Le treizième padawan

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar feedle » Jeu 01 Juin 2017 - 17:45   Sujet: Le treizième padawan

Salut à tous, chers lecteurs.

Avant toute chose je tiens à faire quelques précisions. Tous les chapitres que vous allez lire ont déjà été écrits au préalable (en fait il y a jusqu'à un an d'écart entre l'écriture et la publication du chapitre :transpire: ). Parallèlement à chaque chapitre publié, je continue d'écrire. Du coup, j'ai décidé de publier un chapitre par semaine, mais si le rythme ne vous convient pas n'hésitez pas à le dire :)

Sur ce, je commence avec les chapitres du tome 1 (je ne lancerais la publication des chapitres du tome 2 que lorsque le tome 1 sera publié dans sa version définitive). Le tome 1 s'intitule Froid mordant et se déroule dans l'univers legends. Mais avant ça, quelques précisions sur le récit lui-même:

Synopsis:
Setho Kostra et son maître font partie des rares Jedi à avoir survécu à l'Ordre 66. Pendant deux ans, ils sillonnent la galaxie en vaisseau à la recherche d'un lieu paisible où ils pourraient finir leurs jours. Mais tout bascule dans la vie de Setho lorsque son maître se fait tuer par un mystérieux agent de l'Empire sensible au côté obscur. S'enfuyant alors en capsule de sauvetage, il échoue sur une planète inconnue où il fait la rencontre d'un groupe de pratiquants du côté lumineux prétendants être d'anciens padawans. Ceux-ci accepteront de l'accueillir à une condition: les aider à libérer un des leurs, retenu prisonnier dans une prison impériale...

Le récit se déroule 17 ans avant la bataille de Yavin (c'est à dire 17 ans avant l'épisode 4 pour les moins connaisseurs).

Aussi, si quelqu'un souhaite me proposer une illustration pour la publication finale, je suis preneur (le nom du créateur de l'illustration sera mentionné) et SURTOUT, faites moi régulièrement part de votre avis, c'est important.

Sur ce, bonne lecture et que la force soit avec vous.

prologue

chapitre 1

chapitre 2

chapitre 3

chapitre 4

chapitre 5

chapitre 6

chapitre 7

chapitre 8
Modifié en dernier par feedle le Sam 22 Juil 2017 - 18:50, modifié 12 fois.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Jeu 01 Juin 2017 - 17:53   Sujet: Re: Le treizième padawan

Bienvenue à toi sur la Section !
Ton synopsis me semble assez "jeu vidéo", mais ça peut être bien sympathique. Hâte de lire ça !
Et un chapitre par semaine, c'est le rythme idéal :wink:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar feedle » Jeu 01 Juin 2017 - 17:57   Sujet: Re: Le treizième padawan

Et on commence par le prologue. Chaque chapitre (à part le pro- et l'épilogue) font dix pages.

Bonne lecture

Ah oui, et si vous voulez le lire sur le site, j'ai posté le texte un peu plus bas, comme ça vous êtes pas obligé de le télécharger :transpire:
Modifié en dernier par feedle le Sam 03 Juin 2017 - 14:06, modifié 2 fois.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar L2-D2 » Jeu 01 Juin 2017 - 18:03   Sujet: Re: Le treizième padawan

Salut feedle, et bienvenue par ici ! :hello:

Ton synopsis a l'air très intéressant, et tu peux déjà compter sur moi parmi tes lecteurs. Le rythme d'un chapitre par semaine me parait parfaitement adapté, d'autant plus s'ils sont longs ! :)

En revanche, sur SWU, nous avons un principe : celui de poster directement les Chapitres sur le forum, et pas de les mettre en pièce jointe que le lecteur doit télécharger, tout cela pour faciliter le confort de lecture et éviter le moindre "doute" sur l'origine d'un fichier. Si tu pouvais donc, par un rapide copier-coller, éditer ton message et nous mettre à la place ton Chapitre, ce serait parfait ! :wink:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5410
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar feedle » Jeu 01 Juin 2017 - 18:06   Sujet: Re: Le treizième padawan

L2-D2 a écrit:Salut feedle, et bienvenue par ici ! :hello:

Ton synopsis a l'air très intéressant, et tu peux déjà compter sur moi parmi tes lecteurs. Le rythme d'un chapitre par semaine me parait parfaitement adapté, d'autant plus s'ils sont longs ! :)

En revanche, sur SWU, nous avons un principe : celui de poster directement les Chapitres sur le forum, et pas de les mettre en pièce jointe que le lecteur doit télécharger, tout cela pour faciliter le confort de lecture et éviter le moindre "doute" sur l'origine d'un fichier. Si tu pouvais donc, par un rapide copier-coller, éditer ton message et nous mettre à la place ton Chapitre, ce serait parfait ! :wink:


ok, mais attention, c'est long:







Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine...







PERSONNAGES




Setho Kostra: Humain, apprenti de Jhon Erraz
Radorkatta: Wookie mâle
Vun Lyxon: Humaine
Abbékia Wayphi: Nautolan femelle
Sarkel Zwett: Twi'lek mâle
Thonta Billak: Humain
Gaeldr Sowelo: Humain, amant d'Horia
Horia Rîho: Humaine, amante de Gaeldr
Kaitat Brisilv: Humaine
Saara Lisu: Togruta femelle
Aeprai Kumo: Zabrak femelle
Jam-Kol Willhin: Humaine
Yizos Sedbial: Bothan mâle

Jhon Erraz: Humain, maître de Setho Kostra
Kai Eysmee: Humain, soldat impérial et ex-membre des FSC.

Dark Syrthgar: Humain, apprenti de Dark Vador
Inquisiteur Wax: Kel Dor, apprenti de Dark Syrthgar
Iquisiteur Varsmath: Humain, apprenti de Dark Syrthgar



... 17 ans avant la bataille de Yavin








Prologue




La lumière s'alluma brusquement, silencieusement, devant son visage, comme toujours à la même heure. C'était le signal, le réveil. La lueur dégagée par la lampe dessina un rictus de dégoût sur le visage de Setho, ce qui le réveilla. Souffrant de troubles du sommeil, il savait qu'il n'arriverait pas à se rendormir. Mais il fut quand même soulagé de ne pas avoir fait de cauchemar cette fois, comme cela lui arrivait régulièrement depuis l'avènement de l'Empire.
Lui et son maître Jhon Erraz faisaient partie des rares Jedi à avoir survécu à la grande purge, il y a deux ans. Ils étaient alors en mission sur la planète Allanteen. Mais étant simplement en mission de reconnaissance à pied après une bataille décisive, les soldats clones les accompagnants et censés executer "l'ordre 66" n'étaient qu'au nombre de deux. La faiblesse numérique de ces derniers eu donc raison d'eux lorsqu'ils tentèrent d'assassiner leur général et son apprenti.
Les Jedi sont ensuite retournés à leur base afin de s'introduire discrètement dans un croiseur léger républicain de type Arquitens, avant d'éliminer l'intégralité de son équipage pour pouvoir quitter la planète.
Les deux survivants voyagèrent pendant deux ans en direction de la bordure exterieure, le long de la piste corellienne, afin de fuir les territoires de l'ancienne République. Ils firent escale sur les planètes succésives de Milagro, New Cov, Druckenwell, Mon Gazza, Herdessa et enfin Ryloth, qu'ils ont quitté il y a quelque semaines. Mais leur voyage n'était pas terminé, il leur fallait trouver une planète non ou peu colonisée ou ils seraient en sécurité.
Setho se leva, fatigué. Il se diriga en direction du miroir interactif de sa chambre, en se rappellant qu'il devrait un jour modifier le réveil de sorte à ce que la lampe s'allume progressivement. Setho s'installa en face du miroir, et celui-ci s'alluma aussitôt en affichant de multiples hologrammes de statistiques sur son état de santé. Il recoiffa ses cheveux noirs coiffés en coupe de padawan humain habituel. Comme tout apprenti Jedi de son temps, il portait la tresse traditionnelle du côté gauche de sa tête, qui lui allait jusqu'à l'épaule. Il s'habilla et se diriga vers le pont, où lui et son maître avaient pris l'habitude de manger.

Son maître était comme d'habitude déja réveillé, assit sur un siège qui avait auparavant appartenu à un pilote. Jhon Erraz était un homme grand de carure moyenne, chauve, avec des yeux en amande et toujours une expression déterminée, mais qui ne traduisait pas forcément de la mauvaise humeur. Tandis que Setho avait troqué sa tunique de padawan contre des loques trouvées sur Milagro, son maître avait gardé sa toge de Jedi. Mais elle avait tellement pris la poussière au cours des voyages qu'elle était devenue méconnaissable.
Trois sabres lasers pendaient à sa ceinture. En effet, Erraz maîtrisait une forme ancestrale de combat au sabre laser qui consistait a tenir un sabre dans chaque main et un troisième entre les dents, ce dernier ayant une forme adaptée.
Setho s'assit à ses côtés sur un autre siège de pilote et commença à piocher son petit-déjeuner parmi ce qui était étalé sur le tableau de bord, une chose que maître Erraz n'aurait pas toléré au début de leur long périple.
Autrefois, son maître avait pour habitude d'être très ordonné et râlait quand Setho ne respectait pas ses manières. Voyant que cela frustrait son apprenti, il s'amusait parfois à se plaindre pour un rien juste pour l'embêter. Mais aujourd'hui, il avait perdu son habitude en transformant le tableau de bord du croiseur en table ordinaire, conservant uniquement les commandes.
- J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle, commença Jhon, je commence par la quelle?
Setho hésita quelques secondes en soufflant, puis répondit:
- j'sais pas. La mauvaise.
- D'accord, répondit son maître, la mauvaise nouvelle c'est qu'on a plus grand chose à manger.
- J'avais remarqué. Et la bonne?
Jhon appuya sur un bouton du tableau de bord et un hologramme d'une planète s'afficha, ainsi que ses statistiques et la position du croiseur.
- Une planète à atmosphère respirable?! s'exclama Setho.
- exactement, normalement on devait pouvoir y trouver...
Son discours fut interrrompu par un détail que Setho remarqua sur l'hologramme.
- Attendez, c'est quoi ça? demanda t-il.
On voyait sur l'hologramme trois destroyers Mk.I impériaux sortir de l'hyperespace juste derrière eux. Deux d'entre eux étaient ordinaires, mais celui du mileu attira l'attention de Setho: au niveau du poste de commandement étaient peintes deux marques rouges de par et d'autre de celui-ci. Ces marques étaient des bandes verticales s'étalant du haut en bas, mais dont la largeur diminuait au fur et à mesure qu'elles descendaient vers la bas, ce qui leur donnait une forme triangulaire.
Jhon jura.
- Voilà pourquoi les stormtroopers sur Ryloth n'ont pas cherché à nous poursuivre!
- C'est un piège?
- Non ils nous on juste suivi.
- Mais comment ils ont fait?
- Ils ont dû avoir posé un mouchard quelque part.
- Qu'est-ce qu'on fait alors? demanda Setho d'un air désesperé.
- A ton avis?
- On va quand même pas les affronter?!
- Mais bien sûr que si! dit-il ironiquement.
Setho regarda à nouveau le mystérieux destroyer impérial au centre, en examinant ses peintures, pendant que son maître démarra le vaisseau en renversant la moitié de ce qui y avait été entreposé.
- Dites maître, ça se trouve ils ne font même pas partie de la flotte impériale, d'ou cette colorisation rouge, là.
- Ah oui? Et comment tu expliques que les deux autres soient apparus juste à côté de lui et qu'ils ne lui tirent pas dessus?
Setho ne trouva pas d'excuse. De toute façon, le "destroyer-mystère" leur tirait dessus aussi.

L'ex-croiseur républicain fit un large demi-tour pour contourner l'armada, mais il y eu aussitôt une violente secousse. Les deux Jedis jetèrent un coup d'oeil sur les hologrammes du tableau de bord indiquant les zones touchées. Les réacteurs clignotaient en rouge, et un signal sonore semblable à une alarme l'accompagnait.
- La journée commence bien, dit Jhon en soufflant.
- Même les réacteurs auxilliaires sont touchés.
- Je n'ai jamais vu un tir d'une telle précision.
Setho regarda à travers la vitre. Les croiseurs lourds de l'Empire étaient tous du même modèle, pourtant, celui aux marques rouges semblait plus impressionnant. De plus il semblait se rapprocher. Non, c'était leur vaisseau qui se rapprochait!
Son maître regarda à son tour et constata l'étrange phénomène.
- Et le rayon tracteur n'est pas très normal lui non plus. Comment ils font pour nous attirer à cette distance?
Les deux Jedis ne trouvèrent pas d'explication.
- Rassemble tes affaires Setho, n'emporte que le nécessaire.
- On va s'enfuir?
- Exactement, quand t'as fini retrouve moi aux capsules de sauvetage.

Setho courut dans sa chambre, prit le sac à dos qu'il avait acquis à New Cov qui lui servit pour les ravitaillements et commença par y ranger son sabre laser. Il l'alluma pour voir s'il fonctionnait toujours, comme il le faisait souvent. Le rayon lumineux bleu qui jaillit du manche confirma son bon état. Il l'éteignit puis l'attacha à sa ceinture, juste au cas où des stormtroopers réussiraient à pénétrer dans le croiseur. Il se dirigea ensuite vers la table ou il avait l'habitude de déposer tout ce qu'il n'avait pas encore rangé, à savoir trois quarts de ces affaires. En effet, contrairement à son maître, Setho était plutôt désordonné. Il fouilla parmi le matériel qui traînait et ramassa tout ce qui pouvait être utile dehors, à savoir un comlink, un holo-projecteur de poche, un respirateur, une paire de jumelles, un bloc de données ainsi qu'un vieil holocron dont le contenu montrait les différentes formes de combat au sabre laser Jedi, un des derniers souvenirs de l'Ordre.
Le padawan continua à chercher du bric-à-brac dans sa chambre pour le ranger dans son sac. Quand il eu terminé, il traversa le vaisseau en direction des capsules de sauvetages qui se situent sur les deux côtés latéraux du croiseur.
Son maître n'était pas encore là. Mais cela n'étonnait pas Setho. En effet, son maître était peut-être ordonné et organisé, mais pas toujours ponctuel. Il attendit quelques minutes, en commençant doucement à s'inquiéter.
Puis un bruit soudain de sabre laser qui s'allume le fit sursauter. Il se retourna, croyant encore avoir faire à une farce de son maître, mais il n'était pas là. Il regarda à nouveau autour de lui, mais ne vit personne. Pourtant, il pouvait entendre le bruit vrombissant d'une lame de sabre laser allumée. Puis le même bruit se fit entendre. Setho se retourna brusquement. Mais cette fois, il vit une lame sabre laser rouge transperçant le mur perpendiculaire à celui d'où partaient les capsules. La lame commença à découper le mur en dessinant un cercle très précis, assez large pour laisser passer un humain, pendant que Setho tremblait à l'idée de découvrir l'utilisateur de ce sabre.
C'est à ce moment là que Jhon apparut derrière lui en courant.
- On dirait que j'ai manqué quelque chose dit-il en voyant son apprenti en train de paniquer et la lame rouge ayant déjà tracé la moitié du cercle.
- Espérons juste que ce n'est pas Dark Vador, ajouta-t-il en dégainant ses sabres. Il alluma manuellement les sabres qu'il tenait dans sa main et utilisait la force pour celui qu'il tenait avec sa bouche. Toutes les lames étaient de couleur verte. Son apprenti dégaina à son tour son sabre et la lame bleue jaillit de son manche.
Les Jedi faisaient face au mur où le cercle de couleur de feu était désormais complet. La lame rouge se retira et le morceau de mur découpé se détacha. Le disque parfait métallique fit un bruit sourd en tombant au sol, et un important panache de fumée gris clair se répandit dans le couloir. La lame rouge était désormais entièrement visible. Cependant, son utilisateur était caché derrière l'écran de fumée. Seul une grande silhouette sombre était visible. Puis elle avança. Les Jedi reculèrent, et le propriétaire du sabre laser rouge se fit voir.

C'était un homme de grande taille, habillé d'une longe toge à capuche gris très foncé, dont les bords étaient ornés d'écritures ancestrales inconnues de couleur noire. Il portait des gants en tissu noir et un masque gris avec deux bandes rouges parallèles identiques à celles qui ornaient le destroyer qui les à abordés, et une visière teintée constitué de trois grande bandes noires verticales. Celle du milieu traversant le masque de haut en bas, étant complète, alors que celles sur le côté droit et gauche étaient incomplètes, ne touchaient pas les bords et traversaient les motifs rouges.
L'homme commença alors à parler d'une voix grave et étouffée, probablement à cause du masque:
- On dirait que je suis attendu
Il brandit son sabre laser, qui avait un ornement particulier, c'est à dire qu'une bordure sinueuse argentée s'enroulait du haut en bas du manche.
"Fait attention Setho!" dit Jhon à son apprenti par télépathie. "On ne sait pas qui il est et ce qu'il peut nous réserver. Reste en retrait."
Son apprenti hésita, puis obéit finalement.
L'homme masqué engagea alors le combat en dessinant dans le vide un "X" avec la pointe de son sabre laser. Setho se rappela alors d'une information contenue dans son viel holocron. Cette garde était caractéristique de la forme II du combat au sabre laser. Cette forme est également surnommée "forme Makashi". C'était un style de combat que seuls les Jedis expérimentés connaissaient, car elle demandaient un apprentissage très long. Rien que pour les bases, il fallait un entrainement d'au moins un an, et un utilisateur de Makashi pouvait s'autoproclamer "expérimenté" après un entrainement d'une douzaine d'années environ. Setho, comme tous les padawans de sa génération, n'avait jamais commencé à apprendre le Makashi, car la longueur d'apprentissage nécessaire avait rendue cette discipline facultative. Jhon Erraz lui avait également appris que le compte Dooku, leader de la confédération des systèmes indépendants durant la guerre des clones, utilisait cette forme, avant de périr par la lame du légendaire Jedi Anakin Skywalker.

Setho était éloigné de quelques mètres des deux duellistes. Le propriétaire masqué du sabre à la lame rouge commença alors le combat en saisissant son sabre à deux mains et puis frappa verticalement en direction de son rival, qui para aussitôt avec ses trois lames vertes. Il retirèrent alors tout les deux leurs sabres puis puis chacun tenta régulièrement de contre-attaquer par le côté.
Ils marquèrent une pause pendant quelques secondes, mais l'ennemi de Jhon ne montrait aucun signe de fatigue. Le maître de Setho se tourna alors légèrement sur le côté, puis fonça à toute vitesse vers son adversaire en faisant tournoyer ses sabres. Pourtant, Setho ne lut aucune trace de colère ou de marque du côté obscur sur le visage de son maître malgré son énergie dans ce combat. Les quatres sabres laser se rencontrèrent violemment suite au coup de Jhon, puis ce dernier écarta sa lame puis frappa aussitôt à nouveau. Mais l'homme masqué réussit quand même à parer. Jhon tenta alors une frappe d'intimidation avec un tour sur soi-même, que son adversaire para. Le Jedi continua d'essayer d'attaquer son ennemi à plusieurs reprises, mais ce dernier, bien qu'il commençait doucement à reculer sous les coups des trois lames, para toute ses frappes. Setho se demandait comment cet homme surgit de nulle part arrivait à tenir tête à son maître, qui avait volontairement refusée une invitation à faire partie du conseil Jedi suite à une invitation de Mace Windu, sous prétexte qu'il serait tenté de se sur-estimer. Mais il arrivait quand même à garder son calme face à celui dont Setho espérait qu'il ne s'agisse pas d'un Sith.
Tout à coup, à la grande surprise des deux Jedis, leur ennemi fit un grand pas en arrière et s'arrêta. Le Jedi combattant baissa alors sa garde.

- Arrête de lutter Jedi, prononça alors l'homme masqué, tu es faible.
Il s’avança alors vers le maître Jedi en marchant rapidement et en agitant son sabre rouge dans sa direction. Quand les lames commencèrent à se toucher, l'homme au masque montra sa technique de frappe. En effet, les siennes étaient beaucoup plus rapides et puissantes que ses parades. Tellement rapides que Jhon n'eut même pas le temps d'utiliser tous ses sabres en même temps dans ses parades. Un seul sabre laser subissait en général les coups du "Sith", et le plus souvent c'était le troisième qu'il tenait dans sa mâchoire. C'est alors que le possesseur du sabre laser rouge lança une frappe fatale que Jhon esquiva de justesse, mais le coup atteignit le sabre qu'il tenait dans sa main gauche. Ce dernier vola à travers le couloir en s'éteignant, rebondit sur le sol en faisant un bruit métallique puis roula jusqu'au pieds de Setho, qui suivait le sabre fumant des yeux. Il était endommagé.
Son maître prit alors le troisième sabre dans sa main gauche pour remplacer celui qui était tombé, même si ce n'était pas très ergonomique.
Mais il s'était entrainé au combat à deux et à un sabre laser toute sa vie, car il savait que la perte d'un sabre laser était un risque plausible lors d'un combat; sachant que de nombreuses techniques, Sith notamment, consistaient à désarmer son adversaire. Il disait souvent à son apprenti pour plaisanter: "Ton sabre, c'est ta vie. Moi, J'en ai trois!".
Les deux combattants s'éloignaient chacun d'un ou de deux pas. Le spectacle des deux lames vertes et de la grande lame rouge était à la fois intrigant et intimidant. Ils s'avancèrent tous les deux l'un vers l'autre en marchant rapidement. Ils frappèrent en même temps, et les trois lames se croisaient en vrombissant. Mais c'était une manœuvre de diversion pour Jhon, qui engagea un saut de force périlleux juste au dessus de son adversaire afin de le frapper derrière lui, mais ce dernier se retourna à temps pour parer sa frappe verticale. Jhon tenta alors une frappe horizontale pour essayer de le décapiter, mais il esquiva en se baissant. Puis il se releva en parant une deuxième frappe du Jedi. Les deux duellistes continuaient ainsi leur jeu de frappe et de parade, sous les yeux inquiets du padawan.

Jhon Erraz tenta alors de l'estropier grâce à une frappe horizontale par le bas, mais son adversaire bondit pour l'esquiver. Au fur et à mesure que le combat continuait, les attaques de ce dernier devenaient de plus en plus agressives, rapides et violentes. L'apprenti Jedi comprenait clairement que le combat tournait au désavantage de son maître. L'adversaire de Jhon n'hésita pas à bondir régulièrement pour faire reculer le Jedi.
C'est alors qu'un comportement du Jedi intrigua Setho. Son maître était en train d'utiliser la forme "Soresu" du combat au sabre laser. Autrement dit, la forme défensive. L'apprenti Jedi s’inquiéta de plus belle. En effet, maître Erraz n'avait jamais utilisé cette technique. Non pas parce qu'il ne savait pas l'utiliser, mais parce qu'il n'en avait jamais eu besoin auparavant.
Modifié en dernier par feedle le Sam 03 Juin 2017 - 14:15, modifié 5 fois.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar L2-D2 » Jeu 01 Juin 2017 - 18:08   Sujet: Re: Le treizième padawan

Super, merci ! :jap:
feedle a écrit:ok, mais attention, c'est long:

Long, certes, mais je m'attendais à pire, en fait. Tout ça m'a l'air très bien !
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5410
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Jeu 01 Juin 2017 - 18:20   Sujet: Re: Le treizième padawan

Lu. C'est sympa. Il y a quelques fautes (le verbe faire, been au lieu de bien, vombrissement au lieu de vrombissement...), mais rien de trop grave. La narration peut être améliorée, mais c'est pas mal pour un début.
Juste, pour le sabre dans la bouche... Roronoa Zoro, sors de ce corps ! :D
Mais dans l'ensemble, j'aime bien.
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar L2-D2 » Jeu 01 Juin 2017 - 19:36   Sujet: Re: Le treizième padawan

Prologue lu !

Bon, je l'avoue, j'ai un peu de mal avec le coup du sabre-laser dans la bouche. Ça me parait excessif, je ne vois vraiment pas comment cela peut être une bonne idée, c'est attirer l'attention de l'ennemi sur la zone la plus fragile du corps, c'est également ne pas avoir autant de marge de manœuvre... bref, je ne suis pas convaincu. Mais bon, ce n'est déjà plus le cas, vu que l'un des sabres est HS !

Sinon, pour le reste, c'est un début efficace. On plonge directement dans le bain, on découvre notre héros et son mentor voué à connaître un sort funeste, un duel avec un Inquisiteur s'engage même si quelques facilités ici et là sont déconcertantes (la résolution de leur scanner qui permet de voir les bandes rouges sur le Destroyer, chapeau !), on découvre comment ils ont survécu à l'Ordre 66, tu leurs donnes quelques traits de caractères à la fois complémentaires et différents, c'est pas si mal tout ça ! :oui:

En revanche, il y a de nombreuses erreurs de concordance des temps, des fautes d'orthographe, des négations manquantes... rien de rédhibitoire, mais qui s'accumulent. :wink:

Je serai au rdv pour la suite !
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5410
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Jeu 01 Juin 2017 - 19:43   Sujet: Re: Le treizième padawan

L2-D2 a écrit:Ça me parait excessif, je ne vois vraiment pas comment cela peut être une bonne idée, c'est attirer l'attention de l'ennemi sur la zone la plus fragile du corps, c'est également ne pas avoir autant de marge de manœuvre...

Oui, voilà...

Et en y repensant, le coup de l'apprenti de Vador... Bof, quoi...
Au fait, ton récit prend place dans l'UE canon ou legends ?
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar feedle » Jeu 01 Juin 2017 - 19:47   Sujet: Re: Le treizième padawan

Zèd-3 Èt a écrit:
L2-D2 a écrit:Ça me parait excessif, je ne vois vraiment pas comment cela peut être une bonne idée, c'est attirer l'attention de l'ennemi sur la zone la plus fragile du corps, c'est également ne pas avoir autant de marge de manœuvre...

Oui, voilà...

Et en y repensant, le coup de l'apprenti de Vador... Bof, quoi...
Au fait, ton récit prend place dans l'UE canon ou legends ?


C'est l'univers legends, et d'ailleurs, Dark Vador a plusieurs apprentis dans l'univers legends (20 en tout je crois)
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Jeu 01 Juin 2017 - 19:49   Sujet: Re: Le treizième padawan

Oui, il en a plusieurs (justement, un de plus, c'était pas la peine...), mais aucun avec le titre de Dark. Même Galen Marek, le type qui a botté les fesses de Vador et de Palpatine à la suite, y a pas eu droit...
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Enginox » Jeu 01 Juin 2017 - 19:51   Sujet: Re: Le treizième padawan

Bienvenu sur la section Fan-Fiction :hello:
Je te propose d'ors et déjà de présenter ton récit sur le topic approprié, pour pouvoir décrire un peu mieux ta fan-fiction (et aussi faire remonter le topic, qui est... Mort... :siffle: )
Je n'ai pas eu le temps de lire ce prologue, mais je lirai sûrement la suite ! Bonne continuation :jap:
"Ainsi s'éteint la liberté, sous une pluie d'applaudissements."
Enginox
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1379
Enregistré le: 12 Juil 2016
Localisation: En orbite de l'Etoile Noire, avec R2-X2.
 

Messagepar feedle » Jeu 01 Juin 2017 - 20:04   Sujet: Re: Le treizième padawan

Zèd-3 Èt a écrit:Oui, il en a plusieurs (justement, un de plus, c'était pas la peine...), mais aucun avec le titre de Dark. Même Galen Marek, le type qui a botté les fesses de Vador et de Palpatine à la suite, y a pas eu droit...


Le pourquoi du comment du "Dark" de Syrthgar sera expliqué plus tard dans l'histoire.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Jeu 01 Juin 2017 - 20:13   Sujet: Re: Le treizième padawan

Dans ce cas, je m'incline :jap:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar mat-vador » Jeu 01 Juin 2017 - 20:35   Sujet: Re: Le treizième padawan

Ce récit est plutôt cool et j'attends de voir la suite.. ainsi que l'explication de ce titre de Dark accordé à l'apprenti de Vador :sournois: .
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1557
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Ven 02 Juin 2017 - 15:21   Sujet: Re: Le treizième padawan

Ton synopsis me plait bien. Je n'ai pas le temps, aujourd'hui, de lire le premier chapitre, mais je le ferai très bientôt.

Si j'ai bien compris, le premier tome est déjà écrit entièrement?

Tu penses qu'il y aura combien de tomes?

Voilà, c'est tout pour le moment.

A bientôt! :hello:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5317
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar feedle » Ven 02 Juin 2017 - 17:21   Sujet: Re: Le treizième padawan

Den a écrit:Ton synopsis me plait bien. Je n'ai pas le temps, aujourd'hui, de lire le premier chapitre, mais je le ferai très bientôt.

Si j'ai bien compris, le premier tome est déjà écrit entièrement?

Tu penses qu'il y aura combien de tomes?

Voilà, c'est tout pour le moment.

A bientôt! :hello:


Oui, le tome 1 est déjà écrit entièrement (pour une question de marge de temps) et il va il va y avoir 4 tomes.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Den » Ven 02 Juin 2017 - 17:23   Sujet: Re: Le treizième padawan

Merci pour la réponse.

4 tomes? Voilà qui est intéressant. :)

J'ai hâte de pouvoir lire ce premier chapitre alors.

Tu as encore plus titillé mon intérêt. :sournois:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5317
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar feedle » Ven 02 Juin 2017 - 22:14   Sujet: Re: Le treizième padawan

Bonjour à tous,

Alors d'abord grand merci pour tous vos retours et pour la constructivité de vos commentaires.

Donc apparemment, un chapitre par semaine vous convient, donc on part là dessus. Sinon, est-ce que vous voulez que je fasse un résumé du chapitre précédent avant chaque publication pour mieux se souvenir ou le modèle actuel vous convient-il déjà? En attendant, on se retrouve vendredi prochain pour le chapitre 1.

また ね! :)
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Ven 02 Juin 2017 - 23:09   Sujet: Re: Le treizième padawan

feedle a écrit:Sinon, est-ce que vous voulez que je fasse un résumé du chapitre précédent avant chaque publication pour mieux se souvenir ou le modèle actuel vous convient-il déjà?

Non, c'est bon, pas la peine. C'est l'avantage d'un chapitre par semaine :)
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Den » Sam 03 Juin 2017 - 10:10   Sujet: Re: Le treizième padawan

D'accord avec Zèd, ce n'est vraiment pas la peine de faire un résumé vu qu'on aura un chapitre chaque semaine. :)
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5317
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 03 Juin 2017 - 12:32   Sujet: Re: Le treizième padawan

Lu!
Un début intéressant, je serai au rendez-vous du prochain chapitre.


Quelques remarques:
- La technique à trois sabres (inédite dans l'univers Star Wars) du maître de Setho serait-elle un clin d’œil au personnage de One Piece, Roronoa Zoro?
- Si Setho est un humain standard, il ne peut pas voir les ultra violets, qui peuvent par ailleurs provoquer de graves lésions sur sa peau et surtout, sur sa vue! La lumière violette, qui ne représente qu'une faible fraction des radiations émises par certaines lampes à UV (lumière noire) fait bien, quant à elle, partie du spectre visible.
- Quelques fautes qui mériteraient la relecture d'un correcteur (tout le monde en fait sur un texte un peu long :transpire: ), mais cela ne gêne pas (trop) la lecture.
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 608
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar feedle » Ven 09 Juin 2017 - 18:32   Sujet: Re: Le treizième padawan

Salut à tous, chers lecteurs.

Comme promis, je publie ici la suite du tome. Merci également pour toutes vos critiques constructives, vous m'aidez toujours à avancer :)
J'en ai profité pour bien vérifier l'orthographe, et je poste en plus du texte ci-dessous le chapitre 1 en pièce jointe (juste au cas où vous voudriez le télécharger). Aussi, est-ce vous savez comment on fait pour mettre sur la première page les liens des messages où sont publiés les chapitres, parce que j'ai vu ça sur une page de Jagen Eripsa et je trouve ça vachement pratique.

Allez, fini le blabla, prenez un verre de votre boisson favorite, posez vous, et bonne lecture. mais faites gaffe de pas renverser la boisson sur votre clavier quand même...





Chapitre 1



Setho sentait un nuage d'émotion parmi les combattants. De la peur, montant lentement du côté de Jhon Erraz; et de la colère, ou plutôt de la rage, du côté de son adversaire. Ce dernier donnait toute son énergie dans ce combat, comme s'il jouait sa vie. Bien que c'était le cas d'un certain point de vue. Mais en attendant, le duelliste en difficulté était le maître Jedi. Il parait tant bien que mal les violents coups du "pseudo-Sith", tout en reculant progressivement, toujours en combattant au "Soresu".
Le combat était répétitif, il s'éternisait et s'inégalait au fur et à mesure de sa durée. Depuis le début du combat, ils s'étaient déplacés d'au moins quelques mètres. Les lames continuaient de tournoyer et de s'entrechoquer. Cela faisait déjà quelques minutes que le combat avait commencé. Et Setho restait toujours encore à côté, observant le combat, la lame toujours allumée au cas où le mystérieux agresseur changerait d'adversaire.
Tout à coup, Jhon commença à reculer à grand pas. Pas pour prévoir une botte secrète comme au début du combat, mais pour éviter plus facilement les coups de son adversaire, ce qui eut pour effet que ce dernier frappa dans le vide à plusieurs reprises. Mais cette technique fut peu efficace. Au contraire, cela le rendait encore plus furieux et il donna des coups encore plus forts et adapta sa vitesse en fonction du Jedi. Quand à Setho, il se situait désormais derrière leur ennemi. Si ce dernier ne maîtrisait pas la force, Setho en aurait profité pour lancer une attaque surprise derrière lui. Mais contre quelqu’un de plus fort que son maître, même le plus jeune des padawans n'aurait pas essayé.
Le combat s'intensifiait. Setho avait du mal à suivre. Chaque moment de répit n'excéda une demi-seconde. Et il n'y avait pas besoin d'être un Jedi pour lire la fatigue, l'épuisement et le désespoir naissant sur le visage de son maître. Il tenta alors d'imiter les coups de grande ampleur de son adversaire, en le frappant en utilisant un sabre à la fois pour plus de rapidité. Mais cette technique se révéla inefficace. L'homme masqué essaya même de narguer son ennemi en s'arrêtant pendant une seconde pour lui donner une lueur d'espoir, mais ils reprirent le combat immédiatement. Et pour une fois, la technique adverse n'avait pas fonctionnée sur le Jedi, qui comprenait clairement qu'il devait utiliser toute sa stratégie dans ce combat, s'il ne pouvait pas jouer sur le physique. En effet, Erraz était un fin stratège, à tel point que son bataillon de soldats clones de jadis avait la réputation de ne perdre aucune bataille, même en situation d’infériorité numérique.

C'est alors que son maître commit l'erreur. L'erreur dont Setho se souviendra toute sa vie. Lorsque le "Sith" lança une puissante, violente et rapide frappe horizontale, Jhon Erraz commit l'erreur de parer verticalement, ce qui permit à la lame rouge de contourner la lame verte et de toucher le torse de son rival en plein fouet.
Setho vit le temps se figer. Il vit son maître mourir sur le coup. L'homme en toge noire avait effectué l'acte du Shiak, qui consistait à mettre fin au combat, par exemple en transperçant son adversaire, et en lui ôtant la vie. Le combat était terminé. Le côté obscur avait triomphé du côté lumineux, tout comme l'empire régit par les deux Sith avait remplacé la république protégée des Jedis. De tout temps, des Jedi étaient attirés par le côté obscur. Setho comprenait maintenant pourquoi.
Le padawan n'avait plus la force de crier en voyant son maître tomber à genoux, cracher du sang puis s'effondrer sur le sol aux pieds de son assassin. Avec horreur, il vit la scène au ralenti. Son maître était mort. Il ne pouvait plus revenir en arrière. Et il ignorait s'il restait d'autres Jedi encore en vie. Lui et son maître auraient voulu pouvoir essayer de contacter d'éventuels survivants à la grande purge des Jedi, mais les communications de leur croiseur étaient hors-service. Lorsqu'ils se séparaient lors de leurs missions de ravitaillement, ils communiquaient par comlink.
Celui qui avait tué Jhon Erraz se pencha au dessus de lui, émit un soupir de satisfaction. Il se releva et regarda en direction de son apprenti. Setho paniqua de plus belle et chercha un moyen de s'échapper. Là! À quelques mètres de lui se trouvaient les capsules de sauvetage, intactes. Mais elles étaient trop éloignées. Il ne pourrait les atteindre qu'en courant s'il espérait pouvoir s'échapper vivant. L'assassin se dirigea alors vers Setho en marchant doucement vers lui. Il en profita pour faire légèrement tournoyer son sabre laser rouge afin de lui faire comprendre qu'il comptait lui réserver le même sort que son défunt maître. Instinctivement, Setho rengaina son sabre, se retourna et courut le plus vite qu'il put en s'aidant de la force, sans regarder derrière lui, de peur de voir changer d'attitude l'homme comme il l'avait fait au cours du dernier combat de Jhon. Il bondit dans la première capsule qu'il atteignit, referma vite la porte et, de crainte de se retrouver piégé et de revoir l'effrayant spectacle de la lame rouge traçant un cercle de feu parfait sur la porte, appuya frénétiquement sur le bouton de démarrage, et cessa seulement lorsqu'il vit sa capsule se détacher du croiseur de la république déchue.
À travers la vitre, il put mieux apercevoir ce qui s'était passé avant le combat qui avait changé son histoire. Le croiseur léger était amarré latéralement au destroyer impérial aux bandes rouges. Les deux autres destroyers ordinaires étaient stationnés aux côtés de celui-ci.
Les trois vaisseaux impériaux ouvrèrent le feu sur la capsule. Setho refusait de croire qu'il réussiraient à nouveau à le toucher. De plus, le largage prématuré de la capsule la faisait tourner sur-elle même, ce qui devrait normalement rendre sa visée plus difficile. Mais ce qui étonnait Setho, c'était le fait que les destroyers n'envoyaient aucun chasseur TIE. Mais cela permit à, Setho de se sentir un minimum rassuré de ne pas subir le même sort que son maître. Pour l'instant, seul la peur le motivait. Il savait que cela allait à l'encontre du code Jedi. Mais la situation était telle qu'il n'arrivait pas à garder son calme. De plus, quel Jedi ou quel maître était là pour le lui rappeler? Setho avait toujours été aux côtés de son maître, ignorant ce qui pouvait se passer si jamais il n'avait plus personne à suivre, plus personne pour perpétuer son apprentissage. Il n'avait désormais plus personne pour être à ses côtés, il n'avait nulle part où aller. Même l'armada impériale cessa le feu comme pour accentuer son sentiment d'abandon. Il y avait désormais seulement un padawan solitaire, potentiellement le dernier survivant des utilisateurs du côté lumineux de la force, ainsi que sa capsule, filant à travers l'espace, avançant plus grâce à l'élan infini du vide spatial privé de gravité que par les minuscules réacteurs arrières.

Setho se rappela alors des dernières volontés de son maître. S'éjecter du vaisseau par les capsules de sauvetage. Mais pour aller où? C'est alors que Setho se souvint de la planète à atmosphère respirable vue sur l'hologramme. Il savait que les capsules de croiseur ont un système de redirection de trajectoire automatique vers la planète à atmosphère respirable la plus proche, mais elles ne dirigeaient pas forcément ses utilisateurs vers une planète sûre et habitable. D'ailleurs, elle peut même échouer sur une planète dont l'atmosphère ne possède pas un taux d'oxygène suffisant pour les humains. Setho espérait qu'il n’atterrisse pas sur une planète hostile avec une atmosphère constituée principalement de gaz toxique.
Il se pencha en direction du hublot, et c'est alors qu'il vit la planète. Elle était encore très éloignée. Mais il put déjà apercevoir une sphère de couleur ocre au loin, et même une lune blanche un peu plus petite à côté.
Malheureusement, la planète était encore très éloignée. L'apprenti estima qu'il n’atterrira pas sur la planète avant quelques heures.

La capsule, après environ quatres heures, commença à se rapprocher de la planète.
"Enfin!" se dit Setho. Il avait passé un très mauvais voyage. Pendant environ une heure, Setho était pris au mal spatial. Et c'était sans compter sur l'ennui. Bien qu'il savait que le temps s'écoule plus rapidement dans l'espace, le trajet semblait durer une éternité. Durant le voyage, il n'avait jamais touché à l'holocron, de peur de raviver le douloureux souvenir de la mort de son maître, sachant que l'holocron était autre fois utilisé par Setho comme source de divertissement sur l'ancien croiseur.
La capsule se rapprocha doucement de la surface de la planète. Le padawan put, à travers le hublot, y apercevoir des étranges nervures semblables à des veines. Celles-ci étaient de plus en plus nombreuses au fur et à mesure que la capsule se rapprochait et semblaient recouvrir entièrement la planète. La capsule commença alors à entrer dans l'atmosphère. Heureusement pour son propriétaire, il n'y avait aucune trace de gaz toxique ou d'atmosphère irrespirable.
Puis le sol se fit voir, et tout de suite, Setho remit en question le statut de "sol" pour qualifier la surface de la planète. En effet, celui ci était constitué de sortes de racines ou de lianes géantes qui recouvraient entièrement la surface. Le diamètre moyen d'une de ces tiges était d'environ un kilomètre. Elles étaient de couleur brune et il était difficile de déterminer si elles étaient d'origine organique ou minérale.
Cependant, Setho n'aperçut aucun support duquel elles semblaient émerger. Il essaya de trouver le début d'une de ces lianes géantes en la suivant, mais elle disparut sous une autre. Et il fut incapable de la relocaliser ailleurs. De plus, il ne trouva que peu d'embranchements. Toutes les racines semblaient s’emmêler comme si la planète entière était un gigantesque sac de nœuds.
Setho essaya à nouveau de localiser le support de ces racines géantes, sans succès mais chacune d'entre elles semblaient émerger derrière d'autres racines plus profondes pour atteindre la surface, puis redisparaître dans le néant.
En attendant que le padawan tentait de trouver une explication à toutes les questions qu'il se posait, à propos de la planète, de ces lianes ocre, de leur origine et qu'est-ce que tout ça signifiait, il ne remarqua pas que la capsule dans laquelle il se trouvait se dirigea droit vers une de ces lianes géantes. Il remarqua la position de la capsule trop tard et la vit faire de l'ombre sur la surface, puis elle s'écrasa. Setho se fit propulser à l'autre extrémité de sa cabine et reçut un violent et douloureux coup sur son crâne.

Il se releva, complètement sonné et avec un bruit de sifflement continu dans les oreilles, qui se dissipa progressivement. La capsule tremblait légèrement et quelques débris tombaient du plafond. L'apprenti espéra qu'elle ne s'était pas écrasée sur un rebord en équilibre au dessus du vide, ne pouvant pas voir à travers le hublot qui était partiellement enterré. Setho ne s'éternisa pas sur la question et se dirigea vers la porte, sachant que c'était le seul moyen de le savoir. Il appuya sur le bouton d'ouverture, entendit un bruit de déclic et la porte coulissante s'ouvrit de quelques décimètres. Le padawan essaya d'écarter l'interstice, sans succès. La porte était bloquée. Il essaya de se faufiler à travers l'ouverture. Il passa tout juste, mais ne sortit pas encore. L'apprenti Jedi jeta d'abord un coup d’œil à l’extérieur. Le paysage était beaucoup plus étonnant qu'il ne le s'imaginait.
Pour commencer, la surface des lianes géantes n'étaient pas du tout plate. Au contraire, elle était constituée d'une écorce rugueuse proportionnelle à sa taille, formant des chaînes de collines d'une dizaine de mètres de haut. Sa capsule avait atterri au milieu de l'une de ces "vallées", dont l'axe était perpendiculaire à la racine elle-même. De plus, entre les interstices de l'écorce, poussait de la végétation. Et les plus grandes crevasses étaient remplies d'une terre dont le teint variait entre le roux rouille et le brun ocre. Celui-ci était également parsemé par ci par là de plantes basses. Il se baissa et constata que sa capsule de sauvetage s'était écrasée sur ce sol sableux. En effet, elle n'avait que peu de dégâts. Si la capsule avait terminé sa course sur l'écorce même, elle aurait probablement rebondit. A moins que celle-ci ne soit pas solide.
Il retourna dans la capsule, pris son sac et le jeta à travers l'interstice. Puis il se faufila à son tour à travers l'ouverture et put constater la température ambiante. Le climat était plutôt sec, mais pas si désagréable que ça. Setho regarda vers le ciel pour observer le soleil, afin d'estimer l'heure qu'il était. Celui-ci était haut dans le ciel, mais sa position n'était pas assez précise pour déterminer si on était le matin ou l'après-midi. De plus, Setho ignorait la durée d'un jour sur cette planète. Il ignorait donc si la température allait augmenter ou diminuer dans le restant de la journée. Depuis la capsule, il n'avait pas aperçu d'habitation. Il commença lentement à perdre espoir et à se demander comment il allait s'en tirer. L'apprenti fit le vide dans son esprit afin d'envisager toutes les possibilités. Dans le meilleur des cas il se trouverait juste dans une zone peu peuplée de la planète, en sachant qu'elle se situe à la limite du secteur civilisé. L'Empire ne se serait pas implanté ici et il trouvera après quelques jours standard de recherche un lieu tranquille avec gîte et couvert, ou il pourra vivre en sécurité et passer le restant de ses jours à rechercher d'éventuels Jedi survivants.
Et dans le pire des cas, il serait coincé sur une planète inhabitée, sauvage et hostile, pour finalement découvrir qu'il s'agit en fait d'un "monde-ressource" de l'Empire, où il devra vivre caché et en exil toute sa vie.

Le padawan commença par chercher une réponse à l'une de ces nombreuses questions qu'il se posait. Il dégaina son sabre laser et troua à plusieurs reprises "l'écorce" de la racine. Il rengaina son sabre pour constater qu'elle était aussi solide qu'une roche gréseuse. N'importe quel outil métallique aurait pu exécuter la même tache que son sabre laser.
Il sortit ensuite de son sac un petit chalumeau et appuya sur la détente pour vérifier si il fonctionnait encore. La flamme, jaillissant plus rapidement que prévu, fit légèrement sursauter Setho et confirma son bon fonctionnement. Il le rangea dans son sac qu'il posa par terre et décida de grimper sur une des collines pour observer les alentours.
La vue des racines depuis le sol était spectaculaire et beaucoup plus impressionnante que depuis le ciel. Elle ressemblaient à des montagnes formants des arcs rocheux gigantesques. Même depuis le sol il ne pouvait pas voir la surface à proprement parler. Chaque racine géante émergeait du vide. En regardant mieux, il remarqua que le réseau racinaire s'étendait même en profondeur, et semblait même y s'étendre à l'infini. Tout cela formait un important contraste avec le ciel bleu, dans lequel volaient d'étranges créatures semblables à des bulles ovales transparentes avec quelques tentacules violettes volants au vent.
L'apprenti décida alors d'explorer un peu les environs, toujours dans l'espoir de trouver quelque chose d’intéressant; ou encore mieux, quelqu'un.
Setho marcha un peu, constatant à quel point les écarts entre les collines étaient variables. Certains mesuraient une petite douzaine de mètres, alors que les plus petits se mesuraient en décimètres. Généralement, les plus grandes vallées étaient les plus allongées.
Le padawan, n'ayant encore rien trouvé, dut se résoudre à renoncer à poursuivre ses "expéditions" plus loin, l'épave de sa capsule n'étant pas visible du haut des collines. Il décida d'y retourner afin d'allumer un feu qui lui servira de balise, en espérant également qu'une éventuelle forme de vie intelligente le repère, bien ou mal intentionnée.
En retournant vers l'épave, il en profita pour ramasser le plus de végétaux possibles pour servir de combustible. En arrivant près de l'épave, il se pencha au dessus de son sac. Il l'ouvrit pour en sortir son chalumeau. L'apprenti rassembla tous les plantes qu'il avait ramassé en un petit tas, qu'il alluma. Le feu grandit rapidement, mais les flammes demeuraient relativement stables. Elles libéraient une épaisse colonne de fumée gris foncé qui s'élevait rapidement vers le ciel. Setho constata alors l'efficacité que cela pouvait avoir en servant de balise. Chose faite, il retourna poursuivre ses expéditions, en espérant pouvoir explorer toute la face de la racine sur laquelle il s'était écrasé jusqu’à la fin de la journée.
Régulièrement, il retourna à l'épave pour voir si cela avait attiré quelqu'un. Au bout de quelques heures, il n'avait toujours encore rien trouvé. Il se dirigea une fois de plus à l'épave pour constater à nouveau sa solitude. Toutefois il remarqua que l'intensité du foyer commença à faiblir. Setho arracha alors quelques plantes grimpantes qui étaient fixées sur l'écorce et s'approcha du feu pour les jeter à l'intérieur. Mais au moment où le feu était censé se raviver suite à son ajout de combustible, celui-ci s'éteignit d'un coup.
Setho fut complètement stupéfait. Se demandant comment cela aurait pu être possible, il se rapprocha de ce qui restait pour tenter d'expliquer cet étrange phénomène, mais il ne vit que la fumée s'échappant silencieusement des plantes brûlées. Le padawan recula pour mieux réfléchir à la question. C'est alors que trois silhouettes accroupies au sommet de la colline faisant face à l'épave attirèrent son attention.
Setho reconnut un Bothan, une Humaine et une petite Togruta, qui semblait être la plus jeune des trois. Tous le regardaient d'un air méfiant, comme s'il avait commis une erreur, bien que ce ne soit pas du tout réciproque. Au contraire, il était rassuré d'avoir rencontré des personnes sur cette planète lointaine.
Le Bothan à gauche avait une fourrure brun clair et des yeux brillants. L'Humaine, à droite, était la plus grande des trois. Elle avait des cheveux noirs ondulés, tous rassemblés vers l'arrière, ce qui laissait son front entièrement dégagé. Quant à la Togruta, elle avait la peau orange vif, des peintures traditionnelles togruta blanches sur son visage et des bandes bleues sur ses lekkus, qui atteignaient presque ses épaules..
Setho ne put pas reconnaître plus de détails à cause du contre-jour. Mais ce qu'il l'étonna le plus, c'est qu'ils étaient tous les trois vêtus de vêtements Jedi.

- Euh... Bonjour, commença Setho. Je peux savoir qui vous êtes?
- Non, répondit la fille du milieu sèchement. Toi, qui est tu?
Setho ne savait pas quoi répondre, ne sachant pas qui ils étaient et s'ils travaillaient pour l'Empire ou non. Il se sentait tout à coup un peu moins rassuré.
- Je t'ai posé une question, répéta-t-elle. D’où est-ce que tu viens, comment-tu t'appelles, qu'est-ce que tu fiches ici et si tu es de mèche avec l'Empire.
- En fait, pas vraiment, dit le Bothan en s'adressant à la fille. Tu lui à juste demandé qui il est.
- Yizos, c'est pas le moment! lui répondit-elle d'un ton agacé. Puis elle se retourna vers Setho:
- Alors petit?
Setho avait l'habitude d'utiliser des pseudonymes lors de ses expéditions avec son maître, mais là, il n'avait pas eu le temps de s'en trouver un. Il réfléchit le plus rapidement possible et tenta d'inventer un nom fabriqué de toutes pièces.
- Euh... Diss-Ven.
- Ton vrai nom, répondit le Bothan.
- Personne ne peut duper Yizos, ajouta la Togruta avec un sourire méprisant. T'as intérêt à ne pas nous mentir maintenant.
- Saara, c'est pas la peine d'en rajouter, lui répondit l'Humaine.
- Désolé Horia, je me suis un peu emportée.
Setho soupira.
- Bon d'accord. Je m'appelle Setho, et je suis un padawan. Ou plutôt, j'étais. Mais je suppose que ça n'a pas d'import...
- Comment ça un padawan? Interrompit l'Humaine, qui s’appelait apparemment Horia. Tu sait ce que c'est au moins? Qu'est-ce qui nous le prouve? Sachant que t'as déjà essayé de nous mentir. Dis moi ce que tu caches.
- Ouais, répondit la Togruta qui répondait au nom de Saara. Prouve le!
- Et puis quoi encore, rétorqua Setho avec un élan de frustration. J'ai déjà répondu à votre question, maintenant c'est à vous de me répondre!
Horia sauta du haut de la colline pour atterrir en face de Setho. Aussitôt, elle dégaina un sabre laser à la lame violette qu'elle pointa vers la visage de Setho. Ce dernier réagit immédiatement à son réflexe de dégainer son sabre, qu'il pointa en diagonale en direction d'Horia. Les deux lames bleues et violettes vrombissaient. Setho put facilement lire le sentiment de stupéfaction sur le visage d'Horia, même si celle-ci cherchait à dissimuler ses émotions. Ses deux autres partenaires eurent la même réaction.
- Intéressant, dit-elle. Il y a peut-être une part de vérité dans ce que tu dis. Je sens de la force en toi, en effet.
Tous les deux abaissèrent leur garde.
- Mais ton sabre bleu n'est pas une preuve suffisante, ajouta-t-elle.
- C'est inutile de continuer ton enquête comme ça Horia, répondit Yizos du haut de la colline.
- Comment ça?
- Ce garçon est vraiment un Jedi fugitif.
- Mais comment tu peux emmettre des conclusions aussi rapides?
- Regarde le symbole sur l'épave.
Horia se tourna vers la capsule échouée et vit alors le symbole de la flotte de l'Open Circle, la flotte de la république. À la grande surprise de son ex-passager, la première réaction d'Horia était la crainte.

- Ça va Horia? demanda Saara.
- Oh non, l'Empire sait ou nous sommes!
Horia se tourna vers Setho et releva sa lame.
- Écoute moi bien, je sais pas qui tu es et quel est ton plan, mais nous sommes en supériorité numérique. En plus, on est des Jedi entraînés. Tu ne peux rien contre nous!
Yizos sauta alors du haut de la colline et attérit aux côtés de Setho.
- Horia!
- Quoi?! Qu'est-ce qui te prend?
- Comment tu peux être aussi bornée?!
Saara ne tarda pas à les rejoindre en bas. Yizos reprit son discours.
- Réfléchis un peu! L'Empire ignore notre existence. T'as déja vu un stormtrooper nous adresser la parole quand on part en mission de ravitaillement à Pyrox?
Horia ne répondit pas à sa question rhétorique.
- Crois moi, trop de détails pour une coïncidence et le fait que personne à part les douze ignorent qui nous sommes font que ce garçon mérite quelques explications.
Setho et Horia se regardèrent droit dans les yeux, puis éteignirent simultanément leur sabres.
- Et puis, ajouta Yizos, tu m'as déja vu me tromper?
- Arrête d'être aussi prétentieux, dit Saara, en en rejoignant les autres.
- Stop ça suffit, dit Horia en interrompant la dispute naissante entre Saara et Yizos. Désolé d'avoir réagi comme ça Setho, on va tout expliquer.
Le fugitif était tout ouïe.
- Nous sommes des anciens padawans.
Modifié en dernier par feedle le Lun 21 Aoû 2017 - 12:47, modifié 5 fois.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Sam 10 Juin 2017 - 12:40   Sujet: Re: Le treizième padawan

Salut ! Je lirai plus tard, là j'ai pas trop le temps.
Pourquoi tu postes, alors, andouille ?
Parce que j'ai déterré un message d'un collègue fanfictionneur qui expliquait très bien comment comment faire des liens vers les chapitres.

Et pas d'inquiétude, je lirai bientôt ton chapitre.
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar feedle » Sam 10 Juin 2017 - 13:09   Sujet: Re: Le treizième padawan

Zèd-3 Èt a écrit:Salut ! Je lirai plus tard, là j'ai pas trop le temps.
Pourquoi tu postes, alors, andouille ?
Parce que j'ai déterré un message d'un collègue fanfictionneur qui expliquait très bien comment comment faire des liens vers les chapitres.

Et pas d'inquiétude, je lirai bientôt ton chapitre.


Merci beaucoup, je vais faire ça maintenant :)
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Den » Sam 10 Juin 2017 - 14:03   Sujet: Re: Le treizième padawan

Bon... J'avoue, je n'ai pas encore lu le premier chapitre... :transpire:

Donc, il faudra probablement patienter pour mes impressions sur le second. :paf:

Mais, promis, je lirais ta fic! Avec un peu de chance, peut-être auras-tu une surprise aujourd'hui? :whistle:

EDIT:


Ah ben, la surprise est arrivée plus tôt que je ne pensais. J'avais un peu de temps à tuer, donc, j'ai lu le prologue de ton histoire.

Tout d'abord, je tiens à te féliciter pour ton style. C'est vraiment bien écrit, on a droit à beaucoup de détails surtout lors du combat entre Jhon et son mystérieux opposant. Pour peu, j'avais l'impression d'y être et d'assister à ce duel hors norme. A ce titre, je te félicite pour l'idée d'utiliser cette amusante technique à trois sabres laser tirée assurément du manga One Piece. Certes, elle pourrait s'avérer dangereuse, mais après tout nous sommes dans l'univers Star Wars et tout est possible.

Au passage, je te félicite également pour l'explication à la survie du Maître et de son Padawan. C'est plausible, cohérent et bien pensé.Par contre, que Setho décide de garder sa tresse de Padawan, c'est une mauvaise idée, après tout, il semblerait que seuls les Jedi utilisent cette coupe. Il aurait mieux fallu en changer pour passer inaperçu, non?

si tu relis ton texte, tu trouveras une ou deux fautes de frappe et quelques répétitions que l'on peut aisément modifier. Hélas, je n'ai pas pensé à les relever lors de ma lecture. :paf: Désolé. J'essaierai de le faire quand je lirai la suite.

Sinon, c'est une histoire qui commence très très bien. C'est plaisant à lire, fluide, bien écrit et j'ai passé une très bon moment. Je serai présent pour la suite, en espérant que je ne prenne pas trop de retard. :whistle:

Bonne continuation!
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5317
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar L2-D2 » Lun 12 Juin 2017 - 17:39   Sujet: Re: Le treizième padawan

Chapitre 1 lu !

Et voilà, ça y est, le récit a démarré ! Notre héros perd son mentor, fuit face à un adversaire - dont on se doute déjà que, tôt ou tard, il lui fera face à nouveau - s'échoue sur une planète inconnue et fait la rencontre de ses futurs alliés... du moins si tout se passe bien, ce qui n'est pas encore dit ! :transpire:

On ne peut donc pas dire qu'on s'ennuie et, si le fond est intéressant, la forme est malheureusement encore à revoir : les descriptions et les dialogues sont plutôt réussies, mais les fautes d'orthographe ! Et les temps ! Les concordances de temps sont encore trop mal employées, résultat, je suis à plusieurs moments sorti de ma lecture, et c'est rageant, je n'aime pas m'interrompre à cause de ce type d'erreurs ! :wink:

Mon conseil : relis-toi bien, revois les règles de conjugaison, et ce vilain défaut ne sera plus qu'un souvenir !

A bientôt pour le Chapitre 2 !
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5410
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar feedle » Ven 16 Juin 2017 - 11:40   Sujet: Re: Le treizième padawan

Salut tout le monde,

Aujourd'hui, chapitre 2. Et merci encore pour vos retours qui m'aident à m'avancer. Je fais mieux attention aux fautes d'orthographe et j'ai remarqué que la référence à roronoa zoro vous a bien plus :wink: (je sais que cette technique peut être dangereuse, mais Jhon Erraz est un maître expérimenté, ou du moins l'était).

Sur ce, bonne lecture:



Chapitre 2



- Bon, débuta Horia en piétinant le reste du feu, pour commencer, n'allume plus jamais de feu ici, d'accord? Cette planète fait partie de l'Empire.
- Quoi? Répondit Setho.
- Ben oui, qu'est-ce que tu crois, un monde civilisé à deux parsecs de Ryloth, tu croirait vraiment que l'Empire le laisserait gentiment en paix?!"
Cela répondait au moins à une de ces questions. Il pouvait considérer ça comme une bonne et une mauvaise nouvelle.
- Mais comment vous savez ça? Vous habitez ici?
- Tu crois pas si bien dire, répondit Yizos.
- Ah bon? Où ça?
- Je crois que le mieux, c'est qu'on t'y emmène.
- Dans ce cas il faut se dépêcher, peut-être que quelqu'un de mal intentionné à vu la balise, dit Horia.

Les quatre utilisateurs de la force voyageaient "en aval" de la racine géante sur laquelle ils se sont rencontrés, dépassant largement la zone explorée par Setho. C'est alors qu'ils tombèrent sur une route. Elle était creusée dans l'écorce et était recouverte par-ci par-là de sable fin. Setho put apercevoir que la route se prolongeait par un pont entre deux racines dans la direction de droite. Mais le petit groupe se dirigea à gauche. Ce côté de la route descendait en direction de la pente. En chemin, Setho en profita pour poser toutes sortes de questions.
- Mais comment vous avez fait pour échapper à l'ordre 66?
- C'est une longue histoire, répondit Horia. On était une quinzaine de padawans à assister à une réunion de nos maîtres sur Ruusan. Ils étaient censés faire le quatrième bilan annuel de la guerre des clones. Bien sûr, les soldats qu'ils commandaient étaient présents.
- Sauf le maître et l'unité d'Abbékia, corrigea Yizos. Horia ne lui répondit pas.
- Ils ont ouvert le feu au moment où les maîtres étaient tous concentrés sur un hologramme et où les padawans commençaient à baisser leur garde à cause de l'ennui, compléta Saara.
- Ils étaient trop nombreux, reprit Horia d'une voix mélancolique, et ils nous encerclaient. Sur environ seize Jedis et leur padawans, seuls douze ont réussi à s'en tirer. On était pas ceux qui ont mieux sut se défendre, on était ceux qui avaient eu le plus de chance.
- Et après?
- On a foncé vers la navette qu'on avait utilisé pour venir ici pour s'enfuir.
Une fois qu'on a quitté l'atmosphère de la planète, on a visé la planète la plus éloignée de la région.
- On voulait aller sur Ryloth au départ, ajouta Saara, mais dans la hâte on s'est trompé de coordonnées pour atterrir dans le vide spatial. Puis on a erré pendant longtemps avant d'arriver finalement sur Wizma.
- Wizma? Demanda Setho, c'est le nom de cette planète?
- Exactement, répondit Horia. On a fini par s'installer sur cette planète à cause de l'endommagement du vaisseau suite à une attaque surprise d'un croiseur impérial.
- D'ailleurs, il était assez bizarre le croiseur, dit Yizos. Il avait deux grandes marques rouges en forme de triangles inversés de chaque côté du poste de commande.

Setho se tourna vers lui brusquement. Les mots lui manquaient.
- Attend, moi aussi j'ai été attaqué par un croiseur comme celui-là!
- Ah bon? Comment ça? Demanda Saara.
- Eh bien, il y a deux ans, moi et mon maître avons fui la mutinerie clone depuis Allanteen à bord d'un croiseur. Quand on est arrivé ici on a subi une embusc...
- Attend, attend, interrompit Yizos. Vous avez mis deux ans à atteindre cette planète depuis Allanteen?
- L'hyperdrive a été saboté par les séparatistes auparavant, on comptait attendre des renforts, pour pouvoir quitter la planète. Mais on a été contraint de se servir de notre croiseur endommagé pour quitter la planète in extremis.
- C'était pas vraiment votre jour de chance quoi, répondit Saara.
- Et ensuite? demanda Horia.
- Quand on est arrivé dans ce système, le croiseur aux marques rouges nous à attiré grâce à un rayon tracteur et s'est amarré à notre vaisseau. On a ensuite voulu fuir mais on a été abordé par un mystérieux homme en toge à capuche noire. Il avait un masque et un sabre laser rouge avec lequel il a tué mon maître. Mais j'ai réussi à m'enfuir en capsule de sauvetage.
Les trois padawans qui l'écoutaient s'arrêtèrent lorsque Setho eu terminé sa phrase.
- Euh... J'ai dit un truc qu'il fallait pas?
- Tu as rencontré Dark Syrthgar? demanda Horia. Mais comment tu t'en es tiré?!
- Dark Syrthgar? C'est le nom de l'homme masqué?
- Oui! Comment t'as réussi à t'enfuir?
- Eh bien... Quand je l'ai vu tuer mon maître, je me suis dirigé vers la capsule de sauvetage la plus proche.
- Mais attend, demanda Saara, ça veut dire que l'Empire sait que tu es ici!
- Non, c'est impossible, répondit Setho, je l'ai vu entrer dans notre vaisseau et je ne l'ai jamais quitté des yeux. S'il avait posé un mouchard sur la capsule, je l'aurait vu.
- Peut-être, mais il sait que tu es sur cette planète.
- Pas forcément, dit Yizos, il pourrait également avoir atterri sur Bubu.
- Bubu? demanda Setho.
- C'est l'unique lune de cette planète, tu dois sûrement l'avoir vue depuis ta capsule étant donné que son diamètre fait trois quarts de celui de Wizma.
- Ah oui, c'est vrai, je l'ai vue.

Le groupe reprit sa route. La pente devenait de plus en plus raide à fur et à mesure que la route descendait le long de la paroi de la racine géante. Au bout d'un moment, la route débouchait sur un pont d'une cinquantaine de mètres de longueur en mauvais état, qui menait au côté d'une autre racine. Il était composé d'épaisses plaques soudées en béton squamé et était suspendu grâce à des tiges en métal enchevêtrées irrégulièrement en formes triangulaires.
- Ne t'en fais pas, il est solide, lui prévint Horia.
- Mouais, répondit Setho d'un air peu convaincu.
Pourtant, après la traversée, il comprit que le pont avait l'air plus solide qu'il ne le laissait penser. L'illusion était probablement due à un manque d'entretien.
De l'autre côté du pont, un sentier grossièrement creusé dans l'écorce grimpait jusqu'en haut de la racine sur laquelle il débouchait. Le départ était donc en pente raide.
- Bon, dit Horia, il va falloir marcher un peu. Je te préviens le début n'est pas très supportable pour un inhabitué comme toi.
En effet, bien que la pente s'adoucissait, le début était très pénible. Cela pouvait presque s'apparenter à de l'escalade.

Après la montée de dix minutes qui semblait pour Setho en durer quarante-cinq, le petit groupe était arrivé vers une zone plus plate. Le chemin continuait tout droit, mais Horia dirigeait les autres en dehors du sentier. Ils poursuivaient donc leur route en terrain sauvage.
Setho n'avait pas beaucoup parlé avec les autres, qui avaient entre eux une discussion incompréhensible sur une personne au nom de "Wax". Et puis de toute façon, il n'était pas aussi sociable que semblaient l'être les autres padawans. En effet, depuis le jour où Setho était devenu l'apprenti de Jhon Erraz, il n'est retourné que rarement au temple Jedi de coruscant, et la guerre des clones n'avaient pas arrangés les choses. Les seuls amis qu'il s'était fait faisaient partie de son groupe d’entraînement, avec qui ils suivaient les entraînements de maître Yoda et avec lequel il était parti sur Ilum chercher son cristal de sabre laser.
L'apprenti n'avait ressentit que peu de regret en quittant son groupe d'amis pour partir avec maître Erraz. D'abord, parce qu'on lui a appris dès le plus jeune âge qu'il faut limiter les attachements aux personnes et à toute chose matérielle. Ensuite, car Setho aimait beaucoup voyager à travers la galaxie, même s'il devaient se rendre sur un monde complètement dystopique.

Le groupe finit par arriver dans une crevasse, dans laquelle les padawans continuaient leur route, le long de cette faille. La crevasse s'élargissait su fur et à mesure de leur progression. Au bout d'un moment, la crevasse débouchait sur une petite vallée au fond plat. À l'entrée, dans l'écorce qui constituait les parois de la crevasse et de la vallée, était négligemment gravé en aurebesh: dernier repère des Jedi.

La vallée avait une forme de cratère irrégulière et ovale. En fait, c'était le prolongement de la crevasse par laquelle ils venaient. D'ailleurs, la crevasse continuait de l'autre côté. Elle mesurait environ treize mètres de long pour six mètres de large.
La paroi atteignait une hauteur d'un peu moins de sept mètres. Elle n'était pas verticale, mais quand même assez raide pour empêcher l'escalade. Le sol était recouvert du même sable brun qu'il avait remarqué chez sa capsule. À certains endroits, il était recouvert de végétation peu haute de couleur vert terne.
De chaque versant de la vallée étaient creusé dans la paroi une porte avec un rideau en tissus grossier rouge, qui était devenu orange à cause de l'ensoleillement, ainsi que des petites fenêtres équipés de barreaux en fer tordus et rouillés. Le versant de droite ne comptait que deux fenêtres contre six au versant de gauche, mais une échelle en acier y avait été accrochée.
Au centre de la vallée se trouvaient éparpillés des morceaux d'écorce de la racine. Ils formaient des gros blocs de soixante centimètres de haut, de forme irrégulière et ressemblant vaguement à des rochers ou des troncs d'arbres.

Setho remarqua qu'ils n'étaient pas seuls en entrant dans le "dernier repère des Jedi". En effet, il pouvait apercevoir dans un coin une jeune Nautolan à la peau vert clair lutter contre une Humaine du même âge, qui avait des longs cheveux blond foncés et une tresse de laine quarante centimètres de long, qui était entourée de multiples rubans ou morceaux de tissus rouge et vert. Tous les deux portaient des vêtements de padawans, bien que la tenue de la Nautolan était un peu plus décontractée.
Leur "combat" ne dura pas longtemps. Aussitôt le groupe composé de Setho et des trois autres apprentis qui l'avaient trouvés, l'humaine se fit plaquer au sol par la Nautolan, ne pouvant pas faire face à la supériorité physique de cette espèce.
Il y avait également une fille à la peau sombre et aux cheveux noirs crépus, tous regroupés négligemment en une queue de cheval derrière la tête. Elle était assise sur un de ces morceaux d'écorce, regardant vers le bas et bougeant les pieds, ce qui traduisit un sentiment d'impatience. Elle semblait être la plus jeune d'entre eux, encore plus que Saara.
Au sommet de la colline du versant droit, à côté de l'échelle, était assit en tailleur, tournant le dos à la vallée, un imposant Wookie à la fourrure brun foncé. Si la fille assise sur le rocher portait une tunique de padawan comme tout le monde, le Wookie, lui, avait juste une ceinture sur laquelle était accroché un sabre laser en bois, l'épaisse fourrure faisant déjà office d'habits. Setho n'aperçut personne d'autre.

Lorsque le groupe entra dans la vallée, les quatre personnes interrompirent leurs activités pour se tourner vers eux. Aidé par la Nautolan, l'humaine vaincue se releva tout en regardant les arrivants. La fille assise sur le rocher courut vers eux avec enthousiasme.
- Alors? C'était quoi?
- Rien de dangereux, lui répondit Saara, normalement...
Le Wookie était descendu de l'échelle pour les rejoindre.
- Et c'est qui lui? Demanda la Nautolan.
- L'inconscient qui a allumé le feu. Si on était pas venu, ça serait des TIE qui l'auraient trouvé.
- Saara, arrête d'être aussi pessimiste, répondit Yizos.
- Est-ce que je dois te rappeler qu'on a peut-être ramené un agent impérial chez nous à cause de toi?!
Un flux de questions arriva des padawans que Setho ne connaissait pas.
"Comment? Un agent impérial! Comment? Pourquoi? Qu'est-ce qu'il fait là?!" Il n'y avait pas besoin d'être un Jedi pour sentir la peur monter.
Horia, exaspérée, se tapa la tête contre sa main. Elle pris ensuite une profonde inspiration puis s'exclama:
- Calmez vous! Si on a ramené Setho ici, c'est pas parce qu'on a pris cette décision à la légère, croyez moi.
Le Wookie émit un grognement interrogatif.
- C'est un padawan qui a survécu, Radorkatta, répondit Yizos, comme nous.
- Un padawan, lui? Dit la petite fille d'un air amusé. Elle s'adressa à Setho.
- Prouve le nous!
Setho posa son sac, l'ouvrit, et sortit son sabre laser, qu'il alluma aussitôt.
À ce moment là, tous les padawans reculèrent d'un coup, en même temps. Seul Horia, Yizos et Saara ne réagissaient pas. Voyant que ceux qui avaient reculés n'étaient pas plus rassurés, il l'éteignit et leur demanda:
- Ce n'est pas une preuve convaincante?
Le Wookie, qui s'appelait apparemment "Radorkatta" émit un grognement de négation et secoua la tête. Puis Setho se souvint de l'holocron qu'il transportait sur lui.
- Attendez, dit Setho, j'ai quelque chose sur moi qui va peut être vous faire changer d'avis.
Il se pencha au dessus de son sac et sortit l'holocron. Cette fois, tous les padawans reculèrent, intrigués. L'Humaine qui s'était battue contre la Nautolan fut la première à prendre la parole.
- Où... où as-tu trouvé ça?!
- C'est impossible, s'exclama Horia, la bibliothèque Jedi a été pillée lors de l'extermination des Jedi, tu ne devrais être en possession d'un objet comme ça.
- C'est faux, répondit Setho avec frustration. Je le tiens de mon maître!
- Tu l'as peut-être volé, répondit la Nautolan.
Radorkatta émit un grognement sourd.
- Mais si, je vous jure, continua Setho, regardez! Pourquoi vous ne me croyez pas?!
- Alors il l'a peut-être volé dans un musée. D'ailleurs, c'est peut-être celui de Pyrox.
Après un court blanc dans la conversation, la petite fille demanda:
- Et maintenant on fait quoi?
- Vous savez quoi, reprit l'Humaine aux cheveux blonds, je propose qu'on attende le retour de Gaeldr et des autres pour voir ce qu'ils en pensent.
Yizos prit une attitude frustrée.
- Pourquoi tout doit toujours être décidé par "Gaeldr chéri"!
Horia se tourna vers lui d'un air énervé. Elle faisait presque peur. Apparemment, Yizos pensait la même chose que lui vu son brusque changement d'attitude.
- C'est bon, c'est bon, je plaisante.
- Au fait, dit l'Humaine blonde, on a pas fait les présentations. Moi je m'appelle Vun, elle c'est Jam-Kol, ajouta-t-elle en montrant la petite fille. Puis elle se tourna vers la Nautolan.
- Elle, c'est Abbékia, et l...
Vun n'eut pas le temps de finir sa phrase. En effet, Saara s'était précipitée vers elle pour lui mettre sa main contre sa bouche pour la faire taire.
- Non mais dis lui nos nom de famille tant qu'on y est! s'écria Saara. Imagine toi si c'est un vrai agent de l'Empire. Déjà qu'il connaît déjà nos noms à nous trois.
Vun repoussa violemment son agresseuse.
- Mais enfin qu'est-ce qui te prends.
- Vous allez arrêter de vous battre, oui? Bande d'enfants!

Tandis que les padawans qui étaient déjà là avant eux retournèrent à leurs occupations, les arrivants se dirigèrent vers la porte du versant gauche. Lorsqu'ils soulevèrent le rideau pour passer, celui-ci fit soulever un important panache de poussière qui s'était accumulé durant la journée, très visible grâce aux rayons du soleil qui commençait à décliner.
Setho, lui, restait à l’extérieur, assis sur le morceau d'écorce sur lequel Jam-Kol attendait. Lui, attendait ce fameux "Gaeldr", comme un accusé attend un juge pour sa sentence. Étant donné la manière dont les autres parlaient de lui, il émit l'hypothèse que ce soit leur chef.
L'ennui commença à progressivement à accompagner Setho quand Vun sortit de la porte du versant de droite avec un bol en céramique dans la main droite, qui était de couleur ocre avec des motifs sinueux de couleur verte. Le padawan était trop loin pour pouvoir voir son contenu, mais il fut surpris de constater que c'était vers lui qu'elle se dirigeait.
Elle lui tendit le bol. À l'intérieur, il y avait des étranges petits gâteaux en forme de pyramide à trois faces de couleur brun clair avec de petites taches violettes.

- Tiens, tu en veux?
Setho hésita, puis en prit quand même un par politesse.
- C'est Radorkatta qui les a fait, ajouta Vun, ce Wookie a un véritable don pour la cuisine.
Il croqua à pleine dents celui qu'il avait dans la main. Bien qu'il avait un léger arrière-goût épicé, il se trouva que ce que lui avait dit Vun n'était pas un mensonge.
- En effet, lui répondit Setho.
Vun sourit, puis s'assit à côté de lui pour manger à son tour un de ces gâteaux.
- Moi je trouve que tous les aliments à base de baies de Bubu sont délicieux, lui dit-elle.
- Bubu? demanda Setho, c'est pas cette lune là haut?
- Exact. On dirait que tu commence à t'y connaître.
En effet, Bubu commençait à être visible au fur et à mesure que le soleil se couchait. Setho reprit la conversation.
- C'est vous qui avez construits tout ça?
- De quoi?
- Je veux dire, c'est vous qui avez creusé ces "habitations".
Vun ria.
- Toi ça ce voit que t'était pas ici ce jour là.
- Je vois pas ou tu veux en venir.
- deux semaines! On a pris deux semaines pour creuser tout ça!
- Ne me dis pas que vous avez creusé tout ça au sabre laser.
- Ben si en fait, sinon ça aurait pas pris autant de temps. D'ailleurs, Ce sur quoi on est assis, c'est ce qu'on a pas réussi à creuser et ce qu'on a dû extraire.
C'est alors que des bruits de pas et de conversations se faisaient entendre depuis la crevasse opposée à celle par laquelle il était venu. Horia et Jam-Kol sortirent de la porte par laquelle elles étaient entrées.
- On dirait qu'ils sont de retour, dit Vun en se levant, bonne chance avec Gaeldr.
Elle retourna dans l'habitation derrière lui et disparu derrière l'épais rideau. Ses dernières paroles étaient tout, sauf rassurantes.

Il se leva à son tour quand un groupe de cinq personnes sortit de la crevasse en marchant d'un pas lourd. Ils marchaient l'un derrière l'autre à cause de l'étroitesse de la faille. En tête du groupe était un homme grand, agé d'environ une vingtaine d'années. Il avait des cheveux blonds très clair, longs, lâchés et à la longueur différente selon leur place. Il avait une expression déterminée sur son visage, ce qui lui rappelait maître Erraz, en plus sérieux.
Juste derrière lui suivait un Twi'lek légèrement plus petit que l'humain devant lui. Il avait la peau bleue ciel, qui tirait légèrement sur le bleu turquoise au niveau des lekkus. Comme tous les mâles de son espèce, il avait le front bombé.
Derrière lui apparut ensuite ce qui semblait être l'opposé total du grand homme blond du début. C'était une adolescente de petite taille, mais quand même plus grande que Jam-Kol. Elle avait des cheveux mi-longs, bruns et ondulés qui lui descendaient jusqu'à la nuque, ainsi qu'un petit nez arrondi. Elle affichait cependant un constant sourire de bonne humeur.
Le quatrième arrivant était un homme grand, massif et assez jeune. Il avait les cheveux rasés tellement court qu'on avait du mal à déterminer sa couleur de cheveux, qui ressemblait à du gris souris de loin. Il avait un sabre laser double accroché à sa ceinture et était en pleine discussion avec le dernier à venir, à savoir une jeune Zabrak.
Elle avait de longs cheveux noirs ondulés et lâchés qui lui allaient jusqu'au delà des épaules. Des petites cornes de Zabrak disposés en demi-couronne dépassaient de sa chevelure. Sa peau bronzée était ornée des motifs faciaux traditionnels du peuple d'Iridonia, à savoirs de fines lignes ondulées verticales qui suivent les traits du visage.
Tous portaient des sacs à dos et des vêtements de padawan, excepté pour le propriétaire du double sabre, qui portait comme haut une chemise blanche qui avait viré au brun, probablement à cause "d'expéditions" comme celle-ci.
Horia se tenait devant eux en souriant.
- Vous en avez mis du temps aujourd'hui.
Un sourire se dessina sur le visage de l'homme à la tête du groupe. Il se dirigea vers Horia et lâcha son sac à dos au sol lorsqu'il se tenait en face d'elle. Il la prit par le bras et leurs visages se rapprochaient de près, de très près même. Jusqu'au moment ou il jeta un coup d’œil sur le côté et aperçut Setho. Il recula et demanda d'un air incrédule à Horia:
- C'est qui lui?!
Modifié en dernier par feedle le Lun 21 Aoû 2017 - 12:48, modifié 3 fois.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Ven 16 Juin 2017 - 18:49   Sujet: Re: Le treizième padawan

feedle a écrit:j'ai remarqué que la référence à roronoa zoro vous a bien plus

En fait, pas tant que ça. Ça m'a fait rire, c'est sûr, mais plaisir ? Bof. Je trouve que c'est "abusé", en fait. Pour moi, c'est un peu comme si Luffy se mettait à utiliser la Force, pas très crédible...

Sinon, le chapitre est sympa. Juste, pourquoi il ne répond pas quand on lui demande où il a trouvé l'holocron ? Parce que du coup, ça fait suspect, quoi...
Et aussi, ton histoire de "bilan annuel de la guerre", ça me parait... pas crédible... Pourquoi sur Ruusan et pas sur Coruscant ? Pourquoi il n'y a aucun membre du Conseil de présent ?
Mais dans l'ensemble, c'est sympa.
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar feedle » Sam 17 Juin 2017 - 16:54   Sujet: Re: Le treizième padawan

Zèd-3 Èt a écrit:
feedle a écrit:Et aussi, ton histoire de "bilan annuel de la guerre", ça me parait... pas crédible... Pourquoi sur Ruusan et pas sur Coruscant ? Pourquoi il n'y a aucun membre du Conseil de présent ?
Mais dans l'ensemble, c'est sympa.


Tu soulèves quelques vérités, mais cette scène sera expliquée avec plus de détails dans les tomes suivants, pour ne pas spoiler.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Sam 17 Juin 2017 - 19:39   Sujet: Re: Le treizième padawan

OK, mais pourquoi il ne se défend pas plus ? Il laisse les autres l'accuser de vol sans réagir, quand même...
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar L2-D2 » Dim 18 Juin 2017 - 15:31   Sujet: Re: Le treizième padawan

Chapitre 2 lu!

Bon point, j'ai noté moins de fautes d'orthographe! :oui:

Chapitre un peu plus lent, avec davantage de descriptions, de nouveaux personnages apparaissent et on sent un équilibre social "précaire" entre les padawans. En revanche, je trouve leurs doutes à l'égard de Setho un peu forcés et effectivement, le coup du bilan annuel de la Guerre manque de crédibilité... mais vu que tu as prévu d'y revenir, pourquoi pas!

La suite! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5410
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mar 20 Juin 2017 - 19:52   Sujet: Re: Le treizième padawan

L'histoire est vraiment intéressante. Mais il y a juste un truc qui m'a fait tiquer, c'est le nom de la lune, Bubu. Ce n'est pas très classe, je trouve. A moins que ce ne soit de l'ironie :P ..
Bon après c'est seulement un détail :D .

Bref, la suite!
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1557
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar feedle » Ven 23 Juin 2017 - 8:17   Sujet: Re: Le treizième padawan

Salut tout le monde!

Sans plus attendre, le chapitre 3.

Bonne lecture



Chapitre 3



Pour une fois, Setho décida de prendre ses initiatives. Il s'avança vers son interlocuteur et s'inclina comme devant un maître Jedi. Il espérait pouvoir le convaincre plus facilement, mais il avait également la crainte du ridicule.
- Bonjour, commença-t-il, je m'appelle Setho, je suis un padawan Jedi.
Il aurait également voulu lui demander s'il était ce fameux "Gaeldr", mais il ne savait pas s'il fallait le tutoyer ou le vouvoyer.
Horia s'adressa à lui à son tour:
- Gaeldr, ne sois pas trop dur avec lui. On va tout t'expliquer.
- Horia, Horia... lui répondit Gaeldr, ton altruisme est touchant, mais parfois, il y a des limites.
Il se dirigea vers Setho et, une fois en face de lui, il agita la main devant son visage et lui dit:
- Tu as oublié tout ce qui s'est passé aujourd'hui.
- Mais qu'est-ce que vous faites? répondit Setho, qui avait bien deviné que Gaeldr tentait d'utiliser le contrôle mental sur lui. Après constatation de son échec, il recula d'un pas, dégaina un sabre laser à la lame verte. Il la brandit vers Setho et cria:
- Un agent de l'Empire! Reculez!
Instinctivement, Setho dégaina à son tour son sabre laser à lame bleue, et se mit en position défensive.
- Bien essayé, le coup de la lame bleue, mais je sais très bien que tu n'es pas un Jedi. Ils ont tous été tué par des monstres de votre espèce!
- C'est faux! réprima-t-il, je ne travaille pas pour ceux qui ont tués mon maître!
Gaeldr ignora cette remarque et demanda à Horia sans quitter Setho des yeux:
- Dis moi juste pourquoi tu l'as amené ici.
- Bon alors déjà, calme toi, éteint ce sabre et écoute nous.
Gaeldr soupira.
- On peut jamais débattre avec vous, hein?
Il fonça soudainement vers Setho, se préparant à frapper de sa lame verte. Setho se positionna en forme de combat "soresu", la forme défensive, quand une lame bleue intercepta la lame du sabre vert. Gaeldr s'arrêta. Setho n'avait pas bougé, la lame bleue ne venait pas de lui. Les deux duellistes regardaient alors qui avait interrompu leur combat naissant. À leur grande surprise, c'était le Twi'lek bleu qui avait accompagné Gaeldr qui s'était interposé.

Les trois padawans baissèrent leur garde.
- Pourquoi tu nous as interrompu Sarkel?! s'exclama Gaeldr.
- Ben quoi? Tu dis toujours que la colère mène à la haine, au côté obscur et toute ces choses, et maintenant tu agresse ce garçon sans avoir écouté ta copine?
À ces mots, Gaeldr éteignit son sabre et et se tourna vers Horia et le Twi'lek.
- Eh bien alors, vas-y. On vous écoute.
Setho et Sarkel éteignirent leurs sabres simultanément. Yizos s'avança et commença à parler:
- Nous avons plusieurs preuves qui démontrent que Setho n'a rien à voir avec l'Empire. Tout d'abord, nous avons trouvé une capsule de sauvetage provenant d'un vaisseau de la République qui s'est écrasée aujourd'hui.
- Venant de toi, répondit Gaeldr, j'aurais imaginé quelque chose de plus... réfléchi.
- Attends, c'est pas tout. En plus de son sabre bleu...
Il se tourna vers Setho et lui dit:
- Montre le.
Il comprit qu'il voulait parler de l'holocron, mais Setho savait à l'avance que cela n'allait rien lui prouver du tout. Il se pencha au dessus de son sac et ressortit l'holocron, qui fut illuminé d'une lueur orangée avec la lumière du soleil couchant. Gaeldr tenta de dissimuler ses émotions, mais Setho sentit sa stupéfaction.
- C'est un faux, dit-il. Ou alors tu l'as volé... Ou peut–être qu'on te l'a donné.
- Mais non! répondit Setho, je le tiens de mon maître!
- Il a raison, répondit Yizos, les seuls holocrons qui restent encore sont dans des musées ou des coffres-forts de seigneur Sith.
- Dans ce cas c'est encore pire, ça voudrait dire que c'est peut être un nouvel inquisiteur.
- Non, répondit Yizos, j'ai longtemps étudié les coutumes Sith au temple Jedi, et avec la rareté des holocrons de nos jours, ça m'étonnerais que Syrthgar ou Wax lui en aient confié un juste pour une mission de reconnaissance.
À ces noms évoqués, Gaeldr réfléchit une dizaine de secondes.
- Tu dois avoir raison sur un point, dit Gaeldr, s'il travaille pour l'Empire, alors c'est à la solde de Dark Syrthgar.
Il se tourna vers Setho.
- Tu restera ici cette nuit. Tu dormira dans la réserve. Demain, tu viendras avec nous pour vérifier si l'holocron que tu possèdes n'est pas celui du musée de Pyrox. Parce qu'à part lui, il n'y en a pas d'autre dans ce secteur.
Il tourna vers les autres, puis se retourna une dernière fois.
- Ah oui, encore une chose. Nous avons les moyens de t'empêcher de t'enfuir, donc à ta place, je ne tenterais rien.

Le Twi'lek bleu qui les avait interrompu auparavant s'avança vers Setho.
- Salut, je m'appelle Sarkel, et toi c'est Setho, c'est ça?
- Oui, enchanté.
Sarkel sourit, puis lui répondit:
- Allez viens, je vais te montrer ton futur dortoir.
Il l'emmena vers la porte du versant ouest, là où les murs avaient moins de fenêtres. Le Twi'lek souleva le rideau.
- Bienvenu dans la réserve.
La réserve était constituée d'une grande pièce taillée dans dans l'écorce. Elle avait une surface qui faisait environ deux tiers de celle de la vallée et une hauteur de trois mètres.
Dans cette pièce étaient rangés toute sorte d'objets, comme du matériel utilitaire, de la nourriture et même un vieux landspeeder monoplace. Les derniers rayons du soleil traversaient les fenêtres à barreaux, plongeant une partie de la pièce dans la pénombre.
Dans chaque coin étaient empilées des caisses en bois ou des sac en toile. Ils étaient empilés en pyramide le long des murs, et atteignaient le plafond.
Setho pouvait maintenant s'imaginer combien de temps cela avait dû leur prendre pour creuser un tel volume rien qu'au sabre laser. Il demanda alors à Sarkel:
- C'est aussi grand en face?
- En face? Ah non, là c'est différent. En face, c'est les dortoirs, les vrais. Et comme c'est plusieurs pièces, ça a pris moins de temps pour tout creuser, si c'est ce que tu veux savoir.
Sarkel se dirigea vers un coin de la pièce et ouvrit l'une des caisses. Il commença à fouiller à l'intérieur et jeta en dehors des vieux coussins poussiéreux et des vielles couvertures à moitié déchirées.
- D'ailleurs, dit-il à Setho en fouillant, tu sais combien de temps ça nous a pris pour creuser tout ça?
- Deux semaines. C'est la fille avec la tresse de laine qui me l'a dit. Je sais plus comment elle s'appelle.
- Vun?
- Ah oui ça me revient.
Sarkel sortit de la caisse un gros matelas vieux et mal rembourré.
- Tiens, je sais que c'est pas terrible, mais il faudra faire avec. Surtout si tu espère pouvoir être des nôtres un jour.
Il referma la caisse et reprit:
- Et tu peux te servir de ces coussins aussi.
Setho ramassa une couverture et le coussin qui semblait en meilleur état et les posa sur le matelas.
- Je suppose que t'as d'autres questions, vu que tu viens d'arriver.
Le padawan réfléchit quelques secondes.
- Vous avez l'air de bien connaître Dark Syrthgar, est-ce qu'il y a des choses que je devrais savoir?
Sarkel hésita, puis lui répondit:
- Syrthgar est le propre apprenti de Dark Vador. Il contrôle tout ce coin de la bordure exterieure autour de Wizma et Ryloth. Il possède plusieurs légions de stormtroopers sous ses ordres, ainsi que quelques apprentis, les inquisiteurs.
- Les inquisiteurs?
- C'est le titre que Syrthgar donne à ses apprentis, en référence à un grade Sith sous l'ancienne république.
- Ah d'accord.
- Il a également son pénitencier privé sur Bubu. On l'appelle la prison Froid mordant, à cause du climat polaire omniprésent sur cette lune.
Setho avait déjà entendu plusieurs histoires sur des prisons sur des planètes de glace. Cette dernières étaient très prisées pour leurs capacités d'empêcher les évasions. Les plus connues étant Belsavis et Stygeon.
- Selon des rumeurs, la base de Dark Syrthgar est située dans une nébuleuse de l'espace sauvage, sûrement pas loin d'ici.
- Mais alors, demanda Setho, si j'ai bien compris, votre objectif est de vaincre Dark Syrthgar et ses acolytes?
Sarkel marqua une pause, puis lui répondit:
- Une partie d'entre nous pense qu'il est impossible de lutter contre Syrthgar et ses sbires, où alors que cette lutte est perdue d'avance.
- Et toi, tu penses quoi?
- Pour ma part, je pense que baisser les bras ne servira à rien si on veut survivre. Mais je serais déjà content si on arrive à vaincre l'inquisiteur Wax.
- Wax... J'ai déjà entendu ce nom. Qui est-t-il?
- C'est l'inquisiteur qui est en charge de l'administration de la planète, un Kel Dor, pour être plus précis.
Setho n'avait vu dans sa vie qu'un seul membre de cette espèce, à savoir le maître Jedi Plo Koon, membre du conseil Jedi. Les Kel Dor avaient la particularité d'avoir la peau orange et gonflée, mais surtout de porter un masque qui leur permet de respirer ailleurs que sur leur planète natale. Ils étaient réputés effrayants pour les humains qui n'avaient pas l'habitude de rencontrer des aliens, terme un peu raciste désignant les non-humains.
- D'ailleurs, poursuivit Sarkel, ça m'étonnera toujours qu'un non-humain comme lui ai été nommé inquisiteur.
- C'est vrai, répondit Setho, l'Empire est toujours aussi xénophobe.
- Tiens, cite moi un seul impérial connu qui n'est pas humain, à part le grand amiral Thrawn évidemment.
- Ben... à part lui, non, je vois personne.
- Et encore, Thrawn n'a de non humain juste la peau bleue et les yeux rouges.
- Pas faux.
- Il faudrait que tout le monde se soulève contre l'Empire pour rétablir la démocratie et la liberté. Mais l'Empire tient la galaxie d'une poigne de fer grâce à la plus solide des chaînes: la peur.
- Mon maître m'a dit un jour que toutes les dictatures et les empires finissent par disparaître, par des tensions internes ou grâce à des interventions extérieures. C'est comme ça que les légendaires empires Sith ont disparu.
- Oui enfin, ceux-là ont surtout disparu parce que les Sith n'arrêtaient pas de s’entre-tuer.
- Je te promet, même si c'est pas de notre vivant, un jour l'Empire galactique sera vaincu.

Un grognement de Wookie tira Setho de son sommeil. Ce dernier se retourna péniblement et la première chose qu'il vit et la tête imposante de Radorkatta.
Il sursauta et se cogna la tête contre une planche qui se trouvait au dessus de sa couchette. Le Wookie était penché au dessus de lui. Il se redressa et continua ses grognements en faisant signe à Setho de le suivre. Le padawan se leva en faisant attention de ne plus se cogner contre quoi que se soit, puis suivit Radorkatta dehors.
Une fois dehors, il fut ébloui par le soleil levant et cacha une partie de son champ de vision avec sa main, le temps de s'habituer à la lumière du jour. Lorsqu'il retira sa main, il constata que tous les autres padawans étaient assis sur les blocs d'écorce en train de manger, et tous le fixaient des yeux.

- Euh... Bonjour tout le monde, dit Setho d'un air gêné.
- Salut, répondirent certains.
Setho avait remarqué que plusieurs d'entre eux le regardaient d'un mauvais œil. Puis il entendit un grognement de Radorkatta, qui était toujours à côté de lui. Il n'avait pas remarqué que le Wookie tenait dans sa main un sac grand comme sa tête et qu'il le tendait à Setho. Ce dernier le prit, et put voir à l'intérieur des sortes de pains durs incrustés de petites noix elliptiques, et remarqué que tous les autres mangeaient la même chose.
Le nouvel arrivant s'assit à côté de Sarkel, qui était lui-même assis à côté de l'homme au double sabre laser et d'Abbékia, tandis que Radorkatta s’assit à côté de la fille Zabrak, de Yizos et de Saara. Setho commença à manger quand Sarkel lui demanda:
- Bien dormi?
- Pas terrible, répondit Setho.
Sarkel sourit. L'homme au double sabre se tourna vers Setho et lui demanda:
- Tu t'appelles Setho, c'est bien ça?
- Oui, et toi?
- Moi c'est Thonta, répondit-il, Thonta Billak.
- Enchanté, vraiment.
Gaeldr, qui était assis seul avec Horia interrompit leur discussion en s'adressant à tout le monde:
- Bien, maintenant que tout le monde est là, on va pouvoir répartir les tâches.
Tout le monde leva la tête vers Gaeldr. Il reprit son discours.
- Aujourd'hui, on va faire deux groupes. Je commence par le groupe de ravitaillement. Il sera composé de Vun, d'Abbékia, de Sarkel, de Radorkatta et de Thonta.
Ensuite, le groupe de reconnaissance. Dans ce groupe il y aura moi, Horia, Yizos, Saara, Aeprai et Setho. Terminez de manger, puis on s'en va.
- Pourquoi je dois encore rester là à rien faire! s'exclama Jam-Kol.
- Bien sûr que tu fais quelque chose, répondit Gaeldr avec un calme étrange, tu vas garder le camp avec Kaitat.
- Mais ça fait une semaine que je fais ça tout les jours! Quand est-ce que je pourrais rejoindre un groupe d'exploration à nouveau?!
- Combien de fois dois-je te le répéter Jam-Kol, je ne choisis pas cette mission au hasard et de manière arbitraire. Tu sais très bien que les impériaux peuvent arriver d'un jour à l'autre, et c'est peut-être déjà le cas. C'est important que tu veilles sur notre repère pendant notre absence.

Une fois que tout le monde eut fini de manger, les padawans commencèrent à se regrouper. Tandis que le groupe de ravitaillement se dirigea vers la sortie nord, celle par laquelle Setho était entré pour la première fois, le groupe de reconnaissance avait sorti le vieux landspeeder de la réserve, ainsi qu'un wagonnet de mine sur répulseur qui y était accroché, que Setho n'avait pas vu dans la réserve. Gaeldr s'avança vers Setho et lui dit:
- Voilà ce qu'on va faire. Comme avec toi on est plus nombreux que d'habitude, on va changer. Normalement, si on se serre, quatre personnes peuvent s’asseoir dans le wagonnet. Mais comme tu as décidé de t'imposer parmi nous, Horia va monter à l'arrière du speeder tandis que toi tu prendra sa place dans le wagonnet. Dans tous les cas, je conduis.
Il insista sur le "Je".
Setho monta avec les autres dans le wagonnet. En effet, ce dernier était constitué pour le transport de trois passagers humanoïdes. Setho dût s’asseoir tout à l'arrière et agripper à la rampe d'accès, qui de plus, n'avait pas l'air de se fermer très bien.
Gaeldr démarra sans prévenir, et Setho fut violemment secoué et se rattrapa de justesse au bord du wagonnet. Gaeldr conduisit le landspeeder avec aisance à travers la crevasse sud, dont la profondeur diminuait petit à petit jusqu’à ne plus exister et atteindre la surface. Une fois la surface atteinte, il tourna à 90°, parallèlement à la racine sur laquelle était construite le camp et sur laquelle ils circulaient.

Après environ vingt ou vingt-cinq minutes de trajet, Setho put apercevoir une petite ville à l'horizon. Elle aussi était construite sur une racine géante, mais la surface était aplatie, probablement pour des raisons architecturales. Pendant le trajet, il avait fait connaissance d'Aeprai, la fille Zabrak.
En se rapprochant, il pouvait mieux observer les habitations. Setho s'était imaginé une ville d'une planète en voie de développement. Mais les bâtiments, bien que nécessitant quelques rénovations pour beaucoup, étaient encore en assez bon état. Les maisons, fabriquées avec une espèce de roche ocre de la même couleur, et peut-être de la même origine, que les racines géantes n’excédaient pas deux étages, avaient des formes carrées ou rectangulaires et à certains endroits, les rues étaient recouvertes de bâches orangées fixées au niveau de la limite entre le rez de chaussée et le premier étage de part et d'autre de la rue, et cela probablement pour faire de l'ombre.
En effet, Setho avait remarqué que le climat de la planète était plutôt aride. Bien qu'un peu pénible, ce climat n'était pas le plus chaud que Setho avait rencontré au cours de ces voyages. Ceux qui ont visité Tatooine le savent très bien.
Pendant que le groupe sillonnaient les rues peuplées, Gaeldr ralentit la vitesse du landspeeder et Setho pris le temps d'observer la population. Elle était, selon ses estimations, composées à environ sept huitièmes d'humains et un huitième de Twi'leks. Par le passé, Setho avait appris que de nombreux Twi'leks avaient quitté leur monde natal, Ryloth, de gré ou de force. Ainsi, plusieurs colonies se sont établies sur d'autres planètes à travers la galaxie. Wizma était un exemple.

Au bout d'un moment, Gaeldr s'arrêta à un parking à ciel ouvert au centre de la ville. En face de celui-ci se tenait une grande place. Sur celle-ci circulaient aussi bien des piétons que des véhicules, et ces derniers prenaient tous la précaution d'avancer lentement afin d'éviter les accidents, car il n'y avait aucun système de signalisation dans les rues.
Setho pouvait voir par-ci par-là des stormtroopers patrouiller, mais ceux-ci étaient différents que tous les autres rencontrés auparavant. Ils avaient au niveau du casque, deux marques rouges en forme de triangles inversés allongés verticalement, traversant chacune un côté de la visière. Ces marques étaient les mêmes que ceux du masque et du croiseur de Dark Syrthgar.
En face du parking, de l'autre côté de la place, se tenait un immense bâtiment fonctionnel, qui faisait de l'ombre sur la place et, bien que du même style architectural que les autres bâtiments, semblait dominer la ville de par sa hauteur. Le long de ses murs étaient accrochés d'immenses drapeaux de l'Empire qui flottaient légèrement au vent, qui étaient caractéristiques de part leur fond rouge et leur rond blanc au milieu, orné du symbole impérial. Et contrairement au reste de la ville, cette grand bâtiment semblait rénové, bien entretenu et en bon état.

Les passagers descendirent du véhicule. Gaeldr montra du doigt le grand bâtiment et dit à Setho:
- C'est ici.
Cela étonna le nouvel arrivant, qui s'attendait à un bâtiment administratif.
- Bien, continua Gaeldr, rangez tous vos sabres.
Setho avait déjà rangé le sien. Il savait que depuis l'instauration du régime impérial, la possession même d'un sabre laser était un crime possible d'emprisonnement à vie dans un camp de travail. Les seules personnes autorisées à posséder et à utiliser un sabre laser étaient les seigneurs Sith et les agents sensibles à la force qui étaient à leur service.
Setho remarqua également que plusieurs d'entre eux, dont Aeprai, portaient encore la tresse de padawan. Il ne fit alors que maintenant le rapprochement.
- Attendez, demanda Setho, il n'y a pas de risques pour la tresse? Je veux dire, on risque pas de se faire remarquer.
- Non, répondit Gaeldr, personne n'a jamais remarqué ça ici, pas même les impériaux.
Setho était étonné de cette réponse. Mais après tout, les passants ne devraient sûrement pas y faire attention, cela pouvant très bien être un effet de mode ou de tradition venant d'ailleurs.
Après avoir traversé la place, ils pénétrèrent dans la bâtisse à travers une grande porte haute de cinq mètres. À l'entrée était écrit en aurebesh: Musée historique de Pyrox.
Le changement d'ambiance était radical, en commençant par la température ambiante qui changeait pour un agréable air frais ventilé. Le plafond atteignait au moins le double de la hauteur de la porte. Le sol était recouvert d'un carrelage lisse de la même couleur, et sûrement du même matériau, que les maisons pyroxiennes.
Après avoir acheté les tickets à un droïde qui se tenait derrière le guichet, le groupe avança tout droit dans le couloir principal. Gaeldr semblait savoir très bien où il se dirigeaient. Dans l'ensemble, le musée était assez vide, probablement parce que ce n'était pas l'heure de pointe, ou que peu d'habitants pouvaient se permettre de le visiter.
- On pourrait pas visiter un peu après? demanda Yizos, j'y étais jamais, moi.
- Je suis d'accord, ajouta Setho, ça à l'air intéressant ici.
Gaeldr ne s'arrêta pas et leur répondit en chuchotant:
- On a pas le temps pour ça.
Le groupe tourna dans une salle à droite. Et c'est là qu'ils le virent. L'holocron, protégé dans un carré de champ de force transparent sur un piédestal à hauteur d'homme. C'était un objet en sorte de verre cyan à douze faces et aux bordures dorées. À leur arrivée, il semblait briller encore plus. Il constituait même la majorité de l'éclairage en illuminant la pièce d'une lueur bleue. Les padawans s'approchèrent. Gaeldr vérifia qu'il n'y avait personne au tour d'eux, puis chuchota discrètement à Setho:
- Fais voir le tien... discrètement.
Setho ouvrit rapidement son sac pour montrer son contenu à Gaeldr, puis le referma aussitôt comme un vendeur de bâtons de la mort montrerait sa marchandise.
Après ça, les apprentis Jedi n'avaient plus rien à faire ici. Tous subirent un léger choc thermique en ressortant du musée. Mais avant de repartir, ils prirent le temps d'observer la place.
- Les choses ont peu changé dans la vie des gens ordinaires depuis la République, dit Horia.
Setho, qui douta de ces paroles, décida d'analyser chaque personne qui passait. Il voyait successivement une femme Twi'lek poussant son bébé dans une poussette sur répulseurs, deux hommes conduisant un landspeeder qui transportait à l'arrière un gros tas d'herbe fauchée et de branches coupées déséchées, un couple d'humains qui s'embrassait, ainsi que plein d'autres personnes.
- À une exception près, répondit Setho, les "gens ordinaires" ne semblent pas être heureux.
Modifié en dernier par feedle le Lun 21 Aoû 2017 - 12:49, modifié 1 fois.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar L2-D2 » Lun 26 Juin 2017 - 7:25   Sujet: Re: Le treizième padawan

Chapitre 3 lu !

Setho vs Gaeldr, premier round... qui n'en est pas un, puisque l'affrontement est interrompu. On continue avec les phases de présentation des personnages, et je ne sais pas trop quoi penser : Gaeldr et plusieurs padawans se méfient du nouveau-venu, mais l'embarquent quand même avec eux dans leur mission de ravitaillement. :perplexe: Et leur raisonnement sur l'holocron est peu concluant. Mais il semblerait bien que les choses s'arrangent pour Setho, lui qui va peut-être être enfin accepter parmi le groupe de Jedi.

C'est marrant, mais je m'étais dit que la planète était déserte ! :transpire: Ce n'est donc pas le cas, il y a des villes, au moins une, dirigées par l'inquisiteur Wax, dont on se doute qu'il va être tôt ou tard l'adversaire de nos héros. L'affrontement aura-t-il lieu dans la prison que tu mentionnes sur Bubu ? :sournois:

La suite !
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5410
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Lun 26 Juin 2017 - 16:59   Sujet: Re: Le treizième padawan

L2-D2 a écrit:Gaeldr et plusieurs padawans se méfient du nouveau-venu, mais l'embarquent quand même avec eux dans leur mission de ravitaillement. :perplexe: Et leur raisonnement sur l'holocron est peu concluant.

Moi aussi, j'ai trouvé ça bizarre... Disons que le script est avec le héros :paf:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar feedle » Ven 30 Juin 2017 - 7:51   Sujet: Re: Le treizième padawan

Salut à tous, chapitre 4. Bonne lecture!



Chapitre 4



Quand le groupe de Setho rentra à la base, celui de Sarkel et des autres était déjà de retour. En effet, à peine Gaeldr était descendu du speeder, Sarkel s'adressa à lui:
- Gaeldr, je peut te parler en privé?
Les deux interlocuteurs s'éloignèrent pour une discussion à l'abri des oreilles indiscrètes, puis Horia s'adressa à Setho:
- Allez viens, aide nous à ranger le speeder et le wagonnet au lieu de rester là à rien faire.
Le padawan suivit ses compagnons en tenant un côté du speeder afin de la ranger dans la réserve. Ceci fait, Setho sortit de la réserve. Il put apercevoir Gaeldr et Sarkel parler à haute voix de l'autre côté de la vallée. Il ne chercha pas à être indiscret, mais il put quand même entendre des bouts de phrases comme:"... Non c'est impossible...Si! Ça fait plus qu'un an qu'on attend ça!...On est pas assez préparé Sarkel, sois patient...La patience ne nous mènera à rien, on s'est préparé suffisamment longtemps..."
Apparemment, Sarkel essayait de convaincre Gaeldr de quelque chose. Une fois leur discussion terminée, Gaeldr se dirigea vers Setho et lui dit:
- On a pas encore décidé ce qu'on va faire de toi, on en parlera demain. Ça veut dire que tu dormira au même endroit que hier.
Gaeldr prononça ces paroles d'un ton étrangement inquiet, ce qui ne rassura pas Setho.
Il aurait aimé pouvoir demander à Sarkel ce qui s'est passé, mais ce dernier avait précisé que c'était privé.
Il décida donc de lui parler le lendemain.

Dans sa couchette, Setho avait du mal à s'endormir. Il tua le temps en essayant d'imaginer la discussion entre Gaeldr et Sarkel.
Soudain, il vit le rideau se soulever et une silhouette de Twi'lek se glisser dans la pièce. C'était Sarkel. Avant même que Setho ne put prononcer le moindre mot, il lui fit signe de se taire, puis de venir vers lui. Setho se leva et le rejoignit à l'entrée. Il lui murmura:
- Suis moi, et fais le moins de bruit possible.
Sarkel l'emmena dehors. Il faisait nuit noire, et la température avait chuté d'une ou de deux dizaines de degrés par rapport à la journée. Il n'y avait pas un bruit à part celui d'un petit vent frais qui caressait les cheveux du padawan. Setho suivit le Twi'lek dans la crevasse nord, Ils marchèrent un peu, puis ils grimpèrent sur la paroi de droite pour arriver en haut d'une colline où les attendaient, à la grande surprise de Setho, Vun, Abbékia, Radorkatta et Thonta.
- Mais qu'est ce qui se passe?!
- T'es pas trop fatigué? lui demanda Sarkel.
- Hein? Non. En plus j'ai des petits problèmes d'insomnie.
- Tant mieux, on a pas de temps à perdre. On t'expliquera en chemin.
Les padawans se levèrent et le groupe se dirigea vers le nord, bondissant de colline en colline. Ils finirent par arriver sur le petit sentier qu'il avait déja emprunté lors de son premier jour sur Wizma. Ils continuèrent vers l'est, puis le sentier descendit en pente raide. Cette fois, la descente était plus rapide. Setho demanda alors à nouveau:
- Mais on fait quoi au juste?
- On va mettre l'inquisiteur Wax hors d'état de nuire.
- Quoi?!
- Lors de notre dernière mission, on a réussi à trouver un plan du réseau d'égouts qui s'étend jusque sous sa base. S'il faut agir, c'est maintenant.
- Mais alors, pourquoi les autres ne viennent pas?
- Gaeldr a refusé toute intervention, alors j'ai réuni le plus de personnes possibles.
- Mais... Pourquoi pas les autres?
- J'ai choisi ceux qui sont digne de confiance.
- Je suis pas convaincu que désobéir à Gaeldr est une bonne idée.
- Gaeldr s'est autoproclamé chef, dit Vun, on a pas à lui obéir.
Les padawans continuèrent leur route. En bas de la pente les attendaient le pont à la surface bétonnée qu'il avait déjà traversé. En courant par dessus, le groupe fit un bruit bien audible à cause de la nuit, ce qui accentua l'apparence fragile du pont.
Puis ils continuèrent leur route tout droit le long du sentier.

Au bout d'une heure, les apprentis Jedi arrivèrent devant une forteresse impériale. Elle avait une surface carrée, s'étendait en hauteur sous la forme d'une pyramide à cinq étages, et quatre tours hautes et fines, semblables à celles du temple Jedi, culminaient aux quatre coins de la forteresse, à l'étage le plus bas. Elles étaient éclairées par des projecteurs installés à leur base de chaque tour. Sinon, aucune lumière n'était allumée. Les murs étaient noirs, et Setho ne put distinguer si c'était leur couleur d'origine ou si c'était à cause de l'obscurité. L'unique entrée visible était un portail ouvert rectangulaire qui donnait sur des escaliers qui montaient vers la plateforme du premier étage. De chaque côté du portail était accroché une
bannière impériale et une caméra d'holo-surveillance, et deux stormtroopers portant la marque de Dark Syrthgar gardaient l'entrée.
- Les stormtroopers sont tous comme ça sur cette planète? demanda Setho.
- Ben oui, répondit Sarkel, c'est logique. Syrthgar contrôle tout sur cette planète.
- Mais par où on entre là dedans? demanda Abbékia.
- Suivez moi.
Sarkel les conduisit un peu plus loin jusqu'à une bouche d'égout au fond d'une petite crevasse dans l'écorce. Sarkel s'en approcha, la souleva et s'adressa à Setho:
- Les dames d'abord.
- Pardon?! répondit Setho avec amusement.
- Ça va, c'est une boutade!
- Bon vous me rejoindrez quand vous aurez fini, répondit Vun d'un air légèrement frustré, mais moi, je vais aller découper du Sith.
Vun se dirigea vers la bouche d'égouts, descendit l'échelle et disparut dans le trou.
- Eh attends nous! lui répondit Sarkel, qui descendit à son tour dans l'ouverture.
Setho décida de suivre le Twi'lek et se dirigea vers la bouche d'égout. Elle était constituée d'une ouverture circulaire avec des barreaux sur la paroi qui servaient d’échelle. D'en haut, il aperçut Sarkel descendre et l'empêcher de voir le fond. Setho s'introduisit dans le trou et descendit l'échelle.
Au fur et à mesure qu'il descendait, une désagréable odeur d'eaux usées se fit sentir. Une fois arrivé en bas, il put voir qu'il se tenait sur une plateforme métallique, qui fit un bruit bien audible à chaque pas. Vun avait allumée un de ses sabre laser. Grâce à la lumière bleue émise par la lame, Setho put voir qu'ils se trouvaient dans un tunnel d'un diamètre de cinq mètres au murs rocheux humides et couverts de mousses étranges qui formaient des bulles vertes entre les interstices de la paroi. Sur cette dernière circulaient quelques tuyaux. Le sol était constitué d'un grillage métallique. Sous ses pieds, Setho put voir un bruyant cours d'eau de couleur brune. Il y faisait encore plus froid que dehors. Les trois premiers arrivants attendirent qu'Abbékia, Thonta et Radorkatta les rejoignirent. Le Wookie était le dernier à les rejoindre, et il grogna une fois arrivé en bas.
- Trop étroit? lui répondit Sarkel, non, t'es sûr?
- Mais ça pue ici! s'exclama Abbékia.
- Raison de plus pour se dépêcher, dit Vun avec un air agacé, tu sais où on va au moins?
- Oui, ne t'inquiète pas. J'ai tellement étudié le réseau d'eaux usées que je le connais par cœur. Suivez moi, et éteignez vos holo-projecteurs, juste au cas où il y aurait des droïdes de sécurités ou autre chose dans le genre. On va commencer par se diriger vers la première étape: les conduits d'aération.
- Il y des conduits d'aération reliés aux égouts? demanda Thonta.
- Oui, et c'est par là qu'on va passer. Mais il y a un système de filtration, on va devoir utiliser la force pour le bloquer temporairement si on veut passer.
- Passer comment? demanda une voix féminine familière.
Le groupe se retourna, et ils virent Jam-Kol en train de descendre l'échelle de la bouche d'égouts pour les rejoindre.

Jam-Kol sauta au sol et se dirigea vers eux. Setho pouvait sentir la colère et la frustration monter chez Sarkel.
- Mais qu'est-ce que tu fais ici! Lui-dit il en essayant de parler le moins fort possible. T'as rien à faire ici! Pourquoi tu nous as suivie?!
- Parce que... , commença Jam-Kol avec une voix qui traduisait une grande tristesse, parce que... parce que j'en ai assez de toujours être cloîtré au camp à rien faire juste parce que je suis la plus jeune! Ce tyran de Gaeldr ne vaut pas mieux que Palpatine!
Sarkel essaya de se calmer.
- Écoute Jam-Kol. Je ne suis pas Gaeldr, je ne cherche à discriminer personne, c'est ce qu'enseigne la voie du Jedi. Si j'étais ton supérieur, j'aurais reconnu qu'il n'y à aucun danger à t'envoyer acheter de la nourriture, mais là, tu sais ce qu'on s'apprête à faire?
- Je sais ce que vous voulez. Vous voulez exaucer le rêve de tous les Wizmiens. Tuer Wax.
- Jam-Kol, c'est du sérieux. Wax est un seigneur Sith, il ne plaisante pas.
- C'est un inquisiteur, pas un seigneur Sith.
- Ça ne change rien. Ce n'est pas pour ton âge, Jam-Kol, c'est juste que tu n'es pas assez expérimentée.
- Ah oui, qu'est ce qui te fais croire ça?!
- C'est pourtant simple! dit Sarkel en commençant à hausser le ton. Pendant qu'on se défendait sur Ruusan, tu étais dans les toilettes du vaisseau!
- Ça suffit! s'exclama Vun en les interrompant. Si elle se met en danger et si elle se fait punir par Gaeldr c'est son problème. Et comme ça elle ne se plaindra plus de se la couler douce au camp!
Mais Setho avait deviné que les paroles de la jeune Jedi n'étaient que des excuses pour ne pas réveiller les douloureux souvenirs de l'attaque des clones.

- Sarkel, demanda Jam-Kol au bord des larmes, pourquoi avoir choisi Setho plutôt que moi?
- Setho est plus expérimenté que toi, et il a suivi jusqu’à récemment les enseignement d'un véritable maître Jedi.
À cette phrase prononcée, le padawan en question tenta d'oublier les douloureux souvenirs de la mort de son maître.
- Je savais que tu allais dire ça, reprit Jam-Kol, mais de la préférer à un traître potentiel...
- Tu me considères encore comme un traître?! répondit Setho, outré.
- Et je ne préfère personne, répondit Sarkel d'un air indigné, maintenant choisis, soit tu fais demi tour maintenant, soit tu reste avec nous jusqu'à la fin de l'opération. Après ça, tu ne pourras plus revenir en arrière. C'est un moment décisif dans l'histoire du système Wizma qui se joue ce soir.
Jam Kol feint de réfléchir quelques secondes, sachant qu'elle connaissait déjà très bien sa réponse.
- Je viens avec vous.
- Alors dépêchons nous de partir d'ici, répondit Abbékia.

Le groupe poursuivit sa route dans le dédale du réseau d'égouts. Après quelques minutes, ils arrivèrent devant une ouverture murale bloquée par un immense ventilateur allumé qui faisait presque la taille de Jam-Kol, et qui soufflait un gros vent dans leur direction, ce qui ébouriffa les cheveux des humains.
- Vous avez tous éteint vos holo-projecteurs? demanda Sarkel au groupe.
- Oui, répondirent-ils simultanément.
- Bien, Je vais utiliser la force pour bloquer le ventilateur. Vous passez en premier.
Sarkel leva la main en direction du ventilateur, ferma les yeux et se concentra sur la force. Peu à peu, la vitesse des pales du ventilateur ralentissait, puis finit par s'arrêter. Il réouvrit les yeux puis dit au reste du groupe en maintenant la main en direction du ventilateur.
- Montez, vite!
Un par un, les padawans grimpèrent à quatre pattes dans l'étroit espace entre la paroi du conduit et les pales tremblantes du ventilateur. Setho grimpa en dernier. À l'intérieur, le conduit était trop étroit pour pouvoir marcher debout. Les parois étaient constituées de plaques métalliques qui reflétaient la lumière bleue du sabre de Vun. Il continua à avancer accroupi puis attendit Sarkel. Setho vit ce dernier monter grimper dans l'ouverture, mais à peine eut-il terminé, il recula d'un coup en se heurtant à Setho. Puis un bruit d'hélice se fit entendre brusquement. Setho regarda au dessus de l'épaule de Sarkel. Le ventilateur avait redémarré.
- Ça va? demanda Vun derrière Setho.
- Qu'est ce qui s'est passé? demanda Abbékia.
- Je sais pas. Je contrôlait pourtant bien l'arrêt du ventilateur, mais au moment ou je suis passé, il a redémarré brusquement. Une seconde trop tôt et j'aurais été découpé!
- C'est bizarre, répondit Thonta, si c'est un redémarrage automatique, pourquoi il a mis tellement de temps à réagir? Et pourquoi c'était aussi brusque?
- Ou alors... quelqu'un l'a réactivé manuellement, dit Jam-Kol.
- Non, ça m'étonnerait... commença Sarkel.
- Bon, on ferait mieux d'y aller, répondit Vun, sinon on se fera vraiment repérer.

Après avoir parcouru un trajet considérable dans le réseau de conduits d'aération pendant une dizaine de minutes, Vun, qui était en tête du groupe, s'arrêta. Elle éteignit son sabre et souleva une grille devant elle.
- Le dernier la referme, dit-elle en s'adressant au groupe.
Un par un, les padawans sautèrent hors du conduit et atterrirent dans un couloir sombre de cinq mètres de haut. Setho reconnu bien le style architectural de l'Empire. Les murs étaient légèrement inclinés. Tous étaient peint en noir ou en gris foncé. Et le sol et le plafond n'en faisaient pas exception. La seule lumière venait de quelques lampes sur les cloisons qui émettaient une désagréable lumière rougeâtre.
- Là c'est sûr, dit Jam-Kol, on est bien chez les méchants!
Sarkel descendit du conduit en dernier et referma la grille grâce à la force.
- Et maintenant on fait quoi? demanda Abbékia.
- Suivez moi, lui répondit Sarkel.
- C'est encore loin?
- Non, on en a plus pour longtemps.

Pendant un quart d'heure, ils marchèrent dans ces couloirs sombres. Ils devaient sans cesse esquiver des caméras d'holo-surveillance, des droïdes souris, des stormtroopers et toutes sortes de gardes. Tous cela allongea le temps du trajet.
Ils finirent par arriver dans un angle de couloirs. Sur un mur au loin, on pouvait voir une grosse porte blindée en forme de trapèze de la même couleur que les murs. Mais ce qui était étrange, c'est qu'aucun garde n'était posté à l'entrée.
- Wax doit être très sûr de lui pour laisser ses quartiers sans protection comme ça, dit Jam-Kol.
- L'entrée est peut-être piégée, répondit Thonta.
- Non, dit Setho, on l'aurait senti.
- Ou alors il est pas chez lui.
- Bon, ça suffit, dit Vun. Je vais voir s'il n'y a rien de l'autre côté du couloir.
- D'accord, mais fais attention.
Vun avança lentement en faisant le moins de bruit possible. Arrivée à l'angle opposée, elle regarda à furtivement à droite et à gauche, comme si elle allait traverser une rue, puis fit demi-tour en marchant rapidement, mais silencieusement, vers le groupe.
- Il n'y a personne par là, dit-elle, c'est tout sauf rassurant.
- Ça ne me dit rien qui vaille, dit Sarkel.
- Et maintenant on fait quoi? demanda Setho.
- On a pas le choix...
Sarkel se dirigea vers la porte.
- Alors? Vous venez.
Le groupe suivit Sarkel jusqu’à la porte. Elle semblait encore plus grande et était encore plus intimidante que de loin. À côté d'elle, à portée de main, était incrusté dans le mur une plaque métallique avec un voyant rouge et un bouton noir juste en dessous.
- La porte est verrouillée par un système électronique. Tu peux t'en charger Rador' ?
Radorkatta lui répondit affirmativement d'un grognement de Wookie. Il sortit un bloc de données d'une poche de sa ceinture et commença à taper quelque chose dessus. Puis le voyant rouge sur le mur devint vert.
Sarkel s'approcha du bouton noir, se tourna vers le groupe et leur dit:
- Que la force soit avec nous.

La porte s'ouvrit bruyamment en coulissant vers la gauche. Les padawans s'avancèrent dans la pièce, qui montrait tout de suite un contraste important par rapport aux autres endroits de la base. Elle était très spacieuse par rapport aux étroits couloirs, et elle était éclairée d'une lumière blanche grâce à de belles lampes décoratives aux formes arrondies épurées qui se trouvaient dans les coins de la pièce.
Celle-ci était environ grande comme un pont de croiseur et était composé d'une grande plateforme surplombant la moitié de la pièce et d'un étage inférieur plus grand, sachant que les padawans se trouvaient sur la plateforme. Les deux étages étaient reliés par un escalier. Les murs étaient peint en gris souris et sur le grand mur du fond était incrustée une grande baie vitrée, qui offrait une belle vue sur toute la base impériale. Setho put également apercevoir quelques pièces de mobilier comme des meubles, un lit et des plantes aux feuilles rondes et ocres, probablement un végétal local.
Au milieu de l'étage inférieur, le groupe put voir un Kel Dor se tenant devant eux. Il était habillé d'une toge à capuche noire, et semblait tout de suite moins rassurant que maître Plo Koon. Il portait également une ceinture sur laquelle était accroché un sabre laser. C'était l'inquisiteur Wax. Il les regardait depuis le début. Il pronça alors ces mots:
- Vous êtes pathétiques.
- Au nom de l'Ordre Jedi, commença Sarkel en allumant son sabre laser à lame bleue, vous êtes en état d'arrestation pour crimes de guerre.
À ces mots, les autres padawans allumèrent leur sabres à leur tour. Sarkel avait un sabre laser bleu, Radorkatta un jaune, Vun deux bleus, Thonta un double sabre vert et Jam-Kol un bleu. Mais Wax ria d'un air qui empestait le mépris absolu à plein nez.
- Vous n'êtes même pas de vrais Jedi. Vous êtes ridicule. De toute façon, l'ordre Jedi n'existe plus. Vous ne méritez même pas de porter ces armes.
Il alluma son sabre et une lame rouge en jaillit.
- Ordre de mon maître, vous devez mourir. Et je vais me faire un grand plaisir de vous trucider.
- Sarkel fit un signe de la tête à ses compagnons qui signifiait "encerclons-le".
Les autres padawans s'exécutèrent. Seul Sarkel resta à sa place et se mit en position défensive. Setho comprit que le Twi'lek misait sur le fait d'encaisser les coups de Wax, et que les autres allaient servir à le déconcentrer ou à le frapper à l'arrière.
Cependant, se souvenant du combat entre son défunt maître et Dark Syrthgar, il s'attendait à ce que Wax devine leur technique et y trouve une faille. Peut-être même ont-ils une chance de perdre le combat. Setho lutta contre cette pensée pessimiste et se plaça à un point stratégique à la droite de l'inquisiteur.
- Préparez vous à votre défaite, s'exclama ce dernier avant de brandir en l'air son sabre.

À ce geste, certains reculèrent légèrement, par réflexe. Mais personne n'abandonna sa garde. Puis, les premiers avancèrent. Certains couraient, d'autres se déplaçaient moins vite. Setho ne tarda pas à les rejoindre, mais il ralentit malgré tout en arrivant à portée de Wax. Avant même qu'une lame de sabre laser s'approchait de lui, le Kel Dor se baissa et posa brusquement sa main gauche au sol. Aussitôt, une déflagration de force projeta tous les Jedi plusieurs mètres en arrière, même Sarkel, ce qui déstabilisa complètement leur formation. Setho et les autres se relevèrent le plus vite possible, Wax pouvant à présent attaquer n'importe quel padawan sans qu'il puisse être défendu. Le groupe était à présent désorganisé.
Ce fut Radorkatta qui fut "choisi" par le Kel Dor. En un rien de temps, la lame rouge s'abattit sur le Wookie. Ce dernier la para de justesse.
- On dirait que tu sera le premier, boule de poils, dit Wax.
Radorkatta répondit d'un grognement que Setho ne comprenait pas. En effet, Setho avait choisi d'apprendre la langue hutt au temple Jedi, et non les langues wookies.
Sarkel s'était relevé de son côté. Mais tandis que tout le monde était soit en plein balayage tactique soit encore en train de se relever, il fonça en courant le plus vite possible en direction de l'inquisiteur.
Ce dernier retira sa lame et projeta Radorkatta à travers la vitre grâce à la force. La vitre se fracassa en mille morceaux et le Wookie tomba dans le vide en poussant un hurlement de détresse qui décrût au fur et à mesure qu'il tombait. Puis plus rien. Juste le bruit du vent. Même Sarkel s'était arrêté dans sa course. Pendant un moment, les padawans étaient immobiles. Ils savaient tous que Radorkatta n'était pas mort de sa chute grâce aux pouvoirs des Jedi, mais rien ne prouvait non plus qu'il ne lui était rien arrivé. Wax se pencha brièvement à travers le trou dans la vitre, puis se tourna en direction des autres. Setho pouvait sentir un sourire derrière le masque.
- Je me demande si sa fourrure sera assez épaisse pour résister au froid mordant.
Sarkel fut le premier à réagir. Il brandit son sabre et fonça droit en direction de Wax. Une fois à sa portée, Sarkel tenta d'asséner un coup au niveau de la tête mais Wax sauta derrière le Twi'lek. Une fois derrière lui, il lui asséna un coup en direction de la tête. Sarkel tenta d'esquiver, mais la lame atteignit de plein fouet son lekku gauche et le trancha d'un coup. Tandis que l'appendice crânien bleu tomba par terre, Sarkel hurla de douleur et s'effondra au sol.
Modifié en dernier par feedle le Lun 21 Aoû 2017 - 12:50, modifié 1 fois.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Den » Ven 30 Juin 2017 - 14:11   Sujet: Re: Le treizième padawan

Je commence à avoir du retard!

Bon, je lirai tout cela quand j'aurai un peu plus de temps. Mais je lirai, promis! :wink:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5317
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar L2-D2 » Ven 30 Juin 2017 - 18:43   Sujet: Re: Le treizième padawan

Chapitre 4 lu !

Je dois avouer que je ne m'attendais pas à ce que la confrontation avec l'Inquisiteur arrive si vite ! C'est plutôt bien vu, nos héros sont mis en difficultés, et j'ai du mal à croire qu'ils vont tous s'en sortir en un seul morceau (Wax en a déjà mis deux hors-combat en une poignée de secondes, et je crains fortement pour la vie de Jam-Kol :( ). Comment les padawans vont-ils s'en sortir ? Cette question va devoir attendre encore une semaine, c'est trop ! Je veux savoir ! :grrr:

Et tout ça ne va pas renforcer l'opinion de Gaeldr à propos de Setho, je le vois très bien accuser le nouveau-venu de la défaite (mort ?) de ses camarades... A moins que Gaeldr ne débarque à l'improviste (en ayant suivi les padawans ?), et ne se sacrifie pour leur permettre de prendre la fuite ! :sournois: Mais là aussi il faut attendre, et une semaine, c'est trop long !

Tu l'auras compris : la suite ! :)
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5410
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar feedle » Ven 07 Juil 2017 - 6:20   Sujet: Re: Le treizième padawan

Salut tout le monde! Après une longue nuit d'insomnie (aucun rapport), voilà le chapitre 5.
Bonne lecture!



Chapitre 5



Tout s'était passé tellement vite. D'abord Radorkatta, puis Sarkel. Instinctivement, les padawans s'étaient tous réunis en direction de la porte d'entrée, se préparant à l'éventualité de fuir mais n'étant pour l'instant pas déterminés à passer à l'acte.
- Et de deux, s'exclama Wax avec un amusement malsain, probablement pour effrayer les padawans. Ces derniers se mirent immédiatement en posture de défensive et avancèrent en même temps, lentement, afin d'être prêt à contrer n'importe quel comportement imprévisible de l'inquisiteur.
Puis, le combat s'engagea. Les lames s'entrechoquaient. Wax les esquivait toutes. Mais il dût considérablement reculer pour pouvoir bien gérer ses coups. C'est alors que Vun commit un acte dont personne ne s'y attendait dans cette entremêlement de lames: elle poussa Wax vers ce qui restait de la baie vitrée grâce à la force. L'inquisiteur réussit à s'arrêter de justesse au bord du précipice. Tous pouvaient sentir sa rage et sa colère monter devant cette humiliation. Même une personne non sensible à la force pouvait comprendre que Wax n'agissait pas par obéissance, mais par haine profonde et volonté de mort absolue.
Les padawans saisirent cette occasion. Tous se ruèrent vers lui en brandissant leurs sabres laser. Mais Wax avait eu le temps de s'éloigner assez loin du trou pour pouvoir continuer à combattre. Il continua alors de parer les lames des padawans. Setho avait alors enfin compris le point faible évident de leur adversaire: à cause de leur nombre, Wax ne pouvait pas attaquer sans se défendre. Cela le pousse à devoir uniquement jouer sur la défensive. C'est pour cela qu'il avait utilisé les pouvoirs de la force pour se débarrasser de Radorkatta et pour disperser les apprentis Jedi lorsqu'ils étaient sur le point de l'encercler. Setho fut alors légèrement frustré d'apprendre qu'ils avaient raté une occasion en or de le vaincre au début.
Mais la situation commençait de plus en plus à tourner au désavantage pour le Kel Dor, et celui-ci l'avait bien compris. Une fois assez près du précipice, il saisit Jam-Kol à sa tunique et la tendit à moitié au dessus du vide. De son autre main, il tint le poignet de la padawan afin qu'elle ne puisse plus utiliser son sabre. Jam-Kol était désormais immobilisée.
- Un pas de plus et j'en fais un troisième! dit Wax d'une voix menaçante.
C'est alors que Setho se souvint d'une de ses missions avec son maître sur la planète Nar Shaddaa. Bien qu'il ne l'avait jamais utilisée auparavant, il était sûr de lui.

Setho fit un pas (bien visible afin de provoquer Wax), puis le poussa dans le vide grâce à la force. L'inquisiteur et Jam-Kol tombèrent du bord, et la seconde cria de peur pendant sa chute. Setho se concentra alors de toutes ses forces. Il n'avait pas le droit à l'erreur. Il savait que les autres derrière lui étaient choqués par ce qu'il venait de faire.
Il braqua ses bras en direction de Jam-Kol, puis utilisa la force pour la tracter jusqu'en haut. À la grande surprise de Setho, cela fonctionnait. La padawan était en train de flotter vers le haut dans leur direction. Puis, Setho sentit que Thonta et Vun étaient également en train d'attirer Jam-Kol vers eux, aidant ainsi Setho, car un tel acte demandait beaucoup d'efforts. Finalement, la petite padawan atterrit parmi les autres saine et sauve. Elle s'écrasa sur le sol tapissé d'éclats de verre. Mais après tout ce qui s'était passé, Jam-Kol ignora totalement les blessures superficielles causées par ces derniers. Elle se releva péniblement.
Setho s'agenouilla devant elle et lui tendit la main pour l'aider à se relever en lui disant:
- Ça va? Tu n'es pas blessée?
Elle ne lui répondit pas. Elle s'assit par terre, puis attacha son sabre laser à sa ceinture. Les autres padawans éteignirent leurs sabres à leur tour et se dirigèrent vers Jam-Kol et Setho.
- Ça va pas la tête?! s'exclama Vun. Tu aurais pu la tuer.
- Eh, ne t'énerve pas, répondit Setho, tu devrais plutôt me remercier de nous avoir débarrassé de Wax.
- Quoi? Wax est mort? demanda Abbékia.
La Nautolan se dirigea vers la bord et se pencha au dessus. Tandis que Vun et Thonta aidèrent Jam-Kol à se relever, Setho rejoignit Abbékia. En bas, il ne voyait aucune trace, ni de Wax, ni de Radorkatta. Ils pouvaient seulement voir des stormtroopers se diriger avec hâte vers l’intérieur de la base. Ils criaient des ordres incompréhensibles, mais il était évident qu'ils savaient que quelque chose ne tournait pas rond dans le bâtiment, surtout après avoir vu leur supérieur et un Wookie tomber du ciel.
- Euh... Je crois qu'on ne devrait plus trop traîner ici, dit Abbékia au reste du groupe.
- D'accord, on laisse tomber Wax pour le moment, dit Vun.
- Quoi?! s'exclama Jam-Kol, ça veut dire que Radorkatta et Sarkel auront combattu pour rien?
- Sarkel! s'écria Vun, je l'avais complètement oublié.
Vun se dirigea vers le corps inanimé du Twi'lek. Elle le souleva et le porta sur ses épaules.
- Abbékia, dit Vun, ramène le lekku, on pourra peut-être le greffer.
- Mais Radorkatta a disparu, lui répondit la Nautolan.
- Alors c'est Horia qui le soignera, on trouvera une solution, mais magne-toi!

Abbékia ramassa l'appendice tentaculaire bleu qui gisait au sol et qui commençait à se vider de son sang et à se décolorer. Les padawans se dépêchèrent de quitter la pièce au plus vite. Setho courut vers l'avant afin de servir d'avant-garde pour protéger Vun et Abbékia. À peine le groupe était-il sortit des appartements de Wax qu'un stormtrooper croisa par hasard leur route. Il était seul. Mais au lieu de leur tirer dessus avec son blaster, il cria dans son comlink d'une voix étouffée par son casque:
- Alerte, il sont dans le...
Le soldat ne put terminer sa phrase. En effet, Setho avait allumé son sabre et le lança comme un boomerang en direction du stormtrooper. La lame bleue frappa de plein fouet son torse et il mourut sur le coup. Puis le sabre retourna dans la main de l'apprenti. Setho avait agit par réflexe. Il avait agit sans émotion, comme le jour de l'ordre 66 avec son maître sur Allanteen. Son maître lui avait déjà appris à gérer des situations imprévisibles. D'habitude, il détruisait des droïdes durant la guerre des clones. Avant la fin de la guerre, il n'avait jamais tué d'ennemi vivant. C'est seulement pendant la fuite avec son maître qu'il avait eu les premières occasions de tuer "quelqu'un", exclusivement des impériaux. Ce fait l'avait souvent servi de consolation lors de ses premiers homicides, rendant indirectement leur vie moins précieuse que celle de civils innocents ou d'alliés. Setho s'était alors demandé pendant les premiers mois si c'était normal, et comment un Jedi était censé réagir dans une situation pareille. Il aurait trouvé rassurant que son maître lui en dise plus, mais Jhon Erraz lui avait toujours répété les mêmes paroles, comme quoi un Jedi ne tuait qu'en cas d’extrême nécessité, et il minimisa toujours ses témoignages d'homicide.
Au fur et à mesure du temps, Setho avait appris à cesser de compter le nombre de ses victimes ainsi que de s'y habituer. En réalité, il s'était déjà préparé à cette éventualité, bien qu'il souhaitait ne jamais la rencontrer.

- Ouf! dit Abbékia, il s'en est fallu de peu.
- Par ici! répondit Vun en leur indiquant le chemin.
Durant ce dernier, les padawans durent éviter beaucoup plus de couloirs qu'à l'allée, à cause des stormtroopers qui les traversaient en courant en criant des ordres comme "fouillez partout!" ou "par ici". Le groupe finit par arriver péniblement devant le conduit d'aération troué par lequel ils s'étaient introduits dans la base. Cependant, deux stormtroopers se tenaient devant celui-ci, immobile, probablement afin de l'inspecter. Thonta et Jam-Kol s’avancèrent furtivement en direction des stormtroopers, puis les tuèrent d'un coup avec leurs sabres laser une fois qu'ils étaient à leur portée. Un par un, ils grimpèrent dans l'ouverture du conduit. Une fois à l'intérieur, Vun se chargea de traîner Sarkel tandis qu'Abbékia continua de porter le lekku tranché sous l'épaule. Setho s’inquiétait à chaque regard porté vers ce dernier. Ils devaient sortir d'ici le plus vite possible.
Le groupe arriva finalement devant l'hélice qui reliait les conduits aux égouts. Setho, étant en tête du groupe commença doucement à s'impatienter. Il dégaina donc son sabre et asséna un grand coup violent contre l'hélice. Celle-ci se fracassa en deux et les débris tombèrent sur le sol des égouts. Les padawans quittèrent les conduits d'aération puis couraient avec hâte à travers les égouts. Arrivés à l'échelle qui menait à l'extérieur, ils grimpèrent vers la surface. Il était très compliqué pour eux d'à la fois se dépêcher et de prendre les précautions nécessaires pour ne pas aggraver l'état de Sarkel. Une fois dehors Ils remarquèrent que la base était beaucoup plus agitée que lors de leur arrivée. De nombreux projecteurs s'étaient allumés et braquaient le sol. Les lumières des miradors s'étaient allumés. Les stomtroopers étaient également là, en train de les chercher dehors. De là ou les padawans étaient sortis, ils pouvaient les entendre brailler leurs ordres dans leurs comlinks.
Tandis que les apprentis sortaient un par un, Setho en profita pour jeter un coup d’œil depuis le haut d'une petite colline. Il aperçut des stormtroopers de Syrthgar équipés d'une lampe frontale qui se dirigeaient vers eux, ainsi qu'un objet volant dans le ciel qu'il eu du mal à identifier à cause de l'obscurité. D'habitude, Setho utilisait sa paire de jumelles équipés d'une vision thermique dans ce genre de situation, mais il l'avait oublié à leur base. Il se concentra alors pour pouvoir le reconnaître. C'est alors qu'il en aperçut plusieurs: c'était des drones. Ils volaient à quelques mètres du sol et étaient eux aussi équipés de projecteurs qu'ils braquaient dans tous les sens. Setho se retourna vers le groupe.
- Dépêchez-vous! Ils arrivent!
- Qui ça? demanda la Nautolan. Des stormtroopers?
- Oui, répondit Setho, avec des lampes frontales et des drones!
- Qu'est-ce qu'on attend pour s'enfuir?! répondit Vun.
- Rien.
Setho commença à courir et les autres ne tardèrent pas à le suivre. Pendant tout le chemin du retour, il se retourna pour vérifier si Vun et Abbékia arrivaient à les suivre. Par chance, le groupe avait fini par semer les stormtroopers. Après plus d'une heure, le groupe finit par arriver à leur repère. À leur grande surprise, Gaeldr et les autres padawans étaient réveillés et les attendaient au milieu de la vallée.

La lumière de l'endroit ou les padawans dormaient était allumée. Gaeldr se précipita vers Vun. Celle-ci commença à parler avant Gaeldr.
- On a pas de temps, il faut le soigner, vite!
Elle se dirigea vers l'entrée de là ou dormaient les padawans. Abbékia la suivit.
Gaeldr posa une main sur l'épaule de Thonta pour l'empêcher d'avancer et lui dit:
- Thonta répond moi, ou est Radorkatta.
Son interlocuteur marqua une pause, puis lui dit:
- Il a... disparu.
- Quoi?! Comment?! où ça?!
Setho remarqua que Thonta, qui avait d'habitude une attitude posée, commença à s'agacer.
- On t'expliquer a, il faut d'abord soigner Sarkel!
Il repoussa la main et se dirigea à son tour vers l'entrée.
- Et comment vous voulez soigner qui que ce soit sans Rador' ?! ajouta Gaeldr.
- Ta copine peut se débrouiller, non? dit-il juste avant de passer derrière le rideau. Setho le suivit en faisant attention à ne pas croiser le regard avec Gaeldr. Jam-Kol s'apprêta à le suivre mais Gaeldr s'interposa. Setho se retourna pour voir ce qui se passait tandis que Thonta passa le rideau sans se réagir.
- Jam-Kol, qu'est-ce qui t'a pris d'aller avec eux?! Regarde toi, tu as failli mourir.
- Ah oui? Parce t'es le chef peut être?! s'exclama t-elle. Puis elle se dirigea à son tour vers le rideau. Gaeldr s'apprêtait à s'adresser à Setho, mais ce dernier fit mine de ne pas l'avoir remarqué et traversa le rideau.

Setho n'était jamais entré ici. Auparavant, il s'imaginait que c'était une grande pièce comme la réserve, à l'exception qu'elle était remplie de lits, de hamacs et des effets personnels des padawans. Mais en réalité, Setho se trouvait dans une petite pièce de trois mètres de long sur trois mètres de large. Sur chaque mur latéral se trouvait une ouverture avec un rideau identique à celui de dehors. Il entendit la voix d'Horia dans la pièce de droite.
- Sortez d'ici, et vous pourrez caresser l'espoir de revoir Sarkel vivant!
Un par un, l'intégralité des padawans sortirent de la pièce de droite, qui était probablement une sorte d'infirmerie ou toute sorte de pièce à part ou Sarkel pouvait être soigné, pour se diriger vers la pièce en face. Gaeldr en faisait partie. En passant dans la pièce où se trouvait Setho, il s'adressa aux autres:
- Tout le monde aux dortoirs, ils faut qu'on discute.
Setho se rendit avec les autres dans la pièce de droite. Celle ci était assez ressemblante avec la réserve, mais elle était plus petite. Elle était parsemée de hamacs accrochés dans tous les sens, certains en avaient un autre accroché au dessus. La pièce était peu meublée, et des gros sacs et quelques sabres lasers traînaient par ci par là. Le groupe de padawans formèrent un cercle au milieu, là ou il y avait le moins de hamacs. Gaeldr s'assit dans l'un d'eux tandis que Setho et les autres restèrent debout.
- Bon, il faut qu'on parle, commença Gaeldr. Tout d'abord dites moi pourquoi avoir fait cette excursion nocturne complètement suicidaire?
- C'est Sarkel qui à eu l'idée, répondit Vun.
- Tu ne réponds pas à ma question. Pourquoi avoir fait ça?!
- Ben c'est simple, dit Abbékia, on avait tous les éléments pour pouvoir enfin se débarrasser de Wax mais tu as refusé.
- Et vous trouvez ça normal?! dit Gaeldr en haussant le ton.
- En quelque sorte oui, dit Vun, vu que tu n'as aucun droit à nous commander. On en a marre que tu te prennes pour le chef. Ça aussi tu trouves normal?
- Évidemment que c'est normal! Tu imagines si chacun partirait tuer son Sith de son côté? Ça serait la fin des Jedi! Et je vous rappelle qu'on est les derniers et que les autres sont tous morts!
- Tu vois, répondit Thonta, si on y était allé tous ensemble on l'aurait trucidé sans problème.
- À ton avis, si j'ai refusé ça, c'est bien qu'il y a une bonne raison, vrai ou faux?
- Permet moi d'en douter...
- Non, Radorkatta est juste mort à cause de votre improvisation mais sinon tout va bien, dit-il d'un air ironique.
- Euh... par contre, prononça Setho avec une voix légèrement craintive, rien ne prouve que Radorkatta est réellement mort.
- Toi tu parles quand je te le demande, répondit Gaeldr avec un ton intimidant. Mais pour une fois, Setho ne se laissa pas faire.
- Non, attend... je... la prison sur Bubu...elle s'appelle bien "Froid Mordant", c'est ça?
- C'est quoi le rapport?
- Wax a dit quelque chose comme "le Wookie va subir le froid mordant" ou un truc comme ça. Peut être qu'il parlait du pénitencier.
Gaeldr soupira.
- Dans ce cas on ne peut plus rien pour lui.
- Mais si! On peut toujours encore le sauver. En plus ça me permettra de vous prouver que je suis fidèle à l'Ordre Jedi.
- Toi, t'es fidèle à rien du tout.
Gaeldr se tourna vers les autres.
- Tout comme vous, d'ailleurs.
- Mais ferme-là! s'exclama Thonta. Tu as le même grade que nous. Alors arrête de nous dire ce qu'il faut faire ou pas. Tu n'est pas notre maître!
- Est-ce une mutinerie ou une rébellion que vous cherchez à organiser? Dans tous les, sachez que je ne me laisserai pas faire. Encore heureux qu'il reste des gens ici qui sont de mon côté.
- Ouais, dit Jam-Kol, comme Horia.
Gaeldr se leva, visiblement déterminé à donner une correction à la padawan. Mais Vun l'interrompit.
- Ne t'avise même pas de lever la main sur elle sinon tu auras à faire à moi, lui dit-elle d'un ton froid.
- Tu paiera pour ta trahison.
- Quelle trahison?! Tu veux qu'on compte le nombre de de fois où tu as enfreint le code Jedi? Je mettrais ma main au feu que même si on enlève ton histoire avec Horia, ça fait beaucoup d'effractions!
Gaeldr s'apprêta à lui répondre, mais Vun poursuivit:
- Nulle part dans le code Jedi il est écrit qu'un padawan est supérieur aux autres, nulle part! Le code Jedi prône l'entraide entre les apprentis, pas la soumission.
- Et pas la division non plus!
- Mais réfléchit un peu, dit Thonta, si personne ne nous dirigeait, on aurait pu en discuter tous ensemble et voter pour ou contre une intervention.
- Pour le coup, je suis d'accord, dit Yizos, si j'étais venu, on serait revenu victorieux avec la tête de Wax en prime.
- Yizos, c'est pas le moment, lui dit Jam-Kol.
Gaeldr souffla, puis reprit après quelques secondes:
- Je devrais peut-être songer à vous bannir.
Toutes les personnes concernées protestaient:
- Pardon?!
- Hors de question!
- Et puis quoi encore?
- Jamais de la vie!
- C'est toi qu'on devrait bannir espèce de dictateur!
Gaeldr inspira profondément, puis cria à travers la pièce:
- Taisez-vous!
Les padawans exécutèrent cet ordre.
- Si vous voulez un vote démocratique ou je ne sais quoi on fera ça demain... et uniquement avec ceux qui sont resté ici.
Sur ces mots, Saara jeta un sourire méprisant aux padawans, et particulièrement à Setho. Avant de partir, Gaeldr jeta un coup d’œil vers ce dernier et lui dit:
- Quant à toi, ne crois surtout pas que tu vas t'en tirer comme ça!
Puis il passa à travers le rideau et quitta la pièce. Un long moment de silence s'installa. Tous les padawans se regardaient entre eux. Aeprai fut la première à parler:
- Mais pourquoi il est parti?
- Ben... répondit Thonta, il est peut être un peu susceptible.
- Tout ça c'est de votre faute, ajouta Saara, vous n'avez pas honte?
- Toi, t'es même pas concernée, dit Vun, donc t'as aucun mot à dire.
- Répète un peu?!
Tandis que Vun et Saara commençaient à se disputer, Setho s'adressa au reste du groupe:
- Bon ben... je suppose que je vais aller retourner dormir.
- Bonne nuit alors, lui répondit Thonta.
Setho se dirigea vers le rideau. Derrière lui, il pouvait entendre Thonta continuer à parler avec Aeprai:
- Hé, Thonta.
- Oui?
- Tu n'oublieras pas de me raconter comment ça c'est passé, hein?
- Oui, bien sûr...
Setho quitta la pièce puis sorti de l'habitation. Bien qu'il faisait toujours encore nuit, il savait qu'il ne lui restait plus beaucoup d'heures avant le lever du jour. Il espéra qu'il arriverait à dormir au moins deux ou trois heures.

La première chose qu'il sentit à son réveil, c'était des violents coups au niveau de son épaule. Il se releva rapidement, de peur qu'il se passait quelque chose de grave. Mais en ouvrant les yeux, il ne vit que Saara qui se tenait à côté de lui les bras croisés et un visage qui traduisait sa mauvaise humeur habituelle. Elle avait un pied posé sur sa couverture, et elle l'avait probablement utilisé pour ce réveil peu subtil.
La Togruta lui dit d'un ton irrité:
- C'est bon? T'as fini? On attend que toi.
Puis elle se retourna et quitta la réserve. Setho se leva péniblement en maudissant son problème d'insomnie. En effet, il ne s'était pas endormi avant trois ou quatre heures, et n'avait pu profiter que de deux heures de sommeil au mieux. Le padawan quitta la réserve et fut immédiatement ébloui par la lumière du soleil dès qu'il eut soulevé le rideau. Lorsqu'il retira sa main du visage, il aperçut le groupe entier au milieu de la vallée, tous les membres étaient assis sur les blocs d'écorce. Personne ne mangeait ni ne parlait. Tous regardaient vers le bas comme lors d'un deuil. Setho commença à craindre le pire quand Gaeldr s'adressa à lui:
- T'as de la chance de pas être le dernier.
Peu après, le rideau de l'autre côté de la réserve se souleva et Horia en sortit. Elle marchait d'un pas alourdi en direction du groupe. Gaeldr se leva et lui demanda:
- Alors?
- J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle, commença-t-elle d'une voix attristée, je commence par laquelle?
- Ben... la bonne pour changer.
- Sarkel va survivre. J'ai passé la nuit à utiliser la technique du curato salva pour le maintenir en vie pendant son opération. Sans la force, je n'aurais jamais réussi.
- Et la mauvaise nouvelle?
- Je suis désolée, je n'ai pas réussi à regreffer le lekku...
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar L2-D2 » Ven 07 Juil 2017 - 16:24   Sujet: Re: Le treizième padawan

Chapitre 5 lu !

Ah, Gaeldr commence à péter un câble à constater qu'on met ses ordres en question... Il ne faudrait pas qu'il nous passe du Côté Obscur, le jeunot !

Sinon, Chapitre sympathique qui résout (momentanément ?) le cas de Wax, et lance la suite de l'intrigue, tant du point de vue des personnages et des relations entre eux que de leur nouvel objectif (la prison de Bubu, je ne me fais décidément pas à ce nom ! :transpire: ).

A la semaine prochaine pour la suite ! :)
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5410
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Dim 09 Juil 2017 - 19:37   Sujet: Re: Le treizième padawan

L2-D2 a écrit: (la prison de Bubu, je ne me fais décidément pas à ce nom ! :transpire: ).


:D . Mais le Froid Mordant, ca a déjà plus de classe :sournois: .
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1557
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar feedle » Ven 14 Juil 2017 - 19:13   Sujet: Re: Le treizième padawan

Salut tout le monde. Malheureusement, pas de chapitre aujourd'hui. Je suis en vacances en Autriche et je n'ai pas mes textes sur moi. Mais ne vous inquiétez pas, le chapitre 6 arrive lundi.
À bientôt !
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar L2-D2 » Ven 14 Juil 2017 - 19:22   Sujet: Re: Le treizième padawan

Bonnes vacances, profite-en bien! :)
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5410
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar feedle » Lun 17 Juil 2017 - 14:13   Sujet: Re: Le treizième padawan

Salut tout le monde.
Avant toute chose, petites explications, lisez attentivement:
Vous savez que ce chapitre a été posté en retard, je le publie donc aujourd'hui comme promis. Cependant, le chapitre 7 sortira ce vendredi (le 21 donc) mais le 8 sortira le 23. Pourquoi cette date? Parce que je pars en vacances (oui, encore! :transpire: ) pendant trois semaines au Québec. Comme ça, ça fera déjà un chapitre d'avance, c'est mieux que rien.
Merci de votre compréhension, sur ce, bonne lecture du chapitre 6:




Chapitre 6



Lors de la fuite de Jhon Erraz et de son apprenti, Setho avait apprit par son maître lors de son escale sur Ryloth plusieurs anecdotes sur les Twi'lek. Il avait apprit que les lekku étaient une partie du corps vitale et très importante pour cette espèce, car elle contenait une partie de son système nerveux. Ainsi, tirer dessus ou les tordre pouvait être très douloureux, encore plus que pour les cheveux des humains.
Setho savait donc immédiatement que Sarkel allait garder d'importantes séquelles.
- Quoi? s'exclama-t-il, mais qu'est-ce que ça signifie?!
- Je ne sais pas, répondit-elle, je n'ai jamais soigné de Twi'lek de ma vie...
Horia commença à pleurer.
- Si seulement Radorkatta était ici...
Gaeldr s'approcha d'elle et la prit dans ses bras. Setho quant à lui, décida de ne pas rester planter là et d'aller vérifier l'état de Sarkel. Il passa à travers le rideau et se dirigea vers la pièce de droite, ou il n'était jamais entré. Il souleva doucement le rideau.
La pièce était sombre. Les barreaux de l'unique fenêtre laissaient passer de minces rayons de soleil. Plusieurs tables et meubles étaient calés contre les murs. Juste à la droite de Setho se trouvait un lit sur lequel était allongé le Twi'lek.
- Sa...
Setho se tut immédiatement après avoir remarqué que Sarkel était en train de dormir. Mais heureusement, celui-ci ne se réveilla pas, Setho enviant au passage sa capacité à pouvoir rester endormi dans une condition pareille.
Il s'approcha de Sarkel lentement pour vérifier son état. C'est alors qu'ils remarqua l'amputation de son lekku gauche, qui était tranché dans la moitié de sa longueur. L'extrémité était abondamment recouverte de plusieurs couches de bandages, sur lesquelles des taches de sang pouvaient être visible à certains endroits. Cependant, Setho ne trouva aucune trace de l'autre moitié.
Puis il entendit le bruit du rideau derrière lui. Il se retourna et aperçut Yizos, qui commença à parler à voix haute:
- Alo...
Setho lui fit immédiatement le signe de faire moins de bruit en mettant son index devant sa bouche, puis lui dit en chuchotant:
- Fais moins de bruit!
Il montra Sarkel du doigt.
- Ah pardon, répondit Yizos du même ton, je ne savais pas. Comment va-t-il?
- Je sais pas, la médecine c'est pas vraiment mon domaine.
- Où est le reste de son lekku?
- Aucune idée.
- Je vois, elle s'en est sûrement débarrassé.
Pendant plusieurs secondes, aucun des deux padawans ne parla. Tous les deux gardèrent le silence en observant le Twi'lek qui semblait dormir paisiblement. Tous les deux savaient que Sarkel ne s'en tirerait pas aussi facilement qu'ils souhaitaient le croire, que ce qu'il avait subi était pire que la perte d'un membre ou un traumatisme crânien.
Yizos reprit:
- Au fait, tu devrais retourner dehors. Gaeldr va commencer à expliquer sa "décision".
- Ah... d'accord.
Le Bothan suivit l'apprenti à l'exterieur. Arrivé dehors, Setho remarqua que les blocs d'écorce avaient été disposé en cercle. Tout le monde, y compris Gaeldr, était déjà assis. Yizos et Setho s'installèrent côte à côte sur le seul emplacement de libre. À côté d'eux était déjà assis Aeprai, qui regardait Setho d'un air méfiant. Puis Gaeldr prit la parole:
- Bien maintenant que tout le monde est là, je vais pouvoir commencer.
- Fait vite, lui dit Vun, on a des kits de réparation à acheter aujourd'hui.
- Bon finalement, après une longue réflexion, j'ai décidé de ne pas vous bannir.
Encore heureux! se dit Setho.
- Mon choix est fait, reprit-il, je vous laisse un ultimatum: dès lors que Sarkel se sera totalement rétabli, vous trouverez un vaisseau, vous vous envolerez en direction de Bubu et vous délivrerez Radorkatta.
- Hein?! protesta Jam-Kol. Mais comment tu veux qu'on fasse? Tu veux nous tuer?!
- Ah oui, ajouta Gaeldr en ignorant le commentaire de la padawan, si j'attends que Sarkel soit rétabli, c'est parce qu'il viendra avec vous.
- Ah non! s'exclama Vun en se levant, que tu veuille nous envoyer mourir de froid sur Bubu je comprends, mais comment tu peux en vouloir à Sarkel?! Tu trouve pas qu'il en a assez eu comme ça?!
- Au contraire, c'est décision juste de l'envoyer avec vous. Il n'y pas de raison pour que Sarkel soit privilégié.
- Mais ça risque d'être dangereux pour lui, demanda Thonta, non?
- Je peux arranger ça, répondit Horia. Après quelques opérations, Sarkel pourra résister suffisamment au froid.
- C'est inacceptable! s'exclama Vun, qui se tourna vers ceux qui n'avaient pas participé à la tentative d'assassinat de Wax:
- Vous cautionnez ça, vous?
Elle pouvait voir dans le regard des autres quelque chose qui semblait s'apparenter à du regret, comme si la décision n'avait pas été unanime ou s'ils l'avaient accepté à contrecœur.
- Je suis désolé Vun, commença Yizos, mais il fallait le faire.
- Ce qui est fait est fait, ajouta Saara, mais il faut bien que quelqu'un aille sauver Radorkatta.
- Et puis, ajouta Aeprai, je pense que vous êtes les bonnes personnes à envoyer là-bas, malgré votre échec.
- Bien essayé Vun, reprit Gaeldr, mais tu ne retournera personne d'autre contre moi.
Pendant que Vun et Gaeldr commençaient à se lancer dans un dialogue de sourds, Setho ressentait un trouble dans la force. Quelque chose qui venait de pas très loin d'ici. Sarkel venait de se réveiller!
- Attendez, dit-il. Vous avez senti ça?
- Tu l'as senti aussi? répondit Gaeldr.
Tous les deux entrèrent immédiatement dans l'abri et se dirigeaient vers l'infirmerie. Une fois à l'intérieur, il trouvaient Sarkel accroupi sur son lit. Il avait les deux mains sur les yeux.
- Sarkel, dit Gaeldr, t'es sûr que ça va?
- Je... répondit-il, je ne vois plus rien!

Le rideau derrière eux se souleva. Abbékia et Horia les avaient rejoint. Cette dernière s'approcha du Twi'lek, se pencha vers lui, mit la main sur son épaule et lui demanda:
- Sarkel, qu'est-ce qui se passe?
- Je sais pas... je vois tout en double... et flou en même temps.
Horia sortit son holo-communicateur de sa poche et l'alluma afin de se connecter à l'holonet. Elle prononça d'une voix la plus claire possible:
- "Système nerveux Twi'lek".
Aussitôt, une hologramme teinté de bleu affichant la requête d'Horia s'afficha. Ella agrandit l'image avec ses doigt pour focaliser sur les lekku.
- Je m'en doutais, dit-elle, les nerfs optiques sont reliés une zone cérébrale situé dans la partie inférieure du lekku. Rassure-toi, tu verras mieux dans quelques jours grâce à la force. En tout cas, si Wax avait tranché un peu plus haut tu serais peut être mort.
- Wax? demanda Sarkel, Horia? Qu'est-ce qui se passe? Où sommes-nous?
- Je suis désolée, dit Abbékia, mais la mission a été un échec.
- Quoi?! On est à la base?! Où sont les autres? Où est Radorkatta?!
- Calme toi Sarkel, dit Horia, on est en sécurité ici.
- Je pense qu'il vaut mieux qu'on t'explique tout depuis le début, dit Abbékia.
- Je vais te dire ce qui s'est passé, dit Setho. Après que tu ai été blessé, on a décidé d'abandonner la mission et de battre en retraite.
- Mais on a quand même réussi a le pousser par le pousser par la fenêtre, ajouta la Nautolan.
- Attendez, demanda Sarkel, vous dîtes que vous n'avez pas réussi à tuer Wax?
- Je suis désolé, répondit Setho, mais déjà qu'on a pas réussi à retrouver Radorkatta, on allait pas te laisser tomber en plus. On ne pouvait pas risquer de perdre encore d'autres membres.
- Doucement, doucement, j'ai du mal à suivre. Dîtes moi déjà qui a survécu et qui non.
- Ben à part Radorkatta, tout le monde est ici.
- Et justement, il est où Rador?
- On pense qu'il a été emmené à Froid Mordant, dit Gaeldr, qui était resté en retrait jusque là.
- À Froid Mordant?! Mais... t'es sûr?
- Apparemment, c'est ce que Wax a dit.
- Ah oui, le pire camp de travail de l'Empire. Génial...
- Repose toi encore un peu, dit Gaeldr, sinon tu ne pourra jamais aller le délivrer.
- Oui, ça va de soi. D'ailleurs, comment on va faire pour le récupérer. Je veux dire... on sait même pas s'il est encore vivant. En plus, les Wookies sont des esclaves très utilisés par l'Emp...
- C'est simple, l’interrompt-il avec un ton d'un plus naturel possible, tu iras avec ta bande de bons à rien sur cette boule de neige et nous le ramener.
- Hein?!
- T'aurais peut-être dû lui annoncer ça d'une façon plus subtile, dit Setho, non?
Gaeldr se tourna vers lui un instant.
- Toi, tu parles quand on te le demande, lui dit-il sèchement.
Setho comprit maintenant pourquoi Sarkel n'aimait pas Gaeldr à ce point.
- Tu peux pas me faire ça! continua Sarkel. T'as vu dans quel état je suis?!
- T'en fait pas, répondit Horia, tu iras mieux dans deux ou trois semaines.
- Et Setho, vous comptez l'embarquer aussi?
- Bien sûr, dit Gaeldr. En plus ça sera l'occasion pour lui de nous prouver sa confiance, n'est-ce pas?
Setho apprécia peu cette remarque hypocrite.
- Mais c'est injuste! Tu compte y envoyer Jam-Kol tant que t'y es?!
- Ben oui, elle fait aussi partie de ta bande...
- Ah d'accord! Jam-Kol ne peut pas aller faire les courses à Pyrox mais par contre pour s'infiltrer dans un pénitencier impérial sous haute surveillance où elle peut potentiellement mourir d'hypothermie, là il n'y a pas problèmes!
Gaeldr inspira profondément.
- Horia, tu veut aller voir si les dissidents dehors sont sages?
- Non.
- Mais... pourquoi?
- Parce que j'ai peut-être mon mot à dire dans cette histoire, non?
Il soupira, puis se dirigea vers Sarkel en bousculant Setho au passage avec son épaule. Il s'arrêta près de lui (presque aussi près que pour Horia, comme il l'a l'habitude de le faire) et commença à lui parler d'une voix un peu basse, mais assez audible dans la pièce.
- Écoute Sarkel, toi et ta bande de traîtres vous n'êtes pas obligé d'aller sauver Radorkatta. Mais si vous refusez, vous serez bannis. Alors à vous de choisir. Revenez avec Rador', ou ne revenez pas.

Presque trois semaines s'étaient écoulées depuis l'incident avec Wax et Gaeldr. Sur cette planète ou une journée durait vingt heures, cela donnait une impression plus courte pour le nouvel arrivant. Déjà qu'il n'arrivait jamais à s'endormir avant au moins trois heures standard, les premières nuits sur Wizma ont été un véritable cauchemar. Setho se disait qu'il avait intérêt à rester ici longtemps, ou son horloge interne risquerait de se dérégler encore plus.
Cependant, il avait pu apprendre de nombreuses informations sur Wizma.
C'était une planète de la bordure extérieure située sur la route corellienne et située entre Ryloth et Smuggler's Run. La structure géologique de sa surface a toujours été un grand mystère. En effet, bien que la planète ai été colonisée il y a quinze mille ans, personne n'a encore pu expliquer l'origine ou la nature de ces racines géantes qui s'entremêlaient et recouvraient l'intégralité de la surface de Wizma, et qui pouvaient mesurer entre une centaine de mètres et dix kilomètres selon les régions. Les deux théories les plus crédibles seraient soit qu'elles seraient des formations minérales, mais l'origine de ces formations seraient inconnues; soit qu'elles seraient un ou plusieurs organismes vivants, mais aucune preuve ou ADN n'a pour l'instant été trouvé.
Le diamètre de la planète était d'environ douze mille kilomètres, soit légèrement inférieur à la moyenne des planètes telluriques. Son système était constitué de quelque planètes rocheuses (non habitables) et d'une planète gazeuse qui faisait vingt fois la taille de Wizma.
La planète était cependant peu peuplée (500 millions d'habitants), et que sa population était constituée majoritairement d'humains, mais également une minorité non-humaine considérable, constitué surtout de Twi'leks. En effet, ceux-ci y ont servi d'esclaves depuis des millénaires, surtout dans les usines où ils étaient traités dans des conditions abominables. Le gouvernement pré-impérial étant une dictature, il a toujours cautionné l'esclavage, sur lequel était basé la majeure partie de l'économie.
À cause de sa géologie désavantageuse, l'économie Wizmienne n'a jamais pu se construire autour de l'agriculture ou de production quelconque. En conséquence, la planète a toujours été fortement dépendante des importations externes, notamment en matières brutes et en fournitures agricoles. Les produits manufacturés étaient presque les seuls produits exportés. Et comme ils constituaient la majorité de l'économie de la planète, le gouvernement de celle-ci a toujours négligé son développement, ce qui expliquait l'actuelle pauvreté de la majorité de la population.

La planète ne possédait qu'une seule lune, du nom de Bubu. Celle-ci comprenait une biosphère mais le climat glacial et des légendes faisant mentions de créatures terrifiantes ont toujours dissuadé d'éventuels colons. Longtemps, cette lune géante dont les paysages étaient constitués de forêts et de toundras enneigées, ainsi que d'océans recouverts par la glace avait été laissée en paix. Ce n'est qu'après l'annexion de Wizma par l'Empire que Bubu a commencé à servir de colonie pénitentiaire. Les impériaux y ont également commencé quelques forages bien que les succès ne sont pas encore au rendez-vous.

Au cours de sa fréquentation avec les autres padawans, Setho avait en avait également plus appris sur leur mode de vie. Les habitations étaient toutes entièrement creusées au sabre laser. Le mobilier et le matériel était soit volé, soit acheté grâce à une puce à crédits qui était constamment renouvelée grâce à un piratage informatique fait par Radorkatta.
En côtoyant les membres du groupe, il en appris plus sur chaque membre.
Tous se connaissaient déjà à leur arrivée sur Wizma. Ils étaient tous les apprentis de maîtres travaillant au temple Jedi, comme par exemple en tant que bibliothécaires ou gardiens. Certains se fréquentaient déjà souvent au temple, ce qui expliquait pourquoi plusieurs membres restaient souvent entre eux, car ils étaient amis de longue date. Setho commençait à se lier d'amitié avec plusieurs autres apprentis, notamment ceux qui avaient participé à l'expédition de Wax.
Gaeldr était celui qui était considéré comme le chef, et également le plus âgé avec ses vingt ans. C'est lui qui organisait un peu près tout parmi les padawans. Étrangement, celui-ci entretenait une relation amoureuse avec Horia, alors que le code Jedi l'interdit. Mais Setho n'osa jamais demander pourquoi de peur d'empirer sa réputation envers lui. Alors il avait questionné Vun à ce sujet lorsqu'il en avait l'occasion. Apparemment. Gaeldr et Horia étaient ensemble depuis le le jour où ils sont arrivés sur Wizma. À la grande surprise de Setho, celle-ci cautionnait leur relation, affirmant que l'Ordre Jedi n'était plus là pour faire des reproches et qu'ils étaient "tellement mignons" sous prétexte qu'avant leur fuite de Ruusan, ils ne s'entendaient pas du tout.
Horia était officieusement considérée comme une sous-chef et était le plus souvent à la tête d'une expédition quand Gaeldr n'en faisait pas partie. Elle était d'ailleurs la seule qui pouvait contester les ordres de son amant.
Lorsque Setho avait des questions à poser, il s'adressa le plus souvent à Vun, Thonta ou à Sarkel, ceux avec qui il était le plus proche. Ceux-ci étaient toujours très sympathiques avec lui bien que Sarkel possédait un côté légèrement susceptible. Mais cela pouvait se comprendre. Car depuis que le Twi'lek avait perdu son lekku, il s'était plusieurs fois mis à faire des dépressions et en voulait à la galaxie entière, car sur Ryloth, ne posséder qu'un ou trois lekkus est un signe de grande laideur. Sinon, il entretenait également de bonnes relations avec Abbékia et Jam-Kol. La première était une Nautolan aimable et toujours de bonne humeur, mais son intelligence laissait parfois à désirer. La seconde était la plus jeune, avec quatorze ans. Elle était toujours énergique et pleine d'espoir, mais avait tendance à se plaindre tout le temps.
Les autres membres du groupe étaient plutôt réticents à l'idée de le fréquenter, surtout après ce qui s'était passé. Kaitat par exemple, était une fille timide par nature, et qui restait la plupart du temps auprès d'Horia, d'Abbékia ou d'Aeprai. Saara, elle, était celle que Setho pensait aimer le moins, même s'il en voulait un minimum à Gaeldr pour son traitement injuste envers lui et le reste du groupe. En effet, la Togruta était le plus souvent de mauvaise humeur, se plaignait tout le temps et râlait à chaque fois que quelqu'un lui posait une question. La seule personne avec qui elle entretenait une réelle relation amicale était Yizos.
Aeprai était la meilleure amie de Thonta, qui s'entendait bien avec la majorité des apprentis, mais qui se méfiait quand même de Setho, de par le fait qu'il était nouveau parmi eux et qu'il avait suivi Sarkel dans son expédition contre Wax.
Yizos, quant à lui, était une personne quelque peu singulière. Quand Setho lui parlait, il avait l'air fort sympathique. Cependant, le padawan remarqua vite que le Bothan respectait son cliché, à savoir une personne indigne de confiance et prétentieuse, avec un petit côté fourbe en prime.
Setho n'avait jamais côtoyé autant d'apprentis Jedi pendant si longtemps. Ce fut pour lui une expérience intéressante pour lui.
Le padawan s'était également intéressé au physique des autres. Il se savait plutôt de petite taille, à savoir un mètre soixante-dix, et au visage ordinaire. Comme le prescrivait le code Jedi, il n'y accorda aucune importance. Quant aux autres, les membres masculins étaient tous plus grands que lui, même si certains avaient le même âge que lui, à savoir seize ans, tandis que les seules filles plus petites que lui étaient Vun, Kaitat, Saara et Jam-Kol.

Durant les trois semaines, le quotidien était la plupart du temps ennuyeux et répétitif. Setho allait bientôt battre le record du plus long séjour sur une planète, hormis Coruscant, où il avait grandi. Ses journées se résumèrent à monter la garde du camp. Ce qui se traduisait officieusement par "rester planter à ne rien faire" ou "s'ennuyer toute la journée pour avoir potentiellement abandonné Radorkatta". Parfois, à de rares occasions, Gaeldr autorisa Setho à participer à des missions de ravitaillement. Puis le grand jour arriva.
Gaeldr leur avait laissé le choix. "Utilisez le moyen que vous voulez, mais revenez ici avec Rador" . Apparemment, cela ne semblait pas du tout le déranger que de risquer de perdre la moitié des membres du groupe et de ne laisser vivre que les "loyalistes".
La veille, le groupe des "dissidents" avait réfléchi à un plan. Après plusieurs heures de réflexion et de collecte d'images du camp de travail du Bubu prises en orbite les plus précises possibles, ils étaient arrivés au scénario suivant:

En périphérie de Pyrox se trouve un camp de transit destiné aux futurs prisonniers de Bubu, principalement composé de prisonniers politiques ou de résistants. C'est ici que sont acheminés les prisonniers qui seront transférés sur la lune de Wizma. Les prisonniers sont embarqués dans de gros conteneurs oranges accrochés à des navettes de transport impériales spécialement conçues à cet effet. L'objectif sera de s'infiltrer à bord d'un de ces conteneurs transportant des caisses de ravitaillement. Une fois arrivés en orbite de Bubu, ils transperceront la paroi du conteneur, se laisseront tomber à la surface et se réceptionneront grâce à des parachutes, si nécessaire, qui avaient déjà été volés au préalable. Une fois au sol, ils pourront établir un campement dans une zone reculée et s'infiltrer à l'intérieur du camp de travail le lendemain. La suite du plan consistera vaguement en la recherche de Radorkatta grâce à des cartes ou des archives impériales.
Au départ, Setho n'était pas très partant pour le fait que Sarkel supervise l'opération, de par le fait que le plan avait des similitudes avec leur précédente expédition et que cette dernière avait échoué. Puis il se souvint que la cause de leur défaite était uniquement causée par leur inorganisation au combat et non par l'infiltration.
Le lendemain vint le "jour des adieux", comme aimait l'appeler Gaeldr, décidément persuadé que cette opération allait se solder par le même résultat que celle de la base de Wax. Chaque membre concerné s'était vu équipé d'un sac à dos assez gros afin de transporter des réserves de nourriture, un sac de couchage, et du matériel. L'un deux transporterait une tente pour tout le monde, et les porteurs se relayeraient régulièrement. Aeprai avait choisi de conduire le groupe jusqu'à Pyrox en speeder. Avant de partir, elle l'avait déjà sorti.
Vers le début de l'après-midi, ils décidèrent de partir. Tous les membres de l'expédition se faisaient leurs adieux avec les autres. Tous, sauf Setho. C'est alors qu'il ressentit un sentiment étrange, qu'il ressentit comme une boule dans le ventre à la vue des padawans. Cela se rapprochait légèrement de la tristesse, mais le padawan, entraîne à mettre de côté ses émotions, savait pourtant que c'était plus subtil que ça. Ce genre d'émotions, il le ressentit pour la première fois.
Modifié en dernier par feedle le Mer 19 Juil 2017 - 20:04, modifié 2 fois.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Lun 17 Juil 2017 - 20:51   Sujet: Re: Le treizième padawan

Trois lekkus ? Comment un Twi'lek peut-il avoir trois lekkus ?
Et sinon, ça pose pas problème aux "loyalistes" que Gaeldr envoie leurs amis à la mort ?
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2740
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar mat-vador » Lun 17 Juil 2017 - 21:23   Sujet: Re: Le treizième padawan

C'est toujours aussi intéressant! Mais les passages descriptifs à partir de la moitié de l'extrait sont un peu trop denses à mon goût :neutre: .

Mais vivement la suite :D !

Ce Garldr me paraît étrange comme Jedi, un peu trop fanatique et borné à certains moments: il n'inspire pas vraiment la sympathie.
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea 1ère partie, Jedi corellien, Chroniques de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1557
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar feedle » Mar 18 Juil 2017 - 0:40   Sujet: Re: Le treizième padawan

Zèd-3 Èt a écrit:Trois lekkus ? Comment un Twi'lek peut-il avoir trois lekkus ?


Et bien figure toi que j'ai appris qu'il existe des malformations (très rares) chez les twi'lek où ils ont un troisième lekku. Par exemple, c'est le cas du personnage de Tre Sana dans le roman L'aube des Jedi
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Messagepar L2-D2 » Mer 19 Juil 2017 - 19:27   Sujet: Re: Le treizième padawan

Chapitre 6 lu !

Bon, j'ai un gros problème avec le personnage de Gaeldr. Qu'il se la pète, pourquoi pas, qu'il prenne des décisions seul en croyant parler au nom de tous, admettons. Mais qu'à aucun moment, personne ne lui dise "non", ne lui réponde, ne s'impose face à lui, c'est trop peu crédible. En gros, il décide, seul, de bannir la moitié de son groupe, et de les envoyer à la mort, et ça ne gêne pas les autres ? :perplexe: Là, c'est un élément scénaristique qui pose problème, si tu veux mon avis...

Pour le reste, que Setho se dise que le plan d'infiltration sur Bubu est bon est une chose mais il semble oublier qu'ils sont tombés dans un piège lors de leur dernière utilisation de ce même plan... :wink:

Chapitre de transition, donc, intéressant car il lance nos héros dans la suite de l'intrigue, mais qui manque de crédibilité à cause de l'attitude de Gaeldr et de ses "ouailles". Il aurait été peut-être plus judicieux de le montrer exaspéré, irrité par leur tentative précédente et, du coup, prendre le commandement de l'opération visant à libérer le Wookie, histoire de "leur montrer comment il faut faire", non ? :neutre:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5410
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar feedle » Ven 21 Juil 2017 - 13:54   Sujet: Re: Le treizième padawan

Salut tout le monde, bonne lecture pour ce septième chapitre. Comme prévu, le chapitre 8 sort demain.



Chapitre 7



Tandis qu'Aeprai conduisait le speeder, les six membres s'entassaient sans le wagonnet. Les premiers bâtiments de Pyrox étaient sur le point d'être en vue lorsque Sarkel s'adressa au groupe:
- Eh, du coup, on utilise ma technique des noms de code cette fois?
- Hein? Quel nom de code?
Les padawans se tournèrent vers le Twi'lek. Setho lui demanda:
- De quoi tu parles?
- Explique lui ton système, dit Vun.
- D'accord, répondit le Twi'lek. Alors en fait, pour éviter de crier nos noms lors de missions illégales, on pourrait utiliser un code qui commence par J.
" J " ... Sûrement comme " Jedi " se dit Setho. Sarkel poursuivit.
- Chaque membre a un groupe a un numéro attribué qu'il ajoute après le "J". Par exemple, moi je suis J-3. Vun, c'est J-4, Abbékia c'est J-5, Thonta c'est J-9 et Jam-Kol c'est J-11.
- D'ailleurs, demanda Jam-Kol, pourquoi je devrais être le numéro onze? Je t'ai déjà dit que ce nombre porte malheur sur ma planète!
- Mais tous les chiffres portent malheur sur ta planète, répondit Thonta.
- C'est faux, protesta-t-elle, seulement les nombres avec les mêmes chiffres!
- Et tu viens d'où? demanda Setho.
- De Thao.
- C'est où, ça?
- Dans la bordure interne.
- Du coup, poursuivit Sarkel, on l'utilise ou pas.
- Eh bien, répondit Setho, ça m'a l'air d'être un peu compliqué.
- J'ai pas envie d'utiliser ça, ajouta Abbékia, on arrivera jamais à tout retenir!
- C'est vrai, ajouta Vun, désolé Sarkel.
Sarkel afficha une mine faussement attristée.
- Pourquoi vous ne voulez jamais utiliser mes idées, poursuivit le Twi'lek, elles sont pourtant géniales, non?
- Désolé, répondit Vun en souriant, il va falloir repenser ta notion de "génial".

Lorsqu'ils traversèrent Pyrox pour se diriger dans l'arrondissement concerné de la ville, ils passèrent à côté du musée, où Setho et les autres étaient partis vérifier l'authenticité de l'holocron. Un temps ou Gaeldr pouvait lui faire confiance. En y repensant, Setho regrettait qu'il en soit arrivé là. Et une fois de plus, il se retrouvait à devoir agir en cachette dans l'ombre de l'Empire. Setho se souvenait que son maître lui avait dit qu'ils devraient trouver une planète non occupée par l'Empire, lorsqu'ils venaient de décoller d'Allanteen. C'est ce jour là que son maître lui avait donné l'holocron, prétendant qu'il serait plus sûr entre ses mains. Setho n'a jamais compris ce qu'il voulait dire par là.
L'holocron de son maître, Setho l'avait toujours dans son sac. Il pouvait sentir sa présence. L'énergie du côté lumineux qui en dégageait avait un effet apaisant sur lui. Plusieurs fois dans le croiseur que lui et son maître avaient volé, il était arrivé au padawan de contempler l'holocron pendant plusieurs quarts d'heures quand il n'arrivait pas à s'endormir.
Au bout d'un moment, ils arrivèrent dans un quartier qui semblait être le plus mal famé de la ville. En effet, là où les bâtiments que Setho avait vu précédemment étaient soient taillés dans la "roche" de la racine, soit fabriqués en brique taillées dans le même matériau. Mais ici, rien. Ces habitations n'en avaient que le nom. Elles étaient bricolées en tôles ou en plaques de duracier. Seules les plus chanceux semblaient disposer d'un unique mur ou cloison en briques. D'autres avaient un mur constitués de pièces de vaisseaux, surtout des ailes de chasseurs TIE. Il n'y avait pas de rues, juste des blocs de tas de ferraille agglutinés où les personnes les plus démunies vivaient dans la contrainte. De temps on temps, on tombait sur des feux de camps qui dégageaient des colonnes de fumée noire foncée qui s'élevaient par centaines vers le ciel bleu clair. Autour de ces feux étaient assises des personnes vêtues de loques qui les recouvraient quasi intégralement, ne laissant entrevoir qu'une tête au visage mutilé, des cheveux mal coupés ou des lekkus entaillés.
Cet endroit était bruyant. La circulation était difficile. Aeprai devait à la fois ralentir pour pouvoir contourner les obstacles qui apparaissaient tous les mètres, mais aussi accélérer quand des enfants qui couraient entre les maisons tentèrent à plusieurs reprises de agripper au speeder. Setho ignora si c'était pour piller leurs réserves ou pour fuir leur monde de misère.
Les apprentis finirent par arriver devant un bastion en murs immenses de dix mètres, qui étaient fait de briques locales. La propreté de ces murs traduisait une jeunesse évidente. Seul le bas était de temps en temps tacheté de boue, d'huile ou de tout autre liquide dans lequel on préfère ne pas mettre les pieds.
De forme octogonale, cette gigantesque forteresse n'avait qu'une seule entrée gardée par quatre stormtroopers portant la marque de Dark Syrthgar et deux immenses bannières impériales qui flottaient légèrement de chaque côté de l'entrée. Chaque angle de la forteresse était constituée d'une tour semblable à celle de la base de Wax, à la différence que celles-ci avaient la couleur ocre de la roche dont ils étaient constitués.
Aeprai s'arrêta derrière une de ces tours. Tandis que les padawans descendaient du speeder en emportant leurs affaires, Aeprai s'adressa à eux:
- N'oubliez rien... allez, je suis sûre que vous allez y arriver.
- Setho, dit Thonta, tu peux prendre la tente s'il te plaît?
- ... d'accord, mais c'est pas comme si tu l'avais porté pendant le trajet, répondit-il avec amusement.
Une fois qu'ils étaient descendus, tous saluèrent Aeprai et s'apprêtaient à se retourner.
- Attendez, ajouta-t-elle.
Elle marqua une pause d'hésitation, puis reprit:
- Que la force soit avec vous.

Le groupe avait tout prévu pour l'infiltration dans la forteresse. En effet, Sarkel avait préalablement interrogé, parfois grâce à la force, des membres du personnel civil de cette forteresse, qui était en fait un spatioport de transit pour les prisonniers de Froid Mordant.
Lorsqu'ils arrivèrent devant l'entrée, Vun s'avança vers un des stormtroopers qui portait une épaulette noire sur l'épaule droite. Un officier.
- Je peux vous aider, mademoiselle? demanda-t-il à la padawan.
Vun s'arrêta devant lui, agita la main devant tous les stormtroopers et prononça d'un ton clair et calme:
- Nous sommes vos supérieurs, veuillez nous escorter vers les aires de largage des navettes en direction de Bubu.
- Je vais vous escorter vers les aires de largage des navettes en direction de Bubu.
Pendant que l'officier se tourna vers un des soldats pour lui ordonner de l'accompagner, Vun fit un signe aux autres padawans en montrant ses bras croisés ainsi qu'en clignant un œil. Après quelques secondes d'interrogation, Setho comprit qu'il fallait qu'il se fasse passer pour un prisonnier. Il passa les mains derrière son dos et croisa les poignets. Les autres en firent de même.

Le stormtrooper les guida le long d'un gros bâtiment gris en béton de forme rectangulaire de trois étage. En observant mieux, on pouvait voir des barreaux. Les autres bâtiments aux alentours étaient des casernes, des hangars ou des centres d'administration, dont les bâtisses étaient de la même architecture que celle du centre-ville de Pyrox. Cependant, Setho se demanda vraiment comment Sarkel a fait pour trouver du personnel civil, car ici, il n'en voyait que très peu. Il espéra que les personnes interrogées par Sarkel n'ont pas été exécutées.
En effet, la plupart des personnes travaillant ici étaient des militaires, de tout type et de tout grade. Cela comprenait des stormtroopers, des officiers impériaux, des soldats impériaux, ainsi que des pilotes de chasseurs TIE. Mais il y avait également d'autres troupes de l'empire que personne ne sut identifier. Ils ressemblaient beaucoup à des snowtroopers, à la différence qu'ils avaient des colorations oranges vif un peu partout sur l'armure, et qu'ils étaient équipés d'un kama gris, c'est à dire une jupe en tissus protecteur gris foncé. Setho se posa sérieusement la question de qu'est-ce que des soldats équipés pour un milieu froid faisaient sur une planète au climat semi-désertique. Ils devaient probablement avoir un rapport avec Bubu.
Les apprentis finirent par arriver en face d'un spatioport à ciel ouvert ou étaient garés plusieurs navettes impériales aux formes angulaires et à la couleur grise. Setho n'avait jamais vu ce modèle de navettes, bien qu'elles ressemblaient beaucoup à celles de classe Lambda. De plus il aperçut, conformément à la description de Sarkel, que la plupart des navettes étaient accompagnées d'un gros conteneur orange vif fixés sur leur ventre. Vun interrompit le stormtrooper et lui dit:
- Tu vas nous enfermer discrètement dans un des conteneurs en direction de Bubu qui transporte du matériel en nous faisant passer pour des prisonniers.
- Je vais vous enfermer discrètement dans un conteneur en direction de Bubu qui transporte du matériel. Attendez ici, je vais vous faire passer pour des prisonniers.
L'officier s'avança vers des pilotes impériaux qui fumaient à côté d'une de ces navettes et lui dit:
- Vous, quand est-ce que vous partez.
- J'sais pas, répondit-il dans un accent exotique, j'dirais dans une p'tite vingtaine de minutes. Pourquoi?
- Vous devrez embarquer ces prisonniers dans ce conteneur.
- Hein? Mais c'est pour du fret, pas des...
- Ne discutez pas, ces ordres viennent d'en haut. Rompez!
Le pilote fit un garde à vous, jeta sa cigarette et se dirigea vers la cabine.
Le stormtrooper fit signe aux "prisonniers" de s'approcher, s'approcha de la porte du conteneur et l'ouvrit grâce à une clé électronique. Lorsque la porte s'ouvrit, il se tourna vers eux et leur dit:
- Montez, vite, on ne doit pas vous voir.
Un par un, ils s'engouffrèrent dans la brèche entrouverte, et, une fois que tout le monde était à l'intérieur, la porte se ferma brusquement et ils entendirent un bruit de serrure électronique qui se verrouillait.

À l'intérieur ne se trouvait pas grand chose, excepté des caisses en plastique blanc et des câbles. La paroi laissait passer la lumière du soleil en la teignant de sa couleur. Jam-Kol prit une caisse et la posa contre un mur, s'assit dessus et demanda:
- Il a dit qu'ils partaient quand?
- Vingt minutes, je crois, dit Abbékia.
- De toute façon, le voyage va durer environ quelques heures.
- Au moins, ajouta la Nautolan, au moins quelques heures.
Les autres membres du groupe prirent exemple sur Jam-Kol et disposèrent les caisses contre la paroi afin de pouvoir s’asseoir. Setho se dit que de toute façon, lorsque les impériaux découvriront un gros trou dans le conteneur, la disposition des caisses sera le cadet de leurs soucis.
- Dîtes, demanda Thonta, vous avez vu les espèces de snowtroopers oranges dehors, là?
- Oui, répondit Setho, tu as remarqué aussi? Ils sont étranges. On dirait que Dark Syrthgar aime bien les couleurs.
- S'ils sont équipés contre les basses températures c'est qu'ils viennent sûrement de Bubu.
- Non, demanda Abbékia ironiquement, tu es sûr?
- Et sinon, demanda Setho à Sarkel, comment t'as fait pour avoir les informations si facilement. C'est pas un peu dangereux ce quartier? Non?
- Ah oui, dit Sarkel en souriant. En fait, je suis né sur cette planète.
- Vraiment?! Mais comment tu sais? Tu as des souvenirs d'avant ton arrivée au temple.
- Non, ou alors très peu. Mais je l'ai appris grâce à un habitant de Pyrox qui disait être un ancien voisin de mes parents.
- Ah, d'accord. Et tu les as rencontré aussi, tes parents?
- Non, pas encore.
Les padawans discutèrent pendant une vingtaine de minutes. Puis Thonta les interrompit brusquement:
- Chut! Attendez taisez-vous.
Plus personne ne fit de bruit. On pouvait entendre dehors des personnes entrer dans la navette sur laquelle était fixée le conteneur. Setho ne pouvait distinguer que des brins de phrases: ... première mission ... pas aller mieux ... changer de Coruscant ... .
On pouvait également distinguer quelques rires. Ces personnes devaient être de bonne humeur. Une fois que le bruit de la porte qui se referme se fit entendre, Thonta demanda:
- Vous avez rien remarqué?
Tous firent non en secouant la tête.
- J'ai l'impression qu'une de ces voix m'était familière, reprit Thonta.
- Espérons qu'elle soit pas dans ta tête, cette voix, dit Jam-Kol d'un air amusé, je te rappelle qu'on a promis à Gaeldr qu'on ramènerait tout le monde vivant.

Le voyage dura plus longtemps qu'ils ne le pensaient. Plusieurs membres s'étaient endormis. Setho était l'un d'eux. Le padawan fut réveillé par le voix de Vun qui passait très près de ses oreilles.
- Et puis qu'est-ce qu'il ferait sur Bubu, hein?
Setho ouvrit les yeux, puis constata avec stupéfaction qu'il s'était endormi sur l'épaule de Vun. Paniqué, il se redressa et demanda:
- Hein? Est-ce qu'on est arrivé? Pendant combien de temps j'ai dormi?
- Je dirais deux heures et demi environ, dit Vun.
- Pour une fois que t'as réussi à dormir, ajouta Abbékia.
Puis un bruit sourd se fit entendre de chaque côté du conteur. Quelque chose au niveau des ailes du vaisseau s'était activé.
- Je crois qu'on est entré dans l'atmosphère de Bubu, dit Sarkel.
Le Twi'lek se leva et fouilla dans son sac.
- Je vous conseille d'enfiler vos vestes.
- Attends, demanda Vun, tu vas quand même pas déjà sortir?
- Non, ne t'inquiète pas, je vais juste faire un trou dans le sol pour voir où on en est.
Les apprentis sortirent tous leur veste de leur sac et l'enfilèrent. Ceci fait, Sarkel dégaina son sabre laser, l'alluma et perça un trou unique dans le sol. À peine eut-il retiré sa lame qu'une épaisse colonne d'air s'en échappa et remplit l'intérieur d'un air glacial. Un bruit de vent important empêcha tout autre son de se faire entendre. Après que tout le monde eut retiré sa manche de son visage après ce choc thermique, Sarkel tenta de communiquer avec les autres, puis abandonna rapidement en voyant que personne ne pouvait l'entendre. Il s'avança alors vers le trou, et gesticula de sorte à faire passer le message suivant: "vous rester... moi regarder à travers le trou".

Pendant une dizaine de minutes, le Twi'lek resta accroupi devant le creux tandis que les autres s'agglutinaient dans un coin du conteneur pour tenter de se réchauffer. Puis, il se tourna vers eux et leur fit signe de s'avancer. Avant qu'ils ne se soient tous approchés de lui, il dégaina à nouveau son sabre et traça sur le sol un cercle assez grand pour qu'un humanoïde puisse s'y engouffrer. Lorsqu'il le retira, la grosse plaque résultant de son découpage se détacha d'un coup et disparut dans le vide. La brise souffla de plus belle et tous reculèrent, y compris Sarkel, lorsque la vague de vent froid heurta les padawans. Puis ils retournèrent près de la brèche et constatèrent que bien qu'une surface pouvait se distinguer, seul le blanc de la neige qui la recouvrait était visible, ce qui diminuait l'appréciation des distances.
Le Twi'lek fit comprendre au groupe qu'il sauterait en premier. Il s’engouffra donc dans la brèche qu'il avait creusé et disparut dans le blizzard. Les padawans se dépêchèrent de le traverser un par un. Setho fut le dernier à sortir. Sachant qu'il devait sauter le plus vite possible, il ne se posa pas la question et se laissa tomber. Ce n'est que pendant la chute qu'il commença à paniquer, ne sachant pas quand et de quelle hauteur il allait atterrir. Ses questionnements cessèrent lors qu’après quelques secondes il tomba sur le dos dans une épaisse couche de neige d'un peu moins d'un mètre. Étonnement, ce fut moins douloureux qu'il ne se l'imaginait. Ceci était probablement due à la faible gravité. La première chose qu'il aperçut après avoir retiré la neige de son visage était Jam-Kol qui lui tendait la main.
- Ça va? Pas trop secoué?
- Non, ça va, dit-il en s'accrochant à sa main, je me suis pas si mal réceptionné.
Setho entendit la voix de Sarkel au loin.
- Tout le monde est là?
Une fois relevé, le padawan remarqua qu'ils avaient atterri dans une toundra enneigée, à la lisière d'une forêt d'arbes épineux recouverts de neige, qui se trouvait une centaine de mètres plus loin. On pouvait encore voir la navette impériale s'éloigner au dessus des arbres. Il faisait nuit, et des petits flocons de neiges tombaient lentement du ciel. La voûte céleste était illuminée d'une myriade d'étoiles et même un bras de la galaxie était distinguable. En regardant vers le ciel, Setho put très nettement distinguer Wizma. Mais celle-ci était bien plus imposante que Bubu observée depuis la planète autour de laquelle elle tournait.
- C'était génial! s'exclama Abbékia. On doit être tombé d'au moins dix mètres.
- Bon, c'est pas tout ça, mais on a un campement à installer.
- Mince! s'exclama Thonta. Je crois que j'ai oublié la tente!
En se retournant pour voir ce qui s'était passé, Setho ne vit que Vun donner de toutes ses forces une énorme claque à Thonta. Celui-ci fut projeté en arrière et atterit sur le dos dans la neige.
Tandis qu'il se releva péniblement avec la main sur la joue, il lui répondit:
- C'est bon, c'était juste une blague...
En effet, Thonta portait la tente sur son dos. Suite à cela, certains membres de l'expédition riaient, d'autres paraissaient sidérés.
- Ne fait plus jamais ça, c'est compris?
- Franchement, répondit Sarkel, je te savais pas aussi susceptible.
- Je suis désolée, répondit-t-elle d'un ton légèrement nerveux, c'est juste qu'il m'a fait une de ces frayeurs.
- Je ne sens la présence de personne, dit Setho, le camp doit être loin d'ici.
- Alors qu'est-ce qu'on attend pour monter notre campement? dit Vun.
- Rien, dit Thonta en laissant tomber au sol le sac qui contenait la tente et en l'ouvrant. Quelqu'un vient m'aider?
Sarkel se porta volontaire et aida Thonta à retirer la tente du sac épais et de la déplier.
- Qu'est-ce que vous attendez? dit Sarkel aux autres, ne restez pas là sans rien faire.
Les personnes concernées ne tardèrent pas à les rejoindre pour sortir les cordes et les piquets afin de contribuer à l'installation de la tente.
Au fur et à mesure que celle-ci fut dépliée, Setho se rendit compte qu'elle était plus grande qu'il ne se l'imaginait. Elle mesurait plus de deux mètres de long, un mètre et demi de large et presque deux mètres de haut. Elle était de couleur brune et avait une apparence vieillotte, comme beaucoup d'objets sur leur base à Wizma. Elle commençait lentement à se recouvrir d'une fine couche de neige. Cependant, l'apprenti doutait de la capacité de la tente à correctement protéger du froid, car la toile avait l'air bien trop fine.
- Dis, demanda Setho à Abbékia, vous avez déjà utilisé cette tente?
- Nous, non. Mais il y en a qu'ils l'ont peut-être déja utilisé. Sûrement Gaeldr ou Yizos.
- Elle a pas l'air très... étanche.
Abbékia haussa des épaules.
- Il n'y qu'un seul moyen de le savoir.

Après que l’installation fut terminée, les padawans entraient un par un à l'intérieur pour l'aménager ou pour y déposer leurs affaires. La première chose que Setho remarqua en y entrant était une très grande différence de chaleur. Cela le rassura quand même de savoir que la toile n'étais pas si fine que ça.
Il sortit son sac de couchage de son sac à dos et déposa le tout dans un coin. Derrière lui, il pouvait entendre d'autres membres se disputer des places.
En ressortant, il voyait que seul Sarkel était encore à l’extérieur. Il observait les alentours avec des jumelles. Setho s'éloigna alors en direction de la forêt.
- Attends, l'interrompit-t-il, où est-ce que tu vas?
- Je... Je vais aller aux toilettes. Enfin... façon de parler.
- Ah... d'accord. Mais fait attention. On a besoin de toi vivant, demain.
- Ne t'inquiètes pas, lui répondit-il en souriant, on ne commettra pas la même erreur.
La traversée de la plaine, malgré sa maigre distance, était plus pénible qu'il ne le pensait. À chaque pas, il s'enfonçait jusqu'à cinquante centimètres dans la neige. Plusieurs fois, il trébucha de déséquilibre lorsqu'il voulut se déplacer plus vite, en commençant à s'impatienter.
Une fois entré dans la forêt, Setho remarqua un drastique changement d'ambiance. Pour commencer, la couche de neige au sol n'excédait pas quelques pauvres centimètres. À certains endroits, elle était carrément inexistante. Ces taches vides au milieu de la neige laissait entrevoir une terre brune foncée recouverte d'épines tombées des arbres, qui ne mesuraient même pas un centimètre. Les arbres, quant à eux, possédaient une taille variable, mais tous étaient assez grands et assez espacés pour que le padawan puisse circuler en dessous. Les épines, de couleur vert foncé virant légèrement sur le bleu, étaient accrochées aux branches, qui rapetissaient en fonction de leur hauteur.
En voyant l'écorce brun-grise des arbres, Setho ne put s'empêcher de penser à l'écorce des racines géantes de Wizma. Il s'imagina alors à quoi pouvait bien ressembler une de ces racines vue sous cet angle et quel taille un humanoïde aurait si un tronc d'arbre avait le même diamètre qu'une racine Wizmienne, le diamètre des arbres étant assez fin pour qu'un humain comme Setho puisse l'entourer de ses bras.
Mais il y avait surtout, dans cette forêt, une atmosphère oppressante. Non seulement un épais brouillard l'empêcha de voir à plus de cinq pas devant lui, mais en plus, il avait une étrange sensation d'être observé.
Modifié en dernier par feedle le Dim 20 Aoû 2017 - 19:00, modifié 1 fois.
I don't care! Put the ship down!
feedle
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 60
Enregistré le: 26 Mar 2016
Localisation: En mission en train de pourchasser du sith
 

Suivante

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations