De la Haine, de l'Art et des méfaits du Cognac Bleu ! (OS)

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Ve'ssshhh » Ven 07 Déc 2018 - 21:01   Sujet: De la Haine, de l'Art et des méfaits du Cognac Bleu ! (OS)

.
Voici un one shot qui se déroule juste après "Le Coeur d'Herrion". ( Il était annoncé dans le livre IV: vengeances)
Il est donc préférable d'avoir lu ce récit pour situer l'action et les personnages.

J'ai tout de même prévu un petit résumé, pour aider un peu:
Spoiler: Afficher
en 46/47, un dangereux artefact a été volé sur la planète Herrion. Plusieurs membres de La famille du même nom se sont alors lancés à la poursuite du voleur avant qu'il ne soit trop tard. Mais celui-ci, le richissime et très influent Malthus Verryn a semé les embuches sur leur route, allant jusqu'à corrompre des juges et des sénateurs
Persuadé d’œuvrer pour le bien de la Galaxie, il était prêt à tous les sacrifices -surtout celui des autres- pour réussir. Mais, trompé par ses alliés Doloriens - de dangereux sectateurs du côté obscur-, il a failli précipiter la Galaxie dans le chaos et l'horreur.
Grâce à une alliance inédite entre impériaux et Jedi - et aussi au courage de nos héros- le Cœur est rentré à la maison, les "méchants" ont été punis.
Ah bon?
Pas tous!






De la Haine, de l'Art et des méfaits du Cognac Bleu !


Vive l'emp... Le commandeur suprême!
L'ambassade Impériale sur Coruscant.
Avant de rencontrer l'ambassadeur et de rejoindre la réception où le Tout-Coruscant les attendait, le Moff Howler s'isola quelques minutes avec Markus Vega an-Herrion, alias Venom (toute la galaxie le savait maintenant).
Sa fille, pilote d'élite, avait réussi à éloigner Thalia, l'épouse du jeune homme. À les voir faire de grands gestes et mimer des manœuvres avec leurs mains, elles parlaient de combats spatiaux, à n'en pas douter.
Venom ne fut pas surpris de ce qu'Howler lui annonça :
-…. Velox ? Il fallait s'y attendre ! Le sénat a été trop indulgent avec lui. Démission pour raisons de santé, peuhh !
- Je suppose qu’ils voulaient éviter un scandale.
- Ils ont ouvert le bouclier au-dessus de leur tête, ouais ! « C’est pas sa faute, m’sieur, c’est Dolor qui l’a obligé ! » Mais moi, je ne l’ai pas oublié : je garde toujours un œil sur lui, il ne perd rien pour attendre.
- Ce sont ses amis qui nous inquiètent.
- Y a de quoi : il a des partisans chez vous, des gens haut placés, vous le savez. Ils ne portent pas Jag dans leur cœur.
- L'Emp… Le commandeur suprême en est conscient et nous les avons presque tous identifiés.
- Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire ! Ce n'est pas la première fois que Jag fait tomber des branches pourries. Au fait, il s'est toujours pas décidé à revendiquer le titre ?
Le Moff cachait mal son embarras :
- c’est bien là que réside le problème. Car, voyez-vous…

Le Moff en finissait quand ils rejoignirent ces dames. Thalia entendit juste son époux annoncer, souriant et rassurant :
- … c'est promis, je m'occupe de tout ! Avec la plus grande discrétion ! À charge de revanche, hein ?

Jagged Fel n'aimerait pas devoir une faveur, même à un ami, mais le Moff se sentit soulagé : il s'en tirait plutôt bien !


Vive la Ligue
Station Valduna, à quelques parsecs des territoires des Vestiges de l'empire.
La Ligue pour la Préservation de la Pureté de la Race Humaine  avait préféré garder cette réunion secrète.. Seuls les responsables du Cercle Intérieur, la plus haute et la plus secrète instance de la ligue, étaient présents. Ils accueillaient un nouveau membre. Nouveau, mais, pour les participants, il avait toujours été des leur.
Le Moff Kellir Volmort, hôte de la réunion, fut le premier à accueillir le nouveau venu .
- sénateur Velox, bienvenue parmi nous !
La dizaine de personnes – tous des humains- réunies autour de la grande table applaudit à tout rompre leur héros. Selon eux, Velox avait été chassé du sénat pour avoir clamé haut et fort ses convictions pro-humaines et non pour corruption comme de perfides rumeurs le prétendaient. Il était maintenant recherché par la Cour Galactique de Justice ! Le monde à l'envers !!
Sa complicité avec les Doloriens ? Aucune preuve, juste des documents forgés de toutes pièces, des rumeurs, répandues par le perfide Venom !
Et puis, les Doloriens, quoique adeptes du côté obscur, étaient de purs humains, contrairement à ce mutant, ce… cette chimère génétique assemblée par des apprentis sorciers ! Une abomination !
Velox connaissait déjà plusieurs des membres, mais il n'aurait jamais imaginé y retrouver son vieil ami, le Viduc (vice duc, pas viaduc!) d'Atisia, comme lui originaire du secteur Senex, qui avait tant contribué à sa campagne électorale.
Celui-ci lui serra les mains avec effusion.
Il reconnut le riche industriel Seldon Harrash, bien connu pour ses positions contre le clonage, le célèbre docteur Jykkel et plusieurs autres qui avaient habilement réussi à cacher leur allégeance à la guilde.
Les impériaux étaient bien représentés : des militaires, des administrateurs…
Ils avaient de bonnes raisons de rejoindre la Ligue.
Lors de son discours d'accueil, Volmort ne se priva pas de le rappeler :
- … Les Banquiers Munn sont un mal nécessaire, je le reconnais, mais de là à en choisir un comme conseiller ! Ou de s'amouracher d'une Jedi ! Et l'armée…
La voix brisée par l’émotion, les larmes aux yeux, Volmort dut s’interrompre un court instant.
Il reprit enfin :
- L’armée elle-même est contaminée par la peste non-humaine : maintenant, les Aliens peuvent même intégrer les Stormtroopers !
- Où allons-nous, mais où allons-nous, sanglota Velox.
- Et le comble, intervint un général : IL a nommé un Kaleesh à la tête des forces spéciales !
- Déjà, les femmes aux commandes d'un destroyer, c'était dur à avaler, marmonna le colonel Musterd…
- … si nous n'y prenons garde, l'humanité sera réduite en esclavage, manipulée, génétiquement modifiée au gré des besoins, termina le moff, des sanglots dans la voix. Mais nous ne les laisserons pas faire !
- Vous avez donc pris la décision, répondit l'ex-sénateur, tout aussi affligé mais curieusement exalté. Le moment est venu !

Le colonel tapa du poing sur la table :
- Oui ! Nous allons frapper fort, glacer de terreur les ennemis de la race humaine ! La Ligue va agir pour le bien de l'humanité !
Velox, gagné par l'émotion collective, s'exclama :
- Ma vie, ma fortune, mes relations, mes vaisseaux ! Tout ce que j'ai ! Pour la cause sacrée !

À voir tant de larmes et de fraternité, comment se douter qu'ils allaient planifier le massacre de milliers, de millions d'innocents ?



Les Croisés
Station Valduna, trois mois plus tard.
Quatre corvettes et un croiseur lourd ! C'était la modeste force rassemblée pour inaugurer la croisade de la Ligue , mais d'autres se rassemblaient un peu partout et rejoindraient bientôt le combat.
Entretemps, les saboteurs et les commandos de Purificateurs, prêts à sacrifier leur vie pour la cause, s’en prendraient aux ennemis de l’Humanité: Jagged Fel serait le premier à payer ses sympathies pro-alien !
Puis les nouveaux maîtres d’un Empire Purifié se joindrait à la croisade !

Velox, investi de son Devoir Sacré, avait dépensé sans compter pour monter l'opération.
il aurait été prêt à payer bien plus pour l’honneur d’être le premier à frapper : les crédits ne manquaient pas , les Doloriens ayant toujours été très généreux. Bien plus que ce grigou de Verryn !
Il arpentait fièrement la passerelle dans son bel uniforme d’amiral de fantaisie, quand le capitaine vint faire son rapport :
- Le Reaper et le Squalus signalent qu’ils ont terminé les opérations de ravitaillement, Amiral ! Ils sont prêts à appareiller sur votre ordre. Le Bloodfin et le Hunger sont déjà prêts.
- Bien, très bien, Capitaine Larmus. Il est temps de frapper un grand coup ! La station médicale Serena sera notre première démonstration de force ! Des Kaminoans, ces cloneurs maudits, prétendent y soigner les corps ! En réalité, ils souillent chaque jour la pureté de la race humaine !

Les étoiles laissèrent la place aux traînées de lumière habituelles, puis à l'hyperespace.
La section navigation informa :
- notre transit durera quatorze heures, neuf minutes et 17 secondes, amiral !
Pour déjouer une éventuelle surveillance, les navs avaient programmé un itinéraire très détourné, loin des routes fréquentées.
- Parfait ! Rapport des escorteurs ?
L'amiral autoproclamé attendit les réponses, fit encore un tour d'horizon, puis partit peaufiner son plan avec ses amis : tout le Cercle avait tenu à assister à l'attaque. Inutile et peu prudent, mais il aurait fait comme eux ! Et puis que risquaient-ils ? Serena n'avait aucune défense !
Le Crane Rouge avait à son bord l'élite de la Ligue : officiers, équipage, dirigeants !
Tous méritaient bien d'être là quand le premier coup serait porté!

À son retour sur la passerelle, il annonça :
- Capitaine ?
- Oui, Amiral ?
- Huit heures de repos et détente pour l'équipage : je les veux frais et dispos pour l'attaque ! Ils auront fort à faire ensuite. Je me retire dans mes quartiers ! Nos invités ont déjà regagné les leurs.
- Bien, Amiral !

L'immense suite ressemblait plutôt à un hall de musée, empli d’œuvres d'art volées (pardon, acquises) sur des dizaines de mondes. Des sculptures, principalement réalisées dans la plus pure tradition de l’Art Officiel de l’Empire, que les ignares et les rebelles osaient qualifier de pompier.
L'ex-sénateur se laissa aller à une posture moins rigide, enleva la veste de son sinistre uniforme. Il ouvrit un petit cabinet, sortit un flacon, un gobelet en cristal naturel et se servit sa liqueur préférée, du cognac Bleu d’Abrax.
- Hummm… Délicieux !
La liqueur avait son arôme familier, mais avec… Un petit quelque chose en plus.
Il goûta une seconde fois…
C’était lui, ou elle était meilleure que d’habitude ? Il termina son verre, tenté de se resservir. Il le fit.
L'amiral, sirotant sa liqueur, circula au milieu de sa collection, s’attardant sur ses plus récentes acquisitions
- Hé, mais il en manque une !

La pièce la plus récente de sa collection, cet étrange monolithe noir où, suivant l'angle d'observation, apparaissaient des arabesques, des visages, des mondes, des paysages…
De l'art post Empire dans le style de l'école Kuub' Ryck, mais sans céder à la facilité où s’étaient fourvoyés certains de ses disciples. Savoir que son agent l'avait arraché de haute lutte à ce maudit Venom lors d'une vente aux enchères lui donnait une valeur particulière. Qu'est-ce que ce barbare, ce mutant connaissait à l'art ?

Il réalisa soudain qu’il n’était pas seul. Il y avait quelqu’un, dans l’immense canapé, face à la baie vitrée.
– Alors, comment vous trouvez ? La liqueur, je veux dire ? Je l’ai un peu améliorée : délicieux, n’est-ce pas ?
L'intrus passa la tête par-dessus le canapé, souriant…
Le verre tomba sans se briser sur l’épais et moelleux revêtement.
– Vous… Vous…
– Oui, moi, moi ! Moi !

Le nouveau venu, vêtu d’un uniforme d’officier de la Flotte Impériale, se leva, toujours souriant. Répondant à la question muette, il sortit de sa poche un tube qu’il agita entre ses doigts:
- Sasha n’a pas le monopole du déguisement, j’ai les mêmes gadgets que lui, vous savez ?
Comme l’ex-sénateur le fixait d’un air ahuri, il précisa :
- j’ai usurpé l’identité d’un aide de camp de votre ami Volmort.
- Vous… vous êtes venu vous venger ?
- Ah, oui, mais non ! Je ne suis venu en personne que pour récupérer ma sculpture, si ça ne vous dérange pas… Oui, celle que vous avez payé si cher ! Je vous l’ai vendue, en fait ! Trois fois ce qu’elle m’a couté, entre nous soit dit. Je savais que vous ne pourriez pas résister. Du coup, je me suis permis de glisser quelques gadgets dans son socle. Un traceur, entre autres…

Comme Velox restait muet, le clone se permit de commenter :
- Vous avez rassemblé dans votre collection quelques jolies pièces. Je ne parle pas de ces machin-trucs à la gloire de l’empire, bien entendu. Quoique… Cette fresque : « Lord Vador guidant la 501ième.» est plutôt sympa !
Oui, je m’intéresse à l’Art. J'ai moi-même dans mes collections quelques œuvres originales du grand Kuub' Ryck et de C-Klarc, son meilleur disciple. Vous saviez pas ? Euh, ça va ? Vous êtes tout pâle !

Velox était en proie à un malaise. Vacillant, le visage en sueur, il dut s’asseoir à même le sol.
– Vous auriez dû venir en discuter avec moi sur ce canapé, il est très confortable, vous savez… Oh, suis-je bête ! Vous le savez bien, c'est le vôtre !
– La… la… La liqueur…
–  Cette délicieuse épice que j'y ai ajoutée ? Elle a quelques désagréables effets secondaires, mais ça valait le coup d’essayer, non ? Goûter à la liqueur Venom et mourir ! La dernière extase ! Tout un programme !

Velox semblait avoir du mal à retrouver son souffle ; il tenta de desserrer le col de sa tunique, porta une main à sa poitrine, grimaça et s'effondra.
Le visage de son « invité » passa par tous les stades de la surprise avant d’arborer une expression ahurie.
Il se leva, fronçant les sourcils, s’approcha, perplexe, du pseudo amiral, puis rejoignit le petit bar.
Là, il se servit une – très- généreuse rasade de la liqueur, huma suspicieusement le liquide bleu et goûta :
– Franchement délicieux ! Ce mélange des cinq nectars ajoute vraiment quelque chose…

Il goûta à nouveau. Et encore.
Puis il revint vers son hôte, se pencha pour vérifier si ses sens aiguisés ne l’avaient pas trompé ; il prit le pouls du…
- … Défunt Velox! C’est bien la première fois que j’empoisonne quelqu’un sans même utiliser un microgramme de substance active ! Je deviens décidément très fort , fit-il, mêlant surprise et autosatisfaction .
Si Thalia avait été présente, elle l’aurait cruellement pincé pour le ramener à plus d’humilité. Malheureusement…

Il fit un petit signe, le droïde du sénateur déchu approcha.
– MD7X, tu voudras bien appeler l'équipe de ménage ? Il y a une grosse saleté sur la moquette. Inutile de se presser, y a pas urgence !
– Je transmets, monsieur…
Les droïdes les plus sophistiqués pouvaient exprimer la perplexité :
- Puis-je poser une question, monsieur ?
– Pose toujours, MD7X !
– S’il n’y avait pas de poison, de quoi le sénateur est-il mort ?
–  L'EX-sénateur ! D’avoir cru au poison, je suppose. Les humains sont de drôles de machines, tu sais ! Ou alors, Velox avait peut-être un petit défaut au cœur ? Quand je pense que tu es un droïde médical, à la base !
– Je peux encore le ranimer.
– Pour lui offrir le douteux plaisir de voir son beau croiseur partir en morceaux ?
– Je croyais que vous voudriez me voir exercer sur lui mes sous-programmes spéciaux.
–  Le faire souffrir ? Pas besoin de toi pour ça ! Au départ, j’avais prévu pour lui un truc atroce, mais à ma façon : je connais des toxines capables de le décomposer de l’intérieur en le laissant conscient jusqu’au bout, tu sais ?
Mais à quoi bon ? Je pensais plutôt l’installer confortablement dans son canapé pour qu’il assiste en direct au feu d'artifice final ! Tant pis !
Ouh, j’parle trop, moi !

Le clone vacillait quelque peu , il eut un rôt fort malséant…
- S’cuse-moi. Ou en est l’équipage ?

Il se rendit à la console personnelle de Velox, s'affala dans le siège et afficha les données, tandis que le droïde faisait son rapport. Dans un coin, un compte à rebours qui affichait 10:30 afficha soudain 02 : 35.
L'ordinateur de navigation venait de changer de cap et de destination.

–  Neutralisé, annonça le droïde médical : droïdes et ordinateurs contrôlent le vaisseau et sont à vos ordres.
Comment vous sentez-vous, monsieur ? Vous semblez victime d’une intoxication à l’éthanol et…
– Oui, j’suis bourré, t’inquiète : ça dure pas, chez moi ! Voici mes instructions: lance l'effacement total de tes sous-programmes, puis rends-toi au désintégrateur du niveau inférieur, programme une activation avec un retard de trente secondes et entre dedans. Ah, annule l'équipe de nettoyage et amène ton maître avec toi !
– À vos ordres, ne put s'empêcher de répondre le droïde de torture qui savait parfaitement qu’il allait être détruit.

Le favori du sadique Velox partit avec la dépouille de celui-ci pour s'exécuter lui-même : il ne pouvait rien pour l'empêcher !
- Il est vraiment bien, ce Cyber-virus (1)! Heureusement que Palpatine en avait conservé une copie ! Toujours prévoyant, cet Empereur : on dirait moi !
Un court moment d'autosatisfaction, puis :
- J'cause vraiment trop, moi ! Faut que je cuve cette liqueur : les cinq nectars décuplent l’effet de l’alcool ! Je crois que je vais faire une petite sieste…


Deux droïdes SD-X portant le blason impérial avaient remplacé MD7X.
Mais leurs numéros de série ne correspondaient pas à leur identité réelle :
– Dormez bien, Commodore (2), je veille sur vous, murmura SD-X 063, avec une pointe de tendresse .
Il n'y avait guère que dans ces moments que le garde du corps attitré de Venom se sentait utile.
– Et moi, je fais quoi , demanda SD-X 057 ?
–  Tu prépares le Monolithe et les sculptures pour le transport, évidemment ! Fais-toi aider !
– ah, oui, bien sûr !
057 n'avait jamais participé à un coup tordu du Patron : normal qu'il soit perturbé !



Le monde perdu
L’écran de navigation affichait 00:17 quand le droïde constata que le commodore se réactivait :
– Houa ! J'ai bien dormi !
– Vous avez ronflé ! Très bruyamment !
–  Il ne faut jamais mélanger alcool et Cinq Nectars, 63 ! ça a toutes sortes d’effets indésirables !
– vous avez pourtant bu ! Plus que nécessaire !
– Oui, mais c’était si bon ! Un amateur éclairé, ce Velox ! Ah, on arrive bientôt ? Où en sommes nous ?
– Les droïdes du bord ont entassé l'équipage et les comploteurs dans les capsules de survie, les œuvres d'art sont dans les navettes. Je ne savais pas que vous étiez amateur d'art.
–  Moi non plus, mais à force de visiter des musées et des galeries d'art, on finit par acquérir un peu de culture. Et puis c'est très un bon investissement. Très bien ! Je rentre les dernières instructions, et on les rejoint !
–  MD7X s'est désintégré suivant vos ordres…

Il y avait de quoi perturber les motivateurs d'un droïde ! 063 avait encore une question, devina Venom.
– Oui, vas-y, accouche !
–  Le Cybervirus… Sommes nous contaminés, 057 et moi ?
– Bien sûr que non ! J'ai modifié votre pare-feu et injecté un antidote spécifique par sécurité. Et le circuit caché dans le Monolithe s'est autodétruit !
–  c’est que je n'aimerais pas changer !

Le droïde connaissait beaucoup de secrets : Venom n'avait jamais effacé sa mémoire, ni réinitialisé son système comme on le pratiquait souvent. Au fil du temps, le garde du corps avait endossé le rôle de confident.
– Moi aussi, je te préfère comme tu es ! Par contre… Dès que nous aurons quitté ce vaisseau, 057 et toi effacerez de vos mémoires toute référence à ce virus. Code prioritaire Phoenix, mon garçon !
– A vos ordres !
– C'est pour ton bien : il vaut mieux que tu ignores ce qui s’est passé ! Si je pouvais, je l'effacerais de ma propre mémoire !
– Je crois… que je préfère oublier.
- Allez, on y va ! Trouvons un endroit plus sûr pour admirer le spectacle !

Le spectacle fut à la hauteur de ses espérances : le croiseur effectua un beau plongeon vers le soleil de ce système oublié.
Vraiment oublié : il avait été effacé de toutes les cartes stellaires par la volonté de l’Empereur.
Venom s'adressa ensuite aux membres d'équipage qui s'éveillaient, dans leurs capsules de survie.
- Salut les gars, je suis Venom ! Et je viens de faire cramer votre beau croiseur ! Vos copains dans leurs corvettes vont avoir une drôle de surprise en se retrouvant tous seuls face à la flotte qui les attend !
Quant à vous, vous feriez mieux de vous poser rapidement : je crains que vos capsules ne fonctionnent pas longtemps… Y a une jolie planète, dans ce système : elle vous plaira ! Il vaut mieux, parce qu’il risque de passer pas mal de temps avant que quelqu’un ne vous retrouve ! Bon, c'est pas que j’m’ennuie, mais j’ai un rendez-vous important ! Bye !
- Qu’est-ce qu’elle a de spécial, cette planète ?

063 savait que son maître voulait se débarrasser de ces gens. D’autres que lui les auraient simplement laissés à bord du croiseur, mais le droïde connaissait bien son patron.
- c’était un monde oubliette ! Entre autres…Un endroit où l’Empereur et ses proches exilaient ceux qui leur déplaisaient. L’effacement, c'est ainsi qu'ils l'appelaient : des gens qui n’existent plus sur une planète qui n'existe pas ! Palpy avait un sens de l’humour assez particulier : j’suppose que ça l’amusait d’imposer à des êtres civilisés un retour à la vie la plus primitive qui soit.
Enfin… il n'y a plus personne depuis longtemps !
- Je peux donc en conclure qu’ils vont attendre longtemps les secours.
- Quelques siècles… S'ils ont de la chance ! Les transmissions subspatiales et hyper-spatiales fonctionnent très mal ici , à cause de ce soleil bizarre et de la nébuleuse tout autour ! Pas du tout, même !
Bah, ce monde n'est pas si inconfortable, et j’ai veillé à ce qu’ils y trouvent des abris, des graines et du matériel de très haute technologie : des haches, des scies à main, des charrues… Y a même des meules en pierre authentique ! Une vie de labeur, mais bien plus confortable que celle qui attendait les exilés !
Et aucun alien ! Ils seront très bien, entre humains !
- En bref, vous réalisez leur vœu le plus cher ! Tout en prolongeant leur punition…

Il y avait un grand avantage à garder intactes les mémoires des droïdes : ils pigeaient bien plus vite !
Sourire cruel :
- Hé, dans ce domaine, je crois que je tiens un peu de LUI !
L’humain poursuivit :
- De toutes façons ils ne me remercieront même pas de les avoir épargnés, ces ingrats !
J’y pense : je crois qu'ils vont vite regretter d'avoir exclu les femmes de leurs équipages ! Racistes et misogynes, en plus !
- Ils n'auront donc pas de descendance.
- Bah, c’est bien mieux ainsi ! Ce qui compte, c'est que j'ai débarrassé Jag de quelques fanatiques et qu'il garde les mains propres : presque tous les impériaux de haut rang étaient dans ce vaisseau ! Ils n'ont attaqué personne, aucune preuve de leur implication !
- Ce qui compte, c'est qu'il vous devra une faveur, rappela le droïde. Mais il reste ces commandos de Purification
Le droïde avait assisté à la conférence d’état-major.
- Bah, je l'aurais fait quand même, rien que pour Velox ! Mais c'est vrai, il m'en doit une !
Les sous-fifres? Maintenant qu’ils sont identifiés, tu peux compter sur Jag pour trouver un moyen élégant de s’en débarrasser. Une mission suicide, par exemple. Sinon Qyym’ et ses forces spéciales s’en occuperont.

Venom cachait ses sentiments, mais pas à son droïde. Il afficha un large sourire.
- Comment justifierez vous leur disparition ?
- Moi ? Je n'ai rien à justifier, j'étais même pas là ! Disons... Que ces lâches ont appris qu'une flotte les attendait et qu'ils ont préféré s'enfuir très loin sans prévenir leurs petits camarades.
Sinon… Un bête accident d’hyper-drive  fera l'affaire: impossible à prouver sans l'épave, mais les enquêteurs trouveront des documents techniques suggérant que l'entretien a été mal fait. Ah, voila notre taxi !

Un assez grand vaisseau approchait. Venom avait beaucoup aimé son cadeau (3), finalement : Verryn avait fait construire ces frégates droïdes par milliers. Elles étaient un élément essentiel de son plan pour semer le désordre dans la galaxie. Quand elles recevaient l'appel, elles arrivaient de partout. Et elles avaient tendance à se regrouper : leurs IA avaient l'instinct grégaire.
- Semer le désordre ! Peuh ! J'en ferai meilleur usage ! D'abord, freiner l'expansionnisme de ces Corpos de Bonadan : si on les laisse faire, ces imbéciles vont finir par provoquer une guerre !
Si ça continue, je vais finir par regretter le règne de Verryn ! Eh, mais attends…

063 reconnut les symptômes d’une intense réflexion :
- Verryn ! J'ai compris : ce salopard s'est débrouillé pour que je fasse le boulot à sa place !

063 constata que son maître ne souriait plus : le masque crispé qu'il affichait était tout nouveau pour le droïde, qui activa sa bibliothèque d'expressions humaines et la compara à l'analyse faciale. Il trouva une corrélation à 99 %.
La jauge d'intensité étant au niveau 5, le plus élevé, 063 en déduisit que le Patron était horriblement vexé !



Notes:
1 L' Éclipse de Fer de Iaco Stark devait prendre le contrôle de tous les droïdes de la Galaxie. Un agent impérial (Jahan Cross) et un contrebandier corellien (un certain Solo, Han Solo) l'en ont empêché (Legends)
2 C'était le rang de Venom dans la compagnie Amber Star quand le droïde est entré à son service ( Venom et le seigneur de la guerre).
3 Verryn les lui a offertes dans son testament (Non, il n'est pas mort) : livre 4 de " Le Coeur d'Herrion (HoH)


Voila... Un Venom beaucoup plus bavard que d'habitude :perplexe:
Je le soupçonne d'avoir largement puisé dans le bar de l'ex-sénateur Velox en l'attendant :paf:
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 607
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations