laissèrent en dehors du cercle. Les padawans se pressaient sur le seuil, intrigués et impatients que le duel commence.
Ils se lancèrent dans leurs pronostics.
- La Sith est très forte, y paraît.
- Mais la Jedi Kensha aussi.
- Chut !
Sethnah attacha ses longs cheveux immaculés derrière sa nuque pour n’éprouver aucune gêne, avant de permettre à Kensha de porter le premier coup. La bothane retroussa ses babines pour dévoiler un sourire malveillant avant de s’élancer vers son ennemie.
Sethnah bloqua son attaque haute, sentant néanmoins la puissance du bras droit cybernétiques qui chauffa ses muscles. Elle se dégagea vivement, pressée par Kensha, qui tenta de la frapper avec sa jambe gauche. Cette fois, la dathomirienne ne put l’éviter qu’à moitié et grogna lorsque la jambe de duracier la toucha au flanc.
Elle se laissa tomber au sol, la lame de Kensha frappa le marbre dans des gerbes d’étincelle. De dépit, la non humaine feula.
- Fuir… peuh, c’est tout ce que les Sith savent faire.
Sethnah serra les dents, inspirant un grand coup. Elle releva son épée, devant sa figure portant les stigmates du Sith Unique, croisant un bref instant le regard de son homme, qui laissa l’inquiétude l’exprimer.
Elle lui envoya pendant une fraction de seconde, une onde de réconfort et un message psychique : ne t’en mêle pas. La bothane bondit sur elle mais l’ancienne apprentie de Dark Sarbanon ne lui laissa pas l’initiative. Elle se fondit dans l’Ataru, la forme de combat caractérisée par des frappes vives et acrobatiques.
Majestueuse dans sa combinaison de combat rouge écarlate, elle sauta, virevolta, donnant l’impression de frapper de tous les côtés à la fois. La Jedi recula pied à pied, restant concentrée pour ne pas se laisser déborder.
Les apprentis Jedi étaient admiratifs de la maîtrise et des talents de la jeune femme aux cheveux blancs.
- Waouh ! Elle est vraiment forte !
Liars se détendit en voyant sa compagne reprendre la main. Sethnah accentua son avantage malgré les efforts de la bothane pour la tenir à distance. Après quelques passes d’armes, elle céda et fut forcée de mettre un genou à terre. La dathomirienne appuya son sabre sur le sien et lui glissa avec froideur.
- Vous devriez abandonner, Kensha.
- Gardez votre miséricorde, Sith.
D’habitude méfiante et si attentive, Sethnah relâcha sa vigilance un bref instant. Un instant de trop. La jambe cybernétique de la bothane balaya brusquement ses chevilles, la faisant tomber lourdement sur le dos.
La bothane profita qu’elle soit sonnée, pour se relever en un battement de cils puis abattre son arme sur elle. La dathomirienne se reprit et bloqua l’assaut avant de propulser ses talons dans la poitrine de son adversaire, la faisant tituber en arrière.
S’aidant de la Force, Sethnah se catapulta au-dessus de la bothane, la touchant à la nuque avec la crosse de son sabre, plus pour la provoquer que pour la blesser. La non humaine poussa un rugissement de rage et se mit à fouetter l’air avec sa lame, espérant atteindre son ennemie insaisissable.
L’ancienne apprentie esquiva par des sauts d’eopie, se dérobant avant d’intercepter la lame de Kensha et de l’enrouler autour de la sienne. Puis elle lui lança sa botte dans le foie tout en lui arrachant l’arme des mains.
Les apprentis poussèrent des cris d’admiration et se permirent quelques applaudissements. Liars ne put se retenir de sourire, il était si fier de sa compagne. Celle-ci dévisagea la bothane dont les oreilles équines se couchaient sous le coup de l’humiliation qu’elle avait subi.
- Alors, ça vous suffit ? Lâcha la dathomirienne qui baissa son sabre d’entraînement.
Ses perceptions accusèrent la perturbation dans la Force, alors que Kensha relevait la tête. Ses yeux trahissaient une volonté farouche de mauvais augure.
- Ce n’est pas fini !
La bothane tendit son bras droit cybernétique et invoqua la Force. Son sabre laser sauta dans son poing et une lame bleue azur prit vie dans son poing. Dans le même temps, elle bondit sur l’ancienne Sith pour l’étriper.
Sethnah s’écarta de la lame ardente mais pas son sabre d’entraînement qui fut tranché net au niveau de la garde.
- Sethnah ! S’écria son compagnon.
La dathomirienne jeta le pommeau brisé à la figure de la bothane et récupéra à son tour son sabre laser. Elle serra entre ses doigts, la crosse en forme de griffe de rancor, sa lame rouge écarlate prenant vie devant son visage tatoué.
- Reste en dehors de ça ! Lui intima-t-elle férocement.
Les traits crispés de Liars trahissaient son envie d’intervenir, mais il respecta la promesse qu’il lui avait concédée. Il observa avec inquiétude la suite du duel, qui prenait cette fois une tournure beaucoup plus sérieuse.
Exan le comprit aussi.
- Kensha, assez ! Cria-t-il en vain.
Mais la bothane demeura sourde, s’écharnant de plus belle sur cette jeune femme qui représentait pour elle, ce qu’elle haïssait le plus. Elle se moquait bien en cet instant, que cette étrangère aux sinistres stigmates, ait tourné le dos au Sith Unique et à l’usage du Côté Obscur. Elle y avait appartenu une bonne partie de sa vie, c’était suffisant.
À moins que cela n’ait un rapport avec la perte de son bras et de sa jambe sur Vanquo… par la faute de Liars Tissan. Elle dit lui avoir pardonné sur Corellia, mais c’était peut-être un mensonge. Peut-être voulait-elle le faire souffrir, en combattant ce qu’il aimait le plus. Il l’avait utilisé comme appât et elle lui rendait la pareille.
Elle usa de la force de son bras droit cybernétique pour asséner des coups de masse sur la jeune femme aux cheveux blancs, qui se retrouva déséquilibrée. La dathomirienne parvint cependant à lui agripper le poignet et à exécuter une prise martiale, qui fit passer la bothane par-dessus son épaule. Elle lui fit sauter le sabre de la main d’un vif coup de pied avant que l’air ne se comprima autour de son corps.
Liars vit sa compagne être propulsée vers le plafonds de la salle d’armes, avant que celle-ci ne retomba sur ses appuis avec souplesse. Elle avait réussi à conserver son sabre, se remettant en garde pour parer une attaque haute de la bothane qui se porta de nouveau au contact. Mais au dernier moment, elle percuta la jeune femme de plein fouet, l’envoyant au sol.
- Kensha, arrêtez ! Pria Exan encore une fois.
Sethnah envoya son poing dans la figure de la non humaine, la chassant loin d’elle mais la Jedi répliqua en fouettant l’air de sa lame. La dathomirienne grogna lorsqu’une chaleur incandescente engourdit son poignet.
L’odeur de chair brûlée se dégagea de l’entaille mais cela la rendit plus déterminée. Cette douleur lui rappela les coups de fouet des Soeurs de la Nuit. La souffrance qui découlait des plaies à vif, empoisonnées par le venin des vipères kodashi qui enduisaient la lanière de ces instruments de torture.
Mais elle y avait survécu. Le sabre laser de Kensha la frôla à maintes occasions sans qu’elle n’y laisse la moindre prise. Puis elle tendit la paume droite et d’une violente Poussée de Force, plaqua la bothane contre le mur.
Elle maintint sa prise jusqu’à ce qu’une voix ferme et posée ne s’éleva depuis l’entrée de la salle d’armes.
- La démonstration est plus que suffisante, Sethnah Khai.
Le maître Jedi twi’lek Shado Vao s’avança vers le cercle de duel, entre les apprentis Jedi qui gardaient le silence. La jeune femme rejoignit son compagnon, rangeant son sabre laser à la ceinture. Elle se massa le poignet entaillé alors que Liars lui remit la bure sith autour de son corps avant de lui rendre son fouet laser.
- Jedi Kensha, je voudrais vous dire quelques mots en privé.
La bothane mal à l’aise, coucha ses oreilles équines sur le côté, le ton de maître Vao suggérant qu’une réprimande ne tarderait pas.
- Nous nous sommes trop attardés, commenta Liars.
- Je suis d’accord, fit-elle.
Ils passèrent entre les padawans respectueux, saluant au passage le maître cathar Rasi Tuum qui signifia aux élèves de se disperser dans l’ordre. Exan Skywalker se proposa de raccompagner les deux codirecteurs de Novatech Galactic Industry.
- Je suis désolé de cet incident. J’ignorais que cela tournerait ainsi.
- Pas de quoi, répondit avec distance Sethnah.
- Maintenant, on sait à quoi s’attendre de la part des Jedi, lâcha Liars.
Exan comprit qu’ils le tenaient pour responsable.
- Cela ne se reproduira pas, leur promit-il.
- C’est certain, vu qu’on n’est pas près de revenir. Pas la peine de nous raccompagner, asséna durement le corellien.
Tous les deux arpentèrent les corridors vers la plate-forme d’appontage où les attendaient leur vaisseau et Anubis qui leur demanda :
- Maître Liars, maîtresse Sethnah, votre quête a-t-elle été productive ?
La dathomirienne ne lui intima seulement :
- Prépare le Baroudeur au décollage, Anubis. On rentre.
Ils montèrent la rampe d’accès puis verrouillèrent l’écoutille derrière eux. Le droïde protocolaire du couple atypique fit rugir les moteurs, décollant le cargo corellien de la plateforme qui fila dans le ciel de Coruscant.
- Ta blessure ? Demanda Liars.
Il la suivait jusqu’à l’infirmerie où elle sortit d’un tiroir la trousse médicale de premier secours.
- Trois fois rien. Je me charge de ça.
- Tu veux bien me laisser cet honneur ? Insista-t-il.
Elle lui sourit finalement, lui tendant la trousse.
- D’accord, mais si tu ne te montres pas à la hauteur, tu auras affaire à moi, Vilain Garçon.
- J’en tremble d’avance, Fille Despote.
Ils s’assirent face à face, Sethnah lui montrant son poignet blessé. Il nettoya sa plaie avec attention, comme elle l’avait maintes fois pour lui. Il lui paraissait naturel de lui rendre la pareille, en lui enroulant le patch bacta pour colmater la blessure.
Satisfaite, elle se pencha pour l’embrasser sur les lèvres avant qu’il ne confia avec malice :
- On aura peut-être le temps de se changer les idées.
- Peut-être, répondit-elle avec un regard complice et entendu.


Voilà, j'espère que cela vous a plu ! C'était la fin de cette partie 4 :wink: !

On se retrouve mardi prochain pour le début de la partie 5 :love: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Jeu 23 Juin 2022 - 13:12   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Extrait lu !

Et effectivement, le duel a tenu toutes ses promesses ! Bon, entre deux telles furies, c'était difficile d'imaginer un simple petit match d'affrontement, un échange de politesses, un simple salut amical... non, il a fallu qu'elles en fassent trop, bien sûr ! :paf:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7833
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Jeu 23 Juin 2022 - 21:55   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour, L2 :wink: !

L2-D2 a écrit: le duel a tenu toutes ses promesses ! Bon, entre deux telles furies, c'était difficile d'imaginer un simple petit match d'affrontement, un échange de politesses, un simple salut amical... non, il a fallu qu'elles en fassent trop, bien sûr ! :paf:


Entre une Jedi et une Sith, ça ne pouvait finir que comme ça :whistle: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Mandoad » Mar 28 Juin 2022 - 11:01   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

J'ai rattrapé mon retard !

Avec deux chapitres bien opposés. Le premier nous permet d'en apprendre un peu plus sur le côté historique et est bien plus posé, riche en informations sans pour autant être trop tendance.

Le deuxième, eh bien on revient sur un de tes points forts: Les duels au sabre. Comme le dit L2, on assiste bien à un affrontement entre deux furies même si, ironiquement, c'est la Jedi qui semble la plus enragée. Il y a affrontement, provocations, déchainement de coups, mais comprend que Sethnah garde tout de même l'avantage tout du long sur son adversaire en furie.

Finalement, cela se termine assez bien et on a le droit à un nouvel échange entre le couple dont les hormones semblent en perpétuelle ébullition. :lol:

La suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1403
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar mat-vador » Mar 28 Juin 2022 - 22:09   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour, Mandoad :wink: !

Mandoad a écrit: Le premier nous permet d'en apprendre un peu plus sur le côté historique et est bien plus posé, riche en informations sans pour autant être trop tendance.


C'est bien de se poser un peu :oui: :oui: :oui: !

Mandoad a écrit:Le deuxième, eh bien on revient sur un de tes points forts: Les duels au sabre. Comme le dit L2, on assiste bien à un affrontement entre deux furies même si, ironiquement, c'est la Jedi qui semble la plus enragée. Il y a affrontement, provocations, déchainement de coups, mais comprend que Sethnah garde tout de même l'avantage tout du long sur son adversaire en furie.


J'adore les dudus au sab laser :love: :love: ! Badass, la Sethnah hein ? Elle est trop cool :love: :x ! Et parce que je le veux bien, aussi :D !

Mandoad a écrit:Finalement, cela se termine assez bien et on a le droit à un nouvel échange entre le couple dont les hormones semblent en perpétuelle ébullition. :lol:


:lol: :lol: c'est qu'ils s'adorent ces deux-là :P :P !

Mandoad a écrit:La suite !


La suite... c'est tout de suite :transpire: !



Partie 5 : Plus près des ombres

Le passé

Temple Jedi de Coruscant, pendant la Guerre des Clones

Les salles d’armes du Temple résonnaient de l’écho des cris d’excitation des padawans qui participaient aux tournois visant à affiner leur pratique du sabre laser et leur maîtrise de la Force. Ils étaient encadrés en temps normal par plusieurs Chevaliers et Maîtres Jedi, qui veillaient scrupuleusement à ce qu’il n’y ait aucun incident.
Mais la République et l’Ordre multimillénaire traversaient des temps troublés et sombres. La réapparition des Sith régis par la Règle des Deux, l’ascension du mouvement séparatiste mécontent de la faiblesse d’un gouvernement qui avait oublié l’intérêt général au profit de corporations égoïstes, avaient plongé la galaxie dans une crise politique majeure avant que la guerre n’éclate inévitablement.
Pour la première fois depuis des siècles et la fin des Guerres Sith, les Jedi se retrouvèrent pris dans une guerre totale qui sollicitait leurs ressources limitées. De gardiens de la paix et de la justice, ils devinrent commandants de la Grande Armée de la République, composée de soldats clones crées et élevés sur la planète Kamino.
Pour Oreste Tissan, cette guerre paraissait lointaine même s’il n’ignorait rien des rapports de pertes qui assombrissaient le quotidien de sa confrérie. Les fronts se multipliaient et aucune trêve ne semblait en vue. Même les systèmes les plus éloignés, subissaient les contrecoups des pénuries et du mécontentement. Émeutes, coups d’états et insurrections. Dans la Bordure Extérieure, un nouveau foyer de tensions venait de naître sur Jabiim, un monde contenant d’importants gisements de minerai.
L’holonet officiel ne cessait de sortir les gros titres sur cette planète reculée, à coups d’interviews de spécialistes et d’analyses. Le jeune Chevalier Jedi corellien qui venait de fêter ses vingt six ans, se força à se concentrer sur les deux sphères d’entraînement qui lévitaient autour de son visage, l’assaillant sur tous les angles possibles. Son sabre laser à la lame verte émeraude crépitante, sillonnait l’air, parant et bloquant avec fluidité les rayons lasers de basse intensité qui fusaient vers lui.
- Tu as peut-être besoin d’un plus grand défi.
La voix cristalline qui s’élevait derrière lui, le déconcentra une micro seconde. Assez pour lui faire baisser sa garde et laisser un rayon le toucher à l’abdomen. Il maîtrisa la douleur d’un grognement et leva la main, usant de la Force pour écarter les sphères et les désactiver. Il se tourna vers la jeune twi’lek qu’il reconnut sans peine, après avoir rangé son sabre-laser.
- Déjà rentrée, Rachi ? Je te croyais…
- En mission spéciale ?
Par-dessus ses vêtements de Jedi, la jeune non humaine portait un poncho de voyage rapiécé qui lui conférait un certain anonymat au milieu de la foule.
- C’est ce que maître Windu m’a répondu quand je lui ai posé la question. Tu as trouvé ce que tu cherchais ?
- Pas vraiment, reconnut-elle.
La twi’lek le considéra pendant quelques instants, le jeune corellien arborant une mine sombre qui cachait quelques contrariétés personnelles.
- Je te croyais sur Corellia, lui confia-t-elle.
- J’ai été rappelé, la guerre ne se passe pas aussi bien que prévu, visiblement. Maître Halcyon est resté pour empêcher toute infiltration séparatiste.
- Tu aurais préféré rester là-bas ?
Il crispa la mâchoire, peu enclin à répondre. Mais il céda devant son regard insistant.
- Mon ancien maître m’a prévenu que la guerre serait ma plus grande épreuve. C’est pour ça que je ne suis pas certain d’y vouloir participer.
- Pourquoi, tu as peur que l’on t’accorde de trop grandes responsabilités ?
- Ce n’est pas ça, je…
Il détourna les yeux, regrettant d’en avoir trop dit. Elle s’approcha pour se placer face à lui, pour chercher son regard.
- Oreste ?
- Je crains que cette guerre ne me transforme en quelque chose de plus terrible… ne nous transforme tous.
La jeune twi’lek ressentit son angoisse face au destin incertain d’une galaxie plongée dans une guerre qui ne semblait pas connaître de fin.
- Pourquoi crains-tu une telle chose ?
Oreste lui avait ouvert son cœur mais il se referma aussitôt comme une coquille. Car il refusait toujours de lui livrer ses secrets les plus intimes. Cette petite voix tentatrice qui lui soufflait, qu’il était destiné à l’obscurité.
Cède-moi et tu ne craindras plus rien, disait-elle.
Il ne devait rien lui dire, il ne le confierait à personne. Elle ne comprendrait pas vraiment et si c’était le cas, elle en serait effrayée.
- Les Sith sont de retour, Rachi.
- Tu as peur de basculer du Côté Obscur ? Fit-elle en posant sa paume sur la poitrine du jeune Chevalier.
- Certains de mes ancêtres l’ont fait. Pourquoi serai-je différent ? Après tout ce qui s’est passé sur Géonosis…
- Tu n’es pas tes ancêtres.
Il se rendit compte alors qu’elle avait rapproché son visage du sien. Elle plongea ses magnifiques yeux dans ses yeux. Très proche, trop proche… il trouvait cela dérangeant. Un de ses lekkus caressa sa joue, le faisant frissonner.
- Ne me rejette pas, Oreste.
Sans qu’il put faire quoique ce soit pour la retenir, elle se pencha en un battement de cils et l’embrassa sur les lèvres. Une image apparut alors dans son esprit, celle de cette femme qu’il avait laissée derrière lui, sur Corellia.
Beliem.
Voilà pourquoi il repoussa doucement la twi’lek, qui parut surprise une fraction de seconde.
- Tu penses toujours à elle, n’est-ce pas ?
La chaleur avait disparu de sa voix, le faisant grimacer. Tous deux savaient à qui ce elle faisait allusion.
- Oui, avoua-t-il. Rachi, je suis désolé…
- Non, c’est de ma faute. C’est moi qui me suis montrée égoïste, je pensais que… tu avais besoin de mes sentiments. Je me trompais.
Le corellien ne savait pas comment réagir mais il le sentait dans la Force. Il avait blessée son amie et il ignorait comment se rattraper.
- L’Ordre prohibe l’attachement, lui rappela-t-il. Même si je ressentais le même amour pour toi, les maîtres ne nous le permettraient pas.
Il comprit l’étendue de son erreur lorsqu’elle le fusilla d’un regard noir.
- Et pourtant les Jedi corelliens se le permettent. Vous avez toujours eu le droit d’avoir une famille, des enfants comme les Halcyon.
- Rachi…
Elle évacua sa tentative d’explication d’un geste las.
- Je vais trouver maître Nu aux Archives et poursuivre ma mission. J’ai toujours été douée pour ça et je n’ai jamais eu de déception.
- Rachi, attends.
Il aperçut les larmes qui coulaient de ses cils, alors qu’elle se détournait.
- Que la Force soit avec toi, Oreste. J’espère que tu survivras à la guerre.
Elle le laissa, seul avec ses regrets, rompant la camaraderie qui les avait pourtant unis pendant toutes ces années. Il n’avait jamais renié ses sentiments pour Beliem et n’avait jamais pensé que cela ait pu mettre en péril son amitié avec Rachi.
Il resta ainsi, à se demander s’il devait la rattraper ou laisser courir. Puis il préféra la deuxième option, par amour-propre. Il réactiva à distance les deux sphères d’entraînement qui lévitèrent en bourdonnant autour de sa figure. Sa lame verte émeraude se déplia à nouveau, pour fouetter l’air et reprendre l’exercice.
Cependant, sa brouille avec Rachi traversait toujours ses pensées et l’empêchait de s’immerger vraiment dans les flux de la Force. Plusieurs rayons franchirent sa garde et le touchèrent aux bras, à l’épaule, aux hanches… accroissant sa frustration.
Alors, la petite voix en profita pour revenir à la charge.
Oui, libère ta colère. Sens-tu sa force ?
Le souvenir lointain de cette école de Coronet, lui revint. Le jour où il avait fracturé le bras de Villan… il s’attendait à éprouver de la culpabilité mais étrangement, ce ne fut pas le cas. Pas de remords ni de compassion pour son ancienne victime. Malgré lui, cette énergie néfaste l’envahit peu à peu, imprégnant ses mouvements qui redevenaient plus précis.
Il se laissa emporter par cette petite voix qui l’encourageait.
Oui continue, tu te sens mieux n’est-ce pas ?
Son sabre-laser fendit tout à coup une des sphères d’entraînement et les deux morceaux calcinés retombèrent avec fracas. Il cligna des paupières, comme s’il se réveillait.
Cela t’a plu ? Soufflait la petite voix.
- La ferme ! Siffla Oreste.
Le corellien éteignit finalement son sabre et écarta l’autre sphère d’entraînement d’un geste de la main. Il ramassa à l’aide de la Force les deux morceaux, s’apprêtant à prendre le chemin de l’ingénierie pour faire réparer l’épave.
- Est-ce de revenir à Coruscant qui t’a irrité à ce point, Oreste ?
Un céréen venait d’entrer, le dévisageant. Le corellien se sentit gêné, de se trouver face à son ancien mentor, Ki Adi Mundi. Avec des morceaux de duracier fumant, plein les mains.
- Si ce n’était que ça, maître Mundi.
- J’ose espérer que tu ne détérioreras pas davantage le matériel d’entraînement à chaque saute d’humeur, insista le non humain avec ironie.
- Ce ne sera plus un problème quand je partirai au front. Mais j’ignore encore où.
- Metalorn, précisa le céréen.
Oreste ne put se retenir de tiquer au nom de ce monde stratégique de la Bordure Médiane, proche du système Verpine, spécialisé dans la fabrique de munitions et d’armes de guerre sophistiquées. Ce bastion appartenait au Techno Syndicat, une puissante corporation ralliée aux séparatistes. Il comprit l’enjeu d’une telle opération validée par les plus haut gradés.
La chute de Metalorn enraierait sérieusement l’effort de guerre ennemi.
- Un gros morceau, reconnut le corellien.
- Maître A’sharrad Hett et son padawan Bhat Jul sont déjà dans le système avec dix bataillons. Tu les assisteras et vous devrez réussir.
- Je croyais que ces forces devaient partir pour Jabiim. Nous laisserions leur minerai aux mains des séparatistes?
Le céréen laissa flotter un sourire serein sur ses lèvres, alors que le Chevalier Jedi perçut la présence de deux autres pairs présents sur le seuil. Il reconnut l’humain barbu de taille moyenne, à l’allure élégante suivi d’un padawan plus grand et plus fin que lui.
- Maître Kenobi, padawan Skywalker, présenta maître Mundi. Voici mon ancien padawan, Oreste Tissan.



Voilà, j'espère que cela vous a plu :wink: ! Encore désolé pour ce cliffhanger :paf: !

Allez, à la prochaine :hello: :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mer 29 Juin 2022 - 9:09   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Extrait lu !

Mais il se passe plein de choses ici ! Rupture (enfin, d'un certain point de vue, vive Star Wars ! :lol: ) entre Oreste et Rachi, nouvelle mission pour le jeune Jedi Corellien, la mention de A'Sharad Hett (curieux de voir si tu vas le faire apparaître et si, sachant ce qu'il va devenir à terme, une petite discussion avec Oreste pourrait être intéressante, tiens... :siffle: ) et surtout, tu termines avec l'apparition du dynamique duo de la prélogie, sans doute en partance pour Jabiim ! :think:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7833
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mer 29 Juin 2022 - 22:05   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour, L2 :) :) !

L2-D2 a écrit: la mention de A'Sharad Hett (curieux de voir si tu vas le faire apparaître et si, sachant ce qu'il va devenir à terme, une petite discussion avec Oreste pourrait être intéressante, tiens... :siffle: )


Pas d'apparition prévue, mais j'ai choisi de le mentionner sachant que le gars a crée le Sith Unique auquel sera confronté le descendant de Oreste, notre cher Liars :transpire: :transpire: .

L2-D2 a écrit:et surtout, tu termines avec l'apparition du dynamique duo de la prélogie, sans doute en partance pour Jabiim ! :think:


Cette apparition sera intéressante, tu verras la semaine prochaine :sournois: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Mar 05 Juil 2022 - 22:02   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Bonsoir à tous, comment ça va ?

C'est l'heure de la suite et surtout d'un nouveau dudu au sabre laser :x ! Oui, encore un :P !



Oreste posa les morceaux de la sphère près du mur avant d’accueillir les deux nouveaux venus qui le saluaient d’un signe de tête.
- J’ai entendu parler de vos exploits sur Ohma Dun et Kamino, leur fit-il respectueusement. Vous avez une sacrée réputation.
- Eh oui, on se demanderait ce que la République ferait sans nous, rétorqua le padawan fier comme un paon.
Instinctivement, l’attitude suffisante du padawan déplut à Oreste qui était au fait des capacités exceptionnelles de Skywalker. Tout comme sa vanité, qui s’élevait au même niveau.
- Anakin, le réprimanda Obi Wan. Nous ne sommes pas les seuls à nous battre depuis le début de la guerre.
Le corellien remarqua le gant long qui enroulait la main droite de Skywalker jusqu’au coude. Ce dernier surprit son regard et replia le membre mutilé dans son dos. Un souvenir cuisant laissé par le Comte Dooku sur Géonosis.
- Nous payons déjà un lourd tribut, concéda le céréen.
Un silence furtif leur permit de se recueillir pour songer à tous ceux et celles qui avaient rejoint la Force.
- Vous êtes en permission ? S’enquit Oreste.
- Plus pour longtemps, répondit Kenobi. Nous quittons Coruscant pour rejoindre Jabiim. Le Sénat vient de voter l’autorisation d’intervenir pour maintenir ce monde dans la République coûte que coûte.
- À n’importe quel prix ? Combien d’unités seront nécessaires ?
Obi Wan grimaça, peu à l’aise.
- Nous possédons suffisamment de clones et de Jedi pour remplir la mission. Nous mettrons hors d’état de nuire les séparatistes locaux avant qu’ils n’aient le temps d’organiser une résistance trop importante et qu’ils ne reçoivent le soutien du Comte Dooku.
- En attendant de partir, je me sens un peu rouillé, confia son padawan.
- J’avais oublié que tu préférais pratiquer la méditation en mouvement, Anakin.
Le natif de Tatooine haussa les épaules, avec nonchalance.
- J’avais trouvé ça utile sur Kamino, pourtant.
Son mentor leva les yeux au ciel, en soupirant.
- Bon, si cela te démange tant que ça, tu as tout ce qu’il te faut ici.
Anakin Skywalker se débarrassa de sa bure, avec un grand sourire. Il invita son professeur à le rejoindre pour une partie amicale avant que Oreste ne leva la main pour l’interrompre.
- Maître Kenobi, si vous me permettez… cela fait longtemps, depuis le début de la guerre, que je n’ai pas pratiqué contre un autre Jedi. Je serai honoré de me mesurer à votre padawan, avant que vous ne quittiez le Temple.
Kenobi croisa le regard du céréen, qui acquiesça d’une inclinaison du menton.
- Je pense que cela constituera un meilleur défi que de simples droïdes de combat.
- Je suis d’accord, maître Mundi. Anakin ?
- Ça me va.
Ki Adi Mundi se dirigea vers l’armurerie pour y prendre deux sabres d’entraînements et les offrir aux deux duellistes. Ces derniers se placèrent l’un en face de l’autre, se saluant en relevant la lame jaune devant leur poitrine.
Ces armes étaient conçues spécifiquement pour ne pas causer des blessures aussi graves que celles causées par de véritables sabre-lasers, mais pour les simuler. Kenobi rejoignit l’ancien instructeur de Oreste, observant les deux jeunes humains qui se jaugeaient en tournant l’un autour de l’autre.
Malgré les quelques années qui les séparaient, Oreste et Anakin paraissaient si semblables. Outre leur aspect physique, leur intégration dans l’Ordre avait suscité des interrogations voire la controverse.
Séparés de leur famille, alors qu’ils étaient déjà âgés, par rapport aux autre élèves qui n’ont connu que le Temple comme unique foyer. Les voici face à face.
Ce round d’observation prit fin lorsque Anakin plongea sur le corellien pour asséner trois frappes verticales. Oreste manœuvra pied à pied pour les dévier sur le flanc, avant de repousser l’apprenti impétueux d’une savate dans l’abdomen.
Skywalker se massa là où le talon l’avait touché.
- Je ne faisais que m’échauffer.
Ce ton arrogant convainquit Oreste qu’il détestait ce padawan va-nu-pieds. Comme s’il était certain de sa supériorité. Le corellien n’avait eu de cesse d’affronter ses doutes, ses incertitudes et cette harcelante petite voix qui lui suggérait de succomber à la noirceur qui empoisonnait son âme. Il ignorait encore ce que la Guerre des Clones en cours ferait de lui.
- Bien sûr.
Il ne put retenir un sourire narquois. Une fraction de seconde s’écoula avant que Skywalker ne recommença son assaut. Cette fois, il avait usé de la Force pour se propulser vers le plafonds avant d’atterrir sous le nez du corellien, qui sentit les muscles de ses bras chauffer à cause de l’effort qu’il fournit pour bloquer nettement sa lame.
Ce coup avait été rapide et puissant, un mouvement digne d’un véritable maître de la Force. Jusqu’à maintenant, Oreste n’avait jamais cru à cette prophétie de l’Elu, un Jedi qui rétablirait l’équilibre de la Force. Un augure qui tournait autour de Anakin Skywalker, et contribuait à alimenter sa très grand confiance en soi.
Peut-être existait-il une once de vérité… une raison supplémentaire de le détester.
Il dégagea sa lame avec difficulté et il dut se concentrer davantage pour ne pas subir. Il n’empêcha pas cependant Skywalker de prendre l’avantage, ce dernier utilisant les frappes lourdes du Djem So, la cinquième Forme de Combat au sabre-laser, qui lui permettait à mettre à profit sa puissance athlétique.
Oreste appuya sa lame contre celle de son adversaire, déséquilibrant ce dernier pour s’octroyer un court répit.
- Finalement, ce ne sera peut-être pas compliqué de devenir Chevalier, Tissan.
Et voilà qu’il se permettait d’être familier, comme s’ils se connaissaient depuis longtemps. Ils venaient seulement de se rencontrer.
- Tu devrais peut-être moins parler, Skywalker.
Anakin lui décocha un sourire qui se voulait être taquin et malgré son impassibilité, Oreste entendit de nouveau la petite voix qui s’adressait à son esprit.
Cède-moi, montre-lui qui tu es. Qu’il apprenne le respect.
Alors ce fut à son tour d’attaquer le padawan. Il chargea Skywalker, le bousculant vigoureusement par un coup d’épaule. Le natif de Tatooine tenta de se reprendre mais le corellien entendait bien garder l’avantage jusqu’au bout. Il utilisa les formes acrobatiques de l’Ataru, la quatrième Forme de Combat, qui prit au dépourvu son adversaire.
Trente secondes après, Anakin se retrouva sur le dos, désarmé. Oreste pointait son sabre d’entraînement sur son torse avant de reculer et de saluer le padawan. Ce dernier qui serrait les dents, frustré par son échec, l’imita finalement.
- Bien joué, accorda-t-il même. Mais je n’étais pas au sommet de ma forme, non plus.
Même en perdant, il continuait de faire le malin. Oreste se demandait comment maître Kenobi le supportait.
- Anakin, tu as perdu, intervint d’ailleurs celui-ci d’un ton tranchant.
Maître Mundi posa une main sur l’épaule de Oreste.
- Félicitations Oreste. Mais tes derniers mouvements étaient trop agressifs, montre plus de mesure et de maîtrise. Ne te laisse pas emporter par la passion, comme tu l’as déjà fait sur Géonosis.
Les joues creuses du corellien s’empourprèrent lorsqu’il songea à l’insubordination dont il avait fait preuve en déclenchant un raid prématuré sur les positions géonosiennes, peu avant le sauvetage des Jedi décimés dans l’Arène.
- Vous avez raison, maître, avoua le corellien. Mais peut-être que la place d’un esclave n’est pas dans l’Ordre.
Les mots lui avaient échappé mais il était ravi du regard noir que lui décochait Skywalker, dont il venait de souligner l’âpreté du passé. Obi Wan l’agrippa pour l’empêcher d’en venir aux mains avec le corellien.
- Ces propos ne sont pas dignes d’un Jedi, Oreste, asséna le céréen qui l’exhorta ensuite à présenter des excuses.
Ce que le corellien refusa.
- Parce qu’il est resté trop longtemps dans les jupes de sa mère ? Railla-t-il.
L’explosion de haine dans la Force précéda le rugissement de Anakin qui repoussa son maître et se jeta sur le corellien. Ce dernier fut empoigné et projeté au sol sans ménagement. Il parvint néanmoins à attraper les chevilles du padawan entre ses jambes et à le faire chuter. Tous deux se relevèrent à la vitesse d’un battement de cils, dégainant puis activant leur sabre laser. Les lames ardentes s’entrechoquèrent avec une violence débridée, faisant jaillir des étincelles au désarroi de leurs maîtres respectifs qui leur ordonnèrent d’arrêter.
Mais l’un comme l’autre restèrent sourds et se livraient cette fois totalement, lame verte émeraude contre lame bleue azur.
Peu à peu, Anakin prit l’avantage et Oreste comprit pourquoi. Il avait sous ses yeux la véritable nature de Skywalker. Cela avait sans doute échappé aux maîtres du Conseil qui avaient accepté de l’intégrer après la Bataille de Naboo, mais ce volcan d’obscurité menaçait de le submerger. Puis il perçut à ses oreilles :
- Et si on parlait de ta mère, Tissan ?
Il crut entendre la voix de Villan Osmer, le bourreau qui l’avait martyrisé à l’école de Coronet mais c’était bien Skywalker qui lui avait parlé.
Alors la petite voix lui inspira :
L’obscurité est face à toi, il ne sert à rien de la combattre car je suis toi. Cède-moi.
Il accepta l’appel des ténèbres et s’y livra comme il l’avait fait, il y a tant d’années sur Corellia. Quand il avait fait souffrir Villan et avait joui de ses cris.
Il dégagea sa lame et entailla l’avant bras du padawan avant que ce dernier ne riposte en le frappant au visage du poing.
- Assez !
Tout à coup, l’air se comprima autour des deux combattants qui furent rejetés loin l’un de l’autre, ce qui mit un terme à l’échauffourée. Kenobi entoura de ses bras, les épaules de son apprenti et le céréen fit de même avec le corellien.
- Tu en as assez fait, Oreste.
Le jeune Chevalier invoqua la Force pour recouvrer son calme alors que Anakin demeurait toujours agité.
- Maître, vous êtes témoin ! Plaidait-il. Il m’a provoqué !
- Et tu as cédé à sa provocation, trancha son mentor. C’est terminé, Anakin.
Il le relâcha finalement et l’apprenti en profita pour fusiller du regard une dernière fois le corellien.
- Va chercher tes affaires, nous partons pour Jabiim. Maître Mundi, pardon pour cet incident.
- Je comprends, Maître Kenobi.
Le céréen attendit leur départ avant de faire la leçon au corellien.
- Je m’attendais à mieux de ta part, Oreste. Ce qui s’est passé ici, ce n’est pas ce que Maître Halcyon et moi t’avons enseigné !
Oreste comprit à quel point son ancien professeur était en colère. Une partie de lui avait honte de ses actes et de ses mots. Mais la petite voix lui soutenait qu’il avait eu raison de rabattre le caquet à ce padawan prétentieux.
- Il a beaucoup à apprendre s’il veut devenir Chevalier, fit-il avec morgue.
Ki Adi Mundi se détourna finalement de lui, ulcéré par son attitude.
- Tu as révélé les faiblesses du jeune Skywalker, déclara-t-il d’un ton lourd sens. Cela devrait t’en apprendre davantage sur les tiennes.
Sur le seuil, il lui souhaita contre toute attente :
- Que la Force soit avec toi. Tu en auras besoin sur Metalorn.
Il quitta la salle d’armes, laissant le jeune corellien seul, face à la responsabilité des actes qu’il lui fallait assumer. Ses pensées se tournaient vers Beliem, sa compagne qu’il avait laissée derrière lui sur Corellia, une fois de plus. La bataille de Géonosis les avaient déjà séparés au début de la guerre, avant que le Conseil ne le bannisse sur son monde natif pour l’insubordination dont il avait preuve pendant la bataille.
Il se tâta la joue, là où Skywalker l’avait frappé du poing. Une dent cassée élança sérieusement sa mâchoire. Il prit finalement la direction de l’infirmerie.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mer 06 Juil 2022 - 10:10   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Extrait lu !

Nouveau duel d'entraînement, mais qui finit un peu plus mal celui-là !

C'est un peu dommage de réduire Anakin et Oreste à leur future chute dans le Côté Obscur, ça manque un peu de subtilité je trouve. J'ai toujours imaginé Anakin comme un véritable héros du Bien, parfois hautain, oui, mais qui n'était tenté par la colère ou l'obscurité que lorsque, vraiment, l'un de ses proches est en danger de mort. Là, c'est un peu plus "facile", tout comme Oreste d'ailleurs.

En revanche, je note le fait qu'Oreste est manifestement retourné sur Corellia il n'y a pas si longtemps et a du y retrouver Beliem, vu qu'il pense à elle comme sa "compagne" ! :think:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7833
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mer 06 Juil 2022 - 22:02   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

L2-D2 a écrit:Nouveau duel d'entraînement, mais qui finit un peu plus mal celui-là !


Ben, tu sais, tant qu'il y a pas de morts :whistle: ... jusque là tout va bien :D !

L2-D2 a écrit:. J'ai toujours imaginé Anakin comme un véritable héros du Bien, parfois hautain, oui, mais qui n'était tenté par la colère ou l'obscurité que lorsque, vraiment, l'un de ses proches est en danger de mort:


Un héros du Bien :think: ? Euh, tu as oublié le passage dans l'épisode II où il avoue à Padmé qu'il a massacré toute une tribu de Tusken pour venger sa mère. il a quand même tué des enfants, il le dit d'ailleurs dans le film, ca colle pas trop à l'idée que je me fais d'un Héros du Bien.
Dans le Legends, le tome 8 Clone Wars Obsession, il tue Durge de façon implacable et cruelle et sur le coup, ça m'a paru tellement gratuit que ça m'a choqué...

Pour Oreste, je ne l'ai jamais imaginé comme un héros du Bien, non plus. Dans les Origines, il a quand même fait preuve de cruauté lui aussi.

C'est pour ça que cela m'a paru naturel de les décrire ainsi dans ce passage. Et quand on pense qu'ils se vont retrouver bien après l'Ordre 66 après basculé du CO, ca manque pas de piquant...

L2-D2 a écrit:En revanche, je note le fait qu'Oreste est manifestement retourné sur Corellia il n'y a pas si longtemps et a du y retrouver Beliem, vu qu'il pense à elle comme sa "compagne" ! :think:


C'est un peu la Padmé, version "Jedi corellien" :wink:

Pour l'avancement, j'ai écrit 65 pages environ et j'aurais bientôt d'ici un mois ou deux.

Après cette chronique, j'ai un nouveau projet pour les Origines dont je donnerais quelques nouvelles :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Mar 12 Juil 2022 - 21:44   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Bonsoir à tous, comment ça va ?

Allez c'est l'heure de la suite et on continue avec Oreste :diable: :diable: !


Mygeeto, deux semaines avant la fin de la Guerre des Clones

Le convoi républicain s’étirait sur plus de deux kilomètres et avait commencé à emprunter la Vallée du Serpent. En tête de peloton, Oreste Tissan tourna la tête vers les véhicules d’escorte qui flanquaient les soldats, se plaignant intérieurement de leur vitesse de déplacement trop lente. Emmitouflé dans sa bure verte marécage qui le recouvrait, il serra les dents contre le vent glacial qui le mordait. Il regrettait de ne pas avoir demandé au capitaine Pelo, de lui prêter une combinaison contre le froid persistant.
Il leva les yeux vers les crêtes dentelées, blanches et ternes qui les entouraient. Un tel passage était propice à des embuscades et la hauteur des montagnes favorisait des positions de tir, qui mettrait les séparatistes hors d’atteinte de toute riposte. Le Jedi corellien projeta sa conscience vers ces montagnes.
Il décela des signes de vie mais cela restait vague et confus. Il crispa les doigts sur la crosse de son sabre-laser, tandis qu’un officier clone le rejoignit.
- Monsieur, nous avons reçu l’appel du général Mundi. Il nous attend avec ses troupes à la sortie de la vallée.
- Merci, capitaine Pelo. Dans combien de temps arriverons-nous ?
- Dix heures, si nous maintenons l’allure.
Oreste leva la paume ouverte vers le ciel sombre de Mygeeto. Un flocon de neige vint s’y écraser, prélude à la tempête qui s’annonçait. Les nuages couraient, plus imposants et plus sombres, ce qui rendait les environs plus sinistres.
- Dix heures, c’est bien trop lent.
- Je sais, monsieur. Et une forte résistance des séparatistes nous coûtera plus de retard, encore, ajouta le clone.
La bourrasque siffla et Oreste invoqua la Force pour se protéger du froid. Il rabattit son capuchon sur la tête, en donnant l’ordre de se remettre en route. À peine avait-il mis les pieds sur cette planète de la Bordure Extérieure, qu’il avait regretté de ne pas être rentré sur Corellia.
Son ancien mentor céréen lui avait pourtant expliqué que ce monde était l’un des bastions du Clan Bancaire Intergalactique, ce qui lui conférait une importance stratégique majeure. Depuis plusieurs mois, la République avait acculé la Confédération des Systèmes Indépendants, sur leurs derniers mondes de la Bordure Extérieure. Le siège de Mygeeto comme de tant d’autres planètes, constituait la dernière grande phase de la Guerre des Clones, qui s’éternisait depuis trois ans. Beaucoup piaffaient d’impatience, en attendant la fin.
Le corellien avait vent de cette histoire de Sith clandestin, qui manipulerait le Sénat et le cours de la guerre en sous-main. Mais il n’en avait cure, si loin de la capitale. La sensation du danger électrisait de plus en plus, ses sens.
Il devait franchir cette vallée boisée le plus vite possible, pour rallier les troupes de Maître Mundi et l’aider à assiéger la ville de Mathalfel. Le dernier verrou qui défendait la route vers la capitale planétaire.
- Je n’aime pas cette forêt que nous devons traverser, commandant.
- Moi non plus, capitaine, accorda le corellien. Faites placer les bipodes en tête, activez les scanners thermiques.
Pelo se tourna vers ses hommes et accomplit un geste rotatif de la main. Dans des claquements métalliques, les bipodes dépassèrent la colonne pour constituer l’avant-garde. Puis le Jedi donna l’ordre de départ.
Les massifs RT-TT et les chars Tridents s’avancèrent derrière les bipodes, menés par Oreste et Pelo, sur le sentier qui sillonnait le creux de la vallée. Les montagnes qui les encerclaient disparurent peu à peu lorsque la tempête s’intensifia, réduisant la visibilité à moins de dix pas. Forçant Oreste à se couvrir le bas du visage.
Ils entrèrent dans la forêt, la neige étouffant le bruit de leur marche et effaçant le chemin étroit qu’ils empruntaient. Même en s’aidant de la Force et de son instinct, le Jedi aurait du mal à s’orienter.
- Capitaine Pelo, fit-il. Appelez le Cerbère d’Agamar pour qu’ils nous envoient du soutien aérien. Nous avons besoin d’être guidés.
- Oui, commandant.
Le clone posa l’index contre son casque, près de son oreille gauche et activa son comlink intégré pour contacter le croiseur de classe Venator en orbite de la planète.
- Capitaine Pelo à Cerbère d’Agamar. Demandons soutien aérien pour reconnaissance des forces ennemies séparatistes dans la Vallée du Serpent. Coordonnées 2-7-0, à vous.
La réponse leur parvint après un temps indéfini, bien trop long pour Pelo.
- Ici Cerbère d’Agamar. Les conditions climatiques extrêmes ne permettent pas de reconnaissance aérienne.
- Reçu, répondit le clone avec amertume. Pelo, terminé. Commandant ?
- J’ai entendu, capitaine, lui lança Oreste.
Le Jedi corellien fixait l’horizon droit devant lui, les yeux plissés par le gel qui s’accentuait sur ses cils. Le danger imprégnait les courants de la Force mais il n’avait pas d’autre choix que d’avancer. C’était la guerre.
Les séparatistes l’avaient déclenché et la République l’apportaient chez eux, car le vent avait tourné. Motivé par cette certitude, il ordonna à son armée d’avancer. Il décrocha le sabre-laser de sa ceinture, se préparant à l’utiliser.
Les clones entrèrent dans la forêt maculée d’une blancheur aussi maculée que la couleur de leur armure. Sur plus de cent mètres, seul le vent leur parlait, murmurant qu’ils n’étaient pas les bienvenus sur ce monde hostile. Les arbres hauts et décharnés, courbant sous le poids de leur coiffe laiteuse, leur accordaient par une aigre ironie, une haie d’honneur à leur passage.
Tiens-toi prêt, lui fit alors la petite voix. Bientôt, très bientôt.
- Capitaine.
Pelo freina pour regarder par-dessus son épaule, le soldat qui l’avait interpellé.
- Oui, sergent ?
- Les scanners thermiques ont détecté du mouvement à onze heures.
Pelo recula pour se mettre à hauteur du sous-officier, et vérifia ses détecteurs intégrés dans la visière de son casque. Des spots écarlates clignotaient face à ses yeux.
- Combien de formes de vies ?
- Une demi-douzaine, capitaine. À deux kilomètres de notre position. Ce doit être des autochtones, ajouta le sergent. Peut-être des fermiers du coin.
Oreste l’entendit distinctement à quelques mètres de là. La petite voix grinça dans ses pensées : des fermiers… y crois-tu vraiment ?
Non, le corellien n’en croyait rien.
- Capitaine, stoppez la colonne et envoyez une patrouille. Si les séparatistes nous préparent une embuscade, nous devons l’éventer.
- D’accord avec vous, commandant.
Pelo appela six clones qui formeraient la patrouille de reconnaissance. Il leur donna des consignes simples : repérer l’ennemi sans l’engager. Les soldats s’engagèrent plus profondément dans la forêt et ils disparurent peu après, avalés par la brume. Leurs camarades suivirent leur progression lente, en restant en contact comlink.
Toutes les minutes, un rapport de situation fut envoyé au capitaine Pelo jusqu’à ce que le comlink intégré de son casque n’émette plus que des parasites inquiétants. Le Jedi corellien sut dans la Force que ses hommes n’étaient plus.
Néanmoins, leur sacrifice avait forcé les séparatistes à révéler leur présence.
- Capitaine, préparez-vous au combat.
Oreste activa son sabre-laser, laissant une lame verte émeraude se déplier en crépitant. La Force l’envahit, se propageant dans tout son être, prolongeant sa prescience. La petite voix en profita pour se rendre plus insistante.
Cède à l’obscurité, encore.
Oui, il l’avait déjà fait après tout, sur Géonosis quand il avait torturé ce géonosien dans une Étreinte de Force. Sur Metalorn, quand il avait tourmenté cet officier séparatiste pour qu’il lui révèle les codes permettant de désactiver le bouclier planétaire…
Cède-moi.
- Appelez Maître Mundi, capitaine. Dites-lui que nous aurons du retard à cause d’une probable poche de résistance séparatiste.


Voilà, j'espère que cela vous a plu :wink: ! Encore un cliffhanger, je sais... :whistle:

Allez, à mardi prochain :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Jeu 14 Juil 2022 - 11:26   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Extrait lu!

On commence à raccrocher les wagons avec le tome I des Origines du Jedi Corellien si je ne m'abuse ! :think:

Vivement la suite! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7833
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Jeu 14 Juil 2022 - 21:32   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour :cute: :cute: !

L2-D2 a écrit:On commence à raccrocher les wagons avec le tome I des Origines du Jedi Corellien si je ne m'abuse !


Et comment :oui: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Mandoad » Sam 16 Juil 2022 - 15:23   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Retard rattrapé et 3 chapitres sur Oreste, on est gâté.

J'ai bien aimé celui sur la brouille d'Oreste et de Rachi et la réaction de cette dernière face aux paroles hypocrites du Corellien sur l'attachement. J'ai trouvé bien envoyé.
Je pensais aussi que la mention de Hett ferait le lien avec la partie se déroulant dans le futur, mais apparemment ce n'était qu'un petit caméo.

Le suivant avec le duel entre Anakin et Oreste, j'ai un peu moins accroché. Si tu t'en sors toujours aussi bien dans la description d'un tel affrontement, j'ai trouvé la caractérisation des deux personnages un peu immature. En fait, j'ai eu l'impression de voir deux enfants qui se disputaient à coups de "c'est lui qui a commencé", ce qui a rendu leur échange un peu puéril pour le coup.

Quant au troisième, j'ai beaucoup apprécié de voir qu'on se rapproche gentiment des Origines et je suis curieux de voir comment tu vas clore tout cela !

Je reviendrai pour la suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1403
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar mat-vador » Lun 18 Juil 2022 - 18:46   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour, Mandoad :wink: !

Mandoad a écrit:J'ai bien aimé celui sur la brouille d'Oreste et de Rachi et la réaction de cette dernière face aux paroles hypocrites du Corellien sur l'attachement. J'ai trouvé bien envoyé.


Rachi a soulevé un problème dans le dogme Jedi :sournois: !

Mandoad a écrit:L e suivant avec le duel entre Anakin et Oreste, j'ai un peu moins accroché.


Ah, flûte :( !

Mandoad a écrit:Quant au troisième, j'ai beaucoup apprécié de voir qu'on se rapproche gentiment des Origines et je suis curieux de voir comment tu vas clore tout cela !


Le destin inexorable de notre Oreste :diable: !

Allez à demain :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Mar 19 Juil 2022 - 21:37   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Bonsoir à tous, comment ça va ?

C'est l'heure de la suite de la bataille :sournois: :sournois: !


Pelo s’accroupit pour passer l’appel. La connexion était en cours lorsque les ennemis frappèrent sans crier gare. Un trait ardent transperça la brume pour se ficher dans la poitrine d’un clone qui passait devant Pelo. Compte tenu des conditions climatiques, le capitaine avait été ciblé par un tireur d’élite et s’en était sorti avec beaucoup de chance.
À peine le corps du clone refroidissait-il sur le sol enneigé que des sifflements précédèrent la chute d’obus sur leur position. Le sommet de plusieurs bipodes enfla avant d’exploser, plongeant la colonne dans une profonde confusion. L’essence de leurs équipages s’effaça des courants de la Force, immergeant le corellien dans une grande colère.
Oui, c’est cela. Cède-moi.
Il leva son épée, bloquant les premiers tirs séparatistes qui lui tombaient dessus.
- Capitaine, déployez les hommes ! On doit avancer ! Appelez le Cerbère d’Agamar, on a besoin de soutien aérien.
Pelo le relaya :
- Remuez-vous, bande de di’kut ! Déployez-vous et débusquez-les !
Les soldats s’accroupirent ou se jetèrent ventre à terre, avant d’épauler leur fusil blaster DC-15 et de riposter. Les traits bleus ionisés républicains croisèrent les traits écarlates des séparatistes. La bataille de la Vallée du Serpent avait commencé.
La colonne se scinda, lorsque les chars Trident et les hexapodes RT-TT se séparèrent pour faire face à la menace. Leur puissant canon entra en action, bombardant les positions supposées des séparatistes. Ces derniers accentuaient leur feu nourri, rendant la posture des républicains bien plus précaire.
Un char Trident dépassa Oreste, au grand dam de ce dernier qui trouvait que le véhicule s’exposait dangereusement. L’engin qui flottait sur répulseurs, encaissa un puissant tir de canon qui le brisa en deux. Des morceaux de corps et d’armures blanches volèrent de part et d’autre du point d’impact, tandis que la déflagration souffla Oreste en arrière.
Il fut relevé par Pelo.
- Monsieur, doit-on battre en retraite ?
- On avance, capitaine.
- Nous subissons de lourdes pertes. Nous devrions attendre le soutien aérien…
Le corellien le fusilla du regard et le clone remarqua non sans appréhension, que ses yeux verts et gris arboraient une maléfique lueur jaune.
- Nous ne laisserons pas les séparatistes gagner. Que tous les hommes proches de nous me suivent, nous allons en finir.
- Oui, monsieur.
Quelques droïdes de combat apparurent hors de la brume, ouvrant le feu sur le Jedi corellien qui repoussa leurs tirs de blaster avant d’élever la main. Les frêles automates furent fracassés contre un arbre fendu par les barrages d’artillerie.
Il pivota vers les volontaires prêts à le suivre dans sa contre attaque. Une trentaine de clones, dont des sapeurs équipés de charges anti-blindés magnétiques. Pelo ordonna à ceux-ci de se tenir juste derrière les fantassins.
La petite voix lui suggéra :
Laisse-moi te guider jusqu’au chef ennemi.
- Chargez !
Il s’élança en avant, à travers la mitraille et agitant son sabre-laser pour se frayer un chemin à travers les rangs ennemis. Il découpa les droïdes qui lui barraient la route, ne prenant pas garde aux deux clones qui trébuchèrent face contre terre, balayés par des éclats de shrapnel, dus à l’explosion d’une mine antipersonnel.
La Force lui faisait percevoir la présence du chef ennemi, un être organique qui se terrait à l’abri des combats, à quelques centaines de mètres. La petite voix l’encourageait sans cesse, oui… il se rapprochait de lui.
Trouve-le et tue-le. Brise tes chaînes.
Ils débouchèrent dans une clairière, où des tanks séparatistes faisaient mouvement pour harceler les flancs de la colonne républicaine bloquée. Gardés par des dizaines de droïdes, dont les senseurs les détectèrent.
- Posez les charges sur les tanks, vite ! Intima Pelo.
Les fantassins clones traversèrent les rangs des droïdes à l’image du Jedi corellien, tel un ouragan hors de contrôle. Ils les décimèrent en peu de temps et les sapeurs en profitèrent pour poser les mines magnétiques sur chacun des tanks présents sur les lieux. Un à un, les véhicules d’assaut furent réduits au silence, éventrés.
Les républicains prirent le contrôle de la clairière, désorganisant le dispositif d’attaque ennemi. Les soldats se regroupèrent autour du Jedi.
- Monsieur, nous devrions rejoindre la colonne.
- Non, cette attaque a été organisée, capitaine. Nous devons trancher la tête du serpent qui la commande.
La dureté de son ton fit frémir l’officier.
- Bien, commandant. On vous suit.
Ils quittèrent la clairière, se remettant en ordre de marche, sans les sapeurs qui furent sommés de rejoindre leurs camarades. Deux escouades demeurèrent ainsi avec le corellien, lui emboîtant le pas en file indienne.
Pelo ordonna d’envoyer les droïdes sondes pour prévenir toute surprise. La neige continuait de tomber, rendant le sol plus compact et plus épais. Leurs pas s’y enfonçaient de plus en plus profondément.
Les ronronnements des sondes cessèrent subitement au bout d’une centaine de mètres, s’effondrant sur la neige, les circuits désactivés.
- Capitaine ? Demanda Oreste.
- Brouillage à basses fréquences, monsieur.
Cela signifiait que l’ennemi était proche et le Jedi sentait leur présence déterminée, prêt à agir. Il brandit le sabre-laser devant sa poitrine, une fraction de seconde avant qu’un tir lumineux ne troua l’armure d’un clone à la poitrine, en arrière du groupe.
Ils surgirent de sous le manteau neigeux, vomis des entrailles de Mygeeto. Des humanoïdes chauves grands de taille, dépassant aisément les deux mètres. De loin, leur silhouette fine et décharnée les faisait paraître comme des allumettes vêtues de combinaison de survie. Leur teint maladif était de la même couleur que la neige de Mygeeto.
Leurs longs doigts minces maniaient des fusils blasters de haute précision à lunettes, ce qui expliquait les lourds pertes infligées aux républicains depuis le début de la campagne. Aidés des droïdes de combat, ils menaient une guérilla latente contre la République pour ralentir leur progression vers les centres urbains, dont Mathalfel.
- Position défensive ! Hurla Pelo.
Les soldats s’accroupirent en arc de cercla mais les muuns séparatistes étaient deux fois plus nombreux qu’eux. Ils les entouraient et les tirs précis les décimaient.
- J’ai besoin d’aide… Argh !
Le clone à droite de Pelo, s’écroula lorsque le trait ennemi ardent transperça son casque pour l’atteindre à l’œil.
- Commandant, on doit dégager d’ici !
Oreste entendit la petite voix lui commander : tu as le pouvoir de tous les détruire.
Alors le corellien se dressa et usa de la Force pour tonner :
- C’est moi que vous voulez, séparatistes ? Je suis là !
Tous les tirs convergèrent vers lui, qu’il bloqua avec sa lame lumineuse avec une fureur mêlée de dédain. Il s’écarta des clones et fondit sur le muun le plus proche dont il fendit la poitrine de haut en bas.
Trois autochtones saisirent des détonateurs thermiques et les lui balancèrent au visage. Les engins pyrotechniques s’immobilisèrent à mi-distance avant d’être renvoyés vers leurs expéditeurs. Il n’en restait plus que de la charpie informe après les explosions.
Leur chef n’est pas loin, souffla la petite voix.
Il plongea davantage dans les flux de la Force et dans ses propres ténèbres. Il repéra une femme muun dans un uniforme d’officier terne, sali par la neige et la boue qui menait ses hommes au combat.
- Laissez tomber les clones ! Tuez le Jedi ! L’entendit-il dire.
Les humanoïdes se détournèrent des républicains dont plus de la moitié était tombée, pour concentrer leur attention sur le corellien. Ils s’interposèrent entre ce dernier et leur cheffe, qui recula pour se mettre à l’abri, tout en épaulant son fusil de précision.
Elle guettait une ouverture mais le Jedi bougeait bien trop vite pour être ciblé. Son sabre-laser déchirait l’air au fur et à mesure qu’il se rapprochait d’elle. Sectionnant les membres, déchirant les corps comme de la viande de boucher.
- Protégez la colonelle Scefe !
Le muun qui donna cet ultime commandant fut décapité sans autre forme de procès. Cinq de ses semblables restaient encore debout pour exécuter cette funeste instruction. Il ressentit leur terreur et ne put se retenir de la savourer.
C’est la véritable voie, appuya la petite voix.
- Vous devriez vous rendre, tous. C’est votre chef que je veux.
Il perçut la brève hésitation des muuns et la détermination inflexible de leur commandante qui souriait. Elle écarta son capuchon, dévoilant la longue balafre qui barrait l’orbite vide de son œil gauche.
- Ils ont perdu leur famille dans les derniers bombardements criminels de la République, Jedi. Nous nous battrons jusqu’à la mort pour notre liberté, asséna-t-elle froidement.
- Je respecte votre choix. Tout compte fait, c’est ce que j’espérais. Je n’avais pas l’intention de vous épargner.
Les derniers muuns ne furent plus qu’une formalité pour le corellien qui les élimina de frappes de taille, les divisant en plusieurs morceaux. Il enjamba les corps fumants, pour faire face à la colonelle Scefe.
- Vous n’empêcherez pas la victoire de la République, lui annonça-t-il avec suffisance. Bientôt la paix mettra fin au désordre que vous avez causé depuis trois ans. Mygeeto tombera, comme les derniers bastions séparatistes.
La muun cracha sur la neige, de mépris haineux.
- Parce que vous croyez que votre cause est plus juste, que vos souffrances comptent plus que les nôtres ? Allez dire cela à tous ceux qui ont tout perdu dans votre guerre, leur foyer et leur famille ! Vous n’avez toujours pas compris que pour beaucoup de peuples, la République est l’oppresseur ? Ouvrez les yeux !
- Nous combattons pour les principes de la République, que vous tentez d’avilir.
- Vous êtes devenus si arrogants et aveugles que vous n’avez pas compris que la République que vous défendez n’existe plus ! Le Chancelier Palpatine s’est arrogé tous les pouvoirs du Sénat et vous continuez de lui en donner.
- C’est de la propagande séparatiste ! S’indigna le Jedi.
La muun braqua son fusil vers lui.
- Votre démocratie est morte, ma cause est morte. Ma famille… je ne tarderai pas à la rejoindre, là où ils reposent en paix.
Une tristesse infinie imprégnait les courants de la Force. Et pour la première fois, Oreste se sentit proche de cette ennemie. Il songea à son amante Beliem laissée sur Corellia qui l’attendait. Ce qu’ils construiraient ensemble après la paix… une famille comme celle que la séparatiste avait perdue dans les durs combats ?
Il ne voulait pas perdre Beliem, il ne voulait pas perdre le bonheur qu’elle pouvait lui apporter. Cette séparatiste et ses illusions perdues ne comptaient pas pour lui. Oui, ce qu’elle représentait face à lui, n’avait pas d’importance.
Elle n’est rien par rapport à ce que tu pourrais devenir, disait la petite voix.
La muun pressa la détente et son expression demeura figée par la stupéfaction lorsque son tir lui fut renvoyé au bas du ventre. Elle s’écroula sur les genoux, pressant ses longs doigts fins contre la plaie. Sa blessure n’était pas mortelle.
- Par tous les enfers… c’est douloureux, grogna-t-elle.
Elle releva la tête avec dignité.
- Accordez-moi une mort rapide, Jedi. Entre guerriers.
La petite voix le convainquit qu’elle ne méritait pas cette faveur. Alors il usa de la Force pour la saisir et la soulever sans la moindre compassion. Dans ses mots, la pitié était absente.
- Après m’avoir causé tant de problèmes, vous espérez ma miséricorde ? Je ne vous dois rien, séparatiste.
Il resserra l’Étreinte de Force qui l’emprisonnait, la broyant avec une lenteur cruelle. Un sourire carnassier étira ses lèvres, à mesure qu’il accroissait sa souffrance. Puis un tir ionisé bleu transperça la muun à la poitrine.
Confus, le corellien laissa le corps de l’humanoïde retomber dans la neige avant de pivoter vers le clone dont le fusil-blaster fumait.
- Pelo.
- Commandant, êtes-vous blessé ?
Le corellien hocha la tête en signe de dénégation. Puis il comprit que son subalterne était le seul soldat encore debout.
- Qu’est-il arrivé aux autres ?
- Ils ont fait leur devoir, monsieur. Ce pour quoi ils ont été crées.
Oreste nota l’amertume dans son ton. La colère affleurait sous la surface de son impassibilité, mais il ignorait contre quoi ou qui elle était dirigée. Il retourna sur ses pas, constater par lui-même l’état des pertes encaissées aujourd’hui.
Les armures blanches étalées entre les arbres disparaissaient sous la neige, les corps sans vie refroidissant déjà à l’intérieur. Voilà où l’avait mené sa passion une fois encore. Géonosis, Metalorn, Mygeeto et tant d’autres champs de bataille qu’il s’efforçait d’oublier. Tous ces hommes qu’il avait conduits à la mort, au nom de la République.
Mais il n’en éprouvait aucun remords.
- Rejoignons la colonne, fit le Jedi.
À cet instant, Pelo reçut un appel sur son comlink puis il rendit son rapport.
- Monsieur, le Cerbère d’Agamar a envoyé le soutien aérien. Les séparatistes ont battu en retraite vers les montagnes.
- N’y a-t-il pas des villages à proximité ?
- Le village le plus proche est à dix kilomètres de notre position, à l’entrée de la vallée. Les séparatistes y ont peut-être reçu de l’aide pour préparer leur attaque.
Le corellien regarda une dernière fois les armures blanches immobiles avant de suggérer d’une voix aussi glaciale que le climat local :
- Nous allons nous regrouper et fouiller ce village. Nous ne laisserons aucune menace persister dans notre dos.
Pelo ne laissa aucune émotion ou désapprobation transpirer dans la Force. Il se comportait comme l’espérait le Jedi. Une arme vivante, dressée pour la guerre.
- Nous devrions envoyer un rapport au général Mundi, suggéra-t-il au Jedi.
- Je m’en charge, capitaine.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Jeu 21 Juil 2022 - 12:07   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Extrait lu !

Oreste ne fait pas dans la demi-mesure ! :shock: On sent bien que la Guerre a été longue, violente, cruelle même, et que cette petite voix qu'Oreste entend régulièrement, et bien elle lui a permis de survivre. Sans faire dans la dentelle, sans s'embarrasser de faire des prisonniers (au point que même son commandant clone semble tiquer - d'ailleurs, c'est appréciable de le voir dans un rôle d'allié, le Jedi ferait bien d'en profiter, ça ne durera pas ! :diable: ), sans vraiment respecter les idéaux de l'Ordre Jedi. En fait, si l'Ordre 66 n'avait pas eu lieu, je pense qu'Oreste aurait eu des comptes à rendre au Conseil...

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7833
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Dim 24 Juil 2022 - 21:40   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour, L2 :wink: !

L2-D2 a écrit: :shock: On sent bien que la Guerre a été longue, violente, cruelle même,


je voulais montrer qu'il ne se battait peut-être pas dans le bon camp :sournois: :sournois: !

L2-D2 a écrit:d'ailleurs, c'est appréciable de le voir dans un rôle d'allié, le Jedi ferait bien d'en profiter, ça ne durera pas ! :diable: )


La purge va bientôt arriver :diable: !

L2-D2 a écrit:En fait, si l'Ordre 66 n'avait pas eu lieu, je pense qu'Oreste aurait eu des comptes à rendre au Conseil...


Ce serait un infinity intéressant, ça :whistle: !


Allez, à mardi :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Mar 26 Juil 2022 - 22:05   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Bonsoir à tous, comment allez-vous ?

Allez, on continue avec Oreste Tissan pendant la campagne de Mygeeto, peu de temps avant l'avènement de l'Empire :sournois: !



La bataille de la Vallée du Serpent était achevée depuis quelques heures et la nuit était tombée sur le champ de bataille jonché d’épaves de véhicules de combat et de corps. Les clones ramassaient leurs morts, prenaient soin de leurs blessés et dégageaient le chemin pour rallier les forces du général Mundi et débuter le siège de Mathalfel.
Oreste s’était détourné de ce spectacle et avait rédigé un rapport de la bataille à l’intention de Maître Mundi. Bien évidemment, il avait survolé le détail de ses actes peu glorieux, son maître devait tout ignorer de son attirance pour les ombres.
Des canonnières avaient atterri pour emmener autant d’hommes que possible pour l’opération spéciale que Oreste avait prévue. Le corellien vociféra avec Pelo pour faire accélérer le mouvement. Ils décollèrent lorsque l’embarquement fut terminé.
Le Jedi fixa encore une fois les lueurs des nanolampes des clones qui quadrillaient la Vallée du Serpent avant qu’elles ne disparaissent englouties par les sommets des sapins, revêtus de leur pâle coiffe blafarde. Il serra la poignée froide qui lui permettait de conserver son équilibre, malgré les balancements de la canonnière secouée par les derniers battements de la tempête en déclin.
- Nous serons arrivés sur l’objectif dans cinq minutes, le prévint Pelo.
Il inspira un grand coup et de la vapeur s’échappa de ses narines. Cette neige lui faisait regretter la douceur de Corellia, l’affection paternelle de son mentor Nejaa Halcyon, l’amour de sa mère et de sa compagne Beliem.
Beliem… elle lui manquait tellement, son visage était le rayon de soleil de sa vie et d’une meilleure promesse de l’avenir. Il s’accrochait à l’espoir que rester enfin auprès d’elle, ferait de lui un homme meilleur, libéré de ses tourments.
Tu as d’abord une mission à accomplir, lui rappela sévèrement la petite voix dans son esprit.
Oui, il devait s’assurer que les villageois muuns n’avaient aucune responsabilité dans l’embuscade meurtrière que les séparatistes leur avaient tendu dans la Vallée du Serpent. Ils avaient déclenché cette guerre, emporté tellement de systèmes dans cette spirale de violence sans fin… détruit de si nombreuses familles, fait peser une ombre incertaine sur le bonheur de Beliem. Il ne leur pardonnerait jamais.
Si ces muuns étaient coupables d’une quelconque sympathie pour le camp séparatiste, il ferait s’abattre sur eux le juste châtiment. Même si cela l’écartait un peu plus de la voie des Jedi, il devait s’assurer de la loyauté des clones sous son commandement.
- Le Cerbère d’Agamar a-t-il détecté du mouvement ennemi, là où nous allons ?
- Négatif, monsieur. Rien à signaler.
Oreste projeta ses sens loin de lui et ne perçut pas de menace immédiate. Bien, il ne jetterait pas ses hommes dans un nouveau piège.
- Trente secondes, objectif en vue. Vos ordres, commandant Tissan ?
- Coupez toute retraite possible, aucun villageois ne doit s’échapper.
Sur un ordre de Pelo, les canonnières s’écartèrent les unes des autres et se posèrent de part et d’autre du village de quelques centaines d’âmes, encaissé dans le creux d’un vallon, à l’entrée de la Vallée du Serpent.
Le rugissement des moteurs avait attiré l’attention des autochtones, Oreste l’avait senti. Depuis sa position, il les observait en train de s’égailler dans leur masure, saisissant leur progéniture pour les mettre à l’abri et s’enfermer à l’intérieur. Ce qui paraissait être une attitude ordinaire de civils soucieux de se préserver de la cruauté de la guerre, devenait suspect aux yeux du corellien. Ce comportement pouvait même constituer une preuve suffisante.
Il se promit qu’il saurait la vérité.
Oui, fais confiance à ton instinct, l’encouragea la petite voix.
Les véhicules républicains se posèrent autour du village, en formation serrée de manière à bloquer efficacement toute entrée et sortie. Les clones sautèrent promptement dans la boue enneigée, se haranguant en mando’a.
- Bougez-vous le shebs ! Jurait Pelo.
Après avoir posté des sentinelles afin de prévenir toute surprise, le Jedi investit le village avec le reste des troupes. Pelo ordonna que tous les villageois sortent de leurs habitations pour contrôler leur identité.
Pétrifiés de terreur, aucun des muuns n’obtempéra. Avec la permission de Oreste, les soldats s’approchèrent pour défoncer les maigres portes à coups de crosse et extirper de force les résidents qu’ils jetèrent impitoyablement dans les rues. Levant les mains en l’air, les humanoïdes se laissèrent docilement conduire vers la place principale, au cœur du village.
Assaisonnés de coups de poings et de coups de bottes, cela allait de soi. Les familles se tenaient par les bras, les enfants contre leurs parents qui les rassuraient en leur murmurant quelques mots doux alors que le froid les tenaillait entre ses pinces cruelles.
Ce même froid qui avait envahi le cœur de Oreste, lui ôtant toute pitié à l’encontre de ces civils que l’écho de la guerre avait rattrapés.
Les quelques dizaines de villageois furent regroupés puis encerclés par les clones au milieu du village sous ses yeux, Pelo lui confirmant que personne ne manquait à l’appel.
- Qui les représente ? Répondit le corellien.
L’officier tonna en direction de la foule :
- Qui vous représente ?
Dans un silence oppressant, une silhouette fendit les rangs, vêtue d’une toge mauve et s’appuyant sur une canne. La vieille muun aux rides profondes, soutint le regard distant du clone puis celui du Jedi, légèrement en retrait.
- Je suis la Préfète Sandari, votre présence n’est pas nécessaire ici. Il n’y a que des chasseurs et des cueilleurs, qui cherchent à survivre tant que possible.
- La ferme, trancha Pelo.
- Capitaine, le rappela à l’ordre Oreste.
Il prit la place de Pelo pour faire face à la Préfète.
- Nos troupes viennent d’être attaquées dans la Vallée du Serpent et nous avons subi de lourdes pertes, expliqua-t-il.
- Nous sommes désolés de l’apprendre, jeune Jedi. Mais c’est ce qui arrive inévitablement quand on amène le malheur avec soi.
Les yeux du corellien acquirent une plus grande dureté.
- Votre village étant proche du lieu de la bataille, nous vous soupçonnons d’avoir aidé les séparatistes de quelque manière que ce soit.
Il perçut dans la Force, le changement subtil d’atmosphère qui planait au-dessus de cette petite assemblée. Un accroissement sensible d’angoisse qui gagnait tous les villageois, y compris chez la matriarche qui devint consciente que ses prochains mots pourraient décider de leur sort à tous.
- Mais il n’y a ni combattant ni droïde dans notre village, insista-t-elle. Nous n’avons rien à voir avec les combats.
Oreste le sut avant que la petite voix ne lui confirma : elle ment.
- Nous verrons, coupa-t-il sans chaleur. Passez tout le village au peigne fin, fit-il impérieusement à ses soldats.
Des hommes retournèrent vers les masures pour les fouiller. Des bruits de tables, de chaises renversées puis de meubles forcés leur parvenaient. Des muuns baissaient vers les yeux vers le sol gelé, craignant d’avance d’affronter le courroux de leurs geôliers. La tristesse ridait un peu plus le front de la Préfète, pressentant qu’un malheur allait s’abattre sur sa communauté.
Le corellien découvrirait bientôt la vérité, la petite voix le lui chuchotait.
Les soldats revinrent, du butin plein les bras. Des armes de guerre, massivement utilisées par les miliciens locaux séparatistes, du matériel médical… et un massif appareil de communication à courte portée.
- Nous l’avons découvert sous le plancher, expliqua un des clones au Jedi.
Les armes en soi ne constituaient pas une preuve majeure mais cet émetteur, par contre… Oreste serra involontairement le poing autour de la crosse de son sabre laser. Une énergie glacée émanait de son âme pour se répandre dans tout son corps.
La haine avait prise sur lui.
- Vous l’avez utilisé pour prévenir les séparatistes de notre arrivée, lança-t-il face aux villageois otages.
Aucun ne lui répondit, de peur de déclencher une violente réaction.
- Maître Jedi, je comprends votre colère, déclara la Préfète en s’avançant. Je suis prête à en assumer toute la responsabilité mais je vous supplie d’épargner les miens. Ils ne font que m’obéir.
La petite voix se moqua : quelle noble tentative.
- Ils ont choisi de vous obéir, la sentence sera la même pour tous.
Les terribles mots du Jedi éveillèrent l’effroi dans les yeux de la Préfète. Des murmures implorants parcoururent la foule apeurée.
- Mais vous êtes un Jedi ! Vous ne pouvez pas…
- Je suis un Jedi et je sers la République, que votre sédition met en danger. Cette guerre que vous avez déclenché, n’a que trop duré.
- Il y a des enfants, vous oseriez leur faire du mal ?
Les yeux verts et gris du corellien se promenèrent sur tous les villageois, s’attardant sur les enfants muuns confus et hébétés.
- Il n’y a pas d’innocents dans cette guerre, martela-t-il. Vous partagerez tous le même sort.
La matriarche comprit qu’il ne fléchirait pas. Les clones resserraient l’étau autour de leurs prisonniers, ôtant le cran de sûreté de leur fusil blaster.
- C’est ce que la République est devenue, souffla la Préfète avec résignation.
- Nous la sauverons des séparatistes, Préfète, lui assura le capitaine Pelo.
Par fierté, Sandari ne daigna pas lui accorder la moindre attention, continuant de soutenir le regard du corellien.
- Et qui la sauvera de criminels comme vous, Jedi ?
Oreste crispa la mâchoire, il ne pouvait pas reculer sans se ridiculiser devant ses propres troupes. Il devait aller jusqu’au bout.
- Procédez, capitaine.
- À vos ordres, commandant.
Le Jedi recula pour laisser sa place à Pelo. Il se détourna pour ne pas voir la suite, alors que l’officier ordonna implacablement à ses hommes.
- Soldats, en position.
Les villageois tentèrent de dissuader leurs bourreaux.
- Épargnez les enfants ! Épargnez-les ! Les suppliaient-ils.
Leurs cris de détresse rebondissaient sur ces armures blanches insensibles au désespoir alors que les armes étaient pointées dans leur direction, prêtes à rugir. Oreste ferma les yeux et se coupa de la Force, éteignant même cette petite voix qui l’accompagnait toujours.
- Feu à volonté, lâcha Pelo.
Oreste garda les paupières closes, serrant les dents pour ne pas voir ce qu’il entendait. Les détonations mêlées aux cris d’agonies des muuns qui s’effondraient les uns sur les autres, rejoignant un à un le néant glacé de l’abîme.
Se retirer de la Force lui permit de ne pas ressentir ces morts. Puis il se demanda pourquoi il en avait été réduit à cette impitoyable extrémité. Alors il laissa le visage de Beliem se matérialiser dans son esprit. Il s’imaginait qu’elle le regardait et lui souriait. Oui, c’était pour elle qu’il le faisait, pour son bonheur dans une galaxie libérée de la guerre et de la terreur séparatiste.
Ce qui se passait dans ce village de Mygeeto, était un mal nécessaire.
Un enfant Muun s’extirpa de sous les cadavres de ses parents, ses vêtements et sa peau grise terne maculés de leur sang. Il rampa entre les corps, avant de se lever subitement et de se mettre à courir à toute vitesse.
La peur de la mort lui donnait des ailes de Thranta mais le sauverait-elle pour autant ? Pelo le remarqua en premier.
- Ne le laissez pas s’échapper !
Le capitaine montra l’exemple, en épaulant son fusil. L’enfant foulait le sol à grandes enjambées mais à peine avait-il quitté la place qu’un trait ionisé le frappa entre les omoplates pour ressortir de sa maigre poitrine.
Il ne comprit pas l’intense douleur qu’il ressentait à l’impact, tandis qu’il titubait, ses perceptions engourdies. Il fut projeté face contre terre, par les autres tirs de blaster, et la neige teintée de son sang commençait à recouvrir son minuscule cadavre. Aucun autre enfant n’avait obtenu grâce.
Deux clones s’approchèrent et s’assurèrent de sa mort en visant la nuque. Leur besogne faite, ils rejoignirent leurs camarades qui tiraient sur le tas de cadavres qui trônait sur la place du village. Au-dessus de cette pile de chair funeste, des mains continuaient de s’agiter vers les cieux sombres. Les doigts fins remuaient, pour implorer encore une dernière fois de l’aide.
Quelques détonations ponctués de flash éphémères… tout fut terminé.
Pelo revint vers le Jedi corellien.
- Commandant, nous avons terminé.
Oreste rouvrit alors les yeux sur le carnage qu’il a refusé de regarder. Puis il se connecta à la Force, la prolongeant vers les victimes dont il ne détecta aucun signe de vie. Malgré sa répugnance, il plongea ses yeux dans ceux de la Préfète, qui semblait le fixer d’un air accusateur malgré la mort qui l’avait figé.
Il se consola en se rappelant qu’il l’avait fait pour Beliem, pour la retrouver quand la guerre sera finie.
- Évacuez les hommes, capitaine.
- Oui, commandant.
Pelo sonna le rappel et les clones se regroupèrent dans l’ordre pour quitter le village supplicié. Oreste saisit son comlink.
- Tissan aux canonnières, tenez-vous prêt à faire feu quand nous aurons quitté le village.
Les clones gagnèrent les entrées du village, quadrillant rigoureusement les environs. Au-dessus d’eux, les canonnières passèrent en rase-mottes pour déverser tout leur arsenal sur les masures abandonnées.
Les missiles et les roquettes explosèrent, répandant en quelques secondes un incendie généralisé qui dévasta tout le village. Des projectiles incendiaires furent lancés sur les cadavres agglomérés sur la place. Tout trace de ce qui venait de se passer, devait disparaître.
Le corellien et ses hommes regardaient les flammes aussi écarlates que le sang qui avait été versé, s’élever vers les nuages lourds et sombres. À travers eux, la guerre avait détruit ce havre de vie et d’harmonie rude.
Les canonnières se posèrent ensuite pour les embarquer et les ramener vers le gros des troupes qui les attendaient dans la Vallée du Serpent. La guerre se poursuivait, d’autres vies seraient perdues tant que Mygeeto resterait aux mains des séparatistes.
- Quel rapport devons-nous envoyer au Cerbère d’Agamar sur ce qui s’est passé ? Lui demanda le capitaine à côté de lui.
- Seulement ceci. Ce village a été détruit par les séparatistes car ses habitants ont été soupçonnés de nourrir de la sympathie pour la République.
Il sentit peser le regard de l’officier avant que celui-ci n’acquiesça en silence. La guerre était assez cruelle, pour brouiller les responsabilités dans un miasme indéchiffrable. Tant qu’elle durerait, il s’enfoncerait dans les ténèbres.
Toujours un peu plus dans les ténèbres.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à mardi prochain :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mer 27 Juil 2022 - 11:20   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Extrait lu!

Ah oui, quand même! :shock:

On est au bal des faux-culs tout de même avec un Orestetellement convaincu de son bon droit et de faire ce qu'il faut... qu'il se coupe de la Force au moment de l'exécution et refuse de regarder ce qu'il n'hésite pourtant pas à ordonner. Elle a bon dos, Beliem... :non:

Un beau salopard donc que tu nous as présentés ici!

Vivement la suite! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7833
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Jeu 28 Juil 2022 - 21:31   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour, L2 :wink: :wink: !

L2-D2 a écrit:On est au bal des faux-culs tout de même avec un Orestetellement convaincu de son bon droit et de faire ce qu'il faut... qu'il se coupe de la Force au moment de l'exécution et refuse de regarder ce qu'il n'hésite pourtant pas à ordonner.


Mais oui ! Mais qu'il assume :grrr: :evil: :evil: enfin !

L2-D2 a écrit: Elle a bon dos, Beliem... :non:


Quand l'amour rend aveugle :whistle: :whistle: !

L2-D2 a écrit:Un beau salopard donc que tu nous as présentés ici!


Pas trop surpris qu'il devienne un certain Jedi Noir de Dathomir :sournois: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Mar 02 Aoû 2022 - 22:03   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Bonsoir, je vous poste la suite !

Et c'est le début de la sixième et dernière partie :sournois: !



Partie 6 : Rédemption

Le passé

Bordure Extérieure, Secteur de Quelii, planète Dathomir
Des années après l’avènement de l’Empire

Le vaisseau de Rachi Sitra émergea de l’hyperespace et ralentit pour scanner les environs. La Jedi twi’lek souhaitait se préserver de la mauvaise surprise qu’elle avait connue lors de sa dernière visite.
Celle d’un chasseur de primes qui lui avait tendue une embuscade en orbite et l’avait capturée pour la livrer à l’Empire. Elle se souviendrait encore de cette rencontre avec Boba Fett et ne comptait pas commettre les mêmes erreurs. Elle projeta davantage ses perceptions dans la Force, pour détecter l’arrivée d’éventuels intrus.
Elle ressentit d’abord Dathomir et les étincelles de vie qui la peuplaient. Ce monde résonnait dans la Force avec une telle aura qu’elle s’en nourrit pour prolonger sa prescience dans tout le système. Elle reprit sa respiration avec plus de régularité quand elle fut certaine de l’absence de menace immédiate. Cela ne signifiait pas pour autant que la mission diplomatique dont elle a été chargée pour le compte de l’Alliance Rebelle, serait facile.
Dathomir regorgeait de dangers. Rien que la faune de la planète suffisait à tuer les voyageurs imprudents et les naufragés. La flore qui conférait cette vague apparence chlorophylle à ce monde isolé des routes hyperspatiales, dissimulait la présence d’autochtones sensibles à la Force. Les Sorcières de Dathomir.
Férue d’histoire et d’archéologie lors de sa formation au Temple de Coruscant, Rachi connaissait leur histoire. Cette communauté d’adeptes de la Force fut créée suite à l’exil d’Allya, une Jedi ayant sombré du Côté Obscur et bannie par ses pairs sur ce qui était une colonie pénitentiaire de la République. Au fil des générations, cette communauté avait prospéré en plusieurs clans, créant une société matriarcale qui avait réduit les hommes au rang de simple reproducteur. Voilà pourquoi, elle ignorait comment elle serait reçue.
Elle devait d’abord échapper aux scanners de l’Empire qui possédait un pénitencier pour les prisonniers politiques. Elle relança les moteurs après avoir modifié la signature de son transpondeur.
Les impériaux ne prirent pas garde à son approche, la laissant pénétrer les couches nuageuses et survoler l’infinie forêt de sapins. Elle repéra ensuite une chaîne de montagne qui marquait l’entrée du clan de la Montagne Qui Chante.
Elle remarqua un vallon isolé où elle pouvait poser son vaisseau discrètement. Après l’appontage, elle ouvrit une connexion longue portée cryptée avec l’un des agents de la rébellion qui collaborait avec elle.
La figure d’une humaine aux cheveux roux coupés courts et à l’allure d’une aristocrate s’illumina devant elle.
- Sénatrice Mothma, je suis arrivée. Les impériaux n’ont pas détecté mon approche.
L’hologramme de la dignitaire entrée en rébellion contre l’Empire montra le soulagement de cette dernière.
- Bien, j’espère que vous réussirez dans votre mission. Le ralliement des Sorcières de Dathomir apporterait beaucoup à notre cause.
- Il ne sera pas facile de les convaincre mais je ferai de mon mieux, répondit la twi’lek. Je vous tiens informée.
La communication terminée, la twi’lek quitta le vaisseau et étudia son environnement. Un vertige la saisit lorsqu’elle se retrouva sous l’effet d’une gravité plus légère que la normale. Elle prit quelques instants pour s’y habituer, calquant le rythme de sa respiration pour l’aider à atténuer les effets. La Force était riche en ce lieu.
Elle constata que le sentier qui longeait son vaisseau, s’enfonçait en direction des montagnes. Là où se cachait la forteresse du clan de la Montagne Qui Chante. Ses lekkus s’agitèrent sur ses épaules, signe de la vigilance dont elle faisait preuve sur un monde si dangereux. Elle s’engagea enfin sur le chemin poussiéreux, chacun de ses pas lâchant dans son sillage un fin panache blafard.
Elle sentit leur présence avant qu’ils n’apparaissent face à elle.
Le sol trembla lorsque des créatures grandes et tassées surgirent pour lui couper le passage, au niveau d’un virage. Des prédateurs reptiliens massifs hauts de plusieurs mètres, aux bras incurvés terminés par des griffes larges comme des faux et chevauchés par des femmes athlétiques habillés en peau de reptile.
Rachi se rapprocha davantage, en posant la main sur son sabre-laser, accrochée à la ceinture. Elle remarqua les tatouages tribaux qui marquaient leur figure, sous le large capuchon qui les recouvrait. La Force était présente en elles, la Jedi rescapée de la purge le ressentait par vagues intermittentes. Leurs montures – des rancors – s’arrêtèrent, permettant aux cavalières de la jauger plus attentivement.
Les Sorcières de Dathomir donnèrent l’impression de savoir à qui elles avaient affaire. Certaines brandirent des lances dans sa direction, d’autres des épées ou des blasters d’un temps ancien. Aucune ne semblait vouloir l’accueillir à bras ouverts. Une confrontation ne tournerait pas à son avantage.
C’est pourquoi elle leva les mains, paumes tournées vers l’avant, en guise de bonne volonté.
- Je viens en paix.
Rachi avait parlé dans l’ancien dialecte de l’Empire paecien, disparu plusieurs siècles auparavant, qui dominait sans ce partage, ce système. Comme elle s’y attendait, elle avait prise de court les amazones qui échangeaient des regards étonnés. Une étrangère hors-monde qui prononçait des mots semblables aux leurs, voilà qui ne manqua pas d’attiser leur curiosité.
Même si leur hostilité restait palpable.
Finalement, une des femmes se détacha des rangs, ordonnant à ses consœurs d’attendre d’un mouvement de lance. Son rancor l’amena face à la Jedi twi’lek, qu’elle dévisagea avec sévérité. Puis la dathomirienne sauta avec souplesse aux pieds de sa monture, usant d’un sort oral pour ordonner à la créature de rester tranquille.
Elle retira son capuchon, dévoilant le visage d’une zabrak, Proche Humaine à la peau mate et à la tête hérissée de minuscules cornes. À l’arrière de la nuque, une queue de cheval flottait dans le vent.
- Tu parles notre langue, étrangère hors-monde.
Rachi inclina le buste pour lui témoigner son respect.
- J’aime apprendre, répondit-elle avec affabilité malgré la rudesse de l’autochtone à son égard.
- Ton accent est semblable à l’haleine d’une bouse de rancor.
Elle cherchait à la provoquer.
- Moins pestilentielle que vos manières, guerrière.
La zabrak fronça les sourcils, suite à la réplique.
- Qui es-tu ?
- Je suis Rachi Sitra, Chevalier Jedi. Je viens vous proposer de rejoindre l’Alliance pour combattre la tyrannie de l’Empire sur Dathomir et dans la galaxie toute entière. J’aimerais m’entretenir avec votre matriarche.
L’amazone la fixa avec encore plus de froideur, s’appuyant sur sa lance qu’elle ficha dans le sol par le fer.
- Un Jedi est venu apporter la guerre sanglante sur notre monde, il y a plusieurs printemps. Il s’appelait Oreste Tissan et il a provoqué notre chute au profit des Sœurs de la Nuit et de l’Empire que tu prétends combattre.
La twi’lek ne put se retenir d’éprouver une infinie tristesse, en entendant le nom de ce jeune Jedi corellien qui avait trouvé refuge sur Dathomir après la Purge. Il y avait lancé sa rébellion dont l’Empire en avait fait ses choux gras pour justifier sa traque des derniers membres de la confrérie. Les Sorcières possédaient la mémoire longue et la rancune tenace. Elle comprit l’ampleur de la difficulté de sa mission.
Comment réparer le mal que Oreste avait causé ?
- Je suis désolée des pertes que vous avez subies, mais nous ne devons pas laisser le passé déterminer notre avenir. Nous devons au contraire en tirer des leçons.
- De belles paroles, Jedi, cracha la non humaine. Mais nous n’en écouterons pas davantage, quitte les lieux immédiatement.
Rachi songea à ce qu’elle avait perdu depuis la Guerre des Clones, l’avènement de l’Empire.
- J’ai pris beaucoup de risques pour venir ici. Je ne partirai pas avant d’avoir parlé à votre matriarche.
Les deux femmes se mesurèrent du regard, avant que la zabrak ne crispa les doigts sur le manche de son arme. En deux battements de cils, l’autochtone retira subitement sa lance du sol, la fit danser au-dessus de sa tête et frappa de taille la visiteuse, au niveau des hanches. Rapide.
Mais pas assez pour prendre la Jedi au dépourvu. La twi’lek recula d’un pas et le fer frôla son corps avant qu’elle ne déplia sa jambe comme un ressort, enfonçant sa botte dans l’estomac de la dathomirienne. Celle-ci tituba avant de pousser un cri de rage.
Les traits farouches grimaçants, la zabrak se jeta de nouveau, maniant sa lance à deux mains pour la transpercer à la poitrine. Rachi saisit alors la crosse de son sabre et l’activa. Dans un sifflement familier, la lame bleue azur prit vie et intercepta la lance qu’elle fendit adroitement en deux par le milieu.
Puis elle pivota sur son pied d’appui pour balayer les chevilles de la zabrak avec son mollet. Celle-ci chuta lourdement sur le sol et elle fut tenue en respect par la lame crépitante dont la pointe réchauffait son menton.
- J’exige de parler à votre matriarche. On continue la démonstration ou on arrête les frais ?
Elle espérait pendant quelques instants que la zabrak entendrait raison mais elle fut détrompée lorsque l’amazone cria en direction des siennes :
- Mes Sœurs, tuez l’étrangère !
Immédiatement, Rachi s’écarta d’elle pour faire face aux autres dathomiriennes. Celles-ci s’avancèrent, juchées sur la nuque de leur rancor, étendant leur formation pour l’encercler. La plus proche braqua son blaster et pressa la détente.
Rachi bloqua les tirs avec sa lame avant de sentir l’attaque du rancor de la zabrak. Le rugissement guttural de la bête précéda le mouvement de son bras gigantesque qui laboura, là où se trouvait la twi’lek. Elle avait esquivé d’un long salto arrière qui l’éloigna tant du prédateur furieux que des autres guerrières qui la chargeaient.
L’une d’elles lui projeta sa lance qu’elle arrêta en pleine course à l’aide de la Force. Puis la twi’lek accumula ses pouvoirs qu’elle relâcha en une puissante vague télékinétique qui fit chanceler tous les rancors, au point de faire chuter certaines de leurs cavalières.
La zabrak, de nouveau debout, éleva ses mains en soufflant un choix mélodieux. Elle usait de la Force, que les Sorcières appelaient dans leur dialecte, la Magie d’Allya. Une partie du sol se souleva autour d’elle et deux blocs compacts fusèrent vers la Jedi pour la percuter et l’écraser. Rachi leva la paume à son tour et rejeta les blocs sur les côtés alors que les autres amazones se réorganisaient.
Celles qui avaient été jetées du haut de leur monture, se relevaient indemnes sauf deux qui furent hors de combat, le bras fracturé. Ces dathomiriennes coururent vers la Jedi pour en finir au corps à corps. Les autres restèrent en arrière, assises sur leur monture et tentaient de maîtriser les rancors privés de contrôle, en chantant des sorts de domination mentale.
Rachi se précipita à la rencontre de ses ennemies, sa lame ardente trancha la garde de l’épée de duracier rouillé de la première. Elle brisa le blaster de la deuxième d’un coup latéral, rejeta la troisième et la quatrième d’une Poussée de Force.
La cinquième restée en arrière-garde, avait débuté un chant pour invoquer une Tempête de Force. Mais le talon haut de la twi’lek qui la cogna à la tempe, la stoppa en l’assommant avant qu’elle n’ait pu achever le sort. S’étant débarrassée de ses ennemies immédiates, la Jedi fit face aux rancors et à leurs cavalières.
L’une d’entre elles ordonna à son rancor d’arracher une partie du sol avec ses bras puissants et de lancer les débris imposants sur l’étrangère. Rachi se servit de la Force pour bondir dans les airs et se réceptionner sur le dos de la créature, à la stupéfaction de la cavalière qui la fixa, les yeux écarquillés. Finalement la dathomirienne se redressa pour la chasser mais elle ne fit pas le poids face à la twi’lek.
Elle dégaina son épée mais la Jedi la désarma d’un mouvement tournoyant de la jambe droite avant de pivoter pour propulser son autre pied dans la poitrine, qui catapulta son adversaire et la fit chuter au pied de sa monture. De sa position haute, elle entendit le cri de la dathomirienne qui gisait au sol, la cheville foulée.
Privé de sa cavalière, le rancor se dressa en lâchant un mugissement inquiétant. Rachi sentit son agressivité grandissante, qui avait été jusque-là tenu en laisse. Il ouvrit la gueule, dévoilant ses crocs terrifiants, dans l’idée de vouloir s’en prendre à d’autres rancors ou à qui quiconque se trouvait sur son chemin.
Comme la cavalière qui se trouvait sous lui et qui menaçait d’être piétinée. Rachi sentit la détresse de celle-ci et décida d’agir avant que la situation ne devienne hors de contrôle. Elle invoqua la Force pour apaiser le rancor, se connectant à son esprit.
Elle comprit à quel point cette créature disposait d’une grande intelligence, malgré sa bestialité naturelle. Elle ne chercha point à le dominer mais à le convaincre qu’elle était son amie.
- Doucement, chuchota-t-elle. Je ne te veux aucun mal.
La zabrak perçut le pouvoir qui émanait d’elle et comprit enfin que l’affrontement avait assez duré. Elle courut vers ses consœurs qui voulaient encore en découdre.
- Assez !
Sa voix porta et les plus déterminées baissèrent les armes. Rachi le comprit et éteignit à son tour, son sabre-laser. S’assurant que le rancor était de nouveau paisible, elle sauta à terre avec souplesse et entoura de ses bras les épaules de la dathomirienne à la cheville foulée, pour l’aider à se relever. La zabrak se plaça face à elle, tandis que les autres Sorcières s’occupaient de leurs blessées et regroupaient les rancors.
Dans ses yeux, la Jedi y lut du respect.
- Tu aurais pu les tuer.
C’était bien plus une remarque qu’un reproche.
- Je ne l’ai pas fait car ce n’était pas nécessaire, expliqua la twi’lek. Je pouvais les tuer mais j’ai choisi de les épargner.
La zabrak demeura impassible mais son hostilité avait disparu dans la Force.
- C’est la voie des Jedi ?
- La seule, appuya Rachi.
La dathomirienne acquiesça d’une inclinaison du mention avant de se présenter :
- Je m’appelle Magash Drashi et je t’amènerai devant notre Mère. Elle décidera de ton sort au nom de Allya.
- J’accepte.
Magash s’assura que tout le monde était prêt à repartir. Les blessées furent hissées sur les rancors et le signal du départ fut donné.



Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à la prochaine :hello: :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Mer 03 Aoû 2022 - 21:34   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Bonsoir, j'ai une bonne nouvelle :wink: !

Voilà, je viens de terminer cette chronique qui fait 91 pages, trés longue chronique finalement :whistle: :whistle: ... du coup, il reste encore 25 pages à poster :wink: !

Ce qui va me permettre de débuter un projet très important sur les Origines de Jedi corellien, ni plus ni moins que le tome 3 qui va narrer l'épopée du Chu'unthor, sous l'Ancienne République et qui fera écho au tome 1 des Origines, qui a évoqué un ancêtre de Oreste Tissan :diable: !

Bref, j'aurai l'occasion de vous en dire plus prochainement courant aout et septembre :oui: !

A plus !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Jeu 04 Aoû 2022 - 19:53   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Extrait lu!

Ahah! Rachi a donc survécu à l'Ordre 66! Mieux, elle a rallié la Rébellion naissante de Mon Mothma! Mais sa mission risque fort de lui faire apprendre des vertes et des pas mûres au sujet de son ancien condisciple Oreste... :think:

Et bravo pour ton futur projet! Quelle imagination! Je serai bien évidemment là pour suivre ça ! :cute:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7833
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Ven 05 Aoû 2022 - 21:20   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour, L2 :wink: !

L2-D2 a écrit:Ahah! Rachi a donc survécu à l'Ordre 66! Mieux, elle a rallié la Rébellion naissante de Mon Mothma! Mais sa mission risque fort de lui faire apprendre des vertes et des pas mûres au sujet de son ancien condisciple Oreste... :think:


Elle va en apprendre des choses :sournois: !


L2-D2 a écrit:Et bravo pour ton futur projet! Quelle imagination! Je serai bien évidemment là pour suivre ça ! :cute:


:jap: :love: ! Merci !! Je posterai le synopsis dans le courant de la semaine prochaine :oui: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Mar 09 Aoû 2022 - 22:27   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Bonsoir, comment allez-vous ?

Allez, c'est l'heure de la suite avec Rachi Sitra et les Sorcières de Dathomir :sournois: !



Le convoi ainsi formé mit deux heures à atteindre la forteresse de la Montagne Qui Chante. Bâtie au pied du Pic Sombre qui perçait le ciel, leur village se trouvait au sommet d’un plateau, surplombant le sol à plusieurs centaines de mètres d’altitude. Empruntant un sentier raide, le groupe traversa les rangs de sentinelles qui ne jetèrent qu'un bref coup d’œil en direction de la twi’lek juchée à l’arrière du rancor de Magash.
Néanmoins, quelques-unes attardèrent leur regard et plissèrent les paupières, l’accoutrement de l’étrangère éveillant leur méfiance instinctive. Rachi évita soigneusement leur regard, préférant fixer l’horizon devant elle.
Arrivées devant l’entrée de la forteresse, les Sorcières descendirent de leurs montures, veillant à ce que les blessées de l’affrontement récent avec la Jedi puissent être prises en charge par les guérisseuses du clan. Les rancors furent ramenés à l’enclos, laissant Rachi avec la sorcière zabrak. Cette dernière leva la main vers les gardes postées sur les remparts, qui firent ouvrir les grandes portes à leur intention.
- Par ici, indiqua la zabrak.
Elles entrèrent dans le village, remontant les rues jusqu’à la demeure de la matriarche. Elles croisèrent des groupes d’enfants, principalement composées de filles dont Rachi percevait la sensibilité à la Force et des hommes qui étaient assignés aux travaux les plus ingrats, vêtus de façon grossière.
Tous gardaient la tête baissée, concentrés sur leurs travaux tel cet autochtone qui tractait à la force de ses bras une charrue rustique que les deux femmes contournèrent. La Jedi était parfaitement au fait des coutumes locales qui rabaissaient les hommes au rang de simples reproducteurs. Ce qui ne manquerait pas de faire lever quelques sourcils au sein de l’Alliance si les Sorcières se ralliaient à leur cause.
Certaines dathomiriennes étudièrent la twi’lek, étonnée de la présence d’un membre de cette espèce qu’elles ne croisaient que rarement. Grâce à ses sens, Rachi entendait leurs murmures conspirateurs, sur la raison de sa venue sur leur monde isolé. Elle ne se retourna pas un seul instant, jusqu’à ce qu’elle se retrouve face aux gardes qui gardaient le palais de la matriarche.
Magash leur expliqua rapidement qu’elle souhaitait une audience auprès de la Mère de clan et les protectrices les autorisèrent à entrer. Elles traversèrent le vestibule puis montèrent les marches qui menaient aux étages supérieures.
À la lueur des torches accrochées aux murs, le style était élégant et épuré, à l’image de la noblesse sur un monde aux conditions rudes. Alors que Magash conduisait Rachi jusqu’aux appartements de la matriarche, la Jedi perçut une présence qui la guettait.
Par-dessus son épaule, elle aperçut une petite fille de dix ans aux cheveux roux qui la suivait avec curiosité, la fixant effrontément avec ses grands yeux verts. La zabrak s’arrêta devant une porte et murmura un chant pour l’ouvrir.
Elle invita la visiteuse à entrer. Une femme qui respirait l’autorité était assise sur un siège, observant le foyer qui consumait dans une cheminée. Elle portait une tiare brillante, d’où s’échappaient de fins cheveux immaculés et une longue toge blanche des épaules aux pieds. Rachi ressentait sa présence dans la Force comme un phare étincelant.
Magash s’avança lentement et s’arrêta à distance respectueuse pour rendre son rapport de patrouille et les circonstances agitées de la rencontre avec la Jedi. Celle-ci comprit qu’elle était devant la matriarche, à qui la zabrak narrait les détails de l’affrontement et sa conclusion.
À la fin de son rapport, la matriarche se leva de son siège et tourna vers son attention vers la twi’lek qui patientait.
- Mère Augwynne Djo, voici Rachi Sitra, guerrière et sorcière des Étoiles.
La twi’lek inclina le buste vers la chef de clan, qui lui rendit la politesse.
- Laisse-nous, Magash.
La zabrak obéit, laissant les deux femmes seules. Augwynne Djo usa de la Magie d’Allya pour amener un siège devant la non humaine.
- Je vous en prie.
Elles prirent place face à face et se jaugèrent pendant quelques instants.
- Vous êtes une Jedi.
Ce n’était pas une question.
- Vous en avez déjà rencontré, devina Rachi.
La twi’lek songea furtivement à Oreste qui avait laissé une réputation controversée chez les habitants. Comme si elle avait lu dans ses pensées, la matriarche poursuivit :
- Vous n’êtes pas tourmentée par l’obscurité.
- Je connais l’histoire du Jedi Noir de Dathomir, trancha la twi’lek. Du moins ce que la propagande de l’Empire a laissé transparaître.
- Est-ce la raison de votre venue ?
- Non. Oreste Tissan fait partie du passé.
Augwynne Djo plaça sa main plus près du feu et les flammes s’élevèrent sensiblement, réchauffant subitement la pièce avant de perdre de l’amplitude peu après.
- Ce passé vous hante, fit la doyenne du clan.
- Ce serait vous mentir d’affirmer que je l’ai oublié, reconnut la twi’lek. Mais je m’efforce de me tourner vers l’avenir.
La matriarche s’enfonça dans son siège, la fixant intensément. Alors la twi’lek mit les pieds dans le plat.
- Je représente les intérêts de la rébellion contre la tyrannie de l’Empire qui oppresse la galaxie et Dathomir. Je souhaite proposer au Clan de la Montagne Qui Chante, une alliance qui garantira la liberté pour nous tous.
Augwynne masqua à peine sa perplexité dans la Force.
- Quelles garanties nous sont offertes ?
- Si vous acceptez l’établissement d’une base, nous vous donnerons les moyens de chasser les impériaux de votre planète, expliqua la twi’lek.
Celle-ci comprit rapidement que cet argument était insuffisant.
- Nous devrions faire la guerre, donc.
Il devint évident pour Rachi que la négociation était mal engagée. La matriarche ne témoignait pas beaucoup d’enthousiasme à la perspective d’un conflit ouvert avec l’Empire.
- Je ne vois pas l’Empire accepter de partir pacifiquement mais avec le soutien de l’Alliance, je ne doute pas…
La matriarche l’interrompit fermement d’un geste de la main.
- Un Jedi nous a déjà entraînées dans une guerre sans issue, il y a plusieurs printemps. Les Filles d’Allya ont payé un prix très élevé et nous ne sommes plus que l’ombre de ce que nous représentions autrefois. L’Empire a maintenu sa présence ici et les Sœurs de la Nuit ont pris l’ascendant.
- Voilà pourquoi un traité est dans votre intérêt, insista la twi’lek. Vous ne pouvez pas accepter que cette situation perdure.
- Nous ne pouvons pas accepter de perdre le peu qu’il nous reste encore, rétorqua Augwynne Djo. Jusqu’ici, l’Empire ne s’intéresse pas de trop près à nos affaires et nous faisons de même avec eux. Il est dans l’intérêt de mon clan que cette neutralité de fait, se poursuive.
Cela ressemblait à une fin de non-recevoir. Rachi éprouvait la frustration d’un voyage qu’elle avait effectué jusqu’ici. Avec tous les risques qu’elle avait encouru, elle ne pouvait se défaire de ce sentiment de gâchis.
Oreste Tissan avait indirectement et involontairement saboté sa mission. La portée de ses actes continuait de résonner.
Elle resserra sa bure autour de son corps, se préparant à tirer sa révérence.
- À moins que…
Les mots de la matriarche retinrent son attention.
- À moins que ? Reprit-elle.
- Si vous offrez des gages de votre bonne foi, je pourrais considérer votre proposition.
Rachi fut soulagée d’y voir le signe d’une ouverture. Il ne lui fut pas difficile de deviner ce que pouvait être un gage de bonne foi.
- En quoi puis-je vous aider, Mère de clan ?
Augwynne Djo fixa les braises du foyer, s’accordant un long silence intime.
- L’Empire n’est pas ma principale source d’inquiétude. Ce n’est pas le cas des Sœurs qui ont choisi d’embrasser l’obscurité, en dehors du Livre de la Loi d’Allya.
- Les Sœurs de la Nuit ?
Rachi se souvint de ce qu’elle avait lu dans les Archives du Temple sur cette confrérie du Côté Obscur, qui se réclamaient comme les vraies héritières du sombre héritage d’Allya. Dans les dernières années de la République, elles avaient tenté d’accéder aux secrets des antiques Kwa, et leur maîtrise des Portails de l’Infini.
Leurs plans déjoués par Quinlan Vos, avaient failli provoquer la destruction de Coruscant.
- Leur puissance a grandi à mesure que la nôtre faiblissait.
À cause de Oreste, songea Rachi avec amertume.
- Ces derniers temps, des rumeurs ont couru sur l’une d’elles qui aurait acquis des savoirs interdits par le Livre de la Loi. Un pouvoir dangereux.
La Jedi nota la nervosité dans le ton posé de la matriarche. Malgré sa maîtrise de la Force et de la Magie d’Allya, elle craignait cette Sœur de la Nuit.
- Elle pratique l’Amitié des Animaux pour ses intérêts et contre ses Sœurs, y compris celles que nous avons bannies et exilées comme elle.
Rachi réalisa en quoi consistait ce pouvoir. Cette Sœur de la Nuit avait dompté la faune et la flore de Dathomir pour les retourner contre les autres magiciennes. Avec des conséquences potentiellement dévastatrices.
- Elle se nomme Kyrisa et nous savons qu’elle est partie vers les étoiles. Nous ignorons où, précisa la matriarche.
- Je ne comprends pas ce que vous me demandez, Mère de clan. Si cette Kyrisa n’est plus sur Dathomir, elle ne représente plus de danger immédiat pour la Montagne Qui Chante et les autres clans, y compris les Sœurs de la Nuit.
- Nous avons appris que l’Empire s’intéresse beaucoup à elle depuis son départ. Un étranger hors-monde est venu demander audience auprès de moi. J’ai écourté notre conversation et il n’a pas insisté. J’ai perçu sa noirceur et ses intentions douteuses.
La twi’lek se raidit.
- Qui était cet homme ?
- Il a prétendu être Namman Cha, un Jedi qui travaille pour l’Empire.
Un frisson désagréable parcourut l’échine de Rachi. Elle avait déjà eu affaire à cet ennemi, voué à traquer et à détruire ce qui restait de l’Ordre.
- Cet homme est un inquisiteur, chargé de détruire les Jedi au nom de l’Empire, crut-elle bon de corriger. À votre avis, cherche-t-il à l’éliminer ?
- Il ne m’a pas donné cette impression. Je pense qu’il voulait la rallier à sa cause.
Rachi ne doutait pas que si cet inquisiteur réussissait sa mission, la perspective d’une magicienne aux terribles pouvoirs servant l’Empire, ne pouvait qu’accentuer les difficultés de la Rébellion.
- Je dois la retrouver avant lui.
- La retrouver et l’éliminer, insista lourdement Augwynne Djo. Si vous réussissez, j’accepterai de considérer votre offre d’alliance.
Un accord était finalement conclu. La twi’lek se leva avec souplesse et s’inclina pour saluer la matriarche avant de partir. Mais la dathomirienne l’arrêta à nouveau, pour la retenir.
- Vous êtes liée à Oreste Tissan, je sens à quel point cela vous affecte d’apprendre que ses actes ont eu de terribles conséquences pour nous.
- Je préfère ne songer qu’à l’avenir, je ne peux rien changer à ce qui s’est passé, Mère Augwynne.
- Mais vous avez besoin que votre esprit soit apaisé et libéré de cette culpabilité. Le Gardien des Murmures vous aidera.
- Le Gardien des Murmures ? Questionna Rachi en fronçant les sourcils. Comment le trouverai-je ?
- Parlez à la Sœur Solitaire au sommet du Pic Sombre. Elle vous y conduira, que Allya bénisse votre quête, Jedi.
La twi’lek voulut en savoir plus mais Augwynne Djo se détourna vers le foyer mourant, ayant déjà occulté sa présence. Elle avait abusé assez de l’hospitalité de la Montagne Qui Chante.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mer 10 Aoû 2022 - 11:23   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Extrait lu !

On aurait pu craindre que Rachi ait fait tout cela pour rien, mais non ! Et outre le placement chronologique de cette séquence (à peu près entre La Revanche des Sith et Un nouvel Espoir), on apprend surtout que l'ex-Jedi va devoir retrouver (et abattre ? Pas très Jedi, ça...) une Sœur de la Nuit elle-même recherchée par un certain Nammam Cha, Inquisiteur ! Inconnu au bataillon me concernant, d'ailleurs, est-ce une nouvelle création originale de ta part ou existe-t-il déjà dans l'UE Légendes ? (je sens que tu vas me ressortir une obscure référence :diable: ).

Mais d'abord, direction le Pic Sombre ! Qui va-t-elle trouver sur place, hmm ? Peut-être une ancienne amante d'Oreste, qui sait ? :think:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7833
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mer 10 Aoû 2022 - 22:33   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour :wink: !

L2-D2 a écrit:On aurait pu craindre que Rachi ait fait tout cela pour rien, mais non ! Et outre le placement chronologique de cette séquence (à peu près entre La Revanche des Sith et Un nouvel Espoir), on apprend surtout que l'ex-Jedi va devoir retrouver (et abattre ? Pas très Jedi, ça...) une Sœur de la Nuit elle-même recherchée par un certain Nammam Cha, Inquisiteur ! Inconnu au bataillon me concernant, d'ailleurs, est-ce une nouvelle création originale de ta part ou existe-t-il déjà dans l'UE Légendes ? (je sens que tu vas me ressortir une obscure référence :diable: ).


Une obscure référence ? :P :P :diable: :diable: . Attends voir : https://www.starwars-universe.com/perso ... n-cha.html

Voilà, voilà :transpire: ...


L2-D2 a écrit:Mais d'abord, direction le Pic Sombre ! Qui va-t-elle trouver sur place, hmm ? Peut-être une ancienne amante d'Oreste, qui sait ? :think:


Ce sera une rencontre hmm très intéressante :whistle: !

Allez, à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Mandoad » Mar 16 Aoû 2022 - 13:38   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

C'est bon ! C'est enfin lu et retard rattrapé avec, tout d'abord, une partie sur Oreste et du bon gros Dark Tissan même.

Il faudra que je me relise un peu sa première apparition dans "Les Origines", parce que, si je me souvenais que c'était pas un chic type, je ne me rappelais plus qu'il avait été une véritable ordure lors de la Guerre. Contre l'ennemi d'abord, puis contre le village, avec Oreste qui succombe à ses pulsions, persuadés d'agir correctement. En un sens, heureusement qu'il y a eu l'Ordre 66, sinon il y aurait eu quelques petits problèmes en revenant au Temple :transpire:

Après, l'avantage de ce genre de partie, c'est qu'on s'embarque dans du combat, du dark et du manque de pitié, exercice dans lequel tu excelles au niveau de l'écriture, donc il y avait du tout bon niveau durant toute cette phase. :jap:

Ensuite, retour sur Rachi qu'on se réjouti (enfin moi en tout cas) de retrouver. C'est vraiment un personnage que j'aime bien de par son franc-parlé et sa moins grande hypochrisie en comparaison aux autres personnages forceux de ton récit. Ce fut également très sympa de la voir se rendre sur Dathomir où l'on a pu trouver quelques têtes connues d'ailleurs (mais de Tzipah... encore, parce que la fin laisse présager de sa rencontre). On retrouve encore le Gardien des Murmures qui fait écho au passage sur Liars et, malgré la mort d'Oreste, on continue donc cette histoire liée.

La suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1403
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar mat-vador » Mar 16 Aoû 2022 - 13:54   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Merci pour le retour, Mandoad :) !

Mandoad a écrit: du bon gros Dark Tissan même.

Il faudra que je me relise un peu sa première apparition dans "Les Origines", parce que, si je me souvenais que c'était pas un chic type,


A peine le tome 1 a-t-il commencé qu'on le voit étrangler son capitaine clone... oups :P .

Mandoad a écrit: je ne me rappelais plus qu'il avait été une véritable ordure lors de la Guerre. Contre l'ennemi d'abord, puis contre le village, avec Oreste qui succombe à ses pulsions, persuadés d'agir correctement. En un sens, heureusement qu'il y a eu l'Ordre 66, sinon il y aurait eu quelques petits problèmes en revenant au Temple :transpire:


Oui, on va dire que pour Oreste, l"Ordre 66 a été un mal pour un bien, finalement. :transpire:

Mandoad a écrit:Après, l'avantage de ce genre de partie, c'est qu'on s'embarque dans du combat, du dark et du manque de pitié, exercice dans lequel tu excelles au niveau de l'écriture, donc il y avait du tout bon niveau durant toute cette phase. :jap:


C'est le genre d'écriture que j’affectionne :diable: !

Mandoad a écrit:Ensuite, retour sur Rachi qu'on se réjouti (enfin moi en tout cas) de retrouver. C'est vraiment un personnage que j'aime bien de par son franc-parlé et sa moins grande hypochrisie en comparaison aux autres personnages forceux de ton récit. Ce fut également très sympa de la voir se rendre sur Dathomir où l'on a pu trouver quelques têtes connues d'ailleurs (mais de Tzipah... encore, parce que la fin laisse présager de sa rencontre). On retrouve encore le Gardien des Murmures qui fait écho au passage sur Liars et, malgré la mort d'Oreste, on continue donc cette histoire liée.


C'est un personnage dont j'ai trouvé la fiche encyclopédique SWU très sympa. Je suis tombé sous le charme... bon euh aussi, parce que c'est une twi'lek :paf: . Oui, oui, je sais :lol: ...

Mandoad a écrit:La suite !


Ce sera ce soir :oui: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Mar 16 Aoû 2022 - 23:09   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Bonsoir à tous, comment allez-vous ?

On continue avec la Jedi Rachi Sitra qui fait une rencontre hum intéressante :sournois: !


Rachi quitta la forteresse du clan et emprunta le sentier raide et étroit, qui montait jusqu’au sommet de la montagne surplombant le village. Celle que l’on connaissait comme la Sœur Solitaire, vivait recluse dans une grotte, dans un confort sommaire.
Lorsque la twi’lek se trouva face à elle, elle éprouvait une étrange impression de familiarité comme si elle l’avait déjà croisé dans une autre vie. Elle remarqua alors la poignée du sabre-laser, suspendu à sa ceinture.
- Que voulez-vous ? Demanda la dathomirienne avec rudesse, en posant la main sur la garde de sa vibroépée.
Un casque en bronzinium lui recouvrait la tête, lui conférant un aspect farouche et intimidant, en plus de l’armure du même matériau qui lui recouvrait le torse. Les muscles saillaient de ses bras et de ses jambes laissées à nu, qui témoignaient de sa bonne condition physique.
- Je voudrais voir le Gardien des Murmures.
L’autochtone écarta la paume de son arme, tout en soutenant son regard.
- Pourquoi vous emmènerai-je jusqu’à lui ?
La twi’lek projeta ses perceptions vers elle, pour déceler une once de ses sentiments enfouis en elle. En se concentrant, elle détecta de la colère et beaucoup de tristesse. À son tour, elle envoya un reflet des émotions qui la traversaient en cet instant.
Des remords qui remontaient à sa rupture définitive avec Oreste pendant la guerre, la culpabilité d’avoir survécu à la Purge alors que tant d’autres avaient succombé. La tristesse du sort de Oreste qui s’était laissé sombré après la mort de sa famille sur Corellia.
- Parce que je me sens… coupable.
L’attitude de la dathomirienne se radoucit.
- Alors cela nous fait un point commun, étrangère. Nous partons sur le champ.
Toutes deux redescendirent le Pic Sombre avec quelques affaires de voyage, vers l’enclos des rancors qui appartenait au clan de la Montagne Qui Chante. Après une âpre négociation où la Sœur Solitaire s’engagea à payer à la gardienne, la location d’un rancor à douze peaux de reptile, elles quittèrent le territoire du clan en direction de la vaste forêt de grands pins.
Assise sur la nuque du rancor derrière la Sœur Solitaire, Rachi l’entendit lui dire :
- Nous ferons attention aux patrouilles des Sœurs de la Nuit et des hors-monde impériaux. Le chemin est long jusqu’à l’Enclos des Murmures.
- Là où réside le Gardien. Quand y serons-nous ?
- Dans deux jours, si Allya nous est favorable.
Ils entrèrent dans la forêt, se faufilant entre les pins dont les branches épineuses couvraient la lumière du soleil, ce qui causait une pénombre persistante qui nimbait les sous-bois. Malgré elle, Rachi baissa les yeux vers le sabre-laser de la Sœur Solitaire.
- D’où tenez-vous ce sabre, Sœur Solitaire ?
- Tzipah, répondit l’autre.
- Pardon ?
- Je m’appelais Tzipah parmi les Sœurs des Chutes Brumeuses, mon ancien clan.
- Vous avez été bannie ? Interrogea la twi’lek.
- Je suis partie à cause de… désaccords. La matriarche de la Montagne Qui Chante a accepté de me recueillir.
Rachi percevait sa réticence à lui répondre. Mais elle était bien décidée à en découvrir davantage sur sa nouvelle camarade.
- Je connais ce sabre-laser, vous l’avez donc connu, lança-t-elle.
Tzipah soupira, tout en maintenant le contrôle mental sur l’esprit du rancor qui les portait toutes les deux à travers la forêt.
- Nous étions amis.
Sa tristesse et sa nostalgie affluaient par vagues, la disparition de Oreste l’ayant affecté plus que Rachi ne le pressentait. La twi’lek se souvint des sentiments qu’elle avait éprouvés pour le corellien et qu’elle lui avait avoué le jour de leur rupture.
Cette blessure dans son cœur n’avait jamais complètement disparu. Si elle n’avait pas rompu leur amitié, aurait-il résisté à l’attrait du Côté Obscur qui avait fait de lui, le Jedi Noir de Dathomir ? Ce doute persistant ne cessait de la ronger.
- Et vous, vous l’aviez connu ? Demanda la Sorcière.
- Oui. Nous étions amis.
La twi’lek avait souhaité que son amitié avec Oreste évolue vers un lien plus fusionnel, même si le Code de l’Ordre l’interdisait. Tout en se demandant si cela avait été possible, compte tenu de la réserve qu’il manifestait à son égard malgré leur proximité.
- Je sais qu’il aimait une autre femme, de son monde natal, confia Tzipah.
- Beliem, précisa Rachi. L’Empire l’a assassiné sur Corellia, ainsi que sa famille.
La dathomirienne acquiesça.
- Sa vengeance contre l’Empire, l’a amené à commettre des choses ici.
- Quelles choses ? S’enquit Rachi.
Sa guide se referma comme une coquille et elles n’échangèrent plus aucun mot jusqu’à la tombée de la nuit. Elles freinèrent au sommet d’une colline pour s’y installer. Aussitôt descendue du rancor, Tzipah chanta un sort de Dissimulation pour masquer leur présence aux patrouilles des Sœurs de la Nuit.
Rachi ramassa du bois mort pour les poser ensemble, au milieu du campement sommaire rapidement emménagé. Bientôt, le feu fut nourri pour les éclairer et les réchauffer, tenant en respect le froid et la nuit sombre ponctuée de rugissements de bêtes sauvages.
Elles dînèrent d’un ragoût local fortifiant puis commencèrent à s’allonger sur une paillasse faite en liane. Rachi percevait depuis quelques minutes, la fébrilité inexplicable de la dathomirienne jusqu’à ce que celle-ci bondisse sur ses appuis pour l’apostropher.
- Combattez-moi.
Surprise par sa requête, la twi’lek se redressa sur les coudes pour la dévisager attentivement. Tzipah tenait la crosse de son sabre-laser dans le poing, en position de défi. L’arme de Oreste Tissan… elle n’était pas motivée à l’idée d’affronter d’anciens démons.
- Il se fait tard, lui fit-elle remarquer.
- Je n’attendrai pas jusqu’à demain.
Rachi Sitra pensa à l’une des premières leçons prodiguées par son ancien maître, Even Piell. Lorsqu’elle avait décliné un entraînement, le Jedi lannik l’avait admonestée sans ménagement.
Tes ennemis n’attendront pas que tu veuilles te battre, ils t’attaqueront aussitôt dès qu’ils penseront que tu auras baissé ta garde.
Voilà pourquoi, elle se leva en dégainant à son tour, son sabre-laser. Les deux femmes prirent du champ, se tenant à bonne distance du campement. Face à face, elles patientèrent, invoquant chacune la Force.
Puis elles activèrent leur arme. Rachi ressentit l’émotion qui la prit, en voyant face à elle, la lame verte émeraude naître dans un crépitements familier. Elle crut voir même le visage du corellien, à la place de Tzipah.
Elle cligna des yeux, l’hallucination s’évaporant aussi. L’autre amazone remarqua son trouble passager.
- Prête ? L’interpella-t-elle.
- Après vous, répondit la Jedi.
Rachi abaissa sa lame bleue vers le sol, conformément à la philosophie Jedi de l’attente et de la patience, inculpée par son mentor disparu. Tzipah comprit qu’elle n’attaquerait jamais la première, et décida de prendre l’initiative.
La lame verte dansa dans sa main, avant qu’elle ne l’abattit sur la twi’lek. Celle-ci s’écarta d’un pas sur le côté mais elle fut surprise de la vivacité du coup suivant qu’elle para de justesse, près de son flanc. Elle rejeta la lame verte émeraude en arrière mais la dathomirienne exécuta un nouveau mouvement offensif qui faillit lui arracher la garde de son arme.
Elle cacha sa surprise de la maîtrise dont faisait preuve Tzipah dans le maniement de ce sabre-laser. Oreste lui avait-il enseigné la Voie des Jedi ? La dathomirienne lui donnait cette étrange impression. Ce n’était pas parce qu’elle avait dominé outrageusement les guerrières de la Montagne Qui Chante, qu’elle prendrait facilement le dessus, cette fois.
La twi’lek devait davantage s’employer dans ce duel. Ce dernier devint très disputé, Rachi recula pied à pied, Tzipah alternant acrobaties et frappes agressives avec sabre-laser, pied et poing. La dathomirienne enchaîna ainsi deux coups de talon au niveau de la poitrine puis de la tête, que la Jedi bloqua avec l’avant-bras.
Au fur et à mesure, ce style de combat lui était maintenant familier. Ces séquences lui rappelaient celles que pratiquait le corellien au Temple Jedi. Elle pouvait le tourner à son avantage. Elle para de plus en plus efficacement, les assauts puissants mais épuisants de l’autochtone, qui commençait à serrer les dents.
Ses mouvements défensifs étaient basiques et limités. Tzipah reperdit peu à peu le terrain qu’elle avait gagné initialement. Rachi la poussa dans ses derniers retranchements, méthodiquement. Jusqu’à ce que la Sœur Solitaire demanda grâce, en éteignant son sabre-laser. Elle reconnut sans mal, sa défaite et lui présenta l’arme de Oreste.
- Prenez-le, vous l’avez mérité.
Rachi éleva son épée en guise de salut respectueux envers son adversaire. Elle lui répondit après avoir raccroché son sabre éteint à la ceinture :
- Non, gardez-le.
Tzipah hésita avant d’approuver. Toutes deux revinrent vers le foyer du camp, et s’installèrent pour regarder les branches craquer en se consumant. Alors que la nuit résonnait des hurlements des bêtes alentour, elles gardaient le silence.
- Votre façon de vous battre, commença Rachi. Il vit à travers vous, il n’est pas vraiment mort comme s’il n’était qu’un anonyme.
Les yeux de la dathomirienne s’embuèrent au souvenir du corellien qui lui manquait et dont elle avait serré le cadavre entre les bras, lorsque sa fin était venue.
- Je sais.
- Vous ne porteriez pas son sabre, s’il ne représentait rien pour vous, Tzipah.
La Sorcière bannie des Chutes Brumeuses, tourna enfin la tête vers elle.
- C’est… compliqué, avoua-t-elle avec une mine gênée.
- Oreste n’a jamais été facile à cerner, déclara la twi’lek, même si ses émotions n’étaient pas vraiment secrètes. J’avais l’impression de le connaître mais aussi d’avoir face à moi, un étranger.
- Je comprends ce que vous voulez dire, Rachi.
Tzipah avait l’occasion de pouvoir soulager le fardeau qui pesait sur elle. Et d’aider la twi’lek à faire de même.
- Lors de notre première rencontre, raconta la dathomirienne, je l’avais capturé et ramené à mon clan pour en faire le père de mes filles, qui à leur tour, deviendraient de puissantes Sorcières. Cela faisait partie de nos coutumes de chasser les hommes comme étalons, pour nous reproduire.
- Connaissant Oreste, il ne devait pas être ravi.
Tzipah sourit cette fois avec malice et légèreté.
- Je me souviens de son… absence d’enthousiasme.
Rachi éclata de rire, s’imaginant parfaitement la tête d’un Oreste prisonnier d’une jeune sauvageonne qui lui avait annoncé, vouloir s’unir à lui contre son gré.
- Je me souviens aussi d’avoir été convaincue de l’infaillibilité de nos traditions qui reposait sur l’asservissement des hommes. Oreste et ses compagnons m’ont changée bien plus profondément que ce que j’imaginais. Ils m’ont ouvert les yeux sur les contradictions apportées par le Livre de la Loi. Allya justifiait l’esclavage des hommes tout en enseignant la compassion et la maîtrise des sentiments.
Elle appuya le regard, comme pour demander son avis à Rachi.
- Je vois, fit la Jedi. Je comprends que cela vous ait fait douter. Il ne peut y avoir de compassion en rabaissant des êtres conscients plus bas que de simples meubles. Comment Oreste a-t-il réussi à vous persuader que vous faisiez fausse route ?
- Il me suffisait de l’aimer, pour ce qu’il paraissait être. Pour ce qu’il était vraiment, à la toute fin.
Ses yeux se perdirent dans le vague, au-delà des flammes. Que pouvait-elle fixer dans le lointain, à travers les ombres ? Rachi se demandait si elle voyait le corellien disparu, à l’aide de la Force. Un sceptre flou, délivré des brumes du passé, qui la considérait avec tendresse.
- Qui était-il pour vous, Tzipah ?
- Il n’était pas un homme parfait. Il ressentait de la colère, de la peine, la volonté de réparer les choses. Il possédait une telle passion, une telle obstination de retourner le mal contre ceux qui le lui avaient infligé. Je pensais que je pouvais l’aider car je sentais ses sentiments pour moi. J’espérais qu’ils seraient assez forts pour le détourner de la voie de la vengeance.
- Mais il a basculé du Côté Obscur, indiqua la twi’lek.
La dathomirienne arracha une branche enflammée, grignotée petit à petit et réduite en cendres pendant sa combustion. Elle la relâcha ensuite dans le brasier avant de se faire brûler les doigts.
- Il a trahi ses croyances, il a commis des actes terribles et cruels. Je l’ai haï lorsqu’il s’est justifié en prétendant m’aimer. Je n’ai pourtant pas eu le courage de le tuer.
- Vous avez fait preuve de pitié.
- Je l’ai banni au nom de tous les clans pour lui laisser une chance de se racheter. Et il l’a saisi, Rachi.
La Jedi digérait l’histoire que lui racontait sa camarade. Elle se laissa gagner à son tour par la nostalgie. Elle se souvint des derniers mots qu’elle avait échangés avec Oreste, le jour qui avait signifié la fin de leur amitié. Elle lui en voulait encore au fonds d’elle-même, qu’il n’ait jamais éprouvé de sentiments aussi forts pour elle que pour cette Beliem.
Pourquoi ne m’as-tu jamais aimé aussi fort, Oreste ? J’aurais pu t’aider contre cette obscurité.
- Rachi ?
- Je veux que vous ne m’épargnez aucun détail, Tzipah. Le bien ou le mal qu’il a apporté sur Dathomir.
- Nous devrions dormir, l’Enclos des Murmures est encore loin, suggéra sa guide.
- Je veux être prête quand je serai face au Gardien des Murmures.
Alors Tzipah passa une bonne partie de la nuit, à raconter Oreste Tissan. Rachi consentit ensuite à s’endormir mais ce fut un sommeil agité. Elle n’arrivait pas à trouver la paix.


Voilà, j'espère que cela vous a plu !

Allez, à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3159
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mer 17 Aoû 2022 - 16:41   Sujet: Re: Les Origines de Jedi corellien : OS inédits!

Extrait lu !

Tzipah est de retour ! :love:

Il y a quelque chose d'émouvant à voir ces deux femmes se rencontrer, elles qui ont toutes les deux étaient si affectées par leur rencontre avec Oreste Tissan ! Reste à voir maintenant ce que va donner la rencontre avec le Gardien... :think:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7833
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Précédente

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations