Le Coeur d'Herrion (HoH), terminé

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Ve'ssshhh » Mer 14 Juin 2017 - 21:21   Sujet: Le Coeur d'Herrion (HoH), terminé

Prochainement sur vos écrans:

Quand j’ai achevé la duologie : « Sasha et l’escadron rouge » /  « Venom et le seigneur de la guerre », je savais déjà qu’il y aurait une suite. D’ailleurs, j’avais commencé son écriture. Il restait trop de questions en suspens :
- quelle était la raison de ces complots qu’ils avaient affrontés ? Y avait-il un plan derrière tous ces tracas ?
- qu’étaient devenus les méchants sorciers Doloriens ? Et cette entité qui les habitait, la Brume : d’où venait-elle, où allait-elle, quel était son objectif, à quelle heure on mange ?
- Et les Berels dans tout ça : C’est quoi l’Étincelle, pourquoi s’intéressent-ils tant (surtout un) à nos trois héros ? Pourquoi sont-ils tous chauves? Ils ne connaissent pas les implants et les lotions capillaires, dans leur Galaxie très lointaine ? Peut-être pas, mais les perruques auto-greffantes en poils de Bantha, si ! (1) Alors ? Pourquoi Marek n’a pas un poil sur le caillou, hein ? 

Que de questions sans réponse !

J’avais aussi envie de voir quels adultes étaient devenus les jeunes héros d’Herrion et de les confronter, cette fois, aux affaires de l’immense Galaxie. Oui, mais sans interférer avec la saga !
Un rêve étrange – dont je reparlerai peut-être plus tard- m’offrir la solution : commencer cette histoire là où tout s’arrêtait : aux alentour de l’an 45. Une période où tout était possible, et pour cause !

Spoiler: Afficher
« Une solution, non, une Révélation, une Mission Sacrée (2) : combler le vide qui séparait ces années de la période Legacy. Moi, Ve’ssshhh le Prophète, j’allais prêcher la Bonne Parole, Lever les Multitudes, Relancer la FOI, Ressusciter l’Univers Étendu Originel, celui Kyle Katarn, celui de… de l’Étoile de Cristal, celui du prince Ken, celui de (3)… Vous êtes qui, vous ?
- Service psyc… Oaouch  Mais pourquoi Tu.. ; Ailleuuuhh!
- … nous sommes des prêtres de l’Univers Étendu Original, ô vénéré prophète, et nous souhaitions vous mener au Temple que nous avons bâti…
- Originel, pas original!
- Ah, oui, oui, pardonnez cette maladresse. Ma langue a fourché. Et une belle cell… Nous avons préparé spécialement pour vous une pièce accueillante et tranquille ou vous pourrez méditer en paix et écrire vos prochains sermons. Notre Speeder vous attend !
- Merveilleux ! Des Adeptes, enfin! Il est joli, votre speeder blanc et bleu, mais pourquoi a-t-il des roues ? Et cette lumière bleue qui clignote sur le toit ?
- c’est pour que les fidèles que nous croiserons en chemin sachent qui nous transportons et vous laissent la priorité, ö, respecté…
- Vénérable ! J’ai plus de 500 ans, le saviez vous ?
- vous ne les faites vraiment pas ! Votre Carr… Speeder est avancé ;
… … « 




:transpire: * :oops:

Bref, cette histoire commence treize ans après la fin de la précédente. Pendant cette période, la Galaxie, paisible, n’a connu que quelques « incidents mineurs » : Une petite guerre civile, un Solo qui bascule du côté obscur, le retour des Sith (ceux qui s’étaient perdus), quelques désordres causés par une certaine Abeloth… Il faut l’excuser, monsieur le juge : elle voulait juste fêter sa libération avec quelques potes ! Pensez donc : des millénaires d’assignation à résidence dans un coin paumé : pas une cantina, pas une Mobiquet, la zone !

Sur la tranquille et modeste Herrion, tout au plus des faits divers vite survolés aux informations, avant de passer aux sujets importants :
« En ces temps d’industrialisation et de production à la chaîne, les méthodes traditionnelles de confection du jus de Kilao, véritable trésor de nos campagnes…. « 

Oui, oui, le synopsis, voila, voila :


Quand Sasha, Prince d'Herrion, rentre au pays après deux longues années de stage sur Coruscant, il espère pouvoir goûter enfin aux simples joies familiales. Mais le vieil ennemi de la famille, Malthus Verryn, dévoile enfin son jeu et envoie ses assassins sur Herrion. Son but : s’emparer d’un précieux mais dangereux artefact confié jadis à la garde de Ve’ssshhh, le Berger insectoïde.
Mais Sasha n’a pas le temps de pleurer son ami et mentor assassiné : il faut retrouver le Cœur d'Herrion avant qu'il ne soit trop tard. Pas seulement pour Herrion, mais pour la galaxie toute entière,
Le voici lancé sur un jeu de piste qui le mènera du Noyau galactique jusqu’aux confins du Bras de Tingel. Il doit aussi apprendre à maîtriser les pouvoirs que son vieux maître lui a légués, s'occuper de X'ree, le petit Mrill qui deviendra un jour un Berger, veiller à ce que son génial mais opiniâtre filleul Jas, qui a embarqué clandestinement, fasse malgré tout ses devoirs.
Il peut, en principe, compter sur l’aide de l’ordre Jedi. En principe, car leur envoyé n’est qu’un jeune apprenti nommé Jaden qui, coïncidence fâcheuse, a le même age que Jas.
Drôle de cadeau : trois gamins dans un petit cargo, c'est vraiment trop pour Sasha, qui préférerait autant affronter une horde de sorciers doloriens !
Un vœu dangereux, car il pourrait être exaucé : les sinistres adeptes du Côté Obscur sont de retour dans l’entourage de Malthus Verryn!
Quand les amis se défilent, on peut compter sur la famille : son frère Markus Junior, le redoutable Venom, a toute la puissance de l’Amber Star et de ses réseaux d’information derrière lui. Quant à Thalia, elle est toujours partante pour rameuter pirates, corsaires et assassins. Ne sont-ils pas ses sujets  depuis qu’ils l’ont acclamée Reine des pirates ?
En dernier recours, il reste le fidèle SyDney, le droïde/armure de combat, toujours à ses côtés.
Ou tout autour en cas d'urgence !




Notes:
1 S’adresser à Uttini, temple Jedi, Coruscant. Ou à maître Windu qui transmettra. Pour en savoir plus, la consultation du forum fan arts est fortement recommandée. :)
2 Oui, avec des majuscules à chaque mot !
3 L’abus de bâtons de la mort est dangereux pour la santé mentale.
Modifié en dernier par Ve'ssshhh le Lun 12 Nov 2018 - 20:17, modifié 57 fois.
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Mer 14 Juin 2017 - 22:50   Sujet: Re: Prochainement sur vos écrans:Une nouvelle, nouvelle fanf

Le Coeur d'Herrion ahllalala! Je me souviens de cette histoire et d'une certaine
Spoiler: Afficher
Thalia qui voulait éviscérer des méchants pas gentils avec un hameçon sur une planète du nom de Nippa.. c'est bien ça? :sournois:
Modifié en dernier par mat-vador le Jeu 15 Juin 2017 - 22:00, modifié 1 fois.
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: Jedi-corellien, Les Origines de Jedi corellien, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1449
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Jeu 15 Juin 2017 - 16:21   Sujet: Re: Prochainement sur vos écrans:Une nouvelle, nouvelle fanf

J'ai cru comprendre que tu avais créé ton propre micro-univers dans l'UEL. Je serai curieux d'y entrer. Je lirai donc, ce que tu as déjà écrit sur Venom, Sasha, etc. ,Donc, quand j'aurai un peu plus de temps (car cette semaine a été chargée en événements) je commencerai à lire ta première histoire. Celle sur Venom.

Enfin, tout ça pour te dire que, comme pour la fic de Mat-vador, j'ai du retard, mais je compte bien le rattraper. :)

Ravi, en tout cas, d'apprendre que tu n'en n'as pas fini avec ton univers.

Sur ce, je te souhaite une bonne continuation, et te dis à bientôt pour une critique sur le premier chapitre de Venom. :)
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5257
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Ve'ssshhh » Jeu 15 Juin 2017 - 21:47   Sujet: Re: Prochainement sur vos écrans:Une nouvelle, nouvelle fanf

Den a écrit:
J'ai cru comprendre que tu avais créé ton propre micro-univers dans l'UEL. Je serai curieux d'y entrer.

Bienvenue dans mon univers!

Sur ce, je te souhaite une bonne continuation, et te dis à bientôt pour une critique sur le premier chapitre de Venom. :)

Je l'attends avec impatience: je n'en suis toujours pas pleinement satisfait. J'ai une nouvelle version, mais je ne l'ai toujours pas rééditée sur le forum :transpire: ( Cependant, j'ai inclus cette version "améliorée" lorsque j'ai soumis la nouvelle pour une publication sur le site ).

Si tu manques de temps, tu peux aussi lire "Whip Keren, chasseur de primes" un one shot qui s'inscrit dans le cycle ( une sorte de préquelle)


mat-vador a écrit: Thalia qui voulait éviscérer des méchants pas gentils avec un hameçon sur une planète du nom de Nimba.. c'est bien ça?

:shock: :cry: Sacrilège! Tu confonds madame Mimba, la reine, l'impératrice, que dis-je la déesse du kilao et une vulgaire planète? :grrr:
Sache, ô hérétique, que le monde natal de Thalia et Sasha s'appelle Nippa!
Tu mériterais que j'en touche un mot à la vénérée Reine des Étoiles, la divine Abeloth!


Confidentiel ! Selon les rumeurs, Thalia aurait acheté son joli couteau éviscérateur à un certain Relg l'Ulgo, dans un bouge de Mal Yaska !
(Probablement un port franc non répertorié, car je n'ai trouvé cette planète sur aucune carte galactique).
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Jeu 15 Juin 2017 - 22:02   Sujet: Re: Prochainement sur vos écrans:Une nouvelle, nouvelle fanf

Ve'ssshhh a écrit:
mat-vador a écrit: Thalia qui voulait éviscérer des méchants pas gentils avec un hameçon sur une planète du nom de Nimba.. c'est bien ça?

:shock: :cry: Sacrilège! Tu confonds madame Mimba, la reine, l'impératrice, que dis-je la déesse du kilao et une vulgaire planète? :grrr:
Sache, ô hérétique, que le monde natal de Thalia et Sasha s'appelle Nippa!
Tu mériterais que j'en touche un mot à la vénérée Reine des Étoiles, la divine Abeloth!



Non pitié pas Abeloth :shock: pas Abeloth! C'est rectifié! Puis-je implorer ta clémence :transpire: ?

Den a écrit:
Enfin, tout ça pour te dire que, comme pour la fic de Mat-vador, j'ai du retard, mais je compte bien le rattraper. :)


:sournois:
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: Jedi-corellien, Les Origines de Jedi corellien, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1449
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Ven 16 Juin 2017 - 10:29   Sujet: Re: Prochainement sur vos écrans:Une nouvelle, nouvelle fanf

Ve'ssshhh a écrit:Bienvenue dans mon univers!


Je te remercie. Ce sera un plaisir de te lire. :jap:

Ve'ssshhh a écrit:Je l'attends avec impatience: je n'en suis toujours pas pleinement satisfait. J'ai une nouvelle version, mais je ne l'ai toujours pas rééditée sur le forum ( Cependant, j'ai inclus cette version "améliorée" lorsque j'ai soumis la nouvelle pour une publication sur le site ).


Alors j'attendrais que tu ais réédité ou qu'il soit publié sur le site. Comme ça, j'aurai droit à une version toute neuve. :wink:

Ve'ssshhh a écrit:Si tu manques de temps, tu peux aussi lire "Whip Keren, chasseur de primes" un one shot qui s'inscrit dans le cycle ( une sorte de préquelle)


Une sorte de préquelle, dis-tu?

Je suis partant.

Je la lirai en premier alors. :)

[quote="mat-vador"] :sournois: [quote]

Hé Hé!

J'espère avoir le temps de lire un chapitre aujourd'hui ou ce weekend. :wink:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5257
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 18 Juin 2017 - 20:51   Sujet: Re: Prochainement sur vos écrans:Une nouvelle, nouvelle fanf

...
Voici donc un nouvelle épisode de la saga Herrion. il commence en 45/46 ap BY, ( quelques références dans le prologue)
Il s'intitule:
Le Coeur d'Herrion







Pour rendre la lecture plus facile à ceux qui prendraient la navette en marche ( c’est le quatrième épisode!), voici une liste de quelques personnages nouveaux ou apparaissant dans les récits précédents ;

Spoiler: Afficher
- Général Voxan, chef des forces de défense. Ancien officier de la flotte de la république, il était directeur de la sécurité planétaire, une sorte d’agence de police à la limite de l’amateurisme. Lorsque ReHab tenta de s’emparer de la planète, il fut trahi par des subordonnés (qui le firent même accuser de meurtre). Ses efforts pour combattre la corpo furent vains, malgré l’aide de Sasha et de ses amis.
- Directeur Himron : ancien espion de Venom et clone d’un agent impérial, il dirige maintenant la sécurité intérieure, composée de professionnels aguerris (comme lui!). Accessoirement, il est l’heureux époux de madame Mimba, et papa de deux petits herrians
- Madame Mimba : tenancière d’une buvette, elle est devenue une vraie femme d’affaires, associée au Calrissian, grâce à sa recette secrète de fabrication du jus de kilao ( le meilleur de l’Univers).
- Monsieur Betel l’ancien, retraité et voisin de la famille adoptive de Sasha. Il approche de ses 100 ans. Monsieur Betel le jeune, son fils, est chef cuisinier au Palais.
- Ve’ssshhh, Berger insectoïde d’Herrion, grand ami et mentor de Sasha . Maître de la Voie du Berger, il a
initié le garçon aux voies de la Force. Premier Journeyman, il est membre de droit du Conseil du Vice-roi et conserve une très grande influence, mais Il a près de 500 ans, ce qui commence à faire vieux même pour un adepte de la Force !
- Wa’rr, Berger d’Herrion, coordonnateur des Sections Fantômes, remplace de plus en plus souvent celui qui fut son maître dans ses fonctions de Journeyman. Age inconnu, mais il a probablement passé un siècle. Il est le mentor de Jas H (voir plus loin)
- Berylle Sirius, officier dans la police de Coruscant. amie d'enfance de Sasha. Et peut-être un peu plus que ça...

La Famille :

Les Vega-Lupus

Sasha Vega an-Herrion, Prince d’Herrion, : Orphelin de guerre, ancien esclave, Originaire de Nippa, il a été adopté à onze ans par Markus Herrion, mais également par :
Henryn Vega, (un cousin éloigné) ancien chef mécanicien du Hun et ami de Markus Herrion.
Et Lisha Vega Lupus, exploitante agricole.
- Alora, 14 ans, et Markus, troisième du nom (alias mini M ), 9 ans, sont leurs autres enfants.
- SyDney, droïde/armure de combat de Sasha, est considéré comme un membre à part entière de la famille. Il est d’ailleurs citoyen honoraire de la planète et récipiendaire (comme les autres SyD17) du rameau de Kaï
( on dit : Honorable SyDney !

Les Vega-Hyx
- Thalia Vega an-Herrion, alias Red One, pilote de chasse et femme d’affaires, adoptée par Markus Herrion.
- Markus (juniot) Vega an-Herrion, son époux. Ancien pirate repenti (??) jadis connu sous le nom de Venom, il dirige l’Amber Star, un puissant conglomérat de la Bordure Extérieure. Adopté lui aussi par Markus Herrion
- Jas H, 12 ans 3/4 (il y tient!), Jaïna et Masha, jumelles de 8 ans, leurs enfants.

Les Herrion et apparentés [ /b]
- Markus Herrion, ancien armateur et fondateur de l’Amber Star, vice-roi retraité, il a passé les 90 ans.
- Alcor Procyon an-Herrion, son demi-frère. Aventurier et explorateur, il a dirigé l’Amber Star pendant quelques années, le temps de former Markus junior
- Merson Kellen Darpa an-Herrion, actuel vice-roi des mondes du Chariot et Régent d’Herrion. Markus Herrion a adopté ce cousin afin qu’il le remplace, le temps que son successeur officiel (Sasha) se sente prêt à assumer la fonction.
Et Malthus Verryn, richissime industriel mégalomane poursuivant ses sombres objectifs, dans lesquels la famille et leur planète semblent jouer un rôle important

[b]Des proches de nos héros:

Marek, Berel : contrebandier par vocation, prêtre par obligation, il n’est jamais très loin de Thalia et Venom dans les moments difficiles. Sa sollicitude excessive et ses croyances ont le don d’irriter - c’est un euphémisme- Venom. (lire Marek et le Destin sur ce forum).
Markrr, garoug métamorphe : il était lui aussi un protégé de Kendal Horbin, le maître puis protecteur de Venom, qu’il considère comme son frère. Il est le parrain des jumelles.
Eiren, herman(e): originaire de Berk'Alava, protégé(e) de Marek, ami(e) de Sasha, Venom lui a offert l'un de ses précieux droïdes SyD.
Lune de sang, matriarche Kuri, la « marraine » des jumelles.


Autres protagonistes
Zangra le hutt, propriétaire de casino, usurier, trafiquant d’armes… Il a un excellent réseau de renseignements.
Amiral Darpa : pur produit de l ‘Académie Impériale, il est arrogant et rigide, mais réputé pour son sens de l’honneur et du devoir ; c’est un excellent officier qui a connu de nombreux succès contre des flottes pirates et autres cartels criminels. Officiellement en retraite de la flotte impériale, il est devenu gouverneur de la Citadelle d’Anaxes, son monde natal. Accessoirement, c’est un lointain cousin des Herrion et le frère de Merson, l’actuel vice-roi (devenu Herrion par adoption).


Les anciens « associés » de Venom :
Joss, humain, spécialiste en coups tordus, enlèvements et chantage, esclavagiste à l’occasion.
Borosk, trandoshan : après une longue et profitable carrière dans le trafic d’esclaves, il s’occupe maintenant d’initier les jeunes chasseurs.
Gord , humain: esclavagiste toujours en activité. C’est lui qui, un jour, a vendu Thalia et Sasha à un esclave fraîchement affranchi, un certain Jango Hyx (maintenant connu sous le nom de Markus Vega an-Herrion).








Prologue : Home, sweet home


C'est avec un profond sentiment de bien-être que Sasha posa ses sacs sur la piste de l'astroport d'Herrion. En deux ans de stage dans un prestigieux cabinet juridique de Coruscant, il n'avait eu que de rares occasions de rentrer au pays, et pour de courts séjours.
SyDney, son droïde/armure, s'occupait des formalités avec un droïde des Douanes.
Swift, le Varg que les Bergers lui avaient offert quand il avait treize ans, n'était plus là. Ces prédateurs étaient les compagnons et les gardiens des troupeaux de ces grands insectoïdes ressemblant à des mantes. Ils étaient intelligents et sensibles à la Force, mais ne vivaient malheureusement pas longtemps. Cinq mois plus tôt, Sasha avait senti, à travers la Force, que le moment approchait pour son vieux compagnon fatigué.
Il s'était arrangé pour rentrer à la maison avec lui. Après un déjeuner en famille, il lui avait longuement gratté le menton (tous les vargs adoraient ça) puis ils étaient allés s'allonger au soleil sur l'aire de séchage de la ferme familiale, vide en cette saison. La place favorite du vieil animal. Celui-ci avait posé son long museau sur la hanche de son compagnon humain et avait poussé un feulement de bien être. Il s'était endormi, tout simplement…
Un triste mais trop bref intermède volé à l’emploi du temps très chargé d’un apprenti juriste.
Mais cette fois, il était de retour pour de bon !

Un douanier approcha respectueusement pour lui faire signer un document. Même si, pour lui, les formalités étaient abrégées, il y avait toujours de la paperasse. Le jeune homme prit le stylet et apposa de bonne grâce son paraphe  sur la tablette : ''Sasha, Prince d'Herrion''. Une idée de grand-père, ou plutôt de cette fichue assemblée planétaire. Le côté positif de son exil sur Coruscant, c'est qu'il n'avait été que Sasha Vega, un stagiaire comme tant d'autres.
Le comité d'accueil attendait tout près : Grand-pa' et sa cohorte de gamins.
Tiens, il en manque, constata le jeune homme.
À sa dernière visite, les petits-enfants d’oncle Alcor étaient venus renforcer les troupes. Quant aux jumelles…
Non, elles ne sont pas dans le secteur: si elles s’étaient échappées pour visiter l’astroport, l’ambiance ne serait pas aussi calme.
Aucune sirène d’alarme, aucun hurlement de désespoir ou de rage, aucune agitation autour des quelques cargos alignés sur le tarmac ne venaient troubler la paisible quiétude du modeste astroport provincial. En l’absence de signes de désastre imminent, Sasha reporta son attention sur les présents ;
Il y avait deux petits cousins, Malek et Thora, que Sasha connaissait peu, Alora, sa petite sœur , qui commençait à ressembler à une jeune fille et son petit frère Markus, qui allait sur ses 9 ans. Sasha l'appelait Mini M, pour le distinguer des deux autres Markus de la famille (1).
Et, bien sûr, Jas H l'Indestructible, les cheveux en bataille comme toujours, était venu sur son bike camouflé jungle. À près de 13 ans, cette petite brute au grand cœur épuisait ses enseignants avec ses questions incessantes et ses fulgurantes intuitions et écrasait de sa présence le championnat local de Street-ball. Il jouait pourtant en junior, avec des jeunes gens sensiblement plus âgés et beaucoup plus grands que lui.
Le justicier des cours de récré (il détestait qu'un grand embête les petits) pouvait filer à une vitesse stupéfiante, pendant des heures, au guidon de son bike. Aucune acrobatie ne lui était impossible, aucun arbre assez haut, aucun endroit assez dangereux.
Le truc bien, c'est qu'il n'avait jamais besoin du moindre pansement : la notion de bobo – genoux écorchés, éraflures, bleus…-, n’avait pas cours chez les indestructibles. Et les jumelles suivaient déjà ses traces.
Non, elles sont pires ! Pas Jas fois deux, mais Jas au carré !
Mais cette fois, elles brillaient par leur absence. Par contre, Sasha ne fut pas surpris de ne pas voir pa' et ma': on était en pleine récolte du kaï. Il savait déjà qu'après le repas, cet après midi, il devrait se retrousser les manches et donner un coup de main pour fendre des cosses, tout Prince d'Herrion qu’il soit. Cette perspective l'emplissait de bonheur.

Mini M se précipita, les joues gonflées d'importantes nouvelles.
-  Sasha, Sasha, tu sais quoi ? 
Sasha prit une expression attentive :
- Jaïna et Masha ont la fièvre de Baan ! Personne n'a le droit de les approcher ! Et Ve'ssshhh m'a dit de te faire une bise de sa part, et, et… 
Il fit un grand sourire, dévoilant une canine manquante.
-  J'ai encore perdu une dent, ce matin ! Tu crois que le Petit Varg va passer ?

Sasha prit une seconde pour classer ces informations par ordre d'importance. Les jumelles, la fièvre de Baan ? La maladie alitait parfois les enfants d'Herrion pendant une dizaine de jours, mais pour deux représentantes des Indestructibles ? Une formalité! 
Passons.
Une bise de Ve'ssshhh, le Berger insectoïde? Avec ses puissantes mandibules capables de cisailler une branche (ou un cou?), c’était plutôt malaisé, sinon impossible !
Heuuuu. Effectivement, je préfère que ce soit mini M qui s'en charge. Donc…
-  Il vient toujours dans ces cas-là ! Mais seulement quand tu seras bien endormi. Et surtout, il ne faut pas faire semblant, sinon…
Il fit sa célèbre imitation, que Markus attendait toujours avec un mélange d'impatience et de crainte : « Sssssssssshrrraaaaaaaahhhhhhhh » !

Markus ne fut pas aussi impressionné qu'il l'aurait été deux ans plus tôt. C'était un grand, maintenant! Mais ravi, le gamin céda de bonne grâce la place à sa sœur.
Sasha se redressa, détailla de haut en bas la petite coquette qui avait bien grandi -et dans des directions inédites- depuis la dernière fois et se fendit d'un baisemain très aristocratique.
- Mademoiselle, ravi de faire votre connaissance. À qui ai-je l'honneur?
Flattée, elle hésita un instant : jouer le jeu ou pas ? En elle, la fermière et la coquette luttèrent un einstant. C'est la bonne fermière herrianne (2) qui gagna et elle fit, sans plus de manières, une bonne grosse bise à son grand frère.
La poignée de mains de Jas H à son parrain se voulut virile, contraignant Sasha à vérifier juste après le bon fonctionnement de ses doigts douloureux . Une bise aux deux petits, intimidés. Et enfin… Grand-père !

Le vieux pirate n'avait guère changé, bien qu'il eut passé 91 ans. Toujours bon pied bon œil ! Il faisait régulièrement ses 8 kilomètres à pied depuis le palais pour venir boire une (demi) pinte avec ses vieux amis au VertVert, au '“Voyageur Galactique”' où même dans la cantina mal famée (selon les critères de la tranquille Herrion) de son vieux copain Bolek.
Six ans plus tôt, il avait abdiqué ses fonctions de Vice-roi pour se consacrer à l'élevage. Celui de tout ces petits Herrion qui piétinaient joyeusement les massifs de fleurs de Cath du palais sans s'attirer le moindre reproche du vieux Patriarche. Pour une famille presque éteinte, elle avait de la vigueur ! L'adoption, une tradition familiale, lui avait permis de regarnir les rangs : Thalia, Venom et Sasha en avaient bénéficié et le lui avaient bien rendu, mais ils n’étaient pas les seuls.
Les deux hommes se jaugèrent.
-  Alors, fit le plus vieux ?
S'attendait-il à un rapport complet sur ces deux années de formation ? Sasha décida de faire court :
- Je ne serai jamais juriste : tous des tordus ! 
Silence. Le vieux Herrion avait lourdement insisté pour que le jeune fasse ce stage. Il avait mis en jeu la licence de pilote professionnel que le jeune homme souhaitait passer.
- Bon, t'as appris un principe fondamental : ne jamais faire confiance à un homme de loi! T'as réussi tes examens de pilote, au moins ? 
– Suuur ! 
– Félicitation, gamin ! 
Il ouvrit ses bras et l'étreinte fut longue et chaleureuse. Ils s'étaient souvent disputés, mais une solide affection les unissait. Le problème, entre eux, c'était ce titre.
Il faisait de Sasha l'héritier présomptif de celui de vice-roi, et de toutes les emmerdes qui allaient avec. Sauf que le jeune homme n'avait rien demandé. Il se souvenait encore du choc et de la colère qu’il qu’il avait ressentis lorsqu’il l’avait appris, tout à fait par hasard. Et de la discussion orageuse qui en avait découlé.

Grand-père arracha son fils adoptif à ses pensées :
- Tes parents n'ont pu venir, mais ils nous attendent pour le déjeuner. Tu sais comment c'est… 
- … le Kaï doit être récolté à la fraîche,  termina Sasha! 
Ils rirent tous les deux, s'attirant une réprimande de mini M :
- C'est pas une blague ! C'est Trrrrrès important ! 
Il était très sérieux, le petit bonhomme ! Sasha lui tira gentiment la joue :
-  tu as tout à fait raison, mini M: une fois, j'ai dû transporter tout un stock de Kaï rance de l'aire de séchage jusqu’au composteur public… Beuark ! 

Le garçonnet jeta à grand-père un regard un peu suffisant qui semblait dire : "ah, tu vois !" Puis il se tourna vers le nouveau venu : son grand copain SyDney avait enfin amadoué les douaniers et récupéré les bagages ;
- SyDney !!! 
il lui tendit la main que le droïde serra  (faire une bise à Sydney, ? Voyons : c’est froid, le métal!
Son grand frère devina que le petit avait une idée en tête :
-  dis, je pourrai monter dans toi ? 
il avait souvent vu Sasha fusionner avec son droïde armure.
SyDney connaissait déjà la réponse, mais consulta grand-père et Sasha avant de rappeler:
-  Tu sais bien que pa' et ma' ne veulent pas !  
Il se pencha vers le garçonnet, et sur le ton de la confidence, il lui confia à voix très basse  :
- Pas Ici, il y a trop de gens qui pourraient cafter…
Un droïde ne fait pas de clin d’œil, mais le gamin comprit tout de même. SyD' poursuivit à haute voix :
- Si tu veux, tu peux monter sur mes épaules ! 
Le garçonnet étudia la proposition avec son sérieux habituel avant d'accepter. Le problème, c'est que Malek et Thora voulurent en faire autant. Avec un enfant dans chaque bras et un autre chevauchant son cou, le droïde affichait complet. Sasha, en râlant, dut se coltiner les bagages :
- Qu'est-ce que ce serait si je n'étais pas prince ! On me ferait balayer l'astroport ?

Passe encore pour les siens, mais il y avait aussi la grande malle scellée renfermant l'arsenal du droïde. Il avait fallu des passeports diplomatiques, des astuces légales, le piston de personnalités haut placées et aussi quelques pot-de-vins pour que SyDney puisse amener sur la Capitale Galactique le matériel qu’il jugeait nécessaire à l'exercice de sa fonction première : garde du corps. Paralyseurs ou blasters de poing, ça pouvait passer. Missiles et blaster lourd, c'était plus dur à faire avaler.
Heureusement, le jeune homme reçut de l'aide : celle de deux agents de la sécurité intérieure et de leur chef, le directeur Himron4. Il était logique qu 'avec autant de Herrion assemblés, celui-ci se déplace en personne.

Pourquoi une sécurité intérieure, sur la petite Herrion ? N'importe quel herrian vous aurait répondu avec le plus grand sérieux :
-   mais pour protéger la recette du jus de Kilao, bien sur! 
Celui de madame Mimba était le meilleur de toute la galaxie, comme tout le monde le sait. Poussé dans ses derniers retranchements, le quidam aurait ajouté :
- Il y a aussi le gâteau aux cinq nectars et la tarte salée au Kaï vert!
Ces trois produits constituaient, après tout, l'essentiel des exportations de la planète!
Par contre, personne ne parlait volontiers de ce sournois et fantomatique ennemi qui poursuivait la planète et ses habitants d’une haine tenace. L'assemblée planétaire avait bien compris la nécessité de doter la nation herriane d'un service formé de professionnels aguerris : lors que la crise qui avait contraint Sasha à exercer le pouvoir, le Directeur Voxan et sa sécurité planétaire, malgré leur courage et leur dévouement, avaient été facilement neutralisés par des ennemis plus expérimentés et bien plus rusés.
En bons herrians pure souche, ils n'avaient pas imaginé que des compatriotes puissent trahir. Voxan dirigeait maintenant la défense planétaire depuis la station de surveillance flambant neuve, avec le grade de général. Un poste bien mieux adapté à son expérience.

Pour assurer la nouvelle direction, Himron était vite apparu comme l'homme de la situation : un professionnel aguerri, l'un des plus doués qui soient. Il avait, en treize ans, déjoué deux complots mineurs dont l'un visait Sasha et un autre, bien plus vicieux, qui avait failli mettre la planète au ban des nations. Sasha lui avait donné un coup de main, cette fois-là  ! Au quotidien, Himron devait surtout lutter contre quelques tentatives d’espionnage, comme lorsque de faux techniciens de l’Alliance avaient tenté de placer sous écoute le relais Holonet.
Il y avait aussi de l’espionnage industriel : un concurrent avait bel et bien essayé de voler la recette du jus de Kilao ! Depuis que l'Amber Star avait établi son siège social sur la planète, ces affaires-là s'étaient multipliées.
Himron était aussi un excellent prof, selon Sasha. Celui-ci, toujours décidé à devenir un véritable espion, avait bénéficié très jeune de la dure mais efficace formation dispensée aux agents de terrain. Et de cours particuliers. Clandestinement, car Sasha l'avait caché même à grand-père. À Venom aussi, mais le papa de Jas H était capable de déceler un mensonge rien qu'au subtil changement d'odeur provoqué par la transpiration. Était-ce possible de cacher quelque chose au premier des Indestructibles ?

Finalement, le « Prince » se retrouva avec seulement deux sacs à porter. Jas H s'était emparé d'autorité du plus gros et plus lourd d'entre eux, qu'il portait comme s 'il s'agissait de sa petite mallette d'écolier. Un garçon serviable, ce Jas, même s'il en profitait pour étaler sa force exceptionnelle. En grandissant, il semblait avoir hérité du caractère de sa mère : patient mais opiniâtre, gentil mais autoritaire, écoutant plus qu'il ne parlait, surtout quand il s'agissait de satisfaire son insatiable curiosité.
Des dizaines de questions se bousculant derrière la barrière de ses lèvres, il se porta à hauteur de son parrain, imitant sa démarche assurée, alors qu'ils cheminaient vers le flotteur familial.
Ils retrouvaient facilement leur ancienne complicité. Avec Jas, Sasha s'était comporté en grand frère plus qu'en parrain.
- Alors, il paraît que ça a bardé, sur Coruscant ?
 Sasha prit un air blasé :
- Bof, tu sais, la routine : une entité maléfique du côté obscur (3) qui provoque séismes et autres catastrophes, des Jedi qui la combattent, des Sith affrontant des Jedi, des Jedi, des impériaux et des Sith alliés contre la créature. Un petit complot gouvernemental au milieu. Tu sais, presque tout ce que j'ai vu, c'était sur les chaînes holo : un cataclysme ! Heureusement, le district où j'habitais n'a eu que des dégâts mineurs !
- Presque ! Tu as dit presque ! 
On pouvait compter sur Jas H pour relever ce petit détail.
- Eh bien… J'étais quasiment aux premières loges pour assister à un duel entre un Jedi et un Sith, mais je ne sais si… 
- Alleeeeez ! Accouche ! 

Jas était venu en bike (4) et, sur le porte-bike du flotteur, il y avait celui de Sasha. En avançant au pas tranquille des Antels tirant le flotteur, ils auraient tout le temps de converser. S'assurant que les petits étaient assez éloignés, Sasha entama un récit à peine édulcoré du conflit qui avait dévasté une partie de Coruscant .


Notes:
1 Markus Herrion (grand-père) et Markus Vega an-Herrion, alias Venom.
2 Les herrians sont les habitants d'Herrion, dont le nom est celui de la riche famille (et non l’inverse).
3 Abeloth, what else?
4 Oui, c'est bien un vélo ! Pas de répulseur, pas de moteur, il faut pédaler pour avancer ! Un peu trop écolos, les herrians 


Bonne lecture!
Modifié en dernier par Ve'ssshhh le Sam 25 Nov 2017 - 18:20, modifié 1 fois.
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 25 Juin 2017 - 19:45   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion ( les Herrion, épisode IV)

Voici donc le premier chapitre des nouvelles aventures de Sasha. N'espérez pas entrer immédiatement dans l'action; de l'action, il y en aura ( dès le prochain chapitre) et aussi des Mando', des Jedi ( et même LE Jedi, qui ne se déplacera pas pour un simple petit cameo, cette fois! :chut: ), des combats spatiaux et même des méchants très méchants. :paf:
Pas d'action donc, mais quelques révélations et plein de petits détails superflus en apparence qui trouveront leur justification plus tard.
Car Herrion et ses habitants sont des personnages à part entière de mes histoires.

La récolte du Kaï, c'est une période importante, quasi sacrée, sur Herrion et un évènement familial. Même les expatriés, qui travaillent sur Hyborria, Gothica ou Franca, prennent des vacances et rentrent au pays à cette occasion;
Je vous invite donc à déjeuner à la ferme de Lisha. Amenez votre couteau, nous fendrons des gousses cet après-midi :wink:




Chapitre 1 : Retour à la ferme, retour dans le passé.




La Ferme de Lisha

Lisha et Henryn Vega avaient un peu vieilli, mais ils n'avaient pas changé : toujours la même force tranquille, ce mélange d'amour, de douceur et d'autorité qui avait converti un sournois petit espion, assassin à l'occasion, en un fils aimé et aimant : les piliers autour desquels il avait construit sa vie d'adolescent, puis d'adulte.
Ils formaient un noyau solide dont l' influence s'étendait bien au-delà du cercle familial : c'était une seconde maison pour Jas H et ses sœurs. Quand ils n'étaient pas en vadrouille à l'autre bout de la galaxie, leur mère Thalia trouvait toujours un prétexte (comme apprendre une nouvelle recette de cuisine) pour passer, et leur père Venom (Markus Vega an-Herrion pour l'état civil) adorait venir donner un coup de main en voisin ou converser sobrement sur les meilleurs moyens d'écarter le Vertil vorace ou de décourager les agiles centipèdes de venir chiper de la nourriture jusque dans la maison.
Même grand-père, l'illustre vice-roi émérite, se sentait comme chez lui dans la modeste cuisine de la ferme. Après un excellent, mais léger déjeuner, il faisait d'ailleurs une bonne sieste dans la chambre d'amis. Les petits étaient couchés, y compris un mini M épuisé, car il avait tenu à se lever très tôt pour « donner un coup de main pour la récolte ». Ma' préparait ses conserves de kaï dans la cuisine ; Alora et Jas H, qui avaient bien bossé ce matin, étaient partis se baigner avec les copains. Certaines choses ne changeraient jamais (1) !

Pa' et Sasha étaient donc seuls dehors, à fendre les gousses de kaï et à les disposer sur l'aire de séchage.
Le jeune homme avait caressé l’idée d’échapper à la corvée en prétextant une visite à son ami Berger, mais ma’ y avait coupé court en annonçant, à la fin du repas :
- Au fait, Ve’ssshhh a dit qu’il passerait dans la soirée !
Fendre le Kaï ? Un boulot pas trop physique, mais monotone et répétitif, qui laissait du temps pour converser.
Pa' avait raconté les derniers potins d'Herrion, les petits soucis de la ferme et des voisins.
-   Le vieux monsieur Betel s'est disputé avec madame Noria sous le prétexte que les Gummies de la dame venaient dans son potager pour chiper ses racines de blancherave. Il a fallu l'intervention de Wa'rrr pour les réconcilier ! Wa'rrr a promis une enquête, mais a disculpé les gummies : les racines ont été arrachées par en dessous ! Et voilà une énigme de plus ! Ça jase dans les chaumières !

Sasha savait que Wa'rrrr, l'ancien Gardien de la Cache de la forêt, remplaçait de plus en plus souvent Ve'ssshhh dans son rôle de Journeyman. Il était connu et apprécié, mais tout cela annonçait une transition en douceur. Ve'ssshhh veillait sur ses voisins humains depuis une éternité, personne n'imaginait qu'il put en être autrement. Pourtant…
- J'ai plus de 500 ans, Sasha ! Il ne me reste plus si longtemps. Il est temps de préparer ma succession,  avait expliqué l'insectoïde lors de leur dernière rencontre.
Il semblait vraiment décidé à prendre sa retraite : il ne lui restait plus qu’un varg vieillissant, malicieusement nommé Startide (2), et avait déclaré qu’il n’en adopterait plus.
Au moins, je n’aurai plus besoin de le chercher à travers tout le district quand j’aurai envie de bavarder avec lui !
Puis Sasha avait décrit les événements qu'il avait vécus sur Coruscant. Pa' s’intéressait bien plus aux affaires galactiques que le herrian moyen : c'était un Vega, originaire de Nippa, qui avait pas mal bourlingué comme chef mécanicien à bord du Hun, avec le vice-roi (à l'époque encore Capitaine de l'Amber Star, la puissante compagnie de la bordure extérieure). Pa' était alors l'un des rares à tenir tête à l'autoritaire armateur, quand il était sûr de son fait : les prises de bec entre le chef méc' et son patron étaient devenues légendaires au sein de l'Amber Star. Pa' avait parfois mis sa démission dans la balance et avait obtenu gain de cause à chaque coup.
Lors d'une permission, il avait rencontré Lisha et finalement, avait décidé de partager sa vie. Sasha avait également découvert que son père adoptif et lui étaient cousins au troisième degré.

- Et maintenant, que vas-tu faire ? 
La question surprit Sasha qui rêvassait en poursuivant sa tache monotone.
-   Je ne sais pas… Je crois que les Orange-raves sont cuites : dans deux ans, quoi qu'il arrive, Merson démissionnera de son poste de Régent et tu sais très bien à qui tout ce petit monde pense pour le remplacer. 
- Tu ferais un excellent vice-roi, tu sais. 
- c'est pas le problème : j'avais d'autres idées, mes propres rêves…



Prince malgré lui.
Le souvenir de sa nomination comme Prince d’Herrion revint, encore plus cuisant : il n’avait jamais voulu de ce titre honorifique qui était, il le savait, l’antichambre de celui de Vice-roi.
Quand il l'avait appris, la discussion avait été orageuse , l'argument du grand-père imparable :
-  C'est pas un problème : t'as déjà été vice-roi, gamin ! 
C'était vrai : le jour de ses treize ans, le garçon avait dû assumer la charge, contraint et forcé (3). Il en avait profité pour sauver sa planète d'un coup d'État et d'une invasion. Rien de moins !
- Rien de plus, avait-il plaidé.
On se grise au début puis on se lasse vite, à treize ans, de voir des gens qui ont deux, trois ou quatre fois votre age vous témoigner un respect excessif. Un excellent vaccin contre la grosse tête. Surtout quand on est convaincu qu'un bon espion doit rester dans l'ombre.
Lors de la discussion, Sasha avait volontairement passé sous silence quelques services qu'il avait rendues entre temps à sa planète. Trois fois rien, des broutilles, mais on ne sait jamais, grand-père aurait pu les utiliser contre lui. Il l’avait fait, évidemment; il avait même sournoisement insinué qu'il pourrait aussi édifier sur la grande place, avec la complicité du comité ad hoc, une statue du jeune homme…
Aidez les gens ! C'est comme ça qu'ils vous remercient ! Que des ingrats !
Pour le reste, Grand-père avait été très ferme :
« - Je ne vois pas pourquoi tu en fais toute une histoire . D'abord, vous êtes déjà, Markus, Thalia et toi, mes héritiers présomptifs : je vous ai adoptés. Ensuite cette '‘tradition millénaire’' n'a que deux siècles : une idée d'un vice-roi prétentieux et franchement con ! Ni ma mère ni plus tard mon frère Valor n'ont pris le titre et ils étaient pourtant des héritiers ! Le Prince d'Herrion, c'est le Prince d'Herrion, rien de plus ! Ce n'est même pas forcément un membre de la famille : Tu n'as qu'à demander à Ve'ssshhh. »
Dubitatif, Sasha avait contre-attaqué en soutenant que les habitants du Secteur He'ran n'accepteraient jamais. Sauf que cette fichue assemblée planétaire avait voté la motion (ils avaient des excuses), que ce fichu grand-père l'avait signée (rien de l'y obligeait) et que ce fichu sénat sectoriel avait approuvé (on se demande bien pourquoi!). Et pour eux, héritier du titre et Prince, c'était bien la même chose ! Il y en avait un que l'on n'avait daigné mettre au courant qu'à la fin du processus, bien entendu ! Le principal intéressé : Sasha !

Pas question de compter sur son ami, le Berger Ve'ssshhh, qui avait appuyé -peut-être même l’avait-il suscitée- la motion  de l’assemblée:
"- Ton grand-père a raison : cela n'a rien à voir ! Le dernier prince était un aventurier corellien qui a un jour posé son sac sur la piste de l'astroport de Valvert et décidé et de prendre racine ici. Il n’en avait pas conscience, mais la Force était puissante en lui. Je me suis personnellement chargé de sa formation. Il n'a jamais officiellement porté le titre, mais tout le monde savait !
- quel rapport avec moi ?
- J'ai senti, non, j'ai su dès notre première rencontre que tu étais le prince de cette génération. Pourquoi crois-tu que je t’ai laissé mener le combat contre ReHab et celui qui les manipulait dans l'ombre ? Tu n’étais qu’un garçonnet, à l’époque, mais tu étais déjà le Prince !
Sasha aurait bien riposté, mais une de ses intuitions soufflées par la Force lui avait fait déclarer :
- C'est pour cela qu’aucun Herrion n'a jamais été Jedi en 25 000 ans ?
- Oui. Parce ce que ceux qui auraient pu le devenir avaient déjà un job ! Tu commences enfin à comprendre !
Avait approuvé le Berger. Sasha avait ruminé un moment :
- Hé, attends, ça ne fait pas plus de 3000 ans que cette planète…
- Tu as raison : cette tradition a commencé bien avant qu'un colon humain ne pose le pied sur ce monde."
Mais V'essshhh n'avait rien ajouté de plus.



En fendant les gousses...
Devenir Vice-roi n’enchantait pas le jeune homme, mais il savait, comme son père adoptif, qu’il serait capable d’assumer cette charge. Celui-ci avait patiemment attendu qu’il émerge de sa rêverie et Sasha s’empressa de répondre :
- C’est vrai, je l’ai déjà fait ! Au fond, ce n’est guère plus rébarbatif que d’éplucher des gousses de kaï... Fit-il avec un sourire nostalgique.
Son pa’ lui sourit en retour, attendant la suite : il devinait que le vrai problème était ailleurs.
- … Mais il y a ces fichus mariages arrangés. 
Pa' comprit immédiatement :
- Tu en es où, avec Berylle ? 

Sasha avait croisé sur Coruscant sa copine d'enfance, qu'il avait perdue de vue à la fin de l'adolescence. Perdue de vue était peu dire, ils s'étaient alors fâchés pour des motifs qui apparaissaient maintenant futiles. Depuis, Berylle était devenue flic dans les services de la capitale. Une spécialiste des scènes de crime, pour tout dire : elle n'avait pas perdu son goût pour les histoires sanglantes.
Ils s'étaient rencontrés presque par hasard, et…
Ils avaient changé, mûri, ils n'étaient plus des adolescents susceptibles.
- ça devient sérieux, je crois. On envisage, si je retourne sur Coruscant, de prendre un appart ensemble. Elle ne reviendra pas avant deux ou trois ans, elle veut monter en grade et passer tous ses certificats.
Berylle avait l'ambition de décrocher un job important dans la sécurité civile de Gothica ou Hyborria. Et qui sait ? Peut-être de succéder un jour au directeur Himron.
- Bref, je ne veux personne d'autre à mes côtés si jamais je devenais vice-roi !
- Ton grand-père est bien moins pointilleux sur ce point que ses prédécesseurs. Et puis, la fortune des Herrion n'est plus ce qu'elle était. Leur influence non plus. 

Vrai, pensa Sasha : il y avait eu la lente érosion des années impériales, les pillages des seigneurs de la guerre et en coup de grâce, l'invasion yuuzhan Vong et les déprédations de leur sous-fifre Bokkor Hekken. La légendaire fortune des Herrions avait fondu. Elle était passé de '‘galactique’', s'étendant sur un gigantesque territoire, du Noyau à la Bordure Médiane en passant par les Colonies, à seulement immense, principalement centrée sur le secteur He'ran.
Quoique… Coupez-nous un membre et…
L'Amber Star, maintenant dirigée par Venom, était le fer de lance familial vers de nouvelles conquêtes dans les bordures médiane et extérieure, cette fois. Et vers l 'espace impérial, grâce à la nouvelle voie Procyon. Thalia dirigeait depuis Herrion une nouvelle filiale, la H-H-B ( Hyborria- Herrion-Bastion), une compagnie de transport qui avait bien profité de l’ascension au sein des Vestiges de l'Empire de son ami Jagged Fel.
Pa' reprit :
- quoi qu'il arrive, ma' et moi, nous te soutiendrons; et puis vous avez bien assez d'argent, Berylle et toi, pour vous installer où vous voulez, si ça vous chante !
Encore vrai !
Après leur tentative ratée de prise de contrôle de la planète, les dirigeants de la compagnie ReHab leur avait versé une fortune pour éviter les poursuites pour enlèvement d'enfants intentées par grand-père. Et Sasha avait déjà à l'époque son “petit trésor de pirate”. Avec les intérêts cumulés, ils étaient assez riches pour monter une '‘agence civile de recherche et investigations’' comme ils en avaient rêvé enfants. Ou tout autre projet d'adultes.


Révélations
- Laisse tomber les solutions extrêmes, Henryn ! C'est du sérieux, ta Berylle et toi ? 
Grand-père avait terminé sa sieste, constata le jeune homme qui répondit, prudemment :
- Ouais, je pense… pour moi, ça l'est. 
- Alors, tu peux considérer que ça l'est pour elle : elle y a pensé bien avant toi, va ! Les filles, c'est comme ça. Je sais que tu n'en feras qu'à ta tête, mais tu as ma bénédiction, gamin ! 
Grand-père s'assit lourdement sur l'un des billons qui faisaient office de tabourets.
-   Ah, ce soleil est un bienfait pour mes vieux os. 

Grand-père avait une autre surprise en réserve, devina Sasha.
- Ces mariages arrangés ont été une vraie plaie pour la famille, quand on y pense : ils n'ont jamais rien donné de bon. Et furent souvent un crève cœur pour les époux, qui en aimaient d'autres. Tiens, je me souviens d'un tout jeune homme, non, même pas tout à fait un homme, qui tomba amoureux d'une jolie servante, là-haut, au palais. Une amourette entre adolescents, mais qui eut un résultat prévisible, du moins sur Herrion : sur certains points, les herrians sont vraiment trop traditionalistes (4).
Il s’attira un ricanement entendu des deux Vega, originaires de la libérale Nippa. Il esquissa un bref sourire avant de reprendre :
- La mère du jeune homme régla donc l'incident en un tournemain , mais à la façon d'Herrion: la servante, nantie d'une grosse dot, épousa un fermier prospère. Et l'enfant qui naquit eut un nom modeste mais honorable, un toit pour abriter son enfance, et un pa' qui le traita comme s'il était le sien. En son temps, le garçon hérita de la ferme…
- Ne tourne pas autour du pot, grand-père. Il s'en doute depuis longtemps . 
Ma' était sortie de sa cuisine, elle passa son bras autour des épaules du vieil homme et l'embrassa sur la joue. Elle expliqua :
- ici, pour un fermier, tout enfant est une bénédiction, quel que soit le père ou la mère. C'est pourquoi l'adoption est si courante ; Ce garçon, mon père, s’appelait Jolan.
- Et je ne vous ai pas vu grandir, ni l'un ni l'autre  regretta le vieil homme.
-   tu te rattrapes avec tes arrière-petits-enfants 
le vieux Markus lui fit une bise en retour, puis poursuivit :
- Jolan a grandi anonymement : sous l'empire, être un Herrion, fils d'un exilé aurait pu lui être… Fatal. Plus tard, j'ai proposé à Lisha et Henryn de reprendre le nom. Ils ne l'ont pas souhaité, j'ai compris et respecté leur choix. Tout ça pour de dire, Sasha que, même si tu refuses d'être vice-roi, si tu as un autre solide projet pour ta vie, là aussi je t'offrirai ma bénédiction. 

Sasha n'était pas plus surpris que ça : les indices ne manquaient pas. Déjà, à treize ans, il s'était douté que ma' était une Herrion '‘de la main gauche’' , comme on disait ici. Et puis, il y avait les intuitions, soufflées par la Force. Depuis que Ve'ssshhh l'avait initié, il avait appris à les distinguer des autres et à en tenir compte. Il savait aussi depuis longtemps qu'il y avait un fort lien affectif entre grand-père et ses parents adoptifs.
Grand-père n'attendit pas de réponse : il la connaissait déjà, comme tous ceux qui connaissaient le jeune homme. Sasha n'aimait pas qu'on lui force la main : maintenant qu'il avait d'autres options, il ferait le bon choix. Tout seul, comme un grand !
Le vieil homme, retenant un sourire rusé, sortit son couteau et entreprit de fendre des cosses.
Il n’y a que sur Herrion que l’on peut voir un noble de haute lignée s’atteler à de si humbles tâches domestiques, s’amusa son héritier.
Le Capitaine Markus Herrion qu’il avait rencontré jadis en compagnie de Venom, était le modèle même de l’autocrate, autoritaire et distant. Il pouvait encore l’être à l’occasion, surtout lorsqu’il faisait tonner la foudre sur un conseiller indélicat, un responsable inepte. Mais en compagnie de herrians de base, il retrouvait les habitudes de son enfance et se montrait sous un tout autre jour.
Ma' s'assit près de lui , déplia sa lame et attrapa un paquet.
Sasha se souvint qu’il n’avait pas encore vu sa cousine (et sœur adoptive)
- ah fait, la quarantaine n’est toujours pas levée chez Markus et Thalia ?
- Le docteur Terak vient de la prolonger. Il a parlé d’une forme atypique, révéla ma’.
- aïe ! Fit le jeune homme, soudain inquiet.

La fièvre de Baan était une sorte de rite de passage – un rite très désagréable, se souvint Sasha- pour les jeunes herrians : en général, elle frappait entre huit et treize ans et ne posait aucun problème. Pour un enfant né sur Herrion de parents herrians, en tout cas (5)...
«  - avec toutes ces piqûres que vous m’avez faites, pourquoi j’ai attrapé cette saleté, s’était plaint le jeune garçon couvert de pustules, lors de la visite du docteur Terak.
- parce que la fièvre de Baan est le meilleur vaccin contre la fièvre de Baan. Et contre tout un tas de saletés bien plus méchantes qui surgissent parfois de la Forêt
- mais ça me gratte de partout, avait gémi le pauvre malade qui, couvert de la tête aux pieds d’une gelée gluante sensée calmer ses démangeaisons n’avait même pas le droit de se gratter !
- Oui, tu as une collection exceptionnelle de pustules ! Je me demande si je ne vais pas t’inscrire au livre médical des records : même ton copain Jacsyn n’en a pas eu autant ! Le virus a, sans nul doute, souhaité fêter à sa façon votre rameau de Kaï, Honorable Sasha,
- Ha, ha, ha ! Même pas drôle ! Et les cuves bacta, ça existe, non ?
- Oui, nous pourrions te passer en cuve bacta et l’éliminer! Mais tu sais, cela n’en vaut pas le coup : le virus aura bientôt trouvé une petite place dans tes cellules et ne t’embêtera plus jamais : au contraire, il te protégera de ses « collègues » bien plus méchants . c’est à lui qu’on devrait décerner le rameau !
Honorable fièvre de Baan, je vous présente l’Honorable et héroïque Sasha, vice-roi émérite, qui a…
- oh, vous pourriez pas arrêter avec ces « honorables », ça devient lourd, à force !  Avait supplié un Sasha excédé et au bord des larmes.»

Berylle lui avait bien prédit qu’il se lasserait vite de tous ces  honneurs : un fardeau trop lourd à porter pour un adolescent. Tout comme le titre de Prince pour un jeune adulte, d’ailleurs !
En tout cas, les médecins se contentaient de soulager les pauvres malades et laissaient faire la nature ;
Alors pourquoi imposer une quarantaine pour une maladie que tout le monde aurait, tôt ou tard ? À cause des « formes atypiques », justement: une expression pudique pour ces virus pernicieux venus de la Forêt tropicale toute proche. Les symptômes ressemblaient à ceux de la fièvre classique, au début, mais les conséquences pouvaient être très graves.

Ma’ sourit  et se voulut rassurante:
- Il n’est pas trop inquiet non plus, juste prudent : les filles vont plutôt bien, sauf qu’elles dorment beaucoup ;
- elles sont si mignonnes quand elles dorment, sourit grand-père, attendri. De vrais petits anges !
- Mouais, jusqu’à ce que les petits démons se réveillent, rappela aigrement Sasha.
Thalia doit savourer le calme qui règne -pour une fois- dans sa maison.
Un virus tropical ? Finalement, ce n’est pas si grave, se raisonna le jeune homme : les jumelles avaient hérité du système immunitaire ultra performant de leur père. Et de son énergie débordante : elles étaient, pour parler pudiquement, turbulentes et pleines de vie.
- vous vous souvenez quand…
Les souvenir doux amers de quelques-unes des plus belles bêtises du duo infernal leur permit un moment d’oublier la fastidieuse tâche. Puis même ce sujet, en apparence inépuisable, s’étiola.
Grand-père relança la conversation :
- au fait, savez vous que madame Mimba attend un troisième enfant, lança-t-il.
Devant le hochement de tête négatif des trois autres, il poursuivit :
- eh bien, figurez-vous que… »
Sur Herrion, les commérages étaient un sport national : il fallait bien passer le temps en fendant les cosses de Kaï…




Notes:
1 Travailler TOUTE la journée pendant des vacances scolaires ? Faut pas pousser ! Le matin, c’est cueillette avec les parents, l’après midi est réservé aux jeux et aux copains, telle est la règle.
2 Tykk Startide est le nom détesté de l’imposteur… euh, de l’acteur qui a joué le rôle de Sasha dans « Le retour du Pirate ». il est taquin, ce Ve’ssshhh !
3 Tout ceci est conté dans « Sasha et l’escadron rouge ».
4 "Ultra conservateurs" serait un qualificatif plus approprié
5 les jeunes gens d’origine étrangère adoptés quatorze ans plus tôt ont fait l’objet d’un suivi médical particulier, mais parmi les amis de Sasha, seul Milo a eu des complications assez graves pour justifier un passage en cuve Bacta.


Bonne lecture, et n'hésitez pas à commenter. :oui:
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 02 Juil 2017 - 19:34   Sujet: Le coeur d'Herrion, chapitre 2

. Et voici le chapitre 2, un peu plus long que le précédent, mais je ne savais pas comment et où le couper.
Pour cause de vacances en approche rapide, la suite viendra, euh... Courant Juillet... Ou début aout... Ou...


Chapitre 2 : Jour de deuil, jour de colère.



Le banquet
Il y avait de l'agitation dans les jardins du palais. Une vaste table de banquet trônait sous la tonnelle et les convives attendaient le dessert. Les adultes attendaient le dessert : les plus jeunes avaient déjà été servis et s'étaient égaillés dans le parc. On entendait leurs cris perçants et l'on entrapercevait parfois une petite meute courant après on ne sait quoi ou fuyant on ne sait qui. De temps en temps, un cri plus perçant ou les échos d’une dispute attirait l’attention de parents soudain aux aguets, mais il n’y avait eu jusqu’ici que de fausses alertes. Tout ce petit monde rappliquerait bientôt pour quémander un supplément de sucreries.
En attendant, chaque invité sirotait son vin -ou son jus de kilao- et profitait de ces instants de quiétude tout en devisant gaiement avec ses voisins de table.

Il y avait deux bonnes raisons, selon grand-père, d'organiser une fête :
Tout d’abord, le vice-roi et régent Merson Aldur Corran Darpa-Kellen an-Herrion (ouf, c'est fini) étant de permanence au palais (1), trois vice-rois étaient réunis. Bon, d'accord, grand-père et Sasha n'étaient plus en activité, mais tout de même ! C'était un record inégalé !
Merson était le frère aîné du célèbre amiral Darpa, le '“chasseur de pirates”', mais, plus Kellen que Darpa, il avait choisi la politique, et avait fait une belle carrière avant d’enseigner à l'université. Grand-père avait bataillé ferme pour le convaincre de reprendre la fonction de vice-roi, au moins pour quelques années. Il avait obtenu huit ans :
- Pas un de plus ! Après, je prends ma retraite et j'écris mes mémoires,  avait déclaré son futur remplaçant.
Il restait à Merson deux ans à tirer. Deux ans de répit pour son successeur, qui s’était enfin résigné à son sort et en avait fait part au patriarche.
- je savais bien que tu accepterais, avait commenté celui-ci. Tu es trop consciencieux pour fuir tes responsabilités. Et après tout, c’est ta faute si les herrians ne veulent personne d’autre.
- Les herrians, d’accord, mais les citoyens du secteur He’ran ?
- Les plus influents d’entre eux ont eu, à plusieurs reprises, l’occasion de te rencontrer et de te jauger. Ils estiment que tu feras l’affaire. Les autres ? Tant que leur vice-roi est un Herrion et qu’il les laisse régler entre eux leurs petites affaires, ils s’en fichent !
- Ah, c’est pour ça que tu as adopté Merson ?
- Sinon, ils n’en auraient pas voulu, malgré ses indéniables compétences. Très supérieures aux miennes, soit dit en passant ! De toutes façons, comme ton rôle politique sera assez mineur, tu auras beaucoup de temps à consacrer à l’économie et à la gestion des affaires familiales. C’est l’un des rares avantages de la démocratie ! (2)
- Mouais! Tu sais, même à treize ans, j’avais déjà remarqué que tu passais beaucoup plus de temps dans les conseils d’administration que dans tes bureaux au Sénat sectoriel.
- Ah, ah ! Ça, c’est l’inconvénient de posséder la moitié d’un secteur ! Bon, assez papoté, tout le monde nous attend : on fera l’annonce officielle à la fin du repas.

Autre raison de faire la fête : pour une fois, tout le monde était disponible en même temps. Le capitaine Procyon, retraité actif, revenait d'une de ses explorations  et était venu passer quelques jours accompagné de ses petits-enfants ; Pa’, ma’ et les cousins Polaris en avaient terminé avec les récoltes ; Thalia en avait fini avec la fièvre des jumelles (une formalité) et n'avait pas de tournée galactique prévue avant une semaine, Venom était de retour au siège social.
Installer le siège de l'Amber Star sur Herrion avait été l'une de ses premières mesures : il ne manquait pas d'arguments, des plus raisonnables aux plus égoïstes ou puérils. Le redoutable Venom donnait parfois l'impression d'avoir moins de cinq ans .

Sasha en avait retenu un florilège :
«  - Un siège social qui change d'adresse tous les jours ou qui peut se carapater à l'autre bout de la galaxie en cas de défaut de paiement (3), c'est pas rassurant pour les investisseurs ou les créanciers !
- La nouvelle voie Procyon ouvre des opportunités que la compagnie ne peut se permettre de manquer . Tenez, par exemple…
- … La bordure médiane a encore un gros potentiel de croissance, et j’ai bien l’intention de...
- Les marchés financiers de Franca sont tout près, les banquiers il faut les tenir à l’œil !
- Comme ça, je verrai ma Thalia et mes enfants plus souvent ! J’pourrai les aider pour les devoirs, et...
- Et puis la buvette de madame Mimba, elle est juste à côté du boulot ! »

On y servait, ça commence à se savoir, le meilleur jus de Kilao de la galaxie. Madame Mimba avait maintenant une bonne centaine d'employés et, associée aux Calrissian, elle exportait son délicieux jus dans toute la galaxie. Elle avait néanmoins conservé sa célèbre buvette et y servait encore elle-même à l'occasion.
Mais c’étaient les préoccupations parentales du Capitaine de l’Amber Star qui avaient touché le cœur des herrians les plus conservateurs -réticents par principe à son projet- et emporté leur vote à l’assemblé planétaire.
Sasha n’en doutait pas : Markus junior, aussi sincère soit-il, n’avait pas lancé cet argument au hasard. Manipulateur dans l’âme, la mentalité herrianne n’avait plus de secrets pour lui .
C’est pour cela qu’ il avait volontairement omis de parler en public de l'effet bénéfique que cela aurait sur l'économie de sa bien-aimée planète d'adoption ou sur sa sécurité : ceux qui s’en préoccupaient savaient parfaitement que sans l'aide de l'Amber Star, la planète n'aurait pu s'offrir sa nouvelle station de défense, tandis que les commerçants et petits industriels étaient déjà acquis au projet.
Comme l'avait constaté pa' à une réunion du « Comité pour le Développement Économique d'Herrion' » :
« ce garçon est devenu plus herrian que les herrians ».
Preuve que le consensus peut exister au sein d'un comité herrian, les participants s'étaient contenté d’approuver gravement de la tête.

Dans l'ensemble, la population considérait que grand-père avait fait d'excellents choix lors de ses adoptions.
Pour l'instant, grand-père et Merson parlaient boutique. Sasha aurait bien aimé les lâcher, mais grand-père s'appuyait sur son bras. Et, bien endendu, Merson en profitait honteusement :
- Tiens, puisque tu n'as rien de spécial à faire, pourquoi ne viendrais-tu pas avec moi négocier cet accord ? De quoi enrichir ton CV.
Merson ne ratait pas une occasion de rappeler au jeune homme que lui aussi le verrait bien assurer sa succession.Le plus vite possible. Et il poursuivit :
- d’ailleurs il serait grand temps que tu… 


Notes:
1 Cumulant les fonctions, il passe la majeure partie de son temps sur Gothica, capitale du secteur, et ouvre ses bureaux quelques jours par mois sur Herrion.
2 Dans le secteur ou sur Herrion, c’est le même titre, la même personne, mais les responsabilités sont très différentes
3 Il parle du Hun, vaisseau amiral et centre administratif de la compagnie à l’époque de Markus Herrion.




Un appel dans la Force

Sasha n'écoutait plus; des émotions, des images qui n'étaient pas les siennes l'envahirent. Une immense silhouette, poils et métal mêlés. Une sensation de danger extrême, puis… Douleur, souffrance…Plus rien.
- Mon garçon : Tu vas bien ? Sasha ? Sasha ! 
Plafff ! Tiens, ça fait longtemps que personne ne m'avait giflé. Quelque chose sur mes lèvres. Eau ! Boire !
Sasha reprit conscience, allongé, la tête sur les genoux de grand-père. C'est pa' qui l'avait giflé et lui humectait les joues, le front et les lèvres avec un torchon humide. Il tendit les mains pour repousser le tissu, regarda autour de lui. Il y avait deux attroupements ; l'autre était autour de Thalia qui avait dû s'asseoir. Elle faisait de grands gestes pour écarter l'assistance et disait :
-  je vais bien, je vais bien !
Tous les deux ? La Force !
Il se redressa brutalement, souffla un instant, luttant contre le vertige, tout en rassemblant ses pensées.
- Ve'ssshhh,  dit il.
Et Thalia, comme en écho :
- il est arrivé quelque chose à Ve'ssshhh 
Elle avait déjà rencontré les agresseurs. Elle expliqua :
- Des Kurii.. Il y a des Kurii ici ! Et des cyborgs, en plus ! Sécurité, Himron : Alerte maximum !
Il tendit la main à pa' qui l'aida à se relever, déjà prêt à le retenir en cas de malaise. Mais Sasha allait bien, ce n'est pas lui qui…
-   Ve'ssshhhh a été attaqué! Il est blessé, mort peut être ...
Il regarda pa' puis grand-père.
- Non, pas mort… pas encore. SyDney ! ON Y VA ! 
SyDney était là évidemment, prêt à la fusion (4), réacteurs dorsaux déjà déployés - il avait fait un caprice pour avoir les mêmes que N°1, Le duo courut sur quelques mètres et décolla. Ses senseurs lui apprirent que Thalia/ N°1 étaient juste derrière. Une minute plus tard, ils survolaient la ville.
Venom prit le temps, avant d'enfiler son armure (5), de jeter un regard appuyé à Himrom. Celui-ci, qui parlait dans son comlink, hocha la tête. Rassuré, il décolla à la poursuite des deux autres. Les jardins grouillaient déjà  de gardes du corps du vice-roi, d’agents de la sécurité intérieure, de droïdes SD-X et CYV de l’Amber Star qui rassemblaient les convives et établissaient un périmètre de sécurité.
Himron allait mener tout ce petit monde en lieu sûr. C’est que le danger était grand : Kurii et Cyborgs, l’attaque était signée Malthus Verryn ! Cela faisait trop longtemps qu’il les laissait en paix !
Deux SyD en vol, suivis par la célèbre armure noire et chrome, ça allait jaser en ville. Des airspeeders décollaient des bâtiments de la sécurité, et les deux ailes X de permanences à plus cinq s'élevaient déjà. Venom choisit de rester un peu à l'écart et au-dessus des deux autres. Sous le coup de l’émotion, ils risquaient d'oublier le danger. D'en haut, Venom le verrait arriver et pourrait agir. Puis cela devint inutile : les ailes X les couvraient.

Ve'ssshhh avait un confortable terrier à la limite de la grande forêt, pas très loin de la ferme de pa' et ma'. Sasha calcula sa position et prépara sa descente un peu à l'écart. Il eut le temps de deviner l'approche rapide de plusieurs Bergers, dont Wa'rr, qui revenait d'une des fermes. Il se posa, notant au passage les deux trous béants et ce qui semblait être une machine fouisseuse. Sasha sortit de SyD' juste avant de se faufiler dans le terrier… Tout y était comme dans les souvenirs du jeune homme, un mobilier simple, des objets suspendus au mur, un râtelier de viande séchée… L'agression avait eu lieu dehors. Et Ve'ssshhh adossé à la paroi… Son exo-squelette (6) comme déchiré, des fluides suintant de partout… Startide était allongé à ses côtés, blessé lui aussi. Les petits mrills étaient partout, effrayés mais curieux. L'un d'eux était monté sur « l'épaule » du Berger et caressait sa tête de ses antennes, comme pour le consoler. Sasha s'agenouilla près de son ami et maître; Thalia en fit autant de l'autre côté. Aucun des deux ne savait que faire. Peut-être que si les secours…
-   Ils ne pourront rien faire… Il aura bientôt rejoint la Force ! Fit un nouveau venu.
Wa’rr était arrivé. Nulle trace de tristesse dans la voix. Difficile de savoir ce qu'il ressentait, mais Sasha le sentait serein. Ve'ssshhh bougea, imperceptiblement.
-   Sas-Sha... Tha-lia
- Aidez-le, ordonna le « jeune » Berger.
Sasha reçut une image et sut quoi faire. Il souleva la patte griffue du vieux maître et la posa sur son épaule. Avec un temps de retard, Thalia fit de même. Même sensible à la Force, elle n'avait pas eu le temps de développer le lien unique tissé entre un tout jeune garçon qui apprenait à éduquer son Varg et son vieux professeur. L'éducation de Swift était aussi celle du garçon; une initiation à la Force.
Il se passait quelque chose ; Sasha ressentit l'effet apaisant familier, comme si, en pleine tempête, quelqu’un avait posé un lourd et chaud manteau sur ses épaules. Une sensation familière qui effaça son chagrin, mais cette fois, il y avait autre chose… Puis la patte s'affaissa, la tête pencha de côté. L’être de lumière qui habitait la grande carcasse l’avait quittée, et pourtant Sasha avait le sentiment qu’il était toujours présent, là, tout autour de lui. Startide releva la tête un instant, ses yeux fixant les deux humains, puis elle retomba.
[ils ont rejoint la Force… Maintenant, nous sommes quatre, c'est bien.]

Notes:
4 Grâce aux connexions neurales, c'est une véritable fusion mentale, qui multiplie les performances des partenaires.
5 Son métabolisme étant incompatible avec l’interface des SyD, il s’est fait construire une armure très spéciale.
6 Ve'ssshhh est un insectoïde qui ressemble à une (très) grande Mante religieuse (2 mètres de haut). Malgré leur aspect effrayant et leur mode de vie simple, les Bergers sont des êtres pacifiques et hautement civilisés.




Les héritiers

Wa’rrr avait parlé, sauf qu'il n'avait rien dit. Sasha se rendit compte qu’il entendait même les pensées affolées des petits Mrills qui, petit à petit s'apaisèrent. Ils se dispersèrent peu à peu en quête de nourriture, leur principale obsession durant leur courte vie…
Leur esprit était tout petit, primitif. Un seul restait, celui qui avait grimpé sur Ve'ssshhh ; il dardait maintenant ses antennes vers Sasha. Celui-ci, écoutant son instinct, tendit la main. Le petit animal la goûta de ses antennes et, apparemment satisfait, s'engagea sur le bras comme sur un pont. Sasha avait déjà deviné où il irait : il s'installa sur l'épaule du jeune homme, dardant sa tête vers ce que celui-ci regardait.
Wa’rr intervint, usant toujours de ce curieux mode de communication sans parole. C’était comme si les idées naissaient dans l’esprit du jeune homme, qui les traduisait en mots :
[ le temps des cérémonies viendra. Allons voir ce qui l'a tué].
Thalia l’avait entendu, elle aussi et savait déjà :
[Un Kuri… Un Cyborg !].
Ce mode de communication venait facilement.
[Fissures, effondrements, trous mystérieux… je n'ai pas compris] Regretta Wa'rrr, saturé de plaintes de ce genre, ces derniers temps.
[l'astroport?] suggéra Sasha.
[non : les fermes de Betel, Deneb, Altaïr, Regulus : quelque part en ville]
Une vague intuition effleura l'esprit du jeune homme.

Venom attendait dehors, au pied de l'un des trous. Il avait relevé sa visière et regardait au fond. Thalia vint se coller contre lui. Il passa un bras autour de ses épaules et quand elle dit simplement :
-   Il a rejoint la Force.
il la serra un peu plus fort. Puis il affirma :
- Des Kurii, j'ai reconnu l'odeur. Et aussi du métal, des circuits, de l’hydraulique...
- Des cyborgs  confirma la jeune femme.
- Des Kurii ? Je croyais que vous étiez copains maintenant, intervint Sasha.
- Vraiment copains ? Avec un seul clan. Mais la compagnie fait des affaires avec plusieurs et je ne reconnais pas l’odeur de ceux-ci. Chaque clan a la sienne, tu sais…
Sasha savait aussi que son grand frère avait noué une alliance avec l'un des clans les plus dynamiques et influents de ce redoutable peuple. Avec une méthode originale : lors d'une visite à but commercial, il s'était fait accompagner de Thalia, enceinte et sur le point d'accoucher des jumelles. Un geste de confiance fort pour ces prédateurs très protecteurs envers les génitrices – en général dirigeantes du clan- et les petits !
Était-ce prémédité ? Jaïna (7) et Masha étaient nées dans les cavernes du clan et la horde avait choisi d’offrir le lait de la Matriarche aux fragiles nourrissons. Un geste symbolique, une alliance étonnante, mais plus solide que tous les contrats !
Les filles y avaient gagné une marraine de poids, 300 kilos de muscles, de griffes et de crocs qu’elles appelaient : Maman-lait !
- Par contre, ils empestent le fluide de stase : ils étaient là depuis longtemps, reprit Venom qui se tourna vers Wa'rr:
- l'espace planétaire est fermé, j'ai envoyé des patrouilles partout. On les trouvera ! mais je crois savoir où ils vont.
- Le Palais  répondit simplement le nouveau Premier Journeyman (8), qui supposa, en étudiant l’excavation  et en estimant la direction du tunnel:
- ils vont faire le tour par la Forêt 
Personne, pas même les Bergers ne s'y aventurait sans une bonne raison. Presque personne
- Je l'espère : Il y a une douzaine de fermes et une partie de la ville sur le chemin le plus direct.


Un arbre et son trésor
Sasha, bouleversé par la perte de son ami, s'approcha, les larmes aux yeux, du grand Kaï que les tueurs avaient brisé. Il voulait être seul. Comme son maître le lui avait appris, il laissa son chagrin l’envahir, enfler, puis décroître.
- Comme les vagues, douleur, colère et chagrin submergent l’esprit ; comme les vagues, ils refluent. Ne lutte pas, deviens la vague, laisse-la te porter mais pas t’emporter. Et veille à reprendre pied au moment du reflux, sinon, tu boiras la tasse, avait malicieusement conclu le vieux maître.
Sasha sourit tristement : la fois où le rusé Ve’ssshhh lui avait donné ce conseil, il revenait justement d’un séjour sur les plages de Bleuerive. Il y avait ingurgité plus que sa part d’eau salée en affrontant les rouleaux.
Le tronc brisé accapara son attention. Pourquoi le casser ? Avaient-ils voulu détruire jusqu’aux derniers souvenirs du vieux sage ? Cet arbre n’était pas qu’un simple kaï :
- Il y a cent soixante-cinq ans, il a planté un rameau…
À cette époque, Ve'ssshhh avait reçu le rameau qui récompensait sur Herrion une vie au service de la communauté ou un exemple de dévouement et de courage au service de ses concitoyens. Depuis, il avait refusé d'en recevoir d'autres. Au moins cinq fois. Plutôt que de l’encadrer et de l’exposer en bonne place dans sa demeure, il en avait fait une bouture.
Sasha l'avait imité et planté le sien dans le verger de ma'. Un bel arbre qui commençait tout juste à porter des fruits. Après avoir demandé quelques explications, SyDney avait décidé d’en faire autant, imité par les autres SyD (9). Ils avaient choisi de les planter tous sur un même terrain, surnommé depuis le verger des Héros.
Sasha posa la main sur l’écorce rugueuse, puis fronça les sourcils : il y avait comme une cavité dans le tronc déchiré.

Un airspeeder aux armes du vice-roi se posa non loin. Il y avait déjà quatre, non, cinq Bergers, des agents d'Himron aussi, au moins dix.
Des fermiers qui accourent et maintenant, la famille qui débarque !
Pa' et ma' portant blasters et semi-armures (fantômes un jour, fantômes toujours!), escortaient grand-père et le Vice-roi. Il ne manquait qu'oncle Alcor, mais Sasha comprit en voyant le '‘Diamant bleu’' décoller, toutes armes déployées, escorté par des chasseurs de la réserve ; le vaisseau de Procyon pouvait se mesurer avec les plus puissantes corvettes, voire avec des frégates. Il serait utile, là-haut, si des raiders voulaient profiter de la confusion. Et Jas H ? Ce petit casse-cou s'était déjà probablement échappé du palais et devait filer de toute la vitesse de son bike vers ce lieu funeste. Pas une supposition, une certitude que lui soufflait son intuition.
- Restez à l'écart, cria-t-il, vous allez bousiller les indices! Agents, droïdes, établissez un périmètre !
Il s'approcha d'un des agents, un officier qu'il connaissait.
- Jas H doit être en route, lui aussi. Il doit être en train de traverser la Ville. Faites-le intercepter, s'il vous plaît : il n'a pas besoin de voir ça. 

Venom approuva d'un signe de tête : il connaissait son fils. Sasha ordonna  ensuite:
- Trouvez des sondeurs ! Il faut savoir d'où viennent ces tunnels ! Et appelez l'équipe des légistes, il faut relever les traces de sang et de fluides ! 
on dirait que c'est moi qui ai pris la direction des opérations, constata-t-il, surpris. L'influence de Berylle ? 
Un Message prioritaire s’afficha sur la liaison haute sécurité : Himrom ! Le jeune homme prit l’appel :
- tout le monde est en sécurité… Sauf Jas H. Il a échappé à son garde du corps. Et à mon agent. Désolé.
Himron semblait très embarrassé. Venom, lui, n'était pas surpris :
- Laissez-moi deviner… SD-X 045 (10) s'est montré particulièrement maladroit et a accaparé l'attention de votre homme.
- Comment avez vous dev… Oh !
Venom confirma :
- Ces droïdes ont un défaut : ils ne sont loyaux qu'à une seule personne. J'aurais du y penser !
- En tout cas, j'ai envoyé des agents à sa recherche.
- mouais… y a une petite, toute petite chance qu'ils y arrivent, jugea Thalia, qui ne semblait pas si inquiète.
En tout cas, tout le monde était en sécurité. Pas dans le bunker du palais, devina Sasha : il était utile contre les attaques aériennes ou terrestre ; mais souterraines?
Ah, d'accord… Le '‘Diamant Bleu’' !

Sasha résuma le peu qu'il savait des Kurii : 250 à 300 kg de muscles, de tendons et d'os, rapides, puissants, prédateurs nocturnes mais à l'aise le jour, fouisseurs. Très à l'aise sous terre, donc. Mais en forêt ? …
Thalia lui envoya des images : elle avait vu ces monstres en action. Et aussi des cyborgs… Ils donnèrent l'ordre en même temps :
- il faut activer la section 113 !
Markus confirma. Le couple était toujours au conseil de défense, Sasha était prince d'Herrion : la règle des trois était respectée. Himron et Voxan l'auraient fait, mais ils ignoraient ce qu'ils affrontaient. Sasha aussi, il y a dix secondes. Mais il avait '‘vu’'.
- ordre d'activation confirmé  fit une voix métallique.
SyDney, N°1 et l'armure avaient relayé les ordres.
- La section 113… vous êtes sûrs ? 
Pour grand-père, cela revenait à prendre un marteau pour écraser des moustiques. Wa’rrr rappela :
-   Thalia les a affrontés, le Capitaine aussi. Ils connaissent l'ennemi .
il avait ''vu'', lui aussi, mais se garda bien d'en parler.
Il y avait une nouvelle section fantôme sur Herrion. Cette milice clandestine, crée jadis pour résister à une invasion, s'était enrichie de nouveaux membres catégorie poids lourds. Il serait plus correct de dire : Super lourds. Après la guerre du kobacite, il avait bien fallu recaser quelque part treize droïdes militaires SD-10 retraités (11). La sourde menace qui pesait en permanence sur Herrion avait convaincu le conseil de défense de les intégrer à sa force d’élite.
Monstres biocybernétiques contre monstres métalliques, le combat risquait d'être féroce s’il fallait en venir là !
Sasha retourna vers l'arbre  brisé; la cavité l'intriguait toujours. Puis la vérité le frappa :
- Bien sûr ! 
Il fit signe aux deux vice-rois de le rejoindre. Ils étaient les seuls humains au courant. Peut-être pas. Il y en avait un autre, un ennemi ! Et maître Skywalker, qui avait eu une très longue conversation avec Ve'ssshhh treize ans plus tôt, devait aussi savoir. Quant à Venom, il n'en avait jamais parlé, mais avec lui… Qui sait ?
- Je sais ce qu'ils voulaient. 
Il montra la cavité et grand-père comprit.
-   C'est lui qui l'avait, depuis tout ce temps… on n'était même pas certains qu’il soit encore sur la planète .
- depuis 165 ans, au moins  supposa le jeune homme.
- Ainsi, c'était vrai, fit Wa'rrr qui les avait rejoints.
- vous ne saviez pas ?
- J'avais quelques soupçons.
Il poursuivit avec leur nouveau mode de communication.
[ La Conscience est un partage, chacun y met ce qu'il veut bien. Nous ne sommes pas des Killik. Et Il était très doué pour garder les secrets]
[mais quelqu'un a su percer ce secret. Reste à trouver comment.]
[c'est ton travail, Prince d'Herrion.]
Ainsi, le vieux titre reprenait tout son sens : celui de gardien du ''Cœur d'Herrion''
[Nous t'aiderons. Mais c'est ta tâche. Encore une fois.]
– Tu sais que tu as un Mrill sur ton épaule ?  demanda grand-père, stupéfait.
– Tu le vois ? Fit Sasha, incrédule.
Les craintifs petits Mrills utilisaient la Force pour se cacher.
–  Bien sur, que je le vois ! Tu es sûr d'aller bien ? 
–  Moi aussi, je le vois  confirma Merson.
Wa'rrr semblait satisfait :
–   C’est bien, il a choisi de se révéler.
–  C'est X'ree, c'est un des héritiers de Ve'ssshhh . Son descendant, je pense, expliqua Sasha qui n'en savait rien une seconde plus tôt.
[Xree. Aussi. Aider]
[Bien sûr X'ree. J'aurai besoin de toi] Sasha était sincère. Il ajouta :
- Je crois que c'est moi, son parrain
[Parrain ???… Ah !… Bien ! Xree content. Marraine ?]
Le petit avait puisé l'explication dans la Conscience et trouvé sa contrepartie. Il pointait ses antennes vers Thalia.
[moi] confirma celle-ci.
- Un des héritiers… et qui sont les autres ? 
Grand-père s'en doutait un peu.
- Sasha, Thalia et moi  confirma Wa’rrr. Ve'ssshhh n'a jamais rien fait comme tout le monde !
Ce qui eut le mérite de laisser le vieux pirate sans voix… pas longtemps :
- Ils ont le Cœur : Ils ne doivent pas quitter la planète !
Merson, qui s'était éloigné pour écouter le rapport de son aide de camp, intervint :
- L'espace planétaire est bouclé, la moitié des chasseurs sont en l'air et les autres sont prêts ! Markus a prévenu Voxan contre une tentative d'évasion. Deux corvettes et un patrouilleur arrivent d'Hyborria en renfort. Que pouvons nous faire de plus ? 
W'arrrr résuma l'opinion générale :
- trouver ces abominations et les détruire. 


Notes:
7 Oui, c'est bien en l'honneur de Jaïna Solo, une grande copine de Thalia : Masha est le prénom d' une pilote de l'escadron rouge grièvement blessée au combat.
8 Membre de droit du conseil du vice-roi : Ve'ssshhh l'avait choisi comme successeur, avec l'approbation de la famille Herrion
9 Ils ont sauvé la planète des griffes d'une puissante corpo, tout de même !
10 C'est le garde du corps attitré (le pauvre !) de Jas.
11 Il y a 13 ans, Alcor Procyon a fait un troc avec Lando Calrissian qui les avait acquis sur Balmorra avec l'usine ayant servi à leur construction : 15 SD-10 (deux ont été détruits) contre quelques centaines de tonnes de laminarium. Venom s'en est servi dans sa guerre contre les Kurii et leurs alliés esclavagistes.




Le jeune garçon et la mort
Jas H, chevauchant son bike, débarqua en trombe, poursuivi par deux agents de la Sécurité. Il avait semé les patrouilles chargées de l'intercepter, franchi en souplesse le cordon établi autour des lieux du crime. Il était à peine essoufflé.
- Par où t'est passé, lui demanda simplement son père, en faisant signe aux agents de laisser tomber.
- J'ai longé la Forêt. Je me doutais bien que vous essaieriez de m'arrêter.
- Seulement longé ?
Venom renifla bruyamment : difficile de tromper son odorat exercé ! Jas avoua :
- J'ai coupé entre l'étang du Haut et les chutes. Je connais le chemin. Et je ne risquais rien : la Forêt m'aime bien.
Il n'y avait que Jas H ou un Berger pour dire ça. C'était probablement vrai, d'ailleurs. Sasha intervint :
- Tu aurais pu tomber sur les agresseurs de Ve'ssshhh. Aussi fort sois-tu , tu serais mort ou ils auraient obtenu un otage de prix.
- La Forêt m'aurait prévenu ! Pas vrai, Wa'rrr ?
Le garçon et le nouveau Journeyman s'entendaient bien et ils avaient déjà tissé un lien puissant, similaire à celui qui existait entre Sasha et V'essshhh .
- Probablement. Que t'a-t-elle dit ?
- rien de spécial, sinon qu'il y a du chambard à deux ou trois kilomètres à l'ouest des chutes ! Ce n'était pas un scoop: des tas de Fyrrens affolés fuyaient le secteur. Je peux aller dire au revoir à Ve'ssshhh, maintenant ?

Ses parents échangèrent un regard : malgré son assurance de façade, ils sentaient le malaise de leur garçon. Cette requête, ce n’était pas seulement pour dire adieu à son ami qu’il l’avait formulée. Elle méritait d’être prise en compte.
Contrairement à eux, Jas avait grandi dans un milieu très protégé. C'était sa première expérience de la mort d'un proche, une mort violente qui plus est. Ce n’est pas pour satisfaire son insatiable curiosité qu’il avait faussé compagnie à son escorte, mais pour exorciser ses angoisses informulées. C’était surtout pour ses parents -et son parrain- qu’il avait eu peur !
Thalia fit une légère moue, accompagnée d’un regard appuyé, et Markus acquiesça, laissant son épouse gérer le problème.
- Allons-y ensemble, mon chou , répondit-elle en envoyant un signal mental au Berger.
Elle passa son bras autour des épaules du garçon et le serra contre elle tandis qu’ils cheminaient. En temps normal Jas, qui se jugeait trop grand pour ça, aurait protesté contre cette démonstration publique d’affection.
Alors qu'ils s'éloignaient, on l’entendit demander, inquiet :
- Dis, ma' : il était très vieux,Ve'ssshhh, hein ?
sa mère entreprit de le rassurer :
- Oui mon chou, très vieux, même pour un Berger : il avait plus de 500 ans ! Et il a eu une vie bien remplie.
Wa’rrr, qui les avait accompagnés, intervint :
- ça, oui ! Tiens, tu savais que…
Pour un enfant, la mort d’une personne au crépuscule de sa vie est peut être plus facile à accepter, songea Sasha, qui n’avait que sept ans et venait d’être séparé de ses parents quand son frère aîné avait été exécuté sous ses yeux. Rien qu’en évoquant ce souvenir, il ressentait encore le terrible choc qui avait failli l’anéantir. Sa cousine, quoiqu’un peu plus âgée, avait vécu un traumatisme similaire. Elle ferait tout pour éviter cela à ses enfants.
Pas étonnant qu’on se soit raccrochés à Venom comme à une capsule de sauvetage quand il nous a achetés!

- Eh bien, quand tu adoptes de nouveaux membres, tu fais pas dans la demi-mesure, commenta le Vice-roi Merson à son vieux collègue et “père” adoptif. Celui-là discute en ami avec la Grande Forêt. C'est quoi, la suite ? Un grand amiral ? Un Jedi ? Un Céleste ?
- Bon, on va voir , trancha brutalement Venom !
Il avait attendu le départ de son épouse pour le proposer, remarqua Sasha qui répondit :
- Ben, tiens ! Les renforts viennent d'arriver avec l'arsenal !
Les deux hommes récupérèrent leurs outils de travail favoris : deux blasters lourds modifiés, également appelés : “ouvre-boîtes”. Idéal contre les droïdes, cyborgs et autres monstres blindés  et agressifs.
Cela fait longtemps qu'on n'a pas eu l'occasion de combattre côte à côte, pensa sombrement Sasha. On va les pulvériser, ces cyborgs. Ensuite…
Comme en écho, Venom affirma :
- … On le trouvera, ce salopard  ! Ensuite… Nous lui ferons regretter ses crimes !
Malgré son apparent sang-froid, Sasha devinait sa colère, il la partageait :
- ils vont payer ! Au centuple !!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mar 11 Juil 2017 - 18:57   Sujet: Le coeur d'Herrion, chapitre 3

Je profite d'un petit moment de tranquillité pour publier un (demi) chapitre: il avait le double avantage d'être prêt pour la publication, (contrairement à l'autre moitié) et facile à scinder.
Enfin de l'action! Le titre en dit assez, alors place au:

Chapitre 3 : la chasse aux cyborgs




Expédition punitive.
X'ree réussit à se faire une place entre Sasha et SyDney. Le droïde, qui avait jadis accueilli un bébé Varg « passager » de son partenaire, réussit à ménager un écran pour que le petit puisse voir à l 'extérieur et un flux d'air pour que ses antennes puissent sentir. Il transmit par la connexion neurale :
* J'ai l'impression qu’on va encore jouer les nounous*.
[ X'ree. Bien. Abri. Nounou SyDney.] Transmit le Petit.
Comme avec Swift, le droïde perçut lui aussi la réponse via la connexion neurale. Mais Swift transmettait des images, des odeurs, des idées simples. Alors que là…
*Il parle ?! »
*Ben ouais ! Me voilà à nouveau réduit au rôle de relais holonet. J’vous préviens, les enfants : s’il y a trop de bavardages sur la ligne, je coupe la transmission*
*Bien reçu, bien reçu ! X'ree, c'est ça ? Accroche-toi, petit, on décolle !*
* ah, ah, ah ! Tu imites les C1 (1), maintenant ? * , pesta le jeune homme qui avait parfois l’occasion de regretter que son droïde fût trop malin.
Le vol fut court : juste le temps de rejoindre une barge transportant trois immenses droïdes SD-10.
[Grands guerriers… Très grands] commenta le Mrill, pas rassuré. 
[Ce sont nos guerriers à nous. NOS grands guerriers], insista Sasha pour le réconforter.
|[ah ! Amis, Grand Guerriers ?]
[ Ils ne t'entendent pas, tu sais]
*Je peux arranger ça*, fit SyDney qui transmit les infos par liaison de données.
Le plus proche des monstrueux droïdes tourna la tête et répondit  d’une voix métallique:
- Amis, petit X'ree
Celui-ci se sentit un peu rassuré… Un peu.

Il ne fut pas trop difficile de retrouver le secteur indiqué par Jas, mais la Forêt était connue pour brouiller les senseurs et les frondaisons étaient trop épaisses pour voir quoique ce soit. Ils auraient cherché longtemps si les intrus n’avaient eu l’obligeance de signaler leur présence par des tirs de blaster. Les speeders d'avant-garde, qui tentaient de scanner la zone, les évitèrent de justesse.
- Comme ça, on sait où ils sont, annonça un peu vite le jeune humain.
- J’crois bien qu’ils savent qu’on sait, constata le guerrier en armure noire et chrome. Pas question d’atterrir ici!

En d’autres circonstances, il aurait appelé quelques chasseurs pour bombarder la zone et dégager le terrain. Mais la forêt était sacrée pour les herrians comme pour les Bergers : interdiction absolue d’abîmer ne serait-ce que quelques arbustes! Venom ordonna donc un débarquement à l'écart, en deux groupes formant tenaille. À cet endroit, des arbres-dômes immenses filtraient presque toute la lumière, mais le terrain était suffisamment dégagé entre les troncs, même pour les massifs SD-10.
- allez-y doucement : nous sommes juste tolérés ici, rappela Sasha.
- Bien reçu, bien reçu, répondit SD-1070.
Ah non ! S’il s’y met lui aussi…

Il y avait une théorie, concernant la Forêt : selon certains, elle se comportait comme un organisme unique, conscient… Les théoriciens les plus hardis la qualifiaient d’intelligente. En tout cas, si elle ne mit aucun obstacle à la progression du commando, elle semblait avoir choisi son camp : l'ennemi ne vit ni n'entendit arriver les pourtant peu discrets SD-10.
Dans une minuscule clairière, plusieurs droïdes peints en vert s'affairaient autour d'une colonne de métal. L'un d'eux était familier au jeune homme : un droïde de protocole disparu sans laisser de traces treize ans plus tôt. Quatre Kurii mi-fourrure, mi-circuits montaient la garde. Ils ne virent leurs agresseurs qu'au dernier instant, mais réagirent à une vitesse stupéfiante. L'un d'eux encaissa une salve croisée de Venom, 1069 et 1070 et tomba dans une gerbe de flammes, que 1070 s’empressa d’étouffer avec son extincteur intégré : le très influent Comité pour la Préservation des Milieux Naturels avait posé ses conditions à son soutien lors du vote: Les motivateurs des terribles guerriers métalliques, qui d’origine n’étaient même pas programmés pour éviter les dommages collatéraux, intégraient maintenant un module de protection de l'environnement !
Un plaisantin avait même suggéré de les repeindre en vert prairie avec de jolies petites fleurs blanches… Motion rejetée (2)!
Un cyborg détruit , mais les autres furent vite trop près des assaillants pour utiliser les blasters. Tout allait se jouer au corps à corps.

Laissant Venom et les SD-10 s'occuper d'eux, Sasha se concentra sur les droïdes verts. Son blaster lourd en détruisit deux, mais l'un de ses coups ricocha sur la colonne et toucha l'un des troncs…
- un bouclier, merde !
[ Forêt aime pas… Piqûre. Mal], transmit Xreee.
[Pardon, Pardon, pas fait exprès. Je ferai plus ! ] répondit Sasha, qui se surprit à « parler bébé ». mais son passager avait raison : ce n’était pas le moment de se faire de nouveaux ennemis !
- On change de tactique, hurla-t-il, posant son arme au sol.

SyDney sortit ses lames d'avant-bras et le duo ( trio?) prit le temps de faire un point tactique avant de se jeter lui aussi dans le corps à corps :
Les Cyborgs étaient rapides et puissants et ils auraient donné du fil à retordre à toute autre machine, mais les énormes droïdes militaires étaient à deux contre un et conçus pour résister à des armes lourdes. Deux d'entre eux saisirent les membres d'un cyborg et tirèrent chacun de leur côte, arrachant les bras de leur ennemi. Deux de moins ! Monstres contre monstres…
-*...nos monstres vont gagner * , estima le jeune homme.
* tu parles de Markus, là ? *
Venom harcelait de coups un autre cyborg ; avec ou sans armure, il était si rapide que ses gestes semblaient flous. Il finit par trouver le point faible et une dague apparut dans sa main qui frappa plusieurs fois au niveau des interfaces Kuri/machine, les déconnectant. Sasha n'en doutait pas : un de ces poisons dont son frère avait le secret circulait déjà dans la partie organique du cyborg.
Et de trois !
Le dernier Kuri n'avait que sa vitesse et son intelligence pour échapper aux SD10. Cela ne suffit pas : encerclé, il fut démonté, méthodiquement, pièce par pièce…

Sasha/SyDney se concentra sur les droïdes. Un revers de sa vibro-lame suffit à en décapiter un, deux autres permirent d’en démembrer un second, ce qui n’empêcha pas leurs collègues de se dresser sur la route du duo : aucun n'était conçu pour le combat, ils étaient maladroits, mais ils gênaient sa progression.
Sasha comprit et cria à son frère :
- Ils ne cherchent pas à se battre !
- Ils ne font que nous retarder, confirma Venom qui était déjà tout près de la colonne et du droïde de protocole.
- Repli, repli, ordonna-t-il soudain d’une voix alarmée en allumant ses répulseurs.
- auto-destruction , hurla-t-il!

Poussé par les répulseurs intégrés dans ses bottes (3), il fit un grand bond en arrière, balayant ses adversaires au passage, tout en se payant le luxe d'éliminer deux des adversaires de Sasha pour le dégager.
Sasha était plus éloigné de la colonne mais, malgré le coup de main, il mit plus de temps à évacuer : pour se battre plus efficacement, SyDney avait dû rétracter ses réacteurs dorsaux (4). Les contours de la colonne brillaient déjà d'un feu bleuté.
- Trop tard, constata SyDney qui se retourna et activa ses boucliers dans une ultime tentative pour protéger son partenaire . Désolé !
- ah, zut !

La lumière envahit tout, noyant Sasha et son armure droïde… non, pas tout : ils étaient à l'ombre.
- On est en vie ?
- Mes circuits fonctionnent toujours.
[ Grand Guerrier… Brave guerrier…Merci]
X'ree avait compris le premier  : un SD-10 s'était interposé entre eux et le feu bleu.
[ forêt pas contente du tout. Mais elle aussi dit merci aux grands guerriers.]
Les cinq autres droïdes de combat avaient superposé leurs puissants boucliers et dévié vers le haut l'essentiel de la déflagration, évitant de gros dommages .
Tout au plus un anneau de feuilles roussies, constata Sasha en levant la tête. Un crime de plus à verser au dossier de Malthus Herryn. Il aggrave son cas, çui là ! j’voudrais pas être à la place de son avocat !
Mais celui qui les avait protégés avait encaissé une énorme quantité d’énergie.
SyDney afficha l’auto-diagnostic de la machine de guerre et commenta :
* Gros dommages. Senseurs morts, perte d'énergie. Mais son cerveau et ses banques mémorielles sont intacts. Il est réparable. *
Et sa liaison de données fonctionne toujours, en conclut Sasha.
- Les SD 10 sont solides, tant mieux ! Tiens, ça fait longtemps qu'un droïde n'a pas reçu un rameau de Kaï
- treize ans, rappela SyDney qui avait reçu le sien à cette époque.
Venom s'était relevé, il annonça :
- la colonne a lancé une capsule-message à longue portée. Je l'ai taguée… enfin, je crois. Il s'en sortira ?
- SyDney dit que oui
- je paierai moi même les pièces: les meilleures !
- Transmis, fit SyDney
- En tout cas, les gars, pour des retraités, vous avez fait fort ! Bravo !

Venom savait toujours galvaniser ses troupes.
- notre devoir, fit n°1070, leur porte-parole
- Vous êtes bien dignes des sections fantômes. Et du Rameau, selon moi, renchérit Sasha, qui comprit qu’il avait parlé un peu vite : il n’avait pas le pouvoir de le décerner.
[tout à fait d'accord], intervint Wa’rrr. [Moi aussi, je ressens la reconnaissance de la Forêt]
Il exprimait le point de vue des Bergers, comprit le jeune homme.
Autant dire que c’est gagné , alors!

- Le Rameau ? Demanda 1070
- Une récompense. Les gens t'appelleront Honorable 1070 et tu porteras l'insigne sur ton plastron.
- Celui que tu portes … Honorable SyDney ?
- Tout à fait. Mais moi, j'ai juste sauvé des gens. Vous, vous avez sauvé la Forêt ! Enfin, une partie.
- Et c'est plus important ?
Même un droïde militaire pouvait exprimer l'incrédulité
- Sur cette planète, oui! C'est illogique, je sais !
- Cette forêt est consciente, expliqua Sasha. Elle ne ressemble à aucune autre. D’ailleurs, elle vous a déjà remerciés par l'intermédiaire de X'ree. Et je renouvelle ces remerciements au nom de mes concitoyens .

Venom faisait le tour de ce qui restait de la colonne. Ou plutôt de la rampe de lancement. Il annonça:
- le Droïde de protocole a complètement fondu, mais il était relié à la capsule par un câble de données, je l'ai vu.
- Il a attendu dans l'ombre pendant treize ans. Nous ne l'avions pas retrouvé à l'époque. Qu'est-ce que tu paries qu'il a téléchargé sa mémoire dans la capsule ?
- pas un crédit !
- on rentre ?
- Ouais ! Laissons la sécurité finir le ménage ; on a un rapport à faire.
- à grand-père ?
- à Thalia, d’abord ! On s’est tirés en douce, n’oublie pas !
- Aïe , j’avais oublié! Elle ne va pas être contente, hein ?



Notes
1 C1 : droïdes de combat dérivés du stupide B1 de la guerre des clones. ReHab en déploya un grand nombre lors de sa tentative de coup d’état. Ils finirent tous à la casse ( enfin, leurs débris!) :paf:
2 Mais de justesse  :x
3 Son armure ressemble beaucoup à celle d’un milliardaire excentrique vivant dans une autre galaxie. :wink:
4 Ils n’étaient pas dans le cahier des charges originel et ont été rajoutés après. (Mais pourquoi n’y ai-je pas pensé tout de suite ! :pfff: )


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 23 Juil 2017 - 16:53   Sujet: Le coeur d'Herrion, chapitre 4

Et voici la seconde partie du chapitre trois - devenu le chapitre 4, je vais finir par m'embrouiller avec toutes ces numérotations-.
Pas d'action dans celui-ci, j'ai donc glissé un petit easter egg. C'est si facile que je ne demande pas de trouver la référence, mais le nom de famille du dénommé Allan!
à gagner:
un super holo-projecteur domestique TZW 701024DsX11.1. de la maison Optigal

( à venir retirer sur place: 500 County lane, Erebor city, Hyborria, secteur He'ran, bordure médiane) :diable:

ou, au choix, le chapitre 5 (ex-chapitre 4 :transpire:) en avant-première par MP. :oui:




Chapitre 4 : Conseil de crise



Rassemblements
Mais Thalia était trop occupée pour s’en offusquer : Lisha et elle s'étaient attelées à la lourde tache de nourrir et abreuver la foule qui déferlait : la ferme des Vega était littéralement envahie et totalement cernée !

Une invasion pacifique : en plus des officiels, des dizaines de fermiers et quelques citadins, dont beaucoup ne cachaient pas leurs larmes, se pressaient autour des tables hâtivement disposées : comme toujours, le réseau de solidarité des voisins fonctionnait à fond et les bénévoles étaient nombreux.
Cernée ensuite par des agents de la Sécurité, renforcés par des unités de la garde nationale et trois SD-10. Dans le ciel, trois airspeeders équipés de puissants détecteurs et de lasers lourds tournaient inlassablement, guettant le moindre signe suspect. Il y avait de quoi s’inquiéter : le reste de la section 113, appuyé par quelques antiques Z95 pilotés par des réservistes, avait intercepté aux portes de la ville une attaque initialement dirigée contre le palais, vidé de ses occupants.
Himron avait cependant donné son accord pour le rassemblement : il craignait que des cyborgs en maraude n’attaquent des fermes isolées et préférait savoir toutes ses ouailles rassemblées dans un même endroit sûr. Il s'agissait aussi de laisser les techniciens de la sécurité et les Bergers travailler en paix sur la “scène de crime”, sans avoir à gérer des dizaines de badauds .
C'est ma' qui avait proposé de tenir la “veillée” chez elle : le lieu était proche du terrier de Ve'ssshhh et il était de tradition de réunir voisins et amis dans la maison d'un proche – Sasha en l'occurrence – pendant que l'on s'occupait du mort dans la sienne (1). Monsieur Betel, suivi comme son ombre par Markus Herrion, s'occupait d'organiser les interventions : ceux qui le voudraient pourraient parler du défunt  à travers quelques souvenirs, anecdotes et petites histoires, souvent amusantes,  ou simplement lui rendre hommage. Plus tard, il y aurait un hommage planétaire, des cérémonies. Mais l'essentiel était ici et maintenant.
Prévenus du rassemblement, Sasha et Venom se posèrent au loin et tachèrent de se faire discrets. Vaine tentative : ils étaient nombreux à les avoir vu “partir en guerre”.

Et les questions d'abord timides, devinrent vite plus précises et insistantes.
- Mesdames et messieurs ! 
Une voix forte et autoritaire couvrit le brouhaha.
- Désolé de vous enlever ces jeunes gens, mais ils ont un rapport à faire. Le directeur Himron, le Général Voxan et moi-même auront la primeur, je le crains, de leurs déclarations. Je diffuserai un communiqué plus tard dans la soirée.
Le Régent (2) Merson imposait le respect : autorité, froide assurance, il donnait l’impression de gérer la crise avec compétence.
Il avait même prévu une diversion : la foule se calma et se dispersa… En direction des fûts de bière livrés par un speeder arborant le logo de l’Auberge du VertVert : la meilleure brasserie de la ville !
- Tu ne crains pas qu’ils s’enivrent, oncle Merson ?
- Au moins, ce sera plus lent qu’avec les bouteilles de gnôle maison que certains ont apporté ! Betel le vieux et Markus senior m’ont prévenu et j’ai pris des mesures .
Sasha eut une grimace en repensant aux quelques fois où il avait dû tremper ses lèvres dans ces mixtures distillées au clair des lunes. Il y avait parfois de vraies merveilles, mais le plus souvent…

La réunion s'improvisa dans le vaste grenier. Il servait à l'occasion de dortoir lors de fêtes un peu arrosées ou d'anniversaires. Tous les copains de Sasha - et lui même- y avaient dormi lors de la célébration tardive de son treizième anniversaire, et à plusieurs reprises depuis.
- Bien, messieurs, à nous !
Il avait fallu un peu de temps pour tout organiser, placer les holo-projecteurs qui permettraient à Voxan et Oncle Alcor d'y participer, mais aussi pour laisser à Himron le temps de recueillir et d’analyser les rapports préliminaires de ses enquêteurs. Merson, pardon, le Régent, prit sa voix la plus officielle pour ouvrir -et mener- les débats :
- Prince, Capitaine, vous avez affronté les agresseurs du Premier Ve'ssshhh… nous vous écoutons.
Sasha et Venom relatèrent les événements, n’omettant pas de signaler la conduite héroïque des Droïdes de combat. Sasha montra ses enregistrements. Le système espion implanté dans sa tête depuis l'enfance fonctionnait toujours aussi bien.
- La chose qui a été volée à Ve'ssshhh était selon toute probabilité, à bord de cette capsule, conclut Venom
- Elle y était, confirmèrent d'une seule voix W'arrr et Sasha
- Général Voxan, Capitaine Procyon ?
- Elle a sauté en hyper espace, Régent : elle était trop rapide et trop bien protégée pour l'intercepter,, s'excusa Voxan.
Procyon souligna :
- Le moment et le lieu étaient parfaitement calculés pour passer entre deux patrouilles.
- Ce qui sous-entend qu'il y avait un observateur extérieur pour coordonner le lancement et la guider, analysa le général. Cinq transports étaient susceptibles de fournir ces informations. Trois appartenaient à l'Amber Star. Je me suis permis, Capitaine Vega an-Herrion, de convoquer leurs équipages pour prendre leur déposition.
Venom se contenta d'acquiescer.
- Pour les deux autres, il y a le cargo Troisième Manche, de Franca, et un transport à destination de Xaleria, le SS Karaboudjan qui a chargé une cargaison de produits alimentaires ce matin (3). Le Troisième Manche a répondu à nos appels et a accepté de coopérer. L'autre a sauté dans l'hyper espace à l'heure prévue dans son plan de vol.
- Nous avons leurs coordonnées, ils sont déjà venus deux fois. A priori, ils sont clairs. Mes hommes enquêtent sur leurs allées et venues depuis leur arrivée, expliqua Himron.
- Karaboudjan, ce n’est pas un nom Xalan, ça ! S’étonna Grand-père.
- Non, il est immatriculé sur Lancet, dans la Région d’Expansion. Port d’attache, Lanvoc V. il paraît qu’aucun Xalan ne consent à s’approcher à moins de cinq parsecs de notre monde, On en voit paraît-il sur Gothica, mais rarement sur Hyborria, qui est tout de même à sept parsecs d’ici ! S’étonna le Directeur. Je me demande bien pourquoi…
Grand-père se chargea d’instruire le herrian de fraîche date:
- Oh, c’est pas nouveau, ça fait au moins trois mille ans que ça dure ! À l’époque, ils avaient même envoyé une flopée d’ambassadeurs sur Gothica pour nous décourager d’installer une colonie. Je m’étonne plutôt de les voir acheter des provisions ici, fût-ce à l’aide d’intermédiaires : pour eux, Herrion est « la planète maudite » !
- Le jus de kilao ! C’est la boisson à la mode, en ce moment : tous les snobs de la galaxie veulent y goûter, rappela fièrement Himron, époux comblé de la célèbre madame Mimba.
Venom sauta sur l’occasion :
- D’ailleurs, celui de madame Mimba est le meilleur de…
- Oui, Oui, on est au courant, Gamin, l’interrompit le « Vieux ». Il y avait peut-être un sixième vaisseau, en mode furtif, suggéra-t-il
- Peu probable, mais j‘ai tout de même ordonné aux patrouilleurs de rechercher des résidus de traînées de propulseurs. On ne sait jamais, ils auront peut-être de la chance, répondit Voxan.
Venom avait une autre idée :
- Intéressant, mais secondaire. J'ai tagué la capsule. Et j'ai un signal. On peut la tracer, mais pas trop longtemps. J'ai déjà donné les ordres à mes équipages, mais il va falloir faire vite et prévenir tous nos amis .
- Toujours un coup d'avance, Gamin ?
- Cette fois, j'en ai un ou deux de retard, le Vieux. J'aime pas ça !
Sasha rappela d’une voix lasse :
- Ce coup-là a été joué il y a treize ans déjà ! Notre adversaire en a probablement quelques autres d'avance.

Il s'en voulait d'avoir négligé ce fichu droïde de protocole. Treize ans après, il revenait les hanter comme un fantôme.
- Tu n'y es pour rien, Sasha : on l'a cherché partout, ce droïde ! nous avions fait une fouille complète, percé des murs et cloisons, trouvé des caches, se souvint Himron. Bien sur, nous n'avions pas le matériel que nous avons aujourd’hui. J'enverrai une équipe dès que les enquêtes en cours seront terminées. Voila ce que nous savons déjà…
Il fit un rapport détaillé et très technique, avant de conclure :
- Cependant, d'après les rapports préliminaires, ce commando ne venait pas des anciens locaux de ReHab, mais d'un bâtiment dont ils ont financé et géré la construction.
- La salle polyvalente ? Celle inaugurée par les Shining Brothers ? S'étrangla Sasha .

Il avait assisté au concert, évidemment ! Il avait même eu le privilège de monter sur scène avec ses amis, pour faire les chœurs sur ''poussières d'étoile'' ! Et le groupe avait chanté son nouveau tube, créé pour l'occasion : «  les Chevaliers Stellaires », avec tout l'escadron rouge en grand uniforme derrière.
Le concert, retardé par l'état de siège et l'insurrection, avait finalement eu lieu, payé par ReHab, trois mois après les événements !
Grand-père soupira ;
- Comme tu l'as dit, nous avons un ennemi capable de prévoir ses coups des années à l'avance. L'un d'eux échoue ? Il a déjà un, deux ou trois plans de rechange. Et ça dure depuis plus de 70 ans !
- La dernière fois, il n'a pas totalement échoué : il s’est contenté d’atteindre une partie de ses objectifs: il ne s'est pas emparé de l'Amber Star, mais il a réussi à nous évincer de trois secteurs potentiellement juteux et à nous claquer au nez la porte de deux autres (4).
Venom s'était vraiment acclimaté à sa nouvelle planète : il truffait ses phrases d'expressions du cru qui devaient être incompréhensibles pour le galactique moyen: les portes coulissent, tout le monde le sait !
- On y a gagné quand même, Gamin !
- C'est vrai, le Vieux, et même que Loronar a été très gentil avec nous ! Étonnant, non ? Et ces créances que tu as remboursés au prix fort, Alcor ? Je crois deviner qui en a profité. Il a repris d'une main ce qu'il avait donné de l'autre !
- Des territoires quasiment vierges, bourrés de ressources, soupira Procyon. Je comptais beaucoup dessus pour développer la compagnie…
C'était lui qui, au cours de ses explorations, avait découvert ou redécouvert ces ressources.

- ce qu'on a eu, c'est le lot de consolation. Et dire que j'étais si fier de moi !
Venom se sentait humilié. Il ajouta :
- Maintenant, nous savons ce qu'il convoite depuis le début !
- Je crains toujours sa vengeance, Gamin. Il a exterminé ma famille, il peut recommencer.
- Il aurait pu, le Vieux, plusieurs fois, il ne l'a pas fait
- Je n'y crois pas non plus ! Si j'ai bien compris, il en voulait surtout à la branche aînée, celle que ton grand-père a supplantée et qui a repris le pouvoir sous l'empire. Et il préconisait ce que tu as fait : revenir aux pratiques de l'adoption et du mariage exogame, rappela oncle Alcor.
- Regarde, Marcona a avoué qu'il avait désobéi aux ordres en s'en prenant à Sasha. Quelqu'un, pas ces imbéciles de ReHab, lui avait dit : pas touche , rajouta Venom.
- Et il n'est pas responsable de l'assassinat de ta mère et ton frère, ça au moins, on l'a prouvé , asséna Merson, qui, de guerre lasse, avait abandonné tout formalisme.
Mais il avait raison.
La conférence avait un peu trop dérivé sur les problèmes familiaux. Sasha décida de la remettre sur ses rails (encore une expression du crû).


Appel de détresse.
Oncle Alcor intervint alors :
- à propos, j'aimerais savoir si je dois rester sur l'orbite, me lancer dans un tour de la galaxie, ou si je peux redescendre ?
Il semblait un peu perturbé, pour ne pas dire hagard: entre les cousins, cousines, ses petits enfants, le reste de la marmaille, et le personnel du palais qui avait suivi pour s'occuper de ce petit monde, il devait avoir plus d' une centaine de passagers à bord.
Le '“Diamant Bleu”' était grand (5) et disposait de nombreuses cabines, mais avec les jumelles, Alora et mini M à bord, la vie ne devait pas être rose pour l'équipage et son capitaine.
Et encore, Jas H n'a pas embarqué ! Quels veinards! D'ailleurs, il est où, celui-là?
- Tu crois que tu pourras tenir jusqu’à demain matin ? Le temps que la sécurité assure la zone ?
Procyon poussa un bruyant soupir, puis sembla se résigner à l'inévitable:
- Moi oui, mais mon équipage… Enfin, on tiendra s'il le faut !
- Je vais être obligé de doubler la prime mensuelle, marmonna-t-il.
Sasha se rendit compte qu’encore une fois, c'est lui qui avait pris l'initiative. Sans que personne ne s'en offusque.
Cette fois, ils m'ont définitivement collé la couronne sur la tête, pensa-t-il, résigné.
Il reprit :
- Bon, en attendant, on envoie nos meilleures équipes à la salle polyvalente, on traque la capsule-message et on vérifie qu’on n’a pas encore quelques nids de mynocks prêts à éclore. Il faudrait aussi enquêter sur ce cargo. Lanvoc V, ce n’est pas si loin, il me semble. Comment il s’appelle, le capitaine ?
- Mes agents n’ont rencontré que le second, un certain Allan… Quelque chose (6). J’ai le nom dans un dossier. Le capitaine était indisposé, paraît-il…
Il fit un geste éloquent : Une indisposition causée par la consommation assidue de boissons alcoolisées. Sasha hocha la tête et, suivant son intuition, suggéra :
- Mmmmh… On pourrait y envoyer…
- Tu penses que c’est important ?
Grand-père connaissait les symptômes : son héritier était parfois victime de « révélations » envoyées par la Force.
- j’crois bien, oui !
- Alors, pas la peine de se déplacer, je connais là-bas des gens fiables qui pourront enquêter pour nous ! Ils connaissent leur terrain de jeu par cœur, nous gagnerons du temps : expliqua grand-père avec un grand sourire.
Venom sourit en retour:
- J’devine lesquels. Tu veux que je….
- Pas question, Gamin ! Je m’en occupe personnellement ! T’as plus important à faire : retrouver cette fichue capsule, d’abord. Et n’oublie pas que tu diriges une compagnie !

La répartie brutale et l’irritation du vieil homme surprirent tout le monde. L’expression froissée de son fils adoptif, également.
Puis Sasha comprit : Grand-père était hors jeu depuis un moment, mais Venom touchait là à son pré carré: recruter tueurs et chasseurs de primes avait toujours été de son ressort – une sorte de hobby-, même s’il déléguait de plus en plus à sa fille adoptive, la « reine des pirates ». Le jeune homme adressa un signe d’apaisement discret à son frère, qui l’ignora. Il n’aimait pas être rabroué:
- ça, j’risque pas, marmonna-t-il entre ses dents.
- Pardon, Je n’ai pas bien entendu ? Fit "le Vieux", soupçonneux.
- Je disais que j’y pense tout le temps : chaque jour, chaque heure, chaque…
Sasha lui coupa sèchement la parole tandis que ses doigts transmettant un tout autre message:
- Bon, on a compris, frérot… Tiens, tu pourrais aussi reprendre contact avec tes copains anthropophages, ils savent peut-être quelque chose sur leurs petits camarades robotisés, l’interrompit Sasha. Et Thalia pourrait fouiner un peu chez ses amis de la Frange. Quoi d'autre ?
«  Il veut juste se rendre utile ! Laisse-lui ce petit plaisir ! » suggéra-t-il dans leur langage gestuel que seul Himron, à part eux, pouvait comprendre.
Venom afficha un masque indifférent pour répondre – sèchement- de la même façon :
«  Aux ordres de Son Altesse »
Aïe ! Là, il est vraiment vexé !
Sasha, embarrassé, ne sachant quoi répondre, fut sauvé par une diversion bienvenue :
- et ces étrangers qui traversent la Grande Forêt vers l'ouest, fit une petite voix.
- Par où t'es passé ?
La question fusa, en chœur, de presque tous les participants. En principe, tous les accès étaient gardés. Quand une réponse l’embarrassait, Jas H répondait par une autre question :
- Euh, j'suis obligé d'en parler ?
Il se glissa habilement près de son père qui l’enlaça d’un bras protecteur, défiant du regard l’assistance : personne n’osa insister. Sasha préféra lui aussi éluder:
- Inutile, va, je crois que j'ai deviné. Que disais-tu, à propos de ces étrangers ?
Il y avait effectivement un accès « secret », c’est-à-dire réservé aux jeunes audacieux (et totalement inconscients) n’ayant pas achevé leur croissance. Il était lui aussi surveillé, les parents ayant eux aussi été des ados inconscients. Jas s’était donc probablement glissé dans le grenier avant que la réunion ne commence. Avait-il voulu s’isoler un moment ? Avait-il deviné où se tiendrait la conférence ? Quand il s'agissait des Indestructibles, Sasha ne s'étonnait plus de rien. Il se doutait que Venom avait repéré son fils depuis le début.
- Ben, qu'il y en a une bonne quinzaine qui marchent vers l'ouest. Pas des machines, des gens ! Et ils font très attention à ne rien casser, pour que la Forêt les accepte.
- comment sais-tu cela, mon garçon ?
Merson posa la question par principe. Il savait déjà que la réponse ne lui apprendrait rien de rationnel :
- Hé, parce que La Forêt me l'a dit.

Jas H n'ajouta pas ''évidemment, vieux schnock '', mais son soupir exaspéré et son haussement d'épaules exprimaient bien ses sentiments : ces vieux ne comprenaient rien à rien ! Le "Schnock" fit un clin d’œil discret à Sasha qui souriait.
Merson ne se laissa pas désarçonner si facilement : il avait des petits-enfants de l'age de Jas.
- bien sûr, bien sûr… évidemment ! Quel idiot je fais !… Journeyman W'aarr ?
- Jas s'entend très bien avec la Forêt, mieux que moi : cette piste mérite d'être suivie.
- Voulez-vous vous en occuper ?
- Bien entendu. Avec l'aide de Thalia, je pense.
- en attendant, notre priorité sera de retrouver la capsule et de récupérer le C… L'objet. Il appartient à ce monde.
- c'est mon travail. Murmura Sasha, serein.
- Pardon, Sasha ?
- C'est mon travail… Celui du Prince d'Herrion, je veux dire. Depuis toujours…
Il laissa les autres digérer ça avant d'ajouter :
- Mais j'apprécierai toute aide qui me sera offerte, hein ?
Merson préféra clôturer la séance avant qu’elle ne bascule totalement dans l'irrationnel.



Notes
1 Cette tradition s’applique habituellement aux humains (parfois à l’un des quelques colons non humains vivant dans le voisinage) : le décès d’un Berger sur un territoire humain est un événement rarissime.
2 Ces fichus herrians considèrent qu’ils ont déjà un vice-roi (et même deux!) en la personne de Markus Herrion (et Sasha). Qu’ils ne soient pas en mesure d’exercer leur fonction ne change rien à l’affaire : sur Herrion, Merson doit se contenter du titre de Régent.
3 Non, ce n’étaient pas des boîtes de crabe !
4 Cf. Venom et le seigneur de la guerre.
5 Pas loin de 180 mètres.
6 Son nom est... Vous espériez vraiment le lire ici? Il faudra attendre le prochain chapitre!


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 29 Juil 2017 - 21:22   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion, chapitre 5

Résumé des chapitres précédents:
Sasha et Venom ( bien aidés par de monstrueux droïdes militaires SD 10) ont réglé leur compte aux cyborgs et droïdes qui ont assassiné Ve'ssshhh , mais ils n'ont pu empêcher que le précieux objet confié à sa garde ne quitte la planète. Au cours d'une réunion de crise, Venom a révélé qu'il avait réussi à placer un traceur sur la capsule transportant le Coeur d'Herrion. Après l'intervention de Jas H et une dispute entre les deux Markus, le régent Merson a préféré lever le séance, sans que soit révélé le nom du second du SS Karaboudjan. :shock:
Par chance, Tigre12 m'a envoyé la bonne réponse par MP:
Je puis donc vous confirmer qu'il s'agit bien du lieutenant Allan Thompson!
Quant au capitaine porté sur le whisky (correllien?) et les jurons créatifs, tout le monde avait deviné, j'espère?
Comment ça, non??? :shock: Mille millions de sabords! :grrr:



Un chapitre court, sans une seule note de bas de page? ça existe?
Ben oui, la preuve!



Chapitre 5 : la voie du Berger




La veillée
En bas, les visiteurs étaient de plus en plus nombreux. On déchargeait des victuailles de trois grands flotteurs. Himron avait appelé son épouse à la rescousse. Avant de se lancer dans la production semi-industrielle de jus de Kilao, madame Mimba avait dirigé un célèbre restaurant de Bleuerive . Se retroussant les manches, elle rejoignit l’équipe de cuisiniers bénévoles, passablement débordée.

La plupart des gens s’étaient rassemblés autour d’une estrade hâtivement dressée où se succédaient les orateurs. Les discours n’étaient pas toujours très raffinés, mais chacun avait un souvenir, une anecdote, un poème…
Le jeune Sasha Aldébaran était justement en train d'en réciter un. Après l’insurrection et le vote historique de l’assemblée, ce prénom avait fait fureur. Des Sasha, il y en avait une kyrielle usant leur fond de culotte sur les chaises des écoles de la planète. Mais son homonyme connaissait bien celui-ci, fils de voisins et amis de ses parents. Le gamin adorait la poésie, et écrivait lui-même. Celui qu’il déclamait était de son cru : Il s'inspirait joliment d'un des contes que Ve'ssshhh distillait, à la lueur de son feu de bois, à des bandes d’enfants venus veiller avec lui.
Tous ici, du plus jeune au plus âgé, avaient entendu cette histoire, mais le garçonnet savait la rendre encore plus belle et émouvante. Sasha écouta, fasciné, son homonyme et applaudit sans retenue quand le gamin salua. iI restait encore beaucoup de candidats.
On pouvait écouter, partir au ravitaillement, engager une conversation à voix basse : tout le monde n'était pas prêt à parler en public, mais chacun tenait à son histoire, quitte à ne la raconter qu'à une ou deux personne.

Étant un proche du défunt et un personnage officiel, il se devait de monter sur scène. Son intervention serait très attendue. Mais il n’avait aucune idée de ce qu’il allait leur raconter ! La paix qui l’avait brièvement envahi lors du « legs » de son ami s’était envolée : Il était triste et en colère, plein d’idées de vengeance, et l’inspiration le fuyait.
Monsieur Betel le vieux monta sur l’estrade à son tour. L’ancien maquignon était un sacré baratineur et un excellent conteur et il y eut un mouvement de foule, alors que les gens se pressaient pour l’écouter. Sasha se retrouva isolé à la périphérie, ce qui faisait bien ses affaires.
Il vit du coin de l’œil les deux Markus en train de s’expliquer. Comme ils ne semblaient pas disposer à en venir aux mains, ni même à proférer des insultes, Sasha les laissa régler seuls leur différend.
Son intuition lui souffla que l’affaire serait réglée en un tournemain.
Autant crever l’abcès avant qu’il ne mûrisse. Ils s’aiment trop pour rester fâchés longtemps.
Mais il avait toujours un discours à préparer !



Buffet froid
Il se dirigea vers les tables de victuailles, histoire de gagner du temps. Miracle, il en restait un peu ! En picorant ici et là, il se rendit compte qu’il était affamé. Il prit une assiette d’un plat exotique dédaigné par les herrians, conservateurs même en gastronomie. Celui-ci avait été préparé par Thalia. Pilote et redoutable femme d'affaires, sa cousine s'était aussi révélée un fin cordon bleu. Venom n'était pas mauvais non plus, d'ailleurs. Mais, avant de goûter, on se demandait toujours in petto s’il n’avait pas assaisonné son plat avec une « épice » exotique : délicieuse et néanmoins fatale.
Je connais ça…
La saveur lui était familière, mais il n'arrivait pas à…
- Tu aimes ? Souffla-t-elle en passant.
- Délicieux, mais je n'arrive pas à me souvenir où…
- C'est du kima !
Un plat de leur Nippa natale. Il n'avait que de vagues souvenir de sa planète… Nostalgie.

Sa cousine, qui suivait d’un œil inquiet l’échange entre son époux et leur père adoptif, demanda :
- Qu’est-ce qui s’est passé entre Markus et le Vieux ?
- Oh, rien de grave : une histoire de chasseurs de primes à embaucher. Venom en a trop fait, comme d’habitude, et ça a vexé grand-père. Tu sais comment il peut être cassant dans ces cas-là… Bref, ils ont boudé chacun dans leur coin.
Le visage de sa cousine s’assombrit, et elle trancha :
- Chasseurs de primes et corsaires, c’est mon affaire à moi ! De quoi ils se mêlent, ces deux machos ?
Elle fila dans leur direction 
- Pas une pour racheter l’autre, soupira le jeune homme en souriant. Confiant dans le résultat des « négociations », il décida de s’attaquer à son repas.
Retrouvant avec plaisir les sensations de l’enfance, il engloutit le contenu de son assiette et se resservit. Puis il goûta une pâtisserie. Puis une autre…
Si seulement il restait quelque chose à boire !

Venom y avait pensé: surgissant de nulle part, il glissa une chope de bière dans la main de son petit frère.
- tiens, ça t’aidera peut-être à trouver l’inspiration.
Il s’était manifestement réconcilié avec le Vieux ; Sasha dégusta une longue gorgée avant de demander :
- Alors ?
Venom haussa les épaules et afficha une feinte résignation :
- Alors, comme d’habitude : nous avons cédé à toutes ses exigences et capitulé sans condition ! C’est pas juste : elle nous entortille à tous les coups !
Rien de tel que l’irruption d’une furie dans une conversation pour ranimer la bonne vieille solidarité masculine, s’amusa son frère.
- Plutôt que de vous disputer, vous devriez plutôt en faire une sorte de concours : à celui ou celle des trois qui recrutera le plus  d’assassins -ou de chasseurs de prime-, par exemple!
- Hé, mais c’est une idée, ça ! Bien sûr, je pars avec un handicap par rapport aux deux autres, mais c’est un défi comme je les aime, ça !
Markus partit sans plus attendre proposer « son » idée à ses « adversaires ».
Bah, ça pourrait être utile dans un avenir proche, rumina sombrement le jeune homme.

… …


Le soleil était couché depuis longtemps, la nuit s'approfondissait.
Jas avait réussi à se faufiler sur l’estrade et parlait d’une expédition qu’il avait faite au plus profond de la Grande Forêt en compagnie de Wa’rr et du vénérable maître. Comme il était rarissime qu’un humain s’aventure aussi loin, son récit fascinait l’assistance.
Vas-y, parle-leur jusqu’au bout de la nuit, évite-moi la corvée de…

Un incident le força à intervenir. Comme souvent, certains avaient trop bu, et les esprits s'échauffaient. Il se faisait tard et le moment de rentrer approchait. L'averse nocturne était pour bientôt : déjà les étoiles s'effaçaient dans le ciel. Deux inconnus, décidés à succéder à Jas, étaient sur le point d'en venir aux mains. Laissant un sentiment de sérénité l'envahir, il avança vers les deux hommes et posa une main sur l'épaule de chacun. En leur souriant, il demanda :
- Me permettrez vous ?
Ébahis, ils le dévisagèrent et finirent par hocher la tête tandis que sa sérénité les envahissait à leur tour.

Il constata que X'ree, toujours sur son épaule, s'était rendu visible. Il y eut des murmures dans l’assistance. Selon la tradition voir un M'rill, petit insecte très farouche, était considéré comme un bon présage. Rares étaient ceux que le petit animal laissait approcher presque jusqu’au contact : on parlait alors de « confiance du M'rill ».
Tous ici savaient que c’était le cas du jeune homme et que Ve'ssshhh lui avait enseigné la « Voie du Berger ».
Mais que l'un de ces craintifs animaux accepte de monter sur une épaule  humaine? Là, on touchait quasiment au miracle ! La foule se fendit révérencieusement devant lui, et il monta sur l'estrade improvisée.


Le discours d’un prince
- Mes amis…
Il attendit que le silence gagne l'assistance.
- J'ai entendu ce soir de belles histoires. J'ai pleuré, j'ai ri. J'ai bien mangé, aussi. Un grand merci à nos cuisinières et cuisiniers…
Il y eut des applaudissements fournis. Il attendit à nouveau qu'ils se calment.
- J'ai ressenti votre tristesse, votre colère aussi. Ve'ssshhh nous a quitté, dites-vous. On nous l'a enlevé, on nous l'a volé, s'indignent certains. Nous le vengerons, ai-je entendu. Ce que certains ont dit tout haut, je l'ai pensé. Cette colère et cette rage m'ont envahi, à moi aussi.

Il se tut, ressentant les échos lointains de cette colère. Une colère qu’il n’éprouvait plus. Les mots qui venaient difficilement au début, se déversaient maintenant en lui.
- Ve'ssshhh était mon ami, mon mentor. Il a largement contribué à façonner l'homme que je suis aujourd’hui. Nombre d'entre vous l'ont compris depuis longtemps, il m'a initié à la Force, il a guidé mes pas sur la Voie Du Berger. Alors, le venger ? Oui, j'y ai pensé sérieusement.

La vengeance ? Il se rendait compte maintenant combien cette notion humaine pouvait paraître futile, pour ne pas dire incompréhensible à un M’luur.
- Pourtant… Pourtant le sentiment qui m'envahit… Comment dire : Je me souviens de toutes ces fois où, effrayé, angoissé, indigné, en colère ou simplement triste, j'ai senti une patte griffue se poser sur mon épaule. Et c'était comme si un chaud et lourd manteau m'enveloppait, m'isolant de la tempête. Oui, je vois que je ne suis pas le seul à l'avoir ressenti.
Il scruta les quelques visages qui n’étaient pas noyés dans l’ombre.
- La paix. La sérénité retrouvée. Quand je me suis avancé à l'instant, c'est cela que j'ai ressenti. Ce manteau familier posé sur mes épaules. Et j'ai compris !

Il se tut, ménageant ses effets :
- Colère ? Vengeance ? Ce n'est pas sa voie, ce n'est pas son chemin. Ce n'est pas la Voie du Berger. Certaines choses doivent être faites et elle le seront : je ferai ma part de la tâche, j'assumerai l'héritage qu'il m'a laissé, Je ramènerai ce qui a été volé. Mais sans colère. Sans idée de vengeance !
Il les laissa s’imprégner de cette idée.

Et son ami, dans tout ça ?
Il a rejoint la Force. Et la Force nous enveloppe tous...
- Et notre ami ? Fermez les yeux, cherchez en vous, au plus profond de vous, cet endroit sans peur, ni colère, là ou règne la paix…
Respirez… Lentement… Profondément… Oui… Comme cela… Et vous le sentirez à nouveau, ce chaud manteau sur vos épaules.
- Le sentez vous ?
Il y eut quelques discrets murmures d'approbation. La plupart des gens craignaient de briser la magie -car c’était bien une forme de magie- en parlant.
- Son corps n'est plus qu'une coquille vide, mais Ve'ssshhh est toujours parmi nous… Trouver ce lieu de paix en vous et vous l'y verrez.

Un long silence envahit la foule, pensive, méditative. Le ressentaient-ils comme lui ?
Oui, ils sentaient, oui, ils comprenaient : c 'étaient des Herrians et ils étaient là aujourd’hui parce que Ve'ssshhh faisait partie de leur univers. Il serait pour toujours avec eux, dans leurs souvenirs, dans les bons -et moins bons- moment qu’ils avaient vécus, dans la flamme hypnotique d’un feu de bois craquant et projetant ses étincelles vers les étoiles.
Il y eut des applaudissements, mais lents et retenus. Les conversations se firent murmures. Certains gardaient le silence, peut-être absorbés par la contemplation de cet endroit en eux.
La pluie allait bientôt venir, il était temps de rentrer à la maison. C’est dans un silence recueilli que la foule se disloqua par petits groupes qui se dirigèrent vers les flotteurs ou les bikes. Les perceptions de Sasha étaient limitées, mais il les sentait… Sereins, apaisés.

- Un bien beau discours !
Venom ?
- Un peu étrange, mais émouvant.
Venom ! Il n'avait pourtant pas trace d'amusement ou de cynisme dans sa voix. Plutôt de la surprise.
- Tu sais quoi ? Je crois que je l'ai senti aussi… Mais je crois… je crois que ça venait de toi et de ton petit copain X'ree… De Thalia aussi.
- Comme je l'ai dit, j'assumerai son héritage.
- J'te crois !
Il passa à autre chose ;
- Je crois qu'on va dormir ici : Le temps de vous aider à ranger, ce sera le déluge.
- Tu veux ma chambre ? Ça fait longtemps que je n'ai pas dormi au grenier.
- Nostalgique ?
- un peu…
- Pas sûr que ce soit une bonne idée : Jas va vouloir y dormir aussi. Il est plutôt agité, la nuit, en ce moment.
- pas cette nuit, je pense… Regarde-le !
Jas était très calme, . Les paroles de son parrain semblaient l'avoir profondément touché.
- P't'être bien. P’t'être pas. C'est ton sommeil, après tout… Si on allait plier ces tréteaux ?




Et non, toujours pas de grande bataille stellaire! De l'action, des combats, des sorciers du côté obscur? Ce n'est pas pour tout de suite, surtout si je continue à scinder des chapitres pour les rendre plus courts (Est-ce une bonne idée? :perplexe: ).
Mais je peux déjà vous promettre un Jedi (et pas n'importe lequel!) jouant du sabre laser pour sauver... :chut:
Quant aux combats spatiaux avec des dizaines de vaisseaux, des armées de mandaloriens, des Berel, des Impériaux... Que sais-je encore? c'est plutôt l'affaire de Red1 et Venom. Après tout, pourquoi Sasha aurait-il toujours la vedette?
Retrouvez-les bientôt ( encore quelques chapitres, courage!) dans leur propre spin-off!: "Wanted Red1&Venom"

Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mar 08 Aoû 2017 - 22:17   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion, chapitre 5

Il est de notoriété publique qu'obtenir sa licence de pilote professionnel est plus difficile sur Coruscant que nulle part ailleurs. Les pilotes-inspecteurs de la capitale ont la réputation d' être extrêmement exigeants, ne tolérant aucun écart au règlement. Exigeants, mais Pas seulement sur les compétences des candidats: comme partout, il est toujours possible de rendre plus compréhensifs même ces sévères gardiens de l'orthodoxie. C'est juste beaucoup plus cher qu'ailleurs, voila tout!
Les Herrions sont riches, généreux à bon escient, ils savent bien que les loyers sont hors de prix, là-bas et qu' un fonctionnaire du service des permis de pilotage a bien le droit de prendre un peu de bon temps après des heures de dur labeur= :ange:;

Que Sasha ait soudoyé ou non son examinateur ( :oui: ), il a tout de même obtenu sa licence. Cela mérite bien un petit cadeau, non?
Un vaisseau pour partir à la recherche du Cœur, par exemple?
Oui, mais pas n'importe lequel!


Chapitre 6 : Le Nuage Doré




Un cadeau qui tombe à pic !
- voilà, fit grand-père en ouvrant la porte du Hangar. Nous pensions t'en faire la surprise à la fin du banquet, mais… 
Mais ! Ce mais voulait tout dire. Mais pas dans des circonstances si dramatiques.
Mais pas alors que tu pleurais la mort d'un ami. Mais pas pour que tu partes traquer ses assassins à l'autre bout de la galaxie.
Sasha se doutait bien qu'on allait lui offrir son vaisseau à lui. Il ne fut pas déçu : ce n'était pas un de ces coûteux joujoux de riches, conçus pour frimer ou étaler sa fortune. C'était un bon vieux YT 2400, et pas tout neuf : celui-là avait des parsecs au compteur. Le vrai successeur du célèbre YT 1300 : un cargo léger, robuste, pas cher, facile à modifier; même un peu démodé, on en trouvait partout dans la galaxie, tout comme ses pièces détachées. Il ne fallut qu'un instant au jeune homme pour repérer les modifications les plus visibles : les propulseurs ioniques n'étaient pas d'origine, ça, non ! Et l'armement avait été renforcé.
-  Des Novalex 500, rien que ça, il doit filer… 
-  … 120 MGLT en pointe  confirma Venom
-   À n'utiliser qu'en cas d'urgence, ils surchauffent vite à cette vitesse, mais tu peux filer un bon 90 sans souci.  L'hyper propulseur n'est pas d'origine non plus. Un 0,8, expliqua oncle Alcor. Et ça, c'est ?
Il montra des excroissances sous la coque (il y avait les mêmes dessus).
- …Euh, des boucliers ? 
-  Gagné, ceux-là n'en ont pas l'air, mais ils sont de grade militaire. Même ça, c’est assez facile à trouver sur les marchés parallèles.
Il ne prit pas la peine de rappeler que l’Amber Star contrôlait en sous-main plusieurs ports francs non répertoriés : tous le savaient (sauf, peut-être, Merson) . C’est dans l’un d’eux qu’il avait trouvé et acquis le transport.
-  Un vrai vaisseau de contrebandier, confirma grand-père, malicieux.
- Et j'ai rajouté deux trois gadget utiles! 
Venom et ses gadgets ! En général des trucs introuvables et effectivement, très, très utiles pour qui se fourrait dans le pétrin. Une éventualité des plus probables dans un avenir proche.
Malgré sa tristesse, Sasha était aux anges…
-  Pour un cadeau, c'est un beau cadeau ! 
- Attends d'avoir vu l'intérieur !
Il y avait toujours des soutes, mais la plus petite avait été convertie en une confortable cabine. Il y avait aussi de nombreuses caches.
- un vaisseau de contrebandier, répéta grand-père en dévoilant la plus astucieuse de toutes : une mini-cabine équipée pour deux passagers '‘clandestins’'.
Il y en a un qui n'en perdit pas une miette : Jas H s'était invité, bien entendu. Il avait déjà visité le cargo, mais ignorait manifestement l'existence des caches. Une vague intuition chatouilla Sasha, mais la visite se poursuivait et il la chassa momentanément de son esprit.
Le coin loisir de l'équipage était beaucoup plus confortablement aménagé que sur le modèle standard, mais sa pièce maîtresse était un système holo digne des vaisseaux amiraux de l'Amber Star; D'ailleurs, la carte afficha la situation des principaux transports et stations de la flotte.
- Elle est reliée à l'Holonet et au réseau privé de l'Amber Star, commenta Venom.

Le cockpit avait été réaménagé pour un pilotage en solo.
- comme ça, tu peux fusionner avec SyDney et tout contrôler quand même. Sinon, l'un de vous peut piloter et l'autre s'occuper des armes ou des brouilleurs, à vous de voir.
Des bips de salutation retentirent, et un astromec roula jusqu'au cockpit encombré
- ah, voici R7 D8, votre équipier !
Les R7 avaient été conçus pour gérer les très complexes systèmes des chasseurs E-wings. S'occuper d'un 2400, aussi trafiqué soit-il, ne lui poserait aucun problème.
- enchanté, D8. Notre cargo est génial, tu ne trouves pas ?
Bips enthousiastes en réponse.
SyDney utilisa sa liaison de données pour se présenter et les deux machines se turent quelques secondes.

Tous pensaient la même chose : ce vaisseau quitterait bientôt Herrion. Oui, mais pour quelle destination ? Grand-père posa la question :
- as-tu idée de l'endroit où tu vas commencer tes recherches ?
- on va d'abord voir si je peux retrouver la trace du tag que j'ai balancé sur la capsule de transport, intervint Venom.
Sasha approuva : c'était la meilleure piste. Non, pas tout à fait :
- En attendant, j'ai deux visites à faire : la première à la bibliothèque d'Anaxes pour consulter les documents dont tu m'as parlé, grand-père. Ensuite, Coruscant ou Ossus. Quoique, Ossus … En fait, je crois savoir qu'ils ont encore déménagé leur académie, mais où ?
Il réfléchit un instant :
- Non, ce sera Coruscant : les Jedi boudent la capitale en ce moment, mais il en a toujours quelques-uns au Temple. Je dois parler à maître Skywalker.
- C'est quoi, cette bibliothèque ? demanda Jas H.
- Jas, ce n'est pas le moment…
- Non, laisse : eh bien, le grand-père de grand-pa’ y a laissé des infos sur Verryn, celui qui a probablement commandité tout ça.
- N'en parle à personne en dehors d'ici, prévint grand-pa'. Ce cargo est sûr, mais dehors…
- Promis ! Mais tu crois que des infos vieilles de… Combien, 70 ans seront utiles ?
Jas H savait réfléchir, on ne pouvait pas lui enlever ça. Sasha, qui se doutait que ces infos avaient été réactualisées depuis, resta dans le vague :
- p't' être pas… mais, quelqu'un qui se cache va toujours dans un endroit familier et un vice-roi du passé s’est donné la peine de faire les recherches pour nous.
- Ouais, pas bête… Et maître Skywalker ?
- Tu sais, la mort d'un Berger aussi puissant n'a pu lui échapper. D'autant plus qu'ils se sont rencontrés plusieurs fois. Cette affaire dépasse de loin les limites de cette planète ou de la famille. Et ils ont parlé pendant deux jours entiers, il y a treize ans. Peut-être qu'il pourra m'aider.
- Tu le sais déjà ! Accusa le gamin.
- J'en suis presque certain, ce n'est pas pareil.
- Et moi, là-dedans, je fais quoi ?
Venom intervint :
- tu pourrais déjà m'aider à rechercher des indices dans les sous-sols de ReHab .
Jouant habilement sur le sens du devoir et de l'amitié de son fils, il proposa  :
- Et puis, j'en connais un qui va avoir besoin d'aide. De beaucoup d'aide et d'un vrai ami.

Lui aussi craignait un coup d'éclat. Jas était tout à fait capable de partir à l'aventure, de suivre sa piste, qui menait au plus profond de la Forêt. Il prétendait qu'il y avait encore des intrus. Son père ne l’empêcherait pas d'y aller, si Thalia et Wa’rrr confirmaient les indications de la Forêt, mais préférait autant qu'il soit bien accompagné: des Bergers, des Vargs et peut-être aussi quelques droïdes.
Le chasseur de Thalia se posa justement devant le hangar ; elle était allée vérifier avec W'arrr la piste ''Jas H'' en survolant la Grande Forêt. Son appareil disposait de senseurs bien plus performants que ceux employés par les services locaux et elle avait travaillé sa sensibilité à la Force avec Ve'ssshhh ou sa copine Jaïna : un atout à ne pas négliger sur Herrion “la lumineuse”, comme l'avaient qualifié des Jedi en visite.
- Alors, alors ? demanda impatiemment Jas H ; passablement excité, il ne tenait pas en place : cette reconnaissance était son idée, après tout. Sa mère l’attira à elle, avant d’annoncer :
- Les senseurs ne détectent rien, mais il y a quelque chose, j'en suis persuadée ; J'ai perçu… Enfin, c'était familier… Une race que je connais, mais laquelle ?
- Des êtres étrangers à ce monde, confirma le Berger, mais bien adaptés à la Forêt. Il y avait plusieurs zones dangereuses, mais ils les ont contournées sans être inquiétés.
- S'ils avaient eu de la technologie, brouillage ou pas, je l'aurais détectée, affirma Thalia. Si j'arrivais à me rappeler où…

Grand-père s'interrogea à haute voix
- la question est : que font-ils là ? Et que cherchent-ils ?
- Ils vont vers l'ouest : il n'y a rien par là, jusqu'à l'océan, rappela Thalia, perplexe.
W'arrr intervint :
- Pas si sûr: il y a très longtemps, bien avant que mon peuple ne vienne s'installer ici, il y avait des cités. Je n'en sais pas plus.
[Et il n'y a rien de plus dans la conscience] précisa-t-il à Sasha et Thalia.
Markus junior intervint :
- Une énigme de plus ! Bon, je vais aller faire un tour dans les sous-sols de ReHab. Peut-être pourrai-je en apprendre plus sur ces êtres mystérieux. Tu viens, Jas ? On va voir si ton flair s'est amélioré.
Le garçon suivit son père avec un sourire suffisant. La réponse devait être oui ! Thalia soupira.
- Ils vont encore organiser une compétition. Parfois, je me demande lequel des deux est le gamin.

Elle oubliait qu'elle faisait pareil avec son homme. Mais il fallait bien que quelqu'un ait ''l'air'' sérieux dans la famille !
- Markus le mène par le bout du nez, cousine : la compète, c'est pour le faire progresser. Mon pa' faisait pareil. Ton homme est devenu plus Herrian que les Herrians, conclut Sasha
- Il devrait se méfier, cependant. Jas est aussi futé que toi, ma chérie, fit Grand-père, perspicace.
- qu'est-ce que cela veut dire, ça ?
- rien de plus que ce que j'ai dit répondit-il avec un grand sourire.
Thalia ne releva pas.
- au fait, Comment vas-tu l'appeler ?
Elle montra le cargo.
- Mmmhhh j'avais plusieurs idées pour mon premier vaisseau, mais vu la couleur de sa coque, toute défranchie qu'elle soit, ce sera'' Nuage doré !''
- Ah, comme celui du petit guerrier de Nippa !
- Quel petit guerrier ? S'étonna oncle Alcor
- C'est une histoire que mon pa' – celui de Nippa, je veux dire- me racontait avant d'aller au lit ! Ce petit guerrier, qui était très fort et très courageux, appelait son ami le nuage magique quand il voulait voyager. Je ne me rappelle même plus de son nom !
- Goto, Goko, Goku, un nom dans ce genre… Mais il n’était pas doré, ce nuage, non ?
Thalia fronçait les sourcils, puisant dans sa mémoire. Les souvenirs de Sasha étaient tout aussi flous , mais il le voyait en jaune – en doré-, ce nuage Dessin maladroitement colorié par un gamin de six ans, ou réalité ?
- j’sais plus trop, avoua-t-il. Mais Nuage Noré, c'est joli, non?
- Bah, jaune, blanc, gris, c’était un truc de garçon, moi je préférais l’histoire de la princesse Dorothy et de l'arc-en-ciel, conclut-elle !



… …

Rapport d'enquête
- Une canalisation souterraine. Remplie d'eau, entourée d'eau… Il suffisait de la vider juste le temps de passer de chez ReHab à la salle polyvalente. C'est comme ça que ce droïde nous a filé entre les doigts il y a treize ans.
Himron fit la grimace :
- J'imagine les trésors de précautions qu'il a fallu pour mettre ça au point. Et pour planifier un tel projet. D'après les documents que j'ai retrouvés, cette canalisation a été construite pendant l'occupation. Et ReHab qui construit ses bâtiments pile au-dessus ? Ce ne peut être une coïncidence : nous avons affaire à quelqu'un pour qui le temps ne compte pas !
- Et dans la salle polyvalente ?
- Dans un sous-sol scellé, tu veux dire ? Un générateur pour recharger les droïdes. Des caissons de stase, vingt-cinq en tout. Des caisses de matériel, vides. Et des tunnels, fraîchement creusés… Trois ! Deux mènent jusque chez Ve'ssshhh ! Le troisième, directement vers la Forêt.
- Quatre Cyborgs pour Ve'ssshhh. Cinq pour le palais. Et D'après Jas H, une quinzaine d'étrangers dans la forêt ! Il nous en manque un !
- Non, il est en bas, totalement desséché : problème de stase. Un cyborg.
- Et nos explorateurs?
- Nous avons fait des prélèvements pour une analyse génétique. Mais on en saura probablement plus bientôt : Venom et Jas sont sur une piste.
- On sait ce qui les a réveillés ?
- pas pour l'instant ! Mais je parie pour une intervention extérieure : quelqu'un a fini par localiser l'objet volé et a tout déclenché . J'enquête sur ce cargo, mais à priori, son équipage est clean. Ce ne sont pas des xalans, mais des employés originaires de la zone d'expansion. Le seul qui me cause un souci est le second, Allan. Je ne trouve absolument rien sur lui, c’est suspect ! J'ai tout de même envoyé des agents sur Xaléria. Pas des herrians, bien entendu ! Le Karaboudjan a déchargé sa cargaison sur une des stations orbitales avant de filer vers une destination inconnue. Je suis maintenant convaincu de l’utilité d’enquêter à Lanvoc V.
- Grand-père a contacté ses amis sur place : je les connais, s’il y a quelque chose, ils trouveront !
- J'essaie aussi de savoir si des gens n'ont pas contacté Ve'ssshhh récemment. J'ai découvert qu'il recevait parfois des visiteurs étrangers. Il y a quelques habitués, d'ailleurs ! J'enquête sur tous ses contacts récents.

Sasha ignorait cela : il savait, que des adeptes du Flux De Vie ou du Courant Blanc rendaient visite à ceux qu'ils considéraient comme des gourous. Mais il y avait un Berger, sur le continent Nord, qui s'occupait de ce genre de visiteurs. Ve'ssshhh était plutôt impliquée dans la politique locale.
[ Vieux- amis. Plusieurs ! Un venu ! Pas longtemps!]
X’ree avait du mal à s'exprimer clairement et Sasha dût lui demander :
[il n'y a pas longtemps, ou bien : il n'est pas resté longtemps ?]
[reste longtemps , parle longtemps: veillée au coin du feu!]
Le petit se concentra sur ses souvenirs :
[pas longtemps : nuit des deux lunes]
- La nuit des deux lunes, répéta, songeur, le jeune homme. La dernière était il y a 7 jours, non ?
- Pardon, Sasha ? J'ai raté quelque chose ? Euh, oui, c'était il y a sept jours. Allô Sasha ? Tu es bien là ? S’inquiéta le directeur de la sécurité.
- Vérifie qui est arrivé et reparti à cette période… Euh, désolé, X'ree m'a parlé.
- Ah, parce qu'il parle ?
- Ouais, il parle ! À sa façon. Ve'ssshhh a eu un visiteur, cette nuit-là ! Un vieil ami à lui, on dirait !
- Un Berel, je parie, fit une jeune voix !
- Jas?

Jas ! Venom et lui s’étaient approchés sans bruit :
- ça, j'en sais encore rien , répliqua le jeune homme!
Mais son petit passager intervint : [Berel ? Montre ? Oui ! Berel!]
- Correction, c'était bien un Berel. Comment le sais-tu , Jas?
Venom répondit pour son fils :
- Simple supposition. Nos intrus, par contre, sont bien des Berels, hein, Jas ?
- Oui, mais pas du clan d'oncle Marek ! Ceux-là sont des forestiers de Jubba, je pense.
Expliqua fièrement le garçon, qui poursuivit :
- J'en ai rencontré quand nous sommes allés rendre visite à oncle Marek. Ils ont une odeur très spéciale;

Jas appelait '‘oncle’' tous ceux dont il portait le prénom, à l'exception de Sasha (parrain, parfois grand-frère) et Markus senior (grand-père)
- Une race familière, a dit Thalia ! Tu crois que Marek est mêlé à ça ?
- Qui sait, avec lui, tout est possible. Mais Ve'ssshhh et lui se connaissaient, pour sûr ! Depuis très longtemps ! Je soupçonne Ve'ssshhh de l'avoir informé que j'étais encore en vie ! Et je suis certain qu'il a tout dit de nous à ton ami Berger, confirma Venom.
[Vieux-amis, Vieux-amis!], chantonna X'ree dans la tête du jeune homme qui déclara, songeur :
- Marek ! Il faut vraiment que j'aie une longue conversation avec lui !
- prends un ticket. Ça fait des années que j'essaie, il a toujours réussi à s'esquiver !
Jas s'indigna  des soupçons de son parrain :
- c'est vrai, il a plein de secrets, oncle Marek ! Mais je suis sûr qu'il n'y est pour rien dans la mort de Ve'ssshhh !
- J’te crois : pas du tout son genre ! J'aimerais tout de même savoir… Bah, je finirai par lui poser la question, un jour ! Donc, on a quinze Berels qui marchent vers l'Ouest à travers la forêt ! Pourquoi ? Quel est leur lien avec Verryn ? Encore des questions sans réponse.
- le matériel retrouvé peut nous en apprendre beaucoup. J'ai mis une équipe dessus, expliqua Himron. Et les registres de l'astroport nous révéleront bientôt l'identité de ce Berel.
- Je l'espère !



Le départ

Avec leur liaison de donnée, les deux droïdes pouvaient avoir une vraie conversation, qui ne se résumait pas à des bips.
- Container 47-01D chargé… c'était le dernier ! Pourquoi tant de protéines ?
- Pour le petit Mrill. Sa croissance a commencé, il passe son temps à manger. Et il grandit : il a déjà fait une mue. Il en fera probablement une autre pendant notre voyage
- Et ça, c'est quoi ?
- produits frais, spécialités locales, décoda SyDney. Ah… Jus de Kilao tout frais, gâteau et bonbons aux cinq nectars, tarte au kaï vert, Kaï séché, viande séchée façon Berger, tourte maison… Ma', Madame Mimba et monsieur Betel le jeune se sont surpassés ! Y a des fois, c'est rare, où je regrette d'être un droïde.
- moi, jamais !
- Tout est OK côté mécanique ?
- Ravitaillement terminé, checklist terminée, systèmes révisés, tout est vert !
- ça tombe bien, les voilà !
En bas, Sasha, un gros sac sur le dos, était accompagné de pa', ma ', grand-père et les enfants.

Venom suivait la piste de son traceur avec tous les vaisseaux de combat qu'il avait pu rassembler, le capitaine Procyon et Thalia étaient partis se renseigner auprès de leurs vieux amis. Merson était rentré sur Hyborria : il avait un secteur à gérer.
- Jas H n'est pas là , constata le droïde. Il doit être avec W'arrr. Refais quand même un scan du vaisseau
- Détection de formes de vie ?
- T'as tout compris !
- je n'ai jamais rencontré d'humain comme lui
- Tu as déjà eu affaire à son père, pourtant !
- Celui qui m'a viré du vaisseau pour installer ses gadgets ?
- Lui-même !
- Lui aussi est bizarre !
- Encore plus que tu ne crois… Ah, ils ont fini !
- Scan négatif
- Je préfère.

Pa' cria de l'extérieur du vaisseau :
- Tu veilles bien sur lui, hein, fiston?
SyDney répondit :
- Bien sur, pa' ! Je veillerai à ce qu'il fasse son rot après le biberon et je changerai ses couches, promis !
- N'oublie pas le bain ! Une fois par jour ! Ah, J'ai mis son doudou dans le sac !
- Je ferais attention, pa' !
- vous ne vous en lasserez jamais, hein, remarqua Sasha en montant.
- je crois que moi aussi, je suis devenu plus herrian qu'un herrian.

Après tout, le droïde était devenu citoyen ! Les herrians avaient l'habitude de tourner en plaisanteries leurs inquiétudes ou les trucs importants dont ils n'osaient parler ouvertement.
D8 trilla une question, et Sasha répondit :
- Oui, ils parlaient bien de moi !
Nouveaux bips interrogatifs.
- N'essaie pas de comprendre : c'est un langage codé !
Bips Dubitatifs.
- Bon, si tout est prêt, on décolle ! Direction, Anaxès !
L'appareil s'éleva sur ses répulseurs et fendit bientôt l'atmosphère en direction du vide.
- C'est bon, on est assez haut, allume les propulseurs ioniques (1) ! Les calculs de saut en sont où ?
- tout est calculé pour la voie Hydienne et Amber 22. Ensuite, eh bien, la voie Hydienne jusqu’à la bifurcation sur la route Perlémienne!

D8 bipa, et l'écran afficha : paré pour le saut. SyDney tira la manette et les lumières des étoiles s'étirèrent…
- OK, tous les voyants au vert, la trajectoire est bonne… D8 ?
Nouveaux bips rassurants : tout était en ordre.
- Bon, ben… On va avoir du temps pour parcourir le manuel ! Autant savoir se servir de tous les gadgets que Venom et oncle Alcor ont rajoutés !
Ils y passèrent plusieurs heures, révisant les procédures. Sasha savait piloter un YT 2400, mais chaque exemplaire avait ses particularités : un bon cargo corellien a toujours des options et des modifications non prévues à l'origine, surtout s'il a eu une longue carrière ! À la fin, même l'ordinateur développe sa propre personnalité ! Heureusement, D8 le connaissait bien.
X'ree n'en perdait pas une miette : son centre nerveux grossissait plus vite que le reste de son corps et il avait, littéralement, la grosse tête. Il ne savait pas -encore- lire, mais il était en contact avec l'esprit de Sasha et avec la Conscience. Il ne s'interrompait que pour manger. Et aussi pour manger… Il y passait beaucoup de temps !
Sasha retourna finalement dans le carré et se prépara un casse-croûte. Xree mangea quant à lui l'équivalent de son poids en protéines. Le jeune homme bailla, plusieurs fois : il s'était levé très tôt, et la journée avait été chargée. SyDney suggéra :
- Tu devrais aller te reposer ! D8 et moi, on tient la boutique !
- Bonne idée ! Euh, tu sais où est mon doudou ? Si on l'a oublié, je fais demi-tour !
- il est dans ton sac, à côté des couches… Tu veux que je te chante une berceuse ?
- Nan ! Je veux une histoire ! Celle du Nerf et de l'Antel qui s'étaient fâchés !
D8 lança une série de bips exprimant sa perplexité : la conversation prenait une tournure qui le perturbait.
- C'est un code, je te l'ai dit, le rassura Sasha.
- Nous allons avoir plusieurs heures pour discuter de choses importantes entre droïdes responsables pendant que le petit fait dodo !
- Bon, amusez-vous bien, je suis crevé !

SyDney eut bien du mal à faire comprendre à son collègue cette histoire de doudou.
- donc, c'est bien un code : il a servi à l’humain nommé Pa' pour exprimer ses inquiétudes quant aux dangers de la mission, comprit enfin le droïde astromech.
- Exactement : et je me suis servi du même pour lui répondre : cela avait l'air d'être une plaisanterie, mais le vrai sujet était des plus sérieux. Par contre, ce qu'a dit Sasha, c'était vraiment une plaisanterie. Enfin presque !
- Je ne comprends rien aux organiques ! Tout cela n'est pas logique !
- Ce sont des humains, et des herrians, en plus ! Ne cherche pas de logique où il y n'y en a pas, tu finirais par te griller des circuits !
- Mais toi, tu les comprends !
- Pas toujours, mais cela fait partie de mon travail.

Sasha se réveilla après un rêve bizarre dont il n'arrivait pas à cerner les contours. Il avait même du mal à se souvenir des détails. Si c'était un message de la Force , il était sévèrement brouillé. Il déjeuna le nez sur sa nourriture et ne commença à s'exprimer qu'après une bonne douche : autre avantage du vaisseau, le système de recyclage était très performant et il y avait une grosse réserve d'eau dans une des soutes. Bien plus agréable que tous ces trucs soniques… Il ne manquait qu’une vapo-douche !
Par association, Sasha pensa à sa Berylle, restée sur Coruscant.
Une vapo-douche, c’est bien plus agréable à deux, rêva-t-il en gagnant le cockpit.
- alors, on en est où ?
- on a passé Amber 22 on est sur la Voie, direction le Noyau !
- Pas de message ?
- je me suis connecté au passage, mais rien de nouveau : Markus confirme que la capsule suit toujours la Voie Hydienne, elle n'est plus très loin du secteur corpo.
- Elle peut encore bifurquer : il y a là-bas plusieurs secteurs où nous ne sommes pas les bienvenus/
- Markus y a pensé, il a fait poster des guetteurs partout !
- Il a mobilisé tous ses agents, je suppose : cet affront à la famille a blessé son amour-propre. Bon, retour au manuel ! J'aimerais comprendre comment fonctionne ce système de brouilleurs !
- euh, tu es sûr que Jas était bien avec Wa'rrr ?
- Je les ai vus ensemble moins d'une heure avant le départ. Pourquoi ?
- Je ne sais pas… Un droïde peut-il avoir des intuitions ?
- la plupart, non ! Mais t'es un SyD: j'dirais oui ! Tu as vérifié, je suppose ?
- évidemment ! Je m'en fais probablement pour rien ! Si Jas voulait faire un coup en douce, il partirait dans la Forêt à la recherche de ses intrus, non ?
- C'est-ce que je pense : Il essayait de convaincre Wa'rrr de monter une expédition…
- OK ! Donc, le système repose sur des Fabritech XM01 mais Venom a ajouté…

Même avec un transport aussi rapide, le voyage durerait plusieurs jours : autant s'occuper ! Sur une console près du tableau de bord, un voyant clignotait. Sa signification n’aurait pu leur échapper s’ils avaient consulté le manuel au paragraphe 38-12-7c : « voyants de contrôle des secteurs pressurisés », mais ils n’en étaient qu’à la section 17 -13 : « Brouilleurs et Senseurs ».

Notes:
1: procédure de réduction des émissions polluantes, typiquement herrianne;



Ah, au fait, qui trouvera le vrai nom du nuage magique et pourra lire le chapitre 7 en avant-première?


Bonne lecture?
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Tigre12 » Mer 09 Aoû 2017 - 11:30   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion, chapitre 6

Je crois que c'est Kinto-un, qui appartient à Son Goku.
Tigre12
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17
Enregistré le: 11 Oct 2015
 

Messagepar Ve'ssshhh » Jeu 10 Aoû 2017 - 12:25   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion, chapitre 6

Et c'est encore gagné! Bravo!
je crois que les souvenirs de Sasha le trompent: il n'était pas doré ( il a dû utiliser du jaune pour colorier son nuage, et c'est resté gravé dans sa mémoire :roll: )

PS. Le chapitre 7 n'arrivera pas tout de suite, pour cause de WE prolongé ( pas avant mardi, en tous cas), et plutôt le 20/21 pour l'édition sur le forum :transpire:


Edit du 19/08/17


En fait, le chapitre 7 arrivera beaucoup plus tard que prévu!
Oh, il est prêt pour la publication, seulement voila...
En relisant les derniers chapitres et le "spin off" Wanted: Red1&Venom, je me suis rendu compte que, contrairement à mes deux précédentes histoires, (Sasha et l'escadron rouge / Venom et le seigneur de la guerre), il était tout à fait possible de les fusionner, moyennant quelques ajustements. En effet, tous les protagonistes œuvrent dans le même but, contre les mêmes ennemis, et se retrouvent pour la bataille finale.
De grandes batailles, justement, c'est peut-être ce qui manque à cette histoire et Wanted:Red1&Venom en est truffée!
avec l'amiral Darpa, Luke Skywalker, le Moff Howler ( un petit nouveau) ou Marek aux commandes, les turbo laser vont tonner, les missiles voler en tous sens!
Dans la dernière partie, certains chapitres des deux histoires sont quasiment identiques ( je m'étais beaucoup amusé à les modifier plus ou moins subtilement suivant le point de vue des différents héros, mais tant pis: il faudra faire des sacrifices et couper dans le gras!): c'est à ce moment que mon travail de correction sera le plus délicat, mais ce n'est pas pour tout de suite. :roll:

Par contre, le chapitre 7 et les deux ou trois suivants ne devraient pas être affectés par cette fusion, en principe...
En principe: cela demande une relecture approfondie et peut-être l'ajout de quelques paragraphes, ici ou là! Donc, du temps;
Une ou deux semaines, je pense, pour ne pas avoir de regrets après publication de ces quelques chapitres.


Pour me faire pardonner, j'offre à mes fidèles (j'espère) lecteurs un "one shot" relatant la première rencontre entre Marek et Venom, avec Mara Jade en Guest Star. J'aurais pu publier cette histoire juste après le premier tome, ou le suivant, mais je n'y ai pas pensé :oops:

Profitez donc de : Marek et le Destin et à bientôt sur ce topic!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 27 Aoû 2017 - 18:34   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion, chapitre 6

La famille Herrion est de retour pour un nouveau chapitre ( Je le publierai en deux fois: il fait 10 pages!)
Rappel des faits: Sasha, X'ree et leurs droïdes sont en route pour le Noyau pour récupérer des documents capitaux et demander l'aide des Jedi. Pendant ce temps, Venom traque le mini vaisseau emportant le Cœur d'Herrion.
Et Jas, là dedans? Oublié? Compte tenu du potentiel de désastre qu'il représente quand il est livré à lui-même, ce serait une grave erreur!
D'ailleurs...

Chapitre 7 : Passagers clandestins, part. 1




Message prioritaire
Chaque fois que le Nuage passait près d'un relais Holonet, Sasha ou SyDney se connectait. Les messages étaient courts, forcément. Celui-ci confirma les craintes de SyDney :
- « Jas H introuvable. Pas dans la Forêt, d'après Wa'rrr. Vérifiez. Rappelez ». C'est signé : Grand-père, lut Sasha. Vérifier ? Mais tu l'as fait ! Tu avais raison ! Mais comment … La cache ?
- D8 a fait un scan, je te rappelle, alors que le camouflage actif était désactivé. Et je suis allé voir avant le départ.
- Oui, mais… L'eau ! La trappe ! Depuis, on a rempli les réservoirs ! Quel idiot, je n'y a pas pensé ! Allons voir !
- Pas la peine, je suis là ! Fit une voix claire qu’ils connaissaient bien.
- Ouais, c'est ça, poursuivit Jas! Je me suis planqué sous la trappe, entre les réservoirs : c'est pas fait pour accueillir quelqu'un, mais c'est assez large pour moi. Je suis remonté après le décollage. Sympa, au fait, la mini cabine, mais on a vite fait le tour.

Jas H ne semblait pas du tout repentant d'avoir embarqué sans autorisation, ni même de débarquer à l'improviste dans le cockpit.
- Tu as épuisé tes réserves de nourriture et tu viens quémander une lanière de kaï ? Ou alors…
- Pas du tout ! J'ai tout ce qu'il faut, qu’est-ce que tu crois ? Mais y a un répétiteur pour les messages et la nav, dans ma suite princière ! Dès que j'ai lu le message, je me suis dit : autant ne pas les obliger à fouiller partout.
[Jas ! Malin ! Et droïde?]
- Euh, X'ree t'a parlé, là ?
- Il veut savoir ou tu as planqué ton garde du corps. Il veut bien couvrir tes bêtises, mais je doute qu'il t'ait laissé partir seul.
- Hou ! J'avais oublié ! Container 47-01D ! J'ai eu du mal à le convaincre, ce coup-ci ! Il va m'en vouloir, tu crois ?
- Va le libérer avec SyDney. Je recherche le relais Holonet le plus proche : autant rassurer tout le monde.
- Tu le prends plutôt bien. T'es pas fâché, c'est sûr ?
- je réserve ma réponse pour le moment. Ah, si SD-X 045 veut te donner une bonne fessée, il a ma permission, hein SyD' ?

Paradoxalement, dans le cadre de son programme éducatif, le droïde le pouvait. Tout comme, dans son enfance, SyDney avait pu lui donner des ordres ou prendre le contrôle du duo : pour raisons de sécurité. Le risque était faible, mais Sasha fut content de constater que son filleul était tout de même un peu inquiet.



Appel en cours, ne quittez pas !
La planète s'appelait Gorian. C'était rassurant de savoir que, même dans le Noyau, au cœur de la civilisation, il y avait des mondes insignifiants et peu connus. Par contre, il y avait un relais Holonet tout près. Évidemment, dans le Noyau, l'essentiel de la bande passante était utilisée, mais Sasha réussit tout de même à établir une connexion holo.
- Grand-père ? J'ai bien reçu ton message. Jas aussi : notre passager VIP s'est décidé à quitter sa luxueuse cabine et a enfin daigné se montrer à son humble équipage.
- Ah, souffla celui-ci, manifestement soulagé. C'était la dernière possibilité, nous avions épuisé tous les autres ! C'est qu'il avait bien brouillé les pistes, le petit chenapan : ses parents partis, chacun le croyait chez l'autre ! Mais Wa'rrr s'est inquiété : il ne le sentait plus à travers la Force et la Forêt restait muette.
- Elle sait où je suis, Grand-père ! C'est elle qui voulait que je parte, clama le clandestin.
- On ne me la fait pas à moi, petit ! Dans ce cas, Wa'rrr l'aurait su ! Il était terriblement inquiet ! Qu'as tu à dire pour ta défense ?
S'il y avait quelqu'un capable d'intimider Jas, c'était bien grand-père. Il savait aussi comment le faire parler:
- C'est de votre faute ! Personne ne voulait suivre ces étrangers, et Wa'rrr était très occupé ! Il n'avait pas besoin de moi. Tout le monde participe aux recherches et moi… On m'a oublié, voilà ! Et pourtant, je pourrais en faire, des trucs !

Grand-père fit semblant de compatir: il savait qu'il obtiendrait plus d’informations en jouant le jeu de gamin :
- Mon pauvre petit caneton à peine sorti de sa coquille: c'est vrai, on t'a un peu mis sur la touche ! À ton age, cela doit être terriblement vexant… C’est carrément trop injuste !
Jas ne releva pas l'ironie et saisit la perche tendue :
- eh oui, c'est vraiment pas juste ! Alors, puisque j’étais livré à moi-même, j'ai fait des recherches – notez bien que j’aurais tout aussi bien faire des tas de bêtises, hein-, Où en étais-je ?
Il ne laissa à personne le temps de répondre et reprit, triomphant :
- Et j’ai bien fait : j’ai retrouvé les traces d'une expédition d'exploration! Vous saviez, vous, que les Xalans avaient exploré les mondes du Chariot et peut-être Herrion bien avant d'intégrer la république ? Avant même que les Bergers n'arrivent ! Et je me suis dit qu'il y avait peut-être des infos sur ces cités dont Wa'rrr a parlé !
- Très bien, mais dans ce cas, pourquoi t’enfuir dans le Nuage Doré ? Tu estimais qu’après une trop longue période studieuse, il était de ton devoir de faire une GROSSE bêtise ? Pour soigner ta réputation, peut-être ?
- Pfft ! Pas marrant du tout ! Pour ta gouverne, poursuivit le gamin d’un ton pédant, sache que j'ai découvert que la grande Bibliothèque d'Anaxès avait un exemplaire complet de ces archives très anciennes, trouvées sur Xaleria lors de fouilles archéologiques. Et je me suis dit  aussi: il y a justement un transport qui part vers Anaxès. Autant en profiter !

Jas ménagea une pause, le temps de mesurer l’effet de ses révélations sur l’assistance, qui ne semblait guère saisir l’importance capitale de ses découvertes : Sasha braquait sur lui des yeux furibonds tandis que ses doigts battaient, sur la table du carré, le tempo d’une marche militaire ; grand-père donnait l’impression d’être un détonateur thermal sur le point d’exploser. Le garçon s’obstina cependant et conclut :
- logique, non ?

Le pire, c’est que le raisonnement se tenait et que cette partie du voyage était, à priori, sans danger.
- Pauvre petit poussin, répéta grand-père : tu étais probablement trop bouleversé pour penser à demander la permission ?
Cette fois, Jas sentit l’ironie et cessa de crier à l’injustice :
- Il y avait de fortes chances pour qu'on me la refuse, tu ne crois pas ?
- Mmmph…

Le culot monstre du gamin laissa Grand-père sans voix un court instant. Il cherchait surtout un moyen de riposter sans trop perdre la face.
- Sasha ? Je suppose que tu as pensé à jeter ce petit Mynock par le sas sans autre forme de procès ?
- Je me tâte encore. Je pourrais le débarquer sur Gorian, aussi : c'est assez peu peuplé, paisible et très peu fréquenté. Un endroit mortellement ennuyeux, insista-t-il, tentateur.
- Mouais, trop facile ! Peu fréquenté où non, il y a quand même du passage : il volerait une navette ou baratinerait un marchand pour qu'il l'emmène !

Un court silence suivit, grand-père faisait mine de réfléchir. Mais Sasha savait qu’il avait déjà pris sa décision.
- Mmmmhhh ! Puisqu’il est là, il n'a qu'à payer son passage en travaillant ! Ménage, tambouille, service à table, il y a toujours à faire pour un garçon de cabine ! Et l'entretien des conduits d'aération, tiens ! Il a juste la taille qu'il faut !
D8 bipa une suggestion qu'il transmit en clair via la console.
- Ah, oui, le débouchage des conduites ! Bonne idée, D8 ! Ah, ces taches ne mettent pas sa vie en danger, n'est-ce pas, 045 ?
- Elles ne sont pas sur ma liste, Vice-Roi… Analyse en cours… Risques de niveau 6, acceptables !
- Dans ce cas, tu ne lui apporteras aucune aide : me suis- je bien fait comprendre ?
- 5 sur 5, Vice-roi ! À vos ordres !
- Bien, jeune homme : te voilà embauché ! Enfin, si l'actionnaire principal est d'accord.
- L'actionnaire principal hésite… Qu'en pense le troisième actionnaire ?
- Que grand-père a une bonne idée, confirma SyDney.
- C'est vrai, je ne peux le lâcher sur une planète comme Gorian : Il y a des habitants, tout de même, ces braves gens ne méritent pas un tel fléau ! Bon, d'accord, tu es embauché, moussaillon ! Mais on va fixer une règle toute simple : tu fais tout ce que je te dis de faire ! Tu peux comprendre  ça? Et rappelle-toi : les mutins, on les met aux fers, en fond de cale.
Jas fut tenté de sourire à l’évocation de leur série préférée, mais se rendit compte que Parrain – pardon, le Capitaine-, ne plaisantait pas cette fois !
-5 sur 5, capitaine, à vos ordres !
- Et ne te moque pas de ton droïde, son travail est déjà assez pénible comme ça !
045 évita tout commentaire, du moins en présence des organiques. Mais ses collègues apprirent par liaison de donnée que le terme « pénible » était bien en deçà de la vérité.
- Euh… Des actionnaires ? Le vaisseau n’est même pas à toi ? Osa demander le garçon.
- Le vaisseau n’est pas à toi, CAPITAINE, rectifia le seul maître à bord après la déesse de l’hyper espace. Tu en sauras plus quand tu auras appris par cœur le règlement du vaisseau ! Interro orale après le quart de repos !

D’après les documents officiels – que Jas enregistra en à peine quelques minutes (1) lorsqu’il trouva un peu de temps pour les consulter-, le '‘Nuage Doré’' n'appartenait pas à Sasha, mais à un « fond d'investissement à actionnariat limité » basé sur Franca, le S2MHL Un fond crée pour l'occasion, dont le jeune homme était le principal actionnaire avec 49 % des parts. Mais SyDney (S), grand-père (M) et ses parents (H et L) étant les autres actionnaires, il ne risquait pas d'être mis en minorité!
Cette astuce légale justifiait les différentes immatriculations dont Venom et oncle Alcor avaient pourvu le vaisseau : il était censé être loué, avec son équipage, à des compagnies ou à des privés. Il y avait des endroits où une immatriculation de l'Amber Star était le plus précieux des sésames, d'autres où il valait mieux l'éviter ; Certains, enfin, où porter des marques diplomatiques pouvait être un sérieux atout !
Bref, c'était toujours utile d'avoir le choix !

Le Capitaine -pardon, Parrain- n’en avait pas fini :
- Il me semble aussi que tu as des excuses à présenter : à grand-père, à ton droïde, et à Wa'rrr. Surtout à Wa'rrr ! Et Il faudra que tu m'expliques comment tu a réussi à couper notre liaison directe, si tu vois ce que je veux dire…
Sasha se doutait que Wa'rrr avait essayé de le contacter via la Conscience. Mieux que l'holonet, la distance ne l'arrêtait pas, en principe : pas besoin de relais ! Du moins, c'est-ce que Wa'rrr lui avait expliqué !
- Alors là, c'est pas moi ! Clama le garçon indigné ! Et ça me gêne aussi : j'entends même plus la Forêt !
- Je N'entends, corrigea automatiquement le jeune homme…
- Je N'entends plus la Forêt ! Je NE veux pas cafter, mais il me semble que quelqu'un accapare toute la bande passante !
- Mais qui donc…X'ree ?

X'ree se tenait tranquille, depuis un moment. Il participait peu à la conversation. Normal, il était occupé.
[X'ree désolé. X'ree apprend. Première fois ! Tout nouveau ! Gros besoins stockage données! Stocke dans Conscience !]
X'ree ne semblait pas si désolé.
- Qu'est-ce qu'il a dit ?
- Si j'ai bien compris, son “cerveau” est encore trop petit pour mémoriser tout ce qu'il apprend ; alors il utilise un “serveur” externe, décoda un capitaine au bord du « Nervousse brèkdone ».
- c'est futé, ça ! Je me demande si… si je pouvais faire pareil avec la Forêt ?
- Tous pareils ! Est-ce que j'étais aussi insupportable et sans gêne que ces moussaillons, grand-père ?
- Je suppose que les gens de ReHabcorp diraient que oui ! Tes parents te trouvaient plutôt facile à vivre, comme gamin, jusqu’à ce qu'ils découvrent ce à quoi tu passais tes loisirs ! Juste retour des choses, finalement ! Je crois que tu vas en baver ! Bah, c'est un bon entraînement pour toi : pense à tes futurs enfants !
- merci beaucoup, grand-père… Bon, Je rappelle depuis Anaxès : Comme ça, mon nouvel escl... garçon de cabine aura tout le temps de trousser de jolies excuses que Wa'rrr et toi ferez semblant de croire ! En attendant, jeunes gens, rassemblement de l'équipage ! Le Capitaine doit imposer certaines règles de vie. A plus tard, Grand-père !
- amusez-vous bien !
- Mmmmmph ! Et dire que j'aurais pu être tout seul, tranquille avec mes droïdes !

Note:
1 C’est carrément trop inzuste ! :pfff:



Ah, au fait, qui va trouver mon petit clin d' œil? Un indice: il ne concerne pas Sasha, mais Jas.
Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mar 29 Aoû 2017 - 20:53   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion. Livre 1, chapitre 7

Comme j'ai pris un peu de retard, j'accélère le rythme des publications: voici la deuxième partie de chapitre 7 et le chapitre 8, qui se déroule pour l'essentiel au temple Jedi sur Coruscant, arrivera probablement vendredi.
Ainsi, nos héros pourront se rendre sur Nippa, où les affaires sérieuses pourront enfin commencer!

Un mot au passage sur le remaniement que j'envisage (il est presque finalisé):
Le Livre 1 est la première partie (initiale) du Cœur d'Herrion et se clôture sur Nippa
Dans le Livre 2, nous suivrons les péripéties de deux hors-la loi: Red One et Venom. Évidemment, même avec des dizaines de chasseurs de prime, un cyborg revanchard, un Jedi et un amiral à leur trousses, ils ne se contenteront pas de fuir! Ils sont adeptes de la maxime: " la meilleure défense, c'est l'attaque". Une politique facile à mettre en œuvre pour qui a embauché tous les mandaloriens, pirates et contrebandiers que Markus senior n'a pas déjà recrutés. D'autant plus que le Jedi est plutôt enclin à leur donner un coup de main.
Dans le Livre 3, il sera temps de combattre pour récupérer le Cœur et le ramener à la maison. Un programme que les sorciers Doloriens, leur flotte et leurs mercenaires ont bien l'intention de perturber!



En attendant, voici le
Chapitre 7, part.2



Des militaires et des archivistes
Sasha ne fut pas surpris d'obtenir un vecteur direct vers l'astroport '‘civil’' le plus proche de la Citadelle. Le nouveau directeur de ce complexe militaire, comprenant écoles, académies, labos de recherches -et bien entendu une base militaire opérationnelle- n'était autre que l'Amiral Darpa, le frère cadet de Merson. Il dirigeait aussi les forces de défense planétaire. Chose incroyable, il avait daigné se déplacer en personne pour recevoir le “Prince d'Herrion''. Toujours aussi rigide, autoritaire et arrogant, dans la pure tradition impériale – qui n'était pourtant pas la tradition familiale-, il ne s'attarda heureusement pas. Il confia le petit groupe aux bons soins d'un jeune lieutenant qu’il présenta comme l'un de ses aides de camp.
Jas se tint coi pendant toute la rencontre, en petit garçon bien élevé.
Mais il ne put résister, des que l'officier et son cortège les eurent abandonnés, à mettre son grain de sel et demanda au lieutenant Capra :
- Il s’entraîne devant sa glace le matin, pour être aussi C… Euh, désagréable avec les gens ?
Le jeune officier réagit immédiatement à cette attaque surprise:
- Vous n'êtes pas si loin de la vérité, jeune homme ! D’ailleurs, en privé, il se relâche… Un peu.
- Pas beaucoup, ajouta-t-il pour lui-même.
Puis il reprit plus fort , s'adressant à Sasha :
- Vous connaissez son frère aîné, je crois…
Jas répondit avant son parrain :
- Oncle Merson est beaucoup plus cool. Enfin, pour un vieux…
- Oncle ?
- Ben, oui : il est le fils adoptif de grand-père Markus, comme mon père. Donc, c'est mon oncle !
- Et l'amiral est son frère, intervint Sasha. Es-tu certain de vouloir l'appeler tonton, lui aussi ?
- Mmmmm… je peux toujours essayer, la prochaine fois. Peut-être que j'arriverai à le faire sourire ?

Le lieutenant et Jas n'avaient pas été présentés. En fait, Jas avait été presque ignoré par l'amiral, ce qui l'avait vexé. Sasha vint au secours de l'officier :
- Jas est le fils de Markus et Thalia Vega an-Herrion, respectivement Capitaine de l'Amber Star et Directrice de la HHB. Techniquement, comme il vous l'a expliqué, mon neveu.
- J'ai beaucoup entendu parler des Capitaines Vega an-Herrion et de leurs exploits au combat : je serais curieux d'en apprendre plus !
Le lieutenant leur sourit, puis enchaîna :
- Bien ! J'ai cru comprendre que vous souhaitiez accéder à certaines archives de la grande Bibliothèque. Je me suis permis de prendre un rendez-vous avec le Conservateur. Il vous faudra le convaincre, je le crains : Il tient jalousement à ses privilèges et mon influence sur lui est très faible.
Jas accapara la conversation :
- Comment s'appelle ce monsieur ?
- Capra ! Jeroam Capra... Mon père !
- Oh, et il vous en veut d'avoir choisi l'armée, je suppose ?
On pouvait faire confiance à Jas pour pointer le problème et mettre les pieds dans le plat. Le jeune homme lui jeta un œil surpris.
- Dans la famille, on est bibliothécaire de père en fils ! Ou dans l'administration, comme un de mes oncles, qui travaille pour la présidence sur Coruscant.
Jas dégaina un grand sourire :
- Bah, il faut bien une première fois ! Vous avez eu raison de suivre votre propre voie !
Décidément, ce petit bonhomme réserve bien des surprises, se dit le lieutenant.
Le rendez vous étant pour l'après midi, il invita ses hôtes à déjeuner dans l'un des restaurants jouxtant le complexe universitaire. Avant d'arriver à la bibliothèque, Jas l'avait conquis par son esprit aiguisé et sa joyeuse faconde.

Sasha, tout en se montrant charmant avec lui, savait comment traiter avec le Conservateur : sa famille était, depuis des millénaires, mécène de l'institution et Merson, en tant que Vice-Roi, avait un siège au conseil de surveillance. De plus, les documents qu’il voulait consulter étaient un prêt de la famille. Puis il poussa devant lui un Jas soudain tout timide et annonça :
- Mon neveu Jas Hobax Vega-Herrion aurait une requête à vous présenter.
Le conservateur acquiesça, curieux, mais posa une question avant :
- Vega-Herrion et non pas Vega an-Herrion ?
- Le an- marque l'adoption. Ce qui n'est pas son cas : Jas pourrait se faire appeler, à sa majorité, Herrion tout court.
Jas secoua vigoureusement la tête : Ce serait Vega-Herrion ! Il avait attendu poliment et respectueusement que les adultes aient fini de parler : un vrai enfant modèle !
Il commença tout timidement:
- Je vous remercie, monsieur le conservateur, de bien vouloir me consacrer un peu de votre précieux temps. Pour ne pas vous importuner trop longtemps, j'irai à l'essentiel.
Il prit sa respiration et se lança :
-Voila : j'ai commencé des recherches sur Herrion, ma planète, pour un projet à l'école. En consultant de vieilles archives à la bibliothèque du palais-Herrion, j'ai découvert des traces de la huitième expédition Xalan, qui daterait de 15 800 avant Yavin. Bien avant que la république ne s'aventure dans le secteur ! Un vrai trésor ! Il semble qu'ils aient visité la planète avant qu'elle s'appelle Herrion ! Imaginez, si je pouvais parler, dans mon exposé, d'Herrion avant Herrion !
Il s'animait au fur et à mesure qu'il développait son sujet, et ses yeux brillaient.
Un si jeune garçon capable de s'émerveiller de la découverte d'archives poussiéreuses ? Voila de quoi éveiller la bienveillance d'un Conservateur !

- Un sujet passionnant, en effet. Mais en quoi pourrais-je vous être utile, jeune homme ?
- Eh bien, j'ai aussi découvert que votre bibliothèque conservait une copie des archives Xalan, celles découvertes lors les fouilles de Dexer Horan, en 777 avant Yavin : il y a, paraît-il, le compte rendu complet des septième et huitième expéditions. Elles seraient dans la section archéologie, rayon 77. il y a peut être dedans un bout ignoré de l'histoire d'Herrion ! Si seulement je pouvais…
Il offrit au digne conservateur un regard implorant de chiot ; '‘à la Sasha’', aurait dit son père.
- Ces archives sont réservées en principe aux professionnels et aux universitaires agréés, mais votre passion pour l'histoire de votre planète m'émeut, jeune homme. Mais comprendrez vous les symboles Xalans ?
- le docteur Horan avait établi des tables et un excellent lexique : j'arrive à déchiffrer, d’autant plus que le Xalan n'est pas si éloigné du corellien ancien. Et si cela ne suffit pas, mon précepteur a un module spécialisé en langues anciennes.
Jas mentait pour 045, ou alors… Oui, il était tout à fait capable d'avoir rajouté lui-même le module.
- un garçonnet qui connaît le corellien ancien et qui déchiffre le Xalan ? Voila qui n'est pas commun, s'émerveilla le Conservateur, définitivement conquis.
Voila donc comment Jas s’est occupé dans sa cache, réalisa Sasha.
Jas, encore plus que son père, avait une mémoire phénoménale. Et comme sa mère, il trouvait toujours un moyen pour arriver à ses fins. Le conservateur en personne se fit ouvrir les archives, amenant avec lui son jeune '‘assistant’' et son droïde précepteur.
Comme il le dit plus tard, il passa un excellent après-midi :
- ce fut comme un bain de jouvence : je me suis revu, jeune étudiant, déchiffrant d'antiques documents… Ah, l'enthousiasme de la jeunesse . Ce garçon a un potentiel impressionnant! Ah, cela me rappelle que je dois passer un appel !
Pendant que « l’étudiant » et son mentor plongeaient avec délice dans les arcanes d’un texte antique et poussiéreux, Sasha et SyDney (présenté comme un droïde archiviste) épluchaient l'archive familiale. Il y avait des données intéressantes, dont une partie avait été récemment (à peine plus de 15 ans) mise à jour (mais par qui ? C'était en pleine invasion des Vongs!). Sasha en apprit beaucoup sur l'histoire de ce lointain et hostile cousin. Et trouva quelques pistes.

Après avoir salué et chaleureusement remercié le Conservateur- surtout Jas-, ils retrouvèrent le Lieutenant Capra qui, vu l'heure tardive, leur proposa un autre restaurant pour le dîner. Capra semblait connaître les bonnes adresses, remarqua Sasha. Il s'avéra être un bon vivant et aussi curieux que Jas. Les deux Herrion ne se firent pas prier pour lui conter quelques anecdotes sur les plus célèbres bataille du couple infernal, comme la façon dont ils s'étaient sortis, avec leurs chasseurs et un peu d'aide, il est vrai, d'une embuscade tendue par deux croiseurs moyens (1).
Jas raconta la célèbre bataille de Vance qui lui avait valu ses deux premiers prénoms (2). Et parla aussi de la '‘reine des pirates’' et de ses méthodes de recrutement sur Buccaneer's Harbor. Le lieutenant raconta la dernière campagne anti-pirates de l'amiral, puis il tenta de prouver que celui-ci pouvait avoir le sens de l'humour. Puis Sasha dut résumer sa version de l'affaire Herrion. Pour une fois, il n'essaya pas de minimiser son rôle, même s'il ne dit pas tout.
Ils ne furent interrompus que par un appel que reçut le lieutenant.
- Excusez-moi, c'était mon père.
Le jeune homme avait l'air perplexe :
- Il voulait qu'on déjeune ensemble après-demain. Cela fait si longtemps…
Il semblait à la fois inquiet et… Heureux.
Sasha lança un regard appuyé vers Jas qui jouait -très mal- les innocents. Regard et comportement qui n'échappèrent pas à Capra, qui choisit cependant de remplir leurs verres de vin (Jas tendit prestement son verre, au cas où, mais l'officier ne tomba pas dans le panneau) puis de relancer le sujet.
- Donc, vous n'avez monté cette farce que pour disqualifier votre cousin ?
- Et aussi parce que ça promettait d'être super marrant ! Je n'avais pas treize ans, n'oubliez pas !
- Je vous en prie, racontez-moi tout !
Il était très tard quand le lieutenant les raccompagna au vaisseau. Lui et Sasha étaient un peu gris, il faut l'avouer, à cause de ce délicieux petit vin et Jas tombait de fatigue. Heureusement, SyDney et 045 assuraient, eux !

Le lendemain, tous les organiques du bord firent la grasse matinée, y compris Jas qui avait pourtant besoin de beaucoup moins de sommeil qu’un autre garçon de son age. Le record fut battu par X'reee : Il s'était enfermé dans son cocon juste avant l'arrivée et ne semblait toujours pas prêt à sortir. Sasha sentait ses pensées confuses, alors que le corps du petit insectoïde était en pleine métamorphose. Du coup, la liaison avec la Conscience fonctionnait à nouveau
[ réveil difficile?] fit une pensée familière.
[ Ils ont un excellent petit vin ici, mais un peu traître. J'ai abusé, aussi!]
[Content de rétablir la liaison. C'était X'ree, n'est-ce pas?]
[Il s'est crée un cerveau auxiliaire, pour stocker ses données, dans la Conscience ! J'ignorais qu'on pouvait faire ça!]
[ Moi aussi ! Mais c'est probablement la première fois qu'un Changeur s'éloigne si tôt de la planète : tout est nouveau, pour lui! Et ce n'était déjà pas un Mrill comme les autres: il était déjà bien plus futé que tous ses frères réunis. D'ailleurs, ce n'est pas une question de bande passante : Mon hypothèse, c'est qu'il a tout simplement exploité votre lien mental pour s'accaparer TA connexion.]
[Encore un pirate !!... Mais non, ça ne tient pas : il a aussi coupé le lien entre Jas et la Forêt]
[ autant pour mon hypothèse ! Quoique… J'y réfléchirai plus tard : si je t'ai contacté, c'est parce que j'ai des nouvelles : la Forêt semble avoir changé de stratégie vis-à-vis des intrus : depuis un moment, ils tournent en rond. Bref, elle fait tout pour les égarer]
[Mais toujours pas d'hostilité envers eux, n'est-ce pas?]
[Non, toujours pas ! Jas va bien?]

Sasha sentit son inquiétude et tâcha de le rassurer:.
[Il t'a fait un sale coup, hein ? Il va bien, encore qu'à un moment, j'ai été tenté de le balancer par le sas! Insupportables, ces gamins ! Entre l'un qui dévore toute la nourriture du bord et accapare la bande passante et l'autre qui joue les passagers clandestins… ]
[ Pas facile d'éduquer un Changeur, pour un humain...]
[ cela ne semble pas si facile d'éduquer un jeune humain, pour un Berger!]
[ Je n'ai pas l'expérience de Ve'ssshhh… C'est lui qui a formé le dernier Héraut et c'était il y a plus de 200 ans. Et aussi les deux derniers Princes : j'aurais cru qu'il formerait Jas, aussi. Mais, non ! Il était bien décidé à passer le flambeau. Une prémonition, peut être… En tout cas, la fugue de Jas m'a pris au dépourvu et m'a terriblement inquiété]
[Jas n'est pas comme tous les gamins : même Ve'ssshhh se serait fait surprendre ! Tu connais son père, pourtant! Et sa mère, aussi ! On peut compter sur eux pour surprendre et inquiéter]
[ C'est vrai ! Comment dites vous, déjà ? Les chiens ne font pas des chats ! Au fait, il n'est pas en train d'écouter ? Je sens à peine sa conscience]
[Oh, il roupille ! On est rentré très tard hier soir, et en plus, je le fais travailler très dur : faut bien qu'il paie son passage. Par contre, je crois qu'il a découvert quelque chose sur ces fameuses cités. J’y pense : peut-il intercepter nos conversations? Il sait quand X'ree me parle]
[Il en a les capacités, mais il n'est pas encore admis dans la Conscience : cela risquerait de perturber son lien naissant avec la Forêt. Cela viendra, quand il sera plus expérimenté. Tu sais, il est rare qu'un humain ait des talents de Héraut. Heureusement pour moi, c'est un garçon adorable. Plein de surprises, mais adorable.]
[ Mouais, méfie-toi, quand même ! Il t'adore aussi, mais tu n'es pas à l'abri d'un coup fumeux ! Personne n'est à l'abri…]

Sasha ne demanda pas ce qu'était un Héraut : il puisa l'info dans la Conscience.
[ Je serai là pour la prochaine communication holo. Quand?]
[ Laisse-nous quatre heures, le temps de rassembler mes notes et que Jas émerge : il a des excuses à te faire!]
[ ah oui, l'éducation à la herrianne. Tout un programme ! À tout à l'heure!]
- tu parlais à quelqu'un ?
Jas émergeait enfin.
- Je me parlais à moi-même, je me disais : si je veux mon petit dej', il va falloir que je jette un seau d'eau froide à ce flemmard de Jas : un garçon de cabine, ça se lève AVANT le capitaine, moussaillon! Allez, aux fourneaux ! J'aimerais bien une part de gâteau aux cinq nectars avec ma tasse de thé !
Ah, l'éducation à la herrianne !



Conférence au sommet : Jas passe sur le grill. La foudre tombe… à côté !
- Liaison établie… Cryptage niveau A++, annonça SyDney depuis le cockpit.
A++ ? il avait donc utilisé un gadget de Venom. Personne ne risquait d'intercepter la conversation.
- Merci, SyD'. Grand-père ? Tu as de la compagnie ?
- Thalia vient de rentrer. W'arrr est là, aussi ! Ils ont quelques questions à poser à tu sais qui…
- Hmmm autant commencer par les sujets qui fâchent, alors ! Jas ? C'est à toi !

Jas n'en menait pas large. Il pensait pouvoir embobiner son ami Berger, mais la présence de sa mère changeait tout : elle connaissait toutes ses combines ! Il faut dire qu'elle en employait plusieurs elle-même… Elle laissa la priorité à W'arrr
Jas renonça immédiatement à tout mettre sur le dos (façon de parler) de la Forêt et se prépara à endurer un sale quart d'heure. Il se fendit d'excuses bien troussées pour avoir inquiété W'arrr, s'accusa de tous les maux, se traita de sale garnement capricieux, promit de ne pas recommencer et allait même jurer allégeance totale et inconditionnelle quand le Berger l'interrompit :
- Ne fais pas de promesse que tu aurais du mal à tenir, mon garçon ! Et, conseil d'ami, n'en fais pas trop non plus dans la repentance! J'accepte tes excuses ! À une condition, mais nous en reparlerons à ton retour…
À travers la Conscience, Sasha et Thalia sentaient son amusement. Il avait beau prétendre le contraire, W'arrr était un expert en comportements humains.
[ Laissons le mariner quelque temps dans son jus], émit le Berger en direction des deux autres.
[Ah? Toi aussi ? J'avais l'intention d'en faire autant… bon, je me lance. Sasha, accroche-toi, tu vas déguster ! ]
Thalia s'avança, posa les mains sur ses hanches et prit sa mine sombre d'officier intraitable. Pire que l'amiral Darpa !
Elle regarda longuement son fils, qui, instinctivement, rectifia sa position, presque au garde à vous. Stoïque, yeux baissés, il attendit que la foudre tombe. Elle tomba à côté.
- Sasha ? Tu me déçois ! Tu aurais dû te méfier : tu le connais, pourtant !
Sasha prit un air de chien battu. Thalia l'avait prévenu, à travers la Conscience, mais tout de même !
- SyD' et moi, on a fouillé le vaisseau, je te jure ! Et même plutôt deux fois qu'une ! Mais on n'a pas pensé à la trappe des réservoirs !
- ah, SyD' ! Je le croyais plus futé que ça ! Vous faites bien la paire, tous les deux ! On ne peut pas vous faire confiance ! Je me souviendrai de cette histoire, crois-moi !

Un silence suivit, lourd de menaces.
- Quant à toi, jeune homme… Ton père et moi comptons avoir une loooongue conversation avec toi, à ton retour… En attendant, tu es sous les ordres de ton parrain. Ne lui attire pas plus d'ennuis qu'il n'en a déjà ! Sasha !
Celui-ci se mit presque au garde à vous, lui aussi !
- Oui, cousine ?
- Je veux un rapport complet sur ses moindres incartades, c'est bien compris ? Et c'est valable pour toi aussi, SyDney ! Ne me décevez pas une nouvelle fois !
- à tes ordres, répondit le duo d'une seule vois !
Elle avait encore une cible.
- 045… 
Elle regarda durement le droïde, poussa un long soupir résigné :
- … qu'allons nous faire de toi ?
Elle connaissait bien son fils : le meilleur moyen de lui faire comprendre ses erreurs, c'était de lui montrer que les conséquences de ses actes pouvaient causer du tort à autrui. Assumer une bêtise, endurer sa punition, et recommencer juste après ne posait aucun problème à Jas. Mais si d'autres payaient pour lui…
Le regard inquiet et désolé qu'il jeta à son droïde en disait long ! Combien de fois 045 avait couvert ses incartades ? Ses parents iraient-ils jusqu’à le désactiver ?

Grand-père, qui affichait un sérieux imperturbable, attendit trente très longues secondes avant de reprendre la discussion :
- Bon, alors, qu'avez vous trouvé dans ces archives ?
- De quoi confirmer notre hypothèse : Verryn est bien vivant, du moins, il l'était il y a 15 ou 16 ans ! D'ailleurs, quelqu'un a complété l'archive à cette période. Pas moyen de savoir qui !
- Probablement Orsan, mon prédécesseur : dans les documents qu'il m'a laissé, il mentionne une visite sur Anaxès.
- Et c'était pendant la guerre ???
- Il semblerait.
Sasha trouvait ça bizarre. Il reprit néanmoins :
- Autre hypothèse confirmée, il est bien basé dans le secteur Corpo : juste avant la Guerre des Clones, il a récupéré, de manière assez douteuse, les biens que ses cousins Verryn possédaient là-bas. Ainsi que leurs parts dans Loronar. Et c'est un membre fondateur de l'Autorité de Secteur Corporatif. D'après Orsan, si c'est bien lui, il est un des principaux bénéficiaire de l'extraordinaire croissance du secteur pendant et après l'Empire. Il a vite reconstitué une fortune confisquée en partie par l'empire après la guerre des clones. Il était dans le mauvais camp.
- M'étonne pas de lui ! Tu sais qu'il a failli être mon pa' , enfin, mon beau papa. J'étais petit, mais il a été très gentil avec moi !
- L'archive le mentionne : ton grand-père l'avait à la bonne : il l'aurait bien vu épouser ta mère et prendre sa succession ; enfin, il pensait plutôt à un travail de couple.
- Par contre, je n'ai jamais compris ce qui avait causé sa disgrâce…
- ça, aussi, ton grand-père en parle dans les archives : c'était lui qui était visé, en réalité : Il savait, pour les esclaves, et lui avait donné un an pour régulariser ses affaires. Verryn avait accepté : c'était juste une activité marginale, héritée de sa mère. Mais les cousins de la branche aînée ont sauté sur l'occasion et, en plus, ont monté les herrians contre lui. Ton grand-père le Vice-roi n'a eu d'autres choix que de le bannir, sinon il tombait avec lui ! Ah, il n'y avait pas d'esclave dans son personnel sur Herrion ! Encore que… Leurs contrats de travail n'étaient guère avantageux! Mais nous connaissons tous les herrians.
- Mouais ! Cela reste un triste personnage, tout de même.
- c'est certain : il a été vite pardonné par l'empereur, qui en a fait un de ses conseillers, lui a offert l'une des premières licences d'esclavagiste et l'appelait Vicious ! Tout un programme ! En tout cas, il possède plusieurs mondes dans le secteur Corpo, sous des noms d'emprunt. J'en ai un, d'ailleurs, qui figure sur les registres de l'ASC : Bermon. Luka Bermon. Le nom de famille de sa mère. Il possède un monde appelé Verranna. On devine comme une ressemblance, non ?
- Tu penses que c'est une bonne piste ?
Même pour qui connaissait l'efficacité des intuitions du jeune homme, c'était un peu léger.

- Oui, je pense que je vais la suivre : cette planète est très spéciale pour lui, semble-t-il. Il lui a fallu plus de trente ans pour s’en emparer, il a dépensé des sommes énormes – bien plus que ce que lui rapportent les ressources minières de ce monde- et n’a jamais renoncé. Et il n’y a pas que ça : je vous envoie la synthèse de mes recherches, vous pourriez trouver d'autres indices qui m'échappent.
- Et ton esc..  garçon de cabine, est-il satisfait de ses recherches ?
- Il a honteusement embobiné le Conservateur de la bibliothèque avec ses airs faussement angéliques, et il aurait trouvé quelque chose, en effet. Je lui laisse la parole.

Jas fit une grimace et tira la langue à son parrain avant de se composer un visage sérieux.
- Grand-père ? Les Xalans ont bien visité Herrion en 15 832 avant Yavin ! Et Ils ont vu les cités ! Et leurs Habitants, aussi ! Je sais où elles sont ! Et ils sont repartis très, très vite ! Les habitants de l'époque ne se sont pas montrés hostiles, mais ils leur ont flanqué les chocottes ! Si j’ai bien compris, c’est juste après que ce… Virus ? Enfin, ce qu’ils appellent le Fléau, a ravagé Xaleria et a ramené les survivants à l’ère pré-industrielle.
- Pas étonnant, alors, qu’ils croient que notre monde est maudit. Tu sais quelque chose sur ces Herrians d'origine ?
- Pas trop, non ! Les Xalans les appelaient '‘ceux qui brillent’' et leur prêtaient des pouvoirs magiques !
- '‘Ceux qui brillent’' ? Cela me rappelle quelque chose…
- Ah, j'ai encore mieux ! Sur Hyborria, enfin, elle s'appelait pas comme ça, ils ont rencontré des insectoïdes qui ressemblaient beaucoup à … des Bergers, quoi ! Et, tu sais quoi, W'aarr ? Ces Bergers construisaient des vaisseaux-générations pour migrer vers… Herrion ! Les Xalans – qui comptaient coloniser notre monde- ont essayé de les dissuader, et tu sais ce que les Bergers ont prétendu ?
- Tu vas me le dire…
- Qu'ils étaient '‘appelés’' !! Par la planète ou ses habitants, je ne sais pas ! Appelés !
- Nos archives (il parlait de la Conscience) ne remontent pas aussi loin ! Mais nous sommes venus d'ailleurs, et avons été invités, nous le savons ! Ce que tu as découvert est… Fascinant !
- tu vois que ça valait le coup que je parte !
- Peut-être, mais pas en catimini, comme un voleur !

La répartie du Berger fit très mal au gamin. Il comprit enfin combien son ami avait eu peur pour lui. Il en eut les larmes aux yeux
- Je suis désolé… Vraiment.
- Oui, cette fois tu es sincère… Ne me refais jamais un coup pareil, Jas !
- Juré ! La prochaine fois, J'te le dirais, si je veux m'éclipser en dou…
Il s'interrompit net : sa mère écoutait, il l'avait oubliée…
Argh ! Encore une gaffe! Jas, t’es mort, s’amusa son parrain, ravi que la foudre tombe enfin sur le vrai coupable.

Mais Thalia resta de marbre :
- Passionnant, en effet. Sasha ? J'ai ta prochaine escale : c’est bien Coruscant ! Tu dois récupérer quelqu'un, au Temple Jedi ! Tu en sauras plus là-bas sur ta prochaine destination, je suppose… On garde le contact !
- Oui, cousine ! Bien, cousine ! À tes ordres, cousine ! Nous partirons dès que nous aurons ravitaillé. Un container de nourriture plein de SD-X 045, ça en fait, des kilos de protéines en moins ! Et ce flemmard de X'reee va bien finir par se réveiller, lui aussi ! Il aura un petit creux… enfin, creux n'est pas le mot. Petit non plus : gouffre conviendrait mieux !


Notes:
1 Voir « Venom et le seigneur de la guerre »
2 Rappel: Il s’appelle Jas Hobax Marek Markus Alcor Sasha Markrr Quyymaen Stian Vega-Herrion. Il en manque ?Simple problème technique : il n’y avait plus assez de place sur le formulaire d’état civil !


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mar 05 Sep 2017 - 21:31   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion. Livre 1, chapitre 7

.


Chapitre 8 : Visitez Coruscant, le Cœur de la Galaxie !



Cousin Malthus, le mouton noir (1) de la famille
- Alors, tu as vu, je le réussis bien, le Brualki !
Jas était assez fier de lui. Il avait raison, et son parrain le félicita :
- Il était excellent et le dessert aussi ! Meilleur que celui de ta mère ! Heu, tu évites de lui répéter ça, hein ?
Zut ! Pas le genre de chose à dire à Jas, ça ! Il va en profiter.
Jas n'y manqua pas :
- vous pouvez compter sur moi, Capitaine ! Mais pour que j'oublie, il y a une petite chose que je voudrais savoir…
- Allez, accouche !
- Ce Verryn, qui c'est au juste ? Bon, inutile de te fatiguer, tu n'as qu'à me faire une copie de l'archive, je la lirai lors de mes très rares moments de loisir.
- Ah, voilà ! Bon, d'accord, je te ferai une copie. C'est tout ?
- Euh, tu pourrais peut-être me faire un topo rapide en attendant.
- Allons dans le cockpit, on n'est plus très loin de Coruscant. Un résumé : Bon, pour faire court, Verryn est un Herrion dont le pa' a changé de nom – il a pris celui de sa mère- suite à une dispute avec son propre pa', le vice-roi de l'époque …
- ça s'est passé quand ? Et pourquoi ils se sont disputés ?
- un peu plus de 150 ans… Altus Herrion était l'un des deux fils du vice-roi Morsan et il devait lui succéder. Mais voilà : lors d'un voyage d'affaire dans le secteur corpo, il rencontra une jeune et jolie humaine (2). Une scientifique très brillante, héritière d'un petit empire industriel dans la Bordure extérieure. Il vit tout de suite l’intérêt d'investir dans les affaires de la géniale inventrice ! Pas de problème jusque-là. Sauf que…
- Ah, encore une histoire d'amour, devina un Jas un peu écœuré.

Il avait plein de copines à l'école, mais c'étaient juste des copines !
Berylle aussi était juste une copine quand j'avais son age, se souvint Sasha. Cela n'a pas duré.
- Et oui, sauf que le vice-roi n'était pas d'accord ! Tu imagines la scène :
« - pas assez riche, mon fils.
- Oui mais elle est noble, pa'.
- Pas assez noble, mon fils ! »
L'imitation de Sasha – il avait pris les voix des Markus père et fils- arracha un rire à son filleul.
Parrain reprit plus sérieusement :
- Morsan et Altus étaient aussi têtus l'un que l'autre. Et en plus, ils avaient le même sale caractère : cela s'est terminé en grosse dispute. Altus a décidé de créer une nouvelle branche familiale, épousé sa dulcinée, et a exigé un pécule.
- Un pécule ? C'est quoi ?
- Une somme que reçoit un cadet quand il se lance dans ses propres affaires. Grand-père, quand sa ma' et son frère ont été assassinés, en a reçu un -assez gros- pour créer l'Amber Star.
- Et le Pa' d'Altus n'a pas voulu payer ?
- Oh, si, il a payé : exactement la valeur des biens de la dame plus… un crédit ! Qu'il a payé avec un jeton, évidemment !
- Hou la ! Altus s'est vexé, je parie ?
- Au point de changer de nom ! Et il s'est tourné vers la famille de sa mère, les Verryn, une riche famille du noyau (3), pour financer le développement de ses projets. C'était l'un des meilleurs hommes d'affaires de la galaxie, son épouse une inventrice géniale : le petit empire local est devenu grand…

Sasha but une gorgée de son thé, qu'il fit durer comme le suspense :
-… Quand notre détesté Malthus a hérité de l'affaire, suite à un accident de navette, la fortune de sa famille avait été multipliée par vingt. Il était aussi doué que ses deux parents réunis et contrairement à eux, il n'avait aucun scrupule. C'est dire si ses affaires ont prospéré ! Entre temps, le grand-pa' de Grand-père avait évincé son inepte cousin, le frère d'Altus, de la direction de la famille. Il a cherché à renouer les contacts avec la branche Verryn. C'est ainsi que Malthus a failli épouser dame Lara, la ma' de grand-père (4)!
- Mais alors…
- Plus tard, moussaillon : on arrive ! Tu ne voudrais tout de même pas manquer ça, non ? La Capitale !
La cité Monde ! Le cœur de la galaxie !
SyDney poussa la manette pour sortir de l'hyper-espace. Jas, en voyageur blasé, affirma :
- Ouais, bof… Je suis déjà sorti de mon trou, tu sais, je sais ce que c'est qu'une ville-mon…
Il s'interrompit d'un coup. Cela faisait toujours un choc, la première fois.
- Eh, ferme la bouche ! C'est juste une ville-monde, après tout !



Notes:
1 Oui, ils existent d’après Wookieepedia.
2 Anya Bermon
3 Ils possédaient de nombreuses entreprises dans le Noyau et dans le secteur corpo. Très ancienne famille, on s'en doute (sinon le pa' de Morsan aurait dit : « pas assez noble, mon fils »).
4 Rappel: son père est Alcor Procyon senior: la politique familiale sépare mariage ( d'affaires) et procréation.



... ...


Interlude : Nord-Est Galactique, bordure extérieure 
La capitaine Margarita Ante, commandante du Black Pearl, vaisseau corsaire officiellement affilié à l’Union d’Arraken, était assez contrariée, et la présence de son hôte accentuait son malaise. Même si elle avait décidé de faire un trait sur ce passé qui n’était pas vraiment le sien -au point de s’inventer un nouveau nom- , les souvenir de sa vie précédente restaient accessible dans sa mémoire, avec un peu de concentration. Elle savait comment l’original du jeune humain traitait ceux qui l’avaient déçu. Comparé à lui, le seigneur Vador était un modèle de bienveillance.
Avait-elle fait preuve de lâcheté ? Elle s’était lancée – comme beaucoup d’autres- à la poursuite d’une capsule message partie d’Herrion et avait été à deux doigts de la récupérer. Elle avait hésité et échoué. Du coup, le véritable propriétaire du Pearl, qui avait un intérêt personnel dans la traque, s’était invité à bord.
Il ne semblait pas trop fâché contre elle, mais avec lui, comment savoir ?

Pour l’heure, il s’entretenait par holo avec une autre de ses collaboratrices. Encore des mauvaises nouvelles ;
- … Ainsi donc, nous pouvons faire une croix sur le secteur Daramis. Et la KMM a rejoint le consortium Gorindan. Il y a une leçon à tirer de cette affaire, Mira.
- Que la KMM fait tout pour nous pourrir la vie, Markus ?
- ça, on le savait déjà : par contre, on sait maintenant que quand leur maître les siffle, tous ses dirigeants rappliquent la queue basse.
- Pour autant que je sache, aucun d’entre eux n’a de queue, fit la directrice des opérations de l’Amber Star, perplexe.
- c’est une métaphore, Mira. Enfin, on ne peut pas gagner à tous les coups, conclut le jeune humain, philosophe.

Il ne semblait pas trop affecté par cet échec cuisant de sa compagnie, constata Mira Damas : un très beau contrat de transport minéralier venait de leur échapper. Mais elle savait combien son patron était doué pour dissimuler ses sentiments. Il devait être fort contrarié.
- Et vous, où en êtes vous, osa-t-elle demander.
- Nous sommes très au nord, presque à la frontière de l’Empire. Un tas de boue appelé Terminus encore un ! La capsule a été récupérée par un vaisseau inconnu. Une frégate droïde, un peu comme celles que nous avons affrontées il y a treize ans. La capsule n’aurait pu allers beaucoup plus loin : d’ici, le seul accès possible aux territoires contrôlés par le Secteur Corpo est une route de contrebandiers très dangereuse.
- Le Flot Noir, devina-t-elle.
- Ah, vous connaissez ?
- L’une de mes missions pour Markus senior a été de recenser toutes les routes de contrebandiers au Nord de la Voie Hydienne. Mais ce que je…
- Et pour répondre à votre vraie question, Mira, je serai très bientôt de retour aux affaires. Nous nous retrouvons sur Telos IV pour la vente aux enchères.
- La vente ? Vous voulez toujours y participer ?
L’expression de l’humaine se fit soupçonneuse :
- Dites-moi, Markus, avec tous ces déplacements, avez-vous eu le temps de lire le rapport secret que je vous ai adressé? Celui de nos prospecteurs ?
- évidemment, Mira ! Mais que voulez-vous, je me sens d’humeur mesquine, en ce moment ; très mesquine !
Une lueur de compréhension illumina le visage de la directrice, qui se permit un mince sourire.
- Ah ! Alors, à bientôt sur Telos IV. Il paraît que le directeur Korvus représentera en personne la KMM.
- Je m’en réjouis d’avance. Markus Vega an-Herrion, terminé.

Contre toute attente, l’armateur afficha un grand sourire.
- Alors, comme ça, il suffit de leur donner un os à ronger pour…
Soudainement, il éclata d’un rire sardonique. Son hilarité ne dura pas. Venom se tourna vers la corsaire qui n’en menait pas large :
- Eh bien, inutile de poursuivre la chasse, n’est-ce pas ? Le Black Pearl ne fait pas le poids face à cette frégate et j’ai alerté nos correspondants de l’autre côté du Flot Noir.
- Devons-nous vous ramener sur Telos IV ?
- Inutile, mon courrier rapide m’attend. Quant à vous, retournez sur Caillou XIII et préparez la suite des opérations. Vous savez ce qu’il vous reste à faire, Margarita ! Et bravo pour votre joli coup : réussir à être présente au rendez-vous relève de l’exploit !
- Si j’avais donné l’ordre d’attaquer, nous aurions pu…
- Si vous aviez attaqué, le Black Pearl aurait été détruit et le rendez-vous serait passé inaperçu. Nous aurions perdu de précieuses informations : nous savons maintenant où ils vont. Nous savons qu’ils disposent de nouvelles frégates droïdes. Nous saurons bientôt quel chantier les produit. Et surtout, je sais quoi dire à mon frère. S’il n’a pas déjà trouvé tout seul.

Il l’ignorait encore, mais Sasha serait heureux de savoir que son intuition était fondée.
La jeune clone affichait une expression perplexe : l’ ordre était d’intercepter la capsule et, selon le règlement impérial – le seul qu’elle connaissait-, elle aurait dû l’exécuter, au prix de sa vie, si nécessaire. Elle s’était attendue à des sanctions ; à être relevée de son poste, au minimum.
Venom le comprit :
- Je suis très différent de l’original, Margarita. Même les Jedi le reconnaissent. J’attends de ceux qui travaillent pour moi qu’ils fassent fonctionner leur cervelle et prennent les bonnes décisions. Courir à la mort pour satisfaire un stupide honneur n’en était pas une. Tu as fait ce qu’il fallait, Margie !
Il caressa la joue de la jeune clone dans un geste tendre - quasi paternel-, un bref sourire illumina son visage, presque malgré lui, puis il se détourna brutalement et partit à grands pas vers la baie où était amarré son courrier.
Cet homme n’aimait pas montrer ses émotions en public, elle le savait. La jeune femme, surprise par ce comportement inhabituel, toucha sa joue. Son second -encore un clone- lui souffla à l’oreille :
- Oui, il est vraiment différent. Je crois que je préfère cette version.
- Moi aussi. Moi aussi… Navigateur, calculez-nous une route pour Caillou XIII. Nous avons encore beaucoup à faire.




V.I.P en approche ? Non, c'est juste la famille Herrion !
L'immatriculation du vaisseau et le code fourni par Thalia leur permirent une descente directe jusqu’au Temple. Jusqu’à la plate-forme d’atterrissage la plus proche du Temple, pour être plus précis. Elle était en général réservée aux sénateurs. Sasha savait que c'était assez exceptionnel, pour un privé, de pouvoir s'y poser.
- Je ne sais pas qui nous devons embarquer, mais ce doit être un VIP : un maître Jedi ou, qui sait peut-être même…
- Tu es le fils d'un chef d'état et nous avons une ID diplomatique, rappela SyDney
- ah, oui, c'est vrai, concéda du bout des lèvres son partenaire.
Sasha REFUSAIT de s'imaginer en chef d'état. Pas encore.
Jas n'écoutait qu'à moitié : pendant toute la descente, il resta le nez collé au transpacier du cockpit. Pour une fois, le flot incessant des questions s'était tari.
Ce n'est que partie remise ! Les questions reviendront bientôt.

Les relations entre Jedi et l'alliance étaient plutôt froides en ce moment même si l'opinion, toujours versatile était en train de changer. La presse avait accusé les Jedi de tous les maux avant et pendant l'affaire Abeloth mais depuis, d’inquiétantes rumeurs concernant des Siths infiltrés s'étaient répandues et une nouvelle campagne tendait en faveur des adeptes du côté lumineux.
Plusieurs de ces agences de presse, dont la Bright Star de Venom appartenaient à de discrets amis des Jedi. Même si l'Ordre évitait la Capitale, Sasha savait qu'il y avait toujours quelques chevaliers au Temple, dont au moins un maître Jedi. C'était le cas. D'après le message reçu pendant la descente, maître Kardoon les attendait sur la plate-forme principale avec un apprenti.
- Tu les connais, parrain ?
Tiens, Jas rouvre la boutique aux questions. C'était trop beau pour durer !
- Je connais quelques maîtres, mais pas celui-ci. J'ignore même quelle est sa race. Allons les saluer.




Le Temple Jedi, ses salles de méditation, ses holocrons… Demandez le programme !
Maître Kardoon ne manquait pas de tentacules et ils semblaient toujours en mouvement (5);
- Maître Kardoon, salutations. Je suis Sasha Vega an-Herrion, et voici mon neveu Jas H.
- Et ce droïde ?
Le maître avait posé la question d'un ton quelque peu dédaigneux. Du coup, Sasha se décida pour la version longue :
- Je vous présente l'honorable SyDney, citoyen d'Herrion, récipiendaire du rameau de Kaï, et mon associé.
SyD' fit une courbette respectueuse.
- Mes respects, maître Kardoon. Mes salutations à ce jeune Jedi…
- Jaden Lok-Risant, et je ne suis qu'apprenti. Vous êtes l'un des fameux SyDs qui ont défendu Herrion ? Les meilleurs droïdes de la galaxie, d'après tante Tendra et oncle Lando ! Heureux de vous rencontrer, honorable SyDney ! Et le droïde qui essaie de ressembler à une statue, là-bas ?
- C'est mon garde du corps, SD-X 045, expliqua Jas avec un grand sourire, et il ne veut pas que je lui donne un nom. Il n'aime pas se faire remarquer. En général, il arrive à être discret. Pas assez pour un Jedi, on dirait.

Jas aimait bien son parrain et les droïdes, mais ses copains lui manquaient. Le jeune Jedi semblait avoir son age. Un futur copain ? L'apprenti lui rendit son sourire.
Le maître Jedi était peut-être un peu hautain, mais il devait avoir de grands pouvoirs : après avoir bien étudié l'oncle et le neveu, il déclara :
- Je sens que vous êtes tous deux sensibles à la Force. Fort bien. Le grand maître m'a demandé de vous donner accès à un ancien holocron qui renferme des informations sur un artefact dont vous avez la responsabilité, jeune humain.
- Depuis peu, et mon premier devoir, c'est de le retrouver.
- Je comprends.
Nouveau silence, le maître semblait en méditation : ses tentacules s'agitaient à peine. Ils reprirent enfin leur danse complexe.
- Je sens aussi que votre quête pourrait avoir des conséquences capitales pour l'avenir de la galaxie. Je comprends mieux l'insistance du grand maître. Veuillez me suivre.

Jas s'arrangea pour rester un peu en arrière et engagea rapidement la conversation avec Jaden. À leur age, les amitiés étaient faciles. En cheminant, Sasha jeta un coup d' œil et vit les larges sourires qu’ils s’adressaient : ils étaient déjà sur la même longueur d’ondes.
Le Temple était presque désert. Toutes ces salles vides donnaient un sentiment… D'abandon. Il y avait eu des combats, ici, mais on n'en voyait plus trace
- Maître Skywalker n'aime guère cet endroit. Trop de morts, trop de sang versé (6). Trop de malentendus aussi, même si le Sénat a changé d'avis sur notre présence. Il estime par ailleurs que les Jedi, surtout ceux en formation, doivent avoir un refuge tranquille pour progresser sereinement. Une sérénité que la capitale et ses querelles politiques ne peuvent fournir, expliqua le maître en réponse à la question informulée du jeune homme.

- Le Sénat change souvent d'avis, devina celui-ci.
- Le Sénat est une girouette, travaillé par toutes sortes de forces, dont des influences Sith.
- Je croyais que vous aviez réussi à tous les attirer hors de la planète ?
- Même si ce contrebandier Wulfaz (7), celui basé sur Myrkr a trouvé un moyen de les traquer, il en reste encore. Ils ne sont guère puissants, mais restent nuisibles. De plus, la politique galactique est assez nauséabonde, regretta le maître.
- À qui le dites vous, soupira Sasha, qui y avait goûté un peu trop tôt à son avis.
- Si j'ai bien compris, vous allez pourtant rempiler d'ici peu.
- J'ai encore deux ans, heureusement… Mais pour répondre à la question que vous n'avez pas posée : il faut bien que quelqu'un le fasse !
- Vous voyez ça comme une corvée ? Si seulement tous les politiciens pensaient comme vous ! Nous y voilà !

C'était une petite salle de méditation de forme circulaire, sans fenêtre, à la décoration sobre mais élégante. Un objet trônait au centre sur une courte colonne de marbre. Un holocron ? C'était bien le cas !
- Savez vous entrer en méditation, jeunes gens ?
- Mon mentor, un Berger d'Herrion, m'a appris cela. Non sans mal !
Jas ne put s'empêcher de pavaner :
- Moi aussi, je sais ! W'arrr m'a appris ! Et je n'ai pas eu de mal, moi !
- Peut-être parce que tu n'avais pas un Varg sur ton épaule en train de te lécher la figure ?
- Vous avez été initiés par des Bergers… Voila qui est peu commun. Un Prince et … ?
- J'suis un Héraut ! Enfin, j'apprends…
- Voila une combinaison rarissime ! Ainsi mes rêves ne m'avaient pas trompé. Cela est bien : le maître qui a consigné ces informations était un Berger, justement. C'est d'ailleurs de lui que viennent mes connaissances sur ce peuple.
- J'ignorais qu'il y avait des eu des Bergers Jedi.
- Très peu : ils jugent l'ordre un peu trop… Activiste.
Sasha puisa la confirmation dans la Conscience. Le Jedi poursuivit :
- Mais maître X'reee était… Qu'ai je dit ?
- X'reee? Comme notre X'ree ?
Jas trouvait ça marrant, comme coïncidence.
Sasha combla les blancs :
- Un Berger, enfin pas encore, mais ce n'est déjà plus un Mrill, voyage avec nous.
- Ma connaissance des Bergers est assez limitée, elle n'inclut pas ce terme.
- Je l'ignorais moi-même il y a peu. Je prenais les Mrills pour une espèce différente (8). C'est une larve de Berger, le nôtre est en pleine métamorphose. À ce stade, on l'appelle un Changeur. Mon Mentor m'a confié son éducation avant sa mort.
- Je vois… et je sens aussi que d'autres écoutent notre conversation. Des Bergers ?
- J'ai un lien avec eux, oui.
- Et autre chose… (il tourna son regard vers Jas ; se concentra, parut surpris).
- Une conscience comme… Oh ! elle est si vaste !
- La Forêt (9), répondit celui-ci comme si cela allait de soi.
- Bienvenue en ce lieu, Héraut annonça solennellement le Jedi, comme s'il venait de comprendre le véritable sens de ce mot.
- Merci Maître Jedi, répondit simplement celui-ci.
Mais il n'était pas seul à répondre.

Avec l'aide de maître Kardoon, entrer en méditation fut assez facile, surtout dans cette salle. Il les guida au début, puis laissa le trio poursuivre seul. Ensuite ? Maître X'reee leur parla, du moins c'est ce que le jeune homme ressentit. C'était plutôt comme un rêve envoyé par la Force et à sa sortie de transe, Sasha eut du mal à organiser ses souvenirs. Une chose était sure, le Berger Jedi n'avait pas parlé qu'à eux : une partie du message avait atteint l'autre bout de la ligne, là-bas sur Herrion.
- Il est difficile, quand on n'a pas été entraîné, de rassembler ses souvenirs après un tel contact, fit la voix sereine du Jedi. Essayez d'exprimer vos sensations à haute voix.
Sasha se lança le premier  avec des propos décousus, ses souvenirs surgissant un peu dans le désordre:
- Le cœur est un artefact puissant. Très puissant ! Mais il n'est pas du tout ce qu'il semble être ! Il ne faut surtout pas l'éveiller ! La bonne nouvelle, c'est que le processus est très long et qu'il faut que certaines conditions soient réunies. Donc, il faut un monde très spécial. Verranna ? j’suis certain que c’est là !
Quatre mois ? Ai-je bien entendu quatre mois ? On a un peu de temps devant nous, alors !
Hummmm… S'il est éveillé, il faudra le ramener d'urgence sur Herrion ! Il y a peu d'autres endroits où le conserver… Korriban ? Mais c'est un lieu…
- Imprégné du côté obscur, oui ! Intriguant, mais le message était clair : je l'ai perçu, moi aussi, confirma le Jedi.
- il ne le sait pas ! Verryn ne le sait pas ! Il faut l'arrêter avant que…
[Ton travail, Prince ! Tu es le plus qualifié pour cela. Il te faudra de l'aide. Amène avec toi le jeune apprenti et ton neveu. D'autres te rejoindront, Cha'aaaxa]

Cha'aaaxa ; le terme le plus proche de ''fils'' dans la langue des bergers. Ce n'était pas W'aaar, ce n'était pas le Jedi, c'était…
- V'essshhh ? V'essshhh m'a parlé ? S'excita Jas.
- Il nous a parlé à tous ! Un fantôme de Force ! Seuls les plus puissants Jedi…
Kardoon semblait perplexe : un Berger non formé, aussi puissant qu'un Jedi ? Il se reprit :
- Que t'a-t-il dit à toi, Héraut ?
- D'abord, l'holocron… Je sais ce que cherchent les Berels dans la Forêt. Et je sais pourquoi elle les fait tourner en rond : elle nous attend… Et je ne dois Surtout pas m'en mêler… Je ne suis pas Encore un Héraut. Et il faut VRAIMENT que j'accompagne parrain ; ça, c'était le message de V'essshhh.
- Bien : l’holocron vous en a montré bien plus, mais vous avez retenu l’essentiel du message. Avec le temps, d’autres éléments vous reviendront. Soyez très attentifs à la manifestation de ces « souvenirs », ils vous seront probablement très utile, expliqua le Jedi. Bien que l’ayant consulté à maintes reprises, certaines choses qu’il vous a révélées m’étaient restées cachées jusqu’ici.
- Un bien étrange holocron , murmura-t-il comme pour lui-même.

Jas ruminait sa déception d’avoir été relégué au rang d’apprenti héraut, mais soudain ses yeux se mirent à briller.
- Hé, ça veut dire que c'est vraiment la Forêt qui m'a fait embarquer en cachette ! Tu vois, vous avez fait toute une histoire avec ça, et…
- Et tu régleras ça avec tes parents… Ta mère a été assez claire, je crois !
Sasha tourna son regard vers l’apprenti Jedi qui lui sourit :
- Je devais repartir avec vous, de toutes façons ! On dirait que le voyage va être plus long que prévu.
- Seulement si maître Skywalker est d'accord, Jaden, intervint le maître Jedi. Il vous attend, même si je ne sais pas encore où. Il se déplace beaucoup, en ce moment. Vous allez recevoir un message, pour fixer un rendez-vous. Ah, j'ai été informé pendant votre transe qu'un certain nombre de personnes avaient remarqué votre atterrissage. Je vous suggère fortement de vous éclipser avant qu'ils ne viennent fureter par ici.
- Nous avons un peu de temps, nous ne sommes restés que… Oh, combien de temps avons-nous passé dans cette salle ?
- Pas loin de six heures standard. La transe fait parfois oublier le passage du temps.
- Je l'avais oublié. Ah zut, j'avais l'intention de contacter Bérylle.
- C'est son amoureuse, confia Jas, clin d’œil à l'appui, à son nouvel ami.
- Bérylle Sirius ? C'est elle qui a contacté le Temple pour nous prévenir. Encore une amie des Jedi ! Quelqu'un l'avait prévenue de votre arrivée. Elle vous attend au vaisseau. Elle s'est arrangée pour faire partie des '‘fouineurs’'.


Notes:
5 un nautolan ?
6 Il parle bien entendu de la bataille contre Abeloth et ses Siths.
7 Un Garoug, comme Markrr : ils aiment bien les Sith ( crus avec un peu de sauce) :diable:
8 Comme presque tout le monde
9 Elle est consciente, intelligente et fut créée par « ceux qui brillent », mais chut, je n'ai rien dit. :chut:

... ...



L’ inspectrice (10) Sirius ne renonce jamais !
Bérylle se disputait avec le sénateur du secteur Her'an, Belek Lissant-Herrion, un cousin évidemment. Comme Jas, Belek aurait pu s'appeler Herrion, tout court, mais ce petit bonhomme à l'embonpoint prononcé tenait à garder le nom de son père, Il refusait de la laisser approcher, arguant de l'immunité diplomatique du vaisseau. Il avait quelques gardes du sénat avec lui.pour appuyer sa démarche. Bérylle avait amené une douzaine d'agents. Situation bloquée, donc.
Sasha ignora totalement l’inspectrice :
- Bien le bonjour, cousin ! Que veut cette dame ?
- violer l'immunité diplomatique, voilà ce qu'elle veut. Bonjour, Sasha ! Alors de retour à la capitale ?
Bérylle s'interposa :
- immunité diplomatique ou pas, aucun vaisseau n’échappe à l'inspection de sécurité : vous pourriez transporter, volontairement ou non, des substances toxiques ou des germes pathogènes et…
Sasha fit la sourde oreille :
- Je ne suis que de passage, cousin ! Un vieil ami m'a demandé comme un service de lui ramener ce garçon (il montra du pouce le jeune apprenti). Comme j'étais dans le coin…
- Je te reconnais bien là ! Toujours prêt à aider ton prochain !
Ils se firent une accolade.
- ''L' Inspection de sécurité d'un vaisseau sous couverture diplomatique doit se faire en présence du propriétaire ou d'un de ses représentants. Elle comprend une analyse chimique et biologique de l'atmosphère du véhicule, une''… Lisait Bérylle, obstiné, très règlement, règlement.

Sasha fit enfin mine de s’intéresser à elle :
- Une inspection de sécurité ? Mais oui, c’est vrai, elle est obligatoire! Qui doit se charger des analyses ?
- Ce droïde, sous ma supervision.
- Ce sera long ? Nous devons partir immédiatement.
Sasha se fit charmant, sans succès :
- cela prendra le temps qu'il faudra. Je suppose qu'une demi-heure… trois quarts d'heure, une heure, peut-être plus…
- Dans ce cas… Par ici, chère mademoiselle…
- Inspectrice !
- Vous attendez ici, les enfants ?
- je les amène manger une glace : il y a un Biscuit Baron juste en dessous. Je te laisse mes gardes, au cas où.

Comme si des flics ou des intrus pouvaient faire le poids face à Sydney et 045 ! Mais il valait mieux éviter un affrontement. L'uniforme de la Garde intimiderait suffisamment de simples flics pour les dissuader de rejoindre leur supérieure. Et avec tous ces uniformes, aucun indésirable n'oserait approcher !
Berylle attendit d'être dans le carré pour envoyer son droïde fureteur inspecter les soutes :
- enfin seuls !
- Alors, mademoiselle, par quoi voulez vous commencer ?
- Par une fouille au corps, je pense.
- à vos ordres, mademoiselle !

Il fallut bien plus d'une heure pour terminer fouille et analyses, notèrent les observateurs : l'inspectrice s'était montré très consciencieuse (11). On aurait pu dire excessivement zélée. D'ailleurs…
- Vous auriez dû déclarer ces produits alimentaires ! Leur importation est soumise à autorisation ! Sans votre immunité diplomatique, elle aurait été salée, l'amende ! D'ailleurs, je vais l'envoyer à votre ambassade avec un mot bien senti ! Non, mais, ou va-t-on !
- À votre service, inspectrice… Sirius. Je serais heureux de vous revoir, inspectrice. Ah, Belek, elle était bonne cette glace ?
- Ces glaces, il a pris le plateau avec les quinze parfums, cafta Jas.
- Lui aussi, riposta joyeusement Belek, grand gourmand. Et il a pris le supplément Gellies !
- ça dévore à cet age, mon budget nourriture fond à une vitesse alarmante. Ah, au fait, j'ai un '‘sac diplomatique’' pour toi !
C'était le sac de denrées qui avait failli lui valoir une amende !
- Ooooohhhh ! Jus de Kilao tout frais… Et du gâteau aux cinq nectars, et…Oooohhh !
Rien de tel qu'un peu de bonne bouffe Herrianne pour faire plaisir à Belek. Et faire rager ''l'inspectrice''.

Équipage et passagers embarqués, le vieux cargo s'éleva lentement sur ses répulseurs. Il y eut un bang retentissant et un objet se détacha. La balise qu'elle avait reçue l'ordre d'installer – elle l'avait (mal) placée avec l'aide de Sasha- vint s'écraser au centre de la plate-forme.
Les témoins notèrent qu'elle ne se laissa pas désarçonner et l'entendirent bougonner :
- et en plus, il perd des morceaux, ce rafiot ! Vais lui coller un rapport, moi !
La politique pouvait être assez nauséabonde sur Coruscant. Heureusement, entre compatriotes, on se serrait les coudes. Enfin, on se serrait d'encore plus près, dans ce cas précis !
Fais attention à toi ! Et reviens-moi vite, mon amour…

Jas s'empressa d'aller montrer à son nouveau copain la mini cabine qu'ils allaient partager et ses petits secrets. Sasha avait d'autres préoccupations : ça donne faim, une… Hmmm, inspection ! Et lui n'avait pas eu de glace. Heureusement, Jas avait fait du rab de Brualki.
- Mais ou est passé ce…
Sasha trouva la boite, totalement vide. Non, il restait d'infimes traces de sauce. Et le dessert ? Pareil ! Il eut comme un soupçon, tout à coup… Il alla inspecter le recoin où X'ree avait tissé son cocon : plus rien !
Pas une trace ! X'ree, à son réveil, le consommait toujours en premier.
- Mais qu'est-ce que j'ai bien pu faire pour… Et j'en ai trois à bord, maintenant !
Un autre soupçon lui vit… Attendez… Si X'ree s’était réveillé, alors il avait vu… Berylle et lui en train de…
- X'reeeeeeeeee !!!!!!! (12)


Notes:
10 C'est un grade très élevé dans la police planétaire ( ne cherchez pas, je l'ai inventé). En principe, elle devrait confier d'aussi basses taches à un subordonné. Ou à un vrai douanier.
11 Désolé, j'ai censuré la scène : cette histoire est tous publics… :oops:
12 … mais vous pouvez toujours demander à X'ree. :siffle:


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 11 Sep 2017 - 20:12   Sujet: Le coeur d'Herrion (HoH). Livre 1, ch.9

Voici un nouveau chapitre des aventures de Sasha. Si vous souhaitez en savoir plus sur Jaden l'apprenti Jedi, sur le monde natal de Sasha, sur les magouilles de Venom, ce chapitre vous comblera!
Ah, et puis aussi, une petite nouveauté:

PUB!

VOUS EN RÊVIEZ, SIENAR L'A FAIT
Vous êtes pilote de chasse, vous avez des enfants en bas age?
Vous vous demandez comment concilier obligations professionnelles et vie familiale?
Ne Cherchez Plus! Découvrez en avant première le nouveau chasseur familial des entreprises Sienar!
Le TIE Ghost, le chasseur dont vous rêviez




Chapitre 9 : Escale (Touristique?) sur Nippa.



Prochaine destination, Nippa : ce n'est plus une quête, c'est une croisière de luxe !

Bien évidemment, le '‘Changeur’' évita prudemment de se montrer. Après leur razzia chez Biscuit Baron (Jas était rentré avec un sac plein de friandises), les garçon n'avaient pas faim, évidemment. Il se bricola un casse-croûte et se réfugia dans le cockpit avec son vieux pote SyDney. Par prudence, avec toutes ces oreilles indiscrètes, ils utilisèrent leur bonne vieille liaison privée pour se mettre au courant. SyDney voulait tout savoir du Temple Jedi et de l'Holocron. Sasha s'efforça de le satisfaire avant de demander :
- Au fait, tu sais où on va, on dirait ?
- Pendant votre absence, nous avons reçu une invitation de Tendra Risant-Calrissian : elle organise une réception pour fêter la mise en service de la dernière tranche d'habitats, sur la Tour. Il y avait les bons codes : c'est bien là que nous attend maître Skywalker.
-Nippa, donc… Thalia y est déjà passée plusieurs fois pour visiter le chantier de reconstruction, mais moi…||
Sasha était très jeune quand on l'avait arraché à sa vie insouciante sur sa planète natale. Il craignait que ce retour ne réveille de douloureux souvenirs…

À la fin du quart de repos, tout le monde se retrouva au carré qui était bien encombré, tout à coup. Jas s'était levé en avance, et avait préparé le petit dej' sans rechigner. Il faut dire qu'il s'était trouvé un assistant.
X'ree trouva le moment opportun pour faire sa réapparition : malgré sa faim, il avait attendu que Sasha ait le ventre plein et se soit un peu déridé au contact du joyeux babil des garçons. Il s'arrangea pour que Jas le voie en premier
- Ah tiens X'ree, t'as fini  ta métamorphose? Dis donc, tu as bien grandi. Jaden, je te présente X'ree, dont je t'ai parlé. X'ree, voici Jaden, notre nouveau compagnon de route. Et c'est un Jedi !
- Un Apprenti, corrigea Jaden. Bonjour X'ree !
- Bonjour Ja-Den
Le son était un peu aigu, mais parfaitement audible
- eh, mais tu parles, s'émerveilla Jas !
- autre chose nouvelle… Fit le petit, qui semblait très fier.
Il déploya ses ailes et vola jusqu’à la table. Il les garda bien déployées, pour que tous les admirent.
- Ouahhhh ! Non seulement tu voles, mais en plus, elles sont magnifiques, pas vrai parrain ?
- Très belles, en effet, répondit Sasha qui n'en revenait pas !

Xree faisait des efforts pour tenir la conversation, mais ses antennes dardaient vers le plateau que Jas venait de remplir de nourriture. Jas aussi était un gouffre ! Celui-ci se leva et lui servit un bol plein de Gellies : protéines et glucides rapides, un régal pour un Changeur en pleine croissance. Mais il ne devait pas abuser du sucre, avait expliqué W'arrr. Sasha attendit qu'il ait bien entamé son bol pour attaquer :
- Et le Brualki, hier, tu as aimé ?
- Très bon ! Merci, cuisinier !
- De rien, X'ree, répondit Jas entre deux bouchées.
- Tu sais pourtant que ce genre de plat n'est pas recommandé pour toi !
- X'ree avait faim… (une excuse difficile a admettre, il avait accès au distributeur de protéines) X'ree gourmand… Pardon !
Il ne semblait guère repentant.
[Nous en parlerons plus tard. J'ai encore accès à la Conscience.Tu n'a plus besoin d'accaparer la bande passante ?]
[Si ! Cerveau toujours trop petit ! Mais X'reee montré à X'ree comment faire]
Sasha mit quelques secondes à comprendre qu'il parlait du maître Jedi.
- Jas… S'il te plaît…
Les antennes dardaient vers le bol déjà vide. Cette fois, Jas ne se laissa pas apitoyer et lui servit des billes de protéines.
- Mange, c'est bon pour toi !
- au fait, Capitaine, serait-ce un effet de votre bonté d'indiquer notre destination à notre passager et à l'humble moussaillon que je suis ?

Sasha n'allait pas se priver du plaisir d'annoncer la bonne nouvelle à son filleul :
- mais bien sûr, moussaillon ! Nous sommes invités à la nouvelle Tour des Nuages.
- oh, celle que les Calrissians reconstruisent ? C'est super !
- D'autant plus super… que tes parents sont invités aussi !
Rabattre le caquet d'un moussaillon trop malin… Ç’a n'a pas de prix ! Sasha en profita pour faire connaissance avec son nouveau passager.
- Serais-tu apparenté à Dame Tendra  Risant Calrissian?
- Ma mère est une de ses cousines. Elle vit sur Ossus, au Praexum Jedi. Enfin, plus maintenant, tout le monde a déménagé, on craignait une attaque. On s'y était installés pour mes études. Avant, elle travaillait à la CorSec, ajouta-t-il fièrement.
Il laissa à ses auditeurs un instant pour digérer l'importante information… (La CorSec, le célèbre organisme de police du secteur corellien, tout de même!) Puis reprit :
- On est cousins, mais je l'appelle Tante Tendra parce que mon père était un ami de la famille. Surtout d'oncle Lando : ils étaient très copains, il paraît. Mon père est mort quand j'étais tout petit. Oncle Lando et tante Tendra se sont beaucoup occupés de moi.
- il était à la CorSec, lui aussi ? Demanda Jas qui tentait d'oublier les redoutées retrouvailles familiales.
- Non, pas du tout ! C'était un… euh, entrepreneur indépendant.
Jaden choisissait ses mots : il était avec des nobles, après tout !
Le parrain et son filleul échangèrent un regard ; les yeux de Jas pétillaient de plaisir.
- Oh, tu peux le dire, va ! D'une certaine façon, on peut dire que tous les Herrion sont, comme tu dis, des '‘entrepreneurs indépendants’'
- Je voulais dire contrebandier, je doute que…
Il fut interrompu par un double éclat de rire. Un fou rire, pour être plus précis, que les deux Herrion n'arrivaient pas à calmer. C'est donc SyDney qui vint au secours de l'apprenti :
- C'est exactement ce que Jas voulait dire. Encore que, pour la dernière génération, on puisse même passer au stade supérieur.
Nouvelle crise de fou rire. Sasha arriva à se calmer suffisamment pour préciser :
- Et même celle d'avant ! Maîtresse Mara Jade Skywalker traitait toujours grand-père, le fondateur de l'Amber Star, de vieux pirate. Elle l'aimait beaucoup, mais elle n'était pas dupe !
Il retrouva son sérieux pour dire :
- Une flic et un hors la loi. Cela n'a pas du être facile…
- Bah, c'est typiquement corellien, répondit Jaden d'un air blasé : c'est bien connu, les contrebandiers corelliens deviennent généraux ou épousent des princesses. Ou les deux ! Ou bien ils commandent des destroyers peints en rouge et dans tous les cas sauvent la galaxie tous les mois.
- un mois sur deux seulement : l'autre mois, c'est un agent de la CorSec qui s'en charge..répondit Jas avec un grand sourire. Il connaissait ses classiques.
- Il paraît que les herrians descendent des corelliens ! Ce doit être vrai : la même tendance à exagérer, les mêmes vantardises, fit remarquer SyDney.
- Je vous ferai remarquer que ce coup ci, c'est à notre tour de sauver la galaxie ! Intervint Sasha.
- Ah, bon, toi aussi ? Tu es Nippan, pas corellien, pourtant ?
- Les premiers colons d'Herrion sont venus de Nippa ! Et les Nippans aussi descendent des corelliens !
Pour l'instant, leur quête ressemblait plutôt à une bonne virée entre copains, avec escales dans tous les hauts lieux touristiques…
Cela ne durera pas, songea sombrement le '‘chef de bande’. Je sens venir les ennuis.
[ Ils arrivent… Bientôt].
C'est gentil de me remonter le moral, V'essshhh.



Interlude : Jeu de dupes sur Telos IV
La foule se qui déversait hors de la salle de vente bourdonnait de discussions animées. La dernière vente, très attendue, avait été particulièrement mouvementée, portée par la rivalité entre KMM et Amber Star. Les malchanceux qui n’avaient pu obtenir une place pour ce titanesque duel n’eurent aucun mal à désigner le vainqueur : grands sourires, bourrades amicales et plaisanteries douteuses pour la délégation menée par Ferran Korvus, silence et abattement dans l’équipe de Markus Vega an-Herrion. Comme toujours, celui-ci abordait un masque impassible et marchait avec son habituelle nonchalance de fauve au repos. Nul signe de crispation n’était visible.
- Il sait garder la tête haute dans la défaite, murmura le délégué de la CTC.
- Oui, mais, intérieurement, il doit bouillir de rage, souffla celui de Kuat.
- Je n’aurais jamais cru que les enchères iraient si haut. Trois fois le plafond que je m’étais fixé, continua le Corellien.
Aux côtés du capitaine de l’Amber Star, sa directrice des opérations s’efforçait vainement d’imiter la tranquille assurance de son chef. Pourtant, on la sentait plus perplexe que déçue.
Mira Damas était la seule à savoir que son supérieur savourait sa revanche. Elle aurait donné plusieurs mois de salaire pour être présente au moment où Korvus apprendrait la vraie valeur des concessions qu’il avait payées si cher. Mais elle aurait donné encore plus pour connaître la vraie raison de leur présence ici.

Venant en sens inverse, un banquier Munn richement vêtu et entouré d’une armée de sous-fifres de toutes races, approchait. Elle le reconnut.
- Ah, Markus ! Salutations !
Le munn se fendit d’une amicale courbette.
- Tiens, Bar, vous ici ? Seriez-vous venu assister au duel ? Comme vous l’avez remarqué, Korvus a tiré le premier !
L’humain salua de la même façon. Bar Damask ne semblait pas partager le pessimisme ambiant. Il parut perplexe ;
- qu’il ait tiré le premier, ou utilisé plus de munitions ne change rien : Korvus raterait un bantha à trois mètres, et dans un couloir, en plus !
Les Munn n’étaient pas réputés pour leur sens de l’humour. Mais avec Damask, on pouvait douter : Avait-il pris au premier degré la métaphore ou savait-il qui était le vrai vainqueur ? Il expliqua les raisons de sa présence :
- Les dirigeants de Telos ont sollicité un prêt important auprès de mon établissement. Quand j’ai appris que vous mèneriez les enchères en personne, je n’ai pas pu résister et ai demandé une pause dans les négociations. Beau spectacle ! J’espère qu’il ne regrettera pas ce coûteux achat.
Décidément, le banquier savait tout, admira Mira.
- Si c’est le cas, je saurai m’en consoler rapidement, répondit sèchement son patron.
- Je n’en doute pas. Je me demande plutôt où Korvus a pu trouver ces capitaux.
- Probablement en puisant dans la caisse de la Kotzasch .
- Une bien malheureuse alliance. Pour la Kotzasch, s’entend.
Puis le Munn changea de sujet :
- Puis-je savoir où en est votre projet GIG ?
- Paradoxalement, il a bien progressé ces derniers jours. On ne peut perdre à tous les coups, n’est-ce pas ? Nous sommes en train de finaliser l’accord.
- Il est vrai que vos amis de la KMM ont été trop occupés ailleurs, ces derniers temps.
- Hé, oui ! Occupés à nous subtiliser de juteux contrats !
Cette fois, Markus laissa percer un zeste d’amertume dans ses propos. Devant tant de témoins ? Il n’en fallait pas plus pour que naisse un soupçon dans l’esprit de la directrice.
Markus poursuivit, cette fois avec une pointe de tristesse dans la voix :
- Ouais, dommage qu’une compagnie prospère en paye les conséquences. La Kotzasch va faire faillite, si personne n’intervient.
- Oui, il faudrait faire quelque chose. Irez-vous en personne signer l’accord dans le secteur Gautami?
- Hélas, non ! Je suis invité à la Tour des Nuages, sur Nippa. Une invitation que je ne peux décliner. Fort heureusement, les délégués ont eu l’amabilité d’accepter une rencontre sur Junction. Je serai néanmoins un peu en retard à la réception donnée par Tendra et Lando.
- Ils comprendront : les affaires avant tout ! Nippa ? Korvus y sera aussi, paraît-il.
- j’ai appris ça : Lando pourrait être un peu plus sélectif dans ses invitations. Et vous ?
- J’en ai reçu plusieurs, bien entendu. Je comptais décliner, mais je viendrai peut-être avec quelques amis communs. Le second round promet d’être passionnant !
- Eh bien, à bientôt, alors !
Une rencontre de hasard ? Mira Damas savait que ces deux-là étaient de vieux complices. Elle darda un regard soupçonneux à son patron, qui eut un bref sourire et acquiesça discrètement avant de reprendre son masque marmoréen.




Admirez, messieurs dames, gentils êtres, voici la tour des Nuages !


- Et voilà ! C'est Nippa, annonça Sasha avec une pointe de nostalgie.
Nippa était un monde foisonnant de vie. La planète s'était vite remise, et toute seule, de la tentative de Vong-formation. Pas ses colons humains, par contre : les Nippans avaient encore plus souffert de l'invasion que les Herrians. Un habitat très concentré, une nature hostile avaient facilité la tâche des extra-galactiques.
C'est que Nippa n'était pas un monde de tout repos  pour ses colons: dans ses jungles impénétrables, dans ses profonds océans, vivaient de terribles prédateurs qui se riaient des piètres défenses conçues par la civilisation : boucliers, blasters, canon ioniques ? Cette technologie attirait les monstres au lieu de les repousser. Les premiers colons, obstinés, avaient vite trouvé une solution : ils avaient construit leurs villes et villages fortifiés sur des nids d'aigles haut perchés. En limitant au minimum vital la technologie, ils avaient construit des terrasses sur les pentes abruptes, sur lesquelles ils cultivaient leur subsistance. Descendre plus bas, de jour, c'était risquer sa vie. De nuit, c'était simplement du suicide.
Dans ces conditions difficiles, ils étaient très peu parmi les survivants à avoir relevé le défi de reconstruire une civilisation : deux villes et quelques villages avaient retrouvé des habitants.  Moins de un pour cent de la population initiale était revenue. Mais les choses allaient peut-être changer : un autre symbole de Nippa venait de renaître, quasiment à l'identique.

Jas était déjà venu avec sa mère et il avait d'autres préoccupation : ce furent Jaden et X'ree qui prirent le relais, rouvrant la boutique aux questions : 
- Ooooh ! Qu'est-ce que c'est ? On dirait un fil d'araignée volante ?
- C'est l'ascenseur orbital. Ce fil, comme tu dis, relie la planète à la station que tu vois là-bas. En réalité, il est assez large pour contenir plusieurs très gros élévateurs. Une manière assez surprenante de descendre vers une planète. La Tour est tout en bas
- Fil Brille : pourquoi ?
- Les architectes ont décidé de le reconstruire avec les matériaux d'origine : diverses formes du carbone, principalement : le revêtement que tu vois scintiller, c'est du diamant (1)!
- Contrôle Station Diamant à cargo en approche sur le vecteur C-127, Identifiez-vous et précisez passagers, cargaison et but de votre visite.
- Ici le ''Nuage Doré'', d'Herrion, Capitaine : Sasha Vega an-Herrion, deux passagers, trois droïdes. Pas de cargaison : nous sommes invités, contrôle Diamant ! Voici mes codes…
- Bien reçu ! Euh, Capitaine , nos senseurs indiquent quatre formes de vie, et non trois.
- Vous avez dit : passagers. Je n'ai pas cité le garçon de cabine. Il est sur le rôle d'équipage que je vous ai envoyé.
- Je l'ai… hummm ! Je peux savoir pourquoi un membre de l'illustre famille Herrion sert comme garçon de cabine à bord d'un… rafiot ?
- D'abord, le ''Nuage doré'' n'est pas un rafiot ! Ensuite, mes parents tiennent à ce que j'aie une bonne expérience de la vraie vie, comme ils disent, intervint vertement le « garçon de cabine ». Et sachez que, tout Herrion que je sois, je sais cuisiner, ranger ma chambre, faire le ménage, réparer l'aération, déboucher les conduites…
- Il a compris, je crois…
- J'ai BIEN compris, ''Nuage Doré''. Si seulement mes enfants pouvaient être aussi… Polyvalents. Ah, l'éducation à la herrianne ! Codes authentifiés, Vous êtes autorisé pour une descente directe sur la plate-forme VIP, Tour A. Suivez la balise CC-400 et profitez bien du paysage. Attention à ne pas descendre en dessous de 150 mètres si vous ne voulez pas servir de dessert à un léviathan !
- 150 mètres ? Il n'exagère pas un peu ? Demanda Jaden qui s'était documenté pendant le voyage.
- Il prend une grosse marge de sécurité. Il y a des bestioles de plus de deux kilomètres dans cet océan. Elles sont assez lourdes, mais avec un peu d'élan, l’une d’elle pourrait être chanceuse. C’est arrivé, au début de la colonisation : figure-toi que propulseurs ioniques et répulseurs les attirent comme le kaï rance attire les M’rill ! C'est bien pour cela que la quasi-totalité des visiteurs se posent à la station et prennent l'élévateur. Une expérience fascinante.
- moins fascinante que de servir de déjeuner à un monstre, corrigea le jeune Jedi.
- Juste d'amuse-gueule, vu leur taille, et la nôtre !

Le Nuage survola les flots à l’altitude prescrite, et l'étonnante construction apparut progressivement. Le cône quasi parfait du mont Nippa surgissait des profondeurs de l'océan, 10 000 mètres plus bas, et s'élevait à 3000 mètres au-dessus des eaux tranquilles. La Tour Des Nuages était construite à son sommet. Sur plus de 1000 mètres, elle s'élevait autour du ''fil'' de l'ascenseur et complétait admirablement la silhouette tronquée de l'ancien volcan. En réalité, il y avait trois tours, reliées par d'immenses plateformes.
- Eh ben, ça valait le coup de voir ça, remarqua Jaden
- La neuvième merveille de la galaxie ! C'était dans les dépliants touristiques, fit Sasha avec un gros pincement au cœur.
Il avait vécu dans ces tours… Non, pas dans celles-là : les extra galactiques avaient tout cassé, tout emporté. Mais il était déjà loin, enlevé par les charognards qui les précédaient partout, sous prétexte ''d'évacuer les civils''. (2)
- Sasha, triste !
- Un peu, X'ree. Mais c'est loin, tout ça !
Jaden enchaîna :
- est-ce vous qui avez eu l'idée de tout reconstruire ?
- Non, pas du tout. Pour moi, c'était un passé mort et enterré. Un passé douloureux . Mais quand ton oncle et ta tante sont venus nous présenter le projet, Thalia a sauté sur l'occasion ! Elle avait des économies, acquises avec des… '‘entrepreneurs indépendants’' et rêvait de revenir passer ses vacances ici.
Chacun ses souvenirs ! Elle était plus grande que moi, quand c'est arrivé. Elle vivait dans le Galion stellaire de ses parents, mais ils revenaient régulièrement pour les vacances, les fêtes de famille. Elle n'a pas vu la fin. Elle n'a pas vu… Bah, elle a aussi ses mauvais souvenirs (3).
- Vous n'avez pas de part dans le consortium ? Tante Tendra et oncle Lando ont 22% chacun.
– Si, bien sûr ! J'étais le propriétaire principal du site, après tout ! J'ai 5 % de l'affaire. C'est assez généreux, il ne restait plus rien ! Mon pa' en a 0,5 % C'est un Vega, lui aussi. La mère de Jas en a bien plus, parce qu'elle a investi un gros paquet de crédits.

La procédure d'approche consistait en une lente montée en spirale à distance de sécurité. Les plates-formes d’atterrissage, assez peu employées, étaient situées à la base de la tour : pas question qu'un engin inconnu s'approche du sacro-saint ascenseur !
- Et voila le Lac Saphir !
Le cratère du volcan était rempli d'une eau cristalline, qui prenait toutes les nuances du bleu…
- Super ! On pourra se baigner ? S’excita Jas, oubliant un instant ses soucis.
- c'est possible… Mais pas longtemps : cette eau est très froide, glacée, même ! Et elle gèle en hiver : là, c'est mieux, on peut même se promener dessus. Et faire du patin…
- Du patin ?
- Je t'expliquerai plus tard. Je dois préparer l’atterrissage.

Nombre d'invités étaient déjà arrivés : il y avait plusieurs yachts, tous plus luxueux les uns que les autres, un modèle rare d'aile X, peint en un gris mat très sombre…
- c'est le furtiX de maître Skywalker ! S'exclama Jaden
… Et un appareil dont la filiation avec la longue lignée des chasseurs TIE était évidente.
- Drôle d'engin, on dirait un TIE, mais en beaucoup plus gros (4).
- C'est le '‘chasseur’' de ma mère, fit Jas d'une voix morne. Elle est déjà arrivée !
Il avait dû se confier à son nouveau copain, car celui-ci compatit. Pas longtemps. Il était aussi curieux que Jas !
- C'est vraiment un TIE ? Un Sienar ?
Sasha prit le relais
- Tu contemples le seul '‘intercepteur’' TIE équipé d'origine avec des sièges enfants et une table à langer (5). Mais aussi d'un hyper-drive de classe 0,75 , de boucliers super costauds et il est pressurisé, contrairement aux autres TIE ! Pour le reste, il est presque aussi rapide que les plus récents modèles de la marque quoique moins maniable. Un monoplace avec beaucoup d'espace (6).
- Il est armé ?
- Bien sûr et là aussi, c'est du costaud ! Thalia s'était décidée pour une des nouvelles vedettes Skipray, la série 24 que les Jedi ont utilisé durant la dernière guerre. Tu comprends, elle veut que ses enfants soient bien protégés. Mais Sienar l'a vue venir et lui a proposé un modèle '‘sur mesure’'. Normal, vu la façon dont elle fait la promotion de leurs produits : pas seulement en paroles, mais aussi au combat ! C'est le quatrième « prototype » qu'ils lui confient ! En plus, ils ne peuvent rien refuser à Markus : l'Amber Star leur a passé beaucoup de commandes. Et je crois qu'ils sont associés sur une affaire très, très rentable.
- Ouais, au départ elle voulait une sorte d'aile A agrandie, avec quatre places, mais Incom a refusé. Tant pis pour eux ! Ils ont aussi perdu le marché pour leurs nouveaux R-28 : Sienar a fait une offre imparable , compléta Jas, ranimé par le sujet !
- Tiens, regarde, Masha et Jaïna nous font bonjour de la main !

Jas regarda et retomba aussitôt dans la morosité : sa mère ne faisait pas bonjour, elle ! Elle les attendait de pied ferme. Elle n'était pas la seule : le couple Calrissian et leur vieil ami le grand maître Jedi Luke Skywalker faisaient aussi partie du comité d'accueil.
Les salutations et les embrassades terminées, le petit groupe se dirigea vers une luxueuse navette privée. Comme Jas était accaparé par ses sœurs, le jeune Chance Calrissian et Jaden, Thalia se glissa auprès de son cousin et demanda :
- Alors ?
- R.A .S. Je crois qu'il a senti le vent de la lame quand elle a frôlé son cou. Moi aussi, d'ailleurs.
- J'y suis peut-être allé un peu fort. Reconnais que tu es plus méfiant, d'habitude !
- Oh, on s'est méfiés, SyDney et moi ! Le problème, c'est que Jas connaît mieux que moi les recoins et les petits secrets du '‘Nuage’' ! Il a eu tout son temps pour l'étudier pendant que j'étais accaparé par tous ces rapports et toutes ces réunions de travail ! J'aurais mieux fait de partir tout de suite !
- Bon, c'est pas si grave ! On dirait que tu vas devoir le supporter encore un moment, en plus.

Le supporter ? Sasha adorait son petit frè... euh, filleul ! Même s'il était parfois insupportable (comme tous les petits frères) ;
- Comment tu sais ? Oh, c'est V'essshh qui t'est apparu ?
- Lui et l'Holocron… Je suis connectée à la Conscience, moi aussi ! Mon problème c'est…
- … Comment convaincre Markus ? Pas encore arrivé ?
- Retardé par un contrat à signer… Le convaincre ? Peuh ! Facile ! Tu me connais, non ? Mon problème, disais-je, c'est comment convaincre le directeur Altaïr (7) d'autoriser l'absence et d'organiser un système de cours par correspondance. Tu sais comment ils sont, sur Herrion, dès qu'il s'agit d'éducation !

X'ree voletait comme un fou autour des enfants, heureux de pouvoir voler sans obstacle et très fier de ses magnifiques ailes. Les jumelles essayaient de l'attirer vers elles et c'est Jaïna qui gagna.
- Elle a le truc avec les bestioles, ma fille !
- Peuh ! Elle est surtout très maline ! Avec une poignée de Gellies dans ta main, tu mènerais X'ree dans l'outre d'une Dévorante. Regarde, il est en train de les grignoter !




Notes

1 Un grand merci au passage à M. Arthur C. Clarke pour m’avoir fait découvrir dans un roman ce concept d’ascenseur orbital.
2 Les sauveteurs étaient des esclavagistes qui ont tué son grand frère sous ses yeux
3 Le galion stellaire de ses parents a souvent été attaqué par des pirates ; Mais cette fois, ils gagnèrent et elle fut la seule épargnée, pour être vendue à des esclavagistes.
4 L'engin ressemble assez au TIE Advanced de Dark Vador… Mais en beaucoup plus gros !
5 Il a aussi des tablettes repliables, des lecteurs holo avec manettes de jeu, d'astucieux rangements partout et même un rétroviseur pour garder un œil sur les enfants ! :oui:
6 Venom, qui a le sens de la formule, appelle ça un monospace. Drôle d’idée, vous ne trouvez pas ? :paf:
7 Il était déjà directeur de l'école du temps de Sasha.


Comment trouvez vous le nouveau chasseur de Thalia? :wink:
Quoi, comment? La formule du monospace n'a aucun avenir? :paf:
Serais-je un génie incompris? :(
Pourtant, elle aura bientôt l'occasion de le tester au combat!
Vous verrez bien, alors, que j'avais raison :grrr: :x

En attendant, Bonne Lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 17 Sep 2017 - 21:48   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion (HoH). Livre 1, chap 10

Réception, mondanités, ce n'est pas le genre d'aventures que Sasha envisageait au début de sa quête. Heureusement, il y a un buffet garni de friandises, un trio d'espions et le second round entre Markus jr et Korvus pour passer le temps. Un temps mis à profit par Luke Skywalker et Venom pour organiser la suite de l'excursion. Mais même ces G.O d'exception ne peuvent tout prévoir...




Chapitre 10 : La Tour des Nuages (infernale) !


« J’ai rien à me mettre ! »
Sasha faisait de son mieux pour passer inaperçu. Il aurait bien fait l'impasse sur la réception, mais sa cousine avait lancé un ultimatum saignant :
- Tu viens, c'est tout !
- Mais je n'ai pas prévu de tenue de soirée.
- Tu aurais du ! Même si tu ne trouves qu'une combinaison de vol crasseuse, tu viens, c'est compris ?
- Oui, cousine, bien cousine !
Qu'est-ce qu'elle est devenue autoritaire, en vieillissant ! J'espère que je ne serai pas comme elle quand je serai moi aussi un vieux schnock de 30 ans!
D'ici là, il avait toutes les chances de devenir vice-roi.
Et alors… Ma vengeance sera terrible !
Heureusement, ma' avait veillé à garnir la garde-robe de sa cabine : il avait retrouvé, tout au fond du mini dressing, sa tenue de soirée N°1, celle qu'il avait fait faire sur mesure chez un tailleur chic de Coruscant. Elle l'attendait, impeccable dans sa housse.
Merci, ma' ! Quoique… J'aurais dû enfiler ma combinaison la plus pourrie, pesta le jeune homme.
Évidemment, tous les invités étaient là, mais sa famille se faisait attendre.
En retard, comme toujours ! Sûr qu'ils vont soigner leur entrée !

Il trouva enfin un groupe d'invités à sa convenance : un trio disparate qui écoutait patiemment un jeune paltoquet vêtu d'un de ces ridicules mais luxueux pourpoints à la dernière mode. Le couvre chef valait le détour : un immense béret de velours noir dont un bord retombait jusque sur l'épaule gauche. Pour ajouter au délire, il était rehaussé de dizaines de rubans multicolores du plus bel effet, si tant est que le but soit bien de se ridiculiser.
- Imaginez : mon Baudo 205 honteusement parqué à côté de ce tas de… De… Morve jaunâtre et gluante… J'ai refusé tout net ! Et je l'ai dit haut et fort au responsable de l'astroport : c'est un scandale de laisser de vulgaires transports côtoyer l'élite et…
Il s'interrompit en voyant les autres saluer un invité d'une courbette respectueuse
- Prince ! Quel plaisir de vous revoir, fit un humain trapu aux superbes moustaches tombantes.
Le paltoquet n'avait pas l'honneur de connaître le nouveau venu. Le Bothan du trio se chargea des présentations :
- Baron, voici Sasha, prince d'Herrion. Prince, j'ai l'immmeeeense honneur de vous présenter le tout nouveau baron Klooo !
Évidemment, le baron ne perçut pas l'ironie dans la déclaration du Bothan et salua aimablement son « égal » qui lui rendit la pareille :
- Baron, toutes mes condoléances. Quelle perte immense que celle de votre illustre père. Nous nous étions rencontrés il y a treize ans sur Herrion (1) et bien que je n'aie été à l'époque qu'un garçonnet, il s'était montré fort aimable.
- Certes, certes… Mon père vous tenait en haute estime : il m'a raconté à de nombreuses reprises comment votre énergique intervention était venue à bout de l'incompétence de ces… Ces…
- … Bouseux ?
- … Bouseux d'Herrians.
Le baron Kloo était pressé d'en revenir à son sujet de prédilection.
- … Alors je l'ai dit tout net : Je préfère que mon '‘Palais des rêves’' couche dehors plutôt qu'à proximité d'un rafiot de roturier, et...
Ses auditeurs, qui savaient à qui appartenait le « rafiot », firent de méritoires efforts pour garder leur sérieux. Sasha ne put cependant résister à la tentation d'une mesquine revanche :
- Et je vous approuve totalement, mon cher Kloo ! Cette… Hummm ! Promiscuité est un vrai scandale ! Néanmoins… Peut-être n'êtes vous pas au fait de la violence des tempêtes nocturnes qui, en cette saison, balaient la Tour ? L’une d’elles s’annonce justement : c’est pour cette raison que tous les vaisseaux ont été parqués dans les hangars. J’ose espérer que vous avez personnellement veillé à l'arrimage de votre splendide coursier.
- Une tempête, dites-vous ?

La sombre et extravagante coiffe du paltoquet mit en valeur la pâleur soudaine de son visage. Sasha enfonça le clou :
- Très violente, à cette altitude : peut-être avez vous remarqué que les boucliers avaient été levés ? Ils ne protègent que les parties habitées, cependant !
- Veillez m'excuser, Prince, gentils-êtres, Je vais… Je viens de me souvenir d'un… Bafouilla le nobliau. Une course urgente à faire… Toutes mes salutations.

Le Bothan, Horsk Krey'la, n'attendit pas que le jeune noble soit hors de portée d'oreille :
- Encore une grande famille frappée par la dégénérescence (2)… Sans vouloir vous offenser, Prince : la vôtre a toujours su éviter cet écueil.
- Mais elle semble manquer de discernement quant au choix de ses moyens de transport, à en croire le jeune Kloo, intervint enfin le Munn.
Quand un Munn faisait de l'humour, c'était très subtil. D'ailleurs, était ce de l'humour ?
Bar Damask, se souvint Sasha : un grand nom de la finance galactique du temps de la vieille république. Mais lui était d'une branche mineure sans le sou ! Jusqu’au jour où…

Le jeune homme savait qui l’avait aidé à se lancer dans les affaires. Il était présent ce jour là.
- Que voulez vous, soupira Sasha, nous autres bouseux herrians sommes déjà bien contents de pouvoir extraire nos pieds crottés de la glaise…
L’ humain commenta :
- Les herrians ne s'attachent guère à l'apparence, mais bien plus à… Comment dit-on, déjà ? La beauté intérieure, et votre… Tas de morve est justement paré de ces qualités. Une vrai merveille ! J'ai déjà eu recours aux services du capitaine Rollon et de son ''Rollon's express''. Quand il a décidé de prendre sa retraite, j'ai fait une offre pour son cargo, mais ce cher Alcor a surenchéri à chaque fois. Si j'avais su que c'était pour vous…
- … Vous auriez tout de même essayé, Lekker, par amour du sport.
Lekker Lekkan était un vieux pote à grand-père, chef des chefs de clan de la confédération Lekka, dans le secteur Lek ; Quand le nom de quelqu'un ressemble autant à celui de planètes, de secteurs, ou d'espèces, on peut supposer être en présence d'une Importante Personne. Pour Lekker, c'était bien le cas !
- Enfin, le fils n'est guère différent du père : aussi… Hummmm superficiel, dirais-je, constata le Prince bouseux.
- Débile, n'ayons pas peur des mots ! Vous savez comment son père est mort ?
- Oui, j'ai appris la triste vérité, fit Sasha d'un ton funèbre.

Sous des mines de circonstance, le quatuor cachait difficilement son hilarité (hilarité était peut-être un mot trop fort pour le Munn, qui esquissait tout juste l'ombre d'une ébauche de sourire). L'illustre baron était mort étouffé après avoir avalé de travers l'une de ses friandises préférées, qu'il mangeait en cachette : il avait donné l'ordre de ne le déranger…
- … Sous aucun prétexte ! Belle épitaphe !
Le Munn changea de sujet ; il avait assez ri pour dix ans, continuer risquait probablement de nuire à sa santé.
- Dites-moi, Sasha, votre frère Markus nous fera-t-il l'honneur d’apparaître à la réception ?
- Vous pouvez compter sur lui ! Il est arrivé il y a deux heures seulement, d'où leur retard.
Qu'est-ce qu'ils lui veulent ?
Le Munn avait commencé sa carrière comme courtier en informations, sur Amber 17. Il ne s'était lancé dans la finance qu'il y a quinze ans, peu de temps après avoir rencontré secrètement (pure coïncidence, n’est-ce pas ?) un certain Venom.
J'étais là, je montais la garde. En réalité, je t'observais, Bar !
Venom amenait toujours Sasha avec lui quand il rencontrait un inconnu : le gamin était déjà doué pour jauger les êtres. Il avait vite confirmé que le Munn était fiable. Celui-ci était maintenant un banquier catégorie poids lourd, mais avait maintenu et développé son réseau d'informateurs.
Lekker et sa famille possédaient la moitié de leur secteur et quelques bouts des secteurs contigus, quant à Krey'la, c'était un riche homme, pardon, Bothan, d'affaires qui se mêlait parfois d'espionnage et de coups tordus – un Bothan, quoi ! Mais on pouvait en dire autant des deux autres, qui ne l'étaient pas !

Pendant un de ses stages, Sasha avait eu l’occasion de travailler avec le trio sur un gros projet industriel. Ils avaient rapidement sympathisé, malgré leurs différences : ils s’étaient découvert des affinités communes.
- Ah, les voilà !



Entrée solennelle.

Tendra et Lando, en hôtes attentionnés, se portèrent au-devant du '“couple princier”'. Thalia, resplendissante dans une splendide robe de soirée en soie marine pourpre et portant un collier de Larmes d'Aphrodite (3), faisait honneur à sa planète natale. Elle offrit son bras à un Lando toujours galant, tandis que Tendra faisait de même pour son fringuant chevalier servant. Celui-ci portait élégamment l'uniforme quasi militaire mais aux couleurs des Herrion, qui était devenu depuis que grand-père l'avait popularisée, la tenue officielle des Capitaines de l'Amber Star. Sur sa poitrine, un seul insigne : l'Étoile Ambre.
Derrière, les jumelles Masha et Jaïna, dans des robes rappelant celle de leur mère, se donnaient sagement la main : on aurait pu les prendre pour des petits anges.
Grave erreur, se souvint Sasha : elles étaient pires que leur frère.
Jas H, pour une fois bien coiffé, arborait une réplique exacte de l'uniforme paternel, mais sans aucun insigne. C'était amusant de voir comment il mimait la démarche assurée et les sourires de son père, qui était aussi son héros.
Quant à Jaden, réplique miniature du baron Kloo, il faisait preuve, pour ne pas froisser sa tante Tendra qui lui avait offert (imposé serait plus exact) son ridicule costume dernier cri, de toutes les qualités d'un Jedi : patience, détachement, sérénité, abnégation… Quel courage, ce Jaden !
- C'est au capitaine de l'Amber Star que vous souhaitiez parler ? Vous avez de la chance, c'est bien lui !

En général, Markus privilégiait une tenue plus '‘civile’'. Quand il acceptait d'être sérieux ! Une fois, il s'était présenté à une réception (un bal masqué) d'un '‘duc machin-chose’'en '‘tenue traditionnelle Herrianne’' : bottes boueuses, chapeau cabossé et taché, serpe à la ceinture et –délicate attention- parfumé au Kaï rance (4). La salle s'était vidée en quelques minutes ! Le duc avait eu l'outrecuidance de dénigrer sa bien aimée planète adoptive.
Une autre fois, il s'était '‘déguisé’' en pirate pour un très sérieux meeting organisée par l'amiral Darpa (5). Venom, son impitoyable alter ego, était toujours aussi doué pour le sabotage !
Aujourd’hui, l'uniforme indiquait clairement qu'il était prêt à parler '‘affaires’' avec ceux qui le souhaitaient. Pour l'instant Thalia et lui saluaient des connaissances. Les commentaires, autour de Sasha et de ses amis allaient bon train :
- Beauté, intelligence, richesse, titres, ces deux-là ont tout eu, dit un humain avec une pointe d’envie.
- Quel couple magnifique !
- Et de si beaux enfants, ajouta une dame, attendrie.
- Tout de même, il paraît que Markus est assez instable, psychologiquement parlant, susurra un jaloux.
- Pensez-vous ! Il en a usé et abusé, mais son petit numéro de clone ne trompe plus personne !
- Les Herrions ont toujours su cultiver cette réputation d'excentricité qui fait tout leur charme.
Bar Damask n'était pas un boute-en-train, mais il était un fin analyste du comportement :
- Nous avons ici la preuve que le succès aidant, tous les petits travers sont pardonnés.
- Mais il éveille des jalousies, rappela sombrement Sasha.
- ah, notre couple royal se sépare enfin: place aux affaires, on dirait.

Thalia parlait avec un général impérial, Markus avec un groupe d'investisseurs.
Les jumelles et le petit Chance, après une courte apparition, regagnèrent leur suite avec leurs nounous respectives. Jas H, un peu oublié, en profita pour rejoindre Jaden. Il sortit un objet de sa poche qu'il épingla sur sa poitrine. Et un autre qu'il accrocha à son oreille : la jumelle de la boucle qu'arborait son père. Puis le duo rejoignit Sasha.
- Ah, mais c'est notre jeune Jedi ! J'ai cru un instant que le Baron Kloo avait un peu… rétréci,
s'amusa Lekker.
- C'est pas gentil de se moquer ! Jaden n'a pas choisi, lui, s'indigna Jas !
- Laisse, Jas ! Tu sais, on nous enseigne à nous détacher des contingences bassement matérielles. Et puis, ça fait plaisir à tante Tendra.

Krey'la qui, en bon espion, était au courant de tout, reporta l'attention de ses collègues sur l'insigne que Jas H s'était épinglé
- C'est bien, moussaillon, j'observe que tu t'es décidé à arborer les insignes de ton rang !
Jas arborait les deux carrés blancs des recrues de fraîche date, celles qui se tapent toutes les corvées à bord des vaisseaux de l'empire ou d'ailleurs.
- Ah, zut, vous savez ! J'avais l'intention de suivre pa' comme son ombre en attendant que quelqu'un pose la question.
- Nous saurons garder ton petit secret, n'est-ce pas, mes amis ?
- Bien sur… À une condition, cependant…
- ah, je m'en doutais : du chantage !
- Juste un petit service entre amis : pourrais-tu nous faire un signe quand ton père entamera une conversation avec cet humain, là-bas ?
- Tiens donc, l'administrateur Korvus ! Monsieur Krey'la, vous jouez encore les espions !

Jas jeta un regard soupçonneux à son parrain, puis aux deux autres larrons – pardon, espions.
- Qui se ressemble s'assemble… Bon d'accord, je vous préviens : rien que pour voir comment tout cela va tourner. Eh, Jaden, regarde, le buffet se libère !
- On y va ! Opération commando !
Les garçons se faufilèrent vers leurs cibles : des plateaux bien garnis de victuailles momentanément délaissées.
- Encore un qui nous a percés à jour, soupira le Munn.
- il sait qui nous sommes…
- Et connaît notre… Hobby !
- Il est aussi redoutable que son père, acquiesça Sasha. Mais je me demande bien où il vous a … ah non, c'est vrai ! Vous êtes déjà venu voir grand-père…Il n'oublie jamais un nom ou un visage.
Redoutable… Et encore plus que vous ne le pensez, Bar, je suis convaincu qu'il parle le Munn.
C'était un langage composé de deux sons seulement, un complexe langage binaire, extrêmement difficile à comprendre pour les étrangers. Mais pas pour Jas ou son père, qui avait une fois dévoré un énorme ouvrage d'économie rédigé par des Munns comme d'autres lisent un roman d'aventures (6) …
- Au fait, comment s'est terminée cette affaire sur Terrinal, demanda Sasha au Bothan.
Le temps passait plus vite quand on pouvait parler boutique.



Notes:
1 Le baron Kloo, membre (honoraire) du directoire de Rehab, était venu transmettre une offre alléchante aux herrians…
2 Débile, Kloo ? Il touchait une fortune rien qu'en prêtant son illustre patronyme à pas moins de 8 MegaCorpos !
3 Des produits issus des célèbres fermes marines Nippannes .
4 Il n'y a pas de mot pour décrire le kaî rance, sauf peut-être : pestilence !
5 Certains « responsables planétaires » participant à ce meeting appartenaient à un cartel criminel. Ils espéraient probablement éliminer de sérieux concurrents qui, coïncidence fâcheuse, étaient d'anciens camarades de Venom 
6 Voir Venom et le Seigneur de la Guerre.


…..


Heureusement que le Munn veillait et aperçut Jas, qui faisait de si grands gestes qu'il donnait l'impression d'avoir entamé un exercice d'échauffement. Des éclats de voix suivirent de peu, confirmant le début de l'affrontement attendu. Le premier réflexe des gens autour fut de s'écarter, le second … de se rapprocher pour mieux entendre. Profitant de ce court instant de flottement, le quatuor se faufila au premier rang.
- Merci beaucoup, Jas  lui dit Lekken
- vous n'étiez pas très vigilant : J'allais finir par envoyer des signaux de fumée, leur reprocha le garçon, ce qui eut pour effet de rabattre le caquet de tous ces super-espions !
Il repéra quelque chose dans la foule et s'éclipsa.
L'administrateur Korvus était de tempérament coléreux . Ce grand gaillard aux épaules larges toisait Markus qu’il dépassait d'une bonne tête :
- Vous saviez que ces gisements ne valaient rien, n'est-ce pas ? C'est pour cela que vous avez renoncé si facilement quand nous avons surenchéri !
- En fait , je n'ai moi même enchéri que pour avoir le plaisir de vous voir payer un max pour un tas de boue sans valeur : une petite revanche mesquine, je le reconnais. Je vous en voulais un peu après votre action de force sur le secteur Daramis : vous n'y aviez aucun intérêt sinon faire des misères, comme d'habitude, à l'Amber Star.
- vous n'avez pas à vous plaindre, votre plan B a fonctionné : Vous et votre minuscule compagnie pouvez faire joujou tant que vous voulez dans ces misérables secteurs de la bordure médiane, mais l’Est de la voie Hydienne et le bras de Tingel, c'est « pas touche , petit ! », fit l'administrateur d'un ton méprisant !

Sasha se demanda si Venom n'allait pas faire une courte apparition, histoire de régler son compte à ce détestable personnage. Mais non : Markus resta d'un calme olympien.
En fait, il semblait très content de lui. Il profita du passage d’un droïde serveur pour récupérer un verre de cocktail, s’octroya une gorgée avant d’afficher une feinte surprise :
- Quel plan B ? Le plan A, vous voulez dire ?
- Inutile de fanfaronner, tout le monde…
-… a compris que vous vous étiez fait rouler dans la farine, comme diraient mes voisins. Voyez-vous, j'ai commencé à travailler sur le projet GIG il y a cinq ans, avec l'accord du capitaine Procyon an-Herrion. Tout ça semblait prendre bonne tournure jusqu’à ce que vous vous en mêliez ! Par simple malveillance, je suppose, car vous n'aviez aucun intérêt non plus dans cette région. Alors, je me suis efforcé de vous donner un autre os à ronger : le secteur Daramis. J'ai dit que la KMM n'y avait aucun intérêt, mais ce n'est pas le cas de son vrai maître : alors quand il a sifflé ses chiens de garde, vous êtes accourus la queue frétillante et les babines retroussées en oubliant tout le reste.
Nouvelle gorgée de cocktail...
- Et les gentils toutous m'ont enfin laissé le champ libre dans ces ''misérables '' secteurs et leurs '“minables”' gisements de Tibanna, agrocite, cristaux Kell, Hyperbarides, et j'en passe. En plus, vous avez eu l'obligeance d’entraîner dans votre aventure cette pauvre Kotzasch (7) notre seul concurrent sérieux, que vous avez quasiment ruinée ! Alors, mon ami, je voulais profiter de notre rencontre pour vous dire simplement : Merci !

Si Korvus avait persisté dans son attitude méprisante, ou avait simplement ri, il s'en serait tiré avec le bénéfice du doute. Tout le monde savait que sa compagnie avait dépensé beaucoup pour une médiocre victoire lors des enchères sur Telos IV, mais la nouvelle du contrat signé sue Junction le prit au dépourvu. Il perdit son sang froid et changea de ton , suffisamment pour que les témoins désignent le vainqueur du second round.
- Petite vermine sans racine ni noblesse! Ce n'est pas parce qu'un vieux gâteux sénile a cru bon de te donner son illustre nom que vous devez vous croire à l'abri, toi, ta traînée et tes infâmes rejetons d'une…

D'une quoi ? Difficile à dire car Korvus se tut brutalement. En même temps, il sembla grandir d'une dizaine de centimètres. Pure illusion, car ses pieds ne touchaient plus le sol : Venom le tenait par le col et l'avait soulevé à bout de bras.
Du bras gauche, car le droit tenait toujours son verre. Le jeune homme prit d'ailleurs le temps de s’offrir une gorgée avant de répondre :
- Mon cher Korvus, que vous soyez mauvais perdant et que la défaite vous semble amère excuse votre colère, mais ne vous autorise aucunement à menacer ma famille comme vous venez de le faire. Sachez, une bonne fois pour toutes que c'est la première et dernière fois que je tolérerai de tels propos dans votre bouche !

Il y eut du mouvement dans la foule : Korvus, à défaut d'amis, avait une escorte ; Sasha et Lekken saisirent chacun un bras d'un inconnu qui tentait de réagir :
- Mon cher ami, je vous serais reconnaissant de ne pas intervenir, susurra Lekken à son oreille gauche.
- Nous sommes entre gens civilisés, n'est-ce pas ? Laissons notre hôte régler ce différent, lui chuchota Sasha à sa droite, en indiquant du menton Lando qui approchait à grands pas.
Thalia et le général impérial semblaient eux aussi faire des confidences à un grand Marennien baraqué.
Un inconnu en tenue de soirée effraya tout le monde en sortant un mini-blaster, mais il ne s'attira finalement que moqueries et plaisanteries douteuses : son arme était un jouet pour enfant, avec bruitages et étincelles du plus bel effet. Tout près, Jaden en compagnie d'un Jas à l'air trop innocent pour être honnête, confia un objet à Lando Calrissian accouru avec des renforts.
Celui-ci, stupéfait, fixa un court instant l'arme avant de l'escamoter, puis intervint dans la discussion.

- Messieurs… Je vous prierai d'éviter un esclandre.
- Juste une discussion un peu trop animée, administrateur Calrissian, et je m'en excuse. D'ailleurs, nous avions fini. Monsieur était sur le point de partir, fit Venom (ce ne pouvait être que Venom, avec ces petites bébêtes meurtrières dansant dans ses yeux) avant de reposer Korvus.
Il se permit d'épousseter le col de l'humain tout en lui murmurant quelques mots à l'oreille.
Korvus, blême de rage ou de peur, ne se fit pas prier pour quitter les lieux en vitesse.
- Vraiment désolé, Lando. Mais ce grossier personnage…
Lando se contenta d'un geste de la main : pas d'offense. Jas et Jaden l'avaient suivi. Markus (c'était bien lui à nouveau) leur fit un clin d’œil. Krey'la fut plus explicite :
- alors, moussaillon, on fait les poches des invités ? Tu as des doigts très agiles ; comme pickpocket, tu as de l'avenir !

Le garçon de cabine du « tas de morve jaunâtre » rangea le jouet de Jaïna qu'il n'avait pas oublié de récupérer.
- Jaden m'a bien aidé et je m'étais un peu entraîné : un spectacle de prestidigitation pour l'anniversaire d'un copain. Que j'ai raté d'ailleurs : c'était hier, fit Jas avec du regret dans la voix.
- J'ignore ce que ton père a dit à Korvus, mais j'ai le sentiment qu'il n'a pas aimé.
- Oh, pa' l'a juste renvoyé à la niche, avec un message pour son maître…
- hummm… Il n'y a pas que tes doigts qui sont exercés: tes oreilles aussi : tu étais plus loin que moi !
- Ah bon ? Je croyais que les Bothans avaient l'ouïe fine. Si vous voulez parler à pa' de la Kotzasch, c'est le moment !
Jas s'éclipsa, suivant Jaden qui avait noté que les tables du buffet et leurs merveilles avaient été désertées par la foule de curieux.
- Comment sait-il que… Non, je renonce ! Capitula Lekker.
Markus sourit :
- Vous faites bien ! Alors, messieurs, vous souhaitez mettre en œuvre un plan de sauvetage de la Kotzasch ?
- Ne le prenez pas mal, Markus, mais ni ma famille ni mon peuple n'apprécieraient un monopole de l'Amber Star sur nos routes commerciales, rappela l’humain.
- Vous apprécieriez encore moins un monopole de la KMM, fit remarquer le Capitaine de l'Amber Star.
- C'est bien vrai : mes entreprises en souffriraient également, intervint le Bothan, mais vous n'avez pas les moyens de vous payer la Kotzasch. Nous, si !
- ça reste à voir… Hummm ! Je comprends mieux la présence de ce cher Bar : votre montage financier est prêt !

Le Munn répondit quelque chose dans son langage binaire. Markus ne fit pas semblant de ne pas comprendre et répondit du tac au tac , puis traduisit pour les autres:
- Tout à fait, Bar : nous voilà condamnés à trouver un accord !
Damask revint au basic :
- Votre fils et vous êtes de très brillants humains, mais nous avons fini par vous percer à jour : Nous nous demandions depuis longtemps pourquoi votre épouse traînait votre fils à toutes les réunions où vous n'assistiez pas. L'un de mes collègues a fini par comprendre le stratagème ! Nous serons plus prudents à l'avenir. Pour en revenir à cet accord, nous pourrions vous offrir…

Sasha suivit la négociation d'une oreille distraire, sidéré par la perspicacité des Munn. Apparemment, les Vega-Herrion père et fils avaient gagné l'estime de ce peuple de mathématiciens : contrairement à ses habitudes, Damask déballa ses formules mathématiques complexes pour démontrer l’intérêt de sa proposition et Markus sortit d'autres formules pour contre -attaquer. À la fin, tout le monde était largué sauf Jas, de retour avec un plateau de victuailles qu'il partagea généreusement en approuvant de la tête les arguments de l'un ou de l'autre.
Le Munn finit par se tourner vers ses collègues et avertit :
- Mes chers amis, je crois que nous allons devoir faire quelques petites concessions.
- Je vous l'avais bien dit, grommela Lekker.
- Comme vous l'a dit pa', si vous abandonnez les filiales de la Kotzasch dans les secteurs Gicha, Iskoola et Gautami, la compagnie redeviendra rentable beaucoup plus tôt ! Huit ans, c'est pas rien !
- Les deux tiers de ton age, fit remarquer le bothan qui n'avait rien compris (pas plus que les autres) à l'échange. Merci de traduire en langage profane, Jas ! Mmmmmhhh… c'est assez vrai, qu'en pensez vous ?
- Les mathématiques ont parlé ! Néanmoins, cela signifie qu'une future expansion de la compagnie ne pourra se faire que vers le Sud et l'Ouest, ce qui vous privera d'une connexion vers la branche nord de la voie Hydienne, prévint le Munn.
- Il y a bien assez à faire dans ces directions, fit remarquer Lekker.
- Cela reste très profitable à mes affaires , conclut le Bothan.
- Alors, messieurs ? Que pensez vous de ma proposition ? Fit un Markus souriant.
- Que l'Amber Star a les mains libres sur au moins cinq secteurs, bougonna Lekker. Bah, ce sont leurs affaires ! Pour moi, c'est d'accord.
- Pour moi aussi ! Dommage que Korvus ne soit pas resté : j'aurais aimé le voir changer de couleur comme seul les humains peuvent le faire, conclut le Bothan
Mouais… Tu fais une bonne affaire, mais tu t'es fait manipuler, à mon avis : je soupçonne une collusion entre Bar et Markus. Finalement, elle est passionnante, cette soirée : J'ai bien fait de venir, pensa Sasha (8).



Conférence au sommet... De la Tour
Réceptions, cocktails, mondanités, ce n'est pas comme ça que Sasha avait imaginé sa quête ! La soirée avait été épuisante et il s'était couché tard. Il profitait enfin d'un peu de tranquillité, enfin seul -X'ree s'était incrusté dans la suite voisine avec les enfants- dans la luxueuse suite qui lui avait été attribuée. Une '‘suite Princière’', logique, non ? La tour possédait deux Palaces de niveau galactique, cinq hôtels très haut standing, et des dizaines d'autres, depuis la suite standard pour familles au budget modeste jusqu’aux '‘chambres cercueils’' des bas niveaux, réservées aux navigants en transit qui n'avaient ni l’envie ni les moyens de prendre une vraie chambre.
Au moins, ses affaires avaient un peu avancé. D'abord, Venom était arrivé avec des nouvelles fraîches : la capsule, à court de carburant avait été récupérée aux portes du secteur corpo par un vaisseau '‘très bizarre et très rapide’'. Bonnes nouvelles, le vaisseau avait ensuite pris le chemin d'une région nouvellement annexée par les corpos ; ensuite, certains détails de ce vaisseau avaient mis Venom sur la piste du chantier qui l'avait construit.
- Il n'y a pas trente-six systèmes où il a pu aller, et j'ai alerté mes '‘honorables correspondants’' sur place. Quant au chantier, je pense que Jegor et moi allons lui rendre une petite visite amicale.
Amicale, mais avec l'appui de la  « force d'intervention » du commodore Jegor au complet? Tout en finesse, ce Markus.

Pour le reste, on en était aux négociations :
Dans la suite voisine, Jas était en train de prendre la remontée de bretelles tant redoutée. Il en profiterait certainement pour obtenir l'accord de son père, puisqu'il avait l'appui de sa mère. Comment le pauvre Venom pourrait-il résister à ces deux terribles manipulateurs ? Sasha aurait préféré, à choisir, qu'il soit ramené pieds et poings liés sur Herrion : la suite de la mission promettait d'être dangereuse, très dangereuse. Même chose pour Jaden : Un Jedi, certes, mais encore très jeune et inexpérimenté. Celui-ci s'entretenait avec son maître ; pour être plus précis, ils '‘méditaient’' ensemble. Avec un peu de chance, Skywalker choisirait de le ramener avec lui et désignerait un Jedi plus expérimenté pour la mission.
Sasha se décida enfin à sortir. SyDney n'était toujours pas rentré et le jeune homme n'allait pas l'attendre toute la journée  : le Droïde profitait des installations de Tendrando arms sur la plate-forme 2 pour faire un petit check-up.
Sasha avait promis à pa' et ma' de passer voir la gérante de la boutique-restaurant spécialisée dans les produits herrians qu’ils possédaient dans ''l'allée des gourmets''. Une des innombrables zones commerciales de la Tour, qui en avait pour tous les goûts et toutes les bourses. Grâce à l'habileté de Tendra Risant, les produits herrians avaient la cote dans la haute société. Pa' et Ma' s'étaient associés avec madame Mimba pour exploiter le grand local bien placé qui constituait leur part dans le consortium. La gérante était l'une des nièces de la reine du kilao.
Après son entretien, Sasha alla déjeuner avec son cousin Firmus (9) qui avait, grâce à grand-père, réalisé un de ses rêves : ouvrir son propre atelier/boutique de parfumerie. Sasha apprit que cette fois, Firmus ne risquait plus de tout perdre au sabbac : une bonne fée avait réalisé un autre de ses vœux en le nommant arbitre observateur pour les cinq Grands tournois, ce qui lui interdisait de jouer, bien sur ! La bonne fée s'appelait Calrissian , Lando Calrissian !
Après avoir salué son cousin (qui ne l'avait pas encore totalement remboursé, treize ans après (10) ) Sasha choisit de monter jusqu’à la dernière plate-forme, tout en haut. Un endroit tranquille : une partie était encore en chantier, ce qui décourageait les rares touristes. Le premier passage d'un vaisseau de croisière ne se ferait que dans neuf jours. Il fallait encore un peu de temps pour que la nouvelle Tour soit intégrée aux circuits touristiques. Ceci dit, les réservations affluaient déjà.
Il ne resta pas seul bien longtemps. Venom fut le premier.
- Alors ?
- Il t'accompagne, bien sur !
- Cela pourrait être dangereux. Très dangereux.
- Je sais, mais je ne peux le garder éternellement dans mon nid douillet. Et puis, tu seras là !
- Je te remercie de ta confiance, mais… Attends : Tu as cédé bien trop facilement, accusa Sasha, soupçonneux !
- Une fois, j'ai essayé d'empêcher Thalia de partir pour une mission dangereuse . Ça s'est terminé en dispute, une grosse, pas une de ces prises de bec qu'on a parfois. Je me suis rendu compte que je pouvais tout aussi bien la perdre en la protégeant trop. Alors, j'ai cédé…
- Te connaissant, je dirais que tu as trouvé un autre moyen de résoudre ton problème.
- Tu me connais trop bien ! Je ne pouvais la conserver dans un cocon, alors…
- Alors tu t'es arrangé pour en construire un autre, mais si grand qu'elle ne pouvait pas le voir...
- Tout de même pas ! Mais j'ai fait en sorte de limiter les risques, pour les ramener à un niveau plus… acceptable. Pour moi, s'entend… J'ai bien compris qu'on ne pouvait tout prévoir, tu sais ! Le risque fait partie de la vie. Et nous avions, nous avons toujours, des vies dangereuses.
- Revenons à un cas concret : Jas et moi ! Qu’as-tu prévu ?
- Tu sais, tu as toujours été un très bon espion… Seul, tu pourrais probablement t'infiltrer dans l'organisation ennemie et agir de l'intérieur. Mais quand tu vas débarquer avec ta colo, deux gamins, une bestiole, deux droïdes trop connus… Jas est tout sauf discret, X'ree peut certes se cacher, mais c'est un bébé : il n'y a qu’à voir comme il montre fièrement ses ailes à tout un chacun. Le jeune Jaden… C'est peut-être un Jedi, mais…
- En résumé, j'attire l'attention pendant que tes agents travaillent dans l'ombre !
- Et les miens aussi : J'ai mis un maître et deux chevaliers sur l'affaire, intervint un nouveau venu . D'autres sont déjà dans le secteur Corpo à cause de ces révoltes d'esclaves. S'il le faut, ils viendront en renfort : cet artefact est bien trop dangereux pour le laisser dans des mains… Maladroites. Je parle de Verryn, bien sûr.

Sasha n'avait pas entendu venir le Jedi, mais Venom, si. Le jeune homme avait remarqué la subtile réaction de son grand frère.
- D'accord… quand est-ce que vous vous êtes mis d'accord pour me nommer directeur de la colonie de vacances?
- Nous avons eu un court entretien, hier soir…
- … Et ce matin, tu as laissé croire à ta chère et tendre qu'elle avait encore réussi à t'embobiner, accusa-t-il !
Venom se contenta d'un sourire pour toute réponse. Sasha reprit :
- Vous savez, il y a peu de chances que tout se passe comme vous l'espérez… Je dirais même que les chances sont nulles.
- Dans ce cas, vous aurez des amis pas loin. Et je partage l'opinion de Markus : vous avez les ressources nécessaires pour réussir. Mara … Mara avait foi en vous. V'essshhh a également beaucoup misé sur vous. Je sens qu'il continue à le faire.

Le comlink de Markus bipa. Il répondit :
- Non, il n'est pas avec moi : il a retrouvé Jaden et ils devaient aller visiter la Tour. … Non, avec un guide… Lando leur en a envoyé un. … Comment ça, le guide attend à l'entrée ? … Ne quitte pas, je lui demande !
- C'est Thalia ! Luke, avez-vous vu le guide qui devait amener les garçons visiter la tour ?
- De loin : une jeune femme avec l'uniforme du personnel technique et… Attendez… Jaden n'est plus dans la tour, révéla-t-il !
Venom ne répondit pas, il semblait concentré. Sasha devina qu'il utilisait son comlink intégré.
- Un seul véhicule est parti dans la demi-heure. Ah, c'est une barge à touristes destiné à la visite des villages perchés. Attendez… C'était un vol d'essai, pas un vol touristique !
- Jaden est à bord, confirma le Jedi, concentré sur sa cible.
- Jas aussi, confirma Sasha.
Devant le regard surpris des deux autres, il précisa :
- X'ree a décidé de les suivre. Clandestinement, bien entendu : Jas a une mauvaise influence sur lui ! Il comptait se révéler après le décollage, mais il est toujours camouflé : quelque chose l'effraie.
- J'appelle Lando, décida le Jedi.

Renseignements pris, la barge n'était pas censée avoir des passagers, et la jeune femme était une simple tech de maintenance.
- Très suspect, tout cela. Lando nous attend !
Dans la salle de sécurité que Lando avait transformée en PC de crise, toute la famille s'était rassemblée.
- J'ai envoyé deux airspeeders et j'ai prévenu les villages, disait celui-ci. Et le superviseur de la technicienne arrive . Nous les retrouverons !

.
.
.


Notes
7 Compagnie basée à l'origine sur Dar Sai, dans le système Cora qui abrite aussi Methel, secteur Vance. :wink:
8 Bel exemple de mauvaise foi !
9 il y a treize ans , Sasha a empêché son cousin manipulé par ReHab de prendre la présidence du comité exécutif qui devait servir de relais entre la Corpo et l'assemblée planétaire herrianne. Un gouvernement fantoche. Malgré le tour pendable qu'il a joué à Firmus, ils sont restés bons amis…
10 … peut-être parce que Sasha a prêté à la pauvre victime de sa farce une grosse somme (empruntée au trésor du palais) pour qu'il paie ses dettes de jeu (à un hutt) ! (voir: Sasha et l'escadron rouge)



Mais où sont donc passés Jas et Jaden? ( Et Xr'ee, j'allais l'oublier!) Jas [b]attire les embrouilles, mais un garçon sérieux comme Jaden, un Jedi, tout de même? Vous le saurez en lisant le prochain épisode: "Le tourisme c'est très dangereux, et les Jedi aussi, un peu!"
[/b]
En attendant, Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar mat-vador » Dim 17 Sep 2017 - 21:50   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion (HoH). Livre 1, chap 10

Chouette il y a un buffet! Puis-je inviter un célèbre couple glamour infernal corello dathomirien: ils ne seront pas seuls ils viendront avec une adolescente très agiitée :diable:
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: Jedi-corellien, Les Origines de Jedi corellien, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1449
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mar 19 Sep 2017 - 22:35   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion (HoH). Livre 1, chap 10

Puis-je inviter un célèbre couple glamour infernal corello dathomirien: ils ne seront pas seuls ils viendront avec une adolescente très agiitée
:diable:

Quoi, ils viennent aussi? :shock: Elle va encore provoquer une bagarre! :pfff:
les Calrissian auraient vraiment pu se montrer plus sélectifs en lançant leurs invitations! :grrr:
Mais, bon: Tendra étant originaire du secteur Corellien, normal qu'elle invite un compatriote et sa famille!

Par contre, interdiction formelle de se mêler à l'expédition de secours qui s'annonce, hein? :non:
déjà qu'avec un célébrissime Jedi dans le coup, mes héros risquent d'être relégués aux rôles de faire valoir... :cry:
(en plus, aucun Sith à l'horizon, alors.. :non: , :non: , et :non: )
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 24 Sep 2017 - 23:23   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion (HoH). Livre 1, chap 10

. On reproche parfois aux Jedi leur manie de trancher dans le vif. Il faut bien avouer que quelques-uns ont un peu abusé et que les vendeurs de prothèses font fortune dans leur sillage. Mais quand des vies d'enfants sont menacées... Attention, Jedi en action! Et pas n'importe lequel! Soyez bien attentifs, ce sera rapide et expéditif!




Chapitre 11 : Le tourisme, c'est très dangereux… Et les Jedi aussi, un peu !



Le rapport du service du personnel finit par arriver : la tech avait été embauchée il y a trois mois, faisait bien son boulot, menait une vie sans histoires … Et était soi-disant malade aujourd’hui !
Quant au pilote de la barge, il avait été embauché… Trois mois plus tôt et avait été recruté par la même agence !
Inquiétant. Et qui était le troisième, qui avait embarqué avec les garçons ? Une seule certitude : ce n’était pas un employé de la Tour ! Un employé d’un des nombreux sous-traitants du gigantesque chantier ? Ce serait trop long de vérifier.
Venom essaya à nouveau d'appeler Jas, Luke fit de même pour son apprenti. En vain !
- Contact intermittent, trop de parasites, annonça Markus
- Un brouillage, supposa Lando. Par contre, la navette ne répond pas à nos appels.
- ils viennent de couper leur émetteur. Et aussi, leur transpondeur ! Nous les avons perdus ! Tout cela sent très mauvais, annonça le contrôleur des vols !
Le système de repérage de la tour se basait sur les signaux émis par ce boîtier pour localiser les vaisseaux approchant ou s’éloignant de la Tour et contrôler leur trajectoire.
- ordonnez à la patrouille de se dérouter sur leur trajectoire !
Ordonna Lando avant d’expliquer à ses invités :
- J’ai deux chasseurs T65 en vol: leurs senseurs peuvent balayer une grande surface et retrouver la barge même avec le transpondeur coupé! Faites décoller les deux appareils en alerte à plus cinq ! Rappelez les autres équipages aux postes de combat !

Quatre chasseurs en vol où prêts au combat dans un secteur à priori paisible ? Lando prenait très au sérieux la sécurité de sa nouvelle entreprise !
Puis il contacta ses forces de sécurité, donna des instructions.
- Allons-y, fit-il d’un ton résolu. Une navette et des troupes nous attendent.
- Je vous rejoins avec mon chasseur : cinq T65 valent mieux que quatre !
Luke sortit son comlink :
- Dédeux ? Prépare le décollage, j’arrive !



Kidnapping !



Navette touristique ?
Jas commençait à penser que ces trois-là n'étaient pas clairs.
Quand leur guide leur avait proposé de prendre la navette pour aller voir l'un des fameux nids d'aigle (ou village perché), il avait trouvé l'idée excellente : sa mère lui avait tant vanté les merveilles de Nippa ! Il avait fallu convaincre le pilote, qui ne s'était pas trop fait prier :
- C'est un vol d'essai, en principe, mais c'est possible : le village est à vingt minutes à peine. Un petit survol, un quart d'heure au sol, et dans une heure on est rentrés, avait prévenu le pilote, qui semblait embêté de prendre des passagers.
Le tech qui l'accompagnait, un grand humain baraqué portant une anonyme combinaison de travail avait donné son accord pour une petite entorse au règlement, mais Jas avait dû batailler pour convaincre Jaden ;
- C'est quand même mieux que faire les boutiques, avait-il argumenté. Et le seul truc sympa, l'aqua-park, n'ouvre que dans cinq jours!
- Ouais mais… Y a un truc qui me gêne. J’ai un mauvais pressentiment. Bah, je dois me faire des idées !

Jaden n'avait pas hésité trop longtemps: la guide était bien gentille mais pas très douée, elle faisait de son mieux pour rendre la visite plus attractive.
Sauf que quelque chose n'allait pas. Jas ne savait pas quoi, mais depuis le départ, le comportement des trois adultes semblait suspect. Un bref regard à Jaden, qui acquiesça discrètement, confirma ses soupçons.
Autre indice : l'ouïe hyper sensible de Jas l'avait informé qu'ils avaient un passager clandestin. Mais X'ree ne semblait pas pressé de faire la surprise à ses copains. Manifestement, quelque chose l'effrayait. La barge survola l'un des villages reconstruits, mais continua son chemin.
- Le prochain est bien plus pittoresque, expliqua le pilote.

Le comlink de Jas, puis celui de Jaden vibrèrent et se turent dans un grésillement.
Brouillage... Mais pourquoi ?
Jas avait un autre moyen de communication. Mais cela risquait d'être compliqué: la Forêt, W'arrr, et enfin Ma' ou Sasha. Il savait très bien que W'arr, Ma' et Sasha pouvaient communiquer entre eux. Pour que son message arrive à destination, il avait intérêt à bien le formuler. La Forêt avait son langage à elle, et il fallait que W'arrr arrive à le déchiffrer.

Navette de Lando
Sasha écoutait quelque chose, le front plissé :
- Ils vont vers le nord-ouest… Ils ont déjà passé un Bosqu... Un village, et ils continuent.
- Un autre chabl... Un village en ruine. Désolée, ni Sasha ni moi ne parlons le sylvestre, compléta sa cousine !
- pardon ?
- Elle veut dire que le message manque de clarté. Jas utilise son lien avec la Forêt d'Herrion pour nous… Ah, ça je décode : menace de Bois constricteur : Il pense qu'ils ont affaire à des kidnappeurs.
- Ou des assassins ?
- Non ! Le bois constricteur retient ses proies, mais ne tue pas. il attend qu'un prédateur le fasse pour lui. W'arr est d'accord avec cette interprétation.


Navette des kidnappeurs

Le village suivant était effectivement pittoresque mais il était en ruines. Par contre, le transport qu'il camouflait n'était pas une épave, lui !
- oh, oh ! C'est quoi l'embrouille, là ?
Jas parla fort, laissant l'inquiétude transparaître dans sa voix. À dessein.
Il savait très bien ce que voulaient ces gens, mais il espérait en apprendre plus. Et puis, cela cacherait les vrombissements nerveux d'un X'ree de plus en plus effrayé. Il lorgna vers Jaden : en principe, les Jedi savaient se battre, s'il fallait en venir là. Lui aussi !
Jas n'était pas un gamin standard et il avait été entraîné par les meilleurs : ses parents !  D'ailleurs, même ses petites sœurs auraient pu venir à bout de ces trois-là ! Mais des autres, en bas ?
- Ce sont juste des marchands égarés, ils viennent d'appeler : le centre de contrôle des vols a cessé d’émettre ! Nous les avons perdus nous aussi, d’ailleurs !
Le visage de ses jeunes passagers reflétant leur inquiétude, il leur sourit :
- Je connais le chemin du retour, ne vous inquiétez pas ! Ce genre de petite panne, c’est courant avec les nouvelles installations ! Juste quelques réglages à peaufiner. C’est pour ça qu’on fait des vols d’essais, fit-il avec un clin d’œil. 
Il en revint aux marchands.
- ils ont dévié de leur trajectoire. Nous allons les remettre sur le bon chemin. Au moins, ils ont eu la bonne idée de se poser sur une hauteur, sinon… Cette jungle en bas est sacrément dangereuse, les garçons, fit le pilote avec un clin d’œil ! Les bestioles qui y vivent ne feraient qu’une bouchée de vous, plaisanta-t-il. Tiens, voila un bon endroit pour nous poser !

Le pilote se voulait rassurant. Jas fit donc semblant d'être rassuré.
La navette se posa avec la douceur et la précision attendues d’un bus plein de touristes  attachés à leur confort 
Mais les deux « touristes », une fois débarqués avec leurs accompagnateurs n’en menaient pas large : le comité d'accueil avait des filets, des paralyseurs, des fouets neuroniques et d'autres ustensiles peu utiles à de simples marchands mais qui devaient figurer dans le manuel du parfait kidnappeur. Deux Rodiens, un Weequay, un bothan, trois humains. Sept, c'était beaucoup trop !
Jas se décida très vite, abandonnant son glorieux projet : les assommer tous avant d'appeler triomphalement les renforts.  :
- Au top, on fonce vers ces ruines, souffla-t-il à Jaden,
- allez, soyez sages, les enfants, et tout se passera bien ! Nous allons poursuivre notre voyage avec ce transport, les pressa leur guide.
- Pa' m'a toujours dit qu'il ne fallait pas monter dans un vaisseau avec des inconnus, affirma Jas qui s'arrêta net, refusant de faire un pas de plus. Je vais l'appeler pour lui demander.
Joignant le geste à la parole, il sortit son comlink. Sa manœuvre avait surpris les ravisseurs qui durent se retourner. Du coup, ils se retrouvaient entre les 7 mercenaires et les garçons.
Le tech, perdit patience et tenta la manière forte : il agrippa le bras de Jas, lui ordonnant :
- Maintenant tu vas nous suivre sans faire d'hist… Ouuuuuuf !
Il était facile d'oublier combien Jas était fort pour son âge. Rapide, aussi : l'humain plié en deux par le vicieux coup de pied du gamin se retrouva, une fraction de seconde après, littéralement propulsé vers ses deux complices qui plièrent sous le poids. Jas avait visé l’entrejambe, puis poussé.
- top, on plonge !

Jas avait bien choisi l'endroit : il y avait là une étroite brèche dans le mur d'une maison en ruine ; étroite pour des adultes, s'entend. Sans un regard pour le trio de ravisseurs toujours emmêlés qui tentaient de se relever, les garçons se faufilèrent sans peine et entamèrent une course éperdue dans les ruines. Un vrai labyrinthe, Jas souhaitait bien du plaisir à ses poursuivants ! Ils s'affalèrent enfin à l'abri d'une arche à moitié écroulée. Ils étaient un peu essoufflés… un peu !
- Vicieux, ton coup ! Commenta Jaden. Tu as du les lui faire remonter jusqu’aux amygdales. C'est ça, l'éducation à la herrianne ?
- non, ça c'est  bagarre à la cantina ! C'est ma' qui m'a appris ce truc ! Tu crois qu'on les a semés ?
- Pour le moment… Mais il n'est pas grand, ce village, et on ne peut pas aller très loin !
- les secours ne vont pas tarder ! J'ai pu envoyer un message.
- Alors, il suffit de se trouver une bonne cach…
- Je vous tiens !
L'humain flottait au-dessus d'eux, porté par un harnais à répulseurs
- eh, les gars, par ic…
La grosse pierre lancée par Jas lui coupa le sifflet.
- Va t'acheter de nouvelles dents ! Et une mâchoire de rechange ! Lui lança le garçon avant de filer avec son copain !
C'était pas juste : ces salauds trichaient ! Ils pouvaient voler, eux ! Aussi rapides qu'ils soient, les deux garçons seraient forcément perdants. Jas était certain que les secours -et surtout son pa’- seraient là à temps, mais… En tout cas, il y en avait deux qui ne les poursuivraient pas de sitôt !
- Mais pourquoi 045 n'est jamais là quand j'ai besoin de lui ?
Quelle mauvaise foi ! Rendus méfiants par les innombrables « améliorations » qu’il avait apportées à son droïde, ses parents avaient profité de l’occasion pour envoyer la machine à la succursale locale de Tenrando arms. 045 avait besoin d’une indispensable révision : une opération bien plus lourde que le simple check-up de SyDney et N°1.


Navette de Lando
- On ne peut pas aller plus vite ? Se plaignit Thalia.
Elle était morte d'inquiétude. Markus, non Venom, ne disait rien, son regard braqué droit devant, concentré, un bloc de marbre. C'était bien Venom la machine à tuer qui était aux commandes, se dit Sasha. Il posa une main sur l'épaule de son épouse et l'attira à lui. Il dit simplement :
- On va assez vite. Ce type sait ce qu'il fait. Nous allons les retrouver. Ensuite…

Ce simple mot, approuvé par les deux Herrions, glaça le sang de toutes les autres personnes présentes dans la navette. Non, pas de tous : Lando pilotait lui-même. Il s'en voulait peut-être d'avoir laissé une telle faille dans sa sécurité, mais il ne le montrait pas : aussi froid et concentré que Venom, il dirigeait la petite escadre qu'il avait rassemblée. Il y avait quatre Skiprays, des 24h, qui patrouillaient en altitude avec des ailes X. Trois gros speeders remplis de droïdes et d'agents de sécurité, six motospeeders... Devant, un petit engin ressemblant à un pavé volant propulsé à la fois par des ailes battantes et des hélices. Un appareil bien plus lent que leur navette, mais c'était lui qui fixait la vitesse.
Mormoon, son pilote, était un Nippan pure souche : il connaissait parfaitement le secteur. Il pensait avoir reconnu le village d'après la description de Sasha, ou plutôt celle de X'ree. Le petit Changeur avait su se faire discret, pour une fois…
Sasha ressentait sa terreur alors qu' il lui décrivait à sa façon les événements : Jas et son copain avaient momentanément échappé à leurs ravisseurs, mais ceux-ci étaient nombreux et bien équipés.


Au sol
- Mais combien ils sont ?
- Beaucoup ! Beaucoup trop ! Et ils ont des droïdes de surveillance, en plus !
Leur refuge était précaire : un tunnel à moitié écroulé qui ne les dissimulaient que partiellement aux senseurs de leurs poursuivants. Jaden était remarquablement calme ; quand un droïde approcha, il tendit la main et quelques pierres roulèrent d'un éboulis à une bonne centaine de mètres. À peine audible, même pour l'ouïe surnaturelle de Jas, mais les senseurs directionnels de la machine s'orientèrent immédiatement vers la source du mouvement. L'engin passa assez loin. C'était la troisième fois que l'apprenti leur sauvait la mise.
Jas, qui commençait à paniquer, se reprit, gagné par la sérénité de son camarade. Il passa ses options en revue :
- On ne peut pas rester là… on ne peut pas se faufiler vers la Navette ou le transport et si on continue vers l'Est, on va tomber sur la falaise… Attends… T'entends pas ? C'est quoi ce bruit ? On dirait… de l'eau !
- Eh, y en a toute une bande qui approche, ils ont formé une ligne et fouillent tout. Ils ne peuvent pas nous rater, avertit Jaden qui scrutait les alentours.
Jas l’entendit à peine, concentré sur ce bruit qui…
- De l'eau, il y a de l'eau courante dessous ! Un canal ? Aide-moi !
Il commença sans attendre à déplacer des pierres.


Navette de Lando
- les éclaireurs signalent un vaisseau au sol! C'est bien là ! On a des images, annonça Lando.
Les images montraient une grosse navette camouflée posée au milieu des ruines, quelques silhouettes autour, et une douzaine de personnages flottant au-dessus des ruines. Pas difficile de deviner ce qu'ils faisaient : ils formaient une ligne de recherche. Une ligne qui stoppa net au milieu de sa moitié gauche, puis commença à se refermer.

- Ils les ont trouvés !
Le vent s'engouffra dans la navette : '' Alerte ! porte latérale ouverte'', annonça l'ordinateur.
Venom avait déjà refermé sa visière, tandis que Thalia et Sasha fusionnaient avec leurs droïdes
- Eh, attendez, il nous faut un plan, tenta Lando !
- J'en ai un : j'y vais, je les massacre… annonça l'armure noire et chrome
- …Et on ramène les enfants par la peau du cou, c'est… poursuivit Thalia/N°1
- … Un très bon plan, conclut Sasha/SyDney.
Ils étaient trop occupés pour voir le cercle se refermer, puis se disloquer, tandis que les silhouettes s'agitaient en tous sens...
- X'ree vient de leur jouer un sale tour, perçut Sasha, mais…
Un chasseur T65 modifié et peint en gris sombre les dépassa en trombe et un objet s'en détacha…


Au sol
- Vite ! Ils arrivent ! Ils ont des neuro-fouets !
- Je vois le conduit, c'est bien un canal ! Nooon, c'est trop lourd !
Jas avait une force supérieure à celle d'un adulte deux fois plus lourd que lui, mais cette dalle aurait donné du mal à trois costauds. Jaden prit les choses en main.
- Eh, c'est pas le moment de…
Au lieu de l’aider, Jaden s'était assis en tailleur sur la dalle que Jas essayait vainement de déplacer !
En plus, il avait les yeux fermés ! Non, ce n’était vraiment pas le meilleur moment pour méditer !
En fait, si : Jas vit la dalle trembler puis, imperceptiblement, elle s'éleva, se décala vers la droite, découvrant l'accès …
- Ouahhhhh ! Fortiche ! C'est bon, ça suffit, on peut pass...
- Trop tard ! Vous allez déguster, annonça un rodien qui tenait un fouet neuronique.Vous allez payer pour notre…

Un vrombissement, familier aux oreilles des garçons , interrompit le sale type: la cavalerie arrivait, portée par ses ailes toutes neuves, elle virevolta autour des kidnappeurs. Le peureux petit X'ree contre une armée de gros durs ? Aucune chance, il n'avait même pas de dard empoisonné !
Peut-être pas, mais il avait une arme secrète, délivrée par son abdomen, la plus terrible de l'arsenal Herrian !
- Pouah, mais c'est quoi, ça ?
- Beuark ! Kaï rance ! (1) Plonge ! Plonge !
Les deux garçons s'engouffrèrent dans le conduit, plus pour échapper à la pestilence qu'à leurs ravisseurs. Après quelques tonneaux de victoire autour des méchants en déroute, le courageux petit Changeur plongea à leur suite !


Note:
1 On devrait classer le kaï rance parmi les armes interdites!




Le Jedi  contre-attaque !!

Le FurtX largua… Un objet ? Non, le pilote qui tomba droit sur les kidnappeurs. D2 était aux commandes. La lame verte était facilement reconnaissable.
L'un des gros bras, plus résistant ou plus vindicatif que les autres, avait décidé de régler définitivement le problème : il brandit une sphère, mais ne put la lancer : une lame verte vrombit tout près. Au ras de l'épaule, constata le gros dur qui remarqua aussi qu'il lui manquait quelque chose. Déjà plus loin, la lame verte s'agitait en tous sens, repoussant plusieurs tirs. Un des agresseurs, un Weequay, tenta un saut particulièrement stupide : il avait peut-être l'intention de flanquer ses bottes bardées de métal dans la figure du Jedi. À la place, il atterrit en trois morceaux. Deux autres déployaient un lance filet. Le Jedi fit un geste dans leur direction.
Les renforts arrivaient , un peu en retard:
- C'était quoi, ce truc volant , s’étonna Thalia ;
- Un bras…Armé  répondit Venom, profitant de sa super-vue.

Propulsé en dépit des lois de la physique, son bras toujours à la remorque, le détonateur thermal atteignit la navette camouflée avant d'exploser, renversant deux de ses gardiens.
Il en fallait plus pour la détruire, mais le pilote paniqué tenta de décoller, abandonnant ses camarades.
Une silhouette s'imposa devant son pare-brise, un droïde qui flottait devant lui, bras croisés. Une main s'éleva, l'index dressé…
-Nnnon ? Crut déchiffrer le pilote.
- Non ! Confirma Sasha, implacable, en tirant deux mini-missiles droit dans le cockpit.
Il était à l'intérieur du bouclier de la navette et ses projectiles percèrent aisément le transpacier. Celle-ci, désormais sans pilote, se posa durement.
- Nul, cet atterrissage, jugea le jeune homme, impitoyable : il avait passé l'examen il y a peu et aurait été recalé après une pareille manœuvre ! (2)
Thalia et Venom arrivèrent pour une fois un peu tard : deux des ravisseurs, désormais manchot ou cul de jatte gémissaient dans leur coin, deux autres avaient été victimes de leurs propres tirs, quatre étaient saucissonnés dans le filet de capture qu'ils avaient déployé. Ils se rattrapèrent en ramenant par la peau des fesses trois fuyards . Venom en ramenait un quatrième, mais…
- j'étais énervé, lâcha-t-il pour toute excuse, en déposant le corps puis la tête. Ça pue, ici !
- Une vibro-lame, c'est aussi efficace qu'un sabre laser, mais c'est plus salissant, commenta Sasha en revenant, Oui, il y a une vague odeur de KaÏ rance… C'était donc ça !

Le trio pouvait passer pour une famille aristocratique, mais les pirates sanguinaires n'étaient jamais très loin ! Le Jedi s'était agenouillé  près du trou où avaient disparu les garçons. Venom fit de même, écoutant :
- Il y a tout un réseau, la dessous… Des cavités, aussi… de l'eau, beaucoup… J'entends crier. Ils s'éloignent rapidement.
Luke écoutait d'une autre façon :
- Jaden est complètement excité. Je sens de la frayeur, mais aussi… Du plaisir ?
- Pareil pour X'ree : il est trop excité pour communiquer, mais je ressens une intense satisfaction. Vous saviez, vous, que les M'rills stockaient les gaz de Kaï rance dans leur abdomen ? (3)
Sasha n'en revenait pas : X'ree était un petit froussard (une attitude saine en considérant sa petite taille), mais il avait tout de même volé au secours de ses amis !
- eh, c'est toi l'expert en Mrills, Bergers et autres changeurs ! Bon, qu'est-ce qu'on fait ? Ce tunnel est trop étroit pour nous.
Le Jedi proposa :
- Puisqu’on parle d'expert… Je suggère d'attendre le dénommé Mormoon. Ils sont hors de notre portée , mais ne semblent pas en danger immédiat.
- c'est une bonne idée ! En attendant, j'ai quelques questions à poser à ces… À ces…


Psycho.
Markus avait relevé son casque et, à nouveau, les petites bébêtes venimeuses dans ses yeux promettaient la mort. Mais elles avaient l'air un peu… égarées.
Il saisit la tête qu’il avait ramenée et commença à l'interroger :
- Toi, tu vas tout me dire de ce complot, sinon…
Sasha intervint :
- Euh… Markus … Ce monsieur aura des difficultés à te répondre, tu sais, expliqua-t-il patiemment, comme s’il s’adressait à un attardé mental.
- Pourtant, il a toute sa tête, fit l’attardé, perplexe, en brandissant celle-ci  sous le nez de son frère!
- Oui, Markus ! Mais c'est à peu près tout ce qui lui reste, tu sais ?
Avec tout autre que Venom, la scène aurait paru comique. Un comique macabre.
Mais les prisonniers ne riaient pas. Tout le contraire.
- Je crois que tu as raison, reconnut Markus à contrecœur ;
Son regard égaré se posa sur le manchot de fraîche date.
- TOI !
Celui-ci se recroquevilla sous l'apostrophe, mais Markus n'eut pas le temps d'approcher. Thalia, sortie de N°1, s'interposa :
- Non !
Le manchot reprit espoir, mais le regard tranchant comme un sabrolaser qu'elle lui lança lui glaça le sang.
- C'est MOI qui l'interroge !
- Mais ma chérie…
- Y a pas de ma chérie qui tienne ! Ce gars a essayé de tuer MON Jas ! MON FILS ! Quand c'est toi qui interroges, ils meurent trop vite ! Celui-là… il est à moi, compris ?
- Oui ma chérie ! Je peux m'occuper des autres, hein , demanda avidement son époux.
- Attends un peu ! On ne sait jamais, celui-là résistera peut-être… J'espère ! N°1 ?
Celui-ci lui tendit une lame biscornue, dont le dos formait comme un crochet . Un hameçon, plutôt

Sasha était près de Skywalker, qui n'allait pas manquer d'intervenir… Plutôt que de le retenir par le bras, il essaya un truc nouveau :
| Laissez les faire : ils savent ce qu'ils font]
[ Sasha, c'est vous ? Je ne peux laisser…]
[ Vous n'avez jamais vu de holo-série policière ? Vous savez, quand pour interroger un suspect, ils forment le traditionnel duo méchant flic/gentil flic? Non ? Ah, si!]
Skywalker ne s’intéressait guère aux holodrames de série z, mais il avait tout de même un minimum de culture.
[Bon d'accord, reprit Sasha, avec eux ça fait plutôt : méchant flic/flic psychopathe, mais ça marche! Markus a une certaine tendance à surjouer son rôle de barjot, et Thalia est encore pire ! Jouons le nôtre, si vous le voulez bien!]
- Maître Jedi, je vous recommande fortement d'aller faire un tour… Vous pourriez aller accueillir nos amis, par exemple.
Le Jedi sembla hésiter ; Sasha n'était pas sorti de SyDney, lui, et tout son armement était déployé. Il se montra poli mais ferme :
- J'insiste !
- Maiiiiitre Jedi, je vous en priiiiie ! Supplia le manchot, comprenant que sa seule chance d’échapper aux deux psychopathes risquait de s’envoler.
Mais le Jedi regarda le suppliant droit dans les yeux :
- Je suis en dehors de ma juridiction : je dois consulter les administrateurs Calrissian avant de déterminer la conduite à tenir avec des criminels, expliqua-t-il poliment.
Il considéra un instant le couple : Thalia couvait sa proie d’un regard prédateur en jouant avec sa lame et Markus affichait un immense sourire de gamin sadique.
- En attendant, je ne saurais trop vous recommander une coopération pleine et entière pour éviter d'autres atteintes à votre intégrité physique, conseilla-t-il avec sollicitude.

Le Jedi s'inclina poliment et s'éloigna, mais la conversation se poursuivit.
[ Vous devriez faire de la holo ! Vous avez été parfait ! Le dernier espoir de ce gars s'est évaporé : il ne demande qu'à tout déballer !]
[ Vous jouez souvent à cela?]
[ Au combat, tout ce que nous faisons, la façon dont nous le faisons, a une raison, un but : aviez vous remarqué la brûlure sur la poitrine du décapité ? Il était déjà mort quand Markus l'a trouvé! Sa réputation est sa meilleure arme]
Malgré les démentis, la théorie du clone instable et psychopathe (4) avait encore ses adeptes. Il faut dire que le jeune clone pouvait à volonté se faire un faciès de détraqué.
Le Jedi n'avait jamais assisté auparavant à la sarabande des bébêtes venimeuses et cela l'intriguait :
[ Connaissez-vous l'origine de ces tâches noires dans les yeux de Markus?]
[ Il n'y a qu'un Jedi pour y voir de simples tâches ! Je ne les avais jamais vues avant son combat contre Magnus. Au début, elles n'apparaissaient que quand il était vraiment en colère, et il ne le savait pas ! Très pratique pour savoir ce qu'il pensait vraiment. Mais un jour, Thalia a eu la mauvaise idée de lui poser la question. Depuis, il les fait apparaître à volonté !]
[ Je vois : Sa réputation est sa meilleure arme… Vous pensez que je peux revenir ? Lando et les autres débarquent de leurs navettes.]
[ Je crois bien : le nouveau manchot a peut-être perdu un bras, mais pas sa langue! Et les autres sont très pressés de montrer leur bonne volonté ! Vous devriez écouter ça, je pense : c'est passionnant !]




Ce Skywalker aurait dû être acteur! ( peut-être sous un nom de scène: Amel? Hamel? Hamill? un truc comme ça) :transpire:
C'est la fin des kidnappeurs, mais pour les garçons, c'est le début d'une drôle d'aventure qui pourrait les mener très loin, tout en bas... Dans la Jungle!

Notes:

2 Certains ne se gênent pas pour dire qu'il a soudoyé l'examinateur pour obtenir sa licence de pilote professionnel.
3 C'est peut-être la raison pour laquelle les contes herrians affirment qu'il ne faut pas effrayer un M'rill !
4 Venom a usé et abusé de cette rumeur née pendant sa guerre contre l'imperator Imax
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 01 Oct 2017 - 23:07   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion (HoH). Livre 1, chap 10

Quand j'ai remanié cette histoire, je me suis demandé s'il était nécessaire de conserver ce chapitre. Même si l'on apprend quelques petites choses sur Nippa et ses "merveilles", sur la liaison SyD (et la nature des relations entre Sasha et son droïde), j'aurais certainement pu le réduire à quelques paragraphes répartis entre le chapitre précédent et le suivant.
Mais...
Après tout, c'est bien parce que la principale attraction de la Tour n'était pas encore ouverte que Jas, Jaden et X'ree se sont retrouvés dans la panade. Ils ont bien mérité de s'amuser un peu: l'aventure (avec un grand A) les attend! (c'est leur vie, c'est leur destin! :wink: )
Alors, superflu ou non? Je vous laisse en juger.
En attendant le verdict, embarquons pour le:

Chapitre 12: Le Toboggan de la Mort (1)




Les tunnels sous la montagne
- Bravo, X'ree ! Mais qu'est-ce qu'elle pue, ton '‘arme chimique’'. Bon, on y va ?
- C'est vraiment raide ! Tu crois qu'on peut y aller ?
- c'est pas pire que la Grande Cascade d'aqua-Park ! Avec ces blocs de mousse pour mieux gliss… FONCE ! IL A UN DÉTONATEUR THERMAL !
Quand un Jedi, fut-il apprenti, vous donne un ordre, il n'y à plus qu'à s'exécuter ! Jas, se coucha sur sa ''luge'', et fonça, tête la première ! Glissant sur un filet d'eau, il prit rapidement de la vitesse et poussa le fameux cri de guerre des Reapers :
- GÉRONIMOOOOOOOO !!
Avec sa vision nocturne, Jas pouvait repérer les bifurcations et les obstacles sur la voie. Jaden avait dit : toujours à droite.
- Hyper… Mega… géniaaaaaaaaaaah !
D'un coup, la pente raide devenait presque verticale, avant de se redresser progressivement
Juchés sur leurs '‘luges’', les garçons déboulèrent dans une « piscine » dans une grande gerbe d'eau. Juste après, X'ree les survola en vrombissant et remonta presque à la verticale pour casser sa vitesse.
- Ouaaaah ! c’était mieux qu'à Aqua Park ! Quelle descente ! Dommage que ce soit fini !
- ouais ! récupérer ces blocs de mousse, c'était une idée géniale , concéda Jas!
- Je trouvais qu'ils ressemblaient à ceux qu'ils distribuent à l'entrée du grand toboggan.
- peut-être que les enfants d'ici venaient jouer dans les conduits ? X'ree, t'as aimé la descente ?
- X'ree voler plein tube ! Fait looping ! Génial !
- Bon, on est où, fit Jaden, qui ne se déplaçait jamais sans sa mini-torche. Jas avait la même et deux traits de lumière explorèrent leur nouvel univers ;
- on dirait un bassin de rétention : ils devaient stocker l'eau de pluie ici. Regarde comme c'est haut, fit Jas, impressionné !
- le problème, c'est qu'on est tout en bas.
- X'ree faim !
Il n'était pas le seul. Les garçons fouillèrent leurs sacoches : dix barres de concentré nutritif, (un Jedi est toujours prêt pour l'aventure) un petit sac de gellies, quelques bonbons aux cinq nectars, une botte de lanières de Kaï séché (un Jas est également toujours prêt pour l'aventure). Ils improvisèrent un petit casse-croûte.



En haut
Mormoon était bien l'homme de la situation :
- ils sont donc dans le collecteur principal Nord. Il y a tout un réseau de canalisations qui récupèrent l'eau de pluie et de nombreuses citernes dans la montagne. Le problème est de savoir dans laquelle ils ont atterri. En ce moment, elles sont presque vides, sinon, il y aurait de l'eau suintant de ces déversoirs, en bas. Là, vous voyez ?
Il désignait de petits orifices dans la falaise.
- ça, c'était la bonne nouvelle ! La mauvaise…
Il pointa le doigt vers le ciel. Un gros orage se préparait.
- un orage de ce type peut remplir une citerne en moins d'une heure !
Le Jedi écoutait, mais il semblait concentré  sur autre chose.
- Une citerne, c'est bien ça ! je sens Jaden, mais j'ai du mal à établir le contact. Il… Mange, mais c'est à peu près tout. C'est comme si...
- Quelqu'un accaparait la bande passante ? X'ree ! Il doit être en train de stocker ses souvenirs récents, soupira Sasha.
- Une bande passante ? La Force  a une bande passante????
- Faut croire… Je n'arrive pas à le contacter. Je croyais que ça ne coinçait qu'avec moi , que ce petit sacripant piratait ma liaison. Comment va-t-on… Heuuu, et les comlinks ?
- J'oubliais les comlinks, fit le Jedi un peu penaud, qui reprit :
- Il n'y a plus de brouillage, n'est-ce pas ? Jaden ? Jaden, tu m'entends ?
- Maitre Skywalker ? C'est vous ? C'est bien vous ?
- C'est bien moi, et ton oncle Lando est là aussi ! Vous allez bien ?
- Oui, ça va, mais on est mouillés et on commence à avoir un peu froid ! On est dans une grande grotte, une sorte de citerne ! Il y a des sales types qui ont essayé de…
- Ils n’essaieront plus : la famille de Jas et moi-même les avons mis hors d'état de nuire. Nous essayons de vous localiser. Est-ce que tu vois…

Il demanda à Mormoon :
- Que doivent-ils chercher ? Jaden, je te passe monsieur Mormoon, il connaît bien les lieux !
- Jaden, je m'appelle Karsten Mormoon. J'habite le village voisin. J'ai quelques questions à vous poser, à tous les deux, euh, tous les trois. Pardon ?
Sasha lui chuchota quelque chose à l’oreille et il acquiesça, sans comprendre.
-J'ai un message pour X'ree : qu'il arrête d'accaparer la bande passante, veux-tu le lui dire ?
Jaden transmit et Sasha eut enfin un contact direct.
Le Nippan, ne connaissant pas les Bergers, jugeait le nom bizarre pour un jeune humain. Cette histoire de bande passante, également, mais il remit ces questions-là à plus tard.


en bas, en haut...
Mormoon avait une série de questions précises, et les deux garçons se concentrèrent sur leurs faits et gestes.
- alors, vous avez trouvé les luges ! Quand j'avais votre age, j'en ai fait des descentes, moi aussi ! Excitant, n’est-ce pas?
- ça, oui ! Mais dur de s'y retrouver !
- Si vous avez bien pris la première ou la seconde à droite, je sais où vous êtes ! Nous approchons d'une des deux citernes  Je vais faire de la lumière : vous avez des torches ? Éteignez-les ! Maintenant, il faut un peu de temps pour que vos yeux s'accoutument à l'obscurité. Voila, j'éclaire ! Vous voyez ?
- Non, rien, monsieur !
- Et là ?
- Rien de rien !
- Alors, j'essaie la deuxième ! Un instant…
Dans le noir, cet instant parut une éternité.
- Ouiiii ! La lumière, on la voit, tout en haut, crièrent-ils en même temps.
Markus, d'en haut, les entendit et confirma. Le nippan repris son comlink :
- C'est bien, nous sommes juste au-dessus de vous ! Il va nous falloir un peu de temps pour dégager l'accès. Il s’est écroulé en partie, sinon vous auriez vu les premiers barreaux de l’échelle. En attendant, pourriez-vous me décrire…
Les questions qu’il posa étaient inutiles, mais il voulait garder le contact et surtout, occuper les garçons qui devaient trouver le temps long.
Ouais, il veut surtout éviter que des parents trop stressés ne s’en mêlent et n'effraient les enfants. Malin, ce gars, estima Sasha.
- Un gars précieux dans les coups durs, votre Mormoon,
Luke revint de sa petite exploration :
- Ce sera difficile : je perçois de nombreuses failles dans les murs et la voûte. Cette structure est très instable, constata-t-il aparté. Je pourrais peut-être maintenir le tout un certain temps, mais… (2)
- Ce village a été bombardé, lui répondit Sasha sur le même ton.
Le Jedi partit donner un coup de main aux techniciens rameutés par Lando et aux volontaires des villages voisins
Pendant ce temps, Jaden répondait  aux questions du Nippan, puis il remarqua;
- D'accord, mais l'eau coule plus fort. C'est normal ?
Mormoon consulta du regard les familles. Thalia et Markus acquiescèrent ; Skywalker et Lando aussi.
- Il a commencé à pleuvoir, ici, en haut : l'eau va arriver de plus en plus vite. C’est une course de vitesse, les garçons !
- monsieur Mormoon ? C'est Jas ! Il y a une espèce de tunnel, à mi-hauteur. Il n'y a pas d'eau qui coule.
- Il est ouvert ? Tu le vois dans le noir ?
- Je vois pas trop mal dans le noir. Et oui, je vois le trou ! Il y a une grosse plaque au-dessus !
- Très bien ! Nous avons un plan B, alors ! Je vais vous l'expliquer, le temps qu'on creuse ici ! Juste au cas où.


En haut
le plan B de Mormoon présentait des risques :
- s'ils se trompent, ils descendront presque jusqu’à la jungle, expliqua-t-il au couple et à Lando ! Dans ce cas, nous n'aurons que très peu de temps pour les récupérer.
- Cette jungle est dangereuse, je sais, mais ces garçons…
- Près du déversoir, le risque est limité. De jour, les prédateurs ne s'y aventurent que rarement. Mais aussi débrouillards soient-ils, la nuit sera tombée dans trois heures.
- Et alors ?
- Et alors, les plus terribles prédateurs vont sortir…Les Blades
- Encore des grosses bêtes , fit Markus?
- pas du tout ! Ils son gros comme ça… ( il rapprocha ses pouces et montra ses deux ongles juxtaposés.) Mais ils sortent en essaims de plusieurs milliers.
Markus ne comprenait pas. Thalia, en pleurs (c'était rare) expliqua :
- Tu te rappelles du logo que nous avions peint sur la coque de ''Queen Mom'' ? Les petites bébêtes toutes en pinces et mandibules ? C'est ça ! Un essaim transformerait un rancor en squelette en moins de trois minutes. Oh, mon Jaaaaas !
- Nous ferions mieux d'arrêter de creuser, intervint un tech : Le puits d’entretien s’est effondré. Forer une ouverture ? Même avec l'aide de maître Skywalker, la structure est trop instable : un faux mouvement, et tout s'écroule sur eux, nous compris. Désolé, mais cette citerne a souffert d'un bombardement et c'est un miracle qu'elle ait résisté. Nous pourrions la consolider, mais pas en si peu de temps !
- Alors, il ne reste que le plan B, admit Lando !
Mormoon prit l'initiative :
- je préviens les garçons.


En bas
- attention, il manque un échelon, prévint Jas.
- On est encore loin ?
- Une dizaine d'échelons, mais on va passer assez loin du trou ! J'suis pas sûr qu’on pourra sauter , et si on glisse : plouf !
- j'adore quand tu as de bonnes nouvelles ! Moi aussi, j'en ai une : je sens l'eau juste en dessous de mes bottes ! Monte !
Jas se dépêcha d'obéir, mais arrivé à hauteur du conduit, il chercha en vain un moyen de le rejoindre. Il y avait bien une très étroite corniche, mais aucune prise pour les mains … Une poignée était à sa portée, mais elle lui resta dans la main quand il tenta de s'y appuyer : le ciment qui la fixait à la paroi s'était désagrégé.
- Y a pas moyen de passer ! J'sais pas quoi faire !
- T'as dû rater quelque chose : regarde bien !
Jas sentait l'eau lécher ses pieds
- Rien de rien, j'te jure ! On est coincés…
Il s'interrompit, stupéfait par la réaction de son copain : celui-ci riait !
- Mais qu' on est bêtes quand même!
- Eh , dis ça pour toi si tu… Mais qu'on est bêtes !
Il avait fallu un moment à Jas pour se rendre compte que Jaden flottait juste à ses côtés, porté par son bloc de mousse.
- En voiture pour le super toboggan de la Mort !!
Portés par le courant qui s'engouffrait dans le conduit, ils s'enfoncèrent à leur tour dans le tunnel.


En haut
- j'espère qu'ils ne vont pas rater la première bifurcation, marmonna Mormoon. Puis, plus fort, indiquant un point sur la colline  :
- C'est ici qu'ils sortiront, au niveau des terrasses Est.
Markus n'écoutait que d'une oreille : l'autre était attentive aux bruits provenant des tunnels, il ne semblait pas inquiet :
- Ils crient… De joie : ils se croient à Aqua Park, ou bien au cinquième niveau de la chute du rocher ?
Puis il fronça les sourcils :
- Je crois… qu'ils ont raté la première sortie.
- Il y en a une deuxième, le rassura Moroon en se penchant. Vous avez raison, ils devraient être sortis. c'est bizarre, l'eau coule trop lentement. La canalisation doit être obstruée. Venez, l'autre est à cent mètres !


En Baaaaaaaaaaahhhhhh !!!
Pour pouvoir s'entendre, deux gamins surexcités s'égosillaient :
- T'as ratéééééé la sortiiiiie !
- Non, elle était bouchéééééééée ! Atten…… Aaaaaaaaaah ! On est pas loin ! Fais exactement comme moi !
La pente devenant plus raide, leurs luges prirent de la vitesse. Jas entrevit l'ouverture suivante, mais il vit aussi…
- Meeerde ! A gauche toute !
Profitant de la vitesse acquise et du virage prononcé, il se retrouva quasiment collé à la voûte du conduit..Il passa tout près des ferrailles tordues qui obstruaient leur route. Heureusement, Jaden avait suivi. X'ree esquiva en expert : Il s'était entraîné en volant à toute vitesse dans les étroites coursives d'un cargo !
À cet endroit, la pente, un peu moins raide, s'élevait légèrement sur quelques mètres; l'eau avait assez de vitesse pour franchir l'obstacle, mais les deux garçons ralentirent. X'ree se posa sur le dos de Jas pour se reposer un peu.
- T'as vu ces ferrailles ? On a failli s'empaler dessus !
- Cette fois, je crois qu'on n'a pas le choix, cria Jas.
- Ouais : en bas, tout en bas !
- La bonne nouvelle, c'est qu'on va pouvoir se faire la descente dans La Grande Spirale (4).
- La mauvaise, c'est qu'il n'y a pas d'agent de sécurité pour nous rattraper en bas !
- On ne peut pas tout avoir ! Et qu’est-ce que tu paries que mon pa’ et ton maître y seront avant nous ? Ça va, X'ree ? Tu suivras ?
- X'ree prêt pour voltige !
- alors, Attention, on y est ! Geronimooooooooooo !


Notes:
1 Aqua-Park, en mieux ! :)
2 S’il avait été là, Yoda lui aurait peut-être rappelé que la taille (ou le poids) ne comptent pas… mais après tout, Luke n’est plus un gamin depuis longtemps, il sait ce qu’il fait !
3 Un siphon
4 Une des attractions d’aqua-Park, vous l’aviez compris !



En haut.
Moroon fronça les sourcils, puis prit sa décision :
- Bon, il ne me reste plus qu'à descendre, moi aussi.
- Je vous accompagne, suggéra le Jedi.
- Nous aussi !
- D'abord, le moyen de transport que je compte emprunter n'a que cinq places. Par chance, l'orage est passé très vite, et l'air est calme. On peut dire que les garçons comptent pour un, ils ne sont pas très lourds. Plus moi : deux ! Ensuite, avec vos armures trop lourdes, vous ne ferez qu'attirer les prédateurs : pas de bouclier, pas de blaster. Les comlinks ? Trop dangereux ! Même mon ornithoptère se ferait repérer tout de suite ! Je suppose qu'un maître Jedi peut s'en sortir, mais vous ?
- Je viens, cependant ! Je n'ai pas besoin de gadget : j'ai mes lames et pas mal de ressources, décida Markus !
Moroon le jaugea d'un air dubitatif. Luke Skywalker intervint :
- Ce jeune homme a des capacités incroyables : vous avez déjà pu constater combien son ouïe est développée : croyez-moi, si je passe, il passera !
Sasha intervint :
- Je viens aussi : je suis peut-être moins puissant que vous deux, mais je peux garder le contact avec X'ree ou Thalia ; Et puis je suis certain que vous avez tout un arsenal, dans vos spee... Ornis  : des armes à projectiles, n'est-ce pas ? Je sais m'en servir, et plutôt bien !
- moi aussi, je viens !
- Quatre places, ma p'tite dame ! Personnellement, je préférerais descendre tout seul, ou peut-être avec maître Skywalker : arrangez-vous entre vous, je vais préparer le panier !
- Le panier ? Mais qu’est-ce qu'il veut utiliser ?
Moroon, aidé de quelques autochtones, sortit de son orni un grand panier de végétaux tressés, des dizaines de filins et une immense toile.
- Un parachute ? J'ai déjà utilisé, mais…

Markus avait plus important à faire : convaincre Thalia de rester. Il avait des arguments logiques et, en principes imparables, mais comment raisonner une maman qui risque de perdre son enfant ? Une maman qui avait depuis longtemps prouvé sa valeur au combat, avec ou sans armure : elle était peut-être surclassée par le Jedi ou son super mari, mais elle valait bien Sasha !
Il passa au registre émotionnel :
- Et que deviendront nos filles, si nous partons tous les deux et ne revenons pas ? Des orphelines, sans maman, sans papa, sans grand frère ?
Voilà qui fit mouche ! Il en avait d'autres :
- Et Sasha… Tout ça c'est sa faute ! S'il avait fait attention, Jas ne serait pas parti de la maison ! Il doit y aller, il le faut bien !
Argument totalement irrationnel jugea l’intéressé, car Jas serait probablement venu sur Nippa avec ses parents. Argument imparable s'agissant de sa cousine. Venom en avait un autre :
- Et puis… Il nous faut un pilote, s'il faut venir nous récupérer en vitesse. Je ne vois personne d'autre que toi pour ce job ! D'autant plus que toi non plus, tu n'auras pas besoin de comlink pour nous retrouver !
Thalia céda de mauvaise grâce et se tourna vers le ''moyen de transport''.
Sasha en profita pour s’éloigner un peu : lui aussi avait quelqu’un à convaincre. SyDney avait compris qu’il mettrait son partenaire en danger en l’accompagnant. Mais il allait tenter de le dissuader de partir. Le droïde attaqua dès qu’ils se furent un peu éloignés.
- Et les équipements dans ton crâne, tu y a pensé ? Si ce n’est pas de la technologie galactique, ça !
- Ce matos a été conçu pour être indétectable, SyD’. Et puis, il fonctionne à la bio-énergie, comme le comlink et les connections neurales. Mon énergie ! Tu sais, un sucre et de l’oxygène qui…
- Oui, je sais ! Et le comlink, justement ? Quand il émet, tu…
- Je vais devoir le couper, tout simplement. Comme les connexions neurales, précisa-t-il, mal à l’aise, en guettant la réaction du droïde.
- Cela signifie… La Liaison SyD.
Un droïde pouvait-il être malheureux ? Sasha n’était pas très heureux non plus : depuis sa première fusion avec SyDney, ils avaient toujours été ensemble, même séparés. Un secret qu’il n’avait révélé à personne, même pas à ses parents ou à Ve’ssshhh ! Mais le module microscopique inséré dans l’une de ses connexions, juste au-dessus de l’oreille gauche était un émetteur…
- En cas de vrai danger, tant pis pour les risques, je t’appelle, promit le jeune homme.
Le droïde finit par acquiescer. Ils retournèrent ensemble vers l’engin de Mormoon.

Ce n'était pas un parachute : le nippan était en train de gonfler l'enveloppe avec un ventilateur et un brûleur à gaz.
- Qu'est-ce que c'est ? On dirait un ballon ovale mais… en beaucoup plus gros ? Et ces ailerons à l'arrière ?
- Je sais ! Je me souviens, s’exclama Sasha! C'est un ballon à air chaud : c'était un sport national, sur Nippa !
- Je dirais que ça l'est toujours. Je crois que je préfère le saut en parachute !
Markus avait testé la technique lors d'un raid avec des commandos Noghri et la nièce de Skywalker (5). Il avait trouvé cela amusant, mais cette grosse baudruche gonflée d'air chaud ne lui inspirait pas confiance. Il partit néanmoins s'équiper : pas question de céder sa place !
En attendant le départ, Sasha examina l'arme confiée par Noroa, l'un des villageois Nippans qui avaient suivi l'expédition. Elle lui semblait vaguement familière. Il saisit un court cylindre vert qu'il fallait glisser dans l'arme :
- arme à propulsion chimique, avez vous dit ? Et l’ allumage ?
La base du tube était gainée de métal, mais il y avait au centre... Sasha observa le fusil plus attentivement et trouva à l’arrière des canons ce qui ressemblait à deux petits marteaux.
- Des percuteurs, confirma Noroa
Il secoua le cylindre : des objets, comme des petits grains, bougeaient dedans.
- Une sorte de grenaille : les projectiles doivent se disperser rapidement : Petites cibles… Les Blades ?
- C'est ça ! Cinquante micro-billes de bronzium, chacune assez puissantes pour exploser un Blade à vingt mètres, approuva le Nippan. Et celles-là, les jaunes…
- Balle à ailettes ? Pour le gros gibier, je suppose ?
- En bas, c'est vous le gibier ! Mais quelques balles suffiront à dissuader la plupart des prédateurs : ils préfèrent les proies faciles. Deux canons, deux chargeurs: l'un contient cinq vertes, l'autre cinq jaunes. Changer un chargeur prend un peu de temps, méfiez-vous !
- Je peux l'essayer ?
- Cette porte fera une bonne cible. N'espérez pas la moindre précision au-delà de cette distance !

Elle n’était pourtant pas très loin, cette porte !
Sasha constata qu'il avait un public : un rassemblement de villageois, certains avec un sourire narquois. Ils en avaient rencontré, des touristes vantards qui croyaient savoir utiliser un fusil local!
D'accord ! Ils ne croient tout de même pas que je vais me démettre une épaule au premier tir ? Le recul, je connais !
Il tira une cartouche jaune à cinquante mètres et toucha le mur juste au-dessus.
- D'accord… Il y a un sacré recul, plus que je ne pensais ! Pas de compensateur, évidemment!
Il tira encore, une fois, deux fois, trois fois, quatre fois. Clic ! Chargeur vide. La première toucha la porte, mais un peu haut, les trois autres firent un tir groupé au centre.
- Une verte…
La dispersion était importante : la porte fut criblée, mais le mur aussi. Il s'adressa aux autochtones pantois :
- Génial ! Pas une arme de Sniper, c'est certain, mais sacrément efficace !
Bon, voyons comment on recharge ! Alors, pour éjecter le chargeur…
Il lui fallut deux bonnes minutes et un peu d’aide pour trouver comment recharger l’arme.
- Parfait, j'ai compris !
Il confirma en éjectant puis replaçant chacun des chargeurs.
Les commentaires allaient bon train :
- C'est bien la première fois que je vois un étranger faire un tel carton ! Vous avez déjà utilisé des armes à projectiles ?
- On dirait qu'il a fait ça toute sa vie ! Ou qu'il est né ici !
- Je suis né ici ! Enfin, sur la Tour ! J’crois me souvenir qu’un de mes oncles avait un atelier où on fabriquait ces armes. J’étais trop petit pour en essayer une, évidemment. Et on utilise aussi des armes à projectiles sur Herrion. Le système de propulsion est différent, et ces projectiles vont beaucoup moins vite que ceux tirés d’un fusil verpine, mais c'est le même principe !
- j'aimerais bien savoir qui vous a appris ça, s’interrogea Noroa.
- Ma mère adoptive, sur Herrion (6)! Elle était sniper lors de l’invasion ! Elle placerait sa balle dans l’œil d'une mouche à 1500 mètres (7) !
Évidemment, ils jugèrent tous qu'il exagérait !

Venom avait ôté son armure et s'était équipé d'une bonne douzaine de couteaux. Il avait aussi récupéré une sorte d'épée courte (ou de sabre) à lame large et manche recouvert de cuir.
- Une Machette, qu'ils disent… Ils utilisent ça pour couper les lianes de Tuv, mais il paraît que c'est aussi très utile pour s'ouvrir un chemin dans la jungle. J'veux bien le croire ! Ce truc est aussi bien équilibré que mon Katana. J'en ai pris une pour toi, Sasha !
Mormoon approcha :
- Ces cylindres, à votre ceinture ? Pas de technologie galactique, je vous le répète !
- Rien de technologique, sauf pour les fabriquer : un réservoir de liquide inflammable propulsé par un gaz sous très haute pression et inflammable, lui aussi ! Comme celui de votre ballon ! On met la cartouche dans ce tube, on tient fermement la poignée et… On crache des flammes à plus de vingt mètres ! Quand je pense que les senseurs hyper sophistiqués de la plupart des astroports laissent passer ça ! On est bien mal protégés !
Luke Skywalker revint de son chasseur. Lui aussi s'était adapté :
- Ce sabre laser a plus de 15 000 ans ! Une relique très rare, même à cette époque ! La source d'énergie est un cristal actionné par la Force et non une cellule énergétique. Encore qu'aucun prédateur n'aurait détecté mon sabre habituel à moins de l'allumer.
Mormoon approuva, rassuré : ces gens semblaient savoir ce qu'ils faisaient.
Néanmoins, personne ne connaissait la jungle comme lui :
- Le soleil sera couché dans une heure et demie maximum. Il faudra bien quinze minutes pour descendre, autant, sinon plus, pour trouver un replat où poser le ballon. Ce sera serré ! Heureusement, le vent est faible, il sera nul en bas… Peu de turbulences, l'orage a refroidi l'air et le sol. Un temps idéal pour voler !


Notes:
5 Voir Venom et le seigneur de la guerre.
6 Elle était sniper chez les fantômes. Le jour de l'insurrection, elle a abattu un officier ReHab à 842,37 mètres avec son fusil Verpine modifié…
7 … Mais elle manquait d’entraînement, après sa grossesse.



Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 08 Oct 2017 - 18:56   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion (HoH). Livre 1, chap 13

Pendant que Venom et Luke Skywalker s'offrent un baptême de l'air en montgolfière ( mais qui a eu une idée pareille :grrr: ?), les garçons s'organisent.
Avoir un copain Jedi, c'est vraiment utile quand on doit affronter l'une des faunes les plus terribles de la Galaxie. Mais dans ce chapitre, Jas aura lui aussi l'occasion de briller :wink:
Rejoignons les...

Chapitre 13 : Dans la jungle, terrible jungle…




Lézards, singes et autres bébêtes.
Jas n’avait pas du tout envie de bouger, il était si bien au soleil. Allongé sur une dalle de pierre bien chaude, il avait mis à sécher ses vêtements trempés. La descente avait été géniale, mais une fois mouillés, on avait vite froid dans les tunnels.
Jaden n'était pas de cet avis
- On ne devrait pas bouger ? Remonter sur la pente, j'sais pas moi !
- C'est pas une pente, c'est une falaise. On est déjà en hauteur et en plein soleil, là ! Bien visibles quand ils vont descendre nous chercher !
- Ben, justement...
- justement quoi?
- on est presque nus…
- Presque, tu l’as dit ! Et faut bien faire sécher tout ça, non ? Quoi, ça t'embête que ton grand maître Jedi te voie en caleçon?
- Maître Skywalker ? Oui, un peu... Mais suppose que ta mère descende avec eux ?
- Et alors ? C'est ma mère ! Et t'es pas tout nu, j’répète !
- Oui, mais pas la mienne !
- On les verra arriver, t'inquiètes pas ! Et sur cette dalle brûlante, elles seront vites sèches, nos fringues. On dirait qu'il n'a pas plu, ici ! !
Jaden se tut un moment, puis :
- c'est vrai qu'il est chouette, ce petit lac !
- On dirait l'étang de la chute du rocher. Un coin super ! Faudra que je t'y amène : un grand bassin profond, on peut escalader la falaise et sauter de… Dix mètres, au moins  ! Ou plus, si on n'a pas la frousse !
- Comme à Aqua-park ?
- Mieux, bien mieux, hein X'ree ?… X'ree ? X'ree, t'es où ? C'est pas le moment de jouer à cache-cache ! Tu le vois ?
- Non ! Il séchait ses ailes juste au-dessus de nous…
- X'REEEEEEE !!!!!!
- Tu ne devrais pas crier : n'oublie pas ce que Mormoon nous a dit !
- Ouais, mais on ne peut pas l'abandonner…
- Montons sur ce rocher, on verra mieux !
Jaden entreprit de se rhabiller. Jas l'imita : sa combinaison était presque sèche. Les chaussures, par contre…
- Tiens, le voilà : pas de raison de s'inquiét...
X'ree ne revenait pas seul : il ramenait toute une escadrille !
De grands… Oiseaux ? Non, les oiseaux n'avaient pas de poil, ni de dent, pas sur Herrion en tout cas ! Des prédateurs qui semblaient trouver les insectes volants à leur goût ! X'ree, grâce à ses virevoltes avait réussi à ne pas se faire croquer.
- X'ree, par ici, hurla Jas en ramassant quelques cailloux.
Jaden l'imita : accueillis par une volée de pierres, les volatiles abandonnèrent la poursuite avec des croassements indignés.
Faire du bruit, dans la jungle de Nippa, c'est s'attirer les ennuis. Même quand on est sur un rocher la surplombant ! Sans préavis, les garçons durent faire face à une bande de quadrumanes hirsutes et totalement affolés. Une agression qui eut au moins le mérite de leur faire travailler l'esquive : Jas était très rapide, Jaden capable d'anticiper grâce à la Force. Un bon échauffement pour la suite :
- c'était qui, ceux-là ?
- Chais pas, des singes, mais ils fuyaient quelque chose !
- ça, peut être ?
L'énorme et laid prédateur les observait de loin, intrigué. Malgré sa taille de camion speeder, il semblait très agile sur les rochers, grâce à ses huit pattes.
- Qu’est-ce qu'on fait ?
- on ne bouge pas ! Il pourrait nous prendre pour un de ces singes.
L’apprenti Jedi savait garder son sang-froid
La bête se passa la langue sur les babines et changea légèrement de position.
- C'est le cas, je pense, analysa l’apprenti.
- qu’est-ce qu’on fait , redemanda Jas d'une voix plus aiguë.
- Comme les singes, fit Jaden en montrant l'exemple : il saisit l'une des lianes qui pendaient de la falaise, prit de l'élan, et se jeta dans le vide…
- Comme les singes, cria Jas en l'imitant.  Haaaa HiHaHihaaaaaa !


en… l'air ?
C'était rare de voir Venom mal à l'aise. Sa cool attitude avait quelque chose de forcé et il s'efforçait de ne pas trop regarder en bas. Pourtant leur… Ballon, habilement manœuvré par Mormoon descendait tranquillement en contournant la montagne par la face à l'ombre. Les ailerons et une utilisation judicieuse du “brûleur” et du ventilateur permettaient même de le diriger. Si maître Skywalker conservait sa posture calme et sereine, Sasha éprouvait comme de l'exaltation ; il n'arrivait pas à se souvenir des détails, mais il lui semblait avoir déjà flotté ainsi au-dessus de la jungle. Si c'était le cas, il avait alors moins de sept ans.
- ils sont de l'autre côté, mais nous ne l'aborderons qu'avec une bonne marge de sécurité, à cause des ascendants thermiques, avait dit Mormoon, alors que l'engin perdait lentement de l'altitude.
- pour l'instant, ils se dorent au soleil et font sécher leurs vêtements, affirma le Jedi. Je sens l'embarras de Jaden à l'idée de nous voir débarquer alors qu'il est en petite tenue.
Sasha ne percevait pas grand-chose :
- Par contre, j'ai l'impression que X'ree a oublié où il était. Son esprit est entièrement accaparé par l'idée de manger. Comme 95 % du temps !

Quand leur véhicule approcha la face encore éclairée, Mormoon avait pris de la distance avec la paroi et était descendu légèrement au-dessous de leur destination.
- Les courants vont nous y ramener avec plus où moins de douceur. Nous sommes tout près d’une falaise : la manœuvre sera difficile et dangereuse, rappela-t-il avant de recommander :
- Restez arrimés à quelque chose et tenez-vous prêts à larguer les grappins. Vous savez quoi viser.
Sasha ressentit l'urgence :
- X'ree a un problème, fit-il d'une voix tendue.
Il ne voyait rien, mais ressentait la panique et la fuite éperdue du petit Changeur.
- Il s'était trop éloigné des garçons.
- pas le temps de s'en préoccuper ! L'averse a épargné cette zone : avec la chaleur, les courants sont plus forts que prévu, accrochez-vous ça va secouer, cria Mormoon.
Sasha sentit son estomac dégringoler alors que le ballon entamait une remontée brutale tout en se rapprochant dangereusement de la paroi…
- Les grappins ! Maintenant ! Hurla le Nippan tout en tirant sur une corde qui courait jusqu’au sommet de l'engin. Le tissu sembla se déchirer.
Il va s'ouvrir comme un kaï trop mur, pensa le jeune homme paniqué.
Puis un souvenir lui revint : «  ça, petit, c'est la corde de déchirure ! Il ne faut pas y toucher ». Le garçonnet qu'il était avait prestement serré ses deux mains dans le dos.
Venom n'était peut-être pas très à l'aise, mais il réagit avec sa rapidité et son efficacité coutumières. De l'autre côté, Skywalker avait fait de même.
Drossée contre la paroi, l'enveloppe se déchira d'un coup et la descente se transforma en chute . Puis elle se prit dans une saillie rocheuse, freinant la chute, mais précipitant la nacelle contre la paroi.
Sasha se sentit partir «  ça va faire mal !", mais quelque chose s'interposa entre lui et le choc. Il entendit cependant un craquement caractéristique :
Os brisé.
Mais ce n'était pas l'un des siens : l'obstacle entre lui et la paroi, c'était Markus !
- rien de cassé ? Demanda le Nippan.
- si, mais c'est pas grave, répondit Markus 
Il remit Sasha sur ses pieds de son bras valide.
- merci, frérot !
- de rien, p'tit frère !
Mormoon s'était arrimé à temps et le Jedi avait su limiter les dégâts; il avait évité le pire en tirant sur son grappin au bon moment et l'avant de la nacelle avait amorti le choc.
- merci à vous, maître Jedi, belle manœuvre d'urgence, affirma le nippan. Monsieur Markus, votre bras ?
- rien de grave : fracture simple de l'humérus gauche.
Markus tira brusquement sur son bras, et l'os revint en place.
- il vous faut une attelle...
- ne vous inquiétez pas, je guéris vite. Très vite !
- Très, très vite, confirma Sasha. Euh, c'est quoi, cette bête ?
Il désigna l'octopode à peau rougeâtre et ridée qui approchait. Le nippan connaissait:
- aah ! Un pou de paroi ! Sale bête, mais nous sommes trop gros pour elle ! Elle n'aurait jamais dû remonter si haut ! Pas si près du débouché, en tout cas ! Il a suivi les lianes, je pense: dans les villages habités, des équipes descendent régulièrement pour les couper.
- les garçons ont été obligés de fuir ! Ils ont utilisé les lianes, imitant de petits quadrumanes qui fuyaient eux aussi.
Ainsi, en pleine crise, Skywalker avait réussi à garder l'esprit braqué sur son apprenti. Le nippan approuva :
- ce sont ces bestiaux que le pou pourchassait, mais ils ont eu raison, il aurait pu attaquer : question de taille.
- Et maintenant, on les suit ?
- avec votre bras blessé, monsieur Markus ?
- il est guéri ! Plus ou moins. Notre matériel est intact, et on doit pouvoir trouver moyen d'atteindre cette saillie rocheuse. Corde et grappins ?


Plus bas…
- AaaaaHihahiha... Ouuch
Quatre lianes plus loin, Jaden s'était posé comme une fleur sur une énorme branche, mais Jas…
- Jas ? Jas ? Jaaas ? Ça va ?
Jas, bras et jambes en croix, semblait s'être incrusté dans l'arbre. Il finit par redonner signe de vie.
- Ouais, ouais… Faut juste que je travaille mes atterrissages.
Il parlait un peu du nez. Un nez qu'il remit en place d'un craquement sec.
- Eh, tu saignes !
- Non, je ne saigne plus : c'est guéri ! Dis, tu gardes ça pour toi, hein ?
- Promis, juré ! Je crois que la bestiole rouge ne nous a pas suivis.
- tant mieux ! Tu crois qu'on peut remonter ?
- Sais pas ! Il vaudrait mieux : ici, plus on descend, et plus ils sont gros, les prédateurs ! X'ree, tu sais où est Sasha ? X'ree ? X'reeeee, t'es où !
- Shhht ! Pas de bruit ! X'ree caché : méchantes bêtes partout, partout.
Jas se contenta d'un murmure :
- Tu sais où son Sasha et Pa' ?
- Et maître Luke ?
- Plus Haut ! Dans gros ballon avec Mormoon. Mais ballon cassé ! On est coincés ici !
Quand il voulait, X'ree pouvait faire des phrases complètes.
- Ah, génial ! On les rejoint ? Ils ont dû emporter des provisions !
- Et de l'équipement, j'espère : des armes, par exemple.
Jaden fit un tour d'horizon pour jauger de la situation.
- Les plus longues branches de cet arbre touchent la falaise, un peu plus haut ; Et regarde, le tronc est couvert de fissures : il y a assez de prises pour grimper.
- et encore de l'escalade ! On aurait dû aller à aqua park : c'est plus tranquille ! En plus, le soleil se couche !



… Le Volgur est mort ce soir !
(Awimbaoué)


Juste au-dessus.
Longer la falaise sur une très étroite corniche aux prises minuscules n'avait pas été facile, mais ils avaient fini par atteindre le déversoir.
- votre bras ?
- ça va, ça va ! Le processus de guérison est toujours assez douloureux ;
Les faits semblaient contredire l'affirmation, mais Mormoon n'insista pas. Il n'avait jamais entendu parler de quelqu'un capable de guérir seul et si vite d'une fracture. Il tenta de s'orienter :
- En principe, il devrait y avoir un refuge à une centaine de mètres par là. C'est un peu plus bas ; La nuit tombe, il vaudrait mieux faire savoir aux garçons qu'ils doivent nous rejoindre là-bas.
- le problème, c'est qu'ils sont un peu perdus : ils sont dans un arbre, tentent de rejoindre la falaise, mais ils ignorent de combien ils sont descendus et à quelle distance, résuma Skywalker.
- en tout cas, ils ont bien respecté vos instructions, regardez.
Markus avait l’œil, et le bon : lui seul avait repéré les deux comlinks noyés sous plusieurs mètres d'eau du déversoir. Il repéra d'autres indices :
- ah, ici ! Emballage de barre énergétique : ils ont mangé. Ces lianes, là-haut : elles ont été déplacées récemment. Je dirais qu'ils sont partis dans la bonne direction. Je ne peux pas les entendre d'ici, avec le bruit du déversoir, mais peut-être que de l'autre côté de ce promontoire…
- c'est par là que nous devons passer : allons-y !
Grimper jusque-là ne nécessitait aucune qualité spéciale ; descendre de l'autre côté, par contre…
- on utilise les lianes ?
- pourquoi faire ? On a de bonnes cordes, non ?
Sasha se sentit un peu stupide et préféra s'offrir un petit tour d'horizon.
- Il y a quelque chose qui remonte de la forêt ! La, c'est comme un nuage !
- Pas un nuage ; des nazguls ! Ils nous ont repérés, avertit Mormoon !

Les Nazguls avaient une tête allongée et des mâchoires garnies de dents, une sorte de crête – ou de dérive- sur la tête et de grandes ailes membraneuses qui reliaient pattes avant et arrière (1). Ils n'étaient pas très grands. Pas assez pour leur cible, en tout cas.
- leur queue, faites attention à leur queue : le dard est mortel !
Ce n'était pas Mormoon, mais Markus qui avait lancé l'avertissement ; il ajouta :
- détruisez-le, sans lui ils sont inoffensifs !
Il joignit le geste aux paroles, esquiva le premier et le désarma d'un coup de machette, bientôt rejoint par la lame vrombissante du Jedi, qui se déplaçait à une vitesse stupéfiante. Venom n'était pas en reste : machette et couteau semblaient flous tandis qu'il paraît les assauts de ses assaillants.
Quelques volatiles, plus malins, tentèrent de contourner l'obstacle. Sasha, fusil à la main, était prêt. Il s'apprêtait à tirer dans le tas, mais se ravisa : la grenaille de son arme volatilisa un aiguillon et l'animal désarmé s'enfuit à tire d'ailes avec des cris d'indignation. Il ajusta une autre cible, mais Mormoon fut plus rapide. Il se rattrapa avec le suivant. L'attaque cessa soudain, tandis que les prédateurs s'égaillaient en tous sens .
Sauf un : délaissant ses armes, Venom avait réussi à le capturer. Il bloquait d'un bras les ailes repliées de la créature, tout en esquivant le dard qui tentait d'atteindre sa tête. Un geste vif, et il stoppa celui-ci à quelques millimètres de sa joue. L'animal aurait pu le mordre, mais il semblait totalement désorienté.
- Quelle merveilleuse petite bête ! Vous savez que son venin peut paralyser une proie trente fois plus grosse que lui ? Il y laisse son aiguillon à chaque fois, mais il finit par repousser. Et, devinez quoi ? C'est précisément le moment où la chair de sa proie est devenue assez tendre pour que ses mignonnes petites dents puissent la découper : il aime la viande un peu faisandée, hein mon petit Nazu ? La nature est si ingénieuse, n'est-ce pas ? Je me demande si je pourrais…
Quand Markus donnait un surnom à une bestiole… Sasha tua la tentative dans l’œuf :
- Non, Markus ! Thalia ne voudra pas d'une de ces bestioles à la maison ! Et puis, elle serait très malheureuse toute seule !
- mais regarde-la, n'est-elle pas attendrissante ?
- Non , c'est non! Mais tu peux garder son dard en souvenir, si tu veux !

Sasha connaissait son Venom par cœur : il ne pouvait s'empêcher de ramener à la maison toutes sortes de petites bêtes venimeuses, souvent mortelles. Mormoon, curieux, demanda :
- Vous connaissez les Nazguls, Capitaine ?
Sasha préféra donner la vraie réponse :
- Notre Markus est un passionné. Il a un jour offert à son fils Jas un magnifique ouvrage, avec de superbes illustrations : Faune et Flore Venimeuses de la Galaxie. Nul doute que vos Nazguls y figuraient en bonne place ! Il serait plus correct de dire qu'il se l'est offert lui-même.
- Comment ça ? C'était son cadeau d'anniversaire !
- Très en avance, alors : il n'avait pas deux ans, Markus ! Jas est précoce, mais tout de même !
- C'est pas vrai : je lui lisais une histoire tous les soirs, il me montrait les images du doigt et répétait les noms ! Il adorait ce livre !
Sasha n'insista pas : Jas aimait depuis toujours plantes et animaux, mais tout de même, vingt mois! Il se contenta d'un geste et regard appuyé aux deux autres : qu'est-ce que je vous disais ?
Markus consentit à libérer son captif, non sans avoir adroitement prélevé le dard. Il en étudierait soigneusement le venin, son frère n’en doutait pas.


juste en dessous.
- Wow, ils sont passé près !
Jas fanfaronna :
- j't'avais bien dit que, si on ne bougeait pas, on ne risquait rien : les Nazguls ne voient bien que ce qui bouge ou se détache sur le fond du ciel.
- Comment tu sais ça, toi ?
- Mon père me lisait un livre, quand j'étais petit. Y avait  Kodashi, la mignonne vipère de Dathomir, Nazgul le gentil porte dard, King cobra, le serpent cracheur qui portait une couronne et… C'est quoi, ça ? L'orage qui revient ?
Deux, trois, quatre grondements…
- Non, c'était tout près, un peu plus haut. Versl’endroit où les Nazguls sont allés.
- Hikk… Gros… Méchant… Peur ! Derrière !
- Qu'est qu'il y a, X'ree, encore un…
Jas se retourna et l'horreur le pétrifia sur place. Il ne put que répéter :
- … Gros méchant ! Peur ! Sauve qui peut !
Sauf que ni Jas ni Jaden ne pouvaient : le cou massif de la créature leur barrait le passage ; des dizaines d'yeux pédonculés les scrutaient.
- bon, il ne peut pas nous voir et tourner la tête pour nous avaler, analysa calmement Jaden.
- La tête, quelle tête ?
Les yeux se déplaçaient le long du cou ; de plus en plus nombreux, ils formèrent bientôt une couronne sur le côté du ‘cou’, juste en face d'eux. Un petit orifice apparut au centre de l'anneau, qui devint un trou, puis un puits garni de dents.
- là, on est mal, concéda le jeune Jedi. 
- On va tooous Mouriiir… Résuma Jas, si terrifié qu'il entendait des voix (2) :
[ La lumière ! Pense à la lumière ! Dans tes mains!]
- Qu'est-ce que t'as dit, Jaden ?
- J'ai rien dit, je réfléchis !
[La lumière, Jas !]
Après les voix, des visions :
Jas était toujours dans une forêt, mais cette fois c'était SA forêt. Il était entouré d’humanoïdes lumineux qui lui parlaient, le rassuraient, expliquaient. Il ne comprenait pas leur langue et pourtant, il comprenait : il savait qu'ils étaient ses amis.
- Jaaaas ! Au secouuuurs !
Cette fois, c'étaient des tentacules sortis du puits qui s'enroulaient autour de son copain et l'attiraient… Quelque chose de visqueux autour de sa cheville…
- Aaaaahh, ils m'ont eu, moi aussiiiii!
Un autre tentacule tenta de s'enrouler autour du cou du garçon. Jas l'attrapa à temps, mais ce truc était si mou et visqueux…
Jas cria, sans trop savoir pourquoi :
- La lumière ! ALLUMEZ LA LUMIÈRE !!!
Son souhait fut exaucé : de fait, c'était comme si sa peau de ses doigts se fissurait et que la lumière enfermée dessous s'échappait. Le tentacule qu'il serrait toujours grésilla et commença à se racornir…
Jas libéra sa cheville de la même façon, contempla stupéfait ses mains brillantes, vit Jaden presque englouti, paniqua une seconde, vit ses mains briller de plus belle, puis sourit :
- ça va le faire ! Géronimoooooo !

Il plongea dans la Gueule, agrippant les tentacules qui attiraient Jaden. De l'intérieur, c'était encore mieux : tout ce qu’il touchait se ratatinait ! Finalement, la lumière quitta ses doigts pour se propager sous la peau de la créature. On voyait celle-ci s'éclairer de l'intérieur ici, là, puis plus loin dans les profondeurs… C'était comme, la nuit, un orage lointain dont on voit les éclairs illuminer les nuages.
Ses mains redevenues normales, Jas saisit son pote et tira vers lui. Ils tombèrent lourdement en arrière à l'aisselle d'une large branche.
La créature n'allait pas bien, pas bien du tout : la surface noircissait par plaques, quelque chose s'écoulait, comme une poudre ou des cendres. Le noir finit par tout envahir et bientôt, il ne resta rien qu'une pluie de cendres (3)
- Co... Comment t'as fait ça ?
- Sais pas… Fatigué… Si fatigué.

La tête de Jas dodelinait, ses paupières étaient lourdes… Même en se forçant, il ne put faire mieux que bouger ses doigts : le reste de son corps refusait d'obéir !
- Suis … Trop… Crevé !
Jaden, qui avait rapidement retrouvé son calme (c'est utile, l'enseignement Jedi) , jaugea rapidement la situation :
- Le soleil est presque couché : il faut trouver un abri. D'après Mormoon, il y en a toujours au moins un tout près du déversoir, creusé dans la roche. X'ree… Montre-toi, s'il te plaît ;
X'ree, terrifié, avait déployé tous les talents du petit M'rill qu'il était encore pour se cacher. C'est à peine si Jaden sentait sa présence dans la Force
Jaden n'avait pas élevé la voix, il parlait avec douceur, mais… Il était doué pour attirer et apaiser les petits animaux : la Force était avec lui.
- X'ree, ici. Shhhht méchantes bêtes partout, partout.
- n'aie pas peur : tu sais, aucun prédateur ne pourrait rôder sur le territoire de cette énorme créature. Il nous faut trouver un abri  et comme je vais devoir porter Jas, il faut que tu partes en éclaireur.
X'ree darda ses antennes sur le garçon affalé… Il hésitait, toujours au bord de la terreur.
Jaden lui parla tout doucement, mêlant arguments et persuasion de Force
- Tu peux voler et te camoufler, mais quand les Blades sortiront… Seule la roche peut les arrêter. Et Sasha cherche aussi cet abri, tu sais ? Concentre-toi sur mon esprit, et je te guiderai.
- Sasha ? Abri ? Sasha ! Abri !!
X'ree décolla, plus ou moins dans la direction indiquée par le jeune Jedi
- Pourvu qu'il n'essaie pas de rejoindre directement Sasha ! Bon, Jas, prêt pour la balade ?
- Suis bien là… gros dodo…
- Ouais, ben tu dormiras plus tard ! Allez, accroche-toi ! X'ree a trouvé le passage vers la falaise !


Pas loin !
- c'était quoi, cette chose ?
- Sais pas, moi, protesta Venom sous le regard noir de son frère. Trop gros pour être venimeux, ce truc !
Mormoon restait silencieux. Cette créature entraperçue entre les arbres l'avait salement secoué. Il finit par répondre :
- Un Volgur ! C'était un Volgur… Toute cette agitation, là-haut, les répulseurs des navettes, les boucliers, les tirs de blaster, ont dû l’attirer. C'est le plus gros, le plus redoutable… C'était ! Quelque chose l'a détruit: impossible autrement… Mais RIEN ne peut tuer un Volgur (4)
- Nous devrions peut-être bouger : si ce qui l'a tué…
- Rien dans cette jungle ne le peut : Et tout prédateur qu'il n'aurait pas absorbé au passage a fui très loin d'ici. Nous n'avons plus rien à craindre… sauf les Blades. Les éclaireurs seront bientôt sortis. Il faut faire vite : On peut résister aux éclaireurs, mais pas à l'essaim quand il a repéré sa proie.
Sasha avait réussi à rétablir le contact avec X'ree :
- C'est Jas qui l'a tuée… X'ree ne sait pas de qui il doit avoir le plus peur : Jas ou ce Volgur. « Jas brille, Jas-qui-brille » C'est à peu près tout ce que j'arrive à en tirer. Son esprit est très confus, il cherche.  Un abri, il me cherche, il ne sait pas trop… Je sens un autre esprit en lui.
- peut-être Jaden ? J'ai du mal à reprendre le contact avec lui ; son attention est concentrée sur autre chose
Mormoon suggéra :
- L'abri n'est plus très loin. Essayez de les guider : cinquante mètres à droite et environ dix plus bas.

L'obscurité progressait et le trajet était difficile, mais il faisait encore assez clair. Ils n'étaient plus très loin, quand…
Vrrrrrrrrrr . . . Tchac !
- C'était quoi ?
- Un blade, je crois. Je l'ai eu , fit Venom en faisant tourner un couteau dans sa main.
- Un éclaireur, déjà… Bien sûr ! Le Volgur a englouti leurs prédateurs. Et leurs proies habituelles. Il avale à peu près tout ce qui bouge.
- Parce qu'ils ont des prédateurs ?
- Un blade isolé, oui ! Deux ou trois, c'est encore possible. Au-delà, les prédateurs deviennent vite des proies. Et un groupe de reconnaissance, c'est vingt-quatre blades plus sept éclaireurs en solo et…
Vrrrr.... Krzzzzt ! Un bref éclair de lumière jaune.
- Celui là, c'était le N°2, constata le Jedi qui rangeait déjà son sabre. Dois-je supposer qu'il y en a cinq autres ?
- Plus, bien plus : J'entends d'ici le bruit de l'essaim.


Tout près… Vraiment tout près.
X'ree ne savait pas encore lire, mais il avait reconnu les symboles peints à même la paroi, trouvé l'entrée. Dans son petit centre nerveux, la terreur avait fait place à la fierté : il avait accompli sa mission !
[ Ici, ici, ici!]
[ On arrive, X'ree, je suis tout près!]
Jaden surgi de l’obscurité, portant Jas sur son dos. Lui aussi aurait eu de quoi être fier : il avait réussi à se faufiler de branche en branche, dans le noir total, en portant son camarade !
Mais Jaden était un apprenti Jedi sérieux, il se concentrait sur sa tâche, lui !
- Bravo, X'ree, tu as trouvé, chuchota-t-il. Ça y est, Jas ! Tu vas pouvoir te reposer.
- Non… Pas fini !… Pose-moi ! J'dormirai après ! Pas fini : l'essaim !!

Mormoon indiqua du doigt une anfractuosité dans la falaise :
- Vite, vite, on y est presque !
Un vol reco se fit exploser en vol par deux coups de feu, Venom intercepta deux individus isolés, mais un troisième réussit à passer :
- Aîe ! Ah, merde, il m'a coupé, je saigne !
Sasha s'empressa de couvrir sa blessure, mais comprit qu'il était trop tard: il prit sa décision.
- Ils vont sentir mon sang ! Ne bougez pas, avec un peu de chance, ils vont me suivre, profitez en pour…
Une autre patrouille alertée par le sang grilla quand Venom actionna son lance-flammes, mais d'autres arrivaient déjà !
- Trop tard !

Un étrange phénomène se produisit à quelques dizaines de mètres : C'était comme si le soleil se levait à nouveau. La lumière diffusa, pulsa, s'intensifia jusqu’à devenir aveuglante, les obligeant à se couvrir les yeux ou à se détourner ; on pouvait voir la jungle comme en plein jour ! Quand l'obscurité revint, les blades étaient partis, trompés par la fausse aurore.
- Vite, à l'abri !
Jaden, armé d'une lourde branche, montait une garde vigilante à l'entrée.
- Venez, venez, y a de la place dedans ! Mais pas de porte ! Elle est complètement déglinguée !
- Jas, où est Jas ?
Venom était paniqué de ne pas voir son fils.
- Au fond, je l'ai couché, il s'est effondré quand sa lumière s'est éteinte.
- Sa lumière ? Ne me dis pas que c'est lui qui…
- Si ! Et avant, il a dégommé une énorme bête qui a failli m'avaler tout cru, il m'a sauvé la vie, et puis…

Pendant l'épreuve, Jaden avait fait preuve d'un sérieux et d'une concentration dignes d'un Jedi expérimenté. Mais maintenant que maître Luke était là, il relâchait la vapeur.
Ce dernier écouta patiemment le récit décousu du garçon excité tout en résolvant le problème de la porte :
une lourde pierre plate vola dans la nuit et vint obstruer l'entrée, mais des interstices demeuraient, assez grands pour un blade.
Sasha s'empressa de déposer un gel cicatrisant sur sa coupure et de faire disparaître les traces de sang : les insectes pouvaient revenir.
Markus se précipita vers son fils qui dormait sur une banquette creusée à même la roche. Jaden avait trouvé le coffre scellé contenant le matériel de survie et avait pris la précaution de couvrir son copain. Jas ouvrit à peine les yeux, sourit à son pa' et se cala plus confortablement contre lui, avant de se rendormir.
Sasha avait fort à faire avec un X'ree terrifié qui s'agrippait à lui comme un bébé varg.
Il prit néanmoins le temps de résumer la situation à W'arrr, à qui il confia la lourde charge de rassurer Thalia. Trop crevé pour argumenter avec sa cousine.
Mormoon trouva dans le coffre une feuille de plast et s'en servit pour sceller l'entrée, aidé par le Jedi.
Sasha, encombré par son passager, vint leur donner un coup de main.
En travaillant, ils écoutèrent le récit de Jaden, jetant çà et là un regard ébahi au garçonnet endormi.
Le nippan n’en revenait pas :
- Un Volgur… Une créature quasiment immortelle , fit-il incrédule, en collant une fine grille sur l’un des derniers interstices.
Il voulait laisser un espace pour renouveler l’air, supposa le jeune homme.

Jas roupillait peut-être, mais quand les grands sortirent les provisions, il rouvrit les yeux. Juste assez pour récupérer l'équivalent Nippan de la barre de concentré nutritif : un pemmican de fruits et viandes séchés qu’il fit passer de quelques gorgées d'eau.
- Ch'est bon, cha ! marmonna-t-il en s'attaquant à une deuxième portion, qu'il ne put finir : il s'était rendormi ;
Mormoon se reprit assez pour suggérer :
- Il reste un peu plus de neuf heures avant l'aube. Vous devriez vous reposer, il nous faudra faire très vite pour remonter jusqu’à une des plate-formes supérieures où nous serons en relative sécurité.
- Vous devriez vous reposer en priorité, nous aurons besoin de votre savoir et de vos compétences proposa Skywalker à voix basse (et pour cause, Jaden, imitant son copain, s'était blotti contre lui avant de s'endormir). Je peux veiller.
- Moi aussi, renchérit Markus sur le même ton : je dors très peu et je peux m'en passer plusieurs jours, si nécessaire.
Sasha, lui, ne se fit pas prier : en bon petit soldat, il avait jadis appris à profiter de chaque instant de calme pour piquer un roupillon.


Plus haut, plus tard, trop tard ?
- Eh bien, on n'ira pas plus haut !
L'étroit sentier avait disparu comme si quelque chose avait tranché d'un coup la falaise. On ne voyait même pas l'autre bord.
- Ce pan de falaise s 'est effondré il y a peu ! 20 ans sans entretien ni surveillance… La plate-forme n'est pas beaucoup plus haut, mais à au moins trente mètres à droite.
- Les terrasses ne sont pas si loin ?
- deux cents mètres d'escalade, ça vous tente ?
- On peut toujours essayer, estima Markus. Nous avons des cordes, un peu de matériel d'escalade et si je trouve quelques endroits pour les amarrer…
Jas, épuisé et maintenu par un harnais improvisé, était agrippé sur son dos mais cela ne semblait pas le gêner.
- pas la peine : la cavalerie arrive, assura Sasha. Reste à trouver un moyen d'embarquer.
- Un engin à répulseurs ? C'est une folie, nous ne sommes pas assez haut !
- pas un engin à répulseurs ! Votre Orni ! C'était le seul assez compact, ceux de vos voisins ont des ailes trop longues : ils se contentent du repérage et surveillent la jungle.
- Mais alors qui pilote ?
- Ma cousine ! Elle a dû prendre un cours accéléré, elle ne s'en sort pas trop mal !
- Ma Thalia peut piloter n'importe quoi, assura fièrement Markus,
- Ouais ! C'est une super pilote, ma', renchérit Jas d'une voix lasse.
- Elle ne pourra pas se poser.
- Ce promontoire, là ! On va tout simplement sauter à bord, suggéra Sasha. C'est loin, mais avec deux Jedi et le champion du monde de lancer de droïdes B1, on devrait y arriver,
Mormoon ne mit pas en doute cette affirmation, mais il y avait encore un problème
- Nous sommes trop nombreux, au moins un de trop, si ce n'est deux  ! Le poids…
- Finalement, je vais pouvoir me la faire en solo, cette falaise, répliqua Markus, un grand sourire aux lèvres.
- En égoïste ? Et moi, alors ? Je n'ai pas le droit ? Le Jedi souriait, lui aussi.
- Mphhhh ! Je suppose que vous en êtes capables ! Mais inutile : si votre épouse est aussi douée que vous le prétendez, Messer Markus, vous n'avez qu'à attendre ici, elle fera un second voyage ! Fit remarquer le Nippan.
- ah, vous me gâchez tout le plaisir !
Thalia se révéla tout à fait capable de tenir le stationnaire à quatre mètres du promontoire. Jaden sauta en premier, porté par son pouvoir et celui de son maître. Puis il réceptionna Jas, lancé par son père et soulevé par Skywalker.

Mormoon était un gars sec, plus petit que Sasha. Il vola convenablement jusqu’à son orni. Jaden et Jas, qui usait ses dernières forces réussirent à amortir le choc.
L'orni tangua et dut s'éloigner de la falaise pour se stabiliser avant de se remettre en position, un peu plus loin, cette fois : Thalia, une fois son fils à bord, prenait de la marge : comment lui en vouloir ? Sasha respira un bon coup et tenta d'ajouter toutes ses forces au catapultage. Un peu trop : il se serait emplâtré la paroi opposée si Mormoon n'avait déployé un filet de sécurité en travers de la porte béante. Les garçons et lui tenaient le côté, qu'il n'avait pas fixé : cela fonctionna, mais Sasha s'emmêla dedans et manqua ressortir par le même chemin. Une manœuvre brutale de sa cousine le lui évita in extremis.
- Dis leurs que je reviens les chercher, cria Thalia qui se bagarrait avec les commandes pour maintenir l'engin alourdi.
- INUTILE, s'époumona Jaden dans le vent qui balayait la cabine : MAÎTRE SKYWALKER A VRAIMENT ENVIE DE SE LA FAIRE, CETTE FALAISE !
Une intention que celui-ci confirma à Sasha, mais avec des arguments plus raisonnables :
[ Inutile de prendre des risques : avec la chaleur, les turbulences vont rendre le vol stationnaire plus risqué, alors qu’escalader cette falaise ne présente aucune difficulté particulière. À tout à l'heure!]
Jas roupillait déjà dans un coin après avoir englouti deux des pemmicans de la réserve du bord. Ses exploits l'avaient littéralement vidé de ses forces.

Markus arriva premier, mais de justesse, au sommet de la falaise. Il tendit la main au Jedi, nettement plus agé, pour l'aider à se hisser.
Il affirma, avec un sourire contrit :
- désolé, j'ai déjà perdu une fois contre une Jedi (5), alors…
- Je suis au courant : Ma nièce aussi déteste perdre !


Notes:
1 Mais pas de roi sorcier sur leur dos ( trop petits!)
2 Contrairement à ses parents, il a eu une enfance très protégée.
3 Merci, Mr Eddings !
4 Si : une Death Star en état de marche ! d’ailleurs, Jas n’a probablement détruit qu’un pseudopode de l’immense créature.
5 Non seulement Jaïna les avait tirés,Thalia et lui d'une embuscade, mais elle avait descendu plus de chasseurs ennemis  que les deux réunis! ( voir Venom et le seigneur de la guerre)


Awimbawé! Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 15 Oct 2017 - 18:37   Sujet: Re: Le coeur d'Herrion (HoH). Livre 1, chap 13

Après toutes ces péripéties, un peu de calme et de tranquillité pour ce dernier chapitre du Livre 1. Au menu: quelques révélations, une petite passe d'arme entre Luke et Markus et quelques cadeaux lourds de symboles.



Chapitre 14 : Conseil de guerre… Ou de famille ?



Jas roupilla encore un moment, avec quelques petites pauses. C'est ainsi que ses parents le virent entrer tranquillement dans le salon, ouvrir le conservateur, prélever quelques gourmandises, vider le flacon d'eau fraîche, puis retourner se coucher en mâchonnant son butin ; il ne s'était même pas réveillé !!
- Oh, ça, c'est pas la première fois qu'il nous fait le coup !
Parler en dormant, non plus, même si ça lui avait passé depuis longtemps. Sauf que là, il semblait en pleine conversation dans une langue qu’aucun des témoins ne connaissait… Seul indice ? Juste un commentaire marmonné alors qu’il s'agitait avant de changer de position :
- Sympas, ceux qui bril…
Ce n'est que douze heures plus tard qu'il émergea enfin. Coïncidence ? Juste avant l'heure du repas !


Révélations
C'est donc la panse bien remplie que tout le monde se réunit dans le salon ; conscient de l'attention générale, il fit durer le suspense et mima une fatigue qu'il ne ressentait plus. Thalia joua le jeu un instant, lui apportant un coussin, lui servant un gobelet de sa boisson préféré, une partie des cookies qu'elle avait elle-même préparés. Comme le garçon prétendait qu'il avait un peu froid, sa mère, qui commençait à perdre patience, partit lui chercher une couverture.
- N'en fais pas trop tout de même, fiston, conseilla son père avec un clin d’œil.
Jas comprit le message, d'autant plus que d'autres commençaient s'impatienter, à commencer par son parrain. Bien sur, maître Skywalker restait serein, mais Jaden le fixait d'un œil noir. Quant aux jumelles, elles faisaient mine de l’ignorer totalement et jouaient à un de leurs jeux abscons. Lando et Tendra, en hôtes attentionnés dissimulaient, mais difficilement, leur agacement.

Sa mère arrangea la couverture, puis lança son ultimatum :
- Bon, tu es bien, là ? Parce que la prochaine fois que tu te plains, c'est direction le centre médical, mon chou : tu as peut-être des séquelles plus graves qu'on ne pensait. Je crois qu' il te faudrait un examen médical complet !
Thalia était peut-être une mère poule qui avait failli perdre son poussin, mais fallait pas la chercher !
- Jaden nous a déjà tout raconté, fiston, reprit son père, mais ce serait bien que tu combles les blancs… Par exemple, comment as tu fait pour désintégrer cette immense créature, le Volgur ?
- Ah, c'est comme ça qu'il s'appelle ? Le Volgur… Joli nom!
- Jaaas? Évite les digressions, s'il te plaît.
Cette fois, l'ultimatum venait du père ? Venom n'avait pas élevé la voix, mais le ton employé suffit. Jas, surpris par cette inhabituelle manifestation de fermeté, lui jeta le plus bref des coups d’œil et préféra obtempérer.
- D'abord, il faut que je vous parle de mon lien avec la Forêt, parce que c'est comme ça qu'ils m'ont contacté.
- Qui ça, ils ? Ce serait bien d'aller à l'essentiel : on a des décisions à prendre, avertit Sasha .
Jas fit un tour d'horizon, sentit comme une vague hostilité. Il passa directement au résumé :
- Ceux qui Brillent, les premiers habitants d'Herrion, ceux dont parlent les archives des Xalans. Pour faire court, ils pouvaient se transformer en lumière, désintégrer des choses ou des gens par simple toucher et ils m'ont refilé leur truc pour en faire autant. Après tout, ce sont eux qui ont planté la Forêt, il y a très, très longtemps, et je suis leur Héraut !
Il s'interrompit pour boire une gorgée de son soda, puis prit l'air attentif et sage de celui qui fera de son mieux pour répondre aux stupides questions des adultes.
- Ceux-qui-brillent… Ils étaient dans l'Holocron de maître X'reee, n'est-ce pas ? Ce sont eux qui ont créé le Cœur ?

Exactement le genre de stupidités auxquelles Jas s 'attendait, mais il n'imaginait pas qu'un maître Jedi…
-ça, je ne le sais pas : l'Holocron les montre confiant le cœur aux Bergers, mais tous le reste n'est que supputations, répondit-il d'un ton quelque peu pédant.
- Jaaas…
- Oui, m'man ! Tout ce que je peux dire, c'est qu'ils tiennent vraiment à ce qu'on ramène le Cœur à la maison. Ils m'ont beaucoup parlé, pendant que je me reposais, mais je ne me souviens de presque rien. Je suppose que ça reviendra quand j'en aurai besoin. Ah, si : ils ont parlé de l'Oracle ! C'est à cause d'elle que cousin Malthus arrive toujours à tout prévoir. Par exemple, il savait qu'on allait venir ici ! Et nous, on n'en savait rien il y a dix jours !
- ça, nous le savions déjà, expliqua sombrement Venom : nous avons interrogé les kidnappeurs, pendant que vous vous amusiez dans la version nippanne d'Aqua Park. Ils nous attendaient et avaient cinq plans différents. Il semblerait qu'ils aient choisi la pire option.
- Leur objectif principal, c'étaient tes sœurs, précisa Thalia.

Voila qui laissa leur grand frère sans voix !
- Je crois qu'il porte beaucoup d'attention à votre famille et à ses talents particuliers, intervint Luke. Et aux utilisateurs de la Force, aussi : les ravisseurs ont mentionné « le jeune Jedi » et avaient de quoi le neutraliser. Maître Kardoon a une hypothèse : d’après l’Holocron de X’reee, l’ouverture du Cœur ne peut être réalisé que par des adeptes de la Force.
- les doloriens, suggéra Sasha : ils marchent avec lui depuis le début.
Le Jedi confirma partiellement :
- Probablement, mais cela ne suffit pas : il a également besoin d’adeptes du côté lumineux. Des Jedi ? Des novices ou des padawans lui suffiraient peut-être. C’est pour éviter un raid que j’ai fait évacuer Ossus et alerté tous mes chevaliers.
- Alors, s’il n’a pas pu kidnapper de Jedi, commença Sasha avec espoir…
- Il en a ! Trancha Venom d’une voix âpre. Évidemment, qu’il en a !
Le Jedi le fixa intensément, droit dans les yeux.
- Que voulez-vous dire, Markus ?
- Palpy, voila ce que je veux dire ! Il adorait garder des trophées pris sur ses ennemis : Il a bien conservé votre main dans son entrepôt secret, n’est-ce pas, Luke ? Qui sait combien de morceaux de Jedi il a pu collectionner ? Pas seulement de Jedi, d’ailleurs, insinua l’ancien pirate avec un grand sourire.
- Un à zéro pour Markus, souffla Sasha, en admiration devant son grand frère.

Luke, impassible en apparence, jeta un bref coup d’œil à Lando, qui fit un geste de dénégation. Que le clone connaisse le mont Tantiss, passe encore : trop de gens étaient au courant ; mais qui avait informé le jeune homme de ce détail, caché même aux hautes autorités de l’Alliance? Kaarde ? Pas Mara, tout de même ? Il préféra laisser passer, conscient que la réponse – s’il en obtenait une- lui déplairait fortement :
- Le Mont Tantiss a été détruit, Markus, objecta-t-il.
- Verryn connaissait beaucoup de secrets du vieux Tyran. Je pense qu’il connaissait celui-ci et a eu l’occasion de se servir avant que vous ne fassiez tout sauter. Et il sait comment fabriquer des clones. D’ailleurs, je me demande si le clone de C’Baoth…
- C’est une belle hypothèse mais… Commença Lando.
- Ce n’est plus une hypothèse : il a des Jedi, enfin leurs clones. J’avais tous les indices, grâce à mes sources, il ne me restait plus qu’une pièce pour reconstituer le puzzle : le mobile !
L’homme d’affaires tenta sa chance :
- Vos sources… Qui sont ?
- ultra-confidentielles. N’insistez pas, des vies sont en jeu.
Quand des petites bébêtes envahissaient les yeux de Venom, il n’était pas sage d’insister. Il conclut :
- A-t-il pu les former correctement ? Cela par contre, je l’ignore !
- Il convoite aussi vos enfants, rappela le Jedi.
- Cela présage de nouvelles tentatives contre les filles, remarqua sombrement Thalia en les couvant du regard.
- Contre nous et l'Amber Star aussi, ma chérie : il sait que nous mettrons tout en œuvre pour les préserver et aider Sasha, fit tout aussi sombrement son époux. Il a probablement déjà joué le prochain coup, mais moi aussi, compléta-t-il avec un rictus maléfique. J'en ai plein à son service !

Jas avait enfin digéré l'affront involontairement causé par ses sœurs :
- mais, si ce sont les mini… Les filles qu'il voulait, pourquoi essayer de nous enlever, Jaden et moi, alors que…
- … Alors que nous nous apprêtions à nous rendre nous-mêmes chez lui. Avec cet oracle, il doit déjà le savoir. Je crois que notre mission est compromise, devina Sasha.
- Je ne crois pas, objecta Luke. J'ai quelques connaissances sur les Oracles. Nous avons découvert leur existence dans un très vieil holocron (1). Ils ne prédisent pas l'avenir, non ! L'avenir est toujours changeant, mais certains moments, certains événements cruciaux sont comme des points de repère dans le temps… Des points de convergence où tout peut basculer d'un côté ou de l'autre.
- Comme des '‘points de passage obligé’', alors ?

Dans la galaxie, pour voyager, il y a toujours plusieurs itinéraires possibles. Mais très souvent, à cause d'un trou noir, d'une nébuleuse ou de tout autre accident cosmique, tous ces itinéraires convergent parfois vers un même point, un seul étroit corridor, un détroit constituant le seul chemin praticable. Les lieux favoris des douaniers… Et des pirates.
- Tout à fait , Markus : même si Verryn ne peut prédire comment la situation va évoluer, il sait où et quand les conditions sont favorables à son action .
- il n'a qu'à évaluer les options possibles et prévoir plusieurs plans, en déduisit Sasha. Génial ! Avec ça, il gagne à tous les coups ! C'est pour cela qu'il a attendu si longtemps avant de voler le Cœur !
- D'après l'Holocron, l'oracle a un défaut, cependant : il semblerait que les actions de certaines personnes lui échappent. J'ai l'intuition que vous seriez de bons candidats, révéla Luke.
- Mais pourquoi voit-il les jumelles et pas Jas, demanda Lando.
Son vieil ami suggéra :
- Peut-être parce que lui aussi…
- ...Est Marqué par le destin, comme disait Marek : Intéressant, très intéressant, murmura Markus, pensif.
Il se reprit :
- Les superstitions des Berels ! Pfft ! J'y crois pas !
Dès qu'il abordait le sujet avec Marek, c'était la dispute assurée!
- Et Jaden ? Demanda Tendra au Jedi en passant un bras protecteur autour des épaules du garçon assis près d' elle.
- Bonne question, Tendra. La Force a pris soin de réunir votre équipe, Sasha : C’est Jaden qui a redécouvert l'Holocron de maître X'reee dans une caverne sur Ossus, il y a deux ans. Par hasard ? Quand le Cœur a été volé, l'holocron et lui étaient sur Coruscant avec maître Kardoon, notre archiviste, précisément celui qui était le plus à même de vous aider ! Le hasard ? J'en doute !

Luke ne croyait pas aux coïncidences. Et aux prêtres Berels ? Qui sait ?
- Les croyances berel, reprit pensivement Lando … Tu ne t'en souviens peut-être pas, Jaden, mais quand tu étais tout petit, un Berel a demandé à te voir… Un de leurs prêtres.
- Le gentil géant ? Oui, un peu : Il m'avait fait très peur au début, mais finalement, il m'a bien fait rire !
- Il a demandé la permission de te bénir, se souvint Tendra. Je me souviens de ce que ta mère à répondu.
- Elle a dit : « quand on débute dans la vie, toutes les bénédictions sont bonnes à prendre ». Cela m'avait surpris de sa part, se souvint Lando.

Sasha ne croyait pas trop aux racontars de Marek, qu'il aimait beaucoup par ailleurs.
- bon, c'est pas tout, ça ! La question est : on poursuit la mission, ou non ? J'ai une piste: un monde appelé Yun que les corpo ont conquis et renommé Verranna. Il est dans le secteur que tu as délimité grâce à ton tag, Markus, il semble lié à d'étranges manifestations de la Force et il appartient à un certain Bermon, Luka Bermon. C'était le nom de la mère de cousin Malthus. Coïncidence ? Je ne crois pas !
- c'est un bon début, mais est-ce suffisant pour lancer une expédition, fit remarquer le prudent Lando : supposez que ce soit une fausse piste ? Par contre, tout indique le bras de Tingel, si j'ai bien compris ?
- Au nord-ouest du secteur corpo, confirma Markus. Une zone qu'ils ont conquise et développée pendant l 'Invasion sans que personne ne lève le petit doigt.
- nous étions tous assez occupés, à ce moment.
- Et ils avaient un accord avec les Vongs ! Là non plus, personne ne les a ennuyés après la guerre !

Un rappel qui suscita de sombres ruminations. Quoiqu'elle fasse, l'A.S.C s'en sortait toujours ! Au bout de quelques secondes d'un silence vindicatif, Lando remit la discussion sur les rails:
- Bon, à supposer que ce soit le bon endroit…
-… mon intuition me dit que c'est du solide, Lando ! J'ai appris à lui faire confiance.
- Depuis que je te connais, je t'ai toujours vu lui faire confiance, Sasha ! Les accès au secteur corpo seront probablement très surveillés, mais il se trouve que je connais une entrée… Dérobée.
- Le Flot Noir ? Demanda Markus. J'en ai entendu parler, mais il paraît que c'est très dangereux !
- Pas facile, non ! Mais le Flot Noir n'est pas une si mauvaise route quand on a les bonnes cartes et un très bon vaisseau. J'ai ces cartes.
- Et moi, j'ai le ‘Nuage Doré’, rappela Sasha. Mais entre atteindre le Bras et se poser sur Verranna, il y a un gouffre!
- Verryn emploie des contrebandiers pour certaines de ses marchandises. C'est comme ça que j'ai eu vent de cette route, mentit Markus.
-  Dans ce cas, l'idéal serait que j'emprunte l'identité d'un de ces contrebandiers.
- usurper une identité ? Ce n'est pas si facile, objecta Lando.
- J'y suis entraîné. Et pour les déguisements, j'ai tout l'matos dans mon YT (2) !
- Je connais un endroit – pas sur les cartes officielles, si tu vois ce que je veux dire- où tu pourras trouver un bon pigeon, proposa Markus. Je m'occupe des préparatifs, promit-il.
- Caillou XIII ? Demanda le Jedi.
- Ah, vous connaissez, fit Markus, un peu dépité.
Le Jedi se permit un fin sourire et un regard malicieux :
- C'est un port franc très prisé des « entrepreneurs indépendants » et des – hummm- « sujets » de Thalia (3). Il appartient à un certain « Capitaine » Mais vous saviez déjà tout cela, n'est-ce pas, Capitaine Markus ? J'ai envoyé un de mes nouveaux chevaliers là-bas, pour se renseigner sur les trafics de Verryn. C'est un milieu qu'il a fréquenté avant de rejoindre l'Ordre. Il a des contacts, il vous aidera, Sasha !

Un chevalier Jedi contrebandier ou pirate ? Voilà qui réconforta un peu Markus, conscient que le Jedi lui avait rendu la monnaie de sa pièce. Il craignait pour la tranquillité de son précieux Caillou et devait se demander ce que Skywalker allait exiger en échange de son silence, supposa Sasha.
- Un partout, la balle au centre, souffla-t-il à Lando qui approuva d’un signe de tête.
Markus allait probablement sortir une vacherie revancharde quand Jas, muet depuis trop longtemps, se manifesta :
- Et moi, parrain ?
- V'essshhh nous a dit que vous deviez être là, Jaden et toi.
Sasha vit le petit changeur se redresser et lever ses ailes.
- Toi aussi, X'ree !
- ah, bien ! Je vais le parfumer au kaï, moi, Verryn !
X'ree parlait de mieux en mieux.
- Pouah ! Pas si nous, on est tout près, hein ?
Jas n'avait pas envie de recommencer l'expérience. Sasha reprit :
- Je pense cependant que l'on devrait me voir partir seul. Pensez-vous qu'il est possible d'organiser une petite mise en scène ? ?
- Aucun problème ! j'ai justement quelques gadgets qui…
Ah, Venom et ses Gadgets !
Maître Skywalker renchérit:
- Et je peux parfaire l'illusion.


Notes:
1 Le Grand Holocron retrouvé en 40 ?
2 Le YT 2400, c'est la R16 des représentants de commerce galactiques ! :D
3 La reine des pirates, ne l'oublions pas !


Passage de témoin
Puis il tourna son regard vers le jeune apprenti.
- C'est une épreuve difficile qui t'attend. Tu peux encore renoncer, je trouverai un autre Jedi.
- Je dois être présent. Je le savais au fond de moi, maître X'reee me l'a confirmé.
À les voir converser, ils auraient pu parler du menu du lendemain, de la pluie et du beau temps : ces Jedi, toujours calmes, posés et sereins !
Skywalker fit un petit signe de la tête, il s'attendait à cette réponse.
- Dans ce cas, tu auras besoin de ceci.
Il sortit de sa tunique un sabre laser que l'apprenti reconnut :
- N'est-ce pas celui de Ben ?
- Je le lui avais confié, le temps qu'il décide d’assembler le sien. Ce sabre a une longue histoire : c'est mon premier sabre laser, celui que Ben... Obi-Wan m'avait transmis, celui de mon père. Je l'avais perdu à Bespin, nous l'avons retrouvé à Wayland entre les mains de mon clone (4). Je l'ai offert à Mara… Mais elle aussi a fini par assembler le sien. C'est à toi que je le confie aujourd’hui…
Un Jaden beaucoup moins serein accepta l'arme avec révérence.
Pour les témoins de la scène,- surtout Lando qui le connaissait bien- ce cadeau hautement symbolique ne pouvait signifier qu'une chose : Luke, qui pensait pourtant à se retirer, avait choisi son nouveau padawan ! Ben avait passé l'épreuve, il était chevalier et pouvait voler de ses propres ailes.

Jas faisait de son mieux pour cacher sa convoitise, mais il n'avait pas l'entraînement de son père dans ce domaine. Venom ne se permit même pas un sourire pour annoncer, sur le même ton que le maître Jedi :
- ah, fiston, il y a quelque chose que je voulais t'offrir pour tes treize ans, mais tu risques d'en avoir besoin avant.
Il se leva, récupéra un paquet qu'il offrit à son fils intrigué. Celui-ci jeta un œil à la face sereine de son père, à celles des deux Jedi, et fit de son mieux pour se composer une mine de circonstance. Il ouvrit le paquet et y trouva une élégante ceinture munie de…
Oubliée, sa fausse fatigue. Il se leva, le plus dignement qu'il put, et boucla la ceinture, attacha les deux lacets autour des cuisses. Il sortit le couteau droit de son étui, et le tint devant lui, ne touchant que le pommeau et la pointe et, comme son père l'avait fait tant de fois devant lui, il examina la lame :
- Du bel ouvrage… Elle vient de Tschaï ?
- j'y suis passé il y a peu, balança négligemment Venom.

Jas tint la lame en équilibre devant lui, fit tourner deux fois le couteau, le saisi par la pointe, mimant un lancer.
- Parfaitement équilibré, fit-il en expert.
Pris d'une subite inspiration, il rangea soigneusement la lame, passa ses mains derrière le dos, et ressortit deux courtes lames triangulaires, terminées par un anneau.
- Des couteaux à lancer, affirma-t-il en les montrant, mine de rien, à toute l'assistance.
Il les fit tourner autour de ses index, avec un rien de suffisance, puis les rangea d'un geste fluide.
Il s'efforçait- difficilement- de cacher ses sentiments. En temps normal, il se serait bien jeté dans les bras de son pa', mais il suivit la mise en scène :
- Merci, père, c'est un très beau cadeau.
- Il y a encore quelque chose au fond du paquet.

Jas s'empressa de vérifier. Enroulé dans un tissu en soie, il y avait…
Même poignée, même courbure, dans son fourreau laqué : c'était une version beaucoup plus courte du Katana de son père. Une dague ? Non, c'était un peu trop long.
Jas tira pour sortir partiellement la lame : le métal luisait du même halo bleuté que l'arme avec laquelle son père avait affronté le sorcier noir Magnus (5).
- Le vieux maître qui a forgé mon Katana a aussi crée cette épée courte. C'est toujours utile d'avoir une arme qui peut bloquer un sabre laser.
Venom jeta un regard malicieux aux deux Jedi.
Jas aurait bien voulu rester aussi serein que son copain, mais avant même d'avoir réfléchi, il s'était déjà précipité vers son père qui l'accueillit à bras ouverts en riant.
- Bien sûr, il te faudra du temps et de l’entraînement pour t'en servir correctement. Et tu dois lui donner un nom.
- Ce sera Dard… Comme celui des Nazguls.
- Un nom qui me semble approprié, je ne sais pourquoi… (6)


Notes:

4 Mont Tantiss, Luuke, fabrique de clone, tout est dans l'UE! Hmmm... Oui,oui,je sais: l'UEL (tousse)
5 Voir: Venom, le destin d'un pirate.
6 Moi non plus ! Vraiment pas ! :siffle: :transpire:


Il faudra beaucoup de temps ( plusieurs semaines) à Sasha et à son équipage pour rejoindre, par des voies très détournées, le fameux "Caillou". En attendant, Malthus Verryn ne va pas rester inactif: il s'est déjà trouvé de nouvelles proies! Mais cette fois, n'a-t-il pas visé trop haut? Surtout si les zélés et zaineux :transpire: Doloriens décident "d'améliorer" ses plans.
Retrouvez bientôt nos amis dans " HoH, livre 2: Wanted Red1&Venom!"

En attendant, BONNE LECTURE!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 21 Oct 2017 - 19:37   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch1

Et voici le Livre 2 du Cœur d'Herrion, qui était à l'origine la première partie d'un récit autonome centré sur Markus et Thalia et parallèle aux aventures de Sasha.
J'ai tenté la fusion, nous verrons bien comment tout cela évolue... En tout cas, Dog Fights entre chasseurs, batailles stellaires et terrestres sont au menu.


Prologue 


Les adieux sont toujours difficiles quand des proches, frères, cousins, enfants, s'embarquent pour un voyage vers l'inconnu. Pour tous les témoins, Sasha, Prince d'Herrion, repartait seul avec ses droïdes. C'est fou ce qu'on peut faire croire aux gens quand on est passé maître des illusions de Force, ou qu'on dispose de '“gadgets”' peu conventionnels, mais efficaces !
Un cargo à la peinture dorée plus que défraîchie s'éleva de la plate-forme VIP située à la base de la tour des nuages. Cela semblait prétentieux de l'affirmer, mais le sort de la galaxie dépendait du succès ou de l'échec de cette expédition.
- Les voilà partis…
il y avait une pointe d'inquiétude dans la voix de Markus
- Oh, mon Jas ! Mon petit garçon !
Il y avait plus que de l'inquiétude dans celle de Thalia.
- Nous ne pouvions pas le garder au nid éternellement.
Markus essayait de s'en convaincre, mais le cœur n'y était pas.
- Il n'a pas encore treize ans, sanglota son épouse.
- Et regarde ce que nous avions accompli à son âge. Ce que Sasha a accompli à son âge. Notre Jas est fort, il a tous mes talents et toute ta force d'âme! Nous l'avons bien préparé. Et la Forêt et “ceux qui brillent” sont derrière lui.
- Et il part avec Sasha, je sais …Ce n'est pas une quiche, mon cousin ! Il sera vice-roi, un jour !
Thalia sécha ses larmes, redressa sa posture, fit de son visage un masque résolu et affirma :
- Ils vont le réduire en bouillie, ce... Verryn. Allons-y! Nos filles nous attendent ! Elles aussi sont en danger !
- Son plan A ayant échoué, nous pouvons être sûrs qu'il met déjà en œuvre son plan B, ou C…
- j'aimerais savoir comment cet Oracle de malheur fonctionne.

Les ravisseurs avaient été mis en place trois mois à l'avance. Ils savaient quel jour frapper, ils savaient que les jumelles seraient là ! Pourtant, à ce moment, il n'était pas du tout prévu d'organiser une réunion sur la Tour… La famille, à l'exception de Sasha, avait participé à l'inauguration quatre mois plus tôt. Thalia avait prévu de venir passer quelques jours de vacances mais plus tard, bien plus tard.
D'où l'hypothèse de l'Oracle. Un des documents trouvés sur Anaxès évoquait cette possibilité. Le grand maître des Jedi, Luke Skywalker avait confirmé leur existence grâce à un des holocrons découverts sur Ossus. Ces êtres ne se contentaient pas de percevoir des visions du futur – toujours sujettes à caution-, mais percevaient l’existence de « points de convergence » où tout pouvait basculer d’un côté comme de l’autre.
« - même si Verryn ne peut prédire comment la situation va évoluer, il sait où et quand les conditions sont favorables à son action, avait expliqué le Jedi.
- il n'a qu'à évaluer les options possibles et prévoir plusieurs plans, en avait déduit Sasha. Avec ça, il gagne à tous les coups ! C'est pour cela qu'il a attendu si longtemps avant de voler le Cœur !
- D'après l'Holocron, l'oracle a un défaut, cependant : il semblerait que les actions de certaines personnes lui échappent. J'ai l'intuition que vous seriez de bons candidats.

Intéressant, mais guère utile, selon Venom : être invisible aux « yeux » de l’oracle ne présentait qu’un avantage limité quand l’entourage ne l’était pas. Sans compter que Verryn avait eu des décennies pour élaborer un réseau d’informateurs à l’échelle de la galaxie. Le Capitaine de l’Amber Star en tira les conclusions qui s’imposaient. Sasha s'en doutait probablement. Thalia finirait par comprendre, elle aussi. À ce moment, il aurait pris toutes les dispositions nécessaires. Marek allait probablement se charger d’une partie du travail : il était si prévisible !




Chapitre 1 : Tous les coups sont permis


Un pion sacrifié
Le si malin Capitaine de l’Amber Star n’avait pourtant pas prévu le coup suivant ! Le plan B était déjà en œuvre : alors que le couple revenait vers sa suite, on découvrait le corps sans vie de l'administrateur Korvus, le ponte de la KMM avec qui Markus avait eu des mots, pendant la réception de l'avant- veille. L'altercation avait fait grand bruit même si, pour Markus, elle avait été totalement éclipsée par les négociations sur l'avenir de la Kotash, une compagnie concurrente de l'Amber Star que les maladresses de Korvus avait presque ruinée.
Le problème, c'est que certains n'hésitaient pas à désigner le défunt comme le responsable de la tentative d'enlèvement. Tout le monde le savait mauvais joueur et il avait été ridiculisé par son adversaire. De plus, l'un des ravisseurs avait cité son nom !
Les premières constatations conclurent à un empoisonnement. Le coupable était tout désigné : l'ancienne identité de Markus, Venom l'ex-pirate maître des poisons, n'était plus vraiment un secret. Les journalistes savaient réfléchir.
Lando, en tant qu'administrateur, se devait d’ouvrir une enquête : une situation embarrassante compte tenu de ses relations cordiales avec le principal suspect. Il ne croyait pas à la culpabilité du jeune Herrion , en particulier parce que cet assassinat manquait vraiment de la subtilité qui caractérisait le jeune homme. Mais il ne pouvait intervenir sans être accusé d’être juge et partie.
Il choisit donc de faire appel à la Legamax, une agence d’enquête privée d’excellente réputation. La compagnie venait justement d’ouvrir un bureau dans la Tour. Il choisit également deux témoins qu’il estimait irréprochables : son ami Luke Skywalker et le général impérial Marden Horst.
- Je suis certain de l'innocence de Markus, mais je dois prouver que l'enquête sera impartiale et menée dans les règles, leur expliqua-t-il. Elle sera dirigée par l'enquêteur Kadel de la Legamax assisté, pour l’autopsie, d'experts de MediCare
- Je veux bien veiller au respect de la procédure mais, de part ma fonction, j'ai des contacts fréquents et pour tout dire amicaux avec la Directrice Vega an-Herrion. Cela pourrait être mal interprété…
- Tout le monde connaît votre probité, tout comme celle du grand maître Jedi ! Nul n’oserait mettre votre parole en doute !
Lando se trompait.

Markus répondit de bonne grâce aux questions qui lui furent posés sur son emploi du temps, mais certaines de ses réponses avaient de quoi dérouter les enquêteurs :
« - Korvus ? Il ne peut en aucun cas être responsable de l'enlèvement ! Je n'y a pas cru une seconde ! Demandez donc à maître Skywalker.
- Le tuer ? Absurde ! J'avais besoin de lui vivant, pour transmettre un message à ses vrais patrons !
- Oui, je connais les effets du sel de Kardan ! Ils ont utilisé ce truc ? Peuh ! Un boulot d'amateur ! Aucun pro n'emploierait ça ! »
L'autopsie et les analyses permirent de préciser l'heure de l'empoisonnement et la méthode d'inoculation :
- Effectivement, Capitaine, votre épouse et vous étiez alors en train de voler au secours de votre fils ; à ce moment-là, personne n’avait incriminé le défunt dans cette tentative, rappela l’inspecteur Kadel. Par ailleurs, le poison se trouvait dans un flacon de brandy corellien qu’il avait lui-même ramené de son vaisseau. Un flacon cacheté, une « vieille réserve » de soixante-dix ans d’age, quel gâchis ! Ceci a été confirmé par son secrétaire personnel et consigné dans les mémoires de son droïde de protocole. Aucun produit nippan, aucun produit de la Tour n’est incriminé.
Les « observateurs impartiaux » notèrent le soulagement visible de l’enquêteur lorsqu’il mentionna ce fait : employé de la Legamax peut-être, mais Nippan avant tout !
- Les origines de ce meurtre sont à chercher à l’extérieur de Nippa, ce qui outrepasse ma juridiction. Je ne vois aucune raison de vous soupçonner, Capitaine. Sachez que c’est ma conviction profonde, et celle de mes observateurs, continua l'inspecteur, néanmoins…
- Ma réputation… Les rumeurs vont bon train, n'est-ce pas ?
- Une enquête trop facile : Il restera des doutes dans l'esprit de beaucoup de gens. C'était probablement le but du tueur !
- Et certains sauront les entretenir. Merci, inspecteur !

Avec Thalia, les Carlissian et Skywalker, il fut plus précis :
- Je parie que les incidents de ce genre vont se multiplier… Je crains que dans un avenir proche, je devienne un boulet pour l'Amber Star et pour ma famille. Le voilà, le plan B !
Il avait tort : le plan B était bien plus vicieux.



Le gambit du pirate
Le ''Fierté d'Herrion'' était le nouveau vaisseau amiral de l'Amber Star. C'était, comme ses ancêtres Hun, Vandal ou Goth, un élégant vaisseau de croisière reconverti. Mais il était plus petit, avec ses 350 mètres et beaucoup moins armé. Par contre, il était très rapide avec son hyper-propulsion de classe 0.8, ses puissants moteurs sub-luminiques et bien protégé par des boucliers de grade militaire. Markus, suivant la voie tracée par Alcor Procyon voulait donner de la compagnie une image moins agressive.
Une image sérieusement écornée ces derniers temps. Le meurtre de Korvus huit jours plus tôt n’avait été qu’une première alerte, comme le prouvait ce nouveau rapport :
- Une douzaine de morts au total : la KMM est décapitée, en apparence du moins… Mais ce n'étaient que des sous-fifres : la compagnie est dirigée de plus haut, de bien plus haut. Par quelqu'un qui ne lésine devant rien pour arriver à ses fins. Je suppose qu'on va encore me mettre ça sur le dos soupira-t-il, en coupant l'holo retransmission .
- C'est la troisième attaque visant des dirigeants de la KMM ou de ses associés, Markus,fit remarquer Mira Damas, directrice des opérations de la compagnie. Et il y a eu ce scoop de Galaxy Media sur votre passé…
- Bien des gens avaient déjà fait le rapprochement, Mira ! Et Venom avait été gracié pour services rendus juste avant sa ‘mort’. Ce n'est pas cela qui m'ennuie le plus : ce sont les révélations sur mes origines  que les médias promettent pour bientôt: vous l'avez entendu comme moi, ce présentateur : je sens venir une campagne de haine, tout se met en place ! Verryn a une énorme influence sur les médias.
- Il en possède lui-même un grand nombre. C'est vrai qu'ils y vont très fort.
- Oui, et mon groupe de presse ne fait pas le poids. Pas encore, et il le sait !
Il se tut un instant, plongé dans ses réflexions ;
- Et moi… Moi je deviens un handicap pour la compagnie, Mira. L'Amber Star et son Capitaine sont si intimement liés que mes supposés méfaits causent du tort à nos affaires. Je ne vois qu'une solution : êtes vous prête  à assurer l'intérim ?
- S'il le faut, oui ! Mais nous n'en sommes pas encore là ! Et puis, ce sera à votre père de décider.
- Il approuvera : nous savions depuis longtemps, lui et moi, que mon passé finirait par ressurgir! Il ne pouvait y avoir pire moment ! Je dois également préserver la famille. Vous et Jegor faites une bonne équipe. Rappelez-lui juste de temps en temps qui commande et tout ira bien.
- Nous aurions bien eu besoin de lui, pourquoi l'avez vous envoyé au loin avec sa flotte ?
- Il participe à une expédition organisée par la flotte de l'Alliance, il côtoie des amiraux tous les jours : bref, en cas de sale coup – et je le vois arriver-, il est blanc comme neige !
- Au moins, tout est enfin réglé pour la Kotash : elle est entre de bonnes mains.
- Et nous avons récupéré au passage quelques filiales, une compagnie de transport – pas si petite- et plusieurs licences d'exploitation minière. Ce sera à vous d'en tirer les bénéfices ; Je vous confie mon bébé, Mira ! Je ne vois personne de plus qualifié.
- je le protégerai comme mon propre enfant, Markus ! Mais… Et vous ?

En treize ans de collaboration, Mira Damas avait appris à connaître son supérieur et ses petites manies. Sa compulsion maladive pour le secret, par exemple. Elle ne s’attendait donc pas à une réponse franche. Elle n’en fut que plus surprise :
- Je sais que certains interpréteront ma démission comme un aveu implicite. D’autres y verront un signe de faiblesse, ou de lâcheté. Grand bien leur fasse : qu’ils prennent leurs désirs pour la réalité, cela me sert ! En démissionnant, je fais d’une pierre deux coups : préserver la Compagnie et retrouver ma liberté de mouvement. Je vais enfin pouvoir jouer la partie selon MES règles.Voilà des années que je me prépare à ce moment : celui de la confrontation finale avec Malthus Verryn, l’homme qui m’a créé.
Un monstre, diront-ils de moi? Un monstre, soit! Le monstre qui va les dévorer !

Dans les yeux du futur démissionnaire, de petites bêtes venimeuses dansaient la sarabande. Quant au sourire… C’était celui d’un prédateur qui voit sa proie acculée, à sa merci !
La future directrice exécutive de l’Amber Star se demanda qui des deux adversaires – Malthus Verryn ou Venom- était la proie et qui était le prédateur.



Flash spécial !


La Bright Star News Network, l’info galactique en continu !
Nos commentateurs, Gortag IV, Elain Masdak, Adozan Musg décodent pour vous l’actualité !

- Et maintenant, notre rubrique économique. Encore un coup dur pour l’Amber Star, l’une des plus puissantes compagnies de transport du quart Nord-Est. Suite aux terribles accusations portées contre son directeur, le conglomérat de la bordure Extérieure a récemment perdu plusieurs appels d’offre. Survenant après le revers essuyé dans le secteur Daramis et la perte de plusieurs concessions minières au profit de la KMM, ces échecs pourraient menacer la survie à long terme de la compagnie. Notre expert Adozan Musg reviendra tout à l’heure sur les conséquences économiques d’un tel désastre. Mais tout d’abord, une exclusivité de BSNN. Gortag?
- Oui, Chère Elain ! Bonne ou mauvaise nouvelle ? Nous venons d'apprendre que Markus Vega an-Herrion, jadis connu comme le controversé ''corsaire'' Venom a quitté ses fonctions à la tête du conglomérat Amber Star ! Nous nous sommes procurés, en exclusivité galactique, un extrait de sa déclaration officielle diffusée à tous les niveaux de la compagnie  :

«  …. Je ne peux laisser ces accusations odieuses et sans fondement nuire au prestige de l’Amber Star  : j'ai donc décidé  de me retirer de toutes mes fonctions et, avec l'approbation de l'actionnaire principal, de confier la compagnie à la Directrice Exécutive Mira Damas. Elle a toute ma confiance et saura tenir fermement la barre à travers la tempête qui s'annonce. À ses côtés, le Commodore (1) Jegor, dont la compétence n'a d'égale que la probité, saura vous protéger de toute agression. L'Amber Star est une compagnie forte et unie, presque une famille. Pendant toutes ces années passées à vos côtes puis à votre tête, j'ai appris à vous connaître, à vous apprécier. Pour définir notre compagnie, trois mots seulement. Trois mots qui vous ressemblent : Courage, volonté, loyauté. Vous avez déjà traversé bien des tempêtes. Nous traverserons celle-ci !
Merci, et bonne route ! »

C'était un scoop de la Bright Star News Network


- Alors, cher Adozan, Bonne ou mauvaise nouvelle ?
- Afin de répondre à votre question, ma chère Elain, j’aimerais rappeler à nos estimés holospectateurs quelques éléments historiques qui… »



Un coup vicieux
sept jours plus tard, sur Herrion
Un reportage de Galaxy Media avait été diffusé sur de nombreux mondes humains du noyau et des colonies. La famille, qui s’ était rassemblée au palais pour le visionner, affichait des mines consternées.
Les holos parlaient d'elle-même : ruines encore fumantes, cadavres filmés de loin… Une colonie ReHab attaquée, dévastée ; un massacre. Ce n’était pas la première !
Sans l’accuser directement, les commentateurs et leurs experts avaient habilement désigné le coupable : le sinistre Venom, longtemps dissimulé sous l’honorable apparence de Markus Vega an-Herrion !

Markus Herrion senior, l'ancien Vice-roi des mondes du Chariot (et d'Herrion) semblait ébranlé, mais restait combatif :
- inattaquable, juridiquement inattaquable ! Comment contrer ces calomnies ?
- on n'en est plus aux calomnies, grand-père, affirma Lisha, sa petite-fille non officiellement reconnue et mère adoptive de Sasha. Je pense le connaître, je pensais le connaître, et pourtant… Pardonne-moi, Thalia, mais ces images m'ont…
[Laisse-moi répondre, Thalia] transmit W'arrr, le Berger insectoïde.
- J'ai sondé son cœur, Lisha. V'essshhh l'a fait avant moi. Des Jedi l'ont fait avant nous ! Cet homme-là n'existe plus, il n'a jamais vraiment existé. Ne doute pas de ton jugement, tu connais le vrai Markus.
- S'il y a une chose qu’il n’a jamais cautionnée, qu’il n’a jamais pratiquée, c'est le meurtre gratuit ! Et encore moins le meurtre de masse. J'étais là, avec lui, tout le temps ! Et Sasha aussi ! Sasha aurait-il pu aimer un tel monstre ? Et il détestait les esclavagistes, même s'il devait leur faire des concessions…
Thalia ne savait si elle était en colère ou simplement effondrée. Lisha la prit dans ses bras.
- Pardonne-moi d'avoir douté, ne serait-ce qu'un instant…Non, Sasha aurait senti le mal en lui ! Moi aussi, je l'aurais senti. C'est bien de mon jugement dont j'ai douté, pas de lui !
- Il y a de quoi douter, Lisha... Mais crois-moi, je connais mon homme ! Ça, ce n'est pas mon Markus ! Ce n'est même pas mon Venom !
- Nous devons penser aux conséquences de cette crise sur la famille et sur l'Amber Star, intervint Merson, le vice-roi (et régent) (2) en exercice. Le sénateur Belek m'a prévenu : il se trame des choses au sénat. Complots, cabales et corruption !
- Vous ne pouvez pas penser à autre chose qu'à la politique ? Explosa soudain Henryn qui, jusque-là, avait gardé un silence atterré ! C'est de Markus qu'ils parlent, là, de NOTRE Markus !
Il aimait beaucoup l'ancien pirate et “grand frère” de son fils Sasha.

Lisha, maintenant très calme, prit le bras de son mari et l'attira à elle :
- C'est bien de politique qu'il s'agit ! De politique et d'un nouveau complot contre la famille ! Ce n'est pas seulement Markus qu'ils visent : c'est la famille, et peut-être encore une fois … Notre monde.
- Leur cible principale, c'est Sasha ! Ils feront tout pour l'empêcher de remplir sa mission, expliqua calmement le Berger/
- Et mon Jas est avec lui !
- Alors, faisons en sorte qu'ils retrouvent une famille forte et unie en rentrant à la maison, décida grand-père !
- J'ai eu le temps de réfléchir aux parades possibles en venant vous apporter ces enregistrements. J'aurais quelques suggestions, proposa Merson.
Comme son frère l'amiral Darpa, mais dans d’autres domaines, il était un stratège accompli. Chacun apporta ses idées et un plan fut établi. Ce n’était qu’un pis aller, malheureusement ! À la fin, Thalia s’interrogea :
- Rester ici, à l’abri ? Est-ce une bonne idée ? Je devais partir prochainement en tournée dans l’Empire. Si j’annule…
- … certains pourraient y voir un aveu de faiblesse. Ou pire, de culpabilité, compléta Merson.
- Sans compter que nous avons besoin des revenus de la HHB, poursuivit la jeune femme. Et puis, si je ne suis pas là pour les rappeler à l’ordre, ces fichus moffs -certains nous doivent de l’argent- pourraient se faire des idées. C’est jamais bon de laisser dormir les créances et surtout de permettre au petit personnel de rêver…
- Nul ne sait mieux que toi comment les remettre au pas, s’esclaffa grand-père, à moitié convaincu .
Il n’y avait que son héritière pour oser qualifier ces puissants dirigeants de « petit personnel » !
La jeune femme hésita avant de poursuivre.
- Et j’emmène les filles ! C’est non négociable, ajouta-t-elle, sur la défensive.
En voyant les mines réprobatrices de grand-père, Lisha et Henryn, elle tenta de justifier sa position :
- Nous voulons faire passer un message, n’est-ce pas ? Les Herrion sont toujours debout, n’est-ce pas ?
Un court silence, tandis que les autres méditaient cet argument, puis elle s’empressa de parler avant Lisha :
- Et puis Jaïna est auprès de Jag en ce moment. J’ai toute confiance en elle. Si la situation s’aggrave, si notre monde est menacé, elle saura les mettre à l’abri !



Notes:
1 Un commodore sous les ordres d'un capitaine ? La faute à Markus Herrion qui, enfant, rêvait de devenir capitaine de l'Amber Star, le vaisseau pirate du légendaire gentleman-pirate Zilin. Quand il a créé sa compagnie, il a décrété qu'il serait Capitaine : même les grands hommes ont des caprices d'enfant !
À l'Amber Star, le Commodore dirige les forces de défense.
2 Vice-roi des mondes du Chariot, régent d'Herrion. Pour les herrians, Markus Herrion est toujours vice-roi, même s'il s'est retiré, et son successeur a été désigné il y a treize ans : s'ils ont aboli la clause de majorité qui permettait à Sasha d'exercer malgré son jeune age, ils ont « oublié » d'annuler sa nomination !


Bonne lecture, et n'hésitez pas à commenter ( ou à signaler les fautes que je n'ai pas vues :transpire: )
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 29 Oct 2017 - 19:02   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch2

Au menu de ce chapitre, des combats spatiaux et le retour d'une fine équipe.
Et un petit clin d’œil à un film culte (non, ce n'est pas une citation des "tontons flingueurs" comme dans le chapitre précédent, ni Terminator 2)


Chapitre 2 : guet-apens sur Amber 22




It’s a trap !
Le Silver Ghost (1) revenait de sa tournée d'inspection. La H.H.B ( Hyborria Herrion Bastion) commerçait avec les Vestiges de l'Empire, ce qui obligeait sa directrice à maintenir un contact permanent avec les capricieux Moffs, gouverneurs et généraux ; qui sait, sinon, ce que ces comploteurs nés auraient pu manigancer dans son dos ?
Malgré les mauvaises nouvelles, elle avait toujours une compagnie à diriger. Elle avait choisi d'emmener ses filles plutôt que de les laisser sur Herrion : « La vie continue », tel était son message.
Et sur Bastion, tout s'était bien passé. Jagged Fel avait même publiquement réitéré sa confiance et son soutien et mis en doute les accusations concernant Venom. Un soutien non dénué d’arrière-pensées politiques, selon Jaïna Solo : les manigances des Corpos -donc de Malthus Verryn- dans le bras de Tingel, où la Mission impériale (2) était très active, contrariaient ses projets d’expansion pacifique.

- Vous êtes prêtes, les filles ? Vérifiez vos harnais ! On approche d’Amber 22 !
- Super ! Dis, m’man, on pourra aller à l’Animatronic Park, tenta Jaïna ?
- Ah, oui, oui, à l’enclos des Rancors, ils viennent juste de l’ouvrir, renchérit Masha.
- on verra, les filles, s’il n’y a pas trop de monde à l’entrée : nous avons un peu de temps avant de rentrer à la maison, mais pas beaucoup !
Ce demi mensonge sembla les satisfaire : fort heureusement, aucune des jumelles ne s’avisa qu’elles n’avaient pas besoin de faire la queue dans une station appartenant à leur famille. Après un si long voyage immobilisées dans leurs fauteuils, elles avaient surtout envie de se dégourdir les jambes. Ce qui signifiait, dans leur cas, courir en tous sens en poussant des cris perçants et en semant le désordre, au grand dam des passagers en transit de la station.
J’aurais peut-être dû prendre un vaisseau plus grand, se reprocha la jeune femme.

Un voyant clignota sur la console. Un voyant ambre. Thalia fronça les sourcils, vérifia que N°1 et Nounou (un droïde construit par Tendandro arms, le jeune Chance Carlissian avait le même) avaient bien vu le signal, enclencha quelques commandes et tira la manette pour sortir de l'hyperespace, un peu plus tôt que prévu.
Amber 22, une des plus grandes stations de l'Amber Star, aurait du être la dernière étape sur le chemin du retour. Le Ghost était doté d’une autonomie phénoménale pour un TIE, mais Bastion était loin et un ravitaillement était nécessaire pour rejoindre Herrion.
Un ravitaillement compromis : la station émettait – discrètement- un signal d’alarme qui lui était destiné.
Le chasseur surgit dans l'espace proche de la station, mais bien plus loin que de coutume. Elle contrôla ses senseurs. Ceux qui l'avaient prévenue avaient raison. Il y avait autour de la station des vaisseaux qui n'auraient pas du être là. Mais qui ?
Des données cryptées arrivaient en salves depuis un émetteur clandestin situé sur A22 : il y avait là deux patrouilleurs appointés par la cour de justice galactique et d'autres vaisseaux, ceux de chasseurs de prime !
- Quelqu’un cherche à entrer en communication. C’est un canal gouvernemental, avertit N°1.
- Ouvre le canal et écoutons ce qu’ils ont à nous dire.

C’était plus ou moins ce qu’elle redoutait :
- Silver Ghost, ici le commandant Over, de l'Equité, vaisseau de la Cour de Justice  Galactique ! Veuillez couper vos propulseurs et attendre notre navette. Je répète : coupez vos moteurs et attendez notre force d'abordage. À vous !
- puis-je savoir ce que vous me voulez, commandant Avous – pardon, Over ? À vous !
Mais c’est un nouveau protagoniste qui répondit :
- Directrice Thalia Vega an-Herrion, je suis l'Inspecteur Général X'lal. La cour de justice souhaite vous auditionner dans le cadre de l'enquête sur les agissements de votre époux, le Capitaine Markus Vega an-Herrion.
- Tiens, un flic de Coruscant ? J’ai entendu parler de vous (3). Vous êtes bien loin de votre juridiction.
- J’ai été détaché auprès de la Cour de Justice Galactique pour cette mission. C’est assez rare, mais parfaitement légal, se justifia l’officier de police.
- Et vous avez choisi de déployer autant de forces pour me transmettre une convocation ? Ça, ce n'est pas la procédure légale.
- Il s'agit d'une arrestation, toute tentative de résistance sera retenue contre vous.
- Ah, je comprends pourquoi vous vous êtes entouré d'autant… d'auxiliaires ! Peuh ! Chasseurs de prime de bas étage et tiens… ''l'Aube Rouge '' ? Vous faites appel à des tueurs à gages, maintenant ?
Elle coupa la com un instant , constatant que les jumelles n’avaient pas perdu une miette de la discussion.
Se maudissant d’avoir laissé les haut parleurs branchés, elle tenta d’adopter un ton léger pour les rassurer :
- Mes chéries, je crois qu’il va nous falloir renoncer à Anima Park.
- C’est ce méchant monsieur qui nous en empêche ? Demanda Masha.
- Ben oui, et il veut nous attraper, t’as pas entendu ? Lui expliqua doctement sa jumelle.
- Il va essayer, les filles ! Maman ne le laissera pas faire ! Restez sage, maman doit appeler quelqu’un.

Elle bascula la réception sur ses écouteurs puis ouvrit la fréquence générale de la station pour s’adresser à l’assassin.
- Yo, Skull, tu t'es rangé ou t'as un contrat sur ma tête ?
Skull avait bien des défauts, mais il était franc. Il savait que beaucoup de témoins écoutaient, mais il n’en avait cure :
- Yo, Red 1! Y a un contrat et ta peau vaut cher, très cher ! Celle de tes filles aussi ! Cet inspecteur est au courant, au fait ! J’ai rien de personnel contre toi, note bien, mais les affaires…
- … sont les affaires, je comprends. Puisque c'est ainsi, pourquoi ne viendriez pas faire joujou avec moi ? Inutile de terroriser tous ces voyageurs innocents ! Inspecteur ? Ma peau vous coûtera effectivement cher, très cher ! Vous venez jouer, vous aussi, ou vous allez regarder vos auxiliaires prendre les coups à votre place ?
C’était bien l’intention du flic, qui, passablement irrité par les indiscrétions de Skull, cria :
- interceptez-la ! Prime doublée à qui les ramènera… Vivantes !
- Et mortes, elles valent combien ? Demanda Skull qui savait ce que Thalia voulait entendre.
Et faire entendre à des centaines de témoins.
- Seulement la prime prévue ! Oh , et après tout, allez-y, dégommez-les !
On l’entendit répondre à quelqu’un hors champ :
- Quoi, comment, une fréquence publique ? Mais… Coupez, coupez !
Puis la voix de l’irascible inspecteur se tut : l’Équité avait cessé d’émettre.
Très satisfait de son mauvais coup, Skull ironisa :
- Quoi, plus rien ? Bah, pas grave, c'est tout ce que je voulais savoir… Red 1, je viens te chercher ! La mort est proche !
- Pour l'un de nous, au moins !
- Un duel contre Red 1 : ce sera beau ! Vous avez entendu, tous ? Un DUEL !

Skull n'acceptait que les contrats incluant la mort : il n'aimait pas transporter des prisonniers . Personne ne savait d'ailleurs à quoi il ressemblait. Ses seuls équipiers étaient deux droïdes astromec méchamment bidouillés et aussi dangereux que leur maître. Et son vaisseau était bien plus rapide que ceux de ses collègues. Aucun n'osa le suivre : Skull avait précisé : «  un duel  ».
Il n'était pas bon pour la santé de contredire l'assassin ; d’ailleurs ce fou était tout à fait capable de s’allier à son adversaire, juste pour éliminer les gêneurs.

Thalia veilla à s'éloigner d'eux à pleine vitesse, avant de faire face.
- les filles, je ferme les cocons !
- oh non, maman, on veut t'aider !
- Oui, je sais me servir du Blaster !
- Moi aussi, moi aussi !
- Pas de non qui tienne ! Dans les cocons et tout de suite !
Les deux sièges se transformèrent en capsules de survie et Nounou s'y arrima de ses quatre bras.
- on fusionne ? Proposa N°1
- pas le temps ! Tu prends les brouilleurs, les leurres et le blaster mobile ! Attention , missiles !
Thalia se lança dans un virage brutal, suivi d'un tonneau avant de virer dans l'autre sens tandis que N°1
larguait des leurres.
- ils sont passés !
- À nous ! Missiles Diamond, feu !
Thalia n'esquiva pas cette fois, et suivit ses missiles.
- N°1, tiens-toi prêt, brouilleurs… Maintenant !
Son but était d'aveugler les senseurs de son adversaire pour qu'il ne puisse éviter ni les missiles, ni… Elle tira une salve de lasers -que le bouclier de l’Aube Rouge absorba sans peine- alors que, contre toute attente, Skull esquivait les missiles !
- Bien joué, mais il en faut plus pour m'avoir ! Annonça celui-ci
Thalia crut déceler du plaisir dans cette étrange voix. Un plaisir qu’elle ne pouvait s’empêcher de ressentir elle aussi, malgré le péril encouru par ses filles.
- Et t’as encore rien vu, clama-t-elle en guise de défi !
- j’espère bien ! Ne me déçois pas !
- Zut, il a renforcé ses boucliers, fit-elle en voyant ses salves ricocher encore une fois.

Skull ripostait déjà, c'était un sacré pilote. Le combat se poursuivit, alors que les deux appareils traçaient des figures complexes. Chacun essayait de prendre le dessus et de se placer pour tirer. Mais se placer était une chose, garder l'adversaire dans le collimateur assez longtemps pour ouvrir le feu en était une autre !
Avec de tels adversaires, seule une infime erreur pourrait donner la victoire à l'un ou l'autre.
Ou la qualité du matériel. Chacun eut vite évalué les qualités et défauts de l'autre.
Un tir réflexe de Skull ricocha sur les solides boucliers du Ghost. Il n'en fut pas surpris : mauvais angle de tir ; son armement était supérieur à celui du Ghost, mais de peu.
- ils sont presque aussi costauds que les miens, ces boucliers, constata-t-il.
Par contre, le gros « chasseur » de Red1  n'était pas aussi maniable qu'il l'avait craint. Le Ghost virait tout de même un peu mieux que l'Aube Rouge et Thalia eut sa chance, tira… Sans effet : encore ces fichus boucliers!
Elle se retrouva à son tour en mauvaise posture, son poursuivant lui collait aux basques. Elle déploya toute sa science, mais malgré ses manœuvres, Skull la suivait comme son ombre et anticipait ses manœuvres évasives
- Ah, il est fort, le Skull ! Et le Ghost n'est pas aussi maniable qu'un vrai chasseur !
- Au moins, on s'éloigne des autres, positiva N°1
- Bon, il va finir par nous avoir si on continue. Ses boucliers sont encore plus solides que les nôtres. Une seule option : Gambit ! Tu es prêt ?

Thalia coupa brutalement le moteur tout en allumant les rétrofusées, puis elle fit une manœuvre inédite loin d'une planète : elle déclencha les répulseurs…
Skull vit le Ghost se rapprocher brutalement, la collision semblait inévitable ; Il était trop près pour manœuvrer. Soudain le Ghost s’effaça. Ou plutôt, l’Aube Rouge fut déviée par quelque chose.
- Les répulseurs , comprit-il!
Le chasseur passa dessous, tout près, si près !
Thalia avait l'intention de se laisser glisser derrière son adversaire et de tirer à bout portant sur les moteurs : à si faible distance, aucun bouclier ne pourrait résister !
Skull le comprit, mais n'eut pas le temps de tenter une manœuvre. Le blaster, monté sur un affût escamotable était très puissant, mais de portée médiocre : il était plutôt destiné aux combats atmosphériques. Il était pointé dans la bonne direction quand le Ghost passa juste sous le cockpit de l’Aube Rouge. Les boucliers se touchant, ils avaient fusionné et seul un trop mince blindage s’interposait entre l’arme et le pilote. N°1 saisit sa chance avec toute la vitesse de ses réflexes cybernétiques. Le feu surgit juste en dessous du siège de l'assassin et un jet de débris fut éjecté au sommet du cockpit. Une solution plus radicale que de bousiller les moteurs !


Notes:
1 La Rolls des TIE ou le bijou à réaction de Kelly Johnson? Les deux : c'est un chasseur de luxe, après tout ! (voir livre 1, chap 9 pour les détails)
2 Organisme chargé d’aider les mondes ravagés par l’invasion des Vongs (ou par la seconde guerre civile). L’arme principale de sa doctrine : « la victoire sans la guerre ».
3 Par Berylle Sirius, probablement : elle travaille dans le même service que X’lal.




Hasta la Vista, Baby !
- Fin de partie, Skull, dit tristement la jeune femme en guise d'épitaphe, t'étais un bon !
Elle respecta dix secondes de silence et enchaîna :
- Bon, à qui le tour ? Eh, X'lal ! Y avait pas une prime sur ce hors-la-loi ?
- cinquante mille, affirma quelqu’un sur la fréquence générale.
Un des innombrables témoins, ou un des chasseurs de prime.

Deux chasseurs, un Starchaser et un Y-wing arrivaient, trop écartés pour se couvrir mutuellement.
- peuh, des individualistes ! Et t’as vu ces antiquités ? S’indigna la jeune femme.
Elle fit simple : elle fonça entre les deux en tirant des missiles. L'un d'eux fit mouche et le Starchaser explosa.
- Et de deux ! À qui le tour ?
Pas celui du pilote d’ Y-wing qui fuyait vers ses amis.
Le problème, c’est que ceux-ci rappliquaient en masse ; ils ne commettraient pas deux fois la même erreur. Quant aux patrouilleurs, ils avaient profité du combat pour s’éloigner de la station : ils tentaient de lui couper toute retraite. Les vaisseaux ennemis s'organisaient, tentant d’encercler le Ghost tout en restant à distance prudente. L'un des chasseurs de primes avait pris le commandement et connaissait apparemment son boulot.
- huit, neuf, non, dix ! Et on est juste en carburant, s’inquiéta Thalia : on va avoir du mal !

Elle n’avait guère d’options : son combat l’avait rapprochée de la station et ses adversaires en avaient profité. Un saut hyper spatial ? Oui, mais pour quelle destination ? Herrion ? Trop loin ! L’usine d’extraction R4 ? Une dizaine de parsecs seulement : cela valait le coup d’essayer. Mais aurait-elle seulement le temps de ravitailler avant que ses poursuivants ne déboulent à sa suite ? R4 n’avait quasiment aucune défense !
Et A22, dont les patrouilleurs s’étaient éloignés? Elle caressa cette idée : elle pouvait tenter un passage rapproché, personne n’oserait tirer avec tous ces vaisseaux en attente.
Pas question de faire courir des risques au personnel ou de causer des soucis supplémentaires à la Compagnie, mais il y a un consulat impérial, il bénéficie de l’extra-territorialité. Je pourrais larguer les filles dans leurs cocons. Hangar C8, si je me souviens bien…

Thalia jeta le plus bref des coups d’œil au rétroviseur intérieur qui lui permettait de surveiller ses filles. Elle ne voulait pas les inquiéter outre mesure.
- Ah, si j’avais eu mon chasseur et non un transport d’enfants ! !
Même N°1 dut convenir que la situation devenait critique : s’ils n'arrivaient pas à trouver le temps de calculer un saut… De toutes façons, à court de carburant, le Ghost n'irait pas bien loin. Profitant du court répit qui leur était offert, il s'attela cependant à la tâche pour un saut vers R4.

Tandis que l’autre la contournait, l’un des patrouilleurs 'Justice' s’était avancé, lui coupant la route vers la station: il disposait de canons ioniques et surtout, de rayons tracteurs.
Un nom bien mal choisi pour des vaisseaux prévus à l'origine pour de l'exploration agressive, un procédé typiquement impérial de “premier contact”. Le Corps d'Exploration ayant changé de politique après la chute de l’empire, le constructeur s'était retrouvé avec des centaines d'exemplaires sur les bras.
Il avait fini par retrouver des clients : rapides, bien armés, embarquant un peloton de marines, ils étaient parfaits pour des arrestations musclées en environnement hostile. Des arrestations, pas des exécutions : X'lal voulait -aurait voulu- garder les mains propres et restait en retrait. En attendant, le dernier recours de Thalia pour mettre les filles à l’abri n’en était plus un.
Les chasseurs de prime, par contre, étaient maintenant tout près du Ghost et leur chef les avait lancés dans une manœuvre que la jeune femme reconnut :
- regarde-moi ça ! Il tente une Marg Sabl (4) !
- tactique impériale ! On peut la contrer, affirma N°1, pour la rassurer !
- Mouais, mais il suffit que l’un d’eux soit chanceux…






Rouge total

Soudain, quelqu'un appela sur sa fréquence privée.
- Silver Ghost, au signal, cap au 148 !
Thalia connaissait cette voix ! Elle se prépara à la manœuvre…
- … Maintenant !
Elle obéit sans hésiter. Vingt chasseurs surgirent du néant en formation serrée qui éclata en paires s’interposant entre le Ghost et ses assaillants. Un modèle amélioré d'intercepteur TIE. Très courant, car performant et peu coûteux. Aucun marquage, mais ils étaient intégralement peints en rouge. Un rouge sang. Les TIE cinglèrent les vaisseaux ennemis en approche. Qui comprirent le message dès qu'un Firespray explosa. Depuis que Boba Fett en avait fait son vaisseau de prédilection, tous les chasseurs de prime – ceux qui espéraient l'être- voulaient un Firespray ! Un patrouilleur très solide, mais pas assez contre ces nouveaux adversaires. L’aile Y rescapé du précédent combat explosa à son tour ; renonçant à leurs primes, les chasseurs se débandèrent.
Dans un silence radio impressionnant, les TIE rouges encadrèrent le Ghost. L'un d'eux se positionna à l'avant et battit des ailes dans un code bien connu : Suis-moi !
Thalia obéit à Jacsyn : les Rouges étaient beaucoup moins bavards depuis qu'ils avaient grandi. Et pour le combat, ils étaient au sommet de leur art : il n'y avait guère plus de cinq escadrons d'élite dans toute la galaxie, capables de les égaler (5). L'un d'eux arborait des couleurs vertes. Thalia tenta de recontacter l’inspecteur :
- Ah, X'lal, merci d'avoir aussi clairement exprimé vos intentions devant tant de témoins ! Tueur de petites filles, assassin ! Prêt pour le second round ? Cette fois vous ne pourrez plus vous abriter derrière une bande de bras cassés. Vous êtes bon pilote, j'espère ?
Pas de réponse sur la fréquence, mais le patrouilleur le plus proche s’écarta prudemment de leur trajectoire.
- Non ? Ce n’est que partie remise, je vous le promets ! On se reverra ! Et n'oubliez pas ma prime, sinon mes avocats vous feront vivre un enfer en attendant nos retrouvailles !

Seul le silence répondit, mais elle savait que le message était passé. Elle en avait un autre :
- Ah, pour ceux qui écoutent, si quelqu’un pouvait récupérer les restes de Skull et lui offrir des obsèques dignes d'un pilote d'élite, je lui en serai éternellement redevable. Disons… Cinquante mille, et en beaux crédits  tous neufs. L'Amber Star fera l'avance! Un assassin honnête, c'est si rare !
C’est la station qui répondit, toujours sur la fréquence commune :
- ici le directeur Altaïr (6) ! Je confirme : la station Amber 22 garantit le paiement ! Et nos services juridiques vous contacterons, inspecteur X-LOL– pardon, X’lil… Enfin, Inspecteur, pour négocier un dédommagement ; nous sommes en train de chiffrer les pertes financières que vous nous avez occasionnées en bloquant illégalement le trafic. Nous n’en avons pas terminé, mais je peux d’ores et déjà affirmer que la note sera salée ! Et… bonne chasse, les… TIE rouges !
Il avait failli dire : « bonne chasse, cousin ! » . Altaïr était le neveu du père adoptif de Jacsyn, lui aussi avait reconnu les chasseurs rouges.
N°1 avait reçu des coordonnées de saut par le canal SyD. Ils n'allaient pas loin, heureusement !
Ils déboulèrent dans l'espace profond (7), à plusieurs jours lumière de la station.
- Que faisons-nous ici ? Mes senseurs ne détectent rien ! Ah… quelque chose devant ? Non, rien !

Cela ne semblait pas un problème pour les Rouges. Ce n'est que tout près du but que les puissants senseurs du Silver Ghost détectèrent…
- Il y a bien quelque chose devant nous !
De fugaces traînées de lumière dessinèrent vaguement les contours d'un gros transport qui, désactivant son camouflage, apparut enfin.
- Mince, même sans camouflage, il reste difficile à voir.
Normal, un revêtement sombre le recouvrait entièrement ; un revêtement absorbant les ondes électromagnétiques sur une très large gamme du spectre, devina-t-elle. Quelqu’un avait dépensé sans compter pour rendre ce cargo furtif. Puis des rampes lumineuses dessinèrent les contours d’un hangar. Elle reconnut enfin la silhouette familière.
- Mais c'est ''Queen Mom'' !
Gréée en transport de chasseurs, Queen Mom avait servi dans la flotte mercenaire de Jegor avant d’être remplacée par le King Cobra, un croiseur moyen Loronar capturé. Thalia croyait le transport reconverti en cargo et vendu à l’autre bout de la galaxie.
- Ah, ah ! Venom m’a encore fait des cachotteries !
Thalia et N°1 se préparèrent pour l'accostage.



Notes:
4 Tactique d’encerclement employée, entre autres, par le grand amiral Thrawn
5 Jedi  exceptés ! :transpire: Quoique…
6 Ancien directeur de la modeste station Aruma et «  agent double » involontaire de Venom, il a pris du galon.
7 Et oui, ces TIE Interceptor (améliorés, je le répète) ont reçu un hyperdrive ! L’autonomie est très limitée, évidemment. Pour mémoire, quelques cas similaires sont cités dans l’UEL (mais je ne me souviens plus où).

Alors, qui a trouvé? Un indice: Un pilote automatique très spécial !



Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 04 Nov 2017 - 21:02   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch2

Avant-propos:

J'ai récemment révisé la fiche que j'avais rédigé sur les Bergers d'Herrion, avec au programme quelques détails sur leur morphologie, leurs origines, leur civilisation, leurs relations avec les humains...
Je me suis dit qu'elle pourrait peut-être intéresser quelques lecteurs/trices, mais je ne pense pas qu'elle mérite l'ouverture d'un nouveau topic. C'est pourquoi j'ai préféré placer un lien vers le PDF à la fin de ce chapitre.



Dans ce nouveau chapitre, c'est Markus senior qui se charge de la contre-attaque médiatique tandis que nous recevons un invité de marque...


Chapitre 3: Les Herrion ne renoncent jamais



Le vieux renard contre-attaque.
À Coruscant, dans les bureaux du Chef de l'État, celui-ci et son invité visionnaient un talk-show diffusé en direct sur plus de dix mille mondes du Noyau et des Colonies. D'après l'institut qui répertoriait en temps réel les audiences (pour la publicité), l'émission réalisait déjà un excellent score. Et elle passerait sur des dizaines de milliers d'autres mondes dans les jours qui suivraient.

Le vieux Markus Herrion avait à nouveau endossé son uniforme aux couleurs de la famille. L'étoile ambre brillait sur sa poitrine, à côté des nombreuses décorations qu’il ne portait quasiment jamais : Médaille d'honneur de la République, décorations reçues pour sa participation active à la guerre des Vongs...
Il était l'invité d'Ogalan Berrit.
- Vous auriez dû empêcher cette diffusion, grommela un conseiller.
L’hôte du Chef de l’état réagit immédiatement :
- Arrestations arbitraires, tentatives de meurtre, et maintenant censure de la presse ?
- Maître Skywalker a raison, Krivak, fit ce dernier, contredisant son conseiller. De plus, ils ne sont pas sur Coruscant.
- Et où, alors ? insista le conseiller !
- La liberté de la presse, Krivak ! Après cette histoire de reporter assassinée en plein milieu d'une diffusion, j'ai juré de la préserver ! Faites silence ou sortez !

Devant les holocams, le vieil homme, très digne dans sa douleur, expliquait les raisons qui l'avaient poussé à reprendre lui-même les manettes de l'Amber Star.
Comme si son prestige passé pouvait sauver l'entreprise, lâchée par ses financiers ! Il en parlait, justement, l’œil soudain pétillant :
 - Ah, nos problèmes financiers ? Eh bien, ils sont réglés, pour le moment, tout au moins… Nous avons trouvé un nouvel investisseur. Un investisseur solide et fiable pour une compagnie solide et fiable !
- L’un des plus prestigieux, si mes sources sont bonnes, renchérit la média star, sans citer de nom. 

- Le fonds Corusca, souffla le Président au Jedi. Vieux comme la République et d'une honorabilité à toute épreuve. Surprenant : ils sont réputés pour leur prudence et leur conservatisme. Il est vrai qu’ils n’ont versé que 400 millions de crédits, d'après mes sources : ce n’est qu’une toute petite partie de leur capital et tout juste trois mois de répit pour l’Amber Star, avec ses fonds propres.
- Mais c’est très bien joué : le Coru’ ne mise qu’à coup sûr, tout le monde le sait ! Ergo, l’Amber Star est plus solide qu’il n’y paraît. Ou que certains ont voulu le faire croire. C’est ce que penseront les analystes d'autres établissements, qui pourraient suivre son exemple, rappela son conseiller économique. Oui, habile, mais pas du tout dans le style du Vénérable (1). Je me demande…
Mais, sur un signe du président, il garda ses réflexions pour lui.

Le vieux renard, en colère, abordait maintenant le cœur du problème :
- Ma fille, mes petites-filles de huit ans, huit ans ! Victimes d'une tentative d'assassinat, il n'y a pas d'autre mot, cautionnée par la cour de justice galactique ! Où va la démocratie ?
- Cautionné par l'inspecteur Général X'lal, qui a reçu un blâme de la cour, rectifia Ogalan Berrit.
- Pour avoir échoué ? J'ai encore des amis sur Coruscant : j'ai obtenu une copie des ordres. Vous les avez lus.
- Ils sont remarquablement ambigus, pour des documents légaux ! Je reconnais qu’il y a de quoi douter de la bonne foi de la Cour.
La média star tourna la tête vers une autre holocam, s’adressant à ses spectateurs.
- Chers auditeurs, je tiens à vous informer qu’une copie de ce document est disponible en libre consultation sur chacun de nos sites locaux. Il ne tient qu’à vous de le lire pour bâtir votre propre opinion !
Je rappelle également aux censeurs de tous poils qu’un ordre d'interpellation est – devrait être, selon nos lois- un document public. J'ai déjà parlé en début d'émission des pressions que nous avons subies, mes producteurs et moi-même, pour que cette interview n'ait pas lieu, au mépris des droits de la presse à vous informer. Au mépris de vos propres droits !
- Mais revenons à notre sujet. Ou plutôt, aux sujets qui fâchent !

Elle se redressa, fixa Markus Herrion droit dans les yeux, sa voix se fit inquisitrice :
- qu'avez vous à répondre à ces révélations sur le passé de Markus Junior ? Un clone de Palpatine, voilà qui peut inquiéter, pour ne pas dire effrayer bien des êtres intelligents de cette galaxie !
Il en fallait plus pour intimider son invité :
- Qu’elles ont au moins le mérite d'étouffer dans l’œuf ces stupides rumeurs de fils caché, s'esclaffa le vieil homme, s’attirant un regard surpris d’Ogalan Berrit.
Puis, redevant sérieux, il fixa la caméra holo, regardant le public droit dans les yeux, pédonculés ou non !
- De qui parlons-nous ? Du clone - très modifié- d'un tyran ? Excepté celui-ci, la famille Palpatine fut l'une des plus honorables de cette galaxie. Et Markus junior est différent, très différent de l'original : tous ceux qui travaillent ou vivent avec lui, tous ceux qui l'ont rencontré, y compris des Jedi ayant connu l'Empereur, le confirmeront!
Celui que je connais – celui que connaissent des milliers d’êtres- est un bon père, un bon mari, apprécié de ses voisins, un chef d’entreprise respecté et respectable. Vous n’êtes pas obligé de me croire. Vous n’êtes pas non plus obligé de croire ceux qui, cédant à la haine, l’accusent sans preuve.
Qu’est-il alors ? Un inquiétant mutant procréant des enfants monstrueux, déjà accusés de tous les crimes avant même d'en avoir commis un seul ?
'' Ces mutants et toute leur engeance, doivent être exterminés'', a affirmé le haineux et spéciste sénateur Velox. Mais n’a-t-il pas tenu jadis des propos similaires envers les Bothans, les Twi’lek et même les Corelliens ? N’est-il pas un fervent partisan de l’esclavage ? Ses amis ne valent guère mieux !
Aux oreilles de tous ceux qui sont assez vieux pour avoir connu l'empire de Palpatine, justement, ces propos ont un relent bien connu de racisme et de paranoïa.

Markus Herrion interrompit sa diatribe, laissant son public assimiler ses propos ; peut-être s’attendait-il à une intervention de son hôte, mais celle-ci lui fit signe de continuer ;
- Alors, quelle est cette engeance ? Des télépathes qui pourraient espionner vos petits secrets honteux ? Il y en a dans cette galaxie !
Des géants à la force surhumaine et néanmoins humains, ou proche humains, comme on dit ? Il y en a ! D'étranges et… probablement vicieux hermaphrodites ?
Des poilus, des écailleux, des amphibies ? Il y en a : des centaines, des milliers d'espèces, dans cette galaxie ! De la vermine, selon le haineux Velox ! De respectables citoyens de l’Alliance, en réalité !
D'inquiétants manipulateurs de la Force ? Ces Jedi… Toujours à comploter en secret, à provoquer des catastrophes ! Et ce fameux Cartel Jedi des Épices ? Les médias se sont-ils vraiment trompés ?
Il balaya ces absurdités d’un geste de la main.
- Oui, vous avez déjà entendu ces propos, n'est-ce pas ? Nous voici de retour aux pires moments de la prétendue haute culture, qui cautionnait tous les abus sous prétexte de supériorité de la race humaine !
Qu’en pensent tous ceux qui se sont dressés contre ces injustices par le passé, héros ou petites mains, célèbres ou obscurs défenseurs de la liberté ?
Ou ceux qui, très récemment, se sont à nouveau dressés contre de tels abus et qui doivent se demander s'ils ont eu raison de négocier leur retour dans le giron de cette sainte et fraternelle Alliance ?


Dans le bureau du Président, le conseiller Krivak protesta :
- Il va trop loin ! Ces propos sont séditieux !
- Sortez, Krivak ! Vous êtes viré, riposta un président irrité.
Aucun des assistants ne paraissant surpris par ce limogeage brutal, le Jedi en déduisit que le dénommé Krivak était depuis longtemps sur la sellette .
- Qu’il aille rejoindre son vrai maître, souffla un anonyme.
Le Chef de l’état fit mine d’ignorer la remarque, mais son attitude indiquait qu’il l’approuvait.


Ogalan Berrit laissa passer la tirade et contra :
- Je comprends vos arguments, Markus, il n'en reste pas moins que Markus junior est accusé de crimes graves.
- Sans l'ombre d'une preuve valable, si j'en crois mes avocats ! Si ces preuves existent, elles sont retenues, contre toutes les règles du droit, par les accusateurs publics ! Alors, qu'ils les montrent, ces preuves !
Un geste de la main laissant entendre qu’elles n’étaient que du vent, et il reprit, contenant sa colère :
- Et, Ogalan, justifient-elles que l'on mette à prix les têtes de deux fillettes et d'un garçonnet ? Ah, j'en perds mon sang-froid ! Je préfère autant laisser mon fils répondre comme il se doit à ces calomniateurs!

La média star, évitant de donner une réponse qui eut pu compromettre sa neutralité, préféra embrayer :
- Vous nous avez autorisé à diffuser le message qu'il vous a récemment envoyé.
- La… Hummm, '‘justice galactique’' a saisi une copie de ce message. Autant le diffuser intégralement avant qu'une version tronquée ou '‘arrangée’' ne fuite vers la presse, au mépris de toutes les règles, comme c'est arrivé récemment…
- Vous voulez parler de l'affaire des otages  sur Beldaran ?
- Je veux parler de corruption, au plus haut niveau ! Et moi, je n'accuse pas sans preuve ! Et ces preuves, je vais les distiller, une à une… D'ailleurs, vous avez déjà de quoi faire un joli scoop, Ogalan.
- C'est vrai, et nous vous en révélerons les détails très prochainement, cher public. En attendant, en voici un autre : depuis plusieurs jours, nous avons droit aux discours des accusateurs, laissons maintenant la parole aux accusés !

Venom avait choisi d’apparaître en famille, serrant son épouse dans ses bras, ses filles agrippées à ses jambes. La salle holo était anonyme. Il s'était révélé impossible de tracer l'appel, malgré tous les efforts déployés. Ni même de décrypter le message original.
Le Président et Skywalker avaient déjà visionné la copie saisie sur Hyborria. Un modèle de désinformation, pensait le Jedi, sauf sur un point : malgré sa situation délicate, le jeune homme (il faisait plus jeune que son age) préservait la vraie mission, celle de l'équipe chargée de retrouver le Cœur d'Herrion.

« - … Par mon comportement désinvolte, j'ai mis en danger la compagnie et toute la famille, s'accusait-il. Je pensais que, dans cette galaxie, on était jugé pour ce qu'on faisait, et non ce qu'on pouvait faire. Je pensais, naïvement, qu'on ne jugeait pas un être pour ses origines, mais pour ses actes.
Les spectateurs purent constater au passage que le jeune humain aux cheveux noirs ne ressemblait pas beaucoup aux holos du sénateur, puis du chancelier Palpatine récemment diffusées par certains médias, (et encore moins à l’horrible vieillard défiguré qu’était l’empereur). Tout au plus une vague ressemblance : le nez, les yeux, peut-être ? Leur aurait-on menti ?
- J'aurais dû me défendre plus énergiquement contre ces accusations, poursuivait l’humain. Je vous ai déjà offert ma démission, mais je crois que cela ne suffira pas. Si, pour laver votre honneur vous deviez me retirer ce nom que vous m'avez offert, n'hésitez pas ! Il reste heureusement assez d'Herrion pour reprendre le flambeau. J'accepterai toutes vos décisions, même le bannissement, si seulement, père, si seulement vous me croyez !
Fixant l’holocam, il affirma solennellement :
- Je vous le jure, par tout ce que j'ai de plus précieux (il serra plus fort contre lui sa femme et ses filles), je n'ai commis aucun de ces crimes horribles dont on m'accuse.
Il laissa passer un silence, tandis que ses filles, troublées par ce ton dramatique le regardaient d'un air inquiet…
- C'est pas vrai ! Mon pa' n'est pas un méchant ! Clama Jaïna, tout à coup.
- non, c'est pas vrai ! Dis leur, grand-père, renchérit Masha !
- Mes Filles… Ma Thalia… Mon Jas… En s'en prenant à ma famille, nos ennemis ont brisé toutes les règles. Mes enfants sont menacés, mais nous nous battrons pour les préserver de cette campagne de haine! Heureusement, après cette odieuse tentative de kidnapping sur Nippa, j'avais pris la précaution d'envoyer Jas à l'abri, chez des amis sûrs.

Il se tut quelques secondes, reprit en plantant ses yeux d’ un bleu océan dans ceux du public :
- Toutes ces années, comme tous les bons citoyens de la galaxie, j'ai joué selon les règles établies, même quand d’autres les avaient truquées à leur profit. Mais ma famille est en danger ! Si j’avais été seul en cause, j’aurai affronté mes juges et démontré mon innocence…
Une courte pause, son regard se durcit.
- … Mais ce n’est pas le cas, mes ennemis l’ont voulu ainsi ! Alors je vous en supplie, père, libérez-moi ! Libérez-moi de ce nom dont je ne saurais entacher la réputation !
- Oui, grand-père, approuva Thalia, laisse-nous libres de jouer cette partie à notre façon, selon nos règles à nous. Et ce sont nos ennemis qui vont pleurer. Vous pouvez diffuser ce message à qui de droit, si vous le souhaitez ! il est simple !
Elle darda sur la caméra holo ce regard sévère qui faisait trembler enfants, mari, moffs et pirates :
- à vous, nos ennemis déclarés, ceux qui ont lancé des assassins à nos trousses, ceux pour qui ces accusations infondées ne sont qu’un prétexte: vous voulez la guerre ? Si c'est le cas, nous l'acceptons : elle sera totale.

Markus prit le relais
- Dites à Sasha… Non, ne lui dites rien ! Laissez le profiter de ses vacances avec sa petite amie, il a déjà subi assez d'épreuves. il comprendra !
- Ah, vous pourrez demander à Henryn et Lisha de prendre la relève ? Arroser les plantes et aérer la maison, je veux dire. Pour le courrier, ils n'ont qu'à flanquer à la poubelle les convocations de la Cour galactique, on n'ira pas se faire tuer pour faire plaisir à ces guignols.
- Et n'hésitez pas à utiliser les documents que je joins à ce message : certains sont de vraies torpilles à proton, les médias vont se régaler  !
- Allez les filles, dites au revoir à grand-père.
- Au revoir grand-père ! On t'aime très fort !"
La caméra fit un travelling arrière, tandis que les jumelles envoyaient des bisous à Grand-père.

Et maintenant, une page de Pub !



- Je ne sais toujours pas ce que je dois en penser, avoua le président pendant la pub.
Le Jedi offrit son analyse ;
- Il est sincère. Quand il proteste de son innocence, je veux dire. Pour le reste…
- Ses origines ne vous troublent pas ? J’aurais pensé que…
- Je le savais depuis un certain temps, avoua le Jedi. Je sais surtout qu’il n’est PAS Palpatine ! Markus Herrion a raison : son fils adoptif est très différent de l’original. Mais aussi doué que lui pour manipuler l’opinion, je le concède : ce «  message personnel » était destiné à toucher un large public. Ils voulaient qu’il soit intercepté. Avez vous remarqué que c’est Thalia, et non Markus, qui a lancé la déclaration de guerre ?
- Oui, c’est habile ! Elle a également pris soin de ne l’adresser qu’à ceux qui tentent de les éliminer. Même le juriste le plus pointilleux ne pourra l’accuser d’avoir menacé la Cour, constata le conseiller juridique.
- Je crois aussi qu'ils sont sincères quand ils parlent de guerre, compléta le Jedi. Et avec ces deux-là…
- Si la moitié de ce que l’on dit sur elle est vrai, je n'aimerais pas être à la place de ce X'lal ! Compléta le président.
- Que savez-vous de ces documents, demanda le Jedi.
- Je soupçonne que la copie saisie par la Cour lui était destinée : il n'y avait qu'une liste de noms, des chiffres et des dates. Une liste que certains ont tenté d'escamoter. Sans succès !
- des noms ?
- ceux de certains juges ou conseillers. Assez peu, à mon grand soulagement. Un avertissement, je suppose, pour ceux qui savent à quoi ces chiffres correspondent. Assez pour susciter doute et suspicions chez leurs confrères. Le message est clair: les fameuses torpilles à proton sont armées et prêtes à tirer. Et maintenant, ils savent que c’est Markus Herrion qui détient la commande de tir !
Skywalker décela un brin de satisfaction dans la voix de son hôte.


Le show reprit, alors que l'audience battait des records : plusieurs réseaux de médias s’étaient branchés sur l'émission. Ils avaient demandé – et obtenu- la permission de diffuser le message et la fin en direct.
Le vieux Herrion essuya ses larmes et raffermit sa posture :
- Encore une fois, je vais abuser de votre patience, chère Ogalan, pour faire passer un message, non deux : le premier s'adresse à votre public :
- Vous avez entendu parler de guerre, mais ne vous y trompez pas : les fauteurs de guerre sont au sénat, à la cour de justice, attisant les dissensions, cultivant la haine… J'en appelle à ceux - et ils sont nombreux- qui dans ces honorables assemblées, croient encore à nos institutions. J'en appelle à tous les êtres de bonne volonté qui sont prêts à lutter pour la liberté. Cette affaire n'est qu'un prétexte, nombre d'entre vous en sont conscients !
Nous sortons d'une guerre civile, Coruscant a souffert des méfaits des Sith et de la créature Abeloth . N'aimeriez vous pas, comme moi, profiter enfin de la paix ? Nul ne la désire plus que le vieil humain fatigué qui vous parle. Pourtant, j'ai bien l'intention de me battre, et sur le plan judiciaire, pour dénoncer la corruption et les complots qui polluent notre honorable sénat. J'en ai les moyens, je fournirai des preuves !
Et même si je tombe au combat, un autre prendra ma place ! Si vous aimez vraiment la démocratie et la justice, si vous êtes las des combines et de la corruption, rejoignez-moi, rejoignez-nous, dans ce combat pacifique !

Il attendit un instant, fixant les holospectateurs droit dans les yeux :
- Et maintenant, c'est à vous, mes enfants, que je m'adresse : vous souhaitez être libres d'agir ? Soit ! Battez-vous, défendez-vous bec et ongles, contre-attaquez si vous le pouvez. Mais continuez à porter fièrement ce beau nom : Herrion ! Faites en votre étendard de bataille, et vous rendrez heureux ce vieil homme !



Une mission pour un Jedi.
Sreor Quaden, le conseiller en communication du président commenta :
- on sent l'habitué des plateaux : avez vous remarqué comment il cherche et trouve la bonne holocam ?
Il maitrise les règles de la communication, il est très fort ! Il joue sur l'émotion, il touche des cordes sensibles : la peur d'une nouvelle guerre, la corruption, les complots, les cabales, toute cette politique nauséabonde qui rend le citoyen X si méfiant. Tout le monde a compris qu'il se met en danger pour protéger les siens, et beaucoup approuveront : quelle meilleure valeur refuge que la famille en ces temps troublés ?
- a-t-il réussi, selon vous, demanda Skywalker?
- il a réussi, je pense, à semer le doute dans l’esprit de beaucoup d’êtres, mais il a principalement ciblé les non-humains et les anciens « rebelles » . Cela pourrait lui être préjudiciable dans certains mondes du Noyau. Ceci dit, il a réuni une excellente équipe de communicants. J’ai d’ailleurs décelé la patte de plusieurs de mes confrères dans le discours qu’il a tenu. Cela suffira-t-il ?
Quaden fit la moue, grattouilla sa longue barbe, puis conclut :
- Non, à moins que… Si un des juges ou conseillers de l’accusation venait à tomber pour corruption comme il l’a promis… Alors oui, l’opinion pourrait basculer.
- La famille Herrion sait mener ce genre de campagne, ce n’est pas la première fois qu’ils jouent à ça. Mais le désordre engendré pourrait nous mener au bord du chaos, fit le président, soucieux.
Il se tourna vers le Jedi qui répondit à la question muette :
- Ou ramener un peu d’intégrité dans ces institutions. Pour le reste, moi aussi, j'ai bien saisi le message qu'il m'a envoyé, monsieur le président .
- Donc vous ne nous aiderez pas ? Je vous rappelle que ce Venom est aussi soupçonné d'avoir rassemblé une flotte de guerre privée, bien au-delà que ce que les traités autorisent ! Si ces rumeurs sont confirmées Officiellement , je ne pourrai rester inactif. Je n'ignore pas non plus que l'Amber Star continue de ravitailler ces flottes fantômes.

Il laissa planer la menace implicite, puis présenta sa requête :
- Je ne veux pas faire des Jedi des auxiliaires de la justice ou du gouvernement, rassurez-vous ! Tout ce que je vous demande – à titre personnel-, c'est de leur éviter plus d’ennuis qu’ils n’en ont déjà et de les convaincre d'accepter la comparution. Je garantis personnellement leur sécurité. Je crois moi aussi – j’ai mes sources- que ces preuves sont contestables, pour ne pas dires inconsistantes, mais je ne peux tolérer une vendetta ou une guerre privée. Jusqu’ici, je m'efforce de tenir la Flotte à l'écart. Mais si les débordements deviennent trop violents…
À nouveau une menace voilée, qui n’impressionna pas le Jedi :
- Markus senior a raison : l'intervention de la flotte de l'Alliance pourrait entraîner un dangereux effet de dominos. Certaines organisations n’attendent qu’un prétexte  pour déclencher un nouveau conflit, une guerre civile, qui sait ? La paix est fragile ! À choisir, un conflit privé et localisé serait peut-être moins nocif ? Pensez-y avant d’ impliquer vos vaisseaux dans cette affaire !

Un court silence, puis le grand maître concéda :
- D'accord ! L'Ordre a d'autres urgences, en ce moment : des Sith en liberté, une situation potentiellement explosive dans le secteur corpo, tous ces esclaves légaux qui s'agitent et réclament notre arbitrage. Mais je m’occuperai personnellement de cette affaire : je vais les retrouver ! Je leur parlerai et tenterai de les convaincre d’accepter la comparution. Je ne peux promettre plus.

Le chef de l’État acquiesça, soulagé, mais le Jedi n’avait pas fini :
- Mhhh, j’y pense… Ils accepteraient peut-être plus facilement une convocation du Sénat, ils y ont des ennemis, mais aussi des alliés. Une commission d’enquête ?
Le président prit le temps d’examiner la suggestion :
- C’est… Possible… Oui, ce serait un moyen élégant de…
Cette idée lui plaisait d’autant plus qu’il savait le Sénat et la Cour à couteaux tirés depuis une sombre affaire de corruption. Une affaire de préséance, en réalité : ces distingués sénateurs estimaient qu’il leur revenait – et non à la Cour- de juger ou destituer un de leurs collègues. Surtout, il avait encore de puissants soutiens au sein de l’auguste assemblée.

Le Jedi omit de préciser que l’idée ne venait pas de lui et qu'il devait, de toutes façons, rencontrer les fuyards pour faire le point sur leurs futures actions contre Verryn. Un peu mal à l'aise -c’était tout de même un mensonge par omission-, il rappela :
- L'Ordre Jedi n'a guère la cote sur Coruscant en ce moment.
- Et l'Alliance n'a guère la cote auprès des Jedi en ce moment, constata le chef de l'État qui ne savait pas s'il le serait encore demain.
Il prenait un gros risque politique en demandant – même officieusement- l’assistance des Jedi, mais estimait que c’était le meilleur coup qu’il puisse jouer. Quoiqu’il en soit, il allait devoir user de toute son habileté pour régler pacifiquement cette affaire et, accessoirement, garder son poste.



Communiqué du secrétariat général du Sénat :

« Le sénat réuni en assemblée plénière a décidé de créer une commission d'enquête sur les Massacres de Kobira, Verlon, Xarri, ainsi que sur les raids sur les stations Nantua 3, Bhyrr 25 et cinq autres lieux. Afin de vérifier les assertions de la Cour de Justice Galactique, la commission a requis le témoignage de l'inspecteur général X'Lal, du conseiller Nikkan, du sénateur Velox, du Vice-roi émérite Markus Herrion et des principaux accusés eux-mêmes.
Parallèlement, l'Amiral Darpa, directeur de la Citadelle d'Anaxès, qui a plus d'une fois démontré ses talents de chasseur de pirates, contrebandiers et autres criminels, a été pressenti pour mener, au nom du Sénat, une enquête indépendante. »


Note:
1 Un des surnoms du fonds, le plus ancien de tous !

Des assassins, des chasseurs de primes, des policiers, et maintenant un Jedi et un Amiral! Ils sont nombreux à rechercher nos fuyards
D'ailleurs, où sont-ils passés? Il faudra attendre le prochain chapitre pour le savoir.

En attendant, Bonne lecture!

Et voici le lien pour en savoir plus sur Ve'ssshhh, Wa'rr, X'ree...
Les bergers d'Herrion
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 11 Nov 2017 - 18:54   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch3

Venom a bien des secrets. Mais parfois, il consent à en confier quelques uns...




Chapitre 4 : Les Petits Secrets du Clone de Qui Vous Savez
(sauf que maintenant, TOUTE la Galaxie le sait)



Station Nullepart, localisation inconnue.
La transmission avait été éprouvante, surtout pour les jumelles qui, malgré les explications, avaient du mal à comprendre pourquoi leur petit monde était chamboulé. Elles avaient besoin d'un peu de répit et le couple avaient décidé de s’accorder quelques jours avant de reprendre leur périple. Markus jouait avec ses filles dans l'immense salle de jeu qu'il avait fait aménager dans cette gigantesque station au milieu de nulle part. Thalia, qui s'était éclipsée un instant pour aller aux toilettes, les observait de loin. Les filles jouaient au docteur et leur patient (très patient) n'était pas avare de : « Aïe ! Aïe ! Aïe ! ». « J'ai mal là ! Un bisou guérisseur ? » Ou de « ouille, ouille ! ».
Elle s'adossa à la porte, pour savourer ce moment de bonheur familial. Puis, le '‘traitement médical’' virant à la bataille de chatouilles, elle se lança au combat.
Elle aussi en avait besoin : ces derniers jours avaient été assez mouvementés.


Retrouvailles
Le voyage à bord de ''Queen Mom'' n'avait pas été très long, guère plus de 24 heures standard. Juste le temps de renouer avec ses camarades et de découvrir les petits secrets du transport.
Jacsyn, Thera, Milo… Ils étaient tous là !
Pourtant l'escadron rouge n'existait plus depuis longtemps : comme nombre de jeunes herrians avant eux, à leur majorité ou à la fin de leurs études, presque tous étaient partis chercher fortune et aventure sous d'autres cieux. Une tradition : les expatriés, comme on les appelait, revenaient toujours au pays fortune faite ou sans un rond, riches de souvenirs sinon de crédits. Pas tous : Mario et Luigi, restés à la maison dirigeaient la composante aérienne de la garde nationale d'Herrion, quand ils ne s'occupaient pas de leur ferme. Malgré leur jeune age – aucun n'avait encore trente ans, même pas Thera-, les rouges commandaient souvent de vieux briscards, tant leurs compétences étaient reconnues.
Milo, par exemple, commandait un escadron de chasse de la flotte de défense du secteur He'ran. Thera dirigeait l'une des stations les plus exposées de l'Amber Star. Jacsyn, lui aussi à l'Amber Star, était responsable d'un groupe de défense : cinq escadrons de chasseurs et bombardiers, des patrouilleurs, etc.
Mais quand les ennuis avaient commencé pour Sasha Venom et Thalia, ils avaient, sans même se donner le mot, démissionné de leurs postes ou pris un congé sans solde et disparu des écrans des senseurs.
Des retrouvailles courtes, mais joyeuses ! Les filles avaient plein de -grands – copains et copines pour jouer, de quoi leur faire oublier leur séjour en capsule.

Le repas commun fut l'occasion de retrouver les vieilles complicités. Mais évidemment, entre pilotes de chasse, on parla chasseurs :
- Alors Jacs’, vous ne pouviez pas vous passer de ces vieux TIE ? Je croyais que tu pilotais une Aile E dernier modèle ?
- Ouais, mais pour les opérations clandestines, ces TIE -tous neufs, je te signale, et sacrément améliorés- sont plus difficiles à identifier : il y en a partout !
- Et c'est pour vous fondre dans la masse que vous les avez peints en rouge ? C'est pas un peu voyant ?
- Voyant ? Voyant ? Faut que tu voies ça ! Je te montrerai, tout à l'heure !

Les filles ayant plein de baby-sitters pour jouer, il tint parole sitôt le repas terminé. Jacsyn tenait beaucoup à démontrer les capacités de son nouveau chasseur :
-…… un peu de blindage et beaucoup d'astuce, ils ont réussi à améliorer sensiblement la protection du pilote : en fait, ils ont repensé toute la structure et la disposition des organes internes pour défléchir les tirs ! Et nous disposons des boucliers en option : un peu légers, mais c'est déjà ça !
- Ouais, super. Et la vitesse ?
- Côté armement, les nouveaux lasers sont 33 % plus puissants et leur cadence de tir a été augmentée…
- Génial. Et la maniabilité ?
- On peut aussi emporter, au choix, quatre missiles ou autant de torpilles à protons… Les nouveaux senseurs…
- Fabuleux, mais : vitesse ? Maniabilité ? Toi comprendre moi ?
- … Sont très performants, comme le nouveau système de visée. Le générateur…
- V-I-T-E-S-S-E… M-A-N-…
- Vitesse ? Maniabilité ? Avec le nouveau générateur, l'Intercepteur reste super champion toutes catégories !!Pourquoi tu poses la question ? Tiens, regarde plutôt le système de camouflage.

Jacsyn estimait que Thalia était devenue vraiment impatiente et autoritaire depuis qu'elle avait passé les trente ans !
La vieillesse, déjà… heureusement qu’on est là pour lui réapprendre la patience !
Il fit la démonstration sur son chasseur : il appuya sur un bouton de son panneau de commandes et le rouge se changea en un gris très sombre et terne
- Peinture anti radiations : furtivité !
La couleur changea pour un noir verni, avec des touches de chrome.
- celle-là, on l'appelle : Venom !
Puis un gris clair au standard impérial.
- Des dizaines de teintes ! Peinture caméléon, on appelle ça ! Attends, c'est pas fini !
Un réseau de lignes brillantes apparut brièvement, puis le chasseur devint comme flou. Thalia dût plisser les yeux pour ne pas être incommodée.
- Filet de camouflage ! Pas mal, non ? Avec tout ça, on n'est pas invisibles, mais quand on nous voit arriver, c'est trop tard !

Thalia visita aussi Queen Mom, qu'elle avait cru reconverti en cargo à l'autre bout de la galaxie.
- Les rouges sont nos hôtes pour ce voyage : en temps normal, nous avons quatre escadrons renforcés, expliqua le capitaine.
Un dénommé Galen, probablement un clone.
- Quatre-vingts chasseurs ? Mais où les rangez vous ?
- Ici !
- Mais… Mais… Ce ne sont même plus des mini-TIE, ce sont des… Micro-TIE… Vous avez trouvé des micro pilotes ?
- Il y a bien quelques espèces qui pourraient, mais non : chaque chasseur est muni d'un cerveau droïde contrôlé à distance par un pilote ; je vais vous montrer les cockpits- des simulateurs améliorés-, ils sont sur le pont c, juste au-dessus !
- Ah… Donc Markus m'a encore fait des cachotteries : il est au point, son système de pilotage à distance.
- Pas tout à fait, c'est pour ça qu'il y a des cerveaux droïdes. Mais ça marche plutôt bien, tout de même : quatre-vingts mini- drones pas cher et sacrifiables si nécessaire.
- Et c'est quoi votre boulot ?
- Tous les trucs dont les escadrons réguliers ou la force d'intervention de Jegor ne peuvent officiellement se mêler. On est des mercenaires, oui madame, qui se louent au plus offrant ! Une planète a des soucis avec ses trop agressifs voisins ? On est là ! Une grosse corpo fait des misères à une petite ? On est là ! Mais à la fin, c'est toujours Markus qui paie… Le hasard ?
- et vous êtes venus me récupérer à point nommé… Le hasard ?
- Le hasard ! Vous comprenez, on suivait plus ou moins la même route, alors quand nous avons appris ce qui se passait sur A22…
- Je vois… Pur hasard, ironisa la jeune femme.
Le hasard s'appelait Markus. Il attendait au point de rendez-vous. Thalia reconnut la nef nubiane (version Naboo) familière, le Fyrren. Le temps de transférer son '‘Red Ghost’' (il avait changé de couleur pendant le quart de repos , toujours farceurs ces rouges!) dans la soute, et vogue la galère. Jusqu’à cette immense station au milieu de nulle part. Une station seulement habitée par des droïdes.



Nullepart, mais partout.
Ils avaient couché les filles, non sans mal : après la bagarre, elles étaient bien excitées. Mais aussi épuisées, et, après une histoire et des tonnes de bisous, elles s'étaient endormies presque immédiatement.
- Et maintenant ?
- Maintenant, on s'organise pour la contre-attaque ! Viens voir ça !
La holo de la galaxie était encore plus grande et plus détaillée que celle d'un vaisseau amiral de l'Amber Star. Des points rouges signalaient …
- … Tous les sites identifiés comme liés de près ou de loin à Verryn et à ses affaires. Ça fait des années que je travaille dessus, au cas où. Et eux, ce sont…
Des portraits en 2D apparurent, flottant dans le champ holo, chacun accompagnée d'un court texte. Il suffisait de le toucher pour dérouler un CV complet.
- … Des agents, des dirigeants, des sénateurs à sa botte.
- Il y en a… des centaines !
- Juste les plus importants, ou les plus mouillés ! Ceux avec l'encadré noir sont des trafiquants d'esclaves, en rouge les militaires, en gris les sénateurs...
- Ceux que tu as dénoncé  à grand-père ?
- Pas tous : y en a que je garde en réserve.
- Comment as-tu ramassé toutes ces données ?
- Grâce à cette station, entre autres.
Thalia savait quand il était inutile d’insister. Elle changea de sujet :
- Je ne me trompe pas, ce logo sur le mur du fond c'est bien…
- Le sceau impérial, oui ! Derrière, il y a même une salle du trône, au cas où il serait venu en tournée d'inspection. Pas la peine de visiter, la déco est merdique : aucun goût, ce Palpatine.
- Ce n'est pas une station de combat, avec toutes ces antennes : un centre de l'ubiqtorat ?
- Un centre clandestin, alors, même les plus hauts responsables ignoraient son existence ! Mais tu n'es pas tombée loin ! C'est encore une de ces histoires de méchant roi : il était une fois un terrible tyran qui avait accordé un semblant d'autonomie à un petit royaume. Mais comme il était soupçonneux et même complètement parano…
- tu ne devrais pas dire du mal de ton papa… ailleuh !
- Ah, tu vois que c'est désagréable ! Grand frère tout au plus. Et c'est le mouton noir de la famille, alors que moi je suis le gentil !
- Contrairement à ce que disent les médias, t'as hérité des meilleurs gènes, ça c'est bien vrai !
- content que tu l'aies remarqué ! Donc ce parano, disais-je, a trouvé un moyen d'écouter aux portes. Cette station est située à un endroit stratégique : elle peut capter tous les échanges entre le secteur Corpo et le noyau, et aussi ceux d'une bonne centaines de secteurs autour d'elle.
- Mais il faut une immense puissance de calcul pour trier et exploiter toutes ces données…
- C'est bien pour ça que cette station est si grande. Un parano, mais un génie, mon papa ! Ailleuh !
- ton grand frère, tout au plus… Le dégénéré de la famille, tu te souviens ?
- Oui, m'dame !
- et tous ces points bleus ?
- oh, des coins ou j'ai quelques intérêts : je t'avais bien dit que j’étais plein aux as !
Thalia s'approcha d'un de ces points bleus : Coruscant, la capitale. Elle toucha le point et une section de la carte se déporta et s'agrandit.
- Tout ça ? Rien que sur Coruscant ? Ah, tiens, le vénérable fonds Corusca ! C'est pas celui qui a investi 400 millions dans l'Amber Star ? Tu m'avais parlé de millions, pas de milliards !
- C'était il y a longtemps : l'argent, c'est pas fait pour dormir sous une latte du plancher : on place, on investit ! Et ça rapporte beaucoup, surtout avec les infos juteuses grappillées par cette installation ! T’imagines ? Toutes les méga corpos du Noyau ont des filiales dans le secteur Corpo et vice-versa ! Et on réinvestit ! Et puis entre-temps, j'ai trouvé d'autres caches sous le plancher!
- Y a pas de plancher, ici.
- façon de parler : ils en ont sur Herrion ! Une fois, Lisha m'a montré sa cache. Tiens, à propos d'argent qui dort…

Il sortit deux modestes sacoches.
- De l'argent ? Des crédits ?
- Un truc du parano, encore ! J'en ai trouvé dans toutes les caches. Des valeurs échangeables partout ! Ouvre !
Il y avait quelques valeurs, en effet : aurodium, gemmes corusca, cristaux précieux… Tout ce que la galaxie peut offrir en gemmes et métaux hors de prix !
- Mais il en a pour une fortune !
- oh, vingt millions, tout au plus ! Être un hors-la-loi , ça coûte cher ! À moins que tu veuilles te payer la dernière frégate de chez Kuat ?
- Pas assez chère, même et refaisant la déco et en rajoutant toutes les options du catalogue !
- Alors un croiseur d'occase ? Un Destroyer impérial à retaper ? Un peu de peinture, renforcer les boucliers, un peu de plomberie, changer les turbo-lasers, mettre des rideaux aux fenêtres…
- Agrandir le hangar à chasseurs…On en reparlera : qu’est-ce qu’on fait ? Tu as offert les sénateurs et quelques sous-fifres à grand-père, Belek et Merson ! On se charge des esclavagistes ?
- On peut, mais je comptais confier le gros du travail à une vieille connaissance : il ne le sait pas encore, mais il va recevoir une requête du sénat.
- Du sénat ?
- Une commission d'enquête sur les attaques de colonies ReHab. Tu sais, celles dont nous sommes accusés ?
- Le sénat nous est hostile !
- Ma chérie, je n'ai rien contre les sénateurs corrompus, si c'est moi qui les paie ! J'en ai acheté un paquet, faut bien qu’ils servent à quelque chose ! Et en plus, il y en a même d'honnêtes -et quelques amis- qui feront le travail pour rien !
- Oui, mais : une commission d’enquête ? Sur une affaire instruite par la Cour de Justice ? Encore faut-il qu’ils osent? Ou alors, tu t’es payé assez de sénateurs pour avoir la majorité ?

- Quand même pas : trop cher, même pour moi ! Et puis il y a trop d’incorruptibles, malheureusement ! Le Vieux va s’en occuper. Et je lui ai suggéré de mettre Luke dans le coup : même s’il s’en défend, il a gardé une certaine influence sur les milieux politiques.
- ça ne me dit pas quoi faire en attendant!
- J'sais pas trop encore… On va faire du chambard, c'est sur ! Il faut attirer l'attention sur nous, pour que Jas et Sasha passent inaperçus. J'ai fait tout ce que j'ai pu pour leur ouvrir la voie. Et j'ai des amis qui attendent le bon moment pour faire des misères à notre ennemi préféré. Le problème, si on veut bouger, ce sont les jumelles : il faut les mettre à l'abri ! Et on ne peut pas les laisser ici toutes seules !
Thalia réfléchit un instant :
- À propos de parrain et marraine, elles ont un second papa et une seconde maman, rappela-t-elle enfin : les plus improbables, les plus hors norme qu'on ait pu trouver. Tout ça parce que tu aimes les grosses bébêtes à fourrure !
- Ah, non, moi c'est les petites bébêtes venimeuses ! Les peluches à grosses dents, c'est toi ! Mais nous n'avions pas de Wookiee parmi nos relations et tes Ewoks sont toujours dans des coups foireux !
- Un garoug et une chef de clan kuri… Ouais, on a fait fort !
- Markrr était vexé parce qu'on ne l'avait pas choisi comme parrain pour Jas ! C'est toi qui lui a promis que ce serait pour le prochain !
- Ouais, mais c'est toi qui m’as amenée en visite officielle sur une colonie Kuri alors que j'étais sur le point d'accoucher !
- Ils disent : mettre bas ! Nos filles ont bu le lait de la louve alpha et elles ont aimé ! Alors, on les confie à la meute ?
- Encore faut-il pouvoir les contacter.
- On va trouver un moyen ! En attendant, que dirais-tu d'une partie de sabacc au casino ?
Thalia fit mine de réfléchir, prit une mine de petite fille espiègle  et battit des mains :
- tu m'ouvres un crédit illimité, hein ? Ça va être si amusant !
Puis, plus sérieusement :
- Zangra le Hutt ?
- tu vois un meilleur indic à 200 parsecs à la ronde ?
- Ouais, mais non ! Ça va pas du tout !
- Pourquoi donc, mon petit chou ? Je croyais que tu aimais le Sabacc ?
- Mais non, c'est pas ça ! Je n'ai rien de décent à me mettre !
- Si c'est que ça, mon amour… Viens jeter un coup d’œil au dressing de notre suite !



Un ami de passage
Arvea, secteur Murami
La ville et la planète avaient beaucoup changé depuis la dernière visite du contrebandier. L’ancien repaire des sinistres Frères de Belvan  était devenue une paisible colonie du secteur Murami. Quant à son vieux camarade…
- Dis donc, c'est fou comme cette ville a poussé depuis la dernière fois !
- Et tu n’as pas vu les nouvelles exploitations agricoles, au sud… 30 000 colons en un an !
- Tu es en train de devenir respectable, Markrrr, j'en suis presque déçu !
- Moi aussi, parfois… Mais j'ai des responsabilités, Marek ! Commandeur suprême d'une « flotte de sécurité » et, pour tout arranger, chef de clan et père de famille !
- toutes mes condoléances ! C'est sans doute pour échapper à tout ça que tu mobilises ta flotte ?
- Tu sais bien pourquoi : ce petit con de Venom s'est encore fourré dans la merde (1)! J'en ai marre de le sortir du pétrin à chaque fois, mais enfin, c'est mon petit frère ! Et je suis le père de chasse de ses filles !
- Et tu penses que tes gars vont te suivre à travers cinq secteurs pour sauver un inconnu à qui ils ne doivent rien ? Sans compter que vous êtes censés veiller sur les routes de deux secteurs.
- J'sais bien ! Je connais mon devoir. Viendront ceux qui voudront : y en a pas des centaines, mais… Et puis, t'as vu mon nouveau joujou : il est à moi, rien qu'à moi, pas à la flotte !
- ton destroyer Gladiator ? Belle bête, en effet !
- C'est pas un Gladiator ! Il est plus grand et beaucoup mieux armé, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué. Un projet des Doloriens : ils voulaient de vrais destroyers, et ils avaient deux Gladiators comme modèles, alors…
- Et les destroyers Providence géants de Magnus, ça ne comptait pas?
- De la récup et il n'en avait pas d'autres ! Donc, ils voulaient de VRAIS destroyers, alors…

Markrr était exactement comme Venom : quand ils parlaient armes, blindés ou vaisseaux, on ne les arrêtait plus. Marek écouta patiemment, mais d'une oreille distraite. Ce fut un peu long.
-… Et puis mes chantiers ont sacrément amélioré le concept ! Maintenant, c'est bien mieux ! Bon, trêve de bavardages : quand tu débarques ici, c'est toujours parce que t'as un « judicieux » conseil à refiler, alors, tu vois, je suis assis, je suis calme, regarde : des dents humaines, pas de poil sur les mains, et la pleine lune, c'est dans dix jours (2).
- D'accord, j'irai droit au but : je te le dis tout net, cette mobilisation, c'est pas un bon plan ! Une bonne partie de la galaxie est assise sur un détonateur thermal. Et ce serait bête que tu appuies sur le bouton.
- Oh là, t’y vas fort ! J'ai pas l'intention de déclencher une guerre, juste d'aider un pote !
- Et Darpa n'a pas l'intention de déclencher une guerre, juste de ramener ton pote à Coruscant par la peau des fesses s’il le faut ! Avec deux êtres de bonne volonté de votre calibre, je ferais mieux d'appuyer moi-même sur le bouton !
- Darpa? Ce capitaine avec un balai dans l'cul qui a fait son petit numéro d'Impérial arrogant pendant la bataille de Tschaï (3) ?
- Cet impérial arrogant vous a tirés du pétrin, n'oublie pas ! Il est amiral, maintenant. Et le Sénat lui a confié quelques vaisseaux pour retrouver ce p'tit con de Venom, comme tu dis ! Entre nous, si quelqu'un doit capturer nos amis, il vaut mieux que ce soit lui : il est peut-être rigide, mais il est honnête et consciencieux. Et je le crois beaucoup plus futé qu'il ne veut bien le montrer.
- Bah, il les retrouvera jamais ! Mais j'peux pas les laisser dans la merde, comme ça…

Markrr avait appris à ses dépens que le grand Berel avait toujours raison.
- Il y a bien une chose que tu peux faire pour lui, ou plutôt pour tes filles de chasse.
- Masha, Jaïna, mes petites louves… ils ont essayé de les tuer !
- attention, tes crocs grossissent à vue d’œil.
- Ben, ouais, ça m'a mis en rogne, c' t' histoire.
- Alors, trouve un endroit où les planquer et joue ton rôle de père de chasse.
- Faudrait encore que je sache où les trouver… Quoi, tu sais ?
- Je sais où ils seront bientôt. Ce n’est pas très loin. Je garde toujours un œil sur mes ouailles.
- Encore ces principes religieux à la con !
- Chacun son rôle : toi t'es le grand frère à la mode pirate, moi je suis le conseiller spirituel.
- Conseiller spirituel, mon cul : chaque fois que vous vous rencontrez, ça commence en embrassades et finit en engueulade !
- Il y a des progrès, pourtant : la dernière fois, il ne s'est vexé qu'au bout d'un quart d'heure de discussion.
- Et tu te prétends conseiller spirituel ?
- Je débute dans le boulot, et j'ai fait le mur du séminaire alors que je n'étais qu'un gamin ! J' voulais pas être prêtre, moi, j' voulais être contrebandier !

Marek se garda bien de dire au garoug qu'il allait devoir coopérer avec d'autres prédateurs : ceux-là ne se déguisaient pas en humains. Sauf quand ils arrivaient à se procurer assez de peaux pour s'en faire un manteau.
À une époque, c'était du dernier chic chez les Kurii. Ah, la mode ! Mais les modes passent, les conquérants anthropophages (4) s'étaient calmés depuis treize ans, grâce aux soins attentionnés du bon docteur Darpa et de ses Destroyers.
Le prince Eiren, en voisin, s'était déjà chargé d’informer la Matriarche '‘Lune de sang’' (traduction libre) des menaces pesant sur ses « filles de lait » et leur famille. Elle aussi avait été tentée de rassembler les clans pour voler à leur secours, au risque de rompre le traité de paix et d’encourir les foudres de l’Alliance. Le prince avait fort heureusement réussi à raisonner la guerrière et à transformer l’ « expédition punitive » en une discrète mission d’assistance.
Un brave gars, Eiren, même si elle était plutôt fille en ce moment.



Notes:
1 Markrr a grandi parmi les pirates et son langage s’en ressent. Et encore, face au Bérel, il fait des efforts !
2 Il est un Garoug ; un loup déguisé en humain. Désolé, je n'ai pas réussi à glisser un vampire dans mon histoire. :wink:
3 Voir: Venom, le destin d'un pirate.
4 Et Durophages ? Zabrakophages ? Rassurez-vous, ils préfèrent de loin le steak de nerf cru ! Veillez à en avoir quelques centaines de kilos chez vous et tout se passera bien.

Dans le prochain chapitre, nous laisserons nos héros pour nous intéresser à d'autres protagonistes. Sasha et sa colo de vacances, par exemple. Et aussi des mandaloriens, des pirates, un amiral...

Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 18 Nov 2017 - 19:23   Sujet: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch5

Avant de quitter leur station ultra secrète, nos deux héros ont lancé toute une série d'opérations. Leur voyage n'ayant guère d'intérêt, retrouvons plutôt quelques uns des protagonistes de cette histoire ( l'amiral attendra son tour, finalement).
Quant à Jas et Sasha... :wink:



Chapitre 5 : Un peu partout, dans la vaste Galaxie…



à bord du Fyrren
Pour ne pas trop perturber les jumelles, ils avaient fait coïncider leur départ avec une période de repos.
- Bon, les filles sont couchées, fit Thalia en se glissant dans le lit ! Maintenant que nous sommes seuls, dis-moi pourquoi t’as laissé 063 sur la station ?
- Ben, pour garder la maison, tu n’as pas entendu ?
Thalia afficha son scepticisme :
- C’est ça, oui ! Il y a au moins trois mille droïdes de sécurité là-bas, alors un de plus ou de moins…
- OK, OK ! J’ai une liaison directe avec lui, un peu comme votre liaison SyD, à N°1 et toi ! Comme ça, si j’ai un besoin urgent d’une info, il pourra me la transmettre plus vite. Voilà, voila… Contente ?
- Toujours, quand tu me caches des trucs, grommela-telle avant de lui tourner le dos.
Il poussa un soupir résigné : il avait eu quelques projets coquins pour l’avant dodo, mais y renonça. Sa chère épouse entendait lui faire payer ses cachotteries : elle savait bien qu’il ne lui avait pas tout dit, mais il y avait des secrets qu’il n’était pas prêt à révéler. À personne !
Sauf peut-être à son loyal droïde garde du corps.
Il repensa à Sasha, à toutes les opérations qu’il avait lancées pour l’aider ou pour perturber celles de leur ennemi. Allaient-elles se dérouler comme prévu ? Il n’y avait qu’un moyen de le vérifier : il ferma les yeux et s’endormit instantanément.
Mais dormait-il vraiment ?




L'escadron rouge retrouve des amis
au nord de Telos
Quand le Queen mom les avait largués près d'une station prétendument abandonnée de la bordure extérieure, Jacsyn n'avait pas été surpris de constater qu'un nouveau carrosse les attendait pour les amener dans le bras de Tingel, mais plutôt par la nature du carrosse : un de ces énormes et antiques vaisseaux de la défunte Fédération du Commerce.
Mais pas la version guerrière, non : celui-ci était totalement désarmé. Et pas de Neïmodien à bord !
Les Narutans étaient tout l'opposé : pacifiques, insouciants, éternels vagabonds, ils avaient pris avec philosophie l'annexion de leur monde natal par le secteur corpo. Incapable de supporter les règles, ils s'étaient tout bonnement éclipsés, abandonnant leur ancien foyer, non sans laisser quelques '‘amusantes’' surprises à leurs hôtes forcés. Amusantes pour eux, s'entend : comme les rouges, ils étaient quelque peu farceurs. Comme les rouges, leurs '‘plaisanteries’' pouvaient se révéler très désagréables pour leurs victimes. Par ailleurs, ils étaient pacifiques au point de refuser de combattre les corpos, mais pas au point de refuser d'aider leurs voisins plus belliqueux : les soutes du transport étaient pleines de matériel militaire.

Jacsyn découvrit également à bord assez de matériel, pièces et chasseurs de rechange pour monter une base permanente. Et aussi de vieilles connaissances :
- Tiens, Jay (1), je te croyais dans la force d'intervention de Jegor !
- Salut, Jacs', Synne (2)… Vous savez comment c'est : routine ennuyeuse, paperasse … Envie de changer d'air : moi et quelques amis, on a pris un congé sans solde, avec la bénédiction du commandeur Jegor !
- Et vous avez amené avec vous vos '‘chariots de feu’' ?
Il montra les huit vedettes Skipray dernier modèle alignées tout près des chasseurs rouges.
- Ben, non, ce ne sont pas les nôtres : on les a trouvés en arrivant ! Étonnant, non ?
- Le hasard fait bien les choses ! Et ces micro TIES, c'est pour les morveux verts ? Ils ont encore rétréci au lavage ?
- Les morveux ont grandi, eux aussi, ils pilotent des Défenseurs TIE, maintenant ! rappela Jay Highblood sur un ton de reproche. Et ces trucs sont des chasseurs droïdes, ou plutôt des drones !

Il défendait instinctivement ses camarades. Il connaissait bien la rivalité entre les deux escadrons favoris de Venom, mais il bossait tous les jours avec les Verts !
Jacsyn laissa passer : Jay avait au moins cinq, sinon six ans de plus que lui ! Un trentenaire, le pauvre, et on lui avait appris sur Herrion qu'il fallait toujours être patient avec les vieillards.
- Je sais bien que ce sont des drones : j'ai passé une semaine à m’entraîner contre eux ! Quant aux verts… Ouais, je suppose qu'ils n'ont plus besoin de porter des couches, concéda-t-il. Enfin, le jour !
Jay laissa passer : les pilotes de chasse ne se prenaient pas pour de la merde et ces gros bébés rouges étaient les pires.
- En principe, quelqu'un devait nous briefer sur la mission : je suppose que c'est toi ?
Jay acquiesça :
- Cette fois on va défendre la veuve, l'orphelin et les peuples opprimés par les méchants corpos. Ou plutôt par des pirates et esclavagistes sponsorisés par ces méchants corpos. Un prétexte pour s'installer pas trop loin d'une planète où des corpos, justement, font des trucs pas clairs… Mon avis, c'est que ça risque de chauffer bientôt et qu'on sera aux premières loges.
- Bonne nouvelle : et ils sont nombreux, en face ?
- Bof ! l'équivalent d'une petite flotte sectorielle, destroyers, croiseurs lourds, etc. Avec des renforts pas loin. Rien de bien méchant pour le célèbre escadron rouge !
- Mouais… Faut juste leur faire peur ? Parce qu'on risque d'avoir un peu de mal à tous les détruire !
Jacsyn était devenu un peu plus prudent et réaliste en grandissant, constata son aîné.
Un peu… Pas beaucoup.

- Tous seuls, non ! Nous avons déjà des amis sur place, le rassura Jay. Et, s'y j'en crois le matos qu'on a chargé, ce serait plutôt un raid éclair : on arrive, on récupère, on file !
- comment ça, tu crois ? Je pensais que tu avais des ordres !
- J'en ai, dans un fichier crypté, mais je n'ai que la moitié de la clé !
- Et qui a l'autre moitié ?
- Toi ! Non, ne me dis pas que… S’inquiéta-t-il en scrutant le visage ahuri de Red 9.
- C'est moi qui l'ai, intervint Synne.
Elle ajouta, sur un ton de reproche à l'attention de Jacsyn :
- Quand tu n'oublies pas tes codes, tu les perds ! C'est donc à moi que Markus les a confiés.
- Oui, m’am', pardon, m'am'…
Le (la?) droïde avait une voix féminine, maternelle, mais semblait un rien autoritaire, comme une nounou de bonne maison. Jay ne laissa filtrer qu'un mince sourire avant de continuer :
- je crois bien qu'on n'est pas seuls sur le coup !

Jacsyn avait remarqué, tandis qu'ils embarquaient dans l'un des bras du gros transport, qu'on chargeait du matos dans l'autre bras.
Et les transports qui entouraient la station étaient d’un modèle prisé des impériaux.
- Tu sais ce qu'ils ont chargé ? Les narutans sont sympas, mais ils ne m'ont pas laissé voir.
- Ils protègent les petits secrets de leurs passagers. Mais ce sont aussi de grands bavards. Figure-toi que ces caisses sont estampillées : Mission Impériale.
- Ce nouvel organisme chargé d'aider les peuples éprouvés par la guerre ? Je croyais qu'ils ne fournissaient que des vivres et du matériel pour reconstruire ?
- Que veux tu, un de ces Moffs a dû interpréter les ordres de travers : il a dû comprendre « reconstruire une flotte ».
- Et tu crois que des pilotes impériaux peuvent prendre un congé sans solde ?
- Je parie que oui ! Tu savais que plusieurs secteurs proches du bras de Tingel ont récemment rallié l'empire? Cette ''mission d'assistance humanitaire'', c'est l'occasion rêvée pour nos chers Moffs de mettre un pied dans le Bras !
- Tout à fait eux, ça ! Pas mal, ton jeu de mots , au fait ! Bon, si on allait voir ces ordres ?
Jay accompagna son collègue tout en se réjouissant à l'avance de la surprise que les Narutans avaient concoctée avec sa complicité.
En matière de farces, ces prétentieux Rouges allaient trouver leurs maîtres.






La reine mère et les petits ewoks
Le Queen Mom attendait planqué derrière un astéroïde, en mode camouflage. Le capitaine Galen reçut enfin le signal attendu.
- Ils arrivent ! Larguez les escadrons A et C. Escadrille B-3, restez en soutien en cas d'attaque ! B-1 et B-2 dans les tubes de lancement !
Un petit cargo si déglingué qu'on se demandait comment il pouvait voler, s'éloignait précipitamment de la planète avec une bonne douzaine d'appareils à ses trousses.
- Déglingué mais rapide, leur cargo ! Ce sont nos clients !
Le capitaine poursuivit :
- Escadron A : engagez les chasseurs quadrant 45*15-15. Escadron C : ces deux patrouilleurs Foe 1 et Foe 2 quadrant 46 sont pour vous !
L'attaque eut l'effet escompté : pour défendre leur peau, les poursuivants durent abandonner la poursuite et faire face. Le petit cargo prit de la distance, mais ne passa pas en hyper espace. La bataille allait bon train : avec quatre chasseurs ennemis au tapis, l'escadron A avait tapé fort. Mais les adversaires s'organisaient déjà. Et le cargo filait toujours, sans sauter !
- Il y a un champ interdicteur ! Il provient de Foe 2, analysa son second, penché sur les écrans
- Dans un patrouilleur ? On n'arrête pas le progrès ! Escadron C, priorité à Foe 2 : détruisez-le à tout prix.

Ce qui voulait dire par collision directe s'il le fallait.
- Le cargo s'est assez éloigné et est passé en ultra luminique, prévint le second
- Oui, mais c'est à nous que ce champ interdicteur peut causer des ennuis ! Fox 3 !
Le code pour une '‘mission suicide’'. Heureusement, les chasseurs n'étaient que des drones auto-guidés.
- Foe 2 stoppé. C-3.2 et C3,3 perdus. Leur mémoire a été téléchargée.
- Bien ! Rappelez les autres, on décroche !
Comprenant qu'ils risquaient leur peau pour rien, les chasseurs et le patrouilleur survivants ne suivirent pas les drones. Les attaques suicide avaient tendance à flanquer une sainte et bénéfique frousse aux équipages adverses.
-  Des gens raisonnables ! Récupérez tout le monde et préparez le saut pour l' objectif 3. On a encore du boulot ! Ah, pensez à commander des drones de rechange pour notre prochain ravitaillement !
À aucun moment, le cargo et ses sauveurs n'avaient communiqué. Le capitaine Galen ignorait quelle était leur mission, mais les senseurs avaient détecté des explosions à la surface. Tout ce que les autres savaient, c'est qu'on les aiderait à filer.
Mission clandestine: la routine pour le Queen Mom.




Les mandaloriens, y a pas mieux pour vous débarrasser des emmerdeurs :
- Shuk' 1 pour Shuk'orok : attaque en formation delta. Leader Strill , débarrassez-nous de ces chasseurs (3).
C'était la troisième et dernière station automatique que les chasseurs lourds mandaloriens attaquaient. Les premières avaient été faiblement défendues, mais celle-ci avait reçu des renforts.
Les chasseurs d’escorte allaient avoir du boulot !
- Fichus chasseurs droïdes ! Cette fois, ils ont mis le paquet !
- Certains vont réussir à passer, Stian, prévint sa copilote.
- Tu t'en occupes ? Il me faut deux minutes !
- Bien sûr, mon chéri !

Les Mereel travaillaient en couple, cette fois. Leurs enfants étaient grands, maintenant ! Trois chasseurs se focalisèrent sur eux. Sateene se prépara à les recevoir ; Le problème de ces chasseurs lourds, c'est que même avec de solides boucliers, ils manquaient de défense sur l'arrière… Un problème que le couple s'était efforcé de corriger :
- Plus près… Plus près… Maintenant !
Deux bangs, et deux objets se détachèrent de la coque arrière. L'un d'eux émit une brève flamme pour se repositionner, et…
- mines explosées ! zut, il en reste un ! Tu ne perds rien pour attendre. Stian ?
- Encore une minute !
- C'est à lui qu'il faut dire ça ! Bon, le Blaster !
Le Blaster était très puissant mais à courte portée.
- Mon chéri ? Tu veux bien renforcer les boucliers arrières ? Il nous tire dessus et je ne peux pas encore riposter !
- Devant aussi, ils nous tirent dessus ! BB4, pompe sur les auxiliaires, ça devrait suffire !
Le droïde confirma par quelques bips
- Ça y est ! Feu !
Le blaster cracha une salve, une seconde...
- Je l'ai eu !
- Torpilles larguées…
- ... Droit au but !
Une des expressions favorites de Stian. Où était-il allé chercher ça ?
- Shuk' 1 à tous : on file ! Chérie, c'est quoi notre prochain job ?
- Mission à terre : recherche et destruction !
- Ah, tant mieux, j'ai envie de me dégourdir les jambes!
- Surtout que c'est double prime !
Depuis des millénaires, la famille Herrion recrutait chez les voisins Mandaloriens : quelques centaines de parsecs, c'était la maison d'en face à l'échelle de l'immense galaxie.
Le droïde émit une salve de bourdonnements satisfaits. Tout se passait comme prévu.




Les pirates et leur reine
Secteur Juvex, très loin au Sud.
- Ah, j'adore ça ! Fit le weequay en plein milieu des ruines d’un camp d’entraînement militaire, fort heureusement presque vide.
La bataille avait été rude, mais satisfaisante : avec les droïdes de combat prêtés par son commanditaire, ses pirates avaient balayé les maigres défenses sans une seule perte. Il ne restait plus qu'à espérer que l'informateur – l’informatrice, plutôt- n'ait pas fait d’erreur.
- ça risque pas : ma Reine ne m’a jamais menti, fit-il.
Melik l’appela :
- Soonjay, viens voir par ici ! On a trouvé l'entrée !
- Et?
- Et alors, on a de quoi équiper un régiment ! Non, deux !

Dans l'immense dépôt souterrain, attendaient blasters, armures, missiles, des motospeeders et même quelques air-speeders blindés. Melik connaissait toutes les filières et les tarifs du marché parallèle :
- T'imagines ce qu'on peut en tirer au marché noir ? Et d'après ton informatrice, il y en a encore trois autres comme ça dans le coin !
- Vendons déjà tout ça ! Les affaires reprennent, enfin ! Seejay, dis au cargo qu’il peut se poser. Rahh, y en a trop à emporter, on aurait dû en voler deux !
- Deux des soutes de la Princesse sont vides, Boss ! On devrait pouvoir y caser pas mal de matos.
- P’t’être même un peu plus en rangeant un peu le bazar au fond du hangar principal, rêva tout haut le capitaine pirate.
Un des droïdes, qui escortait des prisonniers, jeta un bref regard à l’intérieur en passant et eut un hochement de tête qu’on aurait qualifié de satisfait s’il eut été humain.

Soonjay avait connu une passe difficile, chassé il y a deux ans de sa confortable base de Florrum, près de la route commerciale Perlémienne. Encore une expédition anti-pirates de l'amiral Darpa ! Contrairement à ses petits camarades et associés, il s'était sorti à temps du piège, mais il n'avait dû son salut qu'à sa ruse et à un procédé déshonorant : sous une fausse identité, il avait loué les services de sa frégate – la Princesse- et escorté des convois pendant plus d'un an et demi.
LA HONTE !!!
Il s'était enfin trouvé une nouvelle aire de jeu, très loin de l'ancienne, mais pour un nouveau venu c'était toujours difficile de se faire une place.
Le weequay se frotta le menton, songeur :
- Je me demande bien à quoi ça devait servir ! Thalia me le dira peut-être à notre prochaine rencontre ! J'adore bosser pour elle : je me remplis les poches à chaque fois !

Un peu partout, on casse, on brûle, on pille…


Ce n’étaient que des piqûres, des égratignures dans la carapace d'un géant…
Mais des bestioles le piquaient dans toute la galaxie : ça devait commencer à le démanger sérieusement !
À bord du Fyrren, Venom se retourna, ouvrit les yeux un instant, afficha un sourire satisfait : tout se déroulait comme il l’avait prévu. Et, selon les derniers rapports, le Nuage Doré atteindrait bientôt Caillou XIII. Rassuré, il se rendormit. En apparence…





Jas fait ses devoirs !
Le Nuage Doré, sur des routes peu fréquentées.
Sasha, à la recherche de Jas, passa devant le cocon de X'ree qui était beaucoup plus gros que le précédent.
Un de moins, ça me fait des vacances. Ah, ne pas oublier de refaire le plein de protéines sur XIII , sinon il va dévorer le vaisseau en émergeant !!
Il trouva enfin une trappe grande ouverte dans le plancher, d'où provenaient des bruits de ferraille : Jas avait entrepris de réviser toute l'installation de conditionnement et de recyclage de l'air. Un travail bien inutile, le « Nuage » ayant été entièrement révisé peu avant leur départ d'Herrion. Sasha, qui savait pourquoi, se mit à quatre pattes devant la trappe et fit une dernière tentative :
- tu devrais faire tes devoirs… On sera bientôt sur XIII, et c'est le dernier endroit avant longtemps où tu pourras les réexpédier sur Herrion
- oui, oui, je finis de réparer cette conduite  et je m'y mets!

Cela faisait près de vingt jours qu’ils avaient quitté Nippa, progressant par des voies très détournées en direction du Bras de Tingel et Jas avait toujours autre chose à faire : Cuisiner, discuter avec Jaden , réparer une conduite (comme maintenant), s'entraîner au combat avec Jaden, potasser la notice technique du Nuage ou un vieux manuel de maintenance, jouer avec Jaden (et X'ree), faire le ménage (avec Jaden), astiquer ses couteaux, s'exercer sur une cible (avec Jaden), s'exercer à la méditation (avec Jaden et X'ree). Débordé, ce garçon, pas une seconde pour consulter le volumineux ficher concocté par le directeur Altaïr en personne  et livré à grands frais par un courrier rapide de l'Amber Star !
Sasha pouvait le comprendre : Jas n'avait probablement pas besoin de suivre l'ennuyeux (pour lui) programme scolaire herrian. Il avait au moins cinq ans d’avance dans certains domaines, bien plus dans d’autres !
Ce qui le motivait, sur Herrion, c’était la perspective de retrouver ses copains tous les jours : il pouvait paraître très précoce, mais dans ce cas précis, il faisait vraiment son age ! Ici, il dormait dans la même cabine que son copain, qui avait son propre programme d’exercices. Alors, les devoirs…
Mais son parrain avait promis de superviser ses études.
Sasha dut élever la voix pour couvrir l'inutile vacarme de tôles froissées en provenance de la soute B.
– C’est toi qui risques de finir dans le bureau du dirlo, en rentrant ! Imagine qu’il décide de te donner des cours particuliers l'après-midi pour rattraper le temps perdu…
Une perspective déprimante : plus de sortie avec les copains, sans compter qu’un cours de l’austère directeur pouvait être terriblement… Disons-le poliment : ennuyeux !
Les coups cessèrent… Un court silence…
- Bon, Je crois que ça devrait tenir ! Elles sont où, ces data-cartes, déjà ?
Mener par le bout du nez un moussaillon récalcitrant… Ça n’a pas de prix !

Néanmoins, Jas allait bâcler ça en moins de temps qu’il ne faut pour dire : retenue.
SyDney était prêt à prendre les paris. Sasha estima un délai probable (il avait consulté le fichier), enleva prudemment une heure, et plaça sa mise. SyDney misa sur un temps encore plus court. Beaucoup trop !
- il y a tout de même pas mal de cours à bosser, des tests, un paquet d’exercices et un devoir sur l’art herrian. Du troisième millénaire avant Yavin ! Objecta le jeune homme par la liaison privée.
Il y a treize ans, il avait eu le même. L’histoire de l'art c’était sa bête noire, à l'école. Il avait sué sur ce devoir ! Triché un peu aussi: il avait pompé sur un vieux livre (une antiquité aux feuilles de plast imprimées, pas un fichier numérique) trouvé dans la bibliothèque du palais. La prof ne risquait pas de connaître ! Elle n’y avait vu que du feu !
- tu as fait ta mise, moi la mienne, riposta le droïde.
Le doute s'installa quand son filleul commença à travailler, utilisant la console du salon et deux tablettes en même temps ! Et les machines, ou plutôt leurs interfaces prévues pour des gens normaux, avaient du mal à suivre  son rythme infernal! Les performances s’améliorèrent nettement quand, pendant une courte pause, il s'éclipsa et revint avec celle de Jaden. Son parrain avait oublié à quel point le garçon pouvait être rapide. Un mot qui avait un autre sens avec les Indestructibles, père et fils (les jumelles promettaient, elles aussi)!
J'ai pourtant vu Venom travailler sur dix écrans à la fois. J'aurais dû me douter que Jas...
- A'y est ! Fini !

SyDney eut le triomphe modeste :
- une heure et 45 minutes, pauses comprises ! J'avais dit deux heures, pile poil, juste à temps pour s’entraîner à la méditation avec Jaden. Je n'avais pas prévu qu'il voudrait prendre une douche  et se changer!
Sasha paya de mauvaise grâce mais consulta, méfiant, les fichiers complétés : des fois que Jas, trop pressé, aurait oublié un exercice…
Les Maths ? Parfait, évidemment. Le travail sur la Charte d'Herrion ? Aucun problème ! Un court texte à rédiger en Corellien ancien ? Ancien pour les autres, pas pour Jas (4)! Tout était à l'avenant.
–  Ah, le devoir sur l'art ! Là, c'est autre chose.
Il était plutôt bien troussé, le devoir… Bien documenté, jugea le jeune homme ; un devoir familier…
Tiens, cette expression !
– Mais c'est de moi, ça ! C'est MON devoir !!! Mais comment…
Un seul était au courant, pour la triche. Un qui avait la manie de tout enregistrer. Un qui avait gagné son pari !
– TRICHEURS ! BANDE de TRICHEURS ! SYDNEY ! T’ES QU’UN SALE TRAIIIITRE !
Le visage de Jas, en pleine méditation, dessina lentement un sourire.
Rouler dans la farine un Capitaine trop malin… Ça n’a pas de prix !



Notes.
1 Jay Highblood, recrue en formation des forces spatiales du malfaisant Bokkor Hekken, a été recruté sur Tschaï par Venom après la bataille. Officier de la force d'intervention de l'Amber Star, sous les ordres du commodore Jegor
2 "La" SyD de Jacsyn.
3 Dialogues traduit du mando’a
4 Il utilise même des expressions si anciennes que le prof est obligé de consulter un dictionnaire !



Dans le chapitre suivant, une riche (et naïve?) jeune femme s'invite dans une partie de Sabacc.
Zangra le hutt et ses complices vont-il s'accaparer ses économies?

Bonne lecture!
.
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 25 Nov 2017 - 18:09   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch5

Un droïde abandonné fait une étrange rencontre, une naïve jeune femme venue dépenser ses "modestes" économies dans un luxueux casino est invitée à la table d'un hutt, voici le menu de ce chapitre!



Une petite liste de personnages cités dans ce chapitre :

Spoiler: Afficher
Zangra le hutt, propriétaire de casino, usurier, trafiquant d’armes… Il a un excellent réseau de renseignements.

Amiral Darpa : pur produit de l ‘Académie Impériale, il est arrogant et rigide, mais réputé pour son sens de l’honneur et du devoir ; c’est un excellent officier qui a connu de nombreux succès contre des flottes pirates et autres cartels criminels. Officiellement en retraite de la flotte impériale, il est devenu gouverneur de la Citadelle d’Anaxes, son monde natal. Accessoirement, c’est un lointain cousin des Herrion et le frère de Merson, l’actuel vice-roi (devenu Herrion par adoption).
Lune de sang, matriarche Kuri, la « marraine » des jumelles.

Marek, Berel : contrebandier par vocation, prêtre par obligation, il n’est jamais très loin de Thalia et Venom dans les moments difficiles. Sa sollicitude excessive et ses croyances ont le don d’irriter - c’est un euphémisme- Venom. (lire Marek et le Destin sur ce forum).
Markrr, garoug métamorphe : il était lui aussi un protégé de Kendal Horbin, le maître puis protecteur de Venom, qu’il considère comme son frère. Il est le parrain des jumelles.

Les anciens « associés » de Venom :
Joss, humain, spécialiste en coups tordus, enlèvements et chantage, esclavagiste à l’occasion.
Borosk, trandoshan : après une longue et profitable carrière dans le trafic d’esclaves, il s’occupe maintenant d’initier les jeunes chasseurs.
Gord , humain: esclavagiste toujours en activité. C’est lui qui, un jour, a vendu Thalia et Sasha à un esclave fraîchement affranchi, un certain Jango Hyx (maintenant connu sous le nom de Markus Vega an-Herrion).



Chapitre 6 : Firola, son casino, sa plage…


Droïde, Droïde, carlingue anthropoïde, cœur en celluloïd…
station nullepart
SD-X 063 n'avait pas une tâche facile : depuis sa mise en service, il était chargé de la protection de Markus Vega an-Herrion, connu par certains sous le nom de Venom ; une mission difficile, pour ne pas dire impossible ! Une fois encore, le commodore -c'est ainsi qu'on l'appelait quand 063 avait commencé son service treize ans plus tôt- était parti à l'aventure en abandonnant son garde du corps dans cette station perdue :
- Tu gardes la maison, hein 063 ? avait dit l'humain.
Les circuits logiques du droïde avaient peiné un moment sur cet ordre : on n'était pas à la maison, et cette station n'avait pas besoin d'être gardée par un droïde supplémentaire . Il y en avait bien assez comme ça !
Il avait fini par conclure qu'il s'agissait d'un simple tic de langage et cessé de faire des rondes.
Comme tous les SD-X, 063 était muni de fichiers complets sur le comportement d'innombrables espèces intelligentes et ses motivateurs étaient ce que l'on pouvait faire de mieux pour un droïde, avec d'énormes capacités d'apprentissage : les SD-X étaient l'élite des droïdes gardes du corps et objectivement, l'élite des droïdes tout court (1) (les cousins CYV et SyD exceptés). Qui plus est, à défaut d’exercer sa fonction première, il avait fini par devenir le droïde de confiance et le confident du « patron ».
Néanmoins, 063 peinait toujours à modéliser le commodore :
«un génie hyperactif mais totalement disjoncté », avait-il analysé pour ses collègues, après les premières semaines d'observation.
Puis, le comportement de son patron avait changé quand Jas était né.
« un humain standard avec des préoccupations standard , qui sait donner le biberon et changer les couches» avait-il affirmé en seconde analyse !
Une analyse souvent contredite ! (Pas pour le bibi et les couches, voyons!)

063 en avait tiré quelques théories et trois axiomes :
1 : Venom n'est pas un humain comme les autres (un point de vue confirmé par ses extraordinaires capacités)
2 : Il peut se comporter comme un humain standard… Ou pas !
3 : tout est possible avec Venom, même l'impossible !

Il en eut confirmation en déambulant dans les couloirs : il croisa un humain encadré par quelques droïdes de la station. Un humain dont l'analyse sensorielle confirma… qu'il n'était pas Venom. Tant mieux, parce que le commodore était en route pour Firola, en ce moment !
Pas exactement Venom, en fait : les différences physiques étaient minimes, mais ce corps semblait… Synthétique. Et la psyché ?
- ah, 063 ! Te voilà ! Tiens, puisque t'as rien à faire, accompagne-moi à la salle de contrôle !
C'est bien le commodore, estima 063 qui suivit son maître sans rechigner…
Celui-ci passa six bonnes heures à analyser des documents et à donner des ordres dans toute la galaxie, le tout à une vitesse stupéfiante. Lorsqu’il s’interrompit enfin, le droïde s’enhardit à demander :
- Vous semblez inquiet, commodore.
- Ouais ! Y a de quoi, non ? Quelqu’un veut la mort de mes proches et je n’arrive pas à remonter la piste !
- Ce n’est donc pas Malthus Verryn, déduisit 063 !
- Lui, il veut exploiter nos talents, pas nous tuer! Non, je soupçonne plutôt…
- … les doloriens ? Vous avez fait des recherches sur leurs soutiens au sénat et dans l’empire.

Le commodore adressa un clin d’œil à son garde du corps. Il y avait un avantage à garder intactes les mémoires d’un droïde : ils pigeaient bien plus vite ! Et 063 en savait plus sur lui qu’aucun de ses proches !
- Ces salopards de doloriens ! 063 ?
- Oui, commodore ?
- Tu voudrais bien faire un petit boulot pour moi ?
- Bien sûr, commodore !
- je voudrais faire des recherches sur un vol commis dans une des usines d'Incom, mais j'n'ai pas le temps ! Faut que je ramène ce corps au frigo et  que je retourne à bord du Fyrren avant que Thalia et les filles ne se réveillent. Tu peux t'en charger ?
- Bien sûr, commodore, répéta le droïde en récupérant la data-carte.
- Et pas un mot de tout ça, hein ? Fit la réplique avec un clin d’œil. À personne !
- à vos ordres, commodore !
Depuis un moment, le droïde avait une nouvelle théorie à propos de son maître:
selon lui, les humains, (au moins l'un d'entre eux), mettaient régulièrement à jour leur code source. Il avait même numéroté les versions :
Venom 1,0 était le Commodore qu'il avait été chargé de protéger juste après son activation. Puis on était passé à 1.1 (le futur papa), puis à l’excellente Venom 1.2, ( nom de code : Papa Poule), toujours d’actualité ; on en était à la version 1.2.04, la meilleure selon lui.
Le droïde savait qu'il y avait eu des préversions (Venom 0.9) ou la version « release candidate » et autres versions beta) et même une version alpha appelée HX J4C (2) !

Après une longue analyse, 063 finit par conclure qu’il avait eu le privilège de rencontrer Venom 2.0.




Thalia’s eleven
Situé sur Firola, le Casino SuperNova, quartier général du seigneur de la pègre Zangra le Hutt, était réputé dans toute la galaxie : il avait accueilli par deux fois le Token Tour, un des plus prestigieux tournois de Sabacc. La foule se pressait autour de la table 5 où se terminait une passionnante partie.
La jeune femme en splendide robe de soirée signée Zeren de Coruscant venait de rafler le pot pour la troisième fois, laissant ses adversaires déconfits. Ces complices de Zangra comptaient bien plumer la riche et naïve touriste, mais c'étaient leurs plumes qui avaient volé dans tous les sens !
Depuis la table du maître des lieux, un ordre fusa :
- Cheeska Chik youngee ! Koose cheekta nei ! (3)

Le Droïde de protocole ne semblait pas très aimable, pourtant il fit de son mieux pour atténuer les propos du hutt :
- Mon maître requiert votre présence à sa table de jeu, mademoiselle !
- Madame ! Et dis à cette grosse limace que je ne suis pas sa petite danseuse. Et je ne triche pas… plus que lui !
- Ho ! Ho !
- Et oui, je comprends le huttese ! Et s'il veut que je joue à sa table, il devrait faire nettoyer ce dépotoir ! Je suis une dame délicate, moi !
On s'attendait à un esclandre, mais le hutt obtempéra de bonne grâce. Il semblait de très bonne humeur.
Il pensait avoir touché le jackpot !
Thalia fit mine d'inspecter le travail des droïdes avant de consentir à s'asseoir.
- alors, on joue ? J'te préviens honnêtement : je sais que tes cartes sont truquées, et comment : c'est pour ça que je gagne !
- Ah'chu apenkee  ?
- Tu peux m'appeler One… Red One
- Pukaa.Bo  Ho ! Ho !
- Oui, c'est un pseudonyme… tu sais qui je suis, alors mettons cartes sur table : je te rends tout le fric que j'ai gagné en échange d'un renseignement. Bargon u noa a-uya !
Mais le hutt était intrigué. Peut-être voulait-il aussi gagner du temps ?
Il fit un signe et un vigile de l'espèce locale, à la peau orange et aux yeux jaunes, apporta un paquet de cartes neuves et, sur l’ordre de son patron, le donna à la jeune femme. Elles étaient emballées, avec le sceau du fabricant. Zangra tenait manifestement à prouver sa bonne foi. Thalia brisa le sceau et plaça elle-même les cartes dans le sabot.
- Un duel aux points (4)? D'accord, une seule donne! Sans trucage ? J'demande à voir…
Une foule s'était assemblée pour suivre la partie. La jeune femme, un mince sourire aux lèvres, impressionnait les spectateurs par sa tranquille assurance. Elle renchérit deux fois… Avant de changer toutes ses cartes. Un coup possible avec les règles de Kubazz. Une énorme gaffe si son jeu précédent était bon : s’il ne l’était pas, pourquoi surenchérir, s’interrogèrent les habitués.
Le hutt, soupçonneux, lança néanmoins des jetons de crédit sur la pile : cinquante mille 
- je suis ! Et je renchéris !
Ce n'était pas un jeton qu'elle balança. Il y eut des exclamations de surprise dans l’assistance, vite étouffées sous le regard sévère du vigile, renforcé pas plusieurs de ses collègues. Ce n’était pas tous les jours qu’on pouvait voir rouler de l’aurodium sur le tapis.
- Cinq cent mille, murmura quelqu’un !
Le hutt, indifférent aux réactions, jeta 500 000 en jetons et rajouta 500 000. Bluffait-il ?
Toujours un sourire mystérieux aux lèvres, la jeune femme annonça :
- D'accord. Pas de carte pour moi, merci ! Je suis et enchéris  !
Elle posa une gemme sur le tapis, qui fit baver (encore plus) la grosse limace.
- Allez, grosso modo, tu diras bien… 5 millions  pour ce caillou? Qu'est-ce que tu en penses, mon chou ? tu peux payer en informations, si t'es un peu fauché, mon gros…
- Gaa... See
Il rajouta des plaques de 250 000 jusqu'à faire le compte puis retourna ses cartes…22 ! La Main du hutt ! Selon les règles de Kubazz, seul le Full Sabacc ou l'étalage de l'Idiot pouvaient...
Thalia n'avait même pas regardé ses cartes. Elle les retourna lentement trois, l’une après l’autre, savourant sa victoire :L’idiot, un deux, un trois : l’étalage de l’Idiot !

Zangra gronda, comprenant qu’il s’était fait escroquer ! Avec un jeu neuf ! Pourtant, le sabot lui avait donné toutes les cartes qu’il désirait ! Il se calma rapidement: il allait bientôt récupérer sa mise et et un joli extra ! Mais que faisaient ces imbéciles de...
La jeune femme eut un petit rire ravi, battit des mains comme une enfant et triompha :
- Et oui, je gagne à tous les coups ! Tu veux savoir comment ? Information pour information : Tu me donnes le renseignement que je veux et je te dis tout ! Et en prime, tu gardes le pot, cadeau de la maison ! Qu'est-ce que tu en penses ?

Difficile de résister à une telle offre, d'autant plus que Zangra espérait toujours se faire un joli bonus juste après. Il fit un petit signe d'invite.
- Hi Chuba da naga ?
- Je cherche Gord, le marchand d'esclave. Il se planque et il a bien raison : ce qu'il a fait est impardonnable !
- Gord Jujiminmee Peedunkee !
- Toujours aussi bien informé, Zangra. Je n'en étais pas certaine avant ta confirmation !
- Gord … Boorka Foor. Dwana Jas Shag ?
- J'espère qu'il ne l'a pas fait. Sinon, Gord mettra longtemps à mourir. Très, très longtemps… Tu connais mon mari ? Je suis pire !
- Ne… Sabacc ?
Thalia se leva et lui parla à « l'oreille » :
- Le paquet de cartes ! TOUS les paquets que tu a reçus à la dernière livraison sont truqués, mentit-elle ! Je possède la fabrique, tu savais pas ? Venom me l'a offerte pour notre dixième anniversaire de mariage (5). Mee jewz ku !

Le hutt en resta muet de saisissement. Thalia sortit sans être inquiétée et se fondit dans la foule. Le garde à peau orange qui avait amené le paquet surgit près d'elle, mais il n’avait pas d’intentions hostiles :
- Alors ? Demanda-t-il.
- il a tout gobé, y compris l'histoire des cartes.
- Tu as claqué plus de six millions ! Moi aussi je t'aurais prise au sérieux ! Tu avais besoin d'en mettre autant, demanda-t-il un peu chagriné ?
- Une mère qui recherche son enfant est prête à tout ! Avec ça, ils croiront tous à cette histoire. Tiens, je m'attendais à un comité d'accueil musclé à la sortie !
- Zangra a bien essayé de rameuter ses sbires, mais j'ai brouillé toutes les communications du Casino. Les flics ? Les chasseurs de prime ? Ils sont occupés : figure-toi que plusieurs indics dignes de foi ont cru voir un dénommé Venom se glisser dans un entrepôt abandonné du secteur sud.
- Le quartier d'où monte cette fumée ? Et ces grondements… Ne seraient-ce pas des coups de blaster ?
- Euh… Oui, c'est par là! C'est pas moi, j'te jure ! Trop de chasseurs, trop de flics, trop de fric en jeu : ça a probablement dégénéré !
- Tu crois que Zangra fera passer la bonne parole ?
- Il la vendra très cher, mais s'aplatira devant les commandos de Darpa.
- Pauvre Gord ! Je le déteste, mais de là à lui mettre la disparition de Jas sur le dos…
- Il est mouillé dans ces attaques ! Sinon, Zangra ne l'aurait jamais soupçonné d'avoir Jas ! Il a choisi son camp, tant pis pour lui !
- Donc, Borka IV  Tu sais où c'est ?
- ça me dit quelque chose… Bah, nous avons des cartes très détaillées ; j'espère que Darpa ne sera pas trop à la bourre.
- Tu crois qu'il appréciera de faire le sale boulot à notre place ?
- Il nous traque : dès qu’il saura qu’on est passés dans le coin, il sera bien obligé de rappliquer pour interroger les témoins et recueillir les indices. Attends !
Il s'interrompit, renifla plusieurs fois, puis reprit sa route.
- Qui ?
- De vieux amis…
- Ah, bon ! Dis, ça me fait plaisir d'aller taquiner Gord, mais avec ce que nos anciens camarades nous ont refilé, on a déjà de quoi faire.
Pendant qu’il organisait ses raids contre les biens de Verryn, Thalia s’était chargée de recontacter de vieilles connaissances
- c'est sûr que Joss n'aime pas la concurrence, mais Borosk… Il n'est pas à la retraite6, s’interrogea-t-il?
- oui, mais tu sais comment c'est : il a toujours des amis et parents dans le métier et eux flinguent la concurrence ! Alors, c'est qui ?
- Surprise ! Mais j'en ai senti deux que tu connais bien !



Markrr, le Tonton flingueur
L'un d'entre eux les attendait vautré dans l'un des sièges de leur navette. Il y avait deux rodiens inconscients à ses pieds.
- Ah, tout de même ! Thalia, viens faire une bise à tonton Markrrr!
Elle s'exécuta, puis jeta un œil sur les endormis.
- Plus malins que les autres, ceux-là ! Ils ne se sont pas laissés prendre au piège de ton ami orange. Tu devrais pas garder ces yeux jaunes, petit, çà te donne un air… Sith.
- J'y peux rien, ce sont les couleurs locales.
Néanmoins, Markus sortit un tube métallique de sa poche. Il le posa sur son cou, puis ses arcades sourcilières saillantes et ses pommettes épaisses commencèrent à fondre ; même la couleur coula comme des larmes sur ses joues, remplissant le tube.
- Et voilà ! C'est mieux, non ?
- Bof, pas plus que d'habitude !
- Donc, ces rodiens ont repéré la navette…
- ils étaient pas seuls, y avait aussi deux mandaloriens, dans le coin. Je croyais que leur boss leur avait interdit de te chasser.
- Il ne donne pas d'ordre, sauf au combat ! Il le leur a juste fortement déconseillé. Mais tu sais comment c'est : il y a toujours des jeunots inconscients en quête de gloire ! Ou sont-ils, tu les as aussi…
- … Des jeunots, je confirme : un garçon, une fille. J'suis prêt à parier que le jeunot ne se rase pas encore tous les jours. En fait, ils n'ont pas bougé jusqu'à ce qu'ils nous voient rappliquer, moi et mes gars. Je dirais qu' ils surveillaient plutôt les rodiens. Les calmer ? On l'aurait fait, mais un troisième est arrivé et leur a parlé. Je ne sais pas ce qu'il leur a dit, mais ils n'ont pas aimé. Si c'était un ordre, ils ont obéi, en tout cas, et sont partis.
- C'était qui le troisième ? demanda Thalia.
- Un gars voyant : armure d'un joli noir verni agrémenté de chrome. Y'en a moins que sur la tienne, mais lui, ce sont des flammes : un de tes admirateurs ?
- J'vois vraiment pas qui, répondit Markus avec un air trop innocent pour être honnête.
- Peut-être un fanatique de l'arme blanche à qui tu as donné des leçons de combat? Suggéra son épouse… Je crois même que je connais son papa et son parrain.
- Vraiment ? J' trouve pas! Tiens, justement, comment tu nous a trouvés ?
- On va d'abord décoller : j'ai hâte de faire un câlin à mes petites louves. Et puis, y a plein de monde qui rapplique.
- Ah, oui, tiens ! Ils ont l'air pressé ! T'as un transport ?
- Ah ; je crois que je viens de rater le départ, répliqua le Garoug en montrant un transport d'escorte VCX qui prenait de l'altitude. J'peux faire du stop ?
- Toi, oui, mais pas tes petits camarades !
- pas de souci !

Il les balança par l'écoutille avant de venir se rasseoir .
Finalement, la navette quitta l'astroport avec une bonne marge d'avance : les premiers chasseurs de primes ne s'approchèrent pas à plus de trois mètres avant d'être balayés par les répulseurs
- Tu vois, on avait le temps, lança Thalia depuis le poste de pilotage.
- Je voyage avec des inconscients !
- Toi, t'as rencontré Marek il n'y a pas longtemps : tu parles même comme lui !
- peuhhh
- Je parie que c'est lui qui…
- Et qui d'autre ? Comment t'as deviné, Thalia ?
- Parce que tu n'es pas le premier arrivé.
- Comment ça, pas le premier ?
- Tu verras bien !
- Hummpf...
Il n'aimait pas quand Venom dégainait ce sourire suffisant. Le genre : ''j' vais bien me marrer, nananèreuh !'' D'autant plus que Thalia avait le même !
Celui-ci enchaîna, un peu plus sérieux :
- Où ça en est, pour ma commande ?
- Ils en sont aux derniers petits réglages. J'ai testé les deux miens au combat, deux merveilles !
- Mais de quoi parlez-vous, s’impatienta la jeune femme ?
- Des deux nouveaux croiseurs que ton homme a commandé à mes chantiers. Enfin, trois, mais la construction du dernier commence à peine, précisa le garoug.
- Des croiseurs ? Pour L'Amber Star ?
- Meuh, non, voyons, corrigea son époux. Tu sais que celui de Jegor est le seul autorisé : Pour le reste, pas plus gros qu'une frégate, ils ont dit au Sénat ! Une frégate, c'est 400 mètres maxi, le problème, c'est qu'ils en font 420 !
- Le vrai problème, c'est qu'ils sont armés comme des croiseurs lourds, corrigea Markrr !
- Bon, si vous m'expliquiez !
Le garoug n’allait pas s’en priver :
- Tout a commencé quand les Leecs, ces grosses limaces cousines des hutts se sont rendu compte que leurs vieux croiseurs Hammerhead, même constamment modernisés étaient complètement largués. Un groupe d'ingénieurs indépendants, comprenant des quarren entre autres, s'est présenté avec un joli projet : pour être certains d’intéresser ces rétrogrades de Leecs, il y avait une ressemblance certaine entre leurs modèles et le Hammerhead...
- je veux comprendre d'où viennent ces croiseurs, pas un cours d'histoire.
- Je fais court, alors : ça a foiré, les Leecs ne sont pas très fiables ; j'ai sauvé la peau des ingénieurs et je leur ai offert du boulot.
- Dans ton chantier, celui que tu as fauché aux doloriens.
- C'est ça ! Comme on n'a pas leurs moyens, on a travaillé avec du matos de récup : on a tout piqué sur deux destroyers impériaux trop gros et trop déglingués pour qu'on les répare… Le résultat est génial ! Regarde !
Il montra une petite holo d'un de ces engins.
- Mouais. Il ressemble un peu au Hammerhead, avec sa tête verticale ! Remarquez, on dirait plutôt une tête de pioche, comme celle qu'ils utilisent sur Herrion. Et ce gros moteur ? Auxiliaire de Destroyer impérial ?
Le garoug eut l’un de ces sourires qui donnaient l’impression qu’il allait mordre :
- exactement ! Et avec un engin pareil et ses auxiliaires, t'imagines la vitesse et la maniabilité ! Et ils sont beaucoup mieux armés qu'un croiseur Carrack, mais ils peuvent transporter un escadron de chasse !
Markus confirma :
- Mieux  armés ? C'est rien de le dire! Et tout l'armement lourd peut être concentré vers l'avant : puissance doublée en attaque ! Au fait, les ingénieurs ont-ils pu intégrer ces nouveaux lance-missiles qui…

Partis comme ils l’étaient, il y en avait pour des heures. Thalia, qui n'avait guère de passion pour des vaisseaux de combat de plus d'une place (deux à la rigueur) profita d'un court moment de silence pour détourner la conversation :
- Je parie que vous allez les peindre en noir avec des flammes chrome, ou l'inverse.
Son époux eut un sourire espiègle :
- Non, jaunes les flammes, ça en jette plus !
- Et si tu me disais ce que tu veux en faire ?
- Ben, rassembler une flotte de guerre, pardi !
- C'est l'un des chefs d'accusation contre nous, je te rappelle !
- Eh, ils ne peuvent pas avoir toujours tort, ces juges ! Et puis, c'est pour casser la gueule à tu sais qui !


Notes
1 Ils seraient parfaits s’ils avaient été programmés pour faire preuve de modestie et d’humilité !
2 Le matricule d’un petit clone qui ne s’était pas encore inventé un nom
3 Pour les puristes : mon huttese est très approximatif, désolé !
4 Pour les puristes, encore : Ils jouent selon les règles de Kubazz, spécifiques à Firola !
5 Là, elle ne ment pas !



Dans le prochain chapitre, le Nuage Doré arrive enfin à destination, tandis que, sur Coruscant, Berylle s'attaque à la corruption des élites.


En attendant, BONNE LECTURE!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 02 Déc 2017 - 20:28   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch6

.


Justice et loi : pour les citoyens de la vaste galaxie, ces mots n’ont pas forcément le même sens.
Pour le petit peuple de Coruscant, confronté à la hausse brutale des loyers ou à la concurrence déloyale d’une mégacorpo, la justice est le plus souvent synonyme de « procès perdu d’avance », malgré les efforts méritoires de quelques ONG. Quant à la loi, vous diront-ils, fatalistes, elle est biaisée en faveur des riches et des puissants.
Des puissants qui n’y voient parfois que des instruments utiles dans la lutte contre leurs ennemis. N’est-ce pas, messieurs Herrion et Verryn ?
À l’autre bout de la galaxie, pour les êtres à la morale élastique qui hantent les ports francs et cantinas mal famés de la Bordure Extérieure, Justice rime avec Malchance : c’est la perspective d’un long séjour au frais de l’état dans un établissement où les permissions de sortie n’existent pas. Quant à la loi, vous diront-ils, elle tient toute entière dans le blaster qui les accompagne en tous lieux.
Pour l’amiral Darpa, justice et loi passent bien après Devoir et Honneur. Il a reçu l’ordre de traquer deux hors-la-loi ? Il traque ! Il a reçu l’ordre d’enquêter ? Il enquête.
Au moins peut-on espérer que son sens de l’honneur lui interdira de truquer les poids de la balance judiciaire…



Chapitre 7 : Dans la vaste galaxie… La suite !






XIII à la douzaine.
L’espace, sombre et vide. Presque vide : aucune planète visible à proximité, un soleil lointain réduit à un petit disque aveuglant, mais un astéroïde trace sa route sur son orbite solitaire. Tout au plus un gros rocher sans intérêt, un patatoïde d’une vingtaine de kilomètres de long. Sans intérêt ? Pour les dirigeants de l’Empire -tout proche- ou pour le lointain gouvernement de Coruscant, peut-être. Mais c’est un havre pour ceux qui vivent en marge de la société.

Un cargo léger surgit de l’hyperespace et mit le cap sur l’astéroïde. Un YT 2400 en provenance du Bras de Tingel, notèrent les – nombreux- observateurs indiscrets. Ces fouineurs écoutaient aussi les messages et ne furent pas surpris de reconnaître l’immatriculation et le nom du cargo. Leur conclusion : le J.B, un des espions à la solde du propriétaire des lieux, rentrait faire son rapport après avoir rôdé dans les territoires récemment annexés par le secteur Corpo.
Ils avaient tout faux : le transport arrivait, après un immense et interminable détour, de la bordure intérieure, plus précisément de la planète Nippa.
À peine arrivé sur XIII (plus connu sous le nom de Caillou 13), le Nuage doré fut escamoté dans un des hangars creusés à même la roche de l'astéroïde. Le comité d’accueil comprenait trois personnes : Bac Vimdin, l’administrateur du port franc (un advoze), un Ayrou qui se présenta sous le nom de Sar Batun, et un humain trapu…
- Cordell, juste Cordell, précisa-t-il.
… Qui s'avéra être un Jedi.

Après une longue période à se morfondre dans un silence contrit, Jas H avait fini par comprendre que son parrain ne lui en voulait pas pour le tour pendable que qu’il lui avait joué avec la complicité de SyDney.
- Des remords! Un brave gars, ce Jas, mais trop gentil et honnête pour son propre bien, avait commenté le droïde, déçu.
- Ouais, mais tu finiras bien par lui apprendre que mentir et tricher un peu ne sont pas des tares, l’avait rassuré son partenaire. Maintenant que tu as échoué à le faire basculer du côté obscur, tu peux me rendre mon fric ?
Demande qui s’était heurtée à une fin de non-recevoir :
- Et puis quoi, encore ? La prochaine fois, tu n’auras qu’a être moins naïf !
Encore une leçon ! Ouais, elles me coûtent cher, ses leçons ! Très cher !
Se faire rouler dans la farine par un droïde trop malin, ça n’a pas de prix ?
Si, un prix élevé !

En tout cas, le garçon avait retrouvé sa malice et sa bonne humeur : il ne put s'empêcher de s’interroger:
- Juste ? C'est bizarre, comme prénom ?
- mais non, il n'a pas de prénom, il s’appelle juste Cordell ! Corrigea Jaden.
- c'est bien ce que je dis, Juste, c'est pas un prénom, ça ! Justin, à la rigueur, même si ça fait un peu ado débile !
Gros soupir de Jaden, qui tenta d'expliquer :
- il s'appelle Cordell, C.O.R.D.E.L.L, Ju… Euh, Cordell tout court !
- Ahhhh, OK, OK, d'accord, j'ai compris !
- pas trop tôt.
Jas se tut, montrant tous les signes d'une intense réflexion. Puis :
- Toucour, c'est pas si mal comme prénom, mais alors, pourquoi il veut se faire appeler…
- Mais t'as rien compris, j'ai pas dit Toucour, j'ai dit…
Les adultes les laissèrent à leurs amusements, et partirent conférer.
- on me l'a déjà faite, celle-là, fut le seul commentaire du Jedi alors qu'ils s'éloignaient.
- cette histoire va mal finir, prophétisa Vindim.
Les Advozes étaient d'excellents administrateurs, mais aussi un peuple foncièrement pessimiste.
Il faillit avoir raison : Jaden était à deux doigts de basculer du côté obscur et d'électrocuter Jas à l’aide d’éclairs de Force, quand il comprit enfin que son copain le faisait marcher. Il l’ignora un bon moment, après ça !

Pendant que les enfants boudaient, une réunion s'improvisa dans le bureau de Vindim.
- L'ASC a renforcé ses contrôles à l'entrée de ses territoires, bougonna Vindim, cela ne présage rien de bon !
- Cela signifie simplement que vous devrez emprunter une autre voie, il en existe, heureusement , positiva l’Ayrou!
- Des routes de contrebandiers ! Il n'est pas facile de s'infiltrer dans ce milieu, objecta l'Advoze.
- Les contrebandiers ne manquent pas sur Caillou, rappela Sar Batun. Et j'ai pu me procurer les coordonnées de la route du Flot Noir.
En matière d’ espionnage, son peuple était presque aussi bon que les Bothans. Sasha avait déjà les cartes grâce à Lando, mais ne dit rien.
- Par contre, les risques d'échec sont élevés sur cette route. Dans ce cas, pourrais-je conserver vos effets personnels et ce splendide droïde ?
Les Ayrou étaient aussi réputés avides et collectionneurs maladifs de toutes sortes de choses intéressantes (pour eux). Sydney régla l'affaire en un tournemain : après mûre réflexion et quelques menaces bien senties , Sar Batun jugea le droïde totalement sans intérêt.
- Pour mes effets personnels, nous verrons ! Pour SyDney, je crois que sa réponse est claire ! Une route, c'est parfait, mais le mieux serait de l'emprunter avec une cargaison et une bonne raison de la livrer sur Verranna : qu'en est-il de la suggestion que je vous ai faite à notre dernier contact ?
- Les candidats ne manquent pas ici, mais avec ma chance, aucun ne vous conviendra, fit Vindim, fataliste ! Pour vos droïdes, le Capitaine a trouvé une solution pour les amener séparément à bon port. Pour votre cargo, les modifications demandées peuvent être rapidement apportées.
Une manifestation incongrue d'optimisme, bien trop timidement corrigée :
- Enfin, j'espère !



Un petit verre entre amis.

Il y avait plusieurs cantinas sur Caillou 13, celle-ci était la plus mal-famée. Ils étaient trois, installés dans une alcôve ou l'on pouvait voir sans être vu. Le Jedi expliquait :
- C'est notre-avant dernier candidat : il s'appelle Exxon Valduz1, alias « Scarface ». Il sort du pénitencier d'Abkazan : trafic d'armes, coups et blessures sur agents de la loi ! L'un d'eux a eu une oreille arrachée, un autre a hérité d'une main cybernétique en échange de celle que Scarface a plongée dans un hachoir : c'était dans les cuisines d'une cantina. Avec un très bon avocat et un jury tolérant, il s'en est tiré avec cinq ans fermes, mais le juge l'a envoyé au pire pénitencier du quadrant nord-est. Il a bien supporté l'épreuve, mais ce qui le désole le plus, c'est d'avoir perdu son beau coursier, le Vagabond des Limbes.

Assis à une table proche, l’ex-taulard racontait ses malheurs à des « collègues » compatissants qui veillaient à ce que sa chope soit toujours pleine.
- Ce sont des agents du Capitaine, rappela l'Ayrou.
Pas besoin de savoir quel capitaine. Même si Venom, aux prises avec les manigances des sbires de Verryn avait été contraint de démissionner pour préserver l'Amber Star, même si sa tête avait été mise à prix, il restait le Capitaine et ce gros caillou lui appartenait.
- … Oh, la taule, c'était pas si mal, confia le contrebandier : une cellule pour moi tout seul, une couchette plus confortable que celle de mon Vagabond ! Ah, mon Vagabond : ces salopards me l'ont confisqué et l'ont vendu aux enchères, j'sais même pas à qui !
- Une cellule pour toi seul, à Abkazan ? Ce sont des dortoirs de 30 !
- Isolement, qu'ils ont dit ! Trop dangereux, qu'ils ont dit ! Tu verras pas grand monde en cinq ans, qu'ils ont dit ! Résultat, une paix royale !
- tiens, reprend encore un peu de bière, ça masque un peu ton haleine. Ils t'ont fait bouffer des ordures moisies, la-bas ?
- Ah, ah, ça c'est mon arme secrète ! La bouffe n'était pas terrible, non, mais j'ai connu pire ! Sauf qu'en taule, pas de bibine ! Tiens, ressers-moi…Il m'faut bien ça pour pas pleurer mon fringuant coursier !

Dans l’alcôve, Sar Batun demanda :
- Alors ?
- Pas mal, pas mal du tout ! «  Tiens, ressers-moi, il m'faut bien ça pour pas pleurer mon fringant coursier !»

Sasha avait la voix éraillée, l'accent et le ton exact du malheureux contrebandier. La main droite repliée sur la table, pas trop loin de l'emplacement supposé du blaster, la tête légèrement penchée sur le côté, le coin de la lèvre en rictus, il saisit sa chope comme s'il empoignait une arme. De cette façon, on ne pouvait empêcher une partie du breuvage de couler sur le menton. Sasha but cul sec, rota, posa sa chope pour s'essuyer d'un revers de manche, toujours de la main gauche.
Cordell, juste Cordell, apprécia :
- J'ignorais vos talents d'imitateur ! Très ressemblant, mais, pardonnez-moi, vous n'avez pas le physique de l'emploi. Il est trop laid et vous trop…
- Quoi, ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueule ? Quand j'tais jeune, on m'appelait gueule d'ange !

Est-ce un hasard, ce fut la réplique suivante du contrebandier !
L'Ayrou, impressionné, demanda :
- Seriez vous un Jedi, vous aussi ? Ou alors, un de ces prophètes…
- Je ne peux dire ça, mais j'ai quelques talents. L'imitation, cependant, c'est du travail, rien que du travail !
- Et un bon sens de l'observation ?
- ça, c'est naturel, mais je le travaille aussi ; tiens, justement, il planque quoi, comme flingue sous sa veste ?
- Un blastech DL 44, il vient juste de l'acquérir. Il aurait préféré un DL 50, mais il aime bien le 44 aussi.
- Un amateur d'artillerie lourde, donc... Il me faut le même ! D'accord, c'est lui ! Il faut que je lui parle. Vous avez un moyen de le tenir à l'écart pendant quelque temps ? Pas mal de temps : le bras de Tingel, c'est pas la porte à côté !
Batun avait :
- On a son Vagabond et il fera tout ce qu'on veut pour le récupérer ! 
- vous l'avez retrouvé ? Je croyais qu'il avait été racheté par un ferrailleur, s'étonna Cordell qui avait recherché le vaisseau, lui aussi, comme couverture pour une éventuelle expédition dans le Bras de Tingel.
- ça, c'était la version officielle : la Compagnie l'a dans ses stocks depuis cinq ans ! Devinez qui l'a racheté, à l'époque  ?
Sasha n'eut pas besoin de forcer son talent :
- Cela ne m'étonne pas : Markus a toujours un coup d'avance ! Il est prévoyant, ce garçon : j'parie qu 'il vous a même demandé de garder au frais un ou deux cadavres non réclamés, au cas où !
L'ayrou confirma :
- ça ne manque pas ici, on en retrouve une bonne centaine par an : les « commerçants » qui fréquentent ce paisible endroit ont une façon bien à eux de faire le « solde de tous comptes ». Et c'est vrai qu'on a parfois l'usage d'un cadavre raisonnablement frais : même ici, c'est pas toujours évident d'en fabriquer un à l'improviste !
Le Jedi, sidéré, reprit :
- Nous aussi avons de quoi le convaincre et j'ai surtout un endroit où le cacher, mais l'aspect physique ?
L'Ayrou ne laissa pas au jeune homme le temps de répondre, lui aussi était un bon imitateur :
- L' jeunot, l'a tout l'matos dans son YT 2400 !!




Firola, prends garde ! L'amiral Darpa est là !
L'amiral Darpa devait avoir mangé quelque chose qui ne lui convenait pas, à en juger par son air constipé .
Déjà qu'il estimait qu'on ne lui avait pas donné les moyens nécessaires à sa mission : même pas de destroyer digne de ce nom , juste un croiseur lourd Majestic et quatre canonnières corelliennes ! Et il était censé retrouver et neutraliser une bande de raiders capables de détruire une station de combat Golan I ??
- Borka IV, vous dites ? Inconnu au bataillon !
 - Selon notre service astrogation, ce monde n’apparaît pas sur nos cartes, confirma le capitaine Dieme, commandant le croiseur ''Gloire d'Anaxes''
Le lieutenant Capra se mit au garde à vous à distance respectueuse et attendit l'autorisation de parler.
- Pardonnez-moi Amiral, capitaine, mais nous avons peut-être une localisation : juste après le départ des fugitifs, un grand nombre de chasseurs de prime ont quitté précipitamment la planète. D'après des techniciens de l'astroport que j'ai interrogé, la majorité se dirigeait vers le secteur MorKa. L'un d'eux aurait prononcé le mot : Tabor
- Tabor... J'ai déjà entendu ça quelque part, marmonna Darpa.
Le capitaine Dieme pianota sur sa console:
- Il y a bien une planète Tabor, dans le secteur MorKa. J'ai demandé aux archives d'essayer de trouver un lien entre Tabor et Borka. Mmmmh, Morka, Borka… Il y a déjà une certaine ressemblance.
- Mais que diable vont-ils faire là-bas ! Ils sont recherchés dans toute la Galaxie et se comportent comme des touristes, tempêta l’amiral en faisant les cent pas.
Son visage reflétait l’indignation quand il reprit :
- De riches touristes, en plus ! Claquer six millions au casino pour un renseignement ! Ce jeune insolent m'a toujours tapé sur les nerfs, mais là, c'est le comble ! Il sait pourtant que je le recherche !

Ainsi, c'est donc ça , comprit le lieutenant Capra, qui avait entendu parler de ce très important meeting sabordé par un trublion déguisé en pirate.
L’amiral se calma et en revint au sujet :
- Au fait, que cherchaient-ils ?
- Ils recherchent un marchand d'esclaves nommé Gord, qui serait impliqué dans certaines des attaques sur des colonies ReplanetHab, l’informa son aide de camp.
- Et en plus, ils se permettent d'enquêter à notre place ! Pesta l'amiral.
- Est-ce à dire, Amiral, que vous les croyez innocents ? Osa demander Dieme.
Il se fit rabrouer sur le champ :
- C'est à la commission d'enquête sénatoriale et à elle seule d'en juger, Capitaine !
- Bien entendu, amiral ! Mes excuses, Amiral !
Celui-ci fit un geste de la main : « c'est oublié ! »
Mais il grommela, assez bas :
- Un plaisantin, un rebelle. Un… Un… Trublion…. Mais un meurtrier de masse ? Tabor… Tabor… Oui, c'est ça ! Cap sur Tabor, capitaine ! J'ai hâte de lui poser moi-même la question !





La Justice selon Berylle
Coruscant
La jeune femme traçait sa route dans la foule cosmopolite de ce niveau modeste de la Capitale Galactique. Ses sens en éveil, elle vérifiait machinalement qu'elle n'était pas suivie. Aucune importance, si elle l'était : Berylle Sirius se rendait simplement à son travail. Mais c'était un des réflexes que ses instructeurs lui avaient inculqués sur Herrion. Ce qu'on apprend à l'age tendre de treize ans reste gravé dans la mémoire : surtout quand on ambitionne de devenir flic (elle y était arrivé) ou espion (ça, c'était plutôt le rêve de Sasha). Sitôt la tentative d'annexion d'Herrion repoussée, une bande de gamins avait envahi le bureau du directeur adjoint Himron. Il avait pris très au sérieux leur requête au point de s'occuper lui-même de leur formation ; il avait fait du bon boulot avec eux.
La plaque de l'immeuble modeste citait quelques noms d'avocats renommés et la mention : Justice Pour Tous. Dedans, c'était bondé, comme d'habitude, de plaignants venus présenter leurs dossiers. Quand votre vie virait au cauchemar et que vous étiez trop pauvre pour vous offrir un défenseur réputé, il y avait '‘justice pour tous’'. Berylle se faufila jusqu'à un couloir marqué privé et gardé par un droïde vigile. Celui-ci la salua au passage et elle poursuivit, longeant des bureaux modestes et surpeuplés : à Justice Pour Tous, on n'investissait pas les fonds des donateurs dans le décorum où des sièges confortables. Dans le matos, par contre…Comme cette salle où travaillaient techniciens et slicers :
- ah, Berylle ! Vous voilà ! Alors ?
Elle sortit une data carte et la glissa dans un lecteur :
- mon informateur avait raison : Avec ce qu'on a ici, nous avons de quoi faire tomber l'inspecteur général X'lal.
- Tant mieux, dit le gotal en examinant les données, il témoigne demain contre un de nos clients. Pour l'instant, l'affaire est mal engagée, mais si on peut démontrer que le principal témoin ment sous serment…
- Pourquoi cette affaire-là, c'est un simple tribunal local ?
- Notre client est connu et populaire dans tout son district et quelques autres : les médias de trois districts coruscanti diffusent le procès en direct, et il y a des chroniqueurs de grands médias : cette affaire sera difficile à étouffer. Le Juge Gortag peut être très sévère, mais c'est un modèle d'équité. Tout à fait ce qu'il nous faut !

Dix jours après le départ de Sasha, Berylle avait demandé un rendez-vous à son supérieur. L'inspecteur-chef Demknot avait tenté de dissuader sa jeune inspectrice :
- vous êtes un de mes meilleurs éléments, Berylle ; Vous avez toutes les qualités pour atteindre les plus hautes fonctions, et pour commencer, je vous vois bien me succéder à la tête de ce service.
Le duro avait repéré la jeune femme alors qu'elle n'était qu 'une élève en formation et avait discrètement favorisé sa fulgurante carrière : Inspectrice à moins de trente ans ! Cette jeune humaine avait onze enquêteurs d'élite et une vingtaine d'agents sous ses ordres, et traitait des dossiers d'envergure planétaire. Il n'avait pas usé du piston, non ! Il s'était contenté de lui confier des affaires où elle pourrait mettre en valeur ses talents.
- Seulement si l'inspecteur Général X'lal est d'accord, et il ne m'aime guère. Et puis, je me suis dit que tant qu'à travailler pour des intérêts privés, autant le faire pour un salaire décent. Ils m'offrent le triple !
Le duro ne releva pas : il n'appréciait guère ces '‘services’' rendus à des puissants, mais c'était le prix à payer pour avoir un budget décent pour son unité , qui faisait de l'excellent travail. Il se contenta de déclarer, non sans regrets :
- '' Justice pour tous'' a de gros moyens, d'excellents enquêteurs et quelques célébrités pour porter au grand jour des affaires sensibles : vous y serez comme chez vous, c’est une excellente école de la justice ! Mais vous me manquerez. Terriblement : je ne partage pas l'opinion de X'lal, vous le savez !



Le procès avait été rediffusé sur toute la planète et une douzaine d'autres par une chaîne spécialisée dans les affaires judiciaires ainsi que par le réseau duro (la race de l'accusé). Trois médias d'envergure galactiques avaient fait un reportage : un haut fonctionnaire, un flic convaincu de parjure en plein procès ! Un scoop qui méritait bien la une des grands médias d'information !
- X'lal est fini ! Parfois, les méchants payent leurs crimes, fit la jeune femme, revancharde.
Son supérieur avait une autre vision :
- Nous allons pouvoir obtenir la révision d'une bonne quinzaine de procès, peut-être plus, se félicita-t-il. Et justice sera enfin rendue pour de malheureuses victimes d’erreurs judiciaires !
Berylle approuva, mais dévoila son obsession :
- Et maintenant, au tour de son sinistre compère, le conseiller Nikkan !
- Il faudra attendre un peu, il est en voyage.
- Oh, ça ? Ce n'est pas un problème : je sais où il va !



Et nous, nous savons où vont Thalia et Markus. L'amiral aussi!
Tabor, champ de bataille? Nous le saurez en lisant le chapitre 8!


Note:
1 il a fait de la contrebande de pétrole. :wink:

BONNE LECTURE!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 10 Déc 2017 - 18:07   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch7

La cité de Boorka, sur la planète Tabor (également connue sous le nom de Boorka IV), est bien connue de cette frange de la Haute Société Galactique qui préfère le personnel organique aux droïdes et ne s’embarrasse pas de scrupules moraux. On y vend des produits de qualité à des clients de qualité, entendez par là riches et exigeants.
"Orvax IV ? Trop loin de la civilisation, ma chère! Quant à Mytaranor... Tout juste bon pour approvisionner les mines d'oncle Malthus! Allons donc à la grande foire annuelle de Boorka!"
Mais les "honorables" marchands d'esclaves ne se doutent pas que leur semaine commerciale pourrait virer à la catastrophe. Parmi leurs visiteurs, un couple déterminé à retrouver une vieille connaissance...





Chapitre 8 : Jour de marché.


Faites vos emplettes !
L'astroport de cette ile au milieu de l’océan était bien encombré. L’élégante nef nubianne d'un joli jaune canari se posa sur l’un des rares emplacements libres. Elle passait presque inaperçue au milieu de tous ces yachts de luxe, mais elle attira l’attention d’une meute de rabatteurs de toutes espèces, appointés par les « guildes commerciales ». Sadiss de Sthiss TOR, un humain squelettique au crâne rasé, vêtu d’une robe de soie diaphane, restait sagement en dehors de la mêlée. Dans une autre vie, il avait côtoyé les puissants et exercé ses talents diplomatiques au service de sa reine et savait comment s’y prendre pour séduire le chaland.
Un couple d’humains descendit majestueusement la rampe du vaisseau. Ils avancèrent d’une démarche lente, compassé, la tête haute, une expression hautaine. Avec leurs volumineux chignons surchargés de décorations clinquantes qui semblaient partir à l’assaut du ciel et leurs riches mais lourdes draperies Alanianes brodées de gemmes hors de prix, ils ne pouvaient marcher autrement. Un droïde imposant, paré comme une châsse les suivait : revêtement plaqué or et joyaux incrustés ! Un droïde de protocole ? Inutile ici, où tous les commerçants parlaient le basic.
D’ailleurs, c’est en basic qu’il ordonna, d’une voix puissante et menaçante, aux rabatteurs importuns de garder leurs distances avec Leurs Excellences. La vibrolame qui surgit de son avant-bras n’était pas plaquée or, elle !
Ses collègues refluant en masse, Sadiss saisit sa chance et s’inclina respectueusement, d’un mouvement sinueux, devant les nouveaux venus, qu’il salua d’une voix haut perchée et zézayante :
- Bienvenue sur Boorka, illustrissimes visiteurs ! Mon nom est Sadiss, représentant de la Maison Salmissra.
J’ose espérer que vous saurez pardonner mon importune intervention, motivée par mon insatiable curiosité  et l’admiration que m’inspire votre splendide vaisseau. J’ai cru reconnaître dans ses lignes élégantes le talent des Ingénieurs Royaux de Theed, et j’aimerais…

La femme à l’épais maquillage ne daigna pas détourner la tête, mais le Nyssian capta l’éclair qui illumina les yeux de l’humain, tout aussi maquillé. Celui-ci tourna lentement la tête et afficha un sourire amical, quoique condescendant.
- Vous avez l’œil, mon ami ! Oui, notre Canary Bay est sorti , il y a soixante ans, des ateliers royaux de Theed, révéla-t-il d’un ton pompeux, mais non dénué de fierté.
Le bonimenteur au crâne rasé parut raisonnablement impressionné :
- Soixante ans ? Il ne les paraît pas ! Peut-être a-t-il fait l’objet d’une restauration, manifestement fort soignée.
- Ce n’était qu’une épave quand je l’ai retrouvé, s’anima le visiteur.
Dans ses yeux, brillaient les feux de la passion. Sadiss sut qu’il avait ferré un beau poisson quand l’autre reprit :
- J’ai dépensé sans compter pour qu’il soit remis en état dans les règles de l’art et dans le strict respect des spécifications d’origine. Je voulais offrit un cadeau unique à ma chère Mathahalyenna. Pouvais-je trouver mieux que le subtil mariage du génie nubian et de l’élégance Naboo ?
- Une réussite ! La peinture a la teinte exacte des chasseurs et bombardier Naboo de la grande époque.
- Ah, vous l’aviez remarqué, s’étonna le prpriétaire, ravi. Oui, elle m’a semblé plus appropriée que le chrome original, fort dégradé et par ailleurs l’apanage de la maison royale.
- Vous parlerez peinture plus tard, mon cher, intervint la jeune femme d’un ton ferme et hautain. Nous somme ici pour acquérir le cadeau d’anniversaire d’oncle Malthus, rappelez-vous !
Elle n’avait pas détourné la tête, fixant à l’horizon, un point lointain bien au-dessus de la populace.
- Justement, ma chérie ! Cet aimable monsieur Sacdoss pourrait nous renseigner.
Le client est roi : respectant cette maxime, «  Sacdoss » se garda bien de relever l’erreur de patronyme,
- dans ce cas, renseignez-vous, mon cher. Mais vite : cette promiscuité m’indispose !
L’humain adressa un sourire contrit à son interlocuteur et fit un rapide clin d’œil. Il réduisit sa voix à un murmure :
- Excusez ma chère épouse ‘Thalie: elle descend de la maison royale de Mimbaral, le saviez vous ? Vous avez déclaré représenter une des « maisons » qui font la renommée de ce lieu ?
Le rabatteur pensait avoir cerné ses « clients ». Une histoire vieille comme la galaxie : celle du richissime parvenu qui avait réussi à épouser la belle rejetonne d’une famille qui n’avait plus rien à vendre que sa noblesse et ses titres. Un beau trophée dont il semblait éperdument amoureux.
- Oui, messire : la maison Salmissra, des esclaves d’élite au service de l’élite, telle est notre devise ! Que puis-je faire pour vous ?
- Mmmmhhh ! Nous recherchons un cadeau pour oncle Malthus ! C’est un passionné de courses de fathiers et il recherche toujours des jockeys pour les monter. De jeunes humains, assez jeunes en tout cas pour être formés, audacieux et sportifs, et si possible assortis à ses couleurs.

Sadiss écouta poliment le cahier des charges très précis, tout en cachant son dépit : ses patrons ne faisaient pas dans l’humain, tout au plus dans le proche-humain. Il envisagea cependant de proposer des gardes d’apparat -d’immenses Lancetti à la crinière blanche-, ou un couple de masseurs zeltrons : le genre de « personnel » que les riches pouvaient acheter sur un coup de tête.
- Hélas, parvint-il à dire d’un air désolé, notre maison ne vend pas d’humains, mais nous pourrions ...
L’humain fardé l’interrompit, mais n’abandonna pas pour autant son objectif :
- Vos articles sont probablement fort tentants, mais nous avons pris du retard sur notre planning. Voyez vous, il s’agit d’une situation d’urgence : nous somme attendus ce soir au bal du Comte Drooku ! Hors de question d’offenser ce cher Chris ! Une autre fois, peut-être, aurons nous le temps de visiter votre excellente officine? En attendant, peut-être pourriez-vous m’orienter vers un autre fournisseur ?
Une plaquette apparut dans sa main, comme par magie. Une plaquette de 500 crédits ! Le rabatteur n’eut aucune hésitation.
- Eh bien, je pourrais vous recommander…
Le riche client écouta attentivement la liste, puis posa une autre question, accompagnée d’une nouvelle plaquette.
- Un humain du nom de Gord ? Oui, il pourrait avoir le type d’article que vous recherchez. Mais à ma connaissance, il n’a pas de point de vente ici, quoiqu’il fournisse plusieurs maisons. Surtout la Maison Ini, quand j’y pense.
La jeune femme s’impatientait, tapant du pied. Elle vit son époux tendre une nouvelle plaquette à son informateur, renifla dédaigneusement, mais posa la main sur l’avant-bras humblement offert.
- Mon cher, rappelez-vous à l’avenir que vous êtes entré, par notre mariage, dans la maison de Mander. Vous auriez dû laisser notre droïde se charger de ces viles transactions, reprocha-t-elle d’un ton qu’elle aurait voulu sévère.
Cela ressemblait plutôt à un doux reproche. Son époux se composa un visage repentant et susurra humblement :
- Pardonnez-moi, ma chère. Je serai plus vigilant à l’avenir.
Celle -ci accepta les excuse d’un hochement de tête accompagné d’un gracieux sourire et ordonna :
- Allons !

La « populace » s’écarta humblement sur leur passage : on ne contrarie jamais un client potentiel. Surtout quand il est escorté par un droïde de combat.
Des qu’ils furent seuls, leur conversation prit une autre tournure :
- Borka IV ! Même pas sur tes superbes cartes, super secrètes et tout, et tout ! Heureusement que Markrr en avait entendu parler ! À deux pas du secteur Murami, en plus !
- Comment j'aurais pu savoir que c'était une colonie des Leecs (1) ? D'habitude, ils ne font pas dans l'esclavage ! Et eux, ils l'appellent Tabor !
- OK, OK ! Tabor était bien sur tes cartes, j'avoue ! Et ils ne trempent pas dans le trafic, pas directement: ils se contentent de vivre sur le continent et d'encaisser les loyers.
- Sympa, finalement, cette ville…
- Si on aime les cages, les puits d'esclaves et les ventes aux enchères !
- Je pensais à ces jolies tours de toutes les couleurs.
- Des forteresses, même si elles ont l'air jolies. Je sais que le grand portique de colonnes à l'avant donne du style, mais c'est là que les esclaves sont exposés pour la vente. C'est laquelle, au fait ? 
- La jaune et violette, d'après cet aimable négociant de chair fraîche !
- Aimable ? Intéressé, oui ! Deux mille crédits pour un renseignement.
- T’en as bien claqué six millions, toi !
- Ouais, mais c’était pas pareil ! Tu es sûr que c’est celle-là ?
Markus eut l’élégance de pardonner cette manifestation de mauvaise foi et préféra répondre :
- La maison Ini. Très peu de gens le savent- la plupart sont morts-, mais ce cher Gord a déjà utilisé ce nom pour plusieurs de ses sociétés écrans. Et d’après ce Sadiss, il est leur principal fournisseur.
- il s’est peut être absenté ?
- regarde toutes ces jolies bannières qui claquent au vent, sur l’esplanade: tu vois la bleue, celle avec les deux bandes blanches ? Elle n’est pas au premier plan, mais… Tout à fait son genre de rester dans l’ombre.
- Ah, oui, ce sont ses couleurs ! Bon, comment on fait ? Il sait que nous le cherchons et nos déguisements ne l’abuseront pas.
- Voui, ma chère. Je vous donne raison, ma chère. Comme toujours ! Répondit humblement son époux alors qu’ils croisaient et saluaient un groupe d’humains richement vêtus.
- Le temps pourrait nous manquer : Nous allons devoir forcer l’entrée et nous imposer, je le crains, continua-t-il sur le même ton, alors que le groupe s’éloignait
- Mouais ! C'est blindé, une seule issue visible, il y a des dizaines de gardes et des tas de droïdes agressifs. Au fait, t’as prévu une porte de sortie ? Nous pourrions avoir besoin de repartir très vite
- Bien entendu, ma chère ! Et pour rentrer là-dedans, comme nous sommes pressés, on va pas s'embêter : tes négociations avec Zangra m'ont donné une idée.
- Ah, d'accord, c'est pour ça que tu a pris ta sacoche ! On y va ?
- Eh, on est des rupins venus recruter du personnel, n'oublie pas ! Faisons encore quelques boutiques ! Tiens, cette agence qui loue des mercenaires, par exemple !
- Dans ce cas… on pourrait aussi faire quelques emplettes dans ce sympathique magasin d'accessoires ?

Les accessoires en vitrine : fouets neuroniques, colliers de dressages et autres babioles...





La chute de la maison Ini .
Finalement, pénétrer jusqu 'au saint des saints avait été facile : les droïdes de sécurité n'avaient pas résisté aux canons à impulsion électromagnétique que la soixantaine de mercenaires loués par le couple avaient emporté.
- Rien a dire, ils connaissent leur boulot, apprécia Thalia en les voyant progresser en réduisant méthodiquement tous les points de résistance sur leur passage.
- Des pros, approuva son époux, qui ajouta : Y a intérêt, vu la somme que j’ai payée. Ah, tiens, des organiques ! On va voir comment ça s’passe avec eux !
Le commandant de leur troupe géra cela très simplement: les quelques gardes se virent offrir le choix entre combattre la soixantaine de mercenaires armés jusqu'aux dents, ou poser leurs armes et filer sans demander leur reste.
Pour limiter la casse des deux côtés, Venom offrit un petit cadeau à ceux qui acceptaient la reddition : une des gemmes détachées de son vêtement. Presque tous acceptèrent le marché : chaque pierre représentait au moins un an de salaire !
- Probablement plus d’un an : Gord est un pingre, il paye ses employés au lance-pierres, quand il paye ! C’est pour ça qu’il préfère droïdes et esclaves ! Commenta le jeune homme.

Les derniers défenseurs, deux jeunes gens originaires de la planète, n’étaient pas de la même trempe que leurs prédécesseurs : ils refusèrent tout net ce marché déshonorant. Embusqués derrière une colonnade, ils sommèrent les intrus de rebrousser chemin. Markus les somma de se rendre et montra une pièce d’aurodium. Sans succès :
- Je n'ai qu'un seul employeur à la fois ! Clama l'un.
- Ouais ! Z'avez qu'à revenir dans un mois ! Suggéra l'autre !
Markus se défit en silence de ses lourdes draperies. Dessous, il portait son armure et tout un arsenal de couteaux et blasters.
- Un mois ? Demanda-t-il au chef de '‘ses’' troupes.
Un Sergent. Dans le coin, une unité opérationnelle était toujours commandée par un Sergent, de l'escouade à la division blindée.
- Contrat standard, répondit sobrement celui-ci, avant d’ordonner à ses troupes : les gars, paralyseurs exclusivement !
Puis il s’adressa à son employeur :
- On va essayer de ne pas trop les abîmer, si cela ne vous dérange pas : ce sont de bons garçons !
- C'est sûr ! De bons et loyaux soldats ! Et inutile de vous déranger, je m'en charge.

Ce fut tellement rapide ! Le sergent vit l’humain en armure démarrer, si vite que ses gestes paraissaient flou. Le temps qu’il réalise ce qui arrivait, son étrange client était déjà à pied d’œuvre.
- Attent... ouffffff !
- Mais que...ouch!
Markus ressortit de derrière la colonnade et rejoignit de sa démarche nonchalante ses employés sidérés.
- Merci de votre participation, messieurs ! N'oubliez pas de réclamer votre prime à votre agent ! Ah, ces deux-là… Vous pouvez les raccompagner dehors ? Et, quand ils se réveilleront, dites leur que je les embauche ! À la fin de leur contrat, bien entendu ! Voici ma carte !
Le sergent déchiffra laborieusement sur le carton gaufré (c'était tout de même plus chic que du plast, non ?) les caractères en Haut Alphabet (encore plus chic, mais si difficile à lire!). La carte était décorée d'une araignée noire tapie dans un coin.
- Comm.. Commandeur… Ve…
Il n'eut pas besoin de lire la suite :
- Venom ? C'est vous, le fameux pirate ?
- En chair et en venin. Au revoir et merci, Gentils-êtres, bon retour !

En haut, la porte blindée de la '‘panic room’' était verrouillée, bien entendu !
Markus, toujours poli, frappa :
- Toc, toc, y a quelqu'un ?
La porte était trop épaisse, on entendit à peine ses coups. Il se tourna vers le grand hall, avisa une lourde statue de bronzium, qu'il souleva sans effort.
- Ah, voilà ce que je cherchais !
Ainsi équipé, il recommença son manège, mais cette fois ses coups s’entendirent jusqu 'au rez-de-chaussée.
- Cooouucouuu, Goordie ! C'est ton vieux pote Venooooom !
- Et si tu utilisais l'interphone, chéri , suggéra son épouse toujours pratique.
- Ah, oui, fit-il penaud. Un interphone, tiens, j'l'vais pas vu !
Il appuya sur la touche et réitéra son message. Cette fois, quelqu’un répondit :
- Restez éloigné de cette porte ou nous ouvrons le feu ! Tire-toi, Venom, je ne veux pas te voir !
- Il n'est pas très poli, constata Thalia.
- Il a dû oublier de faire le ménage et de ranger après sa dernière petite fête, l'excusa Markus. Ou alors, il n'a pas encore décuvé. Restez éloigné de CETTE porte, qu'il a dit !
Il rappela Gord et lui dit d'un ton boudeur :
- Bon, d'accord, je touche pas à la porte, promis, juré ! Mais t'es vraiment pas sympa ! Tu sais, on aurait pu t'aider à ranger et à faire le ménage!
Puis il longea le mur sur quelques mètres.
- Ah, ici, c'est bien !

Il sortit cinq petits disques qu'il fixa au mur dans un ordre précis.
- Touchez pas à cette porte, qu'il a dit ! Pas grave, on va en emprunter une autre, n'est-ce pas chérie ?
- Comme tu veux, mon chou !
Des traits lumineux apparurent, reliant chacun des disques. Un peu de fumée et… terminé ; un bloc de durabéton se détacha et bascula vers l'intérieur, libérant une large ouverture. Markus était déjà dedans.
Thalia passa la tête et fut accueillie par un tir de blaster. Elle sortit à découvert et s'avança vers l'esclavagiste, comme indifférente aux tirs. Sur le côté, son homme bataillait avec un grand droïde rouge, le célèbre Maximilian, garde du corps, tortionnaire et assassin favori de Gord.
- Il faut l'aider ? Demanda N°1, qui avait déployé un bouclier mobile et encaissait les tirs.
- Bah ! Laisse le s'amuser, il a besoin d’oublier un peu ses soucis. Viens, on a mieux à faire ! Allons, Gordie ! Lâche cette arme, tu vas finir par te faire mal, ordonna-t-elle, comme si elle grondait l’une de ses filles !

Juste à côté, Markus venait de se faire projeter contre un mur… Ouille ! Ce droïde allait fini par l'énerver !
Thalia trouva Gord recroquevillé derrière une table qu'il avait renversée pour lui servi de protection.
- Allons, Gordie, ne fais pas l'enfant !
Des bruits de métal froissé attirèrent leur attention : Markus frappait la machine à poings nus, laissant l'empreinte de ses coups sur la cuirasse pourtant épaisse.
- Il aurait pu mettre ses gants et son casque : il va encore se mettre en sang ! À quoi elle sert, sa super armure, s’il ne l’active pas ? Tu sais, Gordie, on a juste quelques questions pour toi, tu n'aurais pas du en faire tout un foin !
- Je n'y suis pour rien pour votre fils !
- Je sais ! Sinon, tu serais déjà en train d'agoniser ! Alors, sois sympa, réponds à mes questions  et on t 'embêtera plus!
Markus s'était perché sur le dos de Maximillian, ses jambes enserrant le plastron, les bras passés autour de la tête et du cou, dans une prise typique de la lutte corellienne traditionnelle. Le droïde s'agitait en tous sens sans parvenir à se débarrasser de son adversaire.
- Voilà qui est mieux : Question N°1…
Il y eut comme un bruit de métal déchiré, de câbles qui claquent, d'arcs électriques. Puis la chute d'un très lourd objet métallique.
- Question N°1, disais-je…
Markus finit par émerger du naufrage. Il tenait la tête du droïde dans sa main, tendit le bras devant lui dans une attitude très théâtrale.
- Être… Ou ne pas être… un droïde de combat ! Ne pas être !
- Markus ! Tu as vu dans quel état tu es ? Tout couvert de sang et d'huile !
- L'huile, c'est pas moi, c'est lui ! Il fuit ! Tiens, Gordie, voilà ton Maximillian.
- Toi aussi, tu fuis ! Tu pourrais pas être sérieux une minute ?
- Bien sur, ma chérie : regarde, ça y est, réparé ! Plus de fuite !
- Va te laver ! Il peut emprunter tes toilettes, Gordie ? Merci !
Bon, enfin un peu de calme. Question N°1…
Une voix en provenance des toilettes l'interrompit :
- Dis, Gordie, t'as pas du détachant quelque part ?
- Grrrrr ! Répond pas, il n’en a pas besoin ! Depuis qu'on est hors-la-loi, pas moyen de rester sérieux, il retombe en enfance !
- J'ai entendu ! Toi aussi, ma chérie, tu fais les 400 coups depuis que tu es hors-la-loi !
- Plus de réception barbante, plus de repas d'affaires, plus de banquiers à ménager, plus d'audits, plus d'inspection à mener… C'est presque des vacances !
L'eau coulait à flot, et Venom éleva la voix :
- Sans les enfants, CE SONT des vacances ! Pas besoin de se lever pour un cauchemar, plus de ''Jaïna a pris mon blaster ! Non, c'est le mien, le tien tu l'as cassé !'' ou de « Rends ce couteau à ton frère, Masha ! Tu vas te bless... Trop tard ! ' Allez un petit bisou guérisseur, ça ne saigne déjà plus !' » ou de : '' »Jas, tu veux bien arrêter de taquiner tes sœurs  en les suspendant au plafond ? »
- Bref, de vraies vacances  en amoureux !
Venom, toujours dans la salle d’eau, lança :
- Allez, un peu de sérieux : Question N°1…
- Tu arrêtes de me piquer mes répliques ?

Voyant que l’affaire risquait de dégénérer en chamailleries, N°1, poussant une belle imitation de soupir exaspéré, prit les choses en main :
- Silence, les enfants ! Tonton N°1 doit parler au monsieur (il sortit ses lames d'avant-bras), c'est très important !
Il s’excusa auprès de Gord :
- Pas un pour racheter l’autre ! Voilà qu’ils me font leur crise d’adolescence ! J’ai parfois l’impression d’être le seul à garder la tête sur les épaules, dans cette famille de fou !
Il darda sa lame sur l’esclavagiste terrifié :
- Quant à toi, tu ferais mieux de coopérer si tu veux garder la tienne et éviter de finir comme ton droïde. Question N°1…
- … On ne rit pas, les enfants, menaça-t-il!





Plus on est de fous…
Après une longue et enrichissante discussion avec l’esclavagiste, le couple s’apprêtait à quitter la tour.
- Tu es sûre qu'il va attendre tranquillement dans son bureau ?
- Il n'ira pas loin, crois-moi ! N°1 et moi, on s'est occupé de son cas pendant que tu délivrais ses esclaves !
- Ah, c'est pour ça que tu as acheté cet horrible équipement !
- Je me suis dit : qu'il y goûte un peu, lui aussi ! Le voir enfermé là dedans, c’était..
- Attention ! À couvert !

L'avertissement venu de la colonnade extérieure se révéla utile : un trait de blaster fusa alors qu'ils mettaient prudemment le nez dehors pour voir qui avait crié. Un seul tir.
Facile de comprendre pourquoi : les gros bras qu'ils avaient engagés avaient transformé le grand Hall et le portique de colonnes en camp retranché et ripostaient massivement.
- Vous semblez avoir beaucoup d'admirateurs, leur dit le Sergent en montrant la vingtaine de chasseurs de primes retranchés dans les boutiques d'en face.
- Oh, seulement vingt ? Je suis déçu !
- Baissez-vous : il y en a aussi sur les toits. Et une bonne trentaine ont essayé de nous contourner.
- Essayé ?
- Pour l'instant, ils essaient de trouver un abri. On est chez nous, ici, c’est notre terrain ! Par contre, ils débarquent par dizaines à l'astroport. Ah, le beau yacht jaune, c'est à vous ?
- Oui, pourquoi ?
- Il y a eu de la bagarre la-bas ! Il a décollé en urgence il y a une heure !
- Une décision pleine de bon sens. Et maintenant ?
- On tient le fort, mais on manque de matos pour contre-attaquer : on n'avait pas prévu d'armement lourd, à part les canons à impulsion.
- Merci de votre aide, mais ne deviez-vous pas aller récupérer vos primes ?
- Le contrat de travail, c'est une journée taborienne, 26 heures standard ! Et le contrat, c'est le contrat ! Il vous en reste… 18 et demie.
Venom lui sourit :
- J'apprécie énormément votre remarquable conscience professionnelle. Je saurai m'en souvenir si je dois recruter encore. Personne n'est venu livrer des caisses, récemment ?
- Si, un livreur de Galaxy Express ! C’est fou, mais tout le monde s’est arrêté de tirer quand il est arrivé.
- Ah, le prestige de l’uniforme, sans doute (2) , plaisanta le jeune humain, cachant sa surprise.
- Vos caisses, elles sont là, tout au fond. Je me suis permis de signer à votre place.
- Vous avez bien fait ! Je crois qu'on va pouvoir contre-attaquer… Veillez nous excuser quelques minutes.
- Je vous en prie.
Ils s'éloignèrent vers le fond du hall
- Galaxy Express, s’étonna Thalia ?
- Livraison assurée, et toujours dans les temps ! J’avais remarqué l’ agence à l’astroport. Notre commandant de bord également, semble-t-il ! Il n’est pas très courageux, mais il est futé : je n’y aurais pas pensé tout seul, avoua Markus.
- Bah, ce qui compte, c’est qu’il a pu faire livrer le matos avant de filer.
- Dis, Thalia, je peux enlever cette quincaille ? Intervint N°1 d'un ton plaintif.
- Mais c'est très joli, pourtant ?

À leur retour, N°1 avait eu gain de cause. Thalia et lui étaient déjà bien assez chargés comme ça : le duo, qui avait fusionné, portait sur son dos un container de 4 missiles, à la hanche un blaster à tubes multiples (cadeau de Marek) et ils avaient les mains prises par leur blaster lourd fétiche.
Venom avait enfin activé sa célèbre armure, mais était tout aussi chargé. En plus, il traînait derrière lui une lourde caisse, rayant irrémédiablement le beau marbre du hall.
- Tenez, servez-vous, il en reste !
- C'est une contre-attaque ou une guerre que vous voulez déclencher, s’étonna le sergent ?
- J'ai cru comprendre qu'aucun d'entre vous n'habite le quartier ?
- Non, trop cher ! Et, les gens du coin ont leurs propres gardes.
- Alors, ou est le problème ? Votre objectif principal, c'est de rester en vie pour profiter de votre prime : donc…
Venom posa le lance-missiles sur son épaule, tandis que Thalia/N°1 faisaient de même.
- Feu !



… Moins y’a de cibles !
L'espoir changea de camp, le combat changea d’âme, comme a dit le poète.
L'espoir de toucher une belle prime, envolé ! Restait le combat pour la survie… Et la survie résidait dans la fuite. Pour les survivants, justement !
- Eh, restez là ! On n'a pas fini, s’indigna Thalia !
- Bah, laisse tomber ! Ce sont juste des minus de seconde zone.
- Tiens, c'est vrai, ça ! Depuis le début, on n'a rencontré aucun vrai pro !
- Ils sont occupés ailleurs, ma chérie : J'ai déjà recruté les meilleurs pour notre petite guéguerre ! Enfin, ceux que le Vieux a bien voulu me laisser, il avait déjà fait son marché !

Le sergent annonça :
- La route est dégagée jusqu’aux entrepôts, mais les troupes qui débarquent à l'astroport sont des mercenaires ! Ils ont même deux blindés légers !
Il ne semblait pas si inquiet : il avait demandé l'appui de quatre airspeeders 
- Enfin, des pros ! Dis, on reste encore un peu, ma chérie ?
- Nous sommes censés garder une planète d’avance sur Darpa et avons encore trois mondes à visiter, mon chéri ! Et ne boude pas, c'est toi qui a établi le programme !

Ils cheminèrent prudemment vers un quartier d'entrepôts. Venom et Thalia auraient pu voler, mais pourquoi vexer leurs fidèles mercenaires qui se donnaient tant de mal pour les escorter ? C'était merveille de voir comment ils avançaient en se couvrant mutuellement, sécurisant tous les endroits potentiellement dangereux avant d’autoriser les « clients » à avancer à découvert.
Ils en faisaient peut-être un peu trop, mais tenaient à se montrer sous leur meilleur jour devant un couple aussi célèbre. Ils savaient probablement que Venom recrutait une armée  privée.
- Ouais, ils connaissent vraiment leur métier, admira Thalia/N°1 !
- Ils sont bons ! J'pense sérieusement à leur confier quelques petites missions, souffla son époux.
- Au fait, où allons-nous ?
- Récupérer notre bon de sortie, c’est...
Le sergent de retour de l'avant, l’interrompit :
- D 27, vous avez dit ? C'est celui-ci ! Mais je vous préviens, je suis déjà venu visiter. Ces chasseurs, ils appartiennent à un musée : ici, ils les retapent pour l'exposition au public, mais je doute qu'ils soient en état de voler.
- Il y a bien une Aile Y à bandes vertes ?
- Je ne sais pas, je ne l'ai jamais vue !
- Elle vient juste d'arriver !
- Je vérifie.
Il parla dans son comlink, écouta, puis fit son rapport:
- Recon 5 a trouvé votre chasseur, mais il n'est pas en état : la verrière du cockpit est fêlée! Sans pressurisation…
- C'est notre taxi ! Verrière ? Pressurisation ? Pas un problème pour nous, on a ce qu’il faut ! Tout le reste fonctionne, je vous le garantis.

C’était un de ces modèles à long rayon d’action que les rebelles avaient utilisés pour des missions de reconnaissance. Tous ses systèmes et ses réacteurs s’allumèrent sans problème.
- Non, pas un problème, en convint le Sergent, alors que le chasseur prenait de l'altitude.
Il détacha son regard du ciel et regarda ce qu'il tenait dans la main.
- C'est quoi, sergent ?
- Un petit bonus… Parait qu'on est des bons ; c'est-ce qu'il a dit!
- Y a combien ?
- Sais pas… cinq?
- Cinq crédits ? Ça fera pas beaucoup à partager ! Surtout si on compte les renforts !
- Non, ce truc vaut, allez au pif, cinq MILLIONS ? Donc, à un peu moins de cent… ça fait. Cinquante mille… Chacun ?
- J'sais pas vous, sergent, mais tout à coup j'ai envie d'aller fêter ça avec ces mercenaires qui se croient chez eux !
- Moui… J’suppose que ce truc équivaut à un avenant au contrat ? Et la journée de travail n’est pas finie ! L'équipement lourd ?
- Il est arrivé, avec les armures : les gars sont en train de se changer! Et les airspeeders attendent le signal au nord.
- Allons les accueillir comme il se doit : c'est notre planète, après tout !




Notes
1 Probablement des Yahk Tosh à l'origine, ils ont colonisé plusieurs mondes de la bordure médiane à l'est de l'espace Hutt.
2 Galaxy Express consacre un service entier au règlement des « incidents » impliquant ses employés. La majorité des  « inspecteurs » de ce service sont d’anciens des SpecForces et ils ont conservé toutes leurs compétences :diable:



Des déguisements, des blagues à deux sous, des imprudences? Ce n'est pas notre Venom, ça! Et Thalia ne vaut guère mieux.
Laissons leur le temps de se ressaisir: au prochain chapitre, en attendant que l'amiral Darpa ne débarque à son tour sur Tabor, nous irons faire un tour sur Herrion...

BONNE LECTURE!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 01 Jan 2018 - 21:19   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch8

.


Chapitre 9 : Ailleurs dans la vaste galaxie ( la suite)



Une vice-reine pour Herrion
Le conseiller Nikkan fixa la holo de la vice-reine par intérim et attendit sa réponse  avec toute la patience dont il était capable : il avait fait un effort de pédagogie, employé des mots simples, évité -autant que possible- le jargon juridique en faveur à la Cour de Justice, mais, à en juger par son accoutrement, cette bouseuse ne devait connaître guère plus de trois cents mots en basic !
Il avait les moyens de la contraindre à accepter sa perquisition, mais espérait toujours obtenir la coopération des autorités locales. Il n'avait pas le choix : ses collègues n'avaient souscrit à sa demande que du bout des lèvres, et il jouait son va-tout ! L'opinion publique était en train de changer, tout comme celle de ses confrères, et ses opposants se faisaient de plus en plus véhéments. Beaucoup n'hésitaient plus à parler de corruption ; de l'argent ? Oui, il avait touché quelques gratifications.
Mais que sont quelques millions, de nos jours ?
Le plus souvent, il avait agi par conviction.
Ils ne comprennent pas ! Si on laisse faire ce monstre, sa monstrueuse descendance et ses complices, nous ne serons bientôt plus que des pantins dans leurs griffes. N'ont-ils pas lu les mêmes documents que moi ?

Réunir une flotte n'avait pas été facile : le chef de l'État et le Sénat avaient refusé tout net de détacher des éléments de la flotte de l'Alliance. Les Jedi étaient, il l'avait bien compris, dans le camp opposé. La flotte sectorielle ? Même pas la peine d'y penser ! Les seuls qui avaient accepté sa réquisition étaient les Xalans : quelque chose concernant cette planète les terrifiait. Quoi ? Nikkan l'ignorait, mais ils étaient venus en force.
Heureusement, depuis un décret de l'ancienne chef de l'État Daala, (elle en avait assez de devoir prêter des vaisseaux de sa flotte), la Cour avait pu se doter de moyens conséquents et de fonds pour recruter des auxiliaires : il avait une frégate et deux corvettes, obtenues après une saisie judiciaire, 10 de ces nouveaux ''patrouilleurs'' Justice à long rayon d'action. Plus les auxiliaires qu'il avait recrutés : un groupe de mercenaires d'assez mauvaise réputation, mais qui disposaient de deux canonnières corelliennes et d'une dizaine de transports armés.
Ils ne sont pas très fiables, mais ce sont les seuls qui ont répondu à l'appel d'offre.
Et d'autres étaient attendus.

La Vice Reine hésitait ? Peut-être n’avait-elle pas tout compris ?
Il se décida à faire preuve d’autorité  :
- Je le répète : mon mandat ne concerne que le siège social de l'Amber Star et les résidences privées de ses dirigeants ! Avec votre accord, nous pourrions opérer avec un impact minimal sur la population. Sans votre accord…
Il laissa planer la menace, puis lança son ultimatum !
- Décidez-vous vite, ou toute la planète en souffrira ! L’entrave à l’exercice de la justice est punie de...
Il débita une longue liste de sanctions et cita, de mémoire, quelques exemples édifiants.
- Je peux maintenir un blocus, si nécessaire, conclut-il. Ce serait très nèf… Mauvais pour votre planète, j’espère que vous le comprenez.
Aïe, elle l’a mal pris, cette gourde !
Le visage, jusque-là ouvert et attentif de la paysanne s’était fermé.
- Herrion a déjà soutenu des invasions et des blocus. Nous avons appris à traiter ces agressions avec toute la fermeté requise, répondit vertement la Vice-reine.
- Il ne s'agit pas d'une agression, mais d'une réquisition de justice, répéta patiemment le conseiller qui commençait à s'irriter de l'obstination de cette petite fermière aux mains rugueuses et aux sabots crottés. Comment pouvait-on confier le gouvernement à une rustre pareille ?
La rustre, qui n’avait fait -volontairement- aucun effort vestimentaire pour répondre à la communication, durcit également le ton pour répondre :
- Alors, vous avez manqué de discernement en choisissant vos auxiliaires : couper la balise holonet est une action illégale. Un crime assimilable à un acte de guerre !

Nikkan ne masqua pas sa surprise :
- La balise Holonet, dites-vous, mais…
- Je crains que vous n'ayez très mal choisi vos auxiliaires. Vous-même n'avez pas respecté la procédure légale en négligeant de solliciter l'avis de la Cour de Justice sectorielle et du Vice-roi Merson Darpa-Kellent an-Herrion. Dois-je vous rappeler que notre monde fait partie de la confédération des Mondes du Chariot (1)?
Pour accéder à votre requête, il me fallait leur accord : impossible sans transmissions hyperspatiales. Vous avez le choix : soit vous allez en personne recueillir leur signature sur Gothica, soit vous attendez le vote de l'assemblée planétaire. Je vais la réunir au plus vite, puisque vous m’y obligez, pour discuter de votre… Hummm ! Proposition. Dans les deux cas, cela prendra pas mal de temps.

La vice-reine savoura un instant l’expression consternée du Conseiller, avant d’ajouter :
- En attendant, bloquez si vous voulez, bloquez à votre guise, mais n'essayez pas d’atterrir sans autorisation. Sinon, vous pouvez prévoir quelques pertes…
Pour illustrer ses propos, elle montra des holos du matériel flambant neuf que la garde nationale venait d'acquérir, envoya un message très personnel à Nikkan, puis elle coupa la communication.
- Alors, comment j'ai été ?
- Parfaite, Lisha, répondit W'arrr , imperturbable.
- Très bien, ma chérie, renchérit Henryn, qui avait des difficultés à garder son sérieux. Mais tu n’étais pas obligée de lui tirer la langue, tu sais…
- Bah, il me prend déjà pour une bouseuse sans cervelle, alors… Quel dommage de ne pas avoir conservé ces images de mercenaires mordus par les vargs ! ç'aurait été édifiant… Combien de temps ?
Le directeur Himron répondit :
- Une semaine minimum. Non, plutôt deux : Jegor et sa force d’intervention sont encore assez loin, ils devront ravitailler avant de nous rejoindre. Merson et la flotte sectorielle ne sont pas encore prêts, sans compter que des vaisseaux suspects rôdent près des colonies au sud du secteur. Et Berylle nous a demandé un peu de temps pour obtenir un mandat d'arrêt.
Henryn était également favorable au statu quo :
- Nous somme autosuffisants pour la nourriture, avons six mois de réserves en énergie, bacta et autres produits stratégiques, nous pouvons nous permettre d'attendre. Voxan dit que nos forces peuvent empêcher un débarquement, si nécessaire. Je suis d’accord avec lui.
- Six mois ? Et les touristes, Henryn ? Trois liners étaient attendus dans les dix prochains jours ! C'est notre principale source de revenus ! Et tiens, il y a aussi tous ces citoyens galactiques bloqués ici : j'aurais du en parler à ce Nikkan !
- gardez ça pour plus tard : cela donne au Vice-roi un prétexte supplémentaire pour intervenir, conseilla Himron. D'ailleurs, ce serait bien s'il y avait des citoyens impériaux dans le lot. Ce serait vraiment bien ! Je vais vérifier…
Il partit en se frottant les mains. Que manigançait-il ?
- Pourquoi ne pas n'avoir dit à ce type qu'on avait une liaison subspatiale avec Hyborria, ma chérie ?
- Ces mercenaires tenteraient de la couper, s'ils savaient. Je me demande à quel jeu ils jouent. Pas celui de ce Nikkan, en tous cas. Par ailleurs, ils pensent nous avoir isolés. Notre petite surprise sera bien plus réussie s'ils se croient en sécurité, n'est-ce pas ?
Henryn retint un sourire de fierté: même sans expérience politique, sa Lisha était une vraie Herrion.
- Bon, il reste à convaincre cette fichue assemblée planétaire, conclut-elle.
- Tu y arriveras : ils t'ont bien élue, non ?

Merson l'avait nommée régente, mais elle avait pris la précaution d'obtenir l'approbation de l'assemblée . Markus senior – qui l'avait officiellement reconnue- et Sasha (les vice-roi désignés) étant absents de la planète, c'était légal : elle était donc vice-reine par intérim.
Henryn poursuivit :
- Ma chérie, j'ai passé la journée à parler avec des tas de gens : garde nationale, réserve, fantômes, ils sont tous prêts à se battre. En fait, ils n'attendent que ça ! C'en est même effrayant ! Quant au siège social de l'Amber Star, il s'est transformé en camp retranché. Même les comptables et les balayeurs réclament des armes !
- Ils savent très bien de qui vient cette énième agression.
- J'aimerais savoir où en est Sasha.
- Moi aussi. J'ai très peur pour lui… mon petit bébé !
W'arr ne dit rien ; il savait, mais ne voulait pas les inquiéter.




Bouton violet ou bouton émeraude ? Darpa fait du zapping 
- Commandant, où en êtes vous ? Ce n'est pas le moment de faire du shopping !?
L'amiral pestait surtout après cette liaison audio :
- Mais pourquoi mes commandos ne sont pas équipés d'holocams, nom d'un chien !
Parce que le sénat n'a pas donné une grande priorité à la mission, pensèrent en même temps le capitaine et le lieutenant.
Au moins, les commandos étaient bien entraînés et leur officier compétent :
- Nous allons rentrer dans le bâtiment, Amiral! La progression a été difficile à cause des décombres : on dirait qu'il y a eu une vraie bataille rangée, ici… Ils devaient avoir des blindés pour faire autant de dégâts ! Il semble qu'il y ait eu un conflit entre des troupes locales et un groupe de mercenaires. De plus, des '‘commerçants locaux’' nous ont importuné pour qu'on les aide à rattraper leur marchandise perdue.
- Si l'un d'eux vous importune encore, enfermez-le dans une de ses cages : vous avez ma permission !
- à vos ordres, monsieur ! Avec plaisir, monsieur ! Très peu de dégâts à l'intérieur… Pas de trace de combat, à part des droïdes hors service.
L'officier donna des ordres à ses commandos puis, quelques minutes plus tard, il rappela :
- Nous arrivons… La porte blindée est fermée, mais… quelqu'un a ouvert une autre porte : un travail très soigné… Je suis à l'int… Ha !
- Commandant ?
- Ha ! Excusez-moi monsieur ! Ha ! Ha ! Nous avons trouvé le dénommé Gord… Ha! Ha ! Ha !
- J'espère qu'il va accepter de coopérer…
- j'en suis certain, monsieur :  nous vous le ramenons.
Le chef du commando avait l'air très joyeux. Hilare, même.

Il affichait toujours un grand sourire quand il fit transporter le colis, encore dans son jus, devant l'amiral. Il avait trouvé l'esclavagiste Gord dans une position très inconfortable : engoncé dans une camisole métallique, qui portait encore son étiquette : '‘cage de contention pour esclave désobéissant : ne pas dépasser les 24 heures de punition’' et un lourd collier de dressage autour du cou.
Là, l'étiquette d'origine avait été remplacée par une autre, portant le mode d'emploi :

- pour obtenir des informations sur les attaques de colonies ReHab, pressez le bouton violet de la télécommande
- pour obtenir des informations sur le trafic d'esclaves, réglez sur 400 et pressez le bouton émeraude.
- pour toute autre information, consultez la notice.


Une flèche indiquait une data carte épinglée sur les vêtements de ''l'informateur''.
. Darpa récupéra la télécommande, ce qui déclencha un long gémissement de terreur.
- Je n'ai touché à rien, s'étonna l'amiral.
- Les esclaves de ce… marchand… avaient beaucoup de questions à lui poser… je crains qu'ils n'aient un peu… abusé !
- Voyons, voyons, leurs questions devaient être légitimes ! Monsieur… Gord, c’est ça ? Dois-je vraiment appuyer sur le bouton violet ?
Il semblait que non, et Gord se montra très coopératif.




La guerre d’Herrion n’aura pas lieu… Pas encore
Lisha sortit toute retournée de la salle holo. L’assemblée planétaire venait de prendre une décision :
- je ne m'attendais pas à ça ! Mes compatriotes me déçoivent terriblement !
- Je t'avais prévenue ! Mais tu as réussi à les convaincre, ma chérie !
- Il n'empêche : je n'imaginais pas les herrians si belliqueux !
- tu as su en jouer admirablement : ''si nous les attaquons maintenant, certains risquent de s'enfuir ! Attendons que les flottes du secteur et de l'Amber Star referment le piège''.
- Cinq jours ! Ils m'ont laissé cinq jours avant la déclaration de guerre ! Et comment vont-ils l’attaquer, cette flotte ? Ils vont monter sur leurs élévateurs et attaquer à coup de serpe ?
- Tu es injuste : nous avons des chasseurs, des bombardiers, des patrouilleurs et une station bien armée.
- Et eux ont reçu des renforts. Deux frégates de plus. On ne fait pas le poids. Sauf, peut-être, s'ils décident de débarquer. Au sol, on a nos chances.
- on a aussi Delta Rouge : avec ça, leurs jolies frégates…
Il mima une belle explosion, bruitages à l’appui.
- Je me demande bien comment Markus a pu ramener ces armes ici sans qu'un s'en rende compte.
- Himron devait s'en douter, mais tu sais comment il est : quand Markus magouille…
- … Il regarde ailleurs. Tu sais, quand j'y réfléchis : ce truc pourrait être un argument de poids dans une négociation musclée.
- Et nous perdrions l'effet de surprise auquel tu tiens tant, ma chérie !




O.P.A ( très) hostile
Loin, bien loin d’Herrion
Pour les retards de paiement, les Munns étaient intraitables. En conséquence, les responsables de leurs agences locales ne faisaient pas de cadeaux.
Le directeur de la banque Damask of Nightingale se devait de le rappeler à ses débiteurs :
- … Un délai ? Nous avons accepté de vous prêter sept millions de crédits pour la durée de 17 jours standards, soit vingt jours locaux . Le vingt-deuxième vient de s'achever : vous avez eu votre délai. L’excellente réputation de votre entreprise m’a incité à accepter ce retard, mais moi aussi, je dois rendre des comptes ! Payez maintenant, intérêts de retards compris ou nous ferons saisir votre société et la totalité de ses actifs dès l'ouverture du tribunal.
Selson Medicals était une entreprise florissante et payait habituellement en temps et en heure. Son patron tenta d’expliquer :
- Mais l'argent aurait dû être là…la commande provenait de notre principal investisseur en personne ! Il y a dû y avoir une erreur.
- Une entreprise sérieuse s'assure de la solvabilité de ses clients avant d'entreprendre une fabrication aussi onéreuse. Manifestement, le vôtre vous a fait faux-bond.
- Je ne peux révéler son nom, mais c'est l'un des humains les plus riches de la galaxie ! Si vous pouviez attendre encore un...
- … Il est riche ? Dans ce cas, nous lui ferons une offre de rachat des plus raisonnables. Je le répète : j'ai déjà pris sur moi de vous accorder deux jours supplémentaires. J'ai un patron, très riche lui aussi mais sacrément avare. Il veut que l'argent rentre ! Trouvez les crédits, empruntez ailleurs si ça vous chante, sinon on se revoit au tribunal !

Sur Nightingale, le Contrat était le Contrat  et celui-ci respectait dans la forme les lois locales. Et la justice était rapide
Dès la première audience, l’avocat de la banque sut le rappeler au juge :
- … et c'est pourquoi, juge Tell, la banque Damask investissement réclame la saisie des biens et actifs de la Compagnie des équipements Médicaux Selson.
L'avocat des défendeurs savait la cause perdue ; il essaya tout de même :
- Juge Tell, mes clients ont été victimes de criminels qui ont détourné le paiement, nous en aurons les preuves d'ici quelques jours.
- Et j'espère que vous les présenterez au tribunal des instances criminelles. Je suis quant à moi, juge des affaires commerciales et, si je compatis aux malheurs de vos clients, je vous charge de leur rappeler que selon nos lois, ils auraient pu prendre une assurance pour se prémunir d'une telle mésaventure ou refuser des clauses contractuelles si peu avantageuses pour l'emprunteur.
Le juge consulta ses deux assesseurs, puis repris la parole :
- Néanmoins, compte tenu des circonstances, je sursois à mon verdict. Nous nous retrouverons à la dernière audience de la journée. Si les défendeurs réussissent à rassembler un quart de la somme -intérêts de retards compris- je proposerai aux plaignants un rééchelonnement de la dette.

Pour les responsables de Selson inc, la journée fut une course contre la montre . une course frustrante : la montre fut déclarée gagnante par forfait…
Et le tribunal prononça la sentence ; 
- Dans l'affaire Banque Damask Inv. contre CEM Selson.inc, je prononce la saisie de tous les biens et actifs de la compagnie Selson au profit de la banque Damask .inv.

Un peu plus tard, le représentant de Damask fit établir une coûteuse liaison directe Holonet pour faire son rapport :
- Selon vos instructions, j'ai fait un appel d'offre et le fond JaMaJa, le seul à se manifester, s'est porté acquéreur pour quatorze millions de crédits. Si vous me permettez, ser Damask, si nous avions attendu, nous aurions pu revendre cette compagnie pour au moins vingt-cinq millions.
Bar Damask avait un autre point de vue :
- Cela est vrai, agent général Tomlinson, mais dans ce cas précis, 100 % de bénéfices me satisfont pleinement. Le véritable propriétaire est un humain très puissant et très rancunier : nous aurions perdu de l'argent à traiter avec lui. La JaMaJa, qui est un de nos plus fiables partenaires et avec qui nous avons d'autres projets très rentables, est une des rares entreprises à pouvoir lui tenir tête: nous ne pouvions pas mieux tomber, conclut-il avant de couper la liaison (c'est cher, l'Holonet, et le richissime Bar Damask était radin).
L'un de ses congénères remarqua :
- Une opération fort bien menée :  nous avons réalisé un joli bénéfice et la JaMaJa fait un excellent investissement : CEM Selson est à la pointe des recherches sur les implants personnels. Mais je suis surpris qu’aucune banque locale n’ait accepté d’aider un des fleurons de l’industrie planétaire.
- Surpris ? Pas vraiment: j’aime à penser que Venom réfléchit comme un Munn, mais il se comporte parfois comme un vigo du Soleil Noir ; je n’ose imaginer les pressions subies par nos malheureux collègues et néanmoins concurrents.
Silan Daresk médita un instant ces paroles et ses réflexions le menèrent à une conclusion :
- D’ailleurs, d'où proviennent ces crédits? La JaMaJa est basée dans la bordure extérieure, elle n'a pas de compte sur Nightingale. À moins que…
Damask confirma les soupçons de son subordonné :
- le ‘client’ avait versé quinze millions en paiement de sa commande. Ceux qui se sont évaporés. Je suppose que les pirates informatiques ont été grassement récompensés. C'est du Venom tout craché ! Un vigo, vous dis-je,  termina le munn qui connaissait depuis longtemps l'ex-pirate. Je n’aimerais pas être son ennemi.
- Et nous avons encore huit opérations en cours ! Je ne doute plus de leur réussite. J’y pense, il lui reste le matériel fabriqué.
- il pourra toujours le revendre au client qui l'avait commandé (2). Avec une petite ristourne, pour rester bons amis ?
Les Munn n'étaient pas réputés pour leur sens de l'humour, mais Damask était un cas particulier. Était-il en train de plaisanter ?



Notes:
1 Herriona rejoint la confédération après la tentative d'annexion ratée de ReHab, treize ans plus tôt
2 Malthus Verryn, vous l’aviez compris.


En attendant de retrouver Thalia et Markus, bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Ven 12 Jan 2018 - 19:56   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch9

Venom aime quand tout se déroule comme il l'avait prévu. Et il déteste les surprises!
Mais on ne peut tout prévoir, comme son gabarit l'a appris à ses dépens.
Surtout quand un Skywalker s'en mêle...




Chapitre 10 : Rencontres



Taanab, Taanab, 50 minutes d'arrêt !

- Alors, tu as aimé la balade, mon amour ?
- En aile Y ? peuh ! Comment a-t-on pu un jour qualifier ce truc de chasseur ? Et en version décapotable, en plus : les balades cheveux au vent, c'est sympa, mais pas dans le vide !
- Cheveux au vent ? T'es pas sortie de N°1 !
- Heureusement !
La verrière fêlée avait interdit de pressuriser le cockpit. Pas si grave pour des gens dont l' armure peut se brancher sur le circuit d'air.
- Et si on nous avait poursuivi ?
- Mais on nous a poursuivis ! Nos anges gardiens s'en sont chargés, c'est tout !
- Les anges gardiens, c'est bien, mais ça ne vaut pas un vrai chasseur !
- Tu râles parce que t'étais sur le siège arrière.
- Justement : il ne devrait pas y avoir de siège arrière sur un chasseur !
- Il y en a cinq dans ton Red Ghost
- Un Chasseur ? Peuh ! Il est rapide et bien armé, d'accord, mais c'est avant tout un transport familial rapide, costaud et pratique : cockpit spacieux et fonctionnel, des rangements partout, des tablettes pour occuper les enfants, le tout dans un volume unique : un monoplace avec de l'espace, si tu vois ce que je veux dire.
- Un monospace ? Tiens, c'est pas mal comme idée, ça !
- Aucun avenir ! Il me tarde que les enfants soient assez grands pour avoir leurs propres chasseurs !
- Trois, c'est un peu juste pour créer un nouvel escadron.
- Justement, je me disais…
- … J'y ai pensé, moi aussi…
- tu as bien prévu de retourner sur station Nullepart, après ?
- Oui, on aura un peu de temps devant nous ! Rien qu’à nous !

Le chasseur avait atterri sur une bande de terre fraîchement labourée. Autour, il n’y avait que des champs. À perte de vue, constata la jeune femme :
- Bon, je peux savoir pourquoi tu nous as posés au milieu de nulle part, en pleine cambrousse, plutôt que dans un astroport civilisé ? On ne va pas faire trente bornes à pied, tout de même ?
- Comment ça, au milieu de nulle part ? On est chez nous, ici !
- Chez nous ?
- Et oui, les quinze mille hectares autour appartiennent à la famille. Une petite propriété, qu'il a dit, le Vieux. D'ailleurs, j'ai appelé le régisseur, c'est lui qui arrive en speeder ! Tu vois, dans dix minutes, même pas, on est en ville !
- Et ton tas de ferraille ?
- On le laisse ici, le régisseur l'offrira à un musée : c'est là qu'est sa place !

Tanaab était un monde où l'on pratiquait une agriculture industrielle, aux antipodes des minuscules et paisibles fermes d'Herrion. Ici, on produisait depuis des millénaires la nourriture qui alimentait les mondes du noyau. Ici, 15 000 hectares, c'était une petite exploitation!
Et il y avait de vraies villes, comme Markus le démontra un quart d’heure plus tard :
- Tu vois, mon petit oiseau nectar, tu peux même aller t'acheter quelques nouvelles robes de soirée : toutes les grandes griffes de Coruscant sont là ! Et, regarde, la bas ! Une boutique '‘Tante Mimba’' ! Ils en ont une, même ici, en pleine cambrousse, comme tu dis ! Ça fait trop longtemps que je n'ai pas bu un bon jus de Kilao ! (1)
- plus tard, mon gros varg adoré ! On a du travail ! Mais, dis-moi, pourquoi as-tu gardé ton armure ?
- Shhhht c'est pour passer incognito !
- Eh bien, c'est réussi : tout le monde nous regarde !
- C'est ça le principe ! Pour vous cacher, faites vous remarquer !
- Là, je ne pige pas ! Tu m'expliqueras… Un jour ?
- Tout de suite : le quartier où nous nous rendons est beaucoup moins fréquentable ! Si près de l'astroport, ça va, ça vient… On y trouve souvent des holo- portraits avec des chiffres en dessous… Quelques-uns doivent exhiber ma trombine.
- Et la mienne, aussi !
- Ton nom, sûrement, mais ton joli minois ? Ça risque pas ! J'ai soudoyé quelques employés du service des avis de recherche de la Cour pour qu’ils remplacent le portrait original  : mon petit oiseau, tu ne te ressembles pas ! Maintenant qu’on est passés en direct chez Ogalan Berrit, ils vont s’empresser de corriger le tir, évidemment ! Mais en attendant, tu n’as pas besoin de te cacher.

Le quartier en question n'était pas loin. Le speeder les déposa et repartit très vite : le coin avait une sale réputation.
- Charmante, cette rue ! On pourrait se croire sur Arvea ou à Buccaneer's Harbour !
- Il y a beaucoup de passage, ici ! Toutes les grandes et belles villes ont leurs égouts. Ah, si je ne me trompe, voilà notre cantina ! Le Cantor’s Blight ! Drôle de nom (2) ! Un repaire de chasseurs de primes !
- Tu parles : ici, on collectionne les holo-portraits ! Je crois même en reconnaître quelques-uns… et celui-ci… Noooonn… Tant que ça ?
- Combien ? Ah, tiens, ça a encore augmenté ? Et regarde ce laideron à côté : comment peut-elle valoir si cher ? Son nom me dit quelque chose !
- Quoi ? À peine cinq cent mille ? C’est pas juste ! Pourquoi je vaux dix fois moins que toi?
- Hé, t’es pas censée avoir décapité le conseil d’administration de la KMM, toi ! Tu sais combien ces corpos peuvent être rancuniers.

Mais Thalia n'écoutait plus : il y avait d'autres mises à prix, et des visages familiers.
Markus regarda aussi et Venom refit surface.
- Elles sont à l'abri, dit-il d'une voix blanche. Et ils ne penseront jamais à chercher Jas là où il est.
- Tu crois que c'est LUI qui…
- Nan ! Lui les veut vivants, tous les trois ! On a d'autres ennemis. Des ennemis mortels.
- Ce Velox, X'lal, Nikkan….
- Juste des sous-fifres. Y a quelqu'un au-dessus. On va trouver qui a commandité tout ça ! Ensuite…
Markus reprit le contrôle :
- Bon, d’après son dernier message, notre ami se terre dans ce bouge. Apparemment, quelque chose a mal tourné pendant son enquête. Leur enquête… Où sont les deux autres ? Je vais aller le voir.
- et moi ?
- Tu m'attends dans cette ruelle obscure avec N°1 ? Préparez les accessoires : certains des habitués pourraient s'énerver s’ils me reconnaissent et il faudra peut-être sortir l’artillerie lourde pour nous dégager.
Ah, j’allais oublier
Il préleva un objet dans son sac, serra son épouse dans ses bras, puis entra.



Le rendez-vous des chasseurs (de prime) !

Dans la cantina sombre et enfumée, on parlait affaires, on se refilait les dernières nouvelles, on formait des équipes. Et on se méfiait des nouvelles têtes.
Le type baraqué en armure s'immobilisa un instant à l'entrée, histoire de montrer qu'il avait les mains vides et pas d’intentions hostiles. Puis il marcha jusqu’au comptoir d'une démarche féline. Son ouïe hyper sensible percevait les commentaires :
- C'est pas ce mandalorien qui...
- …Cette armure n'a rien de mandalorien, voyons !
Autre table :
- Tu le connais ?
- Nan, sûrement un nouveau…
- Ha, Ha, encore un de ces freluquets qui croient que l'armure fait le chasseur ! Je parie qu'il se balade en Firespray !
La plaisanterie fit rire tout le monde. Sauf ceux qui pilotaient un Firespray.
- z'êtes pas un droïde, au moins ? Demanda le barman, suspicieux.
- Un droïde commanderait un Black Hole ?
Le type en armure jeta une plaque de crédit sur le comptoir. Une grosse.
- Qui sait, j'ai tout vu, ici, fit le barman en récupérant les cent crédits ! Et un Black Hole, un !
- Et gardez la monnaie ! Je peux avoir une paille, s'il vous plaît !
- Vous n'êtes pas obligé de garder la visière baissée, vous savez ? Déjà que les habitués vous regardent d'un drôle d'air !
- Ils auraient un air encore plus bizarre si je la relevais, croyez-moi ! Dites, il a l'air un peu déprimé, celui-là !

Il montra du doigt un Kiffar assis à une table dans un recoin sombre.
- Déprimé et ivre ; il a eu un grand malheur : ses associés – ils se disent frère et sœur- ont disparu au cours d'une mission, avec leur vaisseau.
- Ah, c’était donc ça ! Je me disais, aussi…
Markus aspira une gorgée du sombre liquide, le temps de jauger la situation. Il avait envisagé un
guet-apens, mais…
- Sa chope est vide… Allez donc la lui remplir, dites que c'est de la part du monsieur en armure ! Ah, mettez ça dedans, ça va le dessaouler vite fait bien fait. Faut qu'on cause, tous les deux : il est temps qu'il arrête de pleurer et se remette au boulot !
- C'est pas toxique , votre truc ? Parce que les meurtres dans mon établissement…
- Synergine, neurostim, et germes de Kirkadim : rien de mieux contre la gueule de bois et c'est en vente libre ! Montrer lui donc le flacon !
- Vous le connaissez ?
- On a fait un boulot ensemble il y a quelques années. On est restés en contact.
- Et vous saviez qu’il passait son temps à se bourrer la gueule ?
Le barman, suspicieux, montra le flacon.
- Je m’efforce d’être bien informé sur les gens avec qui je dois bosser.

Le barman accepta la réponse sans plus de commentaires et partit, une chope sur son plateau. Il parla un moment, montra le flacon puis le gugusse en armure. Le Kiffar regarda vers le comptoir et Venom salua de son verre, non sans garder la paille entre ses lèvres ; évidemment, du liquide noir gicla du gobelet et éclaboussa l'armure.
S'essuyer avec des doigts métalliques ne donna rien de probant. L'autre sourit, sembla réfléchir, avala deux comprimés qu'il fit passer d'une gorgée, puis fit un grand signe : Venez ! Venom emprunta au passage le torchon du barman.

Bobbi Keren faisait tourner un morceau de métal entre ses doigts : un pendentif… Venom connaissait le talent particulier de certains Kiffars, et savait que celui-ci le possédait : Bobbi pouvait voir certains événements rien qu'en touchant un objet qui avait été présent sur la scène.
- Cela vous a montré quelque chose ?
- Un fantôme, voilà ce que j'ai vu ! Un revenant que je croyais mort il y a longtemps et qui nous en veut à mort, à ma famille et à moi !
- Si c'est celui auquel je pense, il est bien mort ! J'ai assisté à sa pendaison. Et à sa crémation ! Et s'il est vivant, il en veut aussi à ma famille !
- Ce que j'ai vu n'est pas un homme, un Vong, ni quoique soit d'autre… Peut-être n'est-ce qu'une machine, une machine monstrueuse, et pourtant c'est bien lui !
- Bokor Hekken… Un Cyborg … Mes sources disaient vrai ! Saloperie !
Venom resta silencieux, plongé dans ses réflexions. Puis demanda :
- Il les a tués ? Lorna et Jake ?
- Je ne les ai pas vu mourir. Ils les ont emmenés.
- Alors, ils sont en vie… Pour l'instant ! J’ai eu l’occasion de parler à certaines de ses victimes – les rares qui ont survécu-  : il aime prendre son temps. Ils ne sont pas une menace et il peut espérer se servir d'eux pour vous attirer . Nous attirer. C'est pas le moment de se saouler, vous avez du boulot !
- Du boulot ! Seul, sans vaisseau, sans un crédit… Quoique, des crédits, j'en ai un paquet devant moi. J'ai vu la holo… cinq millions, y a quelqu'un qui vous en veut vraiment !
- Le même qui sponsorisait Hekken il y a quinze ans ! Et cinq millions, c'est pas encore assez pour prendre le risque. Pas contre moi ! Si j'étais chasseur de prime, j'attendrais que ça monte jusqu' à dix pour tenter la mission suicide.
- Toujours aussi modeste, je vois , ironisa le chasseur de primes.
Les comprimés avaient probablement agi, car il remarqua un changement d’ambiance dans la cantina. Un coup d’œil et il comprit pourquoi :
- Mais je crois que les trois qui viennent d'arriver sont prêts à le prendre, le risque.

Un grand silence avait succédé au brouhaha des conversations. Il y avait de nouveaux venus au bar. Eux portaient de vraies beskar'gam ! Venom ne tourna même pas la tête.
- Eux ? Ce sont vos nouveaux partenaires ! Enfin, si j'arrive à les convaincre de me lâcher un peu ! Pffft... Ils me collent aux fesses depuis plusieurs semaines ! Ça, c'est encore un coup du Vieux : me refiler des anges gardiens ! Eh, pa' , j'suis assez grand pour me débrouiller tout seul, tu sais ?
- Tiens, c'est drôle, l'un d'eux a peint son armure avec les mêmes couleurs que la vôtre! Même s'il a été plus discret sur le chrome  …
- Ouais, il fait partie de mon fan club ! Eh, Alcor ! Venez donc par ici, toi et tes petits copains !

L’interpellé se dirigea vers eux, suivi de ses compagnons. Il fit les présentations :
- Salut, Markus : elle (il désigna l'armure rouge), c'est Ashoka (3), lui (il désigna l'armure verte), c'est Talon (4)! Et ce ne sont pas mes petits copains, ce sont mes frère et sœur !
- Hello ! On s’est croisés deux fois, ces derniers temps. Ravi de vous rencontrer enfin ! Lui, c'est Bobbi Keren, chasseur de primes de son état. D'habitude, il chasse en famille lui aussi, mais ils ont eu un gros pépin : Son frère et sa sœur sont entre les mains des méchants, et il aurait besoin d'un coup de main. Moi aussi, d'ailleurs
- C'est bien triste, mais j'ai déjà un contrat, rappela Alcor
- Appelle le Vieux, et prononce un seul nom : il révisera aussitôt ses priorités.
- Comment sais-tu que…
- Le mot magique c'est : Hekken. Bokor Hekken ! Comment je sais ? Tout simplement parce que, quand j'ai appelé tes parents pour vous embaucher, ils m'ont dit que le Vieux t'avait déjà recruté ! J'suis pas devin ou Oracle, moi !
- Je me le demande, des fois. Hekken ? Le gars que vous aviez capturé sur Tschaï ? Il N’est pas mort ?
- Si ! Mais la mort, de nos jours, n’est plus ce qu’elle était :clonage, transfert d'esprit… Un truc développé sous l'empire appelée '‘empreinte mentale’', bien plus performante que les dispositifs d'impersonnalisation  que le Grand bleu en costume blanc a utilisés pour son armée clone.
- Le grand bleu ?
- Thrawn ! Dis lui aussi, au Vieux, que notre revenant est un cyborg! Il les a vus à l’œuvre, récemment : J’te parie mille crédits qu’il va vous offrir un nouveau contrat. Bobbi vous expliquera le reste.
Bon, je vous ouvre un petit crédit pour les frais annexes.

Il tendit une carte de paiement NovaStar. Elle indiquait 100 000.
- Valable sur toutes les stations de l'Amber Star et tous leurs partenaires : Damask.inv, Nantua, Santhe/Sienar… Partout, quoi ! Faut que j'y aille ;
- eh, attends, ne pars pas comme…
- T'inquiète pas : j'ai des amis ici, et je compte rester un jour ou deux !

Ces projets semblaient déjà compromis : certains avaient fini par faire le rapprochement entre les millions et le gars en armure, mais trois mandaloriens dégainant en même temps et l’énorme Déchiqueteur Sonique du barman (une arme rarissime et totalement illégale) suffirent à leur apprendre la patience :
- Ici, on consomme et on reste sage, avertit le barman. Dehors , vous vous entre-tuez si vous voulez, mais ici c'est une réserve de chasse ! Assis, tout le monde ! Hé, pas vous : Venom, c'est ça ?
- en métal et en venin ! Dites, c’est pas un peu salissant, votre engin ?
- Si, ça fait éclater les cellules ! Du coup, ça dégouline un peu en dehors des armures. Mais bon, j’ai des droïdes pour le ménage et surtout ça n’abîme pas le mobilier, contrairement aux blasters !
- j’comprends que vous refusiez d’accueillir les droïdes !
- Oh, j’ai aussi c’qu’il faut pour ce genre de problème.
Le barman lança quelque chose vers Venom  qui l’attrapa au vol: il reconnut sa plaque de crédits.
- Trêve de bavardages : la conso est offerte par la maison, mais tirez-vous en vitesse ! Z’avez dix minutes, j’les retiendrai pas une seconde de plus!
- ça suffira, merci ! Excellent accueil, je recommanderai votre établissement !



Invité surprise

Dehors, Markus put constater que Thalia et N°1 avaient de la compagnie. Il marqua un imperceptible arrêt avant de rejoindre son épouse et son invité.
- Tiens, Luke, comment nous avez-vous trouvé ? Laissez-moi deviner : vous avez parlé à Marek ?
Le jeune homme poussa un soupir qui en disait long. Mais la réponse du Jedi le surprit :
- Non, pas du tout : j'ai demandé à W'arrr, qui m'a mis en contact avec Thalia. Je savais donc que vous viendriez ici ;
- Ha, bon ! Fit Venom en coulant un regard appuyé à son épouse. Et elle vous a appelé pour vous donner rendez-vous ?
Sous entendu : « sans m’en parler ». Celle-ci ne broncha pas et fixa son regard, le défiant d’émettre une objection.

Le Jedi s’empressa de la dédouaner :
- Inutile : il y a une forte colonie Jedi sur Taanab, des gens évacués d'Ossus. Et nous avons des amis dans le secteur. Ils vous ont repéré assez rapidement.
- Ah, bon ? Et qu’est-ce qui nous vaut l'honneur ?
Skywalker savait Markus mal à l’aise dans ses rapports avec les Jedi, mais cette fois, il ressentit l’hostilité du jeune humain. Celui-ci semblait fortement contrarié, même s’il s’efforçait de le cacher.
- Nous devions nous revoir pour coordonner nos actions, rappela sévèrement Thalia, qui connaissait son homme.
Le grand maître abonda :
- Oui, mais pas seulement : j'ai promis au Chef de l'État de vous parler. J'ai également des nouvelles, et elles risquent de bouleverser notre calendrier. Mais ne devrions-nous pas aller en discuter ailleurs ?
Markus fit un effort visible pour reprendre son sang-froid :
- vous avez raison : le coin est calme, pour l'instant, mais il suffit d'un ou deux excités… Il y en a plein dans cette cantina et ne vont pas tarder à débouler en masse ! Allons au Fyrren, vous nous expliquerez ça en chemin . Vous savez voler ? Non ? Évidemment! Pfft !
Il considéra un instant le Jedi, méditant probablement de l’abandonner sur place, puis haussa les épaules :
- Tant pis, allons-y à pied. Z’allez devoir dégainer sous peu votre coupe chou vert pour couvrir notre fuite, mais bon… Vous savez pas voler, mais vous êtes un super Jedi, non?

Sans attendre, il s’avança à grand pas dans la rue, en direction de l’astroport.
- Si je puis me permettre, osa le Jedi…
- Quoi, encore, gronda l’armure noire et chrome !
- En vous attendant, j’ai eu le loisir d’explorer un peu le quartier. Je connais un autre itinéraire – plus rapide et discret- pour rejoindre votre vaisseau ;
- ah, parce qu’en plus vous savez où…
- Aille ! Je me suis retourné un ongle, glapit Thalia.
- ça t’apprendra à pincer une armure ! Bon, il est où, votre chemin ?
- Là!
Skywalker indiqua, souriant, une étroite venelle à gauche et s’y engouffra, suivi par Thalia et N°1.
- Il m’énerve, il m’éneeeerve… Grommela Markus avant de se lancer à leur suite.

Finalement, Skywalker était exactement comme Marek… non, pire !



Notes:
1 Celui de madame Mimba est le meilleur de l'univers, tout le monde le sait !
2 La rouille (ou plaie) de Canto est un vrai fléau pour les cultivateurs locaux. Cantor est le nom du tenancier, d’où le jeu de mots. Rien avoir avec un casino ! :ange: Presque rien… :diable:
3 et 4 Les prénoms des enfants de Stian Mereel sont ceux de personnes qu'il a connues et admirées dans sa jeunesse.
Il y avait une togruta experte en blasters (surnommée Two Hands) dans l'équipage de l'Esmeralda, l'ancien vaisseau du capitaine Procyon an-Herrion. Certains prétendent qu'elle avait été Jedi. (Je sais, ce n'est pas canon). Lors de sa première mission (il n'avait que 14 ans), Stian a fait équipe avec un célèbre contrebandier...


Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 21 Jan 2018 - 21:52   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch10

Laissons Markus à ses bouderies pour retrouver un amiral décidé à en découdre. Mais avant la bataille, prenons des nouvelles de l'équipage du Nuage Doré. Pardon, du Greybeard!




Chapitre 11 : It’s a trap !



Et voici Scarface, alias Face d'ange !
Ce gros tas de boue s'appelait Stars End. Il y avait des dizaines, sinon des centaines de Star's End dans cette galaxie. Dans ce cas, c'était bien prétentieux car depuis la promenade on pouvait voir au loin le bras de Tingel et ses millions d'étoiles, dont l'une s'appelait justement… Star's End ! Celui-ci était surtout un monde frontière, trop près des territoires impériaux (ils préféraient l'appeler: Nouvel Empire), pour être passé sous la domination de l'ASC (autorité du secteur Corporatif). Un monde frontière, avec ses hors la loi, ses contrebandiers, ses aventuriers… Caillou 13 en beaucoup plus grand.
Celui qui avançait dans la cantina de l'Ombre Noire n'était pas très engageant : le regard méchant et le sourire mauvais le défiguraient bien plus que la profonde balafre qui entaillait sa joue gauche de l'oreille au menton. Sans compter que son sourire découvrait des dents jaunâtres et irrégulières, parfois manquantes. Pour tout arranger, il avait une haleine de rancor qui aurait mangé du Kaï rance.
Comme il venait tous les jours et avait laissé son numéro de comlink partout, on savait que Scarface avait repris les affaires et cherchait du boulot.
Un pilote doué, Scarface, mais il avait été sur la touche pendant trop longtemps : les rares offres concernaient de minables transports mal payés et même pas illégaux !
Il s'assit à une table bancale et commanda à boire d'une voix rauque et hargneuse. Un petit rodien s'approchant pour vanter les mérites d'une officine douteuse fut accueilli par un aimable :
- Barre-toi !
- et moi aussi, je dois me barrer, capitaine Scarface ?
- C'est vous monsieur Johnson, j'suppose ? Moi , j' préfère qu'on m'appelle Face d'Ange, plaisanta l'aventurier en invitant son visiteur à s'asseoir.
- Comme vous voulez, ''Face d'Ange''. Pas trop dur, le pénitencier d'Abkhazan ?
- Bah, la piaule était pas si mal , mais la bouffe… Bah, meilleure qu'ici ‘toutes façons ! Ç’aurait été que des vacances si j'avais pas perdu mon Vagabond dans l'affaire.
- Mais vous avez retrouvé un nouveau coursier, à ce qu'on m'a dit.
- Le Greybeard ? Un tas de ferraille… Mais bien utile, ouais, bien utile…
- Un tas de ferraille capable de faire la course dans le flot noir ?
- Ouais, j'veux ! Parait qu'vous cherchez des transporteurs ?
- Parait que vous cherchez des cargaisons ? Mon livreur habituel m'a fait faux bond.
- Il s'est fait carboniser, vous voulez dire ! Bien fait pour lui, c'tait un sale con, Craahal ! C'est quoi, votre cargaison ?
- Cinq conteneurs scellés et pas de question !
- Les questions, j'en pose si j'veux ! Pas du toxique, au moins ? Ni du bio- machin ?
- la cargaison n'est pas dangereuse. Se faire prendre en la transportant, si !
- peuh, personne n'emprunte le Flot Noir pour une cargaison légale ! Vous payez combien ?
- vingt mille !
- impériaux ou alliance ?
- Comme vous préférez : les cours sont à parité, en ce moment.
- 30, et de l'Alliance, les impériaux sont trop chiants !
- 22, parce que vous êtes à la hauteur.
- 25, j'dois finir de payer mon fringant destrier !
- 25, soit ! Entrepôt c44, sur la station, dans 12 heures standard
- j'y s'rais !
Le capitaine ' face d'ange ' s'offrit quelques chopes avant de retourner en titubant à son minable garni. Le petit rodien était assis en bas des marches.
- Alors ?
- On a notre ticket, petit ! Dans trois jours, on est sur Verranna ! Où est ton copain ?
- Sorti ! Il devait voir quelqu'un.
- Bon, j'vais roupiller ! J'ai trop bu, moi ! Trop dans le rôle !
- Dormez bien cap'tain !
- Merci, moussaillon !
Il se laissa tomber lourdement sur sa couchette ; il avait vraiment abusé !
Il savait qu'il se mentait à lui-même : s'il avait trop bu, c'était pour endormir cette fichue intuition qui n'arrêtait pas de tirer le signal d'alarme.
[Elle a raison, Chaa'xa : tout cela est trop facile!]
J'sais bien, Ve'ssshhh, mais de toutes façons, il faut qu'on y soit tous les quatre, pas vrai ?
À cela, le Berger défunt ne trouva rien à répondre. Ou alors, Sasha s'était déjà endormi !


… …



L'amiral et les pirates.


Parés au combat !
- hammmpf ! On ne peut décidément faire confiance en ces politiciens ! Mais je pensais que le Chef d'état-major de l'Alliance serait plus fiable.
- Pardonnez-moi, amiral, mais il a fait tout son possible avec les maigres moyens concédés par le sénat, le défendit le jeune commandant Anselm, de la canonnière Startide : il n'est pas responsable de la réquisition de l'escorteur Sasheen, ni de l'autre canonnière DP25 par le gouverneur de Dobris, ni de celle des trois Warrior par l'officier de Justice Walleck, qui a estimé que huit patrouilleurs à grand rayon d'action vous seraient plus utiles pour chasser les pirates !
- Et que trois puissantes canonnières Warrior lui seraient plus utiles pour appréhender un lent et vieux cargo bourré de contrebande : un curieux sens des priorités, ce Walleck !
Le jeune officier approuva in petto mais ne répondit que d’un battement de cils : un Amiral proche de la retraite pouvait se permettre de dire des choses qui détruiraient la carrière d'un jeune commandant.
- Je dois reconnaître que ces patrouilleurs auraient suffit pour attraper ces petits poissons que nous avons pris dans nos filets... Mais si les informations que nous avons extorquées à nos prisonniers sont bonnes, nous allons attaquer leur base principale, tout de même ! Je vous remercie, commandant ! Votre canonnière, au moins, nous sera d'un grand secours !
Darpa médita quelques secondes, scruta un instant la holo tactique, puis transmit ses ordres :
- Capitaine ? Veillez transmettre à la Flotte : saut dans quinze minutes.
Laissez une balise pour nos alliés retardataires : qu’ils nous suivent s’ils le peuvent.

L’amiral savait qu’il prenait un risque en n’attendant pas les renforts promis par les Trantoriens ou l’Union des Stations Nantua. Les Marchands n’avaient que des vaisseaux légers, mais la frégate et les trois corvettes venues de Trantor auraient été bien utiles.
Mais il ne pouvait attendre plus : ses cibles, probablement prévenues, pouvaient fuir à tout moment.
Il passa en revue les forces de ses alliés : les Sassifrans, attaqués plusieurs fois, avaient répondu à sa réquisition avec enthousiasme et peu de moyens  : à part une corvette hors d'age, un transport de chasse et ses deux escadrons d'intercepteurs TIE, leur '‘flotte’' se composait surtout de cargos militarisés ; corelliens et bien armés, mais des cargos ! Ils avaient vaillamment défendu leur monde contre les Vongs, les pirates et, plus récemment, contre ces mystérieux massacreurs. Le problème venait de leur manque – bien connu- de discipline ! Obéiraient-ils aux ordres ?
Et la « flotte de surveillance Horbin » ? Pas de réquisition, pas de réponse. Il savait que ses alliés l’ avaient sollicitée – contre son avis-, mais aucune trace de leurs vaisseaux.
- Je m’en doutais, persifla-t-il auprès du capitaine Dienne, on ne peut compter sur ces pirates ; j’ai bien fait de ne pas les solliciter. Sommes nous prêts ?
- Passage dans l’hyper espace à votre commandement !
- Alors, en route, capitaine, nous ne pouvons plus nous permettre d’attendre !

Darpa n'allait tout de même pas faire confiance à des pirates soi-disant reconvertis en honnêtes soldats, non ?
- J'aurais peut-être dû, marmonna-t-il quand, dès leur sortie de l'hyper espace, l ‘équipe senseurs commença à recenser les forces adverses. Un simple regard à travers le transpacier lui avait suffi  pour comprendre que la situation tactique s’avérait plus compliqué que prévu :
- Environ 50 vaisseaux légers… 53, annonça le lieutenant Brax. Nous recensons dix-sept vaisseaux capitaux : un croiseur moyen classé Foe 1, en retrait près de la planète. Une frégate Nébulon B classée foe 2, quatre corvettes corelliennes Foe 3 à 6, deux corvettes Crusader, foe 7 et 8, huit canonnières AEG 82, foe 9 à 16 conformément à nos informations, et… Foe 17, classé croiseur lourd, pardon, destroyer stellaire, modèle inconnu… Il est assez loin de la planète. Un instant… 1521 mètres, puissance de feu inconnue, certaines caractéristiques l'assimilent à un modèle Rendili et… Nom de…
Pardonnez-moi, Amiral ! Il vient de libérer environ… Non, c'est confirmé, 200 chasseurs : chasseurs droïdes légers: assez peu performants, c'est déjà ça !
La superstructure partiellement dénudée de Foe 17 faisait penser à un mélange entre une frégate d'assaut et un Cuirassé Rendili standard. En beaucoup plus gros et probablement bien mieux armé . Darpa abandonna immédiatement son plan:
- Il n'était pas prévu, celui-là ! C'est un piège, et nous sommes tombés dedans ! Abandonnez le plan d'attaque : formation défensive Hérisson ! Transmettez à nos alliés : préparez-vous à sauter dans l'hyper espace, nous couvrons votre retraite !



Piège pour un amiral
- Amiral : présence d'un champ gravitationnel  en provenance de Foe 17: saut impossible, avertit la section navigation.
- Nos alliés Sassifrans continuent l'attaque : ils disent que des renforts arrivent des stations Nantua, annonça l'enseigne Uhura  !
- Ah, ces miliciens, pesta Darpa !
Il se reprit rapidement :
- Bon, nous sommes bloqués et nous ne pouvons pas décemment les abandonner : capitaine, nous fonçons droit sur ces chasseurs et sur Foe 17 ! Avisez nos canonnières : notre survie dépend de leur efficacité. Patrouilleurs : en réserve derrière nous : tenez-vous prêts à utiliser votre pleine vitesse !
Il anticipa d’éventuelles objections :
- Ils sont les seuls à pouvoir surclasser les Crusader et le croiseur moyen en vitesse pure, expliqua-t-il à son état-major. Nos trop zélés et imprudents alliés auront bientôt besoin de leur aide.

D'autres commandants auraient misé sur la portée supérieure de l'artillerie d'un Majestic pour frapper à distance, mais personne ne contesta ses ordres : le capitaine et son équipage connaissaient bien ses tactiques peu orthodoxes. L'impérial pur jus se battait parfois avec l'audace d'un Rebelle, surtout quand il était acculé.
Son croiseur n'était pas non plus un Majestic standard : il servait habituellement de support d'expérimentation pour de nouvelles tactiques ou pour les nouveautés des labos de recherche militaires d'Anaxes. Ses boucliers, ses systèmes de visée, ses équipements de défense rapprochée étaient de purs produits du génie militaire Anaxéen.
Le “Gloire d'Anaxes” testait justement des blindages de nouvelle génération et des boucliers expérimentaux installés sur l'arc frontal : en fonçant sur l'ennemi, son croiseur offrirait une surface réduite et très résistante aux tirs ennemis et obligerait celui-ci à prendre une posture défensive.
L’amiral assigna ensuite des cibles à ses chasseurs :
- Contrôle chasse ? Escadron 1, en renfort des Sassiniens, escadron 2 et 3…
Leur cible est ce Foe 17 : qu'ils tâchent de le distraire jusqu'à ce qu'on soit à portée.
- Monsieur, mais sans couverture de chasse…Objecta le lieutenant Capra.
Il eut un sourire sans joie :
- Je sais ! messieurs, nous allons pouvoir tester en condition réelle notre nouvel armement antimissiles : il devrait être efficace contre ces petits chasseurs mal protégés. Notre seule chance est d'approcher assez ce croiseur pour profiter de notre meilleur blindage et tacher de détruire ce projecteur de gravité.
Quant aux renforts… Encore des cargos ?

La flottille sassifrane engagea les corvettes, attirant une partie des chasseurs ennemis : rien à dire, ils en voulaient, et leur courage compensait en partie leur infériorité. Par chance, le croiseur Foe 1, sur l’orbite basse, ne faisait pas mine de la quitter. Peut-être était-il en train de récupérer le personnel des installations au sol ? L'amiral scrutait leur action, attendant une éventuelle ouverture pour…
- Chasseurs ennemis à portée : cent vingt échos recensés, annonça le contrôleur !
Les canonnières tiraient déjà de toutes leurs armes, tressant un rideau de feu autour du croiseur. Les servants des batteries légères de celui-ci ouvrirent le feu à leur tour.
- Antimissiles ? Demanda-t-il au chef de section.
- Cibles en poursuite, 50 % verrouillés, pas encore ! Attendez, attendez…
Le lieutenant Converse savait comment transformer une arme défensive en arme offensive : il testait une tactique qu'il avait proposée au Capitaine, puis, avec l’appui de ce dernier, à l'Amiral.
- Verrouillé ! containers un à 8 ! feu !

Un déluge de projectiles jaillit des containers fixés à la coque en plusieurs endroits. Ces petits missiles tirés en salves de plusieurs dizaines étaient conçus pour en détruire d'autres par impact direct. Contre une cible aussi grosse qu'un chasseur…
- Impacts, impacts, impact ! analyse des résultats… 42 cibles hors de combat, détruites ou endommagées !
19 autres touchées, mais opérationnelles. Correction, 48 hors de combat ! préparez les containers 7 à 16
Les défenses classiques avaient déjà détruit une quinzaine de chasseurs ennemis et repoussé les autres.

Le Gloire d'Anaxes arrivait à portée de tir :
- Artillerie principale, batteries avant, ouvrez le feu, ordonna le capitaine.
Ses artilleurs étaient bien entraîne, les canons à longue portée commencèrent à pilonner le flanc ennemi, ne provoquant -pour l’instant- que des dégâts mineurs
Foe 17 ne tarda pas à riposter, mais ses turbo lasers n’avaient pas la portée ou la précision de ceux du Majestic : les rares impacts n’affaiblirent même pas les boucliers du croiseur anaxéen !
- Concentrez le feu sur la batterie tribord avant, ordonna le capitaine.
Sous le feu roulant des turbolasers, une partie des pièces ennemies se turent. Quelques minutes plus tard, la batterie ennemie cessa de riposter.
- Bien, bien ! À la batterie centrale, maintenant, jubila le capitaine.
Il ordonna un changement de cap pour profiter au mieux de la zone aveugle que ses artilleurs venaient de créer.
Dieme connaissait son affaire ; c’est en toute confiance que l’amiral reporta son attention sur les autres combats en cours



Nantua à la rescousse : envoyez la sauce !
- Amiral, vaisseaux sortant de l'hyper espace, prévint le lieutenant Brax. Identification : forces de défense Nantua et alliés ; classée Force bleue.
- Qu’avons-nous là ?
- Deux canonnières de type inconnu, amiral : Blue 1 et 2. Quatre intercepteurs lourds INT-66, deux Firespray, cinq patrouilleurs, modèle incon… Correction , ce sont des PB-950 modifiés. Il en reste encore ?? 14 chasseurs légers, non répertoriés et… Quatre bombardiers Stingray.
- Pas de vieux cargos armés ? Des Stingray ? Une vraie force d’assaut ? Voilà une bonne surprise !
L'amiral semblait plus optimiste, tout à coup.
- Amiral, j'ai leur commandant en ligne, annonça l’enseigne Uhura depuis la console de communication..
- Passez-le-moi, enseigne !
Une voix assurée jaillit des haut-parleurs :
- Amiral, ici l'Administrateur Carel Nantua ! Désolés d’être en retard ; nous sommes à votre disposition.
- Très bien, administrateur ! Mon équipe transmission vous envoie les données tactiques. Nos alliés Sassifrans ont besoin d’aide : portez-vous dans le quadrant 45-06-13, tachez d'attirer les corvettes Crusader et la frégate loin d’eux, je m'occupe du reste.
L’administrateur, un humain qui devait avoir la soixantaine, eut un sourire carnassier :
- Nous devrions pouvoir les mettre en difficulté !
L’amiral lui rendit son sourire et approuva d’un signe de tête :
- J’y compte bien, commandant ! Essayez de sortir nos amis du pétrin et de leur ouvrir une porte de sortie : dès que nous aurons neutralisé ce générateur de puits de gravité, il sera temps de se replier : ils ont bien dix fois notre puissance de feu ! Vous les connaissez, faites leur comprendre qu'avec ce destroyer…
Un destroyer dont les pièces restantes commençaient à ébranler les défenses du Gloire d’Anaxès.
- Turbolasers lourds, nous sommes à portée marmonna le capitaine Dieme. Renforcez les boucliers avant ! Ciblez le générateur de puits, ordonna-t-il à ses artilleurs.
- Et vite, nous ne tiendrons pas longtemps, ajouta-t-il pour lui-même.
L’équipage, comme Darpa, en étaient douloureusement conscients. L’ex commandant (de l'Alliance) Nantua également :
- J’en suis conscient, amiral ! Attendez… On m'informe que d'autres vaisseaux amis arrivent, des lourds ! Rien n'est perdu !
Encore assez loin des combats, la flottille Nantua n'avait pas encore levé ses boucliers et recevait des transmissions hyper-spatiales.
Le petit personnage dans la holo se détourna, écoutant probablement un rapport.
- Quoi ? Amiral, ils demandent un passage entre les corvettes et votre croiseur : si vous pouviez dévier légèrement sur tribord ?
Avec cet écart, le Gloire d'Anaxes prêterait bientôt le flanc à l'ennemi. Pourtant…
- Mfffff. Pourquoi pas ? Capitaine, veuillez vous déporter de trois degrés à tribord.
- Amiral ? Euh, à vos ordres !




Pavillon noir !
Il valait mieux s'écarter, car ce qui sortit de l'hyper-espace, tout près du Gloire d'Anaxes était un destroyer léger qui ressemblait à un Gladiator agrandi (1). Il lâcha des nuées de chasseurs avant d'ouvrir le feu sur Foe 17. Son artillerie n'avait rien à voir avec celle du modèle d'origine !
- quel culot : il a laissé le projecteur gravitationnel le sortir de l'hyper espace au plus près de l'ennemi !
À la connaissance de l’Amiral, seul Thrawn avait tenté et réussi cette manœuvre lors du siège de Coruscant (2).
- Identification : grey 1, annonça le lieutenant Capra.
L’amiral réajusta sa tactique :
- il va passer à bâbord, nous à tribord ! Secouons un peu cet hostile ! Capitaine, c’est à vous de jouer !

Confronté à deux adversaires en même temps, le destroyer pouvait être mis en difficulté.
L'amiral, à nouveau concentré sur la holo tactique, remarqua qu'une partie des nouveaux chasseurs alliés rejoignaient les forces Sassifranes.
- Contrôle chasse, dégagez les escadrons 1 et 3 des combats, qu'ils se reforment dans le quadrant 44-03-09 et restent en réserve
- Deux autres vaisseaux sur nos arrières, classés croiseurs grey 2 et 3 ! Ils arrivent, très grande vitesse !
Foe 17 avait déployé ses boucliers pour contrer les menaces sur ses flancs : les nouveaux venus l'attaquèrent de front, concentrant toute leur puissance de feu vers l'avant : l'ennemi n'eut pas le temps de réorienter ses défenses.
Darpa prit d’abord les nouveaux venus pour d’antiques croiseur – corvettes, corrigea-t-il- Hammerhead, mais ceux-ci étaient incroyablement plus rapides et bien mieux armés.
- Identification, demanda-t-il, sans trop y croire.
- Vaisseaux inconnus  de nos bases de données! Dégâts sur Foe 17 : Batteries avant hors de combat, passerelle détruite, annonça la section senseurs !


Le 'Gloire d'Anaxes'' lui aussi marquait des points : ses solides boucliers et sa structure renforcée encaissaient bien mieux que ceux de l'ennemi.
- générateurs de gravité hors service ; annonça la section astro-navigation
- Batteries un à trois : ciblez les turbolasers de la section arrière, ordonna le Capitaine.
Les deux croiseurs rapides au design inédit passèrent l'un au-dessus, l'autre en dessous de foe 17, non sans continuer à tirer des salves de torpilles. Foe 17 avait perdu son cap, signe que le commandement avait été touché !
- Nom d’un Rancor, mais vous avez vu leurs réacteurs ? Jura Dieme !
Ils paraissaient énormes comparés aux modestes croiseurs -guère plus de quatre cents mètres- qu’ils propulsaient !
- Leur signature est celle d’un réacteur ionique d’ ISD, confirma la section senseurs ; pas étonnant qu’ils soient si rapides ! Les chasseurs droïdes s’autodétruisent : cerveau droïde central endommagé !

L'amiral trop occupé pour jeter un œil aux mystérieux vaisseaux, suivait le reste de la bataille ; il vit enfin l'ouverture attendue :
- Patrouilleurs ! Attaquez Foe 7 et 8, quadrant 44-06-12 ! vitesse maxi ! Contrôle chasse, envoyez leur les Escadrons 1 et 3 ! Transmettez à la force Nantua : tenez bon, des renforts arrivent.
Les patrouilleurs n'avaient pas une puissance de feu phénoménale, mais ils avaient des torpilles à proton, et ils étaient à 4 contre un ; c’était tout juste suffisant contre des Crusader. l'amiral craignait bien plus ces machines mandaloriennes, rapides et bien armées, que le croiseur moyen, qui ne faisait d'ailleurs pas mine de rejoindre les combats.
- Dites à notre force d'abordage de se préparer à une action sur l'orbite basse : je veux ce croiseur ! Mais pourquoi n’a-t-il pas  bougé ?
L'amiral avait laissé en arrière ses deux navettes d'assaut et leurs huit chasseurs d'escorte.
- Patrouilleur 1 signale foe 7 hors de combat, patrouilleurs 3 et 5 endommagés, patrouilleur 7 détruit !
- Un gros morceau pour eux ! Ah, si j'avais eu mes Warriors, regretta Darpa !
- Foe 8 est endommagée... Foe 8 en fuite !

L'amiral jaugea ses forces : pas les moyens de poursuivre :
- Laissez filer, concentrez le feu sur foe 2 ! Engagez la force d'abordage !
- Foe 8 est poursuivie, par… grey 4, ajoutez deux autres corvettes grey 5 et 6.
- on dirait que nos nouveaux amis sont venus en force, constata l'amiral.

Les deux croiseurs si rapides abandonnèrent aux croiseurs lourds le destroyer ennemi déjà bien affaibli et partirent engager le reste de la flotte esclavagiste. L'amiral donna d'autres ordres à ses forces, replaça ses canonnières et surveilla l'abordage du croiseur moyen.
- Capitaine ? Votre rapport ?
- le destroyer ennemi a subi des dégâts majeurs : nous avons détruit son projecteur de puits de gravité et les deux générateurs de boucliers tribord. Les batteries ennemies ne répondent plus à nos tirs que par un feu sporadique  et tout semble indiquer que la passerelle de commandement et les ordinateurs principaux ont été détruits.
- merci, capitaine, poursuivez ! Force d'abordage ? Commandant PloOn ?
- Nous sommes maîtres du croiseur, amiral. L'ennemi nous a opposé une forte résistance, mais nous avons pu prendre quelques hauts responsables vivants et avons saisi de très nombreux scandocs. Les dépouiller demandera du temps, mais d'après nos spécialistes, il y a beaucoup d'information sur cette organisation criminelle.
- Bien, très bien ! L'équipage vous a-t-il dit pourquoi ils n'ont ni fui, ni participé au combat ?
- ils n'ont rien dit, mais nous avons trouvé des traces de sabotages : leur hyper propulsion est hors service, entre autres !
- Tiens donc ! Merci, commandant, poursuivez ! Les transports légers ?
- bloqués par le reste de la force grey, annonça son aide de camp.
- Bien, bien ! Avez vous identifié l'origine de cette force ?
- Ils s'identifient comme les forces de défense du secteur Murami.
- Autrement dit, des éléments de la flotte Horbin, soupira l'amiral !
- Amiral, un message du commandement ennemi : ils offrent leur reddition.
- passez-les-moi !

Même le fait de devoir sa victoire à d'anciens pirates ne pouvait suffire à gâcher son plaisir.





Notes:
1 700 mètres au lieu de 500, un volume multiplié par 3 et une puissance de feu cinq fois supérieure. Vous l'aviez reconnu, c'est le nouveau joujou de Markrr :diable:
2 Et aussi lors d’autres batailles. Darpa ne peut tout savoir :wink:



J'espère que cette petite bataille, prélude à beaucoup d'autres, vous aura plu!
à bientôt pour un prochain épisode.
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mer 31 Jan 2018 - 22:11   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch11

Retrouvons Luke et notre couple de hors la loi, qui, cherchant un coin tranquille pour échanger des informations, se rendent compte que la célébrité n'est pas de tout repos. Mais puisqu'on parle de Célébrités, De VIP, de Guest Stars.... Attention, ce sera rapide!


Chapitre 12 : Comparons nos notes !



Entretiens avec un Jedi
Alors qu’ils progressaient rapidement, le Jedi reprit la conversation comme s’ils étaient en promenade :
- Quand vous parliez d’excités, vous pensiez aux trois mandaloriens ?
- ah, c'est vrai, vous avez eu des soucis avec certains d'entre eux !
Markus releva sa visière, affichant le sourire suffisant d’un gamin qui vient de marquer des points dans une dispute :
- Ceux-là sont des amis, presque de la famille ! Je leur ai confié un p’tit boulot !
- Ah, fit le Jedi. De la famille…
- Ouais ! Vous avez des nouvelles, il paraît ? Des bonnes, pour changer ?
- Oui et non : J’ai trouvé un Oracle, figurez-vous ! Et il est formel : Il y a un point de convergence dans vingt-deux jours standard. Ah, voici la clôture de l’astroport : Votre Fyrren est parqué juste de l’autre côté.
- Et comment on la traverse, la clôture ? Ou plutôt ce mur de perma béton ?
Pour toute réponse, Luke dégaina son sabre.
- Ah, ben ouais, encore la triche, bougonna le jeune homme !

Le Jedi, tout en entreprenant de découper un passage, jeta un œil surpris au jeune homme. Mara avait eu la capacité de lire dans l’esprit du clone comme dans un livre ouvert, peut-être grâce au lien établi alors qu’il était encore enfant. Luke ne parvenait à percevoir que ses émotions les plus violentes : Venom était très doué pour dissimuler ses pensées derrière un bouclier quasi impénétrable, mais ses sentiments traversaient parfois la barrière. Surtout quand il se comportait de manière irrationnelle.
Luke se décida à poser la question :
- Ce serait plus simple pour nous tous si vous me disiez ce qui vous contrarie.
- Oh, rien. Rien d’important, éluda Markus.
Thalia balaya la question d’un geste désinvolte, et répondit d’un ton léger, presque indifférent :
- Non, rien d’important : mon Markus se méfie des gens plus forts que lui, n’aime pas les surprises et encore moins perdre le contrôle des événements. Vous avez réussi, à ses yeux, à cumuler ces trois  travers: ça le rend un peu grincheux.
Le susnommé adressa à son épouse un regard de bête blessée, ce qui n’empêcha pas celle-ci de poursuivre, tranchant dans le vif :
- Le vrai problème, c’est que quand il boude comme ça, son prodigieux intellect tourne en boucle et qu’il laisse passer des détails cruciaux !
Elle avait mis l’emphase et une pointe d’ironie dans l’expression : « prodigieux intellect », donnant l’impression de sermonner l’un de ses enfants. Le Jedi, faisant mine de se concentrer sur sa tache, retint un sourire.
- Et voila ! Accès direct à votre Yacht, dit-il en souriant. Où comptez vous aller ?

Markus, l’air d’un gamin pris en faute, lui rendit un sourire contrit. Il semblait prendre conscience de son comportement immature.
- Un peu à l'écart, histoire de semer poursuivants et anges gardiens. Joli découpe, ajouta-t-il en montrant le trou.
Luke lui fit un clin d’œil, acceptant tacitement cette timide offre de réconciliation ; le clone poursuivit :
-Vous avez bien dit vingt-deux jours ?
Finalement, le « détail » ne lui avait pas échappé. Ou bien le « prodigieux intellect » s’était remis au travail.
- C'est cela ! C'est un délai très court, je sais !
- On peut même dire que c'est fichu ! Même si ma flotte était déjà rassemblée, elle n'arriverait jamais à temps !
- Je n'ai pas trouvé que l'Oracle, j'ai aussi trouvé un moyen de transport rapide, très-très rapide. Pour être honnête, ce sont eux qui m'ont trouvé !
- Les moines Ang ti ? On prétend qu'ils maîtrisent le transport instantané.
- Pas eux, mais peut-être ceux qui leur ont tout appris. J'ignorais leur existence.
Le vol du Cœur a provoqué pas mal de remous dans la Force. Des puissances très anciennes se sont réveillées. La Forêt d'Herrion en fait partie, à propos. Je n'en sais pas plus, sinon qu'ils ne veulent pas du réveil du Cœur.
- Mouais... Bah, on a au moins un truc en commun avec eux… Et pour tout de suite, vous utilisez votre super moyen de transport, ou vous montez avec nous ?
- Je vous accompagne ! Mais j'ai un moyen de rentrer, il sera inutile de me raccompagner.
Il sortit un comlink :
- Dédeux, tu nous suis ? Ah, et préviens nos amis, on ne sait jamais…
- Vos amis ?
- Comme vous, il m'arrive, ces derniers temps, d'avoir besoin d'un peu d'aide pour quitter les lieux… Tiens, je croyais que votre bel oiseau était jaune ?
- On teste encore. Et puis, le Canary, c'était bien pour Tabor. Les deux tons de rose, c'est une idée de Thalia !
- Il y a aussi une touche de noir, rappela l’inventrice. Le Pink Floyd, il s'appelle en ce moment : et c'est quand même plus joli que rouge avec des flammes jaunes, intervint celle-ci.
- Bah, si ça ne va pas, on changera encore ! Je dois avoir encore quelque part une douzaine d'identités
- Une douzaine seulement ? Je croyais que vous en aviez cent ! Pratique, cette peinture ! Suggéra le Jedi, histoire de rappeler que lui aussi avait des yeux et des oreilles partout… Nous, c'est seulement gris mat absorbant ! Furtivité avant tout !
- On a aussi, fit Markus, un rien suffisant.
- Je sais !



Guest Stars Wars
L'équipage et le vaisseau étaient parés au décollage : le Fyrren s’éleva sans problème et quitta l’atmosphère, suivi de près par un chasseur T65 très furtif, et de plus loin par toute une ribambelle de transports, chasseurs, Firespray et autres navettes.
- Ah, c' qu'ils sont collants, fit Thalia, irritée. Tu vois, tu n'aurais pas dû donner congé si vite à nos anges gardiens.
- pas de soucis, une fois dans le flot des cargos, on branchera le camouflage et… Mais y sont où , les cargos ?
Il devrait y en avoir des centaines !
Markus, contrarié , appuya sur l’intercom.
- Commandant ? Savez vous pourquoi l’espace est vide ?
- Exercice de défense ! Le contrôle planétaire vient d’ envoyer des instructions à tous les vaisseaux civils : ordre d’atterrir en urgence ou bien de se rassembler autour des docks ou de la station de contrôle, Capitaine ! Ils veulent un champ de tir dégagé pour leurs stations Golan.
Ah… Un message pour nous. Veuillez m’excuser !
- Un exercice ? Pile poil au moment où…
L’intercom reprit vie :
- Capitaine, ils nous ordonnent de revenir à notre point de départ. Dois-je obtempérer ?
- Et puis quoi, encore ? Branchez le camouflage et préparez-vous à passer en hyper luminique.
- Ce sera difficile, Capitaine: Des vaisseaux devant nous ! Ils viennent de sortir de l’hyper espace.
- Montrez-moi ça !
L’holo afficha un plan de situation :
- Ah, zut ! Des patrouilleurs Justice, fit Thalia. Tiens, ils ne cherchent pas à nous intercepter ?
- Ils se contentent de nous couper la route. Ils vont laisser les chasseurs de primes faire le sale boulot, soupçonna le Jedi.
- Et le Fyrren n’est pas armé, rappela Markus !
Son regard croisa celui de sa moitié et leur décision fut prise :
- Les chasseurs ! N°1, on y va, confirma Thalia !
- Inutile, fit Luke d’une voix tranquille en montrant la holo.

Divers échos filaient en direction des poursuivants.
- Je vous avais bien dit que j’avais des amis pas loin !
Les nouveaux venus furent bientôt assez près pour distinguer…
- … eh, dites, Luke, Cet YT 1300 est-il bien celui auquel je pense ?
- c'est bien lui, en rouille et en ferraille ! Et devinez qui est aux commandes ?
- Nooon... pas LUI !
- ELLE y est aussi !
Thalia, ravie, supposa :
- Et ces chasseurs avec eux ? Un modèle Hapien , non?
- C'est l'escadron Royal…
- Ah ouais, quand même, souffla Thalia d’une voix révérencieuse.

Le Jedi amusé se tut, laissant les deux grands enfants collés à la grande baie vitrée admirer d'authentiques Héros, qui ne mirent pas longtemps à disperser leurs poursuivants.
- Oh, non, c'est déjà fini !
- Non, regarde, mon chéri, ils viennent nous dire bonjour !
- Ooooh comme c'est gentil !
Le redoutable pirate Venom faisait de grands signes à travers la baie.
- IL m'a vu ! IL m'a fait signe ! Ailleuhhh!
- ILS NOUS ont dit bonjour !
Le Jedi ne pu s'empêcher de penser que si les sénateurs avaient vu ces deux-là à ce moment, ils auraient probablement changé d'opinion à leur sujet. Mais ces deux grands enfants pouvaient être très sérieux, comme ils le prouvèrent un peu plus tard.
Précédé par les chasseurs hapiens, le Fyrren fila vers les patrouilleurs qui s’empressèrent de dégager le passage. Le Leader de la formation salua d’un battement d’ailes et les chasseurs s’écartèrent à leur tour, laissant la voie libre. D2 manœuvra pour glisser le FurtX dans la baie qui abritait déjà le Red Ghost, puis les étoiles s’étirèrent et cédèrent la place à l’hyper espace.
- Ah, zut ! On aurait pu les inviter à déjeuner, regretta Thalia.
- Je devrais pouvoir arranger cela … Quand nous serons tous un peu moins occupés, peut-être ? Suggéra Luke.
- Ah, rencontrer le Capitaine Solo… Fit Markus d’un ton rêveur.





Briefing
- ... Donc Sasha et mon Jas seront sur Verrana dans deux, trois jours tout au plus, conclut Thalia à la fin de l'exposé du Jedi..
- Sasha est devenu Scarface, un contrebandier tout juste sorti de prison, mais vous le saviez déjà. Il a trouvé à Star's End une cargaison pour Verranna. Votre fils s'est déguisé en rodien. J'ignorais qu'il connaissait si bien leurs coutumes ! Et il parle la langue avec l'accent d' Equator City !
- Jas parle même le Munn , mais il le cache bien! Je l'emmène avec moi quand je dois négocier avec leurs banquiers ! C'est toujours utile de savoir ce qu'ils pensent, se vanta Thalia, très fière de son fils
- Pour le reste, vos amis pilotes se sont déjà mis au travail, assistés, comme c'est étonnant, par des Impériaux !
Markus avait la réponse
- Bof, pas si étonnant: les Imps veulent s'agrandir et ils ont enfin compris qu'un peu de public relations vaut toutes les conquêtes…
Et vous soutenez leurs actions, pensa le Jedi, qui soupçonnait Markus de sympathies pro-impériales. Ou pro Jagged Fel : ces deux-là s’entendaient à merveille. Il préféra rappeler :
- J'ai des agents sur Verrana, qui pourront les aider discrètement.
Markus fit la moue , un rien froissé:
- Eh ben moi, j'en ai plus ! Le dernier a cessé d'émettre ! Il n'était pas très fiable, et mes gens avaient du le pousser un peu pour qu'il nous aide. Mais j'en ai sur les mondes voisins et dans la flotte de défense. Ceux-là sont plus fiables ! Ils seront utiles au moment voulu.

Luke approuva sans commentaire, peu désireux d’exciter la susceptibilité à fleur de peau du jeune clone. Était-elle due à ses origines ? Se sentait-il coupable des actes de son gabarit ? Ou, au contraire, en voulait-il au Jedi d’avoir contribué à sa perte ?
Est-ce à cause de Mara ? S’interrogea-t-il ?
Il savait qu’il lui faudrait crever l’abcès, un jour.
Mais pas maintenant, il avait des questions plus urgentes :
- autre point que je n’arrive pas à résoudre : je soupçonne Verryn d'attiser en secret les révoltes d'esclaves, mais je ne comprends pas bien son but ! Cela va à l’encontre de ses intérêts, pourtant ?
- pas si sûr : il faut qu'on vous montre quelque chose, intervint Thalia.

Le Fyrren avait une version réduite de la grande carte de la station Nullepeart. Mais pas de points bleus :
Venom n’était pas prêt à tout révéler à son hôte. Il désigna des zones sur la carte :
- Le rouge, ce sont les biens et opérations de Verryn hors du secteur corpo. En orange, ceux du secteur corpo.
- Et ces croix jaunes, sur certains points rouges ?
- Des endroits où ses opérations sont tombées sur un os… Il peut faire une croix dessus, lui aussi !
- Nos prestataires se sont montrés très efficaces, n'est-ce pas mon chéri?
- Normal, j'ai embauché presque tous les Mandaloriens disponibles ! Et toi, tu as encore fait appel à tes vilains amis pirates…
- On dit : entrepreneurs indépendants ! Tu es terrible avec ça, depuis que tu es devenu honorable!
- Honorable, moi ? Je t'en prie, pas d'insulte devant un témoin ! Bon, sérieusement : j'ai une petite idée de ses plans !
- Vous allez m'informer de vos conjectures, j'espère !
Thalia tendit un data pad :
- Pas des conjectures, du sérieux : tenez, concernant les révoltes d'esclaves dans le secteur corpo, lisez donc ce scandoc !
Le jedi lisait vite :
- On se croirait revenu à la doctrine Tarkin : c'est un projet de dictature, un régime de la terreur !
Markus -ou était-ce Venom ?- approuva, une pointe d’admiration dans la voix :
- Vous comprenez pourquoi il laisse s'installer le désordre ? La méthode Palpy ! Il a eu vingt ans pour l'étudier de près ! Il contrôle déjà en grande partie le gouvernement de l'ASC et au niveau inférieur, il a des hommes aux postes clés ! Et c'est pas fini ! Tenez, voilà le secteur corpo : trente mille systèmes, officiellement… et voilà ce que contrôle réellement l'ASC ou ses corpos fondatrices.
- C'est plus du double ! Nous avions des soupçons, mais… Ah, vous en avez d'autres, comme ça ?
- Si vous y tenez : Voila… ça, ce sont les secteurs de la bordure extérieure où s'étend son influence. Il y régente plus ou moins les transport, les grosses corpos, et une partie des dirigeants sont à sa botte. Les blasters rouges, ce sont des dépôts secrets d'armes. Les silhouettes de croiseurs, des flottes ou escadres secrètement rassemblées .

Luke étudia la carte , soucieux :
- Nous craignions des actions de ce genre, mais ce que vous me présentez est bien pire : Il pourrait prendre directement le pouvoir  dans de nombreuses parties de la galaxie! Mais ni l'Empire, ni l'Alliance ne laisseraient… Ah ! Voila donc la raison de tous ces troubles, un peu partout ! Voila pourquoi il jette de l'huile sur le feu : une nouvelle guerre civile lui laisserait le champ libre !
- Il n'a même pas besoin de ça : il suffit que les négociations actuelles échouent et la galaxie éclate en une bonne dizaine de territoires jaloux de leur indépendance !
- Une dizaine  de territoires? Au moins le double, d'après mes informations.
- Les tours rouges, reprit Markus, ce sont des relais hyper spatiaux fantômes : de quoi contrôler ou perturber toutes les communications à l'Est du Noyau.
- Je vois qu'il peut faire une croix sur un bon nombre de ces relais, constata le Jedi.
- Malheureusement, intervint Thalia, il en a encore bien assez !
- Et pendant ce temps, il se crée un glacis protecteur d'une douzaine de secteurs autour de la voie Hydienne. Idem sur le prolongement de la Perlémienne ! Le prélude à une expansion illimitée dans la partie sud est du bras de Tingel, dans l'Espace Sauvage…
- Je sens comme une pointe d'admiration dans votre discours, Markus.
- Vous savez bien qu'à un moment, j'ai rêvé d'en faire autant…Il est fort, très fort !
Luke préféra dévier la conversation :
- Que savez vous de sa '‘nouvelle culture’' ? Et quel est le lien avec le Cœur ?

Quand il avait l’exclusivité des informations et pouvait les distiller selon son bon plaisir, Markus/Venom était aux anges :
- La nouvelle culture… Il y a, dans un coin paumé de la galaxie, toute une bande de scientifiques déjantés qui expérimentent des technologies dangereuses : Biotechnologies, génétique, implants, hybridations organiques /machine… Le but, c'est d'unir toutes les races en une culture unique et connectée : il semblerait qu'il ait repris l'idée à son compte. Mais je crois qu'il a compris qu'il manquait un élément essentiel au projet.
- La Force… il pense que contrôler le Cœur mettrait la Force de son côté.
- Et là, il se fourre le doigt dans l’œil jusqu’à l'omoplate, si vous me permettez l'expression
- Une expression imagée... Mais qui donc lui a donné cette idée ?
- Les Doloriens, tiens donc ! Ça fait longtemps qu'il fricote avec eux ! Vous vous rappelez le bordel qu'ils ont Fout… Mis il y a quinze ans ? Et du nuage qui est sorti de ce sorcier de Magnus quand je lui ai percé le cœur ? Leurs pratiques vont bien au-delà de la maîtrise du côté obscur, Palpatine l'avait compris : que ce soit les Doloriens ou Verryn, Il s'est bien servi d'eux, il les bichonnait, les caressait dans le sens du poil, mais en même temps, il leur mettait des bâtons dans les roues. Et surtout, il protégeait Herrion et le secteur He'ran !
- Des bâtons dans les roues… Encore une expression imagée que j'ai du mal à comprendre. Pensez-vous que les Doloriens connaissent la vraie nature du Cœur ?
- Vous êtes déjà passé sur Herrion : vous savez à quoi ressemble un Bike, et des roues, il en a deux ! Un bâton en travers de la roue avant, et vous avez très peu de temps pour apprendre à voler ! Désolé, j'ai passé trop de temps sur cette planète ! Et pour reprendre encore une de leurs expressions imagées : J'en mettrai ma main au feu ! Je pense même que leurs sorciers sont les seuls à tout savoir ! Votre holocron m'a donné la clé : Parce qu'une partie de cette entité n'est pas enfermée dans le Cœur ! Et depuis très longtemps, je suppose, elle a établi ses quartiers dans les Doloriens.
- Cela n'a peut être rien à voir avec notre affaire, mais avez vous trouvé pourquoi vous avez réussi à rejeter le '‘nuage’' qui a tenté de s'emparer de votre corps (1)? Ce n'était pas un rejet de la Force, n'est-ce pas ?
- Ni même du côté obscur ! Mes enfants ont mes talents et ont hérité de Thalia une certaine maîtrise de la Force : aucune incompatibilité. J'ai un peu étudié la question et j'ai cru avoir trouvé : en principe, le transfert d'essence – un rituel Sith casse-cou que Palpatine maîtrisait à la perfection- peut se heurter à la volonté de l'hôte ; c'est pour cela qu'il se transférait dans un clone vierge.
Ce qui n'était pas mon cas : je suis plutôt rebelle et mauvaise tête par nature. Fausse piste donc ! J'ai découvert autre chose : l'essence de Magnus avait un support physique, la Brume, qui pouvait envahir un être comme un virus ou un gaz toxique ; c'est ELLE que j'ai rejeté, tout comme je rejette virus, parasites ou toxines.

Il regarda le Jedi droit dans les yeux :
- Et je crois que cela a TOUT à voir avec notre affaire : Palpatine était un monstre, mais il savait reconnaître le danger : il avait prévu l'invasion extragalactique, je parie qu'il avait aussi prévu ce qui est arrivé il y a treize ans. Alors, il a créé un antidote !
- Vous !
- Moi! Avec ou sans lui à l'intérieur… Sauf qu’il avait le mode d'emploi, moi pas ! Et tant qu'on est dans les conjectures, je parie aussi que Verryn savait, lui  aussi: d’après Imax, il a participé à des étapes essentielles du projet. Avec ses moyens considérables, trouver le reste n’a pas dû lui prendre longtemps, surtout s’il a visité l’entrepôt de Wayland.
- Il a tenté de se prémunir contre ses dangereux alliés, comprit Skywalker.
- Ouais ! Il a toujours un plan de rechange et devait se méfier de Magnus… Enfin, je dis un plan, mais…
- …Mais il a négligé un détail : son Oracle ne peut vous voir…
- … C'est assez réconfortant, quand on y pense, soupira Thalia. Et vous, il vous voit ?
- Il semblerait que non : j'ai rencontré un prêtre Berel, une fois…

Gros soupir de Venom, dont le Jedi sentit le malaise. Qu’avait-il donc dit, cette fois ? Thalia le tira de l’embarras :
- Laissez tomber, dès qu'on lui parle de prêtres Berel, surtout d'un, il pique sa crise !
- Le dénommé Marek ? J'ignorais qu'il était prêtre. Bon, bon, d'accord, je laisse tomber ! Si nous parlions de votre flotte ?
Markus ressortit son sourire suffisant :
- Difficile de parler de flotte : trois beaux croiseurs tous neufs…
- T'avais pas dis deux, intervint son épouse?
- Le chantier de Markrr n'est pas le seul ! J'en espérais le double, mais ils ne seront pas finis à temps. Bon, j'peux continuer ? Quatre frégates, des Interceptor VI : à part le nom et l'origine corellienne, rien à voir avec les anciens modèles, c'est du lourd ! Trois canonnières Warrior, trois DP27 corelliennes, ça c'est pour accompagner les croiseurs.
Une grosse vingtaine de GAT 24 Skipray, onze YT 2000 transformés en canons ioniques mobiles… Avec quelques transports armés, un transport de drones, et une poignée de patrouilleurs, c'est tout ce que je peux rassembler en si peu de temps, le reste est trop dispersé : les croix jaunes, vous comprenez… mais j'en aurai peut-être d'autres, des corvettes Crusader II et des INT-66, si j'arrive à les acheter à temps.
Luke fronça un sourcil :
- Je vois : j'ai l'impression que ces accusations concernant une flotte privée sont… fondées.
- Quelle flotte privée ? Tous ces petits joujoux sont légalement enregistrés au nom de planètes, secteurs, confédérations… Qu'y puis-je si ces bons amis me les prêtent de temps en temps. Aïeuh !
- oui, bon, tout le temps, concéda-t-il. Et puis, cette loi a tellement de failles qu'un bon avocat pourrait y glisser un super destroyer !
- Alors, tout se fait dans le respect de la loi, dans la lettre sinon l'esprit ? Voilà qui rassurera le Chef de L’État.

Luke en doutait mais, qui sait? Pour un politicien habile, les apparences comptaient parfois plus que la réalité. Et le Chef de l’État n'avait jamais eu l'intention de faire intervenir la Flotte. Tout ce dont il avait peut-être besoin, c'était d'un prétexte pour NE PAS le faire.
- L'ordre Jedi aussi mobilise ses amis, mais mêmes causes, même conséquences : un escadron de FurtX, peut-être deux, une quinzaine de vedettes Skipray GAT 24, une frégate et ses deux escadrons menés par un allié. Et aussi une bonne centaine de droïdes CYV, offerts par Lando avec leurs transports. Toujours utiles, au sol !
- Pas de destroyer rouge, cette fois ?
- Et non, occupé ailleurs ! Mais les mondes menacés ont rassemblé une flotte, avec quelques croiseurs lourds.

Thalia prit le relais :
- Pour les amis, la Princesse…
- Le Prince ! Il est plutôt gars, en ce moment, rappela son homme.
- Bon, d'accord ! Le Prince Eiren, du secteur Berk – qui est dans la liste des annexions- a promis un croiseur et deux escadres de chasse. Son voisin, notre ami l'imperator Malax aimerait bien, mais il a ses propres soucis , des tas de croix jaunes à faire : ses secteurs sont déjà bien entamés par les corpos.
- il va d'ailleurs falloir qu'il fasse une croix, littéralement, sur un certain nombre de sénateurs, administrateurs, officiers… On lui a fourni une liste.
- Je croyais que l'imperator s'appelait Imax, s’interrogea Luke
- Le Sénateur Imax s'est retiré sur ses terres, du moins quand il ne magouille pas au sénat galactique. L'avantage, c'est que lui, il est libre de faire ce qu'il veut, il a une petite flotte privée et…
- … C'est pas juste, remarquez : pourquoi il a le droit, lui et pas moi ? Aïeuuhhh !
Thalia jeta un regard sévère à son époux et reprit, légèrement excédée :
- … Et il pourrait s'inviter avec quelques nouveaux amis… Et anciens ennemis !
- Des gros poilus carnivores… s'ils savent faire la différence entre amis et ennemis ! Ailleuhhh ! Mais pourquoi t'arrêtes pas de me pincer ?
- Ne dis pas de mal des frères de meute de nos petites louves ! Et puis, quelques zabraks pourraient aussi venir à la fête… Vergellia, Chappe et autres Hexastars.

Le Jedi rappela :
- à propos de loups, votre frère Markrrr a une belle flotte.
Markus secoua la tête :
- Pas en ce moment ! Il est très occupé et sa flotte va être bien utile à ce pauvre Darpa : figurez-vous que les maigres renforts difficilement consentis par le sénat se sont quasi évaporés en route !
- L'amiral a pris un risque en affirmant qu'il vous croyait innocent.
- Et lui, on le croit, bien entendu ! Peuh ! Mais il va devoir affronter un gros morceau avec des moyens très insuffisants (2). Bref, la flotte de Markrrr reste là où elle est !
- Je comprends… Franchement, je suis stupéfait par ce que vous avez réalisé en si peu de temps.
- Bah, ça, c'est rien ! N'oubliez pas qu'à la base, je voulais pouvoir offrir quelques milliers de planètes à mon Impératrice en guise de cadeau de mariage !
- Oooohh, Quelle délicate attention ! Tu aurais fait ça pour moi, mon amour ?
- Mouais, j'aurais peut-être tout fait foirer et plongé la galaxie dans une merde noire ! Enfin, encore plus noire ! Bah, on s'amuse bien plus comme ça, n'est-ce pas ?
- Tu as raison : j'ai déjà assez de mal à m'occuper du jardin, alors des milliards d'hectares…
- si vous n'existiez pas, il faudrait vous inventer, sourit le Jedi. Tiens, puisque nous parlions peinture…

Les Jedi voulaient-ils refaire la déco chez eux ? Ou seulement celle de leurs chasseurs ?



Note:
1 Voir Venom, le destin d'un pirate.
2 Déjà fait, mais la flotte de Markrr est arrivée à temps.( chap.11)


Bonne Lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Mer 07 Fév 2018 - 20:31   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch12

Il est difficile de passer pour un hors-la loi quand un amiral respecté détient les preuves de votre innocence.
Ce chapitre sera donc le dernier du livre 2: "Wanted Red1&Venom"



Chapitre 13: Les nouveaux joujoux de Venom



Croiseurs, surprises et noms de baptême.
Après avoir déposé Luke et son chasseur, une escale à la station Nullepart s’imposait, histoire de récupérer 063, de remettre les informations à jour, et de s’offrir un petit moment de…
Hummm, détente.
Le Mystérieux Trans Galactic Express de Luke, comme Markus l’avait surnommé, leur laissait finalement un peu de répit.

Puis le Fyrren et ses passagers avaient repris leur périple vers le point de rassemblement.
En chemin, ils devaient retrouver deux des nouvelles acquisitions de Venom dans un système inhabité près de la route Perlémienne.
Ceux-ci étaient en train de ravitailler auprès d'un gros tanker de l'Amber Star quand le Yacht sortit de l’hyperespace.
- Quoi, ils viennent du secteur Murami et ils ravitaillent déjà ?
- Ils ont fait des essais de vitesse en chemin : ils sont relativement économes en croisière, mais quand ils poussent le réacteur principal à fond, la jauge baisse à vue d’œil ! Mais personne ne peut les suivre ! Alors, ils sont pas beaux, mes croiseurs ?
- Magnifiques, mon chéri ; avec toutes ces flammes, en plus ! Mais les noms…
- Quoi, les noms ?
- '' Cours après moi '', '‘Fais-moi peur’' ! T'aurais pu trouver mieux, comme noms de baptême !
- j'étais à court de bébêtes qui piquent, et j'ai pensé que c'était de circonstance ! Quoi, ça ne te plaît pas ?
- Mmmmmhhhh, et le prochain, tu vas l'appeler comment ? '' Coucou c'est moi '' ?
- Celui que les chantiers de Markrr ont mis sur cale? J'avais pensé à : '‘Même pas peur’', mais si tu y tiens…
- Non, finalement, restons dans la logique ! Mais tu n'as pas peur de vexer ce brave Darpa ? Il est censé nous poursuivre, non ?
- C'est vrai, ça… Faut qu'on se connecte, pour savoir où il est.
- Tu crois qu'ils vont l'annoncer aux infos ?
- Sur Starfleet.Net, il y a des chances.
- C'est un réseau militaire super crypté, c'est pour les amiraux ! Bon, j'ai rien dit : tu as un code d'accès ?
- J'aimerais bien ! Mais à la place, j'ai ma petite station Nullepart ! Casser des codes, c'est une de ses spécialités.

Thalia n'en doutait pas, mais elle avait d'autres préoccupations:
- Si j'ai bien compris, on doit encore récupérer une de tes – hummm… Flammes Volantes du côté de Junction ? On va bien faire quelques croix jaunes en chemin, j'espère ?
- Le '‘Tête Dure’' ! Joli nom , n'est-ce pas ?
₋ Ton portrait tout craché ! Pour les croix ?
- Oui, on va faire des dégâts en passant : pas de raison que les autres s'amusent et pas nous ! Finalement, avec le MTGEL – s’il est aussi rapide que Luke le prétend- , on peut se permettre de flâner un peu en chemin.
- Alors, pourquoi pas celui-ci ? P3X-799 ? Un des relais fantôme ?
La jeune femme fit apparaître les données :
- Hou la, il semble bien protégé !
- Normal, VéVé La Terreur en a déjà perdu trois dans le coin ! Un de plus, il perd dix secteurs d'un coup !
- Une bonne cible, alors, pour tester nos nouveaux joujoux !
- NOS ? Comment ça, NOS, ce sont MES joujoux ! Toi t'aimes que tes chasseurs !

Thalia connaissait bien son homme : il y tenait, à SES croiseurs, il en avait besoin pour se rassurer.
VéVé la Terreur ! Un surnom dérisoire pour quelqu'un qui lui faisait très peur. C'était comme ces ridicules flammes jaunes sur la carlingue, ou les noms de baptême : ce n'était pas Darpa qu'il défiait ainsi. Il faisait son malin, mais il était à peu près dans le même état que quand il avait provoqué le sorcier noir Magnus : terrifié, mais résolu ! Prêt à se battre jusqu’au bout, mais cette fois, il avait également peur pour les siens. Très peur !
Tant mieux : la peur est mère de la prudence, comme aurait dit Ve’ssshhh. Ça lui évitera peut-être de finir dans une cuve bacta, cette fois.Ou pire , conclut-elle avec un frisson. Elle tenta de chasser ces idées morbides :
Tiens, à propos de jouets…

Elle prit le temps de la réflexion : d'accord, c'étaient SES croiseurs, mais il allait se sentir obligé de lui offrir quelque chose en échange. Elle testa son hypothèse :
- Tiens, parlons en, des chasseurs ! Qu'est-ce qu'ils embarquent, tes joujoux, encore de vieux aile-Y sans verrière ?
Quand Markus prit un air mystérieux, elle comprit qu'elle avait visé juste !
- Oh, on a quatre bombardiers Stingray et huit drones, ça c'est pour les diversions ou les petits raids pépère. Pour le reste, j'ai grappillé ici et là, trouvé quelques trésors au fond des casses !
- Ouais, c'est ça : bientôt, tu vas me dire que tu as dégotté quelques Z95 dans leurs jus ou deux trois Starchasers pas trop rouillés ! Des joujoux de collection pour ton futur musée ! Bon, sérieusement, tu craches le morceau ?
Il tenait tellement à préserver la surprise qu'il essaya de lui bander les yeux pour la conduire au hangar.
- C'est ça, oui ! Cours toujours !
- C'est pas grave, il est bien emballé !
- Il ?
- Il y en a d'autres, mais celui-là est spécial !
L'objet était recouvert d'une bâche, et il tira une corde pour en dévoiler le contenu.
- Attention, attention…Tadaaaammmm !

Il faut le reconnaître, Thalia en resta sans voix. Elle fit plusieurs fois le tour de l'engin peint en rouge, le N°1 en noir sur l'une des ailes, le chapeau de paille peint sur l'avant. Elle grimpa dans le cockpit, suivie de près par N°1.
- Superbe, vraiment superbe....On dirait… On dirait une nouvelle version de mon bon vieux faucon (1) ! Quatre ailes ?
- Il y a des changements : Sienar n'a pas chômé en treize ans, ils l'ont encore amélioré ! Et puis, ils ont tenu compte de ton rapport pour corriger les petits défauts du précédent. Ils ont même parié que tu ne trouveras rien à redire à celui-ci !
Lui aussi était prêt à prendre les paris :
- Reste à lui trouver un nom, ils se tâtent encore  : Raptor, mais Zinj l'avait déjà utilisé, Fury, Eradicator…
Celui-là , c'est un modèle de présérie RX-07 : toutes options, hyper-propulsion, boucliers, manteau bouclier, cabine pressurisée, connexions neurales, armement et senseurs haut de gamme ! Bref, pas encore en vente, car trop cher pour la production en série : ça te plaît, ma chérie ?

Elle hochait la tête comme une enfant et ses yeux brillaient, constata son époux. Elle allait vouloir l'essayer TOUT DE SUITE !
- … Je peux ?
- Bien sur, ma chérie ! Mais d'abord, il faut que tu lui trouves un nom !
- On verra après ! Il faut d'abord que je sache ce qu'il a dans le ventre !
- Si ce n'est que ça : regarde, une patrouille des nouveaux ailes A s'apprête à décoller. Eux aussi, ont envie de se frotter à Red1 ;
- Des ailes A ?
- c'est qu'il va vite, ce croiseur : manquerait plus qu'il sème ses chasseurs, non ? Donc, chasseurs très, très rapides = Ailes A, série spéciale limitée : moteurs gonflés, peinture personnalisée, siège à réglages multiples, plaque numérotée sur le tableau de bord, et j'en passe ! Série spéciale !
Elle pensa à embrasser son époux avant de fusionner avec N°1 et de prendre les commandes.
- Amuse-toi bien, mon amour, murmura celui-ci. Bon, c'est pas tout, ça : il faudrait trouver où est Darpa. Et que j'arrive à le convaincre de faire le grand ménage !
Un court instant de réflexion :
- Bah, pourquoi le faire moi-même ? il est temps que MES sénateurs méritent leur salaire : ils n'ont pas intérêt à me décevoir !

Il pirata le réseau privé de Loronar pour se connecter à l'holonet, laisser un message et des instructions à ses agents sur Coruscant et trouver ses informations. Les gigantesques ordis de la station Nullepart craquèrent le code de Starfleet.Net en trois minutes chrono. Il lança une recherche et laissa travailler les machines pour suivre le spectacle : après un petit quart d'heure de test, Thalia et les ailes A s'enroulaient dans des évolutions gracieuses et pourtant féroces. Plusieurs membres de l'équipage s'étaient rassemblés pour suivre le combat. Certains avaient comme un air de famille. Des frères, ou bien?
- Hé, hé, ils sont bons, mes nouveaux pilotes, hein, ma chérie ?

Cela n'empêcha pas Red 1 de se montrer à la hauteur de sa réputation : elle '‘descendit’' trois de ses opposants avant que le quatrième ne réussisse à l’ajuster d’une rafale. Un tir un peu chanceux, il faut l'avouer, mais les mécanos ovationnèrent le vainqueur avant de se rendre compte que c'était la femme du boss qui s'était faite assaisonner.
Il applaudit aussi, sourit à la cantonade, puis affirma :
- C'est bien, ça lui apprendra la modestie : quand elle pilote, elle a tendance à se croire invincible. Une petite blessure d'amour-propre vaut mieux qu'une grosse explosion, non ?
Puis il afficha un sourire tordu, fit un clin d’œil complice:
- Euh, si elle vous demande, j'ai rien dit…
Des petits sourires en coin fleurirent.
Venom avait appris sur le tas, mais il savait comment diriger ses '‘camarades’'. Il y a longtemps, il avait affirmé avec tout l'aplomb de la jeunesse devant de possibles recrues, des gamins à peine plus jeunes que lui  : '' Mes camarades m'appellent Venom. Pour les bleus, c'est commandeur Hyx (son ancien nom). M'appeler Venom, ça se mérite !''
Nombre d'entre eux avait fait ce qu'il faut pour le mériter.

Maintenant, il se la jouait patron cool, mari aimant et père attentionné (ce qu'il était).
« Savoir montrer ses faiblesses, c'est aussi une force, gamin », lui avait expliqué un jour Markus Senior. Le Vieux, avec son immense expérience, était le plus souvent de bon conseil.

- ah, tiens, ils remettent ça !
Il eut le temps de consulter les résultats de ses ordinateurs avant d'aller accueillir sa très chère épouse, ravie de son combat…
- Félicitation, ma chérie : cette fois, tu les as tous eus ! Alors, tu as une idée, pour le nom ?
Elle en avait plusieurs :
- Puisque toi, tu as laissé tomber les petites bébêtes, j'ai pensé aux petits prédateurs de Nippa, à quelque chose avec Blade… Red Blade, Super-Blade ?
Son visage s’illumina et elle claqua des doigts :
- Non : Dawnblade !
- La lame de l'aube ? C'est bien juste avant l'aube que les Blades sont les plus agressifs, non ?
- Oui ! Et aussi, sur Nippa, on emploie parfois le mot blade pour désigner le lever du soleil. Quelque chose comme '‘la lame du jour’' L'aube, quoi !
- Humm... Sur Herrion, ils disent la pointe ou la pique du jour. Très joli nom, en tout cas , très poétique!
- Très bon chasseur, en tout cas, très efficace ! Tu en as d'autres ?
- Un autre également toutes options pour moi, et assez pour rééquiper deux escadrons… Tu devines lesquels ?
- Euh... J'sais pas, moi ! Faut aussi de la peinture verte ?



Interlude : Darpa se fâche
Finalement, L'amiral avait rejoint une station militaire de la zone d'expansion avec sa petite escadre, ses alliés et ses prises de guerre. Même le Gloire d'Anaxes et le « Super Gladiator » avaient besoin de quelques réparations.
L'amiral avait eu l’occasion de rencontrer le Haut Commandeur Grau Gar, chef de la force expéditionnaire de la flotte Horbin. L’étrange humain, sanglé dans un strict uniforme gris perle et bien au fait de l’étiquette militaire lui avait fait une excellente impression. Au cours de la visite du Crescent Moon, il avait pu apprécier la discipline et l’efficacité de l’équipage.

"On est très loin des pirates mal dégrossis et indisciplinés", avait-il glissé, séduit, à son aide de camp.
Et Grau Gar avait offert les services de son destroyer pour « terminer le nettoyage », comme il l’avait affirmé dans un sourire soudain rempli de crocs.

Finir le nettoyage ? Darpa n’y était pas opposé, mais à ses conditions : il profitait justement du relais Holonet de la base pour faire son rapport au sénat. Il était calme, posé et froid comme toujours, mais ne mâchait pas ses mots :
- … Il semble donc que cette auguste commission ne souhaite pas l'éradication de ces fauteurs de troubles. Les officiers et équipages de l'escadre gracieusement mise à votre disposition par le Secteur Anaxes et leurs courageux alliés ont risqué leur vie contre un ennemi qui dispose de moyens bien supérieurs à ceux d'un simple groupe criminel, pour obtenir les informations que je vous ai communiquées.
L’amiral leur laissa quelques secondes pour digérer l’information, puis glissa sournoisement :
- Je tiens également à remercier la Cour de Justice et l’officier Walleck pour le prêt de huit patrouilleurs Justices. Ils se sont révélés efficaces, mais un peu trop vulnérables. J’ose espérer que l’officier a fait bon usage des Canonnières Warriors que VOUS m’aviez attribuées…
L’amiral estima, en voyant leurs mines indignées, que ces distingués représentants n’étaient pas au courant du détournement. Il était temps de les ébranler un peu plus.
Il entama son morceau de bravoure :
- Les vaisseaux de guerre que nous avons combattus ne représentent qu'une fraction de ceux qui rôdent encore dans cette galaxie. Quel monde sera leur prochaine victime ? Quelle Station tombera ? Quels sont les véritables objectifs de ses commanditaires ?
Il fit une pause, laissant aux sénateurs les plus lents le temps d’assimiler ses propos.
- Ceci n'est plus mon problème : j'estime avoir rempli, non sans difficultés et traverses le mandat que vous m'aviez confié : définir les responsabilités dans les Massacres de Kobira, Verlon, Xarri, dans les raids sur les stations Nantua 3, Bhyrr 25 et cinq autres lieux.
C'est pourquoi, dès que les réparations seront terminées, j'ordonnerai la dispersion de ma petite escadre et renverrai ses courageux équipages dans leurs foyers.

Un long silence consterné succéda à la déclaration, puis la trentaine de sénateurs de la commission se consultèrent du regard. Leur président, un twi’lek, reprit la parole .
- avez vous une idée, Amiral, de leur prochaine cible ?
- tout indique des actions le long de la Voie Hydienne, dans sa branche Nord-est, Sénateur Klee. Je ne peux malheureusement être plus précis pour l’instant.

Nouveau silence : un immense Berel (2) prit la parole :
- Mes chers collègues, ces preuves jettent un jour nouveau sur divers incidents qui nous ont été rapportés. Nous avons souvent tendance à dramatiser, à employer certaines expressions de manière exagérée : Mais je crois qu'ici, le mot conspiration est parfaitement adapté à la situation. Et je ne l'emploie pas seulement en référence à la famille Vega an-Herrion si injustement accusée, je l'utilise dans un contexte bien plus vaste : je parle de conspiration contre l'Alliance elle-même !

Cette déclaration entraîna des remous, et même un début de dispute que le président de séance parvint à calmer. Il s'adressa ensuite à l'Amiral :
- Amiral, il me semble que vous êtes le mieux placé, et si j'ose dire (il dévisagea chacun de ses collègues) le plus consensuel pour mettre un terme aux agissements de ces… Criminels dont les buts, je vous le rappelle, chers collègues, restent à définir. Je sais que vous n'avez guère apprécié les faibles moyens que nous avons mis à votre disposition. Vous avez cependant rempli à merveille votre mission, et je suis certain que mes collègues se joindront à moi pour renouveler nos remerciements. J'aimerais cependant vous poser une dernière question, plus directe, sous réserve de l'approbation du sénat et du chef de l'État.
Sachez que le chef d'état-major de la Flotte nous a rejoints, et que le chef de l'État a suivi, à notre demande, votre audition. Dans l'hypothèse d'une intervention contre ces… Fauteurs de troubles, sous quelles conditions accepteriez vous d'en prendre la direction ?

S'il fut surpris de la proposition - il s'attendait à ce que le sénat débatte pendant des jours avant de lui offrir le poste-, l'amiral n'en montra rien. Il répondit pas immédiatement. Tête baissée, il prit le temps de la réflexion: à l'évidence, le sénat avait déjà pris sa décision, signe indubitable que l'auguste assemblée avait choisi son camp. Et qu'ils étaient prêt à quelques concessions pour obtenir son accord.
Toujours silencieux, Il posa deux doigts sur son menton, signe, pour ceux qui le connaissaient, d'intenses cogitations.
Il en faisait un peu trop, mais les holo caméras tournaient aussi pour les médias et il était toujours bon de soigner son image de marque.
Il releva enfin la tête et établit '‘un certain nombre de conditions préalables’'.

Finalement, constata le chef d'état-major soulagé, Darpa ne demandait pas la lune. Mais les termes du mandat qu'il avait édictés risquaient de faire tiquer plus d'un sénateur. Des termes qu’ils semblaient sur le point d’accepter, cependant: ils n'avaient guère le choix.
Ce qui ne fit que confirmer l'opinion que l'Amiral de la Flotte s’était forgée sur l’anaxéen : sous la façade de brute galonnée, d’impérial très service service, se cachait un imposteur ! Darpa venait de démontrer brillamment qu'il était un fin politicien, capable de déjouer tous les trucs et tours de passe-passe de ces distingués sénateurs, puis de les retourner contre eux.
Oui, un imposteur, à l’évidence : depuis longtemps, il soupçonnait ce partisan affiché des Super Destroyers d’adorer, en réalité, faire joujou avec ses canonnières, vedettes et chasseurs.
S’il avait vu le grand sourire qu’avait affiché Darpa en récupérant la DP25 et les trois Warrior « confisqués » par ses opposants, ses soupçons se seraient transformés en certitude !




Têtes de Pioche : le baptême du feu !
- Ils ont vraiment mis le paquet pour la défendre, cette station relais , constata Red1!
- Crois-tu qu’ils ont fini par suspecter quelque chose ? Ce n’est que la neuvième qu’ils perdent en quelques jours, ironisa son partenaire robotique.
Thalia/N°1 étaient aux commandes du nouveau chasseur. Comme à leur habitude, ils dirigeaient pour l'assaut chasseurs, bombardiers et vaisseaux légers. Deux escadrons (renforcés) d'ailes A, un d'ailes E (des mercenaires, des bons!), huit stingrays, quatre vedettes skipray.
Les drones devaient rester en couverture rapprochée des croiseurs et des autres mercenaires qui avaient déjà engagé les défenseurs. Un gros morceau : il y avait là une sorte de frégate d'assaut et cinq grosses corvettes, toutes d'un modèle inconnu, mais très bien armées.
Plus des centaines de chasseurs droïdes.
Le plan semblait simple : les croiseurs et leur escorte devaient ouvrir une brèche dans laquelle vedettes et bombardiers stingray s'engouffreraient, escortés par les chasseurs.
Un plan irréaliste pour qui connaissait la petite surprise qui attendait près du relais.
Thalia était au courant, mais ça, c'était le plan A !
Y en avait-il un autre ? Toujours !
- attention, alpha strike, tenez-vous prêts…

Thalia vit l'ouverture attendue et lâcha ses bombardiers et vedettes, suivant de loin avec ses Ailes A et E: ils étaient assez rapides pour rattraper les Gros Bills avant la zone dangereuse.
- Les enfants, c'est à nous, on fonce !
Dawnblade n'eut aucun mal à rester devant les ailes A, constata-t-elle, satisfaite.
L'ennemi réagissait déjà, mais ses chasseurs atteignaient déjà la brèche.
Une voix familière intervint, toujours froide et précise au moment du combat :
- Exactement comme prévu ! Attention alpha Strike, préparez-vous…
Alpha Strike… Banco !
Pourtant, Venom devait être aussi excité qu'un gamin ouvrant ses cadeaux d'anniversaire. Lui aussi essayait son nouveau joujou. Son GROS joujou qu'il pilotait lui-même.

La force d'assaut, abandonnant l’attaque de la station, se déporta brusquement vers la frégate d'assaut, momentanément dégarnie de son escorte. Il y eut un moment de flottement, Venom en profita.
Son '‘Cours après moi’' accéléra vers le relais.
Il serait plus juste de dire qu'il bondit vers le relais…
- Mais c'est pas un croiseur, ça ! C'est un missile, un pod racer ! 
Thalia eut bientôt trop à faire pour commenter la situation ; les chasseurs droïdes arrivaient, même si plus de la moitié tentaient vainement de rejoindre un croiseur qui semblait capable de passer la vitesse de la lumière sans utiliser l’hyper-propulsion ! Elle donna ses derniers ordres, puis se lança dans le combat.
Deux droïdes tentèrent de la prendre en tenaille. Elle joua le jeu, puis ralentit brusquement.
- Quels nuls !
Les deux chasseurs venaient de se télescoper devant elle ! Heureusement, il y en avait d'autres, plein  d'autres ! Ré-accélérant, elle se dirigea vers ceux qui l'avaient dépassée. Logiquement, ils s'en prenaient à la menace principale : les bombardiers. Logiquement, Thalia n'eut qu'à remonter la file en ajustant ses cibles. Ils n'étaient pas très solides, ces petits chasseurs droïdes, et l'armement du Dawnblade était puissant :
- finalement, le plus dur, c'est la visée : ils sont vraiment très petits !
Oui, mais DawnBlade avait un système de visée dernier cri et Thalia/N°1 étaient aux commandes :
- un, deux, trois, Quat...

Un Immelman la débarrassa des deux ennemis qui avaient surgi dans ses six heures. Ceux-ci, ayant perdu leur cible se réorientèrent – logiquement- vers les bombardiers : toujours la menace principale !
Logiquement, ils se firent canarder ;
- Minables, ces droïdes, quatre… Cinq... Six !
Un éclair sur la gauche...
- Quoi, déjà ? Relais détruit ! Sept, huit...
Bombardiers et vedettes avaient eu le temps d'acquérir leur cible, surtout que quelque chose de gros s'était interposé entre Alpha Strike et les chasseurs droïdes restants : le '‘Fais-moi peur’' n'avait pas peur du tout !

Pendant ce temps, Venom, seul aux commandes de son gros chasseur avait ajusté le relais dans son viseur, indifférent aux nuées de droïdes qui en surgissaient. Il avait des mitrailleurs, des experts en leurres et en missiles antimissiles pour s'en occuper.
- turbo lasers et canons à ions  pour commencer…
Le relais avait reçu des boucliers supplémentaires, mais ce n'était qu'un relais holo : insuffisants contre une salve digne d'un Destroyer stellaire, ils se désagrégèrent, laissant le champ libre aux missiles.
- ouah, super-chouettes, ces nouveaux Dark Blue ! Dégommé, le relais !
Au comble de la joie, en dégageant, il se permit…
- Un tonneau ? Il vient de faire un tonneau ? Vous êtes sûrs que c'est un croiseur ???
- cible atteinte, je répète, cible atteinte, alpha strike, vecteur delta, on vous couvre, prévint le commandant du Fais-moi Peur.

La frégate d'assaut ne risquait pas de les poursuivre : déjà étrillée par les croiseurs, elle avait encaissé plusieurs bordées de torpilles.
- Elle va moins bien marcher, maintenant ! Forcément ! On se tire, ordonna Thalia.
Néanmoins, son plaisir était quelque peu gâché :
-Pfft ! Non, mais t’as vu ça, N°1 ? Ils se télescopent, ils t’oublient dès qu’ils t’ont dépassée… Je n’oserai jamais ajouter ces minables droïdes à mon tableau de chasse.
- Minables, en effet : on devrait exécuter leur concepteur ! Quelle honte, abonda son partenaire ! Des Scarabs ! Que pouvais-tu attendre de ces antiquités ? Néanmoins…
- Quoi ?
N°1 connaissait bien sa partenaire :
- Même une demi-victoire est une victoire… Que ces mercenaires et les clones de Venom s’empresseront de revendiquer
- Ouais, mais…
-Nous pourrions appliquer, je ne sais pas, moi… Un coefficient : un pour deux… Pour trois ?
- Pour trois ! Ça m’en ferait trois, alors…
Les grands triomphes sont discrets. N°1 se contenta modestement d’approuver l’ « Idée » de sa partenaire.

Un peu plus tard, dans le hangar du 'Cours Après Moi', elle ne put s'empêcher de taquiner son époux ?
- Il n'est pas mal, ton nouveau chasseur, mon chéri ! Tu comptes former un escadron ?
- Ah, j'aimerais bien ! Tu as vu cette vitesse ? Bon d'accord, il est moins maniable que ton DawnBlade, mais il a un système de défense sphérique : aucun angle mort ! Une merveille ! Tu sais que c'est moi qui ai eu l'idée de remplacer les trois propulseurs prévus d'origine par un super propulseur de destroyer Stellaire ?
- Je ne sais pas pourquoi, mais je m'en doutais un peu ! Dis, ça va servir à quelque chose, notre attaque ? Je suis sûre qu' il en a de rechange, des relais !
- Dans le coin ? Au moins un. Il me tarde qu'il l'active ! Bientôt, j'aurai mon relais Holonet à moi !
- Quoi, tu as…
- Des gars à moi s'en sont chargés, ici et dans d'autres secteurs. Dommage que je n'ai pas pu faire ça partout : Tu imagines, avoir notre propre Holonet privé !
- Celui de l'Amber Star est déjà pas mal, non ?
- Oui, mais...
- Commodore, Capitaine, un message urgent pour vous. De la part d’un certain Bobbi Kerren  !


Notes:
1 celui qu'elle pilotait dans "Venom et le seigneur de la guerre"
2 Le sénateur Bogis passe pour un géant dans un peuple de géants

Ce chapitre est le dernier du Livre 2. Encore un ^petit épilogue, et nous passerons au livre 3:
Le rêve fou de Malthus Verryn
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Jeu 15 Fév 2018 - 21:18   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom (HoH Livre 2), ch13

Et voici la fin du livre 2:


Épilogue : On attend le bus


Marek avait rassemblé tout ce qu'il avait pu trouver en si peu de temps : deux redoutables canonnières construites par la corporation damorienne, trois escorteurs VCX 820 méchamment bricolés, les inévitables vedettes Skipray (7 de l'ancien modèle GAT 12h) et Q, son cargo-qui-n'était-pas-un-cargo. Même avec quelques transports bien défendus, incapables de tenir leur place dans une bataille rangée, mais toujours utiles pour des missions clandestines, sa flottille était un peu maigrelette.
Il avait calculé qu'il lui faudrait au moins deux semaines pour rejoindre le champ de bataille - pas question d'emprunter les routes principales, sévèrement gardées- mais un jeune Jedi - pas encore un chevalier, précisa-t-il - envoyé par le grand maître de l'Ordre l'avait assuré d'un '‘moyen de transport’' plus rapide :
- Alors, les Grands Anciens ont décidé de s'impliquer à nouveau dans les affaires galactiques. ils ne l'avait pas fait depuis des millénaires,
s'étonna le Berel.
- Grands Anciens... C'est le terme que maître Luke a employé, fit le padawan, stupéfait. Mais comment...
- C'est écrit dans nos Livres. Des mythes et des légendes pour enfants. C'est ce que j'en pensais, à l'époque... C'est ce que...
Le jeune humain sentit le trouble et les doutes de son hôte et préféra délivrer son message:
- Votre ami Markus vous recommande d'attendre le Mystérieux Trans Galactic Express - c'est l'expression qu'il a employée-, dans la ceinture d'Orthanc. C'est le point de rendez-vous de la flotte qu'il rassemble. Si vous le permettez, j'aimerais me joindre à vous: je dois rejoindre maîtresse Jeela qui est déjà sur place.
- Jeune Elim Larke, Vous êtes le bienvenu. Trouvez vous une couchette, nous partons bientôt, concéda le Berel, manifestement préoccupé. Dalek, pourrais tu t'occuper de ce jeune humain? Boldek, je te confie la flotte. Je serai dans ma cabine.
- Compris, boss, clama avec enthousiasme le berel à la tignasse cuivrée. La ceinture d'Orthanc, hé? C'est tout près de Junction, ça! Dorgis, calcule nous une route.
Boldek était un jeunot - il n'avait pas encore perdu ses cheveux- prometteur et c'était son premier commandement. Une mission facile. S'ils n'avaient été si inquiets pour leur boss, les vétérans de la passerelle auraient échangé clins d’œil et sourires complices.

... ...

Effectivement, la ceinture d'Orthanc semblait très fréquentée en ces temps troublés: des vaisseaux arrivaient par petits paquets : une frégate et ses corvettes, puis six transports YT2000 au canon ionique proéminent, guidés par une canonnière corellienne. Et d'autres encore, accompagnés de vedettes GAT 24 toutes neuves. Markus appréciait tellement ses '‘canons de siège mobiles’' qu'il se murmurait qu'il avait acheté une centaine d'exemplaires du modèle de base (certains disaient  tous les exemplaires encore en service) pour les transformer. Même si une grande majorité n'étaient que des épaves destinées à fournir des pièces détachées, il avait transformé au moins trente YT2000, selon les experts autorisés (et néanmoins recherchés dans plusieurs dizaines de systèmes). Il y en avait déjà onze sur place.
Surprise, un transport armé venu de Sozega attendait aussi; à son bord, un prêtre que Marek connaissait bien. Et qu'il aurait préféré éviter.

Mais Marek avait d'autre soucis  : il sentait venir une menace. Pas pour lui, mais pour certains de ses protégés… Ceux qui étaient trop loin de lui.
Jas et Sasha ? Ils étaient en grand danger, oui, c'est pour cela qu' il s'apprêtait à les rejoindre !
Eiren serait bientôt là, avec un croiseur fourni par le secteur Berk, une bonne escorte et la petite escadre du sénateur Imax.
La jeune Anodan était déjà à ses côtés, il n'allait pas la lâcher comme ça !
Markus ? Thalia ? Eux aussi étaient annoncés ! Alors qui ?
- Marek, un message de Venom : le reste de sa flotte arrive, mais il ne sera pas au rendez-vous ! Il dit que ses filles sont en danger, il part les récupérer ; Thalia et lui nous rejoindront dès que possible !
- C'était donc ça ! Bien sur, il n'a pas pensé à se faire accompagner par un ou deux de ses croiseurs !
- Ils n'ont pris que le Fyrren !
- évidemment, quel petit crétin ! Tous mes protégés sont dispersés aux quatre coins de la galaxie, et le voilà qui part en vadrouille ! Que faire, que faire?
Le pauvre Berel, au comble de l'angoisse se tordait ses grosses paluches. Il ne pouvait être partout ! Qui choisir ? Oui, qui ?

Le prêtre Ranak intervint alors :
- Tes oisillons ont appris à voler, Frère ! Tu ne peux les enfermer éternellement dans une belle cage dorée, ni même les garder tous à tes côtés… N'écoute pas ton cœur, mais ta raison : que te dit-elle ?
- Elle me dit que c'est dans le bras de Tingel que tout se passe, mais Venom…
- Le problème est là, n'est-ce pas ? Tu as le sentiment d'avoir échoué avec ce jeune humain.
- J'ai beau faire, il se braque à chaque fois : j'ai le sentiment de faire du surplace.
- J'ai rencontré ton protégé lors de sa visite sur Sozega : Il sait où il va, il connaît les enjeux aussi bien que toi. Peut-être que celui-ci n'a jamais eu besoin d'un guide ; mais il a probablement besoin d'un ami. D'un ami comme toi, insista le prêtre.
- Un ami qui ne peut venir lui prêter assistance ?
- Tu le peux : tu as d'autres vaisseaux, des combattants aguerris, des mercenaires qui te doivent quelques services… C'est de cette aide dont il aura besoin. Tout comme tes autres protégés auront besoin de ces forces que vous rassemblez. Notre temps est celui de l'action, pas des sermons.
- J'ai toujours été nul pour les sermons. Pour la bagarre, par contre... Tu as raison : Boldek, fais appeler Dalek, s'il te plaît !
- Je peux résoudre en partie ton dilemme : Je les accompagnerai et serai tes yeux sur place. Et j'en profiterai aussi pour lui parler d'un de ses amis, si tu le permets : tu le connais trop bien, il te connaît trop peu !
Marek n'était pas très optimiste, mais il finit par accepter.

Dalek, Ranak et un peloton de combattants aguerris partirent à bord du Main froide, le cargo préféré de Marek ; le plus rapide, surtout!
d'autres devaient les rejoindre.
Arriveraient-ils à temps ?


Je postera sous peu le prologue du livre 3.
Ranak a raison: le temps n'est plus aux sermons! ( mais à la bagarre, dirait Marek)


Edit 16/02/18

J'ai oublié de le rappeler:
Pour en savoir plus sur Boldek, Borgis, Dalek (les Berel en général), vous pouvez lire la fiche ( si ce n'est déjà fait :transpire: ) "les Berel" à la fin du récit "Marek et le destin" publié dans ce forum.

Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 18 Fév 2018 - 22:56   Sujet: Re: Wanted:Red1 & Venom Livre 2, épilogue

Qui est Malthus Verryn?
Un puissant industriel? Un influent homme de réseaux? Un Herrion jadis banni de la famille? Le véritable maître du Secteur Corpo? Un criminel impliqué dans le trafic d'esclaves?
Que nenni!
Le sage Malthus est un altruiste, un authentique bienfaiteur de la Galaxie!
Il est décidé à faire le bonheur des trillions d'être sensibles qui la peuplent.
Contre leur gré, s'il le faut.






Livre 3 : Le rêve fou de Malthus Verryn.




Prologue :
Son triomphe est proche : Malthus Verryn, futur maître de la galaxie ?

Palais Verryn, Verranna
Près de la baie vitrée, l'humain contemplait le paysage enfumé qu'il avait créé avec ses mines et usines. Il devait avoir la soixantaine et ne cachait pas sa satisfaction. Le Cœur qu'il convoitait depuis si longtemps en sa possession, il était assuré du triomphe. Pour entamer le rituel, il ne manquait plus qu'un ingrédient : le Côté Obscur. Il était en route, sous la forme de sorciers Doloriens. Et ce serait un bond de géant vers l'établissement de sa Nouvelle Culture, l’œuvre de toute une vie ; de deux vies !
À sa gauche, une jeune humaine à la peau sombre et à la coiffure en brosse, tout juste sortie de l'adolescence, incarnait ce futur radieux. Son uniforme anthracite arborait l'insigne de la Culture : les spirales d'une galaxie stylisée entourées de deux flèches symbolisant la connexion globale. Mais le vrai symbole était l'ordinateur en fer à cheval qui couvrait l'arrière de son crane et qui la reliait à des milliers de ses frères et sœurs de toutes races.
La voix habituellement froide et sévère de Malthus Verryn se teinta de chaleur pour lui promettre :
- des milliers aujourd’hui, bientôt des millions ! Et un jour… La Galaxie… Les galaxies !
L'humaine regardait les étoiles par-delà la fumée, voyant peut-être ce que nul autre ici ne pouvait voir. Ses yeux se fixèrent le plus bref des instants sur Verryn et elle consentit à répondre :
- Tous connectés, Primus. Ce Jour viendra.
Comme à son habitude, l'oracle enveloppé de voiles à la droite de Verryn garda ses doutes pour lui.
Un peu partout dans la pièce, des serviteurs dociles et attentifs, vêtus de simples tuniques de couleurs, étaient figés au garde à vous, prêts à servir leur maître. Des esclaves.
Quelqu'un entra, s'approcha de quelque pas et attendit. Verryn tourna à peine la tête :
- oui, général ?
- Monseigneur, Z 108 ne répond plus… C’est la dixième en une semaine !
Cela ne suffit pas à gâcher le plaisir du puissant industriel :
- Le réseau est suffisamment redondant : même si un tiers des stations étaient détruites, il suffirait à la tache. Et nous avons de quoi en remplacer plusieurs.
Le général, moins optimiste, resta muet. Encore une mauvaise nouvelle, devina son chef.
- Quoi d'autre, général ?
- Nos agents du secteur Juvex nous informent que la cache N°2 a été attaquée et pillée, monseigneur. C'était la troisième.

Le plaisir de Verryn s'atténua fortement. Les mauvaises nouvelles se succédaient, plus irritantes que gênantes .
Une de ses filières d'approvisionnement en esclaves était tombée ? Il en avait d'autres !
Les stations ? Le réseau de stations Z faisait partie de son plan pour perturber les communications galactiques ou diffuser de fausses informations. Ce n’était pas si grave s’il était détruit, ses agents devraient simplement utiliser d’autres méthodes. Plus ennuyeux, les caches d'armes étaient destinées à ses partisans, qui devaient prendre le contrôle de secteurs stratégiques. Les remplacer prendrait du temps.
- Le sénateur Velox et ses partisans au sénat font l’objet d’une procédure de destitution, lui rappela le Collectif.
- Ah, les Herrions sont des adversaires coriaces, remarqua-t-il avec une pointe de fierté. Et dire que j’ai failli être le pa’ - enfin le beau-père- de Markus senior ! Ce petit chenapan était déjà très futé, et sacrément sournois ! L’homme qu’il fallait à la tête de la famille !
Il effaça bien vite le sourire attendri qui lui était venu aux lèvres, mais rien ne semblait pouvoir entamer son optimisme :
- Ne vous inquiétez pas, Collectif : je soudoierai ou ferai chanter leurs successeurs. Et j’ai d’autres partisans plus discrets. Eux ne cèderont pas aux sirènes des émissaires doloriens. Mais tous ces contretemps commencent à devenir ennuyeux. Ce Venom…

Ce Venom avait déclenché une vendetta dévastatrice : sabotages dans de précieux laboratoires de recherche, vols de données, évasion de scientifiques, effractions dans des comptes bancaires, OPA hostiles sur plusieurs sociétés vulnérables… Un ruisselet dans l'immense fleuve de ses affaires, mais un fâcheux revers pour son Grand Œuvre, ce futur radieux qu’il voulait offrir à la Galaxie.
Une nuisance devenue insupportable :
- Venom, Venom, toujours Venom ! Ce Venom est devenu une plaie, un, un… 
- Un poison ? Risqua l'Oracle.

L'être aux voix multiples aimait à faire de l'humour aux dépens de son « protecteur ». Celui-ci s'y était résigné : l'Oracle coopérait de mauvais gré, mais ses prédictions étaient vitales. Il pouvait bien lui concéder ces mesquines revanches.
Cette fois, Verryn sourit et retrouva son calme pour affirmer :
- Un poison, en effet ! J'espérais le convertir à ma cause, mais les initiatives intempestives de ces fichus doloriens en ont fait un ennemi mortel. Il se trompe de cible, mais comment le raisonner, maintenant ? Et dire que j'avais envisagé de lui confier le commandement de mes armées ! Mais j'ai déjà son fils, j'aurai bientôt ses filles. Ils seront plus faciles à convertir !
Un silence :
- J'ai déjà donné des ordres, général : il ne nous ennuiera plus longtemps.
Il resta pensif un moment.
- Les jeunes sont beaucoup plus ouverts et malléables. Jas a beaucoup progressé, ces derniers jours. Il sera bientôt prêt pour l'implantation. Il remplacera avantageusement son père. Et puis, quelques cellules suffisent…
Il se tourna vers la jeune humaine :
- Pourriez-vous me dire où en est Hekken  bis?
- Dans son dernier rapport, il affirmait les avoir localisées, Primus. Il rassemblait ses forces.
- Je les veux vivantes, rappelez le lui !
- Cela est déjà fait et son programme lui interdit de leur faire du mal. Néanmoins, l'entité que vos alliés Doloriens lui ont infusée reste une inconnue dans l'équation. Le Collectif ne peut prédire son comportement.
- nous non plus, chantèrent les voix de l'Oracle .
- Face à Venom, la technologie et la haine de Hekken ne suffiront pas. La Brume, comme il l'appelle, le connaît bien et saura trouver ses points faibles. Elle le hait, le craint et fera tout pour le détruire !
Le Collectif ne semblait pas convaincu. Le Primus insista :
- Il y a un risque, j'en suis conscient. Mais j'ai accès à des informations que le Collectif n'a pas… Pas encore. Voyez notre trio d'espions : même si l'Oracle n'a pu prédire leur arrivée, je les attendais tout de même. Nous les avons cueillis tous trois moins d'une heure après leur arrivée. Leurs déguisements étaient très réussis, leur couverture excellente, et pourtant …

La voix chorale qui sortit de sous les voiles ne fut pas affectée par le reproche implicite :
- C'est étrange : même entre vos mains, ils me sont toujours cachés. S'il y en a d'autres comme eux…
- Il y en a probablement, c'est pourquoi je multiplie les sources d'information. Satisfait, Collectif ?
- oui, Primus. Comme prévu, Hekken a laissé un espion s'échapper. Venom sera prévenu.
- il va voler au secours de ses chères filles et tombera dans le piège. Ah, prévenez nos agents : je veux un prélèvement biologique. Si je ne l’ai pas lui, j’aurai ses clones !
- Transmis, Primus.
Le magnat interrogea l’officier :
- Général ? Auriez vous quelques bonnes nouvelles, pour changer ?
- Les Jedi et leurs alliés rassemblent une flotte mais, comme ils ne peuvent transiter par le secteur corporatif, il leur faudra au moins deux semaines de navigation sur d’innombrables routes pour arriver. Ils ignorent que nous surveillons aussi ces voies.
- Trop tard, donc ! Beaucoup trop tard ! Dommage.
Le général répondit, avec un sourire carnassier :
- D'autant plus que les chantiers de Plerben nous ont informé que les trois nouveaux destroyers sont prêts. Aussi puissants que soient les Jedi, leurs forces seraient laminées par huit destroyers.

L'officier consulta ses notes :
- Le nouveau contingent de droïdes gardes est enfin arrivé : nous commencions à croire qu'il avait été détourné ! Votre intendant les a envoyés renforcer la sécurité dans les mines. Il y a eu des incidents que nous devons mater au plus vite.
Point suivant, nous avons réussi à chasser de Chellun ces agaçants chasseurs rouges et leurs amis.
- Les avez vous identifiés ?
- Ils viennent probablement de Bastion, monseigneur : ils arborent les couleurs de l'ancien escadron impérial et la Mission Impériale est très active dans notre arrière-cour. Ils arment nos ennemis.
Verryn réfléchit un instant.
- Ces territoires n'ont que peu d’intérêt pour nous… Mes diplomates me recommandent depuis longtemps de trouver un accord. Je crois qu'ils ont raison : Fel est plus ouvert au compromis que ses prédécesseurs. Même s'il faut lâcher un gros morceau, nous y gagnerons à terme, ne serait-ce qu'en contrats d'armements. Autre chose ?
- Les nouveaux dirigeants de Loronar semblent plus disposés à coopérer que leurs prédécesseurs. Ils souhaitent vous prêter allégeance.
- Voila qui est mieux ! Mes invités sont-ils arrivés ?
- Leur vaisseau à été signalé à l’entrée du Flot Noir. Ils seront là dans deux jours au plus tard

Le général gardait sa réserve, mais sa méfiance envers les Doloriens était palpable.
- Je sais, mais leur participation est indispensable à l’ouverture du Cœur. Préféreriez vous un authentique Sith en pleine possession de ses pouvoirs ? J’en ai connu deux qui vous… Qui nous auraient écrasés à la moindre erreur, au moindre signe de faiblesse. Oui, ces sorciers sont dangereux et presque incontrôlables, et ils ont la trahison dans le sang. Mais ils ont besoin de moi et savent comment je punis les traitres. Par ailleurs, j'aurai très bientôt une arme efficace contre l'entité qui les habite. Non, trois !
En attendant, je leur ai laissé un bel os à ronger. Cela devrait les occuper un moment.
- le siège d'Herrion ? Cela pourrait se révéler un désastre.
- LEUR désastre, pas le nôtre , général! Aucun de nos mercenaires n'est impliqué, j'y ai veillé. Le Cœur d'Herrion est ici, pas là-bas. Il est la clé de tout, général ! Avec lui, notre triomphe est assuré, qu'importent les petits revers !
- oui, bien sûr, monseigneur.

Verryn se retourna enfin , faisant face à l’officier; il ne paraissait pas ses 140 ans. Quarante-deux ans plus tôt, un seigneur Sith devenu empereur l'avait récompensé de ses services par un corps tout neuf. Pas seulement par reconnaissance (un mot qui n'était pas dans son vocabulaire, sauf quand il s'agissait de celle qu'on lui devait), mais pour tester un procédé qui allait bientôt lui être utile : l'empereur aussi se fabriquait des clones.
- il est bientôt l'heure d'aller saluer mon Jas ; Non, mon AZZ 1172 ! Tiens, Azzie, cela lui ira bien !
- Et le Prince d'Herrion, monseigneur ?
- Laissez le trimer encore un peu ! Les adultes sont plus résistants à la conversion : nous ne le plongerons dans la Matrice que quand il sera très affaibli. Et puis, il a bien mérité son sort.

Encore un de ces nouveaux Herrion qui avaient contrecarré ses plans.
Il y a treize ans, parce que je t’ai gravement sous-estimé, mon plan a échoué. Je ne commettrai pas deux fois la même erreur, mon garçon.
Il avait certes remarqué le potentiel du gamin, mais l’avait jugé trop jeune pour représenter un véritable danger .
Mais bientôt, quand la Matrice t’aura ouvert les yeux, quand tu partageras ma Foi, tu viendras me rejoindre. Ensemble, nous servirons la Cause  jusqu’à la victoire finale!





Dans le prochain chapitre, un couple vole au secours de ses filles en danger.
En danger, les jumelles? Pas si sûr: Parrain et Marraine sont là!



BONNE LECTURE!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 25 Fév 2018 - 21:59   Sujet: Re: HoH, livre 3: chap 1

Un garoug, une kuri. Deux guerriers, deux prédateurs capables, avec l'aide de leurs clans respectifs, d'affronter tous les dangers de la galaxie. Tous? Vraiùment?


Chapitre 1 : La Planète des Loups





je rêvais d' un autre monde... (poilu) 
Cette planète n'avait pas de nom. Pas de nom traduisible en basic, s'entend !
Pourtant, elle avait toutes les qualités d’un monde habitable : gravité, atmosphère, océans, climats et milieux variés, tous les paramètres étaient dans la norme. Elle possédait même une grande lune avec des phases : le refuge idéal pour une petite communauté de garougs pourchassés par l'empire.
Un jour, ceux-ci avaient vu débarquer un redoutable guerrier, un pirate. Loin de se livrer aux déprédations coutumières à ce genre d’individu, il avait su amadouer le clan et obtenu la permission de construire une résidence secrète, un endroit où il pourrait se '‘ressourcer’', comme il disait. Il avait rendu de nombreux services au clan et juré de garder secrète son existence. Il avait tenu parole : seuls des droïdes l’avaient accompagné lors de ses « retraites ».
Pourtant, un triste jour, il n'avait trouvé en revenant au village que des cendres et, coincé sous des décombres, un louveteau orphelin et blessé. Il avait soigné le petit, l’avait adopté et emmené avec lui. Depuis, le louveteau avait bien grandi, gagné en assurance et en autorité.
Pourtant, en sortant de la villa du pirate défunt, le superbe commandeur suprême de la flotte Horbin semblait épuisé et, pour tout dire, dépassé par les évènements.
Markrr se traina sous la vaste véranda et s'affala dans un fauteuil fatigué, le défonçant encore plus.
- J'suis mort !!
Une immense silhouette pénétra à son tour dans le salon d’été, poussant un grognement qui ressemblait à une plainte. Le garoug soupira :
- Ouais, ça y est, elles dorment enfin ! Pour y arriver, il a fallu que je leur raconte comment leur père et moi, on a capturé le Méchant Boucher et massacré son état-major ! Après la journée qu'elles nous ont fait passer. Et la précédente, et…
La créature émit une longue vocalise tout aussi plaintive.
- Ouais, vous avez raison, ça avait commencé avant même qu'on arrive. C'était il y a… une éternité !
Elles sont adorables, mais elles sont surtout épuisantes, ces petites !
La Matriarche kuri approuva, puis s'étala de tout son long à sa place favorite. Autre grondement, interrogatif.
- Oh, il était pas mal dans son genre ! Il cherchait la bagarre avec tout le monde et il n'a même pas reculé quand je me suis métamorphosé devant lui pour la première fois. Je l'ai battu, évidemment, j'étais encore beaucoup plus grand que lui. Après, il m'a collé au train comme un chiot chaque fois qu'il avait un moment de libre ! Heureusement, c'était rare ! Horbin ne lui laissait rien passer ! Tiens, voilà comment on devrait faire…

Les débuts n'avaient pas été faciles entre le garoug et la kuri, mais partager la responsabilité de deux gamines pleines de vie les avait rapprochés. Markrr avait vite assimilé le langage de la prédatrice, assez proche, finalement, de celui qu'il utilisait sous sa forme canine. Leurs clans respectifs assuraient une garde vigilante autour de cette ancienne retraite secrète de Horbin mais, d'un commun accord, leurs congénères leur laissaient la garde des petites.
La matriarche actionna son traducteur de ceinture.
- Demain, je les amène chasser un gibier un peu plus difficile que ces rancors à la réputation surfaite ! Il y a cette grosse bête cuirassée à quatre cornes, ça sera amusant et ça devrait les fatiguer un peu. Et vous ?
- moi, je déprime rien qu'à penser à demain !
Il finit par concéder :
- on va essayer une autre forme de chasse : leçons de pilotage. J'ai un créneau pour deux Z95 biplaces, le clan Black Moon me les prête et j'ai embauché Trrracjk comme instructeur ! Il est temps qu'elles apprennent à conduire autre chose que des navettes, ces gamines ! Ça devrait les fatiguer… un peu !
- je mangerais bien quelques steaks de Nerfs, j'ai un petit creux !
- Vous avez bouffé un rancor à quatre et vous avez encore faim ?
- à six, fit la matriarche en s'éloignant.
Markrr stoppa net :
- à Six ?
Un grand sourire de fierté fendit sa figure plus ou moins humaine quand il comprit : 
- Ah, mes petites louves ! Tiens, moi aussi, j'ai un petit creux !
Il accéléra son pas pour rejoindre la matriarche.
... ...

à bord du Fyrren
- Tu crois qu'on arrivera à temps ? Thalia angoissait et se rongeait les ongles.
Son époux écarta d'autorité sa main de la bouche ;
- arrête de faire ça, tu vas te bouffer les doigts ! Bien sur, qu'on va arriver à temps ! Le Fyrren est très rapide et on était plus près ! En plus, la famille Mereel le suit à la trace et ils rameutent tous leurs amis !
- d'après Alcor, on va avoir affaire à forte partie : Un cyborg surpuissant, des droïdes monstrueux, au moins trois cents hommes et des blindés. Et ils ont un croiseur lourd !
- Ils ne peuvent pas bombarder la planète : ils veulent nos petites vivantes, sinon ils n'auraient pas embarqué autant de troupes. Les kurii ont appris comment battre des droïdes et Markrr sait où et comment se planquer ! En plus, il a tout un arsenal là-bas ! Fais leur confiance !






Chasseur(s) d'ivoire

Les jumelles étaient d'excellentes chasseresses, pour des fillettes civilisées vivant habituellement de vivre dans le confort de la culture galactique. La matriarche savait que les humains, débarrassés de leur vernis de civilisation, pouvaient constituer des adversaires valeureux, de bons chasseurs et d'excellents guerriers. Lors de l'Expansion, sur une planète isolée que ses clans avaient découverte, de lointains descendants de naufragés oubliés, armés d'arcs, de flèches et d'épées les avaient tenus en échec, ses chasseurs et elle. L'honneur exigeait de se battre à armes égales : pas question d'utiliser la technologie. Ces guerriers humains s'étaient montrés si féroces et combatifs que les clans avaient fini par négocier un traité !
Mes filles-de-lait sont tout aussi combattives, estima-t-elle en les regardant trotter en tenue de chasse dans l’immense steppe.

Les fillettes étaient endurantes, Lune de Sang s'en rendait compte : elles trottaient d'une foulée régulière sur leurs deux petites pattes postérieures. Évidemment, avec de si courtes pattes, elles n'allaient pas très vite, mais peu importe : leur gibier n'était guère rapide. Un animal qu’elle avait longuement étudié avant d’entrainer les petites humaines dans la périlleuse traque. Mais elles s’en sortaient fort bien : d'instinct, les jumelles avaient compris qu'il fallait l’approcher face au vent. D'instinct, elles avaient trouvé la meilleure façon de porter les petites javelines que le fils de son second fils avait confectionnées pour elles.
Leur proie était plus redoutable qu’un rancor. Son épaisse cuirasse ne laissait que peu de points vulnérables : les yeux, la gueule, quelques zones plus tendres sous le cou ou à l'aine. Ses cornes pouvaient faire voler ou embrocher un prédateur trop lent ou maladroit. Pour tout arranger, la bête était plutôt futée pour un herbivore : elle les verrait arriver, malgré leurs précautions. Mais dans une meute, c'était la bonne stratégie : les juvéniles attiraient l'attention de la proie.
Prestes et agiles, ils pouvaient la harceler et esquiver ses attaques. Les Chasseurs en profitaient alors pour frapper. À l'affût, Seconde fille et Troisième fils attendaient l'ouverture…

La matriarche restait à l'écart, prête à intervenir en cas de vrai danger. Jaïna et Masha se dressèrent devant le monstre, criant, sautant et agitant les…
Bras, oui c'est comme ça qu'ils disent.
Celui-ci les considéra un moment, puis jugea la menace insignifiante. Une javeline rata de peu son œil, fendant la peau coriace du crâne. L'herbivore réévalua la menace et fit face, baissant la tête, et il plissa les lourdes paupières cornées sur ses yeux qu'il savait vulnérables, même si cette manœuvre limitait son champ de vision.
Un hululement d'abord lointain, puis un grondement de bête monstrueuse, un sifflement d'air déchiré le lancèrent dans une fuite en avant désespérée, de son trot lourd mais puissant. Les fillettes esquivèrent, bien sûr, mais le piège était éventé.
Rageuse, Lune de Sang lança un hurlement vindicatif à l'engin qui approchait, plutôt bien imitée par Masha et Jaïna, tout aussi frustrées.
Puis la matriarche constata qu'il ne s'agissait pas du speeder de Markrrr, mais d'un de ces engins blindés et armés cachés dans l'immense terrier sous la '‘maison’'. L'engin se posa à une centaine de mètres et le Garoug apparut à la porte, faisant de grands signes :

venez, dépêchez-vous, devina la Kuri !
- Un vaisseau inconnu est sorti de l'hyperespace ! Ils viennent de détruire le relais émetteur !, expliqua Markrr quand la meute fut à bord.
- Ce sont des méchants ? Demanda Masha.
Sa sœur sembla un peu absente, un court instant, puis se ranima.
- Oui, ce sont des méchants ! Ils viennent nous attraper ! Et l'homme-machine, lui, il est TRÈS méchant ! Il veut tuer pa' et ma' !
Tous les prédateurs du bord, à l'exception de sa sœur, la dévisagèrent, éberlués.
- Quel Homme Machine, Jaïna ? Demanda doucement Markrr, qui savait que les filles avaient quelques talents bizarres.
- Un… Oh, j'ai oublié ! Masha, aide-moi ! Comme ceux qui ont fait du mal à Ve'ssshhh !
- Un Cyborg, fit sa sœur, toute fière d'avoir retenu ce mot.
- Oui, c'est ça, un cyborg et plein de méchants droïdes, et de méchants soldats, et…
- Montre-moi, montre-moi !
Et les deux fillettes parurent soudain absentes, comme endormies… Lune de Sang hésita, puis se résolut à secouer Masha.. Mais la fillette rouvrit les yeux juste avant:
- Dis, oncle Markrr, c'est qui, Hekkan ?
- Mais non, ils ont dit Vekken , la contredit sa sœur.
- C'était pas plutôt Hekken, mes petites louves ?
- C'est ça, clamèrent-elles d'une seule voix.
Jaïna compléta :
- C'est lui, l'homme machine…
- Alors là, on est mal, comprit le Garoug, qui décida de changer ses plans.



Fly me to the moon
près de la « lune des loups »
- C'est bien lui, p’tit frère ! Le même que dans le système Borussa, celui où on a récupéré la togruta, sauf que cette fois, j'ai un scan complet ! On va voir ce que sort l'ordinateur, mais je pense… Ah, voilà : croiseur lourd de classe Free Enterprise, chantier Galva, basé sur le bon vieux cuirassé rendilli mais en plus gros.
La jeune femme en armure rouge compara la fiche technique et les données de ses senseurs :
- Armement de turbo lasers lourds, missiles à concussion, trois canons ioniques moyens… Un modèle de la CSI datant de la guerre des clones, mais toujours en production et modernisé plusieurs fois. Celui-là est un MK III, construit durant la Première Guerre Civile : pas une cible facile! Par contre, ses défenses anti-chasseurs ne sont plus aux normes.
Le pilote en armure verte, répondit, soulagé :
- Déjà ça de gagné, sœurette. Rayons tracteurs ?
- Ça dépend : ce modèle emporte deux escadrons de chasse ou 16 missiles Eradicator en silo. Des trucs conçus pour le bombardement planétaire.
- Ces tubes, ce sont bien des silos à missiles ?
- Confirmé :pas de chasseur, donc pas de rayon tracteur ! Nos navettes d’assaut devraient pouvoir l’aborder. Et une fois nos camarades dedans…

Les Mandaloriens avaient une âme de fantassins. C’était à terre ou dans les coursives d’un vaisseau qu’ils pouvaient donner le meilleur d’eux même :
- Ouais : vaisseau abordé, vaisseau capturé ! Par contre, il va falloir saboter rapidement ces missiles, sinon, la planète des loups pourrait déguster. Tu transmets, grande sœur ? J'espère qu'on a prévu assez , c’est un gros morceau!
- Pa' et les Berels disent que oui! Et surtout, il n’a aucune escorte : grave erreur ! Tiens, c'est bizarre…
- Quoi ?
- Oh, rien : deux échos fugaces près du croiseur. Probablement l'effet Doblo. Ces senseurs hypersensibles y sont sujets.
- On fait quoi ?
- on suit les ordres: on se planque et on attend. Ils seront bientôt là.
- Attendre, attendre, attendre, pourquoi toujours attendre...
- Parce qu'on est là en éclaireurs, tiens!




Bad moon rising
Le Fyrren quitta l'hyper-espace assez loin de la Planète des Loups avec son camouflage activé. Même quand ses soutes s'ouvrirent et que deux objets s'en échappèrent, il resta quasi invisible. Il trouva refuge derrière un astéroïde : son équipage était fidèle et dévoué, mais n'aimait guère les situations dangereuses.
Les senseurs (passifs) avaient détecté un gros objet sur l'orbite planétaire, un objet vite classé hostile.
Les deux chasseurs, eux-mêmes sous camouflage, suivirent une trajectoire qui minimisait les risques de détection. Des risques limités, car le croiseur lourd était très occupé à scanner la surface : apparemment, les hostiles ne savaient pas où chercher. Les chasseurs passèrent discrètement devant le géant de duracier et plongèrent vers la planète.

À bord du Soif De Sang, un destroyer similaire à celui qu’avait affronté l’escadre de Darpa, la massive machine qui se faisait appeler Hekken scrutait la planète depuis une baie d'observation. Quelque chose en lui l'alerta. Quelque chose qui n'était pas lui. Là, à quelques centaines de kilomètres de son vaisseau, invisible à ses senseurs, mais pas à cette cruelle entité qui partageait son corps, il y avait…
- Tiens, tiens…Qui voila ?
S’il avait eu un visage, il aurait souri ; un sourire cruel.
Un droïde de protocole s'approcha:
- Seigneur, nous pensons avoir trouvé.
Les images ne montraient qu'une construction en bois, comme ils en avaient détecté bien d'autres, mais celle-ci avait un aspect différent. Une piste parmi d'autres que la chose en lui transforma en certitude.
- C'est là ! Faites préparer la force d'assaut !
- Il vaudrait peut-être mieux envoyer une sonde d'obs...
Le bras de la Machine s'était tendu à une vitesse foudroyante, le bruit assourdissant de l'impact ébranla la baie d'observation. La tête, le torse défoncé et les bras du droïde atterrirent sur le pont en ordre très dispersé. Un autre droïde strictement identique prit immédiatement le relais, essayant sagement une autre approche.
- A vos ordres ! Votre transport personnel est prêt !
- merci, N° ?
- 132, monseigneur !
Le petit personnel ne restait pas longtemps au service d'Hekken, il y avait beaucoup de turn-over.




Run through the jungle
- On s'est peut-être posés un peu loin, finalement !
- c'est toi qui ne voulais pas qu'Hekken nous repère ! Tu n'as même pas voulu prendre de SD-X
- Ouais… j'ai peut-être eu tort ! Regarde, des transports d'assaut !
Thalia, utilisant la vision amplifiée de N°1 les aperçut enfin : trois, non quatre petits points dans le ciel. Markus, lui, n'avait même pas besoin des binoculaires de sa visière pour les identifier :
- Des Kaloth  KS-49! Ils peuvent transporter chacun un blindé léger et trente hommes de troupe !
- Ils vont vers la Villa !
- Ils ne pourront pas se poser trop près, le sol est trop accidenté ! On fonce !

Thalia laissa les commandes à N°1 : Suivre son Homme lancé à pleine vitesse était au-dessus de ses capacités. Même N°1 se fit lâcher à la fin. Il faillit percuter Markus qui s'était brusquement arrêté à moins de cent mètres du but.
- Trop tard !
Il montra des objets tombant d'un des Kaloth stationné à une trentaine de mètres au-dessus de la villa. Des droïdes que la chute ne semblait pas affecter.
- Heureusement, ils sont partis à temps : regarde, le petit fanion bleu à la fenêtre tout à gauche !
Un code que Markrr et son '‘petit frère’' avaient mis au point bien des années plus tôt, quand ils accompagnaient Horbin dans ses '‘retraites’'.
- Ils sont dans le Bunker, je suppose ?
Thalia n'était venue qu'une fois, au cours de la première expédition du Viper, peu après la mort de Horbin.
Déjà à cette époque, Sasha et elle avaient été les seuls autorisés à descendre avec celui qu'on appelait Venom .
- Pas sûr… on va aller voir ! Il y a une entrée de secours derrière ce bosquet.
- Pas par là !
- Tu as dit quelque chose ? Non, On aurait dit Jaïna !
- Jaïna ? Ça va bien, ma chér...
- Pas par là ! Faites le tour par le lac !
- Cette fois, j'ai entendu, moi aussi ! Là !
Il avait cru apercevoir un mouvement, une petite silhouette… Trop fugace, même pour lui.

- Par le lac… qu'est-ce que tu en penses ?
- C'est tout près et… Rusé Markrr ! Oui, bien sûr, le lac ! On y va !
Cette fois ci, il préféra la discrétion à la vitesse. Thalia le suivit, mais elle n'avait aucune idée de ce que Markrr avait pu préparer… Markus le lui expliqua en arrivant.
- Quand j'avais envie de m'évader un peu, je ne faisais pas le mur, j'utilisais un puits profond qui communiquait avec le lac. Markrr utilisait les fanions pour me prévenir si je devais rentrer en quatrième vitesse ou… enfin, on avait tout un tas de signaux comme… Celui-ci !

Une simple branche cassée, un lambeau d'écorce enlevé.
- Celui-là, c'était moi qui l'utilisais pour lui indiquer où je me trouvais. Il y a une grotte, par là. Tu as entendu ?
- Un rire… Masha ?
- Je ne sens pas son odeur, c'est bizarre !
La villa était totalement investie. On entendait les soldats s'interpeller. Ils se rendirent vite à l'évidence, celle-ci était vide. Puis ils partirent en courant, et le couple entendit un grondement sourd : une explosion.
- Ils ont trouvé l'entrée des souterrains… allons-y !

Vue de l'extérieur, la grotte en question n'était qu'un renfoncement dans la roche. Une petite chute d'eau, un écrin de verdure. Thalia comprit combien cet endroit avait pu être précieux pour un jeune clone très surveillé et à l'emploi du temps chronométré.
- C'est là… Mon refuge… jardin secret…
Il renifla, scruta l’ombre:
- Mais quelque chose a changé, fit-il d’un ton chagriné!

Un craquement non loin, et  il réagit avec sa stupéfiante rapidité : il ferma sa visière, poussa Thalia / N°1 dans le renfoncement et fit face.
- Au fond, allez au fond, ordonna-t-il d'une voix sans réplique où perçait l'urgence.
Thalia entendit un rire cristallin :
- Oui, Maman, par ici !
- Masha ? C'est toi? Où es tu ?
Elle s'enfonça dans la grotte, décidément plus profonde qu'elle l'avait crue, à la poursuite d'une silhouette fantomatique.





Bonne lecture
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 04 Mar 2018 - 22:32   Sujet: Re: HoH, livre 3: chap 1

Oui, le nouvel avatar de Bokkor Hekken veut sa revanche. l'entité qui partage son esprit aussi. Et ils ont amené des amies!



Chapitre 2 : Bokkor Hekken, le cyborg revanchard




Fly me to the moon (refrain)
- ... attendre, toujours attendre ! Et plus j’attends…
Chanter n’était qu’un pis-aller : Talon s’ennuyait. Il avait testé et re-testé ses systèmes à l’affut de la moindre faille, peaufiné ses réglages.
Que lui restait-il ? Taquiner sa sœur, vautrée sur le siège arrière ?
Inutile : elle avait mis ses écouteurs et se délectait de sa musique de sauvages : les Death Metal Troopers, un groupe de la ville basse de Taris.
Pfft ! Du bruit, Rien que du bruit ! Si j’avais su, j’aurais emporté mon baladeur, moi aussi. Max Rebo, ça, c’est de la musique !
Il adorait le nouvel album solo, « Sous les Soleils de Tatooine », qu’il venait de s’offrir. Qu’il avait bêtement laissé à bord du Griffe, le nouveau vaisseau de son père.
Mais qu’est-ce qu’ils fou… Signal !
- Remous dans l’hyperespace ! Ils arrivent, clama-t-il.

Un groupe disparate de vaisseaux surgit enfin. Talon et sa sœur observèrent le déploiement des forces amies. Disparates certes, mais efficaces : en plus de cargos trop bien armés pour être honnêtes, il y avait trois escadrons de chasse dotés du dernier modèle de Mandal Motors, seize transports d'assaut compacts du même constructeur, qui valaient bien le dernier modèle de chez Sienar. C'était l'occasion ou jamais de le vérifier, car les Berels avaient rameuté quelques amis, justement équipés des fameuses GAT 24 dont les Jedi avaient prouvé l'efficacité contre les grosses unités. Ces unités, divisées en trois vagues couvertes par les chasseurs, se déployaient déjà en tenaille pour attaquer le croiseur de tous côtés.
- il va devoir disperser son tir pour les affronter tous !
- Et dire que certains ne jurent que par l’attaque frontale !
Les navettes d'assaut terrestre restaient en retrait pour l’instant.
- Sans chasseurs de couverture, ce gros rafiot est mal parti !
- Ils ont commencé ! Tu transmets, frérot ?
- La liaison est bonne, le commanditaire verra tout ! Le Vieux sera content !
- Ah, non, tu ne vas pas t'y mettre aussi, Talon !
- N'empêche qu'on est sur la touche ! Reporters de guerre, non mais ! La honte !
- Surtout que pa’, Alcor et Bobbi vont à terre, eux ! La barbe !

Le vaisseau ennemi avait quelques atouts cachés, qui surgirent de toutes les cavités de sa coque :
- Ah, ben si, ils ont des chasseurs !
- Pfft, ça des chasseurs ? Ce ne sont que d’antiques droïdes Scarab, frérot! Ils étaient déjà largués à la fin de la guerre des clones, alors contre des chasseurs modernes…
- Ouais, mais y en a un paquet !
- Et alors ? On s’en doutait : Red1 et Venom en ont affronté un paquet, récemment. Tu as entendu comme moi les commentaires de Thalia, non ? Plus de cibles, plus de victoires !

La jeune femme était peut-être un peu trop optimiste. Plusieurs chasseurs amis furent détruits dans le combat et une des navettes d’assaut s’écarta, endommagée. Mais les autres franchirent sans dégât majeur les piètres défenses du croiseur, par ailleurs matraquées par les torpilles des Skipray
Pendant ce temps, la petite force amphibie, couverte par une partie des cargos, contournait les combats sans être inquiétée. Un unique vaisseau, aussi puissant soit-il, ne pouvait interdire l’accès à une planète.




Arachnophobia
Venom attendait son adversaire qui surgit bientôt : masse métallique de près de deux mètres soixante- dix , tronc massif, quatre bras Droïdes prolongés par des lames, un hideux masque en guise de visière…
Mais la voix, malgré sa sonorité métallique, était bien celle du renégat :
- Te voilà enfin ! Il y a longtemps que j’attendais ce moment. Que nous attendions : quand ELLE a senti ta présence, j’ai compris qu’elle te haïssait encore plus que moi ! Tu vas payer pour ce que tu nous as fait !

Venom ne daigna répondre qu’en ouvrant le feu. Pas sur Hekken, non : sur les étranges et répugnants droïdes aux trop nombreuses pattes filiformes qui l'entouraient ! Il adorait les bébêtes venimeuses, mais celles-ci n’étaient que des contrefaçons mécaniques.
La décision s’était imposée d’elle-même : Hekken était trop massif pour entrer dans la grotte et poursuivre Thalia, mais ses machines le pouvaient!
- Ah, Venom, vilain garçon ! Détruire mes arachnes ! Quelle déception ! Moi qui pensais qu'elles te plairaient ! Elles produisent même un venin dont tu me diras des nouvelles ! J'en ai d'autres, heureusement ! Et d'autres moyens de t’écraser !

Deux énormes droïdes tripodes sortirent de la forêt : cinq mètres de haut, un corps cylindrique surmonté d’une tourelle avec un canon et porté par trois pattes massives. Et un bouclier si puissant que la première salve de Venom suffit à le convaincre de l’inanité de ses attaques. À leurs pieds, couverts par les boucliers des soldats organiques en armure.
Tôt ou tard, ils seront obligés d’avancer à découvert. Et alors…
Le clone préféra s’en prendre à son principal adversaire :
- T'as changé depuis la dernière fois, Hekkie ! T'aurais pas un peu… Grossi ? Et ton cou a l'air plus costaud ! Cette fois, il faudra un câble pour te pendre !
- Grossi ? Viens voir ça de plus près ! Tu ne trouveras pas un gramme de graisse, mais des muscles d’acier et des blindages qui se rient de ton piètre arsenal !
Le cyborg ordonna :
- Fouillez la grotte, je m'occupe de lui ! Personnellement ! Je vais le…

Un rire cristallin venu de nulle part l’interrompit.
Jaïna ?
Venom aperçut sa fille debout sur un rocher à environ deux cents mètres : pieds nus, vêtue seulement d'un pagne de peau, le visage et la peau peinturlurées, elle tenait trois javelines d'une main experte. La parfaite petite chasseresse ! Il la voyait comme ses ennemis, mais, pourtant…
Il comprit soudain et sourit !
- Escouades Ace, Besh, Cobra, Dok, attrapez là ! Ordonna un officier en armure. Paralysants seulement, le Maître la veut vivante !
Hekken resta seul devant Venom qui ricana :
- Hou, c'est fou ce qu'ils t'obéissent ! Quelle autorité ! J'ai comme l'impression que c'est pas toi, leur Maître !
- Je n'ai pas besoin d'eux pour t'écraser ! Et elle sera bientôt entre les mains de Verryn. Je me demande ce qu’il en fera.
- Entre ses mains ça, j'en doute : elle connaît cette forêt comme sa poche, mentit le jeune homme, et elle n'y est pas seule.
ça, au moins, c'est vrai!
- Peu m’importe ! Ces pantins sont sacrifiables! Verryn pourra faire joujou avec tes petites, moi ce que je veux, c'est toi… Et ta chérie ! Je m'amuserai bien avec elle !

Venom porta le premier coup, avec toute sa vitesse : un coup qui rebondit sur l'épaisse cuirasse. La riposte fut tout aussi rapide, il l'esquiva de justesse. Il décolla, espérant porter un coup descendant. Mais encore une fois, le blaster de paume n'égratigna même pas la cuirasse.
Le laser de poitrine, à puissance maxi ? Non plus !
- On dirait que t'as pris du muscle, Hekken ! Et du gras, aussi !
- Ce nouveau corps a été créé spécialement pour toi et ton armure : il peut te surclasser dans tous les domaines !
Défier le Boucher ne servait à rien. Ce truc était plus une machine qu'un homme. Et il avait raison :
Il est aussi rapide que moi ! Eh ben, ce sera pas facile. Heureusement, ses soldats vont apprendre à avoir peur du loup ! Déjà qu'ils chassent un fantôme…

Les projections n'ont pas d'odeur. Celle de sa fille était particulièrement réussie, mais il ne s'était pas laissé piéger. Un appât pour attirer les soldats dans la forêt, le terrain de chasse des Garougs !
Les Kurii préféraient les steppes. Et les terriers, se souvint le jeune homme, qui sourit sous la visière. Il se concentra sur les droïdes arachnes ! Mais malgré ses efforts, quelques-unes parvinrent à pénétrer dans la grotte.
- Tu crois que l'armure la protégera ? On parie ?
La sienne semblait inefficace contre ce monstre.
Il a bien un point faible ! Je dois le trouver, et vite !
Le cyborg avait-il deviné ses pensées ?
- Je n’ai pas de point faible, mais je connais le tien : la peur de perdre ceux que tu aimes !
- C'est tout ce que tu sais de moi ? Et mes talents de cuisinier, tu connais ?
Je fais le malin, mais il a encore raison, il en sait trop sur moi ! Bon, ils arrivent, ces renforts ?





Sales bêtes !
Pour Thalia/N°1, l'obscurité n'était pas un problème, mais la grotte semblait bien plus profonde qu'elle l'avait imaginée.
- Cette roche a été fondue il y a peu, transmit N°1 par leur liaison directe.
- Mais où est Masha ? Je ne la vois plus…
- On est suivis ! Des machines !
N°1 prit le contrôle et ses lames cueillirent au vol la première arachne, faisant gicler un liquide visqueux et envoyant des morceaux voler en tous sens.
- Il y en a d'autres, J'en détecte … trois  ! Elles tentent de nous encercler !
- Elles sont plutôt fragiles, elle n'ont pas l'air très dangereuses !
- Regarde mes avant-bras.
Le blindage en laminarium semblait… Brûlé par endroits..
- Le liquide ?
- Oui, et je ne régénère pas !
Le laminarium avait la particularité de s'auto-réparer. D'habitude !
- Aïe ! Pas bon, ça ! !
- D'autant plus que j'ai détecté autre chose dans le… Venin : un nano-tueur auto-reproductible. S'il touche ta peau… Et il y a une bonne centaine de ces machines dehors.
Les bestioles prenaient leur temps, sûres de leur victoire : elles attendaient l'ordre





Un combat sans espoir
Il n'y avait rien à faire contre ce monstre, à moins de disposer d'armes lourdes. Un repli stratégique ?
Les arachnes arrivées en masse n'attendaient que ça !
Trop nombreuses pour les détruire toutes ! Gagner du temps !
Et Hekken avait prévenu :
- Si tu fuis, elles iront la chercher. Mais tu aimerais sans doute connaître l'effet du '‘venin’' ? Regarde, j'ai amené un volontaire ! Ah, si tu bouges, elles rentrent !
Venom connaissait bien le '‘volontaire’' : sur Tschaï, ils avaient capturé Hekken ensemble.
- Jake ! Oh merde !

Jake Keren, suspendu à des câbles, fut descendu de l'un des Tripodes, puis libéré de ses entraves. l'une des arachnes fut sur lui en un instant, puis s'éloigna. Au début, rien n'arriva. Puis sa peau commença à rougir, gonfler, se crevasser partout où elle était nue. La douleur le poussa à s'arracher ses vêtements, étendant la zone attaquée.
- Des nano-machines activées par la lumière : elles vont se multiplier, puis le peler, couche par couche, le paralyser lentement avant d'attaquer d'autres tissus. Ça peut aller vite, mais lui, il en a pour des heures ! Des jours ! Imagine, tous ses nerfs à nu, envoyant leurs signaux de détresse. Je me demande ce que ça donnerait sur toi, avec tes pouvoirs d'auto -régénération.
-Peuh ! Et tu te priverais du plaisir de m'infliger une correction ?
- Non ! Tous comptes faits, non !
Moi qui voulais gagner du temps…
Et la machine attaqua, encore plus rapide qu'au round précédent !
Auto ajustement ! Et en plus, il semble anticiper mes attaques.
Il ? Non ! Il se bat comme Magnus ! Elle ! La Brume ! Ça va pas être facile !
Eh, les mando’, trainez pas en route !





La cavalerie ?
- Ça y est, les forces terrestres commencent à descendre !
- On devrait descendre, nous aussi : on aurait de meilleures images, suggéra Ashoka.
- Et les ordres ?
Ils étaient clairs : après leur mission de reconnaissance, ils devaient se contenter d’observer les combats et transmettre au commanditaire.
- On nous a dit d’observer. Qu’est-ce qui nous interdit d’observer les combats terrestres ?
- Mmmmh ! Vu comme ça…
- Ce croiseur faisait impression de loin, mais finalement… Regarde : nos frères sont déjà à l’intérieur. Les trucs intéressants, c'est dedans. Ou en bas !
Talon, partagé, s’avisa d’un détail : cette fois, c’était Ashoka qui avait le commandement. Il ne ferait que lui obéir, après tout. Et puis sa sœur était bien plus maline que lui. Elle saurait entortiller leur père s’il s’avisait de leur passer un savon.
- T’as raison, on y va !
Leur chasseur furtif passa bien au large du combat. Autant éviter une malencontreuse collision avec un camarade, pas vrai ?




Masha à la rescousse !
Les échos d’un rire enfantin n’en finissaient pas de retentir dans la grotte. Les arachnes tournaient leurs senseurs en tous sens, sans succès.
- chut, maman ! Ne bouge pas ! Elles ne peuvent pas me faire de mal, à moi !
Masha, sa Masha, vêtue en tout et pour tout d'un petit pagne, couverte de peintures et de boue, Masha qui courait au-devant des Arachnes avec des javelines pour seules armes.
Thalia tenta de voler au secours de sa petite, mais N°1 refusa de bouger, expliquant :
- Elle ne risque rien, ce n'est pas Masha, juste une illusion !

Les senseurs des arachnes n’étaient pas aussi sophistiqués que ceux du SyD, car elles fondirent sur la gamine. Profitant de la diversion, un pan de mur derrière le duo s’effaça. Un énorme gant griffu les saisit et tira. N°1 laissa faire. La paroi se referma juste après leur passage
- tu vois, maman, je ne risquais rien, je suis ici, en vrai ! Et je suis avec…
Le feulement était si bien imité que Thalia eut du mal à croire qu'il sortait de la gorge de sa fille. Elle reconnut l'identifiant de Lune de Sang, qui feula à son tour
Une voix métallique sortit de la ceinture de la Matriarche qui, revêtue d’une armure adaptée à sa morphologie, était encore plus impressionnante que d’habitude.
- Nous traquons les traqueurs dans les tunnels. Ils ont eu tort de s'y aventurer, mais Masha les a appâtés ! Elle chasse comme une Kuri, ma petite fille-de-lait !
Sous le compliment, la fillette se rengorgea et bomba le torse. Elle s'avança vers sa mère qui l'arrêta d'un signe.
- Il ne faut pas toucher N°1, mon petit amour : il a été contaminé par le poison des arachnes... Et moi, je ne peux pas sortir sans…
- … Essaie une charge ionique, chérie ! Ce sont des nano-machines ! Suggéra Venom dans le comlink.
- Une charge ionique ? On peut essayer. Et toi, chéri, comment tu t'en sors ?
- Ce nouvel Hekken est une vraie plaie, mais ça peur aller… je le finis et j'arrive, répondit-il d'un ton léger, avant de couper la liaison.
- Je le finis et j'arrive, tu parles! Il va encore se mettre en sang  et se casser des os! N°1 ? On essaie ? Sanglante Matriarche, Masha, il vaudrait mieux vous éloigner.
- Je suis prêt ! Charge à 600, dose maxi !
- Dose maxi, mais ?
- ça passe ou ça casse !
C'était surtout pour lui que ça risquait de casser. Il déconnecta Thalia de sa liaison neurale.

... ...




La cavalerie? Quelle cavalerie? Ce sera bientôt à l'infanterie lourde d'entrer en scène. La meilleure de la galaxie, celle qui s'habille en Beskar. Mais laissons leur le temps de débarquer: dans le prochain épisode, nous irons prendre des nouvelles de Marek, qui va faire quelques rencontres surprenantes.


BONNE LECTURE!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 11 Mar 2018 - 17:10   Sujet: Re: HoH, livre 3: chap 2

.
Finalement, Marek attendra. Les guerriers en Beskar'gam sont en avance sur le planning.
Pour être plus précis, j'ai achevé plus tôt que prévu la réécriture de ce chapitre. J'espère que je n'ai pas laissé trop de fautes. (N'hésitez pas à me les signaler).

Peut-être est-ce à cause du casque, peut-être à cause de leur culture guerrière, mais j'ai souvent été frappé par les ressemblances entre Mando'ade et Spartiates. d'où le titre de ce chapitre.




Chapitre 3 : 300 (et des poussières)




La cavalerie arrive
Les navettes d'assaut venaient de débarquer la première vague. Le contingent de guerriers Mandaloriens se heurtait déjà à des droïdes de combat très efficaces, pour une fois.
La situation tactique n’était pas idéale : la résistance inattendue du croiseur et de ses chasseurs droïdes avait privé les assaillants d’appui aérien et, pour tout arranger, la configuration des lieux les avaient contraints à se poser sous le feu de l’ennemi. Pas de quoi effrayer les guerriers en beskar’gam, qui en avaient vu d’autres. Mais les transports de la seconde vague, constituée de Berels et des mercenaires à leur service, se posaient déjà, avec près de dix minutes d’avance sur le planning !
- Trop tôt, on n’a pas fini de dégager la Drop Zone, râla Alcor Mereel.

Il était inquiet : il n'avait pas l'habitude de se battre aux cotés de combattants nu mando. Comment ces amateurs allaient-ils se comporter face au feu roulant des droïdes ?
Et les soldats qui ont débarqué avec ces machines ? Où sont-ils donc passés ? s’irrita-t-il (1).
Il avait déjà combattu, sur Borussa, les fanatiques au service de Verryn. Des adversaires intéressants, bien plus coriaces que ces tas de ferraille !
- Attention, des droïdeka, l’avertit Bobbi, qui avait insisté pour faire partie de la première vague.
Du coup, le mando veillait à parler et même penser en basic. Pourquoi son père avait-il accepté la demande de ce Kiffar qui n’était plus de la première jeunesse? À vue de nez, il donnait bien 50 ans au chasseur de primes. Un vieillard pour le jeune trentenaire qui oubliait que son père avait largement passé la soixantaine.
Oui mais lui, c'est un mando'.
- T’inquiète pas, on est équipés pour , lâcha-t-il à son compagnon pour le rassurer.
Son fusil à impulsion électromagnétique tonna contre l'un des droïdes qui ouvraient déjà le feu sur eux…
Sans succès, et la riposte l'obligea à plonger au sol alors qu'il réglait fébrilement son arme à la puissance maxi.
Un ridicule «  poum » de pétard de foire à sa gauche (là ou était Bobbi) et la machine explosa.
- Lance-grenades ! moi aussi, je suis équipé pour, fanfaronna le kiffar !
Alcor reconsidéra l'utilité de l'arme courtaude à la bouche démesurée que maniait le chasseur de primes. Celui-ci admit cependant :
- Quoique, si ta décharge n'avait pas affaibli son bouclier, elle aurait rebondi, ma grenade !
- compris ! Moi je désactive, toi tu flingues !
Aussitôt dit, aussitôt fait ! Trois machines tombèrent sous leurs efforts conjugués et ils purent avancer jusqu'au couvert des arbres. Les berels aussi se battaient bien, pour des amateurs. Alcor les avait toujours pris pour des bigots confits en religion ; à tort ? Ils se servaient en experts de leurs blasters à tubes multiples. Certains avaient même des désintégrateurs !

La construction de bois que leurs ennemis avaient investie était maintenant toute proche.
Alcor vérifia du coin de l’œil la position de son Vieux et le vit, rassuré, courir en tirant sur ses adversaires à une trentaine de mètres sur la gauche.
Des hurlements déchirants sur la droite : un Berel blessé semblait se décomposer sur place. Plus loin, un Frère – Cerda- tomba, assailli par trois objets tombés d’un arbre. Il en détruisit deux d’un revers de vibrolame, et un camarade fit sauter la troisième machine. Ce combattant s'exclama  :
- Osi'kyr ! À tous, attention à ces droïde-araignées, leur venin attaque même le Beskar !
Les gars sans armure, restez en retrait !
L’armure de Cerda, qui tentait de se relever, fumait et avait fondu par endroit !
Droïde-araignée ? C’est leur venin qui fait ça ?
Alcor vit d’autres petites machines aux longues pattes filiformes tomber des arbres, droit sur des camarades plus avancés. Il réagit d'instinct, élargit au maximum le champ d'action de son arme et tira. Les machines se figèrent et d’autres dégringolèrent des arbres, désactivées. L'un des mando atteints par la décharge (sans grand danger avec l'armure compte tenu de la dispersion), protesta en basic :
- Eh, fais gaffe avec ton joujou, tu as grillé mon comlink. Tu devrais apprendre à…
Il reconnut le tireur et deux arachnes désactivées tombèrent à ses pieds :
- N'eparavu takisit !

Alcor se contenta d'un geste, puis hurla en basic (d'autres comlinks avaient peut-être grillé) :
- Au signal, tir de barrage EM à champ large sur les arbres… Maintenant !
D'autres machines dégringolèrent de leurs perchoirs.
Alcor considéra la végétation touffue du sous-bois : un bon terrain d'embuscade pour ces bestioles ;
- Tir au ras du sol… maintenant !
Des étincelles çà et là lui donnèrent raison.
- on continue et on alterne, hurla-t-il à nouveau.

Avec ces précautions, l'avancée fut un peu plus lente que prévu. Arrivé aux abords de la clairière, le jeune mando revérifia la position de son père. Celui-ci lui fit un petit salut  ironique et un geste agacé :
« Je suis assez grand pour me débrouiller tout seul! », devina son fils.
j'sais bien, pa' ! Mais j'ai le droit de m'inquiéter, non ?
- pas de droïde- araignée en vue, constata Bobbi
Normal : pas d'arbre, une impeccable pelouse tondue à ras, des massifs fleuris… Aucun endroit où s’embusquer.
Par contre :
- Tiens, on dirait qu'elles avaient une maman, ajouta le kiffar !

Maman n'avait que trois pattes et pas de venin, mais faisait cinq mètre de haut, portait un gros canon laser en tourelle et des blasters sur toute sa circonférence !
- Haatyc or'arue jate'shya ori'sol aru'ike nuhaatyc, cita le guerrier.
À sa grande surprise, le kiffar répondit :
- Ouais, mais celui-là, on le voit trop bien !
Bobbi comprend le mando’a ?
Alcor avait d’autres préoccupations : il régla son canon EM pour un tir concentré, croisa les regards de Jedder et Fenn qui pointaient eux aussi leurs armes. Ils n’avaient pas besoin de se concerter : leur salve frappa de plein fouet le tripode qui riposta immédiatement. Les trois décharges EM et la grenade lancée par Bobbi dans la foulée n’avaient même pas égratigné le blindé,
- à terre !
La riposte laissa une longue brûlure sur la pelouse à moins de vingt centimètres de sa position.
Bobbi constata :
- C'est le jardinier qui va pas être content ! Le fossé, là, à gauche !
- vu !
En fait de fossé, c'était un ruisseau très encaissé qui coulait le long de la maison jusqu'à un lac proche. Ils n'étaient pas les seuls à s'y être mis à couvert ; Un Berel, un des mercenaires arrivés avec eux et Karg, reconnaissable à son armure striée d'orange.
- On peut l'approcher par là, il ne peut pas nous atteindre dans cette tranchée, l'angle est mauvais ! Suggéra-t-il .
- Reste à trouver un moyen de l'abattre, objecta le Berel 
Dalek, se souvint le jeune Mereel qui suggéra :
- trois pattes, c'est pas très stable ! Si on en détruit une…
- Avec quoi ?
- ça, peut-être, fit Bobbi en exhibant deux détonateurs thermaux.
- on a de la visite !
Karg ouvrait déjà le feu sur les soldats qui couraient vers eux ;
- "Hukaat'kama ! Bobbi, avec moi !
- Allez-y, on vous couvre , confirma Dalek ; Ils auraient dû rester sous le bouclier du blindé !
Le curieux blaster multitubes du géant cracha une longue rafale, fauchant plusieurs assaillants. Ceux-ci avaient commis une erreur : leur job, c'était de protéger la machine d'éventuelles attaques par en dessous, dans sa zone aveugle. Précisément ce que le duo tentait de faire !
- j'veux le même, s'extasia Bobbi devant l’efficacité du multi tubes.
- si t'es sage, je t'en offrirai un pour le nouvel an, répliqua le berel.
Alcor et le kiffar progressèrent vers l’amont, courbés en deux, Leur itinéraire les mena à l’intérieur du bouclier ; le laser du blindé ne pouvait les atteindre, mais les blasters disposés en couronne ouvrirent le feu.
- Mais il n'a PAS de zone aveugle !
Alcor combina un tir de son EM et le lancer de deux missiles :
- maintenant, si ! Reste bien devant la patte, je m'occupe des autres blasters !
Le droïde essaya bien de réorienter le blaster le plus proche, mais Alcor traita l'arme comme la précédente.
Bobbi escalada la patte du blindé pour atteindre l'articulation à mi-hauteur. Il y glissa l'une de ses sphères, puis dégringola jusqu'à l'articulation la plus basse, où il glissa la suivante.
- cinq secondes, hurla-t-il avant qu'un mouvement brutal du blindé ne le déloge de son perchoir précaire.

Alcor eut tout juste le temps de se retourner pour le réceptionner et rouler hors de portée de la patte qui tentait de les écraser. Ils plongèrent ensuite vers le ruisseau. Juste à temps pour éviter l'explosion ; l'une des grenades, celle du bas, délogée par le mouvement brutal avait roulé sur la pelouse et creusé un profond cratère. Celle du haut, par contre, avait démoli l'articulation.
- Kandosii!
- Merci ! Il va vraiment pas être content, le jardinier, fit Bobbi en constatant les dégâts ; Alors, il tombe ?
La machine essaya bien de compenser avec ses deux autres pattes, mais elle se mit à pencher dangereusement vers…
- Fichons le camp d'ici !
- plus dure sera la chute !
- surtout pour nous si on reste dessous !
Mais la machine cessa de pencher, se stabilisa et replia ses deux autres pattes.
- Merde, il a des répulseurs !
- Bon, au moins, sans pattes pour le stabiliser, il va être moins précis, analysa le mando’.
Effectivement, l'engin oscillait légèrement. Le problème, c'est qu'il se dirigeait vers eux, faisant feu de tous ses blasters !
- J'suis à court d'idées, là… Avoua Alcor
- Moi, j'en ai une : on se tire d'ici !

Un objet dans le ciel fondit sur eux dans le hululement de ses réacteurs ioniques. Non, pas sur eux : l'engin ouvrit le feu sur le blindé, mais ses canons laser ne firent qu'attirer l'attention du droïde géant.
Un chasseur furtif Mandalorien survola le blindé à grande vitesse avant d'entamer un virage .
- ils pouvaient pas obéir aux ordres, pour une fois ?
- Qui ça ?
- Ashoka et Talon, qui d'autre ! Un chasseur furtif n'est pas construit pour l'assaut, trop fragile ! Ils vont se faire…
La tourelle suivait déjà leur trajectoire, encore une fraction de secondes, et…
Le chasseur disparut soudain…
- Non ! Ils ne se sont pas…
Bobbi ne pouvait voir le visage de son camarade, mais il devinait son angoisse… un moment… Un LONG moment, et le blindé abaissa sa tourelle vers les cibles au sol.
- merde, ils se sont…
Un hululement soudain face à eux, une décharge de canon ionique balafra l'atmosphère. Alcor devina plus qu'il ne vit les deux missiles qui suivaient, mais ils éventrèrent le monstre.
Le stealth les survola avant de remonter en chandelle tout en effectuant des tonneaux de victoire.
- Talon, petit crétiiiiin, hurla Alcor en levant les poings aux cieux !
- Par ici, Alcor ! Vite,Viiiiiite ! Le méchant fait du mal à papa !
- Jaïna ? C'est toi ? Attends !
Il n'avait jamais eu de mal à distinguer les jumelles, mêmes peinturlurées et couvertes de boue.
Il suivit la projection d'une sauvageonne qui le précédait vers le lac.


À bord du chasseur 
- tu vois que mon entraînement au vol tactique a payé , jubila Talon, très fier de lui !
- vol tactique ? On a failli s’emplâtrer au moins cinq arbres !
- Eh, c'est ça, le vol-tac' : voler SOUS le couvert du relief !
- y a pas de relief, ici ! Juste des arbres !
- Et alors ? C'est la même chose ! Trouve-moi plutôt un autre de ces machins ! Il nous reste encore deux décharges et deux missiles !
- D'ac, mais la prochaine fois, c'est moi qui conduis ! Huit cibles ! Deux blindés tout près, au contact des forces amies.
- Où ça ?
- les deux qui nous tirent dessus, crétin, redescend !
- On y va ! Vooool tactic' !
Le chasseur replongea vers le couvert des arbres. SOUS le couvert des arbres !


le réveil du droïde
- Réactivation du générateur… Modules de cognition opérationnels… auto diagnostic… réparations en cours… mémoires endommagées… en cours de reconstitution : 80 % 90 % 100 %
Conclusion, je suis vivant ! Senseurs internes ? Thalia, Thalia ? Tu m'entends ?
- N°1 ? C'est toi ? C'est bien toi ? Ouf ! Tu m'as fait peur ! Je commençais à croire que tu avais…
- Je croyais, moi aussi !
- Tu t'es réveillé à temps ! La matriarche allait sortir le cutter laser et le pied de biche ! Je commençais à manquer d'argument pour la faire attendre !
- Mes senseurs externes sont grillés. Les Nano tueurs ?
- grillés aussi, d'après elle ! Son traducteur a des senseurs très performants ! Et ton laminarium a commencé à s'auto-réparer
- J'ouvre, alors !
- Merci ! On va te porter à l'atelier, y a tout ce qu'il faut pour te remettre en état !


Vol tactic-tac !
- Ouais, On l'a eu ! Mais y’en a d’autres ! Plus de missile, plus de jus dans le canon ionique ! Qu'est-ce qu'on fait ?
- On n'en a plus, mais nos chasseurs lourds, si ! On va leur marquer les cibles. Va vers la grille 125-44 – 07. Des blindés s'approchent de nos troupes. Prends ton temps, faut que je contacte des amis !
- compris ! Voool-tactic' !
Ashoka appela sa copine Arya qui commandait une patrouille là-haut. Celle-ci harcelait un destroyer et des droïdes plus coriaces que prévu, mais l'appui aux troupes faisait partie de ses missions. Devant l'urgence, elle détacha deux chasseurs qui piquèrent vers la planète ;
La tactique était simple : fournir les coordonnées de la cible pendant que Talon lui tournait autour en restant hors de portée, remonter juste le temps de la marquer avec le désignateur, replonger à l'abri en attendant que les missiles suivent la piste jusqu’au marqueur. Et recommencer. Normalement, c'était le boulot d'un air-speeder. Normalement.
Deux blindés succombèrent aux missiles venus du ciel
- On dirait que tu as bien profité de ta formation de Contrôleur Aérien Avancé.
- tais-toi, p'tit frère et vole tic-tac-tic !Il en reste encore !
- à tes ordres sœurette !
Même en se chamaillant, ils formaient une bonne équipe  et leur père avait veillé à diversifier leur formation, bien au-delà des techniques traditionnelles.


Si ses yeux étaient des blasters…
- Ouch ! Aille ! Oufff !
Il n'était pas du genre à se plaindre (sauf quand sa Thalia le pinçait), mais là… Il avait arrêté de compter les os brisés.
Il s’était laissé piéger comme un bleu : alors qu’il harcelait un Hekken apparemment sur la défensive, celui-ci avait réussi à attraper sa cheville droite. L’espoir s’était transformé en déroute, la déroute en correction.
Le Cyborg se servait maintenant de lui comme d’un hochet, ou plutôt comme d’un gourdin…
Ceci dit, les rochers qu'il frappait ne risquaient pas d'avoir mal, eux !
La vaillante armure avait résisté, au début, mais maintenant, elle partait en morceaux ! Heureusement, le casque tenait toujours… Pas pour longtemps, une grosse main de métal l'arracha.
Pas grave … ouch... ma Thalia est à l'abri et des renforts arrivent !
Tiens, ça s'est arrêté !

Le problème, c'est que je ne peux plus bouger. Je ne sens même plus la douleur. Vertèbres fracturées ?
- Ohhh ! ça me rappelle l'histoire du mec qui se tapait la tête contre les murs…
- Tu peux encore parler ? Que dis-tu ?
On dirait, oui ! Mais c’est à peu près tout !
- …. quand on lui demandait pourquoi, il répondait : c'est si bon quand ça s'arrête !
- c'est ce que tu as choisi, comme dernière parole historique ? J'ai dû multiplier par dix le nombre de tes os, et je n'en ai pas fini avec toi ! Maintenant, je vais faire de la pulpe !
- C'est-ce que t'as choisi comme dernière parole historique ? Parce que je commence juste à m'échauffer, là !
- je t'ai étudié : tu en as pour un moment à régénérer. Et c'étaient bien tes dernières paroles…
Il balança un revers et la mâchoire cassa.
Il n'aime pas qu'on se foute de sa gueule, ce débile !
Le corps était brisé, mais l’esprit fonctionnait encore, vaille que vaille, cherchant désespérément une solution :
Bon, qu'est-ce qui marche encore ? Les yeux ? Ah, je peux aussi lever la tête… Un peu : s'il se penche, je lui file un coup de boule. Je me trompe ou mon petit doigt a remué ? Bon, ils arrivent, ces renforts ? Faudrait pas qu'il trouve ma Thalia avant eux !
Le cyborg n’était pas pressé d’en finir :
- J'ai largement le temps de te conter par le menu ce qui attend ta chère épouse. Et tu sais quoi ? Je m'occuperai aussi du cas de tes filles : Verryn les veut vivantes, mais avec leurs capacités de régénération, je peux m'amuser un peu…
Salopard, Salopard, Salopard !
Hurla mentalement Venom.
Il n'allait pas lui faire le plaisir de hurlements inarticulés. Mais sa rage se teintait du désespoir le plus noir. Une rage impuissante : seuls ses yeux lui obéissaient encore.
*Alors, t'as qu'à le tuer avec tes yeux, fit une petite voix que lui seul entendit
Il répondit de la même façon
*Jaïna ? Tu sais, Papa est très occupé, là ! Tu devrais aller jouer avec ta sœur, je finis avec ce monsieur et j'arrive !
Mais sa fille ne fut pas dupe !
* Pauvre papa ! Tu es tout cassé de partout ! Mais tu as tes yeux, avec les petites bébêtes qui tuent ! Regarde, elles se mettent en rang pour brûler le méchant.

Bizarrement, il se vit par les yeux de sa fille : les petites bêtes venimeuses dans ses yeux ne dansaient pas la sarabande : elles avançaient en rangs bien disciplinés : sa pupille ? Réduite à un point noir ! Des cercles concentriques noirs, tout autour… Et les petites bêtes qui avançaient en rangs, formant six rayons convergeant vers le centre…
- Bah, pourquoi pas ?
Il sentit une force l'emplir, une force venue de l'intérieur.
Ça tombait bien : intrigué par le phénomène, Hekken venait de relever son masque hideux : ce qui se trouvait dessous n'était pas mieux !
- Mon papa, il dit que tu es encore plus laid sans ton masque ! Et c'est vrai ! T'es vraiment affreux pas beau !
- Eh ? Qui parle ? C'est toi ?

Cet abruti se pencha : son cerveau sous cloche faisait une belle cible. Un cerveau qui semblait entouré de brume.
Les deux traits de lumière rouge surgis des yeux du jeune homme transpercèrent le blindage transparent comme s'il n'existait pas. Et ce qui restait du Hekken organique (ou plutôt de son clone) brûla, produisant une flamme intense qui s'éleva à plus de trois mètres. Dedans la brume se tordait et se débattait, puis se condensa pour se protéger du feu. La flamme se résorba soudain et quelque chose tomba au sol.
Cette fois, c'est fini ! j'ai grillé ma dernière cartouche, songea Venom dont la tête retomba contre la roche dure.
Aaaaah … C'est si bon quand ça s'arrête !
Mais contre toute attente, son corps continua à fonctionner, et le retour de la douleur confirma qu'il tentait même de s'auto-réparer.
Marchera jamais ! Plus assez de forces, estima-t-il.
Mais la vie, obstinée, s’accrochait à sa carcasse meurtrie.

Des explosions, des tirs d'armes lourdes : les renforts étaient la !
Quelqu'un, tout près…
- T'as vraiment des yeux qui tuent! Mais tu es encore plus amoché que la dernière fois ! Et qu’est-ce que t’as fait de te belle armure ?
Ce n’était pas difficile de deviner : il y en avait des bouts éparpillés un peu partout !
- Pfft ! On peut pas te laisser seul cinq minutes sans que tu fasses une connerie !

Venom connaissait cette voix ! Une voix qui semblait sortir des profondeurs d'un casque lourd.




Note:
1 Peut-être ont-ils rencontré le loup en se promenant dans les bois ? :diable:




Venom a fini par découvrir, peut-être un peu tard, pourquoi il a été conçu!
Mais pourquoi donc personne - Palpy, Verryn ou un autre- n'a daigné lui fournir le mode d'emploi? :grrr:
Cela lui aurait portant évité bien des ennuis! :paf:


P.S: Faut-il fournir une traduction des expressions en mando'a??

Bonne lecture!
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Tigre12 » Ven 16 Mar 2018 - 14:10   Sujet: Re: HoH, livre 3: chap 3

Boh je pense pas que ce soit utile de donner une traduction mais après...

Par contre, si j’ai bien compris, il a été créé pour détruire la brume, c’est bien ça ?
Si c’est pas ça, je crois que j’ai rien compris :neutre:
Tigre12
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17
Enregistré le: 11 Oct 2015
 

Messagepar Ve'ssshhh » Ven 16 Mar 2018 - 18:39   Sujet: Re: HoH, livre 3: chap 3

Tigre12 a écrit
Par contre, si j’ai bien compris, il a été créé pour détruire la brume, c’est bien ça ?
Si c’est pas ça, je crois que j’ai rien compris :neutre:


Tu as compris ( à un détail près, pas encore révélé) !
Si Palpy s'était réincarné en lui (ou un autre clone du même genre), il aurait disposé de l'arme ultime pour "traiter" avec les Doloriens et leur "colocataire".
Ce n'est pas pour rien que Verryn l'a placé en travers du chemin du sorcier Magnus. Ce n'est pas non plus par hasard qu'il s'intéresse aux enfants de Venom, alors que la Brume préfèrerait leur mort. :sournois:

La détruire? En fait, pas tout à fait car la Brume est... :chut:
Il y a déjà un indice la concernant dans ce chapitre, et un autre très prochainement.
Pour en savoir plus sur cette entité et sur la Tenebrae, il faudra attendre.
Car "la vérité est ailleurs", comme dirait le prophète Muldek :sournois:
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Ve'ssshhh » Dim 18 Mar 2018 - 19:42   Sujet: Re: HoH, livre 3: chap 4

.

Pour le voyageur avisé, pas question de partir pour un monde inconnu sans avoir au préalable glané quelques renseignements.
En Contreband…. Marchand avisé, Marek s’est probablement muni de son « Livre du Voyageur Galactique » ( anciennement « Guide du Routard Galactique »). Ce « Must Have », édité sur Corellia depuis près de vingt-cinq mille ans, regorge d’informations pratiques : monnaies locales, taux de change, cantinas accueillantes, correspondants locaux, tarifs douaniers, liste de fonctionnaires compréhensifs…
Son principal concurrent édité sur Yaga Minor, « Lonely Galaxy » s’il offre des renseignements utiles, se veut plus intellectuel : il laisse une grande places aux sites et évènements culturels de nombreux mondes : stations de défense, revue de la flotte, défilés et exercices militaires susceptibles d’émouvoir un général ou un moff passionné par son métier…
D’ailleurs, dans ce nouveau chapitre, nous partons visiter le nord du Bras de Tingel



Chapitre 4 : Lonely Galaxy
L’essentiel du Bras de Tingel, tome 1 : le Nord-est
édition 65 (1)




Comment circuler
Sans préavis, l'espace redevint normal. L'immense créature qui avait délivré sa cargaison à bon port et en un temps record disparut comme si elle n'avait jamais existé.
Marek, affalé dans son siège de commandement, ronflait bruyamment. Bolek le secoua :
- Réveille-toi, Boss, je crois qu'on est arrivés
- heu, quoi, comment, que … Aaaaaoooooow. Bien dormi… Quoi, déjà ?
- ça fait tout de même douze heures qu'on est partis, Boss. C'est pas instantané, ce truc, conclut
Bolek, manifestement déçu.
- Douze heures au lieu de deux semaines et sans voir un seul douanier ! Moi, je trouve ça cool !
En plus, ces derniers jours ont été épuisants et j’avais une grosse dette de sommeil.
- On a remarqué, Boss ! J’dirais même que la dette est payée, intérêts de retard compris. À propos de sommeil, je crois que tout le monde a plus ou moins roupillé pendant le voyage. Et eux, c'était pas pour rattraper du sommeil en retard. Tout le monde à part les Jedi et nous, les Berel,
- ils n’ont pas roupillé, mais plutôt été victimes d’une illusion sophistiquée: les Très Anciens n'aiment pas trop dévoiler leurs petits secrets. Je serais curieux de savoir ce qu’ils ont cru voir.
- Et pourquoi pas nous, alors ?
- Qui te dit que ce que tu as vu était réel ?
- Quoi, ça ne l’était pas ? Mais alors ce vers gigantesque qui…
- Qui ressemble tant au ‘Jormun’ de nos légendes ? Celui qui finira par engloutir l’Univers mourant pour le rescuciter dans l’Ailleurs ? Quelle coïncidence !
- Ah ?
Le jeune Berel plissa le front, affichant les signes d’une intense réflexion, ses convictions battues en brèche , puis :
- Oh ! Tu crois que…
- À vrai dire, j’n’en sais rien. Mais, comme l’a si bien dit notre grand philosophe Muldek : « la vérité est ailleurs ».
Jugeant avoir suffisamment ébranlé les convictions du jeune Berel, Marek revint au sujet :
- Alors, on a quoi ? Ce truc nous a cueillis par surprise, on a laissé pas mal de retardataires.
- Détrompe-toi, boss ! Ceux qu’on attendait sont bien là : les trois croiseurs de Venom et leur escorte, le croiseur d'Eiren, l'escadre d'Imax avec un gros Loronar bidouillé et quatre Interceptor V modernisés, les transports d'assaut de ses alliés Zabraks et Kurii . J’suppose que Jorm…que le Trans Galactic Express les a avalés en route avant de nous engloutir. Et j’ai mieux ! Les Jedi ont reçu du renfort : une deuxième frégate et une vingtaine de GAT 24 !
- Et Skywalker qui craignait de ne pas faire mieux que deux escadrons de chasse…
- Ouais, mais DEUX Escadrons Jedi, Boss ! C’est du...
- Appel sur la fréquence de la flotte, Boss, avertit Borgis. Identifiant confirmé, c’est…

La voix d’une jeune femme emplit les haut-parleurs.
- Allo, Allô, ici red7 sur fréquence J4C. Maître Skywalker, vous me recevez ?
Celui-ci répondit immédiatement :
- 5 sur 5, Jaïa et … Sylver, c'est ça ?!
- Ooooh vous vous souvenez de mon… De nos noms ?
- Oh oui ! On a parlé boutique sur Herrion, il y a treize ans… C'était à propos de la tactique de l'attrape-Bantha utilisée sur Hoth, rappela la voix du Jedi, mi-figue mi-raisin.
Même sans le voir, Marek devina qu’il souriait.
Une discussion animée, hein? Jaïa aurait descendue en flammes ta géniale stratégie?
Probablement : déjà à l’époque, la gamine n’était pas du genre à lâcher prise quand elle défendait ses convictions. Depuis, elle avait su faire preuve d’un remarquable sens tactique. Et d’un toute aussi remarquable entêtement.
- Tu avais raison, Jaïa, reconnut Luke : nous aurions dû attaquer ces quadripodes par le flanc et avec l’armement lourd de nos T65 plutôt qu’avec ces petits snowspeeders.

Jaïa en resta sans voix et Sylver ne prit pas le relais (un événement rarissime). La droïde avait tendance à finir les phrases que sa partenaire commençait. Et inversement, d'ailleurs.
- Jaïa ? Toujours avec nous ?
- Ah, euh, ben… Oui, je suis bien là, Maî… Euh, Luke !
Sylver avait retrouvé sa voix, elle aussi :
- Nous sommes venues vous apporter les coordonnées du point de rendez-vous, c'est tout près.
Il valait mieux pour elles : un Intercepteur TIE, même équipé de l’hyperpropulsion, ça ne va pas très loin !
Marek constata :
- On dirait que le petit réseau comm qu'on a bricolé pendant le voyage fonctionne très bien !
- Mieux encore : les équipages censés roupiller ont quand même trouvé le moyen de s'y connecter aussi.
- Ici Rogue 1 ! Tout le monde a copié les coordonnées ?
Les confirmations fusèrent…
- à mon signal… attention… 3, 2, 1, Top !




L’hébergement : les Guest Houses, pour aller à la rencontre des autochtones :
Au rendez-vous, il y avait un vieux cuirassé Rendili -un des Katana de Thrawn- converti en transport de chasse : on lui avait greffé deux hangars latéraux et supprimé une partie de ses turbo-lasers.
- on dirait qu'il sort d'une bataille, Une bataille perdue, remarqua Marek en repérant les traces d'impacts.
- On dirait qu'on l'a ressorti de la décharge, oui ! Nom mais, regarde ça : il y a une brèche dans le hangar bâbord !
Bolek aimait les vaisseaux impeccables.
Pourtant, de plus près, les dégâts semblaient moins impressionnants : la majorité des impacts et brûlures étaient artistement peints sur le blindage. Et s'il y avait bien une brèche, elle était colmatée de l'intérieur…
- Rendez-vous dans le hangar T, salua red 7, le B a été assez sommairement réparé : combinaison ou armures obligatoires.
C'est pourtant dans celui-là qu'elle se posa : évidemment, avec Sylver, elle était à l'abri d'une dépressurisation. La navette d'Eiren fit la tournée de ramassage et se dirigea vers le hangar intact, escortée de FurtX Cependant, seul celui du grand maître se posa à l'intérieur.

Le comité d'accueil était conduit par deux humains, l'un assez âgé et l'air autoritaire, l'autre beaucoup plus jeune et jolie malgré sa posture martiale ; même sans uniforme, c’étaient à n’en pas douter des impériaux.
Deux SyD, celui de Jaïa et un autre arborant un N°9 avançaient derrière eux.
alors, pourquoi Jacsyn n'est pas dedans ? s'étonna le Berel.
Un proche humain qui se distinguait par ses moustaches (trois longs et raides poils horizontaux de chaque côté), un bipède poilu et trapu, aux yeux immenses émergeant d’un masque respiratoire, une Jedi Twi’lek à peau verte et un Berger complétaient la petite troupe. Voyant maître Skywalker, il fit un petit bond dans sa direction.
Celui-ci lui adressa un sourire chaleureux :
- Nous nous sommes déjà rencontrés, je crois... K'reeelll si je me souviens bien ?
- C'est bien cela. Journeyman du district des cascades. Enchanté de vous revoir, maître Skywalker !
- Moi de même…
Les deux impériaux s'avancèrent, un peu froissés peut-être de perdre l’initiative. K'reeelll se hâta de les présenter.
- Puis-je vous présenter nos hôtes ? Voici le Moff Arrus Howler et la commandante Kerina Howler, qui se trouve être sa fille. Tous deux ont pris une permission pour visiter le secteur, un peu de tourisme. Arrus, Kerina, voicile célèbre maître Jedi Luke Skywalker.
Celui-ci choisit d’éviter toute solennité ou formalisme militaire. Après tout, ses hôtes étaient en civil !
Il salua d’une courbette polie, puis continua dans la veine familière du Berger :
- Enchanté ! Visite intéressante ?
Le Moff parut interloqué, mais sa fille fut prompte à se mettre au diapason :
- Le coin n’est pas très touristique : peu de monuments, aucun décor naturel spectaculaire, les tarifs sont élevés,mais par contre nous avons fait quelques rencontres enrichissantes.
Le sourire amical de la jeune pilote engloba ses compagnons
- Nous avons aussi rencontré quelques mauvais coucheurs, ajouta-t-elle.
Son père rendit la courbette, et affirma, sans se permettre un sourire :
- Nous pourrons passer toutes nos dépenses en notes de frais :puisque nous venions par ici, le rédacteur en chef de Lonely Galaxy nous a mandatés pour remettre à jour ses informations en vue d’une réédition du guide.
Plaisantait-il ? Probablement pas : certains prétendaient que le célèbre guide appartenait en sous-main aux renseignements impériaux.

.Le Berger présenta ensuite les non humains , à commencer par le bipède au masque:
- Shivven, notre aimable hôte, est le commandant de ce vaisseau et wing commander du contingent Yuan. Comme vous devez le savoir, sa planète et une partie de son peuple sont sous la coupe de celui que nous connaissons sous le nom de Malthus Verryn.
- Merci de nous recevoir sur votre croiseur, Wing Commander Shivven, salua Skywalker.
- Une acquisition récente. Nos amis de l’Empire nous ont fait un prix d’ami.
La voix métallique ne surprit pas le Jedi : le masque respiratoire était aussi un convertisseur de son : d’après ses recherches, les Yuans émettaient des infrasons, inaudibles pour un humain.
- Je n’en doute pas. En tant que grand Maître de l’ordre Jedi, je vous offre notre assistance dans votre lutte pour libérer vos proches.
- Nous acceptons toutes les bonnes volontés.
Le Berger reprit sa présentation :
- Le Marchand Go-Ku, du transport Shima Maru, représente les Naurutans qui ont acheminé nos amis impériaux vers cette charmante contrée ainsi que le wing commander Altaïr (il désigna Synne) et la squadron leader Betel (Jaïa était bien dans Sylver), venus avec quelques amis. Eux aussi sont en congé ! Cette région semble être une destination à la mode.
Synne salua avec la voix et les gestes de son partenaire absent.
- Et vous connaissez, bien entendu, maîtresse Neela.
Les deux Jedi se donnèrent l’accolade, puis la Twi’lek accueillit son padawan, qui avait accompagné Marek.

Skywalker se chargea de présenter ses compagnons. Les Impériaux saluèrent poliment mais sèchement Marek, dont ils connaissaient la réputation sulfureuse,
L'ex imperator Imax eut droit a des courbettes plus profondes et à un accueil plus chaleureux: ils n’ignoraient pas qu’avant de prendre la direction de sa fédération, il avait dirigé une escadre sous les ordres du grand amiral Pellaeon. Il en fut de même pour Eiren, accompagné(e) de son SyD Sybill. Elle (elle était plutôt fille en ce moment) eut aussi beaucoup de succès parmi les techs et pilotes du hangar : sa beauté androgyne, ses longs et soyeux cheveux de jais, son teint pâle et délicat, sa démarche d'adolescente (elle avait pourtant vingt-six ans) firent tourner bien des têtes des deux sexes lorsque le groupe traversa le pont pour rejoindre une salle de conférence.

Marek se demandait si les impériaux étaient au courant de l'absence de Jacsyn. Il eut sa réponse dès que les portes furent refermées : Jaïa sortit de Sylver et Synne reprit une attitude de droïde, et se tint en retrait avec les deux autres SyD. Leur humilité pouvait surprendre quelqu'un qui connaissait bien le modèle. Ils n'étaient pas du genre à la fermer, sauf si…
Pour vérifier son hypothèse, Marek demanda à Synne :
- Où est donc le Wing commander Altaïr ? Ne me dis pas que ce flemmard de Jacsyn roupille dans un coin ?
Ce fut Jaïa qui répondit, avec un imperceptible clin d’œil :
- En mission secrète, avec quelques autres membres de l'escadron.
- Ils se sont portés volontaires pour 'infiltration sur Yu, que les corporations appellent Verranna, expliqua le Moff Howler. Leurs capacités particulières à diriger des droïdes- armures en faisaient les candidats idéaux.
Marek hocha la tête, approuvant. Le Moff ignorait les capacités réelles des SyD, qui le lui cachaient bien !
- Je comprends : difficile de voir que des personnels manquent quand tout le monde se balade en armure. D'où la fiction de la brèche ! Très futé, Jaïa, d'avoir reprogrammé vos SyDs pour qu'ils imitent leurs pilotes.
- Cela n'a pas été facile ! Heureusement, nos amis naurutans ont d'excellents slicers.

Maître Skywalker n'avait pas perdu une miette de cette conversation mensongère. Les impériaux étaient dans l'ignorance des capacités des SyD, mais pas les naurutans. Le Jedi crut déceler comme une connivence, une complicité entre ces commerçants vagabonds et les pilotes herrians . En si peu de temps ? Quelque chose les avait rapprochés.
Quant aux SyD, il se doutait que même leurs partenaires ne savaient pas tout sur eux. Quand il était venu sur Herrion il y a des années, il s'était inquiété de cette relation fusionnelle entre des enfants et des droïdes. Il n'avait rien obtenu de Markus, pas plus que de son vieil ami Lando, sinon des propos rassurants. Le Berger Ve'ssshhh qui en savait beaucoup, n' avait guère été plus précis :
« Mon intuition me dit que c'est une bonne chose ! Et la vôtre ?» Il avait dû admettre que c'était bien le cas.

Revenant à la conversation en cours, il décida de prendre la direction des débats.
- Nous sommes réunis, je suppose, pour nous informer mutuellement et coordonner nos actions, car si nos objectifs sont proches, ils ne sont pas identiques. En tant que grand maître des Jedi, je partage vos préoccupations sur le sort des Yuans et de tous les esclaves du secteur corporatiste et nous ferons de notre mieux pour les aider ; cependant, une urgence est apparue, dont les conséquences auraient des effets désastreux sur toute la galaxie : nous avons la preuve que Malthus Verryn est à l'origine d'incidents qui menacent les pourparlers de paix et qu'il prévoit de prendre le pouvoir par la force dans de nombreux secteurs.

Le Moff Howler se contenta d’approuver d’un signe de tête : les services de renseignement impériaux l’avaient probablement informé. Skywalker reprit :
- Cependant, le vol sur Herrion d'un artefact extrêmement dangereux nous a contraint à réviser nos priorités : les dégâts provoqués par l'entité Abeloth ne sont rien à côté de ce que l'ouverture de l'artefact provoquerait.
- Nous avons appris l'implication des Doloriens dans cette affaire, révéla le Moff Howler. Nous sommes douloureusement conscients des ravages qu'ils ont causés il y a treize ans. J'ai d'ailleurs reçu de l'Emp… du chef de l'État l'instruction de faciliter votre tâche dans la mesure du possible. Cependant, nos priorités sont d'une part d'aider l'alliance Kelven- Hyxsos- Yuan à lutter contre les intrusions de groupes criminels soutenus par Verryn et l'ASC, d'autre part à assurer l'évacuation du peuple Yuan, retenu en servitude par ce même Verryn.
- Un grand nombre des nôtres vivaient et travaillaient sur d'autres mondes, car nos talents de mineurs sont fort appréciés. D'autres ont pu s'enfuir grâce à nos amis Naurutans et ont trouvé asile chez nos voisins. Mais beaucoup de nos familles sont prisonnières, expliqua le Yuan.

D’habiles mineurs ? Le Jedi devina que l'aide impériale n'était pas totalement désintéressée.
Marek, impatient, intervint brutalement :
- Moi, ma priorité, elle est simple : Jas H et Sasha. Je mettrai tout en œuvre pour les retrouver et les ramener. D'ailleurs, que leur est-il arrivé ?
- C'est une des raisons, avec le Cœur, qui m'ont poussé à quitter Herrion, intervint le Berger : comme pour vous Marek, des rêves prémonitoires me les montraient en grand danger. Ces rêves ne m'ont pas trompé : j'ai appris en arrivant qu ils ont été capturés peu après leur atterrissage. Ils étaient attendus : le Rejeté avait prévu leur venue et il compte les convertir de force à sa cause. Il a des moyens pour cela, ce qu'il appelle la Matrice, mais nous n'avons pas perdu le contact avec Jas et nous l'aidons. Le moment venu, il se libérera tout seul de l'emprise de cet apprenti sorcier.
- Nous sommes également en contact avec Jaden, via la Force. Lui aussi résiste au traitement. Intervint la Jedi à peau verte.
- Et Sasha ? Ne me dites pas que...
- Il est dans une mine, tout près du Palais-Verryn. Travaux forcés, Verryn veut l'affaiblir avant de le convertir. Mais il a des amis tout près : nous prendrons soin de lui, il est des nôtres, le rassura Jaïa.
- Quelles que soient vos préoccupations, le sort de trois individus ne sauraient…
Le Moff s'interrompit brusquement : Il n'est pas recommandé de contrarier un Berel de 150 kilos qui vous lance un regard meurtrier. Luke fit une petite mise au point :
- K'reeelll a dû vous le dire : Jaden, Sasha et Jas ont un rôle capital à jouer dans la résolution de cette crise. De plus Jaden est un de mes apprentis, Jas et Sasha, des amis : pas question de les laisser tomber, avertit plus calmement Skywalker. Mais nous devons intervenir avant l'ouverture du Cœur, sinon tout sera perdu. Pour nous tous.
- Ne dramatisez-vous pas un peu ?
- J'aimerais bien, mais imaginez TOUS les Doloriens jouissant des pouvoirs du sorcier Magnus et disposant des immenses ressources de Verryn et de l'ASC. Je crains que celui-ci ne regrette son pacte avec ces adeptes du côté obscur.
Marek rappela :
- Magnus a réussi à maintenir toute une flotte sous son emprise mentale et à obliger ses ennemis à combattre pour lui. J'ai combattu des amis de trente ans, lors de cette bataille. Nombre d'entre eux sont morts lors d'attaques suicides. Les survivants ont été libérés par la mort du sorcier : comme ça, d'un coup, comme si quelqu'un avait basculé un commutateur. Son pouvoir équivalait à celui des plus puissants seigneur Sith!
- D'ailleurs, où est Ven... Markus ? Demanda Jaïa.
- Il a raté le départ : il est parti au secours de ses filles. Il ne sera pas là à temps, expliqua le Berel.
- Alors, c'est toi le Boss, Marek, affirma Red 7
- Moi, mais…
- Ordres de Ven.. Markus : tu prends la tête de toutes ses forces.
Le Berel en resta muet : en général, chaque discussion avec Markus se terminait par une engueulade : il n'aurait jamais imaginé que le jeune homme lui confiât la responsabilité de ses bien-aimés pilotes et ses précieux croiseurs !




Visiter Verranna : planifiez votre excursion
Skywalker devait être au courant, car il se permit un petit sourire avant de continuer :
- et si vous nous faisiez un résumé de la situation ?
La commandante Howler, assistée de Jaïa, se chargea du briefing. La situation était critique : attaquer une planète si bien défendue semblait déjà difficile, alors évacuer trois millions d'esclaves …
- Cinq destroyers, une station de combat, des dizaines de patrouilleurs de système puissamment armés, des chasseurs et une flotte de l’ASC à proximité, résuma Marek : Auriez-vous un super destroyer Executor dans votre manche, Moff Howler ?
- Hélas non, mais j’ai une arme plus puissante encore : la diplomatie. Cette flotte de l’ASC ne quittera pas ses bases sur Vernor et Vinge, assura le dignitaire impérial. Verryn est seul.
Ah, on dirait que l’emprise du Rejeté sur le directoire de l’ASC n’est pas aussi absolue qu’il le croit, devina le Berel.
- Et nous avons un plan pour éloigner les destroyers, intervint pour la première fois le Naurutan, avec un grand sourire et un clin d’œil complice à Jaïa.
- Oui, on a organisé une petite chasse au Dahu, répondit-elle en rendant le clin d’œil.
D'après les données que Marek avait pu dénicher, les Naurutans, pacifistes convaincus, étaient également réputés pour leurs farces : pas étonnant que le courant soit passé avec les rouges.
- Une chasse au dahu ? Demanda Imax, perplexe .

Le Berger expliqua :
- Sur Herrion, les enfants les plus jeunes croient dur comme fer à l'existence de cet animal mythique qui vivrait sur les pentes les plus raides des montagnes herriannes ; selon les rumeurs, il aurait les pattes d'un côté, droit ou gauche, plus courtes pour être plus à l'aise sur la pente. Devenus plus grands, la plupart des jeunes gens éprouvent l'envie d'aller voir par eux même. Ils reviennent de leur expédition, difficile mais sans grand danger, plus riches d'une belle aventure et un peu moins crédules.
Jaïa compléta :
- Ce qui justifie le maintien de la légende par les plus grands, et aussi par les adultes : tous les avertissements des parents ne valent pas l'expérience personnelle. Pourtant un jour, notre petite troupe de jeunes aventuriers, menés par Jacs… Le wing commander Altaïr, Sasha et le sergent Wolf, un ancien enfant