[FINI / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar Revan1er » Mar 03 Juin 2008 - 15:48   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Lisa se leva, bu d’un trait ce qui lui restait dans son verre et se dirigea vers la sortie. Cependant lorsqu’elle passa derrière Candérous, celui-ci l’attrapa par le bras. Dans une réaction instinctive, elle prit son couteau dans la main libre et plaqua la lame contre la gorge du mandalorien. Ce dernier n’avait pas esquissé le moindre geste pour l’éviter.
-Fait pas ta sainte nitouche, dit il plus durement. AVANT tu étais avec la république, et aujourd’hui… Pourquoi es tu ici ? Sûrement pas pour les aider. Pas après ce qu’ils ont fait à Xander.
-Je n’ai pas à me justifier devant toi, répondit elle en dégageant sa main et en continuant de menacer l’homme.
-Je t’ais surprise en grande conversation avec « ton maître » !
Lisa prise de panique recula d’un pas en ouvrant grand les yeux. Elle avait été démasquée. Qu’allait elle pouvoir faire ? Le menacer de rien dire ? Le tuer ? La solution la plus simple était la mort, de toute façon personne ne pleurerait la disparition d’un assassin tel que lui. Redevenue maîtresse d’elle, elle s’approcha de lui dans l’intention de lui trancher la gorge, net et sans bavure, la mort serait quasi immédiate. Mais le mandalorien sentant l’aura meurtrière qui émanait de la jeune femme sortit son fusil mandalorien et le pointa vers elle. Aussitôt, le barman se cacha derrière le comptoir et sonna l’alerte.
-Je ne vais pas te dénoncer, affirma le mandalorien. J’ai d’autres projets en tête. Tout ce que je veux c’est me battre contre des adversaires forts et seul Jaden pourra me procurer cette satisfaction.
-Comment pourrais je avoir confiance en toi ?
-Je veux le voir basculer vers le côté obscur. S’il devient un sith, les carnages vont se multiplier et j’aurais besoin de ton aide pour y parvenir.
-Tu penses que si je le trahissais il basculerait plus facilement ?
-Ce n’est pas la seule raison. Je sais qu’il tient beaucoup à toi, si tu le trahissais cela l’entraînera vers le côté obscur, en plus il y a de grande chance pour qu’il sombre dans la folie.
-Tu n’as aucune idée de ce qu’il serait capable de faire… Personne dans l’univers ne pourrait plus l’arrêter !
-Raison de plus…
A cet instant, une troupe de soldat républicain entrèrent dans la cantina. Lisa et Candérous rengainèrent aussitôt leurs armes. Le capitaine de l’escouade alla voir le barman qui lui expliqua ce qui venait de ce passer. Les deux complices s’excusèrent de la gêne occasionnée et sortirent du bar après une petite remontrance. A l’extérieur, le soleil était haut dans le ciel. Ils marchèrent côte à côte sans destination précise.
-Alors, que penses tu de ma proposition ? Dans la foulé tu pourra même te venger.
Lisa n’hésita que quelques secondes. Sa rancœur était la plus forte, après le récit de Candérous, il était clair pour elle que son bien aimé n’avait pas eu le choix et qu’il avait agi en héro. Elle accepta la proposition du mandalorien. Le sort de la galaxie lui importait peu. Seule le vengeance comptait… Revan se réveillerait et redeviendrait le seul maître, elle lui serait fidèle corps et âme. Au plus profond de son cœur, il se produisit un pincement, le nouvel homme qu’il était n’était pas mal non plus. Certes il était facilement manipulable, idiot et ignorant mais il avait un cœur d’or…
Les trois jedi arrivèrent devant la porte. Jaden passa délicatement la main sur les rainures et constata à quel point le métal était glacé. D’un geste, il utilisa la force de pousser et le carré central de la porte s’enfonça. Les plaques qui la composaient coulissèrent les unes contre les autres et le passage s’ouvrit. De la brume épaisse s’en échappa. A priori aucun danger ne les guettait. Ils se regardèrent et se firent signe d’entrer. A l’intérieur leurs bottes claquaient contre un sol dur et le bruit de leurs pas résonnait dans toute la pièce. Juhani se baissa et tâta le sol, il était composé exclusivement de marbre, du marbre noir. Arrivé au centre de la pièce la porte se referma les enfermant dans les ruines. L’obscurité reprit possession des lieux. Un silence parfait hantait la bâtisse. Bastila fit un pas en avant et toute la pièce fut éclairée par une faible lueur qui provenait des murs.
-Restez sur vos gardes ! Dit elle. Avançons avec prudence.
Le chemin à prendre n’était pas très dur à choisir. En effet, il n’y avait en tout et pour tous que deux portes. L’une d’entre elle était l’entré. Bastila passa la première et ouvrit la porte. Un rapide coup d’œil lui suffit pour trouver le corps d’un homme. Elle se précipita et constata qu’il s’agissait du cadavre de Némo, le jedi envoyé par le conseil. La jeune femme s’agenouilla prés de lui et lui ferma les yeux. Il ne portait aucune trace apparente de blessure. Jaden et Juhani avait inspecté la pièce à la recherche d’indice mais aucun résultat.
-Comment est ce arrivé ? S’interrogea Juhani. Il n’y a rien…
Jaden activa son sabre et donna deux coups dans le vide.
-Mais qu’est ce qui te prend ? S’indigna Bastila. On n’a pas le temps de jouer !
-Je ne joue pas ! Deux projectiles ont été lancés. Némo aussi a dû les remarquer, il a son sabre à la main.
-Peut être mais où sont les projectiles qui l’auraient tué ?
-Ce n’est pas ça qui l’a tué !
Un bruit métallique résonna dans toute la pièce, suivit d’un autre puis encore un. A la fin, ce fut une cacophonie.
-Qu’est ce que c’est ? Demanda Juhani.
-Aucune idée mais restons groupé ! Dit Bastila.
Des passages dans les mûrs s’ouvrirent et laissèrent une dizaine de droïde débouler dans la pièce. Jaden remarqua qu’à certaine ouverture aucun droïde n’en sortait. A présent les padawans avaient activé leurs sabres et se préparaient au combat. Les robots fonçaient à toute allure sur les intrus les bras en avant pour les attraper. Juhani ouvrit le bal par un éclair de force qui désactiva deux droïdes. De son côté, Bastila embrocha un premier et envoya un autre robot se fracasser contre le mur. Jaden fit léviter ses adversaires la main gauche en avant. Lorsque son poing se referma, les droïdes se trouvèrent réduit en tas de ferraille. Il jeta un coup d’œil vers Juhani qui s’en sortait bien avec ses opposants mais un droïde qu’elle avait précédemment désactivé se réveilla et tendis sa main en direction du cou de la Katar. Jaden lança son sabre et le décapita. Bastila venait d’en finir avec le dernier en lui plongeant son sabre dans la tête.
-Pas très résistant, dit fièrement Juhani.
-Mais assez nombreux pour un homme seul, dit Jaden.
Il s’approcha du corps et le retourna. En passant sa main sur la nuque du malheureux, il sentit une rupture au niveau de la jonction entre la cervicale C1 et C2. La moelle épinière était sectionnée à cet endroit. Le résultat était imparable, les muscles intercostaux n’effectuaient plus leurs rôles de soulever et d’abaisser la cage thoracique, provoquant ainsi l’asphyxie du sujet. Effectivement, le pauvre Némo avait la bouche grande ouverte, signe qu’il avait eu un arrêt respiratoire. Un autre bruit survint dans la pièce d’à côté. La porte s’ouvrit et un droïde différent des autres pénétra dans la pièce. Bastila et Juhani se mirent en gardes mais Jaden les interpella.
-Il ne nous fera rien, il vient débarrasser les carcasses des autres. C’est la raison pour laquelle la pièce était vide à notre arrivé.
Jaden s’approcha de lui et lui demanda qui il était. La tête du robot pivota et d’étrange son sortit de ce qui était vraisemblablement une bouche.
-Je ne vous comprends pas.
-la ki shi la ra de do me no desu !
-Toujours aussi incompréhensible, il est peut être cassé, dit Jaden.
-Je ne crois pas, intervint Bastila. Le dialecte employé était différent, je pense qu’il essaye de communiquer mais pour l’instant on n’a aucun langage en commun.
-Je suis le gardien…
-Ca j’ai compris !
-Moi aussi, dit Juhani. Il s’agit d’un ancien dialecte Selkath. Mais comment se fait-il qu’il le parle ?
-Je vous parle avec le langage des esclaves… Vous êtes ici dans le temple dédié à la gloire de la forge stellaire. La construction la plus aboutie de l’empire infinie des anciens…
Dans le même temps, la flotte sith était en approche d’Anobis dans la bordure médiane. La planète offrait un terrain propice pour la production de nourriture et de ressource minière. Bien que se soit en majorité pour les denrées agricoles que Malak choisit la planète pour cible. Ils avaient besoin de nourriture pour la poursuite du conflit. Dans la salle de contrôle Malak et Saul observaient la géographie des lieux. Elle était composé uniquement de plaines et de montagnes. Plusieurs points localisaient la position des habitants. Dans les plaines on retrouvait exclusivement les humains et dans les montagnes se trouvaient des colonies de Zabracs. L’avancé technologique de ces derniers étaient assez conséquents. La bataille s’annonçait rude, contrairement aux humains qui pour la plupart n’étaient que de simple fermier sans aucune connaissance militaire. Dans les hangars les soldats embarquaient dans les transporteurs de troupes et les pilotes faisaient chauffer les moteurs de leurs appareils. Plusieurs blindés lourds prirent place dans les vaisseaux, ils avaient une grande puissance sur les terrains dégagés mais étaient totalement inutiles sur un relief montagneux. Malak décida de scinder les troupes en deux groupes. La majorité de l’infanterie soutenue par l’artillerie iraient attaquer les villages humains, les jedi obscur et lui-même s’occuperaient des Zabracs avec le soutient des bombardiers lourds. Le seigneur noir donna ses dernières instructions à l’amiral et rejoignit son apprentie sur l’aire de décollage. A l’arrivée du maître, les sith lui firent une ovation tonitruante et scandèrent son nom.
-Maître, dit Bandon. Vous n’avez pas besoin de venir, je peux largement…
-Assez, coupa froidement Malak. J’ai besoin de me défouler et j’ai envie de tester mes nouveaux pouvoirs !
-Comme il vous plaira mon seigneur, dit l’apprentie en s’agenouillant.
Les vaisseaux décollèrent et prirent la direction de la planète. Aucune navette d’interception ne vint à leur rencontre. L’espace était totalement dégagé. Les croiseurs qui étaient en position ouvrirent le feu.
Sur la terre ferme, les habitants ne se doutaient guère de la menace qui pesait. Les hommes étaient partis de bon matin aux champs pour la moisson. Au village, les femmes débarrassaient les rues. La veille avait eu lieu la traditionnel fête du renouveau. Cette date marquait le début de la récolte. Les intempéries les avaient épargnés et la récolte s’annonçait exceptionnelle. Dans les rues, les enfants s’amusaient, riaient. Aujourd’hui ils n’avaient pas classe, le soleil était omniprésent et la température battait des records. L’un d’entre eux qui avait la réputation d’être tête en l’air, remarqua l’apparition de nouvelles étoiles dans le ciel bleu. Une petite fille s’approcha discrètement derrière lui.
-Agen ! Cria t’elle dans son oreille.
-Ahhhhhh ! Cria t-il surpris.
-Toujours dans les nuages ?
-Lélone ! Répondis t’il.
-Ne m’appelle pas comme ça ! J’aime pas ça ! Dit elle agacée.
-Mais t’aimes bien quand c’est ta mère !
-Si c’est comme ça… T’as qu’à rester tout seul !
La petite fille tira la langue et fit mine de partir. Mais Agen la poursuivie. Elone était très agile et se faufila un peu partout au grand désarroi du garçon.
-Attends… dit il essoufflé. Désolé Elone.
-Ah, je préfère.
-Ouh les amoureux, scandèrent un groupe d’enfant du même âge.
-Mais non… bafouilla Agen, rougissant. Et pis taisez vous, c’est pas mon amoureuse !
PAF !! ! Le garçon tomba à terre. Elone avait la main levée et les yeux rouges. Une larme perla sur sa joue.
-Ah ah ah ah ah, rigolèrent le groupe.
Agen n’eut pas le temps de s’excuser… Un rayon laser percuta une maison qui explosa sous l’impact. S’en suivit une multitude d’autre qui réduisirent en poussière un grand nombre d’habitation. Les mères affolaient, courraient dans tous les sens à la recherche de leurs enfants. Entre deux explosions, on entendait hurler les noms de leur progéniture.
Dans les champs, les hommes entendirent le chaos provoqué par les différentes déflagrations et se précipitèrent au village. A leurs arrivés, les corps jonchaient les rues, certains étaient tellement carbonisés qu’il était impossible de les identifier. Eath Kolar couru vers sa maison. En chemin il aida un enfant dont la mère était prisonnière sous les décombres de sa maison. Une fois arrivé, la plus horrible scène s’offrit à lui. Sa femme et son fils unique étaient allongés par terre. Elle tenait le fils dans ses bras, comme pour le protéger, mais le souffle de l’explosion avait envoyé un bri de verre qui les avait transpercé de part en part. Ses jambes se dérobèrent sous son poids et tomba à terre. Les tirs provenant de l’espace cessèrent, par-dessus les lamentations, des cris de peur s’intensifièrent. Au loin, il perçut des tirs de blaster avec le son distinct d’une armée en marche. Eath se releva, déterminé à se venger et alla chercher sous les décombres le blaster qu’il cachait. Par chance il mit rapidement la main dessus et se précipita tête baissée vers une mort certaine. Les soldats sith pénétrèrent dans le village, tirant sur tous ce qui bougeait, homme, femme et enfant. Personne n’était épargné. Agen et Elone avait trouvé refuge dans une petite maisonnette avec d’autres enfants. Ils étaient tous terrorisés et ne faisaient aucun bruit. La petite fille se blottit contre la poitrine juvénile du garçon, elle pleurait. Dans leur fuite, elle n’avait pas pu retrouver sa mère. De leur position, ils pouvaient entendre les cris hystériques des adultes qu’on tuait. Un bruit sourd leur glaça le sang. Une personne tentait d’ouvrir la porte. Les coups se répétaient faisant vibrer la porte sur ses gongs.
-J’ai peur, dit Elone.
-Ne t’inquiète pas, dit Agen. Je te protégerais !
Les coups devinrent plus forts, cette fois il s’agissait de plusieurs personnes. Le garçon courageux prit un bâton de bois qui traînait à porté de main et se plaça derrière la porte. Il ordonna aux autres de s’enfuir par derrière et de courir à travers les champs pour rejoindre le village le plus proche. La porte était sur le point de céder. Le garçon la regard et se dit de toute ses force qu’elle ne devait pas s’ouvrir. Une chose incroyable se produisit. Elle cessa de vibrer, tout était redevenu parfaitement immobile. Les soldats de l’autre côté tentaient toujours de la défoncer mais sans résultats. La concentration de l’enfant vacilla, le cri de sa mère se percuta en écho dans ses oreilles et de rage il fit voler la porte en éclat, tuant les soldats qui se trouvaient derrière. Les sith qui avaient assistés de loin au spectacle prirent peur. Il n’y avait pas eu d’explosion, de toute évidence un jedi se trouvait à l’intérieur du bâtiment. En masse ils se ruèrent à l’intérieur pour enfin de compte voir un petit garçon qui les menaçait avec un misérable bout de bois.
-Un enfant ? Dit l’un d’eux surpris.
-Sortez d’ici, dit Agen fou de rage.
-Noooooooooooon !! !!!!!!!!!! Hurla la voix d’une fille derrière le garçon.
-Elone….
Pendant une fraction de seconde il relâcha son attention et regarda derrière lui. Cette inattention lui fut fatale. L’un des soldats plongea sa vibro-lame dans le cœur de l’enfant. Le sang se mit à couler goutte à goutte et avec lui sa vie. Le sith retira sa lame et envoya un coup de pied dans le torse du garçon.
-Ca t’apprendra sale mioche à défier les sith !
Il s’approcha de lui et lui redonna un autre coup de pied qui l’envoya à quelques mètres. Peu de temps avant de mourir, il vit Elone dans les bras d’un soldat en armure brillante, elle se débattait comme une diablesse en l’appelant. Il allongea difficilement le bras droit devant lui, ses forces l’abandonnèrent et le bras tomba à terre. Sa tête s’affaissa doucement contre le sol poussiéreux de la maisonnette. Il ne bougeait plus. Par chance pour lui, il ne pus entendre les cris et les pleures de son amie. Le soldat qui l’avait tué se dirigea vers la fenêtre et vit dehors le corps inerte de la fille, elle avait les habits en lambeaux, le corps couvert de bleu et d’hématome. Au fur et à mesure que le temps passait, le calme s’installait progressivement, le village tomba aux mains de l’armée sith. Mais il ne fut pas le seul, à travers toute la planète les villes tombaient sous la puissance des envahisseurs.
Dans les montagnes, les bombardiers détruisirent une grande partie des défenses du peuple Zabrac, laissant ainsi le champ libre à Malak et à son armée de serviteurs obscurs. Les navettes atterrirent ainsi à une centaine de mètres de la plus grande ville. Le seigneur noir fut le premier à mettre pied à terre et scruta les alentours. Le ciel était clair et dégagé, le soleil brillait de mille feux. C’était un jour idéal pour tuer, voir le sang couler à flot ! Il activa son sabre et s’élança vers la cohorte de Zabrac qui arrivait vers lui. S’il avait encore sa mâchoire il sourirait de bon cœur. Les cadavres ambulants venaient d’eux même vers la mort au lieu de fuir. Les serviteurs n’avaient pas encore mis pied à terre que le seigneur noir démembrait, décimait, exterminait la colonie. Son sabre rouge tranchait dans le vif tandis que de sa main libre, il envoyait des éclairs de force ou jetait ses adversaires les uns contre les autres. Bandon arriva à son tour et poursuivit le carnage. Il ne fallut que peu de temps pour que le combat cesse. Les survivants avaient pris la fuite et s’étaient dirigeaient vers la ville. Les servants du côté obscurs se précipitèrent à leur suite mais furent bloqué par une barricade et furent contraint à la retraite. Les Zabracs avaient volontairement envoyé des hommes à une mort certaine afin de gagner du temps pour établir un périmètre défensif. Malak leur concéda que c’était une tactique rusée et audacieuse mais que cela ne suffirait pas à l’arrêter. Il ordonna aux bombardiers de pilonner la zone. Lors du raid, les bombes furent stoppées par un écran de protection.
-Surprenant, dit Malak. Ces bêtes possèdent un instinct de survie intéressant.
-Que devons nous faire ? Demanda son apprenti.
-Quelles sont les nouvelles dans les plaines ?
-Les villes tombent les unes après les autres, ils n’offrent qu’une résistance futile.
-Tous ce passe comme prévu de ce côté.
La position de la place forte Zabrac, rendait impossible d’accès l’artillerie. Pourtant, il fallait bombarder la zone en continue pour épuiser les ressources énergétiques. Hélas pour eux, les vaisseaux en orbite basse ne pouvaient pas tirer avec une précision aussi importante, de plus les bombardiers ne pouvaient pas offrir un flot continu. Une idée lui vint à l’esprit. Il se dirigea vers le bouclier suivi par une multitude de disciple. Tout ce qui importait était de créer une brèche suffisante pour pénétrer les défenses. Ensuite, quelques sith iraient détruire les générateurs et le tour serait joué. Le maître plaça ses mains à quelques millimètres du champ de protection et concentra son pouvoir formant une fine aiguille électrique qu’il inséra avec difficulté. Les Zabracs de l’autre côté, observait avec attention ce qui se produisait. D’après leurs ingénieurs, la barrière était totalement imperméable, pourtant… Malak envoya une grande quantité d’énergie dans ses mains et l’aiguille prit la forme d’une sphère parfaite. Elle s’agrandit peu à peu tout en se creusant de l’intérieur. Au bout d’un moment elle ne formait plus qu’une fine couche qui repoussait la barrière laissant un passage en son centre. Les sith et les Zabracs furent abasourdis par ce qui se passait. Lorsque la taille du passage fut suffisante, le seigneur des sith ordonna à tous les disciples de se précipiter à l’intérieur et d’exterminer tout le monde. Il s’aventura aussi à l’intérieur et le passage se referma derrière lui. Le combat avait repris, les sith expulsaient toute leur rage dans chaque coup de sabre, faisant reculer petit à petit leurs adversaires encore sous le choc. Leur maître était resté en retrait et tendis les mains devant lui, une pluie d’éclair déferla sur une dizaine d’ennemi. Par contre le fait étrange était que les éclairs n’étaient pas produits par Malak mais se dirigeaient vers lui. Il suffit de quelques secondes pour voir le corps de ces mêmes ennemies tomber au sol, vidé de leur énergie vitale.
-Ah, quelle sensation incroyable, dit Malak. Revan, tu avais raison de garder se secret. Dorénavant, je t’attends le pied ferme. Je sais que tu viendras pour te venger et cette fois je te vaincrais. Je prouverais à tout l’univers que moi seul suis digne de le diriger. Et dans tes yeux je pourrais contempler la crainte et la peur ! Toi qui m’a toujours considéré comme inférieur ! Ah, ah, ah, ah !
Le bouclier céda, les générateurs venaient d’exploser. Avec la disparition du champ de protection, s’envola aussi la chance de repousser l’envahisseur. Il ne fallut pas plus d’une dizaine d’heure pour que la totalité de la planète passe sous le contrôle de l’armée sith. Vingt quatre heures plus tard, l’hohlonet annonçait la chute d’Anobis, à la grande surprise des autorités. Avec la terrible nouvelle, il fut diffusé des séquences de la bataille filmée par des amateurs. L’une d’entre elles, était l’exécution d’enfant.
Dans les ruines du temple, Jaden et ses deux compagnons n’étaient pas avancés pour autant. Ils avaient questionné le droïde mais n’avaient toujours aucune idée de ce qu’était la forge stellaire. Cependant, il leur apprit la présence d’indice qui les y conduirait mais pour cela ils allaient devoir passer une seconde série d’épreuve. Celle-ci se déroulerait dans les pièces suivantes, le gardien n’ajouta rien de plus et se mit à débarrasser les carcasses.
-Tu crois qu’on peut lui faire confiance ? Demanda Juhani.
-Qu’est ce qu’on a à perdre ? Rien, on doit avoir des réponses, conclu Jaden déterminé.
Il s’avança sabre désactivé à la main vers l’accès par lequel était entré le robot. La nouvelle pièce comprenait trois passages fermés par des portes. Celle se trouvant en face d’eux était la plus grande mais en s’approchant, Bastila sentit qu’elle était protégé par un bouclier. Il était certes vétuste mais infranchissable. Il la laissèrent donc de côté et prirent la porte de droite. Elle s’ouvrit sur une pièce sombre, au bout l’on apercevait des moniteurs allumés mais ils se sentaient épiés, espionnés. Ils pénétrèrent plus loin, la porte se referma et ils furent plongés dans une obscurité inquiétante. Si Jaden était mal à l’aise, il n’en montra aucun signe. Il arriva le premier à ce qui ressemblait à une console informatique. Sa grande connaissance des langues pourtant ne lui fut d’aucun secours, tous les symboles affichés ne lui disait absolument rien. Il pianota au pif sur le clavier, au début il ne se passa rien.
-Génial, faudra que je félicite l’inventeur de ce casse tête. J’y pige que dalle !
-Tout énigme à une solution, intervient Bastila. Il faut juste réfléchir…
-Réfléchir ? Tu arrives à lire ce qui est affiché ?
-Non mais…
-Avant de résoudre quoi que se soit on devrait connaître le sujet, non ?
-Tu laisses tomber ?
-Je n’ai pas dit ça, je disais juste…
-Regardez ! Coupa Juhani. Ca vient de s’ouvrir.
-Bizarre en effet, en plus ça a juste la taille de mon disque de donnés.
Jaden introduisit son bloc, la machine émit quelques crépitements et puis… plus rien. Jaden sentit la colère lui montait à la tête. Des robots tueurs, un autre sénile qui ne sait rien et maintenant une machine capricieuse. Il tenta de récupérer son disque mais il était fermement maintenu dans la cavité.
-Tu vas lâcher ça, espèce d’ordinateur à la mort moi le nœud ! Lâche ça ou je te transforme en boite à conserve !
-Très convainquant, se moqua Bastila. Tout en douceur. Dis moi tu fais pareil avec les femmes ?
-Tes sarcasmes tu peux les garder ! Trouve plutôt une solution !
Le disque de donnés s’éjecta de l’encoche et sur l’écran apparu une nouvelle série de symbole. Jaden et Bastila arrêtèrent de se quereller et lurent ce qui s’inscrivait. Le langage utilisé était du galactique. Tous trois en déduire que l’appareil était capable d’apprendre au contact d’autre culture. La question qui s’afficha leur demandait de citer trois terrains propices à la vie parmi la liste.
-Qu’est ce qu’il entend par terre qui donne la vie ? Dit Juhani.
-Trop simple, répliqua Bastila. Regardez : plaine, désert, arboré, volcanique, océanique, stérile. Depuis quand on peut vivre sur une terre stérile ou volcanique ? Les bons sont plaine, arboré et océanique.
-Effectivement, c’est un peu trop simple, conclu Jaden.
Il toucha l’écran sur les trois types de terrain et la console se désactiva. En même temps la porte s’ouvrit et la sensation d’oppression se dissipa. Jaden ne voulait même pas imaginer ce qui se serait passé s’ils avaient mal répondu. En revenant dans la pièce centrale ils virent que le bouclier était toujours activé, ils s’aventurèrent donc dans la dernière pièce. Ils firent le même constat, l’ambiance était la même et en face une console informatique les attendait.
-Bon, on fait comment ? Demanda Jaden à Bastila.
-On cherche un espace pour introduire ton bloc bien sûr !
-Je ne sais pas pour toi, mais je n’ai aucune idée de comment on l’a fait s’ouvrir ! Je pense pas qu’un sésame ouvre toi suffirait !
Le déclic se fit, l’espace s’ouvrit pour attendre l’introduction du bloc de donnés. En voyant ça Jaden se tut sous le rire incontrôlable des deux filles. Il fit glisser le disque en grimaçant et demanda d’une voix douce à la machine de bien vouloir lui donner l’énigme. Rien, aucun résultat ne se produit. La pression montait, mais il conserva son calme et refit sa demande poliment. De nouveaux rien ne se produisit. Rageur, il balança son pied contre l’ordinateur en l’injuriant copieusement. Par chance, le bloc de donnés sortit de l’espace et la question apparue.
-Je croyais t’avoir entendu dire que tu ne t’étais jamais sentit aussi maître de toi, dit Bastila en rigolant.
-Alors, citer trois terrains conduisant à la mort, lut Jaden en ignorant les sarcasmes de Bastila. Pas dur, la liste est identique, se sont forcément les trois autres.
Il pianota et aussitôt la console s’éteignit ; la porte derrière eux se releva et ils purent enfin revenir. Quelque chose clochait, le bouclier était toujours en parfait état de marche. Ils s’en approchèrent et quand Jaden posa sa main contre il disparut. La porte, semblable à celle se trouvant à l’entrer des ruines, s’ouvrit. Un long couloir s’étalait devant eux, il était sombre mais aucun danger ne semblait les guetter. Ils s’y engagèrent et après cinq bonnes minutes de marche tombèrent nez à nez avec une pyramide étrange.
-Qu’est ce que c’est ? Demanda Jaden. Je n’ai jamais rien vu de tel.
-Aucune idée, dit Juhani. C’est peut être la forge ?
-Je ne pense pas, dit Bastila. Le gardien a dit qu’on trouverait des indices et non la forge elle-même. C’est peut être une carte.
-Ca ressemble à tout sauf à une carte, répliqua Jaden en effleurant la pyramide noire.
Au même instant elle s’ouvrit et un hologramme apparu entre les sommets.
-Ouah ! S’exclama Jaden.
-T’as raison, renchérit Juhani. Pour une carte, c’est une carte.
-Incroyable, s’extasia Bastila. Regardez là ! Je ne connais pas de planète dans se secteur. Ce doit être sûrement l’emplacement de la forge.
-Et là on a des coordonnés ! Dit Jaden… Mais… Plusieurs sont erronés. Mince ! On y était presque !
-Ne perdons pas espoir, il doit y avoir une explication, dit Juhani.
-Ce ne serait pas Kashyyk ? Et la Tatooïne ? dit Jaden.
-Mais si, t’as raison, Dit Bastila. Et là on a Korriban.
-Si ces planètes sont visibles c’est qu’elles doivent recéler des informations importantes.
-Sûrement, je sais que Revan et Malak ont visité chacune de ces planètes avant de disparaître. On y trouvera sans aucun doute les coordonnées qui nous manquent. Bon retournons auprès du conseil, conclu Bastila.
Les trois Jedi firent marche arrière et traversèrent le temple sans aucun problème. A l’extérieur le soleil brillait, le chemin du retour se fit sans rencontrer d’obstacle majeur.
. Ils croisèrent en chemin Mission entrain de crier sur une autre Twilek. Jaden décida d’aller voir ce qui se passait.
-Mission y’a un problème ?
-Oh que oui, dit la fille sur le point d’exploser. Chienne de hutt, qu’as-tu fait à mon frère ? C’est la dernière fois que je te le demande ! Où est-il Tina ?
-Mission, ton frère n’est pas comme tu te l’imagines.
-NON, mon frère ne m’aurait jamais abandonné !
-Croit moi Mission, tu es bien mieux sans lui. Ce n’est qu’un profiteur et c’est pour ça que je l’ai largué. Il n’arrêtait pas de me demander de l’argent pour ses coups foireux.
-JE NE TE CROIS PAS ! Hurla Mission.
-Mission calme toi, dit Jaden en douceur. Je pense que vous pouvez comprendre que c’est son frère, si vous savez où il est dites le nous, continua t-il en s’adressant à Tina.
-La dernière fois que je l’ai vu c’était sur Tatooïne. Je suis désolé Mission, Adieu.
-TU PEUX TOUJOURS ALLER EN ENFER ! Vociféra Mission.
-Mission, on ira le chercher dès que possible et on écoutera son histoire avant d’accuser qui que se soit, d’accord ?
-D’accord, merci Jaden.
-De rien, je suis désolé mais il faut que j’y aille. A plus.
Jaden reprit son chemin vers la salle du conseil.

Et voila! A plus!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Notsil » Ven 06 Juin 2008 - 14:32   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Ah ben c'était un bon et long chapitre ^^

On sent que tout se met en place progressivement...

Par contre, serait-il possible que tu sautes une ligne lorsque tu changes de personnages ? Parce quand on est avec certains et qu'on passe à d'autres juste en changeant de paragraphe on ne calcule pas tout de suite qu'on a changé de décor ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Darth Piejs » Ven 06 Juin 2008 - 17:54   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Toujours très bien! Je ne poste pas toujours mais je lis toujours dès que tu postes :wink: Allez la suite!
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8891
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Revan1er » Dim 08 Juin 2008 - 17:14   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour! En ce superbe dimanche ensoleillé voici le suite!
Bonne lecture!




Chapitre XV : Sur les traces de la forge stellaire

Enfin, ils eurent audience auprès du conseil et leurs racontèrent en détails leur découverte et leur hypothèse. Midi sonna, le conseil les pria de les laisser afin de délibérer. Jaden quitta les deux padawans et se rendit à la cantine. Il avait besoin d’un moment de solitude. Ce n’était que vers quinze heures que le conseil les fit chercher.

-Nous avons une nouvelle mission pour vous, dit Vrook. Nous vous chargeons de chercher et trouver cette forge stellaire.
-Nous aurons l’appuie d’un maître ? Cette entreprise semble très risquée et l’enjeu crucial, dit Jaden.
-Désolé, c’est impossible, dit Vandar mal à l’aise. Voyez vous, les sith ne doivent en aucun cas soupçonner le but réel de votre mission. La présence d’un maître pourrait anéantir tous nos efforts. Vous êtes notre seul espoir.
-Nous nous montrerons digne de votre confiance, affirma Bastila imitée peu après par Juhani.
-Nous n’irons donc que nous trois ? Demanda Jaden.
-Non, les compagnons qui sont venus avec vous pourront vous être d’une grande aide, affirma Zhar.
-Faites très attention, dit Vrook. Nous ignorons quel pouvoir recèle cette forge. Il est difficile de résister à l’attrait facile du côté obscur. Je crains que la recherche de cette installation ne te fasse prendre un chemin hélas trop familier.
-Une dernière chose, intervint Dorak. Avant de vous rendre sur l’une des trois planètes mentionnées, le conseil de Coruscant veut vous voir.
-Bien, il sera fait selon vos désirs, conclu Jaden.

De l’autre côté de la porte attendaient Candérous, Lisa, Mission et Zaalbar. De toute évidence, ils connaissaient la situation et voulaient apporter leur aide. Jaden voulu dissuader Mission, elle était trop jeune. Mais avant même qu’il ouvrit la bouche, elle lui affirma d’un ton sûr et déterminé que rien ne la ferait changer d’avis. Ils devaient se rendre sur Tatooïne et un appel de la czerka lui avait confirmé la présence de son frère. Jaden se résigna et chacun partit de son côté préparer leurs affaires. Ils ne reviendraient pas ici avant un long moment, si jamais ils devaient revenir en vie.

Tout le monde fut près au départ en début de soirée. Les bagages étaient déjà chargés à l’intérieur de l’Ebon Hawk et tous étaient sur la piste d’envol. Jaden recevait les dernières instructions du conseil. L’heure de partir arriva. Lisa et Candérous avaient pris place aux commandes et avaient mis les moteurs en marchent. T3-M4 faisait quelques vas et viens entre le cockpit et la salle des machines, vérifiant le bon fonctionnement des circuits, Mission et Zaalbar étaient dans la salle de contrôle principale. La jeune twilek était toute excitée à l’idée de participer à cette mission et surtout elle allait enfin retrouver son frère. Les jedi furent les derniers à entrer dans le vaisseau. La passerelle d’accès se releva et les moteurs montèrent progressivement en puissance, projetant un nuage de poussière de plus en plus violent. L’Ebon Hawk décolla et traversa les nuages et disparut. Une fois dans l’espace, Lisa entra les coordonnées de Coruscant et le vaisseau passa en hyper espace. Cela lui faisait drôle, ça faisait une éternité qu’elle n’avait pas mis le pied sur la capitale républicaine. La dernière fois ce fut pour avoir des explications quand à l’exécution de Xander. Depuis, elle s’était jurée de ne plus jamais y retourner. Quelle ironie, son désir de vengeance l’y conduisait. Il ne faisait aucun doute que Carth se joindrait à eux et si l’occasion se présentait… Un bruit la fit sursauter, Jaden se trouvait derrière elle et affichait un large sourire. C’était compréhensible, le destin de la galaxie reposait dans ses mains, une nouvelle fois.

-Dans combien de temps on arrive ? Demanda t-il.
-Quand je te le dirais, répliqua froidement Lisa. Pourquoi, t’es pressé ?
-Non, je me demandais si on aurais le temps de … disons faire plus ample connaissance. Tu nous as rejoint depuis presque le début mais j’ignore encore beaucoup de chose à ton sujet.
-Et Bastila ? Elle ne va pas être un peu jalouse si elle nous voit encore ensemble ?
-Jalouse, elle ? C’est une jedi, elle n’éprouve pas ce genre de sentiment aussi puérile, dit Jaden imitant le ton sérieux de la jedi.

Lisa et Candérous pouffèrent de rire mais une personne dans le cockpit ne rigolait pas. La fameuse jedi avait pénétré dans la salle au moment où Jaden entamait son imitation. Il réalisa quelle était présente qu’au moment où Lisa lui fit un petit signe du regard. Il se retourna et réalisa aussi vite qu’il aurait bien aimée être une petite souris pour partir discrètement.

-Salut, dit il d’un ton faussement joyeux. Ca va ?
-Notre mission est sérieuse, répondit elle froidement. A l’avenir j’aimerais que tu cesses tes pitreries.

La jedi sortit d’un pas déterminé et alla dans sa chambre à coucher. Bien qu’elle essaya de conserver son calme, elle se déshabilla et jeta violemment ses vêtements à travers la pièce. Puis, elle se jeta sur son lit, les yeux brillants.

-Le mufle ! Grogna t’elle. Je ne suis pas comme ça… s’il me connaissait mieux…

Dans la salle des commandes, Lisa était prise d’un fou rire incontrôlable et Candérous peinait à garder son calme. Quand à Jaden, il était loin de rire. Certes elle le méritait mais il savait pertinemment qu’elle ne faisait que suivre la doctrine jedi. Il devrait en être de même pour lui, l’histoire avait hélas montré à de trop nombreuses reprise que le non respect du code avait conduis le responsable vers le côté obscur, comme Revan et Malak. Il sortit à son tour.

Il gagna sa chambre et jeta un coup d’œil à l’holonet. Une dépêche venait de tomber. Les sith avaient attaqué une planète sans défense et avaient massacré une grande partie de la population dont les femmes et les enfants. Les images défilaient devant ses yeux, la mort, la destruction, le chaos. Il se leva en trombe et ne pouvait pas croire que de telles ignominies se déroulaient en ce moment même. Son regard se durcissait, les traits de son visage déformé par la colère. Son corps commençait à trembler. A la fin du flash d’information, ses mains étaient en sang à force d’avoir trop serré ses poings, son regard était empli d’une rage indescriptible. Le petit écran se fissura puis éclata en mille morceaux, une seule pensée était gravée en lui, la vengeance.

-Tu veux qu’on aille les faire payer ? Dit Candérous sur le pas de la porte.

Jaden se tourna vers lui et le mandalorien recula d’un pas en voyant le visage du jedi. Les yeux étaient injectés de sang, les iris perdaient leurs couleurs vertes et tout le reste du visage prenait un teint cireux. Le changement était radical. Le jedi s’avança et passa à côté de Candérous sans lui adresser la parole. Il gagna ensuite la soute et sortit ses sabres qu’il activa aussitôt. Candérous le rejoignit et assista à la plus étrange séance d’entraînement. Jaden se battait non pas contre un petit droïde comme il en était d’usage mais contre son sabre. Le sabre à lame rouge lévitait autour de lui et fonçait droit sur lui à une vitesse fulgurante. Etait ce dû au fait qu’il fasse lui-même flottait son sabre ou bien à lui personnellement mais le mandalorien remarqua que le jeune homme n’était pas aussi agile que d’habitude et que ses réactions étaient très en déca de ce qu’il avait vu lors du combat contre Sherruck. De toute façon il se disait que rien ne valait un véritable adversaire. Il s’approcha de Jaden et lui lança quelques pics pour le faire réagir.

-Pathétique, dit Candérous. Tu espères vaincre Malak avec une garde aussi faible et des attaques qui ne toucheraient pas un banta !
-Ferme là ! Dit Jaden avec une voix grave.
-Les faibles restent faibles ! Les forts sont forts ! Toi, tu es un faible, tes dons te font croire que tu es supérieur ! Abandonne avant de te faire mal… gamin !
-JE…NE…SUIS…PAS…FAIBLE !! !!!!

En une fraction de seconde, Jaden s’élança sur Candérous, la rage lui dévorant chaque partie de son corps. Toutes notions de bien ou mal s’étaient envolées, seul comptait le combat et prouver sa force à se rebu mandalorien. Lui, sortit aussi vite que possible une vibro-lame et para sans difficulté l’attaque du jeune homme. Le jedi enchaîna une série successive d’assaut destructeur, cela ne semblait aucunement inquiéter son adversaire qui les évitait avec brio et pour accentuer la colère de Jaden, il riait et se moquait de lui.

Dans le cockpit, Lisa regardait pour la troisième fois le film du carnage. Elle fit pause au moment ou un petit garçon se faisait tabasser par trois soldats sith. Elle se pencha en arrière et laissa son regard se perdre dans le vide. Etait-ce vraiment ce qu’elle voulait ? C’était une tueuse, un assassin mais ses cibles avaient toujours été des personnes impliquaient, tel que des soldats, des officiers voir même des fonctionnaires hauts placé mais jamais elle n’avait tué d’enfants. Ils étaient purs et innocents, rien ne pouvait justifier une telle barbarie. Pourrait elle empêcher d’autres massacres ? Bien sûr que non, elle connaissait trop bien ses limites, sa maîtrise du meurtre silencieux n’avait pas d’égal, elle pouvait parfaitement diriger des petits raids terroristes mais pas mener une armée à la victoire, plus maintenant. La tentation de fuir la gagnait, elle ne pouvait cautionner les atrocités sith mais sa haine de la république était tout aussi grande. Le dilemme lui fit oublier la réalité. Désespérément elle cherchait une personne pour la conseiller, d’instinct son choix se porta sur Den Orion. Malheureusement il avait disparu sans laisser la moindre trace. Qui d’autre restait-il ? Déjà pas cette gourde de Bastila, ni aucun autre passager. Revan ? L’homme qui lui avait succédé n’était pas à la hauteur. Elle ne pouvait plus s’en remettre qu’à elle et elle seule, pour ne pas changer.

Le combat continuait avec autant d’acharnement, le jedi était blessé à de nombreux endroits tandis que le guerrier en face de lui n’avait pas la moindre égratignure. Le jeune homme décida d’utiliser sa technique la plus puissante pour le vaincre et se mit en position de la danse de l’eau et s’élança pour un ultime sursaut d’orgueil. Contre tout attente les coups ne touchèrent pas le mandalorien et après quelques minutes Jaden s’écroula au sol.

-Tu as donc atteint ta limite, dit Candérous tristement.

Jaden rageait, ses muscles refusaient de lui obéir. Son corps était devenu aussi lourd qu’une tonne de pierre. Il n’en pouvait plus des sarcasmes du guerrier, il voulait le faire taire. Les images du carnage se bousculaient dans sa tête et les cris d’agonie des victimes lui perçaient les oreilles, résonnant comme un écho sans fin dans son esprit. Sa tête se leva et ses iris avaient une lueur dorée au milieu du rouge de ses yeux. Il ressemblait en tout point au seigneur sith que Candérous avait vu en peinture. Sa soif de carnage deviendrait bientôt sans limite et ne retrouverait le calme que lorsqu’il aurait détruit tous les obstacles se présentant devant lui. La colère lui permit de lever son bras droit et de le diriger vers son opposant, un puissant éclair de force sortit de ses doigts et percuta de plain fouet le mandalorien totalement incrédule.

Dans le dortoir des femmes, Bastila s’éveilla en sursaut. Une soif inimaginable de sang l’avait envahie. Elle s’assit et entra en méditation pour en connaître l’origine. De toute évidence cette envie ne venait pas d’elle, elle se mit même à rougir en repensant à son rêve. Elle se trouvait sur une plage d’Alderande, le soleil brillait, pas un seul nuage à l’horizon. A ses côtés se trouvait un homme avec une belle musculature qui lui massait tendrement le dos. Son visage était en contre jour et ne pus dire avec certitude de qui il s’agissait. L’unique détail qu’elle voyait était une cicatrice sur son torse. Puis le ciel devint aussi rouge que le sang et elle se voyait entrain de décimer un grand nombre de soldat. Le pire était qu’elle y trouvait du plaisir. Son rythme cardiaque reprit une allure constante et calme. Elle réussi à trouver l’origine du malaise, il venait du lien qu’elle partageait avec l’ancien seigneur noir. Ses sentiments n’étaient que haine, rage, colère. Elle sortit de sa méditation et se dirigea illico vers la soute guidée uniquement par son instinct. Lorsqu’elle arriva, elle vit Candérous se relever et au centre de la pièce se trouvait Jaden. Il était allongé et avait perdu conscience.

-Que s’est il passé ?
-On s’entraînait, dit Candérous.
-Un entraînement ? Ca ? Ne te moque pas de moi !
-Je t’assure que non, on a juste était un peu trop pris dans le jeu.

Bastila s’agenouilla prés du jeune homme et examina son corps. Les muscles étaient salement amochés, élongation, déchirure… Elle se demandait comment il avait pu se mettre dans un état pareil. Candérous s’approcha d’eux et porta Jaden dans ses bras. Ils se dirigèrent vers la petite infirmerie où il déposa le jedi. Mission débarqua en trombe posant question sur question sans laisser la moindre chance à Bastila d’expliquer ce qu’il c’était passé. Zaalbar l’écarta et tous sortirent de la petite salle à l’exception de Bastila. Elle le déshabilla, prit une solution de kolto et avec une compresse humidifiée commença à nettoyer les plaies. Vu la profondeur des blessures, elle se dit que le mandalorien n’y était pas allé avec le dos de la cuillère. Elle arriva ensuite sur la grande cicatrice du torse et quelques flashes de son rêve lui revinrent. Son cœur se mit à battre plus rapidement ainsi que son souffle. Elle se força à reprendre son calme et chercha la cause des pulsions de Jaden grâce au lien qui les unissait. Elle vit le massacre d’Anobis et la colère qui submergea le pauvre jedi. Elle puisa en elle la force nécessaire pour le calmer. L’effet fut immédiat, les muscles du patient se relaxèrent et le visage de Jaden reprit des couleurs. Il ouvrit doucement les yeux, heureusement ses iris étaient redevenue verte émeraude et la corné était blanche.

-Bastila ?
-Oui, t’inquiète pas t’es à l’infirmerie. La prochaine fois force moins, maintenant c’est à moi de te rafistoler. Ha la la !
-Désolé…
-Tu n’as pas besoin de t’excuser fait…
-Non, je suis désolé pour tout à l’heure, j’ai dit des choses qui t’ont blessé… et… enfin…
Bastila regardait Jaden droit dans les yeux. Elle approcha une compresse prés du visage du jeune homme et s’approcha en même temps.
-Ne bouge pas tu as une vilaine plaie sur le front. Ca va un peu piquer, alors soit un homme.

Tous deux se sourirent, leurs visages n’étaient plus qu’à une dizaine de centimètre l’un de l’autre. La porte s’ouvrit et Juhani pénétra dans la pièce. Elle s’inquiétait de l’état de santé de Jaden. Bastila la rassura et toutes deux sortirent de l’infirmerie laissant le jedi se reposer. Pendant le reste du trajet, il du garder le lit et passa son temps à méditer. Lisa était constamment dans les nuages et restait le plus clair du temps seule. Candérous affichait un sourire satisfait, une graine germait dans le cœur du jedi, le temps approchait où il ne pourrait plus résister aux tentations. Cependant une chose le perturbait, la faiblesse dont il avait fait preuve lors de l’entraînement.

L’Ebon Hawk sortit de l’hyper espace en vu de la capitale républicaine. Le vaisseau entama les manœuvres d’atterrissages. Sur le parvis de la piste, plusieurs maîtres les attendaient avec impatience. Tous sans exceptions affichaient un air neutre et impassible. Après que le vaisseau eut atterri, les occupant descendirent et saluèrent les maîtres. Seuls Jaden, Bastila et Juhani furent autorisés à se diriger vers l’académie. Mission et Zaalbar restèrent prés du vaisseau tandis que Candérous décida d’aller faire la tourné des cantina. Lisa hésita entre se balader dans les rues puantes d’hypocrisie de la planète ou rester au vaisseau. Sur la piste d’à côté une petite navette de guerre républicaine se posa. Sur la carlingue elle put aisément lire le nom de l’escadron auquel elle appartenait. Elle regarda à deux fois, c’était impossible, ses yeux lui jouaient des tours car il était inscrit 127eme escadron, section reconnaissance. Pourtant tout l’escadron avait été dissout à la fin du conflit mandalorien. Mais la nostalgie reprit rapidement le dessus, les agréables moment passé avec ses hommes mais aussi les pires. Plusieurs soldats sortirent et l’un d’eux porta son regard dans sa direction. Il se mit soudainement à courir vers elle. D’un geste vif Lisa mit la main sur son blaster prête à le dégainer au cas où. A mesure que le soldat approchait, elle s’aperçut que le soldat était en réalité une femme et reçut confirmation quand elle se mit à crier son nom. La femme soldat arriva devant elle et retira son casque libérant une longue chevelure blonde. Son visage était fin, les yeux d’un bleu azur et elle avait de petites lèvres rouge vif.

-C’est bien toi Lisa ! Je suis trop contente de te voir !
-Linda ?
-C’est bien moi ! Dis j’ai bien besoin d’un remontant, tu m’accompagne au bar de l’armée ?
-Tu n’es pas en service ?
-Non, on revient d’une mission de reconnaissance dans la bordure médiane. On nous a donné quartier libre.

Pour Lisa revoir une ancienne amie lui faisait énormément plaisir. Elle accepta l’invitation et toutes deux partirent vers la cafétéria, à cette heure de la journée il ne devait pas y avoir trop de monde, se rassura à penser Lisa.

-Alors tu vas bien ? Demanda Linda. J’ai appris pour Xander, je suis navrée.
En voyant que Lisa ne répondait pas elle enchaîna aussitôt.
-Je me souviens de l’époque où on était toute les deux à l’académie. On rendait les instructeurs totalement fous, ce n’est que lorsqu’il est arrivé qu’on c’est calmée. Tu te souviens le premier cours avec lui ?
-Tu parles, c’était à laquelle des deux mettrait le grappin dessus. Je me souviens même de la fois où tu es venue avec un décolleté pour le combat au corps à corps. Tous les mecs voulaient être ton adversaire.
-Mais pas celui que je voulais, c’est toi qu’il avait choisi. J’étais hors de moi.
-Que veux tu, les tricheuses reçoivent ce qu’elles méritent !
-MOI ? Et toi quand tu t’es faufilée dans sa chambre en pleine nuit ? Ce n’était pas de la triche ?
-Tous les coups sont permis !
-Ca t’arrange bien de dire ça. On rigolait bien à cette époque. Au fait, quand t’a t’il avoué qu’il t’aimait ?
-Après l’examen final, il était venu me voir et m’a fait la plus belle déclaration. Mais quelques mois après la guerre contre les mandaloriens était déclarée ! On s’est fiancé avant mon départ et on devait se marier à mon retour.
-Tu sais j’ai eu peur de ne plus jamais te revoir après l’attaque de Naboo. Quand on est arrivé tout était en ruine et tu étais introuvable.

Elles arrivèrent à la cafétéria, Lisa constata à son grand soulagement qu’elle était vide. Les deux amies se dirigèrent vers une table se trouvant à côté d’une immense baie vitrée.

-J’ai fui, ils nous avaient pris par surprise. L’armée n’a pus qu’opposer une résistance symbolique.
-Pourquoi tu n’es pas venu sur Coruscant ? A moins que…
-Je ne veux plus rien à voir avec la république ! Répondit sèchement Lisa.
- Son exécution était une erreur inqualifiable, mais les choses ont changé. On a besoin de toi. Tu es au courant pour Anobis ?
-Evidemment, je n’ai plus la volonté de commander un groupe. Les mandaloriens m’ont pris ma famille et la république mon unique amour. Pour moi la guerre est finie !
-Lisa, dit doucement Linda. Reconsidère ta décision. Tu étais la meilleure, tes actes passés étaient incroyables en particulier sur Dxun et Ondéron.
-La meilleure, hein ? La meilleure tueuse, ça oui. Tu n’es arrivée que bien plus tard dans le 127eme. Avant ton arrivée, les hommes se moquaient de moi, m’insultaient dans mon dos. Certains même ne se gênaient pas de le dire devant moi.
-Ils avaient du mal à être commandés par une femme, ce ne sont que des hommes. Mais le général lui te respectait, il t’a même proposé pour plusieurs décorations. Tu as été l’une des rares officiés à être décoré par Revan. De toute façon tout change, aujourd’hui c’est le général Dodonna qui dirige une grande partie de ce qu’était le 127eme et elle est très compétente.
-N’insiste pas Linda, dit gentiment Lisa. J’ai une chose importante à faire.
-C’est dommage, répondit Linda sur un ton résigné. Alors pourquoi tu es ici ?
-Ca c’est une longue histoire…
Lisa lui raconta les évènements qui l’avaient conduite sur Coruscant, de sa rencontre avec un jeune soldat idéaliste, leurs fuite de Taris, leurs séjour sur Dantooïne et maintenant la convocation de se soldat devenu jedi auprès du conseil de la capitale.
-Même si tu ne nous rejoins pas tu aides la république, dit Linda en souriant après le récit.
-Non, tu te trompes. Je ne fais pas ça pour la république, dit gravement Lisa.
-Ca revient au même, non ?
-Absolument pas, lorsque j’aurais atteint mon objectif nos chemins se sépareront et je partirais loin.
Un silence tendu se posa dans le bar. A cet instant la porte s’ouvrit et un homme entra à l’intérieur. Linda fit un peu de contorsion pour voir qui était le nouveau venu. Lisa n’eut pas besoin de se retourner pour savoir que la personne en question était Carth Onasi. L’officier passa prés d’elle et Linda se leva pour saluer son supérieur. Il le lui rendit et posa son regard sur Lisa.
-Bonjour, capitaine Lisa Hesse du 127eme escadron.
-Tu avais du temps à perdre ! Lui répondit sèchement Lisa.
-Je voulais mieux te connaître, c’est tout, dit Carth sur un ton d’excuse. J’ai été impressionné par ton CV.
-C’est le passé, répliqua elle froidement. Je ne suis plus un soldat.
-Mais heureusement que tu as conservé tes réflexes. Je suis au courant que Jaden est arrivé et donc si toi aussi tu es là c’est que tu vas nous prêter main forte.
-Qui te dis que je vais continuer ?
-Mon instinct.
-Tu es bien présomptueux. Pourtant tu serais plus soulagé si je ne venais pas, ça te ferait moins de personne à surveiller de peur qu’elles te trahissent.

Carth ne pus rien rétorquer, cette femme avait touché son point sensible. Il ne voulait plus faire confiance à personne mais avec Lisa c’était différent, sa conscience lui disait de se méfier mais une petite voix intérieure l’incitait au contraire à se rapprocher d’elle. Lisa se leva et remercia son amie pour le verre et se dirigea vers la sortie.

-Faite attention à elle, elle a beaucoup souffert par le passé.
-Elle n’est pas la seule, dit Carth.
-Protégez là, je vous en supplie.
-Elle est forte, jamais elle ne laissera quelqu’un la protéger. Mais… je ferais mon possible.
-Merci, j’ai peur qu’elle ne fasse une grosse bêtise.
-Tu es son amie, je comprends très bien tes angoisses. Au revoir.
-Au revoir !

Carth sortit et rattrapa Lisa, ensemble ils marchèrent le long des rues animées de la capitale.

Les jedi arrivèrent dans la salle aux milles fontaines. Atris regarda avec une attention particulière l’arrivé de Jaden. Les maîtres qui les avaient accompagnés prirent place et un silence pesant s’installa. Le padawan sentait l’aura que dégageaient les membres du conseil, deux en particulier se révélaient particulièrement hostile à son égard. La première venait d’une femme habillée tout en blanc, aussi blanc que sa chevelure et qui se prénommait Atris. L’autre provenait d’une femme qui ressemblait étrangement à l’autre mais en plus jeune, son nom était Yuya Andorra.
-Soyez les bienvenues jeunes jedi, dit Kavar.
-Pardonnez mon impolitesse, intervint Jaden. Mais allons directement au but de notre présence en ces lieux. Le temps presse.
-C’est pour te rencontrer toi, dit Zez Kai Ell. Tu es un cas très particulier parmi l’ordre, nous devons nous assurer…
-Le conseil de Dantooïne a déjà reconnu mes capacités. Vous ne leurs faites pas confiance ?
-Silence, dit Atris. La question n’est pas de tester tes capacités. Vous allez risquer votre vie dans une entreprise presque impossible. Tes deux camarades ont reçut une formation complète. Toi, par contre, tu es toujours un novice, tu ne connais pas encore l’attrait du côté obscur et pendant ton parcours il y a de grand risque pour que tu y succombes. Bastila, Juhani, veuillez rejoindre la pièce voisine.

Les deux padawan s’exécutèrent, maître Andorra se leva et se dirigea vers Jaden le sabre à la main. Une lame de couleur orangée sortit de part et d’autre du manche et elle se mit en garde. Jaden comprit que le conseil voulait voir si il arriverait à se battre contre elle sans faire appel à la colère ou d’autres sentiments menant à l’obscurité. Il sortit le sien et une lame argentée sortit du pommeau. La jedi se jeta sur lui avec une telle rapidité qu’il ne put qu’esquiver au dernier moment. Le combat était sérieux et s’il ne prenait pas garde il se ferait couper en rondelle. Elle repartit à l’assaut avec la même vitesse, cette fois il put bloquer le coup mais sous la violence de l’impact son corps recula.

-Quelle force ! S’exclama t’il. A moi d’attaquer !

Pendant les premières minutes il ne pouvait que contrer les assauts répétés du maître. Trouver la faille n’étais pas chose aisée, elle combinait avec brio les techniques de combat échanie avec les techniques jedi. Il décida d’augmenter sa vitesse pour la surpasser et put pendant un bref instant faire jeu égal. Malheureusement, son corps commença à se faire lourd, ses réactions plus lentes. Il se passait le même phénomène que celui qui se produisit face à Candérous. Pourtant, il n’usait pas de la danse de l’eau. Il fit un saut arrière pour se retrouver loin de son vis-à-vis, il était très essoufflé.

-Que m’arrive t’il ? Avant j’aurais quand même pu lui tenir tête plus longtemps. Non, ce ne serait quand même pas à cause de lui ?
-On ne dort pas pendant un combat, dit Andorra.

Elle l’attaqua par derrière, sa réaction fut trop lente. Le sabre du maître le loupa in extremis et elle enchaîna avec un coup de pied dans le ventre. Il se courba sur lui et releva la tête. Leurs regards se croisèrent et il crut voir de la haine dans ses yeux. De plus son aura s’était considérablement accrue pendant le combat et il ressentait beaucoup plus que de la haine. Mais pourquoi ? se disait il. Pour voir s’il succomberait ? Ou cachait elle une autre raison ? Dans tous les cas il devait réagir, mais plus le temps passait plus son corps réagissait mal, ce n’était qu’au prix d’un effort incroyable de concentration qu’il parvenait à coordonner ses gestes et à utiliser un peu de force. Il arriva ce qui devait arriver. Le maître utilisa la force de poussé au bon moment et l’envoya droit sur un pilier. Sous le choc il ferma les yeux et ils refusaient de s’ouvrir. Il pria pour que le combat cesse, il était à bout. Il maudissait son impuissance, Candérous avait raison. Les faibles restent faibles, mais il ferait face. Il ouvrit les yeux et vit la lame orange foncer droit vers son cœur.

-Assez, dit tristement Kavar. Relève toi Jaden !

Andorra le regarda et sans lui prêter assistance lui tourna le dos et regagna sa place. Le padawan se leva avec difficulté et se dirigea vers les maîtres. Certains semblaient ravis de l’avoir vu passer un mauvais quart d’heure, d’autres se montraient septiques.

-Tu es loin de pouvoir rivaliser avec le seigneur noir, dit Zez Kai Ell. Pendant ton voyage tâche de progresser rapidement sinon je crains que tu ne coures à ta perte. La faiblesse entraîne souvent les hommes vers le côté obscur. Ne t’y abandonne sous aucun prétexte où à jamais elle guidera ta vie. Bastila et toi avaient un lien, puise dans ses forces pour gagner le combat contre cette part d’obscurité qui est en chacun d’entre nous. Vous pouvez reprendre votre route et que la force vous accompagne.

Les maîtres se levèrent et quittèrent la salle. Jaden réfléchissait. A quoi pouvait il servir, il n’était pas à la hauteur de sa mission. Si seulement il comprenait pourquoi ses forces l’abandonnaient. Andorra passa à côté de lui et se mit à lui parler doucement, assez bas pour que personne d’autre ne l’entende.

-Tu payeras pour tes crimes, j’y veillerais. Aujourd’hui tu en as réchappé mais le conseil ne sera pas toujours là pour te protéger.
-Quoi ? Dit Jaden. Où veux tu en venir ? Je n’ai…
-Ta nature véritable refera surface et ce jour je serais là pour te tuer !
Puis, elle s’éloigna laissant un jedi incrédule, il ne comprenait pas pourquoi elle l’avait menacé. Bastila et Juhani rejoignirent Jaden et ensemble ils quittèrent la salle aux milles fontaines. Alors qu’ils se dirigeaient vers le vaisseau Bastila remarqua que Jaden était tracassé, elle voulu lui demander ce qui n’allait pas mais ce fut lui qui entama la conversation.
-Tu veux me parler ?
-Comment le sais tu ?
-Ton teint à viré en rose comme celui d’un bébé kinrath !
-Hein ?? ? Tu… Hummmm !! ! Pourquoi faut il toujours que tu plaisantes quand je veux discuter sérieusement avec toi ?
-Ca détend l’atmosphère.
-Tu es trop insouciant, je ne sais pas si je dois rire ou m’énerver quand tu es comme ça.
-Attention, la colère mène vers le côté obscur, ironisa Jaden.
-Je… J’abandonne, c’est notre lien qui t’a fait remarquer…
-Peut être, vas y je t’écoute. Qu’est ce qui te tracasse ?
-C’est plutôt à moi de te le demander. Tu es différent.
-Je n’ai rien pu faire contre ce maître, elle m’a battue avec une simplicité incroyable. Je viens de prendre conscience que je suis loin de pouvoir me battre à arme égale avec les sith. Je dois devenir beaucoup plus fort.
-Jaden, dit gravement Bastila. Fais attention, la quête du pouvoir mène vers…
-Je le sais, tu sais parfois je me dis que c’est un mal pour un bien. Si l’obscurité peut t’apporter la force nécessaire pour vaincre les sith…
-Et après ? Tu deviendras comme eux, des êtres sans scrupules sacrifiant tout pour parvenir à leurs fins. Moi aussi, j’ai souvent rêvé que je combattais et battais Malak. Je lui faisait subir les pires sévissent imaginables mais… On ne combat pas la haine par la haine.
-Tu ne peux pas comprendre Bastila.
-Comprendre quoi ?
-J’ai…

Pendant un court instant, il voulu lui raconter tout, ses rêves, ses peurs, ses angoisses. Ses rêves avec l’ombre, cette même ombre qui possède le même visage. Elle était enfermée en lui et il n’avait plus à se battre pour garder le dessus mais depuis… Il n’avait plus la même aisance à se battre et à utiliser la force. Il savait pertinemment qu’avant il aurait été facile pour lui de vaincre Candérous voir Andorra. Maintenant c’était la peur qui le déchirait, la peur de ne pas être assez fort pour protéger les êtres importants pour lui, en particulier cette femme pour qui ses sentiments deviennent de plus en plus forts. Ses angoisses de perdre un jour le contrôle de son corps, aveuglé par la haine comme ça avait été déjà le cas.

-Jaden ? Qu’est ce que… commença Bastila.
-Bastila ? Bastila Chan ? Dit une twilek qui les croisa.
-Oui, c’est bien moi, que puis-je pour vous ?
-Oh je suis très contente de te revoir, tu ne me reconnais pas ? Ah ça va faire prés de quinze ans aussi et tu étais petite.
-Qui êtes vous ?
-J’étais ta nourrisse Bastila, Olice !
-Olice ?? ? Ah oui, je me souviens, ça me fait chaud au cœur de te revoir.
-Alors comment va ta mère ? J’ai apprise qu’elle était gravement malade.
-Malade ?
-Tu ne le savais pas ?
-Non, je n’ai plus eu de nouvelle depuis que j’ai intégré l’ordre.
-Hélas je n’en sais pas plus, je peux te dire que ton père et ta mère se trouvait aux dernières nouvelles sur Tatooïne. Je crois qu’il était à la recherche d’une perle Krayt.
-Elle l’a encore entraîné dans une chasse aux trésors, dit amèrement Bastila. Merci pour tous, je dois y aller. Au plaisir.
-Porte toi bien !

La twilek s’éloigna et disparue à l’angle d’un couloir. Jaden et Juhani avaient écouté la conversation et attendaient la réaction de la jedi.

-Alors ! On a une mission, ordonna Bastila.
-Tu vas faire quoi ? Dit Juhani.
-A propos de ?
-De ta mère, intervint Jaden. Tu vas aller la voir sur Tatooïne ?
-Sans façon et je ne veux plus en parler.

Ils regagnèrent le vaisseau où Mission, Zaalbar et Candérous les attendaient. Peu de temps après leurs arrivé, Lisa et Carth se joignirent à eux. Tout le monde était content de voir l’officier républicain se joindre au groupe. A présent que l’équipage était réuni, ils embarquèrent et partirent vers la planète des sables, Tatooïne.

Les membres du conseil se réunirent dans une petite salle à l’abri des oreilles indiscrètes. Personne ne devait savoir de quoi ils allaient parler. La performance de Jaden les avait laissés perplexes, maître Zahr pourtant leur avait affirmé qu’il manié le sabre mieux qu’aucun autre et ce même chez les jedi du rang de chevalier.

-Pouvait on s’attendre à mieux ? Demanda Atris. On a eu la preuve que c’est bien le côté obscur qui donna sa force à Revan. Aujourd’hui il était aussi fort qu’au moment où il nous a quitté pour prendre part au conflit.
-Effectivement, consenti Kavar. Le destin de l’univers repose dans ses mains et je doute qu’il puisse devenir assez fort pour vaincre Malak. Mais nous devons croire en lui, il est le seul capable de nous mener à la forge stellaire.
-Et s’il décidait de rejoindre les sith ? Intervint Andorra.
-Alors qu’il était sur le point de mourir par ta main il n’a pas cherché l’appuie de la force noire, dit Zez Kai Ell. Il est beaucoup plus fort mentalement que ne l’était Revan.

Le reste de la réunion tourna autour du même sujet, chacun des maîtres envisageaient l’avenir et la conclusion n’en resta pas moins incertaine…

Lisa s’isola du reste de l’équipage, ce qu’elle allait faire ne devait pas être découvert. Elle se cacha dans la soute et sortit un comlink puis l’activa.

-C’est moi maître.
-C’est pas trop tôt ! Je pensais que tu avais été découverte !
-Non mais rien ne justifiait un rapport.
-Alors que peux tu m’apprendre ?
-Nous nous dirigeons actuellement vers la planète des sables, Tatooïne.
-Tatooïne dis tu. Intéressant, je vais envoyer des hommes pour en finir avec eux. Par contre tu ne devras pas leur porter assistance, s’ils venaient à échouer tu serais la seule à nous dire où on pourrait vous trouver !
-Oui, maître. Si je puis me permettre qui sera à leur tête ?
-L’un d’eux se nomme Calo Nord, le chasseur de prime. L’autre est une petite surprise pour ce cher jedi.
-Vous ne viendrez pas avec eux ?
-Non, le seigneur noir veut me garder à ses côtés encore un moment. Par contre s’ils venaient à échouer je m’occuperais personnellement de leur cas !
-Maître…
-Ne t’inquiète pas, je te laisserais t’occuper de cet homme.
-Bien…
-Autre chose ?
-Non…, au revoir maître Bendon.

Le comlink n’émit plus aucun son. Lisa ressentit pour la première fois de sa vie la sensation de remord. Elle rangea l’appareil dans une poche arrière de son pantalon et se dirigea vers la porte de la soute. Elle ne remarqua pas qu’un homme l’avait surprise et lorsqu’il l’interpella, elle se retourna en sortant un poignard. L’homme se jeta sur elle et lui plaqua la main contre la paroi du vaisseau. A la lumière des néons elle reconnue Candérous.

-Pas de panique ma beauté, ce n’est que moi, dit il sur un ton apaisant.
-Qu’est ce que tu me veux ? Demanda t’elle sur un ton de reproche.
-Les choses sérieuses vont enfin commencer ?
-…
-Je prends ton silence comme un oui. Alors comme ça ce cher Calo a survécu. Je vais me faire un malin plaisir à le tuer et cette fois il n’en réchappera pas ! Et toi, que vas-tu faire ?
-Rien !

Elle s’arracha de l’étreinte du mandalorien et lui tourna le dos. Il la regarda partir avec un regard intéressé, non pas qu’il était attiré par elle mais elle semblait changée, différente. Ce changement pouvait gêner son plan, peut être. Pendant le reste du trajet aucun des deux n’adressa la parole à l’autre. Arrivé à proximité de la planète des sables, Jaden devint très excité, avec Bastila ils discutèrent d’une nouvelle vision. Ils avaient vu l’emplacement de la carte stellaire, elle se trouvait dans une grotte sans aucun doute à l’extérieure des villes dans l’immensité du désert. Afin de se fondre dans la foule, ils décidèrent d’atterrir dans la plus grande ville qui était Mos Esley. Venait maintenant le temps de répartir l’équipage en trois groupes, en se déplaçant en si grand nombre ils n’auraient fait qu’attirer l’attention sur eux. Mission insista pour faire équipe avec Jaden. Il pensa après coup qu’elle avait beau être une adolescente, elle n’était pas moins une négociatrice hors pair. Maintenant il manquait une dernière personne pour son groupe. Un des groupes était chargé de rester au vaisseau et il doutait que Lisa ou Bastila accepte un tel rôle, de plus il ne pouvait pas les mettre dans le même où il risquait un affrontement. Mais laquelle prendre ? Il ne voulait pas les froisser.

Heureusement pour lui Lisa intervint dans sa réflexion et lui dit qu’elle ne voulait pas aller à la recherche de la carte, elle s’estimait plus apte à chercher des informations. Carth approuva cette décision et décida lui aussi de faire de même. Jaden n’y vit aucune objection et proposa à Candérous de partir avec eux. La requête lui fit faire une grimace et prétexta qu’il aurait mieux valu pour Jaden qu’il vienne avec lui mais ne parvint pas à le convaincre. Au final les groupes formés étaient : Jaden, Mission, Bastila puis Lisa, Carth, Candérous et enfin le dernier serait composé de Juhani, Zaalbar et T3-M4. Ce dernier reçut pour instruction de rester au vaisseau au cas où un départ précipité devait avoir lieu. Zaalbar n’en demandait pas mieux car il n’aurait pas pu supporter la chaleur torride de Tatooïne. Les taches ainsi distribuées, les deux groupes sortirent du vaisseau où les attendaient un officier de la Czerka. L’homme semblait impatient et s’avança de suite vers eux dès que la passerelle descendit. Il les salua poliment et leur demanda de payer une taxe d’amarrage.

-Une taxe ?? Dit Jaden. Mais pourquoi ?
-Pour tous les frais qu’occasionne un vaisseau, le carburant, la révision et bien sur la location de la piste.
-Mais si je veux juste l’emplacement ?
-Hélas le tarif n’est pas négociable. Veuillez payer les 200 crédits ou je me verrais contraindre à saisir votre vaisseau.

Super, pensa Jaden, la mission commençait à peine et voilà qu’on lui demandait déjà une somme importante. Pendant un court instant l’idée de persuader l’homme avec la force lui traversa l’esprit. Ce fut le regard accusateur de Bastila qui l’en dissuada. A coup sûr elle l’avait sue par le biais de leur lien, pensa t’il. A contrecoeur il sortit une liasse de billet et les tendis à l’homme qui les prit et s’en alla en leur souhaitant un bon séjour.

Lisa se sentait épiée, elle regardait tout autour d’elle pour trouver ce mystérieux observateur mais rien n’y faisait. Absolument tout était de couleur sable puis elle le vit. Il se trouvait debout sur un des plus haut bâtiment à proximité de la piste. S’il avait été si dur à trouver c’était parce qu’il portait une tenue de camouflage parfaite, il se confondait à merveille avec l’environnement qui l’entourait. Il avait fallu qu’une petite brise se lève pour apercevoir sa cape onduler. Cet homme devait être le mystérieux invité de son maître. Il était bon, excellent même, aucun autre membre d’équipage ne semblait l’avoir détecté, elle ne pouvait pas se prononcer pour Candérous car il était derrière elle. Etait-il un jedi obscur ? En tout cas il savait maîtriser ses émotions, pas comme d’autres, pensa t’elle en regardant Bastila et Jaden. Une bourrasque de vent l’aveugla quelques secondes et lorsqu’elle ouvrit les yeux, il n’était plus là et sa faible aura avait totalement disparue. Elle chercha rapidement de tous les côtés mais il s’était bel et bien volatilisé. Candérous posa sa main sur l’épaule de la jeune femme et lui chuchota à l’oreille si elle avait vu le comité d’accueil. Elle se retourna et vit que lui aussi semblait le chercher. Elle acquiesça de la tête et le mandalorien sourit. A première vu il était impressionné par les capacités de la jeune femme. En reposant son regard sur Jaden, il vit que celui-ci était déjà prés de la porte d’accès à la ville et il se dépêcha de les rejoindre.

Tatooïne, une planète de la bordure extérieure se trouvant aux limites de la frontière républicaine. Ici, c’était les Hutts qui dirigeaient les villes d’une main de fer. S’opposer à eux revenait à signer son acte de décès ! La planète n’était pas très riche, elle était recouverte de sable sur son intégralité, pour faire pousser quoi que se soit il fallait investir dans des fermes hydroponiques. Avant la guerre contre les sith, de nombreux vaisseaux cargo faisaient beaucoup d’aller et retour afin d’emmener vivre et bien de première nécessité. Hélas, depuis le début du conflit, les cargos se faisaient rares et la pauvreté s’accentua au fil des mois.

La sortie du hangar donnait sur la grande place du marché de Mos Esley. La foule n’était pas nombreuse, fallait dire aussi que les étals étaient peu garnis. Les quelques denrées alimentaires ne semblaient pas très comestibles, elles étaient pourries et les insectes tournaient autour tel des rapaces autour de leur proie. Il y avait cependant une boutique proposant des articles de qualité provenant d’Alderande ou d’autre monde riche mais à des prix totalement exorbitants. Quelques misérables humanoïdes contemplaient avec envie des pommes de terre, de la viande fraîche et juteuse à l’intérieur de ce magasin. Dès qu’une personne fortunée en sortait, une troupe l’encerclait pour faire la manche et furent aussitôt refoulé par le service de sécurité. La vue de tant de misère pinça le cœur de Bastila. Elle se souvenait des quelques passages qu’elle avait effectués ici.

A l’époque les rues étaient beaucoup plus animées. Les enfants jouaient dans les rues, au centre de la place des femmes dansaient pour attirer les clients assez fortunés pour les acheter. Oui, l’esclavage était toujours présent, les lois républicaines n’atteignaient pas ce monde. Elle était un peu rassurée de voir que la guerre avait arrêté cette pratique mais le malheur de tant de personne lui murmurait que le prix à payer était considérable. Elle sentit qu’on lui tirait sa cape, elle se tourna rapidement pour voir que c’était un enfant. Le petit homme, les larmes aux yeux lui, tendaient la main. Elle s’agenouilla et caressa le visage du garçon. Avant qu’elle n’ait eu le temps de mettre la main à la poche, le petit garçon prit peur et partit aussi vite que ses petites jambes pouvaient le faire. Elle regarda derrière elle se qui avait pu l’effrayer et vit qu’un groupe de mendiant se dirigeait vers eux. Les pauvres avaient vu les étrangers et espéraient recevoir de quoi survivre une journée de plus dans cet enfer de la faim et de la soif. Ils se jetèrent à leurs pieds, les suppliants de faire preuve de générosité. Dans leurs yeux se reflétait l’ombre de la mort, les malheureux étaient atteints de maladies incurables, d’où la fuite du garçon pensa Bastila. Dans le meilleur des cas ils ne leur restaient qu’une poigné de jour en guise de sursis, la mort était inévitable.

A Jaden aussi, la souffrance de ces hommes et femmes lui était insupportable. Restait à savoir qu’elle était la meilleure des choses à faire. La doctrine jedi les obligeait à prêter assistance aux personnes en détresse mais ne disait pas de quelle façon. La solution la plus évidente serait de leur donner de quoi subsister mais cela allait augmenter leur agonie. L’autre serait d’abréger leur souffrances mais fallait il encore avoir le cran de prendre des vies innocentes. Que devait-il faire ? Ces gens ne méritaient pas de souffrir autant, lentement il mit sa main sous sa cape en la dirigeant vers son sabre laser. Il empoigna ensuite le manche et le sortit de son étui. Son cœur lui criait de ne pas commettre cette folie mais sa conscience morale le pousser à les délivrer, de ses yeux coulèrent des larmes. Lisa le regardait et fut stupéfaite de voir cet homme qui avait fait preuve d’aucun sentiment dans sa vie passé, rongé à présent par l’incertitude, le doute. A sa place, elle n’hésiterait pas, leurs vies arrivaient à leurs termes. Les tuer maintenant n’était pas, selon elle, un meurtre. Au diable cette hypocrisie de laisser les gens souffrir dans des enfer indescriptibles et de leur faire croire qu’ils pourront être sauvés.
Au même moment une patrouille de la Czerka passa dans les environs. Ils virent l’attroupement autour des étrangers et vinrent les chasser. L’un des soldats donna un grand coup de pied dans le dos d’un des malades, aussitôt les autres reculèrent de peur de se faire molester. Aucun n’eut le courage d’aider celui qui se faisait passer à tabac. En revanche la réaction de Jaden ne se fit pas attendre, il se plaça entre la milice et le mendiant. Il fit ensuite appel à la force pour expulser au loin le soldat qui continuait de rouer de coup le pauvre homme à terre et sans défense. Les mercenaires pointèrent leurs armes vers le jedi.

-Ne vous mêlez pas de nos affaires, étranger ! dit l’officier.
-Vos manières sont inacceptables ! Dit Jaden en colère. Ces pauvres gens ne font rien de mal !
-Ils sont condamnés, répondit un soldat. Il ne leur reste que deux ou trois jours. Vous devriez nous être reconnaissant, ils sont porteurs d’une maladie incurable. Ce serait embêtant de l’attraper.
-C’est mon problème, pas le vôtre ! Dit Jaden d’un ton autoritaire. Partez avant que je perde patience !
-Tu crois nous faire peur, gamin ? Ironisa un soldat. On est une vingtaine et vous n’êtes que six.
-Tu te trompes, ils n’interviendront pas, dit froidement Jaden. Je suis entièrement capable de vous botter le cul.
Sur ses mots il sortit son sabre, l’activa et se mit en garde en lançant un regard froid et menaçant aux miliciens. La vue du sabre leur fit comprendre qu’ils avaient à faire de toute évidence à un jedi. L’officier fit signe à ses hommes de baisser leurs armes.
-Très bien, jedi. Faites comme il vous plaira mais sachez que nous n’interviendrons pas si un malheureux problème surviendrait. On se tire !

Les soldats partis, les mendiants se rapprochèrent de Jaden et le remercièrent chaleureusement. Au fond de lui, il savait que ses pauvres étaient condamnés mais il ne voulait pas les faire souffrir avant de mourir. Lisa de son côté n’avait pas apprécié les menaces de se soldat, il semblait en savoir beaucoup plus qu’ils ne le prétendaient sur cette maladie. Dans sa tête, Jaden calcula le temps nécessaire pour les tuer, tous sans exception, et sans douleur. Il en conclu qu’en moins d’une minute tout serait fini. Sa main se serra sur le manche du sabre toujours actif. La lueur de la lame oscillait, tantôt elle prenait une teinte noire, tantôt elle basculait vers une blancheur pure. Les condamnés le regardaient avec plein d’espoir, peut être le considérait il comme leur sauveur, l’homme capable de les sauver de la mort, le justicier au cœur pur. Bastila voyait et ressentait le combat intérieur de Jaden, elle décida de faire un geste avant qu’il ne prenne sa décision. Elle sortit quelques pièces qu’elle tendit aux misérables. Les remerciements furent chaleureux et le groupe partit sauf un homme qui semblait vouloir leur dire quelque chose d’important.

-Faites très attention, dit il d’une voix rauque. Des hommes en noirs sont arrivés il y a peu.
-Des hommes en noirs ? S’étonna Bastila.
-Des sith, coupa Jaden. Merci mon brave.

L’homme partit rejoindre ses compagnons et tous ensemble disparurent au coin d’une rue. Le jedi désactiva son sabre et le rangea. Bastila alla à côté de lui et lui sourit, selon toute vraisemblance elle était fière qu’il se soit comporté comme un vrai jedi. Mais lui ne lui rendit pas son sourire, il doutait du bien fondé de l’action de Bastila.

-Tu vas te réveiller ? Marmotte ! Dit Lisa. Si tu continus ainsi les sith t’auront facilement.
-Hein, heu…
-On va prendre à droite, c’est le quartier pauvre. On aura plus de chance de trouver des infos.

Voilà a plus pour la suite de ce chapitre!
Modifié en dernier par Revan1er le Mer 11 Juin 2008 - 9:48, modifié 1 fois.
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Notsil » Mar 10 Juin 2008 - 22:05   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Le tiraillement entre le Côté Lumineux et le Côté Obscur se fait de plus en plus fort ^^ Dur dilemme....et pas évident de toujours faire les bons choix !
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Django » Mer 11 Juin 2008 - 1:40   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

du chapitre 14, tu passes au chapitre 16. Aurais-tu oublié le chapitre 15.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Darkliser » Mer 11 Juin 2008 - 6:26   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Salut Django

Tu lis sa FF?
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Revan1er » Mer 11 Juin 2008 - 9:50   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Merci pour m'avoir montré cette faute Jango! Il ne s'agissait que d'une faute de frappe.

Je viens d'éditer le numéro. C'est bien le 15. Il n'y a aucun doute.
A plus.
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Revan1er » Jeu 12 Juin 2008 - 13:14   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour!

Voici la suite et fin du chapitre!
Bonne lecture!

Le groupe de Lisa prit la rue et s’enfoncèrent progressivement vers les quartiers les plus populeux de Mos Esley. A l’inverse de la place du marché, les habitations ici étaient en piteux état. Elles étaient recouvertes de fissure en de nombreux endroits, Candérous se demandait comment de telles ruines pouvaient encore tenir debout. Les rues n’étaient pas aussi déserte, les gens se terraient dans les quelques coins d’ombres afin d’échapper à la morsure du soleil. Ils recouvraient leurs visages à chaque rafale de vent, elles emportaient avec elles énormément de sable qui n’hésitait pas à s’insinuer partout et griffer toutes parties du corps non protégée. A mesure qu’ils avançaient dans ces rues insalubres la puanteur de la mort prenait le pas sur tout. Elle atteignit une telle intensité que Carth se trouva mal. Ce n’était qu’après un croisement qu’ils comprirent pourquoi. Une énorme fosse s’étalait devant eux, de l’autre côté des petites créatures indescriptibles jetaient les cadavres de personnes visiblement malades. Ils avaient atteint la zone ou l’on creusait les fosses communes. Lisa et Candérous se trouvèrent eux aussi prix de malaise, là il s’agissait de l’odeur de milliers de corps en décomposition sous la chaleur torride de Tatooïne. Carth se courba en avant et vomi tout ce que contenait son estomac. Lisa fit marche arrière et fut immédiatement imité par Candérous et Carth. Lorsque l’odeur fut supportable, ils s‘arrêtèrent quelques instant pour reprendre leurs souffle. Au moment où ils allaient reprendre leurs recherches ils sentirent une menace.

Au sommet de quelques hautes habitations, des hommes vêtus de noir de pied en cape les fixaient. Seul leurs yeux n’étaient pas recouverts de tissus, des yeux pâles. Au niveau de la ceinture, ils arboraient un manche de sabre laser.

-En voilà trois ! Dit l’un d’eux. Qu’ils ne ressortent pas de ces quartiers vivants !

Sans un mot, quatre d’entre eux sautèrent de toit en toit vers Lisa et ses compagnons d’armes.

Jaden, Bastila et Mission marchaient le long de la rue principale, ici les mendiants se faisaient rare et les passants vaquaient à leurs occupations sans se soucier du conflit qui pour l’instant était loin d’eux. Ils approchèrent d’une cantina d’où un homme sortit en trombe jurant comme ce n’était pas permis et bouscula Bastila.

-Attention, cria t’elle. Vous ne pouvez pas regarder où vous allez ?
-Excusez-moi, répondit il. Franchement il y a des gens qui ne se prennent pas pour de la merde.
-Vous avez l’air contrarié, dit Mission.
-Et comment ! Je vous déconseille fortement d’aller vous désaltérer ici ! Il y a une femme franchement insupportable !
-A quoi ressemble t’elle ? Demanda Bastila.
-Environ 1m 65, mince, la cinquantaine et je crois avoir entendu qu’elle s’appelle Helena !
-Helena ? S’exclama Bastila.
-Merci pour les renseignements, dit Jaden.
-De rien ! Faites gaffe, elle n’est vraiment pas commode.

Jaden regarda Bastila et vit son regard perplexe, songeur. Cette femme était elle sa mère ? Le moyen le plus court pour s’en assurer était d’aller voir. Il entra donc le premier. A l’intérieur une femme n’arrêtait pas de se plaindre, une fois les serveurs étaient trop lent pour la servir, d’autres fois le verre n’était pas assez frais… Sans l’ombre d’un doute cette femme était Helena. Il s’avança vers elle en prenant soin de jeter un œil furtif à la padawan. Le regard mauvais qu’elle lançait à la femme suffit pour savoir que c’était bien sa mère.

-Mme Helena Chan ? Interrogea Jaden.
-Oui, je vous connais ?
-Non, en fait je suis jedi est…
-Vous ne me reconnaissaient pas mère, coupa Bastila en sortant de l’ombre de Jaden.
-Et comment je le pourrais, tu ne m’as jamais envoyée d’image de toi.
-Vous savez bien que tout contact avec sa famille est proscrit !
-Tu n’as pas changé, tu me détestes toujours autant, je pensais que les jedi t’aurais enseignés le calme.

Soudainement, Jaden se sentit mal à l’aise entre les deux femmes. Il commençait à regretter d’être venu, mais en même temps il l’avait fait pour le bien de Bastila. Elle avait la chance d’avoir ses parents contrairement à lui.

-Assez mère, je ne veux plus me battre avec vous.
-La fuite maintenant, ce n’est pas en tournant le dos à tes problèmes qu’ils vont se résoudre. Si ton père te voyait…
-Où est-il ?
-Il… commença Helena avant d’éclater en sanglot. Il est mort ma fille.
-Mort ? Répondit Bastila. Non… Qu’avez-vous encore fait ?
-Moi, rien. Il s’était mis dans la tête de chercher des perles Krayt pour acheter les médicaments qui ralentissent ma maladie, je suis condamnée… mais ça n’a plus d’importance…
-Vous croyez que je vais vous croire ? C’est de votre faute s’il partait à droite et à gauche pour trouver des trésors.
-Bastila, réprimanda Jaden. Excusez là, parlez nous de votre maladie, pourquoi n’allez vous pas vous faire soigner dans un centre hospitalier ?
-Les médecins sont formels, il ne me reste que quelques mois à vivre. Je serais heureuse si vous pouviez me rendre un service.
-Il n’y a aucun problème, dit Jaden. Quel est-il ?
-Mon mari possédait sur lui un holocron, si vous pouviez me le restituer…
-Certainement pas, intervint Bastila ! Et puis quoi encore ? On n’a une mission de la plus haute importance !
-Nous ferons notre possible, trancha Jaden. Vous sauriez peut-être par où commencer les recherches ?
-Oui, l’unique rescapé a parlé d’une grotte au delà des dunes de sables en dehors de la ville. Il y a pourtant un problème, pour quitter la ville il faut un permis que seul la Czerka attribue !
-Ne vous inquiétez pas, on reviendra avec l’holocron de votre mari, assura Jaden.
-Merci, soyez béni noble jedi.
-Je ne fais que mon devoir.

En se retournant, il vit Bastila se précipiter vers la sortie à toute allure. Il s’élança à sa poursuite et la rattrapa à l’extérieur. Jamais il ne l’avait vu aussi furieuse. Il posa délicatement sa main sur son épaule et l’attira vers lui, ensuite il l’enlaça avec ses bras.

-Ne te fâche pas comme ça.
-Tu ne peux pas comprendre, elle m’a fait tant souffrir…
-Mais au moins tu peux te réconcilier avec elle, elle est toujours en vie.

Bastila ouvrit grand les yeux et baissa la tête, elle se sentait stupide et immature. Jaden avait perdu ses parents alors qu’il était très jeune, tués par les mandaloriens. Etant enfant elle avait détesté sa mère pour l’avoir abandonnée à l’ordre, maintenant elle était adulte est avant tout une jedi, elle devait surpasser ses émotions et écouter ce que sa mère brûlait de lui révéler.

-Désolé Jaden. Je me suis comporté comme une gamine.
-Ce n’est pas grave, dit Jaden en souriant. Alors on va à la recherche de l’holocron de ton père ?
-Oui, je veux le retrouver mais…
-Tu hésite à le restituer à ta mère, répondit il sur un ton de compréhension. Mais on ne l’a pas encore, lorsque le moment sera venu tu feras le bon choix. Je crois en toi.
-Jaden, dit elle surprise en se retournant.

Son teint pris une couleur rouge vif sous le regard du jedi. Il était le premier à vouloir son bien et à se soucier d’elle. Depuis qu’elle avait montré d’excellentes capacité dans la méditation de combat tout le monde la prenait pour un géni et bien sûr elle devint seule. Revan aussi avait du vivre de tel évènement, premier dans toutes les disciplines, maniement exceptionnel du sabre et de la force. Mais ce n’était pas Revan devant elle, il avait le même corps mais pas les mêmes souvenirs. De honte elle voulu baisser la tête et en fut empêché par Jaden qui avait mis sa main sous son menton. Aujourd’hui elle venait de lui montrer une partie d’elle qu’elle s’était efforcée de cacher, mais cela ne semblait pas lui déplaire. Jaden sentit son corps entrer en ébullition et des gouttes de sueur couler le long de son visage. Etait-ce dû à la température infernale de la planète ? Il s’approcha d’elle tel un aimant attiré par un résidu métallique. Quand soudain…

-Bon on n’a pas le temps pour les scènes romantiques !! ! Dit Mission.

Tout deux s’écartèrent et se trouvèrent gênés d’avoir été surpris dans un tel moment. Mission leurs jetait un regard de feu depuis l’entrée de la cantina. Tant pis, se disait Jaden, se serait pour une prochaine fois. Mission passa entre eux, les prit par le bras et les traîna dans la rue bondée.

A quelque mètre derrière eux se trouvait le mystérieux observateur de la piste de décollage. Il avait remplacé la cape camouflant pour une cape noire. Seul le bas de son visage était visible. Le visage de l’homme s’étira dans un léger rictus.

-Te voilà enfin à ma portée, Revan. Cette fois il n’y aura pas Zahr pour m’empêcher de t’arracher le cœur. Tu vas enfin goûter à ma colère !

Il s’avança à leur suite à bonne distance pour ne pas se faire repérer. Il se demandait quel serait le meilleur moment pour les attaquer. Surgissant de nulle part, une dizaine d’homme en noir se joignirent à lui. Son ennemi pénétra dans le quartier général de la Czerka de Tatooïne. Le groupe suspect s’arrêta.

-Postez vous autour de la place, quand ils sortiront je veux que vous les attaquiez !
-A vos ordres, répondirent-ils.
-Je vais voir si tu t’es amélioré depuis la dernière fois. Ne me déçoit pas j’ai envie de m’amuser avec toi !

Les hommes en noir s’élancèrent dans les rues et prirent position autour de la place en se tapissant dans l’ombre.

-Bonjour, dit la standardiste. Bienvenue au siège de la Czerka. Que puis-je pour vous ?
-J’ai appris que pour sortir de la ville il fallait un permis.
-Effectivement, répondit-elle poliment. Mais je suis au regret de vous apprendre que nous n’en distribuons plus pour l’instant.
-Pourquoi ? dit Jaden.
-A cause des Tuskens. Ils sont devenues très agité ces derniers temps et…

Un fracas retentit dans tout le bâtiment, quelques instants après un duros tenu fermement par deux soldats musclés arrivèrent suivie par une femme très élégante. Le duros se débattait et criait qu’ils n’avaient pas le droit d’exterminer un peuple présent depuis des millénaires. La femme se mit à rire et ordonna à ses hommes de le jeter dehors. Le pauvre fut éjecté sans autre forme de procès. La femme au visage sévère se tourna vers la réceptionniste et posa ensuite son regard sur le beau jeune homme devant elle.

-C’est pour quoi ? Demanda t’elle sur un ton mielleux.
-Pour des permis madame, répondit la réceptionniste.
-Ah, encore. Désolé mais…
-Attendez, intervint Mission. Je suis à la recherche de mon frère Griff Vao. On m’a dit qu’il travaillait à la Czerka de Tatooïne.
-Griff…Griff… ça me dit quelque chose…
-C’est un des hommes qui a disparu lors du raid tusken d’il y a deux semaines, madame.
-Ah oui, je me souviens de lui… Je suis navré, dit la patronne sur un ton faussement sincère.
-Il est prisonnier des tuskens ?
-Exacte, mais je doute que vous puissiez le libérer, s’il est toujours en vie.
-Ne nous sous-estimait pas, assura Jaden. Nous sommes plus fort qu’on peut le paraître.
-Alors vous pouvez m’être utile, dit la directrice.
-Je vous écoute, dit Jaden.
-Griff est justement prisonnier d’une tribu Tuskens qui nous dérange, si vous pouviez, voyons comment dire…
-Vous enlevez une épine du pied ?
-Voilà ! Je vous remets des permis valides et en contrepartie vous nous en débarrassez.
-Je pense que vous voudrez une preuve, vous ne vous contenterez pas de ma parole.
-C’est qu’il est malin. Je veux le gaffi du chef. Vous ne pouvez pas vous tromper c’est le seul qui possèdent des décorations.
-Juste le gaffi ?
-Bien sûr, je ne vais pas vous demander sa tête. De plus si c’est fait rapidement j’ajouterais un petit bonus, ajouta t’elle en caressant le torse de Jaden.
-Ok, ça marche.
-Jaden ! Dit Bastila surprise. Tu ne vas pas…
-Je sais ce que j’ai à faire.
-Ouh, j’aime les hommes autoritaires, tenez trois permis valide et n’oublie pas, reviens vite pour avoir ta récompense. Je te la remettrais personnellement.

Bastila voyait rouge, si seulement ils n’avaient pas besoin de ces fichus permis… Elle fut soulagée quand Jaden se retourna pour partir sans répondre aux avances de la dirigeante. De nouveau sous le soleil de Tatooïne, ils cherchèrent la direction pour sortir de la ville. Un duros s’approcha d’eux, il s’agissait de celui qui avait été expulsé de QG de la Czerka.

-Alors comme ça c’est vous qui allez massacrer ces pauvres créatures ! Dit il en colère.
-Pauvres, pauvres… vous y allez un peu fort, s’exprima Mission.
-Si vous avez une autre solution pour faire cesser les attaques je vous écoute, dit Jaden sous le regard admiratif de Bastila.
-Vraiment ? S’étonna le duros. Vous les épargnerez vraiment ?
-Si j’arrive à connaître leur volonté, pour ça j’ai besoin de quelqu’un parlant le tusken.
-J’ai entendu dire que Yuka le ferrailleur vendait un droïde le parlant.
-Merci, je vais y aller de ce pas, dit Jaden. Je vous jure de faire tout mon possible pour qu’il n’y ait pas d’effusion de sang.

Le duros les salua chaleureusement et partit le cœur léger. Bastila était heureuse de constater que Jaden n’avait jamais eu l’intention de massacrer toute une tribu juste pour le plaisir d’une compagnie corrompue jusqu’à la moelle. Jaden s’engagea avec Mission dans une rue mais Bastila les interpella. Un danger les guettait. Elle ordonna à Mission de se cacher et d’attendre leur retour.

-Tu ne les as pas senti ? Dit Bastila.
-Si, huit environ. Je voulais juste les attirer plus loin à l’écart des civils innocents.
-Mais ils ont commencé à bouger…
-Le seigneur Malak a été très contrarié quand il a appris que vous aviez quitté Taris vivant, dit une voix derrière eux.
-Un sith, constata Jaden. Tant mieux je commençais à rouiller.
-Vous n’avez aucune chance, dit l’apprenti en dégainant son sabre.
-Nous verrons bien, termina Jaden en l’imitant.

Trois autres apprentis se joignirent au premier et quatre surgirent dans le dos de Bastila et Jaden. A présent ils étaient encerclés par huit apprentis sith, tous avaient sortit et activé leurs sabres à lame rouge. Pour Jaden la partie allait être serré, avant d’arriver sur la planète il avait estimé à une vingtaine de minute le temps pendant lequel il pouvait se battre pleinement, au-delà son corps devenait lourd et il avait beaucoup plus de mal à faire appel à la force. Il décida donc de jouer le tout pour le tout. Il devait faire vite, les surprendre. Il s’élança vers eux avec une seule idée en tête, se battre pour tuer.
Les quatre apprentis sautèrent tête en bas vers Candérous, Lisa et Carth. Ces derniers prirent leurs blasters et ouvrirent le feu sur leurs assaillants. Des lueurs rouges sortirent des manches des sabres lasers et facilement ils parèrent les tirs. Avant d’arriver au sol, ils tendirent leurs mains et utilisèrent à l’unisson le pouvoir de pousser. Cela créa une mini tornade envoyant du sable dans les yeux des soldats. Bien qu’aveuglé, chacun prit sa vibro-lame. Lisa exécuta un saut arrière qui lui permit d’éviter une attaque mortelle d’un apprenti. Ses yeux lui faisaient atrocement mal et de grosses gouttes coulèrent le long de son visage. Elle ne voyait pas grand-chose et distinguait mal les formes. Heureusement la lueur émise par les sabres lui permettait de parer les attaques successives du sith. De là où elle se trouvait, elle ne pouvait voir ce qu’il advenait de ses compagnons. Elle entendit Candérous crier quelque chose mais ne comprit pas ce qu’il disait, puis une lumière brillant l’aveugla ainsi que le sith. Le mandalorien avait sûrement du les prévenir qu’il allait utiliser une grenade aveuglante. Elle utilisa ce laps de temps pour s’essuyer les yeux et lorsqu’elle pu distinguer à nouveau, le sith se ruait sur elle avec rage. Se sentant plus à l’aise, elle para les coups avec plus de facilité et enchaîna les contres attaques. Cependant le sith se débrouillait mieux dans les corps à corps. Elle reculait, rapidement elle se trouva dos au mûr, sans possibilité de fuir. La fuite, jamais elle n’envisageait cela. Non, c’était une guerrière habituée aux combats en infériorité numérique et en infériorité physique mais à chaque fois elle s’était battue jusqu’à la mort redoublant d’exploit incroyable. Elle allait faire ce en quoi elle excellait, l’assassina. Elle sauta contre le mûr, prit appuie dessus et se projeta loin derrière le sith. Il utilisa bon nombre de pouvoir de la force pour prendre un avantage certain mais l’agilité de la jeune femme était impressionnant et lui permit de tous les éviter.

Candérous se trouvait opposé à deux apprentis, il trouvait même la situation cocasse. Les sith avaient peur de lui et avec raison, sa force physique brute suffit à repousser les utilisateurs de la force. Aucun des deux n’arrivait à bloquer les attaques herculéennes du mandalorien. Chaque coup paré les faisait reculer d’un bon mètre, il avait un avantage certain sur eux. L’un des deux se faufila dans son dos et plongea son sabre vers le dos du guerrier. Il crut y arriver mais l’homme invincible l’évita au dernier moment. Sa main immense empoigna la tête du sith et Candérous lui fracassa le crâne contre un mûr. Ce dernier assommé s’affaissa au sol tandis que son partenaire se ruait sur l’adversaire.

Carth était celui qui était dans la plus mauvaise posture, il était pilote et non un soldat de terrain. Dans son domaine il était un vrai géni mais le corps à corps ne lui allait pas. Le sith s’amusait beaucoup à le blesser en faisant attention à ne pas toucher ses points vitaux. L’officier tenta vainement de battre en retraite pour établir une stratégie mais le sith était trop rapide. Il lança une grenade paralysante et réussie à le prendre au piège. Il couru se mettre à labri mais des caisses de bois volèrent dans tous les sens pour le retenir. Carth parvint à les éviter et tourna à gauche au coin d’une rue. Enfin à couvert il réfléchit au meilleur moyen de gagner. Il conclu rapidement que le sith le sous-estimait grandement et ne se méfierait pas. Il plaça donc des bombes avec détecteurs de mouvement de part et d’autre de la rue. Il recula et attendis que l’ennemi arrive. Ce dernier trop sûr de lui avança dans la rue sans s’imaginer un instant au piège que lui tendait le républicain.
Lisa et son adversaire n’arrivaient pas à se départager. La jeune femme recula et tout en courant autour du sith mis la main dans une poche à la recherche d’un petit objet. Une fois la main dessus et le sortit et entama une nouvelle attaque. Il fallait créer une ouverture dans la bonne défense de l’apprenti. L’opportunité lui fut donnée lorsque le sith effectua un saut périlleux au dessus d’elle, elle lança le petit disque qui resta accroché au dos. Une fois derrière elle il lui asséna un coup de pied retourné qui la toucha en plein entre les omoplates. Le souffle coupé elle s’écroula à terre et roula aussitôt sur le dos pour se trouver face vers le ciel mais déjà le sith pointait son sabre à cinq centimètres de sa gorge.

-Bien, maintenant tu vas être une fille bien sage et obéissante. Je te promets en contre partie une mort rapide et sans douleur.
-Les hommes, dit elle en se relaxant. Alors qu’attends tu ? Je suis à terre et sans défense…

A plus!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Notsil » Jeu 12 Juin 2008 - 18:11   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Roh, nous laisser sur ce passage tout plein de suspens !! ^^

En tout cas, ça bouge dans ce passage ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Revan1er » Ven 13 Juin 2008 - 11:46   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Rien que pour toi Nostil voici le chapitre XVI! (Pour les autres aussi)

Chapitre XVI: Le réveil de l´assassin!


Le sith s’approcha d’elle et lui caressa le corps. Il attendait une réaction de la jeune femme mais elle ne bougea pas et le laissa agir à sa guise. La main se balada un peu partout sur son corps, lorsqu’il fut suffisamment sur qu’elle ne bougerait pas, il commença à déboutonner le chemisier de sa captive. Il fut subjugué par la beauté de Lisa, elle portait un ravissant soutient gorge en satin blanc. Par contre, son corps était couvert de cicatrice. Alors qu’il allait déboutonner le pantalon, elle lui donna un coup de genou bien placé et le repoussa de toutes ses forces.

-Sal…
-Tu prends tes désirs pour des réalités.
-Tu vas souffrir comme jamais…

Lisa sortit un boîtier de sous sa cape et lui montra en le mettant bien évidence. Un petit sourire sadique apparu sur son visage.

-Adieu, dit elle en appuyant sur le bouton.

Le petit cylindre était en réalité un puissant explosif que la section de reconnaissance du 127eme escadron avait l’habitude d’utiliser. La charge qu’il contenait était suffisante pour arracher un arbre. Lorsqu’elle actionna le détonateur, le dispositif explosa en pulvérisant l’apprenti sans laisser de trace. Pendant le temps nécessaire à la retomber de la poussière sur le sol, elle reboutonna ses vêtements. Lorsqu’elle vit que Carth n’était plus là son cœur s’accéléra. Elle couru un peu partout avant d’entendre une nouvelle explosion. Elle pressa le pas pour finalement arriver au lieu où Carth se battait. Le sith était gravement blessé mais il se battait avec une telle haine que l’officier républicain reculait sans cesse. Elle vit là une belle occasion pour décrasser ses anciennes techniques de combat, le meurtre rapide et silencieux. Elle couru vers un mur où elle prit appuir afin de retomber pile poil sur le sith. Elle arriva en position assise sur les épaules de l’apprenti et passa aussitôt ses jambes sous les aisselles. Sa main gauche attira la tête du jedi obscur et avec une dague qu’elle avait préalablement sortit lui trancha la gorge. Une grande quantité de sang sortit de l’ouverture, elle se pencha en arrière les bras tendu vers le sol, s’en servit d’appuie et à la force de ses jambes envoya le sith à l’autre bout de la rue.

Le tout n’avait duré qu’une fraction de seconde, Carth n’avait pas compris ce qui venait de se passer. Une ombre avait jailli de nulle part et avait tué le sith en moins de temps que pour dire ouf. La silhouette se tenait debout et avança d’un pas lent vers lui, il n’y avait pas la moindre trace de sang sur la dague de l’assassin. Puis apparu le visage de Lisa, il fut soulagé de constater qu’elle allait bien mais en même temps il était terrorisé par sa manière de se battre. Il comprenait maintenant pourquoi elle avait été nommé capitaine du 127eme escadron. Elle continuait d’avancer, la dague fermement serrée dans sa main. Elle progressait avec un regard avide de sang.

-Je pourrais le faire maintenant, murmura t’elle, et faire croire qu’il est mort de la main du sith.

De son côté Candérous se débrouillait très bien, l’un de ses adversaires était toujours inconscient et l’autre pliait sous la fureur destructrice de ses attaques. Il ne lui fallut que peu de temps pour le désarmer. Saisissant cette occasion, le guerrier choppa l’apprenti à la gorge et lui asséna un violent coup de poing dans le ventre suivi d’une multitude d’autres. Le sith ne ressemblait plus qu’à un punching-ball humain. Il essaya de se libérer mais il ne parvint pas à réunir assez de force pour repousser le broyeur d’os mandalorien. Lorsque Candérous sentit que son adversaire ne se débattait plus, il relâcha sa prise et le laissa tomber au sol. Il le regarda avec un air satisfait, il leva sa jambe droite et l’abattit sur le torse du sith. Sa cage thoracique céda sous la violence du choc, les côtes se brisèrent comme du verre et se plantèrent dans tous les organes limitrophes. Le malheureux se tordit de douleur et cracha de grosse quantité de sang. Quelques spasmes plus tard le corps ne bougeait plus, il était mort d’une hémorragie interne. Candérous laissa le cadavre là où il était et s’approcha du sith assommé. Il n’attendit pas qu’il se réveille, il plaça ses mains sur la tête de l’homme et la tourna avec une telle force que la nuque se brisa dans un bruit sourd. Au moins il avait eu la chance de mourir sans souffrir. Satisfait du travail accompli, le mandalorien reprit sa route et se dirigea vers le lieu de la dernière explosion. Il arriva prés du corps d’un apprenti baignant dans un mélange de sable et de sang. Il s’accroupi à côté de lui et lui releva la tête, il vit une longue entaille le long du cou. Après un rapide examen, il en conclu qu’elle avait été faite sans une once d’hésitation, elle était nette et sans à-coup. Cette marque lui rappelait des souvenirs.

C’était sur Dxun, il avait trouvé bon nombre de ses camarades entaillés de la sorte. Dans cette jungle aucun animal n’aurait pu faire un tel prodige, il s’agissait d’un homme, un homme maîtrisant à la perfection le camouflage et savant prendre une proie par surprise. Parmi son peuple, la rumeur avait vite circulé qu’un ange de la mort rôdait dans cette forêt. Il tourna la tête et vit le dos de Lisa et Carth. L’officier républicain n’avait pas l’entraînement nécessaire, ça se voyait dans ses yeux, non il ne pouvait pas être l’assassin. Son regard se posa sur la jeune femme et vit briller la lame d’une dague mais qui n’était pas maculé de sang, pourtant une telle blessure… Le déclic se fit dans sa tête, voilà pourquoi ils n’avaient jamais trouvé de goutte de sang qui s’éloignait de la scène des crimes. Son agilité et sa rapidité d’exécution faisaient que ses armes n’étaient jamais imprégnées de sang. Il se souvenait bien de la fois où il reçut l’ordre d’aller à la recherche d’un groupe de reconnaissance. Il se souvenait des cris hystériques, des tirs de fusils mandaloriens. Avec son équipe il avait couru vers l’origine du grabuge, en arrivant ses camardes gisaient dans une marre de sang, tous avaient la gorge tranchée. Il ne s’était déroulé qu’une à deux secondes entre les dernier cri et leur arrivé, pourtant il n’y avait aucune trace de l’assassin ni aucune trace de sang en dehors du périmètre. Avec la quantité considérable de sang, il était presque impossible que l’auteur soit parti sans en être éclaboussé. Candérous se releva et son admiration pour la jeune femme ne fit que s’accroître. Il avait enfin devant lui la personne connue sous le nom d’ange de la mort.

Lisa s’avançait d’une détermination inébranlable, pareille occasion ne se présenterait pas à elle de sitôt. Mais de quelle façon allait-elle procéder ? Sectionner la carotide ? Non, il mourrait beaucoup trop vite. La rate alors ? Possible, l’agonie serait longue et douloureuse mais Candérous risquerait de la déranger. Au pire elle le tuerait aussi s’il se mettait sur sa route. Sa décision prise, elle serra plus fort le manche de sa dague. Elle pourrait voir le visage paniqué de l’homme responsable de tous ses malheurs et lui dire la raison de son geste. Par contre elle ne se doutait pas que le mandalorien était à quelques mètres derrière elle, beaucoup trop obnubilé par Carth. Le pauvre officier républicain ne se doutait pas de ce que mijotait Lisa et s’approcha d’elle, souriant, afin de la remercier pour le coup de main. L’homme ne parvenait pas à comprendre le regard assassin de l’être qui s’approchait inexorablement. Une dizaine de mètre les séparaient, une distance qui se réduisait trop rapidement. Le terme de sa vie approchait et il allait gaiement à la rencontre de la mort.

Plus que cinq mètres…

Deux…

Enfin, il arriva à porter…

Son corps tremblait comme une feuille. Enfin, après des mois et des mois sa vengeance était arrivée. Son bras n’allait plus tarder à s’élancer pour en finir une fois pour toute…


Jaden couru aussi vite que possible vers les apprenties, il plongea en avant, fit une roulade et transperça le premier de son sabre. Sa main relâcha le manche de l’arme, pivota sur la droite en attirant avec la force son second sabre accroché à sa ceinture, l’activa et pourfendit le second. Surpris par l’assaut du jedi les deux apprenties restant sautèrent loin derrière eux et se mirent en position défensive. Jaden se redressa, il récupéra sa première arme qui était resté dans le corps du défunt et se prépara à une nouvelle attaque. Le temps jouait contre lui.

Bastila s’était dirigée vers les quatre autres sith. Elle évita un éclair de force et répondit à son opposant par une poussé de force. Ce dernier le reçut de plein fouet et voltigea à l’autre bout de la rue. Enfin au corps à corps, elle entama une série d’attaque en style Makashi. Ses adversaires n’étaient pas de taille, elle parvenait à bloquer chaque coup et en contre partie elle blessait l’instigateur. Le quatrième sith, celui qui avait été projeté, revint à la charge et tenta de la prendre en traître par le haut. Il fit un bond prodigieux et retomba pile au dessus de la jedi. Bastila bougea au dernier instant et utilisa le laps de temps pendant lequel il était sans défense pour l’embrocher. Le sith cependant n’avait pas dit son dernier mot, il agrippa le manche du double sabre de Bastila et le serra assez fort pour qu’elle ne puisse pas le récupérer. Pour son plus grand malheur un autre sith la chargeait par derrière. L’homme abattit son sabre mais ne fouetta que le vent. Plus maligne, elle exécuta une roulade arrière, pour se relever elle prit appuie sur ses mains et lança ses pieds contre le dos du sith. Le choc l’envoya s’empaler sur le double sabre que la jedi avait laissé entre les mains de l’apprenti sur le point de mourir. Elle effectua ensuite une pirouette en saisissant le manche de son sabre, ses jambes firent un grand écart et par la même occasion frappèrent les sith transpercés. Elle pu récupérer son bien, restait plus que deux adversaires.


Du haut d’une maison, l’inconnu observait la scène avec beaucoup d’attention. Il savait que ses hommes ne pourraient pas se mesurer à ces deux jedi. Leurs niveaux les dépassaient de loin mais il fut agréablement surpris par Bastila. Il ne l’avait jamais vu se battre dans des duels à mort et fallait bien le reconnaître son agilité et sa ruse était exceptionnelle. Mais par-dessus tout c’était de la voir dans les bras de Jaden qui le rendait fou de joie. Au moment opportun il pourrait utiliser leur relation pour en finir. De plus cette information intéresserait beaucoup Malak et Bandon.

-Un monstre comme toi est capable d’aimer ? Se dit-il à lui-même. Tu es vraiment pathétique. Bientôt on se retrouvera et là aucun maître ne s’interposera…

Son comlink émit un faible bip. Il le prit et une voie familière lui adressa la parole.

-Je serais bientôt arrivé…
-Très bien, je viens vous chercher, terminé ! A plus tard… Revan !

Il se retourna et sauta de toit en toit en direction de l’aéroport de Mos Esley.

Jaden se pressa d’aller au contact des deux sith encore en vie. Il n’utilisa pas la même méthode car ils s’y attendaient sûrement. Il préféra une méthode classique. Il parvenait à enchaîner avec dextérité et précisions, en face les deux apprenties étaient parfaitement synchrone et bloquait les attaques sans pour autant trouver la faille du jedi. Le temps passait inexorablement, conduisant peu à peu le jedi vers ses limites, tôt ou tard son corps le désavantagerait. Il envisagea une stratégie, pour cela il devait prendre du recul et se concentrer. Les jumeaux ne le lui laissèrent aucun répit, restant sur lui et prenant petit à petit l’avantage. Alors que les coups devenaient de plus en plus durs à parer il se concentra pour déplacer la lentille d’un des sabres des sith. Il y parvint, le sabre explosa entre les mains de son propriétaire et il lui balança un coup de pied au torse qui l’envoya le souffle coupé au sol. A présent il devait faire vite… Il s’imagina les muscles et les tendons parcourant la partie supérieure du bras. Le biceps était contracté et sa naissance sur la proéminence scapulaire souffrait d’une grande tension. Le tendon qui composait ce muscle était long et large, il suffirait d’un rien pour le déchirer. Il se concentra et avec la force qui il y parvint. Cependant un craquement sourd suivi tout de suite après. Le sith hurla à plein poumon. Jaden avait mal dosé sa force, dans le même temps il avait déboîté la tête humérale arrachant au passage tous les autres tendons de la zone. L’adversaire était à présent sans défense, il essaya de s’enfuir mais la douleur qu’il ressentait l’empêcha de développer toutes ses capacités. Jaden le rattrapa facilement et le décapita sans l’ombre d’un remord. Le dernier avait retrouvé son souffle et récupéra le sabre d’un de ses camarades tombé au combat. Jaden se tourna vers lui et désactiva ses sabres.

-Tu as perdu ! Affirma t-il.

Le sith couru vers lui avec la rage de vaincre. Jaden couru aussi, le choc était imminent. Le jedi n’avait toujours activé son arme, le sith ne s’en souciait guère, il voulait le tuer. Jaden tendit son bras et utilisa la force de pousser, le sabre du sith plongea dans le sol et s’y enfonça. Profitant de l’instant Jaden lui asséna un coup de pied dans le bras au niveau du coude. L’apprentie poussa un cri sous le choc. Le jedi poursuivi en lui agrippant la tête avec une main et l’entraîna à terre. Aussitôt il se releva, activa son sabre argenté et le pointa devant l’homme à demi conscient.

-Pitié, pitié, hurlait-il. Ne me tuez pas, je ferais tout ce que vous voudrez.
-Qui crois tu être pour implorer ma pitié ? Répondis Jaden froidement. Les vermines de ton genre ne m’intéressent pas.

Il décala son sabre de telle façon qu’on ne saurait dire s’il allait l’épargner ou lui porter le coup fatal. Le regard de Jaden n’était plus le même, une étrange lueur rouge brillait dans ses yeux.

Bastila déployait ingéniosité et vivacité contre les deux derniers sith. Son entraînement contre la technique de Jaden l’avait rendu beaucoup plus forte pour éviter les attaques de sabre. A mesure que le combat avançait elle parvenait à éviter les attaques sans l’aide de son arme, il lui suffisait de se décaler de quelques millimètres. Elle développait une nouvelle technique de combat, en comprenant le rythme de ses adversaire elle était capable de lire leurs mouvements et de les anticiper sans l’aide de la force. Le résultat était spectaculaire, elle gagnait en rapidité, en fluidité et en précision. Elle devenait tel le vent évitant les obstacles, se faufilant partout tout en restant insaisissable. Au moment opportun elle contre attaqua blessant mortellement l’un des sith. Le dernier encore debout usa de ses dernières ressources pour faire appel à l’étranglement. Sa pitoyable tentative échoua lamentablement et Bastila lui porta une attaque fatale. Derrière elle, le sith à l’agonie rampait pour échapper au courroux de la jeune femme. Bastila se tourna vers lui, au même moment il tourna la tête et vit avec horreur qu’elle venait vers lui, prête à en finir. La peur l’envahissait, une peur qu’il n’avait jamais connu, il ne voulait pas mourir. Elle arriva enfin au dessus de lui. Il ferma les yeux et attendit la sentence. Les secondes défilèrent mais rien ne se passa. Il l’entendit éteindre son sabre et elle s’agenouilla à côté de lui.

Sa respiration était haletante et irrégulière, il n’en avait plus que pour une poigné de seconde. Elle tendis la main vers lui mais ne lui fit aucun mal, elle lui retira juste son masque. La jeune femme ne pu s’empêcher d’éprouver de la pitié pour lui, son visage était déformé par la douleur et la terreur. Mais ce qui lui faisait le plus mal était de constater à quel point il était jeune, 17-18 ans tout au plus. Il avait beau être un ennemi, elle le prit dans ses bras et lui apporta autant de réconfort que possible. Il aurait très bien pu user du peu de force qui subsistait en lui pour le tuer mais il n’en fit rien. La douceur de se visage angélique le troubla, jamais il n’aurait imaginé croiser un être empli de tant de compassion et d’amour. Si seulement il avait pu la rencontrer avant et dans d’autre circonstance peut-être que… tout aurait été différent… Il voulu la prévenir qu’un traître c’était glissé dans leur rang. Il ouvrit la bouche pour l’avertir mais son cœur battit pour la dernière fois et dans une longue expiration il mourut. Bastila posa sa main sur ses yeux pour les fermer et le déposa doucement à terre.

Des pas lents se dirigeaient vers elle, le jeune jedi ne s’en alarma pas. Seule Jaden avait une démarche aussi lourde.
Lentement elle se releva et regarda derrière elle. En effet c’était bien Jaden, derrière lui elle vit plusieurs cadavres de sith.

-Aucun n’a survécu, dit-elle un peu tristement. Et toi ?
-De même, répondit-il mais sur un ton plus froid. Il ne nous reste plus beaucoup de temps, des renforts ne devraient pas tarder.
-Oui, allons-y !

Ils allèrent chercher Mission qui heureusement n’avait rien. Ensemble ils partirent vers le magasin de Yuka le ferrailleur.
L’heure de la vengeance avait sonné, après tant d’années elle allait enfin lui rendre la monnaie de sa pièce. Il était à porté, le bras de Lisa tremblait comme une feuille ainsi que tout son corps. Il était suffisamment prés d’elle, trop prés. Elle parvenait à sentir l’odeur dégagée par la transpiration de l’officier. Son cerveau criait d’attaquer mais sa main refusait de lui obéir. La jeune femme se trouva encore plus désorienté au moment où Carth l’étreignit. La douce chaleur qu’émanait l’homme lui parcouru le corps tel une brise apaisante. Une petite voix intérieure l’implorait d’accepter cette marque d’affection, de s’y plonger et d’y trouver la paix qu’elle recherchait depuis tant d’années. Hors de tout contrôle, son corps cessa de trembler et ses muscles relâchèrent leur tension. La main tenant l’arme de la vengeance suivit le mouvement et la dague tomba lourdement sur le sol. Carth lui chuchota à l’oreille un remerciement empli de joie et de tendresse. Il lui avoua dans la foulé à quel point elle l’avait surpris mais qu’il n’avait pas peur d’elle, au contraire il était heureux de la savoir de leur côté. Les paroles de Carth engendrèrent un frisson chez Lisa qui lui parcouru tout l’échine. Cette sensation n’avait rien de désagréable, elle se surprit à apprécier. L’homme s’écarta de la jeune femme totalement désorientée et s’en alla. Elle n’en revenait pas, sa meilleure occasion s’envolait au rythme des pas de l’officier républicain. Ses jambes cédèrent et elle se retrouva à genoux. Sa vue se troubla, elle n’en comprenait pas le sens. Depuis combien de temps envisageait-elle de le tuer ? Des jours, des mois, des années… Et le jour fatidique, rien ! Les larmes coulaient le long de ses joues, un phénomène qui lui aussi ne lui était pas arrivé depuis longtemps.

-Pourquoi ? Sanglotait-elle. Pourquoi…pourquoi je n’y suis pas arrivée… il était devant moi à ma portée… pourquoi j’ai hésité ? Xander, pardonne moi… je suis… faible…

Ses yeux lui piquaient horriblement, malgré tous ses efforts elle ne parvenait pas à se relever. Sa respiration était haletante, son cœur était sur le point d’exploser tellement il battait vite et fort… Puis elle repensa au dernier mois qui s’étaient écoulés, elle n’avait rien fait d’autre que se la couler douce et elle allait devoir en payer le prix fort… Il fallait à tous prix qu’elle redresse la barre, le salue de son âme en dépendait ! D’un revers de la manche elle essuya les quelques larmes qui brillait comme des diamants sur son visage et trouva en elle la force de se relever. Elle se retourna et vit Carth et Candérous en grande conversation. Elle voulu les rejoindre mais sa cape la retint sur place. Elle regarda autour d’elle et constata qu’une petite fille en tenait un morceau avec sa main fébrile.

-Qu’est ce qu’il y a ma petite ? Demanda t-elle en lui caressant les cheveux.
-Maman, maman…
-Qu’est ce qu’elle a ta maman ?
-Des méchants messieurs lui font du mal…
-Où sont-ils ? Demanda prestement Lisa.
-Viens je vais te montrer…
-Attends, j’appelle mes amis pour me donner un coup de main.

Lisa alla vers les deux hommes et les informa de la situation. Tous deux furent d’accord d’aider la petite fille et guidée par elle ils traversèrent les misérables quartiers de Tatooïne. Ils s’arrêtèrent face à une maison à l’aspect moins misérable que ses voisines. Lisa observa la façade et remarqua une fenêtre ouverte au premier étage, hélas elle était trop haute pour l’atteindre seule, à moins que…

-Candérous fait moi la courte échelle, ordonna t-elle.
-Et après, on fait quoi chef ?
-Vous attendez mon signal pour entrer et tirer sur tous ce qui bouge !
-Tout ? Demanda le mandalorien.
-Oui, ne t’inquiète pas tu n’auras aucune chance de me toucher.
-Ce plan me plaît ! Ne soit pas trop longue !
-Comment on reconnaîtra le signal, demanda Carth.
-Vous verrez bien, dit elle avec un petit sourire cynique.

Candérous s’exécuta et permis à Lisa de gagner l’ouverture. Elle se hissa à hauteur des yeux et jeta un coup d’œil rapide dans la pièce. Personne, de toute évidence ils ne s’attendaient pas à recevoir de la visite. Elle pénétra dans la maison et se dirigea à pas légers vers l’unique porte. Un craquement résonna dans la salle de l’autre côté, la femme se posta derrière la porte et tendis l’oreille. Elle ne pouvait pas tuer qui que se soit avant d’avoir trouvé la mère de la fillette. Les bruits de pas s’éloignèrent et elle ouvrit la porte. Le couloir était vide, à l’autre bout se trouvait un escalier et deux portes se situaient entre elle et lui. Elle s’aventura à pas lent, malheureusement il n’y avait aucun objet assez grand pour la cacher au cas ou un mercenaire arriverait. Elle n’avait aucune cachette.

Le trio arriva au magasin de Yuka le ferrailleur. A l’intérieur s’entassait énormément de ferrailles en tout genre. Rien ne paraissait en état de fonctionnement sauf un droïde d’une couleur rouge sang et possédant des yeux jaunes. Il regardait les visiteurs avec un intérêt certain, il aimerait tellement qu’il le délivre de cet endroit bien trop sale pour lui. Le propriétaire n’y connaissait en plus absolument rien en matière d’entretien et ses misérables tentatives avaient failli le mettre hors service. Il s’approcha d’eux.

-HK-47, pour vous servir !
-Bonjour, dit poliment Jaden. Tu t’occupes des ventes ?
-Oh non mon seigneur, je suis à vendre mais rassurez vous je suis en parfait état comparé à toutes ces ignominies ! Je serais très heureux que vous me libériez de cet enfer, je pourrais vous être d’une utilité qui dépasse votre imagination !
-T’es un droïde de protocole, non ?
-Oui, mais je possède d’autres programmes qui valent leur pesant d’or !
-Comme ?
-Eh bien, je suis au regret de ne pas pouvoir vous le dire. Ce voleur de Yuka vous demandera une somme pharaonique. Vu l’état de vos habits et surtout ces sabres que je détecte sous vos manteaux je peux affirmer que vous ne roulez pas sur l’or, je me trompe ?
-Très perspicace HK, j’ai une dernière question. Parles-tu le Tusken ?
-Possible, maître.
-Tu n’es pas très convainquant pour un droïde qui veut absolument partir.
-Je ne vous décevrai pas, soyez en certain ! Aucun de mes précédents maître ne c’est plaint de mes services un peu spéciaux.
-Alors pourquoi es-tu ici ?
-Je… je ne me souviens plus ! Cela doit être dû à ce verrou de sécurité.
-Ok, on verra.

Jaden se tourna vers Yuka et marchanda le droïde HK. Le premier prix fut fixé à 5000 crédits, une véritable fortune. Curieusement il le baissa de suite à 2500, visiblement il était pressé de s’en débarrasser. Pourquoi ? Telle était la question. Les débats continuèrent une bonne heure avant que le prix final soit fixé à 1000 crédits. Le jedi fouilla dans toutes ses poches pour ne sortir que 600 malheureux crédits. Sa fierté le dissuadait de quémander de l’argent à Bastila ou Mission. L’adolescente perdit patience et demanda à Jaden ce qu’il attendait pour payer. Puis elle se rendit compte qu’en fait il n’avait pas assez, elle sortit de sa poche une bonne liasse de billet et lui tendit les 400 crédits manquants. Jaden refusait catégoriquement de prendre l’argent de la jeune twilek mais sous la pression des arguments de celle-ci il céda. Il tendit la liasse à Yuka qui lui arracha presque des mains.

-Enfin, on m’en débarrasse, souffla t-il. Maintenant quittez ma boutique et emportez ce maudit droïde avec vous !
-Très aimable à vous, rétorqua ironiquement Jaden. Allez suis moi HK, on y va.
-Oh mais se sera avec plaisir, maître. Ahh, s’exprima t-il dès qu’il mit un pied à l’extérieur. Alors maître, quel sac à viande dois-je buter ?
-Buter ? Sac à viande ? S’étonna Jaden.
-Mais oui maître, maintenant que je suis à votre service j’ai bien l’intention de vous servir et d’éliminer tous vos opposants.
-Je suis un jedi ! Assura Jaden.
-Jedi, sith pour moi se sont tous les même maître. Vous êtes des guerriers et un guerrier tue ! Tuer ou être tué !
-Les jedi ne sont pas ainsi ! Vociféra Bastila.
-Les jedi ne tue pas ? Lança froidement le droïde.

Devant le visage crispé de la jeune jedi, HK ajouta.

-Vous voyez, vous auraient besoin de mes capacités. Je ne suis pas un vulgaire assassin mais un véritable professionnel. Quel que soit mon objectif, je le tue sans qu’il soit possible de remonter à mon maître.
-Pourquoi t’es tu retrouvé chez ce ferrailleur ? Demanda Jaden.
-Je… Je n’en sais rien, maître. Ma mémoire est remplie de blanc que je n’arrive pas à combler. C’est de la faute de cet incompétent ! Maître s’il vous plaît, laissez moi le buter !! !!
-NON !! !! Ordonna Jaden. Il n’y a aucun moyen de te rendre la mémoire ?
-Possible mais je doute que vous soyez assez compétant pour me réparer.
-Mission en est parfaitement capable. Tu pourras t’en occuper à notre retour au vaisseau ?
-Pas de problème mais est-ce qu’il parle le Tusken ?
-Effectivement, mais à quoi bon. Je préfère de loin rentrer dans le tas et les massacrer !
-On avisera plus tard, conclu Jaden.

Jaden partit devant, il pensait que l’achat de ce droïde assassin allait leur apporter plus d’ennuis que prévu. Cependant le temps le contredira, sa présence lui sera fort utile, non pas sur Tatooïne mais bien plus tard lorsqu’il aura récupéré sa force et surtout apprit qui il était réellement. Pour le moment ils sortirent de la ville et devant eux se présenta un spectacle de toute beauté. A perte de vu s’étalait le désert de sable fin.

Un cri inhumain résonna dans le couloir, il provenait de la porte à gauche de Lisa. Des rires s’en suivirent puis la voie d’un homme suppliant pour que ça s’arrête. Le cri pourtant provenait d’une femme, puis il se fit à nouveau entendre. En collant son oreille contre la porte elle pu distingué ce que la femme hurlait. C’en était trop pour Lisa qui s’écarta de la porte.

-Non épargnez la ! C’est moi que vous voulez !
-On s’amuse un peu, ton tour viendra, fais nous confiance.

Lisa ouvrit un peu la porte et avait quatre personnes dans son champ de vision. Par chance, personne n’avait eu l’idée de se cacher derrière la porte. Un homme se trouvait assit sur une chaise, ligoté à elle. Un grand soldat baraqué se tenait debout à côté de lui. Tous deux regardaient un autre homme à la musculature développée au-dessus d’une femme, elle était ligotée au lit, le corps dénudé. Ce monstre la violait et à en croire les plaintes de l’homme qui de toute évidence était son mari, ce n’était pas le premier. Lisa n’en pouvait plus, depuis toujours les hommes aimaient montrer leurs supériorités sur les femmes, des flashes se succédèrent dans la tête de la jeune femme. Des hommes masqués rigolant, la battant, la fouettant, la… Des bruits de pas provenant des escalier la fit revenir à la réalité. Elle n’hésita pas, elle se faufila dans la pièce sans se faire voire et referma la porte délicatement. Elle se releva et s’approcha tel un fantôme derrière l’homme debout tout en sortant sa dague. Il était dommage qu’elle le tue rapidement mais la vie des otages passait avant son plaisir. Elle se glissa dans le dos de l’homme sans être détecté, en un éclair elle mit sa main sur la bouche du soldat et planta sa dague juste entre la première et seconde vertèbre cervicale. Le tortionnaire ne se débattit pas. Peu de sang coula de la plaie et il s’effondra au sol sans un bruit. L’homme ligoté avait vu la séquence et n’en croyait pas ses yeux, il vit une femme sortir de l’ombre et pour lui c’était le signe qu’elle était un ange envoyé pour les sauver. Sans s’occuper du mari séquestré, elle s’approcha prés du lit ou l’autre soldat continuait de violer la femme sans se rendre compte que ses instants étaient comptés. Celui-ci elle le ferait crier comme un goret. Elle lui agrippa les cheveux et le tira en arrière. Tout ce que l’homme vit avant d’être transpercé par cinq coups de couteau dans l’abdomen fut le regard avide de sang de l’assassin. Des yeux à faire froid dans le dos, des yeux qui disaient que jamais il ne survivrait, les yeux de quelqu’un qui avait connu les pires atrocités. Le sang coulait sur le lit et Lisa maintenait fermement l’homme pour l’empêcher de bouger. Satisfaite, elle lui trancha la gorge et libéra les captifs.

-Merci…
-Taisez vous ! Ordonna Lisa. Restez ici, je m’occupe des autres. Combien sont-ils ?
-Au moins six, dit l’homme.
-Fermez la porte dès que je serais sortit !

Elle patienta devant la porte. Rien, pas un bruit. Amateurs, pensa Lisa. Ils devaient croire que les cris provenaient du mari. Elle ouvrit la porte et sortit en trombe dans le couloir. Personne !

-Bon, ils foutent quoi en bas ? Faut que je leurs envois un message pour commencer les hostilités ? Bon, on n’est jamais mieux servi que par soi même !

Elle emprunta les escaliers sans même chercher à se dissimuler. Auparavant elle avait rangé sa dague dans le dos et ouvert de façon indécente son chemisier laissant apparaître une poitrine de toute beauté.

-Les hommes, dit elle. Tous des porcs… et tellement prévisible…

Dehors Candérous et Carth avait entendu le cri d’agoni d’un homme. L’officier le considéra comme le signal pour entrer mais le mandalorien lui bloqua le passage. Il eut beau protester, le mandalorien ne céda pas. De plus il ne faisait vraiment pas le poids face à ce guerrier à la force herculéenne. Il ne comprit pas pourquoi il refusait d’entrer. Il attendait quelque chose mais quoi ? Puis des tirs de blaster se firent entendre derrière la porte d’entrée. Ce ne fut qu’à ce moment que Candérous ouvrit la porte mais ne dépassa pas le seuil. Carth, derrière lui, voulu passer mais le guerrier occupait tout l’espace. A l’intérieur, Lisa était occupé avec les mercenaires.

-Il faut lui venir en aide, dit Carth.
-Non, elle se débrouille suffisamment bien. Admire plutôt le spectacle qu’elle nous offre. Quel art, quel talent, elle est resplendissante avec son costume de mort.
-Magnifique ?? ? Ce n’est qu’une boucherie ! Elle pourrait…
-Aucune chance, observe la. Son visage n’a jamais été aussi rayonnant, sa vraie nature se révèle dans les batailles. Elle nous ressemble… nous les mandaloriens.
-Tu plaisantes, j’espère ? Continua Carth.

Il la regarda attentivement et constata que la jeune femme était heureuse de se battre, d’être au milieu des cadavres, défiant la mort. Un pied de nez par-ci, un autre par là, elle jouait avec la mort comme un enfant arracherait les pattes d’un insecte. Candérous avait raison, elle était magnifique, son corps bougeait avec l’aisance d’un félin, évitant les tirs de blaster. Elle s’aidait des meubles pour mieux atterrir sur ses proies.

Une sensation oubliée depuis longtemps grandissait en elle, plus rien n’existait en dehors d’elle et de ses proies. Aucun détail ne lui échappait, elle percevait les battements de cœur de l’homme devant, elle pouvait sentir sa peur, son angoisse. Un autre voulait la prendre à revers mais cet idiot avait une haleine tellement forte qu’elle pouvait déterminer avec précision sa position et l’éviter facilement au moment opportun. Le combat était d’une telle simplicité qu’elle aurait pu se battre les yeux fermés. Ses réflexes remontaient à la surface à une vitesse ahurissante, surtout le plaisir de tuer. Elle devenait telle une bête affamée n’ayant de cesse de bondir sur ses alléchantes proies. Malheureusement, toutes les bonnes choses avaient une fin. Sa dernière victime rendit l’âme, elle resta seule au milieu des cadavres et du sang. Bon nombre de personne serait extenué après une telle démonstration, mais Lisa avait une respiration quasi normale et un rythme cardiaque à peine plus élevé qu’a l’habitude. A croire que rien ne venait de se produire. Carth fit un pas vers la jeune femme mais fut tiré en arrière par Candérous.

-Ne t’approche pas, dans l’état où elle se trouve elle tuerait n’importe qui ! Laisse moi faire !
-Ok, fait gaffe à toi.

L’assassin n’avait pas assouvit sa soif, il lui en fallait plus, beaucoup plus. Son regard était terrifiant, aucun mot ne pouvait le décrire. Une odeur familière s’approchait doucement d’elle, le pas était lourd, celui d’un homme musclé en déduit elle. Il était déterminé, ne ressentant pas la peur mais surtout il émanait de lui l’odeur qu’elle connaissait que trop bien depuis la guerre, l’odeur d’un mandalorien. Sans attendre, elle se retourna et fonça droit sur lui. Elle en voulait, elle en raffolait, elle n’avait plus qu’un seul désir, voir son sang couler à flot. Rien ne l’excitait plus que de voir un homme mourir à petit feu en se vidant de son sang. Elle arriva devant lui, feint une attaque frontale pour s’appuyer sur son épaule et arriver derrière l’homme. Evidemment, elle sectionnerait la carotide au passage. Cependant, l’hercule lui agrippa la main, la plaqua au sol et se mit sur elle pour l’empêcher de bouger. Elle se débattit de toutes ses forces mais n’arriva pas à se dégager. Une voix familière parvint à ses oreilles et petit à petit elle se calma et reprit ses esprits. Lorsqu’elle fut de nouveau en pleine possession de ses moyens, elle reconnu Candérous.

-Alors, calmée ?
-Oui, ça peut aller.

Lisa leva les yeux vers son sauveur et vit une fine coulée de sang sur sa gorge.

-Heureusement que tu n’as pas trop forcé sur la dague, sinon j’y passais.
-Désolé, j’ai… J’ai pété un plomb, répondit-elle.
-J’avais remarqué. Dis moi ça fait longtemps que tu ne t’es pas défoulé ?
-Trop longtemps…
-Pourquoi te force tu à refouler tes instincts ?
-J’aime tuer et encore plus torturer. Mais jamais je ne dois laisser paraître ma véritable personnalité, je dois aussi bien me comporter comme une fille de joie ou une personnalité de grand standing.
-Car tel doivent agir les assassins, furtif et discret. Mais tu as du mal à les contenir.
- Je suis resté trop longtemps inactive. T’inquiète pas, mes pulsions sont rassasié.

Candérous se releva et aida Lisa à faire de même. Cette femme raffolait des combats, pensa Candérous, mais elle avait peur d’elle-même si elle le niait. Elle jouait les durs, prétendait ne pas vouloir aider la république mais ses agissements indiquaient clairement le contraire. Il était certain qu’elle ne s’était pas alliée au sith par plaisir. Qu’est ce qui l’avait convaincue ? Déjà pas le meurtre de Xender, sinon elle n’aurait pas hésité précédemment. Alors, qu’est ce qui la motivait ? Il serait tellement plus simple qu’elle accepte sa véritable nature. Qu’elle agisse par instinct, tôt ou tard elle péterait les plombs pour de bon et ne pourrait plus faire marche arrière. Dans le pire des cas elle tuerait tous ceux qui croiseront sa route jusqu´à ce qu’on la tue. Mais qui pourra réaliser un exploit pareil ? Peut être que… lui pourrait la calmer, être son fourreau. Le temps apporterait les réponses, en attendant la patience était de rigueur.

Les parents de la jeune fille descendirent les escaliers, la scène de carnage les choqua mais ils étaient trop heureux d’être en vie pour pleureur sur le sort de ses monstres. La gamine courut vers eux et la mère la prit dans ses bras, la couvrant de baiser. Lisa sentit une douce chaleur réconfortante provenant de son cœur.

-Vous n’avez plus rien à craindre, dit elle. Maintenant dites nous qui sont ses hommes et pourquoi en avaient-ils après vous ?
-Je suis médecin et ses hommes appartiennent à la Czerka, répondit le père. Je présume que vous avez croisé les « exclus », tout le monde prétend qu’il s’agit d’une maladie.
-Quel est le rapport ? Demanda Carth.
-Cette maladie n’en est pas une ! J’ai isolé ce que je prenais pour le virus mais en réalité c’était un nano robot. Je n’en avais jamais vu de tel, ils s’introduisent dans l’organisme et agissent comme le ferait un virus, à l’exception qu’on peut lui donner des cibles précises.
-Vraiment ? Dit Lisa. Pourtant, ils ne portent pas d’uniformes de la Czerka.
-Croyez moi ! Hélas je n’ai pas de preuve formelle, un de mes amis qui y travaillait m’as contacté un jour et m’avait fixé un rendez-vous. Il n’ait jamais venu.
-Ces hommes voulaient savoir où se trouvaient vos dossiers, demanda Lisa.
-Au début, j’étais suivi mais après ils ont passé la vitesse supérieure. Heureusement vous êtes arrivé avant qu’ils nous tuent !
-Vous leurs avez avoué ou se trouvent vos travaux ? Demanda Carth.
-Oui, répondit il sur un ton d’excuse.
-Ne vous inquiétez pas, affirma Lisa. On trouvera les responsables et ils payeront ! Pour l’heure il faut vous mettre à l’abri.
-Je ne peux pas, beaucoup trop de gens compte sur moi !
-Malgré ce qu’il vient de ce passer ? Dit Lisa étonnée.
-Ma famille partira sans moi…
-Chéri… Dit sa femme. Je te comprends, agis selon ta conscience.
-Merci.

Les trois furent surpris par la réponse de la mère. Elle ne manquait pas de courage et n’avait pas froid aux yeux. Ils prirent congé après que la petite fille eu sauté au coup de Lisa pour la remercier. Ils rentrèrent au vaisseau, avant d’aller au QG de la Czerka il valait mieux avoir les plans et connaître le système de sécurité. En chemin Lisa resta légèrement en retrait. Les rires des tortionnaires résonnaient encore dans sa tête. Les mêmes rires qu’elle connaissait hélas trop bien. Pour elle aussi un ange l’avait libéré, un ange noir. Grâce à lui, elle avait eut la vie sauve et put se venger en massacrant ses gardiens. Elle avait pris le même plaisir à les tuer, bien qu’ils étaient sous les ordres de cet ange noir. Une fois dans le vaisseau, elle se dirigea vers les douches, elle se sentait sale. Dans la pièce, elle déboutonna lentement son chemisier, puis la laissa glisser doucement le long de son corps brillant de sueur. A mesure qu’elle descendait, elle laissait apparaître un nombre important de cicatrice. Certaines dataient des guerres mandaloriennes mais les autres étaient ressente, des signes de torture d’une extrême violence, des marques qui resteraient à jamais gravé dans sa chair et son âme. Elle entra dans la douche et ouvrit l’eau. L’effet apaisant lui procura un peu de réconfort.
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Revan1er » Ven 13 Juin 2008 - 11:48   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Pendant ce temps, Carth et Candérous avaient expliqué la situation aux autres. Carth demanda à T3-M4 de se connecter à la base de donné de la Czerka et d’y dénicher les informations qui leurs seront utiles pour une petite visite nocturne.
Le soleil se couchait à l’horizon dans un dégradé de rouge orangé. Jaden et les autres trouvèrent refuge dans la carcasse d’un appareil spatial. En chemin ils avaient rencontré quelques Tuskens assez agressif mais qui ne firent pas long feu. A cette occasion ils purent assister à une démonstration époustouflante des capacités de HK. Comme tout bon droïde assassin qui se respecte, il n’avait fait preuve d’aucune pitié et il était d’une efficacité à tout épreuve. Jaden alla s’asseoir un peu plus loin du groupe et se mit en face du soleil couchant. La teinte des rayons donnait l’impression que tout le désert n’était qu’un immense océan rouge sang. Bastila le regarda un moment, elle ressentait de la peine pour lui. Le visage du jeune homme exprimait la solitude, la tristesse. Elle partit le rejoindre, au fond d’elle une seule chose importait, partager ses joies, ses peines.

-Ca va ? Demanda t-elle avec une voix douce.
-Oui, ne t’inquiète pas.
-Tu peux le faire croire à d’autres mais pas à moi.
-(soupir) Des fois ce lien me rend dingue, chacun de mes sentiments t’atteint.
-C’est peut être mieux ainsi. Je me fais du souci pour toi, tu es étrange depuis notre départ de Coruscant.
-La grande Bastila se fait du souci pour quelqu’un ? Première nouvelle !
-T’es pas obligé d’être aussi désobligeant.
-Si tu l’avais dit avec un peu plus de… comment dire… disons avec plus d’émotions…
-L’espoir fait vivre, répliqua t’elle.
-Ooh, on ne s’énerve plus ?
-Je commence à avoir l’habitude de tes vannes débiles.
-Mais je suis sérieux, Bastila. Dit il sur un ton doux et calme.
-Euh,…
-Tu deviens rouge ! Ajouta le jeune homme en rigolant.
-Tu m’as bien eut, pendant un instant…

Tous deux se firent un sourire. Etait-ce encore du à ce lien ou un sentiment existait bel et bien ? Bastila se mit à côté de Jaden et ensemble ils contemplèrent la naissance de l’obscurité sur les dunes de sable.

Lisa était revenue dans la salle de contrôle après s’être lavée et changée. Elle avait mis une combinaison aux couleurs sombre qui épousait à la perfection les formes de son corps. A son arrivé les discussions se turent et Carth resta bouche bé devant un spectacle aussi sublime. Elle passa devant lui sans lui adresser le moindre regard et laissant flotter dans son sillage une agréable odeur de Lys que l’officier républicain huma avec plaisir.

-Alors T3 t’as les renseignements ? Demanda Lisa.
-Bip…boop….biiip !
-Génial, je vais pouvoir y aller.
-Attends une minute, intervint Carth qui refit surface. Tu ne penses pas y aller seule, on vient avec !
-On ? Tu plaisante j’espère ? Vous ne ferez que me ralentir. Je suis une solitaire !
-Pas question ! Renchérit Carth. Nous venons, que ça te plaise ou non ! Jamais je ne te laisserai seule !
-Tu n’es rien pour moi, répondit elle froidement ! Je n’attends rien des autres. Tu veux venir, soit ! Mais ne t’attends pas à ce que je t’aide si t’es en danger.
-D’accord !
-Bon, va prendre une corde ! Et ne discute pas, ajouta t’elle avant que Carth ne puisse dire quoi que se soit.

Lisa reçut une petite plaque électronique de la part de T3 qu’elle glissa dans la poche de sa cape. Au retour de Carth avec la corde, ils firent leurs salutations et quittèrent le vaisseau. La nuit était bien avancée et tous trois s’engouffrèrent dans les rues de Mos Esley. A l’approche du QG le groupe se déplaça furtivement. Devant l’immense battisse, plusieurs groupes effectuaient des rondes. Profitant d’une faille de la surveillance, Lisa s’élança seule, la corde en bandouillère. Au pied du mur elle prit une dague dans chaque main et commença son ascension silencieuse. Elle grimpa jusqu’à la plus haute fenêtre et sortit un petit objet qui ressemblait beaucoup à un stylo. Lorsqu’elle l’alluma un faible rayon en sortit, puis elle commença à découper la vitre. Le trou terminé, elle ouvrit la fenêtre et pénétra dans le bâtiment. Aucune alarme résonna, T3 avait fait du bon travail, il avait réussi à les couper à partir du terminal principal. Elle noua la corde à point fixe. Elle se pencha par la fenêtre et envoya le signal que tout était bon. Quelques instants après, elle reçut le signal de confirmation que la voie était libre. Elle lança la corde par la fenêtre. Candérous et Carth coururent vers elle et escaladèrent le mur en faisant attention à ce que le dernier ramène la corde avec lui. Evidemment, si un garde la voyait le plan tombait à l’eau. Ils mirent un peu plus de temps que Lisa pendant leurs ascension. Au sommet ils eurent droit à un sacré savon de la jeune femme. Dès qu’elle eut restauré son calme, elle alla vers la porte et écouta. Un bref instant plus tard elle se retourna et lança un regard noir à Carth.

-C’est la première fois que tu entre par effraction ?
-Oui…
-Pas la peine d’en rajouter ! Le coupa t’elle. J’entends ton cœur battre à tout rompre comme celui d’une pucelle lors de sa première ! Avec tout ce vacarme je n’arrive pas à entendre si il y a quelqu’un ou pas derrière la porte !
-Mais j’y peux rien moi…
-La ferme ! T’as voulu venir alors t’assume comme un homme !
-Dis donc mademoiselle « la perfection » on se calme, d’accord ? On est dans la même galère alors fais avec ! Maintenant on peut utiliser la bonne vieille méthode. On sort et si un ennemi est là on le réduis au silence !
-Après qu’il est déclenché l’alarme et ameuté la moitié de la ville ! T’as un cerveau de mollusque ou c’est juste pour m’énerver ? Dit elle piqué au vif.

De toute sa vie seul un homme lui avait répondu de la sorte sans se prendre une correction monumentale. Elle s’approcha de lui prête à lui faire ravaler ses mots quand…

-Vous n’avez pas un peu fini avec vos pitreries, intervint Candérous. Ce que vous pouvez être fatiguant ! Ca m’étonne que personne n’ait encore entendu tout votre raffut ! Allons-y avant d’être repéré !

D’un coup sec il ouvrit la porte, comme il le pensait aucun garde dans les parages. Il laissa Lisa passer devant et Carth resterait derrière lui, comme ça au moins il éviterait une éventuelle querelle. Ils progressèrent lentement mais sûrement, bien qu’ils étaient assez espacés, Lisa percevait toujours le rythme infernal du cœur de Carth. Sans aucune hésitation elle se dit qu’il n’aurait jamais pu faire parti de la section de reconnaissance du 127eme. Elle requérait une maîtrise incomparable de soi. Chaque pas, chaque battement de cœur, le moindre bruit pouvait faire la différence entre une mission réussie et un échec. En reconnaissance l’échec était synonyme d’annihilation, d’extermination.

-La guerre est finie, chuchota Candérous. Ces soldats ne sont que de simples mercenaires. Ils ne doivent sûrement rien connaître sur l’infiltration. Tu te préoccupes pour rien.
-Je suis prudente, nuance.
-Ce ne sont pas des mandaloriens !
-C’est pour cela que vous avez perdu la guerre, renchérit Lisa. Vous nous avez sous estimé tout en vous sur estimant.
-Seul Revan, Malak et Orion. Sans eux notre victoire ne faisait aucun doute.
-Raison de plus pour ne pas faire la même erreur.

Lisa stoppa, pas très loin d’eux se trouvait un soldat à la démarche pesante, vingt, trente mètre tout au plus. Il avait la démarche d’une personne qui en avait plus qu’assez de faire des aller retours. Elle sortit un mince fil et entoura chaque extrémité autour de ses mains. Elle fit signe au deux autres de tenir leur position et elle s’enfonça dans la pénombre à la recherche de sa future victime. Le couloir bifurquait à droite, elle s’adossa au mur et jeta un regard furtif. Le garde s’approchait de sa position. La faible intensité lumineuse ainsi que sa tenu lui procurait un camouflage idéal, la sentinelle passa devant elle sans la voir. Un bref éclair passa devant les yeux du pauvre homme avant qu’il sente la cordelette s’enrouler autour de son cou. La jeune femme tira sur chaque bout de toutes ses forces. En moins d’une minute le soldat cessa de se débattre et une minute plus tard elle ne perçut plus aucun battement de cœur. Elle relâcha la prise et le corps glissa doucement au sol. Elle fit signe à Carth et Candérous de venir et ordonna au mandalorien de planquer le cadavre.


Le ciel était clair et dégagé, seul un nuage traversait le désert comme une âme en peine à la recherche d’un congénère. Jaden le regardait, s’identifiant à lui. Aussi seul, perdu au milieu de nulle part cherchant d’où il venait et continuant d’avancer quelque soient les embûches. A quelques mètres Mission et Bastila dormaient profondément, HK-47 était chargé de sécuriser le périmètre. Le jedi ressassait son combat contre les serviteurs obscurs. Le fait d’avoir tenu dans ses mains la vie de l’un deux lui avait procuré une sensation d’extase dépassant ce qu’il avait connu. Pendant un bref instant il s’était pris pour un dieu, libre à lui de choisir entre la vie et la mort. Aussi loin dans ses souvenirs, ceux dont il était sûr, il n’avait jamais ressenti une telle jouissance, il avait déjà eu à faire ce choix, en tant que jedi cela avait revêtu une nouvelle tournure. Le code les obligeait à épargner leurs adversaires désarmés mais le voir mendier pour sa vie, pleurer à grosse larme avait conduit Jaden à se sentir bien vivant. Il avait même poussé son sadisme jusqu’à son paroxysme, lui faisant croire l’espace d’un instant qu’il allait l’épargner. Sans crie égard, la lame du jedi s’était abattue sur l’homme lui ôtant la vie. L’acte pouvait être condamnable mais n’avait-il pas agi en bon samaritain ? Une fois soigné, il serait retourné chez l’ennemi et aurait pu être responsable de la mort de bon nombre de ses allier. Une douce main le sortit de sa réflexion. Il senti une douce chaleur l’envahir.

-Tu ne dors pas ? Demanda Bastila.
-Non, je réfléchissais. Dis moi, as-tu déjà aimé un homme ?
-Mon père…
-Non, je suis sérieux.
-Oui, enfin je crois l’avoir aimé.
-Il est mort ?
-Non, il a disparu. Il était mon mentor à l’académie, en fait je ne sais pas si c’était vraiment de l’amour où du respect.

J’étais subjuguée par lui, sa force emplissait tout, une force sauvage, fougueuse mais en même temps pleine de sagesse et de bonté. Je me souviens quand il nous enseignait, à peine il franchissait le pas de la porte que tout le monde se tus. Sa seule présence imposait le respect.

-C’était Den Orion, non ?
-Oui.
-Pourquoi ne l’as-tu pas suivie lorsqu’il s’est engagé ?
-Je voulais le suivre, le protéger, l’aider du mieux que je pouvais. Mais il me l’a interdit, il m’a ordonné de rester et de continuer ma formation avec un autre maître. Mais moi je n’en voulais pas d’autre, c’est lui que je voulais ! Je l’ai haïs pour avoir été aussi égoïste. Il m’avait rejeté !
-C’était pour ton bien. Les guerres changent le cœur des hommes, il ne voulait pas te voir tomber aussi bas.
-Je sais, après il est revenu pour se faire juger. Bizarrement je n’étais ni heureuse ni malheureuse de le voir. Est-ce que je l’ai considéré comme un père de substitution ? Je n’en sais rien.
-Tu ne me dis pas tout. Il y a autre chose.
-Je… Tout était de sa faute si Den m’avait abandonné !
-Revan ?
-Oui, je me suis comporté à l’inverse de l’enseignement Jedi. Je l’ai détesté, au point de vouloir sa mort.
-Tu as réalisé ton souhait. Il est mort de ta main. Tous ne parlaient que de ça à l’académie. « Bastila, la jedi qui a vaincu le terrible seigneur noir ! »
-Non, il n’est pas… je ne l’ai pas tué, dit elle finalement. C’est Malak en attaquant le vaisseau de son maître.
-A quoi d’autre peut-on s’attendre de la part d’un sith ? Tu sais Bastila, je ferais tout pour te protéger, tu es irremplaçable à mes yeux.

Bastila resta bouche bé, elle était touchée par sa sollicitude mais elle resta partagée En lui résidait l’homme qu’elle avait tant détesté, Jaden était son opposé, faisant preuve d’amour et de bonté. Le spectre du seigneur noir le traquait dans l’ombre, prêt à les dévorer, affamé par sa soif du pouvoir. Elle tourna la tête vers cet homme dont son cœur l’implorait de tout lui avouer. Il s’approcha délicatement et posa ses lèvres sur celles de la jeune femme. Elle se laissa emporter et lui rendit son baiser. L’espace d’un instant ils oublièrent leur statut de jedi. Chacun relâcha sa douce étreinte et Jaden dit qu’il était temps d’aller dormir, la journée suivante n’allait pas être de tout repos. Il se leva et alla se coucher suivi par la jeune femme. Elle se blotti contre lui prétextant que la nuit était fraîche. Tous les deux s’endormirent dans le calme infini du désert.
Ils arrivèrent enfin à la salle de l’ordinateur. Sur le trajet, ils n’avaient rencontré que deux patrouilles qu’ils évitèrent aisément. Pour Lisa s’était beaucoup trop facile, quelque chose clochait. Elle utilisa le passe fabriqué par T3-M4 et perça les défenses informatiques. Dix minutes plus tard elle trouva le dossier qu’elle cherchait. Photo, rapport, tout y était, ces monstres avaient été jusqu´à décrire avec précision la souffrance des cobayes pendant la « maladie » et l’agonie d’une mort lente. Aucun n’avait survécu, le taux de réussite était de 100%, seul changeait la durée pour parvenir au décès des victimes. Lisa était écœurée par tant de barbarie. Un soldat tue en temps de guerre, il assassine mais il ne tue pas les innocent, là ils pouvaient exterminer des milliards d’êtres humains. Elle copia l’intégralité des fichiers sur un disque et se prépara à injecter un virus informatique de son cru. Puis elle tomba par hasard sur une vidéo récente et choisit de la visionner. Elle montrait un homme vêtu de noir discuter avec une femme de grande classe. L’homme retira sa capuche.

-Impossible !! !!! Dit-elle. C’est un jedi !
-De quoi ? Qui ? Demanda Carth.
-Non rien, déguerpissons en vitesse.

Au même moment l’alarme se mit à retentir. La porte vola en éclat et trois serviteurs obscurs pénétrèrent sabre activé et attaquèrent les intrus. Tel un éclair, Lisa dégaina sa vibro-lame et para le coup du sith. Pendant un moment elle se contenta de défendre, observant attentivement le corps du sith pour étudier sa façon de se mouvoir. Elle pu ainsi déterminer avec précision à quel instant il attaquerait et d’où elle viendrait. Elle testa son analyse et n’eût aucun mal à éviter une attaque rapide venant d’un angle mort. Il ne lui restait plus qu’à en finir. La contraction des muscles du bassin et des jambes indiquait une attaque plongeante, elle se déporta au dernier moment et transperça le cœur de l’homme. Carth se défendait mieux que la dernière fois, il arriva à contenir les assauts de son vis-à-vis sans subir la moindre blessure. Candérous extermina le serviteur en deux mouvements. Il se jeta sur lui en évitant le sabre et abatis son poing de toute ses forces en plein sur son nez. L’os se brisa et rentra dans la boite crânienne, réduisant la partie frontale du cerveau en bouilli. Carth usa d’une ruse particulièrement subtile, les sith tout comme les jedi pouvaient lire dans les pensées. Il pensa très fort à une attaque qui viendrait de la droite. Le sith se prépara à la bloquer mais Carth sans réfléchir sortit son blaster et tira à bout portant. Son ennemi n’eût aucune chance de parade.

L’alarme résonnait toujours autant, du couloir provenait un bruit assourdissant d’homme qui courrait. Le trio sortit illico de la salle et s’empressa de gagner le toit. Des tirs percutèrent les mûrs faisant voler des éclats de briques sur leur chemin. Ils gravirent quatre à quatre les marches des escaliers se retournant de temps à autre pour répondre aux salves qu’on leur lançait. Arrivé sur le toit, Candérous bloqua l’accès tendis que Lisa se préparait à sauter vers le bâtiment voisin qui se trouvait à une dizaine de mètre plus loin. Elle prit son élan et sauta, elle se rapprocha dangereusement d’une fenêtre. Elle sortit son blaster, tira dans la vitre et put ainsi passer dans l’encadrement. Sur le toit Carth hésitait à la suivre. Il doutait de ses capacités. Candérous le laissa à sa réflexion et sauta à son tour. Il parvint in extremis à s’accrocher au rebord de la fenêtre et il se hissa à l’intérieur. Carth restait planté comme un piquet. Les soldats tambourinaient à la porte, elle commençait à vaciller de plus en plus encore quelques coups bien placés et les gonds lâcheraient. Il n’avait plus le choix, il couru le plus vite qu’il pouvait et sauta une fois le rebord atteint. Il fut trop court, il s’accrocha difficilement au rebord de la fenêtre. Il glissait, il n’allait plus pouvoir tenir. Au moment où sa main lâcha il sentit une force incroyable le hisser. Candérous l’avait attrapé par le col et le conduisit à l’intérieur. Ils ne prirent pas le temps de souffler et se pressèrent de descendre. Malheureusement, une foule de mercenaire les attendaient le pied ferme. Ils étaient faits comme des rats. Impossible de fuir.

-Alors d’autres bonnes idées ? Dit Candérous.
-Ils ne doivent pas nous identifier, sinon on est foutu ! Répliqua Lisa en réponse à la question non formulé du mandalorien.
-Donc pas d’attaque frontale, reprit-il tristement.
-Non,…

Ils ne pouvaient pas sauter sur un autre bâtiment à cause de la distance. Les soldats ne tarderaient pas à s’introduire dans cet immeuble une fois les renforts arrivés. Que faire ? Lisa eût une idée, elle pénétra dans un des appartements et se mit à la recherche de plusieurs produits. Elle tomba sur de l’alcool fait maison, idéal pour un cocktail de son cru et quelques produits ménagés. Candérous avait déniché des boites à outils remplis de vis et de clou ainsi que quelques bidons vides dans un autre appartement. Lisa se dépêcha de préparer quelques « surprises » en y incorporant les ustensiles qu’elle avait sous la main. Evidemment elle aurait préféré du matériel militaire mais bon elle fit avec. Elle trempa délicatement des bandes de tissus dans de l’alcool et les plaça dans les bidons. Elle en prit deux ainsi que Candérous et Carth. Ils se séparèrent, les chances de survie seraient bien meilleures s’ils étaient seuls.

Elle arriva devant une fenêtre donnant sur la rue principale. Dehors les mercenaires s’apprêtaient à entrer, les renforts étant arrivés. Elle alluma les mèches et ouvrit la fenêtre. A l’instant où la flamme atteignit le bouchon elle balança les deux explosifs et se planqua à côté de la fenêtre. Les explosions surgirent au même instant suivi d’un déluge de cri. Lisa regarda et souri en voyant plusieurs soldats ramper à terre hurlant de douleur à cause de brûlure et par les dégâts causé par les shrapnels. Elle bondit par la fenêtre et couru droit devant elle tout en se cachant le visage. Quelques soldats encore valides se lancèrent à sa poursuite. A l’angle d’une rue elle s’arrêta et sortit ses dagues. Aucun ne reviendrait vivant à la base.
Carth profita lui aussi du chaos provoqué pour prendre la poudre d’escampette. La chance lui sourit, aucun mercenaire ne le remarqua et il put ainsi s’enfoncer dans la ville en toute sécurité mais il préféra ne pas rejoindre le vaisseau immédiatement. Il était toujours possible qu’on le suive dans l’ombre.

Candérous ouvrit le feu juste après la déflagration. Il n’était pas digne qu’un mandalorien fuie sans combattre. Après un bon moment une patrouille arriva pour prêter main forte aux blessés et Candérous jugea le moment propice pour une retraite stratégique. Il se dirigea vers le côté où aucune explosion n’eût lieu. Les soldats étaient partis laissant le champ libre au mandalorien. Dans le couloir les soldats en colère cherchaient les fautifs. Candérous sourit et sauta par la fenêtre. Une fois debout, il marcha tranquillement dans l’ombre sans se faire voir et parti loin du carnage.

Lisa laissa passer les mercenaires en se tapissant dans l’ombre. A pas de loup elle se glissa derrière eux et commença la tuerie, égorgeant le plus lent, transperçant l’arbre de vie du suivant. (L’arbre de vie est une partie vitale du cerveau se trouvant à l’arrière. Il régit tout ce qui touche au réflexe, tel que la respiration en faisant se contracter les muscles intercostaux de la cage thoracique pour la soulever. NDLA) Le reste du groupe ne se doutait guère que l’assassin les décimait les uns après les autres. Ce ne fut que lorsqu’il en resta que deux qu’ils s’en rendirent compte. L’un des deux se retourna et fut surpris de ne voir plus personne. Il interpella son collègue qui stoppa et se retournant il le vit tomber lourdement à terre. De l’ombre se déchira une silhouette fine tenant deux dagues brillantes de milles éclats grâce à la lueur de la lune. Il recula en voyant l’apparition et trébucha.

-Qui…Qui es-tu ?
-La dernière personne que tu verras de ton vivant ! Dit-elle froidement avant de le tuer.
Carth marchait tranquillement quand tout à coup une lueur rouge éclaira son chemin devant lui. En même temps que l’apparition il entendit le bourdonnement caractéristique d’un sabre laser. Il jeta un coup d’œil derrière lui et en vit un second.
-Merde ! Jura t-il.

Les deux sith foncèrent droit vers lui, tant pis même s’il savait sa fin proche il se battrait jusqu’au bout. Il mourrait au combat en défendant les couleurs de la république. Mais dès qu’il se jeta en avant, il entendit le son d’un troisième sabre juste au dessus de lui. Il crut sa dernière heure arrivée. Etrangement, l’inconnu n’était pas un sith car un combat acharné se déroulait derrière lui. Il ne se soucia pas de qui il pouvait s’agir et continua. Il tenta une manœuvre désespéré, faire une attaque assassine comme il avait vu Lisa le faire. Carth évita tant bien que mal le sabre du sith mais reçut une terrible blessure sur son flanc. Ignorant la douleur il empoigna la main du sith tenant l’arme et plongea sa vibro-lame dans sa gorge. L’officier républicain n’avait plus assez de force pour rester debout et tomba à genoux. Derrière lui, le combat était toujours aussi violent. Il voulu quand même voir qui était son allié et perçut un sabre de couleur bleu en plus du rouge. Puis la lame bleue disparue, il crut que le brave jedi était mort mais la lueur réapparue au même moment où l’arme du sith se désactiva. Le jedi s’approcha rapidement de lui, lorsque son visage fut baigné par la lumière il reconnu Juhani. Jamais il ne fut aussi heureux de la voir.

-Juhani ? Mais comment…
-Calme toi, dit elle. J’ai senti un danger, j’ai donc suivi mon instinct et je suis arrivée à temps on dirait !
-Sans toi j’y passais !
-Tu t’en ais bien sortit, belle blessure quand même ! Ne bouge pas je vais te faire un bandage de fortune en attendant notre retour.
-Et si…
-T’inquiète, je ne sens aucune menace.

La blessure était profonde mais aucun organe vital n’avait été touché. Un peu de repos et tout rentrerait dans l’ordre. Elle l’aida à se relever et partir vers le vaisseau où Candérous et Lisa les attendaient. A l’horizon le soleil commençait à pointer le bout de son nez, cette horrible nuit s’achevait sur une bonne note pour eux. Non seulement ils étaient vivants et en plus personne ne pouvait les identifier.

Bastila se sentait bien, le son qu’elle percevait avait un effet apaisant. A aucun prix elle n’aurait voulu être dérangé. Une voix douce l’appelait, la voix tendre d’un homme. Elle ouvrit doucement les yeux et vit une tunique de couleur noir. Etrange, se disait elle, peut être était ce son imagination ? Mais après elle réalisa qu’autour d’elle se n’était plus le désert de Tatooïne. Elle était au milieu d’une vaste prairie verdoyante. De nouveau la voix l’interpella. Elle regarda au sol et vit cet homme. La peau d’un blanc nacré, les yeux verts… Revan !

-Salut, dit-il.
-Toi ? Pourquoi suis-je ici ?
-Je voulais te voir, tout simplement. C’est plaisant de constater que tu as enfin accepté tes sentiments.
-De quoi tu parles ?
-Arrête de faire la surprise. Tu m’aimes !
-Toi, jamais !
-Pourtant lui et moi somme la même personne.
-Il n’est pas un…
-Monstre ? Réveille toi Bastila. Jaden est un enfant avec un pouvoir terrifiant !
-Pas aussi grand que le tien en tout cas. Sinon il n’aurait jamais perdu…
-Encore faux, tu ne trouve pas étrange qu’il ait des souvenirs de moi. Comme par exemple ma visite au temple de la forge stellaire à Dantooïne ?
-Le conseil l’a implanté et a fait en sorte qu’il puisse avoir accès à tes souvenirs.
-Si seulement c’était vrai, il était là aussi ! Il existe depuis très longtemps. A une exception près, il ne s’appelait pas Jaden.
-Impossible…
-C’est pourtant la réalité, notre mère nous a séparé quand j’ai eu 1 an. Ne te trompe pas Bastila, il est bien plus puissant que moi. En fait je suis à peine plus fort que Malak, lui à un meilleur potentiel.
-Mais…
-J’ai une grande affinité avec la force, ça je l’avoue par contre mon pouvoir n’est pas si grand qu’on se l’imagine. J’arrive simplement à utiliser facilement des pouvoirs qui requièrent une grande concentration. Jaden n’a jamais vécu en dehors de son monde, il ne connaît rien d’autre.
-Comment explique tu le fait qu’il est perdu ?
-Il a peur, il refuse d’accepter sa véritable nature et notre corps en soufre. Mais si par malheur il devait t’arriver quoi que se soit il risque de devenir incontrôlable. Tu dois lui dire qui il est !
-Pourquoi tu ne le fais pas ?
-Je ne peux pas, il est impossible de communiquer.

Revan se leva et fit quelques pas, il aimait scruter l’horizon, voir toujours plus loin. Bastila ne se rendait pas compte du danger que Jaden représentait. Revan ne l’avait pas libéré, lui aussi avait peur, peur de ne pas pouvoir contrôler un pouvoir aussi immense. Au loin il voyait un lac d’un bleu azur se colorer en rouge sang et l’avançait inexorable de nuage noir menaçant. Son pouvoir s’accumulait et lorsque le moment arriverait… Un simple catalyseur pourrait accélérer le processus de façon exponentiel. Il se retourna et regarda Bastila, aucun doute se serait elle la responsable. Quoi qu’il devait arriver il fallait empêcher Jaden de perdre le contrôle.

-Pourquoi vous a-t-elle séparé ?
-Elle pensait avoir mis au monde les enfants de la prophétie. Le premier enfant lui a été enlevé et pour empêcher que ça ne recommence elle a bridé mon pouvoir en séparant mon âme.
-Qui est le premier ?

Revan se tus, à quoi bon lui répondre. Son frère n’était pas là pour l’aider. Ce frère qu’il avait tant croisé pendant les guerres, se battant avec un pouvoir que jamais il ne possèderait. La tentation avait été forte mais jamais il n’osa lui dire. Jaden n’allait pas tarder à se réveiller et Bastila, son seul lien avec l’extérieur, allait le quitter. Il l’a trouvait intéressante, elle était pure, innocente mais en son cœur germait aussi la même noirceur. Jaden la convertissait la pervertissait sans s’en rendre compte. Décidemment ce lien était plus une malédiction.

-Bastila ? Bastila ? Résonna une voix.
-Il est l’heure de nous quitter. Reviens vite, et cette fois vient de ta propre initiative.

La jeune femme se volatilisa emportant avec elle une réponse inaudible pour Revan. L’avenir était flou, même pour lui. En lui révélant le plus tôt possible son passé il avait une chance de faire basculer les choses et reprenant la première place. Sinon… il n’osait pas imaginer la suite… Loin de l’académie, loin de ses moralisateurs complètement à côté de la plaque il était vulnérable, vulnérable à la haine, la colère et le plus dangereux de tous, l’amour.

Il faisait très chaud en cette heure matinale, l’air était pauvre en humidité et difficilement respirable. Bastila et Jaden étaient enlacés, Mission dormait toujours. Parfois ils l’entendaient prononcer le nom de son frère. Jaden embrassa tendrement la jedi et lui avoua qu’il la protégerait à jamais. Elle par contre ne pouvait s’empêcher de se sentir coupable. D’un côté elle était heureuse de se rapprocher de lui et d’un autre elle se sentait coupable de lui mentir. Et si Revan avait raison ? Que se passerait-il ? Le conseil lui avait formellement interdit de révéler quoi que se soit à Jaden. S’il devenait comme Revan l’a dit ? Incontrôlable au point de détruire tout ? Devenir le plus puissant des seigneurs sith ? Elle le regarda droit dans les yeux et prit son courage à deux mains. Elle braverait l’interdit.

-Jaden, dit elle. Il faut qu’on parle.
-Je t’écoute.
-…Comment dire…Tu…Tu es…
-Je suis… ?? ? Dit il interloqué.

Elle se senti aspiré par les yeux verts émeraudes du jedi. Elle risquait de le perdre en lui révélant, si cela devait arriver elle ne s’en remettrait jamais. Que faire ?

-Tu es…

Jaden se leva, quelque chose en lui ne voulait pas savoir. Il avait peur. Il ne doutait pas que la jeune jedi voulait lui parler de ses récentes sautes d’humeur. La petite altercation contre les sith lui avait procuré une intense satisfaction, elle était d’autant plus forte au moment où il avait du choisir entre la vie et la mort du dernier. Bastila devait l’avoir ressenti, cela ne faisait aucun doute. Il préféra couper court à la conversation et réveilla Mission. Puis, il s’éloigna et appela HK-47. Le droïde lui signala la présence d’un groupe important de créature vivante vers le nord. Cela devait être le camp tusken. Jaden regarda l’horizon et une fois que les deux femmes les rejoignirent, ils partirent.

Et voilà! A bientôt pour le prochain chapitre!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Darkliser » Ven 13 Juin 2008 - 19:16   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Tu va viiiiiiite :lol:
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Notsil » Ven 13 Juin 2008 - 19:30   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Sympa toute cette action et ces histoires d'amour qui se mettent en place ^^

Heu sinon question, par hasard tu n'aurais pas fait médecine ? ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Revan1er » Ven 13 Juin 2008 - 19:41   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Je suis démasqué! Vite faut que je me planque...

Effectivement j'ai fait une première année de médecine. Mais comme beaucoup je me suis planté. Ma matière préférée était l'anatomie humaine. J'ai usé de mes connaissances en la matière pour ma fic afin de la rendre plus réaliste même si c'est du Star Wars.
Je parie que se sont les termes techniques qui t'ont mis la puce à l'oreille, non?
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Notsil » Ven 13 Juin 2008 - 19:44   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Yep ^^ J'avais déjà vu des trucs qui m'avaient mis la puce à l'oreille (genre entre la cote X et Y), et là ça a été la confirmation ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Revan1er » Sam 21 Juin 2008 - 14:41   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour! Voici la première partie du chapitre XVII! Bonne lecture!


Chapitre XVII : La haine, la soif de tuer



« Le pouvoir, tout homme le recherche. Au début on se masque en prétextant vouloir protéger ses proches, mais à la fin que devient-on ? Un tyran de plus, peu de personnes sont capables d’y résister. J’ai fais parti de ses hommes qui recherchaient le pouvoir. Et quand je l’ai trouvé, il m’a consumé. »

En chemin, ils croisèrent quelques chasseurs. Evidemment, aucun d’entre eux n’avaient été capable de les renseigner sur la présence d’un quelconque grotte abritant un objet ancien. Ils poursuivirent donc leur périple à travers les dunes de sables. Après quelques heures de marche difficile, ils parvinrent à apercevoir un camp retranché. D’immenses palissades l’entouraient et à leur base ils purent constater la présence de tourelles de défense.

Une entré en force n’était pas envisageable. Que fallait-il faire ? Mission eut une idée, elle courut droit vers un groupe de Tuskens l’arme à la main. Jaden se lança à sa poursuite, ignorant les intentions de la jeune twilek. HK-47 alla plus vite que lui et fut le premier à la rattraper. De son côté, Mission avait engagé un combat féroce avec les hommes des sables. Elle se trouva rapidement en mauvaise posture, bien qu’elle leur était supérieure en agilité et en vitesse, le responsable était bien sûr le sable. Cette surface n’offrait que peu de solidité et d’adhérence, la jeune fille avait surestimé ses capacités. L’un des tusken faucha les jambes de Mission et ne perdit pas de temps pour abattre la crosse de son arme vers sa tête.

Heureusement, le droïde ouvrit le feu et tua l’agresseur d’un seul tir. HK-47 poursuivi le combat avec un rare plaisir. Il se déplaçait avec aisance, évitant les tirs des fusils blasters et répondait à chaque salve par un cadavre. Le combat étant trop facile pour lui il s’approcha de ses adversaires pour être au corps à corps. A cette distance, il lui était difficile d’éviter les attaques mais c’était tellement plus jouissif. Il attrapa l’un des guerriers et s’en servit comme bouclier vivant pour s’approcher des derniers survivants. Hélas pour lui, Jaden et Bastila arrivèrent au même instant et s’occupèrent d’eux. HK-47 ne voilât pas son mécontentement, il arriva devant le jedi et lui fit part du danger auquel il venait de s’exposer. Evidemment, Jaden comprit que le droïde aurait bien aimé s’en occuper seul. Bastila était assis à côté de Mission et pansait ses blessures. Elle s’en voulait de n’avoir pas pu être utile. Alors qu’HK-47 se dirigeait déjà vers d’autres hommes des sables, la twilek se pencha sur le corps d’un des cadavres et entreprit de le déshabiller. Jaden rappela le droïde qui obtempéra à contrecoeur.

-Tu fais quoi ? Demanda le jedi.
-Je le dessape, au cas où ça ne se verrait pas !
-Je l’ai bien remarqué, mais pourquoi ?
-Il faut entrer dans le camp, non ? Quoi de mieux que d’y pénétrer en étant déguisé en tusken !
-Pas bête du tout, dit Bastila admirative. Mais pour les tourelles ? Elles doivent être programmé pour ne reconnaître que les hommes des sables.
-C’est un risque à courir, répondit Mission.
-Maître, intervint HK-47. Ce plan me semble trop risqué, laissez moi carte blanche et vous pourrez vous introduire dans le camp sans aucun problème.
-Non, on va essayer le plan de Mission.
-Beurk, Ça chlingue ses guenilles, protesta la jeune twilek en les enfilant.
-Faut assumer ses décisions, répliqua Jaden en rigolant.
-Très drôle, poursuivit Mission.

Bastila ne dit pas grand-chose mais elle aussi trouvait que les vêtements étaient imprégnés d’une odeur abominable. Pourvu qu’ils n’aient pas à les porter trop longtemps. HK-47 aussi fut obliger d’en mettre un, mais contrairement aux autres, l’odeur ne l’indisposa pas, d’ailleurs un droïde n’avait pas de sens olfactif. Dès qu’ils furent déguisé de pied en cape, ils partirent d’un pas normal et déterminé vers l’entré du camp. Ils passèrent à proximité de plusieurs groupes de tusken et aucun d’entre eux ne montra le moindre signe d’agressivité. Finalement, ils arrivèrent au portail, les tourelles n’avaient pas ouvert le feu sur eux. Un coup d’œil rapide révéla à Mission et HK-47 que les tourelles n’étaient pas actives. En fait ils auraient très bien pu entrer de n’importe où sans problème. La sentinelle les regarda de façon étrange, se doutait-il de quelque chose ? Sûrement, le principal étant qu’il laissa entrer le groupe dans le camp. Ce ne fut qu’une fois à l’intérieur que les évènements prirent une autre tournure. Les quelques tuskens proche de l’accès principal les fixèrent avec insistance. Soudain, l’un d’eux s’approcha, il étudia Mission et se mit à parler dans un langage totalement incompréhensible. La jeune twilek recula de quelques pas et mit la main sur son blaster. HK aussi fit de même, Jaden se dit qu’il était temps d’apparaître à visage découvert et ôta son déguisement. Bastila l’imita peu après, enfin ce fut le tour de Mission et du droïde de faire de même. Les tuskens semblaient pris de panique, ils reculèrent tout en criant dans cette étrange langue.

-HK, dis leurs qu’on ne leur veut aucun mal.
-Etes-vous vraiment sûr, maître ?
-Obéit !
-Très bien. … (Parle en tusken) ...
-Dis leur qu’on voudrait parler à leur chef.
-Bien. … (Parle en tusken) ... Ils disent que le chef va venir nous voir, ils ajoutent que notre présence en ces lieux est une insulte à leur tradition.

Après quelques minutes, un petit groupe de tusken arriva à l’entrée principale. A leur tête se trouvait un homme des sables habillé de façon très différente, sa tunique n’était pas brune comme les autres mais dans un dégradé de rouge avec des motifs tribales dessinés dessus. Jaden en conclu qu’il devait être le chef. Il s’approcha du jedi et tout comme les autres il parla en tusken. HK-47 lui fit la traduction, le chef voulait connaître le motif de leur intrusion. Jaden expliqua depuis le début, la requête de la Czerka concernant l’arrêt des attaques en omettant bien évidemment le fait qu’il devait les tuer. Le chef de la tribu écouta attentivement le récit et affirma à Jaden que s’il s’engageait à leur rapporter des vaporisateurs d’humidités, ils partiraient de ces contrés et n’attaqueraient plus les véhicules de la Czerka.

Le marché semblait correct pour le petit groupe d’humains et ils acceptèrent. Le chef tusken les pressa de quitter les lieux et leur interdit de revenir sans les vaporisateurs. De nouveau sous le soleil brûlant de Tatooïne, ils partirent vers la ville la plus proche. Il s’agissait d’Anachore. Un petit bled paumé au milieu du désert mais qui possédait tout de même un petit astroport.

Lisa avait étudié les données trouvées dans le QG de la Czerka. Jamais elle avait été tant dégoûtée par la nature humaine. Ces monstres avaient développé une arme incroyable, des petits droïdes intelligent d’une taille proche du nanomètre. Ces choses s’introduisaient dans les corps des victimes par n’importe quel orifice et détruisait l’intérieur du corps comme le ferait un virus. Le plus atroce était que l’on pouvait les programmer pour s’attaquer à certaines personnes en particulier. Evidemment le nom du commanditaire était dans les fiches. Il s’agissait d’un certain Dark Bandon sur ordre du seigneur noir, Malak. La finalité d’une telle arme ne faisait aucun doute pour la jeune femme. Ils pouvaient répandre cette horreur sur une planète entière et revenir une fois la population ou l’armé ennemi décimé. Les pertes avec une telle arme étaient virtuellement nulle. Aucune chance en plus pour les victimes de trouver un remède, les médecins chercheraient un virus et non un robot rendu indétectable par les appareils médicaux. Que devait-elle faire ? Son maître lui avait interdit d’intervenir mais l’homme qu’elle avait vu sur la vidéo… cet homme avait été un jedi, il devait être cette surprise… Il voulait se venger, le tuer lui ! Il était prêt à tout, elle devait l’en empêcher. L’assassin se leva et traversa le vaisseau et chercha dans ses affaires. Elle en sortit une bourse et un viseur. Ce n’était pas n’importe quel viseur, elle le possédait depuis les guerres mandaloriennes. Il était très précieux à ses yeux. Elle le mit dans une sacoche qu’elle mit en bandoulière et accrocha la bourse à sa ceinture. Elle se dirigea ensuite vers la passerelle d’accès et avant qu’elle ne descende Carth l’interpella.

-Où vas-tu ? Il faut qu’on ne se fasse pas remarquer après…
-Occupe toi de tes fesses ! Lui répondit elle froidement. J’ai quelque chose d’important à faire et cela ne te regarde pas !
-Tu m’as l’air étrange depuis notre retour, je… je m’inquiète pour toi…

Pourquoi elle se senti touchée par sa sollicitude ? Il n’était rien pour elle, juste l’homme dont elle devait se venger. Elle devrait bientôt faire son choix, en finir, soit avec la vie de cet homme soit avec la sienne. Jamais elle ne pourrait vivre en sachant que cet homme respire. Elle lui jeta un regard partagé entre la haine et la gratitude. Elle mit sa capuche sur la tête et sortit du vaisseau laissant Carth debout et attristé. Elle parcouru les rues de la ville et entra dans un endroit où toute personne saine d’esprit refuserait d’aller. A l’intérieur ça sentait le moisi et la mort. Elle ne prêta pas attention aux humanoïdes tapis dans l’ombre prêt à la tuer au moindre geste suspect. Elle ne tarda pas à arriver devant une porte imposante gardée par deux gamoréens à la mine patibulaire. Bien qu’au début ils refusèrent de la laisser entrer, elle parvint à obtenir le droit de rencontrer Malana le Hutt grâce à une ancienne connaissance qui l’a reconnu.

-Lisa Hesse, ça faisait un bail, dit l’homme dans l’ombre.
-Je sais, j’ai besoin d’une arme.
-Tu peux en obtenir facilement une avec l’armée, non ? A moins que tu recherches de l’exotique.
-Effectivement, j’ai besoin d’un Kisteer 1284 amélioré.
- Ouhhhh, je n’aimerais pas être ta cible. T’as de l’argent ? Sinon on peux s’arranger, dit il en caressant le dos de la jeune femme.
-Bas les pâtes, j’ai de quoi payer.
-Dommage pour moi, suis moi je vais te conduire à mon chef.
-Tu travailles pour un hutt maintenant ?

L’homme fut éclairé par un faible halo de lumière, il avait une grande cicatrice qui lui traversait le visage en passant par l’œil droit. Il portait une tenue moulante noir idéal pour les pénétrations silencieuses dans des zones sensibles. Il surplombait Lisa du haut de ses deux mètres. Les deux personnes s’étaient rencontrées sur Dxun, à l’époque il était un braconnier cherchant la fortune dans le cuir des bêtes sauvages. Lisa était contente qu’il soit de bonne humeur, il était meilleur qu’elle dans pas mal de domaine.

-Je suis toujours à la recherche d’un moyen pour me faire de l’argent facile et pour l’instant ce job répond à ces critères.
-Ca m’étonne que tu n’ais pas insisté plus.
-Tu n’as pas changé depuis cette époque, il y a toujours un homme qui occupe tes pensés et bien sûr ce n’est pas moi.
-Pourtant ça n’avait pas l’air de te gêner quand tu me draguais.
-Une fille comme toi apportes beaucoup trop de problème, tirer un coup ok mais pas plus. Pour t’avoir il faut t’impressionner, te faire rêver… beaucoup de travail pour un peu de plaisir même si c’est avec une beauté comme toi.
-Tu t’es assagi, j’en suis impressionnée.
-Nous y voilà, conclu t-il.

Ils entrèrent dans une pièce pas plus éclairer, une esclave twilek dansait au milieu de la piste pour la créature cachait dans l’ombre. Matt, la connaissance de Lisa, interrompit la mélodie soporifique et clama d’une voix forte la venue de la jeune femme pour une affaire. Une voix grave et puissante s’éleva droit devant Lisa.

-Que me vaut la venue de l’ange de la mort ?
-Je suis flattée que vous me connaissiez.
-C’est normal, je serais prêt à payer une fortune pour tes services.
-Navré, votre offre bien qu’alléchante ne m’intéresse pas. Je suis à la recherche d’un fusil Kisteer 1284, avec quelques modifications.
-5000 crédits, non négociable, dit le hutt.
-Très bien, voici la somme, dit Lisa en tendant sa bourse.

Matt la prit, la vida et compta. Il y avait bien la somme et l’apporta à son chef. Elle attendit quelques minutes avant qu’on lui apporte une petite mallette noire. Elle l’ouvrit devant tout le monde et examina la marchandise. Le fusil était en parfait état, c’était l’arme idéale pour un sniper. Elle remarqua qu’il avait été modifié pour améliorer sa portée, un professionnel pouvait aisément se trouver à une distance de 1 kilomètre sans problème. Elle referma la mallette, salua le hutt et prit congé. Matt la raccompagna jusqu’à la sortie. Arrivé prés d’une ouverture vers la ville, l’homme retint Lisa par le bras, l’attira vers lui et l’embrassa.

-T’es certaine de ne pas pouvoir m’accorder un petit instant ? Ta cible n’est pas encore au bon endroit.
-Comment le sais-tu ?
-Disons que depuis ton arrivé j’ai un œil sur toi. Si tu me laissais faire je pourrais trouver cette carte stellaire.
-Tu n’étais pas le meilleur pirate informatique pour rien, répondit elle.
-Alors que penses tu de ma proposition ?
-Ta cicatrice te rend beaucoup plus viril. J’espère que tu as de quoi boire.
-J’ai les meilleurs alcools de la galaxie.

Lisa et Matt changèrent de direction. L’assassin avait besoin de se changer les idées dans les bras d’un homme, il ne devait en aucun cas ressembler à l’autre. Peut-être essayait-elle de détruire un quelconque sentiment ? Seul la jeune femme pouvait le savoir, elle marchait avec cet homme à qui elle s’était toujours refusait et aujourd’hui… Elle vivait sa vie.

Anachore était une ville paisible et calme, on trouvait principalement des chasseurs en quête de trophées inestimable qui leur auraient apporté fortune et gloire. Sans même avoir visité la ville Jaden avançait d’un pas rapide, il avait la sensation d’être déjà venu ici, pourtant jamais il n’avait le souvenir d’y avoir mis les pieds. Un mystère de plus s’ajoutait à une liste sans fin. Il savait qu’en prenant à droite ils tomberaient sur une cantina et juste à côté l’office d’une course de fonceur non reconnu par la fédération. Un peu plus loin ils stoppèrent devant un marchand de matériels en tout genre. Autant commencer par là, pensa le jedi.

-Bonjour, dit il au Duros qui se trouvait derrière le comptoir. Je suis à la recherche d’un vaporisateur d’humidité.
-Ca tombe bien noble monsieur. Je viens juste d’en recevoir, malheureusement il vous en coûtera 1000 crédits.
-Tant que ça ? S’exclama Mission.

Jaden fut tenté d’user de la force pour baisser le prix, la mission était prioritaire et il avait promis à Mission de sauver son frère. Au fond de lui il savait que la force les guidaient, en l’aidant il ferait avancer ses recherches sur la forge stellaire. Il patienta que Bastila s’éloigna un peu pour user du broyage mental. Instantanément, le pauvre vendeur baissa le prix à 400 crédits, par contre le jedi sentit aussitôt une vague impression de malaise. Il tourna la tête et vit le regard plein de reproche de Bastila. Il fit mine de l’ignorer pendant que Mission payait pour le vaporisateur. Lorsqu’ils virent l’appareil ils furent vite décontenancés, il était très encombrant. Sans véhicule ils ne pourraient jamais l’emmener au camp. Mission demanda au jedis de ne pas bouger pendant qu’elle chercherait un moyen de transport. Jaden douta que la jeune twilek puisse mettre la main sur une personne assez folle pour les conduire chez les Tuskens, mais il la laissa faire. Une fois qu’elle fut hors de vue, Bastila traîna Jaden un peu à l’écart du marchand.

-Tu peux me dire ce qui t’a pris ?
-Ce que je devais faire, répondit il. Le temps presse au cas où tu ne l’aurais pas remarqué. On a les sith aux fesses !
-Ce n’est pas une raison, s’énerva t’elle.
-Excusez moi de vous déranger, dit une voix féminine.

Tout deux se retournèrent et virent une femme habillée de noir entourée par quatre disciples obscurs.

-Je me nomme Dark Messia. Enchanté de faire votre connaissance.
-Salut, répondit Jaden sur un ton un peu trop amical au goût de Bastila. Tout le plaisir est pour nous. En quoi peut on vous être utile ?

Bastila se retint de lui mette un coup de pied bien placé. Il était étrange que cette femme se présente devant eux, d’ordinaire les sith attaquaient par surprise dans ces situations. Elle devait être particulièrement confiante en ses capacités.

-Mourir bien sûr. Mon maître veut votre tête.
-Rien que ça ? Désolé mais c’est que j’y tiens, répliqua Jaden. On ne pourrait pas plutôt trouver un arrangement ?
-Pas la peine, je la prendrai sur votre cadavre, ajouta la sith sur un ton qui était devenu beaucoup moins amicale.
Jaden l’étudia sous toutes les coutures. Elle était grande, à peu près 1m 85, des yeux noisette et une sensuel bouche.
-Quel dommage de devoir vous tuer, répondit Jaden sur le même ton. Tu penses vraiment pouvoir me vaincre ?
-Oh mais je sais qui vous êtes, seigneur. Avec votre tête comme trophée je pourrais devenir la nouvelle apprentie du seigneur Malak.
-L’espoir fait vivre c’est bien connu, intervint Bastila en dégainant son sabre.
-Tu as le sang chaud ma belle, je n’en attendais pas moins de l’apprentie de…
-Je ne suis pas son apprentie, vociféra la jedi.

Jaden, au même instant évalua le pouvoir de cette femme, il était grand, bien plus grand que le sien dans l’état actuel des choses. Il allait devoir user de toutes ses capacités pour la vaincre, le moindre faux pas lui serait fatal. Il empoigna ses deux sabres et les activa en les faisant tourner dans sa main. Son visage était devenu grave, il n’avait pas le choix.

-Occupez vous d’elle ! Dit Dark Messia en pointant Bastila du doigt.

Les quatre serviteurs se lancèrent de concert sur la jedi avec une rapidité foudroyante. Elle para difficilement les attaques successives des sith et elle se dégagea de la mauvaise posture dans laquelle elle se trouvait en effectuant un saut en arrière. Les disciples poursuivirent leur action collective et la filèrent. Bastila n’eut d’autre choix que d’aller à leur rencontre afin de les prendre un par un.

Dark Messia se tenait droit devant Jaden, elle ne bougeait pas même un muscle. Le jedi se mit en position pour effectuer la danse de l’eau. Une rafale de vent souleva une grande quantité de sable et masqua la vue des deux combattants. Le moment était venu pour Jaden de lancer son attaque dévastatrice. Au début il prit un avantage certain, la sith n’arrivait pas à bloquer les sabres et se trouvait blessée à chaque fois. Malheureusement, elles n’étaient que superficielles. Malgré toute sa volonté il ne pouvait pas faire mieux, quelque chose le retenait, il se trouvait incapable de la toucher sévèrement. Il sonda le cœur de la sith, il y avait encore un espoir de lui faire entendre raison, elle n’était pas encore tombée au plus profond du côté obscur. Après plusieurs minutes de combat il fut forcé de s’écarter, ses bras, ses jambes… tout son corps commençait à hurler de douleur.

-Alors, qu’est ce qui t’arrive ? Demanda Messia suivi d’un rire démoniaque. Tu es exactement comme je le pensais.
-Tout n’est pas perdu, tu peux encore stopper ton chemin vers le côté obscur !
-Tu crois ça ?
-Oui, je sens le dilemme en toi, le doute.
-Ha ha ha ha ha !! ! C’est tout ce que tu as à me dire ? Ce que tu es naïf mon pauvre. Connais tu la dernière épreuve pour devenir un véritable sith ? Visiblement non. Je vais être gentille et te le dire. On doit tuer une personne qui nous est chère ! Moi, j’ai massacré toute ma famille.
-Impossible… Mais…
-Le doute que tu as ressenti n’était qu’une façon de voir si tu étais capable de déceler les sentiments profond des personnes. De toute évidence ce n’est pas le cas. Tu as retenu ton sabre croyant me faire revenir. Il n’y a pas que ça qui fait que tu ne pourras pas me vaincre. Tu es trop doux, il n’y avait aucune volonté de tuer dans tes sabres. Je comprends pourquoi Malak est devenu le maître. Tu es faible !
-Je ne suis pas faible, dit il en colère.
-Bien, tu deviens raisonnable. Libère ta colère, embrasse le pouvoir, désir la mort de tes opposants… Oui, fait moi sentir la force de ta haine !

Jaden était incapable de contenir sa rage, cette sith savait beaucoup de chose sur lui. Pourquoi l’avait elle appelé seigneur ? Il n’était pas Jaden, un simple soldat de la république recruté par les jedis. Alors qui était il ? La sith profita de cette occasion pour l’attaquer avec une force incroyable. Ses gestes furent trop lents et elle le blessa au torse. Il recula autant que possible et chercha à reprendre son souffle. Elle était trop forte, son esprit était vide, il ne savait plus quoi faire. Il baissa la tête et vit la cicatrice, la cicatrice d’origine inconnu. La trace indélébile d’un passé oublié. Des visions lui traversèrent l’esprit à la vitesse de l’éclair. Un champs de bataille, il allait au devant d’une armée bien supérieure en nombre, à ses côté cette femme qu’il avait déjà vu et dont il ignorait le nom. Puis vint un autre flash-back, dans lequel il massacrait des personnes en grand nombre. Il aimait se battre, tuer… Puis des souvenirs plus récents, cette jeune sith qui lui avait ouvert son cœur et qui fut décapité par les siens par sa faute. Tout ça n’était le résultat que d’un seul et même individu, lui.

-Je ne suis pas qui je croît être !
-Tiens qu’est ce qui te prend ? Demanda Messia.
-Cet autre moi à toutes les réponses, il sait tout, dit il en levant la tête.

Dark Messia se figea sur place devant le regard du jedi. L’homme qui se tenait devant elle n’était plus le même. Une peur viscérale s’empara d’elle, une peur inexplicable. Le démon regarda ses mains comme s’il ne les avait vu. Puis lentement il serra plus fort les manches des sabres.

-Je ne sais pas qui je suis et cela m’importe peu à présent, je suis le responsable d’horrible massacre. Pourtant je ne ressent aucun remord, alors pourquoi ne pas continuer à massacrer…

Soudain il sentit le pouvoir naître en lui, la sensation était inimaginable. La force à son état sauvage se déversait dans son corps avec tellement de fougue qu’il en était pris de vertige. Chaque particule en lui faisait écho à tous ce qui l’entourait, le vent, le sable… et même cette sith. Il la regarda, elle c’était assez moqué de lui, il allait lui retirer son sourire par la force et surtout la peur…

Loin dans l’inconscient du jedi, un homme observait la scène avec une certaine satisfaction.

-Ca commence, dit Revan. Son pouvoir afflue de toute part, il accepte sa nature. Je suis impatient de voir comment il va évoluer…

Bastila continuait le combat avec ardeur et courage, en face ses adversaires ne lâchaient pas une once de terrain. Bien qu’elle comprenne leur façon de se battre, leur rythme, ils restaient trop bien organisés, de plus leurs styles de combat étaient parfaitement complémentaires. La jedi se jetait à corps perdu dans la bataille. Petit à petit un sentiment de satisfaction, de bonheur grandissait bien qu’elle n’avait jamais aimée se battre. Cette fois-ci elle y prenait de plus en plus de plaisir, elle voulait jouer avec eux. Elle puisa assez de force en elle pour aller au contact et les narguer. Elle sautait partout, roulait à droite, à gauche… Elle poussa le vice jusqu’à désactiver son sabre et se déplaçait avec grâce au milieu de ce balai meurtrier. Le premier sith qui tomba sous sa main fut projeté avec une telle facilité qu’elle-même n’y croyait pas.

Elle se servit ensuite d’un autre pour repousser l’attaque du troisième serviteur. Lorsqu’elle sentait que son corps fatiguait, elle puisa de quoi la revigorer dans ce qui lui semblait un puits sans fond de force. Un pouvoir immense à porter de main, elle n’avait qu’à se servir ignorant qu’elle provenait de son lien. Après avoir assez rit, elle mit un terme à cette comédie. Elle courut vers l’un des disciples obscur et activa son sabre à l’instant où le bout du manche le toucha. Elle sortit rapidement la lame et fit un bond extraordinaire pour retomber pile sur un ennemi. Pas de chance pour lui, elle l’avait immobilisé avec la force peu avant de le transpercer. Le troisième crut l’avoir par surprise mais en fait il frappa dans le vide. La silhouette de la jeune femme n’était en fait qu’une illusion. Il n’eut pas le temps de se retourner qu’une lame du double sabre de Bastila lui trancha la gorge. Il n’en restait à présent plus qu’un dernier. Elle se précipita sur lui, ne lui laissant aucune chance d’esquive et frappa. Elle fut cependant un peu trop court et ne le blessa que mortellement. Elle s’apprêta à lui porter le coup de grâce. Elle le regarda droit dans les yeux pour y voir sa peur mais elle n’y vit que son reflet. Elle recula d’un pas, terrorisé, son visage déformé par la passion, cette envie de tuer… Non, ce ne pouvait pas être elle… c’était une jedi, elle n’avait pas le droit d’éprouver de la satisfaction à tuer. Elle désactiva son sabre, tomba à genoux et contempla avec horreur le carnage qu’elle venait de perpétrer.

Dark Messia avait retrouvé le sourire, le véritable combat allait commencer. Il avait été lent à la détente, elle allait prendre un malin plaisir à le ridiculiser. Evidemment elle avait eu peur sur le coup, il avait libéré une quantité assez importante de force. A présent elle était revenue à un niveau totalement ridicule.

-Un dernier mot avant de mourir ? Dit elle.
-La mort n’est rien comparée à l’enfer que je vais te faire vivre !

Avec une rage décuplée il fonça droit vers la sith. Il ne voulait pas l’effrayer trop vite en augmentant sa force, il commença doucement. Il débuta par la danse de l’eau avec une petite modification, chaque blessure était faite à des points précis du corps, principalement aux naissances musculaires. Dès qu’il fut certain qu’elle ne puisse fuir il recula et augmenta sa puissance.

-Encore de bluff, ricana t-elle.

Jaden lui prouva le contraire, il se déplaça beaucoup plus vite qu’elle et n’usa pas de ses sabres pour l’attaquer mais de ses poings et pieds. La pauvre se trouva balancé de part et d’autre sans avoir pu voire d’où le jedi la frappait. Elle fouetta le vide avec son sabre avec l’espoir de le toucher, en vain. Il apparu devant elle et exécuta une terrible attaque avec son sabre. Elle parvint à le bloquer, par contre elle reculait de plus en plus. Son sourire qu’elle affichait jusqu’à présent venait de s’effacer. Si elle devait suivre son instinct elle prendrait la fuite sans plus attendre. La force en cet homme était tel l’eau d’un fleuve, tranquille, calme, inoffensif mais à présent déchaîné rien ne pouvait plus l’arrêter. Elle retrouva l’homme qui avait fait trembler l’univers. Un coup supplémentaire termina le combat. Une plaie béante s’étalait sur tout son corps, le plus étrange était qu’elle n’avait pas mal. La sensation était agréable, elle tomba cependant à terre sans qu’elle puisse l’empêcher. Son corps cessa de bouger et sa respiration s’arrêta après une longue expiration. Elle venait d’échouer.
Jaden était ravi, plus aucun sith ne pouvait faire le poids contre lui. Il était par contre déçut d’en avoir si vite finit avec elle, sa mort avait été trop douce.

-Tant pis, ce sera pour le prochain ! Dit il.

Il se retourna pour voir ce que faisait Bastila, il la vit au milieu des cadavres de trois sith, il en restait un qui vivait encore. Plus pour très longtemps car Jaden leva la main et usa du pouvoir d’étranglement contre lui. Il marcha ensuite vers la jedi et l’aida à se relever. Visiblement elle était en état de choc. Il la pris dans ses bras et l’embrassa.

-Tu as fait ce qu’il fallait, c’était eux ou nous. Je préfère de loin que se soient eux qui aient mordu la poussière.

A ce moment toutes les paroles de Revan prirent un sens pour Bastila. Elle s’arracha de l’étreinte et repoussa Jaden.

-Ne me touche pas, dit elle en colère. Tout est de ta faute !

Jaden regardait la jedi, incrédule. Elle n’était pas en colère, oh non ce mot était bien trop faible, elle s’était transformé en une véritable furie. Il se releva et voulu la prendre dans ses bras pour la calmer mais aussitôt elle activa son sabre.

-Tu ne te rends compte de rien ! Par ta faute je les ai tués par plaisir et non pour me défendre.
-Ca change quelque chose ?
-Oui, chacune de tes émotions m’influence, tout est de ta faute !
-T’y vas un peu fort…
-Non !! !! Cria t-elle d’une voie hystérique. Pourquoi suis-je tombé… Pourquoi toi ? Tu ne vaux pas mieux que l’autre, vous êtes pareils !! !!!

Enfin il comprit, tout devenait clair. La jedi connaissait l’existence de son autre lui. Vu de la façon dont elle en parlait, Jaden pensa qu’elle devait même très bien le connaître.

-Qui est il ? Qui est cet autre moi ?
-Je… Je ne sais pas ! Lui mentit elle.

Elle ne savait plus quoi faire. Peu de temps auparavant elle voulait tout lui révéler et maintenant elle lui avait menti. Heureusement pour Bastila, Mission arriva aux commande d’un speeder. Il était assez grand pour embarquer l’appareil et trois personnes. Jaden et Bastila ne demandèrent pas où elle avait bien pu se le procurer, ils montèrent dedans et partirent vers le camps Tusken. Pendant le trajet, aucun des jedi n’osa adresser la parole à l’autre. Une tension palpable s’installa. Mission essaya de briser la glace.

-Alors les tourtereaux, on commence déjà à se faire la gueule ?
-Occupe toi de tes oignons ! Répliqua sèchement Jaden.
Après quelques instants il regretta d’avoir parlé aussi durement à la jeune twilek. Elle ne leur voulait aucun mal, seulement rétablir le dialogue.
-Désolé, dit-il. Je sais que tu pensais bien faire mais nos histoires ne concernent personne.
-La prochaine fois que vous vous engueulerez je n’interviendrais pas ! Lança froidement Mission au bord des larmes.
-Laisse tomber Mission, intervint Bastila. Il ne se préoccupe que de son nombril et se fout complètement des sentiments des autres.
-T’es mal placé pour critiquer, grogna Jaden. Tu t’es déjà regardé dans une glace ?
-Malotru ! Ajouta Bastila. Ce n’est pas moi qui me suis fait battre et qui est venu pleurer…
-C’était un maître…
-Et alors ? Je croyais que personne ne pouvait te vaincre, n’est ce pas ce que tu racontais tout le temps ?
-Tu veux qu’on s’arrête pour régler ça aux sabres ?
-La violence, toujours la violence. Pathétique ! Dis moi tu es stupide ou tu le fait exprès ?
-Les deux, intervint Mission.
-Bingo, deux contre un maintenant. Magnifique.

Par chance, le camp Tusken était en vu, la petite altercation prit fin aussi vite qu’elle commença. Devant la porte ils se rendirent compte que HK n’était pas avec eux. Jaden se souvint qu’il l’avait chargé de rester devant l’entrer principale de la ville et après l’engueulade avec Bastila il l’avait complètement oublié. Il laissa les deux femmes en plan et repartit chercher le droïde. Il revint au bout d’une heure et bien évidemment sa colère était à son paroxysme. HK-47 informa la sentinelle qu’ils avaient le vaporisateur d’humidité et qu’ils désiraient s’entretenir avec leur chef. Le garde entra et les invita à le suivre. Ils parcoururent les immenses allées du camp tout en étant épié de tout les côté par les habitants. Il ne faisait aucun doute que c’était la première fois qu’ils voyaient des étrangers se balader librement ici.

Loin des tracas de Tatooïne, une femme marchait le long des couloirs d’une bâtisse imposante. Sa victoire sur un certain jedi l’avait rendu euphorique, à présent elle avait retrouvé son visage impassible. Au fond d’elle elle restait insatisfaite. L’assassin de son père courrait encore à travers la galaxie. Secrètement, elle avait préparé un petit vaisseau qui la conduirait n’importe où en un temps record. Elle cherchait un prétexte pour quitter la capitale et aller détruire cet homme. Devant la jedi apparu Kavar, il était appuyé contre un mur et de toute évidence il l’attendait car dès qu’elle arriva à son niveau il se redressa.

-Je peux te parler ? Demanda t-il sur un ton faussement amical.
-De quoi ?
-Pas ici, allons dans mes quartiers. Nous y serons plus tranquille.

Andorra acquiesça et suivie le maître jedi. Lorsqu’ils pénétrèrent dans sa chambre, elle contempla avec étonnement tous les objets qui étaient exposés sur les étagères. Bon nombre d’entre eux venaient d’Ondéron, mais d’autre plus exotique venaient des confins de la bordure extérieure.

-Bon, que me veux-tu ? Demanda t-elle.
-Je suis au courant de ce que tu cherches à faire !
-Je ne vois pas de quoi tu parles…

Kavar lui lança un regard perçant, il savait très bien qu’elle mentait.

-Tu cherches à partir d’ici. Il est étrange qu’un maître siégeant au conseil désire qu’on lui attribue une mission.
-Nous sommes en sous-effectifs. Chacun doit mettre la main à la pâte.
-A d’autre, trancha t-il. Tu serais prête à accepter n’importe qu’elle mission du moment que se soit loin des mondes du noyau !
-Balivernes !
-Tu recherche la vengeance, n’est ce pas ? Je pensais qu’un combat suffirait mais de toute évidence cela n’a fait que te conforter dans tes intentions !
-Tu plaisantes, j’espère ? Nous capturons le seigneur noir et nous trouvons rien de mieux à faire que de le relâcher, dit-elle d’une voix qui trahissait ses émotions. Il ne nous conduira pas vers la forge, il se sert de nous !
-La vengeance mène au côté obscur de la force !
-Tu sais à qui tu t’adresses ? Je suis échanie avant tout, l’honneur de mon peuple réclame la tête de l’assassin de…
-Il n’est pas mauvais, il est l’un…
-Jamais !! !! Un sith demeurera un sith pour l’éternité ! Nulle rédemption n’est possible lorsqu’on commet les crimes qu’il a perpétrés ! J’ai senti son pouvoir grandir depuis qu’ils sont sur Tatooïne. L’ombre de Revan l’accompagne, un jour ou l’autre…
-Cette fois c’est différent ! Nous empêcherons…
-Ah oui et comment ? Aucun de vous ne sera capable de le combattre si la prophétie est exacte ! L’avoir battu une fois tenait du miracle !
-Nous ne sommes pas sûr qu’il soit l’un des enfants de la prophétie !
-Il payera pour ses crimes !
-Nous ne sommes pas des bourreaux, Andorra.
-Je connais la chanson ! Rassure-toi, je n’irai pas le chercher pour me venger.

Kavar aurait bien voulu la croire, mais ce n’était pas le cas. Dans ses yeux il voyait sa détermination. Soudain on frappa à la porte.

-Entrez, dit Kavar.

La porte s’ouvrit sur une femme élégante à l’allure sévère, il s’agissait d’Atris.

-Je vous dérange peut-être, dit elle en voyant les deux maîtres.
-Non, dit aussitôt Andorra. Nous avions fini.
-Bien je venais chercher Kavar et toi aussi par la même occasion. Nous allons devoir envoyer un maître au front pour une mission de la plus haute importance.
-Très bien, dirent au même moment Kavar et Andorra.

Ils sortirent de la chambre et se dirigèrent vers la salle du conseil. Le maître jedi redouta que les autres accèdent enfin à la requête d’Andorra. A aucun prix elle ne devait quitter Coruscant dans son état, mais l’écouterait-il ?
Au sommet d’une dune de sable, Lisa observait les alentours avec une paire de jumelle. Son attention fut attirée par une grotte devant laquelle plusieurs hommes s’affairaient. Derrière elle, Matt était allongé les pieds sur le tableau de bord du speeder qui les avaient conduit là. Elle écarta les jumelles et se retourna vers lui.

-Tu es certain que la carte est ici ?
-Fais moi confiance, je suis le meilleur non ?
-Bien sûr mais l’endroit est trop voyant, c’est tout.
-Pour ça ne te fait pas de bile, seul un fou pénétrerait à l’intérieur.
-Pourquoi ?
-Trois fois rien, elle est gardée par un petit dragon Krayt.
-Quoi ?? ?
-J’ai perdu un homme pour le savoir. Le con a voulu me ramener les coordonnées de la carte pour m’impressionner, alors il y est allé tête baissée en pensant passer devant le dragon sans se faire chopper. Heureusement pour moi j’avais envoyé un autre éclaireur avec lui, au moins il est revenu indemne.
-Mais la carte, comment sais tu qu’elle est bien là ?
-D’anciens livres parle d’un artéfact ancien présent dans les ruines d’un temple. Après quelques calculs on a déterminé son emplacement exact.
-Je vois, la perte de ton homme n’a pas l’air de t’affecter par contre.
-Non, pas particulièrement. Il était stupide, un vrai boulet.
-Bon je vais me mettre en position.

Elle retourna au speeder et ouvrit la valise contenant le fusil. Elle prit chaque pièce avec délicatesse et assembla l’arme. Lisa s’éloigna ensuite du véhicule et s’allongea à terre. Elle fit le réglage de sa lunette de visée et plaça à ses côtés un petit dispositif mesurant la force du vent et l’humidité ambiante. Le moindre changement climatique provoquait une déviation non négligeable de la trajectoire du tir.

-Tu sais le temps qu’il arrive tu pourrais t’occuper de l’autre, non ?
-…
-A moins que t’y sois incapable ?
-J’élimine toujours mes cibles !
-Bizarre, l’autre jour tu avais une bonne occasion, juste avant qu’il te remercie.
-Ferme-là ! S’énerva t-elle. Tu me déconcentres.
-Un seul mot et je m’occupe de ce Carth. Je ne le connais pas donc ça ne me pose aucun problème, même si c’est toi qui vises le mieux. Je serais incapable de toucher qui que se soit de cette distance.
-NON, il est à moi et à personne d’autre !
-Fort bien, dit il en souriant. Tu as changé, ajouta Matt à mi-voix. Avant tu l’aurais zigouillé sans état d’âme.
-Tu marmonnes quoi dans ta barbe ?
-Non, rien. Je pensai à haute voix.
-La folie commence comme ça !
-Une dernière question.
-Encore ? Mais t’es pire qu’une bonne femme ! ... Bon vas-y !
-Pourquoi tu as couché avec moi ?
-Pour passer le temps… et ça faisait trop longtemps que je n’avais pas senti la douce chaleur d’un homme.
-Vraiment ?
-Pourquoi ? Ca te pose un problème ?
-Loin de là. Je m’imaginais plus quelque chose du style que j’étais irrésistible !
-Dans tes fantasmes sûrement !

Matt souriait de plus belle, elle n’avait jamais réussi à lui mentir convenablement. Pas étonnant, c’était lui qui lui avait appris à mentir, aux autres elles pouvait leur faire gober n’importe quoi mais pas à lui. Tout en elle puait le mensonge. Il préféra ne pas aller plus loin, l’attente allait être longue autant prendre ses aises.

Le chef Tusken remercia Jaden pour le vaporisateur, en fait il n’avait jamais cru que le jedi reviendrait. En guise de remerciement il lui donna son gaffi ainsi qu’une carte de la dune de sable. Mission intervint dans la conversation et demanda si son frère était ici. HK-47 traduisit et les informa ensuite qu’il était bien emprisonné ici et qu’il était en bonne santé. Sans même qu’on lui demande, le chef leur déclara qu’ils avaient l’autorisation de le ramener avec eux. La jeune twilek était heureuse et sauta au cou de Jaden. Après l’avoir gentiment repoussé, il leur demanda un dernier service. Il lui parla de la présence d’un ancien artéfact sur Tatooïne mais ils ne savaient pas où. Les tuskens discutèrent entre eux puis finalement le chef indiqua un point sur la carte. Enfin, il les pria de quitter sans tarder les lieux. La sentinelle qui les avait emmené, les conduisit en prison. Il s’approcha d’une porte et baissa un levier. Un système rudimentaire de poulie et de corde se mit en fonctionnement et la porte s’ouvrit. Derrière, Griff commença à parler si vite que personne ne comprit ce qu’il disait.

-Griff ! Dit chaleureusement Mission.
-Mission ? Mais comment… Comment se fait-il que tu sois ici ? Tu devrais être…
-Taris a été détruite ! Dit Jaden.
-Détruite ? Non, impossible…
-Malheureusement c’est l’exacte vérité !
-Au fait, dit Mission un peu moins chaleureuse, est-ce vrai que c’était TON idée de me laisser sur Taris ?
-Faut que tu comprennes Mission, j’avais l’intention de revenir te chercher…
-QUOI ?? ? Tu m’as abandonné !
-Mais… enfin… Tu t’es bien débrouillé seule, non ? La preuve tu es ici et tu m’as secourue !
-J’aurais du te laisser pourrir ici !
-Bon, la réunion familiale est finie ? S’impatienta Jaden. Je comprendrais que vous vouliez poursuivre vos débats fort intéressant mais on a une mission. Si tu veux rester avec ton frère je comprendrais.
-Hors de question que je reste avec lui !
-Vous êtes libre Griff, retournez à Mos Esley. On vous y retrouvera après.
-D’accord ! A plus petite sœur.

Griff s’éloigna laissant Mission dans un état de fureur inimaginable. Elle était sur le point de l’étriper. Jaden se mit en route, il n’était pas très doué pour calmer les gens. Bastila posa sa main sur l’épaule de la jeune twilek et lui fit un grand sourire.

-Ca s’arrangera, après tout c’est ta seule famille.
-Oui, tu as raison j’eu eu tord de m’emporter. Allez allons trouver cette maudite carte.
-Bien parlé, dit fièrement Bastila.

A l’extérieur du camp les attendaient le speeder, ils grimpèrent dedans sans oublier HK et partirent vers la grotte renfermant la carte. Ils étaient bien loin de se douter des dangers qui les guettaient.

« J’ai trouvé la force de protéger mes amis, mais ils en on souffert. J’ai fermé mon cœur à l’extérieur et je suis devenu ce que j’ai combattu, le mal absolu. Avec le recul je me rends compte de mes erreurs et surtout j’ai compris les mises en gardes de mon autre moi. Il n’y avait rien de maléfique en lui, on l’a accusé à tort d’avoir été perverti par le côté obscur. En fait il ne voulait que protéger les autres. »

Ils arrivèrent enfin devant le lieu qui leur permettraient de connaître un peu mieux la position de la forge stellaire. Ce qui était étrange pour eux était la présence de véhicule mais de leur propriétaire, rien. Il y avait certes des traces de pas qui se dirigeaient vers l’entrée de la grotte mais personne pour surveiller les véhicules. Ils s’approchèrent prudemment et sentirent un vent puissant sortir de l’embouchure.

-Etrange, dit Jaden, il n’y a pas un poil de vent dehors.
-Ca sent bizarre, comme si… commença Bastila.
-La mort, coupa Jaden, c’est l’odeur de cadavre en putréfaction.

Un grognement à faire frémir même les plus courageux retentit. De suite ils reculèrent, le sol se mettait à trembler… Puis apparut la plus grosse créature qu’ils n’avaient jamais vue. Un dragon Krayt venait de sortir, il avait humé l’odeur de chair fraîche. En temps normal ils faisaient trois à cinq mètres de haut mais celui-ci faisait au moins 10 mètres. La bête baissa les yeux vers son futur déjeuner, il ouvrit la gueule révélant deux rangés de dents aussi aiguisé que des lames de rasoir. HK ouvrit le feu mais les tirs furent déviés par les écailles du dragon. Puis, il se mit à rugir, brisant le silence du désert. La jeune twilek était pétrifié d’effroi, son corps tremblait comme une feuille. La créature les vit et leva aussitôt sa patte pour ensuite l’abattre à l’endroit précis où se trouvait Mission. Lorsque le sable se dispersa la jeune femme n’était plus là. Jaden avait sauté et l’avait agrippé au passage, sans lui elle serait morte.

-Ca va ? Demanda t-il inquiet.
-…
-Reste là, Bastila et moi on s’occupe de lui. HK ! Viens ici et protège la.
-Mais… commença le droïde.
Il les laissa à l’écart et rejoignit Bastila.
-Alors on fait quoi ? Le questionna Bastila.
-Ah parce que tu crois qu’on m’a appris comment tuer un dragon Krayt ?
-Non mais t’as bien une idée ?
-Eh ben… En toute honnêteté, non !
-Désespérant, tu es désespérant !
-Et toi ? Lui reprocha t-il.
-Moi non plus, concéda t-elle.

Le dragon n’allait pas attendre qu’ils finissent leur conversation et les attaqua…
Un saut périlleux leur permis d’éviter l’énorme patte du dragon. Le jedi décida que le moment était venu de contre attaquer. Il couru vers la bête, évita sa mâchoire de très peu et sauta sur son dos. Il activa son sabre et l’abattis. La lame butta contre les écailles du monstre, impossible de l’enfoncer ne serait-ce que d’un millimètre. Jaden ouvrit grand les yeux, stupéfait de l’inefficacité de son assaut. Puis une terrible douleur le pris dans le dos et sentit son corps s’élever dans les air. Il venait d’être touché par la queue. Bastila vint vite prés de lui, mit un de ses bras sur son épaule et sauta à temps pour esquiver un nouveau coup de queue.

-Impossible, dit Jaden en serrant les dents. J’ai déjà vu des sabres transpercer des blindages réputés indestructibles…

Le dragon revint à la charge, d’un geste vif comme l’éclair Jaden se plaça sous la patte du monstre et la bloqua avec son sabre. La puissance du choc le fit s’enfoncer de quelques centimètres dans le sol.

-COURS DANS LA GROTTE ! Hurla Jaden. VA CHERCHER LA CARTE !
-Non ! Je ne te laisserai pas affronter cette créature tout seul !
-Je le retiendrai jusqu’à ton retour ! Fait moi confiance ! Et dépêche toi, contrairement à ton habitude, ajouta t-il en souriant malgré la pression qu’exerçait la patte du dragon.
-Dis tout de suite que je suis un escargot !
Mais tout en disant cela, le jedi s’enfonça un peu plus.
-GROUILLE !! !! Hurla t-il.
-Jaden… T’as pas intérêt à flancher avant mon retour, lui lança la jeune femme.

La jedi pénétra dans la caverne et pria pour que Jaden reste en vie. Une fois qu’il ne la vit plus il effectua une roulade en arrière et manqua de justesse de se retrouver transformer en crêpe. La respiration haletante, il tendis les mains et déchaîna un impressionnant éclair de force. Malheureusement, il percuta l’animal sans lui faire le moindre mal. Ce dernier rugit de colère et approcha sa gueule de l’homme pour le dévorer.

Le spectacle avait attiré plusieurs spectateurs. Lisa et Matt mais aussi l’homme en noir suivi de Calo Nord avec quelques mercenaires. Au travers de jumelle, il se délecta de plaisir en voyant le jedi combattre seul un dragon krayt surpuissant.

-Que vas-tu faire maintenant ? Se dit-il. Impressionne moi Revan, montre moi ta vraie force. Tu n’as pas le choix si tu veux survivre.
-Laisse moi le tuer maintenant, grogna Calo.
-Non, on attend ! La jedi est à l’intérieure de la grotte. Notre maître la veut vivante. Dès qu’elle sortira on interviendra !
-J’aime pas ce plan, dit Calo. Je veux la tête de l’homme, il payera pour m’avoir ridiculisé !
-Je croyais que c’était Candérous qui t’avait vaincu ?
-Ils étaient tout les deux, ils payeront !
-Stupide chasseur de prime, murmura l’homme.

Bastila courrait à en perdre haleine. Elle devait faire vite pour revenir aider Jaden. Il pouvait être si irresponsable, se disait elle et en même temps courageux. Elle parvint à la fameuse pyramide noire. Lorsqu’elle la toucha, celle-ci s’ouvrit et révéla la carte. Elle nota les coordonnées mais vit qu’une autre planète avait été ajoutée, il s’agissait de Manaan. Au moment de repartir son regard se posa sur un sac à dos. Il n’avait rien d’extraordinaire mais un dessin l’interpella. Il ressemblait trait pour trait à celui qu’elle avait fait jadis à son père. Elle le prit et l’ouvrit délicatement. A l’intérieur se trouvaient un holocron et un bloc de donnés.

« Toujours rien trouvé, je désespère de tomber sur une perle krayt. Je dois me dépêcher pour ma femme, sa maladie a encore empiré. Il ne lui reste plus que quelques mois à vivre et après… Je n’ose pas y penser. Je serais seul. Si seulement je pouvais retrouver ma fille bien aimée, Bastila, avant que sa mère ne disparaisse. J’aimerais que toutes les deux puissent se réconcilier et par la même occasion m’excuser du mal que je lui ai causé. Je m’en veux de l’avoir confié à l’ordre mais je ne voulais pas qu’elle ait la même vie que moi. Demain nous partirons vers une grotte prés de Anachore, certains disent qu’elle renferme un dragon krayt. J’espère que se soit effectivement le cas. »

Le texte s’arrêtait ainsi, Bastila savait maintenant que son père avait péri ici, en ces lieux. Elle pleura à chaude larme en tenant contre sa poitrine les derniers objets qui avaient appartenu à son père. Puis un hurlement qui fit trembler les parois de la caverne la fit revenir à la réalité. Elle rangea tout dans le sac, le mit sur son dos et repartit encore plus vite qu’elle ne l’avait fait pour arriver.

Jaden ne trouvait pas de faille à l’armure du monstre, que se soit au niveau des articulations ou même sous l’animal. Jusqu’ici il avait évité par miracle d’être sévèrement touché mais il fatiguait plus vite que le dragon. Il tenta alors une manœuvre risqué, il concentra toute sa force dans ses mains et essaya de renverser le dragon sur le dos. Encore une fois ce fut inefficace, à croire que le dragon était protégé avec un bouclier imperméable à la force et aux attaques physiques. Hélas, le temps qu’il reprenne ses esprits, la créature eut le temps de l’envoyer valser à plusieurs mètres. Il fut sur l’homme avec une vitesse impressionnante, ce qui sidéra Jaden et crut voir sa mort arriver. La gueule béante du dragon s’approchait inexorablement de lui, son corps tout entier était paralysé… Mais au dernier moment, la bête plongea la tête à côté de lui.

-Tu lui sauves la vie ? Demanda Matt.
-Il est incapable de se protéger tout seul cet idiot, dit Lisa. T’inquiète, de cette distance il est impossible que quiconque sache se qui vient véritablement de se passer.
-Félicitation quand même, toucher l’œil sans savoir si ça aller marcher.
-Tu me prends pour qui ? Je savais que ça marcherait !
-Toujours aussi modeste…

Jaden n’en revenait pas de la chance qu’il venait d’avoir. Il se voyait déjà au fond de l’estomac du dragon. Il se rua vers lui avant qu’il ne puisse se relever et tenta une nouvelle fois de transpercer sa carapace. Mais ce fut un lamentable échec. L’animal se releva et rugit aussi fort qu’il pouvait. Une terrible sensation effraya Jaden, le monstre semblait baigner intégralement dans une aura de force obscure.

-Comment se fait-il que je ne l’ai pas sentie avant ? Se dit-il. Quelle puissance… La force crée une barrière infranchissable autour de lui. Mais…

Il vit à cet instant que le monstre avait un œil blessé. Cela voulait donc dire que l’aura n’était pas parfaitement homogène autour de son corps. Manque de bol pour Jaden il n’arrivait pas très bien à ressentir les faibles variations dans la force. Il n’avait plus qu’une seule chose à faire, briser le lien entre le dragon et la force.

-HK !! ! Viens ici et occupe le !
-Bien maître, dit joyeusement le droïde.

HK accouru à la rescousse de son maître et ouvrit le feu sur le dragon. Ne supportant pas ce nouveau nuisible, la créature entreprit de le charger pour le réduire en pièce. Pendant ce temps Jaden était assis en tailleur et entra en méditation. Il avait lu dans un ancien holocron qu’on pouvait détruire un lien avec la force, par contre la puissance à utiliser devait être supérieur à la puissance du lien. Pour cela il fallait en règle général plusieurs maîtres pour le faire. Il n’avait pas le temps pour aller chercher assez d’adepte de la force. Il le ferait seul. Il chercha au plus profond de lui la force qui avait surgit en lui lors de son combat contre Dark Messia. Peu à peu il réunit une grande quantité de force mais elle était toujours insuffisante. Puis il sentit au fond de lui une force incroyable mais très sombre, chargée de haine, de colère… la force du côté obscur. Il s’était juré de ne plus l’utiliser… mais il n’avait plus le luxe de choisir, il n’irait pas implorer l’autre pour avoir sa force. Il ouvrit les yeux et tenta une première fois, sans succès. La seconde fut tout aussi catastrophique. HK se battait bien, il évitait les attaques du dragon mais n’arrivait pas à le blesser. L’exaspération était à son comble, Jaden devait y arriver pour sauver ses amis, ceux qui comptaient pour lui. Peu lui importaient d’où venait la force qu’il utiliserait du moment qu’il puisse devenir plus fort. Il ferma un bref instant les yeux et quand ils se rouvrirent ils avaient perdu leurs éclat verts émeraude. A la place, ils brillaient d’une faible lueur rouge. Il refit une tentative et parvint à ouvrir une brèche. Elle était petite mais suffisante pour laisser passer la lame de son sabre. Il couru en vitesse vers le cou du dragon et plongea son sabre jusqu’à la garde dans la gorge de la créature. L’animal cessa toute hostilité, il se balança de droite à gauche ouvrant la gueule à la recherche d’un peu d’oxygène pour respirer. Jaden tourna son regard de satisfaction vers le monstre. L’aura qui entourait le dragon se dissipa et le jedi pu en finir avec un coup net qui perfora le cœur. La carcasse de l’animal s’effondra sur le sol en levant un immense nuage de sable.

-Pas mal Revan, tu as enfin libéré ton pouvoir… Dit l’homme en noir. Allons-y, il n’y a plus rien à craindre.
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Notsil » Jeu 26 Juin 2008 - 11:46   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Ca bouge encore ^^

Le côté noir de sa personnalité ressort de plus en plus...

Elle fut cependant un peu trop court et ne le blessa que mortellement.

Que mortellement c'est quand même déjà pas mal non ? ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Revan1er » Ven 27 Juin 2008 - 20:51   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour à vous cher lecteurs!

Merci Nostil pour m'avoir montré cette petite incohérence! Je la corrigerais dès que possible! En attendant voici la fin du chapitre!

Bonne lecture!

Lisa de son côté cru pendant un instant revoir le grand héro à travers sa lunette. Il avait été froid et sans pitié, son corps émit un faible spasme que Matt ne vit pas. Ses lèvres s’étirèrent pour former un grand sourire, son véritable maître renaissait.

Jaden se dépêcha d’aller voir l’état de Mission. Elle venait de se remettre de son choc et paraissait aller bien. HK était intacte, il ne manquait plus que Bastila. La jedi sortit en trombe de la grotte le sabre à la main prêt à affronter le monstre déjà mort. Elle resta incrédule pendant un bon moment devant la dépouille.

-Alors on rêve ? Dit Jaden.
-Stupéfiant…dit-elle. Com…
-Pas très dur, coupa Jaden en se la jouant. Il était à terre en deux temps trois mouvements.
-T’as pas un peu fini ?
-Pourquoi ? Je l’ai battu et tout seul !
-Hum…Hum… émit HK.
-Bon HK m’a donné un petit coup de main, concéda le jedi. Alors t’as ce qu’il faut ?
-Oui, j’ai… J’ai trouvé l’holocron de mon père dans la caverne.
-Et il y avait des traces de lui ?
-Non, il… il est mort, dit elle au bord des larmes.

Jaden s’approcha et voulu la réconforter mais elle s’écarta vivement de lui. Il lui était évident qu’elle n’avait toujours pas digéré ce qui s’était passé à Anachore.

-Allons-y, dit il finalement.
-Euh maître, je ne crois pas qu’on va pouvoir partir de suite.
-Explique toi, dit Jaden.
-Des sacs à viandes hostiles s’approchent de notre position et nul n’est besoin de préciser qu’ils sont très bien équipés. Mes senseurs sont en états d’alerte maximale.

Plusieurs speeders s’arrêtèrent près d’eux. Calo fut l’un des premier à descendre suivit de près par un homme vêtu de noir.

-Je dois le reconnaître, ce fut une sacré traque, affirma Calo. Maintenant vous allez payez !
-Un instant Calo, intervint l’homme en noir. Il est pour moi !
-Hors de question ! C’est ma proie !
-Pas pour longtemps !

Le sith sortit son sabre à lame verte et tua le chasseur de prime sans qu’il puisse esquisser le moindre geste.

-Bon nous voilà débarrassé de cet emmerdeur, dit il d’une voix sombre. Occupez vous des autres, mais ne tuez pas la jedi sinon Malak nous tuera !
-A vos ordre ! Crièrent les mercenaires.
Le sith s’avança d’un pas sûr vers Jaden et retira par la même occasion sa capuche. Lorsque Jaden vit son visage il fit un pas en arrière et son visage paraissait effrayé.
- Even ! Even Piell … Mais…

Jaden n’en revenait toujours pas. Pendant son entraînement sur Dantooïne il avait senti une once d’hostilité entre eux deux mais il n’imaginait pas que ça irait jusque là. Bastila était tout aussi surprise que Jaden, elle n’eut cependant pas le temps de réfléchir à la question, en effet les mercenaires fonçaient sur elle, Mission et HK. La jedi s’éloigna du lieu où une confrontation inéluctable allait se dérouler entre le meilleur sabreur et l’ancien seigneur noir. Le sabre en main elle fonça droit sur les minables qui osaient espérer la capturer. Trois d’entre eux attendirent l’arrivé de la jeune femme tandis que les quatre autres s’occupait de la twilek et de Hk-47. Sa première intention fut d’attaquer avec une feinte à droite mais après avoir sondé leurs esprits elle changea d’avis et préféra une feinte par le bas. L’un d’eux para le sabre de la jedi, sa surprise fut de courte durée, un autre s’était glissé derrière elle et lui frappa le bas du dos avec le manche d’une vibro-lame. Enfin, le troisième lui agrippa la tête et la projeta à terre. Elle se releva aussi vite que possible. Elle les regardait à présent avec crainte. Comment avaient-ils pu deviné ses intentions ? Aucun d’eux n’était pourtant sensible à la force. Les mercenaire sourirent visiblement ravi de la voir surprise et s’élancèrent droit vers elle. Son instinct lui criait que l’un se faufilera sur la droite, un autre sur la gauche et le dernier ferait diversion. Elle se mit en position pour les recevoir comme il convenait et cette fois elle les aurait.

Mission et HK avait trouvé refuge à l’entrée de la grotte et tiraient sans cesse sur les mercenaires. Au corps à corps l’adolescente n’était pas particulièrement brillante. HK était resté avec elle car l’ordre de son maître tenait toujours. Il devait la protéger.

-Bon, il est là maintenant alors dépêche toi je cuis ici ! S’impatienta Matt.
-Non, il est trop tôt.
-Tu attends que Jaden le tue ?
-Pour une fois tu ne sais pas tout, murmura Lisa. Il en serait incapable, dit elle plus fort.

Sa première intention avait été de tuer Even dès qu’il se montrerait à visage découvert mais depuis qu’elle avait vu Jaden montrer des signes d’éveil, elle voulu voir jusqu’où il irait et peut être même contempler son retour.

Alors qu’elle crut avoir déjouer leur tactique, Bastila se retrouva encore prit au dépourvu. Celui de droite avait chargé en premier sans attendre, les réflexes surhumains de la jedi lui permis de l’éviter par un saut. Hélas c’était ce qu’ils recherchaient… l’un des deux autres surgit d’elle ne savait où, il lui attrapa une cheville et l’envoya droit sur le dernier qui la reçut avec un terrible coup de poing dans le ventre. Elle était à présent étalée au sol. Elle ne comprenait pas ce qu’il se passait. Ils avaient l’air si faible, leurs pensées lui venaient sans problème, un débutant aurait pu les lire. Elle soupira intérieurement qu’ils avaient pour ordre de la ramener en vie, sinon elle serait déjà morte. Elle se releva douloureusement et essaya une nouvelle fois de sonder leur esprits, pendant un bref instant elle ne ressenti que le vide puis de nouveau des ébauches de plan tout aussi mauvais. Elle comprit, ils n’étaient pas faibles, bien au contraire. Ces mercenaires étaient spécialement entraînés pour combattre les jedi.

-Pourquoi ? Dit Jaden. Pourquoi as-tu rejoint les sith ?
-Mais à cause de toi mon cher. Tu m’as tout pris ! Répondit il sereinement.
-MOI ??? Mais je ne t’ai rien fait, je ne te connaissait pas avant…
-Tu me fatigue avec tes jérémiades, trancha t-il. Je ne suis pas là pour t’expliquer ce que tu ne comprendrais pas de toute façon. Non, je suis là pour me venger et qu’elle meilleure vengeance que te tuer ?

Jaden vit un voile de folie recouvrir les yeux d’Even. Le combat était inévitable. Ses chances de l’emporter étaient faibles, son combat contre le dragon l’avait bien fatigué et Even était un vrai spécialiste du combat au sabre. Il activa son sabre et prit la position du Juyo. Even émis un petit rictus, visiblement il s’attendait à cette forme.

-Prend garde, aucun maître ne te sauvera cette fois ! Dit il avec un regard de démens.

Puis il couru vers Jaden. Il n’allait pas vite trouva le jedi mais il se méfiait de ce qu’il pouvait avoir derrière la tête. La première attaque fut aisément parait par Jaden mais il vit très tard que le nouveau sith sortit un second sabre de derrière lui. Jaden sauta par-dessus son adversaire et une fois derrière l’attaqua avec son deuxième sabre qu’il venait de sortir à son tour. Les sabres dans les mains non directrices s’entrechoquèrent dans un bruit sourd et s’immobilisèrent. Puis vint une attaque avec leurs mains principales. De nouveau les sabres se rencontrèrent. Le jedi forçait autant qu’il pouvait sur ses bras, tentant de faire reculer son vis-à-vis. Dès qu’il sentit le point de rupture il bascula en arrière, entraînant Even avec lui. Lorsqu’il fut sur le dos, il usa de ses jambes pour attaquer le ventre du sith. Sachant ce que Jaden préparait, il plongea en avant plus vite et évita les pieds du jedi, il roula et se releva instantanément. Jaden lui faisait face et ne laissait rien transparaître. Le combat allait être un véritable plaisir.

Bastila continuait de se faire malmenée par les trois soldats exceptionnels. Pendant un moment elle avait pu résister mais avait rapidement faibli sous le nombre. Elle n’avait pas le temps de regarder où en était Jaden ni ce que devenait Mission et HK. Au moins elle pouvait se rassurer en sachant que le droïde était un assassin qui se vantait d’être le meilleur. Fallait maintenant qu’il le prouve. Elle usa d’un bon nombre de subterfuge pour maintenir ses adversaires à distances. Mais elle se rendit vite compte qu’ils étaient tout aussi bons. Des tirs placés au millimètre, ils connaissaient les failles des sabres lasers, cela ne faisait aucun doute.

-Alors, t’es tu décidée à te rendre ou faut il que l’on soit un petit plus persuasif ?
-Vous sous-estimez grandement les jedi ! Déclara Bastila.
-Etrange, jusqu'à présent nous avons capturé une vingtaine de jedi et en tuer autant sans aucun problème !
-Impossible, murmura Bastila terrifié. Comment…
-Nous somme spécial… Nous faisons parti d’une escouade qui a pour but de trouver et capturer les jedi. Et toi tu seras la prochaine.
-Vous ne m’aurez jamais vivante ! Plutôt mourir !
-Désolé mais vous n’avez pas le choix !

Bastila ne savait pas quoi faire, si elle tentait d’aller plus vite pour s’approcher il tirait exactement là où elle se trouvait. Même la méditation de combat ne pouvait l’aider, elle ne pouvait en faire usage en même temps qu’en se battant. Et pour les autres pouvoirs ils les évitaient sans problème. Elle était perdue, à moins d’un petit miracle…

Pas si loin d’elle, Jaden faisait preuve de virtuosité pour son combat. Il tenait tête à Even et arrivait par moment à prendre l’avantage. Ce qui le gênait était le sourire impassible du sith. Après tout lui aussi trouvait l’affrontement plaisant, mais il y avait autre chose, comme si il avait un atout dans sa manche. Après avoir pris une distance raisonnable le jedi courageux invoqua la force pour fabriquer une tempête de sable artificiel. Il désactiva ses sabres lorsque la visibilité devint nulle et plongea dans la tempête pour attaquer. Malgré que sa perception de la force soit mauvaise il put quand même localiser la zone où il se trouvait puis avec la lueur d’un des sabres il le trouva. Il s’approcha et frappa en activant son sabre au dernier moment. L’ombre noire vacilla. Puis lorsque le sable retomba il constata qu’il y avait que la cape d’Even à terre.

-Pas mal !

Il se retourna et réussi à éviter que le sith ne le blesse mortellement. Il s’en tira avec une petite coupure au bras. Jaden constatait avec effrois que le côté obscur ne cessait pas d’augmenter en Even et dans le même temps sa force aussi. Il n’avait pas le choix lui non plus. Seul la force contait.

-Il y a d’autre moyen de gagner, l’interpella une voix qui lui semblait lointaine, presque oublié. Je peux t’aider à le vaincre, cède moi la place !
-NON ! Hurla Jaden.
-Non ??? Le soleil du désert t’a déjà cuit le cerveau ? Ironisa Even. Tu es si pathétique. Où donc est passé le grand meneur d’homme que tu étais ?

Puis au loin Jaden vit Bastila allongé sur le sol, inconsciente. Il n’avait pas le temps de se battre contre lui, il devait à tout prix éviter qu’ils l’emportent. Mais où pouvait être passé HK ? Il avait besoin de lui immédiatement. Tant pis, il fonça droit vers la jedi pour la sauver mais sa course fut brusquement interrompu par un sabre laser. Il n’eut pas le temps de voir d’où il venait que Even était sur lui le rouant d’attaque en style Juyo. Puis un coup de pied dans les rotules le mit à terre à la merci du sith.

-Enfin…enfin…enfin… La vengeance est mienne !!! Meurt !!!!!!!!
-Eh Lisa fait quelque chose ou ton protéger va y passer !

La jeune femme l’avait bien vu, son doigt sur la gâchette elle s’apprêtait à tirer. Le seul problème était que le vent s’était mit à souffler dans la zone où elle se trouvait. Les chances de succès ne dépassait pas les vingt pourcents… Elle devait attendre… Elle se mordit les lèvres maudissant sa curiosité… Mais soudain tout changea en contre bas. Jaden n’était plus dans son champ de vision… Elle bougea rapidement son fusil pour le retrouver.

Jaden voyait le sabre levé au dessus de sa tête, son bras refusait de lui obéir meurtri de douleur. Il allait connaître la mort avant même d’avoir pu apprécier la vie de jedi.

-Echangeons de place, renchérit la voix. Tu as fait ce que tu pouvais, laisse moi maintenant. Tu n’es pas encore prêt à maîtriser tes pouvoirs, mais moi je le peux !
-Promet moi de la sauver, dit il tristement.
-Tu as ma parole, je la sauverai.

L’ombre venait d’apparaître à Jaden, il aurait tellement voulu ne plus avoir à faire avec lui mais… les circonstances faisaient qu’il n’avait pas le choix. Ce n’était pas avec le petit entraînement qu’il avait eu qu’il pouvait rivaliser avec Even.

-TUE LE ! Dit Jaden avec un regard noir devant lui-même qui lui répondit avec un grand sourire.
-Le carnage peut commencer ! Termina t-il.

Le sabre d’Even s’affaissa mais ne percuta que le sable. Le jedi avait disparu. Plus loin Bastila sentit une immense chaleur humaine l’entourer. Elle ouvrit les yeux et vit le visage de son sauveur. Il avait les yeux éclatants et lui souriait tendrement. Pendant un instant elle oublia qu’elle était en froid avec lui et ne pensa même plus aux soldats qu’elle affrontait.

-Merci d’être venu, je…
-Tu me le diras plus tard, j’ai un petit compte à régler avant. Reste là je m’occupe de tout.
-Fait attention aux soldats ils sont…
-De quoi tu parles, de ces minables ?
-Non, fais… commença t-elle, puis se tus en voyant les trois cadavres à quelques mètres d’eux. Il s’agissait de ces fameux guerriers.

Elle leva les yeux vers Jaden et le dévisagea avec insistance. Quand était-il devenu aussi fort ? Puis comme si il avait lu en elle il lui répondit de ne pas s’inquiéter, il avait affronté des dangers bien plus grands.

-Revan… Dit elle à demi mot.
-Content de voir que tu te souviens de moi, ne te préoccupe pas de l’autre imbécile, il dort sagement. Il reviendra après.

Il se leva avec prestance et disparu de la vue de la jedi.

Revan était de retour, mais pour combien de temps ? Se contenterait il de vaincre le sith ou avait il l’intention de garder la place qui était sienne ? Bastila n’avait pas la même impression, elle le trouvait différents. Son regard ressemblait beaucoup à celui qu’elle avait vu dans les holocrons lors de son apprentissage il y avait bien longtemps. Il n’y avait pas que ça, son visage aussi rayonnait, elle se souvenait bien de ce qu’elle avait ressenti sur son vaisseau, elle avait du mal à respirer, son pouvoir était oppressant. Alors que maintenant il était calme et serein. Une chose n’avait pas changé et c’était grâce à ça qu’elle l’avait reconnu, il s’agissait de son incroyable confiance en lui et de son humour vraiment décalé.

Revan se tenait droit devant Even, affichant un air satisfait. Rien ne l’exaspérait plus que les pleurnichards et les faibles incapables de faire la part de leurs erreurs préférant rejeter la faute sur les autres. Même s’il avait été piégé dans son corps, il avait quand même pu constater la force de son opposant. Il reconnut que son jeune adversaire avait fait beaucoup de progrès depuis qu’il était partit, notamment au maniement du sabre, par contre sa maîtrise de la force n’était pas aussi bonne qu’il voulait le faire croire, il avait tendance à utiliser beaucoup d’énergie pour un résultat médiocre. Revan prit un seul sabre et se focalisa sur le cristal particulier qui composait son arme. Encore une preuve de l’incapacité de Jaden, soupira t-il en lui-même, le cristal était parfait à l’exception qu’il n’était pas en concordance avec son propriétaire, ce que le jedi fit. Il ouvrit les yeux et activa le sabre ou une lame argentée en sortit. Il baissa sa garde et laissa le sabre pointer vers le sol.

-Bonjour Even, ravis de te revoir après tout ce temps.
-Tu débloques ?
-Non, mon autre moi à préféré me céder la place, il est jeune est insouciant… un peu comme toi !
-Ton autre toi ??? Alors ça veut dire que le conseil…
-Pas totalement, trancha Revan. C’est un peu trop compliqué pour ton esprit limité.
-Répète un peu pour voir et je te ferais mordre la poussière !
-Toujours aussi impulsif, je comprends pourquoi tu es toujours padawan et non chevalier.
-Je me fous complètement de ces titres ! Je suis un sith à présent et Malak me récompensera pour ta tête !
-Alors viens et prends là… si tu le peux ! Termina Revan avec une voix où mêlé ironie et défi.

Even fonça droit vers lui beaucoup plus vite qu’avant. L’ancien seigneur noir voulu lui laisser une chance, il ne se battrai qu’avec une main. Il esquiva le premier coup de sabre et bloqua le second. Il entraîna progressivement le sith dans sa danse, son sabre était devenu aussi utile qu’un speeder hors service. A quelques instants précis il lancé une unique contre attaque que le serviteur obscur arrivait à parer à grande peine. Il arrivait cependant que ce jeune homme impulsif arrivait à trouver une faille dans ses déplacements et alors il n’avait d’autre choix que de sauter loin du combat ou parfois il plongeait son sabre dans le sol soulevant une barrière infranchissable de sable qui repoussait son assaillant. Revan dû reconnaître que son analyse du niveau de Even était erroné, il était plus fort que ce à quoi il s’imaginé mais il restait loin de lui.

-Tu te bats bien Even… pour un jedi mais pas pour un sith ! Où est donc cette rage qui anime les serviteurs du côté obscur ? cette force, cette ténacité… Tu manques cruellement de tout ça ! Tu ne maîtrises rien, tes sentiments te guide alors que cela devrait être le contraire.
-LA FERME !!! Hurla t-il. Et toi tu fais ton beau parce que tu as évité toutes mes attaques mais je ne t’ai pas montré ce que je suis réellement capable de faire. Défend toi, la prochaine attaque risque d’être la dernière chose que tu verras en ce bas monde !

Even invoqua la force et un tremblement de terre se produisit, Revan resta impassible. L’entrée de la grotte s’effondra, puis de nombreuses roches vinrent entourer Even. Il tendis les mains en avant ce qui eu pour effet de séparer les gros bloc de pierre en de plus petite. Revan se mit en position défensive et attendit que son adversaire commence l’attaque. Les roches formèrent un anneau concentrique autour du sith, puis il s’élança vers le jedi. Revan trouva l’idée pathétique, utiliser une vulgaire feinte pour lui porter un coup. Mais il se trompa… lorsque Even fut sur lui, l’anneau se trouvait dans le ciel et n’était pas particulièrement menaçant. Ils combattirent un moment puis sous le coup de l’ennui Revan passa à l’offensive. L’erreur que le sith espérait !

Dans la grotte HK et Mission avait échappé de peu de se faire écrabouiller par l’effondrement de l’entrée. Dans son immense générosité le droïde avait pris Mission dans ses bras et l’avait entraîné loin de l’éboulement. Un faible rayon de soleil traversait les roches éclairants faiblement l’intérieur.

-Mon maître veut que je vous protège mais j’ai toujours pensé que la meilleure défense était l’attaque, déclara HK-47. Hélas je ne peux aller contre un ordre…
-Tu as un plan pour nous débarrasser de ses enquiquineurs ?
-Oh bien sûr ! J’ai remarqué tout de suite leur compétence pour combattre les jedi mais ils ne font pas le poids face à un droïde assassin comme moi !
-Que faut-il que je fasse ? demanda Mission.
-Rester dans la grotte, tant que vous serez en sécurité je peux vaquer à d’autres occupations.
-D’accord, dit la jeune twilek. J’ai confiance en toi. Attends un instant.
-Oui ?
-Laisse moi regarder quelque chose dans tes circuits, j’arriverai peut être à réparer quelques fonctions dont tu aurais besoin.

Le droïde paru sceptique mais se laissa faire. Très rapidement il se rendit compte qu’il avait bien fait d’accepter… Un module très utile venait d’être activé, l’anatomie de tous les êtres vivants répertoriés de la galaxie. Un module qui pouvait paraître inutile mais entre les mains d’un expert c’était une arme redoutable.

Une pluie de météorite s’abattit sur lui avant qu’il ne pu atteindre Even, il se retourna aussitôt et para un sabre laser que le sith avait envoyé. Puis il du a nouveau esquiver les attaques du sith. L’anneau n’étant plus là, Revan repassa à l’attaque. Mais les roches n’avaient pas étaient détruites au contact du sable. Even les attira vers son ennemi. Un nuage de poussière se leva en même temps que les roches s’extirpèrent du sol. Le sith paru satisfait lorsqu’il vit l’ombre du jedi se faire frapper de toute part par les projectiles. Il ne lui laissa pas le temps de reprendre ses esprits et frappa l’ombre. Lorsque le nuage de poussière se dissipa il vit qu’aucun corps n’était allongé. En réalité il n’y avait rien à part du sable. Un rire à faire froid dans la nuque résonna derrière lui.

-Vraiment intéressant, dit Revan. Ton attaque ne manquait pas d’imagination. Je te félicite pour m’avoir rendu sérieux mais je crains que se ne soit la fin. On a assez rie.
-Ta jambe semble dire le contraire, dit Even.
-Rien qu’une simple égratignure, Jaden était bien blessé avant de me laisser intervenir. J’avais sous-estimé les plaies. Maintenant je vais te montrer mon attaque dont je suis le plus fière, sois en heureux peu de gens peuvent se vanter de l’avoir vu. Enfin… tous ceux sur qui je l’ai pratiqué sont morts.
-Très honoré, mais je ne mourrais pas !
Even mis la main dans une poche et sortit un petit flacon.
-Voici ce qui me permettra de te tuer sans effort ! Je ne voulais pas aller jusque là mais le temps passe et les choses traîne. Ne m’en veut pas trop même si ce n’est pas digne d’un bon combat entre utilisateur de la force.
-Qu’y a-t-il la dedans ? Demanda Revan, sa voix ne laissant pas trahir sa nervosité.
-Il contient le fléau qui tue la population de cette foutu planète sans intérêts. Evidemment il ne tue que les personnes sélectionnées et toi tu seras le prochain !
-Tu es tombé dans des profondeurs abyssales, tout pour gagner même les méthodes les plus viles. Tu me dégoûtes ! répliqua Revan avec colère.

Lisa avait vu tout le spectacle avec Matt, tout deux ne cachaient pas leur stupéfaction devant le changement radical du jedi. Pas moins d’une seconde avait suffi pour passer d’un homme à terre sans défense à celui qui dominait largement les débats. Enfin de compte elle avait eu raison d’attendre, il était enfin éveillé. Elle se délecta du combat, se demandant comment il allait en finir. Une attaque rapide ? Trop simple, il pouvait se permettre de le tuer avec classe. Elle regarda dans sa lunette essayant de déchiffrer les mouvements du maître et peut être trouver la façon dont il espérait poursuivre. Puis tout se figea, le traître sortit un flacon de sa poche. Après l’avoir reconnu Lisa fut pris d’un terrible sentiment de peur. Il avait sur lui l’échantillon qu’un membre de la czerka lui avait remis. Elle n’avait pas le temps de laisser les choses en l’état, si elle ne faisait rien ils étaient perdu.

Revan jeta un regard noir à Even, il ne le laissera pas faire et tant pis pour la belle attaque qu’il voulait faire. Il aurait une mort douloureuse, ça le jedi n’en doutait pas. Even ne comprit pas un seul instant ce qui se passa. Revan se trouvait toujours devant lui mais il vit sa main avec le flacon voler devant lui, tranché net. Il baisa les yeux vers le sol pour observer sa main tomber mais il vit à la place une lame argentée qui l’avait transpercé par derrière. Il tomba à terre et regarda à nouveau devant lui, Revan n’avait pas bougé à l’exception qu’il tenait le flacon. De peur il se releva et partit en courant. Revan ne voulu pas le laisser vivre et fonça à sa poursuite. Alors qu’il allait lui porter le coup de grâce, un rayon d’énergie lui frôla le visage à quelques centimètres et atteignit le lâche en plein cœur. Le jedi s’arrêta et se tourna vers le lieu d’où provenait le tir. Un instant il paru tendu mais très vite il afficha un large sourire.

-Alors tu es là-haut, Lisa. Excellent, je ne pense pas que quelqu’un d’autre puisse faire mouche d’aussi loin et dans ses conditions.
Revan vérifia que l’homme était bien mort et s’en retourna auprès des autres.
-Alors t’as enfin tiré ! S’impatienta Matt. Bon, la seconde cible t’attend.
-Tu as raison, le plus tôt sera le mieux, concéda Lisa mais son visage n’était plus le même.

Quelques instants auparavant elle rayonnait de bonheur pour une raison que Matt ignorait totalement mais dès qu’il mentionna la seconde cible le jeune femme changea. Elle ne démonta pas le fusil et s’assit à l’arrière. Pendant le trajet qui les reconduisait vers Mos Esley elle nettoya son arme dans le même état de confusion.

HK s’approcha de l’entrée scellée de la grotte, de l’autre côté il pouvait percevoir la présence des individus qui les avaient contraint à trouver refuge dans cette impasse. Une idée brillante germa, pourquoi ne pas leur faire comprendre leur statut de sac à viande. Les humains étaient sensibles à n’importe quoi, le plus subtil était la souffrance morale mais le droïde doutait que ceux-là puisse avoir quelconque attache. Alors il allait revenir à la bonne vieille méthode, la souffrance physique, splendeur parmi les splendeurs. Allait-il commencer par les taillader ? Leur arracher un membre… Toutes les idées les plus farfelues lui parcoururent les circuits. Avant toute chose il devait les neutraliser. Rien n’était plus simple depuis qu’il avait recouvert ses connaissances en anatomie humaine.

-Une pression sur certaine zone et… disons qu’ils seront incapables de se défendre.

Il scanna les alentours et vit avec bonheur que son maître était assez loin pour le laisser faire mais encore trop prés pour les hurlements hystérique d’un homme qu’on torture. Il allait devoir assouvir ses envies tout en les tempérant un minimum. Il ramassa à terre deux petits cailloux et donna ensuite un violent coup de pied dans les roches qui bloquaient l’accès. De l’autre côté les mercenaires craignant d’être ensevelie reculèrent et pointèrent leurs blaster vers l’entrée. Les pierres furent comme projetées en avant en levant un nuage de poussière. Puis deux projectiles filèrent droit vers eux. HK fut satisfait d’entendre l’écho de plusieurs plaintes. Il ne s’était pas contenté de simplement les lancer, cela serait trop simple. Il avait donné une trajectoire bien particulière à chacune. Les pierres avaient ricoché sur leur premières cibles en les tuant au passage puis assommer les deux derniers. Le robot à l’armure étincelante sortit et apprécia le résultat encore plus. Bien qu’il ne puisse montrer aucun signe extérieur de sentiment il se dégageait de lui une grande avidité, celle de pouvoir tuer.
Bastila s’était difficilement relevé, tout son corps la faisait horriblement souffrir. Puis elle le vit revenir, l’homme de ses cauchemars, celui qu’elle avait voulu tuer… sans y parvenir. Elle ne savait quoi faire, le soleil l’éblouissait, l’empêchant de voir son visage. Avait-il baissé le masque de la fausse gentillesse pour celui du maître ? Elle ne voulut pas lui laisser l’occasion de la tuer. Elle s’empara de son double sabre jaune et l’activa.

En guise de réponse il continua d’avancer comme si de rien n’était. Lorsqu’il s’arrêta il était à moins de trois mètres d’elle, le visage toujours souriant. Il sentait la tension de la jeune femme, sa force fluctuait de manière anarchique. De toute évidence elle était en état de confusion, il n’aurait même pas était surpris si elle se mettrait à l’attaquer. Mais il voyait aussi qu’elle tenait à peine sur ses jambes, une petite rafale de vent et elle tomberait à terre.

Malgré que le visage de l’homme ne fût plus aussi blanc qu’auparavant et que ses yeux étaient d’un verts éclatant, elle n’avait aucun doute sur son identité. Sa façon de la regarder, de se tenir… Elle avait espéré que Jaden revienne… Elle savait pertinemment que si il voulait la tuer elle ne pourrait lui opposer aucune résistance aussi minime soit elle.

-Alors qu’attends-tu ? Dit-il dans un ricanement. Cela fait deux fois que nous nous faisons face et ta détermination est toujours aussi bancale. Pourquoi hésites tu ? Si ça peux te faire plaisir je ne me défendrai pas.

Il prit ses sabres et les jeta aux pieds de la jedi.

-Ta force est suffisamment grande pour te permettre de te battre sans eux ! Lâcha t-elle.
-Contre un simple soldat peut-être mais pas contre un utilisateur de la force. Tu as beaucoup à apprendre, dommage que Den ne t’ai pas emmené avec lui. On aurai même pu finir ta formation à nous deux. Ton potentiel est merveilleux Bastila, tu ne te rends même pas compte de jusqu’où tu es capable d’aller. Il peut vraiment être fier de toi.
-… JAMAIS !!!!! Déclara t-elle après un moment d’hésitation. Il m’a abandonné à cause de toi ! Voilà la vérité, tout est de ta faute !!!
-Pourquoi caches tu tes véritables sentiments ? Reprit-il doucement. Si cela était exact, ce dont je doute, tu m’aurais tué sur mon vaisseau.
-Les jedi ne tuent pas un adversaire sans défense.
-Blablablabla… t’en à d’autre encore. Cette doctrine bonne à jeter aux ordures. Te rends tu comptes que c’est le code lui-même qui est responsable de la chute de nombreux apprenties. Pas d’émotion seulement la paix ! Laisse moi rire, tu vois ton meilleur ami se faire torturer sous tes yeux et tu n’aurais pas le droit de le venger ? Jedi ou sith vous êtes tous pareils.
-Ne nous confonds pas avec toi !
-Je ne suis ni un jedi ni un sith, enfin je devrai dire jedi obscur, je maîtrise mes sentiments, c’est moi qui les utilisent et non l’inverse. Vous pensez à tort que les sentiments corrompent et les sith pensent que le pouvoir réside en eux.
-La je comprend plus rien ! Vu que tu as si envi de parler dis moi ce qu’est la forge stellaire.
-Non, pas maintenant et je ne te dirais pas non plus où elle se trouve.
-Pourquoi ? Tu pourrais retrouver plus rapidement Malak et te venger.
-Tu es maligne, je dois le reconnaître. Mais tu ne m’auras pas avec un appât aussi minable. La seule raison pour laquelle je ne te le dirais pas c’est que vous n’êtes pas prêt pour y aller. La forge renferme un pouvoir qui pourrait vous détruire dans l’état actuel. Pendant le reste du périple vous serez confronté à divers dangers et adversaires. Chacune de vos péripéties vous rendront plus fort et vous conduiront vers votre destiné. Je te vois devant un choix, celui de vivre en renonçant au code des jedi et l’autre…
-L’autre ??? Que devrais-je choisir ? Dis le moi !
-De devenir l’apprentie du seigneur sith.
-Jamais je ne deviendrais une sith ! Tu mens !
-Crois le ou non, c’est ton choix. Tu sais que je t’ai menti quelques fois pendant nos rencontres. La vérité se trouve au fond de toi.
-Jaden et toi avaient eu des conversations ? Demanda t-elle sur un ton beaucoup plus doux.
-Oui, mais je ne peux pas lui dire qui je suis… un petit problème m’en empêche mais il saura bientôt.
-Et le monstre qu’il doit devenir ?
-Toujours d’actualité, aujourd’hui il manquait d’entraînement, mais avec le temps… C’est à toi que revient le lourd fardeau de l’empêcher de le devenir. Grâce aux liens qui nous unis.
-Et toi ? Tu es en lui, tu peux le convaincre, l’aider…
-Tiens, je ne suis plus le méchant sith à présent ?
-T’as pas fini avec tes idiotie Jaden ? Dit-elle mécaniquement.
-Tu viens de constater pourquoi je ne pourrais rien. Depuis que le conseil a bricolé nos émotions, nos vies, toutes sans exception sont communes. Je l’ai malgré moi conduit vers un chemin rempli d’embûche, je pensais le rendre plus fort… Mais il est comme tout homme, avide de pouvoir et de puissance. Et le pire dans tout ça, il traîne ses sentiments comme un vrai boulet.
-Qui a-t-il de mal à avoir des sentiments ? C’est toi qui disais…
-Pas comme il le fait ! Il deviendra un jedi noir et m’entraînera avec lui. Tu peux le remercier, grâce à lui j’ai réalisé mes erreurs. Alors je compte sur toi, tu devras être forte.
Revan tomba à terre et prit sa tête dans ses mains.
-Pas encore… Laisse moi encore quelques minutes !
Puis il cessa de se débattre et se releva, très épuisé.
-Ouf, j’ai encore un tout petit répit pour ça.
-Ça ?

Revan s’avança vers elle et l’embrassa. Bastila fut tellement surpris qu’elle ne bougea pas et après la sensation était tellement agréable qu’elle en oubliait tout. Elle remarqua cependant qu’ils avaient beau partagé le même corps, leurs baiser n’avait rien en commun.

Puis ils se séparèrent, Revan la regarda une dernière fois et sentit l’autre bouger en lui. Le temps était écoulé. Il tomba à terre comme la fois précédente mais ne se releva pas immédiatement.

HK en avait fini avec les mercenaires, il était fier de lui. Les corps ressemblaient à des œuvres d’art, il trouva dommage que personne ne puisse les contempler. Il s’en retourna auprès de Mission et sortirent tout les deux de la grotte. La jeune twilek eu un haut le cœur en voyant ce qui restaient des agresseurs, elle jeta un regard apeuré au droïde mais ce dernier ne broncha pas. Il aurait tant aimé qu’elle reconnaisse son œuvre, enfin bon peut être quelqu’un d’autre apprécierait. Après quelques instants de marche ils tombèrent nez à nez avec Bastila et Jaden allongé par terre.

-Vous allez bien, s’empressa de demander Mission.
-Aucun danger, la rassura Bastila. Il était trop épuisé pour rester debout.
-Ah la la ! Les hommes, souffla Mission. Et après ils disent que les femmes sont fragiles, regarde moi ça !
-HK, tu peux le transporter jusqu’au speeder ? Demanda Bastila.
-A vos ordre.

Il installa le jedi à l’arrière et Bastila se mit à côté de lui. HK et Mission se mirent à l’avant. Le speeder démarra du premier coup et fila droit vers la capitale. Ce n’était que lorsqu’ils parvinrent aux portes de la ville que Jaden se réveilla. Il s’inquiéta tout de suite de l’état de la jedi mais elle le rassura. Elle lui narra ce qui était arrivé dans la grotte, la carte stellaire mais aussi les affaires de son père. Tout d’un coup elle demanda à Mission de s’arrêter, elle descendit du véhicule avec le sac à dos et entra dans la cantina devant laquelle ils avaient stoppé.

A bonne distance de la piste d’atterrissage où se trouvait l’Ebon Hawk, Lisa était en position avec son fusil. Elle était à l’affût du moindre bruit, de la plus petite perturbation. Elle avait lamentablement échoué lorsqu’il était à bout portant, de cette position il ne saurait pas d’où proviendrait la mort. Personne ne la soupçonnerait, il fallait qu’elle puisse rester avec les autres. Mais la raison était changeante.

Bastila scruta l’intérieur du bar à la recherche de sa mère. Elle avait pris sa décision, elle allait lui donner l’holocron. La jeune jedi la trouva facilement, était-il besoin d’ajouter que sa mère élevait la voix contre quelqu’un ? Elle s’approcha et l’interpella.

-Tu es donc revenu ma fille.
-Oui mère, tenez voici l’holocron.
-Merci, répondit chaleureusement Elena.
-…
-Qu’as-tu ma fille, tu sembles préoccupée.
-Je… je suis désolé pour avoir été aussi odieuse avec vous. Père avait laissé un journal intime et…
Les larmes montaient aux yeux de Bastila, elle baissa la tête trop honteuse pour regarder sa mère.
-Tu as ouvert les yeux, aucune mère ne pourrait être aussi fière de sa fille que je ne le suis aujourd’hui. Pas la peine de vous cacher, ajouta Elena en se tournant vers Jaden.
-Je ne cherchais pas à me cacher, dit-il tranquillement.
-J’ai une faveur à vous demander.
-Je vous écoute, répondit Jaden en sachant pertinemment ce qu’elle allait lui demander.
-Protéger ma fille, il ne me reste plus qu’elle.
-Mère… je suis assez grande pour me protéger.
-Aucun problème, coupa le jedi. Elle ne me laissera pas faire mais je la protègerai pour vous.
-Elle peut avoir très mauvais caractère, plaisanta Elena.

Bastila embrassa sa mère et lui demanda avant de partir d’aller sur Coruscant. Elle aimerait la revoir après qu’ils auraient fini leur mission. La mère de Bastila sourit mais ne répondit pas. La jedi s’éloigna, Jaden salua Elena et commença à se diriger vers la sortie quand elle l’interpella.

-Que ressentez vous pour ma fille ? Demanda t-elle avec un regard pénétrant.
-C’est une collègue…
-L’aimez vous ? Coupa net la femme.
-Je n’en sais rien, concéda le jedi. Elle est très importante pour moi, je mourrai pour la protéger mais…
-Mais ?
-Je sens en moi des sentiments forts pour une personne que je ne connais pas.
Elena ouvrit grand les yeux de stupéfaction. Elle ne comprenait pas qu’on puisse éprouver quoi que se soit pour une personne que l’on ne connaît pas, c’était absurde.
-Cette femme hante mes rêves et quand je la vois je me sens bien, en sécurité et mon cœur bat comme un forcené. J’ignore tout d’elle pourtant et tant que je n’aurais pas découvert qui elle est je serais incapable de dire si j’aime votre fille ou non.
-Vous paraissaient plus sage que vous le laissez croire, dit elle admirative. Allez la rejoindre, elle va s’impatienter et vous passerez un mauvais quart d’heure.
-Portez vous bien !

Le jedi sortit de la cantina et assista à une véritable crise intergalactique entre frère et soeur. Par chance il était sortit à la fin car Griff s’éloignait de Mission retenue par Bastila pour l’empêcher de l’étriper. Après avoir pris place il ne demanda pas pourquoi la guerre avait éclaté et préféra garder le silence. Le véhicule prit de la vitesse et approcha du hangar où se trouvait l’Ebon Hawk.

Lisa avait son fusil pointé sur Carth, il était sortit il y avait moins d’une minute. Elle prit soin de bien étudier son rythme respiratoire, ses manières. Elle avait le doigt sur la gâchette, cette fois elle réussirait, elle se sentait capable de tirer. Matt n’avait plus ouvert la bouche, il regarda attentivement cette femme qui essayait vainement de se persuader que ce qu’elle faisait était juste. La vengeance n’était jamais honorable, après l’avoir réalisé que nous restait-il ? Matt le savait bien, comme beaucoup d’autres il avait perdu ses proches au début du conflit avec les mandaloriens. Il avait voulu se venger et qu’en avait il gagné ? Rien, après la guerre il avait erré au hasard jusqu'à ce qu’il tombe sur un homme qui lui montra une autre voie, une autre façon de vivre. Lisa aurait-elle cette même chance ? Peut être, ce jedi dans le désert lui rappelait vaguement quelqu’un mais il ne se souvenait plus où il avait pu le rencontrer. Un bruit de pas attira son attention, un pas lourd. Il estima que l’inconnu était un homme corpulent, lorsque la poigné joua Matt sortit son blaster et le pointa sur l’homme. Un mandalorien, pensa Matt, l’homme portait les stigmates de nombreux combats mais il ne montrait aucun signe d’hostilité.

-Quel bon vent peut emmener un mandalorien ici ?
-Je viens parler avec Lisa, répondit Candérous poliment.
-Elle est occupée. Personne ne doit la déranger s’il ne veut pas mourir.
-J’insiste, dit froidement Candérous.
Lisa se tourna vers les deux hommes, le regard noir.
-Que vient tu faire ici ? Demanda la jeune femme.
-Calo est mort ! Je le voulais !
-Ne t’en prend pas à moi, c’est un sith qui l’a tué. Je n’y suis pour rien.
-Etant donné la situation alors je ne te laisserai pas le tuer.
-Ne te mets pas sur mon chemin Candérous. Sinon tu risques d’être le prochain !
-J’ai déjà épargné ta vie, je ne le ferais pas une seconde fois, déclara Candérous.
Lisa fonça droit sur le mandalorien et sortit sa dague. Elle était déterminée à en finir, personne ne se mettrait en travers de sa vengeance. Elle arriva sur lui quand une douleur la prit à la nuque. Elle s’effondra au sol, elle se tourna vers l’auteur de son agression. Matt était au-dessus d’elle le canon de son blaster à la main.
-Cette folie doit cesser, dit-il.
-Laisse moi ! Grogna t-elle.
Candérous était reparti, elle n’était plus en état de poursuivre.
-Que feras tu après l’avoir tué ?
-Ca ne te regarde pas ! Et de quel droit tu t’en mêles? Tu ne voulais pas le tuer à ma place ?
-J’ai essayé de te dissuader, mais tu es toujours aussi têtue ! La vengeance ne le fera pas revenir ! Je vais te dire ce qu’il y a après, rien ! On n’a plus goût à la vie.
Lisa se releva, elle se massa la nuque et partit.
Lorsque Jaden et les autres arrivèrent Lisa avait rejoint le vaisseau et s’était retiré dans le dortoir des femmes sans dire un mot. Les moteurs de l’appareil se mirent en routes. Tout le monde embarqua et l’Ebon Hawk s’éleva dans les airs direction la planète luxuriante de Kashyyk.

Loin de la planète des sables, à bord de son vaisseau, le seigneur noir Dark Malak s’impatientait. Il était sur le pont et faisait les cents pas. Les nouvelles des différents fronts étaient toutes excellentes, ses troupes ne rencontraient aucune résistance mais ce qui le préoccupait n’était pas la guerre. Lors de sa dernière méditation il avait sentit de manière totalement limpide la force de son ancien maître. Cela n’avait pas durée très longtemps, une heure tout au plus mais cela n’auguré rien de bon. Il attendait les nouvelles des agents qui s’étaient rendu sur Tatooïne pour le tuer. La porte du pont s’ouvrit laissant apparaître l’amiral Karat. Il s’avança d’un pas tremblant vers son maître et mit un genou à terre tout en baissant la tête. Malak la regarda de haut et l’invita ensuite à parler.

-Veuillez excusez mon impolitesse seigneur. Mais j’ai reçu des nouvelles importantes de nos hommes… Il hésita un moment, sur Tatooïne.
-Ne tournez pas autour du pot amiral !
-Ils sont morts, tous. Et votre ancien, Saul s’arrêta en voyant le regard noir de Malak. Je… je suis prêt à endosser la responsabilité de cet échec.
-C’est la faute de Calo, non la vôtre.
Malak se détourna de l’amiral qui souffla en son for intérieur, il avait la vie sauve.
-Où vont-ils ?
-La planète Kashyyk maître, dit vivement Saul.

Si Malak avait encore une bouche il aurait sourit jusqu’aux oreilles.

-Tout est pour le mieux alors. Amiral, je vous ordonne de rester en orbite autour de Korriban.
-Ils ne seront pas fou au point de venir attaquer l’académie, s’étonna Saul.
-Revan ne viendra pas pour ça. Il recherche la forge stellaire, cela ne fait aucun doute. Les jedi sont malin, ils l’ont retourné contre nous mais il a dû perdre sa mémoire. Combien de temps va-t-il encore ignorer sa véritable nature ? J’ai hâte de le revoir maintenant, rien que pour le plaisir de lui révéler qui il est.
-Maître, intervint un officier.
-Oui ? Dit Malak sur une voix trahissant l’impatience.
-Votre apprenti demande audience auprès de votre excellence.
-Qu’il entre !

Malak avait donné ses ordres à l’amiral qui s’éclipsa du pont pour rejoindre le hangar afin de rejoindre un croiseur dont il prendrait le commandement. Il était soulagé que Bandon veuille parler au maître. A présent même si il avait été clément Saul savait parfaitement que sa vie ne tenait plus qu’à un fil. Il devait capturer Revan lorsqu’il viendrait sur Korriban, s’il venait à échouer… Autant mourir plutôt que de réapparaître devant Malak.

-Maître, dit Bandon, laissez moi les jedi. Je ne vous décevrai pas !
-Non, tiens toi à mes ordres précédents ! Les mirialans doivent devenir nos fidèles serviteurs !
- A vos ordres, acquiesça l’apprenti dissimulant parfaitement sa déception et sa colère.

Malak ordonna à ses officiers de préparer la flotte pour un départ imminent, un petit détour par la forge stellaire et ensuite il envisageait de rendre une petite visite à ses anciens maîtres. Il éprouvait l’envie de les saluer comme il se devait.

A bord du vaisseau Lisa continuait d’étudier les documents trouvés à la Czerka, Jaden lui avait même remit l’échantillon récupéré par ses propres soins sur le traître. Elle cherchait le moyen de mettre hors d’état de nuire cette ignominie. Mais elle dut reconnaître que c’était en dehors de ses compétences. Elle envoya le dossier à son amie Linda en espérant que la république puisse arrêter à temps ce fléau. Elle relut une dernière fois le rapport et pour la première fois elle vit le nom d’un membre de la Czerka, jusque là rien d’étrange mais ce fût de voir qu’il s’agissait du créateur des nano robots. Tout le long du rapport il ne faisait jamais mention de ce nom, il n’avait apparu que dans la toute dernière phrase du dossier et à côté il indiquait que le scientifique se trouvait comme par hasard sur Kashyyk pour la poursuite du projet. Ils avaient dans l’intention de modifier les robots pour qu’ils prennent le contrôle de l’hôte sans le tuer. Un moyen efficace d’obtenir des esclaves totalement obéissant. Carth passa derrière elle au même moment et lu par-dessus son épaule. Il fallu un grand effort de concentration à la jeune femme pour supporter l’intrusion de l’officier républicain. Elle ferma les yeux et après avoir expiré un bon coup elle les rouvrit et regarda son visage. Il venait de finir la dernière partie et semblait tout aussi hors de lui que Lisa l’était avant d’être interrompu.

-Les salauds !!! Jura t-il. Lisa, ajouta t-il en la regardant droit dans les yeux, retrouvons ce monstre avant qu’il ne soit trop tard.

La jeune femme pouvait lire une détermination inébranlable dans le regard de Carth. Elle craqua, ce visage, cette façon de la fixer… Elle se leva et au lieux de partir comme elle aurait dû elle s’emporta.

-Pourquoi tu lui ressembles ? Pourquoi ?
-A qui ? Je ne comprends pas, dit Carth surpris.
-Ne fais pas l’innocent ! D’abord tu me l’as pris et maintenant j’ai l’impression que tu lui ressembles beaucoup trop !
-Mais qui ??? L’interrogea Carth toujours à côté de la plaque.
-L’officier Républicain Xander Nag ! Tu te souviens de l’homme que tu as lâchement exécuté !
-Tu étais sa fiancée ?
-Oui ! Dit elle au bord des larmes. Et… et … maintenant tu es là à côté de moi en me parlant comme si de rien n’était !
-Mais comment pouvais-je le savoir ? Je ne savais pas qu’il était fiancé.
-Et tu l’as tué ! L’accusa Lisa les yeux injectés de sang à cause des larmes.
-Non, je n’eu pas d’autre choix. Je savais qu’il…
-NON !!!! Il était innocent, jamais il n’aurait pu trahir, c’était un homme bon !
-Je sais mais laisse moi…
-Tu resteras l’assassin de mon amant ! Conclu Lisa avant de partir sans laisser une chance à Carth de répondre.

Elle marcha jusque dans la chambre et se sentait incroyablement plus sereine, elle s’allongea et s’endormie presque aussitôt. De son côté Carth comprenait maintenant le comportement étrange de l’ancien officier. Il pensa qu’à sa place il aurait réagi de la même façon. Il espérait juste qu’un jour elle puisse entendre la vérité. La république avait fait de lui un exemple, il avait essayé de l’aider à fuir mais cet homme était si persuadé que la justice triompherait qu’il refusa. Il avait eu l’espoir d’être gracié jusqu’à la dernière seconde. Quand l’heure arriva, il dû se résoudre à l’inévitable, il allait mourir pour avoir sauvé son peuple d’un génocide. Il remercia Carth pour son aide, il hésita un instant à lui dire autre chose.

Finalement il n’ajouta rien et se mit en position devant le peloton d’exécution, la tête haute. Carth n’oublierait jamais le visage de cet homme au courage incroyable, il ne montra aucun signe de regret, comme si personne ne tenait à lui. La guerre avait fini et il pu aisément demander son transfère à un poste sans responsabilité, plus jamais il ne voulait avoir à vivre une autre injustice aussi horrible. Il prit un mémo et nota un mot pour Lisa, il espérait qu’elle le lirait. Il sortit de la pièce et retourna à son poste dans le cockpit.

Jaden était exténué, il aspirait à un peu de repos. Il s’allongea sur son lit mais ne trouva pas le sommeil. Trop de pensés l’assaillaient, il avait retrouvé sa force mais pour une raison obscure il n’arrivait pas à l’utiliser correctement. Le résultat aurait pu être catastrophique, il avait dû céder sa place à son double maléfique mais heureusement il avait repris le dessus assez rapidement. Ne cessant pas de se tourner sur son lit, il décida de se lever et d’aller méditer. Il alla dans la soute à l’arrière du vaisseau, il croisa en chemin T3 qui s’agitait à entretenir les circuits du vaisseau. Un peu plus loin HK se tenait immobile comme une statue. Il pénétra dans la pièce et constata qu’il n’y avait personne, il s’assit au centre de la pièce et entra en transe. Comme d’habitude il fit le vide en lui et communia avec la force. Il ne parvenait cependant qu’à ressentir une masse informe, aucune variation comme si la force était composée d’un bloc sans aucune nuance. Sans aucune amélioration il décida de passer à un autre exercice, il se livra à ressentir la force en ses partenaires et à les localiser sur le vaisseau. Pour les jedi cela ne posa aucun problème, Bastila et Juhani se trouvaient ensemble dans le dortoir, les droïdes étant insensibles à la force il savaient pertinemment que cela aurait été inutile de les chercher. Il localisa un faible écho dans le cockpit, il se trouva par contre incapable de dire s’il appartenait à une ou deux personnes. Il se concentra plus, pour la première fois il sentit une aura étrangère. Elle était beaucoup trop faible pour appartenir à un jedi ou à un sith, de plus son origine n’avait rien avoir avec la force. Lorsqu’il voulut s’y intéresser de plus près elle disparue. Il se leva d’un bond et partit à la recherche de l’intrus. Une heure… deux heures… rien, pas une trace. Il pensa après coup que cette présence était dû à la fatigue et décida d’aller se recoucher en vidant son esprit avant de s’endormir.





«Le sommeil est un moment particulier dans la vie de tout être humain. Notre subconscient nous transporte dans des mondes imaginaires, surnaturels… Il arrive aussi qu’il nous montre nos pires craintes, nos peurs, nos angoisses ou de faire remonter les pires instants de notre vie… Mais le contraire est possible, il nous arrive de revoir les personnes qui nous tenaient à cœur. C’est grâce à ça que j’ai pu la contempler, humer son parfum, caresser sa peau douce et délicate. Je l’ai aimée plus que tout au monde et comme pénitence pour mon crime j’ai oublié qui elle était… Mon cœur brisé ne pouvait plus se recoller… »
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Darkliser » Sam 28 Juin 2008 - 11:08   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Toujours super de relire ce combat épique!

Encore bravo Revan1er :ange:
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Notsil » Sam 28 Juin 2008 - 14:24   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Encore des combats, et toujours cette évolution entre Jaden/Revan, très sympa à suivre ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Revan1er » Dim 29 Juin 2008 - 15:42   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour! Aujourd'hui un nouveau chapitre de cette saga!

Bonne lecture!

Chapitre XVIII : Qui suis-je réellement ?


« J’avais perdu la mémoire, mon passé n’était qu’un puzzle sans lien avec mes impressions. Je me rendais compte que les bribes de ce que je croyais être ma vie passée n’étaient qu’illusion. J’avais envi de crier mon désespoir, je ne savais plus que croire, les jedi ou cette voix. Cette tourmente eu pour conséquence de m’empêcher d’utiliser pleinement ma force… Ma rencontre avec cette sith, Dark Messia, ma permis d’accepter ma situation et par la même occasion m’a rapproché de lui, cet inconnu qui avait mon visage mais pas de nom. Sans que je le sache, un pouvoir grandissait en moi mais différent de celui que j’avais perdu. Je perdais la possibilité de sentir les perturbations de la force mais en échange je gagnais une puissance bien au-delà … »


Plusieurs jours s’écoulèrent, Lisa n’avait pas adressé la parole à Carth depuis leur altercation et Jaden quant à lui passait son temps dans la soute pour s’entraîner avec la compagnie de Bastila et Juhani. Il n’avait plus ressenti cette présence étrange, si bien qu’il l’oublia. Zaalbar par contre semblait de plus en plus agitait à mesure que le vaisseau approchait de Kashyyk. Il restait dans son coin, ce qui en temps normal ne changeait pas, mais il n’adressait plus la parole à Mission.
-Pourquoi tu fais la tête ? Demanda pour la centième fois Mission.

Mais comme à son habitude le wookie ne répondit rien. Il ne voulait pas en parler même à son amie. Il ne voulait pas aller sur sa planète natale, trop de mauvais souvenir, trop de tristesse…

-On peut t’aider à partager ta souffrance, dit Jaden qui sortait en sueur de la soute. Mission est ton amie, si tu ne peux ou veux pas le dire à tous, fais lui confiance. Après toutes les épreuves que vous avez traversés.

Jaden s’éloigna ensuite vers son dortoir pour se reposer de sa séance exténuante. Le wookie émit un petit beuglement en signe de remerciement et commença à expliquer à la jeune twilek son histoire, pourquoi il avait quitté son monde et la raison qui le rendait nerveux.

C’était il y avait bien longtemps, à l’époque sa planète n’abritait aucun humain. Les wookies vivaient en harmonie avec la nature, chassant pour se nourrir. Son père menait leur tribu d’une patte de fer mais était juste. Un jour un vaisseau contenant des hommes se posa. Ils avaient prétendu venir en paix et son père sous la pression de son autre fils accepta. Pendant quelques temps tout se passa sans le moindre problème, les humains restèrent de leur côté et ne causèrent aucun problème. Seulement voilà, cela ne dura pas. Plusieurs de ses amis disparurent mystérieusement pendant les chasses et ce sans laisser la moindre trace. La peur grandissait au sein de son clan, personne ne savait ce qui se passait. Le chef avait fait espionner les humains mais là aussi aucun résultat. Un jour, Zaalbar trouva suspect qu’un membre du clan sorte du village seul et il décida de le suivre. Ce qu’il vit après le mit dans une colère noire. Ils étaient vendus par l’un des leurs. Zaalbar attendit que le traître soit seul pour l’attaquer, hors au même moment son père arriva. Il avait eu beau clamer haut et fort les circonstances qui l’avaient conduit à un tel acte, personne ne le cru. Le grand conseil wookie le condamna à l’exil avec interdiction de remettre à jamais le pied sur les terres qui l’avaient vu naître.

Lorsqu’il eu finit de raconter son histoire Mission avait un visage triste et compatissant pour son grand ami. C’était la première fois qu’il lui racontait les raisons qui l’avaient éloigné de Kashyyk. Le brave Zaalbar prit la jeune fille dans ses bras et émis un petit cri en guise de remerciement.

Le vaisseau n’était plus très éloigné de sa destination, ils étaient à moins d’une dizaine d’heure. Seul Jaden était encore debout, les autres étaient tous endormis profondément. Le jedi était assis, les pieds sur le tableau de bord et la tête rejetée en arrière. Il ne pensait à rien, ses paupières étaient lourdes. Que n’aurait-il pas donné pour aller dormir… Hélas, il avait été choisi pour surveiller… « Surveiller quoi ? » pensa t-il. Il n’avait pas trop le choix, si Bastila le choppait entrain de dormir, il était bon pour un quart d’heure de cri à propos de son irresponsabilité et de son incompétence. Il se laissa tout de même bordé par le vrombissement apaisant de l’hyper propulseur. Le calme était reposant après les difficultés qu’il avait connu sur Tatooïne. Mais une présence le tira de son demi sommeil. Il ne le remarqua pas immédiatement mais il l’avait déjà ressenti lors de sa première méditation après avoir quitté la planète des sables. Il se leva comme s’il n’avait pas dormi et partit à la recherche de l’inconnu. Il se dirigea vers l’infirmerie, personne. Puis il se retourna d’un coup, il était certain d’avoir senti quelqu’un passé derrière lui. Il s’avança prudemment de la soute et vit le dos d’une femme. Elle avait les cheveux longs, brun et soyeux. Il prit le manche de son sabre à la main et s’approcha d’elle discrètement.

-Tu n’auras pas besoin de ton arme, dit elle avec une voix douce et enivrante.
-Qui es-tu ? Dit Jaden sur un ton sceptique.
-Tu m’as oublié, répondit elle tristement. Je ne m’étais pas fait d’illusion, pas après ce qui t’est arrivé. J’espérai juste que tu te souviendrais un peu de ce que nous avons vécu.

Elle se retourna délicatement, ses cheveux s’envolèrent et Jaden vit en chair et en os la femme dont il avait si souvent rêvé. Elle était encore plus magnifique que dans ses souvenirs. Ses yeux couleur noisette ressortaient bien avec son petit visage de porcelaine. Ses traits étaient fins, sa peau lisse comme la soie. Elle était un peu plus petite que lui mais en elle résidait une volonté et un tempérament de fer. Jaden avait tellement de questions à lui poser qu’il ne savait pas par où commencer. Il se contentait d’ouvrir et de fermer la bouche sans qu’aucun mot n’en sorte. La femme ria de bon cœur en le voyant désemparé. Les petites rides qui se formaient aux coins de ses yeux trahirent le fait qu’elle était plus vieille que Jaden d’un bon nombre d’année. Elle reprit son sérieux et comme par réflexe sa main commença à se diriger vers la joue de Jaden. Elle la stoppa juste avant qu’elle n’entre en contact avec le visage du jedi. Elle la ramena vers elle et la regarda avec une étrange expression.

-Qui es-tu ? Dit finalement Jaden.
-Aaren, je suis…j’étais une jedi.
-Tu as été exclue de l’ordre ?
-Pas tout à fait, dit elle gênée. Tu dois avoir quelques souvenirs de ton passé, non ? Personne, pas même tous les maîtres de l’ordres réunis ne pourraient effacer complètement ta mémoire.
-Tu connais mon nom ? Dis le moi ! S’empressa de dire le jedi.
-Pourquoi devrais-je te le dire ? As-tu changé ? Un nom n’est rien de plus qu’un nom. Ce n’est pas notre nom ni notre passé qui compte mais ce que l’on fait maintenant. Tu te tortures trop pour des broutilles.
-Facile à dire pour toi ! Un jedi a trahi l’ordre pour me tuer ! Il m’a accusé d’être un assassin, un monstre !
-L’es-tu ? Tu laisses trop le regard des autres juger tes actes. Quand on s’est connu tu t’en moquais. Tu étais libre, sans aucune attache.
-Est-ce que je t’ai aimé ?
-Bonne question, oui et non. Tu avais des sentiments pour moi, autant que j’en avais pour toi mais certaines circonstances ont…

La femme regarda Jaden droit dans les yeux à la recherche de quelque chose, un indice de son lui passé. Puis elle se mit à reculer en souriant. Elle avait trouvé ce qu’elle cherchait.

-Il est toujours présent en toi. Demande lui les réponses à tes questions, il saura. Après tout c’est lui qui occupait la place avant que tu n’arrives. Je suis même surprise de voir que deux entités peuvent vivre dans un corps. Les maîtres ont vraiment tous ratés.
-Comment… commença à articuler Jaden.

Il vit pendant un bref instant à travers la femme. Il ferma les yeux et les ouvrit, elle était aussi consistante que lui. Sûrement la fatigue, mais le plus étrange est qu’il n’avait pas sommeil…

-J’étais heureuse de pouvoir parler avec toi, entama t-elle. Dommage que toutes les bonnes choses doivent avoir une fin. Si tu veux en savoir plus, rends toi dans les terres d’ombres de Kashyyk, seul.
-Mais…, dit Jaden.

Elle lui sourit et se retourna laissant flotter dans l’air un léger parfum de rose. Il voulut l’arrêter mais le vaisseau s’ébranla… Il ouvrit les yeux et constata qu’il était toujours avachi sur le tableau de bord.

-Un rêve ? Se demanda t-il. Aaren…

Des bruit de pas le fit sursauter, il se retourna pour voir arriver Lisa avec un air songeur. Il préféra ne rien dire et alla se coucher. Machinalement, Jaden se rendit à la soute, il voulait avoir la certitude qu’il n’avait pas rêvé. Dès qu’il pénétra dans la pièce il fut déçut de ne voir personne. Il s’y attendait mais au fond de lui il espérait… Il s’attarda, humant l’air pour déceler la moindre trace du parfum d’Aaren. Hélas il n’y avait rien.

-Finalement c’était bien un rêve… dit-il tristement.

Il avait envi de crier, hurler tellement il se sentait désemparé. Elle avait les réponses, celles qu’il désirait. Pourquoi ne lui avait-elle pas simplement dit qui il était ? Even le savait, sinon pourquoi aurait-il voulu le tuer avec autant de force, de rage ? L’ombre n’était pas simplement sa conscience ou une voix tentant de l’attirer vers le néant mais elle avait été lui. Depuis qu’il avait volontairement coupé les ponts entre eux deux il avait perdu une grande partie de ses talents, non pas les siens mais ceux de l’autre. Il gagna son lit, fatigué et las de ses interrogations. Il s’allongea sans prendre le soin de se déshabiller et s’endormi profondément.

Lisa regardait d’un œil attentif la carte de navigation, plus qu’une petite heure avant de sortir de l’hyper espace. Une heure seulement la séparait du carnage qu’elle avait prévu. Les chercheurs de la Czerka n’allaient pas tarder à faire sa connaissance, qui serait très court, ça elle n’en doutait pas. Après ce qu’elle avait lu dans les documents volés et vu sur Tatooïne elle ne pouvait les laisser faire. Elle laissa ensuite son attention vagabonder à loisir. De face on pouvait croire qu’elle regardait le paysage défiler mais en réalité elle était plongée dans ses souvenirs. Peut-être trouverait elle la force d’aller au bouts la prochaine fois…

La jeune femme était tellement absorbée qu’elle n’entendit pas les pas de Carth résonner dans le vaisseau. Il arriva à l’entrée du cockpit et s’appuya contre la porte. Il se mit à l’observer. Son cœur frappait dans sa poitrine comme s’il voulait sortir. Lui aussi se mit à repenser à son passé mais un passé beaucoup plus proche. Il était revenu sur Taris, Lisa lui avait sauvé la vie dans la base sith. Il se demandait à présent pourquoi elle l’avait fait, elle qui le détestait autant. A présent il serait prêt à tout donner pour qu’elle l’écoute ne serais-ce qu’un instant. Non pas pour essayer de se justifier mais pour lui faire comprendre à quel point il tenait à elle, qu’il regrettait d’avoir obéi aux ordres. Mais il était trop tard, le mal était fait et rien ne pouvait le changer. Elle avait été si froide pendant tout ce temps et lui comme un parfait imbécile n’avait rien compris. A sa place il aurait fait de même. Plus il la regardait et plus il se disait qu’eux deux se ressemblait beaucoup, trahi par ceux en qui ils avaient confiances, les mêmes désillusions… A une exception, elle était encore capable d’accorder sa confiance. Il continuait de l’espionner sans se lasser. Par instant il suivait les mains gracieuse de la jeune femme rejeter ses longs cheveux en arrière. A sa façon de se mouvoir elle lui rappelait sa femme Alexandra, ex-femme corrigea t-il. Cela allait faire presque une année qu’elle était morte mais il n’arrivait pas à en faire son deuil. Par contre autant son ex femme était douce et aimante autant Lisa était sauvage, indépendante, forte. Il n’y avait aucune chance que deux caractères aussi opposés s’entendent.

-Qu’est que tu fou ici ? Rugit Lisa.
-Euh…
Pris de court, il était incapable de répondre.
-T’es sourd ? Que vient tu faire ici ? Répéta t’elle sur le même ton.
-On est bientôt arrivé ? Dit-il finalement.
-Plus que quelques minutes, répondit sèchement Lisa. Maintenant dégage !
-Lisa… Je suis désolé pour Xen…
-Je t’interdis de dire son nom ! Coupa Lisa en se retournant.
-Ecoute, essai de me comprendre. Je ne voulais pas… mais l’ordre venait du sénat…
-Minable comme excuse, c’est toi qui as ordonné au peloton de tirer ! TU avais le choix !
-Et je serais mort si j’avais désobéi ! Et il serait quand même mort ! S’emporta Carth. C’est facile de faire retomber la faute sur les autres mais il n’y avait aucune échappatoire.
-MENTEUR !!! On peut toujours…
-Quoi ? Coupa calmement Carth. Il avait…

L’officier républicain ne pu finir sa phrase, Lisa venait de le gifler avec une telle force qu’il tomba à la renverse. Il leva la tête vers elle et vit qu’elle était en larme, le corps tremblant de fureur.

-Alors ? Soulagée ? Tu n’es pas la seule à avoir perdu un être cher. J’ai perdu ma femme et mon fils lorsque l’amiral Karat a attaqué Télos. Je sais parfaitement ce que tu ressens. Et dans un sens je… j’aurais agis comme tu viens de le faire, j’irais même jusqu'à tuer celui qui m’a fait autant souffrir.
-Je… je… je… ne … veux… pas…de…ta…compassion ! Hacha Lisa toute tremblante.
Elle sortit de la pièce et alla préparer ses armes, c’était la seule chose qui réussissait à la calmer.
Enfin ils arrivèrent en vue de Kashyyk. La planète était entièrement recouverte par une forêt dense et elle semblait impénétrable. L’astroport avait été érigé en hauteur, sur la plateforme un officier de la czerka attendait les nouveaux arrivant. Tous étaient réunis dans la pièce centrale de l’appareil, Jaden s’avança au milieu et pris la parole.
-J’irais seul, PERSONNE ne devra me suivre, ajouta t-il en empêchant Bastila d’intervenir. Pour une raison que je ne peux vous dévoiler.
-Fort bien, dit Lisa. J’ai autre chose à faire que surveiller ton joli petit cul. Moi aussi je dois partir seule.
-Lisa, intervint Carth…
-Non, si tu ne veux pas que je te tue, ferme-là !

Mission se fit toute petite devant l’animosité de la jeune femme. HK par contre était contrarié, il avait tellement envi de se dégourdir les circuits maintenant que Mission avait réussi à rétablir pratiquement toutes ses fonctions. Il avait hâte d’user de son protocole d’assassinat. Mais un ordre venant de son maître était irrévocable et indiscutable. Il partit dans une petite soute ou il se mit hors service pour éviter les tentations mais laissa son module de sécurité activé au cas ou son maître changerait d’avis et qu’il l’appellerait à la rescousse. Le mandalorien regarda d’un air suspect Lisa, elle avait changé depuis Tatooïne. Mais il n’ajouta rien et gagna sa chambre ou il s’endormi. Jaden s’avança vers la passerelle et vit Zaalbar qui lui bloquait le passage.

-Je n’ai pas le droit de t’accompagner, dit le wookie, mais fait attention à toi surtout si tu comptes te rendre dans les terres d’ombres.
-Merci, je trouverai peut-être un moyen pour t’innocenter.
-(grognement incompréhensible)…
-Je ne t’ai pas espionné, je le savais dès notre première rencontre. J’ai senti ta douleur et ta peine… Je dois y aller…

Jaden sortit du vaisseau et derrière lui le wookie fut rejoint par Bastila qui regarda le jeune homme s’éloigner. Ils n’avaient pas eu de vision cette fois-ci. Elle espérait pour qu’il trouve rapidement la carte et revienne de suite, elle ressentait un terrible danger. Quelque chose avait changé, une présence le suivait dans l’ombre, différente de Revan. Elle était douce, apaisante… Alors pourquoi avait-elle si peur…

Lisa passa devant eux, bousculant Bastila au passage sans s’excuser. Elle attendit sa réaction… Rien, elle restait plongée dans la lune. Une petite engueulade avec cette greluche lui aurait fait un peu de bien. A l’extérieur elle se rendit vite compte qu’il faisait un froid de canard sur cette planète, heureusement que sa combinaison était isotherme, sinon elle aurait été congelée avant d’avoir trouvé le laboratoire de la czerka.

-Bonjour monsieur, dit l’officier de la czerka à Jaden. Bienvenu sur Kashyyk. Les frais d’accostages sont de 50 crédits.
-Je n’ai pas besoin de payer la taxe, répondit Jaden en faisant passer sa main devant lui.
-Mais bien sûr, sui-je bête, vous n’avez pas besoin de la payer. Si vous en avez besoin on peut mettre des traducteurs à votre disposition.
-Inutile, je parle le wookie.
-Vraiment ? Incroyable, vous êtes bien la première personne, humaine je veux dire, à parler le langage de ces créatures. Que puis faire d’autre pour vous être agréable ?
-Dites moi comment on se rend dans les terres d’ombres.

L’officier sembla soudainement troublé, il hésita un instant.

-En êtes vous sûr ? C’est un endroit très dangereux, je ne peux que vous conseiller d’y aller avec un groupe armé et entraîné.
-Inutile, je dois m’y rendre seul.
-Comme il vous plaira mon brave monsieur. Avant de vous dire par où il faut aller laisser moi vous rappeler que la compagnie czerka ne pourra être tenu responsable dans le cas plus que probable où vous trouveriez la mort.
-Aucun problème, la force est mon allié et elle est la meilleure.
-La force ? Vous êtes un jedi ?
-Effectivement.
-Rassurez moi, vous venez chercher ce vieux fou ?
-Vieux fou ?
-Oui, il se nomme Jolee Bindo.
-Non, bon dites moi par où je peux descendre.
-Fort bien. Continuez tout droit jusqu’à la sortie du campement et ensuite se serra sur votre droite sur une centaine de mètre, là un soldat garde un ascenseur. Habituellement seul les chasseurs descendent mais montrez lui ce passe et il vous laissera descendre sans problème.
-Merci, dit Jaden.

Le jedi suivit les instructions de l’officier et trouva le soldat, il lui montra le laisser passer et pénétra sur la nacelle qui se mit en branle.

Lisa s’était rendue dans la cantina miteuse de l’étage supérieur, à l’intérieur régnait une terrible odeur de fauve. Tous les hommes sans exceptions tournèrent la tête lorsqu’elle pénétra dans les lieux, à croire qu’ils n’avaient jamais vu de femme. Elle s’avança vers le comptoir et commanda un jus de juma qu’elle but cul sec. Un officier vint s’asseoir près d’elle et lui proposa un petit pari. Rien de très méchant, chacun à leur tour ils devaient boire cul sec un verre jusqu’à ce qu’un des deux tombent dans les vaps. Elle trouva l’idée intéressante, elle posa une liasse de billet sur le comptoir et attendit que l’homme en fasse de même. Après tout elle pourrait glaner plus facilement des infos si l’homme était bourré… Ils allèrent s’asseoir autour d’une petite table. Un serveur ramena un plateau rempli de verre rempli à ras bord. Elle commença sans tarder, autour d’eux les chasseurs et les soldats pariaient sur le gagnant. Evidemment, la quasi-totalité donnèrent l’officier gagnant et donc Lisa eu une cote de 50 contre 1. Au bout du troisième plateau les paris avaient bien évolués. La cote n’était plus que de 5 contre 1. Les discussions allaient bon train autour des participants. Beaucoup étaient impressionnés par cette inconnue, elle savait boire comme personne. L’homme par contre commençait à chanceler et Lisa comprit qu’elle ne devait pas aller plus loin sinon elle risquait de perdre sa précieuse source. L’état de l’officier était idéal, il parlerait sans problème et avec un peu de chance il oublierait tout. Le tour de la jeune femme arriva, elle estima encore à une dizaine de verre avant qu’elle ne soit plus capable de réfléchir convenablement, heureusement deux verres suffiraient pour son adversaire. Elle bu son verre en feintant quelques difficultés. Pour sauver son honneur l’homme prit le verre d’une main sûre et bu lui aussi. Il était à bout et il le savait, il espérait que la jeune femme tombe, sinon il deviendrait la risée de ses collègues. Lisa prit le verre, le bu et s’écroula à terre. La foule était déçue, ils avaient tant espéré qu’elle batte l’homme invincible. L’homme ramassa la liasse de billet et demanda une chambre au barman. Plusieurs hommes aidèrent l’officier à porter Lisa et l’y conduirent. Ils allaient sortir lorsque Lisa se réveilla et retint l’officier par la manche. Il décida de rester et s’assit à côté d’elle. Elle lui demanda avec une voix sensuel de lui déboutonner le haut de sa combinaison, elle prétexta avoir du mal à respirer. L’homme ne se fit pas prier. En bas les conversations allaient bon train, tous maudissaient ce mec, il allait se faire la femme la plus attirante jamais vu. Dommage qu’ils ne savaient pas ce qui l’attendait réellement… Elle l’invita à s’allonger et dès qu’il s’exécuta elle commença à le travailler au corps. Des petites caresses à l’aspect inoffensives, suivi d’un contact physique auquel aucun homme ne saurait être insensible. Elle vérifia qu’il était bien docile avant de commencer son interrogatoire très spécial, même un commandant mandalorien n’avait pu y résister. Une experte dans le domaine, jamais elle n’avait failli, tous les hommes s’étaient mis à table en un temps record, quelques fois elle avaient dû aller plus loin que d’innocente caresse mais aujourd’hui cela n’était pas utile. Il parla immédiatement, parlant de tout et rien. Il parla même de sa femme qui l’attendait sur Alderande. Elle lui posa ensuite des questions plus indiscrètes, notamment la localisation du laboratoire ainsi que les systèmes de sécurités. Il était tellement absorbé par les yeux de la jeune femme qu’il parla sans se rendre compte de ce qu’il disait. Elle lui demanda de commander à boire, pas du jus de juma, quelque chose de meilleur. Il ne voulait plus partir, alors elle retira le haut de sa combinaison et lui promit un petit cadeau en récompense. Il se leva de suite et partit chercher une bouteille et deux verres. Lorsqu’il revint, elle lui demanda de s’asseoir, elle allait le servir. Elle se dirigea vers la table et versa une poudre dans l’un des verres et le servi. Il bu d’une gorgé le breuvage et tomba immédiatement dans le coma.

-Merci chéri, ne m’en veut pas trop mais j’ai des affaires à régler.

Elle se rhabilla et sortit par derrière, personne ne devait la voire partir. Manque de bol un homme la vit, il était fou de rage ou plutôt de jalousie. Soudain une main se posa sur son épaule, Carth se retourna et vit un homme qu’il n’avait pas vu depuis une éternité. Son ancien colocataire de chambre à l’académie de Télos. Mais son nom ne lui revenait plus, cela faisait tellement de temps.

-Carth ! Carth Onasi ! Dit l’inconnu.
-Oui, et vous êtes ?
-Non, tu ne me reconnais plus ? C’est moi ! Mike, Mike Lesnor !
-Mike, oui je me souviens maintenant, comment ça va ? Bien à ce que je vois !
-Ca peut aller ! Surtout depuis que j’ai quitté l’armé.
-Non ?
-Et si, après Malachor j’ai décidé de redevenir un civil à part entière, je ne pouvais plus supporter de voir des amis mourir sous mes yeux. Depuis je fais dans l’import-export pour la czerka et je peux te dire que ça paye mieux qu’à l’armé.
-Je veux bien te croire.
-J’ai appris pour ta femme, mes condoléances. Saul était un père pour toi, c’est moche ce qu’il s’est passé. J’avais peur qu’il te soit arrivé la même chose. Je m’étais rendu sur Télos peu après l’attaque pour apporter des vivres aux rescapés, c’est comme ça que j’ai su.
-Merci.
-Heureusement Dustil est toujours vivant !
-Vivant ?
-Comment ? Tu ne le savais pas ?
-Non, lorsque j’y suis allé il était introuvable. Où l’as-tu vu ? Ajouta précipitamment Carth.
-Sur Korriban.
-Il allait bien ?
-Bien sûr, il s’est engagé dans l’académie sith.
-Dustil ? Je ne peux pas croire que mon fils soit devenu un sith, c’est impossible ! Pas après ce qu’ils nous ont fait !
-Je peux t’assurer que c’était bien lui, même s’il a nié ne pas m’avoir reconnu. Il te ressemble tellement.
-Merci Mike. Je… je dois y aller !
-Je te comprend, fait attention à toi.
-Merci à toi aussi !

Carth s’éloigna en vitesse, il n’en revenait toujours pas. Son fils, son unique fils était vivant. Il devait coûte que coûte le retrouver. Mais avant il devait suivre Lisa, mais elle avait disparu sans qu’il sache où elle allait. Il revint sur ses pas et retrouva Mike.

-Mike ! Cria t-il.
-Encore toi ? Dit-il en ricanant. Je croyais que tu avais à faire.
-Juste une chose, sait-tu où se trouve un laboratoire de recherche appartenant à la czerka ?
-Bien évidemment je m’y rends de ce pas. J’ai une cargaison à leur remettre.
-Je peux t’accompagner ?

Mike jeta un regard suspicieux à Carth, que pouvait-il bien chercher ?

-D’accord, dit –il finalement. Je t’en dois une, mais une chose.
-Vas-y !
-Ne fais rien tant que je serais là ! Attends que je parte et si on te demande quoi que se soit dit que je t’ai engagé hier pour remplacer un de mes hommes malade.
-Merci, je t’en…
-On sera quitte, compris ?
-Ok, allons-y.

Mike ne pouvait pas lui refuser ça, Carth avait risqué sa vie pour le sauver. Il avait sciemment désobéi aux ordres pour venir le secourir, lui le dernier rescapé d’un bataillon entier.

Jaden parvint enfin sur la terre ferme après une descente qui lui paru interminable. L’ambiance ici bas était tout autre que ce qu’il avait jamais connu. Pas un bruit, un silence à vous glacer le sang et une atmosphère à vous mettre la chaire de poule. Il n’entendait aucun bruit, aucun signe de vie d’une quelconque créature. Il s’enfonça dans les herbes hautes en faisant gaffe de ne pas trahir sa présence. Puis un rugissement brisa le silence de la forêt, suivi aussitôt d’un autre et encore un autre. Le jedi s’arrêta et en chercha l’origine. Puis les rugissements reprirent à l’unisson. Ils n’étaient pas loin, quelques dizaines de mètres tout au plus. Enfin il entendit un bourdonnement très familier, celui que provoque un sabre laser. Il couru aussi vite qu’il pu sans tomber et arriva dans une clairière sombre. Seul une lueur verte éclairait faiblement son centre. Elle bougeait vite, très vite même. Seul un jedi pouvait en être à l’origine. Il s’aventura doucement vers le combat et observa un vieil homme au milieu de six cornak. De la où il était, Jaden ne parvenait pas à distinguer le jedi, cela ne faisait aucun doute que l’homme était un jedi, les sith en règle général avaient un sabre rouge comme le sang. Il décida de lui apporter main forte, il dégaina son sabre et sortit en vitesse de sa cachette. L’homme se tourna vers l’arrivant et souri. Il leva son sabre au dessus de sa tête et exécuta une attaque tourbillonnante tuant toutes les créatures. Il s’arrêta et attendit que Jaden arrive près de lui. Une fois à proximité, le jeune jedi vit que l’homme était un vieil homme à la peau sombre.

-Ah, te voilà ! Dit le vieux jedi. Tu sais combien de temps je t’ai attendu ?
-Moi ? Mais je ne vous connais pas !!!
-Allons chez moi nous serons plus à l’aise pour parler.
-Attendez ! Cria Jaden.
-Pas si fort ! Critiqua l’homme. Tu veux ameuter toute la forêt ? Non ! Bon suis moi sans faire d’histoire et je te promets de répondre à tes questions !

Jaden suivi l’homme sans rien ajouter, il restait cependant stupéfait par sa rapidité et son agilité. Ils débouchèrent sur une nouvelle clairière plus lumineuse, un vieil arbre trônait en son centre et de la lumière sortait de fenêtres qui avaient été taillées dedans. Le vieil homme s’arrêta de courir et s’assit sur une souche.

-Vas-y prend place mon garçon. Tiens mets toi là que je puisse mieux te voir. Ah oui, dit-il en contemplant le jeune jedi. Toi ! Ca faisait longtemps que je t’attendais.
-Mais comment avez-vous su que je viendrais ici ?
-La force bien sûr.

L’homme ne dit rien d’autre, un silence pesant s’installa entre eux deux. Chacun attendait que l’autre prenne la parole. En fin de compte Jaden brisa la glace.

-Qui êtes vous ? Un maître jedi ?
-Qui te dis que je suis un jedi ?
-Vous avez un sabre, et vous savez vous en servir avec dextérité.
-J’aurais pu le voler sur un jedi, tu n’y a pas pensé ? J’attendais une autre réponse, que tu m’avais senti par exemple.
-Non.
-Non ? Tu n’as rien ressenti ? Etrange, à peine tu as mis un pied sur la plateforme d’atterrissage que je savais où tu étais. Mais… Dis soudainement l’homme. On a une invitée…

Jaden se leva et scruta les alentours à la recherche de l’invitée surprise. Il avait pourtant ordonné aux autres de ne pas le suivre. Il allait lui faire regretter de ne pas avoir suivi ses ordres. Puis une femme sortit de l’ombre d’un arbre. Elle était enveloppée dans une étrange aura blanche.

-Eh bien voilà, nous sommes au complet, dit le vieil homme. Approchez très chère.
-Merci Jolee, cela faisait longtemps.
-Trop longtemps, répondit-il.
-Aaren ? Mais comment ? Et vous êtes Jolee Bindo alors ?
-Beaucoup de questions, effectivement je suis Jolee Bindo. Flatté que tu me connaisses.
-J’ai juste entendu un membre de la czerka mentionner votre nom.
Jolee ne répondit rien mais paraissait visiblement contrarié.
-Vous vous connaissez ? Ajouta Jaden.
-Bien sûr, enchaîna Jolee. On était de très bon ami malgré la différence d’âge.
-Comment as-tu pu me suivre ? Questionna Jaden en se retournant vers Aaren.
-Tu n’as rien remarqué ? Reprit Jolee.
-Remarqué quoi ?
-Elle n’est pas réellement ici.
-Comment ça pas réellement ici ? Expliquez vous vieil homme !
-Ola doucement, rétorqua le vieil homme. Je crois que tu devrais lui expliquer Aaren.
-Bien sûr. Je suis morte il y a bien longtemps.
-Hein ??? Mais comment…
-Vois tu, l’interrompit Jolee, il arrive que certain jedi laisse une trace d’eux au moment de leur mort. On ne sait pas pourquoi mais cela arrive.

Jaden resta bouche bé, devant lui il y avait une femme morte qui lui parlait et un vieil homme à moitié sénile. S’il rêvait il espérait se réveiller rapidement.

Voilà! A plus!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Code 44 » Lun 30 Juin 2008 - 16:23   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Hein ??? Mais comment…
-Vois tu, l’interrompit Jolee, il arrive que certains jedi laissent une trace d’eux au moment de leur mort. On ne sait pas pourquoi mais cela arrive.


Jaden aurait dû mater l'Empire contre-attaque ou le Retour du Jedi :D
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Notsil » Mar 01 Juil 2008 - 13:07   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bon, mis à part que je n'ai pas trop compris pourquoi Carth se retrouvait sur la planète ^^ ET ce qui arrivait à Lisa après qu'elle soit sortie, ça s'annonce pas mal, avec de chouettes révélations en vue pour Jaden ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Revan1er » Mar 01 Juil 2008 - 15:55   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

J'ai dû être un peu trop ambigüe. Quand Lisa sort elle se fait repérer par un homme mais il ne lui fait rien. Tout ce qu'elle fait c'est partir discrètement.

L'homme qui la vu fuir était Carth... C'est à lui qu'on pose une main sur l'épaule. Maintenant pourquoi il est sur la planète? Tu auras la réponse dans le prochain chapitre! :sournois:

Code 44: N'oublie pas que l'empire contre attaque et le retour du jedi se déroule 5000 ans plus tard... il aurait du mal à les regarder! :D J'aime bien ta remarque pleine d'humour!

A plus pour la suite!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Darth Piejs » Mar 01 Juil 2008 - 17:24   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Hey salut Revan 1er!

Cela faisait un petit bout de temps que je n'avais pas lu ta fic et j'ai du rattrapper mon retard!
Pas totalement car il me reste la dernière partie que tu as posté à lire mais j'ai lu les deux grosses parties précédentes.
Toujours aussi bien adapté, j'aime la façon dont tu t'éloigne du support tout en y restant très attaché.

Les intrigues secondaires sont sympa et un + pour Lisa cependant je regrette que Carth ait de ce fait beaucoup moins d'importance qu'en réalité. Il passe pour un petit officier mediocre.... :roll:
Mais c'est ta fic et tu la fait très bien je donne juste mes impressions! :D

A oui autre gros bémol, Den Orion qui est donc l'éxiléE n'est pas une femme tu as choisi d'en faire un homme... Libre à toi bien entendu pour tout le reste mais ça me bloque un peu du fait qu'officiellement il s'agit d'une femme. C'est comme si tu réécrivais les films en disant qu'Anakin est une femme :x :lol:

Bref à part ça que du bien j'aime beaucoup la façon dont tu gère le perso de Revan et donc la dualité Revan/Jaden.

Je me met à la lecture du dernier chapitre posté dès demain avec l'intention de comprendre la blague de code 44 :lol:

Qu'est ce que peut bien être la foutue prophetie citée sans arret par les Jedi... :?
Il faut que je le sache vite sinon je vais te balancer des éclairs de force dans la tronche moi :sournois:

:lol:

Bonne continuation :wink:

Obscurement vôtre : Le Seigneur Piejs
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8891
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Darkliser » Mar 01 Juil 2008 - 18:23   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

En fait on ne savait pas encore que l'xilée était une femme quand il a écrit sa FF, c'est pour ça que c'est un homme :D
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Darth Piejs » Mar 01 Juil 2008 - 18:46   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

:lol: OK! Ceci explique cela!
Moi aussi je pensais que c'était un homme au début!
Et dans le cas d'un homme j'apprecie tout de même beaucoup le traitement du personnage :wink:
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8891
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Notsil » Mar 01 Juil 2008 - 21:02   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Revan1er a écrit:J'ai dû être un peu trop ambigüe. Quand Lisa sort elle se fait repérer par un homme mais il ne lui fait rien. Tout ce qu'elle fait c'est partir discrètement.

L'homme qui la vu fuir était Carth... C'est à lui qu'on pose une main sur l'épaule.



Oki ! En effet c'est plus clair ^^ Je pense qu'un retour à la ligne + un saut de ligne pour la clarté améliorerait la compréhension ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Code 44 » Mar 01 Juil 2008 - 21:52   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Code 44: N'oublie pas que l'empire contre attaque et le retour du jedi se déroule 5000 ans plus tard... il aurait du mal à les regarder!

Ouais ben des Jedi avaient bien senti l'arrivée des Vongs avant que ça se passe. Comment ça, c'est pas la même durée :lol:
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Darth Piejs » Mer 02 Juil 2008 - 10:41   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Ah fini ce chapitre moins long que les autres!
Alors tout d'abord deux mots qui m'ont semblé un peu familiers pour un écrit : Faire gaffe et coup de bol!
J'aurais plutôt mis faire attention ou être sur ses gardes et un coup de chance...

Sinon, tu devrais aérer un peu plus ton texte en faisant davantage de paragraphes et en faire de façon logique car parfois tu viens de commencer un paragraphe alors que tu parles du même perso que dans le précédent puis tu changes de perso une ligne après bref.

Merci Nostil :wink: parce que sans ton intervention je n'aurais pas compris ce que Carth venait faire là!!???? :lol:

Et sinon j'ai donc compris l'allusion de Code 44 :D

Arren a donc percé le secret de l'immortalité!? Car ce n'est pas un hasard contrairement à ce que crois Jolee c'est une technique qui doit être maîtrisée. C'est Qui Gon qui l'apprend à Bibi Wan durant son exil sur Tatooine. Quel sénile ce Jolee :roll:

Ba vivement la suite! Revan Dark Side Revan Dark Side :sournois:
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8891
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Revan1er » Mer 02 Juil 2008 - 11:18   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Merci pour les conseils Darth Piejs! J'en tiendrais compte pour la suite. Je vais réorganiser mes paragraphes, les rendre plus logique et essayer d'être moins ambigüe!

Pour le langage je changerai les mots familier par un langage plus soutenue.

A bientôt pour la suite.
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Darth Piejs » Mer 02 Juil 2008 - 11:27   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Content de servir à quelque chose :lol:
C'est la première fois que je trouve que c'est trop familier donc n'en fait pas une fixation! :wink:
Dans les dialogues cela passe sans problème mais pas dans les descriptions.
Pour ce qui est des paragraphes par contre oui je te conseille de suivre mes conseils pour que là lecture de ta fic qui est déjà très agréable, comme le prouve le fait que je la lis depuis le début :wink: , soit encore plus agréable!

A bientôt pour la suite!
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8891
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Revan1er » Ven 25 Juil 2008 - 11:50   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour! Ca faisait longtemps! Désolé pour le retard mais j'avais énormément de travail ces derniers temps.

Mais sans trop de blabla voici enfin la suite!
Bonne lecture!

Chapitre XIX : La troisième carte





Lisa se déplaçait de branche en branche à travers l’immense forêt. Le laboratoire était très éloigné de l’astroport, habituellement ceux qui s’y rendaient utilisaient des petites navettes. Mais elle préféra y aller à pieds. D’un, elle voulait entrer sans qu’on le sache et de deux la base abritait une batterie de canons sol-air capable de détruire une flotte entière. L’officier lui avait ainsi révélé que toute personne voulant s’y rendre devait obtenir un laisser passer au bureau de la czerka se situant à côté de l’astroport et seulement ensuite pouvait y aller. Il en allait de même pour les livraisons journalières, les transporteurs avaient beau venir tous les jours, ils devaient aller demander l’autorisation en personne. La tueuse avait une idée précise de son plan d’attaque. Dans un petit excès de zèle, le pauvre petit officier avait négligemment avoué que la sécurité du complexe possédait une faille, certes elle était quasi indétectable si on ne la connaissait pas. Pour la jeune femme c’était son billet d’entrée. Premier objectif après son entrée incognito, le centre de sécurité et la neutralisation des caméras de surveillances ainsi que des faisceaux lasers. Après elle n’aurait plus qu’à mettre la main sur le savant fou et le tuer. Pour la retraite ? Elle ne savait pas encore ce qu’elle allait faire, chaque chose en son temps. Soudain, elle s’arrêta et se planqua sous un tas de feuille. Une navette passa juste au dessus de sa tête, elle reconnu le symbole sur la carlingue, un cargo de transport de produit explosif et aussi des liquides à très basses températures comme de l’azote liquide. Elle attendit qu’il soit suffisamment loin pour reprendre son chemin à la même allure. Il ne lui restait qu’un à deux kilomètres à parcourir. Bientôt elle y serait…

Carth avait embarqué dans le vaisseau de son ami. Il attendait à l’arrière avec les autres membres d’équipages. Il s’inquiétait pour Lisa, elle allait droit à l’abattoir. Son ami lui avait parlé de la sécurité qui y régnait, de quoi repousser une impressionnante force d’invasion. Lisa avait beau être une tueuse exceptionnelle, elle restait humaine avant tout, avec ses qualités et ses défauts. Et son regard l’avait troublé, il en avait vu des soldats avec le même et cela n’augurait rien de bon. Une pointe de jalousie l’avait titillé lorsqu’il l’avait vu monter avec l’officier de la czerka. Il avait imaginé l’espace d’un instant être à sa place, faire des choses que beaucoup trouvent ringard, un dîné en tête à tête, un couché de soleil sur une plage paradisiaque… Une secousse le fit revenir à la réalité. Il n’était pas sur une plage, le couché de soleil était loin et le principal, Lisa le détestait. Il alla au poste de pilotage et regarda à travers la baie vitrée. La forêt s’étendait à perte de vue, comment imaginer qu’un complexe aussi sophistiqué ait bien pu être construit dans les parages ? Puis il vit la base, un complexe énorme était soudainement apparu. Il cligna des yeux pour bien s’assurer qu’il ne rêvait pas. Son ami lui expliqua qu’il possédait un dispositif de camouflage optique longue distance. A l’instant où un vaisseau entrait dans la zone il pouvait la voir mais s’il n’avait pas les autorisations… et bien disons qu’il ferait une nouvelle carcasse perdue dans la jungle.

-Retourne à l’arrière et prépare toi à décharger les caisses, ordonna le commandant de bord.
-J’y vais, au fait… merci pour…
-Pas de ça, t’as plus de chance d’y rester que de t’en sortir. Une fois dans la salle de livraison planque toi bien là où je te l’ai indiqué et attends qu’ils verouillent la porte.
-Pas de problème !

Carth retourna à l’arrière du vaisseau. Le vaisseau s’ébranla légèrement au moment de l’atterrissage. Puis la passerelle descendit. L’officier républicain prit une caisse et descendit du cargo, ce n’était qu’une fois en dehors qu’il constata avec frayeur le dispositif de sécurité. Au moins une cinquantaine de soldat armé jusqu’au dents, une dizaine de mitrailleuse laser lourde en hauteur et pour couronner le tout quelques tank blindé tout terrain. Si Lisa avait réussi à pénétrer, elle n’avait pas dû se faire repérer car bien qu’ils soient surarmés aucun n’affichait le stress dû à une infiltration inconnue. A moins qu’ils ne l’aient déjà attrapé ! Pensa t-il. Non, il refusait cette idée, elle aurait fait plus de dégâts avant. Il suivi donc les autres ouvriers qui déchargeaient les marchandises et arriva à la salle de stockage. Il vit le petit coin pour se cacher et y fonça dès qu’il fut certain qu’aucun soldat ne pouvait le voir. Il dut ensuite attendre que les gardes ferment la porte pour entrer dans les conduits de ventilations.

Lisa surplombait le laboratoire, le départ de la navette lui avait permis d’entrer facilement dans la base en passant par une petite plaque d’égout. Une personne un chouia plus gros aurait été incapable d’y passer. Les soldats faisait leur petite ronde sans se préoccupait d’elle. Elle mémorisa le parcours de chacun et trouva un timing idéal pour entrer dans le bâtiment. La salle de sécurité était un peu plus loin sur sa droite, tandis qu’à sa gauche c’était la salle à ne surtout pas entrer. A l’intérieur se trouvait une vingtaine de droïde de combat prêt à intervenir dès que le signal d’alarme se déclencherait. Un bruit de pas la mit en alerte, la jeune femme se hissa au plafond à l’aide de ses bras et jambes et cessa de respirer. Deux soldats passèrent sous elle sans la remarquer. Elle se laissa retomber à terre et longea le couloir. A l’angle de celui-ci se trouvait une caméra de surveillance. Un rapide coup d’œil à droite et à gauche montra qu’elle était heureusement seule. Elle se glissa sous la caméra pour y être dans son angle mort et attendit qu’elle se tourne vers l’opposé de sa direction pour repartir. Elle arriva à la porte de la fameuse salle. Malheureusement, elle ne pouvait s’ouvrir que de l’intérieure. Enfin, c’est ce qu’avait dit l’officier, pour Lisa rien n’était impossible. Ce genre de porte avait un énorme défaut. Un petit couteau glissé dans la rainure supérieure permettait de faire contact et de l’ouvrir. Il fallait cependant faire très attention, si elle plaçait le couteau un centimètre avant ou après, c’était l’électrocution assurée. La porte glissa doucement, elle entra aussi vite que possible et tua le pauvre garde présent en l’étranglant. Elle referma la porte et prit le temps de saboter toute l’installation de sécurité sans que personne ne puisse remarquer quoi que se soit en dehors. Les caméras continuaient leur rotation mais l’image sur les écrans resterait totalement figée. Elle sectionna ensuite toutes les alarmes et sortit pour rejoindre sa cible. Maintenant elle n’avait plus besoin d’être discrète, la mort allait s’abattre ici.

Carth arriva à un nouveau croisement, au précédent il avait pris à droite mais là il était totalement perdu. Un petit cri étouffé parvint à ses oreilles. Il se dépêcha d’aller à son origine. Il releva la plaque d’aération et se glissa dans le passage. Il n’y avait rien, pourtant il était certain d’avoir entendu le cri provenir d’ici. Il fit quelques pas jusqu’au bout du couloir, il formait un coude par la gauche. Il jeta un rapide coup d’œil, ce qu’il vit lui retourna l’estomac. Trois corps éventrés, éviscérés, étaient allongés de part et d’autre.

-Lisa ! Dit-il en se penchant sur l’un des corps encore chaud. Je ne suis plus très loin !

Il se remit en route en accélérant le pas. Chaque minutes qui passaient la rapproché du savant mais aussi…

L’assassin marchait à pas de loup, tel un fantôme elle traversait les couloirs s’en émettre le moindre bruit. Une porte s’ouvrit un peu plus loin sur sa droite, deux hommes sortaient d’un dortoir, deux nouvelles victimes. Elle couru très vite vers eux. Elle passa devant eux en tranchant la gorge du premier, et en plaquant son autre main sur la bouche du second. Son arme plongea ensuite dans le ventre de l’homme et d’un geste vif elle le remonta jusqu’au sternum avant de le retirer. Elle l’entraîna devant puis le poignarda à la base de la nuque. Le soldat s’écroula, raide mort sur le sol, laissant boyaux et viscère se déverser à l’extérieur de son corps. La jeune femme se tourna en vitesse sur la droite et lança son poignard à priori vers le vide. En réalité elle avait entendue des pas provenir de là et lorsque le soldat surgit, la lame du couteau se plongea dans sa gorge. Seul un petit cri étouffé brisa le silence. Lisa alla récupérer son arme et se remit à la recherche du lieu où se trouvait le professeur. Les quelques soldats qu’elle croisa subirent malencontreusement le même sort.

Elle s’arrêta finalement devant la salle d’expérimentation. En y entrant elle découvrit avec horreur à quelles atrocités s’adonnait le maître des lieux. Quelques wookies étaient allongés sur des tables de travail, la plupart étant mort à la suite d’indescriptible agonie. Ceux qui ne l’étaient pas souffraient le martyr. Elle alla au chevet de l’un d’eux et lut le rapport posé négligemment à côté. L’expérience qu’il avait subie avait mal tourné, les nano-robots avaient accéléré le processus de mort cellulaire. Il vieillissait à vue d’œil. Le wookie sentant une présence inconnue à côté de lui tourna la tête et émit une plainte à déchirer le cœur. Lisa s’assit à côté de lui comme pour lui apporter du réconfort. Elle jeta un rapide coup d’œil aux alentours à la recherche de morphine ou quoi que se soit d’autre pour le soulager de sa douleur mais il n’y avait rien… pas un seul médicament. Elle n’avait pas le choix, elle empoigna fermement le manche de son poignard, releva la tête de la pauvre bête et lui perfora l’arbre de vie situé au dessus de l’atlas (NDLA : 1ere vertèbre cervicale). Il trembla ce qui lui paru une éternité puis le corps cessa de bouger. Elle se rassurait en sachant qu’il n’avait pas souffert, les spasmes étant du exclusivement aux nerfs.

-Je suis désolé de ne pas être arrivé plus tôt, dit elle avec une voix où se mêlait colère et tendresse. Repose en paix, ils vont tous payer, par une longue agonie !

Elle se leva, le regard noir et s’avança vers le fond de la salle des horreurs. Elle déboucha sur un sas, de l’autre côté le fameux professeur avec quelques assistants entouraient un wookie. Pour lui, il était aussi trop tard, son ventre était ouvert ainsi que sa boite crânienne, laissant le professeur y trifouiller librement. Elle ouvrit la porte et se glissa à l’intérieure de la salle d’autopsie. Personne ne lui prêta attention. L’assassin fit un pas en avant, puis un autre, chacun résonnant dans la pièce où seul le seul bruit qui y régnait était celui des ustensiles que l’on posait sur une table. Un assistant alla à sa rencontre pour lui demander le motif de sa venue. Il n’eût pas le temps de prononcer le moindre mot, sa gorge tranchée déversa sur la jeune femme un flot continu de sang. Il s’étendit sur le sol, les autres relevèrent la tête et virent cette créature fantomatique couvert de sang frais. Pris de panique, ils reculèrent tandis que le professeur s’énervait derrière la table. Il se tourna vers ses disciples puis dans la direction qu’ils fixaient. Il vit l’assassin, ses membres se mirent à trembler comme des feuilles. Lisa s’élança contre les monstres à l’aspect humain et les tuèrent tous dans un bain de sang. Le professeur cria, hurla… personne ne vint. Il actionna l’alarme, rien, pas un bruit. Il se jeta alors sur l’alarme incendie, Lisa avait commis une erreur en ne la désactivant pas. Une sirène se mit à hurler dans tous les bâtiments et l’eau coula à flot dans la petite salle. Trempé, couverte d’eau et de sang, la jeune femme s’avança vers le petit homme chauve.

-Il est l’heure de payer pour tes crimes ! Déclara t-elle d’une voix haute et forte.
-Pitié, je… Ce n’est pas de ma faute… on m’a obligé…
-LA FERME ! Cancrelats ! Je sais to… Argh !
Le professeur avait lancé un scalpel qui se planta dans la cuisse de Lisa lui arrachant une horrible grimace. Il se leva et sortit un blaster qu’il avait caché sous sa blouse.
-J’espère que tu es prête à mou…

Lisa avait foncé droit sur lui, oubliant la douleur de sa jambe meurtrie et lui ouvrit les veines du poigné tenant l’arme. Avec le poids et la blessure il ne put la garder et la lâcha.

-La mort te réclame, conclut elle avec une voix de démente.

Elle lui ouvrit le ventre de bas en haut et plongea sa main à l’intérieure. L’homme hurlait de douleur pendant qu’elle malaxait ses viscères. Puis d’un geste lent, elle la retira entraînant tous ce qu’elle pouvait. Les intestins se répandirent sur le sol trempé. Elle le laissa agoniser, ne le quittant des yeux qu’à l’instant où il poussa son dernier soupir. Elle retira le scalpel de sa jambe, alla près de l’ordinateur et détruisit tous les fichiers afin que personne ne puisse continuer les expériences. La jeune femme regarda ensuite ses mains couvertes de sang.

-Je n’ai jamais rien fait de bon dans ma vie. J’ai fais souffrir trop de gens. Tu étais mon unique rayon de soleil dans les ténèbres qui m’habite. Pardonne moi, je n’ai pu te venger. Mais je vais te rejoindre à présent… je vais mourir en soldat, la tête haute.

Résolue, Lisa prit son blaster à la main droite, son poignard à la gauche et sortit pour son dernier combat. Trop de souffrance, elle ne pouvait plus le supporter, son dernier souhait allait se réaliser, être libérée de cette vie.

Au moment où l’alarme se mit en marche, Carth parcourait les couloirs à la recherche de la jeune femme.

-Non, Lisa ! S’inquiéta t-il. Où es tu ? Bon sang ! T’as pas intérêt à crever ici !

Elle sortit et marcha doucement vers la sortie. Les soldats qui venaient pour chercher le professeur ne trouvèrent qu’une mer de sang et de cadavre. Immédiatement après ils donnèrent l’alerte à tous les autres par l’intermédiaire de leur radio. Puis tous s’élancèrent à la recherche du boucher. Ils la trouvèrent presque aussitôt et ouvrirent le feu sans sommation. L’assassin n’essaya pas d’éviter les tirs et répondit par une série de salve dévastatrice. Aucun des soldats ne parvint à la toucher, en revanche elle faisait mouche à chaque fois. Après les avoir tous tués, elle s’éclipsa et arriva dans un grand hall surplombé par une mezzanine. Elle s’avança au milieu de la pièce et tira sur tout ce qui bougeait.

Un soldat, planqué en hauteur, sortit une grenade de sa poche et la balança en contre bas. Elle rebondit à côté de Lisa et explosa quelques secondes plus tard. Le souffle l’envoya à l’autre bout de la pièce. Elle se releva difficilement, ses oreilles bourdonnaient horriblement si bien qu’elle n’entendait plus rien de ce qui se passait autour. Elle leva la tête vers la mezzanine et vit le responsable de l’explosion. Il était entrain d’épauler un fusil à lunette. Bien que diminué, elle fut plus rapide à tirer et le toucha en plein entre les deux yeux. Elle passa sa main sur son visage, sa vue se troublait, du sang coulait de son front. Elle n’en avait plus pour bien longtemps dans son état. Elle s’appuya contre le mur pour repartir, manquant à chaque pas de tomber. Le couloir qu’elle emprunta était sombre, l’explosion avait dû détruire une partie de l’installation électrique. Une silhouette se déchira de l’obscurité, un homme grand, musclé… Elle redressa son blaster vers l’inconnu. Elle n’arrivait pas à appuyer sur la gâchette, puis elle crut le reconnaître.

-Xan…Xander ? C’est…toi ? Articula t-elle à moitié évanouie. J’a… j’arrive… attends moi !

Elle puisa dans ses dernières ressources pour aller à sa rencontre. Ses armes étaient trop lourdes, elles manquaient à chaque pas de la faire s’écrouler. Elle s’en sépara mais il était trop tard. Elle tituba, tenta de se reprendre mais s’appuya sur la mauvaise jambe et ne pu éviter l’inévitable chute. Elle releva la tête pour voir l’homme qu’elle aimait s’approcher en courant. Elle sourit et dans une tentative désespérée elle rampa vers lui. L’homme s’arrêta à quelques pas, son visage toujours caché par l’obscurité, sortit son blaster et tira droit vers elle.

-Pourquoi ? Dit elle dans une complainte.

Le tir passa au dessus d’elle et toucha un soldat de la czerka que Lisa n’avait pas achevé. L’inconnu couru vers elle et s’agenouilla. Un faible halo lumineux éclaira son visage. C’était Carth, le visage inquiet.

-T…toi ? P… pour…
-Calme toi et arrête de parler. Tu m’engueuleras plus tard quand tu seras remise. OK ? J’ai préparé une petite diversion, on va pouvoir s’enfuir sans être remarqué.

Lisa n’eût pas assez de force pour se débattre et se laissa prendre dans les bras puissant de l’officier républicain. Etait-ce la fatigue ou le fait qu’elle se sentait bien dans cette étreinte, elle s’endormit. Carth se leva et partit derechef vers la petite navette qu’il avait repéré un peu à l’écart de tout le remue-ménage. Il prit bien soin d’éviter toute confrontation, il ne pouvait se permettre que Lisa soit mise en danger. Une fois qu’ils atteignirent le vaisseau, il posa la femme à même le sol et alla prendre les commandes. Dès que les moteurs furent mis en route, il actionna un petit bouton sur une télécommande et tout le laboratoire explosa. Il décolla immédiatement après et fonça droit sur l’astroport de Kashyyk. La nuit était tombée pour son plus grand bonheur. Il put poser l’appareil et s’éclipser avec la jeune femme inconsciente sans être vu. Il grimpa dans l’Ebon Hawk et alla l’installer dans l’infirmerie sous le regard inquiet de Mission, Bastila et Juhani.

-Elle a besoin de repos, déclara Carth. Ses jours ne sont pas en danger. Je vais rester un peu pour soigner ses blessures les plus graves.

Devant l’insistance de l’officier, elles ne purent qu’accepter et quittèrent la pièce.

-Pourquoi ? Dit une voix d’outre tombe. Pourquoi es tu venu me chercher ? Je n’en vaux pas la peine.
-Je t’interdis de parler ainsi ! Répondit furieusement Carth. Tu n’es rien d’autre qu’une égoïste !
-Je n’ai rien n’y personne qui me rattache ici !
-Et nous ? Bastila, Mission, Juhani, Jaden… et moi aussi. Tu es irremplaçable.
-Vous ne me connaissez pas, je… je ne suis pas celle que vous croyez…
-Tu te trompes. Tout ce dont nous avons besoin de savoir sur toi nous le savons. Tu… , commença Carth en devant rouge. Tu es belle, intelligente, incroyable, fantastique… Je ne me pardonnerai jamais si quelque chose devait t’arriver.
-Carth… dit elle dans un sanglot. Je t’ai mal jugé… si jamais…
-Tu m’engueule à nouveau je saurai que tu es revenue à ton état normal. Allez, dort maintenant. Tu en as besoin.

Carth se pencha sur elle, pendant l’ombre d’un instant elle cru qu’il allait l’embrasser, ce qui aussi surprenant que cela puisse paraître ne lui aurait pas déplu. Mais il monta plus haut et déposa un baiser sur son front et sortit. Si elle avait eu plus de force peut-être l’aurait-elle contrainte à rester. Elle ferma les yeux, ses doutes envolés, elle était certaine d’avoir enfin trouvé la paix qu’elle cherchait depuis si longtemps. Elle s’endormi rapidement mais son sommeil fut troublé, elle était une espionne pour le compte des sith. Un jour ou l’autre ils allaient l’apprendre. L’opinion des autres l’importait peu, en contre partie elle était torturée par l’image qu’elle se faisait de Carth en apprenant la terrible vérité, soudainement l’homme qu’elle avait tant essayé d’haïr, occupait une place très importante dans ses sentiments.

Jaden ne comprenait toujours rien à ces histoires d’apparitions ou de revenant ou quoi qu’on l’appelle. Il avait en face de lui une personne qui ne devait pas être là.

-Qui y a-t-il ? Demanda Aaren. Tu sembles perplexe.
-J’ai un peu de mal à réaliser ce qu’il se passa.
-Ohh, tu t’y habitueras à la longue, dit Jolee.
-Ouais, répondit Jaden s’en trop y croire. Bon vais-je savoir pourquoi tu voulais que je vienne seul ?
-Pour que vous puissiez parler seul à seul. Je m’inquiète pour toi. Tu ne sais pas à quel point tu es important. Tes choix détermineront l’avenir de la galaxie.
-Sa sauvegarde ou sa destruction, je sais tout ça ! Si j’échoue contre Malak…
-Il y a bien pire que d’échouer, le coupa Jolee. Le succès aussi est à redouté.
-Le succès ? Je ne comprends pas !
-Un vrai gamin avec un sabre laser, répondit tristement Aaren. Occupe toi bien de lui mon ami. Mon temps s’achève… A une prochaine fois.

Elle s’éloigna et disparue comme par enchantement. Jaden regarda à deux fois avant de se rendre compte qu’elle était bel et bien partie.

-Bon, maintenant seul, commença Jolee. J’aimerai bien voir de quoi tu es capable. Tu vois ce rocher ? Amène le ici !
-J’en ai marre ! Pour qui me prenez vous ? J’en ai plus qu’assez qu’on veuille tester ma force ! Je suis un jedi et non une bête de cirque !
-Silence, gronda Jolee. Tu agis comme un enfant, d’ailleurs à part le physique tu en es un.

Jaden se leva et dégaina son sabre. Les critiques ça allaient un moment mais qu’il ne cessait de lui rabâcher la même chose, l’énervait le plus au point. Au début il pensa que le vieil homme aurait trop peur pour l’affronter ou aller prétexter que cela n’était pas conforme au code. Contre toute attente, il se leva et sortit son sabre. Pour Jaden il devint un peu plus sympathique. Lui, au moins, ne se dégonflait pas.

-Fort bien, s’enthousiasma le padawan. Je vais vous montrer ma puissance. Ne venez pas pleurer si je vous sectionne un membre.
-T’as la langue bien pendu par contre, lança Jolee. Prouve tes dires !

Jaden sortit son second sabre et prit la position de la danse de l’eau. A présent il pouvait de nouveau l’utilisait comme avant, son corps n’en souffrait plus depuis son combat contre Dark Messia. Elle restait cependant très risqué mais il était en parfaite condition physique. Il se rua sur le vieil homme avec la ferme intention de lui faire mal, de le briser.

Jolee s’éloigna lors du premier assaut, du second… ainsi de suite il fit de même. Son sabre restait le long de son corps et se contentait de sauter hors de porter de Jaden.

Le jeune padawan ne s’énerva pas pour autant, il n’utilisait pas toutes ses ressources. En fait, il testait les réflexes du vieux jedi qui étaient excellents, pour l’instant. Il mis au point un moyen de le contraindre au corps à corps. Il fit mine d’attaquer une nouvelle fois à proximité d’un arbre. Bien entendu, Jolee sauta très haut et atterrit sur une branche surplombant la clairière. Il était fait, pensa Jaden. Immédiatement, plusieurs branches, pierres,… tous ce qui traînait au sol s’envola vers le jedi expérimenté. L’homme sauta pour les éviter mais Jaden l’avait anticipé, ils se retrouvèrent nez à nez. Le second sabre du padawan fendit l’air vers la tête, Jolee réussit à l’écarter avec son arme mais se retrouva à la merci du sabre principal de Jaden qui fonçait droit vers son côté.

La lame stoppa net à un centimètre, elle avait été bloquée grâce à la force. Puis Jolee lui donna un violent coup de genou dans le ventre suivit d’un coup de poing en plein visage. Le padawan s’écrasa lourdement au sol, Jolee atterri avec grâce sur un petit monticule de feuille. Il s’amusa ensuite à observer ce jeune incompétent se relever difficilement.

-Tu sais, un sabre qui ne touche pas sa cible ne fait que brasser de l’air inutilement. Cette technique que tu emplois est incomplète. Les sabres doivent être comme un océan déchaîné, brisant les rochers rien que par leurs vagues. Leurs fureurs n’ont pas d’égal, rien ne peut arrêter l’eau lorsqu’elle atteint son point culminant. Les tiens ressemble plus à un petit ruisseau tranquille. Il te manque une chose primordiale pour que tu puisses maîtriser cette puissance.

Jaden sentit la rage monter en lui, maintenant ce vieux fou lui faisait la leçon. Il se rua à nouveau sur lui et donna tous ce qu’il avait dans le ventre. Jolee ne pouvait plus esquiver, les attaques étaient devenues trop rapides et violentes. Il bloquait quelques coups, les plus dangereux et laissait les autres le blesser légèrement. Le plus dur était de déterminer lesquels étaient les plus susceptibles de lui provoquer des dommages considérables. Il ne pouvait se fier à leur trajectoire parce qu’ils changeaient complètement de direction à un moment donné, les rendant complètement imprévisible. Heureusement pour lui, sous l’effet de la colère, Jaden ajustait mal ses attaques, il manquait considérablement de précision. Jolee était en fâcheuse posture, ses blessures s’accumulaient de plus en plus vite. Sa vitesse et ses réflexes diminuaient de façon exponentielle, s’il ne réagissait pas vite Jaden allait lui porter un coup fatal sans qu’il ne s’en rende compte. Il saisit une mince ouverture dans l’attaque du padawan pour s’éloigner du combat non sans mal. Il reçut une entaille profonde au bras gauche.

-Que disiez-vous ? Demanda ironiquement Jaden. Un petit ruisseau tranquille ?
-Ta colère t’a rendu plus fort, c’est indéniable. Mais en te laissant guider par elle tu perdras. Sais tu que les plus puissant seigneur sith ne se laissait jamais envahir par la haine ou un quelconque sentiment ? Les sentiments nous aveugle et nous empêche de discerner pleinement un combat.
-Que vous dites, j’ai plutôt l’impression que c’est vous qui allez perdre !
-On verra, à moi de te montrer une attaque dont je suis très fier. Contemple la puissance d’une attaque dénuée de tout sentiment.

Jolee mit son sabre à l’horizontale et le leva jusqu’à ce qu’il soit sous ses yeux.

-Prends garde, jeune arrogant, conclu Jolee.

Il s’élança sur Jaden. Le padawan se mit en position défensive et resta sur ses gardes, il n’avait pas trop aimé le ton étrangement calme du vieil homme. De toutes ses forces Jolee fendit l’air vers le cou de Jaden.

-Trop facile vieillard, répondit ce dernier.

Il para l’arme avec ses deux sabres pour absorber plus facilement le choc. Il croyait que la victoire ne faisait plus aucun doute. Jolee n’en était pas aussi sûr, le vieil homme se baissa au moment de l’impact et ouvrit légèrement la main. Avec elle et la violence de l’impact, il fit levier pour que le sabre fasse un tour complet autour de sa main. Il empoigna ensuite le manche avec fermeté et frappa Jaden dans le dos. Le jeune homme ressentit une terrible douleur dans le dos et tomba à terre. Il fit rapidement une roulade en avant et se rétabli aussitôt sur ses appuys. Il eût le temps de se retourner pour voir Jolee foncer vers lui. Jaden se remit comme il pouvait en position défensive. Le vieux jedi passa à côté de lui et apparemment il ne lui fit rien. Jaden avait simplement senti une douce brise l’entourer au même moment. Elle était étrange surtout qu’ici, en plein milieu de la forêt, le vent était glaciale. Il entendit peu après Jolee désactiver son arme.

-Le combat est terminé ! Lança t-il durement. T’as défaite était inévitable. Je reconnais par contre que tu m’as agréablement surpris. Ta force est plus grande que je ne l’ai cru.
-Perdu ? Dit Jaden étonné. Vous y allez vite, je ne suis pas encore…
Son corps tout entier fut parcouru d’un spasme douloureux, sans qu’il puisse faire quoi que se soit, ses jambes se dérobèrent sous lui et il cracha du sang.
-Comment ? Quand ? Impossible… Je n’ai rien…
-Mais tu l’as senti, non ? Le chant du vent !

Jaden fut parcouru d’un nouveau spasme encore plus violent que le précédent et n’eût d’autre choix que de s’étendre à terre, incapable de bouger. Il n’en revenait pas, il avait pourtant juré que le vieil homme n’avait fait aucun mouvement, aucune attaque. Jolee vint s’asseoir à côté de lui et le mit sur le dos.

-J’ai utilisé les ondes pour attaquer tes organes internes. Ne t’inquiète pas, tu ne mourras pas. Si j’y avais été sérieusement ton corps reposerait en morceau un peu partout. Repose toi, demain on reprendra l’entraînement.

Pendant la nuit, Jaden revit les derniers instants du combat. Jolee avait fait quelque chose, mais quoi ? Il le repassa moult fois, toujours rien. Il passait à côté de lui sans rien faire, puis le souffle chaud d’une brise. Non, pas après, au même moment. Il décortiqua presque seconde par seconde l’action. Jolee n’était plus qu’à quelques centimètres de lui et son sabre changeait légèrement de position, à vitesse normale il était impossible de le remarquer. Il comprit le secret, Jolee avait porter un nombre incalculable d’attaque mais il avait fait en sorte que le sabre ne touche pas le corps de Jaden, sinon il serait mort découpé en morceau. A la place, il créa plusieurs ondes contraires pénétrant le jeune homme, ciblant les organes internes. La moindre erreur était fatale, le vieil homme avait raison sur toute la ligne, seul une personne ignorant tout sentiment pouvait en user. Cette attaque était terrifiante, la chaleur que l’on ressentait, masquait son côté effroyable. Le lendemain, il se réveilla, impatient qu’il la lui apprenne. Il se leva, le corps encore engourdi. Jolee était assis tranquillement sur son tronc d’arbre. Pendant la nuit il avait soigné son épaule gauche, Jaden l’avait déduis en remarquant le bandage.

-Alors, bien dormi ? Demanda poliment Jolee.
-Pas top le sol d’une forêt.
-Navré, mais j’étais incapable de te transporter chez moi.
-Désolé.
-Pourquoi ? Un combat est un combat, les blessures font parti des risques. On devient meilleur dans la douleur. Ce n’est pas en épargnant les élèves d’un véritable combat qu’on les aides à apprendre.
-Vous ne ressemblez pas à un jedi en disant ça.
-Ah bon ? Dit malicieusement Jolee. Pendant de trop longues années, les padawans ignoraient ce que voulait dire un combat à mort pour leur survie et celle de la vérité. Bien évidemment la vérité est une idée abstraite, ce sont les vainqueurs qui la définissent. Tu n’es pas d’accord ?
-Oui, nous restons enfermé dans nos académies sans rien voir du monde qui nous entoure, toujours en retrais.
-Hélas… ajouta Jolee sur un ton las. Bon passons à des choses plus gaies !
-Enseignez moi votre technique de sabre ! S’il vous plaît.
-Pas pour l’instant, répondit Jolee. Tu n’en es pas capable. Trop de sentiment en toi, tu ne ferais que tuer. Comme la force, elle possède deux facettes.
-Alors aidez moi à parfaire ma danse de l’eau !
-Je ne peux rien pour toi, je n’ai jamais pu la maîtriser. Tu es beaucoup plus avancé que moi d’ailleurs. J’ai beaucoup voyagé et une de mes connaissances est Sembla, par chance elle était une des rares à la maîtriser à haut niveau. Cette technique est réellement la plus puissante, elle est quasi parfaite.
-Quasi parfaite ?
-Tu as du le remarquer, elle est très bonne contre un nombre élevé d’adversaire mais en un contre un elle devient beaucoup compliquée. Un seul individu a réussi à la rendre parfaite à ce qu’on m’a dit.
-Qui ça ? S’empressa de demander Jaden.
-Revan, bien qu’il soit un humain il a surpassé tout le peuple Sembla.
-Comment le sait-on ?
-Il a vaincu tous ses adversaires en un contre un, même les plus forts.
-Impressionnant, je me demande comment il a pu être vaincu.
-Il n’était qu’un homme, comme nous tous. Bien, va tu faire l’exercice que je t’ai demandé hier ?
-D’accord, maître.
-Oh non pitié, j’ai l’impression d’être un vieux sénile quand on m’appelle ainsi. Jolee sera suffisant.
-Bien, Jolee.

Jaden se leva, tendit le bras et mit en lévitation un énorme rocher. Sans qu’il sache pourquoi il commença à partir, il était devenu hors de contrôle. Le padawan du faire un énorme effort de concentration pour l’arrêter. Il se stabilisa un moment puis refit de même. Le jeune homme essaya de conserver son calme mais pour la première fois il n’arrivait pas cet exercice pourtant basique. Puis il entendit le rire de Jolee.

-Ta tentative est pitoyable, dit-il sur un ton devenu plus froid. Tu utilises simplement la force, tu ne la contrôles pas. C’est ce qui fait de toi un piètre jedi. Si tu veux espérer vaincre Malak sans sombrer totalement dans le côté obscure, il va falloir t’entraîner. Ton potentiel actuel est incroyablement faible, j’ai peine à croire que tu sois devant moi. Recommence en t’appliquant cette fois à doser ta force, n’en utilise pas trop sinon je te la piquerais facilement, ni pas assez sinon elle restera cloué au sol. Englobe là, ne laisse rien pénétrer à l’intérieur de la sphère.
-Facile à dire, marmonna Jaden.

Il se mit assit cette fois et fit le vide en lui. C’était la meilleure technique qu’il connaissait pour canaliser la force. Jolee lui avait donné suffisamment d’indice pour y parvenir, d’un il devait canaliser la force puis englober le rocher d’une sphère de force pour éviter toutes perturbation. Il se concentra un petit instant et le résultat fut mémorable, au lieu de la soulever elle explosa en milles morceau.

-Je croyais t’avoir demandé de la faire léviter, pas explosé, s’indigna Jolee. Recommence ! Et cette fois vas-y plus doucement !

Jaden fit une nouvelle tentative tout aussi désastreuse, Jolee ne masqua pas du tout son mécontentement. Après la remontrance il se mit à envoyer à pleine vitesse des petits cailloux sur la tête du padawan. A la cinquième tentative la pierre se souleva mais le vieil homme pu facilement en faire ce qu’il voulait.

-Décevant, bon assez pour l’instant. Viens manger, ensuite tu recommenceras.

Jaden avait l’estomac dans les talons, il s’approcha de la marmite et ce qu’il sentit lui coupa l’appétit. Une odeur infecte s’échappait, Jolee lui expliqua qu’il avait fait bouillir des racines et des plantes. Il lui tendis un bol avec ce qui ressemblait étrangement à de la boue. Jaden goûta une cuillère et se leva pour aller vomir un peu plus loin.

-Tu ne veux pas manger ? Dit Jolee. Quand tu seras affamé, tu mangeras toute la gamelle. Retourne t’entraîner !

Jaden alla un peu plus loin pour ne plus sentir cette puanteur et recommença l’exercice. Rien n’indiqua l’heure qu’il était, le soleil ne perçait pas ici. Il ne fit que très peu d’amélioration. Jolee arrêta là pour la journée et lui conseilla de bien dormir, le programme du lendemain serait beaucoup plus intense. Bien que Jaden était épuisé il ne pu trouver le sommeil, pour une raison très simple. Il avait faim, son estomac cognait, gargouillait. Il se leva et à contre cœur il mangea une grosse portion de bouillie. Heureusement, le goût était plus supportable quand c’était froid, et alla se recoucher pour enfin dormir.
Cela ne faisait pas quatre heures qu’il dormait que le vieux jedi le tirât du lit. A peine debout il du faire un footing à travers la forêt, échappant de justesse à d’énormes créatures toutes plus étranges les unes que les autres. Lorsqu’ils revinrent chez Jolee, le jeune padawan était crevé. Il s’assit pour reprendre son souffle, Jolee lui jeta un regard à faire fuir un rancor et le jeune homme se releva. L’exercice suivant consista à se mettre la tête en bas et se retenir avec les mains, le corps bien vertical. Il resta planté là pendant de longues heures sous le regard amusé de Jolee.

-Bien, maintenant empile les petites pierre à côté de toi les unes sur les autres.

Le jedi s’exécuta, construisant une tour bancale maintenu en équilibre par la force. Ses mains s’engourdissaient, la douleur devenait de plus en plus insupportable… et tout s’effondra. Il tomba lourdement à terre et ne bougea plus, exténué par les efforts colossaux qu’il venait de faire. Le vieux jedi lui apporta un bol de bouillie qu’il avala d’un trait. Il passa ensuite le reste du temps à courir dans la forêt. Les jours passèrent, l’entraînement se révéla de plus en plus physique. Après ses deux premiers jours où il avait utilisé la force, il avait maintenant l’interdiction formelle l’utiliser. Jaden passa le plus gros de son temps à courir, sauter, éviter les pièges de Jolee. Les derniers jours de la semaine, il devait parer les attaques du vieil homme lors d’un parcourt qui les menèrent bien loin de la clairière. Le tuteur se déplaçait silencieusement de branche en branche, surveillant la progression de son élève, l’attaquant au sabre quand il s’y attendait le moins et disparaissait aussi sec. Pendant les heures de repos, il lui enseignait les vertus des plantes, son histoire et aussi beaucoup d’autre chose mais aucune sur la force. Pour le padawan cet entraînement était bien singulier.

Lisa s’était vite remise sur pied par contre elle boitait toujours de la jambe gauche. Entre elle et Carth les hostilités n’avaient pas repris, au grand étonnement des autres. Ils étaient restés bouche bé quand ils les entendirent parler sans qu’aucun des deux n’élève la voix ou insulte l’autre. Cette bonne ambiance parmi l’équipage cachait cependant une grande crainte. Cela faisait une semaine que Jaden n’avait pas donné signe de vie. A plusieurs reprises Lisa dû empêcher Bastila, Juhani et Mission d’aller le chercher. Leurs inquiétudes étaient compréhensibles, mais au fond d’elle, Lisa était sûre qu’il allait bien. Elle était incapable de dire pourquoi, il n’était peut-être pas en excellent état mais elle le savait vivant. A la fin du septième jour, ils eurent une communication provenant de la république. Carth l’accepta et Linda apparu à l’écran.

-Bonjour commandant Onasi, Soldat 1ere classe Linda Marchal !
-Bonjour soldat, que me vaux l’honneur ?
-Je suis mandaté pour vous faire un rapport sur les fichiers que le capitaine Lisa Hesse nous a transmis.
-Je ne suis plus capitaine Linda, alors arrête de m’appeler ainsi. Je suis une civile à présent, coupa Lisa qui se trouvait sur le pas de la porte.
-Comme tu veux. Les fichiers ont été transmis au sénat…
-Et ? Demanda Lisa.
-Je suis désolé mais…
-Ils refusent de faire quoi que se soit, non ? Coupa amèrement Lisa.
-Oui, je ne suis pas sûre mais je pense que la czerka a payé des personnes haut placées.
-Au moins toi tu me crois !
-Tu en doutais ? Répondit Linda en souriant. L’amiral Dodonna aussi est convaincue de leur culpabilité.
-Elle va intervenir ?
-Elle est pieds et poings liées par le sénat. En ce moment les sith ont redoublé d’activités. Même si nous le voulions… Je suis navrée…
-Pas autant que moi, dit Lisa.
-Lisa… ne fait rien…
-C’est déjà fait, intervint Carth. Elle a fait péter un laboratoire de la czerka à elle seule.
-Ca ne me surprend pas, reprit Linda en éclatant de rire.
-C’est bon, moque toi ! Moi au moins j’étais capitaine pas un simple soldat !
-C’est un coup bas! De toute façon je n’ai jamais aimé commander.
-Et tu as bien raison, autre chose ?
-Je n’ai pas le droit de vous le dire mais bon comme c’es toi. Les sith ont lancé une attaque sur Mirial, ils ont envoyé deux croiseurs.
-Et que fait la république ? Demanda Carth.
-Le chancelier a ordonné que personne n’y aille.
-Ils ne font pas partie de la république, s’immisça Bastila. Se sont des êtres sensibles à la force. Malak les veut sûrement pour en faire de nouveau adeptes.
-Oui et… bon dieu quel con ce chancelier…
-Pourquoi ? Demandèrent Carth et Lisa à l’unisson.
-Il a rapatrié les trois quarts de la flotte pour protéger les mondes du noyau. Il espère inverser la vapeur quand les sith y mettront les pieds.
-T’as raison, c’est un crétin finit ! Conclu Lisa. Ils ne viendront que quand ils seront certains de remporter la victoire. Dis donc t’es pas prête de remplacer la mère noël avec ces bonnes nouvelles.
-Et toi tu t’es vu dans une glace dernièrement ?
-Merci Linda, fais gaffe à toi !
-Toi aussi ma grande. Salutation Commandant Onasi.
-Merci, au revoir.

La communication cessa, Lisa n’osait y croire. La république recommençait les mêmes erreurs qu’il y avait six ou sept ans lorsque les mandaloriens avaient attaqués des mondes n’appartenant pas à la république. Sa haine envers eux ne s’en retrouva que renforcée. Ils méritaient tous de crever, ces politiciens véreux incapable de voir plus loin que le bout de leur nez. Son regard se posa sur Carth, c’était un homme bon et intègre, un peu trop même. Le modèle qu’il avait si ardemment défendu s’écroulait, morceau par morceau et bientôt il ne resterait plus rien. L’idée de fuir avec lui loin de tout lui traversa l’esprit mais y renonça presque immédiatement. Il n’accepterait jamais, il avait lui aussi une vengeance à mener. Bastila sortit du cockpit, les laissant seuls. Lisa s’approcha de l’officier et se sera contre son dos robuste. Il se retourna et passa ses mains autour d’elle. Leurs regards suffirent, les mots étaient superflus. Elle avait décidé de ne plus être une espionne, son com-link avait été totalement détruit. Elle était libre à présent, libre de faire sa vie, de ne plus être un assassin. Mais le temps viendrait où elle devrait assumer ses actes, répondre de sa traîtrise si la république l’emportait. Pour l’heure elle se jura de profiter des peu d’instants qui lui restait.

Jolee était assis sur son tronc, songeur. L’entraînement de Jaden était toujours au point mort, aucune amélioration. Il bloquait toujours, sa véritable force restait introuvable. C’était-il trompé ? Il dû admettre que oui. Il n’y avait qu’avec l’aide de Revan qu’il avait pu survivre. Puis il releva la tête et sourit.

-Pourquoi te cacher ? Viens qu’on discute, cela fait si longtemps.
-Toujours aussi perspicace Jolee, dit une femme qui sortait de derrière un arbre.
-Tu arrives enfin à m’appeler par mon prénom ?
-Je suis un maître maintenant.
-Je le sais bien Yuya. As-tu changé le conseil comme tu le voulais ? Je devrai te féliciter mais tu m’as énormément déçut. Où sont passées tes résolutions ? Ton obstination ?
-Mort, détruit depuis que ce monstre a tué mon père !
-Je sens beaucoup de haine dans tes paroles. Mais, est-ce vraiment la mort de ton père qui t’a rendue comme ça ?
-Evidemment, quoi d’autre ?
-Tu ne sais pas me mentir. Mais ne nous attardons pas là-dessus plus longtemps. Pourquoi ne l’as-tu pas tué ? Il dort en ce moment, totalement inoffensif.
-Vous saviez que j’étais ici, ça aurait été stupide.
-Qu’est ce que ton combat contre lui t’a appris ?
-Comment le savez-vous ?
-J’ai toujours des amis au conseil. Alors ? Est-il toujours ce monstre que tu hais avec tant d’ardeur ?
-OUI !!!
-Vraiment ? J’en doute aussi, sinon tu l’aurais tué sans hésitation. Il n’est plus le même…
-Revan est toujours en lui ! Et il succombera au côté obscur comme par le passé !
-Peut-être, peut-être pas. Ce sera à lui d’en décider.
-Vous voyez toujours les autres meilleures qu’ils ne le sont. Comme à cette époque !
-Toi aussi tu as partagé la souffrance de ce petit voleur au cœur d’or.
-Si j’avais su ce qu’il deviendrait…
-Tu l’aurais tué ? Je me souviens de votre séparation…
-TAISEZ-VOUS ! Cria Yuya.
-Retourne d’où tu viens, renchérit Jolee sur un ton glacial. Je ne te laisserai pas lui faire du mal. Dans peu de temps il passera l’épreuve et après je l’accompagnerai dans son périple.
-Bien, comme vous voulez. Je vais sur Mirial, aider les civils innocents. Si votre protégé en a le cran, qu’il vienne.
-On verra.

Yuya partit en colère contre Jolee. Le vieil homme la regarda partir, le cœur gros. Il avait tellement voulu qu’elle comprenne le véritable sens de sa mort. Lorsqu’il réveilla Jaden, il lui cacha la visite du maître et le prépara pour le dernier entraînement.

Jaden était encore à terre, le vieux jedi avait enchaîné quelques coups en makashi dévastateur.

-Pitoyable, je perds franchement mon temps avec toi. Tu es et restera faible tout au long de ta vie ! Tu n’as rien appris depuis ton arrivé. Malak se réjouira d’avoir un adversaire comme toi, si tu parviens jusqu’à lui. Ce dont je te crois incapable !

Le padawan était à quatre pattes, il avait conscience de son infériorité, sa tête était vide. Il avait besoin de puissance, beaucoup de puissance. Il allait tenter le tout pour le tout. Depuis quelques soirs il voyait un barrage en rêve, un lac immense était à l’arrière, aussi grand que les océans de Manaan et de l’autre côté ? Un petit ruisseau doux et calme. Il avait aussitôt réalisé que c’était la matérialisation de sa force. Il avait peur d’ouvrir les vannes, peur de voir l’autre revenir et l’envoyer dans les limbes de l’oublie. La peur s’estompait, si l’autre devait ressurgir il ferait tout pour le contrer. Il devait aller de l’avant, devenir fort pour protéger ses amis et surtout cette femme qui hantait ses nuits, Bastila.

Jolee baissa la tête en signe de déception mais un étrange malaise s’empara de lui et le prit aux tripes. En relevant la tête il vit que Jaden était debout lui montrant son profil, la tête en arrière. Que pouvait-il regarder ? Puis elle bascula vers Jolee. Son regard était méconnaissable, on aurait dit un autre homme. Revan ? Non, l’ancien seigneur noir inspirait la peur, la crainte pas ce genre de malaise.

-Merci maître pour m’avoir ouvert les yeux, dit-il d’un ton monotone.

Il se tourna pour lui faire face, il n’exprimait aucune émotion visible. Il était indescriptible, puis une pression effroyable s’abattit sur la clairière et se répandit sur toute la planète, même Jolee avait du mal à respirer tellement elle était oppressante.

A bord de l’Ebon Hawk tous sentirent la perturbation. Mais Bastila et Juhani furent les plus affectées. Jamais elles n’avaient eu aussi peur.

-Qui…qui… articula Juhani. Malak ?
-Non, répondit Bastila. Ce n’est pas lui… c’est… non ! Impossible, pas lui…

Jolee n’y croyait pas non plus, Jaden dépassait ses rêves les plus fous. Il le regarda activer son sabre et le mettre à l’horizontale juste sous ses yeux.

-Comme tu voudras, dit Jolee qui fit de même.

Chacun se regarda droit dans le blanc des yeux, lequel allait partir en premier ? Tous deux s’élancèrent au même instant… ils se croisèrent… puis chacun désactiva son sabre. Les secondes s’écoulèrent doucement et se fut finalement Jaden qui mit en premier un genou à terre. Sa bure était déchirée à plusieurs endroits et un fin filet de sang s’écoula de sa blessure… Jolee se tourna vers lui et sourit. Jaden avait les yeux fermés et sourit à son tour.

-Je te félicite Jaden, tu as brillamment réussi.
-Alors vous l’avez entendu ? Le chant du vent !

Jolee s’écroula à terre et cracha une grosse marre de sang. Il avait senti cette douce chaleur l’enveloppée, elle était agréable… Jaden se releva et alla à côté de l’homme qu’il respectait le plus dans l’univers. Il le prit dans ses bras et l’emmena à l’intérieure. Le padawan resta à son chevet jusqu’à ce qu’il se réveille.

-Tu as réussi, dit le vieil homme fièrement. J’ai cru que tu avais atteint tes limites mais pas du tout.
-Je surprends toujours.
-C’est ce que tu viens de démontrer. Dis moi, comment as-tu maîtrisé cette attaque sans que tu ne puisses l’essayer et que je te l’enseigne ?
-Je l’ai décortiqué dès le premier soir, j’en ai percé le secret mais comme vous me l’aviez dit le lendemain, je ne pouvais en user dans mon état.
-Bravo, maintenant je peux te dire où se trouve l’objet qui t’intéresse. Va explorer la partie interdite de la forêt mais reste sur tes gardes.
-Pourquoi ? Qu’est ce qu’elle renferme ?
-Tes démons, tu devras les affronter. Je ne te cacherai pas que j’ai échoué.
-Vous ? Comment est ce possible ?
-Il y a des démons que l’on ne peut vaincre.
-Bien, je ferais attention. Reposez-vous, je reviendrais après.
-J’y compte bien !
-A tout à l’heure !

Jaden se leva et laissa le vieil homme se rendormir calmement. Il était confiant, le jeune padawan allait réussir.
L’écho avait disparu, Bastila était soulagée. Le réveil de Revan n’avait pas durée. Juhani tremblait comme une feuille à côté d’elle. Mais elle ne pouvait la réconforter, elle ne pouvait lui dire que cette tension venait de l’ancien seigneur noir que tout le monde croyait mort. Mais Bastila aussi se trompait, l’écho venait de Jaden.

Le padawan s’aventura dans les profondeurs de la forêt. Ici l’ambiance était tout autre, la mort était omniprésente. Pas un seul cri d’animal ne brisait le silence pesant. Le côté obscur avait envahi cette région, Jaden le sentait tout autour de lui. Il déboucha un peu plus loin sur une étrange construction. A première vue, elle n’avait aucun point commun avec le temple de Dantooïne. Il hésita à y entrer, le vent qui en sortait lui glaçait les os. Finalement il pénétra à l’intérieure, il devait trouver la carte coûte que coûte. Il suivi un long couloir sombre, au bout de quelques mètres tout s’éclaira et il vit qu’il était en plein milieu d’une pièce circulaire au dimension titanesque. Des voix résonnaient à l’intérieure mais elles étaient incompréhensibles. Une forme se matérialisa devant lui, elle prit l’apparence d’une femme d’une grande beauté. Ce qui le frappa fut la grande ressemblance qu’ils avaient tous les deux, en particulier les yeux.

-Mon fils, dit elle. Je suis si heureuse de te voir.
-Je ne suis pas votre fils, répondit-il sans l’ombre d’un doute.
-Tu es revenu, poursuivit-elle sans prendre en compte ce qu’il disait. Pourquoi ne viens tu pas dans mes bras mon petit prince ? Viens voir maman.

Jaden s’avança et passa à côté d’elle en ignorant ses paroles. Ce n’était pas une apparition qui prétendait être sa mère qui allait le perturber. Il s’engouffra dans le seul passage et arriva dans une pièce faiblement éclairée. La carte était devant lui. Il s’en approcha, confiant. Juste avant de la toucher il recula. Quelque chose n’allait pas, c’était trop simple. Derrière lui il entendit le bourdonnement d’un sabre laser. Il se retourna et vit un homme en noir et portant un masque. Le même que « l’autre ».

-Tu peux le retirer, je sais que c’est toi ! Tu ne me fais plus peur à présent ! Battons nous à visage découvert !

L’ombre émit un rire glauque puis retira le masque. Son visage était blême, ses pupilles était jaune or et la corné rouge sang. Les yeux d’un sith. Jaden ne s’en étonna pas, après tout il était la voix qui lui susurrait de faire le mal. Le voir ainsi le conforta dans son idée. Il prit à son tour son sabre et l’activa. Il était temps de montrer que c’était lui le plus fort et fonça droit sur l’ombre. Les attaques s’enchaînèrent à une vitesse surhumaine. Seul était visible les étincelles que provoquaient l’entrechoquement des sabres. Chacun prenait à tour de rôle le dessus, leurs forces étaient quasiment identiques. Dès que l’un changeait de style, l’autre faisait de même. Le combat se déroula ainsi pendant de longues heures sans qu’aucun ne prenne un avantage décisif. Jaden s’écarta pour réfléchir à une nouvelle approche. Il soufflait bruyamment, totalement épuisé. L’autre ne semblait absolument pas fatigué, aucune goutte de transpiration ne coulait de son visage alors que le padawan était en nage. Il fallait en finir et vite, il leva son sabre à hauteur des yeux, c’était l’unique moyen d’en finir et tant pis s’il devait le tuer. L’ombre prit la position pour effectuer la danse de l’eau. Tout allait se jouer sur cette ultime attaque. Le valeureux padawan s’élança tout en faisant à la force pour augmenter sa vitesse et pendant l’espace d’un instant il se volatilisa. L’ombre ne bougea pas, elle attendait patiemment. Le jedi réapparu quelques mètres derrière elle, le sabre éteint. Tous deux se retournèrent, Jaden cru voir un sourire se dessiner sur le visage de l’ombre. Il allait parler quand elle se volatilisa. Immédiatement Jaden réactiva son arme et se prépara à se défendre.

Il patienta quelques secondes, un bruit le fit se retourner. La carte s’ouvrait sous ses yeux et il vit un petit objet tomber à terre. Il s’approcha prudemment et ramassa le dit objet. C’était un masque, il était aussi brillant qu’un miroir avec un symbole sur le front, un dragon krayt. De lui partait des lignes incurvées rouge qui se rejoignait au menton. Il était magnifique et Jaden décida de le garder. Il le glissa sous son manteau et nota les coordonnées de la carte. Après avoir vérifié qu’il était bien seul il sortit du temple. De l’extérieure il regarda l’entrée. L’ombre n’était pas son démon intérieur, il n’était rien d’autre qu’une matérialisation de sa plus grande peur. Il l’avait vaincu et était devenu plus fort. Rien ne pourrait plus l’arrêter. Il se mit en route pour rejoindre le vieux Jolee. Lorsqu’il arriva, il l’attendait sur le pas de la porte, bagage en main. Le padawan était heureux de le revoir sur pieds.

-Alors, tu l’as trouvé ?
-Oui et j’ai vaincu ma peur !
-Je suis fier de toi, retournons à ton vaisseau. Tes amis doivent être mort d’inquiétude.
-Vous venez avec moi ?
-Bien sûr ! Je pourrai vous être utile !
-C’est un honneur…
-Tais-toi donc, il n’y a aucun honneur à ce que je t’aide !

Jaden le retrouvait, ce vieux fou excentrique. Ils quittèrent la clairière et se rendirent à l’ascenseur d’où ils purent rejoindre les plateformes.

Bastila faisait les cents pas devant le vaisseau. Elle ne tenait plus en place. Elle avait prévenu Lisa que si le lendemain il n’était toujours pas revenu, elle, Juhani et Mission iraient à sa recherche. Mais beaucoup de choses pouvaient se passer en une journée. Elle aurait dû y aller, pensa t-elle. Puis une voix familière l’appela. La jedi cessa de marcher et vit Jaden arriver sur la piste accompagné d’un vieil homme noir.

-Enfin ! Gronda t-elle. Tu ne sais pas donner de nouvelle ? On était tous mort d’inquiétude !!!!
-Excuse…
-Non, non, non ! Pas d’excuse !!! Grandis un peu ! Quel irresponsable ! Qu’aurait on fait s’il t’était arrivé malheur ??? Tu réfléchis un peu ???

Jaden se fit tout petit pendant que la lionne l’incendiait. Jolee heureusement coupa court à cette ravissante querelle d’amoureux et se présenta. Tous trois montèrent ensuite dans le vaisseau. A peine à l’intérieure, que Mission et Juhani lui sautèrent au cou en l’étouffant à moitié. Il parvint difficilement à s’arracher à leurs étreintes et alla voir Carth qui l’attendait le pied ferme avec Lisa.

-Etrange, murmura t-il. Depuis quand ils arrivent à s’entendre ? Passons. Salut Carth !
-Salut, j’ai des mauvaises nouvelles. Les sith attaquent Mirial.
-Nous devons y aller ! Décida Jaden sous le regard admiratif de Lisa.
-QUOI ??? Cria Bastila. Il en est hors de question ! Nous avons une mission ! Jolee, vous êtes un jedi ! Vous comprenez qu’on ne peut pas se disperser ainsi !
-Ce sera une bonne occasion de voir tes progrès Jaden, répondit Jolee.

Seule contre tous, Bastila dû accepter à contre cœur. Carth alla dans le cockpit et entra les coordonnées dans l’ordinateur de bord. Le vaisseau s’ébranla et rejoignit l’espace avant d’entrer en hyper espace. Juhani s’intéressa beaucoup à Jolee. Elle lui posa plein de question sur lui, ses raisons de son départ de l’ordre. Mission à côté buvait les paroles du jedi. Puis il regarda Jaden et eût une idée.

-J’ai une histoire qui pourrait vous intéresser ! Ca vous tente ?
-Oh oui, se réjoui Mission.
-Bien, je pense que tous le monde devrait en profitait, conclu Jolee.

Et voilà! A bientôt pour le prochain chapitre: Le récit de Jolee!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Darth Piejs » Ven 25 Juil 2008 - 15:46   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Très agréable ce chapitre!
Sympa ce petit voyage avec Lisa la gore! :lol: J'aime beaucoup la profondeur que tu donnes à son perso!
Et sinon Jaden Jolee en mode Luke Yoda sur Dagobah! :D Sympa vraiment très original par rapport au jeu mais cela reste dans le concept! J'ai beaucoup aimé :wink:
Bref ca ne change pas je lis chaque chapitre avec plaisir!

Pour ce qui est de la forme pas mal de petite fautes d'orthographes mais bon je laisse les pros, qui a dis Nostil :lol: , te le signaler!
Par contre je vois que tu as pris en compte nos remarque je trouve que tes paragraphes sont beaucoup mieux structurés ton récit gagne donc en clarté! Je pense que Nostil aura le même point de vue que moi à ce sujet.

Effectivement le délai était long comparé à d'habitude mais l'attente valait la peine!

A plus pour la suite :wink:

Et bon WE à tous car je me casse du boulot! Et merci à toi de m'avoir fait passer pépère la fin de la journée de taff devant ta fic! Quoi qui a dis branleur :D
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8891
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Notsil » Jeu 31 Juil 2008 - 12:48   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Je plussoie, l'aération des paragraphes apporte beaucoup de lisibilité ^^

L'entrainement de Jaden est très sympa à suivre, et l'évolution de Lisa aussi ;)
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Darth Piejs » Jeu 31 Juil 2008 - 13:01   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Ca sent les vacances! Pour tout les fics les délais de postage se sont bien allongés! :roll:
Ouin à quand la suite :cry: :x :lol:
Je parle pas de la fic Le Masque du Traître parce que la les délais étaient plus long que les tiens même en periode scolaire. :D
Mes deux fics préféré! Les deux avec Revan quoi et utilisant les mêmes persos 8)
Mais vous vous connaissez? Vous vous êtes concerté pour Lisa par ex? :perplexe:
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8891
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Darkliser » Jeu 31 Juil 2008 - 13:19   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

C'est Revan1er qui a inventé Lisa Hesse et il a autorisé Jedirevan à la prendre pour sa FF

Quant à moi, je leur ai conseillé de venir poster ici au lieu du forum de KoTOR 2 sur jeuxvidéo.com :P
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Darth Piejs » Jeu 31 Juil 2008 - 13:36   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Et tu as bien fait :wink:
PS: Revan1er j'ose esperer que tu as fait cracher des droits d'auteur à JediRevan :sournois:
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8891
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Revan1er » Mer 27 Aoû 2008 - 17:12   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour! En ce jour ensoleillé je vous mets la suite de ma fic! Au programme un petit récit de Jolee qui n'est absolument pas dans le jeu!

Bonne Lecture!


Chapitre XX : Le récit de Jolee


Jolee avait pris place au centre du cercle que formaient Juhani, Bastila, Mission, Lisa et Carth. Seul Jaden et Candérous étaient restés en retrait prés d’une console informatique.

-Bon par où vais-je commencer ? Commença t-il à dire.

Le vieil homme passa sa main sur son bouc, la tête fixant ses pieds.

-A oui, c’était il y a à peu près 20 ans, mon dieu que ça ne me rajeuni pas. Bref, à cette époque je suivais encore les ordres du conseil et je revenais d’une mission diplomatique sur Raxus prime. J’avais évité de justesse un conflit entre deux factions pour le contrôle des industries lourdes. Plus de quatre mois de négociation pour trouver un terrain d’entente et je pu enfin retourner sur Coruscant.

« Le petit vaisseau se posa sur la piste d’atterrissage réservé aux jedi. Le capot s’ouvrit, un homme noir d’age mûr en sortit. C’était Jolee Bindo en plus jeune, il était déjà chauve mais son bouc était encore d’un noir de jais, ce qui le rendait très viril d’après la gente féminine. Derrière lui, une jeune adolescente le suivait. Elle était de taille moyenne, environ 1m60. Elle possédait une longue chevelure d’un blanc immaculé tout comme son visage. Dans sa bure blanche elle ressemblait à un ange. Mais ne vous y trompez pas, cette apparente innocence masquait une fougue et une vivacité exceptionnelles pour quelqu’un d’aussi jeune. Cela faisait maintenant quatre ans qu’elle était la padawan de Jolee et elle le respectait comme son père. Par contre ô grand jamais elle ne se serait permise de familiarité avec lui bien qu’il lui avait dit dès le début de le considérer comme un ami et non comme un mentor. Il était comme ça Jolee, il n’aimait pas la hiérarchie, pour lui elle était nécessaire pour maintenir l’ordre au sein des jedi mais pour leur commun il n’était pas utile qu’entre élève et apprenti il y ait autant de distance. D’après ce grand jedi, il fallait instaurer un lien de fraternité entre eux pour les rapprocher, unir l’ordre et non les diviser en catégorie, padawan, chevalier, maître… Hélas il était l'un des seuls à penser de cette façon.

-Maître, demanda sa padawan.
-Combien de fois dois-je te le répéter ? Répondit Jolee sur un ton un peu dur. J’ai un prénom alors utilise le !
-Oui maît… euh… Jolee.

A chaque fois c’était la même rengaine, il lui faisait la remarque, elle obéissait à contre cœur mais il savait qu’au bout de quelques temps elle le rappellerait « maître ».

-Vas-y, je t’écoute, dit-il en se dirigeant vers l’académie.
-Pourquoi n’avez-vous jamais rejoint le conseil ? Vous êtes forts, rusé et d’une grande sagesse.

Le jedi s’arrêta de marcher et regarda son élève droit dans les yeux. Il n’éprouvait aucun sentiment de malaise à cette question, il paraissait plutôt amusé.

-Ce n’est pas fait pour moi, tu es un peu trop jeune pour comprendre ma petite.
-Je ne suis pas « petite », je suis certes la plus jeune à avoir accédé au rang de padawan mais je suis aussi mature qu’un jedi chevronné !
-Qu’est-ce qu’un jedi chevronné ? La questionna t-il en souriant. Tu ne peux pas le définir par l’expérience aux combats, ni aux connaissances. C’est bien plus que cela. Mais comme tu as l’air d’y tenir je vais te répondre. J’ai refusé une place au conseil il y a pas mal de temps de ça. A l’époque je ne partageais pas la même vision qu’eux de l’enseignement, et c’est toujours le cas aujourd’hui. Je craint hélas que cela ne changera pas. Pour moi les pouvoirs de la force ne sont ni bon ni mauvais, c’est ce qu’on en fait qui importe. Prenons un exemple, dit il en voyant le visage interrogateur de son élève. Prends l’éclair de force si souvent attribué à l’usage obscur. En modérant sa puissance tu peux sauver la vie d’une personne en arrêt cardiaque.

-Enfin maître…
-Yuya !!!
-Jolee… se reprit aussitôt la jeune Yuya. Il y a quand même des pouvoirs qui ne peuvent servir qu’à la destruction et à la mort !
-Tu penses au pouvoir qui te permet d’étouffer ton adversaire je présume.
-Oui.
-Il peut servir à neutraliser un ennemi un peu trop vivace.
-Mais le pouvoir de stase sert justement à ça !
-Et que fait-tu s’il arrive à se libérer ? Il est toujours en parfait état de se battre. Si au contraire tu l’étouffes juste assez pour qu’il s’évanouisse, tu peux ensuite le livrer aux autorités sans danger ni pour toi ni pour eux. Tu dois bien réfléchir à la nature de la force. Chaque pouvoir peut être bon comme mauvais. Nous utilisons par exemple le pouvoir de persuasion, non ?
-Bien sûr mais il faut que se soit pour le bien des autres et non pour notre intérêt personnel !
-Et voilà, dit triomphalement Jolee. Tu as mis pile le doigt sur ce que je voulais t’apprendre, qui est aussi mon point de désaccord avec le conseil.
-Mais ça parait pourtant logique de la façon dont vous l’expliquez.
-Effectivement, mais ils pensent à tort que l’apprentissage d’une telle doctrine soit dangereuse. Un jedi non préparé pourrait tué volontairement ou involontairement un innocent. De ce fait, il pourrait comprendre à quel point il est supérieur au commun des mortels.
-Excusez-moi de vous interrompre mais c’est déjà le cas, dit Yuya incrédule.

Jolee passa sa main dans les cheveux de son élève, il était fier d’elle. Son côté obéissante lui venait de ses parents échanis mais elle savait utiliser sa tête si on lui donnait les bons éléments. Elle n’avait été que très peu pervertie par la doctrine du conseil.

-Exacte, confirma t-il. Mais le conseil ne le voit pas de cet œil.
-D’où votre opposition, affirma t-elle joyeuse. Merci maît… Jolee. Merci pour cette leçon.
-Tu n’as pas à le faire, je t’enseigne mon savoir, rien de plus. Ensuite se sera à toi d’appliquer ta propre doctrine.
-Un jour je siègerai au conseil et je ferai tout pour qu’ils changent d’opinion !
-Tu es courageuse Yuya et tout autant têtu, je te fais confiance pour ça. N’oublie jamais que ton chemin sera parsemé d’embûches, tu ne devras rien lâcher pas une once de terrain.
-Je le ferai, dit elle plus déterminée que jamais.
-Yuya ! Yuya !
-Aaren ! Répondit la jeune padawan en se tournant.

Une autre adolescente approcha en courant vers le maître et l’élève. Son visage était joyeux, elle était heureuse de retrouver son amie. Elle s’arrêta à bout de souffle devant eux.

-Salut Aaren, dit Jolee.
-‘lut Jolee, répondit Aaren à court d’oxygène.
-On vient juste d’arriver, dit Yuya hilare. On ne va pas s’envoler !
-Ce n’est pas pour ça, haleta t-elle. Le conseil veut te voir Jolee, à ce qu’il parait c’est urgent.

Jolee fronça les sourcils, en règle générale il se méfiait lorsque les maîtres voulaient le voir immédiatement. Soit c’était pour une mission totalement dénuée d’intérêt tel que sauver le chat d’un gouverneur de province soit démêler un sac de nœud entre deux planètes sur le point d’entrer en guerre.

-Ok, merci pour l’info je m’y rends de ce pas !

Jolee commença à se diriger vers l’immense bâtisse quand il réalisa une chose, il se retourna et dit à Yuya qu’elle pouvait aller avec son amie se détendre, il la rejoindrait dans une heure à la cantina. Elle acquiesça avec un grand sourire et partit avec Aaren. Depuis qu’il avait connu cette jeune adolescente il ne l’avait jamais vu seule, toutes les deux étaient toujours collées comme des siamoise, un peu comme cet étrange jedi avec Atris. Comment s’appelait-il déjà, ah oui Den Orion, un jeune jedi guérisseur d’une vingtaine d’année. C’était justement lui qui lui avait enseigné la guérison avec les éclairs de forces. Il passait son temps avec cette maître jedi, une autre échanie et qui avait été récemment nommé au sein du conseil. Mais contrairement à Yuya, Atris était une fervente partisane de la force unificatrice. Dès leur première rencontre il ne l’avait pas apprécié, hautaine, sûre d’elle, beaucoup trop immature pour le poste auquel elle avait accédé, pensait Jolee. Il se rendit donc dans la salle aux milles fontaines ou l’attendait Zez Kai Ell, Vandar, Vrook et Atris, les autres membres étant en mission.

-Je vous souhaite bien le bonjour, les salua Jolee en s’abaissant.
-Jolee ! Dit Vandar, heureux de voir que vous allez bien. Et Yuya, comment va-t-elle ? Pourquoi n’est elle pas venue ?
-Elle se porte à merveille, merci de votre sollicitude, continua Jolee sur un ton faussement mielleux. La raison de son absence est que je le lui ai demandé de ne pas m’accompagner.

Il n’aimait pas parler comme cela mais il était sur la sellette , pas mal de maîtres voulaient le coller dans un coin reculé de la république pour ne plus entendre parler de lui, seul quelques-uns de ses amis avaient réussi l’exploit de s’opposer à cette décision.

-Que puis-je faire pour le conseil ?
-Nous avons une mission de la plus haute importance, dit Atris avec cet air hautain qui répugnait le jedi.
-Et quelle est elle ?
-Vous n’êtes pas sans savoir qu’une énorme contrebande d’arme se déroule au sein même des mondes du noyau.
-Effectivement j’en ai eu vent, mais je ne vois pas en quoi cela concerne l’ordre.

Atris parut choquée par la réflexion de l’homme. Elle n’allait sans doute pas tarder à perdre sa patience. Heureusement, Zez Kai Ell prit la parole.

-Des espions infiltrés ont fait parvenir au chancelier suprême des informations inquiétantes.
-Inquiétante ? Dans quel sens ?
-Il semblerait qu’un ancien jedi tire les ficelles de ce trafique.
-Un jedi ? Sait on de qui il s’agit ?
-Justement nous l’ignorons, concéda Zez Kai Ell. Nous sommes navré de vous le demander mais…

Jolee savait qu’il ne l’était pas, le membre du conseil n’approuvait les méthodes d’enseignements de Jolee. En réalité c’était lui et Atris qui avaient été les deux premier à demander son « départ ».

-Mais vous devez partir sur le champ pour Ralltir et enquêter pour trouver de qui il s’agit.
-Et ensuite ? Demanda Jolee en sachant parfaitement ce qu’il allait dire.
-Vous devrez le neutraliser pour que l’armée républicaine puisse l’extrader vers la capitale en vu d’un interrogatoire.
-Pourquoi moi ? Je ne suis pas le seul jedi que vous ayez sous la main… commença Jolee.
-Insolant, cria Atris en se levant.
-Atris, dit calmement Vrook, asseyez vous. Cette mission requiert une perception de la force que seul vous possédez.
-Bien, conclu Jolee. Je suivrais les instructions du conseil.
-Cela fera aussi un grand bien à votre padawan, dit Atris.
-Ma padawan comme vous dites, trancha Jolee, s’appelle Yuya. Alors je vous prierais de ne plus l’appeler « padawan » sur ce ton.
-Retirez vous à présent, coupa Zez Kai Ell avant qu’Atris ne réponde à la provocation.
-A vos ordres, termina Jolee avant de saluer les membres du conseil et de sortir de la pièce.

Lorsqu’il arriva à la cantina, Aaren et Yuya rigolait à en pleurer. Il n’eut même pas à les chercher parmi la foule tellement elles faisaient du bruit. Il quitta sa mine pensante pour ne pas inquiéter sa jeune élève et lorsqu’il arriva près d’elle il avait retrouvé le même visage rayonnant qu’au moment où il les avait quittés. La fraîche et innocente Yuya se tourna vers son maître à l’instant où il surgit dans son dos.

-Déjà fini ? Demanda t-elle.
-Oui, on a une nouvelle mission.
-Où va-t-on ?
-Sur Ralltir, on doit trouver le chef d’un réseau de trafiquant d’arme.
-Ouah, répondit Aaren. T’as trop d’la chance ! Moi on me donne que des missions pourries.
-Chaque mission apporte son lot de connaissance, l’averti Jolee. Ne l’oublie jamais.
-Oui, oui, mais bon j’aimerais tellement un peu d’action, me battre contre une armé entière pour la survie d’un peuple. Et bien sûr je leur ferai mordre la poussière !
- En tout cas ce n’est pas la modestie qui t’étouffe ! Ajouta Jolee.

Tous éclatèrent de rire même Aaren.

-Quand part on ? Articula difficilement Yuya entre deux éclats de rire.
-Immédiatement !
-Ah,… répondit Yuya devenu soudainement calme.

Le cœur gros elle salua son amie et suivie Jolee jusqu’au vaisseau qu’ils venaient de quitter il n’y avait pas une heure. Le plein fait, ils prirent place et s’envolèrent jusqu’au lieu de leur mission. A peine sortit de l’hyper espace, Jolee senti la présence, faible mais bien là, d’un adepte de la force.

En premier lieu il fallait absolument qu’ils se fondent dans la masse pour passer inaperçus, par chance, si on pouvait le dire ainsi, la planète avait été désignée comme terre d’accueil pour les déraliens. Pas moins de quelques mois auparavant les mandaloriens avaient anéantis la quasi-totalité de leurs foyers, faisant des milliards de morts et de blessés. Les survivants arrivaient par cargo entier. La présence donc de deux intrus supplémentaire passerait inaperçu. Ils posèrent le vaisseau au milieu des transporteurs et se mêlèrent à un nouvel arrivage de réfugié. La présence que Jolee avait perçu depuis l’espace était plus diffuse, quasi imperceptible à cause de toutes les personnes qui les entouraient. Il décida donc de joncher les rues à la recherche d’une trace leur permettent de déterminer la planque de l’ancien jedi.

La pauvreté et la misère emplissaient les rues, pour Jolee le spectacle était supportable, il en avait vu d’autre mais c’était la première fois que sa jeune protégée assistait à un spectacle aussi désolant, dur. Le lien qui unissait les deux être permit à Jolee de connaître la douleur qu’elle subissait. En revanche il ne montra aucun signe trahissant sa compassion, la réalité était dure, moche et un jedi se devait de connaître le destin tragique d’une grande majorité de la population. Ils ne devaient pas rester cloîtrés dans leur tour d’ivoire. Encore une autre raison qui l’avait fait refuser le poste de membre du conseil. Ils restaient en dehors de tout, ne partageant pas la souffrance des gens. Il fut tiré de sa concentration par le cri de Yuya. Lorsqu’il se retourna pour la remonter il vit qu’elle s’était mise à courir à l’opposé la direction qu’ils empruntaient.

-Tant pis pour la discrétion, marmonna t-il dans sa barbe.

Il couru pour la rejoindre, sa capuche se rabattant sur ses épaules à cause du vent. Elle était difficile à suivre, changeant sans cesse de direction, se faufilant dans des passages très étroits, parfois il dû faire des saut de force pour passer au dessus des obstacles. Il continua ainsi pendant une bonne heure avant de parvenir à la hauteur de sa disciple.

-Qu’est ce qui te prends ? Demanda t-il en colère.
-Ce gamin là vous a volé votre bourse, maître. Je l’ai surpris.
-Impossible, je l’aurai senti approché !

Il mit quand même la main à sa ceinture et constata que sa bourse n’y était plus. Il regarda l’enfant qui fuyait devant eux et fut ébahi par sa prouesse. Non seulement il avait volé sa bourse sous le nez de deux jedi mais en plus il arrivait à les maintenir à distance. Jolee était répugné à l’idée d’utiliser la force à ce moment mais il n’avait pas le choix. Sans argent ils ne pourraient pas rester et donc la mission serait compromise. Il voulu l’arrêter en l’emprisonnant dans un champ de stase.

D’un geste incroyablement agile, le petit garçon plongea sous la table d’un vendeur et lui évita d’être pris.

Jolee n’avait plus d’autre choix que de le prendre en tenaille. Il ordonna à sa padawan de passer par les toits et de lui bloquer le passage. Aussitôt Yuya s’éleva dans les airs et fonça à pleine vitesse droit devant elle. Après quelques dizaines de mètres, Yuya apparu devant le voleur. Il s’arrêta net et lança un regard noir à la jeune femme. Il regarda par-dessus son épaule et constata que le vieil homme n’était plus très loin. Jolee vit une chose stupéfiante, le garçon avait tendu son bras vers une table puis immédiatement après tous les objets présents s’envolèrent vers lui et la padawan. Pendant un bref instant il sentit une force extraordinaire émaner du garçon. Jolee écarta comme un rien les projectiles et Yuya fit de même. Hélas, cette diversion eu pour effet de perdre de vu le voleur. Jolee vint à la hauteur de Yuya et tous deux scrutèrent les environs. Dans le même temps Jolee essayait de retrouver l’aura du garçon. Mais aussi incroyable que cela puisse paraître, elle avait totalement disparue.

-Maître, dit Yuya sous le choc, mais qui est-ce ? Un élève d’une autre académie ?
-Il n’y en a aucune dans les environs, répondit Jolee sur le même ton.
-Mais… ce gosse a utilisé la force de manière consciente, c’est impossible. Même les plus doués en étaient incapable avant d’entrer dans l’ordre !
-Il est peut-être l’exception qui confirme la règle !
-Vous pouvez quand même le retrouver avec votre don maître ?

Jolee était tellement abasourdis qu’il n’avait pas remarqué que Yuya venait pour la seconde fois de l’appeler maître.

-J’en suis pourtant incapable ! Non seulement il utilise très bien la force mais en plus il sait la camoufler à la perfection. Seuls quelques maîtres en sont capables, il est vraiment incroyable. Mettons nous à sa recherche, je suis impatient de savoir comment il a fait.
-Oui maître. Je vais suivre cette direction, dit elle en pointant une rue à sa droite.
-Fort bien, je prend de ce côté, rendez vous ici dans trois heures. Si tu le trouves avant préviens moi, sinon on recommencera demain.
-Pourquoi seulement trois heures ?
-On ne verra plus à deux mètres, le soleil sera couché !

Yuya partis dans la direction qu’elle avait indiqué pendant que Jolee fit quelques pas vers la rue de gauche puis se ravisa. Quelque chose clochait, le garçon n’avait eu qu’une fraction de seconde pour disparaître. Le jedi revint sur ses pas et s’abaissa, lorsqu’il se releva il souriait de toutes ses dents. Sous la table se trouvait un petit passage, tout juste assez large pour un enfant. Jolee se remit à genoux et regarda à travers le passage, il débouchait sur une petite cour entourée par des habitations. Il se releva et sauta sur le toit. En contre bas il vit la cour, personne n’y était. Il se laissa descendre doucement pour faire le moins de bruit possible. Il se glissa dans l’ombre et écouta. Il discernait parfaitement les passants et un petit groupe d’enfant non loin de là. Il s’approcha d’une porte et tendis l’oreille. Les voix d’enfants provenaient de là. Il chercha un passage pour entrer discrètement et trouva une fenêtre entrouverte. Le jedi se glissa à l’intérieur et approcha de la fameuse pièce. Il jeta un coup d’œil et fut ravi de voir le petit voleur.

-On va pouvoir manger aujourd’hui, dit-il. J’ai assez d’argent pour tout le monde.
-Merci, répondit une petite fille.
-Merci, dit un autre.

Jolee s’adossa au mur et réfléchis. Un voleur au grand cœur, ce n’était pas pour lui qu’il avait pris autant de risque mais pour les autres. Il avait déjà l’âme d’un grand et noble jedi. Il se releva et entra séance tenante dans la pièce. Les enfants qui le virent furent pris de panique et se réfugièrent derrière leur chef, le petit voleur. Lui, regardait Jolee droit dans les yeux en signe de défis. Il avait le visage grave d’une personne prête à attaquer.

-Comment avez-vous trouvé cet endroit ? Rugis le petit homme.
-Par déduction, je me demandais pourquoi tu avais fais quelques passages devant ce marchand avant d’être pris au piège. Et la solution est venue d’elle-même, c’était près de ta cachette.
-Vous êtes intelligent pour un vieux jedi !
-Merci, je prends ça pour un compliment. Mais pourquoi dis tu que je suis un jedi ?
-Je vous ai senti, et j’ai vu votre sabre sous votre manteau.
-Tu dis m’avoir senti ? Pourtant je dissimulais mon lien avec la force.
-C’était bien le cas mais pas pour votre amie, elle était visible comme un humain au milieu d’un attroupement d’extra terrestre.
-Pas mal, reconnu le jedi. Qui t’as enseigné l’usage de la force ?
-Personne !
-Personne ?
-Oui, j’y suis arrivé seul !
-Epoustouflant, dis moi comment tu t’appelles, moi c’est Jolee. Jolee Bindo maître jedi.
-En quel honneur devrais-je te le dire ?
-C’est la moindre des politesses. Où sont tes parents ?
-Ils sont morts !
-Désolé, reprit aussitôt Jolee. Ils te manquent peut-être ?
-Pas du tout ! Ils… ils étaient faibles… ils… ils m’ont abandonné… et… et les autres m’ont tous rejeté ! Ils disaient que c’était de ma faute si Déralia a été attaqué.
-Pourquoi ? J’imagine mal un enfant de ton âge décider d’une attaque.
-Ils pensaient que mon père voulait protéger son trône pour me le léguer quand j’aurais eu l’âge.
-Corel ! Ton père était le roi de Déralia !
-Oui, et moi je suis Revan, Revan Regana. Maintenant partez avant que je vous botte les fesses !
-C’est mal poli de parler de cette façon et puis crois tu que je me laisserais faire ?

Le gosse se mit à sourire et dans la pénombre ses yeux vert émeraude brillaient de milles éclats.

-Je vous ai eu une fois, pourquoi pas deux ?
-Pour la simple raison que je suis sur mes gardes et que je ne te prends pas à la légère.
-Vous voulez votre or, c’est ça ? Dit-il en tendant la bourse.

Il savait parfaitement qu’en combat ouvert il n’aurait aucune chance, autant renoncer même si ça voulait dire qu’ils ne mangeraient pas aujourd’hui.

-Pourquoi m’as-tu volé si tu savais qui j’étais ?
-Les jedi sont riches, je pensai que vous ne le remarqueriez pas.
-Mais mon amie t’a vu !
-Ouais !
-Tu as commis la seule erreur qui t’a perdu.

Le jedi s’approcha du garçon, il prit la bourse et repartit. Avant de quitter la pièce il jeta la bourse qui était plus légère.

-Donne la leur et suis moi !
-Vous suivre ? Vous voulez me remettre à la police ?
-Non, tes capacités sont incroyables pour un enfant de ton âge. Si tu viens avec moi je te ferai intégrer l’ordre et tu pourras sortir de cette misère.
-Mais…, commença Revan en se tournant vers ses amis d’infortune.
-Vas-y Revan, on se débrouillera seul, c’est ta chance de devenir un grand homme, après je pourrai me marier avec toi et je serai riche !
-Elle a raison, dit un autre, tu t’es assez occupé de nous. Pense à toi.
-Les amis, répondit Revan avec une boule dans la gorge. Je reviendrai pour vous aider quand je serai devenu le plus fort des jedi. Je vous le promets !

Un grand cœur pensa Jolee, ce garçon pensait toujours aux autres sans se soucier de lui. Il deviendrait le plus grand des jedi. Tous les deux sortirent dans la rue, Jolee appela Yuya et lui donna rendez-vous à l’écart de la ville. Lorsque lui et Revan furent à l’endroit indiqué, le jedi questionna le garçon.

-Alors comme ça tu as appris tout seul ?
-Oui, répondit Revan avec enthousiasme. Absolument tout seul. Jusque je me souvienne j’était capable de faire plein de chose extraordinaire. Toujours premier à l’école, en sport… J’étais imbattable, mes parents étaient fiers de moi !
-Ils te manquent ?
-Oui, répondit cette fois-ci le garçon. Je me sens seul sans eux. Quand je suis arrivé ici personne ne voulait de moi, ils disaient tous que je portai malheur. Alors j’ai vagabondé, volé quand j’avais faim et puis j’ai rencontré les autres. Ils m’ont accepté tel que je suis et j’ai voulu tout faire pour les remercier. Mais un jour je me suis fait attraper pendant que je volai de la nourriture. Sous la colère j’ai détruit toute la maison du marchand, j’ai alors compris que j’avais d’immense pouvoir. J’ai donc appris à les maîtriser mais aussi à les dissimuler.
-Pourquoi ?
-Il y a un autre homme comme nous, mais lui est méchant. Il torture et tue des gens pour son plaisir. Un de mes amis est tombé entre ses mains… Je voulais le venger mais… j’avais peur, je devais rester libre pour aider les autres.
-Mais tu es fort ?
-Pas assez pour lui tenir tête, il a un sabre laser et moi… à part un bâton je n’avais rien d’autre…
-Saurais tu par hasard où il habite ?
-Bien sûr, je vous le montre quand vous voulez.
-Merci, je vais te dire pourquoi je suis ici. On m’a chargé de l’arrêter.
-Dites monsieur…
-Appelle moi Jolee.
-D’accord Jolee, vous pouvez m’apprendre à utiliser mieux la force ? Et aussi à utiliser un sabre ?
-Pourquoi pas, on a encore un peu de temps avant que Yuya arrive.

Jolee demanda à Revan de montrer de quoi il était capable. Le petit bonhomme parvint à faire léviter les pierres aux alentours sans aucun problème et savait aussi utiliser la force de courir et de sauter, puis ça s’arrêtait là. Cela restait tout de même un exploit, maîtriser aussi bien la force en seulement quatre mois, un véritable géni.

-Viens t’asseoir devant moi Revan.
-D’accord, répondit le garçon.
-Bien, maintenant je vais te donner ta première leçon. Ferme les yeux et fait le vide en toi, ne pense à rien.

Revan s’exécuta sans rien dire, il était devenu docile et obéissant. Il se passa un petit moment avant que son corps fut parcouru d’un frisson.

-Que vois tu ? Demanda aussitôt Jolee.
-Un… un garçon, il… il pleure, il souffre beaucoup. Il… il veut sortir, voir l’extérieure, vivre sa vie.
-Comment le sais-tu ?
-Il… il me l’a dit ! Il me parle.
-Qu’y a t-il autour de toi ?
-Rien, il… j’ai froid…
-Concentre toi plus, fais abstraction du garçon.
-Il… il disparaît ! Je ne le vois plus.
-Et que vois tu à la place ?
-Une prairie, tout autour de moi c’est vert… c’est agréable.
-Autre chose ?
-Oui, je vois une femme, elle est très belle, on dirait un ange. Elle… elle me fait signe.
-Tu la connais ?
-Non, je ne l’ai jamais vu. Derrière moi se trouve une maison, mais… c’est ma maison !
-Elle est intacte ?
-Non, elle est dans le même état qu’au moment où je suis partit. L’ange… vient vers moi, elle me sourit. Elle m’appelle !!!

Soudain l’enfant ouvrit les yeux tout excité et heureux.

-Que t’a-t-elle dit ?
-Elle m’a appelé par mon prénom ! Et après elle m’a dit qu’elle m’aimait !
-C’est l’avenir que tu as vu.
-Alors c’est vrai ? Je vais la rencontrer et elle m’aimera ? Demanda avidement Revan.
-C’est une éventualité.
-Eventualité ? Mais tu disais que je venais de voir mon futur !
-Ce que tu as vu n’était qu’une possibilité. M’aurais tu volé si tu avais vu une partie de ce qui allait se passer ? La poursuite, le fait que je te retrouve mais que tu ignores ce qui allait se passer ensuite. Aurais-tu agis autrement ? Où serais-tu venu me parler directement ? Et t’aurais-je cru ? Tu dois apprendre que ce que l’on voit change, c’est un principe irrévocable. Retournera tu chez toi pour attendre cette femme qui ne viendra probablement jamais ?
-Je l’ignore.
-Vois tu, je ne pense pas qu’elle viendra d’elle-même mais que se sera pour te retrouver. Votre première rencontre s’étant déjà produite. Tu ignores en fait tout le chemin qui te mènera à cette destiné.
-Alors pourquoi voit on l’avenir ?
-Bonne question, pour nous mettre en garde probablement. Quand les évènements sont proches on peut éviter le pire mais dans le lointain… c’est une autre histoire. La leçon est finie et je suis content de toi, une vision aussi claire et détaillé pour ta première fois, c’est remarquable.

Yuya venait d’arriver, elle n’était en aucun cas essoufflée. Jolee lui avait fait un topo de la situation et donc elle n’avait aucun besoin de presser le pas. Elle jeta un regard menaçant au garçon qui le lui rendit. La padawan trouva le moment propice à la reprise des recherches mais son tuteur l’en dissuada. Il savait où l’adepte de la force vivait. Il voulait voir à présent comment évoluait le petit. Il demanda à Yuya de lui prêter son second sabre, il s’agissait d’un petit sabre à lame violette. A contrecœur elle obéi et prêta son arme. Le garçon l’activa aussitôt et contempla la lueur de la lame. Jolee demanda à Yuya d’activer le sien et de faire un petit combat contre le petit Revan. Il n’eut pas besoin de lui dire deux fois, elle paraissait enchantée. Comme toutes les échanies elle était capable de lire les sentiments des gens en croisant le fer avec eux. Rien de tel pour la calmer, elle se rendrait compte du cœur pur de l’enfant et raviserait son hostilité envers celui qui l’avait fait tourner en bourrique. Bien sûr il se vit obligé de lui préciser d’aller doucement. Elle s’avança rapidement vers Revan et enchaîna quelque coup vicieux qui le désarma.

-Tu tiens mal ton sabre, critiqua Jolee. Sois plus ferme sur le manche sans trop l’être. Tu dois rester le plus souple possible, absorbe les impacts dans un premier temps. Entraîne ton adversaire avec toi et ensuite porte lui une attaque.

Le garçon acquiesça et essaya de mettre en pratique les conseils de son premier maître. Peu à peu il prenait confiance en lui et commençait à attaquer. Il ne se débrouillait pas trop mal, en face Yuya avait changé de comportement. Mais après quelques minutes le garçon mit un genou à terre et s’effondra. Yuya rengaina son sabre à la va vite et se jeta à côté de lui. Elle avait peur d’y avoir été un peu trop fort. Dès qu’elle le prit dans ses bras son anxiété s’estompa, il dormait, épuisait par sa journée. Après tout il n’avait jamais eu à user autant d’énergie entre la poursuite, l’entraînement… Bien qu’elle avait été en colère avant de le combattre, maintenant elle éprouvait un peu de compassion. Elle le blottit contre son corps et lui caressa tendrement les cheveux. Elle fut cependant mal à l’aise lorsque celui-ci l’appela maman.

-Repose toi, murmura t-elle à son oreille avant de déposer un baiser sur son front.

Jolee était satisfait, deux leçons apprises à la perfection pour Yuya et Revan. Il se leva de son bosquet et invita Yuya à le suivre avec l’enfant. Le soleil se couchait à l’horizon. Ils passèrent la journée suivante à s’entraîner, Revan tenait à les suivre pour l’arrestation de l’adepte de la force. La jeune padawan essaya de l’en dissuader mais il se trouvait que le garçon était aussi têtu qu’une mule. Alors Jolee accéda à sa requête, en contrepartie il devait oublier tout sentiment de vengeance, car elle le détruirait s’il s’y abandonnait. Le jour d'après, seul Yuya et Revan s’entraînèrent tandis que Jolee allait espionner le chef des trafiquants. Il eu beaucoup de mal à faire comprendre au garçon qu’il allait uniquement en reconnaissance. Les jours défilèrent, Jolee continuait d’étudier le comportement de l’ancien jedi pendant que Revan faisait d’énormes progrès. Un beau jour, Jolee décida que le moment d’attaquer était venu. Revan entrerait avec Jolee à l’avant de la résidence tandis que Yuya se chargerait seule d’entrer par derrière.

Le jedi neutralisa facilement les gardes de l’entrée principale mais quand il se retourna Revan avait disparu.

-Merde, jura t-il. Je dois lui mettre la main dessus avant qu’il ne soit trop tard !

Jolee dégaina son sabre à lame verte et fonça droit dans le tas, il n’avait plus le temps pour une approche surprise. Quand il entra tous les gardes étaient morts, tués d’un seul coup de sabre. Il gravit ensuite quatre à quatre les escaliers et chercha désespérément le petit chenapan. Ce ne fut qu’à l’approche de la chambre de l’ex jedi qu’il le trouva. Il arracha la porte de ses gongs avec la force et entra dans la pièce. Revan était devant lui, la respiration saccadé, couvert de sang et de blessure provenant pour la plupart de tir de blaster. L’ex-jedi se jeta sur lui, si bien que Revan cru sa dernière heure arrivée. Mais c’était sans compter l’intervention du maître jedi. Il para aisément l’attaque et repoussa l’assaillant de toutes ses forces.

-Alors content ? Dit froidement Jolee. Que se serait-il passé si j’avais tardé une seconde de plus ?
-Je voulais…
-Tu ne voulais que te venger de la mort de ton ami ! Coupa Jolee sur le même ton.
-Je suis désolé, je…
-Assez, on en rediscutera plus tard ! Trancha Jolee.

Yuya arriva enfin dans la pièce et se rua sur Revan. Elle le prit dans ses bras et quitta la pièce. A présent Jolee était seul contre l’ancien jedi et baissa son sabre.

-Je suis mandaté par le conseil pour t’arrêter, rends toi sans opposer de résistance et tout ira bien pour toi.
-Me rendre ? Dit l’homme. Laisse moi rire, un vieux chnoque comme toi ne peux rien contre moi !

Il fonça tête baissée sur Jolee et l’attaqua avec des coups rapides. Le jedi trouva ses assauts pathétiques, ils étaient lent et manquaient de précision. En d’autres mots il n’avait aucun talent. Il n’avait même pas besoin de son sabre pour esquiver son adversaire. Un seul coup fut suffisant pour lui, l’ex jedi tomba à terre, incapable de bouger.

-Laisse moi te dire une chose, dit Jolee. Ce garçon n’est pas un padawan, il ne fait pas partie de l’ordre et pourtant il a réussi à te mettre en difficulté. Tu n’avais donc aucune chance contre moi. Maintenant l’armée va t’escorter jusqu'à Coruscant pour que t’y sois jugé !

Quelques soldats républicains entrèrent dans la pièce et se saisirent de l’homme. Pour Jolee la mission était finie, il descendit rejoindre Yuya et Revan dont les blessures était pansées. A l’approche du maître il baissa la tête, des larmes coulant sur son visage taché de sang.

-Tu as fais preuve d’irresponsabilité, clama Jolee. Si tu as l’intention de devenir un jedi il te faudra obéir aux ordres que l’on te donne.

Yuya ne s’interposa pas, c’était la première fois qu’elle le voyait aussi dur, mais c’était pour le bien de Revan, il aurait pu mourir.

-Il était trop fort pour toi, reprit calmement Jolee.
-Non, répondit Revan dans un sanglot. Sa force était inférieure à la mienne.
-La force de quelqu’un ne se juge pas uniquement sur son pouvoir, certaines personnes sont plus fortes qu’un maître jedi alors qu’ils ne peuvent absolument user de la force. De plus, tu as beau avoir un grand potentiel tu n’étais pas prêt, tu manquais d’entraînement et de pratique.

Jolee sortit devant, ses deux élèves le rattrapèrent et tous les trois gagnèrent l’astroport. Etant donné que le vaisseau ne comportait que deux places, Yuya le prit sur ses jambes, heureusement le trajet était court. Pendant le temps du voyage, Revan raconta à Yuya son histoire, elle le serra fort contre elle lorsque ce dernier pleura au moment où il raconta la découverte du corps de sa mère au milieu du champ de bataille. Elle versa aussi quelques larmes, touché par détresse du petit garçon.

Le trio arriva finalement au cœur de la république, sur la planète la plus peuplé des systèmes du noyau, la grande et unique Coruscant. Revan était émerveillé par tant d’habitation luxueuse, de richesse et plus que tout ce fut l’académie qui accapara son attention. La navette se posa doucement et tous les trois en sortirent. Jolee donna congé à sa padawan, il devait aller voir seul le conseil avec Revan.

Bien qu’elle ne le connaissait pas depuis longtemps elle s’était beaucoup attachée à lui. Elle l’enlaça une dernière fois et l’embrassa sur chaque joue avant de relâcher son étreinte. Ce fût la dernière fois qu’elle vit le petit garçon.

Ensuite, Jolee dût presque tirer le jeune bambin tellement celui-ci s’arrêtait tout le temps pour contempler les merveilles architecturales de l’édifice. Ils parvinrent finalement devant la salle aux milles fontaines. Jolee frappa à la porte comme de coutume et pénétra dans la vaste salle où les membres du conseil les attendaient avec impatience. Tous deux les saluèrent convenablement et Jolee fit le récit de ses péripéties. Tous écoutaient d’une oreille attentive en acquiesçant de la tête lorsqu’il jugeait que le jedi avait bien agis. Puis Atris prit la parole quand il eut fini.

-Qui vous a autorisé à instruire cet enfant ?
-Personne, répondit sans hésiter Jolee. La force est très forte en lui, il devait apprendre à la canaliser avant que quelque chose ne dégénère.
-Vraiment ? Répondit Zez Kai Ell sceptique. Je ne ressens rien pourtant, aucune trace d’affinité avec la force.
-Il a pris pour habitude de la masquer, mais si vous tenez à le tester, faite le ! Vous serez surpris !
-C’était notre intention, répondit Vandar. Revan, habituellement on demande aux aspirants de deviner les reproductions holographique qu’un des maître voit sur une petit carnet mais comme Jolee dit que tu maîtrises en partie tes pouvoir fais nous une démonstration. Par exemple, j’aimerais que tu fasse léviter ses livres sur la table du fond. Peux tu le faire ?
-Rien de plus simple, répondit calmement Revan.

Il se tourna vers la table, tendis les mains en avant et aussitôt les livres se mirent en lévitation et vinrent au centre de la salle. Sa force relâchée, quelques maîtres reculèrent au fond de leur siège.

-Bien, dit Vandar. Maintenant à quoi je pense ? Il s’agit d’un exercice à peu prés similaire à celui qui permet de voir l’avenir.

Le garçon ferma les yeux et se concentra sur les pensées de Vandar. Après quelques instants il les ouvrit et se mit à expliquer ce qu’il avait vu. Tous les maîtres étaient satisfaits, et Vandar commença à ouvrir la bouche pour parler quand l’enfant embraya immédiatement sur une autre pensée.

-Pourquoi vous méfiez-vous de moi ? Demanda t-il.
-Comment ça ? Dit Vandar interloqué.
-Vous… vous vous demandez qui sont mes parents, comme si vous redoutiez quelque chose !
-Stupéfiant ! Dit Vandar. Cette partie t’était pourtant interdite !
-Vous m’avez sous-estimé, comme bien d’autre.
-Effectivement, je t’ai sous-estimé, accorda Vandar. Alors dis moi qui sont-ils ?
-Le roi et la reine de Déralia.

Tous les membres sans exceptions devinrent bizarre, même Jolee fut surpris de leur réactions. Ils savaient quelques chose, mais quoi ? Des regards interrogateurs se lancèrent les maîtres. Puis Atris demanda aux deux personnes de sortir le temps qu’ils délibèrent. Jolee entraîna Revan à l’extérieur et tous deux durent attendre un bon moment avant qu’on ne les fasse entrer.

-Revan, dit Vrook, la voie des jedi est longue et difficile. Si tu t’y engages tu devras faire don de ton être tout entier à l’ordre. L’acceptes-tu ?
-Oui, maître.
-La désobéissance n’a pas sa place parmi nous.
-Oui, maître. J’obéirai au code et à mes supérieurs.
-Alors si tu as bien compris nous t’acceptons au sein de l’ordre. Tu pars immédiatement pour l’académie de Dantooïne où tu suivras les enseignements qui feront de toi un jedi.
-…, oui, dit il finalement.
-Très bien, un vaisseau doit partir d’ici quelques minutes, dépêche toi de le prendre. Tu remettras ce bloc de donnés aux maîtres présents sur place.
-Je ferai selon votre vouloir.
-Bien, que la force t’accompagne jeune apprenti.

Jolee et Revan sortirent, le jedi emmena le garçon au vaisseau pour ne pas qu’il se perde. Avant qu’il n’embarque, Revan se tourna vers Jolee, il fit mine de vouloir dire quelque chose mais rien ne sortit de sa bouche. Il se contenta de lui adresser un signe de la main et s’enfonça dans l’obscurité de l’appareil. »

-Ce fut la dernière fois que je vis Revan, termina Jolee.
-Ouah, s’exclama Mission. J’ignorais que Revan avait été gentil.
-Oui, il avait bon cœur, d’une générosité rare malgré ce qu’il avait vécu.
-Avant d’être perverti par le côté obscur, coupa Carth.
-Chacun sa façon de penser, renchérit Jolee. Le venu des mandaloriens a dû faire ressurgir ses démons. Mais je ne pense pas qu’il aurait attaqué la république uniquement pour en prendre le contrôle. Il avait sûrement une très bonne raison de faire ce qu’il a fait.
-Au prix de millions de morts ? S’écria Carth. C’était un fou et je suis heureux qu’il soit mort !
-Carth, s’emporta Lisa. Ferme là ! Tu ne l’as jamais approché. Comment peux tu le juger ?
-Et je n’ai nullement l’envie, termina Carth avant de se retirer.
-C’était une belle histoire, intervint Jaden. Mais les hommes changent, il ne faisait pas exception !

Lui aussi se retira pour méditer. Bastila vint à côté de Jolee et lui demanda s’ils pouvaient aller ailleurs pour discuter. Il accepta tout en sachant ce qu’elle allait lui demander. Ils allèrent dans l’infirmerie et s’y enfermèrent.

-Cette femme qu’il a vu étant enfant…
-Oui ? Dit Jolee en souriant.
-C’était… c’était maître Andora ?
-Pourquoi tiens tu à le savoir ?
-Pour rien, se défendit elle. Juste une curiosité.
-Tu ne sais pas mentir ma fille, tu l’aimes et tu voudrais savoir si c’était toi, non ?
-NON, clama t-elle. Je ne l’aime… et puis il est mort ! Vous en avez sûrement entendu parler !

-Je n’en suis pas sûr, il n’est pas très loin de nous en ce moment, enfin son corps, son âme je l’ignore par contre. Mais toi tu dois le savoir ! Ca fait peut-être vingt ans que je ne l’ai pas vu mais son regard est resté le même. Pour te répondre, non ce n’était pas elle, même si elle l’avait beaucoup de tendresse pour lui. Aujourd’hui elle le déteste par-dessus tout. Aaren et elle étaient très proche, encore plus que des sœurs. Je ne serais pas surpris si Yuya l’avait aimée. Elle a beau dire qu’elle veut venger la mort de son père mais moi je n’en crois rien. Elle n’a pas supporté que Revan la tue. Il m’a parfaitement décrit la femme de sa vision mais je ne voulais pas le dire aux autres, parce que c’était toi ! Aucun doute possible, tu es son portrait craché, jusqu’au moindre détail. Maintenant est-ce que sa vision se réalisera ? Je n’en sais rien, se sera à vous deux d’en décider. J’ai répondu à ta question, excuse moi mais je suis un peu fatigué.

-Attendez !!! Une dernière question !
-Vas-y, on verra bien si je peux y répondre.
-Qui était le petit garçon perdu dans le noir ?
-Tu ne le sais pas ? Demanda t-il surpris.
-Si je le savais je ne le demanderais pas.
-L’âme de l’homme à côté.
-Jaden ?
-C’est ce que je pense, il a dû plonger dans son moi intérieur. Mais je ne pense pas qu’il l’ait revu par la suite. Il a été effrayé par son autre personnalité. Il était froid, puissant… Il avait peur de lui et j’ai moi-même un peur de Jaden.
-Pourquoi ? D’accord il agit des fois sans réfléchir, il s’énerve un peu vite, il est moins fort que Revan et avec le temps…
-Détrompes toi, coupa Jolee. Il n’aura pas le temps d’apprendre à se contrôler et ses pouvoirs sont nettement supérieurs à ceux de Revan. Tu n’as pas ressenti sa force hier ? Ce n’était pas Revan… je n’ose pas imaginer ce qu’il adviendra s’il succombe aux côté obscur. Ce sera à toi de le faire rester sur le droit chemin.
-Moi ?
-Oui, tous les deux t’aiment. Ils ne te feront aucun mal.
-Dites ça à Aaren !
-Elle s’est sacrifiée par amour, dit doucement Jolee.
-Ne dites pas n’importe quoi, j’ai vu ce qui s’était passé dans les pensées de Revan.
-Tu n’as vu que ce qu’il voulait que tu voies. Aaren savait ce que Revan allait faire et pour l’aider elle a fait en sorte que rien ne le retienne. Quelle plus belle preuve d’amour que de se sacrifier pour l’homme qu’on aime ? C’est d’ailleurs la raison qui fait que je ne l’ai pas détesté. Yuya ne l’a pas compris, c’est dommage.
-Mais le conseil…
-A bien ordonné à Aaren d’arrêter Revan mais elle a désobéi. Elle a abandonné sa fille pour son plus grand amour. Maintenant je suis vraiment fatigué, je vais me coucher.

Jolee sortit de l’infirmerie laissant Bastila seule avec ses interrogations.

Et voilà! Prochain chapitre: La bataille de Mirial! Une autre partie qui n'apparait pas dans l'histoire du jeu!

Bye!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Notsil » Mer 27 Aoû 2008 - 21:12   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Un très chouette passage, c'était très intéressant et très instructif d'en apprendre plus sur l'enfance de Revan ;)
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Darth Piejs » Jeu 28 Aoû 2008 - 20:30   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Très très sympa ce chapitre!
J'étais tenté de te dire que Revan ne s'appellait pas Revan et que le comic KoTOR fait que ce que tu avances n'a pas été vérifié par la suite mais en fait on nous dévoile pour l'instant pas grand chose du passé de Revan.
Et ta version est ma foi très divertissante!
J'ai pris plus de plaisir à te lire aujourd'hui qu'à lire une nouvelle SW canon d'un auteur renommé.

Bref vraiment bien ta Fic que je suivrai jusqu'au bout :wink:

Par curiosité puis je savoir si tu avais d'autres projets, des suites, des adaptations d'autres epoques? Par ce que celle là est vraiment bien.

PS : Les personnages que tu as créé sont bien Lisa et Yuya mais Andorra ne me dis rien non plus c'est un perso de ta créa non?
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8891
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Revan1er » Ven 29 Aoû 2008 - 0:20   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Merci pour tes encouragements Darth Piejs! Ca me va droit au coeur.

En ce qui concerne Lisa Hesse et Yuya Andorra (Yuya et Andorra sont la même et unique personne...): oui se sont toutes les deux des personnages que j'ai créé.


Pour ta question sur mes autres projets, je dirais simplement que je suis en pleine écriture d'une suite de la période KoTOR. Environ une vingtaine d'année après un éventuel KoTOR 3. L'histoire tourne autour de la fille de Revan.

Je la posterai une fois que j'en aurais fini avec celle-là.

A bientôt pour la suite.
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Darth Piejs » Ven 29 Aoû 2008 - 8:46   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Oui c'est bien ce que je me disais pour Yuya :oops:
Mais comme tu postais moins régulierement certains détails m'échappent au fil des lectures.
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8891
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Revan1er » Mar 02 Sep 2008 - 11:31   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour!

Voici le nouveau chapitre de ma fic! Bonne Lecture!

Chapitre XXI : La bataille de Mirial


Après sa méditation, Jaden sortit le masque qu’il avait récupéré sur Kashyyk. Il le regardait avec fascination, ses doigts caressèrent lentement les traits rouges gravés à la surface. De l’autre côté se trouvait une inscription, mais la langue ne lui était pas connue au premier abord.

« 私の名前はレヴァンです. Ecrof eht fo resu lufrewop tsom eht ma i. Rewop ym ta luferac eb, siht daer ohw uoy. Meth tcetorp dna cilbuper eht fo daeh eht ekat ot kcab eb lliw i. Yxalag eht ni efil lla yortsed ot emoc lliw ymenne elbirret yrev a. Nruter ym litnu meht tcetrop ot evah uoy siht dnatsrednu uoy fi. »

Jaden avait beau se creuser la tête il ne parvenait pas à déchiffrer cette langue. Pourtant il jurait avoir déjà vu des symboles identiques. Mais où l’avait-il rencontré ? Un souvenir enfouit sous de nombreuses couches de mensonges. Il releva la tête vers le plafond du vaisseau.

-Qu’y a-t-il ? Dit Jolee.

Jaden posa son regard vers la porte et vit Jolee appuyé sur le mur le fixant avec un regard indescriptible. Le padawan se souvint que le vieil homme avait beaucoup voyagé, il se pouvait qu’il connaisse la langue inscrite sur le masque.

-Dis moi Jolee, tu comprend ce qui est écrit ? Posa t-il la question en lui lançant le masque.

Le vieil homme étudia la surface lisse de la face extérieure puis posa son attention sur le petit paragraphe gravé. Seul la première phrase lui rappelait une ancienne langue disparue depuis des milliers d’années. Le reste du texte par conte était un vrai charabia. Il se concentra sur les symboles de la première.

-Watashi… desu…, marmonna t-il dans sa barbe. Le reste est au-dessus de ma portée.
-Alors ? Demanda Jaden.
-Navré, je n’arrive pas à le déchiffrer. Où l’as-tu eu ?
-Dans le temple, lorsque la carte s’est ouverte, il est tombé. J’ai ressenti une drôle de sensation quand je l’ai pris la première fois.
-Rien d’étonnant, son ancien propriétaire a laissé une trace de lui, une empreinte de force.
-Obscure ou lumineuse ?
-Les deux, son ancien propriétaire devait être un adepte de la force grise. Intéressant…
-Mais ce masque à l’odeur du sang imprégné en lui. Il a connu d’horrible carnage.
-Je suis du même avis. Te sens tu prêt pour la bataille qui s’annonce ?
-Je l’ignore, depuis la fin de notre entraînement je sens la force couler en moi encore plus douce que la vie. Mais en même temps je la sens sauvage, elle m’aspire vers un précipice sans fond.
-C’est le poids des puissants. Tu dois résister à la facilité. Tu dois imposer ton vouloir et non l’inverse. Un ennemi puissant nous attend sur Mirial. Tu devras le vaincre seul pour finir ta formation. Ton cœur devra rester aussi pur qu’un diamant.
-Et si j’échoue ? Si mon cœur s’emplit de haine ?
-Tu réduiras la galaxie à néant, ta force ne connaîtra aucune limite et ta soif de destruction ne s’en trouvera que plus forte. Les jedi t’ont enseignés leur art mais pas à maîtriser tes émotions. Tu es insuffisamment préparé pour ta quête mais je garde bon espoir. Pendant une fraction de seconde tu as pu t’élever au-delà de tes sentiments et atteindre la plénitude de la force. Garde le souvenir de ce combat en toi et tu trouveras comment le refaire.
-Merci Jolee. Je vaincrai !
-Nous n’allons pas tarder à arriver, il est temps d’établir un plan de bataille.
-Ouais ! Réunis tout le monde dans la salle principale. J’ai une idée!

Jolee se retira et Jaden regarda encore un moment son masque, résistant difficilement à l’envi de le porter. Finalement il le glissa sous sa cape et rejoignit les autres.

-Alors ? C’est quoi ton idée de génie ? Demanda Lisa.
-J’irais sur un des croiseurs avec T3-M4 et Juhani. Vous autres irez à la surface et prêteraient main forte à la milice locale.
-Je viens avec toi ! Déclara Bastila.
-Non, répondit Jaden avec une pointe de tristesse. Ils auront besoin de ta méditation de combat. Lisa, tu prendras le commandement !
-Moi ???
-Oui, tu es la plus apte. Je sais que tu en es capable, les autres devront t’obéir sans broncher.
-Je ne suis pas le général Orion ! Il m’est…
-J’ai une confiance absolue en toi.
-D’accord, j’accepte ce rôle.
-Bien, HK ?
-Oui mon maître ?
-Tu lui obéiras comme si c’était moi !
-A vos ordre maître. Ce sera un véritable plaisir d’obéir aux ordres.
-Enfin de l’action, dit Candérous. Je ne sais pas pour vous mais je commençais à m’ennuyer sévère.
-Tu vas pouvoir te défouler d’ici peu, dit Lisa. Mais laisse nous en un peu !
-Faudra bouger vos petits culs ! Plaisanta le guerrier.
-Que feras tu dans le croiseur ? Demanda Carth à Jaden.
-Empêcher qu’ils bombardent la surface si vous veniez à prendre l’avantage. Et peut-être le voler si je peux. Si vous avez tous compris je vous conseille de préparer vos armes.

Tout le monde quitta la salle sauf Jaden et Bastila. Elle baissait les yeux, elle voulait lui parler mais ne savait pas quoi dire.

-Bastila…
-Oui ? Dit elle en relevant la tête.
-Je… Fait attention à toi !
-Toi aussi !

Le jeune homme voulait la prendre dans ses bras et l’embrasser. Il ne voulait pas qu’elle y aille, il aurait préférer la garder auprès de lui pour la protéger. Mais elle ne serait qu’un poids. Il devait aller au-delà de ses sentiments.

La jedi fit un pas vers lui, elle était trop proche de lui.

Finalement il détourna son regard et partit vers le poste de pilotage sans regarder derrière lui.

Le vaisseau sortit de l’hyper espace à bonne distance de Mirial. Il y avait bien deux croiseurs sith. Jaden indiqua l’un des deux à Carth et lui ordonna de s’y rendre en passant dans l’angle mort du radar. Le jedi se rendit ensuite près de la passerelle avec Juhani et T3. L’Ebon Hawk trembla à l’approche du hangar du vaisseau ennemi. La respiration de Jaden était calme, contrairement à celle de son amie. La voix de Carth brisa le bruit sourd des moteurs, il était temps d’abaisser la passerelle. Dès qu’elle fut descendue, ils sautèrent tous les trois sur la piste tandis que le vaisseau se pressa de repartir. Les deux jedi se tournèrent et activèrent leurs sabres. Quelques dizaines de sith fonçaient droit vers eux. Le combat pouvait commencer.

Dans l’Ebon Hawk, Carth reçut une communication en provenance de la planète. Maître Andorra apparu à l’écran.

-Que venez vous faire ici ? Dit elle sur un ton dure.
-Ici Carth Onasi, commandant dans l’armée républicaine. Nous venons prêter main forte au peuple de Mirial.
-L’armé républicaine ? Mais le conseil m’avait informé que le sénat avait refusé toute aide !
-C’est exacte, mais nous ne sommes pas sous les ordres du sénat !
-Nous voilà comme convenu Yuya ! Intervint Jolee.
-Toi ? Et Jaden ?
-Il a fait une halte sur un croiseur. Il nous rejoindra plus tard.
-Bien, je vous envoi les coordonnées de l’astroport où je me trouve.
-Roger ! Termina Carth.

Le vaisseau entama sa descente et pénétra dans l’atmosphère. Quelques secousses se firent sentirent puis ils virent un atroce spectacle. Des colonnes énormes de fumées s’élevaient de plusieurs villes. D’autres étaient encore en feu. Au loin, ils virent les sith avançaient vers leurs destination. Ils devaient se dépêcher. Lorsqu’ils arrivèrent, le maître jedi les attendait, le visage grave.

-Comment est la situation ? Demanda Lisa.
-Pas terrible, répondit Yuya. Les sith se sont rendu maître des trois plus grandes villes. Et en ce moment ils viennent vers nous ! Il n’y a presque plus aucun espoir de les sauver !
-Nous réussirons ! Affirma Lisa. J’ai connu bien pire pendant les guerres mandaloriennes !
-La situation est différente !
-Pour vous peut-être mais pas pour moi ! Je prends le contrôle des forces armées et que ferez vous ?
-Moi ? Je vous aiderai du mieux que je peux.
-Merci! Carth, Zaalbar et HK venait avec moi ! Bastila, Mission et Jolee réunissaient tous les hommes valident ! Candérous vérifie l’armurerie ! Quand je reviendrai je veux un topo détaillé de la situation ! Et que ça saute !
-Oui, répondirent-ils tous en cœur.

La jeune femme partit le pas rapide vers les abords de la ville qui n’allait pas tarder à être assiégée. La majeure partie des tourelles était en états de fonctionnement, cependant elles étaient vétustes. Un assaut, deux tout au plus avant qu’elles ne rendent l’âme. L’enceinte de protection n’était pas mieux non plus, les mûrs n’étaient pas loin de s’effondrer à la moindre explosion. Il serait plus dangereux de rester derrière que de se battre au corps à corps. Après son inspection elle chargea Carth et HK d’aller en reconnaissance, de déterminer la position de l’ennemi et le plus important leur nombre. Puis, elle revint au centre de la ville où Bastila avait réunis tous les hommes valides. La seule bonne nouvelle était qu’il y avait assez d’arme pour tous.

Pour de meilleure chance, elle fit quatre groupes et un plus petit. Les plus aguerris furent envoyé dans ce dernier. Les autres seraient menés par Maître Andorra, Bastila, Jolee et enfin elle. Comme Jaden lui avait recommandé, elle ordonna à Bastila de rester dans l’enceinte de la ville et d’user de sa méditation de combat sous haute protection. Lisa et son groupe iraient au centre du champ de bataille, Jolee et Andorra iraient se poster derrière les collines de part et d’autre afin de prendre les sith sur les flans. Le dernier serait mené par Carth et Candérous. Leur objectif serait simple, prendre les sith à revers et détruire toutes artillerie. Bien sûr elle espérait que les forces ennemies ne soient pas trop nombreuses. Du un contre un serait l’idéal mais il ne fallait pas rêver, du dix contre un serait plus réaliste. La jeune femme regarda tristement le ciel, pour la première fois depuis longtemps elle souhaitait voir débarquer quelques croiseurs républicains. Les paroles de Linda ne cessaient pourtant de la marteler, aucun renfort ne viendrait… aucun soutient. Comme d’habitude se disait elle. Que pouvait elle attendre de faibles comme eux ? Le pas métallique de HK la fit revenir sur terre.

-Nous avons repéré les sith au nord-est. Leur force sont composés d’environ deux cents milles hommes et une vingtaine de canons laser longue porté, aucun blindé n’a été détecté.
-Génial, ça nous fait du vingt contre un. Merci HK, tu resteras avec moi maintenant. Je ne veux aucun survivant, ils doivent tous y passer !
-Se sera un honneur d’obéir à cet ordre, mon maître.
-Mission… tu resteras en arrière avec les civiles. Tu n’es pas une guerrière !
-Mais je veux vous aider !!!
-Tu nous aideras, en soignant les blessés !
-Mais…
-Mission, répondit Lisa sur un ton que personne n’avait encore entendu, une voix douce. S’il te plaît, ne rends pas une situation déjà difficile encore pire. Obéit !
-Bon d’accord.
-Allez tas de feignant on bouge ! Ordonna le mandalorien.
-Tout le monde à son poste ! Hurla Lisa immédiatement après.

Les troupes sortirent de l’enceinte de la ville, armées et parées. Lisa avait regagné le vaisseau pour mettre sa tenue de combat. Elle retira ses habits et choisit une combinaison souple de couleur foncée. Avant de commencer à l’enfiler elle se retourna vers l’entrée du dortoir.

-Tu peux entrer Carth.
-Je ne voulais pas te déranger pendant que tu t’habilles.
-Tu ne me dérange nullement, entre !

L’officier républicain entra dans la pièce et regarda Lisa en sous-vêtement. Il était devenu soudainement tout rouge et ne savait plus où regarder. Devant l’air gêné de l’homme, Lisa lui tourna le dos et révéla un corps couvert de cicatrice. Trace de bien des tortures et sévissent auquel elle avait été exposée. Carth s’approcha et était sur le point de les toucher quand il se ravisa.

-Vas-y, dit Lisa. Ne te gêne pas, elle ne me font plus mal depuis un moment. Ce sont des souvenirs de nos amis mandaloriens.
-Tu as dû souffrir le martyr.
-J’ai été formé à ne pas ressentir les douleurs physiques mais pas au douleur psychologiques. Tu voulais quelque chose ?
-Oui, si… si je devais y rester… j’ai un fils, il est sur Korriban… Est-ce que tu pourrais…
-Le sauver ? Oui, je le ferais pour toi, je te le promet, dit elle en se retournant vers lui. Et moi j’aimerais… je…, hésita t-elle.
-Quoi ? Tu peux me le dire, je ferais tout pour toi !
-Tu es trop gentil… quoi qu’il arrive, sache que… j’étais heureuse de te rencontrer, grâce à toi j’ai repris goût à la vie. Tu ne m’as pas fait oublier Xander et je ne le veux pas. Tu es l’homme le plus important pour moi… je… je t’ai…
-Je vais te laisser finir de te préparer.

Lisa retint Carth, elle l’attira contre son corps à moitié nu et chaud comme la braise. La jeune femme commença à lui déboutonner sa chemise. Contre toute attente il recula. Le visage de Lisa devint sombre de tristesse. Etait elle surprise ou choqué de se refus ? Carth ne le savait pas. Il ne voulait pas que ça se passe comme ça.

-Je ne te plais pas ? Demanda t-elle.
-C’est tout le contraire. N’importe quel homme serait à tes pieds. Mais ce n’est pas le moment.
-Nous allons risquer nos vies dans peu de temps. Nous n’aurons peut-être jamais l’occasion…
-Le destin en décidera ! Je vais rejoindre Candérous.

Avant qu’il ne parte, Lisa se jeta à son cou et l’embrassa. L’homme répondit à son étreinte et la serra fort contre lui, doucement il laissa glisser ses mains sur son corps. Après ce tendre baiser, il sortit sans jeter un œil en arrière, il espérait juste ne pas regretter son refus. Lisa mit sa combinaison et alla à la tête de son groupe. A l’horizon, les troupes sith surgirent à deux heures de l’après-midi, le combat le plus sanglant que Mirial n’eut jamais connu allait débuter…


Dans le hangar du croiseur Jaden et Juhani s’étaient débarrassés des gardes avec beaucoup de facilité. T3 était resté planqué jusqu’à la fin. Leur objectif se trouvait sur le pont principal, tout d’abord ils devaient neutraliser le commandant et détruire ensuite l’autre croiseur qui se trouvait en orbite. Ils traversèrent rapidement le hangar et prirent l’un des couloirs qui le desservait. Pas un bruit, l’alarme ne résonnait même pas. Avaient-ils la chance de ne pas être repérés ? Ce serait un miracle avec le vacarme qu’ils avaient fait. Ne perdant pas de temps, ils couraient dans le labyrinthe à la recherche d’un ascenseur pour monter au niveau supérieur. Jaden s’arrêta à trois reprise, une présence le dérangeait, un être puissant se trouvait à bord. Finalement ils retombèrent sur le hangar à vaisseau. Ils n’avaient plus le choix, se séparer pour avoir plus de chance de trouver l’ascenseur. Jaden prit la première porte à droite avec T3 et Juhani continua tout droit.

Dans le couloir qu’il emprunta se trouvait deux soldats sith. Le vaillant padawan lança ses deux sabres et les contrôla pour décapiter les deux hommes. Une fois fini, il attira ses armes à lui et reprit son chemin. Il s’arrêta devant une porte, son instinct l’avertissait d’un danger. Il pénétra lentement dans la pièce. A priori il n’y avait personne, il avança lentement pour ne pas faire de bruit tout en tendant l’oreille. Lorsqu’il fut au centre de la salle, trois portes s’ouvrirent et une vingtaine de disciple le virent.

-Euh… Salut, dit Jaden sur un ton décontracté. Je me suis perdu mais ne vous inquiétez pas je trouverais mon chemin tout seul.

Tous les disciples rigolèrent en même temps et activèrent leurs sabres. Ils l’encerclèrent et foncèrent sur lui.

Juhani trouva finalement le dit ascenseur, bien caché dans une petite pièce entre deux salle de garde vide. Elle appela Jaden sur son communicateur mais elle n’obtint pas de réponse. Elle retourna immédiatement en arrière. Des cris lui parvinrent, Jaden était en danger. Elle accéléra le pas, les bruits devinrent de plus en plus forts à mesure qu’elle s’approchait. Elle trouva la bonne porte et l’ouvrit.

Le jedi sauta par-dessus tous les disciples et atterri à bonne distance. Il tandis la main avec énergie en usant de la force de poussée. Tous les serviteurs obscurs tombèrent à la renverse. Jaden activa ses deux sabres et partit à l’attaque. Il trancha la tête du premier, transperçât le cœur d’un second, égorgea deux autres d’un coup… il effectuait une danse macabre dans les rangs ennemis, esquivant chaque attaque et répondant par un coup mortel. Les sith tombaient les uns après les autres sous ses assauts imprévisibles, certains tentèrent de le paralyser avec la force mais le jedi les évitaient facilement. Jaden arrêta sa danse, il se tenait droit au milieu des cadavres, il leva son sabre au dessus de sa tête et l’autre à l’horizontale au niveau de ses pectoraux. Jouant le tout pour le tout, les derniers survivants se jetèrent tous sur lui. Alors que les armes sith n’allaient pas tarder à le transpercer, Jaden se mit à tourbillonner. Profitant de la rotation, il enclencha le pouvoir d’attraction sur les assaillants et en tua la plupart. Les cinq encore en vie avaient perdu au moins un membre et étaient dans l’incapacités de bouger. Le jedi arrêta de tourner, son sabre principal pointant devant lui et l’autre vers l’arrière. Il désactiva ses armes et alla à la rencontre de Juhani. Sa conscience l’incitait à achever ses adversaires mais il résista à la tentation. Sans savoir pourquoi, il vit Juhani lancer son sabre sur lui. Il s’abaissa et entendit juste après le cri d’agoni des derniers sith. Il se retourna et constata qu’ils étaient morts.

-Ils allaient te tuer Jaden.
-Les idiots, je leur laissais une chance…
-Que veux tu ? Se sont des sith !
-Tu as trouvé quelque chose ?
-Oui, l’ascenseur n’est pas loin !

Juhani partit devant et les y conduisit. Jaden avait à présent une petite idée sur l’absence de soldat, ils étaient tous au sol pour combattre. Lorsque l’ascenseur s’immobilisa, la porte s’ouvrit et ils tombèrent nez à nez avec une patrouille. En moins d’une minute, les jedi les avaient neutralisé, ils coururent ensuite vers le pont. En chemin, Juhani s’arrêta devant une porte.

-Il y a quelqu’un à l’intérieur… un sith, très puissant dans la force, dit Juhani.
-Continue vers le pont, je me charge de lui !
-Tu es sûr d’y arriver seul ? Sa force est gigantesque !
-Fais moi confiance !

Il regarda la jeune Katar et T3 s’éloigner puis il ouvrit la porte sabre en main. Un homme lui tournait le dos, entièrement vêtu de noir, la peau blanche et le crâne rasé.

-Je suis heureux que tu sois venu à moi. J’étais vraiment en colère lorsque mon maître m’a interdit de te traquer. Maintenant je vais avoir le plaisir de te tuer de mes mains !

L’homme se leva et fit face à Jaden. Il avait les yeux légèrement rouge, un bouc noir… le jedi le reconnu. Comment pouvait-il l’oublier ! Cet homme était sur l’Endar Spire, c’était bien lui, il l’aurait reconnu entre mille, le meurtrier de Trask.

-Comment on se retrouve ! Dit froidement Jaden. Tu vas payer pour mon ami Trask !
-Trask ? Ah oui ce pathétique soldat qui s’est sacrifié pour te permettre de fuir. Tu l’as entendu, non ? Couiner comme un porc quand je l’ai dépecé !
-Salopard !!!
-J’ai pris mon temps avec lui, il est mort len-te-ment. Comme ses cris étaient bon à entendre… t’aurais dû assister à ce spectacle, c’était jouissif.

Jaden n’arrivait plus à contenir la rage qui faisait bouillir son sang et se jeta sur l’apprenti de Malak, Dark Bandon.

A peine la porte menant au pont ouverte, Juhani s’élança et tua tous les gardes avec une rapidité foudroyante. Elle se mit ensuite au centre de la pièce et ordonna sur un ton autoritaire à tous les membres d’équipage de se rendre au fond de la pièce, de se mettre à genoux les mains sur la tête et de ne faire aucun geste suspect s’ils ne voulaient pas mourir. Une fois l’opération effectuée, elle dit à T3 de se connecter à l’ordinateur de bord et de positionner le vaisseau pour détruire l’autre croiseur.

Le combat faisait rage entre le sith et le jedi. Chacun donnait tout ce qu’il avait dans le ventre. Bandon reconnu que le misérable padawan savait se battre, bien que les maîtres jedi lui aient effacé la mémoire. Il arrivait à éviter la moindre attaque mortelle au pris d’effort exceptionnel.

-Tu es devenu plus fort grâce à ta haine, puise encore plus dans tes sentiments pour essayer de me vaincre. Abandonne toi au côté obscur. Il est l’unique source de pouvoir.
-Tu te trompes ! Les sentiments aveuglent nos perceptions. Ta force physique augmente mais tu deviens plus vulnérable !
-Bien, tu n’es pas stupide non plus. Prouve moi ta valeur ! Et peut-être qu’après je consentirais à te prendre pour élève. Ensemble on pourra vaincre Malak et mener les sith à la gloire !
-JAMAIS !!! Les sith sont la plaie de l’univers ! Je vous détruirais ! Malak te rejoindra en enfer !

Jaden relança une série d’attaque en Juyo. Bandon eut du mal à esquiver mais il trouva quand même une brèche et contre attaque avec violence. Sa dextérité au sabre était excellente, il ne faisait aucun mouvement superflu. Il sauta au dessus du padawan, attaqua dans le même temps avec son sabre non pas pour le tuer mais pour bloquer son arme. Il pu ainsi agripper une mèche de cheveux et attirer la tête vers son genoux qui ne demandait que ça. Il enchaîna ensuite avec un coup de pied au torse qui mit Jaden à terre. Le disciple sauta et abattit son sabre là où le jedi se tenait. Il manqua son coup, Jaden avait roulé sur la droite puis revint vers le sith et lui décrocha un violent directe du droit, lui fendant la lèvre. Ils s’écartèrent, Jaden se remit sur ses appuis et Bandon essuya le sang qui coulait de la plaie.

-Tu te défends bien pour un jedi…
-J’allais te faire la même remarque. Pourquoi ne reviens tu pas vers la lumière ? Il n’est pas trop tard !
-Pitoyable jedi ! Les forts commandent, les faibles obéissent ! Tel est la loi universelle ! Quelque soit la personne au pouvoir, la république ne fait pas exception. Elle laisse cette planète à notre merci, personne ne viendra, ils s’en fichent complètement. Notre rôle est de faire de la république un nouvel empire craint dans toute la galaxie !
-Mais pour ce faire vous allez tuer des innocents par millions !
-On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Ces sacrifices sont inévitables. Oh je ne dis pas qu’on ne retire pas une certaine satisfaction de faire souffrir les faibles, mais c’est la loi de la jungle !
-Tu me dégouttes ! Ton cas est perdu, je vais alors te montrer la force d’un faible !
-Ohh !!! Tu penses me battre ?
-Non, te tuer !!!

Jaden rengaina un sabre et mit l’autre à l’horizontale sous ses yeux. Cette fois il allait lui faire ressentir le terrifiant chant du vent. Il couru droit vers lui et disparu. Bandon chercha partout autour de lui le jedi. Puis il le vit dans son dos, dans sa main son sabre était éteint. Quel être stupide pensa t-il, désactiver son arme alors que le combat n’était pas fini. Au même instant, toute l’atmosphère autour de lui l’enveloppa d’une agréable chaleur.

-C’est tout ? Juste une brise ? Je vais t’apprendre une règle de bretteur avant que je ne te tue ! Un sabreur doit respecter trois principes, la puissance, l’alimentation et la précision. Si ton sabre ne brasse que de l’air il est inutile…
-Ne bouge pas, au moindre mouvement de ton corps tu mourras ! Dit froidement Jaden.
-T’es sérieux ? Et comment tu vas t’y prendre avec un sabre éteint ?

Bandon s’élança vers Jaden et frappa de toutes ses forces. Le jedi ne bougea pas. Le disciple obscur le regardait, choqué de voir qu’il n’avait rien. Il baissa la tête et vit son bras par terre, aussitôt il tourna son regard vers son épaule droite et vit que son bras était sectionné au niveau du coude. Il attira son sabre avec sa main gauche mais lorsque le manche entra en contact avec sa paume, son avant bras tomba aussi.

-Imp… Dit-il paniqué. Comment ?... Quand ?
-Je te l’ai dit non ? Répondit Jaden sur le même ton qu’avant. Tu l’as entendu ?

Jaden se tourna vers Bandon terrorisé et plongea son regard froid dans celui du disciple.

-Le chant du vent !

Bandon fit un pas en arrière et tout s’évanoui autour de lui. Son pied était resté au sol sans bouger. Il bascula en arrière et lorsque le reste de son corps percuta le sol, il se disloqua en un millier de morceaux. Jaden jeta un bref regard à la masse de chaire éparpillé puis sortit de la pièce pour rejoindre Juhani.

Le vaisseau était en position de tirer quand Jaden entra. L’autre croiseur ne montrait aucun signe d’hostilité. Les canons à ions et les tourelles lasers se chargèrent en énergie, toutes la puissances des moteurs servirent à les alimenter. Le jedi ordonna le feu à volonté en visant dans un premier temps le générateur de bouclier. La première salve endommagea sérieusement la coque, la seconde toucha les réacteurs. A présent qu’il ne pouvait plus se tourner pour se défendre, Jaden ordonna sa destruction. Les tourelles tiraient à boulets rouges, finalement le croiseur explosa.

-YES !!!! Cria de joie Juhani.
-T3, met en marche les réacteurs et faits nous entrer dans l’atmosphère de Mirial, dit Jaden qui avait conservé son sang-froid.
-Titou…
-Juhani, reste ici. Je vais me rendre au hangar et emprunté un vaisseau pour aller leur prêter main forte dès que possible. Si la situation le permet tu ouvriras le feu sur les positions sith les plus éloignées. Sinon tu resteras en hauteur sans rien faire.
-D’accord… Jaden… Que la force soit avec toi !
-Avec toi aussi !

Jaden sortit en courant et arriva au hangar. Une petite navette y était, l’appareil privé de Bandon. Le jedi grimpa à l’intérieur, de toute façon il n’en avait plus besoin, et fit chauffer les moteurs. Il sortit ensuite le masque et se mit à réfléchir. Ce qu’il allait faire n’était pas enviable, tuer des milliers de soldats dont la plupart ne partageait pas la vision sith. Ils s’étaient trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. Son cœur palpitait fort dans sa poitrine, il criait de désespoir et finalement ce fut la vision de Bastila qui le calma. Il ne voulait pas la blesser, briser ce lien qui allait lui faire du mal dans peu de temps. Il regarda dans le hublot et ne vit que son reflet. Cette image de lui le dégoûtait. Il leva le masque devant son visage et le mit lentement. Il se regarda une nouvelle fois, au moins avec ce masque il ne voyait plus la mort dans son regard.


Au fond de son âme, une petite voix riait. L’histoire était décidemment très intéressante, elle aimait se répéter…


Devant la marée sith, les soldats mirians tremblaient, certains d’excitation d’autre de peur. Lisa était devant toute la section et passait successivement son regard d’un côté et de l’autre, devant l’armée ennemie prête à se battre et de l’autre une armée prête à fuir le champ de bataille. Les discours n’étaient pas son fort, elle essayait de penser à ce que pourrait dire son ancien général dans de pareil circonstance.

-Ecoutez moi tous ! Je ne suis pas des vôtres, je me nomme Lisa Hesse ancien capitaine dans le 127eme escadron de l’armée républicaine. Je suis là pour vous aider contre l’envahisseur ! Les sith sont venus pour détruire, piller vos maisons… Il est temps qu’on leur montre que l’univers ne leur appartiendra jamais ! Le combat sera dur, ils sont plus nombreux et mieux préparé que nous mais ils n’ont pas ce que vous vous avez. Le courage ! Ici, c’est chez vous ! Votre peuple tout entier à les yeux rivé sur cette bataille, l’issu ne dépendra que de vous ! Flanchez et votre monde sera détruit ! Gagnez et vous vivrez en peuple libre ! Je suis prête à sacrifier ma vie pour la liberté ! Et vous ? M’accompagnerez vous-même en enfer pour les repousser ?
-OUAIS !!! Scandèrent la milice.
-JE N’ENTENDS RIEN !!!
-OUAIS !!! Reprirent-ils encore plus fort.
-Vous avez votre destin entre vos mains ! La liberté se paie ! Alors donnons lui son tribu !
-Ouais !!!

Les soldats étaient gonflés à bloc, les doutes, les peurs avaient disparus de leurs regards. Lisa se sentait fière d’être à leur tête et pensait que Den serait fière d’elle. Elle fit signe et les tourelles crachèrent un déluge de feu sur les sith. La jeune femme se mit face à l’ennemi, sortit ses armes, comme d’habitude un couteau dans la main gauche et un blaster dans la droite et ordonna la charge. D’un seul mouvement collectif ils se mirent en route scandant des chants patriotiques.

L’artillerie sith répondit aux salves mirians et les officiers sonnèrent la charge. Le plan de Lisa fonctionna à la perfection. Les sith ne s’attendaient pas à l’arriver des deux autres groupes sur leur flan. Tout naturellement ils se retrouvèrent pris entre trois feu et tombèrent comme des mouches. L’artillerie essaya de les soutenir mais le commando dirigé par Candérous et Carth ne fit qu’une bouché d’eux, ils s’étaient approchés par derrière et les soldats qui étaient présent ne purent offrir qu’une résistance symbolique. Après le destruction du dernier canon longue porté, ils partirent la rage au ventre affronter les derniers sith. Ces derniers avaient tant bien que mal organiser une ligne défensive et contenait les mirians. Ils purent réaliser cet exploit grâce notamment à l’aide des disciples obscurs. Les coups de feu fusaient dans tous les sens, les hommes tombaient sous cette pluie battante.

Lisa regorgeait d’habilité, tranchant la gorge d’un soldat assez fou pour l’affronter au corps à corps et tirant en plein dans la tête sur des cibles éloignées, aucun ne restait en vie. Jolee avait déclenché son attaque tourbillonnante qui ouvrit un passage dans la défense. Yuya se battait sabre à la main avec des techniques échanies. Lorsque Carth et Candérous arrivèrent, ils ne mirent pas longtemps avant d’exterminer les derniers survivants. La bataille était gagnée. Tous les soldats hurlèrent de joie, se laissant bercer par la douce illusion de la victoire. Les blessés les plus graves étaient rapidement évacués vers les tentes de premier secours où Mission s’attelait avec acharnement. Carth aperçut Lisa parmi les tas de cadavre dont elle était responsable. Son expression était étrange, elle ne paraissait pas contente que cette bataille se soit si vite passée.

-Qu’as-tu ? Ca ne va pas ? Demanda Carth.
-Tu m’avais dit 200 000 milles hommes, non ?
-Oui et alors ?
-S’il y en a la moitié c’est énorme ! Où sont les autres ?
-Je n’ai vu personne de là haut !

Soudain, une vingtaine d’intercepteurs sith rasèrent la zone de combat et refirent un passage en bombardant tout.

-TOUS A TERRE !!! Hurla Lisa.

Mais il était trop tard, plusieurs dizaines de soldats moururent suite aux explosions. Un son brisa le silence qui avait suivi l’attaque. La bruit que faisait cent milles soldats et tout autant de droïde. Lisa leva les yeux et les vit sur la colline. Elle ordonna aussitôt la formation des rangs.

-Maître, intervint HK, nos effectifs ont diminué d’au moins 20%. Quels sont vos ordres ?
-Se battre conclu Lisa. Il reste encore un espoir de vaincre !

Les sith avancèrent au pas de course et cette fois Lisa n’avait plus aucun atout en main. Ils allaient devoirs se battre dans un combat des plus sanglants. HK se jetta le premier dans le combat, tel un démon de l’enfer il décimait absolument tout sur son passage, tirant avec son fusil blaster d’une main, attrapant des gorges avec l’autre. Ces pauvres victimes étouffaient rapidement sous la pression qu’exerçaient ses doigts. Pour faire plus vite quelques fois il leurs brisait la nuque ou s’en servait de bouclier. Dès qu’il n’en avait plus l’utilité il les jetaient sur les sith trop regroupés.

Yuya parvenait difficilement à contenir les sith, ses hommes étaient fauchés comme les blé lors de la moisson par les droïdes de guerres. Si personne ne venait leur prêter assistance, la ligne de défense serait percé. Sur les murailles, Zaalbar regardait impuissant le massacre. Il avait des ordres et devait s’y tenir car tel était la règle du serment wookie. Jaden lui avait demandé d’obéir strictement aux ordres de Lisa et c’était ce qu’il faisait. La pression fut trop grande, il descendit et alla chercher les troupes de Bastila. Il fit ouvrir les portes et se pressa au secours de Yuya.

Jolee avait été rejoint par Candérous et une partie de son groupe. Le vieil homme était heureux de l’avoir à ses côtés. Le puissant mandalorien guerroyait avec courage, force et une inébranlable confiance. Ensemble, ils purent empêcher les sith d’avancer. Lisa se battait de toutes ses forces mais elle était un peu distraite. Elle cherchait Carth. Moins d’une minute auparavant elle l’avait vu à une dizaine de mètre puis il avait disparu en l’espace d’un instant. Elle se fraya un chemin de sang vers la position où il avait été. Il n’y était pas, son cœur se serra dans sa poitrine, maintenant qu’elle avait accepté ses sentiments il ne devait pas mourir, elle n’avait pas pus lui dire à quel point elle l’aimait. Elle continua de le chercher parmi les corps entassés un peu partout. Mission était au bord de la crise de nerfs, les blessés affluaient par dizaines… Un tremblement de terre se produisit suivi d’un vacarme assourdissant. Elle sortit en vitesse pour essayer d’en trouver l’origine. Le ciel devint noir comme la nuit, une pointe métallique transperçât les nuages puis le reste du vaisseau se montra. Parmi les mirians la peur grandissait, l’arriver d’un croiseur n’était pas réconfortante. Mission espérait que se soit Jaden venu les aider…

Les officiers sith étaient sceptiques. Le croiseur était celui de Dark Bandon.

-Préparez l’arrivé de la navette du seigneur Bandon !
-Oui mon commandant !

L’officier redoutait la venue du maître. Avant le débarquement il lui avait bien dit qu’il ne viendrait pas sauf en cas de nécessité. Venait-il pour prendre les choses en main ou avait il senti la présence des jedi ? En tout cas, l’officier espérait ne pas être puni.

-Jaden, dit Juhani dans l’intercom. Ca va mal en bas ! Décolle au plus vite !
-D’accord ! A plus !

La navette décolla et survola le champ de bataille. Comme la jedi l’avait informé, cela tournait au carnage. Il alla se poser derrière l’armé sith, à l’endroit où se trouvait les officiers. Une fois à terre, il se leva de son siège, actionna la passerelle et se rendit à l’arrière pour descendre. En chemin il mit sa capuche, il avait un plan pour exterminer le plus rapidement possible tous les ennemis.

Les officiers étaient alignés et attendirent que la silhouette noire descende. Le commandant s’approcha et se mit à genoux.
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Revan1er » Mar 02 Sep 2008 - 11:44   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

-Mon seigneur, c’est un honneur de vous accueillir ici ! Je…

Le commandant ne put finir sa phrase, il fut décapité par le sabre laser de Jaden. Les autres officiers reculèrent d’un pas, terrifié à l’idée que Dark Bandon soit en colère contre eux. Le mystérieux seigneur leva sa main droite, paume vers le ciel avec son sabre désactivé. L’arme se leva de quelques centimètres et se mit à tourner de plus en plus vite. Jaden leva la tête et le visage des officiers devint blême. La manche partit comme une fusée et s’activa à l’approche du premier, le décapitant sur le champ. Les autres, terrifiés, ne bougeaient pas. D’un geste ample de la main, Jaden commanda son sabre de tracer une ligne droite passant par tous les gradés et tous s’effondrèrent, mort. Les quelques soldats ayant assisté à la boucherie épaulèrent leurs armes et ouvrirent le feu. L’homme en noir rappela son arme et la planta dans le sol, cela provoqua une vague de force tout autour de lui. Les soldats furent projetés à une centaine de mètre. Le jedi retira la lame du sol et s’aventura au milieu du combat.

Lisa avait réussi à retrouver Carth. Il était allongé par terre, le visage ensanglanté, les yeux fermés. La jeune femme se jeta à côté de lui et le prit dans ses bras.

- Réveille-toi ! Allez Carth, ne me laisse pas seule !

Elle avait beau le secouer, il ne bougeait pas.

-REVEILLE-TOI ! C’est un ordre, cria t-elle en sanglot. Tu… m’as sauvé… et moi… j’en ai été incapable…

Lisa dona un tendre baiser sur les lèvres froides de l’officier républicain et le reposa délicatement. Elle se leva, un serviteur obscur se glissa derrière elle et allait lui porter un coup fatal. La jeune femme se décala juste ce qu’il fallait, planta son poignard dans la gorge du sith et lui vola son sabre laser. Lorsqu’elle releva la tête, son regard était devenu celui d’un démon, les traits de son visage déformé par la fureur.

-VENEZ BANDE DE MISERABLE !!! Hurla t-elle à plein poumon. JE VAIS TOUS VOUS MASSACRER !!!

Bien qu’elle n’avait jamais appris à utiliser un sabre elle le garda et s’en servit pour tuer des dizaines de soldats en moins de dix minutes. Devant elle cinq disciples se regroupèrent, jamais elle n’avait été aussi hors d’elle, elle fonça droit devant elle, ce qu’elle n’aurait jamais fait en temps normal. Elle bloqua les attaques des serviteurs sans problème. Lisa désactiva le sabre, sauta au dessus de l’un d’eux et jeta son poignard en plein dans la nuque. L’homme s’effondra aussitôt. Un second essaya de la tuer mais elle se glissa dans son dos, passa un bras autour de son cou et activa le sabre juste entre les deux omoplates. Les derniers se jetèrent sur elle, Lisa patienta jusqu’au dernier moment pour jeter le corps inerte du sith et embrocha l’un des assaillant. Les deux se retrouvèrent dans une position fort peu banale, de loin ils ressemblaient à deux amants s’entrelaçant. La jeune femme esquiva le quatrième sith à sa droite et lui saisit le poigné pour lui faire une clé de bras. L’homme lâcha son sabre que l’assassin récupéra immédiatement et s’en servit pour le décapiter. Le dernier en voyant la prouesse d’une simple femme commença à paniquer et prit la fuite. Lisa s’élança à sa poursuite, personne ne devait survivre.

Jaden massacrait les soldats ennemis par groupe entier, les fauchant avec dextérité. Rien, ni personne ne lui résistait. Bien des serviteurs obscurs tentèrent d’arrêter ce spectre mais tout ce qu’ils réussirent à faire étaient de mourir sous son sabre. L’être fantomatique leva ses deux mains et des centaines de sith furent soulevé du sol, ils montèrent jusqu’à une bonne hauteur et le jedi les fit plonger au sol avec une force extraordinaire. La violence du choc les tua tous. Les rares apprentis qui restaient l’encerclèrent et bondirent sur lui en même temps. Jaden se recroquevilla sur lui-même et d’un mouvement brusque il se releva en poussant un terrible cri. Ce pouvoir était rare, il permettait de rendre temporairement sourd toutes personnes présentes dans la zone et provoquait de terrible douleur dans la tête des victimes. Une fois sonné, il put les décimer un par un.

Lisa avait perdu sa cible, un peu plus loin elle en vit un autre. Elle fonça tête baissé vers lui et ne remarqua pas que le sabre de se dernier était argentée, couleur peu orthodoxe chez les sith. Elle sauta au dessus de lui et de toutes ses forces elle l’attaqua avec son sabre. L’entité bloqua aisément l’assaut et la repoussa en toute simplicité. Le visage de la femme était déformé par la fureur. Elle voulait voir le visage de ce chien qui avait osé lui résister. L’ombre se tourna vers elle et en l’espace d’un instant elle passa de la colère à la peur. Sa respiration devint saccadée, son cœur battait à grand coup dans sa poitrine. Devant elle se dressait un revenant.

-Impossible…balbutia t-elle. Tu… tu es de retour…

Son corps refusait de bouger et était en proie à de terrible tremblement incontrôlable. Devait elle tomber à genoux et implorer son pardon ? Elle avait commis un acte inqualifiable.

-Pourquoi as-tu si peur ? Demanda le revenant.
-… Je…
-Ce n’est que moi, Jaden !

Dès qu’il prononça son nom, les tremblements de la jeune femme cessèrent, sa peur dissipée. L’homme enleva son masque et elle vit le visage du jedi. Mais il était différent, son regard en particulier. S’il n’avait pas dit que c’était lui elle aurait cru être revenu dans le passé. Au moment ou le grand héro l’avait fait appelé dans ses appartements privés pour la récompenser de sa bravoure. A cet instant, Jaden avait ce même regard empli de tristesse et son visage montrait la souffrance que ressentait son cœur.

-Ja…Jaden ???
-Oui, répondit-il sur le même ton que Revan avait employé bien des années auparavant. Tu n’as pas à avoir peur, ce n’est que moi.

Jaden rangea son masque et repartit au combat pour exterminer les derniers sith encore debout. Lorsque le croiseur capturé se posa la bataille était bel et bien finie. Le peuple de Mirial était libre mais le prix à payer était élevé. Sur les cinquante milles hommes, il n’en restait guère plus de trois milles. Lisa continuait de courir partout pour retrouver la dépouille de Carth mais sans succès. La jeune femme s’effondra et pleura toutes les larmes de son corps. Yuya vint près d’elle et essaya de la réconforter… sans y parvenir. Lisa se releva difficilement et retourna, chancelante vers la ville. Qu’allait elle faire ? Elle n’en savait rien, plus rien n’avait d’importance, le fait qu’on découvre qu’elle était une espionne ne la dérangeait plus. Elle était maudite par le destin, tous les hommes qu’elle avait aimés mourraient. Lorsque Mission l’aperçut elle couru vers elle.

-Lisa !!! Lisa !!!
-Laisse moi ! Je veux rester seule !
-Mais quelqu’un veut te parler !
-Il attendra !
-Mais c’est important ! Il m’a interdit de revenir sans toi !
-Eh bien tu n’y retourneras pas !
-Pfiou !!! Quelle tête de mule ! Vociféra Mission. Je sais que vous avez du mal à vous entendre mais tu ne pourrais pas faire un petit effort pour une fois !
-De qui tu parles ? Demanda Lisa tout ouïe.
-Ben de Carth évidemment ! Ah vous deux vous nous en ferez voir de toutes les cou…

Lisa bouscula Mission et se rendit illico vers la tente. La jeune twilek n’y comprenait rien. Lorsqu’elle revint aussi sous la tente Lisa était sur Carth, en pleure.

-Je te croyais mort ! Sanglota t-elle.
-Il en faut plus pour m’avoir !
-Son pouls était faible quand on l’a trouvé, dit un médecin.
-Tu n’avais pas à t’inquiéter. Si tu avais pris ma tension tu aurais remarqué que j’étais en vie.
-Tais-toi ! Répliqua Lisa rouge de honte. Ne me refais jamais plus une frayeur pareille ! Sinon je t’étripe !
-OK, OK… je ferais gaffe !
-T’as intérêt !

Lisa l’embrassa sous le regard incrédule de Mission et le laissa se reposer. Décidemment, elle ne comprenait rien à l’amour, sûrement un truc d’adulte.

-L’amour commence souvent par la violence, dit Jaden qui avait aussi assisté à la scène.
-C’est plus de l’amour mais de la rage ! Répondit Mission. Alors toi et Bastila, c’est pour quand le baiser ?
-Quoi ??? S’exclama Jaden. Non, nous… tu vois… c’est… différent. On est jedi tous les deux…
-C’est cela oui c’est cela… coupa Mission le sourire aux lèvres.

A cet instant Jolee débarqua en trombe, il avait l’air paniqué.

-Jaden ! On a un gros problème !
-Quel genre ?
-Viens avec moi !

Les deux jedi sortirent de la tente et coururent vers un groupe de personne dont Yuya en faisait partie.

-Que se passe t-il ? Demanda Jaden une fois à leur niveau.
-Quatre croiseurs sith viennent de sortir de l’hyper espace ! Dit gravement Yuya.
-QUOI ??? Quatre ??? Vous en êtes sûr ?
-Malheureusement, oui !

Jaden regarda tout autour de lui, les mirians étaient à bout de force, il lui fallait donc agir seul. Lui seul avait une chance de détruire ces vaisseaux.

-Je m’en occupe ! Affirma le jedi. Préparez les défenses dans le cas ou j’échouerai !
-Toi ? Tout seul ? Rétorqua Yuya. T’as perdu la tête ! Et comment comptes tu arrêter des croiseurs ?
-Laissez moi faire !

Yuya n’aimait pas cet air supérieur qu’il prenait mais elle consentie à le laisser partir. Jaden grimpa dans le croiseur qui avait été vidé de son équipage et rejoignit Juhani au poste de commandement.

-Juhani ! Descend du vaisseau, T3 programme l’ordinateur de bord pour envoyer le vaisseau dans l’espace.
-Mais Jaden… commença la jedi.
-Ne discute pas ! Je dois y aller seul !
-Bien, j’espère que tu sais ce que tu fais.
-Je l’espère aussi.

Juhani ouvrit la porte du pont et tomba nez à nez avec Bastila. Cette dernière était à bout de souffle, visiblement elle avait couru pour parvenir jusque là.

-Que fais-tu ? Demanda t-elle.
-Je vais sauver un peuple ! Alors descend toi aussi !
-Non ! Je reste avec toi !

Jaden alla prêt de la jeune femme et lui caressa la joue.

-Bastila, les chances que mon plan réussit sont faibles et elles seront nulles si tu m’accompagnes. Je t’aime, dit il avant qu’elle ne parle. Depuis le premier jour où je t’ai vu. Nous n’avons pas le droit de laisser nos sentiments prendre le dessus. Je reviendrai, sois en certaine.
-Jaden…

Jaden prit Bastila dans ses bras et la poussa en dehors de la salle. La porte se referma.

-Plus je reste avec toi et moins j’ai envi de faire ce qui doit être fait, murmura t-il.

T3 entra les instructions à l’ordinateur et quitta le vaisseau. Le jedi actionna les moteurs et enclencha le programme. Le sol se mit à trembler lors du décollage. Lentement, l’imposant croiseur quitta la surface de Mirial et prit la direction de l’espace.


-Commandant ! Dit un officier sith. Nous n’avons toujours pas de réponse du vaisseau du seigneur Bandon.
-Bien, donnez lui un dernier avertissement. S’il n’arrête pas ses moteurs vous avez le feu vert pour le détruire !
-A vos ordres !

Jaden entendit le message et stoppa les réacteurs, en contre partie il dirigea toute leur énergie vers le bouclier de protection.

-Commandant ! Le croiseur s’est arrêté mais les scanners montrent qu’il a activé ses boucliers !
-Que donnent le scan thermique ?
-On ne détecte que deux formes de vie, humaine !
-Etrange, c’est probablement un piège ! Faites un scan étendu de la zone !
-Déjà fait ! Aucun autre vaisseau !
-Ces types sont suicidaires alors ! Détruisez le !
-A vos ordres monsieur !

Jaden se mit face à la baie vitrée, les croiseurs devant lui faisaient chauffé leurs tourelles laser et leurs cannons à ions. Une goutte de transpiration coula le long de son visage. Une petite voix en lui rigolait. Il ferma les yeux et vit son autre lui.

-Tu as besoin d’aide ? Demanda l’ombre assit sur un siège royale.
-Non, je suis devenu plus fort que toi !
-C’est ce que j’ai vu, j’ai apprécié le carnage. Mais tu utilises beaucoup trop de puissance pour des résultats bien médiocre ! Avec mon aide…
-J’y arriverai !

Jaden n’appréciait pas le ton de l’ombre. Il cachait quelque chose. Mais quel était ce secret ?

-Je te l’ai dit, non ? Dit il comme s’il avait lu les pensées de Jaden. Avec ton niveau actuel tu ne pourras pas vaincre Malak. Tu auras beau posséder une force colossale, tu perdras !
-Il mordra la poussière !
-Tu crois ? Et Bastila ?
-Pourquoi tu la mêles à nos affaires ?
-Elle te trahira !
-Jamais elle ne fera ça ! J’ai confiance en elle !
-Oh ne t’emporte pas aussi facilement, tu pourrais basculer du côté obscur. Tu n’en es pas loin d’ailleurs.
-Et alors ? Ca te dérange ?
-Un peu, je ne suis pas un vulgaire sith.
-Tu m’en diras tant ! Reste bien assis et regarde le spectacle de ma vie ! Impuissant comme tu l’es !

Jaden rigola et revint à la réalité juste à l’instant ou la première salve fut arrêtée par les boucliers. Il était temps d’user de ce pouvoir qu’il avait développé sur Kashyyk. Cette fois, il voulait les détruire. Il puisa en lui la force, faisant appel à toute l’énergie et la matérialisa autour d’un vaisseau. Une simple pulsion de son cerveau suffit à détruire le premier. Sans attendre il recommença avec le deuxième puis le troisième. Les effets secondaires non plus ne se firent pas attendre. Ses jambes se dérobèrent sous lui. Ses muscles refusaient de bouger. Il avait atteint sa limite, le combat contre Bandon, la bataille de Mirial et maintenant les croiseurs… il avait échoué. Il resta allongé un moment, les boucliers faiblissaient dangereusement, dans peu de temps il serait à la merci du dernier vaisseau.

-JADEN !!!! Hurla une voix derrière la porte !
-Bastila ?

La porte vola en éclat et Bastila apparue devant ses yeux.

-Je t’avais dit de…
-Et comment comptais tu t’enfuir dans cet état ?

La jedi se baissa et pris un bras de Jaden qu’elle mit sur son épaule.

-Attends ! Je dois…
-On n’a plus le temps !

Bastila entraîna le jedi à travers le dédale de couloir du croiseur sith, chutant presque lorsqu’une salve percuta de plein fouet la coque. Elle le remit bien et poursuivit sa route vers le hangar. Il ne restait plus qu’un petit intercepteur, elle jeta Jaden dedans et grimpa à sa suite. Ils purent quitter juste à temps le vaisseau avant qu’il n’explose. La jeune femme fonça droit vers Mirial. La navette se posa en catastrophe, Yuya usa de la force pour les extraire de la carcasse.

-Alors ? Demanda t-elle.
-Il en reste un ! Dit tristement Jaden. Je n’ai…
-Tu en déjà détruit 3 ! Un exploit pour un padawan !

Le ciel gronda, une masse informe traversa les nuages… c’était le dernier croiseur.

-Les intercepteurs sont prêts ? Demanda l’officier supérieur.
-Oui, ils attendent vos ordres !
-Nous allons leurs montrer ce qu’il en coûte de nous affronter !

Soudain le croiseur cessa de bouger, bien que les moteurs étaient plein régime.

-Pourquoi les moteurs sont coupés ? Interrogea l’officier.
-Mais… ils sont à pleine puissance monsieur !
-Comment ??? Les jedi !
-Faites décoller les intercepteurs !
-Les communications sont bloquées !

Bastila et Yuya agissaient de concert pour immobiliser l’appareil. Jaden fit un effort surhumain pour se relever et lever ses mains droit vers le vaisseau. Il ne pouvait pas le détruire comme les autres… il n’y arrivait pas… Il ne lui restait qu’une possibilité, massacrer tous les occupants. Il ferma les yeux. Doucement ses paupières se levèrent et laissèrent apparaître deux yeux jaunes or teintés de rouge. Il localisa les être vivants et exerça le pouvoir de broyage sur eux.

-Commandant ! Un sold…

L’homme se tût et mit les mains sur son ventre, ses intestins se serraient les uns contre les autres. Il jeta un bref regard autour de lui et vit que tous les autres ressentaient la même douleur. Dans le hangar les soldats se tortillaient à terre, la douleur était insoutenable. Quelques uns crachaient du sang, pour d’autres leur sang sortait par les yeux, le nez même les oreilles. L’officier artilleur mourut sur la console de tir en activant la condensation de l’énergie dans les tourelles. Les hommes mourraient les uns après les autres jusqu’à ce les réacteurs entrèrent en surchauffent.

Jaden baissa les bras et le vaisseau explosa. Sa vue se troubla, il mit la main devant ses yeux. Yuya et Bastila se tournèrent vers lui pour le féliciter mais quand elles le virent, elles l’allongèrent sur le dos. Yuya lui écarta la main… et vit son regard vert émeraude.

-Tu as réussi !
-Maître Andorra…
-Tu m’as prouvé une chose aujourd’hui. J’espère que tu ne changeras pas !
-Hein ?
-Au revoir… chevalier Jaden !
-Je ne suis que padawan, dit l’homme.
-Pas après cet exploit ! J’en avertirais le conseil à mon retour. Sois sans crainte.
-Merci, maître…

Yuya ne répondit pas et parti sans se retourner.

-Il est toujours aussi surprenant, déclara Jolee. Tu vas rentrer maintenant ?
-Oui, je le laisse prouver son repentir.

Yuya sourit à son ancien maître et se dirigea vers l’astroport pour retourner à Coruscant. Jolee avait eu raison dès le début, il n’était plus le monstre qu’ils avaient connu. Peut être lui pardonnerait elle un jour la mort d’Aaren. Elle en déciderait après, lorsque Malak serait vaincu. D’épuisement, Jaden sombra dans un profond sommeil et rêva. Il se voyait siéger au conseil avec Bastila, tous les deux rentreraient ensemble après une dure journée de travail et la nuit… ils dormiraient dans le même lit. Plus rien ne pouvait l’arrêter, pas après ce qu’il venait de réaliser.

Deux jours après les hostilités, les habitants reconstruisaient leurs villes détruites. Carth sortait ce jour-ci de l’infirmerie, pas complètement remis mais assez pour avoir envie de sortir. Evidemment, une magnifique jeune femme l’attendait à l’extérieur.

-Alors feignant, c’est maintenant que tu sors ? Dit elle en rigolant.
-J’étais agonisant quand même !
-Pour ces petites blessures ? T’es vraiment nul !
-C’est pas moi qui pleurait en croyant que j’étais mort !

Lisa s’approcha de lui, le regard froid. Qu’allait elle faire ? Elle plaqua l’homme contre le mur et sortit son poignard qu’elle lui mit sur la gorge.

-Tu disais ?
-Tu me fais peur ! J’en tremblerais si j’arrivais à arrêter mon fou rire !

Lisa éclata de rire et rangea son arme. Elle fit mine de l’ignorer et partit. L’officier républicain l’attrapa par la main et l’emmena contre lui. Ils étaient à présent si proches que leurs lèvres se frôlèrent.

-Les chambres ça existe ! Dit une voix.
-Laisses les ! Dit une autre.

Lisa et Carth se retournèrent pour voir Mission et Jolee.

-Vous pourriez quand même vous retenir un peu, enchaîna la twilek.
-Allez viens par là ma petite ! Coupa Jolee en entraînant Mission plus loin.
-Incorrigible, souffla Lisa. Allez viens on va partir.

Bastila était au chevet de Jaden. Avant la destruction du vaisseau elle avait senti le côté obscur s’emparer de lui, sa force était devenue terrifiante. L’ombre de Revan planait au dessus de lui de plus en plus. Mais son cœur à elle était déchiré, que devait elle faire ?

-Il s’en remettra vite, dit Candérous. Il en faut plus pour l’abattre !
-Je sais, répondit la jedi.
-Il a de la chance d’être aimé par une femme comme toi. Vous ne vous rendez pas compte du mal que vous vous faites en ignorant vos sentiments.
-Le code nous l’interdit !
-J’ai combattu énormément de jedi dans ma vie. Aucun ne m’arrivait à la cheville. Comme toi ces imbéciles respectaient votre stupide code et en sont mort. Nous autres mandaloriens nous nous battons pour l’honneur, la fierté et nos sentiments. Un guerrier doit être passionné, avoir envi de gagner, sinon il n’est qu’un pantin.
-Quel est le rapport ?
-Dis lui ce que tu ressens, combattez main dans la main.
-Cela pourraient nous faire basculer dans le côté obscur ! C’est impensable !
-Fais comme bon te sembles. Jaden doit avoir une totale confiance en toi.
-Il l’a !
-Pour l’instant, coupa Candérous. Il ne se connaît pas, il ignore qui il est. Mais toi tu sembles le savoir !
Bastila fut parcouru d’un frisson. Candérous savait il qui était Jaden ?
-Pourquoi crois tu cela ? Demanda t-elle d’un ton dégagé.
-Quelques uns de ses souvenirs sont faux, fabriqué de toutes pièces. J’ignore ce que toi et le conseil cachait mais ça pourrait nous coûter cher !
-On ne cache rien !
-Tu es bien sûr de toi ? Fort bien, j’en finirais là. Souviens toi de mes paroles jeunes présomptueuse. Deux jedi nous on fait trembler. Oui, rien qu’en entendant leur nom mes hommes étaient terrifiés. Dommage qu’aucun de ces deux là ne soient là pour vous aider.

Et voilà! A bientôt pour le chapitre XXII: La carte de Manaan!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Notsil » Jeu 04 Sep 2008 - 9:47   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Ahah, le temps des révélations approcherait-il ? ^^

Il devient de plus en plus fort Jaden...Ils auraient du penser à détruire les croiseurs de cette façon pour la guerre des clones ^^ Ca serait allé plus vite ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2419
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Darkliser » Jeu 04 Sep 2008 - 20:54   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Ce chapitre m'a toujours trés plu! Ta fic est sensationnelle, je le redis :ange:
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Revan1er » Jeu 11 Sep 2008 - 10:36   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour!

Voici la suite! Bonne lecture!


Chapitre XXII : La carte de Manaan


« Finalement rien ne change, l’histoire ne fait que se répéter. La recherche du pouvoir m’a conduit à refaire les mêmes erreurs, et maintenant ? J’ai dû faire un choix, un choix qui conduis ma vie vers une sombre destinée… Pardonnez moi mes amis de vous avoir fait souffrir. J’espère qu’un jour vous comprendrez les raisons de mes actes. »

Lorsque Jaden se réveilla, l’Ebon Hawk filait vers Manaan pour l’avant dernière carte. Les jours de Malak en tant que seigneur noir étaient comptés. Lisa et Carth étaient dans le cockpit. La jeune femme tentait de contacter Linda. Après des heures de tentative elle reçut une réponse.

-Lisa ?
-Oui, nous avons réussi ! Mirial est sauvé !
-Fantastique, se réjouit Linda. Enfin une bonne nouvelle. J’en informerai… Oui amiral ? Un instant… Lisa, l’amiral Dodonna veut te parler.
-Bonjour capitaine Hesse, commandant Onasi.
-Bonjour amiral, répondirent les deux individus simultanément.
-Alors vous avez réussi à repousser les sith ?
-Oui, ils ne sont pas prêts de revenir ! Déclara Lisa.
-Félicitation. Capitaine… nous aimerions beaucoup que vous réintégreriez l’armée. Nous avons besoin de vous ! Je ferai en sorte qu’on vous attribue le commandement d’un croiseur voire peut être d’une petite flotte.

Lisa resta silencieuse. La proposition était alléchante, le commandement d’un vaisseau…

-Je suis désolée, c’est impossible. Je… je ne peux accepter.
-Dommage, vous êtes une combattante exceptionnelle et une tacticienne hors paire. Réfléchissez un peu. Où allez vous maintenant ?
-Manaan et notre périple se terminera sur Korriban, dit Carth.
-Faites attentions, les sith sont très présents dans ses zones, bien que Manaan soit une planète neutre.
-Merci, Ebon Hawk terminé !

Yuya arriva sur Coruscant, sa mission terminée. A peine descendue de son appareil, Kavar vint l’interpeller.

-Qu’est ce que tu me veux ? Dit elle exténué.
-Rien, je venais voir comment tu allais.
-Bien, nous avons repoussé les sith.
-Bravo, j’ai eu tort de m’inquiéter !
-Non, j’ai fait un détour par Kashyyk pour trouver Jaden.
-QUOI ???
-Tu le savais, non ? Alors arrête te faire comme si tu ne savais rien. Mais je ne lui ai rien fait.
-Jolee t’en a empêché.
-Exacte, alors je l’ai incité à venir nous aider sur Mirial, s’il en avait le courage. C’est ce qu’il a fait. A lui seul il a détruit six croiseurs.
-Six ? Ouah !
-Vous avez du ressentir sa force, non ?
-Attends… c’était lui ?
-Oui, je n’avais jamais senti une telle puissance de toute ma vie même quand il était Revan.
-Etait ?
-Oui, j’ai réalisé qu’il n’était plus le seigneur noir. Pour le récompenser je l’ai promu au grade de chevalier.
-Alors je vais te féliciter deux fois ! Tu as surpassé ton hostilité…
-Détrompe toi, il est toujours l’assassin de mon père ! C’est juste que je lui laisse une chance de me prouver que j’ai tort.
-C’est mieux que rien. Allez viens, le conseil nous attends et ils ont hâte d’écouter ton récit en détails.

Yuya marchait en direction de l’académie en compagnie de Kavar. Le ciel était beau, chose rare sur la capitale de la république mais aujourd’hui il était d’un bleu azur. La jeune maître ressentait une légère sensation de paix. Aaren lui manquait, elle ne se le cachait plus. Seule sa mort avait été décisive dans son choix de tuer Revan. Son père, elle ne l’avait presque pas connu, il était un parfait inconnu. Elle l’avait toujours su mais le refusait. Une femme et encore moins une jedi pouvait ressentir de tels sentiment pour une autre femme.

L’Ebon Hawk sortit de l’hyper espace, la planète bleu apparu devants les yeux de ses occupants. Ils se rapprochaient de leur but.

-Enfin nous y sommes, s’exclama Jaden. Mais comment trouver la carte ? Elle est sous l’eau.
-Bonne question, reprit Bastila.
-J’ai un ami sur Manaan, dit Candérous. Il pourrait nous filer un coup de main.
-Pourquoi pas ! Conclu Jaden.

Le vaisseau atterrit sur une piste intérieure, il n’y avait personne pour les accueillir. Pas très surprenant, les selkath avaient un poste douanier juste avant la porte d’accès de la ville. Jaden descendit avec Bastila et Candérous et tous trois s’y rendirent pour payer les frais d’accostages. Lisa s’éclipsa ensuite prétextant vouloir faire un peu de tourisme. Par une étrange coïncidence, Carth parti après avec une excuse pour le moins douteuse.

-Ah ces deux là ! Dit Mission. Ils n’ont pas besoin de chercher des excuses bidon ! On se doute qu’ils vont se voir et faire…
-Mission… soupira Jolee. Laisse les goûter un petit peu à la tranquillité. On ne risque pas grand-chose ici. Manaan est une zone neutre. Et puis ils le méritent après tout.
-Ouais, mais ça n’excuse pas leurs mensonges ! Ils sont restés collé ensemble tout le trajet.
-Tu verras quand à ton tour tu trouveras l’amour.
-Pas pour moi ! Les hommes sont tous des mufles ! Allez viens Zaalbar, on va se dégourdir les jambes ! J’en suis sûr que l’air frais de l’océan fera un grand bien à ton haleine !
-Roooaaaarrrrr !
-Quoi ??? Mais c’est vrai, c’est devenu insupportable !
-Mission, ajouta Jolee. Ne t’avise pas de les suivre !
-Tu me prends pour qui ?

Jolee regarda Mission partir.

-Les adolescents… Bon et si moi aussi j’allais me dégourdir, tu veux me tenir compagnie Juhani ?
-Il faut quelqu’un pour garder le vaisseau !
-HK et T3 le feront !
-Ok, j’ai toujours rêvée de voir les étendues océaniques de Manaan. A ce qu’on raconte elles sont magnifiques, surtout au moment du coucher de soleil.

Lisa trouva le fameux bar, elle y entra et commanda un verre. Elle alla ensuite s’asseoir dans un canapé à l’écart et bu une petite gorgé de la liqueur. Vingt minutes passèrent et Carth n’était toujours pas arrivé. Pour sûre, il entendrait parler du pays quand il montrerait le bout de son nez.

-Non mais franchement ! Quel imbécile me ferait attendre ?
-Coucou !
-Enfin ! Tu sais que ça fait une plombe que je patiente ici !
-Excuse moi, j’ai eu un peu de mal à trouver !
-Encore tes excuses à deux balles !
-Non, je te jure que je me suis vraiment perdu ! Et puis… tu ne pourrais pas parler un peu moins fort ! Tout le monde t’entend…

Effectivement, toutes les personnes présentes regardaient le couple. Quelques-uns riaient, d’autres simplement curieux de la façon dont ça allait finir. Lisa opina et l’invita à s’asseoir. Tout en le regardant elle se demandait comment elle en était arrivée à l’aimer. Il ressemblait un peu à Xander physiquement mais ça s’arrêtait là, leurs caractères étaient totalement opposés.

-Qu’est ce qu’il y a ? Demanda Carth.
-Rien, je réfléchissais.
-Oulala ! Quand une femme pense c’est jamais bon signe !
-Ah oui ? Tu vas voir toi !
-Je plaisante. Tu pensais à quoi ?
-A toi, monsieur le rigolo ! Tu as un fils, et ta femme ?
-Elle est morte.
-Désolé, je…
-C’est arrivé quand Revan est revenu. Je ne sais pas ce qui c’est passé mais Saul a ouvert le feu sur Télos et la réduite en cendre. Depuis je le traque dans le but de lui faire payer !!!
-J’aurais pu faire la même chose avec toi !
-Je m’en doute, mais c’est l’inverse qui c’est produit. Au fait, j’aimerais en savoir un peu plus sur toi.
-Je n’ai pas grand-chose à raconter.
-Vas-y toujours !
-Je suis née sur Naboo comme tu le sais déjà. J’ai grandi dans une famille de fermier assez aisé. A l’inverse de mes parents j’adoré l’armé, je voulais devenir célèbre, une héroïne de la république. Alors je me suis inscrite à l’académie au grand désarroi de mes parents.
-Et c’est là que tu as raconté Xander !
-Oui, il était venu pour sélectionner les meilleurs afin qu’ils intègrent l’académie d’officier de la capitale. Sa va sans dire que j’ai été une des meilleures. Là bas je traînais beaucoup avec Linda, on partageait la même chambre. Nous étions les meilleures amies au monde mais aussi rivales ! En amour. Toutes les deux avions craqué pour notre instructeur. J’ai été plus rapide qu’elle, bon j’ai triché. Un soir alors qu’elle devait faire un exercice spécial pour un autre instructeur, je me suis faufilé dans la chambre de Xander et n’en suis ressorti qu’au petit matin. Quelle nuit ça était !
-Je veux bien te croire, répondit Carth sur un ton trahissant la jalousie.
-Tu voulais me connaître mieux, non ? Il en fait partie, sans lui je ne serais pas ici !

Lisa continua le récit de sa vie, son intégration au 127eme escadron grâce au général Den Orion, les guerres mandaloriennes et son dévouement totale au ordres de Revan. Carth grinça des dents lorsqu’elle parla de lui mais elle n’en tient pas compte. Elle enchaîna sur son retour sur Naboo et sur son état d’esprit du moment, la joie qu’éprouvait une gagnante, elle était l’héroïne locale. Mais elle expliqua aussi le choc que provoqua sur elle la nouvelle de l’exécution de son fiancé. La jeune femme décida de quitter l’armée, de s’isoler et de revenir à la terre de ses ancêtres. Lorsque les sith arrivèrent, elle fui et trouva refuge sur Taris. Elle n’expliqua pas par contre le laps de temps qui s’était écoulé entre son départ de Naboo et son arrivé sur Taris. Elle était incapable de lui dire qu’elle avait été capturée par les sith et qu’après plusieurs jours de torture elle incorpora l’ennemi de la république. Les cicatrices que Carth avait vues ne dataient pas que des guerres mandaloriennes… Un homme l’avait sauvé de cet enfer… un homme à qui elle devait tout. Elle termina sur leur rencontre au champ de course de fonceur.

-Le reste tu le sais, conclu t’elle.
-Pas mal pour quelqu’un qui n’avait rien à dire ! Plaisanta l’officier. Tu as des projets pour… après ?
-Tu crois qu’on va gagner ?
-Avec Jaden aucun doute ! Ce qu’il a fait sur Mirial était tout bonnement incroyable ! Je pense qu’il est plus fort que Revan lorsqu’il était au sommet de son pouvoir. Malak n’a qu’à bien se tenir !
-La république mérite t-elle de gagner ?
-Pourquoi tu dis ça ? Bien sûr que…
-Regarde où on en est ! Misère, intolérance, violence… Les sénateurs parlent de justices mais ils n’hésitent pas à sacrifier des innocents pour leurs conforts. Ils ne se préoccupent que des compagnies qui payent leur campagne électorale… Avec l’aide de l’armée il n’y aurait pas eu autant de mort sur Mirial !
-Les sith…
-La situation était identique pendant les guerres mandaloriennes ! Tout aurait pu être évité s’ils avaient pris les bonnes décisions !
-Je suis d’accord mais avec les sith se sera bien pire ! Et puis je suis un soldat de la république ! Je protégerais ce système de tout mon cœur, de toute mon âme !
-Tu es un homme borné, murmura Lisa. Et toi alors, que feras tu ?
-Je n’en sais rien, j’aimerais qu’on… qu’on vive ensemble. C’est rapide je sais mais…
-Arrête, l’interrompit elle. J’aurais aimé vivre avec toi…
-Aurais ???
-Il peut se passer tellement de chose avant…
-C’est vrai, mais penses-y !
-Ouais, mentit elle.

Sans aucun doute pour la jeune femme, Carth ne dira plus la même chose après. Elle détourna la tête pour ne pas se trahir et contempla le coucher de soleil sur l’océan. Elle était heureuse et ferait tout pour que ça dure. Tous deux se levèrent et sortirent main dans la main et allèrent faire un tour sur la jetée, respirant à plein poumon l’air pur de l’océan. Si seulement le temps pouvait s’arrêter, le paradis pouvait exister. La fraîcheur s’installa vite et Lisa commença à avoir froid. Ils passèrent devant un hôtel, elle changea brusquement de direction et entra dedans.

-Bonjour, dit elle au réceptionniste. Une chambre pour deux.
-Lit séparé ?
-Non, un grand lit !
-Bien !
-Peut on être servi dans notre chambre ?
-Sans aucun problème, que voulez vous pour votre repas ?
-Deux Thakitillo, deux Cavaellin Crea avec une bonne bouteille de Lum.
-Aucun problème, je note ça. Voilà, chambre 224 deuxièmes étages.
-Merci, répondit Lisa.

Elle prit Carth par le bras et le traîna vers l’ascenseur. Un autre couple entra dans l’hôtel, un homme d’un age avancé et une jeune femme habillée en noir. Etrange couple, pensa Lisa alors que la porte de l’ascenseur se referma sur eux. Elle oublia les deux autres personnes et se jetta sur Carth.

-Impatiente ! Dit Carth en prenant sa respiration.
-Pourquoi attendre ? On est tout seul !
-Tu as raison !

Heureusement personne ne se baladait dans le couloir du second étage. L’officier avait déjà la veste et la chemise ouverte. Lisa était agrippée à lui, les jambes autour de sa taille et les bras entourant son cou. Il dû faire preuve d’agilité pour ouvrir la porte et entré dans la chambre sans tomber. Elle descendit et le jeta sur le lit. Lentement elle le déshabilla, en commençant par la chemise puis descendit vers le pantalon. Dès qu’elle eut finit elle s’écarta du lit et retira sensuellement les siens, lentement, très lentement pour le laisser mariner.

-Cette fois aucune échappatoire ! Tu es à moi pour la nuit entière ! J’espère que tu es en forme !

Carth n’en revenait pas, il espérait être à la hauteur. Une fois en sous-vêtements, elle grimpa sur le lit à quatre pattes et remonta doucement sur l’homme, le caressant avec sa peau brûlante. Elle passa délicatement sa langue sur sa lèvre supérieure et s’allongea sur lui. Un inconnu frappa à la porte, Lisa se releva immédiatement, enfila un peignoir et alla répondre.

-Votre commande madame.
-Merci, je vais la prendre.

Elle tendis quelques billets au serveur, pris la table sur roulette et rentra à l’intérieure où Carth bouillonnait d’impatience. Elle la laissa à distance et sauta sur l’homme.

-Alors, je n’ai pas été trop longue ?
-Une véritable torture !
-Tant mieux !

Le serveur descendit aux cuisines en se disant qu’il aimerais bien être à la place du mari ce cet femme. Finalement, lorsque ces deux là mangèrent, les plats étaient froids.


Le bâtiment devant lequel se tenait Candérous, Bastila et Jaden était dans un état pitoyable. Il était difficile d’imaginer que c’était la planque d’un groupe de mandalorien. Le guerrier s’avança et frappa par trois fois à la porte, il attendit un moment et renouvela l’opération en frappant deux fois. Un cliqué qu’on ouvrait se fit entendre et la porte s’entrebâilla. Un homme possédant une carrure impressionnante sortit et jeta un coup d’œil aux étrangers. Candérous lui fit un signe de la tête, l’autre mandalorien s’écarta et les laissa entrer. Ils ferma la porte derrière eux et passa devant. Il les guida au milieu d’un capharnaüm de poutre métallique et de caisses. Ils arrivèrent ensuite devant un mur peu différent des autres. Le guide fit entrer une tige dans un minuscule espace et un pan s’écarta. De l’autre côté la décoration n’était plus la même. Des armes étaient entassées par centaines sur des étagères, des mandaloriens en armures courraient un peu partout, certains s’exerçaient au tir, d’autres au combat à main nu. Un guerrier vint vers eux, prit le relais et les emmena devant leur chef. Il siégeait sur un fauteuil rembourré et regardait des plans.

-Salut Candérous ! Dit il en se levant.
-Salut mon ami !
-Qu’est ce qui peut bien t’emmener ici ?
-J’aurais besoin de fouiller les fonds marins sans que les selkath soient au courants.
-Aucun problème, j’ai plusieurs sous-marins qui sont opérationnels. Et… ces deux là ?
-Des amis ! On peut leur faire confiance !
-Ce sont des jedi !
-Je sais mais je réponds d’eux ! Quand peut-on partir ?
-D’ici quelques heures ! Les selkath font pas mal d’aller-retour, vers minuit il n’y plus beaucoup d’activité.
-Vous avez des scaphandres ? Intervint Jaden.
-Evidemment ! Je ne vous demanderais pas ce que vous comptez faire mais en échange vous devez promettre de ne rien dire sur ce que vous voyez ici !
-Marché conclu ! Dit Jaden.
-Parfait ! Candérous répond de vous ! Alors vous avez ma confiance !


La nuit était froide, Jolee et Juhani étaient exténués. La ville n’était pas aussi reposante qu’ils avaient cru. Toute le journée ils avaient du empêcher des soldats républicains d’attaquer des soldats sith. Manaan était une planète neutre certes, mais elle était aussi la plus grosse productrice de kolto de la galaxie. Si une des factions se montrait hostile, elle se trouvait pénaliser et les conséquences étaient très importantes. Les hautes instances selkath diminuaient de façon considérable l’exportation de kolto. A cette heure avancée de la nuit, il n’y avait plus personne dans les rues et ils purent enfin souffler.

Un homme courait, fuyait… Son visage dégoulinait de sueur, sa respiration haletante. Il enchaînait les carrefours, prenant une fois à droite, puis à gauche… Derrière lui des cris résonnaient, des cris dans le langage selkath. Il accéléra le pas jusqu’à en perdre haleine. Il déboucha sur une place, les faibles halos des lampadaires illuminaient une fontaine en son centre. Il s’arrêta et regarda les possibilités qui s’offraient à lui. Il remarqua très vite deux ombres près du bassin qui entourait deux statues représentant des selkath qui crachaient de l’eau. L’une des deux ombres entra dans le rayon lumineux d’un réverbère. A sa plus grande joie, l’homme reconnu un de ses anciens compagnon d’arme. Il courut vers lui.

-Jolee !!! Jolee !!! Cria t-il.
-Sunny ?
-Tu dois m’aider Jolee !
-Calme toi ! Qu’est ce qui se passe ?
-Un… un meurtre vient de se produire à l’hôtel « La vue de l’océan » ! Les autorités pensent que j’en suis le responsable !
Au même moment une troupe de soldat selkath débarqua sur la place. Ils encerclèrent les trois étrangers.
-Veuillez nous remettre cet homme ! Dit l’un d’eux.
-Je crois que tu devrais obtempérer mon ami. Je viens avec toi et je ferais tout pour t’aider !
-Jolee… D’accords, je me rends !

Sunny suivit les selkath jusqu’à la zone de détention où il fut incarcéré. Jolee et Juhani furent autorisés à les suivre. La salle n’était pas bien grande et comprenait quatre cages tout juste assez grande pour une personne. Juhani alla voir le responsable de la prison et lui demanda les preuves de la culpabilité de Sunny. Le selkath lui avoua qu’il n’avait pas l’autorité pour le faire, si elle voulait en avoir le droit elle devait aller en faire la demande auprès de la magistrature. Malheureusement à une heure ci tardive il était impossible de les voir. Elle revint donc auprès de Jolee.
-Raconte moi tous, demanda le jedi.

-On m’accuse de meurtre. J’étais avec une sith…
-Une sith ??? Continu, ton histoire m’intéresse !
-Elle espionnait son camp pour notre cause, elle voulait sincèrement nous rejoindre ! C’était une femme courageuse, crois moi !
-Et toi tu étais son contact, je présume ?
-Exactement, mais son maître a eu vent de nos rendez-vous et l’a suivie. Il l’a tué et a fait croire que c’était moi le responsable.
-OK, je verrais si je peux te faire sortir de là !
-Merci mon ami. Au fait, pourquoi des rendez-vous dans un hôtel ?
-Oui… euh… voyons… on… on faisait croire qu’on était amant !
-Très bien, reste sagement ici je reviendrais dès que possible !
-Tu le crois ? Demanda Juhani une fois dehors.
-C’est mon ami, mais il cache quelque chose. Allons à l’hôtel, on ne sait jamais…

Les deux jedi allèrent au fameux hôtel, le réceptionniste était dans tous ses états. Les selkath avaient bouclé tout le second étage. Les occupants des chambres voisines furent contraints de descendre à la réception pour y être interrogés. Parmi eux, Jolee vit Carth et Lisa. La jeune femme était simplement vêtue d’un peignoir fin et Carth d’un pantalon, le torse nu. Le jedi n’avait pas besoin de leur demander pourquoi ils étaient là, leur petite escapade se finissait mal.

-Lisa ! Carth ! Cria Jolee.

Les deux personnes se tournèrent vers Jolee et Lisa fit la grimace, elle ne semblait pas particulièrement contente de le voir. Carth était devenu rouge et réagissait comme un enfant qu’on aurait pris la main dans le sac.

-Ca va ? Demanda Juhani.
-Ca pourrait aller mieux, répondit Carth embarrassé. Qu’est ce qui vous amène ?
-Le meurtre bien sûr ! Le suspect est un de mes amis et je me suis vu obliger de l’aider.
-Tu perds ton temps Jolee, il est coupable ! Dit froidement Lisa.
-Vraiment !? Expliques toi !
-Vers minuit on a entendu un coup de feu dans la chambre voisine, quand je suis sortie un vieil homme courrait comme un fou dans le couloir.
-Il poursuivait peut-être le coupable ? Dit Jolee.
-Aucune chance ! Je n’ai entendu personne d’autre. Qu’est ce qu’il t’a dit ?
-Il est venu ici avec son contact chez les sith pour des informations.
-Pas mal le mensonge, répliqua Lisa. Si c’était une informatrice moi je suis encore vierge ! Le boucan qu’ils faisaient, à croire que ça faisait 20 ans qu’il n’avait pas fait l’amour.
-Ca n’empêche pas qu’elle soit une informatrice ! Dit Carth.
-Tu l’as bien vu ? Renchérit Lisa. Cette femme était une jedi noire !
-Une jedi noire ??? Dit Juhani. Comment le sais-tu ?
-Elle portait un sabre laser à sa ceinture, même si elle essayait de le cacher sous sa cape.
-Son maître aurait pu s’introduire sans que tu t’en aperçoives Lisa, dit Carth. Tu n’étais pas… disons… au maximum de tes capacité auditive…
-JE NE TE PERMETS PAS ! Quelque soit la situation mes sens sont toujours à l’affût !
-Pourquoi tu t’emportes comme ça ? S’étonna Carth. C’était une sith après tout ! C’est toujours une de moins à affronter ! Où est le problème ?
-Le problème ? Tu veux le savoir ? Un meurtre reste un meurtre aux yeux de la loi, non ? Si cet homme est coupable, il doit payer ! Républicain ou pas !
-Lisa… commença Carth. Si jamais il est reconnu coupable cela aura de grave conséquences pour l’importation de kolto !
-Quoi ? Coupa Lisa. Non Carth pas toi… tu… tu ne peux pas dire ça…
-Les intérêts de la république sont plus importants ! On doit prouver son innocence !
-Quitte à mentir ? Décidemment Carth tu ne lui…
-Il est mort !!! Arrête de rester dans le passé ! Si tu espérais le retrouver en moi… détrompes toi ! Je suis moi et rien ni personne, pas même toi, ne changeras cela !
-Ehh ! Du calme vous deux ! Intervint Juhani. Vous réglerez vos histoires de couple plus tard ! De toute façon Carth nous chercherons la vérité et l’exposeront au grand jour, qu’elle plaise ou non !
-Merci Juhani, dit Lisa. Toi au moins…
-Tu n’as pas à me remercier, les jedi doivent être impartial.
-Moi je rentre ! Conclu Lisa. J’en ai marre !
-Tu ne vas pas partir dans cette tenue ?
-Et qui m’en empêchera ? Sûrement pas toi !

Lisa lui lança un regard glacial et partit en courant.

-Ah les femmes ! Dit Jolee sur un ton compatissant. On ne les comprendra jamais.
-Que vas-tu faire Jolee ? Demanda Carth.
-Faire un tour dans la chambre… Tu ferais mieux de rentrer toi aussi.
-Ouais, peut être que j’arriverai à faire changer Lisa d’avis.
-N’y compte pas trop, murmura Jolee sans que Carth puisse l’entendre.

Jolee partit avec Juhani vers un groupe de selkath en grande conversation. Il les interrompit et se présenta. L’un des selkath lui demanda ce qu’il pouvait bien faire pour eux et le jedi lui répondit qu’il était là pour faire la lumière sur cette affaire. Au début, tous semblaient perplexes mais finalement ils finirent par accepter. Les jedi étaient universellement connu pour leurs impartialités. Ils les menèrent au second étages et les firent entrer sur le lieu du crime, rien n’avait été bougé depuis l’arrivé des forces de l’ordres.

La victime était allongé sur le côté droit, son regard tourné vers la porte, les draps recouvraient ses jambes jusqu’au genoux. De là où se trouvait Jolee il pouvait voir le point d’entré du tir, il était situé entre les deux omoplates. Le rayon avait transperçait la colonne vertébrale au niveau de la cinquième vertèbre thoracique, transpercé le cœur et était ressortit par le sein droit. La femme était morte sur le coup s’il en croyait l’expression paisible de son visage. Avec l’angle de tir et les traces de brûlures autour de la plaie d’entrée il déduisit que le suspect faisait entre les 1m70 et 1m80, Sunny faisait environ 1m76. Le vieil homme mit le corps sur le dos et écarta les jambes. L’intérieur des cuisses était rose vif et un peu de sperme s’écoulait du vagin. Au moins cela corroborait avec la version de Lisa, cette femme avait eu un rapport sexuel consentant peu de temps avant de mourir, il n’y avait aucune trace de violence. Il s’éloigna ensuite du lit et alla étudier les fenêtres, l’une d’entre elle était légèrement entrouverte, il se pouvait donc qu’une personnes soit entré par là puis en ai ressortit sans que Lisa ne l’entende. Le jedi l’ouvrit et jeta un coup d’œil. Après réflexion il en conclu que seul un utilisateur de la force aurait pu entrer sans bruit. Mais… Est-ce qu’un quelqu’un était réellement entrer par là ? Aucune trace ne permettait de le dire avec certitude. Si un éventuel sith ou quiconque aurait pénétré par cet ouverture, il n’avait laissé aucune trace, il pouvait fort bien avoir utilisé des gants et, ou la force.

-Quelque chose ? Demanda Juhani.
-Pas vraiment et toi ?
-Rien dans la salle de bain, aucune trace de lutte. Sur l’arme non plus rien de concluant. Je sais juste que c’est une arme républicaine.
-Si un sith voulait la tuer, il avait autant à prendre l’arme de Sunny pour faire accuser la république. Et son sabre ?
-Il est toujours là, un sabre à lame rouge et le manche et ce qu’il se fait de plus commun.
-J’ai vu des caméra dans le couloir, et ici ?
-Je n’en ai pas vu dans la salle de bain. Je vais voire ici !

Jolee restait pensif pendant que Juhani cherchait une éventuelle caméra. Si les sith avaient eu vent de cette relation ils feraient tout pour la surveiller. Puis la jedi demanda à Jolee de venir. Derrière le miroir au dessus du lit se cachait une caméra miniature.

-Bien, maintenant à qui appartient-elle ? Sith ou républicain ?
-Les deux ont une raison valable pour l’avoir placé, dit Juhani.
-Je n’aurais pas dit mieux, répondit Jolee. Eh ben on n’a plus trop le choix. Je vais aller rendre une petite visite à l’ambassade sith et toi vas voir à celle de la république.
-D’accord ! Fais gaffe à toi !
-C’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire la grimace ! Dit Jolee en souriant.

Juhani sortit la première tandis que Jolee faisait part de son analyse de la scène. Il leur expliqua les possibilités qu’il avait envisagées mais cacha sa petite envi de s’introduire en fraude dans l’ambassade sith. Ils ne le tolèreraient jamais. Il prit congé et une fois dehors il se souvint que la bâtisse sith se trouvait dans la zone est de la ville mais il lui fallait l’aide d’un pirate informatique de géni pour parvenir à ses fins. Tout naturellement, Mission lui vint à l’esprit. Maintenant il devait juste réussir à lui mettre la main dessus.

Juhani arriva devant l’ambassade républicaine et y entra. La personne chargé de l’accueil lui demanda le motif de sa venu puis l’accompagna chez l’ambassadeur, un homme dénommé Rolaan Wann.

-Bonjour jedi, en quoi puis-je vous aider ?
-J’aide à l’enquête sur le meurtre d’une femme. Un soldat de la république y est impliqué.
-Oui je sais, quelle tragédie… J’espère que vous trouverez le véritable coupable !
-Vous ne pensez donc pas que Sunny soit l’auteur ?
-Absolument pas ! Il est loyal et honnête ! Surtout qu’elle espionnait les sith pour nous ! Je pense que vous devriez menez votre enquête par là !
-J’y compte bien mais avant…
-Désolé mais j’ai des affaires urgentes à régler ! Veuillez m’excuser !
-Très bien, merci pour votre aide.

Juhani sortit de la salle, son instinct lui disait que cet homme lui mentait, pourquoi ? Qu’avait-il à cacher ? Elle se mit à fouiner un peu partout avant de tomber sur la salle de stockage des données informatiques. Hélas elle n’était pas une hackeuse chevronnée… si seulement…

-Besoin d’un coup de pouce ? Dit une voix derrière elle.
-Lisa ? Mais comment… Laisse tomber. Tu peux m’aider ?
-Bien sûr ! Que puis-je faire ?
-Entrer dans le système informatique et trouver…
-Quoique se soit sur le meurtre ?
-Tout à fait !
-Tu t’occupes des gardes pendant ce temps ?
-Pas de problème !

Les deux femmes entrèrent discrètement, Juhani usa de la force sur les gardes pour les paralyser et Lisa commença à pirater le système. La sécurité était costaud, quatre clés à 512 bits avec un système communiquant empêchant toute introduction. Au moment où le premier code encrypté à 256 bits était inséré, elle devait introduire les quatre autres en moins de cinq minutes… sinon l’intégralité des données était effacée. Pour Lisa il était clair comme de l’eau de roche que la république cachait quelque chose.

-Tu y arriveras ? Demanda Juhani sceptique.
-Oui, reviens d’ici trois mois !
-Hein ??? mais on a que…
-Je plaisante, une dizaine de minutes devrait suffire.

Les minutes s’écoulèrent lentement… très lentement. A plusieurs reprises des soldats avaient failli entrer dans la salle mais Juhani les « persuada » qu’ils avaient autre chose de plus important à faire. Finalement Lisa poussa un petit cri de joie, les fichiers étaient déverrouillés ! Un dossier en particulier l’intéressa, il datait du jour même et contenait une unique vidéo, malheureusement crypté. Ce fut un jeu d’enfant pour elle et après les femmes purent regarder la vidéo montrant ce qu’il c’était réellement passé pendant le meurtre.


Jaden était en admiration devant deux mandaloriens lors d’un combat à main nue. Ils utilisaient des techniques peu orthodoxes, elles mélangeaient une partie de mouvement échanie avec des attaques zabracs. Ils avaient ajouté un troisième style mais qui était inconnu au jedi, pourtant elle lui semblait très familière… Le chef le voyant ainsi s’approcha.

-Alors ? Un petit duel te tenterait ?
-Sans façon…
-Tu es un guerrier, je le lis dans tes yeux. Ton sang doit être en ébullition devant un spectacle aussi beau.
-Oui… Mais un guerrier doit savoir aussi quand un combat est perdu d’avance.
-L’honneur nous pousse à ne jamais refuser un combat !
-Quel honneur y a-t-il à perdre ? Aucun, certaines défaites sont enrichissantes d’autres sont juste la preuve de notre faiblesse. Seul un sot croirait en un miracle.
-Malgré ton jeune age tu es sage et réfléchit. Étonnant de la part d’un humain, vraiment très étonnant.
-Le mariage de ses techniques est incroyable, vous avez su retirer le meilleur de chacun des peuples à qui vous les avez pris et les avais parfaitement mis en symbiose.
-Merci, tu as un œil bien aiguisé. Vous faites de même, vous les jedi.
-Oui mais à un niveau beaucoup moins avancé.
-Le sous-marin est bientôt prêt, alors si tu veux bien aller te préparer…
-J’y vais, merci.

Jaden jeta un dernier coup d’œil au combat, cette troisième technique qu’ils utilisaient l’intriguait. Finalement il détourna son regard et partit rejoindre Candérous et Bastila. Il espérait qu’un jour, il pourrait créer une technique parfaite, capable de vaincre n’importe quel adversaire et se quelque soit leur nombre.
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Revan1er » Jeu 11 Sep 2008 - 11:16   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

A l’angle d’une ruelle, Jolee perçut le grognement d’un wookie. Aucun doute n’était possible, c’était Zaalbar. En effet, il était rare de croiser un wookie sur Manaan. Lorsque le vieux jedi arriva, Mission essayait d’empêcher Zaalbar de tuer un groupe d’alien particulièrement hostile. L’un d’eux sortit discrètement un blaster de sous sa veste… Le jedi fit un pas rapide et se retrouva à côté de lui, il le désarma sans avoir recours à son sabre et usa de la force pour l’envoyer faire un plongeon dans l’océan. Il alla ensuite près de Zaalbar et lança un regard menaçant aux autres. Aussitôt ils décampèrent sans demander leur reste.

-Merci Jolee, dit Mission.
-A l’avenir fait attention, les rues sont dangereuses pour les petites filles.
-Je ne suis pas une gosse ! Gronda Mission. Zaalbar était avec moi de toute fa…
-Et si je n’avais pas été là il se peut que vous deux trouviez la mort !
-Euh…
-Allez suis moi, j’ai besoin de tes compétences pour entrer dans l’ambassade sith.
-Géniale !!!
-Ca va être très dangereux !
-Dangereux ! Pfff… Moi je me ris du danger !
-Tout compte fait je crois que je vais te raccompagner et demander à Lisa de m’aider !
-Non non non ! Je serais sage !
-Bon, reste près de moi et fait tout ce que je dirais ! Zaalbar tu viens aussi mais ne fait pas de bruit !
-… (Grognement wookie)…

Jolee passa devant, l’ambassade sith n’était qu’à quelques pâtés de maison. La surveillance était impressionnante, vingt droïdes de combats armé jusqu’aux dents, des caméras avec détection de chaleur et des capteurs de mouvement pour couronner le tout. En clair ils allaient devoir trouver une autre entrée moins gardée. Jolee fit marche arrière, ils déambulèrent un peu partout autour du bâtiment sans trouver le moindre accès. Puis, ils virent passer devant eux un petit groupe de sith, un officier et deux soldats. L’instinct du vieil homme lui dictait de les suivre dans l’ombre. Le groupe sith marchait d’un pas déterminé, ils s’arrêtèrent devant une maison, un selkath leur ouvrit. Il sortit un petit objet caché derrière son dos et le donna à l’officier. Ensuite ils reprirent leur route, Mais ils ne prirent pas le chemin de l’ambassade. Ils sortirent de la ville et stoppèrent devant la porte d’un hangar. Lorsque la porte s’ouvrit une voix annonça qu’ils sortaient de la zone surveillée d’Ahto. Jolee se glissa rapidement derrière eux et activa son sabre. Deux droïdes qui gardaient une navette furent détruit en une seule attaque. Le vieil homme ouvrit ensuite la porte avec la force pour laisser entrer Mission et Zaalbar. Le wookie se rua sur l’officier qui n’eut pas le temps de sortir son blaster. Mission blaster en main, tira sur les deux soldats qui allaient attaquer son ami. Il ne restait plus aucune menace. Zaalbar maintenait fermement l’officier à la gorge, Jolee s’approcha.

-Une petite question…
-Je ne parlerais jamais… Heu… hem…
-Mon ami ici présent n’aime pas trop les sith, répliqua Jolee.
-Rarggggg !
-Alors, existe-t-il un autre accès à votre ambassade ?
-… (l’officier suffoque)…
-Zaalbar relâche un peu ta poigne, notre nouvel ami désire parler !
-La… la navette est programmé pour atterrir dans l’ambassade, le toit s’ouvre.
-Pratique pour faire entrer de la contrebande… Merci mon brave !

L’officier profita du petit instant de distraction de Jolee pour sortir son blaster. Zaalbar se mit à rugir comme un forcené et lui brisa la nuque. Jolee jeta un regard désolé à cet imbécile qui avait agit de façon inconsidéré. Il le déshabilla ensuite et mit ses vêtements. Ils montèrent dans l’appareil et il vit une cape noire posée sur un siège.

-Mission, mets cette cape. Tu te feras passer pour un disciple obscur.
-Ils remarqueront immédiatement que je ne maîtrise pas la force !
-Les soldats n’y verront que du feu et les serviteurs de la force ressentiront ma puissance. Evidemment tu devras rester prêt de moi.
-Ton plan ne me plait pas trop…
-Mission ??? Dit Jolee sur un ton sévère.
-D’accord… d’accord, je ferais comme tu le veux.
-Bon, je préfère !

Zaalbar mit en route les moteurs de la navette et doucement elle s’éleva dans les airs. Elle vola à basse altitude au-dessus de la ville, le plus étonnant était le bruit presque inaudible du moteur. De toute évidence il servait uniquement de relais entre l’ambassade et le hangar pour faire passer de la contrebande. Le vaisseau s’immobilisa à la verticale de l’ambassade et descendit doucement. Dans le même temps le toit se scinda en deux et offrit un passage juste assez grand pour que la navette s’y engouffre. Une fois immobilisé au sol, Jolee vit immédiatement un détachement de soldat sith entourer la navette.

-Restez là ! Ordonna t-il.

Il se pressa vers la passerelle et attendit que l’un d’eux vienne vers lui.

-Qui êtes-vous ? Demanda un sergent suspicieux.
-Colonel Vendar Spare, sergent !
-Veuillez me pardonner mon colonel mais je n’ai pas été prévenu de votre arrivé… J’attendais…
-Taisez-vous ! Je suis ici sous l’ordre express du seigneur Malak !
-Du seigneur noir ? Dit-il effrayé.
-Oui, je suis en mission top secrète, le colonel Massafi m’a cédé cet appareil pour que ma venue soit tenue secrète ! Je vous ordonne à présent de quitter les lieux !
-A vos ordre ! Dit le sergent. Peloton, formez les rangs ! A gauche gauche ! En avant, marche !

Les soldats sith sortirent du petit hangar. Une fois le dernier partit, Jolee fit sortir Mission et Zaalbar. Comme un éclair, le vieil homme sentit une grande force émaner de ces lieux. Quelque part se trouvait un adepte de la force terriblement puissant. Il espérait que faire venir Mission n’était une erreur. Les trois intrus sortirent du hangar. Grâce à leurs déguisements, ils purent passer inaperçus devant les soldats qui déambulaient dans les couloirs de l’ambassade. Ils s’assurèrent que personne ne les observait avant de pénétrer dans la salle de contrôle. Deux soldats regardaient les écrans de sécurités, aucun d’eux n’eut le temps de parler. Jolee les emprisonna dans un champ de stase et usa de la force d’étouffement pour leur faire perdre connaissance. Toute menace écartée, Mission retira sa cape et s’empressa de se connecter à la base de données. Hélas, elle ne trouvait rien qui avait un rapport avec le meurtre. A mesure que le temps avançait, le vieux jedi était de plus en plus inquiet. Il faisait les cents pas à côté de la porte, cette présence qu’il avait sentie s’approchait d’eux. Ils n’avaient plus beaucoup de temps… Soudain Mission l’appela. Le vieil homme accouru à côté de la twilek. Elle n’avait toujours rien trouvé sur l’homicide, en revanche elle avait trouvé des informations sur quelque chose de bien plus important.

-Nom d’un sith !!! S’exclama Jolee en lisant le rapport. Tu peux en faire une copie ?
-Tu me prends pour qui ? Evidemment que je peux le faire ! Mais ça n’a pas…
-Aucune importance ! Les autorités doivent être mises au courant !

La sauvegarde effectuée, ils repartirent vers le hangar. En cours de route Jolee s’arrêta.

-Allez au vaisseau et fichez le camp !
-Hein ??? Qu’est ce qui t’arrive ?
-Je dois rester ici ! Si je reste avec vous vous serez en danger de mort ! Tu dois transmettre ce dossier aux selkath quoi qu’il arrive ! Je vous rejoindrais plus tard !
-Tu le promets ?
-Je le promets ! Je suis coriace, ils ne m’auront pas aussi facilement, mentit-il.
-Dans ce cas à tout à l’heure ! Dit Mission avant de partir.

Jolee lui fit un timide signe de la main et se tourna sur sa droite. De l’autre côté de cette porte se trouvait le serviteur obscur, maintenant qu’ils étaient plus proche, le vieil homme ressentit un brin de nostalgie. La nature de la force qui habitait son futur adversaire lui était connue. Il avait eu du mal à la reconnaître tellement elle était emplie de haine et de rage. La porte s’ouvrit toute seule, un homme grand et mince se tenait debout à l’opposé. Son visage était aussi blanc que la neige, deux traits noirs verticaux étaient dessinés au centre de ses yeux et accentué son regard assassin. Son visage fin mettait parfaitement en valeur ses cheveux court en épi. Cet homme n’avait pas beaucoup changé depuis la dernière fois que Jolee l’avais vu.

-Bonjour maître, dit le sith. Je suis enchanté de vous accueillir dans mon humble demeure.
-Marsu, Amadou Marsu ! Si je m’attendais à te voir… ici !
-A une époque lointaine on m’appelait ainsi. Aujourd’hui je suis Sark Weiss.
-Pendant ta formation je sentais ton penchant pour la violence mais tu protégeais avec ardeur les innocents. Qu’est il arrivé à ce valeureux jedi ?
-La guerre, elle change les hommes, révélant leur instinct refoulé. Les mandaloriens massacraient des innocents par milliards, alors nous avons fait pareil quand nous avons mis pied chez eux. Œil pour œil, dent pour dent !
-Tu es tombé bien bas mon ancien padawan, déplora Jolee. J’ai une question à te poser. Je suis quasiment sûr que tu étais le maître de cette sith qui est morte. Pourquoi l’as-tu assassiné ?
-Oriane ? Ah ah ah ah ah ah !
-Qu’y a-t-il de si drôle ?
-Elle est bien bonne celle-là ! Mon brave maître, vous vous ramollissez. Réfléchissez un peu… Pas d’idée ? Avant de vous tuer je vais tout vous expliquer. Oriane était effectivement ma disciple, très moyenne entre nous, mais elle était très séduisante. Je lui ai alors confiée la tache de séduire un officier républicain, âgé de préférence et de lui soutirer toutes les informations possibles. Au début je dois dire qu’elle m’avait vraiment étonné…
-Au début ?
-Oui, cette idiote est réellement tombée amoureuse de lui. Pour couronner le tout elle voulait tout lui déballer !
-Alors tu l’as tué en faisant accusé mon ami !
-Encore faux, j’ai fait preuve de subtilité. Si je l’avais tué de mes mains je n’aurais rien gagné. Non, j’ai fait en sorte que ce Sunny apprenne le rôle de Oriane sans lui dire évidemment qu’elle allait retourner sa veste. Cet idiot a si bien cru notre histoire qu’il l’a tué. Epatant non ? D’une pierre deux coups, je me suis débarrassé d’elle et en plus la république sera sanctionné pour leurs importations de kolto. Je dois dire que l’arrivé des jedi dans l’enquête n’a pus que me réjouir. Vous établirez sa culpabilité sans problème, les républicains possèdent une vidéo du meurtre dans leurs archives.
-Je dois hélas reconnaître que ton plan était parfait…
-Merci, surtout que je n’ai pas cru mes yeux quand j’ai vu l’un des témoins. Une honorable espionne sith infiltrée dans les rangs républicains.
-Qui ?
-Tu veux le savoir ? Il s’agit de l’ancien capitaine Lisa Hesse !
-Li… Lisa ! Impossible !
-La vie est cruelle ! Ne t’inquiète pas, tu ne vivras pas assez longtemps pour aller le crier sur tous les toits !

Dark Weiss sortit deux sabres lasers pour le moins étrange. Le manche était un peu plus long que la normale et possédaient une seconde poigné perpendiculaire à l’axe du sabre. L’homme avait empoigné fermement les exubérances et les activa. La lame du sabre gauche s’étira en direction du coude tandis que l’autre s’activa vers le sol. Jolee sortit lui aussi son arme et se mit en garde.

-Tes sabres sont bien étranges !
-Je les ai mis aux points pendants la guerre, ils sont redoutables ! Adieu… ex-maître !

Le sith se rua sur Jolee, son bras gauche en avant et faisant tourner son sabre droit comme une hélice. Le jedi attaqua mais fut bloqué par le sabre gauche. Il bondit immédiatement sur sa droite pour éviter l’autre qui faillit le couper en deux. A peine rétabli qu’il dut sauter hors de porté afin d’esquiver une nouvelle attaque. Dark Weiss couru vers le point de chute du jedi. Jolee dut user de l’éclair de force pour le faire reculer. Il enchaîna aussitôt par une succession d’attaque rapide que le serviteur para facilement. Le sith contre attaqua avec violence, détruisant tout obstacle entre lui et son ancien maître. De nouveau, Jolee se vit contraindre à s’éloigner du combat trop intense et blessé à l’épaule. Son cœur battait la chamade et il avait beaucoup de mal à reprendre son souffle. Le sith se mit à sourire en regardant le pathétique vieillard. Un éclair de folie passa dans son regard, il leva la main et la lumière s’éteignit. Une voix résonna dans l’obscurité.

-Tu vas voir l’étendu de ma véritable puissance, la prochaine fois que tu verras mon visage, se sera la fin !

Jolee respira profondément et fit le vide. Son ancien padawan le sous-estimait, lui aussi était parfaitement capable de localiser un être sensible à la force dans l’obscurité rien que par son aura. Il éteignit son sabre et patienta… Marsu se déplaçait très vite autour de lui, par bribe il voyait son visage, la couleur claire de sa peau reflétant le peu de lumière présente. Le vieil homme trouvait ce procédé grotesque, un adversaire normal serait incapable de déterminer où il attaquerait, la terreur prenant peu à peu le dessus. Mais Jolee savait parfaitement qu’à l’instant où il voyait le visage de Dark Weiss, il se trouvait déjà dans son dos. En un éclair, le vieux Bindo activa son sabre et frappa. Un cri de douleur résonna dans toute l’ambassade. La lumière revint, Jolee était debout devant le sith qui gisait à terre en se tenant là où quelques secondes auparavant se trouvait son bras.

-Tu es devenu trop confiant, tu as pêché par orgueil et voilà le résultat ! Déclara Jolee. Tu as oublié que c’était moi qui t’avais enseigné à localiser une personne par la force.

Le sith se releva d’un bond et fonça droit sur le jedi. Avec un bras en moins, Jolee pouvait à présent rivaliser avec lui. Son adversaire restait toujours aussi dangereux, les mouvements qu’il pouvait effectuer avec son arme étaient imprévisibles. A mesure que le combat s’éternisait l’ancien padawan perdait toute patience, son visage se déformait par la colère. Une erreur bien courante chez les jedi qui avait basculés, leurs défenses offraient des brèches béantes qu’un simple apprenti pouvait exploiter. A contre cœur, le vieil homme accepta que son ancien élève était irrécupérable… A la première occasion, il le décapita. Il rengaina son sabre et regarda d’un air triste la dépouille de Marsu.

-Tu étais bien plus fort que moi… si tu avais su contrôler tes émotions nos places auraient été inversées. Adieu…

La porte de la salle s’ouvrit dans un vacarme assourdissant, une dizaine de soldat entrèrent dedans et ouvrirent le feu sur le jedi. Jolee usa de la force de poussée et les projeta violement contre le mur. Il sortit et couru le plus vite possible vers l’entrée de l’ambassade. Il espérait qu’une fois à l’extérieure les selkath empêcheraient les sith de le poursuivre. A l’heure qu’il était, Mission devait les avoir informé que les sith avaient construits une station sous-marine pour récolter le kolto.


Cela faisait deux bonnes heures que le sous-marin scannait le fond de l’océan sans aucun résultat. Jaden et Bastila avaient vu la carte près d’une faille dans leur rêve, hélas la faille en question s’étendait sur des milliers de kilomètres. Ils gardaient quand même espoir, Revan n’avait pas du chercher bien longtemps quand il était venu. Elle devait être proche… Après avoir passé une dune, ils tombèrent nez à nez avec un immense complexe sous-marin et un peu plus loin il y avait la carte.

-La voilà !!! Cria Jaden.
-Allons-y ! Renchérit Bastila.
-Vous êtes cinglés ??? Les interrogea Candérous. Regardez à travers les hublots !
-Des sith ? Mais… commença Bastila.
-On a pas le choix, trouve nous un accès Candérous ! On va leur rendre une petite visite !
-Ca marche ! J’envoi un message à mon ami, un peu de renfort serait appréciable, non ?
-Tout à fait d’accord ! Conclu Jaden.

Candérous trouva l’accès à l’installation, il s’agissait d’une petite ouverture sur la gauche du complexe. Le sous-marin fit surface, tout de suite ils trouvèrent que quelque chose clochait. Il n’y avait personne, aucun comité d’accueil ni sentinelle. Restant tout de même prudent ils ouvrirent le sas et sautèrent sur le ponton les armes aux poings. Un silence de mort régnait en ces lieux, pas un bruit ne venait perturber l’inquiétant sentiment de solitude. Ils étaient pourtant certains d’avoir vu des soldats patrouiller à travers les hublots.

-Je n’aime pas ça ! Affirma Candérous.
-Partons d’ici, dit Jaden. Il vaut mieux rester en mouvement !

Jaden et Bastila se placèrent de part et d’autre de la porte, Candérous se mit à couvert derrière une caisse qui lui faisait face, se tenant prêt à ouvrir le feu au cas où il y aurait des invités indésirables. Dans un bruit sourd elle s’ouvrit. Chacun des intrus regarda dans l’angle qu’ils avaient, puis se firent signe qu’il n’y avait aucun danger immédiat. Jaden passa en premier de l’autre côté, il était à présent dans un long couloir qui se scindait en deux au bout de quelques mètres. Il courut sans faire de bruit et jeta un coup d’œil furtif. Encore une fois il n’y avait personne. Un petit geste de sa main informa les deux autres que la voie était libre. Sans se dire le moindre mot, ils s’engagèrent dans le couloir qui partait sur leur droite, ignorant que des caméras les suivaient pas à pas.

-Un mandalorien et deux jedi, dit un homme assis dans un fauteuil. Le comité d’accueil est-il prêt ?
-Oui, monsieur, répondit un soldat.
-Bien, je les veux vivant ! Je dois savoir pourquoi ils sont là !
-A vos ordres ! Unités 5, 7, 15 et 22 appréhendez les intrus ! N’utilisez que vos armes paralysantes ! Je répète, n’utilisez que vos armes paralysantes !
-Roger !

Sur l’écran les intrus approchaient de la salle principale du complexe, là où ils stockaient le kolto avant de le faire transiter vers l’ambassade.

Bastila s’arrêta net, un danger les attendait de l’autre côté de la porte. Elle fit part de son appréhension à Candérous et Jaden. Tous deux prirent en compte l’avertissement mais décidèrent quand même d’y aller. Prudemment, ils avancèrent dans un immense hall où étaient entreposé des cuves de kolto par dizaines. La pièce était fort bien éclairée, à première vue il était impossible de s’y cacher. Pour les accès il y en avait en tout que deux portes, celle qu’ils venaient de franchir et l’autre se trouvait en face d’eux. En jetant un coup d’oeil au plafond, Jaden vit un système de rails et de poulie, ils devaient servir vraisemblablement au transport des cuves vers le hangar. Candérous longeait les mûrs à la recherche d’éventuels passage dérobés. Après inspection il ne trouva rien d’anormal, soit les sith les avaient parfaitement bien cachés, soit il n’y en avait pas. La padawan par contre restait dans un état d’alerte maximal, la sensation de danger était à son paroxysme. Elle sonda les alentours avec la force, très vite elle conclu qu’ils étaient seuls. Alors pourquoi n’arrivait-elle pas à se calmer ? Soudain la lumière se fit éclatante. Ils eurent juste le temps de mettre les mains devant les yeux pour éviter d’être éblouie qu’ils furent frappés par des rayons paralysants et tombèrent inconscient au sol. La lumière revint à une intensité normale, des soldats descendirent des cachettes et se saisirent d’eux. Les prisonniers furent conduits dans le bureau de l’officier supérieur du complexe.

Jaden fut le premier à se réveiller, il était assis sur une chaise peu confortable et était maintenu par deux soldats. Sa tête lui faisait atrocement mal, il perçut quelques bribes de conversation sans pour autant comprendre de quoi ils parlaient. Il tourna la tête et vit que Bastila commençait elle aussi à se réveiller. Un ronflement lui appris que Candérous dormait toujours. La tête de Jaden parti d’un coup en arrière, un soldat lui avait tiré les cheveux pour que le commandant puisse commencer l’interrogatoire. L’officier ne paraissait pas bien grand, une peau noir, des cheveux coupé court sur les côtés. Son regard était celui d’un fou, capable de tout.

-Qu’est ce que vous êtes venus faire ici ?
-Du tourisme, répondit Jaden.

Le soldat à sa droite lui envoya un terrible coup de poing dans l’estomac. Le jedi se cabra en avant puis il fut tiré de nouveau en arrière.

-Je ne répéterais pas ma question ! Reprit l’officier.
-Je suis en vacance et je voulais visiter les fonds marins de Manaan.
-Menteur ! Rugit l’officier en giflant Jaden.

Le jedi jeta un regard noir à l’officier puis il réalisa que ce dernier tenait son sabre entre les mains. Il essaya de l’activer en usant de la force… étrangement, rien ne se produisit. Le sith le regarda, amusé devant la piètre tentative qu’il venait de faire.

-Inutile, jedi ! Nous avons pris soin de vous mettre un collier qui empêche les jedi d’user de la force. Maintenant parle !

Le jeune homme ne pouvait y croire, le commandant ne mentait pas. Il se sentait vide, aussi faible qu’un nouveau né. Il essaya de se libérer de l’étreinte des soldats mais sans succès.

-J’en ai plus qu’assez ! Tu as intérêt à parler mon ami, sinon je me verrais obligé d’avoir une petite conversation en privé avec ta ravissante amie ! Qui sait, elle pourrait aimer…
-NON !!!! Hurla Jaden.

Sous l’effet de la colère le jedi se débattit de toutes ses forces, bougeant à droite, à gauche… Un soldat le calma en lui assénant un coup de cross sur la tête. Le jeune homme cessa de se débattre.

-Jaden… dit Bastila dans un murmure.

Lorsqu’il releva la tête, l’officier fit un pas en arrière. Le regard du prisonnier était devenu froid, inexpressif… et ces pupilles… elles avaient la couleur de l’or.

-Vous allez tous mourir ! Déclara Jaden.

Le collier se brisa et immédiatement après les soldats qui le tenaient furent éjectés à l’autre bout de la pièce. Une fraction de seconde plus tard tous les sith de la salle d’interrogatoire étaient morts. D’un geste de la main il détruisit le collier de Bastila, ces yeux avaient retrouvé leur couleur vert émeraude.

-Comment as-tu fait ? Demanda t-elle.
-Je ne sais pas. Au fond de moi je sentais que je pouvais le faire.

Une explosion fit trembler l’installation. Quelques secondes plus tard un soldat sith hystérique entra dans la pièce.

-Monsieur… commença t-il à dire avant de voir le carnage.

Alors qu’il s’apprêtait à dégainer son blaster, une main puissante le saisi à la gorge et l’envoya percuter le mur. Le mandalorien avait fait semblant de dormir.

-Que se passe t-il ? Dit tranquillement Candérous.
-Des… des navires non identifiés nous attaquent.
-Mes amis sont arrivés ! Ils ont pris leur temps !
-Profitons de l’occasion pour trouver la carte ! Dit Jaden.

Le jedi rendit son arme à Bastila et tendit un fusils à Candérous.

-Tu sais où elle se trouve ? Demanda Bastila.
-Une carte ??? J’ignore de quoi vous parlez !

Le mandalorien resserra sa poigne sur le cou du soldat.

-C’est une pyramide noire qui se trouve au fond de l’océan, d’après ce qu’on a vu en arrivant elle est entouré par le complexe !
-Ah… ça ! Ce n’est pas une carte, juste un artéfact laissé par une ancienne civilisation ! En sortant de cette salle, prenez à gauche puis au fond du couloir prenez à droite, la troisième porte donne accès à un sas. La pyramide se trouve juste après.
-Merci, répondit aimablement Candérous avant de briser la nuque du soldat à main nue.
-Candérous ! Grogna Bastila.
-Pas le temps pour ça ! Coupa Jaden juste avant qu’une seconde déflagration ne se produise.

La jedi acquiesça et ils foncèrent droit vers le sas. En chemin ils croisèrent la route de quelques sith qui finirent ad patres avant d’avoir pu donner l’alerte. Devant la salle du sas ils ne trouvèrent qu’une seule combinaison que Jaden enfila. Le mandalorien actionna la console et fit entrer l’eau. Lorsque la pression fut la même de chaque côté, la porte s’ouvrit sur les fonds marins. La carte tenait une place d’honneur au centre d’une construction ancienne, sur un autel. Ce dernier possédait de fines gravures partiellement érodées par le temps et les conditions environnantes. Elles montraient l’histoire d’un peuple inconnu et d’un artefact dont ils semblaient vouer un culte. Jaden ne perdit pas de temps à essayer de déchiffrer sa signification et toucha la pyramide qui s’ouvrit et révéla de nouvelles coordonnées. Simultanément, un bloc de donnés tomba à terre. Le jedi le prit et repartit aussitôt. Dès qu’il fut à l’intérieur et qu’il ôta sa combinaison, Bastila et Candérous lui prirent chacun un bras et l’entraînèrent vers le hangar.

-Calmez-vous ! Cria t-il.
-Le bâtiment va exploser ! L’autodestruction est enclenchée, répondit rapidement Candérous.
-Vous n’avez quand même pas…
-T’es fou ou quoi ? Dit Bastila. Il s’agit sûrement d’un dispositif qui s’enclenche automatiquement pour faire disparaître toute trace !
-Génial, il ne manquait plus que ça ! Malak ne serait pas dans le coin tant qu’on y est ? Ironisa Jaden. Bon lâchez moi maintenant ! On ira plus vite si je cours dans le bon sens, non ?

Ils s’arrêtèrent une fraction de seconde puis reprirent leur course effrénée contre le compte à rebours. Une voix enregistrée disait qu’il ne restait plus qu’une minute avant l’explosion. Ils embarquèrent vite fait dans le sous-marin et mirent en route les moteurs.

-Barrez-vous ! Cria Candérous dans la radio. Tout le complexe va exploser !
-Merci Candérous ! On se retrouve plus tard !

Le petit navire plongea et avança avec une allure qui leur parut beaucoup trop lente. Ils franchirent le petit passage et crurent être sortit d’affaire quand le complexe explosa. La déflagration engloba tout dans un rayon de quelques mètres, le sous-marin y était…

Jolee était parvenu à sortir de l’ambassade, une troupe de soldat selkath l’attendait le pied ferme.

-Ce n’est pas un des nôtres ! Dit un sith.
-Vous, dit un selkath, veuillez nous suivre sans opposer de résistance !
-Moi, dit Jolee, mais pourquoi ?
-Nous avons entendu des coups de feu dans l’ambassade ! Même si elle reste un territoire sith, il nous revient de juger les méfaits qui peuvent se produire à l’intérieure. Nous vous emmenons pour un interrogatoire.

Voyant qu’il n’avait pas le choix, Jolee leva les mains en l’air, signe de soumission. Soudain le sol trembla. Un énorme geyser d’eau fit irruption à quelques mètres à la surface de l’océan. Le vieil homme craignait le pire… Jaden cherchait la carte sous la surface de l’océan.

Les selkath dépêchèrent des navires prêts de la zone. Un petit sous-marin sortit de l’eau. La coque s’ouvrit au sommet et la tête de Bastila en sortit.

-Ahhhh de l’air ! C’est quoi ton engin qui déraille au moindre choc ! Dit la jedi.
-Bon bouge de là ! Reprit Jaden. On voudrait sortir !
-On a un léger problème !
-Des sith ?
-Pire !
-Je ne vois pas !
-Une armée de selkath pas très content !
-Ohhhh !

Les trois individus sortirent et embarquèrent sur un des navires selkath.

-Vous êtes en infraction de la loi 105 paragraphes 2 alinéas 5 du code selkath ! Nous vous conduisons en détention dans la ville d’Ahto pour votre comparution.
-Belle journée, répliqua Jaden avant d’être enchaîné et conduit dans une cellule du bateau.

Par un heureux hasard, tous se retrouvèrent dans la même zone de détention de la ville mais dans des cellules différentes. Jaden ne cacha pas sa surprise de voir Jolee derrière les barreaux. Le vieil homme leur raconta les évènements qui l’avaient conduit en ces lieux.

-Nous avons trouvé cette base, dit Bastila, mais elle est partie en morceau.
-Pas grave, répliqua Jolee, Mission a les preuves sur un bloc de donnés, ce sera bien suffisant. Vous pourrez toujours dire que vous avez eu connaissance de leurs agissements et que vous vouliez y mettre un terme !
-Pas mal l’idée, Dit Candérous. Vous me surprendrez toujours vieil homme.

Sunny entra dans la pièce, il avait eu la visite d’un représentant de la république.

-Jolee ??? Mais… Pourquoi tu es derrière les barreaux ?
-C’est une longue histoire, soupira t-il. Nous devons parler !
-Parler ? De quoi ?
-De Oriane ! Je sais que c’est toi qui l’as tué !
-Attends Jolee… je… je n’avais pas le choix, c’était une espionne tu comprends et… je n’arrivais pas couper les ponts…
-Je sais, elle l’était. Son maître m’a tout raconté.
-Depuis quand tu crois les sith ?
-Elle était tombée amoureuse de toi et c’est pour ça qu’il t’a révélé son double jeu.
-A… amoureuse ? Dit Sunny en regardant Jolee d’un air abasourdi.
-Oui, son maître avait planifié un plan parfait pour s’en débarrasser et faire accuser la république.
-Non… c’est impossible ! Rugit Sunny. Ce… ça ne se peut pas !
-Et c’est pourtant la vérité.

La porte de la salle de détention s’ouvrit, Lisa entra accompagnée de Juhani.

-Nous avons su qu’ils t’avaient arrêté Jolee, dit Juhani. Nous avons la vidéo du meurtre…
-Je sais qui c’est, merci. Alors que vas-tu faire mon ami ?
-J’ai toujours eu confiance en toi Jolee. Jamais tu ne m’as menti. Tu sais, moi aussi je l’aimais et… quand elle s’est endormie je ne savais pas quoi faire. J’étais partagé entre mon devoir de soldat et mes sentiments. J’ai choisi et voilà où j’en suis. Gardiens, je suis prêt pour passer devant le tribunal.
-Bien, répondit un selkath. Suivez nous !
-Adieu Jolee, j’étais heureux de t’avoir pour ami !

Sunny quitta la salle de détention le cœur en paix.

Quelques heures plus tard, un selkath entra et demanda à Jolee de le suivre pour répondre de ses actes. Celui-ci affirma que son affaire et celle de ses compagnons étaient confondues. D’après le regard du selkath, Jaden se demanda s’il avait compris. Après quelques instants de réflexion, il opina et les conduisit tous devant les juges.

-Affaire 4589, les sith contre Jolee Bindo. Les faits qui lui sont reprochés sont l’entré par effraction dans leur ambassade et la mort de nombreuses personnes s’y trouvant. Accusé, que plaidez vous ?
-Coupable votre honneur, mais…
-Bien que cela soit noté au registre…
-J’ai une information capitale à vous transmettre !
-La cour ne tolérera pas plus longtemps votre manque de respect !
-Mais ça explique les actes qu’on me reproche ainsi que ceux de mes amis.

Les juges discutèrent entre eux en selkath puis répondirent à Jolee qu’il avait la permission de s’exprimer.

-Les sith ont construit une base sous-marine pour exploiter le kolto à votre insu ! Mes amis ici présent l’ont vu et c’est en partie grâce à eux et à leur action héroïque qu’elle n’existe plus.
-Très ingénieux, dit l’avocat sith. Vous voulez gagnez du temps pour que des experts fouillent les fonds marins et pendant ce temps vous prendrez la poudre d’escampette !
-Non, nous avons des preuves ! Intervint Jolee.
-Où sont elles ? Demanda un juge intéressé.
-Ben… c’est que… balbutia Jolee. Mission où te caches tu ?

La porte de tribunal s’ouvrit brusquement et Mission apparut à l’entrée. La jeune twilek était à bout de souffle. Elle scruta les personnes présentes et fonça droit sur Jolee pour lui remettre le bloc.

-Tiens le voilà ! Dit elle la respiration saccadée.
-T’en as mis du temps !
-Désolé mais je me suis perdue avec Zaalbar.
-Mieux vaut tard que jamais. Voilà la preuve votre honneur.
-Objection ! Nous n’avons jamais été informé de…
-Refusez ! Dit l’un des juges qui étudiez les informations contenues dans le bloc de donnés. Intéressant… Nous allons nous retirer afin de délibérer !
-Mais, commença le sith. Le procès n’a pas débuté !
-Les informations que nous avons suffisent !

Lorsque les juges revinrent quelques minutes plus tard ils déclarèrent tous les accusé non coupable et informèrent le sith que les autorités allaient ouvrir une instruction à leur encontre. Les républicains purent ainsi quitter le tribunal et récupérer leur équipement. En chemin pour se rendre au vaisseau, Candérous leur demanda de partir devant, il avait une affaire à régler, voire ses amis et les remercier. A son retour dans le hangar les moteurs de l’Ebon Hawk chauffaient, prêt à partir pour leur nouvelle destination, la planète sith, Korriban.

A plus!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations