[Recueil SWU #2:] La Mort de l'Empereur

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Dark Maul877 » Sam 24 Juin 2006 - 20:26   Sujet: 

J'ai fini de lire la dernière partie de la nouvelle de Kamocato !

Il est vrai que la fin est un peu dans la surenchère côté émotion, je ne vois pas Boba éprouvait cela alors qu'il a du voir pire lors de ses contrats.

Mais à part ça, le style est bon et en amélioration. Les descriptions des émotions de Vador sont, quant à elles, très bien retranscrites par rapport à la novélisation de ROTS je trouve. Tout cela renforce le récit ! :)

Bref, j'ai trouvé cette nouvelle assez bonne et qui complète à merveille ce receuil :wink:
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar kamocato007 » Sam 24 Juin 2006 - 21:08   Sujet: 

Merci DM pour ta critique :wink: d'ailleurs tu t'es fais assez discret sur ce recueil en tant qu'auteur (message cassé inside :P )
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Dark Maul877 » Dim 25 Juin 2006 - 8:56   Sujet: 

* Oh non, il m'a cassé ! :lol:*

Ben, là, je passe le brevet demain donc à partir de mercredi, je commence à m'y mettre, mais je vais essayer de faire plusieurs recherches sur mon thème pour pas qu'il y est d'incohérence !

Bref, je vous tient au courant :wink:
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Lowie » Dim 25 Juin 2006 - 9:14   Sujet: 

Et le thème c'est y quoi déjà :D !

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Lowie » Dim 25 Juin 2006 - 9:45   Sujet: 

ALCDD 3 termine sur une note très émouvante - un flash bref sur le douloureux passé de Boba qui fait mouche selon moi car après tt ce perso a bien des sentiments de pitié/compassion les exprimant notamment ds Semeur de mort in SWBM n°1 :) -. Ms de là à ce qu'il s'écroule, c'est peut-être exagéré Kamo :wink: .

Le duel Bossk/Boba est très bon, se passant dans le périmètre étroit de l'Etoile Noire cerné par un champ de protection d'énergie barbelée. On en a question adrénaline 8) . Quelle phrase : elle va mordre la poussière, ta Dent, Bossk :lol: :lol: .

La Douleur d'Anakin puis sa Libération du monstre qui le broye - le Dragon - donne ses meilleures pages à cette fics pleine d'idées, un poil tp courte.

A lire et à classer parmi les plus audacieuses écrites jusque-là par Matth, et encore par Kamo associé à Dark William pr un Jugement de Nuremberg starwasien,

ah sympa le clin d'oeil à 1138 :ange: ,

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 25 Juin 2006 - 11:48   Sujet: 

Je n'ai pas grand chose à rajouter de plus par rapport à ce qui a déjà été dit par mes camarades lecteurs. :)

Je dirai juste que j'ai particulièrement aimé le combat original entre Boba et Bossk ainsi que le parti pris de nous plonger au maximum dans les sentiments des personnages même si ceux de Boba peuvent surprendre. :wink:

En tout cas, voilà une nouvelle de qualité de plus dans ce recueil. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Dim 25 Juin 2006 - 12:50   Sujet: 

Merci Lowie et DW :)

J'ai adoré écrire le duel spatial entre Boba et Bssk, alors que normalement le duel devait se faire à la main dans les couloirs de l'Etoile, mais écrire des combats aériens me manquait depuis Whills :P

Aussi un mot pour le staff : Après l'échéance d'un mois à cause des exams (qui sont pas finis pour tout le monde d'ailleurs n'est-ce pas DW et DM :P ) je voulais savoir si un prochain recueil est prévu :?
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Dark Maul877 » Mar 04 Juil 2006 - 21:39   Sujet: 

Salut !

Voilà, j'ai enfin écrit ma nouvelle pour ce receuil. Après de grands moments de réflexions, j'ai trouvé un sujet que je pense être original mais sans prétention. Le sujet étant assez complexe et restreint, j'ai fait du mieux que j'ai pu tout en essayant de respecter au mieux l'UE même si je n'ai pas lu certains comics se rapportant au sujet même. Bref, soyez indulgent côté respect de l'UE sinon déchainez-vous pour le reste :x

_________________________________

Au-delà de l’amitié




Le vent soufflait violemment sur la planète Yinchorr et sur les grands bâtiments du centre d’entraînement de la Garde Royale Impériale. Les murs froids reflétaient à quel point l’Empire se souciait peu des planètes qu’il occupait. Yinchorr avait été maîtrisée entièrement, il n’y avait plus aucune population et les seuls habitants étaient les nouvelles recrues qui gonfleraient les rangs de la Garde personnelle de Palpatine. Personne ne connaissait l’existence de ce centre de part sa position isolée dans la Galaxie et d’autre part car peu de gens sortaient vivant de cette planète. C’était l’endroit parfait pour l’entraînement des hommes auxquels l’Empereur avait le plus confiance.

Tage Krunt se trouvait dans une des nombreuses chaises qui remplissaient l’immense salle sombre de projection. Un grand écran était accroché au mur, sur une estrade, un homme parlait d’une voix élogieuse à de nombreux jeunes gens comme Krunt. Tage était assis à côté de son ami Lios Ekans qui regardait fixement l’instructeur et écoutait attentivement ses paroles. Ils étaient plus qu’amis, ils étaient liés comme des frères. Tage et Lios avaient été sélectionnés le même jour par l’Empire pour entrer dans cette Académie afin de devenir membre de la Garde Royale. Ils venaient du même milieu : on les avait élevés dans les familles des hautes sphères de Coruscant.
L’instructeur discourait longuement sur la carrière de l’Empereur Palpatine et de ses actions :
- Notre Empereur a été un des seuls hommes à voir que l’Ancienne République commençait à pourrir de l’intérieur tel un vieux fruit oublié sur un arbre. Il savait qu’il fallait faire quelque chose avant que la corruption n’atteigne toutes les planètes de la Galaxie et que le chaos s’installe.
L’homme s’arrêta un instant, le temps que les jeunes gens autour de lui digèrent ce qu’il venait de dire. Ainsi, ses propos prirent de l’ampleur dans leurs cerveaux avant qu’il ne continue avec une voix chargée de fierté :
- Palpatine décida alors de s’allier à quelques personnes de confiance de son entourage pour leur faire part de ses inquiétudes. Grâce à de nombreuses manœuvres politiques, il réussit à accéder au poste de Chancelier Suprême de la République. Il put alors mettre en œuvre ses plans pour rétablir l’ordre et arrêter la corruption grandissante au Sénat.
Les jeunes hommes furent captivés par le récit et plus personne ne quitta l’instructeur du regard.
- Malheureusement, une guerre éclata, provoquée par un mouvement séparatiste et menée par un Jedi déchu !
Il regarda encore plus fixement les élèves et ses yeux avaient quelque chose d’hypnotisant et sa voix d’envoûtante :
- En fait, toute cette guerre n’était qu’un coup monté par les Jedi pour tenter de renverser la République et prendre le pouvoir. Heuresement, notre Majesté fut là pour les arrêter, avec l’aide de son ami et bras droit Dark Vador, ils purent les éradiquer.
A ce moment, il devint plus sombre mais ses yeux brillèrent d’une nouvelle flamme, comme s’il était possédé par Palpatine lui-même :
- Mais notre Empereur garda, de cet affrontement, des cicatrices dans son âme et dans sa chair. Cependant, sa détermination fut démultipliée et il put poursuivre avec encore plus de volonté sa reconstruction de la Galaxie.
L’écran géant s’éteignit et la pièce redevint claire. L’instructeur se tourna alors vers les futurs Gardes Impériaux et déclara de sa voix de meneur :
- Et vous êtes les piliers de cette œuvre. Vous devrez protéger notre Majesté au péril de votre vie, vous vous sacrifierez sans poser de questions, vous serez loyaux à notre Empereur Palpatine, jusque dans la mort et au-delà de tous idéaux !
Tous les jeunes hommes levèrent leurs mains en signe d’approbation et crièrent à l’unisson « Palpatine ». Tage et Lios firent de même avec une joie non dissimulée.

Lios Ekans courait à toute allure dans l’épaisse forêt qui bordait le centre Impérial. Les multiples branches et feuilles fouettaient tellement son visage qu’il était parsemé d’une vingtaine de cicatrices en seulement une heure de course. Derrière lui, Tage Krunt le suivait à la trace, s’assurant que les droïdes ne les suivaient pas. Ils étaient frères d’armes, ils devaient se soutenir mutuellement lors des épreuves et ils faisaient équipe quoiqu’il arrive. La course était presque finie, il ne manquait plus qu’un kilomètre avant que les deux jeunes recrues n’arrivent au centre mais tout à coup, un tir fit mouche et Lios s’effondra sur le sol boueux de la jungle. Tage se mit alors immédiatement à couvert derrière une souche d’un énorme arbre mort. Il essaya d’évaluer la distance entre lui et son ami mais il avait trop peur de se montrer de risque de se faire toucher. Il décida donc de parler à Lios pour savoir où il était exactement par rapport à la souche grâce au son de sa voix :
- Ca va Lios ?
- Non pas tellement, ce fichu tir m’a grillé la jambe droite, je ne pense pas que je puisse marcher de si tôt ! répondit Ekans avec une faible voix.
- Ne t’inquiète pas je vais…
Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase lorsqu’un second tir lui carbonisa l’avant-bras. Tage cria de douleur avant de s’écrouler comme une masse sur le sol de la forêt. Sa vue se troubla, mais il entendait toujours le bruit des animaux sauvages qui semblaient se moquer de lui. Un crépitement emplit l’air et la voix de l’instructeur retentit comme si elle provenait des profondeurs de la jungle :
- Règle numéro un, ne jamais parler lorsque le frère d’arme se fait toucher, cela peut facilement trahir ta position imbécile !
Tage gémit et essaya de trouver d’où provenait la voix.
- Règle numéro deux, toujours essayer de repérer d’où vient la menace pour l’éliminer plus rapidement avant de se soucier de son compagnon ! reprit la voix impitoyable de l’Impérial.
Krunt essaya de se traîner sur le côté pour éviter que son pied soit visible, il fit un effort sur humain et poussa un long râle.
- Maintenant, je vais vous laisser vous débrouiller, soit vous réussissez tout seul et là vous continuez votre formation, soit vous mourrez ce qui montrera que vous n’êtes pas digne de servir l’Empereur !
La voix se tut tout à coup, laissant les deux jeunes gens au bord de la mort. « Je dois réussir pour Lios, il compte plus que tout pour moi, on doit se tirer de là ! » pensa Tage. Il se calma, essaya de se concentrer pour appliquer les méthodes que l’instructeur venait de lui annoncer. Il fit silence et écouta le bruit du vent sur les arbres : les animaux s’y déplaçaient. Cela dura plus de cinq minutes, il commençait à perdre espoir lorsqu’un bruit attira son attention. Ce n’était pas quelque chose d’organique qui glissait mais quelque chose de mécanique. Un droïde. Précisément celui qui les poursuivait depuis une heure et c’était donc lui qui leur avait tiré dessus. « A en juger par le bruit, il devrait se trouver à quelques mètres au Nord de la souche et donc juste devant Lios. Je ne peux pas lui demander s’il le voit au risque de révéler ma position ». En effet, pendant que l’instructeur parlait à Tage, ce dernier s’était doucement déplacé le long de l’énorme souche et il s’était enfoncé dans une cavité de celle-ci. Il avait de la chance, un léger trou laissait apercevoir son ami toujours étendu sur le sol. Tage sortit son blaster de poche et fixa la branche au-dessus de Lios. Il régla sur la puissance maximale et tira à deux reprises dans deux directions différentes. La branche craqua, céda et s’écrasa sur une masse sombre qui venait juste de sortir de sa cachette pour éviter le deuxième coup de feu. Il poussa un cri de joie et sortit de la souche en se dirigeant vers son ami. Les deux compagnons échangèrent quelques mots :
- On a réussi ! déclara Tage tout excité.
- Non, tu as réussi, renchérit Lios avec une légère pointe d’amertume dans la voix.
Les deux amis rirent de bon cœur mais ils savaient qu’à leur retour au centre, l’instructeur ne serait pas content de leur résultat malgré leur survie à l’épreuve.

Lorsqu’ils arrivèrent au centre de formation, l’instructeur les foudroya du regard et déclara :
- Vos performances sur cette épreuve ont été très moyennes, si ce n’est nulles ! Vous avez été aveuglés par votre réussite et votre seconde d’inattention a failli vous coûter la vie ! Mais sachez que la prochaine fois, vous réfléchirez à deux fois avant de crier victoire trop vite. Ici, on n’a aucun matériel médical, on n’en a pas besoin. Les blessés se soignent d’eux-mêmes, ça fait partie de l’épreuve !
Tage fut surpris et commença à se demander si l’Empereur valait tant la peine de souffrir et de risquer sa vie pour lui.
- Maintenant, dirigez vous dans la salle de projection, demain, une longue et dure journée vous attend…

La pièce était toujours aussi sombre, la plupart des jeunes recrues n’étaient déjà plus là. L’épreuve d’aujourd’hui avait dû avoir raison d’un grand nombre d’entre eux. L’instructeur monta sur l’estrade et parcourut la salle du regard en fixant les dix dernières recrues dans les yeux, tour à tour. Un frisson traversa l’échine de Tage et Lios lorsque les yeux de l’homme se posèrent sur eux, tel un lion fixant sa proie avant d’attaquer. L’écran s’éclaira soudain, ramenant les deux jeunes gens à la raison. Il montrait une sphère sombre dans l’espace, pas totalement ronde puisqu’il y avait encore des « trous » dans celle-ci. De nombreux chasseurs Tie la survolait tout en escortant une navette de classe Lambda Impérial. L’image changea et on pouvait voir la navette posée sur le sol métallique, à l’intérieur de la sphère. Lios ne savait que trop bien ce que c’était. « Elle est enfin prête, pensa t-il, mon père avait raison, elle va écraser ces salopards de Rebelles ! ». Il jubila intérieurement.
La rampe de la navette s’ouvrit et les Gardes Rouges descendirent allégrement, l’image se stoppa. L’homme prit la parole, toujours avec sa voix mélodieuse et hypnotique :
- Voici ce qui vous attend, si vous réussissez ! La gloire éternelle et la reconnaissance de tout l’Empire Galactique!

Pendant plus d’une heure, l’instructeur détailla en long, en large et en travers les diverses fonctions des Gardes Impériaux. Il expliqua les prochaines épreuves des prochaines semaines. « Ca va être dur, très dur, pensa Lios intérieurement. Mais après tout, c’est moi qui ai choisi, je suis prêt, je suis le meilleur. Je suis prêt à montrer à ma famille que je ne suis pas fait pour l’aristocratie, que je vaux bien mieux que ces pitoyables avortons ! ». Lios, contrairement à Tage avait une très haute opinion de lui même et avait un caractère bien trempé. Il ne se laisserait pas si facilement piétiné par l’instructeur et il était prêt à le lui faire savoir…

Les semaines passèrent et les deux jeunes hommes progressaient à vue d’œil, la plupart de leurs camarades étant mort lors des terribles exercices. Ils commençaient à satisfaire leur instructeur qui se faisait moins cynique mais toujours aussi exigeant. Tage maîtrisait parfaitement les techniques de combat rapprochées mais il excellait dans l’art martial appelait « Echani ». Il se servait principalement de son aiguillon de force Sorusuub (comme tout Garde Rouge qui se respecte) mais il savait se servir efficacement de tout type de blaster en cas de besoin. Quant à Lios, il était plus redoutable que son ami avec l’aiguillon de force mais avait une moins bonne technique de combat rapproché et il maniait moins bien les autres armes tel que les blasters. Les deux jeunes hommes se valaient et c’était aujourd’hui qu’ils allaient pouvoir le démontrer…

Le soleil tapait fort sur la place du centre de formation Impérial. Le sol avait été aménagé en aire de combat. Il était uniquement constitué de terre sèche, faisant un sol dur et sans obstacle pour les combattants. L’instructeur se tenait là, au milieu de l’aire, attendant que Tage et Lios entrent pour combattre. Ils se préparaient dans leurs bâtiments communs.
Lios ne regardait même pas Tage, il pensait déjà à sa victoire et à la gloire qu’il gagnerait en servant son maître, Palpatine. « Je suis prêt à tout pour gagner, Tage était un bon compagnon, mais maintenant, je n’ai plus besoin de lui, j’ai un maître à protéger et à servir. Aujourd’hui sera un jour de gloire pour moi comme pour l’Empire, je tuerai Tage et la Rébellion sera écrasée à Endor ! Grâce à Palpatine et grâce à moi, l’Empire continuera à vivre pour des siècles ! ». Lios affichait un sourire sournois, il avait le regard fou, il ne vivait plus que pour servir son Empereur adoré. Alors que Tage se préparait tranquillement, il ne pensait qu’à en finir, quitter au plus vite cette planète pour retourner sur Coruscant et mettre en application ce qu’il avait appris ici. « Espérons que Lios n’offre pas trop de résistance, je ne veux pas que ce combat s’éternise ». Pour lui, malgré les semaines passées ici, il prenait toujours Lios pour un ami et pas pour un adversaire, même aujourd’hui où sa vie en dépendait ! Ces dernières semaines, Tage était toujours resté égal à lui-même alors que Lios n’était devenu que pure folie, il ne pensait plus qu’à Palpatine et qu’à ses rêves de grandeur. Depuis la première épreuve, il avait changé, comme si il lui en voulait de l’avoir sauvé. Peut-être était-il trop fier ? Peut-être était-il jaloux ?
Soudain, une sonnerie retentit, les deux adversaires prirent leurs aiguillons, ajustèrent leur unique armure rouge sang qui recouvrait seulement leurs torses, tel des gladiateurs, ainsi que leurs bottes rouges et se dirigèrent vers l’aire de combat où l’instructeur Impérial les attendait. Ils se placèrent face à face, au milieu de la place, se jaugeant visuellement. L’homme se tourna vers eux et déclara de sa voie forte et pleine d’assurance :
- Aujourd’hui sera un jour de gloire pour l’Empire, la Rébellion sera écrasée par la nouvelle Etoile Noire à Endor et un de vous deviendra un Garde Rouge. On ne peut pas vous faire un plus grand honneur ! Préparez-vous à servir dès maintenant votre Empereur en accomplissant cette ultime épreuve, tuez pour survivre et pour la gloire de l’Empire !
L’homme recula et les deux combattants se saluèrent avant de se mettre en posture de combat. Ils tournèrent lentement pour se tester mutuellement avant que Lios n’attaque le premier. Il visa les jambes de Krunt avec son pique de force mais le rata de peu, ce dernier ayant paré au dernier moment avec son arme. Le combat reprit de plus belle, cette fois-ci, Lios lança une série d’enchaînements, ne laissant aucun répit à Tage qui se contenta de les parer avant d’attaquer à son tour. Les deux aiguillons se croisèrent et des étincelles jaillirent propulsant de quelques centimètres en arrière les deux adversaires. Tage attaqua alors le premier et réussit à frôler légèrement Lios du bout de son arme, laissant un mince filet de sang couler au coin de ses lèvres. Il déclara alors de sa voie pleine d’arrogance et de folie :
- Pas mal du tout pour un bleu, mais tu tiens trop à moi pour me faire vraiment du mal, cela te perdra !
- Nous verrons, répondit Tage avec une pointe de regret.
Lios décida alors de passer à la vitesse supérieure et d’en finir rapidement avec ce combat sans intérêt, il fit une feinte en propulsant son pique vers le haut, son adversaire se baissa et c’est à ce moment, qu’il décida de lui faire une balayette. Tage tomba lourdement en arrière, ne s’attendant absolument pas à cette attaque. Lios fit tourner son aiguillon dans les airs, mit la pointe à la verticale en direction de Tage et l’enfonça profondément dans le sol. En effet, Krunt avait réussi à rouler sur le côté avant que le pique n’atteigne sa cible. Il frappa de toutes ses forces dans les jambes de Lios, qui s’effondra et se releva tout en envoyant valser l’aiguillon de Ekans deux mètres plus loin. Il mit son arme sous la gorge de son adversaire mais aussi ami, avant de déclarer :
- C’est fini Lios, tu as été trop sûr de toi pendant tout ce combat, tu ne pensais qu’à la gloire et non pas à l’amitié qu’on avait. Cela t’a perdu !
- Vas-y, tue moi !
Tage hésita.
- Je sais que tu ne le feras jamais, tu es bien trop faible pour faire une chose pareille. Si tu n’arrives pas à me tuer, tu ne pourras jamais correctement servir notre maître à tous ! ricana t-il.
- Je ne peux pas tuer un ami, déclara enfin Tage.
- Un ami ? Mais, je ne suis pas ton ami, je suis ton pire ennemi ! Je n’ai jamais été ton ami, je te l’ai fait croire en attendant que ce jour arrive pour que la victoire ne me soit que plus facile ! pouffa t-il de son rire sournois.
L’instructeur se dirigea alors vers eux et aboya à l’intention de Tage :
- Vas-y, finis le et tu auras terminé ta formation ! Tu pourras servir notre maître adoré !
Tage regarda l’homme puis son « ami ». Il hésita longuement jusqu'à ce que le regard de fou et le rire démoniaque de Lios lui fassent dire :
- Lios Ekans est mort il y a déjà plusieurs semaines de cela !
Et il enfonça son aiguillon de force dans la gorge de Lios. Ce dernier fut parcouru de plusieurs spasmes avant de s’éteindre définitivement en souriant.
L’instructeur écouta ce qu’on venait de lui dire à sa radio, il affichait une mine grave. Il se tourna vers le vainqueur et déclara avec tristesse :
- L’Empereur est mort.
Tels furent ses trois mots avant de se retourner et d’aller voir sur le réseau Holonet comment cela s’était passé.

Tage s’effondra sur son ancien ami, il pleura. Non pas parce que Palpatine était mort mais parce qu’il venait de tuer son seul ami pour un homme ordinaire, pas plus fort que lui ou Lios. Il venait de détruire la seule chose qu’il lui restait de précieux, la seule chose qui comptait à ses yeux et ce pour quoi il se battait. Il était allé au-delà de tout, au-delà de la raison, au-delà de la fierté, au-delà de l’amour et au-delà de l’amitié…
Modifié en dernier par Dark Maul877 le Mer 05 Juil 2006 - 17:01, modifié 1 fois.
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar kamocato007 » Mar 04 Juil 2006 - 22:38   Sujet: 

Lowie m'a dit beaucoup de bien sur ta FF, t'aurais pas un fichier word à me MP, stp ? :)
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Dark Devaster » Mer 05 Juil 2006 - 8:18   Sujet: 

Voilà j'ai fini de lire ta FF DM877 et c'est du bon :)
J'ai quand même repérer quelques fautes pas trop méchantes mais passons :P
Ne t'inquiète pas pour l'UE même si mes connaissances sont limitées ça m'a l'air de bien tenir la route, une forte inspiration de Crimson Empire mais rien d'étonnant à celà vu le sujet choisi :wink:
Ce qui me chagrine c'est la fin, parce que l'approche que tu fais de la mort de l'Empereur comme un simple mortel alors que les gardes se sont entretués pour lui aurait pu être plus développée. :( . Et je n'ai pas trouvé crédible que l'instructeur entende par radio la mort du souverain et l'annonce comme ça, juste un peu triste :D

En tout cas ça reste un bon travail, bravo
Devaster, le Vanemmaphile Impérial
Dark Devaster
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1598
Enregistré le: 21 Déc 2005
Localisation: Nice, à quelques milliards de parsecs de Nirauan
 

Messagepar Dark Maul877 » Mer 05 Juil 2006 - 9:50   Sujet: 

Merci

Pour la fin, j'ai voulu beaucoup plus insisté sur le côté tragique de l'histoire plutôt que sur la mort de Palpy qui a été décrite, lu et vu des centaines de fois par les fans. :wink:

Sinon, pour l'Empire Ecarlate, je ne l'ai pas lu, j'ai juste pêché quelques infos dans les DO sur les Gardes Rouges, c'est pour ça que j'avais peur de ne pas être très cohérent. Je n'ai d'ailleur pas trop approfondie certains aspects de peur de devenir justement incohérent :P

PS: Kamo, je t'envoie ça tout de suite :)
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar kamocato007 » Mer 05 Juil 2006 - 10:27   Sujet: 

J'ai donc lu sous les conseils de Lowie "Au délà de l'amitié" de l'ami DM877. La première nouvelle du topic sur les Gardes Rouges et je m'étonne que ce ne soit qu'à la toute fin du topic.

Je commencerai par les défauts, principalement des carences en crédibilité, mais le format nouvelle n'aide pas à expliquer ou expliciter telle ou telle chose. D'abord, au début, je trouve que les gardes rouge sont embrigadés bien trop vite dans leur amour forcé de Palpatine. Ils arrivent, on dit deux trois mots sur leur devoir de mourrir pour l'Empereur, et ils applaudissent aussitôt :perplexe: Par la suite, la gradation entre l'amitié qu'éprouve Lios envers Tage et son amour aveugle envers l'Empereur passe un peu à la trappe, dommage, ça n'aurait que donner que plus de force à la fin :sournois: D'ailleurs j'ai trouvé cette fin rapide, en tout cas l'annonce de la mort de Palpy est un peu facile :ange:

Autrement, même si le style est scolaire et pas toujours très fluide, la nouvelle se lit très facilement et rapidement, les descriptions ne sont pas très bavards mais se concentrent sur l'essentiel. Le point fort de la nouvelle est son histoire, même si pas très original et un peu expédieé (mais le format nouvelle y est pour beaucoup :wink: ) elle se suit avec intérêt. Peu de fautes, (une que j'ai repéré : "l'instructeur les foudroyèrent :wink: ) et des bonnes idées dans cette nouvelle, la dernière du recueil peut-être, à lire pour une très belle histoire :ange:
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Lowie » Mer 05 Juil 2006 - 11:29   Sujet: 

En tout cas, c'est pas de tout repos d'être un Garde Rouge plus qu'un devoir c'est un amour immodéré pour l'Empereur qui est réclamé pour l'être. En ça, j'ai bien aimé la fics qui montre bien la déshumanisation progressive de l'aspirant GR : c'est terrifiant :shock: ,

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Dark Maul877 » Mer 05 Juil 2006 - 16:59   Sujet: 

Merci à vous deux :)

Sinon Kamo, comme tu l'as dit, les nombreuses "incohérences" au niveau de l'histoire viennent du fait que j'ai voulu respecter le format nouvelle et ne pas trop m'attarder à développer la situation, j'ai plutôt voulu approfondir la relation Tage et Lios. Je préfère quand même le format FF qui nous laisse un totale liberté :D
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Lowie » Mer 23 Aoû 2006 - 21:03   Sujet: 

Eh eh ce recueil est tjs portes ouvertes :D , c'est quand que la clef est tournée mais j'ai mémoire d'une fics non finie celle de Dolarn :) ,

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Mer 23 Aoû 2006 - 21:09   Sujet: 

Je finis le boulot demain mais j'en ai un autre qui reprend (et encore plus...crevant...) : ma copine à l'appart...

On va la jouer ultimatum : à la fin du mois, tt est réglé !

[nous sommes le 23 août --> J-8]

:oops: :ange:
Raphus cucullatus

- End of line -
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9891
Enregistré le: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 24 Déc 2006 - 17:48   Sujet: 

*Allume la lumière sur le topic*

Bon, 4 mois après le dernier post de Dolarn, je viens vous annoncer une bonne nouvelle! Oui oui, même dans la rubrique FF de SWU, il peut y avoir de bonnes nouvelles! :D

Bon enfin bref, vous savez que l'on travaille actuellement sur la parution du premier recueil (j'en vois un qui rigole au fond, non mais oh! :o ) et l'on s'est dit que l'on pourrait, pendant qu'on y était, commencer à évaluer les nouvelles du second recueil.

Et donc me voilà en ce 24 Décembre pour demander à tous les auteurs qui ont participé à ce recueil de bien vouloir m'envoyer soit sur ma boîte MP, soit sur ma boîte mail, leurs nouvelles retravaillées et corrigées. Nouvelles qui porteront bien entendu un titre! :wink:

Ce sera là la première phase qui permettra ensuite au jury de se pencher sur la lecture et l'évaluation des écrits (y en a qui vont avoir du boulot)!

Voilà pour les réjouissances! Vous l'aurez compris, le staff va tenter de rentrer en 2007 avec de bonnes résolutions quant à l'avenir des recueils. 2007 sera l'année des FF où ne sera pas... 8)

Ouhlà, dans quoi est ce que je viens de m'engager moi! :D

P.S: S'il y a des questions, des remarques, n'hésitez pas! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Dim 24 Déc 2006 - 18:29   Sujet: 

Je plussoie le FF Kamarade Willou !

Comme on dit en Allemagne, on se bouge le Q et on s'occupe de ce K !

:perplexe: c ptet pas si drôle que ça...
Raphus cucullatus

- End of line -
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9891
Enregistré le: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar kamocato007 » Sam 30 Déc 2006 - 1:50   Sujet: 

Au fait, un troisième recueil est-il prévu :? Normalement on devrais en être au cinquième si je croyais le premier post du topic :D
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 30 Déc 2006 - 15:56   Sujet: 

Dis donc toi insolent! On se moque du staff! :D

Plus sérieusement, nous planchons sur un troisième recueil qui devrait donc voir le jour bientôt (enfin on espère). Je pense que 2007 se célèbrera donc avec un nouveau sujet! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Sam 30 Déc 2006 - 23:36   Sujet: 

Ca fait partie de mes bonnes résolutions 2007 (dans la liste, ça vient juste après "avoir enfin une connexion au net à mon appart")

:roll:
Raphus cucullatus

- End of line -
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9891
Enregistré le: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 30 Déc 2006 - 23:59   Sujet: 

C'est y pas beau ça un staff plein de détermination! :D
Moi je dis, il ne nous manque plus que Vile! :D
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 07 Jan 2007 - 14:53   Sujet: 

Euh...les enfants? :D Je n'ai reçu pour l'instant que un seul texte de ce recueil! Alors je sais que nous ne sommes pas des foudres de guerre pour ce qui est de l'évaluation, mais si vous ne me les envoyez pas, cela risque d'être encore bien plus long hein! :D

Ah et une petite précision à ce sujet: si jamais vous n'arrivez pas à l'envoyer sur ma boîte à MP (je m'en méfie :roll: ), envoyez le sur ma boîte mail (hotmail de préférence). :wink:

Et le premier qui me demande quand sortira le 3ème recueil, je le harponne! :D
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dark-Solaris » Lun 08 Jan 2007 - 1:05   Sujet: 

dîtes, il sort quand le 3e recueil ??

désolé ^^.

Je plaisante attend ! argh.... (me suis fais harponné... poru ceux qui suivent pas... oui toi au fond là...)

Je me demandais.. je n'ai pas écrit de nouvelle moi, sur la Mort de l'Empereur... Par hasard Darkwilliam, est-ce possible poru moi d'essayer d'en faire une avant une date limite que tu aurais fixé ? (si tu as fixé...).

PS : maintenant que le premier s'est fait harponner, les autres n'ont plus aucun souci à se faire c'est ça ? ^^)
Dark-Solaris
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 320
Enregistré le: 13 Fév 2005
Localisation: Aldera
 

Messagepar Django » Lun 08 Jan 2007 - 2:47   Sujet: 

Salut DW,

Je peux éventuellement t'envoyer le fichier que j'ai concernant le 1° recueil SW. Je pense que je les tous copier.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Darkwilliam » Lun 08 Jan 2007 - 17:08   Sujet: 

Dark Solaris: Etant donné que le recueil attend toujours la dernière partie de la nouvelle de Dolarn pour fermer ses portes :P , je pense que tu as le temps d'écrire toi aussi quelque chose! :wink:

Django: Merci de ta proposition. Si jamais les auteurs ne m'envoyaient pas tous leurs textes, je ferai appel à toi! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Django » Lun 08 Jan 2007 - 19:16   Sujet: 

OK. DW, j'attends de tes nouvelles. Pour info le fichier (400 Ko) que je te propose comprend les FF dans l'ordre de parution, sans aucunes images.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 26 Jan 2007 - 19:30   Sujet: 

Y en a qui vont se faire taper sur les doigts ici!! :D
Non mais plus sérieusement, ce serait sympa de m'envoyer vos textes vous même plutôt que ce soit moi qui les copie, car vous pourriez ainsi apporter quelques modifs si vous le voulez! Donc si (entre autre) Oiki et Dark Devaster pouvaient me faire parvenir leurs écrits ce serait parfait. :wink:

Et puis Dolarn aussi tiens pendant qu'on y est! :D

Arrête de te marrer dans ton coin Vilou, toi aussi tu es concerné! Oui oui, ne fais pas ses yeux ronds, toi aussi tu avais écrit quelque chose! :D

Solaris: Si tu veux écrire quelque chose, n'hésite pas hein! :wink:

D'ailleurs, vu que le recueil est toujours ouvert (merci Dolarn :D ), tout le monde peut encore ajouter sa pierre à l'édifice s'il le souhaite. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Minos » Mar 06 Fév 2007 - 0:43   Sujet: 

Bon, si on peut encore apporter sa pierre à l'édifice, j'ai eu une idée. La voilà! :D

L’ambitieux

Quand Aarson Lightener termina de rédiger l’ultime chapitre de son titanesque ouvrage, il poussa un long soupir de soulagement. Enfin, il avait terminé ! Enfin, sa fortune allait être définitivement assise, et la place de président d’honneur de la chaire d’histoire de l’université de Coruscant, qu’il convoitait depuis tant d’années, allait lui revenir de plein droit. A ses yeux, il ne faisait même aucun doute que ses collègues allaient se battre pour l’imposer à cette place.

Ambitieux et passionné par l’histoire, Aarson avait rêvé pendant des années d’écrire l’ultime ouvrage, celui qui lui ouvrirait les portes de la gloire et lui permettrait de prendre place au panthéon des plus grands lettrés de l’Empire et de l’Ancienne République. Miné par cette obsession, il avait eu, cinq ans auparavant, ce qu’il avait alors considéré comme étant la plus grande idée de son existence de chercheur : écrire la biographie de l’empereur lui-même ! Certes, il en existait déjà un grand nombre, officielles ou officieuses, mais aucune ne faisait de synthèse complète de la carrière de ce grand homme qu’était Palpatine.

Dès que cette idée avait germé en lui, il s’était précipité sur son ordinateur et en deux heures, il avait rédigé le plan de l’ouvrage. mais il n’était pas question de reprendre bêtement ce que d’autres avaient écrit avant lui. Il voulait une nouvelle approche, originale, et se prit à rêver que l’empereur lui-même s’intéresserait à sa démarche et qui sait, lui accorderait une interview.
Son plan en poche, et précédé d’une réputation flatteuse dans les milieux universitaires, il avait rencontré son supérieur, Doggan Carlist, président de l’université de Coruscant, qui avait été tout de suite emballé par le projet, pensant surtout aux conséquences bénéfiques que cela n’allait pas manquer de faire retomber sur lui.
Carlist avait fait part du projet à un sien ami au ministère de l’éducation. De là, l’idée était remontée jusqu’au ministre lui-même, après avoir remonté pas à pas la hiérarchie : tous les intermédiaires y avait vu une occasion inespérée de donner un coup de pouce à leur carrière.
En fin de compte, le projet avait atterri dans les mains d’un des conseillers de l’empereur, et il s’avéra que ce dernier trouva l’idée excellente. Aussi Aarson se plongea-t-il dans la rédaction de son livre avec fièvre et y mit toute la passion dont il était capable. Beaucoup d’épisodes de la carrière de l’empereur étaient troubles, et pouvaient aisément le faire passer pour un dictateur, ce qu’Aarson entreprit de gommer consciencieusement. Il devait présenter l’empereur sous le jour le plus favorable possible : en s’en tenant à des interprétations superficielles, c’était une vérité possible, et Aarson entendait bien en profiter pour obtenir une promotion sociale, voire même, qui sait, entrer à la cour impériale.

Il mit donc un point d’honneur tout particulier à rétablir la « vérité », à savoir que l’empereur avait toujours sacrifié sa personne à l’empire, qu’il était un héros, et que les indignes attaques qu’il subissait étaient le fait d’opposants révisionnistes, ou des terroristes rebelles qui voulaient ramener la galaxie à la barbarie et au chaos. Il réduisit à néant toutes les contrevérités portant sur les soi-disant crimes et atrocités du régime, présentant l’empereur comme l’ultime garant de la civilisation : il finit même presque par s’auto-convaincre de ce qu’il écrivait.
Il balaya d’un revers de main tous les procès d’intention qui lui furent faits, quand il fut lui-même accusé de révisionnistes et de présenter une version tronquée et embellie du règne de Palpatine. Comment pouvait-on oser l’accuser de ne pas être impartial ? De tout temps, c’était toujours les vainqueurs qui avaient écrit l’histoire. il ne faisait que s’inscrire dans la veine de ses prédécesseurs.

Son ouvrage aurait du être terminé depuis longtemps déjà, mais ces quatre dernières années avaient été difficiles pour lui : il avait du rallonger sa biographie d’une part importante, traitant de l’Etoile Noire, de la destruction d’Alderaan, de la bataille de Yavin et des conséquences qui en avaient découlé. Sa conclusion avait été à l’image du reste de l’ouvrage : il avait démontré que l’empereur était presque un martyr, forcé de répondre par la violence face à la montée des extrémistes de tous bords, surtout ceux de la Rébellion.
D’aucuns auraient pu affirmer que les données en question pouvaient être interprétées de manière totalement opposées, montrant Palpatine en despote cynique et sans scrupules, mais ce n’était absolument pas le propos de cet ouvrage.

Et en ce milieu de matinée, il était venu à bout de son chef-d’œuvre. Il sauvegarda les derniers fichiers qu’il avait rédigé et resta un long moment les yeux dans le vide, fier de lui et se sentant quelque peu vidé en même temps, tellement ce projet avait nécessité d’investissement et de temps.
Il fut tiré de sa rêverie quand sa messagerie fut soudainement saturée. Intrigué, il regarda les en-têtes des messages, et commença à les ouvrir quand il vit qu’ils émanaient tous des chaînes d’information, auxquelles il était abonné.

Ses cheveux se hérissèrent et son sang se figea dans ses veines quand il prit connaissance du premier message. Il ouvrit fébrilement les suivants, pour découvrir que tous annonçaient la même chose : l’empereur était mort, et sa flotte avait été défaite en orbite d'Endor par l’Alliance Rebelle de Mon Mothma !
– Non, non, c’est impossible ! Pas ça ! rugit-il en se redressant brusquement, faisant basculer son fauteuil.
Pendant une heure, il fut comme fou, faisant fiévreusement les cent pas dans son bureau, se parlant à haute voix, injuriant la galaxie de temps à autre, maudissant les dieux qui le trahissaient au moment même où il avait achevé son travail. Celui qui devait lui apporter une gloire éternelle et être le point d’orgue de sa carrière.
Il finit par redresser son fauteuil et s’affala dedans, désespéré. Il tomba dans un état d’hébétude qui se prolongea jusqu’à ce que les dernières lueurs diurnes disparaissent.

Alors, soupirant bruyamment, il se remit au travail devant son ordinateur. Il appela à l’écran son livre achevé, Son Altesse Impériale Palpatine, biographie officielle et, après un long moment d’hésitation, l’effaça de ses fichiers, ainsi que toutes les sauvegardes qui allaient avec.

L’expression quelque peu hagarde, il ouvrit un nouveau fichier et, après avoir longtemps réfléchi, en tapa le titre :

Mon Mothma,
Le combat pour la liberté de la galaxie

biographie officielle
par Aarson Lightener
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar BelXander » Mar 06 Fév 2007 - 20:30   Sujet: 

Super texte !!

Court, mais original et très bon.
Bien écrit, se lit facilement et surtout on se prend au personnage même sur une si courte nouvelle.
Et le fin ! Magnifique ! Héhé.

Aarson Lightener a de la ressource.

moi qui pensais que ce bon Aarson Lightener allait tomber dans la déprime totale et se laisser dépérir... :wink:
StarWars Les Héros de la Force. FanSaga.
StarGate SG-20, les aventures de l'équipe Française du SG-C.
FanFiction (faite comme une série spin off) sur StarGate SG-1 !
BelXander
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 282
Enregistré le: 13 Fév 2005
Localisation: Le Havre (enfin à côté, sur Belderone)
 

Messagepar Darkwilliam » Jeu 08 Fév 2007 - 11:44   Sujet: 

Je pense que je vais encore laisser ce recueil ouvert pendant un peu plus de deux semaines, histoire de laisser du temps à d'eventuels lecteurs de commenter la nouvelle de Minos, où à des auteurs de se lancer dans une nouvelle pour ceux qui le souhaitent. Au bout de ces deux semaines, je fermerai étant donné que j'enverrai par la suite l'ensemble des textes de ce recueil aux membres du jury. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Notsil » Jeu 08 Fév 2007 - 12:26   Sujet: 

minos ->terrible ^^ J'ai adoré. Le nom Aarson Lightener me rappelle trop un personnage de livre...il apparait pas dans des bouquins d'Anne Rice par hasard ?
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2365
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Minos » Jeu 08 Fév 2007 - 13:36   Sujet: 

Merci BelGarion et Notsil :oops:

Bien vu, Notsil, j'ai légèrement modifié "Aaron Lightner", "sorcier" du Talasmaca qui apparait dans divers Anne Rice. Je trouvais que ça "sonnait" bien à l'oreille. :wink:
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 10 Fév 2007 - 18:02   Sujet: 

J'ai lu le texte de Minos et je l'ai trouvé de bonne qualité. En soit, il ne se passe pas grand chose dans cette nouvelle mais elle respecte le sujet donc, c'est du tout bon! :wink:

Le style est agréable, sans accroche, bref, ça se lit d'une traite. Mention spéciale tout de même à l'idée, très originale! :)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar ilu » Lun 12 Fév 2007 - 1:40   Sujet: 

J'espère que je n'arrive pas trop tard :D
Alors c'est le 2e essai que j'écris, le premier étant sur le 2e recueil (logique :x :x )
Soyez indulgent, siouplait, je crois que l'inspiration n'était pas au rendez vous. :P
Et je ne sais pas si j'ai assez respecté le sujet ou pas... Bon d'accord, je me tais, et j'envoie ce que j'ai pondu :D




Promesse


Kor Thanas, lieutenant et avant tout pilote de chasse Rebelle, était un humain de Tanaab, qui s’était engagé dans la Rébellion afin de venger la mort de sa fiancée, qui avait été torturée puis asservie dans les lieux de débauche impériaux.
Sola – c’est ainsi qu’elle se nommait – lui avait déclaré qu’elle souhaitait se marier avec lui, et fonder une famille dans un coin paisible de cette galaxie en guerre. Kor, qui avait été surpris par cette déclaration impromptue, avait répondu qu’avant de tout quitter pour vivre avec elle, il se devait d’aider son père à réparer les dégâts causés par les dernières manifestations anti-impériales.
Hélas, quelques jours après cette délicieuse soirée où Sola lui avait avoué son vœu le plus cher, de nouvelles émeutes éclatèrent, et le gouverneur local, afin de ne plus avoir à subir de telles flambées de violences, décida de faire des exemples.
Des rafles furent organisées, les soldats impériaux ‘visitant’ les maisons au hasard. Par comble de malheur, Sola était une jeune fille d’une vingtaine d’années, que tous qualifiaient de belle. Lorsque les soldats représentant la loi impériale débarquèrent chez elle, elle fut capturée, puis enfermée. Là, un colonel de l’Armée la repéra, et ordonna qu’elle soit transférée au Soldat Heureux, cette fameuse maison close où les Impériaux allaient prendre leur plaisir. Heureusement pour elle, Sola parvint à mettre fin à ses jours, après avoir réussi à assassiner un officier qui tentait d’abuser d’elle pour la énième fois.
Kor ne reçu qu’une lettre d’information, très impersonnelle, lui apprenant la mort de sa fiancée. Il n’apprit que bien plus tard ce qu’elle était obligée de faire.
C’est dans se but que Thanas s’engagea dans la Rébellion. C’est dans ce but que Thanas combattit l’Empire. Cet unique but : se venger.


Croiseur Mon Calamari Liberté, système de Sullust, an 4 après la bataille de Yavin

Kor Thanas se réveilla en sursaut. Comme toujours depuis de nombreux mois, il ne parvenait pas à dormir convenablement. Ses nuits étaient tourmentées de ces horribles cauchemars dans lesquels il s’imaginait la mort de Sola de différentes manières, toutes plus horribles les unes que les autres. Comme toujours depuis de nombreux mois, Kor Thanas regrettait de ne pas avoir accepté immédiatement la proposition qu’elle lui avait faite. Il devrait vivre avec ces remords toute sa vie.
Thanas mit la lumière dans sa cabine. L’un des avantages à être officier était qu’on pouvait avoir une cabine privé, si elles étaient disponibles. Il s’habilla, enfilant difficilement sa combinaison de vol orange. Puis, réalisant qu’il n’était pas de quart, il décida d’aller faire un tour au simulateur de vol, afin de s’entrainer davantage. C’était un bon pilote. Voire un très bon pilote. Mais il voulait s’améliorer. Il ne pouvait prendre le risque de mourir, sans être parvenu à se venger de l’Empire auparavant.
Kor Thanas passa donc près de trois heures dans le simulateur d’ailes B. Lorsqu’il en ressortit, il était épuisé. Epuisé, mais cependant satisfait de sa performance. Il mit quelques secondes à se rendre compte qu’on l’observait. Il leva la tête, le regard inquisiteur.

- Qu’y a-t-il sergent ? , demanda-t-il d’un ton sec.

- Un message du commandement, mon lieutenant. Votre présence est requise à la réunion organisée par l’amiral Ackbar dans 4 heures standard.

- Très bien, merci. Vous pouvez disposer.

Encore une de ces interminables réunions. Je me demande quand nous passerons vraiment à l’action. , pensa-t-il amèrement.
Et le lieutenant Kor Thanas allait avoir sa réponse dans 4 heures.

A l’heure prévue, il se rendit en salle de conférence du croiseur Liberté, où était retransmis le discours de l’amiral à propos de l’attaque rebelle contre la seconde Etoile Noire de l’Empire.
Bien. Nous allons détruire cette satanée station de combat, et nous ferons payer cher à l’Empire ce qu’il fait subir aux peuples ! L’Empereur aurait dû rester bien au chaud à la Cité Impériale, car nous allons réduire son engin en miettes !


Système de la lune forestière d’Endor. Pendant la bataille.

Kor Thanas lutta avec le manche à balai de son aile B. L’intercepteur TIE qui le poursuivait ne semblait pas vouloir lâcher prise. Thanas jeta un coup d’œil à ses indicateurs de boucliers, et constata avec effroi que ces derniers avaient perdu 80% de leur puissance nominale.
Kor, mon vieux, tu peux être certain d’aller rejoindre Sola dans l’au-delà si tu ne te débarrasses pas de ce fichu impérial !
Et alors qu’il pensait cela, il inversa la poussée des réacteurs, ralentissant considérablement l’allure. Il se doutait que l’ennemi ne se laisserait pas avoir par une ruse aussi simple, et pourtant, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il s’aperçu qu’il se trouvait maintenant derrière sa nouvelle proie. Appuyant sur la gâchette, il vit 2 rayons d’un rouge ardent transpercer la coque de l’intercepteur, transformant ainsi le chasseur en une foule de feu indescriptible.
Bien, maintenant, au suivant , pensa-t-il avec satisfaction. Il regarda les écrans de son cockpit, et réalisa que l’attaque finale contre la station de combat avait déjà débuté. Selon toute vraisemblance, et d’après les communications radio, le commandant Antilles venait de détruire un certain régulateur de puissance, et le général Calrissian venait de lancer plusieurs missiles à concussion sur le générateur.

Ca y est. C’est fini. La station va exploser, c’est inévitable. Nous avons réussi. Et l’Empereur va mourir. Non, l’Empereur est déjà mort ; mais il ne le sait pas encore, c’est tout. Oui, il est MORT ! Et avec lui, mourra l’Empire. J’ai réussi, Sola. Si tu me regardes d’où tu es, j’espère que tu es fière de moi. J’ai survécu, dans l’unique but de voir mourir celui qui a instauré cette tyrannie. Celui que les hommes qui t’ont enlevé vénéraient comme un dieu. Il est mort.

Une secousse le ramena à la réalité. Un chasseur TIE le prenait en chasse, et la puissance des boucliers de l’aile B ne pouvaient pas permettre à Thanas de tenir indéfiniment. Il plongea, espérant semer son poursuivant dans la pagaille de cette gigantesque bataille. Se retrouvant face à l’Etoile Noire, la visière de son cockpit se polarisa instantanément lorsque l’astre de métal explosa, provoquant une énorme boule de feu, qui ravagea les bâtiments de guerre qui n’avaient pas pu s’échapper à temps. Vérifiant qu’il n’était plus poursuivi, les pensées de Thanas se mirent à dériver.

Enfin ! Cette fois c’est vraiment fini. L’Empire a réellement perdu la partie. Nous t’avons vengé, Sola. Toi et toutes celles qui ont subi les mêmes horreurs que toi. L’Empereur ne pourra plus causer de destruction, et la mort. Nous avons réussi.

N’y tenant plus, il pressa le bouton de communication, et passa sur une fréquence générale. Sachant pertinemment qu’il serait réprimandé pour avoir agi de la sorte, il ne put s’empêcher de pousser un cri d’allégresse, libérant ainsi des mois et des mois de tensions, de morosité, à ressasser le passé.

Puis, réalisant qu’il ne resterait pas en vie bien longtemps s’il ne prenait pas garde (la bataille faisant toujours rage autour de lui), Thanas rejoignit le reste de son escadron, et se vit assigner comme cible un destroyer, qui avait été isolé du reste de la Flotte Impériale. Regardant autour de lui, il constata avec stupeur que de nombreux chasseurs TIE disparaissaient, les uns après les autres. Il constata également que plusieurs cuirassés impériaux étaient en difficulté, chose étrange si l’on partait du fait que la marine impériale avait toujours l’avantage du nombre de vaisseaux, et de puissance de feu.
En effet, malgré la perte de leur Station de combat, et malgré la mort de l’Empereur, la Flotte Impériale n’aurait jamais dû être en déroute.
Pensif, Thanas s’imagina que la plupart des officiers ennemis ne réalisaient pas encore qu’ils avaient perdu, ou alors ils ne le réalisaient que trop bien, et avaient perdu toute volonté de se battre. Il était encore absorbé par ses pensées lorsqu’il entendit le cri de son ailier :

- GRIS TROIS, VIREZ ! VOUS ÊTES DANS LEUR LIGNE DE MIRE !

Mais Thanas n’eut pas le temps de redresser. Un tir de turbolaser du Destroyer l’atteignit, pulvérisant son aileron ventral. L’aile B n’explosa pas tout de suite. Kor Thanas se battait avec les commandes pour conserver un semblant d’équilibre, son chasseur étant parti dans une vrille incontrôlable. Vrille qui l’amenait vers un monstre de métal blanc, symbole de la toute puissance d’un Empire ayant perdu son leader. Vrille qui le rapprochait indubitablement vers une mort certaine.
Pardonne moi Sola, je n’ai pas été aussi fort que je le croyais. On se revoit de l’autre côté...


Et le chasseur de Kor Thanas poursuivit sa course vers le destroyer adverse, qui tentait de détruire à coup de turbolaser ce véritable missile vivant, qui était à même d’éventrer la passerelle de commandement.
La dernière chose que vit Thanas fut les visages effrayés des officiers impériaux se tenant sur la passerelle. Leur expression d’horreur lui glaça le sang. Il n’aurait souhaité ressentir ce qu’ils devaient ressentir pour rien au monde. Ils venaient de perdre leur Empereur, et ils voyaient la mort qui se rapprochait à toute vitesse. La mort qui avait pris la forme d’une aile B.
Au moment de l’impact, Thanas ressentit une chaleur immense autour de lui, alors que ses dernières pensées étaient tournées vers l’être qu’il s’était juré de venger.
Puis ce fut le néant absolu.
Arrête de contempler les étoiles. Rejoins-les!
ilu
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 345
Enregistré le: 23 Sep 2006
 

Messagepar Darkwilliam » Mar 20 Fév 2007 - 13:24   Sujet: 

Je rappelle que je fermerai ce recueil dans quatre jours. Donc si vous avez une inspiration géniale de dernière minute ( :D ) où envie de donner votre avis sur le texte de ilu, c'est le moment! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar sirius » Ven 23 Fév 2007 - 11:46   Sujet: 

Salut à tous.

C'est mon premier post. Je l'envoie ici parce que j'ai eu l'idée de ce texte dès le premier jour du receuil mais j'ai mis quasiment un an à la faire et donc ca reculait la date de mon inscription tout le temps. :x
C'est dingue. oui je sais je suis comme ça.

Bon en fait c'est un essai. Je sais pas du tout ce que ça vaut et j'espère que c'est pas trop scolaire. (Et c'est peut-être un peu long aussi)

PS : je sais qu'il y a un topic de présentation j'y vais juste après.

La mort de l’empereur
Coruscant, la cité-planète, siège du gouvernement impériale, mégalopole surpeuplée sur un monde entièrement permabétonné, regroupement de milliards d’habitants qui se différencient au même rythme que les étages qui les séparent. Ce qui n’empêche pas certain, dont les niveaux sont a deux km l’un de l’autre, dans le sens verticale, de s’apprécier.
C’est le cas notamment de Bost Hurn et de Voran Pist. Le premier vivant dans les hauteurs des gratte-ciel alors que l’autre fait sa vie à mi-chemin entre le ciel et la terre, là où la loi n’est pas encore celle du plus fort et où les gens non fortuné ne doivent pas déjà choisir l’insécurité pour pouvoir payer le loyer.
Bost poursuit ses études pour un jour succéder à son père dans l’entreprise autrefois familiale devenue multi-planétaire avec le temps.

Voran travaillait de ses mains et changer souvent d’emploi, «pour découvrir un maximum de choses» disait-il pour se justifier officiellement. Car en fait il n’a jamais «travaillé» au sens strict du terme: il est chasseur de primes. Ce n’est pas une vocation, c’est juste qu’il s’est fait enrôler jeune par le soleil noir. Ce qui avait d’abord été une dette: un sbire du prince Xizor lui avait sauvé la vie par hasard en abatant les deux stormtroopers qui le poursuivais, pensant qu’ils venaient pour lui, il avait exigé en retour que Voran exécute une mission pour lui. Il devait livrer un paquet à un gros client des niveaux supérieurs, la livraison avait littéralement explosé à la figure du destinataire. Avec du sang sur les mains il devait depuis travaillais pour l’organisation criminel pour garantir sa propre sécurité et il gagnait mieux sa vie que s’il vivait vraiment comme le croit toute sa famille et ses amis. Faire perdurer sa double vie n’était pas chose aisée mais il ne se débrouille pas trop mal, ne regrettant que de n’avoir personne à qui s’en vanter.
A la suite de la mort du maître du crime galactique, vaporisé avec son vaisseau par les turbolasers de Vador, ses profits avaient fortement augmenter du fait de la guerre intestine qui en avait suivi. Ca se voyait bien aujourd’hui puisqu’il arborait son costume tout neuf pour assister à la petite fête avec son ami Bost. Les parents de celui-ci étaient des invités de marques à la réception organisée par la Tribune impériale pour son émission dédiée à l’empereur et à l’étoile noire. Ils l’avaient convié par politesse envers leurs fils pour ne pas le laisser seul mais ils n’aimaient pas cette amitié avec ce garçon sans envergure pour eux mais s’y résignaient. Les deux jeunes-hommes se connaissent depuis le temps où leurs parents étaient voisins, avant que les uns ne s’enrichissent et les autres s’appauvrissent mais leur relation n’avait elle pas changer malgré les différences.
-Qu’est ce que tu en pense? commença Voran après la présentation de la statue de Helan Eckard puis la brève allocution et l’envol de l’Empereur.
-Rien! répondit Bost.
-Comment ça?
-Je m’en fiche. Tu sais que je ne suis pas un fanatique de l’empereur. Et la statue, c’est un peu trop kitch. Même pour moi.
-On ne dirait pas que tu est le fils de ton père.Bost eut un petit rire
-C’est de plus en plus vrai. Il croit vraiment tous ce que raconte la propagande.
-Et toi, tu commence à devenir rebelle, le taquina-t-il comme à chaque fois que ce style de conversation avait lieu.
-Ca aussi ça m’aurait fait rire avant mais plus maintenant.
-Pourquoi?

-Parce que c’est peut-être vrai, dit-il après une hésitation
Là Voran n’avait rien à dire. Entendre que le fils d’un bourgeois adorant l’empereur doute de sa foi envers le souverain avait de quoi rendre bouche bée.
-Ne t’inquiète pas je ne vais pas prendre les armes. Ce n’est pas mon genre.
-Ca ce serait plutôt moi, se dit le criminel.
-Et avec la destruction annoncée de l’alliance je ne risque pas de me révolter de sitôt, avoua-t-il avec un air déçu.
-C’est sur!
-Mais j’ai prévu quelque chose qu’en même.
-Vas-y raconte.
-J’ai fait subtilisé à la société de mon père quelques belles fusées pour illuminer le ciel au cas où l’occasion se présente.
-Un feu d’artifice? Et quelle occasion?

-Je l’allumerais lors de la prochaine victoire décisive de la Rébellion: ce soir elle détruit l’étoile noire et par conséquent l’Empereur avec.Voran explosa de rire.
-Détruire l’empereur!! Rien que ça, non mais du rigole là. Faut que t’arrête de rêver un peu.
Mais Bost était rester tout ce qu’il y a de plus sérieux. Et il y croyait vraiment. Que ce soit ce jour ou un autre Palpatine mourra, et pas de vieillesse. C’est inévitable. Cela fait déjà plus de vingt ans qu’il opprime et assassine des millions d’êtres pour sa gloire et au nom d’une pseudo-supériorité de la race humaine. Rien que le fait que ce vieux débris en fasse partie montre qu’elle n’est en rien supérieure aux autres. Car il en est le pire exemplaire, ce mort-vivant se prend tellement pour un dieu qu‘il a réussi à le faire croire à ses laquais de l’armée et surtout à ses imbéciles de stormtroopers qui ne « vivent » que pour lui. Car est-ce bien une vie que d’être si aveuglement serviteur de quelqu’un d’autre? Est-ce bien utile de mourir pour lui, cet homme si infecte?
-D'un autre coté, je ne pense pas que Palpatine puisse détruire toute la rébellion d’un seul coup comme il le prétend. Si les rebelles attaquent encore l’étoile noire ils seront exterminés, ça c’est sur. Mais j’espère pour eux qu’ils ne seront pas assez fous pour y envoyer toute leur flotte.
-Tu espère pour eux maintenant?
-Non! Surtout pas, non. Je dis ça comme ça.
-Allez! Avoue-le que tu a de la sympathie pour eux.

-Non, non, pas du tout…
Ce n’est pas la sympathie mais le sens des affaires qui parlait:la rébellion avait crée des divergences idéologiques parmi les hommes de pouvoir. Et quand ils ont un compte en banque avec six chiffres voire plus on préfère ne pas leurs laisser pas le temps de quitter Coruscant pour soutenir l’autre camp. Abattre un être puissant n’est jamais chose facile c’est pourquoi les primes sont toujours substantiels quelque soit le commanditaire. Chaque victoire de l’Alliance avait rapportée gros à Voran notamment après Yavin IV.
-Tu m’accompagnerais?
-Quoi? Où ça?
-A mon feu d’artifice.
-On verra. Puis il changea de sujet :La réception va durer jusqu'à quand ?
-L’Empereur a promis de nous montrer la victoire en direct alors mon père a décidé d’emmener les invités jusqu’au bout de la nuit s’il le faut pour ne pas rater ça.
-On va boire un verre en attendant?
-Volontiers!

Les huit heures suivantes passèrent lentement pour ces deux jeunes-gens. Bost dût aller parler de ses études avec des amis de sa mère et Voran tentât de séduire une belle héritière mais se prit le plus beau «râteau» de sa vie.

-Ca y est ça commence!! beuglât un invité imbibé en désignant l’holo-écran
géant de la plaza impériale qui venait de lancer la retransmission en direct de la victoire annoncée de l’empire. Une clameur dans la foule salua la fin de la longue attente.

Quelques parasites puis Voran et Bost purent distinguer l’ébène de la station spatiale troublé par les flash des explosions des vaisseaux, petits et grands, qui se détruisaient. Puis se fut tout l’espace qui brillât d’un éclair si intense que les yeux des cinq cent mille personnes se fermèrent tous en même temps .Pour ensuite se rouvrir et voir le néant. Il n’y avait plus que l’espace froid. L’étoile Noire avait disparu. La flotte impériale avait disparu. Et surtout … l’Empereur avait disparut. L’Empereur est mort !!?!?

A la réception c’était le choc :
-Non! C’est impossible! S’exclamèrent certains.
-Comment ont-ils fait? se lamentèrent d’autres.
-La galaxie est perdue. Sans l’Empereur ça sera le chaos
-Au contraire! C’est le retour de la Liberté !! Bost n’avait pas su retenir sa joie.
Il allait se lancer dans un plaidoyer contre l’empire mais son père avait déjà réagit en lui envoyant une énorme claque pour que personne ne l’entende :
-Est-tu devenu fou ? lui demanda-t-il d’une voie affreusement froide.
Avec son père Bost savait que les réponses devaient être courtes :
-Non, père.
-Si! Tu est fou. Il n’y a qu’un cinglé pour se réjouir de se qui vient de se passer.
-Alors je suis heureux de ne pas être seul.
-Quoi?

Bost lui montra la foule en délire :elle hurlait son bonheur et le rassemblement tourna à l’émeute. Les stormtroopers étaient mis à terre et piétiné. Ils répliquaient par le feu des armes massacrant autant les fous de joie que les fous de haine.
-C’est vous le fou, père, l’empire va s’effondrer et la Rébellion vaincra!!
-JAMAIS!!
hurla-t-il en lui attrapant la gorge et serrer tant qu’il pourrait.
Voran n’hésita pas une seconde et lui saisit les bras pour le forcer à lâcher prise. Une torsion des poignets et Bost put de nouveau respirer.
-Lâche-moi, vermine!!! Le coup de tête qui suivit produisit le bruit sec et caractéristique du nez fracassé. Le jeune-homme se retrouva au sol, du sang sur le visage. Le fils ne pouvait se résoudre à frapper son père alors il aida son ami à se relever.
-Depuis le temps que vous en rêviez, vous devez être fier de vous maintenant…-Serait-tu en train de me faire la leçon?
-Non, père. Vous êtes trop vieux pour apprendre quoi que ce soit. Bost avait toujours rêver de dire ça. Et il savait que, dorénavant, il ne parlerait plus jamais à son père. Il assuma et commença à marcher vers la sortie, la tête haute, sans honte, sans regret, sans peur.
-C’est ça, va-t-en et ne t’avise pas de revenir. Je n’ai plus de fils. Tu m’entends ? Tu n’es plus rien!!
Tout ça Bost le savait déjà. Il ne comptait pas faire marche arrière. Chaque pas l’éloignait un peu plus de la vie qu’il était en train de quitter. Et à chaque pas il était plus heureux. Il se fichait des conséquences, il se fichait que sa vie soit briser, d’être à la rue, de ne plus avoir de famille. Il était enfin libre, tout simplement. S’en est fini de l’empereur et de l’empire.
Il fallait fêter cette victoire. Il passa la porte, scellant son destin.

Voran venait de le rattraper lorsqu’il montait dans son speeder. C’était son père qui l’avait acheter évidemment mais il s’en débarrasserait plus tard. Il y avait plus important à faire.
-Est-ce qu’au moins tu te rend compte de ce que tu viens de faire?
-J’en suis parfaitement conscient. Tu montes?
-Où va-t-on?
-As-tu déjà oublié?
-Ton feu d’artifice?

Il prit cinq secondes pour réfléchir. Il n’était pas le genre à ne pas faire de bêtise. Mais, contrairement à Bost, il n’était pas sur que celle-ci plaise à tout le monde sur Coruscant. L’Empereur a de nombreux agents zélés a son service. Il avait. Car il est mort. Voran n’avait pas encore assimilé l’information. Et il ne savait pas si c’était une bonne chose pour lui. Il est chasseur de primes. Quelque soit celui qui gouverne il sera toujours dans l’illégalité. Alors Empire ou République, ça ne changera rien pour lui. Bost alluma le moteur. Ca sera dangereux. Raison de plus pour ne pas laisser son ami y allait seul. Et il monta à bord du véhicule. Celui-ci démarra en trombe et descendit vers la surface de Coruscant.
-Soulève le tapis sous tes pieds.
Voran s’exécuta en fronçant les sourcils et découvrit le coffret dissimulé.
-Ouvre. Et ne crie au scandale, je ne compte pas m’en servir. C’est juste une sécurité.
-Au moins, tu es prévoyant et conscient des risques
, faillit répondre son ami en découvrant les deux blasters. Il se contenta de simuler une moue apeurée et de ne rien dire.
Quelque minute plus tard ils arrivèrent devant un hangar désaffecté d’une ancienne zone commerciale. Ils entrèrent, laissant le véhicule dans un coin sombre. Bost marchait en premier dans le noir et s’approcha de l’antique interrupteur manuel. Il l’actionna et l’immense pièce s’illumina.
-Wahou !! Voran avait les yeux écarquillés. Ce n’était pas ce qu’il voyait qui était impressionnant mais leurs nombre : des milliers de fusées reposait là patiemment, parfaitement alignées sur les centaines de mètres de l’hypermarché abandonné et prête au décollage. Soudain elles se mirent à clignoter, les myriades de voyants passèrent au vert pour marquer la mise à feu imminente. Un bruit sourd attira son regard vers le plafond qui s’ouvrait au-dessus de lui pour lui montrer le ciel de la capitale. Puis il se retourna pour voir son ami lui sourire de toutes ses dents.
-Epatant, non? Par contre je ne comprends pas qu’on puisse laisser un tel endroit vide ni qu’on n’ait jamais rien construit au-dessus. La bêtise humaine sans doute. Allez viens plutôt par ici.
N’étant pas encore remis du choc, Voran ne sut que hocher la tête et le suivi dehors. Bost tenait le datapad qui avait envoyé le message aux fusées de se mettre en route. Il n’avait plus qu’une commande à entrer pour qu’elles s’envolent. Ils reprirent le speeder et s’éloignèrent pour eux aussi profiter du spectacle. La fierté se lisait dans les yeux de celui qui l’avait préparé. Ce n’était pas une mince affaire et ça lui avait pris pas mal de temps mais ça valait le coup pour tout ce en quoi il croyait. La larme à l’œil il se tourna une dernière fois vers son ami d’enfance.
-Vas-y. lui dit-il. Alors il cria à l’attention de toute la planète :
-VIVE LA REBELLION!!! Et il appuya sur la commande.
Le ciel de Coruscant brilla de dix mille feux, éclairant les places et les buildings à des kilomètres à la ronde. Des millions de voix saluèrent ce geste par des cris de joies pendant que des millions d’autres se figèrent incrédules devant l’affront fait à leurs Empire bien-aimé. Et dans son bureau des renseignements, Isanne Izard donna l’ordre qu’on lui amène le traître qui avait osé fêter la mort de l’Empereur.
Vingt minutes plus tard le calme était revenu et Bost fut le plus heureux des hommes. Il entendit qu’on lui demandait ce qu’il allait faire maintenant. Son bonheur s’écroula avant de pouvoir répondre : il vit au loin des motojets fonçaient en leurs direction .Il se sentit attirer en arrière par Voran qui avait déjà réagi. Ce dernier le jeta vers le speeder mais décida qu’il était plus à même de leur sauver la peau. Faisant rugir le moteur, il les fit descendre encore plus bas dans les étages de la ville. Il connaissait mieux la configuration de ses profondeurs mais les impériaux étaient beaucoup plus rapides et gagnaient du terrain. Bost étaient accroché à son siège tout étonné des manœuvres que son speeder pouvait faire dans des mains expertes.
-Mais tire leur dessus au moins !! lui hurla le conducteur.
-Je ne suis pas un assassin!
-Et bien eux oui. Et de toute façon tu n’as aucune chance de les toucher mais ça les occupera.

Bost se résigna à prendre les armes et tira sur les poursuivants. Il n’en toucha aucun mais ils rompirent la formation.
- Restes vigilant. Ils vont revenir et nous encercler.
-D’où sais-tu tout ça, toi?
-C’est pas le mome….
Voran ne put finir sa phrase car une volée de lasers atteignit l’arrière du speeder qui partit dans une interminable vrille. Heureusement il était à l’endroit lorsqu’il toucha le sol. Il se traina sur une centaine de mètre avant de s’immobiliser. Les occupants ne durent la vie qu’aux nombreuses sécurités dernier cri du véhicule. Mais ils étaient toujours en danger. Ils se précipitèrent dehors et s’engouffrèrent dans la première ruelle venue. Ils tombèrent sur un entrepôt abandonné. Toute la zone paraissait abandonnée de toute façon. Les fusils-blasters des commandos ouvrirent le feu autour d’eux mais les manquèrent de peu. Les fuyards se rendirent alors compte que l’entrepôt n’était en fait qu’un grand garage et qu’il n’y avait qu’une seule entrée. Ils étaient pris au piège et comprirent que la mort allait venir les chercher.
-Et maintenant ? demanda un Bost hors d’haleine.
-Tu as le choix : soit tu meurt au combat comme l’homme libre que tu désirait être, soit tu te rends et tu sera fusillé comme un traître.

Voran avait l'air d'avoir déjà fait son choix alors que la seule chose qui lui
trottait dans la tête était : Mais qu'est-ce que je fout ici ? Moi, chasseur de
prime, n'ayant toujours vu dans la guerre civile qu'une source de revenu, voila
que je me retrouve à combattre l'Empire avec un ancien fils de bourgeois
idéaliste. Impossible. Et pourtant c'est vrai. Depuis toutes ces années, j'ai
toujours tout calculé pour prendre le minimum de risques pour atteindre ma cible. C'est pour ça que je n'attaque jamais frontalement et que la finesse est mon leitmotiv. Et là, je suis acculé dans un couloir sordide et fait comme un rat. C'est contraire à tous mes principes et pourtant c'est ce qui se passe. Comment puis-je m'en sortir? Je pourrais...et si je l'assommais pour ensuite le livrer aux impériaux. Ils diront que qu'ils m'ont vu avec lui. Je répondrais que j'ai eu un moment de faiblesse dû à la mort de notre bien-aimé souverain mais je me suis ensuite rendu compte de mon erreur. Ils m'accorderont le bénéfice du doute et je serai récompensé pour ma loyauté !

Puis Voran regarda son ami en levant son blaster.
Mais qu'est-ce que je raconte? Pourquoi l'ai-je suivi? Pourquoi ai-je pris ces risques farfelus? Parce que c'est mon ami d'enfance, la seule personne à qui j'aurais pu avouer ma vrai vie, si j'en avais eu le courage. Parce qu'il en faut pour révéler à quelqu'un qu'on lui a menti pendant si longtemps, surtout pour un mensonge comme celui-là. Et tu crois que vas le frapper et l'envoyer comme ca à la mort comme une de tes vulgaires victimes? Non je ne peux pas.
A ce moment il entendit les véhicules impériaux atterrir.
-Alors il va falloir mourir.
Soudain il ressentit dans son dos la brulure spécifique d'un tir de blaster et
s'écroula face contre terre.
Mais c'est impossible, il n'y a que Bost derrière moi!
Ce-dernier le saisi par les épaules et le retourna.
-Excuse-moi mon ami.
Puis il le traina dans le fond du couloir où il avait vu une caisse de congélation carbonique.
-Ne t'inquiète pas, le blaster était en mode paralysant et au minimum. Ca expliquait pourquoi il ne pouvait plus bouger sans être tomber dans l'inconscience. Je vais te congeler pour quelque heure. J'ai appris à me servir de ça dans une des usines de mon père. La décongélation est programmée et tu te réveillera comme si de rien n'était.
Voran avait envie de crier : Mais qu'est-ce qui te prend tu es devenu fou ou quoi ? Mais il ne pouvait rien faire évidemment et chercha à comprendre.
-Je vais tout de même t'expliquer pourquoi je te fais ça. Comme tu l'a dit, je n'ai plus que le droit de choisir comment je vais mourir : ce sera en combattant. Mais il n'y a aucune raison pour que ca vaille pour toi aussi. Tout ca, c'est de ma faute avec mes idéaux et mon feu d'artifice. Où est-ce que j'ai bien pu la trouver cette fichue idée? Mais il est hors de question que tu meurt à cause de moi. C'est pour ça que je le fais. Les soldats ne viendront pas te chercher içi. J'en suis sûr. Il le sera dans ses bras et lui pris son blaster.
-Adieu mon ami. Et il claqua la porte de la caisse en réprimant un sanglot.
Voran voulait crier, hurlait de ne pas faire ça, que tout était faux, qu'il préférait mourir avec lui. Puis il fut recouvert de glace.
Bost tenait fermement les deux blasters, déterminé à mourir au combat, à mourir en homme libre, à mourir pour les idées auxquelles il croyait.
Il ouvrit la porte en silence. Les stormtroopers le cherchait mais pas au bonne endroit. Il se faufila discrètement jusqu'à un établi renversé et s'y cacha. Mais il fut repéré et les rayons lasers fusèrent vers lui. Il répliqua, réussit à tuer deux de ses ennemis. Mais il avait affaire à des commandos entrainés et déterminés à le prendre vivant. Des tirs paralysants l'atteignirent et tout fut noir.
Quelques heures plus tard, Bost Hurn sera fusillé sur la plaza impériale devant une foule nombreuse et en direct sur l'Holonet.
Voran Pist se réveilla au bout de deux jours. Considérant avoir une dette envers son ami mort pour le sauver, il décida d'honorer ce sacrifice en rejoignant la Rébellion.
J'étais venu assister à un joli petit déferlement de haine et puis, à mon grand étonnement, ça a tourné au débat constructif.
sirius
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3436
Enregistré le: 22 Fév 2007
 

Messagepar Darkwilliam » Ven 23 Fév 2007 - 17:56   Sujet: 

J'ai lu ton texte mais je crois qu'il mériterait une bonne relecture car il y a trop de fautes (particulièrement des fautes d'accord) qui gachent le plaisir de lire. Il y a aussi un problème au niveau des temps. Le passage du présent au passé et vice versa est parfois assez déroutant. :o

A part ça, l'idée est bonne et le sujet est respecté avec la mort de l'Empereur en toîle de fond. Le tout mériterait donc d'être amélioré afin d'avoir une bonne nouvelle. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 24 Fév 2007 - 16:27   Sujet: 

Messieurs, je vous annonce la fermeture officielle de ce topic! Maintenant, nous allons rentrer dans une seconde phase: l'évaluation par le jury de toutes les nouvelles qui ont été postées ici! Et il y a du boulot! :)

Si cette feignasse de Dodo veut enfin finir sa nouvelle, qu'il se remue rapidement... :P :D

En tout cas, merci à tous pour votre participation! :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 14 Juil 2007 - 10:56   Sujet: 

*bruits de clés*
*bruit d'une immense porte qui s'ouvre lentement*


Mes chers amis! 8)

C'est avec un certain plaisir que je réouvre ce topic pour quelques jours! En effet, Dolarn a enfin fini d'écrire une nouvelle qu'il avait commencé dans le cadre de ce recueil il y a des mois de cela, et il aimerait pouvoir la proposer ici!

Comme la plupart d'entre vous n'étiez pas là à l'époque du début de ce recueil, je pense que Dolarn va vous poster sa nouvelle en entier pour que vous puissiez l'apprécier dans son ensemble. Profitez en, c'est du tout bon! :)

Bref, ce topic va rester ouvert quelques jours et sera ensuite refermé définitivement. Je rappelle en passant que le recueil en cours fermera ses portes dans deux semaines. Merci de votre attention! :wink:

Dodo, c'est à toi, quand tu veux! :D
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Sam 14 Juil 2007 - 13:04   Sujet: 

*kof !* *kof !*

Désolé, c'est la poussière...

Bon alors effectivement, plus d'un an après, je suis heureux de vous présenter mon deuxième texte pour ce recueil dans sa version intégrale.


Épuration


3. Action d'expulser d'une organisation, d'une administration, d'une entreprise, d'une profession, etc., une catégorie d'adhérents ou d'agents jugés indésirables ou indignes ; résultat de cette action.


- Prologue -


Lentement, l’énorme soleil rougeâtre de la planète Sartinaynian terminait sa course par delà l’horizon. Ce n’était pas la première fois que Zeidan Kahn-Hagen admirait ce spectacle magnifique, toutefois, une sensation étrange occupait l’esprit du directeur du Centre Impérial d’Études Biologiques, comme une sorte de mauvais pressentiment. Un frisson lui parcourut l’échine.

- Professeur Kahn-Hagen, tout le monde est prêt.
- Merci Arkus, dites-leur que j’arrive.
- Bien Professeur.

A bientôt soixante-cinq ans, Zeidan Kahn-Hagen n’avait rien perdu de sa stature impressionnante et musculeuse et de son port d’officier impérial. Ses cheveux, blonds et coupés courts, ses yeux d’un bleu glacial, son nez droit, ses lèvres fines et sa mâchoire carrée faisaient de lui l’archétype de l’être martial. Celui que l’Empire imposait dans toutes ses représentations. Celui que le Centre Impérial d’Études Biologiques avait développé dans ses laboratoires secrets.
Le professeur quitta la terrasse de son bureau et pénétra à l’intérieur de celui-ci. Comme à chaque fois, ses yeux se posaient tour à tour sur l’holotableau de sa famille - sa femme, tuée lors de la destruction d’Alderaan, son fils, actuellement dans les régions inexplorées pour perpétuer l’œuvre de son père et, enfin, sa fille qui occupait le poste de gouverneur sur Bestine – sur le buste de l’Empereur puis revenaient à une vision globale de la pièce, sublimée d’un rouge Impérial.
Les interlocuteurs étaient tous assis autour d’une longue table ovale en transparacier aussi réfléchissant qu’un miroir. Ils portaient tous un uniforme impeccable quoique différent pour chacun. Il y avait là Tarkamir Vo’ordnish, Grand Moff du Secteur Braxant, le Grand Amiral Vernan Wiker et une dizaine d’administratifs aux regards inexpressifs et professionnels. Tous se tournèrent vers leur hôte qui franchissait les quelques marches menant à l’extérieur du bureau mais leurs yeux se portèrent instinctivement sur l’holoécran lorsque celui-ci s’éclaira du logo de la Tribune Impériale annonçant un flash spécial.

Quinze longues minutes s’écoulèrent avant que qui que ce soit ne bouge. Quinze minutes d’un silence morbide. Quinze minutes de rage et de désespoir. Quinze minutes de souffrance. Sous les regards subjugués des treize dignitaires, le fleuron de la flotte impériale, l’Étoile de la Mort avait implosé, comme soufflée par une puissance invisible. Puis la communication s’était interrompue, sans doute l’émetteur avait-il été endommagé. Des rumeurs faisaient déjà état de scènes de liesse sur Coruscant et d’autres planètes.
Pourtant, sur Sartinaynian, trois hommes se repassaient les images mentalement et voyaient leurs vies défiler.


Chapitre I

- Tarkamir Vo’ordnish -


Son uniforme noir était impeccable, aucun pli, aucun fil, aucune tâche. Il s’était permis le noir pour se démarquer des autres Grands Moffs. Tarkamir Vo’ordnish était un homme strict, aussi droit que la justice, aussi rigoureux que la Marine et aussi impassible que le duracier des destroyers stellaires. La cinquantaine approchante, il était un des plus jeunes Grands Officiers de l’Empire, et il le devait à ses nombreuses campagnes de séductions auprès de l’Empereur à grands renforts de répressions sanglantes, d’arrestations massives et autres pratiques du même acabit. Dissimulant sa calvitie naissante sous sa casquette d’officier, Vo’ordnish avait observé la déroute de la flotte impériale sur Endor avec dépit et satisfaction à la fois. Dépit de constater la chute aussi soudaine de Sa Majesté mais satisfaction de voir que le trône était à présent libre.
De ses yeux plissés, il dévisagea les gens autours de lui et constata que Wiker serrait les poings jusqu’au sang, que Kahn-Hagen affichait encore son rictus malicieux et que les dix autres transpiraient à grosses gouttes. Lui, restait immobile, serein, presque en retrait. Il envisagea mille et une possibilités afin de s’emparer du trône : s’allier aux officiers survivants d’Endor, lancer une contre-offensive immédiate, rappeler les Grands Officiers en charge des projets top secrets. Non. Il avait choisi une solution beaucoup plus facile, partir directement vers Coruscant et revendiquer le titre une fois sur place. Il en avait le cran, il en avait les moyens, il ne lui restait plus qu’à quitter cette réunion.

Comme il allait se lever, il aperçut le professeur Kahn-Hagen porter la main à son communicateur auriculaire, murmurer quelques mots qu’il ne parvint à saisir puis toiser la salle d’un de ces regards autoritaires dont le Professeur avait le secret. Instinctivement, Vo’ordnish se rassit, certain qu’il allait se passer ou se dire quelque chose d’important. Des dizaines d’idées vinrent alors entrer en collision dans l’esprit du Moff du secteur Braxant : Kahn-Hagen aurait-il eu la même idée ? L’Empereur ne serait-il pas mort ? Coruscant serait-elle déjà à feu et à sang ? Pour la première fois depuis des années, Tarkamir Vo’ordnish ressentit de l’inquiétude. Ou plutôt de la déception. Celle de ne pas avoir été assez prompt à réagir lorsqu’il vit l’Étoile de la Mort disparaître dans une gerbe de flammes et de débris. Celle de ne pas être à l’heure actuelle loin d’ici, loin de ce rassemblement, de ce que l’Empire ne comptait plus comme dirigeants naturels.
Mais il ne l’avait pas fait. Il n’était pas parti. En avait-il vraiment eu envie, au regard du cataclysme qui venait de se produire au dessus d’Endor ? Réajustant, presque de manière naturelle, son col, il imaginait les issues possibles d’un impérial, haut gradé de surcroît, à l’extérieur des frontières de l’espace maîtrisé. La fuite, la prison ou pire, la mort. La galaxie ne s’était guère montrée favorable au régime totalitaire de Palpatine, nul doute qu’elle ne verrait dans la mort de l’Empereur qu’une occasion magistrale de renverser son œuvre. Vo’ordnish détendit les doigts de sa main droite, faisant craquer le cuir de ses gants. Se rendant compte de son geste, il se ravisa de faire de même avec sa main gauche, ne désirant pas trahir son anxiété naissante.

Du coin de l’œil, il aperçut Vernan Wiker esquisser un mouvement d’impatience. Heureux de couper court au pesant silence qui régnait dans la pièce, il interpella le marin.

- Amiral Wiker, quelque chose vous préoccupe ?


Chapitre II

- Vernan Wiker -


Il portait sur son visage le poids des années de service dans la Marine Impériale. Son uniforme d’un blanc immaculé était uniquement rehaussé d’épaulettes dorées et d’une plaque de grade indiquant son rang. Le Grand Amiral Vernan Wiker respirait la sympathie et la confiance. Contrairement aux autres officiers de son degré, et même quelques subalternes, il n’avait pas cet air hautain qui insupportait tant la quasi-totalité de l’Armée Impériale. Personnage intègre et sans fioriture, il ne cédait que rarement au cérémonial des médailles et autres artifices. Il était grand amiral, impérial et c’était là tout ce qui lui importait. Distingué du Mérite du Génie Militaire – il était un des deux seuls grands amiraux à l’être – il n’arborait pas plus sa distinction qu’il ne portait gants et casquette d’officier. Vernan Wiker était admiré par ses hommes pour sa loyauté et sa simplicité, deux valeurs qui selon lui, étaient en voie de disparition au sein des Armées.
Il avait fait ses classes à l’Académie Militaire Républicaine sur Coruscant et n’avait depuis jamais cessé de servir la Marine. Son amitié avec le Professeur Kahn-Hagen remontait à plus de vingt ans, lorsque Wiker servait comme Capitaine à bord de l’Éradication, le croiseur Venator commandé alors par l’Amiral Kahn-Hagen. Depuis cette période, les deux hommes, même s’ils avaient choisis des voies différentes, entretenaient des rapports très fréquents, presque fraternels. Aussi, lorsque l’ancien capitaine vit son ancien supérieur marquer un temps d’arrêt avant de sourire devant le spectacle offert par la destruction de l’Étoile de la Mort, il comprit que l’Empire n’avait pas chuté. Il comprit qu’il y avait encore un espoir. Il comprit qu’on aurait encore besoin de lui.

Toutefois, avant d’être rassuré par ce rictus de Kahn-Hagen qu’il connaissait si bien, Vernan Wiker, grand amiral de l’Empire Galactique, avait ressenti un profond émoi. Lorsqu’il ne vit pas l’Executor, lorsqu’il aperçu la flotte rebelle s’éloigner, lorsqu’il fut ébloui par l’explosion de la station orbitale, il avait senti la colère monter en lui. Cependant, Vernan Wiker était un homme sage et il contint cette rage intérieure en serrant les poings. Il pressa si fort qu’un mince filet de sang s’écoula de sa main droite sans qu’il ne s’en rende compte. Les yeux rivés sur l’écran, il ne les détourna qu’au bout de plusieurs secondes pour constater que son ami affichait un air complice, que le Grand Moff Vo’ordnish était comme toujours impassible et que les membres de l’administration étaient proches de l’arrêt cardiaque.
La situation était exceptionnelle. Jamais l’Empire ne s’était retrouvé dans une position aussi inconfortable et Wiker le savait tout comme il devinait que les Conseillers ne tarderaient pas à s’arracher le trône comme des charognards sur une carcasse encore fraîche. Le Grand Amiral n’avait jamais aimé les Conseillers, pas plus que les Moffs et autres administrateurs, qu’il considérait comme corrompus par la soif de pouvoir qu’offraient les ombres de l’Empereur. Sa foi était en la Marine, seule épaule digne de confiance sur laquelle se reposer dans de tel cas. Seulement, depuis la dissolution du Sénat et les Mesures Tarkin adoptées il y a quelques années, les Flottes s’étaient retrouvées sous la volonté des Moffs, condition intolérable pour Wiker.

Vernan Wiker n’arrivait plus à supporter l’attitude du Moff Vo’ordnish. Toute cette suffisance l’insultait dans son cœur de marin et dans son âme d’impérial. Las, il se passa nerveusement la main dans les cheveux, ce qui ne manqua pas d’attirer l’attention de Vo’ordnish.

- Amiral Wiker, quelque chose vous préoccupe ?
- Je n’aime pas votre attitude, Vo’ordnish.
- Voyez-vous cela ? Vous préfèreriez que je sois submergé par la peur ? Allons Amiral, la sérénité doit nous habiter en ces heures sombres.
- La sérénité ? Les vingt-cinq dernières années viennent d’être balayées dans le feu et le sang et vous nous demandez de rester sereins ?
- N’ayez crainte je vous dis, je suis certain que je…que nous pourrons nous relever et montrer à ces rebelles que l’Empire n’est pas mort.
- Imbécile ! Vous ne voyez donc pas ? L’Empereur est mort, Coruscant est en pleine révolte et pire que tout, nos flottes se sont dispersées. Tout est fini. Tout est fini à cause de gens comme vous qui soumettent la Loi à leurs désirs personnels.

Wiker se souvint du rictus rassurant de son ami le Professeur mais, emporté par ses griefs contre les administrateurs, il avait oublié ce détail. Il se ravisa donc de poursuivre ce défaitisme qu’il ne se connaissait pas.

- Je vous conseille d’employer un autre ton avec moi Wiker ! Vous ne seriez certainement pas à votre poste si des gens comme moi ne vous y avez pas aidé !
- Non c’est vous qui allez m’écouter Vo’ordnish, ce sont mes hommes qui risquent chaque jour leurs vies pour protéger votre cul ! Ayez un peu plus de respect pour ceux qui ont donné leurs vies pour votre misérable tête.
- C’en est trop, cette réunion est devenue le tribunal de votre vindicte contre notre administration. Il est hors de question que je reste une seconde de plus ici !

Le Grand Moff Vo’ordnish se leva en faisant tomber son siège de colère puis se dirigea vers la sortie de la pièce. Arrivé à quelques centimètres de la porte, deux gardes royaux, vêtus de leurs tenues écarlates traditionnelles bloquèrent le chemin du Moff. Celui-ci se retourna, regardant d’un air de surprise teinté de rage les hommes qui avaient assisté à la scène.

- Qu’est-ce que cela signifie ?

Le Professeur Kahn-Hagen, silencieux jusque là, s’avança auprès de Tarkamir Vo’ordnish et se pencha près de son oreille.

- Je vous conseille vivement de regagner votre place, Grand Moff, murmura-t-il d’un ton des plus autoritaires.


Chapitre III

- Zeidan Kahn-Hagen –

Le directeur Kahn-Hagen venait de contempler avec stupéfaction la chute de l’Empire. Retranché dans son paradis de permabéton, celui qui avait été parmi les premiers fidèles du régime imposé par l’Empereur Palpatine s’était soudain senti comme happé par un sentiment de frustration et de haine comme jamais auparavant. Il savait la rébellion coriace et entêtée mais il était encore plus certain de la puissance de l’Empire et de sa machine de guerre. Tout avait été prévu dans les moindres détails, le regroupement de l’Alliance en orbite de Sullust, le leurre du bouclier de protection de l’Etoile de la Mort, la démonstration finale de l’efficacité de la station orbitale. Rien de tout cela n’avait empêché le pire d’arriver.
Calmement, le Professeur Kahn-Hagen essayait d’apaiser son esprit, d’y chasser ces images de débâcle et de retrouver le port digne qui avait fait de lui l’un des meilleurs éléments de l’administration impériale. Il savait pertinemment que l’appareil politique ne tarderait pas à se mettre en branle et, ce faisant, ne laisserait plus aucune liberté d’action aux divers gouverneurs de secteurs. Il existait des mesures d’urgence en cas de disparition de l’Empereur édictées par l’ancien dirigeant lui-même en présence d’un cercle restreint de fidèles et d’amis. Zeidan Kahn-Hagen en faisait partie. Ces consignes, regroupées sous le terme de Protocole de Wayland, avaient pour but d’éliminer tous les éléments gênant de l’exécutif impérial tout en préparant le retour de l’Empereur. La première phase de ce système avait été dénommé « Épuration » et, comme son nom l’indiquait, elle exigeait la dissolution de toute organisation administrative secondaire et la disparition pure et simple de tout officier ou agent superflu en vue de la réalisation de la deuxième phase.
Zeidan Kahn-Hagen savait pertinemment que la destruction de l’étoile de la mort et la disparition de l’Empereur, si elles étaient infiniment peu envisageables, avaient été tout de même prises en comptes dans certains schémas de développement impériaux. Bien entendu, le nombre de personnes au courant de ces perspectives était plus que restreint et au moins la moitié d’entre elles venait de périr dans l’explosion de la station orbitale de combat. Toutefois, comme il s’y attendait, le Professeur reçu un appel sur son comlink.

- Professeur Kahn-Hagen, la phase une du Protocole de Wayland est activée. Prenez les mesures nécessaires, annonça une voix monocorde.
- Phase « Épuration » activée, comptez sur moi, répondit le directeur à voix basse.

Ravi à l’idée de remettre la machine impériale en route, Zeidan Kahn-Hagen ne put retenir un rictus de satisfaction tout en observant les réactions de ses invités réunis autour de la table. Ses années d’expériences aussi bien dans la Marine qu’au sein du Corps Médical Impérial lui avaient appris à percer l’esprit de toute personne uniquement en scrutant attentivement ses réactions. Il ne s’agissait pas de la pseudo science du comportementalisme, si facile à tromper, mais bel et bien d’un entraînement à l’étude des réactions humaines, de leur incidence sur le métabolisme, des connexions neuronales en pleine effervescence en ces instants là. C’est un peu comme si le Professeur pouvait voir à travers les cellules et les nerfs de tout le monde. Il savait de quoi était fait l’humain et pouvait décrire avec précision les conséquences de chaque réaction psychique à l’intérieur ou à l’extérieur du corps. Cette faculté qu’il avait développé grâce à ses nombreuses années d’études et d’expériences, Zeidan Kahn-Hagen en mesurait l’efficacité en ce moment même. Nul besoin de questionner qui que ce soit autour de la table, il savait que son ami Vernan Wiker se reposait sur lui, que le Grand Moff Vo’ordnish fomentait mille complots pour récupérer le trône et que la dizaine d’administratifs seraient prêts à vendre leurs âmes à la rébellion si ils le pouvaient.
Il savait tout cela. Il savait également que par sa seule autorité, il pouvait faire arrêter la moitié de l’Empire et exécuter l’autre moitié. Cependant, en cet instant précis, tout ceci ne l’intéressait guère. Il allait donner la première impulsion au nouveau souffle impérial, il allait devenir le second père du régime de Palpatine.
Aussi, lorsque Tarkamir Vo’ordnish s’en prit à Vernan Wiker, le Professeur demeura silencieux, écoutant les inepties du Grand Moff qui ne désirait qu’une chose, rejoindre un lieu plus sûr pour assurer sa soif de régner sur les ruines encore fumantes de l’Empire. Mais lorsque ce dernier voulu quitter la pièce, Kahn-Hagen d’un signe de la tête, fit signe aux gardes royaux de bloquer le passage.

- Qu’est ce que cela signifie ? demanda le Grand Moff d’un air indigné.

Le Professeur s’avança alors auprès de Tarkamir Vo’ordnish et se pencha près de son oreille.

- Je vous conseille vivement de regagner votre place, Grand Moff, murmura-t-il d’un ton des plus autoritaires.
- Mais…
- Immédiatement, coupa le Professeur, glacial.
- Vous ne vous en tirerez pas comme cela, Kahn-Hagen ! Vous ne savez pas à qui vous parlez ! clama Vo’ordnish tout en regagnant son siège, contrit.

Après un geste d’acquiescement adressé aux gardes, Zeidan Kahn-Hagen revint se positionner derrière son siège, faisant face à l’assemblée. Durant quelques secondes, il étudia les visages de ses invités et, si son ami Vernan Wiker n’avait pas changé d’attitude, il constata que la masse d’administratifs n’en menait pas large face à cette débauche d’autorité. Il s’autorisa un léger sourire satisfait avant de reprendre la parole.

- Messieurs, comme vous venez de le constater péniblement, Son Altesse l’Empereur a été emporté par la destruction de la station orbitale de combat Étoile de la Mort. Les premiers rapports indiquent que la plupart de la flotte impériale a réussi à sauter dans l’hyperespace et se retrouve à présent disséminée aux confins de la galaxie. Hélas, nous déplorons également la perte du vaisseau amiral Executor ainsi que de la totalité de son équipage. C’est une perte immense pour l’Empire mais qui ne saurait retenir notre désir de vengeance.
- Se venger ? Avec quoi ? Vous l’avez dit vous-même, nos forces armées sont dispersées, Coruscant est révoltée et nous sommes parmi les derniers cadres de la hiérarchie du régime, questionna Vo’ordnish.
- C’est là que réside justement la solution. Les rebelles ne s’attendront jamais à ce que nous nous reformions aussi rapidement.
- Mais…tenta Wiker.
- Son Altesse l’Empereur avait, aussi surprenant que cela paraisse, prévu sa disparition et à laisser des consignes très précises afin de rebâtir au plus vite des institutions stables.
- Avec les différents gouverneurs à travers la galaxie ? Nous arriverons tôt ou tard à une lutte de seigneurs de guerre ! intervint Wiker.
- C’est là qu’entre en action les mesures préalables initiées par Son Altesse l’Empereur ! Celles-ci devaient rester secrètes mais puisque l’heure est venue de les appliquer, je vais vous dire en quoi elles consistent.
- Parfait ! s’exclama Tarkamir Vo’ordnish.
- Ces consignes ont été regroupées sous le nom de code « Protocole de Wayland », elles consistent en une cure des institutions impériales et de ses agents obsolètes ou jugés inefficaces. Son Altesse savait que s’il venait à disparaître, les luttes intestines, elles, ne tarderaient pas à poindre et c’est dans le but d’éviter ce délitement des forces impériales que ces normes ont été édictées. Le Protocole de Wayland est divisé en trois phases distinctes : la première, baptisée « Épuration » consiste en une purge des agents. La deuxième, « Réhabilitation » doit donner un cadre nouveau aux institutions impériales et enfin « Justification » servira à assurer la bonne intelligence entre tous les services dans le but de ne pas faire les mêmes erreurs que celles qui ont conduit à la situation actuelle.
- Vous êtes en train de nous dire que l’Empereur avait prévu cette situation ? s’indigna Vo’ordnish.
- Disons qu’il l’avait envisagé sans pour autant la désirer.
- C’est scandaleux ! vociféra le Grand Moff, dont le teint écarlate trahissait la colère.
- Je vous rassure Moff, vous n’aurez pas l’occasion de vous révolter plus longtemps, répondit Kahn-Hagen d’une voix calme et posée.
- Comment…

A cet instant, les deux gardes rouges qui se trouvaient à l’entrée de la pièce s’avancèrent vers le Moff et l’immobilisèrent grâce à des menottes magnétiques. Vernan Wiker qui ne s’attendait pas à cela, eut un mouvement de recul, comme pour parer à toute éventualité. Les administrateurs impériaux, quant à eux, se levèrent comme un seul homme afin de marquer leur désapprobation vis-à-vis de cette arrestation pour le moins soudaine.

- C’est un acte de trahison ! avança l’un deux tout en conservant une distance raisonnable par rapport aux gardes.
- Je suis on ne peux plus d’accord, rétorqua le Professeur, affichant un sourire narquois. Les projets fomentés par le Grand Moff Vo’ordnish à l’égard de la stabilité impériale vont à l’encontre des directives de Son Altesse concernant sa succession.
- C’est vous le traître ! hurla celui qu’on amenait de force hors de la pièce.

Alors que la dizaine d’intendants impériaux se massait pour sortir de la salle, cinq nouveaux gardes royaux entrèrent et les mirent instantanément en joug avec leurs piques de force. Les conseillers se retournèrent vers le Professeur Kahn-Hagen, interloqués. Ce dernier s’était rassis dans son siège, observant la scène avec amusement et délectation, à en croire l’indéfectible sourire qu’il arborait. A ses côtés, le Grand Amiral Wiker restait impassible, comme s’il s’attendait à ce qu’il venait de se passer.
Au dehors, la nuit était maintenant totale et seules les lumières artificielles du bâtiment éclairaient les alentours. Le reste de la ville ne connaissait pas réellement d’agitation nocturne. Pourtant, tout le monde sur Sartinaynian avait dû voir les images atroces de la fin de l’Empire. Tous les habitants de cette planète, parmi les plus fervents fidèles de l’Empereur avaient assisté à la chute de leur régent, à des milliards d’années lumière de là. Impuissante, la population locale savait qu’elle pouvait compter sur les quelques hommes regroupés en ce moment même dans une salle de réunion. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que dans cette salle, l’Empire y connaissait comme un second bouleversement.


-Épilogue-


Au sommet du Palais des Constellations, immense bâtiment de pierre noire aux reflets bleutés, totalement consacré aux services impériaux, deux hommes étaient seuls face à la destiné de tout un régime. Vernan Wiker, Grand Amiral des Flottes de l’Empire et Zeidan Kahn-Hagen, Directeur du Centre Impérial d’Études Biologiques et Conseiller de l’Empereur entre autres titres, observaient le ciel de jais, en ce soir de deuil.

- Le Grand Moff Vo’ordnish a été mis aux arrêt, Professeur.
- Merci de votre collaboration Arkus. Vous pouvez rentrer chez vous.
- Je vous remercie Professeur Kahn-Hagen. Bonne soirée.
- Oui… Bonne soirée.

Le Professeur Zeidan Kahn-Hagen repensait, tout en observant le paysage nocturne qui s’offrait à lui, à son fils, Jens, qui en ce moment même devait être aux confins des mondes inconnus pour y civiliser les peuples et imposer la vision impériale. Il pensait également à sa fille, qui allait certainement connaître les heures les plus douloureuses de sa vie avec son gouvernement sur Bestine puis à sa femme qui, il en était sûr, le regardait depuis la voûte céleste, parmi les innombrables étoiles. Elle lui manquait tellement.


- C’est ainsi que cela se termine alors ? Avec la mort de l’Empereur ? remarqua Wiker à voix haute.
- Le combat n’est pas terminé, d’autres lutteront, répondit Kahn-Hagen.
- Et toi ? Que vas-tu faire maintenant que la tête de l’Empire s’offre à toi ?
- J’ai d’autres projets. Je laisse la direction de l’Empire à ceux qui en auront la compétence et le courage. Je ne suis pas fait pour diriger ce genre de chose.
- Des projets ? questionna le Grand Amiral.
- Oui mon ami. Un de mes contacts sur Rhommamool m’a proposé de l’aider sur la conception de produits chimiques. Ne t’en fais pas, l’Empire n’attend pas après moi.
- Sans toi, l’Empire est perdu ! Tu as été un de ses pères ! Si tu pars, ce sera la guerre interne sans fin, avec des gens comme Vo’ordnish ! s’exclama Vernan Wiker, dépité.
- Il reviendra bientôt, et tout redeviendra comme avant, l’espoir, les victoires, l’ordre.
- Il est mort Zeidan ! Accepte-le !
- Les grands hommes ne meurent jamais Vernan, conclut le Professeur en regardant les étoiles. Jamais.



Voilà ce texte, soumis à la lecture et à l'avis de la "nouvelle" génération d'aficionados de FF :wink:
Raphus cucullatus

- End of line -
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9891
Enregistré le: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar Titi77 » Sam 14 Juil 2007 - 13:50   Sujet: 

Un bon texte il faut le dire, surtout grâce à la multiplicité des points de vue autour d'une même situation.
Et aussi avec les références (Wayland/Les grands hommes ne meurent jamais/ et ... Rhommamool :D) laissez-moi deviner, le contact s'appelle Pedric Cuf, de son vrai nom N.A ? :roll:
Par contre, des noms impossibles à prononcer, un grand amiral finalement sous-exploité (même si il n'avait pas grand chose à faire)
et heu c'est tout il me semble.
Allez Dolarn, une autre !! :lol:
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 15 Juil 2007 - 10:32   Sujet: 

Eh oh, j'aimerai bien un peu plus d'enthousiasme ici! :D

Bon alors, mon Dodo il sait déjà ce que j'en pense de sa FF, mais c'est pas grave, allons-y que je t'en remette une couche! :D

Je résumerai ça rapidement et en quelques mots: style fluide, propre, agréable à lire, pas d'accrochage qui perturbe la lecture. Quant à l'histoire, elle est de bonne facture, intéressante car elle nous plonge dans l'esprit des Impériaux et dévoile en même temps leurs querelles intestines. Bref, une bonne nouvelle qui a sa place dans ce recueil de qualité. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darkwilliam » Mar 17 Juil 2007 - 13:43   Sujet: 

Devant tant d'enthousiasme, je ferme!
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Précédente

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations
cron