Informations

IMPORTANT : pour que la participation de chacun aux discussions reste un plaisir : petit rappel sur les règles du forum

[Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Ce forum regroupe les challenges Fan-Fictions, passés et en cours. Pour les lire, ou y participer avec vos propres textes, c'est par ici, et c'est ouvert à tous, n'hésitez pas !

Retourner vers Challenges Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar Graf Organa » Ven 19 Nov 2021 - 9:53   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

18. Céréen
Le saviez-vous ? Le maître Jedi Ki-Adi Mundi par le même acteur de Nute Gunray : Silas Carson.
Dire une info que tout les fans connaissent tel un vidéaste/chroniqueur flemmard : check !

Plus sérieusement (ou pas), vous savez quel est le nom de la planète natale des Céréens, l'espèce de ce Jedi ?

Céréa.

Oui comme la chaîne de boulangerie.

Du coup quand je vois un Céréa (je rentre jamais parce que je trouve leur pain dégueulasse) ou qu'on me l'évoque, je pense à une obscure planète de l'univers étendu où vivent des aliens au crâne allongé. Un signe qui prouve que je regarde trop Star Wars.


110 mots
"J'admire la démocratie" Chancelier Palpatine après obtention des pleins pouvoirs
Suivez les aventures folles et bizarres d'Amara !
Graf Organa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3261
Enregistré le: 22 Oct 2013
Localisation: Alderaan/France
 

Messagepar Rikuiame » Ven 19 Nov 2021 - 10:44   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Allez, de mon côté la narration se densifie au niveau de la continuité. :transpire:

Conditions d'écriture :

Spoiler: Afficher
Sachant pertinemment que je n'aurais pas la tête à écrire un texte par jour en novembre (jours fériés, weekend...), j'ai pris les devants en rédigeant le challenge sur le mois précédent sans me limiter à un seul texte par jour mais ayant pour objectif d'avoir plus de textes bouclés que de jours d'octobre passés. J'aurais dû m'ajouter le "défi" de ne pas passer à un texte tant que le précédent n'était pas achevé mais je n'ai pensé à cette contrainte que trop tard. :neutre:
Bref, par conséquent les 30 textes sont terminés depuis plus d'une semaine et contiennent très exactement 100 mots chacun (titre non inclus) même si je me permettrai, si besoin, de faire des ajustements à mesure qu'ils seront postés.
J'ai, d'ailleurs, assez tôt remarqué que le compteur de mots ne prenait pas en compte les chiffres. J'ai donc recouru à quelques artifices pour doper le nombre de mots à 2 ou 3 reprises. Les règles me semblent respectées mais par honnêteté intellectuelle vous voilà prévenus.

Concernant les contraintes, avoir de l'avance m'a permis de sereinement prendre le niveau 3 : Sith sadique. Chacune des scènes fait donc partie d'une histoire globale et le mot "fleur(s)" y est apparent 30 fois. J'espère que vous prendrez autant de plaisir à la lire que moi à l'écrire et lire les vôtres. :jap:
Enfin, je me suis ajouté une dernière contrainte : ne pas écrire le thème du jour dans le texte. Il m'était toutefois permis d'écrire les mots du thème dans les textes suivants ou précédents si besoin. Contrainte pas très dure à observer mais un peu casse-pied à 1 ou 2 reprises. :D


Précédemment dans le Challenge Novembre 2021 :

Spoiler: Afficher
Chapitre 1- Holocron (An -17)

L'éclat étincelant diminua en intensité. A travers la fente des paupières de IEL, se découpèrent les contours de la source de cette lumière aveuglante : un cône pyramidal pouvant tenir dans la main. Comment un objet si petit pouvait-il être si lumineux ?
Étendant le bras, IEL effleura la surface brillante d'un doigt griffu. Il y eut un déclic et l'atmosphère se métamorphosa. Les faces de la pyramide s'ouvrir comme les pétales d'une fleur et une voix d’outre-tombe fit trembler les murs qui avaient pris une teinte verdâtre, maladive.
- Qui ose convoiter notre secret ?


Chapitre 2- Crosshair (An -17)

Malgré les douleurs qui le faisaient atrocement souffrir, l’index posé sur la gâchette de son fusil perforateur (un antique modèle 773 !) ne tremblait pas.
Allongé sur un muret devant le temple, le vieux clone préparait le tir de sa vie. La cible, à 3.2 clicks dans un couloir courbe à 14%, faisait la taille d'un poing. Sans oublier les prémices d'une tempête qui rendaient la stabilité hasardeuse et tourbillonner le sable devant son réticule de visée ; cela revenait à toucher un pistil précis dans un champ de fleurs mouvant. Facile !
CT-9904 coinça son cure-dent entre ses lèvres et tira.


Chapitre 3- Grogu (An -17)

L’Holocron explosa comme une fleur enflammée lorsque le projectile l'atteignit en son centre.
L'écho de la voix sépulcrale mourut contre les parois du temple qui reprirent leur apparence initiale et un grand silence envahi la salle circulaire.
Soudain, une partie du mur se souleva en un grondement inquiétant. Faisant face à l'obscurité révélée, IEL avança d'un pas prudent. Dans la pénombre se distingua bientôt une forme ovoïde en suspension. Quand IEL approcha encore, la partie supérieure de l'œuf métallique se rabattit vers l'arrière.
Une petite main aux doigts crochus se tendit vers lui.


Chapitre 4- Tatooine (An -17)

Le vent avait forci et le sable piquait chaque parcelle de peau non protégée. Les capes claquaient sur leurs cuisses. Derrière eux, "l’œuf" flottait à 2 mètres de distance, son couvercle fermement scellé pour abriter son contenu.
IEL souffla par les orifices de son nez plat pour expulser ces sournois petits grains jaunes qui menaçaient de l'étouffer.
- Fais-moi fleur, dire nous pas perdus.
Son compagnon clone mit sa main en visière pour se préserver autant du sable que de l'écrasante chaleur qui se dégageait des 2 astres juchés au-dessus d'eux. Il soupira.
- Nous pas perdus. Content ?


Chapitre 5- Grievous (An -17)

Le vent chuintait autour d'eux mais l'abri tenait bon. Forcés de se tenir dans une inconfortable promiscuité, les deux mercenaires attendaient la fin du danger.
- Tu es un Kaleesh, fit le clone.
- Oui, répondit l'intéressé sans lever les pupilles des mosaïques de fleur qu'il traçait d'une griffe sur le sable.
- J'ai combattu un des tiens pendant la guerre. Un grand général !
IEL émit un son méprisant.
- Lui pas grand. Lui traître ! Qymaen jai Sheelal abandonné peuple pour servir ferraille.
- J'ai trahi les miens aussi, soupira Crosshair.
- Normal. Toi tout petit, AHAHAH !
- Silence ! Écoute...


Chapitre 6- Dragon Krayt (An -17)

Le sifflement était long, furieux, angoissant ; se répercutant sur les dunes il venait de partout, et nulle part.
Du sable jusqu'aux genoux, le Kaleesh courait, rampait, progressait aussi vite que le sol glissant le lui permettait. Il avait perdu son compagnon de vue. Avait-il été englouti avec "l’œuf" ? IEL n'en savait rien.
Chaque seconde la pente devenait plus raide. Chaque enjambée plus dure. Il sentit les mâchoires se refermer inexorablement sur lui et le soulever comme on cueille une fleur dans son jardin.
Il y eut un dernier remous puis le calme revint dans le désert.


Chapitre 7- Tobias Beckett (An -10)

Le vaisseau plana sur les dunes dans un vrombissement assourdissant.
Une corde pendait à son écoutille pendant qu'une femme pâle, que moulait avantageusement une combinaison orange vif, y grimpait. Dans son dos était sanglé un objet en forme... d’œuf.
Arrivée en haut, la femme arrangea son étrange coiffure rappelant une fleur et remit son chargement à un humain grisonnant à l'air contrarié.
Il y eut des gestes et des paroles violentes puis, alors que la situation semblait se calmer, l'homme poussa la femme par-delà la rampe du vaisseau.
Ce fut la chute qui la tua.


Chapitre 8- Avar Kriss (An -233)

Extrait de journal ayant échappé à l'autodafé impériale :

« Amis de la République, la Force est un chant.
Pour l'écouter vous parler tendez bien l'oreille,
Entendez ces strophes à nul autre pareil,
Qui se dérouleront dans plus de 200 ans.

Sous le règne d'un mal permanent de la peur,
Un trésor est enfoui dans un très lointain monde,
Coincé sous les sables entre des mâchoires qui grondent,
La fleur au fusil viendra un explorateur.

Et lui seul trouvera l'objet de sa recherche,
Qu'un vaurien fera choir d'un bon coup dans le derche. »

Source : Cantiques Jedi.


Chapitre 9- Cailloux (An -10)

Il était tout petit, minuscule. Pourtant il le tançait affreusement. Comment était-il arrivé là ; le mercenaire n'aurait trop su le dire ? Mais il était bien là et semblait ne vouloir lui laisser aucun répit.
Pourquoi ses commanditaires choisissaient-ils toujours les endroits les plus glauques ? Grognant de douleur sous son respirateur, le contrebandier marchait dans un paysage gris, dénué de vie. Pas un insecte, pas la moindre fleur à l'horizon.
Pourvu que l'échange ne s'éternise pas. Il n'avait qu'une envie, rentrer au vaisseau et déloger ce fils de Hutt coincé dans sa botte.


Chapitre 10- Sabé (An -10)

Quand on avait passé sa vie à graviter autour de la fine fleur de l'aristocratie, être obligée de crapahuter dans des montagnes désolées battues par les vents aurait pu paraître un défi bien difficile à relever pour une ancienne dame de compagnie.
Loin des ors de la royauté, des fastes banquets, et des robes de crinoline aux interminables frous-frous, la silhouette encapuchonnée avançait pourtant sans montrer signe de fatigue.
Le souvenir de sa courageuse reine continuait à lui donner force et vigueur des années après sa tragique disparition. Il lui en faudrait si elle voulait réussir sa mission.


Chapitre 11- Cato Neimodia (An -10)

- Vous avez les crédits ? demanda le contrebandier.
- Vous avez la cargaison ? répliqua la servante.
Beckett, les nerfs à fleur de peau, lui désigna la capsule oblongue qui flottait derrière lui. Était-ce pour cela qu'il dansait nerveusement d'un pied sur l'autre ou était-ce la peur des pluies acides venues des océans qui douchaient régulièrement la planète ?
Sabé extirpa de sa manche une lourde plaquette de crédits impériaux qu'elle prélevait de ses économies.
- Je pense que vous y trouverez largement votre compte.
Elle lui tendit la plaque au moment où une détonation déchirait la grisaille nuageuse.


Chapitre 12- Fennec (An -10)

Elle eut juste le temps de se mettre à couvert derrière un des rochers qui parsemaient la vallée humide quand la motte de terre rocailleuse où elle se tenait un instant avant explosa en une pluie de débris fumants et de fleurs carbonisées. Dos épousant la paroi dure et froide, Sabé sortit son blaster.
L'ancienne suivante jeta un œil par-dessus la crête de son abri de fortune et replongea aussitôt pour éviter un tir qui ricocha contre la pierre, laissant un trou béant et une odeur de cheveux brûlés.
Qui que soit ce sniper, il était terriblement doué.


Chapitre 13- Fruit Jogan (An -10)

3... 2... 1... Go !!
Le clone courut en direction de la capsule, l'attrapa au vol, sauta sur la passerelle de la navette qui se referma derrière lui et s'écroula au sol en riant joyeusement.
Retirant son casque, Wrecker avala son en-cas en une bouchée, inondant copieusement son menton de jus visqueux et tâchant de violet son armure bosselée. Il avait bien mérité ce petit remontant même si Shand avait maintenant 2 fois plus de raisons de leur coller au cul. Bah ! Il n'était plus dans la fleur de l'âge mais, pour un clone raté, il avait de beaux restes.


Chapitre 14- Mara Jade (An -10)

Fennec Shand la détestait. Si la chasseuse de prime était considérée comme étant dans la fleur de l'âge avec ses 25 ans, celle qui la toisait de son regard émeraude méprisant devait en avoir 7. Pourtant, sa présence était écrasante. Il y avait quelque chose de malsain chez cette fillette rousse engoncée dans une tenue de cuir révélatrice, poings sur ses hanches.
Les ragots disaient qu'elle était un agent impérial, un assassin formé et moulé par l'Empereur en personne. Fennec ne croyait pas aux rumeurs d'habitude. Mais là... Elle déglutit.
- Je suis désolée, la cible m'a échappé.


Chapitre 15- R2-D2 (An -9)

Le sénateur descendit du vaisseau, scrutant les visages de son comité d’accueil : des clones, aucun sourire sur leurs lèvres. Il ne s'attendait pas à recevoir de collier de fleurs, il était là pour affaires.
A son côté, son astromech bleu et blanc émit un trille inquiet. Bail lui tapota distraitement le dôme pour le réconforter.
- Du calme. Ce sont des amis.
Bien qu'il n'ait pas d'expression faciale, le droïde ne sembla pas particulièrement convaincu. Il alla se brancher sur la console la plus proche, se tenant prêt à remonter la rampe au moindre geste suspect.


Chapitre 16- Zekk (An 48)

La nuit, il arpente la Force. La technique l'approche de ténèbres qu'il redoute pour les avoir côtoyées à l'Académie de l'Ombre. Il sait quelles conséquences cela pourrait avoir sur lui. Ses amis. Sa famille. Il l'a déjà vue corrompre de bien meilleurs Jedi que lui.
Pourtant, quand le crépuscule arrive, il coiffe ses cheveux en une longue tresse, s'agenouille au milieu des fleurs de sa maison sur Hapès, et arpente la Force.
Pour le trouver, il doit marcher à travers les époques. Il en va de la survie des univers.
Où est l’Enfant ?


Chapitre 17- Dok-Ondar (An 1)

Bzzzzzt ! Flash. Douleur. Hurlement.
- Reprenons, dit l'homme en costume impérial, ses talonnettes claquant sur le sol immaculé. Comment est-il arrivé en votre possession ? Et à qui avez-vous vendu l’Objectif ?
Les bouches de l'Ithorien remuèrent sans émettre un son. Le droïde IT-O en profita pour faire jaillir un arc électrique de l'une de ses protubérances. Pris de panique, la tête en marteau du marchand se mit à osciller frénétiquement. L'humain sourit.
- Allons ! Nous savons qui vous êtes et le genre d’antiquités que vous exposez dans votre... « Antre ». Faites-vous une fleur : répondez !


Chapitre 18- Céréen (An -9)

Les veines bulbeuses de son crâne en forme de cône tressaillaient sous l'effort du pilote pour maintenir la navette sénatoriale dans un vecteur qui le mettrait hors d'atteinte de leur poursuivant. Ce dernier restait pourtant collé à leur train d'atterrissage, semblant anticiper toutes ses manœuvres. Pour le pilote, trié sur le volet pour ses capacités de calcul exceptionnelles, l'agresseur ne pouvait être qu'un as du pilotage... ou un de ces Jedi pourtant disparus.
En toute probabilité, leur vaisseau allait se transformer en fleur cosmique lumineuse dans les 5 minutes. Il fallait donner l'ordre d'évacuer.


Et tout de suite la suite :

Chapitre 19- Influence (An -9)

Depuis toujours, il arpente la Force.
Zekk se tient à l'intérieur d'un chasseur. Par la baie, il voit le propulseur d'une navette exploser tandis que des capsules tentent de s'échapper sous un feu nourri. L’Enfant est proche. Très proche. Et en grand danger !
Le Jedi baisse les yeux. Surpris, il reconnait instantanément la pilote aux boucles rousses. Il distingue déjà en l'enfant la femme qu'elle deviendra un jour.
Il se place au-dessus de son épaule. Il murmure à son oreille : « Mara... Petite fleur... arrête-toi... »
Lentement, son doigt glisse de la gâchette.


Niveau 3 : Sith Sadique - 100 mots
Rikuiame
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 285
Enregistré le: 01 Nov 2020
 

Messagepar Crystal-Noir » Ven 19 Nov 2021 - 13:11   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bonjour à Tous :hello:

Je n'ai pas pu publier hier la suite de mon histoire,
Voici le paragraphe d'hier et celui d'aujourd'hui :

Spoiler: Afficher
1 – La Clef
Le carnage encore chaud reposait sous son pied, et la stèle fendue laissait paraître son trésor.
D’un geste fluide, et imperturbable, il prit la relique tant convoitée. Une récompense sans grande saveur, après une épreuve misérable. Ses doigts, déployés comme les pétales d’une fleur dont on avait ôté la vie, firent léviter doucement la petite cathédrale terne. Puis, dans un froncement bref de sourcils, il fit rugir un tremblement sombre d’impatience avec lequel la gravité se figea. Le guerrier démantela progressivement l’holocron pour libérer son incandescence morbide, et les murs se tapissèrent d’un avenir incertain. […] (100 Mots)

2 – La Mine
[…] D’une confiance nonchalante, il prit appui sur la poutre de métal tachetée de suie et s’élança vers l’obscurité.
Le chemin filait droit et semblait tracé dans la pénombre, jusqu’à une paroi gigantesque de pierre parfaitement taillée en son centre, laissant paraître un filet de lumière naturelle.
Ses pas se suivirent l’un à fleur de l’autre, au-dessus du vide. L’odeur de dovolite tuméfiait toujours sa présence dans l’air. Le jeune farouche conclu sa course sur le palier humide, au bout duquel, il se trouva face à une fresque usée : simple portrait élogieux évoquant le soldat « Crosshair », écrit d’un alphabet maladroit. […] (109)

3 – Jusqu’au Sommet
[…] Il poursuivit sa marche assurée vers la sortie. L’ancienne mine, vestige du rayonnement impérial, était devenue une parenthèse abritant certains oubliés les plus pauvres de la galaxie. Le jour s’approchait à mesure qu’il traversait la faille éventrée du dolmen. Les immenses parois habitaient des regards intrigués. Derrière lui reprenait la vie mise en pause à chacun de ses pas. Alors qu’il apercevait le bout du tunnel rectangulaire, un marchand à bascule répétait fébrilement « Grog’u » ; probablement le nom d’une boisson à fleurs qu’il agitait mollement. […] (91)

4 – Le Vaisseau
[…] Bien qu’il quitta le Gouffre de Melindris, le ciel chargé de poussière venait de se dégager en marbrures violacées. Les quelques rayons d’un soleil timide laissaient présager un vol confortable. Situé entre deux amas métalliques abandonnés, à l’abri des plateformes d’atterrissage, le Sith avait recouvert son vaisseau d’un haillon de fortune. Il le déshabilla d’un revers de poigne, ce qui projeta autour de lui un fin nuage de cendres orangées et cristallines, qui le firent suffoquer brièvement. Cela lui évoqua le célèbre sable de Tatooïne, dont il était sensible, et à fleur de peau. […] (100)

5 – Objectif Lune
[…] Installé sur son siège, il abaissa la porte arquée d’un simple geste d’esprit. Il agrippa l’holocron dans l’espoir d’en tirer toutes les informations.
Malheureusement, son essence avait été souillée et le degré de force qu’il développait l’avait fragilisée comme une fleur. Seuls des fragments d’images saccadées et de voix rauques survivaient encore à travers les lueurs rouges. Cependant, une chose était évidente : des coordonnées indiquaient l’emplacement d’une Lune, celle de Belsus, orbitant autour de la planète Gentes. Apparemment, un laboratoire secrètement développé par l’ancien Général Grievous s’y trouvait. […] (100)

6 – Le Départ
[…] Quelles expériences macabres son défunt maître avait-il eu en tête ? Quel sort lui avait-elle réservé ?
Au doigté délicatement évocateur, sur sa cape, il suivit les lignes ornementées d’une broche en bronzium qui avait été forgée sur les terres de Mandalore. Elle dessinait une fleur de Côme, soudée au peigne qui dentelait les mailles de son tissu.
Après un bref silence, il enclencha une série d’interrupteurs projetant au cœur de ses réacteurs un halo bleuté, dans le vacarme enfumé des cendres.
Enfin, d’une détente mécanique, il prit son envol à la fureur d’un dragon krayt. […] (100)

7 – Belsus
[…] Brusquement arrivé, son cockpit pris le nappage verdâtre dégagé par la planète Gentes. Son vaisseau, un ancien Chasseur Naboo N-1, avait été enduit d’une teinte ébène par son ancien propriétaire, Tobias Beckett. Cela était idéal pour effectuer des arrivées furtives.
Il reprit les commandes de l’appareil et plongea sur les terres mystérieuses de Belsus. La surface de la lune était couverte d’un voile opaque laissant entrevoir quelques reliefs. Des zones entières de hautes herbes, sans fleurs, étaient fracturées par des usines circulaires. Les reflets glissaient généreusement sur son fuselage tandis qu’il s’approchait de sa destination. […] (100)

8 – Le Bureau
[…] Dès son arrivée, les propulseurs arrachèrent au silence ses années d’existence. Miraculeusement, ce qui semblait être une aile privilégiée dans le complexe ravagé était en bon état. Il entra par une porte, formée d’une rosace comparable au dessin d’une fleur. La pièce était un directoire sobre. Quelques diodes survivaient aux maigres productions des générateurs, et les murs tendaient vers une large fenêtre offrant une vue sur un grand laboratoire.
Au creux de son oreille, comme un appel enfoui sous les couches de débris, il entendit une multitude de voix murmurer des noms dont se distingua : « Avar Kriss ». […] (100)

9 – Murmures
[…] Il se dirigea vers une console de style corellienne, d’où provenaient les sons, et projeta par la force le meuble sur le côté. Un éboulement l’avait transpercé jusqu’aux carreaux du sol, sous lesquels, quelque chose était caché. Il retira le morceau de plafond, balaya du pied certains cailloux, puis délogea un coffret d’une niche éclairée. Posé sur une longue table, il l’ouvrit et une collection de sabres laser alignés se révéla. Tandis qu’il découvrit cela avec stupeur, les voix qu’il avait entendues s’éteignirent et un hologramme apparut au milieu de la pièce. […] (100)

10 – Le Message
[…] Le débris qu’il avait retiré du sol rétablissait discrètement le courant dans une partie de la pièce. Depuis la table, un fragment de communication répétait de manière hachurée des passages audibles : «Sabé (…) J’ai trouvé le laboratoire (…) exp- (…) abominables (…) midichloriens (…).». La projection holographique était saccadée mais dévoilait une jeune femme aux allures de résistante, belle comme une fleur.
Pour lui, cela n’était pas de bon augure. Visibles depuis le bureau, des cylindres de verre étaient détruits ou parfois, contenaient des corps abimés baignant dans un fluide bleu. Les lieux avaient été dévastés, pillés, et les cartes mémoires volées. […] (100)


11 – Destin Incertain
[…] Ce qu’il avait vu et entendu dans ce laboratoire alimentait ses angoisses. Nul doute que son ancien maître s’était déjà emparé des recherches.
De retour au cœur de son chasseur, il avait emporté la boîte contenant la collection de sabres et de cristaux kyber qu’avait enfoui Grievous.
L’objectif était de retrouver cette fameuse Sabé. Pour y parvenir, il lui fallut recontacter une vieille connaissance seule susceptible de pouvoir l’aider.
Sur son tableau de bord, il entra une ancienne combinaison d’holo-transmission. Une série de barres lumineuses se succédèrent en reflets sur la vitre bombée. […] (100)

12 – Une Aide Opportune
[…] Entre les poignées de son volant à fleur d’âge, une silhouette azurée fit son apparition.
«Vous. »
Un bref silence.
« Je n’aurai pas parié un peggat sur votre appel.
- Auriez-vous oublié ce pourquoi vous pouvez encore vous tenir devant moi ? Il est temps pour vous d’honorer votre parole, Fennec » ; répondit-il fermement.
Lors d’un conflit opposant différents gangs et la guilde des chasseurs de prime, elle lui devint redevable d’un sauvetage insoupçonné.
Il exposa succinctement ses motivations et, sans grande volonté, elle lui proposa de se retrouver durant une opération sur la planète Cato Neimoidia. […] (100)

13 – Une Arrivée Fracassante
[…] Couvert sous les feux de blasters, Shand vit ricocher des tirs à fleur de ses mercenaires. Le Sith débarqua, le sabre long, et la lame flamboyante. Il enjamba les barricades de fortune, projeta violemment par la force des factieux surpris, puis découpa sans réserve celui s’avérant être un représentant Neimodien.
« Si vous n’aviez pas fait preuve d’un tel massacre, j’aurais juré que vous n’étiez plus le même homme.
- Je ne connais meilleure diplomatie ; lui dit-elle avec sérieux.
Et il semblerait que la vôtre ne porte toujours pas ses fruits depuis notre dernière rencontre. » […] (100)

14 – Village d’Ivilia, Naboo
[…] Le capteur de traque indiquait à répétition une ruelle très étroite. Lui et Fennec croisèrent leur regard, puis s’enfoncèrent dans le passage entre les murs. Ponctuée d’auvents à la fois cambrés et colorés, la rue aboutissait sur une belle place pacifique. Une devanture de pierres taillées, habillée de nombreuses fleurs typiques du système Naboo, était chaudement éclairée par des lanternes rodiennes.
« Mara », « Jade », « Venez, il faut finaliser les commandes ! ». Le Sith reconnu la voix de celle qu’il recherchait lorsque son bras fit soudainement bousculé par deux jeunes filles,
chacune un morceau de fruit jogan à la main. […] (100)

15 – L’Atelier de Sabé
[…] Rédigée en lettres bleutées et rayonnantes, une projection holographique indiquait « Les Jardins d’Ivilia » sur la devanture. Cette officine était sûrement une diversion pour l’ancienne rebelle, mais quoiqu’ils pussent imaginer, ils passèrent le portail par lequel les jeunes filles s’étaient précipitées.
Après avoir cheminé la petite cour, couverte de fleurs, ils entrèrent dans la boutique. Il s’agissait d’un atelier aux airs d’herboristerie, à la fois de composition végétales et de remèdes médicinaux. Quelques croquis d’enfants, dispersés sur une table de bois organique, suggéraient l’aventure d’un droïde au nom de « R2-D2 ». […] (100)

16 – La Rencontre
[…] Il n’y avait plus un bruit.
Nos deux protagonistes étaient entourés de nombreuses plantes, lorsque surgirent furtivement entre les fleurs, différents canons métalliques pointés vers eux :
« Je n’avais plus vu de tel Jedi noir depuis la dernière guerre », prononça Sabé avec colère, et approchant un pistolet sur chacune de leur nuque.
« Nom de Zekk, que faites-vous sur nos terres ?! Quel mauvais présage amenez-vous ici ?! » s’exclama-t-elle.
Le Sith se tourna en toute quiétude vers elle, et désarma simultanément toute la pièce.
Fennec, le regardant avec exaspération, répondit « Nous ne sommes pas hostiles, rassurez-vous. » […] (100)

17 – L’Indice
[…] « Une enquête menée par la nouvelle république faisait état d’un trafic d’êtres sensibles à la force. Cela nous a conduit jusqu’au laboratoire de Grievous, déjà dévasté à notre arrivée. Nous avions pu constater les horreurs de l’empire grâce à quelques cartes mémoires défectueuses. » Sabé souppira.
« Mais les pistes se sont éteintes après notre passage sur Korriban... » Elle prit entre ses mains un écrin de fleurs. En l’ouvrant, elle révéla un bracelet aux tracés d’argent, et enjolivé de cristaux sombres. « J’ai trouvé cet objet là-bas, et je l’ai présenté à Dok-Ondar. » […] (100)


Nouveaux épisodes des 18 et 19 Novembre :

18 – Le Culte de l’Ombre
[…] « Nous avions intercepté une cérémonie dans La Vallée des Seigneurs Noirs. Nous y avons surpris des fanatiques qui disparurent dans l’ombre. Ils étaient vêtus d’une même tenue, dont le cadavre d’un Céréen qui tenait ce bracelet au poignet. » Elle le déposa sur la table.
« Les connaissances de Ondar en matière de religions Sith lui sont limitées. Sur Batuu, il m’a parlé d’un Professeur « Aphra, », qui pouvait être susceptible de m’aider.
Mais je ne suis plus concernée aujourd’hui, je me suis retirée dans le village de mon enfance pour me consacrer à mes filles ». […] (100)

19 – Objectif Aphra
[…] Le Sith pris la relique entre ses mains, et focalisa son attention sur ses émotions.
« Je ressens une obscurité troublante, une puissance semblant liée à d’autres adeptes.. »
- Prenez le avec vous, répondit Sabé. Je n’en ai guère l’utilité et son énergie macabre n’a plus rien à faire ici, parmi les fleurs. »

La soirée embrassant les couleurs de la nuit, lui et Fennec retournèrent à l’astroport d’Ivilia.
Au croisement du quai séparant leurs vaisseaux respectifs, Shand, forte de son influence, le mis sur la piste d’un contact pouvant lui permettre de retrouver le Professeur. […] (100)


Bon courage pour cette fin de journée,
au plaisir de vous lire ce soir :)
Crystal-Noir
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 27
Enregistré le: 01 Nov 2021
 

Messagepar GTZL1 » Ven 19 Nov 2021 - 15:54   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Précédemment...
Spoiler: Afficher
Il y avait des savoirs que seuls les holocrons recelaient. Les données holographiques enregistrées dans ces dispositifs étranges n’étaient accessibles qu’aux utilisateurs de la Force. En conséquence, ils utilisaient également ce moyen pour archiver leurs connaissances : combat, études de la Force, histoire des Jedi et des Sith…
Cependant, depuis l’instauration de l’Empire, la cachette d’un Jedi survivant aurait bien été la dernière chose enregistrée dans un holocron. Or Cal Kestis ne connaissait pas de source d’informations interdites plus secrète. Alors comment Fulcrum avait-elle eu vent de ce padawan qu’elle lui avait demandé d’aider ? Il l’ignorait…

Chassant ces réflexions, le Jedi rejoignit Merrin dans le cockpit du Mantis. Il s’assit à ses côtés en souriant et reprit les commandes. Le vaisseau arrivait à son objectif : l’épave d’un Venator tombé depuis longtemps sur cette planète désertique.
L’intérieur n’était que silence, obscurité… et Force. Une guerre et la présence des Jedi laissaient forcément des traces. Merrin percevait elle aussi des ressentis étranges. Cal se plongea dans certains des Echos parsemant le monstre éviscéré. L’un montra un soldat clone d’élite, animé par une détermination sans faille, un entraînement exceptionnel, mais aussi une absence totale de scrupules et de remords.

— Sinon, j’avoue que je ne m’attendais pas à ça quand tu m’as parlé d’un Jedi, dit-elle alors qu’ils progressaient dans les coursives décrépies.
— J’ai été surpris aussi, la première fois quand je l’ai croisé au Temple…
Le Jedi que Fulcrum leur avait demandé de secourir était Grogu, un juvénile de la race de Yoda. Muet, pas encore indépendant, il était néanmoins âgé d’au moins quarante ans. Un être mystérieux qui avait toujours fasciné Cal. Avec Merrin, ils avaient été ravis d’apprendre sa survie et comptaient faire tout leur possible pour le retrouver.

Les vitres défoncées de la passerelle avaient depuis longtemps laissé le sable de Tatooine s’accumuler dans les quartiers de feu les généraux Jedi quand les deux jeunes gens y parvinrent enfin. Cal se plongea dans la Force en explorant la cabine. Les Echos se firent plus distincts. Des Jedi, leurs victoires, leurs défaites… Enfin il ressentit une trace de Grogu. Il exulta… et tout s’arrêta.
— Tu as trouvé quelque chose ? demanda Merrin.
— Rien de précis… juste une trace de lui. Il aurait bien aimé un endroit appelé « Black Spire ». Et toi ?
— Rien sur Grogu, dit-elle, mais par contre, regarde ici.

Sur un bureau, de l’autre côté de la pièce, se trouvait un vieux datapad montrant des documents sur Grievous. Cal perçut tout de suite les émotions suscitées chez Merrin. Il avait massacré son peuple. Les souvenirs de ses sœurs disparues remontaient. Quelques larmes coulèrent sur ses joues.
Cal la laissa se recueillir et examina une étagère. Un objet attirait son attention. Un livre. Pas un fichier holographique, mais un vrai livre en papier marqué du symbole des Jedi. Une observation détaillée lui révéla qu’il devait dater de plusieurs siècles. Mieux encore, il avait été annoté à la main par une Jedi de la Haute République.

Le Jedi referma soigneusement cette découverte inattendue et l’emporta dans son sac. Lui et Merrin rebroussèrent chemin par l’extérieur du Venator. La longue glissade sur la superstructure portant les passerelles rappela à Cal ses anciennes explorations.
Arrivés sur la coque, ils descendirent dans le hangar principal par la grande ouverture dorsale, restée ouverte. Il ne leur restait qu’à sortir par un côté pour regagner le sol quand tout le duracier trembla puis un vieil ARC-170 fut violemment déplacé. Interdits, Cal et Merrin virent un dragon Krayt sortir de l’ombre et s’avancer devant eux en rugissant.

— Faut sortir par le haut !!
Les deux jeunes gens esquivèrent de justesse la première attaque du prédateur. Ils escaladèrent tuyaux, caisses, coursives, poutres pour parvenir sur le dos de la coque. En vain. Griffant, sautant, déchirant des parois, le dragon finit par sortir du Venator lui aussi.
Cal alluma son sabre laser, Merrin des flammes vertes dans ses mains. L’animal frappa du pied, prit son élan… et fut pulvérisé par une salve de canon laser.
Un cargo modifié vint se poser devant Cal et Merrin stupéfaits. En sortit un homme grand, portant un manteau beige, le regard décontracté mais aussi avec une certaine étincelle de malice, de magouilles.

— Euh… merci pour le sauvetage ? se risqua Merrin.
— Vous pouvez le dire, ça, les jeunes ! Mais pour la perle, faudra repasser.
— On n’était pas là pour ça. Par contre, je peux vous demander un renseignement ?
— Je viens de te sauver la mise, mon gars…
Cal comprit le sous-entendu et, après quelques instants de réflexion, montra à contrecœur le livre Jedi à Beckett, qui poussa un sifflement admiratif.
— Et il a été annoté par Avar Kriss elle-même, précisa-t-il.
— Je vois, oui... dit Beckett. Bien, qu’est-ce que tu veux savoir ?
— Vous connaissez un endroit appelé Black Spire ?

Black Spire était le nom du plus grand spatioport de Batuu, dans l’Espace Sauvage, apprirent Cal et Merrin. Il s’agissait maintenant de leur prochaine étape. Ils prirent congé de Beckett et repartirent vers leur vaisseau. Toutefois un détail tracassait Merrin :
— Cal, échanger ce livre… ça ne t’a rien fait ?
— Il avait été édité par les Jedi de la Haute République, mais ça reste un livre de cuisine. Et je connais pas l’écriture d’Avar Kriss !
La Dathomirienne marqua un instant de surprise avant d’éclater de rire avec son ami.
— Allez viens, quittons ce tas de cailloux !

— Et toi, comment tu t’appelles ?
— Cal Kestis ! Et… c’est vrai que vous avez rencontré Qui-Gon Jinn ?
— Oui. Il était… un Jedi puissant, assurément.
— Au sabre ?
— Plus que ça. Sans son sacrifice sur Naboo, je ne serais peut-être pas là aujourd’hui…
Cal se réveilla en sursaut. Le ronronnement des moteurs l’aida à reprendre ses esprits. Cette visite au Temple de Sabé, la célèbre assistante de la sénatrice Amidala… encore un souvenir de cette époque. Ils étaient nombreux, bons en soi mais au goût amer désormais. Cal n’aimait pas les revivre.
Il se leva et rejoignit Merrin aux commandes.

Le Mantis sortit de l’hyperespace au-dessus de Cato Neimodia. Beckett avait assuré que cette route était plus discrète, mais Cal ne fit que se renfrogner davantage. Ses habitants avaient créé la Fédération du Commerce puis financé les Séparatistes. Sans eux, la Guerre des Clones n’aurait pas eu lieu et les Jedi n’auraient pas fini éliminés.
— Détends-toi, on fait juste une orbite.
La voix douce de Merrin ramena Cal à la réalité et orna son visage d’un sourire. C’était décidément une jeune femme merveilleuse.
Ils atteignirent Batuu un peu moins d’une rotation plus tard.

Merrin n’avait pas visité beaucoup de planètes, et beaucoup étaient peu peuplées. Alors, dans la zone de marché de Black Spire, elle ne savait plus où donner de la tête. Langues, effluves et couleurs différentes grouillaient de partout. Elle fut attirée par un stand qui exposait un grand nombre d’animaux en cage.
— Tu m’en as parlé, ça s’appelle comment déjà ? Un… fennec de Crait ?
— Vulptex, dit Cal. Mais ça vient bien de Crait, oui.
A travers les barreaux, Merrin caressa l’animal qui se mit à ronronner.
— Mmh… t’es mignon, oui, mais pas autant que notre bogling !

Pour glaner des informations ou pour se changer les idées après un long voyage, Oga’s Cantina était l’endroit idéal. Avalant goulument son jus de fruits jogan – elle ne connaissait pas, et elle trouvait excellent –, Merrin écoutait les conversations au comptoir.
— Une fois il y a un type bleu avec un uniforme zarbi qu’est entré ici, je me souviens ! dit un Togruta éméché.
— Oui bien sûr, et il t’a donné une arme mystique aussi ? répondit le barman d’un ton las.
— Ah non ! Mais son pote, lui, il avait un sabre de Jedi, carrément ! Je te jure !

Entre le temps passé à écouter et leurs conversations personnelles, les verres s’étaient succédé sur la table du couple. A présent, Merrin avalisait l’opinion de Cal sur ces canettes Mara Jade Cocktails : c’était infect. Elles n’étaient pas les boissons les moins chères de l’établissement sans raison… Heureusement, ils avaient fini par apprendre des informations utiles. Avant la Purge, Batuu était connue des Jedi, notamment pour la présence d’un Temple datant de la Haute République. Et un homme, à Black Spire, était spécialiste des reliques de toute sorte.
Buvant sa dernière gorgée à contrecœur, Merrin se leva, Cal à sa suite, et marcha vers la sortie.

En quittant la cantina, ils croisèrent un astromech bleu et blanc, propre, pépiant sur une tonalité rassurante. Cal et Merrin l’ignorèrent et continuèrent leur chemin. Leur objectif se trouvait de l’autre côté de la zone marchande. Un bâtiment vaguement sphérique, gris, visiblement ancien et solide. Tel était l’aspect de l’antre de Dok-Ondar, le plus prestigieux magasin de Batuu où l’on trouvait peut-être la plus grande collection d’antiquités de toute la galaxie.
Un Céréen attendait devant, appuyé contre le mur. Il ne réagit aux deux visiteurs que par un grognement approximatif.
— Nous voudrions voir Dok-Ondar… en privé, dit Merrin.

— Grammo zekk grz’…
Un non-humain à la mine patibulaire gronda des jurons inintelligibles lorsque Cal et Merrin, en entrant dans le bâtiment en suivant le Céréen, le forcèrent à infléchir sa marche un instant. Mais quelque chose d’autre capta leur attention : l’immense quantité d’objets rares accrochés au mur ou posés sur les étagères. Cal n’en crut pas ses yeux lorsqu’il vit une tunique Jedi de la Haute République, Merrin resta pantoise devant une tête de la même espèce que Gorgara.
L’homme de main les interpella dans un basic châtié. L’Ithorien acceptait de les recevoir.

Ils pénétrèrent fébriles dans l’arrière-boutique. Et en ressortirent plus que déçus.
Dok-Ondar ne leur avait donné aucun véritable renseignement. S’il avait admis du bout des lèvres que Grogu avait transité par Batuu quelques temps avant, il avait botté en touche puis renvoyé le couple quand ils avaient voulu savoir sa destination ou qui l’accompagnait.
La tête basse, sans piper mot, Cal et Merrin retournèrent machinalement au Mantis… pour avoir la surprise du Céréen qui les y attendait.
— Déçus, hein ?
— Ah ça, c'est sûr, oui !
— Je peux peut-être vous dépanner… si vous avez assez de crédits.

Si Dok-Ondar s’était montré aussi évasif, c’est parce qu’un mystérieux Impérial haut placé était lui aussi sur la piste de la petite créature. Il n’en savait pas plus sur cet homme, mais l’impression qu’il lui avait laissée était assez inquiétante.
— Et Grogu ?
— … leur vaisseau… est parti pour Troithe, dit le Céréen avant d’empocher les crédits et de s’en aller.
Cal et Merrin se regardèrent de la même expression, mêlant crainte et détermination. Le Noyau. Un Impérial. Ce sauvetage s’annonçait plus compliqué que prévu. Mais abandonner Grogu n’était pas une option.


Influence (93 mots)

Non sans appréhension, Cal activa la communication avec le contact de Greez. Les systèmes spéciaux du Mantis n’auraient jamais assez d’influence sur les contrôles impériaux dans le Noyau, avait prévenu le Latero. En conséquence, il avait transmis au couple les coordonnées d’une de ses connaissances. Un pirate et contrebandier tout sauf digne de confiance mais qui avait toujours un tuyau pour tout – y compris des codes d’accès rares.
L’hologramme d’un Weequay mince, aux cornes saillantes et au sourire étrange se matérialisa.
— Bonjour… je suis un ami de Greez.
"Nous sommes tous la République."


Fan-fics: Le Secret de Ryloth, Je vous l'avais dit, Zolta : premières armes
GTZL1
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1180
Enregistré le: 09 Avr 2020
Localisation: flying Maul's Gauntlet
 

Messagepar Mandoad » Ven 19 Nov 2021 - 16:39   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Pas très inspiré pour celui-ci...

19. Influence


L’influence, voilà ce qui compte vraiment sur Batuu comme sur de nombreux monde. Vous pouvez être fort ou intelligent que cela ne vous mènera qu’à des positions situées au milieu de l’échelle au mieux. Certains vous diront que le pouvoir est l’aspect le plus important, pourtant celui-ci reste non-existant sans soutien, sans une ribambelle de jokers de votre manche que vous pouvez exploiter au meilleur moment. Non le pouvoir, le vrai pourvoir n’est accessible que si votre influence sur le monde qui vous entoure est suffisante et… Pourquoi est-ce que je raconte ça déjà ?


(101)
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi, Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8), Une lueur dans l'obscurité & Vauriens, Rebelles et Cartels
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1498
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Joysstar » Ven 19 Nov 2021 - 20:06   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Allons-y !

Niveau : Sith Sadique

Décompte des mots : 100 !

Jour 19 - Influence

Aujourd’hui, ils célébraient leurs cinq ans. Zeb soupira en rentrant chez lui, l’esprit rempli de souvenirs, ils s’étaient haïs viscéralement au premier regard, puis avaient développé quelque chose de beaucoup plus agréable. Cependant, il fut déçu de l’absence de Kallus, avant de se rende compte que le chemin qui menait à leur chambre était parsemé de pétales de fleurs aux teintes évocatrices, que des chandelles ornaient ce tapis multicolore, et un délicat parfum agrémentait le décor. S’il l’avait pu, Zeb aurait rougi jusqu’aux oreilles. Son amant donnait vraiment dans le romantique ce soir.
Rien de tel qu'une bouffée d'air frais, un cahier et un stylo à côté, un livre à portée de main, et de la musique... pour un moment de paix.
Cliquez...
Joysstar
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5275
Enregistré le: 15 Sep 2013
Localisation: Dans un verre d'une liqueur rouge
 

Messagepar Dark Stratis 23 » Ven 19 Nov 2021 - 20:08   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Précédemment :

Spoiler: Afficher
Jour 1 - Holocron

Paix. Sérénité. La Force.
La pièce était baignée d’une faible lueur bleue. En son centre, le petit objet cubique projetait une image tri-dimensionnelle d’une jeune femme courant dans un champ de fleurs, les cheveux dans le vent. Son visage juvénile était illuminé par un éclatant sourire et ses yeux brillaient d’innocence.
Une innocence que Jenkin n’avait plus. L’Empire lui avait arraché toute raison de vivre.
Rage. Désespoir.
Un Jedi n’était pas censé éprouver ces sentiments. Pourtant, alors qu’il s’apprêtait à rejoindre la Rébellion, venger Lora restait sa seule et unique motivation.


Jour 2 - Crosshair

L’équipage hétéroclite au sein duquel avait échoué Jenkin était notamment composé de Crosshair.
Grand, à l’aspect cadavérique, c’était en outre une arme mortelle, un sniper d’élite. Alors que les autres membres du groupe allaient, la fleur au fusil, faire face à l’Empire, Crosshair avait de l’expérience. Cela se voyait. Pour lui aussi, ce combat était personnel.
Il prétendait avoir jadis servi au sein de la Grande Armée de la République. Mais c’était certainement faux. Par le passé, Jenkin avait mené bon nombre de soldats clones au front. Crosshair ne ressemblait à aucun d’eux…


Jour 3 - Grogu Gro'Ghu

Harvick, le chef de la petite escouade rebelle prit la parole.
« Le Haut Commandement nous a transmis tous les détails de notre mission. Notre cible : Gro’Ghu.
- Grogu ? C’est qui lui, encore ?
Comme à son habitude, Chrissy venait de faire irruption, comme une fleur, dans la salle de briefing.
- Gro’Ghu. Il s’agit d’un sale crapaud vert qui se trouve être à la tête d’un important réseau de contrebande. Selon nos sources, il fournit des armes à l’avant-poste impérial de Zaant. Nous allons mettre un terme à ses activités dans le secteur. Vous me suivez ? »


Jour 4 - Tatooine

Leur transporteur attendait sur le quai 94. Harvick avait demandé aux mécaniciens de Mos Eisley de faire une révision complète de l’appareil. Sur Tatooine, le sable s’immisçait partout… Jusque dans le moindre conduit d’aération. Ici, négligence était synonyme d’une mort certaine.

Jenkin était originaire d’un monde luxuriant, où les arbres étaient perpétuellement en fleurs. Même s’il l’avait quitté il y’a de ça tant d’années, il ne pourrait jamais s’habituer à la désolation caractéristique de Tatooine. Il était bien content de quitter cette planète poussiéreuse. D’autant plus qu’il allait enfin se dresser contre l’Empire !


Jour 5 - Grievous

« Cap sur Utapau ! »
Jenkin fit la grimace. Il s’apprêtait à quitter un monde désertique pour se rendre sur… Un autre monde désertique ? La galaxie n’était donc constituée que de cailloux ensablés ?
Crosshair remua.
« C’est sur cette planète que le Général Grievous a été vaincu. Avec mes frères, je n’ai jamais eu l’occasion de me retrouver face à lui... »
Jenkin, lui, avait jadis affronté le redoutable cyborg. A l’époque, il était encore dans la fleur de l’âge. Depuis, la brûlure de sabre laser qui barrait son torse lui rappelait à quel point il n’était pas passé loin de la mort.


Jour 6 - Dragon Krayt

Le transporteur avait quitté Mos Eisley et sillonnait à présent l’étendue desséchée de Tatooine. Ce détour permettrait aux rebelles de s’assurer que personne ne les avait pris en filature.
La voix de Chrissy grésilla dans le système comm’.
« On a heurté quelque chose. Jenkin, mon vieux, fais-moi une fleur, va voir de quoi il retourne. »
Quelque chose les avait heurtés eut été plus correct. Ni une, ni deux, Jenkin prit place dans les tourelles. Faisant le vide en lui, le Jedi pressa les commandes de tirs et décocha une salve de laser dans la gueule béante du Dragon Krayt.


Jour 7 - Tobias Beckett

Un verre de brandy corellien dans une main, son blaster dans l’autre, Tobias Beckett regardait d’un air impassible son interlocuteur. Il s’agissait d’une… Sorte de grenouille verte. Tobias aurait été incapable d’en faire une description plus fidèle. Quoiqu’il en soit, il n’aurait absolument pas fait tache au milieu d’une fleur de nénuphar poussant sur Glee Anselm.
« Pour ce travail, je prends le double du tarif habituel, Gro’Ghu.
- Marché conclu, Beckett. J’ai une cargaison à livrer sur Zaant. Tu es le seul pilote qualifié et avec un vaisseau qu’il me reste sous le coude. »


Jour 8 - Avar Kriss

Paix. Sérénité.
Avant de passer à l’action, Jenkin avait toujours besoin d’apaiser son esprit. Il avait appris cette technique de relaxation en étudiant d’antiques enregistrements de la Jedi Avar Kriss.
L’Univers n’était qu’un tout connecté par la Force. Avar Kriss voyait cela comme un chant, une partition complexe et ordonnée. Jenkin, lui, percevait la Force comme un tableau coloré dans lequel le moindre coup de pinceau avait son importance.
Et hors de l’espace pressurisé du vaisseau, dans le vide sidéral, un élément attira son attention : quelque chose sonnait aussi faux qu’une fleur fanée au beau milieu du printemps.


Jour 9 - Cailloux

Une secousse accompagna le retour en espace normal. Jenkin accourut dans le cockpit. Déjà, les trainées lumineuses disparaissaient pour accueillir la sphère tachetée qu’était Utapau.
« Ce vaisseau. C’est notre cible !
- Tu es certain ? Il a de l’avance. Au vu du vecteur qu’il emprunte, on n’arrivera pas à l’intercepter avant…
Jenkin n’écoutait plus. La Force lui avait soufflé la solution : un petit corps céleste, une poussière à cette échelle, à peine plus grosse qu’un bourgeon de fleur d’Arbre Uneti. D’une simple impulsion de son esprit, le caillou se mit à fendre le cosmos… Et perfora les réacteurs du fuyard.


Jour 10 - Sabé

Gro’Ghu n’était pas stupide. C’était évident qu’on allait s’en prendre à sa cargaison. Qui ne voudrait pas mettre la main sur un chargement destiné à l’Empire ? Cette fois, il s’occuperait lui-même de la livraison au vu de la nature… Particulière de ce qu’il transportait.
Sans vouloir se jeter des fleurs, son plan était brillant. Gro’Ghu était un criminel mais il connaissait bien l’Histoire Galactique : Sabé, Cordé, ces femmes qui avaient servi de doublure à la Reine Amidala de Naboo étaient devenues des légendes. De la même manière, utiliser Beckett comme leurre était brillant, tout simplement.


Jour 11 - Cato Neimoidia

En orbite d’Utapau, les rebelles avaient eu la désagréable surprise de découvrir que les soutes du Rampart, appartenant au contrebandier Tobias Beckett, étaient vides. Pire, Gro’Ghu n’avait pas pointé le bout de son nez sur Zaant. Jenkin enrageait encore de s’être fait avoir comme une fleur. Pourtant, la Force avait tenté de l’avertir de la supercherie… Et l’avait finalement mené sur Cato Neimoidia.
Autrefois, la planète était réputée pour ses somptueux palais, symboles de la richesse des Neimoidiens. Aujourd’hui, ce monde n’était plus que l’ombre de son éclat passé. La guerre ne pardonnait pas. L’Empire non plus.



Jour 12 - Fennec

« Et donc, tu as fait tout ce chemin jusqu’à Cato Neimoidia en espérant que je t’aide à retrouver la trace de Gro’Ghu ?
Jenkin faisait face à son interlocutrice, une vieille connaissance peu fréquentable du nom de Fennec Shand.
- J’ai pensé qu’en souvenir du bon vieux temps, tu pourrais…
- Tu n’as pas changé, Jenkin. Toujours aussi fleur bleue. Certes, Gro’Ghu ne paye pas très bien mais il me doit encore des crédits pour mon dernier job. Cela me gênerait qu’il ne survive pas à sa rencontre avec toi. Sauf si sa dette est auparavant effacée, bien évidemment… »


Jour 13 - Fruit Jogan

Jenkin aperçut Chrissy croquant à pleines dents un Jogan. Discrètement, il se fraya un chemin au milieu de la foule pour la rejoindre.
« Gro’Ghu a une base secrète sur Arba 2. C’est là qu’il reçoit ses partenaires commerciaux les plus précieux pour y conclure les transactions devant rester confidentielles.
D’un revers de manche, la pilote rebelle essuya le jus qui perlait au coin de ses lèvres.
- En quoi ces informations seraient-elles plus fiables que celles de nos espions sur Utapau ? Demanda-t-elle.
- Crois-moi. Fennec est la fine fleur des chasseurs de primes. Elle a une réputation à préserver. »


Jour 14 - Mara Jade

Cet être était pathétique, pensa-t-elle
« C’est un honneur de vous rencontrer, Madame. Soyez assurée de mon éternelle loyauté envers l’Empereur.
Mara avait été formée au Côté Obscur de la Force. Elle avait abandonné son nom en même temps que la lumière pour devenir la Onzième Sœur. Toutes ces années durant, elle avait accompli, sans sourciller, la volonté de son maître.
Aujourd’hui, elle s’assurerait que cette immonde créature comptait respecter son engagement. Après quoi, elle lui arracherait ce qu’elle était venue chercher et la piétinerait comme une vulgaire fleur desséchée. Elle sourit.
- Plaisir partagé, Gro’Ghu. »


Jour 15 - R5-D2

Le transporteur rebelle filait vers l’unique continent d’Arba 2 lorsqu’un chasseur solitaire surgit de la brume. En un instant, l’atmosphère s’embrasa et un déluge de laser s’abattit sur eux. Une secousse ébranla alors le vaisseau comme une fleur malmenée par la tempête. Chrissy étouffa un juron.
« Stang ! Le propulseur tribord est touché !
- On manque cruellement de droïde astromécanicien dans notre équipage, commenta Harvick. L’un d’eux m’a sauvé la vie une fois. R2-D2 je crois…
- Là, tout de suite, cela ne m’intéresse pas, Chef ! »
Les alarmes entamèrent leur plainte stridente tandis que leur attaquant revenait à la charge.


Jour 16 - Zekk

« Transporteur non identifié, veuillez-vous identifier et décliner la raison de votre présence. »
« Ton plan ne marchera jamais, marmonna Chrissy à voix basse.
- Comment tu le sais puisque tu n’as pas encore essayé ? Détends-toi, je te sens à fleur de peau.
La pilote ravala une réplique cinglante destinée à Jenkin, se contentant d’allumer l’unité comm’.
- Ici Fennec Shand aux commandes du…
- Fennec ? Ça fait un bail ! C’est moi, Zekk, de la Grande Chasse de Malastare.
- Bien sûr… Zekk… De Malastare… Sacré souvenir...
- Je ne savais pas que Gro’Ghu attendait un visiteur supplémentaire. Tu peux te poser, la plateforme 23 est libre. »


Jour 17 - Dok-Ondar

A peine avait-il posé un pied sur l’aire d’atterrissage que les ténèbres l’assaillirent. Un frisson lui parcourut l’échine : le Côté Obscur était à l’œuvre en ces lieux, séduisant et à la fois effrayant. Jadis, son maître avait comparé ce pouvoir à des fleurs empoisonnées. Il comprenait pourquoi.
Pa réflexe, Jenkin chercha le contact rassurant de la poignée métallique. Son sabre laser avait été perdu au moment de l’Ordre 66. Ne pouvant s’imaginer combattre sans une telle arme, il avait fini par en racheter d’occasion à un marchand d’antiquités sur Batuu.
« Trouvez le chargement. Je vous rejoindrai. »


Jour 18 - Céréen

Sans plus d’explication, Jenkin rebroussa chemin. Un premier tir fusa, manquant Chrissy de peu. Puis un second laissa une empreinte carbonisée à fleur de mur. La pilote se mit à couvert, non sans avoir auparavant abattu un Rodien et un Humain. Crosshair et Harvick en firent de même. Déjà, un Céréen musclé s’affairait derrière un E-WEB. Cela risquait d’être problématique…
Rapide comme l’éclair, Crosshair s’accouda sur la barricade afin de prendre ses appuis et pressa la détente. Son tir atteignit le colosse à la tête et son crâne imposant fut littéralement vaporisé par la décharge d’énergie.



Jour 19 - Influence

La perturbation que Jenkin avait ressenti dans la Force l’avait mené jusqu’à cette silhouette féline vêtue de noire et à la crinière aussi rouge qu’une fleur de plom. Il s’agissait à n’en pas douter d’une adepte du Côté Obscur, un ange de la mort au service de l’Empereur.

A ses pieds, roulait la tête de la créature verte avec laquelle elle s’entretenait encore quelques instants plus tôt. D’un pas assuré, le Jedi sortit de sa cachette et activa son arme, prêt à mettre un terme à l’influence maléfique du Côté Obscur.


101 mots :jap:
"Tant qu'il restera des Jedi en vie, je n'en aurai jamais assez!"- Aurra Sing
La toupie tourne
Staffeur encyclopédie et collection.
Dark Stratis 23
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 14873
Enregistré le: 08 Jan 2014
Localisation: Là où y'a du jedi à défoncer ^^
 

Messagepar L2-D2 » Ven 19 Nov 2021 - 20:13   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Le pétage de câble du vendredi ! :x

19 – INFLUENCE

- Coupez ! Bon sang, Daniel, arrête de détacher Christoph ! On la refait... encore...
Daniel Craig en avait assez. Il faisait exactement ce qu'on lui avait demandé, pourtant ! Vous allez enlever ces liens et quitter la cellule avec la porte ouverte, lui avait dit Daisy Ridley pas plus tard que tout à l'heure, alors qu'il faisait coucou sur le tournage d'à-côté. Ce n'était pas dans le scénario de Spectre, mais pas de problèmes, il était un professionnel, il allait donc détacher...
Et maintenant on le lui reprochait ?
Adieu 007. Je vais plutôt tourner dans le spin-off que m'a proposé Lucasfilm : JB-007, a Star Wars story !

110 mots
A demain ! :hello:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8046
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Chadax » Ven 19 Nov 2021 - 21:53   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

19- Influence

Influencer les esprits faibles était devenu chez Obi-Wan une désagréable habitude, qu'il utilisait essentiellement chez les rares épiciers du coin. Mais comme les fleurs avaient besoin d'eau, lui avait besoin d'un minimum de nourriture. Or, son manque de ressources financières l'obligeait à souvent recourir à certaines astuces, que les anciens Jedi auraient certainement désapprouvées. Mais il essayait de se convaincre qu'il n'avait pas le choix : c'était impératif pour réussir à subsister, tout en gardant un profil le plus bas possible, et ainsi continuer à veiller sur l'avenir du jeune Luke Skywalker.


(100)
Un magicien n'est jamais en retard. Ni en avance d'ailleurs. Il arrive toujours précisément à l'heure prévue.
Chadax
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 27561
Enregistré le: 06 Avr 2005
Localisation: Fontainebleau
 

Messagepar mat-vador » Ven 19 Nov 2021 - 22:25   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Inspiration complètement foireuse !


19. Influence


- Lessive, achetez notre belle lessive ! Elle lave plus pur que pur !
( Un journaliste officiel payé par le BSI s'avance vers le stand )
- Bonjour, madame ! C'est pour une interview, on peut vous déranger ?
- Ah mais là, j'ai pas le temps ! Je suis débordée !
- Ça ne prendra pas longtemps ! C'est pour la grandeur de l'Empire !
- Bon, allez-y !
- Pourquoi vendez-vous de la lessive ?
- Parce que je suis payée pour !
- Ne pensez-vous pas que vous œuvrez sous l'influence d'un lobby pro vapodoucheur subversif ? Nos abonnés se posent la question !
- Bon, si vous achetez pas ma lessive, barrez-vous !


104 mots
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3267
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar OBI-WAN7 » Sam 20 Nov 2021 - 8:45   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Hello, bon weekend à tous !

Précédemment dans "Les nouvelles aventures de Keiran" :

Spoiler: Afficher
*** Cos-137 ***

1/11/2021 – Chapitre 1 : Arrivée sur Tatooine (105 mots)

Cela faisait plus d’un an que mon maître et moi parcourions la galaxie de long en large tout en évitant autant que possible les forces de l’ordre. Pour quelle raison ? Ça, je ne l’avais pas vraiment compris. Je savais simplement que mon maître, Fleur Solaris de son nom, avait de gros ennuis avec certains commandants bien placés dans les rangs de l’Empire liés à un holocron qu’il avait “réxupéré”. Son vieux vaisseau, un cargo corellien XS stock légèrement modifié, nous faisais régulièrement des frayeurs comme ce jour où une fuite de l’hyperdrive nous poussa à nous poser en urgence sur Tatooine…

2/11/2021 – Chapitre 2 : Quelques frayeurs (110 mots)

Le cockpit ressemblait à un sapin de Noël. Notre cargo tombait à une vitesse incroyable, je me retrouvais plaqué au fond de la salle de pilotage. Fleur s’était évanoui et je pensais que ma vieille carcasse vivait ses dernières heures en tant que Cos-137, ce droïde utilitaire de type JN-66 que j’étais. Soudain, les lumières du vaisseau revinrent aussi vite qu’elles avaient disparu. Dans un effort sans précédent, je parvenais à me remettre aux commandes mais nos deux vies, si j’ose dire, étaient en jeu. Le sable des dunes approchait dangereusement quand je réussis à activer les parachutes de sécurité et la fonction Crosshair du vaisseau.

3/11/2021 – Chapitre 3 : Vers la civilisation ? (110 mots)

Notre arrivée fracassante s’était faite suffisamment loin de la civilisation pour ne pas attirer l’attention. Après deux jours passés dans le vaisseau, Fleur avait pu se reposer et réparer les éléments défectueux de l’engin. Nous pouvions repartir, mais quelque chose le poussa à rester un moment sur cette planète isolée. Il y avait là comme un sentiment de sécurité vis-à-vis des forces de l’Empire. Nous marchâmes près de quatre heures avant de rencontrer le premier signe de vie civilisée. Du moins, c’est ce que nous pensions. Nous entrâmes dans l’établissement, le seul bâtiment alentour. Le mot « GROGU » clignotait sur la façade.

Chapitre 4 : Il s’appelait Budda (110 mots)

Mes récepteurs olfactifs détectèrent immédiatement les odeurs de transpiration et d’alcool omniprésentes dans ce night-club. À la lueur des lumières tamisées, des femmes Twi’leks se dandinaient au rythme de la musique avec seulement une brassière et un short. Plusieurs clients étaient assis ici et là, d’espèces variées et venant des quatre coins de la galaxie. Nous nous assîmes à une table dans l’espoir de prendre une consommation et trouver quelqu’un qui pourrait nous indiquer où nous rendre pour acheter des vivres, sur Tatouïne. Soudain, un immense Hutt se précipita sur nous. « Je suis Budda le Hutt, et je vous attendais ! » s’exclama-t-il.

5/11/2021 – Chapitre 5 : Une rencontre surprenante (105 mots)

Le quiproquo tourna court. Budda, le propriétaire des lieux, avait pris Fleur pour un chasseur de primes qu’il avait envoyé traiter avec un pilote de podracers. Confus, il nous invita à prendre un verre en appelant Grievous, l’une des rares serveuses humaines de son établissement. Celle-ci s’approcha et demanda à Fleur ce qu’il souhaitait boire. Cette jeune femme brune me regarda longuement. Je l’analysais : elle portait un t-shirt blanc moulant et un short bleu qui laissait ses interminables jambes à découvert. En repartant, elle se retourna brusquement et lança à Fleur « où avez-vous trouvé cette unité JN-66 ? ».


*** Ileca ***

6/11/2021 – Chapitre 6 : Comment devient-on serveuse dans un night-club ? (91 mots)

Déjà deux ans ! Deux longues années que je suis bloquée sur cette planète minable, dans ces conditions déplorables à travailler pour quelqu’un de déplorable… Si seulement, je n’avais pas croisé la route de Gardulla Besadii et son dragon Krayt des canyons quand j’ai atterri ici après la disparition de Keiran… Depuis, cette satanée Hutt m’a enfermée et échangée contre des podracers… Deux ans qu’il m’utilise pour servir les clients de son night-club. Heureusement, j’ai un plan pour m’échapper d’ici, mais j’aurais besoin d’aide…

7/11/2021 – Chapitre 7 : Qui est Keiran Sorn ? (103 mots)

Comme Tobias Beckett, je ne fais confiance à personne, et c’est la seule raison pour laquelle je suis encore en vie après ce qu’il s’est passé il y a deux ans. Les troopers nous pourchassaient, ils savaient que notre vaisseau transportait un chevalier Jedi à son bord. Comment ils l’ont su ? Je l’ignore encore, mais je suis certaine que nous avons été trahis. Par chance, j’ai réussi à m’échapper, mais ce n’est pas le cas de mes deux acolytes. Depuis ce jour, je me suis promis que je sauverai cet homme, ce Jedi : Keiran Sorn.

8/11/2021 – Chapitre 8 : La vie trépidante des night-clubs Hutt (109 mots)

Je me souvenais d’une histoire que Keira m’avait raconté. Il avait entendu parler d’une jeune Jedi nommée Avar Kriss dont il m’avait vanté les mérites. Ces deux dernières années, je m’étais accroché à cette histoire. Je pensais à Avar quand je rencontrais des clients un peu insistants, certains d’entre eux auraient bien mérités un coup de sabre laser bien placé… Je pensais à elle quand je rentrais seule, dans la nuit, jusque chez moi. Son sabre aurait éclairé mon chemin. Et aussi quand Lumtronec a essayé de m’agresser. Avar aurait utilisé la Force pour le jeter dans le Sarlacc. Ah, quelle femme inspirante !

9/11/2021 – Chapitre 9 : Des cailloux tombés du ciel – partie 1 (102 mots)

Ce matin en me levant, j’ai entendu de drôles de bruits sur le toit de la bâtisse qui me sert de maison. Je me suis précipitée dehors pour observer ce qu’il se passait. Sapristi, j’ai rapidement fait volte-face pour rentrer. Je n’avais encore jamais vu ça : de gros cailloux tombaient littéralement du ciel. Certains ont commencés à perforer le toit en terre du bâtiment. Je me suis précipitée sous la table. Les cailloux étaient assez pointus pour passer à travers le toit mais la terre freinaient la descente et la table me protégeait de ces petits objets imprévisibles…

10/11/2021 – Chapitre 10 : Des cailloux tombés du ciel – partie 2 (95 mots)

Quand ça s’est arrêté, j’ai demandé à Sabé, la serveuse qui occupe la chambre à côté de la mienne, ce qu’il s’était passé. Elle m’a expliquée que cet évènement rare survenait à peu près tous les cinquante ans sur cette planète. Ça n’augurait rien de bon. En fin de journée, nous sommes toutes deux parties travailler, ne sachant pas trop à quoi nous attendre. C’est finalement quand j’ai vu ces clients débarquer que j’ai compris que la légende dont m’avait parlée Sabé pouvait être fondée...


11/11/2021 – Chapitre 11 : Une vieille histoire (96 mots)

Ce pouvait être un hasard, bien sur, une unité JN-66 qui vient sur Tatouïne. Mais non, l’écrou bleu de son bras ne laissait aucun doute, je connaissais ce droïde et je le connaissais très bien. Bien des années plus tôt, alors que Keiran, lui et moi étions sur Cato Neimoidia, Cos-137 avait été touché par un tir de blaster et on avait dû remplacer quelques pièces, notamment ce boulon, sur ce qui lui sert de coude. Bref, Cos-137, ce vieil ami, se tenait là, devant moi, après toutes ces années où nous avions été séparés.


12/11/2021 – Chapitre 12 : Loin des yeux, loin du coeur (108 mots)

— Hey, tête de fennec ! Demandais-je à l’adresse de Cos-137. Celui-ci m’observa avec surprise mais ne semblait pas me reconnaître.
— Pardon, je ne commande rien, merci, jeune femme.
L’homme qui l’accompagnait éclata de rire :
— C’est vrai que mon droïde a une tête de fennec ! Un lait bleu pour moi ma jolie.
— Votre droïde ? M’écriais-je. Cos, allons, ne me reconnais-tu pas ? C’est moi, Ileca, me mis-je à chuchoter tout en regardant derrière moi.
— Non, non, c’est mon droïde, je l’ai acheté à l’autre bout de la galaxie, qu’est-ce c’est que cette histoire ?

13/11/2021 – Chapitre 13 : Une nouvelle aventure (109 mots)

Soudain, je sentis un objet mou heurter mon dos. Un liquide coulait, je me retournais lentement et compris vis le morceau violet qui venait de s’écraser dans mon dos : un fruit Jogan. Budda s’en prenait à moi. Il avait dû entendre la conversation, le haussement de ton, ce qui était pourtant étonnant avec le brouhaha qui régnait ici. En tout cas, il était en colère, et à chaque fois qu’un tel sentiment le gagnait, il se mettait à jeter des fruits dans tous les sens en visant tout particulièrement ses employés…
— Cos, viens avec moi, hurlais-je alors que j’attrapais le droïde par son bras robotisé.

14/11/2021 – Chapitre 14 – Quitter ce trou à rat - partie 1 (102 mots)

Tandis qu’à l’autre bout de la galaxie naissait Mara Jade, je courrais en direction de la sortie de l’établissement avec Cos, que je tenais par la main, volant juste derrière moi. Fleur nous courrait après ne comprenant pas vraiment ce que je voulais à son droïde. Il ne semblait pas spécialement inquiet et paraissait presque soulagé de sortir d’ici. La grosse limace qui se faisait appeler Budda, avec sa lenteur légendaire, tentait de nous rattraper. Je ne m’en inquiétais pas spécialement de sa poursuite, toutefois le chasseur de prime qu’il avait missionné me faisait davantage soucis…

15/11/2021 – Chapitre 15 : Quitter ce trou à rat – partie 2 (100 mots)

— Mais enfin, que me voulez-vous jeune femme ? Je ne vous connais pas, vous devez faire me confondre avec quelqu’un d’autre, criais-je alors que la serveuse m’emportait avec elle dans sa fuite.
La brune ne daignait pas répondre. Fleur, quant à lui, semblait plutôt amusé. Je ne trouverais aucune aide auprès de lui. Un tir de blister vint heurter la lourde porte qui nous permettait de sortir. Le boîtier de commande semblait visé. Flûte alors, quelqu’un nous avait pris en chasse ! C’est alors que mon regard se posa sur une forme connue : R2-D2 !

16/11/2021 – Chapitre 16 : Quitter ce trou à rat – partie 3 (108 mots)

J’aurais beaucoup aimé échanger quelques signaux avec mon ami D2, mais le temps ne semblait pas à la discussion. En deux temps trois mouvements, je me retrouvais à l’extérieur du night-club, toujours dans une allure effrénée et sans savoir où nous allions.
— Faites-moi confiance, suivez-moi, lança la serveuse.
Elle s’adressait à Fleur, et vraisemblablement, je n’avais pas mon mot à dire… Mon maître ne chercha pas à la contredire et courrait à son niveau.
Nous arrivâmes rapidement dans une sorte de grotte. Nous pensions être en sécurité, nous ignorions encore qu’un chasseur de primes qui se faisait appeler Zekk nous poursuivait.

17/11/2021 – Chapitre 17 : Un chasseur à nos trousses (110 mots)

— Je suis bloquée sur cette planète depuis deux ans, expliqua la brune. Avant, j’accompagnais un certain Keiran Sorn qui possédait un droïde.
Je connaissais ce nom, mais je n’arrivais pas à mettre un visage dessus.
— Ce droïde, c’est lui, reprit-elle en me désignant. Nous avons été pourchassés par un antiquaire qui voulait lui mettre la main dessus car il avait en mémoire des informations qui l’intéressaient, un certain Dok-Ondar. On a effacé la mémoire de ce droïde avant d’être séparés. Keiran a été capturé, et moi j’ai atterri ici.
J’étais abasourdi par le récit, alors que j’entendis un tir de blaster…

18/11/2021 – Chapitre 18 : Des informations capitales ? (105 mots)

Nous étions en danger mais Fleure ne semblait pas en être conscient.
— Quelles informations ? Demanda mon maître.
— Des informations permettant de localiser le sabre laser d’un célèbre Jedi Céréen
— C’est intéressant tout cela, mais pour le moment, nous étions supposés trouver des vivres pour quitter la planète. J’ai un vaisseau, mais rien à manger à bord !
— Bonne idée ! Je vous conduis chez moi, nous récupérerons le strict nécessaire et on file à bord de votre engin.
— Ah, alors vous venez avec nous ? S’enquit Fleur.
— On peut y aller, suggérai-je alors qu’un autre tir vint se loger tout près de nous.


19/11/2021 – Chapitre 19 : Course poursuite (107 mots)

Nous l’ignorions jusque-là, mais le night-club se trouvait près d’une petite ville dont j’ignorais le nom. Par chance, les rues étaient étroites et à cette heure-ci, avec le monde qui circulait au sein de la petite communauté, nous n’eûmes aucun mal à fausser compagnie au chasseur de primes. Du moins, c’est ce que nous pensions.
— Et, le droïde ! Dit une voix derrière moi.
Le temps que je me retourne, Fleur avait sorti son pistolaser et un tir venait heurter l’armure de notre pisteur.
— Cos, dépêche-toi, il n’a plus aucune influence sur toi, on a à faire.



*** Ileca ***

20/11/2021 – Chapitre 20 : L’histoire des sacs en tulle (106 mots)

Nous récupérâmes le strict nécessaire dans mon petit logement. Nous fourrions les quelques vivres que j’avais en stock dans des sacs en tulle et partîmes aussi vite que nous étions arrivés. Si Zekk avait été mis à terre par le tir de blaster du jeune homme qui accompagnait Cos, il risquait de rapidement retrouver ses esprits. Et nous ne voulions pas avoir encore à faire à lui. En route vers le vaisseau de mes nouveaux amis, je leur racontais l’histoire de ces sacs, qui avaient autrefois appartenus à un certain Hondo Ohnaka et qu’il utilisait pour transporter les butins qu’il avait dérobés.

Luke Skywalker: What a piece of junk!
Han Solo: She'll make point five past lightspeed. She may not look like much, but she's got it where it counts, kid. I've made a lot of special modifications myself.
OBI-WAN7
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 278
Enregistré le: 20 Avr 2003
 

Messagepar Rikuiame » Sam 20 Nov 2021 - 9:03   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bon weekend ! :hello:
Allez savoir, j'aime bien le thème du jour. :transpire:

Conditions d'écriture :

Spoiler: Afficher
Sachant pertinemment que je n'aurais pas la tête à écrire un texte par jour en novembre (jours fériés, weekend...), j'ai pris les devants en rédigeant le challenge sur le mois précédent sans me limiter à un seul texte par jour mais ayant pour objectif d'avoir plus de textes bouclés que de jours d'octobre passés. J'aurais dû m'ajouter le "défi" de ne pas passer à un texte tant que le précédent n'était pas achevé mais je n'ai pensé à cette contrainte que trop tard. :neutre:
Bref, par conséquent les 30 textes sont terminés depuis plus d'une semaine et contiennent très exactement 100 mots chacun (titre non inclus) même si je me permettrai, si besoin, de faire des ajustements à mesure qu'ils seront postés.
J'ai, d'ailleurs, assez tôt remarqué que le compteur de mots ne prenait pas en compte les chiffres. J'ai donc recouru à quelques artifices pour doper le nombre de mots à 2 ou 3 reprises. Les règles me semblent respectées mais par honnêteté intellectuelle vous voilà prévenus.

Concernant les contraintes, avoir de l'avance m'a permis de sereinement prendre le niveau 3 : Sith sadique. Chacune des scènes fait donc partie d'une histoire globale et le mot "fleur(s)" y est apparent 30 fois. J'espère que vous prendrez autant de plaisir à la lire que moi à l'écrire et lire les vôtres. :jap:
Enfin, je me suis ajouté une dernière contrainte : ne pas écrire le thème du jour dans le texte. Il m'était toutefois permis d'écrire les mots du thème dans les textes suivants ou précédents si besoin. Contrainte pas très dure à observer mais un peu casse-pied à 1 ou 2 reprises. :D


Précédemment dans le Challenge Novembre 2021 :

Spoiler: Afficher
Chapitre 1- Holocron (An -17)

L'éclat étincelant diminua en intensité. A travers la fente des paupières de IEL, se découpèrent les contours de la source de cette lumière aveuglante : un cône pyramidal pouvant tenir dans la main. Comment un objet si petit pouvait-il être si lumineux ?
Étendant le bras, IEL effleura la surface brillante d'un doigt griffu. Il y eut un déclic et l'atmosphère se métamorphosa. Les faces de la pyramide s'ouvrir comme les pétales d'une fleur et une voix d’outre-tombe fit trembler les murs qui avaient pris une teinte verdâtre, maladive.
- Qui ose convoiter notre secret ?


Chapitre 2- Crosshair (An -17)

Malgré les douleurs qui le faisaient atrocement souffrir, l’index posé sur la gâchette de son fusil perforateur (un antique modèle 773 !) ne tremblait pas.
Allongé sur un muret devant le temple, le vieux clone préparait le tir de sa vie. La cible, à 3.2 clicks dans un couloir courbe à 14%, faisait la taille d'un poing. Sans oublier les prémices d'une tempête qui rendaient la stabilité hasardeuse et tourbillonner le sable devant son réticule de visée ; cela revenait à toucher un pistil précis dans un champ de fleurs mouvant. Facile !
CT-9904 coinça son cure-dent entre ses lèvres et tira.


Chapitre 3- Grogu (An -17)

L’Holocron explosa comme une fleur enflammée lorsque le projectile l'atteignit en son centre.
L'écho de la voix sépulcrale mourut contre les parois du temple qui reprirent leur apparence initiale et un grand silence envahi la salle circulaire.
Soudain, une partie du mur se souleva en un grondement inquiétant. Faisant face à l'obscurité révélée, IEL avança d'un pas prudent. Dans la pénombre se distingua bientôt une forme ovoïde en suspension. Quand IEL approcha encore, la partie supérieure de l'œuf métallique se rabattit vers l'arrière.
Une petite main aux doigts crochus se tendit vers lui.


Chapitre 4- Tatooine (An -17)

Le vent avait forci et le sable piquait chaque parcelle de peau non protégée. Les capes claquaient sur leurs cuisses. Derrière eux, "l’œuf" flottait à 2 mètres de distance, son couvercle fermement scellé pour abriter son contenu.
IEL souffla par les orifices de son nez plat pour expulser ces sournois petits grains jaunes qui menaçaient de l'étouffer.
- Fais-moi fleur, dire nous pas perdus.
Son compagnon clone mit sa main en visière pour se préserver autant du sable que de l'écrasante chaleur qui se dégageait des 2 astres juchés au-dessus d'eux. Il soupira.
- Nous pas perdus. Content ?


Chapitre 5- Grievous (An -17)

Le vent chuintait autour d'eux mais l'abri tenait bon. Forcés de se tenir dans une inconfortable promiscuité, les deux mercenaires attendaient la fin du danger.
- Tu es un Kaleesh, fit le clone.
- Oui, répondit l'intéressé sans lever les pupilles des mosaïques de fleur qu'il traçait d'une griffe sur le sable.
- J'ai combattu un des tiens pendant la guerre. Un grand général !
IEL émit un son méprisant.
- Lui pas grand. Lui traître ! Qymaen jai Sheelal abandonné peuple pour servir ferraille.
- J'ai trahi les miens aussi, soupira Crosshair.
- Normal. Toi tout petit, AHAHAH !
- Silence ! Écoute...


Chapitre 6- Dragon Krayt (An -17)

Le sifflement était long, furieux, angoissant ; se répercutant sur les dunes il venait de partout, et nulle part.
Du sable jusqu'aux genoux, le Kaleesh courait, rampait, progressait aussi vite que le sol glissant le lui permettait. Il avait perdu son compagnon de vue. Avait-il été englouti avec "l’œuf" ? IEL n'en savait rien.
Chaque seconde la pente devenait plus raide. Chaque enjambée plus dure. Il sentit les mâchoires se refermer inexorablement sur lui et le soulever comme on cueille une fleur dans son jardin.
Il y eut un dernier remous puis le calme revint dans le désert.


Chapitre 7- Tobias Beckett (An -10)

Le vaisseau plana sur les dunes dans un vrombissement assourdissant.
Une corde pendait à son écoutille pendant qu'une femme pâle, que moulait avantageusement une combinaison orange vif, y grimpait. Dans son dos était sanglé un objet en forme... d’œuf.
Arrivée en haut, la femme arrangea son étrange coiffure rappelant une fleur et remit son chargement à un humain grisonnant à l'air contrarié.
Il y eut des gestes et des paroles violentes puis, alors que la situation semblait se calmer, l'homme poussa la femme par-delà la rampe du vaisseau.
Ce fut la chute qui la tua.


Chapitre 8- Avar Kriss (An -233)

Extrait de journal ayant échappé à l'autodafé impériale :

« Amis de la République, la Force est un chant.
Pour l'écouter vous parler tendez bien l'oreille,
Entendez ces strophes à nul autre pareil,
Qui se dérouleront dans plus de 200 ans.

Sous le règne d'un mal permanent de la peur,
Un trésor est enfoui dans un très lointain monde,
Coincé sous les sables entre des mâchoires qui grondent,
La fleur au fusil viendra un explorateur.

Et lui seul trouvera l'objet de sa recherche,
Qu'un vaurien fera choir d'un bon coup dans le derche. »

Source : Cantiques Jedi.


Chapitre 9- Cailloux (An -10)

Il était tout petit, minuscule. Pourtant il le tançait affreusement. Comment était-il arrivé là ; le mercenaire n'aurait trop su le dire ? Mais il était bien là et semblait ne vouloir lui laisser aucun répit.
Pourquoi ses commanditaires choisissaient-ils toujours les endroits les plus glauques ? Grognant de douleur sous son respirateur, le contrebandier marchait dans un paysage gris, dénué de vie. Pas un insecte, pas la moindre fleur à l'horizon.
Pourvu que l'échange ne s'éternise pas. Il n'avait qu'une envie, rentrer au vaisseau et déloger ce fils de Hutt coincé dans sa botte.


Chapitre 10- Sabé (An -10)

Quand on avait passé sa vie à graviter autour de la fine fleur de l'aristocratie, être obligée de crapahuter dans des montagnes désolées battues par les vents aurait pu paraître un défi bien difficile à relever pour une ancienne dame de compagnie.
Loin des ors de la royauté, des fastes banquets, et des robes de crinoline aux interminables frous-frous, la silhouette encapuchonnée avançait pourtant sans montrer signe de fatigue.
Le souvenir de sa courageuse reine continuait à lui donner force et vigueur des années après sa tragique disparition. Il lui en faudrait si elle voulait réussir sa mission.


Chapitre 11- Cato Neimodia (An -10)

- Vous avez les crédits ? demanda le contrebandier.
- Vous avez la cargaison ? répliqua la servante.
Beckett, les nerfs à fleur de peau, lui désigna la capsule oblongue qui flottait derrière lui. Était-ce pour cela qu'il dansait nerveusement d'un pied sur l'autre ou était-ce la peur des pluies acides venues des océans qui douchaient régulièrement la planète ?
Sabé extirpa de sa manche une lourde plaquette de crédits impériaux qu'elle prélevait de ses économies.
- Je pense que vous y trouverez largement votre compte.
Elle lui tendit la plaque au moment où une détonation déchirait la grisaille nuageuse.


Chapitre 12- Fennec (An -10)

Elle eut juste le temps de se mettre à couvert derrière un des rochers qui parsemaient la vallée humide quand la motte de terre rocailleuse où elle se tenait un instant avant explosa en une pluie de débris fumants et de fleurs carbonisées. Dos épousant la paroi dure et froide, Sabé sortit son blaster.
L'ancienne suivante jeta un œil par-dessus la crête de son abri de fortune et replongea aussitôt pour éviter un tir qui ricocha contre la pierre, laissant un trou béant et une odeur de cheveux brûlés.
Qui que soit ce sniper, il était terriblement doué.


Chapitre 13- Fruit Jogan (An -10)

3... 2... 1... Go !!
Le clone courut en direction de la capsule, l'attrapa au vol, sauta sur la passerelle de la navette qui se referma derrière lui et s'écroula au sol en riant joyeusement.
Retirant son casque, Wrecker avala son en-cas en une bouchée, inondant copieusement son menton de jus visqueux et tâchant de violet son armure bosselée. Il avait bien mérité ce petit remontant même si Shand avait maintenant 2 fois plus de raisons de leur coller au cul. Bah ! Il n'était plus dans la fleur de l'âge mais, pour un clone raté, il avait de beaux restes.


Chapitre 14- Mara Jade (An -10)

Fennec Shand la détestait. Si la chasseuse de prime était considérée comme étant dans la fleur de l'âge avec ses 25 ans, celle qui la toisait de son regard émeraude méprisant devait en avoir 7. Pourtant, sa présence était écrasante. Il y avait quelque chose de malsain chez cette fillette rousse engoncée dans une tenue de cuir révélatrice, poings sur ses hanches.
Les ragots disaient qu'elle était un agent impérial, un assassin formé et moulé par l'Empereur en personne. Fennec ne croyait pas aux rumeurs d'habitude. Mais là... Elle déglutit.
- Je suis désolée, la cible m'a échappé.


Chapitre 15- R2-D2 (An -9)

Le sénateur descendit du vaisseau, scrutant les visages de son comité d’accueil : des clones, aucun sourire sur leurs lèvres. Il ne s'attendait pas à recevoir de collier de fleurs, il était là pour affaires.
A son côté, son astromech bleu et blanc émit un trille inquiet. Bail lui tapota distraitement le dôme pour le réconforter.
- Du calme. Ce sont des amis.
Bien qu'il n'ait pas d'expression faciale, le droïde ne sembla pas particulièrement convaincu. Il alla se brancher sur la console la plus proche, se tenant prêt à remonter la rampe au moindre geste suspect.


Chapitre 16- Zekk (An 48)

La nuit, il arpente la Force. La technique l'approche de ténèbres qu'il redoute pour les avoir côtoyées à l'Académie de l'Ombre. Il sait quelles conséquences cela pourrait avoir sur lui. Ses amis. Sa famille. Il l'a déjà vue corrompre de bien meilleurs Jedi que lui.
Pourtant, quand le crépuscule arrive, il coiffe ses cheveux en une longue tresse, s'agenouille au milieu des fleurs de sa maison sur Hapès, et arpente la Force.
Pour le trouver, il doit marcher à travers les époques. Il en va de la survie des univers.
Où est l’Enfant ?


Chapitre 17- Dok-Ondar (An 1)

Bzzzzzt ! Flash. Douleur. Hurlement.
- Reprenons, dit l'homme en costume impérial, ses talonnettes claquant sur le sol immaculé. Comment est-il arrivé en votre possession ? Et à qui avez-vous vendu l’Objectif ?
Les bouches de l'Ithorien remuèrent sans émettre un son. Le droïde IT-O en profita pour faire jaillir un arc électrique de l'une de ses protubérances. Pris de panique, la tête en marteau du marchand se mit à osciller frénétiquement. L'humain sourit.
- Allons ! Nous savons qui vous êtes et le genre d’antiquités que vous exposez dans votre... « Antre ». Faites-vous une fleur : répondez !


Chapitre 18- Céréen (An -9)

Les veines bulbeuses de son crâne en forme de cône tressaillaient sous l'effort du pilote pour maintenir la navette sénatoriale dans un vecteur qui le mettrait hors d'atteinte de leur poursuivant. Ce dernier restait pourtant collé à leur train d'atterrissage, semblant anticiper toutes ses manœuvres. Pour le pilote, trié sur le volet pour ses capacités de calcul exceptionnelles, l'agresseur ne pouvait être qu'un as du pilotage... ou un de ces Jedi pourtant disparus.
En toute probabilité, leur vaisseau allait se transformer en fleur cosmique lumineuse dans les 5 minutes. Il fallait donner l'ordre d'évacuer.


Chapitre 19- Influence (An -9)

Depuis toujours, il arpente la Force.
Zekk se tient à l'intérieur d'un chasseur. Par la baie, il voit le propulseur d'une navette exploser tandis que des capsules tentent de s'échapper sous un feu nourri. L’Enfant est proche. Très proche. Et en grand danger !
Le Jedi baisse les yeux. Surpris, il reconnaît instantanément la pilote aux boucles rousses. Il distingue déjà en l'enfant la femme qu'elle deviendra un jour.
Il se place au-dessus de son épaule. Il murmure à son oreille : « Mara... Petite fleur... arrête-toi... »
Lentement, son doigt glisse de la gâchette.


Et tout de suite la suite :

Chapitre 20- Hondo Ohnaka (An -5)

Lorsqu’on avait bourlingué depuis aussi longtemps que lui, on développait un 7ème sens pour renifler les bonnes affaires. Le truc étant de se pointer comme une fleur et de se carapater avant que quelqu'un se pose des questions.
Hélas, son flair semblait lui avoir fait défaut. Il avait cru en sa bonne étoile en tombant sur une épave plutôt fraîche mais n'avait pu rien en retirer de viable si ce n'était cet étrange objet ovoïde métallique hermétiquement verrouillé. Probablement une capsule temporelle sans valeur. Mais le Weequay savait parfaitement à qui refourguer cette camelote sur Batuu.


Niveau 3 : Sith Sadique - 100 mots
[/quote]
Rikuiame
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 285
Enregistré le: 01 Nov 2020
 

Messagepar Dark Stratis 23 » Sam 20 Nov 2021 - 9:50   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Précédemment :

Spoiler: Afficher
Jour 1 - Holocron

Paix. Sérénité. La Force.
La pièce était baignée d’une faible lueur bleue. En son centre, le petit objet cubique projetait une image tri-dimensionnelle d’une jeune femme courant dans un champ de fleurs, les cheveux dans le vent. Son visage juvénile était illuminé par un éclatant sourire et ses yeux brillaient d’innocence.
Une innocence que Jenkin n’avait plus. L’Empire lui avait arraché toute raison de vivre.
Rage. Désespoir.
Un Jedi n’était pas censé éprouver ces sentiments. Pourtant, alors qu’il s’apprêtait à rejoindre la Rébellion, venger Lora restait sa seule et unique motivation.


Jour 2 - Crosshair

L’équipage hétéroclite au sein duquel avait échoué Jenkin était notamment composé de Crosshair.
Grand, à l’aspect cadavérique, c’était en outre une arme mortelle, un sniper d’élite. Alors que les autres membres du groupe allaient, la fleur au fusil, faire face à l’Empire, Crosshair avait de l’expérience. Cela se voyait. Pour lui aussi, ce combat était personnel.
Il prétendait avoir jadis servi au sein de la Grande Armée de la République. Mais c’était certainement faux. Par le passé, Jenkin avait mené bon nombre de soldats clones au front. Crosshair ne ressemblait à aucun d’eux…


Jour 3 - Grogu Gro'Ghu

Harvick, le chef de la petite escouade rebelle prit la parole.
« Le Haut Commandement nous a transmis tous les détails de notre mission. Notre cible : Gro’Ghu.
- Grogu ? C’est qui lui, encore ?
Comme à son habitude, Chrissy venait de faire irruption, comme une fleur, dans la salle de briefing.
- Gro’Ghu. Il s’agit d’un sale crapaud vert qui se trouve être à la tête d’un important réseau de contrebande. Selon nos sources, il fournit des armes à l’avant-poste impérial de Zaant. Nous allons mettre un terme à ses activités dans le secteur. Vous me suivez ? »


Jour 4 - Tatooine

Leur transporteur attendait sur le quai 94. Harvick avait demandé aux mécaniciens de Mos Eisley de faire une révision complète de l’appareil. Sur Tatooine, le sable s’immisçait partout… Jusque dans le moindre conduit d’aération. Ici, négligence était synonyme d’une mort certaine.

Jenkin était originaire d’un monde luxuriant, où les arbres étaient perpétuellement en fleurs. Même s’il l’avait quitté il y’a de ça tant d’années, il ne pourrait jamais s’habituer à la désolation caractéristique de Tatooine. Il était bien content de quitter cette planète poussiéreuse. D’autant plus qu’il allait enfin se dresser contre l’Empire !


Jour 5 - Grievous

« Cap sur Utapau ! »
Jenkin fit la grimace. Il s’apprêtait à quitter un monde désertique pour se rendre sur… Un autre monde désertique ? La galaxie n’était donc constituée que de cailloux ensablés ?
Crosshair remua.
« C’est sur cette planète que le Général Grievous a été vaincu. Avec mes frères, je n’ai jamais eu l’occasion de me retrouver face à lui... »
Jenkin, lui, avait jadis affronté le redoutable cyborg. A l’époque, il était encore dans la fleur de l’âge. Depuis, la brûlure de sabre laser qui barrait son torse lui rappelait à quel point il n’était pas passé loin de la mort.


Jour 6 - Dragon Krayt

Le transporteur avait quitté Mos Eisley et sillonnait à présent l’étendue desséchée de Tatooine. Ce détour permettrait aux rebelles de s’assurer que personne ne les avait pris en filature.
La voix de Chrissy grésilla dans le système comm’.
« On a heurté quelque chose. Jenkin, mon vieux, fais-moi une fleur, va voir de quoi il retourne. »
Quelque chose les avait heurtés eut été plus correct. Ni une, ni deux, Jenkin prit place dans les tourelles. Faisant le vide en lui, le Jedi pressa les commandes de tirs et décocha une salve de laser dans la gueule béante du Dragon Krayt.


Jour 7 - Tobias Beckett

Un verre de brandy corellien dans une main, son blaster dans l’autre, Tobias Beckett regardait d’un air impassible son interlocuteur. Il s’agissait d’une… Sorte de grenouille verte. Tobias aurait été incapable d’en faire une description plus fidèle. Quoiqu’il en soit, il n’aurait absolument pas fait tache au milieu d’une fleur de nénuphar poussant sur Glee Anselm.
« Pour ce travail, je prends le double du tarif habituel, Gro’Ghu.
- Marché conclu, Beckett. J’ai une cargaison à livrer sur Zaant. Tu es le seul pilote qualifié et avec un vaisseau qu’il me reste sous le coude. »


Jour 8 - Avar Kriss

Paix. Sérénité.
Avant de passer à l’action, Jenkin avait toujours besoin d’apaiser son esprit. Il avait appris cette technique de relaxation en étudiant d’antiques enregistrements de la Jedi Avar Kriss.
L’Univers n’était qu’un tout connecté par la Force. Avar Kriss voyait cela comme un chant, une partition complexe et ordonnée. Jenkin, lui, percevait la Force comme un tableau coloré dans lequel le moindre coup de pinceau avait son importance.
Et hors de l’espace pressurisé du vaisseau, dans le vide sidéral, un élément attira son attention : quelque chose sonnait aussi faux qu’une fleur fanée au beau milieu du printemps.


Jour 9 - Cailloux

Une secousse accompagna le retour en espace normal. Jenkin accourut dans le cockpit. Déjà, les trainées lumineuses disparaissaient pour accueillir la sphère tachetée qu’était Utapau.
« Ce vaisseau. C’est notre cible !
- Tu es certain ? Il a de l’avance. Au vu du vecteur qu’il emprunte, on n’arrivera pas à l’intercepter avant…
Jenkin n’écoutait plus. La Force lui avait soufflé la solution : un petit corps céleste, une poussière à cette échelle, à peine plus grosse qu’un bourgeon de fleur d’Arbre Uneti. D’une simple impulsion de son esprit, le caillou se mit à fendre le cosmos… Et perfora les réacteurs du fuyard.


Jour 10 - Sabé

Gro’Ghu n’était pas stupide. C’était évident qu’on allait s’en prendre à sa cargaison. Qui ne voudrait pas mettre la main sur un chargement destiné à l’Empire ? Cette fois, il s’occuperait lui-même de la livraison au vu de la nature… Particulière de ce qu’il transportait.
Sans vouloir se jeter des fleurs, son plan était brillant. Gro’Ghu était un criminel mais il connaissait bien l’Histoire Galactique : Sabé, Cordé, ces femmes qui avaient servi de doublure à la Reine Amidala de Naboo étaient devenues des légendes. De la même manière, utiliser Beckett comme leurre était brillant, tout simplement.


Jour 11 - Cato Neimoidia

En orbite d’Utapau, les rebelles avaient eu la désagréable surprise de découvrir que les soutes du Rampart, appartenant au contrebandier Tobias Beckett, étaient vides. Pire, Gro’Ghu n’avait pas pointé le bout de son nez sur Zaant. Jenkin enrageait encore de s’être fait avoir comme une fleur. Pourtant, la Force avait tenté de l’avertir de la supercherie… Et l’avait finalement mené sur Cato Neimoidia.
Autrefois, la planète était réputée pour ses somptueux palais, symboles de la richesse des Neimoidiens. Aujourd’hui, ce monde n’était plus que l’ombre de son éclat passé. La guerre ne pardonnait pas. L’Empire non plus.



Jour 12 - Fennec

« Et donc, tu as fait tout ce chemin jusqu’à Cato Neimoidia en espérant que je t’aide à retrouver la trace de Gro’Ghu ?
Jenkin faisait face à son interlocutrice, une vieille connaissance peu fréquentable du nom de Fennec Shand.
- J’ai pensé qu’en souvenir du bon vieux temps, tu pourrais…
- Tu n’as pas changé, Jenkin. Toujours aussi fleur bleue. Certes, Gro’Ghu ne paye pas très bien mais il me doit encore des crédits pour mon dernier job. Cela me gênerait qu’il ne survive pas à sa rencontre avec toi. Sauf si sa dette est auparavant effacée, bien évidemment… »


Jour 13 - Fruit Jogan

Jenkin aperçut Chrissy croquant à pleines dents un Jogan. Discrètement, il se fraya un chemin au milieu de la foule pour la rejoindre.
« Gro’Ghu a une base secrète sur Arba 2. C’est là qu’il reçoit ses partenaires commerciaux les plus précieux pour y conclure les transactions devant rester confidentielles.
D’un revers de manche, la pilote rebelle essuya le jus qui perlait au coin de ses lèvres.
- En quoi ces informations seraient-elles plus fiables que celles de nos espions sur Utapau ? Demanda-t-elle.
- Crois-moi. Fennec est la fine fleur des chasseurs de primes. Elle a une réputation à préserver. »


Jour 14 - Mara Jade

Cet être était pathétique, pensa-t-elle
« C’est un honneur de vous rencontrer, Madame. Soyez assurée de mon éternelle loyauté envers l’Empereur.
Mara avait été formée au Côté Obscur de la Force. Elle avait abandonné son nom en même temps que la lumière pour devenir la Onzième Sœur. Toutes ces années durant, elle avait accompli, sans sourciller, la volonté de son maître.
Aujourd’hui, elle s’assurerait que cette immonde créature comptait respecter son engagement. Après quoi, elle lui arracherait ce qu’elle était venue chercher et la piétinerait comme une vulgaire fleur desséchée. Elle sourit.
- Plaisir partagé, Gro’Ghu. »


Jour 15 - R5-D2

Le transporteur rebelle filait vers l’unique continent d’Arba 2 lorsqu’un chasseur solitaire surgit de la brume. En un instant, l’atmosphère s’embrasa et un déluge de laser s’abattit sur eux. Une secousse ébranla alors le vaisseau comme une fleur malmenée par la tempête. Chrissy étouffa un juron.
« Stang ! Le propulseur tribord est touché !
- On manque cruellement de droïde astromécanicien dans notre équipage, commenta Harvick. L’un d’eux m’a sauvé la vie une fois. R2-D2 je crois…
- Là, tout de suite, cela ne m’intéresse pas, Chef ! »
Les alarmes entamèrent leur plainte stridente tandis que leur attaquant revenait à la charge.


Jour 16 - Zekk

« Transporteur non identifié, veuillez-vous identifier et décliner la raison de votre présence. »
« Ton plan ne marchera jamais, marmonna Chrissy à voix basse.
- Comment tu le sais puisque tu n’as pas encore essayé ? Détends-toi, je te sens à fleur de peau.
La pilote ravala une réplique cinglante destinée à Jenkin, se contentant d’allumer l’unité comm’.
- Ici Fennec Shand aux commandes du…
- Fennec ? Ça fait un bail ! C’est moi, Zekk, de la Grande Chasse de Malastare.
- Bien sûr… Zekk… De Malastare… Sacré souvenir...
- Je ne savais pas que Gro’Ghu attendait un visiteur supplémentaire. Tu peux te poser, la plateforme 23 est libre. »


Jour 17 - Dok-Ondar

A peine avait-il posé un pied sur l’aire d’atterrissage que les ténèbres l’assaillirent. Un frisson lui parcourut l’échine : le Côté Obscur était à l’œuvre en ces lieux, séduisant et à la fois effrayant. Jadis, son maître avait comparé ce pouvoir à des fleurs empoisonnées. Il comprenait pourquoi.
Pa réflexe, Jenkin chercha le contact rassurant de la poignée métallique. Son sabre laser avait été perdu au moment de l’Ordre 66. Ne pouvant s’imaginer combattre sans une telle arme, il avait fini par en racheter d’occasion à un marchand d’antiquités sur Batuu.
« Trouvez le chargement. Je vous rejoindrai. »


Jour 18 - Céréen

Sans plus d’explication, Jenkin rebroussa chemin. Un premier tir fusa, manquant Chrissy de peu. Puis un second laissa une empreinte carbonisée à fleur de mur. La pilote se mit à couvert, non sans avoir auparavant abattu un Rodien et un Humain. Crosshair et Harvick en firent de même. Déjà, un Céréen musclé s’affairait derrière un E-WEB. Cela risquait d’être problématique…
Rapide comme l’éclair, Crosshair s’accouda sur la barricade afin de prendre ses appuis et pressa la détente. Son tir atteignit le colosse à la tête et son crâne imposant fut littéralement vaporisé par la décharge d’énergie.



Jour 19 - Influence

La perturbation que Jenkin avait ressenti dans la Force l’avait mené jusqu’à cette silhouette féline vêtue de noire et à la crinière aussi rouge qu’une fleur de plom. Il s’agissait à n’en pas douter d’une adepte du Côté Obscur, un ange de la mort au service de l’Empereur.

A ses pieds, roulait la tête de la créature verte avec laquelle elle s’entretenait encore quelques instants plus tôt. D’un pas assuré, le Jedi sortit de sa cachette et activa son arme, prêt à mettre un terme à l’influence maléfique du Côté Obscur.


Jour 20 - Hondo Ohnaka

La porte fut emportée par une puissante déflagration semblable à une fleur éphémère. Profitant de la brèche, le trio de rebelles s’engouffra dans le bâtiment et se précipita vers un terminal informatique. Harvick fronça les sourcils.
« La cargaison est stockée au niveau 3. Etrange… C’est à l’opposé des entrepôts.
- Hey, Chef, ça me rappelle la fois où on a tenté de faire affaire avec le gang d’Ohnaka sur Florrum, cria Chrissy pour couvrir le vacarme des tirs, intarissables.
- Ces bandits… Tous les mêmes. Ils ne connaissant que le langage des armes.
Crosshair ajusta son tir et un Iktotchi s’écroula.
- Moi, ça me convient parfaitement »


106 mots pour ce samedi ! A demain ^^
"Tant qu'il restera des Jedi en vie, je n'en aurai jamais assez!"- Aurra Sing
La toupie tourne
Staffeur encyclopédie et collection.
Dark Stratis 23
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 14873
Enregistré le: 08 Jan 2014
Localisation: Là où y'a du jedi à défoncer ^^
 

Messagepar Notsil » Sam 20 Nov 2021 - 11:07   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bon samedi !

Précédemment :

Spoiler: Afficher
1. Holocron
Partagé entre la curiosité et la méfiance, Chloan observa longuement l’holocron posé sur la table. Il n’avait pas retouché à la petite pyramide aux reflets bleutés, persuadé que son maitre lui avait joué un tour dont il avait le secret. D’un autre côté, l’absence de Lierin était une occasion trop belle, qui ne se reproduirait pas de sitôt.
Avait-il le choix ? Devait-il prendre le risque ?
Quelques semaines plus tôt, il ne se serait jamais posé la question. L’utiliser maintenant, alors qu’ils étaient traqués, lui vaudrait un savon. Mais il avait besoin d’en savoir davantage sur leurs poursuivants.
106
2. Crosshair
Chloan se connecta à la Force, toucha doucement l’holocron. Des lignes bleues prirent vie sous ses doigts, dessinèrent des symboles qu’il ne parvint pas à déchiffrer, puis l’objet se déverrouilla et une silhouette céruléenne apparut.
—Encore toi ? Que me veux-tu, cette fois ?
—Vous savez si des clones ont continué à être produits ?
—Après la Guerre des Clones ? s’étonna la silhouette. Et pourquoi donc ?
—Nous avons rencontré de drôles d’individus, dit Chloan, hésitant à dévoiler trop d’informations. Ils utilisent des noms comme Crosshair, Rex… nos recherches nous ont menées aux clones de l’ex République.
—Nous ? releva le maitre Sith en fronçant les sourcils.
104

3. Grogu
Chloan se mordit les lèvres. C’était bien sa veine. Se trahir si facilement ! Il ne devait pas oublier que même sous forme d’holocron, son maitre était perspicace.
—Je ne suis plus seul, c’est tout, lâcha-t-il en espérant que ça serait suffisant.
—Plusieurs Seigneurs Sith ont fait appel à des clones, dit la silhouette. Pas moi. Qui aurait intérêt à vivre dans le passé ?
—Et, Grogu, ça ne vous dit rien non plus ?
—Tu me prends pour une encyclopédie ou quoi ? Si tu ne cherches pas à en apprendre davantage sur les arcanes obscurs, inutile de me déranger !
L’holocron se verrouilla dans un bruit sec.
106

4. Tatooine
Chloan soupira. Il ne s’était pas attendu à autre chose, mais c’était quand même une déception. Quand donc arriverait-il à se faire obéir de l’holocron ?
Lierin se laissa tomber près de lui et Chloan sursauta. Depuis quand l’espionnait-elle ?
—Je vois que tu n’as pas tenu compte de mes conseils… T’a-t-il dit quelque chose d’utile, au moins ?
Chloan pinça les lèvres.
—Rien. Comme tu t’en doutes. Tu avais raison, marmonna-t-il.
—Alors on s’en tient au plan initial ? On va sur Tatooine ?
—On va sur Tatooine, confirma Chloan.
96

5. Grievous
Chloan programma les coordonnées de Tatooine dans l’ordinateur de bord de leur navette.
—Toujours pas d’autre indice ?
—Non. Ces suites de noms n’ont aucun sens. On dirait qu’ils ont pioché leurs surnoms dans les registres de la Guerre des Clones, mais pour quelle raison ? Regarde, celui-ci s’est nommé Grievous. Franchement.
Elle soupira.
—Je me demande après quoi en ont ces mercenaires, pour se choisir des noms pareils.
—Je me demande plutôt pourquoi ils nous attaquent, releva Chloan.
—Aurais-tu peur, jeune Sith ? se moqua-t-elle.
—Si tu n’étais pas là, je les aurais atomisés et nous serions tranquilles.
100

6. Dragon Krayt
Ils marchèrent un long moment dans les dunes de sable, aperçurent des troupeaux de Banthas sauvages dans le lointain, croisèrent un véhicule jawa qui avançait sur ses chenilles à moitié rouillées et dépassèrent les ossements blanchis d’un dragon krayt.
—Sacrée taille, cette bestiole, commenta Lierin.
—J’aurais bien aimé en affronter un.
—Pourquoi ça ne m’étonne pas ? Mais je crois qu’ils sont éteints, maintenant.
—Quel dommage…
Lierin eut un regard moqueur.
—Il n’y a bien que toi pour regretter leur existence. Ces créatures étaient des tueurs. Je suis bien contente que nous n’ayons pas à en affronter un !
97

7. Tobias Beckett
Du sable, toujours du sable, et Chloan commença à se demander s’ils ne s’étaient pas perdus. Ils auraient déjà dû tomber sur le repaire des mercenaires, s’il en croyait son datapad.
—Ici, appela Lierin.
Il releva les yeux de son écran, la rejoignit alors qu’elle dégageait une carcasse de moto-jet des grains de sable.
—Comment ce tas de ferraille a-t-il pu échapper aux Jawas ? s’étonna Chloan.
Elle haussa les épaules, fouilla dans les sacoches qui partaient en lambeaux.
—Si une tempête de sable l’a immédiatement recouvert… Tobias Beckett ?
Chloan passa les doigts sur la gravure.
—Certainement l’ancien propriétaire.
103

8. Avar Kriss
Ils avaient repris leur route, laissant les débris de la moto-jet derrière eux, guidés par les indications de leur datapad.
—Nous tournons en rond ! s’agaça bientôt Chloan.
Il s’arrêta, balaya les alentours du regard, revint sur son écran.
—Ce n’est pas normal. Il devrait y avoir quelque chose. Et il n’y a que du sable.
—Je m’en occupe.
Lierin s’immobilisa et ferma les yeux. Chloan perçut qu’elle utilisait la Force, s’en voulut de ne pas y avoir songé plus tôt.
—Tu te la joues Avar Kriss ? marmonna-t-il.
—Chut. Je cherche seulement à les percevoir, pas à méditer. Ils sont là.
106

9. Cailloux
Chloan jura en trébuchant une énième fois sur le sol inégal du souterrain, récoltant un regard noir de Lierin. La base des mercenaires était creusée dans la roche, sous les dunes de sable de la surface. Si Lierin s’était extasiée sur les cristaux incrustés dans les parois, les effleurant du bout des doigts tandis qu’ils avançaient avec précaution, Chloan avait maudit chacun des cailloux dans lesquels il trébuchait sans cesse. Ces mercenaires étaient donc incapables de faire un simple travail correctement !
Son exaspération croissante nourrissait sa colère et Chloan avait hâte de décharger sa rage sur les mercenaires.
Enfin, si Lierin ne l’en empêchait pas, encore.
109
10-Sabé
Bientôt, ils perçurent les murmures de conversations soutenues. Chloan ne comprenait pas un mot dans ce brouhaha indistinct mais il percevait l’agacement et la colère chez les mercenaires. Parfait, ça, il pourrait l’exploiter quand viendrait le moment de les affronter.
Lierin lui fit signe de s’arrêter. Chloan pinça les lèvres un instant, puis s’avança d’un pas supplémentaire, juste pour le principe, récoltant un regard noir de la Jedi.
Cette fois, il était sûr qu’il pourrait percevoir leur conversation.
—Non ! Tu… fou… si…
—Il… jamais… sabé… noir… dia…
—Recule ! siffla Lierin. Ils vont nous repérer.
—C’est important, lui retourna-t-il. Je veux savoir s’ils parlent de nous.
104

11-Cato Neimoidia
Lierin soupira. Chloan était impossible, incapable de la moindre prudence, ne pensait qu’à foncer tête baissée au mépris du danger.
C’était à se demander comment il avait réussi à survivre.
Alors qu’il suffisait d’attendre pour obtenir des informations. Avait-il remarqué que tout en parlant, les mercenaires s’affairaient ? Ils s’apprêtaient à quitter les lieux, c’était une évidence.
Bien sûr, c’était un détail qui lui échapperait, comme d’habitude.
Heureusement qu’elle était là.
Les bruits de conversation finirent par s’estomper. Ils s’élancèrent mais la pièce était déserte. Et un holo de Cato Neimodia trainait sur le sol.

12-Fennec
Chloan ramassa l’holo abandonné, l’éteignit.
—Ils croient vraiment que nous allons tomber dans un piège aussi grossier ?
Lierin haussa les épaules.
—Même si ça n’en était pas un, tu sais bien que nous nous devons de vérifier toutes les pistes.
—Ça pue le fennec, cette histoire, soupira Chloan. Et en plus, j’ai faim.
La Jedi leva les yeux au ciel.
—Encore ? Ce n’est pas un estomac que tu as, mais un trou noir.
—Noir et obscur, approuva Chloan. Que veux-tu, c’est mon héritage Sith qui parle.
—Mais bien sûr…
—Il n’y a plus rien à en tirer de toute manière. On rentre manger ?

13-Fruit Jogan
Attablé dans un coin d’une cantina de Mos Eisley, Chloan dévorait son steak de nerf avec appétit tandis que Lierin épluchait un jogan. Elle ne s’était pas attendue à trouver ce fruit si loin du Noyau ; une heureuse surprise, qui concluait une journée déprimante. Tout en mangeant, elle consulta ses notes sur son datapad, fit défiler les colonnes de noms et de chiffres. Cato Neimoidia était peut-être un leurre, mais c’était aussi une destination qui leur permettrait de recueillir d’autres indices.
Tandis que Chloan se tapotait le ventre avec un soupir de contentement, Lierin vida son verre d’eau, puis se leva.
—Allez, en route.
109

14-Mara Jade
Ils avaient rejoint leur navette, entré les coordonnés de Cato Neimoidia. Depuis, ils patientaient tandis que les trainées de l’hyperespace défilaient derrière les vitres du cockpit.
—Qu’est-ce que tu regardes ? demanda Lierin en jetant un œil sur son datapad.
—Rien, répondit Chloan en bougeant l’écran pour l’empêcher de regarder.
—Allez, montre !
—Non ! Mais laisse-moi !
Chloan se contorsionna tandis qu’elle cherchait à lire par-dessus son épaule. D’une pichenette de Force, Lierin récupéra l’écran sous les jurons du jeune Sith.
—Mara Jada… tu te rinces l’œil ?
—Elle maitrisait le Côté Obscur, rétorqua Chloan. C’est purement professionnel.
99

15-R2-D2
Lierin continua de jouer avec son datapad jusqu’à ce que Chloan s’agace.
—Ça suffit, maintenant. Rend-le moi !
—Attends un peu… voilà, j’ai fini. Tiens, reprends-le.
—Qu’est-ce que tu as fait, encore ?
Elle haussa les épaules, retint un sourire.
—Ce sera plus drôle quand tu le découvriras par toi-même.
Les yeux rivés sur l’écran, Chloan ne répondit pas, fouillant dans les menus. Jusqu’à ce qu’il lâche une bordée de jurons.
—Je rêve ! T’as remplacé toutes mes images de Mara Jade par R2-D2 ? C’est mon datapad, t’avais pas le droit !
—Sacré Sith, dire que tu t’es encore fait avoir par une Jedi !

16-Zekk
Chloan rumina en silence le reste du trajet. Comment se venger ? Il avait déjà ajouté un code pour verrouiller son datapad, histoire qu’elle ne puisse recommencer. Elle prenait un malin plaisir à se moquer de lui, comme si son précieux code Jedi n’était pas censé le lui interdire.
Maitre Zilar avait eu raison : les Jedi n’apportaient que des ennuis. Et une fois qu’ils vous avaient trouvé, ils ne vous lâchaient pas.
—Tu es bien silencieux. On sort bientôt de l’hyperespace, tu comptes bouder encore longtemps ?
—Zekk zekk.
Lierin leva les yeux au ciel – enfin, au plafond.
—Eh bien, ça promet.
102

17-Dok-Ondar
Ils arrivèrent enfin sur Cato Neimoidia et laissèrent leur navette à l’astroport avant de se rendre dans l’une des nombreuses cités suspendues. Lierin était ravie de se dégourdir les jambes, de respirer autre chose que l’air conditionné du vaisseau.
—Je déteste les neimoidiens, marmonna Chloan à ses côtés.
—Évite de le mentionner sur leur planète, peut-être ?
Chloan s’arrêta net.
—Tu l’as senti ?
—Quoi ?
—Une sorte de… viens.
Il obliqua dans une ruelle étroite où l’éclairage fonctionnait par intermittences. Un individu sortit brusquement des ombres, blaster au poing.
—Le mot de passe ?
—Dok-Ondar, dit Lierin.
Il s’effaça devant une porte.
—Comment t’as su ? souffla Chloan.
105

18-Céréen
Dans la musique assourdissante et les flashes répétés de lumières colorées qui lui donnaient déjà un début de migraine, Chloan cherchait à comprendre où ils avaient atterri. Lierin semblait parfaitement à son aise, ce qui ne l’étonnait même plus. La Jedi savait se fondre dans tous les environnements, une maitrise qu’il lui enviait.
Que faisaient-ils ici ? Il se contentait de la suivre alors qu’elle se frayait un chemin dans la foule, son agacement augmentant chaque fois que quelqu’un gênait sa progression. Soudain, elle se colla contre lui.
—On cherche un céréen, hurla-t-elle à son oreille.
101

19-Influence
Un Céréen ? Chloan renonça à comprendre. Il détestait cet endroit, avec tous ces gens qui s’agitaient bizarrement, ressentait l’envie irrépressible de décharger son énervement. Lierin le perçut, évidemment, et attrapa sa main. Sous son influence, le Côté Obscur reflua aussi facilement qu’une bougie que l’on souffle.
—Je déteste quand tu fais ça, marmonna-t-il.
Elle ne l’avait pas entendu dans la cacophonie ambiante, lui retourna pourtant un sourire. Poussa une porte. Le silence du couloir lui parut assourdissant.
—C’était un raccourci, expliqua-t-elle. Viens, notre contact n’est plus très loin.
—J’espère que c’est une piste valable, cette fois.
106



20-Hondo Ohnaka

Lierin frappa à une porte et ils entrèrent. Curieux, Chloan vit que plusieurs holo étaient disposés sur des étagères. Hondo Ohnaka, lut-il. Jango Fett. Gallius Rax. Il coula un regard à Lierin, mais elle paraissait sereine. Il s’intéressa aux autres portraits. Des Jedi, devina-t-il aux lames brandies qui les accompagnaient. Un Céréen, un Wookiee, une Twi’lek. C’était étrange, comme décoration.
Puis une porte dérobée coulissa et un individu s’installa dans le fauteuil, face à eux, joignit ses mains et posa ses coudes sur le bureau.
—Il parait que vous souhaitiez me parler ?
Lierin s’avança, tout sourire.
—En effet. Cessez de nous poursuivre.


108

Hop hop hop ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2834
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar GTZL1 » Sam 20 Nov 2021 - 12:16   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Précédemment...
Spoiler: Afficher
Il y avait des savoirs que seuls les holocrons recelaient. Les données holographiques enregistrées dans ces dispositifs étranges n’étaient accessibles qu’aux utilisateurs de la Force. En conséquence, ils utilisaient également ce moyen pour archiver leurs connaissances : combat, études de la Force, histoire des Jedi et des Sith…
Cependant, depuis l’instauration de l’Empire, la cachette d’un Jedi survivant aurait bien été la dernière chose enregistrée dans un holocron. Or Cal Kestis ne connaissait pas de source d’informations interdites plus secrète. Alors comment Fulcrum avait-elle eu vent de ce padawan qu’elle lui avait demandé d’aider ? Il l’ignorait…

Chassant ces réflexions, le Jedi rejoignit Merrin dans le cockpit du Mantis. Il s’assit à ses côtés en souriant et reprit les commandes. Le vaisseau arrivait à son objectif : l’épave d’un Venator tombé depuis longtemps sur cette planète désertique.
L’intérieur n’était que silence, obscurité… et Force. Une guerre et la présence des Jedi laissaient forcément des traces. Merrin percevait elle aussi des ressentis étranges. Cal se plongea dans certains des Echos parsemant le monstre éviscéré. L’un montra un soldat clone d’élite, animé par une détermination sans faille, un entraînement exceptionnel, mais aussi une absence totale de scrupules et de remords.

— Sinon, j’avoue que je ne m’attendais pas à ça quand tu m’as parlé d’un Jedi, dit-elle alors qu’ils progressaient dans les coursives décrépies.
— J’ai été surpris aussi, la première fois quand je l’ai croisé au Temple…
Le Jedi que Fulcrum leur avait demandé de secourir était Grogu, un juvénile de la race de Yoda. Muet, pas encore indépendant, il était néanmoins âgé d’au moins quarante ans. Un être mystérieux qui avait toujours fasciné Cal. Avec Merrin, ils avaient été ravis d’apprendre sa survie et comptaient faire tout leur possible pour le retrouver.

Les vitres défoncées de la passerelle avaient depuis longtemps laissé le sable de Tatooine s’accumuler dans les quartiers de feu les généraux Jedi quand les deux jeunes gens y parvinrent enfin. Cal se plongea dans la Force en explorant la cabine. Les Echos se firent plus distincts. Des Jedi, leurs victoires, leurs défaites… Enfin il ressentit une trace de Grogu. Il exulta… et tout s’arrêta.
— Tu as trouvé quelque chose ? demanda Merrin.
— Rien de précis… juste une trace de lui. Il aurait bien aimé un endroit appelé « Black Spire ». Et toi ?
— Rien sur Grogu, dit-elle, mais par contre, regarde ici.

Sur un bureau, de l’autre côté de la pièce, se trouvait un vieux datapad montrant des documents sur Grievous. Cal perçut tout de suite les émotions suscitées chez Merrin. Il avait massacré son peuple. Les souvenirs de ses sœurs disparues remontaient. Quelques larmes coulèrent sur ses joues.
Cal la laissa se recueillir et examina une étagère. Un objet attirait son attention. Un livre. Pas un fichier holographique, mais un vrai livre en papier marqué du symbole des Jedi. Une observation détaillée lui révéla qu’il devait dater de plusieurs siècles. Mieux encore, il avait été annoté à la main par une Jedi de la Haute République.

Le Jedi referma soigneusement cette découverte inattendue et l’emporta dans son sac. Lui et Merrin rebroussèrent chemin par l’extérieur du Venator. La longue glissade sur la superstructure portant les passerelles rappela à Cal ses anciennes explorations.
Arrivés sur la coque, ils descendirent dans le hangar principal par la grande ouverture dorsale, restée ouverte. Il ne leur restait qu’à sortir par un côté pour regagner le sol quand tout le duracier trembla puis un vieil ARC-170 fut violemment déplacé. Interdits, Cal et Merrin virent un dragon Krayt sortir de l’ombre et s’avancer devant eux en rugissant.

— Faut sortir par le haut !!
Les deux jeunes gens esquivèrent de justesse la première attaque du prédateur. Ils escaladèrent tuyaux, caisses, coursives, poutres pour parvenir sur le dos de la coque. En vain. Griffant, sautant, déchirant des parois, le dragon finit par sortir du Venator lui aussi.
Cal alluma son sabre laser, Merrin des flammes vertes dans ses mains. L’animal frappa du pied, prit son élan… et fut pulvérisé par une salve de canon laser.
Un cargo modifié vint se poser devant Cal et Merrin stupéfaits. En sortit un homme grand, portant un manteau beige, le regard décontracté mais aussi avec une certaine étincelle de malice, de magouilles.

— Euh… merci pour le sauvetage ? se risqua Merrin.
— Vous pouvez le dire, ça, les jeunes ! Mais pour la perle, faudra repasser.
— On n’était pas là pour ça. Par contre, je peux vous demander un renseignement ?
— Je viens de te sauver la mise, mon gars…
Cal comprit le sous-entendu et, après quelques instants de réflexion, montra à contrecœur le livre Jedi à Beckett, qui poussa un sifflement admiratif.
— Et il a été annoté par Avar Kriss elle-même, précisa-t-il.
— Je vois, oui... dit Beckett. Bien, qu’est-ce que tu veux savoir ?
— Vous connaissez un endroit appelé Black Spire ?

Black Spire était le nom du plus grand spatioport de Batuu, dans l’Espace Sauvage, apprirent Cal et Merrin. Il s’agissait maintenant de leur prochaine étape. Ils prirent congé de Beckett et repartirent vers leur vaisseau. Toutefois un détail tracassait Merrin :
— Cal, échanger ce livre… ça ne t’a rien fait ?
— Il avait été édité par les Jedi de la Haute République, mais ça reste un livre de cuisine. Et je connais pas l’écriture d’Avar Kriss !
La Dathomirienne marqua un instant de surprise avant d’éclater de rire avec son ami.
— Allez viens, quittons ce tas de cailloux !

— Et toi, comment tu t’appelles ?
— Cal Kestis ! Et… c’est vrai que vous avez rencontré Qui-Gon Jinn ?
— Oui. Il était… un Jedi puissant, assurément.
— Au sabre ?
— Plus que ça. Sans son sacrifice sur Naboo, je ne serais peut-être pas là aujourd’hui…
Cal se réveilla en sursaut. Le ronronnement des moteurs l’aida à reprendre ses esprits. Cette visite au Temple de Sabé, la célèbre assistante de la sénatrice Amidala… encore un souvenir de cette époque. Ils étaient nombreux, bons en soi mais au goût amer désormais. Cal n’aimait pas les revivre.
Il se leva et rejoignit Merrin aux commandes.

Le Mantis sortit de l’hyperespace au-dessus de Cato Neimodia. Beckett avait assuré que cette route était plus discrète, mais Cal ne fit que se renfrogner davantage. Ses habitants avaient créé la Fédération du Commerce puis financé les Séparatistes. Sans eux, la Guerre des Clones n’aurait pas eu lieu et les Jedi n’auraient pas fini éliminés.
— Détends-toi, on fait juste une orbite.
La voix douce de Merrin ramena Cal à la réalité et orna son visage d’un sourire. C’était décidément une jeune femme merveilleuse.
Ils atteignirent Batuu un peu moins d’une rotation plus tard.

Merrin n’avait pas visité beaucoup de planètes, et beaucoup étaient peu peuplées. Alors, dans la zone de marché de Black Spire, elle ne savait plus où donner de la tête. Langues, effluves et couleurs différentes grouillaient de partout. Elle fut attirée par un stand qui exposait un grand nombre d’animaux en cage.
— Tu m’en as parlé, ça s’appelle comment déjà ? Un… fennec de Crait ?
— Vulptex, dit Cal. Mais ça vient bien de Crait, oui.
A travers les barreaux, Merrin caressa l’animal qui se mit à ronronner.
— Mmh… t’es mignon, oui, mais pas autant que notre bogling !

Pour glaner des informations ou pour se changer les idées après un long voyage, Oga’s Cantina était l’endroit idéal. Avalant goulument son jus de fruits jogan – elle ne connaissait pas, et elle trouvait excellent –, Merrin écoutait les conversations au comptoir.
— Une fois il y a un type bleu avec un uniforme zarbi qu’est entré ici, je me souviens ! dit un Togruta éméché.
— Oui bien sûr, et il t’a donné une arme mystique aussi ? répondit le barman d’un ton las.
— Ah non ! Mais son pote, lui, il avait un sabre de Jedi, carrément ! Je te jure !

Entre le temps passé à écouter et leurs conversations personnelles, les verres s’étaient succédé sur la table du couple. A présent, Merrin avalisait l’opinion de Cal sur ces canettes Mara Jade Cocktails : c’était infect. Elles n’étaient pas les boissons les moins chères de l’établissement sans raison… Heureusement, ils avaient fini par apprendre des informations utiles. Avant la Purge, Batuu était connue des Jedi, notamment pour la présence d’un Temple datant de la Haute République. Et un homme, à Black Spire, était spécialiste des reliques de toute sorte.
Buvant sa dernière gorgée à contrecœur, Merrin se leva, Cal à sa suite, et marcha vers la sortie.

En quittant la cantina, ils croisèrent un astromech bleu et blanc, propre, pépiant sur une tonalité rassurante. Cal et Merrin l’ignorèrent et continuèrent leur chemin. Leur objectif se trouvait de l’autre côté de la zone marchande. Un bâtiment vaguement sphérique, gris, visiblement ancien et solide. Tel était l’aspect de l’antre de Dok-Ondar, le plus prestigieux magasin de Batuu où l’on trouvait peut-être la plus grande collection d’antiquités de toute la galaxie.
Un Céréen attendait devant, appuyé contre le mur. Il ne réagit aux deux visiteurs que par un grognement approximatif.
— Nous voudrions voir Dok-Ondar… en privé, dit Merrin.

— Grammo zekk grz’…
Un non-humain à la mine patibulaire gronda des jurons inintelligibles lorsque Cal et Merrin, en entrant dans le bâtiment en suivant le Céréen, le forcèrent à infléchir sa marche un instant. Mais quelque chose d’autre capta leur attention : l’immense quantité d’objets rares accrochés au mur ou posés sur les étagères. Cal n’en crut pas ses yeux lorsqu’il vit une tunique Jedi de la Haute République, Merrin resta pantoise devant une tête de la même espèce que Gorgara.
L’homme de main les interpella dans un basic châtié. L’Ithorien acceptait de les recevoir.

Ils pénétrèrent fébriles dans l’arrière-boutique. Et en ressortirent plus que déçus.
Dok-Ondar ne leur avait donné aucun véritable renseignement. S’il avait admis du bout des lèvres que Grogu avait transité par Batuu quelques temps avant, il avait botté en touche puis renvoyé le couple quand ils avaient voulu savoir sa destination ou qui l’accompagnait.
La tête basse, sans piper mot, Cal et Merrin retournèrent machinalement au Mantis… pour avoir la surprise du Céréen qui les y attendait.
— Déçus, hein ?
— Ah ça, c'est sûr, oui !
— Je peux peut-être vous dépanner… si vous avez assez de crédits.

Si Dok-Ondar s’était montré aussi évasif, c’est parce qu’un mystérieux Impérial haut placé était lui aussi sur la piste de la petite créature. Il n’en savait pas plus sur cet homme, mais l’impression qu’il lui avait laissée était assez inquiétante.
— Et Grogu ?
— … leur vaisseau… est parti pour Troithe, dit le Céréen avant d’empocher les crédits et de s’en aller.
Cal et Merrin se regardèrent de la même expression, mêlant crainte et détermination. Le Noyau. Un Impérial. Ce sauvetage s’annonçait plus compliqué que prévu. Mais abandonner Grogu n’était pas une option.

Non sans appréhension, Cal activa la communication avec le contact de Greez. Les systèmes spéciaux du Mantis n’auraient jamais assez d’influence sur les contrôles impériaux dans le Noyau, avait prévenu le Latero. En conséquence, il avait transmis au couple les coordonnées d’une de ses connaissances. Un pirate et contrebandier tout sauf digne de confiance mais qui avait toujours un tuyau pour tout – y compris des codes d’accès rares.
L’hologramme d’un Weequay mince, aux cornes saillantes et au sourire étrange se matérialisa.
— Bonjour… je suis un ami de Greez.


Hondo Ohnaka (92 mots)

Son interlocuteur s’appelait Hondo Ohnaka et était plutôt étrange pour un pirate : fantasque, désinvolte, il parlait surtout énormément. Même depuis le cockpit, Merrin sentait la patience de Cal diminuer au fil de la conversation qui progressait lentement.
— Greez m’a dit que vous pourriez me procurer des codes d’accès impériaux pour le Noyau ?
— Bien sûr, bien sûr… Des codes pour quel secteur, mon ami ? Coruscant, Vardos ? Ça me fait penser, je connais un bar à Twi’leks sur Vardos, il y en a une qui…
— Troithe.
Hondo se figea à cette réponse.
"Nous sommes tous la République."


Fan-fics: Le Secret de Ryloth, Je vous l'avais dit, Zolta : premières armes
GTZL1
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1180
Enregistré le: 09 Avr 2020
Localisation: flying Maul's Gauntlet
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 20 Nov 2021 - 15:23   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

J'ai encore pris du retard!

pour le rattraper partiellement:


19-Influence


L'auguste assemblée était en session.
Le porte-parole éclaircit sa voix et annonça:
- après l’intervention de la sénatrice de Naboo. La parole est au sénateur DoK Unk…
Dans sa loge, Borog Degog allongea son long cou qui semblait sortir d’une carapace, et imita à la perfection un bâillement humain.
Le porte-parole s’interrompit, interloqué, tandis que les rumeurs bruissaient dans les loges.
Comment interpréter l’attitude du plus influent et du plus corrompu des sénateurs de l’Alliance ?
Avait-il décidé de soutenir Medicart, le projet de la sénatrice ? Était-il payé par le Lobby du Bacta pour le saborder ?
Tous étaient suspendus à ses paroles.

109



La frégate Corona de ce bon vieux pirate Weequay m'a toujours fait penser à une vieille série* :wink:


20-Les envahisseurs


David Vincent les a vus.
Pour lui, cela a commencé par une nuit sombre, près d’une cantina abandonnée. Cela a commencé par l’atterrissage d’un engin spatial venue une autre galaxie. Une drôle de soucoupe tournant sur elle-même.
Cela a commencé quand d’horribles humanoïdes en sont sortis. Il les a vus, il les a même entendus parler dans leur étrange langage.
Il a fui, pressé de prévenir un monde incrédule que le cauchemar avait déjà commencé.
- c’était quoi ce speeder à roues, Hondo ?
- Sais pas ! Un autochtone ? Il a filé! Dommage, On aurait pu lui demander où on était !
- Toi et tes raccourcis!


108

* et aussi à un film encore plus ancien: planète interdite
Il y a deux réponses à cette question, comme à toute les questions : celle du poète et celle du savant. Laquelle veux-tu en premier ?
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 946
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Joysstar » Sam 20 Nov 2021 - 16:37   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Ve'ssshhh a écrit:La frégate Corona de ce bon vieux pirate Weequay m'a toujours fait penser à une vieille série* :wink:

Avec pass sanitaire obligatoire ? :paf:

Sinon, très belle référence, si mon père n'avait pas bassiné ma famille avec cette série, je n'aurais pas saisi ! ^^ Bravo ! ^^

Niveau : Sith Sadique


Décompte des mots : 100 !

Jour 20 - Hondo Ohnaka

À combien de reprises faudrait-il expliquer au jeune Ezra que faire confiance à un contrebandier n’était pas exactement la meilleure des décisions ? L’apprenti de Kanan avait beau voir une personne amusante et affable en Hondo Ohnaka, cependant, ce n’était certainement pas avec lui que Zeb et Kallus traiteraient prioritairement. D’abord, la question de l’argent était primordiale, les pirates n’étaient pas connus pour leur sens de la charité, et leur courage non plus. Autant dire que les nerfs étaient à fleur de peau quand on évoquait leur supposée relation d’oncle à neveu préféré.
Rien de tel qu'une bouffée d'air frais, un cahier et un stylo à côté, un livre à portée de main, et de la musique... pour un moment de paix.
Cliquez...
Joysstar
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5275
Enregistré le: 15 Sep 2013
Localisation: Dans un verre d'une liqueur rouge
 

Messagepar L2-D2 » Sam 20 Nov 2021 - 18:48   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bonsoir !

20 – HONDO OHNAKA

A la vue du blaster accroché à sa ceinture, le twi’lek fila sans demander son reste, permettant ainsi à la propriétaire de l’arme de prendre sa place.
- Chelli Aphra, ma chère ! Toujours aussi efficace pour me débarrasser des indésirables !
- Hondo, toujours aussi bavard ! Tu me rappelles ces personnages des vieux holofeuilletons, Redlist, NICS
Le vieux pirate éclata de rire :
- Comme ma sainte maman disait toujours : Si tu as une histoire à raconter, Hondo, n’hésite pas à la partager. Mais je m’égare. Si tu rangeais cette arme et me disait ce qui t’amène ici ?
Aphra braqua son blaster sur lui.
- Je suis venue régler nos comptes, Hondo...


110 mots
A demain ! :hello:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8046
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Chadax » Sam 20 Nov 2021 - 21:17   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

20- Hondo Ohnaka

Obi-Wan ne sentit pas immédiatement que quelque chose n'allait pas. Il se dirigeait d'un pas fatigué vers sa hutte, de retour de Mos Eisley, et ne s'attendait à rien d'autre que le calme du désert et sa routine habituelle.
Pourtant, une sensation familière commença à éclore dans son esprit, comme une fleur le matin. Il sentit une présence qui réveilla progressivement des souvenirs désagréables, et qui, surtout, annonçait des ennuis qu'il aurait préféré éviter.
Et sut qu'il allait tomber en plein dedans quand il fut accueilli par un tonitruant : "Kenobi, mon vieil ami !"


(100)
Un magicien n'est jamais en retard. Ni en avance d'ailleurs. Il arrive toujours précisément à l'heure prévue.
Chadax
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 27561
Enregistré le: 06 Avr 2005
Localisation: Fontainebleau
 

Messagepar Rikuiame » Dim 21 Nov 2021 - 8:44   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bon dimanche les challengers ! :hello:
Aujourd'hui c'est l'un des deux thèmes pour lesquels j'ai dû faire le plus de recherche avec Dok-Ondar. Je ne connaissais tout simplement pas ces personnages. Je fais d'ailleurs référence à une organisation dans le texte mais je ne suis pas certain qu'elle existe déjà à ce moment-là. :neutre:
Jusque-là, je me suis attaché à être le moins possible en contradiction avec ce que l'on sait, du moins ce que moi je sais, des chronologies. Ceci dit, comme s'entremêlent des éléments de l'UEL et de l'UEO dans l'intrigue (merci les thèmes des deux univers :transpire: ), la survenue de certains évènements peut être légèrement tordue je suppose.


Conditions d'écriture :

Spoiler: Afficher
Sachant pertinemment que je n'aurais pas la tête à écrire un texte par jour en novembre (jours fériés, weekend...), j'ai pris les devants en rédigeant le challenge sur le mois précédent sans me limiter à un seul texte par jour mais ayant pour objectif d'avoir plus de textes bouclés que de jours d'octobre passés. J'aurais dû m'ajouter le "défi" de ne pas passer à un texte tant que le précédent n'était pas achevé mais je n'ai pensé à cette contrainte que trop tard. :neutre:
Bref, par conséquent les 30 textes sont terminés depuis plus d'une semaine et contiennent très exactement 100 mots chacun (titre non inclus) même si je me permettrai, si besoin, de faire des ajustements à mesure qu'ils seront postés.
J'ai, d'ailleurs, assez tôt remarqué que le compteur de mots ne prenait pas en compte les chiffres. J'ai donc recouru à quelques artifices pour doper le nombre de mots à 2 ou 3 reprises. Les règles me semblent respectées mais par honnêteté intellectuelle vous voilà prévenus.

Concernant les contraintes, avoir de l'avance m'a permis de sereinement prendre le niveau 3 : Sith sadique. Chacune des scènes fait donc partie d'une histoire globale et le mot "fleur(s)" y est apparent 30 fois. J'espère que vous prendrez autant de plaisir à la lire que moi à l'écrire et lire les vôtres. :jap:
Enfin, je me suis ajouté une dernière contrainte : ne pas écrire le thème du jour dans le texte. Il m'était toutefois permis d'écrire les mots du thème dans les textes suivants ou précédents si besoin. Contrainte pas très dure à observer mais un peu casse-pied à 1 ou 2 reprises. :D


Précédemment dans le Challenge Novembre 2021 :

Spoiler: Afficher
Chapitre 1- Holocron (An -17)

L'éclat étincelant diminua en intensité. A travers la fente des paupières de IEL, se découpèrent les contours de la source de cette lumière aveuglante : un cône pyramidal pouvant tenir dans la main. Comment un objet si petit pouvait-il être si lumineux ?
Étendant le bras, IEL effleura la surface brillante d'un doigt griffu. Il y eut un déclic et l'atmosphère se métamorphosa. Les faces de la pyramide s'ouvrir comme les pétales d'une fleur et une voix d’outre-tombe fit trembler les murs qui avaient pris une teinte verdâtre, maladive.
- Qui ose convoiter notre secret ?


Chapitre 2- Crosshair (An -17)

Malgré les douleurs qui le faisaient atrocement souffrir, l’index posé sur la gâchette de son fusil perforateur (un antique modèle 773 !) ne tremblait pas.
Allongé sur un muret devant le temple, le vieux clone préparait le tir de sa vie. La cible, à 3.2 clicks dans un couloir courbe à 14%, faisait la taille d'un poing. Sans oublier les prémices d'une tempête qui rendaient la stabilité hasardeuse et tourbillonner le sable devant son réticule de visée ; cela revenait à toucher un pistil précis dans un champ de fleurs mouvant. Facile !
CT-9904 coinça son cure-dent entre ses lèvres et tira.


Chapitre 3- Grogu (An -17)

L’Holocron explosa comme une fleur enflammée lorsque le projectile l'atteignit en son centre.
L'écho de la voix sépulcrale mourut contre les parois du temple qui reprirent leur apparence initiale et un grand silence envahi la salle circulaire.
Soudain, une partie du mur se souleva en un grondement inquiétant. Faisant face à l'obscurité révélée, IEL avança d'un pas prudent. Dans la pénombre se distingua bientôt une forme ovoïde en suspension. Quand IEL approcha encore, la partie supérieure de l'œuf métallique se rabattit vers l'arrière.
Une petite main aux doigts crochus se tendit vers lui.


Chapitre 4- Tatooine (An -17)

Le vent avait forci et le sable piquait chaque parcelle de peau non protégée. Les capes claquaient sur leurs cuisses. Derrière eux, "l’œuf" flottait à 2 mètres de distance, son couvercle fermement scellé pour abriter son contenu.
IEL souffla par les orifices de son nez plat pour expulser ces sournois petits grains jaunes qui menaçaient de l'étouffer.
- Fais-moi fleur, dire nous pas perdus.
Son compagnon clone mit sa main en visière pour se préserver autant du sable que de l'écrasante chaleur qui se dégageait des 2 astres juchés au-dessus d'eux. Il soupira.
- Nous pas perdus. Content ?


Chapitre 5- Grievous (An -17)

Le vent chuintait autour d'eux mais l'abri tenait bon. Forcés de se tenir dans une inconfortable promiscuité, les deux mercenaires attendaient la fin du danger.
- Tu es un Kaleesh, fit le clone.
- Oui, répondit l'intéressé sans lever les pupilles des mosaïques de fleur qu'il traçait d'une griffe sur le sable.
- J'ai combattu un des tiens pendant la guerre. Un grand général !
IEL émit un son méprisant.
- Lui pas grand. Lui traître ! Qymaen jai Sheelal abandonné peuple pour servir ferraille.
- J'ai trahi les miens aussi, soupira Crosshair.
- Normal. Toi tout petit, AHAHAH !
- Silence ! Écoute...


Chapitre 6- Dragon Krayt (An -17)

Le sifflement était long, furieux, angoissant ; se répercutant sur les dunes il venait de partout, et nulle part.
Du sable jusqu'aux genoux, le Kaleesh courait, rampait, progressait aussi vite que le sol glissant le lui permettait. Il avait perdu son compagnon de vue. Avait-il été englouti avec "l’œuf" ? IEL n'en savait rien.
Chaque seconde la pente devenait plus raide. Chaque enjambée plus dure. Il sentit les mâchoires se refermer inexorablement sur lui et le soulever comme on cueille une fleur dans son jardin.
Il y eut un dernier remous puis le calme revint dans le désert.


Chapitre 7- Tobias Beckett (An -10)

Le vaisseau plana sur les dunes dans un vrombissement assourdissant.
Une corde pendait à son écoutille pendant qu'une femme pâle, que moulait avantageusement une combinaison orange vif, y grimpait. Dans son dos était sanglé un objet en forme... d’œuf.
Arrivée en haut, la femme arrangea son étrange coiffure rappelant une fleur et remit son chargement à un humain grisonnant à l'air contrarié.
Il y eut des gestes et des paroles violentes puis, alors que la situation semblait se calmer, l'homme poussa la femme par-delà la rampe du vaisseau.
Ce fut la chute qui la tua.


Chapitre 8- Avar Kriss (An -233)

Extrait de journal ayant échappé à l'autodafé impériale :

« Amis de la République, la Force est un chant.
Pour l'écouter vous parler tendez bien l'oreille,
Entendez ces strophes à nul autre pareil,
Qui se dérouleront dans plus de 200 ans.

Sous le règne d'un mal permanent de la peur,
Un trésor est enfoui dans un très lointain monde,
Coincé sous les sables entre des mâchoires qui grondent,
La fleur au fusil viendra un explorateur.

Et lui seul trouvera l'objet de sa recherche,
Qu'un vaurien fera choir d'un bon coup dans le derche. »

Source : Cantiques Jedi.


Chapitre 9- Cailloux (An -10)

Il était tout petit, minuscule. Pourtant il le tançait affreusement. Comment était-il arrivé là ; le mercenaire n'aurait trop su le dire ? Mais il était bien là et semblait ne vouloir lui laisser aucun répit.
Pourquoi ses commanditaires choisissaient-ils toujours les endroits les plus glauques ? Grognant de douleur sous son respirateur, le contrebandier marchait dans un paysage gris, dénué de vie. Pas un insecte, pas la moindre fleur à l'horizon.
Pourvu que l'échange ne s'éternise pas. Il n'avait qu'une envie, rentrer au vaisseau et déloger ce fils de Hutt coincé dans sa botte.


Chapitre 10- Sabé (An -10)

Quand on avait passé sa vie à graviter autour de la fine fleur de l'aristocratie, être obligée de crapahuter dans des montagnes désolées battues par les vents aurait pu paraître un défi bien difficile à relever pour une ancienne dame de compagnie.
Loin des ors de la royauté, des fastes banquets, et des robes de crinoline aux interminables frous-frous, la silhouette encapuchonnée avançait pourtant sans montrer signe de fatigue.
Le souvenir de sa courageuse reine continuait à lui donner force et vigueur des années après sa tragique disparition. Il lui en faudrait si elle voulait réussir sa mission.


Chapitre 11- Cato Neimodia (An -10)

- Vous avez les crédits ? demanda le contrebandier.
- Vous avez la cargaison ? répliqua la servante.
Beckett, les nerfs à fleur de peau, lui désigna la capsule oblongue qui flottait derrière lui. Était-ce pour cela qu'il dansait nerveusement d'un pied sur l'autre ou était-ce la peur des pluies acides venues des océans qui douchaient régulièrement la planète ?
Sabé extirpa de sa manche une lourde plaquette de crédits impériaux qu'elle prélevait de ses économies.
- Je pense que vous y trouverez largement votre compte.
Elle lui tendit la plaque au moment où une détonation déchirait la grisaille nuageuse.


Chapitre 12- Fennec (An -10)

Elle eut juste le temps de se mettre à couvert derrière un des rochers qui parsemaient la vallée humide quand la motte de terre rocailleuse où elle se tenait un instant avant explosa en une pluie de débris fumants et de fleurs carbonisées. Dos épousant la paroi dure et froide, Sabé sortit son blaster.
L'ancienne suivante jeta un œil par-dessus la crête de son abri de fortune et replongea aussitôt pour éviter un tir qui ricocha contre la pierre, laissant un trou béant et une odeur de cheveux brûlés.
Qui que soit ce sniper, il était terriblement doué.


Chapitre 13- Fruit Jogan (An -10)

3... 2... 1... Go !!
Le clone courut en direction de la capsule, l'attrapa au vol, sauta sur la passerelle de la navette qui se referma derrière lui et s'écroula au sol en riant joyeusement.
Retirant son casque, Wrecker avala son en-cas en une bouchée, inondant copieusement son menton de jus visqueux et tâchant de violet son armure bosselée. Il avait bien mérité ce petit remontant même si Shand avait maintenant 2 fois plus de raisons de leur coller au cul. Bah ! Il n'était plus dans la fleur de l'âge mais, pour un clone raté, il avait de beaux restes.


Chapitre 14- Mara Jade (An -10)

Fennec Shand la détestait. Si la chasseuse de prime était considérée comme étant dans la fleur de l'âge avec ses 25 ans, celle qui la toisait de son regard émeraude méprisant devait en avoir 7. Pourtant, sa présence était écrasante. Il y avait quelque chose de malsain chez cette fillette rousse engoncée dans une tenue de cuir révélatrice, poings sur ses hanches.
Les ragots disaient qu'elle était un agent impérial, un assassin formé et moulé par l'Empereur en personne. Fennec ne croyait pas aux rumeurs d'habitude. Mais là... Elle déglutit.
- Je suis désolée, la cible m'a échappé.


Chapitre 15- R2-D2 (An -9)

Le sénateur descendit du vaisseau, scrutant les visages de son comité d’accueil : des clones, aucun sourire sur leurs lèvres. Il ne s'attendait pas à recevoir de collier de fleurs, il était là pour affaires.
A son côté, son astromech bleu et blanc émit un trille inquiet. Bail lui tapota distraitement le dôme pour le réconforter.
- Du calme. Ce sont des amis.
Bien qu'il n'ait pas d'expression faciale, le droïde ne sembla pas particulièrement convaincu. Il alla se brancher sur la console la plus proche, se tenant prêt à remonter la rampe au moindre geste suspect.


Chapitre 16- Zekk (An 48)

La nuit, il arpente la Force. La technique l'approche de ténèbres qu'il redoute pour les avoir côtoyées à l'Académie de l'Ombre. Il sait quelles conséquences cela pourrait avoir sur lui. Ses amis. Sa famille. Il l'a déjà vue corrompre de bien meilleurs Jedi que lui.
Pourtant, quand le crépuscule arrive, il coiffe ses cheveux en une longue tresse, s'agenouille au milieu des fleurs de sa maison sur Hapès, et arpente la Force.
Pour le trouver, il doit marcher à travers les époques. Il en va de la survie des univers.
Où est l’Enfant ?


Chapitre 17- Dok-Ondar (An 1)

Bzzzzzt ! Flash. Douleur. Hurlement.
- Reprenons, dit l'homme en costume impérial, ses talonnettes claquant sur le sol immaculé. Comment est-il arrivé en votre possession ? Et à qui avez-vous vendu l’Objectif ?
Les bouches de l'Ithorien remuèrent sans émettre un son. Le droïde IT-O en profita pour faire jaillir un arc électrique de l'une de ses protubérances. Pris de panique, la tête en marteau du marchand se mit à osciller frénétiquement. L'humain sourit.
- Allons ! Nous savons qui vous êtes et le genre d’antiquités que vous exposez dans votre... « Antre ». Faites-vous une fleur : répondez !


Chapitre 18- Céréen (An -9)

Les veines bulbeuses de son crâne en forme de cône tressaillaient sous l'effort du pilote pour maintenir la navette sénatoriale dans un vecteur qui le mettrait hors d'atteinte de leur poursuivant. Ce dernier restait pourtant collé à leur train d'atterrissage, semblant anticiper toutes ses manœuvres. Pour le pilote, trié sur le volet pour ses capacités de calcul exceptionnelles, l'agresseur ne pouvait être qu'un as du pilotage... ou un de ces Jedi pourtant disparus.
En toute probabilité, leur vaisseau allait se transformer en fleur cosmique lumineuse dans les 5 minutes. Il fallait donner l'ordre d'évacuer.


Chapitre 19- Influence (An -9)

Depuis toujours, il arpente la Force.
Zekk se tient à l'intérieur d'un chasseur. Par la baie, il voit le propulseur d'une navette exploser tandis que des capsules tentent de s'échapper sous un feu nourri. L’Enfant est proche. Très proche. Et en grand danger !
Le Jedi baisse les yeux. Surpris, il reconnaît instantanément la pilote aux boucles rousses. Il distingue déjà en l'enfant la femme qu'elle deviendra un jour.
Il se place au-dessus de son épaule. Il murmure à son oreille : « Mara... Petite fleur... arrête-toi... »
Lentement, son doigt glisse de la gâchette.


Chapitre 20- Hondo Ohnaka (An -5)

Lorsqu’on avait bourlingué depuis aussi longtemps que lui, on développait un 7ème sens pour renifler les bonnes affaires. Le truc étant de se pointer comme une fleur et de se carapater avant que quelqu'un se pose des questions.
Hélas, son flair semblait lui avoir fait défaut. Il avait cru en sa bonne étoile en tombant sur une épave plutôt fraîche mais n'avait pu rien en retirer de viable si ce n'était cet étrange objet ovoïde métallique hermétiquement verrouillé. Probablement une capsule temporelle sans valeur. Mais le Weequay savait parfaitement à qui refourguer cette camelote sur Batuu.


Et tout de suite la suite :

Chapitre 21- Gallius Rax (An 1)

Parfait. Ils avançaient lentement mais ils avançaient. Ohnaka était loin d'être inconnu de ses services. Mais il restait à découvrir le principal : qui avait dérobé l'Objectif et pour le compte de qui ? S'il était celui qui arrivait, là où tous les autres agents impériaux avaient échoué depuis toutes ces années, à mettre la main dessus, le Conseil de l’Ombre le couvrirait de fleurs. Il obtiendrait enfin un pouvoir plus à sa mesure !
Il se pencha sur l'Ithorien sanglé sur le lit de torture.
- Bien. Reprenons là où nous nous étions arrêtés.
Bzzzzzt ! Flash. Douleur. Hurlement.


Niveau 3 : Sith Sadique - 100 mots
Modifié en dernier par Rikuiame le Dim 21 Nov 2021 - 10:58, modifié 1 fois.
Rikuiame
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 285
Enregistré le: 01 Nov 2020
 

Messagepar GTZL1 » Dim 21 Nov 2021 - 9:44   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Précédemment...
Spoiler: Afficher
Il y avait des savoirs que seuls les holocrons recelaient. Les données holographiques enregistrées dans ces dispositifs étranges n’étaient accessibles qu’aux utilisateurs de la Force. En conséquence, ils utilisaient également ce moyen pour archiver leurs connaissances : combat, études de la Force, histoire des Jedi et des Sith…
Cependant, depuis l’instauration de l’Empire, la cachette d’un Jedi survivant aurait bien été la dernière chose enregistrée dans un holocron. Or Cal Kestis ne connaissait pas de source d’informations interdites plus secrète. Alors comment Fulcrum avait-elle eu vent de ce padawan qu’elle lui avait demandé d’aider ? Il l’ignorait…

Chassant ces réflexions, le Jedi rejoignit Merrin dans le cockpit du Mantis. Il s’assit à ses côtés en souriant et reprit les commandes. Le vaisseau arrivait à son objectif : l’épave d’un Venator tombé depuis longtemps sur cette planète désertique.
L’intérieur n’était que silence, obscurité… et Force. Une guerre et la présence des Jedi laissaient forcément des traces. Merrin percevait elle aussi des ressentis étranges. Cal se plongea dans certains des Echos parsemant le monstre éviscéré. L’un montra un soldat clone d’élite, animé par une détermination sans faille, un entraînement exceptionnel, mais aussi une absence totale de scrupules et de remords.

— Sinon, j’avoue que je ne m’attendais pas à ça quand tu m’as parlé d’un Jedi, dit-elle alors qu’ils progressaient dans les coursives décrépies.
— J’ai été surpris aussi, la première fois quand je l’ai croisé au Temple…
Le Jedi que Fulcrum leur avait demandé de secourir était Grogu, un juvénile de la race de Yoda. Muet, pas encore indépendant, il était néanmoins âgé d’au moins quarante ans. Un être mystérieux qui avait toujours fasciné Cal. Avec Merrin, ils avaient été ravis d’apprendre sa survie et comptaient faire tout leur possible pour le retrouver.

Les vitres défoncées de la passerelle avaient depuis longtemps laissé le sable de Tatooine s’accumuler dans les quartiers de feu les généraux Jedi quand les deux jeunes gens y parvinrent enfin. Cal se plongea dans la Force en explorant la cabine. Les Echos se firent plus distincts. Des Jedi, leurs victoires, leurs défaites… Enfin il ressentit une trace de Grogu. Il exulta… et tout s’arrêta.
— Tu as trouvé quelque chose ? demanda Merrin.
— Rien de précis… juste une trace de lui. Il aurait bien aimé un endroit appelé « Black Spire ». Et toi ?
— Rien sur Grogu, dit-elle, mais par contre, regarde ici.

Sur un bureau, de l’autre côté de la pièce, se trouvait un vieux datapad montrant des documents sur Grievous. Cal perçut tout de suite les émotions suscitées chez Merrin. Il avait massacré son peuple. Les souvenirs de ses sœurs disparues remontaient. Quelques larmes coulèrent sur ses joues.
Cal la laissa se recueillir et examina une étagère. Un objet attirait son attention. Un livre. Pas un fichier holographique, mais un vrai livre en papier marqué du symbole des Jedi. Une observation détaillée lui révéla qu’il devait dater de plusieurs siècles. Mieux encore, il avait été annoté à la main par une Jedi de la Haute République.

Le Jedi referma soigneusement cette découverte inattendue et l’emporta dans son sac. Lui et Merrin rebroussèrent chemin par l’extérieur du Venator. La longue glissade sur la superstructure portant les passerelles rappela à Cal ses anciennes explorations.
Arrivés sur la coque, ils descendirent dans le hangar principal par la grande ouverture dorsale, restée ouverte. Il ne leur restait qu’à sortir par un côté pour regagner le sol quand tout le duracier trembla puis un vieil ARC-170 fut violemment déplacé. Interdits, Cal et Merrin virent un dragon Krayt sortir de l’ombre et s’avancer devant eux en rugissant.

— Faut sortir par le haut !!
Les deux jeunes gens esquivèrent de justesse la première attaque du prédateur. Ils escaladèrent tuyaux, caisses, coursives, poutres pour parvenir sur le dos de la coque. En vain. Griffant, sautant, déchirant des parois, le dragon finit par sortir du Venator lui aussi.
Cal alluma son sabre laser, Merrin des flammes vertes dans ses mains. L’animal frappa du pied, prit son élan… et fut pulvérisé par une salve de canon laser.
Un cargo modifié vint se poser devant Cal et Merrin stupéfaits. En sortit un homme grand, portant un manteau beige, le regard décontracté mais aussi avec une certaine étincelle de malice, de magouilles.

— Euh… merci pour le sauvetage ? se risqua Merrin.
— Vous pouvez le dire, ça, les jeunes ! Mais pour la perle, faudra repasser.
— On n’était pas là pour ça. Par contre, je peux vous demander un renseignement ?
— Je viens de te sauver la mise, mon gars…
Cal comprit le sous-entendu et, après quelques instants de réflexion, montra à contrecœur le livre Jedi à Beckett, qui poussa un sifflement admiratif.
— Et il a été annoté par Avar Kriss elle-même, précisa-t-il.
— Je vois, oui... dit Beckett. Bien, qu’est-ce que tu veux savoir ?
— Vous connaissez un endroit appelé Black Spire ?

Black Spire était le nom du plus grand spatioport de Batuu, dans l’Espace Sauvage, apprirent Cal et Merrin. Il s’agissait maintenant de leur prochaine étape. Ils prirent congé de Beckett et repartirent vers leur vaisseau. Toutefois un détail tracassait Merrin :
— Cal, échanger ce livre… ça ne t’a rien fait ?
— Il avait été édité par les Jedi de la Haute République, mais ça reste un livre de cuisine. Et je connais pas l’écriture d’Avar Kriss !
La Dathomirienne marqua un instant de surprise avant d’éclater de rire avec son ami.
— Allez viens, quittons ce tas de cailloux !

— Et toi, comment tu t’appelles ?
— Cal Kestis ! Et… c’est vrai que vous avez rencontré Qui-Gon Jinn ?
— Oui. Il était… un Jedi puissant, assurément.
— Au sabre ?
— Plus que ça. Sans son sacrifice sur Naboo, je ne serais peut-être pas là aujourd’hui…
Cal se réveilla en sursaut. Le ronronnement des moteurs l’aida à reprendre ses esprits. Cette visite au Temple de Sabé, la célèbre assistante de la sénatrice Amidala… encore un souvenir de cette époque. Ils étaient nombreux, bons en soi mais au goût amer désormais. Cal n’aimait pas les revivre.
Il se leva et rejoignit Merrin aux commandes.

Le Mantis sortit de l’hyperespace au-dessus de Cato Neimodia. Beckett avait assuré que cette route était plus discrète, mais Cal ne fit que se renfrogner davantage. Ses habitants avaient créé la Fédération du Commerce puis financé les Séparatistes. Sans eux, la Guerre des Clones n’aurait pas eu lieu et les Jedi n’auraient pas fini éliminés.
— Détends-toi, on fait juste une orbite.
La voix douce de Merrin ramena Cal à la réalité et orna son visage d’un sourire. C’était décidément une jeune femme merveilleuse.
Ils atteignirent Batuu un peu moins d’une rotation plus tard.

Merrin n’avait pas visité beaucoup de planètes, et beaucoup étaient peu peuplées. Alors, dans la zone de marché de Black Spire, elle ne savait plus où donner de la tête. Langues, effluves et couleurs différentes grouillaient de partout. Elle fut attirée par un stand qui exposait un grand nombre d’animaux en cage.
— Tu m’en as parlé, ça s’appelle comment déjà ? Un… fennec de Crait ?
— Vulptex, dit Cal. Mais ça vient bien de Crait, oui.
A travers les barreaux, Merrin caressa l’animal qui se mit à ronronner.
— Mmh… t’es mignon, oui, mais pas autant que notre bogling !

Pour glaner des informations ou pour se changer les idées après un long voyage, Oga’s Cantina était l’endroit idéal. Avalant goulument son jus de fruits jogan – elle ne connaissait pas, et elle trouvait excellent –, Merrin écoutait les conversations au comptoir.
— Une fois il y a un type bleu avec un uniforme zarbi qu’est entré ici, je me souviens ! dit un Togruta éméché.
— Oui bien sûr, et il t’a donné une arme mystique aussi ? répondit le barman d’un ton las.
— Ah non ! Mais son pote, lui, il avait un sabre de Jedi, carrément ! Je te jure !

Entre le temps passé à écouter et leurs conversations personnelles, les verres s’étaient succédé sur la table du couple. A présent, Merrin avalisait l’opinion de Cal sur ces canettes Mara Jade Cocktails : c’était infect. Elles n’étaient pas les boissons les moins chères de l’établissement sans raison… Heureusement, ils avaient fini par apprendre des informations utiles. Avant la Purge, Batuu était connue des Jedi, notamment pour la présence d’un Temple datant de la Haute République. Et un homme, à Black Spire, était spécialiste des reliques de toute sorte.
Buvant sa dernière gorgée à contrecœur, Merrin se leva, Cal à sa suite, et marcha vers la sortie.

En quittant la cantina, ils croisèrent un astromech bleu et blanc, propre, pépiant sur une tonalité rassurante. Cal et Merrin l’ignorèrent et continuèrent leur chemin. Leur objectif se trouvait de l’autre côté de la zone marchande. Un bâtiment vaguement sphérique, gris, visiblement ancien et solide. Tel était l’aspect de l’antre de Dok-Ondar, le plus prestigieux magasin de Batuu où l’on trouvait peut-être la plus grande collection d’antiquités de toute la galaxie.
Un Céréen attendait devant, appuyé contre le mur. Il ne réagit aux deux visiteurs que par un grognement approximatif.
— Nous voudrions voir Dok-Ondar… en privé, dit Merrin.

— Grammo zekk grz’…
Un non-humain à la mine patibulaire gronda des jurons inintelligibles lorsque Cal et Merrin, en entrant dans le bâtiment en suivant le Céréen, le forcèrent à infléchir sa marche un instant. Mais quelque chose d’autre capta leur attention : l’immense quantité d’objets rares accrochés au mur ou posés sur les étagères. Cal n’en crut pas ses yeux lorsqu’il vit une tunique Jedi de la Haute République, Merrin resta pantoise devant une tête de la même espèce que Gorgara.
L’homme de main les interpella dans un basic châtié. L’Ithorien acceptait de les recevoir.

Ils pénétrèrent fébriles dans l’arrière-boutique. Et en ressortirent plus que déçus.
Dok-Ondar ne leur avait donné aucun véritable renseignement. S’il avait admis du bout des lèvres que Grogu avait transité par Batuu quelques temps avant, il avait botté en touche puis renvoyé le couple quand ils avaient voulu savoir sa destination ou qui l’accompagnait.
La tête basse, sans piper mot, Cal et Merrin retournèrent machinalement au Mantis… pour avoir la surprise du Céréen qui les y attendait.
— Déçus, hein ?
— Ah ça, c'est sûr, oui !
— Je peux peut-être vous dépanner… si vous avez assez de crédits.

Si Dok-Ondar s’était montré aussi évasif, c’est parce qu’un mystérieux Impérial haut placé était lui aussi sur la piste de la petite créature. Il n’en savait pas plus sur cet homme, mais l’impression qu’il lui avait laissée était assez inquiétante.
— Et Grogu ?
— … leur vaisseau… est parti pour Troithe, dit le Céréen avant d’empocher les crédits et de s’en aller.
Cal et Merrin se regardèrent de la même expression, mêlant crainte et détermination. Le Noyau. Un Impérial. Ce sauvetage s’annonçait plus compliqué que prévu. Mais abandonner Grogu n’était pas une option.

Non sans appréhension, Cal activa la communication avec le contact de Greez. Les systèmes spéciaux du Mantis n’auraient jamais assez d’influence sur les contrôles impériaux dans le Noyau, avait prévenu le Latero. En conséquence, il avait transmis au couple les coordonnées d’une de ses connaissances. Un pirate et contrebandier tout sauf digne de confiance mais qui avait toujours un tuyau pour tout – y compris des codes d’accès rares.
L’hologramme d’un Weequay mince, aux cornes saillantes et au sourire étrange se matérialisa.
— Bonjour… je suis un ami de Greez.

Son interlocuteur s’appelait Hondo Ohnaka et était plutôt étrange pour un pirate : fantasque, désinvolte, il parlait surtout énormément. Même depuis le cockpit, Merrin sentait la patience de Cal diminuer au fil de la conversation qui progressait lentement.
— Greez m’a dit que vous pourriez me procurer des codes d’accès impériaux pour le Noyau ?
— Bien sûr, bien sûr… Des codes pour quel secteur, mon ami ? Coruscant, Vardos ? Ça me fait penser, je connais un bar à Twi’leks sur Vardos, il y en a une qui…
— Troithe.
Hondo se figea à cette réponse.


En y repensant, pas sûr que ça colle niveau temporalité. Mais bon...
Gallius Rax (105 mots)

L’Impérial sur la piste de Grogu, expliqua Hondo, était Gallius Rax. Ce mystérieux conseiller de l’Empereur venait de confiner tout le système Cerberon. Des codes du Noyau ne suffiraient pas à y pénétrer. Mais cela ne renforça que la détermination de Cal à s’y rendre.
Heureusement Hondo, comme à son habitude, avait une solution contre une allonge de crédits, comme à son habitude. De mauvaise grâce, Cal transféra l’argent – leurs réserves s’amenuisaient de plus en plus. Il obtint les fameux codes et les coordonnées d’un contrebandier réputé.
Il rejoignit enfin Merrin dans le cockpit, avec deux verres de spotchka.
"Nous sommes tous la République."


Fan-fics: Le Secret de Ryloth, Je vous l'avais dit, Zolta : premières armes
GTZL1
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1180
Enregistré le: 09 Avr 2020
Localisation: flying Maul's Gauntlet
 

Messagepar Notsil » Dim 21 Nov 2021 - 12:45   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Oh, pour la continuité ou la temporalité... on dira que ce sont des alternatives, au pire :)

Sinon oui, faut parfois jouer sur des détails ou des décors :ange: Et oui, le but c'est aussi de vous faire découvrir des parties de Star Wars que vous ne connaissiez pas ! Car c'est tellement vaste :)

Précédemment :

Spoiler: Afficher
1. Holocron
Partagé entre la curiosité et la méfiance, Chloan observa longuement l’holocron posé sur la table. Il n’avait pas retouché à la petite pyramide aux reflets bleutés, persuadé que son maitre lui avait joué un tour dont il avait le secret. D’un autre côté, l’absence de Lierin était une occasion trop belle, qui ne se reproduirait pas de sitôt.
Avait-il le choix ? Devait-il prendre le risque ?
Quelques semaines plus tôt, il ne se serait jamais posé la question. L’utiliser maintenant, alors qu’ils étaient traqués, lui vaudrait un savon. Mais il avait besoin d’en savoir davantage sur leurs poursuivants.
106
2. Crosshair
Chloan se connecta à la Force, toucha doucement l’holocron. Des lignes bleues prirent vie sous ses doigts, dessinèrent des symboles qu’il ne parvint pas à déchiffrer, puis l’objet se déverrouilla et une silhouette céruléenne apparut.
—Encore toi ? Que me veux-tu, cette fois ?
—Vous savez si des clones ont continué à être produits ?
—Après la Guerre des Clones ? s’étonna la silhouette. Et pourquoi donc ?
—Nous avons rencontré de drôles d’individus, dit Chloan, hésitant à dévoiler trop d’informations. Ils utilisent des noms comme Crosshair, Rex… nos recherches nous ont menées aux clones de l’ex République.
—Nous ? releva le maitre Sith en fronçant les sourcils.
104

3. Grogu
Chloan se mordit les lèvres. C’était bien sa veine. Se trahir si facilement ! Il ne devait pas oublier que même sous forme d’holocron, son maitre était perspicace.
—Je ne suis plus seul, c’est tout, lâcha-t-il en espérant que ça serait suffisant.
—Plusieurs Seigneurs Sith ont fait appel à des clones, dit la silhouette. Pas moi. Qui aurait intérêt à vivre dans le passé ?
—Et, Grogu, ça ne vous dit rien non plus ?
—Tu me prends pour une encyclopédie ou quoi ? Si tu ne cherches pas à en apprendre davantage sur les arcanes obscurs, inutile de me déranger !
L’holocron se verrouilla dans un bruit sec.
106

4. Tatooine
Chloan soupira. Il ne s’était pas attendu à autre chose, mais c’était quand même une déception. Quand donc arriverait-il à se faire obéir de l’holocron ?
Lierin se laissa tomber près de lui et Chloan sursauta. Depuis quand l’espionnait-elle ?
—Je vois que tu n’as pas tenu compte de mes conseils… T’a-t-il dit quelque chose d’utile, au moins ?
Chloan pinça les lèvres.
—Rien. Comme tu t’en doutes. Tu avais raison, marmonna-t-il.
—Alors on s’en tient au plan initial ? On va sur Tatooine ?
—On va sur Tatooine, confirma Chloan.
96

5. Grievous
Chloan programma les coordonnées de Tatooine dans l’ordinateur de bord de leur navette.
—Toujours pas d’autre indice ?
—Non. Ces suites de noms n’ont aucun sens. On dirait qu’ils ont pioché leurs surnoms dans les registres de la Guerre des Clones, mais pour quelle raison ? Regarde, celui-ci s’est nommé Grievous. Franchement.
Elle soupira.
—Je me demande après quoi en ont ces mercenaires, pour se choisir des noms pareils.
—Je me demande plutôt pourquoi ils nous attaquent, releva Chloan.
—Aurais-tu peur, jeune Sith ? se moqua-t-elle.
—Si tu n’étais pas là, je les aurais atomisés et nous serions tranquilles.
100

6. Dragon Krayt
Ils marchèrent un long moment dans les dunes de sable, aperçurent des troupeaux de Banthas sauvages dans le lointain, croisèrent un véhicule jawa qui avançait sur ses chenilles à moitié rouillées et dépassèrent les ossements blanchis d’un dragon krayt.
—Sacrée taille, cette bestiole, commenta Lierin.
—J’aurais bien aimé en affronter un.
—Pourquoi ça ne m’étonne pas ? Mais je crois qu’ils sont éteints, maintenant.
—Quel dommage…
Lierin eut un regard moqueur.
—Il n’y a bien que toi pour regretter leur existence. Ces créatures étaient des tueurs. Je suis bien contente que nous n’ayons pas à en affronter un !
97

7. Tobias Beckett
Du sable, toujours du sable, et Chloan commença à se demander s’ils ne s’étaient pas perdus. Ils auraient déjà dû tomber sur le repaire des mercenaires, s’il en croyait son datapad.
—Ici, appela Lierin.
Il releva les yeux de son écran, la rejoignit alors qu’elle dégageait une carcasse de moto-jet des grains de sable.
—Comment ce tas de ferraille a-t-il pu échapper aux Jawas ? s’étonna Chloan.
Elle haussa les épaules, fouilla dans les sacoches qui partaient en lambeaux.
—Si une tempête de sable l’a immédiatement recouvert… Tobias Beckett ?
Chloan passa les doigts sur la gravure.
—Certainement l’ancien propriétaire.
103

8. Avar Kriss
Ils avaient repris leur route, laissant les débris de la moto-jet derrière eux, guidés par les indications de leur datapad.
—Nous tournons en rond ! s’agaça bientôt Chloan.
Il s’arrêta, balaya les alentours du regard, revint sur son écran.
—Ce n’est pas normal. Il devrait y avoir quelque chose. Et il n’y a que du sable.
—Je m’en occupe.
Lierin s’immobilisa et ferma les yeux. Chloan perçut qu’elle utilisait la Force, s’en voulut de ne pas y avoir songé plus tôt.
—Tu te la joues Avar Kriss ? marmonna-t-il.
—Chut. Je cherche seulement à les percevoir, pas à méditer. Ils sont là.
106

9. Cailloux
Chloan jura en trébuchant une énième fois sur le sol inégal du souterrain, récoltant un regard noir de Lierin. La base des mercenaires était creusée dans la roche, sous les dunes de sable de la surface. Si Lierin s’était extasiée sur les cristaux incrustés dans les parois, les effleurant du bout des doigts tandis qu’ils avançaient avec précaution, Chloan avait maudit chacun des cailloux dans lesquels il trébuchait sans cesse. Ces mercenaires étaient donc incapables de faire un simple travail correctement !
Son exaspération croissante nourrissait sa colère et Chloan avait hâte de décharger sa rage sur les mercenaires.
Enfin, si Lierin ne l’en empêchait pas, encore.
109
10-Sabé
Bientôt, ils perçurent les murmures de conversations soutenues. Chloan ne comprenait pas un mot dans ce brouhaha indistinct mais il percevait l’agacement et la colère chez les mercenaires. Parfait, ça, il pourrait l’exploiter quand viendrait le moment de les affronter.
Lierin lui fit signe de s’arrêter. Chloan pinça les lèvres un instant, puis s’avança d’un pas supplémentaire, juste pour le principe, récoltant un regard noir de la Jedi.
Cette fois, il était sûr qu’il pourrait percevoir leur conversation.
—Non ! Tu… fou… si…
—Il… jamais… sabé… noir… dia…
—Recule ! siffla Lierin. Ils vont nous repérer.
—C’est important, lui retourna-t-il. Je veux savoir s’ils parlent de nous.
104

11-Cato Neimoidia
Lierin soupira. Chloan était impossible, incapable de la moindre prudence, ne pensait qu’à foncer tête baissée au mépris du danger.
C’était à se demander comment il avait réussi à survivre.
Alors qu’il suffisait d’attendre pour obtenir des informations. Avait-il remarqué que tout en parlant, les mercenaires s’affairaient ? Ils s’apprêtaient à quitter les lieux, c’était une évidence.
Bien sûr, c’était un détail qui lui échapperait, comme d’habitude.
Heureusement qu’elle était là.
Les bruits de conversation finirent par s’estomper. Ils s’élancèrent mais la pièce était déserte. Et un holo de Cato Neimodia trainait sur le sol.

12-Fennec
Chloan ramassa l’holo abandonné, l’éteignit.
—Ils croient vraiment que nous allons tomber dans un piège aussi grossier ?
Lierin haussa les épaules.
—Même si ça n’en était pas un, tu sais bien que nous nous devons de vérifier toutes les pistes.
—Ça pue le fennec, cette histoire, soupira Chloan. Et en plus, j’ai faim.
La Jedi leva les yeux au ciel.
—Encore ? Ce n’est pas un estomac que tu as, mais un trou noir.
—Noir et obscur, approuva Chloan. Que veux-tu, c’est mon héritage Sith qui parle.
—Mais bien sûr…
—Il n’y a plus rien à en tirer de toute manière. On rentre manger ?

13-Fruit Jogan
Attablé dans un coin d’une cantina de Mos Eisley, Chloan dévorait son steak de nerf avec appétit tandis que Lierin épluchait un jogan. Elle ne s’était pas attendue à trouver ce fruit si loin du Noyau ; une heureuse surprise, qui concluait une journée déprimante. Tout en mangeant, elle consulta ses notes sur son datapad, fit défiler les colonnes de noms et de chiffres. Cato Neimoidia était peut-être un leurre, mais c’était aussi une destination qui leur permettrait de recueillir d’autres indices.
Tandis que Chloan se tapotait le ventre avec un soupir de contentement, Lierin vida son verre d’eau, puis se leva.
—Allez, en route.
109

14-Mara Jade
Ils avaient rejoint leur navette, entré les coordonnés de Cato Neimoidia. Depuis, ils patientaient tandis que les trainées de l’hyperespace défilaient derrière les vitres du cockpit.
—Qu’est-ce que tu regardes ? demanda Lierin en jetant un œil sur son datapad.
—Rien, répondit Chloan en bougeant l’écran pour l’empêcher de regarder.
—Allez, montre !
—Non ! Mais laisse-moi !
Chloan se contorsionna tandis qu’elle cherchait à lire par-dessus son épaule. D’une pichenette de Force, Lierin récupéra l’écran sous les jurons du jeune Sith.
—Mara Jada… tu te rinces l’œil ?
—Elle maitrisait le Côté Obscur, rétorqua Chloan. C’est purement professionnel.
99

15-R2-D2
Lierin continua de jouer avec son datapad jusqu’à ce que Chloan s’agace.
—Ça suffit, maintenant. Rend-le moi !
—Attends un peu… voilà, j’ai fini. Tiens, reprends-le.
—Qu’est-ce que tu as fait, encore ?
Elle haussa les épaules, retint un sourire.
—Ce sera plus drôle quand tu le découvriras par toi-même.
Les yeux rivés sur l’écran, Chloan ne répondit pas, fouillant dans les menus. Jusqu’à ce qu’il lâche une bordée de jurons.
—Je rêve ! T’as remplacé toutes mes images de Mara Jade par R2-D2 ? C’est mon datapad, t’avais pas le droit !
—Sacré Sith, dire que tu t’es encore fait avoir par une Jedi !

16-Zekk
Chloan rumina en silence le reste du trajet. Comment se venger ? Il avait déjà ajouté un code pour verrouiller son datapad, histoire qu’elle ne puisse recommencer. Elle prenait un malin plaisir à se moquer de lui, comme si son précieux code Jedi n’était pas censé le lui interdire.
Maitre Zilar avait eu raison : les Jedi n’apportaient que des ennuis. Et une fois qu’ils vous avaient trouvé, ils ne vous lâchaient pas.
—Tu es bien silencieux. On sort bientôt de l’hyperespace, tu comptes bouder encore longtemps ?
—Zekk zekk.
Lierin leva les yeux au ciel – enfin, au plafond.
—Eh bien, ça promet.
102

17-Dok-Ondar
Ils arrivèrent enfin sur Cato Neimoidia et laissèrent leur navette à l’astroport avant de se rendre dans l’une des nombreuses cités suspendues. Lierin était ravie de se dégourdir les jambes, de respirer autre chose que l’air conditionné du vaisseau.
—Je déteste les neimoidiens, marmonna Chloan à ses côtés.
—Évite de le mentionner sur leur planète, peut-être ?
Chloan s’arrêta net.
—Tu l’as senti ?
—Quoi ?
—Une sorte de… viens.
Il obliqua dans une ruelle étroite où l’éclairage fonctionnait par intermittences. Un individu sortit brusquement des ombres, blaster au poing.
—Le mot de passe ?
—Dok-Ondar, dit Lierin.
Il s’effaça devant une porte.
—Comment t’as su ? souffla Chloan.
105

18-Céréen
Dans la musique assourdissante et les flashes répétés de lumières colorées qui lui donnaient déjà un début de migraine, Chloan cherchait à comprendre où ils avaient atterri. Lierin semblait parfaitement à son aise, ce qui ne l’étonnait même plus. La Jedi savait se fondre dans tous les environnements, une maitrise qu’il lui enviait.
Que faisaient-ils ici ? Il se contentait de la suivre alors qu’elle se frayait un chemin dans la foule, son agacement augmentant chaque fois que quelqu’un gênait sa progression. Soudain, elle se colla contre lui.
—On cherche un céréen, hurla-t-elle à son oreille.
101

19-Influence
Un Céréen ? Chloan renonça à comprendre. Il détestait cet endroit, avec tous ces gens qui s’agitaient bizarrement, ressentait l’envie irrépressible de décharger son énervement. Lierin le perçut, évidemment, et attrapa sa main. Sous son influence, le Côté Obscur reflua aussi facilement qu’une bougie que l’on souffle.
—Je déteste quand tu fais ça, marmonna-t-il.
Elle ne l’avait pas entendu dans la cacophonie ambiante, lui retourna pourtant un sourire. Poussa une porte. Le silence du couloir lui parut assourdissant.
—C’était un raccourci, expliqua-t-elle. Viens, notre contact n’est plus très loin.
—J’espère que c’est une piste valable, cette fois.
106

20-Hondo Ohnaka
Lierin frappa à une porte et ils entrèrent. Curieux, Chloan vit que plusieurs holo étaient disposés sur des étagères. Hondo Ohnaka, lut-il. Jango Fett. Gallius Rax. Il coula un regard à Lierin, mais elle paraissait sereine. Il s’intéressa aux autres portraits. Des Jedi, devina-t-il aux lames brandies qui les accompagnaient. Un Céréen, un Wookiee, une Twi’lek. C’était étrange, comme décoration.
Puis une porte dérobée coulissa et un individu s’installa dans le fauteuil, face à eux, joignit ses mains et posa ses coudes sur le bureau.
—Il parait que vous souhaitiez me parler ?
Lierin s’avança, tout sourire.
—En effet. Cessez de nous poursuivre.
108


Et donc :

21-Gallius Rax

Chloan cessa sa contemplation des lieux et fixa son attention sur la silhouette drapée de noir dont seules les mains étaient apparentes.
—Attends, c’est lui qui nous pourchasse ?
—Elle, précisa la silhouette en abaissant sa capuche. Et maintenant que vous êtes là, vous n’en sortirez pas vivants.
Elle sortit un blaster et Chloan plongea, percutant l’étagère. Gallius Rax clignota faiblement avant de s’éteindre quand Lierin lui marcha dessus, sabrelaser au poing. Chloan se releva en jurant, alluma sa lame. Dans le faible éclairage, les lueurs rouge et vertes se mêlaient, menaçantes.
Avec un sourire mauvais, la silhouette pressa un bouton et le sol disparut sous leurs pieds.

109
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2834
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 21 Nov 2021 - 16:15   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Hello!
Pour celui-ci, il m'a fallu fouiller dans les encyclopédies.

21- Galli


Un passager clandestin dans un vaisseau voyageant clandestinement ?
Embarrassant : Officiellement, le Chancelier était sur Coruscant. Pire, l’affaire touchait à l’un de ses projets les plus secrets.
La logique aurait voulu que l’importun soit discrètement éliminé.
Pourtant, le Sith hésita : il sentait un énorme potentiel dans le gamin dépenaillé qui se tenait devant lui.
Il avait survécu dans l’enfer de ce monde désertique, il était prêt à tout pour en partir.
Sidious avait besoin de gens comme lui. Il suffisait de s’attacher sa loyauté.
- Quel est ton nom, mon garçon ?
- Galli.
- Eh bien, Galli, je vais te faire une proposition que tu ne voudras pas refuser.


110


Edit: avec celui-ci, je serai un peu moins à la bourre
18- céréen.


- Céréa ? Mais y a rien d’intéressant, là-bas ! Pas un speeder, pas une mobiquet, la zone !
Les autochtones détestent ça ! Et les étrangers, aussi!
Par contre si vous aimez la nature, les forêts, les montagnes, les rivières… Enfin, ça, c’était avant la guerre des clones!
- Ce sont les céréens qui m’intéressent : il paraît qu’ils sont doués en cryptographie.
- Avec deux cerveaux, forcément! J’ai servi sur un rafiot dont le navigateur était céréen. Sacrément doué, le gars !
- Alors, acceptez-vous de m’emmener là-bas, capitaine ?
- Faut voir… J’ai des tarifs élevés. Et ce vieil ermite, celui au sabre-laser, m'a proposé un pactole.


108
Il y a deux réponses à cette question, comme à toute les questions : celle du poète et celle du savant. Laquelle veux-tu en premier ?
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 946
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar L2-D2 » Dim 21 Nov 2021 - 18:06   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Pas facile facile celui-là !

21 – GALLIUS RAX

- Alors, c’est quoi aujourd’hui le thème ?
- Ca va te plaire : c'est Gallius Rax.
- Hein ? Et c'est qui celui-là ?
- C'est le méchant principal dans une trilogie de romans qui s'appelle Riposte se déroulant après Le Retour du Jedi.
- Ah ? Et il fait quoi ?
- Il cherche à rassembler les plus fidèles soutiens de Palpatine pour...
- Mais, de toute façon, l'auteur ne savait pas que Palpatine allait finalement ressusciter, non ? Donc son plan à machinchose, il ne sert à rien ?
- On peut dire ça, effectivement...
- Ah okay ! Et tu les as, tes 100 mots ?
- Tout pile !

100 mots donc
A demain ! :hello:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8046
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar OBI-WAN7 » Dim 21 Nov 2021 - 18:16   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Hello à tous, on a fait le plus dur mais je dois avouer que ça devient difficile d'être à l'heure :lol:

Précédemment dans "Les nouvelles aventures de Keiran" :

Spoiler: Afficher
*** Cos-137 ***

1/11/2021 – Chapitre 1 : Arrivée sur Tatooine (105 mots)

Cela faisait plus d’un an que mon maître et moi parcourions la galaxie de long en large tout en évitant autant que possible les forces de l’ordre. Pour quelle raison ? Ça, je ne l’avais pas vraiment compris. Je savais simplement que mon maître, Fleur Solaris de son nom, avait de gros ennuis avec certains commandants bien placés dans les rangs de l’Empire liés à un holocron qu’il avait “réxupéré”. Son vieux vaisseau, un cargo corellien XS stock légèrement modifié, nous faisais régulièrement des frayeurs comme ce jour où une fuite de l’hyperdrive nous poussa à nous poser en urgence sur Tatooine…

2/11/2021 – Chapitre 2 : Quelques frayeurs (110 mots)

Le cockpit ressemblait à un sapin de Noël. Notre cargo tombait à une vitesse incroyable, je me retrouvais plaqué au fond de la salle de pilotage. Fleur s’était évanoui et je pensais que ma vieille carcasse vivait ses dernières heures en tant que Cos-137, ce droïde utilitaire de type JN-66 que j’étais. Soudain, les lumières du vaisseau revinrent aussi vite qu’elles avaient disparu. Dans un effort sans précédent, je parvenais à me remettre aux commandes mais nos deux vies, si j’ose dire, étaient en jeu. Le sable des dunes approchait dangereusement quand je réussis à activer les parachutes de sécurité et la fonction Crosshair du vaisseau.

3/11/2021 – Chapitre 3 : Vers la civilisation ? (110 mots)

Notre arrivée fracassante s’était faite suffisamment loin de la civilisation pour ne pas attirer l’attention. Après deux jours passés dans le vaisseau, Fleur avait pu se reposer et réparer les éléments défectueux de l’engin. Nous pouvions repartir, mais quelque chose le poussa à rester un moment sur cette planète isolée. Il y avait là comme un sentiment de sécurité vis-à-vis des forces de l’Empire. Nous marchâmes près de quatre heures avant de rencontrer le premier signe de vie civilisée. Du moins, c’est ce que nous pensions. Nous entrâmes dans l’établissement, le seul bâtiment alentour. Le mot « GROGU » clignotait sur la façade.

Chapitre 4 : Il s’appelait Budda (110 mots)

Mes récepteurs olfactifs détectèrent immédiatement les odeurs de transpiration et d’alcool omniprésentes dans ce night-club. À la lueur des lumières tamisées, des femmes Twi’leks se dandinaient au rythme de la musique avec seulement une brassière et un short. Plusieurs clients étaient assis ici et là, d’espèces variées et venant des quatre coins de la galaxie. Nous nous assîmes à une table dans l’espoir de prendre une consommation et trouver quelqu’un qui pourrait nous indiquer où nous rendre pour acheter des vivres, sur Tatouïne. Soudain, un immense Hutt se précipita sur nous. « Je suis Budda le Hutt, et je vous attendais ! » s’exclama-t-il.

5/11/2021 – Chapitre 5 : Une rencontre surprenante (105 mots)

Le quiproquo tourna court. Budda, le propriétaire des lieux, avait pris Fleur pour un chasseur de primes qu’il avait envoyé traiter avec un pilote de podracers. Confus, il nous invita à prendre un verre en appelant Grievous, l’une des rares serveuses humaines de son établissement. Celle-ci s’approcha et demanda à Fleur ce qu’il souhaitait boire. Cette jeune femme brune me regarda longuement. Je l’analysais : elle portait un t-shirt blanc moulant et un short bleu qui laissait ses interminables jambes à découvert. En repartant, elle se retourna brusquement et lança à Fleur « où avez-vous trouvé cette unité JN-66 ? ».


*** Ileca ***

6/11/2021 – Chapitre 6 : Comment devient-on serveuse dans un night-club ? (91 mots)

Déjà deux ans ! Deux longues années que je suis bloquée sur cette planète minable, dans ces conditions déplorables à travailler pour quelqu’un de déplorable… Si seulement, je n’avais pas croisé la route de Gardulla Besadii et son dragon Krayt des canyons quand j’ai atterri ici après la disparition de Keiran… Depuis, cette satanée Hutt m’a enfermée et échangée contre des podracers… Deux ans qu’il m’utilise pour servir les clients de son night-club. Heureusement, j’ai un plan pour m’échapper d’ici, mais j’aurais besoin d’aide…

7/11/2021 – Chapitre 7 : Qui est Keiran Sorn ? (103 mots)

Comme Tobias Beckett, je ne fais confiance à personne, et c’est la seule raison pour laquelle je suis encore en vie après ce qu’il s’est passé il y a deux ans. Les troopers nous pourchassaient, ils savaient que notre vaisseau transportait un chevalier Jedi à son bord. Comment ils l’ont su ? Je l’ignore encore, mais je suis certaine que nous avons été trahis. Par chance, j’ai réussi à m’échapper, mais ce n’est pas le cas de mes deux acolytes. Depuis ce jour, je me suis promis que je sauverai cet homme, ce Jedi : Keiran Sorn.

8/11/2021 – Chapitre 8 : La vie trépidante des night-clubs Hutt (109 mots)

Je me souvenais d’une histoire que Keira m’avait raconté. Il avait entendu parler d’une jeune Jedi nommée Avar Kriss dont il m’avait vanté les mérites. Ces deux dernières années, je m’étais accroché à cette histoire. Je pensais à Avar quand je rencontrais des clients un peu insistants, certains d’entre eux auraient bien mérités un coup de sabre laser bien placé… Je pensais à elle quand je rentrais seule, dans la nuit, jusque chez moi. Son sabre aurait éclairé mon chemin. Et aussi quand Lumtronec a essayé de m’agresser. Avar aurait utilisé la Force pour le jeter dans le Sarlacc. Ah, quelle femme inspirante !

9/11/2021 – Chapitre 9 : Des cailloux tombés du ciel – partie 1 (102 mots)

Ce matin en me levant, j’ai entendu de drôles de bruits sur le toit de la bâtisse qui me sert de maison. Je me suis précipitée dehors pour observer ce qu’il se passait. Sapristi, j’ai rapidement fait volte-face pour rentrer. Je n’avais encore jamais vu ça : de gros cailloux tombaient littéralement du ciel. Certains ont commencés à perforer le toit en terre du bâtiment. Je me suis précipitée sous la table. Les cailloux étaient assez pointus pour passer à travers le toit mais la terre freinaient la descente et la table me protégeait de ces petits objets imprévisibles…

10/11/2021 – Chapitre 10 : Des cailloux tombés du ciel – partie 2 (95 mots)

Quand ça s’est arrêté, j’ai demandé à Sabé, la serveuse qui occupe la chambre à côté de la mienne, ce qu’il s’était passé. Elle m’a expliquée que cet évènement rare survenait à peu près tous les cinquante ans sur cette planète. Ça n’augurait rien de bon. En fin de journée, nous sommes toutes deux parties travailler, ne sachant pas trop à quoi nous attendre. C’est finalement quand j’ai vu ces clients débarquer que j’ai compris que la légende dont m’avait parlée Sabé pouvait être fondée...


11/11/2021 – Chapitre 11 : Une vieille histoire (96 mots)

Ce pouvait être un hasard, bien sur, une unité JN-66 qui vient sur Tatouïne. Mais non, l’écrou bleu de son bras ne laissait aucun doute, je connaissais ce droïde et je le connaissais très bien. Bien des années plus tôt, alors que Keiran, lui et moi étions sur Cato Neimoidia, Cos-137 avait été touché par un tir de blaster et on avait dû remplacer quelques pièces, notamment ce boulon, sur ce qui lui sert de coude. Bref, Cos-137, ce vieil ami, se tenait là, devant moi, après toutes ces années où nous avions été séparés.


12/11/2021 – Chapitre 12 : Loin des yeux, loin du coeur (108 mots)

— Hey, tête de fennec ! Demandais-je à l’adresse de Cos-137. Celui-ci m’observa avec surprise mais ne semblait pas me reconnaître.
— Pardon, je ne commande rien, merci, jeune femme.
L’homme qui l’accompagnait éclata de rire :
— C’est vrai que mon droïde a une tête de fennec ! Un lait bleu pour moi ma jolie.
— Votre droïde ? M’écriais-je. Cos, allons, ne me reconnais-tu pas ? C’est moi, Ileca, me mis-je à chuchoter tout en regardant derrière moi.
— Non, non, c’est mon droïde, je l’ai acheté à l’autre bout de la galaxie, qu’est-ce c’est que cette histoire ?

13/11/2021 – Chapitre 13 : Une nouvelle aventure (109 mots)

Soudain, je sentis un objet mou heurter mon dos. Un liquide coulait, je me retournais lentement et compris vis le morceau violet qui venait de s’écraser dans mon dos : un fruit Jogan. Budda s’en prenait à moi. Il avait dû entendre la conversation, le haussement de ton, ce qui était pourtant étonnant avec le brouhaha qui régnait ici. En tout cas, il était en colère, et à chaque fois qu’un tel sentiment le gagnait, il se mettait à jeter des fruits dans tous les sens en visant tout particulièrement ses employés…
— Cos, viens avec moi, hurlais-je alors que j’attrapais le droïde par son bras robotisé.

14/11/2021 – Chapitre 14 – Quitter ce trou à rat - partie 1 (102 mots)

Tandis qu’à l’autre bout de la galaxie naissait Mara Jade, je courrais en direction de la sortie de l’établissement avec Cos, que je tenais par la main, volant juste derrière moi. Fleur nous courrait après ne comprenant pas vraiment ce que je voulais à son droïde. Il ne semblait pas spécialement inquiet et paraissait presque soulagé de sortir d’ici. La grosse limace qui se faisait appeler Budda, avec sa lenteur légendaire, tentait de nous rattraper. Je ne m’en inquiétais pas spécialement de sa poursuite, toutefois le chasseur de prime qu’il avait missionné me faisait davantage soucis…

15/11/2021 – Chapitre 15 : Quitter ce trou à rat – partie 2 (100 mots)

— Mais enfin, que me voulez-vous jeune femme ? Je ne vous connais pas, vous devez faire me confondre avec quelqu’un d’autre, criais-je alors que la serveuse m’emportait avec elle dans sa fuite.
La brune ne daignait pas répondre. Fleur, quant à lui, semblait plutôt amusé. Je ne trouverais aucune aide auprès de lui. Un tir de blister vint heurter la lourde porte qui nous permettait de sortir. Le boîtier de commande semblait visé. Flûte alors, quelqu’un nous avait pris en chasse ! C’est alors que mon regard se posa sur une forme connue : R2-D2 !

16/11/2021 – Chapitre 16 : Quitter ce trou à rat – partie 3 (108 mots)

J’aurais beaucoup aimé échanger quelques signaux avec mon ami D2, mais le temps ne semblait pas à la discussion. En deux temps trois mouvements, je me retrouvais à l’extérieur du night-club, toujours dans une allure effrénée et sans savoir où nous allions.
— Faites-moi confiance, suivez-moi, lança la serveuse.
Elle s’adressait à Fleur, et vraisemblablement, je n’avais pas mon mot à dire… Mon maître ne chercha pas à la contredire et courrait à son niveau.
Nous arrivâmes rapidement dans une sorte de grotte. Nous pensions être en sécurité, nous ignorions encore qu’un chasseur de primes qui se faisait appeler Zekk nous poursuivait.

17/11/2021 – Chapitre 17 : Un chasseur à nos trousses (110 mots)

— Je suis bloquée sur cette planète depuis deux ans, expliqua la brune. Avant, j’accompagnais un certain Keiran Sorn qui possédait un droïde.
Je connaissais ce nom, mais je n’arrivais pas à mettre un visage dessus.
— Ce droïde, c’est lui, reprit-elle en me désignant. Nous avons été pourchassés par un antiquaire qui voulait lui mettre la main dessus car il avait en mémoire des informations qui l’intéressaient, un certain Dok-Ondar. On a effacé la mémoire de ce droïde avant d’être séparés. Keiran a été capturé, et moi j’ai atterri ici.
J’étais abasourdi par le récit, alors que j’entendis un tir de blaster…

18/11/2021 – Chapitre 18 : Des informations capitales ? (105 mots)

Nous étions en danger mais Fleure ne semblait pas en être conscient.
— Quelles informations ? Demanda mon maître.
— Des informations permettant de localiser le sabre laser d’un célèbre Jedi Céréen
— C’est intéressant tout cela, mais pour le moment, nous étions supposés trouver des vivres pour quitter la planète. J’ai un vaisseau, mais rien à manger à bord !
— Bonne idée ! Je vous conduis chez moi, nous récupérerons le strict nécessaire et on file à bord de votre engin.
— Ah, alors vous venez avec nous ? S’enquit Fleur.
— On peut y aller, suggérai-je alors qu’un autre tir vint se loger tout près de nous.


19/11/2021 – Chapitre 19 : Course poursuite (107 mots)

Nous l’ignorions jusque-là, mais le night-club se trouvait près d’une petite ville dont j’ignorais le nom. Par chance, les rues étaient étroites et à cette heure-ci, avec le monde qui circulait au sein de la petite communauté, nous n’eûmes aucun mal à fausser compagnie au chasseur de primes. Du moins, c’est ce que nous pensions.
— Et, le droïde ! Dit une voix derrière moi.
Le temps que je me retourne, Fleur avait sorti son pistolaser et un tir venait heurter l’armure de notre pisteur.
— Cos, dépêche-toi, il n’a plus aucune influence sur toi, on a à faire.

*** Ileca ***

20/11/2021 – Chapitre 20 : L’histoire des sacs en tulle (106 mots)

Nous récupérâmes le strict nécessaire dans mon petit logement. Nous fourrions les quelques vivres que j’avais en stock dans des sacs en tulle et partîmes aussi vite que nous étions arrivés. Si Zekk avait été mis à terre par le tir de blaster du jeune homme qui accompagnait Cos, il risquait de rapidement retrouver ses esprits. Et nous ne voulions pas avoir encore à faire à lui. En route vers le vaisseau de mes nouveaux amis, je leur racontais l’histoire de ces sacs, qui avaient autrefois appartenus à un certain Hondo Ohnaka et qu’il utilisait pour transporter les butins qu’il avait dérobés.



Rapidement, nous rejoignîmes le cargo corellien XS. C’était un vieux tas de ferraille mais ça ferait l’affaire. Cos s’empressa de démarrer les moteurs tandis que Fleur s’installait dans le fauteuil en cuire de pilote. Instinctivement, je me jetais dans le second siège, celui du copilote. Les lumières s’allumèrent et nous étions prêts à décoller.
- Et c’est parti ! Lança Fleur.
Le bruit devint plus étourdissant, je n’avais pas ressenti cette sensation depuis longtemps, puis l’appareil s’éleva dans les airs. Hélas, un certain Gallius Rax se trouvait sur le pont d’un croiseur en orbite…
Luke Skywalker: What a piece of junk!
Han Solo: She'll make point five past lightspeed. She may not look like much, but she's got it where it counts, kid. I've made a lot of special modifications myself.
OBI-WAN7
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 278
Enregistré le: 20 Avr 2003
 

Messagepar Crystal-Noir » Dim 21 Nov 2021 - 19:04   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bonsoir à Tous,

Nous arrivons petit à petit à la fin de ce Challenge :jap:
Je n'étais pas connecté du Week-end, je me permets donc de publier les n°20 et 21 en même temps !

Précédemment :

Spoiler: Afficher
1 – La Clef
Le carnage encore chaud reposait sous son pied, et la stèle fendue laissait paraître son trésor.
D’un geste fluide, et imperturbable, il prit la relique tant convoitée. Une récompense sans grande saveur, après une épreuve misérable. Ses doigts, déployés comme les pétales d’une fleur dont on avait ôté la vie, firent léviter doucement la petite cathédrale terne. Puis, dans un froncement bref de sourcils, il fit rugir un tremblement sombre d’impatience avec lequel la gravité se figea. Le guerrier démantela progressivement l’holocron pour libérer son incandescence morbide, et les murs se tapissèrent d’un avenir incertain. […] (100 Mots)

2 – La Mine
[…] D’une confiance nonchalante, il prit appui sur la poutre de métal tachetée de suie et s’élança vers l’obscurité.
Le chemin filait droit et semblait tracé dans la pénombre, jusqu’à une paroi gigantesque de pierre parfaitement taillée en son centre, laissant paraître un filet de lumière naturelle.
Ses pas se suivirent l’un à fleur de l’autre, au-dessus du vide. L’odeur de dovolite tuméfiait toujours sa présence dans l’air. Le jeune farouche conclu sa course sur le palier humide, au bout duquel, il se trouva face à une fresque usée : simple portrait élogieux évoquant le soldat « Crosshair », écrit d’un alphabet maladroit. […] (109)

3 – Jusqu’au Sommet
[…] Il poursuivit sa marche assurée vers la sortie. L’ancienne mine, vestige du rayonnement impérial, était devenue une parenthèse abritant certains oubliés les plus pauvres de la galaxie. Le jour s’approchait à mesure qu’il traversait la faille éventrée du dolmen. Les immenses parois habitaient des regards intrigués. Derrière lui reprenait la vie mise en pause à chacun de ses pas. Alors qu’il apercevait le bout du tunnel rectangulaire, un marchand à bascule répétait fébrilement « Grog’u » ; probablement le nom d’une boisson à fleurs qu’il agitait mollement. […] (91)

4 – Le Vaisseau
[…] Bien qu’il quitta le Gouffre de Melindris, le ciel chargé de poussière venait de se dégager en marbrures violacées. Les quelques rayons d’un soleil timide laissaient présager un vol confortable. Situé entre deux amas métalliques abandonnés, à l’abri des plateformes d’atterrissage, le Sith avait recouvert son vaisseau d’un haillon de fortune. Il le déshabilla d’un revers de poigne, ce qui projeta autour de lui un fin nuage de cendres orangées et cristallines, qui le firent suffoquer brièvement. Cela lui évoqua le célèbre sable de Tatooïne, dont il était sensible, et à fleur de peau. […] (100)

5 – Objectif Lune
[…] Installé sur son siège, il abaissa la porte arquée d’un simple geste d’esprit. Il agrippa l’holocron dans l’espoir d’en tirer toutes les informations.
Malheureusement, son essence avait été souillée et le degré de force qu’il développait l’avait fragilisée comme une fleur. Seuls des fragments d’images saccadées et de voix rauques survivaient encore à travers les lueurs rouges. Cependant, une chose était évidente : des coordonnées indiquaient l’emplacement d’une Lune, celle de Belsus, orbitant autour de la planète Gentes. Apparemment, un laboratoire secrètement développé par l’ancien Général Grievous s’y trouvait. […] (100)

6 – Le Départ
[…] Quelles expériences macabres son défunt maître avait-il eu en tête ? Quel sort lui avait-elle réservé ?
Au doigté délicatement évocateur, sur sa cape, il suivit les lignes ornementées d’une broche en bronzium qui avait été forgée sur les terres de Mandalore. Elle dessinait une fleur de Côme, soudée au peigne qui dentelait les mailles de son tissu.
Après un long silence, il enclencha une série d’interrupteurs projetant au cœur de ses réacteurs un halo bleuté, dans le vacarme enfumé des cendres.
Enfin, d’une détente mécanique, il prit son envol à la fureur d’un dragon krayt. […] (100)

7 – Belsus
[…] Brusquement arrivé, son cockpit pris le nappage verdâtre dégagé par la planète Gentes. Son vaisseau, un ancien Chasseur Naboo N-1, avait été enduit d’une teinte ébène par son ancien propriétaire, Tobias Beckett. Cela était idéal pour effectuer des arrivées furtives.
Il reprit les commandes de l’appareil et plongea sur les terres mystérieuses de Belsus. La surface de la lune était couverte d’un voile opaque laissant entrevoir quelques reliefs. Des zones entières de hautes herbes, sans fleurs, étaient fracturées par des usines circulaires. Les reflets glissaient généreusement sur son fuselage tandis qu’il s’approchait de sa destination. […] (100)

8 – Le Bureau
[…] Dès son arrivée, les propulseurs arrachèrent au silence ses années d’existence. Miraculeusement, ce qui semblait être une aile privilégiée dans le complexe ravagé était en bon état. Il entra par une porte, formée d’une rosace comparable au dessin d’une fleur. La pièce était un directoire sobre. Quelques diodes survivaient aux maigres productions des générateurs, et les murs tendaient vers une large fenêtre offrant une vue sur un grand laboratoire.
Au creux de son oreille, comme un appel enfoui sous les couches de débris, il entendit une multitude de voix murmurer des noms dont se distingua : « Avar Kriss ». […] (100)

9 – Murmures
[…] Il se dirigea vers une console de style corellienne, d’où provenaient les sons, et projeta par la force le meuble sur le côté. Un éboulement l’avait transpercé jusqu’aux carreaux du sol, sous lesquels, quelque chose était caché. Il retira le morceau de plafond, balaya du pied certains cailloux, puis délogea un coffret d’une niche éclairée. Posé sur une longue table, il l’ouvrit et une collection de sabres laser alignés se révéla. Tandis qu’il découvrit cela avec stupeur, les voix qu’il avait entendues s’éteignirent et un hologramme apparut au milieu de la pièce. […] (100)

10 – Le Message
[…] Le débris qu’il avait retiré du sol rétablissait discrètement le courant dans une partie de la pièce. Depuis la table, un fragment de communication répétait de manière hachurée des passages audibles : «Sabé (…) J’ai trouvé le laboratoire (…) exp- (…) abominables (…) midichloriens (…).». La projection holographique était saccadée mais dévoilait une jeune femme aux allures de résistante, belle comme une fleur.
Pour lui, cela n’était pas de bon augure. Visibles depuis le bureau, des cylindres de verre étaient détruits ou parfois, contenaient des corps abimés baignant dans un fluide bleu. Les lieux avaient été dévastés, pillés, et les cartes mémoires volées. […] (100)


11 – Destin Incertain
[…] Ce qu’il avait vu et entendu dans ce laboratoire alimentait ses angoisses. Nul doute que son ancien maître s’était déjà emparé des recherches.
De retour au cœur de son chasseur, il avait emporté la boîte contenant la collection de sabres et de cristaux kyber qu’avait enfoui Grievous.
L’objectif était de retrouver cette fameuse Sabé. Pour y parvenir, il lui fallut recontacter une vieille connaissance seule susceptible de pouvoir l’aider.
Sur son tableau de bord, il entra une ancienne combinaison d’holo-transmission. Une série de barres lumineuses se succédèrent en reflets sur la vitre bombée. […] (100)
12 – Une Aide Opportune
[…] Entre les poignées de son volant à fleur d’âge, une silhouette azurée fit son apparition.
«Vous. »
Un bref silence.
« Je n’aurai pas parié un peggat sur votre appel. 
- Auriez-vous oublié ce pourquoi vous pouvez encore vous tenir devant moi ? Il est temps pour vous d’honorer votre parole, Fennec » ; répondit-il fermement.
Lors d’un conflit opposant différents gangs et la guilde des chasseurs de prime, elle lui devint redevable d’un sauvetage insoupçonné.
Il exposa succinctement ses motivations et, sans grande volonté, elle lui proposa de se retrouver durant une opération sur la planète Cato Neimoidia. […] (100)

13 – Une Arrivée Fracassante
[…] Couvert sous les feux de blasters, Shand vit ricocher des tirs à fleur de ses mercenaires. Le Sith débarqua, le sabre long, et la lame flamboyante. Il enjamba les barricades de fortune, projeta violemment par la force des factieux surpris, puis découpa sans réserve celui s’avérant être un représentant Neimodien.
« Si vous n’aviez pas fait preuve d’un tel massacre, j’aurais juré que vous n’étiez plus le même homme. 
- Je ne connais meilleure diplomatie ; lui dit-elle avec sérieux.
Et il semblerait que la vôtre ne porte toujours pas ses fruits depuis notre dernière rencontre. » […] (100)

14 – Village d’Ivilia, Naboo
[…] Le capteur de traque indiquait à répétition une ruelle très étroite. Lui et Fennec croisèrent leur regard, puis s’enfoncèrent dans le passage entre les murs. Ponctuée d’auvents à la fois cambrés et colorés, la rue aboutissait sur une belle place pacifique. Une devanture de pierres taillées, habillée de nombreuses fleurs typiques du système Naboo, était chaudement éclairée par des lanternes rodiennes.
« Mara », « Jade », « Venez, il faut finaliser les commandes ! ». Le Sith reconnu la voix de celle qu’il recherchait lorsque son bras fit soudainement bousculé par deux jeunes filles,
chacune un morceau de fruit jogan à la main. […] (100)

15 – L’Atelier de Sabé
[…] Rédigée en lettres bleutées et rayonnantes, une projection holographique indiquait « Les Jardins d’Ivilia » sur la devanture. Cette officine était sûrement une diversion pour l’ancienne rebelle, mais quoiqu’ils pussent imaginer, ils passèrent le portail par lequel les jeunes filles s’étaient précipitées.
Après avoir cheminé la petite cour, couverte de fleurs, ils entrèrent dans la boutique. Il s’agissait d’un atelier aux airs d’herboristerie, à la fois de composition végétales et de remèdes médicinaux. Quelques croquis d’enfants, dispersés sur une table de bois organique, suggéraient l’aventure d’un droïde au nom de « R2-D2 ». […] (100)

16 – La Rencontre
[…] Il n’y avait plus un bruit.
Nos deux protagonistes étaient entourés de nombreuses plantes, lorsque surgirent furtivement entre les fleurs, différents canons métalliques pointés vers eux :
« Je n’avais plus vu de tel Jedi noir depuis la dernière guerre », prononça Sabé avec colère, et approchant un pistolet sur chacune de leur nuque. 
« Nom de Zekk, que faites-vous sur nos terres ?! Quel mauvais présage amenez-vous ici ?! » s’exclama-t-elle.
Le Sith se tourna en toute quiétude vers elle, et désarma simultanément toute la pièce.
Fennec, le regardant avec exaspération, répondit « Nous ne sommes pas hostiles, rassurez-vous. » […] (100)

17 – L’Indice
[…] « Une enquête menée par la nouvelle république faisait état d’un trafic d’êtres sensibles à la force. Cela nous a conduit jusqu’au laboratoire de Grievous, déjà dévasté à notre arrivée. Nous avions pu constater les horreurs de l’empire grâce à quelques cartes mémoires défectueuses. » Sabé souppira.
« Mais les pistes se sont éteintes après notre passage sur Korriban... » Elle prit entre ses mains un écrin de fleurs. En l’ouvrant, elle révéla un bracelet aux tracés d’argent, et enjolivé de cristaux sombres. « J’ai trouvé cet objet là-bas, et je l’ai présenté à Dok-Ondar. » […] (100)

18 – Le Culte de l’Ombre
[…] « Nous avions intercepté une cérémonie dans La Vallée des Seigneurs Noirs. Nous y avons surpris des fanatiques qui disparurent dans l’ombre. Ils étaient vêtus d’une même tenue, dont le cadavre d’un Céréen qui tenait ce bracelet au poignet. » Elle le déposa sur la table.
« Les connaissances de Ondar en matière de religions Sith lui sont limitées. Sur Batuu, il m’a parlé d’un Professeur « Aphra, », qui pouvait être susceptible de m’aider.
Mais je ne suis plus concernée aujourd’hui, je me suis retirée dans le village de mon enfance pour me consacrer à mes filles ». […] (100)

19 – Objectif Aphra
[…] Le Sith pris la relique entre ses mains, et focalisa son attention sur ses émotions.
« Je ressens une obscurité troublante, une puissance semblant liée à d’autres adeptes.. »
- Prenez le avec vous, répondit Sabé. Je n’en ai guère l’utilité et son énergie macabre n’a plus rien à faire ici, parmi les fleurs. »

La soirée embrassant les couleurs de la nuit, lui et Fennec retournèrent à l’astroport d’Ivilia.
Au croisement du quai séparant leurs vaisseaux respectifs, Shand, forte de son influence, le mis sur la piste d’un contact pouvant lui permettre de retrouver le Professeur. […] (100)



Et la suite :

20 – L’Entrepôt
[…] « Vous avez accompli plus que votre part du marché Fennec, votre dette a été honorée, et votre aide fut précieuse. »

A bord de son chasseur, il s’enfonça dans l’atmosphère urbaine de Coruscant.  La nuit ici n’était pas encore tombée. La planète dévoilait comme un ensemble de fleurs circulaires, gravées, et parsemées de millions de lumières. Il bascula au sein d’un entrepôt, éclairé de projecteurs pourpres. Quelques transporteurs, bâchés, étaient entourés de marchandises. Le Sith posa difficilement son vaisseau, et se dirigea vers une annexe. Enduit de fumée, croisé de jambes, il fit face à Hondo Ohnaka. […] (100)

21 – Le Pirate
[…] «  Hondo Ohnaka ? » demanda-t-il froidement.
Dos au Sith, Il fit légèrement tourner son siège et leva ses yeux :
« Hmm.. » exprima-t-il en plissant les yeux, « Un guerrier noir. Quel malheureux hasard vous amène ici ? 
- Je suis à la recherche d’une archéologue, le Professeur Aphra, dont vous seriez l’un de ceux susceptibles de la trouver. »
Étonné, mais la fleur au fusil, Hondo répondit  :
« Votre posture coincée et votre détermination me rappellent quelque peu, Gallius Rax, un jeune loup de l’empire que j’ai connu.
Ces années paraissent, lointaines... Et les temps sont devenus bien plus durs... » […] (100)


Excellente fin de soirée à tous :hello:
Crystal-Noir
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 27
Enregistré le: 01 Nov 2021
 

Messagepar Joysstar » Dim 21 Nov 2021 - 20:26   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

On est partis pour la dernière ligne droite ! ^^

Niveau : Sith Sadique


Décompte des mots : 100 !

Jour 21 - Gallius Rax

Mon Mothma ordonna de se méfier de Gallius Rax, amiral impérial de son état. Kallus avait admiré l’homme pendant ses études brillantes à l’académie militaire, cependant, maintenant, c’était tout l’inverse. Il exécrait ses manières et sa vénération constante envers Palpatine, comme s’il était le sauveur de toute la galaxie. Parfois, Zeb devait apaiser les tensions chez son amant. Ce dernier enverrait davantage une gerbe de fleurs de feu devant la porte du fanatique, mais pas des mots d’amour. De temps à autre, Sabine esquissait un léger sourire, en spécialiste des explosifs de l’équipe.
Rien de tel qu'une bouffée d'air frais, un cahier et un stylo à côté, un livre à portée de main, et de la musique... pour un moment de paix.
Cliquez...
Joysstar
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5275
Enregistré le: 15 Sep 2013
Localisation: Dans un verre d'une liqueur rouge
 

Messagepar Chadax » Dim 21 Nov 2021 - 21:15   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

21- Gallius Rax

- Sergent, avez-vous reçu le rapport hebdomadaire du commandant Rax ?
- Non monsieur, mais je crois qu'un opéra célèbre est donné ce soir, je présume que ceci a un rapport avec son retard.
- Hmm... Il va falloir que ce jeune homme apprenne à faire passer son devoir avant ses plaisirs. Je n'aime déjà pas son ascension trop rapide, donc je ne vais pas lui faire de fleur.
- Mon colonel, l'Empereur lui-même lui fait entièrement confiance.
- Oui, mais entre nous, l'Empereur s'est déjà trompé, donc jusqu'à preuve du contraire, je le tiendrai à l’œil.


(100)
Un magicien n'est jamais en retard. Ni en avance d'ailleurs. Il arrive toujours précisément à l'heure prévue.
Chadax
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 27561
Enregistré le: 06 Avr 2005
Localisation: Fontainebleau
 

Messagepar Dark Stratis 23 » Dim 21 Nov 2021 - 21:49   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Dur dur de s'y mettre en rentrant d'un week-end chargé :transpire:

Jour 21 - Gallius Rax

Chaque coup qu’il portait, c’était pour faire mal. Chaque assaut qu’il lançait sur son adversaire avait un seul but : la tuer.
« Serait-ce de la haine que je perçois, Jedi ? »
Absolument.
L’Empire, en la personne d’un mystérieux officier nommé Gallius Rax lui avait pris sa petite fleur, sa Lora. Cette femme allait payer pour tous les crimes perpétrés au nom de l’Empereur.
D’un revers de sa lame couleur sang, l’Inquisitrice porta un coup au niveau de son thorax. Jenkin recula et para avec sa propre arme bleutée. Les lames s’entrechoquèrent faisant jaillir une gerbe d’étincelles colorées.


106 mots
"Tant qu'il restera des Jedi en vie, je n'en aurai jamais assez!"- Aurra Sing
La toupie tourne
Staffeur encyclopédie et collection.
Dark Stratis 23
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 14873
Enregistré le: 08 Jan 2014
Localisation: Là où y'a du jedi à défoncer ^^
 

Messagepar OBI-WAN7 » Lun 22 Nov 2021 - 8:41   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bon début de semaine à tous !

Précédemment dans "Les nouvelles aventures de Keiran" :

Spoiler: Afficher
*** Cos-137 ***

1/11/2021 – Chapitre 1 : Arrivée sur Tatooine (105 mots)

Cela faisait plus d’un an que mon maître et moi parcourions la galaxie de long en large tout en évitant autant que possible les forces de l’ordre. Pour quelle raison ? Ça, je ne l’avais pas vraiment compris. Je savais simplement que mon maître, Fleur Solaris de son nom, avait de gros ennuis avec certains commandants bien placés dans les rangs de l’Empire liés à un holocron qu’il avait “réxupéré”. Son vieux vaisseau, un cargo corellien XS stock légèrement modifié, nous faisais régulièrement des frayeurs comme ce jour où une fuite de l’hyperdrive nous poussa à nous poser en urgence sur Tatooine…

2/11/2021 – Chapitre 2 : Quelques frayeurs (110 mots)

Le cockpit ressemblait à un sapin de Noël. Notre cargo tombait à une vitesse incroyable, je me retrouvais plaqué au fond de la salle de pilotage. Fleur s’était évanoui et je pensais que ma vieille carcasse vivait ses dernières heures en tant que Cos-137, ce droïde utilitaire de type JN-66 que j’étais. Soudain, les lumières du vaisseau revinrent aussi vite qu’elles avaient disparu. Dans un effort sans précédent, je parvenais à me remettre aux commandes mais nos deux vies, si j’ose dire, étaient en jeu. Le sable des dunes approchait dangereusement quand je réussis à activer les parachutes de sécurité et la fonction Crosshair du vaisseau.

3/11/2021 – Chapitre 3 : Vers la civilisation ? (110 mots)

Notre arrivée fracassante s’était faite suffisamment loin de la civilisation pour ne pas attirer l’attention. Après deux jours passés dans le vaisseau, Fleur avait pu se reposer et réparer les éléments défectueux de l’engin. Nous pouvions repartir, mais quelque chose le poussa à rester un moment sur cette planète isolée. Il y avait là comme un sentiment de sécurité vis-à-vis des forces de l’Empire. Nous marchâmes près de quatre heures avant de rencontrer le premier signe de vie civilisée. Du moins, c’est ce que nous pensions. Nous entrâmes dans l’établissement, le seul bâtiment alentour. Le mot « GROGU » clignotait sur la façade.

Chapitre 4 : Il s’appelait Budda (110 mots)

Mes récepteurs olfactifs détectèrent immédiatement les odeurs de transpiration et d’alcool omniprésentes dans ce night-club. À la lueur des lumières tamisées, des femmes Twi’leks se dandinaient au rythme de la musique avec seulement une brassière et un short. Plusieurs clients étaient assis ici et là, d’espèces variées et venant des quatre coins de la galaxie. Nous nous assîmes à une table dans l’espoir de prendre une consommation et trouver quelqu’un qui pourrait nous indiquer où nous rendre pour acheter des vivres, sur Tatouïne. Soudain, un immense Hutt se précipita sur nous. « Je suis Budda le Hutt, et je vous attendais ! » s’exclama-t-il.

5/11/2021 – Chapitre 5 : Une rencontre surprenante (105 mots)

Le quiproquo tourna court. Budda, le propriétaire des lieux, avait pris Fleur pour un chasseur de primes qu’il avait envoyé traiter avec un pilote de podracers. Confus, il nous invita à prendre un verre en appelant Grievous, l’une des rares serveuses humaines de son établissement. Celle-ci s’approcha et demanda à Fleur ce qu’il souhaitait boire. Cette jeune femme brune me regarda longuement. Je l’analysais : elle portait un t-shirt blanc moulant et un short bleu qui laissait ses interminables jambes à découvert. En repartant, elle se retourna brusquement et lança à Fleur « où avez-vous trouvé cette unité JN-66 ? ».


*** Ileca ***

6/11/2021 – Chapitre 6 : Comment devient-on serveuse dans un night-club ? (91 mots)

Déjà deux ans ! Deux longues années que je suis bloquée sur cette planète minable, dans ces conditions déplorables à travailler pour quelqu’un de déplorable… Si seulement, je n’avais pas croisé la route de Gardulla Besadii et son dragon Krayt des canyons quand j’ai atterri ici après la disparition de Keiran… Depuis, cette satanée Hutt m’a enfermée et échangée contre des podracers… Deux ans qu’il m’utilise pour servir les clients de son night-club. Heureusement, j’ai un plan pour m’échapper d’ici, mais j’aurais besoin d’aide…

7/11/2021 – Chapitre 7 : Qui est Keiran Sorn ? (103 mots)

Comme Tobias Beckett, je ne fais confiance à personne, et c’est la seule raison pour laquelle je suis encore en vie après ce qu’il s’est passé il y a deux ans. Les troopers nous pourchassaient, ils savaient que notre vaisseau transportait un chevalier Jedi à son bord. Comment ils l’ont su ? Je l’ignore encore, mais je suis certaine que nous avons été trahis. Par chance, j’ai réussi à m’échapper, mais ce n’est pas le cas de mes deux acolytes. Depuis ce jour, je me suis promis que je sauverai cet homme, ce Jedi : Keiran Sorn.

8/11/2021 – Chapitre 8 : La vie trépidante des night-clubs Hutt (109 mots)

Je me souvenais d’une histoire que Keira m’avait raconté. Il avait entendu parler d’une jeune Jedi nommée Avar Kriss dont il m’avait vanté les mérites. Ces deux dernières années, je m’étais accroché à cette histoire. Je pensais à Avar quand je rencontrais des clients un peu insistants, certains d’entre eux auraient bien mérités un coup de sabre laser bien placé… Je pensais à elle quand je rentrais seule, dans la nuit, jusque chez moi. Son sabre aurait éclairé mon chemin. Et aussi quand Lumtronec a essayé de m’agresser. Avar aurait utilisé la Force pour le jeter dans le Sarlacc. Ah, quelle femme inspirante !

9/11/2021 – Chapitre 9 : Des cailloux tombés du ciel – partie 1 (102 mots)

Ce matin en me levant, j’ai entendu de drôles de bruits sur le toit de la bâtisse qui me sert de maison. Je me suis précipitée dehors pour observer ce qu’il se passait. Sapristi, j’ai rapidement fait volte-face pour rentrer. Je n’avais encore jamais vu ça : de gros cailloux tombaient littéralement du ciel. Certains ont commencés à perforer le toit en terre du bâtiment. Je me suis précipitée sous la table. Les cailloux étaient assez pointus pour passer à travers le toit mais la terre freinaient la descente et la table me protégeait de ces petits objets imprévisibles…

10/11/2021 – Chapitre 10 : Des cailloux tombés du ciel – partie 2 (95 mots)

Quand ça s’est arrêté, j’ai demandé à Sabé, la serveuse qui occupe la chambre à côté de la mienne, ce qu’il s’était passé. Elle m’a expliquée que cet évènement rare survenait à peu près tous les cinquante ans sur cette planète. Ça n’augurait rien de bon. En fin de journée, nous sommes toutes deux parties travailler, ne sachant pas trop à quoi nous attendre. C’est finalement quand j’ai vu ces clients débarquer que j’ai compris que la légende dont m’avait parlée Sabé pouvait être fondée...


11/11/2021 – Chapitre 11 : Une vieille histoire (96 mots)

Ce pouvait être un hasard, bien sur, une unité JN-66 qui vient sur Tatouïne. Mais non, l’écrou bleu de son bras ne laissait aucun doute, je connaissais ce droïde et je le connaissais très bien. Bien des années plus tôt, alors que Keiran, lui et moi étions sur Cato Neimoidia, Cos-137 avait été touché par un tir de blaster et on avait dû remplacer quelques pièces, notamment ce boulon, sur ce qui lui sert de coude. Bref, Cos-137, ce vieil ami, se tenait là, devant moi, après toutes ces années où nous avions été séparés.


12/11/2021 – Chapitre 12 : Loin des yeux, loin du coeur (108 mots)

— Hey, tête de fennec ! Demandais-je à l’adresse de Cos-137. Celui-ci m’observa avec surprise mais ne semblait pas me reconnaître.
— Pardon, je ne commande rien, merci, jeune femme.
L’homme qui l’accompagnait éclata de rire :
— C’est vrai que mon droïde a une tête de fennec ! Un lait bleu pour moi ma jolie.
— Votre droïde ? M’écriais-je. Cos, allons, ne me reconnais-tu pas ? C’est moi, Ileca, me mis-je à chuchoter tout en regardant derrière moi.
— Non, non, c’est mon droïde, je l’ai acheté à l’autre bout de la galaxie, qu’est-ce c’est que cette histoire ?

13/11/2021 – Chapitre 13 : Une nouvelle aventure (109 mots)

Soudain, je sentis un objet mou heurter mon dos. Un liquide coulait, je me retournais lentement et compris vis le morceau violet qui venait de s’écraser dans mon dos : un fruit Jogan. Budda s’en prenait à moi. Il avait dû entendre la conversation, le haussement de ton, ce qui était pourtant étonnant avec le brouhaha qui régnait ici. En tout cas, il était en colère, et à chaque fois qu’un tel sentiment le gagnait, il se mettait à jeter des fruits dans tous les sens en visant tout particulièrement ses employés…
— Cos, viens avec moi, hurlais-je alors que j’attrapais le droïde par son bras robotisé.

14/11/2021 – Chapitre 14 – Quitter ce trou à rat - partie 1 (102 mots)

Tandis qu’à l’autre bout de la galaxie naissait Mara Jade, je courrais en direction de la sortie de l’établissement avec Cos, que je tenais par la main, volant juste derrière moi. Fleur nous courrait après ne comprenant pas vraiment ce que je voulais à son droïde. Il ne semblait pas spécialement inquiet et paraissait presque soulagé de sortir d’ici. La grosse limace qui se faisait appeler Budda, avec sa lenteur légendaire, tentait de nous rattraper. Je ne m’en inquiétais pas spécialement de sa poursuite, toutefois le chasseur de prime qu’il avait missionné me faisait davantage soucis…

15/11/2021 – Chapitre 15 : Quitter ce trou à rat – partie 2 (100 mots)

— Mais enfin, que me voulez-vous jeune femme ? Je ne vous connais pas, vous devez faire me confondre avec quelqu’un d’autre, criais-je alors que la serveuse m’emportait avec elle dans sa fuite.
La brune ne daignait pas répondre. Fleur, quant à lui, semblait plutôt amusé. Je ne trouverais aucune aide auprès de lui. Un tir de blister vint heurter la lourde porte qui nous permettait de sortir. Le boîtier de commande semblait visé. Flûte alors, quelqu’un nous avait pris en chasse ! C’est alors que mon regard se posa sur une forme connue : R2-D2 !

16/11/2021 – Chapitre 16 : Quitter ce trou à rat – partie 3 (108 mots)

J’aurais beaucoup aimé échanger quelques signaux avec mon ami D2, mais le temps ne semblait pas à la discussion. En deux temps trois mouvements, je me retrouvais à l’extérieur du night-club, toujours dans une allure effrénée et sans savoir où nous allions.
— Faites-moi confiance, suivez-moi, lança la serveuse.
Elle s’adressait à Fleur, et vraisemblablement, je n’avais pas mon mot à dire… Mon maître ne chercha pas à la contredire et courrait à son niveau.
Nous arrivâmes rapidement dans une sorte de grotte. Nous pensions être en sécurité, nous ignorions encore qu’un chasseur de primes qui se faisait appeler Zekk nous poursuivait.

17/11/2021 – Chapitre 17 : Un chasseur à nos trousses (110 mots)

— Je suis bloquée sur cette planète depuis deux ans, expliqua la brune. Avant, j’accompagnais un certain Keiran Sorn qui possédait un droïde.
Je connaissais ce nom, mais je n’arrivais pas à mettre un visage dessus.
— Ce droïde, c’est lui, reprit-elle en me désignant. Nous avons été pourchassés par un antiquaire qui voulait lui mettre la main dessus car il avait en mémoire des informations qui l’intéressaient, un certain Dok-Ondar. On a effacé la mémoire de ce droïde avant d’être séparés. Keiran a été capturé, et moi j’ai atterri ici.
J’étais abasourdi par le récit, alors que j’entendis un tir de blaster…

18/11/2021 – Chapitre 18 : Des informations capitales ? (105 mots)

Nous étions en danger mais Fleure ne semblait pas en être conscient.
— Quelles informations ? Demanda mon maître.
— Des informations permettant de localiser le sabre laser d’un célèbre Jedi Céréen
— C’est intéressant tout cela, mais pour le moment, nous étions supposés trouver des vivres pour quitter la planète. J’ai un vaisseau, mais rien à manger à bord !
— Bonne idée ! Je vous conduis chez moi, nous récupérerons le strict nécessaire et on file à bord de votre engin.
— Ah, alors vous venez avec nous ? S’enquit Fleur.
— On peut y aller, suggérai-je alors qu’un autre tir vint se loger tout près de nous.


19/11/2021 – Chapitre 19 : Course poursuite (107 mots)

Nous l’ignorions jusque-là, mais le night-club se trouvait près d’une petite ville dont j’ignorais le nom. Par chance, les rues étaient étroites et à cette heure-ci, avec le monde qui circulait au sein de la petite communauté, nous n’eûmes aucun mal à fausser compagnie au chasseur de primes. Du moins, c’est ce que nous pensions.
— Et, le droïde ! Dit une voix derrière moi.
Le temps que je me retourne, Fleur avait sorti son pistolaser et un tir venait heurter l’armure de notre pisteur.
— Cos, dépêche-toi, il n’a plus aucune influence sur toi, on a à faire.

*** Ileca ***

20/11/2021 – Chapitre 20 : L’histoire des sacs en tulle (106 mots)

Nous récupérâmes le strict nécessaire dans mon petit logement. Nous fourrions les quelques vivres que j’avais en stock dans des sacs en tulle et partîmes aussi vite que nous étions arrivés. Si Zekk avait été mis à terre par le tir de blaster du jeune homme qui accompagnait Cos, il risquait de rapidement retrouver ses esprits. Et nous ne voulions pas avoir encore à faire à lui. En route vers le vaisseau de mes nouveaux amis, je leur racontais l’histoire de ces sacs, qui avaient autrefois appartenus à un certain Hondo Ohnaka et qu’il utilisait pour transporter les butins qu’il avait dérobés.

21/11/2021 – Chapitre 21 : Échappatoire (101 mots)

Rapidement, nous rejoignîmes le cargo corellien XS. C’était un vieux tas de ferraille mais ça ferait l’affaire. Cos s’empressa de démarrer les moteurs tandis que Fleur s’installait dans le fauteuil en cuire de pilote. Instinctivement, je me jetais dans le second siège, celui du copilote. Les lumières s’allumèrent et nous étions prêts à décoller.
- Et c’est parti ! Lança Fleur.
Le bruit devint plus étourdissant, je n’avais pas ressenti cette sensation depuis longtemps, puis l’appareil s’éleva dans les airs. Hélas, un certain Gallius Rax se trouvait sur le pont d’un croiseur en orbite…



22/11/2021 – Chapitre 22 – Dans l’espace (104 mots)

En quelques secondes, nous étions dans l’espace. Tout était normal pour le moment. Notre escapade était peut-être même un peu trop facile. Après quelques discussions, nous décidâmes de nous rendre sur Coruscant. Là, j’espérais trouver quelques contacts qui nous permettraient de rassembler des informations sur la localisation de Keiran. Fleur accepta de m’emmener là-bas. Alors que le cargo s’apprêtait à entrer dans l’hyper espace, nous sentîmes une secousse. On nous tirait dessus !
— Tu sais utiliser les canons lasers ? Me demanda Fleur.
— Je devrais me débrouiller, répondis-je en me dirigeant vers la cabine prévue à cet effet.
Luke Skywalker: What a piece of junk!
Han Solo: She'll make point five past lightspeed. She may not look like much, but she's got it where it counts, kid. I've made a lot of special modifications myself.
OBI-WAN7
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 278
Enregistré le: 20 Avr 2003
 

Messagepar Notsil » Lun 22 Nov 2021 - 10:09   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bon lundi !

(Courage, on y est presque !!)

Précédemment :

Spoiler: Afficher
1. Holocron
Partagé entre la curiosité et la méfiance, Chloan observa longuement l’holocron posé sur la table. Il n’avait pas retouché à la petite pyramide aux reflets bleutés, persuadé que son maitre lui avait joué un tour dont il avait le secret. D’un autre côté, l’absence de Lierin était une occasion trop belle, qui ne se reproduirait pas de sitôt.
Avait-il le choix ? Devait-il prendre le risque ?
Quelques semaines plus tôt, il ne se serait jamais posé la question. L’utiliser maintenant, alors qu’ils étaient traqués, lui vaudrait un savon. Mais il avait besoin d’en savoir davantage sur leurs poursuivants.
106
2. Crosshair
Chloan se connecta à la Force, toucha doucement l’holocron. Des lignes bleues prirent vie sous ses doigts, dessinèrent des symboles qu’il ne parvint pas à déchiffrer, puis l’objet se déverrouilla et une silhouette céruléenne apparut.
—Encore toi ? Que me veux-tu, cette fois ?
—Vous savez si des clones ont continué à être produits ?
—Après la Guerre des Clones ? s’étonna la silhouette. Et pourquoi donc ?
—Nous avons rencontré de drôles d’individus, dit Chloan, hésitant à dévoiler trop d’informations. Ils utilisent des noms comme Crosshair, Rex… nos recherches nous ont menées aux clones de l’ex République.
—Nous ? releva le maitre Sith en fronçant les sourcils.
104

3. Grogu
Chloan se mordit les lèvres. C’était bien sa veine. Se trahir si facilement ! Il ne devait pas oublier que même sous forme d’holocron, son maitre était perspicace.
—Je ne suis plus seul, c’est tout, lâcha-t-il en espérant que ça serait suffisant.
—Plusieurs Seigneurs Sith ont fait appel à des clones, dit la silhouette. Pas moi. Qui aurait intérêt à vivre dans le passé ?
—Et, Grogu, ça ne vous dit rien non plus ?
—Tu me prends pour une encyclopédie ou quoi ? Si tu ne cherches pas à en apprendre davantage sur les arcanes obscurs, inutile de me déranger !
L’holocron se verrouilla dans un bruit sec.
106

4. Tatooine
Chloan soupira. Il ne s’était pas attendu à autre chose, mais c’était quand même une déception. Quand donc arriverait-il à se faire obéir de l’holocron ?
Lierin se laissa tomber près de lui et Chloan sursauta. Depuis quand l’espionnait-elle ?
—Je vois que tu n’as pas tenu compte de mes conseils… T’a-t-il dit quelque chose d’utile, au moins ?
Chloan pinça les lèvres.
—Rien. Comme tu t’en doutes. Tu avais raison, marmonna-t-il.
—Alors on s’en tient au plan initial ? On va sur Tatooine ?
—On va sur Tatooine, confirma Chloan.
96

5. Grievous
Chloan programma les coordonnées de Tatooine dans l’ordinateur de bord de leur navette.
—Toujours pas d’autre indice ?
—Non. Ces suites de noms n’ont aucun sens. On dirait qu’ils ont pioché leurs surnoms dans les registres de la Guerre des Clones, mais pour quelle raison ? Regarde, celui-ci s’est nommé Grievous. Franchement.
Elle soupira.
—Je me demande après quoi en ont ces mercenaires, pour se choisir des noms pareils.
—Je me demande plutôt pourquoi ils nous attaquent, releva Chloan.
—Aurais-tu peur, jeune Sith ? se moqua-t-elle.
—Si tu n’étais pas là, je les aurais atomisés et nous serions tranquilles.
100

6. Dragon Krayt
Ils marchèrent un long moment dans les dunes de sable, aperçurent des troupeaux de Banthas sauvages dans le lointain, croisèrent un véhicule jawa qui avançait sur ses chenilles à moitié rouillées et dépassèrent les ossements blanchis d’un dragon krayt.
—Sacrée taille, cette bestiole, commenta Lierin.
—J’aurais bien aimé en affronter un.
—Pourquoi ça ne m’étonne pas ? Mais je crois qu’ils sont éteints, maintenant.
—Quel dommage…
Lierin eut un regard moqueur.
—Il n’y a bien que toi pour regretter leur existence. Ces créatures étaient des tueurs. Je suis bien contente que nous n’ayons pas à en affronter un !
97

7. Tobias Beckett
Du sable, toujours du sable, et Chloan commença à se demander s’ils ne s’étaient pas perdus. Ils auraient déjà dû tomber sur le repaire des mercenaires, s’il en croyait son datapad.
—Ici, appela Lierin.
Il releva les yeux de son écran, la rejoignit alors qu’elle dégageait une carcasse de moto-jet des grains de sable.
—Comment ce tas de ferraille a-t-il pu échapper aux Jawas ? s’étonna Chloan.
Elle haussa les épaules, fouilla dans les sacoches qui partaient en lambeaux.
—Si une tempête de sable l’a immédiatement recouvert… Tobias Beckett ?
Chloan passa les doigts sur la gravure.
—Certainement l’ancien propriétaire.
103

8. Avar Kriss
Ils avaient repris leur route, laissant les débris de la moto-jet derrière eux, guidés par les indications de leur datapad.
—Nous tournons en rond ! s’agaça bientôt Chloan.
Il s’arrêta, balaya les alentours du regard, revint sur son écran.
—Ce n’est pas normal. Il devrait y avoir quelque chose. Et il n’y a que du sable.
—Je m’en occupe.
Lierin s’immobilisa et ferma les yeux. Chloan perçut qu’elle utilisait la Force, s’en voulut de ne pas y avoir songé plus tôt.
—Tu te la joues Avar Kriss ? marmonna-t-il.
—Chut. Je cherche seulement à les percevoir, pas à méditer. Ils sont là.
106

9. Cailloux
Chloan jura en trébuchant une énième fois sur le sol inégal du souterrain, récoltant un regard noir de Lierin. La base des mercenaires était creusée dans la roche, sous les dunes de sable de la surface. Si Lierin s’était extasiée sur les cristaux incrustés dans les parois, les effleurant du bout des doigts tandis qu’ils avançaient avec précaution, Chloan avait maudit chacun des cailloux dans lesquels il trébuchait sans cesse. Ces mercenaires étaient donc incapables de faire un simple travail correctement !
Son exaspération croissante nourrissait sa colère et Chloan avait hâte de décharger sa rage sur les mercenaires.
Enfin, si Lierin ne l’en empêchait pas, encore.
109
10-Sabé
Bientôt, ils perçurent les murmures de conversations soutenues. Chloan ne comprenait pas un mot dans ce brouhaha indistinct mais il percevait l’agacement et la colère chez les mercenaires. Parfait, ça, il pourrait l’exploiter quand viendrait le moment de les affronter.
Lierin lui fit signe de s’arrêter. Chloan pinça les lèvres un instant, puis s’avança d’un pas supplémentaire, juste pour le principe, récoltant un regard noir de la Jedi.
Cette fois, il était sûr qu’il pourrait percevoir leur conversation.
—Non ! Tu… fou… si…
—Il… jamais… sabé… noir… dia…
—Recule ! siffla Lierin. Ils vont nous repérer.
—C’est important, lui retourna-t-il. Je veux savoir s’ils parlent de nous.
104

11-Cato Neimoidia
Lierin soupira. Chloan était impossible, incapable de la moindre prudence, ne pensait qu’à foncer tête baissée au mépris du danger.
C’était à se demander comment il avait réussi à survivre.
Alors qu’il suffisait d’attendre pour obtenir des informations. Avait-il remarqué que tout en parlant, les mercenaires s’affairaient ? Ils s’apprêtaient à quitter les lieux, c’était une évidence.
Bien sûr, c’était un détail qui lui échapperait, comme d’habitude.
Heureusement qu’elle était là.
Les bruits de conversation finirent par s’estomper. Ils s’élancèrent mais la pièce était déserte. Et un holo de Cato Neimodia trainait sur le sol.

12-Fennec
Chloan ramassa l’holo abandonné, l’éteignit.
—Ils croient vraiment que nous allons tomber dans un piège aussi grossier ?
Lierin haussa les épaules.
—Même si ça n’en était pas un, tu sais bien que nous nous devons de vérifier toutes les pistes.
—Ça pue le fennec, cette histoire, soupira Chloan. Et en plus, j’ai faim.
La Jedi leva les yeux au ciel.
—Encore ? Ce n’est pas un estomac que tu as, mais un trou noir.
—Noir et obscur, approuva Chloan. Que veux-tu, c’est mon héritage Sith qui parle.
—Mais bien sûr…
—Il n’y a plus rien à en tirer de toute manière. On rentre manger ?

13-Fruit Jogan
Attablé dans un coin d’une cantina de Mos Eisley, Chloan dévorait son steak de nerf avec appétit tandis que Lierin épluchait un jogan. Elle ne s’était pas attendue à trouver ce fruit si loin du Noyau ; une heureuse surprise, qui concluait une journée déprimante. Tout en mangeant, elle consulta ses notes sur son datapad, fit défiler les colonnes de noms et de chiffres. Cato Neimoidia était peut-être un leurre, mais c’était aussi une destination qui leur permettrait de recueillir d’autres indices.
Tandis que Chloan se tapotait le ventre avec un soupir de contentement, Lierin vida son verre d’eau, puis se leva.
—Allez, en route.
109

14-Mara Jade
Ils avaient rejoint leur navette, entré les coordonnés de Cato Neimoidia. Depuis, ils patientaient tandis que les trainées de l’hyperespace défilaient derrière les vitres du cockpit.
—Qu’est-ce que tu regardes ? demanda Lierin en jetant un œil sur son datapad.
—Rien, répondit Chloan en bougeant l’écran pour l’empêcher de regarder.
—Allez, montre !
—Non ! Mais laisse-moi !
Chloan se contorsionna tandis qu’elle cherchait à lire par-dessus son épaule. D’une pichenette de Force, Lierin récupéra l’écran sous les jurons du jeune Sith.
—Mara Jada… tu te rinces l’œil ?
—Elle maitrisait le Côté Obscur, rétorqua Chloan. C’est purement professionnel.
99

15-R2-D2
Lierin continua de jouer avec son datapad jusqu’à ce que Chloan s’agace.
—Ça suffit, maintenant. Rend-le moi !
—Attends un peu… voilà, j’ai fini. Tiens, reprends-le.
—Qu’est-ce que tu as fait, encore ?
Elle haussa les épaules, retint un sourire.
—Ce sera plus drôle quand tu le découvriras par toi-même.
Les yeux rivés sur l’écran, Chloan ne répondit pas, fouillant dans les menus. Jusqu’à ce qu’il lâche une bordée de jurons.
—Je rêve ! T’as remplacé toutes mes images de Mara Jade par R2-D2 ? C’est mon datapad, t’avais pas le droit !
—Sacré Sith, dire que tu t’es encore fait avoir par une Jedi !

16-Zekk
Chloan rumina en silence le reste du trajet. Comment se venger ? Il avait déjà ajouté un code pour verrouiller son datapad, histoire qu’elle ne puisse recommencer. Elle prenait un malin plaisir à se moquer de lui, comme si son précieux code Jedi n’était pas censé le lui interdire.
Maitre Zilar avait eu raison : les Jedi n’apportaient que des ennuis. Et une fois qu’ils vous avaient trouvé, ils ne vous lâchaient pas.
—Tu es bien silencieux. On sort bientôt de l’hyperespace, tu comptes bouder encore longtemps ?
—Zekk zekk.
Lierin leva les yeux au ciel – enfin, au plafond.
—Eh bien, ça promet.
102

17-Dok-Ondar
Ils arrivèrent enfin sur Cato Neimoidia et laissèrent leur navette à l’astroport avant de se rendre dans l’une des nombreuses cités suspendues. Lierin était ravie de se dégourdir les jambes, de respirer autre chose que l’air conditionné du vaisseau.
—Je déteste les neimoidiens, marmonna Chloan à ses côtés.
—Évite de le mentionner sur leur planète, peut-être ?
Chloan s’arrêta net.
—Tu l’as senti ?
—Quoi ?
—Une sorte de… viens.
Il obliqua dans une ruelle étroite où l’éclairage fonctionnait par intermittences. Un individu sortit brusquement des ombres, blaster au poing.
—Le mot de passe ?
—Dok-Ondar, dit Lierin.
Il s’effaça devant une porte.
—Comment t’as su ? souffla Chloan.
105

18-Céréen
Dans la musique assourdissante et les flashes répétés de lumières colorées qui lui donnaient déjà un début de migraine, Chloan cherchait à comprendre où ils avaient atterri. Lierin semblait parfaitement à son aise, ce qui ne l’étonnait même plus. La Jedi savait se fondre dans tous les environnements, une maitrise qu’il lui enviait.
Que faisaient-ils ici ? Il se contentait de la suivre alors qu’elle se frayait un chemin dans la foule, son agacement augmentant chaque fois que quelqu’un gênait sa progression. Soudain, elle se colla contre lui.
—On cherche un céréen, hurla-t-elle à son oreille.
101

19-Influence
Un Céréen ? Chloan renonça à comprendre. Il détestait cet endroit, avec tous ces gens qui s’agitaient bizarrement, ressentait l’envie irrépressible de décharger son énervement. Lierin le perçut, évidemment, et attrapa sa main. Sous son influence, le Côté Obscur reflua aussi facilement qu’une bougie que l’on souffle.
—Je déteste quand tu fais ça, marmonna-t-il.
Elle ne l’avait pas entendu dans la cacophonie ambiante, lui retourna pourtant un sourire. Poussa une porte. Le silence du couloir lui parut assourdissant.
—C’était un raccourci, expliqua-t-elle. Viens, notre contact n’est plus très loin.
—J’espère que c’est une piste valable, cette fois.
106

20-Hondo Ohnaka
Lierin frappa à une porte et ils entrèrent. Curieux, Chloan vit que plusieurs holo étaient disposés sur des étagères. Hondo Ohnaka, lut-il. Jango Fett. Gallius Rax. Il coula un regard à Lierin, mais elle paraissait sereine. Il s’intéressa aux autres portraits. Des Jedi, devina-t-il aux lames brandies qui les accompagnaient. Un Céréen, un Wookiee, une Twi’lek. C’était étrange, comme décoration.
Puis une porte dérobée coulissa et un individu s’installa dans le fauteuil, face à eux, joignit ses mains et posa ses coudes sur le bureau.
—Il parait que vous souhaitiez me parler ?
Lierin s’avança, tout sourire.
—En effet. Cessez de nous poursuivre.
108

21-Gallius Rax
Chloan cessa sa contemplation des lieux et fixa son attention sur la silhouette drapée de noir dont seules les mains étaient apparentes.
—Attends, c’est lui qui nous pourchasse ?
—Elle, précisa la silhouette en abaissant sa capuche. Et maintenant que vous êtes là, vous n’en sortirez pas vivants.
Elle sortit un blaster et Chloan plongea, percutant l’étagère. Gallius Rax clignota faiblement avant de s’éteindre quand Lierin lui marcha dessus, sabrelaser au poing. Chloan se releva en jurant, alluma sa lame. Dans le faible éclairage, les lueurs rouge et vertes se mêlaient, menaçantes.
Avec un sourire mauvais, la silhouette pressa un bouton et le sol disparut sous leurs pieds.
109



22-Normal

Chloan s’assit en maugréant, massant ses tempes alors que ses souvenirs lui revenaient. Le bureau, la silhouette, l’attaque, le trou noir.
—Lierin ? appela-t-il doucement.
—Je suis là, répondit-elle.
Une main saisit la sienne et il la pressa en retour. Dans l’obscurité, il ne voyait rien.
—C’était magnifique, ton idée, dit-il, sarcastique. Et maintenant, on fait quoi ?
—On attend, lui retourna Lierin, comme si tout était parfaitement normal.
—Oh. Tu vas me dire que ça faisait partie de ton plan ?
—Évidemment.
—Tu ne me diras rien sur la suite, j’imagine ?
—Pour te gâcher la surprise ?
Et même dans le noir, il devina son sourire.


104
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2834
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Rikuiame » Lun 22 Nov 2021 - 10:23   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Dark Strasis > Et encore plus quand tu auras une semaine chargée. :lol:

Nostil > Oui c'est sûr, mais faut pas avoir peur de se spoiler. :transpire:
De toute façon j'ai une explication s'il y a des incohérences. W&S. :paf:

Allez, c'est parti pour le thème le plus... libre d'interprétation du lot je dirais.


Conditions d'écriture :

Spoiler: Afficher
Sachant pertinemment que je n'aurais pas la tête à écrire un texte par jour en novembre (jours fériés, weekend...), j'ai pris les devants en rédigeant le challenge sur le mois précédent sans me limiter à un seul texte par jour mais ayant pour objectif d'avoir plus de textes bouclés que de jours d'octobre passés. J'aurais dû m'ajouter le "défi" de ne pas passer à un texte tant que le précédent n'était pas achevé mais je n'ai pensé à cette contrainte que trop tard. :neutre:
Bref, par conséquent les 30 textes sont terminés depuis plus d'une semaine et contiennent très exactement 100 mots chacun (titre non inclus) même si je me permettrai, si besoin, de faire des ajustements à mesure qu'ils seront postés.
J'ai, d'ailleurs, assez tôt remarqué que le compteur de mots ne prenait pas en compte les chiffres. J'ai donc recouru à quelques artifices pour doper le nombre de mots à 2 ou 3 reprises. Les règles me semblent respectées mais par honnêteté intellectuelle vous voilà prévenus.

Concernant les contraintes, avoir de l'avance m'a permis de sereinement prendre le niveau 3 : Sith sadique. Chacune des scènes fait donc partie d'une histoire globale et le mot "fleur(s)" y est apparent 30 fois. J'espère que vous prendrez autant de plaisir à la lire que moi à l'écrire et lire les vôtres. :jap:
Enfin, je me suis ajouté une dernière contrainte : ne pas écrire le thème du jour dans le texte. Il m'était toutefois permis d'écrire les mots du thème dans les textes suivants ou précédents si besoin. Contrainte pas très dure à observer mais un peu casse-pied à 1 ou 2 reprises. :D


Précédemment dans le Challenge Novembre 2021 :

Spoiler: Afficher
Chapitre 1- Holocron (An -17)

L'éclat étincelant diminua en intensité. A travers la fente des paupières de IEL, se découpèrent les contours de la source de cette lumière aveuglante : un cône pyramidal pouvant tenir dans la main. Comment un objet si petit pouvait-il être si lumineux ?
Étendant le bras, IEL effleura la surface brillante d'un doigt griffu. Il y eut un déclic et l'atmosphère se métamorphosa. Les faces de la pyramide s'ouvrir comme les pétales d'une fleur et une voix d’outre-tombe fit trembler les murs qui avaient pris une teinte verdâtre, maladive.
- Qui ose convoiter notre secret ?


Chapitre 2- Crosshair (An -17)

Malgré les douleurs qui le faisaient atrocement souffrir, l’index posé sur la gâchette de son fusil perforateur (un antique modèle 773 !) ne tremblait pas.
Allongé sur un muret devant le temple, le vieux clone préparait le tir de sa vie. La cible, à 3.2 clicks dans un couloir courbe à 14%, faisait la taille d'un poing. Sans oublier les prémices d'une tempête qui rendaient la stabilité hasardeuse et tourbillonner le sable devant son réticule de visée ; cela revenait à toucher un pistil précis dans un champ de fleurs mouvant. Facile !
CT-9904 coinça son cure-dent entre ses lèvres et tira.


Chapitre 3- Grogu (An -17)

L’Holocron explosa comme une fleur enflammée lorsque le projectile l'atteignit en son centre.
L'écho de la voix sépulcrale mourut contre les parois du temple qui reprirent leur apparence initiale et un grand silence envahi la salle circulaire.
Soudain, une partie du mur se souleva en un grondement inquiétant. Faisant face à l'obscurité révélée, IEL avança d'un pas prudent. Dans la pénombre se distingua bientôt une forme ovoïde en suspension. Quand IEL approcha encore, la partie supérieure de l'œuf métallique se rabattit vers l'arrière.
Une petite main aux doigts crochus se tendit vers lui.


Chapitre 4- Tatooine (An -17)

Le vent avait forci et le sable piquait chaque parcelle de peau non protégée. Les capes claquaient sur leurs cuisses. Derrière eux, "l’œuf" flottait à 2 mètres de distance, son couvercle fermement scellé pour abriter son contenu.
IEL souffla par les orifices de son nez plat pour expulser ces sournois petits grains jaunes qui menaçaient de l'étouffer.
- Fais-moi fleur, dire nous pas perdus.
Son compagnon clone mit sa main en visière pour se préserver autant du sable que de l'écrasante chaleur qui se dégageait des 2 astres juchés au-dessus d'eux. Il soupira.
- Nous pas perdus. Content ?


Chapitre 5- Grievous (An -17)

Le vent chuintait autour d'eux mais l'abri tenait bon. Forcés de se tenir dans une inconfortable promiscuité, les deux mercenaires attendaient la fin du danger.
- Tu es un Kaleesh, fit le clone.
- Oui, répondit l'intéressé sans lever les pupilles des mosaïques de fleur qu'il traçait d'une griffe sur le sable.
- J'ai combattu un des tiens pendant la guerre. Un grand général !
IEL émit un son méprisant.
- Lui pas grand. Lui traître ! Qymaen jai Sheelal abandonné peuple pour servir ferraille.
- J'ai trahi les miens aussi, soupira Crosshair.
- Normal. Toi tout petit, AHAHAH !
- Silence ! Écoute...


Chapitre 6- Dragon Krayt (An -17)

Le sifflement était long, furieux, angoissant ; se répercutant sur les dunes il venait de partout, et nulle part.
Du sable jusqu'aux genoux, le Kaleesh courait, rampait, progressait aussi vite que le sol glissant le lui permettait. Il avait perdu son compagnon de vue. Avait-il été englouti avec "l’œuf" ? IEL n'en savait rien.
Chaque seconde la pente devenait plus raide. Chaque enjambée plus dure. Il sentit les mâchoires se refermer inexorablement sur lui et le soulever comme on cueille une fleur dans son jardin.
Il y eut un dernier remous puis le calme revint dans le désert.


Chapitre 7- Tobias Beckett (An -10)

Le vaisseau plana sur les dunes dans un vrombissement assourdissant.
Une corde pendait à son écoutille pendant qu'une femme pâle, que moulait avantageusement une combinaison orange vif, y grimpait. Dans son dos était sanglé un objet en forme... d’œuf.
Arrivée en haut, la femme arrangea son étrange coiffure rappelant une fleur et remit son chargement à un humain grisonnant à l'air contrarié.
Il y eut des gestes et des paroles violentes puis, alors que la situation semblait se calmer, l'homme poussa la femme par-delà la rampe du vaisseau.
Ce fut la chute qui la tua.


Chapitre 8- Avar Kriss (An -233)

Extrait de journal ayant échappé à l'autodafé impériale :

« Amis de la République, la Force est un chant.
Pour l'écouter vous parler tendez bien l'oreille,
Entendez ces strophes à nul autre pareil,
Qui se dérouleront dans plus de 200 ans.

Sous le règne d'un mal permanent de la peur,
Un trésor est enfoui dans un très lointain monde,
Coincé sous les sables entre des mâchoires qui grondent,
La fleur au fusil viendra un explorateur.

Et lui seul trouvera l'objet de sa recherche,
Qu'un vaurien fera choir d'un bon coup dans le derche. »

Source : Cantiques Jedi.


Chapitre 9- Cailloux (An -10)

Il était tout petit, minuscule. Pourtant il le tançait affreusement. Comment était-il arrivé là ; le mercenaire n'aurait trop su le dire ? Mais il était bien là et semblait ne vouloir lui laisser aucun répit.
Pourquoi ses commanditaires choisissaient-ils toujours les endroits les plus glauques ? Grognant de douleur sous son respirateur, le contrebandier marchait dans un paysage gris, dénué de vie. Pas un insecte, pas la moindre fleur à l'horizon.
Pourvu que l'échange ne s'éternise pas. Il n'avait qu'une envie, rentrer au vaisseau et déloger ce fils de Hutt coincé dans sa botte.


Chapitre 10- Sabé (An -10)

Quand on avait passé sa vie à graviter autour de la fine fleur de l'aristocratie, être obligée de crapahuter dans des montagnes désolées battues par les vents aurait pu paraître un défi bien difficile à relever pour une ancienne dame de compagnie.
Loin des ors de la royauté, des fastes banquets, et des robes de crinoline aux interminables frous-frous, la silhouette encapuchonnée avançait pourtant sans montrer signe de fatigue.
Le souvenir de sa courageuse reine continuait à lui donner force et vigueur des années après sa tragique disparition. Il lui en faudrait si elle voulait réussir sa mission.


Chapitre 11- Cato Neimodia (An -10)

- Vous avez les crédits ? demanda le contrebandier.
- Vous avez la cargaison ? répliqua la servante.
Beckett, les nerfs à fleur de peau, lui désigna la capsule oblongue qui flottait derrière lui. Était-ce pour cela qu'il dansait nerveusement d'un pied sur l'autre ou était-ce la peur des pluies acides venues des océans qui douchaient régulièrement la planète ?
Sabé extirpa de sa manche une lourde plaquette de crédits impériaux qu'elle prélevait de ses économies.
- Je pense que vous y trouverez largement votre compte.
Elle lui tendit la plaque au moment où une détonation déchirait la grisaille nuageuse.


Chapitre 12- Fennec (An -10)

Elle eut juste le temps de se mettre à couvert derrière un des rochers qui parsemaient la vallée humide quand la motte de terre rocailleuse où elle se tenait un instant avant explosa en une pluie de débris fumants et de fleurs carbonisées. Dos épousant la paroi dure et froide, Sabé sortit son blaster.
L'ancienne suivante jeta un œil par-dessus la crête de son abri de fortune et replongea aussitôt pour éviter un tir qui ricocha contre la pierre, laissant un trou béant et une odeur de cheveux brûlés.
Qui que soit ce sniper, il était terriblement doué.


Chapitre 13- Fruit Jogan (An -10)

3... 2... 1... Go !!
Le clone courut en direction de la capsule, l'attrapa au vol, sauta sur la passerelle de la navette qui se referma derrière lui et s'écroula au sol en riant joyeusement.
Retirant son casque, Wrecker avala son en-cas en une bouchée, inondant copieusement son menton de jus visqueux et tâchant de violet son armure bosselée. Il avait bien mérité ce petit remontant même si Shand avait maintenant 2 fois plus de raisons de leur coller au cul. Bah ! Il n'était plus dans la fleur de l'âge mais, pour un clone raté, il avait de beaux restes.


Chapitre 14- Mara Jade (An -10)

Fennec Shand la détestait. Si la chasseuse de prime était considérée comme étant dans la fleur de l'âge avec ses 25 ans, celle qui la toisait de son regard émeraude méprisant devait en avoir 7. Pourtant, sa présence était écrasante. Il y avait quelque chose de malsain chez cette fillette rousse engoncée dans une tenue de cuir révélatrice, poings sur ses hanches.
Les ragots disaient qu'elle était un agent impérial, un assassin formé et moulé par l'Empereur en personne. Fennec ne croyait pas aux rumeurs d'habitude. Mais là... Elle déglutit.
- Je suis désolée, la cible m'a échappé.


Chapitre 15- R2-D2 (An -9)

Le sénateur descendit du vaisseau, scrutant les visages de son comité d’accueil : des clones, aucun sourire sur leurs lèvres. Il ne s'attendait pas à recevoir de collier de fleurs, il était là pour affaires.
A son côté, son astromech bleu et blanc émit un trille inquiet. Bail lui tapota distraitement le dôme pour le réconforter.
- Du calme. Ce sont des amis.
Bien qu'il n'ait pas d'expression faciale, le droïde ne sembla pas particulièrement convaincu. Il alla se brancher sur la console la plus proche, se tenant prêt à remonter la rampe au moindre geste suspect.


Chapitre 16- Zekk (An 48)

La nuit, il arpente la Force. La technique l'approche de ténèbres qu'il redoute pour les avoir côtoyées à l'Académie de l'Ombre. Il sait quelles conséquences cela pourrait avoir sur lui. Ses amis. Sa famille. Il l'a déjà vue corrompre de bien meilleurs Jedi que lui.
Pourtant, quand le crépuscule arrive, il coiffe ses cheveux en une longue tresse, s'agenouille au milieu des fleurs de sa maison sur Hapès, et arpente la Force.
Pour le trouver, il doit marcher à travers les époques. Il en va de la survie des univers.
Où est l’Enfant ?


Chapitre 17- Dok-Ondar (An 1)

Bzzzzzt ! Flash. Douleur. Hurlement.
- Reprenons, dit l'homme en costume impérial, ses talonnettes claquant sur le sol immaculé. Comment est-il arrivé en votre possession ? Et à qui avez-vous vendu l’Objectif ?
Les bouches de l'Ithorien remuèrent sans émettre un son. Le droïde IT-O en profita pour faire jaillir un arc électrique de l'une de ses protubérances. Pris de panique, la tête en marteau du marchand se mit à osciller frénétiquement. L'humain sourit.
- Allons ! Nous savons qui vous êtes et le genre d’antiquités que vous exposez dans votre... « Antre ». Faites-vous une fleur : répondez !


Chapitre 18- Céréen (An -9)

Les veines bulbeuses de son crâne en forme de cône tressaillaient sous l'effort du pilote pour maintenir la navette sénatoriale dans un vecteur qui le mettrait hors d'atteinte de leur poursuivant. Ce dernier restait pourtant collé à leur train d'atterrissage, semblant anticiper toutes ses manœuvres. Pour le pilote, trié sur le volet pour ses capacités de calcul exceptionnelles, l'agresseur ne pouvait être qu'un as du pilotage... ou un de ces Jedi pourtant disparus.
En toute probabilité, leur vaisseau allait se transformer en fleur cosmique lumineuse dans les 5 minutes. Il fallait donner l'ordre d'évacuer.


Chapitre 19- Influence (An -9)

Depuis toujours, il arpente la Force.
Zekk se tient à l'intérieur d'un chasseur. Par la baie, il voit le propulseur d'une navette exploser tandis que des capsules tentent de s'échapper sous un feu nourri. L’Enfant est proche. Très proche. Et en grand danger !
Le Jedi baisse les yeux. Surpris, il reconnaît instantanément la pilote aux boucles rousses. Il distingue déjà en l'enfant la femme qu'elle deviendra un jour.
Il se place au-dessus de son épaule. Il murmure à son oreille : « Mara... Petite fleur... arrête-toi... »
Lentement, son doigt glisse de la gâchette.


Chapitre 20- Hondo Ohnaka (An -5)

Lorsqu’on avait bourlingué depuis aussi longtemps que lui, on développait un 7ème sens pour renifler les bonnes affaires. Le truc étant de se pointer comme une fleur et de se carapater avant que quelqu'un se pose des questions.
Hélas, son flair semblait lui avoir fait défaut. Il avait cru en sa bonne étoile en tombant sur une épave plutôt fraîche mais n'avait pu rien en retirer de viable si ce n'était cet étrange objet ovoïde métallique hermétiquement verrouillé. Probablement une capsule temporelle sans valeur. Mais le Weequay savait parfaitement à qui refourguer cette camelote sur Batuu.


Chapitre 21- Gallius Rax (An 1)

Parfait. Ils avançaient lentement mais ils avançaient. Ohnaka était loin d'être inconnu de ses services. Mais il restait à découvrir le principal : qui avait dérobé l'Objectif et pour le compte de qui ? S'il était celui qui arrivait, là où tous les autres agents impériaux avaient échoué depuis toutes ces années, à mettre la main dessus, le Conseil de l’Ombre le couvrirait de fleurs. Il obtiendrait enfin un pouvoir plus à sa mesure !
Il se pencha sur l'Ithorien sanglé sur le lit de torture.
- Bien. Reprenons là où nous nous étions arrêtés.
Bzzzzzt ! Flash. Douleur. Hurlement.


Et tout de suite la suite :

Chapitre 22- Normal (An -2)

Tout avait si bien commencé. C'était une belle journée comme on en avait souvent sur Batuu. Dok-Ondar en avait profité pour se promener sur le marché, flânant entre les étals de nourriture, bijoux ou fleurs, avant d'ouvrir sa propre boutique.
En ce moment, les affaires de l'Antre des Merveilles se portaient au mieux, lui permettant un train de vie confortable. D'ailleurs la clochette du magasin tinta, indiquant l'arrivée d'un client.
L'Ithorien leva les yeux pour découvrir un homme au sourire arrogant accompagné d’un wookie. Dès lors, tout était allé de travers.


Niveau 3 : Sith Sadique - 100 mots
Rikuiame
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 285
Enregistré le: 01 Nov 2020
 

Messagepar GTZL1 » Lun 22 Nov 2021 - 10:57   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Précédemment...
Spoiler: Afficher
Il y avait des savoirs que seuls les holocrons recelaient. Les données holographiques enregistrées dans ces dispositifs étranges n’étaient accessibles qu’aux utilisateurs de la Force. En conséquence, ils utilisaient également ce moyen pour archiver leurs connaissances : combat, études de la Force, histoire des Jedi et des Sith…
Cependant, depuis l’instauration de l’Empire, la cachette d’un Jedi survivant aurait bien été la dernière chose enregistrée dans un holocron. Or Cal Kestis ne connaissait pas de source d’informations interdites plus secrète. Alors comment Fulcrum avait-elle eu vent de ce padawan qu’elle lui avait demandé d’aider ? Il l’ignorait…

Chassant ces réflexions, le Jedi rejoignit Merrin dans le cockpit du Mantis. Il s’assit à ses côtés en souriant et reprit les commandes. Le vaisseau arrivait à son objectif : l’épave d’un Venator tombé depuis longtemps sur cette planète désertique.
L’intérieur n’était que silence, obscurité… et Force. Une guerre et la présence des Jedi laissaient forcément des traces. Merrin percevait elle aussi des ressentis étranges. Cal se plongea dans certains des Echos parsemant le monstre éviscéré. L’un montra un soldat clone d’élite, animé par une détermination sans faille, un entraînement exceptionnel, mais aussi une absence totale de scrupules et de remords.

— Sinon, j’avoue que je ne m’attendais pas à ça quand tu m’as parlé d’un Jedi, dit-elle alors qu’ils progressaient dans les coursives décrépies.
— J’ai été surpris aussi, la première fois quand je l’ai croisé au Temple…
Le Jedi que Fulcrum leur avait demandé de secourir était Grogu, un juvénile de la race de Yoda. Muet, pas encore indépendant, il était néanmoins âgé d’au moins quarante ans. Un être mystérieux qui avait toujours fasciné Cal. Avec Merrin, ils avaient été ravis d’apprendre sa survie et comptaient faire tout leur possible pour le retrouver.

Les vitres défoncées de la passerelle avaient depuis longtemps laissé le sable de Tatooine s’accumuler dans les quartiers de feu les généraux Jedi quand les deux jeunes gens y parvinrent enfin. Cal se plongea dans la Force en explorant la cabine. Les Echos se firent plus distincts. Des Jedi, leurs victoires, leurs défaites… Enfin il ressentit une trace de Grogu. Il exulta… et tout s’arrêta.
— Tu as trouvé quelque chose ? demanda Merrin.
— Rien de précis… juste une trace de lui. Il aurait bien aimé un endroit appelé « Black Spire ». Et toi ?
— Rien sur Grogu, dit-elle, mais par contre, regarde ici.

Sur un bureau, de l’autre côté de la pièce, se trouvait un vieux datapad montrant des documents sur Grievous. Cal perçut tout de suite les émotions suscitées chez Merrin. Il avait massacré son peuple. Les souvenirs de ses sœurs disparues remontaient. Quelques larmes coulèrent sur ses joues.
Cal la laissa se recueillir et examina une étagère. Un objet attirait son attention. Un livre. Pas un fichier holographique, mais un vrai livre en papier marqué du symbole des Jedi. Une observation détaillée lui révéla qu’il devait dater de plusieurs siècles. Mieux encore, il avait été annoté à la main par une Jedi de la Haute République.

Le Jedi referma soigneusement cette découverte inattendue et l’emporta dans son sac. Lui et Merrin rebroussèrent chemin par l’extérieur du Venator. La longue glissade sur la superstructure portant les passerelles rappela à Cal ses anciennes explorations.
Arrivés sur la coque, ils descendirent dans le hangar principal par la grande ouverture dorsale, restée ouverte. Il ne leur restait qu’à sortir par un côté pour regagner le sol quand tout le duracier trembla puis un vieil ARC-170 fut violemment déplacé. Interdits, Cal et Merrin virent un dragon Krayt sortir de l’ombre et s’avancer devant eux en rugissant.

— Faut sortir par le haut !!
Les deux jeunes gens esquivèrent de justesse la première attaque du prédateur. Ils escaladèrent tuyaux, caisses, coursives, poutres pour parvenir sur le dos de la coque. En vain. Griffant, sautant, déchirant des parois, le dragon finit par sortir du Venator lui aussi.
Cal alluma son sabre laser, Merrin des flammes vertes dans ses mains. L’animal frappa du pied, prit son élan… et fut pulvérisé par une salve de canon laser.
Un cargo modifié vint se poser devant Cal et Merrin stupéfaits. En sortit un homme grand, portant un manteau beige, le regard décontracté mais aussi avec une certaine étincelle de malice, de magouilles.

— Euh… merci pour le sauvetage ? se risqua Merrin.
— Vous pouvez le dire, ça, les jeunes ! Mais pour la perle, faudra repasser.
— On n’était pas là pour ça. Par contre, je peux vous demander un renseignement ?
— Je viens de te sauver la mise, mon gars…
Cal comprit le sous-entendu et, après quelques instants de réflexion, montra à contrecœur le livre Jedi à Beckett, qui poussa un sifflement admiratif.
— Et il a été annoté par Avar Kriss elle-même, précisa-t-il.
— Je vois, oui... dit Beckett. Bien, qu’est-ce que tu veux savoir ?
— Vous connaissez un endroit appelé Black Spire ?

Black Spire était le nom du plus grand spatioport de Batuu, dans l’Espace Sauvage, apprirent Cal et Merrin. Il s’agissait maintenant de leur prochaine étape. Ils prirent congé de Beckett et repartirent vers leur vaisseau. Toutefois un détail tracassait Merrin :
— Cal, échanger ce livre… ça ne t’a rien fait ?
— Il avait été édité par les Jedi de la Haute République, mais ça reste un livre de cuisine. Et je connais pas l’écriture d’Avar Kriss !
La Dathomirienne marqua un instant de surprise avant d’éclater de rire avec son ami.
— Allez viens, quittons ce tas de cailloux !

— Et toi, comment tu t’appelles ?
— Cal Kestis ! Et… c’est vrai que vous avez rencontré Qui-Gon Jinn ?
— Oui. Il était… un Jedi puissant, assurément.
— Au sabre ?
— Plus que ça. Sans son sacrifice sur Naboo, je ne serais peut-être pas là aujourd’hui…
Cal se réveilla en sursaut. Le ronronnement des moteurs l’aida à reprendre ses esprits. Cette visite au Temple de Sabé, la célèbre assistante de la sénatrice Amidala… encore un souvenir de cette époque. Ils étaient nombreux, bons en soi mais au goût amer désormais. Cal n’aimait pas les revivre.
Il se leva et rejoignit Merrin aux commandes.

Le Mantis sortit de l’hyperespace au-dessus de Cato Neimodia. Beckett avait assuré que cette route était plus discrète, mais Cal ne fit que se renfrogner davantage. Ses habitants avaient créé la Fédération du Commerce puis financé les Séparatistes. Sans eux, la Guerre des Clones n’aurait pas eu lieu et les Jedi n’auraient pas fini éliminés.
— Détends-toi, on fait juste une orbite.
La voix douce de Merrin ramena Cal à la réalité et orna son visage d’un sourire. C’était décidément une jeune femme merveilleuse.
Ils atteignirent Batuu un peu moins d’une rotation plus tard.

Merrin n’avait pas visité beaucoup de planètes, et beaucoup étaient peu peuplées. Alors, dans la zone de marché de Black Spire, elle ne savait plus où donner de la tête. Langues, effluves et couleurs différentes grouillaient de partout. Elle fut attirée par un stand qui exposait un grand nombre d’animaux en cage.
— Tu m’en as parlé, ça s’appelle comment déjà ? Un… fennec de Crait ?
— Vulptex, dit Cal. Mais ça vient bien de Crait, oui.
A travers les barreaux, Merrin caressa l’animal qui se mit à ronronner.
— Mmh… t’es mignon, oui, mais pas autant que notre bogling !

Pour glaner des informations ou pour se changer les idées après un long voyage, Oga’s Cantina était l’endroit idéal. Avalant goulument son jus de fruits jogan – elle ne connaissait pas, et elle trouvait excellent –, Merrin écoutait les conversations au comptoir.
— Une fois il y a un type bleu avec un uniforme zarbi qu’est entré ici, je me souviens ! dit un Togruta éméché.
— Oui bien sûr, et il t’a donné une arme mystique aussi ? répondit le barman d’un ton las.
— Ah non ! Mais son pote, lui, il avait un sabre de Jedi, carrément ! Je te jure !

Entre le temps passé à écouter et leurs conversations personnelles, les verres s’étaient succédé sur la table du couple. A présent, Merrin avalisait l’opinion de Cal sur ces canettes Mara Jade Cocktails : c’était infect. Elles n’étaient pas les boissons les moins chères de l’établissement sans raison… Heureusement, ils avaient fini par apprendre des informations utiles. Avant la Purge, Batuu était connue des Jedi, notamment pour la présence d’un Temple datant de la Haute République. Et un homme, à Black Spire, était spécialiste des reliques de toute sorte.
Buvant sa dernière gorgée à contrecœur, Merrin se leva, Cal à sa suite, et marcha vers la sortie.

En quittant la cantina, ils croisèrent un astromech bleu et blanc, propre, pépiant sur une tonalité rassurante. Cal et Merrin l’ignorèrent et continuèrent leur chemin. Leur objectif se trouvait de l’autre côté de la zone marchande. Un bâtiment vaguement sphérique, gris, visiblement ancien et solide. Tel était l’aspect de l’antre de Dok-Ondar, le plus prestigieux magasin de Batuu où l’on trouvait peut-être la plus grande collection d’antiquités de toute la galaxie.
Un Céréen attendait devant, appuyé contre le mur. Il ne réagit aux deux visiteurs que par un grognement approximatif.
— Nous voudrions voir Dok-Ondar… en privé, dit Merrin.

— Grammo zekk grz’…
Un non-humain à la mine patibulaire gronda des jurons inintelligibles lorsque Cal et Merrin, en entrant dans le bâtiment en suivant le Céréen, le forcèrent à infléchir sa marche un instant. Mais quelque chose d’autre capta leur attention : l’immense quantité d’objets rares accrochés au mur ou posés sur les étagères. Cal n’en crut pas ses yeux lorsqu’il vit une tunique Jedi de la Haute République, Merrin resta pantoise devant une tête de la même espèce que Gorgara.
L’homme de main les interpella dans un basic châtié. L’Ithorien acceptait de les recevoir.

Ils pénétrèrent fébriles dans l’arrière-boutique. Et en ressortirent plus que déçus.
Dok-Ondar ne leur avait donné aucun véritable renseignement. S’il avait admis du bout des lèvres que Grogu avait transité par Batuu quelques temps avant, il avait botté en touche puis renvoyé le couple quand ils avaient voulu savoir sa destination ou qui l’accompagnait.
La tête basse, sans piper mot, Cal et Merrin retournèrent machinalement au Mantis… pour avoir la surprise du Céréen qui les y attendait.
— Déçus, hein ?
— Ah ça, c'est sûr, oui !
— Je peux peut-être vous dépanner… si vous avez assez de crédits.

Si Dok-Ondar s’était montré aussi évasif, c’est parce qu’un mystérieux Impérial haut placé était lui aussi sur la piste de la petite créature. Il n’en savait pas plus sur cet homme, mais l’impression qu’il lui avait laissée était assez inquiétante.
— Et Grogu ?
— … leur vaisseau… est parti pour Troithe, dit le Céréen avant d’empocher les crédits et de s’en aller.
Cal et Merrin se regardèrent de la même expression, mêlant crainte et détermination. Le Noyau. Un Impérial. Ce sauvetage s’annonçait plus compliqué que prévu. Mais abandonner Grogu n’était pas une option.

Non sans appréhension, Cal activa la communication avec le contact de Greez. Les systèmes spéciaux du Mantis n’auraient jamais assez d’influence sur les contrôles impériaux dans le Noyau, avait prévenu le Latero. En conséquence, il avait transmis au couple les coordonnées d’une de ses connaissances. Un pirate et contrebandier tout sauf digne de confiance mais qui avait toujours un tuyau pour tout – y compris des codes d’accès rares.
L’hologramme d’un Weequay mince, aux cornes saillantes et au sourire étrange se matérialisa.
— Bonjour… je suis un ami de Greez.

Son interlocuteur s’appelait Hondo Ohnaka et était plutôt étrange pour un pirate : fantasque, désinvolte, il parlait surtout énormément. Même depuis le cockpit, Merrin sentait la patience de Cal diminuer au fil de la conversation qui progressait lentement.
— Greez m’a dit que vous pourriez me procurer des codes d’accès impériaux pour le Noyau ?
— Bien sûr, bien sûr… Des codes pour quel secteur, mon ami ? Coruscant, Vardos ? Ça me fait penser, je connais un bar à Twi’leks sur Vardos, il y en a une qui…
— Troithe.
Hondo se figea à cette réponse.

L’Impérial sur la piste de Grogu, expliqua Hondo, était Gallius Rax. Ce mystérieux conseiller de l’Empereur venait de confiner tout le système Cerberon. Des codes du Noyau ne suffiraient pas à y pénétrer. Mais cela ne renforça que la détermination de Cal à s’y rendre.
Heureusement Hondo, comme à son habitude, avait une solution contre une allonge de crédits, comme à son habitude. De mauvaise grâce, Cal transféra l’argent – leurs réserves s’amenuisaient de plus en plus. Il obtint les fameux codes et les coordonnées d’un contrebandier réputé.
Il rejoignit enfin Merrin dans le cockpit, avec deux verres de spotchka.


L'idée d'aujourd'hui m'est venue en écrivant celui sur Hondo... ça devrait plaire à mat-vador :P
Normal (105 mots)

— Cal, j’ai entendu Hondo en parler avant. C’est quoi un bar à Twi’leks ?
Le Jedi donna à Merrin la réponse la plus neutre possible. Mais avant la guerre, il avait appris des faits sordides sur ce genre d’établissements.
— Et c’est… normal, que ces femmes s’exposent ainsi ?
— Ça dépend. Certaines choisissent de le faire, pour l’argent ou les sensations. Mais souvent elles y sont forcées, directement ou non.
Merrin porta son regard, pensive, sur le flou de l’hyperespace.
— Alors, dit-elle, on a encore beaucoup de travail. Beaucoup de bien à apporter.
Cal acquiesça en lui prenant la main.
"Nous sommes tous la République."


Fan-fics: Le Secret de Ryloth, Je vous l'avais dit, Zolta : premières armes
GTZL1
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1180
Enregistré le: 09 Avr 2020
Localisation: flying Maul's Gauntlet
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 22 Nov 2021 - 12:44   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bonjour!

rattrapons d'abord un peu de retard:


17-Dok-ondar



- T’es sûr d’avoir bien scellé la porte?
- Auuuurgh ! Rouuar !
- Excuse-moi, Chewie : ce genre de cargaison me rend nerveux. Il a de drôles de passions, cet Ithorien.
- Rrrrrrgh
- Ouais, il paie bien. Mais il en voulait deux, pas un ! À tous les coups, il va diviser la prime par deux.
- Ouaaaaaarrr !
- Mouais, t’as raison, les collectionneurs sont des gens bizarres et celui-là est un drôle de spécimen. Bon, les calculs sont faits : destination Batuu.
Le cargo entra dans l’hyperespace.
- J’espère juste que ce sarlacc ne va pas nous dégueulasser la soute !


97 ( c'est la première fois que je suis en dessous de la cote , c'est dire si j'étais motivé :paf: )



et le thème du jour
22-Normal, quoi!


Les stormtroopers arrivèrent trop tard, l’oiseau s’était envolé.
L’officier de la sécurité portuaire,en colère, interrogea le technicien de service, pas vraiment intimidé :
- … Ben un vieil YT-1300 tout pourri avec une antenne parabolique et deux quad-lasers. Normal, quoi ?
- normal, avec deux quad-lasers ?
- disons, très courant par ici. Ils ont fait quoi, ces zygotos ? Bagarre de cantina ?
- Oui, mais surtout ce monstre m'a bousillé deux droïdes de sécurité ! Vous avez leur immatriculation ?
- évidemment, mais ça ne vous mènera pas très loin !
Le cargo sauta dans l’hyperespace :
- Ouf, sauvés! Faudrait que tu perdes cette sale manie d'arracher les bras des droïdes, Chewie!


108
Il y a deux réponses à cette question, comme à toute les questions : celle du poète et celle du savant. Laquelle veux-tu en premier ?
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 946
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Crystal-Noir » Lun 22 Nov 2021 - 13:36   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bonjour à Tous,

Voici la suite en ce Lundi 22 Novembre :)

Précédemment,

Spoiler: Afficher
1 – La Clef
Le carnage encore chaud reposait sous son pied, et la stèle fendue laissait paraître son trésor.
D’un geste fluide, et imperturbable, il prit la relique tant convoitée. Une récompense sans grande saveur, après une épreuve misérable. Ses doigts, déployés comme les pétales d’une fleur dont on avait ôté la vie, firent léviter doucement la petite cathédrale terne. Puis, dans un froncement bref de sourcils, il fit rugir un tremblement sombre d’impatience avec lequel la gravité se figea. Le guerrier démantela progressivement l’holocron pour libérer son incandescence morbide, et les murs se tapissèrent d’un avenir incertain. […] (100)

2 – La Mine
[…] D’une confiance nonchalante, il prit appui sur la poutre de métal tachetée de suie et s’élança vers l’obscurité.
Le chemin filait droit et semblait tracé dans la pénombre, jusqu’à une paroi gigantesque de pierre parfaitement taillée en son centre, laissant paraître un filet de lumière naturelle.
Ses pas se suivirent l’un à fleur de l’autre, au-dessus du vide. L’odeur de dovolite tuméfiait toujours sa présence dans l’air. Le jeune farouche conclu sa course sur le palier humide, au bout duquel, il se trouva face à une fresque usée : simple portrait élogieux évoquant le soldat « Crosshair », écrit d’un alphabet maladroit. […] (109)

3 – Jusqu’au Sommet
[…] Il poursuivit sa marche assurée vers la sortie. L’ancienne mine, vestige du rayonnement impérial, était devenue une parenthèse abritant certains oubliés les plus pauvres de la galaxie. Le jour s’approchait à mesure qu’il traversait la faille éventrée du dolmen. Les immenses parois habitaient des regards intrigués. Derrière lui reprenait la vie mise en pause à chacun de ses pas. Alors qu’il apercevait le bout du tunnel rectangulaire, un marchand à bascule répétait fébrilement « Grog’u » ; probablement le nom d’une boisson à fleurs qu’il agitait mollement. […] (91)

4 – Le Vaisseau
[…] Bien qu’il quitta le Gouffre de Melindris, le ciel chargé de poussière venait de se dégager en marbrures violacées. Les quelques rayons d’un soleil timide laissaient présager un vol confortable. Situé entre deux amas métalliques abandonnés, à l’abri des plateformes d’atterrissage, le Sith avait recouvert son vaisseau d’un haillon de fortune. Il le déshabilla d’un revers de poigne, ce qui projeta autour de lui un fin nuage de cendres orangées et cristallines, qui le firent suffoquer brièvement. Cela lui évoqua le célèbre sable de Tatooïne, dont il était sensible, et à fleur de peau. […] (100)

5 – Objectif Lune
[…] Installé sur son siège, il abaissa la porte arquée d’un simple geste d’esprit. Il agrippa l’holocron dans l’espoir d’en tirer toutes les informations.
Malheureusement, son essence avait été souillée et le degré de force qu’il développait l’avait fragilisée comme une fleur. Seuls des fragments d’images saccadées et de voix rauques survivaient encore à travers les lueurs rouges. Cependant, une chose était évidente : des coordonnées indiquaient l’emplacement d’une Lune, celle de Belsus, orbitant autour de la planète Gentes. Apparemment, un laboratoire secrètement développé par l’ancien Général Grievous s’y trouvait. […] (100)

6 – Le Départ
[…] Quelles expériences macabres son défunt maître avait-il eu en tête ? Quel sort lui avait-elle réservé ?
Au doigté délicatement évocateur, sur sa cape, il suivit les lignes ornementées d’une broche en bronzium qui avait été forgée sur les terres de Mandalore. Elle dessinait une fleur de Côme, soudée au peigne qui dentelait les mailles de son tissu.
Après un long silence, il enclencha une série d’interrupteurs projetant au cœur de ses réacteurs un halo bleuté, dans le vacarme enfumé des cendres.
Enfin, d’une détente mécanique, il prit son envol à la fureur d’un dragon krayt. […] (100)

7 – Belsus
[…] Brusquement arrivé, son cockpit pris le nappage verdâtre dégagé par la planète Gentes. Son vaisseau, un ancien Chasseur Naboo N-1, avait été enduit d’une teinte ébène par son ancien propriétaire, Tobias Beckett. Cela était idéal pour effectuer des arrivées furtives.
Il reprit les commandes de l’appareil et plongea sur les terres mystérieuses de Belsus. La surface de la lune était couverte d’un voile opaque laissant entrevoir quelques reliefs. Des zones entières de hautes herbes, sans fleurs, étaient fracturées par des usines circulaires. Les reflets glissaient généreusement sur son fuselage tandis qu’il s’approchait de sa destination. […] (100)

8 – Le Bureau
[…] Dès son arrivée, les propulseurs arrachèrent au silence ses années d’existence. Miraculeusement, ce qui semblait être une aile privilégiée dans le complexe ravagé était en bon état. Il entra par une porte, formée d’une rosace comparable au dessin d’une fleur. La pièce était un directoire sobre. Quelques diodes survivaient aux maigres productions des générateurs, et les murs tendaient vers une large fenêtre offrant une vue sur un grand laboratoire.
Au creux de son oreille, comme un appel enfoui sous les couches de débris, il entendit une multitude de voix murmurer des noms dont se distingua : « Avar Kriss ». […] (100)

9 – Murmures
[…] Il se dirigea vers une console de style corellienne, d’où provenaient les sons, et projeta par la force le meuble sur le côté. Un éboulement l’avait transpercé jusqu’aux carreaux du sol, sous lesquels, quelque chose était caché. Il retira le morceau de plafond, balaya du pied certains cailloux, puis délogea un coffret d’une niche éclairée. Posé sur une longue table, il l’ouvrit et une collection de sabres laser alignés se révéla. Tandis qu’il découvrit cela avec stupeur, les voix qu’il avait entendues s’éteignirent et un hologramme apparut au milieu de la pièce. […] (100)

10 – Le Message
[…] Le débris qu’il avait retiré du sol rétablissait discrètement le courant dans une partie de la pièce. Depuis la table, un fragment de communication répétait de manière hachurée des passages audibles : «Sabé (…) J’ai trouvé le laboratoire (…) exp- (…) abominables (…) midichloriens (…).». La projection holographique était saccadée mais dévoilait une jeune femme aux allures de résistante, belle comme une fleur.
Pour lui, cela n’était pas de bon augure. Visibles depuis le bureau, des cylindres de verre étaient détruits ou parfois, contenaient des corps abimés baignant dans un fluide bleu. Les lieux avaient été dévastés, pillés, et les cartes mémoires volées. […] (100)

11 – Destin Incertain
[…] Ce qu’il avait vu et entendu dans ce laboratoire alimentait ses angoisses. Nul doute que son ancien maître s’était déjà emparé des recherches.
De retour au cœur de son chasseur, il avait emporté la boîte contenant la collection de sabres et de cristaux kyber qu’avait enfoui Grievous.
L’objectif était de retrouver cette fameuse Sabé. Pour y parvenir, il lui fallut recontacter une vieille connaissance seule susceptible de pouvoir l’aider.
Sur son tableau de bord, il entra une ancienne combinaison d’holo-transmission. Une série de barres lumineuses se succédèrent en reflets sur la vitre bombée. […] (100)

12 – Une Aide Opportune
[…] Entre les poignées de son volant à fleur d’âge, une silhouette azurée fit son apparition.
«Vous. »
Un bref silence.
« Je n’aurai pas parié un peggat sur votre appel.
- Auriez-vous oublié ce pourquoi vous pouvez encore vous tenir devant moi ? Il est temps pour vous d’honorer votre parole, Fennec » ; répondit-il fermement.
Lors d’un conflit opposant différents gangs et la guilde des chasseurs de prime, elle lui devint redevable d’un sauvetage insoupçonné.
Il exposa succinctement ses motivations et, sans grande volonté, elle lui proposa de se retrouver durant une opération sur la planète Cato Neimoidia. […] (100)

13 – Une Arrivée Fracassante
[…] Couvert sous les feux de blasters, Shand vit ricocher des tirs à fleur de ses mercenaires. Le Sith débarqua, le sabre long, et la lame flamboyante. Il enjamba les barricades de fortune, projeta violemment par la force des factieux surpris, puis découpa sans réserve celui s’avérant être un représentant Neimodien.
« Si vous n’aviez pas fait preuve d’un tel massacre, j’aurais juré que vous n’étiez plus le même homme.
- Je ne connais meilleure diplomatie ; lui dit-elle avec sérieux.
Et il semblerait que la vôtre ne porte toujours pas ses fruits depuis notre dernière rencontre. » […] (100)

14 – Village d’Ivilia, Naboo
[…] Le capteur de traque indiquait à répétition une ruelle très étroite. Lui et Fennec croisèrent leur regard, puis s’enfoncèrent dans le passage entre les murs. Ponctuée d’auvents à la fois cambrés et colorés, la rue aboutissait sur une belle place pacifique. Une devanture de pierres taillées, habillée de nombreuses fleurs typiques du système Naboo, était chaudement éclairée par des lanternes rodiennes.
« Mara », « Jade », « Venez, il faut finaliser les commandes ! ». Le Sith reconnu la voix de celle qu’il recherchait lorsque son bras fit soudainement bousculé par deux jeunes filles,
chacune un morceau de fruit jogan à la main. […] (100)

15 – L’Atelier de Sabé
[…] Rédigée en lettres bleutées et rayonnantes, une projection holographique indiquait « Les Jardins d’Ivilia » sur la devanture. Cette officine était sûrement une diversion pour l’ancienne rebelle, mais quoiqu’ils pussent imaginer, ils passèrent le portail par lequel les jeunes filles s’étaient précipitées.
Après avoir cheminé la petite cour, couverte de fleurs, ils entrèrent dans la boutique. Il s’agissait d’un atelier aux airs d’herboristerie, à la fois de composition végétales et de remèdes médicinaux. Quelques croquis d’enfants, dispersés sur une table de bois organique, suggéraient l’aventure d’un droïde au nom de « R2-D2 ». […] (100)

16 – La Rencontre
[…] Il n’y avait plus un bruit.
Nos deux protagonistes étaient entourés de nombreuses plantes, lorsque surgirent furtivement entre les fleurs, différents canons métalliques pointés vers eux :
« Je n’avais plus vu de tel Jedi noir depuis la dernière guerre », prononça Sabé avec colère, et approchant un pistolet sur chacune de leur nuque.
« Nom de Zekk, que faites-vous sur nos terres ?! Quel mauvais présage amenez-vous ici ?! » s’exclama-t-elle.
Le Sith se tourna en toute quiétude vers elle, et désarma simultanément toute la pièce.
Fennec, le regardant avec exaspération, répondit « Nous ne sommes pas hostiles, rassurez-vous. » […] (100)

17 – L’Indice
[…] « Une enquête menée par la nouvelle république faisait état d’un trafic d’êtres sensibles à la force. Cela nous a conduit jusqu’au laboratoire de Grievous, déjà dévasté à notre arrivée. Nous avions pu constater les horreurs de l’empire grâce à quelques cartes mémoires défectueuses. » Sabé souppira.
« Mais les pistes se sont éteintes après notre passage sur Korriban... » Elle prit entre ses mains un écrin de fleurs. En l’ouvrant, elle révéla un bracelet aux tracés d’argent, et enjolivé de cristaux sombres. « J’ai trouvé cet objet là-bas, et je l’ai présenté à Dok-Ondar. » […] (100)

18 – Le Culte de l’Ombre
[…] « Nous avions intercepté une cérémonie dans La Vallée des Seigneurs Noirs. Nous y avons surpris des fanatiques qui disparurent dans l’ombre. Ils étaient vêtus d’une même tenue, dont le cadavre d’un Céréen qui tenait ce bracelet au poignet. » Elle le déposa sur la table.
« Les connaissances de Ondar en matière de religions Sith lui sont limitées. Sur Batuu, il m’a parlé d’un Professeur « Aphra, », qui pouvait être susceptible de m’aider.
Mais je ne suis plus concernée aujourd’hui, je me suis retirée dans le village de mon enfance pour me consacrer à mes filles ». […] (100)

19 – Objectif Aphra
[…] Le Sith pris la relique entre ses mains, et focalisa son attention sur ses émotions.
« Je ressens une obscurité troublante, une puissance semblant liée à d’autres adeptes.. »
- Prenez le avec vous, répondit Sabé. Je n’en ai guère l’utilité et son énergie macabre n’a plus rien à faire ici, parmi les fleurs. »

La soirée embrassant les couleurs de la nuit, lui et Fennec retournèrent à l’astroport d’Ivilia.
Au croisement du quai séparant leurs vaisseaux respectifs, Shand, forte de son influence, le mis sur la piste d’un contact pouvant lui permettre de retrouver le Professeur. […] (100)


20 – L’Entrepôt
[…] « Vous avez accompli plus que votre part du marché Fennec, votre dette a été honorée, et votre aide fut précieuse. »

A bord de son chasseur, il s’enfonça dans l’atmosphère urbaine de Coruscant. La nuit ici n’était pas encore tombée. La planète dévoilait comme un ensemble de fleurs circulaires, gravées, et parsemées de millions de lumières. Il bascula au sein d’un entrepôt, éclairé de projecteurs pourpres. Quelques transporteurs, bâchés, étaient entourés de marchandises. Le Sith posa difficilement son vaisseau, et se dirigea vers une annexe. Enduit de fumée, croisé de jambes, il fit face à Hondo Ohnaka. […] (100)

21 – Le Pirate
[…] « Hondo Ohnaka ? » demanda-t-il froidement.

Dos au Sith, Il fit légèrement tourner son siège et leva ses yeux :
« Hmm.. » exprima-t-il en plissant les yeux, « Un guerrier noir. Quel malheureux hasard vous amène ici ?
- Je suis à la recherche d’une archéologue, le Professeur Aphra, dont vous seriez l’un de ceux susceptibles de la trouver. »
Étonné, mais la fleur au fusil, Hondo répondit :
« Votre posture coincée et votre détermination me rappellent quelque peu, Gallius Rax, un jeune loup de l’empire que j’ai connu.
Ces années paraissent, lointaines... Et les temps sont devenus bien plus durs... » […] (100)


La Suite :

22 – Négociations

[…] « Quel est votre prix, Reptile ?
Le pirate se leva, et se mis à tourner dans la pièce en balbutiant.
- Pas votre broche à fleur.. Ce que je souhaite mon cher, n’est pas normal, et je crains que vous ne puissiez l’obtenir.
Agacé, le Sith insista :
- Dites-moi !
Hondo s’arrêta, le menton planté entre le pouce et l’index :
- A l’époque, l’Empire en avait arraché à toute la galaxie. Il est d’ailleurs difficile d’aller en extraire ; et vous-même en avez-un.
Il regarda sous la cape du guerrier puis confessa : Un Cristal Kyber. » […] (100)


Excellente semaine à Tous :hello:
Crystal-Noir
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 27
Enregistré le: 01 Nov 2021
 

Messagepar L2-D2 » Lun 22 Nov 2021 - 18:15   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bonsoir !

22 – NORMAL

Rien de tout cela n'était normal aux yeux de Rey.
Ce n'était pas normal qu'elle, fille de Jakku, fasse la rencontre de légendes de l'Histoire galactique.
Ce n'était pas normal que Han Solo soit tué par son propre fils, sans qu'elle ne puisse rien tenter pour l'aider.
Ce n'était pas normal que Luke Skywalker balance négligemment son sabre-laser pour ensuite refuser de lui enseigner la voie des Jedi. Ce n'était pas normal qu'il lui claque littéralement la porte au nez, bon sang !
Rien de tout cela n'était normal. Mais elle allait s'assurer que cela change.

108 mots
A demain ! :hello:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8046
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Dark Stratis 23 » Lun 22 Nov 2021 - 20:35   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Précédemment :

Spoiler: Afficher
Jour 1 - Holocron

Paix. Sérénité. La Force.
La pièce était baignée d’une faible lueur bleue. En son centre, le petit objet cubique projetait une image tri-dimensionnelle d’une jeune femme courant dans un champ de fleurs, les cheveux dans le vent. Son visage juvénile était illuminé par un éclatant sourire et ses yeux brillaient d’innocence.
Une innocence que Jenkin n’avait plus. L’Empire lui avait arraché toute raison de vivre.
Rage. Désespoir.
Un Jedi n’était pas censé éprouver ces sentiments. Pourtant, alors qu’il s’apprêtait à rejoindre la Rébellion, venger Lora restait sa seule et unique motivation.


Jour 2 - Crosshair

L’équipage hétéroclite au sein duquel avait échoué Jenkin était notamment composé de Crosshair.
Grand, à l’aspect cadavérique, c’était en outre une arme mortelle, un sniper d’élite. Alors que les autres membres du groupe allaient, la fleur au fusil, faire face à l’Empire, Crosshair avait de l’expérience. Cela se voyait. Pour lui aussi, ce combat était personnel.
Il prétendait avoir jadis servi au sein de la Grande Armée de la République. Mais c’était certainement faux. Par le passé, Jenkin avait mené bon nombre de soldats clones au front. Crosshair ne ressemblait à aucun d’eux…


Jour 3 - Grogu Gro'Ghu

Harvick, le chef de la petite escouade rebelle prit la parole.
« Le Haut Commandement nous a transmis tous les détails de notre mission. Notre cible : Gro’Ghu.
- Grogu ? C’est qui lui, encore ?
Comme à son habitude, Chrissy venait de faire irruption, comme une fleur, dans la salle de briefing.
- Gro’Ghu. Il s’agit d’un sale crapaud vert qui se trouve être à la tête d’un important réseau de contrebande. Selon nos sources, il fournit des armes à l’avant-poste impérial de Zaant. Nous allons mettre un terme à ses activités dans le secteur. Vous me suivez ? »


Jour 4 - Tatooine

Leur transporteur attendait sur le quai 94. Harvick avait demandé aux mécaniciens de Mos Eisley de faire une révision complète de l’appareil. Sur Tatooine, le sable s’immisçait partout… Jusque dans le moindre conduit d’aération. Ici, négligence était synonyme d’une mort certaine.

Jenkin était originaire d’un monde luxuriant, où les arbres étaient perpétuellement en fleurs. Même s’il l’avait quitté il y’a de ça tant d’années, il ne pourrait jamais s’habituer à la désolation caractéristique de Tatooine. Il était bien content de quitter cette planète poussiéreuse. D’autant plus qu’il allait enfin se dresser contre l’Empire !


Jour 5 - Grievous

« Cap sur Utapau ! »
Jenkin fit la grimace. Il s’apprêtait à quitter un monde désertique pour se rendre sur… Un autre monde désertique ? La galaxie n’était donc constituée que de cailloux ensablés ?
Crosshair remua.
« C’est sur cette planète que le Général Grievous a été vaincu. Avec mes frères, je n’ai jamais eu l’occasion de me retrouver face à lui... »
Jenkin, lui, avait jadis affronté le redoutable cyborg. A l’époque, il était encore dans la fleur de l’âge. Depuis, la brûlure de sabre laser qui barrait son torse lui rappelait à quel point il n’était pas passé loin de la mort.


Jour 6 - Dragon Krayt

Le transporteur avait quitté Mos Eisley et sillonnait à présent l’étendue desséchée de Tatooine. Ce détour permettrait aux rebelles de s’assurer que personne ne les avait pris en filature.
La voix de Chrissy grésilla dans le système comm’.
« On a heurté quelque chose. Jenkin, mon vieux, fais-moi une fleur, va voir de quoi il retourne. »
Quelque chose les avait heurtés eut été plus correct. Ni une, ni deux, Jenkin prit place dans les tourelles. Faisant le vide en lui, le Jedi pressa les commandes de tirs et décocha une salve de laser dans la gueule béante du Dragon Krayt.


Jour 7 - Tobias Beckett

Un verre de brandy corellien dans une main, son blaster dans l’autre, Tobias Beckett regardait d’un air impassible son interlocuteur. Il s’agissait d’une… Sorte de grenouille verte. Tobias aurait été incapable d’en faire une description plus fidèle. Quoiqu’il en soit, il n’aurait absolument pas fait tache au milieu d’une fleur de nénuphar poussant sur Glee Anselm.
« Pour ce travail, je prends le double du tarif habituel, Gro’Ghu.
- Marché conclu, Beckett. J’ai une cargaison à livrer sur Zaant. Tu es le seul pilote qualifié et avec un vaisseau qu’il me reste sous le coude. »


Jour 8 - Avar Kriss

Paix. Sérénité.
Avant de passer à l’action, Jenkin avait toujours besoin d’apaiser son esprit. Il avait appris cette technique de relaxation en étudiant d’antiques enregistrements de la Jedi Avar Kriss.
L’Univers n’était qu’un tout connecté par la Force. Avar Kriss voyait cela comme un chant, une partition complexe et ordonnée. Jenkin, lui, percevait la Force comme un tableau coloré dans lequel le moindre coup de pinceau avait son importance.
Et hors de l’espace pressurisé du vaisseau, dans le vide sidéral, un élément attira son attention : quelque chose sonnait aussi faux qu’une fleur fanée au beau milieu du printemps.


Jour 9 - Cailloux

Une secousse accompagna le retour en espace normal. Jenkin accourut dans le cockpit. Déjà, les trainées lumineuses disparaissaient pour accueillir la sphère tachetée qu’était Utapau.
« Ce vaisseau. C’est notre cible !
- Tu es certain ? Il a de l’avance. Au vu du vecteur qu’il emprunte, on n’arrivera pas à l’intercepter avant…
Jenkin n’écoutait plus. La Force lui avait soufflé la solution : un petit corps céleste, une poussière à cette échelle, à peine plus grosse qu’un bourgeon de fleur d’Arbre Uneti. D’une simple impulsion de son esprit, le caillou se mit à fendre le cosmos… Et perfora les réacteurs du fuyard.


Jour 10 - Sabé

Gro’Ghu n’était pas stupide. C’était évident qu’on allait s’en prendre à sa cargaison. Qui ne voudrait pas mettre la main sur un chargement destiné à l’Empire ? Cette fois, il s’occuperait lui-même de la livraison au vu de la nature… Particulière de ce qu’il transportait.
Sans vouloir se jeter des fleurs, son plan était brillant. Gro’Ghu était un criminel mais il connaissait bien l’Histoire Galactique : Sabé, Cordé, ces femmes qui avaient servi de doublure à la Reine Amidala de Naboo étaient devenues des légendes. De la même manière, utiliser Beckett comme leurre était brillant, tout simplement.


Jour 11 - Cato Neimoidia

En orbite d’Utapau, les rebelles avaient eu la désagréable surprise de découvrir que les soutes du Rampart, appartenant au contrebandier Tobias Beckett, étaient vides. Pire, Gro’Ghu n’avait pas pointé le bout de son nez sur Zaant. Jenkin enrageait encore de s’être fait avoir comme une fleur. Pourtant, la Force avait tenté de l’avertir de la supercherie… Et l’avait finalement mené sur Cato Neimoidia.
Autrefois, la planète était réputée pour ses somptueux palais, symboles de la richesse des Neimoidiens. Aujourd’hui, ce monde n’était plus que l’ombre de son éclat passé. La guerre ne pardonnait pas. L’Empire non plus.



Jour 12 - Fennec

« Et donc, tu as fait tout ce chemin jusqu’à Cato Neimoidia en espérant que je t’aide à retrouver la trace de Gro’Ghu ?
Jenkin faisait face à son interlocutrice, une vieille connaissance peu fréquentable du nom de Fennec Shand.
- J’ai pensé qu’en souvenir du bon vieux temps, tu pourrais…
- Tu n’as pas changé, Jenkin. Toujours aussi fleur bleue. Certes, Gro’Ghu ne paye pas très bien mais il me doit encore des crédits pour mon dernier job. Cela me gênerait qu’il ne survive pas à sa rencontre avec toi. Sauf si sa dette est auparavant effacée, bien évidemment… »


Jour 13 - Fruit Jogan

Jenkin aperçut Chrissy croquant à pleines dents un Jogan. Discrètement, il se fraya un chemin au milieu de la foule pour la rejoindre.
« Gro’Ghu a une base secrète sur Arba 2. C’est là qu’il reçoit ses partenaires commerciaux les plus précieux pour y conclure les transactions devant rester confidentielles.
D’un revers de manche, la pilote rebelle essuya le jus qui perlait au coin de ses lèvres.
- En quoi ces informations seraient-elles plus fiables que celles de nos espions sur Utapau ? Demanda-t-elle.
- Crois-moi. Fennec est la fine fleur des chasseurs de primes. Elle a une réputation à préserver. »


Jour 14 - Mara Jade

Cet être était pathétique, pensa-t-elle
« C’est un honneur de vous rencontrer, Madame. Soyez assurée de mon éternelle loyauté envers l’Empereur.
Mara avait été formée au Côté Obscur de la Force. Elle avait abandonné son nom en même temps que la lumière pour devenir la Onzième Sœur. Toutes ces années durant, elle avait accompli, sans sourciller, la volonté de son maître.
Aujourd’hui, elle s’assurerait que cette immonde créature comptait respecter son engagement. Après quoi, elle lui arracherait ce qu’elle était venue chercher et la piétinerait comme une vulgaire fleur desséchée. Elle sourit.
- Plaisir partagé, Gro’Ghu. »


Jour 15 - R5-D2

Le transporteur rebelle filait vers l’unique continent d’Arba 2 lorsqu’un chasseur solitaire surgit de la brume. En un instant, l’atmosphère s’embrasa et un déluge de laser s’abattit sur eux. Une secousse ébranla alors le vaisseau comme une fleur malmenée par la tempête. Chrissy étouffa un juron.
« Stang ! Le propulseur tribord est touché !
- On manque cruellement de droïde astromécanicien dans notre équipage, commenta Harvick. L’un d’eux m’a sauvé la vie une fois. R2-D2 je crois…
- Là, tout de suite, cela ne m’intéresse pas, Chef ! »
Les alarmes entamèrent leur plainte stridente tandis que leur attaquant revenait à la charge.


Jour 16 - Zekk

« Transporteur non identifié, veuillez-vous identifier et décliner la raison de votre présence. »
« Ton plan ne marchera jamais, marmonna Chrissy à voix basse.
- Comment tu le sais puisque tu n’as pas encore essayé ? Détends-toi, je te sens à fleur de peau.
La pilote ravala une réplique cinglante destinée à Jenkin, se contentant d’allumer l’unité comm’.
- Ici Fennec Shand aux commandes du…
- Fennec ? Ça fait un bail ! C’est moi, Zekk, de la Grande Chasse de Malastare.
- Bien sûr… Zekk… De Malastare… Sacré souvenir...
- Je ne savais pas que Gro’Ghu attendait un visiteur supplémentaire. Tu peux te poser, la plateforme 23 est libre. »


Jour 17 - Dok-Ondar

A peine avait-il posé un pied sur l’aire d’atterrissage que les ténèbres l’assaillirent. Un frisson lui parcourut l’échine : le Côté Obscur était à l’œuvre en ces lieux, séduisant et à la fois effrayant. Jadis, son maître avait comparé ce pouvoir à des fleurs empoisonnées. Il comprenait pourquoi.
Pa réflexe, Jenkin chercha le contact rassurant de la poignée métallique. Son sabre laser avait été perdu au moment de l’Ordre 66. Ne pouvant s’imaginer combattre sans une telle arme, il avait fini par en racheter d’occasion à un marchand d’antiquités sur Batuu.
« Trouvez le chargement. Je vous rejoindrai. »


Jour 18 - Céréen

Sans plus d’explication, Jenkin rebroussa chemin. Un premier tir fusa, manquant Chrissy de peu. Puis un second laissa une empreinte carbonisée à fleur de mur. La pilote se mit à couvert, non sans avoir auparavant abattu un Rodien et un Humain. Crosshair et Harvick en firent de même. Déjà, un Céréen musclé s’affairait derrière un E-WEB. Cela risquait d’être problématique…
Rapide comme l’éclair, Crosshair s’accouda sur la barricade afin de prendre ses appuis et pressa la détente. Son tir atteignit le colosse à la tête et son crâne imposant fut littéralement vaporisé par la décharge d’énergie.



Jour 19 - Influence

La perturbation que Jenkin avait ressenti dans la Force l’avait mené jusqu’à cette silhouette féline vêtue de noire et à la crinière aussi rouge qu’une fleur de plom. Il s’agissait à n’en pas douter d’une adepte du Côté Obscur, un ange de la mort au service de l’Empereur.

A ses pieds, roulait la tête de la créature verte avec laquelle elle s’entretenait encore quelques instants plus tôt. D’un pas assuré, le Jedi sortit de sa cachette et activa son arme, prêt à mettre un terme à l’influence maléfique du Côté Obscur.


Jour 20 - Hondo Ohnaka

La porte fut emportée par une puissante déflagration semblable à une fleur éphémère. Profitant de la brèche, le trio de rebelles s’engouffra dans le bâtiment et se précipita vers un terminal informatique. Harvick fronça les sourcils.
« La cargaison est stockée au niveau 3. Etrange… C’est à l’opposé des entrepôts.
- Hey, Chef, ça me rappelle la fois où on a tenté de faire affaire avec le gang d’Ohnaka sur Florrum, cria Chrissy pour couvrir le vacarme des tirs, intarissables.
- Ces bandits… Tous les mêmes. Ils ne connaissent que le langage des armes.
Crosshair ajusta son tir et un Iktotchi s’écroula.
- Moi, ça me convient parfaitement »


Jour 21 - Gallius Rax

Chaque coup qu’il portait, c’était pour faire mal. Chaque assaut qu’il lançait sur son adversaire avait un seul but : la tuer.
« Serait-ce de la haine que je perçois, Jedi ? »
Absolument.
L’Empire, en la personne d’un mystérieux officier nommé Gallius Rax lui avait pris sa petite fleur, sa Lora. Cette femme allait payer pour tous les crimes perpétrés au nom de l’Empereur.
D’un revers de sa lame couleur sang, l’Inquisitrice porta un coup au niveau de son thorax. Jenkin recula et para avec sa propre arme bleutée. Les lames s’entrechoquèrent faisant jaillir une gerbe d’étincelles colorées.



Jour 22 - Normal

Le crépitement des sabres laser cessa et le calme revint. La poussière retombait lentement, effaçant déjà les traces du combat qui venait de prendre fin.
Pourtant, la Force, elle, vibrait encore de l’excitation des combattants, de cette énergie obscure qui pouvait pousser le plus bon des hommes à commettre l’irréparable.
Désormais, il n’y aurait plus de retour à la normale possible. Jenkin avait franchi le seuil de non-retour en portant un coup fatal à l’Inquisitrice dans un accès de rage. Le Jedi qu’il avait été avait péri en même temps que sa promise, pauvre fleur cherchant un soleil couché depuis longtemps.


La conclusion du petit combat de sabre entamé quelques textes plus tôt en 107 mots ^^
Bonne soirée ! ^^


------

Rikuiame a écrit:Dark Strasis > Et encore plus quand tu auras une semaine chargée.


C'est clair :transpire:
"Tant qu'il restera des Jedi en vie, je n'en aurai jamais assez!"- Aurra Sing
La toupie tourne
Staffeur encyclopédie et collection.
Dark Stratis 23
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 14873
Enregistré le: 08 Jan 2014
Localisation: Là où y'a du jedi à défoncer ^^
 

Messagepar mat-vador » Lun 22 Nov 2021 - 21:45   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

22. Normal


- Achetez notre lessive, qui lave plus pur que pur !
( Un objecteur de conscience un peu timbré surgit devant notre vendeuse zeltronne )
- Eh vous !
- Bonjour, monsieur ! C'est pour de la lessive ?
- Non, pas du tout ! Je ne cèderai pas aux vulgaires sirènes de votre lessive de pacotille ! Vous trouvez ça normal que les ventes de votre produit frelaté contribuent à financer un Empire criminel et ses Étoiles de la Mort ?
- Ben, faut bien gagner sa vie... faites gaffe, y a un officier du BSI pas loin.
- M'en fiche, rien ne me fera taire !
( Il est abattu d'un tir de blaster par l'officier du BSI )


107 mots
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3267
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Chadax » Lun 22 Nov 2021 - 21:53   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

22- Normal

- Dites Maître, il ne vous arrive jamais de souhaiter être quelqu'un de normal ?
- Qu'entends-tu par là Padawan ?
- Eh bien, ne pas être sensible à la Force, ne pas ressentir tout ce qu'on ressent.
- Je me suis déjà interrogé sur la sensation que ça devait être, mais je n'ai jamais voulu l'expérimenter, non. Imagine, ce serait perdre une partie de tes sens, tels que la vue ou l'ouïe. Je me sentirais comme une fleur fanée.
- Oui Maître, vous avez raison, ce serait comme être coupé de la vie.
- Bien, tu vois, tu deviens sage.


(100)


Ce texte me fait l'effet d'une catastrophe. :paf: C'est de plus en plus dur chaque jour, vivement le bout du tunnel. :transpire:
Un magicien n'est jamais en retard. Ni en avance d'ailleurs. Il arrive toujours précisément à l'heure prévue.
Chadax
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 27561
Enregistré le: 06 Avr 2005
Localisation: Fontainebleau
 

Messagepar OBI-WAN7 » Mar 23 Nov 2021 - 7:39   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Hello à tous !

Précédemment dans "Les nouvelles aventures de Keiran" :

Spoiler: Afficher
*** Cos-137 ***

1/11/2021 – Chapitre 1 : Arrivée sur Tatooine (105 mots)

Cela faisait plus d’un an que mon maître et moi parcourions la galaxie de long en large tout en évitant autant que possible les forces de l’ordre. Pour quelle raison ? Ça, je ne l’avais pas vraiment compris. Je savais simplement que mon maître, Fleur Solaris de son nom, avait de gros ennuis avec certains commandants bien placés dans les rangs de l’Empire liés à un holocron qu’il avait “réxupéré”. Son vieux vaisseau, un cargo corellien XS stock légèrement modifié, nous faisais régulièrement des frayeurs comme ce jour où une fuite de l’hyperdrive nous poussa à nous poser en urgence sur Tatooine…

2/11/2021 – Chapitre 2 : Quelques frayeurs (110 mots)

Le cockpit ressemblait à un sapin de Noël. Notre cargo tombait à une vitesse incroyable, je me retrouvais plaqué au fond de la salle de pilotage. Fleur s’était évanoui et je pensais que ma vieille carcasse vivait ses dernières heures en tant que Cos-137, ce droïde utilitaire de type JN-66 que j’étais. Soudain, les lumières du vaisseau revinrent aussi vite qu’elles avaient disparu. Dans un effort sans précédent, je parvenais à me remettre aux commandes mais nos deux vies, si j’ose dire, étaient en jeu. Le sable des dunes approchait dangereusement quand je réussis à activer les parachutes de sécurité et la fonction Crosshair du vaisseau.

3/11/2021 – Chapitre 3 : Vers la civilisation ? (110 mots)

Notre arrivée fracassante s’était faite suffisamment loin de la civilisation pour ne pas attirer l’attention. Après deux jours passés dans le vaisseau, Fleur avait pu se reposer et réparer les éléments défectueux de l’engin. Nous pouvions repartir, mais quelque chose le poussa à rester un moment sur cette planète isolée. Il y avait là comme un sentiment de sécurité vis-à-vis des forces de l’Empire. Nous marchâmes près de quatre heures avant de rencontrer le premier signe de vie civilisée. Du moins, c’est ce que nous pensions. Nous entrâmes dans l’établissement, le seul bâtiment alentour. Le mot « GROGU » clignotait sur la façade.

Chapitre 4 : Il s’appelait Budda (110 mots)

Mes récepteurs olfactifs détectèrent immédiatement les odeurs de transpiration et d’alcool omniprésentes dans ce night-club. À la lueur des lumières tamisées, des femmes Twi’leks se dandinaient au rythme de la musique avec seulement une brassière et un short. Plusieurs clients étaient assis ici et là, d’espèces variées et venant des quatre coins de la galaxie. Nous nous assîmes à une table dans l’espoir de prendre une consommation et trouver quelqu’un qui pourrait nous indiquer où nous rendre pour acheter des vivres, sur Tatouïne. Soudain, un immense Hutt se précipita sur nous. « Je suis Budda le Hutt, et je vous attendais ! » s’exclama-t-il.

5/11/2021 – Chapitre 5 : Une rencontre surprenante (105 mots)

Le quiproquo tourna court. Budda, le propriétaire des lieux, avait pris Fleur pour un chasseur de primes qu’il avait envoyé traiter avec un pilote de podracers. Confus, il nous invita à prendre un verre en appelant Grievous, l’une des rares serveuses humaines de son établissement. Celle-ci s’approcha et demanda à Fleur ce qu’il souhaitait boire. Cette jeune femme brune me regarda longuement. Je l’analysais : elle portait un t-shirt blanc moulant et un short bleu qui laissait ses interminables jambes à découvert. En repartant, elle se retourna brusquement et lança à Fleur « où avez-vous trouvé cette unité JN-66 ? ».


*** Ileca ***

6/11/2021 – Chapitre 6 : Comment devient-on serveuse dans un night-club ? (91 mots)

Déjà deux ans ! Deux longues années que je suis bloquée sur cette planète minable, dans ces conditions déplorables à travailler pour quelqu’un de déplorable… Si seulement, je n’avais pas croisé la route de Gardulla Besadii et son dragon Krayt des canyons quand j’ai atterri ici après la disparition de Keiran… Depuis, cette satanée Hutt m’a enfermée et échangée contre des podracers… Deux ans qu’il m’utilise pour servir les clients de son night-club. Heureusement, j’ai un plan pour m’échapper d’ici, mais j’aurais besoin d’aide…

7/11/2021 – Chapitre 7 : Qui est Keiran Sorn ? (103 mots)

Comme Tobias Beckett, je ne fais confiance à personne, et c’est la seule raison pour laquelle je suis encore en vie après ce qu’il s’est passé il y a deux ans. Les troopers nous pourchassaient, ils savaient que notre vaisseau transportait un chevalier Jedi à son bord. Comment ils l’ont su ? Je l’ignore encore, mais je suis certaine que nous avons été trahis. Par chance, j’ai réussi à m’échapper, mais ce n’est pas le cas de mes deux acolytes. Depuis ce jour, je me suis promis que je sauverai cet homme, ce Jedi : Keiran Sorn.

8/11/2021 – Chapitre 8 : La vie trépidante des night-clubs Hutt (109 mots)

Je me souvenais d’une histoire que Keira m’avait raconté. Il avait entendu parler d’une jeune Jedi nommée Avar Kriss dont il m’avait vanté les mérites. Ces deux dernières années, je m’étais accroché à cette histoire. Je pensais à Avar quand je rencontrais des clients un peu insistants, certains d’entre eux auraient bien mérités un coup de sabre laser bien placé… Je pensais à elle quand je rentrais seule, dans la nuit, jusque chez moi. Son sabre aurait éclairé mon chemin. Et aussi quand Lumtronec a essayé de m’agresser. Avar aurait utilisé la Force pour le jeter dans le Sarlacc. Ah, quelle femme inspirante !

9/11/2021 – Chapitre 9 : Des cailloux tombés du ciel – partie 1 (102 mots)

Ce matin en me levant, j’ai entendu de drôles de bruits sur le toit de la bâtisse qui me sert de maison. Je me suis précipitée dehors pour observer ce qu’il se passait. Sapristi, j’ai rapidement fait volte-face pour rentrer. Je n’avais encore jamais vu ça : de gros cailloux tombaient littéralement du ciel. Certains ont commencés à perforer le toit en terre du bâtiment. Je me suis précipitée sous la table. Les cailloux étaient assez pointus pour passer à travers le toit mais la terre freinaient la descente et la table me protégeait de ces petits objets imprévisibles…

10/11/2021 – Chapitre 10 : Des cailloux tombés du ciel – partie 2 (95 mots)

Quand ça s’est arrêté, j’ai demandé à Sabé, la serveuse qui occupe la chambre à côté de la mienne, ce qu’il s’était passé. Elle m’a expliquée que cet évènement rare survenait à peu près tous les cinquante ans sur cette planète. Ça n’augurait rien de bon. En fin de journée, nous sommes toutes deux parties travailler, ne sachant pas trop à quoi nous attendre. C’est finalement quand j’ai vu ces clients débarquer que j’ai compris que la légende dont m’avait parlée Sabé pouvait être fondée...


11/11/2021 – Chapitre 11 : Une vieille histoire (96 mots)

Ce pouvait être un hasard, bien sur, une unité JN-66 qui vient sur Tatouïne. Mais non, l’écrou bleu de son bras ne laissait aucun doute, je connaissais ce droïde et je le connaissais très bien. Bien des années plus tôt, alors que Keiran, lui et moi étions sur Cato Neimoidia, Cos-137 avait été touché par un tir de blaster et on avait dû remplacer quelques pièces, notamment ce boulon, sur ce qui lui sert de coude. Bref, Cos-137, ce vieil ami, se tenait là, devant moi, après toutes ces années où nous avions été séparés.


12/11/2021 – Chapitre 12 : Loin des yeux, loin du coeur (108 mots)

— Hey, tête de fennec ! Demandais-je à l’adresse de Cos-137. Celui-ci m’observa avec surprise mais ne semblait pas me reconnaître.
— Pardon, je ne commande rien, merci, jeune femme.
L’homme qui l’accompagnait éclata de rire :
— C’est vrai que mon droïde a une tête de fennec ! Un lait bleu pour moi ma jolie.
— Votre droïde ? M’écriais-je. Cos, allons, ne me reconnais-tu pas ? C’est moi, Ileca, me mis-je à chuchoter tout en regardant derrière moi.
— Non, non, c’est mon droïde, je l’ai acheté à l’autre bout de la galaxie, qu’est-ce c’est que cette histoire ?

13/11/2021 – Chapitre 13 : Une nouvelle aventure (109 mots)

Soudain, je sentis un objet mou heurter mon dos. Un liquide coulait, je me retournais lentement et compris vis le morceau violet qui venait de s’écraser dans mon dos : un fruit Jogan. Budda s’en prenait à moi. Il avait dû entendre la conversation, le haussement de ton, ce qui était pourtant étonnant avec le brouhaha qui régnait ici. En tout cas, il était en colère, et à chaque fois qu’un tel sentiment le gagnait, il se mettait à jeter des fruits dans tous les sens en visant tout particulièrement ses employés…
— Cos, viens avec moi, hurlais-je alors que j’attrapais le droïde par son bras robotisé.

14/11/2021 – Chapitre 14 – Quitter ce trou à rat - partie 1 (102 mots)

Tandis qu’à l’autre bout de la galaxie naissait Mara Jade, je courrais en direction de la sortie de l’établissement avec Cos, que je tenais par la main, volant juste derrière moi. Fleur nous courrait après ne comprenant pas vraiment ce que je voulais à son droïde. Il ne semblait pas spécialement inquiet et paraissait presque soulagé de sortir d’ici. La grosse limace qui se faisait appeler Budda, avec sa lenteur légendaire, tentait de nous rattraper. Je ne m’en inquiétais pas spécialement de sa poursuite, toutefois le chasseur de prime qu’il avait missionné me faisait davantage soucis…

15/11/2021 – Chapitre 15 : Quitter ce trou à rat – partie 2 (100 mots)

— Mais enfin, que me voulez-vous jeune femme ? Je ne vous connais pas, vous devez faire me confondre avec quelqu’un d’autre, criais-je alors que la serveuse m’emportait avec elle dans sa fuite.
La brune ne daignait pas répondre. Fleur, quant à lui, semblait plutôt amusé. Je ne trouverais aucune aide auprès de lui. Un tir de blister vint heurter la lourde porte qui nous permettait de sortir. Le boîtier de commande semblait visé. Flûte alors, quelqu’un nous avait pris en chasse ! C’est alors que mon regard se posa sur une forme connue : R2-D2 !

16/11/2021 – Chapitre 16 : Quitter ce trou à rat – partie 3 (108 mots)

J’aurais beaucoup aimé échanger quelques signaux avec mon ami D2, mais le temps ne semblait pas à la discussion. En deux temps trois mouvements, je me retrouvais à l’extérieur du night-club, toujours dans une allure effrénée et sans savoir où nous allions.
— Faites-moi confiance, suivez-moi, lança la serveuse.
Elle s’adressait à Fleur, et vraisemblablement, je n’avais pas mon mot à dire… Mon maître ne chercha pas à la contredire et courrait à son niveau.
Nous arrivâmes rapidement dans une sorte de grotte. Nous pensions être en sécurité, nous ignorions encore qu’un chasseur de primes qui se faisait appeler Zekk nous poursuivait.

17/11/2021 – Chapitre 17 : Un chasseur à nos trousses (110 mots)

— Je suis bloquée sur cette planète depuis deux ans, expliqua la brune. Avant, j’accompagnais un certain Keiran Sorn qui possédait un droïde.
Je connaissais ce nom, mais je n’arrivais pas à mettre un visage dessus.
— Ce droïde, c’est lui, reprit-elle en me désignant. Nous avons été pourchassés par un antiquaire qui voulait lui mettre la main dessus car il avait en mémoire des informations qui l’intéressaient, un certain Dok-Ondar. On a effacé la mémoire de ce droïde avant d’être séparés. Keiran a été capturé, et moi j’ai atterri ici.
J’étais abasourdi par le récit, alors que j’entendis un tir de blaster…

18/11/2021 – Chapitre 18 : Des informations capitales ? (105 mots)

Nous étions en danger mais Fleure ne semblait pas en être conscient.
— Quelles informations ? Demanda mon maître.
— Des informations permettant de localiser le sabre laser d’un célèbre Jedi Céréen
— C’est intéressant tout cela, mais pour le moment, nous étions supposés trouver des vivres pour quitter la planète. J’ai un vaisseau, mais rien à manger à bord !
— Bonne idée ! Je vous conduis chez moi, nous récupérerons le strict nécessaire et on file à bord de votre engin.
— Ah, alors vous venez avec nous ? S’enquit Fleur.
— On peut y aller, suggérai-je alors qu’un autre tir vint se loger tout près de nous.


19/11/2021 – Chapitre 19 : Course poursuite (107 mots)

Nous l’ignorions jusque-là, mais le night-club se trouvait près d’une petite ville dont j’ignorais le nom. Par chance, les rues étaient étroites et à cette heure-ci, avec le monde qui circulait au sein de la petite communauté, nous n’eûmes aucun mal à fausser compagnie au chasseur de primes. Du moins, c’est ce que nous pensions.
— Et, le droïde ! Dit une voix derrière moi.
Le temps que je me retourne, Fleur avait sorti son pistolaser et un tir venait heurter l’armure de notre pisteur.
— Cos, dépêche-toi, il n’a plus aucune influence sur toi, on a à faire.

*** Ileca ***

20/11/2021 – Chapitre 20 : L’histoire des sacs en tulle (106 mots)

Nous récupérâmes le strict nécessaire dans mon petit logement. Nous fourrions les quelques vivres que j’avais en stock dans des sacs en tulle et partîmes aussi vite que nous étions arrivés. Si Zekk avait été mis à terre par le tir de blaster du jeune homme qui accompagnait Cos, il risquait de rapidement retrouver ses esprits. Et nous ne voulions pas avoir encore à faire à lui. En route vers le vaisseau de mes nouveaux amis, je leur racontais l’histoire de ces sacs, qui avaient autrefois appartenus à un certain Hondo Ohnaka et qu’il utilisait pour transporter les butins qu’il avait dérobés.

21/11/2021 – Chapitre 21 : Échappatoire (101 mots)

Rapidement, nous rejoignîmes le cargo corellien XS. C’était un vieux tas de ferraille mais ça ferait l’affaire. Cos s’empressa de démarrer les moteurs tandis que Fleur s’installait dans le fauteuil en cuire de pilote. Instinctivement, je me jetais dans le second siège, celui du copilote. Les lumières s’allumèrent et nous étions prêts à décoller.
- Et c’est parti ! Lança Fleur.
Le bruit devint plus étourdissant, je n’avais pas ressenti cette sensation depuis longtemps, puis l’appareil s’éleva dans les airs. Hélas, un certain Gallius Rax se trouvait sur le pont d’un croiseur en orbite…

22/11/2021 – Chapitre 22 – Dans l’espace (104 mots)

En quelques secondes, nous étions dans l’espace. Tout était normal pour le moment. Notre escapade était peut-être même un peu trop facile. Après quelques discussions, nous décidâmes de nous rendre sur Coruscant. Là, j’espérais trouver quelques contacts qui nous permettraient de rassembler des informations sur la localisation de Keiran. Fleur accepta de m’emmener là-bas. Alors que le cargo s’apprêtait à entrer dans l’hyper espace, nous sentîmes une secousse. On nous tirait dessus !
— Tu sais utiliser les canons lasers ? Me demanda Fleur.
— Je devrais me débrouiller, répondis-je en me dirigeant vers la cabine prévue à cet effet.



23/11/2021 – Chapitre 23 – Docteur Alpha ? (106 mots)

Je tirais sans grande conviction, et pourtant, après quelques minutes, les tirs du croiseur impérial cessèrent. Il semblait qu’aucun dommage n’était à déplorer, et tant mieux. Je ne le savais pas, mais nos ennemis avaient mieux à faire, le vaisseau d’une certaine Chelli Lona Aphra se trouvait aussi dans les parages. Les tactiques d’esquives mises en œuvre par Fleur avait été efficaces mais avaient aussi consommé beaucoup de carburant. Il nous en restait juste assez pour rallier la planète capitale.
- Bouclez vos ceintures, ça va secouer un peu, dit le pilote en appuyant sur le bouton permettant de passer en hyper espace.
Luke Skywalker: What a piece of junk!
Han Solo: She'll make point five past lightspeed. She may not look like much, but she's got it where it counts, kid. I've made a lot of special modifications myself.
OBI-WAN7
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 278
Enregistré le: 20 Avr 2003
 

Messagepar Notsil » Mar 23 Nov 2021 - 9:54   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Bon mardi :)

Précédemment :

Spoiler: Afficher
1. Holocron
Partagé entre la curiosité et la méfiance, Chloan observa longuement l’holocron posé sur la table. Il n’avait pas retouché à la petite pyramide aux reflets bleutés, persuadé que son maitre lui avait joué un tour dont il avait le secret. D’un autre côté, l’absence de Lierin était une occasion trop belle, qui ne se reproduirait pas de sitôt.
Avait-il le choix ? Devait-il prendre le risque ?
Quelques semaines plus tôt, il ne se serait jamais posé la question. L’utiliser maintenant, alors qu’ils étaient traqués, lui vaudrait un savon. Mais il avait besoin d’en savoir davantage sur leurs poursuivants.
106
2. Crosshair
Chloan se connecta à la Force, toucha doucement l’holocron. Des lignes bleues prirent vie sous ses doigts, dessinèrent des symboles qu’il ne parvint pas à déchiffrer, puis l’objet se déverrouilla et une silhouette céruléenne apparut.
—Encore toi ? Que me veux-tu, cette fois ?
—Vous savez si des clones ont continué à être produits ?
—Après la Guerre des Clones ? s’étonna la silhouette. Et pourquoi donc ?
—Nous avons rencontré de drôles d’individus, dit Chloan, hésitant à dévoiler trop d’informations. Ils utilisent des noms comme Crosshair, Rex… nos recherches nous ont menées aux clones de l’ex République.
—Nous ? releva le maitre Sith en fronçant les sourcils.
104

3. Grogu
Chloan se mordit les lèvres. C’était bien sa veine. Se trahir si facilement ! Il ne devait pas oublier que même sous forme d’holocron, son maitre était perspicace.
—Je ne suis plus seul, c’est tout, lâcha-t-il en espérant que ça serait suffisant.
—Plusieurs Seigneurs Sith ont fait appel à des clones, dit la silhouette. Pas moi. Qui aurait intérêt à vivre dans le passé ?
—Et, Grogu, ça ne vous dit rien non plus ?
—Tu me prends pour une encyclopédie ou quoi ? Si tu ne cherches pas à en apprendre davantage sur les arcanes obscurs, inutile de me déranger !
L’holocron se verrouilla dans un bruit sec.
106

4. Tatooine
Chloan soupira. Il ne s’était pas attendu à autre chose, mais c’était quand même une déception. Quand donc arriverait-il à se faire obéir de l’holocron ?
Lierin se laissa tomber près de lui et Chloan sursauta. Depuis quand l’espionnait-elle ?
—Je vois que tu n’as pas tenu compte de mes conseils… T’a-t-il dit quelque chose d’utile, au moins ?
Chloan pinça les lèvres.
—Rien. Comme tu t’en doutes. Tu avais raison, marmonna-t-il.
—Alors on s’en tient au plan initial ? On va sur Tatooine ?
—On va sur Tatooine, confirma Chloan.
96

5. Grievous
Chloan programma les coordonnées de Tatooine dans l’ordinateur de bord de leur navette.
—Toujours pas d’autre indice ?
—Non. Ces suites de noms n’ont aucun sens. On dirait qu’ils ont pioché leurs surnoms dans les registres de la Guerre des Clones, mais pour quelle raison ? Regarde, celui-ci s’est nommé Grievous. Franchement.
Elle soupira.
—Je me demande après quoi en ont ces mercenaires, pour se choisir des noms pareils.
—Je me demande plutôt pourquoi ils nous attaquent, releva Chloan.
—Aurais-tu peur, jeune Sith ? se moqua-t-elle.
—Si tu n’étais pas là, je les aurais atomisés et nous serions tranquilles.
100

6. Dragon Krayt
Ils marchèrent un long moment dans les dunes de sable, aperçurent des troupeaux de Banthas sauvages dans le lointain, croisèrent un véhicule jawa qui avançait sur ses chenilles à moitié rouillées et dépassèrent les ossements blanchis d’un dragon krayt.
—Sacrée taille, cette bestiole, commenta Lierin.
—J’aurais bien aimé en affronter un.
—Pourquoi ça ne m’étonne pas ? Mais je crois qu’ils sont éteints, maintenant.
—Quel dommage…
Lierin eut un regard moqueur.
—Il n’y a bien que toi pour regretter leur existence. Ces créatures étaient des tueurs. Je suis bien contente que nous n’ayons pas à en affronter un !
97

7. Tobias Beckett
Du sable, toujours du sable, et Chloan commença à se demander s’ils ne s’étaient pas perdus. Ils auraient déjà dû tomber sur le repaire des mercenaires, s’il en croyait son datapad.
—Ici, appela Lierin.
Il releva les yeux de son écran, la rejoignit alors qu’elle dégageait une carcasse de moto-jet des grains de sable.
—Comment ce tas de ferraille a-t-il pu échapper aux Jawas ? s’étonna Chloan.
Elle haussa les épaules, fouilla dans les sacoches qui partaient en lambeaux.
—Si une tempête de sable l’a immédiatement recouvert… Tobias Beckett ?
Chloan passa les doigts sur la gravure.
—Certainement l’ancien propriétaire.
103

8. Avar Kriss
Ils avaient repris leur route, laissant les débris de la moto-jet derrière eux, guidés par les indications de leur datapad.
—Nous tournons en rond ! s’agaça bientôt Chloan.
Il s’arrêta, balaya les alentours du regard, revint sur son écran.
—Ce n’est pas normal. Il devrait y avoir quelque chose. Et il n’y a que du sable.
—Je m’en occupe.
Lierin s’immobilisa et ferma les yeux. Chloan perçut qu’elle utilisait la Force, s’en voulut de ne pas y avoir songé plus tôt.
—Tu te la joues Avar Kriss ? marmonna-t-il.
—Chut. Je cherche seulement à les percevoir, pas à méditer. Ils sont là.
106

9. Cailloux
Chloan jura en trébuchant une énième fois sur le sol inégal du souterrain, récoltant un regard noir de Lierin. La base des mercenaires était creusée dans la roche, sous les dunes de sable de la surface. Si Lierin s’était extasiée sur les cristaux incrustés dans les parois, les effleurant du bout des doigts tandis qu’ils avançaient avec précaution, Chloan avait maudit chacun des cailloux dans lesquels il trébuchait sans cesse. Ces mercenaires étaient donc incapables de faire un simple travail correctement !
Son exaspération croissante nourrissait sa colère et Chloan avait hâte de décharger sa rage sur les mercenaires.
Enfin, si Lierin ne l’en empêchait pas, encore.
109
10-Sabé
Bientôt, ils perçurent les murmures de conversations soutenues. Chloan ne comprenait pas un mot dans ce brouhaha indistinct mais il percevait l’agacement et la colère chez les mercenaires. Parfait, ça, il pourrait l’exploiter quand viendrait le moment de les affronter.
Lierin lui fit signe de s’arrêter. Chloan pinça les lèvres un instant, puis s’avança d’un pas supplémentaire, juste pour le principe, récoltant un regard noir de la Jedi.
Cette fois, il était sûr qu’il pourrait percevoir leur conversation.
—Non ! Tu… fou… si…
—Il… jamais… sabé… noir… dia…
—Recule ! siffla Lierin. Ils vont nous repérer.
—C’est important, lui retourna-t-il. Je veux savoir s’ils parlent de nous.
104

11-Cato Neimoidia
Lierin soupira. Chloan était impossible, incapable de la moindre prudence, ne pensait qu’à foncer tête baissée au mépris du danger.
C’était à se demander comment il avait réussi à survivre.
Alors qu’il suffisait d’attendre pour obtenir des informations. Avait-il remarqué que tout en parlant, les mercenaires s’affairaient ? Ils s’apprêtaient à quitter les lieux, c’était une évidence.
Bien sûr, c’était un détail qui lui échapperait, comme d’habitude.
Heureusement qu’elle était là.
Les bruits de conversation finirent par s’estomper. Ils s’élancèrent mais la pièce était déserte. Et un holo de Cato Neimodia trainait sur le sol.

12-Fennec
Chloan ramassa l’holo abandonné, l’éteignit.
—Ils croient vraiment que nous allons tomber dans un piège aussi grossier ?
Lierin haussa les épaules.
—Même si ça n’en était pas un, tu sais bien que nous nous devons de vérifier toutes les pistes.
—Ça pue le fennec, cette histoire, soupira Chloan. Et en plus, j’ai faim.
La Jedi leva les yeux au ciel.
—Encore ? Ce n’est pas un estomac que tu as, mais un trou noir.
—Noir et obscur, approuva Chloan. Que veux-tu, c’est mon héritage Sith qui parle.
—Mais bien sûr…
—Il n’y a plus rien à en tirer de toute manière. On rentre manger ?

13-Fruit Jogan
Attablé dans un coin d’une cantina de Mos Eisley, Chloan dévorait son steak de nerf avec appétit tandis que Lierin épluchait un jogan. Elle ne s’était pas attendue à trouver ce fruit si loin du Noyau ; une heureuse surprise, qui concluait une journée déprimante. Tout en mangeant, elle consulta ses notes sur son datapad, fit défiler les colonnes de noms et de chiffres. Cato Neimoidia était peut-être un leurre, mais c’était aussi une destination qui leur permettrait de recueillir d’autres indices.
Tandis que Chloan se tapotait le ventre avec un soupir de contentement, Lierin vida son verre d’eau, puis se leva.
—Allez, en route.
109

14-Mara Jade
Ils avaient rejoint leur navette, entré les coordonnés de Cato Neimoidia. Depuis, ils patientaient tandis que les trainées de l’hyperespace défilaient derrière les vitres du cockpit.
—Qu’est-ce que tu regardes ? demanda Lierin en jetant un œil sur son datapad.
—Rien, répondit Chloan en bougeant l’écran pour l’empêcher de regarder.
—Allez, montre !
—Non ! Mais laisse-moi !
Chloan se contorsionna tandis qu’elle cherchait à lire par-dessus son épaule. D’une pichenette de Force, Lierin récupéra l’écran sous les jurons du jeune Sith.
—Mara Jada… tu te rinces l’œil ?
—Elle maitrisait le Côté Obscur, rétorqua Chloan. C’est purement professionnel.
99

15-R2-D2
Lierin continua de jouer avec son datapad jusqu’à ce que Chloan s’agace.
—Ça suffit, maintenant. Rend-le moi !
—Attends un peu… voilà, j’ai fini. Tiens, reprends-le.
—Qu’est-ce que tu as fait, encore ?
Elle haussa les épaules, retint un sourire.
—Ce sera plus drôle quand tu le découvriras par toi-même.
Les yeux rivés sur l’écran, Chloan ne répondit pas, fouillant dans les menus. Jusqu’à ce qu’il lâche une bordée de jurons.
—Je rêve ! T’as remplacé toutes mes images de Mara Jade par R2-D2 ? C’est mon datapad, t’avais pas le droit !
—Sacré Sith, dire que tu t’es encore fait avoir par une Jedi !

16-Zekk
Chloan rumina en silence le reste du trajet. Comment se venger ? Il avait déjà ajouté un code pour verrouiller son datapad, histoire qu’elle ne puisse recommencer. Elle prenait un malin plaisir à se moquer de lui, comme si son précieux code Jedi n’était pas censé le lui interdire.
Maitre Zilar avait eu raison : les Jedi n’apportaient que des ennuis. Et une fois qu’ils vous avaient trouvé, ils ne vous lâchaient pas.
—Tu es bien silencieux. On sort bientôt de l’hyperespace, tu comptes bouder encore longtemps ?
—Zekk zekk.
Lierin leva les yeux au ciel – enfin, au plafond.
—Eh bien, ça promet.
102

17-Dok-Ondar
Ils arrivèrent enfin sur Cato Neimoidia et laissèrent leur navette à l’astroport avant de se rendre dans l’une des nombreuses cités suspendues. Lierin était ravie de se dégourdir les jambes, de respirer autre chose que l’air conditionné du vaisseau.
—Je déteste les neimoidiens, marmonna Chloan à ses côtés.
—Évite de le mentionner sur leur planète, peut-être ?
Chloan s’arrêta net.
—Tu l’as senti ?
—Quoi ?
—Une sorte de… viens.
Il obliqua dans une ruelle étroite où l’éclairage fonctionnait par intermittences. Un individu sortit brusquement des ombres, blaster au poing.
—Le mot de passe ?
—Dok-Ondar, dit Lierin.
Il s’effaça devant une porte.
—Comment t’as su ? souffla Chloan.
105

18-Céréen
Dans la musique assourdissante et les flashes répétés de lumières colorées qui lui donnaient déjà un début de migraine, Chloan cherchait à comprendre où ils avaient atterri. Lierin semblait parfaitement à son aise, ce qui ne l’étonnait même plus. La Jedi savait se fondre dans tous les environnements, une maitrise qu’il lui enviait.
Que faisaient-ils ici ? Il se contentait de la suivre alors qu’elle se frayait un chemin dans la foule, son agacement augmentant chaque fois que quelqu’un gênait sa progression. Soudain, elle se colla contre lui.
—On cherche un céréen, hurla-t-elle à son oreille.
101

19-Influence
Un Céréen ? Chloan renonça à comprendre. Il détestait cet endroit, avec tous ces gens qui s’agitaient bizarrement, ressentait l’envie irrépressible de décharger son énervement. Lierin le perçut, évidemment, et attrapa sa main. Sous son influence, le Côté Obscur reflua aussi facilement qu’une bougie que l’on souffle.
—Je déteste quand tu fais ça, marmonna-t-il.
Elle ne l’avait pas entendu dans la cacophonie ambiante, lui retourna pourtant un sourire. Poussa une porte. Le silence du couloir lui parut assourdissant.
—C’était un raccourci, expliqua-t-elle. Viens, notre contact n’est plus très loin.
—J’espère que c’est une piste valable, cette fois.
106

20-Hondo Ohnaka
Lierin frappa à une porte et ils entrèrent. Curieux, Chloan vit que plusieurs holo étaient disposés sur des étagères. Hondo Ohnaka, lut-il. Jango Fett. Gallius Rax. Il coula un regard à Lierin, mais elle paraissait sereine. Il s’intéressa aux autres portraits. Des Jedi, devina-t-il aux lames brandies qui les accompagnaient. Un Céréen, un Wookiee, une Twi’lek. C’était étrange, comme décoration.
Puis une porte dérobée coulissa et un individu s’installa dans le fauteuil, face à eux, joignit ses mains et posa ses coudes sur le bureau.
—Il parait que vous souhaitiez me parler ?
Lierin s’avança, tout sourire.
—En effet. Cessez de nous poursuivre.
108

21-Gallius Rax
Chloan cessa sa contemplation des lieux et fixa son attention sur la silhouette drapée de noir dont seules les mains étaient apparentes.
—Attends, c’est lui qui nous pourchasse ?
—Elle, précisa la silhouette en abaissant sa capuche. Et maintenant que vous êtes là, vous n’en sortirez pas vivants.
Elle sortit un blaster et Chloan plongea, percutant l’étagère. Gallius Rax clignota faiblement avant de s’éteindre quand Lierin lui marcha dessus, sabrelaser au poing. Chloan se releva en jurant, alluma sa lame. Dans le faible éclairage, les lueurs rouge et vertes se mêlaient, menaçantes.
Avec un sourire mauvais, la silhouette pressa un bouton et le sol disparut sous leurs pieds.
109

22-Normal
Chloan s’assit en maugréant, massant ses tempes alors que ses souvenirs lui revenaient. Le bureau, la silhouette, l’attaque, le trou noir.
—Lierin ? appela-t-il doucement.
—Je suis là, répondit-elle.
Une main saisit la sienne et il la pressa en retour. Dans l’obscurité, il ne voyait rien.
—C’était magnifique, ton idée, dit-il, sarcastique. Et maintenant, on fait quoi ?
—On attend, lui retourna Lierin, comme si tout était parfaitement normal.
—Oh. Tu vas me dire que ça faisait partie de ton plan ?
—Évidemment.
—Tu ne me diras rien sur la suite, j’imagine ?
—Pour te gâcher la surprise ?
Et même dans le noir, il devina son sourire.
104



23-Chelli Lona Aphra

Enfin, après de longues heures où Chloan rongea son frein, l’ouverture d’une porte se découpa dans les ténèbres. Chloan bondit sur ses pieds, sabrelaser au poing.
—Quel accueil ! se moqua une voix. Après tout le mal que je me suis donnée… Venez.
Lierin se leva aussitôt et Chloan jura en désactivant son arme.
—Tu la connais ? murmura-t-il.
—J’ai entendu ! fit la voix de leur guide.
—Et vous êtes ?
—Si je vous dis nom de code Chelli Lona Aphra, ça vous avance ?
—C’est quoi ce nom à rallonge ?
Elle haussa les épaules.
—Venez, nous avons beaucoup à nous dire.
Avec un regard noir pour Lierin, Chloan lui emboita le pas.


107

:ange:
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2834
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Rikuiame » Mar 23 Nov 2021 - 9:55   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

J'ai l'impression qu'il y a eu nettement moins de candidats hier. :paf:
Allez, encore un thème sur un personnage que je ne connais pas, mis à part pour l'avoir vu sur quelques couvertures de comics. Mais bon, vu la trogne qu'elle tire à chaque fois j'espère avoir bien saisi sa personnalité.
Aujourd'hui je présente 2 textes. Le 1er a été écrit... en 1er mais comme je ne le trouvais pas ouf j'ai recommencé. Je le mets quand même sous spoiler en tant que bonus pour le point de vue complémentaire qu'il donne à l'histoire. Je ne le mettrai qu'ici, il n'apparaitra pas dans mes prochains posts récapitulatifs.
Le 2nd est, je trouve, bien meilleur mais il s'intègre un poil moins bien dans la chronologie par rapport au texte de demain.


Conditions d'écriture :

Spoiler: Afficher
Sachant pertinemment que je n'aurais pas la tête à écrire un texte par jour en novembre (jours fériés, weekend...), j'ai pris les devants en rédigeant le challenge sur le mois précédent sans me limiter à un seul texte par jour mais ayant pour objectif d'avoir plus de textes bouclés que de jours d'octobre passés. J'aurais dû m'ajouter le "défi" de ne pas passer à un texte tant que le précédent n'était pas achevé mais je n'ai pensé à cette contrainte que trop tard. :neutre:
Bref, par conséquent les 30 textes sont terminés depuis plus d'une semaine et contiennent très exactement 100 mots chacun (titre non inclus) même si je me permettrai, si besoin, de faire des ajustements à mesure qu'ils seront postés.
J'ai, d'ailleurs, assez tôt remarqué que le compteur de mots ne prenait pas en compte les chiffres. J'ai donc recouru à quelques artifices pour doper le nombre de mots à 2 ou 3 reprises. Les règles me semblent respectées mais par honnêteté intellectuelle vous voilà prévenus.

Concernant les contraintes, avoir de l'avance m'a permis de sereinement prendre le niveau 3 : Sith sadique. Chacune des scènes fait donc partie d'une histoire globale et le mot "fleur(s)" y est apparent 30 fois. J'espère que vous prendrez autant de plaisir à la lire que moi à l'écrire et lire les vôtres. :jap:
Enfin, je me suis ajouté une dernière contrainte : ne pas écrire le thème du jour dans le texte. Il m'était toutefois permis d'écrire les mots du thème dans les textes suivants ou précédents si besoin. Contrainte pas très dure à observer mais un peu casse-pied à 1 ou 2 reprises. :D


Précédemment dans le Challenge Novembre 2021 :

Spoiler: Afficher
Chapitre 1- Holocron (An -17)

L'éclat étincelant diminua en intensité. A travers la fente des paupières de IEL, se découpèrent les contours de la source de cette lumière aveuglante : un cône pyramidal pouvant tenir dans la main. Comment un objet si petit pouvait-il être si lumineux ?
Étendant le bras, IEL effleura la surface brillante d'un doigt griffu. Il y eut un déclic et l'atmosphère se métamorphosa. Les faces de la pyramide s'ouvrir comme les pétales d'une fleur et une voix d’outre-tombe fit trembler les murs qui avaient pris une teinte verdâtre, maladive.
- Qui ose convoiter notre secret ?


Chapitre 2- Crosshair (An -17)

Malgré les douleurs qui le faisaient atrocement souffrir, l’index posé sur la gâchette de son fusil perforateur (un antique modèle 773 !) ne tremblait pas.
Allongé sur un muret devant le temple, le vieux clone préparait le tir de sa vie. La cible, à 3.2 clicks dans un couloir courbe à 14%, faisait la taille d'un poing. Sans oublier les prémices d'une tempête qui rendaient la stabilité hasardeuse et tourbillonner le sable devant son réticule de visée ; cela revenait à toucher un pistil précis dans un champ de fleurs mouvant. Facile !
CT-9904 coinça son cure-dent entre ses lèvres et tira.


Chapitre 3- Grogu (An -17)

L’Holocron explosa comme une fleur enflammée lorsque le projectile l'atteignit en son centre.
L'écho de la voix sépulcrale mourut contre les parois du temple qui reprirent leur apparence initiale et un grand silence envahi la salle circulaire.
Soudain, une partie du mur se souleva en un grondement inquiétant. Faisant face à l'obscurité révélée, IEL avança d'un pas prudent. Dans la pénombre se distingua bientôt une forme ovoïde en suspension. Quand IEL approcha encore, la partie supérieure de l'œuf métallique se rabattit vers l'arrière.
Une petite main aux doigts crochus se tendit vers lui.


Chapitre 4- Tatooine (An -17)

Le vent avait forci et le sable piquait chaque parcelle de peau non protégée. Les capes claquaient sur leurs cuisses. Derrière eux, "l’œuf" flottait à 2 mètres de distance, son couvercle fermement scellé pour abriter son contenu.
IEL souffla par les orifices de son nez plat pour expulser ces sournois petits grains jaunes qui menaçaient de l'étouffer.
- Fais-moi fleur, dire nous pas perdus.
Son compagnon clone mit sa main en visière pour se préserver autant du sable que de l'écrasante chaleur qui se dégageait des 2 astres juchés au-dessus d'eux. Il soupira.
- Nous pas perdus. Content ?


Chapitre 5- Grievous (An -17)

Le vent chuintait autour d'eux mais l'abri tenait bon. Forcés de se tenir dans une inconfortable promiscuité, les deux mercenaires attendaient la fin du danger.
- Tu es un Kaleesh, fit le clone.
- Oui, répondit l'intéressé sans lever les pupilles des mosaïques de fleur qu'il traçait d'une griffe sur le sable.
- J'ai combattu un des tiens pendant la guerre. Un grand général !
IEL émit un son méprisant.
- Lui pas grand. Lui traître ! Qymaen jai Sheelal abandonné peuple pour servir ferraille.
- J'ai trahi les miens aussi, soupira Crosshair.
- Normal. Toi tout petit, AHAHAH !
- Silence ! Écoute...


Chapitre 6- Dragon Krayt (An -17)

Le sifflement était long, furieux, angoissant ; se répercutant sur les dunes il venait de partout, et nulle part.
Du sable jusqu'aux genoux, le Kaleesh courait, rampait, progressait aussi vite que le sol glissant le lui permettait. Il avait perdu son compagnon de vue. Avait-il été englouti avec "l’œuf" ? IEL n'en savait rien.
Chaque seconde la pente devenait plus raide. Chaque enjambée plus dure. Il sentit les mâchoires se refermer inexorablement sur lui et le soulever comme on cueille une fleur dans son jardin.
Il y eut un dernier remous puis le calme revint dans le désert.


Chapitre 7- Tobias Beckett (An -10)

Le vaisseau plana sur les dunes dans un vrombissement assourdissant.
Une corde pendait à son écoutille pendant qu'une femme pâle, que moulait avantageusement une combinaison orange vif, y grimpait. Dans son dos était sanglé un objet en forme... d’œuf.
Arrivée en haut, la femme arrangea son étrange coiffure rappelant une fleur et remit son chargement à un humain grisonnant à l'air contrarié.
Il y eut des gestes et des paroles violentes puis, alors que la situation semblait se calmer, l'homme poussa la femme par-delà la rampe du vaisseau.
Ce fut la chute qui la tua.


Chapitre 8- Avar Kriss (An -233)

Extrait de journal ayant échappé à l'autodafé impériale :

« Amis de la République, la Force est un chant.
Pour l'écouter vous parler tendez bien l'oreille,
Entendez ces strophes à nul autre pareil,
Qui se dérouleront dans plus de 200 ans.

Sous le règne d'un mal permanent de la peur,
Un trésor est enfoui dans un très lointain monde,
Coincé sous les sables entre des mâchoires qui grondent,
La fleur au fusil viendra un explorateur.

Et lui seul trouvera l'objet de sa recherche,
Qu'un vaurien fera choir d'un bon coup dans le derche. »

Source : Cantiques Jedi.


Chapitre 9- Cailloux (An -10)

Il était tout petit, minuscule. Pourtant il le tançait affreusement. Comment était-il arrivé là ; le mercenaire n'aurait trop su le dire ? Mais il était bien là et semblait ne vouloir lui laisser aucun répit.
Pourquoi ses commanditaires choisissaient-ils toujours les endroits les plus glauques ? Grognant de douleur sous son respirateur, le contrebandier marchait dans un paysage gris, dénué de vie. Pas un insecte, pas la moindre fleur à l'horizon.
Pourvu que l'échange ne s'éternise pas. Il n'avait qu'une envie, rentrer au vaisseau et déloger ce fils de Hutt coincé dans sa botte.


Chapitre 10- Sabé (An -10)

Quand on avait passé sa vie à graviter autour de la fine fleur de l'aristocratie, être obligée de crapahuter dans des montagnes désolées battues par les vents aurait pu paraître un défi bien difficile à relever pour une ancienne dame de compagnie.
Loin des ors de la royauté, des fastes banquets, et des robes de crinoline aux interminables frous-frous, la silhouette encapuchonnée avançait pourtant sans montrer signe de fatigue.
Le souvenir de sa courageuse reine continuait à lui donner force et vigueur des années après sa tragique disparition. Il lui en faudrait si elle voulait réussir sa mission.


Chapitre 11- Cato Neimodia (An -10)

- Vous avez les crédits ? demanda le contrebandier.
- Vous avez la cargaison ? répliqua la servante.
Beckett, les nerfs à fleur de peau, lui désigna la capsule oblongue qui flottait derrière lui. Était-ce pour cela qu'il dansait nerveusement d'un pied sur l'autre ou était-ce la peur des pluies acides venues des océans qui douchaient régulièrement la planète ?
Sabé extirpa de sa manche une lourde plaquette de crédits impériaux qu'elle prélevait de ses économies.
- Je pense que vous y trouverez largement votre compte.
Elle lui tendit la plaque au moment où une détonation déchirait la grisaille nuageuse.


Chapitre 12- Fennec (An -10)

Elle eut juste le temps de se mettre à couvert derrière un des rochers qui parsemaient la vallée humide quand la motte de terre rocailleuse où elle se tenait un instant avant explosa en une pluie de débris fumants et de fleurs carbonisées. Dos épousant la paroi dure et froide, Sabé sortit son blaster.
L'ancienne suivante jeta un œil par-dessus la crête de son abri de fortune et replongea aussitôt pour éviter un tir qui ricocha contre la pierre, laissant un trou béant et une odeur de cheveux brûlés.
Qui que soit ce sniper, il était terriblement doué.


Chapitre 13- Fruit Jogan (An -10)

3... 2... 1... Go !!
Le clone courut en direction de la capsule, l'attrapa au vol, sauta sur la passerelle de la navette qui se referma derrière lui et s'écroula au sol en riant joyeusement.
Retirant son casque, Wrecker avala son en-cas en une bouchée, inondant copieusement son menton de jus visqueux et tâchant de violet son armure bosselée. Il avait bien mérité ce petit remontant même si Shand avait maintenant 2 fois plus de raisons de leur coller au cul. Bah ! Il n'était plus dans la fleur de l'âge mais, pour un clone raté, il avait de beaux restes.


Chapitre 14- Mara Jade (An -10)

Fennec Shand la détestait. Si la chasseuse de prime était considérée comme étant dans la fleur de l'âge avec ses 25 ans, celle qui la toisait de son regard émeraude méprisant devait en avoir 7. Pourtant, sa présence était écrasante. Il y avait quelque chose de malsain chez cette fillette rousse engoncée dans une tenue de cuir révélatrice, poings sur ses hanches.
Les ragots disaient qu'elle était un agent impérial, un assassin formé et moulé par l'Empereur en personne. Fennec ne croyait pas aux rumeurs d'habitude. Mais là... Elle déglutit.
- Je suis désolée, la cible m'a échappé.


Chapitre 15- R2-D2 (An -9)

Le sénateur descendit du vaisseau, scrutant les visages de son comité d’accueil : des clones, aucun sourire sur leurs lèvres. Il ne s'attendait pas à recevoir de collier de fleurs, il était là pour affaires.
A son côté, son astromech bleu et blanc émit un trille inquiet. Bail lui tapota distraitement le dôme pour le réconforter.
- Du calme. Ce sont des amis.
Bien qu'il n'ait pas d'expression faciale, le droïde ne sembla pas particulièrement convaincu. Il alla se brancher sur la console la plus proche, se tenant prêt à remonter la rampe au moindre geste suspect.


Chapitre 16- Zekk (An 48)

La nuit, il arpente la Force. La technique l'approche de ténèbres qu'il redoute pour les avoir côtoyées à l'Académie de l'Ombre. Il sait quelles conséquences cela pourrait avoir sur lui. Ses amis. Sa famille. Il l'a déjà vue corrompre de bien meilleurs Jedi que lui.
Pourtant, quand le crépuscule arrive, il coiffe ses cheveux en une longue tresse, s'agenouille au milieu des fleurs de sa maison sur Hapès, et arpente la Force.
Pour le trouver, il doit marcher à travers les époques. Il en va de la survie des univers.
Où est l’Enfant ?


Chapitre 17- Dok-Ondar (An 1)

Bzzzzzt ! Flash. Douleur. Hurlement.
- Reprenons, dit l'homme en costume impérial, ses talonnettes claquant sur le sol immaculé. Comment est-il arrivé en votre possession ? Et à qui avez-vous vendu l’Objectif ?
Les bouches de l'Ithorien remuèrent sans émettre un son. Le droïde IT-O en profita pour faire jaillir un arc électrique de l'une de ses protubérances. Pris de panique, la tête en marteau du marchand se mit à osciller frénétiquement. L'humain sourit.
- Allons ! Nous savons qui vous êtes et le genre d’antiquités que vous exposez dans votre... « Antre ». Faites-vous une fleur : répondez !


Chapitre 18- Céréen (An -9)

Les veines bulbeuses de son crâne en forme de cône tressaillaient sous l'effort du pilote pour maintenir la navette sénatoriale dans un vecteur qui le mettrait hors d'atteinte de leur poursuivant. Ce dernier restait pourtant collé à leur train d'atterrissage, semblant anticiper toutes ses manœuvres. Pour le pilote, trié sur le volet pour ses capacités de calcul exceptionnelles, l'agresseur ne pouvait être qu'un as du pilotage... ou un de ces Jedi pourtant disparus.
En toute probabilité, leur vaisseau allait se transformer en fleur cosmique lumineuse dans les 5 minutes. Il fallait donner l'ordre d'évacuer.


Chapitre 19- Influence (An -9)

Depuis toujours, il arpente la Force.
Zekk se tient à l'intérieur d'un chasseur. Par la baie, il voit le propulseur d'une navette exploser tandis que des capsules tentent de s'échapper sous un feu nourri. L’Enfant est proche. Très proche. Et en grand danger !
Le Jedi baisse les yeux. Surpris, il reconnaît instantanément la pilote aux boucles rousses. Il distingue déjà en l'enfant la femme qu'elle deviendra un jour.
Il se place au-dessus de son épaule. Il murmure à son oreille : « Mara... Petite fleur... arrête-toi... »
Lentement, son doigt glisse de la gâchette.


Chapitre 20- Hondo Ohnaka (An -5)

Lorsqu’on avait bourlingué depuis aussi longtemps que lui, on développait un 7ème sens pour renifler les bonnes affaires. Le truc étant de se pointer comme une fleur et de se carapater avant que quelqu'un se pose des questions.
Hélas, son flair semblait lui avoir fait défaut. Il avait cru en sa bonne étoile en tombant sur une épave plutôt fraîche mais n'avait pu rien en retirer de viable si ce n'était cet étrange objet ovoïde métallique hermétiquement verrouillé. Probablement une capsule temporelle sans valeur. Mais le Weequay savait parfaitement à qui refourguer cette camelote sur Batuu.


Chapitre 21- Gallius Rax (An 1)

Parfait. Ils avançaient lentement mais ils avançaient. Ohnaka était loin d'être inconnu de ses services. Mais il restait à découvrir le principal : qui avait dérobé l'Objectif et pour le compte de qui ? S'il était celui qui arrivait, là où tous les autres agents impériaux avaient échoué depuis toutes ces années, à mettre la main dessus, le Conseil de l’Ombre le couvrirait de fleurs. Il obtiendrait enfin un pouvoir plus à sa mesure !
Il se pencha sur l'Ithorien sanglé sur le lit de torture.
- Bien. Reprenons là où nous nous étions arrêtés.
Bzzzzzt ! Flash. Douleur. Hurlement.


Chapitre 22- Normal (An -2)

Tout avait si bien commencé. C'était une belle journée comme on en avait souvent sur Batuu. Dok-Ondar en avait profité pour se promener sur le marché, flânant entre les étals de nourriture, bijoux ou fleurs, avant d'ouvrir sa propre boutique.
En ce moment, les affaires de l'Antre des Merveilles se portaient au mieux, lui permettant un train de vie confortable. D'ailleurs la clochette du magasin tinta, indiquant l'arrivée d'un client.
L'Ithorien leva les yeux pour découvrir un homme au sourire arrogant accompagné d’un wookie. Dès lors, tout était allé de travers.


Et tout de suite la suite :

Chapitre Bonus- Chelli Lona Aphra (An -2)

Spoiler: Afficher
Lorsque Dok-Ondar eut fini de missionner le contrebandier et son compagnon poilu, le marchand d'objets rares se retourna vivement vers son arrière-boutique, fronçant ses épaisses paupières.
Son magasin débordait littéralement d'articles de toute sorte, savamment disposés en un bordel sans nom pour l'œil malavisé. Mais pour l'Ithorien, chaque objet avait sa place. Or, il manquait indubitablement quelque chose.
La capsule !!!
Il se précipita hors de l'Antre, renversant au passage un des étals de fleurs voisins et se mit à hurler : « Au voleur ! Au voleur ! »
Mais du coupable, il n'y avait nulle trace.


Chapitre 23- Chelli Lona Aphra (An -2)

Le vrombissement des moteurs la berçait tandis qu'elle patientait dans le compartiment secret qu'elle occupait clandestinement. « L'Archéologue » n'avait pas pour habitude de se jeter des fleurs - ce n'était absolument pas son genre ! - mais on ne pouvait nier que l'affaire avait été rondement menée. L'Ithorien étant occupé ailleurs au moment où elle se faufilait derrière lui, personne ne pouvait être au courant qu'elle avait dérobé quelque chose dans cette pile de babioles sans valeur.
Son mystérieux employeur serait ravi de l'apprendre. Peut-être même qu'elle aurait un bonus. Elle le méritait !


Niveau 3 : Sith Sadique - 100 mots
Rikuiame
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 285
Enregistré le: 01 Nov 2020
 

Messagepar GTZL1 » Mar 23 Nov 2021 - 10:53   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Précédemment...
Spoiler: Afficher
Il y avait des savoirs que seuls les holocrons recelaient. Les données holographiques enregistrées dans ces dispositifs étranges n’étaient accessibles qu’aux utilisateurs de la Force. En conséquence, ils utilisaient également ce moyen pour archiver leurs connaissances : combat, études de la Force, histoire des Jedi et des Sith…
Cependant, depuis l’instauration de l’Empire, la cachette d’un Jedi survivant aurait bien été la dernière chose enregistrée dans un holocron. Or Cal Kestis ne connaissait pas de source d’informations interdites plus secrète. Alors comment Fulcrum avait-elle eu vent de ce padawan qu’elle lui avait demandé d’aider ? Il l’ignorait…

Chassant ces réflexions, le Jedi rejoignit Merrin dans le cockpit du Mantis. Il s’assit à ses côtés en souriant et reprit les commandes. Le vaisseau arrivait à son objectif : l’épave d’un Venator tombé depuis longtemps sur cette planète désertique.
L’intérieur n’était que silence, obscurité… et Force. Une guerre et la présence des Jedi laissaient forcément des traces. Merrin percevait elle aussi des ressentis étranges. Cal se plongea dans certains des Echos parsemant le monstre éviscéré. L’un montra un soldat clone d’élite, animé par une détermination sans faille, un entraînement exceptionnel, mais aussi une absence totale de scrupules et de remords.

— Sinon, j’avoue que je ne m’attendais pas à ça quand tu m’as parlé d’un Jedi, dit-elle alors qu’ils progressaient dans les coursives décrépies.
— J’ai été surpris aussi, la première fois quand je l’ai croisé au Temple…
Le Jedi que Fulcrum leur avait demandé de secourir était Grogu, un juvénile de la race de Yoda. Muet, pas encore indépendant, il était néanmoins âgé d’au moins quarante ans. Un être mystérieux qui avait toujours fasciné Cal. Avec Merrin, ils avaient été ravis d’apprendre sa survie et comptaient faire tout leur possible pour le retrouver.

Les vitres défoncées de la passerelle avaient depuis longtemps laissé le sable de Tatooine s’accumuler dans les quartiers de feu les généraux Jedi quand les deux jeunes gens y parvinrent enfin. Cal se plongea dans la Force en explorant la cabine. Les Echos se firent plus distincts. Des Jedi, leurs victoires, leurs défaites… Enfin il ressentit une trace de Grogu. Il exulta… et tout s’arrêta.
— Tu as trouvé quelque chose ? demanda Merrin.
— Rien de précis… juste une trace de lui. Il aurait bien aimé un endroit appelé « Black Spire ». Et toi ?
— Rien sur Grogu, dit-elle, mais par contre, regarde ici.

Sur un bureau, de l’autre côté de la pièce, se trouvait un vieux datapad montrant des documents sur Grievous. Cal perçut tout de suite les émotions suscitées chez Merrin. Il avait massacré son peuple. Les souvenirs de ses sœurs disparues remontaient. Quelques larmes coulèrent sur ses joues.
Cal la laissa se recueillir et examina une étagère. Un objet attirait son attention. Un livre. Pas un fichier holographique, mais un vrai livre en papier marqué du symbole des Jedi. Une observation détaillée lui révéla qu’il devait dater de plusieurs siècles. Mieux encore, il avait été annoté à la main par une Jedi de la Haute République.

Le Jedi referma soigneusement cette découverte inattendue et l’emporta dans son sac. Lui et Merrin rebroussèrent chemin par l’extérieur du Venator. La longue glissade sur la superstructure portant les passerelles rappela à Cal ses anciennes explorations.
Arrivés sur la coque, ils descendirent dans le hangar principal par la grande ouverture dorsale, restée ouverte. Il ne leur restait qu’à sortir par un côté pour regagner le sol quand tout le duracier trembla puis un vieil ARC-170 fut violemment déplacé. Interdits, Cal et Merrin virent un dragon Krayt sortir de l’ombre et s’avancer devant eux en rugissant.

— Faut sortir par le haut !!
Les deux jeunes gens esquivèrent de justesse la première attaque du prédateur. Ils escaladèrent tuyaux, caisses, coursives, poutres pour parvenir sur le dos de la coque. En vain. Griffant, sautant, déchirant des parois, le dragon finit par sortir du Venator lui aussi.
Cal alluma son sabre laser, Merrin des flammes vertes dans ses mains. L’animal frappa du pied, prit son élan… et fut pulvérisé par une salve de canon laser.
Un cargo modifié vint se poser devant Cal et Merrin stupéfaits. En sortit un homme grand, portant un manteau beige, le regard décontracté mais aussi avec une certaine étincelle de malice, de magouilles.

— Euh… merci pour le sauvetage ? se risqua Merrin.
— Vous pouvez le dire, ça, les jeunes ! Mais pour la perle, faudra repasser.
— On n’était pas là pour ça. Par contre, je peux vous demander un renseignement ?
— Je viens de te sauver la mise, mon gars…
Cal comprit le sous-entendu et, après quelques instants de réflexion, montra à contrecœur le livre Jedi à Beckett, qui poussa un sifflement admiratif.
— Et il a été annoté par Avar Kriss elle-même, précisa-t-il.
— Je vois, oui... dit Beckett. Bien, qu’est-ce que tu veux savoir ?
— Vous connaissez un endroit appelé Black Spire ?

Black Spire était le nom du plus grand spatioport de Batuu, dans l’Espace Sauvage, apprirent Cal et Merrin. Il s’agissait maintenant de leur prochaine étape. Ils prirent congé de Beckett et repartirent vers leur vaisseau. Toutefois un détail tracassait Merrin :
— Cal, échanger ce livre… ça ne t’a rien fait ?
— Il avait été édité par les Jedi de la Haute République, mais ça reste un livre de cuisine. Et je connais pas l’écriture d’Avar Kriss !
La Dathomirienne marqua un instant de surprise avant d’éclater de rire avec son ami.
— Allez viens, quittons ce tas de cailloux !

— Et toi, comment tu t’appelles ?
— Cal Kestis ! Et… c’est vrai que vous avez rencontré Qui-Gon Jinn ?
— Oui. Il était… un Jedi puissant, assurément.
— Au sabre ?
— Plus que ça. Sans son sacrifice sur Naboo, je ne serais peut-être pas là aujourd’hui…
Cal se réveilla en sursaut. Le ronronnement des moteurs l’aida à reprendre ses esprits. Cette visite au Temple de Sabé, la célèbre assistante de la sénatrice Amidala… encore un souvenir de cette époque. Ils étaient nombreux, bons en soi mais au goût amer désormais. Cal n’aimait pas les revivre.
Il se leva et rejoignit Merrin aux commandes.

Le Mantis sortit de l’hyperespace au-dessus de Cato Neimodia. Beckett avait assuré que cette route était plus discrète, mais Cal ne fit que se renfrogner davantage. Ses habitants avaient créé la Fédération du Commerce puis financé les Séparatistes. Sans eux, la Guerre des Clones n’aurait pas eu lieu et les Jedi n’auraient pas fini éliminés.
— Détends-toi, on fait juste une orbite.
La voix douce de Merrin ramena Cal à la réalité et orna son visage d’un sourire. C’était décidément une jeune femme merveilleuse.
Ils atteignirent Batuu un peu moins d’une rotation plus tard.

Merrin n’avait pas visité beaucoup de planètes, et beaucoup étaient peu peuplées. Alors, dans la zone de marché de Black Spire, elle ne savait plus où donner de la tête. Langues, effluves et couleurs différentes grouillaient de partout. Elle fut attirée par un stand qui exposait un grand nombre d’animaux en cage.
— Tu m’en as parlé, ça s’appelle comment déjà ? Un… fennec de Crait ?
— Vulptex, dit Cal. Mais ça vient bien de Crait, oui.
A travers les barreaux, Merrin caressa l’animal qui se mit à ronronner.
— Mmh… t’es mignon, oui, mais pas autant que notre bogling !

Pour glaner des informations ou pour se changer les idées après un long voyage, Oga’s Cantina était l’endroit idéal. Avalant goulument son jus de fruits jogan – elle ne connaissait pas, et elle trouvait excellent –, Merrin écoutait les conversations au comptoir.
— Une fois il y a un type bleu avec un uniforme zarbi qu’est entré ici, je me souviens ! dit un Togruta éméché.
— Oui bien sûr, et il t’a donné une arme mystique aussi ? répondit le barman d’un ton las.
— Ah non ! Mais son pote, lui, il avait un sabre de Jedi, carrément ! Je te jure !

Entre le temps passé à écouter et leurs conversations personnelles, les verres s’étaient succédé sur la table du couple. A présent, Merrin avalisait l’opinion de Cal sur ces canettes Mara Jade Cocktails : c’était infect. Elles n’étaient pas les boissons les moins chères de l’établissement sans raison… Heureusement, ils avaient fini par apprendre des informations utiles. Avant la Purge, Batuu était connue des Jedi, notamment pour la présence d’un Temple datant de la Haute République. Et un homme, à Black Spire, était spécialiste des reliques de toute sorte.
Buvant sa dernière gorgée à contrecœur, Merrin se leva, Cal à sa suite, et marcha vers la sortie.

En quittant la cantina, ils croisèrent un astromech bleu et blanc, propre, pépiant sur une tonalité rassurante. Cal et Merrin l’ignorèrent et continuèrent leur chemin. Leur objectif se trouvait de l’autre côté de la zone marchande. Un bâtiment vaguement sphérique, gris, visiblement ancien et solide. Tel était l’aspect de l’antre de Dok-Ondar, le plus prestigieux magasin de Batuu où l’on trouvait peut-être la plus grande collection d’antiquités de toute la galaxie.
Un Céréen attendait devant, appuyé contre le mur. Il ne réagit aux deux visiteurs que par un grognement approximatif.
— Nous voudrions voir Dok-Ondar… en privé, dit Merrin.

— Grammo zekk grz’…
Un non-humain à la mine patibulaire gronda des jurons inintelligibles lorsque Cal et Merrin, en entrant dans le bâtiment en suivant le Céréen, le forcèrent à infléchir sa marche un instant. Mais quelque chose d’autre capta leur attention : l’immense quantité d’objets rares accrochés au mur ou posés sur les étagères. Cal n’en crut pas ses yeux lorsqu’il vit une tunique Jedi de la Haute République, Merrin resta pantoise devant une tête de la même espèce que Gorgara.
L’homme de main les interpella dans un basic châtié. L’Ithorien acceptait de les recevoir.

Ils pénétrèrent fébriles dans l’arrière-boutique. Et en ressortirent plus que déçus.
Dok-Ondar ne leur avait donné aucun véritable renseignement. S’il avait admis du bout des lèvres que Grogu avait transité par Batuu quelques temps avant, il avait botté en touche puis renvoyé le couple quand ils avaient voulu savoir sa destination ou qui l’accompagnait.
La tête basse, sans piper mot, Cal et Merrin retournèrent machinalement au Mantis… pour avoir la surprise du Céréen qui les y attendait.
— Déçus, hein ?
— Ah ça, c'est sûr, oui !
— Je peux peut-être vous dépanner… si vous avez assez de crédits.

Si Dok-Ondar s’était montré aussi évasif, c’est parce qu’un mystérieux Impérial haut placé était lui aussi sur la piste de la petite créature. Il n’en savait pas plus sur cet homme, mais l’impression qu’il lui avait laissée était assez inquiétante.
— Et Grogu ?
— … leur vaisseau… est parti pour Troithe, dit le Céréen avant d’empocher les crédits et de s’en aller.
Cal et Merrin se regardèrent de la même expression, mêlant crainte et détermination. Le Noyau. Un Impérial. Ce sauvetage s’annonçait plus compliqué que prévu. Mais abandonner Grogu n’était pas une option.

Non sans appréhension, Cal activa la communication avec le contact de Greez. Les systèmes spéciaux du Mantis n’auraient jamais assez d’influence sur les contrôles impériaux dans le Noyau, avait prévenu le Latero. En conséquence, il avait transmis au couple les coordonnées d’une de ses connaissances. Un pirate et contrebandier tout sauf digne de confiance mais qui avait toujours un tuyau pour tout – y compris des codes d’accès rares.
L’hologramme d’un Weequay mince, aux cornes saillantes et au sourire étrange se matérialisa.
— Bonjour… je suis un ami de Greez.

Son interlocuteur s’appelait Hondo Ohnaka et était plutôt étrange pour un pirate : fantasque, désinvolte, il parlait surtout énormément. Même depuis le cockpit, Merrin sentait la patience de Cal diminuer au fil de la conversation qui progressait lentement.
— Greez m’a dit que vous pourriez me procurer des codes d’accès impériaux pour le Noyau ?
— Bien sûr, bien sûr… Des codes pour quel secteur, mon ami ? Coruscant, Vardos ? Ça me fait penser, je connais un bar à Twi’leks sur Vardos, il y en a une qui…
— Troithe.
Hondo se figea à cette réponse.

L’Impérial sur la piste de Grogu, expliqua Hondo, était Gallius Rax. Ce mystérieux conseiller de l’Empereur venait de confiner tout le système Cerberon. Des codes du Noyau ne suffiraient pas à y pénétrer. Mais cela ne renforça que la détermination de Cal à s’y rendre.
Heureusement Hondo, comme à son habitude, avait une solution contre une allonge de crédits, comme à son habitude. De mauvaise grâce, Cal transféra l’argent – leurs réserves s’amenuisaient de plus en plus. Il obtint les fameux codes et les coordonnées d’un contrebandier réputé.
Il rejoignit enfin Merrin dans le cockpit, avec deux verres de spotchka.

— Cal, j’ai entendu Hondo en parler avant. C’est quoi un bar à Twi’leks ?
Le Jedi donna à Merrin la réponse la plus neutre possible. Mais avant la guerre, il avait appris des faits sordides sur ce genre d’établissements.
— Et c’est… normal, que ces femmes s’exposent ainsi ?
— Ça dépend. Certaines choisissent de le faire, pour l’argent ou les sensations. Mais souvent elles y sont forcées, directement ou non.
Merrin porta son regard, pensive, sur le flou de l’hyperespace.
— Alors, dit-elle, on a encore beaucoup de travail. Beaucoup de bien à apporter.
Cal acquiesça en lui prenant la main.


Et sinon, elle a été difficile à caser celle-là :transpire:
Chelli Lona Aphra (106 mots)

Cal et Merrin avalaient machinalement leur bol de chaudrée, spécialité de la lune où ils faisaient étape durant le long trajet vers Coruscant. Ils faisaient néanmoins attention à ce que les petites pieuvres ne sautent pas du bol – cela faisait partie du charme de ce plat.
Le couple ne l’avait pas remarqué, mais de l’autre côté de la zone d’atterrissage se trouvait un concessionnaire d’astronefs d’occasion. L’un des appareils ne pouvait pas savoir que, une dizaine d’années plus tard, une chercheuse de trésors à la moralité aussi douteuse que le choix de ses conquêtes l’écraserait dans un désert.
"Nous sommes tous la République."


Fan-fics: Le Secret de Ryloth, Je vous l'avais dit, Zolta : premières armes
GTZL1
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1180
Enregistré le: 09 Avr 2020
Localisation: flying Maul's Gauntlet
 

Messagepar Crystal-Noir » Mar 23 Nov 2021 - 13:32   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Salut tout le monde,

On poursuit l'aventure rédactionnelle de ce mois de novembre, la suite pour aujourd'hui :)

Précédemment :

Spoiler: Afficher
1 – La Clef
Le carnage encore chaud reposait sous son pied, et la stèle fendue laissait paraître son trésor.
D’un geste fluide, et imperturbable, il prit la relique tant convoitée. Une récompense sans grande saveur, après une épreuve misérable. Ses doigts, déployés comme les pétales d’une fleur dont on avait ôté la vie, firent léviter doucement la petite cathédrale terne. Puis, dans un froncement bref de sourcils, il fit rugir un tremblement sombre d’impatience avec lequel la gravité se figea. Le guerrier démantela progressivement l’holocron pour libérer son incandescence morbide, et les murs se tapissèrent d’un avenir incertain. […] (100)

2 – La Mine
[…] D’une confiance nonchalante, il prit appui sur la poutre de métal tachetée de suie et s’élança vers l’obscurité.
Le chemin filait droit et semblait tracé dans la pénombre, jusqu’à une paroi gigantesque de pierre parfaitement taillée en son centre, laissant paraître un filet de lumière naturelle.
Ses pas se suivirent l’un à fleur de l’autre, au-dessus du vide. L’odeur de dovolite tuméfiait toujours sa présence dans l’air. Le jeune farouche conclu sa course sur le palier humide, au bout duquel, il se trouva face à une fresque usée : simple portrait élogieux évoquant le soldat « Crosshair », écrit d’un alphabet maladroit. […] (109)

3 – Jusqu’au Sommet
[…] Il poursuivit sa marche assurée vers la sortie. L’ancienne mine, vestige du rayonnement impérial, était devenue une parenthèse abritant certains oubliés les plus pauvres de la galaxie. Le jour s’approchait à mesure qu’il traversait la faille éventrée du dolmen. Les immenses parois habitaient des regards intrigués. Derrière lui reprenait la vie mise en pause à chacun de ses pas. Alors qu’il apercevait le bout du tunnel rectangulaire, un marchand à bascule répétait fébrilement « Grog’u » ; probablement le nom d’une boisson à fleurs qu’il agitait mollement. […] (91)

4 – Le Vaisseau
[…] Bien qu’il quitta le Gouffre de Melindris, le ciel chargé de poussière venait de se dégager en marbrures violacées. Les quelques rayons d’un soleil timide laissaient présager un vol confortable. Situé entre deux amas métalliques abandonnés, à l’abri des plateformes d’atterrissage, le Sith avait recouvert son vaisseau d’un haillon de fortune. Il le déshabilla d’un revers de poigne, ce qui projeta autour de lui un fin nuage de cendres orangées et cristallines, qui le firent suffoquer brièvement. Cela lui évoqua le célèbre sable de Tatooïne, dont il était sensible, et à fleur de peau. […] (100)

5 – Objectif Lune
[…] Installé sur son siège, il abaissa la porte arquée d’un simple geste d’esprit. Il agrippa l’holocron dans l’espoir d’en tirer toutes les informations.
Malheureusement, son essence avait été souillée et le degré de force qu’il développait l’avait fragilisée comme une fleur. Seuls des fragments d’images saccadées et de voix rauques survivaient encore à travers les lueurs rouges. Cependant, une chose était évidente : des coordonnées indiquaient l’emplacement d’une Lune, celle de Belsus, orbitant autour de la planète Gentes. Apparemment, un laboratoire secrètement développé par l’ancien Général Grievous s’y trouvait. […] (100)

6 – Le Départ
[…] Quelles expériences macabres son défunt maître avait-il eu en tête ? Quel sort lui avait-elle réservé ?
Au doigté délicatement évocateur, sur sa cape, il suivit les lignes ornementées d’une broche en bronzium qui avait été forgée sur les terres de Mandalore. Elle dessinait une fleur de Côme, soudée au peigne qui dentelait les mailles de son tissu.
Après un long silence, il enclencha une série d’interrupteurs projetant au cœur de ses réacteurs un halo bleuté, dans le vacarme enfumé des cendres.
Enfin, d’une détente mécanique, il prit son envol à la fureur d’un dragon krayt. […] (100)

7 – Belsus
[…] Brusquement arrivé, son cockpit pris le nappage verdâtre dégagé par la planète Gentes. Son vaisseau, un ancien Chasseur Naboo N-1, avait été enduit d’une teinte ébène par son ancien propriétaire, Tobias Beckett. Cela était idéal pour effectuer des arrivées furtives.
Il reprit les commandes de l’appareil et plongea sur les terres mystérieuses de Belsus. La surface de la lune était couverte d’un voile opaque laissant entrevoir quelques reliefs. Des zones entières de hautes herbes, sans fleurs, étaient fracturées par des usines circulaires. Les reflets glissaient généreusement sur son fuselage tandis qu’il s’approchait de sa destination. […] (100)

8 – Le Bureau
[…] Dès son arrivée, les propulseurs arrachèrent au silence ses années d’existence. Miraculeusement, ce qui semblait être une aile privilégiée dans le complexe ravagé était en bon état. Il entra par une porte, formée d’une rosace comparable au dessin d’une fleur. La pièce était un directoire sobre. Quelques diodes survivaient aux maigres productions des générateurs, et les murs tendaient vers une large fenêtre offrant une vue sur un grand laboratoire.
Au creux de son oreille, comme un appel enfoui sous les couches de débris, il entendit une multitude de voix murmurer des noms dont se distingua : « Avar Kriss ». […] (100)

9 – Murmures
[…] Il se dirigea vers une console de style corellienne, d’où provenaient les sons, et projeta par la force le meuble sur le côté. Un éboulement l’avait transpercé jusqu’aux carreaux du sol, sous lesquels, quelque chose était caché. Il retira le morceau de plafond, balaya du pied certains cailloux, puis délogea un coffret d’une niche éclairée. Posé sur une longue table, il l’ouvrit et une collection de sabres laser alignés se révéla. Tandis qu’il découvrit cela avec stupeur, les voix qu’il avait entendues s’éteignirent et un hologramme apparut au milieu de la pièce. […] (100)

10 – Le Message
[…] Le débris qu’il avait retiré du sol rétablissait discrètement le courant dans une partie de la pièce. Depuis la table, un fragment de communication répétait de manière hachurée des passages audibles : «Sabé (…) J’ai trouvé le laboratoire (…) exp- (…) abominables (…) midichloriens (…).». La projection holographique était saccadée mais dévoilait une jeune femme aux allures de résistante, belle comme une fleur.
Pour lui, cela n’était pas de bon augure. Visibles depuis le bureau, des cylindres de verre étaient détruits ou parfois, contenaient des corps abimés baignant dans un fluide bleu. Les lieux avaient été dévastés, pillés, et les cartes mémoires volées. […] (100)

11 – Destin Incertain
[…] Ce qu’il avait vu et entendu dans ce laboratoire alimentait ses angoisses. Nul doute que son ancien maître s’était déjà emparé des recherches.
De retour au cœur de son chasseur, il avait emporté la boîte contenant la collection de sabres et de cristaux kyber qu’avait enfoui Grievous.
L’objectif était de retrouver cette fameuse Sabé. Pour y parvenir, il lui fallut recontacter une vieille connaissance seule susceptible de pouvoir l’aider.
Sur son tableau de bord, il entra une ancienne combinaison d’holo-transmission. Une série de barres lumineuses se succédèrent en reflets sur la vitre bombée. […] (100)

12 – Une Aide Opportune
[…] Entre les poignées de son volant à fleur d’âge, une silhouette azurée fit son apparition.
«Vous. »
Un bref silence.
« Je n’aurai pas parié un peggat sur votre appel.
- Auriez-vous oublié ce pourquoi vous pouvez encore vous tenir devant moi ? Il est temps pour vous d’honorer votre parole, Fennec » ; répondit-il fermement.
Lors d’un conflit opposant différents gangs et la guilde des chasseurs de prime, elle lui devint redevable d’un sauvetage insoupçonné.
Il exposa succinctement ses motivations et, sans grande volonté, elle lui proposa de se retrouver durant une opération sur la planète Cato Neimoidia. […] (100)

13 – Une Arrivée Fracassante
[…] Couvert sous les feux de blasters, Shand vit ricocher des tirs à fleur de ses mercenaires. Le Sith débarqua, le sabre long, et la lame flamboyante. Il enjamba les barricades de fortune, projeta violemment par la force des factieux surpris, puis découpa sans réserve celui s’avérant être un représentant Neimodien.
« Si vous n’aviez pas fait preuve d’un tel massacre, j’aurais juré que vous n’étiez plus le même homme.
- Je ne connais meilleure diplomatie ; lui dit-elle avec sérieux.
Et il semblerait que la vôtre ne porte toujours pas ses fruits depuis notre dernière rencontre. » […] (100)

14 – Village d’Ivilia, Naboo
[…] Le capteur de traque indiquait à répétition une ruelle très étroite. Lui et Fennec croisèrent leur regard, puis s’enfoncèrent dans le passage entre les murs. Ponctuée d’auvents à la fois cambrés et colorés, la rue aboutissait sur une belle place pacifique. Une devanture de pierres taillées, habillée de nombreuses fleurs typiques du système Naboo, était chaudement éclairée par des lanternes rodiennes.
« Mara », « Jade », « Venez, il faut finaliser les commandes ! ». Le Sith reconnu la voix de celle qu’il recherchait lorsque son bras fit soudainement bousculé par deux jeunes filles,
chacune un morceau de fruit jogan à la main. […] (100)

15 – L’Atelier de Sabé
[…] Rédigée en lettres bleutées et rayonnantes, une projection holographique indiquait « Les Jardins d’Ivilia » sur la devanture. Cette officine était sûrement une diversion pour l’ancienne rebelle, mais quoiqu’ils pussent imaginer, ils passèrent le portail par lequel les jeunes filles s’étaient précipitées.
Après avoir cheminé la petite cour, couverte de fleurs, ils entrèrent dans la boutique. Il s’agissait d’un atelier aux airs d’herboristerie, à la fois de composition végétales et de remèdes médicinaux. Quelques croquis d’enfants, dispersés sur une table de bois organique, suggéraient l’aventure d’un droïde au nom de « R2-D2 ». […] (100)

16 – La Rencontre
[…] Il n’y avait plus un bruit.
Nos deux protagonistes étaient entourés de nombreuses plantes, lorsque surgirent furtivement entre les fleurs, différents canons métalliques pointés vers eux :
« Je n’avais plus vu de tel Jedi noir depuis la dernière guerre », prononça Sabé avec colère, et approchant un pistolet sur chacune de leur nuque.
« Nom de Zekk, que faites-vous sur nos terres ?! Quel mauvais présage amenez-vous ici ?! » s’exclama-t-elle.
Le Sith se tourna en toute quiétude vers elle, et désarma simultanément toute la pièce.
Fennec, le regardant avec exaspération, répondit « Nous ne sommes pas hostiles, rassurez-vous. » […] (100)

17 – L’Indice
[…] « Une enquête menée par la nouvelle république faisait état d’un trafic d’êtres sensibles à la force. Cela nous a conduit jusqu’au laboratoire de Grievous, déjà dévasté à notre arrivée. Nous avions pu constater les horreurs de l’empire grâce à quelques cartes mémoires défectueuses. » Sabé souppira.
« Mais les pistes se sont éteintes après notre passage sur Korriban... » Elle prit entre ses mains un écrin de fleurs. En l’ouvrant, elle révéla un bracelet aux tracés d’argent, et enjolivé de cristaux sombres. « J’ai trouvé cet objet là-bas, et je l’ai présenté à Dok-Ondar. » […] (100)

18 – Le Culte de l’Ombre
[…] « Nous avions intercepté une cérémonie dans La Vallée des Seigneurs Noirs. Nous y avons surpris des fanatiques qui disparurent dans l’ombre. Ils étaient vêtus d’une même tenue, dont le cadavre d’un Céréen qui tenait ce bracelet au poignet. » Elle le déposa sur la table.
« Les connaissances de Ondar en matière de religions Sith lui sont limitées. Sur Batuu, il m’a parlé d’un Professeur « Aphra, », qui pouvait être susceptible de m’aider.
Mais je ne suis plus concernée aujourd’hui, je me suis retirée dans le village de mon enfance pour me consacrer à mes filles ». […] (100)

19 – Objectif Aphra
[…] Le Sith pris la relique entre ses mains, et focalisa son attention sur ses émotions.
« Je ressens une obscurité troublante, une puissance semblant liée à d’autres adeptes.. »
- Prenez le avec vous, répondit Sabé. Je n’en ai guère l’utilité et son énergie macabre n’a plus rien à faire ici, parmi les fleurs. »

La soirée embrassant les couleurs de la nuit, lui et Fennec retournèrent à l’astroport d’Ivilia.
Au croisement du quai séparant leurs vaisseaux respectifs, Shand, forte de son influence, le mis sur la piste d’un contact pouvant lui permettre de retrouver le Professeur. […] (100)


20 – L’Entrepôt
[…] « Vous avez accompli plus que votre part du marché Fennec, votre dette a été honorée, et votre aide fut précieuse. »

A bord de son chasseur, il s’enfonça dans l’atmosphère urbaine de Coruscant. La nuit ici n’était pas encore tombée. La planète dévoilait comme un ensemble de fleurs circulaires, gravées, et parsemées de millions de lumières. Il bascula au sein d’un entrepôt, éclairé de projecteurs pourpres. Quelques transporteurs, bâchés, étaient entourés de marchandises. Le Sith posa difficilement son vaisseau, et se dirigea vers une annexe. Enduit de fumée, croisé de jambes, il fit face à Hondo Ohnaka. […] (100)

21 – Le Pirate
[…] « Hondo Ohnaka ? » demanda-t-il froidement.

Dos au Sith, Il fit légèrement tourner son siège et leva ses yeux :
« Hmm.. » exprima-t-il en plissant les yeux, « Un guerrier noir. Quel malheureux hasard vous amène ici ?
- Je suis à la recherche d’une archéologue, le Professeur Aphra, dont vous seriez l’un de ceux susceptibles de la trouver. »
Étonné, mais la fleur au fusil, Hondo répondit :
« Votre posture coincée et votre détermination me rappellent quelque peu, Gallius Rax, un jeune loup de l’empire que j’ai connu.
Ces années paraissent, lointaines... Et les temps sont devenus bien plus durs... » […] (100)

22 – Négociations
[…] « Quel est votre prix, Reptile ?
Le pirate se leva, et se mis à tourner dans la pièce en balbutiant.
- Pas votre broche à fleur.. Ce que je souhaite mon cher, n’est pas normal, et je crains que vous ne puissiez l’obtenir.
Agacé, le Sith insista :
- Dites-moi !
Hondo s’arrêta, le menton planté entre le pouce et l’index :
- A l’époque, l’Empire en avait arraché à toute la galaxie. Il est d’ailleurs difficile d’aller en extraire ; et vous-même en avez-un.
Il regarda sous la cape du guerrier puis confessa : Un Cristal Kyber. » […] (100)



Pour aujourd'hui :

23 – Joaillerie Opportuniste

[…] « La couleur importe-t-elle ? demanda le Sith ; ce après quoi Ohnaka ria :
- Bien sûr que non, et le vôtre ferait amplement l’affaire. »
Il retourna à son vaisseau, chassant d’un mouvement de force quelques curieux. A l’intérieur, il abaissa son siège en cuir de gorraslug :
Le coffret qu’il avait trouvé auparavant n’avait pas bougé. Il l’ouvrit et épia chaque compartiment contenant un sabre différent.
De retour dans le bureau, il lui dressa, pressé entre deux doigts fermes, un cristal vert et radieux comme une fleur.
Surpris, Hondo lui répondit :
« Allons retrouver Chelli Lona Aphra ! » […] (100)


Passez un bon après-midi :hello:
Crystal-Noir
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 27
Enregistré le: 01 Nov 2021
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mar 23 Nov 2021 - 19:41   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Tout de suite, la suite!
Lara Cro… Chelli Lona Aphra
ou : « Les Aventuriers de l’Holocron Perdu ! »



- Allons mon chéri, cesse de bouder : cette conférence promet d’être passionnante. Et un peu de culture ne fera pas de mal aux enfants. À toi non plus, d’ailleurs.
- Le docteur Aphra est une archéologue réputée, affirma Anakin, toujours sérieux.
- Réputée, ça oui: comme pilleuse de tombes ! J’aurais pu en faire autant ! Je l’ai fait, d’ailleurs.
Les jumeaux pouffèrent :
- T’es un vrai aventurier, pa’, fit Jaïna.
- Ouais, l’Aventurier du Lolocron* Perdu, renchérit Jacen.
Maman sourit:
- c’est vrai qu’avec la tenue adéquate… Blouson de cuir, vieux chapeau, fouet, tu pourrais faire illusion, mon chéri.

100


* lolocron: un jouet musical qui, aux côtés de nombreuses figurines, eut un grand succès auprès des enfants au cours de la Guerre Noire. L'entrepreneur qui distribuait ces jouets était un jawa domicilié au temple Jedi! Il s'appelait, Il s'appelait... Ah, son nom m'échappe :D
Il y a deux réponses à cette question, comme à toute les questions : celle du poète et celle du savant. Laquelle veux-tu en premier ?
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 946
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Joysstar » Mar 23 Nov 2021 - 19:45   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Encore une fois, le lundi soir je suis très prise...

Niveau : Sith Sadique

Décompte des mots : 100

Jour 22 - Normal

Leur relation n'avait pas été de tout repos, normale, par bien des aspects. Aucun des deux concernés ne s’étaient attendus à ce que leur existence soit aussi mouvementée, palpitante. En d’autres termes, la vie ne leur avait pas de fleurs les concernant. Ils ne pensaient pas, notamment, qu’ils trouveraient l’amour sous la forme de leur ancien ennemi, que leur assistance mutuelle sur cette lune glaciaire déboucherait sur quelque chose de magnifique. Non. Et pourtant, ils n’échangeraient jamais cette suite de péripéties contre celles qu’ils avaient vécu, loin de là. C’était leur rédemption.


Décompte des mots : 100

Jour 23 - Chelli Lona Aphra

Chelli Lona Aphra, sous ce nom à rallonge se cachait une femme plutôt excentrique. Elle était assistée de plusieurs personnes, et était curieusement poursuivie par un journaliste très passionné par son travail. À vrai dire, il était un grand fan de ses travaux. Comment s’appelait-il ? Aloonnaisak. Il portait une chemise à fleurs bariolée, des chaussures qui ressemblaient à des tongs, et avait eu la malchance de tomber sur Zeb et Kallus en plein dîner romantique. En clair, il n’avait pas fait le fier. Le pauvre avait dû… fuir devant la colère du Lasat, alors en maillot de bain.
Rien de tel qu'une bouffée d'air frais, un cahier et un stylo à côté, un livre à portée de main, et de la musique... pour un moment de paix.
Cliquez...
Joysstar
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5275
Enregistré le: 15 Sep 2013
Localisation: Dans un verre d'une liqueur rouge
 

Messagepar L2-D2 » Mar 23 Nov 2021 - 20:08   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Suite du texte du 20 sur Hondo ! :cute:

23 - CHELLI LONA APHRA

- Nos comptes ? J’ignore de quoi tu parles.
Le visage d’Aphra s’empourpra sous l’effet de la colère :
- Vraiment ? Tu m’as comparée en public à cet imbécile de Han Solo ! Sais-tu l’impact que cela a eu sur ma réputation ?
Hondo haussa les épaules.
- Ma foi, ce n’est pas moi qui me suis acoquinée avec un wookie, un droïde de protocole et un astromécano. Sans compter cette tenue...
- Je devrais t’abattre sur le champ.
- Dans ce cas, qui te dira ce qu’il sait sur la tombe perdue du Roi Jedi de la planète Osloes ?
Aphra soupira puis rangea son arme.
- Je t’écoute...

A suivre ! :wink:

110 mots
A demain ! :hello:
Que Monsieur m'excuse, mais cette unité D2 est en parfait état. Une affaire en or. C-3PO à Luke Skywalker

Staffeur fan-fictions & publications VF littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8046
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Dark Stratis 23 » Mar 23 Nov 2021 - 21:01   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Précédemment :

Spoiler: Afficher
Jour 1 - Holocron

Paix. Sérénité. La Force.
La pièce était baignée d’une faible lueur bleue. En son centre, le petit objet cubique projetait une image tri-dimensionnelle d’une jeune femme courant dans un champ de fleurs, les cheveux dans le vent. Son visage juvénile était illuminé par un éclatant sourire et ses yeux brillaient d’innocence.
Une innocence que Jenkin n’avait plus. L’Empire lui avait arraché toute raison de vivre.
Rage. Désespoir.
Un Jedi n’était pas censé éprouver ces sentiments. Pourtant, alors qu’il s’apprêtait à rejoindre la Rébellion, venger Lora restait sa seule et unique motivation.


Jour 2 - Crosshair

L’équipage hétéroclite au sein duquel avait échoué Jenkin était notamment composé de Crosshair.
Grand, à l’aspect cadavérique, c’était en outre une arme mortelle, un sniper d’élite. Alors que les autres membres du groupe allaient, la fleur au fusil, faire face à l’Empire, Crosshair avait de l’expérience. Cela se voyait. Pour lui aussi, ce combat était personnel.
Il prétendait avoir jadis servi au sein de la Grande Armée de la République. Mais c’était certainement faux. Par le passé, Jenkin avait mené bon nombre de soldats clones au front. Crosshair ne ressemblait à aucun d’eux…


Jour 3 - Grogu Gro'Ghu

Harvick, le chef de la petite escouade rebelle prit la parole.
« Le Haut Commandement nous a transmis tous les détails de notre mission. Notre cible : Gro’Ghu.
- Grogu ? C’est qui lui, encore ?
Comme à son habitude, Chrissy venait de faire irruption, comme une fleur, dans la salle de briefing.
- Gro’Ghu. Il s’agit d’un sale crapaud vert qui se trouve être à la tête d’un important réseau de contrebande. Selon nos sources, il fournit des armes à l’avant-poste impérial de Zaant. Nous allons mettre un terme à ses activités dans le secteur. Vous me suivez ? »


Jour 4 - Tatooine

Leur transporteur attendait sur le quai 94. Harvick avait demandé aux mécaniciens de Mos Eisley de faire une révision complète de l’appareil. Sur Tatooine, le sable s’immisçait partout… Jusque dans le moindre conduit d’aération. Ici, négligence était synonyme d’une mort certaine.

Jenkin était originaire d’un monde luxuriant, où les arbres étaient perpétuellement en fleurs. Même s’il l’avait quitté il y’a de ça tant d’années, il ne pourrait jamais s’habituer à la désolation caractéristique de Tatooine. Il était bien content de quitter cette planète poussiéreuse. D’autant plus qu’il allait enfin se dresser contre l’Empire !


Jour 5 - Grievous

« Cap sur Utapau ! »
Jenkin fit la grimace. Il s’apprêtait à quitter un monde désertique pour se rendre sur… Un autre monde désertique ? La galaxie n’était donc constituée que de cailloux ensablés ?
Crosshair remua.
« C’est sur cette planète que le Général Grievous a été vaincu. Avec mes frères, je n’ai jamais eu l’occasion de me retrouver face à lui... »
Jenkin, lui, avait jadis affronté le redoutable cyborg. A l’époque, il était encore dans la fleur de l’âge. Depuis, la brûlure de sabre laser qui barrait son torse lui rappelait à quel point il n’était pas passé loin de la mort.


Jour 6 - Dragon Krayt

Le transporteur avait quitté Mos Eisley et sillonnait à présent l’étendue desséchée de Tatooine. Ce détour permettrait aux rebelles de s’assurer que personne ne les avait pris en filature.
La voix de Chrissy grésilla dans le système comm’.
« On a heurté quelque chose. Jenkin, mon vieux, fais-moi une fleur, va voir de quoi il retourne. »
Quelque chose les avait heurtés eut été plus correct. Ni une, ni deux, Jenkin prit place dans les tourelles. Faisant le vide en lui, le Jedi pressa les commandes de tirs et décocha une salve de laser dans la gueule béante du Dragon Krayt.


Jour 7 - Tobias Beckett

Un verre de brandy corellien dans une main, son blaster dans l’autre, Tobias Beckett regardait d’un air impassible son interlocuteur. Il s’agissait d’une… Sorte de grenouille verte. Tobias aurait été incapable d’en faire une description plus fidèle. Quoiqu’il en soit, il n’aurait absolument pas fait tache au milieu d’une fleur de nénuphar poussant sur Glee Anselm.
« Pour ce travail, je prends le double du tarif habituel, Gro’Ghu.
- Marché conclu, Beckett. J’ai une cargaison à livrer sur Zaant. Tu es le seul pilote qualifié et avec un vaisseau qu’il me reste sous le coude. »


Jour 8 - Avar Kriss

Paix. Sérénité.
Avant de passer à l’action, Jenkin avait toujours besoin d’apaiser son esprit. Il avait appris cette technique de relaxation en étudiant d’antiques enregistrements de la Jedi Avar Kriss.
L’Univers n’était qu’un tout connecté par la Force. Avar Kriss voyait cela comme un chant, une partition complexe et ordonnée. Jenkin, lui, percevait la Force comme un tableau coloré dans lequel le moindre coup de pinceau avait son importance.
Et hors de l’espace pressurisé du vaisseau, dans le vide sidéral, un élément attira son attention : quelque chose sonnait aussi faux qu’une fleur fanée au beau milieu du printemps.


Jour 9 - Cailloux

Une secousse accompagna le retour en espace normal. Jenkin accourut dans le cockpit. Déjà, les trainées lumineuses disparaissaient pour accueillir la sphère tachetée qu’était Utapau.
« Ce vaisseau. C’est notre cible !
- Tu es certain ? Il a de l’avance. Au vu du vecteur qu’il emprunte, on n’arrivera pas à l’intercepter avant…
Jenkin n’écoutait plus. La Force lui avait soufflé la solution : un petit corps céleste, une poussière à cette échelle, à peine plus grosse qu’un bourgeon de fleur d’Arbre Uneti. D’une simple impulsion de son esprit, le caillou se mit à fendre le cosmos… Et perfora les réacteurs du fuyard.


Jour 10 - Sabé

Gro’Ghu n’était pas stupide. C’était évident qu’on allait s’en prendre à sa cargaison. Qui ne voudrait pas mettre la main sur un chargement destiné à l’Empire ? Cette fois, il s’occuperait lui-même de la livraison au vu de la nature… Particulière de ce qu’il transportait.
Sans vouloir se jeter des fleurs, son plan était brillant. Gro’Ghu était un criminel mais il connaissait bien l’Histoire Galactique : Sabé, Cordé, ces femmes qui avaient servi de doublure à la Reine Amidala de Naboo étaient devenues des légendes. De la même manière, utiliser Beckett comme leurre était brillant, tout simplement.


Jour 11 - Cato Neimoidia

En orbite d’Utapau, les rebelles avaient eu la désagréable surprise de découvrir que les soutes du Rampart, appartenant au contrebandier Tobias Beckett, étaient vides. Pire, Gro’Ghu n’avait pas pointé le bout de son nez sur Zaant. Jenkin enrageait encore de s’être fait avoir comme une fleur. Pourtant, la Force avait tenté de l’avertir de la supercherie… Et l’avait finalement mené sur Cato Neimoidia.
Autrefois, la planète était réputée pour ses somptueux palais, symboles de la richesse des Neimoidiens. Aujourd’hui, ce monde n’était plus que l’ombre de son éclat passé. La guerre ne pardonnait pas. L’Empire non plus.



Jour 12 - Fennec

« Et donc, tu as fait tout ce chemin jusqu’à Cato Neimoidia en espérant que je t’aide à retrouver la trace de Gro’Ghu ?
Jenkin faisait face à son interlocutrice, une vieille connaissance peu fréquentable du nom de Fennec Shand.
- J’ai pensé qu’en souvenir du bon vieux temps, tu pourrais…
- Tu n’as pas changé, Jenkin. Toujours aussi fleur bleue. Certes, Gro’Ghu ne paye pas très bien mais il me doit encore des crédits pour mon dernier job. Cela me gênerait qu’il ne survive pas à sa rencontre avec toi. Sauf si sa dette est auparavant effacée, bien évidemment… »


Jour 13 - Fruit Jogan

Jenkin aperçut Chrissy croquant à pleines dents un Jogan. Discrètement, il se fraya un chemin au milieu de la foule pour la rejoindre.
« Gro’Ghu a une base secrète sur Arba 2. C’est là qu’il reçoit ses partenaires commerciaux les plus précieux pour y conclure les transactions devant rester confidentielles.
D’un revers de manche, la pilote rebelle essuya le jus qui perlait au coin de ses lèvres.
- En quoi ces informations seraient-elles plus fiables que celles de nos espions sur Utapau ? Demanda-t-elle.
- Crois-moi. Fennec est la fine fleur des chasseurs de primes. Elle a une réputation à préserver. »


Jour 14 - Mara Jade

Cet être était pathétique, pensa-t-elle
« C’est un honneur de vous rencontrer, Madame. Soyez assurée de mon éternelle loyauté envers l’Empereur.
Mara avait été formée au Côté Obscur de la Force. Elle avait abandonné son nom en même temps que la lumière pour devenir la Onzième Sœur. Toutes ces années durant, elle avait accompli, sans sourciller, la volonté de son maître.
Aujourd’hui, elle s’assurerait que cette immonde créature comptait respecter son engagement. Après quoi, elle lui arracherait ce qu’elle était venue chercher et la piétinerait comme une vulgaire fleur desséchée. Elle sourit.
- Plaisir partagé, Gro’Ghu. »


Jour 15 - R5-D2

Le transporteur rebelle filait vers l’unique continent d’Arba 2 lorsqu’un chasseur solitaire surgit de la brume. En un instant, l’atmosphère s’embrasa et un déluge de laser s’abattit sur eux. Une secousse ébranla alors le vaisseau comme une fleur malmenée par la tempête. Chrissy étouffa un juron.
« Stang ! Le propulseur tribord est touché !
- On manque cruellement de droïde astromécanicien dans notre équipage, commenta Harvick. L’un d’eux m’a sauvé la vie une fois. R2-D2 je crois…
- Là, tout de suite, cela ne m’intéresse pas, Chef ! »
Les alarmes entamèrent leur plainte stridente tandis que leur attaquant revenait à la charge.


Jour 16 - Zekk

« Transporteur non identifié, veuillez-vous identifier et décliner la raison de votre présence. »
« Ton plan ne marchera jamais, marmonna Chrissy à voix basse.
- Comment tu le sais puisque tu n’as pas encore essayé ? Détends-toi, je te sens à fleur de peau.
La pilote ravala une réplique cinglante destinée à Jenkin, se contentant d’allumer l’unité comm’.
- Ici Fennec Shand aux commandes du…
- Fennec ? Ça fait un bail ! C’est moi, Zekk, de la Grande Chasse de Malastare.
- Bien sûr… Zekk… De Malastare… Sacré souvenir...
- Je ne savais pas que Gro’Ghu attendait un visiteur supplémentaire. Tu peux te poser, la plateforme 23 est libre. »


Jour 17 - Dok-Ondar

A peine avait-il posé un pied sur l’aire d’atterrissage que les ténèbres l’assaillirent. Un frisson lui parcourut l’échine : le Côté Obscur était à l’œuvre en ces lieux, séduisant et à la fois effrayant. Jadis, son maître avait comparé ce pouvoir à des fleurs empoisonnées. Il comprenait pourquoi.
Pa réflexe, Jenkin chercha le contact rassurant de la poignée métallique. Son sabre laser avait été perdu au moment de l’Ordre 66. Ne pouvant s’imaginer combattre sans une telle arme, il avait fini par en racheter d’occasion à un marchand d’antiquités sur Batuu.
« Trouvez le chargement. Je vous rejoindrai. »


Jour 18 - Céréen

Sans plus d’explication, Jenkin rebroussa chemin. Un premier tir fusa, manquant Chrissy de peu. Puis un second laissa une empreinte carbonisée à fleur de mur. La pilote se mit à couvert, non sans avoir auparavant abattu un Rodien et un Humain. Crosshair et Harvick en firent de même. Déjà, un Céréen musclé s’affairait derrière un E-WEB. Cela risquait d’être problématique…
Rapide comme l’éclair, Crosshair s’accouda sur la barricade afin de prendre ses appuis et pressa la détente. Son tir atteignit le colosse à la tête et son crâne imposant fut littéralement vaporisé par la décharge d’énergie.



Jour 19 - Influence

La perturbation que Jenkin avait ressenti dans la Force l’avait mené jusqu’à cette silhouette féline vêtue de noire et à la crinière aussi rouge qu’une fleur de plom. Il s’agissait à n’en pas douter d’une adepte du Côté Obscur, un ange de la mort au service de l’Empereur.

A ses pieds, roulait la tête de la créature verte avec laquelle elle s’entretenait encore quelques instants plus tôt. D’un pas assuré, le Jedi sortit de sa cachette et activa son arme, prêt à mettre un terme à l’influence maléfique du Côté Obscur.


Jour 20 - Hondo Ohnaka

La porte fut emportée par une puissante déflagration semblable à une fleur éphémère. Profitant de la brèche, le trio de rebelles s’engouffra dans le bâtiment et se précipita vers un terminal informatique. Harvick fronça les sourcils.
« La cargaison est stockée au niveau 3. Etrange… C’est à l’opposé des entrepôts.
- Hey, Chef, ça me rappelle la fois où on a tenté de faire affaire avec le gang d’Ohnaka sur Florrum, cria Chrissy pour couvrir le vacarme des tirs, intarissables.
- Ces bandits… Tous les mêmes. Ils ne connaissent que le langage des armes.
Crosshair ajusta son tir et un Iktotchi s’écroula.
- Moi, ça me convient parfaitement »


Jour 21 - Gallius Rax

Chaque coup qu’il portait, c’était pour faire mal. Chaque assaut qu’il lançait sur son adversaire avait un seul but : la tuer.
« Serait-ce de la haine que je perçois, Jedi ? »
Absolument.
L’Empire, en la personne d’un mystérieux officier nommé Gallius Rax lui avait pris sa petite fleur, sa Lora. Cette femme allait payer pour tous les crimes perpétrés au nom de l’Empereur.
D’un revers de sa lame couleur sang, l’Inquisitrice porta un coup au niveau de son thorax. Jenkin recula et para avec sa propre arme bleutée. Les lames s’entrechoquèrent faisant jaillir une gerbe d’étincelles colorées.


Jour 22 - Normal

Le crépitement des sabres laser cessa et le calme revint. La poussière retombait lentement, effaçant déjà les traces du combat qui venait de prendre fin.
Pourtant, la Force, elle, vibrait encore de l’excitation des combattants, de cette énergie obscure qui pouvait pousser le plus bon des hommes à commettre l’irréparable.
Désormais, il n’y aurait plus de retour à la normale possible. Jenkin avait franchi le seuil de non-retour en portant un coup fatal à l’Inquisitrice dans un accès de rage. Le Jedi qu’il avait été avait péri en même temps que sa promise, pauvre fleur cherchant un soleil couché depuis longtemps.


Jour 23 - Chelli Lona Aphra

Enfant, Chrissy n’avait jamais été du genre à porter des robes à fleurs. Eprise d’aventure, rebelle et fougueuse, elle s’était orientée vers des études d’archéologie.
Un jour, son mentor lui avait dit qu’il souhaitait que sa fille suive le même parcours brillant. Pour le bien de la petite Chelli Aphra, Chrissy espérait que tel ne serait jamais le cas. Il n’y avait qu’elle pour s’en prendre à l’Empire et à un malfrat galactique avec un doctorat en poche.
La porte s’ouvrit bruyamment.
« Harvick ? Le niveau 3, c’est le centre de détention… Que ferait une cargaison d’armes ici ? »


Paré pour la dernière semaine ! ^^
107 mots :jap:
"Tant qu'il restera des Jedi en vie, je n'en aurai jamais assez!"- Aurra Sing
La toupie tourne
Staffeur encyclopédie et collection.
Dark Stratis 23
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 14873
Enregistré le: 08 Jan 2014
Localisation: Là où y'a du jedi à défoncer ^^
 

Messagepar Rikuiame » Mer 24 Nov 2021 - 9:27   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Allez, plus que le texte et le dessin de demain et on entre dans la phase finale de l'histoire. :shock:


Conditions d'écriture :

Spoiler: Afficher
Sachant pertinemment que je n'aurais pas la tête à écrire un texte par jour en novembre (jours fériés, weekend...), j'ai pris les devants en rédigeant le challenge sur le mois précédent sans me limiter à un seul texte par jour mais ayant pour objectif d'avoir plus de textes bouclés que de jours d'octobre passés. J'aurais dû m'ajouter le "défi" de ne pas passer à un texte tant que le précédent n'était pas achevé mais je n'ai pensé à cette contrainte que trop tard. :neutre:
Bref, par conséquent les 30 textes sont terminés depuis plus d'une semaine et contiennent très exactement 100 mots chacun (titre non inclus) même si je me permettrai, si besoin, de faire des ajustements à mesure qu'ils seront postés.
J'ai, d'ailleurs, assez tôt remarqué que le compteur de mots ne prenait pas en compte les chiffres. J'ai donc recouru à quelques artifices pour doper le nombre de mots à 2 ou 3 reprises. Les règles me semblent respectées mais par honnêteté intellectuelle vous voilà prévenus.

Concernant les contraintes, avoir de l'avance m'a permis de sereinement prendre le niveau 3 : Sith sadique. Chacune des scènes fait donc partie d'une histoire globale et le mot "fleur(s)" y est apparent 30 fois. J'espère que vous prendrez autant de plaisir à la lire que moi à l'écrire et lire les vôtres. :jap:
Enfin, je me suis ajouté une dernière contrainte : ne pas écrire le thème du jour dans le texte. Il m'était toutefois permis d'écrire les mots du thème dans les textes suivants ou précédents si besoin. Contrainte pas très dure à observer mais un peu casse-pied à 1 ou 2 reprises. :D


Précédemment dans le Challenge Novembre 2021 :

Spoiler: Afficher
Chapitre 1- Holocron (An -17)

L'éclat étincelant diminua en intensité. A travers la fente des paupières de IEL, se découpèrent les contours de la source de cette lumière aveuglante : un cône pyramidal pouvant tenir dans la main. Comment un objet si petit pouvait-il être si lumineux ?
Étendant le bras, IEL effleura la surface brillante d'un doigt griffu. Il y eut un déclic et l'atmosphère se métamorphosa. Les faces de la pyramide s'ouvrir comme les pétales d'une fleur et une voix d’outre-tombe fit trembler les murs qui avaient pris une teinte verdâtre, maladive.
- Qui ose convoiter notre secret ?


Chapitre 2- Crosshair (An -17)

Malgré les douleurs qui le faisaient atrocement souffrir, l’index posé sur la gâchette de son fusil perforateur (un antique modèle 773 !) ne tremblait pas.
Allongé sur un muret devant le temple, le vieux clone préparait le tir de sa vie. La cible, à 3.2 clicks dans un couloir courbe à 14%, faisait la taille d'un poing. Sans oublier les prémices d'une tempête qui rendaient la stabilité hasardeuse et tourbillonner le sable devant son réticule de visée ; cela revenait à toucher un pistil précis dans un champ de fleurs mouvant. Facile !
CT-9904 coinça son cure-dent entre ses lèvres et tira.


Chapitre 3- Grogu (An -17)

L’Holocron explosa comme une fleur enflammée lorsque le projectile l'atteignit en son centre.
L'écho de la voix sépulcrale mourut contre les parois du temple qui reprirent leur apparence initiale et un grand silence envahi la salle circulaire.
Soudain, une partie du mur se souleva en un grondement inquiétant. Faisant face à l'obscurité révélée, IEL avança d'un pas prudent. Dans la pénombre se distingua bientôt une forme ovoïde en suspension. Quand IEL approcha encore, la partie supérieure de l'œuf métallique se rabattit vers l'arrière.
Une petite main aux doigts crochus se tendit vers lui.


Chapitre 4- Tatooine (An -17)

Le vent avait forci et le sable piquait chaque parcelle de peau non protégée. Les capes claquaient sur leurs cuisses. Derrière eux, "l’œuf" flottait à 2 mètres de distance, son couvercle fermement scellé pour abriter son contenu.
IEL souffla par les orifices de son nez plat pour expulser ces sournois petits grains jaunes qui menaçaient de l'étouffer.
- Fais-moi fleur, dire nous pas perdus.
Son compagnon clone mit sa main en visière pour se préserver autant du sable que de l'écrasante chaleur qui se dégageait des 2 astres juchés au-dessus d'eux. Il soupira.
- Nous pas perdus. Content ?


Chapitre 5- Grievous (An -17)

Le vent chuintait autour d'eux mais l'abri tenait bon. Forcés de se tenir dans une inconfortable promiscuité, les deux mercenaires attendaient la fin du danger.
- Tu es un Kaleesh, fit le clone.
- Oui, répondit l'intéressé sans lever les pupilles des mosaïques de fleur qu'il traçait d'une griffe sur le sable.
- J'ai combattu un des tiens pendant la guerre. Un grand général !
IEL émit un son méprisant.
- Lui pas grand. Lui traître ! Qymaen jai Sheelal abandonné peuple pour servir ferraille.
- J'ai trahi les miens aussi, soupira Crosshair.
- Normal. Toi tout petit, AHAHAH !
- Silence ! Écoute...


Chapitre 6- Dragon Krayt (An -17)

Le sifflement était long, furieux, angoissant ; se répercutant sur les dunes il venait de partout, et nulle part.
Du sable jusqu'aux genoux, le Kaleesh courait, rampait, progressait aussi vite que le sol glissant le lui permettait. Il avait perdu son compagnon de vue. Avait-il été englouti avec "l’œuf" ? IEL n'en savait rien.
Chaque seconde la pente devenait plus raide. Chaque enjambée plus dure. Il sentit les mâchoires se refermer inexorablement sur lui et le soulever comme on cueille une fleur dans son jardin.
Il y eut un dernier remous puis le calme revint dans le désert.


Chapitre 7- Tobias Beckett (An -10)

Le vaisseau plana sur les dunes dans un vrombissement assourdissant.
Une corde pendait à son écoutille pendant qu'une femme pâle, que moulait avantageusement une combinaison orange vif, y grimpait. Dans son dos était sanglé un objet en forme... d’œuf.
Arrivée en haut, la femme arrangea son étrange coiffure rappelant une fleur et remit son chargement à un humain grisonnant à l'air contrarié.
Il y eut des gestes et des paroles violentes puis, alors que la situation semblait se calmer, l'homme poussa la femme par-delà la rampe du vaisseau.
Ce fut la chute qui la tua.


Chapitre 8- Avar Kriss (An -233)

Extrait de journal ayant échappé à l'autodafé impériale :

« Amis de la République, la Force est un chant.
Pour l'écouter vous parler tendez bien l'oreille,
Entendez ces strophes à nul autre pareil,
Qui se dérouleront dans plus de 200 ans.

Sous le règne d'un mal permanent de la peur,
Un trésor est enfoui dans un très lointain monde,
Coincé sous les sables entre des mâchoires qui grondent,
La fleur au fusil viendra un explorateur.

Et lui seul trouvera l'objet de sa recherche,
Qu'un vaurien fera choir d'un bon coup dans le derche. »

Source : Cantiques Jedi.


Chapitre 9- Cailloux (An -10)

Il était tout petit, minuscule. Pourtant il le tançait affreusement. Comment était-il arrivé là ; le mercenaire n'aurait trop su le dire ? Mais il était bien là et semblait ne vouloir lui laisser aucun répit.
Pourquoi ses commanditaires choisissaient-ils toujours les endroits les plus glauques ? Grognant de douleur sous son respirateur, le contrebandier marchait dans un paysage gris, dénué de vie. Pas un insecte, pas la moindre fleur à l'horizon.
Pourvu que l'échange ne s'éternise pas. Il n'avait qu'une envie, rentrer au vaisseau et déloger ce fils de Hutt coincé dans sa botte.


Chapitre 10- Sabé (An -10)

Quand on avait passé sa vie à graviter autour de la fine fleur de l'aristocratie, être obligée de crapahuter dans des montagnes désolées battues par les vents aurait pu paraître un défi bien difficile à relever pour une ancienne dame de compagnie.
Loin des ors de la royauté, des fastes banquets, et des robes de crinoline aux interminables frous-frous, la silhouette encapuchonnée avançait pourtant sans montrer signe de fatigue.
Le souvenir de sa courageuse reine continuait à lui donner force et vigueur des années après sa tragique disparition. Il lui en faudrait si elle voulait réussir sa mission.


Chapitre 11- Cato Neimodia (An -10)

- Vous avez les crédits ? demanda le contrebandier.
- Vous avez la cargaison ? répliqua la servante.
Beckett, les nerfs à fleur de peau, lui désigna la capsule oblongue qui flottait derrière lui. Était-ce pour cela qu'il dansait nerveusement d'un pied sur l'autre ou était-ce la peur des pluies acides venues des océans qui douchaient régulièrement la planète ?
Sabé extirpa de sa manche une lourde plaquette de crédits impériaux qu'elle prélevait de ses économies.
- Je pense que vous y trouverez largement votre compte.
Elle lui tendit la plaque au moment où une détonation déchirait la grisaille nuageuse.


Chapitre 12- Fennec (An -10)

Elle eut juste le temps de se mettre à couvert derrière un des rochers qui parsemaient la vallée humide quand la motte de terre rocailleuse où elle se tenait un instant avant explosa en une pluie de débris fumants et de fleurs carbonisées. Dos épousant la paroi dure et froide, Sabé sortit son blaster.
L'ancienne suivante jeta un œil par-dessus la crête de son abri de fortune et replongea aussitôt pour éviter un tir qui ricocha contre la pierre, laissant un trou béant et une odeur de cheveux brûlés.
Qui que soit ce sniper, il était terriblement doué.


Chapitre 13- Fruit Jogan (An -10)

3... 2... 1... Go !!
Le clone courut en direction de la capsule, l'attrapa au vol, sauta sur la passerelle de la navette qui se referma derrière lui et s'écroula au sol en riant joyeusement.
Retirant son casque, Wrecker avala son en-cas en une bouchée, inondant copieusement son menton de jus visqueux et tâchant de violet son armure bosselée. Il avait bien mérité ce petit remontant même si Shand avait maintenant 2 fois plus de raisons de leur coller au cul. Bah ! Il n'était plus dans la fleur de l'âge mais, pour un clone raté, il avait de beaux restes.


Chapitre 14- Mara Jade (An -10)

Fennec Shand la détestait. Si la chasseuse de prime était considérée comme étant dans la fleur de l'âge avec ses 25 ans, celle qui la toisait de son regard émeraude méprisant devait en avoir 7. Pourtant, sa présence était écrasante. Il y avait quelque chose de malsain chez cette fillette rousse engoncée dans une tenue de cuir révélatrice, poings sur ses hanches.
Les ragots disaient qu'elle était un agent impérial, un assassin formé et moulé par l'Empereur en personne. Fennec ne croyait pas aux rumeurs d'habitude. Mais là... Elle déglutit.
- Je suis désolée, la cible m'a échappé.


Chapitre 15- R2-D2 (An -9)

Le sénateur descendit du vaisseau, scrutant les visages de son comité d’accueil : des clones, aucun sourire sur leurs lèvres. Il ne s'attendait pas à recevoir de collier de fleurs, il était là pour affaires.
A son côté, son astromech bleu et blanc émit un trille inquiet. Bail lui tapota distraitement le dôme pour le réconforter.
- Du calme. Ce sont des amis.
Bien qu'il n'ait pas d'expression faciale, le droïde ne sembla pas particulièrement convaincu. Il alla se brancher sur la console la plus proche, se tenant prêt à remonter la rampe au moindre geste suspect.


Chapitre 16- Zekk (An 48)

La nuit, il arpente la Force. La technique l'approche de ténèbres qu'il redoute pour les avoir côtoyées à l'Académie de l'Ombre. Il sait quelles conséquences cela pourrait avoir sur lui. Ses amis. Sa famille. Il l'a déjà vue corrompre de bien meilleurs Jedi que lui.
Pourtant, quand le crépuscule arrive, il coiffe ses cheveux en une longue tresse, s'agenouille au milieu des fleurs de sa maison sur Hapès, et arpente la Force.
Pour le trouver, il doit marcher à travers les époques. Il en va de la survie des univers.
Où est l’Enfant ?


Chapitre 17- Dok-Ondar (An 1)

Bzzzzzt ! Flash. Douleur. Hurlement.
- Reprenons, dit l'homme en costume impérial, ses talonnettes claquant sur le sol immaculé. Comment est-il arrivé en votre possession ? Et à qui avez-vous vendu l’Objectif ?
Les bouches de l'Ithorien remuèrent sans émettre un son. Le droïde IT-O en profita pour faire jaillir un arc électrique de l'une de ses protubérances. Pris de panique, la tête en marteau du marchand se mit à osciller frénétiquement. L'humain sourit.
- Allons ! Nous savons qui vous êtes et le genre d’antiquités que vous exposez dans votre... « Antre ». Faites-vous une fleur : répondez !


Chapitre 18- Céréen (An -9)

Les veines bulbeuses de son crâne en forme de cône tressaillaient sous l'effort du pilote pour maintenir la navette sénatoriale dans un vecteur qui le mettrait hors d'atteinte de leur poursuivant. Ce dernier restait pourtant collé à leur train d'atterrissage, semblant anticiper toutes ses manœuvres. Pour le pilote, trié sur le volet pour ses capacités de calcul exceptionnelles, l'agresseur ne pouvait être qu'un as du pilotage... ou un de ces Jedi pourtant disparus.
En toute probabilité, leur vaisseau allait se transformer en fleur cosmique lumineuse dans les 5 minutes. Il fallait donner l'ordre d'évacuer.


Chapitre 19- Influence (An -9)

Depuis toujours, il arpente la Force.
Zekk se tient à l'intérieur d'un chasseur. Par la baie, il voit le propulseur d'une navette exploser tandis que des capsules tentent de s'échapper sous un feu nourri. L’Enfant est proche. Très proche. Et en grand danger !
Le Jedi baisse les yeux. Surpris, il reconnaît instantanément la pilote aux boucles rousses. Il distingue déjà en l'enfant la femme qu'elle deviendra un jour.
Il se place au-dessus de son épaule. Il murmure à son oreille : « Mara... Petite fleur... arrête-toi... »
Lentement, son doigt glisse de la gâchette.


Chapitre 20- Hondo Ohnaka (An -5)

Lorsqu’on avait bourlingué depuis aussi longtemps que lui, on développait un 7ème sens pour renifler les bonnes affaires. Le truc étant de se pointer comme une fleur et de se carapater avant que quelqu'un se pose des questions.
Hélas, son flair semblait lui avoir fait défaut. Il avait cru en sa bonne étoile en tombant sur une épave plutôt fraîche mais n'avait pu rien en retirer de viable si ce n'était cet étrange objet ovoïde métallique hermétiquement verrouillé. Probablement une capsule temporelle sans valeur. Mais le Weequay savait parfaitement à qui refourguer cette camelote sur Batuu.


Chapitre 21- Gallius Rax (An 1)

Parfait. Ils avançaient lentement mais ils avançaient. Ohnaka était loin d'être inconnu de ses services. Mais il restait à découvrir le principal : qui avait dérobé l'Objectif et pour le compte de qui ? S'il était celui qui arrivait, là où tous les autres agents impériaux avaient échoué depuis toutes ces années, à mettre la main dessus, le Conseil de l’Ombre le couvrirait de fleurs. Il obtiendrait enfin un pouvoir plus à sa mesure !
Il se pencha sur l'Ithorien sanglé sur le lit de torture.
- Bien. Reprenons là où nous nous étions arrêtés.
Bzzzzzt ! Flash. Douleur. Hurlement.


Chapitre 22- Normal (An -2)

Tout avait si bien commencé. C'était une belle journée comme on en avait souvent sur Batuu. Dok-Ondar en avait profité pour se promener sur le marché, flânant entre les étals de nourriture, bijoux ou fleurs, avant d'ouvrir sa propre boutique.
En ce moment, les affaires de l'Antre des Merveilles se portaient au mieux, lui permettant un train de vie confortable. D'ailleurs la clochette du magasin tinta, indiquant l'arrivée d'un client.
L'Ithorien leva les yeux pour découvrir un homme au sourire arrogant accompagné d’un wookie. Dès lors, tout était allé de travers.


Chapitre 23- Chelli Lona Aphra (An -2)

Le vrombissement des moteurs la berçait tandis qu'elle patientait dans le compartiment secret qu'elle occupait clandestinement. « L'Archéologue » n'avait pas pour habitude de se jeter des fleurs - ce n'était absolument pas son genre ! - mais on ne pouvait nier que l'affaire avait été rondement menée. L'Ithorien étant occupé ailleurs au moment où elle se faufilait derrière lui, personne ne pouvait être au courant qu'elle avait dérobé quelque chose dans cette pile de babioles sans valeur.
Son mystérieux employeur serait ravi de l'apprendre. Peut-être même qu'elle aurait un bonus. Elle le méritait !


Et tout de suite la suite :

Chapitre 24- Faucon Millenium (An -2)

- Voleur ! hurla Dok-Ondar au corellien.
Sans attendre de réponse, l'Ithorien gravit la passerelle et fouilla au hasard dans les caisses de la soute surchargée.
- Je ferai démonter ce tas de ferrailles morceau par morceau s'il le faut !
Le visage arrogant du contrebandier se ferma. Sa main glissa jusqu'à son holster.
- Hé l'ami, ôte tes sales pattes de là. Je suis assez fleur bleue, je ne partage pas mes amours.
- Alors qui est le voleur ?
- Sais pas. Je n'autorise aucun vaurien à mettre les pieds sur mon vaisseau.
Pas à sa connaissance en tout cas.


Niveau 3 : Sith Sadique - 100 mots
Rikuiame
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 285
Enregistré le: 01 Nov 2020
 

Messagepar Notsil » Mer 24 Nov 2021 - 9:31   Sujet: Re: [Challenge] Novembre 2021 - On passe la quatrième ... ?

Allez on approche de la dernière ligne droite !

Précédemment

Spoiler: Afficher
1. Holocron
Partagé entre la curiosité et la méfiance, Chloan observa longuement l’holocron posé sur la table. Il n’avait pas retouché à la petite pyramide aux reflets bleutés, persuadé que son maitre lui avait joué un tour dont il avait le secret. D’un autre côté, l’absence de Lierin était une occasion trop belle, qui ne se reproduirait pas de sitôt.
Avait-il le choix ? Devait-il prendre le risque ?
Quelques semaines plus tôt, il ne se serait jamais posé la question. L’utiliser maintenant, alors qu’ils étaient traqués, lui vaudrait un savon. Mais il avait besoin d’en savoir davantage sur leurs poursuivants.
106
2. Crosshair
Chloan se connecta à la Force, toucha doucement l’holocron. Des lignes bleues prirent vie sous ses doigts, dessinèrent des symboles qu’il ne parvint pas à déchiffrer, puis l’objet se déverrouilla et une silhouette céruléenne apparut.
—Encore toi ? Que me veux-tu, cette fois ?
—Vous savez si des clones ont continué à être produits ?
—Après la Guerre des Clones ? s’étonna la silhouette. Et pourquoi donc ?
—Nous avons rencontré de drôles d’individus, dit Chloan, hésitant à dévoiler trop d’informations. Ils utilisent des noms comme Crosshair, Rex… nos recherches nous ont menées aux clones de l’ex République.
—Nous ? releva le maitre Sith en fronçant les sourcils.
104

3. Grogu
Chloan se mordit les lèvres. C’était bien sa veine. Se trahir si facilement ! Il ne devait pas oublier que même sous forme d’holocron, son maitre était perspicace.
—Je ne suis plus seul, c’est tout, lâcha-t-il en espérant que ça serait suffisant.
—Plusieurs Seigneurs Sith ont fait appel à des clones, dit la silhouette. Pas moi. Qui aurait intérêt à vivre dans le passé ?
—Et, Grogu, ça ne vous dit rien non plus ?
—Tu me prends pour une encyclopédie ou quoi ? Si tu ne cherches pas à en apprendre davantage sur les arcanes obscurs, inutile de me déranger !
L’holocron se verrouilla dans un bruit sec.
106

4. Tatooine
Chloan soupira. Il ne s’était pas attendu à autre chose, mais c’était quand même une déception. Quand donc arriverait-il à se faire obéir de l’holocron ?
Lierin se laissa tomber près de lui et Chloan sursauta. Depuis quand l’espionnait-elle ?
—Je vois que tu n’as pas tenu compte de mes conseils… T’a-t-il dit quelque chose d’utile, au moins ?
Chloan pinça les lèvres.
—Rien. Comme tu t’en doutes. Tu avais raison, marmonna-t-il.
—Alors on s’en tient au plan initial ? On va sur Tatooine ?
—On va sur Tatooine, confirma Chloan.
96

5. Grievous
Chloan programma les coordonnées de Tatooine dans l’ordinateur de bord de leur navette.
—Toujours pas d’autre indice ?
—Non. Ces suites de noms n’ont aucun sens. On dirait qu’ils ont pioché leurs surnoms dans les registres de la Guerre des Clones, mais pour quelle raison ? Regarde, celui-ci s’est nommé Grievous. Franchement.
Elle soupira.
—Je me demande après quoi en ont ces mercenaires, pour se choisir des noms pareils.
—Je me demande plutôt pourquoi ils nous attaquent, releva Chloan.
—Aurais-tu peur, jeune Sith ? se moqua-t-elle.
—Si tu n’étais pas là, je les aurais atomisés et nous serions tranquilles.
100

6. Dragon Krayt
Ils marchèrent un long moment dans les dunes de sable, aperçurent des troupeaux de Banthas sauvages dans le lointain, croisèrent un véhicule jawa qui avançait sur ses chenilles à moitié rouillées et dépassèrent les ossements blanchis d’un dragon krayt.
—Sacrée taille, cette bestiole, commenta Lierin.
—J’aurais bien aimé en affronter un.
—Pourquoi ça ne m’étonne pas ? Mais je crois qu’ils sont éteints, maintenant.
—Quel dommage…
Lierin eut un regard moqueur.
—Il n’y a bien que toi pour regretter leur existence. Ces créatures étaient des tueurs. Je suis bien contente que nous n’ayons pas à en affronter un !
97

7. Tobias Beckett
Du sable, toujours du sable, et Chloan commença à se demander s’ils ne s’étaient pas perdus. Ils auraient déjà dû tomber sur le repaire des mercenaires, s’il en croyait son datapad.
—Ici, appela Lierin.
Il releva les yeux de son écran, la rejoignit alors qu’elle dégageait une carcasse de moto-jet des grains de sable.
—Comment ce tas de ferraille a-t-il pu échapper aux Jawas ? s’étonna Chloan.
Elle haussa les épaules, fouilla dans les sacoches qui partaient en lambeaux.
—Si une tempête de sable l’a immédiatement recouvert… Tobias Beckett ?
Chloan passa les doigts sur la gravure.
—Certainement l’ancien propriétaire.
103

8. Avar Kriss
Ils avaient repris leur route, laissant les débris de la moto-jet derrière eux, guidés par les indications de leur datapad.
—Nous tournons en rond ! s’agaça bientôt Chloan.
Il s’arrêta, balaya les alentours du regard, revint sur son écran.
—Ce n’est pas normal. Il devrait y avoir quelque chose. Et il n’y a que du sable.
—Je m’en occupe.
Lierin s’immobilisa et ferma les yeux. Chloan perçut qu’elle utilisait la Force, s’en voulut de ne pas y avoir songé plus tôt.
—Tu te la joues Avar Kriss ? marmonna-t-il.
—Chut. Je cherche seulement à les percevoir, pas à méditer. Ils sont là.
106

9. Cailloux
Chloan jura en trébuchant une énième fois sur le sol inégal du souterrain, récoltant un regard noir de Lierin. La base des mercenaires était creusée dans la roche, sous les dunes de sable de la surface. Si Lierin s’était extasiée sur les cristaux incrustés dans les parois, les effleurant du bout des doigts tandis qu’ils avançaient avec précaution, Chloan avait maudit chacun des cailloux dans lesquels il trébuchait sans cesse. Ces mercenaires étaient donc incapables de faire un simple travail correctement !
Son exaspération croissante nourrissait sa colère et Chloan avait hâte de décharger sa rage sur les mercenaires.
Enfin, si Lierin ne l’en empêchait pas, encore.
109
10-Sabé
Bientôt, ils perçurent les murmures de conversations soutenues. Chloan ne comprenait pas un mot dans ce brouhaha indistinct mais il percevait l’agacement et la colère chez les mercenaires. Parfait, ça, il pourrait l’exploiter quand viendrait le moment de les affronter.
Lierin lui fit signe de s’arrêter. Chloan pinça les lèvres un instant, puis s’avança d’un pas supplémentaire, juste pour le principe, récoltant un regard noir de la Jedi.
Cette fois, il était sûr qu’il pourrait percevoir leur conversation.
—Non ! Tu… fou… si…
—Il… jamais… sabé… noir… dia…
—Recule ! siffla Lierin. Ils vont nous repérer.
—C’est important, lui retourna-t-il. Je veux savoir s’ils parlent de nous.
104

11-Cato Neimoidia
Lierin soupira. Chloan était impossible, incapable de la moindre prudence, ne pensait qu’à foncer tête baissée au mépris du danger.
C’était à se demander comment il avait réussi à survivre.
Alors qu’il suffisait d’attendre pour obtenir des informations. Avait-il remarqué que tout en parlant, les mercenaires s’affairaient ? Ils s’apprêtaient à quitter les lieux, c’était une évidence.
Bien sûr, c’était un détail qui lui échapperait, comme d’habitude.
Heureusement qu’elle était là.
Les bruits de conversation finirent par s’estomper. Ils s’élancèrent mais la pièce était déserte. Et un holo de Cato Neimodia trainait sur le sol.

12-Fennec
Chloan ramassa l’holo abandonné, l’éteignit.
—Ils croient vraiment que nous allons tomber dans un piège aussi grossier ?
Lierin haussa les épaules.
—Même si ça n’en était pas un, tu sais bien que nous nous devons de vérifier toutes les pistes.
—Ça pue le fennec, cette histoire, soupira Chloan. Et en plus, j’ai faim.
La Jedi leva les yeux au ciel.
—Encore ? Ce n’est pas un estomac que tu as, mais un trou noir.
—Noir et obscur, approuva Chloan. Que veux-tu, c’est mon héritage Sith qui parle.
—Mais bien sûr…
—Il n’y a plus rien à en tirer de toute manière. On rentre manger ?

13-Fruit Jogan
Attablé dans un coin d’une cantina de Mos Eisley, Chloan dévorait son steak de nerf avec appétit tandis que Lierin épluchait un jogan. Elle ne s’était pas attendue à trouver ce fruit si loin du Noyau ; une heureuse surprise, qui concluait une journée déprimante. Tout en mangeant, elle consulta ses notes sur son datapad, fit défiler les colonnes de noms et de chiffres. Cato Neimoidia était peut-être un leurre, mais c’était aussi une destination qui leur permettrait de recueillir d’autres indices.
Tandis que Chloan se tapotait le ventre avec un soupir de contentement, Lierin vida son verre d’eau, puis se leva.
—Allez, en route.
109

14-Mara Jade
Ils avaient rejoint leur navette, entré les coordonnés de Cato Neimoidia. Depuis, ils patientaient tandis que les trainées de l’hyperespace défilaient derrière les vitres du cockpit.
—Qu’est-ce que tu regardes ? demanda Lierin en jetant un œil sur son datapad.
—Rien, répondit Chloan en bougeant l’écran pour l’empêcher de regarder.
—Allez, montre !
—Non ! Mais laisse-moi !
Chloan se contorsionna tandis qu’elle cherchait à lire par-dessus son épaule. D’une pichenette de Force, Lierin récupéra l’écran sous les jurons du jeune Sith.
—Mara Jada… tu te rinces l’œil ?
—Elle maitrisait le Côté Obscur, rétorqua Chloan. C’est purement professionnel.
99

15-R2-D2
Lierin continua de jouer avec son datapad jusqu’à ce que Chloan s’agace.
—Ça suffit, maintenant. Rend-le moi !
—Attends un peu… voilà, j’ai fini. Tiens, reprends-le.
—Qu’est-ce que tu as fait, encore ?
Elle haussa les épaules, retint un sourire.
—Ce sera plus drôle quand tu le découvriras par toi-même.
Les yeux rivés sur l’écran, Chloan ne répondit pas, fouillant dans les menus. Jusqu’à ce qu’il lâche une bordée de jurons.
—Je rêve ! T’as remplacé toutes mes images de Mara Jade par R2-D2 ? C’est mon datapad, t’avais pas le droit !
—Sacré Sith, dire que tu t’es encore fait avoir par une Jedi !

16-Zekk
Chloan rumina en silence le reste du trajet. Comment se venger ? Il avait déjà ajouté un code pour verrouiller son datapad, histoire qu’elle ne puisse recommencer. Elle prenait un malin plaisir à se moquer de lui, comme si son précieux code Jedi n’était pas censé le lui interdire.
Maitre Zilar avait eu raison : les Jedi n’apportaient que des ennuis. Et une fois qu’ils vous avaient trouvé, ils ne vous lâchaient pas.
—Tu es bien silencieux. On sort bientôt de l’hyperespace, tu comptes bouder encore longtemps ?
—Zekk zekk.
Lierin leva les yeux au ciel – enfin, au plafond.
—Eh bien, ça promet.
102

17-Dok-Ondar
Ils arrivèrent enfin sur Cato Neimoidia et laissèrent leur navette à l’astroport avant de se rendre dans l’une des nombreuses cités suspendues. Lierin était ravie de se dégourdir les jambes, de respirer autre chose que l’air conditionné du vaisseau.
—Je déteste les neimoidiens, marmonna Chloan à ses côtés.
—Évite de le mentionner sur leur planète, peut-être ?
Chloan s’arrêta net.
—Tu l’as senti ?
—Quoi ?
—Une sorte de… viens.
Il obliqua dans une ruelle étroite où l’éclairage fonctionnait par intermittences. Un individu sortit brusquement des ombres, blaster au poing.
—Le mot de passe ?
—Dok-Ondar, dit Lierin.
Il s’effaça devant une porte.
—Comment t’as su ? souffla Chloan.
105

18-Céréen
Dans la musique assourdissante et les flashes répétés de lumières colorées qui lui donnaient déjà un début de migraine, Chloan cherchait à comprendre où ils avaient atterri. Lierin semblait parfaitement à son aise, ce qui ne l’étonnait même plus. La Jedi savait se fondre dans tous les environnements, une maitrise qu’il lui enviait.
Que faisaient-ils ici ? Il se contentait de la suivre alors qu’elle se frayait un chemin dans la foule, son agacement augmentant chaque fois que quelqu’un gênait sa progression. Soudain, elle se colla contre lui.
—On cherche un céréen, hurla-t-elle à son oreille.
101

19-Influence
Un Céréen ? Chloan renonça à comprendre. Il détestait cet endroit, avec tous ces gens qui s’agitaient bizarrement, ressentait l’envie irrépressible de décharger son énervement. Lierin le perçut, évidemment, et attrapa sa main. Sous son influence, le Côté Obscur reflua aussi facilement qu’une bougie que l’on souffle.
—Je déteste quand tu fais ça, marmonna-t-il.
Elle ne l’avait pas entendu dans la cacophonie ambiante, lui retourna pourtant un sourire. Poussa une porte. Le silence du couloir lui parut assourdissant.
—C’était un raccourci, expliqua-t-elle. Viens, notre contact n’est plus très loin.
—J’espère que c’est une piste valable, cette fois.
106

20-Hondo Ohnaka
Lierin frappa à une porte et ils entrèrent. Curieux, Chloan vit que plusieurs holo étaient disposés sur des étagères. Hondo Ohnaka, lut-il. Jango Fett. Gallius Rax. Il coula un regard à Lierin, mais elle paraissait sereine. Il s’intéressa aux autres portraits. Des Jedi, devina-t-il aux lames brandies qui les accompagnaient. Un Céréen, un Wookiee, une Twi’lek. C’était étrange, comme décoration.
Puis une porte dérobée coulissa et un individu s’installa dans le fauteuil, face à eux, joignit ses mains et posa ses coudes sur le bureau.
—Il parait que vous souhaitiez me parler ?
Lierin s’avança, tout sourire.
—En effet. Cessez de nous poursuivre.
108

21-Gallius Rax
Chloan cessa sa contemplation des lieux et fixa son attention sur la silhouette drapée de noir dont seules les mains étaient apparentes.
—Attends, c’est lui qui nous pourchasse ?
—Elle, précisa la silhouette en abaissant sa capuche. Et maintenant que vous êtes là, vous n’en sortirez pas vivants.
Elle sortit un blaster et Chloan plongea, percutant l’étagère. Gallius Rax clignota faiblement avant de s’éteindre quand Lierin lui marcha dessus, sabrelaser au poing. Chloan se releva en jurant, alluma sa lame. Dans le faible éclairage, les lueurs rouge et vertes se mêlaient, menaçantes.
Avec un sourire mauvais, la silhouette pressa un bouton et le sol disparut sous leurs pieds.
109

22-Normal
Chloan s’assit en maugréant, massant ses tempes alors que ses souvenirs lui revenaient. Le bureau, la silhouette, l’attaque, le trou noir.
—Lierin ? appela-t-il doucement.
—Je suis là, répondit-elle.
Une main saisit la sienne et il la pressa en retour. Dans l’obscurité, il ne voyait rien.
—C’était magnifique, ton idée, dit-il, sarcastique. Et maintenant, on fait quoi ?
—On attend, lui retourna Lierin, comme si tout était parfaitement normal.
—Oh. Tu vas me dire que ça faisait partie de ton plan ?
—Évidemment.
—Tu ne me diras rien sur la suite, j’imagine ?
—Pour te gâcher la surprise ?
Et même dans le noir, il devina son sourire.
104

23-Chelli Lona Aphra
Enfin, après de longues heures où Chloan rongea son frein, l’ouverture d’une porte se découpa dans les ténèbres. Chloan bondit sur ses pieds, sabrelaser au poing.
—Quel accueil ! se moqua une voix. Après tout le mal que je me suis donnée… Venez.
Lierin se leva aussitôt et Chloan jura en désactivant son arme.
—Tu la connais ? murmura-t-il.
—J’ai entendu ! fit la voix de leur guide.
—Et vous êtes ?
—Si je vous dis nom de code Chelli Lona Aphra, ça vous avance ?
—C’est quoi ce nom à rallonge ?
Elle haussa les épaules.
—Venez, nous avons beaucoup à nous dire.
Avec un regard noir pour Lierin, Chloan lui emboita le pas.
107



24-Faucon Millénium


Ils marchèrent un long moment dans les tunnels, que Chloan devina peu empruntés par les habitants de la cité. Ils aboutirent sur une plate-forme, où leur guide les invita à entrer dans un vaisseau, au design bien différent que celui d’un Faucon Millenium.
—Je suis Dana, se présenta la femme en leur servant des rafraichissements. Désolée d’avoir tant tardé, Lierin, j’ai reçu ton message avec du retard.
—Ne t’en fais pas. Au moins, je sais qui a manigancé tout ça.
—Et est-ce que tu voudrais bien condescendre à me partager tes fabuleuses découvertes ? s’agaça Chloan.
Lierin sourit et Dana gloussa. Chloan les fusilla du regard.

109
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2834
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Challenges Fan-Fictions


  •    Informations