Le Coeur d'Herrion (HoH), terminé

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 15 Avr 2018 - 18:04   Sujet: Re: HoH, livre 3: chap 8

Ce chapitre est un peu long ( plus de 10 pages). J'aurais pu le diviser en deux parties, c’eût été parfait pour le suspense!
Imaginez:
" Eh, Sasha, tu as bien tranché la gorge de ce sorcier?
- Ben ouais, pourquoi?
- Il...Il bouge toujours! Il nous attaque! Nooooon!"
:diable: Fin de la première partie, la suite au prochain numéro! :diable:

Ah, ma bonté me perdra... :ange:

Sans plus attendre,


Chapitre 8 : La bataille de Verranna ( vue d'en bas)





Le Pouvoir Caché
L'un des contes que les Bergers distillent aux enfants herrians à la veillée, autour du traditionnel feu de camp, se conclut par cet avertissement: « enfants, ne jouez pas avec les amulettes ! »

Je suppose qu'il faut traduire enfants par: humains ?


Il lui avait fallu des décennies pour arriver à cet instant. Depuis ce jour ou, encore tout jeune, il avait appris le secret que cachait Herrion. Tout ce temps à bâtir un empire, à renouer avec la famille paternelle, à s'attirer les bonnes grâces du Vice-roi de l'époque. Il avait été à deux doigts d'épouser sa fille et de lui succéder. Et il était passé tout près de la catastrophe. Encore des décennies pour raffermir sa position, et il avait failli tout perdre lors de la guerre des clones. Failli seulement, car, entre temps, il avait trouvé l'Oracle. Des années encore à servir un tyran adepte du Côté Obscur, qui lui en avait beaucoup appris à son insu. À la dure, mais il avait survécu.
Concernant la famille et les herrians, Il avait décidé de changer de méthode : tant d'incapables, tant de dégénérés !
Ç’avait été un devoir sacré de faire le ménage, de tailler dans l'arbre généalogique, d'imposer une sorte de sélection naturelle. Il était assez satisfait du résultat, même si le jeune Venom s'était montré au final un peu trop doué et combatif.
Dommage... Vraiment !
Mais ce n'était que partie remise : il avait ordonné de prélever des cellules pour un clonage. Un bébé, un nouveau Venom débarrassé de l'esprit rebelle de l'original, pourrait être éduqué convenablement.
Pour le Cœur, il avait attendu patiemment le Point de Convergence. Il avait eu tout le temps nécessaire pour sélectionner le monde adéquat, ce monde qu'il avait rebaptisé Verranna après avoir réduit ses habitants en esclavage ; il ne l'avait pas annexé pour ses immenses ressources, comme il l'avait laissé croire, mais surtout parce que sa situation, sa nature même en faisaient le réceptacle idéal pour le Pouvoir Caché.
Il avait fallu des années de plus pour aménager correctement cette salle.
Enfin, le moment était venu ! Tout était prêt !
Il fit un tour d'horizon. L'autel au centre était une colonne blanche et noire qui s'enfonçait sur des kilomètres jusqu'au noyau en fusion.de la planète.
À sa gauche, disposés le long du demi-cercle gravé à même le sol, trois sorciers Doloriens en robes noires, le visage dans l'ombre d'un large capuchon. Les adeptes du côté obscur tissaient leurs sortilèges.
Ce n’étaient pas des gens fiables, mais leur coopération était indispensable. Heureusement, ils n'arrivaient pas à la cheville du sorcier noir Magnus avec qui il avait jadis passé un fructueux accord. D'autant plus fructueux que Venom s'était montré à la hauteur en l'éliminant : Magnus était puissant, trop puissant et il avait fini par entendre parler du Cœur. Ces trois-là étaient plus faciles à manipuler, du moins il l’espérait.
De l'autre côté, parfaitement symétriques aux sorciers, trois jeunes gens vêtus de blanc invoquaient le côté lumineux de la Force. Des clones de maîtres Jedi d'avant l'empire, mais ils l'ignoraient. Ceux-là étaient fiables et totalement dévoués, car ils étaient passés par la Matrice même s'ils n'étaient pas reliés au Collectif : la Force était un obstacle au lien cybernétique. Mais le Cœur allait résoudre ce petit souci et bien d'autres. Bientôt, la Force elle-même s'unirait au Collectif !
À ses côtés , l'Oracle, dans ses voiles translucides, rappela  :
- Jusqu’à la résolution de ce Nexus, je suis totalement aveugle. Le futur et vos ennemis me sont cachés.
- j'ai d'autres moyens de savoir où sont mes ennemis. C'est ainsi que j'ai capturé le Prince d'Herrion et ses petits camarades, rappelez-vous ! Pensez plutôt à ce que le Cœur peut vous offrir !
- Je pourrais m'en passer ! Tout comme de cette maudite vision. Et vous, méfiez-vous plutôt de vos « amis » !

Verryn avait longtemps lutté et exercé des pressions pour obtenir '‘son’' Oracle. D'aucuns auraient parlé de chantage ou de contrainte. L'Oracle n'avait rien de docile, mais il lui devait bien des succès.
- Les Doloriens ont leurs propres objectifs, j'en suis conscient ! J'ai fini par découvrir qu'ils sont liés au Cœur. Mais je n'ai pas le choix : ils sont indispensables à l'Éveil. Et c'est pour cela que j'ai tant besoin des enfants de Venom ! Tout est prêt, commençons.





Les mines , l'espace: les rouges sont partout !
- Par ici, la sortie !
Le droïde-garde les menait vers la lumière. Une lumière toute relative, il faisait nuit. Mais les étoiles brillaient intensément. Certaines se déplaçaient et Sasha reconnut des traits rouges et verts caractéristiques :
- Mais il y a une bataille là-haut ?
D'autres esclaves débouchaient des galeries, un droïde-garde à leur tête ! Celui-ci tourna sa tête vers lui !
- eh, Sash’, tu fais quoi avec ta pioche ? Et tu vas attraper froid, dans cette tenue ! Rentre dans SyDney, et vite !
- SyDney, mais…
Il regarda son garde plus attentivement :
- Eh, attends, toi ! Tu ne ressembles pas aux autres gardes !
- normal : eux sont de vrais gardes quoique un peu bricolés, mais moi je suis déguisé !
Et le déguisement se déglinguait, laissant voir l'enveloppe familière.
- mais si ce sont de vrais gardes, alors pourquoi il m'a appelé...
- LES ROUGES, RASSEMBLEZ VOS ÉQUIPES AUX POINTS PRÉVUS ! LES NAVETTES ARRIVENT !
- Parce que Milo te connaît, tiens !
Des TIE peints en rouge les survolèrent, lâchant des missiles sur un objectif très proche.
- Attends, c'était bien l'escadron rouge, là…Alors que fait Milo...
- Eh, Salut, Sash' ! Très seyante, ta tenue de bagnard… Mais enfile plutôt une armure !
Une autre voix familière : Thera ! Encore un Garde ?
- Allez, embarque, je vais t'expliquer…
Avec la liaison neurale, ce fut plus rapide, mais pas plus clair !
- Alors une partie des rouges s'est infiltrée en se plaquant à l'intérieur des droïdes gardes, qui eux même ont été substitués aux originaux détournés par un commando impérial… Ces droïdes construits par Tendandro Arms sont en fait… Hou, ça me donne mal au crâne, cette affaire ! Que viennent faire les imps dans cette histoire ?
- Mal au crâne ? Et là, ça va mieux ?
Après avoir augmenté le taux d'oxygène, SyDney lança un check-up complet de son partenaire.
- Ouais, j'crois que j'ai l'esprit plus clair. Donc Markus et Jag sont alliés ?
Sydney garda pour lui son inquiétude, car les analyses n'étaient pas bonnes, pas bonnes du tout !
- Je vois que ton séjour à la mine n'a pas trop entamé des capacités de déductions, fit-il rassurant.
Il avait dû monter le taux d'O2 à 80 % pour obtenir ce résultat.
- Mais qui pilote les chasseurs, alors ?
- Ben, les Rouges ! Enfin, les SyD… Tu sais bien que plus personne n'arrive à faire la différence ! Une fois, Jacsyn, qui avait fait la fête la veille, a roupillé pendant toute une bataille. C'est Synne qui a piloté et dirigé son escadron. Personne, sauf nous, les SyD, ne l'a su ! Ah, voici les navettes ! On se tire d'ici !
- pas question, on doit arrêter Verryn, il va réveiller le Cœur !
- tu n'es pas en état de te battre , laisse faire les Jedi !
- Ah, parce qu'ils sont de la partie ? Bah, plus il y a de fous… Rejoignons la fête ! J'suis crevé, oui ! Eh ben, dans ce cas, je roupillerai et tu te battras à ma place. Personne ne saura, sauf les SyD, bien sûr ! Mais on y va ! Le palais, c'est le grand édifice à dix kilomètres, là. Si t'es pas d'accord, t'as qu'à me larguer ici : dix bornes à pied, c'est faisable !
- Pourquoi tu veux y aller à pied alors qu'il y a des moto-speeders dans ce hangar ?
- Fallait le dire plus tôt !
- eh, tu ne m'as laissé le temps !
Les Navettes arrivaient et chacune pouvait sans peine emporter 300 esclaves. Sasha en compta une vingtaine : juste assez pour cette mine ; et les autres ?
- il y en a d'autres, beaucoup d'autres ! Et des transports lourds, des Evakmar, des Acclamators… Pas ton problème, tu as dit ! On y va ?

Sasha/SyD choisirent une moto-speeder, la seule équipée de blasters.
- Comment vous avez fait pour passer à travers la flotte, il y avait bien cinq destroyers en orbite ?
- La flotte ? On l'a envoyée faire la chasse au Dahu !
- le Dahu ? Comme dans la légende herrianne ? c'est quoi cette histoire ? Ils n'ont pas réactivé cet anima-droïde, quand même ?
Même amoindri par ses épreuves, il s’en souvenait bien, de cette mémorable expédition !
Et de cette semaine tordante où des '‘experts’’ s’étaient succédé sans comprendre que l'animal que les jeunes farceurs avaient présenté comme un dahu n'était qu'une machine !
La plus belle face des rouges, même si la fin, orchestrée par Ve’ssshhh à leur insu n’avait pas été très glorieuse pour eux (1).
Merci encore, Ve’ssshhh !
[ De rien cha’axaa!]
Sasha ne s’étonnait même plus d’entendre son défunt maître lui répondre ; et avec un brin d’ironie, en plus !
Il devait reconnaitre qu’en les ridiculisant, son mentor leur avait évité les cuisantes représailles d’une populace en colère.
SyD’ le ramena au présent :
- Et oui, encore une farce des rouges et de leurs amis Naurutans, Je t'expliquerai plus tard ! Tu m'as dit de foncer, on fonce !




À la conquête du palais Verryn !

Dans le palais
Les deux guerriers sans chaussures (et sans grand-chose d'autre, d'ailleurs) s'étaient planqués : accroupis derrière une colonne, ils observaient des gens courant dans tous les sens.
- C'est quoi, ce barouf ?
- Il en sort de tous les côtés ! Tu crois qu'ils ont découvert notre évasion ?
- Si c'était le cas, ils ne sortiraient pas les armures et les casques !
Le sol et le plafond vibrèrent et de petits fragments de décoration se détachèrent.
- Et ça ?
Nouvelle vibration, plus forte… Une fissure apparut au plafond
- ça, c'est un bombardement ! Ils en sont où, tes Jedi ?
Jaden se concentra un moment…
- Très occupés… Personne ne répond, mais je sens qu'ils se battent !
- Bon, ici, ils sont tous partis ! Alors, par où on va ?
- J'sais pas, moi, y a pas d'écriteau ! Si on essayait ce couloir, en face ?
- C’est la Force qui parle ?
- Nan, c’est juste cette bonne odeur…
- Des beignets… Ce sont des beignets de Cath !
Ce devait être l’heure du goûter, car nos guerriers affamés oublièrent aussitôt leur mission !

Près du palais.
- Il n'y a que les mégalomanes pour construire un palais dans un endroit aussi accidenté !
- Tiens, t'es réveillé ?
- Juste une petite transe à la Jedi : je suis remonté à bloc, là !
- Tant mieux, parce que ça fait dix minutes que j'essaie de trouver une entrée discrète.
- Et la fissure là à droite, près du gros rocher en forme de Bantha ?
- C'est un Bantha, ça ? Quelle imagination ! Mes senseurs ne détectent rien !
- C'est là ! C'est notre entrée !
- On peut toujours aller voir… Un Bantha ? C'est juste un gros caillou !
Il n'y avait que trois cents mètres à franchir, en terrain accidenté. SyDney déploya son Jet pack..
- On prend pas la moto ? Demanda stupidement Sasha.
- Et on la gare où ? Elle peut encore être utile.T'es vraiment sûr d'être en forme ?
- Ouais, ça ira !
SyDney savait que son partenaire mentait.

Dans le palais
- Chuper crouchtillants, ches beignets!
- En plus, on a trouvé des fringues !
Jas engloutit sa dernière friandise, puis rétorqua :
- Ah, parce que t'appelles çà des fringues ? Ces chiffons presque transparents ? Ces dames étaient très gentilles, mais elles pourraient s'habiller un peu plus décemment… Qu'est-ce qu'elles faisaient toutes là , en tenue légère, à se gaver de ces bonnes choses ?
Y en avait bien… Une douzaine…Et t'as vu comme elles étaient maquillées ?
- Ouais, et celle aux cheveux noirs et aux gros… Nichons était encore plus dévêtue. T'as rougi quand elle t'a fait une bise !
- Nichons, hein ? T'en as un vocabulaire !
- Eh , moi, je n'ai pas été élevé sur Herrion ! Du vocabulaire, j'en ai ! Tu veux que je t'en sorte d'autres, comme ça ?
- Peuh, laisse tomber ! Ah, voila le couloir qu’elles nous ont indiqué.Et maintenant ? Droite, ou gauche ?
- À gauche ! Prenez à gauche !
'“Voix”' aiguë, vrombissement… Jas ne le voyait pas, mais il pouvait compter les battements de ses ailes. Son ouïe et sa vue n'étant pas d'accord, l'odorat trancha :
- X'ree !!! T'es là ? Génial ! Ils t'ont pas grillé ! Super !
- Vite, Vite , Vite, cérémonie commencée… à gauche, puis à droite, et tout droit ! Vais chercher Sasha !
- il a bien dit Sasha ?

Un escalier
Dérobé 

- Ah, tu vois, j'avais raison !
- oui, vu sous cet angle, on pourrait penser à un bantha...
- Je parlais de l'entrée ! On y va ?
- Moi, je dirais plutôt que ça ressemble à… Un Antel ?

SyDney faisait de l'obstruction. Le problème, quand on est à l'intérieur d'une armure automotrice, c'est qu'on ne va nulle part si elle ne démarre pas. Ou décide de ne pas le faire.
- mais qu'est qui te prend ? T'as un court circuit ?
- Ce serait pas toi qui en fait un ? Pouls à 130. Tension trop élevée, taux d'hématocrite en dessous de la normale, oxygénation du cerveau… juste à la limite. Et encore, parce que j'ai monté l'alimentation en O2 au maximum ! Là , il est presque pur ! C'est dangereux, à la longue !
Et je passe sur les carences multiples, un début d'infection…
- C'est vrai que je ne suis pas au top. Mais si Verryn éveille le cœur, ce sera le cadet de nos soucis !
- Les Jedi et les stormtroopers peuvent se débrouiller sans toi, tu sais ?
- Et Jas et Jaden, ils peuvent ? En ce moment, ils se précipitent droit vers Verryn et ses sorciers Doloriens.
- Comment tu sais ça, toi ?
- Lui ai dit, fit une petite voix aiguë ! Venez ! Vite ! Vite ! Vite !





Encore une belle Cérémonie… gâchée ! (2)
Le colonel de garde faisait son rapport.
- La planète est attaquée, monseigneur. On nous signale de nombreux vaisseaux au sol…
- Ce n'est pas une vraie attaque : les Yuans sont en train d'essayer de s'évader… Je l'avais envisagé. Nos forces sont suffisantes pour les repousser et nos destroyers ne sont pas loin, ils vont régler cet inconvénient mineur. Ils ont juste feint de s'éloigner.
- C'est que…
- Quoi donc, Colonel ? Je suis occupé, là !
- Ils ne répondent plus : leur dernier message signalait l'approche d'un gigantesque vaisseau…
- Les grands Anciens, intervint l’Oracle.
- Quoi ? Quels Grands Anciens ? Ceux des mythes Berels ? Ils ne sont pas censés intervenir, fit le Magnat de l’industrie.
- Ils semblent avoir changé d’avis, rétorqua l’être voilé.
- Peu importe, nous sommes assez puissants pour les repousser ! Ordonner à mon droïde tactique de…
- La Station ne répond plus, monsieur ! Selon nos informations, ces croiseurs ressemblant à des Hammerhead, ceux qui ont détruit plusieurs de nos relais, l’ont attaquée et n’en ont pas laissé grand-chose !
- Ah, Venom, Venom, ta vengeance posthume ne suffira pas à me vaincre ! Le Cœur est éveillé, l’Éclosion est imminente ! Défendez le palais coûte que coûte et laissez le reste
- À vos ordres, monseigneur. C'est qu'il est attaqué par des Jedi, monseigneur !
- Des Jedi ? Empêchez les d'approcher !
- ils sont déjà là , clama une voix claire !
Verryn se retourna : Une fille ? Non, un garçon vêtu comme une courtisane tenait effectivement un sabre laser dans ses mains. Il sourit :
- Le sabre ne fait pas le Jedi… Jaden, n'est-ce pas ?
- c'est bien lui ! Et il n'est pas seul !

L'autre fillette, non, garçon lui fonçait dessus, un couteau dans chaque main.
- Jas ! Quelle vitesse, s’émerveilla l’industriel.
Il n’avait pas peur, ses gardes du corps veillaient… L'un d'eux s'interposa et encaissa la lame sans desserrer les dents et saisit le poignet de Jas.
- Paralyseurs ! Je les veux vivants ! Ils se sont libérés de la Matrice? Incroyable ! Il me les faut !
Les gardes obtempérèrent immédiatement. Jaden repoussa plusieurs tirs avec son sabre, mais ses adversaires seraient bientôt trop nombreux.
- Jas ! Remue-toi !

Mais Jas semblait figé  sur place: effaré, choqué, il ne pouvait détacher son regard de l'homme qu'il venait de tuer. Un des gardes du corps voulut frapper, mais Verryn l'arrêta :
- Jas est un méchant garçon, Azzie, un assassin… Tu n'es pas comme ça, toi, n'est-ce pas ? Tu es un bon garçon.
Dans les yeux de Jas/Azzie, le doute… L'horreur !

Sasha/SyDney débarquèrent par l'entrée de service. Pas un seul garde, ils étaient occupés de l'autre côté. Sasha fit un tour d'horizon, vit une lame bleue vrombir et tracer des courbes complexes : Jaden ! Jas accaparait l'attention de Verryn. Il choisit ses cibles.
- On va se faire ces sorciers, tant qu'ils sont occupés !
Ils étaient tout près, un coup de blaster aurait attiré l'attention. Anticipant sa décision, SyDney avait déjà sorti ses lames. Ils furent sur le premier en un instant. Arrivant par-derrière, Sasha tira la tête en arrière et trancha la gorge offerte. Pas très loyal, mais à la guerre comme à la guerre !
- Et d'un !
Le duo passa au second sorcier. Mais celui-ci, alerté, se détourna du cérémonial pour se défendre.
Une main tenta d'agripper la lame, Sasha passa outre, tranchant des doigts ! Mais le sorcier esquiva son coup suivant on ne sait comment et sa main droite, elle, agrippait fermement l'avant-bras gauche du Droïde. Il avait une force incroyable et poussait le bras cybernétique
- et merde, ce sera pas si facile !
- le premier bouge encore, prévint SyDney 
Normalement, Sasha aurait dû le voir à travers la liaison neurale. Son partenaire était trop épuisé pour se battre correctement, jugea le droïde
- quoi ? Ah, oui, merde ! Ils sont coriaces !
[Coupez leur la tête, coupez leur la tête!]
La voix était totalement inconnue, mais le duo trouva le conseil judicieux. Un revers de la droite pour tailler dans la chair, libérer le bras gauche, profiter de l'élan de l'adversaire…
Sasha croisa ses lames autour du cou. Et la tête vola !
- Ah, quand même !
Imperturbable, le troisième sorcier poursuivait son rituel. Le premier, gorge béante, attaqua…
Les trois ''Jedi '' ne s'étaient pas interrompus non plus ! Jas semblait comme paralysé, mais au moins, il attirait l'attention de Verryn.

Jaden commençait à fatiguer. Il ne s 'en sortait pas trop mal, mieux qu'à l’entraînement : il avait toujours été bon pour renvoyer les tirs : deux des gardes qu'il affrontait avaient succombé à leurs propres décharges paralysantes. Mais il en arrivait d'autres, il serait bientôt cerné. Et Jas, toujours sans réaction !
- Jas ! Secoue-toi !
- Jaden ! Il faut perturber le rituel, occupe-toi des trois en blanc !
Cet ordre hurlé par SyDney l'arracha à ses préoccupations.
Y aller, d'accord, mais comment ? Un saut ?
Mais les gardes le cueilleraient au vol !
- Va ! X'ree s'occupe gardes !
Jaden devinait comment ! Tout plutôt que de rester là ! Il trouva en lui la Force nécessaire, et s'envola loin au-dessus des gardes, loin du nuage pestilentiel !
Jaden atterrit juste devant l'un des ritualistes : il agita sa lame bleue devant son nez, pour attirer son attention. Rien à faire, le jeune humain à peau noire poursuivait imperturbablement son travail !
Jaden leva le sabre, prêt à frapper.
- Non, je ne peux !
Il ne sentait qu'amour et dévotion dans ces trois-là. Un amour mal placé, mais…
- Essayons autre chose !
Il coupa son sabre et le rangea. Puis il s'assit en tailleur.
- Jadeeennn ! à quoi tu joues ?
- Je sais ce que je fais !
Espérons que ce soit vrai, soupira le jeune homme, constatant que les Sorciers étaient des adversaires bien plus coriaces que prévu.
- Il y a une brume qui s'échappe du cou du décapité, prévint SyDney.
- j'ai vu ! Magnus avait déjà fait le coup à Venom ! Elle va vers où ?
- Vers le troisième !
Sasha avait presque oublié ce truc que Venom lui avait pourtant expliqué : un Sorcier Dolorien mort n'est pas vraiment mort !  Il était vraiment trop crevé pour réfléchir !
Le sorcier à la gorge tranchée n'avait que ses mains pour se défendre, mais elles semblaient faites de duracier, et il semblait totalement insensible aux coups.
- Quelle saloperie ! Sors l'artillerie pendant que je l'occupe!
- Mais qu'est-ce qu'il... Ah, quand même !
Un mini missile venait d'emporter la tête de son adversaire, mais la Brume sortant du cou filait déjà vers le troisième sorcier.
- Charge ionique, tenta Sasha.
La charge ne fit aucun effet. Le dernier des sorciers consentit enfin à tourner la tête dans sa direction :
- J'ai fait ma part ! Que ces '‘blancs’' fassent la leur ! Quelle ironie : des Jedi vont assurer le triomphe de la Fille des Ténèbres ! Verryn sera déçu du résultat, je le crains !
Ha ! Ha ! Ha ! Gnnniahahaha ! (3)
Mais assez ri : Je suis tout à toi, jeune prince !
Et il le montra en lançant des éclairs.




Force Ghosts
Jaden savait qu'il ne pourrait les toucher qu'à travers Verryn : ils lui étaient totalement dévoués . Étaient-ils passés par la Matrice, eux aussi? Et il avait clairement entendu le sorcier, malgré le bruit.
En fait, Sasha avait entendu et le lui avait transmis, comprit-il. Il se concentra sur ces Jedi qui s’ignoraient :
- Vous vous trompez : éveiller le Cœur ne fera que précipiter la chute de votre maître et…
- Tais-toi, enfant ! Laisse nous accomplir notre devoir, objecta le Kiffar ! La lumière viendra du Cœur !
- votre devoir ? Verryn a été dupé par les Doloriens ! Pourquoi croyez-vous que leurs sorciers noirs coopèrent ? Au cœur de cet objet, il y a le mal absolu !
- Mensonge ! Nous sentons sa lumière !
- Vous êtes des Jedi, je le sens, je le sais ! Écoutez donc ce que vous dit la Force ! Écoutez-la !!
- Écoutez-le, écoutez-la !

La voix était ferme, pleine de sagesse. Elle provenait du Cœur !
[ Oui, écoutez-le, votre action les affaiblit]
Cette fois, la voix était différente, transmise directement dans leur esprit. Vaguement familière, celle d'un Berger. Ve'ssshhh ?
Une autre voix :
[ Laisse-nous leur montrer à travers toi. Ils doivent savoir]

Cette fois, c'était maître X'reee qui ne s'adressait qu'à lui ! il se sentit gentiment mais fermement repoussé dans un coin de son esprit ; il céda de bonne grâce, assistant en spectateur à l'échange qui suivit. Il ne comprit pas tout, même s’il reconnut des images de l’Holocron.
Des Jedi, non des Jeedais, des Bergers, et '‘ceux qui brillent’' luttaient contre une forme obscure. Une brume semblait suinter… De nulle part, envoyant ses tentacules dans le monde des vivants.
Une brume s'alimentant au Côté Obscur. Jaden perdit le fil, saturé d'images, subjugué par ces esprits anciens et puissants qui avaient pris possession de son corps.
Une seule et dernière image : les Jeedais avaient disparu et une silhouette lumineuse tendait un objet à un des Bergers. Le Cœur. Dans un coin, comme une trace, un résidu de brume se cachait de tous, ou presque.
Les trois Jedi en avaient vu plus que lui :
- Ils se sont sacrifiés, comprit le jeune homme à la peau sombre. Sacrifiés pour emprisonner cette entité !
- Elle s'est réveillée. Nous les avons trop affaiblis, fit le Kiffar
- Ils ont besoin de nous ! Allons les aider, proposa le nautolan.
Celui qui venait de parler… Disparut tout simplement, et ses vêtements glissèrent au sol. L'humain en fit autant, puis le Kiffar.
Jaden comprit qu'ils avaient rejoint les autres Gardiens du Cœur pour combler les brèches qu'ils avaient ouvertes sans le savoir.
- Est-ce que ce sera suffisant ? Il faudrait peut-être que moi aussi je…
[ C'est inutile, jeune Jedi]
Deux silhouettes à peine visibles l'entouraient. Deux fantômes de force. Deux Bergers. C'est V'essshhh qui avait parlé. Maître X'reee poursuivit :
[ Tu feras un meilleur ouvrage du dehors ! Vis et sois un grand Jedi]
[ Vous… Vous y étiez, maître?]
[ Ceci est arrivé bien avant mon temps. Bien avant la République. Bien avant que les Bergers ne migrent massivement sur Herrion.]
- Et Jas ? Qu’est-ce qui lui arrive ? Il se laisse baratiner par ce type !
Il avait parlé à haute voix. V'essshhh répondit, mais son attention était ailleurs.
[ Jas va très bien, il lui faut juste un peu de temps : Il est en train de se retrouver.]
Il suivait le duel qui se déroulait de l'autre côté de l'autel.
[Ah, Sasha ! Pourquoi faut-il donc que tu fasses toujours le malin ?]
Le Berger s'avança tranquillement au milieu des combats : les Jedi étaient enfin arrivés !





Discipulus simplex

[ à quoi joues-tu, Sasha ?]
[ euh, c'est pas l'moment, j'me bas contre un sorcier, là !]
Sasha était un peu irrité d'être dérangé en plein travail.
[ Je le vois bien ! Mais c'est la méthode qui ne va pas… As-tu oublié tout ce que je t'ai enseigné?]
SyDney intervint :
[ il est un peu confus, pour le moment : grosse anémie et son cerveau est mal irrigué.]
| C'est pour cela, alors ? Cesse donc de te battre, tu consommes de l'oxygène pour rien, et utilise ton cerveau]
| t'as entendu, Sash' ? Moi, je me bas et toi tu réfléchis]
[ Réfléchir, réfléchir, oui, mais à quoi?]
[ Pourquoi pas à ce que le Cœur et l'holocron t'ont montré?] Suggéra patiemment V'esshhh.
Ce garçon pouvait être têtu parfois !
|[ Quoi ? La brume, les Jeedais, les Berger, les gars qui n'ont jamais besoin d'éclairage pour lire ? Ah, la Brume !]
[La Brume, la Brume …]
Au moins, le jeune humain avait suivi ses conseils et laissait son droïde se battre, constata le Berger, qui nota que celui-ci s’en sortait fort bien. Mieux, même : SyDney n’avait plus à tenir compte des décisions confuses de son partenaire. Un long moment plus tard, il perçut :
[ La Brume… Qu’est-ce qu’elle veut ? Mais bien sur!]
[ ah, tout de même!]
Sasha savait comment faire, à condition de toucher le bon public :
[eh, toi ! Non, pas le sorcier ! Sa copine, la Brume ! T'es là?]

Elle était bien là ! Puissante, malveillante, avide, constamment effrayée. Elle accomplissait sa tache multi millénaire en affaiblissant de l'extérieur l'enveloppe lumineuse du Cœur. Mais ce qu'elle convoitait était… Dedans ! Serait-elle aussi efficace de l'intérieur ? Sasha était prêt à parier que non : les prisons sont faites pour empêcher les êtres de sortir, pas d'y entrer !
[ ELLE va repartir sans toi, tu sais ? Les Gardiens referment le passage ! Regarde, ELLE s'est réveillée, elle t'appelle!]
Il sentit son hésitation, sa… Faim ?
- Ils vont finir par l'emprisonner à nouveau, et tu seras encore seule ! Pour l'éternité ! Seule !





Crise d’identité
Il ne savait plus qui il était… Azzie ? Jas ? Azzie ? Jas le Meurtrier ?
Azzie n'était pas un meurtrier, lui. Azzie n'avait pas le sang de ce garde sur les mains ! Azzie était gentil, lui ! En proie au doute et au dégoût, il ne vit pas son environnement devenir flou, changer…
- Tiens, mais où je suis ?
Il connaissait cet endroit : la Forêt, mais pas celle de ses rêves : il faisait grand jour, c'était la fin de l'après midi, et il entendait au loin le grondement de la Chute du Rocher. Un vol de Fyrren passa, ils jouaient et se poursuivaient en jacassant. Des oiseaux nectar de toutes les couleurs voletaient d'arbre en arbre. Il reconnut l'étroite sente qui serpentait sous le feuillage. Il l'avait empruntée si souvent !
- Avec mon raccourci, je serai rentré à la maison juste à temps pour goûter !
Jas enfourcha son Bike.
- Ah, zut, j'oubliais ! J'ai un truc à finir avant ! Tant pis pour le goûter !
La Forêt devint floue, ses contours changeants dessinèrent la grande salle du Rituel. Il avait enfin une réponse à donner à l'homme qui lui parlait . Ils étaient seuls, ou presque : 045 et un collègue étaient arrivés entre-temps et occupaient les gardes du corps… Pardon, le …
Non, plus aucun : c'est qu'il était dangereux, ce droïde quand on s'en prenait à son Jas !
- Mes parents m'ont appelé Jas en souvenir d'un pilote téméraire. Vous m'avez appelé Azzie, je ne sais pourquoi, mais JE sais qui je suis…
- Et qui es-tu ? Tu es MON petit Azzie !
- JE SUIS LE HÉRAUT !
Des lueurs commencèrent à filtrer du corps du garçon. Bientôt, il ne fut plus que lumière.

Le Héraut était bien tenté d'offrir son toucher mortel à ce sale type qui avait essayé de tuer ses parents. Essayé, seulement ! Mais le Héraut avait déjà tué quelqu'un tout à l'heure, et cela n'avait rien de plaisant. Tout le contraire ! Il croisa les mains dans le dos, histoire d'éviter de faire une bêtise, et leva la tête vers le vieil homme.
- Laissez-moi vous montrer… laissez-moi vous montrer l'horreur que vous vouliez éveiller.
Il avait tout ''vu'', évidemment, et il en fit profiter ce vieil aigri. Quand il en eut terminé, les cheveux poivre-et-sel de l'homme étaient devenus tous blancs et il avait l'air d'un vieillard !
Il a compris, constata le Héraut, qui en profita pour faire passer un message personnel :
- Ah, oui, je préfère Jas, Jas H ! Ou Jas Hobax Markus Alcor Marek Quyymaen Sasha Stian Vega-Herrion, mais c'est un peu long : alors, Jas, c'est très bien !

Son message transmis, il chercha Jaden et Sasha du regard. Jas remarqua alors que ça bastonnait dans toute la pièce : des droïdes CYV, des Jedi, des commandos, des stormtroopers, contre des nuées de gardes, droïdes de combat et autres machines bizarres. Les renforts étaient arrivés. Ceux des deux camps.
Jaden était debout devant un tas de vêtements. il se pencha pour en ramasser un.
Décidément, t''es obsédé par les fringues, toi…
Ce n'était pas son cas : il avait bien transformé son bracelet et sa précieuse ceinture en lumière, mais il avait oublié ces chiffons transparents que les gentilles dames en petite tenue lui avaient offerts. Grillés, les chiffons !
Bof, pas grave ! Après tout, mon père, il se vante bien de dormir à poil ! Tant pis, je n'ai qu'à garder la lumière allumée.
- Et Sasha, qu'est-ce qu'il fait ? Non, mais comme si c'était le moment pour faire un bout de causette, et avec un ennemi, en plus !
Une discussion qui stoppa net :
- ça, alors ? Le sorcier fume ! Il brûle, ou quoi ?
La ''fumée ''qui s'échappait s'enroulait en volutes autour du Cœur. Jas la vit prendre de la vitesse, tourner de plus en plus vite et disparaître, comme aspirée par…
- on dirait de la matière capturée par un trou noir !

Sasha/SyDney profita de l'occasion pour flanquer une beigne au sorcier. Et comme son poing était ganté de métal…
- ouch, j'ai vu voler des molaires !
- Arrêtez… Arrêtez tout ! Cessez de vous battre ! C'est inutile ! Totalement inutile !
Le vieux à la mine décomposée n'avait pas parlé fort, mais ses droïdes, machines et finalement ses gardes, cessèrent le combat… Comlink intégré ?
Le silence succéda au vacarme. La bataille était finie.

X'ree vint se poser sur l'épaule de son ami. La lumière ne semblait pas le déranger.
- X'ree, t'as encore grandi ! T'es devenu lourd, tu sais ! C’est fini ? Demanda le garçon sans trop y croire
[non, pas encore ! Il faut ramener le Cœur dans la Forêt, et vite… L'entité s'est réveillée. Ses gardiens auront besoin d'aide]
Tout le monde avait entendu V'essshhh, y compris Verryn. Malgré sa mine défaite, il prit rapidement une décision :
- Mon vaisseau. Prenez mon vaisseau.  Le petit, qui est au troisième niveau. Le plus rapide de la galaxie.
Il semblait éteint, résigné. Le rêve de toute une vie s'était finalement révélé être un attrape-nigaud !
Jas doutait cependant que cousin Malthus laisse tout tomber pour se retirer dans un monastère !
- Le plus rapide, c'est le Millenium Condor (4), fit remarquer Jaden qui avait eu le privilège de voler à bord du tas de ferraille le plus véloce de la galaxie.
Avec ses nouvelles fringues, il avait l'air d'un de ces Jee’dai des temps anciens.
- Oui, mais est-il dans le secteur ? Bon, on y va ? Ça urge ! Proposa Sasha d'une voix fatiguée.
[Pas tant que ça] fit remarquer maître X'reee.
[Nous avons des Jedi, un Prince, un Héraut très lumineux et trois Bergers pour soutenir les Gardiens]
Trois ? Jas tordit le cou pour observer le mini Berger qui squattait son épaule.
- Si, ça urge : le Prince en question a besoin d'une cuve Bacta, et vite, trancha SyDney.
- Je vous accompagne, proposa le grand maître des Jedi. Il y a bien assez de monde pour faire le ménage! J'ai déjà donné mes ordres et j'ai promis au chef de l'État un rapport détaillé!
- Eh, Jas, tu peux éteindre la lumière, tu sais ?
- ça risque pas ! J'suis à poil dessous  et il y a vraiment trop de monde, ici ! Bon, on se tire ?
Jas se sentait pudique, tout à coup : il y avait des filles parmi les Jedi et les commandos !




Notes:
1 Cette aventure est contée dans le One Shot «  le coup du Dahu »
2 Il y a 13 ans, Sasha avait déjà gâché la belle cérémonie de Rehab. Une salle manie,dans cette famille ! (Voir : « Sasha et l'escadron Rouge »)
3 Rire sardonique ! Les Sith n'ont pas le monopole, que je sache?
4 séquence nostalgie: Traduction « vintage », version 1977 :siffle:



Une entité malveillante s'est réveillée! Le Cœur et ses gardiens la contiennent à grand peine, mais pour combien de temps?
Il n'y a qu'un lieu où il est possible de la rendormir, mais il est assiégé! à moins que...
Bonne Lecture
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 22 Avr 2018 - 19:06   Sujet: Re: HoH, livre 3: chap 9

Un chapitre de transition, en attendant que tous nos protagonistes soient réunis pour le combat final.



Chapitre 9 : Tous les chemins mènent à Herrion !



Un Moff, un Berger…
à bord du Shima Maru, Kr’eeel suivait le combat dans la salle du rituel et en informait le Moff Howler.
Celui-ci apprit ainsi que Sasha était entré en action, éliminant un à un les sorciers doloriens
- Ah, il y a aussi trois Serviteurs du côté lumineux. Jaden s’en occupe !
Le Moff, profita d’un instant de silence – Kr’eeel se concentrait sur sa vision- pour faire un tour d’horizon des combats, qui prenaient une fort bonne tournure : les vaisseaux ennemis, divisés en petits groupes assiégés ne représentaient plus une menace. Mais tout serait inutile si…
- Ah… Ils viennent de s'unir à la Force !
- Qui ça ? Vos amis ?
- Pardon, les trois Jedi au service de Verryn ! Ils luttent maintenant pour refermer le Cœur ! Jaden a réussi  à les convaincre de leur erreur! Ne vous avais-je pas dit que ces jeunes humains auraient un rôle capital dans la résolution de cette crise ?
- Vous aviez raison ! Mais… Les Doloriens ?
- Il n’en reste plus qu’un et Sasha l’a détourné de sa tâche ! Quant à Jas… Oui, il s’occupe du Rejeté. Lui aussi va finir par admettre son erreur.
- Le Rejeté ? Le marchand Marek a utilisé ce qualificatif à propos de Malthus Verryn, n’est-ce pas ?
- Oui, c’est bien lui ! Les prêtres Berels -et Marek en est un, malgré ses dénégations- considèrent cet humain comme une sorte d’hérétique. Il leur a jadis joué un fort mauvais tour, ai-je cru comprendre.
Ah ! Le rituel est interrompu, la Tenebrae contenue, mais le Cœur est très affaibli !

Howler, sentant l’inquiétude du Berger, décida d’accélérer l’opération. Il interrogea ses adjoints :
- Ou en est l'évacuation ?
L'officier naurutan, un certain Go-ko, annonça :
- Les navettes commencent à remonter leur premier chargement. Pour les Evakmar, c'est plus long. Il n'y a plus de résistance, même autour du palais…
- ordonnez aux vaisseaux de combat d’envoyer leurs propres navettes en renfort ! Il nous faut évacuer au plus vite ! Si cet artéfact venait à s’ouvrir…

Si c’était le cas… Il venait d’apprendre par un message secret que l’Empereur – le Chef d’état Jagged Fel, selon la désignation officielle- avait soudainement décidé d’appliquer, en cas d’échec des Jedi, une solution radicale. Lui qui habituellement n’avançait qu’à pas feutrés, suivant sa doctrine «  La Victoire sans la guerre », avait secrètement mobilisé ses plus puissants super destroyers pour un Base Delta Zéro !
Howler s’interrogeait : qui l’avait convaincu d’intervenir, au risque de briser les pourparlers de paix ? Sa petite amie Jedi ? Certainement pas pour perpétrer un tel acte ! D’ailleurs, elle pilotait l’un des chasseurs qui s’activaient à contenir les dernières forces ennemies. Le Moff haussa les épaules : il savait où était son devoir.
Il entreprit de réorganiser ses forces afin d’évacuer au plus vite un maximum d’habitants, au cas où il faudrait en venir à l’Ultime Solution. Puis il suivit le nettoyage de l'espace Yuan. Les défenseurs s'étaient trop dispersés lors de l'attaque initiale, ils en payaient le prix.

Il suivait les derniers combats spatiaux quand :
- Fin des combats dans le palais ! Toute résistance a cessé… Pardon ? Ah ?
Le lieutenant écouta, puis reprit :
- monsieur, les Jedi nous signalent qu'un vaisseau va décoller. Un vaisseau de Verryn, mais ils demandent le passage. Un équipe va tenter d'évacuer le Cœur vers le seul endroit où il peut être neutralisé.
- Herrion, précisa le Berger.
- Prévenez toutes les unités, organisez une escorte, ordonna le Moff soulagé de voir son problème N°1 quitter l’espace Yuan.
Puis, s’adressant à l’insectoïde :
- L’évacuer, c’est bien ! Mais rejoindre Herrion sera difficile : la planète est assiégée !
- J’y travaille, assura le Berger.
Il y avait des tas de vaisseaux de guerre autour de Verranna. Certains d’entre eux retourneraient bientôt dans les territoires de l’Alliance Galactique. Marek ou les Jedi ne refuseraient pas de faire un petit détour par le secteur He’ran. Si le Berel acceptait, Eiren et ses chasseurs seraient de la partie… Les Kurii, les troupes d’Hexastar ? Ils étaient très liés à Venom. Imax ? Les Impériaux ? Il serait plus difficile de les convaincre, mais il allait essayer.
Pour un transport TRÈS rapide, Kr’eeell savait où s’adresser.



Herrion express : Première classe et service quatre étoiles !
Le « petit » vaisseau promis par Verryn avait tout de même la taille d'une corvette.
- on n'arrivera jamais à le manœuvrer à nous cinq ! S'inquiéta Sasha, qui avait la fibre pessimiste, ces temps ci !
- Cela ne devrait pas poser de problème, répondit le Jedi en montrant les humains au garde à vous.
Ils portaient l'uniforme des forces de défense de l'Autorité du Secteur Corporatif. Leur commandant salua.
- Selon les ordres du vice-président Verryn, le ''Miracle d'Herrion'' et son équipage sont à votre disposition, maître Skywalker !
- Merci commandant …?
- Morlock ! Puis-je savoir quelle sera notre destination ?
- La planète Herrion, commandant Morlock, dans le secteur Her'an, section 22 de la voie Hydienne. Et le plus tôt sera le mieux !
Le commandant, franchement laid, se permit un sourire qui ne l'embellit pas :
- Nous avons un marquage diplomatique et une priorité AAA : je peux griller tous les feux, tous les stops de la galaxie.
Le Jedi ne comprit pas l'allusion -probablement des règles spécifiques à la circulation dans le secteur corpo-, mais saisit l'essentiel : aucun arrêt jusqu’à Herrion !
- Je pense cependant que nous devrions éviter les voies les plus rapides, et les plus fréquentées suggéra-t-il.
- Ah ? Notre cargaison pourrait-elle attirer des convoitises ?
- Je le crains.
- Dans ce cas… Je connais un itinéraire plus discret, mais ce sera plus long. Beaucoup plus long, même pour un vaisseau aussi rapide que le Miracle.
Morlock ne vit pas les deux fantômes de Force acquiescer à la question muette du Jedi, qui approuva la suggestion.
- à ce stade, la discrétion semble de mise. Je vous fais confiance pour nous acheminer à bon port en toute sécurité, commandant !
- Avec votre autorisation, mon équipage et moi-même allons préparer le départ. Nos hôtesses Jasmin et Cath vont vous conduire à vos cabines.
- Pardonnez-moi, commandant. Auriez-vous un médecin à bord ? Mon… passager a besoins de soins urgents, annonça SyDney d'un ton qui trahissait l'urgence.
- Sasha ? Demanda Jaden
- Je l'ai endormi, il est vraiment à bout.
Une humaine s'avança : elle portait un uniforme strict et les insignes de docteur-médic :
- Veillez me suivre.
SyDney s'empressa de lui emboîter le pas.
Jaden était intrigué :
- dites, maître, je me trompe où ce vaisseau était prêt à nous emmener ?
Maître Skywalker acquiesça :
- Le vice-président Verryn est quelqu'un de très prévoyant, d’après Markus junior et le marchand Marek : nous en avons ici la preuve!
Leur jeune compagnon ne put manquer cette occasion de briller en société :
- Ouais, cousin Verryn pense à tout, même quand tout lui pète à la figure. Dommage qu'il soit si con !
- Je te remercie de nous apporter tes lumières, Jas, mais ce langage n'est guère seyant dans la bouche d'un jeune noble!
- Ses lumières ? Il est carrément éblouissant, maître, intervint le padawan !
- ah bon, moi je trouve que…
- peut-être devrions nous demander l'arbitrage de ta charmante mère ?
Voilà qui cloua le bec du garçon-qui brillait. La lueur flamboyante s’atténua, au grand bénéfice des rétines de ses compagnons.

Jasmin et Cath, les hôtesses, avaient un uniforme minimaliste que leurs courbes généreuses remplissaient sans peine. En les voyant, Jas ne put s’empêcher de repenser aux gentilles dames qui les avaient dorlotés, Jaden et lui : il ressentit d’ailleurs le même trouble indéfini, vaguement embarrassant qui l’avait saisi lors de son séjour dans le « salon des dames ».
Jasmin en rajouta, adressant un sourire enjôleur à la petite troupe :
- Sire Jedi, jeunes gens, gentils êtres.
Elle salua X'ree mais aussi les deux Bergers fantômes qui, en principe, n'étaient visibles que par des sensitifs !
- Cath et moi-même sommes à votre disposition pour satisfaire tous vos désirs.
Jaden piqua un fard, mais le grand- maître resta calme et serein comme il se doit, et remercia poliment. il avoua plus tard qu’il avait été, lui aussi, sensible à leur fort pouvoir de séduction.
- Mais qu'il est mignon, ce petit garçon de lumière, fit Cath, inconsciente du danger, en posant deux doigts sous le menton de Jas.
Jas réussit à paraître imperturbable jusqu'à ce que sa lumière le trahisse : elle se teinta légèrement de rose !
Aussi troublé soit-il, il y avait urgence ! Il trouva donc les ressources pour demander :
- Vous avez dit : TOUS nos désirs ?
La jeune et belle zeltrone lui adressa un sourire éblouissant et… Plein d’espoir ?
- Eh bien, voilà, je crois que c'est l'heure du goûter ! Et aussi, auriez vous une combinaison multi-fonctions à ma taille ?
Le vaisseau possédait un auto-tailleur capable de créer tous les styles de vêtements, lui apprit Cath d’un air renfrogné.
Mais qu’est-ce qu’elle a ? J’ai été poli, pourtant ? Ah, les filles !

Les préparatifs ne durèrent guère, laissant tout juste le temps d’envoyer quelques messages d’avertissement aux forces amies. Autant éviter les tirs fratricides, n’est-ce pas ?
- ah, ça y est, on décolle ! Fit Jas qui dévorait un goûter pantagruélique : il y avait même du gâteau aux cinq nectars, presque aussi bon que celui de Tante Lisha !
Jaden se remplissait lui aussi l'estomac, mais s'était installé près de la grande coupole d'observation.
- Regardez ! Il y a au moins huit transports de l'ex-fédération du commerce ! Et ça, ce ne sont pas des transports intergalactiques de classe Acclamator ?
Maître Skywalker avait participé à la préparation de l'assaut :
- Tu n'en vois qu'une petite partie, Jaden ! Il y a plus de trois millions de personnes à évacuer.
- Quoi ? Vous n'allez pas laisser la planète à ce…
- C'est le choix des Yuans, Jaden, nous devons le respecter ! Et puis regarde : cet endroit est maintenant terriblement pollué, presque inhabitable. Les impériaux leur offrent un nouveau monde.
- C'est qu'il est encore plus mignon sans sa combinaison de lumière, ce beau jeune homme , intervint Cath.
Jas, sans sa lumière, n'en vira pas moins au rouge.




Repos forcé
Markus répéta pour la dixième fois :
- j'm'ennuie ! Je pourrais pas…
- Non ! C'est toujours: Non !
- Je n'ai pas l'intention de me bagarrer avec un cyborg géant, ma chérie : juste prendre l'air sous la véranda !
- Mmmh, c'est vrai qu'il fait bon, dehors. Et il y a un canapé confortable. Pas de console ni de data Pad, attention ! Sinon...
- Oui, chérie, bien chérie.
Markus devait reconnaître que, même après des heures passés dans une cuve bacta, il avait besoin d'aide pour marcher et s'épuisait vite. De quoi déprimer, non ? Thalia vit son époux s'assombrir.
- Plains-toi ! Même avec une cuve bacta, un autre en aurait pour des mois avant de pouvoir ne serait-ce que bouger le petit doigt. Correction : un autre serait mort !
- Sans les filles et toi, même la cuve bacta n'aurait servi à rien !
Ce rappel, loin de le déprimer, sembla lui redonner des forces.
C'est si bon, d'être aimé !

Elle dut quasiment le porter jusqu’au canapé et l'aida à s 'allonger. Un droïde médical approcha, avec une pipette de boisson reconstituante. Markus y avait droit tous les quart d'heure, environ. C'était déjà mieux que la perfusion toujours en place dans son bras.
- Avalez doucement, Capitaine. Votre système digestif est encore fragile, suggéra le droïde médical.
- Doux euphémisme, B2-6 ! Il était complètement détruit, oui ! Je crois qu'on va pouvoir l'inscrire dans le livre galactique des records.
- le Capitaine ne détient-il pas déjà le record d'organes détruits et de fractures ?
- C'était juste un échauffement : il vient de le pulvériser, son record !
- Je suppose que je dois comprendre votre affirmation au sens littéral : Tout était pulvérisé chez lui !
- Le recordman aimerait bien dormir, si ça ne vous dérange pas d'aller causer plus loin.
- Bien sûr, mon chéri. Repose-toi !

Quand Markus se réveilla, il eut un moment de désorientation :
Où suis-je ? Ah, oui, la Véranda ! Qu'est-ce que je fous... Ah, oui, repos forcé !
Le soleil avait changé de côté : on était dans la soirée. Son bras était immobilisé : évidemment, ils avaient profité de son sommeil pour rebrancher la perf.
- Ne bouge pas, je vais t'enlever ça !
- Tiens, N°1, tu es réparé ?
- Convalescent, disons ! Je suis censé être au repos le temps d'intégrer les nouveaux capteurs et il paraît que je ne suis toujours pas opérationnel. Peuh !
- Comme tu dis ! Faut reconnaître qu'encaisser une charge ionique ça fait du dégât : T'avais besoin de la régler au niveau maximum ?
- Je ne voulais pas leur laisser la moindre chance, à ces nanites ! Et puis, d'après mes spécifications, je pouvais encaisser. Et pour la mémoire, j'avais des doubles de tout.
- Mouais… T'étais juste… 150 % au-dessus des spécifications. Heureusement, on avait prévu de la marge !
- Tu ne vas pas m'engueuler, toi aussi ? J'ai déjà donné ! En plus, tu ne t'es pas illustré non plus : ce coup ci, même ton cerveau a failli griller !
- On dit pas griller ! Et J'disais çà juste pour causer… Moi aussi, je me suis fait engueuler, j'te signale ! J'ai rusé : j'faisais semblant de dormir !
Mais je ne me rappelle pas tout : qu'est-ce qu'elle a dit, au juste?
- Et toi, t'as bien dégusté! Ça va mieux ?
- Ouais, je crois que je me sens mieux…
à part quelques trous de mémoire. Et ma cervelle qui tourne au ralenti.
- Normal : t'as dormi huit heures et ils t'ont nourri avec l'équivalent de trois jours de rations. Ta mémoire, pas de soucis ?
- Meuh non voyons, qu'est-ce que tu vas imaginer? Et puis tu sais que j'ai des copies de tout, moi aussi : s'il faut, je lancerai un téléchargement !
Quelqu'un approcha.
Euh, ah, oui, Le médecin du Main Froide.

Le médic fit un scan complet, mais il avait aussi toute une batterie de tests. Markus s'y attela, mais il n'était pas dupe :
- Ce sont des tests cognitifs, ça ! Ils avaient fait les mêmes sur red 2 – Masha Draco, maintenant, après qu'elle se soit fait… euh, blesser.
Il choisit de ne pas tricher, mais le doc se déclara satisfait:.
- Les résultats sont plutôt satisfaisants, compte tenu des blessures que vous avez reçues : votre moelle épinière n'était pas la seule touchée, vous savez : le cerveau aussi a subi des lésions ! Par chance, votre capacité de régénération est phénoménale.
- Ma capacité de quoi ? Et vous êtes qui, d'abord ?
Il y eut un silence…
- J'plaisante ! Ha ! Ha !
- Je préfère. Vous serez heureux d'apprendre que Jake réagit bien au traitement.
Le médecin observa attentivement son patient. Plutôt que de puiser dans ses souvenirs, Markus semblait écouter quelque chose…
Il comprit que le médic l'avait piégé. Avait essayé :
- Ah, oui, Jake ! Saloperie de Nanites, hein ?
- Je ne sais où vous avez pioché l'information, mais pas dans votre mémoire ! En résumé, attendez-vous à quelques soucis de ce genre, le temps que tout soit réparé. Vous avez probablement perdu quelques souvenirs dans le processus. Mais quelque chose me dit que vous avez une parade.
- P't'être bien. On verra à l'usage
Ma puce mémoire fonctionne toujours. Mémoire 2.0 dans Galaxy 2.0 : Y a pas que les SyD, moi aussi, j'ai des doubles de tout ! Mais je tourne au ralenti, j'aurais dû faire ces tests dix fois plus vite ! Et dire que le médic les trouve normaux !
Thalia vint aux nouvelles ; elle était restée à l'écart pendant les tests et vu la façon dont elle cachait ses mains, elle s'était encore rongé les ongles. Elle était au courant, pour les résultats : N°1 avait relayé à coup sûr !
- Bonjour, jolie mademoiselle ! On se connaît !

Le Medic et N°1 s'interposèrent pour éviter au convalescent de nouvelles blessures : Thalia s'était emparé du coussin sur lequel son homme avait dormi et s'apprêtait à le frapper… Jusqu’à ce que mort s'ensuive ?
Markus dut demander pardon, fut récompensé par un baiser et accepta de bonne grâce de se faire donner la becquée. Cette merde de boisson reconstituante avait été remplacée par une merde de gelée reconstituante, un progrès ? Il fit ensuite quelques pas, bien moins hésitants que la fois précédente, lui apprit sa mémoire 2.0, profita d'un joli coucher du soleil, puis fut renvoyé au lit !
Markus avait découvert il y a longtemps qu'il pouvait établir des priorités pendant sa guérison : Il suffisait de se concentrer dessus !
Les lésions nerveuses : il faut réparer ça d'urgence ! Tant que c'est pas fait, je suis hors jeu !
Cette fois, il brancha lui-même la perf de solution nutritive avant de s'endormir.

À son réveil, Thalia le trouva installé devant une console de com et ses multiples écrans.
- MARKUS ! Tu devrais être au lit ! Et ou est ton droïde medic ?
- Dans le placard ! C'est sa faute, il ne voulait pas que je me lève !
- Tu avais promis de te reposer. Tu as aussi oublié ce mot ? R.E.P.O.S.E.R...Tu veux que je t'explique ?
- Mais c'est bien ce que je fais, ma chérie ! Je me tiens juste au courant…Un peu de lecture, c'est tout, promis, juré !
Thalia, un court instant, en resta muette ; le médecin, alerté par le droïde, vint aux nouvelles :
- Ah, docteur, vous tombez bien ! Dites-lui, vous, qu'il devrait être couché.
- Un peu de lecture ne peut pas lui faire de mal… Par contre, vous ne dormez pas assez !
- J'abandonne ! Puisque c'est ça, je vais me recoucher !
- bonne idée ! Je bosse un peu et j'te rejoins !
Le médecin demanda :
- Je peux récupérer mon droïde ?
- tant qu'il n'essaie pas de me rendormir de force…

Le convalescent scruta un moment les écrans dont les pages défilaient à une vitesse phénoménale. Il vérifia quelques infos :
- Le blocus se renforce ? Ah c'est pas bon pour Herrion, çà ! Bon, puisque c'est trop tard pour Verranna, on va essayer de leur donner un petit coup de main ! Voyons ce que je peux rassembler.
Il pianota sur ses claviers.
- Oh, génial, mon nouveau croiseur est prêt ? Je dois lui donner un nom ! Zut, je sèche…
- TÈTE DE NŒUD ! Qu'est-ce que tu fais debout ! T'as failli crever, j'te rappelle ! Au lit, tout de suite !
Venom n'avait pas du tout envie de contredire Markrrr quand il grognait comme ça: trop fatigué pour discuter ! Trop fatigué pour une bonne bagarre !
- Oui, oui, j'y vais, j'y vais ! Je termine la phrase… T-ê-t-e - d-e – N-o-e-u-d… Voila, c'est fait, je me recouche ! Un chouette nom, Tête de Nœud, pour mon nouveau croiseur. Surtout qu'il y en a déjà un qui s'appelle '‘Tête Dure’' !
- Ouais… tout à fait toi, ça, fit le Garoug d'une voix radoucie.
- Dits, t'as pensé à récupérer quelques cadavres et à les mettre au frais ?
- Oui, j'l'ai fait. Mais c'est quoi cette manie ?
- On a toujours besoin de cadavres raisonnablement frais, mon pote : ça évite de devoir les fabriquer en cas d'urgence. On n'a pas toujours des ennemis agressifs sous la main et les amis sont rarement volontaires pour ça !
- ah, j'comprends rien à tes raisonnements fumeux ! Va te coucher !
- Oui, m'ieur, tout de suite !
Mes connexions neurales sont réparées : je peux travailler couché, se consola le jeune homme !
Trois jours de repos, allez quatre, le temps que mon « Tête de Nœud » vienne nous récupérer, et on file sur Herrion ! Je poursuivrai ma convalescence à bord , le voyage sera long !






Herrion- express : plus vite, plus vite !

Sasha s'était bien remis de ses privations.
- Cuve Bacta ,pfft , avait dit la Medic . Patches sur les plaies, oui !
Pour le reste, sang synthétique et compléments alimentaires pour traiter l'urgence ! Alimentation adaptée et facteurs de croissance pour générer de nouvelles hématies… Et repos , beaucoup de repos : dans trois jours, il n'y paraîtra plus !
Elle avait aussi prescrit un régime «  reconstituant » aux deux garçons, à leur grande joie : trois bons repas par jours, et un copieux en-cas entre chacun. Elle avait aussi rééquilibré le régime de X'ree, altéré lors de sa période de clandestinité.
Une vraie fanatique de la diététique, cette médic ! Même Luke Skywalker s'était prêté de bonne grâce à ses prescriptions.
Ils en avaient tous bien besoin : deux par deux, avec l'aide des fantômes de Bergers, ils montaient une garde vigilante autour du Cœur. Il valait mieux car, par trois fois, un peu de Brume avait tenté de s'exfiltrer.
… …

- C'est de plus en plus difficile, constata Luke après avoir jugulé la troisième tentative. Les Gardiens sont très affaiblis, malgré le renfort qu'ils ont reçu. Et la Brume se renforce de jour en jour. Mais qu'y a-t-il dedans pour…
- Je n'ai peut-être pas eu une bonne idée en forçant celle de Verranna à rentrer dans le Cœur, constata Sasha.
-[Si vous ne l'aviez pas fait, il n'y aurait plus de Cœur, le rassura maître X'reee. Mais la Brume se comporte de façon inattendue. Aurions-nous mal interprété les informations ?]
- Il faudrait peut-être envisager un changement de destination : Korriban (1) est un peu plus près ! Suggéra Sasha .
Pourtant, le quintet ne manquait pas de puissance : Sasha et X'ree avaient tout le pouvoir des Bergers derrière eux, Jaden et Luke celui des Jedi assemblés, et Jas… Jas était le Héraut de la Forêt
[Si la situation se détériore encore, il faudra y penser. Pour l'instant, notre route est la même, attendons.] suggéra le Berger Jedi.




Notes:
1 C'est une des options proposées par l'holocron que nos héros ont consulté sur Coruscant. Seul un monde où la Force est puissante peut colmater les brèches du Cœur; évidemment, tous ignorent qu'un certain Darth Krayt et ses séides y ont élu domicile. Auraient-ils la même attitude méfiante que Palpy vis à vis de la Brume?


Des retrouvailles familiales au programme du prochain chapitre! Mais pour qu'elles soient complètes, il faudra trouver un moyen de briser le blocus d'Herrion!
La flotte assiégeante se renforce de jour en jour et si ses maîtres on l'esprit embrumé, ils n'en sont que plus dangereux!


P.S: pour cause de week-end dans l'Allier, près de Vichy (non, je ne vais pas prendre les eaux :wink: ), ce chapitre ne sera pas publié dimanche, mais un peu plus tard :oui:
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mar 01 Mai 2018 - 15:17   Sujet: Re: HoH, livre 3: chap 10

Un titre qui colle à la date et à l'actualité?
Pure coïncidence... :siffle: :oops:
Oui, bon, d'accord: j'ai juste rajouté deux mots au titre original.
Comme disait l'inoubliable PPD : "vous regardez trop la télévision" :paf:



Chapitre 10 : Convergence des luttes.




Interlude : la justice est aveugle ? Enlevons-lui son bandeau !

Le Nimbanel Gallo Kaah lisait et interprétait à toute vitesse les données fournies par Berylle:
- C'est inespéré! Avec ceci, nous pouvons prouver que Nikkan, mais aussi les juges Traskk, Butor, Sardonix et un grand nombre de leurs complices sont corrompus ! Nous cherchions à les coincer depuis des mois ! Vous avez fait un travail formidable, Berylle !
Mais la jeune Herrianne ne partageait pas l'enthousiasme de son patron. Au contraire, elle le regarda d'un air suspicieux :
- Je n'y suis pour rien ! C'est Homman Loxyn, un avocat du cabinet Hokko, KKKz, Arsen et associés qui m'a remis ces data cartes. Il prétend les tenir d'un collègue du secteur corpo avec qui il est en affaires. Un collègue qui l'a contacté via l'Holonet. Vous connaissez aussi bien que moi le coût d'une telle transmission, n'est-ce pas ? Ce que vous visionnez, ce sont les faits que mon équipe et moi-même avons pu vérifier en trois jours et faire corroborer par d'autres sources. Il y en a d'autres, beaucoup d'autres !
- Avez vous une idée de l'identité du généreux donateur ?
- Bien plus qu'une idée : il m'a envoyé un message personnel. Sans doute voulait-il m'ouvrir les yeux. En tant qu'Herrianne, j'ai de bonnes raisons de me souvenir de lui et de ses complots ! Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi il nous livre ainsi ses complices (1).
Kaah sentit que quelque chose n'allait pas :
- Vous ouvrir les yeux, dites-vous…
- Sur votre sponsor, sur celui qui vous a suggéré de m'embaucher.
Les Nimbanels étant pourvus d'un intellect très développé, Kaah comprit où était le problème; mais tint à rappeler :
- Nous ne parlons pas de sponsor, mais de généreux donateurs ! « Justice pour tous » ne refuse aucun don, qu'il s'agisse de crédits ou d'informations, du moment que rien n'est exigé en échange, rappela-t-il. Nous les acceptons avec une égale reconnaissance, en respectant leur anonymat s'ils le demandent, même s'ils proviennent d'ennemis intimes comme le sont Malthus Verryn ou Markus Vega an-Herrion.
Il fixa la jeune humaine pour préciser :
- Et si je m'interroge parfois sur leurs motivations, ou celle des enquêteurs que je recrute, je préfère concentrer mon énergie sur mon travail !
- Je ne vous ai jamais caché mes objectifs ! Et je ferai plus que m'interroger sur les motivations de Markus ! Je lui poserai la question à la première occasion ! Mais vous avez raison : mettons-nous au travail !
La justice prenait parfois des chemins de traverse...
La jeune enquêtrice finit par admettre:
- après tout, ce qui compte, c'est le résultat: nous devrions obtenir la révision d'une bonne vingtaine de procès.
- Exactement, Berylle! Et, peut-être, obtenir justice pour certains de nos plaignants dont l'affaire était mal engagée. C'est pour eux, pour tous ces laissés pour compte, que nous nous battons. C'est ainsi que nous devons penser.





La justice de l’amiral
Le Gloire d’Anaxès et son escorte sortirent de l’hyperespace à proximité de Lantillies. Pendant la guerre des Vongs, la planète avait été une forteresse de la République, puis de l’Alliance Galactique. La Flotte de l’Alliance y avait une base, où attendaient une partie des renforts demandés par l’amiral Darpa.
Des canonnières : trois Ranger, six Warrior, deux DP 25 corelliennes modernisées au dernier standard, et surtout deux croiseurs moyens Belarus.
- Humpfff ! J’avais demandé plus de Warrior, fit remarquer l’Amiral à son aide de camp, alors que leur navette s’apprêtait à se poser dans le hangar de l’ « Amylin Holdo (2)».
L’amiral s’apprêtait à inspecter ses nouvelles recrues et il n’était pas très content :
- Avec les trois restituées par l’officier de justice Waldeck, cela nous en fait seulement neuf !
- Oui, monsieur ! Mais nous avons gardé les sept patrouilleurs Justice, rappela le lieutenant Capra, un peu inquiet : l’humeur maussade de son supérieur ne présageait rien de bon pour les officiers et marins du croiseur qu’il devait inspecter.
- Ces fichus juges nous devaient bien ça, non ?
- Oui, monsieur, ce n’est que justice, monsieur, s’empressa d’approuver le jeune humain. Justement, la Cour dispose de locaux, d’un quai et d’un hangar sur la base. Il se trouve que cinq de ses unités sont présentes… Et disponibles.
L’amiral afficha un sourire revanchard :
- Eh bien, réquisitionnez-les, lieutenant. Ces petits engins ne valent pas un Warrior, mais ils pourraient se rendre utile.
Un bon aide de camp sait toujours comment adoucir l’humeur de son supérieur…

Ils n’avaient pas de temps à perdre en récrimination : d’après les données saisies, les vaisseaux de « l’organisation criminelle » que Darpa était mandaté pour traquer se concentraient sur la Voie Hydienne. Le Corridor Commercial Vaathkree, tout proche, leur permettrait de rejoindre rapidement la zone.
Capra se doutait de leur destination : le système Luma, quatrième planète. Un monde plus connu sous le nom d’Herrion.





Des fuites d'artefact? Appelez les Plombiers
Trois jours après leur discussion, il fallut prendre une décision :
- On n'arrivera jamais à temps ! Et il nous faudra encore franchir le blocus !
Entre liaison SyD et Conscience, Sasha était informé en direct des événements sur Herrion.
La flotte rassemblée par la cour intergalactique de justice s'étoffait de jour en jour de '‘renforts’' d'origine inconnue et le conseiller Nikkan ne contrôlait plus rien. D'après W'arr, le conseiller -d'ailleurs sous le coup d'un ordre d'arrestation-, était en réalité otage sur sa propre frégate. Les agresseurs ? Inconnus ! Une seule évidence, cette flotte était avant tout destinée à empêcher quelqu'un d'atterrir !
- Korriban est à peine plus proche ! On ne gagne qu'un jour et demi !
- deux et demi, avec le '‘Miracle’', fit remarquer le commandant Morlock, fier à juste titre des performances de son vaisseau.
- Pas assez, l'enveloppe se délite.
[ce à quoi X'reee et moi pouvons remédier], rappela Ve'ssshhh
- Ve'ssshhh, non ! Qu'est-ce que je deviendrai sans toi ?
- Un homme fort et bon, avec ou sans moi.
La voix de Ve'ssshhh résonna dans tout le salon :
- Je suis mort, ne l'oublie pas. Et j'aspire à rejoindre la Force. Je n'ai retardé mon départ que pour t'aider dans ta mission.
- il en est de même pour moi. Je ne me suis attaché à mon Holocron, puis au jeune Jaden qu'en prévision d'un tel instant, confirma maître X'reee, qui se tourna vers le padawan.
- Tu seras un grand Jedi, Jaden. Toi aussi, X'ree ! Pendant ces semaines, je vous ai enseigné une large part de mon savoir. Ce savoir est en vous, même si vous n'en avez encore que peu conscience. Usez en avec sagesse.

Il y eut une secousse:
- nous venons de sortir de l'hyperespace, s'alarma le Commandant 
Un appel de la passerelle le confirma :
- Capitaine, vous devriez venir ! Notre sortie de l'hyperespace  a été provoquée! Et nous ne sommes pas seuls !
- pas de panique, lieutenant ! Ce sont des amis, affirma Sasha 
Il appuya sur l'inter-com et appela Jas, qui assurait la veille avec X'ree.
- Jas, tes parents viennent de nous rejoindre ! Et ils ont amené des amis !
- Et aussi Jaïna et Masha ! Elles sont en train de me saouler avec leurs aventures chez les Poilus !
- Comment ça ? Tu es en contact avec elles ? Par comlink ? Tu n'as pas de liaison SyD !
- eh, nous sommes frères et sœurs ! En fait, elles ont envoyé leurs projections ! C'est un bon truc, elles aident bien, pour le Cœur !
Comme si cette explication suffisait !
- J'ai établi le contact, annonça SyDney depuis la passerelle : c'est bien Venom ! Et il ne sait pas non plus ce qui les a sortis de l'hyper espace !
Tous se précipitèrent à la suite du capitaine. Ils arrivèrent juste à temps pour…
- Capitaine, il y a quelque chose derrière nous ! C'est… c'est énorme !
L'objet (l'être??) en question ouvrait une gueule immense qui aurait pu engloutir plusieurs destroyers impériaux en même temps. En guise d'en cas, il avala tous les vaisseaux de la petite flotte de Venom, puis s'approcha du ''Miracle''.
- Pas de panique, c'est juste le bus de ramassage (3) , expliqua Jas à l'inter-com. On sera à l'école, enfin, sur Herrion, à temps !
Thalia transmit la même chose à Sasha.

Malgré les tentatives désespérées de l'équipage, qui ne contrôlait plus le vaisseau, ils furent engloutis à leur tour. L'équipage renonça à toute manœuvre et poursuivit ses tâches d'un air absent.
- Ils sont dans les vapes ? Demanda Jaden.
- Ils sont dans une illusion, corrigea maître Skywalker.
- Et pas nous ? Tiens, je ne sais pas pour vous mais moi j'ai la pêche, tout d'un coup !
- Moi aussi, constata Sasha : je déborde d’énergie ! c’est… surprenant
L'interphone bipa, et la voix de Jas emplit la passerelle :
- Eh, tout le monde, rappliquez ! La Brume tente la grande évasion !
- Tu as ta réponse, Jaden ! Moi aussi, je me sens très fort, d'un coup, constata Luke.
Je ne sais qui sont ces êtres anciens dont parlent les Berels, mais ils sont très puissants dans la Force!
- Et ils comptent sur nous pour empêcher la Brume d’envahir à nouveau cet univers , comprit l'apprenti !
- quitte à amplifier un peu nos pouvoirs, compléta Sasha. Ne les décevons pas : allons mater cette mutinerie !
Une fois Ve'ssshhh et X'reee devenus Gardiens et après un long combat, le petit groupe suffit à empêcher l'évasion. Pour cette fois !
… …


Sur la passerelle, l'équipage vaquait à ses tâches. Jaden et X'ree étaient de corvée, en bas.
- si j'en crois les données de navigation, la vitesse du Miracle, déjà très élevée a été multipliée par dix, affirma SyDney qui semblait échapper au sort des autres droïdes du bord.
- Autrement dit, on se traîne ! Ce ''Rrrhl'i'ung'' peut faire bien plus ! Il doit y avoir des limitations de vitesse dans ce coin de la galaxie , affirma Jas sans préciser d'où venait son savoir.
Effectivement, deux heures plus tard, SyDney constata que la multiplication était de vingt-cinq.

- Et il peut faire combien, ce… Rrr…truc bidule ? demanda Jaden, remplacé entre-temps par Sasha.
Jas, X'ree et lui prenaient leur en-cas : ordres du docteur !
- Sais pas… Mille, mille cinq cent… Transport instantané ? Mais en dehors de la galaxie, car dedans, ça foutrait un bord… Pardon : cela sèmerait la pagaille sur son passage : planètes arrachées, soleils perturbés, ce genre, tu vois…
Jas, s'efforçait de parler correctement devant le maître Jedi - qui l'avait déjà corrigé- et les deux hôtesses : Jasmin et Cath échappaient aussi à l'illusion qui frappait le reste de l’équipage, ce qui ne semblait pas les perturber. Le phénomène intriguait beaucoup le Jedi, par contre : auparavant, elles n’avaient eu aucune difficulté à percevoir la présence des deux Bergers fantômes et les avaient traités avec le plus grand naturel.
- Ah, que vous êtes savant, messire Jas, s'extasia Cath !
Jas réussit à ne pas rougir, cette fois.
… …

Sasha et Luke Skywalker étaient de garde, mais Jas les avait rejoints :
- Je viens vous tenir compagnie !
Les deux hommes réussirent à retenir leurs sourires et à rester imperturbables : ils savaient bien que le garçon fuyait les '‘attentions’' de Cath, qui avait le béguin pour lui. Encore un peu trop jeune, Jas !
La '‘brume’' se tenait tranquille et la conversation se focalisa sur les autres passagers du Rrrh… truc bidule.
- Ils sont tous là ! Les rouges, les croiseurs de Venom, celui d'Eiren, l’escadre d’Imax, Galen et son Queen Mom. Ils ont même embarqué mon ''Nuage''. Tous sont dans l'illusion !
- Pas mes Jedi, même si la plupart se sont mis en transe pour nous assister, Jaden et moi.
- Oncle Marek est réveillé, lui aussi ! Enfin, quand il ne s’offre pas une sieste réparatrice. Heureusement, ses coreligionnaires et Eiren lui tiennent compagnie, signala Jas. Mes sœurs roupillent pour le moment, il leur faut leurs douze heures standard par jour ! Bizarre, ça !
À leur age, il ne m'en fallait que la moitié. Tant mieux : quand elles sont là, elles n'arrêtent pas de me taquiner à propos de Cath !
- Tes parents sont bien réveillés, eux aussi ! Mais j'ai essayé de contacter Thalia et…
- Et quoi ?
- j'ai eu droit à une image : la porte de leur chambre sur Herrion, fermée avec un panneau : ne pas déranger !
Jas réussit à faire bonne figure :
- Tu crois qu'ils nous préparent un petit frère ?
- Qui sait ? Ou une petite sœur ?
- Ah, non ! Des filles, j'en ai ma dose !
Les deux hommes réussirent à garder leur sérieux, mais le sourire qu’ils retenaient dansait dans leurs yeux.




C’est ton Des-tin !
À l'intérieur du ''Rrrhl'i'ung'' qui l'avait avalée, la flotte rassemblée par le Berger battait des records de vitesse : personne n'était jamais revenu si vite du nord du Bras de Tingel !
Presque personne ne se souviendrait l’avoir fait…
Soudain, les étoiles retrouvèrent leur aspect habituel. Pas longtemps, la flotte retrouva bien vite l'hyperespace. Mais était-ce bien l'hyperespace ?

Sur la passerelle du « Cours Après Moi », les ronflements s'étaient interrompus, au grand soulagement des quelques individus qui avaient le malheur d'échapper à l'illusion frappant les équipages.
- Alors K'reeel pourquoi cet arrêt, demanda Marek, réveillé en sursaut en plein milieu d'une sieste.
Avec K'reell et les Jedi, les Berels étaient les seuls à avoir conscience de la situation. Les autres vaquaient à leurs taches l'air absent, comme s'ils n'étaient pas dans le même monde ou vivaient un rêve éveillé. Quand des milliers d'êtres étaient frappés de somnambulisme, il y avait de quoi se poser des questions.
Mais Marek avait décidé de faire comme si tout était normal. C'était son deuxième voyage : déjà blasé ?
- Nous venons de prendre des auto-stoppeurs : Sasha et les autres, nous les avons rattrapés. Je sens aussi la présence de Thalia, donc Markus… oui, Thalia me confirme qu'il va… Mieux !
- Mieux, ça veut dire quoi, ça ?
- Comme le grand maître Skywalker vous l'a dit, il a été blessé.
Le Berel avait négligé ce détail :
- Blessé ? Des bobos, il s’en fait tout le temps ! Il est aussi casse-cou que ses enfants ! Ils guérissent presque aussi vite qu'ils se blessent ! Ils sont quasiment indestructibles ! Alors, ça veut dire quoi, blessé ?

Le ton du Berger l’avait alerté ; il ne pouvais s'empêcher de se faire du souci. Il s 'en faisait toujours.
K'reel, sentant son angoisse, tenta une approche humoristique :
- d'après Thalia, il a pulvérisé son record personnel.
- Record ? QUEL RECORD ? On parle de blessures, là !
- Son record de Coryndon, enfin de Dunelin : os cassés, organes explosés, ce genre ! D'une certaine façon, c'est lui qui s'est fait pulvériser.
- QUOI ? QU'EST-CE QU'IL A ENCORE FAIT COMME CONNERIE ? IL S'EST FAIT ÉCRASER PAR UN QUADRIPODE ? IL A ENCORE FAIT SAUTER UN RÉACTEUR ET A RÉGLÉ SON RETARDATEUR SUR ‘TROP TARD’ ?
- Du calme, du calme, il est guéri, maintenant ! C'est un cyborg nommé Bokkor Hekken qui lui a fait de grosses misères. Mais il a fini par gagner et même par le réduire en cendres : d'après Thalia, cela a un rapport avec ces petites bêtes dans ses yeux : elles sont vraiment venimeuses !
Mais Marek n'écoutait pas 
- mais que t'ai-je fait, Ô Destinée, pour mériter ça ! Quel péché ai-je commis ? Sasha qu'on épuise et qu'on affame, Jas qu'on essaie de transformer en zombie, et maintenant, maintenant…
K'reel était un solide Berger, mais consoler un immense Berel pleurant sur son “épaule” fut pour lui une rude épreuve physique et morale.





Tête de Nœud !
(c’est le nom du vaisseau, pas du propriétaire (4) )
Markus allait effectivement beaucoup mieux quand le Rrr… Truc bidule les libéra.
-… à moins d'un parsec d'Herrion, confirma le navigateur
- Génial ! On a battu tous les records ! J'veux le même !
- Ce sont bien nos croiseurs : ils rentrent de Verrana, expliqua l'officier senseurs. Et les autres sont là aussi.
- Et là, c'est bien le Miracle , le vaisseau de Jas et Sasha ?
- Sasha et Jas sont à bord, je confirme : notre petit voyage dans le ver géant n'était pas une illusion, affirma Thalia
- Un vers géant ? Quelle imagination ! C’était un immense vaisseau cylindrique ! J’ai même aperçu le navigateur, une créature vaguement humaine flottant dans une cuve remplie d’un gaz orange !
- Ah ouais, j’ai imaginé tout ça, moi ?
N°1  crut bon de tuer dans l’œuf la scène de ménage en gestation :
- SyDney est à bord ! Selon lui, le… Bus de ramassage a fait deux arrêts pour nous récupérer tous.
- Le bus, hein ? Bah, ma foi… Ouvrez un canal holo, ordonna Markus.
Un humain franchement laid, sanglé dans un uniforme de la flotte de l’A.S.C, apparut :
- Commandant Morlock, je présume ?
- En personne : seriez vous le Capitaine Vega An-Herrion ?
- Le Capitaine est de trop, en ce moment : j'ai dû démissionner à cause de votre patron !
- Vous m'en voyez désolé : mais je suppose que vous souhaitez parler à mes passagers ?
- Venom ? C'est Sasha ! Pratique, ton bus de ramassage !
- Oui, hein, fanfaronna Markus, oubliant que son petit frère le perçait à jour à chaque fois.

Celui-ci, pas dupe, se contenta d’un de ses sourires tordus et le jeune homme se hâta d’enchaîner :
- Bon, j'appelais juste pour dire qu'on organisait une réunion de l'état-major à bord du Fyrren dans une heure! Tu peux te libérer ? Et maître Skywalker aussi ?
- Markus ? Luke ! Il vaudrait mieux que nous ne nous éloignions pas trop du Cœur : l’entité se tient tranquille depuis trop longtemps, je crains une nouvelle tentative.
Le jeune homme se contenta d'un hochement de tête : illusion ou pas, Thalia et N°1 l'avaient tenu au courant.
- Si je puis me permettre… avança le commandant Morlock.
- Oui, commandant ?
- le ''Miracle'' dispose de tout l'équipement nécessaire et aussi de salles de conférences assez
grandes pour accueillir un état-major.
- Maître Skywalker ?
- Je pense que nous devrions accepter.
Markus se décida rapidement :
- D'accord, je préviens tout le monde. Dans… DEUX heures ?
Il fallut un peu plus longtemps : la force d'intervention de Jegor, puis celle de l'Amiral Darpa débarquèrent à l'improviste.
- mais… j'ai juste suivi les coordonnées que tu m'as envoyées, assura Jegor, un peu surpris.
- J'ai eu votre message : rendez-vous dans le système Malu, affirma l'amiral.
Il poursuivit, perplexe :
- D'ailleurs, je me demande comment nous avons pu arriver à temps. Selon mon navigateur, il nous fallait trois jours de plus.

Markus ne savait pas non plus quand il avait envoyé ces messages. Il n’en fallut pas plus pour réveiller Venom et son esprit soupçonneux. Était-ce l’hérédité ? Venom ne croyait pas aux coïncidences, il voyait des complots partout ! Laissant transparaitre son irritation, il demanda :
- Bon, c'est sûr ? Tout le monde est là, cette fois ? Pas d’autre surprise ?





Notes:

1. Ce sont plutôt les complices de ses ex-alliés doloriens.
2. Cet obscure officier de la République, surtout connue pour sa tenue et sa coiffure excentriques, est tombée au champ d’honneur lors de la guerre des Vong; elle s’est sacrifiée, seule à bord de sa frégate endommagée, pour détruire un immense vaisseau de commandement Kor Chokk (huit kilomètres !). Nul ne sait comment elle a fait :perplexe: , mais ce fut, paraît-il, très spectaculaire :shock: .
3. Les herrians préfèrent l'école de proximité, mais après le génocide, les écoles étaient détruites et le peu d'enfants survivants furent regroupés dans les rares établissements intacts. Pour qu'ils puissent rentrer chez eux tous les jours, un service d'air-speeders rapides fut mis en place. Rien à voir avec le Rrrhl'i'ung :wink:
4. Quoique...



Des surprises? Pauvre Venom: il pourrait en avoir d'autres...
Encore un chapitre, et le livre III laissera la place au livre IV: la bataille d'Herrion.
En attendant...
Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 13 Mai 2018 - 18:29   Sujet: Re: HoH, livre 3: chap 10

Oui, bon, d'accord: je ne me suis pas foulé pour le titre de ce chapitre.
Mais j'ai déjà eu beaucoup de mal à agréger deux chapitres que je croyais pourtant très similaires (Je rappelle que ce récit est né de la fusion de deux autres).
Pour tout arranger, j'avais l'équivalent terrien de Jaïna et Masha à la maison :x . Essayez donc de bosser dans ces conditions!
J'espère que je n'ai pas écrit trop de bêtises. Si c'est le cas, ( ou si vous avez un meilleur titre), surtout n'hésitez pas !




Chapitre 11 : Coalition




Conférence sur le Miracle
La conférence avait comme thème principal: comment ramener le Cœur à la maison  avant que les doloriens ne deviennent les plus puissants super vilains de la galaxie ?
Le souci, c'était l'énorme flotte rassemblée autour de la planète. Et tous ces vaisseaux suspects qui, un peu partout, avaient compromis la formation d’une flotte de secours.
Jegor, en contact permanent avec le vice-roi Merson et la directrice Damas, rappela la situation :
- … Et une recrudescence des attaques sur nos convois, comme si tous les criminels de la Galaxie s’étaient donnés le mot. Quant à Merson, il a été averti de la présence de vaisseaux de guerre inconnus dans le sud du secteur He’ran. Les colonies ont demandé l’aide de la fédération du Chariot…
Thalia s’inquiéta :
- Ont-elles été attaquées ?
- Non, juste des actions d’intimidation. C’était probablement une diversion. En tout cas, comme le gouvernement Herrian assurait que la planète pouvait tenir un siège pendant plusieurs mois, nous avons décidé de pré-positionner ma Force d’Intervention sur Amber 22 : la station étant assez proche d’Herrion, je pouvais intervenir rapidement si le blocus se durcissait. Et puis trois croiseurs lourds de type Dreadnought, cinq croiseurs moyens et une forte escorte ont débarqué à l’improviste et encerclé A22. J'aurais pu risquer une percée, mais comment laisser la station et plus de trois cents cargos -appartenant à une vingtaine de compagnies- sans défense ? J’ai attendu que les forces de l’Alliance répondent à l’appel du directeur Altaïr soit par, mais… Rien !

L’Amiral fronça les sourcils, et Luke Skywalker avoua, un peu penaud :
- c’est peut-être de ma faute : j’ai conseillé au Chef de l’état de tenir la Flotte à l’écart de tout ceci pour éviter un désastreux effet de dominos.
- Vous lui avez conseillé de la tenir à l’écart d’Herrion ou du secteur Corpo, pas d’une station vitale pour les communications entre le noyau et la Bordure Extérieure, gronda Darpa ! Ah, ces politiciens !
- Vitale aussi pour les communications de l’empire, qui dépend fortement de la Voie Procyon (1), rappela le Duro . Du coup, ce sont les impériaux qui ont répondu . Jagged Fel n'a pas fait dans la dentelle : il a envoyé six destroyers impériaux. Les assiégeants ont filé sans demander leur reste, il n'y a même pas eu un début d'escarmouche ! Le problème, c'est qu'ils ont rejoint Herrion !
- Humpfff… Et la Flotte de l’Alliance n’a toujours pas réagi, s’étonna l’amiral.
- Ce n’était pas une action de guerre : juste des vaisseaux en transit vers un secteur impérial enclavé ; tout à fait légitime, selon les traités. Et, à ce que j’ai compris, avec l’accord tacite de l’Alliance : le consul impérial en poste sur la station m’a laissé entendre que le Chef de l’État et le Commandeur Suprême s’étaient entretenus au sujet du blocus.
- Et t’as laissé A22 sans défense pour venir ici, demanda Markus.
Il avait l’air calme, mais les petites bébêtes meurtrières dansaient dans ses yeux. Pas de quoi intimider son vieux pote Jegor :
- bien sûr que non : les renforts de la Compagnie commençaient à arriver, et puis un destroyer, le Retour de Flammes, est resté en « escale technique » près de la station. Un avarie du système de navigation, paraît-il. Du coup, son capitaine a accordé une petite permission à ses équipages, du tout bon pour les boutiques de la station.
- Retour de Flammes ? Capitaine Gad Forvax ?
- Lui-même, amiral !
- Bien, très bien !
Pas si bien que ça pour Markus :
- Et la flotte sectorielle ? La flotte de la Compagnie ?
- Elles se rassemblent enfin : figure-toi que les attaques ont brutalement cessé il y a quelques jours.
- On dirait que Cousin Malthus abandonne ses perfides alliés, remarqua Sasha.
- Ouais, il était temps que le Rejeté prenne conscience de ses erreurs, gronda Marek.
- Et c’est tout ? Jag n’a rien fait d’autre pour nous aider, s’étonna Thalia.
- tu sais ma chérie, en pleines négociations pour ce nouveau traité, commença Markus…
- Il nous a tout de même donné accès aux informations de ses services de renseignements, et elles sont de première bourre, la rassura le Duro en introduisant une data carte dans le lecteur holo.
Venom examina les données :
- Ces informations valent de l'or ! Regardez ça : caractéristiques des vaisseaux, puissance de feu, autonomie, il y a même les noms des capitaines et de leurs seconds !
- Et ces infos datent d’à peine trois heures ! Le King Cobra a probablement reçu une mise à jour, depuis !

L’amiral, lui aussi, lisait et ses commentaires ne laissaient aucun doute : la liste impériale et la sienne coïncidaient. Luke osa l’interrompre :
- quelle est la position de l'Alliance, amiral ? Nous aiderez vous ?
L'officier s’arracha à sa lecture et, droit dans ses bottes, répondit fermement :
- Celle de l'Alliance, je ne sais pas ! J'ai reçu mandat du sénat pour appréhender ou neutraliser les auteurs des attaques criminelles qui ont frappé plusieurs mondes et j'entends m'y conformer strictement !
Il balaya de la main les écrans indiquant l'ordre de bataille adverse :
- Ce mandat concerne plusieurs des vaisseaux et des êtres qui participent au siège d’ Herrion: rien ni personne ne m'empêchera de les mettre hors d'état de nuire ! Tant pis pour ceux qui se mettront en travers de mon chemin, claironna-t-il d'un ton sans appel.
Tout le monde supposa que cela voulait dire : oui !

Les infos fournies par les impériaux étaient vraiment de première main et les positions des vaisseaux régulièrement réactualisées par les éclaireurs de Jegor. L'amiral et son équipe s'empressèrent de taguer et de classer tout ce petit monde selon un code couleur simple.
- Ce qui m'inquiète, ce sont ces trois Cuirassés: positionnés ainsi, ils ne peuvent avoir qu'une seule mission, commenta Markus.
- Bombardement planétaire, confirma l'amiral. Mais leur position est bizarre : ils ne semblent pas cibler les centres de population.
- La Forêt, fit le Héraut (c'est ainsi que le grand maître Jedi avait présenté Jas à l'amiral, qui aurait probablement eu du mal à tolérer les interventions d'un gamin) plus précisément les cités antiques, notre destination.
Il montra du doigt leur position sur la holo d'Herrion, puis désigna trois autres cibles possibles :
- Ils n'auront guère de mal à se repositionner pour bombarder ensuite Bleurive, Herrion -Ville ou Trois-collines.
- Nous pouvons aisément faire un trou dans ce blocus, affirma Venom, mais ce sera inutile si nous ne neutralisons pas ces cuirassés… Ou si les assiégeants referment la nasse sur nous.

Jas, très concentré, approuva. Il faisait de son mieux pour ne pas paraître ridicule face à ces combattants expérimentés, devina son parrain. La meilleure stratégie aurait été de se taire et d’écouter. Mais le gamin était incorrigible :
- Et pour les neutraliser, il vous faudra d'abord vaincre trois frégates d'assaut – ne seraient-ce pas des croiseurs lourds ?-, cinq croiseurs moyens et ce… C'est quoi, ça ? Pas un vaisseau, mais c'est énooorme!
- La tradition les appelle ainsi, mais ce sont bien des croiseurs lourds, selon la classification de l'école de guerre d'Anaxès, confirma doctement l'Amiral, séduit par la concentration et le sérieux de ce… Héraut.
Souriant au garçon, il désigna le « truc énorme » :
- Et là, c'est une station de combat mobile : une puissance de feu supérieure à celle d'un destroyer Victoire II, des boucliers presque impénétrables. La neutraliser ne sera pas facile.
Pour une fois, l'amiral laissa transparaître son inquiétude.
- Un seul moyen d'y arriver : s'infiltrer à bord, et tout faire sauter, conclut Markus avec un sourire carnassier
- Vous êtes bien optimiste, jeune homme. Et vous avez une flotte à diriger, le sermonna l'amiral qui devinait les intentions du jeune homme.
- La flotte c'est vous ! Et Jegor ! Et je ne suis pas optimiste, amiral : les moyens, je les ai ! Le problème, pour le commando, c'est juste de ressortir à temps.
- Mission suicide, quoi ! C'est pour moi, affirma Marek.
- On va pas encore discuter, hein ?
Sasha secoua la tête, agacé: Marek n'avait dit que trois mots et Markus s'énervait déjà !
- Je voulais juste dire que je t'accompagne, répondit le Berel dans un souci d'apaisement. C'est toi l'chef !
L'amiral intervint :
- La flotte c'est moi, dites-vous ? Je vais donc poser la vraie question : accepterez-vous ma demande de réquisition pour votre flotte, comme le mandat sénatorial m'y autorise ? Et réfléchissez bien, jeune homme : cela signifie aussi que votre épouse et vous devrez ensuite m'accompagner sur Coruscant pour témoigner devant la commission sénatoriale.
- Mais pas devant la cour de Justice ?
- Le sénat vous garantit l'immunité, j'y ai pensé !
Markus y a pensé avant vous, amiral, supposa le Prince d’Herrion. Il connaissait son Venom sur le bout des doigts. Celui-ci capitula d’ailleurs un peu trop vite :
- Dans ce cas, a vos ordres, amiral ! Mais c'est quand même moi qui m'occupe de la Station, hein ?
- Bien entendu ! Je vous confie officiellement le commandement.
Thalia intervint:
- moi aussi ! Je l’accompagne !
- ah non, jeune dame : j'ai besoin de vous pour mener la percée, ordonna l'amiral d'un ton sans appel.
Il était très fort pour ça, mais il savait aussi faire preuve de subtilité :
- d’après mon ami Imax, vous excellez dans ce genre d’opérations et franchement, je ne vois personne d’autre pour mener cette phase cruciale de l’opération.
- à vos ordres, amiral, capitula la jeune femme, subjuguée et secrètement flattée.
L’amiral s’attira un regard reconnaissant de la part de son époux.
Mais Darpa avait une nouvelle cible :
- Commodore Jegor ? Votre force d’intervention serait un atout précieux pour … Hum ! Mon opération de police. Quels sont les ordres de vos supérieurs ?
- les ordres du Capitaine Markus Herrion, transmis par la directrice Damas sont clairs : ma flotte passe sous le commandement de Ven... Markus junior. Par conséquent, elle est à vos ordres, amiral !
- Sénateur Imax ?
- Je suis ici pour en finir avec les ennemis de l’Imperium. Il se trouve qu’ils assiègent Herrion. Mes vaisseaux et ceux de mes alliés sont à votre disposition.
- J'en suis heureux, sénateur. Ravi de pouvoir combattre une nouvelle fois à vos côtés.
- tout le plaisir est pour moi.
- Prince Berk'Avala ?
- Le croiseur Ikar de la flotte de Berk'hom et moi-même sommes sous vos ordres.
- Comme au bon vieux temps, Prince !

Des années plus tôt, Darpa et Imax avaient mené la coalition qui avait chassé les kurii de leurs récentes conquêtes. Au moment de négocier un traité avec les fauves vaincus, Ils avaient bénéficié des talents de traducteur/trice et des connaissances du (de la) jeune Eiren.
Jegor intervint :
- Si vous le permettez, amiral, je suggère de placer également sous votre autorité la flotte sectorielle et les unités de l'Amber Star : pour éviter les confusions et les tirs fratricides, un commandement unique s'impose.
- Si leurs officiers acceptent le mandat du sénat.
- Je crois pouvoir affirmer que le Vice-roi et le Capitaine Markus Herrion répondront favorablement à vos sollicitations.
Eux qui se sont tant démenés pour que le sénat lui confie cette mission ? Tu parles qu’ils vont sauter sur l’occasion (2), s’amusa Sasha.

L'amiral avait sa flotte, exactement comme il l'avait prévu, mais il ne manifesta pas la moindre émotion.
Il médita quelques secondes, puis hocha la tête :
- une suggestion que je vais m’empresser de suivre, commodore !
Venom avait son amiral, exactement comme l'avait prévu, mais il ne manifesta pas la moindre émotion.
Il fit mine de réfléchir, puis approuva lui aussi:
- Mouais… C'est peut-être mieux ainsi, admit-il du bout des lèvres.

Quels comédiens !
Sasha, qui jusque-là s’était contenté d’observer d’un œil amusé les manœuvres plus ou moins subtiles des uns et des autres, intervint :
- Le Cœur est sur le point de céder. Il est attaqué de l’intérieur, mais aussi de l’extérieur. Nous devons supposer qu’une forte congrégation d’adeptes du côté obscur se trouve à proximité.
- des sorciers Doloriens, supposa Marek.
- Très certainement. Les moyens de renforcer l’artéfact se trouvent au cœur de la Forêt et il est impératif de la rejoindre au plus tôt : nous n’avons pas le temps d’attendre que les assiégeants soient neutralisés. C’est pourquoi notre groupe accompagnera la force d’assaut de Thalia au plus près de la planète. Puis nous tâcherons d’échapper au combat en filant dans l’atmosphère.
- Deux maîtres Jedi accompagneront Sasha et les garçons ; quant à moi, je ne serai pas bien loin, avec quelques-uns des meilleurs pilotes de l’Ordre, intervint le grand maître.
Sasha poursuivit :
- nous descendrons avec le Nuage Doré : il est assez petit pour se poser dans une clairière et…
- Le ''Miracle'' a de bien meilleurs boucliers, protesta le commandant Morlock, et il est plus rapide !
- Vous avez rempli votre mission, commandant ! Vous n'êtes pas obligé…
- Je n'aurai rempli ma mission que quand vous serez à terre !
- Puisque vous y tenez, j’intègrerai le Miracle à ma force d’assaut. Je crois que vous pourrez effectivement vous rendre utile, accepta Thalia en adressant un clin d’œil à l’officier.

Jaden qui assurait la veille avec X'ree et maitre Kardoon (la forêt de tentacules) appela soudain, l'urgence dans sa voix :
- Maître ! Sashaaa, Jaaaaaas ! Vite, y a des fuiiiiiites !
L'assistance, l'amiral et son état-major virent, stupéfaits, le Héraut prendre sa forme lumineuse avant de répondre d'un ton assuré :
- On arrive, Jaden ! Amiral, si vous voulez bien nous excuser…
- Je vous en prie, Héraut, répondit celui-ci, pris de court.
Il constata que le garçon n'avait même pas besoin de passer par la porte. Il fixa un moment le mur intact, mais se reprit assez rapidement :
- ce jeune homme est votre fils, ai-je cru comprendre ?
- Oui, c'est notre Jas, répondit fièrement Markus.
- ah, dans ce cas…




Plans de bataille ?
L’amiral haussa les épaules, comme si cela expliquait tout et reprit là où il en était resté :
- Donc, un commando pour neutraliser la station. Avec l'aide de mes vaisseaux, vos… Hummm ! Transports YT 2000 et une dizaine de Skiprays devraient pouvoir faire un grand trou dans ce mur de vaisseaux… Trou dans lequel le Nuage Doré, escorté par les escadrons de la Capitaine Vega an-Herrion...
- Thalia ! Fit-elle avec un sourire charmant. Et avec votre permission, le Nuage et mes escadrons escorteront le Miracle.
Darpa haussa un sourcil, hésita une seconde, puis afficha un sourire rusé :
- ah, un leurre ! Mmmhh, pourquoi pas ? Astucieux, en effet !

Son sourire fit place à une grimace :
- Euh… quelqu'un peut me dire d'où vient cette soudaine sensation d'oppression ?
- Les fuites ! L'entité emprisonnée dans le Cœur est particulièrement nocive pour tout ce qui vit, expliqua le chevalier Jedi Lenar Dune.
Il se concentra, sembla absent, puis reprit :
- Ne vous inquiétez pas, ils semblent maîtriser la situation. Il va sans dire que même si nous ne pouvons accepter l'ordre de réquisition du Sénat, nos vedettes et notre escadron de FurtX vous assisteront, Amiral ! Mais vous comprendrez que maître Skywalker préfère, comme il l’a annoncé, accompagner le groupe jusqu'à destination.
- Cela me rassure quelque peu, je l'avoue. Poursuivons : vos… Hummm grandes frégates, Capitaine Vega an Herrion…
- Appelez-moi Markus. Et vous pouvez parler de croiseurs : ils sont légalement enregistrés comme tels, même si je ne vois pas les choses comme ça.
- Alors comment les qualifiez vous ? De mini super destroyers, s'amusa l'amiral ?
- De gros chasseurs ! Vous comprenez, malgré ce que certains prétendent, il faut des milliers de chasseurs et bombardiers pour venir à bout d'un destroyer correctement commandé. Mais avec des chasseurs de 400 mètres, cinq ou six suffisent.
Thalia réagit immédiatement :
- Peuh ! Des chasseurs, ça !
- Mais oui, ma chérie : en attaque, une seule personne pilote et contrôle l'armement lourd : les autres ne sont là que pour l'assister et éliminer les emmerdeurs, c'est tout !
- Très bien, Markus : je les ai déjà vus à l’œuvre, leur vitesse et leur puissance de feu leur permettront de détruire ces croiseurs Rendili dès que j'aurai engagé les frégates d’assaut et leurs croiseurs avec mon escadre.
- Vous n'avez qu' un Majestic et deux Belarus, n'est-ce pas…
- Au moment où j’entrerai en scène, la majorité des vaisseaux ennemis seront occupés ailleurs… Du moins si chacune des factions de la coalition accepte de jouer son rôle.
- Vous saurez les convaincre, je n’en doute pas !
-Avec les vôtres, reprit l’Amiral, j'ai douze canonnières Warrior et six Rangers, des vedettes GAT 24 pour l'assaut, des DP 25 pour protéger mes arrières: c'est plus qu'assez.

Venom avait la berlue ou le rigide amiral lui avait fait un clin d' œil ? Il se doutait bien que Darpa, en joueur de Sabacc avisé, gardait quelques cartes en réserve. Des cartes majeures. D’ailleurs, où étaient les vaisseaux prêtés par Markrrr ?
Pas très loin ! Et ils sont en bonne compagnie, supposa l’ancien pirate.
- Commodore Jegor, Prince Berk'Alava, sénateur Imax, vous avez déjà coopéré ; votre travail sera de reprendre le contrôle de l'orbite basse puis de protéger la planète d'une probable attaque.
- Pour les occuper, on va les occuper, répondit Jegor, surtout qu'on devrait bénéficier d'un petit coup de main des Herrians.
- Nous avons aussi les cargos de Marek, ils réservent des surprises, confirma le prince Eiren (3).
l’amiral approuva, à un détail près :
- si cela ne vous dérange pas, Marchand Marek, j’aimerais intégrer Q et ses corvettes à la force d’assaut. D’après mes informations, votre petite escadre a défendu très efficacement les transports du Moff Howler.
- Ils vous seront utile, confirma fièrement le Berel. Je constate que vous avez conservé d’excellentes relations avec les autorités impériales, insinua-t-il finement (4).
Darpa balaya l’hypothèse d’un revers de la main :
- Oh, Arrus et moi avons servi ensemble sous les ordres du grand amiral Thrawn. Nous sommes restés bons amis, rien de plus !
- Ah, je suis rassuré : ce sont juste quelques potins échangés entre potes…
Le Berel afficha un immense sourire.




Réunion de famille
Sasha revint éreinté de sa lutte contre la Brume. À l'évidence, elle avait tenté le tout pour le tout et avait reçu de l'aide, mais la proximité d'Herrion avait facilité la tâche des Plombiers, ainsi qu'ils s'étaient surnommés. Jas était particulièrement fort pour boucher les fuites.
Déjà qu'il sait déboucher les canalisations et entretenir l'air conditionné, sa carrière est toute tracée.

Jasmin arriva avec un message :
- Prince, nous sommes en communication avec Herrion, La Vice-reine vous attend.
- La Vice-reine, mais… qui ?
[accroche-toi] prévint W'arr.
Je me trompe ou il est en train de se marrer ?
La vice-reine, qui avait fait quelques efforts vestimentaires, affichait le visage compassé et la posture attendues d’un chef d’état. Mais le masque se fissura dès que son fils s’avança sous les projecteurs :
- Sasha ! Mon bébé ! Mais dans quel état es-tu ? Qu’est-ce que tu es maigre ! Tu as encore oublié de t'alimenter correctement ! J'avais pourtant rempli la cambuse de bons produits de la ferme et…
- Ma' ? Ma' ? Mais… Depuis quand tu es Vice-reine ?
- Depuis que Grand-père m’a officiellement reconnue et que Merson m’a nommé régente ! Mais ne détourne pas la conversation ! Alors ? Explique-toi !
- C’est un peu long à raconter, ma' ! J'ai eu quelques problèmes, mais SyDney m'a trouvé un très bon docteur qui m'a remis sur pieds ! Je te ferai un rapport complet, promis, juré !
- Il va falloir que j'aie une looongue conversation avec SyDney : il avait promis de veiller sur toi !
- Il l'a fait, ma' ! Et il m'a sorti du pétrin, plusieurs fois ! Mais Vice-reine, comment ?
Un homme en tenue de cérémonie intervint :
- Elle s'est fait confirmer par l'assemblée, pardi ! Salut, fiston ! Tu as l'air d'en avoir bavé !
- Tu connais l’expression :« Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort »! Bonjour pa', ou devrais-je dire : conseiller ?
- Ou Président ! Du comité de défense, bien entendu ! Et… Tu es plus fort… Comment ?
- Beaucoup plus fort !
Henryn Vega hocha sobrement la tête :
- Ah, t'en as salement bavé…
Il se reprit rapidement :
- Bon, heureux de te retrouver en vie, fils ! Mais il reste encore un obstacle à nos retrouvailles : comme tu l'as peut-être remarqué, l'orbite d' Herrion est si encombrée qu'une collision avec un de ces gros débris est toujours possible…
- L'Amiral Darpa a un plan pour faire un peu de ménage, pa' !
- C'est ce qu'il m'a dit. Nous aussi, on avait prévu de balayer un peu le pas de porte. Un petit coup de Delta Rouge, si tu vois ce que je veux dire.
- C''est un détergent efficace, mais vous risquez d'en manquer : c'est vraiment très très sale !
- Oui, mais là, ça change tout : Darpa aspire d'en haut, nous on balaie d'en bas. Si Merson débarque avec ses balais à lui, on devrait y arriver !
- Merson ? Il ne devrait pas être là depuis longtemps ?
- Lui aussi a dû nettoyer des saletés sur son pas de porte : Mais comme tu le sais, avec un petit coup de main des voisins, on vient à bout de toutes les taches. Bref, il est en route. Ah, une minute !
- Delta rouge ? Demanda Marek en aparté.
Markus répondit à haute voix :
- Missiles longue portée. Gros calibre. Un peu juste contre la station mobile, mais suffisant pour tout le reste, expliqua Markus… Dommage, on n'a eu le temps d' installer qu'une seule batterie de douze.
- Vous êtes décidément plein de ressources, Markus, remarqua l'amiral.
- Faut bien protéger le siège social contre les percepteurs, représentants de commerce et autres casse-pieds !
La vice-reine réapparut dans la holo :
- Veuillez excuser mon absence momentanée, amiral… Je viens de recevoir les lettres d'accréditation d'un ambassadeur impérial. Sa présence est d'autant plus surprenante qu'il semble être passé au travers du blocus tout en échappant à nos propres systèmes de détection... Ah, mais je ferais mieux de vous le présenter : c'est une vieille connaissance de Markus, Thalia et Sasha .
Le nouveau venu avait une voix bizarre. Non humaine, en tous cas :
- Mon arrivée n'a pas échappé à tout le monde : Himron m'attendait sur l'aire d’atterrissage avec un comité d’accueil fort impressionnant !
- Je connais cette voix, marmonna Markus.
Un humanoïde reptilien en uniforme de général impérial apparut aux côtés de Lisha. Sasha le reconnut immédiatement.
L’uniforme lui va si bien ! Eh, mais…
- Nooon… Quyymaen (5)  ? Général ? La dernière fois qu'on s'est vu t'étais Colonel !
- Bonjour, Sasha ! L'empereur a des idées bien arrêtées sur la promotion au mérite.
Thalia ne rata pas l'occasion de sermonner un général impérial :
- Quyymaen ! Tu aurais pu envoyer un mot ! Je t'aurais préparé un bon petit… Non, je suis bête ! J'étais même pas à la maison ! Attends : t'as bien dit empereur en parlant de Jag ? Notre Jag ?
- Ce n'est pas officiel, ma petite Thalia : il résiste de toutes ses forces, tu le connais. Mais pour un certain nombre d’officiers et de Moffs, c’est tout comme! Trêve de bavardages : j'espère que nos informations vous ont été utiles…
- Extrêmement utiles, Général, et elles le sont toujours, s'empressa de répondre l'amiral.
- Une petite dernière, pour la route : On n'arrive pas à identifier une bonne partie des vaisseaux assiégeants, mais on a trouvé quelque chose sur la station : elle fut jadis en orbite autour de Torquemada, un avant-poste Dolorien. On avait perdu sa trace lors de leur migration, mais la revoilà !

Jas le Plombier était resté en arrière pour peaufiner un peu ses soudures ; toujours perfectionniste, il soignait aussi ses entrées : cette fois, il surgit directement du plancher !
- Des doloriens, donc ! Je me doutais qu'il y en avait pas loin ! Logique : ils tiennent beaucoup au Cœur, eux aussi. Ou plutôt à ce qu'il contient : la Mère de toutes leurs croyances ! Ils ne veulent surtout pas la voir enfermée pour quelques millénaires de plus ! Bonjour, Oncle Quyymaen ! Qu'est que tu fais avec Tatie Lisha ? J'ai raté quelque chose ?
- … à qui ai-je l'honn... Jas ? C'est toi ? Pourquoi brilles-tu comme un panneau éclairant ?
- oh, pardon, j'ai oublié d'éteindre ! Voila ! Désolé, on était en train de reboucher des fuites dans le Cœur… tu comprends, les Doloriens essaient de faire des trous, en nous on…
- Non, je ne comprends pas, mais vous aurez le temps de m'expliquer après. Je suppose que Venom a prévu de faire sauter la station mobile ? Ça fait longtemps qu’il n'a pas déstabilisé un cœur de réacteur, ça doit lui manquer. Nous avons un agent sur place, il devrait pouvoir vous aider. À sortir à temps, surtout : notre surdoué de la réaction en chaîne calcule un peu juste ses retardateurs.
- C'est fou ce que t'es drôle ! T'as pris des cours avec Marek, ou quoi ? Répondit aigrement le surdoué
- Tiens, c'est marrant que tu dises ça : il est passé me voir il y a… Quoi, trois mois ? Ah tiens, Marek, t’es là, toi aussi ? Ah, autre chose : J'ai la fréquence des boucliers des Frégates d'assaut. Ça intéresse quelqu'un ?
- Je pense bien, oui ! Répondit l'Amiral, vous êtes décidément plein de ressources !
- C'est ce qu'on attend d'un officier des forces spéciales. Désolé de ne pas avoir amené avec moi des balais pour vous aider à faire le ménage ! La politique, vous comprenez…
- ah, la politique, soupira l’amiral d’un air funèbre en secouant la tête.
Il y eut bien un ou deux naïfs pour croire en ses mimiques. Les autres songeaient plutôt à leur avenir proche. Ils le savaient :

D’Herrion, la guerre allait bientôt commencer





Notes:
1 Elle relie le Braxant Run au corridor de Vaathkree (et donc à la route Perlémienne) sans avoir à passer par Bandomeer ou par le Noyau!
2 D’autant plus que le vice-roi Merson et l’amiral sont frères. Les sénateurs seraient-ils si naïfs ? :perplexe:
3 L'aviez-vous remarqué? Il est plutôt gars depuis un bon moment! :wink:
4 Qui, parmi les présents, aurait pu lui parler de la bataille de Verranna ? Ils n’en ont pas eu le temps.
5 Un kaleesh, clone du vrai Quymaen, (jadis plus connu sous le nom de Grievous). Il fut le maître d’équipage de Venom, puis l’un de ses capitaines avant de partir visiter Kalee, alors sous domination impériale. Il semblerait que le Grand amiral Pellaeon, puis Jagged Fel aient apprécié ses talents à leur juste valeur.


Ce chapitre conclut le livre 3. Le livre 4 sera consacré aux combats autour d'Herrion et sur la planète même.

En tant qu'envoyé spécial de la Bright Stars News accrédité auprès de toutes les forces en présence, je m'efforcerai de vous tenir au courant des évènements minute par minute.
Ne manquez pas notre édition spéciale en direct!
Et maintenant, Une page de pub!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 21 Mai 2018 - 21:44   Sujet: Re: HoH, livre 4: La Bataille d'Herrion

En guise d'amuse-gueule, les prémices d'une vaste conflagration. Car voici que commence le:



LIVRE IV:
LA BATAILLE D'HERRION



Prologue: un taxi pour Herrion 




Équipe de choc !
Laissant les stratèges militaires à leurs plans de bataille, Marek se rapprocha de Markus.
- Bon, tu veux bien de moi comme équipier ? Demanda-t-il avec un sourire timide.
Un sourire que le clone lui rendit :
- Pourquoi pas, après tout ? On a déjà fait équipe , répondit-il, amorçant la réconciliation.
J'ai un plan. Plusieurs, en fait…
- Tant mieux parce que moi, je sèche !
Marek sans une bonne idée ? Là, Venom en doutait un peu… Mais il saisit la perche tendue :
- J'ai quelques trucs dans le hangar du Tête de Nœud qui devraient nous faciliter la tache.
- Ton nouveau croiseur ? Celui qui n'était pas terminé quand on est partis pour le bras de Tingel ?
Tête de Nœud, c'est pas un nom pour un croiseur !
Mais Marek tint sa langue. Chacun faisait des efforts méritoires pour ne pas offenser l'autre.
Laissant les stratèges militaires à leurs préparatifs, les deux hommes gagnèrent la navette du Berel, qui les conduisit rapidement au hangar du croiseur. Ils parlèrent peu durant le court trajet, chacun plongé dans ses pensées.

Venom devait le reconnaître, il considérait trop souvent le Berel comme un vrai boulet, surtout quand celui-ci partait dans ses délires moralisateurs!
D’autant plus qu’il a souvent raison, admit le clone à contre cœur.
La sollicitude excessive du massif Berel lui pesait mais au moins, depuis sa longue conversation avec ce prêtre Berel lors de sa convalescence, il en comprenait les raisons.
Toutes ces années, je n’ai pas été très gentil avec lui, alors qu’il a toujours été là pour moi !
Le jeune humain s'était promis d’être plus patient à l’avenir, et de se montrer moins agressif.
Quelque chose le perturbait, cependant :
- Va quand même falloir que tu me parles de ce Rrr... Truc-bidule et des Très Anciens !
- Des contes pour enfants ! Enfin, c'est ce que je croyais ! Ça m'a fait un choc, je te le garantis !
- À moi aussi ! Ouais, à moi aussi…
Marek, depuis sa discussion avec le prêtre Ranak, avait enfin compris que son premier élu n'avait pas besoin de guide spirituel, ni de leçons de morale.
Il sentait bien le malaise de son protégé et avait une réponse toute prête, tirée du Livre des Prophéties, mais il préféra se taire.
Il savait que la question du jeune clone n'avait rien de philosophique: Venom, qui voulait toujours tout contrôler, détestait tout simplement l'idée que quelqu'un ait manipulé le temps et l'espace pour améliorer ses plans!
Il n'a pas besoin d'un cours de catéchisme, juste d'un ami, se souvint-il.

L’arrivée dans le hangar B du croiseur interrompit la discussion :
- Tu vas voir, j’ai ici un petit bijou de technologie qui…
Un vaisseau de la taille d’un YT 1300 trônait en bonne place. Mais ce n’était pas un transport de marchandises : ses formes élancées et l’armement imposant le désignaient pour d’autres fonctions, plus guerrières.
Marek ne cacha pas son admiration :
- Magnifique ! Un peu agressif, avec ces lignes acérées et ce noir parsemé de lueurs rouges, mais…
- Oui, il est beau, mon Blackbird et ses systèmes sont au top ! Il a un camouflage de technologie avancée mais, pour la bataille, il sera plus utile à Thalia ! C'est pas lui qu'on va…
- Ah, bon, alors quoi ?
- …ça !

Un objet cylindrique muni d’une écoutille à volant entourée d’un anneau amarrage , banalement vautré à même le plancher, était en partie dissimulé par l’aile du Blackbird. Le Berel l’identifia immédiatement, malgré l’aspect inhabituel de son revêtement:
- Ça ? Mais… Cela ressemble plutôt à une capsule de sauvetage construite à l'économie ! Et elle est minuscule, en plus !
- C'est exprès, expliqua patiemment le jeune homme : elle peut rentrer dans le tunnel d'évacuation de n'importe quel vaisseau et être éjectée comme une vraie capsule ! Et si elle donne l’impression d’être fragile – c’est le cas-, c’est parce qu’elle est construite en matériaux organiques, quasiment sans métal : grâce à cette astuce, elle leurre les détecteurs les plus performants !
Quasi invisible, ma capsule !
Le Berel tordit le nez :
- Organique ? Mmmph ! Ce serait pas de la biotechnologie vong, des fois ?
- Y en a ! Mais pas que ! L’équipe qui l’a conçue bosse dessus depuis plus de dix ans !
- Admettons. Je suppose qu'à un moment ou un autre, tu vas m'expliquer ton plan.
- C'est très simple: un cargo sort de l'hyperespace et se dirige vers ce qu'il croit être la station Hobax (1) en envoyant son identifiant. Quand il comprend son erreur, il tente de filer et se fait tirer dessus, comme tous ceux qui ont tenté leur chance avant lui. Dans ses manœuvres désespérées, il a le temps de larguer ses capsules, que ces fichus Doloriens vont tout faire pour récupérer.
- et pourquoi ils feraient ça ?
- Un vieil YT 2400 avec une peinture dorée écaillée et des codes que Sasha pourrait utiliser ? Tu devines pas ?
- Ah, je vois : les Doloriens penseront que le Cœur revient à la maison ! Et tu as ça en réserve ?
- Bien sûr, qu’est-ce que tu crois ?
- Quoi, ne me dis pas que tu avais prévu que cette station…
- Tout de même pas… J’ai utilisé - enfin, un de mes équipages- « Nuage Doré bis » pour brouiller les pistes et lancer nos ennemis sur de fausses pistes. Enfin, j’ai essayé. Mais il sera parfait pour mon plan H !
- ça ressemble plutôt au plan Z !
- Le plan Z, c'était de foncer avec ton ‘Main froide’ sur la station après l'avoir bourré de torpilles à protons et de tout ce qui pouvait faire boum ! Tu vois, quand il s'agit de missions suicide, je pense à toi !
- Trop aimable ! Comment ils récupèrent ta capsule trop bien camouflée, s'ils ne la voient pas ?
- ils ne récupèrent pas : c'est nous qui harponnons les harponneurs et ils nous ramènent gentiment à la maison.
- un peu tiré par les cheveux, ton plan !
- Je comptais plutôt utiliser un câble, mais si tu y tiens… Mais quels cheveux ? Pas les miens ! Et toi, t'as plus un poil sur le caillou !
Le visage du Berel s’assombrit :
- Ce n'est pas bien de se moquer des défauts des autres, fit-il, un peu froissé.
- J' me marre pas ! Là ou je vais rigoler, par contre, c'est quand tu vas devoir te plier pour rentrer là-dedans ! Et puis, fais-moi confiance : ça va marcher !


… …



infiltration !
Le cargo sortit de l'hyperespace à distance respectueuse, comme le voulaient les règles d'approche.
- Cargo Hot Soup à station Hobax. Cargo Hot Soup en provenance de Cambusia appelle le contrôle… Répondez, station Hobax !
Le pilote répéta son message sur d’autres fréquences :
- Hé ho, vous dormez, ou quoi ? Cargo Hot Soup en approche sur le vecteur 136-12 ? Je vois que vous avez beaucoup de visiteurs, mais tout de même !
Le cargo était presque à portée des rayons tracteurs de la station quand le pilote comprit enfin son erreur et se lança dans une brutale manœuvre de dégagement. Des chasseurs approchaient qui, au vu de leur taille modeste, devaient être des droïdes.
- On en a de chaque côté, et aussi devant nous ! Fit remarquer Marek
- Je sais, je sais ! Prends plutôt le contrôle des deux tourelles, je veux que ça fasse vrai ! Et ne compte pas sur nos petits camarades derrière pour t'aider.
Il y avait deux cadavres sur les sièges arrières. Récupérés sur le champ de bataille parmi les sbires de la machine qui se faisait appeler Bokkor Hekken, d'après le jeune homme décidément très prévoyant.
- Faut toujours avoir un ou deux cadavres en réserve, au cas où, rappela-t-il en fanfaronnant !
Pas de quoi impressionner son géant ami:
- Eh! Qui t’a appris ce truc ?
- Ben… Toi, reconnut le clone de Palpy.

Venom se lança dans une série d'acrobaties au demeurant peu efficaces.
- si tu voulais que ça fasse vrai, ton imitation de Sasha n'était guère convaincante.
- Je veux qu'ils aient des doutes, pas des certitudes ! Tu flingues ou tu veux que je te serve un thé ?
- Un thé ? J’suis pas contre ! Prépare-m’en un pendant que je flingue ! Tiens, regarde ça !
Un chasseur trop avancé fit les frais de l'habileté de Marek.
- Et tiens, un autre !
Le troisième passa au travers et fit mouche ; des alarmes s'allumèrent dans tout le cockpit et il y eut une grosse explosion à l'arrière.
- C'était quoi, ça ?
- pas de panique, il nous a à peine effleurés.
- Je parlais de l'explosion !
- Un leurre… ils nous croient touchés… Tout se passe comme je l'avais prévu. Fais-moi confiance !
Effectivement, le cargo devenait difficilement contrôlable. Une fausse manœuvre le fit passer trop près d'un rayon tracteur.
- Cette fois, ils nous ont eu ! Va t'installer dans la capsule, j'arrive !
- Inutile de pousser les moteurs dans le rouge, dans ce cas !
- Nécessaire pour la suite ! Fais-moi confiance…
De nouvelles alarmes retentirent, et une voix suave annonça :
- surchauffe du réacteur. Stade critique dans une minute…
- C'était prévu, ça ?
- Bien sûr, qu'est-ce que tu crois ? Fais-moi confiaaaaance… Vas-y ! J't'e rejoins tout de suite !

Marek ne se fit pas prier : Venom adorait faire sauter des réacteurs !
Il réussit, péniblement, à se caser dans l'espace exigu aux côtés de deux droïdes SDX, pour l’instant désactivés et de deux autres machines qui ressemblaient pour l'instant à deux petites boites sur pattes (elles aussi repliées et sans signe d’activité).
- Désactivés ? Ah, tu n’es pas aussi confiant que tu le prétends en l’efficacité de ton super camouflage, devina-t-il.
Venom le rejoignit à toute vitesse (c'est à dire que le Berel encaissa le choc de 80 kg de muscles et d'os), ferma le sas et éjecta la capsule d'un seul mouvement.

Celle-ci s'éloigna assez rapidement et Marek put observer le cargo qui semblait toujours lutter : cependant, des flammes s'échappaient de l'arrière, là où le chasseur avait soi-disant égratigné le vaisseau. Tout le cockpit latéral, qui servait de module de secours sur ce modèle, se détacha soudain, échappant de peu à l'explosion. Mais pas aux débris.
- Aïe, tes cadavres sont morts une seconde fois ! On va se prendre des débris, nous aussi !
- Meuhh non, voyons, c'est calculé pour ! Regarde ! Tu vois, le rayon tracteur a tout aspiré ! Il va beaucoup moins bien marcher, maintenant ! Et regarde, là-bas, notre taxi arrive ! On sera à bord dans moins de cinq minute, fais-moi conf…
L'attitude suffisante de son protégé eut le don d'irriter Marek :
- Tu veux pas arrêter avec ça ? Ça m'éneeeeerve !
- Aaaah, tu vois comme c'est désagréable !

Un énorme droïde muni de propulseurs approchait ; il déploya bientôt ses pinces et saisit le cockpit/ capsule de sauvetage, puis remit en route ses propulseurs. Il se dirigea vers un vaste hangar avec son colis.
- Une seconde… Le temps que je harponne le harponneur… Et voilà, plus qu'à se laisser remorquer !
Une fois sa capsule furtive bien lancée dans la bonne direction, tractée par son câble, Venom attendit le bon moment pour détacher celui-ci.
- Et voilà, maintenant, faut trouver un sas de service ! Il doit y en avoir juste en dessous des hangars.
Contraint de subir le triomphalisme béat de son jeune compagnon, Marek se renfrogna :
- À cette vitesse, on va s'écraser dessus, ouais ? Comment t'as prévu de manœuvrer sans nous faire repérer ?
Marek regretta sa question dès qu'il vit le sourire du jeune homme, qui s'apprêtait à répondre. Il le devança, résigné:
- Oui, bon, d'accord, je te fais confiance !
- Gaz comprimé ! Il y en a plusieurs bouteilles tout autour de la capsule ; Markrrr a utilisé un truc de ce genre, dans le temps. Attention, c'est du brutal !

Il y avait un petit panneau de commande avec une vingtaine de boutons. En utilisant les jets, Venom parvint à faire dévier la capsule, puis à la stabiliser en direction d'un de ces fameux sas. Ses doigts bougeaient à une vitesse phénoménale sur son clavier. Seul un droïde astromech aurait pu, peut-être, en faire autant avec un moyen si primitif. Le sas approchait, beaucoup trop vite, selon le Berel.
On va s'écras...
Le contact se fit tout en douceur. Venom abandonna ses commandes pour un petit boîtier où des chiffres défilaient. Un clac de verrouillage, et le sas commença à se remplir d'air !
- et voilà ! J'ai leurré l'ordinateur pour qu'il oublie de signaler l'ouverture du sas !
- et maintenant ? On fait tout sauter ?
- Meuhh non, voyons ! On est trop près d'Herrion : ils n'ont pas de boucliers pour encaisser les débris ! T’imagines les dégâts sur l’écosystème ? Ils badinent pas avec ça, mes bouseux herrians, conclut-il avec une pointe de fierté.
- Alors quoi ?
- C'est une station mobile : on trouve le nav-ordinateur, on déclenche l’hyper propulsion pour éloigner la station, on détruit le cerveau de contrôle droïde pour que toutes les vilaines machines du bord et des environs tombent en rade, et on flingue la trentaine – à tout casser- de méchants doloriens qui contrôlent tout depuis leur belle salle de commande : facile, non ?
- Oui, oui, facile…

C'est plus simple d'approuver, se résigna le Berel : il ne faut jamais contrarier les malades mentaux pendant leur délire !




Note:
1 Station de contrôle armée (financée par l’Amber Star) qui protège les approches d’Herrion. Elle ne vaut certes pas une Golan I ou la station mobile des doloriens, mais abrite deux escadrons de chasse et des patrouilleurs.




Dans le prochain épisode, les flottes d'He'ran et de l'Amber Star entrent en scène.

En attendant, bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 27 Mai 2018 - 17:42   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 1

Le sous-titre de ce chapitre est emprunté à un discours du Vice-roi Merson Kellen-Darpa an-Herrion.
Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression de connaitre cette citation :perplexe: . Aurait-il un peu pompé? :transpire:



Chapitre 1: Herrion assiégée.
« Herrion, Herrion outragée, Herrion martyrisée, mais Herrion… »



Jaden, X'ree et Jas suivaient en direct les préparatifs de la bataille depuis la salle comm’ du ''Miracle'' -toujours en attente avec le gros de la flotte dans le système Malu-, tout en prenant leur goûter : ordre du docteur! Avec trois maîtres Jedi pour surveiller le Cœur, ils pouvaient se le permettre. Sasha et SyDney étaient partis récupérer le Nuage Doré, toujours à bord du "Cours Après Moi".
- Et c'est parti ! Acte1, scène 1, clama Jas
- hé, on n’est pas au spectacle, j’te rappelle, le raisonna son copain.
- Ah bon ? T’as vu la qualité de la holo ? Ça vaut bien le TZW 601024DsX9.5 du salon (1): avec ça, on pourrait se mater l’intégrale du Pirate.
Les garçons s’attirèrent un regard noir du commandant Morlock -pas de quoi intimider Jas- et un sourire complice de Cath. Le jeune herrian fixa immédiatement la holo, bouche cousue, le rouge aux joues.


Amiral Merson
La flotte du secteur He'ran n'avait jamais eu la prétention de jouer les gros bras sur la scène galactique : frégates d'escorte, corvettes et patrouilleurs suffisaient à repousser les pirates, et chasser, mollement, les contrebandiers : c'était bien plus rentable de faire affaire avec eux ! Pour dissuader d'improbables voisins trop entreprenants, il y avait des traités de défense mutuelle et une station gracieusement mise à la disposition de la Cinquième Flotte. Une Cinquième Flotte qui brillait par son absence.
Heureusement, le secteur disposait de quelques unités plus combatives, des appareils mieux armés et plus rapides. L’un des fleurons de la flotte était le tout récent (mais acheté d'occasion) 'He'ran Khan'. Avec ses 375 mètres de long, ce digne descendant des croiseurs légers Carrack aurait pu être classé frégate. C'était compter sans son armement puissant, sa vitesse et sa capacité à transporter un escadron de chasse. Il avait droit dans la flotte sectorielle à l'appellation de croiseur léger, qui remplaçait avantageusement son appellation d'origine : escorteur d'escadre.
Le Khan surgit de l'hyperespace, accompagné de quatre corvettes Crusader et d'une dizaine de canonnières rapides. Peu après, deux autres groupes surgirent de part et d'autre de cette force d'action rapide, mais un peu en retrait. Comprenant chacun deux frégates Nebulon B et le double de corvettes, ils se déployèrent en arc de cercle. Tout autour de ces unités, gravitaient de petites meutes de vedettes et de vaisseaux rapides légers, comme des patrouilleurs/torpilleurs CYZ 775 (2).
Dans la salle de contrôle de la station dolorienne, le Guide suprême et son cercle d’acolytes s’interrogeaient. Il n’y avait là qu’une fraction de la flotte sectorielle : le reste était-il toujours mobilisé au sud du secteur ? Les forces de diversion promises par Malthus Verryn étaient-elles toujours actives ?
Aux dernières nouvelles, les Sorciers envoyés là-bas avaient échoué, Verranna était tombée et le Cœur en route pour le Monde des Origines (3). Qu’était devenu leur allié ? Mort ? Prisonnier ?
Et où étaient les unités de l'Amber Star ? N'allaient-ils pas essayer de libérer leur siège social ?
Ces vaisseaux, qui n'avaient déployé aucun chasseur, restèrent à distance du blocus , qu’une si maigre flotte était d’ailleurs incapable de briser.
Le Guide Dolorien en déduisit que le vice-roi ne voulait pas combattre, mais négocier.
Celui-ci appela en effet, exigeant de parler à l'ex-conseiller Nikkan. Souhaitant en savoir plus sur les intentions des He'rans, le sorcier accepta.

La liaison holo établie, Merson constata que Nikkan ne semblait pas dans sa meilleure forme.
- Conseiller ? Je suis l’amiral Merson Kellen-Darpa an-Herrion, vice-roi de la confédération des Mondes du Chariot, président du sénat du secteur He’ran. Vous avez établi un blocus illégal, je le répète, illégal autour d’un monde membre de notre confédération.
L’air hagard, Nikkan écoutait à peine, ses yeux remplis de terreur regardaient ailleurs, probablement une personne située hors champ.
Il récita mécaniquement sa leçon :
- j'ai rassemblé cette flotte de volontaires sous l'autorité de la cour de justice Galactique, en vue de l'exécution d'un mandat de perquisition et d'un ordre de confiscation : ce blocus est légitime et tenter de le briser par la force serait un acte criminel au regard des lois galactiques.
Merson tenta de le raisonner :
- Mais vous n'êtes plus conseiller à la Cour, mon pauvre Nikkan, et vos collègues ont révoqué votre mandat ; ce blocus n'a plus lieu d'être !
Nikkan cilla, il fixa un instant son interlocuteur avec quelque chose comme de la surprise sur son visage. Puis ses yeux s’égarèrent à nouveau et il répéta :
- J'ai rassemblé cette flotte de volontaires sous l'autorité de la cour de justice galactique…
Merson l’interrompit :
- Ah, mon pauvre ami : je vois bien que vous n'êtes plus vous-même, l’interrompit le vice-roi avec tristesse, au moins aurais-je essayé.

Il se tut quelques secondes, puis fixa à nouveau l’holo-cam :
- Je m'adresse maintenant aux contingents de… Hum… Volontaires ayant accepté la réquisition de l’ex-conseiller de la Cour Galactique Nikkan. Vous recevez en ce moment des documents signés de l’instance disciplinaire de cette même Cour. Vous pourrez constater qu’ils annulent le mandat visant les dirigeants de l’Amber Star et autorisent l ’arrestation de Hibikkin Nikkan  par les autorités légitimes du secteur.
Vous l'avez compris, la réquisition qui vous a convaincus de participer à ce blocus n'a plus lieu d'être !
Après avoir ménagé un nouveau silence, le Vice-roi reprit :
- J’aimerais que le commandant du corps expéditionnaire Xalan prenne contact avec moi. Xaleria et le secteur He'ran ont toujours entretenu des relations cordiales, je suis certain que nous pouvons dissiper ce malentendu et régler pacifiquement nos différends. Je vous en conjure, retirez vos forces de ce qui n'est plus qu'une mascarade…

Le commandant de la petite flotte Xalane, qui semblait quelque peu ébranlé par l'intervention de Nikkan, ne tarda pas à répondre.
- Je suis le général Exal, et je vous présente mes respects, vice-roi, salua-t-il courtoisement.
- Général, veillez recevoir mes cordiales salutations. Avez vous pris connaissance des documents de la Cour Galactique ?
- Je les ai lus. Je tiens tout d’abord à rappeler que mon monde n’a aucun grief contre le secteur He'ran, bien au contraire : nous agissons autant pour le bien de nos voisins que celui de la galaxie toute entière !
Mais je vous en conjure, écoutez-moi : un terrible mal dort au cœur de cette planète ! Un mal qui ravagea jadis notre monde, un mal qui pourrait contaminer bientôt tous vos peuples, peut-être même la galaxie! Nous savons qu’il s’est à nouveau éveillé et sommes prêts à sacrifier nos vies pour qu’il soit à jamais scellé.

Merson ayant visionné le résumé de Jas, il savait ce qui effrayait les Xalans. Il tenta de rassurer le général :
- Ce mal n'est plus sur Herrion : l'objet qui l'emprisonnait a été volé il y a plus de quatre mois, avec la complicité des Doloriens qui dirigent maintenant le blocus: vos propres alliés sont les serviteurs de ce mal !
Il en fallait plus pour convaincre Exal, pénétré par le caractère sacré de sa mission.
- C'est votre opinion, mais…

Salle comm’ du Miracle :
- Là, je crois que ça va être à moi de jouer ! Garde-moi une part de tourte!



Un brillant ambassadeur !

- Il dit vrai ! Depuis le début, vous avez tout compris de travers !
Le général Xalan sursauta en découvrant le garçon apparu à ses côtés.
- Quand la septième expédition a rencontré ceux qui brillent il y a plus de 15 000 ans, les explorateurs ont fait une erreur de traduction, expliqua tranquillement l'apparition. Nek Shuma habitus Kanoda es… ça veut dire : évitez de toucher cet objet, il est très dangereux ! Ils parlaient de ce qu'on appelle maintenant : le Cœur d'Herrion, pas de la planète ! Et ils n'ont jamais eu l'intention de venir vous exterminer (4)! Et les Bergers ne sont pas leurs esclaves, vous savez ? Le cœur, lui, est super dangereux, mais c'est une prison : une enveloppe de lumière et de courageux gardiens contiennent difficilement le mal qu'ils ont emprisonné il y a très, très longtemps. Et ils ont besoin de la planète pour ça ! Alors, soyez logique, et aidez-nous à ramener le cœur.
Mais on ne balayait pas comme ça quinze millénaires de croyances et de peurs… L’officier, d'abord interloqué, finit par se reprendre et tenta de saisir le gamin.
Jas, aussi rapide que son père esquiva par réflexe ; un geste inutile, car il n'était pas vraiment là.
Poussant ce grand soupir exaspéré qui avait le don d’irriter sa mère, il annonça :
- bon, d'accord, vous l'aurez voulu !

Le garçon-qui-brille alluma sa lumière. Depuis quinze mille ans, les enfants Xalans entendaient de terrifiantes histoires sur ces êtres lumineux capables de dissoudre les chairs de quiconque, par un simple contact : ce fut la panique à bord !
La passerelle se vida en un clin d’œil, avant même que Jas n’ait eu le temps de crier : « Bouh ! »
Mais il réussit à coincer Exal contre la colonne holo ; celui-ci se recroquevilla, terrorisé par l’apparition d’un de ces légendaires êtres connus comme '‘ceux qui brillent’'.
Jas estima qu'il n'avait plus aucune raison de se montrer diplomate ou même poli :
- puisque vous ne voulez pas écouter, je vous laisse le choix : soit vous vous tirez d'ici avec vos tas de ferrailles, soit je visite votre vaisseau de fond en comble avant de passer au suivant, puis à un autre !
Il se pencha vers le général qui tentait désespérément de saisir son blaster.
- N’essayez même pas : les traits de blaster, je les avale pour mon goûter !
L’arme tomba sur le plancher.
- Où en étais-je, déjà ? Ah, oui : la visite. Et comme moi je suis un garçon bien élevé, je serrerai la main de chaque membre d'équipage ! Si vous préférez, je peux aussi vous faire un bisou ! Alors, Exal, tu choisis quoi ? Un petit bisou ?

Même avec la lumière, la moue du garçon quand il se pencha ne laissa aucun doute sur ses intentions
Un général filant à quatre pattes se cacher derrière une console pour éviter la bise d’un gamin, c’est un spectacle comme on en voit peu, mais Jas réussit à ne pas éclater de rire, retint pour lui une blague douteuse ; en un mot, il resta imperturbable.
Renonçant à faire la bise à ce malpoli, il tendit lentement la main, un doigt pointé sur…
- on s'en va, on s'en va ! Ne me touchez pas, nemetouchezpaaaas !
Le garçon secoua la tête, réprobateur :
- Vous, les xalans n'êtes vraiment pas polis ! Alors d'accord, partez, et vite puisque vous êtes pressés !
Tiens, puisque c'est comme çà, moi aussi je me tire ! Ne m'obligez pas à revenir, hein ? Pas à l'heure du goûter !
Face au général terrifié, il n'y avait plus personne. C'est ainsi que la flottille xalane quitta Herrion pour ne plus jamais revenir ! Elle laissait un vide dans le blocus que l’état-major dolorien s’empressa de regarnir.

À bord du He'ran Khan, l'état-major était sous le choc :
- C'était bien Jas H ? Mais qu'est-ce qu'il faisait à bord d'une corvette xalane ? Demanda le vice-roi à la cantonade.
- Je n'en sais fichtre rien, Je ne sais même pas qui est ce gamin, Amiral (5), mais il s'est montré plus convainquant que vous, répondit le Général de la Flotte !
- Mouais… Je pourrais toujours le nommer ambassadeur sur Xaléria, si jamais ils nous refont une crise. Les autres groupes sont prêts ?
- ils attendent le signal.
- Dites leur de rappliquer, on va voir si on peut encore intimider quelques mercenaires.
À l'opposé de la planète surgirent deux nouvelles frégates, encore des corvettes Crusader (6), des canonnières et les inévitables CYZ 775.
Plus loin apparut un vieux – mais récemment modernisé- croiseur Tartan, pareillement escorté.
Le Guide Dolorien ordonna à nouveau le redéploiement de ses forces.
Il n’était pas inquiet : il avait encore quelques surprises en réserve. Et puis, gagné par l’euphorie de l’entité qui vivait en lui, ressentant au fond de son être l’approche de la Source des Ténèbres, il se pensait invincible. La source du Pouvoir Absolu serait bientôt entre ses mains, un pouvoir infiniment supérieur à celui de ces prétendus « seigneurs » Sith, si arrogants, si condescendants !
Oh, oui ! Je vais leur montrer qui est le véritable maître, je les ferai ramper à mes pieds, je les humilierai, je…

L’apparition du Fierté d'Herrion et des frégates de l'Amber Star, accompagnés du Diamant Bleu et de quelques vaisseaux de contrebandiers, vint gâcher ce moment de pure jouissance.
Le Capitaine de l'Amber Star venait libérer son siège social. Quelques petits groupes de mercenaires et d'aventuriers estimèrent le moment venu de réévaluer leur participation. Après quelques échanges sur les fréquences d’urgence, Markus le Vieux les autorisa à filer.
Impuissant, le Guide les vit quitter le système !
- Qu’ils partent, après tout ! Nous savions qu’ils n’étaient pas fiables ! Maintenant, nous… Quoi, encore ?
- Seigneur Optimus, la sécurité signale une possible intrusion à bord de la station.
- Eh bien, envoyez des patrouilles à leur recherche, nos mercenaires, nos droïdes, nos…
- Maaaaître… C’est LUI ! IL, IL… Il est à bord !
Pour la première fois depuis qu’il avait accédé au pouvoir suprême, le Guide ressentit une émotion qu’il aimait à susciter chez ses subordonnés.
La terreur !


Ultima ratio regum
À bord du '‘Miracle’', Jaden demanda à son copain, qui avait paru absent un moment :
- mais comment t'as fait ça ?
- eh, je suis un super génie doté de super pouvoirs , fit le génie en piochant dans la corbeille à fruits.
Mais Jas était trop honnête pour se vanter longtemps :
- Jaina et Masha m'ont bien aidé : ce sont des championnes de la projection !
celles-ci bombèrent le torse, toutes fières
Que faisaient-elles aux côtés de leur frère, alors qu'elles étaient sensées se trouver sur le Fyrren, s’interrogea Morlock , qui ne les avait pas vues arriver?
Il aurait été surpris d’apprendre qu’elles étaient bien à bord du Fyrren !
Jas poursuivit :
- et puis ces gars étaient sur l'orbite basse, tout près de la Forêt : ils avaient tout faux !
- Et ton père ?
- ça y est, il est dans la station, avec oncle Marek, annonça Masha !
- et il n'arrête pas de le taquiner avec ses '‘fais-moi confiaaaaance’', renchérit Jaïna.
SyDney entra dans la salle :
- Les garçons ? Le Nuage Rouge est arrimé ! On va procéder au transfert !
- le Nuage Rouge ? Depuis quand il a changé de nom ?
- Depuis qu'il a séjourné dans le hangar de l'escadron rouge à bord du « Cours Après Moi » ! Ils ont des tonnes de peinture en stock mais que du rouge, on dirait!
Difficile à dire avec un droïde, mais SyDney devait bien se marrer !
- Allez Jaden, on va chercher le Cœur 
- Il faut lui dire que c'est de la peinture caméléon, demanda Masha.
- oh, Sasha trouvera bien tout seul, sœurette !


Autour d'Herrion, le temps des négociations étant passé, il était temps d'utiliser l'ultime argument des rois (correction, des vice-rois) : l'artillerie lourde de la force d'intervention de Jegor, menée par le King Cobra. Avec les croiseurs d'Imax et Eiren et deux ‘frégates selon Venom’(7), cela faisait beaucoup de canons ! Une force qui fila droit sur les assiégeants, escortée de corvettes et canonnières et précédée de chasseurs, vedettes et autres bombardiers.




NOTES:
1 Un super holo-projecteur de salon, conçu et fabriqué par Optigal : « Optigal, la Galaxie comme vous ne l’avez jamais vue ! »
2 Variante militaire de l' YZ 775 de la CTC, construite sous licence par les chantiers d'Hyborria. Patrouilles, opérations de police, coordination de chasseurs, attaques (en meute) à la torpille, le CYZ 775 sait tout faire, c'est la bête de somme de la flotte sectorielle. Le Kaï de Thalia sert toujours dans la force d'intervention de Jegor.
3 Parleraient-ils d'Herrion? :perplexe:
4 Jas ne sait pas tout  et fait lui aussi une erreur de traduction! Mais l'histoire de la Peste-Brume qui décima Xaleria et provoqua de terribles troubles est trop longue à raconter ici !
5 Le grade du vice-roi en temps de guerre
6 Mandalore et ses chantiers stellaires ne sont pas loin.
7 une frégate selon Venom a l'apparence d'une frégate, la taille réglementaire d'une frégate (dans ce cas 398,72 m), l'immatriculation réglementaire d'une frégate et la puissance de feu d'un croiseur moyen. (Et, bien entendu, des flingues de concours)  :wink:



Non loin d'Herrion: l'amiral Darpa attend son heure, Thalia et ses pilotes rongent leur frein, Sasha se demande à quoi sert ce nouveau panneau de commandes sur un tableau de bord déjà bien encombré.
Les doloriens sentent à travers leur hôte que l'objet de tous leurs désirs sera bientôt à leur portée...
Mais, mais...Il y a des intrus dans la station dolorienne! :diable:

BONNE LECTURE!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 03 Juin 2018 - 16:19   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 2

.

Chapitre 2 : La Marche Impériale (1)





Piiirates !
Dans un local technique de la Station Torquemada, Marek surveillait le pavé à pattes qui s'était connecté à l'ordinateur principal. Le petit droïde devait cacher un matériel de pointe, car celui-ci capitula et afficha ses données:
- ça y est ! Ton droïde a neutralisé le pare-feu : j'ai les coordonnées de la salle de contrôle!
Ah, Mer… Mince, le contrôleur tactique droïde est dans une salle séparée, isolée du réseau. Il ne communique qu'avec la salle de contrôle.
S'il avait retenu son juron, c'est qu'il n'était pas seul avec Venom : Jaïna (ou était-ce Masha?) le regardait faire en ouvrant de grands yeux.
Comment était-elle arrivée là ? Mystère !
Le clone tiqua :
- pas question de lui balancer un virus à lui aussi, dans ce cas ! Il va falloir opérer à l'ancienne.
Il observa les plans qui défilaient à une vitesse folle, puis ordonna :
- Spy 6, prépare-toi à prendre le contrôle des commandes de navigation. 047 et 057, vous le couvrez coûte que coûte. Spy 5, tu nous accompagnes ! On y va ?
- Quoi, t’as regardé ces plans, quoi, dix secondes maxi et tu connais le trajet ?
- Bah, oui : Spy 6 m’a téléchargé un itinéraire. Deux, en fait.
Devant la déception de son compagnon, il ajouta :
- Quoi, tu croyais que… Hé, j’suis pas un Jedi, moi !
Mais Marek avait encore des questions :
- T'es… Tu es sûr que tu n'as besoin que de tes lames ? Tu n'as même pas ton Katana ! Et tu as oublié ton blaster lourd, ou quoi ?
- pas besoin !… Fais-moi confiance !
Marek poussa un lourd soupir et “fit confiance” : pas le choix !
Tiens, Jaïna est repartie?
Ils empruntèrent à toute vitesse d'étroits couloirs (étroits pour lui) où circulaient quelques rares esclaves ; têtes baissées, ils se collaient aux parois pour les laisser passer, n'osant même pas les regarder. Aucun ne songea à donner l'alarme.




L'entrée triomphale de l'Amiral !
Le croiseur lourd Majestic « Gloire d'Anaxes », deux croiseurs moyens Belarus et leur escorte s'apprêtaient à sortir de l'hyperespace :
- amiral, les coordonnées sont correctes à un millième de degrés près, nous sortirons de l'hyper-espace dans une minute et… 20 secondes, annonça le lieutenant Kajok, un humain au crâne aussi lisse que celui de Marek.
L'amiral Darpa répondit d'un hochement de tête, fit un tour d'horizon , hocha à nouveau la tête, satisfait: le personnel de la passerelle était comme il devait être : discipliné, concentré, tendu juste ce qu'il faut. Comme au bon vieux temps !
Il se rendit compte qu'il sifflotait une petite marche impériale.
Non, LA Marche Impériale ! Il se racla la gorge et annonça :
- montrons à ces criminels ce que signifie la pleine puissance de l'Emp… De la Rép… De l'Alli… Euh… Réduisons les en bouillie !
Le lieutenant Capra réussit à garder une face impassible pour répondre :
- Nous sommes prêts, Amiral ! Cinquante secondes !
Ce n'est qu'après s'être tourné vers la holo de situation qu'il se permit un bref sourire et un clin d’œil à ses collègues.

Cinquante secondes, c'est long quand on se prépare à combattre. L'amiral eut le temps de repasser son plan en revue : sa force d'assaut avait fait un petit détour pour tomber pile sur l'escadre lourde ennemie.
En principe, la flotte du secteur He'ran, renforcée d'unités de l'Amber Star avait déployé la nasse et lancé ses unités lourdes à la reconquête de l’orbite basse.
En principe, les vaisseaux rameutés par le jeune Ven... Markus Vega an-Herrion avaient déjà engagé le combat.
En principe, la flotte ennemie, attaquée de tous côtés, avait dû étirer ses lignes presque jusqu’au point de rupture.
En principe…
- Dix secondes !
Et la station ?
Il n'y avait plus qu'à espérer que le jeune Ven… Markus et son massif camarade avaient réussi leur infiltration : si elle était toujours opérationnelle, elle servirait de point de ralliement à l’ennemi et la bataille serait longue et sanglante !
- attention… sortie ! Pile poil au bon endroit, annonça fièrement Kajok.
Bravo mon gars, t’auras droit à une sucette (2), s’amusa l’amiral qui, fidèle à sa réputation se contenta d’un sec hochement de tête.

Ce qui comptait avant tout, c’était la présence -pile poil au bon endroit- des vaisseaux lourds doloriens.
Comme toujours, les équipes senseurs et transmission se montrèrent à la hauteur, pour réactualiser les informations et les transmettre à son état-major.
Le jeune lieutenant Capra envoyait déjà des ordres aux canonnières et aux Skipray GAT 24 sur lesquelles le plan reposait.
Très bien, ce garçon ! Quand je pense que c'est le fils d'un archiviste !
- Nos Ranger sont au contact des éléments avancés de l’escadre ennemie, amiral, annonça le jeune homme.
- Les escadrons 1 et 2 combattent des chasseurs droïdes, annonça le contrôle chasse.
L'amiral fronça les sourcils : il savait que l'ennemi en avait, mais ils étaient contrôlés par la Station Torquemada, par conséquent encore active !
- Ordonnez aux escadrons D-A et D-B d'aller les renforcer, les escadrons 3, 4, 5 restent en couverture !

Les drones de Princess-Mom seraient plus adaptés contre des droïdes : ils étaient facilement sacrifiables, contrairement à ses pilotes.
- Où en est la station ?
- Toujours intacte, Amiral ! C’est bizarre, on dirait qu'elle s'éloigne de la planète, en direction du quadrant 33-04-02. Il n'y a rien de stratégique, par là !
L'amiral comprit :
- notre jeune pirate est aux commandes : il ne veut pas qu'elle explose trop près de sa planète !
Capra, s’il fut surpris de la réponse, garda sa question pour lui. Il avait mieux à faire :
- Amiral, les frégates d'assaut ennemies font face… Elles se dirigent vers nous !
- Bien, très bien ! Ou en sont les croiseurs Strike ?
- Quatre sont restés en position, le cinquième renforce les éléments avancés ennemis.
- les chasseurs ennemis ?
- ils convergent vers nous… Comme prévu !
- Et ils laissent leurs unités lourdes sans couverture : bien, bien ! Force Strike ? Préparez-vous : ces croiseurs sont vos cibles prioritaires.

Les vedettes GAT 24 et canonnières Warrior étaient capables de détruire des croiseurs moyens avec leurs torpilles à proton, mais à condition de pouvoir approcher. Les chasseurs, plus rapides qu'elles, étaient leurs pires ennemis.
Ou leurs meilleurs amis! Mais selon le plan, elles n’étaient couvertes que par un seul escadron.
Quant au cinquième Strike :
- Capitaine ? Le croiseur de tête est pour vous ! Tirez dès que vous le jugez bon !
Escorte, tenez ces chasseurs à distance.
L’officier Trenchard, responsable du contrôle chasse, annonça :
- Amiral, nos unités avancées signalent que les droïdes s’autodétruisent !
Capra avait la réponse :
- Amiral, la station vient de disparaître !
- Disparaître ? Mais quel genre d'explosif a-t-il… Ah, j'ai compris !
Le jeune officier également :
- Ils viennent de sauter en hyperespace, amiral.
-Parfait, parfait ! Force Strike, attaquez ! Hot Pepper, ce sera bientôt à vous.
- Compris, Amiral, fit la voix de Thalia, les Pepper sont prêts à relever la sauce !

Tout se passa comme prévu : Les canonnières Warrior et les vedettes tombèrent comme la foudre sur les croiseurs : elles avaient été conçues pour ce genre de mission : frapper vite et fort, puis filer !
- Deux croiseurs détruits, un autre gravement endommagé, le dernier n'est que légèrement touché, annonça Capra.
L'amiral fronça les sourcils…
- Envoyez la deuxième vague, et finissez-les !

La deuxième vague comprenait Q et ses corvettes d’escorte.
Le capitaine Ergis faisait office de commodore. Il avait étudié la situation tactique, soupesé les risques. L’un des croiseurs était en feu, mais l’autre était toujours opérationnel.
Il donna des ordres aux vedettes de sa petite escadre, puis:
- Queen Mom, Silent Mary, celui qui brule est pour vous : restez à distance, une salve de missiles Super Blue suffira.
-Bien reçu, répondit sobrement le capitaine Galen.
- Black Pearl, Queen Amidala’s, avec moi !
- Bien reçu, répondit la capitaine Ante, ravie de partir enfin au combat.
Mais elle n’eut guère le temps de se réjouir : le Strike fit face à leur attaque, déchaina son feu sur les missiles lancés par le trio et… Explosa. Les vedettes surgirent du nuage de débris et rejoignirent l’escadre.
- Croiseur ennemi détruit, annonça-t-elle, déçue.
- Ah, j’savais bien qu’ils ne pourraient pas repousser à la fois les missiles et les torpilles, clama Ergis, avant de contacter l’Anaxès.
- Transmettez à l’amiral : de Strike 6, croiseurs détruits !
À bord du croiseur Majestic anaxéen, le lieutenant Capra s’empressa de confirmer
- Croiseurs détruits, amiral! Ah, Strike 3 signale qu'ils ont dû éviter un vaisseau furtif, probablement impérial… Ce qui a compromis leur attaque !
- Ah, ces espions ! Utiles avant les batailles, mais pendant… une vrai plaie ! Il joue les reporters de guerre, où quoi ?
Lancez Hot Pepper ! Quant à ces frégates d'assaut, coincées entre nous et la force Strike, je ne donne pas cher de leur peau !

Il avait raison ! Comme l'avait dit un jour le chef d’état-major de l'Alliance, l'amiral Darpa était un imposteur : il affirmait à qui voulait l'entendre que seuls les gros destroyers avaient une valeur militaire, mais il avait remporté toutes ses victoires grâce à une utilisation judicieuse de ses petites unités !





L’attaque du clone
L’alarme retentit enfin alors qu’ils arrivaient en vue d’une salle bien gardée : une quinzaine de mercenaires Karib commandés par un humain en robe noire et aux yeux rouges. Des droïdes arrivaient en renfort. Le temps que Marek lève son blaster multitubes, Venom avait déjà lancé quatre lames.
Aucune n'a raté, bien sûr, pensa le Berel un peu écœuré tout en ouvrant le feu.
Six Mercenaires tombèrent sous ses coups, mais ses tirs rebondirent sur le Sorcier.
- laisse, je m'en occupe ! Va flinguer cet ordi de malheur !
Marek dut quand même éviter une salve d'éclairs en roulant au sol, mais après, le sorcier eut d'autres préoccupations ; il fonça vers l'ordinateur, tira trois fois :
- un bouclier, manquait plus que ça !
Alors qu’il tentait d'approcher, deux droïdes de sécurité s'interposèrent.
- J'ai de quoi vous soigner, moi !
Il lança un petit disque que le premier droïde attrapa au vol.
Grave erreur : Un éclair parcourut sa carcasse.
Salut et bonjour chez vous !
Le deuxième fit les frais de son blaster à tir rapide.

- Bon, cette fois, tu grilles !
Il poussa lentement les canons de son arme à l'intérieur du bouclier, puis tira une salve !
- voilà qui est mieux ! Un petit coup de flash, maintenant !
Il glissa trois de ses disques dans les trous béants et admira le spectacle: de l'intérieur, c'était encore mieux !
- Hé, hé, T'as pas le monopole des gadgets, mon pote !
Il se retourna et vit son pote lâcher un droïde de combat qui avait encaissé à sa place les tirs de ses petits camarades et involontairement riposté. Un autre, le plastron défoncé, gisait contre une paroi. Une machine sans tête tournait en rond en titubant un peu plus loin : sans ses antennes, elle n’avait pas pu exécuter l’ordre de désactivation automatique. Trois étaient grillées, les autres s'étaient effondrés, désactivées. Il y en avait bien vingt
Loué soit l’ingénieur qui a eu l’idée de ce système de sécurité.
Même sans ordre de l’ordi tactique, un droïde de combat moderne – comme les SD-X- aurait continué à se battre. Quant aux mercenaires restants, ils semblaient avoir été victimes de tirs amis.
- Ah, quand même, pourquoi t'as été aussi long !
- Quand on me donne une mission, je fignole, moi, môssieur, j'ai l'amour du travail bien fait ! Il est où, le sorcier ?
- Parti sans laisser d'adresse ! Il a même oublié ses fringues et sa brosse à dents !

La robe noire formait un petit monticule sur le plancher métallique. Le Berel s'en approcha, marmonnant :
- Il a peut-être décidé de s'offrir un purificateur sonique et une combinaison multifonctions, comme font tous les gens civilisés ?
Il poussa du pied la robe, méfiant, mais ne trouva qu'un petit tas de cendres et… Une bille qui roula à ses pieds ; Une bille ? Non, plutôt une perle : sur une subite impulsion, il se pencha pour la ramasser.
- tu devrais éviter, son contact est très désagréable.
Marek retira sa main, réalisant que sa convoitise n’avait rien de naturel.
- C'est ce truc qui me fait ça ? C’est quoi ?
- Du concentré de malveillance enrobé dans du concentré de Venom. Que du toxique ! Non, sérieux : la Brume enfermée dedans essaie de te pourrir la vie dès que tu y touches. Et elle veut que tu l'avales, en plus ! T'es assez costaud pour passer outre, mais ce n'est vraiment pas une expérience agréable.
Le Berel n’en était pas si sûr : sans l’avertissement de son ami, il n’aurait peut-être pas résisté.

Markus ramassa la bille, la plaça à côté de deux autres dans une petite boite rose sur laquelle était dessinés un petit varg et sa récolte de dents.
- jolie, ta boite !
- Oui, hein ? C'est moi qui l'ai faite ! C'est la boite à dents de lait de Masha ! Elle me l'a donnée pour enfermer les billes.
- Elles ne te font rien, à toi ?
- Oh moi, je leur fais trop peur pour qu'elles essaient !
- Tes yeux ont changé de couleur, c'est normal ?
- Oh, c'est parce qu'il y a encore des Doloriens dans le coin. Faut qu'on s'en débarrasse !

Une secousse presque imperceptible alerta Marek :
- On vient de sauter en hyperspace, non ?
- On dirait que Spy 6 a réussi. Bon, où sont-ils donc passés ?
- tous les doloriens se sont retranchés dans la salle de contrôle, mais je connais un chemin.
La voix provenait du plafond ; un être minuscule retenu par ses ventouses d'orteils pendait tête en bas, juste au-dessus d’eux. Il aurait tenu à l'aise dans la pogne du Berel, qui s'étonna :
- T'es qui, toi ?
Venom prit les devants :
- C'est l'agent de Quyym', je suppose. Un merrin, c’est ça ? Il a bloqué les mercenaires dans leurs quartiers avec de fausses instructions et scellé les parois blindées.
- Comment savez vous ça , demanda l’espion.
- Spy 6 ! Il a trouvé des traces de manipulation dans l'ordinateur central. Et je connais votre race : petite taille, grande intelligence… Et de grands talents de slicers (3) ! Bon, on essaie votre chemin ?
- Par là ! Cela vous arrive souvent de griller les sorciers avec vos yeux ?
- C'est seulement la deuxième fois !
- Il y a nombre de cultures primitives qui utilisent le feu pour se débarrasser des jeteurs de sorts, mais c'est la première fois que j'entends parler de votre méthode !
- C'est nouveau pour moi aussi ! Pratique, non ? Pas besoin de trimballer des tonnes de bois ! Trouvez-moi quelques doloriens, et j’vous r’fais une démonstration.
- Je suis impatient de rev... R’voir ça : c’par ici !




Un peu de poivre ?
Depuis sa zone d'attente au large de Luma XI (4), Thalia surveillait du coin de l’œil ses deux escadrons principaux. Réunir les verts et les rouges dans une même unité, c'était comme atteler deux antels de course au même flotteur : chacun allait vouloir se montrer plus fort que l'autre ! D'autant plus qu'ils étrennaient leurs nouveaux chasseurs, du même modèle que celui que son époux lui avait offert (mais avec moins d'options, faut pas abuser)! Elle les couvait d'un œil jaloux car, en tant que chef de raid, elle avait dû renoncer à son Dawnblade. Elle était aux commandes de Blackbird, le nouveau joujou de Venom qui était presque aussi grand que Nuage Doré (Sasha avait fini par trouver la commande de réglage des couleurs et sélectionné la bonne), mais qui se pilotait vraiment comme un chasseur. D'ailleurs, elle/N°1 était seule dans le cockpit,  même si une cabine à l'arrière accueillait deux coordonnateurs tactiques. Il y avait aussi deux tourelles, chacune avec un SyD aux commandes. Elle devait le reconnaître, Blackbird était un régal à piloter.
- Hot Pepper, c'est à vous ! Préparez-vous au saut, transmit le croiseur lourd de Darpa, déjà sur place!

L'amiral avait récupéré on ne sait où une frégate munie de deux générateurs de puits de gravité. Grâce à elle et à son champ d’interdiction la force Strike était sortie de l'hyperespace juste à l’endroit prévu (5) ; il ne restait plus qu'à espérer qu'il en serait de même pour sa force à elle ! Un tel micro saut était difficile à programmer.
Oui, il faut l'espérer, sinon, on sort si près qu’on finit DANS Herrion !
- attention… saut !
Les étoiles s'étirèrent, mais Pepper ne resta pas longtemps dans l'hyperespace.





Notes:
1 Oui: Avec Des Majuscules Partout! :wink:
2 À la framboise, of course ( comprend qui peut...) D'ailleurs, qui a compris?
3 Nous dirions hackers… C’est le terme employé dans plusieurs romans de l’UEL.
4 Une planète naine du système herrian (à peu près l’équivalent de Pluton).
5 Une des géniales tactiques du grand amiral Thrawn.



Dans le prochain épisode, les verts et les rouges s'amusent, Sasha doit prendre une décision... Et ses passagers vont le sentir passer!
Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 09 Juin 2018 - 22:13   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 3

Le chapitre 3 arrive avec un peu d'avance. :transpire:



Chapitre 3. Objectif : Herrion !




Hot Pepper
Le Nuage Doré - Sasha avait fini par trouver la commande de réglage des couleurs et sélectionné la bonne- attendait le signal avec Hot Pepper, nom de code de la force chargée de percer la deuxième ligne du blocus et de les escorter jusqu'au sol !
À sa droite, Sasha avait des TIE peints en rouge, à sa gauche, ils arboraient du vert. Pour éviter les ennuis, il avait eu le choix : soit piloter un « Nuage Rouge et Vert », soit choisir une couleur neutre.
D'après les dernières infos, la Station Torquemada venait de s'éclipser, l'amiral avait piégé les frégates d'assaut ennemies, et Jegor et les autres s'en sortaient plutôt bien.
Méfiance ! Avec l’effet de surprise, ça commence toujours bien. Dès qu’elle est passée et que l’adversaire se ressaisit…
Sasha s’efforça de chasser ses sinistres pensées et se concentra sur son escorte. Il était fort bien entouré, mais…
Réunir les verts et les rouges dans une même unité, c'était comme atteler deux antels de course au même flotteur : ce serait à celui qui tire le plus fort ! D'autant plus qu'ils étrennaient de nouvelles montures,
- Ces TIE ne sont pas des Intercepteurs, avait souligné SyDney.
Malgré une parenté évidente, ces chasseurs avaient un design inédit.
- Encore des prototypes, je suppose : Sienar ne peut rien refuser à Markus.
- Et encore moins à Thalia !
- Pas faux : il y a un an, ils lui on même demandé d’apparaitre dans une de leurs holos promotionnelles !

Mais l’égérie de Sienar avait renoncé, sur cette mission, à piloter son nouveau chasseur Dawnblade ou même son Red Ghost. Elle avait emprunté à Markus le superbe et inquiétant Blackbird, qui était presque aussi grand que Nuage Doré, mais qui se pilotait, d'après elle, vraiment comme un chasseur.
Pour ne pas faire de jaloux ? S’interrogea son cousin,
- Hot Pepper, c'est à vous ! Préparez-vous au saut !
L'amiral avait récupéré on ne sait où une frégate munie de deux générateurs de puits de gravité. Grâce à elle, la force Strike était sortie de l'hyperespace pile poil au bon endroit ; il ne restait plus qu'à espérer qu'il en serait de même pour eux!
Il faut l'espérer, sinon on sort si près qu'on finit DANS Herrion !
- attention… saut !
Le passage en hyperespace fut court et Nuage Doré déboucha en pleine bataille.
- Eh bien, ça promet, marmonna Sasha en voyant traits de turbolasers et missiles déchirer l’espace en tous sens.
Le Miracle entama une brutale manœuvre d’esquive et il poussa les commandes pour le suivre.

Dans le carré du cargo, Jas poussa un lourd soupir déçu : il avait espéré – comme Jaden- se retrouver aux commandes d’une des deux tourelles du cargo. Ou carrément, dans le cockpit, avec son parrain.
Mais le Grand Maître des Jedi avait douché leur enthousiasme :
- Allons, vous aurez d'autres occasions ! Vous êtes des plombiers d'élite et c’est ici que nous avons besoin de vos talents ! Vous ne voudriez pas que le Cœur reste sans surveillance à un moment crucial, n’est-ce pas ?
Puis il avait lâchement abandonné les garçons – et le précieux artéfact- pour prendre les commandes de son chasseur !
Ce n'était pas tous les jours qu'un vieux cargo avait le privilège d'avoir une Mandalorienne aux commandes d'une de ses tourelles et un maître Jedi dans l'autre. Mais ça n'avait rien d'une consolation !
Oui, Jas en avait gros sur le cœur ! D’ailleurs :
- Quand je ne suis pas occupé pendant les manœuvres brutales, je suis malade, gémit-il !
- à qui le dis-tu, râla Talon qui avait perdu à pierre-papier-ciseaux contre sa sœur !
Jas connaissait bien son père et son frère aîné, mais n'avait jamais rencontré le jeune mandalorien. Ils avaient vite sympathisé : Talon n'était pas tellement plus vieux que lui. Et guère plus patient :
- Bon, moi j'vais dans le cockpit !
Il n'avait rien à y faire, mais comment dire non à un guerrier en beskar'gam ?

Jas l'envia, il était coincé ici : il fallait bien qu’une équipe de choc surveille le Cœur !
Mais pourquoi donc Jaden, X'ree et lui étaient de corvée alors que les autres allaient pouvoir passer à l’action, la vraie ? Les seuls à rester sereins, c’étaient Maîtresse Jeela et son padawan Elim Larke, un grand jeune homme dégingandé en robes vertes, qui leur tenaient compagnie.
Le problème, c'est que le Nuage était secoué dans tous les sens, mais que le Cœur semblait endormi.
L’estomac des garçons, par contre…
- Beuhh… Je suis toujours malade en speeder !





Le Rouge et le Vert...

Comme prévu, la force Strike avait déblayé le passage et ouvert un trou dans les lignes extérieures ennemies. Mais il restait bien assez d'adversaires à proximité de la planète, beaucoup de cibles pour les canons ioniques des YT 2000. L'avantage, c'est qu'un seul coup suffisait contre ces cargos bricolés ou ces modestes patrouilleurs. Les vieilles vedettes Gat 12 étaient peut-être dépassées contre des croiseurs, mais leurs torpilles restaient très efficaces contre ces petits vaisseaux. Elles ouvrirent un chemin dans lequel s’engouffrèrent le Miracle et sa suite.
- Escadron C, gardez à distance ces Wasp quadrant 77, escadron vert, vous ouvrez la route ! Escadron rouge, Nuage doré, X, restez près du Miracle !

Un tour d'horizon rapide montra que les vieux cuirassés ennemis n'étaient plus un problème. Le vrai souci, c'étaient ces nuées de chasseurs et de patrouilleurs qui convergeaient de partout, droit sur eux.
- Eh ben, ils ne veulent vraiment pas qu'on descende !
Elle donna ses ordres. Les YT 2000 étaient bien placés pour les couvrir en hauteur, ils déclenchèrent un tir de barrage de leurs canons ioniques. Avec 40 drones pour couvrir leurs arrières, les GAT s'en prirent aux patrouilleurs.
Contre elle, il ne restait plus que...
- ah, ouais, quand même ! Cent cinquante rien que pour nous, les enfants ! Mais où les avaient-ils planqués ?
- Hot Pepper, Dégagez les couloirs de descente 11,10, 9, 8, ordonna le contrôle chasse du Gloire d'Anaxes.
C'est bon, on est sur les couloirs 15 et 6, mais qu'est-ce…
Une ombre cacha un instant le soleil : Le '‘Cours après moi’' passa en trombe au-dessus du Miracle et de son escorte, faisant feu de toutes ses pièces sur la nuée d'ennemis qui approchaient.
Pour que quelqu'un lui courre après, faudrait déjà qu'il ralentisse, il a même semé ses propres chasseurs !
Il traversa l'essaim comme une tornade traverse une ville, dévastant tout sur son passage. Ses chasseurs à la traîne s'en prirent aux survivants !
- eh, ils pourraient nous en laisser un peu, protesta Vert 1 (Lana).
- non, mais… regardez ça ! Il vient de faire un tonneau ! C’est un croiseur ou un chasseur, s'interrogea Red 9 (Jacsyn) .

Le contrôleur du navire amiral diffusa un message d'alerte général :
- Vaisseaux ennemis dans le quadrant 75 -5- 44, ils sortent de l'hyperespace ! Un destroyer de classe impérial II, Quatre croiseurs lourds, trois croiseurs moyens ! Ils attaquent des unités de la flotte sectorielle.
À bord du Gloire d'Anaxes, l'amiral garda son sang-froid :
- Nous étions prévenus ! He'ran VII, repli sur le quadrant 72,
Contrôle, envoyez le signal à la force Backlash !
Croiseurs V1, V2, V3, V4 : rassemblement quadrant 65-8-44, Strike 1 à 6, rassemblez avec la force V, ordonna-t-il.
Puis il contacta Red1 :
- Hot Pepper, vous allez devoir tenir seuls.
- On y arrivera, Amiral  ! Miracle, avez vous votre destination ?
- On y travaille, répondit Sasha, qui était en réalité dans son cargo.
- faites vite, on a des curieux qui rappliquent. Rouges, Verts, gardez-les au large !

Thalia avait organisé ses forces en trois couches : Pepper Spray, appuyé par la moitié des drones de Queen Mom, formait un barrage filtrant au-dessus d'eux. L'un de ses contrôleurs s'en occupait, l'autre gérait les senseurs et le flot de données tactiques envoyés par les gros vaisseaux.
Verts et Rouges colmateraient les fuites, il y en avait un paquet ! Il était temps pour eux de prouver qu'ils étaient les meilleurs.
Elle se chargerait avec le Miracle, corvette puissamment armée, de la protection rapprochée du Nuage. Elle espérait également dérouter l’adversaire avec une petite ruse: à première vue, c’était le Nuage qui escortait la corvette !
En dernier recours, Thalia avait à sa disposition quatre des meilleurs pilotes Jedi.
Autant en profiter !
- Miracle, vous descendez, MAINTENANT ! Nuage Doré, vous ouvrez la voie ! Je ferme la marche! X-1 à X-4, je compte sur vous pour nous couvrir.
- Des chasseurs montent de la planète, la prévint le contrôleur de la section tactique. Garde nationale d'Herrion, indicatif Kilao...
- placez les en couverture haute des que nous serons dans l'atmosphère.
Thalia connaissait ces pilotes. Pas mauvais, mais des réservistes sans grande expérience. Les Kilao s’en sortiraient mieux en combat atmosphérique. Elle aurait préféré l’appui des escadrons qui défendaient, sous le commandement de Mario et Luigi, la station Hobax.
- Attention, quatre chasseurs dans nos six heures, prévint l'autre coordonnateur. Quatre autres à neuf heures.
Mais les Jedi avaient déjà réagi. À seulement deux contre un, les agresseurs n’avaient aucune chance : Jaïna -X3- s’adjugea à elle seule trois victoires supplémentaires.

Quant aux Verts, ils étaient dans leur élément : ils s’étaient divisés en double paires se couvrant mutuellement.
Jacsyn engagea un gros chasseur – probablement un modèle de TransGalMech- se concentrant sur sa cible. Son nouveau TIE était une merveille, meilleur selon lui que l’Aile E. Trois salves, et des débris fusèrent de l’appareil ennemi, qui poursuivit néanmoins sa manœuvre d’esquive.
- Pas très maniables, mais sacrément solides, ces coucous, marmonna-t-il, déçu par l’effet limité de son puissant armement,
Il n’eut aucun mal à suivre son adversaire blessé, mais ne put placer une nouvelle rafale :
- Red 9 de red 7, t’es suivi ! Au signal, vire au 210… Top !
Jacsyn obtempéra sans poser de question.
- J'l'ai eu, clama red 7.
- Red 7 de red 9, merci, mais vire vers moi ! Toi aussi t'en as un au cul ! Bouges plus, j'décroche le parasite !

Le parasite, en bon IRD construit à l’économie (pire que les TIE!), explosa dès la première rafale.
- C'est bon , c'est guéri! Et de deux !
- Red leader de contrôle Gold : six échos dans nos neuf heures !
- Vu ! Red 15, c'est pour vous, on vous couvre !
- Compris ! 11, 16, 12, rassemblement !... 11 et 12, attaque frontale, 16 avec moi, on les contourne !
Les rouges étaient des virtuoses, des individualistes qui savaient faire équipe.

Un peu plus loin, les méthodes différaient :
Neuf chasseurs verts lancés à pleine vitesse, en formation très serrée, distancèrent les intercepteurs qui tentaient de les poursuivre, puis concentrèrent leur feu sur un gros patrouilleur placé sur une trajectoire d’interception. Il n’eut pas l’occasion d’approcher du Nuage Doré. Ses tourelles défensives, peinant à se verrouiller sur des cibles trop rapides, ne placèrent que quelques tirs facilement dispersés par les boucliers fusionnés du flight A.
Pris sous un déluge de lasers et de missiles, l’appareil se désintégra littéralement.
- Au top… éclatement ! Top !
De neuf, les chasseurs se divisèrent en trois triplettes (1), poursuivies chacune par quatre ou cinq intercepteurs ennemis. Les vics (2) ralentirent un peu, et leurs poursuivants regagnèrent du terrain.
Le groupe mené par Vert 1 attira quatre appareils.
- Vert 1 à flight A-1 : missiles à mon signal… Top !
Des missiles ? Pourquoi donc ? Devant les TIE, il n’y avait rien !
Des objets se détachèrent des appareils, mais firent long feu. Un dysfonctionnement ?
Pas du tout : les armes reprirent miraculeusement vie au passage des poursuivants. Trois explosions, et le survivant, soudain seul, se trouva désemparé face à l’assaut d’ une quatrième triplette menée par vert 5 ( Fligut B-2).

Ce scénario se répéta, avec différentes variantes, pour les deux autres vics : à chaque fois, couverts par leurs camarades du flight B, ils éliminèrent leurs adversaires surpris.
Dédaignant les élégantes arabesques du dogfight, les verts privilégiaient l’efficacité et le collectif, ce qui ne les empêchait pas d’innover. Bien qu’ils eussent éliminé seize appareils en quelques minutes, il n’y eut aucune congratulation ou vantardise sur les ondes ; ils n'étaient pas bavards, utilisant leurs liaisons de données pour communiquer…
Débarrassées de leurs poursuivants, les vics reformèrent deux flights de 9, puis suivirent les Gros Bills (les transports, dans leur jargon) à distance, pour éviter de ramener sur eux quelques intrus.
- Vert leader de contrôle Gold: 6 objets en approche rapide dans nos 3 heures.
- Contrôle de vert leader : Vu ! On s'en occupe !

Mais le contrôleur avait fort à faire :
- attention, douze intrus en approche à midi, au ras de l'atmosphère!
Thalia intervint :
- Kilao leader, ils sont à vous !
Il était temps que les pilotes herrians gagnent leur croûte !
- Gold leader de Kilao : nous avons d'autres intrus en visuel dans vos 13 heures ! Ils sont très rapides !
- Je n'ai rien sur mes écrans, affirma le contrôleur embarqué !
- chasseurs furtifs ! Des doloriens, probablement des sorciers, avertit X-1 -Luke Skywalker- en se lançant à leur rencontre avec ses Jedi, Il lança un avertissement :
- Ils se dirigent directement sur le Nuage, ils sentent le Cœur !
Thalia réagit immédiatement et dépassa les deux autres vaisseaux, s'interposant.
- Sasha, ça urge ! Descends immédiatement : les airspeeders de la garde t'escorteront, s'il le faut !
Ces chasseurs atmosphériques surclassaient à basse altitude n'importe quel chasseur stellaire.
- On y va ! Je sais où aller, cette fois !
Elle l'entendit appeler Hobax Station…
- Non ! Il va pas s'offrir un petit rase-mottes pleins gaz au-dessus d'Herrion ville ?





L’affaire est dans le sac !

Le Nuage était secoué en tous sens à un rythme tel que les compensateurs peinaient à absorber les écarts brutaux. Les garçons assis sur la banquette avaient dû boucler leurs ceintures de sécurité. Un peu trop pâles, ils n’en menaient pas large
- T’es sûr qu’il sait piloter, ton parrain ?
- pfft ! Il a eu son permis en trichant !
- Si encore on avait quelque chose à faire !

Le tricheur appela du cockpit :
- Jas ! La cité des trois colonnes, ça te dit quelque chose ?
- C'est la plus proche d'Herrion-Ville, et son nom c'est Kuma-Ti ang-Ta, pourquoi ?
- Les Bergers suggèrent de s'y poser !
- Hmmmm Mouais, pourquoi pas, il y a un grand bosquet d'arbres cathédrales, juste à côté.
- Pourquoi pas ? C'est la réponse de la Forêt ? C'est un peu vague !
- hé, je traduis, c'est tout ! Et elle ne dit pas non… Tu sais, je ne suis pas sûr que l'endroit ait une importance… Ah, si ! Ils sont où, les Berels ?
- Attends, je demande…
- Dis, tu ne pourrais pas nous relier au réseau, Jaden et moi  ? Enfin à ce truc qui te permet de parler avec W'arr : ce serait plus facile.
[ ACCÈS AUTORISÉ. BIENVENUE, HERAUT]
clama solennellement un chœur de voix insectoïdes
Un autre se chargea de détendre l’atmosphère :
[ Alors, Jas, quand est-ce que tu passes ton brevet de tech en maintenance?]
[ Salut, W'arr ! Tu parles du brevet de tech en bouchage de fuites d’artefacts ? Ou de maintenance de systèmes embarqués?]
[ Je parle d'un métier sérieux : boucher les fuites du Cœur, c'est seulement tous les dix mille ans ! Pour répondre à ta question, c'est bien parce que les Berels sont dans le secteur qu'on a suggéré cet endroit et pas un autre. La Force nous dit qu'ils ont un rôle à jouer.
Ah, pardonne-moi, Jaden, de t'avoir laissé de côté un moment, mais l'expérience nous a montré qu'un néophyte a besoin d'un peu de temps pour s'adapter à la Conscience!]

Preuve de la véracité des propos du Berger, Jaden, les yeux écarquillés, ne réagit pas. Jas se chargea de le ramener à la réalité
- Jaden, hé, Jaden ? Aaaallô ? T'es avec nous ?
Un bon coup de coude suivit :
- Ouch ! Aille ! Oh Jas, c'est toi  qui?… C'est ENORME, ce truc ! La Conscience vous dites, maître W'arr ?
[C'est W'arrr tout court, Jaden. Alors, Jas?]
[ Oui, faut qu'ils soient la!]
[ Les Gardiens sont d'accord] Confirma Jaden, toujours en contact avec les fantômes Jedi.
[Alors, accrochez-vous, on y va !]
Sasha joignit le geste à la pensée et ses actions furent si brutales que les compensateurs d'inertie déclarèrent forfait une nouvelle fois.
[ T'as besoin de nous secouer comme ça ? J'ai l'estomac qui s'est retourné… Et j'te préviens : je suis toujours malade en speeder]
[ Moi aussi!]
[ Y a des tas de gens qui essaient de nous dégommer, là ! Si vous vous sentez mal, il y a des sacs sous la table. Évitez d'en mettre partout, si possible ! Et maintenant, silence sur la fréquence, on plonge !]
Jas prit les deux Jedi à témoin :
- Des sacs ! il en a de bonnes, lui !
Il marmonna, boudeur:
- J’suis jamais malade quand c’est maman qui conduit !



Over the rainbow
Mais sa maman avait d'autres préoccupations : ces pilotes doloriens étaient d’une autre trempe que ses précédents adversaires. Pour son œil exercé, leur habileté à se glisser entre les escadrons de l’escorte, leur façon d’esquiver les attaques des Jedi étaient des preuves suffisantes de leurs talents. À en croire Luke, ils étaient guidés par le côté obscur, ce qui en faisait de redoutables adversaires !
D'autant plus qu'ils avaient les mêmes chasseurs que les Jedi : Incom avait récemment signalé le vol de tout un lot destiné à l’Ordre (3).
C’est pour cette raison que les quatre Jedi avaient troqué leurs furtX contre des chasseurs XJ standard plus performants, mais moins discrets -quoique peints en gris sombre. Mais dans le feu du combat, difficile de faire la différence !
- comment fait-on pour reconnaître les bons des méchants, demanda SyD 138, alias Ace, Ils brouillent nos systèmes IFF !
- Facile ! On y avait pensé ! Luke, si vous testiez votre nouvelle peinture ?
- J'y pensais, justement ! X-1 à tous : faites preuve de créativité !

Créativité ? Pas tellement : trois des appareils se transformèrent en arc-en-ciels !
Un arc-en-ciel dessiné -avec les doigts- par un brillant sujet du jardin d’enfants, mais l'objectif était atteint: impossible de confondre un chasseur aile-X aux couleurs criardes et une autre toujours en mode camouflage. Ce n'est pas par hasard que Skywalker s'était intéressé à la peinture caméléon de Venom.
Seul Ben Skywalker -X2- avait laissé libre cours à son imagination : les ailes de son chasseur semblaient en feu, mimant un appareil en détresse. Il attira deux ennemis à sa poursuite, une tactique dangereuse mais payante : il fit un passage rapide devant le Blackbird et Thalia ouvrit le feu sur son poursuivant de tête qui ne résista pas à la puissance de feu déployée. Un autre T65 XJ - son père- le débarrassa du dernier poursuivant. Aucun doute, la cible des assaillants était bien le Nuage Doré ; en conséquence, le Miracle et lui échangèrent leurs positions puis, après un retournement, le Nuage plongea brutalement dans l'atmosphère, au risque d'échauffer sa coque au-delà des limites. La manœuvre eut le mérite de dérouter les doloriens empêtrés dans le combat, qui ne purent le suivre immédiatement.
J'espère que tu sais ce que tu fais, songea-t-elle.
Puis elle se concentra sur la bataille : le meilleur moyen d'empêcher les ennemis de rejoindre leur cible était de les détruire.
- Bon, maintenant, on va voir ce que cet oiseau noir a vraiment dans le ventre !




Notes
1 Ils sont imbattables à la pétanque. :paf:
2 Ou patrouilles : formations de trois chasseurs utilisées par plusieurs armées de l’air au début de la seconde guerre mondiale.
3 Heureusement, SD-X 063 avait enquêté sur le vol. (voir livre 2)




Dans le prochain chapitre, pendant que Sasha tente de prouver qu'il est un "excellent conducteur", Venom chasse le sorcier...

Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 16 Juin 2018 - 21:46   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 4

Et oui, encore en avance!
Mais demain, un phénomène astronomique étrange est annoncé.. Un truc appelé pluie Nua euh, soleil ( il parait qu'il ne faut pas rater ça!)
Bref: pique-nique, pétanque.... Voila, voila...
Voila donc le:



Chapitre 4 : Chauffard !





Torquemada, nid d’espion (1)
- Voila la salle de contrôle, fit le petit alien gris, qui se présenta comme l’agent OS 117 (2) . Il était confortablement assis sur l'épaule de Venom.
- Tiens, on dirait qu'ils se sont tous réfugiés dedans… La logique aurait voulu qu'ils postent quelques hommes derrière cette chicane et d'autres, là-bas, derrière cette demi-lune.
- Je me trompe, où mon petit camarade venimeux leur flanque la pétoche, suggéra Marek .
- Un hypothèse plausible : ils ont fait fondre les commandes extérieures de la porte blindée : vous avez de quoi la faire sauter ?
- Ben, non, pas assez de place dans la capsule…
- Jas passerait carrément au travers, mais moi… On n'a pas les mêmes talents. Y a bien un autre accès ? Non ? Un tout petit accès, alors?
- J'allais vous le proposer : il se trouve que je me suis fait embaucher comme plombier et que je connais par cœur le réseau de conduites . Tout ce qu’il me faut, c’est une petite diversion.
La solution surgit à leurs côtés :
- on va les occuper, nous !
- on vous dira quand ils regardent ailleurs !
- Qui sont ces charmantes demoiselles ? Elles n'étaient pas là il y a un instant !
Marek se chargea des présentations :
- Ses filles Jaïna et Masha… Enfin, leurs projections, elles ne sont pas vraiment ici…
- Bonjour, monsieur, ravie de vous rencontrer, récitèrent-elles d’une seule voix en esquissant une révérence.
Le petit alien s’inclina :
- Tout l’honneur est pour moi, mesdemoiselles.
Marek interrompit les salamalecs :
- Vous avez remis vos tenues de chasse ?
Jaïna répondit patiemment :
- Ben, oui ! C'est de la chasse, non ? Nous on effraie le gibier, on le rabat et vous, vous tendez l'embuscade !
- Faites bien attention , mes amours: ces doloriens ne sont pas des proies aussi faciles qu'un rancor !
- Oui mais papa, ils ont très peur de toi : tu peux pas traverser les murs, mais nous, on peut envoyer ton image !
- Oui, on l'a fait avec Jas !
- On dit : Tu NE peux pas, ma chérie. Mais Papa veut bien essayer.
- Non, papa, quand NOUS sommes là, on dit : tu PEUX traverser les murs, attends et tu verras !
Les filles disparurent…
- Qu’est qu’on fait maintenant, s’interrogea Marek?
- On a le choix ? Wait and see, souffla leur père, résigné.
- Tu pourrais pas causer basic ? J’comprends rien au corellien ancien.
- Ah ? C’était du corellien, ça, s’interrogea le mini espion. Ne faisons pas attendre vos charmantes filles : il y a un conduit d'aération là-haut, si vous pouviez...
- Bien sûr , répondit Marek, qui attendit que le petit alien monte sur sa main pour le soulever jusqu’à la conduite.



Descente pépère
Pour un plongeon, ce fut un beau plongeon ! Jas et Jaden plongèrent, eux aussi : vers les fameux sacs ! Ils étaient toujours malades en speeder. Et dire qu’ils venaient de goûter ! Les Jedi qui leur tenaient compagnie furent à deux doigts d'en faire autant ! Maitresse Jeela resta impavide, mais son padawan pâlit brusquement.
Dans le cockpit, Sasha/SyDney avaient confié la surveillance des senseurs à Talon - histoire de l’occuper-, mais ceux-ci étaient subitement devenus aveugles, à part un :
- Température extérieure… Houla ! Ça chauffe vraiment, annonça-t-il !Tu crois que ce bouclier va tenir ?
Le Nuage était environné de flammes générées par le frottement. Il faut dire que le vaisseau descendait quasi verticalement.
- Voyons Talon, un gadget de Venom ! Bien sûr qu'il va tenir ! On a semé nos poursuivants, c'est déjà ça !
- y en a deux qui ont suivi, ou plutôt anticipé la manœuvre, j’te rappelle.
- Ouais, des sorciers doloriens, j’les ai sentis quand on a plongé. Beurk ! Mais je ne les sens plus, maintenant. Hum, je devrais peut-être commencer à redresser, pour profiter du freinage aérodynamique ?
- Sûr, partenaire, si on s’y mettait immédiatement, suggéra SyDney.

C'était troublant d'entendre la même personne (ou droïde) parler avec deux voix différentes, mais Talon savait s'adapter rapidement. Il s'en amusait plutôt : le duo lui faisait penser à un vieux couple, exactement comme ses parents quand ils partaient ensemble au combat.
Sasha tint parole, mais une fois le cargo ralenti et les flammes dispersées, il découvrit que l'océan en dessous se rapprochait bien vite.
- On devrait peut-être pousser l'amortisseur inertiel à 130 %, suggéra SyDney.
- Bonne idée !
Le Nuage reprit une trajectoire horizontale bien près de la surface : les vitres du cockpit étaient mouillées d'embruns.
- Je crois que je vais remonter d'un poil.
- Sûr, partenaire : cinquante centimètres plus bas et c'est la baignade forcée : Dois-je te rappeler que l'eau salée n'est pas recommandée pour mes circuits ?
Le cargo remonta à une altitude plus raisonnable : trois mètres…
- On est suivi, Talon, ?
- Plus maintenant : un des chasseurs s'est transformé en étoile filante et l'autre semble avoir oublié de redresser.
SyDney ajouta :
- On arrive sur la baie des Pionniers : je te rappelle que l'astroport d'Herrion-Ville est à moins de cinq kilomètres. On ne devrait pas remonter un peu ?
- Bah, il reste deux kilomètres !
- toi, t'as passé trop de temps avec ces kamikazes de Rouges !
Sasha reçut un soutien de poids :
- Bof, j'vois pas où est le problème, SyDney : je fais ça tout le temps !
-… Ou de ces kamikazes de Mandaloriens !

Sasha reprit dix mètres au dernier moment, mais passa tout de même bien au-dessous de la coupole de la tour de contrôle avant de remonter encore un peu . Avec un immense sourire, Sasha survola la ville puis le palais en rasant les toits, puis adopta une altitude plus raisonnable au-dessus de la Forêt.
- ça fait des années que je rêvais de faire ça !
Il jubilait en ignorant les glapissements du contrôleur de la Tour
- On va se prendre une amende, et elle sera salée !
- Situation d'urgence : on est en guerre, non ?
- Mouais… ça t'évitera peut-être une semaine de taule et la suspension de ton permis… Mais as-tu pensé au savon que Ma' va te passer ? S'il faut, elle te traînera elle-même jusqu’à la cellule de dégrisement !

Ce rappel plein de bon sens effaça le sourire niais du jeune homme, qui redevint sérieux.
- On n'est plus très loin des coordonnées : Tu vois quelque chose ?
- La végétation est sacrément dense, tu sais… Ah, regarde à deux heures, ce ne serait pas un bosquet d'arbres cathédrale ?
- Allons voir. Tu as raison, c'est bien ça !
- ATTENTION : quatre engins ennemis en approche rapide ! Correction, ce sont des Speeders de la garde.
Ils viennent certainement pour te coller un PV, rigola Talon.
- Mais non, regarde le blason. Ce sont des Reapers : MA compagnie, MES soldats !
- Ah bon, t'as une compagnie ? Pour toi tout seul ?
Le blason était vert et or, mais strié d'un étroit éclair rouge  : les couleurs du Prince d'Herrion.
- Je ne vois pas de clairière, constata le droïde... Ah, un signal droit devant ! Et une communication sur la fréquence privée. C'est Wolf !
- Alors Cap'tain, toujours en retard ?
- J'ai dû ralentir un peu pour ménager l'estomac de mes passagers, Sergent ! C'est comment, en bas ?
- Bien plus large qu'en haut ! Ton engin peut se glisser sur la tranche ?
- Je n'ai jamais essayé, mais il y a un début à tout ! Alors, voyons si…
Il tira une manette, et le nuage fit une brutale embardée, puis pencha dangereusement vers la droite




Le retour de la revanche du clone du Sith !
Marek profita de l’attente pour fouiller dans son lourd sac à dos :
- Bon : contre des sorciers, j’ferais mieux de sortir l'artillerie lourde !
- Tu as mieux que ton blaster multitubes ?
L’arme qu’exhiba le contrebandier était, pour un profane, beaucoup moins impressionnante que le blaster.
- Oui, j'ai ça !
Markus n’était pas un profane :
- Ah, ouais quand même. C’est pas illégal, ce truc ?
- Sur au moins 400 millions de système, répliqua fièrement le Berel.

L'ouïe exercée du clone l’avertit d’un remue-ménage soudain de l'autre côté des parois, mais elles étaient trop épaisses pour qu'il en distingue les causes.
- …..Attrapez-les : elles nous serviront d'otage
Tiens, je les entends, maintenant ?
Eh, mais je suis dedans 
!
Un officier en uniforme noir rouspéta :
- Elles veulent pas se laisser attraper, ces petites Péta…
- Elles NE veulent pas ! Veuillez employer un langage correct en présence de mes enfants, je vous prie ! Et surtout pas de gros mots, hein ? Les adultes doivent montrer l'exemple !

La réaction des Doloriens fut presque comique : ceux qui n'avaient pas sursauté d'effroi se figèrent en pleine action, bouche ouverte.
Jaïna tira sa manche :
- Papa, papa, ce vilain monsieur, là…
L’interpellé se recroquevilla comme si le doigt pointé sur lui était un blaster.
- Oui, ma chérie ?
- il en a dit plein, de gros mots !
- Oui, des mots très sales, renchérit sa jumelle.
- Celui-ci ? Je vais réprimander ce malpoli, mes chéries !
Le Malpoli avait probablement quelques sortilèges – ou d’autres gros mots- en réserve, mais il semblait tétanisé par la peur. Ce qui signifiait que...
- Ah, je vois que vous connaissez déjà mes petits talents, fit le clone, satisfait.
Du coin de l’œil, il vit OS 117 pianoter sur les commandes de la porte.
- Vous devriez sortir, les filles : papa est très mécontent et ces messieurs vont encore dire plein de gros mots !
- Ah, oui, quel genre ? Aaaaargh ? Ouch ? Aaahhhhh ? Ouille, ouille ? Ce ne sont pas des gros mots, papa !
- Oui, mais comme je suis très en colère, je risque d'en dire moi même !! Tenez, allez voir comment Jas s'en sort et revenez me le dire ! Allez !
Elles disparurent à regret. Depuis la porte grande ouverte, Venom reprit, sur le ton de la conversation :
- Je suis derrière vous, Messieurs : qui veut griller en premier ?

Le premier à pointer son blaster fut le premier vaporisé. Pas par Venom, mais par le désintégrateur -totalement illégal dans 400 millions de systèmes- de Marek.
Laissant les militaires à son camarade, Venom s’intéressa aux silhouettes en robe noire environnées de Brume : les Sorciers. Il regarda méchamment celui qui semblait être leur leader. Si ses yeux avaient été des lasers… Ils auraient seulement transpercé le sorcier !
Comme il avait la version désintégrateur, lui aussi…
- Il s'est fait des cendres, rigola-t-il!
- depuis quand tu fais des jeux de mots à deux crédits, toi ? Fais gaffe, ils réagissent enfin !
L'un des sorciers balança des éclairs. Venom tourna son regard vers lui, puis vers les autres : il y en avait six, euh quatre, non trois… Non deux, un, zéro : Partis !
- Ah zut, il n'y en a plus, fit le jeune homme déçu, qui lança quelques couteaux sur les sous-fifres pour se consoler.
Heureusement, les infimes traces de Brume habitant les victimes de Marek et les siennes se réfugièrent dans le dernier survivant, qui s’attira un regard vindicatif… avant de s’évaporer lâchement.
Le silence se fit ; un silence de mort, que Venom s’empressa de briser :
- Tu as vu ? C'est bien pratique, la Brume nous facilite la tâche !
Il sortit sa boite rose et partit à la pêche aux perles.

- J'ai vu, répliqua aigrement Marek ! Tu aurais pu m'en laisser un ou deux de plus, tout de même !
- Désolé, je crois que le processus est plus ou moins automatique : des qu'il y a assez de Brume, mes yeux flinguent tous seuls : la détente doit être trop sensible et…
- C'est ça, oui : tu nettoyais ton arme et le coup est partit tout seul !
- Mais… J'te jure…
OS 117, le mini espion, savait garder les pieds sur terre, même la tête en bas et suspendu au plafond par ses orteils.
- Messieurs, vous compterez vos trophées plus tard ! D’autant qu’on n’en a eu qu’une poignée – à peine un quart des sorciers, si j’ai bien compté ! Et pas les plus puissants !
- Ah bon ? Alors où sont-ils ?
- Probablement partis.
Le petit personnage montra une rangée de sas au fond , donnant accès à des capsules de sauvetage.
- Nous verrons ça plus tard, nous avons d’autres priorités : quelqu'un a enclenché l'auto destruction. Il reste vingt minutes.
- Ah, non ! Pas de gaspillage ! Spy 5, Spy 6, au boulot : désactivons cette procédure !
Venom et ses droïdes se mirent au travail, tandis que Marek, de plus en plus inquiet, lorgnait vers les sas du fond de la salle. Insensiblement, pas à pas, lui et OS 117 s'en rapprochèrent alors que les minutes passaient.




Atterrissage en douceur
Sasha/SyDney, aidés de Talon qui les guidait, firent pencher le cargo jusqu'à ce que le cockpit, situé du côté droit, se retrouve en bas. Puis il se glissa dans l'étroit passage à travers les branches fines. Wolf n'avait pas menti : dessous, il y avait assez de place pour remettre le Nuage dans le bon sens et le poser.
- Eh, les gars ? Ça va ? On est arrivés !
- Vous m'en voyez vraiment très heureuse, fit maîtresse Jeela qui s'était introduite en silence dans le cockpit. Les garçons sont encore trop éprouvés pour répondre et mon padawan a besoin d'un peu de temps pour retrouver sa… Hum, sérénité. Dites, vous l'avez eu comment, votre licence de pilote ? En cadeau dans un menu Galaxy ?
- J'ai toujours pensé qu'il avait soudoyé l'examinateur, répliqua aigrement SyDney.
- Oh, qu'est-ce que vous avez ? On avait des Doloriens aux fesses, je vous le rappelle.
- Génial ! Super Acrobaties ! On recommence?
- Heureusement que t'es là, X'ree ! On se refera un petit vol, rien que pour nous deux !
- moi aussi, j'ai trouvé ça chouette, intervint Talon.
- Rien que pour nous trois, alors !
- Je pourrai conduire? J'te montrerai des techniques de vol tactique qui devraient te plaire.
Sasha préféra rester dans le vague.
Des que la rampe fut déployée, il sortit de SyDney et descendit à la rencontre du comité d'accueil. X'ree le dépassa en vrombissant et entama une série de manœuvres acrobatiques.
Manifestement, il essayait de reconstituer le vol chaotique du Nuage, y compris un passage en rase-mottes devant la '‘tour de contrôle’' W'arr !




10... 9… 8…
- Ah, voilà : vous voyez, on avait tout notre temps ! Qu'est-ce que vous faites près des capsules ? Vous auriez du y entrer et vous éjecter, voyons ! Marek ? Tu me sembles un peu pâlichon : tu as mangé quelque chose de pas frais ?
- ça doit être le Brualki de ce matin. Tout ton temps ? Il ne restait que six secondes, là !
- Tant que ça ? Waouh, on a fait vite, hein les gars ?
Les deux droïdes pépièrent leur approbation en binaire. Évidemment, seuls son collègue et Venom entendirent la réponse de spy 6, toujours dans son local technique
- Je n'allais pas gâcher une si belle occasion : une vraie station de combat pour défendre Herrion contre les méchants de tous bords, se vanta le jeune homme, très fier de lui !
Mais il se reprit, se souvenant des paroles d’OS 117 :
- Que disiez-vous, à propos des sorciers ?
- Qu’il en manque ! Vous en avez désintégré sept ici, et seulement un en bas, c'est bien ça ?
- Huit, c'est çà !
- Ma liste est beaucoup plus longue !
- Eh, mais vous avez raison ! Si mes renseignements sont exacts, quinze sorciers de premier rang forment le cercle intérieur, Les conseillers du big boss, en quelque sorte… Et dans ce lot, il n'y en avait pas plus de deux  : les autres étaient d'un niveau très inférieur!
- Pas si grave : s’ils se sont éjectés, les capsules ne sont pas loin, le rassura Marek. On devrait pouvoir les récupérer assez vite.
Il montra les consoles contrôlant l’artillerie de la station :
- Enfin, leurs cadavres.
- Le problème, c’est qu’aucune capsule n’a été éjectée, objecta le mini impérial. J’ai eu vingt longues minutes pour vérifier !




Fantômes dans la jungle
Wolf sembla surgir de nulle part ; normal pour un fantôme (3), mais la tenue camouflée jungle et le maquillage assorti y étaient aussi pour quelque chose. Son treillis arborait les insignes de commandant, mais aussi l'écusson officieux des '‘gardes de Sasha’'.
- Sergent Wolf au rapport, Cap'tain ! La compagnie Reaper a sécurisé les lieux, avec l'aide de la section 113.
- Repos, sergent, salua très sérieusement Cap'tain Sasha, avant d'étreindre moins solennellement son ami et frère de sang.

Ils n'avaient pas encore treize ans quand Sasha avait fait de la compagnie Reaper sa ''garde d'honneur'' personnelle : un prétexte pour que les petits commandos '‘retraités’' puissent reprendre leur entraînement au combat ; Un peu plus tard, Sasha avait mêlé son sang à celui de ses '‘soldats’' dans une cérémonie primitive, sauvage, mais terriblement excitante. Il avait aussi bu de l'alcool pour la première fois.
Un grand moment, mais avec des lendemains difficiles : pendant plusieurs jours, il avait été aussi pâlichon que les deux garçons qui apparurent au sommet de la rampe, le cœur au bord des lèvres et l'estomac barbouillé. Jas H jeta un regard noir à son capitaine, tandis que Jaden, en bon Jedi, faisait de son mieux pour ne pas éprouver de rancune.
En sortant à son tour Ashoka, furieuse, apostropha son frère :
- Il est fêlé, Sasha ! Qu'est-ce qui lui a pris de te laisser conduire ?
- Mais… C'est pas m...
C'est le moment que choisirent les Berels pour entrer en procession dans la clairière, en psalmodiant des paroles incompréhensibles. Sasha demanda au Berger :
- Qu'est-ce qu'ils font, au juste ?
- Ils prient pour apaiser le Cœur. À ce qu'il semble, ils devraient nous être utiles… ah, voilà le dernier invité !

Un grondement déchira le ciel, celui d'un un Chasseur stellaire passant en trombe puis s'éloignant, le bruit d'une chute entre les arbres. Une chute ? Pas tout à fait : c'est sur ses deux pieds et en souplesse que Luke Skywalker atterrit. Et avec un sourire tordu, en plus ! Cerné par des Commandos Fantômes, les mains bien en vue, il s'adressa à Jas :
- Ta mère gagne vraiment à être connue…
- Vous vous êtes fait engueuler, c'est ça ? Eh, laissez tomber, c'est un AMI : maître Skywalker, c’est un Jedi ! LE Jedi !
Il fallut cependant la confirmation de Sasha pour que les commandos relèvent leurs armes : les Reapers étaient d’un naturel méfiant. Pas assez pour impressionner Luke, qui poursuivit sur le ton de la conversation :
- Elle m'a fait comprendre que ma place était ici : elle ne mâche pas ses mots, je ne l'imaginais pas si autoritaire!
- Et encore, vous n'avez jamais eu droit à une looooongue conversation, vous !
- Bien, que faisons-nous ?
Jas semblait avoir retrouvé sa forme habituelle ; il tenait négligemment le Cœur dans sa main droite comme s'il s'était agit d'une simple balle et semblait connaître la suite du programme. Jaden, quant à lui, s'empressa de rejoindre son maître. Au cas où Sasha déciderait d'une nouvelle balade en cargo ?
Jas expliqua :
- On attend que les Berels aient fini de demander pardon et que Ceux Qui Brillent daignent se montrer.
- Demander pardon, pourquoi ?
- Ceux-là ont fait une grosse bourde, il y a cent dix ans : l'un de leurs prêtres a confié un secret à quelqu'un qu’ils croyaient être l'un de leurs élus et qui a réussi à obtenir leur aide.
- Et ce quelqu'un, c'était ?
- Malthus Verryn, qui d'autre ?
- alors pourquoi il les a autorisés à… ommença Sasha. Pardon, j'ai rien dit !
- Moi, j'suis pas au courant, protesta Wolf. C'est top secret ?
- Non, c'est juste que Verryn prévoit TOUJOURS un plan de secours même quand tout a foiré pour lui, expliqua son ami d'une voix lasse.
- Bref, il a dû penser que si son plan échouait, il valait mieux ramener le Cœur ici et mettre tout en œuvre pour le rendormir ! Pas étonnant que le Miracle ait été prêt à décoller ! Il pense à tout cousin Verryn, termina Jas, admiratif !
- On devrait se dépêcher: les Doloriens se montrent très agressifs, certains vont finir par passer les défenses, rappela maîtresse Jeela.
- Si certains réussissent à passer, on les accueillera comme il se doit, répondit sereinement Wolf. Venom nous a briefés sur les sorciers du côté obscur, il y a des années : Lui aussi, il pense à toutes les éventualités.
- Et puis pa' et ma' ne vont pas en laisser beaucoup, des sorciers, compléta Jas, inébranlablement confiant en ses super parents !
- Oui, papa en a même eu sept d'un coup (4)! Fit une petite voix derrière eux ;
Jaïna la chasseresse venait aux nouvelles.
- Et maman casse leurs chasseurs, alors s'ils veulent descendre sans eux, il va falloir qu'ils apprennent à voler, compléta sa jumelle !
- Certains sont passé au travers : un autre groupe a abordé la planète, on ne sait comment ! probablement avant la bataille : on vient à peine de les repérer, avertit W'arrr.
- Ils seront là bientôt ?
- Je vérifie … Moins d'un quart d'heure. Ils arrivent du nord, mais ils se déplacent bizarrement. Méfie-toi, Wolf!
- Bizarrement ? C'est à dire ?
- On les a repérés en plusieurs endroits, mais jamais pendant leurs déplacements entre ces points !
Là, Wolf était dans son élément :
- Mouais : si je comprends bien, ils peuvent débarquer d'un coup sans qu'on les voie arriver. Je vais réorganiser mes défenses et appeler la 112 et la 111 en renfort. Humm… la force 9, aussi : les 93 et 94 ont de l'artillerie lourde ! Si vous voulez bien m'excuser…
- Nous vous accompagnons, dit Maître Gard, consultant Luke du regard.
Celui-ci acquiesça.
- Nous aussi savons comment traiter les sorciers du côté obscur, renchérit Jeela
- V'reeelll et K'treeee vont vous accompagner pour vous tenir au courant !
Le petit groupe se dirigea vers le poste de commandement, établi près de l'une des trois fameuses colonnes.
Les Sorciers avaient envahi Herrion. Mais d’où venaient-ils ?


… …


C’est avec un sentiment d’exaltation malsaine qu’Optimus, Leader Suprême des Dolorien, foula le Sol Sacré du Monde des Origines. Il laissait momentanément la victoire à ses ennemis ; une victoire éphémère, car l’essentiel de sa flotte attendait non loin pour refermer le piège qu’il avait imaginé. Et même si ces maudits Jedi et leurs alliés réussissaient à retourner la bataille à leur avantage, il s’était assuré que leur victoire aurait un goût amer, très amer !
Mais qu’importaient  quelques pertes: la Source Obscure était là, tout près, si près ! Elle était de retour, elle aussi. Elle serait bientôt sienne.
Et alors…






Notes
1 Il n’y en a qu’un. :transpire:
2 Opérateur Spécial ! De son vrai nom, Hubert Bon… Ben Greymatter
3 Les sections fantômes sont un corps militaire semi-clandestin censé mener la résistance en cas d’invasion. Chaque membre ne connaît que ses camarades de section. En cas d’urgence, de paisibles fermiers, artisans, commerçants etc. se métamorphosent en saboteurs, assassins, snipers… Voir  Sasha et l’escadron rouge, sur ce forum.
4 Comme dans l’histoire du vaillant petit pirate ? :paf:


BONNE LECTURE!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 24 Juin 2018 - 16:40   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 5

J'aurais dû intituler ce chapitre: "SURPRISE!"

Quand c'est fini, ça recommence! L'amiral Darpa n'allait pas s'en tirer aussi facilement: voila que le gros des forces Doloriennes fait irruption dans l'espace herrian. Et c'est du lourd!
Mais l'habile anaxéen n'a pas dit son dernier mot: il aime bien les surprises, surtout quand c'est lui qui les fait!
Pendant ce temps, à bord de Torquemada, un trio de choc va également de surprise en surprise...




Chapitre 5 : Le choc des Titans




Sur la passerelle du Gloire d'Anaxes, on s'affairait et la tension montait.
La ligne de bataille menée par le croiseur lourd marquait des points face aux frégates d’assaut. Sur le papier, elles étaient d’une taille et d’une puissance comparables au vaisseau de classe Majestic et surclassaient nettement les deux Belarus. Sur le papier ! Avec de meilleurs blindages, de meilleurs boucliers et surtout une artillerie longue portée plus puissante et précise, l’équipage du Capitaine Dieme avait placé des coups au but bien avant que la première d’entre elles soit à portée de tir!
Et surtout, bien renseigné et disposant de l’initiative, la ligne de bataille commandée par Dieme avait « barré le T » de la ligne adverse : arrivant à angle droit devant la file de frégates, ses trois croiseurs avaient pu concentrer leur tir sur le vaisseau de tête sans que les suivants puissent riposter.
Résultat : le « Gloire » s’en prenait maintenant au second de la file tandis que les Belarus « finissaient » celui de tête, quasiment incapable de se défendre.
- Envoyez aux B. Darkliguter et W. Garven : abandonnez votre cible et concentrez votre feu sur la seconde frégate. Laissons nos Ranger l’achever à la torpille.

Quant à la troisième unité dolorienne, elle dérivait au loin, incapable de suivre les autres : les canonnières Warrior de la force Strike l’avaient immobilisée en attaquant par l’arrière, détruisant ses propulseurs ; elles auraient probablement fini le travail si elles n’avaient dû porter secours en urgence à la flotte du secteur He’ran.
Car, l’irruption d’une escadre lourde sur les arrières de la coalition n’était pas un évènement à prendre à la légère, malgré l’assurance affichée de l’Amiral. D’ailleurs, il avait laissé à Dieme le soin d’expédier les frégates d’assaut pour mieux se consacrer à la réorganisation de ses forces malmenées.
Sa priorité était d’organiser le repli des deux frégates qui avaient eu le malheur de se trouver à proximité des intrus. Malheureusement pour elles, l’affaire était très mal engagée.





L’affaire des frégates

Les Breitsax et Langsax s’étaient trouvées au mauvais endroit, au mauvais moment. Même si le destroyer et l’essentiel de son escadre les avaient ignorées, deux croiseurs moyens et deux légers s’étaient détachés pour leur régler leur compte.
- repliez-vous, repliez-vous, il en a de bonnes, cet amiral, marmonna le commander Ztimin, commandant du Langsax ! Il sait à quelle vitesse ça se replie, une Nebulon B ?

17 MGLT, soit le quart de la vitesse de ses adversaires. Si la rébellion avait fait de ses frégates des vaisseaux polyvalents, on oubliait trop souvent qu’elles étaient conçues pour l’escorte de lents transports.
Seules, elles ne pouvaient résister longtemps face à de tels adversaires. Quant aux escadrons de chasse, ils se battaient à deux contre un, formant un cocon protecteur autour de la flottille. Ils ne s’en sortaient pas si mal, mais elles ne devaient leur survie provisoire qu’au sacrifice des torpilleurs qui avaient exécuté plusieurs charges retardatrices. Sans grand effet, et au prix de la perte de trois vedettes et de l’Erebor, le CYZ commandé par son ami le lieutenant Lightbringer.
- Nous sommes une paire d’étoiles filantes, Stick, et rien ne nous arrêtera jamais, murmura-t-il d’une voix enrourée
Bien que touchée à plusieurs reprises, sa frégate s’en sortait un peu mieux que le Breitsax, qui ne pouvait plus riposter qu’avec un seul de ses turbo-lasers. Au moins filait-elle de toute sa lenteur vers le point de rassemblement. Plus pour longtemps : elle se cassa en deux, atteinte par la salve suivante. De trop rares capsules s’en détachèrent.
- Les salopards, ragea Ztimin, au bord des larmes.
Les ennemis, faisant fi des lois de la guerre, détruisaient méthodiquement les fragiles esquifs.
- Notre tour arrive. ça ne sert à rien de fuir, devina-t-il, partagé entre colère et résignation.
Non, inutile de fuir, nous leur facilitons la tâche. Timoniers...
- Message du Khan, commandant, prévint son second.
- Je prends. Langsax au Khan, nous ne pourrons tenir…
- Courage, nous sommes là  et des renforts arrivent ! Au signal, virez au 25 !
Le signal ne tarda pas :
-Top !
Dans l’espace libéré par la frégate filèrent des traits de turbo-laser. L’artillerie à longue portée du Khan venait de tirer pour la première fois sur cible réelle. Le croiseur léger de tête encaissa sans grand dommage, compte tenu de la distance, mais dut changer de trajectoire. L’artillerie du Khan, bien plus rapide que les frégates, serait bientôt à portée efficace
- Cela nous laisse un répit.
Ztimin prit la décision qu’il ruminait depuis un moment :
- Demi-tout, nous faisons face : au moins pourrons-nous riposter de toutes nos armes !

Les croiseurs de Venom, les canonnières et les vedettes de la force Strike, assistées par les chasseurs et unités légères de la flotte sectorielle convergeaient de toute leur vitesse vers l’escadre ennemie
Mais les croiseurs noirs décorés de flammes avaient un gros défaut : leur incroyable vitesse avait un prix, leur consommation était considérable et ils auraient bientôt besoin de ravitailler. Les vedettes et canonnières signalaient qu'elles avaient tiré les deux tiers de leurs torpilles à proton. Deux, peut-être trois contre-attaques, et cette force deviendrait inutile, comme le rappela le lieutenant Capra.
- Mais entretemps, ils auront fait du dégât, beaucoup de dégâts, riposta l’amiral.
Néanmoins, la situation devenait critique, d’autant plus que...
- De nouveaux vaisseaux en approche : deux destroyers de type Providence... Deux croiseurs lourds de type inconnu, d’autres vaisseaux de type corvette, annonça l’officier senseurs
- Amiral, chacun de ces destroyers vaut bien un Impérial, s'inquiéta le lieutenant Capra. C'est beaucoup trop pour nos forces !
Mais l'amiral ne semblait pas inquiet. Il se permit un petit sourire :
- C'est bien : Tous les assassins sont là ! Lieutenant, sachez que je vous ai fait quelques petites cachotteries : la force Backlash nous a réservé une petite surprise.
Il pianota sur sa console com’, ouvrit un canal réservé et, sans attendre, ordonna :
- Lancez l'opération Nettoyage de Printemps !
Puis il sélectionna la fréquence de la force Strike. Un Berel apparut dans le champ holo.




Strike !
- Bien compris, amiral ! Ergis, Strike leader, terminé !
Le capitaine Ergis et son croiseur déguisé en cargo menaient la collection de canonnières Warrior et de vedettes détachées de la force Strike. L’amiral Darpa venait de lui en confier le commandement et de lui assigner son objectif : le destroyer Impérial et les croiseurs lourds qui, dédaignant les unités sectorielles malmenées, filait droit vers le Gloire d’Anaxes.
Ergis avait cru qu’on l’enverrait au secours des frégates de Saxe (1). Il avait vu, impuissant, l’une d’entre elles exploser.
Ils ne perdent rien pour attendre, se raisonna-t-il.
Devant Q, quasi indétectables malgré leur proximité, un escadron de chasse et huit vedettes GAT 24 volaient au secours des He’ran.
Des Jedi, tous des Jedi ! Ça va le faire!
- OK, l’amiral veut qu’on attire l’attention des grands méchants. Voyons si nous pouvons leur faire peur !
- Le problème, c’est que nous avons épuisé la majorité de nos missiles et torpilles lors de l’attaque initiale, objecta Olek, son second ;
- une passe, peut-être deux… Il faudra bien sélectionner les objectifs.

Orek, aux senseurs, avait une mauvaise nouvelle:
- Le Destroyer largue ses chasseurs ! Ils se dirigent vers nous ! Tu voulais qu’on attire l’attention, Boss ? C’est réussi !
- qu’est-ce qu’on a ?
- Six escadrilles, des TIE! Et des torpilleuirs d’assaur, et deux lignes d’escarmouche, soit huit corvettes. Et…
- ça va, ça va , j’ai pigé ! I
- Les « tête de pioche ! Ils nous rattrapent, clama Orek.
- mouais… leurs ordres sont d’attaquer l’escadre, pas de nous protéger.

Le Black Pearl se trainait aux côtés de Q.
- Nous aurions déjà rejoint les frégates, s’ils nous avaient laissé y aller, marmonna sa capitaine, frustrée.
Q était plutôt véloce… Pour un cargo. Mais le Pearl et ses sister-ships auraient pu le semer sans peine, en guidant les vedettes contre les bouchers du Breitsax, par exemple. L’occasion de briller enfin au combat.
Mais, pendant sa croissance dans une cuve de clonage, le dispositif d’éducation lui avait inculqué les vertus de l’obéissance:
- Ceux qui prétendent au commandement doivent d’abord apprendre à obéir, cita-t-elle, résignée.
- Capitaine, je compte au moins cent vingt chasseurs et bombardiers (2), annonça Dag, son officier senseurs.
Et comme s’il n’avait pas été assez clair :
- ils viennent droit sur nous ! Attention, ils se divisent en trois groupes.
Les doloriens utilisaient les méthodes impériales que tous connaissaient à bord.
- Tactique d’encerclement standard, reconnut la capitaine Ante.

Q modifia légèrement sa trajectoire – quelques degrés bâbord, et les corvettes l’imitèrent. Mais pas les autres:
- Capitaine, nos torpilleurs et canonnières accélèrent et s’écartent à tribord !
- Logique : ils sont plus rapides ! Avec un peu de chance, ils attireront une partie de nos assaillants.
Elle balaya ses rêves de gloire, consciente de son devoir : face à cette armada, Q et son escorte ne disposaient que des neuf X-wing survivants de leur escadron d’escorte, vingt-quatre E-Wing (deux escadrons détachés par le Gloire d’Anaxès) et vingt drones de Queen Mom, le reste accompagnant les torpilleurs !
- Timonier, placez nous en couverture de Q : formation Delta.
Les systèmes de désignation de cibles et l’artillerie légère des trois corvettes en faisaient presque les égales des canonnières corelliennes DP 25 en matière de défense anti-chasseur. Systèmes dont Q était dépourvu. En dernier recours, l’armement antimissiles avait démontré qu’il pouvait même intercepter des torpilles à proton.
- Un écho à grande vitesse sur nos arrières. Il vient de la planète !
Margarita devina :
- ah, ils nous rejoignent enfin !
Au passage, le magnifique croiseur noir ralentit assez pour qu’elle lise son nom, écrit en énormes lettres de feu  sur la coque: « Tête de Nœud ».
Pas un nom pour un croiseur, ça !
Même avec un tel patronyme, elle aurait donné n’importe quoi pour avoir le privilège de le commander.
Avant d’accélérer pour rejoindre la tête de sa nouvelle meute, les abandonnant à leur sort, il largua tout de même un petit cadeau : vingt A-Wing dernier modèle.
- ça va être utile… Très utile, approuva-t-elle alors que les escadrons ennemis approchaient.





Retour de bâton
La force Backlash comprenait, sans surprise, un fort contingent de la flotte sectorielle. Contrairement à ce qu’avaient cru les doloriens, elle n’était plus dispersée aux confins du secteur, traquant en vain des agresseurs fantômes : Malthus Verryn avait bel et bien retiré ses forces et l’avait fait savoir. Sept frégates Nebulon B2, les plus puissantes de la lignée, une bonne vingtaine de corvettes, autant de canonnières de différents modèles et, bien entendu, quelques meutes des incontournables CYZ 775.
Le futur vaisseau amiral de la flotte sectorielle  en profitait pour faire sa croisière d’essais après une grande refonte: le Hun revenait tout juste de Sullust, ayant suivi en trois ans une cure de vitamines dans les chantiers de Soorosub.
Fi des limitations et réglementations imposées aux sociétés commerciales, le « croiseur de fret (3) » était devenu un vrai croiseur sous le pavillon de la flotte sectorielle. Il était accompagné par quatre escadrons de bombardiers Stingray et huit escadrons de chasse de la force sectorielle, de quatre autres envoyés par les forces de défense d'Hyborria, Gothica, Hunnia et Franca et une nué de vedettes Skipray. Les mandaloriens s'étaient invités en nombre : quatre escadrons de chasse, des chasseurs lourds, des vedettes, six corvettes crusader…
Quand Markus senior recrutait ses mercenaires favoris, il ne faisait pas dans la demi-mesure et dépensait sans compter !

Une escadre conséquente, mais insuffisante face à des destroyers.
Insuffisante sans la surprise du chef - pardon, de l’Amiral- , qui encadrait la petite flotte : même un Gladiator gonflé aux stéroïdes (4), -accompagné de deux nouveaux croiseurs V (5) et de nombreux vaisseaux plus modestes- paraissait modeste aux côtés des deux destroyers Victoire III de l’Alliance et surtout, du Retour de Flammes (6), venu tout droit d'Amber 22. Après un peu de shopping dans la station, le capitaine Forvax avait peut-être décidé d'offrir à son équipage une semaine de permission sur les plages de Bleuerive ? Les militaires impériaux semblaient apprécier le tourisme, ces derniers temps !

Il se préparait une vraie bataille de destroyers comme on n'en avait pas vu dans le Secteur depuis bien longtemps. La petite flotte du secteur avait plié mais point rompu et revenait à l'attaque.
Darpa se permit un franc sourire :
- Vous voyez : nos ennemis ont cru à notre faiblesse et ont trouvé le courage d'attaquer. Inutile de leur courir après, ils sont venus à nous !
L'amiral, constatant que ses croiseurs en avaient fini avec les frégates d'assaut, ordonna à sa flottille de rejoindre le nouveau champ de bataille. Sous ses ordres, Capra eut fort à faire pour coordonner les groupes dispersés :
- La force Jegor en a terminé et nous rejoint ! Les escorteurs de l'Amber Star, les patrouilleurs herrians et les cargos du marchand Marek prennent la garde autour d'Herrion. Cela devrait suffire !
- C'est bien : faisons le ménage ! Faites savoir au général Voxan qu'il peut lancer Delta rouge sur toute cible d'opportunité. En bref, tous ceux qui franchiront notre barrage.
- Ils ont déjà vaporisé une cible : la frégate du Conseiller Nikkan.
- Rappelez-vous de ne jamais offenser les herrians, Capra: ils sont assez rancuniers ! Des nouvelles du jeune Markus ?
- La station de combat est de retour, amiral ! Ses occupants nous signalent qu'elle est sous le contrôle de troupes amies.
- Brave garçon ! J'en viendrais presque à lui pardonner son indiscipline ! La station est à nous, mais nos adversaires l'ignorent : profitons en !
L'amiral envoya une série d'instructions et réorganisa ses forces en conséquence !
- Hot Pepper : où en êtes vous ?
- Le Nuage s’est posé, mission accomplie ! Jegor et l'Amber Star ont fini le ménage. Quelques petites saletés tenaces ont réussi à rentrer dans l'atmosphère pour dégueulasser la Forêt, mais nous aurons les dernières avant qu'elles n’y arrivent !
- Nos saletés à nous sont beaucoup plus grosses et tout aussi tenaces, mais pas d'inquiétude : nous allons donner un grand coup de balai et laver à grande eau !
Son état-major était stupéfait : l'Amiral faisait de l'humour !




Disparitions inquiétantes
quelques minutes plus tôt…
Le Merrin, intrigué, fouillait dans tous les recoins de la vaste salle :
- Ils s'étaient tous enfermés ici, je les ai vu ! Et selon mes droïdes apprivoisés, ils n'en sont pas ressortis ! Il doit y avoir une issue !
- Impossible autrement, approuva Marek, qui se joignit aux recherches.
Venom épluchait les données des caméras de surveillance :
- c’est incompréhensible : on les voit tous refluer vers cette porte – certain courent comme s’ils avaient un rancor au trousses-, mais ensuite plus rien… Vous avez raison, personne n’est ressorti par cet accès. Ce qui signifie…
Marek compléta :
- Comme nous le disions : il y en a un autre, forcément ! Une issue dérobée ?
Comme il s’intéressait à la douzaine de sas menant aux capsules de sauvetage, Jaïna, réapparue entretemps et dévorée de curiosité, lui demanda :
- Qu’est-ce que tu cherches, oncle Marek ?
- Qui ? Quoi ? Oh, c’est toi, Jaïna ? Ah, euh, eh bien, j’essaie de voir ce qu’il y a derrière ce sas, mais le hublot est tout petit et…
La fillette se pencha et… Disparut de l’autre côté du sas. Elle ressurgit pour annoncer :
- Ben, une capsule de sauvetage, pourquoi ?
- Et dans celui-ci, ma petite nièce?
- Tiens, c'est drôle, y a pas de capsule, là… Juste un couloir !
- Il N'y a pas de capsule, ma chérie, corrigea machinalement son père. Montre à Papa !

Il sembla absent et le Berel comprit que la fillette avait envoyé sa projection de l’autre côté. Puis il s’ébroua :
- Il y a bien un passage ; il mène peut-être aux hangars à vaisseaux ? Ces fichus sorciers aurait-ils quitté le navire ?
Puis il se pencha vers sa fille :
- Alors, comment vont Jas et Sasha, ma chérie?
La gamine s’apprêtait à répondre quand elle écarquilla les yeux, posa une main sur la bouche :
- Oh, j’avais oublié ! Les méchants sont en bas, papa ! Ils vont attaquer Jas, Sasha et leurs amis ! Il faut que tu viennes, tout de suite ! C'est la Forêt qui l'a dit !
- Papa veut bien, mon petit amour, mais il est très loin d'Herrion ! Je risque d'être un peu en retard. Ou alors…
- Non ! Là, c'est toi en vrai, qu'il faut !
- D'accord, ma chérie : Spy 6, programme un saut en retour, et envoie un message pour prévenir : il ne faudrait pas qu'on sème la panique. Et préviens la compagnie Kes, qu'ils montent à bord au plus vite ! Un transport, il me faut un transport !
Marek montra le sas :
- Cela mène peut-être bien vers les hangars ? On… NOUS ferions mieux d'aller voir, suggéra-t-il
Il n'avait pas envie de se faire corriger.
- Nous allons jeter un coup d’œil ! Mais d'abord…
Il se tut un instant : il communiquait avec Spy 6
- C'est bon : Mon petit pote vient de programmer un micro saut un peu à l'écart de la bagarre ; Nous sommes attendus par des gars à moi et quelques-uns de tes Berels. Et je fais venir mon chasseur : le Blackbird aurait été mieux, mais je l'ai laissé à Thalia. Allons voir ce couloir. Tiens, on passe en hyperespace.

Le temps de craquer le code du faux sas, de suivre le couloir, et le petit groupe déboucha dans une salle circulaire décorée de symboles inquiétants et… Vide!
- C'est qu… Quel est cet anneau dressé au fond ? Il est assez large pour laisser passer quatre Berels de front ; Tiens, ces runes me rappellent quelque chose !
La station n'ayant fait qu'un micro-saut juste à l'extérieur du système Luma, le trajet de retour fut rapide et les comlinks crépitèrent :
- Ici le sergent Kabos, la compagnie Kes est prête à l'abordage : Permission de monter à bord, Patron ?
- Permission accordée : Spy 6 vous a bien téléchargé les plans ?
- Affirmatif, patron : nous savons où aller et une armée de Techs et leurs droïdes nous suivront de près ! Il y a aussi des artilleurs !
- Sergent, depuis Tabor, vous pouvez m'appeler Venom.
- En privé seulement, patron ! Vous comprenez, le Contrat c'est le Contrat !
- Compris, Sergent ! Nous sommes dans une pièce adjacente à la salle de contrôle; l’accès ressemble à un sas de capsule de secours, nous vous attendons !
- Compris, patron !
- Ah, si vous votez un droïde R2 à bande jaune, ne tirez pas : il est avec nous et je n'ai pas envie de recevoir une facture des renseignements Impériaux ! Pareil pour mes deux SD-X. Venom, terminé !
Il sourit :
- Ils sont vraiment bien, ces Taboriens ! J'adore bosser avec eux ! Je vais aux hangars récupérer mon chasseur !
- Attends un peu… On rate quelque chose, là ! Ces Sorciers étaient dans cette salle : il doit y avoir une autre issue !
- obligatoirement, fit le Merrin depuis l'épaule du Berel !
- Vers les hangars ? Je gagnerais du temps !
La fouille se révéla vaine : un seul accès pour cette pièce. Et cet anneau !
- Attention, il se passe quelqu…
Le disque à l'intérieur du grand anneau s'illumina, faisant apparaître une surface réfléchissante qui vira bientôt au noir.




Notes
1 Un des mondes du Chariot.
N.B : les noms des frégates viennent de différents types de scramasaxes, des coutelas utilisés par les saxons et d’autres peuples germaniques
2 Pour six escadrons standard, ce devrait être 72, mais… Disons que les doloriens ont su tirer les leçons des cinglantes défaites infligées à des destroyers impériaux par les chasseurs de la rébellion. :transpire:
3 Ce classement erroné devait beaucoup à la « myopie » des inspecteurs impériaux, car l’armement des croiseurs de l’Amber Star était déjà très supérieur à celui admis par les règlements. Un aveuglement probablement causé par de substantiels pots de vin.
4 Rappel: Les vaisseaux de Markrrr
5 Ça fait plus classe que « tête de pioche », non ?
6 rappel: le destroyer impérial de l'empire ( :transpire: ) en « escale technique » près d’Amber 22 (cf chap 11, livre 3)



Bizarre, non?
Sur Coryndon, un seul sorcier dolorien (le regretté Magnus :( )avait tenu en échec une puissante coalition. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'autour d'herrion, ils ne brillent pas par leur efficacité.
à moins que...


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 30 Juin 2018 - 20:37   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 5

Abandonnons les combats spatiaux et allons voir comment s'en sortent les gardiens du Coeur!



chap 6: Forêt dans la brume, Brume sur la forêt




Ceux Qui Brillent ; Ceux qui Restent dans l'Ombre.

Les Berel, formant un cercle près d’un autel de marbre noir et blanc, levèrent à l’unisson leurs mains vers le ciel, en émettant un son qui ressemblait à…
- oooooommmm !
L’autel, quant à lui, était similaire à celui qui trônait au centre de la salle de rituel de Verranna, remarqua Sasha. En les voyant se disperser, il ajouta :
- Ah, on dirait que nos amis ont fini de demander pardon.
Il capta un phénomène insolite à la limite de son champ de vision:
- Et ces silhouettes vaporeuses et luminescentes qui approchent, ce sont bien…
- … Ceux qui brillent, confirma W'arrr.
- C'est bizarre, je m'attendais à ce que leur éclat éclipse celui de Jas. Là, ils me font plutôt penser aux fantômes de force de Ve'ssshhh et X'reee.
- Ils m'ont contacté très récemment, et moi aussi cela m'a surpris, confirma le Berger
- On dirait plutôt des projections, comme celles des jumelles, suggéra Jas. En beaucoup moins bien !
Il semblait déçu. C'est la Forêt qui lui donna la clé :
[Ceux qui brillent ne sont plus de ce Monde depuis bien des générations. Ils ne sont plus tout à fait de cet univers. Quand ils ont appelé les M'luurrr (1) pour prendre soin de leur enfant -Nous /moi/Je_ , ils s'apprêtaient à partir pour leur long voyage.]
Un discours étonnamment compréhensible, estima Jas qui avait encore souvent du mal à interpréter le langage particulier de l'entité sylvestre. Par exemple, celle-ci confondait passé, présent, avenir.
Normal, pour elle le temps est un cercle, le cycle des saisons.
- si ce sont des projections, alors ils sont sacrément loin, raisonna son parrain.
- Très loin, dans le temps et dans l’espace, renchérit le Berger.

Pour une fois, Jas n’ajouta pas son grain de sel : les arbres n’en avaient pas fini :
[ Nous /moi /je/vous/toi devons rendormir le Mal. Les créateurs sont témoins]
Un peu moins clair , mais j'ai compris : Ils sont venus, mais le Cœur, c'est plus leur boulot ! Maintenant, il faut expliquer aux autres.
Sauf que les autres avaient entendu.
Ce n'était que le bruit du vent dans les branches, le bruissement des feuilles, mais les mots étaient parfaitement audibles : la Forêt avait parlé ! L’entité n’en avait pas fini :
- Le Prince endort le mal du dedans, le Héraut fils/frère/Sœur/ père, le mal du dehors.
- Là, j'ai pas tout compris ! Fils d'accord, Frère aussi, mais le reste ?
- C'est pourtant simple à comprendre : on est là, nous ! On va t'aider, expliqua Masha avec ce petit ton supérieur qui lui donnait parfois envie de la décalquer.
- On ? Où est Jaïna ?
- Elle est allée prévenir papa, bien sûr ! Il va venir nous aider !
- ah bon ? Mais comment… D'accord, d’accord, capitula Jas, accoutumé aux idées extravagantes de ses sœurs!
Les filles avaient une imagination débordante et un problème manifeste avec le mot impossible.
Personne n’a dû leur expliquer ce qu’il signifiait ! Pa' est dans une station qui a sauté dans l'hyperespace : il doit être loin, maintenant ! Alors, j'vois pas comment…

Ou alors, c’était le mot impossible qui avait un problème avec les jumelles : après tout, elles arrivaient bien à projeter leur image -et leur esprit- depuis un vaisseau planqué à plusieurs parsecs de là!
Luke lui fit un clin d’œil, comme s’il avait suivi le même raisonnement que le garçon :
- Impossible ? Un mot qui avait le don d’exaspérer Yoda. D’autant plus que je l’employais trop souvent à son goût. Il disait qu’avant d’apprendre, je devais désapprendre tout ce que je croyais savoir.
Jas lui sourit en retour, haussa les épaules : après tout , lui aussi avait fait des trucs « impossibles », ces derniers temps ! Il se décida :
- Sasha ! Attrape !

Il fit un lancer en cloche et sa balle… Pardon, le Cœur, atterrit dans la main du jeune homme.
- Jolie passe ! Mais pourquoi tu me refiles le bébé ?
- Parce que : « Le Prince endort le mal du dedans ». Et t’es le seul prince à cent parsecs à la ronde, j’te rap... !
- Alerte ! Ennemis en approche !
Ennemis ? Jas sentit la présence rassurante de 045 à ses côtés. Comme toujours, il ne l'avait pas vu approcher. Puis il y en eu deux autres : 046 et 009. D’où venaient-ils, ceux-là ?

Il faisait assez sombre sous les arbres-cathédrales, et seule la luminescence des troncs permettait de distinguer quelque chose. Mais la bas, à environ 500 mètres au nord, la forêt était devenue invisible, noyée dans un brouillard noir. Non pas une brume, LA Brume qui absorbait toute lumière ! L'obscurité absolue. Des remous laissaient cependant deviner que quelque chose se déplaçait dedans .
Des silhouettes encore indistinctes apparurent. Un tour d’horizon apprit au garçon que l’obscurité les encerclait. Mais qu’elle restait à distance.La Brume aurait pu submerger le périmètre de défense. Pourquoi ne s'était-elle pas avancée plus ? Jas eut une intuition :
- Ceux qui brillent ! Elle n'ose pas les approcher !
- Nous n’en sommes pas moins encerclés, rappela maître Skywalker. Jaden, tu vas aider Sasha à rendormir le Cœur : ses gardiens te connaissent bien. W'arr et SyDney assureront votre protection rapprochée.
Jas ? Il y a trois Jedi et deux Bergers au Nord, des droïdes SD-10 à l'est et à l'ouest. Occupons-nous du Sud avec tes droïdes et tes amis mandaloriens.
- Pas de souci ! De toutes façons… Aouille !
Ahsoka venait de filer un coup de pied à son frère.
Inutile que Jas sache que son père les payait pour veiller sur lui !
- on vous accompagne, confirma-t-elle.
- Ouais, on n'a qu'à faire comme ça, marmonna Jas.

Des troupes engoncées dans des combinaisons/armures noires sortaient de la Brume. Des tenues dont on se demandait si elles étaient là pour protéger ou blesser leurs porteurs.
- ils doivent pas voir grand-chose, avec ça !
- Des esclaves… J’ai vu comment les doloriens les traitaient : la souffrance fait partie de leur conditionnement, expliqua le Jedi qui avait eu l’occasion d’inspecter la planète Dolor, désertée par les adeptes de la Tenebrae. Fais bien attention: ils ne tiennent pas compte de la douleur et considèrent la mort au combat comme une délivrance.
- Dans ce cas, on va tout faire pour les exaucer, commenta la mandalorienne, qui semblait se réjouir de l’imminence du carnage.
Sa légèreté eut le don d’indisposer le gamin et d’accentuer son malaise.
- Blasters et armes blanches, ajouta le Jedi, jaugeant l’arsenal des assaillants.

D'étranges silhouettes, recouvertes d'un long manteau noir à capuche flottaient entre les rangs. Dans leurs mains blanches et squelettiques, chacune serrait une faux. Une arme pour le moins originale Des tirs venus du périmètre de défense éclaircirent les rangs, mais les faucheurs semblaient insensibles aux blasters.
Le Jedi sentit la réticence du garçon.
- Si tu me disais quel est ton problème ?
- J’aurais pensé que vous voudriez avoir votre apprenti à vos côtés plutôt que moi.
- Cela aurait semblé logique, mais j’ai deux bonnes raisons de laisser Jaden auprès de ton parrain. J’ai déjà donné la première : sa relation privilégiée avec les gardiens du Cœur.
- Et la deuxième, demanda impatiemment le jeune herrian.
- La Brume. Le don que possède ton père lui permet de la combattre efficacement. Tes sœurs ont ce don, elle aussi : elles l’ont utilisé pour neutraliser la Brume qui torturait un ami de ton père, Jake Keren. Il est donc fort probable que toi aussi… En fait, la Force me dit que tu as ce talent.
- Ah bon, fit le garçon d’un air peu convaincu.
- Si tu me dévoilais la vraie cause de ton malaise ?
Jas se décida :
- Je ne veux tuer personne, voilà ! Pas même un de ces Sorciers !
- Ceux qui tiennent les faux sont morts depuis longtemps, tu sais : seule la Brume peut les animer. Pour les vivants, elle n’est qu’une maladie qui les ronge. Et toi, tu es le remède. Pour l’instant, concentre-toi sur les faucheurs, je m'occupe du reste !
Il laissa Jas digérer ses paroles, conscient d’avoir trouvé les mots justes. Le gamin rumina quelques secondes, puis un timide sourire apparut sur son visage soucieux.
- Une maladie… Le remède… Alors, c’est un peu comme si je les soignais ?
- Voilà comment il faut penser ! Alors, docteur Jas, au travail !
Jas, remonté à bloc, laissa la lumière s'exfiltrer. Son éclat éclipsa même les lueurs pâlichonnes de Ceux Qui Brillent. Il observa ses adversaires et remarqua :
- Beuh, ils ont copié l’emblème des Reapers : ils vont pas aimer ça (2)!




Sasha, le Cœur sur dans la main
C'était la première fois que Sasha tenait le cœur dans sa main. Le contact était pour le moins… Étrange. Il sentait les gardiens, il sentait la Force, mais aussi…
Il partagea ses réflexions à travers la Conscience :
[Bizarre, je sens la Brume, mais aussi la Tenebrae. Elles sont totalement distinctes !]

[C'est la première fois qu'un Prince est en contact direct avec le cœur quand il est éveillé] lui révéla W'arrr.
[Et que doit faire le Prince, exactement ?]
[Je l'ignore ! Je pensais qu'il fallait le rendormir, mais… C' est une option, je sens qu'il y en a d'autres.]
- D'autres options ? génial ! Sauf que je ne sais même pas comment le rendormir, dit-il à haute voix
[ L'holocron t'a montré la vérité. Tu en a vu plus que ce dont tu te souviens]
Cette fois, c'était V'essshhh, le Gardien du Cœur qui avait parlé.
[ On a oublié quelque chose, Jaden?]
[ Je me souviens de l'affrontement, et du Cœur remis à un Berger… Mais pas de la création du Cœur!]
[ Tiens, c'est vrai ça ! Pourtant, je suis sûr que nous l'avons vu! C'était quoi, maître X'reee ?]
[ Moi aussi, je sais que l'ai vu, mais…]
Jas intervint :
[ La forêt le sait ! Enfin, elle a l'information stockée dans sa mémoire. Tu te souviens de ce que je t'ai dit quand X'ree a révélé qu'il avait un deuxième cerveau dans la Conscience?]
[ Tu as dit : “et si je pouvais faire pareil avec la Forêt ?”… C'est ça ! Une mémoire biologique ! La Forêt, tout ce qui vit ici est la mémoire de '‘Ceux Qui Brillent’']
[ Ouais… Et en ce moment, les bibliothécaires ont ouvert les archives au public ! Je n' ai pas beaucoup de temps pour les consulter, dommage ! Plus tard, peut-être : si j'ai bien compris, Héraut et archiviste, c'est pareil ! Fais vite, les doloriens sortent le grand jeu! ]
Maïtre Skywalker confirma les propos du gamin – et les soupçons de son parrain:
[Il y a des chances que le périmètre soit percé et nous n'avons pas encore affronté l'élite. Ils se tiennent en réserve : Je dirais que leur cible, c'est le Cœur ! Et toi !]
[Merci, ça me rassure beaucoup ! Sasha, Terminé]
Tiens donc : lui aussi a accès à la Conscience… Sacré Ve’ssshhh !
Le jeune homme n’avait aucun doute à ce sujet : c’était bien son mentor qui avait parrainé le Jedi.
Il y a treize ans, quand ils ont passé trois jours à discuter ! bon, elles sont où, ces archives ?



C’est dans les vieux grimoires...
L'histoire commençait bien avant le combat qu'il avait vu.
Le lieu ? Tython, le monde où les Jedi, non les Jeedaïs, avaient fondé leur doctrine.
Le moment ? Avant même les jeedaïs, alors que les notions de côtés lumineux ou obscur n'étaient pas clairement définies. Des humains, des Duros, des Munn, des Gotals, des Siths et d'autres, toutes les races de la galaxie défrichant le chemin menant à la maîtrise de la Force. '‘Ceux qui brillent’' étaient là aussi, sauf qu'ils ne brillaient pas encore. Mais ils étaient à la pointe des recherches, les plus doués, les plus audacieux.
Ce fut un accident. Un tout petit accident de laboratoire, à priori insignifiant et sans conséquence immédiate. Pourtant...
Des millénaires plus tard, sur une Herrion très différente, les arbres-cathédrales semblaient être de chétifs arbustes. Et la scène familière : des êtres sensibles à la force combattant… quoi ? Une obscurité surgie du néant, déployant ses tentacules. Sauf que cette fois, Sasha voyait mieux, sentait des détails que l'Holocron était incapable de restituer.
Il vit la Brume apparaître à l'interface entre lumière et obscurité. Il vit le '‘combat’' cesser quand les deux '‘belligérants’' s'en rendirent compte.
Non, ce n’était pas un combat : on s’employait à réparer une brèche… Des deux côtés. Et les deux équipes de « plombiers » avaient interrompu les travaux, d’un commun accord !
Et après ? Un compromis ? Un contrat ?

Il comprit enfin qu'ils avaient fait fausse route :
[Non, le Cœur n'est pas une prison, c'est une réparation sommaire et provisoire d'une fissure entre deux univers. Et il a son équivalent dans celui de la Tenebrae ! Alors pourquoi ne pas la fermer définitivement ?]
C'était possible, puisque les deux côtés semblaient avoir coopéré.
Il s'exprima à la fois dans la Conscience et à haute voix. Par son intermédiaire, d'autres avaient '‘vu’' :
- Pourquoi donc n'ont-ils pas fermé la brèche ? Qu'est-ce qui les a retenus ? Il y a toujours des fuites, et la Brume s'en nourrit !
Skywalker constata :
[Fascinant… Elle gagne en force et grandit chaque fois que le Cœur est éveillé, si j'ai bien compris ?]
[C'est ce qu'elle croit ! Est-ce toujours vrai ?]
[ Je l’ignore… Ils attaquent ! Skywalker, terminé!]
Sasha se renfrogna : avant de faire quoique ce soit, il devait élucider ce mystère :
- mais pourquoi se sont-ils interrompus en si bon chemin ?



Les Faucheurs
Jas accéléra et courut à une vitesse stupéfiante jusqu’au plus avancé de ses adversaires. Il esquiva le coup de taille (trop lent!) et profita de ce que le faucheur s'était penché pour lui asséner un uppercut. Effet spectaculaire : le coup en lui-même n'avait pas porté, mais la brume s'échappa par toutes les ouvertures. Jas se retrouva avec un squelette sur les bras, emmêlé dans le manteau ! Il faisait une belle cible, comme ça ! Heureusement, les SD-X et Talon étaient là !
- c'est juste un attrape-nigaud ! Affirma-t-il, vexé !
Pour se dégager plus vite, Il désintégra le squelette et la cape.
- Pour toi peut-être, mais pas pour tes soldats, avertit le mando'ad !
Jas jeta un œil et vit un des commandos de la section 92 se faire couper en deux par l'un des faucheurs. Voyant le sang gicler– et d’autres choses qui auraient dû rester dedans- , il détourna vivement la tête, partagé entre révulsion et tristesse.
- oh, non !
Il se reprit et hurla :
- Évitez le corps à corps ! Tirez de loin !
Son visage afficha une nouvelle résolution :
- Je vais tous les désintégrer, proclama-t-il farouchement. Talon, aide-les, s'il te plaît.
- La Brume, elle aime pas le rouge, ni le feu, lui souffla Jaïna, apparue à ses côtés.

Plus loin, Masha s'était interposée entre un soldat blessé et l'un des spectres. Tandis que la faux passait au travers de la projection, le blessé put être récupéré par ses camarades.
Puis la fillette passa tout simplement à travers le faucheur. Celui-ci s'effondra tandis que la Brume trouvait refuge dans un autre !
- oh, ça chatouille gloussa la gamine.
Jas s’interrogea : avait-il bien entendu ?
- Rouge, tu dis ?
Mais Jaïna était déjà repartie, probablement en quête d’un faucheur pour voir si ça "chatouillait" vraiment

Encore plus loin , la situation devenait critique:
- éviter le corps à corps ! Il en a de bonne, le gamin ! marmonna le sergent Deneb.
Les vagues de soldats ennemis semblaient inépuisables : plus on en tuait, plus il en arrivait, toujours plus près. Et ces fichus spectres semblaient glisser dans les airs !
Il se tourna pour ordonner :
- Repli sur la position N°2 !
- Attention, Sergent !
L'avertissement lui permit de voir la Mort de très près : elle portait un manteau à capuche noir et avait l'aspect d'une crane aux orbites vides ! Trop près ! Il leva le bras dans un réflexe de défense futile.
Claang ! Du métal sonnant contre du métal.
- J’suis toujours en vie ?
Et pour cause : quelque chose avait arrêté la faux ! Il regarda par-dessous son bras et corrigea de lui-même : non, métal contre beskar : une armure verte s'était interposée. La voix qui sortit de sous le casque semblait bien jeune, mais elle ne manquait ni d'assurance, ni d’autorité :
- Repli, sergent, je m'occupe de lui !

Deneb obéit sans se faire prier : il savait combattre les vivants, pas les morts !
Talon avait bloqué la faux, mais sa propre dague ne rencontrait que du vide. Puis enfin, un choc : la lame glissa en crissant sur… De l'os ? Oui, mais de l'os desséché depuis bien longtemps !
- c'est quoi, ce truc ?
- Tes armes dérisoires ne peuvent rien contre moi, fit une voix sépulcrale : je suis déjà mort !
Plus que leur faux, la peur était l'arme principale des faucheurs. Mais le tas d'os tomba sur un os !
- Ah, tu parles ? Et tu comprends ce que je dis ? Alors, écoute : tu vas retourner gentiment dans ta tombe, ou je t'y ramène morceau par morceau.
- Impossible !
- Ah bon pourquoi, y a plus de place ? Pas de soucis, tu rentreras !!
Il tira brusquement sur la main décharnée tenant la faux. Celle-ci se détacha.
- tu vois, t'as pas l'air solide !

Ahsoka, un blaster dans chaque main, courait entre les rangs des soldats doloriens et chacun de ses tirs portait. Six d'entre eux finirent par l'encercler. Celui qui était derrière elle leva une vibro-hache aux formes biscornues. Elle ne lui fit même pas l’aumône d'un regard, replia son avant-bras gauche par-dessus son épaule et tira. De la droite, elle flingua celui qui voulait l'embrocher avec une pique, vérifia du coin de l’œil la position de ceux qui avaient un blaster.
Elle sembla soudain réduire de taille et les traits passèrent au-dessus, faisant une victime parmi ses assaillants. Elle sortit de son grand écart en basculant sur le côté, ses jambes libérées balayèrent celles d'un des esclaves tandis que ses blasters crachaient leurs flammes. Un dernier tir dans la tronche du soldat à terre, et elle se vanta :
- Tu vois, Talon, que j'ai pas perdu mon temps avec ces cours de gymnastique !
Mais son frère semblait trop occupé pour répondre. Elle s’exaspéra :
- à quoi tu joues ? Grille-le au blaster, au lieu de lui faire la conversation !
- j'ai essayé, ça marche pas ! Alors, j'essaie autre chose : une réduction de corps (3). T'aurais pas une boite ?
- où veux tu que je trouve une boite ? T'as qu'à l'emballer dans sa cape !
- tu vois Mr Spectre, elle a toujours de bonnes idées, ma sœur !

Celle-ci, n'ayant plus d'adversaire (vivant) à proximité, partit s'en chercher de nouveaux, laissant les Spectres aux Vega-Herrion qui s'en sortaient très bien. Elle se plaça entre eux et la vague suivante.
Talon entreprit de mettre en pratique sa théorie en démantelant son adversaire. Le problème, c'est que chaque morceau semblait doté d'une vie propre et tachait de rejoindre son voisin ! Talon décrocha pour la troisième fois une main décharnée qui s'agrippait à sa cheville et l'écrasa sous sa botte. Il ne l'aurait avoué pour rien au monde, mais il commençait à flipper.
- Pfou ! Y en a pour des heures avec cette méthode !
Il vit distinctement les phalanges qu’il avait dispersées se rejoindre, tirées les unes vers les autres par des filaments d’un noir fuligineux.
- Là, ça commence vraiment à craindre, fit-il, laissant transparaitre un sentiment d’angoisse.
Une voix de fillette résonna à ses oreilles :
- Le feu, elle aime pas le feu,Talon ! t'as un lance-flammes, non ?

Jaïna ? Masha ? Son grand frère Alcor savait les distinguer, mais lui…
Il décida de suivre le conseil : en guise de lance-flammes, il avait dans un tube, des cartouches remplies d’un liquide inflammable propulsé par un gaz inflammable. Un gadget primitif, mais que Venom utilisait depuis longtemps.
Dès la première giclée, la Brume abandonna la partie, s'enfuit vers la forêt obscurcie et ce qui restait du squelette se désagrégea tout seul.
- Aaaah , ça va mieux! Cette fois, le mort reste mort ! À qui le tour ? Chaaaaaud devant !




Le (bref) retour de Magnus
Jas avait déjà adopté la méthode et n'avait pas besoin de lance-flammes :
- Et voilà ! Rouge, chaud brûlant !
Pour le prouver, il flanqua le feu au faucheur suivant. Un feu d'enfer ! Cette fois, la Brume ne put s'échapper et se tortilla pour échapper aux flammes, se condensa. Il tendit le bras, la serra dans son poing incandescent… Il rouvrit la main et constata que l’entité s'était enfermée dans une sorte de perle.
De drôle d'idées lui passèrent par la tête : envie de dominer, humilier, torturer …
- Oh, c'est toi qui fais ça ? Laisse tomber : pas question que je t’avales ! Et cramer, ça te plaît aussi ?
Il augmenta la température jusqu' à ce que ça s'arrête.
- ah, quand même ! Et qu'est-ce que j'en fais maintenant ?
- Mets là dans cette boîte, suggéra son droïde.
Il tendit une boite jaune. Une boîte bien connue :
- Mais c'est ma boîte à dents ! Je croyais l'avoir perdue !
- Je l'ai retrouvée et gardée en souvenir… Fais vite, il y en a encore au moins douze ! Ne tiens pas compte des soldats, on te couvre !
- J' vais leur régler leur affaire, moi ! J'ai compris le truc, maintenant !

Avec leur méthode inimitable – leur projection passait carrément au travers des spectres, ses sœurs se chargeaient de chasser la brume de tous les faucheurs qu'elles rencontraient. Mais celle-ci trouvait immédiatement refuge dans un autre squelette.
- Faut un truc plus radical ! Comment il a dit, Luke ? On est le remède !
Il en grilla encore quatre puis affronta le dernier : le plus puissant, car de nombreuses volutes -dont certaines venues du front Nord - s'étaient réfugiées en lui.
- Tu crois triompher, petite vermine , fit une voix désincarnée.
Elle semblait un peu faiblarde, la voix !
- détrompe-toi, je suis bien plus puissant que mes congénères : j'étais, je SUIS MAGNUS !

Magnus ? C'est celui que pa' a tué, il y a longtemps ! Même mort, il faut encore qu'il fasse son intéressant ! Je vais le...
Le spectre émit des éclairs violets, renversant le gamin.
- Aille ! Mais ça fait mal, ce truc ! S'exclama Jas, surpris.
Il se croyait invulnérable sous sa forme lumineuse et là, il avait si mal qu’il était à deux doigts de pleurer ! Tous ses muscles le brulaient, ses boyaux donnaient l’impression de former des nœuds. Il fut tenté de fuir, à quatre pattes, mais il avait son amour-propre : se sauver devant ses amis, devant Luke et, pire que tout, devant ses sœurs ?
- ça, jamais, marmonna-t-il entre ses dents.
Il trouva la force de se relever et de revenir au contact. Le revenant le récompensa d’une nouvelle décharge, mais cette fois, Jas tint bon malgré la douleur. Il serra les dents et tenta, en vain, d'approcher.
Ouais, je tiens, mais j'avance plus.
ET ces éclairs faisaient vraiment très mal !
Mais ce… fantôme, ce résidu de Magnus était beaucoup moins puissant que l'original , qui avait presque réussi à tuer pa’.
Faut que je frappe de loin. Une idée, une idée… Et si ?

Pour reboucher les trous du Cœur à bord du Miracle, Jas le Plombier projetait de petites quantités de lumière. Comme une lampe à souder !
Il se concentra et trouva comment balancer ses propres éclairs… Brûlants, les éclairs !
- Moi aussi, je sais déchaîner la foudre : Alors, t'aimes ?
Non, Magnus n'appréciait pas !
- Ah, tu vois, comme c'est désagréable ?
La cape finit par prendre feu et Jas put approcher, augmentant sa température.
- Tu ÉTAIS Magnus, maintenant tu n'es plus qu'un fantôme qui sait juste dire : Bouh !
Bientôt, il put ajouter une nouvelle perle à sa collection.
- Ben, non, t'es plus rien, en fait !
Il jeta un œil à sa boîte, que tenait 045
- Le petit Varg va passer, tu crois? Demanda-t-il à haute voix.

Tout semblait prendre une bonne tournure : dans son secteur, les commandos des sections 90, les deux mando et ses gardes du corps étaient venus à bout des esclaves soldats, et il n'y avait plus de faucheur dans les parages.
Un peu plus loin, Luke, entouré d’une petite cour de commandos Reaper, ceux-là même qui l’avaient accueilli si froidement, discutait avec ses admirateurs. À les entendre – Jas avait l’ouïe fine-, le Jedi avait réussi à repousser tous les tirs qui les ciblaient, leur permettant de riposter dans des conditions idéales.
Apercevant le jeune herrian, il les salua amicalement puis rejoignit le petit groupe.
- Ouais, on les a eus, triompha le garçon !
- Ce n’était que la première vague, le contredit Ashoka. Juste de la piétaille sacrifiée pour tester nos défenses.
De fait, la Brume les encerclait toujours et se rapprochait.
- Elle a trouvé un terreau fertile dans le corps et l'esprit des sorciers doloriens et elle a eu des millénaires pour croître. Mais je n'aurais jamais cru qu'elle put se développer autant, constata le Jedi.
- Elle doit être devenue aussi forte que celle enfermée dans le Cœur !
- Qui sait ? Nous avons cru que a Brume n'était qu'une émanation de la Tenebrae, une simple émissaire ! Mais en réalité, elle semble avoir ses propres buts. Je me demande…
- Ah ? une super hyper vilaine alors, estima Jas du haut de son expérience en holo-séries super-héroïques.

Pas le temps de s’attarder sur cette idée : les arbres lui parlèrent à nouveau. Il en informa ses amis :
- Elle va avoir un problème, la Brume : la Forêt se rebiffe !
Les conséquences en furent spectaculaires : l’obscur brouillard s'effilocha, comme balayé par une forte brise. En réaction, l’entité se condensa, laissant apparaître ses hôtes : les Sorciers !
Ils étaient neuf, et le Jedi sentit le pouvoir qui émanait de leurs personnes :
- Ceux-là sont parmi les plus puissants dans la Force… Dans le côté obscur ! Ils égalent presque Magnus, commenta le Jedi. Et il y en a d’autres, je les sens !
ll n’avait jamais rencontré le sorcier, mais lors de la bataille de Coryndon, il avait senti son pouvoir.
- Beark, moi aussi j’les sens, fit le garçon en se tordant le nez!

La disparition des derniers lambeaux de brume révéla le plan initial des méchants: ceux qui approchaient ne couraient pas, mais avançaient avec une arrogante assurance. Quand l’obscurité qui les couvrait s’atténua, ils ne s’immobilisèrent que le temps d’abaisser la capuche qui cachait jusque là leur visage et d’activer, d’un mouvement parfaitement synchronisé, leurs sabres laser. Le temps de la dissimulation était passé. Ils étaient apparus très près des défenseurs ; si la Brume ne s'était pas délitée, ils se seraient retrouvés à l'intérieur du périmètre et auraient commis un massacre avant que quiconque n’ait pu riposter.
- J’en compte une vingtaine, annonça Ashoka
- Des sabres blancs, s’interrogea Talon.
- vingt-deux, oui, et ils savent s’en servir, souffla le Jedi qui les observait de tous ses sens.
Derrière eux, attendaient des soldats munis de blasters.
- ceux-là ne sont pas des esclaves, avertit Luke. Ils sont moins puissants que les Sabres, mais la Brume et le côté obscur sont avec eux !
Mais il y avait pire : derrière les neuf sorciers, attendaient des êtres informes et monstrueux conçus dans un seul but : tuer, détruire !
- Markus avait raison : ces doloriens sont aussi dangereux que les Sith ! Quant à leurs guerriers…
Luke réactiva son sabre laser et les défia de sa lame. Avait-il l’intention de les combattre seul ?
- Soyez prudents !
- C’est ça, ouais, marmonna Talon, un brin vexé.
- prudents, nous ? On est toujours prudents, renchérit Ahsoka ! Règle de prudence N°1 : «  ne laissez pas l’initiative à votre ennemi » !
Et elle fonça dans le tas. Son frère avait déjà démarré !





Notes:
1 rappel: Le vrai nom des Bergers.
2 L’étendard des Reapers (moissonneurs) est justement un squelette muni d’une faux. Mais sans la cape ni l’obscurité.
3 « La réduction de corps  est l’opération qui consiste à déposer dans une boîte à ossements ou reliquaire les restes mortels d’un seul corps, pour faire de la place dans une concession»


Pas beaucoup de travail pour Luke, mais ses adversaires n'étaient pas à la hauteur. Les prochains...
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 16 Juil 2018 - 16:53   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 6

Le chapitre 7 nécessitait pas mal de modifications et d'ajouts; j'espérais néanmoins pouvoir le poster avant de partir en vacances, mais voila: trop de déplacements, trop de choses à faire...
Ce sera donc pour le mois d'aout... :oops:

Bonnes vacances!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mer 08 Aoû 2018 - 17:43   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 6

Bon, les vacances sont finies! Adieu les Highlands, Bonjour les Landes! :cry:
Le chapitre 7 n'est pas parfait (même le titre me semble perfectible), mais j'ai résolu en partie le problème en déportant deux paragraphes récalcitrants dans le chapitre huit (ou neuf, il serait peut-être temps d'aller rendre visite à l'amiral Darpa et à Thalia) .





Chapitre 7 : Avis de tempête




Cinq Cyclones ?
Sasha était plongé dans ses réflexions ; il ne savait que faire, mais son intuition lui soufflait qu’il devait d’abord résoudre l’énigme : pourquoi avaient-ils choisi de laisser ouverte cette faille entre deux univers ?
Pourquoi, alors que la Brume en tirait toujours plus de puissance ? Et d’ailleurs, pourquoi avaient-ils laissé fuir un lambeau de l’entité ?
Une négligence ? Je n’y crois pas ! Alors…

SyDney intervint :
- Si tu dois faire quelque chose, c'est maintenant ! Les doloriens sortent le grand jeu et je crois que, cette fois, même les sections fantômes ne feront pas le poids. On risque d'avoir du mal à te protéger, W'aarr et moi ! Des renforts arrivent, mais…
- Ils sont arrivés, SyDney ! Sasha, fais ce que tu dois… On te couvre !
Sasha connaissait cette voix :
- Quyymaen ? T'es plus ambassadeur ?
C’est avec le plus grand sérieux que le kaleesh reprit à sa façon une maxime herrianne :
- Quand le feu s'approche de l’ambassade, il est avisé d'assister les pompiers !
Il avait ôté une partie de son uniforme et portait une semi-armure bizarre. Son masque de guerre toujours relevé, il tenait deux épées lig, mais ces armes brillaient comme le Katana de Venom.

Il n'était pas seul :
- Je n'ai jamais affronté des guerriers de la Force Noire. D'après les Anciens, il y en a un qui est venu chez nous, aux débuts de l'empire, avec ses soldats en armure blanche. Il est venu au temps de la trêve, au Grand Rassemblement. Il a vaincu aisément les champions de chaque tribu. Il venait pour recruter ; après çà, ils se sont enrôlés par dizaines pour combattre à ses côtés. Mon peuple l'a ajouté au panthéon de nos dieux !
Wolf, torse nu et couvert de peintures de guerre, jubilait. Un étroit et long bouclier dans sa main droite, une épée aussi brillante que celle de Quyymaen dans la gauche, il avait abandonné son treillis de Reaper et, comprit son frère de sang, son commandement.
- C'était Dark Vador, n'est-ce pas, devina Jaden.
- Le Grand seigneur Sith en personne. Et aujourd’hui, j'ai le privilège de pouvoir affronter des guerriers dignes de lui ! Voila une expérience inédite. Un combat de légende !
Devant la surprise de Sasha, il expliqua :
- Quoi, tu pensais que nous allions te laisser sans protection rapprochée ? Nous avons tiré à la courte paille avec Tiger et Hawk. J’ai gagné !
Le sourire dément du jeune guerrier inquiéta son ami.

Le dernier du trio n'avait rien de spécial à dire : sa présence imposante suffisait:
- Tiens, 1063, t'es réparé ? Content de l'apprendre ! Tu as un nouveau revêtement, on dirait ?
- Du cortosis, répondit le massif droïde SD-10. Fais ton boulot, nous ferons le nôtre.
- Je vais vous aider, dit Jaden en sortant son sabre.
- Non, je vais avoir besoin de toi, Jaden ! Quoique je fasse.

Quant à Wa’rr, il surprit tout le monde en ôtant sa houppelande  et en déployant ses pattes ravisseuses habituellement cachées : elles étaient gainées du même métal brillant !
Tandis que le petit groupe le fixait, éberlué, il les leva haut et les étendit de part et d’autre de sa tête .
- La posture de la Mante, souffla Quyymaen, expert en arts martiaux exotiques.
- Je SUIS une mante, Général !
Quant à la crosse de berger… scindée en deux parties, elle révéla deux longues et étroites épées (1).
Le Berger pencha la tête d’une façon qui, -tous les herrians le savaient-, équivalait à un clin d’œil :
- Quoi ? Vous pensiez que j’allais envoyer mes woomps submerger l’ennemi sous le poids de leur laine ?

Ses Woomps étaient sagement restés à la bergerie. Ses vargs, par contre, montraient déjà leurs crocs aux assaillants…
- Ben ça, alors…





Dans l’œil du cyclone
Jas avait un problème, toujours le même : ces types armés de sabres blancs voulaient le tuer, mais lui ne voulait tuer personne. Le tuer ? En fait, non : de tous les combattants qui se ruaient sur les défenseurs herrians, un seul se précipita vers lui. Un très jeune, guère plus âgé!
Répugnant à le désintégrer, il préféra éteindre sa lumière. Il dégaina Dard, son épée courte capable d'arrêter la lame d’un sabre laser. Il avait pensé à la récupérer dans sa cache secrète à bord du Nuage. En fait, c'est le prévoyant 045 qui s'en était chargé. Encore une fois, le droïde s'était montré le plus avisé des deux. Il est vrai que son expérience en la matière se résumait à quelques leçons de Jaden lors de leur long périple, mais il comptait sur la vitesse de ses réflexes pour compenser. Il put ainsi parer puis esquiver une fois, deux fois avant de comprendre que son adversaire n’était guère plus expérimenté que lui. En fait, ce n’était qu’un débutant, un apprenti.
Les Sorciers avaient dû mobiliser tous ceux qui pouvaient sentir la Force et tenir un sabre par le bon bout ; insuffisant face au justicier des cours de récrés : Jas profita d'une ouverture pour flanquer un crochet du droit qui atteignit son but.
Des dents sautèrent et le garçon, soulagé d’un grand poids, sentit son adversaire perdre conscience.
Ouf, je n’ai pas eu besoin de…
Les yeux se rouvrirent, devenus totalement noirs et le jeune se redressa : la Brume avait pris le contrôle et le sabre balaya l'air, droit sur un imprudent qui avait déjà rangé son épée !

La lame s'arrêta, immobilisée : Jas avait instinctivement tendu sa main pour saisir la lame. Quand on était assez fort et quasi indestructible, ça marchait pour une épée de métal.
Pour une lame de lumière aussi, quand la main est de lumière, constata le garçon qui s'attendait à se faire couper en deux.
Le funeste destin de son adversaire que 045 décapita.
La Brume, par contre, réussit à s'échapper.
- Ça va pas, ça va pas !
C'est 045 qui avait tué pour le protéger, mais le résultat était le même. Pourtant, il fallait bien arrêter ces guerriers avant qu'ils ne fassent trop de dégâts. Déjà, certains étaient tout près des commandos de la Garde qui ne tiendraient pas longtemps.
À l'Est et à l'Ouest, ils s'en sortaient mieux grâce aux six SD-10 déployés (2).
Luke était occupé : il combattait quatre… Non plus que trois guerriers en même temps. Mais ceux-là n’étaient pas des débutants.
Facee aux lames blanches des doloriens. Jas aperçut des lueurs bleues, vertes, jaunes, violette. Le garçon reconnut Jaïna Solo Fel, la copine de sa mère. Deux guerriers noirs tombèrent coup sur coup sous la lame de la redoutable escrimeuse.
- Ouah, pas étonnant qu’ils l’appellent «  le Sabre des Jedi » ! Tatie Jaïna, t'es la plus forte !
À quelques mètres d’elle, un tout jeune homme, probablement son cousin Ben Skywalker, s’en sortait plutôt bien.
Un bon point pour les Jedi ! Et les mandos, ils sont où ?

Tout près : Ahsoka s'occupait d'un monstre que, perdu dans ses pensées, il n'avait pas vu arriver. Le lance-flamme de Talon cracha son jet brûlant sur l'un des guerriers au sabre blanc, mais celui-ci leva la main et les flammes furent stoppées net !
- Ah, oui ceux-là maîtrisent la Force, marmonna le guerrier, avant d’en revenir aux méthodes classiques : blaster et missiles.
Sans succès ! Mais le Manalorien ne s’avouant pas vaincu pour autant, multiplia ses tirs ; le sabreur trop sûr de lui trancha finalement un objet qui lui arrivait droit dessus et n'eut pas le temps de le regretter : la grenade explosa, ne laissant que des débris sanglants que la Brume s’empressa de déserter;

La Forêt n'avait pas aimé l'explosion, mais Jas lui rappela :
[ Hé, si les méchants gagnent, ils brûleront tout] !
En attendant, il était seul avec ses droïdes, alors que partout ailleurs…
Hé, ils m’évitent, ou quoi ?
Il vit X'ree détourner l'attention d'autres guerriers noirs par sa méthode habituelle. Une escouade de soldats herrians en profita pour se replier. Ou fuir la puanteur ?
- Pouah, les pauvres ! Ça pue jusqu'ici !
Mais la courageuse attaque du petit changeur n’offrit qu’un court répit aux herrians.
Indifférente à la puanteur, Masha tenta de passer à travers d’un des sabreurs qui, la voyant arriver, eut un mouvement de recul. Malheureusement, si la recette avait fonctionné avec les faucheurs, elle échoua lamentablement : la petite fut repoussée en arrière et retomba sur son derrière. D’abord incrédule, le dolorien se reprit et leva son sabre. Jaïna apparut auprès de sa jumelle en pleurs, puis elles disparurent, la lame blanche ne rencontrant que du vide.
Il a eu peur ? De Masha ? Pas possible !
Mais c’était bien le cas : les doloriens évitaient soigneusement la fratrie !
- Jas, réveille-toi ! Y a encore des monstres qui rappliquent, lança Talon qui s’interposa face au danger.

Là-bas au loin un sorcier pointait son doigt sur le garçon, le désignant à une troupe de bipèdes à la gueule et au bras démesurés.
- D’ac, j’ai compris, ils ne veulent pas se battre avec moi, ils préfèrent m’envoyer leurs sales bêtes Eh ben, j’vais leur refaire le coup duVolgur, moi ! Mais… Les commandos ? J’peux pas les laisser se faire massacrer ?
Mais ils ne veulent pas se battre avec moi ? Comment il ferait, pa’ ? Ah, oui !
Jas ramassa un caillou et le lança sur l'un des guerriers qui poursuivaient des commandos. Touché ! En pleine poire! Il en balança d'autres, que les lames de leurs leaders arrêtèrent  ; non pas tous !
- Et pan, dans l’œil !
Comment ferait Venom ? Provocation, railleries, défi…
Jusqu’à ce qu’ils grillent un motivateur ! D’ac, essayons :
- Eh, les gars ? Vous avez eu votre brevet de sabreurs dans une pochette surprise ? Ou alors, vous avez soudoyé l'examinateur, comme Parrain ? Quels nuls !
Il ajouta quelques grimaces et gestes provocateurs du meilleur cru. De ceux qui, dans une cour de récré, provoquaient inévitablement la bagarre.
- Zut, ça marche pas !
[Essaie encore une fois], lui souffla la Consience
- Eh, les dolo -riendutout, même pas cap de me botter les fesses !
Des fesses que, pris d’une subite inspiration, il s'empressa de leur montrer, baissant son pantalon ! Effet garanti !
- ah… jackpot !
Abandonnant leurs proies, les méchants fondirent sur lui, armes brandies.
Ahsoka et Talon ? Les droïdes ? Zut, Ils s’occupent des grosses bêtes !

Isolé, Jas opta pour un « repli stratégique », appellation politiquement correcte pour  fuite éperdue.
Un regard en arrière lui confirma qu’ il en avait dix aux trousses, dont trois armés de sabres !
- Succès total, tu parles ! Ils vont me découper en rondelles ! Et maintenant je fais quoi ?
Paniqué, il les entraina dans la Forêt, qu’il connaissait comme sa poche. Un lieu truffé de pièges, dont beaucoup étaient mortels. D’ailleurs, juste devant lui, cette clairière à l’apparence idyllique…
Non, pas de ça ! Autre chose, il me faut…
Ah, mais oui !

Il avait presque semé ses poursuivants, perdus par ses tours et détours. Il fit demi-tour et attira leur attention à grand renfort de cris et gesticulations :
- Eh, oh, les gars ! Vous êtes perdus ? Par ici, je suis là !

Les guerriers noirs eurent tôt fait de le cerner, l'acculant contre un tronc noueux et tourmenté. Un sourire cruel aux lèvres, leur chef désactiva son sabre et fit signe aux autres d’abaisser leurs armes.
Il sortit en échange un couteau à l'aspect effrayant.
- Tu vas souffrir, morveux ! Longtemps, annonça-t-il.
Puis, s’adressant à ses camarades :
- Je me sens une âme d’artiste, aujourd’hui !
Ceux-ci resserrèrent le cercle, se bousculant pour mieux voir.
Jas les ignora, concentré sur sa tache : il parlait à l'arbre. Il n'avait aucun mal à passer pour un Mollachon. Ce petit animal dodu et lent en apparence ne s'éloignait guère de l'abri fourni par les volumineuses racines. Carnivore, il avait une technique de chasse très particulière.
Les méchants se rapprochèrent encore..
- Maintenant !
Sentant le sol bouger sous leurs pieds, certains baissèrent les yeux, juste à temps pour voir les racines s'animer, s'élever… Ceux qui les levèrent virent les branches basses fondre sur eux.
- Bois-Constricteur, crétins !
Bras et jambes immobilisés, engoncés dans un treillis de bois, certains tentèrent vainement de lutter.
- Ah, ah ! Plus vous bougez, plus il serre !
Ce qui était bien, avec le Bois-Constricteur, c'est qu'il ne tuait pas ses proies. Il se contentait des minéraux engendrés par leur décomposition
Le Mollachon (et d'autres) s'en chargeaient… Quand ils avaient faim !
- Vous êtes dans mon garde-manger, fit il en les délestant de leurs sabres et de leurs couteaux, mais je vous croquerai plus tard ! Pour l'instant, j'ai l'estomac barbouillé !
Autant qu'ils flippent un peu en attendant que les Jedi ou les Bergers viennent les capturer ! Quant à la Brume…
- Qui veut être le premier à compléter ma collection de perles ?
Jas n’eut qu’à lever une main incandescente pour qu’ils commencent à fumer ! Pourtant, il ne les avait pas encore touchés !
Fuyant par tous les orifices, la Brume les abandonna pour rejoindre les sorciers.
Ça alors ! Luke avait raison ! j’les ai guéris !
- Docteur Jas, tu es un génie !

- Pfou, pas courageuse, votre copine ! Tant pis, j’m’occuperai de vous plus tard!
Ses amis, alertés par sa disparition, surgirent d’un fourré :
- Eh Ahsoka, Talon, 045, je suis là, tout va bien ! Vous venez chasser avec moi ?
Chasser ? Constatant la déconfiture de leurs guerriers, les sorciers lâchèrent sur lui une douzaine de créatures supplémentaires. Pas de quoi l’effrayer, au contraire :
Parfait ! Exactement ce que j’espérais !

Jas ne voulait tuer personne, mais les monstres difformes n'étaient que souffrance et haine , des bêtes créées par le côté obscur : les attirer dans un fourré de Filles Barbelées ou à proximité d’un repaire de Lianes Chasseresses (3) ne lui poserait aucun problème de conscience!
- Des pièges comme ça, j’en ai des dizaines en réserve, annonça-t-il au jeune mandalorien .
Les surprenants prédateurs d'Herrion étaient aussi conçus pour protéger les '' archives'' de Ceux Qui Brillent: la Forêt, autour des précieux et vénérables arbres cathédrales était pleine de surprises !
Les Doloriens, aussi : l’être qui surgit entre les troncs ressemblait un peu au pou des roches qui avait poursuivi deux garçons dans la jungle nippanne. En plus gros, plus laid, plus obscur, plus méchant… Beaucoup plus méchant !
- là, je crois que t’as tiré le gros lot, annonça Talon en ouvrant le feu, sans succès, sur le mastodonte cuirassé. T’as pas un truc plus costaud, pour celui-là ?
- que dirais-tu d’un bon Bain Bouillonnant ?
- Pas d’refus, mais c’est pas l’moment ! Faudrait d’abord se débarrasser de ce truc épineux… Et des sorciers, fit le guerrier en lançant-sans succès- deux grenades.
- le bain, c’est pour lui ! Suis-moi !
Leur fuite les mena près d’une mare à l'aspect enchanteur.
- On traverse ! Marche bien sur les pierres bleues, parce que sinon…
Montrant l’exemple, il précéda le mando, sautant de l’une à l’autre.
- Les pierres bleues, tu as dit, hein ?
- Ouais ! Fais gaffe à ne pas poser le pied ailleurs !
Une précaution que le monstre difforme négligea. Il y eut comme un crépitement, des bulles remontèrent à la surface…
Le jacuzzi de Jas venait de s’activer, mais le monstre n’apprécia guère le traitement, tentant vainement de s’extraire du piège
- Moins de deux minutes, annonça fièrement le garçon
Il en fallut bien six, tant le pou géant était coriace ! Talon eut la délicatesse de ne pas relever l’erreur :
- Un peu long, mais efficace. De l’acide ?
- Y en a ! C’est un suc digestif super-costaud !
Quelques os remontèrent à la surface, puis disparurent, rongés par le liquide corrosif.

Masha et Jaïna, de retour, pigèrent vite le truc : la jolie clairière que Jas avait dédaignée réservait aussi son lot de surprises. Elles attirèrent l’attention d’une des '‘vilaines grosses bêtes’', qui les poursuivit jusqu’au milieu de la clairière.
Las ! Un gouffre s’ouvrit sous leurs pieds, mais seule l’énorme araignée chuta. Pas de chance pour elle, le sol apparemment solide cachait des racines aiguisées comme des vibro-lames !
Suspendues au-dessus du vide, les deux gamines regardèrent en bas :
- c’est vraiment haut , constata Masha!
- regarde, la bête est trouée de partout, y a plein de trucs beurk qui en sortent, grimaça Jaïna.
- Beuh, c’est trop dégueu ! Viens, allons plutôt retrouver papa !
Elles disparurent à nouveau.





Un seul clone ! (il en vaut bien six!)
Un anneau, de sinistres symboles et maintenant un disque noir.
- C'est de la Brume, demanda Marek, des trémolos dans la voix. 
Son compagnon était perplexe, mais pas inquiet :
- Nan ! Mes yeux ne réagissent pas…Mais je la sens pas loin. Tu as une idée de ce pourrait être ce truc ?
- J’ai déjà vu un engin de ce genre, mais… Cela ressemble à… Mais non : elles ne sont pas censées fonctionner hors de leurs mondes. En fait, la plupart ne fonctionnent plus depuis longtemps : la technologie est perdue !
- Mais de quoi tu parles, à la fin, s’exaspéra l’humain armé jusqu’aux yeux.
- Des hyper portes Gree… J’en ai vu une, une fois.
- Vous ne l’avez pas empruntée, j’espère, s’inquiéta OS 117, toujours perché sur l’épaule du géant. Parce qu’en franchir une a parfois d’étranges effets secondaires ! La gloire des Gree est passée depuis des millénaires, ils ont fini par confondre science et magie. Mais vous avez raison : il y a des différences, mais ceci ressemble à une de leur portes.

Jaïna et Masha réapparurent auprès de leur père. Fascinée par le cercle obscur, elle restèrent muettes. Jaïna tendit sa main vers celle de son père. Celui-ci, tout aussi captivé que sa progéniture, agrippa instinctivement la menotte. Masha en fit autant de l’autre côté.
Marek, éberlué, contempla ce prodige…
- Mais ce ne sont que des projections, des holos, quoi, marmonna-t-il… Comment peuvent-elles…
Jaïna l’interrompit :
- c'est quoi, ce rond ? C'est bizarre, il y a le même dans la forêt !
- dans la forêt, dis-tu ?
Marek et le mini espion se regardèrent :
- La porte fonctionne, commença l’alien gris.
- Et sa jumelle est sur Herrion, termina le berel. L’énigme des sorciers manquants est résolue : ils ont filé rejoindre leurs séides sur la planète. Mais comment… Mais oui, c’est ça !
- Quoi donc ?
- Je m’interrogeais sur sa source d’énergie : la Brume l'alimente au côté obscur !
L’échange arracha Markus à sa fascination :
- Attends… tu dis que ce truc -cette porte- mène sur Herrion ? Et qu’elle carbure au côté obscur ? C’est possible, ça ?
Le merrin ne put s’empêcher d’étaler sa science :
- Les premiers hyperdrive, ceux de l'Empire Infini, fonctionnaient comme ça.
- Je me coucherai moins idiot, ce soir !
Jaïna se souvint alors qu’elle était venue délivrer un message :
- Papa, papa ! Luke dit qu'il faut que tu viennes vite ! Les méchants sorciers vont attaquer !
- Papa va s’occuper d’eux, ma chérie.
Markus avait pris sa décision :
- Bon, tu t'occupes de tout ici, ordonna-t-il à son ami. Je vais franchir cette porte.
- Ah, non ! Pas tout seul ! Je t'accompagne ! Tu ne m'as pas laissé jouer avec mon désintégrateur : tu me dois encore un ou deux sorciers !

Un bruit dans le corridor d’accès interrompit la discussion :
- Tiens, bonjour Ranak ! Les renforts sont arrivés ? Comment va ?
- Fort bien, merci, Markus ! J’ai entendu la fin de votre conversation : si Marek a envie de s'amuser, je peux garder la boutique. Oh, une porte Gree ? Ah non, pas tout à fait… Les Doloriens ont réussi à la faire fonctionner ? Seulement à courte portée, je parie.
Markus résuma :
- elle ne s'est rallumée que quand on s'est rapproché de la planète et il y en a une en bas ! Les sorciers qui dirigeaient la flotte s’en sont servi pour fuir la station, mais ils ne m’échapperont pas longtemps !
- Tu vas donc emprunter le même chemin, approuva le prêtre. Ah, j’ai une requête de l’amiral : il y a toute une flotte ennemie qui vient de débarquer ; ils ont même des destroyers, Darpa leur avait réservé une surprise, le petit cachottier, mais ils apprécieraient tout de même un petit coup de main. D'autant plus que ces hostiles nous prennent pour des amis et se rapprochent.
- Tu veux faire joujou avec MA station ? OK, mais évite de rayer la peinture, hein ?
- J'en prendrai grand soin, promis !

Deux nouveaux venus s'imposèrent au premier rang, et même les Berels préférèrent leur laisser la priorité.
- Hé, où tu vas comme ça ? Faut qu'on cause : on est au chômage technique et c'est ta faute ! Y a quelqu'un, un maladroit, qui a dégommé notre cible avec un de tes joujoux !
- Stian, Alcor ? Vous êtes fâchés ? C'était qui ?
- L'ex-conseiller Nikkan : ses anciens collègues avaient des questions à lui poser et voulaient récupérer leur frégate, aussi ! Mais un imbécile d'herrian a appuyé sur le mauvais bouton au mauvais moment : vaporisée, la frégate !
- Ah, Delta rouge ! Ils sont bien mes missiles, non ?
- Le problème, c'est que tu n'aurais pas dû les confier à des amateurs ! Et notre prime, alors ?

Stian était vraiment furax ! Markus poussa un soupir résigné :
- Ah, ne m’en parle pas : des amateurs, y 'a qu' ça sur Herrion ! Pas moyen de faire sans ! J'essaie bien de les former comme il faut, mais…
Comme il était pressé, il lâcha du lest :
- Vraiment désolé ! Sincèrement ! Vous cherchez un nouveau job ? D'ac ! Tarif habituel plus un gros bonus? Et un p'tit gadget sympa en plus pour vos armures ? Ça sort de mes labos, vous m'en direz des nouvelles ! Pas le temps pour la paperasse ou les dédommagements, là ! Faut VRAIMENT que j'y aille ! Vous venez ?

L'humain et le Berel avancèrent côte à côte, respirèrent un bon coup, échangèrent un regard et franchirent ensemble le sombre portail. Après s'être consultés, les mando'ade acceptèrent le contrat et s'avancèrent à leur suite.




Notes:
1 En bons insectoïdes, les Bergers sont des hexapodes… et une seule paire de pattes leur suffit pour se déplacer.
2 Six autres protègent la capitale.
3 Jas est un des très rares humains à se sentir chez lui en Forêt. Il a bien le droit de baptiser comme il veut les espèces qu'il découvre et apprivoise.

BONNE LECTURE!
Modifié en dernier par Ve'ssshhh le Ven 31 Aoû 2018 - 18:34, modifié 1 fois.
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Jeu 23 Aoû 2018 - 21:39   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 7

Voici enfin le chapitre 8. Long, isn't it?
J'espère pouvoir reprendre un rythme plus régulier à partir de septembre;
Comme je l'avais suggéré dans le post précédent, nous retournons dans l'espace. D'abord pour respecter (essayer :transpire: ) l'équilibre entre les différents protagonistes, mais aussi parce que l'ex chapitre 8 (et futur chapitre 9) me donne du fil à retordre.
Dans la version initiale, les Jedi étaient présents mais faisaient de la figuration. Je voulais, parmi les nouveautés, offrir à Luke un beau combat au sabre laser dans les règles de l'art ! Hélas, ce paragraphe n'est toujours pas satisfaisant. J'ai pourtant fait appel à MM. Pevel, Bottero, Eddings, Greene et à quelques autres ( enfin à leurs livres), mais rien n'y fait: je ne suis pas doué pour décrire ce genre de scène. ( note: relire Alexandre Dumas)
Peut-être aurais-je dû faire appel à un Sith amateur de vapo-douches et néanmoins gentil? :wink:
Bref, je crois que je vais devoir purement et simplement supprimer cette scène :cry: .
En guise de lot de consolation, j'ai invité quelques FurtX et leurs pilotes...

P.S Les sous-titres sont directement inspirés du titre du chapitre, mais les références - quelque peu capillotractées- commencent à dater un peu;
D'avance, pardon: après tant de frustrations, j'avais besoin de me défouler un peu...




Chapitre 8 : La grande lessive.





FurtX ! Son premier cadeau, c’est le Jedi !
La frégate Langsax n’était plus seule face à ses agresseurs : le Khan et son escorte avaient renversé l’équilibre des forces. Sous les coups de boutoirs des turbolasers du croiseur he’ran et les salves de torpilles des unités d’assaut, le bourreau du Breitsax s’était transformé en épave ; son équipage n’avait pas sollicité une reddition -que les he’rans auraient certainement refusée- et avait péri avec le vaisseau. Son sister-ship fuyait, percé de toutes parts.
- il n’ira pas bien loin, prophétisa le vice-roi Merson, qui suivait la bataille depuis la salle tactique de son vaisseau amiral.
- si ses gros amis nous laissent le temps de finir le travail, riposta le Général de la Flotte, en pointant les deux croiseurs moyens qui se lançaient dans la bataille. Avec ou sans nos torpilleurs, ce sont de gros morceaux pour nous.
- Nous avons des amis tout près, ils vont bientôt passer à l’action.
- Ah bon ? Où ça ?
- Tout près ! Ayez la foi, général !
- allez dire ça à nos pilotes !
Pas moins de cinq nouveaux escadrons avaient déferlé sur les chasseurs doloriens, offrant aux he’rans une confortable supériorité numérique. Et les résultats ne s’étaient guère fait attendre. Les pilotes ennemis avaient succombé en masse. Jusqu’à ce qu’arrivent ces agiles chasseurs noirs. Une dizaine à peine, mais rapides, maniables et agressifs. Très agressifs : plongeant à tour de rôle dans le combat, chacun de leur assaut se soldait par la mort d’un pilote ou par la perte d’une vedette et de son équipage.

La foi ? C’est précisément ce que venait de perdre Lancer 4, pilote d’élite de la flotte sectorielle. Il avait cru au début que les puissants X-wing ne feraient qu’une bouchée de ces TIE d’un nouveau genre.
Le cockpit , encadré par deux ailes en lames de faux qui se prolongeaient loin vers l’avant, était bien celui d’un TIE. Mais les pilotes ?
- Pas des impériaux ! Des démons, plutôt, marmonna-t-il alors que son poursuivant déjouait -une nouvelle fois- l’une de ces savantes manœuvres d’évasion dont il avait le secret. De l’aide ? Il en avait demandé ; en vain. Partout, ses camarades se battaient pour survivre. Et succombaient…
Seuls les solides boucliers de son chasseur et les mouvements erratiques qu’il lui imposait le séparaient d’une mort imminente.
C’est la fin, pensa-t-il en voyant ceux-ci tomber à 5 %.
- Ne soyez pas si pessimiste : gardez ce cap et une trajectoire rectiligne pendant quatre secondes.
Quatre secondes ?
C’étaient déjà deux de trop ! Pourtant, subjugué par la voix inconnue, calme et apaisante, il obéit.
Bien lui en prit : des traits de lumières, tirés face à lui, encadrèrent son chasseur. Ses senseurs indiquèrent une explosion…Derrière !
Il devina plus qu’il ne vit la silhouette du X-wing qui le croisait, tant elle semblait se fondre dans le ciel étoilé.
- Apôtre 5 aux chasseurs he’ran : rassemblez-vous près du Khan, nous nous chargeons de ces… Faucheurs !
Un surnom que tous jugèrent approprié.

Les confirmations des he’ran épuisés ne tardèrent pas. Faisant machinalement les comptes, Lancer 4 comprit qu’il était, de fait, le nouveau leader de l’escadron Lancer. Et que son sauveur avait lu dans ses pensées !
- Lancer 4 aux Lancers : rassemblement sur le cap 125. Et Merci… Maître Jedi !
- Chevalier ! Zekk est mon nom, pour vous servir !
- Je me souviendrai de vous toute ma vie, chevalier Zekk !
En attendant, il dénombra les survivants : quatre X-Wing l’entouraient, dont deux endommagés.
Cinq sur douze ! Et nous sommes – nous étions- l’élite de la flotte. Mais qui étaient ces démons ?
Des Doloriens, habités par une entité nourrie au côté obscur, apprit-il plus tard ; mais personne n’avait eu le temps de briefer les équipages avant le combat.

- ah, je vous l’avais bien dit, triompha le vice-roi !
- Ouais, il reste les croiseurs !
- Croiseurs, quels croiseurs ?
Peut-être celui qui s’illumina de quatre flashes avant de vomir flammes et débris ? Trois patrouilleurs he’ran profitèrent de l’aubaine pour lui décocher une salve de torpilles en plein dans la passerelle de commandement.
Son binôme eut plus de chance- ou bien est-ce le côté obscur qui alerta son commandant ? Suite à un brutal changement de cap, des éclairs illuminèrent ses boucliers… Sans les percer. Ce n’était que parie remise.
Apôtre 1, guidé par la Force, avait perçu le changement de cap et modifié le sien en conséquence. Il arrivait par tribord arrière avec, en point de mire, les trois propulseurs ioniques de sa cible. La Force, encore elle, lui indiqua le moment idéal pour larguer deux bombes furtives au Baradium et les guida l’une vers le gros réacteur central, l’autre vers l’auxiliaire tribord. Il dégagea immédiatement, non sans constater l’effet de son attaque : l’ennemi avait perdu toute capacité de manœuvre. Les Skipray GAT 24 qui suivaient de près l’escadron n’auraient plus qu’à finir le job. Entamant un grand cercle, il vit première vague faire sauter deux des quatre tourelles turbo-laser. Un peu en retard, une petite meute de torpilleurs he’ran venaient assister à la curée…
Un sentiment d’urgence, de danger imminent. Une alarme hurlant dans son esprit.
Il comprit soudain :
- apôtre 1 à tous : interrompez l’attaque ! Dégagez , dégagez, DÉGAGEZ ! Auto-destruction !

Une énorme explosion confirma sa prémonition. Il scruta, anxieux, la boule de plasma en expansion, espérant que chacun -les he’ran, surtout- avait réagi à temps.
-Oui… Non !
Un CYZ he’ran trop avancé pour compléter sa manœuvre évasive pénétra la frange du nuage de feu… Et en ressortit une fraction de seconde plus tard. Le Jedi projeta tous ses sens… La coque était passablement noircie, mais il perçut les signes de vie à l’intérieur. Personne à bord ne semblait sur le point de succomber.
- Ils s’en sont sortis ! Apôtre 1 à He’ran Khan : tout danger est écarté.
- Merci de nous avoir sauvé la peau, maître Durron, répondit le vice-roi. Et de nous avoir rendu foi en la Force. Certains ici doutaient, ajouta-t-il en lorgnant sur le général.
- désolé d’avoir gardé le silence lors de l’approche. Mais l’effet de surprise…
- Elle était parfaite, votre surprise. Des comme ça, vous pouvez m’en faire tous les jours !
- J’espère que cela ne sera plus nécessaire avant longtemps. Très longtemps. Je vous laisse : mes camarades et moi rejoignons le champ de bataille principal.
- Nous vous suivons. Mais je crains que ce ne soit inutile : mon frère a la situation bien en main et il n’aime pas partager !
- N’oubliez-pas que ces gens sont des fanatiques : plutôt que de se rendre, ils préfèreront mourir, en entrainant avec eux un maximum de leurs adversaires !





Delta Rouge lave plus blanc 
Même dans la haute atmosphère, le Blackbird restait assez maniable et facile à piloter.
- Section tactique ? Où sont nos intrus ?
- Les Jedi en ont détruit deux avant de rejoindre le grand maître Skywalker, le Miracle un troisième! Il ne reste plus que celui que nous poursuivons. Nous sommes en train de le rattraper.
- Ouais, ça je sais, bougonna-t-elle en coupant la communication.
- Un chasseur ne devrait jamais embarquer de passagers !
N°1 approuva par leur liaison directe : s'il n'avait pas été un SyD, il aurait voulu devenir chasseur droïde ! Thalia poursuivit !
- Le voilà ! Droit devant ! Il faut qu'on l'ait avant de passer sous les nuages !
Ce n'était qu'un petit point, mais il se rapprochait. Seul problème : à plus basse altitude, il deviendrait plus maniable et un poil plus rapide.
- Il y a un container sous le fuselage, lui signala N°1
- La moitié de ceux qu'on a détruit en avait un aussi. Cela devrait le ralentir un peu… Que disent les senseurs ?
- Le fuselage empêche un scan direct. Ce truc ne me plaît pas.

La section tactique se manifesta :
- C'est le Miracle : le capitaine Morlock a un message ! Je vous le passe.
- Gold leader ? Nous avons analysé les débris laissés sur l'orbite : Les chasseurs transportent des containers bourrés de nanomachines : Les entreprises Verryn Advanced Research les ont conçus au départ pour la nettoyage et la re-terraformation de mondes Vong-formés. Mais les Doloriens ont réussi à en faire des armes de destruction massive. Lâchées au bon endroit, ces choses peuvent se multiplier jusqu’à détruire toute vie sur une planète.
- Pas bon ! Et que doit-on faire pour les détruire ?
- Avec le modèle standard, si vous détruisez le container avant le largage, elles sont inactives… Mais les doloriens les ont peut-être modifiées ; cependant, les fortes chaleurs les désactivent et, au-dessus de 800°C, elles sont détruites. Une impulsion électromagnétique a le même effet : ce sont des machines !
[les machines sont éveillées, mais la Brume qui les imprègne craint aussi les chaleurs intenses, très intenses.]

Thalia poussa les moteurs dans le rouge et accéléra sa descente pour s'interposer entre la planète et le danger. Elle ignorait qui avait parlé, mais c'était passé par la Conscience.
- Un canon à impulsions électromagnétiques ? Un détonateur thermal, une arme thermonucléaire ? J'ai rien d'aussi puissant, moi …Ah, si ! Station H, combien de delta rouge ont été tirés ?
- Un seul, Thalia  et ça n'a pas plu aux mandaloriens ! J'ignorais qu'ils voulaient Nikkan, moi !
Voxan avait l'air de s'excuser… Ainsi, la Vice-reine avait confié les commandes de l'Arme Ultime à la station ? Logique, celle-ci était bien mieux placée pour trouver et désigner les cibles. Et un missile tiré de son silo ne mettait que quelques secondes pour quitter l'atmosphère.
Un delta rouge contre une frégate ? Autant employer un marteau pour écraser un moustique ! Ces armes étaient prévues pour le gros gibier. Pourtant, Thalia en voulait une pour écraser un pique-feu (1)...
- Le chasseur que je poursuis transporte une arme de destruction massive : trop long à expliquer, mais il me faut un de vos missiles !
Le général Voxan intervint :
- Mais... Le faire exploser dans l'atmosphère ? Tu n'y penses pas ! Et un chasseur est trop petit et trop agile pour un tel engin !
- Tu préfères que tout ce qui vit soit dévoré par des nanomachines  nourries au côté obscur? J'ai vu quelqu'un attaqué par cette saloperie ! En deux minutes, il n'avait plus de peau et se faisait dévorer cellule par cellule ! Il n'y avait que quelques gouttes de ces bestioles : imaginez les dégâts causés par des centaines de litres.
- Thalia ? C'est Henryn! Tu es sûre de ton coup !
- C'est faisable ! J'improvise là, mais c'est W'arrr ou un autre Berger qui m'a suggéré d'employer les grands moyens !
- Nous te faisons confiance Lisha et moi, mais ces missiles ne sont pas très précis dans l'atmosphère.
- Je vais faire remonter ce chasseur ! Si j'assure moi-même le guidage terminal, et si on règle le cône d'explosion à la largeur optimale, ça marchera ! Et l'essentiel de l'énergie sera tout de même dirigée vers le haut et l'espace : les dégâts seront limités.
- d’accord, ma chérie. Voxan ? Préparez un missile, ordonna la vice-reine.





V (******) mérite votre confiance (2) !
Les quatre croiseurs V s’éloignaient du champ de bataille, leurs réservoirs au plus bas. Un ravitailleur les attendait bien à l’écart, pour faire le plein et les réarmer en missiles et torpilles.
Le commandant du « Tête de Nœud » - mais quelle mouche avait piqué le Boss, d'habitude plus inspiré, pour qu’il choisisse des noms si ridicules ?- n’était pas très satisfait. Certes, son vaisseau avait ajouté deux frégates et une corvette à un tableau de chasse bien rempli, sans compter quelques patrouilleurs et chasseurs, mais il estimait qu’il avait été sous-employé : à eux quatre, les «tête de pioche » -encore un surnom ridicule- auraient pu s’offrir l’impérial II ou l’un des Providence. Mais l’Amiral avait été clair : priorité absolue aux escorteurs !
Un ordre était un ordre et le capitaine Piett, dans cette vie ou la précédente, n’avait jamais désobéi à un ordre direct. Pas en plein milieu d’une bataille, en tout cas !

… …


Devant son écran tactique l’amiral Darpa affichait un franc sourire :
- Parfait ! Ils ont laminé l’escorte ! Voyez-vous, Capra, pour qu’un vaisseau capital puisse affronter sereinement l’un de ses homologues, il faut qu’il soit à l’abri de ces sources de distraction -et de dégâts potentiels- que sont chasseurs, torpilleurs et autres bombardiers. Trois destroyers contre nous, mais ils sont maintenant bien seuls !
D’ailleurs, leur commandant l’a bien compris. Voyez-les donc se réfugier auprès d’une station qu’ils pensent encore la leur !
- Cela sera pour eux une mauvaise surprise, amiral.
- Des surprises, lieutenant, je leur en réserve d’autres !
Le lieutenant Capra savait bien que son supérieur allait, dans la bataille qui s’ensuivrait, offrir le premier rôle à ces « moucherons » qu’il affectait de mépriser. Comme toujours !





Plus blanc que blanc… C'est transparent ?
Thalia avait son idée : maintenant qu'elle était passée sous sa proie, elle passa sur le dos en se rapprochant et activa le petit rayon tracteur qui facilitait l'arrimage d'un chasseur ou d'une navette.
Elle ne voyait rien elle-même, mais Syd 139 la guidait par liaison directe depuis la tourelle inférieure : il avait une vue bien dégagée depuis qu'elle était devenue la tourelle supérieure. N°1 avait pris le relais des négociations avec la station et la vice-reine, avec la voix, l'autorité et les inflexions de Thalia !
Tout le monde n'y vit que du feu ! Depuis longtemps, il était impossible de faire la différence entre un SyD et son partenaire.
L'aile X furtive était sur une trajectoire de descente qui la mènerait au-dessus d'Herrion-ville. Son pilote constata, stupéfait, qu'il remontait… Il tacha de revenir à sa trajectoire initiale, mais rien n'y fit : il ne contrôlait plus rien et ses senseurs, brouillés, ne servaient à rien. Le temps de réagir, et il remontait presque à la verticale.
- Alors, ce missile, ça vient ?
- Il est prêt à décoller ! Une fois lancé, il sera là en … Dix secondes
- Nous sommes déjà remontés à 50 000 mètres, ça devrait limiter les dégâts : vous devriez cependant éteindre tous les droïdes pour leur éviter des dysfonctionnements. Et ne regardez pas le ciel !
- Tous les civils sont déjà aux abris depuis longtemps! Les autres sont prévenus. Attention : lancement !
- N°1, tiens-toi prêt à plonger : je me connecte à ce missile.
- non, c'est MOI qui guide le missile et TOI qui sauves le Blackbird !
Il était rare que N°1 fasse preuve d'une telle autorité. Il avait raison, bien entendu: avec sa liaison de données, il serait plus rapide et plus précis. Pour atténuer ses propos, il plaisanta , imitant Jas:
- J'ai toujours voulu être un chasseur ! Alors je pourrais pas être un missile, pour une fois ? S'il te plaiiiit !
Il reprit, plus sérieux :
- Je suis connecté… attention : Décroche !
Le dolorien avait enfin compris  ce qui lui arrivait: il poussait ses réacteurs à fond pour se dégager quand le rayon tracteur le libéra : il accéléra vers le haut tandis que le Blackbird plongeait et revenait dans le bon sens avec un demi tonneau
- Ce sera juste !
Thalia attendit pour renforcer ses boucliers ; elle ne voulait pas perturber la liaison.
- Bouclier ! Bouclier !
Un petit soleil s'alluma dans le ciel de la planète. Le dolorien et sa mortelle cargaison furent vaporisés, mais le Blackbird n'était qu'à quelques milliers de mètres de l'explosion. Le bouclier encaissa bravement les radiations, puis l'onde de choc secoua le vaisseau. Les alarmes retentirent dans le cockpit :
- moteur bâbord HS… La moitié des répulseurs aussi ! On a perdu le contrôle en roulis… Ah, et un morceau de l'aile, commença Thalia.
Son partenaire compléta :
- … Les senseurs et le système de guidage sont morts. Les dégâts structurels… Sont limités: les compartiments vie sont toujours pressurisés, mais le système de survie est mort. On a aussi perdu la tourelle supérieure : heureusement, 138 l'avait évacuée.
- Dur de contrôler le bestiau… section tactique, ça va ?
- Ici Tac 1 : le taux d'O2 de la cabine diminue rapidement, mais nos combinaisons nous assurent 50 minutes d'oxygène supplémentaires. On se pose ou on évacue ?
- On est au-dessus de l'océan, là ! Il vaut mieux attendre un peu pour évacuer, suggéra la jeune femme.
- … Enfin, si on ne se désintègre pas avant, rajouta-t-elle pour le seul bénéfice de N°1
- Quel défaitisme ! Notre astromec R7 annonce qu'il a relancé deux des répulseurs bâbord. Et il ajoute : ne poussez pas la puissance à plus de 30 %, S.V.P !
- Bonne nouvelle : comme on vient de perdre une des surfaces aérodynamiques, ça compensera ! Notre taux de descente est… Un peu trop élevé, mais l'air commence à devenir plus dense, cela devrait nous freiner.
- 20 km d'altitude ! L'astroport d'Herrion-ville est à… 60 km à l'ouest.
- 1 km de chute pour trois horizontaux, ce fer à repasser en est capable !
- Comme planeur, on fait mieux ! Quatre répulseurs ! Et R7 annonce qu'on peut obtenir 80 % pendant une minute.
- On garde ça pour l'atterrissage !
- Tu penses qu'on y arrivera ? Nous pourrions évacuer.
- Pense à Markus ! Si on démolit son coucou, on va en entendre parler pendant des mois !
- Houla, j'avais oublié ! Je vois déjà la scène : ''Je t'ai pris rendez-vous pour une leçon de pilotage, ma chérie ! … C'est de la formation de base, tu devrais y arriver ! Je t'ai inscrit toi aussi, N°1 !''
- Quinze kilomètres ! Section tactique, on est assez bas : vous pouvez évacuer, ou rester, au choix ! Je vais tenter un atterrissage d'urgence…
- Euh : c'est vrai que cet océan est plein de carnivores ?
- L'océan de feu ? Ouais ! Et les animaux, c'est rien : les algues vampires, c'est plus vache ! Mais rassurez-vous, tout ce petit monde n'approche pas à moins de 10 km des côtes : trop dangereux, à cause des méduses
 géantes! Ce sont elles qui ont donné leur nom à cette grande mare !
- euh… On va tenter notre chance avec vous !
N°1 s'étonna :
- Tu n'en a pas rajouté un peu ? Les gens se baignent à Bleue-rive.
- Là-bas, ils sont protégés par trois barrières de corail successives ! Bon, les commandes aérodynamiques répondent un peu mieux dans l'air plus dense : je vais cabrer pour nous ralentir, sinon on va rater l'astroport !
La section tactique intervint encore :
- Les services d'urgence sont prévenus, au cas ou ça vous intéresserait.
- Compris, TAC 1
Thalia attendit d'avoir coupé la liaison avant de remarquer :
- Comme ça, ils pourront ramasser les morceaux si on se rate !
- Tu es très optimiste, aujourd’hui !  N'oublie pas qui pilote cet engin : la meilleure fusion humain/machine de la galaxie !
- Bah, après tout, poser un vaisseau aux surfaces aérodynamiques endommagées avec moins de la moitié des répulseurs, on fait ça tous les jours :
- On devrait : cela entretient les compétences. Tiens, on a de la visite !
- encore des Dolo... Oh ; d'accord : les pompiers viennent aux nouvelles !
Le gros airspeeder flamboyait des couleurs jaunes et rouges de la sécurité incendie de l'astroport .
- Blackbird, ici Fire 9, nous avons inspecté les surfaces ventrales : les trappes du train d'atterrissage semblent intactes, mais il y a un gros débris sur le répulseur bâbord 5. Tout semble en bon état sur tribord.
- Merci, Fire 9. Nous arrivons à contrôler le taux de descente, mais je dois conserver de la vitesse pour garder de la portance ! Ce sera difficile de ralentir au dernier moment, nous risquons de dépasser l'astroport. Et si je cabre plus à cette altitude, je décroche. Si je sors le train trop tôt, je décroche ! Je ne pourrai utiliser les répulseurs qu'au dernier moment, sinon ils grillent.
- Dommage que nous ne puissions vous passer un câble, nous aurions pu vous freiner.
- Un câble, demanda-t-elle à N°1 par liaison privée. C'est une procédure standard, ça ?
- Non, c'est typiquement herrian, répliqua le droïde qui venait de consulter une base de donnée.
- Et ça marche ?
- Ils l'utilisent sur de gros incendies, mais entre deux airspeeders seulement.
- Il est énorme, ce speeder, presque aussi lourd que Blackbird…
Thalia eut une idée :
- Fire 9, ça pourrait marcher avec un rayon tracteur ?
- Euhhh, j'suppose, oui, mais nous n'en avons…
- Moi si ! Pas un costaud, mais tout de même.
- La procédure est très complexe et nécessite…
- Un droïde aux réflexes ultra-rapides qui vient de la télécharger, votre procédure ! Ici SyD 01, j'ai même visionné vos enregistrements. Si vous descendez légèrement en dessous de nous et restez dans les six heures, je peux garder le rayon sur vous ! Mais il va vous falloir freiner tout en douceur : il est prévu pour des chasseurs.
- Comme un câble fragile, hein ? On peut essayer. Voyons déjà si vous arrivez à me verrouiller.

La procédure d'origine était déjà casse-cou et aurait été interdite sur la plupart des mondes civilisés. Mais ici, on était sur Herrion : l'improvisation, un art herrian ?
- OK, je sens la traction ! Je commence à freiner ! Dooooucement !
Ce fut laborieux mais, au seuil de piste, la vitesse était suffisamment réduite.
- R7, tiens-toi prêt à faire cracher les répulseurs : au signal, donne-nous tout ce qu'ils ont ! Fire 9 ? Tenez-vous prêts à décrocher, le faisceau sera coupé à la sortie du train d'atterrissage : ça risque d'être délicat pour vous  !
- J'ai déjà fait ça, Red1 ! Ne vous inquiétez pas pour nous.
- Attention, tout le monde est prêt ?… Go !

Derrière, le speeder fit une embardée, puis remonta comme une flèche. Blackbird, porté par ses répulseurs, ralentit et se stabilisa ; Thalia descendit autant qu'elle le put, mais coupa tout dès qu'elle sentit l'aile bâbord s'enfoncer : les répulseurs n'en pouvaient plus. Fort heureusement, il ne restait que trois mètres et le Blackbird atterrit à plat. Le train craqua et gémit sous le choc, mais le grand oiseau noir se stabilisa enfin au sol.
- On est en vie , s’étonna-t-elle?
- il semblerait !
- pas trop de dégâts ?
- On a plié le train, mais sinon…
- Déjà trop : il va nous incendier  quand il descendra!
- D'après SyDney, il est déjà ici !
- Déjà en bas, mais comment ? Il n'a pas crashé la station sur Herrion, tout de même ! Parce que là , il pourra dire ce qu'il veut, j'aurai de quoi riposter !
- Sais pas : SyDney est très occupé, là ! Ses infos sont assez fragmentaires. Dis, il y a plein de monde dehors : on descend ?
- à tous les coups, le comité d'accueil est là pour nous engueuler !
- Z'ont pas intérêt (3) ! Sinon, c'est MOI qui les engueule ! On a sauvé cette fichue planète, tout de même ! (4)
- Tu as raison ! Ils ont plutôt l'air contents. Comme je les connais, ils vont plutôt trouver un prétexte pour faire la fête.
- Tu crois que je vais avoir droit au rameau, cette fois (5)?
- Y z'ont intérêt (3) à nous l'accorder, sinon…
Les Herrians pensaient connaître Thalia, mais ces veinards n'avaient jamais rencontré la Reine des Pirates.




Rinçage, Essorage….
Trois destroyers, passablement endommagés. Trois destroyers cernés, acculés. Mais toujours combattifs.
Ils évoluaient en formation défensive impeccable dans l’espace étroit que leur laissaient les vaisseaux qui les encerclaient. Darpa avait convié les principaux responsables de la coalition à une holo-conférence
- Rapprochons-nous et finissons-en, insista le capitaine impérial Forvax. Ils finiront bien par reconnaître leur défaite.
Mais l’amiral Darpa, sa victoire assurée, n’était pas pressé de risquer la vie de ses équipages :
- ces fanatiques, se rendre ? Ils lutteront jusqu‘à la mort et vous emporteront avec eux s’ils le peuvent, capitaine.
- C’est vrai, Jor… Amiral : les croiseurs que nous avons affrontés ont attendu que nous nous rapprochions pour s’auto-détruire, confirma Merson.
- Des adeptes du côté obscur pour qui la souffrance ou la mort ne sont rien ! Et ils parviennent à percevoir nos attaques, précisa Kyp Durron. L’artillerie à longue portée est notre meilleure option.
- C’est aussi mon opinion, asséna un homme-loup hirsute en uniforme chamarré.
- Quoi, ? Toi aussi, Markrr ? Quand un garoug recommande la prudence, commença Jegor…
- C’est assez rare, en effet, pour écouter son conseil, confirma un Berel en robe de prêtre. N’oubliez pas que, d’une façon ou d’une autre, tout se jouera à la surface de la planète : leur leader suprême et leurs meilleurs sorciers luttent pour s’emparer du Coeur et…
- Amiral, il se passe quelque chose, annonça le capitaine Dieme, qui avait repris la direction des opérations pendant la conférence.
- Quoi donc, capitaine ?
- Ils viennent de rompre la formation, ils ne tirent plus ! Ah, deux de leurs derniers chasseurs sont entrés en collision, les autres se débandent !
Dieme se détourna :
- Qu’y a-t-il, lieutenant Capra ?
- Nous recevons une communication… En provenance de leur vaisseau amiral, et… iIs veulent se rendre, amiral.
Celui-ci fronça les sourcils :
- Une ruse ?
- Je ne crois pas, amiral ; l’officier comm qui m’a contacté… Je dirais qu’il est au bord de la panique. Leur… heu, leader souhaite vous parler en personne. Dois-je autoriser le faisceau holo ?
- Faites, Capra.
C’est ainsi que tous les participants assistèrent à un évènement exceptionnel. Même sur la holo, tous constatèrent que le sorcier pleurait.

- Mais que s’est-il donc passé, grommela l’amiral sidéré !





Oui, que s'est-il donc passé? :perplexe: Ce n'est tout de même pas notre ami Venom qui est responsable?
Ils le craignent, certes, mais pas à ce point!
Oui, qu'est-il arrivé? :sournois:


Notes:
1 Un minuscule moucheron de la Forêt d'Herrion dont la morsure est extrêmement douloureuse.
2 Ça c’est vrai, ça !
3 ( et 3) Les SyD finissent par adopter les tics de langage de leurs partenaires. Et réciproquement
4 Vous connaissez beaucoup de droïdes capables de dire ça ? Drôles de droïdes, ces SyDs
5 Le rameau de kaï, le plus grand honneur décerné sur Herrion. N°1 est le seul SyD qui ne l'a pas (encore) obtenu, car Thalia et lui se battaient pour l'Amber Star dans la Bordure extérieure lors de l'insurrection d'Herrion .


BONNE LECTURE!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 09 Sep 2018 - 22:26   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 8

Ce chapitre, qui m'a donné pas mal de fil à retordre, conclut la bataille d'Herrion, mais certes pas ce récit.
Je ne sais si le sort que j'ai réservé au Coeur et à la Brume vous plaira, mais il me semblait le plus en accord avec la Voie du Berger.
N'hésitez pas à me donner votre opinion...




Chapitre 9 : Un conte de deux univers.




Filles de la lumière et des ténèbres 
Que faire ? Le rendormir et garder le statu quo ? Fermer définitivement la brèche ?
Mais pourquoi ne l'ont-ils pas fait  à l’époque?
Quelque chose m’a échappé.

Sasha sentait que la clé de l’énigme était toute proche. Il avait tous les éléments, il ne restait qu’à les remettre en ordre.
La Brume : une nouvelle forme de vie apparue dans la faille entre deux univers. Ils n'ont tout simplement pas voulu la détruire : ils étaient ses parents, en quelque sorte !
Oui, mais… Quelque chose de différent, un être hybride qui tire sa force de la brèche. Sa principale faiblesse, aussi.
La vérité lui apparut grâce à une de ses intuitions fulgurantes :
Non, elle ne veut pas délivrer la Tenebrae, elle veut en tirer plus de forces. Et…
Et elle a son équivalent de l'autre côté, qui se nourrit à notre lumière !
C’est ça !


La Brume existait dans les deux univers, en même temps ! Des jumelles presque identiques… Des siamoises, plutôt. Tout ce que Sasha avait à faire, c'était de faire un choix ! Mais vers qui se tourner ?
À qui demander conseil ?

À Luke Skywalker ?
- Pour un agent de la Tenebrae, il est étonnant que la Brume puisse grandir autant, elle est autonome et puissante, comme si elle avait ses propres objectifs, avait-il affirmé.

À Ve’ssshhh ?
- l’œil ne voit que la surface des choses, ne t’y fie pas (1), avait-il expliqué un jour à son jeune élève !
Un autre souvenir, si vif dans sa mémoire qu’il semblait éclos de la veille :
Le feu presque éteint, réduit à quelques braises rougeoyantes qui parfois éclataient, projetant vers le ciel des dizaines d’escarbilles . Une poignée de gamins, le ventre plein et la tête remplie des contes du vieux berger, luttaient contre le sommeil. Car, alors que leurs yeux s’accoutumaient à l’obscurité, la voute céleste s’illuminait du merveilleux spectacle, sans cesse renouvelé, de millions d’étincelles scintillantes s’allumant l’une après l’autre.
- On dit : dormir à la belle étoile, mais en vrai, elles sont toutes belles, s’était émerveillé Rigel.
- Ouais… Hé, regardez, le Diamant Bleu se lève !

La planète gazeuse était le joyau des nuits herriannes. Près d’Herrion-Ville, son retour dans le ciel nocturne marquait le début de l’été. Tous avaient suivi sa course, dans un silence religieux, seulement accompagné par les craquements du feu et le chant lointain d’un m’rill.
- C’est drôle, avait soudain soufflé Berylle : il n’y a que dans le noir qu’on voit bien sa lumière.
Dans l’esprit embrumé de Sasha, cette remarque avait réveillé un écho… Mais Milo avait compris avant lui :
- Finalement, lumière, ténèbre… L’une ne va pas sans l’autre ! C’est comme dans ton histoire, Ve’ssshhh !
Mizar aussi avait retenu la leçon :
- Oui, elles sont deux aspects du Grand Tout !
Le vénérable Berger n’avait pas répondu, se contentant d’un mouvement approbateur de ses antennes, mais Sasha, qui le connaissait bien, devinait la satisfaction qu’il avait pu ressentir.

D'autres souvenirs affluèrent, qui n'avaient en principe rien à voir avec la Brume.
Quelques mots du docteur Terak, le Vaccinator tant redouté des enfants du district :
- La fièvre de Baan ? Peut-être qu'on pourrait l'éviter ! Mais à quoi bon ? C'est très désagréable, je le sais bien, mais sans grand danger. Et après tu seras immunisé. Le virus aura une petite place dans tes cellules et ne t'embêtera plus ! Et, tu sais quoi ? Cette immunité te protégera ensuite de virus bien plus dangereux , avait-il expliqué au jeune malade qui se morfondait dans son lit.
- Faudrait tous les exterminer, ces saletés, avait riposté celui-ci !
- Bactéries, parasites et même virus sont aussi des êtres vivants. Qui sommes nous pour leur dénier le droit de vivre ?
Ah, les herrians, ces fichus écolos ! Mais il avait raison, le Vaccinator.

Des souvenirs d’un cours de science :
- Quel que soit l'élément étranger, l'organisme développe une immunité et trouve un équilibre. S'il en a le temps !
Henryn, son père adoptif :
- Un jour, les enfants doivent prendre leur envol , fiston ! Ils ne peuvent dépendre éternellement de leurs parents !

Maladie… Immunité… Prendre leur envol… Couper le cordon…

Sasha prit sa décision. Son homologue -il y en avait bien un de l'autre côté- en était arrivé à la même conclusion.
il Avait derrière lui toute la puissance de la la Forêt - de toute la planète- , et il y avait aussi…
- Jaden, tu es prêt ? Je sais ce qu'il faut faire ! Nous aurons besoin des gardiens ! Et des berels, aussi !








Le Retour (de la Revanche) du Clone du Sith

Bien que très attendu, Venom fit une entrée discrète : un peu à l'écart, il y avait un anneau entourant un disque noir (2) ; il était gardé : un sorcier de second rang, quatre guerriers, des droïdes…
Pas de chance pour eux, ils regardaient du mauvais côté ; une porte, ça fonctionne dans les deux sens !
Venom sentit une forte odeur de brûlé, tandis que Marek relevait son arme fumante, scrutant les alentours. Rien d’urgent, les combattants étaient occupés ailleurs.
- C’est bon, j’peux ouvrir les yeux, là ? Tu t’es assez amusé ?
- Ouais, tu peux, mais rappelle-toi que tu m’en dois encore un ou deux, gronda le Berel.
- Bien reçu, bien reçu ! Tiens, tu en as laissé un, fit le clone en pointant son doigt vers un buisson proche.
- Ah, oui ! Il n’a pas l’air bien combattif. Que fait-il là ?
- Chais pas ! P’t’être qu’un besoin pressant lui a évité la désintégration. Eh, toi, le sorci… Ah, zut, trop tard !

Il y n'y avait plus de sorcier, juste un tas de cendres.
- Ah, c'est vraiment pas pratique, ces yeux qui flinguent avant de réfléchir, se plaignit le jeune homme. Et toi qui as flingué l’autre ! J'aurais aimé en interroger un, tout de même !
Marek dégaina un sourire revanchard :
- Que veux tu, c'est comme pour tes yeux, ce désintégrateur a la gâchette trop sensible !
- Vous nous en laissez un petit peu ou on peut rentrer à la maison, intervint Stian Mereel .
- Oui, c'est vrai, ça : on n'est pas là pour faire de la figuration, râla son fils Alcor.
- Hé ! Oh ! D'abord, si vous aviez accepté mon contrat plutôt que la prime bidon de la Cour de Justice, vous seriez arrivés avant moi, avec Ashoka et Talon ! Là, vous en auriez eu, de l'ouvrage !

Ayant rivé leur clou aux deux mercenaires, Venom s'inquiéta :
- Bon, faut d'abord se renseigner !
- Qu'est-ce que tu veux savoir, papa ? Demanda Masha, surgie à leurs côtés.
- D'abord, où sont Jas, Sasha, X'ree…
- Jas nourrit ses amies les plantes. On dirait qu'elles trouvent ces sales bêtes aux grandes dents très bonnes à manger. Il attrape des guerriers en noir, aussi ! Mais eux, il les garde dans un garde-manger. On les aide, avec Jaïna  ! X'ree cherche du Kaï rance : il a épuisé sa réserve !
Masha disparue, Jaïna reprit :
- Sasha, il réfléchit à ce qu'il doit faire avec le Cœur ! Cette histoire de brume a l'air très, très compliquée, et il ne veut pas faire de bêtise. Tatie Jaïna, Luke et les autres Jedi se bagarrent contre les monstres et les guerriers noirs… Et les sorciers, ils restent en dehors et préparent leur mauvais coup ! Voila ! T'as tout compris ?
- Très bien, ma chérie ! (Il n'avait pas tout compris, concernant cette histoire de garde-manger). Je vais aller leur apprendre la politesse, à ces sorciers !
- Moi, je retourne à la chasse avec Jas et Masha ! On s'amuse trop !
- Vous rentrez à temps pour le dîner, hein ? Euh, pourquoi j'ai dit ça, moi ?
- Réflexe parental, je suppose ? Bon, j'ai rechargé mon arme ! On y va ou tu prends racine ?
Marek avait la ferme intention de combler son retard au score et il craignait la concurrence déloyale des mandaloriens !




À Cœur ouvert !
Tout le monde était prêt. Il n'eut qu'à visualiser l'action. La recette était dans les archives de la Forêt.
Il se retrouva dans un espace sphérique grisâtre en compagnie des Berels et de Ceux-qui-Brillent. Il se retourna vers eux et plissa les yeux : ici, ils étaient presque aussi aveuglants que le soleil et formaient un demi-cercle derrière lui et les Berel. Au loin, des silhouettes démesurément grossies et déformées par la forme sphérique de l'enveloppe : c'étaient les Gardiens, si proches et pourtant si lointains. Jaden était avec eux.
Il comprit qu'il était DANS le Cœur ! Il regarda devant lui.
En face, il apercevait des silhouettes à la forme indistincte – qu'il imagina humaines- à travers ce qu'il savait être une déchirure de l'univers. Une déchirure dont il n'aurait su distinguer les contours sans les volutes de Brume qui les soulignait. Des volutes noires qui semblaient absorber la lumière de son côté, blanches et éblouissantes de l'autre.
Il se doutait qu’il ne percevait qu' une fraction de la réalité à travers ses pauvres sens limités et que son cerveau tachait de récréer un environnement familier.
Par contre, la peur des entités jumelles – siamoises semblait un terme plus juste- était bien réelle. Il tacha de les rassurer :
- C'est nécessaire. N'ayez pas peur, tout va bien se passer.
Il se sentait dans la peau d'un chirurgien expliquant à ses patients l'opération qu'il allait pratiquer.
Étonnamment, la peur reflua, laissant place à… De la résignation ?
De l'autre côté – obscur- de la brèche, devant les autres, se dressait une forme qui n'avait finalement rien d'humain : son homologue dans l'autre univers. Sans un mot, sans un geste, ils se consultèrent, puis tout alla très vite.

Sasha s 'attendait à quelque chose de spectaculaire, il n'en fut rien !
Il cligna des yeux pour se réadapter à son nouvel environnement : il était de retour dans la Forêt !
Le Cœur brilla un instant dans sa main, s'obscurcit jusqu'à la noirceur absolue puis redevint une grosse perle nacrée aux reflets irisés.
- Voila, c'est fait, s’étonna-t-il !
[ C’est fait], clama un chœur insectoïde dans la Conscience.
- la blessure est guérie, soufflèrent les feuilles dans un murmure.
- Mais… Comment ?
[En près de vingt millénaires, ce monde a accumulé une quantité prodigieuse d’énergie. Bien plus que nécessaire. D’autres sont intervenus], lui souffla la Conscience.
Une de ces intuitions fulgurantes venues d’ailleurs le traversa :
- Les Berel… Et surtout ceux qui se cachent derrière eux… Les Très Anciens ! Mais ai-je bien fait ? Ai-je fait le bon choix ?

...


La Forêt s'effaça à nouveau : un grand espace vide, luminescent. Ve’ssshhh était là, ainsi que maître X'reee. Des représentants de  Ceux Qui Brillent, tous les gardiens, des plus anciens aux plus récents. Parmi eux, surprise, d'authentiques Sith ! La race avait disparu il y a longtemps, même si les adeptes du côté obscur en revendiquaient l'héritage. D'autres utilisateurs de la Force, qui n'étaient pas des gardiens apparaissaient ici et là. Des Jedi inconnus, Jaden bien sûr, Luke Skywalker…
Et, dissimulée dans le brouillard iridescent, une puissance écrasante émanant d’une (ou plusieurs? ) conscience infinie. Elle restait à l’écart, mais…

Il aperçut Venom, manifestement très surpris d'être là.
Et un autre, le visage caché dans l'ombre d'un grand capuchon. Sasha savait qui il était.
D'une certaine façon, il a le droit d'être là.
Le premier , il avait décelé le danger représenté par la Brume et les Dolorien et pris des mesures. Tant qu'il avait régné, il avait protégé Herrion, interdisant la planète même à son apprenti (3). Il avait créé Venom.
Ce n'était plus qu'un fantôme, une ombre du passé et n'était plus un danger depuis longtemps, mais il lui restait quelque chose d'inquiétant. Un Jedi inconnu (4), un fantôme lui aussi, semblait le surveiller de près.

C'est Ve’ssshhh qui posa la question.
[Tu as fait ton choix, mon garçon, Tu as choisi de fermer la brèche plutôt que de rendormir le Cœur. Mais la Brume est toujours là ! Elle est libre, maintenant]
En s’efforçant de formuler sa réponse, Sasha sentit ses doutes s’évanouir : il s'adressa aussi à Ceux Qui Brillent, aux gardiens et aux Anciens :
[ Libre ? Une partie de son essence était déjà libre. Vous l’avez laissé filer, à l’époque. Volontairement ! Le Cœur n’existait que parce que vous n'avez pas voulu la détruire, n'est-ce pas ?]
Devant l'assentiment des autres, il poursuivit :
[ Comme vous l’aviez prévu, elle a grandi, elle s'est affirmée. Elle est devenue autonome, mais restait liée à sa '‘jumelle’' de l'autre univers.
La résidait le problème : leur aspect hybride les rendaient extrêmement dangereuses, car elles n'obéissaient pas totalement aux lois de cet univers, ni de l'autre.
C'est fini : elles sont indépendantes, mais la Brume fait partie intégrante de notre univers, le cordon ombilical a été coupé. Elle peut vivre sa vie, mais surtout…]
Sasha se sentit un peu idiot d'utiliser cette image avec un insectoïde pondeur, mais les humains n'avaient pas de secrets pour les Bergers présents. Ve’ssshhh compléta :
[Maintenant, elle peut aussi mourir.]
[ Oui. La mort ! C’est le cadeau que je lui ai offert. Je doute qu’elle m’en remercie un jour. Et il en va de même pour sa jumelle, de l’autre côté], rappela le jeune humain.
[ Elle reste dangereuse !]

Jas ne ratait jamais l'occasion de s’immiscer dans une conversation où il n'était pas convié:
[ Dangereuse ? Je viens de neutraliser un sorcier qui se planquait rien qu'en lui criant : Bouh!! Il est tombé dans les pommes !]
Sasha triompha:
[ Qu’est-ce que je disais ? Dangereuse, oui : comme tout être vivant, y compris parasites, bactéries et virus ! Mais n'oubliez pas : même si elle est une maladie, un parasite, nous avons maintenant un remède efficace.
Il lui faudra du temps pour trouver sa vraie place]
[Mais elle progresse vite], objecta Luke.
Venom dégaina son sourire carnassier :
[Oui, elle apprend déjà la peur]
Il ajouta, plus sérieusement :
[ Une émotion précieuse, la peur. Surtout pour qui a conscience de sa mortalité.]
Ve’ssshhh approuva :
[ Elle finira par la surmonter. Et trouvera, peut-être, le courage de continuer sa route. Oui, elle a le droit de vivre et nous celui de nous défendre.]
Il se tourna vers son disciple humain :
[Ton choix était donc bien réfléchi ! Je n'en attendais pas moins de toi]

Venom ne pouvait détacher son regard de la silhouette encapuchonnée qui avait voulu sa conception. Son gabarit de clonage. L'empereur ne regardait que lui. Il semblait moins inquiétant tout d'un coup, comme si sa malveillance s'était atténuée, endormie.
Jas ne s’y trompa pas :
[B’jour, Grand-père!]
Il s’attira un court regard sévère. Mais certainement pas hostile.
Luke Skywalker intervint alors :
[Il semblerait que nous vous devions ce remède, votre Majesté]
L'ex-empereur fit un geste méprisant :
[Il existait déjà. J'ai essayé d'en tirer profit. J'ai échoué : je suis mort ! Le reste m’indiffère.]
Ce n'était pas tout à fait vrai, devina Sasha : le fantôme du seigneur Sith défunt ne s'était pas invité pour rien. Qui avait inclus Venom dans la '‘conférence’' ? Pas difficile de deviner. Quelque part, l'Empereur éprouvait de la curiosité pour sa création. Non, plus que ça : de la fierté ?
Fier de son… Fils ?
Sasha sentit aussi que les participants, surtout Ceux-Qui Brillent, approuvaient son choix. Il en fut immensément soulagé.





Retour dans la Forêt .

Venom se retrouva sous les arbres, aux côtés de ses amis.
- eh, t'étais où ? Les sorciers semblent abandonner la partie. Ceux que tu n'as pas daigné réduire en cendres !
- Stian ? Désolé… J'ai été, euh absent longtemps ?
- Quelques secondes, mais tu as failli être décapité ! Heureusement que Marek était tout près.
- Merci, Marek !
- Tu as aussi failli de faire bouffer par une de ces bêtes, mais les Mereel s'en sont occupés. Hé, depuis quand tu me remercies, toi ? Et ce petit sourire, c'est quoi ? Tu te moques pas ?
- Oh, c'est juste que… J'ai rencontré mon papa… C'était bizarre. J't'en parlerai… Plus tard ! Finissons le boulot !
Venom, me faire des confidences ? C'est encore plus bizarre.
Marek se sentit très heureux, tout à coup !
Les Mereel n'avaient pas l'intention de faire de la figuration, mais il ne restait plus que quelques-unes de ces bêtes monstrueuses empestant le côté obscur.
- Allez fiston, on les dégomme avant que ces deux cinglés ne s'en chargent , marmonna Stian Mereel, un peu vexé !

… …


Sasha revint dans la réalité. Il tenait toujours le Cœur dans la main. Il regarda autour de lui, sentant SyDney derrière lui : le droïde protégeait ses arrières, comme toujours. Il y avait eu des combats tout près, signe que le périmètre avait été percé. La bataille avait été rude, il y avait des corps partout, amis et ennemis mêlés.
Quyymaen était à quelques mètres, debout sur le corps d'une des bêtes difformes qu'il avait tuées.
Talon le saluait, perché sur une autre bête. W'arrr était de l'autre côté, dos à dos avec Ahsoka. Ils étaient entourés de corps de guerriers Doloriens. La mandalorienne avait un blaster dans chaque main et ils avaient tellement servi qu'ils fumaient encore. Quant à W'aar, il rangea ses épées, puis entreprit de nettoyer ses longues et épaisses pattes supérieures, affûtées comme des rasoirs. Ces instruments de mort que les Bergers gardaient habituellement repliées sous leur houppelande semblaient avoir servi (5).
Il avait été un des chefs de la résistance et membre fondateur des sections fantômes. Un Guerrier, lui aussi. Il y en avait peu chez les Bergers, on les appelait : Gardiens. Une information que Sasha venait de piocher dans la Conscience. Il pensait jusque-là que les Gardiens étaient juste les responsables des abris et caches d'armes dans la Forêt.

Près d'un autre amas de monstres, Stian et Alcor semblaient s'ennuyer ferme.
Et 1063 ? Toujours fidèle au poste, dernier rempart avec SyDney : aucun ennemi n'avait franchi la zone qu’ils défendaient.
Wolf manquait à l'appel…
SyDney l'avait vu courir vers un groupe d'attaquants, mais il était trop occupé lui-même ;
- Tu as toujours le Cœur dans la main, fit remarquer Jaden.
- Juste une jolie perle… La brèche est fermée, les Gardiens sont partis, leur travail est fini.
- Tu sais, je crois qu'il ne faudrait pas trop le divulguer.
- La sagesse des Jedi, hein ? Tu as raison, mais il faudra se mettre d'accord sur la version officielle. C'est fini, tu crois ?

Jaden ferma les yeux un instant, le temps de s'informer :
- c'est fini, ou presque. Les bêtes sont mortes, Il ne reste plus de guerrier noir en état de combattre. Quant aux sorciers, on dirait qu'ils ne sont plus un danger : ils ne pensent qu'à fuir Markus et ses enfants !
SyDney, grâce à sa liaison avec les autres droïdes en savait plus :
- L'arrivée impromptue de ton grand frère et de Marek a cassé l'ambiance. Les sorciers n'ont dès lors pensé qu'à une chose : sauver leur peau. Sans grand succès ! Un ou deux ont réussi à filer dans la Forêt, mais Jas s'occupe de les ramener.
[ la Brume a pris conscience de sa mortalité : maintenant, quand un de ses hôtes meurt, une partie d'elle meurt aussi!] remarqua W'arr, très satisfait !
[Les Indestructibles sont en train de le lui rappeler. Je crois que la Brume et les Doloriens vont devoir réviser leurs ambitions à la baisse], répliqua le jeune humain, tout aussi satisfait.
Quyymaen l'appela :
- Sasha ! Viens voir par ici ! C'est Wolf !







Le Palais des Héros .

Wolf gisait au sol, entouré des corps de ses ennemis. Il souriait, malgré la plaie béante dans sa poitrine. Sasha comprit qu'il était trop tard pour le sauver. Il n'avait plus assez de souffle pour parler, mais l'espion qu'il était toujours savait lire sur les lèvres.
- Un beau combat… était-il digne des 111  de la légende ?

Une légende qu'il avait racontée à Sasha. Dans leur fortin, les guerriers avaient tenu tête à toute une armée pendant cinq jours. Ils étaient tous morts à la fin, comme on pouvait s’y attendre. Le roi ennemi, qui avait perdu des milliers de soldats, avait fait dresser un immense bûcher commun en leur honneur et, plus tard, avait fait construire un tumulus à leur mémoire
- Tu les a dépassés : leurs adversaires n'étaient pas des adeptes de la Force  ou des bêtes de guerres magiques. Tu es la légende ! Les 111 t'accueilleront au Hall des Héros !
Sasha lui remit dans la main son bouclier très endommagé.
- Ce sera à toi de mener la purification, cette fois… Bien des Reapers sont tombés.
Wolf sourit une dernière fois, crispa la main sur son épée qu’il n'avait pas lâchée et récita dans un dernier souffle
- Au bout du chemin escarpé, se dressent les Portes. Approche sans crainte, Héros, car…
Il ne put finir. Sasha connaissait le poème et récita la fin pour lui.
- Il est mort lors de son plus grand combat, comme il l'aurait sûrement souhaité, supposa Quyymaen. Un guerrier né , conclut-il !
- Oui… Un guerrier ! Nous avions mêlé nos sangs, tu sais…
- Alors il vivra tant que tu vivras. Il faudra que tu me parles de ce hall des héros. Et de ce poème.

Sasha se contenta d'acquiescer. Il resta longtemps assis près du corps, indifférent à l'agitation autour de lui. Il ne pleura pas, Wolf ne l'aurait jamais voulu.
Une main sur son épaule. Tiger. Il n'était plus seul, d'autres Reapers formaient un cercle. Huit corps avaient rejoint celui de Wolf. Hawk était étendu avec les autres. Sasha se souvint de cette expédition en montagne, du Dahu capturé qu'ils avaient triomphalement ramené sur l'esplanade des Navettes -au pied de la Montagne du Destin- puis à Herrion-ville. Il se délectait encore de la stupeur et de l'émerveillement des gens découvrant la bête légendaire: la plus belle farce de l'escadron rouge !
La voix de la lieutenante Tiger s'éleva, ferme et autoritaire :
- Nous fêterons comme il se doit l'Ouverture des Portes. Plus tard ! Il y a encore du travail !
La petite troupe se dispersa et Sasha se releva pour rejoindre W'aar, Markus et les autres. Un dernier regard sur les morts  :
Seulement neuf, contre de tels adversaires !
S'il n'avait été si triste et fatigué, il aurait été fier de ses frères et sœurs de sang.




Notes:
1 Et aussi : « fais-le ou ne le fais pas, il n’y a pas d’essai ». Un grand sage, ce Berger était ! Que des copieurs, ces Jedi sont! :transpire: :siffle:
2 C'est comme ça que les Sorciers ont débarqué. Oui, mais qui a installé la Porte sur Herrion et quand ???
3 Sasha a trouvé ces informations dans les archives familiales sur Anaxès.
4 Empatojayos Brand ? ( c’est du Legends, je le rappelle)
5 Pour le quotidien, ils utilisent leurs pattes intermédiaires, plus habiles et beaucoup moins menaçantes. Les pattes postérieures servent à la marche, ou plutôt au saut.



Fini? Pas tout à fait!
Il reste pas mal de détails à régler: Le sénat compte toujours auditionner le couple Vega-an Herrion, Thalia aimerrait bien reprendre sa conversation avec l'inspecteur X'lal, un certain BONES cherche à savoir ce qui est arrivé à son frère Skull, et Malthus Verryn ...
Tiens, au fait, s'est-il remis de sa "petite déception"? :diable:

BONNE LECTURE!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 16 Sep 2018 - 20:55   Sujet: Re: HoH, lv4: La Bataille d'Herrion chap 9

il est des personnages qui prennent un malin plaisir à sortir du rôle qui leur était assigné.
J'avais des projets pour Jas : je le voyais bien, dans un proche avenir, arpenter la voie du Jedi, aux côtés de Luke, rencontrer Ben Skywalker, Jaïna Solo, Vestara Khai, ou sa descendante Sethnath, Liars Tissan... Kylo Ren ( non, là, je plaisante!)
Et paf : Héraut de la Forêt ! (Heureusement, X'ree semble déterminé à reprendre le flambeau de son lointain homonyme).
En attendant mieux, je lui ai confié un petit rôle dans ce récit ; je le voyais en comparse, en faire-valoir. Je comptais sur sa curiosité insatiable pour poser les questions que mes lecteurs(trices) n'allaient pas manquer de se poser, sur son culot monstre pour agrémenter le long et monotone trajet de ses coups fumeux, sur son intrépidité pour le placer dans des périls tels que seuls de VRAIS héros pourraient l'en tirer.
J'aurais dû me douter que le fils de Venom n'allait pas se contenter de jouer les figurants. Surtout quand on connaît sa mère...

Jas a presque volé la vedette à son parrain ! Tant pis pour lui : le voila célèbre, ce qui risque de vite le lasser. Maintenant, s'il veut retourner dans un bienheureux anonymat, il va falloir qu'il respecte le scénario ! À LA LETTRE !



Chapitre 10 : Mises en scène.




Drôle d'anniversaire
Il y avait un bosquet d'arbres cathédrales dans la partie publique du parc du palais. Huit arbres, comme toujours, chacun avec une couleur dominante différente, chacun avec son nom propre, enraciné dans la tradition. Donner un nom – pas un surnom- à un arbre ? Seuls les Bergers pouvaient avoir inspiré une telle coutume ; selon eux, il y avait exactement 27 noms différents. La même série de huit se répétait parfois dans un bosquet voisin, parfois non.
À eux seuls, les huit géants du parc occupaient deux hectares de terrain. Les enfants venaient y jouer aux explorateurs, les jeunes couples s'y donnaient rendez vous la nuit pour d’autres sortes de jeux, les immenses racines formant de douillettes alcôves obscures propices aux moments d’intimité, et toujours sous la douce luminescence des troncs.
Mais aujourd’hui, il y avait foule !
On avait installé des tribunes pour les illustres invités de Markus Herrion, des barrières pour les simples badauds attirés par la présence des VIP et la promesse d'un festin. Même dans la journée, il aurait fait presque noir sans la lumière des troncs et les étrangers s'extasiaient de ces bandes chatoyantes qui évoquaient d'immenses vitraux pour les uns, des arc-en-ciels pour d'autres. Il y avait beaucoup de monde. Beaucoup trop !
Une multitude qui ne faisait pas les affaires de Jas : normalement, un anniversaire, c'est avec la famille ou avec les copains- mais pas en même temps, autant éviter le mélange-.
Le garçon fit un tour d'horizon : les centaines de badauds  derrière les barrières ? Ils ne resteraient pas longtemps : ils venaient juste pour profiter du spectacle et partiraient festoyer juste après.
Car spectacle il y aurait, un spectacle comme ils n’en avaient jamais vu ! Le problème, c’est que Jas y tenait le rôle principal. Et il avait intérêt à respecter le scénario !
Belle consolation, beaucoup avaient tenu à amener un petit cadeau, comme tout bon herrian convié à un anniversaire.
La famille ? Ils étaient tous là ! Parrain avait retrouvé sa Berylle et ils étaient en train de… 
Jas détourna prestement la tête, le rouge aux joues. Quelle indécence ! S'embrasser comme ça, en public, devant tout le monde !

Et puis, il y avait la tribune des officiels ! Un public inconnu qu’il allait falloir convaincre, surtout les Jedi. Et les autres n’étaient pas n’importe qui : il y avait des amiraux, des généraux, des sénateurs…
Et quelques têtes familières, heureusement : un général impérial très reptilien (oncle Quyymaen) et l'Amiral Darpa entouraient le Chef d'état-major de la flotte de l'Alliance -rien que ça ! Jas connaissait aussi quelques sénateurs : cousin Belek, qui représentant le secteur, et Imax ; ils étaient accompagnés d'un Twilek et d'un Berel encore plus grand que Marek. Ces illustres personnages avaient longuement discuté avec pa' et ma' ces derniers jours.
Cela avait quelque chose à voir avec leur convocation par une commission du sénat qui l’avait inquiété, au début. Mais Belek en personne lui avait déclaré que ce ne serait qu’une formalité – mot que le garçon perplexe s’était empressé de vérifier dans la base encyclopédique du réseau- et puis pa’ avait promis qu’ils en profiteraient pour visiter Coruscant en famille.
Un bon moment en perspective ! Mais d'abord...

Tout ce petit monde se serrait de manière comique sur les gradins les plus bas alors qu'il y avait plein de place en haut ! D'accord, Lune de Sang prenait beaucoup de place et les jumelles qui de chaque côté lui tenaient la patte, étaient très turbulentes mais tout de même pas au point de laisser un vaste cercle presque vide autour d'elles ! Seuls Markrr et Eiren, dans sa belle robe de cérémonie blanche et or semblaient avoir profité de l'aubaine.
Garm se pencha pour lui souffler :
- Dis, ton tonton Markrr, pourquoi il s'est déguisé en Capitaine Crinière d'Or ? (1)
L'uniforme chamarré du Commandeur Suprême de la Flotte de Protection Horbin détonnait parmi les verts et les gris des autres militaires. Il faisait plutôt penser à celui d'un capitaine pirate.
- Il lui ressemble pas mal, tu ne trouves pas ? Confirma Bail !


Jas, un peu stressé, se contenta de hocher la tête. Il attendrait le bon moment pour révéler que Crinière d'Or était directement inspiré du frère de sang de son père. Pour l'instant, il se concentrait sur son rôle. Ses copains l'entouraient, heureusement, et Jaden les rejoindrait bientôt.
Bail, Garm… Ses meilleurs, meilleurs copains, avec Padme. Quand il s’était bagarré avec Maul – qui martyrisait ce pauvre Finis-, ils avaient rameuté presque toute l’école, organisé une manif’ de soutien et un sit-in devant la salle où siégeait le conseil de discipline. Mais c’est Padme, comme toujours parfaite dans son rôle de représentante des élèves, qui avait su amadouer les conseillers et décroché un simple avertissement pour les deux garçons.
Pa’, revenu précipitamment de la Bordure, avait débarqué à l'école accompagné du directeur de la Sécurité qui l'avait accueilli à l'astroport. Himron, qui savait tout sur tout, l'avait probablement briefé pendant le trajet. En sortant du speeder, pa' lui avait chuchoté:
- bon sang ne saurait mentir! Il faut que j'ai une conversation avec ces jeune gens. Je suis leur parrain, après tout.
Jas, qui attendait dans la cour avec tous les protagonistes n'aurait pas dû l'entendre, mais c'était compter sans son ouïe ultrasensible.

Avec les deux meneurs, pa' avait mis les choses au point:
- Excellente mobilisation, digne de vrais leaders, mais vous devriez attendre d’avoir une vraie cause à défendre avant d’organiser une rébellion, les avait-il admonestés. N’avez-vous donc pas confiance dans nos institutions ? On n’est pas au Sénat, ici ! Padme s’est montrée bien plus habile et elle, elle sait ce que veut dire le mot diplomatie !
Maul s’était aussi fait engueuler : d’abord pour avoir molesté un petit…
- J’sais bien que ce gamin est un emmerdeur, qu’il a une tête à claque, mais quand même!
… Ensuite pour la raclée qu’il avait prise face à Jas
- Enfin, toi, un grand Zabrak, te laisser corriger ainsi ?
Puis il avait fait les gros yeux à son fils, promis en public une loooongue conversation. Jas l'avait suivi, morose, en trainant les pieds. Mais dès qu’ils avaient été seuls :
- Allez fiston, raconte-moi comment tu as battu ce grand dadais. Dis, t’as essayé le coup de boule que j’t’ai appris ?

Oui, ses copains étaient là.
Mais il n'avait pas besoin que d'autres Jedi, des militaires et même des politiciens s'invitent !
Heureusement, ils ne resteraient pas longtemps ! Grand-père avait prévu une réception au palais pour les VIP.
Pour les herrians, les traiteurs étaient en train de dresser un somptueux buffet sous un immense chapiteau non loin  de là! Jas et ses copains auraient le petit pavillon d'été pour eux tous seuls et puisque la météo n'annonçait pas de pluie, tout le monde avait amené son sac de couchage pour dormir à la belle étoile, sous les arbres! Mais d'abord, il fallait en terminer avec les corvées.







Que le spectacle commence !

Le maître de cérémonie s'avança : W'aarr (2) avait revêtu sa plus belle houppelande et il affichait un air solennel.
- Nous avons connu récemment des temps difficiles, pour notre monde mais aussi pour la galaxie toute entière. Quand le chaos et la destruction menacent, il est parfois nécessaire de prendre des mesures radicales, de laisser les querelles de côté et d’œuvrer ensemble pour le bien commun.
Pour appuyer ses propos, il désigna la tribune officielle. Il reprit :
- L'urgence oblige aussi parfois à faire preuve d'audace, à prendre des risques calculés. C'est ainsi que la Forêt et ses vénérables créateurs ont été contraints de sortir de la réserve qu'ils s'étaient imposée : Ceux Qui Brillent s'impliquèrent à regret dans le destin de notre Galaxie. Pour combattre le Mal, ils ont choisi de conférer à leur Héraut des pouvoirs que l'on croyait perdus depuis des dizaines de milliers d'années.
Mais le jeune humain destiné à occuper cette fonction n'était pas encore totalement formé car voyez-vous, devenir Héraut de la Forêt est un travail qui prend des décennies.

Il s'interrompit un instant, balaya la foule du regard, puis tourna son attention vers Jas, qui se tenait quelques pas en avant de ses copains.
- Ils t'ont testé, Jas, et ce qu'ils ont vu leur a plu. Ce pouvoir qu'ils t'ont conféré, c'est une partie d'eux même, l'essence de leur existence ! Un pouvoir immense, que même les plus puissants Jedi ne peuvent qu'imaginer!

Nouveau silence, le temps de tourner son regard vers la délégation Jedi et d'attirer l'attention sur Luke Skywalker qui approuva silencieusement. W'aarr n'était pas aussi doué que Ve'ssshhh pour conter des histoires, mais il savait tenir son public en haleine.
- Ce pouvoir, capable de donner la vie mais aussi la mort, tu as su en user avec une maturité et une sagesse que l'on n'attend pas chez un garçon de ton age, fut-il un apprenti Jedi. Tu as su faire preuve de prudence et de modération pendant ta mission. Mais aussi après, n'est-ce pas ?

Là, W'aarrr pencha la tête d'une façon que tous les herrians connaissaient : chez les Bergers, c'était l'équivalent d'un clin d’œil. Il y eut des petits rires dans l'assistance et aussi quelques ricanements nerveux chez les copains. Aucun n'avait cafté, Jas en était certain, mais W'aarr savait toujours tout sur tout !
- … il y a pu y avoir… comment dire… quelques petites exhibitions, histoire d'impressionner un peu les copains…
Nouveaux rires assourdis dans l'assistance, un rien de malaise dans la petite troupe de copains… Certains se tortillaient sur place, comme Padmé, d'autres faisaient mine d'admirer les troncs luminescents… Finis (3), lui, sifflotait encore plus faux que d'habitude…

Ayant réussi à tourner en plaisanterie ce qui aurait pu être interprété comme une imprudence grave, W'aarr reprit :
- Tu es un garçon sérieux, responsable et réfléchi, Jas, et tu t'es montré digne de la confiance de '‘Ceux Qui Brillent’' et aussi de la mienne, bien au-delà de mes plus folles espérances. Mais il est temps, maintenant…
- Oui, il faut que je le leur rende !
C'est pas facile, tu sais ! Il faut toujours faire attention à ne blesser personne, à ne rien casser dès que j'allume la lumière. Vous imaginez, vous ? Vous poser la main sur un mur, et après il y a un grand trou ! Et si je m'allumais pendant un rêve, en dormant ? Un trou dans le lit, un trou dans le plancher, et je me retrouve au salon, peut-être même dans la cave ! Et si quelqu'un me touche à ce moment-là ? Quand je suis avec des gens… J'ai trop peur de leur faire du mal !
Jas regarda ses mains.
- Une fois, avec ces mains, j'ai désintégré une grosse bête, un prédateur qui voulait nous manger. Demandez à Jaden, il était là !
Puis il ajouta plus bas, l'air embarrassé.
- Et en plus, quand je dois faire vite, j'oublie parfois de transformer mes vêtements ! Ils grillent, et après… je me retrouve tout nu !
Il y eut quelques rires, ce qui irrita le garçon.
- Ben quoi, c'est pas marrant ! Et si ça vous arrivait, à vous, vous rigoleriez ?

Il reporta son attention sur W'aarr, se concentra, redressa les épaules, afficha un masque de sérénité et reprit un ton solennel. Ils avaient longuement répété la scène :
- Le Héraut a accompli sa mission et souhaite restituer le pouvoir qui lui a été confié, premier Journeyman !
- L'arbre Ka-Ti Ang est prêt à le recevoir, Héraut !

Pas besoin de demander quel était cet arbre : les herrians avaient remarqué que, depuis quelques mois, l'un des huit immenses troncs n'émettait plus de lumière. On s'était inquiété, certains y voyant une maladie, d'autres un mauvais présage. Bien sûr, on savait que Ka-Ti-Ang se portait très bien dans le bosquet situé près des chutes du Rocher, et tout aussi bien à Vol-au Vent. L'exemplaire du parc n'était tout au plus qu' un rameau de l'immense plante dont des rejets émergeaient du sol au bord de l'océan Fury, à plus de 1800 km de là. Des murmures, des exclamations dans la foule derrière les barrières : les Herrians avaient enfin la clé de l'énigme… Du moins, ils le pensaient.

Jas s'avança, tandis que la lumière s'exfiltrait de son corps. Bientôt, un garçon de lumière progressa dans la clairière, accompagné de chuchotements émerveillés. Dans la grande tribune, l'amiral Darpa, au milieu de ses collègues, jouait les blasés. Il se pencha vers le chef d'état-major de l'alliance, probablement pour lui faire part de son expérience personnelle. En passant, Jas entendit :
- Comme je vous le disais, le Héraut a des talents vraiment impressionnants. Mais j'ai été bien plus impressionné par son sérieux, son honnêteté et son sens de la discipline. Surtout quand on connaît le père !
Puis il expliqua comment il avait vu le garçon passer à travers les murs et les planchers…

Arrivé face à l'arbre, entre les racines, Jas apposa ses mains sur le tronc lisse et doux…
Au début, il ne se passa rien, puis, petit à petit, une tache luminescente apparut sur l'écorce, s'étendit progressivement, tandis que la lumière émanant du garçon s'atténuait. Le public fasciné qui suivait la joyeuse progression de la lumière dans l'arbre, ne remarqua pas que Jas avait disparu dans l'ombre des racines. Lorsque les regards se détachèrent enfin du miracle, on commença à s'inquiéter : Jas ne reparaissait toujours pas. Le silence se fit : un silence angoissé. Cependant, ni ses parents ni le Prince, pas plus que W'aarr ne semblaient s'inquiéter outre mesure
Puis on perçut du mouvement et Jas réapparut enfin à la lumière. Il portait des vêtements différents.
- Tu en as mis, du temps, l’admonesta son père.
- J'me suis changé pour la fête ! J'avais prévu des fringues de rechange ! Mentit-il.

Il poursuivit, beaucoup plus bas… Mais certains l'entendirent et, le lendemain tout le monde savait :
- Dans le noir, je n'arrivais plus à les trouver, moi ! J'ai failli ressortir à poil, LA HONTE!
Puis plus fort, beaucoup plus fort:
- Au fait , vous savez que c'est mon anniversaire, aujourd’hui ? J'ai treize ans !
Les applaudissements éclatèrent, entrecoupés de :
'‘Bon anniversaire !’',
'' Félicitations''
'‘Joyeux anniversaire !’'
Et surtout, '' treize ans, ça se fête'' !
Certains pensaient avant tout au buffet qui attendait le public : allons ripailler et boire, c'est le Vice-roi qui invite en l'honneur de son petit-fils !
Puis, il y eut la traditionnelle chanson : Herrion et ses coutumes !
La foule se dispersa enfin, s'approchant avec toute la dignité possible (il y avait des visiteurs étrangers) des tables dressées pour le somptueux buffet.

Jaden, accompagné de son maître, rejoignit son copain qui avait retrouvé la famille.
- Une cérémonie très bien menée : courte, simple, un peu d'humour, un peu d'émotion, commenta le maître Jedi.
- Ce qui compte, c'est qu'elle ait atteint son but, répliqua W'aarr.
- C'est le cas, je pense : tout le monde était prêt à y croire. Depuis quelque temps, toutes sortes d'histoires circulent sur '‘ceux qui brillent’'. Il y en a même une qui parle d'un Jedi de jadis investi, le temps d'une mission, du même pouvoir que celui de Jas…
- Une histoire vraie ?
- Je crains de ne pas avoir retrouvé, dans nos archives, l'origine de ce conte, mais…
Luke jeta le plus bref des regards soupçonneux sur Venom qui lui répondit d’un sourire éclatant puis, baissant la voix, il s'adressa à Jas :
- Je sais que ce doit être très pratique pour lire sous les couvertures jusque tard dans la nuit, mais n'abuse pas, hein? 
- Pas besoin : J'ai une lampe pour ça !

Zut, il s'était encore grillé ! Un regard en coin à sa mère qui fit semblant de n'avoir rien entendu.
- Dois-je comprendre que vous n'êtes pas dupe, demanda Sasha.
Luke se permit un sourire:
- Les filles ayant déjà d'incroyables talents, pourquoi pas Jas ? La seule différence, c’est que les exploits des jumelles n’ont eu que très peu de témoins, qui plus est des gens qui sauront se taire. Jas, par contre…
- Ce sont bien Ceux Qui Brillent qui m'ont montré comment faire, objecta le garçon.
Le Jedi lui fit un clin d’œil  et réduisit sa voix à un murmure:
- C’est vrai, et c’est bien pour cela que tous ces gens croiront à votre petit conte, W’aarr. Mais c'est ton pouvoir qui t'en rend capable, Jas.
- Bof, j'ai mieux : des trucs qui risquent pas de griller mes fringues, au moins, répondit celui-ci avec aplomb.
Le Jedi sourit, puis :
- Il vaudrait mieux que je rejoigne les officiels. J'ai prétendu accompagner Jaden. Amusez-vous bien, les garçons, salua-t-il !
- tiens, puisqu'on en parle : on peut y aller ?

Ses parents se contentèrent d'acquiescer : les deux garçons filèrent à fond de train rejoindre les autres et toute la petite bande fila vers le pavillon, la musique, les spectacles, les jeux et le festin qui les attendaient.
- Bon, si on allait saluer les VIP ? Pas trop longtemps, Thalie et moi on a une représentation plus tard dans la soirée.
- Jonglage et prestidigitation au programme, sourit Thalia qui répétait son numéro depuis une semaine.
- Et après, un petit festin à la herrianne, enfin si ces gloutons n'ont pas tout avalé  avant qu'on arrive, précisa son époux en suivant d’un œil attendri la meute qui se précipitait vers le buffet.

Markus préférait manifestement la joyeuse compagnie des braves herrians à celle des Officiels.
Luke, cette fois, resta impassible : il devinait que, parmi les innombrables costumes que le clone de Palpatine endossait ou avait endossé, – Le corsaire Jango Hyx, l’impitoyable Venom, l’affairé Capitaine de l’Amber Star…- c’était dans celui de père ou de voisin qu’il était le plus à l’aise.
C’est peut-être dans ces moments-là qu’on entrevoit sa véritable personnalité, espéra-t-il.
Mais une partie de lui en doutait. Il garderait un œil vigilant sur l'étrange clone, comme il l'avait fait depuis la bataille de Coryndon.





Complot familial.

Il n'y avait pas foule à l'astroport, et le petit groupe avait pu rassembler deux tables du petit restaurant et s'était installé pour prendre un bon gobelet de jus de kilao et une portion de gâteau aux cinq nectars avant le départ : Venom, Thalia et leurs enfants s'apprêtaient à partir sur Coruscant pour comparaître devant la commission sénatoriale, comme ils l'avaient promis à l'amiral.
Luke Skywalker, qui devait témoigner lui aussi, les accompagnait avec son nouvel apprenti Jaden. Le Fyrren était un peu en retard car il avait dû faire un aller-retour impromptu sur Hyborria pour faire réparer un stabilisateur défecteueux.
- Vous comptez rester longtemps sur Coruscant ? Demanda Sasha pour meubler la conversation.
Il était un peu mélancolique, ces derniers temps…
- On a des contrats à signer, mais nous ne reprenons nos fonctions que dans quelques semaines : en attendant, on va en profiter pour faire un peu de tourisme en famille, répondit Thalia.
- Cette comparution ne semble pas vous perturber outre mesure.
- Bah, tout s'est déjà joué en coulisses : on a l'immunité, on sait déjà ce qu'on peut dire ou ne pas dire… Bref, encore des cérémonies ! Soupira Venom
- Ouais ! J'espère quand même trouver un moment pour reprendre ma conversation avec l'ex-inspecteur général X'lal. Il est toujours sur Coruscant. Et encore libre !
- Il a de très bons avocats et connaît toutes les ficelles, suggéra le Jedi
- Il finira bien par épuiser tous ses recours, affirma Sasha
- Et là, une seule solution : La fuite !
- ah, c'est pour cela que tu amènes ton chasseur en plus du Red Ghost !
- J'ai dans l'idée qu'il me sera utile.

Jas était bien silencieux, absent, rêveur. Un petit sourire nostalgique, les yeux dans le vague, le menton posé sur sa main en coupe, il traçait de son doigt des figures sur la table . N'étaient-ce pas des cœurs ?
Ce matin, le Miracle était reparti pour le secteur corpo avec son équipage. Cath, l'hôtesse du bord avait enfin réussi à lui extorquer un chaste baiser et lui avait murmuré quelques mots à l'oreille qui avaient paré ses joues d'un joli rose.
- Une promesse, mais chut ! avait consenti à révéler son père tout sourire, qui avec son ouïe hyper sensible avait tout entendu. Heureusement, Thalia avait sermonné les jumelles et elles avaient fini par arrêter de chanter sur tous les tons :
- Jas est amoureux, Jas est amoureux !

Pour meubler, le Jedi posa la question qui tue :
- Tiens, à propos d'amoureux, que devient Berylle ?
Sasha eut tout à coup très envie de partir avec eux.
- Déjà de retour sur Coruscant ! Son ancien chef de service a été promu inspecteur général à la place de X'lal et l'a harcelée jusqu’à ce qu'elle reprenne son poste et la direction du service !
- Inspecteur-chef Berylle Sirius, c'est sûr, ça fait bien dans un CV ! Tu va voir qu'elle va finir Inspecteur général ! Remarqua Thalia.
- Mouais…
Maintenant, c'était Sasha qui dessinait, les yeux dans le vague.
Thalia reprit, comme si elle venait d'avoir une idée géniale :
- Tiens, à propos de CV… Il ne manquerait pas quelque chose au tien ? Tu n'as jamais fréquenté le Sénat ! Voila une idée à creuser : tu pourrais, je ne sais pas moi, devenir assistant de Belek ?
- Il est vrai que connaître les rouages de cette institution serait fort utile à un dirigeant local, remarqua pensivement Skywalker.
Markus renchérit :
- … Le Sénat et sa politique de merde, c'est très formateur : on y apprend à mentir, à esquiver, à calomnier, à fomenter ou déjouer des complots… Un espion devrait s'y sentir comme chez lui ! Tu devrais en parler au Vieux !

Bien entendu, Venom et Thalia omirent de préciser qu’ils en avaient déjà discuté avec Markus senior. Mais Sasha, décidément très atteint, ne soupçonna rien.
L’aîné laissa à son '‘petit frère’' le temps de la réflexion, puis ajouta, malicieux :
- Il paraît que les loyers ont encore augmenté, là-bas. Et un assistant, c'est pas cher payé. Faudra peut-être que tu trouves un – une- Coloc'…

Le visage de Sasha s'illumina.
Tout le monde fit des efforts méritoires pour de pas sourire. Jas, sentant un changement d'ambiance, releva un œil distrait puis, rassuré, reprit ses rêves et ses dessins.
N°1, qui arborait maintenant le rameau de kaï comme ses collègues, approcha pour annoncer :
- Cette fois, le Fyrren est prêt. Dédeux a supervisé l'embarquement de votre chasseur, Maître Skywalker, il vérifie que tout est en ordre et vous attend sur place.
Sasha salua tout le monde, fit la bise aux filles, serra la main de Jas (qui lui laissa, ô miracle, les doigts intacts), remercia Luke pour ce qu'il lui avait enseigné ces derniers jours.
- C'est moi qui devrais vous remercier de votre patience : il y a des années, je vous avais promis de vous apprendre deux trois trucs de Jedi, vous vous souvenez ? J'ai été un peu long à tenir ma promesse.

Sasha les regarda embarquer, salua une dernière fois et resta jusqu’à ce que le Fyrren ne soit plus qu’un point dans le ciel. Il demeura silencieux un moment.
- Tu sais SyDney, cette idée d'un stage au sénat…
- … Tu devrais en parler tout de suite à Grand-père, suggéra celui-ci.
- Tu as raison, je l'appelle dès qu'on est rentrés !
- En fait, j'ai déjà appelé, il nous attend, reprit imperturbablement le droïde .
Sasha était trop heureux de son (!!!) idée pour soupçonner une conspiration !
L'amour est aveugle, aucun doute




Notes
1 Un personnage d' « un trésor au bout de la route », la série relatant les aventures du célèbre pirate au Chapeau de Paille. Apparu dans la dernière saison, il serait le grand-frère du Pirate :siffle:
2 Avez vous remarqué le petit changement ?
3 Les plus proches copains et copines de Jas sont des enfants adoptés :perplexe: . Et leur parrain est, je vous le donne Émile… Markus Vega an-Herrion ! :sournois:


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 23 Sep 2018 - 21:48   Sujet: HoH, lv5: Vengeances chap 1

Un livre V? C'est un peu exagéré: il n'aura que quatre chapitre et un épilogue. Mais je ne savais quel nom lui donner.
Donc:

Livre V: Vengeances




Chapitre Un : Destination Coruscant







En route !
Les filles vinrent faire la bise à tonton Sasha, Jas lui serra mollement la main ; il était tout chose, Jas  depuis que Cath, la très avenante hôtesse du Miracle -reparti ce matin pour le secteur corpo-, avait réussi à lui extorquer un chaste baiser. Depuis, il était perdu dans ses rêves, lui, le Héraut de la Forêt, le favori de ‘ceux-qui-brillent’, le- nouveau- petit héros d'Herrion, le célèbre 'garçon-qui-brille' qui venait de ‘restituer ses pouvoirs à la Forêt’ lors d'une spectaculaire cérémonie, n'avait même pas réagi quand ses sœurs avaient clamé sur tous les tons :
- Il est amoureux, Jas est amoureux !'
Venom faisait d'immenses efforts pour rester imperturbable et ne pas faire apparaître sur ses lèvres ce sourire qui brillait dans ses yeux, Thalia faisait d'immenses efforts pour ne pas laisser transparaître sa jalousie de mère : son petit varg chéri grandissait, elle le savait, mais il avait encore le temps de devenir un grand, non ?
Tout le monde embarqua sur le Fyrren, la commission d'enquête du sénat les attendait.
Thalia s’inquiétait encore pour son cousin :
- Tu crois que Sasha va suivre notre suggestion ?
- Il ne va pas la suivre, il court déjà devant ! Il sera à Coruscant auprès de sa chérie avant même que nous en soyons repartis ! Et il va adorer bosser au Sénat : complots, combines et magouilles, il va s'y sentir comme un poisson dans l'eau !
- Moui... Les complots ne l'amusent que s'il peut les déjouer, tu sais…
- il en aura des occasions, des tas !
- bon, il faut que je révise ma déposition. Tu vas respecter le texte, toi ?
- En gros, oui ! Mais je compte bien en profiter pour faire passer quelques messages.
- Comme ?
- Oh, sur des petits détails… Des articles de lois particulièrement stupides, ce genre...
- Comme celui qui interdit à un honnête particulier l’achat d’un super destroyer ?
- Un super destroyer, que vas-tu chercher là ? Pfft ! Son entretien coûte les yeux de la tête ! Et la solde de l’équipage, tu y a pensé ?





Son nom est BONES
Tatooine, port de Mos Eisley 
Les contrebandiers étaient de retour et la cantina de Chalmun avait retrouvé son animation d'antan ;
Dans une des discrètes alcôves, Bugges Holam, bien calé contre le mur et ses sens en éveil, dégustait son brandy corellien en attendant un client. Il y avait beaucoup de nouvelles têtes, mais l’ambiance était la même qu’au bon vieux temps, cette époque bénie où Jabba faisait la loi sur ce tas de sable !
Un soudain silence l'alerta : il en fallait beaucoup pour faire taire les aventuriers et criminels endurcis qui fréquentaient les lieux. Quand il identifia la cause du silence, sa main droite, cachée sous la table, se crispa sur la crosse de son blaster. Six droïdes à l'aspect peu engageant encadraient une très longue, haute et étroite boîte métallique montée sur répulseurs. De face, elle faisait penser à un cercueil disposé debout contre un mur. Un de ces sarcophages que certaines cultures humaines ou proche humaines utilisaient pour enterrer leurs morts.
Vu de profil, on se disait que le trou accueillant un tel cercueil aurait dû faire plusieurs mètres de profondeur.
L’étrange caisson, après s'être immobilisé à l'entrée, se dirigea droit vers lui.
- oh, non ! Pourquoi moi, marmonna-t-il.

Il envisagea un court instant de s'éclipser, mais il n'était pas recommandé d'irriter l'occupant de cette monstruosité métallique. Un impitoyable tueur à gages. À travers l'étroite fenêtre à l'avant, il distinguait déjà…
Quoi ? Ses yeux fluorescents dans le brouillard rougeâtre, deux fentes larges et étroites comme les feux de ce nouveau speeder à la mode, étaient tout ce qu'on apercevait de lui. On prétendait que seuls ses « clients » entendez par là les cibles des contrats qu'il acceptait, avaient l'ultime et douteux privilège de le voir hors de sa boîte.
Vérité ou rumeur ? Leurs squelettes calcinés ou les tas de cendres qu'ils laissaient en souvenir n'étaient plus en état de témoigner.
- Yo, BONES, fit-il, résigné. T'es sorti de taule ?
Il savait ce que l'autre voulait.
- YO, BUGGES, REMISE DE PEINE ! J'AI DES QUESTIONS À TE POSER : PARLE-MOI DU DERNIER COMBAT DE MON FRÈRE ! PARLE-MOI de RED1 !
Holam maudit la malchance qui l'avait fait passer sur Amber 22 au mauvais moment et commença son récit.





Lève-toi et marche !

Elle ouvrit les yeux, et se redressa brutalement, quelque peu désorientée. Il lui fallut quelques minutes pour s’extraire de l’étrange rêve. La passerelle désertée du Pearl, l’odeur tenace de composants brûlés, les alarmes sonores et visuelles saturant ses sens et, face à elle, de l’autre côté des baies de transpacier…
- Tout cela semblait si réel , marmonna-t-elle d’une voix éraillée. Mais…
Non, elle n’était pas dans sa cabine, mais dans une pièce faiblement éclairée.
Son lit ? Non, une table métallique recouverte d’un tissu brillant. Un simple drap à la place de la couverture règlementaire.
Et elle était vêtue d’une sorte de chemise qui lui rappela…
- La frégate médicale? J’ai été blessée ?
- On peut dire ça comme ça, Margarita. Ce sera la version officielle, en tous cas.

La capitaine Ante n’avait pas senti sa présence, mais la voix était plus que familière. Celle-ci poursuivit :
- Stopper un vaisseau bélier en lui fonçant dessus, c’est… Original. Soigner le mal par le mal, en quelque sorte. En tout cas, y a une centaine de Berels et quelques autres qui te doivent une fière chandelle.

Tout lui revint d’un coup : le Pearl, durement touché par une attaque suicide. Armement ? Hors service ! Plusieurs compartiments de vie endommagés. Sur les écrans -ceux qui fonctionnaient encore-, des points lumineux sur une trajectoire de collision. Leurs cibles? Q, la corvette Corellienne Adrasa, une canonnière Warrior endommagée… Et le Pearl !
Margarita Ante n’avait pas hésité. Elle avait ordonné :
- évacuation ! Tout le monde dans les capsules !
Mais elle était restée, fidèle au poste : Black Pearl agonisait, mais ses propulseurs étaient opérationnels. Elle s’était installée dans le siège du timonier et avait choisi sa cible.

La vérité s’imposa :
- Je suis… Morte !
- Bah, c’est pas la première fois que ça t’arrive, Margarita : tu sais bien que la mort, de nos jours, n’est pas forcément définitive…
- Capitaine ? C’est bien vous ?
- En chair et en venin ! J’voulais être là à ton réveil : c’est déjà dur de se réveiller dans un lieu inconnu, alors ressusciter… Je me suis dit que tu apprécierais une présence amicale.
Sa Majesté, une présence amicale ? Elle ne pouvait se faire à cette idée.
Non, pas lui, un de ses clones. Un clone très différent. Plus… humain.
- N’empêche, tu m’as bousillé un de mes vaisseaux. Qu’est-ce que je vais bien faire de toi ?
Une bouffée d’appréhension, vite dissipée : le jeune homme aux cheveux noirs lui souriait. Non, il ne ressemblait pas beaucoup à Sa Majesté. Plutôt à un de ces soldats de la guerre des clones dont elle avait vu des holos.
- Bon, faut que j’y aille sinon ILS vont se douter de quelque chose. Remets-toi vite ! Ah, tiens, un p’tit cadeau en attendant.
Margarita attrapa l’objet au vol et quand elle reporta son attention sur son patron, la porte se refermait déjà.


Le Fyrren, salon de la suite familiale
Markus sentit qu’on le secouait. Thalia !
- Eh, réveille-toi , l’holovid est finie!
- Et c’est l’heure d’aller au lit, renchérit Masha
- Eh, ho, j’dormais pas, je réfléchissais !
- Oui, c’est ça : tu réfléchissais les yeux fermés !
- Ben oui, je…
Jas, confortablement vautré sur la moquette, enfonça le clou d’une voix trainante :
- tu ronflais, pa’ !
- Ah ? Ben… Heu… C’est vrai, je suis un peu fatigué, mentit-il.
Non, il se mentait à lui-même, corrigea-t-il in petto ; il n’avait pas encore recouvré toutes ses capacités. La preuve !
Thalia l’avait compris :
- Le docteur du Main Froide t’a bien dit qu ‘il te faudrait du temps pour te remettre complètement, mon chéri.
- Oui, pa’ tu as été très malade, tu sais, rappela Jaïna
- Il faut te RE-PO-SER, insista sa jumelle.
- Vous avez raison, mes amours. Vous savez quoi ? Allez vous coucher, les filles ! Je viens vous fais un bisou et après, moi aussi je vais au lit !

Loin de là
Margarita manipula l’objet et découvrit bien vite sa fonction : une holo jaillit du projecteur, un enregistrement :
- Va falloir que tu lui trouves un nom. J’suis pas très inspiré, en ce moment.
Un nom pour qui ? Pour quoi ? Le visage du boss laissa la place à…
- Oh oui, je crois que je peux trouver mieux comme nom de baptême que « Tête de Nœud », ou « Cours après Moi », patron. Et une peinture plus appropriée : d’abord, faire disparaître ces ridicules flammes jaunes…
C’est avec un sourire ravi que la Capitaine Margarita Ante, seconde du nom, se rallongea en attendant les médics. L’objet de ses rêves tournait sans cesse dans le champ bleuté. Son prochain commandement.




Héritage
Le Treasure Hunter, en orbite autour de Nar Shadda, la Lune des contrebandiers.
Ce n'est pas sans un certain malaise que Bagan Hek'tek, pirate Bothan -mieux connu sous le nom de « n'a qu'un œil » depuis une malencontreuse rencontre avec une escouade de stormtroopers-, attendait son « invité » dans le hangar de son vieux croiseur Kaloth.
Son sarcophage à peine débarqué, celui-ci demanda :
- TU AS PU LE RÉCUPÉRER ?
- Sans problème avec les documents que tu m'as fourni, BONES ! Mieux, les ateliers d'Amber 22 ont réparé la brèche et l'ont remis à neuf ! Et rien à payer !
- TIENS DONC ! TU PEUX CONSIDÉRER QUE TA DETTE EST PAYÉE, BAGAN !
- J'en suis ravi, mais… la Reine…
Bagan n'osa pas aller plus loin.
- TU NE ME FAIS PAS CONFIANCE, BAGAN ?
La voix de métal glacé pouvait devenir encore plus glaciale, constata le pirate qui n'insista pas.
- Si, si, bien sûr, BONES.
- C'EST MIEUX AINSI !
Le sarcophage flotta vers l'Aube Rouge, mais ce n'est qu'après le décollage du vaisseau que le pelage hérissé du bothan retrouva son état normal.
- j'espère pour lui qu'il tiendra compte du message.
Sur le tableau de bord, il avait trouvé un court message destiné au tueur : un carton blanc gaufré ou était écrit : « C'EST OFFERT PAR LA MAISON. FAIS LES BONS CHOIX, BONES. »
Un carton décoré d'une araignée noire.





Breaking News !
Studio de la B.S.G.N (Bright Stars Galactic News)
- Et nous retrouvons notre envoyé spécial au Sénat. Kel Kel, vous m’entendez ?
- ……. Oui, Ju’L’ed, je vous entends bien !
- C’est aujourd’hui que doivent reprendre les audiences de la commission spéciale du Sénat sur les massacres des mondes ReHab avec, je crois, un témoignage très attendu.
-…… Oui, Ju’L’ed, alors que s’achevait l’audition du célèbre et victorieux amiral Darpa, nous avons pu saisir au vol l’arrivée du fameux ex-pirate Venom, dont certains ont prétendu qu’il était un clone de l’empereur Palpatine.
La holo montra l’arrivée d’un gros speeder aux couleurs du sénat, attendu par le sénateur Belek Lissant-Herrion et un fort contingent de gardes du Sénat, qui escamotèrent rapidement le jeune humain aux cheveux noirs. Celui-ci eut juste le temps de se tourner vers les holocams, d’adresser un salut amical et un grand sourire aux journalistes parqués à quelques mètres
- Non, définitivement, non : il ne ressemble pas aux holos du sénateur Palpatine.
-…. tout à fait, Ju’L’ed ! Et j’ai eu l’occasion de le voir de près! D’après mes informateurs, il aura bientôt l’occasion de justifier ses actes devant nos illustres représentants. La B.S.G.N et son représentant seront présents à sa sortie pour tacher d’obtenir de lui les réponses que nos auditeurs attendent si impatiemment.
- Merci, Kel Kel ! À très bientôt. Et maintenant, tout de suite, la suite !


Darpa sur le grill !
Le sénat, commission d'enquête
- … Eh bien, comme je l'ai dit précédemment, ses compétences si particulières nous ont permis…
- Je ne vous demande pas de refaire votre rapport, amiral : je veux votre avis personnel sur le dénommé Venom.
Le sénateur du secteur Soze était un immense Berel, un géant parmi une race de géants… Il savait imposer son autorité, même à un amiral plus glissant qu'une anguille et plus roublard qu'un sénateur.
Et instinctivement, on lui faisait confiance.
Darpa respira un grand coup, puis se lança :
- Vous voulez mon avis ? C'est un plaisantin, un trublion, un rebelle indiscipliné !
Des propos brutaux et directs qu'il nuança immédiatement :
- Probablement à cause d' une éducation chaotique et inadaptée : une bonne école militaire par exemple, aurait pu corriger… Mais passons : ce garçon a pourtant un bon fond, comme on dit chez moi ! Il se complaît dans son rôle de voyou, mais…
- Mais ?
- … mais derrière le masque, c'est un gentil garçon, avec un bon cœur. Voila !
- merci, Amiral ! Comme je vous l'ai expliqué, mes chers collègues, les conseillers spirituels de mon peuple qui ont sondé son cœur ont fait les mêmes déductions, tout comme le grand maître Jedi Skywalker ! Et qui sait, comme le soulignait si justement l'amiral, si nous n'aurons pas encore besoin de ses compétences pour contrer encore une fois les maléfices des sorciers Doloriens. Gardons à l’esprit la façon ignoble dont ils ont su mener, contre leur gré, plusieurs de nos infortunés collègues hors du droit chemin !

Et voilà comment le Sénat s' absolvait de tout péché : il suffisait de tout mettre sur le dos des méchants de l'histoire :'' c'est pas ma faute, m'dame, c'est Dolor qui m'a obligé !''



Un pirate au sénat!
- Nous vous remercions pour la clarté et la précision de vos réponses, Capitaine ! D'autres questions, chers collègues ?
Les membres de la commission se consultèrent du regard. Personne n'en avait. Leur «  témoin » avait respecté à la virgule près les réponses convenues à l'avance. La Cour de Justice en avait pris pour son grade et tous les sénateurs se réjouissaient de la déconfiture de ces austères juges et de ces pompeux conseillers. Et ce n'était pas fini !
- Très bien ! Point suivant : l'accusation de détention d'une flotte privée. L'amiral Darpa, dans son témoignage, a décrit avec précision cette flotte et l'a qualifiée de, je cite :
« disciplinée, efficace, puissamment armée et très bien équipée"
Bien au delà de ce que nos lois permettent. Vous lui avez pourtant affirmé qu'elle respecte à la lettre, sinon dans l'esprit, la légalité. Je me fais l'écho de mes collègues pour exiger des précisions sur ce point.

Dans le public, l'Honorable Hokkolko, juge à la Cour de Justice Galactique qui jusque-là avait à peine suivi les débats se redressa sur son fauteuil. Il n'avait toujours pas renoncé à intenter un procès à ce soi-disant noble et honnête homme d'affaires… Ses voisins l'entendirent marmonner :
- Un vulgaire criminel… Un pirate ! Un horrible mutant ! S'il croit s'en tirer ainsi…
Face à la commission, le pirate répondit :
- Et je ferai tout mon possible pour vous satisfaire. Avec votre permission, je reviendrai dans un premier temps sur les lois en vigueur, puis justifierai point par point l'origine et la légalité de chacune des grosses unités engagées…
Puis-je utiliser l'holo projecteur pour ma présentation ?
- Faites, capitaine…

Quand le Capitaine Vega an-Herrion termina la première partie de son exposé, cinquante minutes plus tard, les dignes sénateurs et le public étaient dans un état comateux, et complètement perdus !
Le président de la commission frotta son visage et secoua ses Lekkus. Il n'avait guère écouté le témoin : l'avant-veille, ses juristes avaient épluché l'argumentation du jeune noble et n'avaient rien trouvé à redire : ils souhaitaient bien du plaisir au procureur qui s'attellerait à la tâche impossible de monter un dossier d'accusation. Le Twi'lek s'estimait comblé ; il avait vu le visage hautain et revêche de son ennemi intime, le juge Hokkolko se décomposer tout au long du monologue. Savourant d'avance son plaisir, Il se permit dans sa réponse une petite entorse au scénario :
- Votre stupéfiante connaissance des lois et de leur interprétation me laisse pantois. Nos juristes éplucheront cette brillante démonstration, n'en doutez pas. Néanmoins, je souhaiterais que vous reveniez sur un détail que je n'ai pas bien saisi. Vous avez cité à titre d'exemple l'acquisition et la requalification, douteuses selon vous, de quatre cents transports d'assaut devenus « patrouilleurs » Justice. Pourriez vous préciser vos arguments?

En face de lui, le juge semblait victime d'un malaise.
Le jeune Venom était vif, il saisit la perche tendue ; avant de répondre, il adressa un sourire amical à la victime désignée. Sourire amical, mais le regard… Tous savaient maintenant qu'il pouvait réellement tuer. Le juge se recroquevilla sur sa chaise.
- Honorable président, je crois que le Juge Hokkolko qui nous a fait l'honneur d'assister à cette audition, est plus qualifié que moi pour en parler, Il pourrait également en profiter pour dissiper un peu l'opacité qui a présidé aux transactions financières liées à ce contrat si particulier et qui n'honore certes pas la haute institution qu'est la Cour Galactique.
- Nous n'y manquerons pas lors d'une prochaine session de cette commission, trancha le grand Berel assis à côté du Twi'lek. Cher collègues, il est l'heure du déjeuner. Je propose une suspension des débats !
Le Twi'lek consulta ses collègues et annonça :
- la séance est levée, elle reprendra dans deux heures !

Lors de la reprise, le juge brillait surtout par son absence. Une envie pressante de voyager ?
La seconde partie de l'exposé fut beaucoup plus passionnante, mais le témoin se permit lui aussi dans sa conclusion, quelques petites entorses au scénario :
- … Certains m'ont reproché d'avoir une flotte de guerre privée. J'espère vous avoir rassuré sur ce point et démontré que les modestes forces que j'ai pu rassembler dans l'urgence étaient toutes légalement enregistrées.
Mais puisque nous parlons de flotte, que dire de l'attitude de la cinquième flotte au moment du siège d'Amber 22 ? Je ne parle pas d'Herrion, ce cas était très différent, mais cette station est une étape majeure de la voie Hydienne, recevant jusqu'à 45 % du trafic longue distance, elle abrite un relais Holonet capital pour les communications de quarante secteurs. Et voilà qu'une flotte, comprenant cinq croiseurs moyens Strike, mais surtout trois croiseurs lourds – des antiquités je le concède, peut se permettre de l'assiéger et de bloquer plus de 500 vaisseaux appartenant à 24 compagnies différentes !!
Une flotte privée ? Même pas : une flotte sans aucune immatriculation !!
Une telle flotte peut circuler et agir impunément, et on empêche des compagnies respectables et bien établies de se doter de moyens suffisants pour se défendre ? Je me fais ici la voix de ces compagnies respectables, comme Orion traders, Delta transport, et même de la filiale de transport de notre concurrente, la KMM et j'en profite pour vous demander respectueusement, augustes sénateurs, de réfléchir à un assouplissement de cette loi.




Les médias, les Mêêdias
- …. marqué la fin de l'audition de Markus Vega an-Herrion. Et maintenant, quelques mots saisis par nos reporters au sortir du Sénat
- … Une médaille ? Mais que voulez vous que j'en fasse ? Au départ, je suis accusé de tous les crimes imaginables, à l'arrivée on me propose une médaille ! Décidément, je pige que dalle à la politique, et vous ?
- Vous avez tout de même réussi à faire échouer un complot dolorien, et à éliminer une bonne vingtaine de ces sorciers maudits !
- J'ai pas de mérite, j'ai été créé pour ça ! N'empêche…
- Oui ?
- … Je suis content d'avoir aidé l'amiral Darpa à éliminer un réseau de trafiquants d'esclaves… J'les aime pas ! J'ai été esclave, vous savez…
- Nos auditeurs l'ont appris.
D'autres reporters tentaient leur chance :
- Allez vous répondre à l'invitation de notre consœur Ogalan Berrit, votre épouse et vous-même ?
- Nous y réfléchissons sérieusement Thalia et moi, mais rien n'est décidé. J'ai toujours suivi son émission avec un grand intérêt, cela dit ;
- À propos d'invitations : vous étiez invité hier à l'ambassade de Mandalore… Serait-ce indiscret de…
- Oui, assez ! Non, j'plaisante ! Le Mand'alor ayant appris que j'avais perdu mon armure, a décidé de m'en offrir une plus solide ! Une vraie, forgée sur Mandalore. C'est un immense honneur ! J'en suis très heureux et très fier !
- Connaissez-vous personnellement le chef des protecteurs Mandaloriens ?
- Nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises. C'est quelqu'un pour qui j'ai énormément de respect.… Et j'ai des amis Mandaloriens, vous le savez déjà !
- Certains disent que vous lui ressemblez assez.
- Les cheveux, je suppose ? Pour le peu que je sais, j'ai hérité de quelques gènes de Jango Fett, son père ! Mais pas assez pour que nous soyons frères ! Cela répond-il à votre question ??
Un autre reporter parvint à placer une question :
- Venom, Venom, serez vous rétabli dans vos fonctions de Capitaine de l'Amber Star ?
- Oh, ça ? En fait, Markus senior a détruit ma lettre de démission sans l'avoir lue ! Je n'ai donc jamais vraiment quitté le poste : Il m'a juste accordé un congé sans solde. Et sucré trois mois de salaire en plus  pour ne pas avoir réagi assez vite aux accusations ! Il est sévère, mon pa' !
- Donc vous êtes bien à nouveau le Capitaine de l'Amber Star ?
- Je le serai dès que mon congé sera terminé. Mon épouse et moi allons prendre un peu de recul et passer quelque temps avec nos enfants, cette crise les a beaucoup éprouvés. D'ailleurs, si vous voulez bien m'excuser, j'ai encore une chance d'arriver à temps pour le coucher de mes filles !
- … faites leur une grosse bise de notre part à tous, Markus, conclut la commentatrice attendrie.


Et dire qu'elle ne bossait même pas pour la Bright Star!
- … Interrogé par nos reporters, le juge Hokkolko…





Rencontre avec un tueur
Coruscant, le corridor écarlate
Pensant la dernière heure de sa misérable existence arrivée, Gatoo le toydarien aux ailes percées affronta bravement son destin et fit un immense effort pour voler à la hauteur de la fenêtre de ce sinistre sarcophage.
Il rassembla tout son courage et se drapa dans son honneur rapiécé pour claironner son dernier défi :
- Elle est ma reine ! Je ne la trahirai jamais !!!
La réponse de BONES le prit de court. Après un court entretien, le tueur s'en alla, laissant son interlocuteur perplexe : avait-il bien entendu ?
BONES lui avait-il bien dit : MERCI?




Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 06 Oct 2018 - 20:54   Sujet: Re: HoH, lv5: Vengeances, chap 1

Désolé pour le retard, mais l'inspiration m'est venue en relisant un récit qui dormait - qui hibernait- dans un dossier oublié.
Bref, j'y ai consacré le peu de temps disponible, au détriment de ma publication plus du tout hebdomadaire :transpire: .

Voila tout de même le chapitre 2





Chapitre 2 : Malthus Verryn n'abandonne jamais.




Potins galactiques
Tout sur nos célébrités, notre magazine présenté par Myeilessaia D’Arcana et Ju’l’ed.

- Le sénateur Velox, contraint de quitter ses fonctions -pour raisons de santé selon le communiqué officiel-, aurait décidé, de parcourir la galaxie à bord de son immense et luxueux Yacht, le Klan. Ce grand amateur d’art serait en quête de nouvelles pièces pour sa collection de sculptures, l’une des plus belles de la galaxie selon les experts. N’est-ce pas, Myeilessaia ?
L’arbitre des élégances, la reine du persiflage, l’impératrice de la mauvaise foi, réussit à afficher une moue distinguée sans gâcher son abondant maquillage :
- Moui, si l’on considère le travail des humm… Tacherons de l’Empire comme de l’Art. De l’art pompier.
- Il possèderait cependant la série complète des monolithes du grand Kuub' Ryck et de son meilleur disciple C-Klarc.
- Complète ? Laissez-moi rire ! Il lui en manque six, au minimum. Détail savoureux, j’ai appris récemment que le Capitaine Vega an-Herrion venait d’acquérir de haute lutte, lors d’une vente aux enchères, l’une des pièces majeures de la série ! Vous devinerez sans peine, cher Ju’l’ed, le nom de son malheureux adversaire.
- Tiens ? C’est étonnant : le Capitaine de l’Amber Star, selon ses propres dires, ne se passionne guère pour l’art. Soupçonneriez vous une mesquine revanche ?
- Revanche, peut-être. Mais mesquine ? Surclasser un ennemi sur son propre terrain requiert un certain panache, n’est-ce pas ?

Myeilessaia D’Arcana, depuis qu’elle les avait interviewés, ne tarissait pas d’éloges envers le couple herrian ;
Elle avait choisi son camp, qu’elle défendrait contre vents solaires et supernovas, armée de son inébranlable aplomb et de sa totale absence de scrupules. C’est ainsi que son trillion d’holofans l’aimait.
- Puisque vous le dites, Myeilessaia… En attendant, souhaitons à monsieur Velox un prompt rétablissement.
- Oh, selon mes correspondants, il se soigne activement avec quelques excellents médicaments comme le fameux Cognac bleu d'Abrax  ou le célèbre Whisky de la Réserve de Whyren et se console en relisant le courrier de la Ligue pour la Préservation de la Pureté de la Race Humaine qui, délicate attention, vient de l'élire président d'honneur lors de son congrès annuel.
- Un honneur tout relatif, ma chère, mais qui, compte tenu de ses convictions, accélèrera à coup sûr sa guérison !

Ju’l’ed tourna sa tête aux yeux globuleux vers une autre holocam.
- Et maintenant, ma chère, parlons un peu du couple le plus en vue de ces dernières semaines, les « pirates » les plus glamour de la galaxie ? Après leur passage très remarqué dans le Talk Show « On parle de tout » de notre estimée consœur Ogalan Berrit, la popularité de Thalia et Markus a atteint des sommets. Pourtant, les petites piques assassines – fort spirituelles, au demeurant- de Markus sur l’inaction de la Flotte lors du siège d’Amber 22 a dû faire grincer des dents au grand état-major de la Flotte.
- Sauf les Mon Calamari, ça va de soi !
- À ce propos, notre envoyé spécial Kel Kel a assisté à la conférence de presse hebdomadaire de l’amirauté. Une réaction des amiraux, Kel ?
-… Oui, Ju’l’ed. Enfin, non : Interrogé lors de la conférence, le colonel Jo JerJerrod (1), porte-parole de la Flotte, a déclaré, je cite : «  Pas de commentaire ».
- Voilà des propos très forts qui, à coup sûr, vont relancer la polémique, Kel. N’avez vous eu vent d’aucun bruit de couloir, d’une petite rumeur croustillante ?
-…. Oui, Ju’l’ed… Eh bien, oui, je viens d’apprendre qu’une importante réunion se prépare à laquelle seraient invités des personnalités de la société civile : plusieurs sénateurs, le financier Munn Bar Damask, des économistes – tous spécialistes du secteur corpo-, le grand maître des Jedi Luke Skywalker, l’Amiral Darpa -pourtant jeune retraité- et, plus surprenant, le Moff impérial Howler, nouvel ambassadeur des Vestiges de l’Empire… Enfin, c’est une information à prendre au conditionnel, mais il semblerait bien que le Capitaine de l’Amber Star, Markus Vega an-Herrion, figure sur la liste des invités !
- Peut-être nos estimés amiraux veulent voir de leurs propres yeux l’individu qui les étrille à chacune de ses interviews.
- Humm… Sauf les Miraluka, ça va de soit !
- Si des faits nouveaux se présentent, n’hésitez pas à intervenir, Kel Kel !
Et puisque nous en parlons, chère Myeilessaia, des nouvelles de la famille Vega an-Herrion ?
- Elle profite de ses vacances, alternant loisirs et culture. Le couple le plus glamour de l’année a été vu, avec ses enfants, à Aqua-Park Coruscant, au tout nouveau Mortimer-World (2), au Zoo Virtuel de leur ami Lando Calrissian, bref, dans les meilleurs des innombrables parcs de loisir que peut offrir notre Capitale Galactique.
Mais la culture fait aussi partie de l’éducation des jeunes êtres : J’ai eu le privilège d’accompagner la famille lors du vernissage de l’exposition Crow Meugnon, qui vient juste d’ouvrir ses portes dans le musée des Arts Primitifs. Comme vous le savez peut-être, cet artiste, qui fabrique lui-même ses pigments à l’aide de produits naturels, ne peint ses animaux criants de vie qu’à même la roche où, à la rigueur, sur le perma-béton. Imaginez l’émerveillement des charmantes jumelles Jaïna et Masha quand l’artiste en personne, élevant sa torche -une vraie torche brulant du bois et de la résine- a révélé sa fresque et que…




Les réception de l’état-major...

Markus se demandait pourquoi il avait été « invité » à cette réunion du Haut commandement de la Flotte. Ça ne pouvait pas plus mal tomber : Thalia étant absente pour la journée – une affaire personnelle à régler- , il avait prévu de rester à la maison aujoud'hui. Il lui avait fallu trouver d’urgence un baby sitter . En ce moment, les filles s’initiaient à la peinture murale avec leur ami Crow Meugnon.
Avec un peu de chance, l’hôtel ne me facturera pas trop cher la nouvelle décoration de notre suite, soupira-t-il.
Ou alors ils sont partis chasser les créatures vongformées dans les bas-fonds de la planète, s’alarma le papa, qui s’empressa de chasser de son esprit cette idée angoissante.

Quant à Jas, il avait retrouvé son copain Jaden, venu sur Coruscant avec Luke. On pouvait compter sur le padawan pour éviter que la sortie des deux ados ne tourne à la catastrophe.
j’espère !
Au moins avaient-ils pu, les enfants et lui, faire les boutiques de la Place de l'Amitié, notamment celle d'un certain Toc Strat.
Il en parlait à son ami et banquier Bar Damask :
- Exactement comme vous l’aviez dit, Bar : un type louche, vendant des articles à l’origine douteuse, mais c’était précisément ce que je recherchais. J’ai déniché dans la boutique un magnifique ouvrage sur les poisons, trouvé paraît-il dans un tombeau de Korriban. Il est écrit en Sith ancien. Mon futur livre de chevet !
- Je vous l’avais bien dit : bien qu’il ait pignon sur rue, ce Chadra Fan est un des meilleurs recéleurs de Coruscant ! Attention, cependant : je le soupçonne d’avoir des accointances avec des sectateurs du côté obscur.
- Pas des doloriens, en tous cas : mes yeux n’ont rien détecté.
- Ah, dommage… Mais Les Sith existent toujours, vous vous en doutez. Il y en aurait quelques-uns sur Coruscant.
- Moui : des Sith perdus par la Tribu Perdue des Sith ? Des Sith pas perdus par leur tribu et laissés volontairement en embuscade? Je m’y perds, moi ! Heureusement, ça c’est l’affaire de Luke !

L’intéressé dressa l’oreille et approcha en entendant son nom et Markus lui adressa un grand sourire.
- Avez vous déniché un autre article digne d’intérêt, demanda le Munn  pour changer de conversation?
- Euh, oui et non : juste un vase datant, selon monsieur Strat, de l'Impératrice Teta ! Encore un exploit des jumelles ! Un agent des Sith, disiez-vous ? Mmmmmh… P’t’être bien, vu le prix qu’il m’a contraint à débourser !
- Les petites ont acquis un vase antique, s’étonna Luke?
- si l’on veut : en fait, Jaïna et Masha sont reparties avec le puzzle 3D le plus cher de la galaxie. Au moins, Strat a offert le tube de colle!
- Toc Strat ? Place de l’Amitié ? Louche, très louche ! Nous gardons un œil sur lui et sur ses étranges relations de travail, confia Luke.
- Ah, vous voyez, triompha le Munn, qui valait bien un service de renseignement à lui tout seul!
C’était probablement pour cette raison qu’il faisait partie des invités.
Et moi, pourquoi m’a-t-on invité ?

L'influence de l'amiral Darpa, officiellement retraité mais conseiller spécial du chef de l'État  ?
Celle du Moff Howler ? Celle de Luke Skywalker ?
Non, sûrement pas lui : les militaires n'avaient pas trop apprécié de se faire rouler dans la farine lors des événements de 44 !
Le jeune Capitaine de l'Amber Star (il avait officiellement repris ses fonctions) en voulait un peu aux amiraux : bien que son innocence ait été prouvée, la flotte de l'Alliance avait décidé de ne pas renouveler les contrats de transport et de maintenance qui la liait à sa compagnie. Ils n'avaient peut-être pas aimé qu'il égratignât au passage la cinquième flotte lors de son audition au Sénat ?
Certes, les écoles et centres de formation continueraient à former des techs et des pilotes de transport et les compensations financières étaient coquettes, mais comme il l'expliqua au Jedi – Damask était déjà au courant -, le coup était rude :
- J'ai anticipé bien sûr, et obtenu de semblables contrats pour six secteurs de la bordure extérieure qui ont une flotte à reconstruire après l'échec du coup de force de Verryn. Et je négocie avec deux autres ! Mes écoles techniques verront également leurs effectifs gonfler de 20 % à la prochaine session. Pas suffisant, mais nous avons heureusement le projet GIG.
- Avouez que vous n'avez pas été tendre avec eux, que ce soit au Sénat ou chez Ogalan Berrit, rappela le Jedi.
- on a été bons, hein ?
- Beaucoup d'émotion, beaucoup de sincérité, vous avez fait pleurer dans les chaumières, mais je crois que les amiraux n'ont pas apprécié les tirades les concernant.

Le Jedi n'en doutait pas : si le jeune homme s'était permis ces petites phrases assassines, c'est qu'il savait déjà que ses contrats seraient dénoncés. Mais comment ?
Damask ? Le Munn avait un réseau de renseignement privé très efficace dans les domaines des affaires et de la politique, mais beaucoup moins performants dans la sphère militaire
Markus avait donc des informateurs très haut placés à l'amirauté, comme il en avait au Sénat.
En avait-il aussi dans l'ordre Jedi ? Hypothèse saugrenue !
Le grand maître se promit néanmoins de vérifier.
Markus répondit :
- oh, pas grave, ils s'en remettront et l'Amber Star aussi ! GIG est déjà rentable et j'ai plein d'autres projets…

Il avait compté sur ce gros investissement dans la bordure médiane pour assurer la croissance rapide de la compagnie  et les premiers résultats étaient très prometteurs
Quant à ses projets… Des projets inaccessibles à une compagnie trop engagée auprès de l'Alliance ?
Luke était invité à la réception organisée le soir même par le Moff Howler. Elle serait probablement l'occasion d'annoncer de nouveaux contrats juteux concernant, entre autres, les deux nouveaux secteurs ralliés à l'Empire. Des secteurs enclavés, assez éloignés de Bastion.
Le Capitaine de l'Amber Star avait-il décidé de miser sur le développement de l'Empire ? Le Jedi n'était pas le seul à s'interroger sur la stratégie du groupe.





Des nouvelles de la famille.
La réunion commença enfin : elle était censée donner des éclaircissements sur la fuite du puissant Corpo Malthus Verryn.
- Amiraux, Officier, chers invités. Nous vous avons réuni pour vous informer des événements survenus il y a quelques jours dans le secteur corpo. Comme vous le savez, les dirigeants de l'ASC ont profité des revers de Malthus Verryn pour s'affranchir de son encombrante tutelle et démanteler l'État dans l'État que constituait son empire. Ils sont allés jusqu'à l'accuser de haute trahison.
Décidée à en finir avec lui et connaissant la puissance de sa flotte privée, même amputée de ses destroyers toujours portés manquants, l'ASC a envoyé une force considérable vers Verrana afin de « l'appréhender ».

Une holo détailla l'ordre de bataille.
La flotte en question comprenait trois destroyers de classe impérial II (les seuls de l'ASC), quatre croiseurs lourds ultra-modernes et une bonne dizaine de leurs vieux destroyers Victory sous-équipés avec une forte escorte de vaisseaux plus légers. Ils avaient aussi ressorti du cimetière neuf destroyers légers Recusant, que l'on croyait envoyés à la casse depuis longtemps.
Grave erreur, ne put s'empêcher de penser le jeune homme. La suite lui donna raison :
- Ce qui suit est une synthèse des quelques enregistrements récupérés dans les épaves et auprès des rares vaisseaux survivants… Il y en a eu, Verryn y a veillé.

La holo détaillait les phases de la bataille, mêlant schémas tactiques et prises de vue réelles.
La flotte de l'ASC cernait la planète et les défenseurs survivants de la bataille précédente semblaient trop peu nombreux. Pas pour longtemps : le géant surgi de l'Hyperespace ressemblait au squelette d'un animal monstrueux ; une lueur orange pulsait entre ses '‘côtes’' comme un feu qui couvait.
- Dame chance ! Cet engin est gigantesque, souffla quelqu'un en voyant apparaître les dimensions estimées.
- Il pourrait contenir deux bonnes centaines de destroyers impériaux, en serrant un peu, fit Markus, toujours pratique…

Huit kilomètres de long, c'était seulement la longueur de cinq ISD (soit 125 fois le volume en respectant les proportions) mais les rares super destroyers de cette longueur auraient paru maigrichons aux côtés du léviathan.
- L’équivalent de deux cents ISD mark II, c'est à cette aune que nous avions estimée sa puissance de feu, intervint le chef d'état-major. Nous nous trompions !

La preuve vint en image : son ''super-laser'' -mais ce pouvait être tout autre chose- vint à bout en une seule salve des trois gros destroyers, puis il s'attaqua méthodiquement aux unités plus petites.
- Champ interdicteur, personne n'a pu s'enfuir.
Sans compter que les cerveaux droïdes des Récusant passèrent à l'ennemi, coupant toute retraite avec l'aide des forces de défense planétaires. Ils avaient été offerts par Malthus Verryn à l'Autorité du Secteur Corporatif fraîchement créée, près de 65 ans plus tôt !
- 65 ans et toujours fidèles à leur maître, admira Markus !

Les commandants des Victory survivants comprirent que leur seule chance était d'affronter le monstre de près. Tentative vouée à l'échec, car une force inconnue (un rayon tracteur?) les immobilisa le temps que le super-laser du monstrueux vaisseau les extermine. Les quatre gros croiseurs de son escorte -845 mètres, d'après les données- s’avancèrent ensuite pour finir le travail sur les petits vaisseaux.
- Ils n'ont laissé que deux corvettes, volontairement ! Des témoins pour l'Histoire…

Le bouquet final fut pour la planète : le tir visait le palais Verryn, mais il déchira la croûte terrestre sur près de mille kilomètres de diamètre, mettant à nu le manteau brûlant de la planète. Les spectateurs contemplèrent l'effroyable spectacle des lignes de fracture générées par l'onde de choc qui s'ouvraient partout dans la croûte planétaire, libérant des torrents de lave sur toute la surface.
- Un monde stérilisé… fit quelqu'un d'une voix blanche
- Un monde où toute vie a disparu, confirma l'Amiral de la Flotte ;
- Il est aussi puissant qu'un super destroyer Éclipse , murmura le Moff Howler, blême !
- Un peu moins, mais c'est bien suffisant pour détruire un monde!
- Pourquoi l'a-t-il détruit, demanda Bar Damask ? Avec un vaisseau comme celui-ci, il aurait pu imposer un accord à ses anciens collègues de l'ASC ?
- Peut-être à cause du « cadeau d'adieu » que les Yuans lui ont laissé en partant ? Suggéra le Moff Howler sans se permettre le moindre sourire.
- Quel cadeau ?
- Des bestioles offertes par leurs amis Naurutans. Une petite farce, ont-ils avoué. De petites vermines envahissantes qui se reproduisent à une vitesse phénoménale, mangent ou rongent à peu près tout : les systèmes électroniques, les tuyaux de fluides hydrauliques et ils considèrent les photorécepteurs de droïdes comme des friandises. s’ils sont inoffensifs pour les êtres organiques, ils ne sentent pas la fleur de Cath, si vous voyez ce que je veux dire. Bref, ils deviennent vite insupportables. Aux dernières nouvelles, même le palais était envahi !!
- Un p'tit coup de super-laser et fini la vermine ? Je doute que cette méthode fasse des émules, plaisanta Markus.
- Il y avait aussi cet autel, une colonne de matière inconnue canalisant la Force qui plongeait à plusieurs centaines de kilomètres dans le manteau en fusion de la planète. Le genre d’artefact qu'il vaut mieux ne pas laisser à l'ennemi, proposa le Jedi.
- Il nous a laissé un message où il avance d'autres raisons, affirma un autre amiral en enclenchant le projecteur holo.
Ceux-ci pullulaient dans les locaux, à tel point qu’on pouvait s’interroger sur les fonctions réelles de certains : responsables du projecteur ? Secrétaires ? Serveurs de Kav ?

Une nouvelle holo apparut et l’ex-maître du secteur corpo s’adressa à l’assistance d’un ton courtois, mais assez hautain. :
- Je n’ennuierai plus cette médiocre civilisation galactique, condamnée à s’effondrer sur elle-même ! C'est ailleurs, très loin d'ici, que je créerai ma Culture. Vous avez vu ce qu'il en coûte de s'opposer à moi : n'essayez pas de me suivre.
- D'après sa trajectoire, il vise une galaxie satellite, mais je reste sceptique, affirma le préposé à la holo.
- Une galaxie satellite ? Il ment, affirma Markus, empli d'une certitude glacée.
- Vraiment, Capitaine ?
- Obligé : quoiqu’il arrive, il a toujours un plan de secours ! Plusieurs plans.
Et il a forcément commencé quelque part ses expérimentations grandeur nature : il avait besoin de planètes pour cela ! Plusieurs planètes ! Et pas à des centaines de milliers de parsecs  de sa base ! De '‘sujets’' pour ses tests, aussi ! C'est pas pour rien qu'il trempait dans le trafic d'esclaves. Il ne va pas lâcher tout ça sur un coup de tête ! Il a d'autres planques, d'autres terrains de jeu dans cette galaxie, forcément !

L'amiral de la Flotte hocha la tête et intervint, dévoilant ses préoccupations :
- Qu'il continue ses douteuses expérimentations ailleurs ou pas, il a très probablement conservé des partisans dans le secteur corpo, ainsi que quelques repaires. Il a renoncé trop facilement, cela cache quelque chose : à mon avis, il ne tardera pas à reprendre le contrôle de l'ASC et de sa fortune. Je n’ose imaginer ce qu’il ferait du secteur Corpo s’il en prenait le contrôle direct.
- Une puissance économique et militaire, suggéra Markus ?
- Une super puissance capable de rivaliser avec l’Empire, s’inquiéta Howler.
- Ou avec l’Alliance, compléta l’Amiral.
- Les confiscations ont à peine entamé son immense fortune, intervint le Munn. Je pense qu’il n’a plus besoin du secteur Corpo ; les biens qu’il y a laissé ne sont plus que babioles pour lui. Mais il voudra se venger.
- C’est ce que je crains, confirma l’Amiral de la Flotte. Ah, Il a également laissé un message pour vous, Capitaine.
Il fit un petit signe au préposé.
Voilà donc pourquoi j'ai été invité !




Message personnel 
La voix se fit plus chaleureuse :
- ''Venom mon petit, je suis heureux que tu aies survécu ! Et dire que j'avais donné l'ordre de t'exterminer ! Une erreur de plus de ma part ! Je n'avais pas compris que tu avais été créé pour combattre cette monstrueuse entité. Elle est le mal, tu es l'antidote ! Et tes enfants sont aussi doués que toi !
Dorénavant je vous laisserai tranquille. J'ai atteint mon but, régénérer la famille : même la petite fermière herrianne s'est montrée à la hauteur. Votre tache n'est pas finie, elle se poursuivra tant que personne ne trouvera le moyen de chasser cette entité de notre univers ou de la détruire. Quant à moi, en guise de cadeau d'adieu, je vais en finir avec les Doloriens. J'ai aussi quelques petites surprises pour ta famille, mais pour une fois, elles devraient vous plaire ! je crois même que tu vas adorer ton petit cadeau ! ''
Un discours qui laissa son destinataire dubitatif :
- Les Doloriens ont essayé de le manipuler, ils vont payer comme l'ASC a payé. Les surprises ? Mouais, p't'être bien ; Pour le reste il ment, je vous dis !
Luke Skywalker demanda :
- Veux-tu dire, Markus, qu'il essaiera encore de nuire à ta famille ?
- C'est pas comme ça qu'il pense ! Selon son raisonnement tordu, il VEILLE sur la famille ! Le résultat le satisfait peut-être pour l'instant, mais je doute que ça dure !

Le jeune humain balaya l’assistance de son regard bleu acier et asséna :
- C'est un fanatique de la pire espèce : même lors de ses plus honteux forfaits, il a toujours été persuadé de faire le bien ! Et il veut le bien de la galaxie toute entière, pas seulement des Herrion !
Je doute que ses prochaines manigances vous plaisent, Luke !
Oui, il va nous laisser en paix ! Tant que cela lui sera utile, pas pour toujours ! Pas pour longtemps !
Je parlais du reste ! Je suis prêt à parier qu'il est lui-même toujours dans notre galaxie, peut-être dans l'espace sauvage, peut-être dans les régions inconnues… Pas aussi loin qu'on pourrait l'espérer.

Il se heurta à une certaine incrédulité…Mais pas de tous :
- Et qu'est-ce qui motive votre opinion, jeune homme ? Demanda l'Amiral Darpa, à demi convaincu.
- Les mouvements sur ses comptes bancaires, affirma Bar Damask. Il investit toujours massivement dans certains secteurs, comme la médecine ou les biotechnologies.
- Ses comptes bancaires ? Mais nous…
Damask interrompit l’officier, avec sur son visage, une expression qui pouvait passer pour un sourire :
- Je ne parle pas de ses comptes officiels, bien entendu.

Il n’en dit pas plus, mais quelques initiés hochèrent la tête. Ils ne l’avaient pas invité par hasard.
Markus reprit le flambeau :
- Des gens disparaissent un peu partout. Des fidèles de sa Culture, justement. Des labos secrets que je fais surveiller sont vidés de leur contenu et de leurs scientifiques. Où vont-ils tous, à votre avis ? Dans une autre galaxie ? Et surtout, il y a le trafic d'esclaves : Il a repris comme si rien n'était arrivé…
- Je peux le confirmer : les groupes épars ont déjà été réorganisés, même le Soleil Noir ou les Hutts qui tentaient de contrôler le marché ont reculé : quelque chose ou quelqu'un leur a fait très peur, confirma l’amiral qui avait activé la holo 
Il n'avait pas été présenté.
- Je me suis laissé tromper par sa trombine de gratte papier de seconde classe et son attitude effacée, souffla le jeune herrian au Jedi : c’est probablement un des pontes des services de renseignement.
Le « gratte papier » (3) fit mine de n’avoir rien entendu et conclut :
- … Et nous savons qu'un certain nombre de ces nouveaux esclaves… Disparaissent purement et simplement, eux aussi. Nous avons d'autres informations dont je ne peux parler ici. Les indices concordent : je pense que vous avez raison, Capitaine Vega an Herrion.
Le grand maître Jedi confirma :
- Moi aussi, Markus. Je sens que nous n'en avons pas fini avec lui !
- Vous me décevez, Luke ! J'aurais aimé une réponse plus rassurante, du genre : « mais non, petit, c'est ton imagination ! Regarde, il n'y a pas de monstre sous ton lit », répondit un Markus soudain maussade !
- Et qu'allez vous faire, maintenant, osa demander le chef d'état-major.
- Regarder sous mon lit tous les soirs avant de me coucher, pardi! Et vous devriez en faire autant !

Il avait l'air soucieux, mais il pensait surtout à sa Thalia qui avait quitté la planète pour régler quelques comptes.
Il n’était pas inquiet – pas vraiment-, mais avait prévu de la suivre discrètement, au cas où. Tout en s’occupant des enfants à la maison : une tâche facile pour lui. D’habitude !
Non, je ne suis toujours pas rétabli !Maudit cyborg !
Pfft ! J’suis tombé bien bas : incapable de faire deux choses à la fois, alors trois… 

Heureusement il avait trouvé, in extremis, un remplaçant.
Un autre genre de baby sitter, s’amusa-t-il.




Notes
1 Absolument rien à voir avec la célèbre famille d’officiers impériaux, hein ? Aucun rapport, promis, juré ! :wink:
2 Une franchise du célèbre Mortimer-Park de la planète Waldisné :wink:
3 Le patron de Deep Blue, le plus secret des services secrets de l’alliance.


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 14 Oct 2018 - 18:11   Sujet: Re: HoH, lv5: Vengeances, chap 2

.Un court chapitre pour prendre des nouvelles de quelques connaissances.



Chapitre 3 : Qui veut la peau de l'Inspecteur X'lal ?




Breaking news
Le système Jarvis, secteur Corusca.
Des coins paumés, des culs-de-sac, il y en avait partout. On n'aurait pas cru sans regarder la carte que ce système se trouvait dans le noyau, au cœur de la civilisation.
Malgré une navigation complexe, on n’était qu’à deux heures à peine de Coruscant, même pour un vaisseau peu rapide.
Dawnblade était tout sauf lent et son équipement holo était ultra-moderne :


Des retraites parties en fumée ?

« 
- L'Honorable juge Bean et les conseillers Minos et Rhadamante, fraîchement retraités de la Cour Galactique de Justice, espéraient bénéficier d'une très confortable pension. Hélas pour eux, suite à une erreur de manipulation - les responsables de leur fonds de pension nient toute responsabilité-, des documents justificatifs indispensables ont été « égarés ». Ne doutons pas que leur bon droit pourra être finalement prouvé. En attendant, selon leurs propres dires, ils se trouvent dans une situation financière délicate !
Nos chers juges ont bien du malheur, ces temps-ci et… Oui, Kel Kel, du nouveau ?

Le début de la phrase de l’envoyé spécial fut inaudible :
« - … Probablement prévenu de son arrestation imminente. D’ailleurs, Keres Lambert, doyen des inspecteurs généraux, a annoncé l’ouverture d’une enquête interne afin de déterminer l’origine de la fuite.
- La fuite de l’ex-inspecteur général X’lal ?
- elle était facile, celle-là, Ju’l’ed ! De plus, il n’est pas certain que ce flic présumé corrompu ait quitté la planète.
- D’autant plus que tous les astroports font l’objet d’une surveillance particulière et que… »

Red 1 coupa la retransmission.
- Une enquête interne ? Une surveillance des astroports ? Ils vont chercher longtemps, ricana-t-elle.
Surtout s’ils négligeaient les secteurs les plus mal famés de la ville monde. X’lal, en bon flic corrompu, y avait ses contacts mais aussi un hangar où il cachait son vaisseau personnel, enregistré sous une fausse identité.
Gatoo l’avait prévenue du départ du fugitif.
Si ce dernier s’attendait à être poursuivi, il avait tout faux !



La vengeance du tueur

Le système Jarvis, secteur Corusca, une demi-heure plus tard.
Jarvis accueillait une planète rocheuse à peine habitable. Un endroit retiré, ignoré, parfait pour qui veut s’amuser en toute discrétion. Une adresse que seul quelques privilégiés connaissaient : pour le prix -exorbitant- d’un minuscule studio sur Coruscant, il était possible de se faire construire un immense palais sous dôme, avec piscine et jardin tropical intérieur.
L'ex-inspecteur général X'lal y avait son petit chez-soi. Il avait soigneusement dissimulé l’existence de cette retraite, même à ses plus proches amis. Ici, il pouvait profiter sans témoin de son argent mal acquis et des cadeaux en nature des esclavagistes. La planque parfaite pour un fugitif.
Déchu de ses fonctions, ayant épuisé toutes ses ressources et astuces juridiques, il était maintenant recherché, avec une prime de cinquante mille crédits aux fesses. Il avait quitté Coruscant de justesse, prévenu de son arrestation imminente par un de ses plus fiables informateurs.
En récompense de sa fidélité, Gatoo le toydarien pourrait bientôt s’offrir des ailes neuves !

Il poussa un soupir de soulagement en sortant de l'hyperespace : d'après ses senseurs, il n'avait pas été suivi !
Son soulagement ne dura pas :
Non, il n'avait pas été suivi, mais il était attendu. Un TIE d'un modèle inconnu, un TIE peint en rouge.
- Yo, X'lal ! T'en as mis, du temps ! Contente de constater que tu as reçu mon message ! Prêt à reprendre la partie commencée sur Amber 22 ?

Une voix de femme, un chasseur peint en rouge… Red 1, alias Thalia Vega an-Herrion !
Pas de chance : il savait que le tueur qu'il avait fait libérer n'avait pas encore eu le temps de s'en occuper. Il était pourtant arrivé sur Coruscant deux jours plus tôt, d'après ses sources !
Mais, elle : comment avait-elle su ?
Lisait-elle les pensées ? Elle répondit à la question informulée.
- J'ai fait appel à mes vieux amis, certains diraient à mes sujets !
En y regardant de plus près, X'lal vit qu'un chapeau de paille était peint sur la carlingue. Il reconnut le symbole, l'un de ceux (comme le drapeau à tête de Mort) inventés par les auteurs d'une série à succès pour la jeunesse, mais très sérieusement adoptés par certains pirates.

En bon tenant de l'Ordre Moral, le Conseiller Nikkan avait lancé des poursuites contre les auteurs et les producteurs et X'lal avait diligenté une enquête. Un échec prévisible, mais qui les avaient fait connaître du grand public.
Red 1, la reine des pirates ? Il n’avait jamais pris au sérieux cette information.
- Au fait, petit cachottier, tu m’avais caché tes talents de pilote ! T'as été un triple as pendant la guerre des Vongs. Au moins, comme ça t'as une petite chance !
X’lal eut un sourire mauvais :
- Un duel ? J’en prends la gageure !

Sa navette, en apparence inoffensive, dissimulait des boucliers surpuissants et un armement ultra-moderne. Que pourrait un chasseur, un simple et fragile TIE, contre cet équipement ? Contre des missiles traqueurs de dernière génération ?
Aussi bonne pilote soit-elle, Red 1 n’avait aucune chance.
Vraiment ?
- Au fait, je ne t’ai pas présenté Dawnblade ? Le dernier petit bijou de Sienar : ils prétendent qu’il vaut tout un escadron d’intercepteurs TIE. Moi aussi, j’ai des missiles dernier cri! Bon, assez papoté : on commence ?
Le sourire d’Abominus X’lal s’effaça, mais il n’eut pas le temps de répondre :
- NON, fit une voix glacée. JE RÉCLAME MA VENGEANCE !

Un autre vaisseau approchait. En le reconnaissant, X'lal poussa un cri de soulagement. Thalia identifia également la carlingue bizarre : l'Aube Rouge.
- T'es qui, toi, fit-elle, un peu inquiète.
Elle était grande, elle ne croyait plus aux fantômes, mais…
- YO, RED 1, JE SUIS BONES… SKULL ÉTAIT MON FRÈRE !
- Ah… Et tu veux une seconde manche, c'est ça ?
- NON ! TOUT LE MONDE M'A DIT QUE LE COMBAT AVAIT ÉTÉ HONORABLE, QU'IL AVAIT ÉTÉ  BEAU !
JE TE SUIS RECONNAISSANT D'AVOIR FAIT RAPATRIER SES CENDRES DANS NOTRE MAUSOLÉE.
- Je souhaitais lui rendre hommage. Alors, que veux tu ?
- LUI ! C'EST LUI QUI A OBLIGÉ MON FRÈRE À TE CHASSER. UN CHANTAGE !
- Tu veux ta vengeance ?
- ET LA PRIME DE 150 000 !
- C'était 50 000, aux dernières nouvelles.
- PLUS DEPUIS SON ÉVASION !
X'lal, estomaqué, trouva enfin la force de protester :
- Mais… Mais… Je t'ai fait lib…
- TAIS-TOI, JE PARLE À MA REINE !

Thalia prit le temps de réfléchir. Elle ne connaissait pas ce BONES, mais ses revendications méritaient d'être prises en compte. Après tout, SKULL et quelques chasseurs de prime avaient été les seules victimes des agissements de l'ex-inspecteur…
- D'accord, je passe en second ! Vraiment désolée, X'lal, mais tu devras d'abord tenter ta chance avec BONES. Si tu gagnes, on reprendra notre conversation, OK ?
Et en plus, il l'avait appelée «  ma reine ». Un flatteur, ce BONES !

Mais il n'y eut pas de conversation. BONES était bien meilleur que son frère, constata Red 1, et X'lal était doué mais un peu rouillé. Après avoir adroitement esquivé les attaques de l'ex-inspecteur, BONES manœuvra pour tirer de très près une décharge ionique si puissante qu'elle grilla les systèmes de la navette mais aussi, probablement, le cerveau de X'lal.
- MERCI, Ô MA REINE, DE M'AVOIR ACCORDÉ MA VENGEANCE ! VEUX TU TA PART ?
- Le spectacle que vous m'avez offert était une récompense suffisante : ta victoire, ta prime !
Après une courte réflexion, elle ajouta:
- Veux tu ta part du butin ? Sa caverne aux trésors est à nous !
- ET SES ESCLAVES AUSSI ?
Le ton était quelque peu réprobateur
- Considère ses esclaves comme libres ! Et ils auront un tiers du butin, j'ai dit !
- JE TE RECONNAIS BIEN LÀ, Ô MA REINE ! JE M'ESTIME DONC RÉTRIBUÉ ! TU SAURAS EMPLOYER LE RESTE, MA REINE. NOUS NOUS REVERRONS !
- A plus, BONES !

Sans autre commentaire, le tueur récupéra les restes de sa proie et quitta le système…
- Mouais… Je sais même pas à quoi il ressemble, mon fidèle sujet !
Elle était surtout surprise de constater que certains prenaient au premier degré cette histoire :
- Reine des pirates ? C'était censé être une blague !
Un cargo déglingué plein de petits poilus à grosses dents surgit de derrière la planète.
- Vous voilà, les enfants ! Vous savez quoi faire, hein ? Je vous laisse, j'ai juste le temps de rentrer pour la réception !
L'ordinateur de bord traduisit  la réponse:
- à ton service, Ô ma Reine !
- Ah, Même les Ewoks s'y mettent, maintenant !

Thalia fit ses calculs : elle aurait largement le temps de s’offrir une bonne vapodouche – peut-être pas toute seule- et de s’habiller avant la réception donnée à l’ambassade impériale.
Elle et son homme avaient fait inviter l’amiral Darpa. Ils trouveraient bien un moment pour le coincer dans un coin sombre: ils avaient deux mots à lui dire !
La vengeance est un plat qui se déguste froid, il ne perd rien pour attendre !

... ...

Un peu plus loin, dans un chasseur identique à celui de Thalia, Alcor Mereel désactiva ses missiles. Comme le prévoyait Venom – qu'il avait remplacé au pied levé- , il n'avait pas eu à intervenir. Il garda le camouflage activé pour s'éloigner et passer en hyperespace. Il se délectait déjà de ce qu'il avait entendu : Lors de leur prochaine rencontre, il avait bien l'intention de taquiner Red 1 en lui balançant des «  Ô, ma reine » à chaque réplique.
- Vraiment chouette, ce TIE ! Je me demande si…



Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 21 Oct 2018 - 18:58   Sujet: Re: HoH, lv5: Vengeances, chap 3

.

«  Les réceptions de l'ambassadeur sont réputés pour le bon goût du maître de maison. Un goût raffiné qui charme tous les invités. Grâce aux célèbres macarons corelliens au pak'pah de Mat Vador, des réceptions toujours réussies… »
Si l'ambassadeur du Nouvel Empire en a organisé une en l'honneur de Thalia et Markus Vega an-Herrion, c'est pour officialiser la signature de nouveaux contrats de fret attribués à l'Amber star et à la H.H.B ( la compagnie dirigée par Thalia) (1).
Il ne reste plus qu'un compte à régler. Cette fois, la cible est l'amiral Darpa ; quel terrible sort le couple infernal lui réserve-t-il ?



Épilogue : Cocktails et petits fours, un autre champ de bataille




Toujours en retard !
Markus Vega an-Herrion, en grand uniforme de l'Amber-Star faisait les cent pas dans le salon de la luxueuse suite que la famille occupait.
- Luxueuse ? Ça, c’est sûr ! Surtout avec sa toute nouvelle fresque murale signée Crow Meugnon, grommela le capitaine de l’Amber Star fraîchement restauré dans ses fonctions.

Certains animaux avaient un design assez enfantin, mais la signature était là, bien en vue : une grosse main en négatif, entourée d’ocre, accompagnée -une fois n’est pas coutume- de deux autres nettement plus petites
À tous les coups, la direction allait lui faire payer le prix fort pour nettoyer tout ça.
S’ils essaient de me faire payer la facture, je fais un scandale et…
Bah, pourquoi s’énerver : s’ils m’em… Bêtent avec ça, je rachète l’hôtel !
Ah, c’est vrai, les enfants ne sont pas là et ils ne risquaient pas de m’entendre.
Enfin, je crois…

Les enfants étaient partis assister à un spectacle, mais il avait comme un doute : Jas était capable de parler à son parrain ou a Wa’rrr sans ouvrir la bouche. Était-il devenu télépathe ?
Il regarda l'horloge en pestant : Thalia était rentrée à temps de sa petite excursion avec DawnBlade, mais elle mettait- comme toujours- un temps infini à se préparer. Ils étaient invités à une réception à l'ambassade impériale. Mais avant de rencontrer l'Ambassadeur, le Moff Howler tenait à parler seul à seul avec Markus. Ce dernier en devinait la teneur : l’empire avait un petit souci que Venom pouvait régler discrètement, sans faire de vague. Un petit service entre amis (2).
- Tu es prête, chérie ?
- Oui, presque, encore une minute, mon grand varg adoré !
Une minute ? Dix au minimum ! Heureusement, la connaissant, il avait un peu triché sur l'heure du rendez-vous. Ils seraient à l'heure, mais de justesse.
Pour tuer le temps, il brancha la holo:


Et maintenant, une émission de la Bright Star News, présentée par Cazira Omis :

« Célébrités d’un jour ou de toujours, leur gloire est passée !  Que sont-ils devenus ? "

« Les malheurs du juge Bean et de ses conseillers nous ont valu une avalanche de messages, nombre d'honnêtes citoyens s'indignant de leur triste sort. Nous vous avions tenus informés de leurs déboires avec le fonds de pension chargé de gérer leur capital retraite, nous vous avions relaté l'issue savoureuse d'un premier procès où un juge avait été contraint d'en débouter un autre.
L'actualité est ainsi faite, qu'une affaire en chasse une autre ; nous nous sommes longuement attardés sur les mésaventures du juge Hokkolko, capturé par de cruels pirates lors de son voyage vers son monde natal. Considérant que l'information primait avant tout, nous avons choisi de diffuser la holo envoyé par le capitaine One-Eye, malgré le caractère choquant et dégradant de certains passages : Voir un digne juge ravalé au rang de bouffon et contraint de faire le pitre pour amuser une bande de brutes a fait pleurer certains dans leurs douillets appartements, en a fait rire d'autres. La galaxie est ainsi faite !
Mais nous n'avons pas oublié le conseiller Dagon, contraint de démissionner il y a quelques semaines et qui, coïncidente troublante, a vu lui aussi ses économies partir en fumée après ce que des experts perplexes ont appelé, faute de mieux, un hoquet boursier.
Nous l’avions interviewé peu après ses déboires boursiers – dont il semble avoir été la seule victime et… »

- la seule victime ? Non, y a toujours des dégâts collatéraux, marmonna Markus.
Sauf que les autres – tous les autres- avaient été remboursés, il y avait veillé.
Il se concentra sur l’émission ;

«  … A-t-il trouvé une place dans un prestigieux cabinet juridique ?
A-t-il pu rassembler assez de crédit pour rentrer sur Corulag ?
Après de longues recherches notre envoyé spécial Alblonis Blanis l'a retrouvé et a pu l’interviewer.
Alblonis, c'est à vous ! 
- Merci, Cazira ! Pour les membres de la haute société, le niveau 750, c'est déjà les bas-fonds. Pourtant, ses habitants sont pour l’essentiel de petits artisans, des employés aux revenus modestes qui trouvent ici des logements à des loyers raisonnables. C'est peut-être le prix acceptable du mètre carré qui a poussé l’organisation caritative X-ADE à y ouvrir un dispensaire et un foyer pour sans-abris. Tout d'abord, quelques mots du directeur Pleab Depa
- Directeur, pourriez vous nous dire un mot sur les personnes qui trouvent refuge dans vos foyers ?
- Eh, bien, Alblonis, je commencerai par rappeler que ce foyer est ouvert à tous ceux qui acceptent de respecter ses règles, parfois pour un ou deux jours, parfois pour longtemps. Des familles expulsées de leur logement y trouvent refuge le temps de leur trouver une solution de secours : c'est une des missions de X-ADE. Des mendiants viennent pour un repas chaud ou une nuit tranquille et profitent de nos sanitaires pour rester propres. Chacun entre et sort quand il le désire. Nous ne faisons aucune distinction de race ou d'origine sociale, même si certains êtres, faute de moyens adaptés à leur physiologie doivent être redirigés vers des structures spécialisées : ici, l'air qu'on respire est seulement ce bon vieil air pollué de notre capitale et nous ne disposons d'aucun dispositif de gravité ajustable ou d'atmosphère contrôlée.
Notre but n'étant pas de garder nos hôtes éternellement, nous dispensons également des cours de remise à niveau ou tenons un registre des emplois, grâce à nos nombreux partenaires. Notre dispensaire tache de réparer les bobos du corps ou ceux de l'esprit. Nous coopérons également avec d'autres organisations comme «  Justice pour tous » ou «  Seconde chance ».
- Des activités fort généreuses, chers holospectateurs, auxquelles vous pouvez participer par un don de crédits ou en offrant tout simplement un peu de votre temps. Notez bien le numéro qui défile actuellement au bas de votre holo !! Tout aide, même minime, sera la bienvenue !
- Merci pour eux, Alblonis !
- Comme je vous l'ai dit quand je vous ai contacté, nous souhaitions un entretien avec le Conseiller . Vous nous avez confirmé qu'il était disposé à nous parler. Mais avant… Oserai-je recueillir votre opinion sur l’ancien juge ?
- Je n'ai pas pour habitude de m'étendre sur les secrets ou confidences de nos pensionnaires, Alblanis !
Tout ce que je peux vous dire c'est que Amos, après une période naturelle d'adaptation, s'est bien intégré au groupe et qu'il est fort apprécié des autres pensionnaires comme de notre personnel.
- Merci, Pleab. Et maintenant, une page de Pub ! »


Avez vous déjà eu l'occasion d'emprunter un élévateur ?
Oui, bien sur !
Même pour descendre d'une station orbitale jusqu'à la surface d'un monde ?
Avez-vous déjà flotté au-dessus d'une jungle, suspendu à un ballon gonflé d'air chaud ?
Avez vous déjà…


- Grumphhh ! Avez vous déjà rencontré ces charmantes bébêtes appelées Blades ? Elles vous délesteront de votre chair en moins de temps qu'il n'en faut pour dire miam ! Une expérience…

…. Inoubliable que seule Nippa et sa fabuleuse Tour des Nuages peuvent vous offrir !




- J'te'l'fais pas dire ! Ras l'bol la pub !Même si ça remplit les caisses ! Ah, ça reprend !
Le conseiller avait bien changé. Sa combinaison multifonctions un peu élimée aux manches et son tablier blanc y étaient pour quelque chose, mais c'était surtout son attitude qui surprenait.
« - Honorable conseiller Dagon, merci d'avoir accepté cet entretien.
- Oh, laissez donc tomber les titres, c'est du passé, et appelez-moi Amos, comme tous le font ici. »

Le tout assorti d'un sourire bien plus sincère que celui qu'il avait dégainé des milliers de fois en voyant une holocam ! Un visage où toute arrogance semblait bannie !
- Il a vraiment appris l'humilité, constata Markus !
- Qui ça, mon chou ?
- Amos Dagon! Ce connard de juge qui…
- Markus, allons, surveille ton langage !
- Quoi ? Les enfants sont déjà partis ! Ils seront à l'heure, eux !
- Nous aussi, mon gros varg râleur ! Comme d'habitude, tu as pris de la marge : il nous reste une demi-heure au moins et c'est tout près ! Mais c'est qu'il est attendrissant, ce petit juge ! On dirait qu'il a mis son racisme de côté ! Il aide même ses petits camarades pour leurs démarches administratives !
- Et en plus, paraît qu'il est très bon cuisinier ! Je suis très content, finalement : il est bien plus heureux comme ça, tu ne trouves pas ? Il finira par bosser pour « Justice pour tous », tu verras !
- Tu veux me faire croire que tu lui as rendu service en lui fauchant ses économies et en l'acculant à la misère ? Qu'est-ce que t' as fait du fric, d'ailleurs ?
- Lui rendre service, c'était pas mon but, mais après tout… Tout le monde a droit à une seconde chance. L'argent ? Ben…

Il montra le logo et le numéro de X-ADE qui défilaient, puis coupa la diffusion,
- On devrait y aller : cette fois, je n'ai triché que de 20 minutes, ma chérie !
- Tu t'améliores ! Et ses trois acolytes, ils sont aussi chez X-ADE ?
Donnant le bras à son épouse, ils se dirigèrent vers la plate-forme où les attendait un speeder-limousine.
- Euh… Non ! Tu savais que dans certaines civilisations de la Bordure extérieure, Minos et Rhadamante étaient les juges des Enfers ?
- Non, mais quel rapport ?
- Eh bien, on pourrait dire que ces deux-là sont rentrés à la maison.
- Quoi, tu ne les as tout de même pas …
- Non, non ! Ils sont toujours sur Coruscant, mais…
- Mais quoi, enfin !
- Il a raison Alblonis : le 750 c'est encore très loin des bas-fonds. Et les Enfers, c'est en bas, tout en bas…
- tu veux dire que…
La baie vitrée se referma sur leur conversation.

Maintenant, il ne restait plus qu'une affaire à régler : Venom avait pris soin de faire inviter l'amiral Darpa !





Les réceptions de l’Ambassadeur sont toujours réussies...

C'était une de ces réceptions comme l'amiral Darpa les détestait : petits fours et conversations mondaines. Il avait sa tactique pour décourager les casse-pieds.
Quand un militaire ne voulait pas être embêté, s'il était dans l'armée , il creusait des tranchées et posait des mines; s'il était amiral, il déployait tous ses escadrons de chasse et activait l'artillerie lourde.
L'équivalent, sur ce champ de bataille particulier, c'était une mine constipée et un air sévère : une attitude qu'il cultivait depuis ses débuts.
Très efficace en tout cas : bien qu'il se soit posté près de la table des desserts -il avait le bec sucré-, personne à part des militaires de haut rang n'osait l'aborder.
Mais ce n'est pas sans crainte qu'il vit un couple qu'il connaissait trop bien se diriger vers lui : elle en luxueuse robe de soirée assemblée sur mesure pour tenir compte d'un ventre qui commençait à prendre du volume, lui en  uniforme vert et or!
- Oh non, pas eux !
Il se dépêcha de croquer et de faire disparaître dans son estomac le délicieux macaron qu'il venait de chiper sur une pyramide en chocolat.
Red1 affichait un sourire timide :
- Bonjour, amiral.
- Mes respects, amiral. Si vous aviez la bonté de nous accorder quelques minutes…
- Oui, nous souhaitions vous présenter une requête, enfin, si cela ne vous dérange pas…

Des respects, ce trublion ? Il avait l'air bien timide, tout à coup ! Il avait quelque chose à demander, pour sur ! Quoi donc ? La mise à sa disposition de la cinquième flotte ? L'autorisation d'acquérir un superdestroyer ? La grâce de tous les pirates de la galaxie ? Non, ce devait être pire !
- Eh bien… Voila… C'est pas pour nous, c'est pour Luke.. Commença-t-elle en caressant son ventre.
- Mmmmh… Ce sera donc un garçon, l'encouragea l'amiral.
Toute intimidée, la redoutable pilote ! Elle essaya tout de même :
- Alors, voilà, heu…
Son époux la coupa net dans son élan:
- On voudrait pas vous froisser, surtout. Alleeez dis-lui, toi !
Il s’attira un regard noir, puis la jeune femme respira un bon coup :

Là, l'amiral s'attendait au pire!
- Oui heu… vous connaissez la coutume des prénoms, sur Herrion ? Oui ? Alors, voilà : on trouve que Jorus, ce serait bien.
- Mais si vous voulez pas, hein, intervint l’ex pirate.
- Pas d'objection, répondit l'amiral d'un ton neutre, mais secrètement flatté.
- Oh, merci, merci pour lui…
- C'est avec plaisir, se força-t-il à dire.
Il allait se détourner, quand il se rendit compte qu'ils avaient autre chose à lui demander.
- Allez, c'est ton tour…
- Oui, oui, j'y vais ! Allez, je me lance : Voila, on cherche aussi des parrains…
- Mais l'expérience nous a montré qu'avec nos enfants, il valait mieux partager les tâches : donc, deux parrains, deux marraines!
- Quyymaen, mon vieux pote le général impérial Quyymaen est d'accord.
- Tante Lisha, la vice-reine, veut bien être marraine.
- ça ne changera pas grand-chose, nos enfants sont toujours fourrés chez elle…
- Et Berylle Sirius aussi…
- c'est une super flic, elle saura le retrouver s'il part en balade à l’autre bout de la galaxie…
- Bref, il nous manque un parrain…On a pensé à vous en premier, mais on n'a pas osé vous demander, sur Herrion… Vous voudriez bien , dites?
Comme Darpa ouvrait la bouche, Markus leva la main :
- Attention, c'est pas de la tarte, c'est même éreintant !
- éreintant ? Jeune homme, vous oubliez une chose : J'ai une bonne douzaine d'aides de camp, jeunes et vigoureux, et je sais déléguer !

L'amiral se rendit compte de ce qu'il venait d'accepter...
Finalement, ce n'est pas une si mauvaise idée : peut-être arriverai-je à inculquer un peu de discipline militaire à ce petit Luke Jorus... Jorus Luke : On ne peut compter sur son rebelle de père pour la lui enseigner !
Ceux qui le virent esquisser l'ombre d'un sourire se demandèrent, à tort, s'il n'avait pas avalé par mégarde une drogue euphorisante (3).




Notes:
1 Et une petite claque au passage pour la Flotte de l'Alliance qui a annulé les siens !
2 Mais chut, ceci est une autre histoire  (le récit complet, c'est pour très bientôt !)
3 Pure médisance ! D'ailleurs, Thalia s' est gavée de macarons pendant toute la soirée (une envie due à sa grossesse ?) et son époux n'a rien fait pour l'en empêcher.



Et voilà ! Ceci clôt enfin l’affaire du Cœur d’Herrion.
J’ ose espérer que ce récit vous aura tenus en haleine jusqu’à la dernière ligne.
N’hésitez pas à me faire part de vos appréciations et surtout, de vos critiques : il y a toujours des passages ratés ou peu clairs, d’autres qui pourraient être améliorés.
Et des fautes ça et là, que je ne vois plus à force de relire :transpire:

Bonne lecture

..
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Précédente

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations