Toujours en mouvement est l'avenir

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar darkCedric » Lun 15 Avr 2019 - 17:57   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Voilà qui devient très intéressant... :sournois:


Ces petits anagrammes dans le texte sont toujours aussi drôles :cute:
Mmmmmmmmmm
darkCedric
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3079
Enregistré le: 26 Juin 2016
Localisation: Juste à côté de toi
 

Messagepar Mandoad » Mer 17 Avr 2019 - 10:00   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Je suis à la bourre, mais c'est enfin lu !

Très bon chapitre comme toujours. Pour être honnête, je m'attendais bien à voir débarquer l'Etoile de la Mort dans ce chapitre, la situation s'y prêtait magnifiquement bien. C'est donc un symbole de l'Ordre Jedi qui part en morceau (avec Wolffe et Plo Koon apparemment :cry: ), ce qui ne devrait pas arranger la situation.

La République semble de plus en plus désarmée face à la puissance de Palpatine et de son Empire.

Hâte de voir la suite.
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 770
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar LL-8 » Ven 19 Avr 2019 - 16:40   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Bonjour à tous !
Merci pour vos retours !
Effectivement, nos personnages n'ont aucune idée de ce à quoi ils vont devoir faire face... Et nous comptons bien jouer avec ça :sournois:

Ce nouveau chapitre a été une véritable collaboration parce qu'il a littéralement été co-écrit par Eluar et moi (je vous laisse trouver qui a écrit quoi :lol: ). Merci aussi à Graf Organa pour les noms des vaisseaux :D

Sur ces bonnes paroles... je vous souhaite une bonne lecture !

Retour au sommaire

LIVRE V : BAIL ORGANA
Chapitre 4


- Il ne reste rien… lâcha Bail d’une voix blanche.

Debout sur le pont du Bellator, le Chancelier regarda la vue désolée qui s’offrait devant lui. Jamais l’espace ne lui avait paru aussi froid.

Des milliers de fragments flottaient dans l’espace noir. Morceaux de terre, de pierre, de métal, lave cryogénisée… Tous ces éléments entouraient le vaisseau, tels une ceinture d’astéroïdes. Des morceaux de vaisseaux, certains pas plus gros qu’un point, d’autres de la taille d’un ARC-170, frôlaient les parois du Bellator, révélant les boucliers que le croiseur avait activés. Bail n’arrivait pas à détacher son regard de ces débris, encore attirés par un centre de gravitation désormais inexistant. Jedha n’était plus.
- On sait ce qui a causé ça ? fit la voix de Galen sur sa droite.

Bail revint à la réalité. A sa gauche, Cody, dans son armure de clone jaune et blanche, observait le spectacle désolé avec un calme à tout épreuve.
- Nous ne sommes pas sûrs…

Un regard perplexe le fit revenir sur sa déclaration.
- En réalité, nous n’en avons aucune idée, lâcha-t-il.

Son aveu provoqua une avalanche de soupirs autour de Bail. Galen, Cody, Rex, Obi-Wan… Aucun ne croyait vraiment ce qu’il voyait. La réalité faisait si mal qu’aucun d’entre eux ne voulait vraiment l’accepter. Toutes ses vies perdues… Bail ne pouvait que se remémorer la douleur de Yoda lorsque la planète avait été détruite. Le simple fait d’imaginer cette douleur lui faisait plus mal que tout ce qu’il avait enduré jusqu’à maintenant.
- Nos experts étudient chaque piste, reprit Cody. Celle du superdestroyer stellaire revient le pl…
- On parle d’une planète entière, l’interrompit Galen. Même le superdestroyer le plus puissant de la galaxie n’aurait pu faire ça. On a affaire à quelque chose de plus gros.
- Une super-arme, compléta Rex.

Bail croisa les bras. Leur propre superdestroyer venait à peine de sortir des chantiers navals de Kuat. Ils n’avaient pas les ressources pour faire face à une super-arme. Il essaya de se concentrer sur le positif :
- Des survivants ?

Cody se chargea de détruire ses espoirs :
- Nos scanners n’ont trouvé aucun signe de vie.
- Et les croiseurs ? insista Bail.
- Ils n’ont eu aucune chance, déclara le général clone.

Il pivota sur lui-même et entraîna le petit groupe vers la table holographique du pont. Une simulation virtuelle s’afficha. Jedha apparut telle qu’elle l’était encore quelques heures auparavant. Bail y retrouva les trois croiseurs républicains, ainsi que leurs homologues impériaux. Entre les deux camps, une flopée de petits chasseurs TIE affrontaient des ARC-170 en sous-effectifs.
- Nous ne savons pas ce qui a causé la destruction de la planète, mais nos experts ont pu reconstituer la scène. Nous pensons qu’une sorte de laser géant est venu frapper la planète, commenta Cody.

Comme pour appuyer ses propos, un laser orangé traversa la simulation pour venir s’appuyer sur la modélisation de Jedha.
- L’onde de choc a balayé tous les vaisseaux sur sa trajectoire, ajouta Cody.

Sur l’hologramme, tous les petits points lumineux furent engloutis uns à uns par un cercle rougeâtre.
- D’après les derniers enregistrements que nous avons du maître Jedi Plo Koon, les croiseurs impériaux avaient déjà ordonné leur retraite. Ils ont probablement dû être épargnés. Nous n’avons d’ailleurs pas retrouvé le moindre débris pouvant appartenir à un destroyer de classe impériale.

Le clone désigna de sa main gantée les multiples points bleutés qui disparaissaient.
- En revanche, les TIE n’ont pas eu cette chance. On pense qu’au moins une centaine de chasseurs impériaux, si ce n’est plus, ont péri dans l’explosion.

Bail secoua la tête. L’Empire n’avait apparemment pas peur de sacrifier ses ressources matérielles et humaines. Voilà qui non seulement était inhumain, mais également un sérieux désavantage pour la République.

Cody poursuivit :
- Nous avons envoyés plusieurs équipes de secours, des équipes de recherches et des spécialistes. Malheureusement, nous n’avons retrouvé aucun corps.

Bail se prit à penser que c’était peut-être pour le mieux. Il n’avait pas envie de retrouver un bras ou une jambe cryogénisée par le froid glacial de l’espace.
- Nous avons encore deux équipes qui essayent de retrouver les boîtes noires des croiseurs parmi les débris. Nous n’avons que très peu de chances de les récupérer intactes. Mais nous pourrons peut-être quand même trouver ce qui a détruit Jedha.
- Je veux un rapport en direct dès que les équipes reviennent à bord, demanda Galen.
- Bien sûr, Conseiller.
- Ce n’est que le début, intervint Bail. J’ai ce sentiment que Palpatine n’en est qu’au début. Avec une arme d’une telle puissance, il ne va pas se contenter de détruire une petite planète comme Jedha.

A mesure qu’il énonçait ces mots, Bail se rendit compte de la gravité de la situation. Comment pouvaient-ils faire le poids face à une telle puissance ?
- Vous devez prendre la parole, Bail, déclara Obi-Wan.

Le chancelier se tourna vers le maître Jedi. Il avait revêtu son armure, surmontée de sa cape de Jedi. Ses cheveux semblaient plus gris qu’à l’accoutumée, comme si toute cette agitation le faisait vieillir plus rapidement encore.
- La nouvelle va vite se savoir, ajouta Obi-Wan. Jedha n’est peut-être pas très touristique mais c’est un lieu de pèlerinage réputé pour quelques personnes. Il ne faudra pas longtemps avant qu’un pèlerin se rende compte que la planète sur laquelle il devait se rendre a disparu.
- Le général Kenobi a raison, renchérit Galen. Il faut avertir la population avant que l’Empire ne s’en charge. Ils seraient tout à fait capables de transformer cette tragédie en propagande.

Bail analysa la situation. Il devait effectivement prendre la parole. Annoncer à la galaxie qu’une planète entière avait été détruite et que des milliers de familles ne reverraient probablement jamais certains membres de leur famille. Il inspira largement. Il devait le faire. Et ensuite, il devait organiser la FLG. L’Empire progressait certainement au milieu des territoires républicains sans qu’on puisse le repérer. Il fallait être prudent et prévoyant.
- Bien. Général Cody, il va me falloir du matériel. Trouvez-nous des techniciens et contactez les responsables de l’Holonet. Nous ferons une diffusion depuis le croiseur.

Le clone obtempéra immédiatement. Bail se tourna vers son conseiller :
- Galen, j’ai besoin que tu coordonnes la Flotte de Libération. L’Empire peut frapper n’importe où. Avec le Général Kenobi, je veux que tu postes des équipes de SCAR aux points sensibles. Ils doivent pouvoir prévenir les quartiers généraux immédiatement en cas d’attaque, de manière à ce que nous puissions réagir et intervenir rapidement.
- Ce sera fait. Est-ce que le Sénat est au courant, pour Jedha ?
- J’ai prévenu Fang Zar. Il est censé avoir une allocution dans la journée. Il expliquera la situation à ce moment-là.

Galen allait se retirer en compagnie d’Obi-Wan quand une pensée traversa l’esprit de Bail. Il empêcha son ami de trop s’éloigner.
- Le Sénat fait partie des points les plus sensibles, Galen. C’est la base de notre République. S’il s’effondre, c’est toute la galaxie qui s’effondre avec lui.

Alors que Galen acquiesçait, Rex s’approcha.
- Chancelier… Cela signifie-t-il que la République est en état d’urgence ?

Bail prit le temps de répondre, conscient que ces mots exprimaient une vérité terrible.
- Oui, Général Rex. L’état d’urgence est déclaré.

**

Il avait fallu quelques heures pour monter l’allocution de Bail Organa. Si Obi-Wan, Galen et Rex étaient repartis à bord du Magister, le vaisseau qui les avait amenés jusque-là, son assistant Garf, une journaliste de l’HoloNet et deux SCAR avaient rejoint le Bellator.

Pendant que la journaliste mettait en place la diffusion, Bail demanda des nouvelles de Galen à Garf. Le jeune homme, qui paraissait sortir du lit, lui répondit sur un ton peu assuré.
- M. Erso m’a chargé de vous prévenir que la plupart des secteurs à risques avaient été confiés aux SCAR.

Il tendit un datapad à Bail.
- Toutes les données ont été envoyées là-dessus.

Bail observa l’écran du datapad. A son grand soulagement, Alderaan faisait partie des secteurs déjà placés sous la protection des SCAR. A sa planète natale s’ajoutaient les mondes de Corellia, Coruscant, Naboo, Mirial, Mandalore – même si les Mandaloriens étaient peut-être le peuple qui avait le moins à s’inquiéter de l’Empire – Hosnian Prime et tant d’autres. Galen n’avait probablement pas attendu d’arriver à Coruscant pour organiser la défense de la République. Décidément, son ami et conseiller se révélait d’une efficacité redoutable.
- Je peux savoir ce qu’il y a sur ce datapad ?

Bail se tourna pour découvrir la journaliste envoyée par l’Holonet. Elle devait être âgée d’une trentaine d’années. Elle avait une peau mate et un visage fin entourés de bouclettes rousses. Ses yeux verts étaient d’une vivacité surprenante. Seules les marques qu’elle arborait fièrement sur le haut de son front la distinguait des autres humains sur le vaisseau. Cette jeune femme était probablement originaire de Christophsis.

Par réflexe, Bail attira le datapad contre lui, comme pour le protéger, ce qui eut pour effet de faire rire la jeune journaliste.
- Je n’ai pas eu l’occasion de me présenter correctement, dit-elle en tendant une main vers Bail. Je suis Lyrane Amco, journaliste pour l’Holonet.

Bail se détendit doucement et serra la main de la jeune femme :
- Enchanté.
- Je ne voulais pas vraiment voir ce qu’il y avait sur le datapad, ajouta la jeune femme dans un sourire. Mon naturel de journaliste reprend le dessus parfois. Je n’ai pas encore réalisé ce qui se passait vraiment.
- Je vous rassure, répondit Bail, je n’ai pas tout réalisé non plus.

La jeune femme désigna les droïdes-caméras installés sur le pont :
- On s’y met ?

Bail acquiesça et remit son datapad à Garf avant de s’arranger un peu. Il devait paraître rassurant pour le public. Les gens devaient avoir confiance qu’il trouverait une solution. Même si ce n’était pas tout à fait vrai.

Bail monta sur le pont et se plaça dos à la vue désolée de ce qu’était autrefois Jedha. En face de lui, Lyrane organisa ses droïdes. L’un d’eux éclaira le chancelier d’une lumière éblouissante, tandis que l’autre enregistrait son et image. Les yeux rivés sur son datapad, Lyrane leva la main vers Bail, les cinq doigts tendus, avant d’en replier un. Le décompte avait commencé.
- Nous serons en direct dans trois secondes, dit-elle. N’oubliez pas de sourire, ajouta-t-elle en plaisantant.

La boutade eut pour effet de détendre un peu Bail. Finalement, le dernier doigt se replia et la lumière du droïde cameraman vira au rouge. Bail inspira doucement et se lança :
- Peuples de la galaxie, vous pouvez voir derrière moi les conséquences des méfaits de l'Empire. Des millions d'innocents brutalement assassinés sans la moindre raison apparente. Nous ne savons pas encore comment nos ennemis ont pu parvenir à perpétrer un tel acte, mais nous ne tarderons pas à l'apprendre. Ce qui est certain, c'est que notre ennemi a aujourd'hui montré son vrai visage. Je m'adresse à tous ceux qui ont quitté nos rangs pour rejoindre la "République Démocratique". Je comprends ce que vous ressentez. Notre République n'est pas parfaite et nous œuvrons chaque jour à l'améliorer. Mais aujourd'hui, l'Empire, cette dictature gouvernée par un menteur et un manipulateur, a ouvertement exprimé ses véritables intentions. La façade d'un état prétendument plus juste s'est effondrée pour laisser place à une vague de barbarie et de terreur. Faites appel à votre cœur et réfléchissez. Vous n'avez pas à servir ce tyran. Si vous croyez à la liberté et à la vie, alors vous savez de quel côté vous battre. Citoyens de la République, je vous appelle à ne pas céder à la panique, car c'est ce que notre ennemi recherche. Nous sommes un état fort, soutenu par un peuple uni pour une cause noble. Nous ferons front, tous ensemble. Notre armée se battra, partout où l'ombre de l'Empire menacera nos idéaux. La République ne faillira pas à son devoir.

Bail marqua une pause. Un coup d’œil sur le côté l’avertit que Garf voulait lui parler. Il se décida à abréger son discours :
- J'appelle tous ceux qui le souhaitent à rejoindre notre cause et se battre contre le mal et la tyrannie. Quant aux autres, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles. La République vous protège. A nous tous, nous vaincrons l'Empire. Vive la République.

La lumière du droïde s’éteignit et un lourd silence s’abattit sur le pont du vaisseau. Les yeux de Lyrane étaient embués. Derrière elle, Cody fixait les débris encore visibles, le visage grave. Peu importe ce qui se passait ensuite. La tragédie de Jedha les marquerait à jamais. Il espérait seulement que son message d’espoir soit entendu.
- Chancelier, si vous permettez, c’est important, glissa Garf.

S’éloignant du champ de la caméra, Bail s’approcha :
- Qu’est-ce qu’il y a ?

Le visage du jeune homme était livide. Ses yeux, d’ordinaire pleins de vie, affichaient une peur non-dissimulée.
- M. Erso m’a chargé de vous dire que Corellia était attaquée. Il demande que vous l’appeliez immédiatement.

Bail se passa une main sur le visage. C’était trop. Comment l’Empire avait-il pu arriver sur Corellia aussi vite ? Laissant Lyrane et Cody sur le pont, le Chancelier se précipita dans le bureau des officiers. Là, il se débarrassa de son manteau qui l’oppressait et essaya d’entrer en communication avec Galen.

Rapidement, une silhouette bleutée apparut, mais ce n’était pas Galen. Un officier SCAR que Bail n’avait jamais rencontré salua le Chancelier avant de se présenter :
- Sergent Asnor, Chancelier. Je suis navré, mais le Conseiller Erso n’est pas disponible pour le moment. Il doit gérer une crise.
- Décrivez-moi la situation, sergent.

L’officier retira son casque, révélant des cornes brisées et un visage brun tatoué. Son regard était beaucoup trop sérieux pour qu’il annonce une bonne nouvelle.
- Corellia est attaquée, Monseigneur.
- Une flotte de croiseurs ? Comme sur Jedha ?

Le sergent secoua la tête :
- Non, Chancelier. Les rapports font pour le moment état d’un seul homme.

Bail en resta bouche bée. Un seul homme ? Comment un seul homme pouvait-il attaquer toute une planète ? Une chose était sûre en revanche : Palpatine avait envoyé un homme de main pour s’occuper de cette tâche. L’Empire n’était donc pas plus rapide qu’auparavant, ce qui rassura Bail. Un homme de main… Il eut un déclic.
- A-t-on des informations sur cet homme ?

Le sergent pianota sur l’écran du datapad intégré à sa manche et des images de vidéos surveillance s’affichèrent. Toutes y montraient un homme relativement grand, solitaire et encapuchonné. Sur la dernière, il tenait un sabre dans sa main. Bail n’eut aucune peine à deviner la couleur de la lame.

La voix d’Asnor reprit :
- Pour le moment, nous n’avons pas beaucoup d’informations. Tout ce que nous savons, c’est que le Diktat Dupas Thomree et plusieurs de ses ministres sont retenus en otage. Les SCAR présents sur place se sont occupés de sécuriser le périmètre. Le général Rex et le commandant Skywalker se sont rendus sur place pour tenter de négocier.

Le sergent prononça ces derniers mots comme s’il n’y croyait pas lui-même. L’Empire voulait-il vraiment négocier ? Bail n’y croyait pas non plus. Ils n’avaient pas voulu négocier sur Jedha, pourquoi le feraient-ils sur Corellia ?
- Je rentre sur Coruscant dès que possible, déclara Bail. Je compte sur vous pour en informer Galen Erso.
- Chancelier, M. Erso a insisté pour que vous vous rendiez sur Alderaan, et non sur Coruscant.

Bail en resta interdit. Pourquoi donc devrait-il rentrer sur son monde natal ?
- Le conseiller se trouve lui-même sur Hosnian Prime. Il est préférable que les têtes pensantes de la République ne se trouvent pas toutes au même endroit en ces temps troublés.
- C’est une bonne raison. Informez-le donc que je rentre sur Alderaan à bord du Bellator. Le général Cody est avec moi. Je veux des rapports de la situation sur Corellia en temps réel.
- Bien reçu, Chancelier.

La communication se termina sans autres salutations. Bail se prit la tête entre ses mains. La situation devenait plus compliquée. Il devait trouver le moyen d’anticiper les coups de Palpatine, le piéger à son propre jeu. Et il ne savait pas comment il ferait.
- Chancelier, fit la voix de Garf dans l’embrasure de la porte. Palpatine a réagi à votre allocution. Il doit prononcer un discours demain sur l’Holonet.
- Sur l’Holonet ? Mais il n’émet plus sur le territoire de l’Empire.
- Eh bien, fit Garf d’une voix désespérée, c’est qu’il n’est probablement plus sur le territoire de l’Empire.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1038
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar L2-D2 » Ven 19 Avr 2019 - 18:07   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 4 lu !

Bail Organa ? Sur Alderaan ? Alors que l'Etoile de la Mort est opérationnelle ? Je la sens mal... quoique, vous ne tueriez pas le protagoniste d'un Livre en plein milieu, n'est-ce pas ? N'est-ce pas ? :whistle:

Très beau discours du Chancelier, même si je m'étonne un peu de le voir être appelé "Monseigneur", ça fait bizarre. Et lorsqu'on apprend que Corellia est attaquée par un seul homme, j'ai pensé à Vador... et ensuite, j'ai du me rappeler qu'il n'existait pas (encore ?) ! S'agit-il d'Ezra Bridger sous son alias de Sith, dont j'ai hélas oublié le nom ? Sans doute que l'avenir nous le dira...

Ah là là, vivement la suite ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5602
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Mandoad » Sam 20 Avr 2019 - 12:03   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Hello! C'est lu !

Un peu tout comme l'ami L2, Bail sur Alderaan, j'ai eu la même réaction. On sent la République de plus en plus perdue et inquiète, alors que Palpatine avance implacablement ses pions. Il a tellement confiance qu'il en voit un type tout seul (je suis bien confiant sur le fait qu'il s'agit d'Ezra) pour prendre Corellia. C'est osé. Anakin et Rex le stopperont-ils ? :D

Vivement la suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 770
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 22 Avr 2019 - 12:38   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

"boum boum quand les planètes font boum"

Surprenant raccord avec RO. C'est toujours aussi jouissif cet infinities, vous nous baladez et on ne sait pas où, mais on y va les yeux fermés.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2271
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Niobi » Lun 22 Avr 2019 - 13:13   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Tendu tendu.
Brave is the man who has no fears. Braver is the man who faces his fears...

// Let's smash ! [NJ S@L ♥] // "Make something better today than you did yesterday" - S. Miyamoto.
Niobi
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2357
Enregistré le: 08 Sep 2015
Localisation: Left Coruscant for Luigi's Mansion (Bo3, 7:00, no FS, no hazards, no items) and smash !
 

Messagepar LL-8 » Ven 26 Avr 2019 - 11:44   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Hop là, bonjour à tous !
Entre deux séances d'Avengers, je vous laisse ce petit chapitre :) On continue avec l'avancée de l'Empire !

Bonne lecture !

Retour au sommaire

LIVRE V : BAIL ORGANA
Chapitre 5


- Et vous me dites que vous ne savez pas ce qui a détruit Jedha ? Quelle sorte de Chancelier incompétent êtes-vous ? Mon peuple demande des réponses !

Bail leva les yeux aux ciel. Ask Aak était décidément le sénateur le plus pénible de la galaxie. Le Chancelier s’éloigna de l’image bleutée du Gran et jeta un coup d’œil par les larges baies vitrées du palais du Vice-Roi. Il pouvait apercevoir les montagnes majestueuses d’Alderaan de là où il était. Elle lui procurait un sentiment de réconfort qu’il ne pouvait décrire, une sorte de sérénité. Là-haut dans les montagnes, la neige ne craignait pas le soleil. Été ou hiver, printemps ou automne, elle était toujours là, à luire au sommet des rochers.

Bail était arrivé depuis moins de deux heures sur sa planète natale, et il enchaînait les conférences holographiques. Les sénateurs s’inquiétaient. Un Sith était sur Corellia, probablement un ancien inquisiteur. Tout ce à quoi ils n’avaient jamais voulu croire apparaissait là sous leurs yeux et cela les faisait paniquer. Et la destruction de Jedha ne faisait qu’empirer les choses.

Outre les projections holographiques du petit groupe de sénateurs – Ask Ask, Sena Leikvold Midanyl, Dantum Roohd et Horox Ryyder – Bail était entouré de différents holoprojecteurs actifs entre lesquels il alternait. L’un diffusait l’HoloNet en direct – Palpatine devait faire son discours – et un autre affichait la situation sur Corellia en temps réel. De ce que Bail savait, les SCAR avaient engagé le combat. Cela ne signifiait pas pour autant que le Diktat était sauf.
- Je le répète, sénateur Ask Aak, vous serez tenu au courant de l’évolution de la situation. Pour le moment, Corellia est attaquée, et je dois donc gérer cette crise, si vous me le permettez.
- Y a-t-il un quelconque moyen d’éviter la guerre ? demanda Dantum Roohd, un humain à la peau très claire.
- Pour le moment, l’Empire n’a pas daigné entrer en communication avec nous. Nous espérons que l’allocution de Palpatine sera une main tendue, et non une déclaration officielle de guerre.

Bail se rendit compte de l’absurdité de ce qu’il venait de dire. Il était clair que leur assaillant n’était autre que les Sith, et les Sith ne négociaient pas. Mais ce n’était pas ce que les sénateurs voulaient entendre. Et Bail espérait être débarrassé d’eux au plus vite.
- Sortez-nous de là, Bail, menaça Ask Aak, ou bien je ferai en sorte de vous expulser du Sénat moi-même.

Le Chancelier se retint de répondre que, s’il échouait, il n’y aurait plus de Sénat du tout. Il se contenta de regarder les portraits bleutés des sénateurs disparaître en même temps que leurs brouhahas incessants. La pièce redevint calme, à l’exception des marmonnements de Garf à chaque fois que de nouvelles données apparaissaient sur son datapad.

Bail s’assit sur l’un des sofas en face de la baie vitrée et s’autorisa un soupir.
- Votre femme est passée pendant que vous vous disputiez avec Horox Ryyder, déclara le jeune assistant. Elle a laissé des boissons sur la table.

Bail avisa les bouteilles en question. Du jus de Jybbuk, un peu de Toniray et du lait bleu. Il avait été tellement absorbé par sa discussion avec le sénateur sur l’importance de mettre la République en état d’urgence qu’il n’avait même pas remarqué que sa femme était entrée et avait eu assez d’attention pour amener toutes ces boissons. Il s’en voulait. Il l’avait brièvement aperçue lorsqu’il était arrivé au palais, mais la situation accaparait toute son attention. Il soupira une nouvelle fois. Si la Force le voulait, tout ceci se terminerait rapidement et il pourrait la retrouver – pas seulement pour quelques instants volés à son travail, mais pour de bon.

Le Vice-Roi se redressa et appuya ses avant-bras sur ses genoux. Pendant un instant, il fixa la modélisation holographique de Corellia. Depuis une demi-heure, elle était complètement silencieuse. Comment se déroulait l’assaut des SCAR ? Où se trouvait le Sith ? Bail se passa une main dans sa barbe. Ne rien savoir l’angoissait. Galen était injoignable. Rex était injoignable. Et il ne préférait même pas essayer de contacter Obi-Wan. Il espérait simplement que la Force était avec eux.

Une voix familière le sortit de sa méditation :
- Bail ? Tu as des visiteurs…

Breha lui adressa un sourire triste. Derrière elle venait des visages familiers. Bail reconnut la Jedi Ahsoka Tano, suivie de deux soldats SCAR, des clones visiblement, en armure blanche et noire. Venait ensuite un droïde de protocole doré. Bail mit du temps à se souvenir de son matricule :
- Loué soit le constructeur, nous sommes arrivés ! J’ai bien cru que l’Empire nous intercepterait ! s’exclama C-3P0.

Bail balaya les remarques du droïdes. Il en faisait toujours beaucoup trop. Il le dépassa et se dirigea vers la femme qui venait derrière lui. Vêtue d’une tunique noire, d’un pantalon épais et de bottes hautes, elle n’avait rien perdu de sa superbe. Ses longs cheveux étaient ramenés sur son épaule gauche en une tresse élégante. Son visage, malgré ses traits tirés, avait repris des couleurs. A ses côtés, le petit astromécano R2-D2 poussa un bip de joie.
- Padmé, l’accueillit Bail en la serrant dans ses bras. Je ne m’attendais pas à te voir ici.

La sénatrice lui rendit son étreinte puis reprit un air grave :
- L’Empire a franchi nos frontières et détruit une planète. Mon mari se bat pour en sauver une autre et ma fille s’est engagée dans ta Flotte de Libération. Tu ne pensais pas que je resterais sur Naboo les bras croisés ?

Bail accueillit la remarque avec un sourire amusé.
- Bien sûr que non, répondit-il.

Il jeta un coup d’œil aux deux SCAR qui s’ajoutaient à sa propre sécurité personnelle.
- Tu es venue avec du renfort, je vois.
- On n’est jamais trop prudent, répondit Ahsoka en s’approchant. Nous ne savons toujours pas où se trouve ce qui a détruit Jedha.
- Et qu’est-ce qui a détruit Jedha, au juste ? demanda Padmé.

Bail s’écarta pour se servir un verre de vin et en proposa à ses deux invitées. Elles refusèrent.
- On ne sait pas exactement. Il y a des théories… Mais rien de très tangible. Les experts penchent pour une super arme intégrée à un superdestroyer, mais rien n’est moins sûr. Un vaisseau, même de cette taille, ne pourrait pas supporter une arme aussi importante.
- Peut-être qu’il a trouvé le moyen de réduire cette arme, suggéra Ahsoka.

C-3P0 réfuta l’hypothèse :
- Les chances d’une telle arme sur un tel vaisseau sont d’une contre trois millions…
- Même si c’était le cas, poursuivit Bail sans écouter le résonnement du droïde, on ne sait pas comment cette arme fonctionne. On ne sait pas comment s’en protéger. Si elle apparaît au-dessus de Corellia, on ne sait même pas si on saura l’identifier.

Il vit Padmé s’asseoir sur un des sofas, désemparée.
- Alors qu’est-ce qu’on peut faire ? demanda-t-elle.
- Se défendre, répondit Bail d’un ton qu’il voulut assuré. On ne peut pas offrir nos mondes à Palpatine sur un plateau.

Il désigna l’hologramme de Corellia. Il n’y avait toujours aucune nouvelle donnée.
- Le superdestroyer de la République est enfin prêt. Il vient de partir pour Corellia avec à son bord la toute dernière génération de clones et des officiers plus que compétents. Nous ne nous laisserons pas faire.

Si seulement il pouvait croire ce qu’il disait. Chassant cette dernière pensée de sa tête, Bail vida d’un trait sa coupe de Toniray.
- Vous lui avez trouvé un nom ? demanda Ahsoka.

Bail n’eut pas le temps de dire un mot. Ce fut Garf qui lui répondit, plein d’enthousiasme.
- Le Nightwish, dit-il, un sourire aux lèvres.
- Joli, commenta la Togruta.

Alors que Garf se lançait dans la description technique de l’engin, R2 produisit une série de bips. Bail n’aurait su dire ce qu’ils signifiaient.
- Il semble que l’Empereur Palpatine prenne la parole d’ici quelques secondes, traduisit C-3P0.
- Ne l’appelle pas comme ça, lui ordonna Bail en rapprochant l’holoprojecteur du sofa. Il ne mérite aucun honneur.
- Je…

Le droïde doré reste interdit. Le laissant sur place, Bail s’installa juste à côté de Padmé. Ahsoka resta debout, Garf à quelques centimètres d’elle. Tous avaient les yeux rivés sur la diffusion de l’HoloNet. L’image se stabilisa et une animation de basse qualité annonça un événement exceptionnel. L’instant d’après, Palpatine apparaissait, dans le seul accoutrement qu’on lui connaissait désormais : un long et lourd manteau noir dont la capuche lui recouvrait l’ensemble du crâne et cachait une bonne partie de ses traits maintenant déformés. Alors que sa voix rauque et abîmée s’élevait, Bail eut la sensation que ces petits yeux jaunes malicieux ne regardaient que lui.
« Peuples de la galaxie et citoyens de la République de Coruscant, commença-t-il – et il cracha le mot ‘République’ – ce jour marque pour nous une transition. Pendant mille ans, la République s'est présentée comme l'ultime accomplissement des êtres civilisés. Il y a dix-neuf ans, cette même République a dévoilé son vrai visage, celui de notre véritable ennemi. Ceux qui avaient vu clair dans le jeu des Jedi et de leurs alliés ont eu la présence d’esprit de me rejoindre. Nous en sortons grandis. Nous en sortons plus fort. Nous sommes devenus la première puissance galactique impériale. Et le premier acte fort de cet Empire est de déclarer la guerre à ceux qui sont nos véritables ennemis depuis le début. »

Bail secoua la tête de dépit. Ses ennemis ? La guerre contre la République n’était qu’une façade. Il visait les Jedi, leurs idéaux, leurs valeurs et leurs enseignements. Il voulait les éradiquer. Il avait déjà essayé par le passé. Il était près de réussir cette fois.
« Votre pathétique République n’existe d’ores et déjà plus. Rendez-vous et nous vous épargnerons. Entêtez-vous à soutenir votre prétendu chancelier et ses sbires Jedi, et nous vous anéantirons. »

Tellement de mots forts, tellement de menaces. Comment osait-il les condamner ? Ils ne s’étaient pas encore vaincus.
- Il va démotiver la population, murmura Padmé.

Bail pivota la tête dans sa direction.
- Il incarne le mal même dans l’esprit des gens. Ils ne le suivront pas aveuglément.
- Il sait persuader les autres. Il est même doué, ajouta Padmé d’une voix douce. Il est resté plus de dix ans au pouvoir grâce à ce seul don. Rallier des peuples ennemis ne devrait pas lui poser beaucoup de problèmes.

Le chancelier se mordit la lèvre. Toute cette situation était insupportable. Se savoir à la merci d’un autre sans savoir de quoi était fait la laisse avec laquelle il le tenait le rendait malade. Ne pas s’avouer vaincu se révélait plus difficile que prévu. Bail soupira. Il avait désespérément besoin d’espoir. Il ne lui en fallait pas beaucoup. Un brin serait suffisant pour tenir vingt ans.
- Monsieur, nous avons une communication entrante du commandant Skywalker.

Comme un seul homme, Bail et Padmé se précipitèrent vers le deuxième holoprojecteur, oubliant l’espace d’un instant Palpatine qui poursuivait son discours. L’image d’Anakin se matérialisa difficilement. La communication était parcourue de parasites. Sur le visage de Padmé se dessina une appréhension grandissante.
- Anakin ! appela-t-elle. Tu vas bien ?

Les contours d’un cockpit se dessinèrent autour de l’ancien Jedi. Il ne semblait pas en forme. L’urgence de sa voix ne fut pas diminuée par les parasites.
« Le Diktat est tombé. Corellia est attaquée. Ils sont ici. » lança-t-il d’une voix maîtrisée sans regarder directement ses interlocuteurs.
- L’Empire ? demanda Bail d’une voix alarmée.

La réponse d’Anakin fut saccadée :
« Trois croiseurs impériaux. C’est le Sith qui les a appelés. Ils ne font qu’attaquer en surface pour le moment, mais ils empêchent toute sortie de l’espace aérien... »

Bail vit le cockpit pivoter sur lui-même. Anakin devait probablement tenter de passer le barrage. C’était exactement la même stratégie que sur Jedha. Skywalker avait parlé d’une attaque superficielle. Ils attendaient probablement la venue de la super-arme. Tout ce discours de Palpatine… Il savait que la République entière le regarderait. Ce n’était qu’une diversion stupide.

Bail inspira puis se rapprocha de l’émetteur pour qu’Anakin l’entende distinctement.
- Ils attendent quelque chose, dit-il.

Le commandant répondit d’une voix essoufflée :
« Probablement. Rex est beaucoup plus proche des croiseurs que moi. Il semble qu’ils soient en position d’attente. »
- Ils attendent leur super-arme, Anakin, expliqua Bail. Avec Rex, j’ai besoin que vous teniez le plus longtemps possible. Nous devons savoir à quoi ressemble cette super-arme.
- Bail, il va se faire tuer ! intervint Padmé, la voix nouée. Il doit quitter Corellia.

Le Chancelier lut le désespoir dans les yeux de son amie. Elle avait perdu son fils. Sa fille ne parlait plus depuis. Elle ne supporterait pas de perdre son mari. Bail dirigea son attention vers Anakin :
- Anakin, toi et Rex possédez des intercepteurs Eta-2 améliorés, exact ?
« Affirmatif. »
- Hyperpropulseur intégré ?
« Affirmatif. »
- Bail, tu ne peux pas lui demander ça, fit Padmé d’une voix tremblante.
- C’est le seul moyen, répondit-il.

Il analysa un instant la carte de l’espace aérien de Corellia. Elle était saturée de petits points rouge lumineux, représentant chacun un chasseur TIE. Les points bleutés, eux, disparaissaient à vue d’œil. L’Empire avait des ressources et ne lésinait pas sur les moyens employés.

D’un geste de la main, Bail indiqua à Garf de transmettre ce qu’il allait dire à Galen.
-Anakin, déclara-t-il, la République n’enverra pas de renforts supplémentaires vers vous. Nous allons rediriger le Nightwish vers Coruscant et ordonner l’évacuation de Corellia. J’ai besoin que toi et Rex aidiez les vaisseaux de transports à sortir de l’atmosphère de Corellia. Ils doivent pouvoir s’éloigner, ou bien l’onde de choc les tuera.

Sur l’HoloNet, le discours de Palpatine était terminé. Il avait annoncé la présence de ses forces sur Corellia et avait invité la population à se rendre. Des deux journalistes paniqués qui décrivaient la situation catastrophique de la planète, Bail reconnut Lyrane. Elle semblait vouloir être ailleurs. Comme Bail la comprenait.
- On ne sait même pas s’il détruira la planète, intervint Ahsoka. Il a mentionné une reddition possible.
- On ne peut pas lui faire confiance, répondit Padmé d’une voix sourde.

Bail approuva de la tête.
« On abandonne la planète ? »

Bail sentait l’incrédulité dans la voix d’Anakin.
- On n’a pas le choix. On n’a pas encore les armes pour les affronter.

Le commandant ne semblait pas convaincu mais ne répondit pas. Bail serra la poing et prit une large inspiration.
- Anakin, écoute-moi bien. Une fois que la super-arme sera sur place, tu n’auras que très peu de temps. Je veux que tu fasses une analyse rapide de cette arme et que tu décampes aussitôt. Trouve la première porte de sortie vers l’hyperespace et saute dedans. Rendez-vous sur Alderaan. Est-ce compris ?
« Bien reçu, Chancelier. Je transmets à Rex. J’ai un visuel sur le premier vaisseau de transport. Je dois y aller. »

La communication se coupa brusquement. Bail vit Padmé retomber sur le sofa le plus proche, les larmes aux yeux. Il se rapprocha d’elle et posa une main réconfortante sur son épaule.
- Il va s’en sortir, Padmé. C’est le meilleur pilote que la galaxie ait jamais eu. Il va s’en sortir.

La sénatrice acquiesça lentement. Bail décida de s’armer de patience. En cet instant présent, Anakin Skywalker était leur seul espoir.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1038
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Darth Eluar » Ven 26 Avr 2019 - 11:56   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

FIRST :paf:
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1601
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar Niobi » Ven 26 Avr 2019 - 12:54   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

SECOND !

Anakin va survivre. Anakin ne va pas y passer. Oui j'y crois.

Je n'avais pas commenté ce point plus tôt, mais vu qu'il est plus présent dans ce chapitre, la présence de Garf est... inattendue et rigolote. :lol:
Je l'aurais nommé en reverse, Farg par exemple ! :D
Brave is the man who has no fears. Braver is the man who faces his fears...

// Let's smash ! [NJ S@L ♥] // "Make something better today than you did yesterday" - S. Miyamoto.
Niobi
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2357
Enregistré le: 08 Sep 2015
Localisation: Left Coruscant for Luigi's Mansion (Bo3, 7:00, no FS, no hazards, no items) and smash !
 

Messagepar L2-D2 » Ven 26 Avr 2019 - 16:32   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 5 lu !

Au secours, Anakin Skywalker, vous êtes notre unique espoir !

Je mise également sur sa survie. Vous n'allez pas nous refaire le coup du "0 survivant, 0 infos" deux fois de suite, non ? Il faut bien que la République sache ce qu'elle affronte, après tout... et le témoignage de Skywalker risque d'être intéressant !

Vivement la suite pour savoir s'il va survivre, justement ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5602
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Mandoad » Lun 29 Avr 2019 - 20:09   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Eh bien, eh bien, même quand ça peut aller mieux, ça va moins bien... Palpy va quand même pas faire sauter Corellia ? C'est sympa de régner sur des champs d'astéroïdes mais, à un moment, faudra bien qui se calme le mieux. Non, mais oh !

Enfin... Anakin et Rex vont sauver la situation, je n'ai pas de doute là-dessus (n'est-ce pas?)

J'ai d'ailleurs réaliser quelque chose en cours de route: SI Galen Erso n'a pas participé à la construction de l'Étoile de la Mort, ils vont la faire sauter comment la station ? Bref, ça sent pas bon pour la République.

La suite (et achevez-moi ces sénateurs) !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 770
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Dark GaGa » Jeu 02 Mai 2019 - 9:11   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Est-ce qu'Anakin est devenu sage et va obéir (= sauter dans l'hyperespace) ou va-t-il céder à sa colère et à son impulsivité et se jeter dans la gueule du loup... :siffle:
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2271
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar LL-8 » Ven 03 Mai 2019 - 14:29   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Nous voici de retour avec la suite de ce Livre 5 !
Beaucoup de questions, beaucoup de réponses que nous ne pouvons pas donner pour le moment ! En ce qui concerne Garf (et son presque-homonyme IRL), il s'agissait vraiment de lui faire un petit hommage, et puis son nom passe bien pour une fic' ^^

Bonne lecture !

Retour au sommaire

LIVRE V : BAIL ORGANA
Chapitre 6


Le ciel d’Alderaan n’avait jamais semblé aussi sombre. Debout au milieu de sa terrasse, Bail s’absorba dans la contemplation des montagnes de sa planète natale. Il lui semblait que l’étoile brillante du Noyau perdait de son éclat. Il pouvait sentir l’angoisse monter parmi son peuple. Alderaan était un monde pacifique. Il n’était pas sans défenses, mais face à Palpatine, c’était tout comme. Bail observa une nuée d’oiseaux Oro passer au-dessus du palais. Ils n’étaient pas nombreux ; une dizaine tout au plus. Ils tournoyèrent un instant devant lui, comme s’ils étaient désorientés, qu’ils avaient perdu leur destination de vue. Mais tout ceci n’était qu’une illusion. L’instant d’après, ils piquaient droit vers le petit lac un peu plus en contrebas avant de redresser et de frôler la surface de l’eau paisible. Ils effectuèrent une série de vrilles plus parfaites les unes que les autres et disparurent à l’horizon.

Bail était émerveillé par ce spectacle. Comment pouvait-on vouloir détruire une si belle nature ? Quelle sorte de sentiment pouvait donc animer une personne pour qu’elle en vienne à haïr un paysage si enchanteur ? La galaxie regorgeait de merveilles de la sorte. Bail était certain que Palpatine ne les appréciait pas.
- Chancelier, fit une voix juvénile dans son dos, j’ai une communication du Conseiller Erso pour vous.

Bail se retourna pour découvrir son assistant qui tenait à peine debout. Ils étaient restés éveillés durant de longues heures, empiétant sur la nuit, qui elle-même avait été courte. L’absence de nouvelles en provenance de Corellia les avait rongés. Vers minuit, la diffusion Holonet s’était coupée elle aussi. Bail savait que c’était loin d’être bon signe. Les peuples commençaient à s’affoler, mais ne savait pas diriger leur inquiétude correctement. Les compagnies de transport enregistraient des départs en masse vers la Bordure Extérieure. Ces gens-là ne faisaient que retarder l’inévitable au lieu de le combattre. Peu nombreux étaient ceux qui avaient rejoint les rangs de la FLG.
- Tu devrais te reposer, Garf.
- Mais, monsieur…
- Ça ira, le rassura Bail.

Il jeta un coup d’œil à l’intérieur de la pièce et vit Padmé, qui n’avait pas quitté sa tenue de combat, vérifier les moniteurs.
- Prenez quelques heures de repos.
- A vos ordres, Monsieur.
- Et dis à ma femme de faire de même, ajouta Bail, se souvenant que Breha avait passé la soirée à leurs côtés.

Le jeune homme s’inclina et disparut précipitamment à l’intérieur. Il devait être épuisée. La situation avait dégénéré rapidement et pris tout le monde de court. Pour quelqu’un qui n’avait rien connu d’autre qu’une vie au Sénat, Garf s’était déjà montré très résistant.

Ôtant son manteau, Bail pénétra à l’intérieur.
- Il fait bon dehors ? lui demanda Padmé, un sourire discret aux lèvres.
- J’ai vu un spectacle d’oiseaux Oro… Tu aurais aimé, lui répondit Bail sur le même ton amical. Breha s’est manifestée depuis hier soir ?
- Je pense que ta femme est allée se coucher, Bail. Elle n’avait pas l’air en forme.

Bail hocha la tête lentement. Effectivement, sa femme n’allait pas bien. Et pour le moment, il n’y avait rien qu’il puisse faire pour la soulager. Et cela le rendait malade.

Chassant cette pensée de sa tête, Bail se dirigea vers l’holoprojecteur portatif que Garf avait installé sur la grande table de métal et l’activa. Une image bleutée de Galen apparut. Le conseiller n’avait pas l’air d’avoir dormi beaucoup plus qu’eux. Il ne portait même pas son uniforme, mais une tunique blanche à moitié ouverte. Il n’avait pas dû arrêter de travailler depuis leur dernier contact.
- Bail. Je suis heureux de voir que tu vas bien.
- Moi aussi, répondit Bail. On a du nouveau sur Corellia ? C’est le silence radio de mon côté.

Galen s’éclaircit la gorge.
- Corellia a capitulé. Le conseil des ministres s’est rendu dans la nuit. Nous avons la certitude que la planète n’a pas été détruite. Et c’est à peu près la seule chose dont nous sommes sûrs. Depuis que Corellia est tombée, elle est considérée comme territoire impériale. Tout voyage en direction de la planète est intercepté.

Bail croisa les bras. Le conseil des ministres ne semblait pas résolu à abandonner quelques heures en arrière. Une seule chose avait pu leur faire changer d’avis.
- On en sait plus sur la super-arme ?

Galen se massa la nuque et secoua la tête.
- Nos radars se sont éteints sur une période de trois heures. Impossible de savoir à quoi elle ressemble. Mais elle n’est plus vers Corellia.
- Où est-elle, alors ? s’alarma Bail.
- On n’en sait rien, Bail. On ne sait fichtrement rien. Et ça rend toute organisation difficilement réalisable.

Il marqua une pause et consulta son datapad.
- Des forces impériales ont été repérées sur Mirial et Dantooine. Les SCAR sont intervenus, mais ça fait trop de fronts sur lesquels combattre. L’Empire dispose de beaucoup plus de ressources que nous, beaucoup plus que ce qu’on avait imaginé. Leurs réserves sont des puits sans fond.

Il regarda de nouveau son datapad.
- On ne sait pas où se trouve l’homme de main de Palpatine. A vrai dire, on ne sait pas où se trouve Palpatine lui-même.
- Et le Sénat ?
- Le Sénat ? Ils paniquent complètement. Cody est sur place, il coordonne la protection de la planète avec les SCAR et les forces locales. Les Jedi ont fourni des effectifs mais ils sont beaucoup moins nombreux qu’il y a vingt ans en arrière. La moitié d’entre eux est dispersée aux quatre coins de la galaxie, et ceux qui restent sont envoyés vers les lieux sensibles.

Bail soupira.
- Le commandant Skywalker et le général Rex doivent prendre contact avec moi d’ici peu. Ils devraient avoir des informations à nous communiquer.

Galen acquiesça.
- J’ai des centaines de tacticiens et d’ingénieurs qui n’attendent qu’une description de cette super-arme.

Il se retourna et énonça une série d’ordres avec un calme remarquable. Puis il se retourna vers Bail.
- Le Nightwish est arrivé sur Coruscant. Avec l’aide du général Kenobi, nous avons organisé un périmètre de défense autour de la planète que les croiseurs impériaux auront du mal à passer. C’est tout ce qu’on peut faire pour le moment. Ça, et essayer de traquer Palpatine.
- C’est du bon travail, Galen. Je te tiens au courant de l’avancement de la situation.

Le conseiller salua puis l’holoprojecteur se coupa. Bail resta un moment silencieux. La République se fissurait sous ses yeux. Que pouvait-il faire pour y remédier ? Galen avait raison, sans plus d’informations, jamais ils ne parviendraient à contrer les plans de Palpatine.
- Le secteur Hutt s’est aussi fait attaquer, déclara Padmé d’une voix cristalline.

Bail s’approcha pour regarder les données qu’elle désignait de la main.
- On a des effectifs à nous là-bas ? demanda-t-il.
- Deux Jedi en mission de négociation et un bataillon de clones en orbite autour de Kessel. Ils ont été pris entre deux feux, ajouta-t-elle. L’Empire ne les visait pas personnellement.
- Ordonne-leur de ne rien tenter et d’observer à distance. Dès que ça devient intenable, ils doivent rentrer sur Coruscant.

Padmé acquiesça et s’attela immédiatement à la tâche.
- Chancelier, il semble que vous ayez une communication entrante, fit la voix robotique de C-3P0.

Écartant le droïde sans ménagement, Bail se précipita sur la console. C’était le signal de Rex. Il activa l’appareil immédiatement mais ce ne fut pas Rex qui apparut. Le haut du front ensanglanté, Anakin Skywalker s’adressa à Bail :
« Chancelier, il faut que vous évacuiez immédiatement ! Vous devez quitter Alderaan ! »

Alertée par la voix de son mari, Padmé rejoignit Bail.
- Respire, Ani. Qu’est-ce qu’il se passe ?

Le commandant se passa une main dans ses cheveux en bataille :
«Corellia est tombée, Rex est mort… Leur super-arme… Ce n’est pas un superdestroyer, ce n’est même pas un vaisseau. C’est tout une station spatiale. »

Bail ouvrit de grands yeux. Une station spatiale ?
- De quelle taille ?
« Je dirai la taille d’une lune. Et elle est mobile et capable de faire des sauts dans l’hyperespace. »

Il se pencha en avant et Bail put discerner les étoiles distordues derrière lui.
« Elle se dirige en ce moment-même vers Alderaan. Vous devez évacuer immédiatement ! »

Un sentiment de panique s’empara de Bail. Un regard avec Padmé suffit pour que son amie se précipite dans les couloirs et commence à alerter tout le monde. Bail, quant à lui, s’efforça de ne pas perdre la communication avec Anakin. Déjà l’image commençait à vaciller.
« Je me dirige vers Coruscant. Vous avez peu de temps... »
- Combien de temps ?
« Je ne suis pas sûr. La lune doit sûrement se déplacer un peu plus lentement. »
- Est-ce que tu as réussi à en faire un scan ? Une image, peu importe ?

Le visage d’Anakin s’éclaira légèrement.
« Rex a réussi, oui. Je suis à bord de son vaisseau. »

Bail souffla. Il y avait un espoir. C’était tout ce dont il avait besoin.
- Bien. J’ai besoin que tu envoies tout ça sous cryptage à Galen Erso et ses ingénieurs. Dis-leur de ne pas quitter Hosnian Prime. Je te rejoins sur Coruscant dès que je peux.

Anakin hocha la tête. Puis son visage prit un air beaucoup plus grave.
« Bail, je te confie ma femme. Sauve Padmé, je t’en supplie. Je ne pourrai jamais être sur Alderaan à temps. Sauve la pour moi. »
- Je te le promets, Anakin.

La communication se coupa sur ces mots. Bail en avait le souffle coupé. Il aurait dû anticiper que l’Empire menacerait son monde. Il devait le quitter avant qu’il ne tente quoi que ce soit. Cela les dissuaderait peut-être de le détruire.

Bail se dirigea vers la sortie de la pièce, R2-D2 et C-3p0 sur ses traces. Il fut intercepté par un clone des SCAR armé.
- Chancelier, le vaisseau est presque prêt, vous devez me suivre immédiatement !
- Où sont les autres ? s’alarma Bail.
- Mon équipe s’en occupe. Venez !

Entraîné par le clone, Bail se précipita dans les couloirs du palais au pas de course. Où était Breha ? Où était Padmé ? Le petit groupe fut bientôt rejoint par Ahsoka, qui les accompagna au pas de course.
- Ils sont là, l’informa-t-elle d’une voix grave.
- Et la super-arme ?
- Encore plus imposante que ce que je pensais, répondit la Togruta.

Voilà qui était loin d’être rassurant. Pressant le pas aussi vit que son âge le lui permettait, Bail suivit le soldat et la Jedi à travers les couloirs de son propre palais, comme un enfant qu’on devait cacher. Ils débouchèrent finalement dans le hall, où deux des SCAR restants attendaient en compagnie de Padmé.

L’un des soldats, le plus grand, et probablement pas un clone, désigna la sortie qui menait à la plate-forme d’atterrissage.
- La corvette a été affrétée, on doit la rejoindre maintenant !
- On doit attendre Breha ! répondit Bail.

Le soldat n’hésita pas :
- Ils vont nous rejoindre. En route !

Bail fut entraîné de force vers la sortie, Padmé à son bras. La lumière du soleil d’Alderaan l’éblouit. Tout autour de lui, le paysage enchanteur qu’il avait redécouvert au réveil était saturé de petits chasseurs TIE bruyants, tels des parasites. Ils tiraient partout, sans cible apparente. Une partie de l’aile sud du palais était en flammes.

Bail distingua la corvette corellienne qui les attendait au bout de la plate-forme. Deux clones en armure blanche standard gardaient le vaisseau, tirant sur le moindre chasseur qui s’approchait d’un peu trop près. Sans attendre, les SCAR emmenèrent le petit groupe, fusil au poing, éliminant le moindre TIE à proximité. Derrière eux, Ahsoka avait activé ses deux sabres et protégeait leur arrière-garde.

C’est alors que Bail leva la tête. Là-haut dans le ciel d’Alderaan d’ordinaire si bleu stationnait trois croiseurs impériaux d’où émanaient des dizaines et des dizaines de chasseurs TIE. Et, derrière eux, telle une ombre menaçante, apparaissait une planète géante. Pas une planète. Une lune. La station spatiale. La super-arme.

Anakin avait dit vrai. La station ne devait pas dépasser la taille d’un petite lune. D’un gris sombre et terne, elle semblait striée de rainures séparant la station en deux hémisphères distincts. Et sur l’hémisphère nord apparaissait, distinctement, un cercle légèrement plus creux.

C’est à ce moment-là que les comm de Bail se mirent à sonner. Toujours au pas de course, il activa l’appareil. Une voix incisive qu’il connaissait bien lui parvint.
- Ceci est un ultimatum, Chancelier Organa. Rendez-vous ou bien nous détruirons votre planète.

Tarkin. Décidément, l’ancien gouverneur était descendu bien bas. Bail jeta un coup d’œil à la ville qui s’étendait sous ses pieds. Des vaisseaux commençaient à s’organiser mais c’était trop tard. Un immense gouffre de culpabilité envahit le chancelier lorsqu’il comprit qu’il ne pourrait pas les sauver. Peu importe ce qu’il faisait, il ne pourrait pas les sauver.

Une larme roula la long de sa joue lorsqu’il rouvrit ses comm :
- Jamais nous ne nous rendrons. Vive la République !

La réponse se fit attendre. Puis la voix froide et calculatrice de Tarkin retentit, et tout le monde l’entendit.
- Comme vous voudrez.

Ces quelques mots provoquèrent une décharge d’adrénaline chez les SCAR. Leur chef poussa Bail à bord de la corvette :
- On doit décoller, maintenant !
- Breha n’est pas à bord ! hurla Bail.

Le SCAR ne l’écouta même pas. Il ferma la passerelle du vaisseau et ordonna au pilote de décoller. Bail sentit la corvette se mettre en branle sous ses pieds. Il se précipita sur le SCAR :
- Rouvrez cette porte ! Breha n’est pas à bord ! Vous m’entendez ? Breha n’est pas à bord !

Le SCAR le repoussa doucement :
- Je suis désolé, Chancelier, mais vous êtes notre priorité. On doit s’en aller, la station spatiale s’apprête à tirer !

Bail porta une main à son visage et les larmes roulèrent le long de ses joues. Il ne pouvait pas l’abandonner. Sa vision se brouilla. Il sentait son cœur se déchirer lentement, le menant à l’agonie.
- On n’aura jamais le temps ! gémit le pilote.

Bail se retourna. Par les vitres du cockpit, il pouvait apercevoir le lune de métal vers laquelle ils se dirigeaient à grande vitesse.
- On doit faire le saut maintenant, ordonna le chef SCAR.
- La probabilité de succès de faire une saut…
- Tais-toi, 3PO, ordonna Padmé.
- Faites le saut, lâcha Bail.

Tout le groupe se retourna vers lui.
- Ça pourrait être mortel, l’avertir Ahsoka.
- On n’a plus le temps, répondit Bail. Ils vont détruire la planète d’une minute à l’autre.

Le chef SCAR ne se le fit pas dire deux fois. D’un signe de tête, il ordonna au pilote de se préparer.
- Donnez-moi le temps d’entrer les coordonnées dans l’ordinateur, dit ce dernier,et on devrait pouvoir faire le saut.
- Oh seigneur, nous sommes perdus ! intervint le droïde de protocole.

Bail ignora sa remarque et se tourna pour observer la station qu’il s’appétaient à rattraper. Autour du cercle creux de son hémisphère nord se mirent à grésiller des rayons lasers verdâtres qui se rejoignirent en un laser commun. Le rayon d’énergie se lança à pleine vitesse sur Alderaan.
- Il viennent de tirer ! s’alarma Ahsoka.
- Préparez-vous pour le saut, ça sera violent, répliqua le pilote.

Au moment où il posait sa main sur la commande, Alderaan explosait. Bail vit son monde natal disparaître dans une sphère de feu. C’en était presque beau. Tout ceci à cause de la haine d’un seul homme. Un homme qui pensait que l’univers devait lui appartenir. Bail eut une pensée pour les oiseaux Oro si paisibles qui lui avaient offert un dernier spectacle de voltige moins d’une heure avant. Il pensa à tous ceux qu’il avait laissé là-bas. Son assistant, sa famille… Sa femme. Breha. Une larme roula de nouveau sur sa joue alors que les anneaux de feu se rapprochaient dangereusement du vaisseau.
- Et c’est parti !

Alderaan, la lune, Breha – en une fraction de seconde, ils avaient disparu. Mais au fond de lui, Bail avait de l’espoir. Ils savaient ce qu’était la super-arme de Palpatine. Ils allaient trouver une faille. Il avait espoir. Et c’était tout ce dont il avait besoin.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1038
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar L2-D2 » Ven 03 Mai 2019 - 16:02   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 6 lu !

Que de choses encore dans ce Chapitre ! :shock:

Une faille, une faille, c'est vite dit... Dans la continuité "classique", oui, Galen Erso a bien instauré une faille dans l'Etoile de la Mort, mais ici, Galen Erso est du côté de la République, il n'a donc pas travaillé dessus ; aller trouver une faille, après ça ! :(

Bon, Padmé ayant sans doute survécu, Anakin va pouvoir respirer un peu. Mais pauvre Rex ! pauvre Alderaan ! :cry:

Vivement la suite !
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5602
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Darth Eluar » Ven 03 Mai 2019 - 16:45   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Comme je l'ai dit à LL-8 quand lui détaillais mon idée de base dans laquelle cet événement figurait, la volonté de la Force est tenace :diable: :paf:
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1601
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar Mandoad » Dim 05 Mai 2019 - 15:15   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

C'est lu !

Plus de Rex, plus d'Alderaan, plus de Breha. La liste des membres républicains fond comme neige au soleil. C'est à se demander si une contre-attaque contre un Palpatine au sommet de son art pourra porter ses fruits.

J'attends la suite pour vois si, enfin, la République arrivera à relever la tête (en éternel optimiste que je suis). :D
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 770
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Notsil » Mar 07 Mai 2019 - 16:51   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Bon, je rattrape mon gros retard ^^

La République déguste méchamment ^^ J'en viens presque à espérer qu'Anakin reste du bon côté avec eux, parce que sinon, ils courent au désastre ^^

Bref, j'imagine que le Sénat va se réunir en urgence, désavouer Bail et se rendre à Palpy ? Et ceux qui ne capituleront pas iront vers une simili-Rébellion ? ^^

Hâte de lire ce que vous nous avez réservé ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2454
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar LL-8 » Ven 10 Mai 2019 - 23:29   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Hop là, suis un peu en retard, excusez-moi ^^

Effectivement, la République subit un peu... Serait-il temps pour elle de s'organiser et de riposter ?
A voir dans ce chapitre ! Bonne lecture !

Retour au sommaire

LIVRE V : BAIL ORGANA
Chapitre 7


Bail devait une fière chandelle à Padmé. Depuis qu’ils avaient atterri sur Coruscant, le monde n’était que brume pour lui. Et son amie de toujours l’avait guidé à travers cette brume.

Il avait passé le court voyage à bord de la corvette à dormir. L’angoisse et l’inquiétude avait eu raison de lui. Son sommeil avait été envahi d’explosions, de planètes désolées, de vaisseaux ravageurs. Il ne pouvait s’empêcher de revivre encore et encore la fin d’Alderaan. La mort de Breha. Le visage de son épouse se substituait parfois au cercle parfait de sa planète natale. Elle disparaissait alors dans une explosion de feu. A chaque fois, Bail pouvait entendre une rire diabolique résonner dans la tête.

Il aurait fait n’importe quoi pour avoir le temps de dire ne serait-ce qu’au revoir à Breha. Il lui aurait demandé de lui pardonner toutes ses erreurs. Son attitude, sa manière de se plonger dans son travail sans penser à elle, le manque d’attention qu’il avait eu pour elle depuis quelques temps… Lui aurait-elle pardonné ? Cette question le hantait.

***


Appuyé contre le rebord de son bureau et entouré de conseillers en tout genre, Bail observa la figure holographique de Galen au centre de la pièce.
« Les scans n’ont révélé aucune faille apparente. Nos ingénieurs travaillent d’arrache-pied, mais la seule chose dont nous sommes certains, c’est que cette ‘lune noire’ sera aux environs de Coruscant d’ici quelques heures. »
- L’Étoile Noire, corrigea quelqu’un dans la pièce. Ils l’appellent l’Étoile Noire.

Bail se tourna pour regarder celui qui venait de parler. Décidément, il avait du mal à s’habituer à la présence de Mace Windu dans son bureau. L’ancien Jedi portait une tenue de mercenaire sombre à laquelle pendant son sabre doré. Son visage était creusé par le temps. Ses cheveux, désormais parsemés de mèches blanches, étaient tressés sur le haut de son crâne et retombaient dans son dos à la manière des tentacules d’un Nautolan. Galen l’avait convaincu de partager ses ressources avec la République, afin de lutter contre Sidious. Depuis, l’humain ne quittait pas les hautes sphères du pouvoir. Il était en permanence suivi d’un homme un peu plus jeune que lui, Caleb Dume. Vêtu d’une tunique Jedi, ce dernier portait les cheveux extrêmement courts. Son collier de barbe, finement taillé, lui donnait un air un peu mafieux.

Il s’était avéré que Windu connaissait bien plus de choses que les renseignements républicains sur l’Empire. Il avait anticipé la transformation impériale de la République Démocratique et connaissait l’existence de celui qu’on appelait Dark Malk – un Sith, l’homme de main de Palpatine. Toujours d’après Windu, l’origine du nom de cet apprenti remontait à des temps immémoriaux, et n’était pas un nom original. L’ancien Jedi affirmait également que Palpatine n’était pas loin. D’après lui, il n’était autre que sur l’Étoile Noire, et il venait observer de ses propres yeux la reddition de la République.

A l’entendre, Windu savait tout. Et Bail savait que ce n’était pas entièrement faux. L’absence de contrôle sur les Jedi gris leur avait permis de rassembler de nombreuses informations sans avoir à rendre de compte. Personne, pas même les renseignements de l’Empire, ne s’intéressait vraiment à eux. Ce qui leur permettait d’être là où personne ne les y attendait.
« L’Étoile Noire, si vous préférez. » reprit Galen. « D’après nos calculs, et avec les informations que nous ont fourni les Jedi gris, nous avons déduit qu’il fallait environ vingt à vingt-quatre heures à la station pour recharger son super-laser. »

A côté de Bail, Obi-Wan, en armure, se passa une main dans sa barbe.
- Il ne s’est pas encore écoulé une journée depuis l’attaque d’Alderaan, analysa-t-il.
« Exact. Même si la station arrivait dès maintenant aux portes de Coruscant, il lui faudrait encore six à huit heures pour se recharger complètement. »
- Ce qui nous laisse le temps de trouver son point faible, compléta Anakin, les bras croisés, Padmé à ses côtés.

Bail activa une vue holographique de Coruscant alors que le portrait bleuté de Galen s’estompait. Le Nightwish était là, stationné en orbite depuis quelques heures déjà. Une majorité des croiseurs de la République avaient été rapatriés sur Coruscant. Ailleurs dans la galaxie, les combats se poursuivaient mais l’Empire n’y avait pas l’avantage. Tandis que dans les mondes du Noyau, leur super-arme leur offrait une puissance de feu inégalable. Protéger Coruscant était devenu une priorité.
- Ils auront des croiseurs. Et leur superdestroyer sera sûrement là aussi, déclara Bail.

Il se tourna vers deux Mon Cal en uniforme noir. Le plus petit des deux était un être trapu à la peau grise. Il avait en permanence un air renfrogné et semblait en vouloir à la galaxie entière. Son compagnon, un peu plus grand et au visage plus fin, avait un air plus amical. Sa peau, d’un orange-brun chaleureux, luisait sous la lumière du bureau de Bail.
- Amiraux Raddus et Ackbar, déclara ce dernier, je veux que vous organisiez la défense de Coruscant. Raddus, vous vous concentrerez principalement sur le superdestroyer impérial. Le Nightwish est à votre disposition. Ackbar, je veux que vous vous coordonniez avec Obi-Wan et Galen. Trouvez-moi la faille de cette station et ne la laissez pas s’approcher trop près de Coruscant. Le Général est placé sous vos ordres jusqu’à nouvel ordre.

Il consulta un datapad resté sur son bureau.
- Le Bellator est d’ores et déjà prêt et à votre disposition.

Les deux amiraux Mon Cal s’inclinèrent et quittèrent la pièce d’un pas pressé. Bail se tourna vers Maître Yoda. Assis sur l’un des fauteuils, il était le seul à ne pas s’être encore exprimé sur la situation. Son visage était grave. Il ramena sa canne vers lui et soupira.
- Plus épais le voile du côté obscur devient, déclara-t-il d’une voix fatiguée. Proche est Sidious et plein de haine il est.
- Je le sens aussi, ajouta Anakin.

Les regards se tournèrent vers l’ancien Jedi.
- Autrefois il m’appelait encore, me demandait de le rejoindre, poursuivit Skywalker. Désormais, il me crache sa haine au visage. Il veut nous détruire, et il ne reculera devant rien pour arriver à ses fins.

Il serrait ses poings tout en prononçant ces mots. En face de lui, Kenobi lui adressa un regard lourd de sens.
- Fais attention à tes sentiments, Anakin. Nous ne vaincrons les Sith que parce que nous sommes différents d’eux. Nous ne nous laissons pas consumer par la haine.

Sa remarque fit tiquer Windu. Resté en retrait, le Jedi gris s’avança.
- L’Empire mène un combat sur plusieurs fronts. Nous devrions faire de même.
- Nous faisons déjà de même, répliqua Bail.

Pour une raison qu’il ne connaissait pas, il se sentait le besoin de s’expliquer devant Windu. Peut-être parce que cet homme avait réussi à percer des secrets qu’eux-mêmes avaient cherché en vain pendant des années. Peut-être parce qu’il semblait mieux anticiper la situation que lui.

Windu l’interrompit avant même qu’il ne commence à parler :
- L’Empire est efficace parce que pas une fois sa tête n’a été mise en danger, expliqua le Jedi gris. Regardez-nous. Nous sommes terrés sur Coruscant. Notre Chancelier craint pour sa vie. Le Sénat est en ébullition. Alors que Sidious est bien au chaud sur son Étoile Noire.
- Vous voulez qu’on attaque le Sith le plus puissant de la galaxie, celui qui vous a mis en déroute alors que vous étiez accompagné de trois autres Jedi ? fit Bail, perplexe.

La remarque fit mouche, mais Windu se contenta d’assassiner Anakin du regard. Ce fut Padmé qui brisa le silence qui s’était installé :
- Si on détruit la station, on détruit aussi Palpatine, résonna-t-elle.
- En partant du principe que nous trouvions une faille dans cette station, répliqua Windu. Et encore. Sidious a toujours un coup d’avance. Il trouvera le moyen de s’échapper.
- Est-ce que c’est votre logique qui parle, ou bien votre obsession, Mace ? intervint Obi-Wan.
- C’est le bon sens qui l’exige !
- Si on tue Palpatine, alors l’Empire n’est plus qu’un corps sans tête, admit Padmé. Il ne saura pas se diriger.
- C’est du suicide, rétorqua Bail.
- Je peux me rendre à bord de la station, déclara Mace.
- Alors pourquoi ne pas la détruire de l’intérieur, tout simplement ? fit Obi-Wan, exaspéré.
- Je ne laisserai pas à Sidious l’occasion de s’enfuir, ce qu’il fera dès qu’il saura que je suis à bord, répliqua Mace sur un ton plus violent. La Force demande l’équilibre, et je lui redonnerai cet équilibre.
- Vous n’êtes pas l’Élu, Mace !
- Lui non plus !

Son doigt, pointé vers Anakin, en disait long sur l’obsession qui rongeait l’ancien maître Jedi depuis des années. Bail ne savait pas exactement ce qui s’était passé cette nuit-là, lorsque Windu avait tenté d’arrêter Palpatine, mais il comprenait qu’il tenait Anakin responsable de son échec. Et au fil des années, ce ressentiment n’avait fait que s’accentuer.
- Avec Mace, sur la station je me rendrai.

L’intervention de Yoda calma la discussion instantanément. Bail se tourna vers le petit être vert d’un air interloqué.
- Mais, Maître Yoda, nous avons besoin de vous ici.
- Obi-Wan vous avez, répondit le Jedi.

Interdit, ce dernier ne répondit pas.
- Sidious nous devons affronter. Pendant vingt ans, la fuite j’ai choisi. La Force, avec moi j’ai.
- Sidious sera distrait, ajouta Windu. Ses officiers devront prendre les décisions seuls et se coordonner entre eux. Je ne garantis pas le même degré d’efficacité.

Bail observa Windu. Un bref bip sur le datapad resté sur son bureau l’informa que plusieurs destroyers impériaux étaient entrés dans le système de Coruscant. Il embrassa le groupe du regard :
- C’est donc décidé. Maître Yoda et Windu se chargeront d’atteindre Palpatine personnellement.

Il afficha ensuite une vue de Coruscant. Quatre croiseurs impériaux stationnaient à bonne distance du Nightwish et des Venators. Une flopée de petits chasseurs TIE s’échappaient des quatre vaisseaux pour se répartir telle une nuée d’insectes entre les différents croiseurs républicains.

Windu s’approcha de la modélisation virtuelle :
- Il nous faudrait un de ces vaisseaux pour pouvoir s’approcher de l’Étoile Noire. Leur signature est unique. S’approcher à bord d’un ARC-170 ou d’un V-Wing nous fera immédiatement repérer.

Bail hocha la tête.
- Je transmettrai les ordres à l’amiral Ackbar. Retrouvez-le sur le Bellator.

Windu acquiesça. Lorsqu’il se dirigea vers la porte du bureau, Yoda le suivit, claudiquant à moitié sur sa canne, comme usé par la pression de la situation. Le maître Jedi avait enduré la perte de deux mondes et craignait l’anéantissement d’un troisième. Toutes ces inquiétudes le minaient. Alors qu’ils s’éloignaient, Bail l’entendit murmurer à Windu :
- Notre première mission depuis longtemps c’est, mon ancien padawan. La dernière ce sera probablement.

Ces paroles serrèrent le cœur de Bail. Personne n’avait dit au revoir à Yoda. Tout le monde s’attendait à le revoir. Mais si lui-même n’avait pas foi en la réussite de sa mission, qui pouvait l’avoir ? Reviendrait-il sur Coruscant ou Bail l’envoyait-il à une mort certaine ? Serait-il responsable de la mort du plus grand Maître Jedi de tous les temps ?
- Je vais partir pour le Bellator d’ici peu, déclara Obi-Wan. Je dois encore coordonner les SCAR restés sur Coruscant. Chancelier, ajouta-t-il en se tournant vers Bail, un petit détachement de SCAR affectés à votre service personnel devrait arriver dès que je m’en vais.
- J’ai déjà une garde personnelle, répondit Bail en désignant les deux clones en armure blanche et rouge derrière lui.

Ozaï et Myyk le suivaient depuis le début de son mandat. Ils étaient si silencieux qu’on oubliait presque leur présence. Mais ils étaient toujours là. La garde personnelle du Chancelier, c’était eux. Mais un regard d’Obi-Wan lui fit comprendre que ce n’était pas négociable. Le maître Jedi se tourna vers Anakin :
- Je te confie le commandement de ce détachement et le Chancelier, Anakin. Je compte sur toi. Sidious ne doit pas pouvoir arriver jusqu’à eux.

Bail lut un attachement et une fidélité sans faille dans les yeux de Skywalker. Ces deux-là étaient inséparables. Depuis qu’il connaissait Obi-Wan, il avait toujours vu Anakin à ses côtés. Leur amitié en avait inspiré plus d’un dans la galaxie. Les regarder se faire leurs adieux, sans savoir s’ils se reverraient jamais, était déchirant.
- Que la Force soit avec vous, Maître, répondit Anakin d’une voix serrée.
- Que la Force soit avec toi Anakin.

Il se tourna vers Padmé, qui le prit tendrement dans ses bras.
- Soyez prudent, Obi-Wan. Et revenez en un seul morceau, ajouta-t-elle dans un sourire.
- Vu ses qualités de pilotes, je doute que ce soit réalisable, le taquina Ahsoka. Que la Force soit avec vous, Maître.

Obi-Wan eut un sourire qui illumina son visage bordé de cheveux grisonnants. Il répondit par une énième salutation traditionnelle et quitta à son tour la pièce. Bail ne put s’empêcher de penser que la pièce semblait bien vide sans la présence du Jedi. Il secoua la tête et se tourna vers Ahsoka :
- Nous devons pouvoir être en communication permanente avec le Bellator et le Nightwish, lui dit-il. J’ai besoin d’holoprojecteur et de comms.

La Togruta accepta et s’empressa de chercher ce dont il avait besoin. Bail soupira. Garf aurait dû s’occuper de cette tâche. Le souvenir du jeune assistant aux boucles brunes lui serra le cœur une nouvelle fois. Combien de pertes devaient-ils encore endurer ? De l’autre côté de la pièce, Anakin et Padmé déplaçaient les meubles de façon à laisser de l’espace au centre du bureau. Il fallait que la modélisation virtuelle puisse être grande, de manière à pouvoir observer chaque détail.

De son côté, Bail se mit en communication avec les croiseurs les plus importants de la Flotte de Libération ainsi que le superdestroyer Nightwish. C’était le branle-bas de combat pour tout le monde. Les affrontements avec les forces impériales avaient déjà commencé. Pour l’instant, aucun TIE n’avait réussi à franchir le barrage qu’avait initié Galen. Coruscant était protégée. Pour le moment.

Du côté du Bellator, les forces spéciales du vaisseau avait réussi à capturer un chasseur TIE et étaient en train de le modifier pour le rendre indétectable aux yeux de l’Étoile Noire – le tout en suivant les recommandations des ingénieurs de Galen. On ne connaissait toujours pas la faille de cette station spatiale. Certains soutenaient qu’il fallait torpiller les conduits de ventilation, d’autres que seule une dizaine de bombes à protons lâchées sur la ligne équatoriale de la station pourrait faire effet. Toutes les possibilités étaient envisagées. Et toutes seraient mises à exécution. Les clones s’organisaient déjà.
- Chancelier ?

Bail se retourna pour découvrir six soldats SCAR, tous en armure de clone blanche et noire renforcée. Chacun était armé de plusieurs blasters. Bail remarqua même une vibrolame accrochée à la ceinture de l’un des soldats. Le soldat le plus proche retira son casque et révéla une jeune femme à la chevelure brune et aux yeux verts. Il la reconnut immédiatement lorsqu’elle s’approcha pour lui serrer la main, si bien que sa présentation lui sembla superflue :
- Major Jyn Erso à votre service, dit-elle. Vous connaissez probablement mon père, ajouta-t-elle dans un sourire.
- Bien sûr, répondit Bail. Vous lui ressemblez énormément.
- Vous êtes bien le premier à le dire, répondit-elle. On trouve généralement que je ressemble à ma mère.

Comme si elle réalisait qu’elle était s’était un peu égarée, la jeune Erso se tourna vers les soldats qui l’accompagnaient et les désigna d’un large mouvement de bras :
- Voici Alek, Aero, Jace et Urien.

Chacun salua, mais Bail n’eut pas l’occasion de voir leurs visages. Il se demanda si tous étaient des clones. Leur taille à peu près équivalente semblait le suggérer. Jyn termina en désignant le soldat à la vibrolame.
- Et voici le lieutenant Skywalker. Mais je crois que vous la connaissez déjà.

Bail vit la jeune Leia retirer son casque. Ses cheveux bruns étaient rasés sur le côté et un tatouage en aurebesh recouvrait la partie presque nue de son crâne. Il n’eut pas besoin de lire les quatre lettres qui s’y alignaient. Il était clair que la jeune Skywalker ne s’était jamais remise de la tragédie qui avait affecté sa famille et lui avait pris son frère. La rumeur voulait qu’elle n’ait pas prononcé un mot depuis ce jour fatidique. Il se surprit à se demander si c’était une bonne chose de l’avoir dans sa garde personnelle.

Jyn coupa court aux retrouvailles en s’approchant de la modélisation virtuelle de la bataille :
- Nous avons reçu des informations du conseiller Erso, dit-elle d’un ton solennel. La super-arme de l’Empire est à deux minutes d’arriver dans le secteur Coruscant. D’après nos informations, le vaisseau de Dark Malk n’a pas quitté Corellia, mais nous ne sommes pas sûrs qu’il ne soit pas monté à bord de l’Étoile Noire. Nous devons nous attendre à ce qu’il vienne vous chercher, Chancelier.

Bail se passa une main sur le visage, fatigué.
- Comment saurons-nous si la super-arme est chargée ?
- On ne le saura pas. Il faut simplement espérer que Palpatine vous propose de vous rendre.

Voilà qui était loin d’être rassurant. Bail acquiesça et se dirigea vers les comm connectées au Bellator. Ackbar n’avait pas donné de nouvelles pour le moment. C’est alors que des cris de panique à l’extérieur du bureau de Bail lui firent tourner la tête. Le visage alarmé de Padmé était fixé sur un point à l’extérieur du bâtiment.
- Elle est ici, murmura-t-elle.

Bail se rapprocha des baies vitrées de son bureau. Dehors, la panique gagnait le trafic de Coruscant. Les speeders volaient dans n’importe quelle direction, sans faire attention aux routes aériennes prévues pour eux. Les visages des gens étaient tournés vers le ciel, et la peur se lisait dans leurs yeux.

Car là-haut, telle une ombre menaçante, se trouvait l’Étoile Noire. Elle semblait encore plus grosse que sur Alderaan. Le cercle de son hémisphère nord était d’ores et déjà tourné vers la face de la planète, prêt à tirer. Bail fronça les sourcils. De là où il était, il pouvait presque entendre Palpatine rire. Et cette impression lui glaçait le sang.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1038
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Notsil » Sam 11 Mai 2019 - 8:36   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Oh, chapitre très intéressant !

Est-ce le moment pour la République de marquer quelques points ? ^^

Mace et Yoda ensemble contre Palpy, c'est sympa !
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2454
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar L2-D2 » Sam 11 Mai 2019 - 13:59   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 7 lu !

Maaaaaaan, l'Etoile Noire est en orbite au-dessus de Coruscant !!! :shock:

J'ai le sentiment d'avoir lu une veillée d'armes, un appel au combat, avec des personnages séparés depuis longtemps qui se retrouvent et qui sont prêts à partir au combat ensembles (Mace et Yoda contre Palpatine ! :love: ), la présence d'Ahsoka, un émouvant passage entre Obi-Wan (intronisé par Yoda comme futur Grand Maître de l'Ordre ? :sournois: ) et son ancien apprenti Anakin... un Anakin qui risque fort d'être à nouveau sur le devant de la scène, lui qui est chargé de la sécurité du Chancelier - ce même Chancelier qui donne son nom au livre actuel... :sournois: (bis)

Avec en prime, une Leia radicalement différente et la première apparition de Jyn Erso ! :love:

Oui, il y a décidément trop de monde dans ce Chapitre pour que les choses ne s'emballent pas... d'ailleurs, approcherions-nous de la fin de ce récit ?

Vivement la suite en tout cas ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5602
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Darkliser » Sam 11 Mai 2019 - 21:17   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

J'avoue que le prologue me donne envie de lire cette FF. J'essayerai de rattraper mon retard.
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 649
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar LL-8 » Ven 17 Mai 2019 - 10:35   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

1 an !
(et 2 jours :x )

Avec Eluar, on voulait vous remercier de nous suivre depuis 1 an déjà ^^ A croire que cette collaboration fonctionne bien, puisque vous êtes toujours là :lol:
Pour l'occasion, j'ai mis le sommaire à jour. D'ailleurs, @Darkliser, bienvenue dans le coin :hello: et ravis que le prologue te donne envie !

Mais c'est pas fini !
On continue aujourd'hui avec le chapitre 8 de ce 5e livre... L’Étoile Noire est en orbite autour de Coruscant... Que va-t-il se passer pour la République ? :sournois:
Bonne lecture à tous !

Retour au sommaire

LIVRE V : BAIL ORGANA
Chapitre 8


Le sénateur percuta Bail de plein fouet. Désorienté, le Chancelier sentit vaguement qu’on le remettait sur pied. Sa vision mit quelques temps à redevenir nette. L’homme qu’il vit en face de lui le déçu profondément.
- Fang Zar ? Pas vous !

Le vieil homme le regarda, pris d’une pitié profonde. De ses yeux émanait une tristesse sans nom, qui le minait un peu plus chaque jour. Ses longs cheveux étaient défaits et tombaient sur ses épaules sans éclat. Derrière lui, un petit astromécano – une unité R4 aux couleurs criardes – tenaient ses bagages. Le sénateur ne s’était pas encombré. Il n’emportait que le strict minimum. Il poussa un long soupir.
- Restez si vous voulez, Bail, mais c’est du suicide, déclara-t-il. Coruscant est perdue. Admettez-le et sauvez votre vie !

Bail lui jeta un regard désabusé. Comment son ami de longue date pouvait-il donc raisonner ainsi ? Lui qui avait toujours pris les plus sages décisions ?

Le chancelier regarda autour de lui. Il se trouvait dans l’une des artères du Bâtiment du Sénat, là où tous les politiciens avaient leurs bureaux, là où tous se trouvaient lorsque l’Étoile Noire était apparue. L’apparition de la super-arme avait eu un effet dévastateur sur les sénateurs. Il avait fallu moins d’une heure pour que la majorité d’entre eux décide de quitter la planète.

Bail jeta un regard à Ahsoka. Elle aussi se sentait probablement impuissante. Aucune des injonctions qu’ils avaient lancées aux politiciens n’avaient eu un quelconque effet. La peur les dominait. Accompagné de la Jedi, de Leia et du clone qu’on appelait Jace, Bail avait tenté de calmer le flot des départs, en vain.

Que les rats Womp quittent le vaisseau ne l’étonnait pas. Ceux qui fuyaient n’avaient jamais réellement été impliqués dans le vie de la République. Qu’elle sombre ou non leur importait peu. Leur vie avait beaucoup plus de valeur à leurs yeux. Ce que Bail ne pouvait tolérer, c’était les moyens mis en place. Sous l’impulsion de quelques sénateurs influents, les politiciens avaient mobilisé les forces locales ainsi que les shock troopers de la Garde de Coruscant. Ces clones, Bail les avaient réquisitionnés pour aider la population à fuir. Désormais, les habitants de Galactic City qui n’avaient pas de vaisseaux assez puissants étaient coincés au sol, parce que le gratin de la planète avait décidé de se sauver en premier. C’était intolérable.

Les affrontements duraient depuis plus de deux heures et déjà quelques TIE avaient réussi à percer le barrage qu’avaient mis en place les croiseurs républicains. La Garde de Coruscant avait créé un passage sécurisé pour permettre aux cargos et aux vaisseaux de transport de passer et faire leur saut dans l’hyperespace sans trop de problèmes. Bail était conscient qu’il ne pourrait jamais évacuer toute la planète, mais la perspective de permettre à au moins quelques individus de fuir les combats lui donnait un peu d’espoir en cette période noire. Ce n’était pas un aveu d’échec. Seulement du bon sens. Les sénateurs venaient de mettre son plan en pièce. Et voilà que Fang Zar, son ami, se joignaient à eux.
- Nous ne nous rendrons pas sans nous battre, déclara Bail.
- Vous vous évertuez à sauver un vaisseau déjà condamné, répliqua Fang Zar d’une voix lasse.
- Je suis le capitaine de ce vaisseau.
- Il est peut-être temps d’admettre que vous avez fait ce que vous pouviez, Bail, lui répondit Zar. Nous connaissons tous la puissance de cette arme. Coruscant finira comme Jedha ou Alderaan. Ou au mieux, comme Corellia. Pourquoi vous accrocher ?

Bail éluda la question.
- Vous empêchez des millions de civils de fuir, déclara-t-il, changeant d’approche.
- Réveillez-vous, Bail ! Nous sommes tous dans la même galère ! Pensez à votre propre vie et sauvez-la ! Vous ne pouvez rien faire d’autre.

Et sans un mot de plus, il dépassa Bail et les autres pour se diriger vers la sortie. Le chancelier hallucinait. Comment un tel spectacle était-il possible ? Il poursuivit son chemin dans l’artère du Sénat, se frayant un passage entre les sénateurs tous plus encombrés de bagages les uns que les autres. Certains se lamentaient de devoir quitter une planète si glorieuse, d’autres se faisaient le plus discrets possibles. Les bureaux des uns et des autres étaient pillés. Bail passa devant celui de Fang Zar. Deux Gran fouillaient ses placards, à la recherche de trésors abandonnés, probablement. Bail en était dégoûtés.

Collé par les deux SCAR et accompagné par Ahsoka, il se dirigea vers le grand hall du Sénat. Dehors, des dizaines de corvettes attendaient leurs passagers. La plupart étaient déjà équipées pour le voyage en hyperespace. D’autres ne servaient probablement que de relais vers des vaisseaux beaucoup plus gros.

Bail se plaça au centre du hall et tenta d’interpeller les sénateurs qui passaient à côté de lui. La majorité d’entre eux le frôlèrent sans même lui prêter un regard. Bail chercha à en accoster plusieurs. Il ne connaissait pas tous leurs prénoms mais qu’importe ; il devait tenter quelque chose, les faire raisonner. Personne ne lui prêta attention. Désormais, seule la survie comptait.

Il vit Jace se rapprocher. Sa voix, déformée par le vocodeur de son casque, couvrit difficilement les cris affolés des sénateurs en fuite.
- Monsieur, une communication pour vous en provenance de votre bureau.

Bail le remercia et prit le comm entre ses mains. Il dut se rapprocher de l’appareil pour entendre ce qu’on lui disait. Il reconnut finalement la voix de Jyn :
- Chancelier, le barrage a été forcé au niveau du Temple Jedi. Attendez-vous à des débris sur la surface de la planète.
- Bien reçu.
- Chancelier, ajouta-t-elle sur un ton inquiet, Naboo est attaquée. D’après nos informations, Dark Malk se trouve sur place.

Bail grinça des dents. Naboo était une planète paisible. Mais c’était aussi la planète natale de Palpatine. Pas étonnant donc qu’elle fasse partie des premières conquêtes de l’Empereur.

La voix de Padmé se substitua à celle de Jyn :
- Bail, il faut envoyer des forces là-bas, l’intima-t-elle. Naboo a été l’une des premières planètes à se démilitariser lors des réformes, il y a douze ans. Jamais elle ne supportera un assaut comme celui que la Fédération du Commerce avait porté.
- On ne peut pas, répondit Bail. La priorité reste Coruscant et l’Étoile Noire. On ne peut pas diviser nos forces.
- Je le sais bien, répliqua Padmé d’une voix douce. Je te demande d’envoyer de quoi faire diversion, Bail. Un Jedi, un bataillon, peu importe. Juste de quoi permettre à mon peuple de fuir.

Bail réfléchit quelques instants. De l’autre côté des comm, Padmé se faisait pressante :
- Je peux tout coordonner. S’il te plaît, Bail. Aide ma famille à s’en sortir.

Le Chancelier leva les yeux. En face de lui, la jeune Leia avait retiré son casque et le regardait de ses grands yeux bruns tristes. Elle n’avait pas besoin de parer. Elle savait faire passer chacune des ses émotions dans son regard. En cet instant précis, Bail savait exactement ce qu’elle pensait. Sa famille était là-bas. Et elle ne lui pardonnerait jamais s’il décidait de ne rien tenter pour les sauver.

Il inspira largement, puis rouvrit ses comm :
- C’est d’accord. Contacte Yoda ou bien Obi-Wan et voit qui peut se charger de cette mission. Tu peux prendre un bataillon. Mais pas plus. C’est tout ce que je peux faire.
- C’est déjà très bien, fit la voix de Padmé sur un ton reconnaissant.

L’appareil se coupa, avant de se rallumer. La voix avait de nouveau changé.
- Chancelier, Yoda et Mace Windu sont à bord de l’Étoile Noire. Caleb Dume s’est proposé pour se rendre sur Naboo. Nous vous tiendrons au courant des détails. Terminé.

Le chancelier soupira. Windu et Yoda étaient désormais dans l’antre du monstre, du mal incarné.
- Que la Force soit avec eux, souffla-t-il.
- Il faut qu’ils s’écartent, ou bien ils vont se le prendre sur la figure… !

La voix alarmée de Jace lui fit tourner la tête vers les larges marches extérieures du Sénat. Une foule de sénateurs se bousculaient pour avoir leur place dans les corvettes pleines à craquer et prêtes à décoller. Mais ce n’était pas eux que le clone observait. Il regardait le ciel. Bail leva un peu plus la tête. Ce qu’il vit l’horrifia. Là-haut, dans le ciel, un V-Wing touché plongeait vers le sol dans une vrille incontrôlée. Des flammes émergeaient du cockpit, laissant une large traînée de fumée noire sur son passage. Pire encore l’appareil fonçait droit sur la foule.
- Je m’en occupe, intervint Ahsoka.

Se plaçant devant leur petit groupe, la Togruta leva deux mains devant elle. Le visage concentré, elle fixa le V-Wing en perdition du regard. Bail vit l’appareil dévier légèrement de sa course. Il ne douta pas que la Jedi en était responsable.
- Il est loin, maugréa-t-elle sous l’effort.

Leia s’était rapprochée d’Ahsoka et semblait scruter l’engin elle aussi. Bail sentit ses mains devenir moites sous l’effet du stress. Encore quelques mètres de déviation et les sénateurs seraient hors de danger. Il retint sa respiration, même s’il était convaincu qu’Ahsoka y arriverait.
- Mais poussez-vous, bon sang !

Bail sentit qu’on bousculait la Togruta vers lui. Un dignitaire Chagrien en grande toge d’apparat les insulta avant de continuer sa course. Le chancelier leva les yeux vers Ahsoka.
- Oh non, murmura-t-elle.

Déconcentrée, elle n’avait pas pu dévier complètement la trajectoire du vaisseau. Le chasseur se crasha à quelques mètres des sénateurs dans une explosion de métal. Bail vit les débris se faire projeter droit vers eux. Par réflexe, il leva un bras, mais rien ne le toucha. Si les débris passèrent les portes du Sénat, Ahsoka les dévia de devant eux, bras tendus et visage tordu sous l’effort.

Le nuage de poussière se dissipa une dizaine de minutes plus tard. Bail regarda autour de lui. Tous les fuyards ou presque se tordait de douleur. Untel était touché à la jambe, untel avait un morceau de métal logé sous les côtés. Bail les ignora. D’ici peu, les gardes du Sénat débarqueraient et sauveraient ceux qui pouvaient l’être. Cela ne l’importait pas. En revanche, un blessé parmi les autres attira son attention. Fang Zar. L’humain s’apprêtait à monter dans la corvette la plus petite. Les passagers déjà à bord avaient été épargnés ; son ami n’avait pas eu cette chance.

Sans attendre les autres, Bail se précipita à l’extérieur et s’agenouilla vers le sénateur. Ce dernier avait reçu un morceau de cockpit dans la poitrine. Il respirait difficilement. Son regard semblait déjà vitreux et ses yeux n’arrivaient pas à fixer un point distinct.
- Oh non, Fang, gémit Bail. Pourquoi vous êtes-vous obstiné ?

Le vieux sénateur ne lui répondit pas. Sa gorge tressauta. Il s’étouffait. Désemparé, Bail observa son vieil ami se convulser devant lui. Seul le passage d’un TIE à proximité lui fit baisser la tête. Les yeux de Fang Zar se révulsèrent. Bail ferma les yeux. Le spectacle était trop difficile à supporter.

Une détonation stoppa les gémissements du sénateur. Ouvrant légèrement les yeux, Bail découvrit son ami au sol, inerte, les yeux figés. Il ne respirait plus. En face de lui se tenait Leia, blaster en main. Le canon de son arme était encore fumant. Bail baissa la tête. Elle venait d’abréger les souffrances du sénateur. Il lui lança un regard reconnaissant.
- Chancelier, fit Jace en regardant vers le ciel, les TIE commencent à se rapprocher. Nous devrions rentrer. Vous ne devriez pas être à découvert.

Bail leva une main pour l’interrompre. Puis il ferma doucement les yeux de son ami et croisa les bras sur sa poitrine. Il ne savait pas de quelle façon on honorait les défunts sur la planète de Fang Zar, mais il voyait dans ce geste la meilleure façon de lui dire au revoir. Puis il se releva lentement, et adressa un dernier adieu silencieux au sénateur.
- Bail, derrière vous !

Le chancelier se tourna violemment. Deux TIE approchaient à grand vitesse vers lui. Dès qu’ils furent assez près, ils se mirent à tirer une salve de lasers verts. Bail vit Ahsoka se planter devant lui, sabres aux poings. La Togruta dévia la plupart des tirs, avant de lui lancer :
- Courez vous mettre à l’abri !

Entraîné par Leia et Jace, Bail courut se réfugier dans le bâtiment du Sénat, là où en théorie, de simples TIE ne pourraient jamais entrer. Ahsoka. Il fallait l’aider.

Il pivota pour appeler la Togruta. Celle-ci repoussa un dernier tir qui se logea droit dans le canon du premier TIE. Ce dernier partit en vrille pour s’écraser à une trentaine de mètre d’elle. La Jedi ne profita pour courir en direction du bâtiment, ses sabres toujours allumés dans ses mains. Mais le second pilote de TIE avait tout vu. Il entama une manœuvre périlleuse qui le plaça à une dizaine de mètres derrière la Togruta.
- Derrière toi, Ahsoka ! lui hurla Jace.

Elle se retourna, prête à dévier de nouveaux tirs, mais trop tard. Le pilote avait déjà tiré. La salve la percuta de plein fouet. Elle s’écroula sur le dos parmi les cadavres des sénateurs et ses sabres roulèrent au sol, désactivés. Le TIE passa une nouvelle fois au-dessus du corps, avant de s’éloigner en direction d’ARC-170 en mauvaise posture. Bail fixa le corps d’Ahsoka. Elle ne se releva pas.

Dans le grand hall du Sénat, le hurlement de douleur de Leia brisa le cœur du chancelier.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1038
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Darkliser » Ven 17 Mai 2019 - 10:51   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

J'ai lu une bonne partie du livre sur Ashoka...

Alors ça me plait bien. L'écriture est agréable, les clins d'oeil au canon sont présents, c'est sympa. Les caractères des persos sont bien retranscrits, fidèles et crédibles. Toute façon, pas besoin d'être calé pour voir qu'on a affaire à quelqu'un qui sait écrire et qui connait son sujet :wink: .

Concernant l'histoire:
Si j'ai bien compris, tout change parce qu'Ashoka reste dans l'Ordre ? Arf... j'aime bien le perso, ça me pose pas de soucis.
J'ai pas grand chose de plus à dire puisque je n'en suis qu'au début, j'ai hâte de voir quel est le plan B de Sidious. Voilà je vais poursuivre. :)
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 649
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Dark GaGa » Ven 17 Mai 2019 - 12:51   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Encore un chapitre sur le fil.
La république prend cher, encore une mort pour les héros, mais une chance subsiste grâce à Windu et Yoda... quoique... Windu va-t-il céder au CO qui semble le dévorer lentement ?

Et Leia dont la douleur vient de monter d'un cran... sera-t-elle du côté de la lumière ou succombera-t-elle?

Tout est possible...
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2271
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Niobi » Ven 17 Mai 2019 - 12:59   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Ooooooh nooooon ! Ahsokaaaaaaa !! :cry:
Brave is the man who has no fears. Braver is the man who faces his fears...

// Let's smash ! [NJ S@L ♥] // "Make something better today than you did yesterday" - S. Miyamoto.
Niobi
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2357
Enregistré le: 08 Sep 2015
Localisation: Left Coruscant for Luigi's Mansion (Bo3, 7:00, no FS, no hazards, no items) and smash !
 

Messagepar L2-D2 » Ven 17 Mai 2019 - 15:54   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 8 lu !

Oh mon Dieu... pauvre Ahsoka !!! :cry:

Le désespoir de Bail est complètement palpable dans ce Chapitre en pleine ambiance de fin du monde et d'apocalypse, qui nous rapproche inexorablement du dénouement de ce cinquième Livre... et il y a encore trop de choses en suspens : Yoda et Windu sur l'Etoile Noire, Caleb Dume qui part sur Naboo faire face à Dark Malk, la situation sur Coruscant...

J'ai vraiment hâte de lire la suite ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5602
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Mandoad » Sam 18 Mai 2019 - 13:28   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

C'est rattrapé et lu !

C'est d'ailleurs toujours aussi bien écrit et la chute de la République se précise de plus en plus. Yoda et Mace s'unissent à nouveau pour aller affronter Palpatine et les dernières paroles du Grand Maître à Obi-Wan sonne comme un passage de flambeau.
Comme j'en avais exprimé le souhait plus tôt, on revoir le duo Leia/Jyn et leur escouade débarquer pour protéger le chancelier. J'espère qu'on en verra plus sur leur unité. :)

Dans tous les cas, j'ai l'impression qu'on se dirige lentement, mais sûrement vers une situation proche de la Guerre Civile Galactique avec un groupe de Rebelles contre l'Empire.

J'ai d'ailleurs apprécié que, pour une fois, il y ait eu deux chapitres complets sans que vous ne tuiez l'un des... Mais non! Pas Ahsoka ! :cry:
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 770
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Notsil » Sam 18 Mai 2019 - 21:26   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Ca augure d'un futur bien réjouissant tout ça :p

Bail va-t-il s'en sortir, du coup, je me le demande...
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2454
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar LL-8 » Lun 27 Mai 2019 - 12:24   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Je suis en retard !
Et sans l'ami Eluar, je crois bien que vous n'auriez pas eu de chapitre du tout cette semaine :lol:

Sans plus attendre, voilà le chapitre 9 ! Bonne lecture !

Retour au sommaire

LIVRE V : BAIL ORGANA
Chapitre 9


La pluie de débris mêlés de rochers qui s’abattait sur le bâtiment du Sénat n’avait rien de naturel. Bail observa les morceaux de métal qui se précipitaient avec violence sur les murs et le sol en face de lui. Là où il se trouvait, reculé dans le hall du Sénat, ces débris ne pouvaient pas l’atteindre. A moins que celle qui les dirigeait ne le veuille.

Il se tourna vers Leia, prostrée au sol, les joues baignées de larmes. La jeune fille avait lâché toute arme. A genoux, elle fixait le corps d’Ahsoka inanimé à quelques dizaines de mètres d’elle. Les poings serrés, elle restait immobile, sans cesser de pleurer. Combien de temps s’était-il écoulé depuis qu’ils avaient quitté son bureau ? Une heure, peut-être deux ? Bail avait l’impression que cela faisait beaucoup plus longtemps.

Il vit Jace s’approcher d’elle, et essayer de la calmer. Il ne doutait pas qu’elle provoquait cette tempête de débris elle-même. Elle ne se contrôlait pas. Bail ne comprenait pas exactement comment la Force fonctionnait, mais il connaissait Anakin, et il connaissait l’étendue de son pouvoir. Que sa fille provoque de tels événements ne le surprenait pas. En revanche, il ne pouvait s’empêcher d’avoir peur. Ils étaient au beau milieu d’une guerre pour leur liberté. La dernière chose dont ils avaient besoin était un soldat incontrôlable.

Autour d’eux, les sénateurs, assistants et politiciens en tous genres fuyaient vers l’intérieur du bâtiment et se retranchaient dans leurs bureaux. Certains cherchaient à quitter le Sénat par les sorties arrières. Tous criaient. Leurs hurlements ne faisaient qu’exacerber la pression chez Leia.
- Leia, il faut que tu te ressaisisses ! On en a déjà parlé, lança Jace à la jeune fille d’une voix rassurante. Ahsoka n’aurait pas voulu te voir réagir ainsi.

Ces mots semblèrent avoir de l’effet sur Leia. Peu à peu, la pluie de débris se calma, jusqu’à ce que les tourbillons de métal cessent complètement. Bail se rapprocha de la jeune fille et se mit à sa hauteur. Elle n’avait pas vingt ans et pourtant la souffrance et la peine étaient tout ce qu’elle connaissait. Il la comprenait. Ce n’était pas ce qu’il avait souhaité pour elle.
- Je suis désolé, Leia, dit-il en essuyant ses larmes d’une main réconfortante.

Elle le regarda avec de grands yeux humides. Il ne pouvait s’empêcher de voir en elle la petite fille qui venait sans arrêt le voir sur Alderaan dans son grand palais. Cette petite fille qui mettait de la joie dans une résidence un peu trop vide. Mais désormais, Alderaan n’était plus. Tout comme cette petite fille. Elle avait été remplacée par une jeune fille au cœur fermé, une version de Leia que personne n’aurait pu imaginer apparaître. Un soldat au visage froid et déterminé. Et même si cela faisait mal à Bail de l’admettre, il avait besoin de cette version là en cet instant précis. Pas de la petite fille émotive.
- On va retourner au poste de commandement, expliqua-t-il à l’attention de tous. J’enverrai quelqu’un s’occuper du corps d’Ahsoka. Mais pour le moment, notre priorité reste les affrontements qui se déroulent au-dessus de notre tête, et nous ne pouvons rien faire ici.

La jeune fille hocha lentement la tête avant de prendre une large inspiration. Elle se redressa tout en aidant Bail à se relever. Décidément, même des gestes simples devenaient compliqués pour lui. Il vit la jeune fille remettre son casque avant de reprendre son arme et son attitude de SCAR. Bien. Il était temps qu’ils rejoignent les autres.

***


- Naboo ne répond plus, informa Jyn.

Bail s’approcha du moniteur holographique de la jeune femme et inspecta les données sous ses yeux. Tout cela lui rappela douloureusement le blocus qu’avait organisé la Fédération du Commerce sur cette planète, avant de voir son leader exécuté par un chasseur de prime. Sans cet événement, jamais Palpatine n’aurait été élu chancelier. Bail s’arrêta sur cette pensée. Le Sith avait caché tellement de choses…. Y avait-il ne serait-ce qu’une chance qu’il ait été derrière ce blocus ? Les avait-il donc manipulés à ce point ?
- Caleb Dume nous a contactés il y a moins d’une demi-heure, poursuivit Jyn. D’après lui, les attaques sur Naboo avaient déjà commencé lorsqu’il a rejoint la planète. Il n’a même pas pu atterrir.

Elle marqua une pause pour reprendre son souffle.
- Nous ne savons même pas si l’équipage qui était avec lui a survécu. Ce dont nous sommes sûrs, en revanche, c’est que Naboo est désormais un territoire impérial.

Bail imagina un drapeau géant à l’effigie de l’Empire flotter au-dessus de la planète. Il se tourna vers Padmé d’un air navré. La sénatrice le lui rendit d’un air désespéré. La disparition d’Ahsoka l’avait secouée elle aussi, tout comme Anakin. Les deux étaient atterrés. L’ancien Jedi semblait même vouloir le faire payer à Palpatine lui-même. Mais que pouvaient-ils faire de plus ? Ils semblaient impuissants.
- Major Erso, déclara-t-il, essayez d’entrer en communication avec le Bellator. Dès que vous avez réussi à avoir l’Amiral Ackbar, prévenez-moi.

Jyn s’exécuta immédiatement. De son côté, Bail activa son projecteur holographique. Le portrait de Galen s’afficha l’instant d’après. Il ne sembla pas remarquer sa fille. Ses yeux étaient tirés et affichaient un manque de sommeil flagrant.
- Galen, le salua Bail, où en est la situation ? A-t-on trouvé une faille ?

Le regard que lui retourna le conseiller acheva de détruire les espoirs de Bail.
- Rien. Rien de rien. Nos ingénieurs ont tout essayé, mais cette Étoile semble imprenable.

Il se retourna pour répondre à une question puis reporta son attention sur Bail.
- Cette station possède un champ d’énergie qui empêche les vaisseaux lourds de s’en approcher de trop près. Aucun de nos destroyers, et encore moins le Nightwish ne peux l’attaquer frontalement.

Il se passa une main dans ses cheveux en bataille.
- Nous avons envoyé tous nos chasseurs à la surface de l’Etoile Noire, mais là encore, elle est remarquablement bien équipée. Des tourelles abattent nos pilotes avant qu’ils ne les remarquent. C’est une hécatombe, Bail.

Le chancelier déglutit. Il ne pensait pas la situation si catastrophique. Mais en quelques heures, elle s’était dégradée drastiquement. Il fallait prendre des mesures en conséquences.
- Obi-Wan Kenobi est encore autour de la station, poursuivit Galen. Nos ingénieurs pensent que si un chasseur arrive à passer dans l’un des tunnels de maintenance, alors il aura peut-être une chance d’accéder au réacteur principal.

L’idée intéressa Bail. Du coin de l’œil, il vit C-3P0 qui s’apprêtait à le contredire mais Galen l’interrompit avant même qu’il ne puisse dire quoi que ce soit :
- Je sais qu’il y a peu de chances que ça réussisse. Mais c’est la seule option qu’il nous reste.
- Combien de pilotes ont réussi à pénétrer dans un tunnel ?
- Pour le moment, seulement trois. Le général Kenobi avait lui aussi réussi, mais il a été obligé de s’en extraire, il avait des TIE à ses trousses.

Les TIE. Ces vaisseaux semblaient inépuisables et leurs pilotes aussi. Comment l’Empire avait-il donc pu recruter autant de personnes ? Par persuasion ? Par peur ? Autre chose ?
- Des nouvelles du Bellator ? demanda-t-il à Jyn en s’écartant légèrement de l’holoprojecteur.

Jyn lui répondit par la négative avant de tenter de nouveau de contacter le destroyer républicain.
- Nos croiseurs n’en mènent pas large, l’informa Galen. Comme je te l’ai dit, nous avons dû envoyer tous nos chasseurs sur la station, mais ça n’a pas eu d’influence sur le nombre de TIE déployés sur nos destroyers. Pour le moment, ils résistent aux attaques, mais ça ne durera pas longtemps. Le Bellator était sur la première ligne de défense, ajouta-t-il. Il sera un des premiers à tomber.

Bail se passa une main dans sa barbe fine. Il jeta un regard à Anakin. L’ancien Jedi tentait désespérément de prendre contact avec Yoda, en vain. Il vit dans ses yeux qu’il suspectait le pire. Au train où allait les choses, il ne devait pas se tromper de beaucoup.
- Galen, déclara Bail sur un ton sérieux, il faut organiser une retraite.

Le conseiller resta interdit quelques minutes.
- Tu n’es pas sérieux, Bail ? Nous sommes à ça de réussi à torpiller le réacteur principal de l’entoile Noire ! Dit-il en rapprochant son index de son pouce devant son visage.
- Ils ont eu Naboo, répondit Bail.
- Ils ont eu plein de planètes, répliqua Galen. On ne va pas abandonner, Bail. On ne peut pas. On doit tenir bon !
- Je ne te parle pas d’abandonner. Ils ont eu Corellia, Naboo, probablement Mirial aussi. Même si nos chasseurs arrivent à faire tomber l’Étoile Noire et l’Empereur, il faudra quand même libérer ces planètes. Leurs ressources paraissent inépuisables et vu l’état dans lequel est notre armée… Je pense simplement qu’il faut penser à un plan B.

Galen ne semblait pas apprécier l’idée. Fuir devant l’ennemi ? Il ne l’avait jamais fait, et jamais il ne le ferait. Il n’avait pas cédé devant les Séparatistes lorsque ceux-ci lui avaient proposé de travailler pour eux, même avec la vie de sa femme et de sa fille à naître en jeu. Il avait des principes et il s’y tenait. Et Bail le respectait pour cela. Mais la République était en très mauvaise posture. Il fallait se préparer à toute éventualité.
- Je veux que tu quittes Hosnian Prime, lui ordonna Bail. Elle est trop proche de Coruscant, Palpatine te trouvera facilement.

Galen réfléchit quelques instants.
- Il doit rester une vieille base républicaine sur Géonosis. Elle n’a pas été utilisée depuis la fin de la guerre des clones. Palpatine ne nous cherchera pas là-bas, c’est une zone neutre depuis des années.

Bail approuva son choix de la tête.
- Il reste de nombreux Jedi ici. Je vais en envoyer quelques-uns avec toi.
- J’ai suffisamment de soldats SCAR, Bail.
- Mais rien ne vaut un Jedi, répliqua celui-ci dans un sourire.

La remarque n’amusa que lui, mais cela lui suffisait. Il transmit les coordonnées de la base à deux Jedi dont il avait vaguement entendu parler. Yoda les avait recommandés avant de partir, et Bail lui faisait confiance.
- Et toi, qu’est-ce que tu vas faire ?

La question prit Bail de court. Il savait exactement ce qu’il allait faire. Il n’avait seulement pas prévu de l’expliquer à Galen. Il savait que son ami n’approuverait pas sa décision.
- Je reste sur Coruscant, déclara-t-il.
- Tu es fou, lui répondit Galen en secouant la tête. Si comme tu le dis, Coruscant va tomber, alors il faut que tu quittes cette planète le plus rapidement possible. Tu es la tête de la République, bon sang !
- Justement, Galen, répondit le chancelier d’un ton posé. Depuis tout à l’heure, des dizaines de sénateurs s’enfuient de la planète par lâcheté. Je dois donner l’exemple. Tous les habitants de Coruscant ne pourront pas quitter Coruscant. Je peux au moins les inspirer et les rassurer en restant moi aussi. Si je pars, alors nous avons déjà perdu.
- C’est du suicide, grommela le conseiller.

Bail ne répondit pas. Il préférait se dire qu’il s’en sortirait. Après tout, Obi-Wan était encore là-haut dans le ciel, à tenter de trouver un tunnel de maintenance qui le mènerait jusqu’au réacteur principal de la station. La Force était avec lui, Bail le savait. Ils avaient encore un espoir. Un espoir faible, aussi mince qu’un grain de sable dans la galaxie, mais c’était tout de même de l’espoir.
- Je reste aussi, alors, déclara Galen.

Bail soupira. Décidément, son mi pouvait être incroyablement borné.
- Non, Galen. Si jamais Coruscant est détruite, alors tout reposera sur tes épaules. Tu ne peux pas te permettre de rester sur Hosnian Prime. Ce sera la première planète que l’Empereur attaquera.
- Géonosis est beaucoup trop éloignée, Bail, j’aurai du mal à coordonner les attaques contre la station.
- C’est un ordre, Galen.

Le conseiller se renferma, comme vexé par le ton de Bail. Il releva la tête d’un air contrit.
- A vos ordres, Chancelier. Que la Force soit avec vous.
- Qu’elle soit avec toi, Galen.

Et la communication se coupa. Bail soupira. Il n’aimait pas la façon dont s’était terminée cette conversation, mais c’était le seul moyen d’assurer un plan de secours à la République. Il se tourna vers Anakin et Padmé. Il ne pouvait pas leur demander de rester avec lui. Eux aussi devaient partir, s’assurer une chance de vivre. Padmé sembla lire dans ses pensées :
- N’y pense même pas, Bail. Nous restons ici.

Le chancelier sourit tristement. Il savait qu’il pouvait compter sur eux. Il posa une main fraternelle sur l’épaule d’Anakin.
- Merci.

L’ancien Jedi lui rendit un sourire compatissant. Soudain, la voix de Jyn émergea :
- Chancelier, j’ai l’amiral Ackbar, mais la communication est très mauvaise.

Bail s’approcha de Jyn :
- Essayez de contacter Obi-Wan, demanda-t-il à Padmé et Anakin.

Alors que les Skwalker s’activaient, Bail se pencha au-dessus de Jyn. L’hologramme d’Ackbar ne ressemblait qu’à une silhouette difforme.
- Je risque de le perdre, dit Jyn. Je pense que ça vient de l’émetteur du Bellator. Il doit être très endommagé.

Bail acquiesça. Il n’entendait qu’une série de parasites. Des bribes de voix lui parvenaient, sans être plus précises.
- Amiral Ackbar, vous me recevez ? Ici le Chancelier Organa, tenta-t-il.

Aucune réponse ne lui vint. Il vit Jyn tenter d’améliorer la communication.
- Ackbar, vous me recevez ?

La silhouette bleutée s’anima alors, et Bail discerna les contours du Mon Cal.
- Cha...ier...rg...a ?
- Amiral, je vous reçois très mal. Nous pensons que le problème vient du Bellator. Est-ce que vous pouvez améliorer la connexion ?

C’est alors que la silhouette disparut complètement. L’instant d’après, l’amiral Ackbar apparaissait sous forme d’hologramme parfaitement net. Bail devina qu’il était passé sur un holoprojecteur portatif. L’image était tremblotante. Le Mon Cal devait probablement se déplacer tout en leur parlant.
- Chancelier Organa, les salua-t-il.
- Amiral, quelle est la situation là-haut ?

L’image du Mon Cal tressauta. Bail ne distingua plus que l’uniforme blanc de l’amiral avant que sa tête ne réapparaisse dans le cadre.
- Nous ne tiendrons pas très longtemps, répondit Ackbar. Les impériaux ont amené de nouveaux croiseurs.
- Et le Nightwish ?
- Il résiste bien. Je le rejoins en ce moment même.

Bail ouvrit de grands yeux. Comment l’amiral pouvait-il abandonner son destroyer ? La situation était-elle si catastrophique ?
- Que voulez-vous dire ?
- Les boucliers du Bellator sont à deux doigts de lâcher, Chancelier. Nous avons trois croiseurs impériaux qui nous encerclent, ce qui nous empêche de battre en retraite.

L’image tressauta de nouveau avant de se stabiliser. Le Mon Cal reprit :
- Le Bellator se précipite actuellement à toute vitesse sur le destroyer le plus proche. Nous espérons que les deux autres seront aussi touchés.

Devant le regard paniqué de Bail, Ackbar ajouta :
- Le personnel a été entièrement évacué et je suis actuellement dans une navette pour rejoindre l’amiral Raddus à bord du Nightwish.

Il marqua une pause avant de déclarer d’une voix nostalgique :
- Le Bellator était un bon vaisseau. J’espère que vous pourrez observer sa dernière action depuis le sol.

Bail ne s’attarda pas sur la remarque de l’amiral.
- Combien de chasseurs a-t-on encore aux environs de l’Etoile Noire ?
- Moins que ce que nous aurions aimé, Chancelier.
- Combien ont réussi à atteindre un tunnel de maintenance ?
- Cinq, répondit Ackbar. Il me semble que Maître Kenobi en est à son deuxième essai actuellement.

Bail prit note de l’information. Sur sa droite, Anakin avait apparemment réussi à entrer en communication avec Kenobi par canal vocal. Il ne saisissait pas un mot de ce qu’ils se disaient.
- Je dois quitter le Bellator, avertit Ackbar.
- Que la Force soit avec vous, le salua Bail avant de couper la communication.

Il resta un moment silencieux. Le Nightwish résistait bien. Voilà qui était une excellente nouvelle. Décidément, le dernier-né des chantiers de Kuat était une merveille de technologie. Palpatine n’avait pas dû s’attendre à ça.

Le chancelier s’approcha de la baie vitrée de son bureau. La vitre était rayée de partout, signe des nombreuses tentatives d’attaques de la part des impériaux. Bail observa un instant le tout-Coruscant qui s’étalait sous ses pieds. Leur défense avait été parfaite. Peu nombreux étaient les TIE qui avaient réussi à forcer leur blocus. Pour l’instant, la planète était sauve, tout comme la majorité de ses habitants.

A l’horizon, Bail pouvait discerner une colonne de points minuscules qui s’élevaient dans les airs. C’étaient les vaisseaux de transport chargés d’évacuer le maximum de personnes vers des planètes où le conflit n’arriverait que très tardivement. Combien de ces vaisseaux appartenaient à des sénateurs sans scrupules dont le seul objectif était de sauver leur peau ?

Bail leva les yeux vers l’Étoile Noire. La station était toujours là. Elle lui paraissait plus grosse que quelques heures auparavant. S’était-elle rapprochée ou bien la menace grandissante lui provoquait-elle des hallucinations ? Il n’aurait pas su le dire. Il pouvait apercevoir les dizaines de destroyers des deux camps entourer cette station sphérique. Ce n’était que de petits triangles noyés dans l’atmosphère polluée de Coruscant.

Soudain, un petit cercle mêlé de jaune et de rouge engloba trois destroyers avant de disparaître presque aussi rapidement qu’il était apparut. Le Bellator avait terminé sa course. Bail ne put s’empêcher à l’équipage du croiseur républicain, au temps que cela prenait d’évacuer autant de personnes. Ackbar lui avait assuré que le vaisseau était vide. Avait-il dit la vérité ? Ou bien avait-il seulement dit ce que le chancelier voulait entendre ?

S’arrachant à cette vue de désolation, Bail se rapprocha d’Anakin. Padmé et Jyn s’était elle aussi approchées, et tous écoutaient Obi-Wan parler dans les comm. D’un mouvement de tête, Bail s’enquit de la situation auprès d’Anakin.
- Il est dans un des tunnels, expliqua celui-ci. Je l’ai guidé. Pour le moment, il est débarrassé des TIE qui le collaient.

Bail acquiesça ;
- Maître Kenobi ? Ici le Chancelier Organa.
- Bail, répondit Obi-Wan d’un ton enjoué, vous êtes pile à l’heure pour la fête.

Le chancelier ne put retenir un petit sourire.
- Expliquez-moi où vous êtes, Obi-Wan.
- En plein milieu d’un des tunnels de maintenance les plus propres que j’ai jamais vu, répondit le Maître Jedi d’un ton sarcastique.
- Vous devriez voir le réacteur principal d’ici peu, l’informa Bail. D’après nos ingénieurs, une torpille à proton devrait suffire. Rappelez-vous que vous n’aurez pas beaucoup de temps pour quitter le tunnel.

Il entendit le Maître Jedi étouffer un juron.
- C’est étroit ici ! Quand je disais que je détestais voler…
- Vous vous débrouillez bien, Maître, répondit Anakin sur un ton enjoué. Si vous pouviez toujours piloter de cette façon, je n’aurais pas à vous sauver si souvent !

Le rire du Jedi traversa les comm. C’était contagieux. Mais Bail garda son sérieux. Il s’approcha de l’appareil de communication.
- Obi-Wan, commença-t-il, la République compte sur vous. Pour le moment, vous êtes notre seul espoir.

Le Jedi ne lui répondit pas immédiatement. Une série de bruits de vaisseau leur parvinrent. Puis la voix d’Obi-Wan se fit entendre, beaucoup plus stressée.
- Bon sang, j’en ai deux qui sont revenus. Ce ne sont pas des TIE classiques, ajouta-t-il.
- Comment ça ? demanda Anakin sur le même ton.
- On dirait qu’ils sont blindés.

Bail vit Skywalker serrer les poings avant de répondre :
- Maître, une fois les torpilles lancées, leur seul souci sera d’échapper à l’explosion. Ils ne vous poseront pas problème.
- Si tu le dis…

Le Jedi s’interrompit. Avant de reprendre sur un ton beaucoup plus confiant :
- Je le vois ! Le réacteur est juste en face de moi.
- Approchez-vous au plus près, Maître.
- Et… les torpilles sont tirées !

Par réflexe, Bail leva les yeux vers l’immense station spatiale au-dessus de leurs têtes. Il savait qu’il y avait un court délai entre le tir et l’explosion. Il imaginait déjà l’Étoile de la Mort voler en éclat et Palpatine avec. Mais rien ne vint.
- Le réacteur a absorbé les torpilles ! s’alarma Obi-Wan dans les comm. Aucune attaque ne semble être efficace !
- Vous êtes sûrs que ce n’est pas un bouclier ?
- Galen a spécifié que le réacteur n’était protégé, intervint Bail.
- C’est un autre type de bouclier, répondit Obi-Wan. Il absorbe tout type d’attaque. Les torpilles n’ont même pas explosé !

On entendit le Jedi gémir sous l’effort. Il devait être en pleine manœuvre.
- Je dois quitter le tunnel, dit Obi-Wan. Anakin, il faut que…

Soudain, une explosion retentit et la transmission se coupa. Anakin leva les yeux vers Bail avec un air paniqué.
- Maître Kenobi ? appela Bail. Maître Kenobi !

Aucune réponse ne lui vint jamais.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1038
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 27 Mai 2019 - 12:49   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Juste :diable:

*tend une madeleine et un mouchoirà Niobi*

Belle ambiance d'apocalypse, c'est la débandade côté Répu... Un deuxième mort ? Bail va-t-il survivre ? Va-t-on assister à l’émergence d'une Dark Leia - ça me parait bien parti pour -? ...

Bon évidemment, moi j'espère qu'on va avoir un peu de tyrannie impériale avant le boum final... :D
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2271
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Niobi » Lun 27 Mai 2019 - 13:21   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Haaaaaaahaaaaaaaaa... *rire nerveux*

Nononononononononononon. Pas d'corps, pas d'mort. C'est la règle, y a pas de preuve. Saloperie de cliffhanger.

Nananan. J'y crois pas.

(Merci Gaga, commence à prévoir 36 tonnes de madeleines si jamais sa mort est véridique. Une seule ne suffira pas. Et les mouchoirs, évidemment).

Tout va bien. C'est super. La vie, toussa...
Brave is the man who has no fears. Braver is the man who faces his fears...

// Let's smash ! [NJ S@L ♥] // "Make something better today than you did yesterday" - S. Miyamoto.
Niobi
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2357
Enregistré le: 08 Sep 2015
Localisation: Left Coruscant for Luigi's Mansion (Bo3, 7:00, no FS, no hazards, no items) and smash !
 

Messagepar L2-D2 » Lun 27 Mai 2019 - 15:56   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 9 lu !

Ah non ! Pas Obi-Wan quand même... :( Bon, comme le dit Niobi, tant qu'il n'y a pas de corps, on peut espérer... mais quand même, c'est rude ! La République accuse défaite sur défaite, et il est assez incroyable de voir à quel point la situation a empiré depuis le début de ce Livre (en même temps, la fin du précédent donnait le ton).

Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir...

Vivement la suite pour savoir si c'est le cas... Je refuse d'imaginer que nos héros vont demeurer à ce point soumis à leur ennemi, non, je m'y refuse ! :cry:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5602
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Dark GaGa » Mar 28 Mai 2019 - 14:04   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

J'ai commencé à stocker les mouchoirs depuis le premier boum :)

Moi, par contre, je bois du petit lait, tellement ça va dans mon sens!

L2-D2 a écrit:
Noir c'est noir, il n'y a plus plein d'espoir...

Les darksiders approuvent - gloire à l'Empereur! :diable:
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2271
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Notsil » Mer 29 Mai 2019 - 17:02   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Bon, on voit que sans Galen Erso y'a pas de faille dans la bestiole. Méchamment efficace, cette étoile noire.

Est-ce que ça va être le tour d'Anakin de se sacrifier pour la détruire ?

Ou est-ce qu'on va d'abord continuer à tuer quelques perso par chapitre ? :p
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2454
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Barya Mach » Mer 29 Mai 2019 - 18:05   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Punaise! Ce livre de l'enfer. :shock:
Vivement le happy ending du Retour du Jedi.


Comment ça il n'y en aura pas ??? :paf:


J'adore la nouvelle version de Leïa; bien différente de ce dont on a l'habitude.
L'idée de Dark Leïa ne me déplait pas, il faut bien que quelqu'un passe du CO dans version aussi, mais ça risque d'être encore un sale moment à passer pour sa famille. :cry:
Barya Mach
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 252
Enregistré le: 21 Nov 2016
 

Messagepar Mandoad » Mer 29 Mai 2019 - 21:06   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Mais... mais... Vous vous rendez compte qu'à ce train là vous n'aurez plus de personnages sur qui écrire hein. :transpire:

La situation est de plus en plus désespérée pour la République et, pourtant, je ne croyais pas que c'était possible. La chut de Bail est proche, mais à voir qui y passera encore dans l'interlude.

Intéressante réaction de Leia et sa petite glissade vers l'obscurité, quoique :
LL-8 a écrit:- Leia, il faut que tu te ressaisisses ! On en a déjà parlé, lança Jace à la jeune fille d’une voix rassurante.
Ah! Donc, on le légendaire mutisme de Leia ne serait qu'un mythe ? :sournois:

Bizarrement, avec cette Etoile Noire indestructible et Yoda qui part à la rencontre de Palpatine, je vois bien une conclusion à la Infinities Tome 1, si vous voyez de quoi je parle. :wink:

Allez, à la prochaine !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 770
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar LL-8 » Ven 31 Mai 2019 - 8:47   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Hello tout le monde !
Cette fois, pas de retard, le dernier chapitre de ce livre arrive à l'heure !
La suite la semaine prochaine !

retour au sommaire

LIVRE V : BAIL ORGANA
Chapitre 10


Bail repéra le destroyer bien avant qu’il ne touche le sol. Triangle de métal, il était devenu triangle de flammes à son entrée dans l’atmosphère. On ne discernait même plus les couleurs de la République sur son flanc. Ce n’était plus un croiseur mais une boule de feu géante qui s’écrasa sur le Temple Jedi. Bail vit le bâtiment le plus vénéré de la galaxie disparaître sous le poids du vaisseau et s’enfoncer dans le sol de la planète-monde. L’explosion secoua le sol jusque sous les pieds de Bail. Le chancelier vit une vague de poussière, de débris et de miettes de bâtiments parcourir la surface de Coruscant. Ce qui frappa le bâtiment du Sénat n’était que le souffle déjà épuisé de l’explosion. Il sentit qu’une partie de lui-même se brisait. Il avait grandi entouré de Jedi. Il leur avait toujours fait confiance. A ses yeux, ils étaient les gardiens de la paix dans la galaxie, et jamais il n’avait douté d’eux. Et là, devant lui, ils venaient de disparaître en une fraction de seconde.
- Chancelier, nous devons partir !

Anakin l’empoigna par l’épaule et le tira en arrière. Il restait incroyablement calme. Il venait de perdre son mentor d’une vie, son apprentie, et le Temple Jedi venait de partir en fumée, et malgré tout, il gardait la tête froide. Bail lui résista d’un air outré.
- J’ai dit que je ne quitterai pas Coruscant !

Ce fut Jyn qui intervint. La jeune SCAR avait remis son casque blanc et noir sur sa tête. Bail la reconnut à sa voix, déformée par le vocodeur.
- Chancelier, si vous voulez pouvoir continuer à communiquer avec le Nightwish et à coordonner ce qu’il reste de notre défense, vous allez devoir vous mettre dans un endroit plus sécurisé.

Elle désigna l’extérieur de sa main gantée. Bail se retourna et vit une demi-douzaine de TIE passer devant le bâtiment du Sénat. Il ne les avait même pas remarqués quelques minutes plus tôt. L’explosion du Temple l’avait complètement hypnotisé. A moins qu’ils ne soient arrivés qu’après ?
- Avec la perte de deux de nos plus importants croiseurs, les TIE ont pu forcer la défense. Dès qu’ils seront suffisamment nombreux, ils vont se diriger vers nous et tenter de vous abattre. Il faut se mettre en sûreté, lui intima Jyn.

Bail inspira, histoire de retrouver son sang-froid. La destruction du Temple Jedi l’avait perturbé. Il pensait les Jedi si intouchables… Il ne pensait pas voir ce bâtiment être un jour rayé de la carte de Coruscant. Il pensa à tous les jeunes padawans de l’Ordre qui devait probablement rester là-bas, se pensant à l’abri… Combien de morts devrait-il compter lorsque tout ceci serait terminé ? Combien de familles se retrouveraient amputées d’un membre ? Le visage de Breha lui apparut soudainement. Il la chassa d’un geste de la main. Il ne devait pas se laisser aller. La galaxie tout entière dépendait de lui.

Il se reprit en main et se prépara à quitter son bureau. La plupart du matériel indispensable pour communiquer avec les croiseurs encore en orbite avait été emporté par Urien et Alek. Aero et Jace étaient encore présents, pour escorter la troupe jusqu’à leur vaisseau.
- La corvette est prête, l’informa Jyn. On doit bouger maintenant.

Bail acquiesça et suivit les SCAR en dehors du bâtiment. Jyn menait, suivie par Jace et Anakin, sabre en main. Venaient ensuite Bail et Padmé. La sénatrice tenait un blaster en main qu’elle avait récupéré dans l’un des meubles du bureau de Bail. Il ne se souvenait même plus pourquoi il avait ce genre d’armes dans son bureau. Aero et Leia fermaient la marche.

Le groupe parcourut les couloirs désormais vides du bâtiment du Sénat. Les politiciens qui s’étaient décidés à rester s’étaient regroupés dans l’autre aile du bâtiment. Bail les imaginaient terrés dans leurs bureaux ou dans une salle quelconque de conférence, à attendre qu’une armée victorieuse de clones viennent les libérer. Il comprenait leur peur. Même la guerre des clones n’avait jamais été aussi terrifiante. L’attaque de Grievous, l’ordre 66… Rien de tout cela ne les avait atteints personnellement. Mais maintenant que leur vie était en danger, ils prenaient conscience de la menace qui planait au-dessus de leurs têtes.

Jyn entraîna leur troupe de l’autre côté du bâtiment, vers les plate-formes d’atterrissages. Bail se prit à penser qu’ils n’avaient pas récupéré le corps d’Ahsoka. Il avait dû être malmené par la vague de débris qui s’était propagée sur le sol lorsque le croiseur s’était écrasé. Il n’osait pas imaginer dans quel état la Togruta devait être. Il se sentait coupable de l’avoir abandonnée là, mais il n’avait pas d’autre choix. Qu’ils le veuillent ou non, ils étaient en guerre. Si la Force le voulait, il reviendrait lorsque tout cela serait fini pour lui donner des funérailles dignes de ce nom.

Ils arrivèrent finalement sur la plate-forme. La corvette corellienne de Bail, le Tantive IV, était là, prête à décoller. Il pouvait apercevoir Urien dans le cockpit – où était-ce Alek ? Avec leur casque il ne les distinguait pas – qui leur fit signe que tout était paré. Son compagnon attendait sur la passerelle, prêt à faire embarquer toute la troupe.

Aero se dirigea vers la corvette tandis que Leia et Jace vérifiait les environs. Il n’était pas à deux mètres du vaisseau qu’Anakin lui hurla de s’éloigner le plus vite possible. Le clone eut juste le temps de se retourner. La corvette disparut dans une violente explosion, entraînant avec elle les trois clones. Bail se jeta au sol pour éviter de se faire brûler. Le souffle chaud des flammes emporta une partie de son manteau avec lui et lui fonça le teint. Il se releva précipitamment.
- Personne n’est blessé ?

Alors que les autres se relevaient péniblement, la corvette tomba lentement dans le vide. Seuls quelques morceaux tels que les trains d’atterrissage et une partie du cockpit restèrent sur la plate-forme. Une épaisse colonne de fumée s’élevait encore dans les airs, indiquant à qui voulait le savoir leur position.

Bail vit Anakin s’approcher de lui, son sabre à la main.
- J’ai un mauvais pressentiment.

Comme pour confirmer son impression, une navette émergea doucement de la fumée. C’était un modèle que Bail n’avait jamais vu. Les trois ailes – latérales et dorsale – formaient un triangle grisâtre et austère. Entourée de volutes de fumée noire, on aurait dit un montre tout droit des délires technologiques des aliens les plus fous. Lentement, les ailes dorsales se replièrent le long de ses flancs et la navette se posa sur la plate-forme, balayant au passage les derniers morceaux du Tantive IV.

Bail sentit que ses compagnons se rapprochaient dans son dos. Jyn, blaster au poing, se plaça au-devant du chancelier pour le protéger. Discrètement, elle lui fournit une petite arme de poing, légère et facile à tenir en main. Il accepta le blaster et garda les yeux rivés sur la passerelle de la navette. Il avait des doutes sur ses occupants. Une chose était sûre, en revanche : ce vaisseau était d’origine impériale. Et peu importe qui sortirait. Leurs intentions étaient forcément hostiles.

La passerelle finit par s’abaisser dans un bruit de soufflerie, comme une pression qu’on relâchait. Une demi-douzaine de soldats en armure noire en sortirent, tous armés jusqu’aux dents. Bail les connaissait de nom : les stormtroopers, les troupes de choc de l’Empire. Une pâle copie des clones de la République, bien moins efficaces, mais beaucoup plus menaçants et beaucoup plus nombreux.

Les six soldats vinrent former une ligne en face de leur groupe, blaster pointés dans leur direction. Ils laissèrent un espace au milieu. Un septième occupant devait probablement arriver. Bail avait raison : l’instant d’après, une paire de bottes sombres apparurent sur le haut de la navette. A pas lourd, le Chancelier vit celui qu’on appelait Dark Malk sortir à son tour du vaisseau. Il était donc rentré de Naboo. Il traînait quelque chose derrière lui.

Il dépassa les clones tout en gardant son regard rivé sur Bail. Il était d’une extrême jeunesse, la vingtaine tout au plus. Ses cheveux noirs, en bataille, faisaient ressortir son regard ardent comme la braise. On pouvait lire la haine pure dans ses yeux. Il s’approcha à trois mètres du groupe et balança son paquet à terre. Bail découvrit avec horreur les traits déformés de Mace Windu.
- Bail Organa, déclara Dark Malk d’une voix jeune et rauque. Nous nous rencontrons enfin.

Le chancelier leva un regard plein de colère vers le jeune Sith. Il n’eut pas besoin de préciser sa pensée. Malk avait déjà tout compris.
- Enfin, dit-il d’une voix moqueuse. Pensiez-vous vraiment que l’on pouvait s’en prendre à l’Empereur aussi facilement ? Vous êtes tellement naïfs…

Il parcourut le groupe des yeux et un sourire mauvais s’afficha sur son visage.
- Quel dommage que le nain vert ait disparu après sa mort. Je m’aurais fait une joie de vous apporter son corps.

Ses mots frappèrent Bail en plein cœur. Maître Yoda. C’était impossible. On ne pouvait pas tuer Maître Yoda. Il était trop puissant. C’était faux. Le Sith devait mentir. Mais au fond de lui, Bail sentait qu’il disait la vérité. Pourquoi Yoda n’avait-il pas repris contact, s’il s’était échappé ?

Sur sa gauche, Anakin activa son sabre. Le bourdonnement de lame envahit l’espace.
- Tu l’as tué ! rugit-il.
- Et toi, tu as tué mon maître, grinça le Sith.

Bail essaya de faire le lien avec Dark Xabron. Était-il vraiment le maître de ce jeune homme ? Il croyait que les Sith n’allaient que par deux. C’était ce que Yoda lui avait toujours dit.

Anakin n’attendit pas que le Sith fasse le premier pas et se jeta sur lui. Bail entendit Padmé lui crier de ne pas le faire. Mais l’ancien Jedi était déjà lancé. Malk eut juste le temps de dégainer sa propre lame pour repousser l’attaque d’Anakin. Son sourire mauvais s’étira encore et il s’engagea dans le combat avec toute la puissance qu’il pouvait.

De leur côté, Jyn et Jace n’attendirent pas et ouvrirent le feu sur les stormtroopers. Bail les imita sans réussir à vraiment toucher un seul des soldats. Sur sa droite, Leia dégaina sa vibrolame et se jeta en silence sur le stormtrooper le plus proche. Elle ne le blessa pas et se contenta de le jeter dans le vide. Son voisin subit le même sort. Bail s’attaqua alors au troisième soldat ; L’homme devant lui hésita avant de tirer, ce qui permit au chancelier de tirer. Le laser écorcha le bras du soldat. Il étouffa un cri et riposta. Son tir déchira le mollet de Bail. Ce dernier tomba un genou dans un cri de douleur. Sans attendre, Leia se jeta sur le soldat et lui enfonça la vibrolame dans le casque.

Padmé se précipita vers Bail.
- Tu vas bien ?

Il leva une main rassurante :
- Je suis jute blessé, ça va.

Puis il leva un regard inquiet vers la sénatrice.
- Où est Jace ?

Comme un seul homme, ils se retournèrent vers les deux clones. Jace était au sol, Jyn penchée sur lui et le visage baigné de larmes. Elle leva un regard affligé vers Bail. Il n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit. Anakin se retrouva projeté au sol entre eux. Il n’était pas blessé, visiblement. Bail entendit Malk lever la voix d’un ton sarcastique :
- Tu te prends pour un Jedi ?

Il eut un rire mauvais.
- Tu es pathétique, lâcha-t-il.

Puis il leva ses deux mains. Lentement, Leia et Jyn se retrouvèrent soulevées dans les airs par une force invisible. Bail pouvait voir les deux jeunes femmes se tenir la gorge à la recherche d’une main qui n’existait pas. Elles étouffaient. Le cœur de Bail battit un peu plus fort et un peu plus vite.
- Quel dilemme, lança Malk. Qui sauveras-tu, Jedi ?

C’était impossible. Jamais Anakin ne pourrait sauver les deux en même temps. Bail vit Leia et Jyn être déplacées au-dessus du vide. Les yeux des jeunes femmes se remplirent de terreur. Elles étaient trop jeunes pour mourir. Personne ne méritait de partir à cet âge-là.
- Relâche-les, ordonna Anakin entre ses dents, le regard fou.

Bail le vit placer Padmé derrière lui, hors de l’emprise de Malk.
- Ton pire cauchemar, se moqua Malk. Je lis en toi comme dans un livre ouvert, Skywalker. Et tu penses pouvoir gagner ?

Le Sith fit un pas en avant.
- Je vais te faire souffrir. Et ensuite, je te tuerai.

Anakin se jeta sur lui, lame pointée droit sur sa poitrine. Malk bloqua son attaque. Et relâcha son emprise. Bail ne réfléchit pas. L’adrénaline fit disparaître la douleur dans son mollet. Il se précipita vers Leia et lui attrapa le poignet avant que la jeune femme ne disparaisse complètement dans le vide. Il tira de toutes ses forces et la fit remonter sur la plate-forme.
- Merci, souffla-t-elle en se redressant.

Son regard s’alarma soudain.
- Jyn ?

Bail revint à la réalité. Il tourna violemment la tête là où Jyn se tenait quelques secondes auparavant, se froissant un nerf du cou au passage. La jeune femme avait disparu. Bail porta une main à son visage. L’émotion l’envahit telle une immense vague de douleur. Il se tourna vers Padmé. La jeune femme n’avait pas eu le temps d’atteindre Jyn. Elle était beaucoup trop loin.

Leia resta immobile, le visage déformé par la peine. Puis, sans prévenir, elle se lança vers Malk.
- Leia, non !

Padmé était impuissante, tout comme Bail. Ils ne pouvaient qu’observer et subir. Bail vit Leia se jeter entre Anakin et Malk au moment où l’ancien Jedi s’apprêtait à attaquer. Surpris, le Sith n’eut pas le temps de parer son attaque. Leia visa sa poitrine, mais il s’écarta et elle ne put que blesser son bras de sa vibrolame. Enragé, le Sith leva la main et la jeune femme se retrouva propulsée de l’autre côté de la plate-forme.
- Va-t-en, Leia ! Cours ! lui hurla Anakin.
- Sois une lâche, comme ton père, la nargua Malk.
- Ne t’approche pas d’elle, le menaça Anakin.

Et il se lança sur lui. Laissant les deux bretteurs s’affronter, Bail et Padmé se précipitèrent vers Leia. Toujours au sol, la jeune fille se releva avec difficulté. Padmé passa une main derrière sa nuque pour l’aider. Lorsqu’elle la retira, le sang de sa fille resta sur ses doigts.
- Tu dois écouter ton père, lui dit Bail. Fuis pendant que tu en as encre le temps.

La jeune femme secoua vigoureusement la tête, lui arrachant une grimace de douleur par la même occasion. Elle était blessée, elle ne pouvait pas continuer à combattre. C’était de la folie de rester ici. Mais elle ne le comprenait pas.
- Tu dois partir, Leia, ajouta Padmé.

Des explosions retentirent à l’horizon. Les TIE se faisaient plus nombreux. Ils allaient bientôt se retrouver bloqués s’ils attendaient trop.
- Tu devrais partir avec elle, dit Bail à l’attention de Padmé.

La jeune femme parut dubitative.
- Alors tu viens avec nous.
- Je suis le Chancelier, Padmé. Je dois rester.
- Alors je reste aussi, répliqua la jeune femme.

Bail soupira.
- Tu n’as pas de comptes à rendre à la République. Sauve ta vie pendant que tu le peux.
- Je reste avec Anakin, insista Padmé d’un ton sans appel.

Elle se tourna vers sa fille.
- Tu dois partir.

Leia fit non de la tête, avant de désigner le tatouage qui couvrait la moitié de son crâne.
- Je sais, répondit Padmé d’une voix douce. Mais Luke t’aurait dit la même chose, dit-elle.

Une larme roula sur la joue de la sénatrice. Une larme pleine de souvenirs, de joie et de peine, d’émotions contenues trop longtemps.
- J’ai besoin de savoir qu’au moins un de mes enfants est en sécurité, ajouta-t-elle d’une voix chargée d’émotions.

Bail posa une main réconfortante sur son épaule. Il savait par quoi son amie était passée. Il regarda Leia.
- Un chasseur à l’usage personnel du Chancelier est disponible dans un des hangars du bâtiment du Sénat. Il se trouve dans l’aile sud. Ce n’est pas un chasseur puissant et il ne possède pas d’hyperpropulseur, mais il te permettra de quitter le bâtiment plus vite. Malk n’aura pas le temps de te rattraper.

La jeune femme hocha la tête.
- Que la Force soit avec toi.
- Que la Force soit avec vous, répondit Leia d’une voix douce et cependant rauque, comme quelque chose qu’on n’a pas utilisé depuis longtemps.

Elle prit sa mère dans ses bras et disparut hors de la plate-forme. Bail soupira. Puis il se retourna, juste à temps pour voir Anakin blesser son adversaire au niveau de la cuisse. Le Sith jura, avant de se redresser et d’asséner un coup de sabre vers l’épaule de l’ancien Jedi. Celui-ci para son coup et pivota de manière à retourner sa lame vers Malk Mais ce dernier anticipa le coup. Il saisit le poignet ganté d’Anakin et le tordit jusqu’à faire hurler de douleur l’ancien Jedi. Le Sith souriait. Il savourait tout le mal qu’il infligeait. Il était son moteur. Bail pouvait presque voir ses yeux dorés s’enflammer en entendant Anakin gémir.

Puis, d’un coup sec, il brisa la main mécanique d’Anakin. L’ancien Jedi se tordit de douleur. Bail pouvait presque sentir sa propre main se briser. Il imagina tous les muscles reliés à la main de métal arrachés. Il vit le sang de l’ancien Jedi glisser le long de sa main désormais inerte.

Padmé voulut se précipiter vers lui, mais Malk l’en empêcha, l’envoyant contre une des caisses posées sur la plate-forme.
- Allons, c’est un grand garçon, il peut se débrouiller tout seul, ricana Malk.

Il saisit Anakin par la gorge et le leva à hauteur de son visage. Bail ne pouvait qu’imaginer sa puissance.
- N’est-ce pas, Ani ?

Anakin lui cracha au visage. Malk ne l’essuya pas et continua de ricaner. Il observa un instant l’homme qu’il tenait entre ses mains, tel un trophée.
- Toujours un Jedi, au fond… Quel gâchis.

Et sans prévenir, il dégaina sa lame et l’enfonça dans la poitrine d’Anakin. L’ancien Jedi étouffa un gémissement. Ses yeux cherchèrent immédiatement Padmé, sans la trouver. Bail le vit presque paniquer lorsqu’il comprit qu’il ne la verrait plus jamais. Puis il expira une dernière fois. Tout son corps retomba sur le bras de Malk, inerte. Le Sith désactiva sa lame et écarta son bras, laissant le corps d’Anakin tomber au sol dans un bruit qui brisa le cœur de Bail. Malgré lui, une larme coula sur sa joue.

Son mollet le lançait terriblement. Il ne pouvait que regarder Malk alors que ce dernier s’approchait lentement vers lui. Autour de la plate-forme, une dizaine de TIE les entourèrent peu à peu, canons braqués sur lui et Padmé. Jetant un regard vers la sénatrice, il vit qu’elle se remettait à peine du choc. Ses yeux n’étaient que douleur.

Malk ne daigna pas se pencher sur Bail. Il le regarda de haut.
- Qu’allez-vous décider, Chancelier ? Vos amis ont échoué. Votre République a échoué. Il serait peut-être temps de l’admettre.

Bail n’hésita pas.
- Jamais nous ne nous rendrons !
- Pathétique, rétorqua Malk. Et stupide.

Il releva son poignet gauche et, de sa main droite, activa un bouton sur la commande qu’il portait. Quelques secondes après, une lueur verte attira l’œil de Bail. Il leva les yeux vers le ciel, là où l’Étoile Noire stationnait. Il retint un cri de surprise. Elle était opérationnelle.

Une série de lasers verdâtres apparurent et se rejoignirent en un seul trait laser qui partit en direction d’un point dans le ciel. L’explosion qui suivit fut énorme. Bail vit une pluie de débris enflammés s’abattre sur Coruscant. Il devina immédiatement le nom du vaisseau qui avait été abattu. Le Nightwish. Seul une puissance comme celle que la station spatiale possédait pouvait détruire leur superdestroyer. Il eut une pensée pour les amiraux Ackbar et Raddus. Eux aussi avaient cru en la possibilité de libérer Coruscant. Ils étaient morts en servant la République jusqu’au bout.

Malk applaudit lentement, et se retourna vers Bail, un sourire aux lèvres.
- Il ne faudra que peu de temps à notre station pour être opérationnelle de nouveau, déclara-t-il. Il est temps de vous décider, Bail. Ou bien c’est toute une planète que nous détruirons cette fois.

Bail soutint son regard un instant. Ce n’était qu’un gamin. Il devait garder ce fait en tête. Ou bien Malk réussirait à l’impressionner.
- Je ne me rendrai pas.

Malk ricana.
- Vous sous-estimez mon maître, dit-il. Je ne suis qu’un instrument entre ses mains. Il n’hésitera pas à détruire Coruscant si cela lui permet de se débarrasser de vous.

Bail baissa la tête. Au fond de lui, il ne pouvait pas admettre que c’était la fin. Tous les efforts qu’ils avaient fournis. Toute cette énergie qu’ils avaient mise au service de l’espoir. De la Force. Les abandonnait-elle vraiment ? Était-ce donc ainsi que c’était supposé se terminer ? Bail avait toujours préféré les fins heureuses. Était-il donc condamné à ne pas en avoir ?

Il leva les yeux vers Malk. Tout en ce jeune homme transpirait l’arrogance, la présomption, la haine, l’égoïsme, la colère. Bail allait remettre la galaxie entre de telles mains. Des mains pleines du sang de milliers d’innocents, remplies de violence et de meurtres. Qu’il meurt ou non, qu’il se rende ou non, Bail allait laisser son univers entre les mains de Sidious, d’un psychopathe au service d’une force obscure. Il eut une pensée pour Breha. Elle n’était plus là pour voir cette catastrophe qu’il avait laissé arriver. En un sens, il était soulagé pour elle. Mais il y avait encore tant de mondes, tant de peuples que Palpatine allait asservir, sens espoir aucun d’un retour à un monde meilleur. Bail ne pouvait pas les abandonner.

D’un air contrit, il leva les mains en signe de soumission.
- Je me rends.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1038
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Niobi » Ven 31 Mai 2019 - 10:08   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

M-Mais... !? :shock:


...



C'est horrible.

Mace, Yoda. Obi-Wan, Anakin... Ahsoka, Luke... Le Temple.
Tout est détruit ?
J'avais encore de l'espoir. Mais alors maintenant... plus rien.

Dur. Très dur. On se tait et on mange la mort et la douleur, c'est ça ?

F*ckit, Kenobi est vraiment mort... je vous déteste.
Brave is the man who has no fears. Braver is the man who faces his fears...

// Let's smash ! [NJ S@L ♥] // "Make something better today than you did yesterday" - S. Miyamoto.
Niobi
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2357
Enregistré le: 08 Sep 2015
Localisation: Left Coruscant for Luigi's Mansion (Bo3, 7:00, no FS, no hazards, no items) and smash !
 

Messagepar Barya Mach » Ven 31 Mai 2019 - 10:10   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

En fait je vais finir par penser que l'histoire des films est peut-être bien la version "plus heureuse". :shock: Ou alors DarkGaga vous a pris en otages et forcés à écrire la victoire de l'Empire. C'est ça ? :paf:

En tout cas c'est toujours "agréable" à lire. Hâte de voir le personnage du livre suivant ( peut-être Leïa ? ), de découvrir ce qui est advenu de Yoda, de ce qui adviendra de Bail et de Padmé, de voir apparaître d'autres personnages (Han, Lando, Chewie ?) et de voir les raclés que vont prendre Palpatine et Dark Malk (oui j'espère qu'ils vont finir par s'en prendre une quand même :transpire: ).
Barya Mach
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 252
Enregistré le: 21 Nov 2016
 

Messagepar Notsil » Ven 31 Mai 2019 - 11:26   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Eh bien, c'est de pire en pire ^^

Bon, reste Léia et peut-être Padmé ?

Bail ne va pas survivre longtemps à sa reddition, je pense.

Ca promet :p
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2454
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Dark GaGa » Ven 31 Mai 2019 - 20:21   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Je vous aime :love:
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2271
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar L2-D2 » Dim 02 Juin 2019 - 10:37   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Tonnerre!!! :shock: :( :cry:

Et vous nous laissez comme ça en plus! Vivement la suite, je n'en peux déjà plus d'attendre!
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5602
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Niobi » Dim 02 Juin 2019 - 11:56   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Dark GaGa a écrit:Je vous aime :love:

Taréééééée ! :cry:
Brave is the man who has no fears. Braver is the man who faces his fears...

// Let's smash ! [NJ S@L ♥] // "Make something better today than you did yesterday" - S. Miyamoto.
Niobi
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2357
Enregistré le: 08 Sep 2015
Localisation: Left Coruscant for Luigi's Mansion (Bo3, 7:00, no FS, no hazards, no items) and smash !
 

Messagepar Notsil » Dim 02 Juin 2019 - 13:41   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

En fait au départ on était super content que l'ordre 66 ne soit pas appliqué, puis finalement on se demande là, est-ce que ça fallait vraiment le coup tout ça ? ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2454
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 03 Juin 2019 - 15:32   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Niobi a écrit:
Dark GaGa a écrit:Je vous aime :love:

Taréééééée ! :cry:

Ah non, j'ai juste un alignement différent du tien, respecte mes opinions politiques. Je suis ravie de voir les méchants en prendre plein leur tronche. :lol:
C'est vrai que l'Empire y va fort, mais c'est jouissif. Et pis là, si tes potes gagnent, ils auront réellement mérité leur victoire. Là, il y a du drame, un vrai enjeu, des sacrifices, ils en chient.

Bon, j'espère que Windu et Yoda vont se faire décalquer... je les aime pô

Je mettrais un jeton sur Leia et Padmé comme espoir de la répu... Sauf si elles sont font capturer et retourner (Leia). Mais peut-être qu'ailleurs, dans quelques années, il y aura un nouvel héros (Rey?) ou un gamin de Dark Leia (vu que Ben il veut pas faire comme ses parents et faire comme papy) ?

Imagine Niobi, qu'au lieu du PO, tu as un Empire durant 30 ans... ça claquerait plus que le PO? Et le fils de Leia contre sa mère. :lol:
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2271
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Mandoad » Mer 05 Juin 2019 - 20:19   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Euh... Il vous reste des personnages pour le livre suivant ? Parce qu'en perdant Windu, Yoda, Anakin, Jyn, Ackbar, Raddus et probablement Bail et Padmé, il ne reste plus grand monde de ce côté de la Force. :transpire:

En tout cas, j'aimais pas Ezra avant, je l'aime encore moins maintenant. Quelle carnage en quelques paragraphes ! :shock:

En fait, à y réfléchir, Anakin qui devient Vador, l'Ordre 66, c'est pas si mal quoi...

La suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 770
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar LL-8 » Sam 08 Juin 2019 - 8:56   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Retour au sommaire

ÉPILOGUE
Once more the Sith will rule the galaxy. And we shall have peace. – Darth Sidious


Les murs de la cellule dans laquelle il était enfermé lui semblaient encore plus froids qu’ils ne l’étaient vraiment. D’une teinte grisâtre, ils semblaient lui refléter son âme : vide, sombre, torturée. Il avait échoué. Complètement. Il avait abandonné ses amis, la République, la galaxie toute entière. Et la perspective de mettre sa vie au service d’une quelconque résistance le déprimait. Que pouvait-il faire, du fond de la cellule où on l’avait envoyé ?

Bail se passa une main sur son visage. Sa barbe naissante lui piqua les paumes. Cela faisait quatre jours qu’on l’avait enfermé ici. Lorsqu’il s’était rendu, Coruscant avait été épargnée. Cela n’avait pas été le cas des sénateurs restés sur la planète. Un par un, Malk les avait exécutés sous ses yeux. Puis il avait saisi Padmé. Son amie était restée digne. Pas une seule fois elle n’avait gémi. Pas une seule fois elle ne l’avait supplié de l’épargner. Elle était restée droite, le regard planté dans celui de Bail. Et d’un mouvement de la main, Malk lui avait brisé la nuque.

Bail gémit. Pourquoi l’avait-on épargné ? Il aurait donné sa vie pour celle de Padmé. Il se revoyait supplier Malk de lui laisser la vie sauve, de prendre la sienne à la place. Mais le Sith n’avait pas eu un seul regard pour lui. A ses yeux, il n’était qu’une charge de plus, une chose que son maître désirait et qu’il se voyait obligé de rapporter. Il n’avait aucune valeur. Les larmes coulèrent sur sa joue en pensant à Padmé. Ils avaient passé tellement de bons moments ensemble ! Il se souvenait des longs après-midi sur Naboo en compagnie de sa famille. Le jeune Luke, la jeune Leia… A ce moment-là, leur innocence n’avait pas encore été détruite. Où était Leia, en cet instant où il pensait à elle ? Il n’en avait aucune idée. Il espérait seulement qu’elle soit en vie.

Bail appuya sa tête contre le rebord froid de sa couchette de métal, seul mobilier de sa petite cellule. Après les exécutions du Sénat, Malk l’avait amené sur l’Étoile Noire. Sans un mot, il l’avait conduit à sa cellule. Depuis, il ne l’avait pas revu. Il ne savait pas si la station avait changé de position, si elle avait quitté Coruscant ou bien si elle y était encore. Il n’avait pas de visites, seul celle du droïde qui lui amenait sa portion quotidienne de nourriture.

Un bruit de verrou lui fit redresser la tête. La porte de sa cellule coulissa sur elle-même et un jeune homme fut lâché dans la pièce sans autre parole. La porte se referma aussitôt après.

Le jeune homme portait la tenue officielle des pilotes de Corellia. Il se redressa lentement et s’assit sur le sol avant de s’appuyer contre le mur de la cellule. Sa bouche était écorchée et son arcade sourcilière amochée.
- Ravi de pouvoir enfin vous rencontrer, Chancelier, lâcha le jeune homme dans un sourire triste.

Bail ne fut pas surpris. Il devait probablement faire partie des derniers combattants. Combien de pilotes se battaient encore pour la République ? Combien de planètes étaient-elles encore libres ? Les forces de l’Empire étaient si nombreuses…
- Quel est ton nom, mon garçon ? demanda Bail.

Le jeune homme s’humecta les lèvres avant de répondre :
- Je m’appelle Wedge, Chancelier. Avec mon escadron, on a voulu vous libérer. Je suis le seul survivant.

Bail soupira. Le jeune homme poursuivit :
- Nous sommes rattachés au destroyer Le Ver des Sables. Notre vaisseau a été détruit par l’Empire, mais l’équipage a pu s’enfuir. D’ici peu, une autre mission de sauvetage sera organisée. Ne perdez pas espoir, lui dit-il d’un ton rassurant.

Bail secoua la tête.
- L’espoir ? Mon garçon, il n’y a plus d’espoir. L’Empire a gagné. Nous avons déjà tout tenté.
- Une super-arme ne leur donne pas le pouvoir absolu, rétorqua Wedge. Ils ont des failles. Et nous les trouverons.

Bail s’apprêtait à le faire résonner lorsque la porte coulissa de nouveau. Un officier en tenue noire accompagné de plusieurs stormtroopers vêtus d’armures de la même couleur apparurent. Les soldats se saisirent des deux hommes sans un mot. Ils les relevèrent sans ménagement et les entraînèrent dans le couloir.

Bail ne savait pas où on les emmenait. Alors il se contenta d’observer. Tout était tellement sombre et fade, à l’image de l’austérité des Sith. Et tout était si ordonné. Les soldats se suivaient au pas, et personne ne dépassait de l’espace qui lui était alloué. On entraîna les deux hommes dans quantité de couloirs tous plus identiques les uns aux autres. Finalement, ils débouchèrent sur ce que Bail identifia comme étant le pont de l’Étoile Noire. Malk était là, dans une tunique noire similaire à celle des Jedi. Son regard mauvais ne s’attarda pas sur les prisonniers.

Au bout du pont se tenait une silhouette voûtée encapuchonnée, appuyée sur une canne. Palpatine. A ses côtés, Tarkin, dans une tenue vert-olive parfaitement ajustée, s’éloigna respectueusement lorsque Bail et Wedge furent amenés juste à côté de Palpatine.
- Chancelier Bail Organa. Quel plaisir de vous revoir.

Bail resta droit et observa l’espace noir devant lui. Au loin, les étoiles brillaient, comme collées sur une toile qu’on aurait tendue. La vue était magnifique.
- Le plaisir n’est pas partagé, Palpatine, lui répondit-il en omettant volontairement le titre du vieil homme.

Il ne pouvait pas distinguer ses traits, cachés par le large capuchon qui lui entourait la tête, mais il devina qu’il souriait.
- Ah, Vice-Roi, toujours si sûr de vous. Votre ami Galen Erso était si certain que vous viendriez le sauver.

Bail serra les poings. Il avait eu Galen. Son ami n’avait pas quitté Hosnian Prime. Il en était sûr. Il retint ses larmes. Il ajoutait un nouveau nom aux vains sacrifices que la République avait demandés.
- Vous continuez de croire en votre pathétique petite République, Vice-Roi, je peux le sentir.

La voix de Palpatine était rauque, abîmée par le temps.
- Je voudrais vous montrer quelque chose, ajouta l’Empereur.

Bail vit la vue devant ses yeux changer. La station spatiale était en mouvement. Il devina qu’elle tournait sur elle-même. Que voulait-il donc lui montrer ? Les restes d’une autre planète qu’il avait détruit ? Une flotte complète de la République qu’il avait vaincue ?

L’Étoile Noire se figea lentement. Alors les étoiles reprirent leur place dans l’espace. Bail resta interdit. Devant lui, des dizaines de stations spatiales sphériques, semblables en tout point à celle dans laquelle il se trouvait, s’alignaient. La plupart était en construction, entourées de vaisseaux de transports. Mais toutes en étaient probablement au stade final. Bail pouvait apercevoir le cercle du super-laser sur chacune d’elle. Elles étaient potentiellement toutes opérationnelles. Et elles n’étaient peut-être même pas toutes présentes.

Bail sentit que Palpatine souriait. Il se délectait de sa réaction troublée. Bail avait été tellement naïf. Palpatine avait tout prévu. Sur sa droite, Wedge n’avait pas dit un mot. Le jeune homme était pâle. Il s’avança d’un pas, comme incrédule. Puis il murmura :
- Vous aviez raison, Chancelier. Il n’y a plus d’espoir.

FIN
Modifié en dernier par LL-8 le Sam 08 Juin 2019 - 8:57, modifié 2 fois.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1038
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Darth Eluar » Sam 08 Juin 2019 - 8:56   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Attention, message à lire après le texte ci-dessus

Spoiler: Afficher
"Epilogue"... Combien d'entre vous s'attendaient, en se levant ce matin, à voir ce mot écrit ici ? Peu, j'imagine... On avait prévu de jouer là-dessus, et c'est pourquoi nous avons toujours catégoriquement refusé de dire combien de livres cette histoire devait faire. Pas de faux suspense, pas de détournement d'attention. Ce mot est bien réel. C'est ici que cette histoire s'achève.
Alors oui, je sais, c'est un crève-cœur. Ça l'est pour nous aussi. J'ai proposé cette histoire à LL-8 le 30 septembre 2017. Et nous voilà au terme de sa publication. C'était une belle aventure, et vous avez été des lecteurs merveilleux. Nous sommes très heureux de voir à quel point cette histoire vous a plu.
Il était prévu dès ma proposition de départ de mettre un point final après une fin aussi désespérante. Je tiens à signaler que vous étiez prévenus. Trop contents de voir Ahsoka et Anakin apparemment échapper à leur drame, vous n'avez peut-être pas prêté assez d'attention à l'avertissement de Yoda qui a ouvert le prologue. Les visions comme celle qui provoque tout le basculement de cette histoire sont parfois dangereuses...
Alors, quelles étaient mes intentions de départ avec cette histoire ? Après que j'ai terminé de voir la saison 5 de The Clone Wars, j'ai passé des heures à me demander ce qui serait arrivé si Ahsoka n'était pas partie. A me dire que c'était un rouage essentiel de la chute d'Anakin. Et puis, j'ai commencé à mettre les choses en perspective. L'uchronie est un art incroyablement délicat car il est difficile de ne pas sous-estimer l'effet papillon. Qu'est-ce qui nous assure qu'un évènement qui se serait déroulé de façon plus heureuse que dans la réalité n'aurait pas eu des conséquences encore plus désastreuses ? Alors, j'ai commencé à être agacé par toutes les vidéos de fan-fiction que j'ai pu voir, qui se terminaient pour beaucoup par "et Anakin ne passe pas du côté obscur, tout le monde vit et est heureux". C'était si décevant... Ça passait quand c'était à but parodique comme dans HISHE, mais quand les auteurs se prenaient au sérieux, mon dieu ce que ça m'énervait.
Alors c'est ce que j'ai voulu démontrer avec cette histoire. J'ai tenu depuis le tout début à cette fin où l'on comprend une chose (bien joué à ceux qui l'ont fait remarquer) : oui, même si elle part moins bien, la continuité des films est de loin la plus joyeuse. Après tout, ce qui arrive est la volonté de la Force.

Pas de happy ending, donc. Une part de moi aurait aimé, aussi. Ces pauvres héros auraient mérité d'être heureux. Mais c'est ainsi qu'est leur histoire. C'est dans le drame que réside une part de la force de Star Wars. Sûrement même une part de la Force.

N'imaginez pas un tome 2 où tout change et tout finit bien. Ce roman s'achève ici. Cependant, nous avons aimé travailler ensemble, et nous avons pris goût à cet univers. Alors qui sait, peut-être d'autres histoires y verront le jour...

Toujours en mouvement est l'avenir...
A single spark of courage can ignite the fires of hope. Commandant Suprême Jace Malcolm.
Fan fiction : La Tourmente de l'Ordre
Staffeur Fan-Fics et RP
Darth Eluar
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1601
Enregistré le: 08 Jan 2016
Localisation: Impossible à déterminer, faute de connexion stable. Veuillez réessayer ultérieurement.
 

Messagepar Notsil » Sam 08 Juin 2019 - 9:44   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

T'as eu de la chance que la partie précédente soit courte où j'aurais lu le spoil en 1er ;)

Ceci dit, rien que la présence de ce spoiler m'a fait comprendre comment tout ceci se terminerait.

C'est dans la logique, ça pique et c'est déprimant ^^ Sinon, j'ai raté un truc ou Palpy appelle Bail "Vice-Roi" ? Pour quelle raison ?

Bon, ceci dit, il ne règnera plus sur grand chose le Palpy, quand il aura atomisé toute la galaxie ;)

En tout cas c'était chouette à lire (au niveau de l'écriture tout du moins :p), ça change des fins heureuses ou douce-amère, là je ne vois pas grand chose de positif à en retenir ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2454
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations