Informations

IMPORTANT : pour que la participation de chacun aux discussions reste un plaisir : petit rappel sur les règles du forum

Épisode 7, Un Retour Attendu

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar Loucass824 » Lun 02 Mai 2022 - 15:21   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 5






Le gala de charité était organisé au profit d’une association militant pour une meilleure représentation des non-humains dans les postes à responsabilité, offrant soutien et assistance juridique gratuite à ceux qui s’estimaient lésés. Elle prenait place dans la résidence privée du sénateur Jast, à la périphérie du centre ville. La plupart du temps, le bon goût dans le domaine de l’art et de la décoration était souvent une notion subjective, basée sur une norme d’opinion acceptable. Beaucoup s’accordaient à dire que la résidence du sénateur n’y répondait pas. Le paysage était surchargé, sculptures et effets de lumière en tout genre en extérieur, multiples tapisseries et peintures tape-à-l’œil à l’intérieur. Jast n’était pas particulièrement connu pour avoir une grande sensibilité artistique, et semblait compenser par la quantité d’œuvres d’art affichées. La grande palette de couleurs offerte ne semblait pas avoir de sens, et déstabilisait l’œil plutôt que d’inviter à la contemplation. Il y avait foule, mais il était tout de même aisé de se déplacer sans devoir heurter les autres invités.
La première navette arriva, et Leia et Han en sortirent. Leur arrivée fut remarquée, d’une part par leur notoriété, mais aussi à cause de l’effet que leur présence ici suscitait aux autres invités. Leia portait une robe longue distinguée, et un petit gilet recouvrant ses bras. Un look élégant, mais somme toute classique pour une femme de pouvoir d’âge mûr. Han avait été obligé de faire l’effort de porter un costume trois pièces. Il avait tout de même fait le choix de déboutonner sa chemise, plutôt que de la laisser col fermé et montant jusqu’au milieu du cou comme c’était généralement l’usage. Si ce n’est ce détail, il ne dénotait pas parmi les autres invités humains.

Juste après eux descendirent Alana et Anakin. Et dire que leur arrivée avait été remarquée eut été un doux euphémisme. Leia et Han les avaient mis en garde qu’ils risquaient de devenir le centre d’attention principal à leur arrivée. Qu’étrangement, plus ce serait le cas, mieux ce serait. Mais être prévenus et préparés ne faisait pas tout. La sensation d’être dévisagés comme des attractions étranges, des bêtes de foire, n’était plaisante pour aucun des deux Jedi. Même si Anakin possédait un orgueil et une fierté qui faisait défaut à la jeune femme, il était difficile de se satisfaire de ce genre de traitement. Le jeune homme savait néanmoins qu’il réussirait à passer au dessus de tout cela, du moins réussir à donner le change. Mais pas Alana.
La plupart des invités avaient les yeux ébahit devant la silhouette de la jeune femme. Elle portait une robe noire à manches longues, et s’arrêtant aux genoux, épousant parfaitement les courbes de son corps. Elle offrait un léger décolleté sur le devant, et un dos nu jusqu’à la taille derrière. Des talons élégants complétaient sa tenue. Ses cheveux étaient laissés libres, plaqués sur un coté de son visage dans une coiffure asymétrique. Une légère touche de maquillage avait suffit, la jeune femme s’estimant suffisamment déguisée comme ça. Car tout ceci la mettait mal à l’aise. Leia avait beau lui dire que ce genre d’évènement pourrait se répéter à l’avenir, cela ne lui était pas d’un grand secours. Le seul facteur apaisant était la présence de son cousin. Le jeune Anakin n’était pas en reste lui non plus. Un costume bleu nuit, légèrement pailleté, la veste ouverte révélant une chemise d’un blanc éclatant. Le tailleur avait passé un certain temps à ajuster le costume, craignant que le jeune homme ne craque les coutures des tissus à la moindre contraction musculaire. Des mocassins en cuir marron accompagnaient le tout. Ses cheveux aussi étaient lâchés, plaqués vers l’arrière. Anakin s’efforçait de dégager suffisamment d’assurance pour que la jeune femme se sente moins intimidée par toute cette attention. Et elle lui était grandement reconnaissante. Elle songea qu’elle devra lui rendre la pareille, dans le cas où l’un de ces aristocrates finirait par initier le dialogue avec eux. En se focalisant sur une interaction en particulier, elle se sentirait plus à l’aise.
L’un comme l’autre n’étaient pas des plus à l’aise dans ces tenues, plutôt habitués aux vêtements amples et confortables. C’est pourquoi Han et Leia les avaient guidés vers des styles simples mais élégants, des classiques qui avaient déjà fait leur preuves. Dans tous les cas, une fois leur arrivée digérée par l’assemblée, l’attention commença à se dissiper au fil des secondes. Ils comprirent que le niveau d’attention était éphémère, l’audience se concentrant déjà sur l’arrivée d’une nouvelle personnalité en vue, qui semblait mériter leurs égards. Ils se contentaient donc de suivre Leia et Han, cherchant à paraitre le plus naturel possible. Ils commençaient à s’avancer et s’approcher du buffet, tout en saluant des invités qui les appelaient çà et là. Mais rien à voir avec les réactions à leur arrivée. Un salut bienvenu… Jusqu’à ce qu’ils furent rejoints par l’hôte de la soirée lui-même. Il avait fait le choix de porter une tenue similaire à celle d’Anakin. Sauf que sa tenue, ne misant clairement pas sur la sobriété, était un complet blanc brillant, faisant ressortir la couleur orange de sa peau.
— Bien le bonsoir, Madame la sénatrice ! dit-il de son ton peu naturel.
— Monsieur le sénateur.
— Général Solo (Bien qu’il ne soit plus officiellement membre des opérations spéciales, mais simple consultant, Han se garda de le corriger, et lui rendit son salut en opinant du chef) Laissez-moi vous dire que vous êtes tous les deux particulièrement à votre aise, ce soir.
— Merci, je peux également vous retourner le compliment, répondit Leia.
— Merci. Je suis ravi que vous ayez pu vous joindre à nous. (Il regarda étrangement les deux Jedi qui se tenaient derrière eux) Serait-ce… Mais oui ! Ce sont nos deux jeunes envoyés Jedi que voici ! J’ai bien failli ne pas vous reconnaitre. Vous êtes resplendissants !
— Merci, Monsieur le sénateur, répondirent les deux jeunes.
— Eh bien, que pensez vous de ma demeure ?
Typiquement le genre de question où l’honnêteté n’était pas de mise…
— C’est très joli, Monsieur le sénateur, répondit sobrement Alana.
— C’est… Grand. Très grand, ajouta maladroitement Anakin. Monsieur le sénateur.
— Je vous ferais volontiers la visite à l’occasion, si vous le souhaitez. Mais pour l’heure, j’ai de nombreux invités qui méritent tout autant mon attention. Veuillez m’excuser, et surtout faites comme chez-vous.
Le sénateur repartit rapidement, pour le plus grand bonheur des deux jeunes Jedi.
— Pfiou, murmura le jeune homme. J’en peux plus de ce type.
— C’est vrai qu’il est… particulier, ajouta Alana.
La jeune Jedi senti un léger frisson la parcourir, différent de tout ce qu’elle avait pu ressentir auparavant. Elle tourna son regard en direction d’Anakin, qui arborait un visage troublé à son tour. Ils se retournèrent brusquement, ayant cru entendre le cri de dizaines et de dizaines de personnes souffrir atrocement. Mais rien. Les invités riaient, plaisantaient, parlaient fort pour certains. Mais aucun cri de douleur. Cette sensation était étrange, semblant toute proche. Mais elle s’était vite estompée. Tous deux commencèrent à douter, songeant que cela était certainement du à leur état de stress, quant à la perspective de leur présence à cette soirée. Ils n’eurent de toute façon plus le temps de s’en inquiéter, lorsqu’Han leur adressa naturellement la parole, lui et Leia n’ayant pas prêté attention au léger trouble qui les parcourait.
— Eh les mômes, vous n’êtes pas les seuls à trouver ça barbant, rétorqua Han.
— Nous venons à peine d’arriver, alors il va falloir faire un petit effort, affirma Leia sans déchiffrer réellement leur expression. Pour l’instant, tout s’est déroulé comme on l’avait prévu, alors il n’y a pas de raisons de s’en faire.
— J’en serais pas si sûr, chérie.
Han parlait en gardant sa mâchoire verrouillée, pour rester le plus discret possible, en désignant un homme qui les avaient reconnus et commençait à s’approcher.
— Ah, oui. (Elle avait compris l’allusion juste avant de le voir) En même temps, comment tu voulais qu’il rate une soirée pareille, ajouta-t-elle en affichant un sourire forcé.
— Han ! Leia ! Quel plaisir de vous voir, les amis !
L’homme qui s’approchait et qui les avaient interpellés avait à peu près le même âge qu’Han, aux alentours de la soixantaine. Il était très légèrement plus petit, et avait une peau brune légèrement marquée, des cheveux grisonnants, et arborait un bouc soigneusement taillé. En plus d’un costume au design épuré et raffiné de couleur rouge, il portait pardessus une fine cape noire. L’ensemble aurait été ridicule en toute circonstance. Mais sur cet homme, cela ne semblait pas de mauvais goût. Il rendait son accoutrement inspirant pour tous les invités, qui se seraient tous retrouvés ridicules affublés d’une telle façon.
— J’étais sûr de te trouver ici…
— Tu n’aurais jamais pu manquer une occasion de pavaner, vieille canaille, lui lança Han.
— Et si vous me présentiez plutôt à vos charmants compagnons ?
— Voici mon fils, Anakin, et cette jeune femme est ma nièce, Alana. Les jeunes, je vous présente Lando Calrissian, fondateur et PDG de LandoMilitech, et accessoirement un vieil ami.
— Tout le plaisir est pour moi. (Il s’inclina vers Alana) Laissez moi vous faire remarquer que vous êtes un vrai ravissement pour les yeux, jeune femme, lui dit Lando alors qu’il souhaitait lui baiser la main. (La jeune Jedi se laissant faire même si elle n’avait pas bien saisit la nature du geste) Et vous, jeune homme, tant de charisme et de prestance. N’en n’auriez vous pas volé à votre vieux père ?
— Pardon ? demanda Anakin, ne saisissant pas le ton de l’interaction.
— Ce n’est rien, fiston. Lando aime taquiner. C’est réellement un ami, même si on peut toujours se demander pourquoi…
— Ah, je sais qu’au fond tu m’aimes bien, vieille canaille. Alors, mes chers envoyés Jedi, des commentaires sur votre arrivée ? demanda-t-il sur un ton malicieux.
Le moins que l’on puisse dire, c’était qu’Anakin n’appréciait pas ce Lando, alors qu’il venait de le rencontrer. Il était trop arrogant, trop expansif, trop… Trop ! Son ton décontracté ne l’amusait pas. Il pouvait bien être un personnage important pour ses parents, cela lui importait peu. Il lui donnait l’impression d’avoir un flambeur en face de lui. Même si le jeune homme était peu familier avec cette dénomination, l’association lui paraissait ô combien pertinente. Alana, elle, était moins absolu que son cousin. Certes, elle était peu habituée à rencontrer des personnages excentriques et hauts en couleur. Bon, il y avait bien Grogu, qui était un phénomène à lui seul. Mais c’était bien différent. Lando était courtois, et dégageait un charme, une décontraction naturelle. Elle imaginait difficilement comment un tel homme pouvait avoir de grandes responsabilités, étant donné qu’il faisait tout son possible pour paraitre détaché de tout élément sérieux.
— Vous pouvez répondre normalement, leur révéla Leia en voyant qu’ils hésitaient. Lando n’est pas comme ces autres politiciens.
— Tu heurtes ma sensibilité, très chère.
— Parce que tu en a toujours une ? lui lança son ami.
— C’est… dépaysant, lui répondit Alana. Les choses sont complètement différentes, et nous sommes toujours en train de nous adapter.
— Je pourrais toujours vous y aider, si vous me laissez faire, suggéra Lando. Vous pourriez passer voir mes installations, je vous ferais visiter…
— Tu te rends compte à qui t’es en train de parler, coupa Han d’un ton sec. Devant moi en plus ? Ma nièce, qui est trois fois plus jeune que toi, soit dit en passant.
— Que me chantes-tu là ? J’étais juste en train de faire connaissance, en tout bien tout honneur, mon ami. Je me suis calmé avec l’âge.
— C’est ça…
— Je suis juste un homme vieillissant qui se retrouve déstabilisé lorsqu’il fait face à une femme séduisante. Ou devrais-je dire, deux femmes séduisantes, ajouta-t-il de son ton habituel.
— Sacré Lando, lui répondit Leia.
— Ne t’inquiète pas, mon garçon, (L’agacement d’Anakin grimpait de plus en plus, et cela commençait à se remarquer. Lando l’avait relevé, et tenta de désamorcer la situation) Je ne fais que plaisanter, juste un peu, c’est tout. A quoi bon travailler autant si ce n’est pas pour pouvoir s’amuser…
— Ce serait appréciable que vous deveniez plus sérieux, juste un peu, grommela le jeune homme.
— Oula, j’ai réveillé la bête ! (Il reprit un ton plus posé) Veuillez m’excuser, jeune homme. Je ne voulais pas vous contrarier. Pardon à vous aussi, jeune femme, si je vous ai causé quelconque inconfort.
Alana ne l’avait pas mal prit. Contrairement aux remarques dont elle avait fait l’objet depuis son arrivée, celles de Lando ne la dérangeait pas. Du moins ne la mettait pas mal à l’aise. Lando dégageait une certaine sympathie, une courtoisie qui impliquait qu’on lui pardonnait facilement.
— C’est oublié, répondit Alana en ajoutant un simple geste apaisant de la main.
— Néanmoins, l’invitation précédemment proposée tient toujours, et ce pour votre ami également. (Anakin se contentait de le fixer sans répondre) Je pense qu’aux vues de vos prochaines assignations, ce serait pertinent de visiter les infrastructures d’une organisation comme la mienne.
— Parce que vous, vous êtes chef d’entreprise ? rétorqua Anakin, sur un ton agacé.
— « Chef d’entreprise », c’est d’un trivial…
— Pardon ?
— Lando est directeur et actionnaire majoritaire de LandoMilitech, qu’il a lui-même fondé, révéla Leia. C’est un des acteurs majeurs de la sphère des mégacorporations.
— L’acteur numéro un d’ailleurs, se permit-il de rectifier.
— Je croyais que Blacktower marchait sur tes plates bandes ? envoya Han d’un ton bien sentit.
— Ils essaient… Leur branche militaire et sécurité me titille depuis des années, mais pour le reste, je n’ai pas à m’en faire…
— Vous avez donné votre propre prénom à votre compagnie ? s’amusa Alana qui n’avait pas oublié ce détail.
— Il suffit de le connaitre un peu pour ne pas en être surpris, lança Han sur un ton railleur. Avoir son nom inscrit sur la façade de la plus grosse corpo de la planète, un vrai régal pour toi, hein !
— Je ne vois pas d’intérêt à être le numéro un si personne ne le sait !
— Vous travaillez dans quel domaine ? demanda Anakin.
Son agacement s’était lentement mué en curiosité. Le jeune homme en était le premier surprit.
— Armement, production et reconditionnement post-Empire. Nombreuses branches de sécurité et d’armée privée. Réseaux de transports et de communications intra/extra planétaire. Droïdes et matériel cybernétique. Et dans le matériel médical il y a peu, avec le rachat de diverses compagnies. Faites votre choix !
— Impressionnant, constata le jeune Jedi.
— Question d’opportunité, jeune homme. J’étais le propriétaire d’une honnête affaire d’exploitation de gaz tibana. Après la guerre, j’ai tout revendu, pour me lancer dans le reconditionnement de matériel militaire. L’Empire a laissé de nombreux trésors, pour ceux capables de sentir la brèche. La guerre crée des opportunités, et je les ai saisies. (Les deux jeunes Jedi affichaient à présent un silence désapprobateur) Je peux lire vos réactions sur vos visages, vous me trouvez ignoble.
— Ce n’est pas ça, c’est que… hésita Alana.
— On est juste surpris que vous annonciez tout haut avoir prospéré sur le dos de victimes de la guerre, lança Anakin.
Le ton de défi amusa beaucoup Lando. Mais pas Han.
— Anakin, attention, lui dit son père.
— Ben quoi ?
— Laisse Han, apaisa Lando, ils sont jeunes et nouveaux ici. Ils comprendront.
Son ami se montrait conciliant, mais son fils devait apprendre de quoi il retournait vraiment. Et à qui il manquait de respect en le faisant passer pour un simple opportuniste. Sans compter que Lando lui avait tendu la main au pire moment.
— Ce n’est pas que ça, reprit Han. Lando a servi sous la bannière de l’Alliance Rebelle contre l’Empire. C’est un héros de guerre décoré.
— Oh, si en plus c’est toi qui se mets à me jeter des fleurs, mon ami.
L’état de fait refroidit brusquement Anakin. Il se rendit compte qu’une nouvelle fois, il avait parlé sans avoir une vue d’ensemble. Les simples paroles de son père l’avaient ramené à la réalité, et il comprit son erreur.
— Je l’ignorais, admit le jeune homme. (Il se tourna vers Lando) Veuillez m’excuser, monsieur Calrissian.
— Ce n’est rien, j’ai dit ! lui dit-il en lui envoyant une légère tape amicale. C’était il y a longtemps tout ça. Une autre vie… Et appelez-moi Lando, ajouta-t-il pour apaiser tout le monde. Monsieur Calrissian c’est pour les affaires.
— Eh bien, Lando, qui sont vos amis qui échauffent à ce point les esprits ?
Une twi’lek, accompagnée d’une humaine, s’était discrètement approchée du petit groupe, et personne ne les avaient remarquées. Elles ressemblaient à s’y méprendre toutes les deux à des modèles de couvertures de holos de mode, et portaient des tenues qui s’y prêtaient également. La twi’lek avait une peau d’un rouge sombre, et l’humaine la peau pale avec des yeux légèrement plissés.
— Ah vous avez réussi à retrouver ma trace, mesdames. (Il fit les présentations) Je vous présente mesdames Yuthura Ban et Temiri Orzo. Mesdames, je vous présente Madame la sénatrice Organa et Monsieur Han Solo, que vous avez certainement déjà rencontré. Et voici nos deux envoyés Jedi récemment arrivés, Anakin Solo et Alana Skywalker.
— Vos réputations vous précèdent, Madame la sénatrice et Monsieur Solo, c’est un plaisir, répondit la twi’lek.
— Et nous sommes enchantées de faire la connaissance de nos prestigieux nouveaux visiteurs, rajouta l’humaine.
— Nous sommes ravis également, mesdames, fit Leia.
— Madame Ban est actionnaire minoritaire de ma société, en charge du pôle logistique, annonça Lando en désignant la twi’lek. Madame Orzo est en charge de tout le pôle juridique.
— Eh bien, tu sais t’entourer d’associées… compétentes, Lando, commenta Han avec sous-entendus.
— Qu’est ce que tu vas insinuer là, mon ami ? Des femmes jeunes et séduisantes comme elles n’ont que faire d’un vieux bougre comme moi, voyons. (Il attira de légers rires courtois avec cette petite blague) Et puis, je ne mélange jamais le plaisir et les affaires, tu le sais.
— Ca n’a pas toujours été ainsi, n’est ce pas ?
— Ah, voilà une anecdote que j’adorerais entendre, répliqua Yuthura Ban d’un air intéressé.
— Moi aussi, ajouta Temiri Orzo. Il se pourrait bien que cette soirée devienne intéressante.
Anakin avait vite remarqué les regards que Temiri Orzo lui lançait. Ces manifestations lui plaisaient autant qu’elles le mettaient mal à l’aise. Sans compter que plus il cherchait à se montrer indifférent, plus cela renouvelait l’intérêt de la charmante humaine. Il devait l’avouer, elle était séduisante. Sa coiffure, son maquillage, ses vêtements, tout était étudié pour la mettre en valeur. Mais au-delà de la simple attirance physique, il ne ressentait rien. Pour une simple et bonne raison. Elle n’était pas Alana…
— Je pense que nous pouvons réserver ce genre d’anecdotes pour plus tard dans la soirée, glissa Leia.
— Je suis d’accord ! proclama Lando, sautant à pieds joints dans la bouée de sauvetage que Leia venait de lui lancer.
— En tout cas, je suis ravie que l’un des envoyés Jedi soit une femme, annonça la twi’lek.
— Je ne sais pas bien si cela constitue un compliment, répondit Alana. Mais merci.
— C’en est un, je peux vous l’assurer, compléta l’humaine.
— Et on peut également être ravis de voir deux femmes à des postes à haute responsabilité dans une entreprise si prestigieuse, nota Leia.
— C’est tout naturel ! répliqua Lando avec son entrain naturel. Je choisis souvent les meilleurs associés, et ce d’où qu’ils viennent. (Il se tourna et contempla les alentours) Allons, assez parlé et profitons de la soirée ! Mesdames, soyez gentilles, et accompagnez les envoyés Jedi pour leur faire découvrir les festivités, c’est tout nouveau pour eux.
— Bien sûr, voulez-vous vous joindre à nous ? leur dit la twi’lek en les désignant.
— Euh, volontiers, répondirent-ils, en cherchant Leia du regard.
— Ne vous inquiétez pas, leur dit-elle, j’ai beaucoup de gens à voir de toute façon. (Elle parla à voix basse à Lando, tandis que les quatre jeunes gens s’éloignèrent) Je ne te remercie pas de les lâcher ainsi alors qu’ils sont novices.
— Bah, tu te fais trop de soucis ! objecta-t-il d’un geste nonchalant de la main. Ils sont bien accompagnés, ça ira. Au fait, où est notre bon vieux Chewbacca ? J’aurai aimé le voir.
— Tu n’es pas sérieux, répondit Han. Tu connais Chewie, il n’est pas sortable. Il se serait jeté sur le buffet, et aurait blessé ceux qui auraient voulu le calmer ou le faire sortir. Tu n’aurais pas oublié le pot qu’on avait fait, après que nous ayons signé nos contrats chez toi ?
— Oh que si que je m’en souviens. Tout l’immeuble aussi d’ailleurs…

— Alors, vous appréciez la soirée ? demanda l’humaine.
— Pour l’instant, ça ne se déroule pas trop mal, répondit Anakin.
— Et vous ? ajouta Alana.
— Nous ? Eh bien, nous faisons comme nous pouvons… déclara la twi’lek d’un ton fuyant mais assez clair.
— Alors vous aussi vous trouvez ça un peu brabant ? devina Anakin.
— Jeune homme, lui répondit l’humaine d’un ton langoureux. Vous devriez apprendre qu’exposer vos pensées et vos intentions si ouvertement, dans des sphères comme celles-ci, se révèle rarement à propos.
— Cela pourrait vous porter préjudice, continua Yuthura.
— C’est ce que je lui dis souvent, reprit Alana. Mais revenons à ce que vous disiez, voulez-vous ? Vous disiez ne pas être friandes de ce genre de soirées.
— Nous n’avons jamais dit cela, lui répondit-elle. Le fait est que ces soirées s’apparentent plus à du travail qu’à de la détente pour nous.
— Il est difficile de concilier les deux, ajouta Temiri. Seul Lando semble en être capable, plus ou moins.
Les deux femmes gloussaient légèrement, et un silence commença à naître. Les deux Jedi ne sachant pas par où commencer, ce fut la twi’lek qui relança rapidement la conversation.
— Alana, c’est bien ça ? M’accompagnerez-vous dans la cour ? (La jeune femme accepta la nouvelle invitation inopinée) Nous vous retrouverons tout à l’heure, ajouta-t-elle, en direction d’Anakin et Temiri Orzo.
Anakin et Temiri s’éloignèrent en direction d’un balcon faiblement éclairé, offrant un panorama de la ville agitée dans le lointain, surplombée par le scintillement des étoiles dans la nuit noire. C’était le genre de coin idéal pour des discussions plus intimes, mais Alana n’allait pas pouvoir en entendre un mot.
Les deux femmes se dirigèrent vers la cour, dans un parc qui se voulait presque artistique, agencé pour un vernissage. On ne pouvait parcourir une dizaine de mètres sans croiser une statue, faites à partir de la végétation pour la plupart. Le parc offrait une bouffée d’air frais et de calme bienvenue aux deux femmes. Alana restait sur ses gardes. Elle avait se tenait sur ses gardes, concernant d’éventuels traquenards. Le fait de se trouver séparée d’Anakin en était manifestement un. Les deux femmes étaient séduisantes, même elle l’avait remarqué. Elles occupaient des postes importants, des postes d’influence. Elles devaient forcément avoir un but dissimulé. Mais Alana se savait prête. Son esprit glissait davantage vers Anakin. Elle craignait que son cousin ne finisse par commettre une erreur. Il n’avait certes rien de particulier à révéler. Mais sa manière parfois excessive de réagir pouvait poser des problèmes. Visiblement, les préoccupations de la jeune femme se lisaient sur son visage, car la twi’lek l’observait de manière étrange. Elle prit la parole, cherchant à dissiper les doutes d’Alana.
— Vous devez penser que nous essayons de vous séparer, pour vous questionner sur des sujets complexes, fit-elle en souriant. Il n’en est rien. J’ai simplement préféré laisser ma collègue seule avec votre ami. J’ai vite compris qu’il l’intéressait, si vous voyez où je veux en venir, et cela me semblait réciproque. J’espère que vous ne m’en voudrez pas.
— Ah, d’accord. (Alana se sentait un peu bête de ne pas avoir saisi ces détails) Il fait ce que bon lui semble.
— J’aurai pensé que vous auriez désapprouvé, ou alors vous avez un talent précoce à feindre l’indifférence…
— Pourquoi pensez-vous cela ?
— Il semble que votre ami ressente quelque chose pour vous, ne trouvez-vous pas ?
Cette phrase était tellement absurde qu’Alana ne dissimula pas sa réaction.
— Ani ? répondit-elle, sincèrement étonnée, sa surprise se lisant clairement sur son visage. C’est absurde. Nous sommes cousins.
— Oh… Très bien... (Yuthura Ban était toujours convaincue de son intuition, mais elle n’insista pas) C’est justement à cela, se dévoiler, que sert un tête-à-tête…
— Et que voulez-vous me faire dévoiler ?
— C’était une image très chère. (Elle lui indiqua d’un geste un petit banc au loin, comme destination) Je souhaitais simplement vous découvrir un peu plus, voilà tout. En l’occurrence, j’ai pu comprendre que vous cachez difficilement votre surprise, blagua-t-elle. C’est la première fois que j’ai l’occasion d’approcher un membre de votre Ordre. Racontez-moi ce que c’est, d’être un Jedi.
— C’est difficile à expliquer, à comprendre du point de vue de…
— D’un ignorant ? devina-t-elle.
— Ce n’est pas ce que j’allais dire.
Elles arrivèrent près d’un banc près d’une fontaine, et Yuthura invita Alana à y prendre place. Ce coin était plus calme, bien plus apaisant que le reste de la propriété.
— Essayez toujours, relança la twi’lek.
Quelque chose semblait émaner de la twi’lek. Elle possédait un charme enivrant, c’était certain. Alana avait sincèrement envie de se dévoiler. La crainte qu’elle avait quant au fait de rester sur ses gardes se faisait moins pressante. Pas que Yuthura Ban soit particulièrement sympathique. Mais une légère bienveillance, une certaine honnêteté transparaissait. Ce qui motivait sa question était un réel désir d’échanger avec elle.
— Une vie de Jedi, ma vie en particulier, a toujours été accaparé par l’entrainement, le travail, l’apprentissage, expliqua Alana. J’ai grandi avec mon père et mon cousin, et d’autres qui sont devenus ma famille.
— Une vie faite uniquement de travail est éprouvante. J’en conviens, car j’en sais quelque chose. Et cela vous plaît malgré tout ?
— Oui, énormément. Je n’ai jamais rien connu d’autre, et je n’en ai jamais ressenti la volonté ou le besoin.
— On ne regrette pas ce que l’on n’a jamais connu.
— C’est possible, oui. Mais je ne vois pas ma condition comme un fardeau. Plutôt comme une bénédiction. Suivre la voie de la Force, et les enseignements de mon père, est ce qui a fait de moi ce que je suis, et m’a préparé pour les épreuves à venir. J’en suis heureuse.
— C’est une belle façon de voir les choses.
Alana sentit un léger manque de sincérité dans les paroles de Yuthura.
— Vous désapprouvez ?
— Aucunement. Je remarque juste que votre vie si heureuse semble vous avoir coupée des préoccupations du reste de la galaxie. Ne craignez vous pas que cela vous desserve à l’avenir ?
— J’apprendrais et je m’adapterais, répondit-elle plus froidement.
— Ce n’était pas un reproche, bien au contraire. La Galaxie est un endroit où il est difficile de vivre pleinement. Vous semblez y être parvenu, cela se respecte. J’espère que votre apprentissage se fera en douceur.
— Vous pensez que vous n’avez pas eu une vie aussi facile que la mienne.
— Qu’est ce qui vous fait dire cela ?
— Vous. (La jeune Jedi avait réussit à lire entre les lignes, et à faire les déductions rapides qui s’imposaient) Et votre scepticisme réservé.
— Perspicace. Un tour de Jedi ?
— Non, j’essaie de faire attention aux détails.
— Votre confiance en votre capacité d’adaptation se confirme en effet. Vous apprenez rapidement.
— C’est l’idée. (Elle sentit que le moment était de changer de sujet) Alors, à vous de vous dévoiler, Yuthura Ban.
La twi’lek commençait à apprécier la jeune femme. Elle ne ressemblait pas au portrait qu’elle s’était faite au préalable. Alana était certes convaincue par son idéologie et ses intentions, mais son côté moralisatrice n’était pas ce qui transparaissait en premier lieu. Yuthura y voyait davantage une certaine sincérité, presque ingénue, mais bienvenue et rafraichissante. Exactement ce dont elle n’avait pas l’habitude dans son milieu. Exactement le genre de femme que la twi’lek appréciait. Elle ne risquait rien à parler un peu d’elle.
— Eh bien, je n’ai pas une vie très différente de beaucoup de gens dans la galaxie. J’ai grandi dans une petite colonie, dans la Bordure Extérieure. Après avoir perdu mes parents à la fin de la guerre, j’ai dû me débrouiller seule pendant quelques temps. Jusqu’à ce qu’une opportunité dans l’import/export se présente. J’ai grimpé les échelons, et j’étais douée pour ça. Quand les autorités se sont penchées sur mes affaires, j’ai cru que c’était la fin pour moi. Mais Lando a interféré, et m’a proposé un poste. J’ai continué à monter en grade, jusqu’à atteindre le conseil d’administration. Et me voilà.
— Très impressionnant. Et… je suis désolé, pour votre famille.
— Ne vous en faites pas, je m’en suis bien sortie au final. Heureusement pour moi, Lando n’est pas un homme rancunier. Il sait reconnaitre la valeur des gens et la révéler. Offrir un poste à quelqu’un qui s’accapare ses marchandises, c’est peu commun.
— Vous aviez volé Lando ? s’exclama Alana, bien plus fort qu’elle ne l’avait voulu.
— Votre discrétion est proverbiale, fit-elle, amusée. Il semblerait que vous n’avez pas saisi l’allusion lorsque j’ai utilisé le terme d’import/export.
— Ah…
Visiblement, malgré toute sa jugeote, Alana avait encore des choses à apprendre. La fameuse adaptation qu’elle louait tant lui fit défaut. Cela ne pouvait se substituer à un long apprentissage des subtilités dans ce genre d’interactions, ailleurs que dans un cadre contrôlé tel qu’elle l’avait toujours connu. Par chance, la twi’lek ne s’attarda pas sur ce point.
— Tout ça pour dire que je respecte votre façon de voir les choses, conclu la twi’lek. Même si je ne la partage pas complètement.
— J’apprécie votre honnêteté, admit Alana. Qualité qui n’est pas la plus répandue, par ici…
— En effet. (Yuthura Ban se leva lentement, avec grâce, ce qui invita Alana à en faire de même) Nous devrions retourner voir vos amis, avant qu’ils ne s’inquiètent.
— En effet.
— J’ai beaucoup aimé partager ce moment avec vous, Alana. Sachez que les portes de mon bureau vous seront toujours ouvertes, si tant est que vous me gratifiez de votre présence au siège.
— J’ai moi aussi beaucoup apprécié notre échange, Madame Ban, et votre bienveillance à mon égard.
— Voyons, appelez-moi Yuthura, fit-elle.

Les deux femmes finirent par rejoindre leurs deux compagnons, toujours au niveau du balcon où elles les avaient laissés. Lorsqu’Anakin perçut le retour des deux femmes, il se retourna assez brusquement. Il indiqua leur retour à la femme qui l’accompagnait, et se mirent à la suite des deux femmes. Temiri avançait à côté du jeune homme, toute proche, et lui prit le bras en levant un regard vers Anakin quand elle vit qu’Alana portait son regard sur eux. Alana décrypta aisément le geste, voyant là un marquage de territoire pour s’approprier une chose qui, en l’occurrence, n’était pas sienne. Elle s’en serait amusée, si ce n’était que la démarche excessivement provocante de cette femme l’agaçait.
— Alors, vous avez pu vous entretenir au calme, les filles ? fit Temiri en les désignant.
— Oui, répondit Yuthura. Ce fût très enrichissant. Et de votre côté ?
— Très à propos, enchaina-t-elle avant de laisser Anakin répondre. Instructif et… ludique.
Anakin était terriblement gêné. D’une part, de la formulation de la femme avec il avait passé un moment déstabilisant, quoique plaisant. Ensuite, que l’information soit révélée de cette façon devant sa cousine.
— Devons-nous y aller ?
— Oui, malheureusement. Nous avons encore beaucoup de monde à voir, mais ce n’est que partie remise pour une prochaine fois, ajouta Yuthura en regardant Alana.
— En effet, passez une bonne soirée, mesdames, conclu la jeune Jedi.
— Merci, à vous aussi !
En se retournant, Temiri, rapprocha davantage du bras le jeune Jedi d’elle. Elle le tira légèrement vers le bas, pour que leurs visages soient quasiment à la même hauteur. Elle commença à murmurer à l’oreille du jeune homme, tellement proche qu’il sentait son souffle chaud sur son visage. La sensation était enivrante.
— J’ai beaucoup apprécié ce moment, et j’attends votre appel.
En se dégageant du jeune homme, elle lui envoya un regard plein de sous-entendus, et ce qu’elle fit avec ses yeux plu beaucoup au jeune homme, bien plus qu’il n’aurait voulu l’afficher. Elle finit par jeter un court regard de satisfaction mesquine vers Alana, avant d’emboiter le pas à sa collègue. Une fois les deux femmes parties, Alana s’avança vers Anakin, toujours immobile. La jeune femme n’avait pas besoin de faire d’effort pour comprendre. Ce n’était d’ordinaire pas le genre de choses qu’elle remarquait aisément. Mais même elle était capable de voir ce qui se dégageait de son cousin. Cela ne la gêna pas. Elle était heureuse pour lui, même si cette femme ne lui faisait pas bonne impression. Elle n’était pas quelqu’un d’assez bien pour son cousin, de son humble avis. Compte tenu de ses blessures émotionnelles, Anakin méritait quelqu’un qui saurait le comprendre et l’écouter, pas une simple bimbo plus préoccupée par les apparences que par la personnalité d’une personne. Une femme comme Yuthura aurait été bien plus adaptée…
— On dirait que ça s’est bien passé pour toi, hein ? demanda-t-elle
— De quoi ? (Le jeune homme fut arraché à ses pensées) Ah elle ? Oui, Temiri est… charmante, quoiqu’un peu excessive.
— Excessive, hein…
— Il ne s’est rien passé, se défendit le jeune homme. Même si elle a été très insistante.
— Je n’ai rien dit, tu fais ce que tu veux, dit-elle d’un ton égal.
— Je sais, et je te dis qu’on a juste discuté.
— Ne te braque pas, Ani, je te crois.
— Je ne me braque pas, mentit-il. Et d’ailleurs, toi aussi ça a du être bien, non ? Yuthura semble beaucoup t’apprécier.
— Oui, elle a été très ouverte, et la discussion a été très intéressante.
Bon, il avait réussi à fuir la conversation sans heurt et sans trop s’énerver. Une victoire, à n’en point douter. Il en profita donc pour mettre cette discussion de côté, de manière bien maladroite. Si bien que c’est Alana qui n’insista plus.
— Ouais…
— Ouais. (Un moment de gêne commença à apparaitre) Bon, on essaie de retrouver tes parents ?
— Allons-y, en espérant éviter de tomber sur des gens comme Jast.
— Je ne pense pas qu’on pourra y couper. Cette résidence en est pleine.
Les deux jeunes Jedi se mirent en route, en quête de Han et Leia. Mais la résidence semblait s’être vidée de la masse d’invités qu’on pouvait y trouver quelques temps plus tôt, passant d’une légère agitation générale à un silence palpable. Ils avancèrent jusqu’au bâtiment principal, toujours éclairé, et y virent rassemblé à l’intérieur toute la foule d’invités. Tous étaient entassés dans l’immense salon, l’attention accaparée par les différentes images de retransmission vidéo qui s’offraient à eux sur des écrans géants. Alana et Anakin s’approchèrent, intrigués, jusqu’à découvrir ce qui absorbait l’attention générale. Trop loin pour entendre clairement le son, ils furent stupéfaits du contenu des images.
Une vision dérangeante. Il s’agissait des images d’un centre hospitalier spécialisé dans les prestations médicales pour les non-humains. Plus précisément pour les espèces nécessitant un type de soins plus particuliers, difficilement accessible dans les cliniques ordinaires. Ce genre d’infrastructure était en général bondé, et l’affluence ininterrompue donnait une impression de ruche en pleine activité. La différence majeure ici résidait justement dans l’absence de foule, d’activité. Les images montraient un grand bâtiment vidé de ses occupants habituels, et remplacés par du personnel de première réponse et des forces de l’ordre. Partout sur le sol se trouvaient des vêtements de tous types et de toutes tailles. C’était un flash info en direct, répétant les mêmes choses en boucle, tout en ajoutant de nouvelles informations au fur et à mesure que le mystère s’éclaircissait. La bande d’information sous-titrait ainsi : Nouvelle attaque ! Les non-humains ciblés. Un centre hospitalier entier transformé en mortuaire.
— Ah, vous voilà, fit Leia auprès des deux Jeunes Jedis. On se demandait où vous étiez passés. Vous devez voir ça.
— Qu’est ce que c’est ? demanda Anakin tout en étant absorbé par les écrans.
— C’est arrivé il y a quelques heures, répondit Han. Et ça tourne en boucle. On vient de l’apprendre.
— Des gens sont morts ? s’inquiéta à son tour Alana.
— Apparemment. Ils vont bientôt repasser le montage de vidéo surveillance de tout à l’heure, et vous verrez.
— Qu’est ce qu’on y voit, papa ?
— Je… (Il n’avait aucune idée de la façon de formuler) Il faut le voir pour le comprendre.
Les deux Jedi se regardèrent, et se comprirent instantanément, sans un mot. Ils tournèrent la tête en direction des écrans. On y voyait un journaliste twi’lek, annonçant qu’il était préférable ne pas exposer des personnes sensibles à ces images. Le montage se lançait. La salle principale de la clinique était bondée. L’image se concentrait sur une personne en particulier, qui se déplaçait lentement, s’arrêtant pour ensuite rester planté au milieu de la salle réservée à l’accueil de nouveaux patients. Il demeura immobile quelques temps, les gens l’évitant du mieux qu’ils pouvaient. Une femme aqualish, tenant la main de sa fille, lui jetait un regard accusateur et méprisant après qu’elle eut manqué de le heurter. Cette personne avait l’apparence d’un être humain, ou d’un humanoïde tout du moins. Il portait des vêtements sombres, et une sorte de cape ou l’ont pouvait distinguer une sorte de nuage rouge au dos. Il semblait être victime de douleurs intenses, le contraignant à se recroqueviller, se tordre de douleur, ce qui attira l’attention des gens autour de lui. Il finit par se redresser et écarter ses bras. Dans un cri strident, perçant, une sorte de lumière blanche intense semblait sortir de ses yeux et de sa bouche. Puis vient un énorme flash lumineux qui coupa l’image. On pouvait entendre un cri des plus étranges, comme si des milliers de personnes poussaient le même son, au même moment, avant de s’éteindre. Puis plus rien. L’image revint au direct.
On retrouvait la même pièce où s’était déroulé le montage vidéo. Cette fois-ci avec l’absence de toutes les personnes présentes, mis à part leurs vêtements jonchés au sol, exactement à l’endroit où ils se trouvaient quelques secondes auparavant. Dans l’assistance, plusieurs personnes avaient détourné le regard pendant le montage vidéo. D’autres échangeaient des messes basses en guise de commentaires. Les deux Jedi eurent leur regard qui se croisèrent, et c’est comme s’ils étaient en train d’échanger leurs impressions sur ce qu’ils venaient de voir. Tout ce qui avait attrait à leur sensation de tout à l’heure prenait sens.
— Vous voyez, reprit Han. C’est incroyable. Horrible. Ils disent que ça s’est passé il y a quelques heures, à peu près a-
— Au moment où nous sommes arrivés, devina Alana.
— Comment… ?
— On l’a senti, papa, fit Anakin. On n’a pas su ce que c’était sur le moment, mais on a ressenti quelque chose.
— La Force était puissante et très concentrée à ce moment, continua Alana. De manière très négative.
— Le côté obscur ? demanda Leia.
— C’est fort possible. Une puissance incroyable. Je n’ai jamais entendu parler d’un tel rituel, mais il ne peut y avoir qu’une espèce pour en avoir mis au point des semblables.
— Les Sith ?
— Les Siths ont disparus, répondit Anakin. Mais…
— Attendez, coupa Han. Regardez !
Leur attention se reportait sur les écrans. La liaison semblait être parasitée, et l’image brouillée. L’éclairage intérieur semblait souffrir d’interférences également. Les logos du média couvrant l’évènement disparurent, et l’image offrait maintenant une silhouette sombre. Le buste d’un homme s’approcha de la faible clarté dans l’obscurité de l’image. On pouvait distinguer qu’il était humain, une peau sombre et marqué par l’âge, et des cicatrices sur le visage et son crâne rasé. On ne distinguait qu’un seul de ses deux yeux. Celui-ci semblait blanc, opaque, avec une absence d’iris, bardé d’une cicatrice imposante.
— Citoyens de Coruscant, ceci est une déclaration de l’Aube Rouge. (Il parlait d’une voix rauque et terrifiante) Nous avons écumé un océan d’étoiles pour nous préparer. Ceci n’est qu’un avant goût de la véritable justice. Depuis trop longtemps, votre monde se complait dans sa décadence sociale. Pour d’obscures raisons, vous vous êtes efforcés de dérégler le bon fonctionnement de votre société. Vous suivez les dogmes des élites, qui prétendent vous ressembler, qui vous forcent à courber l’échine avec leurs fables sur l’égalité… Mais c’est une chimère. A ceux d’entre vous qui êtes éveillés, agissez. Le sort des humains persécutés, et le sort de votre planète, est dans vos mains. (Il se rapprocha davantage en inclinant légèrement sa tête près de l’écran) Aux représentants de la Nouvelle République, je dis ceci : vous avez un mois pour prendre les mesures nécessaires, et réévaluer votre politique envers les humains, ou vous verrez votre monde subir les conséquences de vos actes.
La liaison se coupa aussi brutalement qu’elle était apparue, et l’éclairage revint à la normale. Toutes les personnes présentes étaient abasourdies.
- Venez, fit Leia. Nous devons partir au plus vite. Nous avons du travail qui nous attend.
Modifié en dernier par Loucass824 le Lun 16 Mai 2022 - 17:11, modifié 1 fois.
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Uttini » Lun 02 Mai 2022 - 21:18   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Lu.
Marrant, on trouve une scène un peu similaire dans un prochain chapitre de ma fic. J'ai même eu peur, à un moment de la lecture, qu'on ait eu la même idée, mais non.
Sinon, je trouve que tu manies bien les registres de langage. Les jeunes jedi d'une part, les filles, Lando (content de le revoir celui-là) tous parlent à leur manière, c'est parfois un poil destabilisant mais bien dans la logique des personnages. La suite promet d'être passionnante.
“Quelle est la différence entre les yeux qui ont un regard et ceux qui n'en ont pas ? Cette différence a un nom : c'est la vie. La vie commence là où commence le regard” — Amélie Nothomb — Métaphysique des tubes
Uttini
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 20900
Enregistré le: 25 Sep 2006
Localisation: Nancy
 

Messagepar ShamanWhills » Lun 02 Mai 2022 - 22:31   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre lu.

Content de retrouver ce bon vieux Lando, toujours aussi charmeur et aussi bien entouré :sournois:

À propos d'elles, j'ai beaucoup apprécié l'échange entre Alana et Yuthura Ban. La Twi'lek a un langage très soutenu, limite niveau aristocratique tellement elle m'a paru être une "dame de la haute" comme on dit... Il semblerait qu'elle soit intéressée d'une certaine façon à la Jedi, peut-être pas dans le sens où on le pense malgré son attitude envers elle. Quant à celle-ci, on voit carrément le décalage entre sa vie bien peinard sur une planète paumée et celle se déroulant au sein de la Galaxie. Le contraste, marqué par les sous-entendus propre au monde des affaires, à la politique et à toutes les techniques de lecture et de manipulation de ce monde en est flagrant. J'ai senti Alana complètement perdue, cela se voyait dans sa confidence. Au moins, l'échange entre elles a peut être marqué la création d'un lien amical...

Quant à Ani junior, son désir pour la chair est présente c'est évident, même si niveau coeur il en pince toujours pour sa cousine. Va-t-il tombé dans les bras de l'associée de la Twi'lek? Affaire à suivre...

"Mace Windu" se pointe enfin et apparemment ce n'est pas la tarte. Un pouvoir du Côté Obscur, une organisation peut être digne du Soleil Noir, une revendication au risque que les choses empirent... Le complot se dévoile de plus en plus...

Hâte de lire la suite.
Fan Fiction: La Jedi de Tython
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 548
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar Loucass824 » Lun 02 Mai 2022 - 23:15   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci de vos retours, et content que ça vous ai plu ! Je dois avouer que j'étais tellement habitué à recevoir rapidement des retours que je pensais qu'il y avait eu un bug avec mon chapitre. Si bien que je commençais à me dire que j'avais fait trop long, que je prenais une mauvaise direction, que ça ne plaisait pas, ou plein d'autres choses encore... Arf, encore et toujours ces angoisses, on ne se refait pas...

Uttini

Après le moment au sénat, voilà qu'on a une nouvelle fois la même idée ? Ça aurait été une drôle de coïncidence ! Mais le résultat aurait été forcément différent car nous avons chacun nos sensibilités, et nos univers sont assez différents. Je ne pense pas que cela aurait amoindri ton récit ou le mien. C'aurait même pu être intéressant de voir un thème/idée identique, et voir ce que chacun aurait pu en faire.

Content que tu ais soulevé ce point ! C'est justement ce que j'essaie de faire. Le langage est souvent un marqueur d'appartenance sociale, traduit des codes sociaux-culturels, et en révèle beaucoup sur un perso je trouve. Quand tel perso parle avec un langage soutenu ou familier, cela le caractérise assez bien à mon sens. Je peux comprendre le côté déstabilisant, mais cela va forcément avec le parti pris. Content que ça ne nuise pas à la lecture !

ShamanWhills

Content que tu ais apprécié cet échange ! Comme je le dis plus haut, c'est justement l'effet recherché à travers un champ lexical et un vocabulaire qui caractérise un personnage. Alana pensait qu'elle allait s'adapter facilement, mais elle est tombée face à une femme qui vient de la rue, et qui a passé plus de temps à s'adapter et à adopter les codes de son nouveau milieu. Ah, ce lien, eh bien en tout cas elles s'entendent bien, c'est sûr. Après, quel type de lien, si cela réapparaîtra...

Ramener Lando est du fan service facile, mais content que cela plaise ! Eh oui, Anakin est Jedi, mais reste un homme avant tout, et il ne peut rester insensible au charme d'une jolie femme. Surtout lorsque celle-ci fait tout pour produire son effet...

Ah, l'antagoniste est déjà rebaptisé, c'est déjà officiel ? Lol sinon pour l'Aube Rouge, elle est calquée sur une organisation terroriste éponyme d'une autre œuvre, l'Akastuki. (+1000 pour ceux qui ont la ref) Mais le nom original est en japonais, alors j'ai pensé que ça ferait plus Star Wars de la traduire. Mais il ont en effet donné un bon coup de pied dans la fourmilière...

Merci encore pour vos deux retours !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Uttini » Mar 03 Mai 2022 - 8:16   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

J'avais déja entendu ou lu "l'aube rouge" je ne sais plus où, mais je me suis dit que tu te démarquais de" l'aube écarlate". Trouver des noms pour des organisations plus ou moins criminelles, c'est assez compliqué, je trouve. Mais ça fonctionne, mettre du rouge dans le nom d'un mouvement a une telle connotation (Brigades Rouges, Gardes Rouges...) que ça mets dans l'ambiance.
Et puis en russe, le rouge, c'est ce qui est "beau", étymologiquement. :lol:
“Quelle est la différence entre les yeux qui ont un regard et ceux qui n'en ont pas ? Cette différence a un nom : c'est la vie. La vie commence là où commence le regard” — Amélie Nothomb — Métaphysique des tubes
Uttini
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 20900
Enregistré le: 25 Sep 2006
Localisation: Nancy
 

Messagepar Loucass824 » Mar 03 Mai 2022 - 16:32   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Les noms propres en général j'ai souvent du mal, c'est le moment où j'ai le moins d'inspiration. Pour trouver des noms typés Star Wars, j'ai un peu triché. J'ai relancé le jeu KoTOR, et au moment de créer son perso et j'ai sélectionné "nom aléatoire" jusqu'à avoir une longue liste dans laquelle piocher...
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar mareva_mae » Mer 04 Mai 2022 - 15:38   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre lu !

L'intrigue est toujours intéressante, et comme pour le dernier chapitre, j'aime beaucoup le fait que tu mettes en difficulté nos deux Jedi avec des subtilités et machinations politiques qui les dépassent un peu. Heureusement que Leia est là :D

Bon, Lando, toujours fidèle à lui même, un miracle qu'il soit encore en poste s'en s'être pris un procès pour harcèlement sexuel aux fesses... Je rigole mais attention peut-être avec les allusions graveleuse dont ton héroïne se trouve couverte, encore une fois, sans réagir autrement qu'avec politesse et détachement. Evidemment qu'en tant que femme, on s'en mange tous les jours de ce genre de compliments déplacés, mais j'aimerais voir comment elle le vit et pourquoi pas qu'elle se défende, sans que ce ne soit Anakin ou Han qui ne le fasse pour elle :roll:

Et en parlant d'Anakin... j'aime beaucoup l'idée de le confronter à une tentation charnelle. Ce serait peut-être encore plus impactant si tu nous le faisais comprendre à travers les sensations du jeune homme ? Et pourquoi pas même pousser le vice à le faire franchir le cap avec l'associée de Lando tout en pensant à sa cousine, quitte à aller dans cette dynamique, que je n'aime pas trop mais qui aurait l'intérêt de créer du drama et un double questionnement moral chez le Jedi :lol:
Double Suns and sipping blue milk

Fanfiction Obi-Wan Kenobi ; [Le Jedi et la Sorcière]
mareva_mae
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 155
Enregistré le: 06 Mar 2022
 

Messagepar Mandoad » Mer 04 Mai 2022 - 16:06   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Hello ! Je suis encore là et ai enfin lu le chapitre 4.

Et j'ai eu beaucoup de plaisir, car une scène dans le Sénat avec autant de monde, ce n'est pas forcément facile à retranscrire. Je suis presque frustré de ne pas avoir lu le discours des Jedi, mais tu en dis suffisamment par la suite pour deviner comme cela s'est passé pour Anakin en Alana et qui est le meilleur orateur des deux (quoique cela n'est pas surprenant).

Concernant les sentiments amoureux familials, honnêtement, cela ne m'a pas choqué plus que cela. Ce n'est pas amené avec des gros sabots, cela fait sens quand on pense à leur passé. Anakin a passé toute son enfance, ainsi que son adolescence (shooté aux hormones) en compagnie de sa cousine (et si j'ai bien compris les effectifs totaux de l'Académie ne sont pas énormes) qui est particulièrement séduisante tant sur le plan physique que concernant son intelligence et son charisme.
En plus, cela permet de mieux cerner ce personnage qui "veut plus, toujours plus". Tiens, ça me rappelle quelqu'un ça. :sournois:

On termine avec une nouvelle figure menaçante et, en lisant les commentaires, j'avoue que je n'ai pas forcément pensé que tu avais l'intention de faire revenir ce personnage. La suite le dira :neutre:

Je reviendrai.
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1373
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Loucass824 » Mer 04 Mai 2022 - 20:26   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci pour ton retour, et content que tu ais aimé Mareva !

C'est vraiment gratifiant de voir que tous les retours complimentent l'accent politique et son ensemble, car j'ai toujours la crainte que cela paraisse trop lourd, trop long, trop peu intéressant. Donc bonne surprise !

Ah, Lando serait typiquement le genre de personnage puissant adepte d'ébats avec de multiples partenaires, quel que soit le sexe et l'orientation sexuelle. Du moment qu'il demeure le centre de l'attention... Lol

Après, pour ce qui est des allusions sur le physique, ici elles sont adressées avec des intentions plus nobles/bienveillantes que lors de l'arrivée d'Alana. Complimenter une personne que l'on trouve attirante, il n'y a pas de mal tant que cela demeure courtois et respecte la volonté de chacun. Après, cela ne l'atteint pas plus que cela car elle n'est pas rompue au prisme du physique et de l'image. C'est un peu à cela que servent ces allusions, marquer la différence avec un monde où la plastique occupe une place centrale. Elle a grandi exonérée de ce paradigme, sans se préoccuper de son apparence plus que cela. C'était aussi l'idée en leur donnant des belles tenues de soirées. Toute l'assemblée était conquise, mais l'un comme l'autre avaient l'impression de porter un déguisement plus qu'autre chose.

Mon but n'est pas de faire une norme ni de valoriser ce genre de comportement. C'est que j'aime bien mettre en scène des hommes qui renvoient les femmes aux choses les plus accessoires (ça paraît sadique dit comme ça) C'est choquant et crée une antipathie facile. Mais toujours, ces persos sont décrits comme ayant un comportement qu'il ne faut pas avoir, avec une image péjorative. Mettre en scène des persos mysogines, limite pervers est nécessaire, du moment que le sens de l'histoire montre bien que ce comportement n'est ni valorisé, ni sain. Même pour les machos eux-mêmes, où le but est de les montrer comme des frustrés sociaux.

Han et Anakin réagissent car elle ne le fait pas. Pour elle, il n'y a pas besoin de relever ce genre de chose. Mais Anakin défend celle qu'il aime, et Han défend sa nièce, la considérant un peu comme sa fille. Ce n'est pas pour autant que parler à sa place est une bonne chose. Ils se donnent un rôle de protecteur d'une femme qui n'en a pas besoin. Mais effectivement, ce n'aurait pas été inutile que je le souligne davantage.

Anakin n'a pas finit de s'interroger sur comment gérer ses sentiments. Je peux difficilement en dire plus pour l'instant...

Encore merci pour ton retour !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Mer 04 Mai 2022 - 20:29   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci pour ton retour Mandoad, et content que tu aimes ! J'ai répondu dans un second message, pour que tu n'ais pas à lire des retours de lecteurs plus avancés.

Comme je le dis plus haut, très satisfait de voir que les thèmes et les parties orientées politiques plaisent autant ! Le fait d'avoir coupé leur discours était justement pour ne pas être trop lourd, étant donné que je craignais déjà que cette partie ne soit pas la plus plaisante à suivre. Perso ça ne me dérange pas en tant que lecteur, mais je m'étais dit que d'autres pouvaient ne pas aimer. Manifestement, je m'étais fait de fausses idées.

Bon, pas de problème avec l'inceste... Lol en effet, étant les premiers disciples de ce Nouvel Ordre Jedi, les autres sont des enfants à côté. Le but n'était pas de faire malsain, mais de mettre en place un amour impossible, irréalisable. Que le perso souffre d'une situation où aucune solution ne semble être la bonne. Déjà qu'il a d'autres problèmes familiaux, et qu'il ne gère pas ses émotions au mieux... Il est maladroit, mais le bougre n'a pas la plus facile des situations.

La suite le dira... Ou pas ! Il ne faut pas forcément prendre cela pour acquis, les apparences peuvent être trompeuses...

Merci encore pour ton retour !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar L2-D2 » Mer 04 Mai 2022 - 20:37   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 5 lu !

Ah, Lando ! :love:

Le personnage est formidablement bien saisi, "croqué", il a de la gouaille, il est un peu plus apaisé, mais il est toujours aussi charmeur... ainsi que le jeune Anakin, qui a hérité des talents de son paternel pour la question semble-t-il ! Bon, on dirait qu'il a tendance à un peu oublier Alana rapidement, tant mieux pour lui... encore que. Je trouve qu'en deux chapitres, tu nous annonces qu'il a des sentiments pour elle, qu'il est jaloux, et maintenant c'est elle qui a des doutes à cause de Yuthura Ban (ce nom... mes souvenirs de KoTOR ressurgissent d'outre-tombe ! :wink: )

Et puis, il y a le mystère final, bien intrigant, bien mystérieux... qu'est-ce qui a pu causer ce phénomène, ça, je suis curieux de le savoir ! :think:

Et on termine avec la tirade de l'Aube Rouge. Déjà, le nom est bien trouvé, même s'il ressemble un peu trop à l'Aube Ecarlate (à moins que la ressemblance ne soit volontaire ?). Et surtout, surtout, ce discours m'a plu car il est très inspiré de celui de Zod dans le film Man of Steel, lorsqu'il annonce que Kal-El se cache sur Terre (et comme Man of Steel est l'un de mes films préférés, je ne jetterai certainement pas la pierre!).

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7719
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Loucass824 » Mer 04 Mai 2022 - 20:59   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci de ton retour, et content que ça t'ai plu L2-D2 !

Merci du compliment pour Lando ! J'avais moins mis l'accent sur lui et m'étais concentré sur retranscrire au mieux le trio original, donc content qu'il plaise !

Après, Alana ne doute pas tant que cela. Elle pense que Yuthura s'est trompée et que la méprise de la twi'lek est due à la méconnaissance de leur lien. Alana croit avoir dissipé ce malentendu en révélant qu'ils sont cousins, et Yuthura n'insiste plus. Alana est certes intelligente et perspicace, mais ne voit pas ce qui semble être sous ses yeux... Content que la ref a KoTOR te plaise. Sans rien spoiler, il y en aura d'autres à l'avenir...

Content que la menace te plaise ! En ce qui concerne le nom, c'est une référence à une organisation terroriste épique d'une autre œuvre. Son nom, en japonais est l'Akastuki, et se traduit par Aube Rouge. Sur le plan linguistique et culturel, je ne trouvais pas ça cohérent qu'une appellation soit japonaise, donc j'ai traduit. J'étais obligé de faire des références aux oeuvres qui m'ont particulièrement touché.

Ah, là c'est plus qu'une simple inspiration ! Content que tu l'ais vu, car c'était volontaire ! Zod ne vaut pas Darkseid, mais il n'est pas considéré à sa juste valeur à mon sens, c'était un très bon antagoniste. Et la scène de son discours m'avait vraiment plu, alors c'était une manière de rendre justice à un perso pas suffisamment considéré, faire une ref à ma team comics, et je trouvais que ça pouvait bien s'intégrer ici.

Je reprend ce système sur toute ma trilogie, où il y a nombre de références et de passages d'autres œuvres. A la différence d'autres auteurs ici présent, ma culture Star Wars laisse trop à désirer pour des refs uniques à Star Wars. Ça fait plaisir que tu l'ai relevé, et encore plus de savoir que la team DC est présente !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Ven 06 Mai 2022 - 14:30   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 6







Alana tournait encore et encore dans son lit. Impossible de trouver le sommeil. Les images de l’attentat se rejouaient sans cesse dans sa tête. Un flash lumineux. Une onde de choc. Des cris par milliers. En particulier celle de la petite fille aqualish tenant la main de sa mère. Et ensuite voir les vêtements qu’elle portait étalés au sol. A chaque fois que ces images apparaissaient, son esprit se remémorait ce passage de la vision qu’elle avait eu. Des cris par milliers. Et toujours le même sentiment. Si seulement j’avais pu décrypter cette vision… Alana était à présent convaincue qu’elle avait failli, qu’elle avait le pouvoir d’empêcher cela, mais n’avait rien fait. Elle s’efforça de songer aux leçons de son père, mais cela ne suffisait pas toujours. Frustrée, elle décida de se lever. Elle descendit au le salon, sans véritable but, si ce n’était de fuir ce lit où il était impossible de trouver la paix et le sommeil.
Une fois qu’ils eurent quitté la demeure du sénateur Jast, ils s’étaient rendus directement sur les lieux du crime. L’agent Jerre avait été rapidement déployé sur place. Ils n’avaient pas pu accéder à la scène, Crail les informant qu’ils n’avaient pas l’autorisation de leur révéler quoique ce soit, mis à part que c’était la folie ici. Les équipes de première réponse avait piétiné la scène de crime en entrant, n’ayant aucune idée de ce à quoi ils faisaient face. A présent, des unités plus spécialisées étaient en train d’extraire tout les indices possibles d’un charnier comportant l’absence totale de corps. Ils étaient donc repartis bredouilles, patientant jusqu’au matin. Ils comptaient bien se rendre à la chambre du Sénat, espérant recevoir l’autorisation de pouvoir jouer un rôle. Sans autre perspectives, Ils avaient fait le choix de regagner le domaine Organa, plutôt que de rejoindre la résidence surveillée. Tous s’étaient changés et couchés dans leurs chambres respectives, sans vraiment se parler, encore sous le choc des évènements.
— Impossible de dormir, hein ? lui dit Han, assis seul sur un tabouret du bar, dans la faible obscurité du salon interrompue par la lampe murale, le regard fixé sur une bouteille d’alcool pas encore entamée.
— Oui, lui répondit-elle d’une voix trainante. (Elle regarda la bouteille, puis chercha son oncle du regard) C’est en quel honneur ?
— Je ne compte pas la boire si c’est ce que t’imagines.
— Je… je ne pensais pas que…
Manifestement, il allait falloir donner un minimum de contexte à Alana. C’était avec son fils qu’il avait eu une longue discussion. Peut-être ce dernier n’avait pas partagé tout ce qu’ils s’étaient dit.
— Je la garde pour les moments comme celui-ci, continua-t-il. C’est… (Il soupira un instant) Pour me rappeler d’où je reviens. Que même dans les moments difficiles, je ne retomberais pas là-dedans.
Alana comprenait que tout cela revêtait une certaine importance pour son oncle.
— Ca aide ?
— Pardon ?
— De faire ça, ça t’aides à garder les idées claires ?
— Je crois bien, oui, répondit-il d’un sourire en coin. Ca me rappelle ce que j’ai, et que j’ai bien failli le perdre à jamais. Surtout qu’il faut se battre pour le garder.
Il se surprit lui-même à en parler si naturellement, à voix haute. Du moins à quelqu’un d’autre que sa femme ou Chewbacca. Les paroles d’Han eurent un écho particulier dans l’esprit d’Alana.
— Je suis contente que les choses aient bien tournées entre toi et Ani, lui dit-elle sincèrement.
— Moi aussi, ma petite, moi aussi...
— Je sais qu’il était très troublé. On en a peu parlé lui et moi. J’ai essayé de l’aider, mais il était plus touché encore que ce qu’il admettait généralement.
— Tout le monde a son truc pour l’aider. Le truc d’Anakin, c’est ta présence. Le mien, c’est celui-là, dit-il en désignant la bouteille.
— Tant que ça marche.
— Hmfp, fit-il en soufflant du nez. C’est clair que ça manque un peu de style comparé à la méditation Jedi, hein. (Alana lui souriait) Viens t’assoir à côté de moi, ma petite. Tu sais, Anakin a de la chance d’avoir quelqu’un comme toi à ses côtés. (Il laissa passer un moment de silence. Il reprit la parole, sentant quelque chose n’allait pas chez sa nièce) Comment tu te sens ?
Comment réussir à répondre à une telle question… Tout s’était déroulé de la manière la plus éloignée de ses attentes, la pire qui soit. Alana était arrivée avec les meilleures intentions. Même si elle était consciente que cela ne suffirait peut-être pas, elle avait à l’esprit qu’il fallait persévérer, que ses convictions finiraient par être entendues. Mais ce n’était pas une affaire de conviction. Rien ici n’était semblable à ce qu’on lui avait conté. Et après les évènements de cette soirée…
— Troublée, dit-elle après une courte pause. Je crois que c’est le bon mot...
— N’importe qui le serait.
— Avant de venir ici, je savais que j’allais être confrontée à l’inconnu. Et je pensais être prête. J’étais prête. Mais après ce soir… J’ai sondé la Force sur toute la planète… Utilisé différentes techniques que mon père m’a apprises, mais rien. Je ne sais pas ce qui serait le pire…
— Qu’est ce que tu veux dire ?
— L’absence de trouble dans la Force… Cela pourrait être expliqué par le fait que le côté obscur est si puissant que le voile qu’il a dressé est impossible à percer, ce qui n’est pas de bon augure. Ou alors, que je n’ai pas ce qu’il faut pour le ressentir. Je me demande ce que dirait mon père…
— Il dirait « Concentre-toi en ton fort intérieur, la Force trouvera la réponse en toi » ou un truc dans le genre. (Elle comptait s’offusquer de la raillerie, mais ne put réprimer son rire en croisant le regard moqueur de son oncle) Ce dont je suis sûr en tout cas, c’est qu’il te rassurerait. Et qu’il serait fier de toi, quoi qu’il arrive.
— Merci, oncle Han. Et euh… désolé de t’embêter à parler de lui. Je sais que mon père et toi…
— Tant que je ne l’ai pas en face de moi.
Il lui témoigna un sourire compatissant. Il n’était pas question de mêler sa nièce à la brouille qui avait cours entre lui et son père depuis tant d’années. Elle n’y était pour rien, et ce n’était clairement pas ce dont elle avait besoin.
— J’me disais bien que j’avais entendu du bruit, fit Anakin en entrant dans le salon.
— On t’a réveillé ? craignit Alana.
— Je dormais pas de toute façon.
Après avoir rapidement balayé la pièce, son regard se posa de manière insistante en direction de la bouteille. Alana vit l’expression qui se dessinait sur le visage de son cousin. Le basculement dans ses yeux. L’afflux de souvenirs douloureux, et de projections en conjections tout aussi peu réjouissantes. Une inquiétude mêlée à de l’indignation. Celle que tisser à nouveau un lien avec son père ne servait à rien. De belles paroles, dans lesquelles il avait placé sa foi de manière idiote. Et pour quel résultat…
— Ce n’est pas ce que tu crois Ani.
— Ah oui ? Alors qu’est ce que c’est sensé être ?
— Doucement, fiston.
— Nan, toi doucement ! répondit-il nerveusement en le pointant du doigt. C’est pas le moment d-
— Je sais que personne ne semble dormir ici, interrompit Leia. Mais si tu pourrais éviter de crier…
— Chérie, dit Han en commençant à vouloir se lever.
— Qu’est ce qu’il se passe ici ?
— Vois par toi-même, répondit Anakin d’un air désabusé en désignant la bouteille.
— Ca ? (Leia savait bien de quoi il s’agissait) Ce n’est rien. Il ne compte pas la boire.
— A quoi d’autre cette bouteille servirait ?
— C’est de la méditation Jedi ! lança nerveusement Alana, cherchant à tuer le conflit dans l’œuf.
Une manière aussi étrange que maladroite pour tenter de mettre fin à des tensions. Tous les autres regardèrent la jeune femme, conservant un silence de réserve dans l’attente d’une quelconque explication. Seul Han se fendit d’un léger sourire avant de prendre la parole.
— Fiston, aussi bizarre que ça puisse te paraître, cette bouteille me sert à me recentrer. Fais-moi confiance quand je te dis que je ne retombe pas là-dedans, à défaut d’écouter ta mère.
— Ok. (Le jeune homme se rembrunit) Je vais vous croire… Mais on en reparlera, vu qu’on a des problèmes plus importants...
Un léger progrès. Voilà ce que tous se disaient concernant le jeune homme. Comme à son habitude, il s’était rapidement emporté. Mais les interventions successives de sa cousine et de son père avaient suffit cette fois. Peut-être était-il simplement fatigué, las, et n’avait pas le cœur à insister. Mais Han savait. Il était convaincu que, depuis qu’il avait rétablit le contact avec son fils, les choses se dérouleraient pour le mieux. Il réussit à dissimuler sa joie évidente à l’évocation de cette pensée. Certes, il y avait naturellement un chemin conséquent à parcourir. Mais c’était comme si le plus dur avait déjà été fait.
— Bon, étant donné que tout le monde est debout, on va se préparer un petit déjeuner de champions, s’exclama Han. Il finira par faire jour dans un peu plus d’une heure, alors on sera prêts en avance comme ça.
— Est-ce que je peux aller réveiller Chewie ? demanda Alana, pleine d’enthousiasme.
— Oh, ne t’inquiète pas pour lui, lui répondit Leia. Il se lèvera de lui-même quand il se rendra compte qu’on prépare le repas.
Le rire provoqué par les paroles de Leia mit tout le monde de bonne humeur. Tous s’attelèrent à la préparation du repas, oubliant pendant un temps les récents évènements, court moment de répit pour les temps à venir.

Presque deux semaines s’était écoulées depuis les terribles évènements, et les choses n’avaient pas beaucoup avancé. Le premier matin, Leia, Han et les autres s’étaient rendus à la Grande Rotonde, pour assister à une réunion de crise. Différentes pistes avaient été évoquées. Pour les suivre, les Jedi s’étaient vus accorder les accréditations nécessaires, et des assignations pour se rendre au poste central de la Division, service de regroupement des différents organismes de sécurité et de maintien de l’ordre. Cette organisation était la plus importante dans ce domaine, supplantant toutes les autres départements en termes d’accréditation. Ils attendaient beaucoup de cette réunion, et bien mal leur en avait prit.
Les seules débouchées possibles n’étaient que des enquêtes sur des groupuscules pro-humains, qu’ils aient des antécédents ou non. Des perquisitions généralisées, des quotas journaliers d’arrestations d’humains, établis pour montrer que le Sénat prenait des mesures notables. Le débat étant stérile, les Jedi n’avaient eut d’autre choix que d’agir dans le cadre défini par le Sénat. Ils épaulaient les équipes d’interventions dans les endroits les plus à risques, et les arrestations d’individus violents, les conduisant à la section renseignements pour interrogatoire.

Anakin et Alana travaillaient en collaboration avec Crail Jerre, et l’unité qu’il avait à sa charge. Ils n’avaient pas eut leur mot à dire, et chacun des deux Jedi ne manifesta que très peu d’enthousiasme face à cette perspective. Mais le fait de travailler ensemble avait rapidement aplani les tensions entre eux. Les jeunes Jedi purent directement constater que Crail n’avait que peu de latitude dans son travail, contraint de suivre le protocole strict établi par le Sénat. Ils avaient pour ainsi dire les mains liées, les empêchant d’exploiter certaines pistes, devant se concentrer sur d’autres moins pertinentes. Ils avaient également eu un bon aperçu de ce dont Crail était capable. Malgré des débuts tendus, il n’avait eu aucune hésitation à clarifier la situation lorsque c’était nécessaire. C’était lui qui était en charge des opérations. Les deux Jedi étaient en sa compagnie lorsqu’il devait rencontrer des informateurs, et il avait été clair à ce sujet. C’était lui et lui seul qui parlait, les deux jeunes se contentant d’observer en silence, à sonder la Force. Alana était impressionnée, de même qu’Anakin. Crail avait même légèrement remonté dans l’estime du jeune homme.
— Dernière intervention de la journée, annonça Crail.
— Encore une ? s’exclama Anakin.
— Quelles sont les infos Crail ? demanda Alana.
— Taan Bailum, 46 ans. (Crail affichait la photo du suspect sur un des écrans. Celui-ci avait le teint pâle et les traits marqués) Membre du 35ème régiment d’infanterie pendant le Grand Démantèlement, il a ensuite été recruté par les opérations spéciales dans la guerre des cartels.
— La guerre des cartels ? s’interrogea Alana.
— Des anciens gradés impériaux avaient infiltré des groupes criminels, patientant pour faire revivre l’Empire. C’était dans les années suivant le Grand Démantèlement. Ca n’a pas été une franche réussite, mais l’heure n’est pas au cours d’histoire. Le suspect a été démobilisé suite à un rapport psycho après un déploiement dans la Bordure. Ensuite embauché par BlackTower, branche paramilitaire et sécurité l’année suivante. Il finit par être condamné pour crime et incitation à la haine raciale suite à une bavure il y a dix ans. Relâché pour bonne conduite il y a deux. Divorcé pendant son séjour en prison, avec un fils qu’il n’a plus vu depuis. La première équipe a tenté de le maîtriser, mais il les a tous neutralisé. Une équipe d’interception de six hommes, à mains nues, à lui tout seul. Le suspect est donc considéré comme extrêmement dangereux. Affiliation supposée avec l’Aube Rouge.
— « Affiliation supposée »… grommela Alana. Sur quelles bases ? On ne connaissait même pas cette organisation il y a deux semaines…
— Je ne fais que lire le rapport de la Division, Alana.
— Regarde le suspect, fit Anakin d’un ton cynique. Suspect humain égal affiliation à l’Aube Rouge. C’est comme ça maintenant. Surtout que ce type a l’air d’avoir eu son lot de soucis…
— Arrivée dans 2 ! annonça Crail sans relever l’allusion d’Anakin. On nous signale qu’il s’est réfugié dans un entrepôt abandonné, et qu’il menace d’activer un dispositif explosif. La situation va être compliquée. Les autres équipes couvrent déjà les voies d’accès, alors on reste ensemble cette fois. Une équipe forme un cordon de sécurité, car une large masse de civils s’est attroupé aux alentours du bâtiment. Il va falloir négocier, alors je compte sur vos pouvoirs pour me faciliter la tâche. C’est parti !
La navette descendit brusquement au dernier moment. Elle ouvrit ses portes, et ses occupants en sortirent rapidement, avançant dans un coin à l’écart de l’activité du centre-ville. Ils se postèrent tous à leurs différentes affectations, tandis que les trois jeunes pénétrèrent à l’intérieur. Ils progressèrent, Crail en tête, jusqu’à l’emplacement du suspect, qui se trouvait à l’étage. Un bouclier énergétique avait été levé pour pouvoir l’avoir en visu, tout en se protégeant de son dispositif. Crail l’observa d’un rapide coup d’œil, et prit ensuite la parole.
— Monsieur Bailum, je suis le commandant Jerre. On m’a appelé pour vous aider à régler vos difficultés. Car c’est bien ce que vous voulez ?
La pièce était crasse, en sale état. Un dispositif de détonation était disposé sur un canapé aussi miteux que le reste de la pièce. Le déclencheur se trouvait dans la main du suspect. Manifestement, c’était l’endroit où il vivait, même si c’était difficile à croire.
— Et c’est c’que j’vais faire ! hurla le suspect. Vous et vos amis, tout le monde va régler ses problèmes !
— Nous ne sommes pas obligés d’en arriver là, répondit Crail. (Il avait en tête les antécédents du suspect) Vous ne voulez pas ôter la vie de dizaines d’innocents monsieur Bailum. Regardez à travers la fenêtre, vous verrez que je ne vous mens pas.
Le suspect passa un regard peu concerné, et vit que l’agent lui disait la vérité. Mais cela importait peu. Ce n’était pas ces curieux qui allaient le faire changer d’avis. Pas maintenant. Pas après tout ça.
— Rien à faire d’ces parasites ! Ils veulent voir c’que c’est la vrai guerre ? J’vais leur donner une vrai guerre moi !
— La guerre est terminée monsieur, intervint Alana qui l’avait sondé dans la Force, et tentait de lui envoyer des ondes apaisantes. Vous n’êtes plus obligé de vous battre.
Des paroles qui se voulurent réconfortantes et apaisantes. Elles eurent un effet radicalement opposé.
— Rien n’est terminé ! hurla-t-il. Rien ! (Il désigna les trois jeunes à tour de rôle) Tout ça à cause de vous, et de vous, vous tous ! C’était pas ma guerre à moi ! C’est vous qui m’avez appelé pour ça ! J’ai fait ce qu’on m’a dit de faire, ce qu’on m’a appris à faire ! Mais z’avez pas voulu nous laisser avoir le beau rôle ! Il fallait nous condamner, pour sauver votre morale et votre image hein ?
L’homme était profondément marqué et troublé. Il associait visiblement Crail et les jeunes Jedi au gouvernement et aux responsables en charge à son époque. Il faisait de courtes allées et venues, piétinant nerveusement sur place.
— Et j’vous ai vu ! poursuivit-il. Vous et vos larves, des profiteurs et des vautours, m’attendre quand je suis rentré ! Ils m’ont traité de monstre, de tueurs d’enfants ! Mais qui êtes vous pour me faire des reproches hein ? Qui êtes vous ?! Vous étiez à ma place, dans ces planètes perdues à la recherche de ces impériaux ? Dans ces bidonvilles gangrénées par ces pourris ? Vous savez pas de quoi vous parlez !
Anakin était touché par la détresse de cet homme. Mais il n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait lui dire pour l’apaiser. Alana était encore plus perturbée. Il fallait qu’elle intervienne. Ce pauvre homme souffrait terriblement. Personne ne semblait le comprendre. Elle avait la capacité de lui apporter cet apaisement. Encore fallait-il qu’il le veuille...
— Vous êtes prisonniers du passé, intervint-elle. Mais cela peut s’arranger, vou-
— C’est pas du passé pour moi ! J’avais une vraie place là-bas ! On me faisait confiance, je pouvais piloter des engins qui coutaient des millions de crédit ! Mais ici, pas moyen de piloter un putain de speeder ! Ma femme me regarde comme un criminel, un monstre ! Mon fils me regarde comme un étranger ! J’ai jamais voulu tout ça moi !
Taan Bailum s’emportait de plus en plus. Les interventions classiques pour le raisonner n’avaient aucun d’effet. Crail avait autre chose en tête. Il contourna brusquement le dispositif de sécurité, et s’arrêta à quelques mètres du suspect. Alana avait tenté de l’en empêcher, mais Anakin l’avait stoppé. Il prenait un énorme risque, mais il n’était pas question qu’Alana le prenne également. Taan Bailum observa Crail, se demandant pourquoi il demeurait immobile, alors qu’il avait un dispositif qui le réduirait en cendres dans l’instant s’il le souhaitait. L’agent avait un regard assuré.
— Nous ne sommes pas comme ça, déclara-t-il d’un ton neutre tout en laissant suffisamment de compassion filtrer à travers. Mon père a servi la Nouvelle République en son temps, je comprends ce dont vous parlez. Ce que vous traversez. Vous n’êtes pas seul Taan.
Cette dernière phrase le marqua particulièrement. Il y avait bien longtemps que quelqu’un ne l’avait pas appelé par son prénom. Surtout pas pour lui dire de telles choses. Le retour de cette sensation de solitude profonde et sans fin…
— J’avais des amis là-bas, finit-il par reprendre d’un ton moins nerveux. Ici, j’ai plus rien… J’me souviens d’un jour… (Il commença à se replonger dans un souvenir) Un gamin, qui vivait dans la rue. Il nous propose d’acheter des fruits à mon ami et moi, alors qu’on approche d’un petit comptoir de bar. Le p’tit rodien nous dit « des fruits m’sieur des fruits m’sieur ». Moi j’lui dit nan, j’veux me payer quelques bières. J’en commande, et mon ami finit par céder au p’tit rodien. Le mioche lui ouvre sa petite boite, et il explose. Les renégats impériaux avaient piégé l’gosse. J’assiste à la scène, j’vois le corps de mon ami voler en éclat, j’me précipite. Y’a des morceaux partout, j’en ai plein sur moi, comme ça là !
Comme s’il revivait le souvenir, il se passa nerveusement les mains sur son torse et ses épaules, comme pour chasser les morceaux de corps de son ami.
— J’essaie d’aider mon ami ! J’dois faire le tri, parce que j’arrive pas à savoir si les morceaux sont les siens ou ceux du gamin ! J’suis couvert des restes de mon ami ! (Il n’était plus hargneux. Une profonde mélancolie, un désespoir total emplissait chacune de ses paroles. Les jeunes Jedi en étaient bouleversés. Crail tentait bien que mal de se maitriser, et ne pas flancher) J’lui prends la main, il m’dit qu’il veut juste rentrer chez lui ! « J’veux rentrer chez moi j’veux rentrer chez moi Taan » qu’il m’dit ! J’arrivais plus à r’trouver ses jambes ! J’arrivais plus à r’trouver ses jambes… (Il commençait à craquer en profonds sanglots) J’arrive plus à m’sortir ça d’la tête… Ca fait des années, j’y pense chaque jour… J’me shoote, j’me réveille j’sais plus où j’suis… Y’a personne qui est là pour moi… J’parle plus à personne, pendant des jours… Des fois pendant toute une semaine… J’en peux plus, j’veux qu’ça s’arrête…
Il s’était écroulé contre un des murs, se laissant glisser au sol. Il était temps. Crail s’approcha précautionneusement du pauvre bougre. Il commença à poser une main amicale sur lui, puis à l’enlacer. Pendant la manœuvre, il lui prit lentement le détonateur des mains. Crail se mit à tendre cette main vers l’arrière, et Anakin comprit dans l’instant. Il se précipita pour récupérer le dispositif. Crail passa ensuite délicatement les menottes à Taan Bailum. Il lui laissa quelques instants, le temps de calmer ses sanglots. Alana continuait à lui envoyer des ondes positives, alors que Crail lui disait que ça va aller, qu’il existait des structures pour aider les gens comme lui. Qu’il n’était pas seul. De simple mots, mais exactement ce dont cet homme avait besoin à cet instant. Une fois qu’il s'était calmé, Crail l’aida à se relever. Il demanda à une autre équipe de le reconduire, et Taan Bailum lui offrit un dernier regard avant de s’en aller. L’émotion qui habitait ce profond regard marqua véritablement Crail, qui ne sut comment réagir.
— Ca va aller Crail ? lui demande Alana.
Il regarda la jeune femme. Observer son visage lui fit le plus grand bien. Une vision réconfortante. Il se retint de lâcher tout ce qu’il avait sur le cœur. Son père, qui aurait pu devenir comme cet homme, le retour à la vie normale. D’une part, parce que ce n’était pas dans sa nature. Mais également parce qu’une fois qu’il commencera à parler, il aurait du mal à dissimuler son affect pour la jeune femme.
— C’est dur, mais ça ira, répondit-il sobrement. Nous devrions faire un léger passage par ici, nous assurer qu’on a rien manqué.
Ils s’exécutèrent. Anakin alla s’inquiéter de l’état de sa cousine, visiblement perturbée. Elle lui dit qu’elle n’a pas comprit pourquoi il l’a empêché d’intervenir. Cette fois, le jeune homme décida d’être complètement honnête.
— Cet homme avait fait son choix, et cela le regardait, lui dit-il. (Elle ne comprenait pas bien sa réaction) Si c’était son choix d’en finir, il en avait le droit. Vu ce qu’il a vécu…
— Mais il était au bord de l’abime, argua Alana. Il valait mieux l’aider…
— Je sais, mais parfois, je pense qu’on doit respecter le droit de chacun à disposer de sa propre vie…
Alana accepta le raisonnement, à défaut de le rejoindre. Anakin n’était pas conscient d’avoir exposé son propre paradoxe existentiel, plutôt que de simplement parler de celle de cet homme. Ils passèrent quelques minutes, déblayant et fouillant les décombres, pour chercher d’éventuelles pistes. Lorsqu’ils comprirent qu’ils n’allaient rien trouver de bien concluant, on interpella Crail via son comlink.
— Commandant Jerre, ça devient compliqué ici ! Vaudrait mieux pas traîner !
— Bien reçu, répondit-il. Allez tout le monde, on lève le camp et on rentre !
— Qu’y-a-t-il Crail ? s’inquiéta Alana.
— Des manifestants.
— C’est la troisième fois que ça arrive, Crail, fit Anakin, agacé. Ca va être de pire en pire.
Ils sortirent tous du bâtiment, sous les huées de la foule d’humains qui s’était amassée derrière le cordon de sécurité. Certains brandissaient des pancartes de fortunes, des inscriptions faites à la volée demandant la justice pour les humains, d’autres crachaient simplement leur haine. Ils recherchaient simplement un exutoire. Le cordon de sécurité formé par les quelques agents commençait à être mis à rude épreuve.
— Ils ont l’air plus énervés que d’habitude, constata Alana.
— Comment leur en vouloir, répondit Anakin.
— Crail, occupe-toi de stocker le matériel du dispositif ! suggéra Alana. Nous allons essayer de calmer les choses.
— Vous êtes fous ? leur dit-il. Vous n’avez rien à y gagner !
Anakin se mit à la suite de sa cousine, peu convaincu de son initiative. Mais il ne pouvait la laisser y aller seule.
— Euh, t’es sûre de toi sur ce coup ?
— Nous ne pouvons rester les bras croisés pendant que ces gens se sentent opprimés et mis à l’écart. Je ne peux rester à l’écart devant ceux qui souffrent une nouvelle fois. S’il vous plaît ? S’il vous plaît ! (La jeune femme était montée sur une navette pour mieux se faire entendre) Regagnez votre calme. Ce n’est pas de cette façon que vous vous ferez entendre. Nous comprenons vos revendications, mais manifester ainsi ne fera pas avancer les choses.
— Vous arrêtez des humains sans raison valable ! cria un homme au premier rang, l’agitation semblant légèrement diminuer. Vous devriez avoir honte !
— Nous ne faisons que notre travail. (Elle parlait sur un ton calme et posé, essayant d’envoyer des ondes positives d’apaisement à travers la Force) Nous faisons tout notre possible pour retrouver la trace des responsables des attentats.
— Qui vous dit qu’les responsables sont humains ?
— Ouais ! Vous arrêtez qu’des humains ! continua un autre.
— Nous explorons toutes les pistes qui sont à notre disposition. (Anakin se tenait à présent à ses côté, tout en demeurant silencieux) Nous vous demandons simplement une chose, c’est de nous faire confiance. S’il vous plaît, la meilleure façon de nous aider est de nous laisser faire notre travail.
— Votre travail ? s’exclama une femme plus loin. Vous arrêtez vos semblables ! Vous êtes des traitres à votre espèce !
Il y avait tellement de haine et de rancoeur qu’il était difficile de tous les apaiser. Cette sensation était trop présente, sans compter qu’elle empirait.
— Ecoutez-moi, ce n’est pas un problème d’espèce. Des milliers de gens sont morts dans cet attentat. Des femmes, des enfants.
— D’la vermine non-humaine ! On va pas les pleurer !
— Ouais ! Les types de l’Aube Rouge avaient raison en fin d’compte ! Il faut qu’on s’bouge sinon, c’est nous qu’allons être enfermés !
— Non, s’il vous plaît ! Je vous prie de…
Elle ne put terminer sa phrase. Un projectile fut lancé et heurta sa tempe, juste au-dessus de l’oreille droite. Concentrée à chercher l’apaisement de la foule, grâce à sa persuasion de Force, elle n’avait pas réussi à sentir le projectile arriver.
— Qui a fait ça ?! gronda Anakin. Bande de sauvages ! Vous attaquez la seule personne qui essaie de vous comprendre. (Il se tourna et se pencha vers Alana) Ca va ?
— Oui, ce n’est pas grand-chose. (Elle le retint par le bras, tout en appuyant sur sa blessure de sa main libre, un léger filet de sang s’en échappant) Laisse Ani. Allons-nous-en.
Ils descendirent de la navette, mais la foule était exaltée par la montée de la violence et du ton de défiance d’Anakin. Les officiers qui tentaient de les repousser commençaient à êtres dépassés. Anakin se défit de l’étreinte de sa cousine, et s’avança vers la foule lorsqu’il vit certains agents mis à terre. Tout comme elle, il ne pouvait rester les bras croisés. Et la confrontation prenait un ton qui lui convenait bien mieux.
— S’il c’est le seul langage que vous comprenez…
Le jeune Jedi lança une poussée de Force en modulant sa puissance. Elle fut suffisante pour repousser et mettre à terre plusieurs rangées de manifestants, dans un rayon assez large. Il aida les officiers à terre à se relever. Il les poussa à rejoindre les navettes quand certains manifestants, les plus massifs, s’étaient déjà relevés. Ils s’avançaient dans sa direction, avec des intentions assez évidentes. Ils commencèrent à ramasser ce qu’ils avaient sous la main, en guise d’armes de fortunes. Anakin leur fit face d’un air déterminé. Il tendit sa main, et y fit venir son sabre laser à l’aide de la Force. La lame bleutée du sabre jaillit dans un bourdonnement caractéristique, stoppant net les brutes qui s’avançaient.
— Vous êtes sûrs de vouloir jouer à ça ? lança-t-il en prenant un air intimidant. Je serais d’avis que vous fichiez le camp, tant que vous êtes encore en état de courir. (Ils soutinrent son regard. Mais même les plus téméraires comprirent vite que la fuite était leur seule option viable. Le regard du jeune homme était sans équivoque) Bien.
Pendant ce temps, Crail avait soutenu Alana. Ils avaient prit place dans la navette, Crail l’aidant à s’assoir. Anakin éteignit son sabre et les rejoignit rapidement.
— On est prêts à partir, Crail ?
— On attend plus que toi, lui répondit-il.
Le jeune Jedi prit place dans la navette, en face d’Alana. Crail était à côté d’elle, en train de fouiller le nécessaire dans une trousse de premiers secours, pour stopper le léger saignement. La jeune femme le remercia gentiment, mais lui indiqua qu’elle n’en avait pas besoin. La navette s’éleva rapidement, et se remit en marche.
— Alana arrête, insista-t-il. C’est peut-être superficiel, mais il ne faut pas laisser ça co-
— T’as pas compris, Crail, coupa Anakin. Elle a pas besoin de ce genre de soins.
Alana posa sa paume sur sa blessure, fermant les yeux pendants quelques secondes, avant de retirer sa main. Crail fut stupéfait de voir que le saignement s’était interrompu, et que la blessure n’était quasiment plus visible. Elle tourna son regard vers Crail.
— Un problème avec mes cheveux, lança-t-elle d’un air moqueur. Je suis décoiffée ou… ?
— Non, tout est parfait…
Il se rendit seulement compte qu’il fixait la jeune femme de façon insistante. Il était à la fois absorbé par la démonstration de telles capacités, et l’harmonie de son visage. Il détourna le regard, plus vivement qu’il ne l’aurait voulu.
— Désolé, c’est que… Je n’avais jamais vu ça.
— Et encore, t’as pas tout vu, ajouta Anakin.
— Tu nous as pourtant vus arracher des verrous renforcés par la force de notre esprit, non ? lui demanda la jeune femme.
— Ce n’est pas comparable. (Crail prenait vraiment la mesure de ce qu’il disait) Tu t’es soignée seule, sans aucun produit extérieur. Régénération cellulaire accélérée. Je suis abasourdi, je ne croyais pas ça possible.
— Pratique, pas vrai ?
— C’est le moins qu’on puisse dire... Où as-tu appris ça ?
— C’est un tour que je tiens… (Son regard croisa celui de son cousin, et ils se mirent à sourire en même temps) D’un vieil enfant, dirons-nous…
— C’est donc de cela qu’est capable un Jedi, reprit-il, plus pour lui-même que pour les deux Jedis en question.

— On a vu le flash sur l’holonet, fit Leia en les voyant revenir. On s’est inquiétés pour vous.
Les deux Jedi venaient de rentrer de leur journée, et allaient exposer leur volonté de poursuivre des pistes alternatives. En deux semaines, ils n’avaient pas avancé d’un pouce. Ils perdaient leur temps à suivre des pistes ne débouchant sur rien, et cela commençait à les exaspérer. Sans compter qu’ils s’en prenaient plus aux victimes qu’aux véritables responsables en définitive. Ils avaient réfléchit sur la route du retour, et comptaient bien aborder la question.
— Ce n’est rien, répondit Anakin. Tout est rentré dans l’ordre.
Il vit que sa mère jetait un regard en direction de l’écran, et il le regarda à son tour. L’image qui revenait le plus était celle de sa démonstration de force, captée par de nombreuses caméras.
— Ca rend pas mal sur holo, pas vrai ?
— Anakin ! Ce n’est pas un jeu !
— Je sais, maman. Je dis juste ça pour dédramatiser. Je ne prends pas ça à la légère, j’te l’promets.
— J’me demande ce qu’en penserait ton maître, d’utiliser tes pouvoirs comme ça fiston, commenta Han, avachi sur le canapé du salon en compagnie de Chewbacca.
— Toi, qu’est ce que tu en penses ?
— Moi je trouve que ça en jette. (Il se reprit quand il senti le début de regard que sa femme lui lançait) Mais la plupart des gens, et surtout les politiques, vont peut-être moins apprécier.
— Je sais papa. Mais Alana a essayé de leur parler, et ces animaux l’ont agressé.
— Nous le savons, annonça Leia.
— Comment vous l’avez su ?
— Crail m’a appelé pour me raconter ce qu’il s’est passé.
Crail…Les visages d’Han et d’Anakin se rejoignirent d’un regard entendu. Alana s’étant faite discrète jusqu’ici, décida de parler pour elle.
— Les gens sont à bout, tante Leia. Ils ne sont pas écoutés, et finissent par perdre la raison. Nous avons eu à faire à un pauvre homme, qui est tombé bien bas uniquement parce que personne n’a rien fait pour lui, alors qu’il avait besoin d’aide. Mais je ne leur en veux pas de m’avoir attaqué. (Anakin étouffa son début de désapprobation. Ils avaient déjà débattu sur la route du retour, et savait qu’il valait mieux ne pas insister) Il faut que nous, on tente autre chose.
— De quoi parles-tu ?
— Nous ne pourrions pas agir en dehors du Sénat ? Je veux dire, avec leurs consignes et leurs protocoles, nous ne faisons aucun progrès…
— On ne peut pas se permettre de se mettre le Sénat à dos Alana, surtout pas maintenant.
— Et toi papa ? demanda Anakin. Qu’est ce que t’en dis ?
— Je pense comme vous les jeunes, mais ce que dit ta mère est vrai. On ne peut pas se permettre de se les mettre à dos. Pas sans preuves en tout cas. Mais impossible d’en trouver.
Il devait y avoir une autre solution.
— Demandons à Lando ! proposa Alana. Si sa compagnie est si puissante, pourquoi ne peut-il pas intervenir ?
— Lando, a des divisions paramilitaires et d’investigations, certes, répondit Leia. Mais il ne peut pas agir sans l’aval du gouvernement.
— Pourquoi ? demanda Anakin.
— LandoMilitech est une mégacorporation privée. Ils peuvent intervenir sur d’autres planètes, pour le compte de la Nouvelle République, mais pas sur le sol de leur employeur. Dans une république, c’est le gouvernent qui est garant des missions régaliennes. La Nouvelle République doit directement et exclusivement assurer la sécurité de ses citoyens. LandoMilitech n’a donc pas le droit de déployer des troupes sur le même sol que le gouvernement avec lequel il a signé ses contrats.
— Quelle loi stupide, grommela le jeune homme.
La sonnette de l’interphone retenti, et arracha tout le monde au débat. Han se leva pour aller répondre.
— Alors, c’est qui ? demanda Alana, impatiente alors qu’Han revenait sans un mot.
— Le nouveau meilleur ami de la famille. (Il tourna la tête vers son ami) Tu sais Chewie, tu devrais commencer à te faire du souci. Ce Crail commence à être sacrément populaire ici, il va te prendre ta place de mascotte.
Le wookie répondit d’un grognement manifeste d’indifférence, confiant que personne ne pourrait le remplacer, que seul Han et Alana comprirent. Crail Jerre fit son apparition, et s’arrêta net quelques secondes quand il vit tous les regards tournés vers lui.
— Je tombe mal, peut-être ?
— Non, pas du tout Crail, le rassura Leia. Nous discutions de l’incident d’aujourd’hui, et de quoi faire pour en éviter un nouveau.
— C’est justement dans cette optique que je suis ici. (Il s’éclaircit la voix) J’ai peut-être quelque chose qui pourrait nous aider. Une piste mise de côté, qui pourrait s’avérer utile.
Peut-être était-ce le sujet qui était délicat, et avait tendu Han. Ou peut-être était-ce simplement ce que cet agent venait de déclarer. Mais Han ne perdit pas un instant pour signifier le fond de sa pensée.
— Et c’est seulement maintenant qu’on en entend parler, agent Jerre ? intervint Han en témoignant d’une certaine animosité.
Le ton du vétéran était manifeste, mais Crail laissa passer. Peu importait qu’il éprouve une certaine antipathie envers Han Solo, légende vivante. Il savait se montrer courtois, et prendre su lui.
— Eh bien, j’ai reporté cette piste au chef de la Division. Mais elle n’entrait pas dans le cahier des charges établi par le Sénat, alors…
— Alors vous l’avez mis de côté, comme un bon soldat ?
— Han, s’il te plaît (Han sentit qu’il était allé trop loin si sa femme s’était permise de l’interrompre) Je vous en prie Crail, continuez.
— Sauf que cette piste, je l’ai suivie en parallèle de mon côté, au cas où. Il s’agit d’une analyse des vêtements qui pourraient être ceux du terroriste lui-même.
— Vous n’en êtes pas sûr ?
— Malheureusement non Madame. Les équipes de première réponse ont tout chamboulé sur la scène de crime. On ne peut en être sûrs à 100% des analyses.
— Tu as suivi la piste de ton côté, déclara Alana. Et tu es venu nous en parler, alors ce doit être du sérieux, non ?
Au moins, elle allait dans son sens. Cette seule pensée le mit davantage en confiance.
— De tous les vêtements analysés, ceux-ci sont les seuls comportant des résidus de trace d’une autre planète. De plus, j’ai re-visionné les images un certain nombre de fois. C’est le seul vêtement avec un sigle rouge comme sur les images, un nuage rouge.
— Pourquoi tu vas pas rapporter ça à tes potes du Sénat, Crail ? lança Anakin.
— Parce que je crains qu’ils ne mettent cette piste de côté, avoua-t-il.
— Avant que vous ne nous révéliez tout, annonça Leia, comprenez bien ce qui se joue ici Crail. Ne pas rapporter votre avancée à la Division directement pourrait vous exposer à certaines conséquences.
Il était parfaitement conscient de tout cela. Son attitude et son langage corporel à l’instant en témoignait. Il n’était pas à l’aise à l’idée de venir partager des informations de cette manière.
— Je le sais parfaitement, Madame la sénatrice. Ma foi en mes supérieurs se trouve… éprouvée, admit sincèrement l’agent. J’en suis le premier troublé. (Son regard se tourna vers Han) Mais je pense surtout que vous saurez en faire un meilleur usage.
— Nous vous écoutons.
— L’analyse a démontré que les traces des résidus proviennent de la planète Jakku.
— Jakku ? s’exclama Han. Ce trou à rat ?
— Je sais, cette piste semble bien mince…
— Au contraire Crail, reprit Leia. C’est bien plus que ce que nous avions jusqu’ici. Sans compter qu’une planète isolée de la Bordure comme Jakku est idéale pour rester hors des radars. Cela fait sens.
— C’était justement mon hypothèse, Madame la sénatrice, ajouta-t-il avec un léger sourire apaisé.
— Sans oublier ce qu’il a dit ! s’écria Alana, surprenant tout le monde alors qu’elle réfléchissait.
— De qui ? s’étonna Anakin.
— L’homme du message de l’Aube Rouge, vous vous rappelez ? "Nous avons écumé un océan d’étoiles pour nous préparer". Ca fait sens, non ?
— C’est possible, répondit Crail. Il pouvait parler d’une ou plusieurs planètes, mais Jakku correspond assez bien.
— Ca reste assez mince, dit Anakin. Connaissant les types du Sénat, ils trouveront ça insuffisant, et on sera pas plus avancés.
— Sauf si on les court-circuite, lança Leia. (Le regard de Crail montrait que c’était là où il voulait en venir) On poursuit cette piste de notre côté. Han ?
L’ancien contrebandier prit un moment de réflexion. Ce Crail était peut-être un soldat bien dressé, mais il avait fait du bon travail. Et Han savait parfaitement comment agir en dehors des règles établies.
— C’est faisable, répondit-il en soupesant les implications.
— Quoi qui est faisable ? demanda impatiemment Anakin.
— Vous allez par contre devoir poursuivre sans moi, annonça Crail. Je regrette, mais je ne peux être mêlé à tout cela.
Il devait en effet pouvoir nier toute implication s’il était interrogé à ce sujet. Sa loyauté l’empêchait de se montrer malhonnête. Leia comprit évidemment ce qui le motivait.
— Je comprends, lui répondit-elle. Nous vous remercions, Crail, et allons faire le nécessaire pour aller au bout des choses.
— Merci à vous, Madame la sénatrice. Et à vous tous, de bien avoir voulu m’écouter. Je vous souhaite bonne chance.
Tous le remercièrent, chacun à sa façon, et Crail Jerre quitta la résidence, laissant les occupants avec matière à réfléchir.
Modifié en dernier par Loucass824 le Lun 16 Mai 2022 - 17:12, modifié 1 fois.
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Uttini » Ven 06 Mai 2022 - 21:02   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Lu.
Action, et aussi emotion. Tu as le chic pour raconter les choses, les déboires du pauvre type sont totalement crédibles, et le contexte fait furieusement penser aux problèmes raciaux actuels.
Un bien beau chapitre. Je commence à bien m'attacher à ces personnages.
“Quelle est la différence entre les yeux qui ont un regard et ceux qui n'en ont pas ? Cette différence a un nom : c'est la vie. La vie commence là où commence le regard” — Amélie Nothomb — Métaphysique des tubes
Uttini
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 20900
Enregistré le: 25 Sep 2006
Localisation: Nancy
 

Messagepar Loucass824 » Ven 06 Mai 2022 - 22:47   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci pour ton retour Uttini, et content que ça te plaise !

Il était temps de mettre un peu d'action, même si ça reste léger pour l'instant... La situation de ce pauvre bougre est une référence à un passage particulier d'une autre œuvre, sous cotée à mon sens. Je vais laisser quelques temps avant de le dire, attendre de voir si quelqu'un d'autre la capte...

En définitive, c'est vrai que je n'ai pas eu à trop me creuser la tête concernant les problèmes sociaux. c'est clairement un reflet de notre époque. Il suffisait ensuite de les travailler pour bien les intégrer, sans que je prenne parti dans mon récit, ni que je fasse du militantisme (chose qui m'agace au plus haut point)

Le passage avec le vétéran et son flashback du Vietnam ne figurait pas dans ma première version. En pleine relecture d'une autre œuvre, mes propres travaux m'ont inspiré, et j'ai voulu étoffer ce passage et ce personnage suspect. J'ai ensuite repensé à ce film, et j'ai rajouté cela ensuite, car la première version était plus simpliste. Du coup, c'est gratifiant de voir qu'un ajout tel que celui ci semble fonctionner !

Savoir qu'on s'attache aux persos, c'est une des choses les plus importantes, donc très content que ce soit le cas. Ça fait en sorte que même si le récit comporte quelques creux, de moments de moins bien ou que l'histoire n'aille pas de le sens voulu, le lecteur a tout de même à cœur de rester impliqué et vivre les choses.

Merci encore pour ton retour !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Uttini » Sam 07 Mai 2022 - 10:04   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

J'avoue, j'ai pensé aux vétérans du Viet-Nam. Moi aussi ce que je lis m'inspire beaucoup, ce qui explique que je ne suis pas un trés bon fan-auteur, j'ai lu trés peu de romans Star Wars, seulement La croisade Noire du Jedi Fou et Shadows of the Empire. Donc la dynamique des romans starwarsiens m'échappe un peu.
Je me demandais, d'ailleurs, en lisant les fan-fics du forum : qu'est-ce qui caractérise vraiment un récit starwarsien ? Il faut des Jedi, des Sith, des sabres-laser et hop, le tour est joué ? Dans cette galaxie, il doit bien se passer des trucs à des années lumières du contexte de la Saga, il y a tant de systèmes, tant de gens, tant d'espèces, tant d'histoires à raconter qui n'ont rien à voir avec les Jedi ou les Sith. Une histoire policière sur un systéme trés peu connu pourrait être passionnante, mais presque sans lien avec la Saga, quoique dans le même univers. Ou alors, nous sommes trop accro aux Jedi, Sith, twi'leks, sabres laser pour aimer autre chose.
“Quelle est la différence entre les yeux qui ont un regard et ceux qui n'en ont pas ? Cette différence a un nom : c'est la vie. La vie commence là où commence le regard” — Amélie Nothomb — Métaphysique des tubes
Uttini
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 20900
Enregistré le: 25 Sep 2006
Localisation: Nancy
 

Messagepar Loucass824 » Sam 07 Mai 2022 - 15:52   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Très intéressant comme questionnement... Je pense qu'il y a une forte composante de sensibilité personnelle, ça varie selon chacun, ça dépend. J'ai fais le choix d'une trilogie qui fait suite aux films, donc je me suis mis un certain cahier des charges à respecter. Ma canonicité est très réduite. Ancrant mon récit chez la famille Skywalker, je me dois de parler de relation parent/enfant, d'héritage, de l'inné et de l'acquis, sur toile de fond d'un danger à venir. Ce qui fait un peu l'essence des trilogies au cinéma (on oublie la postlogie, elle a été décanonisée dans mon esprit)

Quelqu'un qui ferait un polar comme tu le dis, ne serait pas soumit au même cahier des charges que moi, et serait très différent. Et tout dépendrait de quel polar on parlerait ! Un Seven ? Un Sin City ? Un Shutter Island ? Ces trois là donneraient des propositions bien singulières.

Mais qu'est ce qui est Star Wars... Je pense que c'est avant tout du Space Opera, donc il y a ces codes à inclure en premier lieu. Perso, en apportent ma vision et mes sensibilités, j'estime être cohérent avec l'univers, celui des films, car mon propos est axé autour de thèmes forts desdits films. Plus compliqués pour d'autres exemples... Si on prend ta fic par exemple, c'est difficile car tu as fait le choix d'un énorme bond en avant. Ce qui implique que c'est nécessaire qu'il n'y ait que peu de référence à mon sens. 10000 ans, si les aspects civilisationnels, la culture, les moeurs seraient identiques à celles des films, je trouverais cela presque étrange, et peu cohérent. Le parti prit d'un tel flashforward dans l'histoire implique ces changements à mon sens. Je n'ai qu'un aperçu pour l'instant, mais tu as tout de même des thèmes autour de la famille, relation père/fils, l'inné et l'acquis est présent avec le fait que les Neo-jedi sont "fabriqués artificiellement".

A mon sens, ce sont les thèmes et les propos abordés qui ancrent un récit dans un univers, davantage que l'habillage. Bien sûr, parler de Force, de Jedi, des différentes espèces et organisations, des planètes, est un marqueur "visuel" (même si la lecture n'est pas visuelle)

Sur les autres fics que je lis, toutes sont bien ancrées dans l'univers quelle que soit l'époque. Des persos et des visages connus, des termes spécifiques, la construction et le schéma narratif, ect. Mais si on prend la totalité des choses qui ont été produites sur l'univers, même si j'en ai très peu lu/regardé, la définition d'affiliation à Star Wars semble bien plus large qu'à l'époque.

Dans mon tome 1, j'avais vraiment à cœur de rester en terrain balisé Star Wars, même si je prennais déjà des libertés avec ma sensibilité. Plus j'avance dans mon récit, et plus je prends mes distances avec, allant dans d'autres directions. C'est dans cette optique qu'au tout début, j'ai précisé que ma trilogie dans son ensemble ne paraîtrait pas forcément très Star Wars du point de vue de fans ayant balayé un grand nombre d'œuvres. Mais à voir certaines fics, je me dis que prendre quelques distances peut parfois avoir du bon.

Ton questionnement m'a inspiré, c'était très intéressant d'y réfléchir ! Mais je n'ai pas forcément apporté de réponse en définitive, car je pense qu'il n'y en a pas de vraiment arrêtée.
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Mandoad » Sam 07 Mai 2022 - 16:34   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 5 lu !

Très plaisant de voir Lando débarquer, d'autant que tu as très bien su saisir le personnage et son côté charmeur. J'ai beaucoup aimé, surtout qu'Anakin est d'un coincé en face. :D

Ensuite, le personnage qui m'a marqué est Yuthura Ban. Le duo féminin débarque, sépare les deux Jedi et semble s'y intéresser particulièrement... Je sens que ce n'est pas innocent et, quand on connait l'homonyme de la Twi'lek dans KoTOR, je ne peux que me demander si tu n'y glisses pas un indice :think:

La suite confirme, cependant, le trouble que l'on avait déjà vu venir en fin de chapitre précédent avec l'Aube Rouge, un nom proche d'une organisation criminelle de l'époque précédente et son leader que tu nous décrit plus en détails cette fois-ci. Un personnage, d'ailleurs, qui présente les mêmes caractéristiques physiques d'un personnage existant sur de nombreux fan-arts. Si c'est bien lui, je ne suis pas un fan du gaillard, mais serais curieux de voir ce que tu en feras...

La suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1373
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Loucass824 » Sam 07 Mai 2022 - 17:51   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci de ton retour Mandoad, et content que ça t'ait plu !

Merci pour le compliment sur Lando ! Ça fait toujours autant plaisir d'être "validé" par de plus gros fans que soi lorsqu'on tente de faire honneur à des persos iconiques.

Ah, indice ou non, ce n'est jamais innocent... Content de voir que j'ai réussi à mettre en scène quelque chose d'intéressant tout en bouillant différentes pistes dans le même temps... Les refs à KoTOR me tiennent à cœur, et c'est à peu près les seules refs Star Wars que je pouvais inclure pour ma part. Notre figure antagoniste voit sa description être assez partielle pour ce côté mystérieux également, brouiller les pistes.

Pour l'Aube Rouge, vous m'avez tous fait la remarque avec le nom de L'aube Écarlate, c'est amusant. L'aube Rouge est la traduction de l'Akastuki, organisation terroriste dans le manga Naruto, une œuvre qui occupe une place particulière dans ma vie. Je me devais d'en inclure une partie d'une manière ou d'une autre.

Pour finir, ça me fait vraiment plaisir de voir que le mystère prend bien chez la plupart d'entre vous ! A l'origine, je craignais que ce soit trop évident, que le mystère et les rebondissements soient trop classiques/prévisibles. C'était pour cela que je m'étais davantage focalisé sur le propos général et les persos. Mais le mystère de l'intrigue semble fonctionner, et ça me touche !

Merci encore pour ton retour !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar ShamanWhills » Sam 07 Mai 2022 - 19:26   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Salut :)

Un chapitre fort intéressant concernant la manière qu'ont eu les deux Jedi de régler une crise qui les dépasse. On voit très bien à la scène de la foule qu'ils ne savent pas gérer convenablement les choses. Le discours d'Alana a fait chou blanc et quand le cerveau ne prend pas, on fait parler les muscles, ce que représente bien Anakin qui est plus un homme d'action et donc la bagarre est son langage favori.

Ensuite, la scène avec le suspect a été forte en émotion. On sent que le gars a vécu des choses mais aussi qu'il a subi un traumatisme (la mort de son ami) et que quelque part, il a peut-être voulu prendre sa revanche. Concernant son apaisement, étonnant que ce soit Crail qui réussisse et non Alana que je voyais plus à même de gérer le malfaiteur au vu de sa capacité de Persuasion de Force.

Jakku...Tu as forcément dû réécrire ta fic au vu de son historique car cette planète n'existait pas quand tu as commencé à écrire ta trilogie. Tu as en plus décanonisé la Postologie dans ton esprit, pourquoi avoir garder cette planète alors?

Il semblerait que l'aventure commence enfin pour les Skywalker/Solo avec cette indice gardé par l'agent Jerre. Il incarne aussi ce que la Prélogie nous as montré et qui a été en partie responsable de la Chute de l'Ancienne République: la Bureaucratie... :paf: Autant de règles, de décrets, de protocoles qui alourdissent, ralentissent les actions, les enquêtes, ect... Une véritable toile d'araignée bien collante...

Une petite référence à Grogu, ça fait toujours plaisir :D. Bon courage pour la suite.
Fan Fiction: La Jedi de Tython
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 548
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar mareva_mae » Dim 08 Mai 2022 - 1:09   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 6 lu !

Comme les auteurs des précédents commentaires, j'ai beaucoup apprécié le traitement du PTSD de l'homme que les deux Jedi et l'agent vont interroger. Tu as très bien retranscrit l'état d'esprit du pauvre homme dans le dialogue, c'était finement mené ! :oui:

L'enquête avance, l'intrigue aussi... Hâte de lire la suite !

Ah j'avais une petite remarque au niveau du style, attention peut-être à l'utilisation de parenthèses, qui peuvent paraître un peu faciles ? Je trouve qu'elles ont tendance à alourdir le récit et stopper nette la lecture, rompre la fluidité du texte.

Exemple :
— Cet homme avait fait son choix, et cela le regardait, lui dit-il. (Elle ne comprenait pas bien sa réaction)
Il y a mon sens d'autres façons plus efficaces de montrer l'incompréhension du personnage, comme au hasard "précisa-t-il, face au regard circonspect que lui lança sa cousine".

J'espère que tu ne le prendras pas mal, sinon je m'en excuse d'avance :oops:
Double Suns and sipping blue milk

Fanfiction Obi-Wan Kenobi ; [Le Jedi et la Sorcière]
mareva_mae
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 155
Enregistré le: 06 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Dim 08 Mai 2022 - 15:29   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci pour vos retours, et content que cela plaise toujours autant !

ShamanWhills

Eh oui, les bonnes volontés ne suffisent pas face à une foule en colère. Quelque soit l'option choisie, le but est clairement de montrer l'incapacité que même des Jedi ont face à ce type de problèmes, auxquels ils ne se sont pas préparés. Ils se retrouvent désarmés, et même si l'intimidation d'Anakin a évité que cela tourne bien plus mal, cela a des retombées, et donne une mauvaise image des Jedi.

Au sujet du vétéran, plus qu'une revanche, c'est simplement un homme qui n'a plus aucun repère, un soldat talentueux mais qui a été marginalisé à cause de son rôle dans une guerre avec une mauvaise image a fait que la population l'a méprisé, menant une guerre sale dont personne ne voulait alors que la Galaxie retrouvait une période de "paix". L'homme était trop agité pour qu'Alana réussisse à facilement le convaincre. Et seul Crail a réussi à le toucher, car il comprend ce qu'il vit. Il vient du même milieu que le bougre, son père a servi à la même période, et le type a senti la sincérité de Crail, qui a adopté le bon ton. Cela montre qu'au delà de sa capacité opérationnelle, l'agent sait faire la part des choses. C'est également une manière de le placer dans une sorte de trio avec Anakin et Alana. Une composition différente du trio légendaire de la trilogie originelle, mais qui va dans ce sens, car Crail va être plus présent dans l'histoire.

Non justement, j'ai écrit ma trilogie durant toute l'année passée, donc la postlogie était déjà terminée. Je n'avais pas envie de resituer les évènements sur Tatooine une nouvelle fois, trop facile et forcé. Je souhaitais prendre des éléments de la postologie en les utilisant de manière plus pertinente à mon sens. Cela concernera également d'autres points que j'ai repris de la postologie, mais j'ai à chaque fois tâché de faire quelque chose d'un peu différent avec.

La Nouvelle République n'a clairement pas appris des erreurs du passé. Elle le paye actuellement, et disons qu'elle va continuer de le payer au fil des tomes...

Mareva

Je pensais bien que tu allais apprécier le vétéran, ayant toi même ce thème dans ta fic. Merci du compliment, mais en réalité, je n'ai pas tant de mérite que cela. C'est une des séquences les plus fortes du tout premier Rambo. C'est un film qui me plaît beaucoup, par son traitement des vétérans de la guerre du Vietnam, des hommes honnêtes qui sont allés mener une guerre par patriotisme, qui ont vécu ce genre de traumatismes, et qui en rentrant brisés ont été jugés et conspués par des moralisateurs restés bien au chaud chez eux. La guerre est une sale affaire, mais elle est dans la nature humaine. En vouloir au dirigeants pour les mener est une chose. Accabler des individus ayant vécu ces horreurs en est une autre.

Pour faire une parenthèse, l'exemple du Vietnam est clairement une dérive de ce qui à l'époque était déjà la bien pensance. On a jugé des guerriers sous le prisme de la citoyenneté moraliste. Ces gens ont vécu des choses horribles, ne se sont pas toujours engagés par choix (les afros-américains et d'autres étaient souvent des conscrits) et pour leur peine ils ont été méprisés et marginalisés. Je souhaitais rendre hommage à un film trop souvent perçu comme un nanard, mais dont le tout premier opus était une véritable œuvre artistique porteuse d'intentions, narrant la vie d'un pauvre homme perdu, seul et laisse pour compte.

Ah ! Et si je le prenais mal, il se passerait quoi ? Je plaisante, je ne peux faire la fine bouche et repousser une remarque d'une autre artiste qui compte des centaines de milliers de lecteurs...
Pour les parenthèses, je ne le prend pas mal du tout ! Pas de soucis ! En réalité, je ne me suis jamais posé la question. En soi, j'ai inconsciemment reprit le style de l'auteur de la saga du Sorceleur, œuvre qui est juste derrière Naruto dans mon podium all-time. Il utilise très souvent les parenthèses de cette façon, donc j'ai repris sans m'en rendre compte. Après, j'ai peut-être tendance à les surutiliser. Je ne voyais pas cela comme un défaut, mais je vais me pencher dessus, pour apporter quelques petites modifications sur le prochain chapitre, si cela permet d'améliorer le rendu. Et j'espère que tu le diras ce que tu en penses une fois modifié ! Lol c'est surtout que si tu me conseilles quelque chose, ça serait cool que tu me dises si ça va ou non lorsque je tente d'aller dans cette direction. Je suis très ouvert sur des remarques allant dans ce sens, il y a toujours quelque chose à améliorer sur le côté rédactionnel, et je sais que ce n'est pas le côté où j'ai le plus de maîtrise.

Et je ne vais pas commencer à m'offusquer qu'on me fasse des remarques tout de même... C'est justement grâce à cela que je me suis amélioré, les précédentes remarques que ce soit les tiennes où celles des autres. Personne ne maîtrise complètement tout, on a tous toujours quelque chose à apprendre, on tombera toujours sur quelqu'un de plus doué, ou avance une approche différente qui peut nous enrichir. En tous cas c'est comme cela que je fonctionne, donc surtout pas d'offense !

De même pour les autres lecteurs, n'hésitez pas à me faire des remarques dans le même esprit. J'ai souvent tendance à dire, même si ça peut être vu comme de la prétention ou de la vantardise, que je suis bien au point concernant le propos narratif et la vision artistique. Même si on peut toujours progresser, j'ai un talent de base sur ces deux sujets, et ma marge de progression est plus faible. Mais sur tout le reste, je n'ai pas tant de convictions ancrées, et ça ne me dérangerait pas de m'adapter selon les recommandations des uns et des autres, tant que cela me permet de progresser. C'est utile autant pour moi de pouvoir m'améliorer, que pour le lecteur de voir sa lecture plus fluide et permettre à quelqu'un de progresser. Je pense que c'est toujours gratifiant d'aider les autres à s'élever plus haut.

Merci à vous pour les retours et les remarques ! Et content que cela plaise toujours autant !

J'ajouterai que mon tome fait 17 chapitres en tout, donc on est à un tiers plus ou moins. Je me rend compte que je ne l'avais jamais indiqué. A partir du prochain chapitre, les choses vont commencer à s'activer plus concrètement, un plan se mettra en place. Et le chapitre 11 sera plus marquant, dans le sens du récit. Je fais un petit peu de teasing...
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar mareva_mae » Mar 10 Mai 2022 - 11:06   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Loucass824 a écrit:Je pensais bien que tu allais apprécier le vétéran, ayant toi même ce thème dans ta fic. Merci du compliment, mais en réalité, je n'ai pas tant de mérite que cela. C'est une des séquences les plus fortes du tout premier Rambo. C'est un film qui me plaît beaucoup, par son traitement des vétérans de la guerre du Vietnam, des hommes honnêtes qui sont allés mener une guerre par patriotisme, qui ont vécu ce genre de traumatismes, et qui en rentrant brisés ont été jugés et conspués par des moralisateurs restés bien au chaud chez eux. La guerre est une sale affaire, mais elle est dans la nature humaine. En vouloir au dirigeants pour les mener est une chose. Accabler des individus ayant vécu ces horreurs en est une autre.

C'est vrai que je traite aussi du Syndrome de stress post traumatique dans ma fan fic, même si c'est plus dilué dans l'histoire et peut-être moins frappant et visuel que la façon dont tu le décris ici :) Et il n'y a aucun problème à s'inspirer d'œuvres qui nous ont marqué, au contraire ! La différence aussi c'est peut-être le propos politique et assumé qui te sert d'angle pour ce personnage secondaire (ce qui est très cool !) alors que j'aborde plutôt celui d'Obi-Wan sous un angle psychologique et intime. Même si évidemment tout est politique :D

Loucass824 a écrit:Ah ! Et si je le prenais mal, il se passerait quoi ? Je plaisante, je ne peux faire la fine bouche et repousser une remarque d'une autre artiste qui compte des centaines de milliers de lecteurs...

Ahaha je crois tu me sur-estimes un peu, en réalité j'ai demandé aux modos, il y a eu un léger bug des bots qui a fait gonfler les vues de ma fic en une soirée (la sortie du premier teaser de Kenobi) donc difficile de savoir combien de lecteurs j'ai en réalité :oops:

Mais je suis contente que tu le prennes bien et que ça puisse t'aider ! C'est marrant j'adore Sapkowsky mais je n'ai jamais noté son usage des parenthèses :think: Peut-être que j'ai une traduction plus récente ? Un mystère à éclaircir, dommage, je vais devoir relire tous le Sorcelleur :D
Double Suns and sipping blue milk

Fanfiction Obi-Wan Kenobi ; [Le Jedi et la Sorcière]
mareva_mae
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 155
Enregistré le: 06 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Mar 10 Mai 2022 - 15:01   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

J'avais bien remarqué les messages sur ta fic faisant allusion à ce bug, c'était juste pour la blague. Et puis sinon oublie cette histoire de bug, profite en pour te la raconter un peu, autant de vues ça claque quand même... Quitte à proposer une œuvre à un regard extérieur, autant flatter un peu son égo mince !

Ah, une autre convertie aux Saintes écritures ! Ça fait plaisir ! Après, il ne les utilise pas toutes les 5 secondes non plus, c'est certainement moi qui en ait fait un usage plus abusif, ou en tout cas les ai utilisé même à des moments où ce n'était pas le plus pertinent. Je me ferais une idée plus précise à ce sujet lorsque je checkerai le prochain chapitre.
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Ven 13 Mai 2022 - 14:13   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 7






— Bon, alors on part en road trip familial sur Jakku ? s’exclama Anakin.
— Ca aurait pu être sympa c’est sûr, répondit Alana.
— Il va falloir qu’on s’organise, intervint Han.
Il avait perdu toute sa décontraction apparente, et arborait un sérieux que les deux Jedi n’avaient que rarement vu.
— Et la première chose dont je suis sûr, c’est qu’on ne va pas tous pouvoir y aller, poursuivit-il.
— C’est vrai, ajouta Leia en se tournant vers son fils et sa nièce. Il faut que l’un de vous deux reste ici.
Alana craignait que cet état de fait soit soulevé. Elle y avait songé à l’instant où cette idée fut proposée. Et de ce qu’elle impliquait. Anakin en revanche, ne voyait pas où ses parents voulaient en venir.
— Pourquoi on devrait se séparer maman ?
— A cause du Sénat, indiqua sobrement Alana.
— Quoi le Sénat ? Je croyais justement qu’on allait les oublier ? fit-il avec un début d’agacement.
— Mon fils, répondit Leia. Vous êtes tous les deux arrivés il y a peu de temps, et vous venez tout juste d’être intronisés à des postes officiels par le Sénat. Ce qui signifie que vous ne pouvez aller et venir sans satisfaire à vos devoirs envers la Nouvelle République, quelles qu’en soient les raisons.
— Ce que tu dois comprendre, fiston, c’est que partir, même pour les bonnes raisons, sera considéré comme une désertion, expliqua Han.
A peine avait-il commencé à s’agacer qu’il retrouvait son calme. Les arguments étaient clairs, et surtout le jeune homme se sentit idiot face au regard des autres. Il vit que lui seul n’avait pas fait cette déduction, et qu’ils avaient eu besoin de la lui expliquer. Il décida sagement de s’incliner cette fois.
— Oui, je comprends, papa.
Alana tourna son regard vers sa tante. La jeune femme avait une vision bien plus globale que son cousin.
— Et je comprends maintenant pourquoi tu disais que Crail prenait des risques en nous révélant tout ça, devina la jeune Jedi.
— Oui, lui répondit-elle. Cela peut être considéré comme un acte de trahison.
— Ils le condamneraient pour ne pas leur avoir rapporté cette piste ? lança Anakin. Alors même qu’ils savent pertinemment qu’ils ne vont pas la suivre ?
— La fonction de Crail est d’enquêter et de rapporter les preuves. Si ces preuves ne sont pas acceptées par le Sénat, il ne peut pas légalement poursuivre la piste. Son travail ne lui offre pas énormément de liberté, particulièrement en ce moment.
— Et donc il prend un sacré risque pour sa carrière, conclu Han. (Chewbacca en profita pour pousser un léger grognement plein d’ironie à son encontre) Quoi ? Non je n’ai pas rejoint la Crail-mania ! Tu vas pas commencer hein…
Un autre sujet inquiétait toujours Anakin, tandis que son père se chamaillait gentiment avec son ami.
— Et sinon, pour revenir à celui qui devra rester ici… recentra le jeune Jedi.
— C’est moi qui resterai ici Ani, lui répondit Alana sans hésitation.
[alinea=5]La jeune Jedi coupa court aux interrogations et aux craintes de son cousin. Le choix s’imposait de lui-même, peu importait qu’elle le craigne. Un court moment de pause passa, et tous la regardèrent.

— J’aimerais également pouvoir partir, expliqua-t-elle. Mais quitte à ce que l’un de nous reste, il serait plus logique que ce soit moi. Je saurai mieux gérer les échanges avec le Sénat que toi, et je m’en sortirai avec les retombées politiques.
— Sans compter que tu ne fais pas trop contrebandière, ajouta Han. Sans vouloir te vexer ma petite.
— Je ne me sens pas vexée, même si je ne vois pas le rapport.
— Moi non plus, ajouta Anakin.
— Vous pensiez peut être qu’on allait y aller comme ça ?
L’ingénuité des deux jeunes Jedi l’amusa beaucoup. Ce n’était pas entièrement de leur faute s’ils n’arrivaient pas à conceptualiser ce qu’impliquait le plan. Mais cela n’empêcha pas Han de laisser sa créativité et son espièglerie s’exprimer. Il se tourna et mima une scénette d’opérette avec Chewbacca. Le wookie se joignit à lui avec un jeu d’acteur mélodramatique excessif.
— Mesdames, messieurs, honorable peuple de Jakku, bonjour à tous. Nous sommes des Jedi et représentants de la Nouvelle République. Nous requérons votre aide pour une enquête suite à une attaque terroriste dans notre bien-aimée Coruscant. (Tandis qu’Han proclamait son discours, Chewbacca lui faisait une révérence maladroite) Aimable natif de Kashyyyk, auriez vous l’amabilité de nous guider ?
Le wookie émit de petits grognements qui faisaient assez solennels, et les deux amis semblaient se plaire dans leur petit sketch. Leia ne put s’empêcher de lâcher un petit gloussement, tout en cachant son sourire avec le revers de sa main. Les deux Jedi se sentirent vexés.
— Bon ça va ! s’exclama Anakin. On a compris le message.
— Quel message ? ironisa Han.
— C’est bon chéri, je crois que les jeunes ont compris, fit Leia, indiquant que le ton devait retrouver un registre plus sérieux. Han, Chewie et Anakin, vous allez devoir jouer le rôle de contrebandiers sur Jakku. Ce qui ne devrait pas trop poser problème, même pour toi mon fils.
— Ah oui ? s’étonna le jeune homme.
— Mais oui ! lui répondit son père avec emphase. Tu joueras le rôle du gros bras. Posture menaçante, grogner et s’énerver si on nous embête, précisa-t-il, Alana soufflant du nez à cause de cette perspective. Ca ira très bien !
— J’ai compris que c’était ma fête. Je dirais plus rien.
— Bon alors c’est décidé, reprit Leia. Tu pars avec ton père et Chewie pour Jakku, creuser cette piste. Alana et moi allons rester ici à poursuivre notre travail, et gérer les retombées de votre départ. C’est bon pour tout le monde ? Bien, conclut-elle après que tous acquiescèrent.
— Chérie, je crois qu’il faudrait déjà s’y mettre, suggéra Han. Le temps de préparer notre départ, le plus tôt sera le mieux. Qu’on puisse être partis dès l’aube, pour éviter d’attirer l’attention.
— Oui, tu as raison.
— On prépare nos affaires ici. Tu passes l'appel à Lando pour lui dire qu’on arrive, et qu’on va avoir besoin qu’il soit prêt sur place. Ah, et dit lui de préparer quelques vêtements décontractés pour le petit.
La dernière phrase arqua un des sourcils du jeune homme, qui se mit à baisser son regard et contempler ses vêtements.
— Un problème avec ma tenue ? demanda l’intéressé.
— Uniforme Jedi, ça fait pas très contrebandier.
— Tu aurais dû continuer à te taire Ani, ajouta Alana.
La famille se sépara, chacun se rendant dans sa chambre pour préparer ses affaires. Anakin tâchait de se concentrer sur sa préparation. Tout ceci était trop frais dans sa tête pour qu’il comprenne ce que cela impliquerait. Etre séparé d’Alana. Passer du temps seul avec son père. Ces questionnements commençaient à peine à se frayer un chemin à travers ses pensées qu’il reçu de la visite. Sa cousine se présenta à l’entrée de sa chambre.
— Tout va bien Ani ? demanda-t-elle. Tu te sens prêt ?
Il la regarda un instant, et lui fit signe d’entrer.
— Je ne sais pas, avoua-t-il. J’ai pas trop le choix, je crois.
— Je pensais pourtant que tu étais « né » prêt, envoya-t-elle d’un ton moqueur.
— Tu as bonne mémoire quand c’est pour te moquer de moi hein, dit-il d’un ton amical mais qui cachait quelque chose d’autre. Tu sais, j’ai l’impression que ce moment là remonte maintenant à loin. Alors que ça ne fait que deux semaines…
— C’est vrai, acquiesça-t-elle. Tout s’est passé si vite.
Les deux Jedi s’assirent sur le lit. D’un geste naturel, Alana lui prit la main pour la déposer dans la sienne. Une vague d’émotion traversa le jeune homme. Cette fameuse émotion qu’il s’évertuait tant à taire, en vain. Cette proximité le désarma davantage. Impossible pour lui de taire ces pensées. Tant de fois il avait imaginé ce qu’aurait pu donner une éventuelle réciprocité, la concrétisation de ce désir si profond. La présence de la personne qui comptait le plus pour lui. Celle qui savait toujours quoi faire pour l’apaiser, lorsqu’il en avait le plus besoin. Celle qui savait le remettre sur le droit chemin lorsqu’il en déviait. Celle pour laquelle lui-même comptait plus que les autres. Ils étaient si proches, alors pourquoi en voulait-il plus ? Pourquoi ce désir d’en vouloir plus, constamment ?
La douceur de sa main dans la sienne… Ce contact l’électrisait. Il désirait une vraie intimité avec Alana. Il était parfois persuadé être le seul en mesure de lui apporter ce dont elle avait le plus besoin. Cette confiance, cette assurance qui faisait défaut à la jeune femme, qui lui aurait permis de réaliser qu’elle avait infiniment plus de valeur qu’elle ne le croyait. Elle se rendait compte de ce qu’il faisait pour elle, il en était certain. Alors pourquoi ? Alors même qu’ils avaient besoin l’un de l’autre, pourquoi ne ressentait-elle pas la même chose ? Il commença à retrouver sa lucidité lorsque son regard trouva le visage harmonieux de sa cousine. Elle agissait si naturellement… Mais elle n’avait pas de tels sentiments pour lui. Il devait s’efforcer de s’y faire. Peut-être que cette séparation l’aidera à se détacher de ce désir qu’il éprouvait depuis l’adolescence. Mais rien n’était moins sûr. Pas tant que la jeune femme se montrera si présente et attentionnée. Il allait devoir trouver autre chose pour tenir.
— Ecoute, Ani… Je sais que tu te reposes sur moi... Plus souvent que tu ne veux l’admettre, et ça ne me dérange pas du tout. Au contraire.
Tout le monde a son truc pour l’aider. Le truc d’Anakin, c’est ta présence.
Mon fils a de la chance d’avoir quelqu’un comme toi à ses côtés.

Les paroles de son oncle renforçaient l’impression qu’elle avait. L’expression sur le visage de son cousin laissait clairement passer sa crainte quant à leur séparation prochaine. Il était si anxieux, si stressé, si perturbé. Bien plus qu’il ne l’admettrait jamais. Il était ainsi, à toujours tenter de dissimuler ses failles et ses faiblesses. Mais cela ne la dérangeait pas. Jamais elle ne chercherait à le modeler à sa guise. Elle l’acceptait tel qu’il était. Elle-même était éprouvée à l’idée de ne pouvoir compter sur lui. Mais elle se devait de le rassurer. Il avait besoin qu’elle lui dise ces mots, elle en était convaincue.
— Mais ça va être la première fois que nous allons être séparés pendant si longtemps, continua-t-elle. J’aimerais que tu sois fort, que tu comptes sur ton père pour te soutenir. Je pense qu’il ne demande pas mieux.
— Je comprends, cousine. Je ferais mon possible, je te le promets.
— On a encore un peu de temps avant que tu partes. Profitons-en pour méditer un peu !
— Bien sûr. Tout ce que tu voudras.
Les deux Jedi se mirent en tailleur sur le lit pour se faire face, et commencèrent à s’apaiser peu à peu. Alana ferma paisiblement les yeux. Anakin en profita pour observer les détails de son visage. Celui qu’il brûlait tant de faire sien. Il rêvait de laisser sa main et ses doigts parcourir le contour de ces traits qu’il se plaisait tant à détailler. Mais cela ne se produirait jamais. Ces deux dernières semaines, il s’était même efforcé de visualiser les traits de Temiri Orzo, cette humaine qui lui avait fait forte impression. Elle s’était montrée très tactile avec lui, mais il avait au moins réussi à ne pas arriver jusqu’au baiser. Une piètre victoire… Par la suite, il s’en était maudit. Cela lui aurait peut-être permis de passer à autre chose. Du moins d’essayer. Mais chaque fois qu’il imaginait les traits de Temiri, le visage d’Alana refaisait toujours surface. Toujours… Oui, l’éloignement allait être difficile et éprouvant. Mais il allait lui faire du bien. Il se trouvait plus apaisé à mesure qu’il laissait la Force couler en lui.

Dans une autre chambre, Han était encore en train de préparer ses affaires. Il rassemblait tout ce dont il avait besoin, machinalement. Des gestes qu’il avait longtemps répétés lorsqu’il partait pour des sessions des opérations spéciales, du temps où il était instructeur. Depuis, du temps et des douleurs étaient passés par là, mais la mémoire musculaire ravivait de vieilles habitudes. Si bien qu’il pût laisser son esprit se pencher sur les détails du plan à venir. Malgré tout, ces petites tâches sans grande importance ne pouvait éluder l’évidence qu’il s’évertuait à chasser de son esprit. La contrebande… Il allait reprendre du service. Et il avait toujours en tête ce qu’il s’était passé la dernière fois qu’il était en activité. Lors de son errance après la mort de son second enfant. Les erreurs qu’il avait commises, le mal qu’il avait infligé, les vices dans lesquels il était tombé… Il allait au devant de quelque chose qu’il avait eu tant de mal à fuir. Leia entra dans la pièce pour le rejoindre.
— C’est bon, j’ai pu avoir Lando, fit Leia en pénétrant dans la chambre. Il avait l’air occupé, mais il a cessé d’insister en comprenant que l’affaire était sérieuse. Il sera sur place le temps que vous arriviez. (Elle sentit que son mari était troublé, sans même voir son visage) Quelque chose ne va pas ?
— Hé…, fit-il en souriant alors qu’il s’était arrêté de préparer ses affaires. Tu as toujours su quand quelque chose n’allait pas chez moi. Je n’ai jamais réussi à te le cacher. (Il marqua une pause. Leia ne le relança pas, elle attendait qu’il continue de lui-même) J’en reviens pas qu’on fasse ça. Que je fasse ça.
— Tu n’es pas d’accord avec le plan ?
— Non, c’est pas ça, je… Le plan est bon. Mais devoir reprendre une nouvelle fois ce que j’ai eu tant de mal à fuir, et ce par deux fois…
— Ah, ça… Sauf qu’ici les intentions sont nobles ! Tu ne le fais pas par plaisir Han, mais par nécessité.
— Oui, tu as raison. Et je le sais. Mais j’ai ce petit signal de mon cerveau qui se souvient de ce qu’il s’est passé la dernière fois.
Elle comprenait. Elle comprenait parfaitement. Les souffrances de cette époque l’habitaient encore, à certains moments. La solitude qu’elle avait traversé alors que l’homme de sa vie l’avait abandonné, et ce au pire moment. Cette dépression qu’elle avait affrontée alors qu’elle était désarmée. Elle s’était relevée, mais avait perdu quelque chose dans cette époque. Quelque chose qu’elle ne retrouverait jamais. Avec le temps, elle avait apprit à l’accepter. D’autant plus que l’état dans lequel Han se trouvait à son retour avait vite balayé la rancœur qu’elle éprouvait à son encontre. Ce n’était pas la peine de frapper un homme brisé qui se trouvait déjà plus bas que terre. Elle avait fait le choix de la sagesse. Celui de l’aider à se relever, et de mettre le passé de côté. Et il lui en avait bien prit. Car venir en aide à son mari l’avait également aidé à se rétablir à son tour. La simple présence d’Han, aussi responsable qu’il était de sa souffrance, lui suffisait à apaiser ses douleurs. De même que se sentir si utile pour lui. Le temps avait fait son œuvre, du mieux qu’il le pu.
A présent, il fallait qu’elle le rassure, qu’elle lui montre qu’il était encore capable d’accomplir ce qui devait être fait. Elle devait lui rappeler qui il était, et qu’il n’était plus seul désormais.
— Tu n’auras pas besoin d’aller chercher Chewie cette fois, lui dit-elle avec une résolution bienveillante dans la voix. Et ton fils est là, avec toi. Sans compter que tu n’es plus le même.
— Je sais, tout ce que tu dis est vrai. Mais ça passera. C’est juste des mauvais souvenirs qui redescendront aussi vite qu’ils sont apparus.
Elle le poussa à s’approcher d’elle. Ils s’embrassèrent longuement, et ils restèrent ensuite dans les bras de l’autre pendant un plus long moment encore.
— Je t’aime, lui dit-elle à mi-voix.
— Je sais. Moi aussi.

La petite navette de tourisme qu’Han possédait était en train se poser sur le parking quasi désert, qui était surplombé par la gigantesque tour LandoMilitech. Le bâtiment, même à la nuit tombée, était immense vu du parking réservé aux cadres de la société. On pouvait, même d’en bas, clairement lire l’inscription LandoMilitech inscrite en jaune, qui ressortait bien sur le gris anthracite du bâtiment. Les lumières de la ville, et l’éclairage du parking donnait une impression de clarté crépusculaire à travers la nuit noire. Le trajet avait été assez court, même en passant par des voies indirectes, car moins fréquentées. Ils avaient tous récapitulé les grandes lignes et étapes du plan, avant de se faire leurs adieux dans un câlin de groupe plein d’émotions, se promettant à chacun d’être précautionneux et de faire attention. Que la force soit avec vous était la dernière chose prononcée par Leia avant leur départ.
Les trois hommes n’avaient pas beaucoup parlé sur le trajet, tous concentrés sur leur tâche immédiate. Le père, comme le fils, avait leur dernière conversation avec celle qu’ils aimaient trop ancrée dans leur tête pour avoir envie de discuter d’autre chose. Ils sortirent tous les trois de la navette, et se dirigèrent sans attendre vers l’entrée secondaire. Han frappa de deux coups secs à la porte, suivis de deux nouveaux coups identiques aux premiers. Quelques secondes après, Lando leur ouvrait la porte.
— Portier, voilà à quoi tu me réduis, vieille canaille, grommela-t-il après avoir déverrouillé l’accès.
— Ne t’inquiète pas, tu t’en sors très bien, nota Han.
— Bon, fit Anakin qui préférait éviter l’échange sarcastique qui semblait vouloir commencer. Vous savez pourquoi on est là les anciens, non ?
— Gamin, reprit Lando d’un ton agacé. J’ai dû retourner sur mon lieu de travail en pleine nuit, sans beaucoup d’explication, à part celle de devoir faire le portier, puis le voiturier.
Le jeune homme ne releva pas l’explication agacée du PDG.
— Alors si j’ai envie de faire des blagues, je ne vais pas me gêner, poursuivit-il. Par ici.
Ils avancèrent tous les quatre à un rythme rapide dans les couloirs de la mégacorporation, Lando et Han en tête, guidés par la résonnance qu’émettaient leurs pas, alors que cette section de l’infrastructure était déserte. Lando relança la conversation.
— Je compte bien avoir un minimum d’explication, Han.
— Tu en auras pendant qu’on sera en train de préparer mon bébé, lui assura-t-il.
— Ton bébé… dit-il d’un ton désapprobateur, mais Chewbacca grogna suffisamment fort en direction de Lando pour qu’il se corrige lui-même. Oui, ton bébé, finit-il par admettre.
— Les caméras ?
— J’ai réglé des cycles de boucles pour les deux heures à venir, au cas où. Je ne suis pas un amateur, mon ami, rappela-t-il, avant qu’il ne commence son explication en voyant l’expression sur le visage d’Han. J’ai compris que si tu me demandais de t’ouvrir avec ma carte d’accès, c’est que tu ne souhaitait pas laisser de traces avec la tienne, et donc ne pas être vu.
— Merci, crois bien que j’apprécie.
Ils arrivèrent jusqu’aux hangars, et se dirigèrent vers un cul de sac.
— Là par contre, c’est toi qui doit entrer ton code, mon ami.
Han tapa un code sur un petit panneau de commande dissimulé dans le mur. L’instant d’après, ce que l’on considérait comme un cul de sac se révéla être une portion de mur amovible, se déplaçant et donnant accès à un hangar dissimulé classique.
— Ca c’est la classe, commenta Anakin.
— Et encore, t’as pas tout vu fiston.
L’éclairage du hangar s’alluma, et dévoila une navette cargo Corellienne compacte, au design assez particulier, mais qui avait subit le passage des ans. Tous, même Anakin, restèrent un instant sur place pour admirer le morceau d’histoire qu’ils avaient sous leurs yeux. C’est le jeune homme qui rompit le silence en premier.
— C’est donc ça, le Faucon Millenium ? Il a prit un coup de vieux ou…
— Attention à ce que tu dis, lui répondit son père.
Han et Lando s’étaient retournés en même temps pour faire face au jeune Jedi. Ils se regardèrent tous les deux, surpris de leur réaction identique.
— Il a bien vécu, c’est clair, reprit Han. Mais aucun vaisseau n’est plus rapide, et surtout j’en piloterais jamais d’autres. Chewie, tu connais la musique. Vérifs de routine, commandes, soudures. Prend le fiston avec toi, voir comment il s’en sort. Je dois parler à notre ami qui veut ses réponses.
Anakin ne posa pas de questions, et suivit Chewbacca. Il était stupéfait de l’assurance et l’impression d’autorité naturelle que dégageait son père, une fois son précieux Faucon retrouvé. Il ne l’avait jamais vu ainsi. Il pénétra à l’intérieur du vaisseau, en regardant d’un air curieux toute pièce qu’il n’avait jamais vu avant. Son expérience de la structure de vaisseaux étant assez faible, il avait souvent l’attention absorbée par le moindre nouveau détail. Mais même les choses inconnues lui semblaient étrangement familières. Absorbé par ses observations, il ne remarqua pas que le wookie l’avait semé. Le jeune Jedi s’en rendit compte seulement au moment où les systèmes du vaisseau se mirent en marche, et que de nombreux voyants s’allumaient.
A peine commença-t-il à l’appeler et le chercher que Chewbacca revint vers lui, les bras chargés de matériel en tout genre. Il s’en soulagea d’une grande partie sur Anakin, et lui fit un bref geste du bras l’intimant à le suivre sans cérémonie. Ils ressortirent et commencèrent à s’affairer autour du vaisseau, vérifiant certaines cloisons, faisant des retouches de soudure sur d’autres. De la maintenance de routine. Le jeune homme devait vite s’adapter et assimiler, car le wookie n’était vraisemblablement pas du genre pédagogue. Il ne prenait pas le temps pour expliquer ce qu’il attendait d’Anakin, et le jeune homme avait du mal à comprendre certaines instructions. Chewbacca comprenait ce que pouvait vivre Han. Mais il ne fut pas tendre pour autant avec Anakin, lui criant allègrement dessus s’il ne respectait pas ses consignes. La scène était assez cocasse vue de l’extérieur.
Pendant ce temps, Han avait exposé ses intentions à son vieil ami.
— Eh bien, sacrée affaire, conclu Lando une fois les grandes lignes exposées.
— Tu vois pourquoi ça valait mieux de ne pas tout te dire par holo.
— Oui, bien sûr. Mais il y a quelques détails qui me chiffonnent.
— Le contraire m’aurait étonné… Rien ne devrait te retomber dessus Lando.
— Ce n’est pas ça… Je me doute que vous avez tout prévu pour couvrir mes arrières, ça nous rendra tous service. Mais penses-tu vraiment que c’est la meilleure solution ? Je veux dire, on pourrait agir officiellement, avec mon soutien, pour mieux faire avancer les choses.
— Lando, en deux semaines le Sénat n’a pas avancé d’un pouce, malgré toutes les ressources qu’ils avaient à leur disposition. Dont deux Jedi. Le problème vient du fait qu’ils gèrent comme ils le souhaitent, et pas comme ils devraient. Une fois les deux prochaines semaines passées, on en sera toujours au même point, en train d’essayer de déterminer la prochaine cible d’un attentat pour limiter les dégâts. Alors on va pas rester les bras croisés.
— Oui, je suppose, avoua-t-il à demi-mot. J’aurais aimé pouvoir aider, tu sais.
— Ben t’aides là, tu vois pas ?
— Ce n’est pas la même chose. J’agis en dehors des règles, pour aider un ami à arpenter une route qu’il a eu beaucoup de mal à quitter. Je parle en connaissance de cause. Donc personnellement je ne vois pas ça comme un service que je te rends. Je t’aide plutôt à te mettre dans une situation délicate.
— Qu’est ce qui te prend là, ce côté émotionnel ? s’étonna-t-il. Ca te ressemble pas.
— Oui, c’est que… Je me fais vieux, Han. Et je crois que tu es le seul ami que je n’ai jamais eu alors…
La déclaration du PDG de LandoMilitech était sincère, et rejoignait les questionnements qui habitaient Han lorsqu’il songeait à se lancer là dedans de nouveau. Mais entendre cela de la bouche de son plus vieil ami lui fit un drôle d’effet. Ils avaient toujours pu compter l’un sur l’autre. Mais leurs échanges reposaient sur un registre de franche et virile camaraderie. Il en avait toujours été ainsi. Le ton de cet échange mettait Han mal à l’aise, alors même qu’il n’avait pas hésité à partager ses craintes avec Leia. Mais c’était sa femme. La seule digne du privilège de le voir s’ouvrir et se dévoiler sans condition. Elle en avait besoin, autant que lui-même. Mais ça s’arrêtait là. Peut-être devrait-il à l’avenir étendre ce fonctionnement à son fils, même si l’idée ne le réjouissait pas vraiment. Mais pas avec Lando, même s’il était une des personnes qui comptait le plus pour lui.
Vraisemblablement, Lando abordait le sujet différemment. Le registre habituel ne lui suffisait plus à cet instant précis. Il craignait réellement que son ami ne revienne pas de cette escapade. Han avait perdu la main la fois précédente, et c’était il y a près de vingt ans. Lando le savait pour y être soumis à son tour, l’âge se faisait de plus en plus ressentir. Son ami n’allait plus être aussi apte et capable que dans sa jeunesse. Et Han était typiquement le genre d’homme à ne pas se préoccuper de son âge, lorsqu’il s’agissait de passer à l’action. Mais il ne le changerait jamais. Il ne le souhaitait pas non plus d’ailleurs. Il le respectait trop pour cela. Lando n’arrivait tout simplement pas à taire son inquiétude, tout en sachant qu’il ne pouvait rien y faire.
— C’est triste, en effet. Moi, j’aurais que toi comme vrai ami, je serais déprimé aussi.
— Pauvre type, envoya Lando, t’en rates pas une…
— Je suis comme je suis, répliqua-t-il avant de reprendre un ton plus sérieux, et lui envoyer une légère tape à l’épaule. J’te comprends, Lando, je t’assure. Mais on fera attention.
— Oh, je crois justement que tu prendras le plus de risques possibles, mais à quoi bon… Mais dis-moi, comment comptes-tu te faire passer pour un contrebandier sans marchandise ?
— C’est justement le dernier point que je devais aborder avec toi, dit-il en souriant. Je ne crois pas que ça va beaucoup te plaire…

En moins d’une heure, les préparatifs étaient terminés, et les trois hommes allaient pouvoir quitter le hangar de LandoMilitech et Coruscant. Le cargo Corellien, s’éleva du bâtiment, et prit la direction des étoiles. Han et Chewbacca étaient assis à leurs places dans le cockpit, et Anakin était assis sur un siège de fortune, juste derrière eux.
— Alors, direction Jakku ! lança Anakin, presque d’un ton enjoué.
— Euh, pas tout de suite, non, lui répondit son père.
— Comment ça ?
— On ne va pas arriver les mains vides à Jakku et êtres crédibles en contrebandiers, fiston.
— Je croyais que c’était pour ça qu’on avait embarqué les conteneurs de chez Lando ?
— Non, ça c’est notre monnaie d’échange. Des caissons tous neufs estampillés LandoMilitech, ça ferait suspect là-bas.
— Donc on va les échanger contre quoi, au juste ?
— Des épices, sûrement, répondit-il sans réfléchir, alors qu’il sentit le regard perplexe de son fils. On verra bien. Ecoute, notre marchandise à une grande valeur. On l’échangera contre quelque chose d’équivalent. Je ne suis plus dans le circuit depuis un bail, mais je parierais sur une bonne quantité d’épice. C’est le plus courant, et c’est plus pratique.
— Et donc où est-ce qu’on va en trouver ?
— Une station en orbite basse autour de Nar Shaddaa, dans la Bordure Médiane. On devrait y trouver notre bonheur.
— Bon… Mais est-ce qu-
Chewbacca le coupa d’un grognement désabusé. Le jeune homme s’en étonna, manquant presque de sursauter.
— Bon, on va se calmer en ce qui concerne les questions sur le job, fit Han. Tu vas me froisser mon Chewie, là… C’est rien, mais il est toujours comme ça avant un boulot, il aime pas trop qu’on doute. Fais-nous confiance, fiston.
— Très bien, se contenta-t-il de répondre en se renfonçant au fond de son siège.
— Revoyons plutôt nos rôles.
Anakin soupira, contraint de réciter son personnage une fois de plus.
— Je suis un fils que tu as eu il y a bien longtemps, lors d’une soirée bien arrosée. Tu ne t’es jamais occupé de moi ni de ma mère, t’étais toujours absent. Une fois ma mère morte, je suis venu te trouver, pour que tu m’apprennes ce que tu sais sur la contrebande. C’est pour ça que tu es sorti de ta retraite. Pour quelques derniers coups, le temps que je prenne ta relève, et que tu payes ta dette.
— Bien, on est bon là dessus.
— T’es sûr qu’ils y croiront ? craignit Anakin. J’veux dire…
— Mais oui, ne t’en fait pas, fit-il d’un ton assuré. L’histoire à un léger fond de vérité, c’est ce qui la rendra crédible. Et le plus important, c’est pas le mensonge en lui-même, mais comment on va le jouer. On s’en sortira. On s’en sort toujours sans accros de toute façon, dit-il de son ton habituel, alors que Chewbacca pouffa allègrement devant cette affirmation. Elle a un problème, la boule de poil ?
— J’imagine qu’on n’a pas le choix…
— Par contre, tu vas me faire le plaisir d’aller te changer, et de veiller à planquer ton sabre mieux que ça. Pas question qu’il soit visible.
— Mais je vais prendre quoi pour me défendre ?
— On verra à te trouver un blaster adapté. Si tu sais te battre avec un sabre, tu sauras te servir d’un blaster, crois moi. Et tu es mon fils, ça doit compter pour quelque chose, non ?
Le jeune homme se leva avec le sourire, et quitta le cockpit. Alors qu’il se changeait, il ne pouvait s’empêcher d’être anxieux. Cela ne lui ressemblait pas. Ou plutôt, cela ne lui ressemblait pas de le laisser paraître à ce point. Son assurance était naturelle, mais elle était aussi un manteau agréable à porter, lui permettant de filtrer les émotions qu’il souhaitait véhiculer. En réalité, cela lui arrivait plus souvent de craindre l’avenir. Mais ne rien laisser paraitre était devenu une habitude. Dans la mesure du possible. C’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour vivre sans heurts. Il ne pouvait manifester son affection à Alana, du moins pas comme il le souhaitait. Alors il le dissimulait. Il ne pouvait pas manifester qu’il ne rejoignait pas toujours la vision et les principes de son oncle. Alors il le dissimulait. Mais à présent, les choses étaient différentes… Faire face à son père avait été une épreuve difficilement surmontable pour lui.
Cela s’était déroulé bien mieux qu’il ne l’avait jamais espéré ! Et pourtant, il avait du mal à afficher son assurance habituelle. Il se sentait tout petit face à cet homme. Cela l’agaçait, mais c’était plus fort que lui. Même s’il ne le formulait pas, il savait ce que cela signifiait. Qu’il allait à présent expérimenter ce qu’il avait passé tant d’années à désirer, et tout autant d’années à réprimer. Pourquoi devait-il se sentir si mal ? Han était ouvert, il ne demandait que ça ! Les révélations du passé étaient difficilement digérées, mais elles avaient remit les choses dans leur contexte. Pourquoi il a fallu que je retrouve mon père au moment où les choses tournent mal...Sa pensée résumait assez bien sa situation. Il était déjà changé. Cela faisait plusieurs minutes qu’il fixait une cloison du vaisseau, absorbé par ses pensées. Il était temps d’y retourner, ces réflexions devront attendre.
L’instant présent, songea Anakin en souriant. Les leçons de son oncle. Malgré leurs désaccords, Anakin était bien obligé d’admettre que Luke possédait une sagesse manifeste. Profite de ce moment, s’ordonna-t-il à lui-même. Prend ce qu’il y a à prendre. Garde les prises de tête pour plus tard.C’est avec cet esprit qu’il retourna au cockpit.
Pendant ce temps, les pensées de Han le travaillaient également. Il savait qu’il devait retrouver Bafka, une twi’lek, ancien contact récurent. L’idée de se confronter de nouveau à cette femme ne l’enchantait pas. Mais en ajoutant la présence de son fils dans l’équation… Bafka ne savait pas tenir sa langue sur certains sujets, c’était presque de notoriété publique. Il était déjà plus qu’heureux d’avoir réussi à reconnecter avec son fils, chose qu’il n’avait espéré que dans ses rêves les plus fous. Mais il craignait que cet évènement ne chamboule tout. Cette époque était derrière lui, il en avait fait le deuil. Tout comme il avait réussi à faire le deuil de son second enfant. Mais cela ne rendrait pas les choses plus faciles pour autant, et il le savait. Est-ce que son fils allait rester dans son rôle, au moment où cette femme évoquerait leur passé commun ? Et si son fils apprenait le mal que son père avait fait pendant cette période trouble ?
La culpabilité avait été longue à s’évacuer. Désormais aux côtés de son fils, un sentiment étrange naquit. Un honte, inhabituelle, d’une profondeur insoupçonnée. Il arrivait néanmoins à dissimuler son état. Au moins une bonne chose de ma vie de contrebandier, songea Han. Tout cela, il le savait au moment où il s’était lancé là dedans. La nécessité de faire ce que personne d’autre n’était capable de faire… Encore… L’arrivée de son fils lui changea les idées en un instant. Et cette honte profonde fut vite remplacée par une certaine fierté, alors qu’il observait son fils.
— Alors, qu’est ce que t’en dis ? fit Anakin en dévoilant son nouveau style vestimentaire.
Il portait une tenue simple et classique. Petites bottes et pantalon bruns, un haut d’un blanc cassé surmonté d’un blouson de cuir noir. Les vêtements étaient bien ajustés, et Han ne put dire un mot. C’est Chewbacca qui poussa un grognement enjoué dans sa direction.
— On dirait bien que t’as raison, mon vieux, lui répondit-il, alors que son fils le regarda d’un air interrogatif. Chewie trouve que t’es mon portait craché, en moins classe par contre. Mais c’est vrai que tu me rappelles mes jeunes années. En plus grand et en plus musclé aussi, ajouta Han, ces allusions arrachant une certaine satisfaction au jeune homme. Par contre, tu vas m’enlever cette queue de cheval. Là, c’est parfait. Plus personne ne pourra douter que tu es mon fils, prêt à reprendre les affaires à ma place. Bon, on ne devrait plus tarder.

La station en question était une construction de petite taille, compte tenu de sa fonction. Elle était assez récente en termes de construction spatiale. Car en temps normal, c’était Nar Shaddaa elle-même qui servait d’immense spatioport pour toutes sortes d’activités. La planète était une lune, elle aussi en orbite autour de Nal Hutta, le monde d’origine des Hutts. Ces étranges créatures, plus semblables à d’imposantes limaces qu’autre chose, avaient transformés cette planète pour en faire la plus grande plateforme de la galaxie, ce qui lui donna le fameux surnom de « Lune des Contrebandiers ». Mais si l’Empire s’était tenu à l’écart des affaires des Hutts, la Nouvelle République avait d’autres idées en tête. Elle avait peu à peu lancé des opérations de déstabilisation économique sur la planète. Taxes, embargos, et autres mesures protectionnistes signifiant leur désaccord avec les pratiques qui y avaient cours. Cela n’avait pas eu énormément d’impact, mais les Hutts avaient tout de même explorés des options alternatives. Ils avaient donc créé cette petite station, servant d’intermédiaire supplémentaire en quelques sortes, pour des transactions plus « légales » et « respectables ». Le but était de montrer au Sénat de la Nouvelle République qu’un pas en avant avait été fait. Une invitation était ouverte pour les représentants de la Nouvelle République, les enjoignant à venir s’y installer et y officier. Le Sénat fût très satisfait de ce progrès, et l’était encore à l’heure actuelle.
Ce qu’ils ne savaient pas en revanche, c’était que la légalité n’était toujours pas devenue la norme. Le fonctionnement à base de corruption et pots-de-vin en tout genre étant toujours en usage dans les structures de contrebande Hutts. Les envoyés du Sénat qui était toujours en fonction étaient plus loyaux à leurs revenus provenant des Hutts qu’aux principes de la République. Cette station avait néanmoins un côté pratique. Etant assez récente, et comptant sur une présence gouvernementale, l’ordre y était de mise. Il était moins risqué d’y faire des transactions, même illégales, comparé à Nar Shaddaa. Les profits étaient généralement moindres, mais le risque moins élevé avait attiré un nouveau type de clientèle, moins violente. Cette nouvelle criminalité était concentrée dans des classes sociales plus aisées, amatrices de frissons en tout genre. Et tout cela contribuait à la prospérité de la société Hutt.
C’eut été une aubaine pour Han. Sa réputation sur Nar Shaddaa dans ses jeunes années n’était plus à faire. Malgré les années passées, les Hutts avaient la mémoire longue, et la rancœur tenace. Il était déjà venu seul sur la station, lorsqu’il était retombé dans la contrebande. Il s’y était fait de bons contacts, à défaut d’avoir réussi à y prospérer. Ils atterrirent sans problèmes, s’étant enregistrés au spatioport sous leur véritables identités.

— On avait dit quoi sur le fait de ne pas regarder partout comme un touriste ? murmura Han à son fils alors qu’ils progressaient dans la station.
— Désolé, fit Anakin.
C’était la première fois que le jeune homme se trouvait sur une station spatiale, et il en fut troublé. C’était comme se retrouver dans un immense vaisseau. A ceci près que le vaisseau ne bougeait pas, et était proche de deux planètes, l’une encore plus massive que la première. De là où il se trouvait, il pouvait bien observer Nar Shaddaa. Si l’on oubliait sa taille plus réduite, on pouvait la confondre avec Coruscant. En effet, les Hutts avaient investit énormément de temps, de moyens et d’efforts pour transformer cette planète en immense spatioport. On pouvait difficilement distinguer des éléments d’origine de la planète, parmi l’amas de plateforme de constructions de toutes tailles, faisant le lien entre elles. Le reste étant essentiellement constitué de bâtiments conçus pour le confort et le plaisir des contrebandiers. De si près, Anakin songea qu’en ignorant le niveau criminalité, on ne la différencierait pas de Coruscant.
Ils arrivèrent enfin dans une cantina assez fréquenté, et Anakin observa la scène avant qu’ils ne prirent place au comptoir. On accédait à cette cantina par une grande double porte, entourée de panneaux holographiques lumineux et tout en couleurs. L’entrée du bar était constituée d’un couloir aussi long que large, plusieurs tables où des non-humains participaient à des tournois de cartes et jeux en tout genre, ponctués de quelques canapés. Ils arrivèrent dans la salle principale, principalement occupée par l’immense bar qui entourait la pièce en forme de demi-cercle. La plupart des clients étaient assis sur les nombreuses tables, calés plus discrètement dans des petits salons privés, ou encore debout pour écouter et admirer le spectacle offert sur la scène. Elle se trouvait derrière le bar, et un groupe de musique se produisait, accompagné de plusieurs danseuses twi’lek, accaparant plus l’attention que les musiciens eux-mêmes. L’ambiance générale était plutôt calme. Aucune échauffourée ou bagarre n’était à noter. Rien à voir avec des cantinas dans des mondes comme Tatooine.
Anakin n’approuvait pas, mais essayait d’afficher une allure de confiance, comme son père le lui avait demandé. Ils prirent le chemin en direction du comptoir au bar. Anakin croisa plusieurs fois son regard sur des espèces qu’il n’avait jamais vues, même lors de sa visite à la Grande Rotonde Sénatoriale. Son regard traîna sur un humanoïde de grande taille, le dépassant d’une tête, dépourvu de toute chevelure. Le jeune homme identifia des traits probablement issus d’une lointaine descendance reptilienne, mais c’était là une espèce pacifique. Anakin reporta ensuite son attention sur un humanoïde de petite taille à l’apparence de rongeur, inoffensif au premier abord. Mais cette espèce était en vérité constituée de guerriers sans pitié, spécialisés dans les assassinats. Han se rendit compte que son fils avait de nouveau tendance à fixer les autres clients, Il se dépêcha de le tirer par le bras pour l’empêcher de fixer le rongeur humanoïde, bien au fait de la réputation de cette espèce.
Le jeune Jedi finit par rejoindre son père au comptoir, mais laissa son attention dériver sur la scène. Le corps danseuses twi’lek ondulait, et le spectacle était plaisant. Mais c’était autre chose qui l’interpellait. La musique jouée avait une mélodie mélancolique, rythmées par des basses légères. Les paroles du chanteur l’interpellaient encore davantage que le reste.

J’sais qu’j’mérite pas, tout cet amour qu’on m’adresse
J’sais qu’tu mérites mieux, j’sais qu’j’suis pleine d’maladresse
Tu sais le temps passe, y’a pas grand-chose dans l’assiette
Donc pour noyer ma rage, j’attends plus la fin d’la s’maine


Il n’eut pas le temps de prendre du recul pour saisir à quel point ces paroles et le ton général de la chanson le touchait. Son père lui tira sur la manche pour le forcer à se concentrer, une nouvelle fois. Han commença la conversation avec le barman. Il l’avait facilement interpellé. Han savait se faire entendre, sans pour autant hurler.
— Est-ce que Bafka est toujours dans l’coin ?
— Vous êtes un ancien, vous, répondit le barman, changeant rapidement l’expression sur son visage à l’évocation de ce nom. J’vois de qui vous parlez, mais elle a changé d’nom. Et d’poste, aussi.
— Une promotion, hein…
— On peut dire ça.
Un silence commençait à pondre, ponctué de l'activité générale de la cantina. Han comme le barman étaient en réalité en train de se jauger.
— Bon, et ce nom ?
— J’ai du mal à m’en souvenir… Un peu d’aide me ferait pas de mal, dit-il d’un ton entendu. (Han comprit le message, et lança quelques dizaines de crédit sur le comptoir dans la direction du barman) Ca se voit que vous êtes plus venu depuis un moment. C’est pas avec ça que j’vais me souvenir…
Han commença à s’impatienter. Il balaya du regard le comptoir de gauche à droite, pour se faire une idée du climat général, et s’approcha davantage du barman une fois son approche définie.
— Et si je demandais à mon ami de vous aider ? suggéra-t-il en désigna Chewbacca d’un signe de tête, sans lâcher le barman du regard tandis que le wookie s’avançait. Si ce nom est coincé, il saura le déloger. Une démonstration peut-être ?
— Tekil, Immi Tekil, répondit-il nerveusement. Elle travaille comme responsable de la sécurité à la section de plateforme B maintenant.
— Tu vois, c’était pas si dur, fit-il d’un sourire en coin, alors qu’il ramassait les crédits qu’il avait déposés. Je reprends ça du coup, ça te poussera peut-être à être moins gourmand la prochaine fois.
Le barman était en colère, mais suffisamment lucide pour ne pas relever et éviter les ennuis.
— Eh bien, c’est sacrément efficace papa, lui dit son fils une fois sortis du bar. Pas très subtil, mais efficace.
— Question d’habitude, fit-il d’un ton assuré, avant de se tourner pour donner un léger coup de coude à Chewbacca. Et le coup du wookie fonctionne toujours, tant qu’on a pas affaire à des pointures. Bon, allons-y, direction la section B du niveau des plateformes.
— J’espère que ton amie sera de meilleure humeur que la plupart des gens ici.
Chewbacca pencha son regard sur Han. Ce dernier oscilla entre le regard du wookie et celui de son fils.
—Bon, au moins je suis fixé…
Modifié en dernier par Loucass824 le Mar 31 Mai 2022 - 15:39, modifié 2 fois.
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar L2-D2 » Ven 13 Mai 2022 - 14:17   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 6 lu !

Jakku ! Et voilà comment l'intrigue, après avoir démarré sur Coruscant, va se diriger vers Jakku ! Belle réussite que voilà, un bon moyen de recoller à la postlogie ! Et comme quoi la perception peut varier, le don de soin d'Alana ne m'a pas évoqué Grogu mais... Rey.

Et comme mes camarades du dessus, j'ai beaucoup aimé la scène impliquant le vétéran. Les allusions à Rambo premier du nom sont réussies ! :jap:

Vivement la suite ! :oui:

Edit : diantre, entre temps, le Chapitre 7 a été posté ! :shock:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7719
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Loucass824 » Ven 13 Mai 2022 - 14:45   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci du retour, et content que tu ais aimé !

Comme je l'ai dit précédemment, je crois, j'ai en effet des points de concordance avec la postlogie sur certains points. Revenir sur Jakku est le parti pris dont j'ai opté en plaçant la bataille finale du Grand Démentèlement là bas. Le fait d'y retourner a un intérêt autre que le simple fait de recoller à la postlogie. Mais tenter de l'expliquer en révélerait un peu trop...

Bon, je ne peux forcer, les évènements évoquent les choses différemment pour chaque lecteur. Seulement, cela blesse mon petit cœur qu'un de mes persos fasse évoquer Rey... A mon oreille, cela se traduit comme une critique négative. Ce perso est certainement le plus mal écrit de la postlogie, donc mon cœur saigne... Mais au delà de la plaisanterie, ce n'est qu'un détail, ça ne me dérange pas tant que cela.

Content que la scène du vétéran ait bien fonctionné ! Réussir à donner une bonne image d'un film trop peu considéré à mon sens est une victoire en soi.

Héhé en effet, le prochain chapitre est déjà là !

Encore merci pour ton retour, et content de te savoir toujours à bord !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar ShamanWhills » Ven 13 Mai 2022 - 17:44   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Salut,

Chapitre Lu.

Un épisode assez calme qui lance les préparations pour le voyage vers Jakku en passant par Nar Shaddaa. On voit que les années ont passé vu comment Han s'est fait renvoyer lors de sa tentative de soutirer l'information au barman. Cependant, les atouts dans la manche fonctionne toujours autant (Chewie) :lol:

Encore une fois, je ne peux m'empêcher de voir l'Elu dans sa Réincarnation: le parallèle est beaucoup trop présent pour moi: "Toujours plus, encore plus"/ "un avenir incertain"/"amour impossible, envie de prendre, de faire sien (possessif... again)".

Bref, désolé, je n'arrive pas à voir Anakin Solo :(

Pour Alana, c'est claire et nette que c'est son cousin et pas plus. D'ailleurs cela se sent qu'elle n'éprouve pas le même type d'amour que lui.

Leur séparation est une épreuve pour le garçon. À voir comment il réagira face à une Twi'lek qui semble en savoir beaucoup sur ce qu'a vécu Han durant sa période de deuil...
Fan Fiction: La Jedi de Tython
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 548
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar Loucass824 » Ven 13 Mai 2022 - 19:59   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci de ton retour, et content que ça plaise toujours !

En effet, on se focalise davantage sur les émotions des différents persos quant au plan qui s'est décidé. Chacun est préoccupé à sa manière par la séparation qui s'annonce, de devoir affronter des épreuves sans le soutien de ceux sur lesquels ils ont l'habitude de compter. Sans rien spoiler, ils ont tous bien raison de craindre cette séparation...

Après, tu n'as pas à être désolé d'avoir ton ressenti sur ce sujet, c'est ainsi. En soit, les similitudes sont là, mais sensiblement différentes à mon sens. Anakin Solo en veut toujours plus parce qu'on ne lui a jamais donné assez, il manque d'affection et d'attention, son père absent, vivre entouré de gens qui ne le comprennent pas, et sa cousine qui ne comprend pas ce qu'il ressent (même s'il ne fait rien pour non plus). Anakin Skywalker est plus impatient quant à son rôle dans l'ordre Jedi, estime que les Jedi ne font pas ce qui doit être fait, donne des leçons alors qu'il ne connait pas encore grand chose de la vie, veut plus de responsabilité, c'est plus une jeunesse impétueuse, il veut tout, tout de suite, parce qu'il s'estime suffisamment digne de l'avoir.

La différence réside dans mon Anakin qui est impatient parce qu'il veut la réciprocité affective et émotionnelle qu'il n'a jamais eu, alors que le vrai Anakin cela tient davantage d'un caprice, d'esprit rebelle. Les facteurs inconscients qui motivent ces comportements ne sont pas les mêmes. Mais je ne vais pas relancer le sujet. Sache simplement que tu n'as pas à t'excuser d'avoir ton ressenti. Un ressenti est purement subjectif. Tant qu'il n'est pas à côté de la plaque, où motivé par une intention de casser l'oeuvre ou quoi que ce soit, il n'y a pas de mal.

Pour Alana, oui, la différence est manifestement très claire dans son esprit. Et elle aussi aura son lot de péripéties séparée de son cousin. Car Anakin se repose sur elle, mais Alana a aussi besoin de lui...

Encore merci pour ton retour ! D'ailleurs, j'ai toujours hâte de lire la suite de ta fic ! Je ne veux pas te mettre la pression, peut être que tu as moins de temps (soucis professionnel, personnel), mais je m'inquiétais de ne pas avoir la suite. Au plaisir !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar ShamanWhills » Sam 14 Mai 2022 - 0:35   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

D'accord pour les deux Anakin. Même si la justification de leur comportement est différente, il n'en reste pas moins que celui-ci est trop similaire pour que chacun se démarque vraiment de l'autre.

D'ailleurs, j'ai toujours hâte de lire la suite de ta fic ! Je ne veux pas te mettre la pression, peut être que tu as moins de temps (soucis professionnel, personnel), mais je m'inquiétais de ne pas avoir la suite


Tu ne me mets pas la pression. je fais une pose parce que je reprends l'écriture d'une autre fan-fiction c'est pour ça que depuis quelques semaines il n'y a pas la suite.
Fan Fiction: La Jedi de Tython
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 548
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar Uttini » Sam 14 Mai 2022 - 11:28   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Lu !
Trés sympa, ambiance totalement starwarsienne, on est en plein dedans, on a même l'impression de revoir des scénes de la Trilogie. J'aime bien Han faisant l'éducation de son fils, c'est tellement ça ! Et introduire Jakku nous ramène à l'époque de la Postlogie. Comme quoi, les films auraient pu explorer d'autres options nettement plus ancrées dans la saga tout en faisant évoluer l'univers.
La suite !
“Quelle est la différence entre les yeux qui ont un regard et ceux qui n'en ont pas ? Cette différence a un nom : c'est la vie. La vie commence là où commence le regard” — Amélie Nothomb — Métaphysique des tubes
Uttini
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 20900
Enregistré le: 25 Sep 2006
Localisation: Nancy
 

Messagepar Loucass824 » Sam 14 Mai 2022 - 15:42   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci pour ton retour, et content que ça te plaise !

Tu as bien cerné l'intention générale, qui se caractérise bien dans un chapitre comme celui ci. C'est à dire tenter d'implanter une vraie filiation depuis la trilogie originelle et des éléments de la postlogie pour raconter ma vision. Je fais mon truc, mais j'insuffle des refs plutôt évidentes du côté Anakin qui découvre la cantina et des espèces plus exotiques. Mais comme je l'ai dit, aller sur Jakku sera capital dans quelques chapitres...

La séparation des protagonistes était évident pour moi, seul moyen de mettre en scène une relation père/fils trop longtemps mise de côté. Pour ce tome 1, sur pas mal de points, j'ai reprit l'épisode 7 en me disant que je devais faire plus avec. C'est pour cela que je méprise la postlogie. En soit, ils avaient tout ce qu'il fallait pour nous offrir une vraie proposition. Mais de demi-choix en ambition de bar-tabac, on a eut le résultat qu'on a eut... Et c'est vraiment de la mauvaise volonté, parce que, comme pour d'autres moments dans l'univers, on se trouve à un point où des fans sont capables de plus de créativité et d'ambition que les professionnels aux commandes. Et ça, c'est vraiment un problème...

Dans la postlogie, faire de Ben Solo un méchant basique est bien trop simpliste, il ne se pose que trop rarement des questions de filiation et d'héritage. Vite fait avec un grand père dont il ne sait que peu de choses, mais avec son père et sa mère, c'est plus que léger... Il aurait pu être un antagoniste bien plus déchiré par le fait de faire sécession de sa famille, parfois remettre en cause son endoctrinement, ce qui aurait été logique, mais non... Ils ont tenté de raccrocher les wagons dans l'épisode 9, mais c'est tout sauf crédible, et on y croyait plus depuis bien longtemps.

Bref, ma trilogie s'inscrit dans cette optique, celle de tenter de rendre honneur à ce qu'était sensé être une trilogie Star Wars au ciné, mais avec ma vision artistique et mes sensibilités. Et en étant détaché des cahiers des charges de Disney, la créativité n'a que peu de limites !

Encore merci pour ton retour !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar L2-D2 » Lun 16 Mai 2022 - 9:56   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 7 lu !

Première fois depuis le début de ton récit que j'ai une légère impression que ton récit marque le pas, et que tu nous proposes ici ce qui a tout l'air d'un Chapitre de transition. Ce qui ne veut pas dire que le texte que tu nous proposes est inintéressant, loin de là ! :cute:

Je ne m'étais pas posé la question sur une éventuelle ressemblance caractérielle entre Anakin Solo et Anakin Skywalker. Pour moi, les personnages ont certes des similitudes, mais ils sont également assez différents. Après, Anakin Solo, comme Anakin Skywalker, semble être le prototype du jeune plus ou moins en colère, plus ou moins colérique, qui a plus ou moins tendance à s'emporter... :neutre:

Curieux de voir les retrouvailles avec le passé de Han ! :sournois:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7719
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mareva_mae » Lun 16 Mai 2022 - 15:51   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 7 lu !

Un chapitre de transition certes, mais peut-être mon préféré depuis le début :D

Je trouve que c'est dans ce chapitre que tu as le mieux réussi à caractériser tes personnages, notamment avec le parallèle entre les deux scènes d'adieu. Le contraste entre Anakin / Alana et Leia / Han était très intéressant et bien mené, bravo :cute:

J'ai des petites réserves sur la caractérisation de Leia ; okay, pardonner un mari adultère et destructeur c'est très noble, mais pour moi Leia est quelqu'un d'explosif et d'impulsif (qui a beaucoup pris de son père, au final) et j'ai du mal à l'imaginer réagir comme ça, même avec la maturité des années. Peut-être serait-elle en effet arrivée à la même conclusion et aurait pardonné Han, mais à mon sens, pas sans avoir laissé libre court à sa colère avant. Mais le passage est bien écrit et mis en scène, c'est juste en contradiction avec mon head canon on va dire.

Encore bravo pour ce chapitre qui permet à ton récit de souffler, de faire l'état des lieux émotionnel de chaque personnage avant la suite ! On a besoin de ce genre de pauses pour donner encore plus d'ampleur à ce qui attend les personnages... Vivement la suite donc :D
Double Suns and sipping blue milk

Fanfiction Obi-Wan Kenobi ; [Le Jedi et la Sorcière]
mareva_mae
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 155
Enregistré le: 06 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Lun 16 Mai 2022 - 16:55   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci pour vos deux retours, et content que vous aimiez tous les deux !

L2-D2

Ce côté "marque le pas" est parfaitement audible. En soi, il y a eu un moment où l'antagoniste est furtivement entré en scène, il y a eu un peu d'action, et ensuite ça retombe. Le prochain chapitre sera un peu dans cet esprit je pense, plus axé sur du développement de personnage que sur l'avancée du récit. Les chapitres 9 et 10 seront plus concrets en termes d'action, un peu plus durs, et ensuite, à partir du chapitre 11... Disons que j'ai hâte de poster celui-ci en particulier...

Je suis néanmoins rassuré que tu trouves cela intéressant malgré tout. Car c'est un choix conscient, à mon sens nécessaire pour préparer la suite. Ce n'est que parce que je m'attarde sur ce que traversent les persos à ce moment que la suite fera sens et sera davantage impactante. Et de souligner que la séparation des deux protagonistes implique un enjeu important pour l'un comme pour l'autre, de même que pour les autres persos, Han, Leia, Lando, qui même s'ils y sont bien habitués, sentent que se lancer là dedans implique un gros risque, que ce soit pour leur sécurité mais aussi pour la psychologie des persos. Et désormais, le père et le fils sont contraints de passer du temps ensemble.

C'est ça, les deux Anakin ont un moule de caractérisation similaire. Mais ce choix était celui de prendre un certain point de départ, pour avoir une certaine marge de manœuvre au fil du temps. Il était plus aisé pour moi de prendre un perso avec des lacunes émotionnelles et comportementales pour ensuite tenter de le faire évoluer/progresser. Cela prendra du temps et passera par nombre d'épreuves...

Mareva

Merci pour tous ces compliments ! Ça fait vraiment plaisir ! Comme je l'ai indiqué plus haut, c'était exactement le but, de prendre plus le temps cette fois ci. Je suis content que ça te plaises à ce point, car c'est justement via tes retours que j'ai accentué les introspections des persos, car ce n'était pas aussi poussé à l'origine. Une fois modifié, j'étais moi même satisfait du résultat, et encore plus maintenant de voir que ça plait !

Ah, mais à quel moment il est explicitement noté qu'Han a été batifoler avec une autre femme ? Sa relation avec cette Bafka est bien trop vague ici pour pouvoir l'affirmer... Mais dans tous les cas, oui, il n'a clairement pas été à la hauteur. Pour Leia, c'est justement un parti pris. Je peux comprendre que chacun ait ses propres attentes/constructions mentales sur chacun des persos. Dans la lignée d'une Leia détruite par la perte de son enfant mort-né, j'ai choisi de lui donner le rôle d'une femme ayant fait le choix de se placer au dessus de la mêlée en quelques sortes. Davantage de colère et de rancoeur aurait détruit le peu qui restait des deux amoureux. Sa relation avec son frère l'y a aidé et poussé dans ce sens. Elle même n'était pas dans le meilleur état à ce moment, et même si elle était en colère contre lui, elle avait besoin d'une cause à laquelle se vouer pour se relever. Aider Han l'a aidé elle même.

C'est un choix dans la lignée de vouloir faire de Leia le seul perso ayant une vraie lucidité, une intelligence qui lui permet de prendre plus de recul que les autres. Je ne voulais pas aller dans le côté si son mari à "déconné" il fallait absolument qu'il subisse le courroux de sa victime. C'aurait été assouvir une pulsion de colère plus que d'agir selon un certain sens de la justice. A mon sens, Leia, telle que la direction dans laquelle je la mène, n'est pas du genre à faire ce genre de choix. Mais c'est parfaitement audible de voir une sensibilité différente. Maintenant que tu le dis, qu'elle pique une petite crise sur l'instant n'aurai pas été ubuesque en soi. Mais ce n'était pas le propos que je souhaitais développer.

Et je ne sais pas si tu as remarqué, mais j'ai levé le pied sur les parenthèses ! Bon, il y en a toujours 2-3 qui persistent, et je n'ai pas réussi à les modifier, je n'ai pu m'y résoudre. En définitive, je dois y tenir un minimum à les parenthèses...

Intéressant en tout cas ces deux retours, car l'une a bien reçu mon intention de redéfinir les choses après l'introduction de l'antagoniste, et le léger flashforward qui s'en suivit, tandis que l'autre aurait préféré que le récit continue à se lancer, à ce que le rythme continue à avancer sans faiblir à ce point. C'est toujours intéressant de recevoir les sensibilités différentes de chacun, d'avoir des lecteurs qui n'abordent pas les choses de la même façon. Je vous remercie une nouvelle fois pour vos retours !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Mandoad » Lun 16 Mai 2022 - 18:34   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

C'est bon, retard rattrapé !

Donc, dans l'ordre:

Un chapitre 6 très réussi. J'ai beaucoup aimé le premier acte et l'interaction entre Alana et Han. Le fait qu'il ne reporte pas les torts du père sur la jeune femme notamment. La "méditation jedi" de Han avec la bouteille représentant d'anciens démons qu'il contemple est aussi extrêmement bien trouvée et la discussion qui tourne autour était magnifique.
S'en suit l'arrivée d'Anakin dont le comportement est à l'opposé d'Alana et on voit vraiment que les deux jeunes protagonistes s'opposent autant qu'ils se complètent en un sens et je suis impatient de voir l'évolution entre eux.

La scène suivant avec l'ex-militaire déchu était aussi plaisante à suivre, son discours criant de désespoir et le fait qu'il mette Crail face à sa réalité fut très intéressant et risque de faire évoluer le personnage.

Puis la dernière partie un peu plus dans la veine de ce qu'on a déjà vu avec une Alana diplomate, un Anakin plus prompt à la confrontation et, au final, Alana qui ramasse, ce qui enrage son cousin toujours prêt à la protéger. J'ai aussi apprécié l'arrivée de Jakku dans l'histoire et la petite phrase de Han la concernant. :D

Chapitre 7 ensuite et toujours une réussite. Alana reste donc à cause du Sénat et Anakin part à l'aventure, l'inverse aurait eut été surprenant. :D
Cela fait plaisir de voir que tu prends le temps de poser ton récit, de développer les personnages, de les faire interagir et de créer tout un lore autour. L'histoire gagne grandement en profondeur grâce à ça.

Concernant Anakin, on retrouve cette idée de son grand-père qui en voulait toujours plus et cela est donc définitivement une thématique associée à son personnage. Ce n'est pas bon signe pour lui...

Ensuite, les interactions entre les vauriens Han et Lando sont toujours plaisantes et la réaction d'Anakin à la vue du Faucon était tellement attendue et plaisante qu'elle m'a bien fait rire. D'ailleurs, par la suite tu nous offres, à nouveau, de petites répliques des films qui sont très sympa pour mettre ton récit en parallèle de la postlogie.

La petite halte pré-Jakku nous permet, un peu plus tard, de nous plonger un peu plus dans le monde de la pègre avec une petite performance artistique qui en dit suffisamment sur les conditions de certains et les paroles étaient très bien trouvées.

Je revidenrai pour la suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1373
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Loucass824 » Lun 16 Mai 2022 - 21:28   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Merci pour ton retour Mandoad , content que tu ais rattrapé ton retard et que tu apprécies !

Merci des compliments, je vois que tu as un faible pour Han, et ce que je lui ai fait subir. Ses péchés du passé le hantent constamment, et tandis qu'il s'efforce de les combattre, il agit enfin tel qu'il aurait dû le faire des années en arrière. En adulte responsable, qui a à cœur le bien de ses proches, le tout avec les moyens dont il dispose. Il sait qu'il a beaucoup de choses à se faire pardonner, et avoir été séparé de son fils et même de sa nièce lui a coûté.

Pour la séquence sur le vétéran, comme dit plus haut j'ai bien moins de mérite, c'est très fortement inspiré de la scène finale de Rambo premier du nom, film injustement méprisé à mon sens.

Eh oui, face à une situation inextricable, chacun agit selon ses valeurs. Alana, à tendre l'autre joue, se fait frapper. Celle d'Anakin permet de régler la situation, mais sur le long terme n'apportera rien. Si même des Jedi sont impuissants face à des situations apparemment insolubles comme celles ci... Eh oui ! J'ai beau mépriser la postlogie, je ramène Jakku, et la petite phrase d'Han était intentionnelle.

Comme j'ai dit plus haut, ce genre de moment est vraiment nécessaire avec la manière dont j'aborde les choses. Ce que j'ai le plus envie de mettre en scène, ce sont les scènes d'action. Ce sont celles que j'ai le plus en tête dès le début, et j'ai toujours hâte d'y arriver. Pour chercher à les rendre les plus impactantes possibles, il est donc nécessaire de planter les éléments nécessaires, et que le lecteur se sente impliqué. Cette séparation va les impacter, il était donc nécessaire de passer du temps dessus.

Le simple fait de ramener le Faucon Millenium est du pur fan service, c'est gratuit et ne demande pas trop d'effort d'écriture, même pour un néophyte tel que moi. De même pour les répliques, ça caractérise facilement les persos et le lecteur fait directement le rapprochement avec les films.

En qualité d'artiste spécialisé dans les œuvres sur la pègre, j'attendrai ton retour avec soin ! Pour ce qui est des paroles, je n'ai pas de mérite à nouveau, car elles ne sont pas de moi. Ce sont celles d'un artiste que j'aime beaucoup, pas assez reconnu à mon sens, et les paroles d'intro de cette chanson collaient pas mal, alors comme je ne suis pas soumis au copyright... En quelques sortes, je cherche souvent à donner de la force aux autres œuvres que j'apprécie, et qui n'ont pas le rayonnement qu'elles méritent à mon sens.

Merci encore pour ton retour !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Uttini » Mar 17 Mai 2022 - 8:56   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Loucass824 a écrit:En quelques sortes, je cherche souvent à donner de la force aux autres œuvres que j'apprécie, et qui n'ont pas le rayonnement qu'elles méritent à mon sens.

Je fais la même chose. Des répliques, des titres de chapitres, des noms, je les emprunte. Spell, dans mon texte, c'était le nom d'un persnnage de BD des années 70 par exemple. Souvent les références échappent mais peu importe. Puisque personne ne peut nous coller un procès, pourquoi ne pas se faire plaisir ?
“Quelle est la différence entre les yeux qui ont un regard et ceux qui n'en ont pas ? Cette différence a un nom : c'est la vie. La vie commence là où commence le regard” — Amélie Nothomb — Métaphysique des tubes
Uttini
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 20900
Enregistré le: 25 Sep 2006
Localisation: Nancy
 

Messagepar mareva_mae » Mar 17 Mai 2022 - 11:10   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Loucass824 a écrit:Merci pour tous ces compliments ! Ça fait vraiment plaisir ! Comme je l'ai indiqué plus haut, c'était exactement le but, de prendre plus le temps cette fois ci. Je suis content que ça te plaises à ce point, car c'est justement via tes retours que j'ai accentué les introspections des persos, car ce n'était pas aussi poussé à l'origine. Une fois modifié, j'étais moi même satisfait du résultat, et encore plus maintenant de voir que ça plait !


Oh mais je ne pensais pas que mes retours pourraient autant t'influencer autant :oops: En tout cas c'est très réussi, ça donne plus de profondeurs à tes personnages :lol:

Loucass824 a écrit:Ah, mais à quel moment il est explicitement noté qu'Han a été batifoler avec une autre femme ? Sa relation avec cette Bafka est bien trop vague ici pour pouvoir l'affirmer... Mais dans tous les cas, oui, il n'a clairement pas été à la hauteur. Pour Leia, c'est justement un parti pris. Je peux comprendre que chacun ait ses propres attentes/constructions mentales sur chacun des persos. Dans la lignée d'une Leia détruite par la perte de son enfant mort-né, j'ai choisi de lui donner le rôle d'une femme ayant fait le choix de se placer au dessus de la mêlée en quelques sortes. Davantage de colère et de rancoeur aurait détruit le peu qui restait des deux amoureux. Sa relation avec son frère l'y a aidé et poussé dans ce sens. Elle même n'était pas dans le meilleur état à ce moment, et même si elle était en colère contre lui, elle avait besoin d'une cause à laquelle se vouer pour se relever. Aider Han l'a aidé elle même.

C'est un choix dans la lignée de vouloir faire de Leia le seul perso ayant une vraie lucidité, une intelligence qui lui permet de prendre plus de recul que les autres. Je ne voulais pas aller dans le côté si son mari à "déconné" il fallait absolument qu'il subisse le courroux de sa victime. C'aurait été assouvir une pulsion de colère plus que d'agir selon un certain sens de la justice. A mon sens, Leia, telle que la direction dans laquelle je la mène, n'est pas du genre à faire ce genre de choix. Mais c'est parfaitement audible de voir une sensibilité différente. Maintenant que tu le dis, qu'elle pique une petite crise sur l'instant n'aurai pas été ubuesque en soi. Mais ce n'était pas le propos que je souhaitais développer.


Oui j'avais bien compris qu'on n'avait pas la même vision du personnage et de son évolution potentielle, aucun soucis car comme je te le disais, même si je ne suis pas d'accord sur le fond, c'est bien écrit et ça ne dessert en aucun cas la narration :)
On peut avoir des désaccord de fond sur un personnage, surtout aussi iconique que Leia, mais ça ne me gêne pas du tout de lire des récits en opposition à mon headcanon tant que c'est bien mené et que cela est logique au sein du récit, ce qui est tout à fait le cas ici.

Loucass824 a écrit:Et je ne sais pas si tu as remarqué, mais j'ai levé le pied sur les parenthèses ! Bon, il y en a toujours 2-3 qui persistent, et je n'ai pas réussi à les modifier, je n'ai pu m'y résoudre. En définitive, je dois y tenir un minimum à les parenthèses...


Oh en effet je n'avais pas remarqué, ce qui est bon signe du coup :wink: Si je n'ai pas relevé c'est que leur usage n'a pas perturbé ma lecture !
Double Suns and sipping blue milk

Fanfiction Obi-Wan Kenobi ; [Le Jedi et la Sorcière]
mareva_mae
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 155
Enregistré le: 06 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Mar 17 Mai 2022 - 15:53   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Uttini

J'ai moi même beau parler d'art narratif, de vision artistique toutes les 5 secondes, la plupart de mes réfs sont issues de la pop culture, j'ai toujours baigné dedans. Certainement pour cela que je n'ai pas forcément les tiennes. Mais c'est aussi qu'étant donné mon faible niveau de connaissance, je ne peux pas faire beaucoup de références sur le reste de l'univers (a part KoTOR en particulier) donc je puise dans d'autres œuvres...

Mareva

Eh bien oui ! Je n'insisterai pas à ce point si je ne pensais pas ce que je dis. Au delà de tenter de suivre les suggestions des lecteurs quand c'est possible, j'ai bien suivi tes recommandations sur les introspections en particulier parce qu'elles étaient pertinentes. Je pensais le contraire à l'origine, mais constatant le résultat sur ta fic, j'ai testé de mon côté à ma façon et je suis moi même très satisfait du résultat. Donc il faut rendre hommage en complimentant, c'est la moindre des choses. C'est depuis bien ancré dans mon style à présent, je le fais naturellement, alors je ne te remercierais jamais assez. Ce retour en particulier portait sur la chose qui faisait certainement le plus défaut à ma proposition, donc je n'ai aucun problème à le dire. Comme je dis souvent, on peut toujours progresser, encore fait il être ouvert à la suggestion et se remettre en question.

Bon, donc j'ai encore une fois écrit des pavés alors que le sujet était clair depuis le début, c'est tout moi ça...

Mais c'est également un appel aux autres lecteurs ! Il ne faut pas hésiter à me faire des suggestions. Je ne dis pas que je modifierais directement tout mon récit dans ce sens à chaque fois, mais dans la mesure du possible, du moment où je trouve que cela peut m'apporter quelque chose.
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Ven 20 Mai 2022 - 15:34   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 8






Crail Jerre ne masqua pas son étonnement lorsqu’il vit arriver Alana au central de la Division, le lendemain de son passage au domaine Organa. Il avait imaginé que cette journée se montrerait paisible, comparée à celles à venir lorsque l’absence des Jedi allait être révélée. Il savait qu’on lui demanderait des comptes à ce sujet. Composer avec les retombées de leur absence, et les conséquences de ses actes s’ils étaient révélés. Avec toutes ces choses en tête, son sommeil ne s’était pas montré réparateur. La jeune femme avançait vers lui, naturellement, comme si de rien n’était.
— Qu’est ce que tu fais ici ? lui lança-t-il après avoir vérifié qu’ils étaient suffisamment à l’écart pour ne pas être entendus.
— Je viens à mon poste, comme tous les jours, se contenta-t-elle de répondre.
— Sans blague. Qu’est ce que vous avez décidé ?
— Je croyais que tu ne voulais pas savoir ?
Le ton qu’elle employait ne lui plaisait pas. Elle ne semblait pas prendre la pleine mesure de la situation. Il décida de prendre sur lui.
— Très bien. Quand arrivera Anakin ?
— Je n’en sais rien.
Cette fois, Crail commença à s’agacer.
— Bon, il va falloir qu’on discute. Suis-moi.
Ils entrèrent dans un bureau inoccupé et isolé. Crail demanda à la jeune femme de lui rendre des comptes, l’invitant à prendre place sur les deux chaises présentes. Elle lui expliqua le plan qu’ils avaient élaboré, en n’omettant aucuns détails. Il attendait patiemment la fin de l’explication de la jeune femme avant de poser des questions. Il n’en eut moins qu’il ne pensait, car les détails du récit se suffisaient à eux-mêmes.
— Je comprends mieux, finit-il par dire. Par contre, je ne sais pas comment on va justifier l’absence d’Anakin.
— Ce n’est pas le plus important. Il suffira d’annoncer qu’il a décidé de prendre quelques jours de repos. Compte tenu de ce qu’il s’est passé hier…
— Tu penses sincèrement que la pilule passera ?
— En précisant que le but est de calmer les tensions sociales, précisa la jeune femme. Présentons cela ainsi : sur les conseils de sa mère, il s’est mit à l’écart pour ne pas nuire à la réputation des forces de la Division, et aussi éviter une mauvaise publicité à l’Ordre.
Tout cela ne lui plaisait pas. Mais il devait admettre que ces justifications faisaient sens.
— Mouais, c’est possible… Un peu bancal, tout de même.
— L’important est d’être cohérent. Si ça vient de Leia, ça fait sens avec ses partis pris politiques concernant les Jedi, et sa volonté de vouloir apaiser les tensions.
— Vu sous cet angle… Du coup, on continue le boulot comme avant. Ca te va ?
— Je dois faire ma part du plan, alors oui ça ira.
— Du moment que tu ne cherches plus à pacifier les foules…
— Ne t’inquiète pas pour moi.
— Je n’ai jamais dit que je m’inquiétais, j-
— Allez, allons-y.
Alana sortit de la pièce la première, et Crail la suivit. A peine étaient-ils dans le couloir principal qu’un des collègues de Crail leur barra la route. Il eut un regard intéressé en les voyant arriver, et les interpella.
— Eh bien Crail, on s’encanaille avec les Jedi ? lâcha-t-il, avant de dévisager longuement la jeune femme. En plus, t’as pas mal choisi, mon salaud.
— Lâche-moi la grappe, Dake, fit Crail en souhaitant éviter la confrontation.
— Holà tu vas où comme ça ? les stoppa Dake. Moi aussi j’pourrais pas parler protocole avec les Jedi ?
— Je crois que vous feriez mieux d’écouter Crail, intervint Alana. Je n’apprécie pas votre ton.
L’agent nommé Dake commença à s’approcher, mais Crail lui barra la route. Il était plus grand et plus massif que lui. Mais Crail ne semblait guère impressionné, ni prêt à céder du terrain.
— Ecoute, lança un Crail étonnement déterminé. Soit tu passes ton chemin sans demander ton reste, soit tu vas finalement comprendre que c’était une erreur de me provoquer toutes ces années. Qu’est ce que ce sera ?
Crail affichait un regard intense, presque mauvais. Son collègue le sentit, et finit par s’incliner. Il se retourna et rebroussa chemin, en murmurant des commentaires désobligeants et inaudibles. Alana avait été surprise de le voir réagir ainsi, prêt à perdre son sang froid.
— J’aurai pu me défendre seule, fit calmement la jeune Jedi.
— Je n’en doute pas. Mais moi aussi, je devais me défendre seul.
Alana tenta de comprendre la situation.
— Il a un problème avec toi, ce type ?
— C’est une façon de le présenter… Et il n’est pas le seul, fit-il, marquant ensuite une courte pause avant de poursuivre. Ici, quand on a des principes et des convictions, ce n’est pas toujours bien vu. Et quand on les respecte, on finit par s’attirer des ennuis. Mais ce n’est rien. Il faut parfois savoir se faire respecter, c’est tout. Allons-y, on va être en retard pour le briefing du jour.
La jeune Jedi accepta de le suivre sans poser plus de question. Elle avait en tête de le pousser à en parler davantage ultérieurement, car ce n’était pas forcément le moment. Ils arrivèrent dans le hall du poste central de la Division. Le responsable du service, un Mon Calamari à la peau cuivrée, était posté derrière un pupitre légèrement surélevé. Il énonçait les ordres de missions du jour pour chaque petit détachement. Ce fût au moment de Crail et de son équipe après quelques minutes.
— Détachement spécial de l’agent Jerre, commença le commissaire, relevant la tête vers Crail et Alana. Vous allez… Où se trouve Solo ?
— Il n’est pas présent, commissaire Ackbar, l’informa Crail.
— Jerre, vous attendrez que j’en ai fini ici, dit-il simplement d’un ton impérieux. Vous passerez dans mon bureau avec Skywalker.
— Bien monsieur.
Ils patientèrent tous les deux, le temps que le briefing se termine. A chaque fois qu’une équipe recevait ses ordres de missions, elle passa dans leur direction, avec des réactions similaires. On leur adressait des regards ou des petites remarques moqueuses. Ils finirent par suivre le commissaire Ackbar jusqu’à son bureau. Ils restèrent debout une fois entrés, le temps qu’il commence à leur adresser la parole. Le commissaire Aftab Ackbar était un des plus anciens membres de la Division sur Coruscant. Et un des plus décoré. Il avait dû gagner le respect le tous, chose difficile lorsqu’on a un nom lourd à porter. Celui de son père, l’amiral Gial Ackbar, acteur majeur de la Rébellion dans la victoire contre l’Empire. Mais il avait réussi à prouver sa valeur en grimpant les échelons, pour arriver au poste le plus élevé au sein de la Division. C’était un chef difficile à contenter. Mais il savait apprécier le travail bien fait à sa juste valeur. Il faisait la même taille que Crail, à la grande différence que les proportions de son corps rendaient la comparaison difficile. Les Mon Calamari étaient des créatures amphibies d’aspect humanoïde, tout comme les Quarrens, avec qui ils partageaient leur planète d’origine. Leur crâne était d’une taille conséquente, à l’apparence d’un dôme recourbé vers l’arrière, surmonté de deux énormes globe oculaires, placé de chaque côté. Ils paraissaient souvent plus massifs qu’ils ne l’étaient réellement, et le commissaire Ackbar ne faisait pas exception. Il prit enfin la parole.
— J’attends une explication.
— Monsieur le commissaire, j-
— Skywalker, c’est à mon agent que j’ai posé la question, l’interrompit-il sèchement.
— Commissaire, Alana pourra mieux vous expliquer que moi la raison de l’absence d’Anakin, fit Crail en marquant une pause, avant de poursuivre lorsqu’il s’aperçut que le commissaire n’avait pas l’intention de donner la parole à la jeune femme. Vous êtes sans doute au courant des évènements survenus lors de la dernière intervention d’hier. Anakin a choisit de se mettre en retrait pour limiter les retombées, sur le conseil de sa mère, Madame la sénatrice Organa.
— J’aurai aimé être informé autrement, répondit-il d’un ton sceptique, mais semblant accepter l’explication malgré tout, la mention de Leia ayant été décisive. Très bien, nous nous passerons de lui. Je tenterais de contacter la sénatrice personnellement pour m’en assurer.
— Bien sûr, monsieur.
— En revanche, vos assignations ne changent pas. Vous allez devoir vous débrouiller avec un homme de moins. Ca vous convient ?
— Aucun souci commissaire.
Crail avait bien mesuré le ton qu’il employait. La question n’en était pas une, et qu’il valait mieux ne pas faire trop de vague. Il avait l’habitude. Ackbar était son chef depuis qu’il était arrivé à la Division.
— Une dernière chose… Agent Jerre vous pouvez attendre dehors, ce ne sera pas long.
Le commissaire fixa son regard sur Alana une fois Crail hors de la pièce. L’heure du règlement de compte.
— Ne prenez pas personnellement mes paroles, jeune femme. Mon père a toujours tenu les Jedi en très haute estime. Mais je préfère me faire mon propre avis. J’ai confiance en vos capacités Skywalker. Le problème, c’est que je me retrouve dos au mur avec vous sous ma responsabilité, sans avoir mon mot à dire. Faites votre boulot comme il le faut, et nous nous entendrons à merveille.
— Je n’ai aucun problème avec la façon dont vous me parlez, commissaire, fit Alana d’un ton égal. En revanche, j’ai effectivement dû mal avec la façon dont fonctionne votre central. En particulier la manière dont Crail est traité, et ce malgré ses excellents états de services.
Ces jeunots idéalistes, songea le commissaire.
— Ah ça… Vous êtes nouvelle, voyez ça avec Jerre. Je ne peux pas faire de favoritisme. Même si j’apprécie le garçon, c’est son problème. Ce sera tout ?
— Oui, monsieur.
— Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire.
Elle fini par sortir et rejoindre Crail qui l’attendait.
— Alors ? lui demanda-t-il en essayant de dissimuler son impatience.
— Rien d’important, se contenta-t-elle de répondre. Il s’est presque excusé. En tout cas il m’a dit qu’il n’avait rien contre moi personnellement.
— Vraiment ? s’étonna sincèrement Crail.
— C’est si surprenant ?
— Il doit vraiment t’apprécier pour t’avoir dit ça, alors qu’il ne te connait que depuis pas longtemps. Nous autres, on a jamais eu autant.
— Oh, il est jaloux le petit Crail ? lui lança-t-elle d’un ton amusé. Il voudrait que son chef lui tape sur l’épaule ?
— Arrête, c’est pas marrant. On devrait y aller.
— Compris, agent Jerre ! fit-elle d’un air martial exagéré.
Crail ne releva pas la manière dont laquelle Alana tentait d’égayer la journée. La vérité était qu’elle aussi en avait besoin. Elle tentait simplement de se changer les idées, stressée qu’elle était de l’absence d’Anakin et des autres. Ils se mirent tous les deux en route, et se dirigèrent vers leur navette pour se rendre vers leur première assignation.

— Ca te dirait qu’on aille se poser au calme pour manger ? demanda-t-elle à Crail. Plutôt que de manger en vitesse sur la route une fois encore.
— Tu sais, plus tôt on a fini, plu-
— Crail…
Il tourna son regard vers elle. C’était un sentiment étrange qui parcourait l’agent. L’idée du retour des Jedi, assez attendu en interne, ne l’avait pas rendu anxieux. Sa seule inquiétude résidait dans le fait de passez derrière les Jedi, si ces derniers avaient créé des problèmes. Car c’était de sa responsabilité de gérer les retombées, compte tenu sa position. Dans tout les cas, son talent, son expérience et sa discipline feraient le reste. Mais ces deux dernières semaines étaient clairement des anomalies ! Il peinait à se reconnaitre. Comment pouvait-il se montrer si conciliant à l’égard des Jedi ? Ils l’avaient poussé à douter de ses engagements et de sa foi en la Nouvelle République ! Comment cela était-il possible ? Aurais-je été manipulé ?se demanda-t-il. Ou ai-je simplement ouvert les yeux ?Il n’arrivait pas à trouver la réponse. Ces questions se bousculaient, mais impossible d’y répondre. Encore moins lorsqu’il se trouvait à proximité de cette jeune femme… Elle avait le don d’ébranler ses convictions, tandis qu’il perdait toute lucidité. Sa discipline habituelle lui demandait plus d’effort. Et c’était une chose à laquelle il n’était pas habitué. La perspective d’un moment en tête à tête avec Alana le stressait autant que cela le réjouissait. Pour elle, ce n’était certainement qu’un moment de détente innocent. Pour lui, un véritable exercice, et un défi exigeant. Malgré tout, il finit par s’incliner. Un indice sur son état d’esprit.
— Ok, si tu veux. Mais si on fini tard ce soir, ce sera ta faute.
— Crail, pour le peu d’utilité qu’a ce qu’on fait, on peut bien souffler.
Un tel niveau de cynisme était étonnant de la part d’un Jedi. Du moins de son point de vue. Il constatait qu’il en apprenait toujours plus chaque jour sur cet ordre.
— D’accord. Où est ce qu’on va ?
— Je n’en sais rien. A toi de choisir, c’est chez toi ici.
— Je connais un coin plutôt tranquille, et la nourriture humaine n’y est pas mauvaise.
— Alors c’est parti.
La navette se dirigea en dehors du centre ville, vers un restaurant servant des spécialités typiquement humaine. Le menu était également accessible pour les non-humains, en adaptant les recettes avec des ingrédients compatibles avec leur physiologie. Pour la plupart, il s’agissait de plats renommés et constitués d’ingrédients naturels mais légèrement modifiés pour être consommable par différentes espèces. Ils s’installèrent dans un coin près d’une fenêtre, et une serveuse twi’lek s’approcha pour prendre leur commande. La jeune femme entama la conversation le temps qu’ils reçoivent leurs plats.
— C’est très bien de s’accorder un peu de temps, tu ne trouves pas ? Parce que tu dois te rendre compte que tu travailles beaucoup trop Crail…
— Ah voilà, commença-t-il…
— Pardon ?
— Je me doutais que l’idée du resto cachait un interrogatoire.
— Tout de suite les grands mots… Nous ne pouvons pas simplement discuter ?
— Je travaille beaucoup parce que je crois en ce que je fais, dans la différence que ça peut faire, et c’est tout, fit-il comme s’il récitait des phrases déjà toutes prêtes. C’est étonnant que tu poses ce genre de questions, parce que tu es un peu dans le même cas, non ?
— Je n’ai jamais affirmé le contraire.
— Alors pourquoi cette question ?
— Parce que toi, tu n’as pas l’air aussi épanoui que tu le prétends.
— Comment ça ?
— Même quand Anakin était encore là, nous avions tout les deux remarqué que les relations avec tes collègues étaient… comment dire…
— Si le but était de reparler de ce matin…
— En partie, mais oui, admit-elle. Parlons-en de ce matin. Je ne t’avais jamais vu ainsi. Tu étais prêt à lui rentrer dedans à ce type.
— Parce que tu trouves qu’il ne mériterait pas que quelqu’un le remette à sa place ?
— Ce n’est pas la question, recentra la jeune femme. Je te parle de ce que ça te fait à toi, dans quel état ça te mets.
— Et alors, qu’est-ce que ça peut te faire ? fit-il alors qu’un fond d’agacement commençait à croitre. On se connait depuis, quoi, deux-trois semaines ? Je crois juste que tu aimes trop analyser les gens. Que tu t’es fait une fausse impression sur moi. Du coup, tu essaies de me faire coller à l’image que tu crois avoir de moi.
— Je ne pense pas. J’arrive plutôt bien à cerner les gens.
— Vraiment ? Alors je t’en prie, dis moi c’est quoi mon problème !
La jeune femme prit quelques instants pour marquer une pause. Uniquement pour le ménager, et lui faire croire qu’elle l’observait sincèrement. Car en réalité, elle savait déjà ce qu’elle comptait dire. Elle avait analysé Crail pendant un moment, en particulier depuis l’affaire Taan Bailum. Elle se souvenait de l’expression qui avait traversé le visage de l’agent après que le suspect eut été maitrisé. Elle en avait fait les déductions qui s’imposaient, et guettait simplement l’occasion où elle aurait la possibilité d’aborder le sujet. La confrontation avec un de ses collègues accéléra les choses, motivant ce désir de repas plus posé qu’ordinaire.
— La façon dont tu t’investis dans ton travail, c’est parce que tu penses qu’en réglant le problème des autres, ça règlera les tiens par la même occasion, déclara-t-elle pour commencer. Je ne doute pas de ta foi en ce que tu fais. Mais tu es plus doué que tous tes collègues réunis. Et être aussi peu considéré, compte tenu de ce que tu accomplis, devrait te faire comprendre que quelque chose ne va pas. Mais tu persistes… Je n’ai même pas l’impression que tu as vraiment une vie en dehors de ton travail…
Alana fût interrompue par la serveuse qui apporta les plats. Un moment de silence bienvenu flotta, qui permit à Crail de se remobiliser pour préparer sa réponse. Les affirmations de la jeune femme l’avaient désarçonné. Il avait beau l’avoir raillé, elle avait raison lorsqu’elle affirmait savoir cerner les gens. Mais il n’était pas question de recevoir une leçon sur comment mener sa vie. Certainement pas de la part d’un Jedi. Il prit l’initiative à peine la serveuse partie.
— La leçon de morale des Jedi… Tu prêches, mais tu n’es pas la mieux placée pour savoir. Ce que je fais de ma vie privée ne te regarde pas Alana.
Il regrettait déjà d’avoir utilisé un ton aussi cassant. Mais la discussion devenait trop intime pour qu’il réussisse à garder le contrôle.
— J’essaie simplement de t’aider Crail, relança-t-elle d’un ton qui se voulait apaisant. Je suis consciente que ma position semble privilégiée. Que tout va bien pour moi. Que tout me réussi. J’ai vécu des moments difficiles moi aussi. Ce n’est pas parce que je ne les laisse pas me définir que je n’en ai pas souffert.
Un moment de silence passa. Crail ne savait plus quoi répondre, repassant dans sa tête les derniers mots d’Alana, et ceux qu’il avait prononcé avant. La tactique qu’il avait utilisée pour dresser des barrières solides s’écroulaient comme un château de cartes balayé par un simple coup de vent. Il était désarmé.
— Je… Désolé Alana, je ne voulais pas… C’est que…, fit-il en hésitant, soupirant longuement. Tout est toujours si compliqué avec les gens. Mais quand je me concentre sur le travail…
— C’est normal. Et crois bien que je comprends.
Un nouveau moment de silence passa. Alana choisit de laisser de l’espace à Crail, sentant qu’il se préparait à en dévoiler davantage. Cela prit plus de temps qu’elle n’avait imaginé. Mais cela traduisait également quelque chose d’important.
— Je… J’ai perdu mon père, pendant la guerre des Cartels. J’étais très jeune. Du coup, j’ai suivi sa voie. Je voulais devenir le meilleur, et j’ai préférer me concentrer sur le travail. Je n’ai pas beaucoup d’amis, je…
— Eh bien, la transition de fermé et opaque à tu me dis tout…
— Excuse-moi, je ne voulais pas…
Il était tellement ouvert à présent que sa surprise se lisait aisément sur son visage. Il ne fut même pas capable de décrypter l’expression sur le visage d’Alana, qui se voulait décontractée.
— C’était une plaisanterie, dit-elle en le coupant, accompagné d’un sourire rassurant.
Ce sourire… songea Crail.
— On ferait mieux de manger avant que ça refroidisse, poursuivit Alana.
Ils entamèrent sérieusement leurs assiettes.
— Je ne voulais pas te forcer à parler à tout prix, relança Alana. Simplement te faire comprendre que tu n’es pas seul. Tu m’as moi comme amie, et je suis sûr qu’Anakin pourrait aussi le devenir. Ma tante t’apprécie aussi beaucoup, tu sais.
— Je la respecte énormément, dit-il avec tout son sérieux. C’est elle qui m’a donné envie de travailler pour le Sénat. J’ai toujours rejoint ses valeurs.
— Etrange…
— Pourquoi ça ?
— J’aurai pensé que tu suivais plutôt un modèle comme Han.
— Tu vas t’y mettre toi aussi…, lâcha-t-il alors qu’Alana ne comprenait pas. Les collègues ont tendance à m’appeler Crail Solo, expliqua-t-il. Soit disant parce que je lui ressemble…
— C’est vrai que tu t’habilles un peu comme lui…
— Ils me disent ça parce qu’ils savent que je ne l’apprécie pas, et que ça m’agace.
— Tu n’aimes pas Han ? fit-elle d’un air aussi étonné qu’amusé.
— Je respecte ses états de service, admit-il en préambule. Mais qu’un criminel ait été porté aux nues de cette façon, ça me dépasse. Ce sont les gens normaux, avec un vrai attachement envers la Rébellion, qui sont les vrais héros.
Alana avait véritablement percé la carapace de Crail, qui avait volé en éclat. Chaque phrase qu’il prononçait était désormais chargée d’information et de sens plus profond.
— Les gens comme ton père, devina-t-elle.
— Oui… Ta perspicacité est agaçante à la longue. T’en vouloir pour ça est encore pire, parce que tu es toujours dans le vrai.
Ce n’était pas la première fois qu’on lui faisait ce reproche.
— Ca m’attire souvent des problèmes, avoua la jeune femme. Mais c’est plus fort que moi. On ne se refait pas… Rassuré de savoir que je ne suis pas parfaite ?
— Un peu…
Ils continuèrent plus tranquillement leur repas, parlant de choses plus légères, se racontant des morceaux de leurs vies. Crail ne voyait pas Alana comme une femme véritablement parfaite. Mais cela s’y apparentait à mesure qu’il pensait à elle. De plus en plus fréquemment. Depuis l’instant où il l’avait vue pour la première fois, il ne pouvait nier une certaine attirance pour la jeune femme. Il ne s’en étonna pas, Alana était effectivement une femme séduisante. Mais cela semblait aller au-delà d’une alchimie physique. Il se dégageait quelque chose de spécial, de très inspirant, suscitant un désir différent envers la jeune femme. Il avait surmonté sa légère aversion pour les Jedi bien plus rapidement qu’il ne l’aurai cru. Il doutait néanmoins que ce sentiment soit réciproque. Il se contenta de sa frustration de la côtoyer tous les jours. Sans compter qu’elle ne faisait rien pour que ce désir ne faiblisse. Alana n’avait aucune idée de l’attirance de Crail. Elle qui pensait savoir cerner les gens ne se doutait de rien. A défaut d’autre chose, Crail se contenta de devenir son ami. Elle se comportait effectivement comme tel, se montrant présente et à l’écoute. Même s’il désirait plus.
Ils repartirent une fois leur repas terminé, et s’attelèrent au reste de leur journée, une nouvelle fois bien chargée.

— Bonjour Crail, fit Leia, d’un ton accueillant. Je vous en prie, entrez !
— Merci, Madame la sénatrice.
— Ah non, Crail. Si vous comptez entrer, il va falloir m’appeler par mon prénom.
— J’essaierai, dit-il avec un sourire poli.
— Ah, les cachotiers, fit Alana lorsqu’elle les vit. Qu’est ce que vous manigancez encore ?
— Salut Alana.
La veille, le jour avant leur journée de repos hebdomadaire, Alana avait apprit la venue de Crail. Après une longue journée, au moment de se quitter, Crail avait gratifié Alana d’un « on se voit demain du coup », ce qui avait prit de court la jeune femme. En effet, Leia avait invité Crail à venir passer sa journée de congé en leur compagnie, dans la résidence familiale. Il avait accepté, mais ne devait pas en parler, la sénatrice voulant en faire une surprise. Alana lui avait raconté la discussion qu’elle et Crail avait eut lors de leur moment au restaurant, et Leia avait choisit de faire d’une pierre deux coups. En permettant tout d’abord à Crail de se changer les idées. Ensuite, d’amorcer un rôle d’entremetteuse entre les deux jeunes, sentant qu’un rapprochement était à l’étude.
La propriété était une vaste demeure, en périphérie de la ville, et un héritage de la lignée prestigieuse de la famille Organa. Comme beaucoup de propriété sur Coruscant, il n’y avait que peu de verdure sur la devanture, la norme étant d’orner son extérieur avec des arrangements teintés. Les petits espaces de verdure se trouvaient dans la cour, arrangés sobrement, accompagnés d’une fontaine d’un côté, et d’un petit étang de l’autre ou vivait une petite famille de poissons. La demeure en elle-même avait une forme cylindrique, assez large, et surmontée d’un dôme plat en guise de toit. L’association des couleurs rappelait celles de la planète Naboo, les murs étant teinté d’un blanc cassé, allant jusqu’à des couleurs plus chaudes et rosées. Le toit offrait un bleu-vert nuancé selon l’intensité et l’inclinaison des rayons du soleil, alliage du plus bel effet. Les fenêtres étaient toutes de petites tailles, mais nombreuses, donnant un effet plutôt exotique et raffiné à l’ensemble. L’entrée proposait une petite série de colonnes blanches qui entouraient une dizaine de marches, la demeure étant légèrement surélevée par rapport au sol. La forme rectangulaire de cette entrée offrait un contraste certain avec la forme plus circulaire de l’ensemble.
Une fois rentré dans la maison, Crail cru avoir mis les pieds dans un véritable palais. L’intérieur était une merveille de beauté, combinant à la fois de la pierre marbrée et des éléments technologiques, du portique d’entrée jusqu’au salon principal. Les murs du salon étaient ornés de tapisseries aux teintes lumineuses, tandis que le sol brillait nettement. Le reste de la décoration était constitué de mobilier sur mesure, des exceptionnels objets d’art, et encore d’autres signes de richesse évidente. L’agent était subjugué.
— Vous avez une demeure magnifique, Madame… Leia, se corrigea-t-il.
— Merci, Crail. C’est un domaine familial. La plupart des choses ici sont telles quelles depuis des dizaines d’années. Je l’ai hérité de mon père, mais je n’y ai jamais fait beaucoup de changements. Par manque de temps, ou aussi parce que je n’ai pas forcément la fibre artistique.
— Ou qu’il n’y a pas grand-chose à modifier, reprit-il. L’ensemble est resplendissant, elle n’a rien à envier à l’architecture de la Grande Rotonde Sénatoriale.
— Je ne vous ai pas invité seulement pour cela, Crail.
— Oui, naturellement. Et je vous en remercie.
— Installons-nous.
Elle l’invita d’un geste à prendre place dans le salon, où se trouvaient plusieurs canapés et une table basse.
— Voudriez- vous boire quelque chose ?
— Je ne voudrais pas vous faire vous lever…
— Mais ce n’est pas moi qui vais nous servir. C5, appela Leia, pourrais-tu servir notre invité ?
Un droïde apparu dans la pièce, de forme humanoïde, mais entièrement recouvert de plaques argentées. Il ressemblait beaucoup à C3-PO, à ceci près qu’il semblait plus mobile, et de couleur différente.
— Tout de suite maîtresse, répondit le droïde avec une voix féminine modulée.
— Alors, comment allez-vous mon cher ?
Il ne savait pas vraiment quoi répondre. Il devait l’admettre, il était nerveux. Très nerveux…
— Bien, bien… Et vous ?
— Les temps sont difficiles, mais nous faisons ce que nous pouvons.
Il y eut un blanc, qui semblait s’éterniser. Alana décida de briser le silence. Elle savait certes se montrer diplomate, mais elle était parfois impatiente en ce qui concernait des sujets plus légers.
— Bon si on passait aux choses sérieuses ?
— Comment ça ? demanda Crail.
— Tu sais ce que tu veux dire, fit-elle comme si c’était évident. Mais tu ne sais pas comment le demander, alors lance-toi !
— Je…, hésita l’agent, se tournant vers Leia avant de s’éclaircir la voix. Votre invitation est pour moi l’occasion de vous poser quelques questions sur… Vous savez…
— Il veut pouvoir parler du plan avec toi.
— Merci, Alana, répondit Leia. J’avais compris, j’attendais simplement qu’il ne formule sa demande. Ma nièce vous a pourtant tout expliqué, me semblait-il ?
— Oui elle l’a fait, répondit Crail. Il n’en demeure pas moins que je m’interroge sur l’avancée de ce plan. Et de la suite, une fois les informations obtenues…
— On ne peut décider maintenant, nous aviserons selon leurs résultats.
— Attendez, comprit-il. Les chances sont assez minces, mais vous n’avez rien prévu pour la suite ?
— Crail, répondit Alana. Tu te doutes bien qu’on ne saura quoi faire uniquement qu-
— Nous comptons nous occuper du problème nous-mêmes, l’interrompit Leia.
Elles ne devaient pas révéler cette partie là, à quiconque. Mais la sénatrice avait jugé pertinent de mettre l’agent Jerre dans la confidence. Alana fût également prise au dépourvu.
— Nous ne pouvons anticiper la valeur de l’information, continua-t-elle. Mais nous n’en feront part au Sénat qu’en ultime recours. Nous pensons qu’il nous faudra agir promptement, et ne pas être enlisé dans les procédures officielles.
— Ce n’est pas ce à quoi je m’attendais de votre part, Madame la sénatrice, admit Crail. J’ai toujours respecté votre attachement pour les principes de la Nouvelle République. J’ai souvent été membre de vos partisans. Mais ce que vous me demandez…
— Je ne vous demande rien, Crail. Je ne fais que vous offrir la possibilité de choisir. Le choix que vous ferez ne regarde que vous. Le but était de vous informer de ce qu’il vous en coûterait de nous suivre jusqu’au bout. Ainsi, vous avez toutes les informations pour vous décider. Je sais qu’en tant que sénatrice, aller contre ma fonction peut paraître déroutant. Mais je fais ce choix, car ma priorité est d’empêcher une nouvelle tragédie.
— Donc si je refuse, je suis sensé faire quoi ? Vous dénoncer ? Vous arrêter ?
— Vous ferez ce que vous dictent vos convictions et votre cœur, Crail. C’est tout ce que j’attends de vous.
Le droïde de protocole domestique arriva, et déposa un plateau sur la table basse, contenant une théière et des tasses. Après un signe envers sa maîtresse, le droïde fut congédié. Crail profita du moment de répit pour faire le point. Sa loyauté envers les principes de la Nouvelle République était inconditionnelle. De cela, il en était convaincu. La solution s’imposait d’elle même. Mais ces dernières semaines avaient chamboulées son univers. Elles lui avaient apportées de nouvelles perspectives. Etait-ce suffisant pour mettre de côté toute une vie de principes profondément ancrés…
— J’accepte de suivre votre plan, se contenta-t-il de répondre, son regard fixant toujours la table basse.
Alana ne pu cacher sa surprise, au contraire de Leia. Elle était certaine qu’il accepterait, connaissant également ce qui avait fait pencher la balance.
— Vous en êtes sûr ?
— Oui, répondit-il, avant de relever la tête pour lui faire face. Oui, j’en suis sûr.
— Eh bien, bienvenu parmi les rebelles, agent Jerre.
Il soupira en affichant un sourire timide.
— Je ne sais pas quoi dire, admit-il. Qu’est-ce que cela changera pour le travail ?
— Oh Crail, objecta gentiment Alana. Pas le travail, s’il te plaît…
— Ma nièce a raison, Crail. Nous aurons tout le temps d’en reparler. Profitons-en pour discuter d’autres sujets.
Ils continuèrent à discuter pendant une bonne heure, sirotant lentement leurs tasses de thé, parlant de tout et de rien. Crail revenait plus amplement sur son passé. La perte de son père, pilote dans la Rébellion et dans les troupes de la Nouvelle République ensuite. Leia se souvenait de lui, juste de nom. Il révéla qu’il était amateur de course de fonceurs, et lui-même plutôt bon pilote. Ensuite de ce qui l’avait poussé à s’engager dans les forces de l’ordre. Alana parla de sa vie de Jedi. Crail essayait sincèrement de s’y intéresser, même si il n’arrivait pas à comprendre certaines notions de la Force et des propriétés associées. Elle lui parlait des autres jeunes apprentis, de ses deux maîtres, son père Luke et Ahsoka Tano. La relation qu’elle avait avec les deux droïdes, C3-PO et R2-D2. Celle avec Grogu, élève le plus perturbateur selon l’avis de tous. La voie vers l’apprentissage de certains pouvoirs que le petit alien détenait. Leia avait elle moins de chose à partager, se contentant de quelques commentaires. Le plus souvent, elle écoutait les deux jeunes parler. Cela l’apaisait réellement. Elle avait tendance à oublier le simple plaisir d’écouter une conversation ou un échange, sans devoir y déchiffrer un sens caché, une requête, ou une faille pour convaincre un interlocuteur agacé. Elle finit par inviter Alana et Crail à la suivre dans la cour pour marcher un peu, et ils la suivirent.
Au bout de quelques minutes, C5-D arriva jusqu’à hauteur de la sénatrice, lui indiquant qu’elle avait reçu un appel important concernant le travail. Leia s’excusa, et leur indiqua qu’elle devait les laisser pendant quelques temps. Ils se retrouvèrent donc seuls, continuant à marcher, en se contentant de commentaires sur des petits bruits ou des détails dans la cour.
— Je crois que c’est la première fois qu’on se retrouve en dehors du travail, dit Crail.
— Non, non, répondit Alana. On a dit pas le travail Crail. Tu ne peux pas t’en empêcher, hein.
— Je… Non. En parler, ça m’aide généralement à ne pas penser à autre chose.
— Pourquoi ? Tu as une chose qui t’obsèdes ? demanda-t-elle en souriant.
Crail se crispait. Il en disait trop. C’était tellement évident pour lui. La situation le rendait dingue.
— Alana, dit-il en la dépassant légèrement pour se mettre sur son chemin. Je dois te parler de quelque chose, et c’est très délicat.
— Euh, tu m’inquiètes Crail.
— En temps normal, je n’aurai jamais accepté consciemment de prendre position contre le Sénat. Même si vos arguments étaient convaincants, j’aurai fini par dire non.
— J’avoue avoir été surprise, ma-
— Laisse-moi terminer, s’il te plaît. La chose qui a fait pencher la balance, c’est toi…
— Moi ? fit-elle avec une surprise manifeste.
— Alana… Je crois que… Non, j’en suis sûr… Tu me plais… Depuis l’instant que je t’ai vue, précisa-t-il en se rapprochant d’elle. Je pense souvent à toi, et j-…
— Euh attends Crail, doucement…
— S’il te plaît, laisse-moi aller au bout. Parce que ça me rend fou de garder ça pour moi. C’est ce que je fais en temps normal. Ca fonctionnait jusqu’ici. Mais plus on discute, et plus ma façon de gérer ça me rend dingue… Je comprendrais que ce ne soit pas réciproque. Je ne t’en voudrais pas. Mais impossible de garder ça pour moi. C’est que… personne ne s’est jamais comporté ainsi avec moi. Quels que soient tes sentiments pour moi, je les accepterais. Mais je devais te dire tout ça.
La situation était aussi intenable pour elle à présent. Quelle idée de lui avouer toutes ces choses ! Elle ne connaissait que trop peu de chose sur le reste du monde, sur les relations avec des personnes qui n’étaient pas initiées à la Force, sur l’amitié, et plus… Cela lui faisait repenser à certaines conversations avec Ahsoka, sur « les choses de l’amour » comme le maître Jedi les avait maladroitement appelées. La manière dont Crail la regardait pouvait difficilement laisser une femme insensible. Son intérêt s’exprimait de façon manifeste à travers celui-ci. C’est vrai qu’il est plutôt mignon,songea Alana. Qu’était-ce donc ces pensées ? Cela ne lui ressemblait pas du tout ! Mais après tout, cela devait finir par arriver. Il n’y avait aucun mal à trouver un homme attirant. Loin s’en faut.
Malgré tout, elle ne ressentait pas ce petit quelque chose en plus, cette petite étincelle. Crail pouvait bien être l’idéal masculin, elle ne pouvait mentir et affirmer éprouver un quelconque frissonnement en sa présence. Elle se sentait mal. Cet homme, seul réel ami qu’elle avait en dehors de sa famille, se mettait à nu devant elle. Et elle était incapable de lui offrir ce qu’il désirait. C’est cruel… Mais elle l’appréciait sincèrement. Elle n’avait aucune envie de le blesser, mais elle se devait au moins d’être sincère.
— Je ne m’attendais pas à ça Crail, admit-elle, déstabilisée. Je ne sais pas trop quoi dire.
— Alors ne dis rien. Ce n’est pas grave. Je tenais juste à ce que tu saches qu-
— Non, ce ne serait pas correct de te laisser dans le flou, l’interrompit-elle d’un ton plus assuré. Je t’apprécie Crail. Beaucoup même. J’apprécie tout les moments que l’on passe ensemble, mais…
Ce mais, songea le jeune homme.
— Pas de la même façon que toi… Pas de cette façon… Je suis désolée de ruiner tes espoirs…
C’était dur, mais honnête. Alana venait de plaquer une certitude sur ce que Crail craignait de voir arriver. Il s’y était préparé. Il savait qu’aborder ce sujet, surtout de manière si précipitée, ne serait pas la bonne approche. Mais il n’avait plus le choix. Il ne pouvait plus conserver ses pensées pour lui seul. Il fallait qu’il évite de les transformer en angoisses. Le moment serait dur à passer, mais ce serait ensuite terminé.
— Tu n’as pas à t’excuser. Comme je te l’ai dis, je voulais juste t’en parler, je ne t’en veux pas.
Le pauvre… Comment pouvait-il se montrer si mesuré malgré ce qu’elle venait de lui asséner ? Ce n’était pas « pas grave » comme il le disait. Elle savait qu’elle n’avait pas de mauvaises intentions. Mais elle se doutait qu’elle venait de lui faire du mal.
— Comment pourrais-tu ne pas m’en vouloir ? Je voudrais que l’on reste ami comme nous le sommes, mais je ne peux pas te demander ça. Ce n’est pas juste…
— Alana, je te l’ai dit. Si l’amitié est le tout que je peux obtenir, je m’en contenterais.
— Crail…
— N’en parlons plus. Je ne suis pas triste, mais reconnaissant d’avoir une personne comme toi à mes côtés.
Un long moment de silence passa, pendant lequel Alana eut du mal à regarder Crail en face. Lui contemplait le ciel et le paysage, le soleil commençant à se coucher dans un magnifique dégradé pastel. C’est seulement lorsqu’il reprit la parole que leurs regards se rejoignirent.
— C’était une belle journée, déclara-t-il d’un ton faussement apaisé. Nous devrions retourner voir Leia.
Et ils rentrèrent tous les deux en silence. Une fois de retour au salon, aucune trace de la sénatrice, il n’y avait que le droïde de protocole domestique qui s’affairait çà et là. Crail l’interpella.
— Excusez-moi, mais Leia est-elle toujours occupée ?
— Oui monsieur, et je crains qu’elle ne soit retenue encore un bon moment. Elle m’a conseillé de vous dire de partir sans l’attendre, si vous le souhaitiez.
— Très bien, je vais donc y aller. Vous la remercierez de ma part.
— Je n’y manquerais pas, monsieur.
Crail se retourna vers Alana, qui gardait toujours le silence.
— Ne soit pas déçue Alana. J’ai beaucoup apprécié cette journée. Tu remercieras bien ta tante de ma part.
— Je crois que c’est inutile…
— Et moi je crois bien que ça l’est, maintint-il. Je ne suis pas dupe, tu n’es certainement pas étrangère à mon invitation ici. On se voit demain….
Crail commença à s’avancer vers la sortie, quand la jeune femme l’interrompit.
— Crail, attends ! fit-elle en marchant rapidement vers lui, puis pour le prendre dans ses bras. Je suis désolé, mais je veux bien qu’on reste amis.
Il lui rendit son étreinte. L’avantage de taille dont il disposait lui permettait de sentir le parfum enivrant des cheveux de jais de la jeune femme. Malgré la déception qu’il avait eue, le sentiment de pouvoir être proche si de la femme qu’il désirait reprit le dessus. Il savait pertinemment que cela ne déboucherait sur rien. Mais il s’en fichait. Il décida de ne pas ruiner ce moment. Il n’en était pas question.
— Alors nous resterons amis, dit-il tout bas, une pointe de regret imperceptible dans la voix.

Une fois Crail parti, Alana s’enquit de poser une question à C5-D. Elle voulait savoir si l’annonce de l’appel que le droïde devait apporter avait été prévu avec Leia avant même que le jeune homme arrive. Le droïde balbutia, et répondit qu’il n’en savait rien. Il affirma qu’il ne faisait que suivre les instructions qu’on lui avait programmées. La semi-réponse offerte par le droïde suffit à Alana pour confirmer son intuition.
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar Mandoad » Ven 20 Mai 2022 - 17:02   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 8 lu !

Et en plus de ne pas être en retard, je suis le premier. Je devrais presque ne pas commenter maintenant et revenir dans deux semaines pour ne pas nuire à ma réputation. :transpire:

Bon, d'un côté, si je reviens aussi vite, c'est que j'aime. Je dois avouer que mes quelques réticences initiales sur le personnage d'Alana s'estompent peu à peu. Bon, les personnages masculins lambdas ont toujours un respect pour elle aussi bas que leur niveau d'hormones abrutissantes est haut, mais tu n'es pas parti dans les clichés que je craignais.
Quoique le manque de respect semble également concerner les Jedi en règle générale. J'ai vraiment l'impression que tout le monde a oublié les exploits de Luke et que leur retour est plus une épine qu'une véritable bonne nouvelle.

Ensuite, vient Crail, dont on se doute qu'il a encore beaucoup à montrer. Sinon, il ne serait pas aussi proche de Leia et cela semble se confirmer, mais ne dissimulerait-il pas une facette bien plus sombre au fond de lui ?

D'ailleurs, ces deux personnages semblent avoir une relation qui évolue doucement et semblent se rapprocher. Alors Crail se prend un rateau oui, mais cela durera-t-il ? Car j'ai l'impression que la réponse d'Alana est aussi due à son inexpérience dans le domaine et à son insécurité suite aux remarques régulières dont elle est la cible. Qu'en sera-t-il au retour d'Anakin et comment celui-ci y réagira-t-il ? Cela risque de ne pas lui plaire ou y aura-t-il une alliance des friendzonés ? Nous verrons. :transpire:

À la prochaine !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1373
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar ShamanWhills » Ven 20 Mai 2022 - 17:12   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre Lu.

Eh bien quelle retournement de situation de la part de l'agent Jerre! Comme Alana, je ne m'étais pas du tout attendu à une telle révélation! J'en viens même à me dire que c'est quasiment un coup de foudre qu'il a eu, vu qu'ils ne se connaissent qu'à peine trois semaines et que de manière professionnelle... Heureusement que le cousin n'est pas là, il aurait carrément pété une durite s'il avait entendu cette déclaration!

Pour Alana, c'est clair et nette: elle est complètement vierge des "choses de l'amour", totalement ignorante de cet aspect de la Vie. Son aveuglement est sidérant je trouve: elle ne capte absolument pas tous les signes de cette catégorie et pourtant elle est au top en ce qui concerne le fait de discerner les gens... assez paradoxal ce genre de comportement... On voit bien qu'elle est innocente, la pensée qu'elle a eu envers l'agent l'a complètement déstabilisée, et son interrogation à ce sujet frôlerait même le péché carrément!!!

En dehors de cela, un chapitre assez calme qui met plus l'accent sur Crail et son passé mais également sur sa loyauté envers la NR.

Voyons comment Solo Junior va s'en sortir de son côté.
Fan Fiction: La Jedi de Tython
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 548
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar L2-D2 » Ven 20 Mai 2022 - 17:36   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 8 lu !

Tout ce beau monde qui tourne autour d'Alana, ça devient suspect. La pauvre, elle n'y connaît rien, mais celui que je plains le plus, c'est l'agent Jerre. "Rester amis", tu parles, c'est plus facile à dire qu'à faire !

Présence du fiston Ackbar également, voilà qui fait plaisir, d'autant plus qu'il est là dans un rôle assez différent de celui de son paternel : il aurait été "logique" de le placer dans la flotte, mais non. C'est une surprise bienvenue... comme l'est, finalement, ce qui ressemble de plus en plus à un début de Résistance, lorsque Leia accueille Crail parmi les "Rebelles" ! Hmmm, je me demande d'ailleurs si tu as prévu d'inclure dans ton récit un équivalent de Finn ou de Poe, tiens. Voire même de Kylo Ren, il faut bien qu'il y ait un méchant Forceux là-dedans... :think:

Vivement la suite ! :oui:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7719
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Uttini » Ven 20 Mai 2022 - 17:36   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Lu !
Intriguant, quand même cette relation qui se tisse. Je suis sûr qu'on ne sait pas encore tout, l'attitude étrange des autres ne s'explique pas complètement. Et on dirait que des nuages noirs arrivent à l'horizon...
Vivement la suite.
“Quelle est la différence entre les yeux qui ont un regard et ceux qui n'en ont pas ? Cette différence a un nom : c'est la vie. La vie commence là où commence le regard” — Amélie Nothomb — Métaphysique des tubes
Uttini
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 20900
Enregistré le: 25 Sep 2006
Localisation: Nancy
 

Messagepar Loucass824 » Ven 20 Mai 2022 - 18:18   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Eh bien eh bien, il y a foule aujourd'hui ! Merci beaucoup de vos retours si rapides ! Content que ça plaise toujours autant ! Faudrait-il que je balance déjà le chapitre d'après...?

Mandoad

J'ai surtout l'impression de te mettre la pression à lancer des pavés sur ta fic. Ce n'est pas le but, ne t'inquiètes pas, pas de pression.

Je suis content que tu la perçoives ainsi. Car en effet, à l'origine tous les ingrédients sont là pour en faire un personnage très stéréotypé, antipathique, et tomber dans quelque chose de peu intéressant. Évidemment, de mon point de vue, les hommes restent des hommes. Mais tous ne sont pas des porcs. Trouver une femme attirante lorsque c'est le cas, pour moi il n'y a pas de mal, même à simplement le faire remarquer en restant courtois. J'insiste toujours sur le fait que les hommes qui n'ont pas un comportement respectueux envers la gente féminine doivent souvent avoir le mauvais rôle. Je pense que c'est important, ça me permet de mettre en scène une réalité, celle qu'il existe et existera toujours des hommes qui voient les femmes comme un objet à conquérir, mais leur comportement se retourne souvent contre eux. En revanche d'hommes mieux intentionnés, qui sont mieux considérés. Même si dans le cas présent, ce n'est pas pour cela qu'Anakin ou Crail ont du succès...

C'est exactement ça en définitive, l'arrivée des Jedi bouleverse l'agenda politique, et donc pas un signe positif du point de vue du sénat. Typique de la politique politicienne. A cause du joug de l'Empire, ils ont voulu faire table rase du passé, et ne conserver que ce qui les intéressent. Garder les éléments qui leur permettent de construire le récit de l'histoire qui les arrangent. Mettre les Jedi de côté, accentuer sur les non-humains persécutés. Initialement, c'est se dédouaner d'une période sombre, espérant qu'en la taisant, la mettant sous le tapis, cela ne se reproduira pas. Mais lorsque l'on met la réalité de côté, elle finit toujours par refaire surface, qu'elle soit bonne ou mauvaise. L'histoire a du bon comme du mauvais, retenir uniquement les parties qui nous avantagent n'est pas judicieux à mon sens, car le bien qui arrive se produit car il a été influencé par le mal également. Je fais toujours référence au contexte actuel sur ces points, où le régime ne retient que certaines parties de l'histoire selon son bon vouloir. Mais assez de politique. Ce fonctionnement finira par attirer des problèmes dans la suite du récit... Il en amène déjà d'ailleurs.

Ah, Crail semble plutôt bien fonctionner, j'en suis heureux car à l'époque il n'était pas vraiment prévu. Il a un peu été improvisé, dans l'optique d'amorcer une légère dynamique de trio avec les deux Jedi, et de proposer une vision du monde différente. Bon même s'ils ne seront pas souvent ensemble tous les trois. Une part sombre ? Il est tout gentil le bougre, pourquoi faudrait il qu'il dissimule un côté méchant...

Ah, l'alliance des friendzonés, pas mal celle-ci ! Les deux hommes ont tout pour devenir des rivaux, encore faut il qu'ils se retrouvent et comprennent les motivation l'un de l'autre. Mais en soi, Crail va certainement se calmer, parce qu'il a été refroidi comme il faut. Quant à Alana et la sexualité... Disons que pour l'instant ils sont bons amis. Et les interactions sociales de ce type ne sont pas leur point fort. En quelques sortes, ce sont un peu des inadaptés sociaux, les jeunes Jedi ont vécu dans un autre contexte, et ils n'ont pas l'habitude de certaines choses. Et Crail... C'est encore pire. Il a vécu ici, mais il n'existe pas en dehors de son travail, il n'est pas doué avec les autres. Il est vraiment lui même lorsqu'il se plonge dans l'action, mais n'est même pas capable de parler de lui lors d'un repas le bougre.

ShamanWhills

Ah oui, Crail est complètement perdu. Toutes ses certitudes se trouvent bousculées, il se remet totalement en question... Après, peut-être qu'il fait fausse route sur ses sentiments. Il n'a pas l'habitude que quelqu'un soit si présent pour lui, sans rien attendre en retour. Comme dit plus haut, c'est un petit peu un inadapté social, il n'a pas d'amis, n'a plus que sa mère, oriente son existence qu'à travers son travail... Il découvre une toute nouvelle facette de la vie, et il est perdu, n'a aucun contrôle sur lui, et cela le perturbe. Ah ça, j'ai également une petite idée de la manière dont Anakin aurait réagi...

Oui, c'est un peu le risque que ça ne paraisse pas si crédible, car Alana est une totale ingénue. Le contraste est accentué avec le fait qu'elle est plutôt intelligente, perçoit bien les choses, cerne bien les gens. Mais il y a un niveau d'interaction sur lequel elle ne voit rien du tout, même lorsque c'est sous son nez. Un blocage psychologique peut être...

Ce chapitre était en effet le pendant du précédent en ce qui concernait Han et son fils, axé sur du pur développement, mais cette fois ci pour découvrir un perso jusque là assez secondaire. Le but étant de le replacer sur l'échiquier, car il va compter pour la suite. Et le prochain chapitre, on retrouvera Anakin, et le récit va commencer à bien se lancer.

L2-D2

La friendzone, cette souffrance... Il y a un peu de vécu pour le coup. Tous ceux qui sont passés par là peuvent comprendre... Et même ceux qui ne l'ont jamais vécu, je pense qu'ils peuvent comprendre que c'est tout sauf plaisant...

D'ailleurs, me replonger dans cette trilogie me montre à quel point les persos me ressemblent. Anakin, Alana et Crail sont très clairement des itérations de moi même, c'est criant, ça me saute aux yeux. Surtout avec Crail, car à l'origine Anakin est celui qui me ressemblait le plus. Mais à présent, ce serait davantage Crail. Amusant d'en découvrir toujours plus sur sa propre œuvre.

Pour Ackbar, il s'agit simplement de fan service, le perso était déjà prêt, et j'ai inclu une ref à la saga. Ma marge de manœuvre pour faire des réfs à l'univers est en général bien maigre, mais j'arrive à me débrouiller. Et ça rejoint un peu le propos général sur le poids de l'héritage, lui qui a dû vivre et prouver sa valeur alors qu'il a un nom lourd à porter, symbole de grande réussite. Devoir exister en tant que "fils de" est plus difficile qu'on ne le croit. Prendre la relève à la tête d'une flotte aurait été trop lourd à porter, il a donc voulu suivre sa propre voie, et prouver qu'il pouvait réussir dans un autre domaine. On a tous des choses à prouver qu'on en ait conscience ou non.

En soi, Crail est un peu le penchant d'un Finn ou d'un Poe, dans le sens où il est l'humain non sensible à la Force qui côtoie des Jedi. Il a une approche différente d'eux, plus terre à terre, des capacités moindres mais différentes, qu'on découvrira que lorsque vient l'heure de l'action, il possède des dons plus classiques mais efficaces tout de même.
Et pour ce qui est d'inclure un Kylo Ren... Je ne peux rien dire pour l'instant. Sachez simplement que, comme je l'ai dit, le chapitre 11 commencera à changer la face du récit. On ne sait que très peu de choses sur les antagonistes, mais j'ai hâte que vous découvriez ce que les persos finiront par découvrir...

Uttini

Ah toi aussi tu as un mauvais pressentiment au sujet de Crail ? Diable, qu'a-t-il fait pour mériter cela ? En l'occurrence, ce sont des nuages rouges... Les deux prochains chapitres vont avoir plus d'action, éprouver les persos, mais c'est lorsqu'Anakin mettra le pied sur Jakku que "les vrais bails" débuteront comme disent les jeunes...

Encore merci à tous pour des retours si rapides ! J'étais en train de rédiger que d'autres retours arrivaient déjà ! Réussir à maintenir l'intérêt alors qu'on se trouve dans la partie la plus calme et posée du récit me touche vraiment, ça me montre que vous vous attachez à l'histoire dans sa globalité et pas seulement quand ça bouge bien. La semaine prochaine au menu, Anakin qui fait son stage au travail de son papa, et ce ne sera pas de tout repos...
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar mareva_mae » Ven 20 Mai 2022 - 20:46   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Chapitre 8 lu !

J'ai bien apprécié ma lecture, c'était une très bonne idée de couper et de se concentrer sur Alana et Crail plutôt que de mélanger avec la mission d'Anakin et de Han :lol:

Je n'ai pas été surprise par les révélations de Crail, mais comme ShamanWhills je trouve qu'Alana est très, voir trop ingénue. A mon sens les Jedi ne sont pas complètement benêts face aux choses de l'amour, ils savent justement en repérer les signes pour s'en tenir éloignés le plus possible (enfin... on sait les dérives inévitables à cette doctrine intenable :sournois: ). Je sais bien que ton histoire se passe des décennies après la chute de l'ordre Jedi, et que par conséquent une nouvelle doctrine a pu se créer avec Luke et Ahsoka mais justement j'aurais aimé que tu développes plus ce propos et ne nous laisse pas avec une Alana complètement nounouille (désolée, elle m'a vraiment fait cette impression). Bref, tu as peut-être prévu de nous expliquer comment ces nouveaux Jedi se situent face à l'attachement mais c'est là, à mon sens, un peu trop léger pour justifier la naïveté totale d'Alana tandis que dans les chapitres précédents, Anakin avait lui bien remarqué des signes d'intérêts amoureux ou physiques à son égard, avec la collaboratrice de Lando. Okay elle était moins discrète que Crail mais tout de même !

En fait, plus je lis sur Alana, plus je me demande si je problème n'est pas son absence manifeste de personnalité ? Je suis très dure avec les personnages féminins car j'en attends beaucoup, en tant que lectrice, donc excuse-moi si j'insiste là-dessus mais ça me tient à cœur. Peut-être que nous montrer quelles sont ses failles la rendrait plus palpable et propice à l'émotion ? Etre naïve pourrait être sa faille, mais là ça tombe un peu comme un cheveux sur la soupe, et ça me parait léger.

Sinon le chapitre était agréable et fluide, j'ai passé un très bon moment et apprécié les petites manigances de Leia, donc rassure-toi pas que du négatif évidemment ! Je revenais là-dessus car ce chapitre m'a permis de mettre le doigt sur ce qui me gênait depuis un moment chez Alana. Crail quant à lui était très touchant et très juste :cute:

Courage pour la suite et je serai bien entendu là :D
Double Suns and sipping blue milk

Fanfiction Obi-Wan Kenobi ; [Le Jedi et la Sorcière]
mareva_mae
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 155
Enregistré le: 06 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Ven 20 Mai 2022 - 21:57   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Eh bien tout le monde s'est donné le mot pour lire des la publication ! Merci de ton retour Mareva, et content que tu aimes malgré certains points négatifs !

Et je vais commencer par là, mais ça ne me dérange pas du tout ce que tu dis sur Alana. J'ai même bien ri en lisant l'appellation nounouille, alors aucun problème. Au delà des Jedi en général, c'est surtout elle qui est ainsi. Et c'est parfaitement audible d'entendre que le trait est un peu forcé, je m'attendais à avoir ce genre de retours. C'était un souhait à l'époque, et même pendant ma mise à jour actuelle, je n'ai pas réussi à le gommer, parce que c'est ainsi que je la voyais. Ce qui implique qu'elle est certainement moins crédible que d'autres persos, je l'entend, pas de soucis.

C'est justement ça, l'attachement n'est pas un soucis en soit, il n'y a rien d'arrêté à ce propos, Luke n'a jamais précisé quoique ce soit à ce sujet, car le problème ne s'était jamais posé. Il a sa fille et son neveu comme apprentis, et les prochains sont pour l'instant à l'école primaire pour la plupart. Le but était simplement qu'elle soit présenté comme une prodige qui sait presque tout faire, capable de tout interpréter sauf les émotions sentimentales ressenties à son égard. Elle ne sait pas faire la différence. Elle a grandi en recevant de l'attention de façon constante, mais à rechercher un éveil spirituel pour suivre les pas de son père, elle est passée à côté de certaines choses. Et cela lui prendra du temps de comprendre les signaux des autres personnes.

Après, cela créer un décalage peu crédible, mais chacun des trois persos est un peu un inadapté social, chacun à sa façon. Ce côté difficulté à interpréter les intentions et le comportement des autres vient d'un vécu perso par le passé. C'est en cela que je trouve que ces trois persos me ressemblent beaucoup, ils ont tous ce côté inadapté social à leur manière.

Et c'est cohérent que ce soit clair et sensé pour moi, mais moins crédible pour une personne extérieure. C'est l'observation comportementale environnementale qui la poussera à mieux interpréter certaines choses. Présenté ainsi, ça fait compliqué pour un rendu pas très crédible, je m'en rend compte. Donc pas de problème. Je suis du coup désolé que ce soit gênant pour la lecture, car même si ton retour est légitime, cela ne changera pas le rendu pour les raisons expliquées. Et le fait qu'Anakin lui appréhende un peu mieux ces sujets, c'est qu'il est déjà différent de sa cousine, parce qu'il ressent ce genre de sentiment pour elle, donc quand il voit une femme agir d'une façon dont il aimerait pouvoir agir avec Alana, il saisit un peu mieux. Et avoir l'impression de ne pas être à sa place, d'avoir été rejeté par son père, ect fait qu'il aborde les rapports sociaux d'une manière différente.

Pour ce qui est du développement futur d'Alana, disons que tu devances un peu la suite, je ne peux pas en dire beaucoup plus.

J'ajouterai que quand je me suis lancé dans l'écriture, j'apportais naturellement plus de soin sur les persos masculins je pense, je l'ai fait s'en m'en rendre compte. Alana étant ma toute première création, elle témoigne peut être de ce manque de soin. Ses seuls défauts pour l'instant sont qu'elle est donneuse de leçon et moralisatrice, et qu'elle manque cruellement de confiance en elle. C'est sur que c'est peu comparé aux autres persos. Elle n'est pas un peu teigne ou méchante, ça reste une gentille fifille à son papa.

Je mets aisément plus de vécu sur les persos masculins, c'est ainsi. A présent, j'arrive à apporter plus de soin à tous les persos quels qu'ils soient, mais difficile d'apporter de lourdes modifications sans bouleverser le récit, et surtout le propos à l'avenir. Mais comme j'ai dit, lorsqu'on reviendra sur Alana et Crail, elle va être éprouvée de manière plus concrète.

En soi, tout dépend de la lecture qu'on fait de ce chapitre. Naturellement, tu le fais davantage sous le prisme d'Alana. Et manifestement, je l'ai écrit davantage sous le prisme de Crail, dont le développement demeurait léger jusqu'ici. Mais la vision du monde d'Alana sera éprouvée. Après, pour la personnalité, je ne suis pas fan de faire un perso féminin qui est ronchon, qui râle pour qu'on la remarque ou ce genre de chose. Je l'ai un peu fait avec Anakin, mais j'ai gommé une partie en mettant à jour ici, car ça m'agaçait en définitive. Mais il faut effectivement trouver un juste milieu, car sinon on reste dans les extrêmes.

Et tant qu'on me propose un minimum d'arguments, je n'ai aucun souci à ce qu'on me dise j'aime pas ton perso. Je ne le prendrais jamais mal, du moins pas tant qu'il y a une bonne intention derrière promis. La preuve, le mot nounouille ma vraiment bien amusé, j'ai rit tout seul en le lisant, parce qu'il n'est pas si éloigné de la réalité.

C'est justement plaisant d'avoir le retour d'une lectrice ! Chacun des retours a sa propre sensibilité, sa propre appréhension, et la tienne compte bien car on peut dire ce qu'on veut, mais un homme et une femme n'ont pas souvent les mêmes sensibilités. Donc une vraie plus value

Merci encore pour ton retour !
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

Messagepar mareva_mae » Sam 21 Mai 2022 - 14:32   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Hello,

Heureuse que tu aies tout de même trouvé mon retour constructif et de t'avoir fait un peu rire avec "nounouille" :D

Merci pour les précisions sur le contexte et les préceptes Jedi tels que tu les imagines au moment de ton récit, ça aide en effet à mieux comprendre les réactions d'Alana.

Je comprends tout à fait ce que tu dis à propos de mettre un peu de soi dans ses personnages, rassure-toi je pense qu'on est beaucoup à la faire. Au final c'est normal que les personnages deviennent des extensions d'un de nos traits de caractères, et c'est même plus intéressant que faire simplement du self insert !

Je conçois tout à fait que ce soit plus difficile d'écrire sur un personnage du sexe opposé, sans parler de différences essentialistes, c'est vrai que nous n'avons pas le même vécu, social et personnel. Un truc qui m'aide beaucoup à me projeter dans la tête d'un personnage masculin, c'est le jeu de rôle ! J'en fais depuis des années avec mon chéri et des potes et jouer un homme, confronté à des situations auxquelles on doit réagir vite en jeu, m'a bien faite évoluer sur le sujet :)

Par rapport à Alana ça pourrait être intéressant de plus insister sur ce lien avec son père, sur comment elle se sent par rapport à lui ; est-ce qu'elle se compare à Luke ? Est-ce qu'elle vit dans son ombre, encore ? Est-ce qu'elle essaie à tout prix d'être digne de sa réputation ? Est-ce qu'elle veut perpétuer l'héritage Skywalker ou l'emmener ailleurs ? Peut-être que je devance encore une fois le récit mais j'aimerais beaucoup voir ces réflexions développées chez Alana :D
Double Suns and sipping blue milk

Fanfiction Obi-Wan Kenobi ; [Le Jedi et la Sorcière]
mareva_mae
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 155
Enregistré le: 06 Mar 2022
 

Messagepar Loucass824 » Sam 21 Mai 2022 - 16:33   Sujet: Re: Épisode 7, Un Retour Attendu

Étant donné les nombreuses critiques que j'offre à l'égard de Yaraa, ce ne serait pas vraiment correct que je m'offusque de base.

Ensuite, faut se remettre en question. Le simple fait que je te dise que tu devances un peu le récit ne veut pas dire que ton avis arrive trop vite. Cela indique peut-être que ces développements que je compte mettre (ou pas) plus tard auraient peut-être gagné à être introduits plus tôt, vu que tu t'interroges à ce sujet. Il n'en demeure pas moins que cela me fait réfléchir pour le découpage des tomes suivants.

Parce qu'en soit, j'ai modifié un peu le "montage" si on peut dire. A l'origine, on passait beaucoup de temps d'un coup avec Anakin, puis beaucoup de temps d'un coup avec Alana. J'ai espacé certaines choses pour plus équilibrer, donc peut être que j'aurai du agencer cela autrement encore. Alterner plus encore, ne pas faire un chapitre uniquement concentré sur un lieu, passer plus souvent de l'un à l'autre. Mes chapitres sont assez longs d'ailleurs, parce que je suis tellement pressé d'arriver à des moments où l'histoire se lance complètement...

Après, c'était surtout l'histoire des débuts. Avec le temps et à force de travailler, les persos féminins sont moins un problème, enfin j'ai l'impression. Car oui, avoir du mal à faire un perso de sexe opposé peut paraître logique mais ce n'est pas vraiment une excuse au final, il faut raconter des choses intéressantes quel que soit le perso quand on est auteur.

Ah les jeux de rôle c'est pas trop mon truc. Même en jeux vidéos, les mondes trop ouverts, trop libres, trop de choix, fait perdre l'intensité narrative je trouve. Mais chacun son truc
Tu as confondu le ciel avec les étoiles qui se reflètent la nuit à la surface de l'étang.
Loucass824
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 290
Enregistré le: 31 Mar 2022
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations