[Recueil SWU #2:] La Mort de l'Empereur

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Lowie » Ven 02 Juin 2006 - 17:37   Sujet: 

Tt comme l'Empereur chéri de ses sith ce topic est mort :D :D . Nan il dort pcq Oiki m'a soufflé qu'il avait une autre ff inédite avec ses persos fétiches à proposer pr le recueil : Loin d'Endor c'est le titre.

FF à suivre...

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Oiki Ran » Ven 02 Juin 2006 - 18:11   Sujet: 

Petite rectification sur ce qui vient d'être dit, c'est une ff inédite sans mes persos fétiches...

A bientôt,

Oiki Ran, le Ktâh!!
Ambitious but Rubbish - Jeremy, Hamster and Captain Slow!
Oiki Ran
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 933
Enregistré le: 10 Sep 2004
Localisation: Belgique
 

Messagepar Dark Maul877 » Ven 02 Juin 2006 - 20:45   Sujet: 

Ah, enfin un peu de vie ici et je suis bien content que ça soir Oiki qui ressucite la zone :D

Allez, on attends ça avec impatience :P
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Lowie » Ven 02 Juin 2006 - 22:29   Sujet: 

DM877 j'ai lu en tant que lecteur test le premier bout certainement posté demain par le maître Oiki qui aime srprendre ses lecteurs c'est le moins que l'on puisse dire!

Il es ici question de Rébellion d'un coeur rebelle celui du jeune Tib mais pas de la Rébellion habituelle...

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Oiki Ran » Sam 03 Juin 2006 - 11:53   Sujet: 

Bonjour!!

Voici la 1ère partie de ma nouvelle histoire: Loin d'Endor. C'est différent de ce que j'écris habituellement et j'espère que ça vous touchera (Je n'en dis pas plus).
Le début est léger mais ça ne veut pas dire que toute l'histoire sera ainsi.

Bonne lecture:

Loin d’Endor


Tib regarda Valle son amie d’enfance, et accessoirement la plus belle fille de sa classe dont il était secrètement amoureux depuis 3 ans. Comme presque tous les après-midi, ils se retrouvaient dans la grange située au fond du jardin de la maison des parents de Valle. Habituellement, ils échangeaient leurs rêves et leurs projets, et c’était ce qu’ils avaient commencé à faire lorsque Valle s’était soudainement tue. Elle le regardait bizarrement. Il y avait une étincelle dans ses yeux qu’il n’aurait jamais cru voir à cet endroit. Timidement, il sourit et se rapprocha. Il posa délicatement ses lèvres sur celles de son amie. Elles étaient d’une douceur infinie. Mais, il voulait plus. Il ouvrit la bouche et elle l’imita. Il voulait toujours plus. Il porta ses mains au chemisier de Valle et commença à défaire les boutons…
« Tib ! » Une voix lointaine résonna dans sa tête et interrompit sa vision. « Tib, tu m’écoutes ? »
Le garçon ouvrit brusquement les yeux. Il dut se retenir de pester. Un rêve ! Ce n’était qu’un simple rêve…
« Moui, je t’écoute. » Déclara Tib en essayant de paraître éveillé.
« Ah oui ? Alors qu’est-ce que je viens de dire ? » Lui demanda-t-elle avec ce sourire qui le faisait tant craquer.
Il resta muet à contempler le spectacle.
« Je m’en doutais. Tu t’étais endormi ! » Il baissa la tête et prit un air penaud. « Allez, ce n’est pas grave ! »
Ils se regardèrent tous les deux et éclatèrent de rire. Ils rirent à gorge déployée pendant plus d’une dizaine de minutes.
« Ce que je disais, c’était que je voulais te confier un secret. » Reprit Valle en sèchant ses larmes d’un revers de la main.
Tib sentit son cœur bondir dans sa poitrine. Serait-ce le moment qu’il attendait depuis 3 ans ?
« Vas-y…Je t’écoute…Maintenant. » Bredouilla Tib en tremblant presque.
La jeune fille hésita un instant, puis rassembla son courage et se lança.
« Voilà, je suis Rebelle. »
« Hein ? »
Ce fut tout ce que Tib réussit à dire.
« C’est beaucoup dire. En fait, je ne fais que porter des messages à différents Rebelles. » Ajouta rapidement Valle en se trompant sur la signification de la brève réponse de Tib. « Je te dis ça car j’ai confiance en toi, et puis je dois rencontrer un contact dans une demi-heure. Tu m’accompagnes ? »
« Euh…Bien sûr ! » Répondit Tib en se ressaisissant finalement.
« Parfait. » Déclara Valle en se levant d’un bond. « Viens, c’est dans la forêt derrière les champs. »
Tel un droïde, Tib se leva et suivit son amie. Ils quittèrent la propriété par l’arrière, traversèrent des champs sur lesquels on venait de semer des céréales et atteignirent enfin la forêt où les attendait déjà le contact de Valle. C’était un jeune homme de 22 ans, bien bâti, d’une bonne tête de plus que Tib et avec un sourire éclatant. Tib le détesta tout de suite. Valle le regardait comme jamais elle le regarderait lui : avec une admiration sans bornes. Il s’appelait Rikk et Valle lui transmit une datacarte. Il la remercia puis s’éloigna rapidement. Valle le regarda disparaître entre les arbres. Puis elle se tourna vers lui, Tib avait déjà préparé sa réplique mais elle fut plus rapide.
« Il est mignon, n’est-ce pas ? »
« Si tu le dis. Pour moi, il n’avait rien de spécial. » Lâcha Tib en feignant l’indifférence.
« Moi, je te le dis, c’est un garçon comme cela qui me fera craquer. » Insista Valle alors qu’ils faisaient demi-tour.
Tib resta silencieux mais il avait pris sa décision : il allait devenir un Rebelle.

« Tib…C’est donc ton nom. » Le jeune garçon inclina la tête. « Tu veux donc faire partie de la Rébellion ? »
« Oui, monsieur. » Répondit Tib d’une voix qui se voulait ferme.
Le chef de la Rébellion de la planète, un homme d’un certain age au ventre proéminent et à la moustache épaisse résultant d’années de soins, l’examina en silence pendant de longues minutes.
« Tib…Tu es certain de ta décision ? » Lui demanda le Rebelle en secouant la tête.
« Sûr et certain. » Affirma Tib en soutenant le regard de son interlocuteur.
« Tes parents sont des gens respectables. Tu risques de leur attirer des ennuis. Tu y as pensé ? » Insista le Rebelle en s’approchant un peu de Tib.
Celui-ci hésita quelques secondes avant de reprendre la parole. Il devait montrer qu’il était décidé.
« L’Empire fait régner depuis trop longtemps la terreur sur la galaxie. Il tue et exploite les non-humains. Enfin, il s’est érigé sur le massacre des Jedis. » Récita mécaniquement Tib.
La veille, il avait été chez Valle et lui avait demandé ses raisons pour être entrée au sein de la Rébellion. Il avait sorti un bref résumé de sa conversation avec son amie et il espérait que ce serait suffisant…
« Tu sais Tib, c’est dangereux. » Tenta son interlocuteur en changeant de tactique.
« Je n’ai pas peur. » Mentit Tib en prenant une attitude confiante.
Le Rebelle émit un reniflement dubitatif, puis se leva et lui tendit la main.
« Bienvenue parmi nous. » Annonça-t-il alors que Tib lui serrait la main. « Je vais te présenter à ton groupe. »
« C’est tout ! Je ne dois rien signer ? »
« Nous sommes une organisation illégale. Ca ferait mauvais genre de se faire arrêter par l’Empire simplement parce qu’un simple soldat est tombé sur la liste de tous nos membres. » Expliqua son supérieur en se dirigeant vers la porte de son bureau. « Viens. Suis-moi. »
Ils sortirent du petit bureau, parcoururent un couloir et débouchèrent dans ce qui semblait être la salle d’entraînement au tir et au combat à mains nues des Rebelles. Dans un coin avait été installé un espace pour se restaurer et se reposer.
« Rikk ! » Appela le gros Rebelle interrompant ainsi la séance d’exercice de ses hommes.
Tib sursauta et vit le jeune homme poser un blaster et s’approcher d’eux.
« Tu seras dans le groupe de Rikk. C’est un solide gaillard, et tu seras en sécurité avec lui. »
« Oui Chef ? » S’enquit Rikk en franchissant les derniers mètres les séparant.
« Rikk, je te présente Tib. Il fait maintenant parte de ton groupe. Je te le confie. Occupe-t-en bien. » Dit le Chef qui les quitta après avoir donné une dernière tape sur l’épaule de Tib.
« Suis-moi, je vais faire de toi un Rebelle. » Déclara Rikk en se dirigeant vers la zone d’entraînement au tir.
Tib le suivit avec un enthousiasme retrouvé : plus vite ce sera fait, plus vite Valle se pâmera dans ses bras.

Oiki Ran, le Ktâh!!
Ambitious but Rubbish - Jeremy, Hamster and Captain Slow!
Oiki Ran
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 933
Enregistré le: 10 Sep 2004
Localisation: Belgique
 

Messagepar Dark Maul877 » Sam 03 Juin 2006 - 13:52   Sujet: 

Une nouvelle pour le moins original, le genre n'a pas été très exploité dans ce receuil et elle donne un nouveau soufle à celui-ci.

C'est vrai que le style change par rapport à tes antécédents mais la qualité reste la même, c'est toujours aussi bien.
Je ne peux pas trop juger pour le moment car c'est le début mais je sens que cette nouvelle va être chargée d'émotions :)
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar kamocato007 » Dim 04 Juin 2006 - 9:12   Sujet: 

Le petit bout donné par Oiki pour réveiller un peu le topic est de bonne qualité, même si le style aurait mérité d'être plus étoffé, j'aurai préféré avoir plus de détails sur les persos, tant physiques que sentimentaux. Mais l'histoire promet d'être de bonne facture, en tout cas très loin de tes autres FF, Oiki :wink: Bref j'aime assez, dommage le style manque parfois de fluidité et le tout de détails mais ça se corrige vite, sans doute pour la suite :wink:
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Oiki Ran » Dim 04 Juin 2006 - 12:51   Sujet: 

Merci pour ton avis kamocato!!

Tu as raison c'est différent de ce que je fais d'habitude et donc j'ai eu un peu de mal à commencer. Quant aux descriptions, c'est vrai que j'aurais pu en ajouter mais j'aurais pu aussi raconter cette histoire en 100 pages.
Mais je veux une histoire par flash avec certains moments des points inexpliqués. Je veux jouer sur l'émotion et sur la situation, ici tout ce qu'il y a à savoir c'est que Tib veut devenir un Rebelle pour séduire une jeune fille qui probablement ne le verra jamais comme un amant potentiel...C'est ça qui est important et pasle fait que Tib soit brun, petit avec des yeux bruns (J'invente...).
Pour le style, je sais qu'il n'est pas parfait mais je sais que je suis en constante progression donc je vais essayer de progresser encore plus :wink: !

A bientôt,
Oiki Ran, le Ktâh!!
Ambitious but Rubbish - Jeremy, Hamster and Captain Slow!
Oiki Ran
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 933
Enregistré le: 10 Sep 2004
Localisation: Belgique
 

Messagepar Lowie » Dim 04 Juin 2006 - 20:35   Sujet: 

Okay Oiki mais comment Tib ctcte les Rebelles sans le demander ouvertement à Valle pr qui il en pince bcp :D ? Et tu sais je ss comme Tib j'ai la foi pr conquérir une wookiee :ange: .

Lowie.

PS : étant encore lecteur test jusqu'en juillet - n'en abusez pas hein :) :wink: - je confirme la montée en puissance de la nouvelle oikienne très prenante... :) :) :) . Ouf le réveil de ce topic a été permis par cette FF qui prend à contrepied le lecteur avec ses thématiques d'amour contrarié :D . Et bon point le perso de Tib est fragile pas un super jedi et autre héros puissant à vomir...
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Oiki Ran » Dim 04 Juin 2006 - 22:32   Sujet: 

Bonjour!!

Voilà la suite où les choses se précipitent.
Pour te faire plaisir Lowie, oui il a demandé l'adresse à Valle...Voilà maintenant tu sais comment il a atteint la base des Rebelles.

Bonne lecture:

Tib serra fermement son arme, ajusta lentement la cible et tira. Il ne fut presque pas gêné par le recul. Des cris de joie accueillirent sa dernière prestation. Il reposa le blaster devant lui avec un sourire de fierté.
« Bravo Tib ! Tes cinq tirs ont atteint la cible. » Le congratula Rikk en lui tapant dans ledos. « Certes, c’est encore loin d’être parfait mais tu es en progrès. »
Cela faisait 10 jours qu’il était un Rebelle, qu’il s’entraînait 2 heures chaque soir et enfin il avait l’impression de faire des progrès. Normal, cela faisait 10 jours qu’il s’entraînait à tirer.
Il aurait dû aussi s’entraîner au combat à mains nues, mais s’étant foulé la cheville au bout de 5 minutes le premier jour, Rikk avait décidé qu’il en serait dispensé jusqu’à nouvel ordre.
Tib ne voulait pas s’arrêter à cette courte victoire, il voulait montrer aux autres que ses 5 tirs au but n’étaient pas un coup de chance. Il tendit donc sa main vers son blaster. Mais un cri de derrière détourna l’attention de ses camarades de lui. Il se retourna et identifia le chargé des communications comme étant l’auteur du cri. Il allait reprendre son tir lorsqu’il remarqua que tout le monde se rassemblait autour du chargé des communications, ses camarades compris. Il lança un regard chargé de regret en direction de son arme puis suivit le mouvement.
« Les gars, ça y est ! » Exultait le chargé des communications. « Ils nous l’ont envoyée : la première partie ! »
Tout le monde, sauf Tib, poussa un cri de joie et leva le poing au ciel. Tib regarda tout ceci sans comprendre.
« Qu’est-ce qu’il se passe ? » Demanda-t-il à Rikk qui était à côté de lui.
« On vient de recevoir la première partie du message. » Dit le jeune homme qui avait du mal à maîtriser son enthousiasme. « Nous allons bientôt passer à l’attaque. »
« Ah… » Répondit Tib qui ne comprenait toujours pas.
« Depuis le début de l’Alliance Rebelle, il existe un message qui annonce la mort de l’Empereur. Ce message est divisé en deux parties. La première partie annonce que l’attaque contre Palpatine est lancée, la deuxième annonce qu’il est mort. Cette seconde partie doit arriver dans les 24 heures après la première, et lorsqu’elle arrivera nous passerons à l’attaque. Ce message est transmis à toutes les cellules rebelles afin que nous nous révoltions tous simultanément. » Expliqua Rikk qui cessa de se contenir.
« Donc dans moins de 24 heures nous passerons à l’attaque ? »
« Exact. Génial, non ? »
Tib hocha la tête, mais sentit soudain son ventre se crisper comme lorsqu’il passait un examen mais en dix fois plus fort.

La seconde partie du message arriva 8 heures plus tard. Il fut accueilli par des hourras : le tyran était mort ! Entre-temps, le Chef avait convoqué Rikk et tous les autres chefs de groupes pour leur assigner leur mission. Le groupe de Rikk reçut pour mission de détruire un canon à ion se trouvant en périphérie de la ville. Tib et ses compagnons célébrèrent la victoire de l’Alliance Rebelle en quittant leur base armes au point.
Il faisait nuit déjà depuis quelques heures et les rues étaient désertes. Quelques patrouilles impériales circulaient dans la ville endormie, mais pour les Rebelles c’était un jeu d’enfant de les éviter. Ils atteignirent le canon au bout de 20 minutes de marche rapide. Celui-ci était dissimulé dans un bâtiment à l’aspect anodin.
« C’est ici ? » Demanda Tib sceptique.
« Oui. Maintenant silence, ce n’est pas le moment de se faire repérer. » Ordonna Rikk qui alla se placer en tête du groupe.
A l’aide de signes simples, Rikk donna ses dernières instructions à ses hommes. Avant de partir, ils avaient tenu un briefing et Rikk leur avait expliqué quelle était leur mission et comment s’en acquitter. Pour défense, les impériaux avaient misé sur la discrétion, c’est-à-dire qu’ils avaient installé leur canon dans une maison dont ils avaient vidé l’intérieur et simplement conservé les façades. Ainsi, ils espéraient passer inaperçus dans ce quartier résidentiel et donc avaient opté pour un effectif réduit à l’intérieur du bâtiment. Ils avaient cru avoir été suffisamment discrets, mais ils avaient sous-estimé les espions Rebelles.
Rikk envoya trois de ses hommes vers l’arrière du bâtiment, puis disposa le reste d’entre eux sur le devant. Le plan était simple : faire sauter les deux fenêtres encadrant la porte au rez-de-chaussée, faire sauter la porte et entrer à l’intérieur de la maison pour tirer sur tout ce qui bouge. Deux groupes de trois restaient à l’extérieur en couverture au cas où des impériaux songeraient à s’enfuir. Un devant, dont Tib faisait partie, et un derrière.
Alors qu’ils attendaient le feu vert du QG, Tib se mit à trembler et à transpirer. Il serra frénétiquement son arme pour dissimuler son trouble à ses compagnons. Il avait été décidé que tous les groupes rebelles attaqueraient simultanément afin de désorienter complètement les autorités. Silencieusement, Tib pria pour que le signal n’arrive pas et qu’ils puissent rebrousser chemin. Hélas pour lui sa prière ne fut pas entendue, le signal arriva et Rikk fit un signe de la main droite. Quatre grenades furent lancées contre les fenêtres. Elles explosèrent violemment quelques secondes plus tard projetant des centaines d’éclats de verres et brisant le reste des fenêtres de l’édifice. Ses oreilles bourdonnantes, Tib vit Rikk et ses hommes faire sauter la porte et pénétrer dans la maison en tirant. Il resta paralysé, sa vision réduite à la porte de la maison dont s’échappaient des éclairs de lumière. Peu à peu son ouïe revint et il entendit les sons qui allaient avec les éclairs de lumière. Puis il entendit des explosions lointaines résonner dans divers quartiers de la ville. Il se tourna vers ses compagnons et se rendit compte qu’un destroyer impérial aurait pu se poser derrière lui sans qu’il s’en rende compte. Heureusement qu’il n’était pas seul. Un bruit derrière lui attira son attention. Il pivota et vit un stormtrooper sauter du premier étage. Tib ne pensa même pas à lever son arme et à tirer. Ce ne fut pas le cas de ses compagnons qui déchargèrent leurs armes sur le soldat qui ne fit pas un mètre. Puis, tout fut fini. Déjà.
Rikk fut le premier à sortir de la maison, son expression était celle d’un professionnel. Puis, ce fut au tour de ses hommes. Certains riaient tandis que d’autres n’avaient pas l’air de se sentir très bien. Tib les compta et éprouva un certain soulagement à voir tous ses camarades ressortir. Il respira un grand coup : l’attaque avait parfaitement fonctionné et ils allaient retourner dans leur base. Rikk sortit son comlink, discuta un moment avec son interlocuteur puis coupa la communication avec un air sombre. Tib qui ne l’avait pas quitté des yeux sentit un frisson lui traverser le dos : il avait un mauvais pressentiment. Il n’était pas le seul car tous ses camarades se rassemblèrent autour de leur chef.
« J’ai eu le Chef…Notre mission terminée, nous avons ordre de nous diriger vers le palais du gouverneur. Les combats sont féroces là-bas et nos amis ont besoin de nous. » Expliqua Rikk d’une voix sereine.
Alors qu’ils prenaient la direction du palais, Tib se mit à trembler de manière incontrôlable. Serein, il ne l’était vraiment pas.

Tib se demandait pour la millième fois ce qu’il était venu faire dans cette galère lorsque son groupe s’arrêta derrière un des immeubles de la place au bord de laquelle se trouvait le palais du gouverneur. En chemin, ils n’avaient trouvé aucune opposition. Maintenant, Tib comprenait pourquoi : ils défendaient tous le palais. Il faisait nuit. Pourtant on se serrait à la mi-journée d’un jour d’été. Les tirs de blaster ne semblaient jamais s’arrêter. Toutes les 5 secondes le sol et l’immeuble contre lequel ils étaient dissimulés tremblaient. Toutes les minutes, Tib entendait une construction s’effondrer. L’Empire était peut-être tyrannique, mais face à cette terrible puissance de feu Tib aurait voulu disparaître et le laisser à son règne de terreur.
Rikk, après une dernière conversation par comlink, fit signe à ses hommes de se rassembler autour de lui.
« J’ai parlé avec Raaf, son groupe a deux canons…Les impériaux sont regroupés derrière le mur d’enceinte du palais. Nous devons les déloger. Raaf et ses hommes vont entamer dans une minute un tir de barrage. Ce sera notre couverture…A ce moment là nous foncerons en direction du mur. Je ne vous le cache pas, c’est une mission suicide. Pourtant, nous devons atteindre ce mur si nous voulons vaincre aujourd’hui. Une fois au mur, utilisez vos grenades. » Annonça le jeune homme sur un ton grave.
Il fit un signe de tête à chacun de ses 14 compagnons. Tib n’eut même pas la force de lui répondre. Rikk se glissa en tête de ses hommes puis attendit. La minute dura à la fois un instant et une éternité. Tib ne sut quelle notion choisir. Les deux canons rebelles se mirent à rugir. Rikk en poussant un cri de rage se rua à l’attaque. Tib eut l’impression que son esprit s’arrêta de fonctionner.
Il regarda ses compagnons tomber un à un. Rikk tomba en dernier. Il n’avait fait que dix mètres. Il n’avait même pas atteint la place. Tib recula sa tête derrière le coin de l’immeuble. Lorsque son chef avait chargé, il était resté tétanisé et s’était effondré contre l’immeuble. Certes, il avait été lâche mais il était vivant.
« On ne bouge pas salopard de Rebelle. » Dit une voix étouffée au-dessus de lui.
Il leva la tête et vit une curieuse tête blanche aux yeux et à la bouche noirs. Il en repéra une deuxième à côté de la première.
« Tu vas mourir. » Reprit le premier impérial en pointant son arme vers sa tête.
Tib ne se souvint même plus qu’il avait en main un blaster.
« Attends. » Intervint le deuxième soldat en baissant l’arme de son camarade. « Le gouverneur veut un maximum de prisonniers : le spectacle doit être grandiose et dissuasif. »
« Bien. » Grogna le premier stormtrooper en décochant un coup de pied à Tib. « Lâche ton arme ! Tu es en état d’arrestation. »
Sans s’en rendre compte, Tib laissa tomber son arme et se laissa faire lorsque les deux soldats le soulevèrent sans ménagement du sol.
Il était encore vivant.

Oiki Ran, le Ktâh!!

PS: Lowie, tu as critiqué l'attitude finale de Rikk pourtant un certain Han Solo fonce à bord de l'étoile noire sur une colonne de Stormtrooper, ou encore un certain Luke Skywalker attaque avec 30 autres chasseur l'Etoile Noire pour une mission soit-disant suicide. Aurais-tu dis la même chose si Rikk avec réussi ou si Luke avait échoué. Il y a il me semble une petite contradiction... :wink:
Ambitious but Rubbish - Jeremy, Hamster and Captain Slow!
Oiki Ran
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 933
Enregistré le: 10 Sep 2004
Localisation: Belgique
 

Messagepar Lowie » Lun 05 Juin 2006 - 7:59   Sujet: 

Oiki >> Oui et non mon cher ami :D . Pcq... :P :P . Bon pr être plus explicite, Rikk est bcp moins charismatique qu'un Luke quoique niais :lol: ou un Han Solo à la dégaine royale c'est pr ça :wink: . Tib à l'inverse de Rikk perso assez lisse m'émeut plus par son histoire d'être le rebelle le meilleur qui soit pr éblouir les yeux de Valle la fille de ses rêves...

Autrement, la lecture de la troisième partie qui voit Tib aux mains des Impériaux conforte ma bonne opinion sur cette FF tragique à souhait. Un Oiki qui revient en grande forme dans l'univers de ce recueil y signant les meilleures pages avec Kamo,Dark William et Matth Katarn.

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Dark Maul877 » Lun 05 Juin 2006 - 9:13   Sujet: 

Et tu verras Lowie, dans le chapitre 3, ça sera encore plus dramatique :wink:

Bon, je ne vais pas refaire la critique pour ce texte puisque je l'ai déjà lu mais tu n'as toujours pas corrigé au début cet endroit

Il se retourna et identifia le chargé des communications comme étant l’auteur du cri. Il allait reprendre son tir lorsqu’il remarqua que tout le monde se rassemblait autour du chargé des communications, ses camarades compris. Il lança un regard chargé de regret en direction de son arme puis suivit le mouvement.


Tout les mots en gras sont les répétitions que tu aurais pu éviter. A part ça, le texte est meilleur que le premier, plus dramatique donc la situation nous parait presque réelle :)
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Lowie » Lun 05 Juin 2006 - 10:45   Sujet: 

DM877 me seconde très bien dans cette mise à la loupe des répétitions oikiennes :wink: . Chargé de regrets pr le regard peut se remplacer par lourd :ange: .

A vos claviers pr remodeler la ff de Oiki excellente srprise du mois :lol: 8) :) :) 8) :lol: ,

DM877 >>>> t'as de premières news sur ta future fics impériale :ange: ... attendue très attendue par les connaisseurs,

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Dark Maul877 » Lun 05 Juin 2006 - 13:22   Sujet: 

Commence à transpirer

Et ben, c'est que je n'ai pas encore eu le temps de m'y pencher sérieusement, je révise le brevet en ce moment mais je vous promet qu'une fois que c'est fini, je m'y met et je vous la pond en une semaine :D
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Oiki Ran » Lun 05 Juin 2006 - 14:05   Sujet: 

Bonjour!!

Voici l'avant dernière partie de l'histoire où le destin de Tib devient de plus en plus dramatique...

Bonne lecture:

Quelques heures plus tard, Tib se demanda si être vivant était une si bonne chose que cela.
« Tib, tu vas me dire tout ce que tu sais. » Grogna une voix au-dessus de lui.
Nu et attaché à une chaise, Tib essaya de lancer un regard de défi à son geôlier. Il reçut une gifle en guise de réponse. L’impérial était debout face à lui et entouré de deux tables. Sur la première, Tib reconnut des instruments qu’il pensait qu’on n’utilisait plus depuis des siècles. Sur la deuxième, il compta plus de vingt seringues différentes. Inconsciemment, le garçon se mit à trembler.
« Tu vas me dire tout ce que tu sais sur l’Alliance Rebelle. » Répéta l’impérial sur un ton un peu plus menaçant.
Tib resta silencieux. Certes, il ne faisait partie de la Rébellion que depuis dix jours, mais Rikk avait eu le temps de le prévenir que s’il se faisait prendre, il ne devait rien dire. Ca serait difficile, mais c’était essentiel pour la survie du mouvement. Pour le moment, Tib trouvait relativement facile de garder le silence.
« Bien. Si c’est ce que tu veux…Tu vois garçon, en temps normal je me serais un peu amusé avec toi, mais cette fois-ci je suis trop juste sur le temps. Le gouverneur veut vous exécuter le plus vite possible. Je dois donc vous interroger, toi et tes complices, le plus vite possible. Je te promets que tu vas parler. » Déclara l’impérial en choisissant une seringue sur la deuxième table.
Tib ne put s’empêcher de prendre un air de satisfaction, l’impérial allait être surpris : il ne dirait rien car il ne savait rien.
A la fin de l’interrogatoire, ce fut Tib à être surpris, car non seulement il avait dit tout ce qu’il savait mais il avait réussi aussi à parler sur tout ce qu’il ne savait pas. Il se rappelait même qu’à un certain moment, il avait avoué avoir tué personnellement l’Empereur et Dark Vador. La douleur avait été telle…Il n’avait pas été fringant lorsqu’il était entré dans la salle d’interrogatoire, mais en sortant il eut l’impression de n’être plus qu’un corps sans âme. Ce fut en s’effondrant sur le sol sale de sa cellule qu’il se rappela avoir mentionné Valle…Très souvent. Une lame glacée lui traversa le ventre : il avait réussi à trahir celle qu’il aimait. Une larme coula sur sa joue. Certes, il avait encore une âme mais elle n’ira pas au paradis.

On vint le chercher dans sa cellule au bout de ce qui lui semblait être une longue journée. Il sortit et avança tant bien que mal tant il était entravé aux chevilles et aux bras. Au cours de son cheminement dans les couloirs sombres de la prison, il croisa un prisonnier lui aussi encadré de trois gardes qu’il lui sembla reconnaître. Ce fut seulement une minute après que Tib le reconnut comme étant un des Rebelles qu’il avait côtoyé durant ces dix derniers jours.
Enfin, après avoir traversé un énième couloir, il arriva à destination : une salle dans laquelle l’attendaient 2 hommes et une femme. Il reconnut un des hommes comme étant le gouverneur de la planète et l’autre comme celui qui l’avait torturé la veille. La femme devait être la directrice de la prison dont il avait entendu dire tant de mal. Il comprit qu’il faisait face à son jury. Un jury qui serait sûrement impitoyable…
« Vous vous appelez bien Tib ? » Lui demanda sèchement le gouverneur.
« Oui. » Répondit Tib en tremblant.
« Plus fort ! Je n’ai rien entendu. »
« OUI. »
« Oui, quoi ? »
« Oui, je m’appelle Tib. »
« Bien, le procès du dénommé Tib peut commencer. Mme la directrice de la prison, M. le chef des renseignements et moi-même le gouverneur allons vous juger. » Annonça le gouverneur d’une voix vibrante. « Dénommé Tib, vous êtes accusé d’avoir pris part dans des actes terroristes visant à renverser l’autorité légitime de cette planète. Par cette occasion, vous êtes accusé d’avoir comploté contre l’Empire. Enfin, vous êtes accusé d’avoir été en possession d’une arme illégale. Dénommé Tib, qu’avez-vous à dire pour votre défense ? »
« Je n’ai pas tiré pendant l’attaque ! » Lança désespérément le jeune garçon. « Je ne savais pas ce que je faisais. »
Le gouverneur regarda ses deux complices, ils inclinèrent tous deux la tête, puis se tourna à nouveau vers Tib.
« Dénommé Tib, malgré ce que vous venez de nous dire, nous vous considérons comme un terroriste et nous vous jugerons comme tel. En accord avec la Loi Impériale, vous serez condamné à la peine capitale pour acte de terrorisme. » Ordonna le gouverneur en tapant avec un petit marteau sur son bureau. « Au suivant ! »

Oiki Ran, le Ktâh!!
Ambitious but Rubbish - Jeremy, Hamster and Captain Slow!
Oiki Ran
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 933
Enregistré le: 10 Sep 2004
Localisation: Belgique
 

Messagepar Lowie » Lun 05 Juin 2006 - 14:45   Sujet: 

Oiki m'a confié la dernière partie de son bébé que je publierais demain :) .
D'autres avis concrnant les trois premières qui content le désarroi de Tib engagé presqu'à son corps défendant dans les dernières attaques de la Rébellion :sournois: ...

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Mar 06 Juin 2006 - 14:39   Sujet: 

TADAAAAMMM !!!!

[observe la fausse joie qui se lit sur les visages de ceux qui attendaient la fin de la fic de dolarnou...]

Hem...bah c'est juste pour dire que je viens de me ressourcer à la campagne pendant 1 semaine et que je me sens d'attaque pour terminer mon oeuvre magistrale, surprenant, impérialissimement savoureuse...'fin bref, vous m'avez compris :D


Je m'attèle aussi à lire l'inspiration de Oiki ds l'aprèm. :wink:
Raphus cucullatus

- End of line -
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9880
Enregistré le: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar Lowie » Mar 06 Juin 2006 - 15:50   Sujet: 

Loin d'Endor partie 4 : End.

Noir c'est noir il n'y a plus d'espoir...pour Tib à moins que Valle ne réapparaisse dans ce conte d'un réalisme cruel sur la condition pleine d'aléas du Rebelle srtt quand il est capturé par le camp impérial...

Tib ne fut pas reconduit dans sa cellule après sa condamnation, mais dans ce que dans toute prison on appelle le Couloir de la Mort. Il y retrouva tous les Rebelles qui avaient survécu à la révolte. Ils étaient une petite vingtaine. Ils avaient tous l’air déjà mort. Cette observation le prit à la gorge et il voulut s’éloigner de ces morts vivants. Il dénicha une paillasse à l’écart et s’allongea dessus. Bizarrement, il s’endormit immédiatement et ne se réveilla que lorsqu’on vint le chercher. Il attribua ce phénomène au fait qu’il n’avait pas dormi depuis deux jours ainsi qu’au fait qu’il ne parvenait pas encore à réaliser qu’il était condamné à mort. Il avait vu trop de holodramas dans son enfance et il espérait encore en un happy end.
Il se leva lentement et alla se placer dans la file des Rebelles qu’on faisait sortir de la cellule. Il remarqua que les impériaux les attachaient tous à une longue chaîne. Tib sentit un frisson lui parcourir le dos. Il comprit enfin qu’il allait mourir lorsqu’on le lia à son tour à cette chaîne. Ses jambes se mirent à trembler et il eut envie de vomir. Seulement, il n’avait rien mangé depuis une éternité, rien ne voulut sortir et une douleur atroce lui traversa le ventre. Il tenta de se ressaisir et ce fut à ce moment là qu’il entendit un grondement sourd.
« Qu’est-ce que c’est ce bruit ? » Demanda-t-il à son voisin de chaîne.
« Le peuple qui attend le spectacle. » Expliqua amèrement le Rebelle.
Tib fut pris à nouveau de nausées et faillit s’évanouir : il ne s’était pas rendu compte qu’il aurait droit à une exécution publique.
Lorsque tous les condamnés furent attachés à la chaîne, une porte s’ouvrit devant eux et une clameur de la population les accueillit. D’un coup de fouet, un garde fit avancer le premier rebelle. Un deuxième coup fut destiné au deuxième de la chaîne et ainsi de suite. Tib qui marchait déjà eut aussi droit au sien. Avant de franchir la porte, il prit la décision d’être digne même s’il était terrifié. Une fois dehors, il reçut immédiatement un fruit trop mûr en pleine figure ce qui le fit tomber au sol entraînant avec lui deux de ses compagnons. Pour la dignité, c’était déjà fini. Il ne lui restait plus que la peur qui lui fouaillait les intestins.
La procession traversa lentement les rues de la ville qu’il connaissait si bien. Tout au long du parcours, la foule qui les injuriait et les humiliait ne cessa d’augmenter. Tib sut trop rapidement où on les emmenait. Là où son enfer avait commencé : la place devant le palais du gouverneur où Rikk était tombé.
Enfin, ils atteignirent la fin de leur dur périple. Tib remarqua qu’une estrade avait été montée au centre de la place et qu’une vingtaine d’hommes vêtus intégralement en rouge sang les attendait dessus. Tib détourna son regard et tomba sur une vision qu’il n’aurait pas voulu voir : ses parents et son petit frère étaient là à quelques mètres de lui. Son frère s’apprêtait à lui lancer un projectile, sa mère pleurait tandis que son père qu’il respectait tant lui faisait comprendre qu’il n’était plus son fils. Tib sut qu’il ne pouvait rien faire, alors il baissa les yeux et tenta de les oublier.
Sous une ovation, ils montèrent les marches menant au sommet de l’estrade. Tib repensa une dernière fois à pourquoi il était entré dans la Rébellion. D’un regard il parcourut la foule qui était à ses pieds. Il ne vit pas Valle. Elle devait être en fuite, en prison ou morte. Ce n’était pas grave, ça n’avait pas d’importance. Plus rien n’avait d’importance maintenant. Sous un coup de son bourreau, il s’agenouilla sur l’estrade. Puis, il lui enfila une cagoule noire sur la tête et Tib ne vit plus rien. Par contre il eut l’impression que le peuple criait encore plus fort.
« En tout cas… » Murmura-t-il alors qu’il sentait le canon d’une arme s’appuyer sur sa nuque. « …Ici, ça avait été loin d’Endor. »


Tib mourut à l’age de 16 ans. Rikk en avait 22 lorsqu’il tomba devant le palais du gouverneur. Il faut bien se rendre compte que Luke Skywalker, la princesse Leia, Han Solo, Lando Calrissian, Chewbacca ou encore Wedge Antilles sont des exceptions. Lorsqu’on rentrait dans la Rébellion, on avait infiniment plus de chance de finir comme Tib ou Rikk que comme ces figures légendaires citées ci-dessus. De plus la Bataille d’Endor ne fut qu’une étape, on mourut avant et on continua à mourir pendant de longues années encore…
D’un certain point de vue, tous ceux qui ont participé à cette guerre contre le Sith sont à la fois des héros et pas des héros, car il fallait un certain courage pour se rebeller contre cette dictature de la terreur et car la violence ne devrait jamais engendrer de héros.


Extrait de l’holocron du Maître Jedi Réko Zyal légué à sa mort au Nouvel Ordre Jedi.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Dark Maul877 » Mar 06 Juin 2006 - 16:37   Sujet: 

C'est une très bonne nouvelle ça Dolarn (enfin des motivés, pas comme moi) :D

Sinon, j'ai déjà fais le commentaire de la FF de Oiki par MP mais je remet ici ce que j'ai déjà dit.

Cette nouvelle est tout bonnement génial car je trouve qu'elle est originale. En effet, la touche dramatique et réaliste renforce le récit et ne peut donner qu'une impression positive.

Bref, j'ai adoré cette nouvelle qui change des habitudes de Oiki :)
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar Oiki Ran » Sam 17 Juin 2006 - 11:13   Sujet: 

Une fois de plus, merci Dark Maul!!
Ca me fait bien plaisir ce que tu dis là :wink: ! Surtout qu'elle n'a pas été facile à écrire car je n'ai jamais été aussi sans pitié avec un de mes persos...Il n'y a aucun espoir pour Tib et je ne l'épargne pas, il tombe toujours plus bas quoiqu'il fasse. Pour le réalisme, je le répète, je me suis dit qu'est-ce qu'il se passerai si j'entrais dans la Rébellion, ne me voyant pas comme un héro j'ai opté pour l'autre alternative :D .

Enfin, je suis un peu déçu :( que cette histoire n'a pas eu un peu plus d'echo ( J'y ai mis beaucoup de moi!) mais bon c'est sans doute la période d'examens et d'ultimes révisions qui veut ça.

Oiki Ran, le Ktâh!!
Ambitious but Rubbish - Jeremy, Hamster and Captain Slow!
Oiki Ran
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 933
Enregistré le: 10 Sep 2004
Localisation: Belgique
 

Messagepar kamocato007 » Sam 17 Juin 2006 - 12:00   Sujet: 

Enfin, je suis un peu déçu Triste que cette histoire n'a pas eu un peu plus d'echo ( J'y ai mis beaucoup de moi!) mais bon c'est sans doute la période d'examens et d'ultimes révisions qui veut ça.


Dommage en effet, même si le début n'était pas exempt en défaut, la nouvelle a vite progressé pour bien m'accrocher. Les personnages sont assez étudiés, le style parfois un poil trop sobre (très peu de descriptions), mais elle se lit avec plaisir.

Pour ma part, les vacances s'annonçant, je vais me mettre à la rédaction de ma nouvelle Boba-Fettienne :)
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 17 Juin 2006 - 13:17   Sujet: 

Pour ma part, les vacances s'annonçant, je vais me mettre à la rédaction de ma nouvelle Boba-Fettienne


Oh, la bonne nouvelle que voilà! :) Mais maintenant que tu as fait l'annonce, il va falloir assurer assez rapidement la livraison! :D :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Sam 17 Juin 2006 - 20:30   Sujet: 

Voilà, j'ai finit la première partie de ma nouvelle. Il met surtout en scène l'Empereur. C'est une volonté de ma part de la publier en deux parties, car elles sont bien distinctes, très différentes l'une de l'autre (la seconde comportant plus d'actions, avec d'autres personnages :wink: et l'idée un peu spéciale ne plaira sans doute pas à tout le monde et surtout aux puristes :P ) Bref bonne lecture :)

_____________________________________________________________
A la croisée des destins I
« Tout me porte à croire… »


An 0

L’obscurité.
Invisible, impassible : elle est le milieu et les alentours. Elle est tout. Aucune lumière ne parvient à percer cette immense étendue.

L’espace.
Infini, secret : un gouffre, une longue ombre qui s’allonge sur les galaxies. Des points scintillent dans l’horizon, des lumières furtives caressent le firmament, et s’évanouissent dans la noirceur de l’éther impalpable. Combien d’histoires s’y trament, combien d’intrigues s’y ficellent et combien d’épopées commencent et finissent dans cet étendue mystérieuse ? L’une d’elles n’a, paraît-il, pas de fin, et certains de ses récits ont traversé les âges et les mondes.

La Guerre des Étoiles trouvait son apogée dans une bataille éclaire, dont le récit allégorique et les symboles qu’elle véhiculait ont pénétrer toutes les formes de pensée.
C’est David contre Goliath. Moïse contre les Égyptiens. L’obstination face à l’orgueil. La soif de liberté contre la voracité de pouvoir. La Rébellion contre l’Empire.
Et la victoire, inattendue et illogique, et des millions de lumières qui s’embrasent dans la Force. Un nouvel espoir.

L’Étoile Noire se désintègre dans l’univers. Le cauchemar est devenu un souvenir, un mythe. La terreur déchue est devenue un symbole.

* * *

On étouffe l’affaire. Mais rien n’y fait : comme une rumeur, un murmure dans le désarroi général qui agite Coruscant, on apprend que le petit comité de bandits que décrivaientt les hauts membres impériaux était une véritable organisation, une résistance apte à terrasser l’Empire, dans une station de combat de la taille d’une lune, capable d’annihiler une planète entière. La description d’une telle arme pendant sa construction, pourtant confidentielle, avait déjà entraîné un vent de folie sans précédent. L’annonce de sa destruction, par une dizaine de monoplaces, ébranla toute la galaxie, une véritable terreur s’empara des mondes, et, très vite, un nom circule.
Luke Skywalker. Un fermier, de vingt ans, pilote hors pair, d’une planète méconnue. D’une simple pression de doigt, sur la gâchette de commande des torpilles à protons, il décima plus d’un million de soldats, et, au-delà des pertes humaines, il explosa le symbole de la toute-puissance invincible impériale. Pour certains, c’est l’ennemi numéro un, un criminel sanguinaire. Pour d’autres, c’est un héro.

* * *

Le jour artificiel se couchait sur Coruscant, et l’horizon s’habillait de vives couleurs orangées, au-dessus des hauts immeubles gris. Sous l’épaisse coupole de verre d’un grand hall silencieux, flasque sur son long trône d’or, Palpatine écoutait le rapport de ses moffs. Les rides et la folie sillonnaient son visage, et ses deux yeux jaunes, comme deux lueurs scintillantes dans l’obscurité, examinaient attentivement ses interlocuteurs. La voix basse et traînante d’un impérial ennuyeux se coupa nette quand la main de l’Empereur se leva lentement dans les airs. Un solide silence s’installa. Les impériaux rongés par la peur n’étaient plus que des statues d’os et de chair, respirant à peine l’air froid et malsain de la pièce.
Un léger sourire, témoin de ses pensées érodées par la folie, se dessina sur la face livide de l’Empereur. Il pesta d’une voix gutturale et venimeuse, plus rauque qu’un râle d’agonie et plus macabre que l’effluve de la mort, se levant de son siège :
- Mon Empire ! Mon Empire entre les mains de bavards et de faibles ! L’échec éphémère contre cette misérable Rébellion, je le connais, et je n’ai aucunement besoin que des faux jetons prolixes et inefficaces me traduisent la bataille en données plus complexes ! Vous n’êtes qu’un rouage, ajouta-t-il d’une voix sifflante. Et je me passerai de vos rapports de bureaucrates et d’imbéciles.
Un vent mystique l’entourait, et faisait voler sa longue robe noire, lui donnant des allures de fantôme quand il s’approchait d’un jeune impérial transi de peur. Sa voix n’était plus qu’un fin murmure filtré par sa colère et son acrimonie.
- Je veux tous les renseignements nécessaires à la capture de ce Skywalker. Immédiatement.
La pièce se vida en un instant. Palpatine resta un long moment immobile, respirant goulûment la peur et l’horreur qui planaient encore dans le hall.
La Force était troublée. Il devenait de plus en plus évident, et on lui confirma plus tard, que l’enfant de Padmé Amidala n’était pas mort avec elle. Ainsi, elle aurait enfanté, cogita-t-il… le subterfuge de son enterrement avait marché, à l’époque. Plus maintenant.
Un descendant d’Anakin Skywalker était un problème. Ou une occasion en or. Il était certain d’avoir retiré à Vador toute capacité à aimer. Et, aujourd’hui que l’hypothèse d’un retournement de situation naissait dans son esprit, un mauvais pressentiment lui grignotait l‘esprit. Il pensait avoir réussi à réfuter définitivement la prophétie de l’holocron… Son plan parfaitement échafaudé, comme celui de l’Étoile Noire, se voyait mis en lambeaux par ce Luke Skywalker…
Vador pourrait redevenir Anakin, à tout moment. Mais lui, n’y croyait pas : son entreprise était infaillible, et aucun fermier pubère ne pouvait défier l’élaboration d’une si parfaite machination .
A priori.

* * *

An +4

Les années passent, mais pas le doute. De l’autre côté de la barrière, un nouvel espoir a embrassé les mondes. Pour l’effacer, une nouvelle Étoile Noire voit le jour : squelettique, sculptée dans l’effroi et l’obscurité, elle plane impassible dans l’espace, au-dessus d’une belle planète émeraude. Au sommet de sa plus haute tour, l’Empereur Palpatine observe avec silence l’étendue noire scintillante.
Les voix du passé résonnaient dans la salle du trône, des échos furtifs et sifflants, fugaces et sournois.
J’aurai bientôt un nouvel apprenti, beaucoup plus jeune, et beaucoup plus puissant.
Un affreux sourire s’imprima sur son horrible face gravée dans les ténèbres du Côté Obscur. Depuis trop longtemps il se coltinait ce déchet brûlé, pataud et inutile. Il fut efficace, certes, mais il était temps de s’en séparer.
Tout me porte à croire que le jeune homme qui a détruit l’Étoile Noire n’est autre que le fils d’Anakin Skywalker…
Vador était évidemment au courant - son masque cacha sa face niaise et crispée, sa déception de voir son plan dupé, mais pas la Force : l’apprenti voulait doubler le maître. Il considérait son fils comme une arme de choix pour gravir le dernier échelon avant le contrôle absolu de son Empire. Il savait le talent du jeune homme et comptait l’utiliser à bon escient, à l‘instar de Palpatine. Connaître ses intentions lui donnait une longueur d’avance.
Luke Skywalker sera son apprenti, et le seul, l’unique. Il a la puissance de son père et l’intrépidité de la jeunesse. Il tient à Anakin, cependant, et pense pouvoir le « sauver » -il est naïf, aussi. Sa mort pourrait être décisive pour qu’il sombre définitivement dans le Côté Obscur…
Comme à son habitude, il allait faire jouer ses marionnettes dans un jeu dont il sera le seul maître. Luke Skywalker ne pourra tuer son père, et Vador son fils. Mais cette insignifiante machine désarticulée n’osera jamais s’opposer à lui sans appui. Et Vador est un gros morceau, le combattre serait un risque -quelqu’un d’autre devra s’en charger.
Boba Fett.

* * *

Injoignable. Trouver un remplaçant digne de lui fût une entreprise difficile. Des centaines de chasseurs de primes, de mercenaires et de criminels qu’il appela, tous refusèrent le défi. Tuer Dark Vador, le surpuissant, l’invincible, le plus terrifiant des impériaux, semblait étrangement une mission plutôt ardue.
Un seul accepta. Bossk. Et il ne demanda pas d’honoraires plus généreuses que celles annoncées dès le départ par l’Empereur. Ce n’était pas l’argent qui le poussait à accomplir ce dangereux dessein, c’était l’ambition.
L’ambition tue les hommes, pensa Palpatine, et, observa l’immense étendue de métal l’environnant, il ajouta : sauf moi. Espérons que ce non-humain soit à la hauteur de son orgueil.

* * *

- Il est trop tard, pour moi, mon fils… affirma Vador.
Il dût affronter le regard de son fils, et une réaction chimique en chaîne ébranla son esprit. Quelques secondes plus tôt, il avait entendu son ancien nom, Anakin Skywalker, qu’il avait presque oublié.
Le Côté Obscur l’étouffait, comme toujours ; une douleur de chaque instant. Une torture qui ne s’arrête jamais, ni le jour, ni la nuit, et que seul la mort peut éteindre.
- L’Empereur te montrera la vraie nature de la Force, crie le dragon qui brûle en lui.
Chaque parole, chaque geste, chaque pensée est un supplice
Dans les yeux de son fils, le reflet de son masque l’effraie.
- Il est ton maître, maintenant, s’entend-il dire.
Toujours le même reflet, violent, terrifiant, comme l’écho de ses souffrances.
- Alors mon père est vraiment mort, affirme Luke, et le poids de ses mots restent un long moment planer dans le silence irascible.
Des soldats l’empoignent et l’emmènent -Vador ne le regarde pas. Sous son imposante armure, tout s’embrase.

* * *

Dans un autre monde, dans une autre destinée... allongé sur le sable, à moitié nu, étreint par un dernier souffle de vie, Boba Fett se réveille…
Modifié en dernier par kamocato007 le Mar 20 Juin 2006 - 18:58, modifié 7 fois.
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Dark Maul877 » Sam 17 Juin 2006 - 20:47   Sujet: 

C'est pas mal du tout !

J'ai bien aimé les multiples allusions à la Prélogie et notemment au la novélisation de ROTS (le dragon d'Anakin).

Le style est très bon, il est fluide même s'il comporte quelques descriptions qui donnent du volume au récit.

Bref, c'est très réussi et j'ai hâte de voir la suite :)
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar kamocato007 » Sam 17 Juin 2006 - 21:17   Sujet: 

Merci à toi d'avoir lu si rapidement :) Content que t'es remarqué la référence au dragon. Je n'aurai que très peu de temps ces prochains jours, mais la dernière partie ayant la même taille que la première j'essairai de la publier en début de semaine :)

Merci à toi !
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 18 Juin 2006 - 9:21   Sujet: 

J'ai lu ça rapidement et force est de constater que le style est très bon. :) Riche au niveau du vocabulaire, élaboré pour ce qui est des tournures de phrases. Il n'y a pas à dire, on reconnaît bien là ta manière d'écrire. :wink:

Sans oublier de bonnes descriptions qui permettent de bien visualiser les scènes. Pour l'histoire je ne peux pas vraiment juger, il faudra attendre la seconde partie pour cela. :sournois:

Seul minuscule point noir: quelques fautes d'orthographe qui auraient pu facilement être corrigées. :o A part ça, c'est du tout bon. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Dim 18 Juin 2006 - 9:32   Sujet: 

Merci bien DW :) Concernant les fautes d'orthographe, je vais faire une rapide correction. Pour le scénario, cette première partie est davantage un préambule à la véritable histoire -cette partie est facultative, mais m'a permit de mieux développer l'idée principale ( Palpy veut tuer Vador). Merci encore !

EDIT : Voilà :ange: Si d'autres lisent, merci de prévenir s'il reste d'autres fautes. Y'en avait pas mal en effet :wink:
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Lowie » Dim 18 Juin 2006 - 16:40   Sujet: 

Kamo est un tit cachottier :wink: :) . Je lirais ça fort certainement en milieu de semaine étant un fan ami de l'auteur qui m'a srpris l'été dernier avec sa trilo manga Whills :D .

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar kamocato007 » Mar 20 Juin 2006 - 12:27   Sujet: 

J'ai finalement découpé l'histoire en trois parties, et donné un titre à cette courte trilogie. J'espère que vous m'excuserez le "raccourci" que j'ai pris à propos de Boba Fett, mais l'utiliser me démangeait, pour un détail en particulier (dans la dernière partie :) ). Voilà, donc, la suite et le milieu de ma nouvelle :

________________________________________________________________
A la croisée des destins II
« Un contrat comme un autre »

An +4

Le logis était calme, paisible. Le matin s’installa doucement dans la cuisine, et ses lueurs évanescentes perçaient l’épais feuillage d’un chêne à l’entrée de la demeure rustique, s‘éternisant alors dans un ardent bain de lumière et de poussière. Un orchestre d’oiseaux se donnaient en spectacle dans un champ voisin, et le vent promenait leur aubade avec malice. Il souffla avec vigueur, soudain, et de longues flammes rougeoyantes enveloppèrent la maison.
Le vieil homme, au teint grisâtre, les deux yeux enfoncés sur sa tasse de café, le regard cloué sur les vapeurs qui se balançaient doucement au-dessus du liquide noirâtre, ne suspecta rien. Le silence revint sur la plaine, mais la sérénade animale s’était tue. Quelques instants s’écoulèrent, s’échappant furtivement dans les bruines du matin, dans un beau silence apaisant. L’homme prit une gorgée de sa boisson qui lui brûla la langue et il cracha un ptyalisme de sang.
Qu’avez dit le médecin ? Moins de six mois à vivre ? Son cœur battait comme un forcené, étouffant entre les parois étroites de sa poitrine. La maladie l’avait… lessivé. Elle avait creusé son visage, éradiqué ses dernières forces, il était maigre, fané -une lente agonie qui s’emparait de lui, tenace et vigoureuse. Et lui était impuissant. Sans doute le lourd tribut de ses erreurs passées… (Non, il s’était promis de ne jamais plus pensé à ça…)
Des cognements sourds le réveillèrent dans ses pensées. On frappait à la porte. Le temps de reprendre son souffle, l’homme se leva et quitta la cuisine, d’un pas maladroit et hasardeux. Il cracha à nouveau un long râle de sang, et ne trouva pas l’énergie de l’essuyer. Enfin, il ouvrit la porte.
Il retint un cri de stupeur. Devant lui, un Trandoshéen caressait avec douceur un menaçant lance-flamme pointé sur lui. Une courte flammèche dansait au bout du canon, bercée par la brise. Le regard froid de son visiteur se posa sur lui, sauvage et cruel, avec des yeux barbares, et, comme si sa voix n’était qu’un long hoquet bestial, l’homme entendit son nom.
Timidement, il répondit :
- Oui… ?
Les flammes indomptables s’élancèrent dans l’entrée, comme un cyclone ardent, et elles consumèrent tout : bois, fer, peau et os. En un instant, l’homme devint un tas de cendre fumant, et l’écho de son haro plana longtemps dans la pièce.
Bossk se retourna, rangea son arme favorite, et, de retour à bord de sa Dent De Molosse, informa à son patron d’un jour que la mission était accomplie avec succès. Le vaisseau corellien avait à peine quitter l’atmosphère de la planète de son contrat que son holocom bipa avec insistance.
- Message vidéo sous code 22. Différé : Léger. Fiabilité : Holosécurisation Impériale. Confidentialité : exigée..
L’image bleutée de Palpatine se dessina alors sur le socle holographique, éclairant le cockpit d’une légère lueur céruléenne. Sa voix rauque grésillait et sautait mais obtint sans mal toute l’attention de Bossk.
- Chasseur de prime, Mon Ordre Nouveau a besoin de vous. En échange d’une collaboration impliquée, vous resterez dans les annales de Mon Empire. Une inestimable récompense sera bien entendu cédée si le contrat est honoré dans les plus brefs délais… Nous réclamons un secret sans exception sur cette mission. Si elle vous intéresse, veuillez utiliser le canal confidentiel, code 22.
Boba Fett venait de disparaître sur Tattoïne - c’était le moment ou jamais de démontrer au monde entier l’étendue de ses talents. Restez dans les annales de l’Empire… Bossk n’hésita pas une seconde. Code 22.
A nouveau, l’holoprésence bleutée de Palpatine vacilla sur le socle et il salua brièvement Bossk de la même voix éraillée avant d’ajouter sombrement :
- Vous êtes intéressé ?
- Oui… hoqueta difficilement l’humanoïde.
- La cible est Dark Vador.
Un silence. Mais nul besoin pour Bossk de considérer l’ampleur de la tâche : la mission sera ardue, il le savait, mais c’était un risque à prendre afin d’accéder à la gloire qu’il méritait. Boba Fett avait quitté la scène. Dorénavant, c’est sur lui que les projecteurs allaient jeté leur lumière.
- Où ? Fit-il d’une voix sombre et gutturale, comme si tout son estomac implosait à chaque phonème.
- Vous êtes… partant ? Demanda Palpatine.
Sa capuche jetait une ombre noire sur sa face ridée et en cachait sa surprise.
- Où ? Répéta Bossk.
- Je vous envoie les coordonnées, fit alors l’Empereur, ravi. Je réclame la plus grande discrétion de votre part, non-humain. Faites honneur à votre race.
L’hologramme disparut, les coordonnées enregistrées, et la Dent De Molosse, aussitôt, se lança dans l’hyperespace.

* * *

Des câbles. Des pompes. Des blindages, des capteurs. Des respirateurs artificiels qui filtrent l’air nauséabond sous une sombre armure -une prison. Mécanique. Le peu de vie qui anime encore son cerveau n’est qu’une souffrance, une torture. Sa vie est devenu un artifice, un simulacre, c’est un brasier permanent : comme si la lave qui l’avait créé avait pris vie dans les mécanismes : elle brûlent, elle détruit, elle étouffe. Mais elle protège.
L’air frais qui se respire et qui enivre n’est qu’un lointain souvenir : c’est devenu une souffrance. Un souffle rauque qui ne l’a plus jamais quitté. Il le hait, ce souffle. Le monde, qui est beau, qui est grand, qui a mille couleurs, est devenu une unique couleur rouge sanguine, mais les formes sont perçues par de nombreux capteurs visuels qui lui rongent le crâne : elles sont précises, mais dénudés de sens, de charme.
Il le savait, quelque part, mais se refusait de le penser : la seule personne qui pouvait lui rendre la vue, la vraie vue, celle de l’amour, était morte vingt ans plus tôt.
Mais, dans cette salle du trône sombre et terrifiante, Luke dégage une belle lumière blanche, et nul besoin de capteurs pour en être aveuglé. Le voir le fait souffrir : il lui rappelle Anakin.
Qui est-ce, Anakin ? Demande le Dragon. Il y a des noms qui reviennent sans cesse dans sa mémoire, mais il n’y comprend rien. La cruauté, la terreur qu’il inspire sont autant de moyens de lui faire oublier qui il est et qui il était. Oublie-le.
Mais, quand il regarde Luke, quelque chose s’agite. Pour la première fois, ça ne fait pas mal. Ou si, peut-être, mais c’est une belle souffrance. Comme une chaleur rassurante, comme si il n’y avait plus de pompes, plus de câbles ni de capteurs. Son fils est beau. C’est un Jedi.
Mais, soudain, cette voix qu’il hait, cette voix qu’il vomit, cette voix rauque et perfide retentit dans ses oreilles. Elle le paralyse de rage.
- Ta flotte a perdu. Tes amis sur Endor ne pourront pas longtemps survivre. Il n’y a plus aucun espoir, mon jeune élève, l’alliance mourra en même temps que tes amis.
A quelques mètres de lui, dans la Force, tout explose : la haine de son fils a calciné son système cardiaque. Mais la statue de fer et de plomb reste impassible : le Dragon qui étrangle son cœur l’immobilise.
- Je sens monter ta colère… Je suis sans défense. Prends ton arme, tu peux me terrasser avec toute la force de ta haine, et tu auras fini ton voyage vers le coté obscur.
Le regard de Luke erre jusqu’à rencontrer celui de Vador, qui baisse aussitôt la tête.
Son fils.
Il l’aime, il le sait.
Anakin l’aime.
Anakin revient peu à peu.
Mais le Dragon lutte. Le Dragon est puissant. Le Dragon est le seul maître. Alors, quand le sabre de Luke vole pour se loger dans ses mains, et s’illumine d’une belle couleur émeraude, le dragon le pousse à activer son sabre à son tour, et à combattre son fils.
Et à l’intérieur, Anakin perd la bataille.

* * *

Secteur 2J69K ?
Les longs couloirs blancs d’une propreté saumâtre lui faisaient tourner la tête. Il s’arrêta un instant, mit sa tête entre ses mains et enleva son casque de stormtrooper. Son corps se noyait tout entier dans un bain de sueur, et la sensation de sentir ses vêtements légers coller aux parois de son armure était très désagréable.
Secteur 2J69K. Et pas une âme à moins de six kilomètres. « Je connais le chemin » avait-il dit quand un message urgent sur le canal 22 devait être transmis rapidement à l’Empereur. Quel idiot. Déjà toute une après-midi de course dans un labyrinthe de la taille d’une lune, tandis qu’il lui aurait suffi de transférer le message sur la ligne privée de l’Empereur !
Mais l’occasion de voir ce surhomme, ce dieu qui tient son Empire entre des mains de fer, ne se présente qu’une fois dans une vie : il l’avait saisi, sans hésiter. Depuis cinq heures, six peut-être, la labyrinthe de l’Étoile Noire l’avait avalé. Et l’avait trouvé à son goût : le gosier tortueux de la station de la mort n’était pas prêt de le laisser partir.
Et cette migraine !
Secteur 3J45H, cette fois. Un long couloir blanc qui ne semble pas avoir de fin. Il baigne dans d’épaisse vapeurs incolores, et, à bout de souffle, sentant ses pieds plier à chaque pas, il s’avance dans le corridor…tandis que l’alerte rouge vient d’être enclenchée, et que des lumières rouges dansent sur le sol.

* * *

Il y a des légendes qui ne meurent jamais. De celles qu’on ne peut oublier. Il y a des légendes qui ont parcouru la galaxie, des héros, des mythes, à travers les mondes et les âges. La mort ne peut les terrasser : leur âme reste planer quelque part dans le ciel, cachée entre deux étoiles. L’une d’elle n’a pas rejoint le ciel : elle s’est battue. Et a gagné.
Mais elle est bien plus qu’une légende. Boba Fett est un tueur de légendes. Et, assis dans le cockpit de son Slave II, le Sarlaac n’est qu’un souvenir, une mésaventure parmi d’autres dont il ne se souviendra plus bientôt. Il n’est pas le spin-off de lui-même, il reste Boba Fett, l’implacable, le mystérieux, l’invincible. Et il le restera toujours. Le plus grand chasseur de prime de la galaxie.
A peine guéri de ses blessures, le canal 22 lui réservait le défi qu’il convoitait. Ce qui fera de lui un mythe. Dark Vador n’était qu’un contrat comme un autre. Un excédent de prudence, tout au plus, lui sera nécessaire.
L’ordinateur de bord calcula les coordonnées de l’Étoile Noire, et, enfin, le Slave II s’élança dans l’hyperespace.
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Darkwilliam » Mar 20 Juin 2006 - 13:59   Sujet: 

J'ai lu cette deuxième partie avec autant de plaisir que la première grâce à un toujours aussi bon style. :wink: Quand je me remémore le premier épisode des aventures de Whills, je me dis que tes progrès ont été immenses Kamo. :shock: :wink:

Bon bref, bon style, bonnes descriptions, fautes d'orthographes moins nombreuses (mais il en subsiste :sournois: ) et histoire qui se met progressivement en place font de cette partie quelque chose de plaisant à lire.

Mais effectivement le début d'utilisation que tu fais de Boba après sa sortie du sarlaac va sûrement rentrer en contradiction avec les romans de la Guerre des Chasseurs de Primes. Toutefois si tu nous réserves un affrontement entre Bossk et Fett, tu seras entièrement pardonné! :D Mais de toute façon dans tous les cas, cet écart UEsque ne nous gâche aucunement la lecture. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar kamocato007 » Mar 20 Juin 2006 - 14:17   Sujet: 

Merci pour ton avis rapide :)

Quand je me remémore le premier épisode des aventures de Whills, je me dis que tes progrès ont été immenses Kamo. Choqué Clin d'oeil


Ca fait plaisir :oops: C'est vrai qu'après une année de FF je ressens bien plus de plaisir à écrire, alors si ça se ressent dans le style, tant mieux :ange:

Mais effectivement le début d'utilisation que tu fais de Boba après sa sortie du sarlaac va sûrement rentrer en contradiction avec les romans de la Guerre des Chasseurs de Primes.


J'ai très longtemps pesé le pour et le contre, mais une image que j'avais dans la tête (fin de la troisième partie :wink: ) m'a poussé à céder à la tentation. Je considére plus mon utilisation de Boba comme un écart que comme une contradiction des romans, par ailleurs assez bons. Je considérerai ça comme un oubli des roman quant aux aventures de Boba après le Sarlaac sur l'Etoile Noire :D

Quoi qu'il en soit, merci pour ta critique :wink:
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Lowie » Mer 21 Juin 2006 - 13:23   Sujet: 

Vador était évidemment au courant - son masque cacha sa face niaise et crispée


Tu parles là de Vador Kamo ou de l'Empereur :? .

Mon avis sur la première partie qui est indépendante un peu du reste de l'histoire si j'ai bien compris est très bien. Le début fait très ouverture de conte... spatial ici :lol: .
Les émotions qui traversent l'Empereur et Vador interpellent fortement le lecteur :) , les portraits brossés st bons, semblent inédits tt en collant bien à ce qu'on connaît déjà d'eux avec mention très bien pr l'Empereur bouffé par l'orgueil plus que Bossk :D .

On est là face à une introduction kamocatienne poétisée qui présente l'ultime plan de l'Empereur : faire assassiner Vador par Boba Fett 8) 8) 8) 8) . Une idée de génie que le conteur inspiré Kamo déroule avec bcp de classe.

Et comme la Force revient en moi, j'annonce mon retr dans le monde des FF cet Eté en ce qui concerne les recueils+quelques autres gdes FF non mais :) :) :) :) ,

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar kamocato007 » Mer 21 Juin 2006 - 13:30   Sujet: 

Tu parles là de Vador Kamo ou de l'Empereur Question .


Toute la scène est perçue par l'oeil de Palpatine. Donc là il s'agit bien de Vador, de sa "face niaise et crispée" quant à la découverte de Palpy :wink:

On est là face à une introduction kamocatienne poétisée qui présente l'ultime plan de l'Empereur : faire assassiner Vador par Boba Fett Cool Cool Cool Cool . Une idée de génie que le conteur inspiré Kamo déroule avec bcp de classe.


Merci :ange: Cette idée me plaisait bien aussi, je suis pas sûre qu'elle plairait à tout le monde :P

Et comme la Force revient en moi, j'annonce mon retr dans le monde des FF cet Eté en ce qui concerne les recueils+quelques autres gdes FF non mais Sourire Sourire Sourire Sourire ,


Ce qui veut dire... ? :sournois: Ton départ de SWu est donc annulé/retardé ? :?
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Lowie » Mer 21 Juin 2006 - 13:43   Sujet: 

Il est retardé jusqu'en août en fait date à laquelle bcp de choses bougeront pr moi dc m'éloigneront du net. Ms je serais que sur certaines FF :wink: . Et ps je sens quelques nouveautés que je n'ai pas le désir de louper - tu vois ce que je vx dire :D -.

Pr en revenir à ta FF elle redonne un coup de fouet très très sympa au recueil :ange: :) ,

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Lowie » Jeu 22 Juin 2006 - 11:15   Sujet: 

Un contrat comme un autre 2e partie de A la Croisée des Destins nouveau joyau fic né de l'imagination débordante de Kamo 8) :) 8) :) , tient la distance avec les meilleurs écrits officiels. Pcq Kamo arrive en quelques paragraphes courts à donner singulièrement une vie propre aux acteurs de sa partie : un stormtrooper égaré dans la labyrinthique Etoile Noire ( :D belle séquence humoristique :D ), Anakin déchiré par le Dragon de son âme empuantie par le CO, Bossk&Boba deux formidables gâchettes qui ont un code bien à eux, un anonyme ravagé par la maladie. Et chose encore plus srprenante, Kamo propose des descriptions soignées et belles piochant avec bonheur dans le vocabulaire de la langue française - j'ai ainsi appris de nouveaux mots :) -.

Bref, c'est génial et donne envie de lire du SW ici srtt la 3e partie qui s'annonce flamboyante de duels :ange: :lol: .

Une réussite quoi,

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar kamocato007 » Jeu 22 Juin 2006 - 11:24   Sujet: 

Encore une fois, merci Lowie :oops:

un stormtrooper égaré dans la labyrinthique Etoile Noire ( Grand Sourire belle séquence humoristique Grand Sourire ), Anakin déchiré par le Dragon de son âme empuantie par le CO, Bossk&Boba deux formidables gâchettes qui ont un code bien à eux, un anonyme ravagé par la maladie.

Je trouvais l'idée de ce "Pulp Fiction-Star Wars" sympa et l'occasion de faire entrée en scène plusieurs persos connus/inventé avec de courtes descriptions mais une histoire propre.

j'ai ainsi appris de nouveaux mots Sourire -.

Je recopierai le dictionnaire dans la troisième partie, pour te faire plaisir :D J'en suis ravi :ange:

Bref, c'est génial et donne envie de lire du SW ici srtt la 3e partie qui s'annonce flamboyante de duels

Je ne l'ai pas commencé -mais elle sera publiée cette semaine- mais oui, je peux annoncer un petit duel céleste entre deux vaisseaux bien connus :wink: et un duel psychologique pour la fin :wink: Le titre de la troisième partie est une référence à la fin de la fic (vue dans ROTJ :wink: ) : Echos :)

Merci encore Lowie !
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Dark Maul877 » Jeu 22 Juin 2006 - 21:12   Sujet: 

Je me joins avec mes amis lecteur !

Ce nouveau chapitre est mieux que le premier avec une trame plus halaitante, plus palpitante et les descriptions agrémentes le récit harmonieusement (je suis aux anges, mois qi adore les descritpions ! :ange: ).

Encore bravo, et on veut la suite ! :P
"A Sith shall know anger, hatred and revenge"
Dark Maul877
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1990
Enregistré le: 06 Aoû 2005
 

Messagepar kamocato007 » Jeu 22 Juin 2006 - 21:21   Sujet: 

Merci pour la pression, les gars :P

Encore bravo, et on veut la suite ! Tirer la langue

Merci DM :) Pour la suite, elle est bien commencée, et arrivera demain normalement :wink: Une suite pas très facile à écrire, puisque des scènes d'émotions pures laissent place à l'action sans transition :wink: Merci encore !
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar kamocato007 » Ven 23 Juin 2006 - 11:23   Sujet: 

Voilà donc la dernière partie d'A la croisée des destins, que j'envoie vite fait avant de me dorer au soleil de Bretagne pour deux jours 8) J'ai adopté une structure un peu spéciale pour quelques scènes, en espérant que ça vous plaira :wink:

________________________________________________________________
A la croisée des destins III
« Échos »

An +4

- Objet non identifié, commandant. Un monoplace non connu du système. Dois-je engager la procédure de destruction ?
Le commandant Lodl laissa planer son regard un instant, hésita mais se résigna :
- Non. Pas encore. A-t-il un canal de communication ?
- Oui. Le vaisseau n’a pas de canal par défaut, mais le code 22 est identifié comme conforme. Ceci dit le vaisseau devrait être identifié, si c’est le cas. (Une lumière bleue clignotait sur le tableau de bord). Il tente de nous contacter. J’allume ?
- Mmm mmm.
Le jeune homme pianota sur son clavier et une voix sombre résonna sur le pont :
- Code 22. Boba Fett. Désactivez le bouclier.
- Vous pouvez vérifier le cryptogramme interne de la console ?
A nouveau, les mains du jeune homme se promenèrent sur le clavier.
- Il s’agit bien de Boba Fett, mais nous n’avons aucun communiqué sur sa venue.
- Mais il a activé le canal 22, n’est-ce pas ?
- Oui, mon commandant.
- Nous avons reçu des ordres. Désactivez le bouclier. Envoyez-lui une escorte et dirigez-le vers le parc approprié.

* * *

Le hangar 14 était plongé dans la pénombre. Les lumières frontales du Slave II violèrent l’obscurité et une pâle lueur éclaira des formes indistinctes, grossières, mais une seule retint l’attention de Boba. C’était un monoplace correlien qui lui rappelait quelques mésaventures passées. Tapis dans l’ombre, dans le silence, la Dent De Molosse semblait l’observer, mais les éclats du Slave s’éteignirent, et rendirent au hangar sa sombre intimité.
Bossk, ici ? Quoique, c’était plausible. L’humanoïde vouait une haine jalouse envers lui -bien sûr, ses talents héréditaires de chasseur de prime avait de quoi agacer. Boba s’en doutait, sa disparition avait ébranlé le monde très fermé des chasseurs. Dans Le Quartier, chacun y allait de son affaire, mais lui les surpassait tous. Après sa mort éphémère s’était engagé une sérieuse compétition des plus déloyales et mesquines. L’héritier de son règne n’était pas encore né, la courte dynastie légendaires des Fett n’avait jamais trouvé d’adversaire digne de ses plates-bandes.
Boba s’affaira aux derniers préparatifs, batteries de blasters, rechargement des roquettes… mais avant de sortir, il jeta un œil prudent sur le radar thermo graphique. Sans surprise, il observa le détecteur thermique examiner avec attention une tâche rougeâtre, visiblement à quelques mètres du vaisseau. Inutile : l’instinct aiguisé de Boba Fett valait toutes les technologies. Bossk était prudent, bien trop orgueilleux, et le sous-estimait complètement. Un vieux truc. Avec un contentement arrogant, il imaginait ce vieux Bossk, tranquille, sûr de son coup, préparer ses canons à tâter du Fett.
Les lumières du Slave II se réactivèrent d’un coup. Une invitation au duel sans équivoque. Une lueur blanchâtre enveloppa la Dent Du Molosse. La réponse. Un léger silence flotta dans l’obscurité profanée -puis les moteurs gueulèrent leur puissance, un long dialogue vrombissant qui ne tarda pas à trouver son apogée.
Bossk tira le premier. Une courte salve, un avant-goût sans précision qui illumina brièvement le hangar d’une furtif éclair rouge. Deux longues flammes soulevèrent le Slave II et ses canons à ions roulèrent sur leurs orbites. Boba inversa la poussée et brusqua les commandes. Sortant du hangar comme une furie, il fut vite suivie par la Dent De Molosse qui cracha lasers et bombes sans parcimonie. Dans un espace réduit, les manœuvres difficiles laissaient peu de fluidité au mouvement. Le champ de bataille improvisé n’excédait pas le kilomètre : franchir le bouclier protecteur de l’Étoile Noire détruirait les inertielles subliminiques.
L’onde de choc d’une torpille à proton qui racla l’aile stabilisatrice Slave II manqua d’en disloquer le cockpit. La Dent De Molosse affamée à ses trousses, le « cyclone » du chasseur correlien évita les tirs qui zébraient l’obscurité.
Boba inversa à nouveau les poussées, concentra la puissance des unités de propulsions sur les moteurs intermédiaires et engagea un looping audacieux en arrière. C’était là tout son talent : permuter la chance, et la faire tourner à son avantage. Devant lui, Bossk, surpris, décontenancé, balançait son chasseur nerveusement, tentait d‘éviter les tirs avec de ridicules manœuvres maladroites. Boba, le sourire aux lèvres, caressa doucement les commandes de tirs. Il n’était pas adepte de la Force, mais il sentait d’ici la colère froide et venimeuse qui animait le trandoshéen.
Assez joué. La règle numéro un du chasseur de prime : ne jamais perdre de temps.
Sous la coque du Slave II, son canon cracha une torpille à proton qui illumina brièvement l’espace -elle va mordre la poussière, ta Dent, Bossk, pensa Boba, alors qu’une traînée de poussière filait à la surface de l’Étoile Noire.

* * *

Ce soir-là, un vent sauvage régnait sur Coruscant. Sa furie planait sur la cité et installait une longue ombre sinueuse sur la ville. La Force était silencieuse. Car tout se jouait, en elle, tout se balançait, tout contraignait son équilibre. Muette, indécise, elle observait l’ombre la conquérir, lentement, attentivement, et chaque seconde était une éternité, l’apogée de milliards de siècles, le zénith de son pouvoir, et l’instant de son sort.
Ce soir-là, tu as crié. Anakin était déjà mort. Il n’avait peut-être même jamais existé. C’était une illusion. Tu as crié et tu as brandi ton sabre. Tu as senti la souffrance de la fatalité, tu as senti que tu ne pouvais pas revenir en arrière, que c’était impossible, que tu n’as pas eu le temps de faire ton choix, de l’étudier et de le trouver judicieux. Tu as juste eu le temps de regretter, de laisser le Dragon s’emparer de toi, pour toujours. Tu sais que tu n’es plus le Jedi, le héros que tu as toujours voulu être. Tu es quelque chose que tu détestes, que tu t’es juré de combattre, mais tu ne peux rien y faire. Tu n’es plus qu’un lambeau, une ombre. Un fantôme. Les flammes qui te brûleront quelques heures plus tard, tu les sens déjà. Elle font partie de toi.
Tu es à terre, les yeux fermés, tu te rends aveugle toi-même, et on te donne un nouveau nom, on enfonce le clou : Anakin est mort. Dark Vador. Tu apprends ton nouveau nom et tu le détestes déjà. Mais tu l’acceptes, comme si tu voulais souffrir, souffrir pour oublier.
Plus tard, tu tueras. Des femmes, des hommes, des enfants. Tu ne connaîtras pas la pitié. Quand, à toi-même, tu te demanderas « Pourquoi », tu ne te répondras pas. Tu enfouiras cette question bien au fond, car c’est la dernière chose qu’il te reste d’Anakin Skywalker : le malheur. La question : pourquoi. Pourquoi as-tu étranglé Padmé ? Pourquoi as-tu voulu survivre et porter ce masque hideux cloué à ton cou que tu ne quitteras jamais ? Pourquoi le Dragon qui crie en toi, qui persécute ton âme, pourquoi le laisses-tu décider de toi, aveuglément, impuissant ?
Sur l’Étoile Noire, tu as la réponse. Quand tu regardes ton fils étreint par les éclairs, t’implorant, se tordant de douleur, tu as la réponse. Et la solution. Tu peux aimer. Tu peux encore aimer. Tu as laissé la haine te détruire il y a vingt ans, et depuis c’est le remord qui te force à continuer de rester Vador. Mais tu aimes ton fils. Quand tu soulève ton ancien maître, c’est par amour. Tu ne souffres même pas des éclairs qui te percent, qui te rongent, car l’amour s’est emparé de toi. Tout entier.
Tu vois Palpatine tomber. Lentement. En même temps que lui, Dark Vador meurt. Anakin, caché, souffrant, meurtris, mais libéré, renaît et observe le regard son fils : doux, silencieux, triste mais heureux. Luke avait raison : tu es toujours Anakin Skywalker. Et, dans la Force, tu le resteras à jamais.

* * *

Secteur J9M11. L’alarme faisait trembler les murs. Et lui courait toujours, sans relâche, tentant désespérément de trouver une sortie. Il tournait en rond. De longues larmes coulaient sur ses joues. Le souffle court, convaincu à chaque tournant que la fin du labyrinthe était proche, il lutait pour ne pas perdre espoir. Mais à l’intérieur de lui-même, il savait son sort scellé. Les sons devenaient lointains, les formes imprécises, et, il refusait de se l’avouer, la vie le quittait peu à peu.
Perdu au milieu de l’Étoile Noire, que la guerre rongeait peu à peu, il ne s’arrêta jamais de courir. Quand un grand choc ébranla la station, il se releva. Quand le bruit des flammes affamées se rapprochèrent de lui, il ne se retourna pas. Quand il les sentit à ses pieds, trop rapides pour être biaisées, il ne perdit pas espoir.
Il ne s’est pas senti mourir. Quand l’Étoile Noire se désintégra, sa vie s’éteignit aussitôt. Sans souffrance. Sans pensée. Il était juste… mort. Et plus personne ne pensa à lui.

* * *


Et onze minutes trente-huit secondes plus tôt…
Un grand fracas ébranla la Dent De Molosse -on aurait dit qu‘un croiseur l‘avait heurté. Au-dessus du vaisseau court-circuité, les flammes embrasèrent le vaisseau, mais se congelèrent aussitôt. L’onde de choc l’avait repoussé avec une telle violence… Tournoyant toujours sur lui-même, Bossk fit un rapide état des lieux : les moteurs subsidiaires n’avaient pas survécu au bouclier protecteur de l’Étoile Noire, et une partie des inertielles subluminiques se désintégrait dans l’espace.
Les commandes paniquaient. Des lumières s’allumaient, s’éteignaient, clignotaient ça et là, mais Bossk parvint à stabiliser la Dent. Quand son champ de vision fut clair, l’Étoile Noire était loin, mais il aperçut le Slave II filer et disparaître sous la courbe striée de la station orbitale. Le Slave II filait… il se pavanait, pensait Bossk avec rage.
Ses longs bras visqueux mirent en bouillie l’ordinateur de bord. Il frappa, frappa jusqu’à en saigner toutes les commandes du cockpit. Le vaisseau dérivait dans l’espace, tranquillement, l’Étoile s’éloignait, lentement, et la rage qui l’animait le consumait complètement. Au loin, la mitraille de la Guerre Des Étoiles zébrait l’horizon…
Ce qu’il restait de son vaisseau le permettait tout juste de trouver un astroport. Pas de mener une nouvelle bataille. Il allait encore devoir se contenter du second plan. Et tandis que sa lumière s’évanouissait dans l’espace, les projecteurs revinrent sur Boba Fett…

* * *

Il courait d’un pas sûr, rapide, dans les couloirs de l’Étoile Noire en caressant amoureusement son blaster. L’alarme venait de retentir - les impériaux s’empressaient dans les longs corridors blancs. Les hangars se vidaient peu à peu, et aucune trace de Vador. Les mûrs semblaient de plus en plus étroits, comme si la station de combat s’étouffait dans le feu de la guerre. Des vies, des destins, des sorts s’entremêlaient brièvement dans les couloirs, sans attaches, sans un mot, comme s’ils naissaient et s’évaporaient aussitôt…
Le seul destin qui compte, c’est le tien. Ton regard reste plaqué sur ta route et ton objectif : Vador. Tuer Vador. Tu jettes un coup d’œil furtif dans les hangars remplis de fumée, mais tu ne vois rien. L’agitation autour de toi, tu ne la vois même pas. Tu es Boba Fett. L’implacable, l’invincible, au passé oublié, torturé dans une âme damnée.
A cet instant, lorsque tu bifurques à la croisée des destins, tes yeux s’écarquillent. En toi, tout brûle et se réveille : des souvenirs, des émotions, que tu croyais enfouis, morts à jamais.
Tu t’écroules, tu sens ton cœur battre lentement, et tu observes.
Tu observes…


* * *

Luke prit entre ses mains le casque de son père, attendit d’être prêt pour voir, pour la première fois, son vrai visage. Il ne sût alors quelle émotion triomphait en lui : la joie de l’avoir libéré de Dark Vador, sa prison, ou une profonde tristesse, douce mais amère, de sentir dans la Force les derniers souffles de son père.
Anakin sentit vingt ans de souffrances disparaître en même temps que son fils le libérait de Dark Vador. Son casque, son bagne, sa douleur, tout lui était enlevé, et il se sentit Anakin, pour la première fois depuis… trop longtemps.
Son visage était couvert de cicatrices, de brûlures, mais un beau sourire l’illuminait. Libéré. Oui, il était libéré. Et pouvait voir son fils comme un père devait l’observer. Avec amour. Le voir effaça toutes ses souffrances, et il sentait que sa vie touchait à sa fin. La Force l’étreignait doucement, lentement, mais le temps lui était compté.
- Maintenant… vas, mon fils. Laisse-moi… fit-il en profitant de chaque instants précieux.
- Non… vous allez venir avec moi, je ne vous laisserai pas ici, il faut que je vous sauve…
Il allait mourir. Le Dragon, dans sa mort, l’avait emporté avec lui. Plus que quelques secondes…
- Mais tu l’as déjà fait. (les formes, les couleurs, devinrent indécises, confuses…) Luke, tu avais raison, tu avais raison à mon sujet… (Son cœur s’arrêta de battre. Il s’éloignait, s’éloignait… rejoignait la Force.) Dis à ta sœur… que tu avais raison…
Et la voix de son fils, lointaine, l’accompagna dans son voyage.
Père…je ne vous abandonnerai pas…

* * *

Et toi, Boba, tu les regardes. Tu vois un fils tenant le casque de son père, et la mort, sans pitié, séparer deux êtres qui s’aiment. Tu n’es plus sur l’Étoile Noire, tu n’es plus Boba Fett, l’invincible chasseur de prime, tu es l’enfant, le fils, sur le sable de Géonosis, et tu tiens le casque de ton père, contre ta tête, comme si tu pouvais encore lui parler, sentir son odeur rassurante… Et tu pleures, des mêmes larmes qui coulaient de ta haine, de ta peur, il y a trente ans.
Tu vois qu’il reste encore de cet enfant, en toi, qu’il n’a pas disparu avec ton père, que la colère d’être orphelin est encore en toi, et qu’elle te fait trembler, invisible, impalpable, mais tu la sens en toi comme ton sang coule dans tes veines, comme tes larmes coulent sur tes joues.
Tu es parti. Tu cours dans les couloirs de l’Étoile Noire, tu fuit car ton passé que tu voulais oublier te rattrape. La station va exploser, des flammes furibondes s’élèvent et l’enveloppent, quand ton Slave II l’a quitté…
Tu sèches tes larmes.
Peu à peu, tu oublies… Peu à peu, tu redeviens l’implacable, l’imbattable, le chasseur de prime Boba Fett, celui qui n’éprouve aucune peur, et tu disparais dans l’espace, vers d’autres aventures…

* * *

Et l’Étoile Noire explose, à la croisée des destins.
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Lowie » Ven 23 Juin 2006 - 12:00   Sujet: 

Kamo je n'ai pas reçu attaché le fichier word de ta ff :? .

Peux-tu réessayer,

mrci,

si tu aimes Boba Fett tu devrais acquérir le tome spécial du CO 7 consacré à ses aventures plutôt ouf :D :wink: ,

Lowie.
Maître Lowbacca diplomate FRAG, membre du Comité de Respect des Gungans, a dit : "Forever Ferlus !!!!!"
Lowie
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3687
Enregistré le: 10 Juil 2004
Localisation: Ferlus
 

Messagepar Matth Katarn » Sam 24 Juin 2006 - 12:11   Sujet: 

Bon alors, comme d’habitude, c’est notre ami Lowie qui m’a amené à lire A la Croisée des Destins, fanfic de Kamo… Lowie l’encensait, et je sais que j’ai toujours apprécié les nouvelles de Kamocato, donc je m’attendais déjà à quelque chose de bien…

Commençons juste par quelques chipotages :

- C’est juste un détail, mais Palpy sur un trône en or lol

- Autre détail : on sait que Boba Fett préfère ne pas combattre Vader… ils se sont déjà heurté sur Maryx Minor, et pendant la conspiration du Moff Trachta et ses amis, Fett sait qu’il n’a aucune chance en voyant Vader combattre et il préfère s’allier à lui plutôt que remplir son contrat. Bref, ça aussi c’est un détail… mais bon, Fett a plus l’habitude de travailler pour Vader, donc trahir un de ses meilleurs employeurs, c’est limite comme idée ^^ »

- Euh… sinon Boba Fett n’est pas « libre » pendant la Bataille d’Endor en fait ^^ » ça ça me pose un léger problème pour l’UE lol

Alors au niveau de l’histoire… je sais pas, je trouve que « ça sent trop l’amour » lol En fait j’aime bien quand on cristallise les sentiments, mais là je trouve pas super crédible la manière dont c’est mis en avant…
Dans le même ordre d’idées, je trouve que ça efface un peu le reste, notamment la manière dont Fett arrive sur la Death Star. Le parallèle avec Fett tenant le casque de Jango est par contre une excellente idée :D
Sinon le style s’améliore, il est vrai, mais les personnages s’expriment parfois un peu vulgairement je trouve… en tous cas, le ton ou les mots employés ne correspondent pas forcément au perso :s

A part ça, l’idée de Palpy qui veut assassiner Vader à Endor, bah je ne ferais qu’appuyer cette idée, étant donné que je l’ai défendu moi-même à plusieurs reprises. Si le choix de Fett n’est pas forcément astucieux (la manière dont il s’infiltre, ou s’échappe, ça pose problème, mais surtout l’UE le mentionne ailleurs…

Bref, ça reste au-dessus de la plupart des fanfics au niveau du style (mais pas toujours bien maîtrisé :s), mais je trouve ça légèrement décevant pour du Kamocato, et je trouve ça dommage :s
- Êtes-vous un ange?
- Quoi?
- Un ange. Ils vivent sur les lunes de Iego, je crois. On dit qu'elles sont les plus belles créatures de tout l'univers.
Matth Katarn
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 993
Enregistré le: 12 Aoû 2004
Localisation: Avec un ange...
 

Messagepar Django » Sam 24 Juin 2006 - 13:40   Sujet: 

WAHOUUUUUUUUUUUUUUU!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Notre ami Kamo a mis du temps à prendre de nouveau la plume, étude oblige :sournois: :sournois: :sournois: :sournois:

Avec ce récit, il fait fort. Il a bien cerné le personnage de Boba Fett malgré ce que vient de dire Matth, car personnellement je pense que Boba peut avoir une petite étincelle d'humanité.

J'espère qu'il ne s'arrêtera pas là et qu'il va nous faire vivre d'autres histoires.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Matth Katarn » Sam 24 Juin 2006 - 13:54   Sujet: 

Django a écrit:Avec ce récit, il fait fort. Il a bien cerné le personnage de Boba Fett malgré ce que vient de dire Matth, car personnellement je pense que Boba peut avoir une petite étincelle d'humanité.


Je ne parlais pas des sentiments de Boba Fett justement dans ma critique ;) Mais plutôt de Luke/Vader :s
- Êtes-vous un ange?
- Quoi?
- Un ange. Ils vivent sur les lunes de Iego, je crois. On dit qu'elles sont les plus belles créatures de tout l'univers.
Matth Katarn
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 993
Enregistré le: 12 Aoû 2004
Localisation: Avec un ange...
 

Messagepar Invité » Sam 24 Juin 2006 - 15:00   Sujet: 

Voilà ma nouvelle sur ce que ressentit une personnalité importante de l'Empire lors de la mort de l'Empereur.

Un grand vide.


Mara Jade se promenait dans les rues de Theed et s’était arrêtée à un bar. Elle sirotait une spécialité du coin, pas mauvaise somme toute, mais là ne résidait pas son objectif : elle devait trouver un bloc de partisans aux Rebelles.

Le bar était sombre, malfamé, et les tables étaient, pour la plupart, délabrées ou de contrefaçon. Mais, au fond du bar, dans l’encoignure, il y avait un homme qui intriguait Mara : encapuchonné, une tunique sombre presque noire, il était aux aguets et levait la tête tout le temps. C’était bon : elle avait trouvé un des partisans mais, étant donné qu’il était méfiant, cela voulait dire qu’ils étaient au courant de sa mission.

Elle héla le garçon pour commander la même chose : non qu’elle aimait mais il fallait qu’elle garde un œil sur le Rebelle.

Une bonne heure après il se décida enfin : il appela le garçon pour lui demander l’addition, il paya et resta cinq minutes encore. Soudainement, il sortit un blaster et ouvrit le feu sur Mara, mais c’était sans compter les talents de prémonition de la Main de l’Empereur. Effectivement, cette dernière riposta et les lasers se croisèrent eu dessus de la tête d’un Ithorien qui n’eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Mara, voyant les talents de tireur du Rebelle, Mara décida de changer de tactique : elle opta pour l’attaque. Son adversaire surprit par le changement soudain de tactique de sa rivale, dû se ressaisir rapidement pour ne pas mourir.

Mara visa le lustre au-dessus de la tête de son adversaire pour le déconcentrer et cela marche, il regarda au dessus et Mara en profita pour lui tirer sur le bras et ainsi le blesser.

Touché, le Rebelle se leva et bouscula la foule encore sous le choc.
« Il ne faut en aucun cas que je le perde de vue. » pensa Mara.
Elle le suivi donc et s’engagea dans les rues mouvementées de Theed. C’était un jour de fête pour les Naboo étant donné que c’était le 36° anniversaire de l’union des Gungans et des Naboo. Les enfants couraient dans tous les sens et les mères essayaient de les rattraper pour aller chez telle ou telle personne mais avant tout pour aller à l’hôtel de ville pour fêter l’union des deux peuples.

Mara arriva à suivre le Rebelle jusqu’à l’hôtel en question : cela dépassait l’imagination de Mara, des gens à perte de vue, des concerts dans tous les coins de la place et tout le monde chantait. Soudain, dans le sillage de l’homme, une bombe explosa. Ce fut la débranlade, tout le monde criait, et les secours arrivaient. Les agents de police levèrent les yeux de leur verre lorsque l’explosion retentie et ils suivirent le Rebelle.

Mara était arrivée au niveau de l’estrade lorsqu’elle ressentit une douleur dans la tête : elle hurla de toutes ses forces et un bruit strident sorti des hauts parleurs. Toute la foule s’était tue et fixait la personne dont provenait se bruit inhumain. Mais Mara ne s’en souciait guère, elle hurla, hurla jusqu’à l’explosion de ses poumons mais elle n’eut pas besoin d’arriver à cette extrémité. Elle vit toute sa vie défiler : le jour où Palpatine la montra à Vador lors d’un entraînement où elle faillit tuer un agent de l’Empire. Elle vit le moment où Jabba le Hutt l’avait refusée au bord de sa barge pour l’exécution de Skywalker.

Et c’est alors que Mara avait compris qu’elle pouvait arrêter sa mission, plus personne ne l’en empêcherait, sa douleur ne pouvait signifier qu’une chose : la mort de l’Empereur.
Invité

 
 

Messagepar Django » Sam 24 Juin 2006 - 16:11   Sujet: 

Matth, j'avais compris que tu parlais de Luke et de Vador mais j'ai préféré parler de Boba.

Changeons de sujet.

Je viens de lire la courte nouvelle de Quin-Van kenobivos. Elle est pas mal écrite mais il y manque un peu de description des lieus, des personnages. La bataille entre Mara et le Rebel devrait être un peu plus étoffée. Malgré tout cela se lit facilement. Allez un peu de courage essaies d'améliorer ton texte.

@ plus
Django
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 674
Enregistré le: 14 Avr 2004
Localisation: boissières - 30
 

Messagepar Invité » Sam 24 Juin 2006 - 16:55   Sujet: 

O.K je vais l'améliorer.
Invité

 
 

Messagepar Darth Vile » Sam 24 Juin 2006 - 17:02   Sujet: 

D'ailleurs, je suis désolé de te dire que la réaction de Mara lors de la mort de l'Empereur a déjà été étudiée, et elle est sur Coruscant quand elle la ressent, cf le comic-book Mara Jade: By The Emperor's Hand...
"Perdus ? Ah non ne dîtes pas ça ! Tant qu’elle est avec Teydo Pa’aja, une femme n’est jamais totalement perdue..." Teydo Pa'aja - Le Groupe Kenobi
"Can't look. Can't look... No power in the 'verse can stop me." River Tam - Firefly
Darth Vile
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1166
Enregistré le: 15 Fév 2003
Localisation: Entre les lignes du Dossier Force
 

Messagepar Invité » Sam 24 Juin 2006 - 17:10   Sujet: 

ah, désolé je savais pas que ca existait.
Invité

 
 

Messagepar kamocato007 » Sam 24 Juin 2006 - 18:53   Sujet: 

Merci Matth d'avoir lu la nouvelle, je réponds à quelques unes de tes critiques :

A part ça, l’idée de Palpy qui veut assassiner Vader à Endor, bah je ne ferais qu’appuyer cette idée, étant donné que je l’ai défendu moi-même à plusieurs reprises. Si le choix de Fett n’est pas forcément astucieux (la manière dont il s’infiltre, ou s’échappe, ça pose problème, mais surtout l’UE le mentionne ailleurs…


L'idée que Palpy veuille tuer Vador devait faire l'objet de la nouvelle,bien sûr, mais le parrélèle entre Luke/Boba et Vador/Jango me plaisait tellement que j'ai cédé à la tentation, quitte à m'écarter de l'UE, c'est vrai, mais l'idée me plaisait trop, mea culpa, même si je la savais assez difficile à mettre en pratique.
Après j'ai sans doute été trop rapide sur l'intrigue et trop lent sur des détails, c'est une lacune que j'ai :roll:

- Autre détail : on sait que Boba Fett préfère ne pas combattre Vader… ils se sont déjà heurté sur Maryx Minor, et pendant la conspiration du Moff Trachta et ses amis, Fett sait qu’il n’a aucune chance en voyant Vader combattre et il préfère s’allier à lui plutôt que remplir son contrat. Bref, ça aussi c’est un détail… mais bon, Fett a plus l’habitude de travailler pour Vader, donc trahir un de ses meilleurs employeurs, c’est limite comme idée ^^ »


Question de point de vue, mais c'est vrai que dans les films et la plupart des bouquins Fett est perçu comme quelqu'un de très calculateur (dans le sens où il sait jaucher ses chances de réussite) et va dans le sens du vent. L'idée que j'ai de lui, et que j'ai défendu dans ma première nouvelle sur Boba dans l'autre recueil, est de quelqu'un de très fier et qui cherche la gloire avant tout. Quitte a lui mettre une couche sentimental plus épaisse, ce qui lui manque vraiment à mon avis, et je rebondis sur :

Alors au niveau de l’histoire… je sais pas, je trouve que « ça sent trop l’amour » lol En fait j’aime bien quand on cristallise les sentiments, mais là je trouve pas super crédible la manière dont c’est mis en avant…

C'est mon côté fleur bleu lol, j'avoue m'être laissé aller,et c'est sans doute le fait d'en avoir trop qui nuit à l'équilibre de la fic. Je sais ce que j'ai voulu faire, je sais que je ne l'ai pas vraiment réussi, surtout l'idée que je me faisais de la troisième partie, mais je la retoucherai pour espérer la faire publier dans le recueil. Mon projet de fic se met en place, j'aurai très peu de temps ces temps-ci, quoiqu'il en soit :

Bref, ça reste au-dessus de la plupart des fanfics au niveau du style (mais pas toujours bien maîtrisé :s), mais je trouve ça légèrement décevant pour du Kamocato, et je trouve ça dommage :s


Pour le style je retoucherai ça au scalpel lol, même si j'en suis globalement satisfait (pour parties 1 et 2). C'était ma dernière participation au recueil qui touche à sa fin, mais pour le prochain topic j'espère que ça te plaira davantage si tu la lis.

Avec ce récit, il fait fort. Il a bien cerné le personnage de Boba Fett malgré ce que vient de dire Matth, car personnellement je pense que Boba peut avoir une petite étincelle d'humanité.


Cerner le personnage de Boba est difficile, puisqu'il est très ambigue (dû justement à une trop pronfonde sobriété dans les bouquins)Par conséquent on l'imagine un peu comme on veut, mais je persiste avec ma "Chasse au Jedi" sur l'autre recueil, Boba a un côté lumineux et je pense que la mort de son père le ronge beaucoup.Encore une fois, question de point de vue :ange: Merci Django pour ta critique :wink:
[i]Kamo.
kamocato007
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Enregistré le: 27 Aoû 2004
Localisation: Ailleurs.
 

Messagepar Matth Katarn » Sam 24 Juin 2006 - 19:10   Sujet: 

kamocato007 a écrit:C'est mon côté fleur bleu lol, j'avoue m'être laissé aller,et c'est sans doute le fait d'en avoir trop qui nuit à l'équilibre de la fic.

Peut-être ^^" Enfin, je faisais la remarque parce que j'ai aussi tendance à être "fleur bleue", même si ça se voit pas trop dans les fics en général lol Mais là j'ai trouvé que c'était trop de surenchère en fait lol

C'était ma dernière participation au recueil qui touche à sa fin, mais pour le prochain topic j'espère que ça te plaira davantage si tu la lis.

Pas de soucis ;)
De toutes façons, mes critiques étaient surtout une question de point de vue, donc si on prend la nouvelle en général, elle tient largement la route ;)
- Êtes-vous un ange?
- Quoi?
- Un ange. Ils vivent sur les lunes de Iego, je crois. On dit qu'elles sont les plus belles créatures de tout l'univers.
Matth Katarn
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 993
Enregistré le: 12 Aoû 2004
Localisation: Avec un ange...
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations