Les Anges Noirs Tome 4: Les Derniers Résistants

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar kamocato007 » Dim 08 Oct 2006 - 12:05   Sujet: 

Un chapitre tout ce qu'il y a de plus Ange-Noir, plus proche de la camaraderie du m'enfoutisme fraternelle d'avant que de la SF aliénique du Tome IV :)
On retrouve des héros le lendemain de bataille, prêt à envisager le virage de milieu de tome, avec une idée Indepence Dayienne qui promettait : Utiliser le "vieux" vaisseaux pour infiltrer le vaisseau mère j'aurais pensé qu'un chapitre entier plein de surprise et d'action allait en conter l'entrée mais finalement DW se concentre sur l'essentiel : l'action pour le chapitre IX (déjà :shock: ) promet de belles pages à fort coup de Dw'touch :sournois:
Pour ce qui est du style, il est comme d'hab très agréable, un peu sec au début mais très fluide par la suite, les dialogues très Ange-Noir arrachent beaucoup de sourires et... se rendre compte que le Tome est dans sa deuxième moitié ne fait pas vraiment plaisir, ceci dit la fin s'annonce plutot riche... La lame de DW est plutôt bien aiguisée pour l'occasion :P
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 08 Oct 2006 - 12:25   Sujet: 

Thanks Kamo!
Il est vrai que le chapitre VIII aurait pu davantage narrer l'entrée dans le vaisseaumais j'ai évité de trop faire traîner les choses étant donné que le chapitre fait déjà 12 Pages! :shock:

Donc comme d'hab, j'ai mis juste ce qu'il fallait de descriptions (c'est à dire pas trop :P ) pour me concentrer sur la mission en elle même! 8)
Et effectivement, le prochain chapitre sera très orientée action! 8)

Tu as égalmement raison sur la fin du tome, il va être chargé! J'ai encore plein de choses à mettre en place pour arriver à un dénouement que j'espère spectaculaire! :wink: Mais bon, nous n'en sommes pas là.

Je tiens juste à préciser qu'aucun des persos mis en place dans ce tome ne vont être oubliés, ils auront tous leur rôle à jouer dans cette fin de tome et auront tous des scènes d'action (si si je vous assure :D ). Donc rassurez vous, vous reverrez bien entendu Eljy, Miller, le Maître du Culte, Neeta, Will, Bossel, Kenel...et peut-être même Klara (la femme potiche qui avait fait si forte impression en 2 lignes de texte! :D :x )
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Dim 08 Oct 2006 - 15:31   Sujet: 

et peut-être même Klara (la femme potiche qui avait fait si forte impression en 2 lignes de texte! )


Ah super chouette c'est ce que je souhaitais en priorité :D :D !!!!
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 08 Oct 2006 - 16:18   Sujet: 

Tiens c'est marrant, je pensais justement à toi en évoquant ce personnage! :sournois: :wink: Petit coquin va! :D
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Sam 14 Oct 2006 - 14:30   Sujet: 

:ange: Tiens le bulletin des Anges n'est pas encore annoncé ce WE?
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Lun 16 Oct 2006 - 12:52   Sujet: 

Non, je ne rentre pas sur Caen avant les vacances. Ceci dit, j'ai presque fini d'écrire le chapitre IX donc j'essaierai peut-être de le poster à partir d'un PC de l'école! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dark Maul877 » Mer 18 Oct 2006 - 19:09   Sujet: 

Excellent chapitre VIII !

On retrouve une nouvelle fois la patte merveilleuse de DW: de l'action, de la fluidité, de l'humour et surtout, du plaisir à lire ! Encore bravo pour ce chapitre qui était long mais vraiment très intense.

On attend la suite avec impatience pour savoir comment nos AN vont se sortir de ce guêpier :D
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Darkwilliam » Jeu 19 Oct 2006 - 12:43   Sujet: 

Merci DM877! :wink:

La suite, j'espère la poster pour le début de la semaine prochaine: au programme, un chapitre très riche en action! :sournois: :D
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 27 Oct 2006 - 21:25   Sujet: 

Ils sont de retour! :) Après une pause prolongée, voilà (enfin) le nouveau chapitre des Anges Noirs! Au programme, de l'action pure et dure! 8) Allez, bonne lecture! :wink:

Comme d'hab, Lowie, Chadax et Kamo, je vais essayer de vous envoyer le chapitre sur vos boites e-mail! :wink:








Chapitre IX

Mission de Sauvetage


Deuxième partie

Dans le chapitre précédent, les Anges Noirs parvenaient à réaliser le pari fou de s’infiltrer à bord du vaisseau mère Senkis et de délivrer Tel. Malheureusement, l’alarme générale a été donnée et des dizaines de Senkis convergent vers les Ferlusiens, bien décidés à les anéantir…

Tel sentit les battements de son cœur s’accélérer sensiblement. Constatant avec effroi qu’ils étaient cernés par l’ennemi, il comprit que le moindre mouvement pouvait leur coûter la vie. D’un autre côté, s’ils n’agissaient pas, ils seraient de toute façon détruits.
Alors qu’il était encore dans ses pensées, Tel entendit un des Senkis déclarer de sa voix si grave:
-Vous allez payer pour avoir osé profaner un vaisseau Senkis, sauf si bien sûr vous acceptez de suivre la vraie Voie et de vous soumettre à la Grande Transformation.
Tel n’eut même pas le temps de répondre car Zook le prit de vitesse:
-Je ne te dirai pas où tu peux te la mettre ta Grande Transformation car je suis poli mais ce n’est pas l’envie qui m’en manque!
Il y eut un court silence avant que le Senkis ne dévisage Zook et ne lui dise:
-Alors, vous êtes perdu!
Puis, il brandit son blaster incorporé et s’apprêta à faire feu.
-Attendez, j’ai un cadeau pour vous! cria Endy en décrochant une petite boule métallique de sa ceinture multifonction et en l’activant.
Puis, il la lança à un Senkis qui la réceptionna par réflexe. Il sembla l’observer pendant quelques secondes avant de lever les yeux vers le soldat qui était à sa droite en un signe d’incompréhension.
-Tous à terre! hurla soudain Endy

Les Anges Noirs s’effectuèrent au moment où le détonateur thermique explosait violemment. Il consuma instantanément une bonne partie des rangs Senkis, en catapultant certains en arrière, arrachant des membres métalliques à d’autres. Kern sentit la chaleur des flammes ardentes venir le lécher avant qu’elles ne se rétractent brutalement.
Les Senkis survivants, surpris, eurent un mouvement de recul et se protégèrent des débris de leurs anciens semblables qui étaient propulsés vers eux par le souffle de l’explosion. Les Anges Noirs en profitèrent pour rouler sur le sol et se mettre en position de tirs avant d’ouvrir les hostilités. Un flot de laser convergea vers les Senkis, criblant leurs thorax et leurs abdomens d’impacts. D’autres eurent le temps de riposter et un laser frôla de quelques centimètres la tête de Mak . Celui-ci prit appui sur le sol avant de bondir derrière un cadavre ennemi. Il le releva partiellement et s’en servit comme bouclier au moment où des tirs le prenaient pour cible. Des étincelles fusèrent en tout sens avant que Mak ne puisse riposter efficacement. Ses tirs furent d’une grande précision et désintégrèrent son adversaire direct.
Pendant ce temps là, Kern se servit de ses deux blasters pour dégommer deux Senkis qui avaient perdu un bras dans l’explosion du détonateur. Progressant tout en tirant, il dévasta les rangs des survivants Senkis.
Quant à Tel, il n’eut même pas le temps de s’attarder sur les multiples brûlures qui parsemaient sa combinaison de pilote qu’un Senkis le prit en joug, quasiment à bout portant. Ce fut le moment que choisit Zook pour se jeter littéralement sur le bras armé du Senkis, le déséquilibrant avant qu’il n’ait pu abattre Tel. Mais le Senkis était puissant et il expédia Zook en arrière, le catapultant sur deux bons mètres. Le jeune Ferlusien vînt s’écraser contre l’étincelante paroi du couloir, émettant un bruit sourd. Mais cette petite diversion permit à Tel de saisir son arme et viser avec précision son adversaire. Son laser explosa le crâne métallique du Senkis qui chancela pendant deux secondes avant de s’écrouler dans un brouhaha métallique. Puis le silence retomba enfin dans le couloir. Le commandant regarda autour de lui et ne vit que des cadavres Senkis.
-Ne restons pas là, j’en ai acier vu! lança-t-il en souriant.
-Oh pas mal comme jeu de mot! Justement on en cherchait un sur les Senkis, assura Mak en enjambant un corps sans vie.
Alors que Kern allait relever Zook qui mit quelques secondes à se remettre de son vol plané, Endy s’exclama:
-On ferait bien de se magner le train, des renforts ne vont pas tarder à arriver!


Les Anges Noirs sprintaient à présent dans le long couloir du treizième niveau pendant que l’alarme interne du vaisseau continuait de propager un son strident. Mais alors qu’ils approchaient de l’ascenseur tant convoité, deux Senkis apparurent et brandirent leurs armes, prêt à tirer. Zook cria alors tout en accélérant vers ses ennemis:
-Je m’en occupe!
Se mettant à pousser un terrifiant cri de guerre qui résonna entre les parois, l’improbable se produisit. Les Senkis commencèrent à reculer devant cette inconcevable attaque, avant de prendre même la fuite, toujours poursuivis par Zook. Les Anges Noirs virent leur ami disparaître dans une courbe dessinée par le couloir et Tel se retourna alors vers Kern:
-Ça alors, je n’arrive pas à y croire!
-Et bien, j’avoue que moi non plus! Ceci dit, avec lui, plus rien ne m’étonne!
C’est alors que Zook réapparut en courant. Il criait toujours mais pas pour la même raison car il affichait cette fois une mine effrayée. Il s’époumona:
-On fout le camp!
Des dizaines de Senkis déboulèrent à cet instant, bien décidés à rattraper Zook.
-Dans l’ascenseur! cria Endy en le désignant.
Les Ferlusiens se précipitèrent dans celui-ci et demandèrent à descendre jusqu’au hangar.
-Vite vite, s’exclama Kern qui trouvait que les portes mettaient un temps interminable à se refermer.
Au moment où elles allaient définitivement être closes, l’avant bras métallique d’un Senkis s’interposa brutalement et tenta de rouvrir les portes.
-Toi mon grand, tu prendras le prochain!
Kern saisit son blaster et tira, explosant littéralement la main qui se retira aussitôt. L’ascenseur put enfin descendre dans les niveaux inférieurs du vaisseau mère Senkis.
-Quelque chose me dit qu’on est pas encore tiré d’affaire! souffla Zook épuisé par sa course folle.

Soudain, un bruit sourd se fit entendre, venant du toit de l’ascenseur qui trembla violemment sous l‘impact.
-Ça, ce n’est pas bon signe! assura Tel
C’est alors que le toit de l’ascenseur fut littéralement arraché dans un affreux son métallique, révélant deux Senkis puissamment armés qui n’avaient pas hésiter à bondir sur la cabine en marche lorsque l‘ascenseur était passé à un étage précis.
Kern brandit ses deux blasters vers le haut et tira quatre salves. Elles frappèrent toutes le même ennemi qui fut propulsé en arrière dans un crépitement d’étincelles. Mais l’autre Senkis analysa la situation de ses deux effrayants yeux rouges et sauta dans la cabine, se retrouvant ainsi au milieu des Anges Noirs qui étaient déjà particulièrement serrés.
Une lutte au corps à corps s’engagea, le tout à une vitesse prodigieuse. Le Senkis désarma Endy en un clin d’œil avant de lui asséner un coup de poing qui lui coupa immédiatement le souffle. Tel frappa le Senkis au niveau de l’abdomen mais celui-ci était en métal et le commandant hurla de douleur. Le Senkis contre attaqua et tout en mettant un coup de pied à Mak, il cogna Tel en plein visage. Celui-ci recula sous la violence du choc et alla taper dans la paroi de la cabine qui grinça une nouvelle fois. Au même moment d’autres Senkis sautèrent sur l’ascenseur et voulurent pénétrer dans la cabine.
-On est complet! cria Kern en tirant en continu.
Rapidement, ce fut un véritable carnage dans l’ascenseur, des bouts d’acier et de chaire se décrochant de leurs propriétaires abattus. Mais alors que le capitaine des Anges Noirs tirait sur un ennemi, l’atteignant au niveau des jambes dans un déluge d‘étincelles, il sentit une poigne de fer le soulever par derrière. Il décolla littéralement et se retrouva en équilibre précaire sur ce qu’il restait du toit de la cabine, face à un Senkis qui le dévisagea tout en le maintenant fermement. Kern voulut tirer mais le Senkis fut plus prompt et le désarma d’un coup précis. Les blasters tombèrent dans la cabine, où les autres Anges Noirs étaient toujours aux prises avec leur adversaire.

Manquant de perdre l’équilibre, Kern assura sa position, ce qui était difficile à cause du déplacement d’air provoqué par la descente de l’ascenseur, avant d’envoyer un coup de pied au niveau des genoux de son opposant. Le Senkis vacilla mais parvînt à se retenir et fit de nouveau face. C’est alors qu’Endy jeta un des blasters en l’air et Kern fut tout heureux de le réceptionner du premier coup. Sans hésiter, il abattu le Senkis à bout portant. Tombant en avant, il s’écroula dans la cabine, assommant de fait son semblable. Endy en profita pour le finir en lui expédiant un laser en pleine tête.
Entendant un bruit alarmant au dessus de lui, Kern leva les yeux et vit trois soldats qui s’apprêtaient à sauter sur la cabine de l’ascenseur. Décrochant un détonateur thermique, il l’activa et attendit quelques secondes avant de le lancer en l’air. Il explosa aussitôt, annihilant les Senkis, mais propageant également une gerbe flammes qui fonça vers Kern. Écarquillant les yeux de stupeur, l’Ange Noir souffla:
-Et merde!
Kern sauta au dernier moment dans la cabine, évitant ainsi d’être brûlé. Un puissant choc ébranla l’ascenseur au moment où celui ci arrivait à destination, dans un bien piteux état.
-J’espère qu’on aura pas besoin de remonter! lança Tel en se massant le nez pour s’assurer qu’il n’était pas cassé.
-Et puis quoi encore, on est pas là pour faire du tourisme!
Les Anges Noirs déboulèrent dans le hangar et voulurent se précipiter vers leur vaisseau. Mais ils découvrirent rapidement qu’il était gardé par des dizaines de Senkis qui pivotèrent instantanément en entendant les Ferlusiens approcher.
-Abattez les! ordonna une voix métallique
-Et c’est parti pour le deuxième round! s’exclama Zook de plaisir
-On se disperse! hurla Tel

Se séparant tout en tirant, les Anges Noirs allèrent se dissimuler derrière des chasseurs et s’en servirent comme position de tirs. Bientôt, le hangar se transforma en un véritable champ de bataille où un nombre incroyable de lasers fusaient en tout sens. Même si les Anges Noirs étaient de bon tireurs, les Senkis étaient nombreux et semblaient déterminés à empêcher les Ferlusiens de fuir. Alors que Endy faisait un bon prodigieux la tête la première pour se mettre à couvert, Mak se jeta également sur le sol évitant ainsi une rafale qui vint exploser la verrière du cockpit d’un chasseur. Alors que des bouts de verre lui retombaient dessus, il entendit les grandes portes métalliques situées à l’autre bout du hangar coulisser sur elle-même. Il se retourna juste assez pour voir des dizaines de Senkis pénétrer dans la soute en courant, s’apprêtant à prendre les Anges Noirs en étau.
-On a de la visite! hurla au même moment Endy en pivotant pour faire face à la nouvelle menace.
-Chouette, plus on est nombreux, plus on rit! lança Zook en faisant tournoyer son blaster autour de son doigt.
-Je m’en occupe! ajouta Mak

Celui-ci se jeta alors la tête la première dans le chasseur derrière lequel il s’était jusque là dissimulé. Après que ses jambes aient battu dans l’air pendant quelques secondes, il parvînt à s’installer confortablement et tenta de décoller. Il n’y parvînt pas tout de suite et les Senkis, comprenant ce qu’il voulait faire, le prirent pour cible. Heureusement, Mak réussit par hasard à actionner les boucliers, le protégeant. Enfin, il parvînt à lentement prendre de l’altitude mais choisit de rester proche du sol. Il orienta ses canons lasers vers les Senkis en approche et ouvrit le feu sans hésiter. Un déluge d’énergie s’abattu sur les envahisseurs qui furent anéantis en quelques secondes. Tirant avec une rare précision, Mak clairsema les rangs en leur arrachant des membres qui s’éparpillèrent sur le sol et força les Senkis survivants à reculer.
-Et prenez ça! Et ça! Et puis ça aussi tiens! Ah ça fait mal hein! Vous allez regretter d’avoir osé vous attaquer aux Anges Noirs, moi je vous le dis!

Profitant de l’audacieuse manœuvre de Mak, Tel fit signe aux autres Anges Noirs de se lancer à l’assaut. Se mettant enfin à découvert, ils ouvrirent le feu tout en se précipitant vers l’avant. Ils assaillirent les derniers Senkis qui gardaient le vieux vaisseau. Ceux-ci ripostèrent et un laser vînt percuter l’épaule d’Endy qui pivota vers l’arrière en hurlant de douleur:
-Nom d’un chien, ça fait mal!
Mais même à terre, la dernière recrue en date des Anges Noirs continua de tirer, éliminant même le Senkis qui venait de le blesser. Le dernier défenseur fut tué simultanément par Kern et Tel. Celui-ci s’époumona pour couvrir le vacarme que faisait les canons de Mak en repoussant les assauts ennemis:
-Tu sais piloter ce truc?
-Bien sûr! Montez, il faut se tirer d’ici!

Tout à coup, effectuant un bond prodigieux par-dessus plusieurs chasseurs au sol, un soldat Senkis atterrit lourdement juste devant Tel et lui asséna aussitôt un coup de pied retourné dévastateur. Propulsé en arrière, le commandant Ferlusien glissa sur le sol blanc et froid. Kern dévisagea alors le Senkis à l’allure étrange. Toute la partie supérieure de son corps était faite de chaire, mais ses jambes étaient en métal, ce qui lui avait permis d’exécuter ses prodigieuses acrobaties.
-Tu sais que tu es laid toi?

Kern voulut tirer mais le Senkis déploya une longue lance métallique qu’il fit tournoyer autour de lui avant de l’abattre sur la main armée de Kern. Celui-ci poussa un cri de douleur mêlé de surprise et lâcha son arme. Le Senkis s’approcha, faisant trembler le sol du hangar sous ses pas lourds et voulut en finir d’un puissant coup de lance. Mais Kern bloqua l’attaque de ses deux mains et une épreuve de force s’engagea avec son ennemi. Celui-ci dépassait de la tête et des épaules le Ferlusien qui commença rapidement à plier sous la puissance de son adversaire. Pouvant presque sentir l’haleine fétide du Senkis, Kern eut une brillante idée. Sans relâcher son effort, il administra un coup de genoux dans l’estomac du Senkis qui vacilla. Profitant de ce court instant de déconcentration, Kern tira violemment la lance vers lui, s’en emparant. Puis, il s’en servit pour transpercer de part en part le soldat Senkis qui émit d’immondes gargouillis avant de s’affaisser dans une marre de sang noir. Regardant la lame de la lance fichée dans le corps du Senkis, Kern s’exclama:
-Voilà une rencontre qui ne manquait pas de piquant!

Quant il se retourna, il vit que Endy était déjà monté dans le vieux vaisseau et que Zook s’était précipité aux côtés de Tel pour l’aider à se relever. Kern les couvrit du mieux qu’il put, tirant sur tous les Senkis qui tentaient de s’approcher. Mais malgré la défense efficace de Mak, certains parvenaient tout de même à s’approcher et commençaient à tirer sur le vaisseau d’évacuation. Pire, des renforts semblaient perpétuellement investir le hangar, rendant la situation des Anges Noirs de plus en plus délicates.
-Mais c’est pas vrai! Ou est-ce qu’ils trouvent autant de boites de conserve?
Au moment où Zook et Tel se coulaient difficilement derrière le siège du pilote, Kern hurla à Mak:
-Viens, on décolle!
Le jeune homme lui fit un signe de tête. Puis, il le vit actionner une interface et tout à coup, un puissant missile jaillit du chasseur Senkis dans un sifflement aigu. Il alla percuter trois appareils au sol qui explosèrent violemment, propageant d’immenses flammes à l’intérieur du hangar. Un fracas assourdissant emplit les oreilles de Kern qui se baissa par réflexe, au moment où des débris métalliques retombaient de toute part sur le sol. Mak, pendant ce temps là, était parvenu à poser son chasseur tant bien que mal et à en descendre. Il se mit à courir sous le feu ennemi pour se mettre à l’abri . Kern le couvrit en arrosant à tout va, reculant lui-même vers le vaisseau d’évacuation. Mak et lui montèrent à l’intérieur au moment où le feu se propageait de plus en plus dans le hangar.
-Ah bravo pour la discrétion!
-Vous voyez capitaine, j’avais bien dit que d’une façon où d’une autre, on allait tout faire péter!

Kern s’installa tant bien que mal dans le siège du pilote et décolla aussitôt. A cet instant, un chasseur Senkis voulu pénétrer dans un des hangars du vaisseau mère, si bien que les écrans protecteurs se dématérialisèrent. Kern en profita pour sortir et accéléra brutalement, souhaitant mettre le plus de distance possible entre lui et les Senkis.

Mais il se rendit bien vite compte qu’il n’était pas au bout de ses peines. Surgissant de toute part pour le prendre en chasse, des dizaines d’appareils ennemis apparurent sur son écran radar, convergeant vers lui à une vitesse prodigieuse.
-On est pas sorti de la mouise! assura Kern en fixant la visière sur sa tête.
Zook frappa dans ses mains et ne put s’empêcher de jubiler:
-Si c’est pas génial ça, on a la moitié de l’armée Senkis à nos trousses!
Tel se pencha sur l’épaule de Kern et fit:
-Si tu pouvais éviter de trop nous secouer, ce serait bien! Parce qu’on est assez serré derrière et…
Des tirs ennemis vinrent s’écraser à cet instant précis sur les déflecteurs du chasseur qui trembla. Tel fut attiré vers l’arrière et chuta sur Endy qui gémit aussitôt:
-Ouuuuf! Permettez moi de vous dire que vous êtes lourd commandant!

Les mains moites, la sueur coulant sur son front, Kern agrippa fermement son manche de contrôle et poussa les moteurs à fond. Mais il dut se rendre à l’évidence, il n’était pas de taille à lutter contre les chasseurs qui le pourchassait. En effet, ceux ci étaient plus modernes et donc bien plus performants. De surcroît, il n’était pas autant chargé que le vaisseau d’évacuation « Ferlusien » qui avait d‘ailleurs du à ce titre dépasser le poids limite autorisé:
-Je savais bien que j’aurai du faire un régime, observa Zook en constatant qu’ils se « traînaient. »
-La situation est mauvaise mais pas catastrophique! assura Kern plus pour lui-même que pour ses passagers.
De nouveaux tirs fusèrent tout autour du vaisseau et certains atteignirent leur but, affaiblissant dangereusement les déflecteurs.
-Il va falloir faire la différence sur autre chose que la vitesse, murmura Kern.
Puis il fit à voix haute:
-Accrochez vous derrière!
-Mais on ne peut paaaaaaaaaaaaaaaaaaaaas…hurla Mak alors que le chasseur partait dans une incroyable vrille piquée.

Laissant les immenses vaisseaux de guerre Senkis flotter majestueusement derrière eux, les Ferlusiens fonçaient à présent vers leur planète. A vrai dire, le seul moyen pour les Anges Noirs de s’en sortir constituait à semer leurs poursuivants, ce qui dans le cas présent semblait particulièrement délicat. Kern consulta une nouvelle fois ses instruments et constata qu’une grosse partie des chasseurs lancés à leurs trousses venait de faire demi tour, retournant auprès des vaisseaux capitaux.
-Ils préfèrent ne pas se dégarnir, ils doivent avoir peur que notre infiltration ait été une diversion et qu’une flotte ne s’apprête à leur tomber dessus.
-C’est une bonne chose, seulement, on a encore quelques Senkis au basque!

Le vaisseau d’évacuation dessina une courbe vers tribord avant de repartir vers bâbord et de plonger brutalement. Si cette tactique avait pour mérite d’empêcher les Senkis poursuivants de « verrouiller » les Ferlusiens et de les abattre, elle n’épargnait en revanche par les membres du commando. Zook alla heurter de plein fouet la paroi du chasseur avant de tomber sur le sol. Puis Endy, lui-même déséquilibré, s’écrasa sur Zook, qui pris en sandwich entre le sol et son ami s’exclama sur le ton de l’amusement:
-Dis donc Endy, je ne savais pas que tu étais à voile et à vapeur!
-Très drôle, maugréa la jeune recrue en tentant de se relever.
-On pénètre dans l’atmosphère! lança Kern au même moment.

En effet, le chasseur était maintenant de plus en plus proche de Ferlus et Tel put bientôt distinguer la forme des arbres de la forêt qu’ils étaient en train de survoler à une vitesse vertigineuse. Continuant de piquer vers la surface, le vieux vaisseau était toujours poursuivi par quatre appareils Senkis qui ne semblaient pas prêt à vouloir abandonner la lutte. Zigzaguant derrière l’appareil des Ferlusiens, ils tiraient régulièrement, tentant à chaque fois d’atteindre un point vital du chasseur.
Tel vit un tracé sinueux bleu apparaître devant ses yeux et comprit qu’ils se trouvaient au dessus du plus grand fleuve de la planète. Mais visiblement, Kern semblait vouloir descendre toujours plus prêt du sol, ce qui finit par inquiéter Tel qui lui fit savoir:
-Tu sais, c’est vraiment sympa d’être venu me sauver mais si c’est pour tous nous tuer maintenant, ce n’était pas la peine!
-Ne t’inquiète pas, je maîtrise parfaitement la situation!
-Tant mieux mais je préférais te prévenir que je n’avais pas emmené mon maillot de bain!

Tel distingua alors clairement les eaux du fleuve et jeta un coup d’œil inquiet vers Kern. A l’ultime seconde, celui-ci fit remonter le nez de son chasseur. Il frôla le fleuve, créant avec ses turbines et la vitesse d’immenses remous à la surface de l’eau. Un des chasseurs poursuivants réagit avec une demi seconde de retard et ne parvînt pas à redresser suffisamment sa course. L’avant de son appareil heurta l’eau, ce qui le déséquilibra complète ment. Il partit en crabe et frappa violemment la surface du fleuve, se fissurant immédiatement en deux et provoquant une gigantesque gerbe d’eau. Les débris ricochèrent à la surface avant de rapidement s’enfoncer.
-Plus que trois! cria Kern qui continuait de voler au ras de l’eau.

Les chasseurs encore en course se déployèrent sur les côtés afin de tenter de prendre en étau leur proie. Mais Kern n’était pas décidé à se laisser faire et il réalisa un virage serré lorsque le fleuve dessina lui-même une courbe. Le capitaine des Anges Noirs accéléra au maximum, sentant bien que son vieux vaisseau était au bord de la rupture.
-Tiens bon, marmonna-t-il.
Des rafales de lasers fusèrent tout autour du petit chasseur et certains impacts vinrent l’ébranler sévèrement.
-On ne tiendra pas longtemps! cria Mak
Tel s’exclama alors:
-Au fait, où est Eljy?
Concentré sur les commandes, Kern devait à présent réfléchir au meilleur moyen d’aborder l’obstacle que représentait le pont suspendu qui se profilait à l’horizon.
-Ce n’est pas le bon moment pour en parler!
-Quoi? Est-ce qu’il est…
-Nous n’en savons rien, dit Mak en prenant la relève.
-On a perdu son signal lors de la bataille spatiale. Aux dernières nouvelles, il se précipitait vers la planète alors que son chasseur avait subi de grosses avaries.

Tel releva alors les yeux et vit le pont suspendu qui arrivait à une vitesse prodigieuse:
-Tu ne comptes quand même pas…
-C’est un moyen comme un autre de se débarrasser de nos poursuivants!
-Ce type est fou, assura Endy en se cachant les yeux.
Se dirigeant vers les grands câbles métalliques qui servaient à suspendre le pont, Kern fit tout à coup voler son chasseur sur le côté, envoyant valdinguer les Anges Noirs non attachés.
-Ça va être chaud!
Le petit vaisseau passa à vive allure entre les câbles, manquant de les percuter de quelques centimètres. Le chasseur Senkis qui talonnait les Ferlusiens voulut opérer la même manœuvre par orgueil mais il toucha l’un des câbles, ce qui déséquilibra sa course et lui fit heurter la structure du pont. L’explosion fut puissante et propulsa des débris incandescents qui retombèrent dans les flots. Mais les deux derniers chasseurs survolèrent le pont et reprirent leur course poursuite, harcelant les Anges Noirs de tirs précis qui finirent par anéantir définitivement les boucliers du vieux vaisseau.

Tel se releva avec difficulté et assura alors que la structure du chasseur tremblait de toute part:
-Et moi qui croyais que tu étais le moins cinglé de l’escadron!
-Comme quoi, les choses changent! fit Kern en souriant
Au loin, les premières habitations de la capitale apparurent. D’immenses volutes de fumées se dégageaient des bâtiments, symbolisant la lente agonie de la plus grande ville de Ferlus. Cette vision glaça le sang de Tel qui sentit les poils de ses bras se hérisser:
-Mais…mais, la capitale est à feu et à sang!
Mak fit d‘un air las:
-Tu t’attendais à quoi! Les Senkis nous bottent les fesses comme jamais! Ce n’est plus une défaite, c’est une débâcle!
Abasourdi, Tel s’assit dans le chasseur et resta le regard dans le vague avant de murmurer:
-Et moi qui ai failli vous abandonner en me sacrifiant inutilement. J’ai négligé mon devoir en ne me focalisant que sur mes sentiments! Je n’avais pas le droit de ne penser qu’à moi, des millions de gens ont où vont perdre la vie à cause de ces enfoirés de Senkis!
Endy s’agenouilla aux côtés du commandant et fit d’une voix douce:
-Votre colère était compréhensible, ils ont tué votre…
Brutalement Tel tourna la tête vers Endy et le foudroya du regard:
-Je suis toujours en colère! Je sens la tristesse me ronger intérieurement! Je sens même la haine me consumer! Ils paieront la mort d’Eylin, même si je dois me sacrifier pour cela. Seulement, je ne mourrai pas inutilement, je le ferai en étant sur que je peux porter un coup décisif dans la lutte contre les Senkis.
-Ne dis pas de bêtise, c’est vivant que tu nous es le plus utile! lança Kern en faisant une nouvelle manœuvre d’évitement.
Tel ne répondit rien mais Endy vit clairement des lames couler le long des joues de son commandant.
C’est à cet instant que les trois chasseurs pénétrèrent dans la capitale, volant toujours au ras du sol:
-Tu sais que la probabilité de survivre en pilotant dans un tel environnement est pratiquement nulle! assura Zook.
Kern rétorqua aussitôt:
-Je ne peux me rendre au complexe avec des Senkis aux trousses! Ils ne doivent pas savoir où nous nous cachons! Donc, on n’a pas le choix, on doit se débarrasser d’eux et le plus vite sera le mieux!
-Je savais que tu dirais ça! se lamenta Zook

Les chasseurs commencèrent à virevolter entre les buildings, dont certains étaient littéralement éventrés. Des immenses débris de béton jonchaient les rues désertes de la capitale et des explosions se faisaient régulièrement entendre de ci de là. Kern passa à pleine vitesse juste à côté d’un immeuble auquel le sommet avait été arraché par une frappe orbitale. C’est précisément à ce moment là que la façade nord de la structure s’écroula sur elle-même, déversant des milliers de gravats et provoquant un épais nuage de fumée.
Les deux poursuivants Senkis n’eurent pas d’autres choix que de pénétrer le nuage, volant quasiment à l’aveugle.
-C’est le moment d’en profiter! lança Kern
Aussitôt, il fit dessiner un looping à son vieux vaisseau qui ne sembla guère apprécier la manœuvre, au même titre que les Anges Noirs qui se retrouvèrent la tête à l’envers. Mak sentit la nausée le gagner au moment où le vaisseau d’évacuation finissait sa figure, se retrouvant de fait derrière les chasseurs Senkis.

Kern se saisit sans perdre de temps d’un joystick qu’il tira vers lui. Des salves furent alors projetées vers ses cibles et allèrent s’écraser sur leurs déflecteurs. Kern maintint un feu nourri et parvînt à toucher les turbines d’un des deux appareils Senkis. Celui-ci explosa violemment, se brisant littéralement en deux. La carcasse alla s’écraser sur le sol, s’enfonçant dans le bitume et effectua plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser. L’appareil Senkis restant tourna brutalement dans une petite artère, aussitôt imité par Kern qui était décidé à ne pas le lâcher.
Regardant les bâtiments qui défilaient à une vitesse prodigieuse autour de lui, Endy remarqua aussi que la rue allait en se rétrécissant, limitant considérablement les manœuvres.
-J’espère que tu sais ce que tu fais! demanda-t-il à Kern
Celui-ci ne répondit pas, car il était bien trop occupé par son pilotage. Sentant qu’il risquait de se faire distancer par le Senkis, le capitaine des Anges Noirs ouvrit de nouveau le feu, touchant légèrement sa cible. Mais cela suffit à déséquilibrer la course du chasseur - œuf qui alla percuter de plein fouet un building moderne, relativement épargné jusque là par les frappes orbitales. Le chasseur pénétra violemment dans la structure tout en explosant, propulsant des débris de pierre et de métal qui convergèrent vers le vaisseau de Kern. Écarquillant les yeux de stupeur, le Ferlusien les évita au dernier moment et poursuivit sa course. Mais débarrassé de son dernier ennemis, il put enfin ralentir et s’enfoncer dans son fauteuil avant d’expirer bruyamment.

Un silence imposant tomba dans le vaisseau alors que Tel venait contempler le paysage apocalyptique qu’offrait la capitale dévastée. Il n’en crut pas ses yeux. Ces lieux qui il y a encore quelques jours regorgeaient de vie n’étaient plus à présent qu’un immense et impensable cimetière.
Il regarda Kern d’un air triste, et celui-ci ne sut pas quoi lui dire. La seule chose qui lui vînt à l’esprit fut:
-Je suis…désolé pour Eylin.
-Nous le sommes tous, s’empressa d’ajouter Zook en mettant sa main sur l’épaule de son commandant.
Celui-ci regarda ses amis un par un avant de répondre d’un air las:
-Pas autant que moi.
S’affalant de nouveau, il se mit à sangloter:
-Mais bon sang, comment a-t-on pu en arriver là? Ma femme est morte, Eljy est peut-être blessé où pire, notre peuple est traqué et exterminé et nous ne pouvons strictement rien faire pour empêcher ce désastre!
-Ne perdons pas espoir, c’est tout ce qu’il nous reste.
Tel releva les yeux vers Mak et lui demanda:
-Comment crois tu que l’on puisse s’en sortir?
-Je n’en sais rien mais je sens venir la mère de toutes les batailles, celle qui décidera de notre avenir, celle qui déterminera si notre monde retrouvera la lumière où basculera définitivement dans les ténèbres, celle où se jouera notre dernière et ultime chance…
Mak laissa sa phrase en suspens pendant quelques secondes avant de conclure:
-Et je ne sais pas vous, mais moi j’ai bien l’intention de la saisir!
Le vaisseau d’évacuation prit alors la direction du complexe souterrain, volant au milieu d’un immense champ de ruines.
Modifié en dernier par Darkwilliam le Dim 29 Oct 2006 - 11:42, modifié 2 fois.
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Dim 29 Oct 2006 - 11:21   Sujet: 

Voilà un chapitre qui plaira sans nul doute aux afficionados des Anges Noirs, tant les éléments qui ont fait leur succès sont présents : action, rythme et humour ! Sans oublier le brin d'apocalypse et de chaos qui va très bien à ce nouveau tome :)

Nous retrouvons nos Anges là où nous les avions laissé, et nous voilà embarqués dans un chapitre plein d'actions, dans un ascenseur nottament, et les Senkis tombent comme des châteaux de cartes mais rien de trop beau rien de trop cher pour sauver Tel :wink:

Dans cette partie donc je dirai que les scènes acceptent bien le rythme que DW a voulu leur souffler, on accroche un peu parfois (surtout sur la répétition des "C'est alors que..." les cela etc... et je pense que le meilleur moyen de dynamiser les scènes est de limiter les à-coups). Les dialogues boostent bien l'action :ange:

Les derniers chapitres se profilent et promettent un mélange riche d'action et de chaos pour ce volet vraiment très bons... mais qui me paraît déjà trop court :o A moins que tu ai décidé d'allourdir un peu la donne :wink:

Lu et approuvé 8)
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 29 Oct 2006 - 11:40   Sujet: 

Muchas gracias Kamo! :wink:

Ravi que ce chapitre t'est plu! Pour la suite, j'ai commencé à l'écrire et c'est vrai qu'on s'approche de la fin! Il ne reste plus qu'à tout mettre en place et se sera alors bon pour le feu d'artifice final! 8)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Dim 29 Oct 2006 - 12:39   Sujet: 

Cher DW, tu connais mes nouvelles fonctions sur le web&mon emploi du tps commercial est vraiment astreignant dc je vais profiter d'une matinée libérée cette semaine pr me replonger ds ce nouveau bain d'aventures angenoirien Mission de Sauvetage Die Hard 4.

Bonnes vacances à toi en passant, moi je n'ai que des bouts :( .
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 29 Oct 2006 - 12:54   Sujet: 

OK, pas de problème Lowie! :wink:
Tu auras l'avantage de lire les deux parties de la Mission de Sauvetage à la suite! :D
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Mer 01 Nov 2006 - 11:13   Sujet: 

Hop hop petit passage éclair pour signaler que je n'aurai peut-être pas le temps de poster le chapitre X cette semaine! Et oui, j'ai pas mal d'autres trucs à faire malgré le fait que ce soit les vacances.:wink:

M'enfin au pire, ce sera pour la semaine prochaine! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Django » Sam 04 Nov 2006 - 1:42   Sujet: 

Salut DW,

Me revoila, je reprend du service aprés un déménagement. Je viens du copier le tome 4 des Anges Noirs le peu que je viens de lire et du même accabis que les précédents. je vais donc lire les chapitres et je mettrai mes commentaires plus tard.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 04 Nov 2006 - 10:13   Sujet: 

Eh Django! Cela fait bien plaisir de te revoir parmi nous et surtout dans la section FF!! :)

J'espère que le tome 4 te plaira autant que les précédents! En tout cas, bonne lecture! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Jeu 16 Nov 2006 - 10:29   Sujet: 

Pour les impatients, je tiens à préciser que le prochain chapitre devrait être enfin :D disponible en début de semaine prochaine :wink: (malheureusement pas ce week end car je ne rentre pas chez moi donc je n'ai pas Internet! :( )
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Django » Sam 18 Nov 2006 - 0:52   Sujet: 

Salut DW,

Voila, je viens de finir de lire les 9 premiers chapitres du 4° tome des Anges Noirs.

WAOUUUUUUUUUUU!!!!!!!!!!!!!

Je reconnais bien là ta patte d'écrivain qui est de plus en plus en progrès. Es-tu sur de ne pas vouloir en faire ton métier? Les descriptions sont toujours aussi excellentes Et nos héros préférés toujours aussi farfelus et têtes brûlées. J'attends la suite avec impatience.

@ plus
Modifié en dernier par Django le Dim 19 Nov 2006 - 1:10, modifié 1 fois.
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Dark Maul877 » Sam 18 Nov 2006 - 22:15   Sujet: 

Excellent chapitre que voici avec de l'action, un rythme effréné et enfin, de l'humour !

Tous les ingrédients des Anges Noirs sont là. Ca se lit très rapidement grâce à la rapidité de l'action. On est vraiment happé dans l'histoire et on espère que les AN vont réussir à s'en sortir (c'est qu'ils sont résistants ces Senkis) !

Bref, encore un très bon chapitre qui est bourré d'action à 200% :)
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Darkwilliam » Lun 20 Nov 2006 - 13:48   Sujet: 

Merci les gars, ca fait toujours plaisir de lire des avis aussi enthousiastes. :) Allez tiens, pour féter ça, je poste le chapitre suivant (il m'en aura fallu du temps! :D )




Chapitre X

La Dernière Chance


Tandis que le Maître du Culte Ferlusien était acculé dans le Saint Lieu par le Guide Senkis après que celui-ci ait transformé des milliers de fidèles en esclaves serviles, les Anges Noirs ont mené une audacieuse et impensable mission de sauvetage au cœur des forces ennemies pour libérer Tel. Parvenus à s’enfuir, ils doivent à présent tenter l’impossible: mettre sur pied un plan capable de repousser ces terribles envahisseurs. Pendant ce temps là, chacun des héros se retrouvent en grande difficulté: alors que Eljy et Miller doivent trouver un moyen d’échapper à leurs poursuivants, Neeta est partie chercher son enfant en espérant qu’il ne soit pas trop tard. Quant à Wellan Bossel, impuissant face à l’anéantissement programmé de son monde, son unique espoir réside dans la fondation d’une alliance, celle de la dernière chance…



Le Consul n’en crut pas ses yeux quand il vit les Anges Noirs, accompagnés de Tel, sortirent indemnes du vaisseau Senkis. Celui-ci était d’ailleurs dans un bien piteux état, car la coque était enfoncée où brûlée en de multiples endroits, preuve que le commando Ferlusien était passé tout proche de la catastrophe.
Bossel s’approcha et serra vigoureusement la main du commandant Hoke avant de le regarder droit dans les yeux:
-Vous ne pouvez pas savoir à quel point je suis heureux de vous revoir commandant!
-Merci Consul, sachez que c’est également un plaisir que de se retrouver au milieu des siens.
-Écoutez Tel, pour ce qui est d’Eylin, je…
-Je préférerai éviter d’en parler, assura aussitôt Tel le regard sombre.
Bossel parut vraiment désolé:
-Mais, c’est moi qui lui ait demandé de prendre le commandement du Rage de Vaincre! Je suis responsable de sa mort!
-Bien sûr que non! Seuls les Senkis sont coupables et seuls eux doivent être châtiés pour leurs fautes. Ne vous accusez pas à leur place, ils ne le méritent pas!
Wellan se tut alors. Tel regarda autour de lui avant de s’exclamer:
-A ce que je vois, vous avez réhabilité le Complexe souterrain!
-Disons plutôt que nous tentons de maintenir notre présence d’une manière où d’une autre dans la capitale, même si c’est sous terre.
-La situation a-t-elle évoluée? demanda Mak en s’avançant
Ce fut Kenel qui répondit:
-Oui…mais pas comme nous l’espérions! Tous les points stratégiques de la ville sont tombés, nous ne contrôlons plus rien! Je pense même qu’il ne faudra pas longtemps aux Senkis pour nous repérer et venir nous traquer ici!
-Nous n’en arriverons pas là, fit Bossel d’une voix calme.
Les Anges Noirs le dévisagèrent en même temps avant que Kern ne fronce les sourcils:
-Que voulez vous dire? Notre sort paraît pourtant inéluctable!
-J’ai bien l’intention de jouer nos dernières cartes dans une ultime bataille, une bataille qui scellera notre avenir pour de bon!
Kenel s’exclama:
-Mais comment? Dois je vous rappeler que nous avons pris une sacrée dérouillé lors du premier affrontement? Nous n’avons plus de croiseurs de combat, ils ne nous restent plus que des chasseurs dont certains sont en bien piteux état! En aucun cas, ils ne pourraient attaquer les vaisseaux capitaux ennemis!
-C’est exact, nous n’avons pas de vaisseau de guerre mais nous pouvons en trouver!
-J’avoue que je ne vous comprends pas très bien, lança Tel.
-Moi je vois où il veut en venir, dit calmement Kern qui se remémorait à présent les propos de Bossel avant qu’il ne parte pour sauver Tel.
Le Consul se mit à déambuler dans le laboratoire tout en parlant:
-Votre mission de sauvetage a eu un autre mérite que celui de permettre au commandant Hoke de retrouver la liberté, elle a aussi attiré l’attention des Senkis sur vous, ce qui a permis à deux petits vaisseaux de transports de se poser sans encombre sur la planète.
-Et que pourrait nous apporter ces visiteurs? demanda à son tour Will Lyam
Bossel pivota lentement vers lui avant de déclarer:
-Des vaisseaux capables de repousser les Senkis!
Tel parut à la fois intéressé et impressionné:
-Et où sont-ils ces alliés providentiels?
C’est à cet instant précis que deux voix graves se firent entendre:
-Ici même!
Les Anges Noirs se retournèrent aussitôt vers la porte du laboratoire, découvrant deux grands individus qui se tenaient côte à côte: un Kotorn et un Neylanais. Tous deux portaient les atours des Chefs d’État…


Eljy et Miller couraient dans l’immense forêt qui entourait le réseau de galerie qui avait autrefois constitué le camp de base des Brigands de l’Ombre. Celui ci était à présent aux mains des Senkis. Respirant difficilement, Miller ralentit avant de poser ses mains sur ses genoux:
-Piou, je devrais faire du sport moi!
-Relativise Miller, tu n’es pas bon à la course mais tu es un maître dans l’art de la trahison, du vol, de la supercherie et du mensonge! On ne peut pas être bon partout!
-Quand est-ce que tu vas arrêter de me critiquer?
-Ah bon, parce que cela ne te fait pas plaisir que je mette en avant tes « qualités » de voleur?
-Bon ça va!
Miller avança de nouveau et s’arrêta devant un petit abri en bois, qui dissimulait deux speeder bike apparemment intacts.
-Voilà comment on va rejoindre la capitale!
Eljy ne répondit rien mais fut intérieurement très soulagé d’avoir trouvé un moyen de distancer les Senkis qui les poursuivaient probablement.

C’est alors que des bruits de pas vinrent des buissons environnants. Dégainant immédiatement leurs blasters, les deux frères s’apprêtèrent à tirer, restant sur le qui vive. Au bout de quelques secondes qui parurent interminables, les branches d’un bosquet s’écartèrent, révélant une splendide jeune femme.
-Klara! Tu as réussi à t’en sortir vivante! s’étonna Miller
-Pas grâce à toi en tout cas!
-Allons, tu sais bien que je n’aurai pas pu t’abandonner, j’allais revenir te chercher!
-Bah tiens, lança Eljy sur un ton sarcastique.
Miller le foudroya du regard avant de désigner les speeder bike:
-Ne perdons pas de temps, il ne faut pas traîner dans le coin car il va rapidement grouiller de cochonneries métalliques!
Miller enfourcha alors un des véhicules. Klara monta sur le deuxième et regarda Eljy:
-Vous venez?
-Avec plaisir!
L’Ange Noir grimpa derrière la jeune femme, lui offrant une vue imprenable sur ses formes particulièrement attirantes. Klara s’exclama alors d’une voix coquine :
-Je vous sens tendu !
-Vous ne devriez pas vous en étonner !
-Tiens donc ?
Il y eut un court silence, qui permit à Eljy d’écouter les bruits de la forêt, et particulièrement les chants apaisants des petits oiseaux. Puis, Miller fit démarrer son speeder bike dans un bruit caractéristique avant de commencer à manœuvrer. Klara en fit de même et lança à son passager :
-Accrochez vous à ma taille !
-Entendu !
Eljy obtempéra et il se passa à peine deux secondes avant que Klara ne lui fasse remarquer :
-J’ai dit « à ma taille » !
-Oh la boulette, pardon ! répondit Eljy en retirant ses mains de la poitrine généreuse de la contrebandière.

Les deux speeder bike progressaient à présent à une vitesse modérée. Celle-ci avait l’avantage d’éloigner rapidement les Ferlusiens de la concentration de soldats Senkis, mais aussi de permettre aux conducteurs de slalomer sans trop de danger entre les grands arbres de la forêt.
Progressant côte à côte, les deux engins prenaient à présent la direction de la capitale Ferlusienne. A vrai dire, Eljy ne savait pas très bien ce qu’il ferait après. Il chercherait probablement à rejoindre ses amis, en admettant qu’ils soient encore là, où même…qu’ils soient encore en vie. En tout cas Eljy était certain d’une chose, il n’abandonnerait pas sa planète sans combattre. Il était prêt à mourir pour Ferlus, et à vrai dire, durant ces 5 dernières années, sa vie avait constitué à prendre le risque de se sacrifier pour son monde. Quelque part, la situation actuelle n’était pas bien différente de celle de d’habitude. Même si cette fois, les chances qu’il y laisse vraiment la vie était pour le moins élevées. Trop même !

Tout à coup, un vrombissement de turbines se fit entendre, augmentant petit à petit, preuve qu’il se rapprochait. Eljy fronça les sourcils, se demandant bien ce que cela pouvait être. Regardant derrière lui tout en se tenant toujours à Klara, il vit soudain un vaisseau de transport Senkis surgir de derrière les hauts arbres et se lancer immédiatement à la poursuite des speeder bike.
-Ca se complique, on a de la compagnie ! hurla l’Ange Noir à la pilote pour que celle-ci puisse l’entendre malgré le bruit provoqué par le déplacement d’air.
-Alors, on a pas le choix…
Aussitôt, Klara accéléra violemment et Eljy du se cramponner pour ne pas tomber à la renverse. Miller, avisant lui-même du danger, effectua la même manœuvre. Le vaisseau Senkis continua sa progression, rasant la cime des arbres.

Alors qu’il voyait les arbres défiler autour de lui à une vitesse impressionnante, Eljy s’écria :
-Il faut trouver un moyen de se débarrasser de nos poursuivants !
-Je ne vois pas lequel, rien ne pourra percer leur coque !
Puis, la forêt commença à devenir plus dense, obligeant les pilotes à faire preuve d’un grand talent et de vifs réflexes. Mais ils ne ralentirent pas pour autant, slalomant entre les obstacles. Eljy crut que sa dernière heure était arrivée quand son speeder bike frôla de quelques centimètres à peine un tronc avant de traverser sans hésiter un buisson broussailleux.
Mais malgré cette conduite très risquée, le vaisseau Senkis les rattrapait inéluctablement. De plus, il avait l’avantage de surplomber la forêt, suivant de fait à la trace les fugitifs Ferlusiens. C’est alors que les portes latérales du vaisseau de transport ennemi coulissèrent sur elle-même, dévoilant des soldats Senkis prêt à passer à l’attaque.
-Ca sent le roussi ! maugréa Eljy en se saisissant de son blaster
-Accroche toi, on va prendre des risques pour les distancer !
-Ah parce que ce n’est pas ce que l’on faisait déjà là ?
Le speeder accéléra encore, dans un puissant rugissement de turbines. Progressant en parallèle à celui de Miller, le speeder de Klara monta à pleine vitesse sur une petite bute, ce qui fit littéralement décoller l’engin avant de le ramener près du sol. C’est à ce moment là que les Senkis ouvrirent le feu, tentant de détruire les engins motorisés. Un laser s’écrasa à quelques centimètres d’Eljy qui riposta aussitôt. Le vaisseau Senkis se positionna alors au dessus de ses proies et sans hésiter, deux soldats sautèrent dans le vide, espérant retomber sur les speeder. Mais Eljy fut plus prompt et tira sur l’un des deux assaillants. Le laser lui perfora l’intestin et le Senkis fut dévié dans sa chute contrôlée. Il s’écrasa sur le sol, manquant de peu l’arrière du speeder. L’autre fut descendu par Miller qui tout en pilotant, tirait un peu à l’aveugle. Le corps métallique rebondit sur le sol et un bras fut arraché et propulsé en arrière.

Mais les Senkis ne semblaient pas vouloir abandonner leur attaque. D’autres soldats se présentèrent à l’extrémité de la rampe du vaisseau, prêt à passer à l’action. Pendant ce temps là, les deux speeder croisèrent leurs routes pour éviter un gros rocher. Concentré sur sa conduite, Miller avait les mains serrées sur son manche de direction et avait l’impression d’être dans un jeu vidéo. Les arbres défilaient à une vitesse prodigieuse et il parvenait par miracle à les éviter. Miller était un bon pilote mais honnêtement il n’aurait pas cru tenir autant de temps à cette vitesse là. C’est alors qu’un tir ennemi toucha l’arrière de son speeder, qui partit aussitôt en crabe, propulsant également une grosse gerbe de terre fraîche. Miller vit alors qu’il fonçait tout droit sur un tronc, désespéré, il braqua dans le sens inverse et évita à l’ultime seconde l’obstacle, raclant même sa carrosserie contre l’écorce.
-Je suis trop vieux pour ses conneries moi ! jura le Ferlusien en essuyant rapidement la sueur qui dégoulinait sur son front.

Un Senkis prit alors la décision de sauter à son tour. Eljy tenta de l’abattre mais il n’y parvînt pas. Ce qui suivit fut très bref mais terriblement intense et improbable. Le Senkis retomba en équilibre parfait juste derrière Eljy qui n’en crut pas ses yeux. Aussitôt le Senkis réaffirma sa position alors que le speeder, déséquilibré par le poids de l’envahisseur, heurta violemment le sol, émettant ainsi un bruit mécanique inquiétant. Mais il reprit malgré tout sa course folle.
Klara se retourna et voulut tirer à son tour mais le Senkis fut très rapide et il lui administra un coup de pied en plein poignet. Le blaster vola dans les airs et rebondit sur le sol, s’éloignant rapidement. Eljy tenta alors d’éliminer le Senkis mais une nouvelle fois celui-ci para l’attaque en attrapant le poignet du jeune pilote. Il commença alors à le lui broyer, faisant craquer les os. Eljy serra les dents et eut alors le réflexe de sortir le couteau qu’il portait toujours sur lui. Il le planta de toutes ses forces dans la chaire de son adversaire, au niveau de la cuisse. Alors que du sang noirâtre s’écoulait de sa blessure, le Senkis poussa un cri terrifiant mais relâcha aussi son emprise sur Eljy. Celui-ci en profita pour tirer à bout portant sur sa cible. Le Senkis fut touché trois fois au niveau du torse et c’est dans un flot d’étincelles qu’il bascula définitivement à la renverse. Il s’écrasa lourdement sur le sol et sa tête se fracassa sur des petits rochers plats.
-Moi qui pensais que les Senkis étaient des têtes de pioches ! s’exclama l’Ange Noir en souriant.

Si Eljy était pour le moment sorti d’affaire, il du bien vite se rendre compte qu’il ne se débarrasserait pas facilement du vaisseau ennemi qui volait toujours à vive allure au dessus de sa tête.
Mais surtout le jeune pilote n’avait pas non plus vu qu’un Senkis avait également réussi à grimper sur le speeder de son frère. Celui-ci chercha tout d’abord à maintenir la course de son véhicule avant de se retourner pour voir ce qu’il se passait. Il tomba alors nez à nez avec le canon du fusil incorporé du soldat Senkis. Miller déglutit avec difficulté et vit alors son existence défiler devant ses yeux apeurés…


Confortablement installés autour de la grande table de réunion en acier, les Anges Noirs pouvaient pour la première fois rencontrer les dirigeants respectifs de Neylan et Kotorn.
A ce titre, Kech Nem avait pris la tête de la nation Neylanaise après la mort de Fech Helm, l’ancien dirigeant, lors de la guerre sanglante qu’avait provoqué Konn Keveers. Grand homme maigre, Kech avait les cheveux noirs mi-long et des yeux d’un vert perçant. Il avait posé ses très longues mains sur la table froide et bougeait de temps en temps la tête pour observer ses interlocuteurs.
Quant à Belen Mred, il incarnait la nouvelle autorité sur Kotorn et apparaissait comme la seule personne capable de relever le peuple Kotorn après le règne destructeur de Cel Dreq. Belen était imposant et ses griffes menaçantes contribuaient à le rendre effrayant. Toutefois, tout le monde s’accordait pour le décrire comme un individu sensé, responsable et diplomate. De surcroît, il avait insisté pour poser les jalons d’une relation stable et pérenne avec Ferlus dès son accession au pouvoir.

Kern n’arrivait pas à croire que les trois dirigeants du système soient réunis dans une même salle, pour tenter de trouver une solution à la terrible crise qui les frappait. Des souvenirs affluèrent dans l’esprit du capitaine des Anges Noirs, datant de l’époque où il se tenait dans cette même salle alors que l’Empire venait d’envahir Ferlus. Les temps avaient bien changé mais surtout Kern espérait que l’alliance qui allait peut-être être signée aujourd’hui serait plus honnête et crédible que celle qui avait temporairement réuni les trois nations il y a quatre ans de cela. Kern était optimiste car il savait que les dirigeants Kotorn et Neylanais n’avaient aucune velléité offensive contre Ferlus.

Bossel prit enfin la parole après s’être assuré que ses invités aient reçu des rafraîchissements:
-Au nom du peuple Ferlusien, je tiens à vous remercier de votre venue sur cette planète. C’est une action très courageuse.
-Nous sommes conscients de la nécessité de nous entretenir sur la menace que représente les Senkis, assura Belen dans un basique hésitant.
-Et j’ajouterai que nous avons conscience que nos planètes sont en danger, fit Kech.
-Vous m’en voyez rassuré. Si Ferlus tombe, Neylan et Kotorn seront irrémédiablement les prochaines cibles sur la liste.
-A-t-on une idée de la méthode à utiliser pour repousser ces envahisseurs? demanda le Chef Suprême des Kotorns
-Malheureusement non. Nous n’avons eu aucune chance lors de notre première confrontation. Leurs vaisseaux ont une puissance de feu destructrice, quant à leurs boucliers, ils sont apparemment indestructibles.
-Dans ce cas là, je ne vois pas bien ce que nous pourrions faire, s’exclama Kech.
Ce fut Tel qui prit la parole:
-Au contraire, c’est en nous unissant que nous avons le plus de chance de trouver une solution.
-Que voulez vous dire?
-Que nous sommes dans une épreuve de force! Si nous voulons vaincre, il faut que nous concentrions nos frappes, que nous leur balancions tous que nous avons! En clair, nous devons nous allier militairement et jeter toutes nos forces dans une bataille décisive !

Un silence pesant tomba dans la salle. Bossel regarda ses invités avant de déclarer:
-Je sais que nous vous en demandons beaucoup et que vous pourriez avoir l’impression de venir défendre Ferlus. Mais ayez bien à l’esprit que cette alliance représente notre ultime opportunité de repousser les Senkis. Désunis, nous sommes condamnés à l’extermination!
Les deux dirigeants se regardèrent pendant quelques secondes avant que Belen ne dise:
-Comme vous le savez, nos capacités militaires sont assez limitées depuis que nous avons perdu la guerre qui nous a opposé, cependant, il nous reste des forces et nous sommes prêts à les mettre au service d’une coalition.

Bossel ne put s’empêcher d’exprimer son soulagement. Il se leva et alla serrer fermement et chaleureusement les mains de ses homologues avant de s’exprimer de nouveau:
-Autrefois, nous nous déchirions pour contrôler le système mais aujourd’hui, nous allons combattre ensemble pour le protéger. Louez soit votre sagesse, vous avez pris la bonne décision.
-Nous l’espérons.

Soudain, des éclats de voix se firent entendre, venant de l’extérieur de la salle de réunion. Kern et Tel se levèrent instinctivement, alors que la voix qui criait se faisait entendre de mieux en mieux :
-Laissez moi passer, je dois parler au Consul! Mais laissez moi, bon sang!
Les portes de la salle s’ouvrirent alors brusquement, dévoilant le Maître du Culte, talonné de près par deux gardes qui avaient dégainé leurs blasters. En voyant Delen Daylis, Bossel bondit de son siège et s’écria:
-Vous, ici!
Visiblement en sueur et essoufflé, Daylis répondit aussitôt:
-Vous devez m’écouter, je détiens des informations cruciales sur les Senkis!

Bossel resta quelque secondes immobile, à dévisager le Maître du Culte qui retrouvait peu à peu son souffle. Enfin, le Consul Ferlusien s’exclama :
-Je ne pensais pas que vous parviendriez à nous retrouver ici !
-Que vous le vouliez ou non Bossel, je suis un des vôtres ! Et lorsque j’ai demandé de l’aide, on m’a indiqué ou vous trouver !
-Vous dîtes être l’un des nôtres mais pourtant vous étiez prêt à pactiser avec l’ennemi ! s’insurgea Kenel
Daylis fut visiblement troublé :
-Oui…je, je reconnais m’être égaré ! Mais comprenez moi, je cherchais à tout prix la Voie de la Sagesse et le Guide Senkis semblait être notre Prophète, celui dont nous attendions tous le retour pour nous sauver de nos péchés.
Bossel triompha :
-Et vous vous rendez compte à présent à quel point votre comportement a été puéril ! Vous vous êtes jeté dans les bras d’un envahisseur qui n’a que pour seule volonté de tous nous tuer !
Le Maître du Culte ne répondit rien, visiblement trop accablé pour pouvoir admettre sa bêtise. Bossel sembla quelque peu se calmer avant de déclarer :
-Vous disiez avoir des informations cruciales sur les Senkis, quelles sont-elles ?
A l’idée de pouvoir se racheter d’une manière où d’une autre, Daylis sembla se redresser et lança :
-Oui, j’ai vu les pouvoirs du Guide en œuvre et je sais quelle menace imminente pèse sur notre peuple où du moins sur tout ceux qui seraient tentés de s’allier avec les Senkis.
-Nous vous écoutons, le pressa Tel.
-J’étais sur la place du Saint Lieu avec des milliers de fidèles quand le Guide a débarqué. Au début, nous avons été interloqués par son apparence repoussante, nous ne comprenions pas comment notre Prophète pouvait avoir revêtu une apparence si hideuse. Et puis il nous a parlé et ses mots ont résonné en nous, ils nous permettaient d’entendre ce que nous avions toujours souhaité ! Ils parlaient de notre salut, de la Voie de la Sagesse, enfin la Prophétie se réalisait. Il n’y avait plus de doute, nous allions être sauvé et tout devenait clair ! Si le Guide était entré en guerre contre nous, c’est parce que nous l’avions agressé, parce que nous refusions son enseignement et sa sagesse !
Delen s’arrêta quelques instants puis il reprit son discours alors que tous les yeux étaient rivés sur lui :
-Puis le cauchemar a commencé ! Il a brandi un sceptre d’or qui a propagé une lumière aveuglante. Celle ci a enveloppé la foule de fidèle massée autour du Guide et…
-Et quoi ? demanda Bossel
-Cela les a transformé ! Ils sont devenus de serviles esclaves, des serviteurs dévoués du Guide !
-La Grande Transformation ! s’exclama Tel
Delen le regarda aussitôt :
-Oui, comment le savez vous ?
-J’ai moi même failli en être victime !
Le Maître du Culte poursuivit son discours :
-C’est une technologie qui dépasse notre entendement, elle a le pouvoir de transformer sciemment des hommes libres en de dociles serviteurs ! C’est alors que j’ai compris mon erreur, que j’ai réalisé que j’avais fait fausse route et que les Senkis étaient effectivement là pour nous éliminer ! Tout ceux acceptant de devenir l’un des leurs serait « sauvé » mais ceux qui refuseraient d’être leur esclave seraient systématiquement éliminés.
Bossel sembla réfléchir quelques secondes avant de dire :
-Votre témoignage concorde avec les rapports que nous avons reçus ! Ainsi donc le Guide est déterminé à réduire une partie de notre population en esclavage.
-Cela colle aussi avec ce que j’ai appris des Senkis, ils ont désespérément besoin de mains d’œuvre.
-Et pourquoi ça ? demanda Kenel
-Parce qu’en faisant le choix de vivre plus longtemps grâce à leur incroyable technologie, ils ont aussi renoncé à la joie d’enfanter.
-Les Senkis…sont stériles ? s’étonna Mak
-Une partie oui !
-Incroyable, souffla à son tour Endy.
Bossel se tourna de nouveau vers Delen Daylis et fronça les sourcils :
-Mais dîtes moi, puisque vous étiez sur la place du Saint Lieu, cela signifie que vous avez réussi à échapper à la Grande Transformation ?
Daylis parut troublé pendant quelques instants :
-Oui, mais pour dire vrai…j’ai parlé au Guide des Senkis.
-Quoi ? Vous vous fichez de nous là ?
-Non, j’ai tenté de me réfugier dans le Saint Lieu pour échapper à la cérémonie de la Grande Transformation. Malheureusement le Guide et ses Sénéchaux m’ont vu et m’ont poursuivi. J’étais acculé, je ne pouvais plus rien faire. A partir de là, tout s’est accéléré, je ne sais plus très bien ce qu’il s’est passé. Je me revois juste en train de sortir précipitamment du Saint Lieu, courant le plus vite possible pour m’éloigner des Senkis. Le Guide ne m’a pas suivi et j’ai eu la vie sauve. A partir de là, mon unique but a été de vous prévenir.
-On peut dire que vous avez eu de la chance ! s’exclama Zook sur un ton toutefois suspicieux
-Oui…je…je suppose ! Mais ce que j’essaye de vous dire, c’est que notre ennemi possède des pouvoirs extraordinaires, nous n’avons aucune chance de lui échapper ! Nous sommes condamnés à être anéanti !
C’est alors que Kenel lança :
-Tout ça est pour le moins inquiétant. Comme si on avait besoin de ça !
Puis il se retourna vers les deux dirigeants Kotorn et Neylanais qui étaient jusque là restés silencieux :
-Je commence à douter que même avec votre aide, nous ayons une chance de vaincre les Senkis.
-Ces êtres nous sont incontestablement supérieurs d’un point de vue technologique, admit Kech Nem.
Un sentiment d’abattement s’installa alors dans la salle de réunion et Tel du intervenir :
-Hé oh, je ne voudrai pas que l’on cède au défaitisme ici ! Nous ne sommes pas encore morts !
-Mais pour combien de temps ? s’énerva Bossel
Tel comprit que si Bossel lui-même commençait à baisser les bras alors il en était fini des espoirs de survie du peuple Ferlusien.
Kenel frappa alors à la fois de rage et de conviction sur la table, faisant trembler celle-ci. Puis il regarda Bossel et fit d’une voix solennelle :
-Nous avons besoin de l’aide de la Nouvelle République, coûte que coûte !
-Mais nous ne pouvons pas la prévenir, nos moyens de communication sont coupés, rétorqua le Consul.
-C’est bien pour cela qu’il nous faut aller la chercher, en vaisseau !
-Vous ne passerez jamais la barre de l’hyperespace, pas avec tous les chasseurs qui patrouillent en orbite.
-Je tente le coup ! Je préfère mourir en tentant de sauver ma planète plutôt qu’en attendant l’inéluctable.
-Bien parlé, je viens avec vous ! s’exclama Kern
Emporté par cet espoir communicatif, Endy bondit et hurla en levant le poing :
-Allez, c’est parti, on y va tous !
Kenel eut un petit sourire avant de déclarer :
-Je savais que vous alliez dire ça ! Mais je préfère y aller seul ! Pas la peine que vous périssiez avec moi là haut et puis si nous sommes nombreux, nous risquons d’augmenter la possibilité d’être repéré par les Senkis.
-Vous avez peut-être raison, admit Tel.
Zook s’approcha alors de Kellington et fit :
-Mais, ce n’est pas à vous de faire ça, c’est à nous, c’est notre rôle !
-Vous en avez déjà assez fait comme ça et si vous voulez mon avis, vous devez rester ici pour défendre Ferlus. Je suis certain que dans l’esprit de la population, vous êtes comme d’habitude notre dernier espoir. Ils attendent tous que vous réalisiez un miracle pour les sauver !
-Il n’y aura pas de miracle cette fois, nous ne sommes que des hommes, répondit Tel.
-Je le sais, mais eux, refusent de le croire !
Sur ces paroles, Kenel sortit de la salle, se dirigeant vers le hangar aux chasseurs. Kern attendit que la porte se referme derrière le chef de la sécurité avant de souffler :
-C’est du suicide !
Le Maître du Culte rétorqua alors :
-Il préfère ça à l’esclavage, qui peut lui en vouloir ?


Le chasseur de Kenel fila vers les étoiles, accélérant rapidement pour ne pas être détecté par les Senkis présents à la surface de la planète. Mais ce n’était pas ceux là qui inquiétaient le plus le jeune Ferlusien, c’était ceux qui patrouillaient en orbite inlassablement et qui se feraient sûrement un plaisir de l’anéantir s’ils parvenaient à le verrouiller.
A vrai dire, Kenel se doutait que sa mission avait des chances infimes de réussir. Il allait probablement à une mort certaine mais il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il se devait d’agir ainsi, qu’il devait essayer de contacter la Nouvelle République. Mais même s’il y parvenait, les forces alliées mettraient trop de temps à arriver dans le système des Trois Planètes, et Ferlus ne serait alors plus qu’un vaste champ de ruines, en admettant même que les Senkis laissent des ruines derrière eux. Au moins, peut-être la Nouvelle République pourrait-elle lutter pour défendre Kotorn et Neylan. Mais rien n’était moins sûr…
L’espace devînt noir autour du chasseur de Kenel qui continua d’accélérer. Il commença alors à calculer les coordonnées de saut hyperspatial qui lui permettrait de rejoindre l’espace contrôlé par la Nouvelle République.
Regardant autour de lui, Kenel ne vit aucun chasseur ennemi. Reprenant espoir, il poursuivit sa route, priant pour que l’ordinateur de navigation achève rapidement ses calculs.
Soudain, des points apparurent sur l’écran radar de Kenel et convergèrent aussitôt vers sa position. Le cœur du Ferlusien fit un bond : il avait été repéré, on l’avait pris en chasse ! Kenel constata alors que les signaux ennemis se rapprochaient rapidement, preuve que ses adversaires possédaient de redoutables chasseurs.
Poussant une série de juron, Kenel regarda son ordinateur et vit que celui-ci aurait entré les coordonnées du saut dans un peu moins d’une minute. Mais en une minute, il avait le temps de se faire désintégrer au moins deux fois.

Tout à coup, des lasers vinrent s’écraser sur ses boucliers déflecteurs, les affaiblissant quelque peu.
-Et merde !
Kenel empoigna fermement son manche et se lança dans une vrille piquée afin d’éviter les salves suivantes. Il donna toute la puissance qu’il restait dans les réacteurs et accéléra avant de remonter de façon vertigineuse. Les appareils ennemis réalisèrent la même manœuvre et continuèrent de tirer, finissant inéluctablement par atteindre leur cible. Des alarmes se déclenchèrent successivement sur le tableau de bord de Kenel qui commença à suer à grosses gouttes. Se lançant dans une série de manœuvre désespérée, il tenta de distancer ses poursuivants mais il comprit rapidement que c’était peine perdue.
De nouveaux points apparurent sur son radar et se dirigèrent vers lui, tentant visiblement de le prendre en étau. Le cœur battant la chamade, Kenel comprit qu’il allait mourir, il n’avait de toute façon pas la puissance de feu nécessaire pour affronter autant d’ennemis redoutables.
Il jeta un nouveau coup d’œil à son ordinateur : trente secondes ! Kenel fut tenté de sauter en aveugle, mais il hésita, sachant pertinemment ce que cela impliquait. Il pouvait très bien être désintégré en percutant une planète, un soleil ou même un vaisseau.
Une succession de tirs percutèrent les déflecteurs qui disparurent brutalement. Kenel redirigea la puissance pour tenter de conserver une infime protection, alors que des chasseurs Senkis le survolaient avant de faire demi-tour.
Des impacts se firent de nouveau ressentirent et l’alarme générale se déclencha, attestant de la destruction quasi immédiate du vaisseau. Encore dix secondes avant la transmission des coordonnées de saut ! Sentant qu’il n’avait de toute façon plus le choix, Kenel enclencha l’hyperpropulsion. Les lignes du temps et de l’espace semblèrent se déformer brutalement puis le chasseur disparut laissant les appareils Senkis sans proie.


Wellan Bossel venait de terminer les mises au point nécessaires au bon déroulement du processus d’alliance qu’il venait de signer avec les dirigeants Kotorns et Neylanais. Las, il s’affala dans un fauteuil et son regard vînt immédiatement se poser sur le Maître du Culte qui se tenait immobile, ne sachant visiblement pas quoi faire :
-Savez vous piloter Daylis ? demanda Bossel
-Non.
-Dommage, vous auriez pu vous battre lors de notre ultime bataille. Tant pis, je suppose que vous attendrez le dénouement caché ici !
-Je…je…
-Vous pouvez disposer, le coupa Bossel avec un vague geste de la main.
Le Maître du Culte ouvrit alors la porte et sortit. A peine avait-il refermé la porte derrière lui qu’un sourire intriguant et menaçant apparut sur son visage.

Et une lueur rouge brilla subrepticement au fond de ses yeux…
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Sam 25 Nov 2006 - 15:34   Sujet: 

Après l'avalanche d'action des chapitre précédent, cette "Dernière chance" pose les bases du dernier combat des Anges et d'arrières bien assurés telles que les Kotorns, les Neylanais, et surtout la Nouvelle République 8).
Un rien coquin, bavard et moins pessimiste que le début du Tome, ce Chapitre X joue les intermédes entre de l'action et... de l'action :wink: Toujours très bien écrit, sans gros accrochages, ça se lit toujours aussi bien. Bref, la fin du tome s'annonce chargée et j'espère que le 11 ne tardera pas trop :ange: 2007 sonnera-t-il le glas de ce tome IV ? Ou la Venue Du V ? :P :P :P
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 25 Nov 2006 - 17:53   Sujet: 

Merci Kamo pour ton avis! :)
C'est vrai que ça sent la fin de Tome, ce qui m'arrange un peu en fait, étant donné que maintenant j'ai de nouvelles responsabilités qui me prennent pas mal de temps. M'enfin, je vous réserve quand même une fin aux petits oignons! 8)

A la fin du Tome 3, je m'étais promis que c'était le dernier et voyez ce qu'il en est advenu! :D
Là je me promets que c'est le dernier, j'espère avoir un peu plus de volonté! :D

J'ai commencé à écrire le chapitre XI, mais je ne sais pas quand je l'aurai terminé! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dark Maul877 » Ven 01 Déc 2006 - 21:43   Sujet: 

Excellent chapitre avec plusieurs situations parallèles où les personnages sont dans de mauvaises situations: j'adore ça ! Il est long mais les dialogues font qu'il se lit vite et facilement.

Le suspence est toujours au rendez-vous avec des rebondissements à couper le soufle. On hâte d'avoir le prochain chapitre sous les yeux :D
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Lowie » Dim 03 Déc 2006 - 19:12   Sujet: 

Enfin moins overbooké ces temps-ci, l'effet Noël joue :D , je vais pouvoir remanger en plat de résistance les Derniers Résistants qui je l'espère ne résisteront pas à mon appétit goulu de wookiee :ange: .

@+++ l'ami Face d'Ange DW of course le prince des Anges Noirs pr le sauvetage en deux parties...
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Lun 04 Déc 2006 - 9:05   Sujet: 

Merci Dark Maul877 pour ton avis! Oui, j'aime bien foutre tout le monde en difficultés, ca multiplie les intrigues et donc les rebondissements. 8)

Lowie, ravi de savoir que tu vas pouvoir rattraper ton retard mais ne traîne pas car j'ai bien avancé dans l'écriture du chapitre XI. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Mar 12 Déc 2006 - 13:09   Sujet: 

Tiens, pour ceux que cela intéresse, j'ai fini d'écrire le chapitre XI hier soir et je pense donc le poster (après l'avoir fignolé) soit demain, soit jeudi. :wink:

Au programme, le dénouement se rapproche... 8)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Django » Mar 12 Déc 2006 - 20:55   Sujet: 

Chouette voila de la lecture en perspective.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Darkwilliam » Jeu 14 Déc 2006 - 16:08   Sujet: 

Et voilà donc le chapitre XI qui nous amène sur un rythme soutenu vers la Bataille Finale!! 8) :D









Chapitre XI :

Survivance


Alors que les Ferlusiens tentent de mettre sur pied une coalition militaire capable de combattre les Senkis, Eljy et Miller sont aux prises avec leurs soldats et se retrouvent en grande difficulté. Quant à Neeta Hay, seule dans l’immensité des ruines de la capitale, elle espère ne pas arriver trop tard pour sauver son enfant…

Mak Hanton faisait les cent pas dans les longs couloirs lugubres du complexe souterrain. Il se comportait comme un lion en cage, visiblement contrarié mais aussi impatient de passer à l’action. Endy était tout comme lui dans ce dernier cas, rester à attendre le minait de l’intérieur. Seulement, Bossel avait été clair, avant de passer à l’action, les forces de la coalition devaient se rassembler au dessus de Ferlus.
Endy sentait peu à peu la tension monter en lui. Il était jeune et avait toujours été insouciant mais l’invasion des Senkis l’avait considérablement aidé à mûrir. Voir autant de morts, de destructions avait rapidement forgé son caractère et l’avait endurci. Mais il avait surtout du mal à concevoir que son existence touchait peut-être à sa fin et que si la coalition ne remportait pas la mère de toutes les batailles qui se profilait à l’horizon, alors le système des Trois Planètes ne reverrait jamais la lumière. C’était quelque chose de dérangeant car de surcroît Endy n’arrivait pas à concevoir sa mort. A vrai dire, il n’y avait jamais pensé, persuadé qu’il avait encore d’innombrables années d’existence devant lui. Eylin devait sûrement penser la même chose…mais voilà, l’histoire en avait décidé autrement, les Senkis en avaient décidé autrement.
Cherchant à ne plus penser à l’importance de l’affrontement qui allait bientôt se dérouler dans les cieux Ferlusiens, Endy vint se poster devant Mak, le forçant à s’arrêter. Hanton avait considérablement changé. Zook avait raconté à Endy comment le jeune homme était avant de rencontrer Neeta. Il l’avait décrit comme un séducteur invétéré et surtout un casse cou de premier ordre. Le fait d’être un mari puis un père avait bouleversé son comportement. Mais par-dessus tout, c’était les deux guerres successives qu’il avait vécu qui l’avaient également transformé. A à peine 30 ans, Mak Hanton avait déjà vu et vécu plus de terribles batailles que de raison.
-Tu vas arrêter de tourner en rond !
-Je ne peux pas, cela m’occupe l’esprit.
-A quoi penses-tu ?
-A ma femme, je n’aurai jamais du la laisser partir seule ! C’était une erreur !
-Si j’ai bien compris, c’est elle qui a voulu y aller seule.
-Et bien j’aurai du insister ! La ville grouille de Senkis, ses chances de réussite sont infimes.
-Ais confiance en elle, j’ai rarement vu une femme aussi courageuse. Elle y arrivera.
Mak se tu pendant quelques instants avant de fixer son ami du regard :
-J’espère surtout qu’elle sauvera notre enfant.
-Le sauvera ? Que veux tu dire ?
-Tu as entendu ce qu’ont dit le Maître du Culte et Tel, les Senkis ont besoin de trouver des esclaves ou des êtres qui accepteront d’embrasser leur cause !
-Oui et alors ?
-Alors…que crois tu qu’ils feront des nouveaux-nés qu’ils trouveront ?



A bord de l’un des immenses vaisseaux de guerre Senkis, le Guide ne se lassait pas de regarder Ferlus être mis à feu et à sang. De là où il était, il pouvait discerner les petites tâches orange qui traduisaient en fait la violence d’immenses incendies à la surface de la planète. Le Guide sourit puis se retourna vers ses Sénéchaux qui patientaient depuis près de cinq minutes. Mais ils n’auraient jamais eu le culot d’importuner le Guide lors de ses réflexions, cela aurait été considéré comme un acte de défiance. Le Guide fit alors de sa terrifiante voix métallique :
-[Où en sommes nous ?
-Les esclaves qui ont eu l’honneur de subir la Grande Transformation ont été massés dans les soutes de nos vaisseaux. Ils y attendent docilement qu’on leur assigne un groupe de travail où une tache. Je peux d’or et déjà vous assurer que seuls les plus vaillants serviront notre cause, les autres seront jetés dans le vide spatial en punition de leur faiblesse.
-Bien. Et quand est-il de notre action pour récupérer les nouveaux-nés de ce monde ?
-Nos soldats quadrillent la capitale et fouillent systématiquement les habitations encore debout. Nous avons déjà récoltés un nombre important d’enfants et tué les parents, comme vous l’aviez demandé.]
Le Guide sourit, ce qui revenait pour lui à dévoiler ses hideuses dents d’acier :
-[Très bien, nos forces sont-elles parfaitement déployées ?]
Un autre Sénéchal prit la parole après s’être légèrement incliné devant le Guide :
-[Oui, la capitale est à nous et nous avons envahi les trois autres grandes villes de la planète. Là bas aussi, nous procédons à la Grande Transformation sur les « fidèles » et nous avons commencé à récolter les nouveaux-nés.
-Parfait, une fois que nous en aurons terminé, nous pourrons définitivement anéantir cette civilisation afin de favoriser la renaissance de cette planète. Dîtes aux scientifiques de préparer l’ogive d’antimatière, nous en aurons bientôt besoin.
-Il en sera fait selon vos ordres Guide.]
Alors que les Sénéchaux allaient se retirer, le Guide fit :
-[Dîtes moi, avez-vous des explications à me fournir sur cette infiltration ennemie au sein d’un de nos vaisseaux ?]
Les Sénéchaux parurent troublés et gênés. Enfin l’un d’eux fit :
-[Apparemment un commando ennemi à réussi à venir délivrer un de nos prisonniers en utilisant un de nos vieux chasseurs.
-Ils ont donc réussi à s’enfuir ?
-Oui mais…
-Ils nous ont humiliés !] hurla brutalement le Guide
Les Sénéchaux reculèrent brusquement alors que le Guide semblait pour sa part devenir de plus en plus imposant :
-[Tuez les chefs d’unités qui ont échoué à empêcher ses intrus de s’enfuir.
-Ce sera fait.
-Et faîtes moi plaisir, retrouvez les chiens qui ont osé profaner un de nos vaisseaux et exécutez les devant nos nouveaux esclaves. Cela leur prouvera que l’on ne défie pas impunément les Senkis !]



Miller Tiin crut sa dernière heure arrivée. Il eut l’impression que tout se déroulait très lentement, que le Senkis qui avait pointé son arme sur lui mettait des années à appuyer sur la gâchette.
Tournant la tête, Eljy vit son frère en grande difficulté et fit aussitôt signe à Klara. Celle-ci réagit en une fraction de secondes, elle braqua violemment, déportant son speeder bike sur la gauche. Eljy se cramponna fermement quand il heurta de plein fouet l’autre speeder bike dans un impressionnant nuage d’étincelles.
Ne s’attendant pas à cette attaque, le Senkis fut déséquilibré alors qu’il allait ouvrir le feu. Le soldat chuta du speeder bike et heurta brutalement un tronc d’arbre. Eljy détourna le regard quand la tête du Senkis fut arrachée du reste du corps. Miller, quant à lui, parvînt à se maintenir en s’arc-boutant sur son guidon. Mais il du rapidement réagir et rétablir la course de son véhicule.
Il mit quelques secondes à se remettre de sa frayeur, il était passé tout proche de la catastrophe et sentait que les battements de son cœur avaient du mal à se calmer. Enfin, il fit un signe de remerciement de la main à Klara qui se contenta de lui répondre par une brève inclinaison de la tête.
Bien que soulagé, Eljy revînt rapidement à la réalité en entendant les puissantes turbines du vaisseau Senkis qui mugissaient au dessus de lui. Il leva les yeux et vit que leur poursuivant était à la verticale d’eux, s’apprêtant probablement à permettre à d’autre Senkis de sauter dans le vide. C’est alors que la voix de Miller se fit entendre, couvrant très difficilement le bruit des moteurs et celui du déplacement d’air :
-Eljy, attrape !
L’Ange Noir se tourna vers son frère au moment où celui-ci lui envoyait deux boules métalliques. Surpris, Eljy les réceptionna et se rendit alors compte que c’était des détonateurs thermiques. Il comprit aussitôt le plan de Miller. La position du vaisseau Senkis permettait idéalement la réalisation de ce plan.
N’hésitant pas davantage, Eljy regarda au dessus de lui et jeta quasi simultanément les deux détonateurs de toutes ses forces après les avoir activés. Ils pénétrèrent dans le vaisseau par l’ouverture de la porte latérale et roulèrent sur le sol métallique.
-Ca va faire mal ! hurla Eljy
Les Senkis n’eurent pas le temps de réagir. Une puissante explosion dévora de l’intérieur le vaisseau de transport qui s’embrasa littéralement. Puis celui-ci se sectionna littéralement en deux alors que des débris métalliques retombaient en tout sens sur le sol. La partie arrière du transporteur décapita la cime des arbres avant de se fracasser sur le sol. Quant à la proue, elle passa à une vitesse phénoménale au dessus de la tête des fuyards Ferlusiens avant de glisser sur le sol, arrachant tout sur son passage. Klara et Miller évitèrent l’obstacle au dernier moment, franchissant temporairement un véritable mur de chaleur.
S’éloignant rapidement, les deux speeder bike finirent par ralentir, bien heureux de s’être débarrassé du danger immédiat. Miller s’approcha de Klara et d’Eljy et s’exclama d’une voix enjouée :
-Sympathique cette petite promenade dans les bois !
-Nous allons bientôt sortir de la forêt ! remarqua Klara qui restait malgré tout concentrée sur son pilotage
-Ce qui veut dire que nous allons arriver en vue de la capitale, ajouta Miller.
-Ouais et j’ai peur de ce que nous allons y trouver, conclut Eljy.



Neeta Hay avançait avec précaution dans un immense champ de ruines. A chaque intersection, à chaque nouvelle rue qu’elle empruntait, à chaque nouveau bâtiment qu’elle longeait, elle était toujours saisie du même effroi. Un long frisson lui parcourait l’échine quand elle réalisait l’horreur que les Senkis avaient semé derrière eux. Des maisons détruites, des immeubles décapités, des hangars éventrés, mais surtout, des cadavres abandonnés. Des milliers de cadavres ! Ils jonchaient les rues, certains complètement calcinés. Une odeur de chaire brûlée s’échappait, provoquant chez Neeta une puissante nausée. Des immenses volutes de fumée s’élevaient vers le ciel gris alors que des structures terminaient lentement de se consumer. Un silence de mort régnait dans la capitale martyrisée. Même les oiseaux s’étaient tus, et le seul bruit audible était le crépitement des flammes.
Neeta regarda avec tristesse le corps sans vie d’une petite fille, affalé contre un mur en ruine, les yeux figés dans une expression d’effroi. A ses côtés, une peluche éventrée gisait sur le sol, en partie recouverte par des tâches de sang séché. Neeta sentit les larmes lui monter aux yeux et elle du s’arrêter d’avancer pour reprendre ses esprits.
Se rendre chez sa sœur s’avérait bien plus dur qu’elle ne l’avait imaginé. Non pas qu’il était délicat d’éviter les patrouilles Senkis, mais sa progression dans une ville à l’agonie lui infligeait de terribles souffrances morales. Neeta se rappelait encore de l’animation qui envahissait ces quartiers il y a quelques jours. Mais à présent, la mort et la désolation régnaient en maître, implacablement.
C’est à cet instant précis que Neeta entendit des gémissements venant d’une autre rue. Elle accéléra et vînt se poster à l’angle de l’avenue, observant ce qu’il s’y passait. Ce qu’elle y vit la terrifia. Elle aperçut une femme sortir en courant d’un immeuble encore relativement intact. Elle semblait apeurée, déboussolé et surtout elle fuyait quelque chose. C’est alors qu’un soldat Senkis apparut à son tour. Il tenait quelque chose dans son bras droit que Neeta ne pu identifier dans un premier temps. Puis le Senkis leva son fusil incorporé et visa la jeune femme qui prenait la fuite. Il n’y eut qu’un seul laser de tiré. Il perfora la poitrine de la jeune femme au niveau des omoplates. La Ferlusienne s’écroula aussitôt au milieu des gravats.
Horrifié, Neeta eut un mouvement de recul et c’est à cet instant qu’elle comprit ce que le Senkis tenait dans son bras droit. Un bébé. Celui-ci se mit à pleurer mais le Senkis ne fit rien pour le calmer. Ne s’en souciant guère, il préféra aller donner un coup de pied dans sa mère pour s’assurer qu’elle était bien morte. Ne pouvant en supporter plus, Neeta recula et resta quelques secondes plaquée contre un mur lézardé. Elle se rendit alors compte que les Senkis volaient des nouveaux nés après avoir assassiné leurs parents. Prise de soubresauts, la scientifique pensa pendant un instant qu’il était peut-être déjà trop tard pour son enfant. Puis elle se ressaisit. Elle ne pouvait pas abandonner ce qu’elle avait de plus cher au monde, elle devait retrouver sa fille et la sauver des Senkis, quoi qu’il en coûte. Animée d’une volonté requinquée, Neeta partit à la course vers l’immeuble où vivait sa sœur.



La réunion de crise que Wellan Bossel venait de convoquer de toute urgence traduisait l’imminence de la bataille. Bien heureux de pouvoir penser à autre chose qu’à sa femme, Mak Hanton s’était rapidement penché sur la stratégie mise en place par l’Etat Major Ferlusien. Mais à l’évidence, ce qu’il vit ne lui plu guère :
-Vous plaisantez ou quoi ? s’étonna l’Ange Noir
-Je n’en ai malheureusement pas l’opportunité Hanton, assura Bossel en retour.
-Mais…mais votre plan n’en est pas un, il consiste à se jeter dans l’affrontement sans aucune préparation préalable !
Bossel se leva et foudroya Mak du regard :
-Vous croyez que nous avons pris cette décision à la légère ? Nous avons passé en revue toutes les possibilités qui s’offraient à nous, aucune ne nous a semblé viable. Toutes nos simulations nous amènent à penser que nous allons être rayés de la carte, que nos forces militaires vont se faire anéantir !
-Alors pourquoi combattons nous ? s’énerva Zook à son tour
-Parce que je refuse d’abdiquer. Nous mourrons tous au combat ! Quoi qu’il arrive, je ne laisserai jamais les Senkis s’emparer définitivement de Ferlus.
-C’est déjà le cas, commenta Delen Daylis.
-Vous savez très bien ce que je veux dire ! Je refuse de rester à assister impuissant à la destruction de notre monde, je préfère jeter toutes mes forces dans la bataille.
-Vivre et mourir libre, murmura Kern les yeux dans le vague.
-Exactement.
Tout le monde resta pendant quelques instants silencieux avant que Mak ne reprenne la parole :
-Le problème est que nos armes ne parviennent pas à affaiblir suffisamment leur bouclier commun. Si nous parvenions à le détruire alors nous aurions peut-être une chance.
-Nous y avons également pensé, seulement nous ne connaissons pas assez bien le fonctionnement de ce bouclier pour pouvoir prévoir un moyen de le désactiver.
-Moi j’ai une idée, s’exclama alors Kern.
-Je le savais ! s’enthousiasma Endy
-Ah bon ? s’étonna Kern
-En fait…non ! Mais c’est toujours dans les situations désespérées que les bonnes idées surgissent.
-Nous vous écoutons capitaine, fit Bossel.
-En fait, je crois savoir comment détruire ce bouclier. Celui-ci se propage de vaisseau en vaisseau par l’intermédiaire d’un générateur qui se situe à la proue des croiseurs comme nous avons pu le voir sur les enregistrements de la première bataille. En fait, les quatre générateurs sont interdépendants, si l’un des générateurs vient à être détruit, il ne pourra pas servir de relais et le bouclier sera donc inopérant.
-Cela paraît logique, assura Will Lyam qui était jusque là resté silencieux.
Bossel réfléchit quelques secondes avant de dire :
-Mais, pardonnez moi si je me trompe mais le générateur de bouclier est par définition protégé par le champ de force. Le problème reste entier.
Un sourire énigmatique apparut alors sur le visage de Kern qui lança :
-Sauf que j’ai un plan…et c’est là que vous intervenez docteur Lyam.



Dissimulés par un hangar dont le toit avait été arraché par une frappe orbitale, Eljy, Miller et Klara étaient arrivés à l’entrée Nord de la capitale. Situés à une bonne centaine de mètres des premières habitations, les trois Ferlusiens étaient face à un nouveau problème.
-Quelqu’un a une idée ? demanda Eljy sur un ton las.
Miller regarda une nouvelle fois l’impressionnant déploiement de force Senkis qui surveillait l’entrée de la ville avant de répondre :
-Malheureusement non, à part si on est assez taré pour affronter tout une escouade de boîtes de conserve, je ne vois pas comment entrer dans la capitale.
-Une diversion peut-être ? suggéra Klara en rendant les macro binoculaires à Eljy.
-Cela ne marcherait pas, la plupart des soldats resteraient à leurs postes. Ces envahisseurs sont loin d’être bêtes.
-Alors qu’est ce qu’on fait ? s’impatienta Miller
-Ecoute frérot, si tu as envie de te précipiter dans la gueule du loup et de finir comme ces pauvres gens, c’est ton problème !
En disant cela, Eljy désigna l’impressionnant tas de cadavres qui avait été constitué à l’entrée de la ville. Il y avait bien des centaines de corps d’hommes, de femmes et même d’enfants. Eljy se félicita de ne pas être plus proche car l’odeur des corps en décomposition lui aurait probablement retourné l’estomac.
C’est alors qu’un Senkis, dont seuls les bras étaient métalliques, s’approcha de l’amoncellement de corps et y jeta une torche enflammée. Rapidement les cadavres s’embrasèrent et une épaisse fumée noire grimpa vers le ciel.
Eljy sentit la haine et une violente envie de vengeance l’envahir. Il aurait tellement souhaité foncer dans le tas et faire disparaître tous les Senkis. Mais il ne pouvait pas, cela n’aurait servi à rien et il n’aurait jamais pu retrouver ses amis. Le pilote se força donc à desserrer les poings et à se calmer. Déglutissant avec difficulté, Miller avait pour sa part du mal à détourner le regard de la sinistre crémation. Eljy le dévisagea avant de demander :
-Tu veux toujours conclure un marché avec ces types ?
Miller ne répondit rien. Alors Eljy ajouta :
-Bon, ne restons pas là. Reprenons les speeders et dirigeons nous vers l’entrée Sud de la capitale, peut-être aurons nous plus de chance là bas !



Quand Neeta arriva enfin en vue de l’immeuble dans lequel résidait sa sœur, elle sentit l’appréhension monter en elle. La façade de la bâtisse avait clairement souffert des frappes orbitales car des pans entiers d’enduit s’effritaient et s’effondraient.
La rue était bien évidemment déserte et Neeta ne perçut aucun bruit alarmant. Mais elle savait que le danger pouvait surgir d’un moment à l’autre car les patrouilles Senkis étaient nombreuses.
Neeta enjamba un cadavre en voie de décomposition tout en évitant de regarder son visage blafard puis se mit à courir, trop impatiente à l’idée de retrouver son enfant. Quant elle pénétra dans le hall de l’immeuble, son cœur fit un bond. Le corps sans vie du gardien était affalé dans les escaliers, un de ses bras littéralement arraché et traînant à quelques centimètres de lui.
Neeta réprouva une puissante nausée et se força à poursuivre sa progression. Mais elle crut qu’elle allait défaillir quand elle découvrit un nouveau corps, la nuque brisée. Les Senkis étaient déjà venus ici ! Affolée, Neeta dégaina enfin le blaster que Mak lui avait confié avant son départ et s’arrêta sur le palier du deuxième étage. Elle s’engagea dans le long couloir, les membres tremblants à l’idée de ce qu’elle allait découvrir.
Comment avait-elle pu abandonner son enfant, sa chaire de sa chaire, ce qui était le plus important pour elle en ce monde ? Elle avait cru bien faire en le confiant à sa sœur, une femme aimante et attentionnée. Neeta était certaine que sa fille serait bien plus en sécurité avec sa tante que dans le lieu où le dernier bastion de la résistance Ferlusienne s’organisait. Un lieu que les Senkis allait irrémédiablement chercher à pulvériser.
Neeta s’arrêta enfin devant la porte de l’appartement de sa sœur. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux quand elle comprit que celle ci était entrouverte. Sans réfléchir davantage, elle entra dans l’appartement, ses yeux balayant l’espace autour d’elle. Elle resserra l’emprise sur son blaster même si ses mains moites rendaient la crosse glissante. Elle parcourut le hall à grandes enjambées, passa devant la cuisine déserte et pénétra dans le salon.
La jeune scientifique n’osait même pas appeler sa sœur, tellement elle avait peur de se faire entendre. Pourtant, elle aurait aimé hurler son nom. Tout à coup, Neeta s’arrêta brutalement, et son visage afficha une mine horrifiée. Au milieu du salon dévasté, gisait le cadavre de sa sœur, les yeux agrandis par la peur. Du sang se répandait encore de la blessure mortelle qu’elle avait reçue à la tête.
Neeta ne pu se retenir, elle recula brutalement, heurtant un mur. Elle mit ses mains devant sa bouche et se mit à pleurer, ne pouvant détacher les yeux du corps de sa jeune sœur.
-Ils sont arrivés avant moi, gémit Neeta.
Elle resta là pendant près de dix secondes à sangloter et à répéter :
-Ils sont arrivés avant moi…pardonne moi, tout ça…c’est de ma faute ! De ma faute…
Puis soudain son instinct maternel reprit le dessus, et elle regarda alors vers la porte qui menait à la chambre. Celle-ci était ouverte. Neeta s’avança et pénétra lentement dans la pièce. Elle faillit crier en découvrant qui s’y tenait. Fort heureusement, elle parvînt à se maîtriser et à ne faire aucun bruit. Devant elle, un immense soldat Senkis s’était penché au dessus d’un berceau rose et s’apprêtait à se saisir d’un petit bébé. Celui-ci émit des gazouillements, visiblement intrigués par la grande forme métallique dont les bras puissants s’apprêtaient à le saisir.
Le sang de Neeta ne fit qu’un tour. Elle hurla de toutes ses forces :
-Ne touche pas à cet enfant !
Surpris, le Senkis pivota à la vitesse de l’éclair, faisant face à la nouvelle arrivante. Mais Neeta ne lui laissa guère le temps de réagir davantage, elle pressa la détente de son blaster dans la seconde qui suivit son cri.
Le soldat fut touché au niveau de l’épaule et pivota en arrière. Il alla s’écraser avec violence dans l’armoire, la brisant littéralement en deux. Alors que des débris de bois volaient dans la pièce, le bébé se mit à pleurer et Neeta traversa la pièce à grandes enjambées. Tout en regardant le Senkis au sol, elle se saisit de sa fille, l’agrippa fermement et commença à faire demi-tour. Au moment où elle allait sortir de la chambre, elle sentit une terrible force s’abattre sur elle. Elle parvînt à se retourner et comprit que le Senkis l’avait agrippée.
Ne parvenant pas à se délivrer de cette puissante poigne métallique, elle tenta de tirer mais cette fois ci le Senkis ne se laissa pas faire. De sa main libre, il envoya valdinguer le blaster. Sentant l’urgence de la situation, Neeta parvînt à poser sa fille sur un meuble juste à côté d’elle avant que le soldat ne la soulève brutalement du sol. La serrant à présent par le cou, elle se mit à suffoquer, incapable de se défaire de l’emprise de ce monstre. Commençant à manquer de sang, sa vue se brouilla et elle crut qu’elle allait mourir. Mais le Senkis préféra la frapper violemment au visage, la catapultant en arrière. Elle s’écroula sur le sol, à quelques centimètres du corps de sa sœur.
Ne prenant pas garde au sang qui s’écoulait en abondance de son nez, elle vit le soldat s’emparer de sa fille :
-Non, ne la touchez pas !
Rassemblant le peu de courge qui lui restait, Neeta se releva et bondit. Son adversaire para sa charge et la bloqua avant de la frapper de nouveau. La jeune femme en eut le souffle coupé et vacilla. Le Senkis s’approcha alors d’elle, tenant à présent le bébé apeuré dans son bras droit. Il lui assena un coup de pied dévastateur qui envoya Neeta valdinguer. Elle s’écroula sur la table basse du salon, se meurtrissant le dos.
Parvenant à peine à se redresser, elle comprit qu’elle avait perdu la partie. Mais elle souhaitait mourir dignement alors que le Senkis se tenait à présent au dessus d’elle. Dans son bras de métal sa fille semblait minuscule. Neeta murmura en crachant du sang :
-Vous n’avez donc aucune pitié ?
A sa grande surprise, le Senkis lui répondit, ce qui signifiait qu’il possédait un système de traduction :
-Qu’est ce que la pitié ?
-Vous me volez mon enfant !
-Les Senkis ont ce droit. Nous sommes les êtres supérieurs.
-Vous…êtes…des meurtriers.
-Vous ne comprenez pas, vous prendre vos enfants est pour nous une question de survie !
Neeta rassembla alors ses dernières forces pour hurler :
-Et les protéger est également une question de survie pour nous !
Le Senkis ne répondit pas. Il se contenta de brandir son fusil incorporé devant la tête de Neeta et fit d’une voix monocorde :
-J’ai raison. Un point c’est tout. La discussion s’arrête là !
-Je vous en prie…rendez moi ma fille ! S’il vous plaît…
-Vous n’en avez plus besoin à présent.
Neeta ferma alors les yeux, s’attendant à l’inéluctable. C’est alors qu’un léger bruit métallique se fit entendre. Neeta rouvrit les yeux et vit le Senkis se tourner brutalement. Il tomba alors nez à nez avec le canon d’un blaster chromé. Et une voix masculine rassurante s’éleva alors :
-Dis donc, on ne t’a jamais appris à parler correctement aux femmes espèce d’ordure !
Le Senkis n’eut pas le temps de réagir car un laser lui transperça la tête. Il s’écroula en arrière, laissant échapper le bébé. Neeta se précipita malgré la douleur et le récupéra in extremis. Elle releva alors les yeux et vit Eljy Tiin rengainer son blaster, un grand sourire aux lèvres :
-On dirait que nous sommes arrivés à temps !
Derrière lui, Miller et Klara surveillaient l’entrée de l’appartement, blasters aux poings.
-Co…comment as-tu su ? fit Neeta
-C’est assez simple, nous t’avons vu de loin rentrer dans cet immeuble. Nous t’avons suivi et nous voilà ! Excuse nous d’avoir mis autant de temps.
Neeta laissa échapper un petit sourire :
-Je n’ai jamais été autant content de te voir Eljy…Et je suis également ravi de te voir en vie. Tout le monde s’inquiète pour toi. On te croyait définitivement perdu.
Ce fut autour d’Eljy de sourire :
-Et bien…je vais finir par croire que je suis immortel.
Miller s’exclama alors :
-Ce n’est pas que vos retrouvailles ne sont pas touchantes mais il vaudrait mieux ne pas rester là !
-Tu as raison, il faut retrouver les autres. Tu sais où ils sont, Neeta ?
-Oui, suivez moi !
Alors qu’elle se dirigeait vers la sortie, elle regarda le corps sans vie de sa sœur et des larmes coulèrent de nouveau le long de ses joues. Eljy mit affectueusement sa main sur son épaule et fit :
-Nous pleurerons tous nos morts plus tard.
Neeta se contenta d’un bref signe de tête et sortit de l’appartement, sa fille dans ses bras.



Tout le monde écouta avec attention le plan de Kern qui l’exposa avec minutie. Quand il eut fini, Will Lyam s’exclama :
-Oui, ça pourrait marcher. Mais cela demande un peu de préparation, je devrai donc aller dans mon labo tout de suite.
-Je vous en prie docteur, répondit Kern en retour.
Alors que Lyam s’éclipsait de la salle de réunion, Bossel regarda le capitaine des Anges Noirs et lança :
-Vous êtes sûr que ça va marcher ?
-C’est notre meilleure chance !
-Moi je suis confiant, de toute façon, on n’a pas vraiment le choix ! ajouta Tel d’un ton assuré.
-Très bien.
C’est à ce moment précis qu’un officier visiblement très agité pénétra dans la salle de réunion. Il n’attendit même pas qu’on l’autorise à parler et s’écria :
-Consul, Consul, il se passe quelque chose d’important !
-Je vous écoute.
Tous les yeux se braquèrent sur l’officier qui s’exclama :
-Les forces Kotorns et Neylanaises viennent de sortir de l’hyperespace. Elles avançent à présent en grand nombre vers la flotte Senkis !
Bossel prit alors le temps d’inspirer longuement avant de déclarer :
-Bien…alors nous y sommes ! Messieurs, voici venue l’heure de la bataille la plus importante de notre existence…et de celle de Ferlus !

Et les membres présents dans la salle ressentirent soudain une puissante décharge d’adrénaline…
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Sam 16 Déc 2006 - 20:04   Sujet: 

Dernier chapitre "calme" (s'ils connaissent ce mot) des Anges avec au programme son lot d'émotions et d'adrénaline. Le plan de bataille se met doucement en place, et laisse deviner une fin haletante s'étalant sur plusieurs chapitres d'action pure comme DW nous a habitué à déjà 3 reprises.
Le style est bon, en général très limpide et les dialogues maîtrisés. J'ai trouvé quelques scènes rapides (en particulier dans l'appartement de la soeur :wink:) mais sinon tout passe très bien.

Et la fin arrive à grands pas :P
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Dark Maul877 » Sam 16 Déc 2006 - 21:33   Sujet: 

Encore un bon chapitre que DW nous livre là. Même s'il y a moins d'actions que dans les précédents, comme l'a souligné Kamo, on est tout de même tenu en haleine tout au long du récit je trouve. En particulier avec la scène du Senkis et de Neeta, mais je n'en dirais pas plus :o

Les dialogues sont fluides, tout comme les descriptions et ça se ressent dans la lecture qui en devient plus facile.

La suite (et bientôt la bataille finale) :lol:
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 17 Déc 2006 - 10:03   Sujet: 

Merci les gars pour vos commentaires! :wink: C'est vrai que ce chapitre est un peu plus calme que les autres mais c'est le calme avant la tempête. :sournois:

Pour le prochain chapitre, je pense qu'il arrivera pendant les vacances (sûrement peu après Noël pour fêter ça :D ). On finira donc 2006 et on commencera 2007 avec de la bonne grosse bataille. 8)

Va falloir que je me surpasse moi! :D
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Ven 05 Jan 2007 - 12:18   Sujet: 

Darkwilliam a écrit:Pour le prochain chapitre, je pense qu'il arrivera pendant les vacances (sûrement peu après Noël pour fêter ça :D ). On finira donc 2006 et on commencera 2007 avec de la bonne grosse bataille. 8)


Rien de plus à ajouter :P :lol:
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 05 Jan 2007 - 12:24   Sujet: 

Non, effectivement, je crois que c'est clair! :D

Euh...*cherche une excuse*
J'ai été très occupé, voilà! :D
Mais, je vais m'y mettre prochainement incessamment sous peu!
Faudrait quand même pas trop tarder... :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Ven 05 Jan 2007 - 12:53   Sujet: 

Le premier qui embête Willou...je le vire :D
Raphus cucullatus

- End of line -
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9895
Enregistré le: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 05 Jan 2007 - 12:57   Sujet: 

:lol:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Lun 15 Jan 2007 - 15:56   Sujet: 

Bon, après un retard inadmissible, voilà enfin le chapitre XII, avec au programme: le début de la fin! 8)

Je n'ai pas le temps d'envoyer le chapitre en MP comme d'habitude à ceux qui le souhaitent car je passe juste en coup de vent pour poster le chapitre. :wink: Bon allez, bonne lecture à tous! :wink:






Dénouement
Acte I


Chapitre XII :

Vaincre ou Mourir


La bataille finale est sur le point de débuter. Cet ultime affrontement représentant la dernière chance des Ferlusiens de sauver leur monde, ceux-ci vont devoir risquer leurs vies dans un conflit que beaucoup considèrent comme perdu d’avance. Et tandis que Neeta, Miller, Eljy et Klara tentent de rejoindre leurs forces, les Anges Noirs s’apprêtent à en découdre dans ce qu’ils pensent être leur dernier combat. Sans nouvelle de Kenel Kellington et de la Nouvelle République, les natifs du système des Trois Planètes ne peuvent plus compter que sur eux-mêmes pour repousser un ennemi bien décidé à étouffer la lumière pour l’éternité…


Les Anges Noirs restèrent un instant immobiles, comme s’ils voulaient savourer l’instant présent. Ce moment si particulier qui précède les guerres, qui accélère le rythme cardiaque et qui laisse planer subrepticement l’ombre de la mort.
Mais pour les Anges Noirs, ce moment est bonheur et espoir car ils savent qu’ils s’apprêtent à jouer leurs dernières cartes dans un terrifiant affrontement. Mais surtout, en cet instant si magique, les Anges Noirs se sont toujours sentis incroyablement forts. Il n’en va pas autrement aujourd’hui.
Une froide détermination s’afficha dans le regard des pilotes Ferlusiens qui presque naturellement se regroupèrent autour de Tel. Celui-ci regarda Bossel, qui semblait à présent perdu dans ses pensées. Hoke rompit le silence :
-Il faut de ce pas mobiliser toutes nos forces restantes.
Bossel hocha lentement de la tête avant de dire à l’officier qui avait annoncé l’arrivée des forces alliées en orbite autour de Ferlus :
-Sonnez le rassemblement. Que tous les pilotes se préparent à combattre.
L’officier s’éclipsa rapidement et Tel reprit aussitôt la parole :
-Consul, soyez assuré que nous serons à la pointe de l’attaque.
-Je n’en attendais pas moins de vous.
Alors que les Anges Noirs allaient sortir, Bossel rattrapa Tel par le bras, incitant celui-ci à pivoter sur lui-même :
-Commandant, j’aurai réellement souhaité être à vos côtés lors de cette bataille…
-Nous le savons Consul, vous avez été et vous êtes toujours un excellent leader…pour nous tous.
Apparemment, le compliment toucha profondément Bossel. Tout à coup, celui-ci crut sentir le poids des années peser sur ses épaules et sa mine devînt sombre :
-Je voulais aussi vous dire que…
Tel le coupa en affichant un léger sourire :
-Je sais. Ce sentiment est réciproque.
-Alors…j’espère sincèrement vous revoir mes amis.
-Vous connaissez la devise de notre escadron Consul : Vaincre ou Mourir. Nous ne reviendrons pas si nous perdons cette bataille.
-Je vois. Une fois encore, notre avenir est entre vos mains. Bonne chance !
Zook se permit de prendre la parole :
-Ce n’est pas de la chance qu’il va nous falloir…c’est un miracle !
Les Anges Noirs effectuèrent alors le salut militaire et sortirent de la salle de réunion, s’engageant à vive allure dans le dédale de couloir du complexe souterrain.

Marchant en tête, Tel Hoke affichait un air dur, car ses pensées venaient soudainement de lui rappeler la mort encore récente de sa femme et par la même occasion de son enfant. Tel sentit la colère et la tristesse l’envahir mais parvînt à refouler ses sentiments au plus profond de lui. Cette fois ci, il ne mettrait pas sa vie en danger en se laissant submerger par la rage. Sa rage, il comptait bien la canaliser, et s’en servir habilement pour faire payer les Senkis. Tel s’était promis de venger la mort d’Eylin, il allait en avoir l’occasion.
Alors qu’une grande agitation régnait dans le complexe, tous les hommes capables de piloter enfilant des combinaisons de combat, Tel fit à ses amis qui progressaient derrière lui :
-Première étape, reprendre les hangars à vaisseaux de la capitale !
Kern dégaina alors son blaster et répondit simplement :
-Nous sommes prêts.

*

Le Guide des Senkis étaient plongé dans une profonde méditation sur son immense trône quand l’image holographique d’un de ses Sénéchal apparut. Le Guide ouvrit lentement les yeux, dévoilant ses effrayantes pupilles jaunes. Puis il fit de sa voix d’outre-tombe :
-[Qu’y a-t-il ?
-Guide Suprême, nos radars longue portée nous indiquent l’apparition d’une flotte importante en orbite autour de la planète.]
Si le Guide avait eu des sourcils, il les aurait très certainement froncés :
-[Des vaisseaux ? De quelle taille ?
-La flotte constituée semble hétérogène mais nous ne pouvons pas la négliger. D’autant plus qu’elle se dirige vers nous à pleine vitesse.]
Le Guide regarda alors Ferlus à ses pieds et s’exclama avec un sourire carnassier :
-[Ces couards ont peut-être finalement un peu de témérité.]
-[Il n’en reste pas moins qu’ils seront écrasés. Leur technologie est bien inférieure à la nôtre.
-Mais ces êtres ont décidé de nous défier, et je dois m’assurer que ce sera bel et bien la dernière fois. Mobilisez toutes nos forces, que nos pilotes s’apprêtent à monter dans leurs chasseurs.]
Le Sénéchal ne pu s’empêcher de sourire :
-[Nos soldats nous apporteront une victoire totale et éclatante.
-Je l’espère, cette guerre n’en a que trop durée !]
Le Sénéchal se frappa la poitrine en signe de respect puis son image disparut. Aussitôt le Guide leva un de ses puissants bras métalliques et un sous fifre accourut, se prosternant :
-[Que puis je pour servir mon Guide ?
-Où en est la bombe d’antimatière ?
-Elle sera bientôt prête. Nos scientifiques s’attèlent actuellement à ce que…
-Qu’ils se dépêchent.
-Bien Guide.]
Le Senkis s’éloigna promptement, laissant le Guide à ses pensées. Le chef des Senkis releva alors les yeux et observa l’espace par l’immense baie vitrée. C’est alors qu’il vit apparaître et grossir des centaines de petits points gris et blancs, trahissant l’approche d’une flotte conséquente :
-[Venez, venez…ce jour marquera votre annihilation !]


*
La reprise des hangars à vaisseaux fut plus facile que ne l’aurait pensé les Anges Noirs. En effet, les Senkis ne pouvant prévoir une attaque massive, ils avaient laissé un nombre de soldats limité pour garder l’astroport.
Les centaines de pilotes Ferlusiens avaient donc déboulés dans les bâtiments, arrosant à tout va et prenant les Senkis dans un étau. Le combat avait été court mais intense. Ne pouvant se permettre de laisser du temps à des renforts d’accourir, Tel avait utilisé les grands moyens à grand renfort de grenades thermiques.
Tandis que Mak achevait à bout portant un Senkis à l’agonie, les autres avaient déjà pénétrés dans le hangar où ils étaient censés trouver leurs nouveaux chasseurs. Si la guerre avait interrompu les tests de vol, il n’en demeurait pas moins que les nouveaux appareils des Anges Noirs étaient opérationnels. C’était d’ailleurs là une bonne nouvelle car Tel avait perdu son ancien chasseur lors de la première bataille et les appareils des autres Anges Noirs n’étaient pas dans un brillant état.
Et alors que les premiers lancements de turbines se faisaient entendre, les Anges Noirs découvrirent leurs vaisseaux de combat, disposés comme ils les avaient laissés la dernière fois qu’ils s’en étaient servis.
-Je ne me lasserai jamais de les regarder ! assura Zook en affichant un grand sourire pareil à celui d’un gamin découvrant son nouveau jouet.
Tel se contenta d’approuver puis sans perdre plus de temps grimpa dans son confortable cockpit.
Les nouveaux chasseurs ressemblaient furieusement aux anciens, arborant la même forme aérodynamique et véloce et surtout la même couleur noire mate. Mais les chasseurs semblaient plus fins, encore d’avantage profilés et les angles plus ronds qu’auparavant. Mais ce qui impressionnait surtout, c’était la série de tube lances missiles, docilement accrochés sous les puissantes ailes du chasseur.
A peine Kern eut-il installé son casque qu’il ouvrit une fréquence de communication privée avec l’appareil de Tel.
-Tel, c’est avec honneur et plaisir que je te cède le commandement de l’escadron pour cette mission.
Tel tourna la tête et regarda à quelques mètres de lui son ami qui semblait malgré tout triste d’abandonner son rôle de leader. Mais pas pour la raison que l’on aurait pu croire de prime abord. D’ailleurs, c’est sans même le presser que Kern ajouta de lui-même :
-Je ne pense pas être apte à mener un escadron.
-Ne dis pas ça, tu es un pilote remarquable et un chef courageux.
-Mais je n’ai rien pu faire lors du premier affrontement contre les Senkis ! Je t’ai perdu et j’ai perdu Eljy, je…
-Personne ne pouvait rien faire lors de cette bataille, le coupa Tel.
-Alors qu’est ce qui sera différent cette fois ci ?
Tel réfléchit pendant quelques instants avant de répondre :
-Il y a un espoir. Il y a toujours un espoir.

Puis les nouveaux chasseurs prirent leur envol, s’éloignant rapidement du sol. Tel et les siens se positionnèrent alors en tête de flotte et accélérèrent, traversant à vive allure la couche nuageuse.
Alors que l’espace devenait noir autour d’eux, les centaines de chasseurs Ferlusiens orientèrent leurs courses vers la flotte Senkis, qui semblait pour l’instant parfaitement immobile. Dans cet ultime instant de calme avant la fureur de la bataille, Zook eut une pensée pour Eljy. Se demandant bien ce qu’il était arrivé à son ami, Zook préféra éloigner tout de suite ses pensées négatives. Il se contenta de murmurer :
-Où que tu sois, j’espère que tu donnes du fil à retordre à ces enfoirés de Senkis !

*

La flotte de chasseurs Ferlusiens rejoignit alors la coalition formée par les Kotorns et les Neylanais. Bien que seulement deux ans se soit écoulés depuis la guerre contre Ferlus, les Kotorns étaient parvenus à reconstruire un croiseur et quelques corvettes puissamment armées. Les Neylanais quant à eux, étaient maintenant dirigés par un pacifiste convaincu, mais celui-ci avait tout de même fait construire deux croiseurs et une dizaines de frégate d’assaut, certes un peu pataude mais dotées d’une puissance de feu remarquable.
En face, les Senkis venaient de disposer leurs quatre immenses vaisseaux capitaux de sorte qu’ils fassent tous face à l’assaillant, deux appareils se tenant en retrait de part et d’autre des deux autres. Soudain, sortant de leurs immenses hangars, des milliers de chasseurs oeufs apparurent, pareil à un nuage d’insectes. Avec une rigueur impressionnante, ils formèrent rapidement des escadrons de vingt unités qui semblèrent constituer un mur infranchissable. Ce fut donc le moment auquel les Kotorns et les Neylanais déployèrent également leurs petits vaisseaux, rejoignant de fait ceux des Ferlusiens.
Les Anges Noirs regardèrent la flotte ennemie grossir à vue d’œil et Tel eut bien du mal à chasser l’angoisse qui s’empara de lui à cet instant. C’est alors que les croiseurs des coalisés expédièrent leurs premières salves de lasers, qui vinrent s’écraser avec violence sur le bouclier commun des quatre vaisseaux capitaux Senkis. Ce fut officiellement le début des hostilités. Les deux armées de chasseurs accélérèrent, l’une bien plus volumineuse que l’autre, s’apprêtant à se rencontrer.
Tel fit les derniers réglages et ouvrit la fréquence de communication avec son escadron :
-Bien, c’est maintenant que tout se joue. Tâchons de leur faire payer tout le mal qu’ils nous ont fait.
Laissant un court silence planer, il reprit d’une voix bien plus maîtrisée :
-Volets en position d’attaque, quadlasers à la puissance maximale, déflecteurs opérationnels à 100 pour cent !
-Kern, ok ! fit celui-ci
-Mak, ok !
-Zook, ok !
-Endy, ok !
Tel eut un petit sourire :
-Très bien, alors c’est parti !
Le commandant s’autorisa pendant une fraction de seconde à penser à sa femme, puis releva les yeux vers la flotte ennemie en approche.
-Vaincre ou mourir ! s’écria t-il alors pour se donner du courage
-Vaincre ou mourir ! reprirent en cœur les autres Anges Noirs.

Les deux flottes de chasseurs se croisèrent à une vitesse fulgurante, s’échangeant des centaines de milliers de projectiles qui créèrent un dense filet mortel. Au premier passage, Tel crut qu’un véritable mur de flammes l’enveloppait, causé par la destruction importante et quasi simultanée de dizaines de chasseurs.
Tel évita deux missiles ennemis, slaloma entre les rafales de lasers, et riposta dans la seconde qui suivit. Ses tirs éventrèrent littéralement un chasseur œuf qui disparut dans une boule de flammes. Tel poursuivit sa route, tentant d’éviter du mieux qu’il pouvait les débris des carcasses alliées. Mais il se retrouva bien vite pris en chasse et du utiliser toute la puissance de ses réacteurs pour se sortir de ce mauvais pas. Il plongea sous un escadron ennemi, remonta juste derrière lui, dessina un looping impressionnant et redescendit juste derrière ses poursuivants. Ceux-ci tentèrent de réagir mais ils ne furent pas assez prompts. Saisissant son joystick, Tel appuya une fois sur la commande de tir. Un missile fusa vers ses cibles et explosa violemment en touchant l’une d’elle. Le chasseur Senkis, devenu incontrôlable, se déporta brutalement, percutant son acolyte. L’explosion fut puissante et aveugla pendant quelques instants Tel.
-Allez, venez les gars, j’ai un compte à régler avec vous !

Le commandant Ferlusien stabilisa sa course et s’autorisa un bref moment de répit pour observer l’espace autour de lui. Il eut soudain l’impression d’être arrivé en enfer. Partout où se posaient ses yeux, il voyait d’immenses boules de flammes engloutir d’innombrables vies. Il aperçut un chasseur Neylanais être poursuivi par plusieurs adversaires jusqu’à ce que ceux là le désintègrent en touchant ses réacteurs. Il observa pendant une fraction de seconde deux appareils Ferlusiens se percuter en tentant d’échapper tout deux à des Senkis. Pire que tout, Tel distingua nettement l’anéantissement total d’un escadron Kotorn, pris en étau par une multitude d’appareils ennemis qui déversèrent une véritable pluie de feu.
Mais heureusement, au milieu de ce déchaînement de violence, au cœur de ce malstrom d’énergie, les Anges Noirs semblaient être les meilleurs. Volant avec une dextérité sans équivalent, partant dans des figues à couper le souffle, le petit groupe de Ferlusien parvenait à se tirer de tous les mauvais pas. A ce titre, Endy et Mak étaient dans une communion parfaite, adoptant des manœuvres complexes et risquées mais qui marchaient à chaque fois. C’est ainsi qu’ils anéantirent deux vaisseaux Senkis en faisant croire que le chasseur de Mak était endommagé. Ralentissant sciemment, celui-ci attendit que ses poursuivants le rattrapent et ouvrent le feu avant d’accélérer brutalement, utilisant pour ça toute la puissance des nouveaux chasseurs Ferlusiens. Et c’est pile à cet instant que Endy referma le piège, prenant par derrière les Senkis qui s’étaient lancés trop hâtivement et sans couvrir leurs arrières à l’attaque. Criblant littéralement les petits appareils de décharges de lasers, il n’eut aucune difficulté à atteindre un point névralgique. Les Senkis explosèrent presque simultanément, propulsant des débris que Endy du éviter au dernier moment.
-Ouahouuu, c’est plutôt chaud aujourd’hui !
-Concentre toi le bleu où tu vas finir en bouillie métallique !
-Mouarf, laisse moi rire ! Ces boîtes de conserve ne savent pas à qui ils s’attaquent.

Kern avait lui aussi fort à faire avec plusieurs chasseurs ennemis qui ne semblaient pas vouloir le lâcher. Volant d’une aile sur l’autre, Kern essayait tout au moins de décontenancer ses poursuivants. Donnant l’impression dans un premier temps qu’il souhaitait gagner en altitude, il plongea en fait brutalement, ce qui déclencha chez lui une nausée puissante malgré l’action efficace des compensateurs inertiels. Kern serra les dents, frôla à une vitesse phénoménale un chasseur Kotorn en flammes avant de redresser sa course. Le chasseur émit à peine un léger grincement, ce qui rassura le capitaine des Anges Noirs sur la solidité et la fiabilité de leurs nouveaux appareils.
Regardant son écran radar, il comprit que les Senkis le poursuivaient toujours. Pire, Kern avait l’impression qu’ils étaient de plus en plus nombreux à vouloir l’anéantir. C’est au moment où il s’orientait brusquement vers bâbord qu’il comprit pourquoi. Il eut pendant un bref instant dans son champ de vision d’autres membres de son escadron en pleine action. L’action coordonnée de Zook et de Tel était remarquable. Les deux hommes, s’élançant sans hésiter dans un complexe ballet mortel, parvenait à descendre de nombreux chasseurs ennemis. Les Senkis avaient finalement du comprendre que les pilotes installés dans les puissants chasseurs noir mat étaient sûrement les plus dangereux de tous. Et voilà pourquoi les envahisseurs semblaient donner un point d’honneur à détruire Kern.
S’autorisant pendant quelques secondes à ne pas voler en zigzaguant, Kern pu se concentrer pour trouver un plan qui lui permettrait de se sortir de cette situation. Il ne mit que quelques secondes à se décider mais ce fut suffisant à ses poursuivants pour le verrouiller. Un flot impressionnant de projectiles fusa vers le Ferlusien, qui entendit l’alarme de collision se déclencher dans son cockpit :
-Et merde ! jura t-il
Il orienta violemment son manche de contrôle et son chasseur piqua aussitôt, évitant bon nombre d’impacts. Mais certains atteignirent quand même leur but, s’écrasant sur les déflecteurs arrière.
N’hésitant plus sur la marche à suivre, Kern fonça vers les vaisseaux capitaux Senkis, qui étrangement, n’avaient toujours pas ouvert le feu. Ils se contentaient visiblement pour l’instant d’encaisser sans broncher les rafales incessantes des croiseurs de la coalition. Ils étaient toutefois protégés par un nombre appréciable de chasseurs œufs qui, voyant Kern se diriger vers eux, se décidèrent à venir à sa rencontre.
-Il s’agit d’être dans le bon timing maintenant !murmura Kern pour lui-même
Sans modifier sa course, il ralentit quelque peu, laissant de fait ses poursuivants se rapprocher de plus en plus. L’étau se refermant sur lui, Kern visa alors les appareils qui venaient à sa rencontre et fit feu de toutes ses batteries. Il arrosa littéralement l’espace devant lui, faisant rendre l’âme aux boucliers adverses, et parvenant même à arracher littéralement le cockpit d’un chasseur. Le corps du pilote fut violemment aspiré dans le vide spatial et alors qu’il gelait instantanément, il alla rebondir sur le vaisseau de son ailier.
Les attaqués ripostèrent immédiatement et quasiment au même instant, les Senkis situés derrière Kern ouvrirent également le feu. Kern afficha un léger sourire avant de faire brusquement décrire une boucle à son chasseur, l’éloignant de fait du danger. En revanche, les Senkis furent surpris de voir fondre sur eux les projectiles de leurs comparses. La plupart s’élancèrent dans une habile manœuvre d’évitement, mais quatre chasseurs furent malgré tout réduit en poussière.
-Qui s’y frotte s’y pique ! s’esclaffa le jeune Ferlusien

Soudain, les vaisseaux capitaux Senkis se mirent à tirer, propulsant leur dévastateur rayon de lumière continu. L’un d’eux vînt percuter de plein fouet la proue d’un croiseur Kotorn qui sembla dans un premier temps bien résister à l’assaut. Mais la frappe Senkis semblait ne jamais vouloir se terminer et les déflecteurs Kotorns s’épuisèrent très rapidement, finissant inéluctablement par rendre l’âme. Le surpuissant rayon Senkis pénétra alors dans la structure même du croiseur, dévastant tout sur son passage. Des dizaines d’explosions internes secouèrent le vaisseau avant que celui-ci ne se mette à tanguer dangereusement. Puis, ce fut l’explosion finale. Magistrale, elle engloutit la moitié du croiseur, le brisant littéralement en deux. Des centaines de corps furent attirés dans le vide interstellaire alors que des débris étaient catapultés en tout sens. Finissant son travail, le rayon Senkis anéantit l’arrière du croiseur Kotorn, qui fut également engloutit par les flammes. Une très vive lumière suivit cette destruction et les visières des casques des pilotes coalisés durent s’opacifier pendant plusieurs secondes. Mais plus grave que cela, des dizaines de petits appareils volant à proximité du croiseur au moment de son anéantissement furent avalés par les flammes et recrachés sous la forme d’une poussière de cendres errantes. Se trouvant lui-même à proximité à ce moment critique, Tel du virer sèchement pour ne pas être happé par une impressionnante langue de flammes.

Les vaisseaux Senkis poursuivirent leur œuvre de destruction. Rien ne semblait en effet pouvoir arrêter le rayon destructeur qui après avoir réduit en poussière un croiseur Kotorn s’acharna sur un petit groupe de frégates Neylanaises.
Celles-ci tentèrent tant bien que mal de se dégager de ce piège mortel mais les autres vaisseaux Senkis ouvrirent à leur tour le feu, traquant leurs cibles. Ce fut une véritable succession d’explosion qui marqua l’annihilation d’une partie de la flotte Neylanaise. Les frappes ennemies semblèrent pénétrer les structures des frégates comme dans du beurre, atteignant sans difficulté les points vitaux des vaisseaux. Deux frégates furent consumées en même temps, créant une boule de feu impressionnante et une onde de choc violente. De nombreux chasseurs furent envoyés valdingués, leurs alarmes se déclenchant aussitôt.
Une autre frégate fut littéralement coupée en deux, perdant ses réacteurs au moment où le rayon de lumière découpait la structure. Alors que la poupe chutait inéluctablement, le reste de la frégate cracha des cadavres et du matériel avant de partir en crabe. La proue se déporta avant de percuter violemment la dernière frégate Neylanaise, dont les boucliers ne résistèrent pas à la puissance du choc. Quelques secondes plus tard, des capsules de sauvetage s’éjectèrent de la frégate, mais n’eurent pas le temps d’aller bien loin. Une ultime déflagration embrasa les carcasses, les réduisant en miettes de métal.

Dans son chasseur, Tel en resta secoué. Bien sûr, il avait déjà assisté à la terrible démonstration de la puissance de feu Senkis, mais ces derniers venaient à l’instant de décimer une grosse partie de la flotte des coalisés.
Un sentiment de dépit envahit Tel alors que celui-ci devait sans cesse éviter d’être désintégré par les frappes incessantes des chasseurs œufs. Tel fut sorti de sa semi torpeur par la voix atterrée de Zook :
-Nom d’un chien, vous avez vu ça ?
-Oh oui ! Ils viennent de nous prouver qu’ils pouvaient sans problème nous éliminer.
-Qu’est ce qu’on fait ? demanda à son tour Mak tout en canardant sans relâche un ennemi trop entreprenant.
Tel ne réfléchit même pas avant de répondre :
-On continue. De toute façon, nous n’avons aucune échappatoire possible.
Kern regarda pendant quelques instants les vaisseaux coalisés restants s’acharner sans résultat sur le bouclier collectif Senkis avant de s’exclamer :
-Il faudrait parvenir à détruire leur déflecteur ! Sinon, si on reste là sans rien faire, on va se faire laminer !
Tel répondit du tac au tac :
-J’ignore si Will est parvenu à mettre au point le plan prévu. Mais si c’est le cas, nous n’avons aucun moyen de savoir quand cela se produira. Il faut donc tenir. Tenir le plus longtemps possible.
Dans leurs cockpits, tous les Anges Noirs eurent le même réflexe. Ils contrôlèrent le niveau de leurs déflecteurs et firent tous la grise mine :
-On est mal parti…souffla Endy.

*

Au même moment, Will Lyam attendait avec angoisse dans son laboratoire situé dans le complexe souterrain. Cela faisait maintenant deux minutes qu’il avait mis la dernière touche au plan prévu. Le vieux chasseur Senkis, celui là même qui avait servi à sauver Tel, venait de redécoller, piloté par un droïde astromécano et se dirigeait à présent à vive allure vers le lieu du combat.
Will avait fait tout ce qu’il avait pu pour réparer les systèmes endommagés du chasseur œuf mais il n’était pas certain que cela suffirait. A vrai dire, il doutait sérieusement que ce plan fonctionne. Il ne faudrait pas grand-chose pour que le vieil appareil Senkis rende l’âme. Mais comme Kern lui avait expliqué, le chasseur n’était pas censé s’éterniser dans la zone des combats. Il était même censé l’éviter.

En fait, le chasseur modifié contourna la bataille avant de se mélanger comme prévu à l’immense flotte de chasseurs Senkis qui restait en retrait à protéger les vaisseaux capitaux. Disposant d’une armée considérable, les envahisseurs pouvaient se permettre de diviser leurs forces. L’appareil trafiqué par Will se dirigea alors vers l’un des gros vaisseaux ennemis et, étant reconnu comme un allié, eut l’autorisation de pénétrer au sein du bouclier collectif.
Comme Kern l’avait également expliqué à Will, ce bouclier collectif était en fait projeté par l’intermédiaire de relais, situé à l’avant de chaque vaisseau mère. Pour Kern, il suffisait qu’un de ces relais soit détruit pour que la chaîne de projection du déflecteur soit rompue, rendant celui-ci inopérant.
Et c’est exactement ce qu’il se produisit. Modifiant au dernier moment sa course, comme Will l’avait spécifié au droïde pilote, le chasseur œuf se précipita vers la proue du vaisseau et plus particulièrement vers le relais du bouclier. Le droïde lança alors les charges explosives qui remplissaient l’arrière du chasseur et alla percuter de plein fouet sa cible. L’explosion fut impressionnante et ébranla la proue du vaisseau capital. Mieux, des pans entiers de métal furent arrachés, se mettant rapidement à flotter dans le vide interstellaire. Les flammes carbonisèrent le relais qui cessa de fonctionner. Dans la seconde qui suivit, l’aura bleutée qui entourait les quatre immenses vaisseaux Senkis disparut, laissant ceux-ci sans protection.
Le plan de Kern avait brillamment réussi et les forces en présence venaient quelque peu de se rééquilibrer.

*

Et tout à coup, l’espoir renaquit au sein des rangs des coalisés. Dans son cockpit, Tel distingua très nettement la disparition du bouclier collectif Senkis :
-Ca a marché ! Le plan a fonctionné !
-Je vous l’avais bien dit ! s’exclama Kern avec un grand sourire
Tel se ressaisit rapidement et cria :
-A toutes les unités, il faut attaquer les vaisseaux capitaux. Si on parvient à les détruire, nous aurons peut-être une chance de remporter cette bataille.
Aussitôt, les chasseurs Ferlusiens, Kotorns et Neylanais fondirent sur leurs nouvelles cibles, tout en tentant de maintenir à distance les chasseurs œufs qui les traquaient sans relâche.
Les croiseurs restants se mirent également en ordre de bataille, concentrant leurs frappes sur le vaisseau Senkis le plus proche qui riposta sans hésiter. Ainsi, l’épicentre du conflit se déplaça rapidement vers les vaisseaux capitaux Senkis qui déchaînèrent les enfers, anéantissant avec leur rayon de lumière tous les chasseurs s’approchant.
Zook, maniant habilement son chasseur, vit soudain le rayon continu se précipiter vers lui. Ecarquillant les yeux de stupeur, il bascula sur tribord, évitant la salve à l’ultime seconde. Les appareils situés derrière lui n’eurent pas cette chance et furent vaporisés. Zook rétablit tant bien que mal sa course, saisit son joystick et expédia deux missiles à concussion vers la proue du vaisseau Senkis. Deux explosions conséquentes ébranlèrent sa structure mais ce ne fut évidement pas suffisant pour stopper l’œuvre destructrice du majestueux vaisseau blanc.
Les Senkis concentrèrent également leurs frappes sur un des croiseurs Kotorns en approche. Celui-ci ne résista pas longtemps, il fut littéralement découpé en lamelles de métal par les tirs ennemis qui s’acharnèrent sur lui. Et alors que du gaz s’échappait massivement du vaisseau agonisant, il explosa violemment, amenuisant encore les forces coalisées.

*

A bord du fleuron de la flotte Senkis, le Guide avait consenti à se lever de son siège lorsque le bouclier collectif avait été anéanti. Exprimant sa colère en massacrant le premier sous fifre qui était passé sous sa main d’acier, il hurla ensuite :
-[Comment cela a-t-il pu se produire ?
-Nous…nous l’ignorons…] rétorqua un officier en balbutiant de peur
Le Guide sembla réfléchir avant de continuer :
-[Cela ne change pas grand-chose de toute façon ! Nos armes sont bien supérieures aux leurs. Ils ont juste gagné le droit de nous défier réellement. Mais même si nous n’avons plus de bouclier, c’est comme si ces êtres inférieurs étaient déjà morts !]
-[Guide…
-Quoi encore ?] rugit celui-ci en détournant provisoirement le regard de l’immense bataille qui se déroulait sous ses yeux
-[On dirait que le Malédiction Mortelle est en difficulté ! Les couards concentrent leur puissance de feu sur sa structure. Et bien que résistant vaillamment, il ne pourra pas tenir indéfiniment.
-Alors dîtes aux autres vaisseaux de le protéger ! Nous ne subirons pas l’humiliation de perdre un des joyaux de notre flotte.
-Bien Guide Suprême !]
Le chef des Senkis se tourna alors de nouveau vers le cœur du conflit, envoyant voler sa cape noire derrière lui avec grâce. Ses yeux jaunes détaillèrent alors le combat, savourant chaque explosion d’un chasseur ennemi, maudissant chaque pilote Senkis assez incompétent et faible pour se faire eux-mêmes détruire.

*

Dans le vaste complexe souterrain, Wellan Bossel regardait avec appréhension les images qu’il recevait de la bataille spatiale. Il avait littéralement bondi de joie lorsque le déflecteur Senkis était tombé mais la peur l’avait de nouveau rapidement saisi, lorsqu’il avait constaté qu’à ce rythme là, ses forces seraient bientôt anéanties.
C’est alors que Delen Daylis, le Maître du Culte Ferlusien, pénétra dans la salle des communications, referma la porte derrière lui et regarda les deux gardes qui se trouvaient en poste ici, avant de se diriger d’un pas assuré vers Bossel. Celui-ci regarda par-dessus son épaule avant de déclarer :
-Alors Maître du Culte, on vient assister à la défaite de nos troupes ?
-Vous ne m’avez toujours pas pardonné d’avoir cru en la Prophétie, on dirait ?
Bossel se tu pendant quelques instants avant de répondre :
-Comme vous vous en doutiez certainement, je ne suis pas croyant et je n’ai jamais porté beaucoup de crédits à cette soi disante Prophétie. Mais ce qui me met le plus en colère, c’est que beaucoup de Ferlusiens sont devenus les esclaves des Senkis parce qu’ils ont fait l’erreur de vous suivre !
-Je ne faisais qu’interpréter nos textes bimillénaires. Je n’étais qu’un messager au service de ma religion…
Ce fut au tour de Daylis de marquer une pause. Puis il se dirigea avec innocence vers l’un des gardes, avant de reprendre, un sourire naissant sur ses lèvres :
-Et maintenant, je suis le messager des Senkis !
Bossel se raidit immédiatement. Il pivota lentement sur lui-même et déglutit avec difficulté :
-Que…voulez vous dire ?
-Je pense que vous m’avez très bien compris Bossel. J’ai moi aussi gagné le droit de suivre la Voie de la Sagesse !
Bossel voulut hurler à ses gardes de bondir sur le Maître du Culte mais celui-ci fut plus rapide. Il se saisit du blaster du garde le plus proche, le descendit dans la foulée et, tournoyant sur lui-même, tira sur l’autre garde qui venait de dégainer. Le laser transperça la poitrine du malheureux qui bascula en arrière, s’affalant sur les panneaux de contrôle.
Delen Daylis pointa alors son blaster vers Bossel qui écarta les bras par réflexe. Le Consul Ferlusien cracha :
-Vous n’êtes qu’un traître !
-Pas du tout. J’ai juste compris que seul les Senkis pouvaient me sauver. Le Guide en personne m’a ouvert les yeux !
-Vous avez subi la Grande Transformation !
-Oui, et j’en suis honoré.
Alors qu’il parlait, une lueur rouge grandissait au fond des yeux de Delen. Bossel reprit :
-Imbécile, vous devez bien vous douter que le Guide vous transformera en esclave quoi qu’il arrive !
-Mensonge, il m’a promis de me confier un poste important dans la hiérarchie Senkis si je l’aidais à traquer et éliminer les derniers résistants de Ferlus. Vous êtes un de ces derniers résistants Bossel et c’est avec plaisir que je vais vous voir mourir. Mais avant…
Le Maître du Culte appuya alors fortement sur son cou et Bossel entendit distinctement un petit bip. Daylis s’expliqua :
-Les forces Senkis vont pouvoir me localiser et vont se faire un plaisir d’exterminer tous les rats qui se terrent dans ce complexe.
Ne sachant pas quoi faire, Wellan Bossel comprit qu’il était inéluctablement pris au piège. Daylis se mit alors à rire à gorge déployée avant de braquer son blaster vers la tête de Bossel et de déclarer d’une voix pleine de suffisance :
-On dirait que nous arrivons à la croisée des chemins…

*

Le Guide assista avec délectation à l’anéantissement d’une corvette ennemie, qui après avoir perdu ses boucliers, implosa brusquement, incapable de résister plus longtemps à la puissance des frappes Senkis.
C’est à ce moment précis qu’un assistant du Guide s’approcha de son maître et lança d’une voix respectueuse :
-[Guide, la balise implantée dans l’esclave Daylis vient tout juste de commencer à émettre. Nous sommes en mesure de localiser la base où se cache la résistance ennemie.]
Un grand sourire carnassier s’afficha sur le visage métallique du Guide qui serra le poing gauche de satisfaction :
-[Envoyez toutes nos forces terrestres disponibles à l’assaut de cette base. Je veux qu’elle soit rasée au plus vite.
-A vos ordres !]
Le Guide resta alors seul, admirant les incessantes explosions des chasseurs ennemis.
-[La fin est proche…]


A SUIVRE
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 26 Jan 2007 - 19:58   Sujet: 

Bah et alors, c'est parce que je ne vous ai pas envoyé le chapitre sur votre boîte MP que vous désertez ce topic? :D

En tout cas, j'ai commencé à écrire le chapitre suivant qui devrait arriver rapidement (comprendre avant la fin de la semaine prochaine :D )!
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Ven 26 Jan 2007 - 21:46   Sujet: 

Darkwilliam a écrit:Bah et alors, c'est parce que je ne vous ai pas envoyé le chapitre sur votre boîte MP que vous désertez ce topic? :D

En tout cas, j'ai commencé à écrire le chapitre suivant qui devrait arriver rapidement (comprendre avant la fin de la semaine prochaine :D )!


Heu tu l'as un peu fait passer en douce aussi :D
Ma boîte MP est ouverte à tous, sal flemmard :P
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Django » Sam 27 Jan 2007 - 0:46   Sujet: 

Mais non KMTO, DW ne la pas fait passée en douce sa suite. Avec ses responsabilités, il doit avoir des priorités. :wink: :sournois:
Fait comme moi des copier coller même si c'est un peu plus long.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar kamocato007 » Sam 27 Jan 2007 - 9:17   Sujet: 

Mais avec un fichier word, c'est quand même plus lisible quand on imprime. On mange pas du caviar dans une assiette en plastique :P
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 27 Jan 2007 - 9:17   Sujet: 

Tout à fait Django! :D

Kamo, je viens de t'envoyer le chapitre à l'instant sur ta boîte mail! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Dim 28 Jan 2007 - 14:35   Sujet: 

Une fois n'est pas coutume, c'est avec une semaine de retard que j'ai lu avec intrêt le début de ce qui s'annonce comme la démonstration de toute classe du savoir-faire de DW en matière de dogfight ! Une première partie tendue, où les personnages défilent avec aisance dans l'apocalypse qui s'annonce, même si les dialogues auraient mérité d'être plus cru vis-à-vis de l'ambiance. Du pur Star Wars : les deux camps s'organisent et un rude combat entre David et Goliath s'annonce.

L'action mérite bien sûr sa place dans le panthéon des Anges Noirs : ils sont véloces et rythmés, bien que parfois on accroche un peu avec des tournures qui ralentissent l'action. Ca reste du Grand AN, qui me rapelle le tome III qui était plutôt bien servis de ce côté là :P En attendant, j'espère que la suite de ce duel saura relever le défi de l'Ultime Secret avec une fin riche en émotion. Oui oui Darkwillou c'est un gros challenge mais après début de combat j'ai confiance en l'avenir :wink:

Au rayon des critiques, très peu de choses, puisque rajouter plus de descriptions auraient sans doute ralentit l'action. J'ai compté une faute à la huitième page (rohhh après on va dire que je chipote :roll: :P ) mais sinon c'est du très, très bon boulot, pas brouillon du tout.
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 28 Jan 2007 - 15:16   Sujet: 

Merci Kamo!
Tu as bien perçu le seul truc qui m'avait chagriné un peu lors de l'écriture: que les dialogues ne soient pas plus palpitants!

Ceci dit, je pense me rattraper dans le deuxième acte du dénouement que j'ai commencé à écrire. :)

Pour ce qui est du défilé des persos, c'est vraiment voulu, je veux faire une fin très riche en multipliant les lieux d'actions et en faisant en sorte que tous les héros de la saga Anges Noirs aient leur part d'action et de combat. D'ailleurs, cela va fortement se voir dans le prochain chapitre. Je vais faire en sorte que les héros, comme le lecteur, n'aient pas une seconde de répit. 8)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Mer 31 Jan 2007 - 10:39   Sujet: 

Bonne nouvelle, je devrai pouvoir poster la suite ce week end! :) Au début, je pensais n'écrire qu'un seul chapitre mais là j'en suis déjà à 13 pages et je n'ai pas encore terminé tout ce que j'avais à dire avant d'aborder pour de bon le tout dernier chapitre! 8)

En clair, je vais peut-être couper le chapitre que je suis en train d'écrire en deux! M'enfin, je pense que dans tous les cas, vous aurez les deux ce week end! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Mer 31 Jan 2007 - 12:30   Sujet: 

N'oublie pas de faire marcher ta boîte e-mail :P
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Mer 31 Jan 2007 - 13:41   Sujet: 

Of course! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 02 Fév 2007 - 18:30   Sujet: 

Bon, comme annoncé précédemment, j'ai décidé de couper le chapitre XIII en deux, ce qui fait que vous allez avoir ce soir les chapitres XIII et XIV, 8) que j'ai essayé de couper de façon égale, tout en m'assurant qu'il y avait une "fin provisoire" cohérente au chapitre XIII. :)

Dans ce chapitre XIII, donc, on continue de se battre et la lutte devient de plus en plus violente et l'issue incertaine. Quelques surprises, un rebondissement coutumier (à ce niveau là, c'est plus du clin d'oeil qu'autre chose, vu que je l'aurai utilisé dans tous les tomes :D ) et je l'espère, aucun répit dans la lecture! J'ai essayé d'insuffler un rythme très soutenu au tout. Dîtes moi ce que vous en pensez! :wink:

Allez, c'est parti pour le chapitre XIII. Bonne lecture!







Dénouement
Acte II


Chapitre XIII

La Tueuse de Mondes


Première partie



L’affrontement final entre les coalisés du système des Trois Planètes et les Senkis a débuté, plongeant Ferlus dans le chaos le plus total. Dans ces ultimes instants où tout va se jouer, le Guide a un plan terrible pour anéantir définitivement la planète. En effet, alors que ses troupes se préparent à traquer les derniers résistants dans leur base, le Guide veut utiliser une bombe d’antimatière pour rayer Ferlus de la carte. Pendant ce temps là, Delen Daylis, converti à la cause des envahisseurs par la Grande Transformation, s’apprête à abattre Bossel froidement. Et en orbite, la bataille apocalyptique semble tourner peu à peu à l’avantage des Senkis, et les Anges Noirs, au cœur du conflit, voient leur espoir s’amenuiser inéluctablement…

***

Crachant des centaines de milliers de lasers, les derniers vaisseaux massifs des coalisés tentaient tant bien que mal de maintenir à distance l’armada Senkis. Entre les vaisseaux capitaux des deux camps, une myriade de chasseurs s’entretuait, se pourchassant inlassablement. En dessous de cette incroyable bataille, Ferlus continuait d’être ravagé par d’immenses incendies qui trahissaient la domination implacable des armées du Guide.
S’acharnant sur le Malédiction Mortelle, les dernières corvettes Kotorns étaient parvenues à immobiliser le vaisseau blanc ennemi, sans que toutefois celui-ci ne cesse de se défendre en propulsant son rayon lumineux dévastateur. Rapidement couvert par les autres immenses appareils Senkis, le Malédiction Mortelle crut qu’il allait avoir un peu de répit.
Mais c’était sans compter sur le courage et la folie d’un petit groupe de pilote, bien décidé à frapper leur ennemi au cœur. Les Anges Noirs slalomèrent entre les débris des chasseurs œufs, plongèrent sous la puissante structure d’un vaisseau Senkis, frôlèrent ses batteries de défense sans toutefois être touchées, et ressortirent de l’autre côté, se dégageant une voie royale vers le Malédiction Mortelle. Une explosion puissante ébranla un de ses hangars et un gigantesque pan de métal se détacha, se mettant à flotter avec paresse dans l’espace.
-Il nous faut terminer le travail, s’écria Tel en sueur.
Le commandant tenta de s’essuyer le front mais c’était particulièrement difficile avec un casque.
-Visons un point stratégique ! fit à son tour Kern
-Qu’est ce que vous pensez de leur système d’armement ?
-Tu sais où il se trouve ? interrogea Mak en virant de bord
-Il suffit de voir d’où part le rayon d’énergie.
Comme pour illustrer les propos d’Endy, le Malédiction Mortelle ouvrit de nouveau le feu et son tir alla frapper violemment une corvette Kotorn. Le bouclier résista au début, semblant littéralement repousser la déferlante d’énergie pure. Puis celle-ci creusa un « trou » dans les déflecteurs, imposant son inexorable puissance. La corvette fut aussitôt saisie de tremblement et de vibrations intenses alors que sa proue était violemment perforée. Incapable de continuer à se déplacer, le vaisseau Kotorn perdit de la vitesse et finit par être anéanti. Dans l’instant qui suivit, une autre corvette des coalisés prit sa place, tentant de maintenir la pression sur le Malédiction Mortelle.

Pendant ce temps là, les Anges Noirs se faufilèrent prêt de l’immense vaisseau, volant tellement prêt qu’ils purent distinguer les dommages que leur cible avait déjà subis. Puis, ils se dirigèrent à pleine vitesse vers le système d’armement, s’apprêtant à propulser plusieurs missiles à concussion.
Soudain, un escadron entier de chasseurs œufs apparut, faisant feu de tous leurs canons.
-Manœuvre d’évitement !hurla Kern
Les Anges se dispersèrent à l’ultime seconde, rendant leur ciblage bien plus difficile.
-Eliminez moi ces saloperies ! fit à son tour Tel en montrant l’exemple
Au même moment, Mak désintégra un adversaire et traversa la boule de feu provoquée par sa destruction. Il en émergea deux milli secondes plus tard et se retrouva face à un chasseur Senkis. Mak empoigna son joystick et tira aussitôt. A bout portant, le missile traversa la structure du chasseur sans exploser, ouvrant le petit appareil au vide spatial. Le pilote fut aussitôt congelé alors que son chasseur se séparait en deux morceaux. Le missile de Mak, pour sa part, continua sa course folle et percuta par miracle un autre chasseur, désintégrant ses boucliers. Arrivant à toute vitesse face à lui, Hanton enclencha ses quadlasers qui arrosèrent abondamment leur cible qui ne résista pas longtemps. Une nouvelle lueur illumina l’espace autour du Malédiction Mortelle.
-Allez venez, venez, je vous attends ! cria Mak grisé par sa réussite.

C’est alors que des dizaines et des dizaines de points clignotèrent sur le radar du jeune Ferlusien qui releva précipitamment la tête, les yeux écarquillés de stupeur. Il vit plusieurs escadrilles de chasseurs œufs rappliquer à la vitesse maximale, visiblement prêt à sacrifier leurs vies pour protéger le Malédiction Mortelle.
-Là, ça fait peut-être beaucoup ! observa le mari de Neeta
-On dégage de là !hurla Tel
Mak vira brusquement mais n’eut pas réellement le temps de prendre de la vitesse avant que les Senkis ne déchaînent toute leur puissance de feu. Mak se retrouva dans une véritable pluie de laser et ses déflecteurs encaissèrent un nombre impressionnant d’impacts. Puis, tout à coup, plusieurs alarmes se déclenchèrent simultanément, alertant le jeune pilote. Celui-ci tenta de distancer ses poursuivants, en vain. Il fit alors d’une voix froide :
-Les gars, ça va être difficile pour moi de m’en sortir.
Un nouvel impact fit trembler le chasseur et une voie mélodieuse se fit entendre :
-Les boucliers ont atteint un stade critique !
-Il manquait plus que ça, une bonne femme pour m’annoncer que je vais crever !
Mak serra les dents, s’attendant d’un instant à l’autre à partir en fumée. A cet instant, il vit les Anges Noirs le croiser à une vitesse hallucinante, faisant feu de tous leur quadlasers. La voix de Kern sortit des hauts parleurs du chasseur en difficulté :
-Prend tes distances Mak, on te couvre !
-Je vous revaudrai ça les gars !
Hanton ne se fit alors pas prier pour s’éloigner, se sortant de la zone critique. Derrière lui, les Anges Noirs expédièrent quelques missiles à concussion pour repousser le premier assaut adverse avant de se lancer dans une manœuvre d’évitement. Une succession d’explosions vînt saluer la destruction des missiles lancés.

Zook vola pendant quelques secondes sur le dos, passant juste devant la proue du Malédiction Mortelle, puis il se rétablit, évita juste à temps la carcasse d’un chasseur Neylanais et s’exclama :
-Nous n’avons même pas pu lancer notre attaque contre le système d’armement !
-Il va falloir préparer un nouveau passage ! rétorqua Tel du tac au tac


*

Suivant à présent le déroulement de la bataille sur des écrans tactiques installés au dessus de la baie d’observation, le Guide des Senkis ressentit la violence d’une déflagration qui ébranla son vaisseau. Le Fléau du Guide avait été construit à l’occasion du départ en conquête des Senkis. Fleuron de la flotte, il était redouté pour sa puissance de feu mais aussi pour sa maniabilité. Mais à l’instant présent, dépourvu de boucliers, il subissait l’assaut des forces ennemies. Toutefois, les quelques tremblements de la structure ne suffisaient pas à inquiéter le Guide.
Celui-ci détailla une nouvelle fois les forces en présence et constata que ses ennemis étaient tout proche du point de rupture. Tous leurs croiseurs avaient été anéantis, et il ne leur restait plus que deux frégates et deux corvettes. Autrement dit, les Senkis n’allaient pas tarder à l’emporter. La seule chose qui inquiétait encore le Guide était l’affrontement que se livraient les chasseurs des deux camps. Bien que plus nombreux, les Senkis avaient subi des pertes conséquentes et le Guide était obligé de reconnaître que les coalisés se battaient avec courage.
-[Mais cela ne suffira pas…] vociféra le Guide entre ses dents d’acier

Le Guide se détourna enfin de ses instruments de contrôle et se dirigea alors vers les scientifiques Senkis qui entouraient un bien curieux objet. De forme cylindrique avec quelques protubérances aux extrémités, la chose était posée sur des tréteaux métalliques résistants. Long de deux mètres environ, l’objet semblait entouré d’un mini champ de force, le protégeant des chocs extérieurs.
-[Est-elle prête ?] demanda le Guide
-[Oui. A votre ordre, le décompte s’enclenchera.
-Combien de temps avant l’explosion ?
-Une fois activée, quinze minutes s’écouleront avant qu’elle ne détruise la planète entière.
-La Tueuse de Mondes…] fit le Guide avec un sourire étrange.

La Tueuse de Mondes était en fait une bombe d’antimatière à la puissance phénoménale. Son principe était à la fois simple et complexe. En son centre, des particules d’antimatière flottaient et se croisaient, sans jamais se toucher. Cette activité interne était en permanence régulée, évitant ainsi tout danger. Mais lorsque le compte à rebours était enclenché, les particules d’antimatière formaient une forme cohérente en se rejoignant les unes les autres. Enfin, la mise à feu se produisait lorsque la « boule » d’antimatière était propulsée contre la paroi de la bombe, faite pour sa part en un alliage particulièrement résistant mais surtout enrichi à l’uranium. La rencontre entre les particules de matière et celle d’antimatière délivrerait une quantité phénoménale d’énergie, propulsant une onde de choc gigantesque, innarêtable et incontrôlable. En moins d’une minute, la surface entière de Ferlus serait recouverte par les flammes et la violence de l’explosion anéantirait tout sur son passage, éliminant toute vie, animale comme végétale. Quant aux retombées, elles obscurciraient le soleil pendant près de cent ans.
C’était là l’arme ultime des Senkis, l’aboutissement suprême de leur technologie destructrice. La Tueuse de Mondes avait déjà été utilisée une fois avec succès lors d’une précédente conquête des Senkis. Ferlus serait donc la deuxième victime de leur folie destructrice.

Le Guide regarda la bombe pendant quelques secondes avant de relever la tête et de déclarer :
-[Je vais personnellement la déclencher. Et je m’assurerai de la réussite de cette mission.
-Mais Guide, vous n’y pensez pas, cela pourrait être dan…
-Cette tâche m’est dévolue ! Je suis celui qui apportera le triomphe aux Senkis, qui écrasera ce peuple misérable et qui permettra le début d’une nouvelle ère sur cette planète !]
Les scientifiques n’osèrent rien répondre. Alors le Guide poursuivit :
-[Installez la Tueuse de Mondes dans mon vaisseau de transport personnel. Cette guerre n’a que trop duré !]

*

-Soldats ennemis en approche ! hurla un des résistants Ferlusiens en dégainant son blaster.
Aussitôt, une alarme stridente se mit à retentir dans tout le complexe souterrain et les soldats, bien que visiblement affolés, se préparèrent à en découdre. Ils se doutaient bien qu’à un moment où à un autre, les Senkis patrouillant à la surface finiraient par les débusquer, mais ils avaient espéré que ce serait le plus tard possible. Apparemment, le destin avait décidé que le sort de Ferlus se jouerait simultanément en orbite autour de la planète et au sol.
Les Ferlusiens se postèrent alors rapidement à leurs postes de combat, se dissimulant derrière des barricades improvisées, constituées de caisses métalliques ou bien souvent de sac empilés les uns sur les autres. Les soldats mirent un point d’honneur à défendre tout particulièrement la grande porte qui donnait sur l’extérieur. Après tout, s’ils perdaient cette pièce, ils perdraient toute possibilité de fuir. Voilà pourquoi ils devaient à tout prix contenir les Senkis et les empêcher de prendre pied dans le complexe.
Le lieutenant Chad Ax, miraculé du premier affrontement au sol avec les envahisseurs, se trouvait comme à son habitude en première ligne, le blaster pointé vers la double porte métallique qui protégeait le sanctuaire Ferlusien. Déglutissant avec difficulté, le lieutenant tourna la tête et observa tous les jeunes visages qui s’apprêtaient probablement à sacrifier leurs vies. Certains tremblaient tellement qu’ils ne parvenaient même pas à saisir leurs blasters. Il faut dire que le combat s’annonçait inégal et que la mort qui attendait les vaincus serait particulièrement déplaisante et douloureuse. Chad Ax regarda alors un capitaine plus expérimenté et demanda :
-As t-on réussi à entrer en contact avec Bossel ?
-Non, je ne comprends pas, il ne répond pas à nos appels.
-Envoyez un homme le trouver, nous allons avoir besoin de tout le monde ici ! Et particulièrement d’un leader !
-A vos ordres.
C’est alors que la lourde porte en acier commença à être victime de violentes secousses, menaçant à chaque fois de la faire céder. Visiblement, les Senkis étaient massés de l’autre côté et tentaient de forcer le passage. Continuant de l’enfoncer avec de puissants a coups réguliers, les Senkis semblaient déterminer à entrer et à en finir avec la résistance Ferlusienne.
Le regard braqué sur la porte, le doigt crispé sur la gâchette de son blaster, Chad Ax essaya de calmer les battements affolés de son cœur, mais n’y parvint pas. Les secousses redoublèrent d’intensité et de fréquence et les Ferlusiens virent la porte être progressivement arrachés de ses gonds.
-Préparez vous ! hurla Ax aux autres soldats
Soudain, la porte céda dans un fracas métallique et les battants volèrent littéralement dans la pièce, dévoilant une masse grouillante de Senkis. Brandissant leurs fusils ou leurs lances, ils se déversèrent dans le complexe.
-Feu ! s’époumona le lieutenant
Tous les tirs convergèrent vers les envahisseurs, dont la première vague fut aussitôt décimée. Prenant tout de suite le relais, d’autres Senkis ripostèrent, balayant la pièce dans laquelle ils étaient de leurs inquiétants yeux rouges.

Bien dissimulés derrière leurs cachettes improvisées, les Ferlusiens résistèrent admirablement les premières minutes, dévastant les rangs ennemis qui avançaient toujours en ordre serré. Mais les Senkis étaient d’habiles guerriers et ceux possédant une armature métallique pouvaient encaisser bien plus d’impacts. Visant avec précision, les Senkis commencèrent à abattre les résistants, les atteignant quand ces derniers se relevaient pour riposter.
-Ne reculez pas ! Ne reculez pas !hurla Chad Ax en descendant un Senkis
Les Ferlusiens durent rassembler leur courage pour ne pas détaler devant un envahisseur si puissant et effrayant.

A présent, la salle qui constituait l’entrée du complexe ressemblait à un véritable champ de bataille, des dizaines de corps, Senkis ou humains, jonchant le sol poussiéreux. Alors qu’un barrage de laser était déployé par les Ferlusiens pour maintenir la pression sur les Senkis, Chad Ax comprit que sa position allait rapidement devenir intenable. Les Senkis progressaient en effet inéluctablement, grignotant centimètre après centimètre, tuant méthodiquement les résistants.
Les cris de douleur étaient à peine couverts par le brouhaha insupportable de la bataille et une forte odeur de brûlé se dégageait du combat, rendant l’atmosphère difficilement respirable. Ax tenta de reculer, incapable de résister plus longtemps à l’avancée des Senkis, mais il fut pris aussitôt pour cible. Parvenant à abattre un adversaire, il ne pu éviter un tir qui alla perforer son épaule, lui arrachant un cri de souffrance. Tombant lourdement sur le sol, il ne vit plus que les centaines de jambes des envahisseurs et crut que sa dernière heure était arrivée. Tentant de se relever, il vit alors un guerrier ennemi bondir par-dessus ses compagnons et retomber avec agilité juste au dessus de lui. Chad tenta de tirer mais le Senkis lui administra un coup de pied en plein visage qui força le lieutenant à lâcher son blaster. Les yeux brouillés, Ax distingua malgré tout la grande lance métallique que son adversaire s’apprêtait à lui planter dans le corps.
-Je suis perdu…murmura le Ferlusien.

*

Un grand sourire aux lèvres, Delen Daylis, le Maître du Culte, braquait toujours son blaster vers la tête de Bossel qui suait à grosses gouttes, visiblement terrifié à l’idée de mourir. Daylis ricana :
-Vous entendez ces bruits Bossel ?
Bien sûr qu’il les entendait ! Comment aurait-il pu ne pas percevoir les cris d’agonie de ses hommes et les bruits si caractéristiques d’un déchaînement de violence. Plus inquiétant, ces sons semblaient s’amplifier sans cesse, ce qui poussait Bossel à croire que ses forces reculaient sous les assauts de la terrifiante puissance ennemie.
-Ils annoncent la destruction prochaine de votre monde ! continua Daylis
-C’est aussi votre monde ! cracha Wellan
-Faux ! Je suis maintenant au service des Senkis. Le sort de Ferlus ne m’importe guère. J’ai enfin trouvé la Voie de l’Illumination et bientôt je marcherai aux côtés du Guide.
-Il vous tuera dès que vous ne lui serez plus utile !
-Mensonges ! Il m’a ouvert les portes de la Rédemption et grâce à lui, je ne serai bientôt plus une âme égarée sur le chemin du pêché !
Bossel ne prit même pas la peine de répondre. De toute façon, il avait compris depuis longtemps que la Grande Transformation avait complètement transformé le Maître du Culte et que celui-ci ne pouvait plus à l’évidence recouvrer la raison.
-Mais je suis prêt à vous faire une petite faveur. Oui, je vais vous tuer tout de suite, ainsi, vous n’assisterez pas à l’inéluctable chute de votre monde.
Bossel contracta alors tous ses muscles, s’apprêtant à ressentir une immense douleur au moment où les lasers transperceraient ses organes vitaux. Il ne s’attendait vraiment pas à mourir ainsi, abattu de sang froid dans une petite pièce d’un complexe souterrain assailli par un ennemi surpuissant.
-Adieu Bossel !
Soudain et comme par miracle, un Ferlusien entra avec précipitation dans la pièce et fit :
-Consul, nous sommes atta…
Surpris, Daylis pivota sur lui-même et tira sans hésiter, tuant sur le coup le soldat qui bascula en arrière, les yeux agrandis par la surprise. Wellan ne manqua pas cette occasion inespérée. Rassemblant ses forces, il bondit en avant et ceintura Daylis. Les deux hommes roulèrent sur le sol poussiéreux et le blaster alla glisser à deux mètres d’eux. Bossel frappa de toutes ses forces le Maître du Culte qui cracha une petite gerbe du sang. Mais le serviteur des Senkis administra un coup de genou à Bossel qui recula. Delen se releva précipitamment et voulut se diriger vers le blaster mais Wellan lui asséna une balayette, le déséquilibrant. Comprenant que le Maître du Culte lui barrait à présent la route du blaster, Bossel se rua vers la sortie, enjamba le corps du soldat mort et sprinta dans le couloir. Daylis récupéra son blaster, sortit à son tour et tira plusieurs salves qui finirent leurs courses dans le mur, à quelques centimètres de la tête de Bossel. Celui-ci tourna brusquement dans un autre couloir, tentant de mettre le maximum de distance entre lui et son poursuivant.
Daylis s’élança à son tour, ne prêtant guère attention au vacarme insoutenable qui régnait dans le complexe assiégé et hurla :
-Vous ne pouvez pas vous cacher Bossel ! Vous avez perdu ! Où que vous alliez, je vais vous trouver et vous descendre une bonne fois pour toute !

*

Le Malédiction Mortelle résistait toujours aux assauts des coalisés, repoussant les deux frégates restantes avec son destructeur rayon de lumière et faisant confiance aux innombrables chasseurs œufs pour le protéger des attaques des appareils ennemis.
Continuant de harceler l’immense vaisseau Senkis, les Anges Noirs comprirent à cet instant qu’ils allaient perdre le conflit. En effet, les deux frégates restantes étaient en train de jeter leurs dernières forces dans la bataille alors que de l’autre côté, les quatre vaisseaux capitaux Senkis étaient encore virulents.
Tel désintégra un chasseur œuf avant de tenter un nouveau passage sur le Malédiction Mortelle qui pour sa part, tentait d’en finir avec les frégates Kotorns. Soudain, l’une d’elle rendit l’âme dans une majestueuse explosion qui propulsa une puissante onde de choc. Catapultant d’immenses débris métalliques, une grosse partie de la proue se décrocha, s’enflamma et commença à chuter vers l’atmosphère de Ferlus. Tel vit des centaines de cadavres être catapultés dans le vide stellaire, allant rebondir avec négligence contre les chasseurs qui passaient à proximité de la frégate au moment de son explosion.
Continuant son travail de sape, le Malédiction Mortelle, bien que indéniablement endommagé, s’attaqua à la dernière frégate. Alors que le rayon lumineux dévorait sa coque, la structure se mit à trembler, signe qu’elle allait bientôt se fissurer de toute part.
-Et merde ! cria Kern en constatant qu’ils allaient perdre leur dernier vaisseau de guerre
-Effectivement, cela ne se présente pas bien ! analysa Endy tout en se défaisant de deux poursuivants particulièrement retors.
-Que va-t-on faire sans vaisseau de soutien ? demanda Mak visiblement inquiet
-Poursuivre le combat, de toute façon, nous savions que nous n’avions pratiquement aucune chance lors de cette bataille. C’est déjà un miracle que nous soyons encore en vie.
Mak ne pu qu’approuver Tel. En effet, partout où se posait son regard, il voyait des carcasses de chasseurs ou des bouts de métal carbonisés. Des milliers de coalisés étaient déjà morts…
-Alors on continue ! s’écria Zook
-Exact.

Le Malédiction Mortelle comprit qu’il était à deux doigts d’en finir avec la dernière frégate et commença à avancer vers sa proie, tout en tirant. Tout à coup, l’impensable se produisit. Une quantité phénoménale d’énergie s’abattu sur le vaisseau de guerre Senkis qui fut littéralement criblé d’impact de lasers.
-Qu’est ce que…commença Tel en écarquillant les yeux de stupeur
Des milliers de salves vinrent perforer le Malédiction Mortelle qui n’eut même pas le temps de comprendre ce qu’il se passait. Ne semblant jamais vouloir s’arrêter, la pluie de laser finit par avoir raison du vaisseau capital, qui se désintégra dans une explosion apocalyptique. Une lumière vive fut projetée, aveuglant tous les pilotes des chasseurs dont les visières des casques s’opacifièrent quasi-instantanément.
Alors que le Malédiction Mortelle se désagrégeait petit à petit, tout en étant toujours secoué par des explosions secondaires, les Anges Noirs durent slalomer entre les débris et les cadavres afin de se sortir de la zone dangereuse.
-Mais qui a tiré ? s’exclama Endy
Dépassant le Fléau du Guide qui leur encombrait jusque là la vue, les Anges Noirs découvrirent alors quatre puissants croiseurs de la Nouvelle République, parfaitement alignés, et qui s’acharnaient à présent sur un autre vaisseau Senkis. Aux côtés des croiseurs, plusieurs corvettes progressaient également, ajoutant leurs tirs à ceux de leurs grands frères.
-La Nouvelle République ! s’époumona Tel, n’en revenant visiblement pas
-Mais…c’est impossible ! assura Kern les yeux écarquillés
-Pile au bon moment ! cria Zook de bonheur
C’est alors que de nouvelles voix se firent entendre sur la fréquence de communication générale des coalisés :
-Ici le général Garm Bel Iblis, à bord du Lusankya.
-Ici l’Amiral Ackbar, sur le Victoire.
-Ici le général Phil Kel, à bord du Joyau de la Galaxie.
-Et le général Pash Cracken, à bord du Souffle de Liberté ! On dirait que vous avez besoin de nous les enfants!
Les vaisseaux capitaux Senkis pivotèrent alors lentement pour faire face à ces nouveaux combattants.

*

Le lieutenant Chad Ax eut l’impression que tout se déroulait au ralenti, que les mouvements de tous les soldats luttant autour de lui étaient incroyablement lents ; Mieux, que le vacarme assourdissant des combats était comme atténué. Le Ferlusien regarda le Senkis qui s’apprêtait à le tuer avec un mélange de peur et de résignation mais ne préféra pas fermer les yeux. Au moment où la longue lance métallique allait s’abattre, le soldat reçut trois impacts au niveau du torse et tituba en arrière. Une dernière salve vînt lui arracher la partie métallique de son visage, dévoilant un entrelacs de fils électriques. Le Senkis s’écroula sur le sol et fut aussitôt recouvert par les siens qui continuaient de progresser inlassablement.
Chad Ax se retourna avec difficulté et comprit que c’était Bossel qui avait descendu juste à temps le Senkis. Le Consul venait de débouler d’un couloir adjacent et avait visiblement ramassé un blaster sur un des innombrables corps qui jonchaient le sol. Wellan fit un bref signe de tête à Ax alors que celui-ci se relevait non sans peine et courait vers ses lignes. Le Consul hurla pour se faire entendre :
-Battez vous ! Battez vous jusqu’au bout ! Pour Ferlus !

Heureux d’avoir un chef à leurs côtés, les Ferlusiens reprirent confiance et tentèrent d’arrêter la progression ennemie. A cet instant, Bossel manqua d’être atteint par un tir de blaster. Wellan se retourna et vit Daylis qui arrivait en sprintant, bien décidé à en finir. Bossel se précipita au milieu de ses soldats et cria :
-Abattez le Maître du Culte, c’est un traître à la solde des Senkis !
Mais Delen s’immobilisa à l’angle d’un mur et pu ainsi éviter d’être pris pour cible. Il passa tout de même sa tête pour lancer :
-Tu ne pourras pas aller bien loin Bossel, tu es condamné ! Tout comme ton peuple !

Tout à coup, les rangs Senkis semblèrent grossir et ce fut une véritable vague d’acier qui se jeta à l’assaut des Ferlusiens. Certains n’ayant même pas le temps de reculer, ils durent se battre au corps à corps. Bossel vit distinctement des gerbes de sang être propulsées lorsque les lances vinrent transpercer les corps des résistants. Chad Ax voulut garder sa position mais il ne le pu bien longtemps. Il fut forcé de reculer lorsque les soldats autour de lui tombèrent les uns après les autres. Enjambant plusieurs corps entremêlés, le lieutenant porta secours à un Ferlusien blessé, le traînant sur le sol en le tirant par le col. De sa main libre, Ax continua à tirer, parvenant même à descendre un Senkis qui se ruait vers lui.
Ramassant un deuxième blaster sur le sol ensanglanté, Bossel fit feu sans discontinuer. Pivotant sur lui-même pour faire face à tous les assauts, il ne pu tenir bien longtemps. Débordé, il battit en retraite, évitant les salves ennemies par miracle. Mais le Consul était encore assez lucide pour comprendre que les Senkis leur barraient à présent leur porte de sortie. Pire, ils les acculaient dans les couloirs exigus du complexe. En effet, alors que la bataille avait eu lieu jusque là dans un espèce de vaste sas d’entrée, les Ferlusiens étaient à présent repoussés dans les longs corridors qui serpentaient au sein du complexe souterrain.
Wellan du alors se rendre à l’évidence : les envahisseurs semblaient obtenir des renforts inlassablement et à ce rythme là les derniers résistants ne tiendraient pas longtemps. Il hurla alors :
-Repliez vous jusqu’au prochain sas ! Repliez vous !

Les soldats encore en vie ne se firent pas prier et obtempérèrent aussitôt. Reculant le plus vite possible sans tourner le dos aux Senkis, les Ferlusiens se dirigèrent vers le sas suivant, laissant la marrée Senkis se déverser dans le complexe. Alors que Bossel sprintait dans les couloirs, le cœur battant à tout rompre, il entendit la voix de Daylis, déformée par la haine :
-Traquez les et éliminez les jusqu’au dernier ! Mais laissez moi Bossel !

Les Ferlusiens prirent position, s’installant derrière les barricades qui avaient été installés ici aussi en cas de besoin. A peine étaient-ils prêts à tirer que les Senkis déboulèrent, les noyant sous un déluge de laser.
-Ripostez ! Ripostez ! s’époumona Bossel en montrant l’exemple
A ses côtés, le lieutenant Ax se saisit de deux grenades thermiques et les activa. Bossel cria :
-Vous êtes fou ? Vous savez ce qu’il risque de se passer si la structure du complexe ne tient pas le coup ?
-Avons-nous vraiment le choix ? rétorqua Ax en se dissimulant du mieux qu’il puisse.
A cet instant, un laser frôla de si près la tête de Bossel que son oreille gauche se mit à saigner.
-Aaaah !
Le Consul regarda alors son lieutenant et tout en se tenant l’oreille, fit :
-Allez-y, faîtes les payer !
Chad Ax n’attendit pas longtemps avant de s’exécuter. Il lança ses deux grenades quasi simultanément. Mais à sa grande surprise, et alors que la première grenade roulait au sein des rangs ennemis, l’autre fut renvoyée par un Senkis qui avait visiblement déjà eu à faire à ce type d’arme. Bossel vit la grenade s’arrêter à un mètre a peine de lui et jura :
-Nom de…
La fin de sa phrase fut étouffée par le fracas de l’explosion de la première grenade. Une boule de feu massive avala une partie des forces Senkis, consumant instantanément les corps et propulsant des débris métalliques. Alors que Bossel et Ax reculaient, des plaques de métal arrachées fusèrent autour d’eux et vinrent se planter dans les murs. Le Consul comprit alors que la deuxième grenade était sur le point d’exploser à son tour. Il pivota vers ses hommes et hurla :
-Reculez ! Re…
La détonation fut violente et assourdissante. Bossel et Ax furent catapultés en arrière et s’envolèrent littéralement, comme percutés de plein fouet par l’onde de choc. Alors qu’ils s’écrasaient violemment sur le sol, le souffle coupé, les flammes ardentes vinrent lécher leurs vêtements.
Sonné mais pas KO, Bossel sentit la structure du complexe souterrain trembler fortement. Et malgré que ses yeux fussent en train de se brouiller, il vit une profonde fissure se former au plafond et progresser rapidement.
-Mauvaise journée, maugréa t-il en crachant du sang.

*

Progressant à vive allure dans les ruines de la capitale Ferlusienne, le petit groupe formé par Eljy, Miller, Neeta et Klara n’avaient pour l’instant rencontré aucune opposition ennemie. Menant la marche, Eljy fit grise mine :
-Je n’aime pas ça ! Ou sont passées toutes les patrouilles qui quadrillaient jusque là la ville ?
Neeta regarda autour d’elle, ne pouvant s’empêcher de frissonner en observant tous les immeubles décapités et les maisons anéanties. Un monceau de gravats impressionnant recouvrait la plupart des rues, les rendant très difficilement praticables. Alors qu’au loin des volutes de fumées noires s’élevaient de bâtiments en feu, Neeta s’exclama :
-Je ne vois qu’une seule explication, les Senkis se sont regroupés pour affronter un ennemi lui-même organisé.
-Ils ont découvert le complexe !
Neeta se contenta de hocher la tête, puis elle regarda son enfant qui s’était paisiblement endormi au creux de ses bras. Enfin, elle ajouta :
-Ils ont décidé d’en finir avec nous.
Eljy se tu pendant quelques instants avant de lancer :
-Vous le sentez, n’est ce pas ? Vous le sentez ce sentiment qui grandit en vous et qui vous indique que nous sommes à un moment charnière ? Moi j’ai cette impression, je sens que notre destin se joue en ce moment même, là haut et ici bas ! Et nous, nous ne sommes pas avec les nôtres, nous ne combattons pas !
Miller vînt se poster en face de son frère :
-Eh petit frère, n’oublie pas que tout ceci n’est pas ma guerre ! C’est peut-être la tienne, mais sûrement pas la mienne !
-Alors pourquoi nous aides-tu ? s’emporta Eljy
Miller ouvrit la bouche mais ne trouva rien à répondre et sembla se mettre à réfléchir. Ce fut Neeta qui parla en dévisageant Eljy :
-Attendez ! Vous êtes frère tous les deux ?
Eljy répondit du tac au tac :
-Il y a des choses dans la vie que l’on ne choisit pas !
Le silence s’imposa dans le groupe et celui-ci pu percevoir le bruit de détonations lointaines, trahissant la violence d’un combat. Eljy fit alors :
-Moi j’y vais ! Je ne resterai pas ici à attendre que mes amis meurent !
Neeta regarda son enfant et dit d’une voix résignée :
-Je viens aussi. Ou pourrai je aller de toute façon ?
-Nous venons tous ! s’exclama brusquement Miller
Eljy resta alors quelques secondes à observer son frère, se demandant s’il avait bien compris ce que celui-ci venait de dire. Puis il déclara d’une voix pleine d’émotion :
-Alors, allons-y !
L’Ange Noir dégaina son blaster et se mit à courir, se dirigeant le plus vite possible vers le complexe souterrain. Evitant agilement les débris de pierre et d’acier éparpillés sur le sol, il murmura :
-Tenez bon les gars, nous arrivons !



Et je reviens dans quelques minutes pour le chapitre XIV! 8)
Modifié en dernier par Darkwilliam le Ven 02 Fév 2007 - 21:49, modifié 2 fois.
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 02 Fév 2007 - 19:13   Sujet: 

Allez on enchaîne avec le chapitre XIV qui est aussi long que le XIII et qui maintient le rythme de la bataille finale! Avec à la clef, un bon gros suspense pour le dernier chapitre du dénouement! 8)








Dénouement
Acte III


Chapitre XIV

La Tueuse de Mondes


Deuxième partie




Un nombre impressionnant de chasseurs sortirent des volumineuses soutes des croiseurs de la Nouvelle République avant de se mettre en formation d’attaque. Ses centaines de nouveaux appareils, des ailes X et Y pour la plupart, convergèrent aussitôt vers la zone des combats, venant ajouter de la confusion à celle qui régnait déjà.

Alors qu’il faisait feu de ses quadlasers, Tel envoya son chasseur dans une vrille dantesque, traversant littéralement un escadron de chasseurs-œufs, puis il redressa sa trajectoire et vira de bord avant de stabiliser sa course effrénée. Il s’exclama alors sur la fréquence de communication générale :
-Vaisseaux de la Nouvelle République, ici le commandant Tel Hoke. Je pense être le plus gradé encore en vie.
-C’est un plaisir que de vous savoir sain et sauf…pour l’instant, affirma la voix facilement reconnaissable de l’Amiral Ackbar.
Tout en se débarrassant d’un appareil ennemi, Tel demanda :
-Pardonnez mon étonnement mais comment avez-vous pu arriver si vite ?
-Et bien…nous avons reçu un message d’appel au secours, il y a déjà plusieurs jours de cela. Ce message était très clair et faisait état de l’arrivée d’une puissante flotte ennemie dans votre système. Quand nous avons essayé de vous répondre, les communications ne passaient plus. Nous n’avons donc pas pu vous signaler que nous arrivions.
-Ca alors ! Bossel était persuadé que son message n’était jamais arrivé jusqu’à Coruscant, que les Senkis avaient détruit nos relais de communication avant ! Je me félicite que cela n’ait pas été le cas !
-Nous avons mobilisé la flotte le plus rapidement possible et on dirait bien que nous arrivons juste à temps.
-Exact, peut-être aimeriez vous que je vous fournisse quelques éclaircissements sur ce que sont les Senkis et sur la menace qu’ils représentent ?
-Ce ne sera pas nécessaire commandant. J’ai quelqu’un ici même qui m’a déjà bien renseigné !
Tandis que Tel fronçait les sourcils d’incompréhension, une voix qu’il connaissait se fit entendre sur la fréquence :
-Bonjour commandant, ravi de voir que nous ne sommes pas arrivés trop tard !
-Kenel ! s’exclamèrent simultanément les Anges Noirs
Ackbar reprit la parole :
-Nous l’avons récupéré alors que nous nous préparions à faire un nouveau saut hyperspatial. Il a eu de la chance que nous le remarquions, son chasseur ne ressemblait plus guère qu’à une coquille vide.
Kellington se justifia :
-J’ai échappé de justesse aux Senkis lorsque j’ai fui Ferlus et j’ai du sauter à l’aveuglette. La plupart de mes systèmes n’ont pas aimé le combat doublé de ce saut forcé. Je m’étais résigné à mourir seul dans l’immensité sidérale quand les vaisseaux de la Nouvelle République sont apparus et m’ont secourus.
-Une chance! assura Zook
Il y eut un court silence avant que la voix de Bel Iblis ne se fasse entendre à son tour :
-Désolé d’interrompre ces retrouvailles mais nous avons une bataille à mener et à gagner !
Dans son cockpit, Tel approuva d’un signe de tête avant de dire :
-Avec vous, nos chances de succès viennent de considérablement augmenter.

La bataille reprit alors ses droits, et se transforma en un gigantesque affrontement où un nombre incroyable de vaisseaux se pourchassaient, se traquant jusqu’à la destruction. Des explosions constantes venaient éclairer la zone des combats et les pilotes encore en vie devaient bien souvent zigzaguer entre les débris de leurs anciens alliés.
Les croiseurs de la Nouvelle République concentrèrent leurs frappes sur le vaisseau capital Senkis qui était le plus proche d’eux. Celui-ci, loin de battre en retraite, riposta avec toute la puissance de son rayon destructeur, s’acharnant sur les boucliers déflecteurs du Joyau de la Galaxie.
C’est dans un déchaînement d’énergie que les vaisseaux mère des deux camps s’affrontèrent, se regroupant pour mieux combattre l’ennemi. Autour des immenses croiseurs, des myriades de chasseurs s’entretuaient, certains venant terminer leur carrière en s’écrasant avec violence sur les majestueux et imposants vaisseaux de la Nouvelle République. Ceux-ci allouèrent alors leurs batteries auxiliaires à la traque et à la destruction des chasseurs Senkis, qui bien que subissant de lourdes pertes, ne semblaient pas vouloir lâcher prise.
Les boucliers du Joyau de la Galaxie cédèrent brutalement, l’aura bleutée qui l’entourait jusqu’à alors disparaissant soudainement. Cette perte s’accompagna d’une brutale explosion au niveau de la proue qui ébranla sérieusement le croiseur mais qui continua malgré tout à faire feu, ses batteries massives poursuivant leur œuvre de destruction.

Les Anges Noirs, parvenus à reformer leur escadron, repartirent une nouvelle fois à l’assaut, fonçant entre deux vaisseaux Senkis, affrontant au passage des chasseurs œufs qui continuaient à sortir de leurs hangars. Kern, en bon ailier de Tel, expédia deux missiles à concussion lorsque des Senkis tentèrent de resserrer leur étau sur le petit groupe de Ferlusien. Deux chasseurs-œufs furent transformés instantanément en tas de cendre.
-J’ai une idée pour porter un coup fatal à leur renfort ! Tirez sur le générateur du champ de force du hangar principal ! cria Tel
-C’est comme si c’était fait !
Ses mains dansant sur ses instruments de contrôle, Kern orienta son chasseur vers sa cible, assista à la destruction d’un Senkis désintégré par Zook et Endy, et lança son dernier missile sur le générateur de champ de force. Celui-ci explosa quasi instantanément et le hangar fut brutalement exposé au vide spatial.
-La voie est libre les gars ! s’exclama Kern en souriant.
-Alors on attaque !
Au moment où les Anges Noirs dessinaient un arc de cercle pour préparer leur assaut, un escadron d’Ailes X passa à pleine vitesse devant eux, et décéléra juste avant de pénétrer dans les soutes du vaisseau Senkis :
-On va s’en charger ! lança alors la voix sereine de Wedge Antilles
-Les Rogues ! s’écria Endy
-Avec eux, on ne peut pas perdre ! assura Mak en affichant un léger sourire.
L’escadron Rogue, engouffré au sein de la structure ennemi, survola les chasseurs œufs posés au sol, avant d’expédier plusieurs torpilles simultanément. Une série d’explosions engloutit les appareils Senkis et désintégra leur matériel de réparation et d’approvisionnement. Dessinant un virage très serré, les Rogues ressortirent à la vitesse maximale du hangar en proie aux flammes.
-Et voilà le travail, fit Corran Horn.
L’escadron Anges Noirs rejoignit alors les Rogues qui passaient à présent en rase motte au dessus du Fléau du Guide. Puis Tel lança :
-Beau boulot les gars! On pourrait presque croire que vous êtes aussi bons que nous !

*

Bossel et Ax rampèrent sur plusieurs mètres avant de se dissimuler à l’angle d’un mur. Profondément entaillé au niveau de l’arcade sourcilière, le visage du lieutenant était recouvert de sang. Quant à ses habits, ils étaient brûlés en de nombreux endroits. Bossel, pour sa part, n’était guère en meilleur état.
La bataille continuait de faire rage car les Senkis, bien que refroidis par la mort simultanée de dizaines d’entre eux, étaient revenus à la charge, faisant mugir leurs longs fusils blasters. Les Ferlusiens, de moins en moins nombreux, continuaient de résister avec courage. Bossel se releva avec difficulté et tituba avant de réussir à se stabiliser. Puis il se remit à tirer, visant à chaque fois les Senkis au niveau du crâne. Une rafale ennemie vînt alors faucher trois Ferlusiens qui se tenaient en première ligne, l’un d’entre eux se faisant même arracher une partie de la jambe. Mais les cris de souffrance ne parvinrent pas à couvrir le vacarme de l’affrontement.
Ax se ressaisit à son tour et soutînt Bossel dans sa tentative de maintenir sa position. Mais les Senkis contrôlaient maintenant la plupart des couloirs et ils pouvaient, s’ils le voulaient, assiéger les derniers résistants de plusieurs endroits à la fois. Mais ce n’était pas ce qui inquiétait le plus Bossel. Celui-ci leva rapidement les yeux au plafond et vit que celui-ci s’effritait de plus en plus, de la poussière tombant en permanence sur le sol.
-La structure ne va pas tenir longtemps ! hurla Bossel
-Vous voulez dire qu’on a le droit de choisir entre mourir abattu par les Senkis où enseveli sous des tonnes de gravats ? Charmant !
De nouveaux Ferlusiens s’effondrèrent, certains les uns sur les autres, d’autres dans des positions improbables. Pire, certains blessés ne moururent pas sur le coup et restèrent à agoniser sur le sol, se tordant de douleur. En face, le cliquetis métallique des articulations des genoux Senkis ne semblaient jamais vouloir cesser.
-Ils sont toujours plus nombreux ! grogna Chad Ax
-Courage, se contenta de rétorquer Bossel
-Ce n’est plus du courage qu’il nous faut, mais un miracle !
Bossel se dissimula de nouveau et agrippa le lieutenant par le col avant de lui dire :
-Il ne faut pas céder maintenant ! Pas après ce que nous avons fait pour tenir !
-Mais rendez vous à l’évidence, nous sommes condamnés ! C’est une guerre que nous ne pouvons pas gagner !

A ce moment là, le professeur Will Lyam déboula dans le sas, portant un lourd objet métallique dans ses bras. C’est sous les tirs ennemis qu’il installa sa puissante mitraillette laser sur son pied et se positionna derrière. Puis, il se mit à tirer, serrant fermement les poignées de l’arme pour ne pas être projetés en arrière. Ce fut un véritable déluge de lasers qui s’abattu sur les Senkis. Ceux-ci furent littéralement fauchés car ils n’avaient aucun échappatoire et le couloir allait en cet endroit en se rétrécissant, créant un véritable goulot d’étranglement. Will Lyam maintînt la pression, s’en donnant à cœur joie pour transformer les Senkis en un tas de chair et de métal inerte.
-Vous voyez, lui il n’abandonne pas ! cria Bossel
Ax ne répondit rien et préféra essuyer le sang qui coulait dans ses yeux. Alors que Bossel allait rejoindre Will, les Senkis parvinrent à riposter et plusieurs salves vinrent toucher la mitraillette qui fut détruite. Des shrapnels de métal volèrent en tout sens et un petit bout pointu alla se planter dans la poitrine de Will qui cria de douleur. Le scientifique, se repliant avec difficulté, enleva avec lenteur le bout de métal, faisant gicler du sang sur le sol.
-On se replie ! hurla alors Bossel
Les survivants se mirent à courir dans les derniers couloirs encore sous leur contrôle, laissant le sas dans lequel ils se trouvaient auparavant aux mains des Senkis.
Mais les Ferlusiens durent bien vite se rendre à l’évidence : ils étaient pris au piège. Ils se retrouvèrent rapidement face à un mur infranchissable, qui trahissait leur acculement au fond du complexe. La seule pièce encore accessible d’où ils se trouvaient était le labo de Will, qui n’offrait aucune issue de secours. Frappant avec rage contre le mur en béton, le lieutenant Ax jura :
-Nous sommes perdus ! C’est fini !
Incapable de réagir face à cette terrible vérité, Bossel compta alors les hommes encore en vie. En comptant Chad et Will, ils n’étaient plus que huit. Huit ! Huit contre tous les Senkis encore présents dans le complexe. Ils n’avaient effectivement aucune chance de s’en sortir. C’est le corps meurtri et le cœur battant à tout rompre que le Consul entendit les Senkis approcher inéluctablement.
Comme par réflexe, les survivants Ferlusiens se regroupèrent et brandirent leurs armes, bien décidés à se sacrifier dans un dernier baroude d’honneur. Alors que les Senkis apparaissaient au détour du couloir, marchant vers eux sans se presser, Bossel fit :
-Ce fut un honneur que de combattre à vos côtés ! Nous allons mourir, c’est vrai, mais nous le ferons dignement et dans la certitude d’avoir tout tenté pour sauver notre monde.
Sentant les larmes lui monter aux yeux, Bossel poursuivit, ne pouvant s’empêcher de regarder les Senkis se diriger vers eux en brandissant leurs fusils blasters :
-Personne ne saura probablement ce qu’il s’est passé ici mais je peux vous assurer que nous pouvons être fiers de ce que nous avons accompli, car jamais, non, jamais, nous n’avons cédé à l’envahisseur. Et jusqu’au bout, nous aurons cru en la lumière de la liberté. Les ténèbres vont nous envahir mais au fond de nous, la lumière sera toujours présente et vivante.
Curieusement, les Senkis s’immobilisèrent à quatre mètres des derniers survivants qui s’attendaient à être tué sur le champ. Les envahisseurs dévisagèrent les Ferlusiens de leurs yeux rouges avant de s’écarter légèrement pour laisser passer un de leur nouveau serviteur : Delen Daylis !
Celui-ci s’avança et s’immobilisa à trente centimètres à peine de Bossel. Les deux hommes se regardèrent droit dans les yeux pendant d’interminables secondes avant que le Maître du Culte ne déclare d’une voix étonnamment calme :
-C’est ici que tout s’achève…



*

Le général Phil Kel broncha à peine quand son magnifique croiseur, le Joyau de la Galaxie encaissa une nouvelle attaque destructrice, arrachant une immense plaque de ferrobéton de la structure de son vaisseau. Celui-ci fut saisi d’un puissant tremblement qui se propagea dans toutes les coursives, manquant de déséquilibrer bon nombre de membres du personnel.
Kel était particulièrement inquiet par la perte de ses boucliers, mais il essayait de ne pas le montrer, conservant un visage impassible et distribuant ses ordres d’une voix posée. Il regarda ses officiers qui s’activaient sur le pont principal et cria :
-Diagnostic !
-Les sections 8 à 24 du vaisseau sont exposées au vide spatial ! Les frappes ennemies sont particulièrement puissantes. Toutefois, aucun secteur essentiel n’a été atteint. Aucun rapport sur le nombre de victimes.
Kel savait pertinemment qu’il était élevé. La décompression subite de 17 sections avaient du asphyxier un nombre important de membres d’équipage. Mais le général Kel ne pouvait se permettre de les pleurer, pas encore du moins. Il devait avant tout remporter cette bataille.
Observant la progression lente mais assurée des autres croiseurs de la Nouvelle République, Phil comprit que ses collègues commandants de bord essayaient à présent de le protéger, passant en première ligne. La voix de Bel Iblis vint lui confirmer son impression :
-Général, je vous recommande de rester en retrait, sans bouclier, vous êtes vulnérable !
-Négatif général, sans la puissance de feu du Joyau de la Galaxie, vos chances de succès vont considérablement diminuer.
Bel Iblis sembla réfléchir avant de rétorquer :
-Il est vrai que cet ennemi est particulièrement retors et que nous allons avoir besoin de toute la puissance disponible. C’est entendu, combattez à nos côtés, mais je vous enjoins à être prudent. Ne prenez pas de risque inutile !
-Comptez sur moi !
Kel coupa la communication avant de s’écrier :
-Allouez toute la puissance aux batteries de proue, maintenez la pression sur les vaisseaux ennemis ! Je ne veux pas qu’ils puissent s’approcher.
-A vos ordres.
Phil Kel se retourna alors de nouveau vers la baie d’observation, admirant l’incroyable combat que livraient les chasseurs des deux camps, se lançant dans des manœuvres périlleuses tout en évitant les vaisseaux étendards qui s’affrontaient.
Le Joyau de la Galaxie fut alors de nouveau pris comme cible et Kel vit le rayon destructeur Senkis frapper de plein fouet son vaisseau, creusant un profond sillon dans la structure métallique. Alors qu’il lui semblait que tout l’espace autour de lui devenait blanc du fait de la vive lumière provoquée par l’arme destructrice des envahisseurs, les lumières du croiseur de la Nouvelle République faiblirent avant de s’éteindre brutalement.
Et Kel comprit que la journée n’allait pas s’achever comme il l’avait espéré…

*

Le Guide des Senkis progressaient à vive allure dans les interminables couloirs d’un blanc étincelant du Fléau du Guide, tenant dans sa main droite son impressionnant sceptre doré surmonté d’un crâne Senkis. Ses pas résonnant avec force et intensité sur le sol, le Guide pivota à peine sa tête métallique pour parler à l’officier qui le suivait quelque peu en retrait, comme le voulait la bienséance militaire :
-[D’où viennent ces vaisseaux ? Qui sont ces arrivants ?
-Nous l’ignorons Guide mais soyez sûr que nous le découvrirons.
-Ils représentent une menace pour nous ! Ils ont anéanti le Malédiction Mortelle !] s’emporta le chef des Senkis
Celui-ci passa une lourde porte d’acier qui coulissa sur elle-même en une fraction de seconde avant de poursuivre :
-[Je ne tolérerai pas que nous subissions d’autres pertes ! Dîtes aux Sénéchaux de concentrer leurs efforts sur cette nouvelle menace, elle doit être éliminée !
-Il en sera fait selon vos désirs.]

Le Guide tourna à l’angle d’un couloir, franchit une nouvelle porte, transparente celle-ci, et déboucha dans un immense hangar qui donnait une vue magnifique sur l’espace et sur la gigantesque bataille qui faisait rage autour du Fléau du Guide. Le soldat qui suivait son maître resta pendant quelques instants à admirer les innombrables décharges de lasers ainsi que les formations incessantes de boules de flammes, avant que le Guide ne le sorte de ses pensées :
-Les Ferlusiens ne représenteront bientôt plus une menace. Je vais m’en assurer.

Il se dirigea alors vers son vaisseau personnel, qui était posé en plein milieu du hangar. Ressemblant à un chasseur œuf mais en bien plus gros, il pouvait accueillir plus de 20 personnes à son bord et était surtout très résistant. Mais il pouvait aussi compter sur des batteries lasers et des tubes lances missiles astucieusement engoncés dans sa structure. D’une couleur majoritairement dorée, seul le tour de la verrière du cockpit était d’un noir mate. Ce vaisseau était tout simplement magnifique et sa technologie symbolisait ce que les Senkis faisaient de mieux.
Le Guide grimpa sur la passerelle d’embarquement et regarda à peine les gardes qui lui emboîtaient le pas. Pourtant les soldats qui allaient l’accompagner sur Ferlus étaient les meilleurs de sa garnison et il les avait choisis spécialement pour cette mission car le Guide savait qu’il était crucial de la mener à bien, et ce le plus rapidement possible.
Le leader incontesté des Senkis se retourna et cria à l’officier qui l’avait suivi jusque là :
-Quand je reviendrai, Ferlus ne représentera plus une menace! Je m’occuperai alors de ces êtres misérables qui ont osé venir défier le glorieux peuple Senkis.
L’officier se contenta de s’incliner avec respect alors que le Guide s’engouffrait dans son vaisseau personnel. Celui-ci ne tarda pas à décoller et traversa majestueusement le champ de force qui protégeait le hangar. Aussitôt, un escadron entier de chasseurs oeufs se positionna à ses côtés, prêts à sacrifier leurs vies pour que la mission du Guide parvienne à son terme et réussisse.

Alors qu’il s’éloignait du Fléau du Guide et traversait à vive allure la bataille spatiale, prenant la direction de Ferlus, le Guide alla s’asseoir dans son trône. Puis il observa avec un mélange d’impatience et d’appréhension la bombe d’antimatière qui se trouvait à deux mètres à peine de lui.
Un des soldats qui l’accompagnait s’approcha alors de lui, s’agenouilla et fit d’une voix certes métallique mais qui trahissait malgré tout un profond respect :
-Ou désirez vous vous rendre ?
Le Guide sembla réfléchir quelques instants avant de répondre :
-Les Ferlusiens vénéraient la religion que nous avons nous-mêmes implantée sur leur monde dans ce qu’ils appellent le Saint Lieu. C’est donc là que nous allons les frapper ! Je pense qu’ils apprécieront le poids de ce geste symbolique.

Et le Guide se mit à rire d’une façon effrayante, dévoilant ses crocs d’acier…




*

Les Anges Noirs et les Rogues continuaient de faire des ravages dans les rangs Senkis, faisant montre de tout leur talent pour se débarrasser de tous leurs adversaires. Volant chacun en escadron, les pilotes semblaient en parfaite harmonie, virevoltant entre les innombrables débris métalliques, n’offrant aucune prise à leurs ennemis.
Tel vérifia malgré tout l’état de ses systèmes auxiliaires et constata que son chasseur avait encaissé un bon nombre d’impacts, amenuisant la puissance de ces déflecteurs. Mais les nouveaux chasseurs des Anges Noirs avaient pour l’instant brillamment passé leur épreuve du feu.
Quant aux Rogues, ils étaient impeccables dans leur façon de piloter, prouvant une nouvelle fois leur immense talent. Les Rogues regroupaient les meilleurs pilotes de la galaxie et bien que les Anges Noirs soit eux-mêmes de grands pilotes, ils étaient obligés de reconnaître que les Rogues étaient encore les maîtres incontestés des cieux.
Les deux escadrons plongèrent sous le Fléau du Guide, slalomèrent pour éviter des chasseurs œufs qui se précipitaient vers eux, firent un demi tour parfait à s’en décrocher l’estomac et fondirent sur leurs adversaires. Alors que les Rogues déployaient leurs volets en position d’attaque, les Anges Noirs se séparèrent afin de resserre le piège qu’ils étaient en train de tendre. Habilement, les Rogues ouvrirent le feu sur les Senkis qui firent face, ripostant sans hésiter. Pendant ce court laps de temps, les Anges Noirs purent prendre position et attaquer par les côtés. Laissant parler la puissance de leurs batteries lasers, les Ferlusiens assaillirent les chasseurs œufs, les mitraillant inlassablement. Les Rogues ajoutèrent leur puissance de feu. Incapables de s’échapper, les Senkis périrent les uns après les autres. Une série d’explosion traduisit leur destruction et des morceaux entiers de chasseurs furent propulsés vers les pilotes coalisés qui se lancèrent dans des manœuvres d’évitement.
-Votre réputation n’est décidemment pas usurpée ! assura Tel dans son unité com
-Je pourrai vous retourner le compliment. Vous faîtes preuve d’une rare maîtrise ! rétorqua Wedge
-Eh regardez, on dirait bien qu’il se passe quelque chose ! s’écria Zook en désignant les alentours du Fléau du Guide.
Les deux escadrons se dirigèrent alors vers le vaisseau capital Senkis qui était à présent soumis aux frappes de la Nouvelle République. Les lasers venaient s’écraser avec régularité sur la coque blanche du fleuron de la flotte Senkis qui semblait encaisser les coups avec aisance. Les Anges et les Rogues purent alors observer le décollage d’un vaisseau de transport doré, entouré par tout un escadron de chasseurs œufs. Mais le convoi ne plongea pas au cœur du conflit, au contraire, il prit la direction de Ferlus à vive allure, semblant même pressé de s’éloigner de la zone des combats.
-Je n’aime pas ça ! fit Kern
Le capitaine des Anges Noirs tourna la tête et observa Tel qui se trouvait à quelques mètres à peine de lui. Même à cette distance, Kern pu voir que son ami était pensif.
-Qu’en pensez vous ?
Tel répondit :
-Je pense que les Senkis préparent quelque chose. Et que cela concerne directement Ferlus.
-Ouais et on dirait bien que ce quelque chose est en rapport avec ce vaisseau de transport surprotégé.
-J’ai un mauvais pressentiment…lança Zook
Un court silence s’installa avant que Endy ne demande :
-Alors, qu’est ce qu’on fait ?
Tel du prendre rapidement une décision :
-On suit ce convoi et on essaye de découvrir ce que les Senkis nous réservent !
-Nous venons avec vous ! fit alors Wedge sans l’once d’une hésitation
-Vous pourriez avoir besoin de nous, ajouta Corran d’une voix posée.
-Entendu, répondit Tel avec un léger sourire.

Les deux escadrons traversèrent alors la zone des combats à vive allure, se lançant à la poursuite du vaisseau personnel du Guide. Celui-ci, accompagné de son escorte, pénétra alors dans l’atmosphère de la planète mais ne sembla pas vouloir ralentir.
Les Anges et les Rogues accélérèrent à leur tour, essayant de rattraper au maximum leur retard. Au fur et à mesure de leur descente sur Ferlus, Tel sentit l’appréhension le gagner. Il n’arrivait pas à déterminer ce qui le perturbait mais il sentait que cela avait un rapport avec ce que ce convoi projetait de faire.
Volant en formation serrée, les escadrons coalisés commencèrent à rattraper leur retard alors qu’ils pouvaient commencer à discerner les bâtiments encore debout dans la capitale Ferlusienne. Constatant à quel point la ville avait subi la domination des Senkis, Wedge s’exclama :
-Je…j’ai du mal à croire ce que je vois ! Tout est…dévasté !
-Les Senkis se sont lancés contre nous dans une guerre d’anéantissement, répondit Tel
-Mais pourquoi ? demanda Gavin Darklighter
-Ils nous considèrent comme un peuple inférieur. Ils se sont jurés de favoriser l’apparition d’une nouvelle ère sur Ferlus, en espérant que nous soyons remplacé par un peuple « plus évolué » !
-Je vois le genre, fit Wedge l’air soucieux.
-Vous comprenez pourquoi nous en sommes arrivés là ! Ces gars n’ont qu’une idée en tête : tous nous exterminer !
Au moment où Tel finissait sa phrase, le convoi Senkis redressa enfin sa course, se mettant à survoler les ruines de la capitale à feu et à sang.

*

Le Guide ne semblait nullement perturbé par les secousses résultants du vol de son vaisseau à basse altitude. Au contraire, il se délectait du paysage ravagé que lui offrait la capitale Ferlusienne. Partout où se posait son regard jaune vif, il discernait des bâtiments en ruines ou en flammes. Mieux, il prenait un malin plaisir à regarder des civiles Ferlusiens errer sans but dans les ruines de leur ville.
-[Bientôt, vous ne serez plus perdu ! Je viens vous soulager…]
Un des gardes du corps du Guide s’approcha et fit :
-[Ces êtres inférieurs ne méritent même pas que vous vous préoccupiez d’eux !]
-[Nos démographes pensent-ils que notre récolte d’esclaves et de nouveaux nés ait été suffisante ?
-Oui.
-Alors tu as raison, je n’ai plus aucune raison de m’intéresser à ces…humains.]
Il avait prononcé ce dernier mot avec un profond dédain, comme si cela lui retournait le cœur rien que d’y penser.
Le Guide constata alors que son interlocuteur restait face à lui, attendant visiblement quelque chose :
-[Autre chose ?] demanda le leader des Senkis
-[Il semblerait que nous soyons poursuivis par des chasseurs ennemis. Apparemment, ils font tout pour nous rattraper. On peut donc raisonnablement penser qu’ils ne vont pas hésiter à nous attaquer.]
Le Guide sembla réfléchir quelques secondes avant de répondre :
-[Dîtes à nos pilotes de les intercepter. Ils doivent nous laisser le temps de déposer la Tueuse de Mondes. Qu’ils se sacrifient si cela s’avère nécessaire. Dites leurs qu’ils doivent se battre au nom de la grandeur du peuple Senkis.
-Il en sera fait selon vos ordres.]
Le garde s’éloigna alors et alla relayer les ordres dans le cockpit.

*

Les Anges Noirs et les Rogues volaient à cinq cent mètres à peine du convoi Senkis et s’apprêtaient à passer en position d’attaque. Sous leurs chasseurs, la capitale Ferlusienne défilait à vive allure mais les pilotes coalisés avaient tout de même le temps de contempler les désastres qu’avaient entraînés les impitoyables frappes orbitales ennemies. La voix de Tycho Celchu sortit Tel de ses pensées :
-Oh oh, on dirait qu’ils réagissent à notre présence.
En effet devant eux, les chasseurs œufs qui encadraient jusque là le vaisseau de transport rompirent la formation et firent brusquement demi tour, se dirigeant aussitôt vers leurs poursuivants.
-Ils sont bien décidés à nous empêcher de poursuivre l’appareil de tête, commenta Mak
-Il va falloir se séparer, analysa rapidement Tel
-Exact, continuez la poursuite, on va s’occuper de ces chasseurs, assura Wedge.
-Entendu.
-Dès qu’on en aura fini, on tâchera de vous rejoindre !
Tel n’eut pas le temps de répondre car les Senkis étaient à présent à distance de tirs et n’hésitèrent pas une seule seconde à déclencher les hostilités. Les Rogues se jetèrent également à l’attaque, déployant un véritable barrage de lasers. Conjointement, les Anges Noirs piquèrent vers le sol à la vitesse maximale, passèrent sous les chasseurs ennemis et reprirent de l’altitude avant de risquer d’heurter le sommet des habitations. Alors qu’ils s’apprêtaient à tirer sur le vaisseau du Guide, derrière eux, les Rogues se lancèrent dans un ballet mortel, démontrant une fois de plus leur exceptionnel talent de pilotes.

Mais tout à coup, le vaisseau transportant la Tueuse de Mondes abaissa encore son altitude, entamant quelques instants après une manœuvre d’atterrissage parfaitement maîtrisée.
-On dirait qu’ils savent précisément où ils vont ! commenta Kern
-Ouais et tout ça me plaît de moins en moins. Regardez où nous arrivons !
Devant eux, l’immense place où trônait le Saint Lieu se dessinait à présent, majestueuse et impressionnante, bien qu’elle ne soit à présent plus qu’entouré par des gigantesques tas de gravats. Le Saint Lieu avait pour sa part et par miracle, échappé aux frappes orbitales. Véritable joyau de l’architecture Ferlusienne, les flèches de ses quatre tours semblaient vouloir défier les cieux. Mais le plus beau de la structure était peut-être le dôme de couleur brique qui donnait au Saint Lieu une architecture que l’on ne retrouvait à aucun endroit sur Ferlus.
Le vaisseau du Guide se posa enfin sur la place en pavé blanc qui entourait le Saint Lieu et ses puissantes turbines se turent progressivement. Au moment où les Anges Noirs amorçaient eux-mêmes leur approche, la rampe de débarquement du transporteur Senkis se déployait, laissant apparaître les gardes du corps du Guide, suivi de celui-ci en personne. Tel ne pu s’empêcher de s’exclamer alors qu’il déployait ses trains d’atterrissage :
-Oh, le Guide est parmi eux!
-Alors, c’est une occasion unique de le tuer. Ne la manquons pas ! s’écria Zook.
-Zook a raison. C’est maintenant où jamais !
-Alors on y va !

Et les Anges Noirs se posèrent à cinquante mètres du Guide…

*

Eljy, Miller, Neeta et Klara s’approchaient enfin du complexe lorsqu’ils entendirent le mugissement caractéristique des chasseurs volant à basse altitude. Tournant la tête, ils virent au loin un vaisseau Senkis doré amorcer son atterrissage, suivi de près par cinq étincelants chasseurs noirs. Même à cette distance, ceux-ci étaient facilement reconnaissables et Eljy afficha alors un grand sourire avant de sauter de joie :
-Ce sont eux ! Ils sont en vie ! Ils sont tous en vie ! Les Anges Noirs au grand complet !
Neeta afficha aussi sa satisfaction, très heureuse de voir que le père de son enfant était toujours en vie malgré la violence de la bataille qui se déroulait dans l’espace.
-Que font-ils ici ? demanda alors Klara
-Je ne sais pas, mais ça à l’air d’avoir un rapport avec le vaisseau Senkis qu’ils poursuivent. On dirait qu’ils se sont posés près du Saint Lieu.
-Que fait-on ? On y va ?
Eljy fut catégorique :
-Non. Notre objectif ne change pas, nous devons retourner au complexe, d’autant plus que nous y sommes presque. Je suis certain que mes amis s’en sortiront. Pour ça, je leur fais entièrement confiance !

*

Le Guide regarda avec plaisir ses soldats porter délicatement la Tueuse de Monde et se diriger vers l’entrée du Saint Lieu. Le chef de tous les Senkis vit alors que les Ferlusiens qui les poursuivaient avaient réussi à se poser. Alors qu’il descendait la rampe métallique de son vaisseau, le Guide se retourna et cria au pilote qui était resté à son poste :
-Demandez immédiatement des renforts ! Que tous les soldats encore présents dans nos vaisseaux mère débarquent ici ! Et le plus vite possible !
-A vos ordres.
Tandis que le Guide reprenait son chemin, s’approchant des somptueuses marches en marbre qui menaient aux grandes portes du Saint Lieu, il murmura pour lui-même :
-Mieux vaut ne pas prendre de risques…

*

Les Anges Noirs coupèrent les turbines de leurs chasseurs, ouvrirent les verrières de leur cockpit et sautèrent quasi simultanément sur le sol pavé. Ils regardèrent aussitôt dans la direction du Saint Lieu et virent que des Senkis transportaient un étrange objet circulaire avec de grandes précautions.
-Vous croyez que…commença Endy
-Ouais, une bombe, cela ne peut-être que ça ! Et connaissant les intentions des Senkis, je ne peux que redouter la puissance de cet engin.
Kern dégaina aussitôt son blaster :
-Il n’y a pas de temps à perdre. Le sort de Ferlus se joue maintenant !
Les cinq Ferlusiens se mirent alors à courir, passant sans s’arrêter devant le transporteur Senkis et avalant les quelques derniers mètres qui les séparaient du Saint Lieu. Mais soudain, ils s’arrêtèrent nets. Le Guide en personne venait de stopper sur le perron de l’immense bâtiment. Le leader des Senkis se retourna alors, envoyant virevolter sa cape noire derrière lui. Il détailla du regard les Anges Noirs les uns après les autres, les toisant de toute sa hauteur. A cinq mètres à peine de lui, les Ferlusiens n’osèrent pas bouger, comme paralysés aux pieds des marches, le cœur battant la chamade, les mains moites et les doigts crispés sur leurs blasters chromés. Ils semblèrent tous subjuguer pendant d’interminables secondes par la puissance et le charisme que dégageait le Guide.

Celui ci afficha alors un petit sourire confiant et s’engouffra dans le Saint Lieu en s’appuyant avec force sur son sceptre…

A SUIVRE...
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Sam 03 Fév 2007 - 17:43   Sujet: 

En trois mots : de la Bombe ! (C'est le cas de le dire :P ) Ces deux derniers chapitres sont savamment mise en scène grâce à des dialogues courts, un vocabulaire riche sans lourdeur, le tout avec un DW inspiré. Rien à dire sur l'action, ça flirte même parfois avec la qualité d'un Rogue :wink:
Mise en part quelques (rares) accrochage, en particulier avec des tournures de phrases qui ralentissent l'action en milieu de phrase mais jamais en cour de vol, c'est le principal : les scènes avec les Anges sont des bijoux :)

A écouter avec Eye Of The Tiger en boucle (en fait ça marche vraiment avec tout cette musique) mais c'est sûrement le chapitre le mieux maîtrisé en terme de style. La fin fait saliver même si, sans doute, la suite sera sans surprise (comme un Rocky : on prend son pied mais on sait qu'il va gagner à la fin :wink: ). Les deux chap sont à lire d'un bloc, étant très cohérents dans le style et la mise en scène. Bonne lecture aux prochains lecteurs !
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 03 Fév 2007 - 17:53   Sujet: 

Merci Kamo! :)
Tu as été rapide à lire ces 20 pages d'action! Ravi que le tout te plaise, étant donné que j'ai pas mal réflechi sur le bouquet final de ce tome avant de me lancer. Alors, oui c'est vrai, on se doute de comment tout cela va finir mais (et oui il y a un mais) :D j'ai encore quelques rebondissements à glisser, histoire de finir en beauté. :sournois:

Pour le prochain chapitre, il faudra aussi se munir de mouchoirs! :wink: Un petit indice, le chapitre devrait être intitulé: le Crépuscule des Héros.

A écouter avec Eye Of The Tiger en boucle

Euh...c'est une musique de films...? :oops:

En tout cas, moi j'aime bien écrire les batailles finales en écoutant par exemple Duel of the Fates, ça donne un petit côté épique! :D
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations