Informations

IMPORTANT : pour que la participation de chacun aux discussions reste un plaisir : petit rappel sur les règles du forum

[Nouvelle FINIE] Et pour quelques Jagganath de plus

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar Darth Eluar » Sam 04 Avr 2020 - 19:17   Sujet: [Nouvelle FINIE] Et pour quelques Jagganath de plus

Bonjour à tous chers amis confinés ! J'espère que vous et vos proches vous portez bien. :hello: Ici sur Korriban, une épidémie rakgoule nous oblige moi et mes camarades Sith à rester aussi chez nous. :(
Mon mois d'avril aurait dû être rythmé par les concours, mais comme tout le monde, il faudra attendre. Alors, je me suis dit que c'était le moment de ressortir cette petite nouvelle écrite en 2017 du placard. Je prévoyais de la publier le long d'un été, mais ce confinement forcé est probablement plus opportun. :oui:

Et pour quelques Jagganath de plus (vous l'avez ? vous l'avez ?) :D se déroule en 3611 BBY, comme ceux qui me connaissent pouvaient s'en douter. Nous sommes donc une trentaine d'années après le début de SWTOR (auquel il n'est nullement besoin d'avoir joué, même si les attentifs peuvent toujours remarquer des références par-ci par-là) et un an avant le début de La Tourmente de l'Ordre (qu'il n'est nullement besoin d'avoir lu, mais ne vous privez pas :D ). La guerre entre l'Empire Sith et la République fait encore rage, mais ce n'est pas le sujet. Je ne fais aucune référence à mes précédents écrits, en revanche cette nouvelle fourmille de préparations pour des projets futurs (le tome 2 de la Tourmente de l'Ordre qui arrivera... un jour, et l'autre projet que j'ai tellement teasé partout que tout le monde sait de quoi il en retourne et qui arrivera peut-être dans une autre vie :paf: :transpire: ). Comme l'auront compris les deux qui suivent au fond, elle évoquera en partie le Jagganath des Trandoshans, mais peut-être pas de la plus avantageuse des manières. :sournois:

Je compte la publier en 7 6 (courtes) parties, parmi lesquelles la suivante est de loin la plus longue (EDIT du futur : en fait non c'est la dernière la plus longue). Au rythme d'une partie le samedi et une autre le mercredi, nous allons donc passer ensemble un joyeux avril confiné ! :) Dernière chose : j'ai écrit cette nouvelle en plein dans mon délire de faire apparaître des lecteurs, je ne trouve plus aujourd'hui que ça soit une si bonne idée, mais comme c'est fait... Vous verrez ! :D

Bonne lecture ! :hello:

Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6

Et pour quelques Jagganath de plus




Dans l’indifférence générale, le groupe de Biths termina son morceau et en débuta un autre très entraînant. Il parvenait presque à faire oublier l’ambiance nauséabonde qui régnait dans la cantina. Celle-ci était bondée. Les murs et le plafond placé très bas suintaient et peu de lumière filtrait à travers la poussière qui voletait dans l’air tandis qu’un intense brouhaha résonnait, achevant de rendre cet endroit cauchemardesque pour les claustrophobes.

La majorité des clients étaient des Trandoshans. Logique : ces reptiles étaient l’espèce native de la planète. On observait cependant de très nombreuses autres races : beaucoup d’Humains, des Rodiens, des Niktos, toute la pègre de la galaxie semblait s’être donnée rendez-vous. Le tenancier lui-même était un Duros à l’allure peu recommandable. L’endroit était extrêmement mal famé, on aurait dit que toutes les transactions illégales de la galaxie se déroulaient ici.

A droite, on entendait des contrebandiers discuter de la marchandise qu’ils devaient livrer aux Hutts. A côté d’eux, des chasseurs de primes étudiaient leur prochaine cible. A une autre table encore, des pirates préparaient leur embuscade d’un vaisseau marchand. Dans un coin, un vieux Trandoshan semblait observer la cantina. Il n’avait rien commandé mais son âge le rendait trop respectable pour que le tenancier n’ose le mettre dehors.

Accoudée au comptoir, Aleï se sentait légèrement nauséeuse. Tout irait bien, c’était la millième fois qu’elle était contrainte de se rendre dans ce maudit endroit. La jeune fille mourait de soif mais elle savait bien qu’elle n’aurait pas à boire. Scrutant la porte, la jeune Humaine attendait un visiteur. De nombreux clients qui entraient la prenaient pour ce qu’elle n’était pas, lui adressant des yeux évocateurs. Elle les fusillait du regard les uns après les autres, si bien qu’ils ne l’importunaient pas.

Enfin, le visiteur tant attendu se montra. C’était un Humain à la peau mate, une électro-lance dans le dos et un lourd blaster à la ceinture. Il la remarqua et lui adressa un regard interrogateur. Après un salut respectueux de la tête auquel il ne répondit pas, Aleï lui indiqua une table à l’écart des autres, à laquelle se trouvait un Trandoshan qui leva son verre en voyant son invité. C’était Lek Svaal, le maître d’Aleï.

Il n’y avait que deux types de personnes à travers la galaxie qui pouvaient appeler quelqu’un « maître » : les apprentis des deux ordres de la Force, Sith et Jedi, et les esclaves. Comme Aleï aurait aimé appartenir à la première catégorie !

La jeune fille continua d’observer Lek et son visiteur, et écouta distraitement leur conversation.

« Lek ! s’exclama l’Humain en s’asseyant en face du Trandoshan. Ça fait un petit moment ! Tu travailles toujours pour la Sith ?
- Toujours, Ognaj, lui répondit son interlocuteur. Après tout, c’est elle qui m’a rendu riche.
- Tu devrais quand même faire des contrats avec d’autres commanditaires, objecta le dénommé Ognaj. Tu feras quoi si elle meurt ?
- T’inquiète, répondit le Trandoshan, celle-là ce n’est pas n’importe qui. Et puis, j’ai gagné largement assez d’argent pour m’offrir une retraite tranquille. Bon, il y a toujours cette prime de qui tu sais, mais je sais me défendre, ajouta-t-il en riant.
- Je n’en doute pas, sourit l’Humain. Bon, si tu m’en disais plus sur cette mission ?
- Bien sûr, approuva Lek. La même commanditaire que d’habitude, donc, et on sépare la prime comme à chaque fois : la moitié pour moi et l’autre à diviser entre toi et ton équipage. »

Ognaj hocha la tête.

« La cible ? demanda-t-il.
- Naos Loh, répondit son interlocuteur en posant sur la table le petit portrait holographique d’un Zabrak. Marchand d’armes assez important pour l’effort de guerre de la République : il vend des blasters aux rebelles des mondes impériaux. Bien sûr, la République ne reconnaît pas publiquement qu’il travaille pour elle, c’est pourquoi elle ne le protège pas. Il est retranché dans une petite villa à la campagne sur Corellia, protégé par des dizaines de droïdes de combat perfectionnés.
- Ça marche, accepta l’Humain. Quel est le plan ?
- Toi et tes gars, vous distrayez les droïdes, expliqua Lek. Pendant ce temps, moi et le mien on s’infiltre à l’intérieur et je me charge de la cible et de sa famille. Ensuite, je désactive ses droïdes depuis son poste de contrôle et on se retrouve… »

Aleï n’écouta pas la suite de la conversation. Je me charge de la cible et de sa famille… et de sa famille… Ces quelques mots rappelèrent douloureusement à la jeune esclave comment elle s’était retrouvée dans cette situation.

Aleï avait vécu une enfance heureuse sur une Balmorra libérée de l’Empire. Certes, son père était souvent absent mais il revenait tout de même régulièrement pour s’occuper d’elle et, du point de vue de l’enfant naïve qu’elle était, ses parents étaient les meilleurs de la galaxie. Sa mère était toujours avec elle à la maison. Leur droïde de protocole lui faisait cours. Il était également programmé pour jouer avec elle, ce qui avait très tôt poussé la jeune Humaine à le considérer comme un troisième parent.

Mais un jour, tout avait basculé. Son père était rentré nerveux, bien plus qu’à l’accoutumée. Même la jeune enfant de dix ans qu’elle était l’avait remarqué tout de suite. Si, en le voyant préparer ses défenses, Aleï s’était réjouie de ce qui lui semblait être un jeu, elle avait vite compris que ce n’était pas le cas. Il s’était barricadé et avait demandé à sa mère de l’emmener au sous-sol pendant qu’il défendrait la maison. Son père l’avait embrassée ainsi que sa mère et leur avait demandé de s’abriter. Elle ne l’avait jamais revu.

Alors que la fille bombardait de questions sa mère en pleurs, une véritable tornade était entrée au sous-sol. La mère d’Aleï s’était affaissée sous ses yeux, une brûlure circulaire sur la poitrine. Une silhouette reptilienne s’était penchée sur la petite fille et avait dit quelques mots que celle-ci n’avait pas compris car elle ne connaissait pas cette langue. A présent que c’était le cas, il semblait à la jeune fille que Lek avait dit quelque chose ressemblant à :

« Un petit bout d’Humain ? Je pourrais bien utiliser une esclave. »

Tout était ensuite devenu noir et elle s’était réveillée à bord du vaisseau de Lek. Aleï avait vite compris qu’il lui fallait obéir si elle voulait éviter les punitions de son maître. Elle eut un regard de dégoût vers le bracelet électrique qu’elle portait au poignet droit. Il pouvait lui infliger des décharges de toutes les intensités imaginables. Pour éviter qu’il soit retiré, des pointes s’enfonçaient dans sa chair, de sorte que, même si elle parvenait à l’ouvrir, elle ne puisse pas le retirer sans s’arracher la peau.

Le Trandoshan était particulièrement cruel avec elle. Au moindre petit écart, le bracelet se rappelait durement à sa mémoire. Et qu’elle ne s’avise pas de pleurer en sa présence ni de le contester de quelque manière que ce soit ou il sortait le fouet laser.

Aleï sortit de ses rêveries quand Lek fit un signe vers elle. La jeune fille s’approcha rapidement de sa table pour demander en quoi elle pouvait lui être utile.

« Ramène-nous deux verres, lui ordonna froidement Lek en déposant une pile de crédits sur la table. Le tenancier a l’habitude, il sait exactement de quoi. »

Aleï s’inclina profondément – elle savait qu’elle aurait eu droit à une décharge sinon – et prit les crédits avant de se rendre au comptoir. Même de dos, elle put sentir le regard de l’Humain la dévorer des yeux. Elle faillit vomir.

Tout en récupérant les verres au comptoir, elle écouta le dialogue entre les deux partenaires.

« Tu sais qu’elle devient très jolie, ta petite esclave, murmura Ognaj.
- J’ai pu m’en apercevoir, répondit froidement Lek. Apparemment, elle correspond fortement aux standards humains. Elle a pu me rapporter un peu d’argent. Ça me permet de compenser ce qu’elle me coûte en nourriture. »

Une nouvelle fois, Aleï faillit renvoyer son dernier repas. Lek était riche comme peu de chasseurs de primes pouvaient rêver de le devenir et il se plaignait des frais que lui procurait la bouillie infâme qu’il faisait avaler à Aleï tous les jours ! Certes, cette bouillie était nourrissante et l’empêchait d’être trop mince mais, par la Force, qu’elle était infecte ! Tous les jours à tous les repas depuis cinq ans ! Peut-être était-ce même pire que le bracelet électrique…

Mais bien pire que tout cela, il y avait la manière que son maître avait de lui faire « gagner de l’argent ». Depuis un an, il la louait – un être vivant pouvait-il décemment être loué ? Il semblait que oui – au cousin du tenancier de la cantina où ils se trouvaient. Pour un salaire de misère, elle devait se trémousser devant des inconnus. Tous ses cauchemars n’étaient faits de leurs regards immondes et de leurs mains dégoûtantes qui tentaient de la toucher. Elle se sentait si sale. C’était bien simple : à chaque fois qu’elle retournait au vaisseau après avoir « gagné de l’argent », elle vomissait sur le chemin.

Récupérant les boissons, elle entreprit le chemin du retour vers la table, un verre dans chaque main, mais entendit la suite de la conversation qui la transperça de douleur.

« D’ailleurs, elle commence à avoir de la valeur, poursuivit le Trandoshan. Je pense que je devrai en profiter pour la vendre, elle ne me sert pas à grand-chose sur le vaisseau.
- Tu n’as pas tort, approuva Ognaj. Et à qui penses-tu la vendre ?
- Sûrement à Nusora, lui confia Lek.
- Hum, commenta l’Humain en la dévorant des yeux sans aucune pudeur, nul doute qu’elle fera des heureux. »

Nusora… La jeune Humaine se figea en entendant ce nom. Pitié… Pas lui… Pas… Oh non !

Dans sa surprise, elle avait laissé tomber un verre qui s’était brisé au sol. Levant des yeux apeurés vers son maître, elle vit qu’il avait déjà attrapé le boîtier dans sa main. Aleï se résigna mais cela ne l’empêcha pas de crier quand la décharge traversa son corps et la fit lâcher le deuxième verre qui se brisa à son tour.

La plupart des clients de la cantina se levèrent et lui crièrent des insultes sans aucune compassion, par pur plaisir de faire comme les autres.

« Eh, Lek ! s’écria le tenancier Duros, sans le moindre regard pour la pauvre esclave. Qui va payer pour les verres cassés ?
- Ne t’inquiète pas, susurra le Trandoshan, je vais la prêter à ton cousin.
- Non, s’il vous plaît, maître, supplia Aleï de sa petite voix toute douce. Laissez-moi un autre moyen de me racheter de ma faute.
- Tu feras ce que je te dis ! » répliqua Lek.

Ne pas pleurer, sinon ça serait le fouet laser. Ne pas pleurer. Ne pas pleurer. Ne pas pleu…

A l’instant où les larmes allaient lui monter aux yeux, une voix tonitruante résonna depuis le fond de la cantina.

« Assez ! »

C’était le vieux Trandoshan qui observait la cantina sans mot dire jusque-là. Il se leva péniblement en s’approchant du comptoir. Tous les Trandoshans s’écartèrent respectueusement sur son passage. Il semblait être vénéré par ceux-ci.

« Je paierai pour elle, déclara-t-il en déposant une pile de crédits sur le comptoir avant de poursuivre en direction de Lek qui l’observait avec une animosité manifeste. Je peux bien me le permettre, n’est-ce pas, Lek ? »

Celui-ci ne répondit pas. Le vieux Trandoshan s’en alla en s’appuyant sur sa canne et Aleï regarda son maître avec des yeux apeurés. Visiblement, il détestait celui qui avait payé pour elle. Elle craignait de tout son être la punition qui allait s’ensuivre.

« Retourne au vaisseau ! » lui ordonna abruptement son maître.

La jeune fille ne se le fit pas dire deux fois et quitta la cantina au pas de course. Néanmoins, quand elle passa la porte, Lek ne put se retenir de lui infliger une dernière décharge.

Suite >>>>>>>>
Les vrais héros n'ont qu'un point commun : ils ne se battent que pour la dignité des faibles.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre (Tome 1 terminé)
Staffeur Fan-Fics
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1782
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar JediLord » Sam 04 Avr 2020 - 20:06   Sujet: Re: [Nouvelle] Et pour quelques Jagganath de plus

Pauvre Aleï... Une chance pour elle que quelqu'un ai prit son parti... Mais je me demande à quoi peut bien ressembler un trandoshan âgé... :transpire:

En tout cas c'est du beau boulot Eluar! :) Il me tarde de lire la suite!
C’est ici que les droïdes viennent mourir...
Droïde d’entraînement impérial prototype numéro 10: désignation: PROXY
JediLord
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1939
Enregistré le: 28 Juin 2019
Localisation: Cathédrale des Vents de Vortex
 

Messagepar mat-vador » Dim 05 Avr 2020 - 12:06   Sujet: Re: [Nouvelle] Et pour quelques Jagganath de plus

Lu!

Sympa le trandoshan, j'espère qu'il fera la peau à ce salaud de Lek :evil: !

La suite :oui: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3008
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mar 07 Avr 2020 - 19:10   Sujet: Re: [Nouvelle 1/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Première partie lue !

Je suis navré pour tes concours ami Eluar :( , mais c'est avec un réel plaisir que je me suis lancé dans cette nouvelle ! Et j'espère que lorsque sa publication sera achevée, nous aurons pu reprendre un mode de vie un peu plus "habituel"...

Mais trêve de bla-bla inutile ! Tu promettais un récit accessible, et pour l'instant, ça l'est parfaitement ! :oui: Je me suis retrouvée totalement plongé dans cette cantina, semblant apercevoir dans la lumière tamisée quelques personnages et le sort de la pauvre Aleï m'a fait de la peine, j'espère bien qu'elle pourra se venger et/ou changer de vie ! :oui:

Quand à la référence du titre, je pense l'avoir, et j'avoue être curieux de voir ce que tu vas en faire ! :sournois:

Du coup, vivement la suite ! :oui:
Mauvais, perfide, fourbe ! Nous devrions lui tordre son sale petit cou ! Gollum, Le Seigneur des Anneaux - Les deux tours

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7593
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Darth Eluar » Mer 08 Avr 2020 - 20:28   Sujet: Re: [Nouvelle 1/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Merci à vous !

L2-D2 a écrit:Quand à la référence du titre, je pense l'avoir, et j'avoue être curieux de voir ce que tu vas en faire ! :sournois:

Ouais, ne surestime pas trop ma culture ni mes fameux talents pour trouver des titres :paf:

La suite ! (On commence à balancer les préparations pour des œuvres futures, dans le Luluar Fanfic universe :whistle: :paf: et puis certains reconnaîtront peut-être... :sournois: )

***


Le soleil qui portait le nom de l’autre planète du système commençait à baisser vers l’horizon. On apercevait avec clarté un autre astre bleuté se dessiner dans le ciel : la planète voisine, Kashyyyk, le monde des Wookies.

Le vaisseau de Lek se trouvait de l’autre côté du lac qui bordait la cantina. Aleï commença à le contourner et, quand elle fut certaine que son maître ne pouvait plus la voir, elle se laissa tomber à terre et laissa libre cours à ses larmes.

Elle pleurait souvent depuis cinq ans, mais jamais en présence de Lek, en tous cas depuis qu’elle avait découvert à ses dépens qu’il détestait cela. L’une des cicatrices qu’elle avait sur le dos était là pour le lui rappeler. Une autre originait de sa première rencontre avec celui dont le nom l’avait frappée de terreur quelques instants plus tôt. Nusora…

Nusora était un marchand d’esclaves Nikto de la pire espèce. Quand elle l’avait rencontré pour la première fois, il l’avait tâtée comme un vulgaire objet de confort. La jeune fille lui avait craché au visage, ce qui avait provoqué la formation d’une nouvelle cicatrice de fouet laser. La jeune Humaine connaissait bien la nature des possessions du Nikto – même après cinq années dans cet état, Aleï ne parvenait toujours pas à comprendre comment certaines personnes pouvaient trouver normal de posséder un être vivant. C’était absurde.

Nusora ne vendait que des jeunes et jolies jeunes femmes. Aleï n’était pas stupide. Elle savait très bien quel sort les attendait. Nul doute que, si elle était vendue à ce monstre, elle passerait le pas que même son maître, quand il la louait à ce Duros, ne lui faisait pas franchir.

La jeune fille pleura toutes les larmes de son corps. Elle préférait n’importe quoi plutôt qu’être vendue à Nusora. C’était le pire destin que l’on pouvait souhaiter à quelqu’un. Comment des êtres vivants doués d’intelligence et d’empathie pouvaient en forcer d’autre à le subir ? Ils devaient avoir perdu la deuxième qualité et même probablement la première.

Ses yeux embués lui permirent d’observer son reflet dans l’eau. C’était celui d’une jeune fille de quinze ans à la peau blanche, aux yeux verts et aux longs cheveux roux. Elle savait qu’elle était belle, elle supposait que son visage était harmonieux, mais elle n’était encore qu’une enfant, par la Force !

Le simple fait de penser ce juron orienta son esprit vers son père qui l’utilisait très souvent. Elle ne se souvenait même pas de son nom. Après tout, elle ne l’avait jamais appelé que « papa ». A cause de cela, la jeune fille était incapable de connaître son nom de famille. Elle s’appelait Aleï et était esclave. C’était tout ce qu’elle pouvait dire. Elle ne connaissait pas non plus le métier de son père. Il n’avait jamais voulu le lui dire. En grandissant, elle avait compris qu’il était une sorte de contrebandier et il lui semblait même vaguement se souvenir avoir aperçu un jour, rangé à un endroit où il ne serait pas facilement visible, un casque que la culture qu’elle avait acquise depuis lui permettait d’identifier comme d’origine mandalorienne. Elle devait cependant avouer qu’elle ne savait pas vraiment ce que ce nom signifiait.

Son père lui avait même appris à se servir d’un blaster. Elle se souvenait encore de sa tête posée sur son épaule tandis que ses mains corrigeaient la position des siennes sur l’arme qui n’était pas chargée. Elle n’était qu’une enfant mais son père lui apprenait déjà toutes les subtilités du fonctionnement du blaster, comme s’il savait déjà qu’il n’en aurait peut-être pas l’occasion plus tard.

Une nouvelle vague de larmes s’échappa d’elle à la pensée de l’époque de l’insouciance, l’époque où elle n’aurait jamais imaginé ce qui se passerait ensuite.

Sur l’eau paisible du lac se dessina un deuxième reflet à côté de celui d’Aleï. Reconnaissant un Trandoshan, la jeune fille eut un instant de panique en pensant qu’il s’agissait de son maître mais elle s’aperçut rapidement qu’elle se trompait. Le reflet était celui du vieux Trandoshan qui avait payé les verres qu’elle avait cassés dans la cantina.

« Merci, murmura Aleï de sa voix douce. Vous n’avez pas idée de ce dont vous m’avez sauvée.
- Malheureusement, j’en ai une idée, soupira son interlocuteur. Lek est devenu un vrai monstre.
- Devenu ? s’étonna la jeune fille.
- Et oui, répliqua le Trandoshan, contrairement à ce que beaucoup croient, notre espèce n’est pas cruelle par nature.
- Oh, hésita l’Humaine, ce n’est pas… ce n’est pas ce que je voulais dire.
- Je n’en doute pas… Malheureusement, à cause d’êtres comme Lek qui n’ont pas compris le Jagganath, les Trandoshans sont vus comme malfaisants et naturellement enclins à la cruauté.
- Le Jagganath ? s’étonna la jeune fille.
- Et voilà, soupira le Trandoshan. Notre culture n’est pas connue à travers la galaxie. On ne nous voit que comme des bêtes sanguinaires. Nous autres Trandoshans, expliqua-t-il, croyons en les vertus de la chasse. Pas la chasse brutale et sanguinaire mais la pratique qui voit un chasseur honorable triompher d’une cible digne de lui au prix d’un combat loyal, ce qui nous attribue des points de Jagganath. Nous croyons que la Gardienne des points les compte et nous attribuera une place plus proche d’elle si nous en possédons beaucoup. Rien de cela ne justifie la pratique de l’esclavage, ni de s’en prendre à plus faible que soi.
- Pourtant, Lek ne se gêne pas, objecta Aleï.
- Lek a été corrompu, raconta son interlocuteur. Je l’ai connu autrefois, à une époque où il avait le potentiel de devenir un grand chasseur. »

La jeune Humaine écouta attentivement l’histoire du vieux chasseur.

« J’ai connu Lek sur Tatooine, poursuivit celui-ci. Il était alors naïf et peu efficace. Je l’ai formé, je lui ai appris à chasser honorablement et il a fini par me surpasser. A cette époque, il était attaché à l’honneur que je lui avais inculqué.
- Qu’est-ce qu’il s’est passé ? interrogea l’Humaine, consciente que son maître était aujourd’hui tout, sauf ce que décrivait le vieux Trandoshan.
- La Grande Traque a été convoquée, continua celui-ci avant d’expliquer ce dont il s’agissait devant les yeux verts interrogateurs qui se reflétaient sur l’eau. C’est une compétition organisée par les Mandaloriens pour honorer le meilleur chasseur de primes de la galaxie. J’ai poussé Lek à y participer, en lui disant qu’il y rencontrerait des cibles qui vaudraient beaucoup de points. Moi, je me faisais vieux, et j’avais déjà gagné énormément de points grâce à la Messagère. Bref, c’est de l’histoire ancienne. Lek n’a plus jamais été le même après la Grande Traque.
- Pourquoi ?
- En réalité, Mandalore avait lancé cette traque sur ordre d’une Sith, pour abattre une cible précise dont celle-ci voulait se débarrasser.
- La Sith, comprit Aleï en faisant le lien avec la commanditaire habituelle de son maître, une Togruta ?
- Exactement, opina tristement le Trandoshan. Elle l’a complètement corrompu, transformé en un chasseur fou. On raconte que cette Sith a subi la même évolution : d’abord une force du bien, corrompue par un être de ténèbres et devenue une force corruptrice à son tour. Il n’y a plus rien de bon en Lek. L’honneur qui faisait de lui un grand chasseur l’a abandonné.
- Je confirme, murmura la jeune fille en se massant le poignet droit. Au fait je m’appelle Aleï.
- Qyzen, se présenta son interlocuteur. Qyzen Fess. Ce qui t’est arrivé n’aurait jamais dû se produire, petit bout d’Humain, ajouta-t-il tristement. Je ne peux rien faire pour te libérer car Lek n’a plus aucun respect pour moi mais je peux peut-être faire quelque chose pour t’aider : la Gardienne reconnaîtra les plus grands des chasseurs. »

Aleï se retourna enfin vers lui, cessant de regarder son reflet dans l’eau, au son de cette phrase énigmatique.

« J’ai chassé aux côtés de Lek, expliqua-t-il mystérieusement. J’étais présent quand… »

Il s’interrompit quand un bruit résonna au loin.

« Oh non… » murmura Qyzen.


Partie 3 >>>>>
***



Ouais, on se refait pas, j'aime toujours autant les cliffangers gratuits que dans la Tourmente :paf:
Les vrais héros n'ont qu'un point commun : ils ne se battent que pour la dignité des faibles.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre (Tome 1 terminé)
Staffeur Fan-Fics
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1782
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar mat-vador » Ven 10 Avr 2020 - 20:17   Sujet: Re: [Nouvelle 2/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Lu!

Et ca y est, j'ai enfin percuté pour le Jagganath: j'avais oublié cette tradition trandoshan :x ! Heureux de revoir ce bon vieux Qyzen, je me demande combien de temps tu as passé sur SWTOR :sournois: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3008
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar JediLord » Sam 11 Avr 2020 - 19:13   Sujet: Re: [Nouvelle 2/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Seconde partie lue! :oui:

Quel suspense! Qui ou quoi on-ils bien pu voir? Il me tarde de le savoir.
C’est ici que les droïdes viennent mourir...
Droïde d’entraînement impérial prototype numéro 10: désignation: PROXY
JediLord
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1939
Enregistré le: 28 Juin 2019
Localisation: Cathédrale des Vents de Vortex
 

Messagepar L2-D2 » Sam 11 Avr 2020 - 19:45   Sujet: Re: [Nouvelle 2/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Deuxième partie lue !

Un peu courte, mais le cliffhanger final remplit son office comme il se doit ! :sournois: J'ai hâte de lire la suite ! Et du coup, je me demande finalement si le récit va être un flash-back ou s'il va permettre à la jeune Aleï de se libérer... ou pas !

Vivement la suite, donc ! :oui:
Mauvais, perfide, fourbe ! Nous devrions lui tordre son sale petit cou ! Gollum, Le Seigneur des Anneaux - Les deux tours

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7593
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Darth Eluar » Sam 11 Avr 2020 - 21:35   Sujet: Re: [Nouvelle 3/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Merci pour vos commentaires !

mat-vador a écrit:Heureux de revoir ce bon vieux Qyzen, je me demande combien de temps tu as passé sur SWTOR :sournois: !

Sûrement beaucoup trop à la lointaine époque du lycée :transpire: Ça va continuer à se voir dans la suite que voici, d'ailleurs ^^


***


Un speeder fonçait à toute allure dans la petite bourgade, renversant tous les Trandoshans qu’il pouvait au passage. Il était conduit par cinq Wookies lourdement armés qui tiraient à vue sur tous les reptiles qu’ils détestaient tant, provoquant un carnage. Quand celui qui semblait être leur chef aperçut Qyzen, il grogna quelque chose qu’Aleï ne comprit pas : la dernière langue qu’elle aurait pu apprendre avec un maître Trandoshan était bien le Shyriiwook.

Le speeder se dirigea vers eux à toute allure. Qyzen se tourna vers eux tandis qu’Aleï hésitait à se lever. Elle décida de rester à genoux : ces Wookies n’avaient aucune raison de lui en vouloir. Quand le speeder fut assez proche d’eux, quatre des assaillants en descendirent, le dernier resta à l’intérieur.

« Gwarror ! murmura Qyzen. Je ne m’attendais pas à te revoir un jour, surtout maintenant que tu as perdu ton commanditaire. Toujours à te venger sur plus faible que toi ? »

Le chef des Wookies grogna avec agacement.

« Je n’ai réduit aucun Wookie en esclavage, Gwarror, ce n’est pas à moi qu’il faut t’en prendre, soupira le Trandoshan, et en plus, je suis vieux maintenant. Mais je sais que tu comptes en profiter. Après tout, la première fois que tu as voulu m’abattre, tu avais tenté de m’affaiblir auparavant. »

Son interlocuteur émit de nouveau des grognements et tendit la tête en direction d’Aleï qui ne comprenait rien à ce qu'il se passait.

« C’est une esclave de Lek, expliqua le vieux chasseur. Elle ne t’a rien fait. »

Le visage du Wookie s’illumina quand il lui répondit.

« Si seulement c’était si facile, soupira Qyzen. Son maître la retrouvera. Vous pouvez essayer de l’affronter si vous le souhaitez, je sais que tu nourris des griefs à son encontre. Il est dans la cantina là-bas. Mais ça sera du suicide. Même s’il était seul, il vous massacrerait facilement. Et il n’est pas seul. »

Gwarror tendit son blaster vers le Trandoshan en grognant quelque chose qu’Aleï supposa ressembler à merci, vieux débris.

Qyzen ne se laissa pas faire, malgré son grand âge. Il pressa sa canne et les extrémités d’une électro-lance apparurent de chaque côté de celle-ci. Grâce à elle, il désarma deux Wookies et en électrocuta un. Il ne fut cependant pas assez rapide et le tir de Gwarror l’atteignit en pleine poitrine.

Son corps s’affaissa tandis qu’Aleï retint une nouvelle fois ses larmes de lui monter aux yeux. Elle se mordit la lèvre pour ne pas crier et sentit la détresse monter en elle. Qyzen était le premier être vivant à faire preuve de compassion envers elle depuis cinq ans. Et il était mort à peine quelques minutes après. Les Wookies ramassèrent leurs armes et transportèrent le corps de leur compagnon tué par le Trandoshan sur leur speeder, sans même un regard pour Aleï, qui se sentit de nouveau traitée comme un objet.

C’était la première fois de sa vie qu’elle rencontrait un Wookie. Connaissant leur rivalité avec les Trandoshans ainsi que la cruauté dont ces derniers pouvaient faire preuve, elle s’était imaginée que les Wookies seraient les seuls à la comprendre. Au lieu de ça, ils venaient de lui enlever la première personne depuis bien longtemps à la considérer comme un être vivant. Eux aussi la regardaient comme une chose.

Alors qu’ils allaient pénétrer dans la cantina où se trouvait Lek, Aleï sentit une idée germer dans son esprit. Elle savait que son maître ne ferait qu’une bouchée d’eux. Elle avait assisté à suffisamment d’embuscades à son encontre pour le savoir. Mais, avant qu’il ne les massacre, elle pouvait peut-être enfin lui montrer qu’elle savait se servir d’un blaster. Elle pouvait peut-être enfin lui montrer qu’elle avait une autre utilité que laver le vaisseau et éventuellement le piloter quand il avait besoin d’être parachuté. La jeune fille pourrait peut-être éviter de finir entre les griffes de Nusora.

Elle attrapa le blaster du Wookie tombé à terre quelques instants plus tôt. Ses camarades n’avaient visiblement pas jugé utile de s’encombrer de son arme en plus de son corps. Appuyant sur un petit bouton sur son poignet gauche, elle appela le seul renfort qui pourrait venir du vaisseau et se précipita vers la cantina de laquelle des coups de feu retentirent.

En entrant, elle découvrit de nombreux corps de Trandoshans gisant au sol. Son maître, ainsi que l’invité de celui-ci, étaient toujours assis à leur table, chacun leur main posée sur l’arme qu’ils avaient à la ceinture. Dans quelques secondes, ils dégaineraient et Aleï n’aurait plus l’occasion d’impressionner Lek.

Trois des Wookies se trouvaient devant la table du Trandoshan. Où était donc le dernier ? Peu importait, elle s’en soucierait plus tard. Les assaillants étaient parfaitement alignés par rapport à elle et cela lui donna une idée.

Comment cela fonctionnait-il déjà ? Ah oui, la petite molette sur le côté permettait de régler l’intensité du blaster que la jeune fille augmenta fortement. Elle tenta ensuite de se souvenir des conseils de son père. Les bras tendus… Vise avec un œil… Ne tremble pas… Garde les mains fermes quand le tir part…

Elle appuya sur la détente et la décharge traversa la tête des trois Wookies avant d’aller s’écraser sur le mur. Lek observa son esclave avec étonnement. Elle l’avait impressionné ! Elle allait pouvoir…

Un cliquetis résonna derrière elle, suivi par des grognements. Le dernier Wookie ! Il devait avoir fait le tour de la cantina pour une quelconque raison et venait d’y pénétrer. Sachant très bien qu’elle ne pourrait pas se retourner avant que son agresseur, qui avait son arme pointée vers elle, ne la refroidisse, Aleï lâcha son blaster et leva les mains.

Elle jeta un regard vers son maître, ignorant si celui-ci allait la sauver. A vrai dire, elle préférait qu’il n’en fasse rien. Même si son maître voyait en elle autre chose qu’une jeune Humaine dont il pouvait exploiter la beauté naissante pour se faire de l’argent, la mort valait mieux que de continuer d'être à son service.

Malheureusement pour elle, une décharge retentit et le Wookie survivant s’effondra à son tour au sol. Mais qu’est-ce qui lui avait pris d’appeler des renforts ? Elle avait enfin l’occasion de se débarrasser de cette vie misérable ! Derrière l’assaillant apparut une silhouette familière, celle d’un droïde à la tête hexagonale et dont les gros yeux rouges dénotaient avec sa peinture jaune. La voix monocorde de celui-ci résonna alors qu’il tournait la tête vers Lek :

« Explication : Le petit sac à viande m’a prévenu du grabuge, maître. J’ai pensé mon intervention nécessaire pour la préservation de vos fonctions vitales.
- Retourne au vaisseau, HK, répliqua le Trandoshan. Nous n’avons plus besoin de toi ici.
- Approbation : Bien, maître. » répliqua HK-49 avant de quitter la cantina.

Lek s’approcha d’Aleï, visiblement très intrigué, et légèrement menaçant.

« Je ne savais pas que tu étais capable de te servir aussi bien d’un blaster, s’étonna-t-il.
- M… Mon… Mon père… Mon père me l’a appris, bredouilla la jeune esclave. V… Vous… Vous ne m’avez jamais laissé l’occasion de vous le montrer, maître.
- Hum, réfléchit son maître, je pourrais peut-être t’utiliser de manière plus efficace. Retourne au vaisseau et attends-moi là-bas. »

La jeune Humaine s’inclina et obtempéra. En s’éloignant, elle ressentit de la satisfaction. C’était donc à cela que ressemblait ce sentiment. La vision du corps de Qyzen, que des Trandoshans commençaient à prendre en charge respectueusement, la fit redescendre sur terre. Elle jura intérieurement d’honorer sa mémoire.

Partie 4 >>>>>>
Les vrais héros n'ont qu'un point commun : ils ne se battent que pour la dignité des faibles.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre (Tome 1 terminé)
Staffeur Fan-Fics
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1782
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar GTZL1 » Sam 11 Avr 2020 - 21:56   Sujet: Re: [Nouvelle 3/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Il n'y a pas à épiloguer, je trouve ce texte très bon ! Bien joué à toi en attendant la suite.

J'ignorais que dans le Legends, Wookiees et trandoshans étaient des ennemis millénaires
"Nous sommes tous la République."


Fan-fics: Le Secret de Ryloth, Je vous l'avais dit, Zolta : premières armes
GTZL1
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1069
Enregistré le: 09 Avr 2020
Localisation: flying Maul's Gauntlet
 

Messagepar JediLord » Sam 11 Avr 2020 - 22:52   Sujet: Re: [Nouvelle 3/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Lu.

Alors que va t-il se passer ensuite?! Lek va-t-il faire de son esclave sa partenaire ou son apprentie?! Vivement la suite! :oui:
C’est ici que les droïdes viennent mourir...
Droïde d’entraînement impérial prototype numéro 10: désignation: PROXY
JediLord
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1939
Enregistré le: 28 Juin 2019
Localisation: Cathédrale des Vents de Vortex
 

Messagepar mat-vador » Lun 13 Avr 2020 - 9:42   Sujet: Re: [Nouvelle 3/7] Et pour quelques Jagganath de plus

lu!

Voilà un extrait qui fait tomber quelques clichés : Pas si compatissants que ça, les wookies :grrr: ! Lek va-t-il faire de son esclave son bras droit :x ?

à voir!
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3008
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 13 Avr 2020 - 16:25   Sujet: Re: [Nouvelle 3/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Troisième partie lue !

J'aime beaucoup l'idée de faire vivre au lecteur un contre-pied total en nous montrant une rafle de wookies contre les trandoshans ! On a tellement l'habitude du contraire que ça innove vraiment ! :oui:

Et comme en plus, Aleï prend une superbe initiative, on ne va pas se plaindre... je ne m'attendais pas à ce qu'elle se révèle capable d'éliminer 3 wookies en un seul tir ! :shock: Même Lek ne pas avoir compris ce qu'il se passait ! Et superbe apparition d'un droïde HK, il fait partie de mes droïdes préférés depuis la glorieuse époque où je jouais à KoTOR premier du nom sur PC ! :love:

Vivement la suite ! :oui:
Mauvais, perfide, fourbe ! Nous devrions lui tordre son sale petit cou ! Gollum, Le Seigneur des Anneaux - Les deux tours

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7593
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Darth Eluar » Jeu 16 Avr 2020 - 20:49   Sujet: Re: [Nouvelle 4/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Merci à vous !
J'aime toujours les contrepieds, mais je n'ai pas été le premier à vouloir renverser la rivalité entre Trandoshans et Wookies, et il se trouve que les dialogues entre Qyzen et Gwarorr font référence à une obscure side quest de SWTOR qui raconte une histoire semblable ^^

On avance ! (Et on arrive à l'endroit dont je parlais à propos de faire apparaître des lecteurs... C'est vrai que c'est un peu rigolo quand même ^^)

***


Lek avait donné à Aleï, pour la première fois, une occasion de lui montrer ce qu’elle valait avec un blaster. C’était sa seule chance d’échapper à Nusora et la jeune fille n’avait pas l’intention de la laisser passer.

Elle s’entraînait dans une petite pièce du vaisseau plongée dans le noir où apparaissaient des hologrammes d’ennemis. Son blaster réglé en mode entraînement dans la main droite, l’Humaine les abattit virtuellement les uns après les autres, tentant de se rappeler les leçons de son père.

Sois vivace. Ne les laisse pas te surprendre. Réagis toujours plus vite qu’eux.

C’était précisément ce qu’elle faisait et pour l’instant les faux ennemis n’étaient pas de taille, même à plusieurs. Bien sûr, elle savait que la difficulté de ceux-ci était loin de son maximum mais le Trandoshan ne voyait pas son esclave comme une tireuse d’élite, juste comme un blaster supplémentaire.

Une idée germa dans l’esprit d’Aleï. Et si elle représentait deux blasters supplémentaires ? Lors d’une de ses séances d’entraînement avec son père – celui-ci n’avait vraiment pas lésiné sur ses leçons à sa fille – elle avait vaguement appris à se servir de deux armes à la fois. Se laissant entrainer par la pratique, elle attrapa un deuxième blaster posé au sol près d’elle et se souvint des mouvements que lui montrait son père. Il fallait être encore plus vivace. Le regard devait alterner d’une arme à l’autre pour bien viser. La jeune fille se débrouilla plutôt bien. Elle comprit ce que son père voulait dire quand il lui expliquait qu’il ne fallait plus réfléchir. Aleï se laissa porter par son instinct et élimina les cibles holographiques les unes après les autres jusqu’à ce qu’une douleur lui vrille la main droite.

La jeune fille poussa un cri et laissa tomber son blaster. Elle venait de prendre une décharge au beau milieu du dos de la main, à la jointure des nerfs. La décharge était programmée pour faire mal mais ne causer aucune blessure, et l’endroit du corps ciblé ne faisait qu’accroître la douleur. C’était typique de son maître.

Il fallut au moins une demi-seconde à Aleï pour se retourner et pointer le blaster qu’elle avait toujours dans la main gauche vers son assaillant, qu’elle pensait être Lek. C’était déjà une demi-seconde de trop. Elle fut surprise de découvrir que son maître était toujours adossé à la cloison de la pièce, les bras croisés devant lui. Celui qui tenait le blaster n’était autre qu’HK-49, son droïde assassin.

HK-49 était en possession de Lek bien avant qu’Aleï n’y entre à son tour. D’après ce qu’elle avait compris, il venait d’une volonté de la République de reproduire les droïdes assassins HK et notamment HK-47, le serviteur zélé et si efficace de Revan. Sur ordre de la Sith pour qui il travaillait exclusivement depuis bien longtemps, Lek avait détruit l’usine, non sans prendre un des HK à son service après l’avoir reprogrammé. Depuis, HK l’accompagnait sur toutes ses missions pendant qu’Aleï restait en retrait, aux commandes du vaisseau.

La jeune fille fut tirée de ses rêveries par la voix monocorde du droïde.

« Jugement : Tu te bats bien, petit sac à viande, déclara celui-ci, mais tu ne surveilles pas assez tes arrières, ce qui est dangereux pour la préservation de tes fonctions vitales. C’est un défaut critique. »

Aleï se figea. Un défaut critique. Elle regarda son maître qui hocha la tête suite à la remarque d’HK. Est-ce que ça veut dire que je ne suis pas assez bonne pour l’accompagner au combat ? s’interrogea-t-elle.

Lek se redressa, abandonnant la cloison sur laquelle il était adossé pour se rapproche de la jeune fille tétanisée par la crainte. En l’observa attentivement, celle-ci eut le sentiment que son maître savourait son appréhension. Après avoir laissé un long silence pesant et douloureux pour l’Humaine, le Trandoshan expliqua finalement :

« HK a raison, tu te bats plutôt bien. Je ne vais peut-être pas te vendre à Nusora pour le moment. »

Aleï sentit le soulagement lui libérer le cœur.

« Tu vas avoir l’occasion de faire tes preuves lors de la prochaine mission, poursuivit son maître. Si tu m’impressionnes, tu restes dans l’équipage. Sinon, menaça-t-il, Nusora aura bientôt une jeune esclave de plus. »

La jeune fille bredouilla qu’elle ne le décevrait pas et le Trandoshan sembla satisfait. Avant de quitter la pièce, il ajouta avec un sourire cruel.

« Malgré tout, ne crois pas que le reste va changer pour toi. »

Sans aucune volonté de punition, il appuya sur le boitier qu’il tenait dans le dos. Aleï se cambra sous l’effet de la décharge qui traversa son corps tandis que la porte coulissante se refermait derrière Lek.

La jeune fille tomba à genoux et pleura un peu. Son maître avait fait ça par pure cruauté alors qu’elle n’avait fait aucune faute. Bien sûr, elle comprenait bien qu’il faisait ça en réalité pour lui rappeler son autorité et lui montrer qu’elle n’était toujours qu’un objet à ses yeux. Et elle qui croyait que les choses changeraient. Quelle imbécile elle avait été ! Rien ne changerait jamais, elle était destinée à être l’esclave de ce monstre pour toujours…

Une série de bips enjoués lui rendit partiellement le sourire. Aleï tourna la tête pour voir approcher L2-D2, le droïde astromécano du vaisseau. L2 était le seul ami qu’elle avait vraiment. D’après ce qu’elle avait pu récupérer dans sa mémoire, il appartenait à une des cibles de Lek avant d’être volé par le Trandoshan. Contrairement à HK, le chasseur de primes n’avait pas reprogrammé L2 mais lui avait simplement placé un boulon d’entrave.

Un boulon d’entrave qu’Aleï s’empressa de retirer avec un outil qui traînait non loin quand l’astromécano approcha. A chaque discussion qu’ils avaient, elle le lui retirait avant de le lui replacer à regret à la fin de leur conversation pour éviter que son maître ne s’aperçoive de son petit manège. L2 lui avait appris beaucoup de choses. C’était grâce à lui qu’elle avait appris la langue de son maître, grâce à lui qu’elle avait acquis une culture sur ce qui se passait dans la galaxie, tant au niveau de la guerre qu’au niveau des courants de la pègre : la montée du Soleil Noir, les légendes sur le mythique Capitaine qui avait monté tout un Empire criminel qui rivalisait avec les Hutts avant de s’écrouler à sa mort, tout venait de L2.

Enfin, le petit droïde lui avait appris des informations essentielles sur HK-49, des informations qui pourraient peut-être mener un jour la jeune esclave à la liberté. Celle-ci savait en effet qu’elle ne pourrait jamais défier son maître au combat : il était le meilleur chasseur de primes de la galaxie. En revanche, le meilleur modèle de droïde assassin existant pourrait peut-être réaliser une telle prouesse. Aleï cherchait donc s’il existait un moyen de prendre le contrôle d’HK. Et ce moyen existait !

Pour pallier à la tendance qu’avaient les droïdes à craquer et parfois se retourner contre leur maître – défaut probablement dû à leur programmation trop agressive – la République avait intégré une sécurité : un mot de passe qui permettait de réinitialiser le droïde assassin. Tout ce qu’il restait à trouver à Aleï, c’était ce mot de passe. Plus facile à dire qu’à faire car elle y passait tout le temps que son maître lui laissait libre depuis plus d’un an. C’était le mince filet d’espoir qui lui restait, celui qui avait fait qu’elle n’avait plus tenté de se jeter du vaisseau en plein vol depuis plusieurs mois – record en date.

Une nouvelle fois, Aleï interrogea les circuits de l’astromécano pour tenter de trouver sa réponse mais n’obtint rien. Des bruits de pas lourds lui fit réinstaller le boulon d’entrave dans la panique et reprendre un blaster d’entrainement pour feindre de continuer à travailler.

La porte coulissa et laissa apparaître HK-49.

« Annonce : Nous approchons de Corellia, expliqua-t-il. Le maître m’a chargé de te briefer sur la mission. »

Aleï soupira intérieurement. Bien sûr, Lek ne se serait jamais abaissé à la briefer lui-même. Mais après tout, c’était le premier briefing de mission plus complexe que garde le vaisseau en vol et prépare-toi à me récupérer et la jeune fille sentit une pointe d’excitation en elle. Elle allait enfin participer à une vraie mission !


Partie 5 >>>>>>>>
Les vrais héros n'ont qu'un point commun : ils ne se battent que pour la dignité des faibles.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre (Tome 1 terminé)
Staffeur Fan-Fics
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1782
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar L2-D2 » Sam 18 Avr 2020 - 19:59   Sujet: Re: [Nouvelle 4/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Quatrième partie lue !

Alors, j'ai beaucoup aimé le fond, le fait qu'Aleï prenne confiance en elle, montre ses talents, et de toute façon, dès qu'il y a un droïde HK dans les parages, j'ai déjà dit à quel point j'étais heureux, du coup là il n'y a rien à redire ! :oui:

Quand à la présence de L2-D2, j'avoue être extrêmement flatté d'avoir l"honneur d'apparaître dans ton récit, qui plus est dans un petit rôle mais qui a droit à un véritable historique ! :love:
En tout cas, cette initiative me va droit au cœur, et je t'en remercie beaucoup ! :jap:

Vivement la suite, pour voir la prochaine guest-star ! :oui:
Mauvais, perfide, fourbe ! Nous devrions lui tordre son sale petit cou ! Gollum, Le Seigneur des Anneaux - Les deux tours

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7593
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Sam 18 Avr 2020 - 20:52   Sujet: Re: [Nouvelle 4/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Lu!

Bon ben, Lek reste un gros enfoiré visiblement et je suis curieux de voir si Alei va réussir à s'en débarrasser :sournois: ! En tout cas, le L2 va lui donner un ptit coup de pouce, on dirait :P !

La suite :oui: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3008
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar JediLord » Sam 18 Avr 2020 - 21:12   Sujet: Re: [Nouvelle 4/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Lu.

Bien aimé cet extrait. Même si je suis pour ainsi dire sûr que Lek restera ce gros saligaud même si Aleï dévoile ses talents.

J'ai hâte de voir la suite. :)
C’est ici que les droïdes viennent mourir...
Droïde d’entraînement impérial prototype numéro 10: désignation: PROXY
JediLord
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1939
Enregistré le: 28 Juin 2019
Localisation: Cathédrale des Vents de Vortex
 

Messagepar Darth Eluar » Dim 26 Avr 2020 - 18:20   Sujet: Re: [Nouvelle 5/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Alors, je n'ai pas oublié la suite, j'ai... j'ai... Oh, derrière vous, un Rancor ! :transpire:

L2-D2 a écrit:Quand à la présence de L2-D2, j'avoue être extrêmement flatté d'avoir l"honneur d'apparaître dans ton récit, qui plus est dans un petit rôle mais qui a droit à un véritable historique ! :love:
En tout cas, cette initiative me va droit au cœur, et je t'en remercie beaucoup ! :jap:

Mais c'est la moindre des choses, pour le premier à m'avoir accueilli dans la section fan-fics :cute: :jap:

La suite qui n'est presque pas en retard (et puis bon, avouez-le, une fan-fic sans retard de publication ne peut pas prétendre être de moi :paf: J'hésite à fusionner les parties 6 et 7, on verra bien.

***

Le vaisseau entra dans l’atmosphère de Corellia, évitant soigneusement d’être scanné par les satellites de la CorSec, les forces de sécurité de la planète. Atterrir en pleine campagne sans autorisation comme il prévoyait de le faire aurait attiré des ennuis au chasseur de primes et, quand on faisait ce métier, la dernière chose qu’on voulait était d’apparaître sur les radars des administrations locales.

Aleï pilota habilement le vaisseau pour esquiver ces ennuis à son maître. Le pilotage lui avait aussi été appris, au moins pour les bases, par son père, qui avait véritablement décidé de la former dès son plus jeune âge. Cependant, avant sa capture par Lek, la jeune fille n’avait jamais piloté autre chose que le simulateur dont sa famille disposait chez elle. Contrairement au maniement des armes, elle avait pu montrer ses capacités de pilotage très tôt au Trandoshan qui avait chargé l’astromécano d’apprendre à l’Humaine à devenir une excellente pilote. Il se servait en général d’elle pour garder le vaisseau en vol quand il devait être parachuté et être récupéré par celui-ci pour une mission.

Les lueurs d’une villa apparurent quand le vaisseau, tous feux éteints, approcha de la surface de Corellia. Les lumières de Coronet City, la capitale de la planète, zébraient le ciel à l’horizon mais tout autour de leur cible s’étendait la campagne, sans aucune maison à des kilomètres à la ronde. Le contrebandier devait vouloir éviter la CorSec, malgré son partenariat avec la République.

Des bruits de combat retentirent au sol. Un autre vaisseau était posé non loin de là et les droïdes de sécurité convergeaient vers lui. Visiblement, la maison était entourée de nombreuses lignes de défenses mais celles-ci étaient concentrées sur les assaillants déjà présents, ne remarquant même pas l’arrivée du vaisseau de Lek.

« Parfait, commenta ce dernier. Ognaj et ses gars sont en train de les distraire à merveille. Pose-toi sur le toit »

La jeune fille obéit et fit atterrir le vaisseau au sommet de la villa, évitant toutes les lignes de défense extérieures. Bien entendu, à peine eut-elle le temps de quitter le cockpit pour rejoindre son maître qui achevait de se préparer que des droïdes de sécurité convergeaient vers eux.

« L2, ordonna le Trandoshan à son astromécano, tu prends le contrôle du vaisseau et des tourelles et tu me nettoies le toit. Ensuite, on sort et tu te tiens prêt à décoller si ça tourne mal. »

L2-D2 émit une cascade de bips approbateurs et retourna dans le cockpit du vaisseau. Quelques instants plus tard, une avalanche de tirs se fit entendre et les pas des droïdes de garde cessèrent.

Baissant la rampe du vaisseau, Lek descendit en compagnie d’Aleï et HK-49. Le groupe n’attendit pas que le toit soit à nouveau envahi pour accrocher des grappins au bord de celui-ci et se laisser chuter en rappel le long du mur. La jeune fille sentit l’excitation la gagner de plus en plus. Enfin, elle risquait sa vie autrement qu’en oubliant de faire une courbette à son maître.

Lek brisa une fenêtre en contrebas et entra dans la villa, suivi par son esclave et le droïde. Ceux-ci furent accueillis par une avalanche de tirs de droïdes de combat. Ils se mirent à couvert derrière des meubles et répliquèrent. Armée de ses deux blasters, Aleï se laissa aller et suivit son instinct. Les bons tireurs ne réfléchissaient pas. Ils agissaient. Très vite, le petit groupe se débarrassa de leurs ennemis.

HK se connecta à un terminal pour télécharger le plan de la villa.

« Supposition : La cible doit s’être retranchée dans une pièce à l’étage supérieur, maître, déclara-t-il en indiquant la direction.
- Parfait, se satisfit Lek. Tu retiens tous les droïdes qui viennent en renfort. Quant à toi, ajouta-t-il en regardant Aleï, tu viens avec moi. Je veux pouvoir te surveiller. »

La jeune fille n’eut d’autre choix que de lui obéir et passa devant lui en tirant sur tous les droïdes de garde qu’ils rencontraient. Ils parvinrent finalement à une lourde porte blindée.

« Recule-toi. » ordonna le Trandoshan.

Il sortit un petit détonateur et alla s’abriter d’un côté du mur. Aleï se posta du côté opposé. La charge explosa et creusa un trou suffisamment grand pour qu’ils puissent entrer par l’ouverture par laquelle jaillirent des tirs de blaster. Naos Loh, leur cible était à l’intérieur. En écoutant bien, Aleï put également distinguer des pleurs d’une jeune femme.

Oh non, pensa-t-elle, Loh doit être retranché avec sa famille. Elle repensa au regard que lui avait adressé son père la dernière fois qu’elle l’avait vu. Nul doute que leur cible avait dû avoir la même attitude. La jeune fille fut tirée rapidement de sa rêverie par l’expression cruelle sur le visage de Lek. Oh non, s’écria mentalement Aleï. Il ne va pas faire ça !

La tactique du Trandoshan fut encore plus sournoise que l’Humaine ne l’avait redouté. Il fit une roulade dans la pièce en évitant les tirs du Zabrak qu’il était venu éliminer et abattit d’un tir chirurgical la femme de celui-ci, qui s’était cachée derrière une table, avant de pointer de nouveau son fusil blaster vers Naos Loh.

Aleï entra prudemment dans la pièce, ses blasters à la main. Les deux ennemis se visaient mutuellement, aucun ne prenant l’initiative. Le Zabrak jeta un regard étonné vers Aleï quand elle s’approcha, surpris de voir une si jeune assaillante. Elle sembla de plus lui rappeler une connaissance car il ouvrit la bouche pour prononcer un mot mais fut interrompu par l’irruption d’un jeune Zabrak de derrière une étagère, un ridicule couteau à la main. Il bredouilla :

« Lâ… Lâchez votre arme. »

Aleï remarqua qu’il devait avoir environ son âge, peut-être un an ou deux ans de moins. Il avait la peau jaune et ses cheveux courts recouvraient la plupart de ses cornes. Loh semblait tétanisé d’avoir vu la mort de sa femme et de comprendre que son fils était promis au même destin. Il ne fit pas un mouvement. Le Trandoshan ne se préoccupa même pas du jeune Zabrak et abattit froidement sa cible.

Ce dernier, voyant le corps de son père s’effondrer au sol, se précipita sur Lek en tenant toujours son couteau. Le chasseur de primes lui attrapa la main avec laquelle le Zabrak tenait son arme et lui administra un violent coup de poing de l’autre. Le fils de Naos Loh tomba à la renverse et lâcha son couteau avant de se relever, prêt à en découdre au corps à corps, adoptant une position qui montrait qu’il n'avait que de ridicules rudiments en la matière.

Aleï n’avait pas fait le moindre geste durant toute la scène. Son maître se retourna vers elle et lui ordonna en désignant le jeune Zabrak :

« Tue-le !
- Maître, c’est un enfant ! objecta-t-elle avant de crier de douleur suite à la décharge que Lek lui infligea.
- J’ai dit : tue-le ! insista-t-il. Si tu désobéis, je te promets que dès demain tu appartiendras à Nusora. »

Oh non, par la Force, tout sauf ça ! A regret, elle leva ses blasters vers le jeune garçon. Celui-ci la dévisagea et elle put presque apercevoir de la pitié dans ses yeux. Ils avaient tous deux vu leur vie s’écrouler de la même manière. Un jour, une tornade avait déboulé chez eux et massacré leurs parents.

Aleï se maudit d’avoir ressenti de l’excitation avant cette mission. Désormais, tout en elle n’était que dégoût. Ce garçon ne méritait pas plus de mourir qu’elle ne méritait sa vie d’esclave.

Lek lui tourna le dos pour aller fouiller le corps de Naos Loh. Il en sortit un boîtier et appuya dessus.

« Ognaj, déclara-t-il dans son comlink, les droïdes sont désactivés, viens me rejoindre à ces coordonnées. »

Il s’agenouilla ensuite à côté du corps pour récupérer un bioscan et prouver qu’il avait bien abattu sa cible.

Aleï réfléchit à toute vitesse. Aurait-elle la force d’enlever la vie à ce pauvre garçon qui avait subi le même destin qu’elle ? Elle savait que non. Il ne le méritait pas.

« Tue le ! insista Lek, toujours retourné et affairé près de sa cible.
- Pourquoi ne le faites-vous pas vous-même ? osa Aleï en craignant la décharge - qui ne tarda pas à arriver, lui arrachant un cri de douleur.
- Parce qu’il ne vaut pas de points, expliqua Lek en rangeant son boîtier à la ceinture. Tue-le ! »

Aleï sentit sa haine du Trandoshan exploser et dépasser des sommets qu’elle n’avait encore jamais atteints ! Pas de points, donc c’était à elle de faire le sale boulot ! Ils ne pouvaient pas juste laisser vivre cette pauvre victime collatérale ?

Ses yeux croisèrent une nouvelle fois ceux du jeune garçon. Elle eut le sentiment que celui-ci la comprenait. Il sembla comprendre qu’elle était promise à un destin atroce si elle ne le tuait pas. Alors le Zabrak abandonna sa posture de combat au corps à corps et écarta les bras. Il l’encourageait à tirer !

Alors, la jeune fille prit sa décision. Elle ne serait plus l’esclave de ce monstre. Tournant ses blasters vers le Trandoshan, elle s’écria de toutes ses forces :

« Et ça, ça vaut combien de points ? »

Lek se retourna et vit qu’elle le visait. Il fit l’erreur d’utiliser la demi-seconde qu’elle mit à tirer pour attraper son boîtier dans l’intention de lui infliger une puissante décharge au lieu de faire autre chose pour lui enlever ses armes.

Alors Aleï appuya sur la détente et deux trous se creusèrent sur le visage du Trandoshan, juste sous ses yeux.


>>>>>>> Partie 6
Les vrais héros n'ont qu'un point commun : ils ne se battent que pour la dignité des faibles.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre (Tome 1 terminé)
Staffeur Fan-Fics
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1782
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar JediLord » Dim 26 Avr 2020 - 18:29   Sujet: Re: [Nouvelle 5/7] Et pour quelques Jagganath de plus

WOH! :shock:

Bon bah bien fait pour le grand méchant reptile...

C'était très bien mais, p*****! Tu nous laisse sur ça! On veut la suite! :grrr: :lol:
C’est ici que les droïdes viennent mourir...
Droïde d’entraînement impérial prototype numéro 10: désignation: PROXY
JediLord
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1939
Enregistré le: 28 Juin 2019
Localisation: Cathédrale des Vents de Vortex
 

Messagepar GTZL1 » Dim 26 Avr 2020 - 19:14   Sujet: Re: [Nouvelle 5/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Je m'attendais à ce qu'elle l'abatte dans le dos dès le début de la scène du bunker... et on peut dire que tu as joué avec mes nerfs là-dessus :D . Mais elle a fini par le faire !

Décidément un très bon texte
"Nous sommes tous la République."


Fan-fics: Le Secret de Ryloth, Je vous l'avais dit, Zolta : premières armes
GTZL1
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1069
Enregistré le: 09 Avr 2020
Localisation: flying Maul's Gauntlet
 

Messagepar mat-vador » Dim 26 Avr 2020 - 22:33   Sujet: Re: [Nouvelle 5/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Lu!

Eh boum, headshot :x ! Enfin libre, la gamine!

La suite :cute: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3008
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 27 Avr 2020 - 18:44   Sujet: Re: [Nouvelle 5/7] Et pour quelques Jagganath de plus

Cinquième partie lue !

Alors là, les choses se sont considérablement accélérées ! :shock: Si je m'attendais effectivement à ce qu'Aleï se retourne contre Lek, je ne m'attendais pas à ce que ça intervienne aussi "tôt" dans le récit, vu qu'il reste encore deux parties... et lorsque j'ai compris que ça allait être pour la fin de cette partie, je me suis du coup attendu à ce que les blasters soient en réalité vides, comme si Lek avait tendu un piège à son esclave... et là encore, j'ai été surpris ! Double surprise en une partie, je valide ! :oui:

Vivement la suite, du coup ! :oui:
Mauvais, perfide, fourbe ! Nous devrions lui tordre son sale petit cou ! Gollum, Le Seigneur des Anneaux - Les deux tours

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7593
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Darth Eluar » Dim 10 Mai 2020 - 21:34   Sujet: Re: [Nouvelle FINIE] Et pour quelques Jagganath de plus

Oh la la quelle horreur je vous ai oubliéééééés :cry: Je suis vraiment désolé :( Pour le coup, on comprend pourquoi j'ai intérêt à attendre avant de me relancer dans de gros projets :transpire:

Vous savez quoi ? Allez, pour me faire pardonner (et pour éviter un nouvel oubli), les deux dernières parties d'un trait ! (Un peu plus longue que les autres parties du coup) :jap: Pitêtre par moments un peu cryptique... Mais blindée de préparations, et dans 10 ans, le Lulu's Fan-Fic Universe aura détrôné Marvel :paf:

***



Aleï vit le corps de son maître s’affaisser lourdement. Il était mort ! Lek Svaal était mort ! Lek Svaal, l’invincible, celui qui avait tué des grands Jedi ainsi que les meilleurs contrebandiers et chasseurs de primes, était mort !

Mais, pour la jeune fille, Lek n’avait rien d’un grand guerrier. Ce n’était qu’un monstre. C’était celui qui l’avait réduite à un objet. Et c’était elle qui l’avait tué ! Libre… pensa-t-elle. Je… Je suis libre ! La jeune fille ressentit un intense soulagement et, pourtant, se sentit un peu perdue. Qu’allait-elle faire, désormais ? Elle n’avait nulle part où aller.

Elle tourna la tête vers le Zabrak qui avait lui aussi un regard perdu. L’Humaine était profondément peinée pour lui. Il venait de perdre ses parents, comme elle cinq années plus tôt. Elle savait ce que cela faisait. Aleï accrocha ses blasters à sa ceinture et s’approcha de lui pour poser une main réconfortante sur son épaule. Le jeune garçon n’eut pas de mouvement de recul. Il avait compris qu’elle n’était pas son ennemie.

Aleï se ressaisit très vite. Les partenaires de Lek allaient arriver d’un instant à l’autre. Ils les tueraient sans hésitation, le Zabrak et elle. Elle n’avait pas le choix, elle devait l’amener au vaisseau. Alors qu’elle se faisait cette réflexion, des pas lourds retentirent à la porte, des pas que la jeune fille reconnut.

Elle eut à peine le temps de se retourner pour voir HK-49 entrer par l‘ouverture. Le regard du droïde balaya la pièce et, grâce à la vitesse de calcul de son processeur, celui-ci comprit très vite la situation. Il leva son arme vers Aleï et déclara de sa voix monocorde :

« Sommation : Tu as trente secondes pour m’expliquer ce qui s’est passé, petit sac à viande. »

La jeune fille réfléchit à toute vitesse. HK n’était pas stupide et, peu importe le prétexte qu’elle invoquerait, il comprendrait qu’il ne s’agirait que d’un mensonge. Aleï se moquait bien de sa propre vie. En revanche, elle avait tué son maître pour sauver le Zabrak et comptait bien faire en sorte que cela compte.

Sa seule chance était de trouver le code pour réinitialiser le droïde. Mais comment faire ? Elle le cherchait depuis un an, sans succès. Les archives de L2 ne le contenaient pas mais c’était la seule source d’informations de la jeune fille.

A moins que… Aleï se souvint des mots de Qyzen.

J’ai chassé aux côtés de Lek.

L’Humaine eut une idée. C’était la seule piste qu’elle avait. Si elle se trompait, HK la tuerait ainsi que le jeune Zabrak qu’elle avait voulu sauver. Elle risqua :

« La Gardienne reconnaîtra les plus grands des chasseurs. »

Aussitôt, HK-49 baissa son arme ainsi que sa tête. Qyzen, je vous aime, s’exclama mentalement la jeune fille.

« Réinitialisation des systèmes en cours, proclama la voix monocorde avant que la tête hexagonale du droïde ne se relève et ne salue son nouveau maître. Présentation : Je suis HK-49, votre nouveau droïde assassin. Je…
- Pas le temps, l’interrompit Aleï en se souvenant des partenaires de Lek qui devaient approcher. Ramène-le sur le toit, ajouta-t-elle en désignant le Zabrak.
- Approbation : Bien, maître. »

Le jeune garçon voulu protester mais se ravisa. Il avait entendu Lek appeler son partenaire et semblait comprendre l'urgence de la situation. Il laissa alors HK l’emporter et remonter à l’aide des grappins qui étaient toujours accrochés le long du mur. Après avoir récupéré le petit boitier de contrôle de son bracelet électrique sur le corps de Lek, Aleï fit de même grâce à un autre grappin.

Ils remontèrent sur le toit et se précipitèrent vers le vaisseau qui y était toujours posé. Au moment d’entrer, Aleï vit deux petit vaisseaux patrouilleurs se rapprocher.

La CorSec ! Il ne manquait plus que ça. Dès que le petit groupe fut entré dans le vaisseau, elle approcha son poignet de la bouche et déclara dans son comlink :

« L2, décolle immédiatement ! »

Une série de bips lui répondit et la jeune fille sentit le vaisseau se soulever et quitter le toit. Elle se précipita dans le cockpit pour relayer son astromécano qui leur avait fait gagner de précieuses secondes et poussa le vaisseau à son maximum pour quitter l’atmosphère au plus vite. Elle ne voulait pas être interrogée par la CorSec. Aleï n’avait pas échappé à une forme de captivité pour se précipiter dans une autre.

Les chasseurs des forces de sécurité se rapprochèrent dangereusement et la jeune fille reçut un appel de leur part.

« Ici la CorSec, cracha le communicateur du cockpit. Vous êtes à bord d’un vaisseau recherché par la République. Veuillez-vous poser immédiatement. »

Aleï n’obéit pas et dirigea le vaisseau vers la limite de l’atmosphère en lançant les calculs de l’ordinateur de bord pour sauter en hyperespace. Elle avait déjà répété cette opération des dizaines de fois sous les ordres de son maître. La jeune fille savait très bien que les forces de sécurité n’auraient que faire de sa situation d’esclave et l’emprisonneraient comme une complice de Lek Svaal, l’un des chasseurs de primes les plus recherchés de la galaxie.

« Dernier avertissement, posez-vous ou nous ouvrirons le feu. » sommèrent les vaisseaux de la CorSec.

La jeune fille ne les écouta toujours pas et activa les boucliers du vaisseau. A peine fut-elle sortie de l’atmosphère que l’ordinateur de bord lui indiqua que les calculs étaient terminés et que le vaisseau était prêt à sauter vers un point perdu dans l’immensité de l’espace, l’idéal pour décider quoi faire en étant à l’abri de toute menace.

Alors que les vaisseaux de la CorSec commençaient à faire feu sur eux, Aleï abaissa la manette qui activait l’hyperpropulseur et les étoiles s’allongèrent devant le cockpit pour laisser place au long tunnel bleu de l’hyperespace.

La jeune fille soupira de soulagement et, laissant la surveillance du cockpit à L2-D2, se leva pour retourner dans la pièce principale du vaisseau où l’attendaient HK et le Zabrak. Aleï devait lui parler car elle se sentait profondément coupable. Elle avait participé à la mort des parents de celui-ci.

Contre toutes ses attentes, c’est le jeune garçon qui engagea la conversation.

« Merci, la remercia-t-il. Tu m’as sauvé la vie.
- Quoi ? s’étonna la jeune fille. Non, j’ai tué tes parents !
- C’est faux, protesta le Zabrak en secouant la tête, le cœur lourd. C’est le Trandoshan qui a tué mes parents. Tu sais, ajouta-t-il, je ne suis pas stupide. J’ai bien vu comment il te traitait. J’ai vu dans tes yeux… »

Il s’interrompit quelques instants, semblant chercher ses mots, avant de poursuivre :

« J’ai vu dans tes yeux que tu avais vécu la même chose que moi. Tu étais son esclave ? »

Aleï hocha la tête et lui raconta son histoire avec difficulté car c’était la première fois qu’elle la décrivait à quelqu’un. Cette fois, ce fut au tour du Zabrak de poser une main réconfortante sur l’épaule de l’Humaine qui le remercia d’un regard plein de gratitude.

Attrapant le boitier qui contrôlait son bracelet électrique, elle l’étudia avant de déduire que le bouton vert à l’écart des autres devait être celui qui enclenchait la désactivation de l’appareil. Elle appuya dessus et sentit avec soulagement les pointes acérées se replier à l’intérieur de son poignet. Elles quittèrent finalement sa chair et le bracelet s’ouvrit, tombant lourdement au seul. Un peu de sang perla sur sa peau mais la jeune fille ne s’en soucia guère. C’était une telle délivrance pour la jeune esclave !

« Au fait, se présenta cette dernière, je m’appelle Aleï.
- Moi c’est Maat, répondit le jeune garçon.
- Je vais te ramener sur Corellia, décida Aleï. Tu dois bien avoir de la famille quelque part.
- Non, répliqua tristement Maat, je n’ai personne.
- Hum, alors, réfléchit la jeune fille, tu es jeune, je devrais peut-être te déposer à un orphelinat de Corellia.
- Non, protesta son interlocuteur, ils me jetteraient dehors au bout de quelques mois.
- Pourquoi ? s’étonna Aleï.
- J’ai quatorze ans et je suis le fils d’un contrebandier hors-la-loi. Même s’il travaillait pour la République, ça lui donnait juste un accord pour ne pas être arrêté par la CorSec, c’est tout. En plus je… je suis… »

Il désigna son visage et la jeune fille comprit ce qu’il voulait dire. Non-Humain. Les « aliens » étaient mal vus sur les planètes dont la quasi-totalité de la population était humaine, même au sein de la République qui se vantait de la diversité d’espèces qui l’enrichissait.
La galaxie est-elle si pourrie ? s’interrogea Aleï. Esclavage, spécisme, tyrannie… Pouvait-on l’améliorer ? A cet instant, la jeune Humaine comprit que non. Elle comprit que, quoi que l’on fasse, rien ne pourrait purger la galaxie de ses défauts.

« Alors, qu’est-ce que tu vas faire, demanda-t-elle à son hôte.
- Et toi ? » interrogea Maat qui visiblement n’avait pas de réponse à cette question.

Il la prit au dépourvu. Elle n’avait nulle part où aller. Les partenaires de Lek ne la poursuivraient pas : ils n’avaient aucune loyauté envers le Trandoshan et pourraient empocher la totalité de la prime sur Naos Loh grâce à elle. En revanche, la commanditaire du chasseur de primes risquait de ne pas apprécier la perte de son meilleur serviteur.

Comme pour ponctuer les pensées de la jeune fille, l’holoterminal du vaisseau s’alluma, laissant apparaître la silhouette d’une Sith dont l’expression du visage n’augurait rien de bon.

Il ne manquait plus que ça, songea la jeune Humaine.

***


Aleï ne connaissait que trop bien la silhouette que diffusait l’holoterminal. Il s’agissait d’une Togruta à la peau très pâle et aux yeux brillants. C’était Dark Zavros, membre du Conseil Noir et la commanditaire de Lek.

La jeune fille l’avait déjà vue à plusieurs reprises en hologramme et savait à quel point Zavros pouvait se montrer cruelle. La Togruta était celle qui jetait le regard le plus méprisant sur la jeune esclave, encore plus que le Trandoshan.

La Sith semblait intriguée, comme si une nouvelle surprenante lui était parvenue. Ognaj n’a tout de même pas pu déjà la prévenir, s’interrogea Aleï. Elle comprit qu’il l’avait fait quand Zavros prit la parole.

« Lek, déclara cette dernière avant même de porter le moindre regard sur ses interlocuteurs, j’ai reçu un message étr… »

Elle s’interrompit et s’aperçut que Lek était absent. Reconnaissant Aleï, la Sith s’écria :

« Alors c’est vrai ! Tu as tué Lek. Cet enregistrement que j’ai reçu n’était pas un faux ! »

La colère pouvait se lire sur le visage de la Togruta. Celle-ci fulminait tant qu’Aleï fit instinctivement un pas en arrière.

« Tu n’as pas idée du mal que je vais avoir à remplacer mon meilleur serviteur ! poursuivit la Sith. Je vais lancer la galaxie à tes trousses, petite esclave ! »

La jeune Humaine ne savait pas quoi répondre. Elle n’avait pas envisagé les choses dans leur ensemble.

Un bruit se fit entendre à côté de la Sith qui se retourna avec fureur.

« Qu’y a-t-il ? éructa-t-elle. J’avais demandé à ne pas être dérangée !
- Veuillez m’excuser, Seigneur Zavros, retentit la voix apeurée de ce qui devait être un officier impérial, la République vient d’arriver. »

Cette nouvelle rendit le sourire à la Togruta.

« Excellent ! se satisfit-elle. J’arrive. Quant à toi, petite esclave, ajouta-t-elle à l’intention d’Aleï, sois assurée que, dès que cette bataille sera terminée, je mettrai une prime sur ta tête ! »

L’hologramme disparut, laissant la jeune fille tétanisée. Si tout l’Empire se jetait à sa poursuite, son espérance de vie serait faible car la République ne protègerait jamais une simple fille de contrebandier contre une vengeance personnelle d’une Conseillère Noire.

A peines quelques instants après la fin de la transmission apparut un autre hologramme. Il s’agissait d’un droïde de protocole de série C2 qui tenait un bloc de données à la main.

« Début de la transmission cryptée, récita la voix monocorde du droïde. Identification des interlocuteurs biologiques... Deux interlocuteurs biologiques détectés. Scan du premier interlocuteur biologique en cours... Concordance possible dans la base de données : fils de Naos Loh, contrebandier et marchand d’armes pour l’Empire du Vide. »

Maat se tut en comprenant que le droïde de protocole l’avait identifié et avait fait le rapprochement avec son père. Quant à Aleï, elle retint son souffle. Si le droïde avait pu déterminer si vite le père du Zabrak, peut-être allait-elle apprendre le nom du sien.

« Scan de la deuxième interlocutrice biologique en cours… poursuivit le droïde. Concordance possible dans la base de données : fille de Hasd Nrerad, contrebandier et négociateur pour l’Empire du Vide. »

Aleï sentit une intense émotion l’envahir. Hasd… Bien sûr ! Elle s’en souvenait à présent ! C’était ce prénom qu’utilisait sa mère pour s’adresser à son père. Nrerad. Elle avait vu ce nom quelque part, mais pas chez elle. Elle l’avait découvert quand elle explorait les archives de L2-D2. Son père avait fait partie de cet Empire du Vide, cet empire criminel tentaculaire qui avait été fondé en seulement quelques années par un seul homme, celui qu’on appelait le Capitaine et qui avait fini par s’écrouler à la mort de ce dernier.

Pour la première fois depuis cinq années, Aleï n’était plus un objet. Elle était la fille d’un ancien membre d’un des plus grands syndicats du crime de la galaxie. Un syndicat du crime, certes, mais un cartel avec des idéaux, un cartel qui s’était battu contre l’Empire et avait rejeté les méthodes abjectes des Hutts. Aleï se sentit fière de son héritage. Elle était… quelqu’un.

« Aleï Nrerad, poursuivit le droïde en s’adressant à la jeune fille, je me présente, je suis C2-N2, droïde de protocole. La transmission que je viens d’intercepter ainsi que les rumeurs qui commencent déjà à se propager sur l’holonet me conduisent à penser que vous avez tué Lek Svaal. Confirmez-vous cette information ? »

La jeune Humaine hésita. Peut-être s’attirerait-elle encore plus de problèmes. Elle se reprit cependant. Ce droïde connaissait son père et celui de Maat. Il semblait amical. En tuant Lek, Aleï s’était fait suffisamment d’ennemis. Peut-être était-ce une occasion de se faire des alliés ?

« Je confirme, opina-t-elle finalement. J’ai tué Lek Svaal.
- Alors la volonté de mon maître doit être appliquée, conclut le droïde. Début de l’enregistrement. »

C2-N2 disparut pour laisser place à une autre silhouette, celle d’un Humain à la peau blanche. Il possédait un œil cybernétique et une cicatrice verticale zébrait son visage. Sa tenue était riche et assez colorée mais visiblement très souple et fonctionnelle. Elle devait être très pratique en combat.

Aleï le reconnut. Elle l’avait vu dans les archives de L2-D2. C’était lui. C’était le Capitaine. Le contrebandier ouvrit la bouche et la jeune fille but ses paroles.

« Si vous regardez cet enregistrement, soupira l’hologramme, c’est que je me suis trompé. L’Empire a lancé ses meilleurs chasseurs à mes trousses et je pensais m’en sortir mais, si ce message est diffusé un jour, c’est qu’ils sont parvenus à avoir ma peau. »

Aleï se souvint de ce qu’elle avait appris grâce à L2. Le Capitaine avait tenu tête à l’Empire, si bien que celui-ci avait mis une prime astronomique sur sa tête et, après des années de chasse à l’homme, l’un des mercenaires était arrivé à ses fins.

« J’ai passé ma vie à construire ce cartel de toute pièce, poursuivit le contrebandier, et à tenter de lui insuffler les idéaux que j’ai toujours conservés, et quoi qu’en disent les bureaucrates du Sénat de la République, je leur ai sauvé la peau à plusieurs reprises. Malheureusement, tous mes lieutenants qui partageaient mes idées ne sont plus là et je sais bien qu’à ma mort, l’Empire du Vide ne sera plus le même. Je ne serai pas retenu comme le fondateur d’un syndicat du crime pire que les Hutts, alors je vais prendre mes dispositions pour qu’à ma mort, mon empire se disloque. L’œuvre de ma vie sera réduite à néant. Pour que mon existence ait signifié quelque chose, je lèguerai le tiers de mon immense fortune à la République et à ses œuvres de charité. Je me servirai du reste pour assurer ma vengeance. Le deuxième tiers ira à celui qui tuera Dark Zavros, la Sith qui a commandité ma mort. Enfin, si vous regardez cet enregistrement, cela signifie que vous avez tué mon meurtrier. Le dernier tiers de mes richesses vous revient, ainsi que mon vaisseau s’il n’a pas été perdu à ma mort. J’espère que vous aurez une longue et prospère carrière, car vous le méritez. Vous m’avez vengé. »

L’hologramme disparut et Aleï resta interdite. C’était donc Lek qui avait tué le Capitaine ! Et c’était elle, la petite esclave, le petit objet dont on pouvait se débarrasser, qui avait vengé l’un des plus grands contrebandiers du siècle ! La fierté la gonfla encore plus quand elle repensa à la récompense promise : d’immenses richesses, mais surtout le vaisseau du Capitaine ! L’Ombre de Lumière était connu à travers toute la galaxie. Il n’existait aucun vaisseau plus rapide, ni plus maniable. Les chasseurs de trésor couraient encore plus après lui qu’après la fortune du Capitaine !

C2-N2 réapparut sur l’holoterminal.

« Le Capitaine a préparé des caches à travers la galaxie, expliqua-t-il. Votre récompense se situe sur Tatooine, dans le désert de Jundland, à quelques heures de marche au Sud d’Anachore. Je vous envoie les coordonnées. Nous nous reverrons là-bas. Salutations ! »

L’holoterminal s’éteignit, définitivement cette fois, et la jeune fille resta sans voix. Quelques heures plus tôt, elle n’était qu’une esclave, faisant de son mieux auprès de son maître pour échapper aux griffes de Nusora. Et voilà que le plus grand contrebandier de ces dernières décennies lui léguait une partie de sa fortune. Elle qui ne savait pas où aller avait désormais un futur. Elle prit sa décision. Elle suivrait le sillage de son père. Elle deviendrait une grande contrebandière et honorerait l’héritage du Capitaine !

Elle savait comment elle honorerait le sacrifice de Qyzen. Il ne servait à rien de se battre pour améliorer les choses, la galaxie était telle qu’on ne pouvait la changer, mais on pouvait faire vivre ses idéaux. Même s’il était impossible de les insuffler aux autres, on pouvait leur donner du sens. Elle n'avait pas peur des Sith. Dans une galaxie débarrassée de Lek Svaal, elle se sentait capable d'échapper à l'Empire pour toujours.

Aleï jeta un regard vers Maat. Celui-ci arborait des yeux tristes et embués de larmes, car il venait d’assister à l’assassinat de ses parents, mais il semblait pourtant déterminé.

En croisant leur regard, l’Humaine et le Zabrak surent qu’ils venaient de faire le même cheminement interne. Ils avaient partagé le même passé, la même vision de terreur d’un Trandoshan assassinant leurs géniteurs. Ils partageraient le même futur. Ils traverseraient la galaxie à la recherche de l’aventure sans perdre de vue les idéaux qu’ils partageaient. L’héritage de leurs parents comme celui du Capitaine vivraient à travers eux.

Ils n’eurent aucunement besoin d’échanger le moindre mot. Aleï fit quelques pas vers le cockpit et annonça :

« L2, programme un saut vers Tatooine. »

FIN


Merci de votre lecture !

Certains des héros, principaux, figurants ou simples mentions, apparus dans cette nouvelle sont susceptibles de réapparaître dans de futures fan-fics.

Retrouvez leurs aventures un jour peut-être quelque part ou pas…

(Ouais, ne vous faites pas trop d’illusions non plus, on parle quand même de moi, là :transpire: )



<<<<<Retourner au sommaire


Je suis bien content d'avoir passé ce confinement avec vous (même si j'ai beaucoup de choses importantes auxquelles penser). J'ai plein de projets sur le feu, et dans ma tête au moins ils avancent bien ! Pour ce qui est de la traduction par la plume... Ouais, je devrais pas publier grand chose dans le coin avant un moment... :transpire: Mais tout viendra, promis :cute:

Pour poursuivre la lecture de fan-fics à cette époque, n'hésitez pas à lire le Tome 1 de La Tourmente de l'Ordre : Les Chemins du Chaos
qui débute un an plus tard !


Des bisous, prenez soin de vous et de vos proches après le déconfinement, et puis si vous vous ennuyez n'oubliez pas l'existence du cadavre exquis et des challenges ! :hello:
Les vrais héros n'ont qu'un point commun : ils ne se battent que pour la dignité des faibles.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre (Tome 1 terminé)
Staffeur Fan-Fics
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1782
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar mat-vador » Dim 10 Mai 2020 - 22:19   Sujet: Re: [Nouvelle FINIE] Et pour quelques Jagganath de plus

Lu!

Et c'est donc fini, cette série de nouvelles très sympathiques :shock: ! Je suis assez content de la conclusion, on verra peut-être certains des personnages dans un tome 2 :sournois: ... enfin je suppose :whistle: .

Le zabrak Maat, je le trouve très sympa :D ! Il prend des vapodouches ?
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3008
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Sam 16 Mai 2020 - 12:04   Sujet: Re: [Nouvelle FINIE] Et pour quelques Jagganath de plus

Double dose lue !

Quelle efficacité, ce L2-D2 ! :lol:

La conclusion est très surprenante, j'avoue que je n'aurais jamais imaginé cela à la fin de la cinquième partie : j'aime être surpris ainsi, c'est d'autant plus intéressant à lire ! :oui: Et comme c'est bien écrit, ça ne gâche rien. La fin se suffit totalement à elle-même, tout en ne fermant pas la porte à une éventuelle piste, tant les pistes lancées sont nombreuses.

Oserais-je donc dire : vivement la suite ? :oui:

A très bientôt !
Mauvais, perfide, fourbe ! Nous devrions lui tordre son sale petit cou ! Gollum, Le Seigneur des Anneaux - Les deux tours

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7593
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 


Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations