Les Anges Noirs Tome 3: L'Ultime Secret

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar Darkwilliam » Ven 13 Jan 2006 - 18:39   Sujet: 

Quelquepart ta bataille va égaler en longueur voire dépasser celle apocalyptique des AN2


On ne peut rien te cacher. :wink: Je tiens à dépasser en intensité et en réalisme la bataille finale du Tome II et tout particulièrement pour la partie de l'affrontement qui se déroulera au sol. Vous verrez si j'ai réussi dans le chapitre 11! :sournois: :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 13 Jan 2006 - 21:04   Sujet: 

Et voilà comme promis le long chapitre 11 que je viens de terminer. J'espère qu'il vous plaîra. :wink:
Maintenant, place à l'action! :D




Dénouement, Acte II:

Chapitre XI :Apocalypse


Les vaisseaux de transports Ferlusiens s’éloignèrent de la zone des combats, filant à vive allure vers la planète Kotorn. Fort heureusement, les chasseurs alliés purent protéger leur descente dans l’atmosphère, leur évitant un désagréable face à face avec les vaisseaux ennemis qui tentaient de les poursuivre.
Alors que l’on commençait à distinguer les habitations de Nackiros, les vaisseaux de transports modifièrent légèrement leur trajectoire et semblèrent se diriger vers une vaste plaine quelque peu écartée qui leur donneraient l’occasion d’atterrir.

Dans l’un de ses vaisseaux Ferlusiens, deux frères attendaient l’heure de l’affrontement. L’un était capitaine, l’autre simple soldat. L’un était concentré, l’autre apeuré. Le capitaine, le plus vieux des deux, se retourna et regarda son frère qui vérifiait que son fusil blaster était prêt à l’emploi :
-Tu ne devrais pas être là Konrad.
-C’est mon choix. J’ai voulu m’engager dans l’armée comme toi, à présent, je dois en assumer les conséquences.
-Mais tu ne sais pas ce qu’est la guerre ! Tu ne sais même pas ce que c’est de tuer un homme. Le pourras-tu ?
Le regard qui foudroyait à présent Konrad était insoutenable. Le jeune homme, âgé de tout au plus vingt ans, fit un pas de recul mais se heurta à un autre soldat qui semblait pour sa part serein. Konrad expira lentement avant de répondre :
-Dan…je…je dois combattre pour ma planète, c’est ce que tu m’as toujours dit !
-Oui mais je ne pensais pas qu’un jour nous arrivions à une telle situation.
-C’est ainsi. A présent nous ne pouvons plus reculer. Aujourd’hui, soit nous triompherons, soit nous mourrons…c’est aussi simple que cela.
-Je n’aime pas la deuxième possibilité, marmonna Dan en fixant son casque à visière sur sa tête.
Le vaisseau de transport trembla quelque peu lorsqu’il rencontra des turbulences, mais rien de grave. Dan espérait juste qu’aucun chasseur Kotorn ne parviendrait à les verrouiller, car si cela se produisait, les boucliers déflecteurs du transporteur de troupes ne résisteraient pas longtemps. Dan observa autour de lui, les centaines de soldats Ferlusiens qui finissaient de se préparer, fixant pour la plupart leur blaster à leur ceinture. Certains avaient fermé les yeux et semblaient murmurer des mots en apparence inintelligible. Des prières, probablement. D’autres enfin, ne pouvaient tenir en place, gigotant ou sautillant, parlant avec leurs amis ou collègues.
Dan revînt à son petit frère qui restait pour sa part immobile. Il avait des beaux yeux bleus, des cheveux bruns et un visage aux formes harmonieuses. Il était ce que l’on pouvait qualifier de beau garçon. S’il lui arrivait quelque chose, Dan ne pourrait jamais se le pardonner. Son aîné de 10 ans, Dan se devait de le protéger. Voilà pourquoi il lui dit :
-Konrad, je veux que tu me promettes quelque chose.
-Je t’écoute.
-Pendant les combats, reste à mes côtés.
-Mais…
-Promets le moi ! intima Dan
-Entendu.
Un silence imposant tomba entre les deux frères qui continuèrent à se fixer du regard. Puis, Konrad le rompit en tentant de détendre l’atmosphère. Voilà pourquoi il lança avec un léger sourire :
-Et puis ne t’inquiètes pas, avec les Anges Noirs dans notre camp, nous ne pouvons pas perdre.
-Les Anges Noirs sont réputés pour avoir de la chance. Espérons qu’elle sera également avec nous aujourd’hui.


C’est alors qu’une voix légèrement déformée sortit des haut-parleurs du vaisseau. C’était celle du pilote qui annonça :
-Nous allons nous poser dans un instant, préparez-vous au débarquement.
Dan saisit alors son fusil blaster et l’amena à hauteur de poitrine. Il fit alors :
-Bien, faisons ce pour quoi nous sommes venus jusqu’ici !
Puis il se détourna de son petit frère, fixant ainsi son regard sur la passerelle de débarquement qui n’allait pas tarder à s’ouvrir.
Les soldats massés dans le vaisseau ressentirent distinctement le léger choc quand le vaisseau de transport atteignit enfin le sol. Dès qu’il fut stabilisé, la passerelle commença lentement à s’ouvrir, laissant filtrer peu à peu les chauds rayons du soleil. Les visières des casques des combattants se polarisèrent alors que ces derniers se tenaient prêt à débarquer. Quand la passerelle fut définitivement ouverte, révélant une immense étendue verdoyante, parsemée de hautes collines, Dan leva le bras en l’air et hurla :
-Soldats, en avant !
Aussitôt, les centaines de militaires se mirent en mouvement, débarquant sur l’herbe épaisse des plaines Kotorns. Dan tourna la tête et vit que tous les vaisseaux étaient en train de se vider, déversant des milliers de soldats Ferlusiens, lourdement armés.
-J’espère que cela suffira, fit Dan pour lui même.
Puis un ordre, provenant du commandant des troupes au sol, se fit entendre distinctement :
-Formez les bataillons !
L’armée Ferlusienne obtempéra en quelques instants, faisant preuve ainsi d’une grande organisation militaire. Puis, dans un mouvement parfaitement synchronisé, les milliers de Ferlusiens progressèrent, s’apprêtant à partir à l’assaut de Nackiros.

C’est alors que les collines qui faisaient face à l’armée Ferlusienne se couvrirent à leur tour de soldats. Un nombre incalculable d’individus qui commencèrent lentement à descendre dans la vallée, se portant à la rencontre de leurs adversaires.
-C’est donc ici que nous réglerons cela, s’exclama Konrad.
-Ouais…se contenta de répondre Dan qui ne pouvait détacher son regard du déploiement de force Kotorn.
Alors que les armées colossales se rapprochaient les unes des autres, Dan put observer ses ennemis. La plupart des soldats portaient une armure épaisse qui brillait sous les rayons du soleil. Leurs cuisses musculeuses étaient également protégées mais par leurs puissantes queues qui s’agitaient derrière eux. Ces militaires « de base » portait un blaster long qui semblait redoutable. Les plus hauts gradés arboraient en plus un casque solide qui dissimulait en partie leur agressif visage verdâtre ainsi qu’une lourde épée de guerre. Mais ce qui inquiéta le plus Dan, ce furent les soldats qui étaient montés sur de gros animaux à écailles, qui semblaient particulièrement agressifs. Ils s’apparentaient à des gros ours mais en plus grand, et possédaient également une tête plus allongée vers l’avant, laissant ainsi la place à une gueule imposante et à des crocs aiguisés. De couleurs marron, ils semblaient attendre l’ordre de leur maître, les autorisant à charger.
Enfin, Dan ne put s’empêcher de déglutir bruyamment quand il aperçut l’immense monstre sur lequel était perché Cel Dreq. Haut de quatre mètres, possédant deux longues défenses et une queue en forme de massue, cet animal si étrange devait bien peser dans les cinq tonnes. L’animal s’avança lourdement, ses pas réguliers faisant trembler la terre.
-Euh…on a prévu quelque chose contre ça ? demanda Konrad visiblement inquiet
-Apparemment, non, répondit son frère.

Les armées s’immobilisèrent enfin. Seulement 200 mètres les séparaient encore. Un silence de mort régnait dans la vallée, seulement entrecoupé par les mugissements des animaux Kotorns. Dan tenta d’estimer les forces en présence mais il ne le put véritablement. La seule chose qu’il parvînt à analyser, ce fut que cette bataille allait être meurtrière, terriblement meurtrière.

Perché sur son Bellick, Cel Dreq balaya l’espace du regard autour de lui, s’attardant sur l’étendue de l’armée Ferlusienne.
-Ce ne sera pas une bataille facile à gagner.
-Ne vous inquiétez pas Chef Suprême, les Ferlusiens ne pourront nous résister.
Dreq ne regarda même pas Orion Manar qu’il savait tout proche du Bellick. Le régisseur du complexe Ville Enfouie portait sa plus belle armure de combat et sa longue et lourde épée était maintenue à sa hanche gauche.
-Je vous suggère de mener nos troupes à l’assaut, assura Dreq.
-Entendu.
Orion Manar s’avança alors au devant de l’immense armée Kotorn qui semblait trépigner d’impatience et sortit son épée du fourreau dans un long crissement caractéristique. Il la brandit en l’air, laissant les rayons du soleil se refléter sur elle, semblant ainsi lui conférer un aspect magique. Puis d’un geste brusque, fendant de ce fait l’air , il la pointa vers l’armée ennemie. C’était le signal tant attendu. Aussitôt, tous les Kotorns se mirent à courir, blasters au poing, s’apprêtant à en découdre dans ce qui s’annonçait comme une bataille apocalyptique.

En face, les Ferlusiens se mirent également à courir, conservant malgré tout une organisation très militaire. La terre se mit à trembler sous les impacts répétés de ses milliers de pas puis des clameurs commencèrent à sortir des gorges, ultime moyen de se donner du courage.
-Pour Ferlus ! hurla Dan
-Pour Ferlus, reprit un chœur impressionnant de soldats.
Le rythme des courses s’accéléra alors que la distance entre les deux armées se réduisait comme peau de chagrin.
Au milieu du brouhaha insoutenable provoqué par les mouvements des deux armées, Dan parvînt à crier à son frère :
-Ait confiance mon frère ! Je resterai avec toi jusqu’au bout, même si je dois mourir pour cela.
Konrad n’eut pas le temps de répondre. Le cœur battant la chamade, les mains crispés sur son blaster, il vit, les yeux agrandis par la terreur, les deux armées se percuter à une vitesse ahurissante et dans un déferlement de violence indescriptible. Le choc fut phénoménal et le sang commença à se déverser alors que les premiers gémissements de souffrance résonnaient dans la plaine.
-Que la victoire soit mienne, murmura Dreq qui était resté quelque peu en retrait.

Au sein du déchaînement de haine, Konrad se retrouva rapidement submergé. Il eut l’impression de se retrouver dans une jungle où les fauves étaient innombrables et ne cessaient de vouloir l’encercler.
Konrad releva les yeux et vit tout autour de lui, les soldats Kotorns et Ferlusiens s’entretuer, se fusillant à bout portant, éclatant les armures de protection, faisant gicler des jets de sang rouge sombre.
Le jeune soldat chercha son frère du regard et l’aperçut à quelques mètres de lui, tirant sur deux Kotorns qui se ruaient vers lui. Il expédia deux décharges de lasers qui transpercèrent les crânes des deux adversaires, les expédiant en enfer. Les corps s’effondrèrent sur l’herbe verte et ne furent bientôt plus qu’un obstacle de plus sur l’immense champ de bataille.
Alors Konrad s’aperçut qu’un soldat ennemi se dirigeait vers lui, le jeune homme leva son blaster comme par réflexe. Il appuya sur la gâchette et quelques milli-secondes plus tard, le Kotorn mit ses mains au niveau de son torse, duquel s’échappait une fumée noirâtre. Puis, le soldat s’écroula sur les genoux avant de basculer la tête la première. Konrad resta interloqué pendant quelques instants. « J’ai tué un homme ». Cette réalité le frappa avec violence. Il était devenu un tueur.
Le cri de son frère le ramena à la raison :
-Frérot, bouge-toi !
Konrad secoua la tête pile au moment ou un tir adverse lui frôlait l’épaule. Mécaniquement, Konrad riposta et descendit celui qui l’avait pris pour cible. Puis, le jeune Ferlusien se rua dans l’affrontement, tirant en rafales, mitraillant les rangs ennemis qui semblaient infinis.

Dan se rapprochait peu à peu de son petit frère tout en combattant. Pivotant sur lui-même, il abattit un soldat Kotorn qui s’affaissa sur le sol. Un laser le manqua alors de peu, ce qui instinctivement, força Dan à se jeter sur le sol, évitant ainsi une mort certaine. Roulant dans l’herbe verte, le capitaine se stabilisa enfin et riposta habilement, éliminant son opposant direct.
Le souffle court, les jambes tremblantes, Dan se releva et embrassa du regard la scène autour de lui. Tout n’était que haine et colère, violence et destruction. Un bruit assourdissant emplissait les lieux, association des tirs de lasers et des cris d’agonie. Un nombre impressionnant de rafales s’entrecroisaient, tissant une toile mortelle. Les corps ne cessaient de tomber dans l’herbe, meurtrissant les deux armées.
Enjambant les corps de ses camarades, Dan se porta à la rencontre d’un Kotorn qui était monté sur un des ses animaux musculeux. C’était un Kornek, qui malgré son poids important, pouvait se déplacer rapidement. Le Kotorn qui montait le Kornek le fit charger, se dirigeant à près de quarante kilomètres heure vers Dan. Le Kotorn saisit son blaster, tua un Ferlusien qui ne s’était pas écarté à temps et visa ensuite Dan. Dans un réflexe prodigieux, celui ci se laissa tomber sur le sol et roula sur son épaule gauche, évitant ainsi à la fois le laser et la charge du Kornek qui aurait pu tout simplement le piétiner. Mais ce faisant, il lâcha son blaster qui atterrit à deux mètres de lui.
Désespéré, Dan vit le Kornek faire demi-tour et partir de nouveau à l’assaut. Mais cette fois ci, le soldat qui le guidait afficha une intention perverse. Il ne tira pas à l’aide de son arme, il sembla vouloir à tout prix écraser le capitaine Ferlusien. Dan comprit que cette cruauté lui laissait une chance de s’en sortir. Juste au moment où le Kornek allait le percuter, Dan fit un pas de côté et asséna une terrible manchette au soldat Kotorn qui fut désarçonné de sa monture. Il s’affala lourdement dans l’herbe et se releva presque aussitôt, dégainant une longue et somptueuse épée.
-Pourquoi a t-il fallu que je tombe sur un haut gradé ? marmonna Dan
En effet, seul les grandes pontes de l’armée Kotorn pouvaient se permettre de porter une épée. Le soldat Kotorn fonça vers Dan et tenta de lui couper la tête d’un geste précis et rapide. Dan se baissa à l’ultime seconde, sentant le déplacement d’air provoqué par le passage de l’épée à quelques centimètres au-dessus de son cuir chevelu. Le Ferlusien se ressaisit et expédia un coup de poing à son adversaire qui vacilla. Mais il revînt à l’attaque, tentant par tous les moyens de perforer Dan qui ne cessa alors de reculer. Cherchant désespérément son blaster dans le chaos de la bataille, le capitaine dut éviter une nouvelle attaque vicieuse de son adversaire. Puis celui ci tenta de le frapper au niveau des jambes mais une fois encore, Dan bondit et retomba sur la lame, la brisant en deux. Surpris, le Kotorn sembla se déconcentrer. Dan en profita pour s’emparer du bout de l’épée et frappa de toutes ses forces. La lame brisée pénétra malgré tout l’armure du soldat et s’enfonça dans la chaire. Les yeux écarquillés de terreur et de souffrance, le Kotorn cracha un flot de sang avant de s’écrouler.
Dan manqua de perdre l’équilibre à son tour, physiquement marqué qu’il était par la rudesse de son combat. Mais son dévouement militaire reprit rapidement le dessus et il se précipita pour ramasser son fusil blaster.

Konrad n’hésitait plus à présent à tuer tous les Kotorns qu’ils voyaient autour de lui. L’affrontement était un carnage sans nom, des pans entiers d’herbe et de terre commençaient à rougir, le sang s’infiltrant en eux.
C’est alors que Konrad vit un soldat Ferlusien être atteint en pleine gorge par un tir précis. Sans se soucier de sa propre sécurité, Konrad bondit par-dessus le cadavre d’un Kotorn et se rua vers le Ferlusien qui venait de s’affaler. Konrad s’agenouilla à ses côtés et le retourna, découvrant sa gorge trouée.
Konrad réprima une puissante nausée et chercha un moyen d’empêcher le sang de s’écouler. Le soldat semblait suffoquer, de la bave coulant le long de ses lèvres tremblantes.
-Tiens bon mon vieux, tu vas t’en sortir.
Le corps du malheureux était maintenant secoué de spasmes qui faisaient à chaque fois jaillir un peu plus de sang de sa gorge.
-Un médecin ! Un médecin, hurla Konrad.
Le jeune homme savait que certains soldats de leur armée avaient reçu une formation médicale, seulement ils étaient peu nombreux. Et dans le brouhaha indescriptible de la bataille, personne n’entendit l’appel à l’aide du jeune homme.
-Nom de…, tiens bon !
Konrad tenta de mettre ses mains sur la gorge du soldat pour arrêter l’hémorragie. En vain. C’est alors que Konrad entendit un bruit tout proche de lui. Il releva la tête et découvrit un Kotorn qui le tenait en joug.
-Et merde…se contenta de jurer Konrad.
Alors que le Kotorn allait appuyer sur la gâchette sans hésitation, sa tête sembla exploser brusquement, atteinte par deux tirs d’une grande précision. Le soldat ennemi s’écroula, laissant apparaître Dan qui courait vers son petit frère.
-Ne reste pas là, hurla t-il.
-Mais…je dois sauver cet homme.
-Il est mort, laisse-le !
Konrad baissa de nouveaux le regard et constata qu’effectivement, les yeux du Ferlusien étaient devenus vitreux. Konrad les lui ferma rapidement et se releva, rejoignant son frère à grandes enjambées.
-Comment cela se présente ? demanda t-il tout en se remettant à tirer.
-Je n’en ai pas la moindre idée.

Resté quelque peu en arrière, Cel Dreq observait, perché sur son immense animal, le combat qui déciderait de son avenir. Si son armée était vaincue, il serait destitué et jugé. Et il doutait d’une quelconque clémence de la part des Ferlusiens. D’autant plus après le massacre qui était en train de se dérouler sous ses yeux.
Mais il n’allait pas perdre. Il ne pouvait pas perdre. Ses soldats étaient forts et courageux. Que ce soit dans la plaine ou au-dessus de lui, dans l’immensité sidérale, Dreq savait qu’il pouvait compter sur ses hommes et qu’ils ne le décevraient pas.
Un sourire carnassier s’afficha sur le visage reptiloïde du Chef Suprême Kotorn. S’il vainquait aujourd’hui l’armée ennemie, les portes de Ferlus lui seraient grandes ouvertes et il réussirait là où Kariban lui-même avait échoué.
D’où il se trouvait, Dreq ne pouvait réellement juger dans quel camp allait se diriger le triomphe. Tout ce qu’il voyait était un nombre incroyable de combattants qui en débattaient jusqu’à la mort, le tout dans un déchaînement de violence indéfinissable. Les cadavres s’agglutinaient toujours plus et le sang se répandait inlassablement. Cel Dreq regarda enfin Orion Manar qui était resté à ses côtés et fit d’une voix calme :
-Général Manar ?
-Oui Chef Suprême !
-Pourriez vous rejoindre nos hommes et faire en sorte de me donner la victoire.
-J’attendais que vous me le demandiez.
Aussitôt, Orion Manar se saisit de deux blasters et se dirigea d’un pas calme vers le cœur du chaos.

Au sein de celui ci, les deux frères Ferlusiens se protégeaient mutuellement, couvrant à la fois leur flanc gauche et leur flanc droit. Dan était d’une grande précision dans ses tirs car ceux ci atteignaient presque tout le temps leurs cibles qui étaient pourtant en mouvement.
Dan et Konrad passèrent tout prêt de trois soldats alliés qui étaient tombés les uns sur les autres quand la mort les avait fauché. C’est alors qu’ils virent un Kornek se précipiter vers eux, son monteur tirant à tout va. Konrad sentit un laser lui roussir l’épaule au moment où lui et son frère ripostaient. Ils atteignirent en même temps le même but. La tête du Kornek fut transpercée de part en part et une substance visqueuse s’échappa du trou béant. Poussant un mugissement puissant, le Kornek s’affala sur le sol tout en se renversant. Le Kotorn qui le dirigeait n’eut aucune chance de s’en sortir. La masse énorme de son animal lui retomba dessus, l’écrasant irrémédiablement. Dan crut entendre les os du soldat ennemi craquer à l’unisson.
Les deux frères continuèrent de progresser, grimpant peu à peu sur la colline que tenait pour l’instant les Kotorns. Mais ces derniers étaient courageux et bien organisés. Leurs tirs en rafales décimaient les rangs Ferlusiens. A un moment précis, Konrad vit cinq soldats alliés s’écrouler simultanément juste devant lui.
-Baisse-toi ! hurla Dan en lui exerçant une forte pression sur le dos.
Les deux jeunes hommes se retrouvèrent aplatis dans l’herbe à l’instant où une nouvelle salve de lasers menaçait de les abattre froidement.
-Si l’on s’en sort, je promets de ne plus être réserviste dans l’armée, assura Konrad qui tentait de reprendre son souffle.
Dan regarda subrepticement son frère et constata que celui ci semblait avoir vieilli d’au moins cinq ans depuis le début de cette terrible et sanglante bataille. Des creux barraient son front d’habitude si lisse et du sang et de la terre mêlés donnaient à son visage un aspect sale et buriné.
-Je te l’avais dit que l’armée n’était pas faite pour toi !
-Je te crois maintenant.
-Viens ne restons pas là !
Ils se relevèrent avec difficulté et leurs blasters ne tardèrent pas à rentrer de nouveau en action.

Orion Manar se fraya un passage au travers de la masse compacte de ses soldats et hurla tout en désignant l’ennemi :
-Repoussez-les !Tuez-les ! Vainquez, mes frères !
Une immense clameur s’éleva dans les rangs Kotorns qui redoublèrent leurs efforts pour combattre les Ferlusiens.
Montrant lui-même l’exemple, Orion pointa ses deux blasters vers un soldat ennemi et tira deux salves. Sa victime ne vit jamais d’où était venue l’attaque. Il fut touché au cœur et à l’abdomen et bascula en arrière en poussant un cri de souffrance vite étouffé.
Puis, Manar se précipita vers un Ferlusien qui lui tournait le dos et qui venait de descendre un Kotorn en l’atteignant dans le bas ventre. Orion sortit ses impressionnantes griffes aiguisées et les planta dans le coup de sa victime. Un filet de sang jaillit alors que le Ferlusien émettait un son étrange et que de la bave coulait sur ses lèvres. Manar retira ses griffes et le corps s’affaissa mollement.
Voyant le massacre qui venait d’être perpétré, deux militaires se ruèrent vers le régisseur du Complexe Ville Enfouie et voulurent l’abattre. Mais Manar fut plus prompt et tira avec ses blasters en croisant ses bras. Ses assaillants furent mortellement touchés et rendirent l’âme presque dans l’instant.
-Courage mes frères ! cria de nouveau Manar
Sur ce, il dégaina sa lourde épée, révélant les somptueux motifs qui avaient été gravés sur la lame et sur le pommeau. Il décapita violemment un Ferlusien qui semblait déboussolé puis transperça de part en part un autre soldat, brisant sur le coup sa colonne vertébrale. Une marre de sang se répandit entre les brindilles d’herbe alors que Orion retirait son épée et venait en lécher le bout, savourant le goût du sang de ses victimes.
-Je vais tous vous massacrer, s’exclama t-il les yeux illuminés par la haine et la folie.
Il distingua alors au milieu de ce carnage innommable, deux ennemis qui semblaient se protéger mutuellement. Le plus vieux des deux faisait preuve d’une grande maîtrise, tuant tous les Kotorns qui osaient s’approcher de lui et de celui qu’il protégeait.
-Toi, tu es à moi !
Et Orion Manar se dirigea vers Dan et Konrad.

Cel Dreq continuait toujours d’observer la gigantesque bataille qui faisait rage tout près des murs de Nackiros. Il activa son unité com et entra en communication avec Dyk Men qui dirigeait les opérations dans l’espace :
-Men ! Est ce que tout ce passe comme prévu ?
-Les croiseurs ennemis ne représenteront bientôt plus un problème. Je peux vous l’assurer. La victoire ne peut nous échapper.
-Ici aussi. Ce soir nous mettrons un point final à notre plan pour envahir Ferlus.
-Ce sera avec plaisir Chef Suprême.
Dreq coupa la communication et s’autorisa un large sourire. Il était en passe d’accomplir son rêve le plus fou…

Dan abattit un Kotorn, puis un autre et encore un autre. Il ne savait plus où donner de la tête, il se sentait proche de l’asphyxie, il devait à tout prix reprendre son air pour pouvoir continuer à combattre et à protéger son petit frère. Le seul problème était qu’il revenait toujours un nombre croissant d’ennemis, comme si ces derniers étaient immortels. Ce n’était pas le cas bien sûr mais Dan ne voyait aucune issue à cette folie meurtrière.
Au moment où Dan se retournait vers son petit frère, il eut juste le temps de voir un laser perforer la poitrine de celui ci. Konrad, les yeux agrandis par la surprise, la douleur et la souffrance bascula en arrière et s’écroula lourdement. Son fusil blaster lui échappa alors que sa tête heurtait durement le sol.
-Noooooooooooon, hurla Dan.
Le capitaine voulut se précipiter vers son jeune frère pour essayer de le sauver mais il fut arrêté. Celui qui avait atteint Konrad se tenait tout prêt, regardant Dan avec un air vicieux. Orion Manar fit onduler sa puissante queue derrière lui et s’écria pour couvrir le vacarme de l’affrontement :
-Tu dois être plein de haine à mon égard. N’est ce pas ?
Dan ne répondit rien. Il serra les poings, des larmes coulant sur son visage ensanglanté. Il murmura :
-Tu vas…me le payer.
Un sourire carnassier s’afficha sur le regard de Manar qui rétorqua :
-Viens, je t’attends ! Et que le meilleur gagne.
Et c’est au milieu de cette bataille apocalyptique que les deux hommes s’apprêtèrent à en découdre.




Voilà voilà! Dans le chapitre XII, on retrouvera Bossel et les Anges Noirs bien sûr!
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dark Maul877 » Ven 13 Jan 2006 - 22:10   Sujet: 

Un excellent chapitre XI ! :x

On est directement plongé dans la bataille terrestre qui change un peu des batailles spatiales. On retrouve un côté LOTR plus que SW et ce n'est pas plus mal.

L'idée de suivre deux jeunes inconnus est très interessante et nous plonge dans un point de vue totalement différent de celui des AN. Même si on ne les connait pas, on s'attache tout de suite et on prends part à leurs aventures gigantesques. :D

Bref, j'ai adoré ce chapitre titanesque qui m'a rappelé LOTR et qui change un peu deu fait qu'on ne suive pas systématiquement les AN.

Encore bravo, un chapitre de plus réussi et j'espère que la suite sera toujours aussi bonne et même mieux... :sournois:

PS: J'ai lu en premier ! :lol:
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 14 Jan 2006 - 12:27   Sujet: 

Merci Dark Maul877! :)

Je suis heureux d'avoir réussi à donner un souffle épique à cette bataille. Souffle que j'entends conserver dans les chapitres restants. :sournois:

On est directement plongé dans la bataille terrestre qui change un peu des batailles spatiales


Je suis on ne peut plus d'accord. D'autant plus que si je me souviens bien (mais je peux me tromper) dans les romans SW on n'a jamais eu de descriptions de grandes batailles au sol! :? Non?

Bref, j'ai adoré ce chapitre titanesque qui m'a rappelé LOTR et qui change un peu deu fait qu'on ne suive pas systématiquement les AN.


C'est vrai que cela change et puis cela permet surtout de "personnaliser" davantage la bataille terrestre. :wink:

j'espère que la suite sera toujours aussi bonne et même mieux...


Je vais m'y employer! D'autant plus que j'ai encore quelques rebondissements épiques dans mon sac! :D :sournois:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dark Maul877 » Sam 14 Jan 2006 - 13:43   Sujet: 

D'autant plus que si je me souviens bien (mais je peux me tromper) dans les romans SW on n'a jamais eu de descriptions de grandes batailles au sol! Question Non?


Non, c'est totalement inédit. Dans aucun livre que j'ai lu ( à ma connaissance ) on traite de bataille comme celle-ci :wink:

Je vais m'y employer! D'autant plus que j'ai encore quelques rebondissements épiques dans mon sac! Grand Sourire Sournois


Très interessant tout ça... :sournois:
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Lowie » Sam 14 Jan 2006 - 16:21   Sujet: 

En un mot comme en cent : P-H-E-N-O-M-E-N-A-U-X- sont ces chapitres de bataille spatiale et terrestre :o :D :) :o :D :) :o !!!!! Le lecteur n'a pas une once de répit emporté dans un maelström d'action tout azimut et riche en surprises fortes : l'Anéantisseur et sa puissance de feu monstrueuse crachant la M.O.R.T. qui met à mal les deux puissants croiseurs ferlusiens, les chasseurs-bombes automatisés qui sont des mines géantes téléguidées pour détruire les chasseurs ferlusiens, nous voilà dans un champ de bataille é-nor-me où les Anges Noirs + les Rogues doivent à chaque seconde ruser pour déjouer les tactiques ennemies des vicieux chasseurs kotorns qui les pilonnent sans relâche tandis qu' au sol c'est encore plus la démence 8) 8) :shock: :lol: :shock: :lol: 8) 8) : on a des montures lézards-taupes chevauchées par des chevaliers kotorns équipés de lourdes épées à large lame qui font des trouées sanglantes dans les rangs ferlusiens, bref c'est une bataille au sol napoléonienne fracassante, épique effectivement :) 8) :lol: :) 8) :lol: , équivalant aussi à un véritable bain de sang, entre fantassins tirant à bout portant que nous peint Dark William aux portes de Nackiros... Le sang gicle de partout, se répand à flots dans les plaines grasses de Nackiros les transformant en un enfer hurlant et de supplices. Orion Manar le général de l'infanterie et de la cavalerie kotorn est possédé par le démon de la guerre léchant avec délectation sa lame rougie par le sang de ses victimes :shock: :shock: :shock: . Il s'attaque puissamment aux deux nouveaux héros de DW, Dan capitaine et Konrad frère de ce dernier simple soldat qui pour son baptême du feu est plus que servi : DW ne lésine pas en effet dans ses descriptions de barbarie et de folie meurtrière qui font des plaines de Nackiros un tapis rouge sang fumant. Quelques micros épisodes nous présentent d'autres soldats tels qu'ils sont noyés dans le cloaque des combats au blaster : des pions. A côté la bataille spatiale est moins apocalyptique :wink: .

Pari gagné d'avance par DW : sa guerre Ferlus/Kotorn est tellement sidérante qu'elle ballotte le lecteur à droite à gauche, en manque d'oxygène :) , à la fois dégoûté par cet océan de violence et le coeur battant à tout rompre s'inquiétant à juste titre du sort des Anges Noirs piégés dans le cercle de mort kotorn tissé par les mille canons-lasers de l'Anéantisseur.

Les Spectres vont-ils venir épauler les Rogues et les Anges parce que là les Kotorns sont à deux doigts de l'emporter :o :o :o :o !!!!

Ces chapitres de bataille se hissent sur le podium des meilleurs que j'ai lu jusque là. Ce n'est pas les AN3 l'Ultime Secret que tu aurais dû titrer DW mais AN3 l'Ultime Guerre :sournois: :wink: :) . Que dire d'autre rien applause : clap clap clap clap clap. Et merci ce n'est pas encore le clap de fin 8) 8) 8) 8) . Les Batailles sont des acteurs à part entière dans les AN3 faisant des personnages principaux presque des figures secondaires :wink: :ange: :wink: .

PS : DM877 DW fait bien référence au Retour du Roi avec le Bellick éléphantesque monture royale de Cel Dreq bien au chaud derrière ses lignes.

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 14 Jan 2006 - 17:13   Sujet: 

DW ne lésine pas en effet dans ses descriptions de barbarie et de folie meurtrière qui font des plaines de Nackiros un tapis rouge sang fumant.


C'est vrai que j'ai peut-être fait fort avec certaines de mes descriptions. Mais en relisant le Tome II, j'ai trouvé que la bataille au sol entre la NR et les Neylanais faisait un peu "gentillette", ou du moins pas assez réaliste à mon goût. Et comme je voulais finir en beauté la trilogie des Anges Noirs, je me suis dit qu'il fallait sûrement accentuer la violence de ma bataille. :sournois:

A côté la bataille spatiale est moins apocalyptique.


C'est vrai. Et je pense que cela est principalement dû au fait que l'on ne peut pas faire les mêmes descriptions dans l'espace que sur terre. Et puis, je ne peux pas non plus faire ce que je veux avec mes héros. :wink:

Pari gagné d'avance par DW : sa guerre Ferlus/Kotorn est tellement sidérante qu'elle ballotte le lecteur à droite à gauche, en manque d'oxygène , à la fois dégoûté par cet océan de violence et le coeur battant à tout rompre s'inquiétant à juste titre du sort des Anges Noirs piégés dans le cercle de mort kotorn tissé par les mille canons-lasers de l'Anéantisseur.


Tant mieux si j'ai déjà gagné mon pari. Cela me conforte pour la suite de mon histoire. :D

Les Spectres vont-ils venir épauler les Rogues et les Anges parce que là les Kotorns sont à deux doigts de l'emporter !!!!


Réponse dans le prochain chapitre. :sournois:

Ces chapitres de bataille se hissent sur le podium des meilleurs que j'ai lu jusque là.


Merci. :oops:

Que dire d'autre rien applause : clap clap clap clap clap. Et merci ce n'est pas encore le clap de fin . Les Batailles sont des acteurs à part entière dans les AN3 faisant des personnages principaux presque des figures secondaires .


Merci beaucoup. :oops: :oops: :D

PS : DM877 DW fait bien référence au Retour du Roi avec le Bellick éléphantesque monture royale de Cel Dreq bien au chaud derrière ses lignes.


C'est effectivement une de mes références. :sournois: :)

Dans le prochain chapitre, ou Acte III du Dénouement, on retournera dans l'espace pour la suite de la confrontation avec l'Anéantisseur et je finirai également d'utiliser mon intrigue avec les rescapés du groupe Supplice. :sournois:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Dim 15 Jan 2006 - 13:22   Sujet: 

:shock: Que dire après ce déluge d'éloge de Lowie et 877 ??? :? 8) Le dernier chapitre, en plus d'être une bombe, et le meilleur du tombe, mais là DW tu me prends par les sentiments :lol: avec une bonne grosse bataille de 8 page et qui plus est rendant hommage à une des plus formidable saga qui soit :P en plus de SW. En effet, pas mal de référance au SDA et c'est pas pour me déplaire tant la catastrophe et l'apocalypse rendent ce chapitre particulièrement stressant (heu... je te fous pas la pression mais bonne chance pour faire mieux :D :P :D )
Donc, un peu en retrait des grosses guerres spatiales, les armées entre médiévales et futuristes se battent à feu et à sang dans une violence inouie. Et comme la guerre multiplie les émoions, on a des bonnes scènes pleines de sentiments qui manquaient je trouve au tome pour l'instant :ange:
Méchants contre gentils dans ce chapitre bien violent (assez sanglant :wink: ) de la folie furieuse DW là tu fais fort :sournois: La fin est excellente aussi, et nous promet à nouveau un chapitre plein de suspence et de bataille.
En résumé, de l'émotion, du sang, de la bataille, des méchants charismatiques et de la pure bombe qui explose les records des trois tomes :ange:
J'en veux un autre pareil, STP :lol:
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 15 Jan 2006 - 14:12   Sujet: 

Merci Kamocato! :)

Le prochain chapitre (que j'ai commencé à écrire) va également laisser la place aux émotions tout en maintenant la pression des combats! :sournois:

Et dans le chapitre XIII, nous retournerons au sol pour le dénouement du Dénouement :x :D et là mes amis, je vous promets encore quelques aventures épiques et tragiques. :sournois:

Mais bon, vous verrez bien en tant voulu... :sournois: :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Mer 18 Jan 2006 - 20:49   Sujet: 

Vu cher DW que tu as commencé à écrire le chapitre XII - retour dans l'espace avec les AN écarquillés par la puissance infernale de l'Anéantisseur - aura-t'on droit à un teaser d'ici vendredi 8) ?

Ackbar sera de la partie :) ?

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Mer 18 Jan 2006 - 21:49   Sujet: 

aura-t'on droit à un teaser d'ici vendredi


Bien sûr! :D

Ackbar sera de la partie ?

:sournois: :sournois: :sournois: :sournois:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Sam 21 Jan 2006 - 21:28   Sujet: 

Darkwilliam a écrit:
aura-t'on droit à un teaser d'ici vendredi


Bien sûr! :D



Après la défaite de l'OM qui m'a mis le coeur en berne, même pas un Anges Noirs 3 chapitre XII en guise de remontant :o . :( . DW reviens-nous tu es un débatteur de talent sur la FF d'aujourd'hui mais je te préfère tant en conteur hors pair des AN :wink: :) :wink: .

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 21 Jan 2006 - 21:33   Sujet: 

J'en suis à la cinquième page du chapitre XII qui va être en fait plus long que prévu. :x Mais d'ici la fin de la soirée, je vais mettre un petit teaser. :wink:

Pour le chapitre entier, je me demande si j'aurai assez de temps demain pour finir... :(
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 21 Jan 2006 - 21:50   Sujet: 

Bon voilà le petit teaser qui présente assez bien l'importance de ce chapitre XII. :wink:




Les Anges Noirs purent distinguer le gigantesque destroyer Kotorn qui continuait de pilonner inlassablement le Vengeur de Ferlus. Les multiples lasers venaient s’écraser avec une violence redoutable sur le croiseur Ferlusien qui commençait à tanguer sérieusement.
Soudain, les écrans déflecteurs du Vengeur de Ferlus rendirent l’âme, disparaissant dans un crépitement d’énergie bleuâtre.
-Nom de…, le Vengeur n’a plus ses boucliers !
Sentant la victoire proche, l’Anéantisseur continuait d’avancer, tirant sans cesse, se permettant même le luxe d’allouer certaines de ses batteries à repousser les petits chasseurs Ferlusiens qui tentaient de le harceler.
-Papa, cria Kern dans son unité com alors que des plaques entières de métal étaient arrachées à la structure du croiseur.
Kern était désemparé. Son père était à bord d’un vaisseau qui s’apprêtait à partir en poussière et il ne pouvait strictement rien faire pour empêcher cela. En proie à une colère immense, le jeune homme s’époumona :
-Je ne peux pas laisser mon père mourir maintenant !
-Kern, calme toi, répondit Tel
Des lames roulèrent sur les joues de Kern qui rétorqua :
-Je ne l’ai pas sauvé de l’esclavage pour le voir mourir! Je viens à peine de le retrouver !
-Mais tu ne peux rien faire ! rétorqua Eljy
Kern réfléchit à la vitesse de la lumière. Des sentiments contradictoires l’envahissaient, lui brouillant sa faculté de jugement. Enfin, il jeta un coup d’œil vers le Vengeur de Ferlus dont les lumières venaient de s’éteindre :
-Pardonne moi papa !
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Sam 21 Jan 2006 - 23:47   Sujet: 

J'ai peur de ce que prévoit de faire Kern me rappelant l'acte héroïque de Jeel :( :( :( . Un teaser branché émotions 100,000 volts...

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Dark Maul877 » Dim 22 Jan 2006 - 10:26   Sujet: 

Oui, ce teaser nous annonce un chapitre encore survolté. Peut-être que nous l'aurons ce soir ou dans l'après midi ? :oops:
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 22 Jan 2006 - 11:11   Sujet: 

Oui, ce teaser nous annonce un chapitre encore survolté. Peut-être que nous l'aurons ce soir ou dans l'après midi ?


Honnêtement, je l'espère bien! :) Mais j'ai encore du boulot à côté! :cry: Cependant, vu qu'il ne doit me rester plus que deux ou trois pages à écrire et à corriger, je devrai y arriver.
:wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Dim 22 Jan 2006 - 12:47   Sujet: 

J'essaierais de le lire avant Blue Gender mardi soir 22h15 :wink: :) :wink: . Le sort de Kern me préoccupe beaucoup :ange: .

Lowie
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 22 Jan 2006 - 12:49   Sujet: 

Ca y'est. Je viens de finir d'écrire ce chapitre XII :) . Il est long puisqu'il fait plus de 10 pages. Je n'ai plus qu'à le corriger et après je le poste. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Dim 22 Jan 2006 - 13:21   Sujet: 

Prêt à me faire cure d'Ange Noir :P
Envoie la sauce :wink: :D
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Django » Dim 22 Jan 2006 - 13:47   Sujet: 

Après la description de batailles aériennes toujours exélentes. DW nous gratifie dans le chapitre 11 d'une bataille terrestre aussi bien, voir même mieux décrite que dans le tome 2 des AN. Nous découvrons par l'intermédiaire de deux frères une autre vision de la guerre qui malgré tout est toujours aussi atroce. Malheureusement le plus jeune se fait tuer par Manar. Dan le plus vieux des frères défie ce dernier. Qui va gagner cet affrotement? Comment vont se terminer les deux batailles? Est-ce que les vaisseaux de la République vont arriver pour changer le cour de la bataille?

Allez DW met nous vite la suite.

Je me repette mais j'ai aimé la lecture de ce chapitre ains que celle des autres. DW fait de plus en plus de progrés dans l'écriture(ne :oops: ) :wink: :sournois:
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 22 Jan 2006 - 13:56   Sujet: 

Mais non tu ne te répètes pas Django! :D En tout cas merci! :wink:

Et voilà comme promis le chapitre XII qui est long et intense. J'espère qu'il vous plaîra car moi, j'ai pris beaucoup de plaisir à l'écrire. :wink:

Allez, bonne lecture! :)






Dénouement, Acte III

Chapitre XII : Destruction

Les Anges Noirs lancèrent leurs chasseurs dans une nouvelle vrille désespérée pour éviter les impitoyables chasseurs-bombes. Kern se cramponna à son manche de contrôle et pressa la commande de tirs quand il croisa à vive allure un de ces maudits appareils. L’explosion fut puissante et projeta une onde de force qui secoua le chasseur de Kern. Celui ci le stabilisa et partit dans une vrille incroyable, semant ses poursuivants.
Venant à la rescousse, ses amis prirent les chasseurs ennemis en tenaille et ouvrirent le feu. Une succession de boules rougeoyantes envahit l’espace, propulsant des débris à une vitesse phénoménale. Kern s’écria :
-Merci les gars !
-Pas de problème !
-Reformez les rangs, intima Tel tout en essuyant des gouttes de sueur qui perlaient sur son front.
Une nouvelle série d’explosion se fit alors ressentir, illuminant la noirceur intersidérale, forçant les visières des casques des Anges Noirs à se polariser. Tel comprit rapidement que les destructeurs vaisseaux bombes avaient du encore réussir à rattraper leurs cibles.
-C’est mal parti, jura le capitaine Ferlusien en virant de bord.

Lors de cette manœuvre, les Anges Noirs purent distinguer le gigantesque destroyer Kotorn qui continuait de pilonner inlassablement le Vengeur de Ferlus. Les multiples lasers venaient s’écraser avec une violence redoutable sur le croiseur Ferlusien qui commençait à tanguer sérieusement.
Soudain, les écrans déflecteurs du Vengeur de Ferlus rendirent l’âme, disparaissant dans un crépitement d’énergie bleuâtre.
-Nom de…, le Vengeur n’a plus ses boucliers !
Sentant la victoire proche, l’Anéantisseur continuait d’avancer, tirant sans cesse, se permettant même le luxe d’allouer certaines de ses batteries à repousser les petits chasseurs Ferlusiens qui tentaient de le harceler.
-Papa, cria Kern dans son unité com alors que des plaques entières de métal étaient arrachées à la structure du croiseur.
Kern était désemparé. Son père était à bord d’un vaisseau qui s’apprêtait à partir en poussière et il ne pouvait strictement rien faire pour empêcher cela. En proie à une colère immense, le jeune homme s’époumona :
-Je ne peux pas laisser mon père mourir maintenant !
-Kern, calme-toi, répondit Tel
Des lames roulèrent sur les joues de Kern qui rétorqua :
-Je ne l’ai pas sauvé de l’esclavage pour le voir mourir ! Je viens à peine de le retrouver !
-Mais tu ne peux rien faire ! rétorqua Eljy
Kern réfléchit à la vitesse de la lumière. Des sentiments contradictoires l’envahissaient, lui brouillant sa faculté de jugement. Enfin, il jeta un coup d’œil vers le Vengeur de Ferlus dont les lumières venaient de s’éteindre :
-Pardonne-moi papa !

Nathan Alle fut littéralement arraché de son siège lorsque les déflecteurs du croiseur Ferlusien furent anéantis brutalement. Il vola jusque dans un coin de la pièce et s’écrasa contre la paroi métallique. Meurtri de douleurs, il se releva avec peine alors qu’un nouvel impact ébranlait le Vengeur.
Nathan s’avança avec difficulté vers la baie d’observation, celle qui offrait une vue imprenable sur le chaos spatial qui se jouait devant ses yeux. L’Anéantisseur approchait, toujours plus déterminé à en finir, écrasant tout le monde par sa puissance destructrice. Nathan regarda Kell Kills qui était immobile, les yeux dans le vague :
-Nous ne survivrons pas, se contenta de dire le commandant.
-Vous avez fait ce que vous avez pu, répondit Nathan.
Kills le regarda et un léger sourire désabusé s’afficha sur son visage :
-Visiblement, ce n’était pas suffisant.
Une nouvelle secousse se fit sentir et les lumières du Vengeur s’éteignirent. Kell Kills expira bruyamment alors que la panique gagnait son équipage :
-Le prochain coup sera mortel.
Nathan le savait. Mais l’entendre dire lui procura une immense douleur car c’est à ce moment là qu’il comprit qu’il ne reverrait jamais son fils. Le vieux Alle jeta un coup d’œil vers l’espace, là où son fils continuait à en découdre, affrontant des myriades de chasseurs déterminés à lui ôter la vie.
-Courage, fiston.

Alors que Nathan s’apprêtait à l’inéluctable, se préparant comme il le pouvait, tentant de repenser aux plus beaux moments de sa vie, une succession de puissantes décharges laser vinrent s’écraser sur les déflecteurs de l’Anéantisseur, le forçant à ralentir l’allure.
-Qu’est ce que c’était que ça ? s’écria Kills les yeux agrandis par la surprise.
Soudain, une voix grave se fit entendre dans le système de communication du Vengeur de Ferlus :
-Ici le Général Bel Iblis, à bord du Pacificateur. On dirait que nous arrivons juste à temps.
Kell n’en crut pas ses yeux et ses oreilles. Il se précipita vers une baie d’observation qui se trouvait à tribord et vit alors deux immenses croiseurs de la Nouvelle République qui venaient de sortir de l’hyperespace et qui n’avaient pas tardé à harceler de tirs l’Anéantisseur.
Kills se précipita sur son unité com et lança :
-Si vous saviez à quel point je suis content de vous voir !
-Désolé, on a mis un peu de temps mais l’essentiel est que nous soyons arrivés.
-A qui le dîtes vous !
Bel Iblis marqua un temps d’arrêt avant d’ajouter :
-L’Amiral Ackbar, qui dirige le Soleil des Etoiles, vient tout juste d’envoyer ses Ailes X au combat. Je vais en faire de même.
-L’amiral Ackbar est ici ? s’écria Kills qui ne revenait toujours pas de l’arrivée inespérée des renforts de la Nouvelle République.
-Lui-même !
-Alors je crois que l’espoir en la victoire vient de changer de camp.
-Croyez bien que j’en suis très heureux.


Dyk Men crut que son cœur de reptiloïde allait s’arrêter de battre quand il vit les deux vaisseaux de la Nouvelle République le prendre pour cible. Un vent d’inquiétude s’empara du personnel de l’Anéantisseur, ce qui força Men à hurler :
-Tirez en priorité sur les renforts Républicains. Ils représentent le plus gros danger potentiel.
Un terrible affrontement s’engagea alors entre les trois bâtiments de guerre qui commencèrent à s’échanger à un rythme infernal de puissantes décharges d’énergie. Et pour la première fois depuis le début de la bataille, la structure de l’Anéantisseur fut secouée par des impacts majeurs. Alors que Dyk Men se stabilisait comme il le pouvait, celui ci marmonna :
-Je ne laisserai personne me voler ma victoire !Personne !


Les Ailes X de la Nouvelle République se déployèrent majestueusement et se précipitèrent au cœur de l’affrontement, ne tardant pas à démontrer leur aisance et leur maniabilité lors des combats spatiaux. Un flot ininterrompu de lasers se déversa sur les chasseurs Kotorns qui furent momentanément déstabilisés, ce qui permit aux forces Républicaines de les abattre les uns après les autres. Une multitude de chasseurs partit en poussière, se désintégrant après une spirale meurtrière.
Mais les chasseurs-bombes restants ne tardèrent pas à recevoir de nouveaux ordres électroniques. Ils se rassemblèrent et se jetèrent sur les forces Républicaines. Celles ci se défendirent aussitôt, conscient du danger. La bataille qui s’engagea ressembla alors à un complexe jeu d’évitements, de poursuites et de tirs. Pendant près de cinq minutes, l’espace ne fut qu’explosions et détonations, soit celles des chasseurs alliés rattrapés par la puissance destructrice des vaisseaux-bombes soit celles des forces Kotorns, anéanties avec précision et dextérité par la coalition Républico-Ferlusienne.

Au milieu de ce déluge de feu et de flammes, les Rogues et les Anges Noirs slalomaient tout en tirant, créant un véritable barrage de lasers autour de leurs appareils. Mak vit un chasseur Kotorn enflammé le frôler à une vitesse stupéfiante avant de se désagréger. Puis il dut faire piquer son propre chasseur pour éviter une carcasse carbonisée et errante. Mak reprit le contrôle de son appareil, anéantit un chasseur-bombe qui l’avait prit pour cible puis rejoignit le reste de son escadron qui se dirigeait à présent vers l’immense destroyer Kotorn.
-Et les gars, je me trompe ou vous avez décidé de tous nous tuer ? demanda le jeune homme dans son unité com.
Concentré sur son objectif, Tel répondit en fronçant les sourcils :
-Les croiseurs Républicains vont avoir besoin d’aide pour anéantir ce destroyer. Nous pouvons leur prêter mains fortes en harcelant notre adversaire commun.
-Mais c’est dangereux !
Eljy ne put s’empêcher de pouffer de rire :
-Je ne sais pas si tu sais mais dans le coin depuis le début de la bataille, cela craint pas mal. Alors, le danger, je crois qu’il est un peu partout autour de nous !
-Bon ça va, j’ai compris, je vous suis.
-Ce serait bien si on avait du renfort à ce titre d’ailleurs, ajouta Wedge Antilles dont la voix ne trahissait aucune inquiétude.
«Il a dû en voir d’autre » pensa pour lui même Mak.
-Rogue Leader, il semble que le reste de nos forces soit aux prises avec les forces ennemies. Certes le combat est acharné mais en faisant cela, ils nous dégagent la voix vers notre cible prioritaire, lança Corran.
-Peut-être mais plus on est nombreux, plus je suis rassuré, répondit Wedge avec un petit sourire.
C’est alors qu’un escadron de X-Wings sortit des soutes du Soleil des Etoiles et se dirigea à pleine vitesse vers la formation que réalisaient les Anges Noirs et les Rogues. Une voix que Wedge connaissait bien se fit entendre :
-Votre offensive contre le destroyer ennemi nous semble prometteuse. Permettez que l’on se joigne à vous.
-Garik, quel bon vent t’amène par là ?
-Le vent de la guerre je le crains. Mais tous ensemble, je ne doute pas que nous puissions ramener la paix.
Tel ouvrit son unité com et fit :
-Escadron Spectre, soyez le bienvenu.
-Trop aimable, Anges Noirs leader.
-Bien, si on allait détruire ce foutu vaisseau, proposa Tel.
-On vous suit avec plaisir, rétorqua Garik Loran.
Les trois escadrons plongèrent aussitôt vers l’Anéantisseur alors que celui ci était aux prises avec les deux croiseurs de la Nouvelle République, s’échangeant des décharges de lasers qui striaient l’espace de traînées colorées.


Sur Ferlus, la matinée qui commençait était baignée de soleil. Un chaud soleil qui réchauffait les cœurs et les âmes et qui tentaient de lutter contre l’anxiété qui s’était une nouvelle fois emparée de la population.
Car celle ci savait, qu’à des milliers de kilomètres de là, son armée était engagée dans une terrible bataille. Un conflit qui déterminerait de l’avenir de Ferlus. Le peuple était derrière ses soldats. Le peuple croyait en ses pilotes et en ses guerriers, comme il croyait en Wellan Bossel.
Celui ci était en train de réajuster sa belle tenue dans son appartement privé. Il se positionna devant un miroir et se coiffa rapidement, s’arrêtant quelques secondes pour expirer lentement. Ces conflits incessants l’épuisaient moralement et physiquement. En tant que dirigeant, il se devait d’être celui qui prenait les décisions cruciales quant à l’avenir de sa planète. Mais décider d’envoyer ses hommes à la guerre était quelque chose de difficile, qui méritait mûres réflexions et qui ne cessait de tarauder l’esprit longtemps après.
« Ais je bien fait ? » pensa Bossel en ajustant la ceinture en cuir de son pantalon. Il ne pouvait encore le dire. On l’avait prévenu il y a près d’une heure et demi que son armée avait engagé le combat contre les forces Kotorns. Bossel n’en savait pas plus même s’il allait rapidement remédier à cette carence. Il devait en effet se rendre au centre de commandement armé de Ferlus, situé sous la terre, dans un complexe réseau de galeries bétonnées. C’était depuis ce centre névralgique que le Premier Conseiller Ferlusien pourrait suivre l’évolution des combats. En espérant que cette évolution serait positive pour l’armée Ferlusienne.
A ce moment là, la sonnerie de la porte d’entrée se fit entendre, tirant Bossel de ses réflexions. D’un pas rapide, il traversa le salon qui avait été totalement refait après l’affrontement que celui ci avait subi lorsque des pirates Neylanais, à la solde de Konn Keveers, étaient parvenus à enlever Bossel.
Le Premier Conseiller ouvrit la porte et découvrit la mine radieuse du Commandant Elyn Deylla. Celle ci était magnifique avec ses traits fins, ses yeux bleus pétillants et ses somptueux cheveux blonds attachés en chignon. Elle lança d’une voix douce :
-Etes vous prêt Premier Conseiller ?
-Oui. Des nouvelles de la bataille ?
-Le dernier rapport que nous avons reçu était plutôt…inquiétant. Apparemment, les Kotorns ont déployé une armée monumentale.
Cette information sembla perturber Bossel qui fronça les sourcils. Puis il regarda de nouveau Deylla et demanda :
-Le Général Sanders n’est pas avec vous ?
-Non. Il m’a dit qu’il nous rejoindrait au Centre de Commandement le plus rapidement possible.
-Très bien. Allons-y alors.
Bossel et Deylla sortirent de l’appartement du Premier Conseiller et retrouvèrent dans un vaste hall luxueusement décoré, Dick Nillis ainsi que deux gardes lourdement armés. Nillis, prenant très à cœur son rôle d’assistant, se précipita vers Bossel et s’exclama :
-Premier Conseiller, je sais que vous êtes pressé mais il faudrait vraiment que vous signiez ce…
-Plus tard ! J’ai des choses bien plus importantes à penser, maugréa le dirigeant Ferlusien.
-Très..très bien, bafouilla Nillis.
Sur ces mots, le petit groupe sortit du magnifique building dans lequel habitait Bossel.


Enton Doll et Alek Solan étaient adossés à un mur en pierre qui faisait le coin d’une large rue. Les deux membres du groupe Supplice, engoncés dans des vêtements qui dissimulaient au maximum leur allure de Kotorn, tentaient d’adopter une attitude la plus neutre possible.
Pour la quatrième fois depuis qu’ils étaient arrivés, Doll se pencha légèrement et regarda dans la direction de l’entrée de l’immeuble dans lequel résidait leur cible.
-Soit patient mon ami, Bossel ne va pas tarder à se montrer.
-Je ne voudrai pas le rater. C’est notre meilleure opportunité.
-Ne t’inquiète pas. Nous allons l’avoir.
A son tour, Solan regarda le lieu où ils espéraient pouvoir tendre l’embuscade. Un speeder blindé attendait patiemment devant le hall d’entrée du building, protégé par deux gardes armés qui ne semblaient pas avoir repéré les deux terroristes.
Le moment idéal pour frapper serait celui où Bossel sortirait du bâtiment, soit quelques instants avant qu’il ne puisse s’abriter dans le speeder blindé.
-Oui, ça va marcher. Je le sens, je le sais ! murmura Solan en affichant un sourire carnassier
-Alek, chuchota Enton Doll.
-Qu’y a t-il ?
-Tu as conscience que même si nous parvenons à assassiner Bossel, jamais nous ne retrouverons les membres de notre groupe.
-Justement, faisons cela en leur souvenir. Pour leur honneur, s’exclama Alek en serrant le poing droit.
-Entendu.
A ce moment précis, des bruits de pas et de conversation se firent entendre. Les deux terroristes comprirent alors que leur cible venait d’arriver en terrain dégagé. Ils n’avaient plus beaucoup de temps pour agir.
-Allons-y. Courage !
-Pour Kotorn, jura Enton.
Alek se contenta d’hocher de la tête puis lui et son complice dégainèrent deux blasters longs noirs. D’un pas décidé, ils sortirent de leur cachette et se dirigèrent vers le petit groupe que menaient le Commandant Deylla.


Les Anges Noirs, les Rogues et les Spectres anéantirent sans problème un groupe de chasseurs Kotorns, qui voyant que l’association de chasseurs alliés se dirigeaient vers l’Anéantisseur, avait décidé de leur barrer la route.
Mal leur en prit, dans un déluge de feu, les vaisseaux ennemis tombèrent les uns après les autres, atteint par la redoutable précision de tirs des Anges Noirs et des Ailes X. Sans même changer de cap, les alliés slalomèrent entre leurs adversaires tout en tirant, créant rapidement un amas de cendre et de débris surchauffés. Le plus dur restait donc d’éviter les morceaux de métal qui étaient propulsés dans leur direction. Mais là encore, les Ferlusiens et les Républicains parvinrent à s’en sortir admirablement. Même si ce fut parfois au prix de frayeur. Comme lorsque le chasseur de Corran obligé de partir dans une vrille vers la gauche, frôla l’appareil piloté par Garik.
Celui ci ne sembla pas s’inquiéter outre mesure quand il aperçut le chasseur de Corran s’approcher irrémédiablement, tournoyant sur lui-même, avant de disparaître sous son chasseur et de réapparaître de l’autre côté.
-Ca t’amuse Rogue 9 de jouer avec les ennemis ?
-Arrête, j’ai bien failli y passer ce coup là. Heureusement que j’ai mes réflexes de Jedi.
-Et bien, tu penseras à remercier Luke en rentrant sur Coruscant alors…affirma Wedge
Corran n’eut pas le temps de répondre, car juste devant lui, les Anges Noirs détruirent deux chasseurs-bombes qui se précipitaient vers eux. La formation de chasseurs traversa les flammes en expansion avant que celles ci ne disparaissent rapidement par manque d’air.
La voix de Tel se fit alors entendre. Elle semblait particulièrement sereine même si Corran savait pertinemment que les chasseurs Ferlusiens avaient subi des dégâts dans la bataille et que seuls leurs boucliers solides avaient pu les protéger jusqu’à maintenant de la fureur meurtrière de l’affrontement.
-Notre cible est droit devant. Quelqu’un a un plan d’attaque ?
Wedge regarda pendant quelques instants l’Anéantisseur qui était toujours aux prises avec le Soleil des Etoiles et le Pacificateur, s’échangeant à un rythme soutenu des puissantes décharges de lasers. La plupart allaient s’écraser avec violence sur les boucliers respectifs des immenses vaisseaux de combat, révélant ainsi l’aura bleutée qui les entouraient.
Même si l’Anéantisseur était bien plus massif que ses adversaires Républicains, ceux ci étaient deux et tentaient donc en conséquence de prendre en tenaille leur cible commune, qui se devait de combattre sur deux fronts à la fois. Cette manœuvre habile de la Nouvelle République empêchait l’Anéantisseur de diriger par exemple toute sa puissance protectrice vers sa proue.
Mais Wedge comprenait très bien que les deux croiseurs Républicains n’allaient pas pouvoir tenir éternellement. La puissance de feu du destroyer Kotorn était considérable et à ce rythme effréné, les déflecteurs du Pacificateur ou du Soleil des Etoiles céderaient bientôt. Il fallait agir avant et il fallait le faire vite.
L’arrivée des renforts avait perturbé les forces Kotorns qui avaient du se réorganiser en conséquence. Cette transition leur avait coûté chère mais à présent, elles faisaient de nouveaux fronts bien que le déploiement de force Républicain les poussaient de plus en plus à des actes héroïques ou démentiels.
-Alors, personne n’a de plan ? On ne va pas quand même se précipiter dans la gueule du loup sans avoir prévu quelque chose! lança de nouveau Tel.
Wedge répondit alors :
-Nous devons agir vite avant que l’espoir en la victoire ne change de nouveau de camp. Nos chasseurs sont équipés de torpilles à protons, servons-nous-en.
-Pas les nôtres, précisa Kern qui semblait s’être quelque peu remis des frayeurs qu’il avait eu en début d’affrontement.
Et pour cause, le Vengeur de Ferlus était bien à l’abri derrière les croiseurs de la Nouvelle République et ne craignait pas grand chose pour le moment.
-Alors vous devrez faire diversion. Attirez la puissance de feu du destroyer Kotorn sur vous, occupez les batteries qui ne pilonnent pas nos croiseurs, cela nous permettra d’obtenir un bon angle de tirs et de balancer toutes nos torpilles où nous le voulons.
-C’est risqué mais j’accepte. De toute façon, nous n’avons pas réellement le choix, observa Tel.
-Je ne te le fais pas dire, répondit Garik.
-Bien…nous n’aurons probablement qu’une seule occasion de réussir. Alors bonne chance les amis.
-Que la Force soit avec vous, fit Corran avec un sourire.
-Ouais, je crois que c’est de circonstance, ajouta Tycho l’air inquiet.
A bord de l’Anéantisseur, un officier de pont se précipita auprès de Dyk Men qui avait le regard fixé sur les deux croiseurs de la Nouvelle République. Les impacts constants de laser commençaient à sérieusement ébranler la structure de l’Anéantisseur qui résistait bien malgré tout.
-Monsieur…
-Qu’y a t-il ? vociféra Men en se retournant
-Je…je suis obligé de vous avertir qu’un groupe de chasseurs se dirige vers nous. Il semble déterminé à en découdre.
Pendant quelques secondes, Men réfléchit à ce que venait de lui dire son officier. Un groupe de chasseurs ne pouvait pas représenter une menace sérieuse pour son vaisseau. Mais il fallait tout de même se méfier.
-Allouez les batteries tribords à leur destruction.
-A vos ordres.
-Et tenez-moi au courant de l’évolution de la situation.
-Bien monsieur.
Aussitôt Dyk Men porta son attention sur ses adversaires directs. La situation ne tournait pas à son avantage et il ignorait s’il parviendrait à remporter la victoire. Une goutte de sueur ruissela sur sa peau écailleuse et Men sentit les battements de son cœur s’accélérer.


Menant l’assaut, les Anges Noirs se retrouvèrent enfin à distance de tirs des batteries de l’Anéantisseur. Aussitôt celles ci se mirent en marche, crachant des décharges énergétiques.
-Evitez les ! hurla Tel
Les Anges Noirs dessinèrent des figures complexes pour éviter les assauts ennemis et plongèrent sur l’immense destroyer Kotorn, relevant le nez de leur appareil au dernier moment, frôlant la structure métallique du vaisseau.
-Donnons le temps aux Rogues et aux Spectres d’agir !
Les Anges Noirs virèrent de bord et accélérèrent, toujours harcelés par les salves adverses qui menaçaient de les atteindre à tout moment. Les membres tremblants devant tant de pression, Eljy envoya son chasseur dans une boucle incroyable, à décrocher l’estomac des pilotes les plus aguerris. Cette manœuvre audacieuse lui permit d’éviter deux décharges destructrices. Mais il n’évita pas la troisième.
L’impact eut lieu au niveau de l’aile bâbord. Malgré les boucliers, le choc fut violent et envoya valdinguer le chasseur dans une vrille incontrôlée. Alors que tout tournait autour de lui et que des alarmes hurlaient dans tout le cockpit, Eljy hurla :
-Je suis touché ! Je n’ai presque plus de boucliers.
Les lasers fusaient tout autour du petit chasseur, manquant de le détruire à tout moment.
-Je suis perdu ! cria de nouveau Eljy qui n’arrivait pas à reprendre le contrôle de son appareil.
-Tiens bon, j’arrive ! s’époumona Zook.
Ignorant le danger, le jeune Ferlusien vola à la rescousse de son ami, passant en rase motte juste au dessus des batteries lasers qui tentaient de le descendre lui et ses amis. Il rejoint Eljy et mit littéralement son chasseur dans la ligne de tirs ennemie. Eljy, le cœur battant la chamade, la sueur coulant dans ses yeux et la peur de mourir lui tenaillant le ventre s’écria :
-Dégage de là, tu ne peux rien faire pour moi !
-Je ne te laisserai pas mourir.
C’est alors qu’une salve destinée au chasseur en perdition d’Eljy frappa de plein fouet celui de Zook qui trembla sous l’impact. Catapulté comme un vulgaire pantin, le petit vaisseau frôla celui d’Eljy à quelques centimètres, arrachant un cri de surprise au pilote.
-Zook !cria t-il
-Je n’ai plus de bouclier et je crois que je perds du carburant !
En effet, un liquide transparent, qui se transformait aussi tôt en glace, s’échappait du vaisseau piloté par Zook.
-Retire-toi ! hurla à son tour Tel qui s’approchait.
-Pas avant la fin de notre mission, rétorqua sur un ton calme Zook
Les batteries de l’Anéantisseur entrèrent de nouveau en action, forçant les Anges Noirs à se lancer dans des manœuvres désespérées pour retarder une mort certaine.
-Mais bon sang, qu’est ce qu’ils foutent ? s’époumona Tel à l’intention des Rogues et des Spectres.
-Ils passent à l’action, répondit Kern.
Tel tourna la tête et vit qu’effectivement, les Ailes X venaient de se précipiter sur l’Anéantisseur, profitant de la diversion dangereuse des Anges Noirs.
-Ne nous décevez pas maintenant les gars, murmura le capitaine de l’escadron Ferlusien.

Toutes les Ailes X expédièrent simultanément deux torpilles à protons qui foncèrent vers le destroyer Kotorn, laissant derrière eux une traînée ionisée.
-Prends ça enfoiré ! s’écria Wes Janson alors qu’il pressait le bouton de mise à feu.
L’amas de torpilles parcourut en quelques secondes la distance qui le séparait de l’Anéantisseur et s’écrasa avec une violence inouïe sur la proue du destroyer. Une explosion et une onde de choc phénoménales se propagèrent et ébranlèrent le vaisseau, anéantissant par la même occasion les déflecteurs avant.
-On dégage de là !hurla Tycho
-Général Bel Iblis, Amiral Ackbar, c’est à vous de jouer, s’écria Wedge dans son unité com.
Presque aussitôt, les deux croiseurs de la Nouvelle République concentrèrent leur puissance de feu sur la proue sans protection de l’Anéantisseur.


Sur Ferlus, Enton Doll et Alek Solan se précipitèrent vers le petit groupe de Ferlusiens. Ils brandirent leurs blasters et ouvrirent aussitôt le feu. Les deux gardes qui protégeaient le speeder n’eurent pas le temps de réagir et furent abattu. Ils s’écroulèrent sur le sol au moment où Elyn Deylla s’écriait :
-Attention !
Wellan Bossel n’eut pas vraiment le temps de comprendre ce qu’il se passait. Il vit deux individus accourir vers lui, l’arme à la main et commencer à tirer à tout va. Tout sembla se passer au ralenti.
Elyn dégaina son blaster et riposta aussitôt, tentant de forcer les terroristes Kotorns à se replier. En vain. Ils semblaient déterminer à lutter jusqu’à la mort. Les deux derniers gardes qui accompagnaient Bossel ripostèrent à leur tour, mais l’effet de surprise était encore dans le camp Kotorn.
Enton Doll visa l’un des gardes avec une extrême précision et le descendit du premier coup tandis que son acolyte en faisait de même avec le second soldat. Il ne restait plus que Wellan Bossel, accompagné de Deylla et de Dick Nillis.
Le commandant des forces armées Ferlusiennes se précipita vers le speeder blindé qui attendait toujours et en ouvrit la porte tout en tirant. Elle se retourna une fraction de seconde pour crier à l’attention de Bossel :
-Montez dans le speeder !
Wellan se mit à courir. Il n’était plus qu’à trois mètres d’un abri providentiel. Mais les terroristes comprirent la manœuvre que tentait d’adopter le Premier Conseiller. Doll s’écria :
-Il va nous échapper ! Alek, abat-le ! Abat-le !
Solan pointa son blaster noir vers sa cible et appuya sur la gâchette. Tournant la tête dans sa direction, Bossel comprit qu’il ne pourrait éviter d’être tué. Contractant ses muscles, s’attendant à l’inéluctable, Bossel vit soudain Dick Nillis bondir devant lui, faisant barrage de son corps. Le laser le heurta en pleine poitrine et l’assistant s’écrasa lourdement sur le sol, les yeux écarquillés de terreur et de souffrance.
Désespéré, Bossel bondit en avant et pénétra dans le speeder blindé au moment ou Doll tentait à son tour de l’abattre. D’un geste violent, Elyn referma la porte du speeder, restant pour sa part à l’extérieur. Elle visa Solan et tira deux fois. A découvert, le terroriste ne put s’abriter à temps. Les tirs le frappèrent en plein abdomen et le forcèrent à basculer en arrière. Il tomba sur le sol goudronné, laissant filer son blaster.
-Alek ! hurla Enton
Celui ci, investi par la rage de vaincre, sortit un détonateur thermique de sa poche, l’activa et l’envoya tout près du speeder ou était abrité Bossel. Même blindé, le véhicule ne résisterait jamais à l’explosion.
-Nom de…, jura entre ses dents Deylla.
C’est alors que rampant sur ses bras, Dick Nillis se dirigea vers le détonateur, le saisit et le fit rouler avec les forces qui lui restaient vers Enton Doll.
Celui ci, surpris par le geste du Ferlusien, fut incapable de bouger. Il regarda Nills dans les yeux. L’assistant afficha un sourire qui disait clairement « vous avez échoué » avant que sa tête ne retombe lourdement sur le sol.
L’explosion fut puissante et propagea une boule de feu qui catapulta Doll en arrière. Le terroriste, affreusement brûlé mais vivant heurta le sol trois mètres plus loin. Elyn attendit que les flammes s’éteignent avant de se précipiter vers le terroriste qui gisait sur le sol. Elle entendit Bossel qui sortait du speeder derrière elle et la suivait de peu.
Deylla se pencha sur Enton Doll qui la regarda alors que ses yeux devenaient vitreux.
-Qui vous a envoyé pour cet attentat ? Qui ?
Doll afficha un petit sourire qui rendait étrange avec ses lèvres tuméfiées et brûlées, avant de répondre :
-Vous risquez… d’être surprise.
-Dîtes moi qui était le leader du groupe Supplice ! Allez !
Et Enton Doll lui dit.

Alors que le terroriste avait fini par mourir, Deylla se releva lentement, n’osant pas croire ce qu’elle venait d’entendre. Elle se retourna vers Bossel qui avait également tout entendu et qui semblait très perturbé.
-Vous…pensez que c’est vrai ? demanda enfin Elyn
-Il n’y a qu’un seul moyen de le savoir. Trouvez le et vérifiez si les accusations de ce terroriste étaient fondées.
-Très bien.
-Et si cela s’avère vrai, démettez-le de ses fonctions et arrêtez-le !
-A vos ordres.
Au moment où Elyn partait en courant, les forces de sécurité et de secours arrivaient sur le lieu de la tentative d’attentat. Bossel s’approcha alors de Dick Nills et constata que son assistant était mort. Une larme roula sur les joues du Premier Conseiller Ferlusien.


Au-dessus de Kotorn, dans la noirceur de l’espace, le Soleil des Etoiles et le Pacificateur harcelaient sans relâche l’Anéantisseur qui commençait à tanguer irrémédiablement. Des pans entiers de métal surchauffés étaient arrachés à la structure de l’imposant destroyer, alors que celui ci tentait tant bien que mal de se défendre.
-Finissons-en ! fit simplement Bel Iblis à bord du Pacificateur.

Dyk Men fut catapulté contre le plafond quand une décharge violente frappa de plein fouet son vaisseau. Alors que des alarmes rugissaient un peu partout à bord de l’Anéantisseur, Men se releva avec difficulté, le dos meurtri.
Il constata avec angoisse que la panique régnait à bord du destroyer et que certains Kotorns pensaient à se diriger vers les capsules de sauvetage.
-C’est impossible, je ne peux pas échouer !
Alors que l’Anéantisseur commençait à pencher sérieusement sur sa droite, Men vit avec un mélange d’atterrement et de peur une salve surpuissante réduire en miette la proue de l’Anéantisseur.
Une immense boule de feu rougeoyante se créa et engloutit la superstructure du destroyer, se propageant de niveau en niveau, à une vitesse stupéfiante. La dernière chose que vit Dyk Men fut les flammes qui s’apprêtaient à l’engloutir à jamais :
-Noooooooooooon !
Il ressentit une immense chaleur, une douleur incommensurable, puis…plus rien ! Ses rêves de victoire venaient de partir en fumée.

Les Anges Noirs étaient encore très proches de l’Anéantisseur quand celui ci commença à se désintégrer petit à petit :
-On dégage de là !fit Tel
Les chasseurs virèrent de bord et commencèrent à s’éloigner au moment où une ultime explosion monumentale déchiquetait à jamais le destroyer Kotorn.
Tel sentit la boule de feu qui le rattrapait inéluctablement, il perçut l’onde de choc qui le poursuivait inlassablement pour ébranler son chasseur puis enfin il vit les flammes qui cernaient irrémédiablement son appareil.
-Tiens bon !
Serrant les poings, Tel parvînt à s’extirper des flammes et à s’éloigner de la zone dangereuse. En proie à une immense joie, il hurla :
-Waouuuuuuh, on l’a eu !

Alors que Tel réintégrait son escadron au grand complet, les immenses débris de ce qui avait été l’Anéantisseur commencèrent à tomber dans l’atmosphère de Kotorn…





Dans l'Acte IV du Dénouement, je vous promets encore du grand spectacle. Histoire de finir la bataille en beauté. :) :sournois: :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Dim 22 Jan 2006 - 16:20   Sujet: 

Que d'action, que d'émotions dans ce chapitre :sournois: :) Et ça démarre en fanfare avec un coude à coude entre deux croiseurs et du désespoirs dans les chasseurs (je fais des rimes :P ) Mais l'intensité du combat ne démort jamais, dans l'action et l'émotion qui se partagent bien le chapitre :wink: Les AN et les Rogues font des miracles d'ailleurs :P et les dialogues très sympas nous permettent de tenir le fil d'un DW endiablé :lol:
DW joue avec nos nerfs avec un attentat surprise sur Bossel et l'ombre d'une grosse révélation :sournois: :sournois:
Bref ce chapitre "Destruction" est une très bonne cuvée et comme d'habitude, DW nous laisse toujours de quoi attendre avec hâte le prochain chapitre :ange: L'Anéantisseur anéanti, il reste encore du beau monde à combattre non ? :wink: Et les réponses à nos questions au week-end prochain :)
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Dark Maul877 » Dim 22 Jan 2006 - 17:24   Sujet: 

Un chapitre survolté comme l'annoncé le teaser. De l'action pure et dure pour celui-ci avec des AN, des Rogues et des Spectres voulant gagner à tout prix cette immense bataille. :D

Ce chapitre est long mais le récit est coupé par plusieurs paragraphes, ce qui facilite la lecture et la rend encore plus sympathique et rapide. :)

Le seul défaut que j'ai trouvé dans ce chapitre est qu'il y a moins d'humour entre les membres des deux escadrons que dans les précédents chapitres du Tome. Dommage :(

A part ça, c'est encore un chapitre de réussi que tu nous livre là et la fin approche... :sournois:
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 22 Jan 2006 - 17:55   Sujet: 

Mais l'intensité du combat ne démort jamais, dans l'action et l'émotion qui se partagent bien le chapitre Les AN et les Rogues font des miracles d'ailleurs et les dialogues très sympas nous permettent de tenir le fil d'un DW endiablé


Oui, pour ce chapitre, j'ai essayé d'inclure un peu plus d'émotions que d'habitude. Parce que fondamentalement, la guerre c'est moche et j'ai essayé de le montrer. D'ailleurs je continuerai de le faire dans le chapitre XIII. :wink:

DW joue avec nos nerfs avec un attentat surprise sur Bossel et l'ombre d'une grosse révélation


Ouais d'ailleurs, celle ci aura bien lieu dans le chapitre XIII, ce qui me permettra de diversifier l'action bien que j'ai encore pas mal de conflits à résoudre! :wink:

Ce chapitre est long mais le récit est coupé par plusieurs paragraphes, ce qui facilite la lecture et la rend encore plus sympathique et rapide.


Oui, au début, je ne pensais pas que ce chapitre serait aussi long. :shock: Mais sachant que c'était la dernière bataille spatiale des Anges Noirs, je voulais finir en beauté en quelque sorte, donc j'ai prolongé sciemment l'intensité de la bataille. :D
Et je suis ravi que le découpage en paragraphe ait facilité la lecture, c'était un peu le but. Cela me permettait aussi de passer de Kotorn à Ferlus, laissant ansi un certain suspens pour le lecteur au sein même du chapitre. :sournois:

Le seul défaut que j'ai trouvé dans ce chapitre est qu'il y a moins d'humour entre les membres des deux escadrons que dans les précédents chapitres du Tome. Dommage


J'ai pensé à cet aspect de l'histoire mais considérant que cette bataille était dramatique et destructrice, je me suis dit que cela ne serait pas forcément le bienvenu que les Anges Noirs fassent de l'humour. :wink: Qu'on le veuille ou non, ce ne sont pas réellement des héros et ils ont peur comme tout le monde (c'est ce que j'ai essayé de montrer d'ailleurs). :)
Mais ne t'inquiète pas, l'humour sera de retour pour l'épilogue. :sournois:

A part ça, c'est encore un chapitre de réussi que tu nous livre là et la fin approche...


C'est vrai que c'est bientôt la fin... :cry:

Le chapitre XIII se concentrera principalement sur la bataille au sol ou rien n'est encore joué entre les deux armées. Par contre, je ne sais pas si j'arriverai à écrire le chapitre pour le week end prochain vu que ma semaine s'annonce très chargée. :( :wink:

En tous cas merci à tous les deux pour votre avis rapide. :)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Django » Sam 28 Jan 2006 - 14:03   Sujet: 

Voila un chapitre plein d'émotion lorsque Kern voit "Le Vengeur de Ferlus"sur le point de tomber sous les coups de butoir de "L'Anéantisseur". Mais il aussi plein de rigueur car le AN n'ont pas l'esprit à la déco....... étant donné qu'ils ne savent pas comment va se terminée la bataille aérienne.

Mais heureusement les croiseurs de la Nouvelle République arrivent à point nommé et font basculer la balance du coté. Avec l'aide des AN, des Rogues et des Spectres, les deux vaisseaux républicains détruisent "L'Anéantisseur".

La victoire dans l'espace n'est malgré tout pas acquise car il reste les chasseurs Kotorns à vaincre.

Un attentat est commis contre Bostel. Les terroristes sont abattus mais avant de mourir l'un d'eux donne le nom du commanditaire au Commandant Deylla. Qui est-il?

IL nous reste à connaitre la fin de la bataille terrestre. Allez DW met nous la suite et donne nous la solution de l'énigme de l'attentat.

J'ai aimé ce chapitre au point de le lire deux fois.

La suite SVP. La suite. La suite.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Lowie » Dim 29 Jan 2006 - 14:16   Sujet: 

Deux fois lu le chapitre XII :wink: ces AN3 sont résolument le volet qui tue :D . Mais merci pour les spoilers même si je me doutais du virage qu'allait prendre la bataille spatiale :P .

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 29 Jan 2006 - 18:42   Sujet: 

Deux fois lu le chapitre XII ces AN3 sont résolument le volet qui tue


Eh, en même temps, il faut bien finir en beauté! :D

Pour le chapitre suivant, j'espère le poster le week end prochain mais rien n'est moins sûr... :roll: :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Dim 29 Jan 2006 - 20:45   Sujet: 

8) je serais pas en retard cette fois-ci :wink: .

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Lun 30 Jan 2006 - 19:50   Sujet: 

Oui mais en attendant, tu n'as toujours pas lu le chapitre XII, non?! :D

T'as de la chance que je te laisse du temps. :D :x

Mais merci pour les spoilers même si je me doutais du virage qu'allait prendre la bataille spatiale .


Bah, c'est vrai que l'arrivée inespérée de la Nouvelle République, "c'est le coup classique" comme dirait Anakin dans TPM! :D :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darth_Vader_2.0 » Mar 31 Jan 2006 - 21:43   Sujet: 

Je sais, je suis en retard de beaucoup de pages, mais j'ai lu le chapitre II qui m'a bien plu. Donc an va doucement attaquer la lecture des autres. Dont le I. lol
Darth_Vader_2.0
Jedi SWU
 
Messages: 80
Enregistré le: 19 Jan 2006
Localisation: France
 

Messagepar Lowie » Ven 03 Fév 2006 - 12:13   Sujet: 

Chance je pourrais lire sans être embêté le chapter XII demain aprèm. J'en ai marre de recenser surtout que là je m'attaque aux adresses C.O.N. pour pas dire autre chose :oops: :oops: .

Tu me diras Darki combien de pages fait ce volet intergalactique certainement plus que les deux précédents :wink: .

Pourrait-on avoir un ptit clin d'oeil à Zyde pilote foufou des aventures de Whills :) ?

Encore un chapitre si j'ai bien compris plus le chapitre bonus délirium tremens :x :D 8) pour les fans hardcore :ange: .

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 03 Fév 2006 - 16:36   Sujet: 

Encore un chapitre si j'ai bien compris plus le chapitre bonus délirium tremens pour les fans hardcore .


Mieux que cela. Le chapitre XII va consister en la fin de la bataille, le chapitre XIV sera en fait l'épilogue de la Trilogie et le "XV", le chapitre "bonus". :wink:

Tu me diras Darki combien de pages fait ce volet intergalactique certainement plus que les deux précédents


Oui, il faudra que je vérifie quand j'aurai tout fini d'écrire mais je crois que déjà là, sans le chapitre XIII et XIV, ce tome 3 est déjà plus long que les deux précédents. :wink:
A mon avis ce tome 3 va tourner autour des 100 pages. :)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 04 Fév 2006 - 16:06   Sujet: 

Bon, j'ai presque terminé d'écrire le chapitre XIII donc avec un peu de chance, vous l'aurez incessament sous peu. :D :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Sam 04 Fév 2006 - 18:44   Sujet: 

Kamo n'est plus ton agent parce qu'il donne peu de nouvelles des avancées de son poulain :D . Le XIIe chapitre est un gratin d'action miam miam Image ...

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 04 Fév 2006 - 20:08   Sujet: 

Bon, on y est. :) Je poste à présent la dernière partie du Dénouement de ce Tome III, autrement dit, le dernier chapitre d'action pure et dure de la Trilogie des Anges Noirs. :cry: Trêve de bavardages inutiles, je vous laisse découvrir ce chapitre qui je l'espère vous conviendra! :wink:







Dénouement Acte IV

Chapitre XIII: Guerre et Paix

Alors que les débris de ce qui avait été le fleuron de la flotte Kotorn pénétraient avec violence dans l’atmosphère de la planète, la bataille spatiale venait de prendre un tournant décisif.
Les chasseurs Kotorns étaient abandonnés. Ils n’avaient plus de commandant pour les diriger, pas plus que de moyens de s’échapper, leurs chasseurs n’étant pas dotés de l’hyperpropulsion. Alors, ils combattaient jusqu’au bout, jusqu’à leur dernier souffle, tentant d’emporter avec eux dans la mort des pilotes Ferlusiens ou Républicains.
Ces derniers étaient devenus les maîtres des cieux. Volant en escadrons ordonnés, ils pourchassaient les ennemis qui ne voulaient pas se rendre, les traquant jusqu’à leur destruction totale. Les deux immenses croiseurs de la Nouvelle République, sortis vainqueurs de leur terrible affrontement avec l’Anéantisseur, tiraient de puissantes salves, réduisant en poussière les chasseurs adverses qui tentaient de former de nouveaux escadrons.
La bataille avait prit une tournure étrange, désordonnée. Les Kotorns étaient à présent en infériorité numérique et la plupart se contentaient de se rendre, l’annonçant clairement par l’intermédiaire de leur unité com. Mais d’autres semblaient déterminés à combattre jusqu’à la mort, se lançant ainsi dans de désespérées figures acrobatiques, tirant à tout va, tout en évitant d’être abattu.
Mais les pilotes de la Nouvelle République étaient habiles. Et surtout, sentant la victoire totale proche, ils redoublaient de hardiesse et de volonté pour en finir le plus vite possible. C’est pourquoi la bataille spatiale ne trouva pas son dénouement avec la destruction de l’Anéantisseur. De nouvelles explosions fugaces apparurent, illuminant l’espace noir.

L’escadron Anges Noirs volait en formation serrée, se protégeant mutuellement. Menant comme à son habitude ses hommes, Tel s’exclama alors qu’il évitait une immense plaque métallique qui dérivait:
-Les combats ne sont pas encore terminés.
-Ils le seront bientôt. Les forces Républicaines ne vont laisser aucune chance aux Kotorns restants, répondit Kern.
-Espérons-le. Cette guerre n’a fait que trop de victimes, lança Eljy.
-La guerre n’est malheureusement pas terminée, observa Tel d’un air grave.
-Que veux-tu dire?
-Nous avons certes pris un avantage décisif ici, mais qui sait comment se déroule l’affrontement au sol! Nous ignorons si nos forces ont réussi à prendre le dessus sur l’armée Kotorn. La guerre ne prendra fin qu’avec la capture de Cel Dreq. Si Dreq est mis hors d’état de nuire, alors nous pourrons rentrer chez nous.
-Alors je propose que nous nous rendions en bas. Allons aider nos camarades à triompher, s’écria Kern en serrant un poing.
-Je suis de son avis. De toute façon, je dois me poser rapidement. Je perds du carburant je vous le rappelle, fit Zook.
-Très bien, le sort en est jeté. Allons-y!
Aussitôt, les chasseurs noirs dessinèrent un arc de cercle et se dirigèrent vers la planète, laissant derrière eux l’immense bataille spatiale qui était en train de s’essouffler peu à peu. Alors que les Anges Noirs pénétraient dans l’atmosphère de la planète, l’unité com de Tel grésilla et la voix de Wedge se fit entendre:
-Il semblerait que vous ne teniez pas en place!
-La partie n’est pas encore gagnée. Donc, notre mission ne touche pas encore à sa fin.
-Je comprends. Nous allons faire en sorte que de notre côté, le conflit cesse au plus vite.
-Merci.
Il y eut un petit silence puis Antilles s’exclama:
-Bonne chance.

Les Anges Noirs piquaient toujours vers la planète. Au fur et à mesure de leur descente, ils purent distinguer les habitations en pierre blanche de Nackiros, puis ils virent les deux gigantesques armées qui s’affrontaient. De loin, cela ressemblait à des petites fourmis qui s’entremêlaient, mais de plus près, cela correspondait à ce que c’était véritablement: un carnage.
C’est alors qu’une alarme se mit à retentir dans le cockpit de Zook qui comprit immédiatement ce qu’il se passait:
-Je n’ai presque plus de carburant.
-Tu peux encore tenir combien de temps?
-Une minute pas plus. Je pensais avoir plus de réserves. Je crois que dans la situation actuelle, je ne pourrai éviter un atterrissage en catastrophe.


Le conflit qui déchirait les deux armées venaient d’atteindre son apogée, dans toute sa violence, dans toute sa cruauté. Les lasers s’échangeaient à un rythme insoutenable, transperçant des corps, arrachant des membres, faisant gicler le sang sur l’herbe verte de la plaine.
Même les montures des Kotorns mourraient les unes après les autres, emportant bien souvent leur monteur dans la mort, après qu’elles aient été éventrées pour la plupart. Partout on n’entendait que deux bruits distincts: celui des crépitements des lasers et celui des cris d’agonie.
Les corps tombaient les uns après les autres, jonchant la vallée de cadavres encore chauds. Et en retrait, celui qui était à l’origine de toute cette guerre souriait. Oui, Cel Dreq était certain d’obtenir la victoire.
Mais surtout, au cœur de ce carnage, un duel s’apprêtait à débuter. Un duel qui allait opposer le sanguinaire Kotorn Orion Manar au soldat Ferlusien Dan. Celui ci, les yeux envahis par les larmes, le cœur empli de colère, regarda une nouvelle fois le corps inerte de son petit frère, qui gisait à quelques mètres de lui.
Dan fixa alors Manar qui le dévisageait également. Le régisseur du complexe Ville Enfouie s’écria pour couvrir le vacarme de la bataille qui faisait rage tout autour d’eux:
-Tu sembles courageux Ferlusien. Tu as tué de nombreux soldats Kotorns. C’est pour cela que je vais t’accorder une mort digne. Une mort de soldats.
-Comme celle que tu as accordé à mon frère, ordure?
-Ton frère était insignifiant.
Dan serra son blaster et s’apprêta à le brandir vers Manar. Celui ci tenait un blaster dans sa main gauche et son épée dans la droite. Il semblait attendre l’attaque de son adversaire. Ignorant les corps qui s’affaissaient inlassablement autour de lui, Dan concentra son attention sur un seul objectif: tuer le Kotorn qui avait assassiné son frère.
Soudain, il décida d’agir. A une vitesse fulgurante, il visa Manar et tira. Mais celui ci semblait avoir parfaitement anticipé l’attaque, il bondit sur le côté au dernier moment et le laser lui frôla l’épaule gauche. Orion roula sur lui-même et riposta, tentant d’atteindre Dan en pleine tête. Heureusement, le soldat Ferlusien se laissa tomber sur le sol, évitant ainsi une mort certaine. Puis il pivota sur lui-même juste à temps pour voir Manar foncer sur lui, brandissant son immense épée au-dessus de sa tête. Désespéré, Dan se saisit de son blaster et tira deux fois. Les deux impacts atteignirent Manar en pleine poitrine, laissant une trace noire sur son épaisse armure. Le Kotorn sembla s’arrêter net. Puis il lâcha son épée avant de s’écrouler sur le sol, face contre terre.
Le cœur battant la chamade, Dan resta quelques instants à regarder le corps du Kotorn. C’est alors qu’il entendit un gémissement derrière lui. Il se retourna et vit que la poitrine de son frère se soulevait avec difficulté. “Il est vivant”, pensa aussitôt Dan.
Le Ferlusien se précipita sans réfléchir vers son frère. Celui ci avait les yeux mi clos et un mince filet de sang glissait le long de ses lèvres éclatées.
-Tiens bon frérot, on va te sortir de là. Tu vas vivre!
Konrad ne put que tousser pour répondre.
-Ne t’inquiète pas, tu vas revoir Ferlus, je te le promets.
Dan se redressa alors et se mit à hurler à pleins poumons, espérant que ses paroles couvriraient en partie le déchaînement bruyant de violence:
-Un médecin, un médecin! J’ai besoin d’un méde...
Un flot impressionnant de sang jaillit de la bouche de Dan alors que la lame d’une puissante épée le traversait de part en part, réduisant son armure en miette, transperçant ses organes vitaux. Les yeux écarquillés par la souffrance et l’incompréhension, Dan entendit à peine Orion Manar qui lui susurrait à l’oreille:
-Tu pensais vraiment que mon armure ne résistait pas aux tirs de lasers. Pauvre imbécile!
Le Kotorn retira brutalement son épée, provoquant un bruit rebutant. Alors, Dan s’écroula sur le sol, à quelques centimètres à peine de son jeune frère.
Petit à petit, Dan n’entendit plus les rugissements de la bataille, ni les murmures d’agonie. Il ne vit pas non plus Manar qui s’éloignait, sur de son fait. Mais ce qu’il vit par contre, ce fut cinq chasseurs noirs qui se dirigeaient vers le lieu de la bataille.
Alors que Dan s’apprêtait à rendre son dernier souffle et que son sang se déversait inlassablement, il observa les chasseurs noirs percer la couche nuageuse et descendre en piqué sur la zone des combats. Et à ce moment là, Dan ressentit quelque chose qu’il ne pensait pas possible. Il fut soulagé. Soulagé de voir apparaître les Anges Noirs.
Dan n’avait jamais réellement voué un culte à ces cinq pilotes comme le faisait une partie de la population Ferlusienne, mais en cet instant précis, au crépuscule de sa vie, il comprit que lui aussi mettait tous ses espoirs dans les Anges Noirs. Dan n’aurait su expliquer pourquoi mais à partir du moment où il vit les chasseurs descendre majestueusement vers la bataille, il sut qu’ils allaient gagner et qu’ils pourraient sauver son petit frère.
“Les Anges Noirs sont là. Plus rien de néfaste ne peut nous arriver”.
Et Dan mourut au milieu de ce chaos innommable. Mais il était serein, et un léger sourire se dessina à jamais sur ses lèvres.


Zook crut qu’il n’allait jamais pouvoir poser son chasseur. Alors qu’il approchait de la zone d’affrontement, l’un de ses réacteurs émit des ratés avant de s’éteindre complètement. Aussitôt, le chasseur commença à partir en vrille vers le sol.
-Zook! cria Tel
-Ne vous inquiétez pas, je sais que je peux y arriver.
-Mais...
-Ne vous souciez pas de moi, faîtes ce que vous avez à faire. L’avenir de Ferlus en dépend.
Zook tira le maximum sur son manche, tentant de reprendre le contrôle de son chasseur. Mais celui ci semblait vouloir à tout prix s’écraser au cœur de la bataille. De nouvelles alarmes se mirent à hurler dans le cockpit de Zook, mais celui ci n’y prêta guère attention. Son regard était focalisé sur le sol qui s’approchait à une vitesse stupéfiante.
-Ce n’est pas mon jour de chance!
Alors que le petit appareil allait s’écraser, les Kotorns levèrent la tête et virent l’escadron Anges Noirs qui se précipitait vers eux. Ils brandirent alors leurs fusils blasters et prirent les cinq Ferlusiens pour cibles.
Le chasseur de Zook heurta avec violence la terre ferme, secouant le pilote dans son siège. Des morceaux de terre retournés vinrent s’écraser sur la verrière du cockpit alors que l’appareil glissait sur le sol, laissant une grande traînée derrière lui. Dans sa course folle, il faucha littéralement deux Kotorns qui n’avaient pas eu le temps de s’écarter. Des tâches de sang sombre apparurent sur la verrière alors que Zook se retenait pour ne pas vomir. Mais la vitesse du chasseur sembla enfin diminuer même si toute la structure métallique se mit à grinçer et qu’un incendie se déclarait à bord.
-Et merde! jura Zook entre ses dents.
Enfin l’appareil s’immobilisa, à quelques mètres à peine de soldats Kotorns et Ferlusiens qui continuaient à en découdre avec acharnement. Sonné mais en bonne santé, Zook détacha péniblement son harnais de sécurité alors que les flammes envahissaient à présent son cockpit. Le jeune pilote ouvrit la verrière et sauta la tête la première, s’affaissant lourdement sur le sol terreux.

Pendant ce temps là, les quatre autres chasseurs devaient éviter les rafales Kotorns qui tentaient de les abattre. Kern riposta, meurtrissant les rangs des reptiloïdes, les abattant les uns après les autres, créant de véritables petits cratères dans le sol.
Tel observa alors le crash de Zook et il retînt sa respiration quand il vit le chasseur prendre progressivement feu.
-Allez bon sang, sors de là!
Zook s’extirpa alors de la carcasse du chasseur et chuta sur le sol. Tel fit virer de bord son vaisseau, passant juste au-dessus de son ami qui tentait de s’éloigner de la zone dangereuse. C’est alors que l’explosion se produisit. Magistrale, puissante, elle désintégra le chasseur de Zook en quelques secondes, propulsant des débris en tout sens. Ebloui, Tel parvînt à distinguer l’immense boule de feu qui se propageait, engloutissant tout sur son passage.
-Zook! Noooooooon!
Le capitaine Ferlusien chercha désespérément son ami du regard alors que la fumée se dispersait, mais il ne vit rien. En proie à une peur incommensurable, Tel dirigea son chasseur vers le sol tout en tirant, se dégageant ainsi une voie d’atterrissage. Malgré la fatigue et le chagrin qui lui brouillaient la vue, Tel posa de façon experte son chasseur, n’attendant même pas l’arrêt complet de celui ci pour ouvrir sa verrière et bondir dans l’herbe.
Tel se retrouva alors au milieu de l’Enfer. Partout autour de lui, il n’y avait que des cadavres, voire des morceaux de cadavres. Mais la bataille continuait de faire rage, emmenant à chaque seconde un autre individu dans la mort, qu’il soit Kotorn ou Ferlusien. Tel dégaina son blaster au moment où des soldats ennemis convergeaient vers lui. Il tira sans hésiter, abattant avec dextérité ses adversaires. Enjambant leurs corps, il se précipita vers la carcasse du chasseur de Zook qui continuait de brûler.
-Zook! Zook! hurla désespérément Tel comme si ce simple cri aurait pu lui ramener son ami.
Tel s’arrêta à proximité du chasseur alors que les flammes créaient une forte onde de chaleur. Se protégeant les yeux instinctivement, Tel se mit à la recherche de Zook tout en murmurant:
-Non pas toi! Tu ne peux pas mourir! L’escadron a besoin de toi. J’ai besoin de toi!
C’est alors qu’à quelques mètres du chasseur embrasé, Tel vit une plaque de métal se soulever, laissant apparaître Zook, le visage ensanglanté mais vivant. N’en croyant pas ses yeux, Tel se précipita et se pencha auprès de son ami:
-Tu vas bien?
Visiblement choqué, Zook marmonna:
-J’ai l’impression que mon chasseur a explosé en milles morceaux juste à côté de moi.
-Mais c’est le cas! assura Tel en souriant
-Ah je me disais aussi.
-Tu peux marcher?
-Je crois que je peux même me battre!
Aidé par Tel, Zook se releva et se saisit de son blaster. Le rescapé regarda autour de lui et se tut pendant quelques instants, incapables de décrire ce qu’il voyait. Enfin, il parvînt à murmurer:
-Et maintenant, qu’est ce que l’on fait?
-On gagne cette guerre.

Kern s’éloigna des chasseurs pilotés par Mak et Eljy puis dessina un large demi-cercle autour de la zone de combat, s’apprêtant à refaire un autre passage meurtrier. Bon tireur, Kern avait bien l’intention de clairsemer les rangs Kotorns. Il ralentit au moment où il survolait les troupes ennemies et ouvrit le feu aussitôt.
Mais Kern ne vit pas un des soldats Kotorn qui transportait un lance missile. Avant qu’il n’ait pu réagir, le Kotorn avait visé et tiré. Kern distingua le missile qui fonçait sur lui et tenta de l’éviter en virant de bord. En vain. Le projectile traversa l’aile gauche du chasseur, l’arrachant instantanément dans un affreux bruit métallique. Kern ne put strictement rien faire quand son vaisseau chuta comme une pierre vers le sol.
-Je crois que je vais moi aussi avoir le droit au crash! s’exclama le jeune pilote
Contractant tous ses muscles, Kern tenta de redresser la course de son chasseur mais il n’y parvînt pas assez.
Le choc fut très brutal.


Sur Ferlus, le général Nel Sanders se tenait bien droit sur son balcon carrelé. Sanders résidait au dernier étage d’un impressionnant building moderne, l’un des tout derniers à avoir été construit sur Ferlus.
Le général avait les bras appuyés sur la rambarde de sécurité du balcon. Autour de lui, il pouvait observer la capitale Ferlusienne baignée par les chauds rayons du soleil. La ville qui s’étendait à ses pieds semblait paisible.
Sanders aurait du profiter de l’air frais qui venait caresser son visage, il aurait du se réjouir de cette sensation de quiétude qui enveloppait Ferlus, la berçant dans de douces illusions. Et pourtant, il n’en était rien. Le visage du général était sombre, il avait les traits tirés, les yeux fatigués. Car Nel Sanders savait une chose: tout était perdu.
Sanders expira lentement et ferma les yeux. Pourquoi avait-il fallu que cela tourne ainsi? Comment s’était il retrouvé dans cette situation? Qu’est ce qu’il l’avait forcé à agir ainsi?
-Je ne me l’explique pas, murmura Nel pour lui-même.
Le général entendit distinctement la porte de son luxueux appartement s’ouvrir, laissant apparaître le commandant Elyn Deylla et trois gardes armés. Mais Sanders ne se retourna pas. Il les entendit se déplacer dans le grand salon, se dirigeant vers le balcon où il se tenait. Mais Sanders ne se retourna pas. Il entendit Elyn s’arrêter à l’entrée du balcon. Mais Sanders ne se retourna toujours pas. Comment aurait-il pu le faire ? Comment pourrait-il affronter le regard inquisiteur du commandant?
-Pourquoi Nel? Pourquoi as-tu fait cela? demanda alors Elyn
Sans bouger, Sanders répondit:
-Je n’arrive plus à me l’expliquer. Pendant un moment j’y arrivais. Je me disais que j’avais raison d’attiser les tensions entre Ferlus et Kotorn, que j’avais raison de précipiter la guerre entre les deux planètes. J’étais persuadé que nous devions attaquer les premiers et ne pas laisser les Kotorns agir comme bon leur semblaient.
-Mais tu as tué des innocents!
-La...fin...justifie les moyens! Voilà ce qui me guidait. Tuer des Ferlusiens n’était rien face à l’intérêt supérieur de la patrie. Tuer des Ferlusiens en créant et finançant un groupe terroriste n’était rien face à la nécessité d’écraser les Kotorns.
Enfin Sanders se retourna et dévisagea Elyn:
-Bossel n’avait pas compris la menace. Je voulais lui ouvrir les yeux sur le comportement des Kotorns! Je voulais provoquer cette guerre pour en finir une bonne fois pour toute, pour ramener à jamais la paix et la sécurité sur Ferlus. J’étais persuadé d’avoir raison. Tu comprends?
Elyn vit que Sanders s’était mit à trembler sous le poids de ses aveux. Alors elle répondit d’une voix douce et faible:
-La guerre a eu lieu. Avec ou sans tes actes, elle aurait eu lieu.
-Oui...c’est ce que l’on doit appeler l’ironie du sort.
-Nel, il va falloir me suivre.
Sanders se détourna alors de Deylla, préférant regarder la ville qui s’étendait autour de lui:
-Tu sais très bien que je ne peux pas.
-Nel, ne me force pas à...
-Tu n’auras pas besoin de ça.
Soudain, Sanders enjamba la barrière de sécurité du balcon. Elyn hurla aussitôt:
-Non Nel ne fais pas cela!
Sanders se retourna une dernière fois et murmura:
-Pardonne-moi!
-Non arrête!
Le général Nel Sanders se laissa alors absorber par le vide. Elyn le regarda tomber inéluctablement et ferma les yeux au moment de l’impact.


Secoué mais indemne, Kern sortit de son chasseur qui s’était à moitié enfoncé dans la terre fraîche. Le Ferlusien dégaina son blaster et se mit à tirer, repoussant les Kotorns tout en essayant de rejoindre les lignes Ferlusiennes. “Si l’on peut encore parler de ligne”, pensa Kern. En effet, la bataille ressemblait plus à un chaos désordonné qu’à autre chose, et de ce fait, il était bien difficile de pouvoir dire qui prenait l’avantage.
Mais une chose était certaine, maintenant qu’il était là, Kern devait combattre. Voilà pourquoi il descendit sans hésiter un soldat ennemi, l’atteignant au niveau du cou. Alors que le soldat s’effondrait en émettant de drôles de gargouillis, Kern entendit distinctement les chasseurs de Mak et d’Eljy qui passaient au-dessus de sa tête, tout en arrosant au mieux les forces Kotorns.
Le souffle court, Kern pivota sur lui-même et vit à une trentaine de mètres de lui, Tel et Zook qui, se protégeant mutuellement, affrontaient avec détermination leurs adversaires. Trente mètres était une distance facile à parcourir mais Kern n’aurait jamais cru que l’on pouvait mettre autant d’embûches mortelles en si peu de distance. S’il parvenait à rejoindre ses amis sans se faire atteindre par un laser alors il aurait une chance incroyable.
D’un autre côté, il ne pouvait pas se permettre de rester isolé, à la merci d’un ennemi qui pourrait très bien l’abattre dans le dos. Déterminé, Kern commença à courir vers Tel et Zook, sautant par-dessus les dépouilles sans vies. Mais au moment où les deux Anges Noirs encore en vol passaient en rase motte au-dessus du champ de bataille, un immense Kotorn vînt se poster en face de Kern, ce qui força celui ci à stopper net.
-Comme on se retrouve, n’est ce pas!
Le cœur de Kern fit un bond et sa main se crispa sur son blaster:
-Manar.
-Je t’avais bien dit que l’on se retrouverait tôt ou tard.
-Cette fois ci, je compte bien me débarrasser définitivement de toi.
-Voyez-vous ça! Bien, je te propose d’en découdre à la manière d’antan. Ainsi nous verrons si tu es aussi à l’aise avec une épée qu’avec un chasseur.
Sur ces mots, Orion Manar attrapa l’épée d’un soldat Kotorn mort et la jeta vers Kern. Celui ci la récupéra à deux mains, conscient du poids de l’arme. C’est alors que Manar dégaina à son tour son épée, faisant crisser la lame. Puis il la maintint devant lui et fit:
-J’attends ce moment depuis notre petite mésaventure dans la Ville Enfouie. Je n’aime pas être battu.
Kern ne répondit rien, trop occupé à se concentrer. Il saisit fermement l’épée et se campa sur ses positions, de façon à avoir des appuis solides. Il releva la tête juste au moment où Manar se jetait vers lui en poussant un cri guerrier.

Cel Dreq, assis sur son immense Bellick regardait avec un mélange de joie et de tristesse le carnage qui se déroulait devant ses yeux. Ses soldats mourraient mais ils le faisaient en emportant des Ferlusiens avec eux. Et tout Ferlusien mort était quelque chose de bon à prendre.
Tout à coup, le regard de Dreq se posa sur deux Ferlusiens vêtus de combinaisons grises qui se battaient avec courage. Il les reconnut tout de suite. Il les avait déjà rencontrés et il savait pertinemment ce que ces deux individus représentaient pour Ferlus. Tel Hoke et Zook Pela. Deux des figures emblématiques de l’armée Ferlusienne. Leurs morts causeraient à coup sûr un grand tort à ses ennemis. Un sourire s’afficha sur le visage de Cel. Il était temps de prendre part à la guerre.
Dreq frappa légèrement la tête de son Bellick, ce qui eut pour effet de le faire avancer. Dreq lui ordonna d’accélérer, faisant de ce fait trembler la terre. N’hésitant pas à piétiner les soldats qui restaient sur son passage, Dreq n’avait qu’un seul objectif, détruire les Anges Noirs. “Et je vais y parvenir”, pensa t-il.

Sentant la terre se soulever et entendant les impacts puissants, Tel et Zook se retournèrent et découvrirent le Bellick qui accourait vers eux tout en balançant ses immenses défenses.
-Nom de...!jura Tel
Zook bondit sur le côté et roula sur le sol, évitant ainsi d’être piétiné. Quant à Tel, il se baissa à l’ultime seconde pour éviter d’être embroché par les défenses. Puis il parvînt à slalomer entre les puissantes pattes du Bellick. Dreq, constatant qu’il avait manqué ses cibles, ordonna à sa monture de faire demi-tour. Celle ci poussa un rugissement terrible, à rendre sourd les personnes qui se seraient trouvées trop proches.
Puis l’immense animal chargea de nouveau. Sur sa route, Tel se tenait immobile, cherchant visiblement un moyen de l’abattre. C’est alors que le Bellick freina brusquement et tenta d’écraser Tel sous ses pattes. Le Ferlusien bondit pour éviter un premier assaut, puis il roula sur lui-même pour éviter le deuxième et le troisième. Il rampa sur un bon mètre avant de se relever et de faire de nouveau face à la monture de Dreq. Celui ci riait à gorge déployée, attendant la mort plus que probable de Tel.
Le Bellick chargea et donna un puissant coup de défenses. Tel parvînt à l’éviter mais chuta sur le sol, se retrouvant à la merci de Dreq. Celui ci fit lentement approcher sa monture et s’écria:
-Je crois que vous allez connaître le poids de la défaite!
Le Bellick leva alors sa patte musculeuse, s’apprêtant à anéantir la vie du capitaine des Anges Noirs.
“Je ne pensais pas finir comme cela” pensa simplement Tel.

C’est alors que de multiples impacts de lasers frappèrent de plein fouet la tête du Bellick qui ne tarda pas à littéralement exploser. Une substance visqueuse se déversa sur le sol au moment ou l’énorme animal chancelait. Tel eut à peine le temps de distinguer le chasseur de Mak qui passait à toute vitesse, les canons encore fumants. Mais Tel comprit alors que le Bellick allait s’écraser sur lui s’il ne bougeait pas de là. Tel se releva et se mit à courir avant de se jeter en avant au moment où la masse imposante de la monture de Dreq s’affaissait définitivement. Tel retomba à à peine un mètre de l’animal.
Le Ferlusien, épuisé, se releva avec difficulté. Il pivota sur lui-même et se retrouva face à Cel Dreq, le regard haineux. Le Chef Suprême des Kotorns venait de sortir sa somptueuse épée de son fourreau et en maintenait le bout de la lame à cinquante centimètres de la poitrine de Tel.
-On ne se débarrasse pas de moi aussi facilement.
-Je veux bien vous croire.
A cet instant précis, Zook hurla:
-Capitaine, attrapez!
Tel tourna la tête juste à temps pour réceptionner l’épée que venait de lui lancer Zook. Dreq tenta de transpercer Tel mais celui ci mit sa lame en opposition. Les épées s’entrechoquèrent dans un bruissement métallique.
-Alors, c’est ici que tout se termine, fit Dreq les dents serrées.
-Pour vous, oui! répondit Tel
Et les deux combattants engagèrent le duel.

Kern para l’assaut de Manar et contre attaqua avec véhémence. Les lames se croisèrent, se décroisèrent. Kern frappa en haut puis en bas. Manar tenta de l’atteindre par une feinte puis en lui lançant une estocade à droite.
Mais Kern savait bien se défendre. Tenant fermement le pommeau de l’épée, il encaissait les coups destructeurs de son adversaire. Mieux, grâce à sa rapidité, Kern tentait des assauts éclairs, mettant à chaque fois Orion en difficulté.
Celui ci, laissant libre cours à sa haine et à son désir de vengeance, frappait avec force, poussant parfois Kern dans ses derniers retranchements. C’est alors que Kern distingua une ouverture dans le système de défense de Manar.
Sans plus attendre, il s’y précipita, pointant sa lame en avant. Celle ci érafla le bras de Manar qui poussa un cri de surprise. Malheureusement, Kern ne fut pas assez prompt pour reculer car le Kotorn réagit en lui affligeant une profonde coupure à la cuisse. Un filet de sang jaillit alors que Kern grimaçait de souffrance.
-Tu ne peux pas me vaincre! rugit Manar
-Ne crois pas cela.
Et les lames s’entrechoquèrent de nouveau.

Au milieu de la bataille, Tel et Dreq s’affrontaient avec rage, se déplaçant rapidement, tentant à chaque fois d’infliger un coup mortel à son ennemi.
-Je ne vous croyais pas assez courageux pour vous battre, s’écria dans un souffle Tel qui se trouvait dans une position de défense.
-Imbécile, vous me sous estimez. Bossel a fait la même erreur. Il le regrettera quand je l’égorgerai.
Tout en combattant, les deux belligérants se retrouvèrent tout prêt du lieu où Kern et Manar en décousaient. Avançant toujours, frappant avec une étonnante maîtrise la lame de Tel, Dreq s’écria:
-Il semblerait que vous allez avoir l’honneur de mourir au même endroit que votre ami.
-Vous vous trompez!
Essoufflé, la sueur perlant sur son front, Tel tenta d’atteindre Dreq au niveau du cœur. En vain. Bien au contraire, Cel se servit de cette offensive pour enrouler sa lame autour de celle de Tel avant d’exercer une pression vers le haut. Le capitaine des Anges Noirs ne put rien faire. Il fut désarmé et son épée retomba à deux mètres de lui. Reculant, Tel perdit l’équilibre et tomba sur le sol.
Les yeux écarquillés par la peur, le Ferlusien vit Cel Dreq se pencher au-dessus de lui, brandissant son épée au-dessus de sa tête.
-C’est terminé pour vous!

Kern frappa Manar de toutes ses forces, forçant celui ci à reculer. Mais le Kotorn essaya de reprendre l’avantage immédiatement. C’est alors que Kern eut un éclair de génie. Il lança sa lame en avant et la planta dans le pied de Manar.
Celui ci hurla de douleur alors qu’un jet de sang s’écoulait de son pied transpercé. Cette attaque donna à Kern le temps nécessaire pour en finir. Attrapant son épée à deux mains, il la projeta vers la tête de Manar.
Le régisseur du complexe Ville Enfouie n’eut pas le temps de réagir. Il fut décapité brutalement, figeant à jamais dans ses yeux une expression de crainte. La tête roula dans l’herbe rouge et le corps s’affaissa.
Kern expira bruyamment, les membres chancelant. Une seule pensée claire lui traversa l’esprit: “Je l’ai enfin vaincu”. Kern tourna alors la tête et vit que Cel Dreq s’apprêtait à achever Tel. Face à l’urgence de la situation, Kern eut une seule idée. Il hurla:
-Capitaine!
Puis il jeta de toutes ses forces son épée en l’air. Clle ci retomba pile dans la main droite tendue de Tel. Alors que Cel allait l’achever, Tel pointa l’épée vers son ennemi et l’empala dessus faisant gicler le sang de son adversaire. Le Chef Suprême des Kotorns s’arrêta net dans son mouvement. Tel enfonça la lame le plus profondément possible, transperçant de part en part Dreq.
-Désolé mais je crois bien que cela en est terminé pour toi et non pour moi! cria Tel en repoussant le corps du Chef Suprême.
Celui ci s’écroula définitivement sur le sol sans un cri, une épée figée en travers de la poitrine.

Kern se précipita vers Tel et l’aida à se relever. Recouvrant peu à peu ses esprits, le capitaine des Anges Noirs murmura:
-Cette fois ci, nous avons gagné la guerre.
-Je ne vous en veux pas capitaine mais une bataille fait toujours rage autour de nous.
-Fais courir la nouvelle des morts de Dreq et Manar. Cela devrait inciter nos ennemis à abdiquer.
-Entendu.
Alors que Kern s’éloignait, Tel regarda le ciel. Il vit les chasseurs de Mak et d’Eljy qui continuaient de se battre. Bientôt, ils n’auraient plus besoin de le faire. Tel comprit à ce moment là qu’ils allaient tous rentrer chez eux, sains et saufs. Ils avaient gagné la guerre, il en était certain.

La Nouvelle République avait définitivement vaincu les forces spatiales Kotorn et la bataille au sol allait à l’évidence tourner à l’avantage des Ferlusiens. Un vent de panique, celui de la défaite allait se propager au sein des forces Kotorns. Ce n’était qu’une question de minutes, de secondes.
Zook rejoint son capitaine et s’exclama:
-Ca y’est, Dreq est...mort?
-Oui, se contenta de répondre Tel, les yeux dans le vague.
Il sut à ce moment là qu’il n’éprouverait jamais plus autant de bonheur à prononcer ce simple mot.

« La guerre va finir, la paix va revenir... »




Voilà, à la prochaine pour l'épilogue. :D :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dark Maul877 » Sam 04 Fév 2006 - 21:11   Sujet: 

Une fin magistral pour cette térible guerre (et ce terrible Tome III :lol: ). Le duel à l'épée est formidable et comme je l'ai déjà dit, ça me rappelle LOTR pour le côté épique. :wink:

Comme d'habitude, le style d'écriture est génial (rapide, compréhensible et très facile à lire). Tu as pensé à moi en faisant encore des séparations du textes en plusieurs paragraphe, ce qui facilité encore plus la lecture et la rend encore plus agréable. :)

Et encore un chapitre de réussi pour Monsieur (eh oui, succes oblige :D ) DW. L'épilogue va finir en beauté le Tome III et l'aventure des AN. On l'attends avec impatience :sournois:
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 05 Fév 2006 - 9:17   Sujet: 

Merci Dark Maul877. :)

Je suis heureux que les deux duels finaux plaisentparce que bon, je me suis demandé à un moment si cela passerait bien dans la fic. Mais je me suis également dit que c'était un moyen original de terminer ce Tome III. :sournois:

Et encore un chapitre de réussi pour Monsieur (eh oui, succes oblige ) DW


:oops: :oops:

En tout cas pour l'épilogue, je pense revenir aux sources des AN, en terminant avec une pointe d'humour. :wink: :D
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dark Maul877 » Dim 05 Fév 2006 - 9:59   Sujet: 

En tout cas pour l'épilogue, je pense revenir aux sources des AN, en terminant avec une pointe d'humour.


Très bonne chose, ces derniers chapitre en manquaient un peu puisque c'était la bataille mais maintenant que tout le monde va bien, tu peux en mettre pour finir en beauté :D

Mais je me suis également dit que c'était un moyen original de terminer ce Tome III.


Et tu as eu raison, c'est très original et ça change des typiques batailles spatiales :)
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Django » Dim 05 Fév 2006 - 14:38   Sujet: 

Salut DW, je viens de copier le chapitre 13. Le peu que je viens de lire rapidement en rectifiant certaine faute que Monsieur World a trouvé est du même accabis que les précedents. Ta description des combats est toujours aussi exélente. Je vais lire celui-ci la semaine prochaine. Les commentaires viendront aprés.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Lowie » Dim 05 Fév 2006 - 14:39   Sujet: 

Trois chapitres au compteur pour finir en beauté cette formidable aventure des Anges Noirs car j'attends avec impatience le XVe bêtisier final réservé aux fans du début et à tous les mordus d'humour :wink: .

Qui va faire craquer la si charmante Eylin : Zook, Mak, Tel... :D ?

Pour en revenir au chapitre XII, que d'émotions et de doutes pour terrasser le léviathan de l'espace l'Anéantisseur!!! Cool que les Spectres apparaissent pour soutenir avec punch et décontraction les Rogues et les Anges Noirs :) :) :) . Garik n'est peut-être pas assez exploité. Mais ma déception vient du rôle de figurant muet du génial Ackbar à corriger j'espère dans les futurs chapters de fin.

Okay DW j'ai trouvé quelle était l'identité secrète de l'e****** chef du Groupe Supplice : Nel Sanders :sournois: . J'aurais pas deviné à moins que je me gourre total :lol: avant ce chapitre XII de bataille spatiale extra extra :ange: :ange: .

Quand je lis DM877, je sais que le chapter XIII va autant me passionner et me mettre une violente gifle d'action :D :D :D .

Ces AN3 reprennent le meilleur des AN1+AN2 l'épisode culte par excellence 8) :lol: 8) :lol: .

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 05 Fév 2006 - 15:34   Sujet: 

j'attends avec impatience le XVe bêtisier final réservé aux fans du début et à tous les mordus d'humour


La tâche s'annonce difficile mais j'ai déjà une petite idée de ce que je vais faire. Affaire à suivre donc... :sournois:

Qui va faire craquer la si charmante Eylin : Zook, Mak, Tel... ?


Euh...comment tu sais que je vais répondre à cette question dans l'épilogue!? :D :x :sournois:

Garik n'est peut-être pas assez exploité.


Ouais, je comprends ce que tu veux dire. Et je me suis moi même dit que j'aurai pu d'avantage l'exploiter. Mais le problème vient du fait que je ne voulais pas trop étirer en longueur la bataille spatiale, or faire d'avantage apparaître les différents protagonistes impliquait de ralonger le conflit. Et puis, j'ai fait un choix. Ayant commencé la fic avec les Rogues, je la finis en me concentrant sur eux et sur leur interaction avec les Anges Noirs.
Mais ma déception vient du rôle de figurant muet du génial Ackbar à corriger j'espère dans les futurs chapters de fin.


Même excuse que pour au dessus. :D Mais bon, Ackbar aura le droit de s'exprimer dans l'épilogue. :wink:

Okay DW j'ai trouvé quelle était l'identité secrète de l'e****** chef du Groupe Supplice :Nel Sanders. J'aurais pas deviné à moins que je me gourre total avant ce chapitre XII de bataille spatiale extra extra


Eh eh...j'espère que le face à face final entre Deyla et Sanderste plaîra dans ce cas. :sournois:

A propos de l'épilogue, j'ai décidé de l'appeller très sobrement :D "Gloire aux Anges Noirs", histoire de terminer ma fic en les mettant une dernière fois à l'honneur. :D :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Dim 05 Fév 2006 - 16:46   Sujet: 

Dernier chapitre plein d'action de la saga AN :( ça sent la fin mes amis mais ce dernier chapter est une gloire en soi : héhé DW continues à nous livrer sa bataille toujours imprégné de ses sagas préférès (l'épique de ses bataille, dans les AN3 en particulier, nous rapelle le SDA et c'est pas pour me déplaire :wink: )
Donc, dernier chapitre d'action qui commence déjà pas trop mal, après la destruction de l'Anéantisseur, bon moment du chapitre d'avant, les AN et les Rogues volent droit sur Kotorn où les dernières minutes de guerre les attendent. S'ensuit un court mais délicieux combat entre Dan et Manar, qui aurait pu être un poil plus long pour être exquis :ange: mais ça reste dans le rithme effreiné du chapitre. Mais la fin de la scène, à l'écriture fine et poètique, est un des meilleurs moments du chapitre :ange:
Les AN en découdent aussi avec quelques crash et quelques frayeurs :ange:
Les deux combats qui suivent sont bien écrit, mélangeant dialogues et actions, et on suit le tout avec grand intérêt, même si certaines répliques sont parfois maladroites.
La fin est rapide mais sa simplicité est délicieuse, et attendons avec hâte la fin des aventures des AN :) :wink: :)
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Lun 06 Fév 2006 - 19:02   Sujet: 

Merci Kamocato pour ton avis. :)

Je réagirai juste à ta remarque suivante:
même si certaines répliques sont parfois maladroites


Je comprends ce que tu veux dire. Mais il est vrai que ce n'est pas toujours évident de trouver des bons dialogues qui en jettent alors qu'un combat essentiel se déroule simultanément. :x

J'essaierai donc de les retravailler si j'en trouve des mieux, des plus percutants. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Mar 07 Fév 2006 - 10:32   Sujet: 

Konn Keevers en guest-star dans ton épilogue est-ce possible histoire de dynamiter l'ambiance :sournois: :) :sournois: :) . Et une réapparition de Boba aussi why not volant la vedette aux Anges Noirs pour conquérir le coeur de la très belle Eylin :D ?

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Mar 07 Fév 2006 - 18:05   Sujet: 

Pour Konn Keevers, c'est non! :sournois: Déjà parce que je considère que Keveers a pris une bonne râclée dans le T2 et je ne suis pas partisan des méchants "qui-ne-meurent-jamais". :x Et puis en plus, étant donné que c'est un des "grands" méchants de la Trilogie, ce ne serait pas sympa pour lui de ne le faire réapparaître uniquement dans l'épilogue. :D :wink:

Pour Boba Fett, par contre, c'est oui. :wink: Reste encore à décider ce qu'il fera dans cet épilogue. :sournois:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Lowie » Ven 10 Fév 2006 - 15:17   Sujet: 

J'en oubliais mon ami Chewie qui devrait rugir de joie dans l'épilogue :wink: . Et le gungan foufou JJB :x pour un nouveau caméo humogrobillistique :ange: .

+ un hommage à Dusse des Bronzés 3 ce charming man idole de jeunesse de Kamo qui a son manuel de drague :P :) pour séduire une Carole :wink: .

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 11 Fév 2006 - 17:15   Sujet: 

Bon et bien cette fois ci nous y sommes. :)

Je vais officiellement :x poster le tout dernier chapitre de la Trilogie des Anges Noirs. Une trilogie qui compte en tout près de 300 pages word format 12 et qui m'aura permis d'écrire depuis Juin dernier. :shock:

Donc en ce jour, j'apporte la dernière pierre à l'édifice même si certaines retouches seront probablement faîtes sur les différents tome. :wink:

Dans cet épilogue, il ne se passe rien d'extraordinaire, c'est juste en fait le moyen pour moi de conclure définitivement l'aventure des Anges Noirs, en conférant à la chose un aspect très solennel. :D

Cet épilogue fait peut-être un peu trop "happy end" mais en même temps c'est ce qui était recherché.:wink:

Comme c'est l'heure du bilan, je tiens à chaleureusement remercier mes lecteurs habituels :D (Lowie, Django, Kamocato, Dark Maul877, Chadax...) qui m'ont soit aidé, soit soutenu, soit conseillé, soit les trois à la fois :D pour parvenir à construire jusqu'au bout le projet Anges Noirs. Il n'y a pas à dire, le soutien d'un lectorat intéressé est un plus indéniable dans la construction d'une fic. :wink:

Par contre je suis désolé Lowie, je n'ai pas pu placer tous les caméos que tu me demandais, par souci de cohérence avec l'UE. A ce sujet, je re-remercie :D mes lecteurs habituels qui m'ont permis d'enrichir ma fic avec leurs propositions amusantes. :wink:

Bon j'arrête de blablater, j'espère que cet épilogue peu ambitieux aura quand même le mérite d'achever dignement la Trilogie des Anges Noirs et bien sûr j'attends avec une impatience non dissimulée l'avis général de mes lecteurs sur ce Tome III. :)

Bonne lecture...






Chapitre XIV :Gloire aux Anges Noirs !


Ce n’était pas une gloire, c’était un triomphe. Les rues de la capitale Ferlusienne étaient bondées de monde. Une foule en liesse qui criait, chantait, dansait, acclamant le passage de ses héros.
Sous un chaud soleil, les Anges Noirs défilaient dans un speeder qui avançait au pas, saluant au passage les hommes, les femmes, les enfants qui leur rendaient hommage. Les Anges Noirs ouvraient en fait un cortège qui réunissait tous les survivants de la bataille qui avait opposé Ferlusiens et Kotorns.
L’impressionnant cortège s’engagea dans une rue plus étroite et dût se frayer un passage au travers de la masse compacte de gens. Les Anges Noirs étaient constamment penchés, serrant des mains, touchant des épaules, adressant des sourires.
-Je ne pensais pas recevoir un tel accueil, s’écria Mak pour couvrir le brouhaha indescriptible.
-C’est vrai que cela fait chaud au cœur, ajouta Tel qui s’était retrouvé avec deux jeunes filles autour du cou qui ne voulaient pas le lâcher.
Positionné à l’arrière du speeder, Zook faisait le spectacle. Levant les bras au ciel, remuant les hanches, il chauffait littéralement la foule, encourageant celle ci à pousser davantage de vivats.
-Eh Zook, on n’est pas à un concert ici, lança Eljy en riant.
-Mon public est conquis, répondit Zook en montrant la foule qui s’amassait derrière le speeder.
-Tu parles, je suis sûr qu’il ne se rappelle même pas de ton nom. C’est bien connu, celui que le peuple apprécie le plus, c’est moi ! assura Kern
-Attends, tu te fous de moi là ! La presse t’a rebaptisé le Timide. Tiens regarde un homme qui a du succès en action !
Sans hésiter, Zook prit appui sur le rebord du speeder et se jeta littéralement dans la foule, écartant les bras simultanément, réalisant ainsi un magnifique saut de l’ange. Mais la réaction de la foule ne fut pas celle attendue. Par pure réflexe conditionné, les hommes et les femmes qui virent Zook se propulser vers eux s’écartèrent et le pauvre Zook s’écrasa avec violence sur le bitume de la route.
Tel fit la grimace et lâcha un « ouch »devant la cascade réalisée involontairement par son ami.
-Je…vais bien, marmonna la voix faible de Zook.
Alors que celui ci se relevait, la foule le cerna et commença à le secouer de partout, la plupart des gens l’ovationnant, d’autres le remerciant ou lui réclamant un autographe. Ce fut ainsi au tour de Zook de se retrouver avec deux jeunes femmes autour de la taille. Le jeune Ferlusien s’exclama :
-Non, les filles vraiment, je ne peux pas rester. Je sais que vous désirez mon corps mais…
-Oh si Mak, reste avec nous !
Les yeux de Zook s’agrandirent sous l’effet de la surprise et il s’époumona :
-Comment ça Mak ? Moi, c’est Zook ! Je suis quand même bien plus intéressant que ce…ce…ce bellâtre !
Vexé, Zook remonta sur le speeder et commença à bouder. A un moment, il se retourna vers Mak et lança :
-Dis donc toi, cela fait deux fois que tu me voles la vedette. Déjà à l’hôpital la dernière fois…

Le cortège déboucha dans une nouvelle artère bondée ou des confettis furent lâchés à son passage. Alors qu’Eljy recevait des confettis sur le visage, il s’exclama d’un air renfrogné :
-Eh !Pourquoi est ce qu’ils nous envoient du papier toilette sur le coin du nez ceux là ?
-Mais non, andouille, ce sont des confettis ! C’est fait exprès !répondit Tel en haussant les épaules.
-Ah je me disais aussi.
Kern se retourna un bref instant pour observer le reste du défilé qui les suivait. Les autres soldats ayant participé à la bataille contre Kotorn étaient également adulés et remerciés. Le peuple Ferlusien semblait comprendre à quel point cette bataille avait été difficile, meurtrière, éprouvante. Mais surtout il avait probablement réalisé qu’avec la fin de cette guerre, c’était une paix durable qui avait été gagnée. Et ça : cela n’avait pas de prix.
Kern regarda le véhicule qui les suivait de près et remarqua que parmi tous les militaires qu’il transportait, un seul ne saluait pas la foule. Un seul avait le regard fixe. Un seul se tenait immobile. Le dénommé Konrad. Le jeune soldat Ferlusien avait finalement survécu à ses blessures physiques bien qu’il s’en soit fallut de peu. Mais les blessures morales étaient trop béantes pour être refermées si rapidement. Konrad avait perdu son frère, un frère qui avait tout fait pour le protéger jusqu’au bout. Konrad était partagé entre la joie de la victoire et la tristesse due à la perte d’un proche. C’était cela aussi, les affres de la guerre…

Le speeder des Anges Noirs arriva enfin à son terminus : la place principale de Ferlus. Là où se trouvait le palais gouvernemental. Des barrières de sécurité avaient été installées aux quatre entrées de la place, la foule se massant derrière. Au centre de la place, une gigantesque estrade avait été construite, servant ainsi à accueillir les nombreux invités officiels présents.
Le speeder s’arrêta et les Anges Noirs en descendirent, se dirigeant aussitôt vers l’estrade sur laquelle les attendaient entre autre Wellan Bossel, un grand sourire éclairant son visage. C’est alors qu’un « Zook, je t’aime !! » fusa de la foule, ce qui força le concerné à se retourner. Puis, sans hésiter, il se précipita vers une des barrières, enleva son tee-shirt, le fit tournoyer dans sa main droite avant de le jeter dans la foule.
-Il s’y croit trop ce petit, assura Tel.
-Mouais, se contenta de répondre Kern en regardant Zook faire un tour d’honneur autour de la place.
-Mais qu’est ce qu’il a fumé ce matin celui là ? s’exclama Wellan Bossel qui s’approchait.
-Que voulez vous ! Je crois que l’on peut appeler cela l’euphorie de la victoire.
-A ce niveau là, c’est plus de l’euphorie, c’est de la démence !
Tel serra chaleureusement la main de Bossel qui continua :
-Capitaine, au nom du peuple Ferlusien je vous remercie pour tout ce que vous et votre escadron avez réalisé. Je n’en reviens toujours pas.
-Honnêtement, nous non plus, rétorqua Tel en souriant.
Le capitaine jeta un coup d’œil à la foule compacte qui continuait de les acclamer puis fit d’une voix enjouée :
-Dîtes moi, il y a quand même pas mal de monde dehors !
-Vous ne savez pas à quel point cela nous a coûté cher pour les faire tous descendre dans les rues et vous accueillir triomphalement !
Tel, Kern et Mak ne purent s’empêcher de rire de bon cœur devant cette boutade de leur Premier Conseiller. En revanche, Eljy dit :
-Euh…j’ai pas compris là !
-T’inquiètes pas, je t’expliquerai, lui assura Tel.
-Bon, si vous voulez bien venir à mes côtés. Je vais pouvoir faire mon discours à la nation, lança Bossel visiblement impatient à l’idée de réaliser cet exercice politique.
-Mais avec plaisir !
Enfin rejoint pas Zook, les Anges Noirs se positionnèrent de part et d’autre du pupitre préparé pour Bossel. Celui ci s’approcha des deux micros installés et s’apprêta à parler. Tel tourna alors la tête et vit que parmi les autres invités, se tenait le commandant Eylin Deylla. Sans hésiter, Tel lui adressa un petit clin d’œil malicieux. Eylin ne put s’empêcher de sourire, offrant ainsi un beau cadeau au capitaine des Anges Noirs.

Voyant que Bossel allait discourir, le peuple se calma petit à petit, réussissant au bout de quelques secondes à obtenir un silence quasi total. Alors le Premier Conseiller commença d’une voix puissante :
-Ferlusiens, Ferlusiennes ! La paix est de retour !
Une immense clameur s’éleva aussitôt et des dizaines de drapeaux Ferlusiens s’agitèrent instantanément. Puis le calme revînt, permettant à Bossel de poursuivre :
-Aujourd’hui, je peux dire que l’année écoulée a été la plus dure de toute l’histoire de Ferlus. Nous avons du faire face à la puissance destructrice de l’Empire, à la folie sanguinaire des Neylanais et à la rage de vaincre des Kotorns. Mais nous avons à chaque fois triomphé !
Nouvelles clameurs, vite éteintes par la poursuite du discours enflammé de Bossel :
-Notre peuple est ressorti à chaque fois grandi et plus fort de ces épreuves. Aujourd’hui, nous pouvons enfin de nouveau savourer une paix méritée. Grâce à nos amis de la Nouvelle République, République à laquelle nous adhérons pleinement à présent, nous ne serons plus jamais dans les fers, nous serons à jamais libres ! En ce jour de gloire, j’aimerai rendre hommage à tous nos soldats et à tous ceux de la Nouvelle République qui sont morts au cours de terribles batailles. Mais ils ont succombé en luttant contre la tyrannie, la dictature et l’oppression. Grâce à tous ces hommes tombés au combat, nous n’aurons plus jamais peur. Notre destin est à jamais entre nos mains ! Mes amis, je tiens également à remercier les hommes qui forment l’escadron Anges Noirs. Des pilotes téméraires, des pilotes dévoués à leur cause, des pilotes qui sont devenus le symbole même de la résistance à l’ennemi !
Aussitôt, les vivats reprirent de plus belle et le mot « Anges Noirs » fut scandé par toute la foule, d’une manière pour le moins impressionnante. Bossel réclama le silence en levant les bras et parvînt à l’obtenir. Alors il décida de terminer son discours :
-Ferlusiens, Ferlusiennes, souvenons-nous de ce jour comme celui du triomphe de notre peuple. L’aventure qui nous a mené jusqu’ici a été longue, périlleuse et semée d’embûches. Mais nous en sommes ressortis plus forts. A présent, une nouvelle ère s’ouvre à nous. Une ère de paix et de prospérité !
Les habitants pressés autour de la place levèrent un poing vers le ciel et se mirent à hurler leur joie. Une joie bien compréhensible après les trois conflits successifs qui avaient ébranlé Ferlus et marqué une partie de la population au fer rouge.
-Et maintenant, que la fête commence ! hurla Bossel pour terminer son discours.
Presque instantanément, des longs sons de cors se firent entendre, suivis de près par ceux des caisses de résonance. Et c’est tout un peuple qui se mit à célébrer la fin de la guerre…


Wellan Bossel enlaça chaleureusement les Anges Noirs les uns après les autres avant de leur dire :
-Je crois que vous avez bien mérité de prendre un verre. Venez, nous avons installé un buffet.
-Vous savez nous prendre par les sentiments Premier Conseiller, assura Zook en riant.
Tel put alors observer plus attentivement les invités présents. Apercevant Léia Organa Solo, Yan Solo, Chewbacca, Garm Bel Iblis et l'amiral Ackbar, le capitaine des Anges Noirs se dirigea vers eux et s’exclama :
-Alors, comment trouvez-vous Ferlus ?
-Un peu trop excentrée par rapport à Coruscant mais il n’y a pas à dire, vous savez faire la fête ici, lança Yan.
-C’est une planète magnifique, assura Léia plus sérieusement.
-C’est un peu grâce à vous qu’elle ne ressemble pas à un champ de ruines, rétorqua Tel.
-En tant que planète de la Nouvelle République, vous méritez notre soutien, fit Ackbar sur un ton joyeux.
-Oui et puis n’oublions pas que vous avez botté les fesses des Impériaux et ça pour nous, c’est inestimable, renchérit Yan avant d’avaler un petit four.
-Chewbacca ! s’écria une voix.
Tel se retourna et vit Zook se précipiter à la rencontre du grand Wookie. Celui ci poussa un cri de bonheur, attrapa Zook, le souleva du sol tout en le serrant et commença à le faire tourner autour de lui :
-Oui…moi aussi mon grand, je suis content de te voir mais peut-être pourrais tu me lâcher maintenant ?
Tel sourit puis regarda de nouveau Yan et Léia :
-Vous allez rester quelques jours ?
-Oui, j’ai quelques contrats important à signer avec le Premier Conseiller Bossel, affirma Léia.
-Et je serai heureux de les signer, s’écria Bossel qui s’approchait.
-Premier Conseiller, votre discours était pour le moins…passionné, assura Yan.
-Oui, je me suis dit qu’il ne fallait pas le manquer celui là.
-Au fait Premier Conseiller, qu’en est-il du peuple Kotorn ?demanda Tel
-Oh, après que ses soldats aient déposé les armes, nos troupes ont pu assurer une transition pacifique avec un nouveau gouvernement. Un gouvernement bien plus modéré si vous voyez ce que je veux dire.
-Et pour le complexe Ville Enfouie découvert par Kern ?
-Nos troupes l’ont envahi et ont rapidement maté la résistance des Kotorns qui s’y trouvaient encore. Nous avons pu libérer tous les esclaves, qu’ils soient Kotorns, Neylanais ou Ferlusiens.
-C’est une bonne nouvelle, se contenta d’observer Tel.
-Bon, si vous voulez bien m’excuser, j’ai encore quelques petites affaires à régler.
Sur ce Bossel s’éloigna. Certains auraient dit qu’il sautillait presque de joie…

Mak Hanton, fidèle à lui-même, n’avait pas tardé à se précipiter sur les personnes représentants la gente féminine. C’est presque tout naturellement qu’il en était venu à discuter avec Neeta Hay, la séduisante scientifique :
-Alors comme cela, c’est grâce à vous que nous avons pu découvrir le secret de Dreq. Nous vous devons beaucoup.
-Disons que je n’ai fait que mon travail, assura Neeta en plongeant son regard dans celui troublant de Mak.
-Ne soyez pas modeste, sans vous, nous aurions subi de plein fouet l’assaut de Dreq. Et Dieu seul sait ce qu’il se serait alors passé. D’ailleurs, puisque j’y pense, vous méritez d’être récompensé.
-Hum, cela m’intéresse, rétorqua Neeta en souriant
-Oui, je vais vous offrir un verre et je crois même que je vais vous inviter à dîner.
-Oh…vous êtes un ange !
-Ah bah ça oui je sais !

Pendant ce temps là, l’audacieux Eljy s’était dirigé vers le Commandant Eylin Deylla, bien décidé à ne pas laisser Tel Hoke lui prendre sa place auprès de la belle militaire. Il la regarda avec insistance si bien que celle ci s’exclama :
-Eljy, que puis je pour vous ?
-Répondre à une question existentielle !
Surprise, Eylin se montra intéressée. Elle répondit presque aussitôt :
-Allez-y je vous écoute. J’avoue être assez curieuse de ce que vous allez me demander.
Eljy afficha son plus beau sourire et fit :
-Et bien voilà…est ce que vous habitez chez vos parents ?
Il y eut un blanc puis Eylin souleva un sourcil d’incompréhension. Tel qui avait tout entendu, se mit la tête dans les mains et murmura :
-Mais quel empoté !
Puis, sans plus attendre, il donna un puissant coup d’épaule à Eljy, ce qui fit tomber celui ci de l’estrade. Sans s’en soucier, Tel fit à Eylin :
-Pardonnez mon camarade, il a parfois tendance à être un peu lourd.
Eylin ne put s’empêcher de rire :
-Les Anges Noirs sont vraiment des phénomènes, il n’y a pas à dire.
-Et encore vous n’avez rien vu !
-Ah bon ?
-Oui. En tant que leader des Anges, je pourrai vous proposer de vous emmener au septième ciel.
Le commandant Deylla rougit quelque peu, avant de répondre :
-Et bien, je serai ravi d’apprendre à mieux vous connaître capitaine.
A ce moment précis, Tel Hoke devînt le plus heureux des hommes.

Kern s’approcha de son père qui sirotait une excellente liqueur Ferlusienne et lui dit d’une voix affectueuse :
-Alors papa, comment ce passe ton retour à la civilisation ?
-J’ai l’impression d’être dans un rêve, grâce à toi mon fils.
-Je suis…très heureux d’avoir enfin retrouvé un père, fit Kern visiblement ému.
-Et moi un fils !
Les deux hommes se serrèrent alors fortement et Kern poursuivit :
-Ou vas tu loger ?
-Wellan Bossel m’a proposé un appartement dont le loyer sera payé par l’Etat. Je n’ai pas pu refuser.
-Tu as bien eu raison.
Kern attrapa alors une coupe de vin qui attendait sur le buffet puis leva son verre avant de déclarer :
-A ta nouvelle vie !
Et les deux hommes trinquèrent, scellant définitivement leurs retrouvailles.

Eljy maugréa quelques instants en voyant Tel rire aux éclats avec Eylin, puis il se releva et se dirigea vers Zook qui n’en finissait plus de faire des signes à la foule.
-Et dis donc Zook, tu viens boire un coup avec moi ?
-Tu vois bien que je suis occupé !
-Mais occupé à quoi ? Tu gesticules depuis dix minutes !
-Je sais, mais ce n’est pas grave. Ca défoule !
Eljy parut réfléchir quelques instants puis haussa les épaules, preuve qu’il était résigné. Il rejoignit son ami pilote et se mit également à saluer ses admirateurs et admiratrices.

C’est à ce moment là que les escadrons Rogues et Spectres survolèrent à pleine vitesse la place bondée, saluant les Anges Noirs en penchant leurs chasseurs à droite puis à gauche. Ils firent alors demi-tour, effectuant un nouveau passage triomphal. Puis, ils s’éloignèrent, se fondant petit à petit dans l’immensité bleu du ciel Ferlusien…

« Les hommes vivent et meurent mais les héros restent à jamais. »




Et voilà, c'est ainsi que se termine les aventures des Anges Noirs... :cry:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dark Maul877 » Sam 11 Fév 2006 - 17:29   Sujet: 

Et voilà, c'est la fin des AN :cry:

Bon reprenons-nous...

Donc, un épilogue très comique où on retrouve l'humour légendaire des AN et aussi les héros de la Nouvelle République comme Yan, Chewbacca (Lowie :wink: ), Ackbar, Leia (sans accent :) ), etc...

On a droit à une Happy End typique mais qui rend quand même bien et clotûre en beauté cette Trilogie des aventures des AN. :P

Bref, je ne sais pas quoi dire d'autres mais j'ai aimé cette "aventure" et sans exagérer, c'est une de mes FF préféré avec celle de Kamocato :wink:
On a tous les ingrédients pour la réussité (comique, action, intrigue prenante, personnages charismatiques, etc...).

Donc pour conclure, je dis BRAVO !!!!!! pour cette fabuleurse FF qui m'a fait passer de bon moments de lectures.
Et j'espère que ça ne sera pas la dernière :ange:
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Django » Sam 11 Fév 2006 - 18:14   Sujet: 

Chapitre 13 lu

WAOUUUUUUUUUUUUU!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Les AN savent manipuler toutes sortes d'armes. Cela surprend, mais il est normal que des supers Héros sachent combattre avec des blasters mais aussi avec des armes dites "blanches".

La description des combats est toujours très bien faite.

Nous apprenons le nom du commanditaire du groupe "Supplice" : Nel Sanders. Celui n'a pas le courage d'affronter le jugement de ses compatriotes. Après avoir reconnu les faits auprès du commandant Ely Deylla, il se suicide. Peut-on dire que son geste est courageux?

Après la mort des deux chefs Kortom, la guerre est finie.

J'attend le chapitre 14 avec impatience. Celui-ci sera peut-être l'épilogue de cette saga.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations
cron