[FINI / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar Notsil » Dim 14 Sep 2008 - 20:27   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Pas mal d'actions dans ce chapitre ;)

J'ai hâte de voir ce qu'il va leur arriver sur Korriban ;)
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2414
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Darkliser » Lun 15 Sep 2008 - 11:01   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Tu vas adorer :whistle:
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Revan1er » Lun 15 Sep 2008 - 14:38   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour! En ce premier jour de la semaine, je vous propose la suite!
Bonne lecture!

Chapitre XXIII : Révélations


« Me croiriez-vous si je vous disais que notre plus grand adversaire est soi-même ? Probablement que non. Pourtant c’est l’entière vérité. Notre conscience est gérée par notre maîtrise du bien est du mal, quels qu’ils soient. Elles entrent en conflits pour chaque situation, choix que nous avons à faire. Il m’est arrivé de faire des choix que je regrette à l’heure où j’écris. Je me demande souvent ce qu’aurait été ma vie si j’avais agis différemment. Serais-je devenu un père de famille aimant ? Membre du conseil ? J’aurais tout aussi bien pu être le maître de la galaxie… Que de suppositions qui m’assaillissent. La réalité est que j’ai choisi ma voie en sachant parfaitement ce qu’elle impliquait. De nombreuses personnes ont souffert par ma faute et beaucoup d’autres souffriront car tel est mon destin… Le destin du sith’ari. »
Les mémoires de Revan.

Le vaisseau quitta Manaan et entra en hyper espace. La tension montait crescendo au sein de l’équipage. Jaden s’était retiré dans la soute, comme à son habitude pour méditer ou s’entraîner. Mission essayait de masquer la peur qu’elle ressentait en racontant des blagues tarisienne à Juhani. La katar rigolait de bon cœur, elle aussi était sous tension, sur Korriban se trouvait l’académie sith. Elle regorgeait d’adepte de la force tout aussi puissant les uns que les autres. Se serait un miracle s’ils y survivaient…

Bastila avait directement rejoint un Carth morose dans le cockpit. La jedi avait remarqué de suite qu’entre lui et Lisa les hostilités avaient repris. L’officier républicain lui fit un rapide salut et se concentra sur les commandes. Elle prit le siège du copilote et regarda l’espace défiler devant elle sans parler. Entre elle et Jaden aussi leur relation était au point mort. Elle avait peur, son pouvoir à elle gagnait en puissance tout comme Jaden mais elle ne savait pas si elle pourrait arriver à le contrôler.

Lisa semblait au contraire la plus détendue avec Candérous, elle nettoyait ses armes dans l’atelier en compagnie du mandalorien. Ils en était venus à aimer passer du temps rien que tout les deux. Un lien d’amitié se forgeait entre ces deux êtres pas si différents que ça. Pendant un moment ils discutèrent des différents façon de tuer, bien évidemment chacun campait sur ses positions. Pour Candérous rien ne valait que la force brute, Lisa au contraire préférait les meurtres silencieux, se glisser discrètement derrière sa cible, sentir la douce odeur de peur émaner de lui et le tuer. Ne pouvant se mettre d’accord, ils passèrent aux tactiques de batailles.

Le vieux Jolee arriva à cet instant, il resta un moment sur le pas de la porte. Les paroles de son ancien padawan résonnaient encore dans sa tête. Il ne voulait pas croire que la femme devant lui était une traîtresse, une espionne au service des sith. Il pouvait essayer de pénétrer ses pensées mais il réalisa que sa force mentale n’était pas ordinaire pour un humain. Aucun jedi ou même un sith à sa connaissance ne pourrait pénétrer dans ses défenses, pas même Revan. Il fit tout de même un essai. La jeune femme arrêta de parler et tourna la tête vers le vieil homme. Son visage fin n’exprimait aucune colère ni même un signe de surprise. Elle sourit au jedi et s’approcha de lui.

-Si tu veux savoir ce que j’ai dans la tête… demande le moi au lieu d’agir comme un voleur !
-Je m’excuse Lisa. J’aimerais échanger quelques mots avec toi… en privé ! Ajouta t-il en désignant Candérous avec ses yeux.
-Allons dans le dortoir, il ne devrait y avoir personne.
-Je te suis, dit Jolee.

Lisa laissa son blaster et ses couteaux sur l’établi et alla dans la chambre. Elle s’assit sur une couchette et jeta un œil sur le vieil homme qui caressait son bouc. Il hésitait, comment allait-il entamer la conversation. Sûrement pas du genre : « Es tu une espionne au service des sith ? ». Il cherchait une formulation plus adéquate, il devait le sous-entendre. Les secondes passèrent puis des minutes sans qu’aucun d’eux ne brise le silence. Devant l’incapacité de Jolee à formuler sa requête, Lisa se lança.

-Que cherchais-tu dans ma tête ?
-J’ai rencontré un de mes anciens disciples dans l’ambassade et…

Il n’arrivait pas à en dire plus. Lisa avait fait preuve d’une loyauté sans faille sur Mirial, bien qu’en infériorité numérique elle était restée de leur côté et avait vaillamment combattue les sith. Marsu devait avoir tort.

-Que s’est-il passé ? L’interrompit Lisa.
-Non… Laisse tombée, il mentait. Il était devenu un sith après tout.
-Il avait dit la vérité pour le meurtre ! Affirma Lisa.
-Ca ne veut pas dire qu’il ne mentait pas pour le reste ! Ajouta Jolee.
-Il pensait te vaincre ! C’est une grosse erreur de se voir gagner à l’avance. On devient trop imprudent et on révèle des informations qu’on ne devrait pas.
-Tu es têtue !
-Merci, je prends ça pour un compliment. Allez déballe ton sac, tu te sentiras mieux après.
-Il m’a dit avoir vu un espion sith opéré au sein de la république. Il était dans l’hôtel !

Lisa ne fit aucun mouvement, elle garda un sang froid tout à fait incroyable.

-En faite, ce n’était pas un mais une espionne.

Même cette rectification ne provoqua aucune réaction chez la jeune femme.

-Il t’a dit qui ?
-Oui… toi !
-S’il te l’a dit pourquoi tu ne le crois pas ?
-Si je ne t’avais pas vu combattre les sith sur Mirial avec autant d’acharnement alors oui je l’aurais cru.
-Mon passée vient de me rattraper, dit elle tristement.

Jolee fit un pas en arrière, stupéfié. Il regarda la jeune femme avec appréhension. D’instinct, sa main plongea vers son sabre. Il ne devait pas la sous-estimer, elle était parfaitement capable de le tuer. Puis, un flash lui fit reprendre ses esprits et il retira délicatement sa main du manche de l’arme.

-Pourquoi ? Demanda la jeune femme.
-Hein ???
-Pourquoi tu ne l’as pas sorti ? Je suis une sith, un être abominable qui ne pense qu’à soi. Je suis une menace pour vous tous !
-Si tu en étais réellement une ! Au moment où tu m’as répondu tu m’aurais tué.
-Je peux toujours le faire.
-Non tu ne le feras pas. Je suis très perspicace. Tu es une femme au grand cœur.
-Moi ??? Tu plaisantes ??? A moins que tu n’es trop forcé sur le jus de juma !
-Pourquoi avoir pleuré quand tu croyais que Carth était mort ? Ce souvenir m’a fait retrouver mes esprits. Bien que tu étais une sith tu ne l’est plus à présent ! Devant moi se tient le capitaine Lisa Hesse.
-Tu en as parlé à quelqu’un d’autre ?
-Non, je me disais que c’était à toi de le faire.
-Carth ne comprendrait pas les raisons qui m’ont poussé…
-Qu’as-tu à perdre ?
-Lui justement.
-Ecoute, je ne suis pas ton père, juste un ami qui te veut du bien. Ce sont les secrets qui détruisent les hommes, en particulier quand ils viennent à se savoir.
-Merci Jolee, je m’en souviendrais.

Jolee sortit et alla se coucher, il avait passé une nuit blanche à courir dans tous les sens et méritait un peu de repos.
Dans la soute, Jaden tentait d’allumer le bloc de données. Le clavier en lui-même était étrange. Les symboles dessus ne correspondaient en rien à ce qu’il connaissait. Il essaya de pianoter au hasard dans l’espoir de l’allumer mais tout ce qu’il obtint fut un écran bleu sur lequel s’inscrivit une phrase incompréhensible « dame desu ». Il se retint de lancer l’objet à travers la pièce. Il se releva et activa son sabre. Le jedi ferma les yeux puis exécuta quelques kata. Le masque qu’il avait sous sa cape tomba. Le jeune homme l’attira dans sa main et revit les inscriptions. Il réalisa que certains symboles ressemblaient à ceux sur le bloc. Il s’empressa de recopier la première phrase et l’écran changea de couleur. Un texte défila, Jaden le parcouru en diagonale et s’arrêta au début d’un chapitre particulièrement intéressant. Il commençait par la notion d’adversaire, de choix et se terminait par sith’ari. Jaden fit défiler le texte dans son intégralité pour trouver le nom de l’auteur. Lorsqu’il le trouva il tomba des nus. Le bloc de données avait appartenu à Revan. Il le posa délicatement à terre et prit le masque. Il vit son visage se refléter dedans. Lui aussi avait appartenu au seigneur noir. En regardant son reflet il cru revoir son autre personnalité, cet autre lui qui n’avait pas cessé de l’aider au cours de ces derniers mois mais qui aussi le poussait à faire le mal. Au début il n’avait pu voir son visage caché sous un masque similaire. Il eut un déclic, une fois les indices mis bout à bout il conclu que cet autre était Revan…

-Non, c’est impossible ! Dit il. Moi, Revan ??? Il est mort, Bastila elle-même l’a confirmé ! C’est juste une coïncidence ! Je réfléchis trop, je ferais mieux d’aller me coucher.

Le jeune homme gagna le dortoir et pris bien soin de cacher ses artefacts. Personne ne devait savoir leur origine…

Saul faisait les cents pas sur le pont, il était très nerveux. Le seigneur Malak avait cherché à le joindre pendant qu’il s’était absenté. A son retour il fit exécuter l’officier responsable des communications pour ne pas l’avoir fait cherché. A présent il essayait d’établir une liaison avec le vaisseau de Malak mais personne ne répondait. Deux heures plus tard la situation n’avait pas changé. L’amiral tremblait de tout son corps. Tout à coup l’officier radar se mit à hurler.

-Nous l’avons !!!
-Vous avez joint le seigneur noir ? Demanda pressement Saul.
-Non, nous avons mieux amirale, l’Ebon Hawk !
-Vous en êtes certains ?
-Pas de doute possible !
-Bien capturez-le ! Le seigneur Malak me pardonnera mon absence si je lui ramène les deux jedi !
-A vos ordres ! Scandèrent les soldats et officiers présents sur le pont.

Le léviathan sortit de sa cachette et s’approcha discrètement derrière l’Ebon Hawk et utilisa son rayon tracteur…
Le vaisseau se trouva brusquement secoué de toute part. Carth et Bastila s’affairaient sur les commandes mais rien ne changeait. Ils étaient inexorablement attirés par l’arrière. Jaden et Jolee furent réveillé en sursaut, jetés en dehors de leurs couchettes. Le jeune jedi se précipita vers le cockpit, devancé de peu par Lisa.

-Mais ça ne va pas la tête ??? Hurlait-il. Il existe des méthodes plus douces pour me tirer du lit !
-C’est pas de notre faute ! Protesta Carth.
-Alors pourquoi on recule ?

Lisa pianotait sur l’ordinateur à l’entrée du cockpit. Une vidéo montrant l’arrière s’afficha, elle poussa un cri.

-Quoi ? Demanda Carth.
-C’est… le léviathan ! Dit elle effrayé.
-Non… Saul ! Sois maudits ! Vociféra l’officier républicain. Bon on fait quoi ?
-Les sith vont s’intéresser à nous, les jedi. Dit Jolee qui venait d’arriver. Lisa ?
-Oui ?
-Tu te cacheras dans la soute et tu viendras nous libérer.
-Moi ? Mais Jolee…
-Il a raison ! Confirma Carth. Tu es la meilleure pour les infiltrations !
-Tu ne vas pas t’y mettre Carth…

Lisa jeta un regard empli d’espoir vers Jaden et Bastila Mais eux aussi acquiescèrent.

-Bon, si tout le monde est d’accord, dit Lisa. Carth je pourrais te dire un mot ?
-Pas le temps, dépêche toi de te cacher !

Lisa sortit le visage triste. Elle eut à peine le temps de refermer la trappe de la pièce de contrebande que le vaisseau entra dans le hangar du croiseur sith. La passerelle descendit et une légion de soldat entra armes aux poings. Tous les occupants rendirent les armes et suivirent leur geôlier.

Saul regardait attentivement l’écran de contrôle, il vit d’abord sortir une twilek, un wookie, un mandalorien puis deux droïdes. Mais ceux-là ne l’intéressaient pas. Ce fut ensuite le tour de Carth d’apparaître à l’écran, la vue de l’officier républicain le réjouît, mais plus que tout ce fut la vision de Revan et Bastila qui le combla de joie. Il appela le groupe chargé de ces trois là et leur ordonna de mettre les deux jedi dans la même pièce et d’emmener l’officier dans une autre. Quand aux autres ils devaient être conduits en cellule. Le nouvel officier chargé des transmissions vint à côté de lui.

-Amiral…
-Oui ?
-Nous avons réussi à contacter le seigneur Malak, il vous attend sur la ligne deux.
-Passez le moi tout de suite !
-A vos ordres !

Saul s’approcha de l’écran de communication, l’air serein. L’image de Malak apparut, son regard exprimant la colère.

-J’espère que vous avez une bonne raison Amiral… Votre absence de tout à l’heure…
-Nous les avons, coupa Saul.
-Vous en êtes certains ?
-Oui mon seigneur, je les ai mis en dans la salle de torture en vue…
-Bien, je me réjouis de votre succès amiral. Il aurait été dommage de me séparer de vous. Je prends une navette et j’arrive immédiatement.
-Etes vous loin mon seigneur ?
-Assez loin, je me rendais sur la forge stellaire. J’avais une expérience intéressante à mener mais elle peut attendre.
-Avez-vous…
-Oui, l’académie de Dantooïne n’est plus. Interrogez les si le cœur vous en dit mais je les veux en vie !
-Merci mon maître.

Les pas des soldats s’étant tu, Lisa sortit de sa cachette et descendit du vaisseau. Un groupe qui montait la garde se rua vers elle, toutes armes sorties. La jeune femme se rendit sans faire d’histoire et demanda à rencontrer l’amiral Karat. Evidemment les sith se mirent à rire et l’un d’eux frappa Lisa dans le dos. L’assassin roula en avant puis fit un salto pour faire face au groupe. Elle reformula sa requête sur un ton à glacer le sang. Rien n’y faisait, ils restèrent bornés et se jetèrent sur elle. Lisa donna un coup de pied dans la tête du premier, suivi d’un crochet du droit au second. Elle s’abaissa rapidement pour éviter deux autres, faucha les jambes d’un sith un peu trop lent et avant qu’il ne touche le sol elle passa son bras autour de son cou et le plaqua contre elle comme un bouclier. Cela n’arrêta pas les autres qui lui foncèrent dessus. Elle jeta son protecteur contre ses assaillants puis au moment où elle allait trancher la gorge d’un des soldats, une voix puissante retentis. Immédiatement les soldats s’arrêtèrent net et Lisa aussi. L’amiral Karat était entré dans le hangar et jetait un regard désapprobateur à ses hommes.

-Que se passe t-il ici ?
-Nous avons du user de la force pour maîtriser…
-Assez ! Rugit Saul. Vous ne la reconnaissez pas ? Excuse les Lisa, je devrais dire capitaine Hesse.
-Cap… capitaine Hesse ??? Murmura l’un des soldats. Impossible… elle…
-Elle quoi ? Lui chuchota un autre.
-Elle fait partie de cette section !
-Section ? Laquelle ???
-La section… commença t-il à articuler avant de déglutir. La section… putain mais toi aussi tu la connais !
-Non je te jure !
-Elle est LA chef de la section funeste.
-Quoi ??? Les tueurs de jedi ?
-Oui, nous avons de la chance d’être en vie.
-C’est sûr ! Elle aurait pu nous tuer…
-Bonjour amiral, dit Lisa en saluant l’officier.
-Repos capitaine, je suis heureux de vous revoir. Nous n’avions plus de nouvelle…
-Mon appareil de communication a été détruit pendant une bataille, coupa le capitaine.
-Je vous prierais de bien vouloir aller mettre votre uniforme et de me rejoindre ensuite sur le pont.
-Vous n’allez pas interroger les prisonniers ? Demanda t-elle surprise.
-J’en avais l’intention mais vu que vous êtes là je vais faire preuve d’un peu de patience. En fait je préfère vous voir les torturer, en particulier Carth Onasi.
-Merci amiral, je ne serais pas longue.

Lisa passa devant les soldats et leur jeta un petit regard qui les fit tous trembler. Elle traversa ensuite les couloirs du croiseur en empruntant le chemin le plus long et parvint finalement à la partie du vaisseau qui leur était totalement réservée. La jeune femme entra dans une salle de grande taille remplie d’objets d’entraînement de toutes sortes, des appareils de musculations, des mannequins, une surface de combat pour le corps à corps… Dessus, une dizaine d’individus s’affairaient avec ardeur. A l’autre bout de la pièce, il y avait une porte donnant accès aux vestiaires. L’assassin traversa la salle sans se faire repérer par ses congénères, elle se dirigea ensuite vers son casier. La combinaison, elle ne pouvait pas l’oublier, était 25-22-16-34. 25, l’âge de Xander à sa mort. 22, l’âge qu’elle avait quand ils se sont promis de se marier. 16, l’âge qu’elle avait quand elle s’était inscrite à l’académie. Et 34, le nombre de cicatrices qu’elle avait. La porte s’ouvrit et elle prit la combinaison noire qu’elle enfila. Sur ces combinaisons il n’y avait aucun signe militaire pour montrer le grade. Chacune possédait un symbole unique qui était dessiné dans le dos. Le sien représentait un ange avec une tête de mort cloué sur une croix. Elle glissa ensuite un poignard dans chaque espace prévu à cet effet, un à la cuisse gauche et l’autre en bas de la jambe droite. Elle fit ensuite glisser une vibro-lame dans son encoche sur le dos et termina par un blaster sur la hanche droite. Elle mit par la suite une paire de botte en cuir noir et termina par une longue cape de la même couleur. Lisa referma son casier et se dirigea vers la salle d’entraînement. Furtivement elle glissa un petit objet sous sa cape. Lorsqu’elle apparue sur le pas de la porte, les membres de la section cessèrent toutes activités et se présentèrent devant elle au garde à vous. L’homme au milieu fit un pas en avant.

-Bonjour maîtresse. Nous sommes ravis de vous revoir parmi nous. La section funeste est à vos ordres.
-Repos vous tous, répondit Lisa sur un ton autoritaire. Je dois me rendre sur le pont immédiatement. Je vous ordonne de me suivre en tenu de combat !
-A vos ordres ! Crièrent ils tous d’une seule voix.

Lisa passa devant suivie de près par ses hommes en rang par deux. A leur passage le commun des soldats s’écartait, même les officiers sith se mettaient au garde à vous devant le cortège. Une peur indescriptible emplissait leurs regards. Seuls les serviteurs obscurs ne paraissaient pas inquiets. L’un d’eux voulu jouer les gros bras et leur barra le passage. Lisa lui demanda poliment de s’écarter mais lui ne bougea pas. L’assassin fit un petit geste de la main et l’un des membres de la section sortit des rangs. Sans crie égard, il le colla contre le mûr et lui donna un violent coup de poing dans le ventre. Le disciple s’écroula, lors du choc une côte avait été brisée et avait transpercé un poumon. Le cortège poursuivit sa route sans se soucier de son état.

-Ah te… vous voilà très chère. Je ne pensais pas que vous viendriez avec votre garde personnelle.
-J’aimerais faire un détour par les cellules. J’ai un compte à régler avec le jedi Jolee Bindo.
-Je vois, ça m’embête un peu mais bon. Vas-y, j’irais voir Bastila et Revan.
-Pour Carth ?
-On ira lui rendre une petite visite amicale tous les deux. Ca te convient ?
-Oui amiral.
-A tout à l’heure.

Lisa quitta le pont et se rendit tout droit vers l’ascenseur. L’un de ses hommes, à la mine patibulaire, pressa le bouton du premier étage. Ils arrivèrent dans le quartier des cellules. Successivement, ils passèrent devant la prison de Candérous puis de Mission. Le groupe stoppa devant celle du vieux Jolee, en face de la sienne se trouvait Juhani. La jedi ouvrit grand ses yeux de félins.

-Lisa ??? Non ne me dit pas…
-Ferme-là ! Répondit sèchement Lisa.
-Tu nous as trahi ! Cria Juhani.
-Ferme-là ! Répéta Lisa. Sinon…
-Sinon quoi ? Tu me tueras ?
-Possible. Matt, Arlina… occupez-vous d’elle ! Je ne veux plus l’entendre. Une petite leçon lui fera le plus grand bien.
-A vos ordres maîtresse.
-Ne la tuez pas, elle pourrait nous rejoindre… Elle a déjà franchi une fois le pas…
-Jamais je ne deviendrais une sith ! Hurla Juhani hors d’elle. Allez venez goûter la force d’un jedi !

Le champ de protection s’estompa et les deux personnes nommées par Lisa entrèrent séance tenante. La barrière se réactiva pour empêcher la jedi de sortir. Juhani fit immédiatement appel à la force de poussé. Les deux individus esquivèrent facilement la pathétique tentative et vinrent au corps à corps. L’homme frappa de toute sa force sur le ventre de Juhani. Arlina surgit juste devant elle et enchaîna avec un uppercut mettant la jedi au sol. Matt se jeta aussitôt sur elle, avec une grâce de félin elle se rétabli sur ses jambes et évita le coup. Malencontreusement, Arlina était derrière elle. La femme donna un coup de pied dans son dos. La pauvre Juhani fut propulsé en avant et alla s’écraser contre le champ de protection de la cellule. Son corps fut parcouru par une décharge électrique qui la repoussa. Elle retomba en arrière, incapable de bouger. Les deux soldats la rouèrent de coups pendant cinq bonnes minutes avant que Lisa ne les interrompt. Dans sa cellule, Jolee ne pouvait que regarder le triste spectacle, impuissant…

-Lisa, dit il doucement. Pourquoi…
-Ton tour arrive le vieux, déclara la jeune femme. Désactive la protection, j’entre !
-Oui maîtresse, acquiesça un homme.

Lisa fit quelques pas dans la prison et le champ se remit.

-Tu aurais dû me tuer quand tu en avais l’occasion, dit tranquillement Lisa.
-Je croyais en toi ! Répondis Jolee. Tu m’as bien eu, sur toute la ligne ! Je dois avouer que tu es une très bonne actrice.
-Merci, prépare toi à souffrir !

L’assassin fondit sur lui et lui envoya un direct du droit en plein visage. Un craquement d’os se fit entendre. Jolee recula, l’esprit confus et de son nez coulait un mince filet de sang. La jeune femme se mit à sourire et lui certifia que se n’était qu’un préliminaire.

Saul arrivait près de la salle de torture où l’attendait bien sagement Bastila et Revan. La porte coulissa et il put contempler les deux jedi prisonnier d’un champ électromagnétique. Le plus risible était que Revan lui-même les avait amélioré afin que les utilisateurs de la force ne puissent y avoir recours. En le voyant à l’intérieur l’amiral jubilait.

-Bien, bien, bien, commença t-il. J’espère avoir toute votre attention…
-Pourquoi nous avoir trahi Saul ? Demanda Bastila.
-Trahir ? Moi ? Absolument pas, le sénat ne mérite pas de diriger la république ! Ils sont faibles et ne pensent qu’à eux ! Nous avons failli être détruit par les mandaloriens ! Il nous faut un chef fort, puissant, capable d’imposer le respect !
-Malak est un fou ! Il nous conduira à notre perte ! Dit Jaden.
-Vraiment ? Voilà des paroles bien étranges venant de ta part. Tu avais plus de convictions avant.
-Avant ? Mais de quoi parlez vous ?
-Attends… tu… ne sais rien ?
-Savoir quoi ???
-Ah, ah, ah, ah, ah, ah… Non, je laisserais le plaisir à Malak de tout te révéler. Il ne devrait plus tarder.
-Mais de quoi parlez vous enfin ?
-Bon passons aux choses sérieuses. Pourquoi êtes vous venus sur Korriban ?
-Facile…
-Non Jad… Aaaaaaaaaaaarghhhhhhhh !
-Taisez vous ! Cria Saul à Bastila en appuyant sur un bouton. Alors ?
-Nous sommes venus pour tuer Malak !
-Pas très crédible, les jedi ne tuent pas… La preuve tu es là !

Saul appuya à nouveau sur le bouton déclanchant un nouvel hurlement de la jedi.

-Alors ? Reprit-il en souriant, laissant Bastila agonisée.
-Je ne parlerais pas !
-En es tu sûr ? Ton amie souffre, si tu ne réponds pas elle mourra !

Jaden regardait Bastila se tordre dans tous les sens et hurler à perdre voix.

-Arrêtez, concéda Jaden. Nous sommes venus pour trouver la carte stellaire.
-Non Jaden… il ne faut pas… articula difficilement Bastila.
-Désolé mais…
-Merci, je n’ai plus d’autre questions. Reposez vous bien. Je pense que Malak sera en forme, au fait je ne vous ai pas dit. Votre précieuse académie de Dantooïne n’est plus qu’une ruine fumante !
-Non, c’est impossible ! Cria Jaden.
-Ils sont tous morts, sans exceptions ! Au revoir mes petits.

Saul appuya sur deux boutons simultanément, ce qui envoya une décharge électrique dans chaque cage. Bastila et Jaden se tordirent dans tous les sens et hurlaient… Après un petit moment ils tombèrent tous les deux dans le coma. L’amiral sortit et dit à la sentinelle que personne ne devait entrer avant l’arrivé du seigneur noir. Le soldat acquiesça et se mit en faction.
Jolee se retrouva une nouvelle fois à terre. Son visage était couvert de sang. Lisa attrapa son bras et appuya doucement avec son pouce. Un petit nerf passait entre le muscle de l’avant bras et le radius, en le décalant légèrement sur l’os suivi d’un faible pression cela provoquait une douleur atroce chez sa victime. Le vieil homme hurla à plein poumon. Dans sa cellule Mission supplia pour qu’ils arrêtent, la pauvre adolescente pleurait toutes les larmes de son corps. Candérous ne bougeait pas d’un pouce, il restait allongé sur le dos, fixant le plafond. Juhani qui venait juste de reprendre conscience, essaya de se relever mais ne le put. Elle ne pouvait qu’imaginer les tortures que son ami endurait avec ce monstre.

-Alors ? Tu en veux encore ? Dit Lisa avec ironie.

Elle le saisit ensuite au cou et le plaqua contre le mûr. Leur regard se croisèrent… puis elle lui donna un coup de genoux dans le ventre. L’homme s’affaissa, ses jambes ne pouvaient plus le retenir. Lisa s’accroupi à ses côté et se pencha sur lui. Elle se releva ensuite et termina la séance par une claque sur la joue du vieux jedi.

-A l’avenir, ne sous-estima pas la force de la section funeste. Sinon tu mourras !

L’assassin sortit de la cellule et chargea à deux de ses hommes de rester ici et de surveiller attentivement les prisonniers. Les autres la suivirent dans l’ascenseur et montèrent vers les salles d’interrogatoires. Il était enfin temps pour elle de régler ses comptes avec le meurtrier de son fiancé. Lorsqu’elle parvint dans le bon couloir, Saul l’attendait devant la porte.

-Vous en avez mis du temps capitaine.
-La leçon avait du mal à entrer.
-Je vois, allons-y !
-Restez dehors ! Si vous entendez quoi que se soit, entrez !
-A vos ordres !

Lisa laissa son supérieur entrer le premier et le suivi dans son sillage. Carth était lui aussi retenu dans une cellule de torture. Quand il vit l’amiral, il lui lança un regard de dégoût. Si on lui laissait le moindre instant avec lui, il le tuerait. Tout en cet homme le faisait vomir, de son visage pâle à ses airs supérieures. Saul s’approcha du républicain sans montrer aucun signe d’hostilité. Il avait les mains dans les poches et une démarche qui ne faisait pas militaire.

-Bonjour Carth. Comment vas-tu ?
-Désactive la cage et tu verras ! Rugis l’homme.
-Pas tout de suite, j’ai quelqu’un à te présenter.

L’amiral Karat fit un pas de côté, laissant Lisa apparaître dans le champ de vision de Carth. Le républicain n’en croyait pas ses yeux. Ses yeux noisette s’ouvrirent en grand, sa bouche s’ouvra puis se referma sans qu’aucun mot n’en sorte. La jeune femme le regardait aussi, mais d’une manière différente, plus froid… Elle s’avança vers la console à côté de la cellule.

-A l’aise ? Demanda Lisa.
-Non, pas toi… tu… tu ne nous as pas trahi… Lisa… la nuit qu’on…
-Je l’ai fait pour que tu n’ais aucun soupçon… assassin ! Il est temps pour toi de payer !
-Je suis devenu un spécialiste des trahisons, répondit tristement Carth. Je croyais que tu… aaaaarrrrghhhhhhhhh !!!
Lisa venait d’envoyer un coup de jus dans la cellule.
-Je suis une sith ! Il est temps pour toi d’expier tes péchés ! Amirale, j’aimerais rester seule avec lui !
-Dommage, j’avais hâte de te voire en pleine action. Mais je n’ai qu’une parole. Prends ton temps…
-Merci.

L’amirale sourit à Carth et lui souhaita bon courage. Il se retourna et quitta la pièce sous les cris de douleur de l’officier républicains. Lisa continua encore un moment, elle devait être sûre que Saul était loin. Puis elle stoppa la machine. Elle se tourna vers Carth, pour la première fois le commandant Onasi la vit pleurer. Son regard avait aussi totalement changé, il exprimait une terrible douleur. La jeune femme alla ensuite près de la porte et tendis l’oreille. Ses hommes ne bougeaient pas, aucun bruit ne venait troubler le silence. A présent qu’elle était sûre que personne ne vienne les déranger, elle s’empressa de revenir près de la cellule de Carth.

-Il faut qu’on parle ! Dit elle.
-Tu crois que j’ai le choix ? J’aurais bien envi d’aller boire un verre mais je suis un peu bloqué !
-Je suis sérieuse !
-Moi aussi, traîtresse !
-J’ai fait ce qu’il fallait pour venir te libérer ! J’ai essayé de t’en parler dans le vaisseau…
-Je ne te crois pas ! Tu nous as tous menti ! Pourquoi ce serait différent cette fois-ci ?
-Parce que je t’aime !!! Répliqua Lisa. Mais t’es peut-être trop con pour t’en apercevoir !
-La torture fait partie de ta parade nuptiale ? Ca sera sans moi !
-Mais non, ce que tu peux être agaçant des fois ! Tu veux la vérité ? Bon très bien. Tu te souviens quand je t’ai parlé de l’attaque des sith sur Naboo. Je n’ai jamais pu m’échapper. Ils m’ont fait prisonnière et mon torturée jour et nuit pendant des jours, des semaines. Les cicatrices de mon dos n’ont pas été faites par les mandaloriens mais par eux !
-Pas très crédible ! S’ils t’avaient vraiment…
-Un jour mon sauveur est apparu, continua t-elle sans se préoccupé de l’intervention de Carth. Il m’a libéré et a soigné mes blessures. Cet homme est resté à mes côtés jusqu’à ce que je sois rétablie.
-Et c’était qui ?
-Revan !
-Tu plaisantes ? Jamais un monstre pareil ne ferait ça !
-Crois moi, il n’est pas celui qu’on décrit. Il est gentil, doux, attentionné. Il m’a sauvé, non pas que physiquement mais aussi mon âme. J’étais sur le point de craquer, de devenir folle. Cet homme que je connaissais à peine a prit soin de moi.
-A t’écouter j’ai l’impression que tu l’aimes !
-Jaloux ? C’est un bon début. Non, je ne l’aime pas, je le respecte et lui donnerai ma vie.
-Un peu dure, il est mort !
-Je ne pense pas, il est dans l’autre pièce avec Bastila.
-QUOI ??? Il faut vite aller la sortir…
-Du calme mon joli, si tu fais trop de bruit les autres vont entrer ! Elle ne risque rien, du moins pour l’instant. Malak est en route, il faut qu’on se dépêche !
-Que de bonne nouvelle ! T’en as d’autre ?
-Oui, tu le connais aussi. Revan n’est personne d’autre que Jaden.
-J’ai l’impression de me répéter mais tu plaisantes ? A en croire ton regard, non.
-Je vais faire diversion pendant que toi tu iras les libérer.
Lisa désactiva le champ de protection de la cellule et tendis son blaster à Carth.
-Je n’en aurais pas besoin. Planque toi à côté de la porte et dès qu’ils seront entrés tu partiras sans te retourner !
-T’inquiète pas, je n’ai aucune raison de traîner dans le coin ! Surtout pas pour toi !

Lisa sentie son cœur se pincer dans sa poitrine, Carth la détestait royalement. Tant pis, elle devrait faire avec. Elle prit ses poignards et appela les gardes de l’autre côté de la porte. Tous entrèrent tonitruant et virent Lisa seule devant la cage vide du prisonnier. La jeune femme lança ses armes dans la gorge des plus près et courut vers le groupe en dégainant sa vibro-lame. Elle trancha la gorge d’un, fendit le cœur d’un autre. Les trois derniers reculèrent et sortirent à leurs tours leurs armes. Pendant ce temps Carth était sortit et couru vers la pièce où était retenu Bastila et Revan.

Jolee se leva beaucoup plus facilement qu’il n’y paraissait. Il essuya d’un revers de manche le sang de son visage et regarda autour de lui. Les deux gardes que Lisa avait posté, faisaient les cents pas dans le couloir. Le vieil homme avait senti un objet dans son dos quand Lisa s’était penchée sur lui. Il mit la main derrière lui et toucha un objet qui lui était fort familier. Il le prit et découvrit son sabre laser. Il reconnu une nouvelle fois que cette femme était tout à fait exceptionnelle. Elle avait réussi à lui faire parvenir une arme dans sa cellule sans éveiller le moindre soupçon et avait aussi, chose beaucoup plus importante, montré les points faibles de cette section funeste. Il attendit qu’ils soient éloignés pour désactiver le champ de protection de la cellule et fondre sur eux à une telle vitesse qu’ils ne purent se défendre. Il ouvrit ensuite toutes les cellules à l’aide de la force. Il s’empressa d’aller dans celle de Juhani. La pauvre jedi était salement amochée. Il fut rejoint par Zaalbar, Mission et Candérous. Le mandalorien la souleva et tous s’empressèrent d’aller à l’ascenseur.

-Candérous, amène Juhani dans le vaisseau. Mission et Zaalbar vous irez chercher les droïdes, faites très attentions !
-Et toi ? Demanda Mission.
-Je vais sauver Lisa !
-Laisse la crever cette salope ! Rugit la twilek.
-Sans elle jamais on n’aurait pu sortir d’ici !
-Mais elle t’a…
-Elle m’a appris à me battre contre ces étranges soldats. Elle nous a aidé Mission. Pendant qu’elle me maltraité j’ai vu la tristesse dans ses yeux. Elle va vouloir mourir pour se racheter.

Carth arriva près d’une porte où un garde faisait le guet. Il ne lui laissa aucune chance de se défendre, il lui tira en plein dans la tête. Il couru ensuite et entra, Bastila et l’autre étaient allongés dans leur cellules. L’officier républicain désactiva le champ de la prison de Bastila et la secoua pour qu’elle se réveille.

-Carth ? Demanda la jedi encore un peu groggy. Pourquoi tu…
-Pas le temps de t’expliquer, on doit se rendre immédiatement sur le pont pour détruire les commandes et pouvoir s’enfuir !
-T’as raison… Comment va Jaden ?
-…Laissons le ici ! Il ne mérite pas mieux après avoir fait massacré ma famille !
-Alors tu sais…
-Oui ! On peut dire que vous autres jedi, vous vous êtes bien fichu de nous !
-Ce n’est pas ce que tu crois… Il est vital de le libérer !
-Je ne le délivrerais pas ! Sa garce viendra le chercher !
-Hein ??? Mais de quoi tu parles ?
-Lisa… elle travaille pour les sith !
-Impossible ! Elle…
-C’est elle qui me l’a dit ! Alors on bouge ?

Bastila se releva et alla chercher Revan. Elle ne pouvait le laisser à la merci de Malak. Carth lui jeta un regard noir mais ne l’en empêcha nullement. Le jedi se blottit dans les bras de la jeune femme. Il marmonnait des paroles totalement incohérentes. Il appelait sa mère et demandait pourquoi elle l’avait abandonné. Puis Bastila le gifla. Le jeune homme se réveilla en sursaut. Il regarda autour de lui et vit qu’il était toujours sur le léviathan. Ses muscles lui faisaient atrocement souffrir. Il se leva et ne remarqua pas le regard accusateur de l’officier républicain.

Lisa affrontait trois de ses congénères à elle seule. Elle fonça droit vers le premier, les épées s’entrechoquèrent, produisant des étincelles. Elle dû aussitôt se déporter sur la droite pour éviter l’attaque meurtrière venant de ses arrières. Le troisième surgit devant elle mais les réflexes de la jeune femme furent meilleurs. Elle lui transperça le cœur. Lorsqu’elle voulut le retirer, le futur mort serra très fort ses mains sur la lame et l’empêcha de sortir, un petit sourire démoniaque se dessinait sur son visage. Lisa ne réfléchit pas et sauta par-dessus lui, moins d’une demi seconde plus tard, le corps de l’homme fut transpercé par deux vibro-lames. Il lui fallait une arme, pensait Lisa. Elle couru vers les deux premiers cadavres et s’empara de ses dagues. Les deux adversaires foncèrent droit sur elle. Elle parvint à bloquer les assauts, l’un d’eux lui lança un coup de pied dans le ventre qui la fit tomber en arrière. La courageuse jeune femme roula sur le côté puis se releva d’un bond. Mais à peine était elle debout qu’elle du bondir en avant. Elle fit volte face et sentit un liquide chaud couler le long de son bras. L’un de ses assaillants avait réussi à la toucher à l’épaule sans qu’elle ne sente le passage de la lame. A présent elle ne pouvait plus qu’utiliser un bras. Avec deux elle avait du mal mais avec un seul, seul un miracle pourrait la sauver. Elle aurait pu s’enfuir mais après ils se mettraient à poursuivre Carth et les autres. Inutile de dire qu’aucun d’eux ne pourraient tenir tête bien longtemps, surtout pas les jedi. Lisa avait maintenant un regard plus déterminé que jamais, elle allait sûrement mourir mais elle emporterait les deux autres avec elle en enfer. Elle changea sa façon de tenir sa dague et la prit en revers. Son bras se leva au niveau de ses yeux et elle fonça droit vers la mort.

Jolee avait réussi à entendre le numéro de l’étage des salles de tortures. Il était dans le couloir mais ne savait pas par où commencer, elle pouvait être n’importe où. Il essaya de la localiser avec la force mais c’était totalement inutile. Il avait trouvé facilement Jaden et Bastila mais Lisa et les personnes comme elle, étaient insensible à la force. Il pensa qu’elle ne devait pas être loin des deux jedi et se précipita dans les couloirs. Par chance il perçut le bruit d’un combat, il s’empressa d’entrer dans la salle, le sabre sortit et activé. Lisa se battait comme une lionne, ne reculant pas sous les assauts de ses attaquants. Jolee utilisa sa technique de déplacement rapide et arriva derrière eux. D’un coup de sabre il trancha la tête du premier mais le second esquiva. Lisa vit sa chance d’en finir. Elle oublia la douleur qui lui tailladait le ventre et la tête et lança son arme en plein dans la nuque du soldat. Un petit sourire, signe de victoire, apparut sur ses lèvres. Jolee s’approcha d’elle pour la féliciter. Il ne remarqua pas le sang qui s’échapper en flot continu du corps de la jeune femme. Le vieux jedi sortit le premier, après avoir fait quelques pas il se retourna et vit que Lisa ne l’avait pas suivi. Il retourna dans la pièce prit de panique. La jeune femme était allongée par terre, baignant dans une marre de sang.

Jaden se leva en se massant l’épaule. Un bref aperçut des alentours lui permit de trouver immédiatement ses armes. Il tendis la main et les attira à lui. Armés et parés, ils sortirent de la salle de torture et coururent vers l’ascenseur. Devant ce dernier ils rencontrèrent Jolee qui tenait Lisa dans ses bras. Elle était couverte de sang.

-Elle…commença Jaden.
-Elle vit encore, mais son état m’inquiète. Elle est à bout de force et a perdu une grande quantité de sang. Je la ramène à bord de l’Ebon Hawk.
-Tu n’as qu’a …dit Carth avant d’être interrompu par l’alarme du vaisseau.

Le communicateur de Jaden bipa.

-Ici Candérous, nous sommes dans l’appareil mais un sith m’a échappé et a donné l’alarme.
-Ok, On va se grouiller ! Jaden terminé ! Jolee… prend soin d’elle.
-Elle n’a rien à craindre avec moi. A tout à l’heure.

Jolee s’engouffra dans le premier ascenseur qui arriva et pianota comme un fou sur l’étage du hangar. Les deux autres prirent le suivant et montèrent vers le pont. L’alarme avait ameuté toutes les troupes du croiseur. Ils durent se frayer un chemin de sang pour parvenir devant la salle où l’amiral Saul les attendait avec impatience. Alors que Carth allait ouvrir la porte, une troupe composée d’une vingtaine de disciples de la force obscure arriva dans leur dos. Jaden conseilla à l’officier républicain d’aller seul affronter l’amiral, lui et Bastila s’occuperaient des indésirables. Avant même que quiconque n’intervient, le jedi se jeta pelle mêle dans le tas. Le commandant de la république pénétra sur le pont, seul un homme âgé était présent et lui tournait le dos.

-Je te félicite pour être parvenu jusqu’ici. Je pensais que la volonté de Lisa serait suffisante pour qu’elle te tue. Je me suis trompé.
-La ferme, traître ! Rugit Carth.
-Quel manque de respect envers ton supérieur. Je t’avais pourtant enseigné les bonnes manières.
-Et aussi le patriotisme !
-Tu penses que je ne suis plus un patriote ? Alors laisse moi te dire que tu te trompes. Je n’ai pas cessé d’être un patriote. La république a besoin d’un chef fort Carth. Tout ce que j’ai fait je l’ai fait pour elle. Mais tu ne peux pas comprendre, tu es encore trop jeune. Quand tu auras…
-Jamais je ne tuerais des innocents !
-Et Xender Cage? Il n’avait fait que protéger son peuple. Tu l’as froidement exécuté sur ordre du sénat.
-C’était différent !
-Ah bon ? Et en quoi ? Lisa nous a rejoint pour pouvoir te faire payer, dommage qu’elle soit tombée amoureuse d’un imbécile comme toi ! Dit froidement Saul en se retournant. Qu’attends-tu pour me tuer ? Je suis désarmé, vas-y ! Accompli ta vengeance.

Carth leva son blaster et visa l’amiral, sa main tremblait.

-Ben alors ? Tu veux une invitation ? As-tu peur ? Au fait ta femme comment va-t-elle ?... Ah oui j’oubliais, elle est…Argh !
Carth avait tiré sur la jambe droite de Saul pour le faire taire.
-La vérité fait mal ? Tue-moi ! De toute façon si tu ne le fais pas, Malak s’en chargera. J’ai échoué une fois de trop en vous laissant vous échapper. Laisse moi juste te dire que même si tu me tues, ta douleur ne s’effacera jamais, elle continuera de te dévorer, petit à petit jusqu’à te rendre fou !
-LA-FERME ! Cria Carth, son corps tout entier tremblait comme une feuille.
-Et tes amis ? Enfin si tu arrives encore à les considérer comme tels. Celui que tu connais sous le nom de Jaden n’est personne d’autre que…
-Revan, je le sais ! Il payera lui aussi pour ses crimes, j’y veillerais !
-C’est bon à entendre, car c’est lui le mal absolu. Malak à côté est un enfant de cœur. Lorsque sa garde personnelle l’aura rejoint, je n’ose pas imaginer le carnage.
-Sa garde personnelle ?
-Oui, peu de monde est au courant. Je pense être le seul avec Lisa à les connaître. Maintenant fait ce pourquoi tu es venu.
Carth baissa son arme puis la leva rapidement et tira sur la console contrôlant le rayon tracteur. L’homme se retourna et se dirigea vers la porte.
-Je ne pensais pas que tu étais un lâche Carth.
-Je ne suis pas un lâche ! Répliqua l’officier.
-J’espère que ta famille à souffert pendant le bombar…
C’en était trop, Carth fit volte face et tira entre les deux yeux de l’amiral qui s’effondra, mort.
-Va pourrir en enfer, Saul !

En sortant il vit Bastila et Jaden au centre d’un tas de cadavre.

-On a failli t’attendre, tenta de plaisanter Jaden. Tu as réussi ?
-Oui, répondit froidement Carth. Saul est mort !
-Carth… dit Bastila avec une voix montrant sa déception.
-Le temps presse, poursuivi l’officier républicain.

Les trois personnes se mirent à courir aussi vite que possible vers l’ascenseur.

Dans l’Ebon Hawk, Jolee avait emmené Lisa dans l’infirmerie. Son état était stable mais elle ne se réveillait pas. Le vieil homme ne pouvait se permettre de rester à ses côtés et rejoignit Candérous en bas de la passerelle. Après quelques minutes, Mission arriva avec Zaalbar et les deux droïdes. Heureusement ils n’avaient fait aucune mauvaise rencontre. Soudain, une navette de petite taille s’engouffra dans le hangar, Jolee savait qui se trouvait à l’intérieur. Il ordonna aux autres de remonter immédiatement et de ne pas sortir. Le mandalorien ne bougea pas et prépara ses armes. Le jedi l’assomma et le conduisit à l’intérieure. Même lui n’était pas de taille face au seigneur noir.

Les deux jedi et Carth approchaient du hangar, plus que trois portes et c’étaient bon. Ils franchirent la première et se ruèrent sur la seconde qui s’ouvra à leur approche. Derrière, ils constatèrent avec effroi que Dark Malak en personne était présent. Le sith ouvrit grand les yeux en voyant son ancien maître. Les trois républicains reculèrent de quelques pas et sortirent leurs armes. Jaden avait sortit ses deux sabres, il utiliserait tous ses atouts.

-Enfin je vous tiens ! Dit Malak, satisfait. Vous ne m’échapperez plus !
-Malak ! Rugit Jaden. Tu vas payer pour tes crimes !
-Mes crimes ? Etrange venant de toi. Tu as fait bien plus de dégâts quand tu nous commandais.
-Je n’ai jamais fait parti des sith !
-Quoi ? Tu… ah, ah, ah, ah, ah… C’est trop bon ! Tu as tout oublié ?
-Oublié quoi ? Demanda Jaden, las.
-Mais que tu es Revan !
-Revan, moi ? Impossible ! Rugit Jaden.
-Allons, même tout le grand conseil en entier ne pourrait enlever toute ta mémoire. Tu n’as qu’à demander à cette ravissante demoiselle derrière toi.
-Bastila, c’est faux, n’est-ce pas ? Tu m’as dit toi-même…
-C’est la vérité, tu es Revan.
-Quoi ??? Non, pourquoi tu… Carth tu le savais ?
-Lisa me l’a dit quand elle m’a libéré et Saul l’a confirmé.
-Alors ça fait quoi de savoir que tout le monde t’a trahi ?
-Je ne peux pas y croire !
-Tu ne peux pas ou tu ne veux pas ? Demanda Malak en rigolant. Tu as du avoir des flashs de ta vie passé ?

Jaden se remémora les mots que l’autre lui avait dit un jour.

« Tu sauras qui tu es en même temps que la trahison de la femme que tu aimes ! »

Bastila l’avait trahi, il était donc bel et bien l’ancien seigneur noir. Le regard du jeune homme alla d’avant en arrière. Observant successivement la jedi et le sith. Il ne pouvait parler, sa bouche s’ouvrait mais rien n’en sortait.

-J’ai toujours regretté de t’avoir trahi à distance. Heureusement grâce aux jedi je vais pouvoir réparer cette erreur ! Aujourd’hui je prouverais à la galaxie toute entière que c’est moi le seul et unique seigneur noir.
-Tu n’as pas pu me vaincre avant, articula lentement Jaden, et tu ne pourras pas me vaincre, ni aujourd’hui ni demain, JAMAIS !
Le jedi avait levé la tête vers Malak, une colère indescriptible imprégnait son visage et son regard. Ses yeux avait pris une couleur or…
-Jaden… dit Bastila en sentant la haine envahir le jedi. Tu ne dois pas succomber…
-Je ne veux plus t’entendre ! Coupa Jaden. Tu m’as trahi !
-Tu aurais mieux fait de le tuer, répliqua Malak.
-Les jedi ne tuent pas leurs prisonniers ! Dit Bastila.
-Quelle règle stupide ! Prêt Revan ?

Le seigneur noir activa son sabre et fonça droit sur le jedi. Bastila essaya de s’interposer mais Jaden usa de la force contre elle et l’envoya valdinguer contre la paroi du vaisseau. Carth ne bougea pas et regarda le combat. Malak était très rapide, même en déployant toute sa force, le jedi ne pouvait qu’esquiver. En essayant de parer une attaque Jaden perdit son second sabre, coupé juste en dessous de la lentille de focalisation. Le jeune homme recula d’un pas et fit appel à la force pour repousser l’imposant seigneur noir. N’écoutant que sa rage il invoqua ensuite la force d’étranglement. Malak sauta au plafond et s’appuya dessus pour s’élancer sur le jedi. Jaden fit un bond sur la gauche et exécuta une série d’attaque rapide. Les sabres s’entrechoquaient provoquant quelques éclairs de lumière. Malak ne riait plus, il perdait petit à petit du terrain. L’issu du combat restait pourtant incertain. Le jedi s’épuisait vite, beaucoup trop vite… comme ci son potentiel diminuait.

-Alors, c’est tout ce que tu as dans le ventre ? Critiqua Malak. Tu es devenu faible !
-Je ne suis pas faible ! J’ai plus de pouvoir qu’en avait Revan !
-Encore une fois tu te trompes. Lors de notre dernier affrontement j’étais incapable de voir tes mouvements ! Et maintenant je distingue parfaitement le moindre de tes gestes !

La rage de Jaden décuplait de minute en minute, à tel point qu’il n’entendait pas crier cette petite voix en lui. Le jedi sauta en arrière et lança son sabre, il fit quelques mètres avec une trajectoire très étrange puis tomba avant d’arriver au seigneur noir. Le jeune homme tendit la main pour le faire revenir mais il ne bougea pas… Il réédita l’opération avec le même résultat. Le seigneur noir éclata d’un rire glauque.

-Que t’arrive t-il ? Tu n’arrives plus à faire appel à la force ? C’est la preuve que tu dois mourir ici !

Jaden plongea en avant et récupéra son sabre. Il donna un violent coup vers le torse de Malak. Ce dernier exécuta une double parade, la première stoppa net le sabre et la seconde détruisit le sabre de Jaden. Il plaça ensuite rapidement sa main contre la poitrine du jeune homme et avec l’aide de la force le poussa loin en arrière. Jaden percuta la porte et s’étendit sur le sol, incapable de bouger. Carth pensant surprendre le seigneur noir ouvrit le feu. Sans même prêter attention à l’officier, Malak détourna tous les tirs d’un simple geste et d’un revers de la main il l’envoya rejoindre Jaden. Le combat était fini, le terrible seigneur noir venait de montrer sa supériorité écrasante. Il marcha tranquillement vers son ancien maître pour lui asséner le coup de grâce. Mais au moment où il allait le faire Bastila s’interposa.

-Carth ! Carth ! Prends Revan avec toi et ramène le au vaisseau et fichez le camp !
-Et toi ? Demanda Carth.
-Je… Je m’en sortirais, mentit elle en parant une attaque du seigneur noir. Allez !
-Très bien !

Carth se releva, chargea Jaden sur son épaule et couru droit vers le hangar sans se retourner. Il gravit la passerelle, laissa tomber Jaden à même le sol sans faire attention et se précipita vers le cockpit sous le regard dubitatif des autres. L’Ebon Hawk décolla et passa en hyper espace une fois sortit du hangar du léviathan.

Bastila continuait de se battre comme elle pouvait mais son adversaire était beaucoup trop puissant. Il disparu momentanément de sa vue, la jeune femme se retourna mais n’eut pas le temps de voir le poing de Malak plonger droit vers sa tête. Le corps frêle de la jedi s’écroula au sol. Elle se consola en pensant qu’elle avait gagné assez de temps pour la fuite de ses compagnons. Malak ne perdit pas de temps à s’assurer qu’elle était inconsciente et se précipita dans le hangar. Il eu la mauvaise surprise de voir que le vaisseau n’était plus là. De rage, il déclencha une tempête d’éclair de force.
Mission s’était précipitée sur Jaden pour le soigner. Le jeune homme était dans un pitoyable état. Il ne pouvait plus bouger un seul muscle sans déclencher une douleur qui lui parcourait tout le corps. Avec l’aide de Candérous, Jolee l’assit près de la console centrale. Lorsque Carth fut certain d’être en sécurité il se dirigea vers la salle où tous étaient réunis.

-Et Bastila ? Demanda Juhani.
-…
-Non Carth, ne me dit pas qu’elle…
-Malak l’a eu, coupa Jaden. C’est bien fait pour elle !
-Jaden… pourquoi tu dis des méchancetés pareilles, dit Mission. Je croyais que vous deux…
-Il y a plus urgent que ces histoires sans intérêts ! Dit Carth. Alors tu leur dis ou je le fais ?
-Quoi ? Demanda Mission.
-Je suis Revan, l’ancien seigneur noir !

Mission et Juhani firent un pas en arrière, légèrement terrifié. Par contre, Carth remarqua que cela ne provoqua aucune réaction chez Jolee et Candérous. Eux aussi devaient le savoir depuis longtemps.

-Vous le saviez déjà Jolee, dit Jaden en regardant le vieil homme.
-Je t’ai connu quand tu étais un gosse. Tu n’as pas beaucoup changé. Le caractère un petit peu…
-On s’en fout qu’il ait changé ou pas depuis son enfance, trancha froidement Carth. C’est un sith et nous devons…
-Non Carth, intervint Mission. La personne qui est devant nous n’est plus Revan mais Jaden. Notre ami à tous. Il nous a tous aidé, sans exception !
-Mais Mission…Dit Carth interloqué.
-Elle a raison, reprit Juhani. Il m’a sauvé du côté obscur et je le suivrais où qu’il aille !
-Ne venez pas pleurer s’il nous trahi ! Ce qu’il fera sûrement ! Conclu Carth avant de se retirer.
-Laisse lui du temps, dit Jolee à Jaden.
-Je ne lui en veux pas le moins du monde. A sa place j’aurais agi de la même façon. Au fait comment va Lisa ?

Jolee détourna le regard, il n’arrivait pas à trouver les mots justes. Il ne pouvait d’ailleurs pas expliquer l’état de la jeune femme. Son corps était rétabli mais elle ne se réveillait pas pour une raison encore obscure.

-On doit aller sur Dantooïne, dit Jaden en voyant que Jolee refusait de parler. D’après Saul, Malak aurait détruit l’académie.
-Quoi ? Dirent tous les autres.
-Je vais en informer Carth, dit Juhani.

Et voilà! A bientôt pour la suite!

Bye!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Code 44 » Lun 15 Sep 2008 - 15:45   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Ha tiens, la capture à bod du Léviathan, ça me rajeunit tout ça :D
Super suite, comme d'hab hormis quelques petites fautes ("amirale" ou "il tomba des nus") mais je laisse notre psycopathe adorée s'en charger^^
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Notsil » Jeu 18 Sep 2008 - 13:02   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Ahah, maintenant qu'il a pris conscience de sa véritable identité, les choses vont être différentes ^^

Pauvre Bastila, elle est vraiment morte ou encore en vie ? ^^

Lisa a vraiment eu un beau rôle, elle a bien dupé tout son monde ;) mais dur de regagner la confiance des autres après une trahison...
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2414
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Revan1er » Mar 23 Sep 2008 - 12:11   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour!

Les jours se suivent et ne se ressemble pas! Voici la suite de nos valeureux combattants de la lumière! Le côté obscur se fait plus présent que jamais, Jaden va affronter la dure réalité...

Bonne lecture!


Chapitre XXIV : Déralia… Là où tout à commencer !



Fatigué, Jaden voulu ce lever de son siège pour aller s’étendre un moment, mais à peine se leva t-il qu’il failli tomber. Heureusement Candérous s’était précipité pour le maintenir debout. Il l’accompagna jusqu’à sa couchette et l’aida à s’étendre. Le jedi remercia le mandalorien pour son aide. Celui-ci lui répondit qu’il n’avait pas à le faire, il lui demanda juste une petite faveur. Un jour il voudrait avoir la possibilité de se remesurer à lui. Jaden sourit et hocha la tête pour lui dire qu’il acceptait. Le guerrier pris congé et le laissa se reposer. Jaden regarda un moment le plafond du vaisseau, il devenait trouble à mesure que le temps passait, puis l’obscurité se fit. Le jedi se sentit transportait à des années lumières. Lorsqu’il ouvrit les yeux, l’ombre se dressait devant lui, arborant fièrement son masque…

-Qui es-tu ? Demanda t-il à Jaden.
-Je n’en sais rien !
-Tu n’as toujours eu qu’un seul et unique nom ! Quel est-il ?
-Je… Je suis Revan !
-Bien, répondit l’ombre en retirant son masque. Tu as enfin accepté qui tu étais, qui tu es et qui tu seras ! Personne ne pourra jamais changer cela !
-Pourquoi es-tu là ? Je croyais t’avoir enfermé…
-Lorsque Malak t’a révélé ton identité, inconsciemment tu m’as libéré. Et donc me voilà devant toi. Tu aurais pu mourir si Bastila n’était pas intervenue, tu le sais ?
-Oui, mais dis moi, pourquoi je n’arrivais plus à user de la force ?
-Bonne question. J’ai bien une explication mais elle peut être totalement fausse.
-Jusqu’à présent tu avais toujours juste, tu savais que Bastila me trahirait.
-Ok, vois-tu tu avais déjà beaucoup de difficulté à l’utiliser avant. C’était un miracle que tu puisses user de pouvoir aussi puissant. Tu n’arrivais pas à te concentrer suffisamment. Quand tu as su pour ton identité tu t’es retrouvé incapable de l’utiliser.
-J’ai perdu à cause d’un truc aussi nul ?
-Que veux-tu, tu es stupide !
-Bon que faisons nous maintenant ?
-Nous ?
-Oui !
-Pourquoi tu ne demandes pas à tes amis ?
-Je n’ai aucune confiance en eux. Tu ne m’as jamais menti. Alors ?

L’ombre se mit à sourire, son plan marchait encore mieux qu’il l’avait pensé.

-Quand tu seras sur Dantooïne tu voleras un vaisseau de la république et tu iras sur Déralia ! Mère y a laissé son testament. Tu sauras ensuite ce qu’il te reste à faire. Nous sommes bientôt arrivé, il est l’heure de te réveiller.
-Comment je vais bouger ? Mon corps me fait un mal de chien dès que je veux bouger.
-Je vais voir ce que je peux faire, si tu me laisses faire.
-Pas de problème.

Jaden ouvrit les yeux, il était dans l’Ebon Hawk. Il se leva sans problème, ses muscles étaient encore un peu tendus mais ça pouvait aller. Il fit quelques flexions pour se dégourdir les jambes et se dirigea ensuite vers l’infirmerie. L’état de santé de Lisa le préoccupait. Devant la porte il entendit une conversation plutôt mouvementée entre Jolee et Carth…

-Jamais je ne laisserais passé un tel affront ! Cria Jolee. Cette femme s’est sacrifiée pour nous sauver et toi tu la remercies comment ?
-Ferme-là ! Reprit Carth. Elle n’a pas arrêté de nous espionner ! Elle devra payer son crime !
-Tu sais très bien ce qui l’attendra si elle passe devant la cour martiale !
-Oui, la mort !
-Et ça ne te fait rien ?
-Pas le moins du monde !

Soudain un grand boum retentit à travers tout le vaisseau. Jaden entra immédiatement dans l’infirmerie et vit que Jolee avait plaqué Carth contre la paroi et le tenait à la gorge. Le regard du vieil homme était totalement différent. Jaden l’avait déjà vu énervé sur Kashyyk mais cette fois-ci il était effrayant.

-Tu es un bon soldat Carth mais tu devrais écouter ton cœur ! Il souffre de voir la femme que tu aimes dans cet état !
-Tu te fais des idées le vieux ! Je ne ressens rien pour elle ! La seule femme que j’ai aimée est morte sur Télos !

Carth prit le poigné du vieil homme et lui fit relâcher prise. Les deux hommes se rendirent compte que Jaden était présent. L’officier républicain réajusta son col et sortit.

-Ca va Jolee ? Demanda Jaden.
-Oui, ce Carth vraiment…
-Il est borné ! Compléta le jeune homme. Laisse le ! Comment va Lisa ?
-Physiquement ça va mais… J’ai l’impression qu’elle se laisse mourir. Elle n’a plus la volonté de se battre.

Jaden s’assit à côté du lit de la jeune femme et lui caressa tendrement les cheveux.

-Jolee, tu peux nous laisser ?
-Pas de problème !

Une fois seul, Jaden s’approcha d’elle et lui murmura quelques mots à l’oreille. Ensuite il se leva et partit rejoindre les autres. Le vaisseau quitta l’hyper espace, Dantooïne était juste devant. De l’espace ils purent contempler les résultats du carnage qui avait eu lieu. Des parcelles immense carbonisée, vitrifié… Depuis la fin des guerres mandaloriennes, personnes n’avaient pu voir un spectacle aussi atroce. Les plus grandes villes étaient rasées…

L’Ebon Hawk pénétra dans l’atmosphère de la planète et se posa sur ce qui avait été l’astroport. A peine la passerelle descendue, tous sautèrent sur la terre ferme et coururent dans toutes les directions pour trouver des survivants. Juhani s’était précipitée vers l’académie, quand elle arriva il ne restait que des ruines encore fumante. Jolee la rejoignit ensuite. La pauvre femme se jeta dans les bras du vieil homme et pleura. Mission et Zaalbar avait trouvé un petit camp de colons, sans qu’on lui demande quoi que se soit elle alla droit vers la tente des premiers secours et proposa son aide. Candérous et Carth marchaient côte à côte pour se rendre vers ce qui avait été la capitale. Il ne restait que Jaden et les droïdes. Hk-47, contrairement à son habitude, ne disait rien.

-HK, T3… je pars, restez avec eux et obéissez à leurs ordres.
-Oui, mon maître, dit HK. Je suis navré de ne pas être revenu plus tôt. J’aurais pu empêcher ce sac à viande de vous trahir.
-Hein ?
-Oui maître, vous êtes mon créateur.
-Toi aussi…
-Non maître, ma mémoire n’est revenue qu’au moment où vous avez dit que vous étiez Revan.
-L’univers est petit.

Jaden retourna sur les pistes de décollages, plusieurs vaisseaux de la république étaient là. Il n’avait plus qu’à se servir. Il choisi un petit vaisseau de transport, capable de transporter une dizaine de passager. Il aurait pu prendre le simple monoplace ou le biplace juste à côté mais il sentait que c’était celui là et aucun autre qu’il devait prendre. Les moteurs se mirent en route, puis lentement le vaisseau décolla. Le jedi jeta un dernier regard vers le sol et activa les propulseurs principaux. Les coordonnées de Déralia entrées dans l’ordinateur, l’appareil passa en hyper espace.

Il fallut plusieurs heures pour que Jolee, Candérous, Carth et Juhani se rendent compte de la disparition du jedi. Ils interrogèrent les droïdes et HK leur révéla le départ de son maître pour un endroit qu’il ignorait.

A bord du Léviathan, Malak venait d’être rejoint par un soldat habillé de la même façon que Lisa.

-Je suis à vos ordres mon seigneur.
-Réunissez toute la section funeste, Azkul. Vous en prendrez le commandement.
-Moi ? Et qu’en est-il du capitaine…
-Considérez là comme un traître !
-Bien mon seigneur. Où devons nous aller ?
-Sur Déralia !
-Déralia mais il n’y rien…
-Oh que si, Revan !
-Revan ? Mais il est mort !
-Non, il est bel et bien vivant ! Je vous ordonne de le trouver et de le tuer ! Si par malheur vous échouez…

Azkul fut pris d’un frisson… Il n’avait pas besoin de précision, s’il échouait, il était mort. L’homme se releva et partit. Malak ordonna ensuite au nouveau commandant du vaisseau de prendre la direction de la forge stellaire et de retirer tous les vaisseaux présents autour de Korriban. Revan avait peu de chance de revenir, il allait devoir l’attendre sur la forge stellaire.

La petite navette de Jaden sortit de l’hyper espace, sa planète natale n’avait pas beaucoup changé. Quelques villes avaient été reconstruites mais la plupart des zones étaient inhabitable. Pendant le trajet son autre personnalité lui avait donné l’endroit précis où il devait se rendre. Lorsqu’il parvint à l’emplacement, il n’y avait qu’une ruine isolée. L’homme mit pied à terre et marcha d’un pas déterminé vers l’ancienne maison de ses parents. Il prit un moment avant d’entrer, il essayait de se souvenir de quoi que se soit de cet endroit mais rien ne venait. Puis, il se décida finalement à entrer. Les planches de bois qui composaient le sol grinçaient sous ses pas. Il ferma les yeux un moment, puis lorsqu’il les ouvrit il sut où il devait chercher. Il gravit ce qui avait été un escalier luxueux et entra dans une pièce. Dans le fond il vit une petite armoire entrouverte. Il alla l’examiner et découvrit un passage secret. A l’intérieur se trouvait un petit bloc de données et un holocron. Il prit les deux objets et ressortit de cet endroit froid. Dehors, les rayons du soleil lui réchauffèrent le corps. Le jeune homme alla s’asseoir dans un pré et alluma le bloc. Comme l’avait dit l’autre, il s’agissait du testament de sa mère.

« Mon petit prince.

J’ai bien peur que quand tu liras ceci je serais morte depuis longtemps. Oui je sais que l’heure de ma mort est proche. Tu te demandes sûrement pourquoi je ne ferais rien pour l’en empêcher. Parce que j’ai vu aussi que Korel mourrait. Mon amour pour lui est beaucoup trop grand, je ne peux concevoir de vivre sans lui. Pardonne moi mon égoïsme, je te prive de mère, d’une personne à qui tu tiens…

Je ne cherche pas d’excuse, je ne le mérite pas. A présent tu es en droit de savoir la vérité. Il y a bien longtemps un de nos ancêtres à fait une prophétie. Il naîtra deux garçon de la même mère, l’un sera le sith’ari et l’autre le jend’ari. Chacun apportera son lot de malheur et de bonheur. A eux deux rien ne pourra leur résister. Quand ton frère est né j’ai senti en lui un pouvoir qui allait au-delà de tout ce dont un humain peut imaginer. Pour cette raison, Korel l’a confié à l’ordre jedi. Je lui avais parlé de la prophétie et tout comme moi il pensait qu’il était l’un des deux.

Quelques années plus tard tu es venu au monde. En toi aussi j’ai vu un pouvoir extraordinaire… Mais je ne voulais pas t’abandonner comme ton frère. J’avais regretté ce choix pendant tant d’années. Pour te cacher à l’ordre j’ai séparé ton âme en deux parties. L’une devrait rester en sommeil et possèdera la majeure partie de tes pouvoirs. L’autre, c’est toi. Mais avec le temps ton pouvoir a grandi de façon incroyable. J’avais peur d’avoir échoué mais pas du tout. Ton potentiel était tel qu’il était impossible pour moi de briser le lien que tu avais avec la force. Aujourd’hui il est temps pour toi de restaurer tes pouvoirs dans leurs intégralités. Dans l’holocron tu trouveras le rituel nécessaire. J’ai aussi laissé un dernier cadeau pour toi. Il s’agit d’un sabre laser que j’ai spécialement crée pour toi. Personne d’autre que notre sang ne peut l’utiliser.

Je t’embrasse très fort mon beau petit prince. »

Jaden avait des larmes qui coulaient le long de son visage. Par contre il ne se souvenait pas d’avoir vu un sabre dans la cachette. Puis il se dit qu’il avait du le prendre la première fois qu’il avait trouvé le testament. Il étudia l’holocron et comprit très vite que le rituel n’était pas aisé à faire. Il allait prendre une bonne partie de la nuit. Il retourna voir Revan, il devait parler avant de ne plus refaire qu’un.

-Revan ! Hurla Jaden. Montre-toi !
-Pas la peine de crier, je ne suis pas sourd.
-Pourquoi tu n’as pas fait le rituel ?
-J’avais un pressentiment. J’ai vu juste, grâce à toi mes souvenirs sont intacts.
-Et le sabre ?
-Il faudra le récupérer !
-Tu ne l’avais pas quand Bastila…
-Non, je l’ai mis en lieu sûr, sur Korriban !
-Tu te fous de moi ? Un lieu sûr? Korriban ?
-Ben oui, personne n’ira le chercher là-bas ! Alors, on commence ?
-Allons-y ! J’en ai marre de cette vie !

Revan disparu et Jaden revint à la réalité. Il s’allongea dans l’herbe et concentra son esprit sur la barrière qui le séparait de son alter ego…

Au petit matin, le jeune homme était toujours allongé par terre. Ses yeux s’ouvrirent doucement. Il se redressa et observa les alentours comme si c’était la première fois qu’il les voyait. Le jedi se leva et étira son corps. Il se sentait bien, très bien même. Il ferma un instant les yeux et se concentra un peu. Il pu sentir toutes les formes de vie qui l’entouraient. Il entendaient les oiseaux chantonnait de bon cœur, les prédateurs calmer leur respiration pour surprendre leur proies… Il était un nouvel homme. Soudain, trois hommes apparurent devant lui. Revan leur jeta un bref regard puis retourna dans sa contemplation.

-Nous vous retrouvons enfin !
-Oui, ça faisait un bail que je ne vous avais pas vu, répondit Revan.

Les trois hommes se rapprochèrent du jedi puis mirent un genoux à terre.

-Nous attendons vos ordres, maître.
-Vous êtes mes plus fidèles serviteurs, dit Revan sur un ton neutre. Un ennemi arrive, amusons nous un peu avant d’entamer les choses sérieuses !
-Oui, maître ! Ordonnez et nous obéirons !

Un croiseur sith sortit de l’hyper espace près de Déralia. A son bord se trouvait Azkul et toute la section funeste au grand complet. Elle regroupait au minimum une centaine de soldat possédant des aptitudes très proches de Lisa. Le nouveau supérieur en chef savait qu’avec autant d’homme les jours de Revan étaient comptés. Avec eux ils pouvaient facilement exterminer tous les jedi du temple de Coruscant avec un minimum de perte, alors Revan n’avait aucune chance. Azkul prit l’ascenseur pour rejoindre ses hommes dans le hangar, l’homme ne souriait jamais. Avec sa barbe de trois jours il ressemblait plus à un vagabond plutôt qu’à un officier. Il n’était pas bien grand avec ses 1m75 mais sa musculature de guerrier compensait ce manque. Tous les soldats attendaient en rang son arrivé. Lorsqu’il entra ils se mirent tous au garde à vous et attendirent qu’il parvienne sur la passerelle de sa navette pour se mettre au repos.

-Soldat ! Dit-il d’une voix forte. Notre ennemi aujourd’hui est Revan ! Oui, l’ancien seigneur noir ! Malak nous a prouvé qu’il n’était pas invincible ! Aujourd’hui il a assisté à son dernier levé de soleil ! Montrons lui qu’il n’a plus sa place dans notre monde !
-Ouais !!!! Scandèrent les soldats.
-Pas de pitié ! Toutes les personnes présentent devront périr ! Pas de quartier, pas de survivant !
-Oui, chef !
-A vos vaisseaux !

Les soldats saluèrent le chef et s’empressèrent de gagner les navettes de transports. La porte du hangar s’ouvrit et les vaisseaux partirent vers la planète…

Revan sentait la présence de la section funeste, après tout c’était lui qui l’avait mis sur pied. L’espace d’un instant il avait voulu détruire le croiseur dans l’espace mais après coup il se disait qu’il avait besoin de tester ses nouveaux pouvoirs. Il restait partagé cependant sur l’aide que pourrait lui apporter ceux qu’on avait nommé sa garde personnelle. Devaient-ils se battre avec lui ? S’il voulait aller vite, sans aucun doute. Puis le ciel s’assombri, une multitude de navette pénétrèrent dans l’atmosphère juste au dessus d’eux.

-J’ai besoin d’un sabre ! Dit il à ses subordonnés.
-Prenez maître.

L’un des trois, le plus petit, s’avança et tendis un manche de sabre. Il avait l’habitude de se battre avec deux sabres mais personne ne devait discuter un ordre du grand maître. Revan le prit et l’activa. Une lame rouge sombre sortit du manche. Cette couleur lui plaisait beaucoup quoiqu’il préférait quand même la lueur qu’émettait le sabre que sa mère lui avait confectionné. Le jeune homme s’avança ensuite vers le centre de la plaine, bien à découvert. Il voulait être vu, son temps était précieux et ne voulait pas le gaspiller en allant chercher ses futures victimes. Ses esclaves le suivirent et se mirent à genoux autour de lui et attendirent. Leur vénération pour lui n’avait aucun égal dans la galaxie. Revan pouvait leur demander n’importe quoi ils le feraient, même à se suicider en se faisant souffrir. Cependant, pour l'ancien seigneur noir, ils étaient une expérience ratée…

Toute la section se mit en rang par groupe dès leur descente des navettes de transports. Azkul se plaça devant ses hommes et ordonna la mise en marche. Plus loin ils virent leur cible accompagnée de trois êtres recouvert de cape. Le commandant stoppa et donna ses instructions à chaque chef de groupe.

Revan jubilait, aucun de ses adversaires ne se doutaient que la mort approchait à grand pas pour les emporter. Enfin il prit une décision, ses subordonnés allaient combattre. Une autre présence arrivait à grande vitesse et il devait être loin quand ils poseraient pied. Les trois serviteurs activèrent leur sabre, tous avaient une couleur rouge sombre. Revan n’avait même pas besoin de leur dire, ils savaient parfaitement ce qu’il pensait. Le quatuor se rua sur les soldats de la section funeste.
Azkul était dans un état d’extase totale, Revan fonçait droit à sa perte et le faisait en toute conscience de son infériorité. Il vit ses hommes dégainer leurs épées, l’affrontement était imminent…

Bastila se réveilla d’un coup, elle était dans un état de panique incroyable. La jeune femme essayait de bouger mais se rendit compte qu’elle était pieds et poings liés. La jedi sentit un sentiment de frustration prendre peu à peu possession de son esprit. Elle fit tout son possible pour apaiser sa respiration et trouver la paix. Mais un autre sentiment s’empara d’elle. Un sentiment puissant, elle avait une terrible soif de sang. Tel un feu de l’enfer, elle ne pouvait le calmer. Malgré la protection qui l’entourait, elle sentit la présence d’un soldat à l’extérieure. Bien qu’elle ne sache pas comment, elle parvint à attirer le garde à l’intérieure. Sa vue lui donna envie… l’envie de voire ses entrailles sortir de son ventre.

Le soldat, au même instant où elle le pensait, se trouva pris de convulsion et s’effondra à terre. Le malheureux se tenait le bas du ventre et criait… Une escouade entière pénétra dans la pièce et quelques-uns se mirent à vomir en voyant le spectacle. La sentinelle était allongée sur le dos, le ventre ouvert et ses boyaux tapissaient les parois. La porte se referma sur eux…

Sur le pont, Malak prenait plaisir à entendre le doux cri de ses hommes entrain de se faire tuer par la jedi. Il ne serait pas très dur de faire basculer cette femme dans le côté obscure, pensa t-il. Bien qu’il ne comprenait pas pourquoi elle avait eu si soudainement un revirement dans ses convictions. Mais il ne voulait pas s’embêtait à trouver une explication, il avait Bastila et avec son pouvoir de méditation il pourrait enfin attaquer les mondes du noyau.

L’Ebon Hawk fonçait à travers l’hyper espace. Jolee avait insisté pour qu’ils partent le plus tôt possible. Les secours étaient arrivés en nombre, au moins la république avait fait un geste. A présent ils devaient retrouver Jaden, il avait peur… Pendant l’espace d’une minute il avait ressenti une puissance qui dépassait de loin son imagination et cela ne l’aidait absolument pas à se rassurer. Il espérait que Jaden puisse résister à la tentation. Le vieil homme restait en permanence avec Lisa à l’infirmerie. Son état ne bougeait pas et Carth continuait sa politique insensée.

Revan arriva près du premier peloton, il accéléra légèrement sa vitesse et stoppa une fois derrière. Il se retourna et fit une petite grimace.

-Merde ! Je me suis arrêté 1mètre trop loin ! Faudra que je m’entraîne !

Tous les hommes du groupe avaient été taillés en pièce… Il ne restait qu’une masse informe étendue sur le sol. Revan se tourna vers un autre groupe, il allait cette fois-ci user d’un autre stratagème. Il serait plaisant, pensa t-il, de les faire souffrir.

Ses trois serviteurs fonçaient droit vers l’ennemi, ils étaient en formation serrée. Celui de gauche laissait pendre son sabre du même côté, l’homme de droite faisait de même et celui du centre l’avait carrément désactivé. Dès qu’ils furent au contact les deux sur les ailes balayèrent la zone d’un coup unique, le troisième ouvrit un passage vers le cœur du groupe. Ils changèrent ensuite de formation. Ils se mirent dos à dos en trio. Les soldats de la section funeste voulaient venger leurs camarades tombaient sous le coup de ses inconnues. Ils foncèrent droit vers eux…

Les échecs, comme les considéraient Revan, mirent à exécution la danse de l’eau combiné. Tel un tsunami, ils déferlèrent sur les sith sans retenue. Les membres volaient, les têtes faisaient de même… Quand ils eurent finis, il ne restait plus aucun soldat pour continuer le combat. Ils rengainèrent leur arme et s’assirent. Revan ne leur pardonnerait pas s’ils venaient à s’immiscer dans son combat.

Le nouveau jedi arriva devant l’un des derniers groupes de soldat et se mit à rire. Il ressentait leurs pensées. Evidemment c’étaient des leurres pour tromper les utilisateurs de la force. Les soldats l’encerclèrent et se jetèrent sur lui. Mais un phénomène totalement inédit se passa. Leurs armes furent stoppés net, pourtant le jedi n’avait usé d’aucun artifice. Du moins pas comme de ceux qu’un jedi utiliserait couramment. Revan posa son regard sur chacun d’eux afin de se délecter de leur souffrance. Il n’y en avait pas un seul qui ne se mettait pas à trembler. Le jedi avait fait ce qu’aucun autre n’aurait pu faire. Il avait brisé leur défense mentale et jouait avec leur plus terrible peur. Chacun d’eux laissa tomber son arme et se prit la tête avec ses mains. Ils criaient, suppliaient pour que ce cauchemar s’arrête mais rien ne pouvait dissuader le monstre. Il ressemblait à un démon se nourrissant de la souffrance humaine. Lorsqu’il fut rassasié, il donna le coup de grâce… Ils moururent tous d’une crise cardiaque.

Azkul ne riait plus du tout, ses hommes se faisaient massacrer comme un rien. Il aurait voulu prendre ses jambes à son cou mais la menace de Malak l’en dissuada. Il n’avait plus qu’une solution, mourir au combat. Avec un peu de chance, Revan le tuerait sans trop de souffrance. C’était tout ce qu’il pouvait rêver de mieux. Il dégaina son blaster et couru rejoindre le dernier groupe. Même eux ne voulaient plus se battre, ils reconnaissaient la supériorité écrasante de l’ancien seigneur noir. La venue d’Azkul ne les dissuada pas de prendre leur jambe à leur cou. Tous se retournèrent pour fuir mais déjà Revan était devant eux.

Le "jedi" leva la main et tendis un doigt vers le groupe. Un sourire sadique apparu sur son visage et il abaissa son doigt, pointant le sol. Ce qui arriva après ne fut que boucherie. Revan avait préalablement fait léviter toutes les épées du champ de bataille et les avaient positionnées au dessus de ce qui restait de la section funeste. En abaissant son doigt, il fit tomber les armes. Par contre, il épargna Azkul. Il était le dernier survivant. L’homme tira vers Revan qui lui renvoya le rayon en plein dans l’œil. Le commandant tomba à terre. Quand il parvint à se calmer, il tremblait. Revan était juste au dessus de lui et le regardait de haut.

-Veux-tu mourir ? Demanda t-il froidement.
-Oui, par pitié !
-Non, tu vivras avec cette cicatrice jusqu’à ta mort. Va t-en !

Le jedi se retourna et alla rejoindre ses serviteurs. Azkul se leva et parti en courant rejoindre la première navette. Il fit un décollage en trombe et regagna le croiseur resté en orbite basse.

-Je vais partir, dit Revan. D’autres indésirables vont arriver d’ici peu. Aucun ne devra survivre !
-Oui maître, répondirent les serviteurs.
-Vous me rejoindrez ensuite sur Korriban.

Revan les laissa et monta dans la navette qui l’avait conduis sur Déralia. Il entra en hyper espace au moment où il sortit de l’atmosphère de Déralia. Le pilote automatique enclenché, il décida d’aller se reposer sur une couchette à l’arrière. Il avait encore une chose à faire. Après tout, il devait équilibrer les forces, une promotion de pion devait se mériter…

Une petite bourrasque soufflait sur le cimetière mais cela ne dérangeait en rien Lisa. La jeune femme était assise devant une tombe et ne cessait de la fixer. Elle s’intéressait surtout à une petite inscription.

« A mon seul amour, tu seras à jamais dans mon cœur. »

Lisa ne savait plus où elle en était. Elle aimait toujours Xender, mais elle ne pouvait pas non plus nier ses sentiments pour son assassin. Il lui était impossible de prendre une décision. Fallait il en plus ajouter le fait que Carth la haïssait à présent ? Plus elle y pensait et plus elle voulait rester ici pour toujours.

-Cela fait bien longtemps que je ne t’avais pas vu dans un état aussi pitoyable, dit une voix d’homme.
-Je sais, répondit Lisa. Je… je suis incapable de prendre une décision.
-Ne compte pas sur moi pour te guider.

L’inconnu s’assit à côté d’elle. La jeune femme ne lui prêta aucune attention. Elle fixait toujours la plaque de marbre. Les deux personnes restèrent ainsi pendant une durée interminable, sans dire un mot. Puis l’homme lui posa délicatement la main sur l’épaule et l’amena vers lui.

-Tu peux pleurer, crier… personne ne t’entendra.
-Pourquoi je rêve de toi ? Se dit Lisa. Tu… tu es si loin…
-Qui te dit que je suis un rêve ?

Lisa s’écarta vivement et regarda Revan droit dans les yeux.

-Comment…
-J’ai besoin de toi, ma parfaite guerrière. Une dernière tâche t’attend.
-Non, je ne veux plus tuer ! Je suis las, laisse moi vivre !
-Alors tu as ta réponse, dit Revan en souriant.

Il s’approcha d’elle et la blottit contre lui.

-C’est à mon tour de t’aider et de te protéger Lisa. Tu dois aller sur Déralia ! Je t’y attendrai et je te promet de tout faire pour soulager ta douleur.
-Merci Revan.
-Réveille toi maintenant, ils t’attendent avec impatience. Même ce gros bourru de Carth.

Revan relâcha son étreinte et s’éloigna de la jeune femme. Lisa couru pour le rejoindre…

-Revan !!! Hurla Lisa en se redressant sur son lit, provoquant une terrible frayeur à Mission.
-Lisa ! Dit le jeune twilek en serrant la jeune femme contre elle. Tu es de retour. Jolee ! Juhani ! Venez tous, Lisa est réveillée !

Tous monde débarqua dans l’infirmerie pour voir la jeune femme. Un seul n’était pas venu, l’officier républicain était resté dans le cockpit. Lisa sentit son cœur se réchauffer sous le chaleureux accueil des personnes qu’elle considérait comme des amis. Elle tenta de se lever mais tous l’en avait empêchée. Après quelques minutes de rigolades, Jolee demanda aux autres de sortir.

-Comment as-tu fait pour te réveiller ?
-Revan, il est venu pour moi.
-Revan ?
-Oui, d’ailleurs… je sais qu’il n’est plus à bord.

Jolee sentit un malaise grandir en lui. Lisa n’avait pas rêvé, pourtant lui-même avait essayé de pénétrer l’esprit de la jeune femme sans succès. Aucun jedi ou sith ne pourrait pénétrer dans la tête d’une personne à plusieurs années lumières de distance, encore moins Jaden qui n’avait aucun talent dans l’usage de la force. Il ne pouvait donc en retirer qu’une seule conclusion. La puissance qu’il avait ressenti appartenait à Revan, l’ancien seigneur noir était de retour… restait à savoir ce qu’il aller faire.

-Comment était-il ? Demanda Jolee.
-Il n’avait pas changé, gentil, attentionné… Il m’a redonné courage ! Il veut que je le rejoigne sur Déralia !
-Ca tombe bien, c’est notre destination. Repose toi à présent, tu dois être fatiguée.
-Un peu, mais ça peu aller.

Jolee déposa un baiser sur le front de la jeune femme et sortit. Il avait continué de sourire jusqu’à ce qu’elle ne le voit plus. Mais une fois hors de vue, il retrouva son air préoccupé. Carth avait fait mention d’un élément pour le moins perturbant. Il avait mentionné l’existence d’une garde personnelle de l’ancien maître sith. Saul avait refusé de lui en parler d’avantage mais avait précisé que Lisa la connaissait aussi. Y avait-il un lien ? Encore un des nombreux mystères entourant Revan, Jolee partageait l’avis de Carth sur ce point.

Le vaisseau n’était plus qu’à une heure de sa destination. Lisa avait quitté l’infirmerie et rigolait avec Mission et Juhani quand Carth et Jolee arrivèrent en même temps pour un briefing.

-Nous n’allons pas tarder à arriver, dit Carth sans regarder Lisa.

Depuis son réveil, aucun des deux n’avait fait le premier pas.

-Lisa, nous avons besoin de savoir tout ce que tu sais sur la garde personnelle de Revan, demanda Jolee.
-Qui vous dit qu’il en avait une ? Sa force lui suffisait amplement…
-Arrête ton char ! Coupa froidement Carth. Tu as intérêt à tout déballer de ton plein gré sinon je te ferais parler ! Et crois moi j’en connais aussi…
-Carth ! Cria Jolee. Nous devons rester unis ! Lisa est contre Malak, nous sommes aussi contre lui. Donc comme l’adage le dit : L’ennemi de mon ennemi est mon ami !
-Je ne lui accorde aucune confiance !
-Alors pourquoi tu ne me tues pas ! Déclara Lisa. Vas-y, je ne me défendrais pas !
-Lisa, dit Jolee. On n’a vraiment pas le temps pour ses enfantillages ! Dis nous maintenant ce que tu sais.
-Cela ne va pas vous plaire, mais alors pas du tout. Je ne sais pas grand-chose mais bon. Quand Revan est arrivé au sommet de sa puissance, rien n’y personne n’osait contester son autorité. Mais le plus étrange, chaque fois qu’il passait… Il était suivi… j’ignore combien ils étaient mais à eux seuls ils pouvaient anéantir une planète sans problème.
-C’est tout ? Demanda suspicieusement Carth.
-Tu t’attendais à quoi ? Répondit Lisa.
-Tu mens ! Tu en sais plus ! Dit Carth en soutenant le regard de la jeune femme.
-Es-tu prêt à ne plus dormir de la nuit ? A sentir la peur à chaque pas, chaque respiration ?
-J’en ai plus qu’assez de toi ! Tu parles ou…
-Très bien, fait de bon rêve ensuite. Sa garde comporte trois hommes, des serviteurs de la force.
-Qu’on t-il de particulier ? Demanda Juhani.
-Ils… comment dire, ils suivaient en permanence Revan et j’avais l’impression d’être la seule à sentir leur présence. Même les jedi noirs ne se doutait de rien.
-Revan leur aurait appris à masquer leur aura ? Demanda Jolee.
-Non, certifia Lisa.
-Comment peux tu en être aussi sûre ? Reprit Juhani.
-Cela remonte à quelques temps maintenant, deux mois avant que Revan ne m’envoi sur Taris. Je m’entraînais avec ma section quand il arriva et ordonna à dix personnes de le suivre. Beaucoup se demandait pourquoi ces dix là précisément, c’étaient les plus faibles. Jamais nous ne les avons revues.
-Où veux tu en venir ? Dit Carth impatient.
-J’y viens! Un jour j’ai désobéi aux ordres et je suis allé dans ses quartiers privés. Là, je les ai retrouvé, ils hurlaient à l’agonie… suppliant qu’on les achèves. Revan faisait des expériences sur eux. Je ne sais absolument pas ce qu’il leur faisait mais ça devait être horrible.
-Génial ton maître vénéré, intervint Carth. C’est un véritable ange.
-Ferme-là ! Lança Lisa à l’officier. A la fin, seul trois en sont sortit. Revan organisa un combat secret entre eux et une vingtaine de mes hommes. Seul Saul et moi étions conviés. Ceux qu’on considérait comme les plus faibles avaient massacré mes hommes et en étaient ressorti sans la moindre égratignure. La pire dans tous ça c’est qu’ils étaient capables d’user de la force alors qu’ils étaient censés y être insensible !
-Pas très rassurant en effet. Quel genre de recherche faisait-il ? Ajouta Jolee. N’auraient-ils pas rejoint Malak après…
-Jamais, ils lui étaient fidèles jusque dans la mort.

Ce que Lisa ne disait pas, c’était que pour elle, même s’ils étaient ressortis vivant des expériences de Revan, ils étaient un échec. Revan n’aimait pas les pions qui ne font rien d’autre qu’obéir aux ordres. Il les préférait comme elle.

Carth repartit dans le cockpit visiblement contrarié. Il regarda l’ordinateur de bord et su que c’était le moment de désengager l’hyper espace. Jolee le rejoignit et discutèrent sur ce que venait de leur raconter Lisa. Tout deux étaient d’accord qu’ils allaient devoir faire attention. Le vaisseau traversa l’atmosphère et les occupants purent voir les grandes plaines de Déralia. Un peu plus loin ils virent un spectacle peu commun. Un grand nombre de navette de transport sith étaient posés mais personnes aux alentours. Carth posa le vaisseau un peu en retrait. Tout l’équipage descendit et se rendirent vers les vaisseaux. Une fouille approfondie ne leur donna aucun renseignement sur ce qui aurait pu arriver. Sur les parois il n’y avait aucun signe montrant à quelle section elles appartenaient. Lisa marcha vers le sud et au bout d’une vingtaine de mètre vit le champ de bataille.

-Venez tous ! Hurla t-elle.

La jeune femme s’était précipité vers les corps et constata qu’ils étaient de la section funeste, tous sans aucune exception. Elle scruta les alentours et du admettre qu’il y avait là la quasi-totalité de son ancienne section. Elle éloigna très vite l’hypothèse d’un règlement de compte interne, ils étaient trop obéissants pour ça. Lisa avait beau chercher parmi les corps aucun n’était étranger à la section. Pendant qu’elle cherchait une explication, les autres le rejoignirent.

-Quel massacre ! Combien étaient-ils pour provoquer un tel carnage ? Demanda Jolee. Lisa, ils étaient tous…
-Oui, il n’y a aucune trace de tir d’artillerie, pas de corps étranger… rien !

Puis soudain Lisa ouvrit grand les yeux et se mit à trembler. Son instinct en qui elle avait une confiance absolue lui hurlait de partir en vitesse. Jolee remarqua l’air paniqué de la jeune femme.

-Qu’est-ce… commença t-il.
-Ils sont là !!! Partons vite avant…

Avant qu’elle n’ait pu finir sa phrase, trois êtres habillé de noir et le visage caché sous leur capuche firent leur apparition. Lisa recula de quelques pas, le visage défiguré par la peur. Jolee ne l’avait jamais vu ainsi, il regarda les hommes mais trouva que quelque chose n’allait pas. S’il ne les voyait pas de ses yeux il jurerait qu’il n’y avait personne. Etait-ce donc eux ? Les fameux gardes du corps de Revan.

-Que voulez-vous ? Demanda Carth en s’avançant vers eux.
-Notre maître nous a ordonné de vous tuer ! Tous !

Les trois êtres baissèrent leur capuche. Mission, Juhani et Carth firent un mouvement de recul en voyant leur visage. Ils avaient une peau blanche comme la neige et des yeux noirs.

-Des miraculas ? S’étonna Juhani.
-Non, répondit Jolee. Les miraculas sont sensibles à la force. Je ne sens rien du tout en eux.

Les trois fantômes sortirent leurs sabres et se mirent en garde.

-Lisa, Mission regagnait le vaisseau, dit Candérous, qui tremblait lui aussi.
-Je reste ! Affirma Lisa. Si je dois mourir autant que se soit en me battant !
-Bien dit ! Confirma Mission.

Les trois fantômes prirent une position très familière à Jolee, la danse de l’eau. Ils foncèrent droit vers les républicains…

Juhani et Jolee purent à eux deux bloquer l’un des gardes mais les deux autres détruisirent T3, HK-47 d’un seul coup et blessèrent gravement Zaalbar. Ils repartirent à l’assaut sans relâche et s’en prirent à Mission et Carth. Jolee et Juhani ne pouvaient leur venir en aide. Leur adversaire les malmenait avec une incroyable facilité. Candérous, malgré sa force herculéenne, ne parvint pas à temps… La twilek venait de se faire couper les jambes. Carth avait eu le réflexe de la pousser, dans le cas contraire elle serait morte. Lisa fonça droit sur les deux hommes mais ils disparurent de son champ de vision. Elle plongea en avant pour éviter l’un mais l’autre usa de la force pour l’étrangler.

Jolee essaya une feinte en laissant une faille dans sa garde mais l’être ne se fit pas avoir. Il projeta le vieil homme à une cinquantaine de mètre avec la force. Juhani profita de ce moment pour lancer une contre offensive destructrice. L’homme se retourna et encaissa la décharge d’éclair sans qu’aucun cri ne sorte de sa bouche. Il avança vers la jedi qui n’en revenait pas. Elle augmenta la puissance de ses éclairs mais lui continuait d’avancer, insensible à la douleur. Il tendis ensuite la main et lui envoya à son tour une décharge d’une puissance phénoménale. La jeune femme se trouva à terre en un instant, se tordant de douleur. Il leva ensuite son autre main et activa son sabre. Il fit un mouvement rapide… et bloqua le sabre de Jolee. Le vieux jedi n’en croyait pas ses yeux. Il s’était assuré d’attaquer dans un angle mort et d’utiliser le chant du vent. Pourtant cet être l’avait bloqué sans même le regarder.

Lisa n’allait pas tarder à étouffer. Carth couru vers l’homme qui la retenait et se jeta sur lui. Le troisième garde réapparu et l’attrapa au col. Il l’attira vers lui et donna un coup de genoux dans le ventre de l’officier. Candérous ouvrit le feu sur les deux démons mais ses tirs furent détournés avec une grande facilité.

Le combat était perdu… Lisa sentait sa vie s’échapper de son corps petit à petit…
Puis elle sentit son corps tomber lourdement à terre. L’être fantomatique avait du relâcher sa pression, deux individus habillés de capes, l’une blanche et l’autre brune, le tenait en respect. Lisa reconnu des sabres jedi, l’un orange et l’autre bleu cyan. Qui était-ils ? Elle essaya de se relever mais le manque d’oxygène la fit tomber dans les pommes.

-Il est fort ! Dit la personne habillée de blanc. Réussir à bloquer deux maîtres de l’ordre !

La femme mystérieuse commença très vite par une succession de coup rapide, son compagnon l’aida autant que possible en lui ouvrant des espaces dans la garde du fantôme.

Jolee essayait tout pour délivrer Juhani de l’emprise des éclairs de forces mais sans succès. Le combat ne s’annonçait vraiment pas bien… Il sentit la colère grandir en lui et contrairement à son habitude il la laissa le submerger. Le vieil homme concentra son esprit sur un seul et unique but, tuer ! Il fonça droit sur le garde et exécuta le chant du vent. La rage décuplant sa force et sa vitesse il put placer un seul coup. L’être fut blessé au niveau de la hanche et dut cesser les éclairs. Juhani resta allongé au sol, incapable de se relever. Jolee lança un regard noir à cet individu et couru vers lui.

-Lisa… Lisa… Réveille-toi mon amour !
-X… Xender ? Articula difficilement la jeune femme.

Elle ouvrit les yeux et constata qu’elle n’était plus sur Déralia mais sur Naboo, plus précisément dans la vallée des grands lacs. Cet endroit avait une signification bien particulière pour eux deux. C’était ici même que Xender l’avait demandé en marriage.

-Qu’est-ce qu’il t’arrive ? Demanda un homme hors de son champ de vision. Je ne te reconnais plus !
-Ils… ils sont trop fort !

La jeune femme ne voulait pas le voir, elle avait trop honte. Mais ce n’était pas ce que lui voulait. Il s’approcha d’elle et l’aida à se relever. Elle fut frappé par son physique, il était le même en tout point à son dernier souvenir.

-Tu ne dois pas avoir peur, tu es bien meilleur qu’eux.
-Mais ils utilisent la force, moi pas !
-C’est ce détail insignifiant qui te fait peur ? Demanda Xender en souriant. Souviens toi qu’ils n’étaient pas plus forts que toi avant que Revan s’occupe d’eux. Ils restent vulnérables, seul toi peux les détruire.
-Mais comment ? Ils sont plus rapides, plus forts…
-Où est passée la femme que j’ai aimée ? Où est passée la vaillante guerrière qui a affronté des légions de mandaloriens et en sortir sans aucune égratignure ? Tu vaux mieux que ça ma belle. N’oublie pas, leur instinct est le même qu’avant !
-Ils sont aveugles aussi !
-Oui, ils ne voient qu’à travers la force comme les mirakulas !
-Ils ne peuvent donc sentir ma présence ! Si je fais attention à mes sentiments ils ne pourront pas bloquer mes coups !
-Tout à fait, enchaîna Xender.

Pendant un bref instant une lueur verte passa dans ses yeux mais la jeune femme ne le vit pas.

-Il est temps d’aller aider tes amis ! Si tu ne fais rien ils mourront !
-Merci mon amour !
-Une dernière chose, fais ton deuil ! Un autre m’a remplacé dans ton cœur, même si c’est un parfait crétin tu dois suivre tes sentiments pour lui. Tu seras gagnante sur toute la ligne, fais moi confiance !
-Mais…
-Je ne suis plus là pour t’apporter ce dont tu es en droit d’avoir. Avec le temps il comprendra ! Adieu ma belle et tendre Lisa…
-Non ne pars pas ! J’ai besoin de toi !!!

L’image de Xender devint flou puis s’évanouie dans la nature. La jeune femme pleurait toutes les larmes de son corps. Mais enfin elle avait trouvé la paix.

Revan se réveilla, son vaisseau était arrivé à destination. Il avait de nouveau dû apporter son grain de sel. Lisa ne comprenait pas encore son importance. Il avait planifié tout ce plan pour elle, les autres n’étaient là que pour la forcer à se réveiller totalement. Le jedi n’avait éprouvé aucune tristesse quand Mission est Zaalbar avaient été blessés. Ils étaient sacrifiables. Il était même nécessaire qu’ils meurent pour motiver au mieux la tueuse. Heureusement qu’il avait fait venir les deux autres jedi, sinon son plan tombait à l’eau…

Lisa s’éveilla et vit deux jedi se battre avec toutes leurs ressources pour tenir tête à l’un des fantômes. Sur sa droite Candérous et Carth se faisait malmener par un autre et enfin plus loin Jolee affronter le dernier seul. Elle se releva difficilement et couru aider le vieil homme. Elle vida complètement son esprit, elle ne ressentait plus rien, plus aucune émotion. Elle ressemblait d’avantage à un droïde qu’à un être humain. Lorsqu’elle arriva à porter Jolee était sur le point de se faire tuer…

La capuche d’un des jedi mystérieux se rabattit lorsqu’il évita une attaque. Une longue chevelure blanche flotta dans le vent. Son visage d’habitude serein montrait à quel point le combat était dur. Yuya utilisait toutes les techniques qu’elle connaissait mais aucune ne parvenait à franchir la défense incroyable de l’être. Son compagnon l’aidait de toutes ses forces, en vain. Il voulu adopter le Trispzest mais il n’en avait pas le temps, la moindre seconde comptait s’il ne voulait pas finir coupé en deux. L’adversaire se battait en utilisant une technique de Revan, la danse de l’eau. Le plus étrange était qu’elle était identique à celle du jedi, les mêmes mouvements, les mêmes réflexes… S’en en était troublant. Yuya chargea plus fort et plus vite, Kavar vit l’ouverture qu’il attendait et exécuta son attaque. Le sith tomba à terre, tous ses points vitaux transpercés. Ils avaient finalement eu raison de lui. Sans plus attendre ils filèrent droit vers Candérous et Carth.

Lisa dévia le coup de l’être et le transperça en plein cœur. Il n’eut pas le temps de l’esquiver. Jolee à bout de force tomba à genoux.

-Merci Lisa, sans toi…
-On est quitte à présent ! Repose toi, je m’occupe des deux autres !

Jolee jeta un regard vers les autres et reconnu son ancienne padawan. Il était heureux de la voir. Mais il ne vit plus qu’un seul garde, l’autre était allongé visiblement mort. Pourquoi Lisa parlait encore de deux adversaires ?

Candérous et Carth se trouvèrent projeté par une poussé de force. Le fantôme apparu juste devant eux pour en finir mais son sabre se trouva bloqué par les armes de Kavar et Yuya. Un combat féroce s’engagea entre eux. Ils virent très vite que sa force à lui était nettement inférieure. Ils ne mirent pas longtemps à en finir. Ils désactivèrent leurs armes et aidèrent les deux hommes à se relever.

Soudain Carth cria. Yuya se retourna et cru sa dernière heure arrivé. Kavar tenta de bloquer l’assaut mais se fit repousser comme une feuille. Lisa intervint au bon moment, elle avait lancé un poignard en plein vers la tête de l’assaillant qui stoppa son attaque pour éviter d’être tuer. La maître jedi jeta rapidement un regard vers le cadavre du sith et constata qu’il était toujours là. Elle pensa alors qu’il y en avait quatre mais elle remarqua que le corps de premier avait disparu. Elle ne pouvait pas y croire, ils étaient capables d’utiliser des techniques d’illusions de très hauts niveaux. Lisa pendant ce temps tenait tête au garde. Il avait beau déployer tout ses pouvoirs il ne parvenait pas à prendre le dessus. Lisa ne pouvait utiliser la force mais se laissait guider uniquement par son instinct. Elle ne voyait pas son ennemi mais évitait quand même les attaques mortelles qu’il exécutait. La jeune femme resta un moment sans bouger puis frappa dans le vide… La silhouette du dernier garde se matérialisa et tomba à terre, décapité.

Yuya fut stupéfaite par la performance d’une simple humaine. Quand leurs regards se croisèrent elle sentit son corps parcouru par un spasme. Elle ne voyait aucune émotion dans ses yeux, se pouvait-il qu’elle ait atteint le niveau de plénitude totale ? Un état où le corps et l’esprit ne faisait qu’un. Jamais elle n’aurait imaginé voir un tel phénomène, dans toute l’histoire de la république il ne faisait mention que de quelques jedi ayant atteint un tel niveau de compétence.

-Ca va ? Demanda Lisa qui avait retrouvé son état normal.
-Oui, merci, répondit Yuya. Va plutôt t’occuper de cette twilek. Elle m’a l’air mal en point.

Lisa couru très vite et s’agenouilla aux côtés de Mission.

-Ne bouge pas, dit elle.
-Lisa ? Je… je ne sens plus mes jambes… que c’est-il passé ? J’ai senti quelqu’un me pousser…
-Tu vas t’en sortir n’ai crainte.
-Et Zaalbar ?
-Je l’ai entendu grogner.
-Merci mon dieu. C’est mon ami… Dit Mission en pleurant. Lisa, pourquoi Jaden nous auraient-ils envoyé dans un piège ? Pourquoi voulait-il nous tuer ?
-Je n’en sais rien ! Mais je le retrouverais et lui ferais payer !
-Il doit avoir ses raisons ! Dit Mission à la grande surprise de Lisa. Laisse lui au moins le bénéfice du doute !
-Mission… regarde l’état dans lequel tu es ! Tu aurais pu…
-Mais je ne le suis pas ! Il devait savoir ce qu’il allait se passer !
-Tu as une trop grande opinion de lui ! Ce n’est plus le même !
-Non, je crois en lui !
-Je vais la conduire sur la planète la plus proche pour qu’elle reçoive les meilleurs soins ! Intervint Kavar.
-Merci, pouvez vous…
-Le mandalorien emmène le wookie dans ma navette avec les droïdes.

Jolee avait aidé Juhani à se relever et tous deux avaient rejoint Yuya.

-Tu sais quelque chose sur eux? Demanda Yuya en indiquant les êtres fantomatiques.
-Les gardes du corps de Revan, je crois qu’il est de retour.
-Alors c’était donc sa force que j’ai ressentie. Je vais venir avec vous!
-Ton aide sera la bienvenue, mais même avec toi je doute qu’on puisse lui tenir tête.
-Il va devoir s’expliquer!

Kavar embarqua dans sa navette avec les blessés et quitta pressement la planète. L’Ebon Hawk prit à son tour son envol et partit vers Korriban. Ils ne savaient pas où Revan se rendait mais ce qui était sûr c’était qu’ils le retrouveraient certainement sur la forge stellaire. Pour cela ils devaient obtenir les dernières coordonnées.

Et voilà! A bientôt pour le prochain chapitre!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Darth Piejs » Mer 24 Sep 2008 - 20:01   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Ouf, je m'étais arreté juste avant la bataille de Mirial et je dois dire que cela m'a pris un certain temps de rattrapper mon retard!!!
Je dois dire que je suis surpris de la façon dont tu t'éloignes du jeu! Mais c'est très bien puisque tu le respectes tout en ajoutant des détails qui rendent le scénar plus litteraire justement...
Et puis comme ça cela me permet d'avoir des surprises et de ne pas savoir ce qu'il va suivre.
Bref très bien même si j'ai été étonné que Mission se fasse couper les jambes!!
A pluche pour la suite :wink:

PS: Nostil tu t'es fait surprendre par le Leviathan comme tout le monde quand on jouait au jeu. Mais Korriban arrive maintenant.
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8890
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Notsil » Jeu 25 Sep 2008 - 16:39   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Eh bien il manipule bien son monde Revan ^^

Je me demande ce que ça va donner pour la suite ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2414
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Revan1er » Mar 30 Sep 2008 - 11:59   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour! En ce jour maussade, je vous présente la suite de la fic.

Bonne lecture!

Chapitre XXV : Le retour sur Korriban…


Revan mit un pied sur le sol et sentit qu’il était enfin chez lui. Il marcha jusqu’à l’entrée d’un complexe et un membre de la czerka lui fit un signe de la main l’invitant à venir lui parler. Il demanda une taxe d’accostage, Revan fixa l’homme dans les yeux et lui dit qu’il n’avait pas besoin de payer. L’employé de la czerka pianota sur son ordinateur et le laissa passer.

-Ils sont trop crédules ! Murmura Revan en entrant.

Il ne fit pas quelques pas qu’un sith se mit en travers de son chemin. Il s’agissait d’un jeune homme aux cheveux noirs, le visage fin, les yeux marron. Sa tête lui rappelait quelqu’un mais il ne savait plus qui.

-Encore un jedi qui croit qu’il peut intégrer l’académie sith !
-Qu’est ce qui te fait croire que je suis un jedi ?
-Ta démarche, ta façon de bouger ! Tu n’es pas le premier et encore moins le dernier à vouloir nous rejoindre. Quel est ton nom ?
-Jaden, Jaden Korr, répondit Revan.

L'ancien seigneur noir ne voulait pas donner sa véritable identité, de toute façon personne ne le croirait…

-Et à qui ai-je l’honneur ? S’empressa t-il d’ajouter.
-Dustil Onasi, je suis apprenti au sein de l’académie.
-Onasi ? Tu es parent avec un certain Carth Onasi.
-C’est mon père ! Tu le connais ?
-Nous avons été amis à une époque, mais nos opinions ont divergé. Etrange de voir son fils compter parmi ses ennemis.
-Je ne veux pas en parler.
-C’est ton souhait, où se trouve l’académie ?
-Tu n’as qu’à continuer, elle se trouve un peu plus loin mais sans badge tu ne pourras pas entrer.
-Et comment fait-on pour en avoir un ?
-Adresse toi à Yutharra Bann. C’est elle qui s’occupe des recrues. Mais laisse moi te dire que tu n’as aucune chance. Ton potentiel est négligeable !
-On verra bien.

Revan continua sa route à la recherche de cette Yutharra. Il ne savait absolument pas à quoi elle pouvait ressembler. La dernière fois qu’il était venu c’était Uthar Wyinn qui s’en occupait. En chemin il croisait de nombreuses personnes voulant intégrer les rangs sith. Les idiots, pensait Revan, ils ne savaient pas ce qu’il allait se passer prochainement.

-Et vous là ! Dit une voix de femme. Oui vous là avec la cape noire !

Revan l’ignora et poursuivi sa route. Il fut stoppé par un autre sith.

-On te cause !
-Ecartez vous, ordonna Revan. Je suis pressé !
-Olala, j’ai peur ! Ricana le sith, puis il attrapa Revan au col. J’ai du mal entendre ! Quand on te parle tu réponds si tu ne veux pas avoir d’ennui !

La femme qui l’avait interpellé arriva. Elle était un peu plus grande que le jedi et avait les cheveux coupés au carré, le visage blanc et des yeux bleus. Revan jeta un rapide coup d’œil au reste de son corps et se dit qu’elle n’en valait pas la peine. Il pouvait trouver mieux.

-Es tu Yutharra ? Demanda t-il poliment.
-C’est moi qui pose les questions ! Répondit elle avec un air hautain. D’où viens tu ?
-Si vous n’êtes pas Yutharra vous ne m’intéressez pas ! Répliqua froidement Revan. Maintenant écarte toi mon petit si tu ne veux pas avoir mal !
-Regardez, le nain nous menace ! Dit la jeune femme.
-On lui donne une leçon Laschowe ?
-Pourquoi pas !
-Vous allez vous faire mal ! Les avertis Revan.
-Mais c’est qu’il veut se défiler le nabot ! Allez, fait voir ce que tu as dans le ventre !

Laschowe sortit son sabre laser et le pointa sur le jedi ainsi que l’homme qui barrait lui barrait la route. L’ancien seigneur évalua leur pouvoir, il n’y avait aucune chance que cette prétentieuse soit la femme qu’il cherchait. A eux deux ils ne pouvaient même pas rivaliser avec Juhani. La sith chargea, Revan fit un simple pas de côté et esquiva. En passant il lui fit un croque en jambe et elle se retrouva la tête par terre. Lorsqu’elle se releva, le jedi vit avec satisfaction qu’elle était en colère. Il lui lança un petit sourire narquois.

-Ben alors ? Tu ne sais plus tenir sur tes jambes ?
-Tu vas me le payer ! Vociféra t-elle.

Elle se précipita de nouveau sur l’homme mais au moment où elle aller porter son coup une voix puissante retentit. Laschowe s’arrêta et regarda derrière elle. Revan tendis le cou pour voir lui aussi et vit un peu plus loin une twilek à la peau rose et orné de plusieurs tatouages. Il su alors qu’il avait enfin trouvé Yutharra. Son potentiel était acceptable pour occuper cette responsabilité.

-Que se passe t-il ici ? Demanda la femme. Il est interdit de se battre!
-Veuillez m’excuser maître, répondit Laschowe. Cet homme…
-Tais toi Laschowe ! Crois tu que j’ignore à quel point tu aimes chercher les ennuis ! Un jour tu auras de gros problème ! Un sith doit être maître de ses émotions. Il embrasse sa passion mais ne se laisse pas aveuglé par elle ! Tu as encore beaucoup à apprendre ma fille ! Retourne à l’académie maintenant. Maître Uthar réunit les aspirants. Le test final va bientôt commencer.

La jeune femme baissa la tête puis acquiesça. Elle partit avec son ami puis dès qu’elle fut hors de son champ de vision elle tourna la tête vers Revan et lui fit signe que c’était un homme mort. Tout ce que cela provoqua chez le jedi fut un sourire amusé. Après il porta son attention sur la twilek qui se rapprochait de lui. Sa démarche était sensuelle, une démarche de princesse. Il prit plaisir à la regarder marcher.

-Que veux tu étranger ? Demanda Yutharra avec sa douce voix mélodieuse.
-Charmante, vraiment charmante.

Yutharra ouvrit grand les yeux, un humain lui faisait un compliment. Etait-il stupide ? Idiots ? Il ne devait pas savoir qui elle était.

-Garde tes flatteries pour une autre ! Ca ne m’atteint pas !
-Dommage, serais-tu Yutharra Bann ?
-Oui, c’est bien moi. Je présume que tu veux intégrer nos rangs, jedi.
-Vous avez l’œil et il fort joli en plus !
-Encore une réplique de ce style et tu finiras allongé par terre !
-Je ne dirais pas non si vous êtes au dessus ou en dessous. Je vous laisse le choix !
-Un plaisantin ! Repars d’ici, tu ne feras pas de vieux os…
-Je veux devenir un sith, prenez moi ! L’interrompit-il.
-Ecoute, tu es mignon mais tu n’as pas les capacités pour…
-Mettez moi à l’épreuve !

Yutharra se dit que ce n’était qu’une perte de temps mais se prit au jeu. Elle jeta rapidement un coup d’œil et vit un duros. L’alien ne cessait de la suivre pour qu’elle lui donne un badge. Elle en avait marre et avait une idée pour s’en débarrasser.

-Tue le duros qui se trouve au coin du couloir.
-Celui avec une crinière bizarre.
-Tout à fait.
-Une méthode préférentielle ?
-Tu es seul juge.

Revan tendit la main et le duros porta immédiatement ses mains à sa gorge. Quelques secondes après il s’effondra, mort. Yutharra était satisfaite, après tout il serait le prochain. Tous deux firent le chemin ensemble, la sentinelle leur ouvrit la porte à leur passage. Revan pouvait remarquer que rien n’avait changé, la salle centrale était toujours aussi gigantesque. En son centre il reconnu maître Uthar, toujours chauve mais sa peau était plus pâle qu’avant. Il était entouré par une dizaine de prétendant au poste d’apprenti. Parmi eux il reconnu Laschowe et son ami. Les autres il ne les avait jamais vu.

-Bienvenu chers étudiants, vous allez passez un test pour savoir lequel d’entre vous sera le plus apte à nous rejoindre et… Ah vous voilà enfin Yutharra ! Et que vois-je ? Vous apportez un nouveau postulant.
-Oui, maître.
-Ne faites pas attention à lui maître, intervint Laschowe. Il n’en vaut pas la peine !
-Silence, c’est moi et moi seul qui décide qui est apte ! Alors… Comment t’appelles tu ?
-Jaden, Jaden Korr.
-Jaden, dit Uthar sensiblement perplexe. Je ne sens pas beaucoup de potentiel en vous. Yutharra, c’est la première fois que tu me ramènes un postulant aussi faible.
-Ne vous fiez pas aux apparences, maître, dit Revan. Je maîtrise la force comme personne !
-Tu es arrogant, j’aime ça. Mais cela suffira t-il pour que tu puisse survivre. Réfléchis bien, tu as de grande chance de mourir.
-Aucun problème, vous ne regretterez pas votre choix.
-Que tu meures ou vive n’as aucune importance pour moi ! Si tu es faible, tu meurs, si tu es fort tu vis ! Tel est la loi des sith.
-Vous avez raison maître d’ailleurs, le code sith ne dit-il pas :
« La paix est un mensonge.
Il n'y a que la passion.
Par la passion, j'ai la puissance.
Par la puissance, j'ai le pouvoir.
Par le pouvoir, j'ai la victoire.
Par la victoire, mes chaînes se brisent.
La Force me libérera.
Il n'y a pas de paix, il y a la colère.
Il n'y a pas de peur, il y a le pouvoir.
Il n'y a pas de mort, il y a l'immortalité.
Il n'y a pas de faiblesse, il y a le Côté Obscur. »

Maître Uthar était impressionné qu’un néofite connaisse aussi bien le code sith.

-Mais arriveras tu à le mettre en pratique ? Demanda maître Uthar.
-Demain soir vous me choisirez pour faire partie de votre grande famille ! Assura Jaden et fixant le maître sith en plein dans les yeux.
-Reprenons le briefing, conclu Uthar. Vous aurez toute la journée de demain pour me prouver que vous êtes digne de nous rejoindre. Reposez vous bien cette nuit… Au fait, il n’y a aucune règle !

Laschowe lança un regard qui en disait long à Revan. L’homme fit comme s’il ne l’avait pas remarqué, ce qui mit la femme dans une colère noire. Les aspirants retournèrent tous dans leurs quartiers, tous sauf Revan qui préféra se promener dans l’académie. Il voulait voir s’il y avait eu beaucoup de changement depuis son départ. Il gravit une série de marche qui devait, si ses souvenirs étaient bons, le conduire vers la salle d’entraînement au combat. Effectivement, en haut des marches il ouvrit une porte et il entra dans la salle. Il vit Dustil s’exercer sur un Tuk’ata, un quadrupède possédant une fourrure touffu et trois cornes sur le sommet de sa tête. Le jedi décortiqua le style du fils de Carth, il maniait le sabre avec dextérité mais manquait de puissance. Ses mouvements aussi n’étaient pas très bons. Il exécutait énormément de geste inutile. Contre un tuk’ata sa technique suffisait mais pas contre un adversaire maîtrisant la force.

-Pas mal, dit Revan en applaudissant.
-Toi ? Tu es fou…
-Pourquoi tout le monde pense la même chose ? Je suis assez grand pour savoir ce qui est bien ou pas.
-J’en doute ! Tu devrais déjà chercher un moyen d’impressionner maître Uthar !
-J’ai tout mon temps, l’épreuve ne commence que demain.
-Je retire ce que j’ai dit, tu n’es pas stupide mais idiot ! Tu crois vraiment que les autres vont être loyal ? Ils chercheront à te tuer cette nuit pendant ton sommeil !
-Je les attends le pied ferme ! Ca te dirait un petit entraînement contre moi ?
-Tu as la prétention de croire que tu pourrais me battre ?
-Sans aucun doute ! Ton style n’est pas mauvais mais tu manques cruellement ce qui fait un bon sith. La rage, la colère…
-Ecoutez moi monsieur je sais tout ! Assez parlé, je vais te montrer que tu n’es qu’un cafard que je peux écraser sans même user de tous mes pouvoirs !

Revan s’avança au centre de l’arène et s’empara d’un sabre d’entraînement. Il fit ensuite volte face et se mit en garde. Dustil prenait le combat au sérieux, afin de lui prouver son infériorité il n’hésiterait pas… même s’il mourrait cela ne ferait aucune différence.

Yutharra avait suivi Revan, elle resta dans l’ombre. Le jeune homme lui paraissait bien sûr de lui. Il avait défié l’un des plus brillant élève de l’académie, ce serait un excellent moyen de le voir à l’œuvre. D’autant plus qu’il avait parfaitement bien disséqué le style de Dustil. Qui était-il vraiment ? Un simple padawan n’aurait pu déceler ces défauts.

Le jeune sith ouvrit les hostilités, il fonça droit sur Revan et commença par une série d’attaque rapide. Le jedi para le sabre avec une facilité qui le déconcerta, pire même il le repoussait dans ses retranchements, l’obligeant à user de la force de manière intensive. Il sauta pour s’éloigner et tendis sa main en invoquant la poussé de force. Un nuage de poussière se souleva et aveugla Revan. Du moins c’était se qu’il pensait… Revan surgit par derrière lui et frappa. Dustil bloqua le coup mais la force de l’impact le fit reculer d’un mètre. Il était à présent temps pour Revan de passer à la vitesse supérieure, il couru vers le sith et donna un coup d’une telle violence qu’il faillit le tuer. Dustil était allongé par terre et l’impressionnant aspirant se tenait debout au dessus de lui le menaçant avec la pointe de son arme.

-Alors ? Convaincu ? Dit froidement Revan.
-Comment est-ce possible ? Rétorqua Dustil.
-Pour nous autres avec un potentiel faible nous privilégions la maîtrise de la force. Notre handicape ne nous permettrait pas de rivaliser avec des gens comme toi. Mais nous avons passé outre cette difficulté. Nous sommes capables d’user tout notre potentiel sans avoir à nous concentrer longuement. Tu as remarqué que j’avais pu aller à une vitesse supérieure à la tienne et frapper avec une force surhumaine en même temps. En fait il n’en ait rien. Je les ai utilisé successivement mais à une vitesse si grande que tu as cru que je les utilisais simultanément.
-Tu n’es pas un simple padawan !
-Qui te dit que j’étais padawan ? Répondit Revan en souriant. La puissance est un atout, encore faut-il savoir l’utiliser !

Contre toute attente, le jedi se retourna et frappa avec son arme dans le vide. Un bruit de métal indiqua que deux sabres venaient de se rencontrer. Le sith, toujours allongé, se pencha sur le côté et vit maître Yutharra.

-Maître ? Mais qu’est ce que…
-Sors d’ici Dustil, je dois m’entretenir en privé avec cet homme !
-Bien maître !

Dustil se releva et partit sans se retourner. Il n’y croyait pourtant toujours pas, qu’un utilisateur de la force avec un si faible potentiel ait pu le vaincre sans difficulté. Il avait encore beaucoup à apprendre.

-Tu es impressionnant Jaden ! Tu as vaincu le meilleur élève de l’académie ! Qui es tu ?
-Un ancien jedi qui veut rallier votre camp !

Yutharra se jeta sur l’homme et se battit sans retenue. Revan ne se défendit qu’en utilisant son arme d’une seule main. Il pensait que cela serait plus équitable. La sith révéla cependant une maîtrise de la force exceptionnelle, elle usait de tout son potentiel avec une incroyable facilité. Il se retrouva très vite acculé dans les coins de la salle et dut se sortir de situation critique en s’appuyant sur le mur et sauter loin d’elle. Il pouvait augmenter sa puissance, sans difficulté mais après tout le monde sentirait qu’il cachait son véritable pouvoir. Mais s’il ne faisait pas il ne pourrait pas gagner, elle était beaucoup trop forte. Il envisagea rapidement plusieurs stratégies pour gagner mais aucune n’était réalisable dans cet environnement. Il se refusait catégoriquement à utiliser la danse de l’eau ou le chant du vent. Il dû arrêter de réfléchir, Yutharra se jetait sur lui avec fougue. Revan bloqua comme il pouvait, mais immédiatement après la twilek lui balaya les jambes et s’assit sur son ventre la pointe de son épée posée sur la gorge de son adversaire.

-Tu es très bon, je n’ai aucun doute maintenant… Tu seras celui que Uthar choisira. Les autres ne feront pas le poids contre toi !
-Si je reste en vie… Ajouta Revan. Ca me semble mal barré…

Yutharra pour la première lui sourit, puis releva délicatement son arme. Revan saisit l’occasion, il bascula de côté en l’entraînant avec lui. Cette fois-ci les positions furent inversées, à la différence que le jeune homme était allongé sur elle. Chacun plongea son regard dans celui de l’autre.

-J’ai manqué de vigilance !
-Comme je te l’ai dit tout à l’heure… tu préfères être en dessous ou au dessus ?

Il passa délicatement sa main sur la joue brûlante de la twilek, au contact de sa peau il sentit le cœur de la femme battre la chamade. Elle le désirait autant que lui la voulait. Sans attendre plus longtemps il l’embrassa fougueusement. Yutharra se débattit et réussit à l’écarter.

-Comment oses tu ? Je ne suis pas aussi facile !
-Ah oui !
-Tu vas me le payer !

Elle saisit Revan par le cou et l’attira à lui pour l’embrasser. Lorsqu’elle le relâcha elle vit une étrange lueur briller au fond de ses yeux, une lueur aussi brillante que l’or le plus pur. Une ancienne légende sith lui vint à l’esprit. Elle s’en souvenait comme nulle autre.

« Un jour viendra où le sith’ari surgirait de nulle part. Ses yeux seront aussi jaunes que l’or et sa puissance incommensurable. Il viendra donner le pouvoir aux sith et restaurera leur suprématie dans l’univers. Tant qu’il vivra rien ne pourra les stopper… Il tuera ses ennemis sans aucune pitié… Craignez le ! Créature de pauvre foie ! Car il vaudra mieux être avec lui que contre lui ! »

Ce pouvait-il que cela soit lui ? Se demandait Yutharra. Mais elle se ravisa, elle l’avait vaincu même si il semblait cacher ses véritables dons. Tous deux se levèrent ensuite et Yutharra l’invita à venir dans sa chambre où ils pourraient continuer se qu’ils avaient commencé…

***
Tous les passagers de l’Ebon Hawk avaient le visage grave. Chacun repensait aux derniers évènements. Ils étaient d’accord que Jaden n’était plu, il avait été un homme un peu stupide, naïf mais jamais il n’aurait lancé un trio meurtrier sur eux. Ils étaient d’accord de penser que la prochaine fois qu’il le verrait, ils auraient à faire avec Revan, cela ne les rassurait pas du tout. Même Lisa qui avait pourtant eu une foie inébranlable ne voulait plus qu’une chose: lui faire payer. Les tensions entre elle et Carth étaient retombées, la jeune femme avait accordé à l’officier républicain qu’elle avait eu tort sur toute la ligne. Yuya était en grande conversation avec Jolee et Juhani, ils établissaient leur plan pour s’infiltrer dans l’académie sith. La carte stellaire devait s’y trouver, plus précisément dans un des tombeaux des grands seigneurs noirs. Juhani se proposa volontaire pour les infiltrer par ruse en prétendant vouloir les rejoindre. Yuya et Jolee acceptèrent, la jeune jedi possédait encore des traces de son passage dans le côté obscur. Seul Candérous restait dans son coin, réfléchissant seul. Carth retourna dans le cockpit pour vérifier leur position. Lisa, quand à elle se dirigea vers le mandalorien.

-A quoi tu penses ? Demanda t-elle.
-A Revan, répondit-il. Je ne vous aiderais pas à le combattre !
-Hein ? Mais il a failli…
-Tu ne comprends pas, je n’ai qu’un rêve depuis le jour où il m’a vaincu ! Avoir ma revanche ! Lui contre moi et personne d’autre !
-Tu n’as aucune chance, il est bien trop fort !
-Je le sais parfaitement mais que veux tu ? C’est mon sang mandalorien qui parle ! Je n’aurais de cesse qu’une fois lui ou moi mort !
-Très bien, vas-tu nous empêcher de le combattre si on devait y arriver ?
-Non, je resterais en retrait et ensuite je le suivrais partout jusqu’à ce qu’il me donne satisfaction.

***
Les deux êtres étaient en sueur après leur petit entretient particulier. Yutharra était allongé sur Revan et lui caressait tendrement le torse. Puis elle sortit doucement un petit poignard de sous son oreiller. A la vitesse de l’éclaire elle posa la pointe du couteau sur la zone où se trouvait le cœur. L’homme n’avait pas bougé.

-Tu veux me tuer ?
-Et pourquoi pas ? Tu es la premier homme que j’invite ici, tu pourrais en profiter une fois que je serais endormie et dire à Uthar que tu m’as tué !
-Ca ne me viendrait jamais à l’esprit.
-Ah oui ? Et si je n’avais aucune confiance en toi ?
-Enfonce le et tue moi ! Défia Revan en posant sa main sur le somment du manche. Une simple pression et tu me transperce le cœur !
-Tu es trop confiant ! Dit Yutharra en appuyant sur le poignard.

Le visage de Revan ne montra aucune réaction à la douleur. Un mince filet de sang s’écoula de l’entaille. La sith baigna la lame dans le sang du jedi puis laissa couler quelques gouttes dans la bouche de Revan. Elle lécha ensuite ce qu’il restait sur la lame. Revan l’approcha de lui et l’embrassa, mélangeant leur salive et son sang. La femme se leva et alla prendre une douche. Le jedi posa sa main sur la plaie et quelques secondes plus tard il n’y avait plus rien. Il jeta un coup d’œil à l’heure et vit qu’il était encore trop tôt pour dormir, il se leva et alla rejoindre Yutharra sous la douche où ils recommencèrent plusieurs fois avant de retourner se coucher dans un état d’épuisement totale. Pour la première fois depuis des années, le jedi s’endormi sans avoir un seul rêve, ni entendre une autre voix dans sa tête…

***
Un rire démoniaque réveilla Bastila, lorsqu’elle ouvrit les yeux elle vit Malak. Le seigneur noir l’observait depuis un bon moment et attendait avec impatience le réveil de la jeune femme. Maintenant il allait pouvoir commencer à la convertir. La jedi fit mine de vouloir bouger mais les liens qui la retenaient étaient trop résistants.

-Enfin réveillé ma princesse, tu es à l’aise ?
-Détache moi et tu verras…
-Tu te laisses déjà gagner par la colère, attention tu pourrais basculer vers le côté obscur.
-Si ça me permet de te tuer je le ferais !
-Ohhhh ! Auras tu la force nécessaire ? Répondit Malak.

Il étendit les mains vers la jedi et une pluie d’éclair s’abattit sur elle. Le seigneur noir cessa rapidement, il fallait qu’elle souffre, qu’elle désire la mort. A ce moment elle embrasserait l’obscurité qui sommeillait au plus profond d’elle. Il renouvela l’opération encore et encore… Les cris de la jeune femme le faisait vibrer, qu’elle satisfaction de la voir pleurer, supplier pour que ça s’arrête. Mais le maître cessa quand elle prononça le nom d’un de ses pires ennemis, Den Orion… Son regard changea, il devint plus sombre.

-Où est-il ? L’interrogea t-il.
-Je n’en sais rien !
-Tu mens ! Hurla Malak.

Il lui envoya une décharge beaucoup plus puissante que les précédentes, le corps de la jeune femme bougeait dans tous les sens.

-Où est-il ?
-C’est la vérité, je ne l’ai plus revu depuis qu’il est parti se battre contre les mandaloriens.
-Si tu m’as menti...
-Je le jure que j’ignore où il se trouve…

Malak reprit le contrôle de son esprit. Il avait failli la tuer. Il allait la laisser récupérer et reviendrait un peu plus tard pour poursuivre.

-Revan, dépêche toi de venir… dit elle après que le seigneur noir soit sortit. J’ai peur, viens vite… mon amour !

***
A plusieurs centaines d’années lumières, l’ancien seigneur des sith se réveilla en sursaut. Son corps tremblait et était en sueur. Il jeta un regard à côté et vit que Yutharra dormait toujours. Le jeune homme se leva et alla faire un peu d’exercice. Il avait l’impression qu’un millier d’éclair lui avait parcouru le corps. Il prit appui sur ses mains et leva les jambes à la verticale. Il resta un moment ainsi puis fit quelques flexions. Afin de parfaire sa maîtrise de la force il commença à faire léviter tous les objets de la salle en même temps. La sith ne se rendit pas compte qu’elle flottait à une dizaine de mètre du sol. Puis il vit une image, Bastila enfermé dans le temple des anciens sur Rakatekas prime. Le jeune homme sentait sa souffrance, sa douleur. Il entendait aussi ses plaintes, son appel à l’aide… La connexion se coupa et il tomba lourdement au sol. Yutharra ainsi que tous les objets qui volaient plongèrent vers le sol à leur tour. Une fraction de seconde suffit à Revan pour empêcher que la sith ne tombe, il la posa délicatement sur le lit et vint s’allonger à côté d’elle.

Il l’avait tellement épuisé qu’elle dormait toujours. Son visage s’approcha de celui la twilek et il lui posa un tendre baiser sur le front. Des bribes d’un passé l’assaillirent, il voyait une jeune twilek, sûrement Yutharra, servir un horrible hutt. De toute évidence elle était son esclave. Il alla plus loin dans ces souvenirs et la vit plus âgée. Elle n’avait pas ses tatouages sur le corps à l’époque. L’adolescente marchait discrètement avec une épée à la main. Sans un bruit elle se glissa dans la chambre de son maître et le tua d’un coup dans la tête. Malheureusement, un garde venait à passer par là et entendit le cri étouffé du hutt. Il donna l’alerte et tous les mercenaires se mirent à traquer Yutharra. Hélas elle était encore trop jeune pour échapper à ces soldats aguerris. Ils l’encerclèrent et la rouèrent de coup… Son corps était balancé dans tous les coins et son sang coulait comme une fontaine. Lorsqu’ils cessèrent, la pauvre ne pouvait plus bouger, l’un des gardes s’approcha d’elle pour l’exécuter. Mais un phénomène inattendu se produisit, elle tendit la main en avant et tous sans exceptions furent projetés. Réunissant ses ultimes forces, elle se leva mais au lieu de fuir elle les tua tous. Le décor changea, cette fois il la voyait dans l’académie jedi de Coruscant avec Kavar. Elle semblait épanouie, puis le rêve se finit. Revan ne voulait pas en voir plus il en savait suffisamment sur elle. Il allait se lever quand il sentit Yutharra se réveiller.

-La belle au bois dormant s’éveille doucement de son beau rêve, dit doucement Revan.
-Il est quelle heure ?
-Presque dix heures.
-QUOI ??? Tu devrais te dépêcher ! Tu n’as que jusqu’au coucher du soleil pour…
-N’ai crainte, je réussirai. Uthar n’aura d’autre choix que de me prendre, dit Revan sûr de lui. Repose toi, tu es encore fatiguée.

Revan se leva et sortit de la chambre. Yutharra resta un moment assis et songea à la confrontation qu’elle avait eue avec lui la veille. A aucun moment le niveau de Jaden n’avait augmenté, il était resté étrangement constant. Le plus perturbant dans tous ça était qu’aucun être vivant ne pouvait réaliser un tel exploit, il devait invariablement varier lorsqu’on atteignait son maximum. Il n’y avait pas d’autre explication, il ne déployait pas tout son potentiel. Mais ce qu’elle ne comprenait pas était pourquoi il ne relâchait pas toute sa force. Elle aurait pu le tuer et pourtant il lui avait fait confiance. Qui était-il vraiment ? Jamais elle n’avait entendu parler d’un jedi comme lui, à part un seul mais qui était mort, tué par Malak. Elle s’habilla en vitesse et partit en courant vers la salle des archives. Elle devait en avoir le cœur net. Yutharra chercha un bon moment avant de trouver ceux qui parlaient de l’élu, le sith’ari. Hélas elle ne trouva rien qui pourrait relier Jaden à la prophétie. La seule caractéristique visible était que l’élu arborait des yeux aussi brillant que l’or et le jedi ne les avaient pas… mais cette lueur qu’elle pensait avoir vu ? Etait-elle réelle ? Ou simplement le fruit de son imagination ?

-Le sith’ari ? Demanda une voix familière.
-Maître Uthar ? C’est rare de vous voir ici.
-Alors ? Vos recherches sont fructueuses ?
-Pas tellement, pensez vous que la prophétie se réalisera un jour ?
-Ce n’est qu’un conte, les derniers délires d’un homme à bout de force. Aucun homme ne pourrait posséder un pouvoir aussi grand et le contrôler.
-Mais s’il venait à exister…
-Crois tu mon apprentie que les jedi laisseraient une telle menace peser sur eux ? Bien qu’ils affirment ne tuer personne… Et même si nous, nous mettions la main sur lui avant nous ferions de même. Il représenterait une menace.
-Une menace ? Mais il nous apporterait le pouvoir…
-Tu es jeune Yutharra, tu ne peux pas comprendre.

La sith ne voyait pas ce que Uthar essayait de lui expliquer. Pour elle un être aussi exceptionnel devait les diriger. Elle quitta la salle, la tête pleine d’hypothèse, de rêve sur ce que serait leur avenir si l’élu viendrait…

Revan arriva sur la place centrale derrière l’académie. Plusieurs hommes creusaient le sol à la recherche d’artéfact ayant appartenue aux plus grands seigneurs noir. A sa droite se trouvait le tombeau d’Ajunta Pall, un peu plus loin sur le même côté il y avait celui de Tulak Hord. Sur la gauche s’élevait celui de Marka Ragnos et au bout le tombeau de Naga Sadow. Ce dernier renfermait la carte stellaire. En ce lieu étaient réunis les dépouilles des quatre plus grands maîtres obscure que l’univers n’avait jamais connu.

Il décida d’aller en premier voir le tombeau de Tulak Hord. Une présence émanait de ce lieu, le jedi était pressé de rencontrer le véritable maître de l’académie. Il entra à l’intérieure, de nombreux tuk’ata se ruèrent sur lui. Revan continua d’avancer comme si de rien n’était, à chacun de ses pas les créatures ralentissaient. La peur se lisait sur leurs yeux… dès qu’il arriva à leur niveau ils prirent la fuite. Le jeune homme savait que ces créatures étaient très sensibles aux auras, la sienne était plus noire que tout. Il progressa sans encombre à travers le dédale de couloir pour parvenir finalement à une porte verrouillé. En tendant la main il fit appel à la force pour la déplacer mais au même instant un gaz se propagea. Il n’était pas mortel mais suffisant pour endormir n’importe quel intrus.

Revan ferma les yeux et se concentra sur sa respiration, un véritable jeu d’enfant pour lui. Ensuite, il vit voler en éclat la porte et chercha activement le petit plaisantin. Il déboucha sur une salle de torture, un des élèves de l’académie était pris dans un champ de stase et à côté se tenait Jorak Uln, le maître obscur qui avait été nommé par lui. Le vieil homme ne cacha pas sa surprise en voyant un élève pénétrer dans son repaire sans avoir été affecté par le gaz. L’ancien maître n’avait pas changé, à part une balafre qui lui traversait le visage, sinon il était toujours petit et trapu et son teint était légèrement clair.

-Comment… articula Jorak.

Revan s’avança vers une petite table et s’assit, il prit ensuite un bloc de données posé sur la table et lut les informations qu’il contenait. Mekel, l’élève emprisonné, ne comprenait pas ce qu’il se passait.

-Attention ! Hurla t-il à Revan.

En une fraction de seconde le jedi sortit son sabre et para l’attaque du maître.

-Ce n’est pas très poli d’attaquer quelqu’un qui lit ! Dit Revan sans adresser un regard à Jorak. Où as-tu appris les bonnes manières ? Tu me déçois beaucoup Jorak…
-Comment me connais-tu ?
-Tu es l’un des seuls à connaître mon visage et pourtant tu me demandes qui je suis ? Réfléchis un peu…
-Re… Revan ? C’est impossible, Malak t’as…
-Il a essayé, comme beaucoup d’autres. Tu es devenu si pitoyable mon ami… Uthar n’était qu’un faible et pourtant il t’a vaincu…
-Tu parles de faible mais toi aussi tu l’es ! Je sens à peine ta force !
-Je n’ai pas besoin de déployer tous mes pouvoirs pour des êtres aussi insignifiants que des insectes. Il est temps pour toi de mourir !

Jorak n’eut pas le temps de voir Revan se lever et le transpercer avec son propre sabre. Puis l’ancien seigneur noir s’approcha de Mekel, le regard avide de sang.

-Pitié, ne me tuez pas ! Supplia le prisonnier. Je… je serais votre serviteur le plus dévoué !
-Désolé mais j’ai déjà trouvé mon plus fidèle serviteur. Je ne peux pas te laisser vivre, tu connais ma véritable identité ! Mais rassure toi, ajouta Revan, je vais te laisser une chance de me combattre et peut-être pourras tu me vaincre.

D’un simple mouvement de la main, la barrière se volatilisa et Revan tendis le sabre de Jorak à Mekel. L’homme s’en empara immédiatement et l’activa. Cependant il tremblait, incapable de bouger… Revan disparut de sa vue.

-Qu’attends-tu ? Dit le jedi derrière lui. Si tu ne te défends pas je te tuerais plus vite !

Mekel frappa en arrière mais ne brassa que le vide. Revan avait de nouveau disparut. Le jeune sith vit une ombre du coin de l’œil et attaqua. Il le transperçât de part en part. Un sourire apparut sur son visage…

-Je t’ai eu ! Dit il avec triomphe. Maudis ta fierté en enfer !
-Ah bon ? Répondit une voix qui résonna dans toute la pièce. Regarde mieux !

Mekel retira la lame et lorsque le cadavre tomba à ses pieds il reconnu son ravisseur, maître Uln. Il se retourna pressement mais il ne voyait personne. De la sueur coulait sur son visage, son cœur battait comme jamais. Une nouvelle ombre apparu devant lui et il la transperçât. Dès qu’il la toucha elle se volatilisa. Le même phénomène se répéta, à la troisième tentative, l’ombre ne disparut pas. Il fit basculer le corps à terre et contempla avec effroi que c’était un homme qui lui ressemblait qui était à terre. Déboussolé, l’élève ne savait plus quoi faire… Le décor autour de lui changea comme par magie. Il se retrouva dans une plaine qui lui était inconnu. Il se rendit vite compte qu’il n’était pas seul. Des milliers de personnes ressemblant à Revan l’entouraient, tous avaient le même sourire glacial. Il se rua sur eux et faucha tout ce qui se trouvait sur son passage. Les clones de Revan disparaissaient les uns après les autres, il ne resta bientôt plus que lui. Soudain, la terre trembla, il regarda à ses pieds et vit qu’il était au dessus d’un précipice sans fond…

Revan se tenait à un mètre de Mekel, l’élève hurlait à plein poumon. Son regard était absent, comme si son âme avait quitté son corps. Puis il s’effondra raide mort.

-Le cauchemar t’a plu ? Demanda ironiquement Revan.

L’ancien seigneur noir approcha de la table et prit le bloc de données avant de sortir. En réalité Mekel avait cessé de combattre quand il avait transpercé le corps sans vie de Jorak, pour ce qui c’était passé ensuite Revan avait pénétré son esprit et lui avait fait subir la pire des tortures. Dehors il croisa Laschowe avec son inséparable compagnon.

-Enfin on se retrouve ! Déclara t-elle. Cette fois Yutharra n’interviendra pas !
-Arrête de parlez et vient te battre ! Dit Revan avec un regard d’assassin.

La sith et son acolyte coururent vers le jedi. Une seconde plus tard ils se retrouvèrent derrière lui. Revan se retourna et vit tomber l’homme, décapité. Laschowe mit un genou à terre, blessé sérieusement au torse. Elle tourna la tête en arrière, l’homme la regardait avec un air satisfait. Elle ne l’avait pas vu bouger… Son corps trembla…

-Tu as perdu ta langue ? Demanda Revan.

Laschowe se releva dans un effort surhumain et se rua sur lui. Le jeune homme leva la main et usa de la force. La sith ne pu faire un pas de plus, son corps ne lui obéissait plus. Revan fit quelques mouvements avec ses doigts et la jeune femme sentit ses os se briser. Puis elle retomba.

-Je vais t’épargner, tu m’as offert une bonne distraction.
-Sois maudits ! Un jour tu regretteras de m’avoir laissé la vie sauve ! Déclara t-elle lorsque le jeune homme fut suffisamment éloigné.

A présent, Revan voulait visiter la tombe d’Ajunta Pall. A en croire la légende elle renfermait sa célèbre arme aux pouvoirs incomparables. Elles pourraient lui être utile en attendant de récupérer son sabre.

L’un des postulant le vit entrer dans le tombeau et voulu lui tendre une embuscade pour lui ravir son butin quand il sortirait. Le sith entra cinq minutes après, il régnait en se lieux un silence inhabituel. Lorsqu’il avait voulu repérer les lieux il avait du se battre à mainte reprise, hors il n’entendait rien à présent. Il pensa que sa future victime avait trouvé un passage pour se rendre au cœur du tombeau sans avoir à passer devant les créatures qui le peuplaient. Il décida de rester à l’entrée, Jaden n’aurait pas d’autre possibilité pour sortir…

-Qui ose troubler mon repos ? Dit une apparition fantomatique.
-Je suis Revan Regana, seigneur noir des sith !
-Les sith ? Alors ils sont de retour… Les humains sont-ils si aveuglés par la puissance ? Le côté obscur n’apporte rien !
-Je ne suis pas comme eux !
-Effectivement, je sens un pouvoir bien étrange en toi, ni jedi ni sith… Ton pouvoir est sombre, noir mais il est si vivant, si pur. La force coule en toi comme la rivière de la vie en chacun des êtres vivants. Que veux-tu ?
-Ton épée !
-Elle est à toi, prends là !
-Où est le piège ? Demanda Revan, soupçonneux.
-Il n’y en a aucun, je suis prisonnier d’ici à cause d’elle. En l’emportant avec toi je serais libre de rejoindre la force. Adieu…

Revan s’empara de l’arme, il l’étudia sous tous les angles et du se rendre à l’évidence qu’elle n’avait pas plus de pouvoir qu’un bébé kinrath. Elle avait une singulière particularité, sa lame était recouverte de poison. Il l’a glissa dans sa ceinture et se dirigea vers la sortit. Le chemin du retour fut comme l’allé, aucune créature n’osa s’approcher de lui. A l’exception d’une, un petit insecte se dressa sur son passage et lui réclama l’épée s’il ne voulait pas mourir. Il aurait pu le tuer aisément mais il trouva un plan beaucoup plus drôle. Sans que le sith ne le voit il couru le plus vite possible chercher une vibro-lame sur l’un des corps qui étaient dans la pièce précédente et la tendis à Shaardan. Le pauvre inconscient n’avait pas vu la supercherie, il partit avec son butin et couru la rapporter à Uthar. Ne voulant pas rater ce moment, Revan fut plus rapide que lui et se cacha dans un coin d’ombre de la salle centrale de l’académie.

-Maître ! Je vous ramène l’épée d’Ajunta Pall !
-Fais voir, dit Uthar.

La maître examina l’arme puis frappa Shaardan avec.

-Imbécile ! Ce n’est pas la sienne !
-Mais maître Uthar je peux vous certifier…

Le postulant ne termina pas sa phrase, Uthar le tua en le décapitant.

-Je ne tolère pas l’échec ni les excuses !

Revan dans son coin rigolait tellement qu’il avait du mal à reprendre son souffle. Uthar l’entendit et l’invita à se présenter devant lui.

-Ce n’est pas en rigolant et en vous levant à des heures incroyables que vous m’impressionnerez !
-Loin de moi cette idée, maître, dit Revan sur un ton faussement obéissant. Je tiens à vous remettre la véritable épée d’Ajunta Pall.

A peine le jeune homme la brandit que la maître sith la reconnu.

-Ce n’est pas tout, j’ai aussi le bloc de donnée qui a appartenu à votre défunt prédécesseur.
Uthar parcouru en large le bloc et constata que Jaden avait raison.

-Je suis très impressionné, concéda le maître. Je dois reconnaître que tu es le meilleur.
-N’attendez pas les autres. Ils sont, comment devrais-je dire… hors compétition !
-Tu les as tué ?
-Oui !
-Bien, tu es donc notre nouvel élève. Repose toi bien cette nuit, demain tu m’accompagneras dans le tombeau de Naga Sadow pour ta dernière épreuve.
-Merci maître, à demain !

Revan quitta la pièce centrale et se dirigeait vers la chambre de Yutharra quand Dustil le rattrapa.

-Alors comme ça tu as réussi !
-Rien ne t’échappe !
-Tu as fait une telle sensation ! Personne avant toi n’avait réussi à éliminer tous ses opposants !
-Ils étaient faibles !
-Vas-tu me dire maintenant qui tu es vraiment ?
-Es-tu prêt à choisir entre moi et les sith ?
-Je ne comprends pas ?
-Demain tu auras les réponses à tes questions. Je vais m’allonger maintenant, une personne m’attend avec impatience.

Dustil laissa le mystérieux jeune homme partir, il était cependant presser d’être au lendemain pour comprendre la signification de se qu’il venait de lui dire.

Lorsque l’ancien seigneur noir entra dans la chambre, Yutharra l’attendait allongée sur le lit. Elle ne portait aucun vêtement et avait deux coupes rempli de la célèbre boisson « La surprise des étoiles », une liqueur très forte, à la main.

-Félicitation !
-Merci.

Revan retira sa cape, sa chemise et ses bottes. Il s’approcha de la twilek et l’embrassa. Ils burent ensuite chacun leur coupe…

Plus tard dans la nuit, lorsqu’ils eurent finis leurs ébats amoureux, Yutharra fit une proposition à Jaden. A eux deux ils pourraient sans problème vaincre Uthar et diriger ensemble l’académie. Sans hésitation, il accepta. De toute façon il avait déjà envisagé de le tuer…

Très tôt le lendemain matin, Revan et Yutharra se rendirent devant le tombeau de Naga Sadow. Ils furent les premiers à arriver. Le jeune homme prit appui contre la porte les bras croisés. La sith n’en revenait pas de le voir aussi calme et serein. Habituellement les étudiants étaient très nerveux avant l’ultime épreuve et beaucoup cherchaient par tous les moyens à savoir ce qui les attendait. Mais lui par contre ne parlait pas.

-Anxieux ? Demanda Yutharra.
-Non, j’espère qu’il va se dépêcher ! Je n’aime pas attendre… J’ai une question à te poser.
-Désolé, je ne peux rien te dire sur ce qui t’attendra à l’intérieure.
-Ca n’a aucun rapport, je voulais savoir si tu connais la prophétie parlant du sith’ari.
-Tu connais cette légende ? Dit Yutharra très surprise. Seul quelques maîtres en connaisse l’existence.
-Dis moi toujours ce que tu sais.
-Il est dit qu’un jour viendra un être à la force dépassant toute imagination. D’un souffle il pourra détruire une planète. Il prendra la tête des sith et les conduira à leur apogée. Mais ce n’est qu’une légende, une telle personne ne pourra jamais vivre assez longtemps. Tous essayeraient de le tuer…
-Si tu l’avais devant toi, que ferais-tu ?
-Tu es fort Jaden, beaucoup plus que tu ne le laisses paraître mais tu es loin de pouvoir rivaliser avec les maîtres sith.
-Tu ne réponds pas à ma question !
-Je n’en sais rien…
-Bien nous pouvons commencer, dit Uthar qui venait d’arriver.

Le maître de l’académie ouvrit la porte et Yutharra ainsi que Revan le suivirent à l’intérieure. La première pièce n’était pas bien grande, les murs avaient un aspect austère et inhospitalier. La lourde porte se referma, les enfermant dans le tombeau. Uthar se tourna vers Revan et lui donna les dernières instructions. Le jeune homme allait devoir traverser les différentes salles où l’attendaient différents pièges. Au bout de son périple il allait trouver un artefact où un sabre l’attendait. Une fois qu’il l’aurait il devait revenir et deviendrait un sith à part entière. Revan salua les deux sith et s’engagea dans les couloirs noirs et froids du tombeau. L’ancien seigneur noir connaissait parfaitement les pièges, après tout c’était lui qui les avait mis en place pour les nouvelles recrues. Le premier consistait à utiliser la télékinésie pour activer un levier inaccessible. Le second il allait devoir affronter un terentalek, une créature dont l’espèce était quasiment éteinte grâce aux jedi. Ces monstres à la force herculéenne raffolaient des utilisateurs de la force mais le plus dérangeant pour les jedi était que ces bêtes étaient insensibles aux attaques de force, d’où l’organisation d’une chasse intergalactique pour les éradiquer. Enfin la dernière était une épreuve servant à mesurer les capacités de réflexion du candidat, trois pylônes étaient alignés, le premier comportait 4 anneaux de couleur et le but était de faire passer tous les anneaux vers le dernier pilier. Cela pouvait sembler facile à première vue mais pas du tout. Les anneaux ne pouvaient pas être déplacé n’importe comment et bien évidemment il fallait garder le même ordre. Une fois ces trois épreuves passées, le candidat arrivait dans la salle où se trouvait la carte stellaire.

Revan pressa le pas, la première épreuve ne lui posa aucun souci, pas plus que la seconde et la troisième. Il eût cependant un petit changement, lorsque la dernière porte s’ouvrit il ne retrouva pas devant la carte mais dans une pièce circulaire, les mûrs quand à eux étaient masqués par une étrange brume noire. Le jeune homme s’avança au centre puis s’arrêta soudainement… Il ressentit une nouvelle fois cette présence. Il essaya de déterminer sa localisation mais contre toute attente il échoua. Il lui semblait qu’elle était partout et nulle part à la fois. Etait-ce la force du côté obscure omniprésente dans le tombeau qui brouillait ses sens ? Il fut de nouveau devant une situation où il voulu faire appel à plus de pouvoir… Il réfléchit rapidement à une solution jusqu’à se qu’il entendit un rire. Le rire d’un spectre de la force.

-Montre toi Naga Sadow ! Cria Revan.
-Je te souhaite la bienvenue dans mon humble demeure, seigneur Revan.
-Pourquoi m’as-tu emmené ici ?
-Tu as changé Revan, où est passé l’homme qui fit trembler les mandaloriens ? Celui qui n’avait aucun scrupule, aucun doute ?
-Qu’est ce que tu racontes ? Je n’ai pas …
-Ton cœur dit le contraire, tu éprouves des sentiments d’amour, de la compassion. C’est intolérable !
-Moi faire preuve de compassion ? Tu plaisantes ?
-Absolument pas, tu n’es plus le même, je sens en toi une plus grande force mais aussi beaucoup de faiblesse. Ce Jaden t’a affaibli !
-N’importe quoi, je l’ai manipulé tout du long et à la fin il désirait disparaître pour toujours ! Je suis moi !

Le spectre de Naga Sadow prenait forme, enfin c’était se que croyait Revan. Il s’averra que l’apparition prit le physique de Bastila.

-Te voilà enfin mon amour, dit la jedi. Je désespérais que tu ne viennes jamais !
-Pas mal, tu arrives à imiter même leur personnalité, mais je sais que c’est une illusion !

Revan fonça droit sur la jedi et d’un coup de sabre fit disparaître l’apparition. Elle se volatilisa en un nuage de fumée puis se rematerialisa sous la forme d’Aaren. Revan ne lui laissa pas le temps de parler et trancha dans le vif.

-Je suis aussi un maître dans l’art de l’illusion ! A qui crois tu avoir à faire ?
-Chaque être possède une faiblesse, tu ne déroges pas à la règle sith’ari ! Pourras tu la tuer?

Une volute de fumée prit encore une fois forme. Cette fois ci Revan ne put bouger, son corps était paralysé. Une jeune femme aux longs cheveux bruns se tenait devant lui, ses yeux brillaient d’un bel éclat vert émeraude et elle le regardait avec tendresse.

-Non ! Comment as-tu su… J’ai enfermé son image au plus profond de moi !
-Rien n’est impossible pour un véritable maître sith ! Tu surestimes ta barrière mentale ! Si tu avais libéré tout ton pouvoir peut-être aurais-tu évité cette apparition !
-Elle… elle n’est pas réelle ! Essaya de se persuader Revan. Ce n’est…
-Pourquoi m’as-tu abandonné ? Dit l’apparition sur un ton suppliant.
-J’ai voulu faire autrement ! Crois moi rien ne m’aurais donné autant de plaisir que de rester avec toi !
-Pourquoi m’as-tu abandonné ? Reprit elle.

Revan ne voulait plus la regarder, il baissa la tête mais les paroles de la femme martelaient dans sa tête. Le jeune homme s’agenouilla et plaqua ses mains sur sa tête pour ne plus l’entendre mais rien n’y faisait… Les supplices de la jeune femme allaient le rendre fou. Il cria aussi fort qu’il put faisant trembler tout le tombeau.

-En as-tu assez ou veux tu voire ce qu’il adviendra ?
-Pitié, dit Revan, je ne peux plus le supporter !
-Lève toi et regarde ! Ordonna Naga Sadow.

Revan obéit, il se releva et fut transporté dans un autre endroit. Autour de lui il voyait un bureau, des mûrs couverts de tapisseries de luxe… Il savait où il était, dans un des bureaux des sénateurs de la république. Quelqu’un frappa à la porte, l’inconnu entra sans qu’on ne l’y invite. Son visage resta masqué, l’homme portait une capuche qui couvrait la moitié supérieure. Revan avait tout de suite déterminé que c’était un homme à cause de son physique musclé et à la barbe qu’il avait. Le fauteuil jusqu’alors tourné vers la baie vitré pivota. La jeune femme effrayant Revan se tenait assise dedans, elle était vêtue d’une robe luxueuse ornée de pierre précieuse. Elle avait les jambes croisées et on pouvait les voir grâce à sa robe fendue sur le côté. Cette femme reflétait une telle beauté qu’aucun homme n’aurait pu résister. Cependant l’inconnu sortit un sabre laser et la défia. Revan cria à la jeune femme de fuir mais il se rendit compte qu’elle ne pouvait pas l’entendre.

Son visage si beau devint sombre, elle se leva et sortit elle aussi son sabre. Revan le reconnu, il lui appartenait, c’était celui qu’il était venu récupéré dans le tombeau. Une lame violette en sortit et elle se jeta avec une rage inouïe sur l’inconnu. Le combat était titanesque, chacun déclenchait des pouvoirs de hauts niveau sans pour autant prendre l’avantage. Mais ce que redoutait Revan arriva, la jeune femme fut désarmée. L’inconnu leva son sabre, s’apprêtant à la tuer. L’ancien seigneur noir se rua sur la jeune femme pour la secourir mais il la traversa… Quand il se retourna, la jeune femme gisait à terre, le cœur transpercé. Revan lança un regard empli de haine envers l’inconnu qui découvrit son visage. Même dans ses pires cauchemars, jamais il n’aurait cru que se serrait lui l’assassin. Les yeux bleus, une barbe blanche, l’allure fière et implacable… c’était Den Orion ! Revan cria, hurla… croyant apaiser sa douleur. Il revint dans le tombeau, il était à quatre pattes et pleurait. La douleur était trop forte, il avait mal, tellement mal. Il s’était toujours refusé de voir ce qui allait se passer. Une terrible aura chargé de haine s’émana de lui, lorsqu’il se releva il ne pleurait plus. Naga Sadow prit pour la première fois forme et constata avec satisfaction que le sith’ari était enfin réveillé, les yeux de Revan brillaient comme de l’or pur.

-Tu vas payer ! Dit Revan.
-Je suis déjà mort, répondit Naga. Que vas-tu faire maintenant ?

Revan passa la main devant lui et tout disparu et le décor se dissipa. En réalité il n’avait pas bougé depuis le début. Il était dans la pièce des trois pylônes et Naga Sadow avait disparu. Le sith entra dans la salle de la carte, d’un mouvement de la main il fit exploser un mûr entier et attira une boîte faite en bois. Le couvercle se souleva et laissa apparaître un manche de sabre en chrome brillant. Il était un peu plus long qu’un manche de sabre laser à une lame mais plus petit qu’un double. La base était la tête d’un dragon krayt et de part et d’autre du manche était dessiné un symbole représentant deux dragons krayt entourant un soleil noir. Il y avait par contre quelque chose d’encore plus singulier sur ce sabre. Il n’y avait aucun bouton pour l’activer. Revan caressa doucement l’objet puis le saisit. A peine l’avait il en main qu’une lame violette sortit. Le jeune homme contempla un moment la lueur de la lame puis le désactiva. Il fit demi tour et repartit vers l’entrée du tombeau, il avait ce qu’il convoitait. En chemin il rabattit sa capuche sur la tête.

Maître Uthar et Yutharra avaient anticipé le succès du nouveau et l’attendirent dans la salle de la première épreuve. La twilek ne reconnu pas le jeune homme quand il pénétra dans la pièce. Son aura ainsi que son comportement n’étaient plus les mêmes. Uthar par contre ne fut pas troublé par ce changement.

-Bravo mon nouvel apprenti. Maintenant il est l’heure pour toi de prêter serment envers les sith.

Revan s’arrêta près d’eux et ne disait rien.

-Ce serment est fait au moment où tu sacrifies une personne qui t’es proche ! J’ai pu remarqué que toi et Yutharra avait une relation plutôt intime. Tue-là !
-Je m’en doutais ! Répondit Yutharra. Mais vous vous trompez si vous croyez que…

La sith ne put finir sa phrase. Revan avait activé son sabre et enchaîna une série d’attaques dévastatrice. Yutharra, malgré la surprise, réussit à bloquer les coups mais avec beaucoup de mal. Soudain le jeune homme se volatilisa. La sith le chercha activement. Il réapparut derrière elle et usa la force de poussée pour la projeter violemment contre un mûr. Sous le choc, la jeune femme perdit conscience.

-Achève-là ! Ordonna Uthar.
-Pas tout de suite ! Dit Revan. Je vais d’abord vous tuer Uthar. Vous avez rendu cette académie faible !
-Mais… qui es tu ?

Revan se tourna vers lui et rabattit sa capuche.

-Je suis Revan !
-Imp… impossible, Malak…
-Il sera le prochain sur ma liste ! Meurs !

Alors qu’il ne fit aucun mouvement, Uthar mit ses mains autour de son cou. Il essayait de retirer les mains invisibles qui l’étranglaient. Il sentit ensuite son corps se soulever de terre puis voltiger à travers la pièce. Revan le baladait de part et d’autre, l’envoyant volontairement contre les mûrs, les piliers… Ensuite il libéra son étreinte, Uthar toussa puis tenta de reprendre son souffle. Lorsque le maître sith releva la tête, il vit avec horreur que Revan était juste devant lui. L’ancien seigneur noir le prit à la gorge, le souleva puis dans un geste violent lui fracassa la tête contre le sol. Le sang du maître s’écoula du corps sans vie…

Yutharra avait assisté à la fin du massacre, son corps frissonnait de terreur. Elle ne reconnaissait plus l’homme avec qui elle avait passé deux nuits. Il était pire qu’un démon. Elle comprit qui il était lorsqu’elle croisa son regard, il était l’élu. Alors qu’il s’approchait lentement vers elle, la pauvre twilek ne pouvait plus bouger.

-Qu’attends tu pour fuir ou m’attaquer ? Demanda t-il.
-A… à quoi bon ? Dit elle. Je n’ai aucune chance de vous échapper maître. Si vous voulez ma tête, je ne me défendrais pas.
-Tu acceptes la mort ?
-Oui, maître. Mon corps, mon esprit… tout vous appartient.

Revan activa son sabre et plaça la lame près du cou de la jeune femme qui avait la tête baissée vers le sol.

-Je veux voir ton visage quand je frapperais !
-Non maître, je ne mérite pas cet honneur.

Sur le visage dur de Revan apparut un petit sourire sournois. Il rengaina son arme et s’agenouilla à côté de Yutharra.

-Es tu prête à me servir jusqu’à la mort ? Demanda t-il.
-Ordonnez maître et j’obéirais.

Yutharra ne savait pas si cette réponse satisfaisait Revan, son attitude semblait montrer qu’il n’était pas d’accord.

-Maître, je ferais tout mon possible pour mener à bien la mission que vous me confierez, je suis capable de m’adapter, de prendre des initiatives !
-Relève toi, dit Revan avec une voix douce. A présent tu ne t’agenouilleras plus devant quiconque. Suis-moi, je vais te confier une mission de la plus haute importance.

Yutharra se leva et suivie Revan à l’extérieure du tombeau. Dehors, la majorité des élèves étaient réunis. Tous avaient senti la disparition de maître Uthar. Maintenant que le maître était mort, chacun voulait prendre sa place. L’ancien seigneur noir ne voulait plus perdre de temps avec le menu fretin, l’Ebon Hawk approchait, il serait sur Korriban d’ici une heure. Il s’avança vers les étudiants de l’académie qui avaient tous activé leurs sabres. Revan leva ses deux mains et fit appel à un pouvoir qu’il n’avait utilisé qu’une seule fois au cours de sa vie, la tempête de la force. Un cyclone se forma au centre des élèves, sa puissance fut telle que tous s’envolèrent. Progressivement sa fureur augmenta et du même coup il se mit à tourbillonner de plus en plus vite. De là où elle était, Yutharra entendait les cri de douleurs des victimes du sith’ari, à eux se mêlèrent le craquement d’os. Revan approcha ses mains l’une de l’autre, la tornade quitta le sol pour former une sphère parfaite à une centaine de mètre du sol. Finalement il claqua ses mains ensemble, la sphère se comprima avec violence et les cris se turent. Pour la première fois, Korriban connu la pluie, mais celle-ci était une pluie de sang. Revan et Yutharra traversèrent le marécage et gagnèrent l’entrée de l’académie. T

rois instructeurs les attendaient l’arme au poing. Yutharra se précipita vers eux pour les prévenir de ne pas obstruer le passage mais elle fut trop lente. D’un simple geste de la main, Revan les fit quitter le sol et ils s’envolèrent vers la plaine. Quelques secondes plus tard, leurs cris brisèrent le silence. Yutharra jeta un regard à son nouveau maître, son visage n’exprimait aucune émotion. La sith se rappelait de la prophétie, tous les ennemis de l’élu subiraient son courroux.

A l’intérieure il n’y avait plus personne, Yutharra suivie Revan comme son ombre et fut surprise de le voir se diriger vers les cellules. Lorsqu’ils entrèrent les prisonniers se préparaient à s’évader. Dès qu’ils aperçurent les deux sith, ils reculèrent, paniqués. Revan fit quelques pas vers eux et comme réponse ils jetèrent quatre enfants armés d’épée. Les pauvres étaient morts de peur, l’un d’eux tellement apeuré s’oublia dans son pantalon. Le sith’ari s’avança sans montrer aucun signe d’hostilité, Yutharra voulu le suivre mais il lui fit signe de ne pas bouger. Le jeune homme s’arrêta à hauteur des enfants, la seule fille se mit devant ses amis. Elle avait la peau sur les os, ses cheveux blonds étaient sales mais son regard montrait une détermination sans faille. Il reconnut le cran de la petite, en fait elle lui rappelait un autre enfant qui avait la même conviction. Cet enfant, c’était lui. Il mit un genou à terre et sourit aux enfants. Les adultes pensant que la voie était libre se ruèrent vers la sortie. Le regard de Revan s’assombrit, aussi rapide que l’éclair il les tua tous. Il ne pouvait pardonner une telle lâcheté, il n’avait pas voulu leur faire du mal mais leurs actions étaient impardonnables. Il revint ensuite près des enfants.

-N’ayez pas peur, dit il avec une voix douce et chaleureuse. Je ne vous ferai rien.
-Nous n’avons pas peur, répliqua la petite fille. Ils étaient méchants !

Le visage du jeune homme devint rayonnant, il avait trouvé les personnes idéales pour son plan. Il tendit les bras vers la jeune fille. Au début elle hésita puis elle se blottit contre lui.

-Partons d’ici, dit il.

Les trois garçons coururent vers Yutharra et se serrèrent contre elle. La sith ne savait pas quoi faire avec eux mais en voyant Revan gentil avec eux elle fit de même. Dans un certain sens elle était heureuse qu’il ne les avait pas tués. Devant la porte principale se trouvait le dernier instructeur. Revan sentit la main de la petite fille se resserrer sur la sienne. De toute évidence, il lui avait fait du mal. Avant que l’instructeur ne se rue sur eux, il le paralysa. Ensuite, l’ancien seigneur noir se mit à hauteur de la fillette et posa la main sur sa tête et plongea son regard dans le sien.

-Tu n’as pas à avoir peur, tu n’as peur de rien, dit il très lentement. Il ne pourra plus jamais te faire du mal, tu peux le tuer. N’hésite pas, tu as en toi la force pour déplacer des montagnes !

Yutharra ne comprenait pas les paroles de Revan, elle avait beau évaluer la force de la gamine, jamais elle ne pourrait vaincre un instructeur. Elle n’en revint pas quand Revan tendit un sabre à la petite.

-Prends le et bats toi !
-Oui ! Il payera ! Répliqua la fille.

Revan rendit au sith la possibilité de bouger. Puis il observa attentivement la petite Jani s’avancer vers son tortionnaire. Le sith se mit à rire si bien qu’il ne remarqua pas que la gamine venait de disparaître. Son fou rire s’arrêta dès qu’il vit la lame d’un sabre lui traverser le cœur. Il baissa la tête, la petite fille le regardait avec haine. Yutharra de son côté n’avait pas compris comment elle avait pu faire ça. Revan s’approcha de la fille et la félicita. Ils reprirent ensuite leur route vers la piste de décollage. Devant l’appareil, il prit chacun des enfants dans ses bras et, chose peu orthodoxe, plongeait à chaque fois son regard dans les leurs en leur disant quelque chose à voix basse. Puis, il leur fit signe de monter.

-Tu t’occuperas d’eux, apprend leur tout ton savoir sur la force.
-Mais…
-Yutharra… C’est un ordre, tu comprendras pourquoi quand le moment sera venu.
-Bien maître, je pensais juste rester avec vous pour affronter Malak.
-Inutile, ta mission est beaucoup plus importante.
-A vos ordres.

Elle salua respectueusement son maître et commença à gravir la passerelle quand il lui attrapa le bras et l’embrassa. Après, elle remonta et la navette quitta Korriban pour toujours.

Revan s’assit et patienta. Quelques minutes plus tard l’Ebon Hawk entra dans l’atmosphère et se posa. A peine la passerelle descendit que tous les passagers mirent pieds à terre et menacèrent le traître avec leurs armes, à l’exception de Candérous.

-Je suis heureux de vous voir, dit Revan.

A bientôt pour le prochain chapitre!

Bye!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Darth Piejs » Mar 30 Sep 2008 - 14:30   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

J'ai adoré ce chapitre! Mon préféré depuis le début de ta fic!
Le retour du vrai Revan n'y est pas pour rien :sournois:
De même que la planète où il se déroule! Que du bon comme toujours tu adaptes bien les évenements du jeu à ton récit sans qu'il soit trop linéaire j'adore! :jap:

EDIT: J'oubliais je suis ravi du choix qui est le tien d'avoir fait en sorte que ce soit Revan qui prenne le dessus sur ce faible de Jaden :diable: C'est tout ce que j'éspérais!
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8890
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Notsil » Ven 03 Oct 2008 - 14:47   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

C'est ça l'histoire de la double fin de KoTOR donc, soit il Revan soit Jaden prenait le dessus dans leur cohabitation ? ^^

En tout cas la vraie nature de Revan apparait comme de juste, et ça promet ^^ J'ai hâte de voir comment vont se passer les retrouvailles...
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2414
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Revan1er » Ven 03 Oct 2008 - 14:57   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

En fait non! Le choix pour l'une des deux fins n'est pas maintenant. La double personnalité est mon invention.

Pour les retrouvailles, tu verras la semaine prochaine!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Code 44 » Ven 03 Oct 2008 - 17:38   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonne adaptation de mon passage préféré dans KoTOR 1...ça fait un peu zarb que Revan enchaîne aussi vite les épreuves mais bon...

Et pour Nostil, la double fin de KoTOR est bien après Korriban. Enfin, si Revan 1er respecte l'histoire du jeu :wink:
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Darth Piejs » Jeu 16 Oct 2008 - 17:03   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Plus de deux semaines et toujours pas de suite!
C'est quoi ce bordel :pfff:
:lol:

PS: Personne ne sait où sont passés Jedirevan et sa fic le Masque du Traître disparu sans donner de nouvelles depuis près de trois mois et demi :transpire: C'est pas très respectueux des lecteurs ça :roll:
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8890
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Revan1er » Dim 02 Nov 2008 - 12:06   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour! Je suis désolé du petit retard que j'ai pris dans la fic.

Donc pour me rattraper je vais poster deux chapitres.

Bonnes lectures!


Chapitre XXVI : La planète des anciens

Le seigneur des sith, Malak, patientait tranquillement dans la salle de contrôle de la forge stellaire. Son regard se perdait dans le vide intersidéral. Les soldats présents s’affairaient pour ne pas le décevoir, quelques-uns étaient chargé de vérifier que la production des vaisseaux de toutes tailles s’effectuaient dans de bonne condition. Les autres coordonnés les attaques des flottes réparties un peu partout dans la galaxie. La porte du centre de commandement s’ouvrit et le nouvel amiral entra. Malak avait dû en nommer un autre à cause de la perte de Saul. Le nouveau était plus jeune, vif et était un commandant aguerri. Il avait mené avec succès l’invasion des planètes de la bordure médiane. Lors de cette campagne il avait perdu un œil mais celui qui lui restait était tout le temps en alerte. Il réprimanda deux soldats qui conversaient avant de s’agenouiller devant le maître. Il patienta sans dire un mot jusqu’à ce que le sith lui donne la parole. A ce moment il lui fit un contre rendu des réussites des différentes campagnes dans la bordure intérieure. D’ici quelques mois ils pourraient envisagés de pénétrer dans les mondes du noyau et attaquer la capitale, Coruscant. Une fois le rapport fini, Malak lui demanda s’il avait des nouvelles de la section funeste. L’amiral baissa la tête, le fait que ses officiers n’avaient pas pu entrer en contact avec eux depuis trois jours ne signifiait rien de bon. Malak répéta sa question et l’officier supérieur se vit obliger de répondre. Contre toute attente, le maître ne se mit pas en colère. Au contraire il semblait rassurer. L’officier chargé des communications s’approcha de l’amirale et lui parla à l’oreille. L’homme agenouillé lui fit ensuite signe de regagner son poste.

-Seigneur, j’ai une nouvelle de la plus haute importance. Nous venons de recevoir un message de l’académie.
-Et ?
-Un homme l’aurait attaqué et tué tout le monde !
-Un seul homme ?
-C’est exact maître, il était seul.
-Revan… articula doucement Malak. Pourquoi es tu retourné là-bas ? Passez en alerte maximale ! Ordonnez à tous les vaisseaux de venir protéger la forge !
-Mais seigneur, la majorité…
-C’est un ordre ! Revan va venir, il ne doit en aucun cas poser un pied ici !
-Mais maître la république…

La porte s’ouvrit à nouveau et une femme habillée de noire pénétra à l’intérieur. L’amiral jeta un regard en arrière puis cria à tous les soldats présents de stopper l’intruse. La femme aux yeux bruns leva les mains et le plaqua tous contre les parois. Deux apprentis foncèrent sur elle sabre à la main. Les lèvres de la femme esquissèrent un sourire sadique, elle attendit qu’ils fussent à proximité pour sortir son sabre. Le premier donna un coup en diagonale, l’inconnue esquiva en faisant un pas de côté, plaqua le manche de son arme contre la gorge de l’homme puis l’activa. Le second n’eût pas le temps d’attaquer. Elle tendis son autre main et envoya un puissant éclair de force. Le sith s’écroula, son corps carbonisé. L’amiral sortit son blaster et s’apprêta à tirer quand elle disparue. Paniqué, il se releva et la chercha.

-Baissez votre arme amirale, ordonna Malak. Je vous présente ma nouvelle apprentie.

L’homme se tourna vers le seigneur noir et vit la jeune femme se tenir à sa droite. De plus près il reconnut l’ancienne jedi Bastila Chan.

-Quels sont vos ordres mon maître, demanda la sith.
-Retourne dans le temple des anciens.
-Bien mon seigneur.
-Si tu croises Revan…
-Je le tuerais sans hésiter ! Déclara la jeune femme.

La sith sortit sous le regard apeuré des soldats. Malak quant à lui se demandait si elle arriverait à tuer l’homme qu’elle aimait. Il aurait aimé assister à leur retrouvaille mais il avait à faire ici, notamment tester les capacités de la forge sur les prisonniers jedi.

Jolee, Juhani et Yuya formèrent un cercle autour de Revan. Chacun avait adopté sa technique la plus puissante. Lisa et Carth avait pris un peu de retrait et visait l’homme avec des fusils blaster prêt à faire feu. Au moindre mouvement, ils ouvriraient les hostilités. L’ancien seigneur noir jeta un regard amusé à ces pauvres fous qui pensaient pouvoir l’arrêter. La tentation de les tuer le démangeait énormément mais quelque chose au fond de lui l’en empêchait. Il leva la tête vers le ciel et jura intérieurement contre Jaden. A cause de lui il éprouvait de la compassion et de l’amour envers ces personnes qu’il ne pouvait considérer autrement que comme des amis. Il devait donc trouver un moyen de les rendre dociles sans violence. Pourquoi pas un peu de persuasion mentale ? Pas trop envisageable, Carth et Juhani ne poseraient aucun problème mais il aurait besoin de pas mal de temps pour passer les défenses de Yuya, Jolee. Lisa par contre demanderait qu’il utilise une grande partie de ses pouvoirs. Soudain, il lui vint une idée.

-Qu’est ce qui vous arrive ? C’est moi, Jaden ? Vous ne me reconnaissez pas ? Yuya …
-Ferme là Revan ! Jaden ne se serait jamais permis de m’appeler par mon prénom !
-Bon, d’accord vous m’avez démasqué. Et que fait on ? Jolee vous me connaissez mieux que quiconque. Je…
-Tu n’es plus l’enfant que j’ai sauvé ! Devant moi il n’y a qu’un monstre !
-Tu vas payer pour ce que tu as fait à Mission et Zaalbar ! Rugit Lisa.
-Que croyez vous que nous allons affronter sur la forge ? Vous n’avez aucune idée de la force de notre adversaire ! La forge est bien plus qu’une simple usine de production, c’est une structure remplie d’énergie obscure ! Elle y est tellement oppressante que les plus faibles succomberaient ! Je n’avais d’autre choix que de vous donner un aperçut. La sélection naturelle.
-Sélection ? Hurla Lisa. Tu es un assassin ! J’ai été stupide de croire en toi !
-Qui t’as redonné l’envie de vivre ? Coupa Revan en haussant le ton. Sans moi tu serais une moins que rien ! Tu serais devenue alcoolique ou tu t’aurais tirée une balle dans la tête ! Et toi Juhani, qui t’as fait revenir du côté obscure ?
-Jaden !
-Bonne réponse, Jaden et moi ne faisons plus qu’un à présent ! Je possède ses sentiments, son cœur. Yuya, à ton avis qui t’as appelé au travers de la force pour que tu leur viennes en aide ? C’était moi ! Jolee, tu es mon ami je donnerais ma vie pour vous protéger ! Tu le sais! J’ai toujours été ainsi depuis mon enfance. Et toi Carth, je suis navré pour ce qui s’est passé sur Télos. Libre à toi de ne pas me croire mais pour te prouver que j’ai changé j’ai une surprise. Dustil, je sais que tu es là, approche !

Carth ouvrit grand les yeux et chercha son fils. Un jeune homme habillé en sith arriva en marchant sur la piste. L’officier républicain n’en croyait pas ses yeux, en face de lui c’était bel et bien son fils. Il était tout le portrait de sa mère.

-Père, commença Dustil. Baisse ton arme, Revan n’est plus le même.
-Il a fait assassiner ta mère ! Comment peux tu…
-Je sais, mais il a changé. Il a détruit l’académie et sauvé les enfants retenus.
-Dustil… répliqua Carth en baissant son fusil.
-Vous tous, poursuivit le jeune homme, laissez lui une chance de prouver ses dire par des actes concrets !

Dustil s’avança vers le centre du cercle que formaient les républicains et se mit devant Revan pour le protéger. L’ancien seigneur se réjouit intérieurement, son stratagème était parfait. Il leva la main, les jedi se préparèrent à charger. Finalement il écarta son bouclier humain.

-Ne reste pas là, s’ils veulent vraiment me châtier alors soit. J’ai commis des crimes impardonnables et je le mérite. Allez-y, je ne ferais rien pour vous empêcher.

Jolee baissa légèrement son sabre et sonda l’esprit de Revan. Il avait beau creuser il ne voyait aucun signe de perfidie, il devait admettre sont sincère repentir. Yuya dans le même temps baissa son arme mais son visage était toujours déformé par la colère. Seule Lisa ne baissa pas son arme.

-Pourquoi je t’épargnerais ? Demanda t-elle. Mission croit en toi ! Donne une bonne raison pour ne pas te faire exploser la cervelle !
-Mission ne pouvait pas nous suivre, elle avait une petite chance de rester en vie lors de ce combat mais si elle nous suivait sur la forge le seul résultat aurait été sa mort ! J’ai dû faire un choix, il est tel qu’il est et même en connaissant le résultat je recommencerais ! Si tu veux m’exploser la tête vas-y ne te retiens pas !

Lisa soutint le regard de l’ancien seigneur noir. Finalement elle baissa aussi son arme. Elle s’approcha de Revan puis lui envoya un violent coup de poing sur la joue.

-Alors heureuse ? Répliqua Revan. On n’a plus de temps à perdre, Bastila attend son héros !

Il passa devant tout le monde et gravi la passerelle de l’Ebon Hawk.

-Ca par contre c’est bien Jaden, soupira Lisa, sortir des imbécillités pareille !
-Qu’est ce que tu vas faire mon fils ? Demanda Carth.
-Revan m’a montré que les sith sont une plaie qu’il faut éradiquer. Je vais aller sur Coruscant et me rendre aux autorités.
-Va voir l’amirale Dodona, elle t’aidera.
-Merci père. Porte toi bien et fait attention à toi.

Dustil regarda son père et ses amis monter dans le vaisseau. Il attendit que l’appareil quitte l’atmosphère pour se diriger vers une navette et rejoindre la flotte de l’amirale.

Revan se rendit dans la soute pour parler avec Lisa. La jeune femme s’exerçait à l’épée. Il passa un moment à la regarder se mouvoir dans tous les sens. Il revoyait enfin l’assassin que son frère lui avait présenté, une tueuse au regard froid et implacable. Son envie de tuer n’avait plus aucune limite. Elle pouvait à présent se mesurer à des puissant maître sith et les battre. Au bout de quelques minutes elle s’arrêta et jeta un regard mauvais à l’encontre de son spectateur mais lui se contenta de sourire.

-Pourquoi tu ne m’as pas choisi pour tes expériences ? Demanda t-elle.
-Je ne voulais pas perdre mon meilleur élément. Ils ont tous été des échecs, sans exception. Les plus forts sont devenus fous alliés. Un jour quand je suis entré dans la salle d’expérimentations ils étaient entrain de s’entre tuer. Je n’ai eu d’autre choix que de les achever. Les plus faibles ont perdu leur personnalité, ils n’étaient que des marionnettes obéissant au moindre de mes désirs.
-Ce n’était pas le but recherché ?
-Non au contraire. Sais-tu pourquoi je t’ai toujours préféré aux autres ? Pour la simple raison que tu es la seule à réfléchir et prendre les bonnes décisions quand il faut. Je ne voulais surtout pas te perdre avec mes expériences.
-Tu m’en diras tant ! Répondit Lisa.
-Tu as finalement accepté la mort de Xender. J’en suis heureux, le deuil ne t’allait vraiment pas. Tu es une fleur sauvage qui s’épanouie sur un champ de bataille. Carth a vraiment de la chance d’être aimé par une femme aussi extraordinaire.
-Vas lui dire alors ! Depuis l’épisode du Léviathan il ne m’adresse plus la parole.
-Il changera d’avis, fais moi confiance. Il t’a dans la peau, c’est aussi visible que le nez au milieu de la figure.
-Ca ne te dérange pas trop si je ne te crois pas ? De toute façon une fois que nous en aurons fini avec Malak je me constituerais prisonnière et je serais jugée en cours martiale pour haute trahison. Je ne me fais aucune illusion sur mon sort. Comme pour Xender ils déclareront mon exécution, quelqu’un doit payer les pots cassés.
-Qui sait ? Qui vivra verra ! Répliqua Revan. Dis lui ce que tu ressens…
-Non ! Laisse moi tranquille à présent ! Coupa Lisa en sortant de la salle.

Revan la regarda s’éloigner. Elle ne devait pas mourir. Il alla ensuite s’asseoir pour méditer, il ressentait une perturbation dans la force. Rapidement il en trouva l’origine… Bastila avait rejoint les forces obscures. Son excès de colère l’avait-elle affecté ? Il se remémora les instants qui avaient suivie sa rencontre avec Naga Sadow mais il n’avait pas le souvenir d’avoir ressenti un changement chez la jedi. Elle avait donc succombé aux tortures de son ancien apprenti. Jaden lui avait fait promettre de la libérer avant que leurs âmes ne fusionnent. Il allait respecter son serment mais après…

-Qui es tu ? L’interrompit Jolee.
-Pourquoi cette question mon ami ?
-La force en toi est si maléfique, tu as beau prétendre le contraire mais au plus profond de moi j’ai l’impression que tu es un sith !
-Tu es expérimenté, sage mais tu manques cruellement de patience. Une des raisons pour laquelle tu n’as jamais accédé au rang de maître, Jolee. Tu veux des réponses tout de suite, il y a des circonstances où tu dois attendre qu’elles viennent d’elle-même.
-Que sais tu de moi ? Rien ! Je n’aime pas la politique du conseil ! C’est leur aveuglement qui nous a conduit là où nous en sommes ! Jamais je n’accepterais de siéger avec des personnes aussi étroites d’esprit.
-Un jour tu sauras pourquoi mes yeux ont la couleur de l’or et pourquoi je peux utiliser la force du côté obscure sans y succomber. Vous-même n’avez rien dit à Jaden sur qui il était.
-C’était différent…
-Et en quoi ? Coupa Revan. Il avait tout aussi le droit de savoir. La barrière qu’avait crée ma mère m’empêchait de le lui dire sinon croit moi il l’aurait su !
-Tu penses que je vais te croire ?
-Libre à toi, mon unique objectif est d’arrêter cette guerre. Il est trop tard maintenant…
-Trop tard pour quoi ?
-Pour ce préparer pour une nouvelle guerre.
-Qu’est ce que tu racontes ?
-Un adversaire bien plus dangereux que les mandaloriens arrivera et détruira toutes formes de vies. Quelle qu’elle soit !
-Nous le repousserons !
-Pas cette fois-ci, je le crains. La république est faible… Commença Revan avant de se tourner vers la porte. Entre Yuya, tu en meurs d’impatience.

La maître jedi pénétra dans la salle. Elle avait cependant reprit le contrôle de ses émotions et son visage paraissait impassible, mais cela n’était qu’une façade. Yuya s’avança vers Revan et le regarda de haut.

-Bats-toi ! Ordonna t-elle, sans arme !
-Que cherches tu à prouver ?
-Tu verras, répondit la jedi en retirant ses vêtement.

Revan fit de même et se mit en position de combat échanie. Ils se fixèrent droit dans les yeux, sans bouger. Chacun attendait que l’autre entame les hostilités. Candérous qui passait par là jeta un coup d’œil et décida d’assister à l’affrontement. Il connaissait très bien les rituels échanies, les voir en sous-vêtements ne le perturba absolument pas. Il savait aussi que c’était pour eux un moyen de lire les pensées de leurs adversaire sans user de la force. La tension entre les deux combattants était presque palpable, l’air se refroidissait à mesure que le temps passait. Revan passa à l’action, il se précipita vers la femme et enchaîna une série de coups avec la paume de la main. La maître jedi bloquait chacune des attaques et répondait par des contres attaques puissantes. De son côté Revan déviait par des gestes amples et gracieux. Les combattants donnaient tout ce qu’ils avaient pour prendre l’avantage. A mesure que le combat avançait Revan perdait du terrain à la grande surprise de Jolee et Candérous. En effet ses coups manquaient cruellement de force. Yuya l’avait aussitôt remarqué et profité de son excès de confiance. Jolee par contre restait sceptique quand à l’issu de la confrontation. Il connaissait assez bien les techniques échanies, après tout Yuya avait été longtemps son élève, mais il ne reconnaissait pas ces techniques dans les coups de Revan. Une partie en était inspirée, les mouvements, la façon d’exécuter un coup de poing ou de pied, mais la finition était innovante. Revan freinait volontairement son attaque avant l’impacte la rendant ainsi moins destructrice. Le vieil homme par contre ne comprenait pas pourquoi, ce manque de puissance avait pour conséquence de ne toucher que superficiellement Yuya. Que cherchait-il à faire ? Tout d’un coup, l’ancien seigneur noir changea brusquement de technique, il ne porta plus aucune attaque, il se contentait d’esquiver la jedi, attraper le membre de la femme qui attaquait et d’un mouvement rapide la mettait à terre à chaque fois. Yuya se releva pour la cinquième fois et fonça droit sur Revan avec une vitesse époustouflante. Le jeune homme s’abaissa pour éviter le coup de poing puis frappa avec la paume de la paume au niveau du cœur.

-Il n’a pas frappé assez fort ! Dit Candérous. Il va se prendre un de ces contres…

Le mandalorien ne put finir sa phrase, la jedi titubait dangereusement en se tenant la poitrine, puis s’effondra. Les deux spectateurs ne comprenaient pas ce qu’ils voyaient, à aucun moment il n’avait vu Revan porter un coup capable de donner un tel résultat. La maître jedi cracha une gerbe de sang et resta allongé.

-Tu as utilisé la force ! Vociféra Yuya.
-Pas du tout, les blessures corporelles n’empêchent pas une personne de se battre quand l’esprit est fort. J’ai alors préféré toucher tes organes internes un par un. Mes coups, que tu as jugé trop faible, n’avait pas pour but de te blesser superficiellement mais on, au contraire, atteint tes organes. Si je ne t’ai pas donné le coup final tout de suite c’est parce que tu serais morte. J’ai donc laissé ton corps récupéré un peu, juste assez pour t’immobiliser avec ma dernière attaque.
-Impressionnant, avoua Candérous.
-Alors, continua Revan sans se préoccuper du compliment du mandalorien, qu’as-tu apprise ?
-Ton cœur est pur, je n’y ai vu aucune trace du côté obscure. Je…
-Ne t’excuse pas, reprit Revan, je mérite ta haine.

Le jedi aida Yuya à se relever et l’accompagna dans le dortoir pour l’allonger sur un lit. Il prit soin de bien l’étendre et resta un moment à ses côtés. Tout deux se regardèrent sans parler, un lien se créait entre ces deux êtres qui pourtant étaient totalement différents. Revan posa sa main sur le ventre de la femme et elle sentit aussitôt une douce chaleur se répandre au travers de son corps. La douleur la quitta presque instantanément. Il se leva ensuite pour partir quand elle lui prit la main.

-Un jour… commença t-elle. Tu pourras m’expliquer pourquoi elle s’est sacrifiée pour toi ?
-Je te le promets, quand cette histoire sera finie je te dirais tout ce que tu veux.
-Merci, dit Yuya en souriant. Les sentiments sont vraiment étranges. Pas plus tard que ce matin je voulais te tuer pour venger mon amie et voilà que maintenant je… Te souviens tu notre première rencontre ?
-Jolee me l’a rappelé récemment, tu as été ma première partenaire dans un duel au sabre.
-Oui je me souviens, je pensais qu’il était fou de te donner une formation sans l’approbation du conseil.

Tous deux continuèrent de parler du passé pendant des heures durant, ils ne cessèrent qu’au moment où Carth avertis les passagers qu’ils étaient finalement parvenus aux coordonnées. Lorsque le vaisseau sortit de l’hyper espace, l’officier républicain resta bouche bé devant la taille de la forge stellaire, elle était aussi grosse que la moitié d’une planète. Le pilote se mit en mode manuelle et commença son approche vers l’incroyable bâtiment. Tout à coup, le vaisseau s’ébranla et piqua vers la planète la plus proche sans que Carth ne puissent y faire quoi que se soit…

Les secousses étaient si violentes que tous tombèrent par terre. Revan ferma les yeux et se concentra pour stabiliser un peu le vaisseau. Il avait totalement oublié que la forge était protégée par un système d’attraction situé sur la planète des Rakatekas. Les secousses de l’Ebon Hawk s’accentuèrent à mesure qu’il avançait. L’ancien seigneur noir se releva difficilement et couru aussi vite qu’il pouvait vers le cockpit, s’il ne faisait rien ils allaient tous mourir en s’écrasant sur la planète. Lorsqu’il arriva Carth peinait à rétablir l’appareil. Revan s’assit sur le siège à côté du pilote et tendit les mains. La pénétration dans l’atmosphère provoqua encore plus de turbulence, l’avant du vaisseau pointait dangereusement vers une plage… L’élu fit appel à toute sa puissance pour le ralentir mais ils allaient vite, beaucoup trop vite. Dans une tentative désespérée il forma une montagne de sable qu’ils percutèrent mais qui heureusement les ralentis suffisamment pour s’écraser en douceur. Les deux hommes soufflèrent de soulagement, immédiatement après Juhani entra en trombe et les avertis qu’un incendie s’était déclaré dans la salle des moteurs, heureusement il avait été maîtrisé mais l’hyper propulsion était hors service. Carth poussa un juron qui choqua la jedi. Revan se leva de son siège et partit descendre manuellement la passerelle, les systèmes électroniques avaient eux aussi étaient endommagés. Une petite brise fraîche pénétra dans l’espace confiné. Le jedi sortit et mis pied sur la plage de sable fin, derrière lui s’étendait un océan à perte de vue et sur toute la plage il y avait des cocotiers. Il fut ensuite rejoint par tout les autres.

-L’endroit est pas mal pour une lune de miel ! Dit Revan à l’intention de Lisa et Carth. Vous ne trouvez pas ?
La jeune femme lui lança son fameux regard assassin et Carth l’ignora tout simplement.
-Bon faut juste faire abstraction de la faune locale ! Ajouta t-il. D’ailleurs en parlant d’eux…

Revan s’était retourné vers l’intérieure des terres et pointait une direction avec son doigt. Les autres regardèrent ce qu’il désignait et aperçurent deux rancors. Immédiatement ils sortirent leurs armes mais Revan leur fit signe de ne rien tenter. Il s’avança courageusement devant les bêtes sans sortir son sabre. Les créatures se précipitèrent vers lui avec la ferme intention de le manger. Le jeune homme leva la main et les força à stopper. L’une d’elle se mit à crier de rage devant son visage.

-Pouh ! Tu ne dois pas te laver souvent les dents ! D’ailleurs tu pues tout court ! Allez un bon bain pour vous deux !
Il leva la main et les deux rancors se mirent à léviter. Le jedi fit un geste d’avant en arrière et lança les créatures dans l’océan.
-Allons-y ! Le dispositif n’est pas loin d’ici ! Dit Revan.
-Et les…commença Carth.
-Tu n’as qu’à regarder ! Coupa Revan.

Ils se retournèrent et virent les deux bêtes se débattre dans l’eau puis d’un seul coup ils disparurent.

-Il y a les mêmes requins que sur Manaan. On retrouve même du kolto dans les profondeurs de l’océan. Ce serait une bonne idée de l’exploiter mais les créatures qui le peuplent sont un peu trop violentes. Carth tu peux réparer le vaisseau avec Candérous ?
-Pas de problème ! Dépêchez-vous ! J’avais envoyé un message à l’amiral Dodonna pour nous aider à détruire la forge !
-Ok, nous ferons vite, Lisa tu resteras avec eux pour faire le guet ! Conclu Revan avant de s’éloigner avec les jedis.
Ils ne firent pas quelques pas dans les broussailles que des autochtones se jetèrent sur eux. En dehors de Revan personne ne reconnaissait ces étranges créatures. Leur peau était de couleur brune et ils avaient les yeux placés comme certaines espèces de requins, les requins marteaux. Les jedi sortirent leur sabre et engagèrent le combat. Ils prirent facilement le dessus et les exterminèrent jusqu’au dernier.
-Revan, commença Juhani, tu sais qui ils sont ?
-Ce sont les anciens, les concepteurs de la forge stellaire. Il y a plusieurs millénaires ils dirigeaient l’espace connu d’une poigne de fer et maîtrisaient la force !
-La force ? S’interrogea Jolee. Mais ceux là n’avaient pas la moindre affinité avec !
-Ils ont perdu ce savoir avec le temps. Il n’en existe plus qu’un qui a réussi à rétablir son lien. Il se fait surnommé l’élu. Si tout va bien on n’aura pas à le croiser.

Revan pressa le pas, plus loin le groupe pouvait voir un temple s’élancer vers le ciel. De toute évidence l’ancien seigneur se dirigeait vers lui. Plus ils approchaient plus le côté obscur se faisait oppressant, Juhani fut la première à se sentir mal. Jolee voulu l’aider mais elle se mit à l’agresser sans aucune raison. Le vieil homme se rendait compte de la véracité des paroles de Revan. Le pire était qu’ils n’étaient pas encore sur la forge… Le jeune homme s’arrêta devant l’accès au temple. De plus près ils constatèrent que la bâtisse était immense. Rien qu’en superficie elle dépassait de loin le temple des jedi de Coruscant mais elle était moins haute. Jolee voulu s’avancer avec Yuya, cependant Revan leur fit signe de ne pas aller plus loin. Le jeune jedi étendit la main et un éclair lui parcouru le corps. Instinctivement il la retira, la barrière était activée. Il usa ensuite de plusieurs pouvoirs mais aucun ne l’ébrécha.

-Damn-it ! Jura t-il. Bon j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.
-Commence par la bonne, dit Yuya.
-Nous avons trouvé le lieu où se trouve l’aimant. La mauvaise… il va falloir trouver le camp des anciens et les persuader de nous ouvrir le champ protecteur.
-On est obligé ? Demanda Juhani. Comment tu as fait la dernière fois ?
-Comment dire… je… je les ai un peu… trompé !
-Trahi serait le mot juste, non ? Poursuivit Yuya.
-Ne nous attardons pas sur les détails et suivez moi.
-On va devoir négocier avec cet « élu » ? Ajouta Jolee.
-Non, il existe deux factions, l’une veut détruire la forge et l’autre l’utiliser pour reprendre le pouvoir.
-Laisse moi deviner, intervint Yuya, tu as trahi ceux qui voulaient la détruire ?
-On ne peut rien te cacher ! L’élu est celui qui veut récupérer la forge et comme je la voulais aussi j’ai été voir les autres.
-Pourquoi ne pas aller le voir et tu le trahiras après, proposa Yuya, de toute façon ça ne te changera pas beaucoup !
-Mais je rêve ou quoi ? S’exprima Revan. Un honorable membre du conseil me pousse à agir à l’encontre du code ?
- Comme si tu ne t’étais jamais soucié du code ! Affirma la maître jedi.
-En fait… j’avais été le voir, il veut un livre que possède l’autre camp. A l’intérieur se trouve théoriquement le savoir des anciens.
-Je comprends mieux, dit Yuya.

Revan ne répliqua pas au sarcasme de la femme. Il les conduisit devant une petite cité protégée par des remparts et des pylônes électrifiés. En cours de route ils avaient rencontré quelques petits problèmes, Jolee, Yuya et Juhani n’eurent pas besoin de sortir leur sabre. Le jeune homme s’était débarrassé à lui seul de toutes les créatures avec une rapidité sidérante. Avant de pénétrer la zone électrifiée il leur conseilla de ne montrer aucun signe d’hostilité s’ils ne voulaient pas finir grillé. Le portail d’entrée était imposant et comportait de nombreuses gravures finement travaillées. Ils attendirent un long moment, Juhani allait demander à Revan ce qu’il attendait pour frapper mais au même moment un hologramme se matérialisa.

-Oso li ? Profetirn, kih no me rat oh ni ! Dit l’holocron qui avait l’apparence d’un ancien.
-Juh de ri Revan ! Port i ju folip lerui ?
-Ocolotu, tu y mesabiwo !
-Je lui dit qui nous sommes et le motif de notre venu, dit Revan à ses compagnons qui n’avaient rien compris.

Quelques secondes plus tard le portail s’ouvrit et une nué de soldats Rakateka sortirent. Yuya avait commencé un mouvement pour s’emparer de son sabre quand Jolee l’arrêta. Elle lui jeta un regard d’incompréhension puis se souvint de ce que leur avait dit Revan. Les gardes firent signe au groupe d’entrer. Une fois à l’intérieur ils virent un grand nombre d’anciens habillé avec les mêmes guenilles à l’exception d’un seul. Il portait des vêtements amples et nobles, de toute évidence il devait être un membre important de la communauté.

-Je ne pensais jamais vous revoir Revan ! Dit la créature.
-Vous parlez le galactique ? S’étonna Jolee.
-Oui, lors de sa première venue, Revan me l’a appris en insérant votre langage dans ma tête. Pourquoi êtes vous revenu ? Nous tromper une fois ne vous a pas suffit ?
-Je suis sincèrement navré pour ce que j’ai fait la dernière fois mais j’ai besoin de votre aide pour entrer dans le temple et détruire la forge !
-Pourquoi vous croirais-je ? Répondit l’ancien sur un ton dur.
-Je ne suis plus le même, j’ai changé ! Je dois sauver mon amie qui est prisonnière de Malak !
-Vos mots n’ont aucun sens ! Vous êtes le même Revan ! Je ne comprends pas…
-Je sais que ça parait bizarre mais les jedi m’ont capturé et grâce à eux j’ai pu reconnaître mes erreurs ! Si vous voulez une preuve demandez moi ce que vous voulez !
-Bien, l’élu réunis des troupes pour nous attaquer. Je veux que vous le persuadiez d’abandonner cette idée stupide.
-Dois-je le tuer ?
-Non pas si pouvez l’éviter. Maintenant sortez d’ici et ne revenez que quand vous aurez accompli votre tâche !

Puis les soldats se resserrèrent sur le groupe les obligeant à quitter les lieux sans tarder. Une fois dehors Revan ne perdit pas de temps en bavardage inutile et se mit en route vers le camp de l’élu. Situation assez curieuse il en était car il se trouvait non loin de là. Si bien qu’en quelques minutes ils arrivèrent en haut d’une colline qui surplombait le bastion. Sur la place était dressé de nombreuse tentes de toutes sortes et au centre une armée se préparait pour le combat. Un peu à l’écart il y avait des dizaines de cage emprisonnant des rancors. Devant un tel étalage de force il était totalement hors de question de frapper de front. Mais Revan avait déjà pensé à tout, il irait seul rencontrer l’élu tandis que les autres resteraient cachés. En effet, lui seul avait la possibilité de pénétrer dans le camp sans éveiller trop de soupçon. Jolee, Yuya et Juhani interviendrait seulement si les évènements viendraient à dégénérer. Le plan n’était pas particulièrement réjouissant mais ils n’avaient pas le temps d’en établir un meilleur, la flotte républicaine n’allait pas tarder à arriver et si le champ n’était pas désactiver se serait une véritable catastrophe.

Le jedi s’avança prudemment vers le camp fortifié, les autres s’allongèrent sur le sol et prirent patience. Il y avait toujours une chance que Revan parvienne à influencer l’élu, quoique cette hypothèse ne le réjouissait pas. Son sang bouillonnait en lui, il avait soif de sang, de mort, de destruction… Lorsqu’il parvint au premier poste de garde il fit mine de venir en ami. Une troupe vint à sa rencontre et le chef de peloton discuta avec lui. Quelques minutes plus tard ils le conduisirent à l’intérieure de la forteresse. Le jedi analysait à la vitesse de l’éclair les différentes possibilités qui s’offraient à lui en cas de refus. La garde à l’intérieure était beaucoup moins nombreuses mais était composée des meilleurs éléments. Il arriva finalement dans une grande pièce circulaire. Du haut des murs il y avait des gradins et devant lui se trouvait le trône où siégeait l’élu. Du point de vue du jedi il était au centre d’une arène, les différentes grille accentuaient se sentiment. Derrières elles il pouvait percevoir le grognement de rancor…

-Revan ! Dit l’élu. Comment oses tu paraître devant moi sans le livre ? Mes espions m’ont appris que tu avais fraternisé avec mes ennemis ! Donne moi une seule raison pour ne pas lâcher mes bêtes sur toi !
-Je suis venu avec un message, stopper votre préparation. Ils ne veulent pas se battre.
-Pathétique, ils ne méritent pas notre héritage ! Et toi pauvre fou tu vas payer ton insolence de ta vie !
-Tant mieux, dit Revan. J’espérais que vous refusiez, vous allez tous mourir !
Aussitôt le jedi sortit son sabre et tua d’un coup les gardes qui l’entouraient. Il se précipita vers l’élu quand les grilles des prisons s’ouvrirent, relâchant les rancors affamés.
-Aurais tu peur de m’affronter ? Railla Revan.
-Je n’ai pas besoin d’intervenir, tu es faible ! Plus encore que lors de notre dernière rencontre !

Revan sentit une joie indescriptible prendre possession de lui. Il allait pouvoir massacrer, exterminer… Il laissa ses instincts les plus sombres s’emparer de lui et couru droit vers les rancors.

A l’extérieure, les jedi cachés assistèrent à un changement de comportement venant du camp. Les soldats cessèrent de s’entraîner et se précipitèrent vers la forteresse. De toute évidence Revan avait échoué dans ses négociations.

-Celui-là ! Soupira Yuya. Il n’a aucun talent pour parlementer ! On va devoir lui sauver la mise ! Allez au boulot !

Tous trois sortirent de leur cachette et foncèrent droit vers le premier poste de garde. Ils taillèrent en pièce les soldats et pénétrèrent ensuite dans la base. Ils firent pleuvoir un déluge de pouvoir de la force sur les défenseurs. Jolee utilisa les tentes pour aveugler les soldats qui se précipitaient sur lui en les jetant sur eux. Juhani fit un bond au milieu d’un groupe, puis elle fit tourner son sabre comme une hélice décapitant tous les malheureux qui étaient trop près. Yuya préférait le corps à corps pur, elle prit les positions de combats échanies et sema la mort partout où elle avançait. A eux trois ils parvenaient à décimer une armée entière… Tout aurait pu continuer ainsi si les Rakatekas n’avaient pas lâché les rancors prisonniers. Une dizaine de créature marchèrent vers eux en faisant trembler le sol. Juhani voulu faire la même chose que Revan sur la plage mais contre toute attente le rancor qu’elle visa résista et fonça droit vers elle pour la dévorer.

Jolee ne pouvait pas lui venir en aide. Il était entouré par cinq bêtes particulièrement agressives. Il avait lui aussi utilisé des pouvoirs de la force contre eux mais elles résistaient avec une incroyable facilité. Seule Yuya parvenait avec peine à les repousser avec la force. Lorsqu’elle entendis la katar hurler à l’aide elle se précipita pour la secourir. Elle sauta sur le dos de la créature et lui planta son sabre dans la nuque. Le rancor s’effondra sans vie. Soudain, la maître se retrouva projetée avec violence, l’une des créatures l’avait frappé d’un revers de la main. Juhani profita de la lenteur de la créature pour sauter sur sa tête et la tuer. Elle déclencha un éclair de force sur deux rancors qui fonçaient droit vers Yuya qui était encore allongé à terre. Cela ne leur fit pas plus d’effet qu’une piqûre d’insecte. Jolee prit du recul par rapport aux créatures et pu ainsi préparer son assaut. Au départ elle n’était prévue pour plusieurs adversaires mais étant donné leur lenteur il pourrait la réaliser. Il mit son sabre à la l’horizontal juste en dessous de ses yeux puis disparu du champ de vision des rancors. Ils s’arrêtèrent et reniflèrent les alentours pour trouver sa trace. L’une d’entre elle se retourna et frappa apparemment dans le vide. Elle avait réussi à toucher Jolee et l’avait envoyé à une dizaine de mètre. Heureusement il avait pu finir son attaque. Les bêtes commencèrent à se ruer vers lui quand leurs membres tombèrent les uns après les autres. Le vieil homme se releva avec du mal et vit que Yuya était en danger. Dans un effort surhumain il se précipita et put l’attraper juste à temps avant qu’un des rancors ne la piétine.

Juhani lança son sabre et en décapita un puis alla rejoindre les deux autres. Il ne restait plus que deux bêtes et quelques anciens. Un filet tomba sur eux avant qu’ils puissent bouger. Les ennemis arrivèrent sur eux et s’apprêtèrent à les tuer quand une terrifiante aura les stoppa nets. Jolee utilisa ce contre temps pour découper le filet et avec l’aide de Yuya et Juhani tuèrent les derniers.

Il ne fallu pas plus d’une minute à Revan pour exterminer les rancors. Il pointa ensuite son sabre vers l’élu qui se résigna à descendre dans l’arène pour affronter le jedi en tête à tête. Il sortit une double vibro-lame et fonça vers le jeune homme. Lorsqu’il fut assez près de lui, Revan donna un coup de sabre mais il n’avait que fouetté que le vide. Immédiatement, il enclencha la deuxième lame de son sabre. La gueule du dragon krayt qui ornait le manche s’ouvrit pour laisser sortir la seconde lame. Puis le manche se scinda en deux et il bloqua une attaque qui lui venait dans le dos.

-Tu t’es amélioré depuis la dernière fois ! Dit Revan.
-Mon lien s’est renforcé grâce à toi ! Je suis plus puissant que toi !
-Ne me fait pas rire ! J’ai été un peu laxiste mais je ne refais jamais deux fois la même erreur.

Revan s’écarta et fit tourner ses deux sabres dans ses mains et se mit en position pour effectuer la danse de l’eau. Il allait lui faire goûter l’amertume de la défaite. Il se précipita et commença à l’entraîner dans sa danse aussi fluide que l’eau. Sans que l’ancien ne s’en rende compte il fit tout ce que le maître voulait qu’il fasse au moment où il l’avait décidé. Jaden n’avait jamais maîtrisé toutes les subtilités de cette techniques, il avait réussi à obtenir le niveau du peuple Sembla mais tout comme eux il était passé à côté du véritable visage de la technique. C’était pourtant quelque chose de simple mais au combien difficile à mettre en pratique, ne plus faire qu’un entre son arme, son corps et son âme. Après avoir atteint cet état de concentration absolu rien ne pouvait rivaliser, l’adversaire ne pouvait toucher le danseur. Le temps que mettait l’information pour aller des yeux vers le cerveau était beaucoup trop long, à l’instant où le cerveau avait l’information Revan était déjà ailleurs.

Le malheureux adversaire ne pouvait donc que frapper dans le vide, qu’il soit un adepte de la force ou non. Bien sûr tout cela avait un prix, et celui de cette technique était colossal. Le moindre faux mouvement pouvait déchirer l’ensemble des muscles de l’utilisateur et réclamait une condition physique inhumaine. Chaque attaque de l’élu rakatekas était vouée à l’échec, en contre partie il subissait les attaques non mortelles de Revan. Une fois le moment d’en finir venu l’ancien seigneur noir laissa exploser sa force et utilisa le chant de vent en complément. Le chef rakatekas se trouva prit dans un tourbillon de vent qui le fit décoller du sol et son corps se dispersa comme le sable sous l’effet d’une tempête. Les derniers soldats de la garde privée de l’élu laissèrent tomber leurs armes et fuirent aussi vite qu’ils purent. Alors qu’il allait repartir, le jeune homme remarqua qu’une grille ne s’était pas ouverte. Il s’approcha et l’attira à lui. Elle s’arracha de ses gongs et le passage fut libre. Revan s’avança et jeta un coup d’œil à l’intérieur. Il y avait des anciens, il allait s’apprêter à les exécuter quand il vit qu’ils étaient blessés.

-Tu hi ner ti ? Demanda t-il.
-Ij hy tu ko polju ! Pade ture ô !

Revan leur fit signe que la voie était dégagée et qu’ils pouvaient rentrer chez eux. La menace qui pesait sur eux n’était plus. Une fois qu’il regagna l’extérieur avec les prisonniers il vit que ses amis allaient plutôt bien, quelques égratignures par-ci par-là mais dans l’ensemble ils se portaient bien. Ils se mirent ensuite en route pour rejoindre la citée des anciens.
-La prochaine fois j’irais négocier ! Déclara Yuya. Non mais franchement tu réalises le mal qu’on a eu contre les rancors !

-Vous avez survécu, non ? Répliqua Revan. Je ne vois pas de quoi tu te plains !
-Tu vas voir de quoi je me plains !
-Bon les enfants vous avez pas un peu finit ! Les interrompit Jolee. Bastila nous attend !
-Jolee, tu ne crois pas qu’elle ait pu… basculer ? Demanda Juhani.
-Revan, toi qui possède un lien avec elle tu pourrais pas…Demanda Jolee.
-Désolé, une barrière bloque mes perceptions. Je sens juste quelques sentiments qui ne sont pas les miens et…
-Et quoi ? Demanda pressement Juhani.
-Ils ne sont que colère et haine. J’ai peur qu’elle ait…
-Non pas elle ! Déclara Juhani. Elle est forte et courageuse !
-Elle n’est pas aussi forte que tu le crois, intervint Jolee. J’avais vu dans son cœur une graine du mal.
-A cause de moi, reprit Revan. Si seulement on n’avait pas…
-Ne t’en prends pas aussi sévèrement à toi ! Le consola Jolee. Chacun est libre d’écouter ou non ses sentiments.

La conversation s’interrompit, ils étaient parvenues à la citée. Les portes s’ouvrirent immédiatement à leurs approches. Les gardes se ruèrent une nouvelle fois vers eux mais cette fois-ci ils les acclamaient.

-Vous avez bien agit, dit le chef des anciens. Vous venez de prouver votre valeur. Non seulement vous avez stoppé la menace qui planait sur nous mais vous avez aussi libéré les nôtres. Soyez en remercié !
-Je n’ai fait que ce que vous m’avez demandé, rien de plus.
-Je reconnais que vous êtes digne de confiance et nous vous laisseront accéder au temple. Cependant, ajouta l’ancien, vous irez seul cette fois-ci.
-Mais… commença Yuya.
-C’est entendu, coupa Revan. Merci pour votre aide. Demain au plus tard la forge ne sera plus qu’un mauvais souvenir ! Maintenant nous allons prendre congé.
-Je vous l’accorde, rendez-vous dans une heure devant le temple.

Revan et les autres jedi quittèrent la citée et repartirent vers l’Ebon Hawk. Sur place ils constatèrent que rien n’avait changé entre Lisa et Carth. Tous deux s’engueulait à propos de tout et rien. Candérous devait avoir abandonné l’idée de les réconcilier vu qu’il n’était pas visible. Revan décida lui aussi de ne pas intervenir et monta dans l’appareil pour se préparer moralement aux pièges qui l’attendraient. Malak n’était pas fou et lui réservait sans le moindre doute un comité d’accueil qui allait être plus que musclé.

L’heure de partir arriva, le jeune homme vérifia une dernière fois son sabre et descendit du vaisseau. Tous l’attendaient et affichaient une mine perplexe. Le jedi ne prononça pas le moindre mot et passa devant eux. Arrivé devant le sentier qui conduisait au temple, il utilisa la vitesse de force et disparu. Yuya fit quelques pas, son instinct de jedi l’avertissait d’un terrible danger. Elle n’était pas la seule, Lisa ressentait la même chose. Contrairement au maître, l’assassin s’allongea sur la plage et prit un bain de soleil.

-C’est pas le moment de bronzer ! Dit Carth.
-Tu proposes quoi alors ? Répliqua la jeune femme du tac au tac. Il n’a pas besoin de nous, sinon il nous aurait dit de le suivre.
-C’est pas une raison ! Haussa Carth. Tu oublies…
-Nous serions impuissants contre les disciples qui se terrent dans le temple, avoua Candérous.

La phrase du mandalorien surpris l’officier républicain. A aucun moment il ne l’avait vu aussi résigné. Carth se tourna vers Jolee et vit que lui par contre se préparait à partir.

-Non Carth, dit il avant que l’officier ne parle. Juhani et Yuya viendront avec moi. Tu ne serais qu’une gêne pour nous !
-Ne me sous-estime pas…

L’homme ne vit pas Jolee foncer vers lui et lui mettre son sabre sur la gorge. Il croisa les yeux du vieil homme et vit qu’il n’hésiterait pas.

-Tu devrais écouter Lisa et Candérous, eux savent ce qui se cache dans le temple. Tu n’es pas de taille !
-Vous vous croyez toujours plus forts que les autres !
-Non, mais nous avons la formation pour affronter un tel ennemi, pas toi.
Carth continua de jeter un regard mauvais à Jolee, il le croyait son ami mais il était comme tous les autres.
-Allez vous faire tuer ! S’emporta t-il à dire. Ne venez pas nous chercher si vous êtes en difficulté !

Jolee rengaina son sabre puis couru vers le temple avec Yuya et Juhani. Ils avaient laissé Revan prendre de l’avance car ils savaient que jamais il n’aurait accepté leur aide. Sur place, ils virent un groupe d’anciens en cercle chanter. Le jedi qui attendait devant le bouclier protecteur se retourna en même temps que les Rakatas se turent.

-Vous n’avez rien à faire…
-Ferme là un peu ! Dit Juhani. Sois heureux qu’on vienne te prêter main forte !
-Je n’ai besoin…
-Nous le savons, coupa Yuya. Tu es parfaitement capable de t’en sortir seul. Nous allons venir pour te protéger de toi-même ! Il y a un trop grand risque que tu redevienne le monstre que tu étais !
-Tuy la locmo ? Unp mo litr ! Parla un ancien.
-Ils ne poursuivront pas le rituel tant que vous serez là ! Déguerpissez !
-Jamais ! Assura Jolee. On entrera avec toi que tu le veuilles ou non !
- Quel tête de mule vous faites ! Soupira Revan. Vous voulez venir ? Parfait, je vous aurai prévenus ! Ij ty richt uj ka !

Les rakatas se regardèrent puis reprirent le rituel. Les heures passèrent sans que rien ne se produise, les jedi commençaient à s’impatienter. Seul Revan restait parfaitement calme. Puis un éclair frappa le centre du cercle que formaient les anciens. Ils se levèrent et chantèrent plus fort et se mirent ensuite à se mettre sur une ligne, faisant face au temple. Ils tendirent les mains et l’éclair frappa le bouclier ouvrant une brèche. Les jedi s’engouffrèrent dedans et passèrent la porte. A peine à l’intérieure, une dizaine de disciple se jeta sur eux. Revan exécuta une violente poussée de force les propulsant contre les mûrs. Il surgit devant eux et les exécuta sans retenu.

-Ca annonce la couleur ! Dit il. Restez vigilant, la force du côté obscur masque leur présence. Ne vous fiez pas à vos perceptions ! Suivez moi, la console ce trouve au troisième étage.

Les couloirs s’enchaînaient, tous aussi interminables et parfaitement identiques. Il était impossible de savoir si le chemin que Revan empruntait était le bon. Il prenait à droite, à gauche… sans qu’ils ne rencontrent la moindre résistance. Puis au milieu de l’un d’eux le jedi s’arrêta. Il étudia les gravures, les trois autres étaient en alerte. Ils se rendaient compte à quel point ils comptaient sur la force. En ce lieu elle était omniprésente, à tel point qu’il n’arrivait pas à déceler la présence d’ennemi.

-On ne devrait pas rester aussi longtemps sans bouger ! Conseilla Yuya.
-Inutile, nous sommes pris au piège.
-Hein ? Mais…
-Nous sommes revenus à l’entrée.

Revan se tourna et ouvrit la porte qui lui faisait face. Un rayon de soleil pénétra dans le couloir et après s’y être habitué ils virent que derrière il y avait la place principale du temple, là où ils étaient quelques minutes auparavant.

-Comment est-ce possible ? Demanda Jolee.
-La force ! Les anciens avaient mis en place cette sécurité au cas où des intrus possédant la force pénètre à l’intérieur. Ils leur seraient alors impossibles d’aller plus loin. Rassurez vous, il y a un moyen de passer.

Revan ferma la porte et reprit sa marche à travers le dédale de couloir. A chaque intersection il prenait à droite puis s’arrêtait au milieu du couloir pour lire les gravures incrustées. Arriva le moment où il resta plus longuement devant une inscription. Il la parcouru en l’effleurant de ses doigts… Soudain un mûrs coulissa. Jolee, instinctivement, sortit son sabre et fouetta le vide derrière lui. Yuya se baissa tout aussi vite et dégagea une puissante vague de force autour d’elle. Juhani déchaîna un éclair de force qui percuta les mûrs. Des disciples avaient surgis de nulle part pour les attaquer. Heureusement, les jedi firent preuves d’une incroyable ingéniosité, si bien qu’un seul assaut suffit pour éradiquer la menace. L’ancien seigneur noir n’avait absolument rien fait par contre. Il avait utilisé la même technique que les sith et avait camouflé sa présence. Il se contenta juste d’observer. Ils passèrent ensuite dans le passage et entrèrent dans une petite pièce ne comportant qu’un unique escalier qui leur permit d’accéder au second étage. Sur celui-ci les rakatas n’avaient mis aucun système de sécurité, ils pensaient à tort que le premier était infaillible. Par contre Malak lui devait en avoir posé.

Ils avancèrent dans ces nouveaux couloirs éclairés par des ouvertures dans les mûrs trop petite pour qu’un humain puisse passer. Rien au premier abord ne semblait suspect, l’ancien seigneur noir pensait que les pièges seraient grossiers, après tout Malak n’était pas particulièrement connu pour son intelligence, bien au contraire. Lui, il aurait mis en place des zones où la force aurait agi directement sur les intrus, leur faisant voir des hallucinations, les poussant à s’entre tuer s’ils étaient plusieurs. Il avait testé ce piège sur Korriban, pas loin de l’académie se trouvait une grotte et les élèves qui y entraient n’en ressortaient jamais. Si on voulait éliminer des intrus c’était une bonne méthode mais pour une sélection ce n’était pas l’idéal. Finalement il avait été contraint d’en condamner l’accès. Un jour peut-être serait elle utile ? Un homme viendrait braver son passé, ses choix et en ressortirait plus fort… Le jedi sortit de ses rêves juste à temps pour éviter un nouveau piège. Un pas de plus et une nué de droïde leur tomberaient dessus. Afin d’éviter tout problème il déchaîna une tempête d’éclair de force. Les carcasses métalliques s’effondrèrent les unes après les autres. Il se remit en marche sans faire attention à l’expression déconfit de ses partenaires. Finalement ils étaient plus des boulets qu’une aide. Cette partie du temple n’offrit rien d’autre comme surprise, ils atteignirent une nouvelle salle. Revan trouva un petit réconfort, plusieurs chevaliers sith étaient en méditation.

-Revan ! Dit l’un d’eux. Nous allons pouvoir mesurer notre force avec un adversaire digne de ce nom !
-Désolé de vous décevoir, répondit l’ancien maître. Je n’ai pas l’intention de me battre contre vous.
-Tu acceptes ta mort ? Dit le sith. Tant pis!
-Vous m’avez mal compris, je n’ai pas l’intention de me faire tuer par vous. Pour la simple raison que je n’ai pas besoin d’intervenir, mes amis peuvent vous vaincre sans problème ! J’ai d’autres chats à fouetter !
Yuya et Juhani lancèrent un regard surpris à Revan.
-Vous vouliez vous rendre utile, non ? Alors bossez un minimum, derrière cette porte se trouve l’escalier qui conduit au sommet du temple, rejoignez moi une fois que vous aurez finis.

Le jeune homme lança un petit sourire à Yuya puis il s’écarta, leur laissant tout le loisir de se battre. Il longea le mûr en direction de l’unique sortie. Il y eût bien un sith qui tenta de lui barrer le passage mais il le décapita à une telle vitesse que les autre ne purent voir qu’une simple lueur violette. Il jeta un dernier regard en arrière puis gravit les escaliers, il savait qu’en haut une personne importante l’attendait avec impatience.

Les trois jedi qui étaient restés en retrait sortirent leur sabre et se précipitèrent vers les chevaliers sith. Avec une grande facilité ils bloquèrent les jedis et répondirent par des assauts tout aussi puissants. Le rapport de force n’était pas particulièrement à l’avantage des républicains, ils étaient à du deux contre un. Jolee fit un salto pour sortir du mauvais pas dans lequel il était, ses adversaires l’avaient prit en sandwich. Il revint à la charge ensuite en commençant par immobiliser un grâce au pouvoir de stase puis enchaîna avec des attaques en style makashi. Juhani usa d’autres subterfuges, elle utilisa son agilité naturelle pour esquiver les sabres des sith puis lançait quelques contre-attaques. Elle parvint ainsi à les tenir en échec mais n’avait pas non plus l’avantage. Ils restaient tout de même de formidables utilisateurs de la force. Yuya était celle qui s’en sortait le mieux, ses styles de combats échanies mettaient en défaut ses opposants. Son excès de confiance lui joua un mauvais tour, elle ne sentit pas surgir un disciple dans son dos. Ce dernier était resté bien camouflé dans un des coins de la pièce et avait attendu son heure pour attaquer par surprise un des jedi.

Revan parvint en haut des escaliers, à son approche la porte donnant sur une petite plateforme d’atterrissage s’ouvrit. Les rayons du soleil l’aveuglèrent quelque peu mais il s’y habitua rapidement. Devant lui il vit une navette noire, tout juste assez grande pour deux personnes. Il s’avança au centre de la petite place et jeta un coup d’œil au terminal contrôlant le rayon tracteur et le bouclier du temple. Apparemment il était en parfait état de marche. Il scruta ensuite les alentours à la recherche de son hôte ou plutôt son hôtesse. Une jeune femme entièrement vêtue d’une combinaison noire surgit de derrière un pilier.

-Je constate que tu n’as pas besoin qu’on vienne te sauver ! Dit Revan.
-Je n’allais pas t’attendre indéfiniment ! Répliqua la sith.
-Tu sembles en colère ?
-Moi ? Oui, qui est cette femme ? Demanda Bastila en jetant un regard noir.
-Une femme ? Je ne vois pas de quoi…
-Dis moi la vérité ! Pourquoi elle est la seule qui t’ait fait souffrir dans le tombeau de Naga Sadow ?
-Jalouse ?
-Je la massacrerais sous tes yeux ! Rien que pour te voir souffrir, me supplier de la laisser vivre !
-On a donc un petit problème mon cœur, ce n’est pas…
-Menteur ! Tu l’aimes plus que moi et ça, je ne peux pas le tolérer !

Bastila activa son double sabre laser à lame rouge. Le jedi n’avait d’autre choix que de combattre. Il saisit son sabre d’une seule main et se mit en garde, il adopta une posture pour le moins étrange, il n’avait aucune possibilité d’attaque ou de défense… Il se tenait bien en face de son ennemie et pointait son sabre négligemment vers elle. La sith fonça à grande vitesse sur le jeune homme et écarta d’un simple coup la pseudo menace que représentait l’arme de Revan. Puis, elle le transperça en plein cœur. Elle n’avait pas hésité un seul instant, cependant il ne restait plus que la cape du jedi sur le sabre. Au dernier instant il s’était déplacé. Bastila frappa immédiatement à l’arrière et le manqua de peu. Elle repartit à l’assaut en allant toujours plus vite. Bien que le jeune homme cachait son aura elle le retrouvé toujours, elle utilisait leur lien pour le traquer. Elle puisa même sa force chez lui pour utiliser des pouvoirs destructeurs. Elle commença par une pluie d’éclair, suivie immédiatement par une succession d’attaques rapides pour le contraindre à aller droit vers son piège. Elle appela de suite le pouvoir de télékinésie et fit tomber un amas de roche sur Revan. Il réussit à s’en sortir de justesse mais Bastila l’attrapa avec le pouvoir d’étranglement. Ce faisant, elle le souleva à une à bonne distance du sol et l’envoya s’écraser. Par chance il survécu mais son visage était recouvert de sang et il n’arrivait plus à bouger. La jeune femme s’approcha de lui avec la ferme intention d’en finir…

Yuya évita in extremis le coup fatal du disciple. Elle pouvait remercier chaleureusement son instinct. Elle prit du recul pour reprendre son souffle et envisager une nouvelle approche. Le souvenir de son combat avec Revan lui donna une idée, son corps se souvenait parfaitement de la façon dont il s’était servi de ses mains pour la vaincre. Elle savait qu’elle serait incapable d’effectuer les mêmes attaques que lui, en revanche elle pouvait très bien user de la force. Les jedi connaissaient bien ce pouvoir qui consistait à broyer les organes ennemis, en la modifiant quelques peu elle pourrait en faire un pouvoir qui ne tuait pas. Elle fonça sur les adversaires et exécuta des attaques en makashi puis quand elle en avait l’occasion plaquait sa main contre une partie du corps d’un des sith et faisait appel à la force pour parasiter leur système cardio-vasculaire. Le résultat fut immédiat, les malheureux se retrouvèrent à terre sans pouvoir se défendre. Elle estima aussitôt qu’ils leurs faudraient une bonne heure avant de pouvoir se relever. La maître jedi les laissa et fonça donner un coup de main à Juhani. La pauvre Katar éprouvait quelques difficultés à maintenir les sith à distances. Jolee avait compris leur style de combat, il plongea entre les deux puis en se retournant il plongea son sabre dans le cœur d’un. Le second réagit avec la vitesse de l’éclair et frappa vers le cou du vieil homme. S’attendant à cette réaction, Jolee avait déjà fait appel à la force et envoya le sabre de sa première victime pour dévier sa trajectoire. Il retira son sabre aussi vite qu’il put et trancha la tête du dernier. Le vieux jedi jeta un œil vers Yuya et Juhani et vit qu’elle venait de terminer avec leurs adversaires. D’un simple geste des yeux ils se mirent d’accord pour sortir de la pièce et rejoindre Revan.

Du plus loin où remontait ses souvenirs jamais l’ancien seigneur des sith n’avait vu Bastila déployer autant de puissance. Le fait qu’elle avait embrassé le côté obscur ne pouvait expliquer une telle amélioration ni même l’omniprésence de la force en ces lieux. Elle usait de sa force à lui pour se battre. Il devait rapidement trouver un plan sinon elle risquait d’emmagasiner trop de puissance et de ne plus pouvoir la contrôler. Il la vit s’avancer à pas lent vers lui, une idée totalement folle lui vint. N’ayant plus rien à perdre il tenta l’expérience, à l’instant où elle leva son sabre il se déconnecta de la force. La jeune femme eut la tête qui tourna un instant… Revan saisit l’occasion et se releva d’un bond et frappa de toutes ses forces. Il parvint à briser la défense de la jeune femme et la contraignit à battre en retraite. Bastila utilisa les derniers forces qui lui restaient pour repousser le jedi et couru vers sa navette.

-Si tu en as le courage, rejoins moi sur la forge ! Cette fois-ci je te tuerais de mes mains !
Lorsque la navette se trouva hors d’atteinte, Jolee, Yuya et Juhani arrivèrent sur la plateforme. Ils virent Revan dans un état pitoyable.
-Eh, ça va ? Demanda Yuya inquiète.
-Pas trop, Bastila était là. Elle est devenue l’apprentie de Malak et sait utiliser notre lien pour vampiriser la force.
-Tu plaisantes ? Demanda Jolee.
-J’ai pu m’en sortir de justesse mais j’ignore si je pourrais la vaincre à nouveau.

Tous se regardèrent avec un visage grave. La nouvelle n’avait rien de réjouissante. Revan fut aidé par Juhani pour se relever et traîna son corps vers la console. De là il put désactiver les champs, ils ne leur restaient plus qu’à rejoindre l’Ebon Hawk et quitter cette planète. Par chance ils ne firent aucune mauvaise rencontre. Quand ils arrivèrent ils racontèrent ce qu’il c’était passé. Carth s’isola dans le cockpit et fit décoller le vaisseau. Devant leur visage inquiet, Revan ne pouvait s’empêcher de réfléchir à un moyen de sauver Bastila. S’il voulait le faire ce n’était pas par obligation envers le code mais pour lui, au fond de son cœur il savait qu’il éprouvait des sentiments forts. Mais étaient-ils vraiment les siens ? Ou plutôt ceux de Jaden ? Il n’avait jamais réellement connu la jeune femme, il l’avait croisé quelques fois à l’académie quand il y était mais sans jamais lui adresser la parole. Arriverait-il à la tuer avant qu’elle ne le fasse ? Quel autre solution lui restait-il ? Elle était aveuglée par le côté obscur et elle ne reculerait devant rien. Les jedi avaient-ils raison à propos des sentiments ? L’ancienne jedi était jalouse de cette femme alors qu’il n’y avait aucune raison. Il ne pouvait pas lui dire qui elle était, parce qu’il devrait aussi tout lui révéler. Son corps continuait à le torturer…

Carth revint dans la salle principale et activa le com link. L’amirale Dodonna apparut.

-Heureuse de vous voire tous sain et sauf, dit elle.
-Vous serez bientôt arrivée ? Demanda Lisa.
-Vous devez savoir… commença l’amirale.
-Non, dit Carth. Ne me dites pas que le sénat à refuser d’intervenir ! Toutes les flottes sith se sont regroupées ici !

Lorsque l’officier prononça sa dernière phrase tous furent en état de choc. Revan estima à une centaine de flotte la taille de l’armée, sans compter les escadrons de chasses. Une aiguille ne pourrait traverser un tel blocus…
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Revan1er » Dim 02 Nov 2008 - 12:24   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Chapitre XXVII : L’affrontement final


-Je suis au regret de vous dire que si, nous avons eu vent des mouvements ennemis et le chancelier suprême y a vu une opportunité pour reprendre les planètes que nous avons perdus.
-Le con ! Jura Lisa. Ils reviendront avec plus de force et personne ne les arrêtera !
-Je sais capitaine, intervint Dodonna. C’est pourquoi j’ai désobéi aux ordres et réunis toutes les troupes possibles. Ca fera peu mais je préfère affronter la cour martiale en sachant que je tous essayé pour sauver la république !
-De toute façon, dit Revan avec le même regard qu’il avait durant les guerres mandaloriennes, si nous échouons… nous serons mort !
-Imp… articula l’amirale. Cette façon de parler…
-C’est bien lui, dit une voix familière.
-Vous êtes donc vivant maître Vandar ! Dit Revan.
-Oui, répondit le maître en apparaissant. Je vois que tu te souviens de tout à présent.
-Bastila a rejoint Malak ! Ajouta l’ancien seigneur noir.
-C’est un problème, répondit le petit jedi. Nous allons devoir affronter les sith qui auront l’aide de la méditation de combat.
-Je peux ouvrir une brèche dans leur défense, assura Revan. J’ai besoin de temps !
-Pas de problème nous arriverons dans… Commença Dodonna en se tournant derrière elle. Nous sortons à l’instant de l’hyper espace.

Carth couru vers le cockpit et vit une petite vingtaine de flottes républicaines prendre position autour d’eux.

-Vous devrez tenir amirale, ordonna Revan. Quelque soit vos pertes vous ne devrez pas quitter la zone ! Si vous nous lâchez se sera la fin !
-Bien sûr mon général ! Affirma Dodonna en ce mettant au garde à vous. Avez-vous une stratégie à me proposer ?
-Vous allez former des petits groupes de chasse, vous en enverrez une dizaine au contact…
-Mais c’est du suicide ! Coupa l’amirale.
-Je sais, les autres en profiterons pour détruire les vaisseaux de commandements. Vous les reconnaîtrez facilement, se sont les plus imposants. Visez en priorité leur générateurs d’énergie, vos boucliers seront inutiles alors misez toute la puissance des réacteurs vers les cannons à ions et turbo-laser !
-Mais…
-Je n’ai pas fini ! Répondit froidement Revan. Ils ne se méfieront pas du subterfuge, ils viendront à vous pour vous mettre en pièce. De là vous lâcherez tous les vaisseaux de combats rapprochés, équipez les uniquement de missile à protons, le reste ne servirait à rien.
-Général, dit l’amirale, quelles sont nos chances de réussir ?
-Pas plus de 5%, répondit-il froidement.

Ce qui lui faisait le plus peur n’était pas la flotte ennemie mais son affrontement future avec Bastila. Il pouvait s’occuper des croiseurs sith sans trop de problème, Malak aussi n’était pas le problème… Bastila, il devait trouver un moyen de la battre. Il gagna le cockpit et étudia la position des croiseurs sith. Leur organisations étaient impeccable, aucune ouverture à exploiter. Le jeune homme ferma les yeux un instant et sentit l’ancienne jedi. Elle utilisait la méditation de combat en se servant de son lien avec lui. Il décida ensuite de remettre à plus tard sa recherche, il devait avant tout éviter de se faire désintégrer par les croiseurs ennemis.

Dans le poste de commandement de la forge, Malak regardait avec curiosité le début de la bataille. Les vaisseaux républicains adoptaient une formation plutôt sou grenue, il ne faisait aucun doute que Revan allait diriger l’attaque. Il était curieux de voir ce qu’il allait faire contre une force largement supérieure en nombre, en puissance et aussi possédant l’aide de l’arme la plus puissante, la méditation de combat. La coordination de ses troupes était parfaite, rien ne passerait. Bastila se trouvait dans la salle où une carte gigantesque indiquait la position des différentes troupes, il lui suffisait de se concentrer pour influencer le cours de la bataille. Elle vit une petite partie de la flotte républicaine avancer droit vers le cœur de la bataille.

-Les idiots ! Vous allez périr sans même le savoir !

Son sourire disparu aussitôt, un écho dans la force la déstabilisa…

-Revan ! Hurla t-elle.

L’ancien seigneur noir avait finalement relâché toute l’intégralité de son pouvoir, Yuya, Jolee, Juhani et même Lisa tremblaient de peur à l’arrière du vaisseau. Une vague maléfique emplissait l’Ebon Hawk et celle-ci prenait naissance dans le cockpit. Le vieil homme s’empressa de voir ce qui se passait et vit que Revan tendait les mains vers la vitre.

-Carth dès que tu verras un espace tu fonceras dedans sans te poser de question !
-Revan, commença Jolee, qu’est ce que tu vas faire ?
-Mon âme est déjà souillé par toutes les vies que j’ai prises, un peu plus ne changera plus grand-chose… Tu ferais mieux de retourner à l’arrière et avertir Yuya et Juhani de se préparer !
-Fais attention à toi, tu risques de franchir…
-Elle est déjà passée depuis longtemps mon ami. Merci de te faire du souci pour moi.

Jolee jeta un regard peiné au jedi devant lui. Il savait à quel c’était dur pour lui, sa voix était empli de tristesse. Il jouait les durs, les fiers mais en fait il n’était qu’un homme confronté à ses démons intérieurs, aujourd’hui il allait devoir redevenir un être sans pitié. Il espérait juste qu’il fasse le bon choix…

Revan attendit que le vieil homme sorte pour commencer. Il entra en transe et visualisa toutes les vies dans les vaisseaux sith. Leur nombre étaient trop important pour les tuer rapidement, il allait donc en exterminer un quart ce qui était amplement suffisant pour l’instant. Chaque battement de leurs cœur résonnait dans la force, tout était relié, leur vie, la force… En coupant simplement ce lien il les tuerait. Quatre flottes avancèrent vers l’Ebon Hawk et ouvrirent le feu. L’ancien seigneur noir ouvrit les yeux et les tirs cessèrent aussitôt… A l’arrière les jedi se sentirent mal, la force hurlait de douleur, si bien qu’ils tombèrent au sol en se tenant la poitrine. Jolee leva difficilement la tête et regarda vers le couloir menant au cockpit. Il n’osait pas imaginer que le responsable était Revan, aucun jedi ni sith ne pouvait manipuler la force avec une telle facilité et provoquer un massacre à cette échelle sans en ressentir le contre coup. Lui, il était cloué au sol depuis le début. Il entendait Juhani pleurait à côté de lui et bien que Yuya ne disait rien, elle ressentait la même douleur.

Sur la forge, Malak sentait aussi cette perturbation, mais elle l’affectait moins. Il semblait même y prendre plaisir. Bastila avait du mal à se concentrer, le flux de la force était si grand qu’elle ne parvenait pas à le maîtriser. Elle regarda, impuissante, l’avancé républicaine.

Carth ne comprenait pas trop ce qui était en train de se passer, une partie des croiseurs sith avançaient mais ne tiraient pas bien qu’ils étaient à porter. Il regarda Revan mais lui resta concentré sur le vide. L’officier républicain regarda de nouveau vers le champ de bataille puis il vit la faille. Comme Revan lui avait ordonné, il mit la pleine puissance dans les réacteurs et s’engouffra dans le petit passage. Quelques vaisseaux ouvrirent le feu mais étant donné qu’ils étaient loin ils ne purent les toucher. Ses talents exceptionnels de pilote lui permirent de virevolter à travers les forces sith sans encombre puis d’entrer dans un hangar de la forge.

-Nous sommes arrivés ! Hurla Carth. Tous à terre !

Lisa couru descendre la passerelle et fut la première à mettre pied sur la forge. Quelques disciples étaient déjà là à les attendre et foncèrent sur elle. L’assassin sortit sa vibro-lame et entama le nettoyage de la zone. Décapitation, éventration, éviscération… tel était le lot des ennemis de Lisa. Très vite elle fut rejointe par Yuya, Jolee, Juhani et Candérous. Dans l’appareil Carth était resté avec Revan, le jedi avait le teint pâle et respirait difficilement.

-Eh, tu ne vas pas nous lâcher maintenant ! Ordonna l’officier républicain. Tu dois tuer Malak et seulement ensuite tu auras la permission de claquer !

Revan se tordit de rire et adressa un regard de remerciement à Carth. Le jeune homme s’extirpa de son siège et partit rejoindre les autres en compagnie du républicain. Le hangar était parfaitement sécurisé.

-Protégez le vaisseau, leur dit-il. J’irais affronter le seigneur noir et ensuite…
-Tu plaisantes ? Coupa Yuya. Il est hors de question que tu y ailles seul ! Surtout dans ton état !
-Parfait, tu viens avec moi et Jolee aussi. Lisa je te laisse le soin de protéger la zone. De nombreux sith ne vont pas tarder à débarquer. Je sais que tu peux les arrêter, j’ai confiance en toi !

Lisa acquiesça d’un signe de tête puis organisa la défense du secteur. Après que Revan, Jolee et Yuya eurent quitté le hangar, l’assassin fit sceller les portes par Juhani et Candérous plaça des mines tout autour. Une fois finis, elle ordonna à Carth de rester dans le vaisseau et de mettre en route les tourelles lasers. Leur puissance de feu pourrait contenir un assaut assez conséquent. Le moment tant attendu arriva, des escouades entières des disciples frappaient contre les portes, martelaient. Il ne leur fallut pas longtemps pour défoncer les accès et se ruer sur les républicains.

A peine Revan et ses compagnons quittèrent le hangar qu’ils tombèrent nez à nez avec une multitude de droïde de combat. Le jeune homme allait s’élancer pour les tailler en pièce quand Jolee et Yuya lui passèrent devant. A eux deux ils parvinrent à en décimer une bonne partie. C’était étrange pour Revan de les voir combattre ainsi, il en était devenu nostalgique. Ils se battaient comme par le passé, parfaitement synchrone. Il était dans un tel état d’admiration qu’il en oublia d’aller les aider, de toute façon ils n’eurent pas besoin de lui. Ils reprirent leur chemin dès que le dernier robot tomba en pièce. Ils enchaînèrent les combats, les deux maîtres faisaient en sorte que Revan n’intervienne à aucun moment. Ils voulaient qu’il soit au meilleur de sa forme quand ils seraient devant Bastila et Malak.

Malak venait d’être mis au courant de l’intrusion d’un certain nombre de républicain. Il ordonna aussitôt à tous les disciples, chevalier, assassins sith de les traquer et de les éliminer. Le seigneur noir sentait la présence de son ancien maître, malgré tout ce qu’il avait pu faire il allait devoir l’affronter. La prophétie se réalisait… Mais il se refusait à baisser les bras à cause d’un cinglé qui avait prédit la chute des sith par le même homme qui les aurait conduit à la gloire. Depuis qu’il en avait eu vent, Malak redoutait que Revan soit l’élu, après l’avoir revu sur le Léviathan il en était certain. Revan allait détruire tout ce qu’il avait eu tant de mal à bâtir. Le seigneur noir sortit de la salle principale et rejoignit Bastila.

-Revan sera bientôt ici, lui dit-il.
-Oui mon maître, je n’échouerais pas ! Il mourra de ma main !
-J’attends beaucoup de toi, ne me déçois pas !

Le seigneur noir s’éloigna et se trouvait assaillit par ses pensés. Il se retourna une dernière fois vers l’ancienne jedi et sentit qu’elle n’allait pas gagner. Que pouvait il faire pour empêcher l’inévitable ?

Les portes du hangar volèrent en éclats et laissèrent un flot d’ennemi déferler sur les résistants républicains. Lisa et Juhani se ruèrent au corps à corps, Candérous enclencha les mines télécommandées, tuant au passage une vingtaine de soldats. Carth ouvrit un feu nourri sur le côté droit du hangar et pulvérisait les sith en grand nombre. Lisa fauchait ses adversaires comme des fétus de paille, son visage avait reprit des couleurs depuis le début de l’affrontement. Elle sautait, roulait, tranchait… sans s’arrêter ni montrer aucun signe de fatigue. L’assassin avait bel et bien resurgit des profondeurs de son âme. Son regard était devenu aussi sombre que celui des jedi noirs. Elle agrippa un soldat par la gorge, en se servant de lui comme bouclier, elle s’enfonça en plein cœur des rangs sith. La jeune femme emprunta à sa victime sa vibro-lame puis lui donna un coup de pied dans le dos. Le soldat alla s’empaler sur les sabres de ses partenaires. L’assassin couru ensuite vers un autre, elle évita une attaque venant du bas puis prit appuie sur son genoux et sauta par-dessus le soldat. Une fois dans les airs elle fit un salto tout en tranchant son trampoline dans le dos. Lorsqu’elle redescendit vers le sol elle abattit son autre arme vers un sith un peu trop près. De nouveau sur la terre ferme, la jeune femme effectua un plongeon en avant en fauchant les jambes qui passaient à sa porter. Elle termina son saut en avant par une roulade, prit appuie sur ses mains et brassa toute la zone autour d’elle avec ses jambes. Un disciple obscur se précipita sur Lisa avec la ferme intention de la tuer, il usa de la force de poussée pour la déstabiliser mais échoua. La jeune femme avait relâché la tension sur ses bras et son corps, avec la grâce d’un félin, elle s’allongea au sol. Le sith réédita sa tentative mais sans plus de succès. Il recommença autant de fois qu’il put, à chaque fois l’assassin évitait mais arrivait à s’approcher de lui tout en éliminant tout obstacle. Le disciple tenta une manœuvre désespérée et se jeta sur elle. Lisa exécuta un salto arrière tout en donnant un coup de pied à son assaillant. Elle revint ensuite vers lui et plongea ses mains vers le sol. Ses pieds, sous l’effet de son corps, se levèrent du sol et allèrent se placer autour du cou de l’ennemi. Lisa pencha son bassin vers l’arrière et entraîna le disciple dans sa chute. Pendant le bref laps de temps que dura la chute, l’assassin plongea une de ses vibro-lames dans le crâne du sith. De nouveau debout, sur ses pieds, Lisa fonça droit au milieu du carnage.

Juhani se battait avec courage et possédait une détermination sans faille. La katar invoquait la force avec rapidité et précision. Les groupes de soldats qui courraient vers elle ne l’effrayaient pas, bien au contraire. Elle utilisait tous les objets à sa portée et les envoyait le temps qu’elle puisse s’éclipser derrière eux. Une fois réalisé, elle devenait une impitoyable machine à tuer. Par moment elle devait reculer pour ne pas crouler sous le nombre mais revenait toujours à l’assaut. Candérous et Carth décimaient quand à eux le reste des soldats. Au bout d’une heure intensive, les républicains purent reprendre leur souffle, il ne restait que des cadavres. Tous se mirent assis, soulagé d’avoir réussi. Ils se mirent à rire, finalement Revan avait eu tort, les sith de la forge n’étaient pas aussi fort qu’il l’avait dit. Cependant, au milieu de leur conversation un bruit sourd résonna dans tout le hangar. Des cris furieux firent trembler les parois de la forge, à eux vinrent s’ajouter le martèlement de plusieurs légions au pas de course. Lisa fixa l’entrée principale et vit une masse noire informe avancer très vite vers eux. Plus elle se rapprochait, plus les cris devenaient plus forts et puissants. La masse noire prit au début quelques couleurs rougeâtres pour finalement devenir intégralement rouge. Lisa et Juhani comprirent bien vite qu’en face arrivait une nuée d’adeptes de la force obscure.

L’ascenseur continuait son ascension avec à l’intérieur Revan, Jolee et Yuya. Par chance, si on pouvait en parler ainsi, ils n’avaient rencontré que très peu de résistance. Evidemment cela n’augurait rien de bon pour leur amis restés en arrière. Grâce à sa bonne connaissance des lieux, Revan leur avait fait prendre des chemins peu fréquentés.

-Quand nous trouverons Bastila, commença le jeune homme, j’aimerais que vous me laissiez seul avec elle.
-Tu es sûr d’arriver à la vaincre ? Demanda Jolee. Son pouvoir a dû considérablement s’accroître depuis…
-Je le sais mon ami mais c’est à moi et à moi seul que revient le droit de l’affronter, conclu le jedi.

L’ascenseur ralentit l’allure puis s’immobilisa complètement. La porte s’ouvrit et les trois jedi sortirent précipitamment. Au centre de la salle se trouvait une carte indiquant les positions des forces républicaines et sith. A priori il n’y avait personne, cependant avec l’aura obscure qui était omniprésente il aurait été difficile de détecter le moindre adversaire.

-Continuez, ordonna Revan qui ne cessait de fixer la carte. Malak est au bout de ce couloir, ajouta t-il en indiquant une porte au fond à droite.
-Fait attention à toi, dirent les deux jedi avant de le laisser.
-Montre toi Bastila ! Ordonna Revan après que Jolee et Yuya passèrent la porte.

Le jeune homme exécuta un bond en avant tout en activant son sabre. Sa lame percuta une autre. A peine mit il un pied à terre qu’il fit un salto arrière suivi d’une poussée de la force vers sa gauche. Revan se mit à courir de long en large dès qu’un de ses pieds effleura le sol. S’il voulait avoir une chance de vaincre il ne devait à aucun moment rester immobile. Tout d’un coup il bifurqua brusquement dans sa course. Il frappa dans le vide avec son sabre sans résultat, tout aussi rapidement il activa la seconde lame de son sabre, décrocha le second manche et frappa derrière lui. Une seconde de plus et le jedi se serrait retrouvé décapité. Finalement ils étaient de nouveau face à face. Revan prit immédiatement la position de la danse de l’eau. Bastila avait complètement changé depuis leur précédente rencontre. Son visage avait perdu toute trace d’humanité, ses yeux flamboyaient comme les feux de l’enfer. Elle jeta un regard à l’ancien maître sith puis fonça sur lui. Elle brisa la défense du jeune homme et plongea la lame rouge de son sabre en plein cœur.

Jolee et Yuya progressaient dans un couloir étroit, cela faisait une bonne dizaine de minutes qu’ils marchaient et n’avaient toujours rien rencontré que se soit un adversaire, un croisement où une porte. Ils en venaient à se demander si Revan ne les avaient pas envoyé dans une mauvaise direction. Ils voulurent faire marche arrière quand un rire guttural les fit frissonner des pieds à la tête. Doucement Yuya se retourna vers la direction qu’ils venaient, rien. Ils prirent leur jambe à leur cou et foncèrent droit devant. Plus ils fonçaient dans l’inconnu plus le rire devenait plus fort. Une porte se dressa devant eux au bout de l’interminable couloir. Chacun prit son sabre en main et Jolee prit la décision de passer en premier. Au-delà de la porte se trouvait une passerelle surplombant le vide. Cet accès se terminait sur une plateforme circulaire à deux niveaux. Yuya jeta un coup d’œil en l’air et remarqua que le plafond devait se trouver à une centaine de mètre au dessus de leur tête. Une voix les invita à approcher, cette dernière venait de la plateforme et possédait un étrange écho métallique. N’ayant pas trop le choix, Jolee et Yuya se précipitèrent vers le mystérieux inconnu. Arrivés à destination, ils virent un homme avec un physique impressionnant leur tourner le dos.

-Bienvenu dans mon humble demeure maître jedi.
-Malak ! Répliqua Yuya.
-Je dois vous féliciter pour être arriver ici sans trop de problème. Je présume que mon ancien maître se bat contre Bastila. Je n’ai donc pas le temps de jouer avec vous ! Je dois empêcher la prophétie de se réaliser !

Le seigneur noir se retourna et chargea sans attendre. Jolee se précipita à son tour suivi de près par Yuya.
Dans l’espace la situation était critique, même sans la méditation de combat de Bastila, les sith prenait un avantage quasi définitif sur la république. L’amiral Dodonna donnait ses instructions sans interruptions, mais sa voix trahissait sa peur. Vandar restait assis, impuissant. Les consignes de Revan avaient donné une chance de résister mais là ils avaient besoin de lui pour rétablir la situation, son sens tactique hors du commun était vital. Le petit maître se leva et convoqua tous les responsables de groupe jedi.

-Mes chères amis, vous devez allez sur la forge prêter main forte à Revan et ses compagnons ! Ramenez le vite pour qu’il puisse prendre la direction des flottes de la république.
-Bien maître, nous ne faillirons pas !

Vandar retourna sur le pont et demanda à l’amirale Dodonna de couvrir les transporteurs jusqu’à la forge. Cette dernière refusa catégoriquement, elle ne pouvait pas se permettre de perdre plus de vaisseau dans une tentative désespéré. Le maître jedi insista. L’amirale jeta un coup d’œil à la zone de combat, elle changea d’avis. Après tout ils n’avaient plus rien à perdre, à moins d’un miracle c’était la fin. Elle s’empressa d’ordonner aux derniers groupes de chasseurs de protéger les navettes. Une vague d’intercepteur sith s’interposèrent. Vandar ferma les yeux et usa de la force pour le disperser avec succès. Les navettes purent passer le blocus et pénétrer dans la forge stellaire.

-Il ne nous reste plus qu’à espérer maintenant, dit Dodonna.

Dans le hangar, Lisa, Juhani, Candérous et Carth se retrouvèrent très vite submergé par le nombre. A peine ils en tuaient une dizaine que vingt autres sith se jetaient sur eux. Candérous malgré sa force herculéenne devait reculer sans cesse. Carth était sortit à l’extérieure du vaisseau car les disciples obscurs avaient détruit les tourelles de l’Ebon Hawk. Lisa redoublait de virtuosité pour éliminer le plus de sith que possible, mais il arriva un moment où elle fut incapable de s’en sortir seule. Elle était encerclée par des assassins sith, son bras gauche blessé… Juhani surgit de nulle part et lui permit de sortir de ce mauvais pas. Hélas ce ne fut que de courte durée, elles se retrouvèrent acculé, dos à dos. La fin était proche, inéluctable. Un autre bruit sourd vint s’ajouter au vacarme du combat. Ils pensèrent que des renforts arrivaient pour les sith et là ils ne pourraient plus rien faire. Une nouvelle vague émergea du fond du hangar par l’entrée principale l’arme au poing. Lisa jeta un dernier regard en direction de Carth.

-Adieu mon amour, dit elle doucement.

Elle fit un dernier effort pour empoigner une vibro-lame avec sa main gauche et fonça droit dans le tas avec Juhani à ses côtés. Les deux guerrières fauchèrent le plus d’ennemis possible avec acharnement. Quand elles parvinrent près des nouveaux venus elles virent qu’ils n’avaient pas de sabre à lame rouge mais de toutes les couleurs, bleu, jaune, vert, bleu… Juhani fut soulagé, ce n’était pas des sith mais des jedi venus les aider. Les alliés fondirent sur les sith avec détermination. Le cœur de Lisa devint plus léger. Pris entre deux feux, les sith furent rapidement décimés.

-Où est Revan ? Demanda un des jedi après le combat.
-Combattre Malak, répondit Juhani. Maintenant que vous êtes là j’ai une idée !
-Laquelle ? Demandèrent Lisa et Candérous.
-Nous allons nous frayer un chemin vers le pont et ensuite nous utiliserons les défenses de la forge pour appuyer la flotte républicaine !
-Pas bête, remarqua Candérous. Je resterais ici avec Carth pour surveiller le vaisseau.
-Ok, je ne pense pas qu’il doive y avoir encore beaucoup de soldat. Allons-y ! Ordonna Juhani.

La jedi prit la tête du groupe et se précipita à l’extérieure du hangar. Lisa banda sa plaie au bras et partit les rejoindre immédiatement après sans adresser un regard vers Carth. De toute façon il n’avait à aucun moment montrer le moindre signe d’intérêt envers elle.

Le corps de Revan gisait au sol mais Bastila n’avait nullement relâché son attention. Elle se retourna précipitamment et para une attaque du jedi. Vu son expression, elle ne paraissait absolument pas surprise de le voir vivant.

-Tes petits tours ne marcheront pas sur moi ! Dit elle avec une voix froide.
-On peut toujours essayer, répondit Revan. La vie est drôle, non ?
-Qu’entends tu par là ?
-Cela va faire un an jour pour jour que l’on s’est battu la première fois. La situation a pas mal changé depuis, c’est toi la méchante et moi le gentil.
-Je remporterais la victoire ! Assura Bastila.
-Qui sait ? Tu vois, lors de notre première rencontre je savais que tu deviendrais une sith, c’était en toi.
-Mensonge ! C’est de ta faute !
-Typiquement humain cette réaction ! C’est toujours la faute des autres ! Grandis un peu gamine !

Sur ces mots, Revan fit un petit mouvement du bassin qui le conduisit juste derrière la jeune femme puis il frappa d’un coup de revers avec le bas du manche de son sabre. Il enchaîna ensuite avec un coup de pied dans le ventre et fit appel à la force pour envoyer Bastila percuter la paroi de la salle avec violence.

-Tu as voulu rejoindre le côté obscur ! Notre lien n’y est pour rien ! Relève toi et bats toi pour tes convictions !

Revan reparti à l’assaut et enchaîna de spectaculaire mouvement que Bastila para avec du mal. La sith prit du recul puis contre attaqua. Chaque entrechoquement de sabre était d’une rare violence, des vibro-lames ne pourraient résister à de tel choc, elle se briseraient comme du verre. Chaque instant était intense, le moindre relâchement signifierait la mort pour l’un des deux. Revan augmentait sa vitesse afin de prendre l’avantage mais Bastila faisait de même. Ils allaient tellement vite qu’on ne pouvait plus que percevoir leur ombre et les étincelles que provoquaient leurs sabres quand ils se rencontraient. Soudain Bastila prit le dessus et décapita Revan, mais encore une fois ce n’était qu’une ombre.

-Finissons-en ! Rugit Bastila.
-Pourquoi ? Tu ne trouves pas qu’on s’amuse bien ? Où bien as-tu peur de ne plus pouvoir me tuer ?
-Je te déteste à un point que tu ne soupçonnes pas !
-Vraiment ? Je dirais plus que tu es jalouse, moi.
Bastila perdit son sang froid et se précipita vers une zone d’ombre où Revan s’y était dissimulé. Malheureusement quand elle arriva il était déjà partit.
-Pourquoi ne prendrions pas le pouvoir pour nous deux, proposa Revan. Malak est faible et ne pourra pas nous résister, tuons le et devenons l’empereur et l’impératrice d’un nouvel ordre. Toi et moi siégeant au sommet de la hiérarchie, avec le pouvoir de vie et de mort sur tous nos sujets.
-Pourquoi accepterais-je ?
-Je sens en toi une ambition démesurée ! Je vais te montrer un avant goût de notre règne !
Le décor autour d’eux se troubla puis disparu. La respiration de la jeune femme s’accéléra, elle tournait sur elle à la recherche de n’importe quel point fixe mais l’obscurité les enveloppait.
-Fais nous revenir ! Dit Bastila sur un ton hystérique.

Puis des bâtiments apparurent, des foyers, des êtres vivants… Très vite elle reconnut Coruscant, une chose clochait. Des fumées noires s’élevaient dans le ciel rouge vif. Elle jeta un coup d’œil par terre et vit le cadavre de Carth, ensanglanté. Bastila releva la tête et chercha Revan, il n’était plus là, il s’était volatilisé. La jeune femme courue dans les rues jonchées de cadavre, de sang. Plus loin elle tomba sur un escadron sith qui ravageait, brûlait, tuait. Elle partit immédiatement en arrière avant de tomber sur sa mère qui courrait, le visage déformé par la peur et qui suppliait.

-Maman ! C’est moi ! Qu’est-ce qui se passe ?

Mais sa mère ne posa pas le moindre regard sur elle lorsqu’elle arriva à son niveau. Bastila tendis la main pour l’attraper mais sa main la traversa. Derrière elle entendit un rire sadique. Elle se retourna doucement et vit une femme habillé avec une grande robe noire et un sabre rouge à la main.

-Tout est de ta faute si je suis devenu ainsi, tu vas mourir de ma main, mère !

Bastila n’en revenait pas, sa mère s’enfuyait à cause… d’elle ! La femme démoniaque approcha, leurs regards se croisèrent… Une lueur de folie brillait dans les yeux de l’assassin.

-Alors ? Dit une voix qui fit sursauter Bastila. Tu veux en voir plus ?

Le décor se fondit une nouvelle fois, cette fois elle était face à une estrade d’où se trouvaient deux trônes. Sur l’un d’eux elle se reconnut, l’autre était occupé par Revan.

-Faites avancer les prisonniers ! Dit Bastila d’une voix puissante.

L’autre Bastila se retourna et vit que devant les sièges royaux se trouvaient des légions entières de soldats agenouillé. Ils avaient laissé juste assez de place pour former une allée allant jusqu’à perte de vue. Des soldats avançaient, remontant l’immensité des forces sith. Ils encerclaient des individus que Bastila ne pouvait voir de là où elle était.

-Après toutes ces années, dit Revan, je vous tiens enfin !

Le groupe s’arrêta en bas de marches et Bastila vit que les prisonniers étaient Jolee, Juhani, maître Andorra et Lisa. Elle reporta aussitôt son regard vers le couple impérial, un nouvel individu fit son entré. Le mystérieux invité s’agenouilla devant l’impératrice. Cette dernière s’avança et releva le voile qui cachait le visage de l’inconnu puis déposa un tendre baiser sur son front, qui avait tout d’un baiser maternelle. Puis, l’inconnu se leva et s’agenouilla devant Revan. Lui aussi déposa un baiser sur son front et l’invita à s’asseoir à sa gauche. La véritable Bastila ne crut pas croire ce qu’elle vit, il s’agissait d’une jeune femme et elle ressemblait à cette femme qui hantait Revan. Comment était-ce possible ? Une concubine ? Non, l’impératrice ne l’aurait pas embrassé. Alors… l’évidence sauta aux yeux de la jeune femme. Elle avait été jalouse non pas d’une rivale mais… de sa fille.

-Sois maudit Revan ! Hurla Lisa. Un jour le général Orion reviendra et…
-Et quoi ? Tu ne seras plus là de toute façon. Ma chérie, dit Revan en s’adressant à sa fille, je te les laisse pour t’entraîner, fais-en ce que tu veux.
-Merci père.

La fille de Revan se leva puis tendis une main vers Lisa. Un sourire cruel se dessina sur les lèvres de la jeune fille puis une décharge d’électricité toucha le capitaine Hesse. Au moment où Bastila tourna la tête pour voir Lisa, sa future fille était déjà devant Jolee et le soulevait d’une seule main.

-Ils sont faibles, père !

Yuya sortit un sabre qu’elle avait réussi à dissimuler puis attaqua la jeune fille. La lame du sabre s’arrêta net à quelques centimètres de son cou. Une lumière aveuglante se produit, lorsque Bastila put à nouveau distinguer ce qui se passait, maître Andorra était allongée à terre, le cœur arraché à main nue.

-Alors ? Ton futur te plaît ? Demanda Revan qui était apparu à côté d’elle. Vois tu le pouvoir que nous aurons, qu’en penses-tu ?
-Ja… jamais je ne laisserais… Pourquoi…
-Oui, elle est notre fille. Que préfères tu lui offrir comme avenir ?
Bastila restait bouche bé.
-Tu as basculé dans le côté obscur par jalousie. Tu pensais que j’en aimais une autre. C’est vrai, je l’aime mais comme mon enfant. Et…
-Pourquoi as-tu autant souffert quand tu l’as vue ?
-Ca fait partie des choses que je ne peux pas te révéler.

Le décor de la forge stellaire réapparu. Bastila laissa tomber son sabre à terre et se jeta dans les bras de Revan. Le jeune homme répondit à son étreinte par la même force, puis il l’embrassa.

-Je t’aime Bastila, dit il en lui souriant. Je vais aller tuer Malak et en finir une fois pour toute avec les sith.
-Alors cette vision n’était pas…
-Je suis plutôt doué pour manipuler, rien de ce que tu as vu ne se produira. Il n’y avait qu’une seule chose de vrai, notre amour l’un envers l’autre et le fruit de cette union.
-Veux-tu que je t’accompagne pour…
-Non, reste ici et utilise ta méditation de combat pour aider la flotte républicaine.
-D’accord mon amour.
-Tu n’as plus peur de le dire ?
-Tu m’as sauvé de moi-même.

Revan déposa un baiser sur son front et partit rejoindre Yuya et Jolee qui devait très certainement éprouver des difficultés. Il sonda l’espace d’un instant les pensés de Bastila et vit cette graine obscure toujours présente et bien plus grande qu’auparavant. Un jour elle allait devoir la combattre mais il ne pourrait rien faire. Un flash du futur lui traversa l’esprit et le rassura, son frère allait arranger pas mal de chose.

Jolee était sur le point de basculer dans le vide quand Yuya vint à sa rescousse en repoussant Malak. Le vieil homme s’agrippa au bord de la plateforme et se hissa. Le seigneur noir, d’un coup de sabre, parvint à contrer les coups de l’échanie et lui permit de contre attaquer. Il blessa Yuya à la cuisse et s’apprêter à lui porter le coup de grâce quand Jolee intervint. La maître jedi déchira un morceau de sa bure et fit un garrot. Elle s’élança ensuite pour aider le vieux Jolee. Ensemble ils frappèrent à l’unisson et devinrent parfaitement synchrone. Malak subit quelques blessures et sauta sur la seconde plateforme pour reprendre son souffle. Les jedi le suivirent et se ruèrent à l’attaque une fois de plus. Soudain il furent comme privé de leurs jambes et tombèrent au sol. Un instant avant que cela ne se produise, Jolee avait cru voir un rayon rouge sortir de son corps et aller dans la main de Malak. Il leva la tête et vit les blessures du seigneur noir se refermer sur d’elle-même à une vitesse incroyable.

-Comment… articula t-il.

Ils tentèrent de se relever mais sans y parvenir. Ils étaient comme privés de toute force.

-A cause de vous j’ai du user de ce pouvoir ! Si j’avais le temps je vous ferez souffrir mais je dois me dépêcher d’en finir pour rejoindre mon apprentie et tuer Revan avant qu’il ne vienne ici !

L’homme s’avança vers les jedi incapables de se défendre. Il alla frapper quand les sabres des jedi s’activèrent tout seul et se dressèrent devant lui en le menaçant. Puis ils se mirent à l’attaquer. Yuya qui avait réussit à se redresser ne comprenait pas non plus ce qui se passait, Jolee n’était pas en état de faire appel à la force et elle non plus. Alors qui ? Elle chercha partout à la recherche de la personne responsable. Rien, leur mystérieux allié était introuvable. Malak détruisit la sabre puis jeta un coup d’œil vers les jedi. Il leur avait absorbé juste assez d’énergie pour les paralyser. Il eut rapidement la réponse, une ombre apparut entre lui et les jedi. Lorsqu’elle releva la tête, il reconnut Revan. Bastila avait échoué et maintenant… Non il se refusait à cette éventualité, il gagnerait et mènerait les sith vers la place qui était la leur.

-Il est temps d’en finir Malak, dit Revan. Trop de gens ont souffert, la guerre doit cesser et pour cela je dois te tuer !
-Tu ne parles pas comme un jedi mon chère Revan. C’est toi pourtant qui est le responsable de tout ceci ! A moins que tu sois toujours amnésique !
-Assez bavardé, conclu Revan.
Le jedi se jeta sur le seigneur noir et enchaîna une série de coup qui prirent le prirent de court. Très vite Malak se retrouva couvert de blessure et dû fuir le combat. Revan ne le poursuivit pas, il se contenta de le regarder avec dédain.
-Ne croit pas que tu as gagné ! Dit Malak.

Le seigneur des sith leva son bras droit et avec l’aide de la force activa une console. Les plateformes s’ébranlèrent, plusieurs capsules de la taille d’un humain adulte sortirent du sol. En jetant un coup d’œil à l’intérieur Revan reconnu des jedi de Dantooïne. Il se tourna rapidement vers Malak, le jedi savait ce qu’il s’apprêtait à réaliser.

-Alors tu as été sur Anobis. Tu ne mesures pas les conséquences d’un tel pouvoir !
-Tu crois ? Le gardien m’avait prévenu que je mourrais dans le tombeau mais comme tu le vois je suis bien en vie et je vais te prouver que je te suis supérieur en tout !
-Ton corps ne pourra jamais supporter un pouvoir de cette nature ! J’ai moi-même refusé de l’apprendre!
-Le grand Revan avoir peur ??? Laisse moi rire !
-Inconscient ! Vas-y, utilise le et après tu te rendras compte de ton erreur !
-J’en avais bien l’intention !

Malak leva la main vers le haut de la structure, une dizaine d’éclair rouge sortirent des corps des jedi emprisonnés et parvinrent dans la paume du seigneur noir. Comme précédemment ses plaies se refermèrent aussitôt mais en même temps sa force aussi et son visage gagna en pâleur. Le maître fonça vers Revan avec une vitesse beaucoup plus grande qu’auparavant. Le jeune homme ne bougea pas, il attendit le dernier moment pour faire un simple pas de côté et éviter l’attaque. Malak se rua de nouveau mais ne pouvait toucher son adversaire.

-Qu’attends-tu pour me toucher ? Ironisa Revan. Peut-être devrais tu absorber la mienne ?

Jolee et Yuya tremblèrent en entendant les paroles du jedi. Si Malak avait bien le pouvoir d’absorber la force vitale et la puissance de son adversaire, alors le fait d’absorber celle de Revan le rendrait invincible. Qu’avait-il en tête pour proposer une telle alternative ?

Malak s’éloigna de Revan puis tendis les mains, il allait le vider de toute sa force. Le jeune homme sentit sa vie s’enfuir de son corps, la douleur qu’il ressentait était atroce et il se mit à hurler. Le seigneur noir sentait son pouvoir grandir de plus en plus, il devenait l’égal d’un dieu. Soudain la connexion fut brisée. Revan se relevait comme si rien ne s’était passé et jeta un regard perfide à son vis-à-vis.

-Alors ? Es-tu capable de me vaincre maintenant ?

Malak fit appel à la force et projeta Revan dans le vide. Il s’approcha du précipice pour voir ce qu’il en était mais une lame violette se posa sur sa gorge.

-Tu peux faire mieux que ça ! Tu me déçois.

Malak explosa de colère et frappa de toutes ses forces. Revan esquivait à peu de chose près chacun des coups de sabre. Puis il s’éloigna du seigneur noir. Ne voulant le laisser le distancer Malak utilisa toute sa rapidité pour le rattraper. Le plan de Revan marchait à merveille, le maître sith ne pouvait contrôler une telle puissance. Après une dizaine de minutes de course poursuite, Malak mit un genou à terre.

-Qu’est-ce qui t’arrive ? Demanda Revan en rigolant. Déjà fatigué ? Mais on en est qu’au préliminaire. Crois moi j’ai encore plus d’un tour dans mon sac !

Malak devint fou de rage et chargea, il ne ressentait plus la douleur depuis un moment et fut totalement prit au dépourvu quand les muscles de ses cuisses se déchirèrent. L’homme trébucha et se retrouva allongé de tout son corps. Il essaya d’absorber à nouveau les pouvoirs de Revan mais rien ne se produisit.

-Impossible ! Je dois te vaincre !
-C’est la fin Malak, ton destin est de mourir ici.
-Tu peux parler de destin, gronda Malak. Toi aussi tu as essayé de changer le tien ! Mais tu as échoué ! Ah ah ah ah ah !
-Ferme-là ! Dit Revan.
-Et pourquoi ? Je sais ce qui va t’arriver, absolument tout. J’ai trouvé la véritable prophétie, elle y détaille absolument tout. Et je sais que tu devras…

Revan ne le laissa pas finir sa phrase et le décapita. Il rangea son sabre à sa ceinture et retourna voir Jolee et Yuya. Ils pouvaient à présent bouger, il les aida à se relever et sortirent. La forge stellaire se mit à trembler dangereusement.

-Amiral ! Cria l’officier radar républicain. Les sith se désorganisent !
-Quoi ? Comment…
-Bastila, déclara Vandar. C’est le moment de lancer l’assaut final amiral !
-Vous avez raison maître jedi. Escadron rouge, or, vermeille prenez la flotte de la zone téta sur les flancs. Croiseur Junon, Tirol et Greto couvrez nous, nous allons nous approcher du générateur d’énergie et le détruire.
-A vos ordres ! Crièrent les hauts parleurs.

Au même moment les défenses de la forge stellaire ouvrirent le feu sur les croiseurs sith. L’amiral Dodonna n’en revenait pas, les jedi avaient pris le contrôle du pont principal. La flotte sith prise entre deux feux se trouva contrainte à s’éloigner du champ de bataille. Seulement, les flottes rouge, or et vermeille les attendaient le pieds ferme et leur coupèrent toute possibilité de fuite. Le croiseur de l’amirale ainsi que cinq autres purent approcher sans encombre du générateur.

-Puissance maximale ! Feu à volonté ! Cria l’amirale.

Les croiseurs firent feu et détruisirent le générateur.

-A tous les vaisseaux, quittez la zone sans plus attendre !
-Amiral, nous avons une communication provenant de la forge !
-Passez la moi vite !

Juhani apparu à l’écran.

-Sortez vite de là ! Hurla Dodonna. La forge ne va pas tarder à exploser !
-A vos ordres !
-Et… Malak ? Demanda Vandar.
-Il est mort, dit une voix forte derrière la jedi.
-Revan ? Vous avez…
-Pas le temps de discuter ! Conclu Revan.

Ce qui restait des flottes républicaine et sith s’éloignèrent de la forge, cette dernière explosa en un million d’étincelles. L’Ebon Hawk avait échappé aux flammes de quelques secondes…

Et voilà!

A bientôt!

Edit: Plus que deux chapitres! La fin se rapproche...
Sinon le jeu se termine ici. Bon il y a une cinématique de fin mais moi je vais aller plus loin.
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Darth Piejs » Jeu 13 Nov 2008 - 17:01   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

A ça fesait longtemps!
Bien sympa cette partie même si je suis un peu :( de ne pas avoir un Revan qui reprend son manteau de Dark Lord of the Sith :sournois:
Les chapitres suivant devraient être encore plus interessants pour les connaisseurs du jeu, car inédits.

EDIT: Revan1er tu as un MP :wink:
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8890
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Revan1er » Dim 16 Nov 2008 - 12:43   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour à tous! Voici donc l'avant dernier chapitre qui commence... :cry: Oui, c'est bientôt la fin!

Bref, trêve de pleurnicherie, voici la suite!

Bonne lecture!

Chapitre XXVIII : Victoire de la république


L’Ebon Hawk rattrapa le vaisseau amiral de la flotte républicaine et entra dans son hangar. Il était beaucoup trop endommagé pour passer en vitesse lumière. La passerelle de l’appareil se baissa et dans l’immense salle tous les soldats applaudirent les véritables héros de la république. L’amiral et maître Vandar eux même avaient fait le déplacement pour les accueillir. Juhani fut la première à descendre avec Carth et Candérous suivie ensuite par Jolee et Yuya. Revan, Bastila et Lisa par contre n’étaient pas particulièrement enthousiastes à l’idée d’être considéré comme des héros. Ils durent descendre quand Linda, l’amie de Lisa, monta à l’intérieur pour leur demander de rejoindre les autres. Vandar s’approcha de son petit pas pour féliciter les deux jedi.

-Bravo mes enfants, vous êtes la fierté de notre ordre !
-Maître… commença Bastila, je… j’ai échoué. Je ne mérite aucune éloge, j’ai laissé le côté obscur s’emparer de moi, j’y ai pris goût…
-Ne sois pas si dure envers toi, répondit Vandar. Tout le monde commet des erreurs, la tienne n’a pas eu de grave conséquence.
-Mais…
-Bastila, cela va faire de nombreuses années que je fais parti du conseil et crois moi quand je te dis que tu es l’une des jedi les plus courageuse que j’ai rencontré.
-Merci pour votre gentillesse. Maintenant je vais me retirer pour me reposer. A plus tard maître, amiral.
-Reposez vous bien Bastila, répondit Dodonna. Lisa, je…
-Amiral, coupa Lisa, je me présente de mon plein gré pour être arrêtée.
-Quoi ??? Intervint Linda. Mais pour quelle raison ?
-Haute trahison ! Dit Lisa parfaitement calme.
-Capitaine, dit l’amiral choqué par la nouvelle. Cela ne se peut, vous êtes une des plus fidèle partisane…
-Détrompez vous, après l’attaque de Naboo j’ai rejoint les forces sith pour venger la mort de mon fiancé, Xender.
-Ce qu’elle dit est la vérité, dit Revan. Je l’ai moi-même intégré à mes forces.
-Vous savez ce que cela signifierait pour vous capitaine si cette nouvelle venait à ce savoir !
-J’en suis consciente, la court martiale puis la peine de mort.
-Lisa, dit tristement Linda, ne fait pas ça ! Tu as des circonstances atténuantes, on pourrait toujours…
-Désolé mais je dois payer pour mes crimes, j’ai torturé, tué, massacré pour les sith et…, Lisa arrêta de parler et jeta un coup d’œil vers Carth qui ne disait rien. Je n’arrive plus à dormir, comprend moi.
-Mais je suis ton amie !
-Justement, c’est parce que tu es mon amie que tu dois comprendre la raison de mon geste ! J’ai commis un crime et je dois payer.
-Commandant Onasi, intervint Dodonna, qu’en pensez vous ?
-Qu’on la conduise en cellule ! Répondit froidement Carth.

Linda allait répliquer quand Lisa l’arrêta en plein élan. Les jeunes femmes se regardèrent un moment puis Linda décida d’obéir aux ordres de son supérieur. Elle conduisit personnellement la captive vers les cellules. A peine fut elle seule, l’assassin se mit à pleurer. Elle s’assit sur ce qui était un lit puis regarda d’un air absent le plafond de la prison, les larmes coulant le long de son visage. Des images de son passé défilèrent dans son esprit. Comme c’était étrange pour elle, il avait fallu qu’elle soit enfermée pour revoir les moments les plus agréables de sa vie. Etait-ce parce qu’elle avait enfin accepté son destin ? La seule voie qui s’offrait désormais était de trouver la mort devant un peloton d’exécution. Mais ce n’était pas ce qui la faisait pleurer, la réaction de Carth avait été prévisible. Au fond elle, elle avait espéré qu’il change, qu’il comprenne ses sentiments.

Vandar demanda à Revan de le suivre dans la salle de réunion du vaisseau. Il avait à lui parler de sujet important et voulait surtout avoir sa version des événements qui s’étaient produits pendant la bataille. Les autres furent conduits vers leurs appartements afin de s’y reposer. Candérous fut surpris par l’amabilité des républicains à son égard. Il s’attendait plus à de l’aversion envers un ancien adversaire mais ce n’était absolument pas le cas. Chaque soldat qu’il croisait tenait à lui serrer la main, à le remercier chaleureusement pour son aide. Les jedi entrèrent dans la pièce insonorisée, il y avait Jolee, Yuya, Vandar et Revan. Les trois maîtres se mirent assit ensemble au bout de la table tandis que Revan prit place à l’opposé, seul.

-J’ai senti un grand malaise au début de la bataille, entama Vandar. Une présence beaucoup plus noire que Malak et elle venait de l’Ebon Hawk. Qu’as-tu à dire à ce propos ?
-J’ai fait ce que je devais, répondit Revan en restant énigmatique.
-Qu’as-tu fais ? Jamais, au cours de ma longue existence je n’avais ressenti une telle détresse dans la force, c’était comme si une multitude de personne était massacré dans un bain de sang. Hors jamais tu ne les as approché.
-La force est source de vie dans tout l’univers, que se soit les plantes, les animaux… La force tisse un lien avec les êtres vivants, leur conférant la vie. Pour nous les êtres dits « sensibles » nous sommes capables d’utiliser son pouvoir. Il existe un rituel permettant de briser ce lien. Vous maître, êtes capable de briser le lien entre les êtres sensible et la force sans leur faire le moindre mal. Mais en allant plus loin on peut leur ôter la vie.
-Effrayant, réalisa Vandar, prendre la vie d’une personne est déjà un crime innommable mais en prendre des milliers de cette façon…
-Nous n’avions pas trop le choix maître, renchérit Revan. Et puis il y a une limite à ce pouvoir. Si on ne le contrôle pas on peut mourir aussi ainsi que toutes les personnes à proximité.
-Mais ces cris qui résonnaient dans ma tête… c’était si horrible.
-Oui, la force souffrait tout autant que nous.
-Que c’est-il passé avec Malak ?
-Il est mort, affirma Revan sans donner de précision.
-Jolee, Yuya, vous pouvez confirmer ?
-Il est bien mort, dit Yuya. Il a utilisé pendant le combat un pouvoir pour le moins étrange Vandar.
-Etrange ? Dans quel sens ?
-Il… c’est comme s’il pouvait absorber la vie et la force d’une personne.
-C’était le champ de mort, intervint Revan, un pouvoir développé par une vieille faction sith. L’inconscient, il n’a pas mesuré les dangers qu’entraînaient son utilisation.
-Tu m’as l’air bien au courant, rétorqua Yuya.
-J’ai visité un tombeau sur Annobis pendant les guerres mandaloriennes, il renferme de nombreux secrets qui ne doivent jamais plus en sortir. L’univers serait irrémédiablement détruit si une personne venait à les apprendre.

Les maîtres jedi se jetèrent un regard signifiant beaucoup. Vandar connaissait bien l’existence de ce temple mais n’était jamais parvenu à y pénétrer. Le portail était resté insensible à toute forme de contrainte pour l’ouvrir. Après réflexion les maîtres du conseil avait décidé d’abandonner l’idée de l’ouvrir, une présence malveillante hantait les lieux. Vandar vint à se demander comment Revan avait-il pu y pénétrer ainsi que Malak. Cependant il ne lui posa pas la question, il se doutait que le jeune homme ne répondrait pas, trop de mystère l’entourait. Encore maintenant il sentait le côté obscur entourer le jedi, elle était pourtant si différente de ce qu’il avait l’habitude de sentir. Le doute n’était plus possible à présent, l’homme qui se tenait en face de lui était le sith’ari, l’élu de la force venu rendre sa gloire aux sith puis les détruire. Un long silence, lourd et pesant s’installa. Revan se leva, salua les maîtres et prit congé.

-Vandar, interpella Jolee, Malak a parlé d’une prophétie concernant Revan, sais tu quelque chose à ce sujet ?
-Je suis navré mais il n’est pas en mon pouvoir de te révéler quoi que se soit à ce propos. Seul les membres du conseil…
-On est entre nous mon ami. Je dois savoir !
-Jolee, intervint Yuya, ne rends pas les choses plus compliqués. Fait preuve d’un peu de bon sens.
-Très bien, concéda amèrement Jolee, elle est loin l’époque où tu voulais changer le conseil. Finalement tu es comme eux.
-J’ai grandi, asséna Yuya.
-Veuillez m’excuser, dit Jolee en se levant.

Le vieil homme quitta la pièce, le visage triste. Yuya s’en voulait d’avoir été si dure avec son ancien mentor mais il ne devait pas savoir, il restait encore trop de mystère autour de la prophétie. Il manquait un élu, malheureusement ils ne savaient pas qui il était, celui qui incarnerait l’utilisateur parfait de la force, le jend’ari et qui en représenterait la mort.

L’ascenseur dans lequel se trouvait Revan ralentit son allure, la porte s’ouvrit et le jeune homme sortit. Il se retrouva dans le quartier de détention. Il avança vers les cellules du fond où se trouvait Lisa. A peine arrivé, le jeune homme vit les larmes de la jeune femme.

-Tu pleures ?
-Non, je transpire des yeux ! Répliqua vivement Lisa.
-Tu as peur de mourir ?
-Tu devrais le savoir, tu es très bon pour entrer dans la tête des gens !
-Il y a des choses que je ne peux voir ni comprendre. La peur est justement un des sentiments les plus complexe. Je peux en connaître l’origine, la peur du noir, de perdre un être chère mais pas celle qui est induit par la mort.
-Pourquoi me poses tu une telle question ?
-Juste par curiosité, rien d’autre.

-Menteur, répliqua Lisa sur un ton doux et calme. Avant je respectais et admirais le grand général Revan Regana. Il m’inspirait aussi la peur et l’obéissance. Ensuite est arrivé Jaden. Il était stupide, ignorant, gamin mais il avait un grand cœur. Dans un certain sens il te ressemblait comme tu étais avant, il forçait l'admiration. Aujourd’hui tu n’es plus qu’une ombre, un être qui doute, qui cherche des réponses. Tu es plus humain, d’autre diront que tu t’es affaibli mais pas moi. Ton côté humain te rend plus accessible. Je me souviens d’un jour pendant la guerre où tout semblait perdu, le moral des troupes était au plus bas. Mais toi tu avais gardé un sang froid sidérant. Tu as réunis tout le monde, tu es resté un instant sans rien dire, regardant chacun d’eux droit dans les yeux. Puis tu as ordonné de préparer l’ultime assaut sans rien ajouter d’autre, aucun mot d’encouragement, aucune consigne, juste l’ordre de passer à l’action. Tu t’es mis au devant de tous et tu as foncé droit vers les mandaloriens, seul. Les soldats républicains ne t’avaient même pas suivi et pourtant tu as continué. Devant tant de courage un petit groupe a décidé de t’aider puis tous les autres ont fait de même. A ce qu’on m’a raconté cela c’est fini dans un bain de sang. Tu n’as jamais failli ni laisser le moindre quartier. Mais maintenant tu es en proie au doute, à la peur. Jaden a déteint sur toi.

-Tu me surprendras toujours, répondit Revan. Tu n’es pas une jedi et pourtant tu lis en moi comme dans un livre ouvert. Je vais te faire une confidence. Jaden n’a jamais été créé par le conseil, il a toujours fait parti de moi, il était enfermé dans mon esprit par un sort que ma mère m’a jeté. Il voulait sortir, voir le monde de ses propres yeux, il voulait vivre. Mais il ignorait les atrocités qu’emplissait l’univers, il ne voyait que mes souvenirs où j’étais heureux et voulait prendre ma place. Quand l’occasion se présenta je lui ai laissé. Après… il m’a demandé de reprendre le contrôle, il voulait disparaître à jamais. Vois-tu, dans un sens je l’enviait, il était pur, innocent et ignorait ce que le destin lui réclamerait.

-Alors on ne le reverra plus ?
-Oui, tout comme tu ne reverras jamais plus le Revan d’avant. Je suis l’ensemble de ses deux personnes.
-Pourquoi avoir fait ça ?
-J’ai accepté mon destin, beaucoup de jedi prétendent que l’avenir peut être changé mais je t’assure qu’ils se trompent ! Nous sommes tous enchaîné à une destiné qui nous est propre et quelques soit les réflexions, les possibilités qui s’offrent à nous, nous choisirons inconsciemment le chemin que la force nous a tracé.
-Il n’y a donc aucune échappatoire ?
-Pour moi non il n’y en a aucune. Mais pour d’autres… Oublie ça, je commence à divaguer.
-Je comprends à présent la raison de ta question. Tu es comme moi, le couloir de la mort nous attend. Mais à la différence que toi, tu en as peur ! Je ne pense pas que les jedi…
-Les jedi ne me condamnerons jamais à mort, ni même le sénat. Je trouverais la mort bien plus tard. J’aurais dû me faire à cette fatalité mais non, mon arrogance m’a poussé à me battre de toutes mes forces contre le destin mais le résultat est que j’ai fait ce que la force voulait de moi.
-Pourquoi me racontes-tu ça à moi ? Bastila aussi…
-Elle ne devra jamais savoir !
-Pourquoi ? Même si elle est un peu pimbêche, stupide, borné… énuméra Lisa avant de s’arrêter. Elle t’aime de tout son cœur, j’en reviens pas que le général Orion est pu être son maître. D’ailleurs, je trouve que tu lui ressembles légèrement, dans tes actes, ta façon de raisonner. Si vous n’aviez pas un nom différent je jurerais que vous êtes de la même famille.
-Je ne l’ai pas beaucoup connu, nous avions une simple relation d’officier à officier. Mais je veux bien te croire.
-Deux fois, dit Lisa.
-Deux fois ? Qu’entends-tu par là ?
-C’est la deuxième fois que tu viens me voir en prison. La première tu m’as sauvé de la folie et la seconde…
-Tu m’as aidé à prendre ma décision. Je t’en remercie.
-Pas de quoi. Au fait, si tu vois Carth… Oublie.
-Je lui dirais que tu l’aimes.
-Si tu oses je te bute !
-Quelle vulgarité, s’offusqua faussement Revan. Porte toi bien, une fois qu’on arrivera à la capitale les gens te cracheront au visage, te traînerons dans la boue…
-Je sais, merci Revan.

L’homme se dirigea vers l’ascenseur.

-Tu restes par contre toujours aussi manipulateur, lança Lisa. Il y a trois jours je ne voulais qu’une chose, te tuer pour ce que tu avais fait à Mission et maintenant je te reconsidère comme un ami.
-Je sais, termina l’ancien seigneur noir.

Cette fois-ci, Revan arriva dans les quartiers des officiers. Un soldat lui avait indiqué sa chambre sur un plan. En chemin il stoppa devant celle de Bastila. Il pouvait la sentir à travers la porte. Ne pouvant résister à la tentation, il usa de la force pour l’ouvrir et entra. La jeune jedi était couchée dans un lit douillé et dormait profondément. Elle était dans un tel état d’épuisement qu’elle ne se réveilla pas quand le jedi s’assit à côté d’elle sur le lit. Il tendit délicatement la main et dégagea une mèche de cheveux qui masquait le visage apaisant de la jeune femme. Il resta un long moment à la regarder, ses yeux ne pouvaient se détourner. Il lui avait menti sur la forge en lui disant qu’il l’aimait, en réalité il n’en savait toujours rien. Ses sentiments étaient confus, changeant, incertain.

-Tu te laisses distraire mon amour, dit une voix derrière lui.
-Je ne pensais pas entendre ta voix à nouveau. Pourquoi viens tu maintenant ?
-Je me suis sacrifié pour toi, pour que rien ne te retienne. Elle ne pourra jamais comprendre, elle trop jeune, immature.
-Ce n’est pas à toi de décider, dit Revan en colère.
-L’aimes-tu ? Non, je le sais et toi aussi ! Alors ne laisse pas les sentiments de cet imbécile te détourner de ton devoir !
-Jaden n’était pas un imbécile, il avait un cœur, une âme. Moi, je n’étais qu’un assassin, un monstre ! J’ai tué la femme que j’aimais par caprice ! Je t’ai tué parce que tu m’as trompé !
-Est-ce que ça change quelque chose ? Non, le résultat est le même. Tu n’avais plus d’attache, tu pouvais enfin libérer tout ton potentiel et devenir le sith’ari.
-Je n’ai jamais voulu être l’élu ! Je ne veux pas de cette responsabilité ! Je veux vivre une vie simple, avoir des enfants, une famille ! Au lieu de ça je dois sauver des gens qui ne le mérite pas !
-Tu as menti à cette femme en prison, tu peux changer ton destin, tu es la vie de la force. Mais tu sais ce qui arrivera si tu ne le fais pas, toute vie sera annihilée, détruite. Même Thérèsa mourra !
-Tais-toi ! Ne prononce jamais plus son nom !
-Que me feras-tu ? Me tuer ? Trop tard c’est déjà fait.
-Où est passée la femme que j’avais aimée ? Tu ne l’es pas !
-Au contraire, j’ai toujours été ainsi. C’est Yuya qui m’a révélée le contenu de la prophétie, à l’époque c’était une fille curieuse et elle s’était frauduleusement introduite dans la base de données secrète du conseil. Lorsque je t’ai vu à l’œuvre j’ai tout de suite su que tu étais l’élu mais hélas tu es tombé amoureux de moi. Je devais donc tout faire pour détruire cet amour. J’ai été jusqu’à séduire Yusannis et lui ai donné un enfant. Cela n’avait pas suffit, je n’avais donc plus d’autre choix que de me sacrifier.
-Si Yuya t’entendait…
-Elle a été pervertie par le conseil ! Pauvre Jolee, lui qui voulait fonder une nouvelle ère de jedi avec elle… Il doit être très déçut.
-Finalement tu m’as manipulé !
-J’ai l’impression que tu es choqué, mais toi aussi tu aimes manipuler, non ? Ne me dis pas que c’est différent ! Tu as tout fait pour que tes plans se passe sans encombre.
-Je n’avais pas le choix ! Je devais le faire pour…
-Pour toi et personne d’autre ! Tu voulais faire tomber la république pour ensuite bâtir un empire puissant capable de résister à la menace qui approche à grand pas, les vrais sith ! Dark Nihilus et Dark Sion sont tous deux là, ils attendent le moment propice pour attaquer et vous rendre encore plus faible. Ils ont désobéi à leur maître et veulent exterminer tous les jedi ! Pourras tu les arrêter ? Sion sans l’ombre d’un doute, il s’est tellement accroché à la vie avec l’aide de la force que se serait un jeu d’enfant pour toi de le détruire mais Nihilus en revanche… Tu es impuissant face à lui, il est une brèche dans la force seul ton frère pourra en venir à bout et tu le sais !
-Comment sais tu que j’ai un frère ?
-Voyons, je te connais mieux que personne. Mon amour pour toi est infini.

Aaren jeta un regard malicieux à Revan puis disparue. Bastila n’avait pas bougé et n’avait pas entendu la conversation. Sa respiration était restée calme et douce. Au moment où Revan passa sa main sur sa joue, elle ouvrit les yeux. Elle sourit en voyant son bien aimé. Elle l’attira vers elle puis l’embrassa. Le jedi ne résista pas et passa le reste du trajet avec elle dans la chambre.

La flotte sortit de l’hyper espace à l’approche de Coruscant. Depuis l’espace, les pilotes pouvaient voire des feux d’artifices tirés d’un peu partout sur la planète. La population était au courant de la chute des sith et faisaient la fête. Le vaisseau de l’amirale fut le premier à être autorisé à se poser. Sur la piste d’atterrissage, les attendaient pas moins de vingt bataillons d’infanteries, tous au garde à vous. Dodonna espérait qu’ils étaient venus les applaudir. Au centre de la piste se trouvait une délégation au nombre impressionnant. Il s’agissait de l’ensemble des sénateurs et du chancelier suprême, puis elle aperçut de l’autre côté de la piste l’arrivé des membres du conseil des jedi. L’appareil se posa délicatement sur la terre ferme et l’amirale mit descendit. Elle alla au devant du chancelier et le salua.

-Amirale Forn Dodonna au rapport chancelier.
-Repos amirale, dit il d’une voix dure. Je devrais vous faire arrêter ainsi que tous les officiers mais vos actions ont permis la défaite des sith. Recevez notre gratitude mais à l’avenir j’espère que vous obéirez aux ordres.
-Oui monsieur, dit Dodonna soulagé.

Derrière elle se trouvait les jedi ainsi que les alliés qui avaient permis la victoire. Le chancelier prit le temps de tous leur serrer la main puis une fois fait il ordonna à tous les bataillons de faire une haie d’honneur aux héros. Au même moment un feu d’artifice commença sur l’aire d’atterrissage, des avions de chasse passèrent au dessus d’eux, effectuant des acrobaties prodigieuses. Puis une autre escadrille les survola laissant des traînés de couleur. Les sénateurs applaudirent, les maîtres jedi aussi. Les soldats qui descendirent furent accueilli par leur confrère par des applaudissements, des éclats de rire s’en suivirent, des hurlements de joies… Tout le monde était heureux, enfin presque. Revan écoutait Yuya discuter avec le conseil, son visage montrait clairement que ça l’énervait. Puis vint le tour à Lisa de descendre, les mains liés des le dos. Les soldats s’arrêtèrent immédiatement et se tournèrent vers elle. Un petit groupe entourait la jeune femme, exclusivement des anciens du 127ème qui avaient servis avec elle. La nouvelle de sa trahison traversa à la vitesse de la lumière les troupes sur le tarmac et ils se resserrèrent autour de la captive. Les cris de joies se trouvèrent remplacer par les sifflets, les insultes… Heureusement, Linda et ses amis parvinrent à protéger Lisa des coups de poings. Ils eurent du mal à avancer jusqu’à ce que Revan s’en mêle. D’un geste de la main il écarta les soldats laissant une allée suffisamment large pour que le groupe puisse passer rapidement vers le bâtiment principal. Les maîtres s’indignèrent mais Revan leur jeta un regard noir puis partit suivi de près par Bastila.

-Tu n’aurais pas dû intervenir, dit elle.
-Et pourquoi ? Elle ne mérite pas d’être traîné comme une malpropre parce qu’elle a aimé un homme tué injustement ! Les jedi n’ont pas à rester assis dans leur tour d’ivoire pendant que les gens souffrent !
-Tu parles comme Jolee, répondit Bastila en souriant.
-Je sais, il faut reconnaître qu’il n’a pas tort.
-Revan ! L’appela Kavar. Revan ! Rends toi dans la salle aux milles fontaines. Le conseil veut s’entretenir avec toi.
-Je suis au service du conseil, répondit Revan en s’inclinant.
Il alla d’abord voir comment aller Lisa. Mais il fut rebouté à peine s’approcha t-il de la zone de détention. Linda aussi n’avait pas été autorisé à entrer. Les gardiens avaient pris le relais. Bastila empêcha le jedi de faire une bêtise et le traîna jusqu’à l’académie. Avant d’entrer elle déposa un baiser furtif sur ses lèvres puis le laissa y aller seul. A l’intérieur tous les maîtres étaient réunis, Kavar, Vandar, Zez Kai Ell, Atris, Yuya, Vash, Dorak. Revan se rendit au centre de la pièce et attendit qu’ils parlent.
-Merci d’avoir répondu si vite à notre appel, dit Kavar. Nous tenons tout d’abord à te féliciter pour ta victoire sur le seigneur noir. Nous savons à quel point cela a pu être dur.
-Maître, coupa Revan, venez en au fait. Je n’ai fait que mon devoir en stoppant Malak.
-Oui mais tu n’as pas…
-Kavar, intervint Atris, je sens en lui le côté obscur ! Il s’est de nouveau perverti !
-Vous avez tort Atris, répondit Revan. Je suis l’élu, le sith’ari. En tant que tel le côté obscur fait parti intégrant de mon pouvoir. Le refuser reviendrait à me priver de la force.
-C’est une option ! Répliqua l’échanie.
-Voyons Atris, dit Vandar, nous ne pouvons tolérer de tel propos.
-Enfin chers confrères vous devez mesurer le danger qu’il représente pour la galaxie !
-Atris, dit Vandar, il a prouvé par ses actes sont sincère repentir.
-Vous faites une grave erreur ! Conclu Atris.
-Revenons au véritable but de ta présence ici, continua Kavar. Les membres du conseil t’accordent le titre de maître jedi. Et nous t’assignons un padawan comme il est de coutume.
-Je suis au regret de refuser, déclara Revan. Je ne me sens pas capable d’enseigner à un nouvel…
-Il s’agit de Bastila, coupa Kavar. Vous deux êtes lié par un lien très puissant, sans toi elle n’aurait pu revenir à la lumière.
-Ce lien est dangereux vous ne devriez pas le considérer comme une bénédiction mais comme une malédiction pour nous deux. Elle a vu ce que j’ai vécu et n’a pu y résister. Je ne veux pas la blesser d’avantage.
-Désolé Revan mais tu devras te plier à notre décision, dit Vrook.
-Vous n’avez pas conscience de ce que vous m’ordonnez. Le côté obscur subsiste en elle comme une fleure du mal sur le point d’éclore. Un rien suffirait pour que Bastila plonge à nouveau…
-Justement, grâce à votre connexion tu pourras la ramener.
Revan n’ajouta rien, les maîtres étaient bornés et rien ne les ferait changer d’avis. Il allait devoir briser le lien le plus rapidement possible. Il salua les maîtres puis se retira. Une fois en dehors de la salle il prit le temps de souffler un peu. Maître Kavar sortit le dernier de la salle.
-Maître ! L’interpella Revan.
-Qu’y a-t-il ? Répondit Kavar.
-Où se trouve Mission Vao ?
-La twilek ? Ha oui, elle est à l’hôpital pour les jedi de Coruscant.
-Merci maître, au revoir.

Revan partit en direction de l’hôpital, il devait allait s’excuser de ce qu’il avait fait à son encontre. Elle était une victime de son plan mais au moins elle avait survécu alors que toutes les statistiques avaient démontré le contraire. Lorsqu’il arriva à l’étage des personnes gravement blessé il reconnut au loin Zaalbar. Le wookie ne passait pas inaperçu au milieu des jedi médecins et des droïdes. A peine le jedi s’approcha que Zaalbar se leva de tout son être et lui jeta un regard mauvais. Ses poings étaient refermés et il tremblait. Cependant il n’attaqua pas Revan, son serment l’empêchait de lever la main sur lui.

-Je ne lui veux aucun mal, je suis venu m’excuser.
-Arggggggggggghhhhhh ! Grogna le wookie.
-Laisse moi passer, dit le jedi sur un ton doux.

Zaalbar continuait de le défier du regard mais Revan ne montra aucun signe d’hostilité. Finalement il le laissa passer. La chambre était petite, elle comprenait une petite commode à côté d’un lit, des rideaux blancs unis ornaient les fenêtres et les mûrs étaient recouverts d’une peinture bleu clair. Cette couleur allait à merveille avec le teint de la jeune fille qui était blottis dans les couvertures. Revan prit l’unique tabouret et le posa proche du lit avant de s’asseoir dessus. Malgré le vacarme qu’avait provoqué le wookie, Mission dormait toujours.

-Mission, chuchota l'homme dans son oreille. C’est moi, Revan.
-Huuuuuummmm, Revan ? Non, pas encore un rêve ! Marmonna la twilek.
-Allez réveille toi paresseuse !
-Hein ? Revan ? C’est… c’est bien toi ? Répondit elle en ouvrant grand les yeux.
-Oui, je suis bien là.

Mission se releva d’un coup de son lit et s’agrippa au cou du jeune homme, des larmes de joies coulant de son visage.

-Je savais que tu reviendrais ! J’en étais sûre ! Jamais tu nous aurais trahi ! Tu n’es pas comme ça !

Revan s’extirpa de la prise de la jeune fille. Lorsqu’elle vit son visage elle perdit un peu de sa joie.

-Pourquoi tu fais cette tête d’enterrement ? Ne me dis pas que Bastila est…
-Non, non, non, elle va très bien. Je… je suis venu m’excuser pour ce qui t’es arrivé.
-Comment ça ? Tu n’y pouvais rien si des…
-Je les avais envoyé, coupa froidement Revan.
-Impossible… tu n’aurais jamais… voulu nous tuer…non ?
-Je devais trouver un moyen de t’empêcher d’aller sur la forge avec nous. Le temps que nous avons passé ensemble m’a appris que jamais tu ne te serais laisser convaincre. Alors j’ai dû…
-Ils auraient pu nous tuer si deux jedi n’étaient venu nous aider.
-J’en suis conscient et je te prie de m’excuser. A cause de moi tu as perdu tes jambes.
-T’en fait pas pour ça, ils m’ont greffés des nouvelles. Bon j’ai encore un peu de mal à marcher mais je m’y habituerais.

Un silence inconfortable s’installa, Mission se pencha sur le côté et alluma un petit récepteur pour écouter les nouvelles. Un flash d’information venait à peine de commencer et comme s’y attendait Revan la première nouvelle concernait l’arrestation de Lisa. Mission fit un bond dans le lit en l’entendant, elle se retourna rapidement vers Revan et à son regard elle comprit que c’était la stricte vérité.

-Ils… ils ne peuvent pas la condamner, hein ? Je sais ce qu’elle a fait mais elle s’est repentie ! Ils vont la relâcher, dis moi ?
-Je crains que non, vois tu…
-C’est elle qui s’est rendue aux autorités, coupa Carth qui venait d’entrer avec un bouquet de fleur. Elle a tout avoué.
-Mais elle nous a aidé ! Ils vont en tenir compte, non ? Ils ne peuvent pas…
-Désolé de te décevoir Mission, intervint Revan, mais le chancelier va en faire un exemple. Elle sera jugée et condamné à mort pour haute trahison.
-Ils n’ont pas le droit ! Cria Mission.
-Reste calme Mission, dit Carth en venant s’asseoir à côté de la jeune fille.
-Elle va retrouver son fiancé dans l’autre monde, dit calmement Revan.
-Mais je croyais qu’elle t’aimait Carth ? Tu ne peux pas la laisser mourir !
-Il n’est pas en mon pouvoir de changer quoi que se soit.
-Mais tu l’aimes !!! Si elle part tu seras seul, solitaire…
-Je commence à avoir l’habitude, et puis j’ai retrouvé mon fils. Il est ici maintenant et je dois m’occuper de lui.
-Laissez moi seule ! Dit Mission.

Les deux hommes se levèrent et obéirent. Une fois de retour dans le couloir Revan partit vers l’ascenseur. Carth se précipita à sa suite et dès qu’il fut à porter il choppa le col du jedi et le jeta contre un mûr. Tout de suite après il plaqua sa main sur son cou et le regarda droit dans les yeux.

-Toi aussi tu devrais être jugé ! Déclara Carth d’une voix ferme.
-Le chancelier m’a donné l’immunité. Maintenant lâche moi !
-Je ne suis pas aussi dupe que les autres ! Un monstre ne changera jamais, et je te promet que le jour où tu recommenceras… je serais là pour te tuer !
-Merci pour ta franchise, tu ne sais pas à quel point c’est rare les gens qui disent ce qu’ils pensent.
-Ne joue pas au plus malin avec moi, tu pourrais le regretter !

Carth relâcha sa prise sur Revan, ce dernier reprit son chemin vers l’ascenseur. Le jedi ne rentra pas tout de suite vers son appartement de la capitale. Il erra sans but à travers les rues, les quartiers de la ville où les habitants faisaient la fête. Plusieurs d’entres eux l’invitaient mais il passait à chaque fois son chemin sans répondre. Au bout d’un moment il mit sa capuche sur la tête et se faufila entre les attroupements, il passa ainsi inaperçu. Puis il s’arrêta devant un bar très fréquenté. Revan pénétra à l’intérieur, se posa près du comptoir et commanda du jus de juma.

-Tenez mon brave, c’est la maison qui régale ! Aujourd’hui c’est la fête !
-Merci, répondit Revan.

Il prit son verre et alla s’installer à l’écart des fêtards et dégusta sa boisson. Non loin de lui se trouvait un groupe de fille qui riait très fort et elles jetaient des coups d’oeils furtif vers lui. L’une d’elle se détacha du lot et s’assit en face de Revan. Ses cheveux verts fluo retombaient sur ses épaules, son visage était agréable à regarder et ses yeux noisette fixaient intensément le jeune homme toujours le visage caché. Sans aucune retenue la jeune femme tendis la main et repoussa la capuche en arrière. Elle découvrit le visage du jedi, elle craqua aussitôt sur ses yeux verts émeraude et trouvait que son teint blanc pâle les faisaient ressortir à merveille.

-Pourquoi caches-tu un si beau visage ? Mes copines pensaient que tu étais horrible. En fin de compte tu es joli comme un cœur.

Revan continuait de la fixer mais ne répondit pas à son compliment.

-Il ne faut pas faire une tête pareille, c’est la fiesta ! Malak est mort, la république a encore montré sa supériorité ! Ah laisse moi deviner… Tu es un soldat et tu n’as pas pu devenir un héro, je me trompe ?
-Les héros n’existent pas, rétorqua Revan. Ceux qu’on appel des héros ne sont rien de plus que des assassins.

La jeune femme fut surprise par la réponse du jeune homme mais elle ne partit pas. Bien au contraire il éveillait en elle une grande curiosité.

-Je m’appelle Fernie, et toi ?
-A quoi bon te le dire, tu partirais en courant dès que je te l’aurais dit.
-Et ce n’est pas ce que tu veux ? Que je te laisse tranquille, seul dans ton coin ? Allez dit moi ton nom ! Je suis déjà sûre que tu n’es pas un soldat, je pencherais pour un jedi vu ta façon de te fringuer.
-Je suis peut-être un sith ?
-Je ne crois pas, tu ne serais pas ici en train de siroter un verre mais plutôt à la recherche d’un moyen de transport pour ne pas te faire choper.
-Brillante déduction mais qui comporte certaine limite. Le meilleur moyen de passer inaperçu et de se faire remarquer.
-Comment peut on passer inaperçu en se montrant à tous ?
-Tous les soldats de garde recherche les derniers éléments sith en ce moment, c’est donc le meilleur moment pour ne pas chercher à fuir. En restant ici à la vue de tous je n’éveille aucun soupçon.
-Tu es incroyable bel inconnu. Ton raisonnement est digne d’un espion.
-Je te l’ai dit, je suis peut être un sith qui attend le moment opportun pour s’échapper.
-Une chose ne colle pas, répliqua Fernie, tu m’as dit ton plan alors que tu ne me connais pas. Comment peux-tu savoir que je n’irais pas voir le premier soldat républicain et que je lui déballe tout ?
-Je n’en sais rien, dit sincèrement Revan, de toute façon je peux disparaître dans la foule.
-Allez dis moi comment tu t’appelles ? Demanda t-elle à nouveau.
-Puisque tu insistes, commença le jeune homme. Je me nomme Revan, Revan Regana.

La jeune fille se mit à rire.

-Non allez soit sérieux, tu ne peux pas t’appeler comme l’ancien seigneur noir.
-Et pourtant je suis on ne peut plus sérieux.

Fernie cessa immédiatement de rire et afficha pour la première fois un regard terrifié.

-Tu voulais savoir, non ? Reprit Revan avec un regard perçant. Je suis l’ancien seigneur des sith, héro des guerres mandaloriennes, revenu pour punir Dark Malak de sa trahison.
-Tu ne plaisantes pas ? Demanda Fernie.
-Tu veux une preuve ? Très bien, ferme les yeux je vais te montrer…

Revan posa sa main sur le front de la jeune femme et aussitôt elle vit une partie des souvenirs du seigneur noir. Notamment des séquences s’étant déroulé pendant la guerre contre les mandaloriens. Prise de panique elle se releva brusquement et trébucha contre la chaise. Le jeune homme ne bougea pas pour l’aider à se relever et plongea son regard inexpressif dans ceux terrorisé de la jeune femme.

-Imp… impossible… tu… tu ne peux pas…
-Tu as dû mal entendre les informations alors. Le chancelier m’a lui-même réhabilité et accordé son pardon.
-Un… monstre… tu n’es qu’un monstre…

La jeune femme se releva pressement et couru vers ses amies. Toutes se mirent à regarder Revan avec peur puis elles partirent en courant du bar. Pour le jeune homme cette réaction avait été prévisible, il avait défendu la république mais la populace le verrait toujours comme un tyran et un traître. Heureusement, la fuite des jeunes femmes n’avait alarmé personne dans la salle. Il pouvait au moins finir son verre en toute quiétude. Une porte s’ouvrit dans son dos, un courant d’air le fit frissonner. Une autre personne vint s’asseoir à sa table. La jeune femme devant lui, lui jeta un regard exaspéré.

-Tu m’as finalement trouvé, dit Revan un peu moqueur.
-Ca fait des heures que je suis à ta recherche ! Dit Bastila énervé. Où étais tu passé ? Tu n’as pas idée à quel point j’étais inquiète !
-Comment m’as-tu retrouvée ? Je suis certain d’avoir retenu ma force.
-Appel ça l’intuition féminine !

Revan ne semblait absolument pas convaincu et lui lança un regard prétextant qu’il ne la croyait pas.

-Bon d’accord j’ai vu un groupe de fille hystérique sortir de ce bar en criant qu’elles avaient vu Revan l’ancien seigneur noir. Je me suis donc dit que seul un parfait crétin pouvait dire une chose pareille pour faire son intéressant, soit que c’était toi qui voulais de débarrasser d’indésirable. Pourquoi as-tu disparu après ta réunion avec le conseil ?
-J’ai été rendre une petite visite à Mission.
-Je suis au courant de ce qui c’est passé. Moi aussi j’ai été lui rendre visite mais elle dormait alors je suis partie. Ne t’inquiète pas, je ne te demanderais pas pourquoi tu as fait ça. Raconte moi plutôt ce que le conseil t’a dit.
-Ils m’ont nommé au rang de maître jedi.
-Génial, ils ne pouvaient, de toute façon, pas faire autrement après ta victoire sur Malak. Et alors ? Ca fait quoi ?
-Rien de spécial, je suis le même qu’avant. Ah, ils m’ont aussi octroyé un apprenti.
-Qui est le malheureux ?
-Toi ! Répondit Revan en souriant.
-QUOI ??? Mais… tu… vas devenir mon mentor ?
-Je vois que cette nouvelle te réjouis.
-Il doit s’agir d’une erreur ? Tu plaisantes, j’espère ?
-Ai-je l’air de plaisanter ? Répondit Revan.
-Non…
-T’inquiète cette nouvelle ne me réjouit pas du tout. Qui voudrait avoir une élève comme toi ? Egocentrique, borné, chiante… et j’en passe !
-Eeeeeeeeeh, je ne suis pas comme ça ! Et toi ? Tu t’es bien regardé ? Tu dis que je suis égocentrique mais c’est rien à côté de toi ! Moi au moins je ne suis pas mégalo.
-Oh lala, ça c’est un coup bas !
-Juste retour des choses ! Dit Bastila fière d’elle. Revenons à un sujet plus sérieux. J’ai ouïe dire que demain s’ouvrirait l’instruction de Lisa et à ce qu’on raconte ce serait le chancelier suprême qui la dirigerait.
-Il veut en faire un exemple, on peut être sûre qu’il va bien la médiatiser.
-C’est certain, je ne l’ai jamais apprécié cette painbèche mais il faut reconnaître que sans elle…
-Je le sais bien, coupa Revan en s’affalant sur son siège. Ne t’inquiète pas, je ferais mon possible pour la sortir de se mauvais pas et peut être que je la demanderais en mariage. C’est une femme de caractère et j’adore ça !
-Laisse la crever !
-Tu changes vite d’avis ! Jalouse ?
-Si jamais elle ose t’approcher je la massacre !
-Ca a le mérite d’être clair ! Allez viens, il est temps de rentrer.

A peine debout, Bastila se jetta sur Revan et l’embrassa. Le jeune homme sourit puis main dans la main ils rentrèrent à l’académie. Bien évidemment à peine ils l’atteignirent qu’ils cessèrent tout signe d’affection physique. Ils passèrent la nuit ensemble et le lendemain tout deux enfilèrent leur tunique d’apparat et se rendirent à l’académie militaire de Coruscant. C’était en ce lieu ultra sécurisé que se déroulerait la cour. Devant les portes étaient amassés plusieurs centaines de milliers de journalistes, civiles… La sécurité, heureusement, comptait pas moins de cinq régiments d’infanteries et de droïde de combat. Revan et Bastila durent jouer des coudes pour arriver devant la porte d’entrée. Par chance, aucun des journalistes ou des personnes présentent dans la foule ne les avaient reconnu.

-Désolé, personne ne passe ! Leur dit un garde.
-Je suis maître jedi et je dois entrer !
-C’est le conseil qui vous envoi ?
-Oui, mentit Revan.
-Bien, vous pouvez passer, et cette demoiselle ?
-C’est mon apprentie, elle m’accompagne à l’intérieure.
-Aucun problème, maître jedi. Allez-y !

Le soldat leur permit d’accéder à l’intérieur de l’académie. Les deux jedi pénétrèrent ensuite dans la salle du tribunal. Dans les premiers bancs se trouvait les soldats du 127ème, Linda en faisait parti. Revan alla près d’elle et lui demanda s’il pouvait s’installer à côté d’elle avec Bastila. Cette dernière accepta et se décala. Le procureur militaire entra, en passant dans l’allée centrale il jeta un coup d’œil aux personnes présentes et s’attarda sur Revan. Puis il prit place à son bureau. Lisa ne tarda pas à les rejoindre, elle était solidement enchaînée et cinq gardes étaient collés à elle. Dans son sillage se trouvait son avocat commis d’office. Il la suivie jusqu’au box des accusé puis discuta avec elle. La porte d’entrée des juges s’ouvrit. Tout le monde dans l’assemblée se leva. L’amirale Dodonna entra la première, suivie par trois autres amiraux dont Revan ignorait les noms. Le dernier à entrer fut le chancelier suprême.

-Asseyez-vous, dit-il une fois installé. Bien, affaire 55-X06, le capitaine Lisa Hesse, faisant parti de l’ancien 127ème escadron sous la direction du Général Orion, répondra à l’accusation de haute trahison.
Le chancelier lança un regard à l’assemblé puis poursuivi.
-Accusé, levez vous, que plaidez vous ?
-Coupable votre excellence…
-J’aimerais ajouté, intervint son avocat, que nous attestons les circonstances atténuantes.
-Vraiment ? Dit le chancelier. Bien, je vous laisse la parole monsieur le procureur de la république.

-Je vous remercie votre excellence. Durant ce procès je vais montrer la preuve que l’accusé était parfaitement consciente de ses actes et qu’aucune excuse ne peut pardonner un crime d’une telle gravité. Elle a donné des renseignements vitaux à l’ennemi, pris part intégrante dans son effort de guerre et que sans l’intervention de nos valeureux soldats, je nommerai dans cette liste le commandant Carth Onasi, elle aurait continué son rôle d’espionne et aurait pu conduire notre bien aimé république à la défaite. Je laisse à présent la parole à la défense.

-Merci monsieur le procureur. Ma cliente possède des états de service exemplaires, décorée par trois fois lors des guerres mandaloriennes. A elle seule elle a permit la prise de Dxun, son escadron entier avait été décimé et elle aurait pu rester terrée le temps que des secours arrive mais elle a fait preuve de leadership en formant un groupe de rebelle, opérée des actes de sabotages en terrain hostile et j’en passe. Après cela elle rentre chez elle pour découvrir que son fiancé avait été exécuté pour haute trahison alors qu’il n’avait fait que protéger les habitants de Naboo. Cette courageuse jeune femme se retire fort logiquement de l’armé et s’installe chez elle. Comment avons-nous pu laisser un tel talent ? Je vous le demande ! Cette femme a vu une occasion de faire payer ces bourreaux quand le grand héros des guerres mandaloriennes, le général Revan, revint pour nous détruire. Encore une fois, c’est en toute logique qu’elle les rejoignit, peut-on la blâmer d’avoir aimer son fiancé ? Durant ce procès je vous apporterais la preuve irréfutable que le capitaine Lisa Hesse n’a agit que par amour et non par intérêt.

L’avocat de Lisa revint s’asseoir à son bureau et remit des feuilles en ordre. Le procureur rassembla des preuves et attendit le signal du chancelier pour commencer les hostilités.

-Pour mon premier témoin, j’appel le maître jedi Revan Regana. Je tiens à préciser avant toute chose qu’il a obtenu une grâce de votre excellence et ne peut donc en aucun cas être accusé de quoi que soit.

Dans toute la salle les têtes se tournèrent vers le jedi. Bastila sentit la main de son bien aimé se resserrer dans la sienne. Elle lui fit un petit sourire et l’invita à se lever. Revan n’eut pas le choix, il se leva de son siège et alla au box des témoins.
-Veuillez décliner vos noms et prénom ainsi que votre rôle durant la guerre des sith.

-Je suis le maître jedi Revan Regana et au début de la guerre j’étais à la tête de l’armé sith.
-Connaissiez vous l’accusé avant cette guerre ?
-Oui, je lui ai remis deux des trois décorations qu’elle a reçut.
-Je veux dire personnellement ?
-Non, elle avait été affectée au 127ème escadron. Son responsable hiérarchique était le général Den Orion et elle ne rendait des comptes qu’à lui.
-Quelles ont été vos impressions quand vous l’avez rencontré ?
-Objection votre excellence, intervint l’avocat. Cette question n’a aucun rapport avec notre affaire !
-J’essai de démontrer à la cour que l’accusé aurait suivie le général Revan n’importe où.
-Objection rejeté, veuillez répondre !
-J’ai tout de suite vu en elle un élément unique. Un guerrier comme il n’en existe qu’une fois par millénaire.
-Déjà à cette époque vous vouliez donc la garder en vue d’un éventuel retour ?
-Tout à fait, un tel officier dans mes rangs serait un atout incontesté.
-Pourquoi ne lui avait vous pas ordonné de vous suivre après la bataille de Malachor 5 ?
-Elle aurait refusé.
-Pourtant vous avez dit…
-Je sais ce que j’ai dit mais elle était fidèle à la république.
-Pourtant j’ai ici même des aveux de plusieurs soldats qui l’ont entendu dire qu’elle vous suivrait vous et le général Orion partout où vous iriez ?

Le procureur retourna à son bureau et prit une pile d’une dizaine de feuilles qu’il remit au chancelier.

-J’ai donc fait une erreur de jugement, dit Revan.

Bastila trouva bizarre que le jeune homme concède avoir fait une erreur, il n’en avait pas commis une seule… Il cachait quelque chose.

-J’en ai terminé votre honneur, le témoin est à la défense.
-Maître jedi, racontez nous comment vous avez rejoint les forces de la républiques.
-Objection, prononça le procureur. Le passé du témoin n’intervient pas dans cette affaire.
-Je veux démontrer à la cour que c’est grâce à ma cliente que l’ancien seigneur noir est revenu nous aider.
-Objection retenu, posez une autre question, maître.
-Bien, quels ont été les agissements du capitaine Hesse pendant votre recherche de la forge stellaire ?
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Revan1er » Dim 16 Nov 2008 - 13:04   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

-Elle nous a prêté assistance, grâce à elle nous avons pu mettre fin à un plan des sith. Elle a mit la main sur des dossiers démontrant que les sith effectuaient des tests d’un virus en vue de prendre le contrôle de leurs ôtes.
-Qu’a-t-elle fait ensuite ?
-Elle a détruit à elle seule le laboratoire qui se trouvait sur Kashyyyk.
-Toute seule ? Avait vous des preuves de ce que vous avancez ?
-Oui, le commandant Onasi lui a sauvé la vie alors que le complexe était sur le point d’exploser.
-Merci, plus de question.
-Vous pouvez aller vous asseoir, maître jedi.

Revan se leva et reprit place à côté de Bastila. Le procès continua toute la matinée. Les témoins défilèrent les uns après les autres. Le procureur avait fait en sorte d’appeler uniquement des témoins qui détestait Lisa, si bien que Linda crut que le chancelier allait prendre sa décision avant la pause de midi. Heureusement, ce ne fut pas le cas. Il suspendit l’audience jusque deux heure de l’après midi. Dehors, Revan et Bastila assistèrent à une conversation plutôt houleuse entre Linda et Carth. Elle reprochait à l’officier républicain sont manque de cœur envers une femme qui avait souffert.

-Surveillez vos propos soldat ! Rugit Carth. Ne laissez pas votre amitié pour elle vous cacher la vérité !
-Elle ne mérite pas ça !
-Chacun porte le poids de ses fautes, soldat.

Revan s’interposa entre eux deux. Il conseilla à Linda de se calmer. Celle-ci jeta un regard noir au jedi puis s’en alla. Carth partit à son tour mais cette fois Revan le suivit. A l’abri des regards il usa de la force pour arrêter l’officier républicain et le plaqua contre le mur.

-Qu’est-ce que tu fais ? Cria t-il.
-Maintenant ferme-là et écoute ! Gronda Revan en le regardant droit dans les yeux.
-Lâche-moi !

Revan lui donna un violent coup de poing dans le ventre pour le faire taire.

-Quand vas-tu agir comme un homme ? T’en as pas assez d’être aussi con et borné ?
-Tu es mal placé…

Le jedi le frappa à nouveau.

-Tu es aveugle au point de ne pas voir que Linda ne veut pas perdre sa meilleure amie ! Je ne vois pas ce que Lisa te trouve ! Elle mérite bien mieux qu’un raté comme toi !
-Elle va mourir de toute façon !
-Et ça te suffit ? T’en as pas assez de perdre les êtres qui te sont chère ? Tu ne peux pas me cacher tes sentiments, tu l’aimes !
-Jamais je n’aimerais une traîtresse !
-Remballe un peu ta fierté ! Crois tu qu’Alexandra voudrais te voir ainsi ? Tu n’es plus qu’une loque, tu te caches derrière ton grade pour éviter de souffrir. Mais j’ai un scoop pour toi, la vie fait souffrir mais elle apporte aussi le bonheur !
-Que connais-tu de la souffrance ?
-J’ai perdu mes parents à l’age de sept ans, tué sous mes yeux. J’ai vu aussi le futur, tu n’imagineras jamais ce qu’on ressent quand on sait que sa propre fille est condamner à être assassiner et que tu ne peux rien y faire !
En regardant les yeux de Revan, Carth ne vit aucune colère, aucune haine, seulement une grande tristesse.
-Oui, ma fille mourra, tué par mon propre… ça n’a pas d’importance.
-Qui ?
-Tu n’as pas à le savoir, c’est mon problème. Mais toi tu peux encore changer le destin de Lisa, toi seul peux la sauver.
-Mais comment ?
-Cherches et tu trouveras.

Revan relacha Carth et lui tourna le dos pour repartir vers la salle d’audience.

-Revan !... Merci pour…
-Ne me remercie pas, je ne l’ai pas fait pour toi mais pour elle. N’oublie pas que c’est ta dernière chance. La prochaine fois tu la perdras pour toujours !
-Je m’en souviendrais.
-Je ne pense pas, dit Revan de façon inaudible pour Carth.

La séance reprit à 14 heures pile. C’était encore au tour du procureur d’appeler ses témoins. Sans surprise il fit appel à des officiers de haut rang qui haïssaient Lisa. Chacun racontait des atrocités sur Lisa dont certaines, si ce n’était la plupart étaient totalement faux. L’avocat de Lisa ne put inverser la tendance lors des contre-interrogatoires. Les officiers maintenaient leurs positions si bien que Linda cria aux calomnies, ce qui évidemment déplut au chancelier. Ce dernier ordonna aux gardes de la sortir de la salle. Le procureur termina en appelant Carth à la barre. Il pensait que cet officier porterait le coup de grâce… à tort.

-Déclinez vos noms, prénoms et grade dans l’armée.
-Commandant Carth Onasi de la centième flotte.
-Quand avez –vous connu l’accusé ?
-Sur Taris, Revan qui s’appelait Jaden à cette époque lui avait sauvé la vie lors d’une course de fonceur.
-Saviez-vous qui elle était ?
-Je ne saisis pas votre question.
-Je vais être plus clair alors, saviez vous que c’était la fiancé de l’homme que vous aviez exécuté sur Naboo ?
-Non.
-Quand l’avez-vous su ?
-Beaucoup plus tard, je ne me souviens plus trop.
-Objection votre honneur, cela n’apporte rien à notre affaire.
-Retenu, monsieur le procureur venez en au faits !
-Bien votre honneur, décrivez le comportement de l’accusée pendant votre mission.
-Elle agissait toujours en étend sûre de ce qu’elle faisait.
-Etait-ce le cas ?
-Dans la majorité… oui.
-Dites nous les situations qui ne l’étaient pas.
-Sur Kashyyyk, elle est partie seule pour détruire une installation secrète des sith.
-En quoi cela était-il une erreur ?
-J’avais l’impression qu’elle voulait se suicider.
-Je ne demande pas votre impression. Elle aurait pu tout aussi bien transmettre des données vitales à l’ennemi et faire croire ensuite…
-Absolument pas ! Les expériences orchestrées par les sith étaient inhumaines autant pour moi que pour Lisa. Elle agit souvent de façon inconsidérée mais elle a plus de courage que n’importe qui !
-Elle jouait simplement son rôle d’espionne !
-Faux, contredit Carth avec colère. Cette femme a sauvé des milliards de vies en risquant la sienne ! Vous n’y étiez pas ! Moi si ! Je l’ai vu agonisante et pourtant elle se battait comme aucun autre soldat n’aurait pu.

Sur son banc, Lisa jeta un regard étonné à Carth. Elle n’était pas la seule, Bastila, l’amiral Dodonna ainsi que le chancelier suprême regardait l’officier avec étonnement. Un seul homme dans l’assistance ne montrait aucune surprise, Revan.

-J’en ai terminé avec vous, dit le procureur sur un ton cassant. Le témoin est à la défense.
-Je n’ai rien à ajouter, répondit fièrement l’avocat.
-Bien, dit le chancelier suprême, si vous n’avez plus de témoin monsieur le procureur c’est à la défense de faire appel à ses témoins.
-Je n’en ai plus votre honneur, affirma le procureur.
-J’appel le soldat première classe Linda XarVan.
L’amie de Lisa fut autorisée à rentrer dans la salle d’audience et prit place dans le box.
-Déclinez vos noms, prénoms et grade.
-Linda XarVan, soldat première classe dans le 120ème escadron section reconnaissance.
-Depuis combien de temps connaissez vous le capitaine Lisa Hesse ?
-Cela va faire sept ans, lorsque j’ai été transférée du 87ème régiment de reconnaissance terrestre vers le 127ème escadron section reconnaissance.
-Etait-elle votre supérieure ?
-Oui, elle était la plus gradée de la section.
-D’après vous, était-elle un bon chef ?
-Tout à fait, elle agissait avec la sagesse et la réflexion d’un officier compétant et elle était toujours en première ligne lors des combats.
-Vous étiez pourtant dans la reconnaissance ? Ce n’est pas à vous d’affronter l’ennemi ?
-En théorie vous avez raison mais Lisa analysait la situation et si elle était alarmante nous agissions pour ralentir l’effort de guerre de l’ennemi.
-Donnez nous quelques exemples.
-Objection votre honneur ! Cria le procureur.
-J’essai de montrer à la cour que ma cliente était une fervente partisane de la république et un modèle de commandement.
-Rejeté, poursuivez maître.
-Soldat XarVan, donnez nous quelques exemples de mission décidé par le capitaine Hesse.
-Assassiner un chef de tribu mandalorien, détruire des installations stratégiques, saboter des vaisseaux de guerres… et j’en passe.
-Les pertes étaient-elles énormes en raison de votre manque d’entraînement ?
-Parfois on perdait un ou deux hommes mais pas plus… Sauf une fois. Le groupe avait été totalement décimé. Les mandaloriens avaient eu vent d’une opération de reconnaissance sur Dxun.
-Vous y étiez ?
-Non, Lisa m’avait donné une mission d’espionnage dans la bordure extérieure.
-La suite nous la connaissons très bien, ma cliente a permis à l’armée républicaine de reprendre Dxun et elle fut décorée par le général Revan. Je vous remercie soldat. Le témoin est au ministère public.
-Merci mon chère confrère. Alors mademoiselle XarVan… Vous avez dit que les mandaloriens attendaient le 127ème de reconnaissance.
-C’est exact.
-Il y avait eu donc une fuite ?
-Sans l’ombre d’un doute.
-Une enquête a-t-elle était faite pour découvrir le responsable ?
-Non.
-Pourquoi cela ?
-Le général Revan nous avait ordonné de mettre la priorité sur la récupération de la planète et d’éventuels survivant.
-La fuite pouvait donc provenir du capitaine Hesse vu qu’elle fut la seule rescapée !
-Jamais elle n’aurait fait ça !
-C’est ce que vous vous persuadez. Des témoins l’ont vu en compagnie de mandaloriens.
-Elle ne faisait que son travail !
-En couchant avec eux ?
-C’était sa seule chance de pouvoir pénétrer dans les installations ennemies et les saboter !
-Peut-être… peut-être pas ! L’histoire, hélas, nous a démontré qu’elle était capable de changer de camp.
-C’est faux ! Si vous n’aviez pas…
-Continuez, insista le procureur.
-Si vous n’aviez pas tué son fiancé…
-Et vous pensez que cela excuse sa trahison ?
-Non mais…
-Merci je n’ai plus de question.
Linda se leva d’un bond et fut reconduite à l’extérieure. Elle était dans un état de colère jamais vu.
-Mon dernier témoin sera le capitaine Lisa Hesse.

Ce fut à son tour d’être interrogée. La jeune femme ne savait plus quoi répondre. Au début elle aurait tout accepté du moment que cela soit rapide mais après l’intervention de Carth…

-Noms, prénoms, grade.
-Lisa Hesse, j’étais capitaine du 127ème escadron section reconnaissance, sous les ordres directs du général Den Orion.
-Quand avez-vous rejoint les sith ?
-Cinq mois après la bataille de Naboo.
-Pourquoi avoir attendu autant de temps ?
-J’étais prisonnière.
-Quelqu’un peut-il corroborer vos dires ?
-Oui, le seigneur noir, Revan. C’est lui qui est venu me libérer et me proposer de prendre le commandement d’une section spéciale.
-Quel était son nom et sa fonction ?
-Elle se nommait la section funeste. Elle regroupait des personnes insensibles à la force.
-Pourquoi cela ?
-Assassiner les jedi.
-Vous en avez tuez beaucoup ? Je veux dire vous personnellement.
-Aucun ! Mon rôle était d’entraîner les recrues et ensuite Revan m’a chargé d’une mission sur Taris.
-En quoi consistait-elle ?
-Je n’en sais rien, aujourd’hui il ne s’en souvient plus.
-Etrange, non ? Après vos fait d’armes exceptionnelles pendant les guerres mandaloriennes il vous a simplement cantonné à un rôle d’instructeur. Peut-être partagiez vous des renseignements sur les défenses républicaines ?
-Non, il n’en avait pas besoin.
-Pourquoi avez-vous acceptez son offre ?
-Après tout ce qu’il avait fait pour moi je ne pouvais pas refuser. J’y ai vu en plus l’occasion de… de me venger de la mort de mon bien-aimé.
-Le commandant Carth Onasi, c’est bien cela ?
-Oui.
-Vouliez-vous vous venger de la république en même temps ?
-Non, avec Revan à la tête des armés sith, la république n’en avait plus pour longtemps.
-Après la destruction de la forge stellaire, vous vous êtes rendue aux autorités spontanément. Alors que vous auriez pu fuir. Pourquoi ?
-Je… je ne veux pas répondre.
-Veuillez répondre capitaine ! Ordonna le chancelier.
-Carth m’a sauvé la vie de nombreuses fois. Mon honneur m’obligeait à expier mes fautes… même si cela devait me conduire devant un peloton d’exécution.
-Merci, plus d’autre question. La parole est à vous, dit l’avocat en se tournant vers le procureur.

-Je n’en aurais qu’une seule. Vous dites vous être rendu aux autorité par honneur, qui soit dit en passant ne vaux pas grand-chose. Moi je penserais que vous l’avez fait pour éviter la condamnation à mort si on vous rattrapait plus tard.
-Non, si j’avais fui personne n’aurait pu me retrouver. Pendant de longue période j’ai infiltré, espionné… J’en sais plus que quiconque sur la façon de passer inaperçu. Croyait moi quand je vous dis que même le meilleur des jedi ou sith n’aurait pu me mettre la main dessus.

-Vous avez le mérite d’être imbue de votre personne. Merci, vous pouvez regagner votre place.
-Il est temps de passer aux réquisitoires des deux parties, dit le chancelier. Etant donné que Monsieur le procureur à commencer, se sera à la défense de prendre en premier la parole.

-Merci excellence. Ma cliente n’a pas eu beaucoup de chance dans sa vie. Durant les guerres mandaloriennes elle était en première ligne sans aucun soutient. Ses chances de survie frôlaient le néant. Pourtant elle a survécu même quand elle est tombée dans une embuscade sur Dxun. Pour ses exploits elle fut décorée des plus hautes distinctions de la république. La guerre finie, elle rentre chez elle pour y découvrir avec horreur que sa famille a été décimée par les mandaloriens et son fiancé exécuté pour haute trahison. Il aurait été tout naturel qu’elle réclame vengeance ! Et pourtant elle ne fait rien. Ne voyez vous pas notre première erreur ? Nous avons laissé un de nos meilleurs officiers totalement livrés à elle-même. Nous la laissons rester chez elle. Un an plus tard, les sith débarquent sur Naboo et après une résistance héroïque elle fut capturée. Nous récoltons ce que nous avons semé, au bout de cinq mois de torture elle craque et rejoint leur camp. La vaillante et courageuse capitaine ne peut en endurer plus. L’homme qui avait été le plus grand héros de la république lui demande son aide, c’est donc tout logiquement qu’elle accepte comme beaucoup d’autre. Parmi eux je citerais l’amiral Karat. Lui aussi fut une grosse perte pour notre armée. La suite des évènements est désormais connue. Elle espionne pour le compte du seigneur noir, Dark Malak mais au dernier moment elle aide la république et nous apporte la victoire finale. Lisa n’a aucune illusion sur son sort mais moi je veux croire en la justice de notre bien-aimé république. Oui, elle est coupable de haute trahison. Oui elle a coopéré avec les sith pour renverser la république. Mais n’était-ce pas aussi notre faute ? Ne l’avons-nous pas vu venir ? Lisa s’est rendue compte de son erreur et a réussi l’exploit de reprendre Mirial alors que tout espoir était perdu. Malak est mort et les sith sont en déroute. Je vous en conjure mesdames et messieurs les juges, ne prononçait pas la peine de mort à l’encontre de cette femme. Tout le monde a le droit à une seconde chance. Montrez que vous êtes capables de clémence, montrez vous miséricordieux. Je vous remercie de votre attention.

-Vous avez la parole monsieur le procureur, dit le chancelier sur un ton neutre.

-Merci. Le capitaine Lisa Hesse est coupable. Il n’y a aucun doute le dessus. Elle l’a avouée. La défense la montre comme une femme possédant courage et conviction… mais est-ce vrai ? Tout ce qui a été dit au court de ce procès n’était-il pas que poudre aux yeux ? N’a-t-elle pas tout orchestrée pour ne plus avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête ? Et ainsi pouvoir dormir l’esprit en paix ? Je m’y refuse, cette traîtresse a agit en toute connaissance de cause ! Qu’importe ses faits d’armes passés, qu’importe ses qualités exceptionnelles. Elle doit mourir pour expier ce qu’elle a fait. Par le passé elle a montré une absence flagrante de sentiment, envoyant des troupes non formées pour le combat en mission commando. N’avions-nous pas des sections prévues pour ses cas ? Bien sûr que oui. Aujourd’hui elle vient et fait étal de ses sentiments de culpabilités. Ne soyons pas dupes. Regardez-là ! A aucun moment elle n’a regretté ses actions. Les faits parlent d’eux-mêmes. Cinq mois… cinq mois dans les geôles sith et ensuite comme ça elle décide de les rejoindre. Pourquoi n’a-t-elle pas continuée de se battre ? Je vais vous le dire moi, elle attendait le bon moment pour accéder à un poste au placé. Vous voulez une preuve ? Elle n’est autre que derrière moi. Revan, le maître sith, est venu en personne lui donner le commandement d’une section d’assassin. Quel plus grand honneur pour elle ? L’homme qu’elle aurait suivi aveuglément jusqu’au fin fond de l’enfer est venu à elle. Aujourd’hui rien n’a changé, elle veut toujours servir son maître. Elle pense lui être encore utile en étant libre. Mais elle se trompe ! Je vais finir mon réquisitoire sur un dernier point. Il n’y a pas de circonstance qui justifie le passage à l’ennemi. Tout acte à l’encontre sa patrie doit être sévèrement sanctionné. Soyons intransigeant, soyons fort. Pour cela mesdames et messieurs les juges je réclame que le capitaine Lisa Hesse soit condamnée à la peine de mort. Merci pour votre patience.

Le procureur se tut et regagna son bureau. Le chancelier jeta un regard à l’assistance puis à l’accusée.

-Les juges vont se retirer afin de délibérer. Le verdict sera rendu demain matin à dix heures. Jusque là je suspens la séance.

Tout le monde se leva en même temps que les juges, puis ils sortirent dans un silence de mort. Lisa fut reconduite au véhicule pénitencier. Les journalistes devant la porte se pressaient autour de la jeune femme pour l’interviewer. Elle resta muette et grimpa dans le fourgon et celui-ci prit son envol pour la prison. Linda et Carth le regardaient s’éloigner.

-J’espère qu’ils seront clément, dit la jeune femme.
-Il ne nous reste plus qu’à attendre, répondit Carth.
Derrière eux Revan semblait songeur. Bastila tenta de savoir ce qui le préoccupait mais le jedi ne lui adressa pas la parole. Il s’éloigna à grand pas et disparu dans la foule.
-Laisse ! Dit une voix masculine derrière Bastila.
-Je dois…
-Il a besoin d’être seul.
Bastila se tourna vers l’origine de la voix. Jolee et Juhani se tenait-là. Tous deux avaient le même visage que Revan.
-Qu’est-ce que vous avez tous ? Demanda Bastila.
-Ils ont déjà prit leur décision, dit Jolee, et Revan le sait aussi. Nous avons croisé les juges et la réponse ce lisait sur leur visage.
-Mais… ce n’est pas possible… Ils doivent…
-Peut-être que Revan cherche un moyen de l’éviter.

Carth était arrivé pendant que Jolee parlait et n’oser croire ce que le vieil homme racontait. Il devait se tromper, les juges ont bien vu que Lisa se repentait sincèrement. De désespoir, l’officier républicain se fondit dans la masse et prit son speeder. Il vola d’une traite vers la prison, il devait parler à Lisa. Il devait s’excuser d’avoir été aussi stupide et borné. Il devait lui dire ses sentiments. Hélas, lorsqu’il arriva les gardes l’empêchèrent d’entrer. L’officier républicain ne perdit pas courage et patienta devant la porte jusque tard dans la nuit. Vers une heure du matin, une ombre s’approcha de lui.

-Que fais-tu ici ?
-Je dois la voire et je te supplie à genoux de m’aider !
-Toi ? Tu demandes mon aide ?
-Oui Revan, j’ai besoin de toi.
-Très bien. Allons la voire.
-Par où va t’on entrer ?
-La porte bien sûr ! Répondit Revan.

L’officier républicain jeta un regard interrogateur au jedi. Les gardes de la prison avaient été spécialement sélectionnés pour résister aux pouvoirs mentaux des jedis. Ils parvinrent devant l’entrée et comme il l’avait déjà subi, les sentinelles refusèrent de les laisser pénétrer à l’intérieur sans autorisation. Revan passa la main devant le visage des gardes et leur dit que tout était en règle. A la grande surprise de Carth ils s’écartèrent comme un seul homme et répondirent qu’ils pouvaient entrer. Le maître jedi les remercia puis passa devant eux sans qu’aucun ne demande à voir l’autorisation. L’atmosphère à l’intérieur était très différente de l’extérieur. Autant dehors et malgré l’heure tardive il faisait bon, autant dans la prison il régnait un froid glacial et humide. Les deux hommes durent se présenter à l’accueil et Revan recommença son tour de passe. Pour la seconde fois cela fonctionna. Le veilleur ouvrit la porte menant aux cellules. Ils pénétrèrent dans un long couloir, les néons diffusaient une faible lumière donnant une sensation de malaise constant. A mi-chemin, ils commencèrent à percevoir des cris. Carth chercha autour d’où ils pouvaient provenir mais il n’y avait que deux portes, une devant et une derrière, celle qu’ils avaient franchis. Les néons se mirent à clignoter dangereusement. Au même instant où ils parvinrent au second accès, le néon au dessus de la porte rendit l’âme. Tous deux relevèrent la tête en même temps. Revan posa ensuite son attention sur Carth, ce dernier n’était pas du tout à l’aise dans cet endroit sinistre. Pourtant ce n’était pas trop surprenant, les prisonniers les plus faibles mentalement craquaient rapidement dans un tel lieu. Lui aussi, quand il avait dirigé l’armé sith, il avait fait construire des prisons similaires. Les sith n’avaient jamais été les seuls à faire preuve de cruauté, la république aussi savait faire preuve d’inhumanité.

-Ca va Carth ?
-Euh…. Oui ! Répondit-il pressement. Dépêchons-nous !

Revan frappa à la porte, celle s’ouvrit quelques secondes plus tard. Un nouveau garde se tenait assis derrière un bureau.
Derrière lui ils virent une série d’écran de contrôle, chacun montrait une zone de l’intérieur et l’extérieur de la prison. Revan jeta un coup d’œil au gardien, il avait une main sur un blaster à tir rapide et l’autre main sur un bouton qui devait, sans aucun doute, être l’alarme.

-Que voulez-vous ? Dit sèchement le soldat.
-Nous sommes venus voir le capitaine Lisa Hesse, répondit Carth.
-Vos pap…
-Nous avons toutes les autorisations, coupa Revan.
-Vous avez toutes les autorisations, répéta machinalement le soldat.
-Où se trouve sa cellule ?
-Troisième sous-sol, cellule A-6.
-Hein ? S’exclama Carth. Mais… c’est le quartier des condamnés à mort !
-C’est exact, répondit le soldat.
-Mais…
-Ca n’a aucune importance, affirma Revan. Allons-y, ouvrez la porte.
-Bien messieurs.

Enfin les deux hommes accédèrent aux quartiers de détention proprement dits. Ils étaient au rez-de-chaussée, ici était regroupé les prisonniers peu dangereux tel que les cambrioleurs et les voleurs. Chaque cellule était fermée par une simple grille et des sentinelles effectuaient des passages réguliers dans le couloir central. En passant devant, Carth vit que certain prisonniers étaient recroquevillé sur leur lit et faisaient des mouvements de va et vient en marmonnant des phrases incompréhensibles. D’autres étaient tapis dans un coin et grelottaient. Mais les autres semblaient parfaitement normaux. Au bout de quelques dizaines de mètres, ils arrivèrent devant un escalier. Celui-ci s’enfonçait dans les profondeurs de la terre. D’ailleurs les cris provenaient de là. L’officier hésita à descendre, il était pétrifié à l’idée de découvrir l’origine de ces hurlements. Revan, qui avait descendu plusieurs marches, se rendit compte que le républicain ne le suivait plus et il se retourna.

-Qu’est-ce que tu as ? Tu n’imaginais pas une prison quatre étoiles, non ?
-Je sais mais… c’est si inhumain. Qu’est ce qui peuvent leur faire en bas ?
-Il vaut mieux ne pas le savoir ! Allez viens, Lisa est au dernier sous-sol.

Carth se décida finalement à le suivre. Ils parvinrent au premier sous-sol mais l’escalier n’allait pas plus loin. Ils allaient devoir traverser le quartier des criminels plus violent, tel des assassins, violeurs… mais aucun n’avait encore été condamné. La sécurité ici était plus présente. Les cages étaient fermées par des champs électriques et les gardes qui patrouillaient étaient armés de fusils lourds. La superficie aussi était plus importante, plusieurs couloirs se connectaient au principal et ils s’étendaient à perte de vue. A cet étage les prisonniers ne criaient pas, dans leur neuf mètre carré ils observaient passer les deux hommes. Sans se soucier d’eux, Revan continua jusqu’au prochain escalier. Ils arrivèrent au second sous-sol et comme précédemment ils allaient devoir le traverser. Les cris avaient atteint leur plus au niveau sonore, des hurlements à glacer le sang. Revan lui expliqua qu’à ce niveau on trouvait tous les condamner à perpétuité, les aliénés et toute créature suffisamment dangereuse pour qu’on ne les laisse en liberté. A leur passage, les prisonniers se jetaient sur les barrières énergétiques en jurant, crachant… Evidemment chaque rencontre avec la barrière leur causa d’effroyable souffrance. De nouveau le maître jedi informa Carth que tous avaient un jour été « normal » et … mais un petit séjour ici leur faisaient perdre toute capacité mentale. La folie les gagnait tous petit à petit, même le plus résistant ne pouvait lutter. En passant devant une cellule qui semblait vide Carth fit un bond de côté quand un lit surgit de nulle part. Après avoir retrouvé un rythme cardiaque stable, il regarda attentivement et vit un homme de taille normale, les cheveux blancs, le visage squelettique. L’officier jeta un œil à sa droite et vit que le lit avait été arraché du sol. Revan s’approcha de la barrière et eut un petit rictus.

-Tu… tu le connais ? Demanda Carth.
-Très bien, tu te souviens de l’histoire de Jolee ?
-Oui mais…
-C’est lui l’homme dont il parlait. Je n’oublierais jamais son visage. Mais je suis surpris de le voir encore en vie. Alors, ça va ?
-Viens et tu verras ! Immonde bâtard ! Cette fois je te ferais la peau !
Revan conserva son calme, il était resté impassible aux dires du condamné et ne bougea pas quand ce dernier s’approcha de la barrière.
-Il est l’exception qui confirme la règle… Dit vaguement Revan. Le temps ne te parait pas trop long ? Tu aimerais que je te tue pour abréger tes souffrances ? Ne rêve pas, tu moisiras ici jusqu’à la fin de tes jours et crois moi… tu vivras encore de longues années ! Mais je peux te faire un cadeau…
-Je ne veux rien d’un chien comme toi ! Mais j’y pense, ta mère… est-ce qu’elle a hurlé comme une pu…
Revan avait tendu la main vers l’ancien jedi et l’étranglait avec la force.
-Fort bien, dit froidement Revan. Tu pensais me pousser à bout avec cette stratégie mais tu as échoué ! Je vais te faire vivre un enfer bien plus terrible que celui dans lequel tu es !

Le maître fit un geste rapide de la main, ce qui eut pour conséquence de jeter l’homme contre le mûr. Revan le regarda quelques secondes, droit dans les yeux, et tourna les talons. Il invita Carth à le suivre. Mais l’officier resta pétrifier devant le nouveau spectacle. Il ignorait ce que Revan avait fait mais le prisonnier se tordait de douleur dans tous les sens en se tenant la tête entre ses mains. Le républicain ne pouvait détourner son regard, il resté planté devant la cellule jusqu’à ce que Revan lui pose une main sur l’épaule.

-Qu’est-ce que tu lui as fait ? Demanda t-il avec stupeur.
-J’ai envoyé son esprit dans un enfer éternel. Il souffrira ainsi jusqu’à sa mort. Bien sûr j’ai fait en sorte qu’il ne puisse pas se suicider.
-Tu es… effrayant…
-As-tu pitié de lui ? Dois-je te rappeler que c’est un criminel, voleur, assassin et j’en passe.
-Mais c’est un être vivant ! Il doit payer pour ses crimes mais cette façon… non, c’est…

-Inadmissible ? Va porter plainte alors. Laisse moi juste te dire que personne ne t’écouteras pas même les jedi. As-tu bien étudié l’architecture de cette prison ? Si jamais une catastrophe survenait aucun d’entre eux n’en réchapperait. Officiellement les autorités diront que c’est une tragédie mais en réalité ils s’en ficheraient. Cette prison renferme les pires scélérats de la galaxie, la population préfèreraient tous les voir mourir. Regarde bien ! N’oublie pas que c’est TA république qui en est responsable. Cette république que tu adores, en qui tu voues un culte !

-Non, les sénateurs ne doivent pas savoir comment les gens sont traités ici ! Il faut que quelqu’un…
-Libre à toi de le croire. Assez discuté, on est plus très loin.

Carth et Revan mirent fin à la conversation et s’engagèrent dans le dernier escalier une fois qu’ils le trouvèrent. Pendant leur descente ils entendirent un homme hurler à la mort précédé par un claquement de fouet. La descente fut beaucoup plus longue que les autres, les lumières brillaient d’une faible couleur rouge, quand elles fonctionnaient. La dernière marche franchie, ils se retrouvèrent dans un petit vestibule avec une seule et unique porte. Elle s’ouvrit à leur approche et ils entrèrent dans une nouvelle salle de forme carré et ne possédant qu’une seule autre porte. Celle derrière eux se referma. Ils durent attendre une bonne minute avant que l’autre ne s’ouvre.

-Vas-y, dit Revan. Je vais attendre ici.
-Tu es sûr ?
-Oui, vous avez beaucoup de choses à vous dire.

Carth opina et continua seul jusqu’au bout du couloir. Cette partie de la prison était la plus sinistre. La majorité des lampadaires étaient éteints, le sol ainsi que les mûrs étaient recouverts de moisissures et de tache aux couleurs indiscernables. Ici, l’ambiance était particulière, aucun son ne parvenait des autres étages, les condamnés étaient de plus d’un calme tout a fait surprenant. Carth se disait que la plupart devait être drogué, aucun être vivant ne pouvait rester calme en sachant que sa mort était si proche. Il arriva à un carrefour, au dessus de chaque embranchement se trouvait un panneau avec une lettre. Il se souvint que Lisa était en cellule A-6. Il prit donc l’allée A et s’avança en regardant à l’intérieur de chacune d’entre elle. Il parvint au numéro six.

-Je reconnaîtrais cette façon de marcher entre mille, dit une voix de femme.

L’officier républicain s’approcha et vit Lisa, allongée sur un lit.

-Qui t’as aidé à entrer ? Demanda t-elle.
-Revan.
-Revan ? Ca me surprend que tu sois allé le voir. Je pensais qu’il ne t’inspirait aucune confiance ?
-C’était le cas, jusqu’à… jusqu’à ce qu’il me fasse comprendre…
-C’est donc lui que je dois remercier pour ton intervention. Etrange… Décidemment il a bien changé. Alors que me vaut l’honneur de ta visite ?
-J’avais envi de te parler et surtout m’excuser pour mon comportement, je n’avais pas à…
-Ne t’excuse pas, j’avais fait mon choix et rien n’aurait été différent.
-Mais ils t’ont déjà condamné avant même le procès !
-De quoi ? Ah non rassure toi. Ici la sécurité est maximale. Ils avaient peur que je m’évade, c’est tout. Vois-tu, les mûrs sont faits d’un alliage indestructible même pour un sabre laser et au moindre problème des tourelles sortent du plafond et tire sur tout ce qui bouge, sans distinction.
-Ca me rassure un peu…
-Sinon, de quoi d’autre tu voulais parler ?
-Eh ben je… Merde ! Avec tout le temps que j’ai passé en haut, je savais ce que je voulais te dire, je m’y étais préparé et maintenant que tu es là… je ne sais pas comment le dire.
-Essai toujours, l’encouragea Lisa.
-Je… quand tu sortiras… est-ce que… Merde c’est pas facile, aide moi un peu !
-Comment ? J’ignore totalement de quoi tu parles, répliqua Lisa sur un ton faussement naïf.
-Je sais que je suis responsable de sa mort et c’est ce qui me fait hésiter. Je n’ai pas le droit de… enfin tu comprends…
-Non, répondit Lisa en affichant un sourire espiègle. Dis le !
-Je… J’aimerais beaucoup…
-Coucher de nouveau avec moi ? Coupa la jeune femme.
-Non… heu… oui… mais… c’est vraiment pas facile. Est-ce que tu serais d’accord de… disons passer un moment avec moi ?
-Pourquoi ? Insista Lisa.
-Je… J’aimerais vraiment mieux te connaître.
-Pourquoi ?
-Je… Je t’aime Lisa et je ne veux pas te perdre. Je ne te promet pas que tous les jours seront beau mais je m’efforcerais de te rendre heureuse… si du moins tu arrives à me pardonner.
-As-tu pardonné à Revan ?
-Je ne sais pas. Avec le temps je m’y forcerais.
-Merci Carth, ça me ferait plaisir aussi. Qu’est qu’on ferait une fois que je serais libre ?
-Je n’en sais rien, nous improviserons !
Revan arriva quelques secondes plus tard et brisa par la même occasion l’atmosphère romantique qui s’était installée.
-Finis les amoureux ?

Aussitôt Carth et Lisa prirent un teint rosé sur les joues. Le jedi dit à Carth qu’ils devaient remonter. L’officier ne voulait plus partir mais Lisa lui demanda d’être patient et que d’ici quelques heures elle serait libre et après… Ils verraient ensemble. Chacun approcha sa main du champ sans le toucher puis ils se quittèrent. Carth était sur un petit nuage durant tout le trajet retour. Cependant la tiédeur de l’extérieur lui fit redescendre les pieds sur terre. Il interpella Revan qui s’éloignait dans la nuit.

-Merci Revan, je t’en suis reconnaissant.
-Ce n’est rien. Elle est heureuse et veut vivre, c’est tout ce que je voulais.
-Pourquoi tu en fais tant pour elle ?
-Je n’ai pas à te répondre.
-Une chose encore, comment se fait-il qu’il que ce mec dans la prison n’ait pas utilisé la force pour t’avoir ?
-C’est très simple. Ces barrières bloquent la force.
-Mais comment as-tu fais pour lui faire ça ?
-Il existe des pouvoirs que rien n’arrête, tel que le contrôle mental. C’est une des raisons qui font que les gardes de cet endroit sont sélectionnés pour leur résistance mentale. Pour moi c’est différent, renchérit Revan en voyant l’air interrogateur de Carth. Je suis un maître dans la manipulation des esprits, je ne connais personne qui peut me résister. Rentre chez toi, il est tard.
-Une dernière question, avant que Revan ne parte. Jolee m’a dit que tu connaissais le verdict.
-Et alors ?
-Quel est-il ?
-Tu le sauras dans quelques heures, fait preuve de patience.
-Elle sera libérée, hein ?

Le maître ne répondit pas à la question et s’enfonça dans les ténèbres. Carth le poursuivit mais le jedi avait disparu. L’officier sentait la colère le gagner. Il hurla le nom du maître pour se défouler. Ensuite il parti, vagabondant dans les rues sans but précis.

Revan le voyait du haut d’une habitation, tapis dans l’obscurité. Il n’avait pas répondu à sa question car il ne voulait pas que cet imbécile fiche tout en l’air. Dès qu’il fut sûr que Carth soit loin, il rentra à l’académie et alla directement dans sa chambre. Bastila était allongée sur son lit et dormait profondément. La jeune femme avait dû l’attendre jusqu’à une heure tardive, elle portait encore ses vêtements de padawan. Revan s’approcha du lit et s’assit à coté d’elle. Il toucha son visage et constata qu’elle était glacée. Il alla donc chercher une couverture et l’étendit sur elle. Le jedi ne la rejoignit pas, il parti vers la salle de bain afin d’y prendre une douche. L’eau qui s’écoulait fit rougir sa peau blanche, dans la pièce les mûrs et le miroir étaient recouverts de condensation. Dès qu’il eût finit, il mit une serviette autour de sa taille et sortit sur le balcon. Dehors la lune brillait de mille feux yeux, ses yeux vert émeraude brillaient tout autant. Quelques gouttes d’eau perlaient sur sa peau. Une petite brise se leva et il frissonna légèrement. Soudain, il sentit des bras l’enlacer. Il huma une agréable odeur de fleur sauvage de Dantooïne, un peu épicé mais aussi doux que la soie. Il s’enivra de ce parfum et de la délicate chaleur qui l’enveloppait.

-Où étais-tu ? Dit une voix derrière lui. J’étais inquiète.
-J’ai aidé un ami.
-Qui ?
-Carth, il voulait parler à Lisa.
-C’est gentil à toi de l’avoir aidé. J’aime l’homme que tu es et jamais mes sentiments ne changeront pour toi.
-C’est long l’éternité, très long…

Ils restèrent dans cette position un long moment. Bastila passait ses mains sur le torse nu de Revan puis s’arrêta quand elle arriva à la cicatrice.

-Elle te fait encore mal ?
-Non, elle n’est plus douloureuse depuis bien des années…
-Je veux dire… dans ton cœur. Tu l’aimais, non ? Peut-être que tu l’aimes toujours…
-Bonne question. Chaque fois que je pense à elle je ressens un pincement au cœur. A l’époque j’aurais été capable de tout faire pour elle, même à aller jusqu’à détruire l’univers.
-Est-ce vrai ce que Jolee m’a dit, qu’elle s’était sacrifiée pour toi ?
-Il se trompe, dit Revan mais le ton de sa voix disait le contraire.
Bastila n’insista pas, elle savait que Revan lui mentirait si elle continuait. Un jour, elle l’espérait, il lui dirait tout.
-Parle moi de ton frère, s’il te plait.
-Pourquoi maintenant ?
-Nous sommes seul et j’aurais espéré te connaître un peu mieux. Je sais tout de toi quand tu étais à l’académie et de ce que tu m’as montré. Mais tu es resté bien mystérieux sur lui.
-Tout ce que je sais c’est qu’il est vivant, quelque part dans cet univers.
-Pourquoi on ne partirait pas à sa recherche ?
-Non, de toute façon il ignore mon existence.
-Ce serait l’occasion de…
-NON ! S’emporta Revan.

Le maître jedi savait que Bastila voulait bien faire mais il ne pouvait la laisser apprendre trop de chose sur lui. Il avait déjà beaucoup de mal à accepter son destin, la jedi ne pourrait pas comprendre, pas encore. Il se retourna et l’embrassa tendrement. Derrière eux, le soleil se levait. L’horizon prenait une teinte rouge pour virer à l’orange pour finalement révéler un ciel bleu clair. Tous deux rentrèrent à l’intérieur et ne sortirent qu’à huit heures. Ils se rendirent à l’académie militaire pour assister au verdict.

Carth avait marché une bonne partie du reste de la nuit avant de rentrer se doucher. L’officier descendit ensuite dans la rue animée et se dirigea vers l’académie. En chemin il voyait la une des journaux. Quelques-uns affichaient clairement leur envie de voire Lisa condamner à mort, d’ailleurs leurs titres ne pouvaient être plus explicite : « La mort pour la traître ! ». D’autres au contraire voulaient qu’elle soit libérée. Mais il y avait la majorité qui ne prenait pas parti. Carth se sentait rassuré en voyant que les républicains ne voulaient pas faire de Lisa un bouc émissaire. Un peu plus loin dans la rue il aperçut Juhani et Jolee. Depuis leur retour triomphant, les deux jedi ne se quittaient plus. Il avait entendu dire que le vieux maître avait été choisi pour être l’instructeur de la jeune jedi.

-Salut Carth, firent les jedis.
-Bonjour vous deux. Vous allez au tribunal ?
-Evidemment, répondit Juhani. Lisa a besoin de notre soutient. Je présume que tu y vas aussi.
-Oui, on a qu’à faire le chemin ensemble.
-Pas de problème, répondit Juhani.

Dans la salle ils retrouvèrent Candérous, Zaalbar et Mission. La twilek avait eu la permission des médecins de quitter l’hôpital pour quelques heures. Revan et Bastila arrivèrent quelques minutes plus tard. Tout le groupe fut réuni. Il était dix heures moins cinq, il ne restait plus que quelques minutes avant le verdict. Carth semblait stressé, à tel point qu’il ne pouvait rester en place plus de deux secondes. Linda qui était la première à être arrivé s’approcha de l’officier et tous deux discutèrent un peu. La porte des prévenus s’ouvrit à dix heures moins deux. Lisa entra dans la salle d’audience et dû prendre immédiatement place. Elle aurait aimée aller saluer ses amis qui étaient venus et les prendre dans ses bras mais les gardiens ne lui permirent aucun mouvement. Comme par miracle, Carth devint calme et salua la jeune femme de la main, en même temps son teint vira au rose. Mission qui l’avait vu resta bouche bé. Elle pensa que de toute évidence ils avaient fait la paix. Devant l’air surpris de la jeune twilek, Bastila lui dit que Carth, avec l’aide de Revan, était entré dans la prison et avait discuté avec Lisa. Mission afficha un grand sourire et se remit assise correctement. Les grandes portes s’ouvrirent pour laisser place au procureur et à l’avocat de Lisa. Il était presque l’heure… Tout le monde dans l’assistance regardait sa montre et comptait les secondes qui les séparaient de l’heure fatidique.

Vingt secondes…

Dix secondes…

Cinq… quatre… trois… deux… une… Dix heures sonna.

Une porte derrière les bureaux des juges s’ouvrit et le chancelier suprême ainsi que les amiraux firent leur entré. Chacun prit place sur son siège attitré, le verdict allait tomber.

-Affaire 55-X06, le capitaine Lisa Hesse, faisant parti de l’ancien 127ème escadron sous la direction du Général Orion, répondant à l’accusation de haute trahison. Avant que la cour ne rende son verdict avait vous quelque chose à ajouter ?
-Oui excellence. J’aimerais dire à vous tous ici présent que je regrette sincèrement mes actes. Rien ne peut les excuser, j’en suis consciente. Je suis consciente de la douleur que j’ai provoqué, de la tristesse, de la peine endurée… Si je dois mourir pour expier mes fautes alors qu’il en soit ainsi. J’aurais aimé aider la république pour me racheter, de toutes mes forces je m’y forcerais, de tout mon cœur, de toute mon âme. La vie m’a apportée des amis en qui j’ai confiance, une nouvelle raison de me battre pour vivre. Ma trahison les a fait souffrir mais je sais qu’au fond de leur cœur qu’ils me pardonnent. J’espère un jour pouvoir les remercier comme il se doit. Vous savez déjà quel va être mon sort mesdames et messieurs les juges. Tout ce que je pourrais dire ne vous fera pas changer d’avis. Je vous demande juste de rendre un verdict établi en parfait accord avec votre âme et conscience. Merci.

Tous les défenseurs de Lisa applaudirent à la fin de son discours. Ils représentaient une bonne moitié de la salle. Le chancelier dû les rappeler à l’ordre deux fois avant d’obtenir le silence. Pour cela il menaça de faire évacuer la salle.
-Bien, accusée, levez-vous ! Les juges et moi-même avons établi que vous êtes coupable de haute trahison et…
Toute l’assistance était suspendue aux lèvres du chancelier…

-… bien que votre avocat a tiré de vous un portrait d’un soldat d’une indéniable qualité et que nous séparer de vous porterait un coup terrible à notre armée… nous sommes hélas obligé de vous condamner à la peine capitale !

A l’annonce du verdict l’autre moitié de la salle cria de joie et le procureur leva les bras en signe de triomphe. Lisa par contre baissa la tête. Ses yeux devinrent brillants puis des larmes s’écoulèrent doucement.

-La sentence sera rendue par un peloton d’exécution dans exactement sept jours à dix heures du matin en place publique. Je déclare maintenant la séance terminée !
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Revan1er » Dim 16 Nov 2008 - 13:56   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Le chancelier abattit son marteau d’un coup rapide et puissant. Le son provoqué eût l’effet d’un coup de jus chez la condamnée. Lisa tomba sur son siège, ses jambes ne pouvaient plus supporter son poids. La jeune femme n’osa pas regarder ses amis et surtout pas Carth. Elle devinait très bien quel expression il devait avoir. Bien que la salle fût extrêmement bruyante, elle n’entendait rien, c’était comme si elle était à des années lumières de la salle d’audience. Une petite voix l’atteignit cependant, une voix si familière, amicale mais en même temps froide et terrifiante. Aussitôt elle leva la tête et le chercha. Lorsqu’elle le vit, il lui tournait le dos et sortait du tribunal, Candérous à ses côtés. Ce fût ensuite qu’elle vit Carth se débattre entre Juhani et Jolee. L’officier faisait tout pour passer mais les jedi tenaient bon. Lisa se sentit soulevée de terre par une force incroyable. Ses gardiens l’avaient pris par-dessous les bras et l’emmenaient pour la reconduire dans le quartier des condamnés. En passant, elle vit Linda, sa meilleure amie, tenir Mission dans ses bras. La jeune twilek pleurait… Bastila était aussi attristée par la nouvelle, mais ce qui la dégoûtait le plus au point était de voir le chancelier rire avec le procureur. Tout ce qu’il avait dit n’était que pur mensonge, il ne s’était pas senti obligé mais il voulait la voire mourir.

-LAISSEZ MOI PASSER !!! Hurla Carth. Je dois parler au chancelier !!!
-Tu ne peux plus rien, répondit tristement Jolee.
-Jolee laisse moi !
-Non, pardonne moi mais je dois t’empêcher de faire une bêtise que tu regretteras toute ta vie !

Carth se dégagea de l’étreinte des jedi puis parti. Il devait trouver Revan, lui seul pourrait faire changer d’avis le chancelier. Il l’avait vu partir avec Candérous. L’officier se mit à courir comme un éreinté pour les rattraper mais ils avaient disparu.

-Alors ? Demanda Revan à l’attention de Candérous. Prêt pour ta revanche ?
-Oh que oui, cette mascarade de procès m’a donné des envies de meurtre !
-Bien, alors ne te retient pas sinon je te tue ! Affirma Revan en lançant un regard inexpressif.

Les deux hommes se trouvaient de part et d’autre de la salle d’entraînement de l’académie jedi. Revan retira sa cape et se mit face au mandalorien. Il avait le manche de son sabre en main mais il n’était pas activé. En face, Candérous prit une vibro-lame et se mit aussi en garde. Le guerrier souriait, il allait enfin se venger de l’affront que cet homme lui avait fait subir durant les guerres mandaloriennes. Jamais il n’avait subi plus grand affront, un homme au physique plutôt chétif lui avait fait subir sa plus grande défaite. Cela aurait pu être un coup de chance, hélas le jedi l’avait fait mordre la poussière avec une telle facilité. Depuis des années il s’entraînait dans l’espoir de prendre sa revanche, aujourd’hui était le grand jour et le monde entier devrait reconnaître sa supériorité. Le maître jedi, au contraire, ne semblait pas excité par le combat qui se préparait, son visage avait gardé une expression neutre, il était parfaitement maître de ses émotions. Ne pouvant plus attendre une seconde de plus, Candérous fonça vers Revan avec une fureur décuplée par l’envie de vaincre. Bien que son adversaire n’était plus qu’à cinq mètre, le jedi n’activa pas son sabre. Il fit basculer le manche dans l’autre sens, la tête se trouva dirigée vers le sol et le bas, qui se terminait par une tête de dragon krayt, pointait vers le haut. Une fois au corps à corps Candérous leva son arme et l’abattit avec une force incroyable. Rien qu’en y pensant, le maître jedi activa la lame principale de son sabre et leva son bras. Grâce à cette technique astucieuse, la lame de Candérous glissa sur le sabre. Par la même occasion cela donna une impulsion suffisante au sabre laser pour partir vers l’arrière. Le manche commença à passer sous la main du jedi. Revan fit à nouveau appel à la force pour activer la seconde lame. Celle-ci ne se trouvait plus qu’à quelques centimètres du cou de Candérous. D’un réflexe surhumain, le mandalorien mit fin à son élan et repartit immédiatement en arrière et évita l’attaque mortelle d’extrême justesse.

Devant son échec, Revan fit rentrer la seconde lame. Le manche termina son parcourt autour de la main du jedi et revint à sa position initiale. Le guerrier exécuta dans la foulé un nouvel assaut en tranchant du bas vers le haut. Le jedi fit un salto arrière mais à peine mit il pied à terre que Candérous était sur lui et lui asséna un double coup de pied sauté. Revan ne put l’éviter et se trouva projeté au sol. Dès qu’il toucha terre il roula sur le côté, évitant par la même occasion la vibro-lame qui avait tentée de le transpercer. Il se releva rapidement en fauchant les jambes du guerrier et ce fut à son tour de maltraiter son vis-à-vis. Au moment où il allait porter le coup de grâce, Candérous utilisa une grenade aveuglante puis sauta sur l’occasion pour reprendre l’avantage. Devant la force écrasante du mandalorien, Revan ne pouvait que reculer mais bientôt se retrouva collé le dos au mûr. Il évita avec brio la lame de l’épée mais Candérous, prévoyant cette stratégie, avait déjà envoyé son poing vers le ventre du jeune homme. L’impact fut si violent que Revan cracha une gerbe de sang. Le mandalorien le roua ensuite de coups tous plus puissants les uns que les autres. Finalement le guerrier l’empoigna au cou et tout en le rouant de coups, resserra petit à petit son étreinte. Revan était sur le point de perdre connaissance quand il déclencha une puissante vague de force et envoya le guerrier à l’autre bout de la pièce. Tous deux étaient allongés par terre et peinaient à se relever. La porte de la salle s’ouvrit, Carth, Linda, Jolee, Juhani et Bastila entrèrent.

-Mais… Qu’est-ce qu’ils foutent ??? S’énerva Linda. Ce n’est pas le moment de se battre !

Le groupe commença à s’avancer vers le plus proche des protagonistes quand celui-ci se leva d’un bond et s’interposa. Sa musculature impressionnante dissuada les deux soldats républicains de faire un pas de plus mais pas les jedi.

-C’est une affaire entre lui et moi ! Grogna Candérous. Ne vous en mêlez pas !
-Il y a des choses plus importantes que vos gamineries ! Décréta Bastila.
-Restez en dehors ! Dit une voix au timbre glacial.

En même temps une terrible sensation de peur s’insinua dans toute la pièce. Une force obscure destructrice envahit la salle en une fraction de seconde. Au loin, ils virent Revan se relever comme un robot. Le jeune homme se tint droit puis bascula la tête vers eux. Tous sans exception firent un pas en arrière. La raison de cet acte était la vue d’une paire d’yeux rouge et or.

-Tu te décides enfin à être sérieux ! Dit Candérous l’air réjouit.
-Non, jusqu’à présent je testai ta force. Tu as obtenu l’immense honneur de me combattre à pleine puissance. Hélas pour toi, tu ne pourras plus me toucher.
-C’est ce qu’on va voir !!! Hurla Candérous.

Le mandalorien couru aussitôt sur Revan, il sortit un blaster et ouvrit le feu. Le jedi les dévia chacun avec une grande facilité. Le guerrier savait que cette technique ne lui permettrait pas de le mettre en défaut mais il avait un plan. Tout en continuant de tirer il s’approchait inexorablement et parvint à bout portant. A cet instant il sortit sa vibro-lame et transperça le jedi trop sûre de lui.

-Alors comme ça je ne pourrais plus te toucher ? Laisse moi rire ! Ah, ah, ah, ah….

Le visage de Revan qui avait affiché une expression de surprise se mit soudain à sourire. Peu à peu son corps se mit à partir en fumer devant le regard incrédule de Candérous. Le guerrier tourna la tête autour de lui pour voir où pouvait être le jedi mais il ne le trouva nulle part. Le décor de la salle se troubla progressivement jusqu’à le plonger dans l’obscurité totale. Soudain un rayon de lumière l’aveugle, pour s’en protéger il ferma les yeux puis les ouvrit peu à peu. Le guerrier n’y comprenait plus rien, il n’était plus dans la salle d’entraînement mais dans une prairie qui se perdait jusqu’au confins de l’horizon. Il s’abaissa pour toucher le sol et constata qu’il était bien réel, il pouvait toucher et sentir l’herbe fraîche gorgée de rosée. Un petit vent s’était levé et souffla sur son visage. Candérous n’arrivait pas à concevoir ce qui se passait sous ses yeux. Moins d’une minute auparavant il était dans une salle chaude et à présent dans une prairie d’où il pouvait sentir la fraîcheur du matin. Soudain un bruit de pas lourd attira son attention, il se fit de plus en plus fort. Sur une colline apparut des légions de soldats et de pièces d’artilleries. Le guerrier s’apprêtait à charger quand il reconnut leur armure et surtout le blason qu’ils ornaient fièrement. C’était… non il ne pouvait y croire… c’était celui de la maison Ordo, sa maison. Surplombant tout le monde il reconnu un chasseur basilisk, c’était le sien et un autre lui était dessus. A peine l’eût il reconnu que le décor changea, cette fois-ci c’était lui-même qui était assis dessus. Il tourna la tête à droite et à gauche. Ses officiers le regardaient et attendaient ses ordres. Un autre bruit attira son attention. En face de son armée émergea une nouvelle faction toute aussi importante en nombre. Mais il vit que ce n’était pas des mandaloriens, ils portaient des armures de combat républicaines. Au devant d’eux, se trouvait un homme n’arborant aucune tenue militaire, juste un habit totalement noir et une cape de la même couleur. Le mystérieux inconnu leva la tête et apparut son visage. Enfin, visage était un bien grand mot, on ne pouvait voir qu’un masque brillant.

A présent Candérous se souvenait, il s’agissait d’une bataille durant la guerre. La bataille où Revan l’avait vaincu. Immédiatement après les troupes mandaloriennes fondirent sur les républicains. Candérous tenta de les arrêter mais il semblait que personne ne puisse l’entendre. Il jeta alors un rapide coup d’œil vers le ciel et comme il s’y attendait une nuée de vaisseau de la république percèrent les nuages et lâchèrent une pluie de bombes. Puis la voix autoritaire de Revan se fit entendre, il ordonnait à ses troupes de passer à l’attaque. N’écoutant que son courage et son désir de vengeance, Candérous fonça droit vers l’homme de ses cauchemars et l’attaqua. Mais il se produisit une chose qui ne c’était pas passé comme avant. Revan retira son masque et fit tomber Candérous de son engin de guerre. A terre et désarmé il ne pouvait plus rien faire ni espérer… Le maître jedi vint au dessus de lui, son regard était le même mais la couleur de ses yeux ne l’était pas, rouge et or.

-Alors ? Ca te plait ? Demanda Revan.

Candérous ne put répliquer, il ouvrait la bouche mais aucun son n’en sortait. Revan mit la pointe de la lame de son sabre sur sa gorge et s’apprêta à attaquer… Tout disparu autour du mandalorien. Une lumière brillante l’aveugle une nouvelle fois. Quand il ouvrit les yeux cette fois ci il était heureux de constater qu’il se trouvait dans la salle d’entraînement de l’académie jedi de Coruscant.

-Qu’est… qu’est ce qui c’est passé ? Demanda t-il.
-Tu parles de quoi ? Répliqua Linda. Tu t’es mit à courir en criant puis sans raison tu t’es arrêté !
-Combien de temps je suis resté absent ?
-Absent ? Mais tu vas nous dire de quoi tu parles !
-Impossible je me suis absenté…
-Tu as apprécié ? Demanda Revan. J’aurais très bien pu te tuer… mais je trouve que cela manque cruellement de style et de charme. Je ne t’ai montré qu’un aperçut de mes pouvoirs. Tu vas contempler ma puissance dans toute sa splendeur et tu mourras !

Le maître jedi perdit son air impassible, ses lèvres s’étirèrent légèrement sur les côtés. Son visage prit un aspect démoniaque. Il tendit la main droite sur le côté et attira son sabre. Une fois récupéré, il activa simultanément les deux lames et se mit en garde. Le jeune homme était bien décidé à se battre et à jouer avec son adversaire jusqu’au bout. Bastila tremblait de tout son corps, elle était la seule à être autant affectée par le changement de comportement de Revan. Elle sentait en elle aussi une féroce envie de détruire, tuer. Elle voulait appeler à l’aide, crier son désespoir de ne pas pouvoir retenir ses instincts. Tout ce qu’elle eût comme soutient vint d’une voix au fond de son être qui lui disait de ne pas combattre ses pulsions et de les laisser couler comme l’eau d’un torrent. La pauvre jeune jedi tomba à genoux et des larmes commencèrent à couler le long de son visage. Personne ne remarqua la détresse de Bastila, ils étaient tous trop hypnotisés par le combat qui allait prendre une tournure totalement différente. Revan s’élança sur Candérous, il porta une attaque rapide sur la droite que le mandalorien bloqua sans difficulté. S’attendant à cette réaction, le jedi sépara le manche de son arme en deux et porta un nouvel assaut. Son adversaire parvint à éviter le coup fatal mais ne put empêcher le petit sabre de lui faire une cicatrice sur la joue. Revan refusionna son arme et avec sa main libre fit appel à la force pour pousser le guerrier. Le mandalorien s’envola plusieurs mètre au dessus du sol puis se trouva suspendu en l’air. Le maître avait une main tendue vers lui. D’un geste ample, il fit plonger le guerrier vers le sol. Le corps de Candérous rebondit tellement l’impact fut violent. Puis il se retrouva propulsé dans les airs et fonça droit vers le mûr. Cet enchaînement se poursuivit un moment puis Revan sentant la lassitude l’envahir, le fit venir à lui et envoya en même temps son double sabre. Plus par réflexe que par volonté Candérous mit son épée devant lui et empêcha le sabre de le découper. Il ne put éviter par contre le coup de pied du jeune homme quand il arriva devant lui. Le mandalorien se retrouva une fois de plus à terre. Il dû vite rouler sur le côté car la sabre de Revan continuait d’attaquer, ce dernier étant contrôlé par la force. Une idée vint à l’esprit de Candérous. Il prit son blaster tout en roulant et attaqua directement Revan. Le jedi fit revenir son sabre beaucoup plus vite que les rayons lasers du blaster et les dévia tous. Candérous put respirer un peu et se relever. Il jeta un coup d’œil vers la direction où se trouvait Revan mais son adversaire n’était plus là.

-Tu devrais mieux surveiller tes arrières ! Dit une voix dans son dos.

Le mandalorien eût juste le temps pour s’écarter, la lame violette du sabre de Revan passa à moins d’un centimètre de sa tête. Revan revint à la charge, encore et encore, cependant ses attaques n’étaient pas assez puissantes pour percer la défense du guerrier.

-Tes coups sont aussi faibles que ceux d’une femme ! Se permit de plaisanter Candérous.
-Il est temps alors de passer au niveau supérieur ! Trancha Revan.

Le jedi éteignit sa seconde lame et empoigna solidement le manche de son arme. Ses nouveaux assauts devinrent plus puissants. Leurs violences étaient telles que Candérous en fut surpris. Un coup de plus le mandalorien perdit son épée. Ne laissant pas Revan prendre un avantage décisif, il se porta en avant et attrapa les mains du jeune homme avant qu’il ne puisse porter une nouvelle attaque. Dans l’élan il lança sa jambe gauche vers la cage thoracique de Revan. Ce dernier fit un salto avant au dessus de Candérous et asséna un double coup de pied à la base de la nuque. Le guerrier tomba à genoux et ne put se relever. Il sentit une force puissante le projeté violement vers l’avant. Il se releva difficilement, fit face à nouveau et vit toutes sortes d’objets foncer droit vers lui. Malheureusement pour lui, il n’avait plus aucune arme à part ses poings. Chaque objet qui passa près de lui fut pulvérisé par sa force physique. Ce qu’il ne remarqua pas c’était que Revan avait fait lévité sa vibro-lame au-dessus de sa tête et attendait le moment propice pour la faire tomber. Sans aucun bruit elle fendit l’air et manqua de peu le guerrier. Candérous avait plongé en avant au même instant. Il se précipita ensuite dessus et l’arracha du sol. Armé et prêt au combat il repartit vers le jedi.

-Incroyable ! S’extasia Linda. Ce mandalorien arrive à rivaliser avec…
-Tu te trompes, coupa Jolee. Revan n’est pas totalement sérieux. Il joue avec lui comme un chat le ferait avec une souris.
-Hein ??? S’exclama Linda.
-C’est la fin ! Articula Bastila avec une voix d’outre tombe. Revan va achever le combat.

Jolee reporta immédiatement son attention sur Revan et vit qu’il avait prit la posture pour exécuter la danse de l’eau. Candérous pénétra inconsciemment dans son périmètre et la danse put commencer. Le guerrier ne frappait plus que le vide tandis que son vis-à-vis le touchait à chaque fois, le bras droit, la cuisse gauche, le torse… Chaque nouvelle entaille affaiblissait Candérous. Il était pris dans un tourbillon infernal d’où l’issu ne pouvait plus faire aucun doute, la défaite. Jolee fut par contre le seul à remarquer quelques singularités dans les mouvements du jedi et dans les blessures. Cette danse différait de l’originale Sembla. Ces nouveaux mouvements la rendaient plus destructrice, chaque blessure était d’une précision chirurgicale. En temps normal, la danse de l’eau ne provoquait que des entailles superficiels et localisée dans des zones diverses et varié. Hors dans ce cas présent elles étaient situées dans des zones précises du corps humain et étaient extrêmement fines. Ces blessures lui rappelèrent quelque chose mais il ne savait plus quoi. Le déclic se fit, on pouvait observer les mêmes entailles dans le chant du vent quand on retient ses coups. Jolee ne pouvait faire autrement que reconnaître le géni de Revan. Il avait réussi l’exploit de créer une nouvelle technique à partir de deux autres totalement incompatible. Le vieux maître sortit de se réflexion quand il vit Revan à deux pas de lui et le regardant droit dans les yeux. Jolee se décala immédiatement sur la gauche pour voir Candérous. Le guerrier était immobile au milieu de la pièce.

-Il…
-Non, pas encore. Il a senti la fureur de l’eau.

Juste après, Candérous s’écroula au sol et ne pouvait plus faire le moindre geste. Le vainqueur indiscutable marcha vers le perdant, ses yeux rouge et or se posèrent sur l’être qui gisait à ses pieds.

-Tu… tu as encore gagné… Je… je m’incline devant toi.
-Comme je te l’ai promis, voici le moment de mourir !

L’ancien seigneur noir leva sa main tenant le sabre laser et activa la lame principale. Son bras se leva sous le regard de toute l’assistance et il frappa…

-NON !!! Hurlèrent Bastila, Juhani et Jolee.

Un nuage de poussière c’était levé et ils ne purent distinguer ce qui se passait. Une ombre apparut… c’était Revan qui revenait vers eux. Il se dirigea vers Bastila qui était encore à genoux. Il se mit à son niveau.

-Calme toi, tout est fini.

Lorsqu’elle releva la tête, elle vit que son amant avait retrouvé ses habituels yeux verts. Chose encore plus surprenante, il souriait. Non pas un sourire sadique comme il avait eût précédemment mais un sourire chaleureux, tendre.

-Comment as-tu pu ? Dit elle. Lisa va bientôt mourir, maintenant Candérous… quand est-ce que toutes ses tueries finiront ?

Au loin, ils perçurent un homme tousser. Carth et Jolee foncèrent dans le nuage de poussière et trouvèrent le mandalorien encore en vie. Tous deux l’aidèrent à se relever. Quand ils sortirent à leur tour, tous poussèrent un ouf de soulagement.

-Alors tu ne l’as pas… commença Bastila.
-A quoi cela m’aurait-il servi ? J’ai tué son envi de vengeance, pas lui. Je te promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour protéger la république et jamais plus je ne te ferais souffrir.
-Revan… commença Carth.
-Rassure-toi, je sauverais Lisa ! J’ai un plan, dit il en se tournant vers lui. Fait moi confiance !
-D’accord, acquiesça Carth à la surprise générale.

Tous quittèrent la salle d’entraînement. Jolee et Carth emmenèrent Candérous se faire soigner à l’infirmerie. Les jours suivant, Revan s’occupa de reprendre les bases de la formation de jedi pour sa padawan. Il était strict et intransigeant, quand Bastila ne réussissait pas un exercice il l’obligeait à continuer jusqu’à l’épuisement total ou qu’elle réussisse. Cela pouvait durer longtemps, très longtemps… Deux jours avant la date fatidique, il laissa Bastila au bon soin de Jolee et Juhani. Le jeune maître se rendit dans le centre de réparation des droïdes. Un technicien lui avait laissé un message comme quoi il pouvait venir récupérer son androïde. Une fois sur les lieux, T3-M4 se mit à biper comme un fou et se rua sur son propriétaire. Par contre il ne vit pas HK-47. Il demanda au responsable du centre des nouvelles de son autre bien, ce dernier s’excusa. Il ne pouvait pas le réparer, ni aucun de ses employés. Le robot était beaucoup trop complexe pour eux. Revan insista pour voir sa carcasse et le chef accepta. Il conduisit le maître jedi dans une remise de grande taille où ils entreposaient les droïdes irréparables avant d’être démonté en pièce. Au milieu du tas que formaient les carcasses, Revan vit un bout d’armure rouge vif. Avec la force, il déblaya tout les déchets et sortit HK. Ensuite, il le fit venir à ses pieds et s’agenouilla pour faire un diagnostique.

-Vous voyez, les dégâts sont irréparables, dit le patron. A moins que vous connaissiez celui qui la construit…
-J’aurais besoin d’un châssis modèle XT-32, un modulateur de voix TV-5, des boulons taille 4 et 6 à coude spécial. Pour finir une cellule d’énergie avec un noyau en Tibérium 438, et pas du 437.
-Mais… ces pièces sont rares et hors de prix ! Ce serait cher payé pour un tas de ferraille !
-Prenez ! Dit Revan en tendant une carte.
-Vous en êtes certain ? Ca va vous coûter pas loin des dix milles crédits. A la limite je vous propose une cellule d’énergie en Balium 521, elle est moins chère et…
-Ne discutez pas ! Coupa Revan. Je ne veux que les meilleures pièces pour mon droïde.
-Bien, mais c’es peine perdu. Jamais vous ne pourrez le faire fonctionner.
-C’est mon affaire, occupez vous juste de me fournir ce que je désire et encaisser votre argent.

Le patron sortit aussitôt, Revan attendit que la porte se referma derrière lui pour bricoler HK. Il avait aperçu une défaillance sur un des blocs mémoire, heureusement elle n’était pas trop grave et pu la réparer sans pièce supplémentaire. Personne ne devait voir ce module, la république les avait interdits depuis quelques années. La porte s’ouvrit et un technicien entra avec les pièces. Revan se releva et inspecta la marchandise. Il prit plus de temps pour la cellule d’énergie.

-J’ai demandé une Tibérium 438 ! C’est une 437 !
-Mais…
-Combien de fois devrais-je me répéter ? J’ai dit à votre patron une Tibérium 438 !
-Excusez moi monsieur, j’ai confondu. Je vous la ramène immédiatement.

Le technicien sortit en courant de la salle. Revan ne voulait pas de cette camelote bon marché, la cellule d’énergie qu’il voulait avait la capacité de se recharger avec n’importe qu’elle source d’énergie contrairement à toutes celles qui existaient. En attendant le retour de l’autre, il mit ses mains devant lui et fit appel à la force pour mettre le droïde bien droit. Les pièces de rechanges se mirent ensuite à léviter puis à venir près de la carcasse. Le maître jedi fit quelques mouvements des doigts et les pièces prirent leur place respective. L’employé revint et vit la fin du spectacle. Jamais il n’avait vu pareille technique pour réparer un robot. Mais il n’était pas encore au bout de ses surprises. La cellule d’énergie s’échappa de ses mains et alla vers le jedi. Il l’étudia quelques secondes puis la fit voler jusqu’à son emplacement. Peu après il s’approcha de HK et mit les mains sur son torse. De puissants éclairs sortirent de ses mains et traversa tout le corps métallique. La décharge dura le temps nécessaire pour que le droïde s’éveille. Il commença à bouger, puis ses yeux prirent une teinte rouge. Revan retira ses mains.

-HK-47 pour vous servir, mon maître.
-Content de te revoir HK, fais un diagnostique intégral de ta mémoire et de tes fonctions.
-A vos ordres, Ô mon maître.
Les yeux d’HK devinrent verts, d’étranges symboles défilèrent. Le technicien, derrière Revan, n’en croyait pas ses yeux. Il avait passé trois jours sur ce tas de ferraille sans avoir la moindre réponse et en moins de cinq minutes cet homme avait réussi à le réparer et à le faire fonctionner.
-Comment…
-Je l’ai crée, alors je sais comment le réparer. Alors HK ?
-Vérification terminé. Mes capacités motrices sont totalement opérationnelles, ma mémoire est intacte par contre j’ai quelques modules qui me sont pour l’instant inaccessibles.
-Lesquels ?
-Le module de protocole, de pilotage et… rectification, le dernier vient de s’activer.
-Bien, coupa Revan. Suis-moi, j’ai une affaire à régler.

Le robot et le jedi sortir sous l’œil incrédule du responsable. Revan envoya T3 à l’académie militaire pour transmettre un message à l’amiral Dodonna. Lui et HK partirent vers l’académie jedi. Il alla directement dans sa chambre et fermer la porte de telle façon que personne ne puisse entrer.

-Ton module d’assassinat est-il opérationnel ? Demanda t-il à l’intention de HK.
-Oui mon maître. Lors du diagnostique je n’avais pas tout de suite vérifié car je pensais qu’il était irréparable. Vous m’avez surpris en le réparant. Qui dois-je tuer ?
-Tu le sauras bien assez tôt. J’ai une mission capitale à te confier.
-Y aura-t-il des sacs à viandes à buter ?
-Beaucoup ! Dit Revan en allant sur le balcon.

Cette nouvelle réjouit HK qui suivit son maître comme son ombre. Le jedi s’appuya avec ses mains contre la balustrade et regarda la ville à ses pieds. L’expression de son visage n’était plus chaleureuse mais froide comme la glace.

-Je ne te le dirais qu’une seule fois !
-Oui mon maître, ordonnez et j’exécuterai !
-Efface tout tes souvenirs et active ton protocole d’assassinat. Demain soir tu…

Bastila faisait un petit combat d’entraînement avec Juhani sous le regard avisé de Jolee et de maître Andorra. Les deux padawans étaient de niveau sensiblement identique et les échanges de coup étaient spectaculaires. Pendant ce temps, les deux observateurs conversaient. Yuya s’excusait auprès de son ancien mentor pour son manque de discernement et de confiance.

-Je suis heureux que tu es ouvert les yeux ma petite. Ta beauté n’est que plus resplendissante.
-Tu vas me faire rougir avec de telles paroles, répondit Yuya en prenant quelques couleurs sur les joues.
-Vous autre échanies savez reconnaître vos erreurs.
-A l’exception d’Atris, poursuivit Yuya. Je devrais essayer…
-Inutile, elle est trop encrée dans son aveuglement. Elle a décidé que Revan était le mal incarné et elle ne changeras pas.
-Elle croit trop en la prophétie.
-Tu ne veux toujours pas me dire de quoi elle parle ?
-Je ne peux pas vous dire grand-chose, juste qu’elle prédit la naissance de deux êtres au pouvoir exceptionnel.
-Vous pensez que Revan est l’un des deux ?
-Oui, tu as du sentir aussi sa puissance sur la forge et bien avant quand il s’est éveillé.
-Sur le moment j’ai cru que l’univers tout entier allait m’engloutir.
-Exactement ce que la prophétie disait.
-Et qui serait le second ? Demanda Jolee.
-On l’ignore. Aucun des plus puissant maître n’est parvenu à sentir une autre présence aussi puissante. Et toi ? Tu n’aurais pas…
-Non, mais il se peut qu’il puisse cacher son pouvoir comme Revan. Je pense que la force fera en sorte qu’on le rencontre. Souviens toi, elle nous a conduit à Revan.

Le combat s’acheva sur une victoire sans équivoque de Bastila. La jedi avait utilisé sa méditation de combat au bon moment et pu prendre un avantage suffisant pour l’emporter. Juhani était triste mais Jolee, en bon mentor, lui assura qu’après avoir refait le combat dans sa tête, elle allait trouver les raisons de sa défaite et ainsi progresser. Yuya félicita les deux padawans pour leurs performances et prit congé, le conseil allait tenir sa réunion quotidienne. Bastila prit ensuite congé à son tour et se dirigea vers sa chambre, du moins la chambre de son amant. Lorsqu’elle entra, il était assis sur dans fauteuil et dégustait un verre d’alcool fort d’Alderande à 5000 crédits la bouteille. A l’entrée de sa bien aimée, il tourna la tête vers elle et lui lança un regard tendre. Il n’avait nullement besoin de parler, son expression suffit pour qu’elle comprenne. Bastila lui sourit à son tour et sans dire un mot se dirigea vers la salle de bain afin d’y prendre une douche pour faire partir toute la sueur de l’entraînement. Quand elle sortit elle portait une ravissante nuisette bleu, un petit décolleté laissait apparaître le haut de sa poitrine. Elle se terminait par un tissu en dentelle à la mi-cuisse. Ses jambes sveltes étaient dénudées et la jeune femme s’avança pied nu vers l’homme de sa vie. Lui n’avait pas bougé et continuait d’humer le liquide couleur ambre avant d’en boire une minuscule gorgé. Bastila s’assit à ses pieds et posa délicatement sa tête contre les jambes de Revan. Elle l’aimait à la folie, un amour que rien ne pourrait briser pas même la mort. Elle caressait doucement les cuisses de Revan. L’homme finit la dernière goutte de son verre et écouta la jeune femme lui raconter sa journée.

-… et je l’ai battu, dit elle fièrement.
-Mais tu as du user de ta méditation de combat.
-Comment le sais-tu ?
-Je l’ai senti.
-Mince, dit Bastila sans vraiment le penser.
-Demain je te ferais suivre un entraînement spécial.
-Spécial ?
-Oui, tu es douée pour la méditation de combat mais si un jour tu venais à être confronté à un adversaire la maîtrisant encore mieux… Qu’est-ce que tu feras ? Tu dois apprendre à te battre sans.
-D’accord, je ferais comme tu veux.
-Bastila… commença Revan sur un ton dur. Tu ne dois pas m’obéir aveuglément, c’est bon pour les droïdes ça. Pour nous, utilisateur de la force nous nous devons de réfléchir. Un ordre grotesque ne doit jamais être suivi même s’il vient d’un maître.
-Mais le code dit…
-Oublie-le ! C’est à cause de ce fichu code que bons nombres de jedis sont mort, ou pire, basculé dans le côté obscur de la force. Nous ne devons pas être des jedis ignorant le poids de la vie. L’amour, la colère, la haine, la compassion font partie de nous. Les renier vient à ce renier. Les sentiments sont dangereux, tu en as fait l’expérience. C’est pour ça que l’on doit les apprivoiser, les dominer et non les refouler.
-Les membres du conseil seraient fou de rage en entendant de tel propos.
-Je sais, c’est pourquoi je ne voulais pas devenir maître. Leur vision de la force n’est pas la mienne. Nous avons un don et donc le devoir de l’utiliser pour le bien de l’humanité. Parfois cela peut conduire à des guerres, des meurtres…
-Nous pouvons aussi faire fausse route et nous tromper ! Intervint Bastila.
-Effectivement, après tout personne n’est parfait. Au moins nous pouvons établir un équilibre entre bonheur et malheur, bien et mal, vie et mort. Des sacrifices doivent être faits pour avancer.
-C’est la raison qui t’as fait attaquer la république ?
-Peut-être bien, je ne m’en souviens plus, mentit Revan.
Une minute passa, puis deux… finalement au bout d’une heure Bastila prit la parole.
-L’exécution va avoir lieu après-demain. Comment vas-tu t’y prendre pour…
-J’irais voir le chancelier suprême et je le convaincrais. Fais moi confiance, conclu Revan.

Le jeune homme se leva du fauteuil, se déshabilla et alla s’allonger sur son lit. Bastila le rejoignit, en chemin elle ôta sa nuisette…

Dehors la lune poursuivait sa trajectoire. Rien n’aurait pu stopper le temps, la date, l’heure, la minute, l’instant juste avant que les soldats n’ouvrent le feu sur la condamnée s’approchait petit à petit… 36 heures, 26 minutes, 40 secondes… 39…38…37…36…

Lisa dans sa cellule n’arrêtait pas de se ressasser les seuls mots qu’elle avait perçut parfaitement à la fin de la séance du tribunal.

« Ne t’évades pas, quoi qu’il puisse se passer ! »
Les mots résonnaient comme des marteaux dans sa tête. Les avait-elle imaginée ? A présent elle doutait, Revan n’était jamais venu les lui dire et pourtant c’était sa voix qu’elle entendait quand elle se les remémorait. Mais… Pourquoi lui aurait-il dit cela ? Qu’allait-il se passer ?

Le soleil se leva à l’horizon. Bastila fut réveillée par un rayon qui traversait la vitre donnant sur le balcon. Elle se tourna de l’autre côté pour s’en cacher. En même temps elle remarqua que Revan n’était plus là. Elle se redressa et le chercha. Evidemment il était comme tous les matins sur le balcon. Bastila renonça à quelques instants de sommeil en plus et se leva. Elle enfila sa nuisette qui traînait par terre et sortit. La brise du matin lui glaça lui donna quelques frissons.

-Tu aimes à ce point la vue pour la contempler chaque matin ?
-Non, ce que j’aime regarder c’est le soleil se lever à l’horizon. Le changement de l’obscurité à la lumière. Rien n’est plus beau, répondit-il avec une pointe de tristesse dans la voix.
-Qu’est-ce qu’il y a ?
-Rien, je me demandais combien de temps cette paix durera. Ces périodes ne sont que des anomalies entre deux guerres.

Bastila vint à la droite de Revan et posa sa main sur la sienne. Elle voulait lui montrer qu’elle serait toujours là pour lui. L’homme sentit la chaleur de la jeune femme se répandre en lui, aussi douce que l’écoulement paisible d’une rivière. Une sensation qu’il n’avait plus connu depuis fort longtemps.

-Il est l’heure, dit il en rompant le silence. Prépare toi, je ne vais pas te laisser un instant de repos.
-A vos ordres, maître, répondit Bastila peu avant de déposer un baiser sur sa joue.

La jeune femme rentra se changer. Pendant ce temps, Revan pensait aux véritables raisons qui le poussait chaque matin et chaque soir à regarder le soleil. Prochainement, il ne pourrait plus voir de spectacle aussi beau et voulait s’en faire un souvenir inoubliable.

-Toujours pas prêt ??? S’énerva Bastila en ouvrant la baie vitrée.
-J’arrive.

Il jeta un dernier coup d’œil au ciel qui était maintenant bleu azur puis entra dans la chambre. Il enfila un pantalon en tissus noir, une chemise blanche qu’il recouvra d’une veste en cuir noir. Il chaussa ensuite ses bottes et une cape tout aussi sombre. Une fois prêt, ils descendirent dans la salle d’entraînement où s’exerçait Juhani sous le regard attentif de Jolee. Ils firent de rapides salutations et s’empressèrent de s’isoler dans un coin.

-Tu vas affronter six sabres lasers que je contrôlerais avec la force, commença Revan. A toi de te débrouiller pour ne pas te faire toucher. Une dernière chose aussi, donne tout ce que tu as ! Je ne te ferais aucun cadeau.

Immédiatement six sabres activés, se précipitèrent sur Bastila qui n’avait pas encore sortit le sien. Elle essaya de les arrêter avec la force mais ne put que les ralentir faiblement. Alors elle plongea en avant pour éviter les trois premiers, dégaina son arme et bloqua deux autres. Par contre le dernier restait introuvable. Une douleur atroce la prit dans le dos et lui fit comprendre qu’il était derrière elle. Elle sauta très haut, baissa la tête et vit que tous les six fonçaient sur elle. La padawan fit tournoyer son sabre et les dévia. A peine mit elle un pied à terre qu’elle sentit plusieurs coups la frapper. Une attaque à la nuque la fit s’écrouler.

-Tu fais quoi ? Gronda Revan. Tu dors ? Ressaisit toi et suis ton instinct !
-Tu crois que je fais quoi ? Marmonna t-elle.

Un nouveau coup la toucha au visage alors qu’elle était à quatre pattes. Bastila n’eût pas le temps de sentir la colère grandir en elle, les sabres volants ne lui laissaient aucune seconde de répit. Ils allaient toujours plus vite et de plus en plus fort. Elle essaya sa méditation de combat sur Revan pour le distraire un peu mais ce fut un échec. Tous les sabres la frappèrent au même instant.

-Je te l’ai dit que c’était inutile, dit Revan. Le but de cet exercice est d’améliorer tes capacités de bretteur.
-Un combat est un tout ! Rouspéta Bastila.
-Oui mais ce n’est pas un combat, sinon tu serais morte, répliqua froidement Revan.

Jolee et Juhani avaient cessé l’entraînement et s’étaient rapproché de Revan pour mieux voir. Pour la énième fois la padawan s’écroula.

-Relève toi ! Ordonna Revan.

La jeune femme obéit à l’ordre de son maître, difficilement elle se redressa et jeta un regard noir à Revan. De son côté, lui paraissait satisfait. Elle réagissait comme il voulait. Il jeta sa main gauche en avant et les six sabres fondirent sur Bastila. Elle, continuait de le regarder… La force et la vitesse à laquelle allaient les armes pouvaient la tuer si elle ne faisait rien. Jolee l’avait remarqué et voulu courir à son secours. Mais son corps refusait de lui obéir, il était paralysé. Les sabres n’étaient plus qu’à un mètre et elle ne bougeait toujours pas. Puis tout se déroula en un éclair. Bastila activa son double sabre et d’un seul geste dévia toutes les armes qui allèrent se planter un peu partout dans la salle.

-Mieux, beaucoup mieux. Tu as enfin compris, mais sera tu capable de recommencer ?

Les sabres s’arrachèrent des murs de la salle et foncèrent de nouveau sur Bastila. Bien qu’elle ait retrouvé en partie son calme, elle parvint à repousser les attaques qui pleuvaient.

-Désolé Jolee mais je l’ai fait pour son bien.
-Elle aurait pu y rester !
-Je savais qu’elle réussirait, elle avait juste besoin qu’on la pousse un peu.

La séance se prolongea jusqu’à l’heure du repas. Revan voulut faire une pause mais la padawan insista pour poursuivre. Jolee et Juhani par contre quittèrent la salle pour aller se restaurer. A présent ils étaient seuls dans l’immense salle. Les heures défilèrent à une vitesse impressionnante. Ceux qui étaient entré pour au départ s’entraîner finir spectateur de cet entraînement pour le moins inhabituel. Vers 16 heures, Yuya pénétra dans les lieux avec une rangé de jeunes apprentis. Il était l’heure de leur leçon sur l’art du combat à main nu. Bastila était à bout de force. Revan décida alors de passer à la dernière étape. Elle était malmenée quand il fonça droit vers la jeune femme et attaqua sans crie égard. La lame jaune s’interposa entre le cou de Bastila et la lame violette de Revan. Il fit un bond en arrière. Les six sabres revinrent vers lui et tournèrent autour de l’homme.

-Il est temps de voir ce que tu as retenu, déclara t-il. J’arrive !

Il tendit son bras gauche sur le côté, les sabres se placèrent de telle sorte que l’ensemble forma une étoile à six branches. Doucement, elles se mirent à tourner puis leur vitesse s’accéléra jusqu’à ce que personne ne puisse distinguer autre chose qu’un disque de lumière. Revan envoya le disque dans les airs et se mit en position d’attaque. Sans aucun geste de la main, le disque fonça sur la padawan qui s’apprêta à parer le coup. Un sentiment d’alerte la prit sans raison. Elle se tourna très vite et leva son sabre. Par chance, elle dévia l’attaque surprise de Revan, tout de suite après elle fit un bond en arrière et laissa passer le disque sous son corps. Le maître revint à la charge. S’en suivit une succession d’attaque entre eux deux. Par moment Revan utilisait le disque de lumière pour forcer la jedi à se surpasser. Bastila résistait du mieux qu’elle pouvait mais la fatigue, la douleur et les courbatures s’accentuaient de façon exponentielle. Un assaut supplémentaire la désarma, un autre et elle s’écroula sur le dos. Revan stoppa le disque à un millimètre de son visage. Il voyait que c’était fini. D’un geste de la main il désactiva les sabres et les envoya à leur place. Tous les spectateurs étaient bouches bé. Le maître jedi s’approcha de la jeune femme puis la prit dans ses bras en faisant attention de ne pas lui faire mal.

-Echauffez vous ! Ordonna Yuya, je reviens de suite.
-Je peux faire quelque chose pour toi ? Demanda Revan à Yuya une fois à l’extérieure.
-Non, je voulais juste te parler un moment.
-De quoi ?
-Tu n’y es pas allé de main morte avec elle. Surtout quand on sait ce qu’il y a entre vous deux.
-J’ai fait attention à ne pas montrer de sentiment pendant le combat.
-Oui, mais tu t’es trahi quand tu l’as prise dans tes bras. Tu tiens à elle, ça saute aux yeux.
Ils arrivèrent à l’infirmerie, Revan allongea sa bien aimée délicatement puis sortit en compagnie de Yuya.
-Revan… Je… je voudrais que tu saches que je ne t’en veux plus. Tu es un jedi maintenant et j’espère qu’on aura l’occasion de faire quelques missions ensemble. Ca nous rappellera le bon vieux temps.
-Cette fois se sera moi qui te sauverais la vie des griffes des méchants, plaisanta Revan.
-Jaden n’a pas totalement disparu en fin de compte. J’en avais l’impression depuis Korriban.
-Il est devenu moi et moi je suis devenu lui.
-Bip…booo….ti tut li boo !
-Qu’est ce qu’il veut ? Demanda Yuya en montrant un petit droïde au pied de Revan.
-Il m’a dit que le chancelier accepte de me recevoir à 18 heures.
-Bon courage alors. Que la force soit avec toi… mon ami.
-Avec toi aussi Yuya.

Maître Andorra se précipita vers la salle d’entraînement. Revan, quand à lui, resta auprès de Bastila jusqu’à l’heure de son rendez-vous. Il assigna à T3 de veiller sur la jeune femme jusqu’à son retour. L’heure était finalement arrivée, il allait devoir jouer séré. Le moindre décalage, même d’un millième de seconde, flanquerait tout par terre.
La sixième heure sonna quand il pénétra dans la chancellerie. Le maître jeta un coup d’œil vers les gardes, aucun n’était en alerte. HK avait commencé la mission depuis peu… Le jeune homme s’approcha de la réception et dit d’une voix claire que le chancelier attendait sa venue. Le réceptionniste consulta son ordinateur puis indiqua l’ascenseur. Revan le remercia poliment et entra dans l’ascenseur. Ce dernier se mit en route et stoppa au dernier étage, là où se trouvaient les appartements du chancelier suprême. A son approche la porte du bureau s’ouvrit.

-Entrez maître Revan, dit le chancelier. L’amiral Dodonna m’a demandée de vous accordez une audience. Soyez bref, la réunion de sénat ne va plus tarder.
-Je viens vous demander de reconsidérer votre position quant à l’exécution du capitaine Lisa Hesse.
-Et en quel honneur ? Elle a été jugé et condamné selon les lois républicaines !
-Vraiment ? Intervint Revan. Je ne savais pas que faire pression sur un des juges était autorisé par les lois !
-Calomnie ! S’insurgea le chancelier.
-Je n’ai hélas aucune preuve excellence, concéda Revan. Mais Lisa est une femme dont la république ne peut se passer.
-Vous m’en direz tant ! Veuillez m’excuser mais…
L’interphone du chancelier bipa.
-Quoi ? J’ai demandé à ne pas être…
-Milles excuse votre excellence mais il vient d’y avoir une évasion massive à la prison de Coruscant.
-Mobilisez toutes nos troupes ! Renforcez la sécurité autour de la chancellerie !
-Bien excellence.
Le chancelier appuya sur le bouton pour mettre fin à la conversation.
-Laissez moi vous conduire à la grande salle, proposa Revan.
-J’ai ma garde personnelle ! Dit le chancelier, furieux.
-Il y a des utilisateurs…
-Je n’aime pas me répétez jedi ! Au revoir !

Le chancelier se leva et sortit promptement. Revan le suivit quand même. Au bout du couloir la garde privée du chancelier arriva mais des tirs de blaster percutèrent les murs. Le maître jedi fit s’abaisser le chancelier à terre et dégaina son sabre. Les gardes se tournèrent vers les assaillants. L’un d’eux sauta au-dessus, sortit un sabre laser et les tua d’un geste.

-TOI ! Hurla l’homme aux cheveux blancs. L’heure de la vengeance a sonné !
-Comment savais-tu que j’étais là ? Demanda Revan.
-Un de mes nouveaux camarades a piraté le système informatique de la république. Il voulait trouver le chancelier pour le tuer ! Et par hasard ton nom était inscrit. Alors j’ai profité de l’occasion.
-Tu aurais dû fuir ! Rétorqua Revan. Je serais sans pitié !

Le maître fonça droit vers l’évadé. Un seul coup de sabre fut donné, la tête du meurtrier s’éleva dans les airs. Le jeune homme se tourna ensuite vers les autres et chargea. Ne voulant pas le laisser approché, ils ouvrirent le feu. Revan enchaîna les attaques et les parades. Quant il rangea son sabre, il n’y avait autour de lui que des cadavres. Il revint ensuite près du chancelier qui était allongé par terre. Il se mit à genoux et constata qu’il était agonisant, un tir perdu l’avait touché en pleine poitrine. Pourtant il était sûr d’avoir bloqué tous les tirs. Il releva la tête et cria pour obtenir de l’aide. L’amiral Dodonna arriva à la tête d’un groupe composé des meilleurs éléments de l’armée.

-Il…commença t-elle.
-Non, dépêchez-vous d’appeler les secours, cria Revan. Je vais essayer de le maintenir en vie.

Avec le chaos qui régnait à la chancellerie, personne ne fit attention à un droïde rouge qui en sortait.
Une demi-heure plus tôt, Lisa était allongée sur sa couchette. Elle faisait le décompte du temps qui lui restait à vivre.

-16 heures 15 minutes 30 secondes, 29, 28, 27, 26…

Elle le faisait pour s’empêcher de devenir folle et aussi pour ne plus penser à ses amis qu’elle ne reverrait plus jamais. Un bruit étrange la sortit de sa réflexion. Elle se redressa sur son lit et vit que le champ d’énergie de sa cellule était éteint. Prudemment elle s’avança et jeta un coup d’œil à l’extérieur… personne. Les paroles de Revan lui revinrent immédiatement à l’esprit. Elle ne devait pas s’évader. Sa curiosité l’emporta quand même. Elle fit quelques pas hors de sa cellule, toujours rien, pas d’alarme ni de garde. Elle continua plus loin et atteignit le sas. Phénomène encore plus rare, les deux portes étaient grandes ouverte. Des tirs de blaster mêlés à des cris lui parvinrent aux oreilles. Elle gravit les escaliers quatre à quatre. Au deuxième sous-sol elle assista à un spectacle inimaginable. Toutes les cellules étaient ouvertes et les détenues se battaient contre leurs geôliers. Un groupe d’évadé passa devant elle et, malheureusement, ils la virent. L’un d’eux fit quelques pas vers l’ancien capitaine en jetant des regards avides sur son corps. De toute évidence il ne voulait pas seulement faire juste connaissance. Lisa prit les devants et attrapa l’homme à la gorge avant qu’il ne puisse faire quoi que se soit. D’instinct elle mit la main à sa cuisse pour récupérer une dague mais évidemment elle n’en avait pas pas. Les prisonniers ne pouvaient pas porter d’arme. Elle appuya alors fortement sur la trachée et lui fit perdre connaissance. Les autres n’ayant pas appréciés se jetèrent sur elle. Hélas pour eux, Lisa utilisa son agilité hors du commun pour leur échapper. A l’angle d’une intersection elle tomba sur le corps d’un gardien. Par un heureux hasard il avait un petit couteau accroché à se ceinture. Sans se demander si elle pouvait ou pas, elle l’avait pris. Un autre groupe d’évadé passa près d’elle, puis un autre… tous poursuivaient les gardiens dépassés par les évènements. Avait-elle le choix du camp ? La réponse était évidemment non. Ces prisonniers étaient les pires scélérats de l’univers et étant donné que c’était une femme ils voudraient tous « jouer » avec elle. Elle fonça donc pour apporter son aide aux derniers gardes, même si elle savait parfaitement que son geste ne la sauverait pas du peloton. Elle rattrapa un premier groupe, le sang coula à flot. Lisa, l’une des rares personnes craintes par les mandaloriens, s’extasia de cet ultime carnage, son dernier baroud d’honneur. Elle fabriqua de ses mains un chemin de sang et de cadavre. Plus loin elle tomba sur les derniers survivants. L’un des gardes tira sur elle mais un autre dévia le fusil.

-Pourquoi…
-Elle nous aide ! Lui dit-il. C’est Lisa Hesse du 127ème escadron. Si elle voulait nous tuer nous serions mort bien avant de l’avoir vu.
-Bonne déduction soldat, répondit la femme couverte de sang.
-Ta réputation t’a précédée. Mais à ce que je vois tu t’es ramollie.
-Pour mon dernier massacre je voulais goûter au plaisir d’être couverte de sang. Trêve de plaisanterie, nous devons rejoindre les étages supérieurs et donner l’alerte. Aucun ne doit sortir vivant.
-Tu nous ouvres le chemin ?
-Avec plaisir, répondit Lisa avec un sourire sadique.

La jeune femme se sentait en vie, elle arpentait les couloirs du second sous-sol, se glissant de zone d’ombre en zone d’ombre et tuait tout prisonnier qui passait à sa portée. Lorsque le chemin était libre, elle faisait signe aux autres de la rejoindre. En continuant ainsi, ils purent atteindre le rez-de-chaussée sans perte. Lisa se dépêcha d’aller à l’entrée mais ne put empêcher un groupe de partir dans les rues de la ville. Les hommes qu’elle avait secourue arrivèrent quelques secondes après.

-Pourquoi tu t’es arrêtée ?
-Si je sors je serais considérée comme une évadée, tout comme eux.
-Tu devrais peut-être… On te doit tous la vie. On ne fera rien pour t’arrêter.
-Merci mais j’ai promis de ne pas m’évader. Prévenez les autorités.

L’amiral Dodonna arriva cinq minutes plus tard à la prison. Les condamnés étaient tous bloqués dans les quartiers des cellules sans possibilité d’en sortir, sauf Lisa. L’ancien capitaine était assise sur un siège dans le hall d’entrée.

A bientôt pour la suite!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Notsil » Lun 17 Nov 2008 - 11:08   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Héhé l'épilogue se rapproche ;)

J'ai hâte de voir comment tout cela va finir ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2414
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Revan1er » Mar 18 Nov 2008 - 18:32   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bonjour,

Voici la fin du chapitre et le suivant qui est le dernier!!!

Bonne lecture!

-Capitaine Hesse ? S’étonna Dodonna. Pourquoi…
-… je ne me suis pas enfuie ? Tout simplement parce que je ne veux pas fuir toute ma vie.

Un soldat raconta ensuite brièvement ce qui s’était passé. Lorsqu’il évoqua le groupe de prisonnier qui avait réussi à fuir, Dodonna l’interrompit et partit immédiatement à la chancellerie. Malheureusement quant elle arriva il était trop tard. Elle monta au dernier étage avec son groupe d’élite. Elle ne prêta aucune attention aux cadavres disséminés un peu partout et couru droit vers un homme vêtu de noir qui appelait de l’aide. Très vite elle réalisa qu’il s’agissait de Revan et l’homme à terre était le chancelier suprême, agonisant.

-Il est…
-Non, dépêchez-vous d’appeler les secours, cria Revan. Je vais essayer de le maintenir en vie.

Malheureusement, les sauveteurs vinrent trop tard. Le chancelier rendit l’âme suite à sa blessure qui avait touché le cœur.

-Le sénat doit être immédiatement prévenu des évènements qui viennent de se produire, déclara Revan à Dodonna. Nous ne pouvons pas rester sans leader.
-Oui, répondit l’amiral. Je m’en occupe.

En chemin elle se demanda si Revan n’était pas impliqué. Tout était trop bien orchestré entre l’évasion massive de la prison et l’assassinat du chancelier. Puis après réflexion elle laissa tomber cette idée saugrenue. La veille du verdict, il était venu lui parler pour lui proposer un marché. Il allait s’arranger pour que le chancelier change de position, sinon il ferait en sorte qu’il soit destitué. Elle avait même dû organiser une rencontre entre les sénateurs de l’opposition et lui pour le dernier cas. Tous avaient accepté sans hésitation. Forcément, Revan n’aurait pas fait une chose aussi stupide. Dodonna prit place sur le siège du chancelier et activa la manette pour monter vers la grande salle.

Entre temps sur les lieux du crime, les maîtres jedi étaient arrivés. Revan leur expliqua ce qui s’était passé dans les moindres détails et aussi la raison de sa présence dans la chancellerie.

-Sécurisez la zone ! Ordonna Kavar aux soldats. Les jedis vont prendre le relais. C’est à nous que revient l’enquête. Je veux qu’on me procure les vidéos de surveillance.
-Aucun problème maître jedi. Considérez que c’est déjà fait.
-Revan, tu peux retourner à l’académie. Tu devras te mettre à notre disposition pour qu’on puisse faire un interrogatoire plus approfondi.
-Je suis à vos ordres maître Kavar.

Les sénateurs ne comprenaient pas pourquoi c’était l’amiral Dodonna qui siégeait sur le trône du chancelier.

-J’ai une terrible nouvelle à vous annoncer. Le chancelier suprême vient d’être assassiné par des prisonniers qui se sont évadé plus tôt dans la soirée. C’est un coup dur pour nous, surtout en ce moment. La guerre civile des jedis est finie mais nombres de sith sont encore actif dans la galaxie. Nous devons au plus vite nommé un nouveau leader.
-Je demande la parole, dit une femme habillée de façon élégante.
-Je vous laisse la parole, sénatrice Apoli d’Alderande.
-Ne cherchons pas plus loin. Comme vous venez de le dire amiral nous avons besoin d’un chef charismatique et qui saura prendre les bonnes décisions dans ces heures sombres qui nous attendent. Je propose donc que vous occupiez ce poste jusqu’à ce que de nouvelle élection soit organisée.

La sénatrice observa toute l’assistance, certain étaient de suite d’accord d’autres discutaient entre eux. Ceux qui avaient tout de suite acceptés étaient les sénateurs de l’opposition. Puis ils tombèrent d’accord, le poste fut donné à l’amiral Dodonna.

-J’accepte votre choix, dit elle. Ma première action en tant que chancelière est la création d’un groupe d’élite pour des missions top secrète sous le commandement direct du chancelier. Ce groupe aura pour nom… Alpha blue. L’acceptez-vous ?
Les sénateurs votèrent, le oui dépassa les 80%.
-Bien, je dois vous faire part aussi de mon intention d’y inclure le capitaine Lisa Hesse. Lors de la révolte de la prison elle a montré un courage et un patriotisme exemplaire. Ses actions ont sauvé de nombreux soldats ET à aucun moment elle n’a cherché à fuir.
Personne n’émit d’objection, la nouvelle chancelière fut soulagée.
-La séance est clôt ! Conclue Dodonna. Retrouvons nous demain pour une séance exceptionnelle.
L’amiral fit descendre son siège vers la salle basse. Revan l’y attendait déjà.
-Alors ? Demand t-il.
-Elle est sauvée.
-Le plan ne s’est pas déroulé comme convenu mais qu’importe. Lisa est libre.
-Un homme est mort pour ça ! Dit Dodonna sur un ton beaucoup moins amical.
-C’est triste mais c’est la vie. Je pars pour la prison lui annoncer la bonne nouvelle. Fait dire à Carth d’aller à la cantina près de l’académie militaire. Je l’y retrouverai avec une surprise.

Il sortit sans écouter les protestations de la chancelière. Sur le chemin, il croisa Jolee et Juhani et leur annonça la bonne nouvelle. Tous deux s’empressèrent d’aller prévenir tous les autres. Ils se retrouvèrent au fameux bar et attendaient avec impatience l’arrivé de Lisa et de Revan. Mission pleurait de joie avec Linda. Carth était tout excité, Bastila aussi était là. Contre l’avis des médecins elle avait quitté l’infirmerie avec Candérous. Dix minutes plus tard, l’héroïne du jour entra et la fête commença. Carth couru vers elle, la pris dans ses bras et l’embrassa fougueusement. Ils passèrent toute la nuit à danser, rire, chanter… A la surprise générale, Revan monta sur une table et chanta à tue tête. Bastila et Lisa était croulées de rire, le jedi ne savait absolument pas chanter. Candérous quitta sa mine sévère pour rejoindre Revan et entama des chants de victoire mandaloriens. L’ambiance était excellente, rien n’aurait pu troubler cet instant magique. Vers six heures du matin ils rentrèrent tous chacun de leur côté. N’ayant aucun endroit où aller, Lisa plaisanta en disant accepter à contre cœur la proposition de Carth d’aller chez lui. En réalité rien n’aurait pu la rendre plus joyeuse. Biens que tout deux furent exténué, ils firent l’amour des heures entière. Revan porta Bastila jusqu’à sa chambre, l’entraînement de la journée précédente puis la fête qui avait duré l’avait complètement vidée. Il l’allongea sur le lit sans la déshabiller et la recouvrit d’une couverture. Puis il alla dehors, HK l’attendait dans un coin sombre à l’abri des oreilles indiscrètes.

-Mission terminé, mon maître, comme vous l’avez voulu. Je me suis introduit dans la prison et éliminé toutes menace de premier ordre. J’ai coupé les communications et libéré les prisonniers. J’ai ensuite suivi un groupe qui se dirigeait vers la chancellerie. Pendant que vous les combattiez j’ai tiré en plein cœur sur le chancelier.
-Félicitation HK, c’était parfait. Retourne à l’Ebon Hawk et désactive toi jusqu’à ce que je vienne te chercher.
-A vos ordres, ô mon maître.

HK partit et Revan regarda le ciel étoilé. Il pouvait souffler à présent et se reposer jusqu’au moment où il devrait quitter cet univers.

L’enquête mené par les jedi concernant l’évasion des prisonniers et l’assassinat du chancelier se solda par un échec. Ils n’avaient pas pu trouver l’origine de l’évasion, aucune trace d’un quelconque complot. Revan fut mis hors de cause grâce aux enregistrements, Carth dans son euphorie n’avait pas remarqué que l’un des évadé était celui que lui et Revan avait croisé en prison. Celui sur lequel Revan avait utilisait la force…
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Revan1er » Mar 18 Nov 2008 - 18:39   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Chapitre XXIX : Un an plus tard…



Le soleil tapait fort en cette journée d’été. Les animaux dans les champs s’étaient réfugiés tant bien que mal sous les ombres des arbres. Le chant des oiseaux rompait le silence de la campagne, ils étaient accompagnés par le bruit des chutes d’eau. Au bord d’un lac, assis sur un rocher, se trouvait un homme. Ses cheveux noirs retombaient sur les côtés de son visage et dans ses yeux vert émeraude se reflétaient les petites vagues qui surnageaient sur le lac. Une année avait transformé son aspect physique. Ses traits qui avaient été dur et tendu s’étaient relâchés. Il était l’incarnation parfaite de la sérénité. Il était assis sous ce soleil de plomb depuis deux bonnes heures et regardait vers l’intérieure du lac. Une femme en surgit telle une sirène. L’eau dégoulinait de sa tête sur ses épaules nues. Elle sortit de l’eau jusqu’à la taille, laissant apparaître une poitrine ronde et ferme. Quelques cicatrices sur son corps laissaient à penser qu’elle avait connu de nombreux combats très dur et intense. Ses yeux noisette se posèrent sur le jeune homme, dans d’autres circonstances elle aurait été heureuse d’être aussi peu vêtue mais aujourd’hui ce n’était pas le cas.

-Ca va durer encore longtemps ? Rouspéta t-elle. Si tu m’avais dit ce que nous allions faire, j’aurais mis une tenue adaptée !
-C’est pour ton bien, avant de savoir marcher un bébé doit apprendre à ramper.
-Tu crois que je vais te croire ? Dis plutôt que tu voulais me voir nue pendant un entraînement !
-Baliverne, reprit l’homme en suivant le parcours d’une goutte d’eau le long de la poitrine de la jeune femme.
-Tu regardes quoi en ce moment ?
-Mais rien du tout, allez plonge et recommence !

La jeune femme s’exécuta, après tout il était son mentor. Le maître jedi se mit à froncer les sourcils, il venait de sentir une présence. Elle était presque imperceptible mais il n’avait aucun doute, quelqu’un les observait. Afin de ne pas montrer qu’il l’avait détecté, il retira ses bottes, sa veste et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il fut en caleçon. Il plongea d’un coup dans l’eau et se mit à nager. S’il ne se trompait pas, l’intrus ne pouvait plus le voir. Il se dirigea un peu plus loin et en sortit discrètement. L’eau ruissela sur son corps au physique banal. Il n’avait rien d’extraordinaire, ses muscles étaient à peine visibles mais il avait une cicatrice qui lui parcourait tout le torse, résultat d’un coup de sabre il y avait de cela bien des années par la femme qu’il avait aimée. Il se déplaça furtivement sans se faire voir et contourna l’arbre derrière lequel se cachait l’inconnu, où plutôt l’inconnue. En effet, c’était une femme qui les espionnait, elle avait de longs cheveux noirs, des courbes à rendre fou n’importe quel homme. Alors qu’il allait la prendre par surprise, elle se retourna aussi vite que le vent et menaça l’homme avec une dague placé sous sa gorge.

-Tu ramollis mon cher. J’ai eu une bonne vingtaine d’occasion de te tuer quand tu approchais.
-Vraiment ? Dit une voix derrière elle.

Le corps de l’homme se volatilisa sous ses yeux.

-Tes illusions sont toujours aussi criantes de réalisme.

La jeune femme se retourna lentement vers le véritable jedi.

-Heureux de te revoir, ça faisait longtemps… Lisa.
-Oui, trop longtemps peut-être. N’est ce pas, Revan ?
-Viens prêt du lac, je dois vérifier l’entraînement de Bastila.
-Est-ce que la petite a enfin grandie ?
-Tu verras… Dit Revan.

Le maître retourna vers l’étendue d’eau et s’allongea dans l’herbe. Lisa jeta un coup d’œil aux alentours puis commença à retirer sa veste. En dessous elle portait un body moulant ses formes à la perfection. Puis elle enleva ses bottes et son pantalon. Pendant qu’elle retirait ses vêtements, Revan n’avait pas détourné le regard. Puis elle s’allongea aussi dans l’herbe. La tueuse s’accorda un instant de détente après tout ce temps à travailler pour Alpha Blue. Sa prochaine « missions » pouvait attendre un peu, elle n’était plus à une demi-journée près.

-Alors… qu’est-ce qui t’amènes ici ? Le travail ?
-Si c’était le cas tu sais parfaitement que je ne peux rien te dire. Ca relève du secret défense.
-Comment va Carth ? J’ai ouïe dire que la chancelière Dodonna l’avait promu au rang d’amiral la semaine dernière.
-Je ne l’ai pas beaucoup vu. Je suis presque tout le temps en mission et quand j’ai un congé c’est lui qui part.
-Pas évident de concilier vie privée et vie professionnelle.
-Exactement. Ca m’énerve quand je pense à cette gamine qui ne se rend pas compte de la chance qu’elle a de t’avoir toujours à ses côtés !
-Ce ne sera pas toujours le cas, répondit Revan.
-Ah, ça me fait penser que Candérous te salut. Il est actuellement sur Dxun avec les siens. Il pense pouvoir restaurer la gloire passée de son peuple.
-Pas étonnant venant de sa part. Dis moi, les étés sont toujours aussi chaud ici ?
-Oui, aussi loin que je me souvienne il a toujours fait très chaud en cette saison. D’ailleurs le meilleur moyen d’avoir moins chaud c’est encore de se baigner. Tu me suis ?

Lisa n’attendit pas la réponse de Revan. Elle se releva et retira ce qui lui restait de vêtement. Elle mit un pied dans l’eau et un frisson agréable lui parcouru tout le corps. Puis, elle plongea. Revan s’avança au bord de l’eau et au même instant Bastila fit surface. Elle vit Revan en caleçon et se vit aussitôt avec lui en train de faire… Une tête surgit devant elle, une fraction de seconde suffit pour qu’elle sache de qui il s’agissait. Son fantasme s’évanouis aussi vite qu’il était venu et fit place à la colère.

-Quelle joie de te revoir, dit Lisa à Bastila.
-Qu’est ce que tu fiche ici ? Questionna Bastila avec une pointe de jalousie dans la voix.
-Ca ne se voit pas ? Je me désaltère.
-Tu n’avais pas besoin…
-d’être nue ? Pourquoi ? C’est tellement plus agréable de sentir l’eau recouvrir tout son corps… Mais dis moi, ce ne serait pas de la jalousie ? C’est vrai qu’entre toi et moi le fossé est énorme. Les mecs ne doivent pas beaucoup se retourner quand tu les croises, contrairement à moi. En plus j’ai la peau plus douce, plus bronzée et j’ai des seins plus gros.

-Mais tous les vrais hommes ne choisiraient pas une femme qui possède la même intelligence qu’un banta !
-Désolé de te décevoir mais les vrais hommes dont tu parles n’existent que dans tes rêves. Tu aurais du voir comment Revan m’a regardé quand je me suis déshabillé devant lui.
-QUOI ? Jamais…
-Des fois je me demande ce qu’il peut te trouver ? Il doit sûrement être dans une période lolita.
-Tu n’es pas son genre ! Rugit Bastila folle furieuse. Carth devait être désespéré pour être tomber amoureux de toi.
-Tu comprendras quand tu auras grandie ma petite. Maintenant laisse les grandes personnes. Je vais faire découvrir à ton cher petit Revan, les vrais plaisirs. Avec moi il atteindra bien plus que le septième ciel.
-Tu touches une seule partie de son corps et je t’étripe !
-Fais attention au côté obscur petite fille. La jalousie et la colère…
-Je n’ai que faire des conseils d’une prostituée intergalactique !
-Un mot de plus et j’expose tes tripes à l’air libre !
-Ca suffit toute les deux ! Intervint Revan en haussant le ton. Vous n’êtes pas croyables, pas moins d’un an en arrière vous faisiez la fête ensemble et aujourd’hui vous êtes pire que chien et chat ! L’entraînement est terminé Bastila. Sors de l’eau et sèche toi, nous partirons immédiatement après.
Bastila jeta un regard foudroyant à Lisa qui le lui rendit et sortit de l’eau. Revan attendit qu’elle soit assez loin pour parler avec Lisa.
-Tu n’aurais pas dû la mettre en colère.
-Pourquoi ? Elle ne me fait pas peur.
-Ce n’est pas de ça que je parle. A cause de toi je vais avoir le droit à une nuit d’enfer !
-Alors tu n’as qu’à me rejoindre…
-Et Carth dans tout ça ?
-Il n’est pas là…
Une minute s’écoula.
-Tu sais que je te respecte, Revan. Je voulais juste pimenter votre relation, c’est tellement plus intense quand un des deux croit qu’il y a de la concurrence. Tu comprendras quand elle sera calmée.
-Peut être, mais en attendant c’est moi qui vais avoir le droit à des « Pourquoi tu n’as rien dit ? Pourquoi tu n’as pas prit ma défense ?... » et j’en passe.
-Vous aurez des histoires à raconter à vos enfants.
-…

Revan hésita à répondre.

-Tu as raison, dit-il finalement. Après tout, tous les souvenirs sont bons avec le temps. Prends soin de toi.
-Toi aussi, et que la force vous protège tous les deux.
-Merci, puisse t’elle t’apporter le bonheur que tu mérites.

Revan retourna voir Bastila qui brûlait d’impatience pour partir. Le jedi enfila ses vêtements et laissèrent Lisa se baigner seule dans le lac. Comme il l’avait prévu, Bastila ne cessa de l’engueuler tout le long du chemin et jusque tard dans la nuit. Pour couronner le tout il fut obliger de dormir sur le tapis. Lisa quant à elle, s’en était allée sur la tombe de ses parents. Après, elle fit un détour sur celle de son fiancé, Xender.

-J’espère que tu me pardonneras un jour mon amour, murmura t-elle.

Alors qu’elle était à genoux sur la tombe, les mains jointes, un homme s’approcha d’elle.

-On dirait que j’ai gagné mon pari, dit-il. Je savais que tu viendrais sur sa tombe avant de venir à notre rendez-vous. Pendant la guerre tu me parlais souvent de lui et j’aurais sincèrement aimé le rencontrer. Le premier homme à avoir capturé le cœur du capitaine Lisa Hesse.
-Tu as les infos ?
-Pour qui me prends tu ? Evidemment que je les ais. La direction de la czerka trafique bien quelque chose mais rien n’est dit explicitement. Meurtres, racket, chantage… j’en passe mais hélas même avec ça tu ne pourras pas les faire arrêter.
-Je n’en avais pas l’intention.
-Alors que comptes tu faire ?
-Le seul job dans lequel j’excelle… L’assassinat !

L’homme sourit puis déposa une enveloppe à côté de la tombe, en échange il prit une liasse de crédits républicain et disparut sans laisser de trace. Lisa se releva et étudia les documents. Les preuves étaient quasi inexistante, trop mince pour que le sénat fasse quoi que se soit… Elle allait devoir faire ce que personne d’autre ne pouvait faire, dans l’inconnu, sans soutient… Si quelque chose devait lui arriver, les autorités nieraient toute implication et la laisserait mourir où pire, torturée sans rien faire. C’était le lot quotidien pour les membres d’Alpha Blue.

Revan et Bastila quittèrent Naboo le lendemain et regagnèrent la capitale. Ils avaient reçut l’ordre de rentrer, le conseil avait une tâche importante à leur confier. Le voyage ce passa sans aucun problème, tous deux mirent pieds sur la piste d’atterrissage réservée aux jedis puis se dirigèrent vers le temple. Une femme s’approcha d’eux. Immédiatement Revan alla à sa rencontre et la salua comme si elle était un membre important d’une corporation influente ou une sénatrice. Pourtant elle n’était rien de cela et encore moins une jedi. C’était tout simplement la mère de Bastila.

-C’est un plaisir de vous voir en pleine forme madame, dit poliment Revan.
-Que vous êtes courtois, jeune homme. Mais appelez moi Helena. Bonjour Bastila, dit elle en saluant sa fille.
-Bonjour Mère. Je vois que vous allez mieux.
-Oui, je… je dois t’annoncer que je vais me faire opérer dans deux jours.
-Mais… je croyais que votre maladie était incurable, mère ?
-Les médecins pensent qu’il y a une petite chance que je m’en sorte. De toute façon je suis condamnée, alors autant tenter le tout pour le tout.
-Bastila, intervint Revan. Tu n’as qu’à rester avec ta mère, j’irais seul voir le conseil.
-Tu es sûr ?
-Oui, ne t’inquiète pas. Je reviendrais vous voir après.

Revan salua de nouveau Helena puis continua son chemin vers le temple. A son passage, les jedis présent le dévisageaient, comme à chaque fois. Peu d’entre eux reconnaissaient en lui un héros mais plus à un ancien sith en qui on ne pouvait pas faire confiance. Le maître n’avait que faire de leur opinion, il regardait droit devant lui et marcher d’un pas rapide et déterminé. Seul deux jedis lui sourirent quand il les croisa, évidement c’étaient Jolee et Juhani. Il parvint à la grande porte donnant sur la salle du conseil, bien qu’elle était massive et imposante, il put percevoir des chuchotements. La conversation de l’autre côté était agitée et deux camps semblaient s’opposer. Revan frappa puis entra. Les discussions cessèrent instantanément. Le maître se plaça au centre de la salle et salua les membres du conseil comme il était de coutume.
-Je suis à vos ordres, dit il pompeusement.

-Bonjour Revan, ton séjour sur Naboo a été fructueux ? Demanda Yuya.
-Assez, répondit-il. Je tiens à excuser ma padawan de ne pas être présente. En chemin elle a rencontré sa mère et je lui ai donc laissé congé.
-Nous avons expressément demandé votre retour pour une affaire importante ! Dit Atris. Elle doit…
-Sauf votre respect maître Atris, coupa Revan. Je ne vois pas en quoi l’absence de mon apprentie est une gêne. Je suis capable de lui transmettre les volontés du conseil. Comprenez la, sa mère est sur le point de mourir, il est normal qu’elle puisse passer un peu de temps avec elle.
-Nous comprenons parfaitement, répondit Yuya. Du moment que tu l’informes de ce qui va être décidé ici, je n’y vois aucune objection.

Les autres maîtres ne semblaient pas partager le jugement de maître Andorra mais ne s’y opposèrent pas.

-Bien, reprit-elle. Nous avons reçut des informations très préoccupantes. Tu n’es sans savoir qu’il existe toujours des résidus de l’armée de Malak disséminé un peu partout dans la galaxie.
-Bien évidemment mais ceci est l’affaire de l’armée républicaine, pas des jedis… sauf s’il y a des adeptes de la force obscure.
-Effectivement, mais là les renseignements obtenus nous révèlent la présence d’un important regroupement d’ancien hauts officiers dans la bordure extérieure sur Dosuun.
-Dosuun ? Comment la république a pu avoir ces informations ? Cette planète est inhabitée !
-Justement, c’est là que nous redoutons un piège. Les renseignements nous ont été communiqués par un inconnu.
-Si c’était un piège des sith ils s’attendront à faire face à une puissance militaire écrasante. Cela n’a aucun sens. Mais ils peuvent ne pas être sur cette planète et attaquer par surprise.
-C’est ce que nous pensons, dit Kavar.
-Mais ce plan est tout aussi dénué de sens, continua Revan sans se soucier de l’avis de Kavar. Ils ne peuvent plus avoir assez de matériels pour refaire une guerre. La disparition de la forge les a coupé d’une usine de production et Malak n’a pas fait bâtir d’autres usines. Il doit y avoir une autre raison !
-La question n’est pas de trouver une explication plausible, intervint Yuya. Nous devons y aller et évaluer la menace potentielle.
-Nous ??? S’étonna Revan.
-Oui, répondit Yuya en souriant. Je t’y accompagnerai avec ma padawan.
-Deux maîtres sur une mission d’espionnage ? N’est ce pas un peu trop ? Des adeptes de la force…
-Tu sais masquer ton aura, non ? Dit Zez Kai Ell. C’est le moment d’en profiter.
-J’obéirais aux ordres du conseil, affirma Revan en abaissant la tête. Quand partons nous ?
-Demain, dit Atris de sa voix autoritaire. N’oubliez pas, maître Revan que vous ne devez en aucun cas attaquer l’ennemi. Faites nous en premier lieux un rapport détaillé !
-Bien, je vous souhaite une bonne journée. Que la force soit avec vous, conclu Revan.
-A demain Revan, dit Yuya souriante.

Le maître jedi se rendit dans la salle de méditation et prit place sur un coussin. Pour lui le conseil ne prenait pas assez au sérieux cette information. Il fallait trouver le but de ce regroupement s’il existait réellement… Sa concentration ne lui apprit rien de prime abord, mais il sentait que quelque chose clochait. Une présence se masquait volontairement dans l’ombre de Dosuun. En entrant dans une transe beaucoup plus poussé il sentit la mort entouré la planète censée être inhabitée… L’ombre s’effaça comme par magie et il put distinguer parfaitement l’absence d’être vivant ou plutôt que des gens avaient vécu mais que tous étaient morts. Revan sortit de sa méditation, plus troublé que jamais. Etait-ce le signe qu’il attendait pour partir ? Le maître se leva et quitta la pièce, plongé dans ses pensés. Il gagna sa chambre et s’allongea sur son lit. Tout en fixant le plafond il se demandait si Sion ou Nihilus l’attendait sur Dosuun, seul eux pouvaient être capable d’un tel prodige. Une voix l’interpella.

-Revan… dit l’être fantomatique.
-Je me disais que tu n’allais pas tarder à te montrer.
-Tu ne dois pas aller sur Dosuun. Il n’y a rien pour toi à part une mort certaine.
-Aaren… dit Revan. Et pour Yuya ? Je dois la laisser mourir ? C’était ton amie, non ?
-C’est son destin que de mourir, tu as des choses plus importantes à faire.
-Non, contredit le maître jedi, je la protégerais !
-Pourquoi t’obstines tu autant à vouloir te battre contre ton destin ? Tu es l’un des élus de la force, le sith’ari ! Ne gaspille pas ton temps avec des futilités !
-Rien ne me fera changer d’avis ! Mon destin ne changera pas quoi que je fasse et si je peux changer celui des autres alors je le ferai !
-Tu as bien changé mon amour. Auparavant tu aurais laissé mourir tout le monde sans restriction. Tu m’as même tué. Te souviens-tu de ce jour ?

Le souvenir qu’il avait montré à Bastila concernant la mort d’Aaren n’était pas ce qui s’était réellement passé. Il était sur Malachor V, dans le temple bâti par les véritables sith. Le futur seigneur noir sortait d’une salle secrète où était conservé de nombreux holocrons sith. Il avançait au milieu d’un couloir éclairé par quelques flambeaux éparpillés de part et d’autre. L’intensité lumineuse était très faible mais son visage d’un blanc nacré renvoyait le peu de lumière. Le reste de son corps, vêtu de noir, était invisible à l’œil. Le fantôme se déplaçait vers la salle la plus importante de la bâtisse, le cœur même de toute chose. Il regarda le nexus en contre bas qui palpitait comme un cœur. Son éveil était pour bientôt. Revan se retourna et vit une femme s’approcher de lui. Une femme d’une grande beauté, la femme qu’il aimait par-dessus tout. Il aurait aimé courir vers elle et la prendre dans ses bras mais un sentiment de dégoût l’en empêchait. Il ne pouvait pas lui pardonner sa trahison.

-Que fais-tu là ? Dit il avec vigueur.
-Tu le sais très bien.
-Ils t’ont envoyé parce qu’ils croient que tu pourras m’arrêter ! Jamais je ne reviendrais chez les jedis.
-Alors nous n’avons pas le choix, dit Aaren en dégainant son sabre à lame bleu.
-Il n’est pas trop tard pour me rejoindre, lui annonça Revan. Je peux essayer d’oublier ta trahison…
-J’ai eu une fille avec Yusannis. Il est bien meilleur amant que toi !

Revan fonça sur elle sans se retenir et frappa de toutes ses forces. La jedi recula sous l’impact et ne montra aucun signe de surprise. Les deux combattants échangèrent des assauts destructeurs. Revan n’avait plus son visage inexpressif mais montrait de la haine. Une haine qui le rendait plus puissant à chaque instant. Elle le consumait de l’intérieur. Arriva l’instant où Aaren ne put parer une attaque et se retrouva acculer contre un mur. Revan leva son sabre mais hésita…

-Pourquoi tu t’arrêtes ? Vas au bout de tes convictions et frappes de toutes tes forces !

La maître jedi baissa la tête, puis Revan sentit une terrible douleur au torse. Le jeune tituba et jeta un regard d’incompréhension à cette femme qui avait changé d’attitude.

-Tu… tu… pourquoi ?
-Je te l’ai dit, non ? Mon devoir est de te ramener devant le conseil. Ils ont oublié de me préciser s’ils te voulaient mort ou vif.
-Après tout ce qu’on a vécu ? Tu arriverais à me tuer ? Demanda Revan, incrédule.
-Oui, tu n’as jamais rien représenté pour moi. Un homme de plus dans ma longue liste. Et laisse moi te dire que tu étais le plus…

Aaren ne put finir sa phrase, Revan l’avait envoyé avec la force contre un pilier.

-NON ! Hurla t-il. JE NE TE CROIS PAS !
-C’est la vérité. Pauvre petit, tu te réveille enfin ? Je n’ai jamais rien ressenti pour toi.

Une larme coula le long de la joue du futur seigneur des sith. Sa main se resserra sur le manche de son sabre. La femme s’avançait vers lui, affichant un sourire sournois. C’en était trop pour lui, il fonça tête baissée vers elle en hurlant comme un dément. Puis il sentit son sabre s’enfoncer dans la chair de sa bien aimée.

-Tu y es parvenu, dit Aaren entre deux toux.
-Quoi ? De quoi tu parles ? Lui demanda t-il.
-Ton destin sera grand et glorieux mon amour. Je n’aurais été qu’une gêne pour toi. A présent tu vas pouvoir libérer tout ton potentiel et accomplir la prophétie.
-Aaren…
-Vas-y, achève moi avec moi mourra tous tes sentiments.

Revan ferma les yeux, retira son sabre et décapita sa bien aimée. Juste avant que la lame ne la touche, la jedi lui murmura « Je t’ai toujours aimé ».
Le souvenir s’estompa petit à petit…

-Oui je m’en souviens très bien, dit il avec amertume. Tu as tout fait pour que je te tue. Ton sacrifice m’a fait perdre foi en tout sentiment, je suis devenu fort mais je me rends compte aujourd’hui que c’était une erreur. Les sentiments sont la vraie force. Je me battrai pour sauver toute vie, par amour pour…
-Pas pour cette petite fille qui partage ta couche. Mais pour elle, Thérèsa. Tu veux la sauver, la protéger de son destin. Tu perds ton temps, elle mourra. La force en a décidé ainsi !
-Non, je défierai la mort et je gagnerai ! Dit Revan sûr de lui.
-A ton aise mon amour. Adieu, nous ne nous reverrons plus.
-Aaren… Je t’aime.
-Les déclarations ne te vont pas.

Même si elle avait dit cela, son visage s’était épanoui peu avant de disparaître. Revan s’allongea et s’endormi. Il n’entendit pas Bastila rentrer et ne la sentit pas quand elle le serra dans ses bras.

Le lendemain Revan se réveilla après sa compagne, ce qui était en soi un exploit. Il affichait un visage pensif et triste, Bastila le remarqua immédiatement. Depuis quelques temps elle avait remarqué que leur lien c’était amoindri, elle avait de plus en plus de mal a connaître les sentiments de Revan et n’arrivait plus à puiser dans sa puissance incommensurable. Le maître s’assit à table et bu une grande gorgé de café. Généralement tous deux discutaient pendant le petit-déjeuner mais cette fois ils ne disaient rien. Une fois fini le repas composé d’œufs, de bacon et de pain, il se leva et alla mettre sa bure de jedi. Bastila fit de même et le suivit quand il sortit de l’appartement. L’homme n’ouvrit pas la bouche tout le chemin. La jeune femme tenta plusieurs fois de lui parler mais n’y parvint pas. A chaque fois elle se disait qu’il voulait se concentrer sur un problème épineux. Sans crie égard, le maître stoppa et se tourna vers elle.

-Je dois partir en mission.
-Très bien, où va-t-on ?
-Toi tu ne vas nulle part. J’irais seul.
-Mais… commença Bastila.
-Il n’y a pas de mais qui tienne. Je suis ton maître et tu dois m’obéir ! Coupa sèchement Revan.
Surprise par le ton de son amant, Bastila ouvrit grande la bouche de stupéfaction.
-Je ne sais pas combien de temps je partirais Bastila et tu dois rester ici pour veiller sur ta mère. Elle va bientôt se faire opérer et ça lui ferait plaisir que tu restes à ses côtés.
-Je suis une jedi et je ne dois pas…
-Bastila… coupa de nouveau le maître mais sur un ton plus doux. Tu veux m’aider et je t’en suis reconnaissant. Mais il y des choses que je dois faire sans toi. Retourne auprès de ta mère. Je t’aime de tout mon cœur, ajouta t-il en lui caressant la joue.
-D’accord, mais tu as intérêt à vite revenir !
-Je ferais tout mon possible, mentit-il. Que la force guide tes pas.

Revan déposa un baiser sur les lèvres de la jeune femme puis tourna les talons vers la piste de décollage. Bastila derrière sentit une boule lui coincer la gorge, son instinct lui disait qu’elle n’allait pas le revoir…

Yuya et son apprentie attendait devant le vaisseau depuis une bonne heure avant d’apercevoir l’autre maître. Toutes deux formaient un couple très étrange, autant Yuya était belle et avait un teint claire, autant l’autre femme avait un teint foncé, des yeux marron et des cheveux noirs qui frisaient de partout. Revan ne prit pas le temps de s’excuser en arrivant et grimpa immédiatement dans l’appareil. Maître Andorra le suivit à l’intérieur et le réprimanda séance tenante.

-Tu pourrais t’excuser, non ? Tu sais depuis combien de temps on attend ???
-On part, dit simplement Revan en actionnant le bouton qui mit en marche les réacteurs.
-Et Bastila ? On ne l’attend pas ?
-Je lui ai dit de rester ici.
-Le conseil avait…
-Sa mère est mourante. Elle peut mourir avant que l’on n’ait finit.
-Je comprends, tu as bien fait.

Le petit vaisseau prit de l’altitude puis disparu dans le ciel bleu de Coruscant. Une fois à distance raisonnable il passa en vitesse lumière. Yuya partit à l’arrière où se trouvait sa protégée et entama une séance d’entraînement. En guise d’échauffement ils commencèrent par quelques mouvements échanis, poursuivant ensuite par l’utilisation de la force pour faire léviter des objets. La padawan qui répondait au nom d’Isian Zeln n’était pas très grande, un mètre cinquante tout au plus et un corps peu musclé, en revanche elle compensait ses handicaps par une bonne maîtrise de la force et une grande agilité. Yuya était très fière de sa protégée, elle lui avait enseigné tous les arts échanis. Mais Isian s’arrêta.
-Maître, dit elle timidement. Comment une personne comme Revan ait pu devenir maître de l’ordre. Il a beau être dans le cockpit je n’arrive pratiquement pas à sentir sa présence, la force n’est pas très forte en lui ! De nombreux padawans sont bien plus puissant que lui. Je suis au courant de ce qui c’est passé mais je me pose des questions…

-Je vois où tu veux en venir. Je vais t’expliquer certaines choses mon enfant. Certains maîtres ont la capacité de camoufler leur lien avec la force et Revan est l’un des meilleurs dans ce domaine. Tu comprends à présent ?
-Oui maître mais…
-Mais ? Continue, il n’existe aucune question stupide, seul les réponses le sont.
-Tout en lui montre l’appartenance aux sith, de sa tenue à son comportement. Il n’aurait pas dû être réintégré dans l’ordre.
-C’est un jugement sévère mon élève, répondit Yuya. Par ses actes il s’est racheté. Tu es encore trop jeune pour comprendre. N’oublie pas q’un jedi doit penser avec discernement, sagesse et doit prendre tous les éléments en compte. Il se trouve que tu ne possèdes pas toutes les informations. Revan nous a sauvé des sith. Il s’est battu avec courage et détermination.
-Veuillez m’excuser maître, j’ai dit des choses…
-Tu n’as pas à t’excuser, il est normal de poser des questions. Ensuite, tu dois en tirer un enseignement qui te sera bénéfique. Allez reprends tes exercices.

La padawan dégaina son sabre et fit plusieurs kata dans le vide. Revan était arrivé à la porte et la regardait. Dix secondes lui suffit pour l’analyser complètement, ses points forts, ses faiblesses. Il en tira la conclusion qu’elle ne serait d’aucune utilité sur le terrain. Si un seigneur sith se trouvait sur Desuun elle ne ferait pas le poids et se ferait massacrer en un instant. Il entendait les consignes, les critiques de Yuya sur les mouvements de la jeune femme mais il trouvait que la maître manquait de réalisme.

***

Lisa se posa sur Tatooïne, une violente tempête de sable lui fouetta le visage dès que la passerelle commença à descendre. Elle se cacha les yeux avec une main puis sauta sur le sol de la planète. Un homme courageux brava la tempête pour aller à sa rencontre. Ses mots se perdirent dans le vent et voyant que cela ne servait à rien il invita l’inconnue à l’intérieure.

-Sale temps ! Dit l’homme une fois à l’intérieure.
-A qui le dites vous ! Acquiesçât Lisa.
-Puis-je savoir pourquoi vous êtes ici ?
-Pourquoi je vous le dirais ? Répondit Lisa.
-Ohh, excusez moi je ne me suis pas présenté. Je me nomme Erasme Nuer, officier de la czerka et je m’occupe des transits de cet astroport.
-Elmira Beno, je suis ici pour rendre visite à mon frère Ujg Beno.
-Vous avez mal choisie votre moment, c’est la saison des tempêtes de sable. Il est quasi impossible de circuler en ville et encore moins dehors dans le désert.
-Ce n’est pas un problème je n’avais pas l’intention de quitter la ville, répondit Lisa en faisant un sourire charmeur à l’homme.

L’officier républicain avait de la chance que cet homme ne l’avait pas reconnu. Afin de mettre toutes les chances de sont côté elle avait attaché ses cheveux de façon à faire une queue de cheval qui pendait dans son dos. Elle avait deux mèches qui retombaient sur son visage, passant chacune au coin des yeux pour finir sur la pointe de son menton. Elle avait aussi utilisée une paire de lentille qui changeait la couleur des yeux. L’officier de la czerka ne pouvait s’en détacher, jamais il n’avait vu un aussi bel éclat violet. Lisa avait aussi opté pour des vêtements beaucoup moins visibles, finit les habits moulants le corps. Elle devait porter des vêtements larges et une tunique pour se protéger du sable. Cela ne la protégeait pas aussi bien que sa combinaison de combat mais elle devait s’y plier au cas où elle devait se faire fouiller.

-Puis-je voire vos papiers mademoiselle ? Demanda l’officier.
-Bien évidemment… Les voici, dit elle en tendant une carte magnétique républicaine.

L’homme la passa dans un scanner et immédiatement il eût accès au dossier de mademoiselle Elmira Beno. Une institutrice de 29 ans, célibataire, n’ayant plus qu’un seul membre de sa famille en vie, son grand frère vivant sur Tatooïne dans une cantina aux mains des Hutts. Son dossier ne précisait rien d’autre, aucune infraction répertoriée, il pouvait la laisser s’en aller même s’il aurait préféré qu’elle reste un peu plus longtemps.

-Voilà vos papiers Mlle Beno.
-Merci monsieur, mais dites moi. Pourquoi des mesures de sécurité aussi poussé ? La dernière fois que je suis venue il n’y avait pas…
-Nous avons quelques problèmes il y a un peu moins de deux ans. Des intrus se sont introduits dans les bureaux de la czerka et ont volé des dossiers confidentiels.
-Non, dit Lisa en affichant un visage faussement surpris, car c’était elle avec Carth et Candérous qui avaient commis ce vol. Je comprends mieux maintenant.
-Mais ne vous inquiétez pas, nous veillons à présent et plus aucune personne malveillante ne peut entrer dans cette ville sans que l’on en soit informé.
-Ca me rassure beaucoup, répondit Lisa en souriant. Je… je dois vous laisser mon frère doit m’attendre avec impatience. Cela fait une éternité que je ne l’ai pas vu.
-Euh mademoiselle…
-Oui ?
-Est-ce… que… je pourrais… vous revoir ? En dehors du travail bien sûr.
-Ce serait avec plaisir, répondit la jeune femme dont le teint prit une couleur rouge. Voilà le numéro de mon frère, appelez moi quand vous voulez.
-Je n’y manquerais pas, dit l’officier de la czerka. Passez un bon séjour.
-Merci.

A peine avait elle franchie la porte, le sourire sur les lèvres de Lisa disparut et elle s’empressa de quitter le bâtiment. Un homme, le visage masqué par une capuche l’attendait. L’officier républicain s’approcha et lui sauta au cou.

-Mon frère !!! Comment vas-tu ?
-Les tempêtes de sables ne t’arrêteront jamais. Tu es vraiment incorrigible petite sœur.
-Mais cela faisait si longtemps.
-Trouve toi un mari !
-En attendant je dois organiser le mariage d’une amie et surtout son enterrement de vie de jeune fille.
-Viens avec moi, ma femme t’attend avec impatience.

Lisa et l’inconnu disparurent dans la tempête de sable, les phrases codées parfaitement dites. Une fois entrée dans une maison d’aspect miteuse, l’homme jeta un coup d’œil à la fenêtre pour voir si personne ne les avaient suivit puis retira sa capuche. Il se tourna ensuite vers la jeune femme.

-Ca me fait plaisir de te voir Matt. Alors maintenant tu bosses pour la république ?
-C’est un job qui paie bien. Tu as bien reçut le dossier que je t’ai fait transmettre à ce que je vois.
-Oui et mes ordres sont clairs. Eliminer la directrice de la czerka de Tatooïne.
-Il ne devrait pas y avoir de problème. Comment comptes-tu t’y prendre ? Fusils à lunette, couteau, blaster… demandes et tu auras tout ce que tu veux.
-Un simple couteau suffira.
-Toujours la même, là où un expert prendrait du recul toi tu t’approches encore plus de ta cible. Tu as un plan ?
-Comme toujours, je pense pouvoir pénétrer dans les lieux grâce à l’aide d’un employé.
-Je ne savais pas qu’on y avait une taupe.
-C’en est pas une, c’est un des gars qui s’occupe de l’astroport, il a flashé sur moi et je compte bien me servir de lui.
-Fort bien, agis à ta guise. On se revoit plus tard je dois aller bosser à la cantina. Saloperie de couverture, ils auraient pu me mettre directeur d’une piste de fonceur, chasseur de prime, non, je suis un barman.
-Te plains pas moi je suis institutrice.
-Tes élèves n’ont pas de chance…
-Dégage je dois me reposer.
-D’accord, d’accord. Il y a à manger dans le buffet et si tu veux se soir on pourrait…
-Je suis fiancée, coupa t-elle.
-Il a de la veine. A plus.

Matt remit sa cape et sa capuche puis sortit à l’extérieur. Lisa alla s’allonger et dormit jusqu’au soir.

***

Revan entra dans la salle d’entraînement et parla un instant avec Yuya. Cette dernière fut surprise par la requête qu’il venait de formuler. Après un instant d’hésitation elle y accéda, cela ne pouvait pas faire de mal bien au contraire.

-Isian, vient ici s’il te plaît.
-Oui maître, acquiesçât la jeune padawan. Qu’y a t-il pour votre bon vouloir ?
-Maître Revan voudrait te donner quelques leçons de combat.
-Vraiment ? Dit elle surprise. C’est un grand honneur…
-Il n’y a aucun honneur à se battre, trancha Revan. Un combat n’a qu’une issue, la défaite d’un des deux camps. Je dois savoir ce que tu vaux sur le terrain, on ignore tout de ce qui nous attends. Tu dois être prête à te battre s’il le faut.
-Je sais me battre maître. J’ai réalisé de nombreuses missions et j’ai participé à la guerre contre les sith.
-Alors en garde ! Ordonna Revan en jetant un regard qui fit froid dans le dos de la padawan.

Elle dégaina son sabre et se mit en position défensive. Revan avait les bras le long du corps et son sabre à la main droite. Il plongea son regard dans celui d’Isian, la jeune femme sentit son corps parcourut de frisson, de la sueur s’écoula le long de son visage. Jamais elle n’avait rencontré un tel regard, empli d’une force sauvage, bestiale, brutale mais en même temps canalisée, contrôlée. Elle sut à présent pourquoi certains adeptes jedi le considéraient comme le plus puissant jedi jamais vu. A mesure qu’elle attendait, le pouvoir du maître grandissait à tel point qu’elle ne put empêcher son corps de trembler comme une feuille. Son cœur battait à tout rompre, sa respiration très rapide, haletante. Puis elle décida de passer à l’action. Cette tension la tuait à petit feu, la padawan ne pouvait plus attendre. Elle se jeta sur Revan sans se rendre compte qu’elle allait frapper de toutes ses forces. Yuya n’intervint pas, elle laissa Revan agir à sa guise, du moins pour le moment. Le maître jedi leva simplement la main gauche et bloqua le sabre grâce à la force. D’un geste rapide il plaça le haut du manche contre la gorge d’Isian sans activer la lame.

-Tu as perdu ! Dit il sans quitter les yeux de son adversaire. Tu es pathétique, tu ne supportes pas la pression et tu te jettes tête baissée droit dans le piège.

Isian baissa les yeux et vit le sabre, à aucun moment elle ne l’avait vu bouger.

-C’est ça la puissance du terrible Revan… Dit elle apeurée.
-Non, je n’ai presque rien fait.
-Imp… impossible ! C’est impossible ! Cria Isian. Vous avez bloqué si facilement ma lame et votre rapidité…
-Et c’est pourtant la vérité, intervint Yuya. J’aurais pu largement faire la même chose. Tu as été impulsive, négligée ta défense et surtout tu n’as pas fait attention à sa contre attaque. Tu me déçois !
-Je peux faire mieux maîtres laissez moi une autre chance !
-Très bien, concéda Revan. En garde !

Isian se remit en position défensive. Cette fois elle allait lui montrer ce qu’elle savait faire. Elle envoya son sabre sur le maître jedi, ce dernier le dévia d’un simple geste de la main. Aussitôt il dû reculer, Isian était venu au corps à corps et enchaînait des assauts en style échani. Evidemment pour Revan, ils n’étaient en aucun cas dangereux. Il fut contraint par contre à bondir sur le côté quand le sabre d’Isian revint par derrière. La jeune padawan ne lui laissa pas le temps de se ressaisir qu’elle était sur lui et poursuivait des attaques au sabre. Le maître jedi activa son arme et se mit à contre attaquer avec une violence inouïe dans un style très classique. Isian recula, acculée contre la paroi du vaisseau. Les dents serrées elle déviait quelques attaques mais Revan était beaucoup trop fort pour elle. L’ancien seigneur noir donna un violent coup en diagonale et détruisit la faible défense de l’apprentie. Au lieu de donner le coup final il fit appel à la force et envoya la jeune femme à l’autre bout de la pièce. Elle se releva difficilement, jeta un regard vers Revan puis de rage reparti à l’attaque. Le maître rengaina son sabre et mit ses deux mains en avant. Son adversaire sauta de côté mais c’était ce qu’il voulait… Une vague d’éclair sortit de ses doigts et la touchèrent.

-Ca suffit ! Cria Yuya. Revan !!!
-Elle n’a rien, la décharge était suffisante pour la paralyser.
-Là n’est pas le problème ! Pourquoi as-tu utilisé un pouvoir obscur ?
-Aucun pouvoir n’est bon ou mauvais si on sait le contrôler.
-J’ai l’impression d’entendre Jolee.
-Il n’a pas tort, trancha Revan en lançant un regard perçant à la maître jedi.
-Pourquoi tu as fait ça ? Elle n’est qu’une padawan !
-Je ressens un grand danger sur Desuun, on nous attend.
-Mais… Il est impossible de le savoir ! La planète est beaucoup trop éloignée !
-Crois moi ou non mais un adversaire puissant nous y attend, bien plus fort que Malak.

Isian émit un faible gémissement qui mit fin à la conversation. Revan jeta un regard vers la jeune femme encore allongée à terre puis sortit de la salle pour se rendre dans le cockpit. Il savait à présent ce qu’il voulait savoir. Yuya se précipita sur son élève et la prit dans ses bras. Elle étudia rapidement ses blessures et constata que Revan ne lui avait laissé aucune trace visible exceptée quelques traces de brûler sur ses vêtements. Voulant être sûre de son état elle l’emmena dans l’infirmerie. Le diagnostique tomba immédiatement, la padawan était en parfaite santé. Yuya était soulagée, mais elle ne comprenait pas pourquoi Revan était si sérieux, non ce n’était pas assez juste pour le décrire, elle aurait plutôt dit « inquiet ». Mais comment l’un des élus de la force pouvait-il être inquiet ? Sa force n’avait aucun égal dans la galaxie, à moins que… Elle n’osait pas y croire tellement c’était aberrant.

-Ca ne peut pas être le second élu, chuchota Yuya. Le second est le Jend’ari, le jedi parfait. Il est de notre…

Une terrible pensée lui traversa l’esprit. Revan, le sith’ari, les avaient rejoint dans leur lutte contre le mal et si le jend’ari… avait rejoint les forces obscures. Soudainement cette idée n’était plus aussi farfelue, Revan pourrait sentir le second élu et donc… Elle comprenait pourquoi Bastila n’était pas venue. Il avait peur de la perdre et l’avait forcé à rester auprès de sa mère mourante. Yuya connaissait suffisamment bien le caractère de Bastila pour savoir que jamais elle aurait laissé partir Revan sans elle en toute connaissance de cause. La maître laissa son élève se reposer et se rendit dans le cockpit.

-Qu’est-ce que tu sais ? Demanda t-elle à Revan.
-Rien, répondit-il en toute sincérité.
-Je ne te crois pas ! Qui nous attends ? Pourquoi nous a-t-il fait venir ? Tu aurais dû le dire au conseil !
-Quoi ? Je n’ai aucune réponse à te donner. Je suis simplement mon instinct. Pendant ma méditation je n’ai rien ressenti.
-Et alors ? Ce n’est pas préoccupant, non ?
-Au contraire, il n’y avait aucune trace de vie sur Dosuun, pas âme qui vive.
-Normal pour une planète sans civilisation…
-Même la faune et la flore, rien que le vide. Soit une aura très puissante entoure la planète soit… ce n’est plus qu’un caillou vide. Dans un cas comme dans l’autre c’est inquiétant !

Le voyage continua quelques jours, Revan n’avait rien dit de plus à Yuya. Il restait tout le temps dans le cockpit et par moment entrait en méditation. A chaque fois le résulta était identique, rien, le vide. Finalement le vaisseau sortit de l’hyper espace et la planète se trouva devant leurs yeux. Elle était verte avec des taches bleu turquoise. Pour le maître jedi cela voulait donc dire qu’un puissant utilisateur de la force se trouvait ici, assez fort pour troubler ses sens.

-Alors ? Dit Isian. Qu’est ce qu’on fait ?
-Que donne le scan de la surface ? Demanda Yuya à Revan.
-Rien, aucune habitation, aucune trace de technologie, mais cela ne veut rien dire. Si les sith sont là ils peuvent utiliser un brouilleur de radar. J’ai trouvé un endroit pour se poser. On y va !

Le vaisseau accéléra un peu et entra dans l’atmosphère. La coque chauffa jusqu’à devenir rouge puis blanche. A l’intérieur les passagers étaient secoués dans tous les sens et durent attacher leur ceinture pour ne pas tomber. Puis la navette se stabilisa, ils étaient dans le ciel de Dosuun. Revan et les deux femmes regardèrent par le hublot. La planète était recouverte d’une gigantesque forêt, un peu plus loin ils virent une clairière où Revan y fit poser le vaisseau. Les moteurs éteints, les jedis se rendirent à la passerelle. Celle-ci descendit lentement, un air chaud et gorgée d’humidité s’engouffra à l’intérieure. Revan sortit en premier, sabre à la main et scruta les alentours. Rien, il n’y avait aucune trace de vie et le plus surprenant aucun bruit, pas un seul chant d’oiseau, de rugissement d’un quelconque animal… c’était comme-ci une personne avait coupé le son. Yuya posa ensuite pied à terre suivie de près par Isian.

-Tu as une idée de là où on devrait commencer ? Demanda Yuya à Revan.
-Par là ! Dit il en pointant son doigts vers une direction.
-On te suit ! Dit Yuya avec le sourire.

Revan fit un bond prodigieux qui l’emmena sur la branche d’un arbre. Puis il sauta d’arbre en arbre. Yuya et Isian le suivait mais au sol. Ils se déplacèrent de longues heures sans qu’ils ne puissent trouver la moindre trace d’une base ou de quoi que se soit d’autre. Yuya rejoignit Revan et lui dit qu’ils pouvaient repartir. Mais Revan la coupa en posant sa main sur la bouche de la jedi. Elle se mit à lui lancer un regard foudroyant mais il lui montra une direction avec sa main. Elle tourna la tête et vit un petit détecteur métallique accroché sur un arbre à une vingtaine de mètre.

-On est pas seul ! Dit Revan, la mine sombre. Ils ne doivent plus être loin.

Revan reprit ses bonds d’arbre en arbre puis au bout d’un kilomètre tomba sur la base sith. Les renseignements étaient exacts. Yuya et Isian se placèrent de chaque côté de Revan et regardèrent la base. Sur un bâtiment il y avait un brouilleur de radar.

-Mais comment ont-ils pu…commença Isian.
-Chut ! Dit Revan.
-Mais il n’y a aucune activité ! Répondit-elle.
-Justement, c’est ça le problème. Il n’y aucune vie la dedans, affirma le maître.

Avant que Yuya ne puisse le retenir il sauta de l’arbre et se précipita au milieu de la base. Il regarda tout autour de lui, des corps partout et pourtant aucune trace de bataille… une base fantôme. S’ils savaient que quelqu’un venait ils seraient partis précipitamment. Si quelqu’un les avaient attaqué il y aurait des traces… Pourquoi étaient-ils tous morts sans avoir pu se défendre ? Surtout avec un matériel aussi high-tech. Maître Andorra rejoignit Revan avec son apprentie.

-On visite les installations ? Proposa Yuya.

La maître n’obtenant aucune réponse de la part de Revan, se tourna vers lui et vit quelque chose qu’elle n’oublierait jamais. Le grand maître jedi avait les yeux qui allaient dans toutes les directions sans but précis, sur son visage coulait de grosse gouttes de sueur, mais c’était peut-être à cause de la chaleur… Ce qui ne pouvait coller avec ça c’était que Revan tremblait… il avait peur.

-Revan… Qu’est-ce…
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Revan1er » Mar 18 Nov 2008 - 18:47   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

-Ils sont là… dit il avec une voix d’outre tombe. Fu… fuyez… FICHEZ LE CAMPS D’ICI ! Cria t-il ensuite.
-Mais qu’est ce qui…
-Ne discute pas Yuya ! Fiche le camp avant…

Revan se tut… Une aura noire vint imprégner la base sith. Yuya trembla à son tour. Isian quand à elle était à genoux et des larmes coulaient de ses yeux. Deux ombres apparurent au dessus d’une installation. Une des deux avait une silhouette grande et fine, l'autre en revanche était plus petite et trapue. Les jedi ne pouvaient voir leur visage. L’un des inconnus se mit à émettre des sons étranges, on aurait dit un langage mais Yuya ne put déterminer de quel dialecte il pouvait s’agir.

-C’est du sith ancien, dit Revan qui était redevenu maître de lui. Alors c’est bien eux.
-Qui ? Demanda Yuya.

***

Une sonnerie extirpa Lisa de son doux rêve. Elle se leva difficilement et alla décrocher, c’était l’officier de la czerka. Intérieurement, elle jubilait, son plan allait fonctionner à la perfection. L’homme lui donna rendez-vous dans une cantina peu éloigné de la piste d’atterrissage. Elle accepta tout de suite et raccrocha. Elle laissa les armes à la planque, elle n’en avait pas besoin dans l’immédiat. Elle mit une tenue plus adaptée à une sortie et s’empressa d’aller à la rencontre d’Erasme. Il ne lui fallut pas longtemps pour y arriver et s’assit à la table avec le jeune homme. Ils discutèrent de longues heures sur leur vie, leurs passions… Lisa lui parla de son travail d’institutrice dans une école de la capitale. Elle s’occupait d’enfant en difficulté, abandonnés par leurs parents ou disparus pendant la guerre civile. L’homme buvait ses paroles et ne cessait de la contempler. Bien qu’il n’était pas visible, le soleil se coucha, plongeant la planète des sables dans l’obscurité la plus totale. En gentleman qu’il était, Erasme raccompagna la jeune institutrice chez son frère qui l’attendait sur le pas de la porte, mort d’inquiétude.

-Où étais-tu ? Dit il énervé. J’étais très inquiet quand je suis rentré et que tu n’étais plus là !
-Désolé mon frère mais ce charmant monsieur m’a invité à boire un verre et je n’ai pas pu refuser.

Le faux frère jeta un regard mauvais à l’officier de la czerka.

-Je suis désolé de vous avoir créé des soucis, sachez que mes intentions étaient tout à fait nobles et…
-Qui vous a parlez ? Répliqua Matt. Elmira est la seule famille que j’ai et si jamais vous osez touchez ne serait-ce…
-Ulg ! S’emporta Lisa. C’est ma vie tout de même ! J’ai le droit de sortir avec qui je veux !
-Mais je ne cherche que ton bonheur et en aucun cas je ne veux te voir t’installer ici ! J’ai promis à papa et maman de m’occuper de toi du mieux que je…
-Ne les mêle pas à ça ! Je suis assez grande pour choisir avec qui je veux être !
-Veuillez m’excuser, dit l’officier qui était mal à l’aise. Je ne vous importunerai…
-Sottise, coupa Lisa. Mon frère ne sait pas où est sa place. J’ai passé un agréable moment, je serais très heureuse de vous revoir.
-Moi aussi, dit l’homme soulagé. A bientôt alors.

Lisa lui fit un petit signe de la main et entra à l’intérieur. Son faux frère jeta à nouveau un regard noir à Erasme puis entra. Ce dernier partit immédiatement et couru pour rentrer chez lui. Une fois sûr que l’homme ne pouvait les entendre Matt demanda à Lisa s’il avait été convaincant.

-Très, j’y ai cru pendant un moment. Tu es vraiment le meilleur agent infiltré. Le pauvre il ne savait plus où se mettre, ajouta t-elle en pouffant de rire.
-Que veux tu, je protège ma belle petite sœur.
-Une sœur avec qui tu as déjà couché !
-A l’époque on ne l’était pas, dit Matt. Alors ?
-Aucun problème, d’ici 2 ou 3 jours la mission sera achevée. J’ai besoin d’une dague en Cortosis.
-T’as l’intention de te battre contre des sith ?
-Non mais vaut mieux être prudente. La czerka était l’allié des sith et il y a de forte chance que des serviteurs obscurs continues de louer leur service à ces monstres.
-Bien, tu l’auras. Je connais un petit ferrailleur qui pourrait te forge une arme de ce type. A cran dentelé bien évidement ?

Le sourire sadique qui apparut sur le visage de Lisa lui fit comprendre que la réponse était évidente. Matt n’aurait voulu en aucun cas être la cible de Lisa, avec une dague à cran dentelée elle faisait souffrir ses victimes comme nulle autre personne. Le lendemain, elle continua à voir Erasme et tous deux devinrent plus intimes. A mesure qu’ils passaient du temps ensemble, elle glanait des informations sans qu’il ne se rende compte de quoi que se soit. La veille de passer à l’action, l’officier de Czerka l’invita pour un dîner en tête à tête chez lui. Tout ce passa pour le mieux au début, l’entrée était succulente. Elle se composait d’une salade de légumes avec un coulis de sauce rouge. Le plat principal consistait en une pièce de bantha saignante avec des galettes de pommes de terre. Ils prirent le dessert dans le salon avec une tasse d’un liquide ambré, spécialité de la planète natale d’Erasme. Tous deux étaient l’un contre l’autre et se regardèrent fixement dans les yeux. Au début timide, le jeune homme n’osait avancer son visage vers cette beauté pour lui voler un baiser. Mais très vite Lisa prit les choses en main et approcha suffisamment ses lèvres des siennes pour sentir la douce chaleur de sa peau.
Finalement il ne ce fit pas prier et déposa ses lèvres sur celles de la jeune femme. Quelle sensation inoubliable c’était, il sentit leur douceur extrême et même après avoir fini il sentait encore le goût d’Elmira dans sa bouche. Il n’aurait pu connaître jour plus heureux, il était comme un puceau lors de sa première fois. C’était à la fois beau, sensuel, paradisiaque… S’il devait mourir le lendemain il partirait l’esprit en paix. La tête lui tournait, une sensation d’euphorie le prit d’un coup. Il se jeta sur elle pour l’embrasser encore et encore. Quelques instants plus tard ils étaient dans sa chambre. La jeune femme caressait le corps d’Erasme tout en lui ôtant ses vêtements. Alors qu’elle commençait à retirer le haut de sa robe le jeune homme fut prit de vertige, sa vision se troubla puis il s’évanoui. Lisa s’assura qu’il était bien endormi puis se leva. Elle alla à la porte et l’ouvrit. Matt entra à l’intérieur précipitamment.

-C’est bon ? Demanda t-il.
-Il dort comme un bébé et ne se souviendra plus de ce qui s’est passé cette nuit.
-Combien de temps doit agir le somnifère ?
-Six heures, t’inquiète je serais revenu bien avant. Quand il se réveillera je serai à ses côtés et croira tout ce que je lui dirai.
-Parfait, voila ta combinaison et ton arme. J’ai un doute soudainement…
-Quoi ? Micro, caméra ? Aucun problème ils montrent toujours la même chose et les micros sont HS.
-Bonne chance alors, dit Matt visiblement surpris.
-Inutile, je suis la meilleure.

Lisa enleva tous ses habits et se trouva complètement nue. Elle enfila sa combinaison fétiche, noire avec le symbole d’un ange dans le dos. Elle ressemblait beaucoup avec la tenue qu’elle portait lorsqu’elle était dans la section funeste. L’officier d’alpha blue sortit et couru vers le bâtiment de la Czerka. Le système de sécurité avait changé depuis sa précédente venue mais grâce à Erasme elle avait le nouveau plan et put pénétrer dans les lieux sans problème. La directrice avait ses appartements au dernier étage, gardé par des détecteurs de mouvements, des rayons aussi coupant que des sabres lasers, d’ailleurs ils étaient fabriqué tout comme, avec un cristal pour sabre et des cellules d’énergies. De nombreuses patrouilles circulaient dans les couloirs, Lisa dû user de toute sa grâce pour passer inaperçu et arriver dans la cage d’escalier. Elle utilisa un lance grappin pour se hisser en haut puis entrebâilla la porte pour voir ce qui l’attendait. Comme elle s’en doutait, il y avait deux serviteurs obscurs.
L’assassin sortit sa dague de son fourreau et couru très vite vers les deux sith. Le premier mourut avant même de se rendre compte que quelqu’un les attaquait. Le second activa son sabre une fraction de seconde plus tard et attaqua l’inconnue. Lisa bloque avec sa dague et le sith n’en crut pas ses yeux quand la lame de son sabre disparut comme par enchantement. Un bref flash lumineux lui permit de voir le visage de son assassin. Une paire d’yeux marron, un sourire sadique… il n’en vit pas plus. Son sang s’écoula à flot d’une entaille à l’artère fémorale. En moins de dix seconde tout le liquide vital de son corps avait été expulsé par les battements de son cœur. Lisa repartit immédiatement vers les appartements de la directrice. Le passage des lasers ne fut pas long, elle passa la lame de la dague dans les faisceaux et se désactivèrent. Il ne restait à présent que les détecteurs de mouvements. L’assassin sortit un petit module rectangulaire et pianota dessus. Elle le déposa à terre et patienta quelques secondes avant d’aller vers la porte. Aucune alarme ne se mit à sonner. La porte s’ouvrit à son approche et elle pénétra dans le sanctuaire de sa cible. L’appartement était très luxueux, des meubles qui devaient coûter une fortune, de la vaisselle en cristal…

-Il y en a qui ne se refusent rien, dit Lisa en voyant autant de richesse.

Dans un canapé, elle vit la cible, elle était assise et travailler sur un ordinateur portable. L’assassin s’approcha sans précaution, il n’y avait plus rien à craindre de quoi que soit. La directrice fit un bond quand elle vit le reflet de la jeune femme sur l’écran.

-Qui êtes vous ? Comment avez-vous passé la sécurité ?
-Vous allez payer pour vos crimes, je suis mandaté par les hautes instances pour vous exécuter !
-Attendez ! Implora t-elle. Je vous payerai le double… non le triple de ce qu’ils vous ont donné pour m’abattre !!!
-Je ne suis pas à vendre, dit sèchement Lisa. Avez-vous une dernière volonté avant que je n’exécute la sentence ?
-Pitiez, je vous donnerai tout ce que vous voulez, or, argent, richesse, pouvoir… demandez et je vous l’obtiendrai…

Bien que la directrice paraissait totalement prise de panique, elle se déplaçait doucement vers son bureau sur lequel il y avait un blaster. Elle tâtonna discrètement dessus à la recherche de l’arme. Elle mit finalement la main dessus et son visage redevint calme.

-Vous auriez du accepter ma proposition, dit elle d’une voix hautaine.
Elle empoigna l’arme et se dépêcha de la pointer vers son assassin. Lisa bondit en un clin d’œil sur elle et planta la lame de sa dague en plein dans le poigné qui tenait le blaster. La directrice hurla mais comme les murs étaient insonorisés personne ne l’entendit.
-Attendez, épargnez moi, je ne faisais qu’obéir aux ordres. Je suis…

Lisa ne lui laissa pas le temps de finir. Elle plongea son arme dans le ventre de la directrice et remonta doucement vers le sternum. Arrivé là, elle tourna la lame dans la plaie et la sortit d’un geste rapide et sans à-coup. Les crans dentelés arrachèrent par la même occasion une grande quantité de chaire. La directrice agonisa une minute avant de s’effondrer, morte. Lisa nettoya la lame et repartit par le même chemin qu’elle avait utilisé pour entrer. Elle regagna ensuite la maison d’Erasme où l’attendait Matt.

-Mission accomplie ! Lui dit elle.
-Félicitation.

La jeune femme se déshabilla et alla s’allonger à côté de l’officier de la Czerka. Matt sortit et alla à la planque pour détruire arme et vêtement, il ne devait laisser aucune trace. Le lendemain, les deux tourtereaux furent réveillés par les soldats de la Czerka qui tambourinaient à la porte. Erasme se leva d’un bond et alla voir pourquoi on venait le déranger le jour de son repos. Lorsqu’il entendit la nouvelle il alla dans la chambre se mettre en tenu.

-Que se passe t-il ? Demanda Lisa. Je croyais que tu étais de congé ?
-Je le croyais aussi… Ma patronne vient de se faire assassiner !
-Quoi… mais… comment…
-Tu dois quitter la planète et vite ! Dit il. Ils vont tout boucler pour empêcher l’assassin de s’enfuir.
-Si je pars… on ne pourra plus…
-J’en suis conscient, mais je ne veux pas qu’ils te fassent du mal. Les enquêteurs de la Czerka ne sont pas des tendres et… je ne veux pas qu’ils te fassent du mal. Tiens prends ces papiers, ils te permettront de décoller.
-Merci, je reviendrai pour toi dès que possible, mentit Lisa. Je t’aime.
-Moi aussi.

Erasme embrassa celle qu’il prenait pour une simple institutrice et sortit de sa maison. Lisa se leva, s’habilla et partit immédiatement à son vaisseau. Grâce aux papiers d’Erasme elle put partir sans problème et regagna la capitale pour faire son rapport. A aucun moment elle n’eut de remord pour le jeune officier, elle ne pensait plus qu’à revoir Carth qui devait être en permission.

***

Les ombres firent un bond et se retrouvèrent à moins de deux mètres des jedi. L’un d’eux retira sa capuche et exposa un visage à donner l’envie de vomir. La peau était craquelée de partout, un des yeux était entièrement blanc et les muscles habituellement sous cutané étaient exposés à la lumière du jour. L’autre releva simplement la tête et ne montra que le masque qui recouvrait son visage. Il était d’un blanc de nacre et au milieu du front se trouvait une pierre bleue. Il se mit à parler en sith ancien et l’autre poursuivit en galactique.

-Te voilà enfin, Revan ! Dit le cadavre vivant.
-Je présume que tu es Sion ?
-Tu savais que nous étions ici et pourtant tu es venu ! Serais-ce de la bêtise ou crois-tu pouvoir nous battre ?
Revan activa immédiatement les deux lames de son sabre et se mit en position.
-Tu as le sang chaud, tant mieux ma victoire ne sera que plus écrasante, dit Sion d’une voix à faire trembler un régiment.

Revan sauta vers lui et démarra aussitôt par des attaques en Juyo. Sion parait de manière habile les coups et répondait par des assauts tranchant à la force surhumaine. Le maître jedi fit un salto arrière et invoqua la force pour créer une mini tempête de sable. Il jeta un bref regard vers Yuya et Isian et vit qu’elles étaient opposées à Nihilus. Les folles, pensa t-il, elles ne feraient jamais le poids… Cette distraction lui coûta chère. Sion envoya son sabre sur le jeune homme. Il l’évita in extremis mais pas la décharge d’éclair qui s’en suivit. Le jedi se releva un peu ébranlé puis reparti à l’assaut. Sion utilisa à nouveau l’éclair de force, cette fois Revan se servit des cadavres des soldats comme bouclier. Le corps à corps reprit avec une violence inouïe. Petit à petit le jedi prenait l’avantage, mais ce n’était pas sans risque. Ses yeux commençaient à être injectés de sang et ses pupilles prenaient une couleur dorée. Il laissait volontairement la haine, la colère le gagner. Il ne pouvait se permettre que le combat s’éternise.

Bien qu’elles étaient à deux contre un, les deux jedi ne parvenaient pas à rivaliser avec le seigneur de la faim. Le sith ne bougeait pratiquement pas, ce qui était hallucinant. Ses pieds ne faisaient le moindre geste, comme s’ils étaient collés au sol. Il n’utilisait que son bras qui tenait son long sabre rouge sang. Il se mit à prononcer une incantation en sith ancien et immédiatement des colonnes en terre sortirent du sol. Yuya et Isian reculèrent d’un bond, elles avaient besoin d’un plan. Jamais elles ne pourraient gagner avec la force brute. Nihilus frappa les colonnes avec son sabre et envoya les débris sur les deux jeunes femmes. Yuya mit les mains en avant et concentra tout son mental pour les stopper et ce fut un succès. Malheureusement, elle n’avait pas vu que ce n’était qu’une diversion… Nihilus surgit à l’arrière d’Isian et attrapa sa tête avec sa main gauche. Il resserra sa poigne et souleva la padawan du sol. Les cris de celle-ci alertèrent Yuya qui se rua sur le sith pour le faire lâcher prise.

L’aura de Revan était devenue aussi sombre que celle d’un sith et sa puissance dépassait de loin celle de Sion. Il frappa un grand coup, Sion se trouva sans défense. L’ancien seigneur noir fit un demi tour tout en assénant une attaque par derrière. La lame arrière de son sabre transperça le maître sith en plein cœur. Revan jeta un regard au cadavre puis fonça aider Yuya et Isian qui étaient en difficulté. Soudain, il fit un bond extraordinaire qui l’amena sur le toit d’une installation. Il venait d’échapper de justesse à un éclair de force. Il se retourna et vit Sion debout.

-Comment… Je t’ai touché en plein cœur.

Sion se mit à rire puis rejoignit Revan. Les échanges de coups reprirent. Le jeune homme sépara son sabre en deux et se mit à combattre avec sa technique préférée, la danse de l’eau. Bien qu’il voulait écourter le plus possible le combat, il ne pouvait négliger sa sécurité et sa vie. Chaque entaille qu’il infligeait cicatrisait presque immédiatement. Il n’en revenait pas tellement c’était incroyable. Jamais au cours de ses voyages il n’avait vu quelqu’un avec une telle capacité de régénération. Qui était-il vraiment ? Il n’avait rien d’un humain, ça il en était sûr à présent et comprenait la mise en garde d’Aaren. Il ne pourrait pas gagner un combat contre cette créature.

L’attaque de Yuya fut bloqué très facilement par Nihilus qui lui donna juste après un revers de la main droite. La maître voltigea à plus d’une vingtaine de mètre. Elle releva la tête pour voir ce qui se passait et vit une aura orange entouré son apprentie. Ses cris de douleurs parvinrent aux oreilles de la jedi. Elle se souvenait d’avoir vu un pouvoir semblable… Lorsqu’elle se battait contre Malak. Il absorbait son énergie vitale. Dans un accès de rage, la maître se remit sur pied et fonça sur Nihilus et déclencha tous les pouvoirs de la force qu’elle connaissait, poussé, attraction, éclair… Tous étaient sans effet. Elle parvint au corps à corps et frappa. Nihilus relâcha sa prise sur l’apprentie et bloqua le sabre de Yuya avec le sien. La jedi réussit l’exploit d’emprisonner le sith dans un champ de stase et le décapita. Elle ne s’attarda pas plus longtemps et se rendit près de son élève qui gisait à terre. Sa peau était encore chaude mais son cœur et sa respiration avaient cessé. Elle essaya un massage cardiaque mais sans résultat. Alors elle tenta de la guérir avec la force même si elle n’était pas une jedi spécialisée dans ce domaine. Rien, ce fut un nouvel échec. Elle devait se rendre à l’évidence, son apprentie était morte. Des larmes coulèrent le long de ses joues blanches. Un sentiment de malaise la prit… Elle se retourna et ne vit pas le corps de Nihilus. Elle se releva derechef et scruta les alentours.

Revan commençait à fatiguer, il utilisait sa technique depuis beaucoup trop longtemps et ses muscles devenaient raides… Il était plus fort dans tous les domaines mais la résistance de Sion le dépassait. Il exécuta alors le chant du vent en sachant parfaitement les conséquences. Il fonça sur Sion le sabre à l’horizontal, au moment venu il donna une grande accélération et il s’arrêta quelques mètres à l’arrière. Le jeune homme mit un genou à terre, il avait mal partout. La voix de Sion le fit frissonner.

-C’est tout ce que tu sais faire ? Dit la voix. Tout ça pour un bras ?

Revan se tourna vers Sion tout en se relevant et vit que seul un bras était tombé. Il était pourtant certain d’avoir réussi. A moins que… Sion reprit son bras et le replaça à sa place, une seconde plus tard il bougeait comme si rien ne s’était produit. En même temps Revan perçut le cri de Yuya. Il voulait savoir pourquoi elle hurlait comme ça mais la moindre attention lui serait fatale. Il ne lui restait plus qu’une dernière carte à jouer.

-Tu échoueras ! Dit Sion. Je n’ai aucune peur, aucun cauchemar dont tu puisses utiliser pour me vaincre.
-C’est ce que tout le monde pense, reprit Revan. Nous avons tous peur !
L’ancien seigneur noir plongea au cœur de l’esprit de Sion et l’explora… Ce fut bref, il n’y avait rien… le néant le plus total. Une voix grave se mit à rire.
-Alors pathétique jedi ? Quelle est ma peur ?

Revan serra les dents, cette fois il ne pouvait plus rien faire. La défaite ne faisait plus aucun doute. En voulant combattre son destin il n’avait fait que précipiter sa mort. Il venait de perdre tout espoir. Il entendait les pleures de Bastila, de Carth, de tous ses amis… puis un qu’il ne connaissait pas. Les pleurs d’une petite fille. Une personne apparut sous ses yeux. Une fille d’environ 7ans, de longs cheveux noirs et des yeux d’un vert émeraude. Il l’avait reconnu… Il sentit un poids sur son cœur, une envie de crier, de laisser libre court à sa rage. Il ne voulait plus l’entendre pleurer. Revan rouvrit les yeux. L’expression de son visage n’avait plus rien à voir.

-Sion !!! Cria t-il avec force. Je ne peux pas te vaincre mais je ne mourrais pas de ta main !
-C’est ce qu’on va voir ! Dit Sion. Meurt jedi !

Revan bondit sur le sith et enchaîna des assauts en Juyo mais beaucoup plus puissant que les précédents. Il passa ensuite sur le côté et envoya un coup de pied dans les côtes de Sion. Cela ne lui fit pas la moindre sensation. Le jedi utilisa la force pour projeter son adversaire loin de lui. Puis il alla au centre de la base et invoqua toute la force présente sur la planète. Les bâtiments se mirent à trembler… Sion revenait à la charge avec fureur. Les installations s’arrachèrent du sol. Revan regarda Sion droit dans les yeux et fit tomber tous les bâtiments sur lui. Il mettrait un certain temps avant de sortir des décombres. Le maître jedi jeta à œil sur sa droite et vit Yuya entouré d’une aura orangé.

-NON ! Hurla t-il.

Il fonça droit sur Nihilus et lui envoya un coup d’une telle puissance que le sith alla percuter un arbre à une centaine de mètre. Il couru vers Yuya ensuite. Son pouls était quasiment inexistant et sa respiration saccadée. Il se concentra pour stabiliser au minimum les fonctions vitales de la jeune femme puis une vision du futur s’offrit à lui. Il ouvrit les yeux et vit que l’état de Yuya restait très critique. Il n’avait pas de temps à perdre. Il jeta un œil vers Isian et constata qu’elle était morte, il ne pouvait rien pour elle. Alors qu’il allait prendre Yuya dans ses bras Nihilus revint s’interposer.

-Bouge de là ! Ordonna Revan.

Le seigneur de la faim ne bougea pas, il tendit les mains vers lui et un rayon orange sortit du bout de ses doigts. D’une simple roulade sur la gauche il évita le rayon mortel et usa du pouvoir d’étranglement. Nihilus s’éleva à quelques centimètres du sol. Puis il usa de la force pour l’envoyer très loin dans la forêt. Un éboulement se produisit.

-Reviens ! Hurlait Sion. C’est moi qui te tuerais pour lui prouver que c’est moi le meilleur !

Revan arriva au dessus du tas de décombre et jeta un regard méprisant à Sion.

-Non, le jour n’est pas encore venu. Bientôt tu rencontreras celui qui aura le pouvoir de te vaincre.
-Je suis immortel !
-Tu n’es qu’un humain fait de chair, de sang et de sentiment. Retiens bien ce nom, Den Orion. Lui seul pourra t’apporter la paix que tu cherches. Tu le trouveras et tu mourras.

Revan se tourna et couru droit devant lui avec Yuya dans ses bras. Il ne lui fallut pas longtemps pour rejoindre la clairière où était le vaisseau. Avec la force il fit démarrer les moteurs avant même d’être dans l’appareil et le fit léviter à plusieurs mètres du sol. Sur place, il fit un bond pour se retrouver sur la passerelle et fit monter le vaisseau plus haut pour empêcher un poursuivant éventuels de grimper à bord. Il couru allonger Yuya sur une couchette et actionna la propulsion avec son esprit. Soudain le vaisseau se bloqua.

-Encore eux ! Jura Revan.

Il alla à la passerelle et vit Sion avec Nihilus, les mains tendues vers le vaisseau. Revan s’assit et se concentra. Jolee lui avait appris à isoler des objets de l’influence extérieure de la force. Le vaisseau cessa de trembler et reprit de l’altitude. Le maître jedi remonta la passerelle et alla au chevet de Yuya. Son état empirait petit à petit. Il n’y avait plus qu’une chose à faire s’il voulait la sauver. Il devait retourner dans le temple de ses ancêtres. Il alla dans le cockpit et entra les coordonnés hyper spatiale. La navette entra en vitesse lumière.

Sur Dosuun Sion était dans une colère noire. Il venait de laisser sa plus belle occasion d’en finir avec ces inepties de prophétie. Son maître n’avait cessé de lui rabattre les oreilles à ce sujet et il voulait lui prouver qu’elle avait tort. Le seigneur de la douleur se rendit à son vaisseau avec Dark Nihilus et tout deux partirent. Ils allaient devoir faire selon leur second plan, exterminer tous les jedis pour faire sortir le deuxième élu et le détruire.

-Personne ne peut me vaincre, dit Sion en colère une fois dans le vaisseau. Aucun jedi ne peut défier un immortel !

Nihilus lui répondit en sith ancien, lui aussi n’avait pas digéré sa sévère défaite contre l’ancien seigneur noir. Il n’avait même pas pu le blesser et c’était ce qui le mettait le plus en colère. Extérieurement par contre il était impossible de voir la différence avec les moments où il était serein.

Pendant tout le trajet, Revan était resté aux côtés de Yuya et faisait ce qu’il pouvait pour la maintenir en vie. Ses yeux étaient restés ceux d’un sith et le resta jour et nuit. Sa fatigue avait atteint un stade jamais vu, il ne s’accordait aucune seconde de repos. Le pilotage automatique fit sortir la navette de l’hyper espace près de la planète. Elle atterri à quelques mètre du temple et avec Yuya dans les bras, il se rua à l’intérieur.

-Pourquoi es-tu revenu ? Dit une voix fantomatique.
-Je dois la sauver ! Répondit Revan dans le vide.

Une apparition se présenta devant lui, la même qui l’avait accueillit la première fois qu’il était venu et aussi à Malak. Elle ressemblait à un utilisateur de la force, le bas du visage masqué et sur le voile était représenté un dragon krayt.

-Tu ne dois pas, tu ignores le prix à payer…
-Je m’en fiche complètement ! Coupa froidement l’ancien seigneur noir. Ecarte-toi à moins que tu ne veuilles te battre ?
-Je ne ferais rien d’aussi stupide, mes pouvoirs ne sont plus ceux que j’avais. Avance fils de notre clan.

Revan passa à côté du fantôme et alla devant un pan de mur totalement lisse. Il ferma les yeux et fit appel à la force pour ouvrir un passage secret. Il déboucha sur une immense salle possédant un autel en son centre où il y déposa Yuya toujours entre la vie et la mort. Sur les murs tout autour se trouvaient des étagères remplies d’holocron et d’objet de toutes sortes. Il prit l’un des holocrons et l’activa. Il apprit ce qu’il voulait mais aussi les effets secondaires. Après l’avoir reposé il se dirigea vers la maître jedi et plaça ses mains au-dessus de son corps glacé. L’ancien seigneur noir se concentra et se focalisa sur des petites molécules du corps humain présent chez n’importe quel jedi. C’étaient elles qui étaient responsable de l’affinité entre un simple mortel et la force. Ceux de Yuya étaient à l’agonie et commença le premier effet secondaire. Toute la souffrance de la femme le percuta de plein fouet. Il ne devait pas abandonner et persévéra. Il était l’élu, la vie de la force et en tant que tel il pouvait influencer sur ses molécules. Durant trois jours il répara les dégâts causés par Nihilus et son pouvoir d’absorption. A l’aube du quatrième le jeune homme ouvrit les yeux, ses yeux étaient injectés de sang mais plus du sang bien rouge mais un sang plus sombre qui tiré vers le pourpre. Son corps avait atteint depuis très longtemps ses limites, son cœur battait beaucoup trop vite et son cerveau n’arrivait plus à limiter la quantité de sang qui y arrivait. Il fallait donc qu’il sorte d’une manière ou d’une autre. Au début il sortit par les oreilles, le nez, la bouche et finalement ce fut par les yeux qu’il s’expulsa en dernier. Ses jambes cédèrent et le jeune homme s’effondra, vidé de ses forces.

-Nonnn…. Je ne dois pas fléchir j’y suis presque…

Il maudissait sa faiblesse. Mais alors qu’il ne regardait pas, le corps de Yuya se redressa. La jedi se leva et regarda la pauvre créature à ses pieds. Elle le reconnut et sortit son sabre. La lame orange sortit du manche et d’un geste rapide balaya l’espace où se trouvait celui qu’elle voulait tuer. Revan s’écarta de justesse, pressentant un danger.

-Yuya ! C’est moi ! Dit il sur un ton suppliant.

La jeune femme chargea à nouveau. Revan fit un effort extrême pour se relever, sortir son sabre et bloquer l’attaque.

-Pourquoi ? Demanda t-il. Je suis ton ami !

La maître jedi ne répondit pas et continuer de malmener son adversaire avec un regard vide.

-Elle est perdue, plongée dans un cauchemar sans fin, dit le fantôme à Revan. Tu as sauvé son corps mais pas son âme.

Le jeune homme exténué plaça ses deux mains devant lui et projeta Yuya avec la force. Cet ultime effort le priva de tout force physique et il tomba à terre, incapable de se relever. Il avait tellement voulu la sauver et voilà ce qu’il récoltait. Il ferma les yeux et fit un essai pour entrer dans l’esprit de la jedi. Au début tout n’était qu’obscurité mais très vite il perçut des cris de terreur, une lumière… Il s’approcha et vit Yuya tenter de s’enfuir. Derrière elle se trouvait une ombre démoniaque qui arborait un masque presque identique au sien… Enfin presque, lui avait une pierre bleue au milieu du front. Le jeune homme couru vers Yuya et se mit entre elle et le démon.

-Qui es-tu ? Demanda t-elle. Tu vas te faire tuer c’est le seigneur noir des sith.
-Non, il n’est pas moi ! Je suis Revan et jamais je ne te ferais du mal Yuya.

La femme cessa de trembler et jeta un regard à cet inconnu.

-Tu mens ! C’est lui…

Revan se tourna vers elle et elle le reconnu.

-Ressaisis-toi ! Ce n’est qu’un cauchemar il ne peut plus rien te faire.

L’ombre était juste derrière le véritable Revan et s’apprêtait à le transpercer. Yuya cria… Puis tout disparu… Revan ouvrit les yeux et vit le bout du sabre de Yuya à un centimètre de son cou. Il regarda la femme droit dans les yeux et constata qu’ils étaient à nouveau pleins de vie. Il sombra ensuite dans un sommeil profond.

-Qu’est… Où suis-je ? Demanda Yuya.
-Tu es dans un temple d’une race presque éteinte, dit une voix. Il t’a sauvé la vie au péril de la sienne. Maintenant prend le et partez d’ici sans jamais revenir. Les secrets qui demeurent en ce temple doivent rester secret à jamais.

Yuya prit Revan sur ses épaules et obtempéra. Elle fut surprise de trouver le vaisseau pas très loin du temple et décolla juste après avoir emmené Revan à l’infirmerie. Le jeune homme marmonnait quelques paroles incohérentes mais la jedi put reconnaître un mot, Déralia. Elle avait l’impression qu’il voulait y aller. Si cela ne tenait qu’à elle, elle l’aurait conduit immédiatement à Coruscant mais son instinct lui disait qu’elle devait l’y emmener. Elle entre les coordonnés de la planète et resta ensuite au chevet de son sauveur. La maître jedi n’en revenait pas, cet homme qu’elle avait tant haï par le passé venait de risquer sa vie pour elle et en cela elle lui en serait éternellement reconnaissante.

***

A Coruscant, Bastila sortait de l’hôpital, les larmes aux yeux. Elle vagabonda de longues heures dans les rues de la capitale, ne sachant plus trop quoi faire. Elle rencontra Lisa et Carth à l’angle d’une rue.

-Qu’est ce qu’il t’arrive ? Demanda Carth en la voyant.
-Rien… dit Bastila en continuant son chemin.

Lisa fixa la jedi s’éloigner tout en se doutant de quoi il pouvait s’agir. Elle en discuta avec Carth et lui décida qu’il fallait la laisser seule. Personnes ne pourrait la consoler à part l’autre mais il avait disparu depuis plusieurs jours sans donner de nouvelle.

Bastila rentra finalement à l’académie et alla demander à tous les maîtres qu’elle croisait s’ils n’avaient pas de nouvelles de Revan, mais à chaque fois ils répondaient par la négative. La jeune femme était totalement désemparée, perdue… jusqu’à ce que Jolee arrive. Le vieux maître demanda à la jedi de le suivre et tous deux allèrent dans une salle de méditation vide.

-Je comprends ta peine ma petite. Tu viens de perdre le dernier membre de ta famille et on n’a plus aucune nouvelle de Revan.
-Je voudrais tellement qu’il me prenne dans ses bras. Je l’aime tellement et j’ai mal…
-Tu sais où il est ! Affirma Jolee.
-Bien sûr que non sinon je serais déjà…
Bastila réalisa une chose.
-Vous pensez qu’il est sur Déralia près de son ancienne maison ?
-Sa vision ne s’est pas encore réalisée et quelques fois il faut forcer le destin.
-Merci Jolee, je part immédiatement.

Jolee sourit et resta seul dans la pièce un long moment avant de rejoindre Juhani pour sa séance. Bastila coura jusqu’à l’astroport et prit un vaisseau sans autorisation. Une patrouille républicaine la prit en chasse mais elle ne leur laissa pas le temps de la rattraper et passa en vitesse lumière.

Revan avait très bien récupéré, il était devant les ruines de son ancienne maison et la contemplait. C’était le lieu où il avait été très heureux mais en même temps le plus malheureux. Le soleil brillait et il sentait sa peau se réchauffer sous ces rayons. Il avait demandé à Yuya de l’attendre dans le vaisseau et de ne pas avertir le conseil de ce qu’il s’était passé. Elle avait un peu protesté mais accepta. Une voix familière sortit Revan de ses souvenirs. Il tourna la tête et vit Bastila qui courrait droit vers lui. La jedi semblait si heureuse, à peine arriver elle se jeta à son cou et cria à quel point elle l’aimait. Le jeune homme sourit et l’embrassa. Ils passèrent la nuit dehors, à la belle étoile. Avant que le soleil ne se lève, Revan se réveilla et s’habilla sans faire de bruit. Il devait à présent partir et ne plus se retourner. La femme qui l’aimait aurait le cœur brisait mais il n’avait plus le choix. Avec le recul il se disait qu’il aurait dû le faire il y avait déjà bien longtemps. Il rejoignit Yuya dans la navette.

-Nous partons !
-Où va-t-on ? Demanda Yuya.
-On quitte l’espace républicain, Sion et Nihilus n’auront de cesse de nous traquer. Pour protéger les personnes qu’on aime on doit disparaître.
-Et pour Bastila ?
-Je lui ai laissé mon cadeau d’adieu… Dit Revan avant d’aller dans le cockpit et d’entrer des coordonnés dans le pilotage automatique.

Il s’en alla dans sa chambre. L’ancien seigneur noir tomba à genoux et mit une main sur sa poitrine. La douleur était devenue insupportable. N’avait-il pas assez récupéré ? L’homme se mit à tousser, il retira sa main de sa bouche et vit qu’elle était couverte de sang. Il apprit à ses dépens que son corps avait atteint ses limites et ne pouvait plus supporter une telle puissance.


La navette décolla puis disparu dans l’immensité de l’univers vers une destination inconnu.
Quand Bastila se réveilla elle était habillée et allongée dans l’herbe. Elle chercha autour d’elle toute trace de son amant mais rien. Il avait disparu. Elle se remémora la nuit passée. Elle aurait dû être nu mais ce n’était pas le cas. Avait-elle rêvée ? Une larme coula le long de sa joue…



Quelques années plus tard, un vaisseau de la république nommé Harbinger se fit attaquer par une force inconnue. A l’intérieur se trouvait un homme qui allait transformer l’ordre jedi pour toujours. Son nom : Den Orion…



« Le fait de voir l’avenir nous aide t-il vraiment ? N’est ce pas qu’une ruse pour qu’elle se réalise ? Le fait de voir mourir une personne veut-il dire que cela soit inévitable ? On ne peut rester indifférent à de telles images et on désire l’en empêcher mais en faisant cela ne fait on pas son jeux ? J’ai voulu me soustraire à mon destin, à ces images de ma mort et finalement qu’ai-je gagner ? Sa réalisation. J’ai pêché par orgueil, par peur de la mort. Et à cause de ça mes proches doivent souffrir. J’en suis désolé et je vous prie de me pardonner… »


Holocron de Revan Regana



FIN
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Revan1er » Mar 18 Nov 2008 - 18:58   Sujet: Re: [En cours / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Voilà, l'histoire est à présent terminée. J'espère sincèrement qu'elle vous a plus et que vous avez pris autant de plaisir à la lire que moi à l'écrire.
Bien évidemment je me suis basé sur le jeu de Bioware, j'y ai apporté ma touche personnelle et surtout je voulais voir si j'étais capable d'écrire une histoire intéressante.

Je suis tout ouïe à vos remarques, commentaires et j'essaierai, dans la mesure du possible, de répondre aux questions que vous pourriez avoir.

Sur ce, je vous dit à bientôt et venez nombreux lire ma nouvelle fic quand je commencerais à la poster sur ce forum. Elle s'intitule:

Spoiler: Afficher
Star Wars
Knight Of The Old Republic
La relève!
Tome 1: Thérèsa


Bye!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Code 44 » Dim 23 Nov 2008 - 0:01   Sujet: Re: [FINI / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Hé bien félicitations ! Adapter une oeuvre comme KoTOR n'était pas évident et tu t'en es bien tiré !
Je te conseille juste de faire passer quelques chapitres au correcteur d'orthographe. Quelques petites fautes nuisent à ton récit et c'est regrettable. Sans fautes d'orthographe, ton récit n'en deviendra que meilleur !
Alors bonne chance pour le prochain :)
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Darkliser » Dim 23 Nov 2008 - 12:11   Sujet: Re: [FINI / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bravo pour ta magnifique oeuvre :wink:
Je ne le dirais jamais assez
Darkliser
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 648
Enregistré le: 27 Juil 2007
Localisation: Perpignan 66
 

Messagepar Darth Piejs » Dim 23 Nov 2008 - 15:03   Sujet: Re: [FINI / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Et bien je te tire un grand coup de chapeau pour ton oeuvre :jap:
J'ai vraiment aimé la preuve j'ai lu de bout en bout.
Quelques fautes d'orthographes parfois préjudiciables et un problème d'aération de ton texte, problème qui a été corrigé par la suite, ne viendront pas écorner le plaisir que j'ai pris à te lire.

Tu as parfaitement réussi à transposer une histoire de Jeu Video à un roman. Genre le pouvoir Champs de Mort qui est un simple pouvoir du jeu tu es allé chercher tout un Background avec une tombe Sith sur Annobis où se trouvait la façon d'apprendre ce pouvoir destructeur! Et ça franchement c'est super et tu as fonctionné pour l'ensemble de ta fic de la même manière ce qui a fait que tu as réussi à me garder alors qu'à la base je ne pensais lire que la partie précédant le jeu.

Ayant joué au jeu je connaissais l'histoire mais tu l'a tellement romancé que cela n'a pas été un frein tu as introduit de nouveaux personnages avec un caractère et une histoire très fouillée : Lisa (super!) et Yuya tout en approfondissant l'histoire de Jolee et bien entendu de Revan!

Vraiment toutes mes plus sincères félicitations d'avoir mené ton oeuvre jusqu'au bout avec tant de panache s'il n'y avait pas eu de fautes c'aurait vraiment été parfait!

Pour ton info ton texte m'a tellement enthousiasmé que je me suis mis à écrire mon premier roman Star Wars sur lequel je donne une description courte ici:
Après avoir lu plusieurs fics sur ce forum, fics que j'ai vraiment pris du plaisir à lire, j'ai décidé de me lancer dans mon propre écrit.
C'est un roman en cours d'écriture depuis début octobre qui avance tranquillement. Ce roman se termine 10 ans avant le roman de Drew Karpyshin Darth Bane : Path of Destruction.

Il se déroule donc durant la New Sith War, periode très peu exploitée par l'UE. Le titre est : Les Mémoires de Darth Piejs : Chroniques de la Nouvelle Guerre des Sith.
Et oui l'histoire de mon avatar enfin révelée

J'ai tout d'abord effectué un gros travail de recherche pour rassembler toutes les infos disponibles sur la New Sith War à savoir les dates, les batailles, les principaux protagonistes... Et ce dans le but de travailler comme s'il s'agissait d'un roman canon tant que ce dernier ne sera pas contredit par une production qui le sera vraiment!

Toutes les réferences présentes dans le roman seront donc exactes. Et actuellement je me demandais quel âge avait Lord Hoth lors de sa mort...


J'éspère que le concept te plaira et que tu feras parti de mes lecteurs afin d'inverser nos rôles ce qui m'interesserait vraiment car je pense qu'il serait enrichissant d'avoir ton point de vue sur ma fic!

Bref pour finir avec ce bref intermede que je me devais de faire ici étant donné que c'est en partie le plaisir que j'ai pris à lire ta fic qui m'a poussé à écrire la mienne, je te laisserai la vedette en terminant par :
Je serais bien entendu de la partie pour lire et critiquer ta prochaine fic :wink:
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8890
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Revan1er » Sam 29 Nov 2008 - 9:35   Sujet: Re: [FINI / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Merci à vous pour avoir lu jusqu'au bout!

T'inquiète pas Darth Piejs je viendrais lire ta fic et te donnerais mon avis!

A bientôt!
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Messagepar Notsil » Mer 03 Déc 2008 - 10:00   Sujet: Re: [FINI / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

Bon je ferai pas un aussi gros pavé qu'au-dessus ^^

Fin très chouette aussi, un grand bravo également d'avoir terminé une fic, c'est pas si courant ;)
Beaucoup de rebondissements et d'action, et c'était sympa à lire^^.

Point négatif, les fautes d'ortho ^^ En espérant qu'il y en ait moins dans la prochaine :P ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2414
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Dark_Nihilus » Lun 08 Déc 2008 - 17:48   Sujet: Re: [FINI / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

J'ai fait un pdf de ta fic. Dans le pdf elle fait 353 pages alors qu'il était annoncé 700 est ce que j'aurais oublié des passage ?
Merci de ta réponse
Dark_Nihilus
Padawan
 
Messages: 16
Enregistré le: 09 Aoû 2007
 

Messagepar Revan1er » Mar 09 Déc 2008 - 12:25   Sujet: Re: [FINI / Roman] La quête de Revan (Basé sur le jeu KoTOR)

ca dépend de la mise en forme, de la taille de la police et de pas mal d'autres petits détails. Chez moi, mon fichier word fait à peu près 700 pages.
Je suis le feux de la haine.
Tout l'univers s'incline devant moi.
j'ai découvert la vraie vie...
Revan1er
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83
Enregistré le: 22 Avr 2008
Localisation: Metz
 

Précédente

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations