[Fini/Novella]L'Ordre Nouveau - Soldats

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar Titi77 » Sam 26 Mai 2007 - 15:25   Sujet: 

Et voilà !
Pour information, la fin approche à grand pas, même que ce chapitre est l'avant dernier. Et oui, tout à une fin.

En attendant, bonne lecture.


============================

Chapitre 7 - L'Épreuve




Ouranos V, orbite haute.


Sur la passerelle de commandement du Retaliator, le commodore Waldemar observait la planète à travers la baie. Il se sentait las : une fois de plus, des hommes allaient mourir sous son commandement dans une lutte sans espoir. Bien sûr, grâce à l'initiative du colonel Taras, ils avaient une chance réelle d'en sauver quelques uns mais à quel prix ? Les souvenirs profitèrent alors de ce moment pour se rappeler à lui : les batailles perdues, les unités sacrifiées, tant d'échecs tactiques mais nécessaires pour la victoire finale. Une nécessité à laquelle il croyait dur comme fer car c'était la seule justification possible à tout ce sang qu'il savait avoir sur les mains. Même les victoires qui lui revenaient semblaient avoir été payées beaucoup trop cher. On s'approcha de lui mais il ne réagit pas, captivé par ses réflexions.
« Commodore, le lieutenant Jarek appelle : il demande des instructions, annonça le capitaine Joris. »
Et maintenant, tout allait recommencer : l'ordre de tenir à tout prix, la résistance désespérée, les cris, les morts. Mais surtout, se rappela-t-il, l'espoir. Dérisoire, fragile, facétieux, trompeur mais présent. Alors, lentement, le commodore se retourna, remercia le capitaine et se dirigea vers la console de communications.


Ouranos V, site archéologique.

« Ici le commodore Waldemar, à vous.
- Commodore, ici le lieutenant Jarek. Nous avons terminé la reconnaissance sur le site archéologique. Résultats : les scientifiques fouillaient une sorte de grand temple souterrain où se trouvaient les droïdes de combat et aussi un vieil ordinateur que nous n'avons pas eu le temps de réactiver. Les machines seront sur nous à l'aube. Je demande l'autorisation de poursuivre ma route vers le sud pour rallier une Z.A plus favorable.
- Négatif lieutenant. Autorisation refusée, je répète : refusée.
- Que ? !
- Ecoutez-moi. Je vous donne l'ordre formel de tenir le site jusqu'à nouvel ordre.
- Mais commodore ! Nous ne pourrons pas tenir face à plusieurs milliers de droïdes de combat ! Nous n'avons pas la puissance de feu nécessaire à …
- Je ne vous demande pas de les battre mais de résister le plus longtemps possible lieutenant. Utilisez vôtre tête.
- Attendez, je désire que le major Esyllt confirme cet ordre. »
Le désespoir et la colère de Jarek étaient presque palpables. Après quelques secondes de pause, une nouvelle voix retentit, la gorge serrée par l'émotion :
« Ici le major Esyllt. Lieutenant Jarek, je confirme l'ordre de tenir le site jusqu'à nouvel ordre. Je répète : ordre confirmé. »
Le commodore reprit alors la parole :
« Voilà, lieutenant. Tout est dit. Je vous souhaite bonne chance.
- Merci, grommela t-il. Ne nous oubliez pas si vite là haut.
- Ne vous inquiétez pas lieutenant. Que la …
- Pardon ?
- Encore, une fois bonne chance lieutenant, se reprit Waldemar avant de couper la transmission. »

« Que la Force soit avec vous, ajouta intérieurement le commodore. Et voilà, pensa t-il. J'en ai condamné à nouveau. » Cette fois, il eut du mal à lutter contre l'émotion et se retira dans sa cabine.

Sur Ouranos V, Jarek se tourna vers ses hommes. Les regards échangés furent éloquents. Il prit une grande inspiration et lança :
« Nous devons tenir le site à tout prix. Bien que je ne sache pas comment. Ecoutez : pendant vingt ans je me suis battu, j'ai exécuté les ordres qu'on ma donnés sans me poser de questions. Mais aujourd'hui, je ne vois pas l'intérêt d'obéir. Aussi, tous ceux d'entre vous qui voudraient tenter leur chance en allant vers le sud sont libres de le faire. Quant à moi, pour la dernière fois, j'obéirai à un ordre que je sais être absurde. »
Un silence de mort régnait dans les rangs. Au bout d'une minute d'indécision, Sanaz ne put se retenir et demanda :
« J'espère que vous avez un meilleur plan que de rester planté là, lieutenant !
- Parce que vous avez une idée peut-être ?, rétorqua l'officier, énervé par l'impertinence de la jeune femme.
- Et bien, on pourrait s'asseoir autour d'un feu de camp et se mettre à chanter. Ou alors ouvrir le manuel au chapitre "défendre une position", ça serait déjà un bon début je crois !, répliqua t-elle d'un ton acerbe. »
A cette dernière remarque, Jarek faillit la frapper mais quelque chose le retint au dernier moment. Elle a raison, pensa t-il. On ne peut pas attendre comme des banthas écervelés. Il se rappela alors avec regret que d'ici un mois il aurait été soit à la retraite, soit muté comme instructeur, mais sa décision était prise. Les prochaines heures marqueraient la fin de sa carrière en service actif alors autant terminer en beauté.
« D'accord caporal, nous allons préparer la réception. Prenez Mapper avec vous et allez déposer le sergent dans l'une des salles au début du souterrain. Ensuite, je veux que vous rassembliez tout ce qui puisse servir d'explosif dans le coin : mines, grenades, charges de démolition, carburant, alcools, produits chimiques, … Jia et Derek, vous allez vous poster en sentinelles à l'entrée du camp jusqu'à ce qu'on ait fini ici. Quant aux autres…, un sourire carnassier apparut sur ses lèvres. Vous allez faire des pâtés de sable, termina t-il. »
Tous se dispersèrent vers leurs tâches sans attendre. Portant le brancard du sergent avec Mapper, Sanaz se dirigea vers la première salle du souterrain et déposa Jawa Juice près d'une des statues agenouillées. Le transport l'avait réveillé et il s'enquit de la situation.
« Génial, fut sa réaction face au compte-rendu de Sanaz. Donc on va faire des châteaux de sable pour contrer quelques milliers de tas de ferraille armés jusqu'aux dents et incontrôlables ?
- Quelque chose comme ça. J'aurais préféré un feu d'artifice pour clôturer les festivités mais on risque de pas avoir les moyens. »
Secoué par une quinte de toux, il demanda :
« Caporal, avant de me laisser là, pourriez-vous me faire une faveur ?
- C'est-à-dire ?
- Je voudrais avoir de quoi en envoyer quelques uns à la casse avant de les suivre, expliqua le blessé en toussant.
- Mapper, remontez, ordonna Sanaz.
- A vos ordres, répondit le clone avant de s'exécuter. »
Restée seule avec Jawa Juice, elle lui tendit deux objets : son propre pistolet blaster et une grenade.
« Faites en bon usage sergent, déclara t-elle avant de quitter les lieux. »
Dehors, elle vit Ashoka en train de creuser une tranchée à une dizaine de mètres de l'escalier. Compass et Stardriver l'aidaient tandis que Mapper venait vers elle avec le lieutenant. Après un bref entretien, elle partit avec Mapper vers les baraquements. Les excavations se poursuivirent tandis que les deux comparses passaient de baraquement en baraquement avant de se mettre à creuser eux aussi. Vers minuit, tout fut achevé et ils se rassemblèrent devant l'entrée des souterrains pour un dernier exposé du plan de bataille avant d'aller prendre un peu de repos.

***

Sanaz fut réveillée une heure avant l'aube par Jia.
« Tout le monde en position, annonça-t-elle en guise de justification. »
Elle alla donc gagner la place qui lui était attribuée, au centre de la tranchée. A sa gauche se trouvaient Jia puis Ashoka tandis que le lieutenant et Derek se tenaient à sa droite. Les clones, quant à eux, étaient répartis deux par deux dans des positions périphériques : Helm et Mapper avec le T-21 récupéré sur le corps de Kylee étaient à gauche des occupants de la tranchée tandis que Compass et Stardriver avec le T-21 de Derek se trouvaient à droite.
Des boîtes de rations furent distribuées. « Double portion aujourd'hui », expliqua t-on; et la troupe prit des forces pour ce qui serait sans nul doute une journée éprouvante. Une fois le repas terminé et son équipement vérifié une énième fois, Sanaz se résigna à attendre l'aube tout en luttant contre l'angoisse qui, peu à peu, s'insinuait en elle. Sa condition de Zabrak et son expérience personnelle en faisaient une optimiste convaincue et la poussaient à tout faire pour que ses prédictions se réalisent. Maintes fois, ce tempérament l'avait aidée à se ressaisir : après leur fuite de Kuat, lors de son entraînement militaire, … Mais n'espérait-elle pas trop par rapport à leur situation actuelle ? Même si des secours étaient envoyés, arriveraient-ils à temps ? Et surtout, leur seraient-ils d'une meilleure utilité que celle de périr à leurs côtés ?
Non ! cria-t-elle intérieurement. Il y a toujours de l'espoir ! Même si son destin était de mourir sur cette planète désertique, elle se devait - envers elle, envers ses compagnons d'armes, envers ses supérieurs - de ne pas laisser la Mort venir la prendre sans contrepartie.
Un coup de coude de Jia l'arracha à ses réflexions : le soleil se levait et les couleurs revenaient au fur et à mesure habiter le campement endormi. Puis, peu à peu, le silence fut remplacé par un son qui se précisa : le craquement d'une multitude d'articulations métalliques rehaussé par le bruit de pieds métalliques s'enfonçant dans le sable.
Comme convenu, les soldats remirent leurs casques, se cachèrent dans leurs tranchées et attendirent …
Les droïdes finirent par s'arrêter peu après l'entrée du site et prirent une formation en demi-cercle. Trois groupes se détachèrent du corps principal et se positionnèrent devant les entrées de chacun des baraquements. Ils attendirent un peu et - simultanément - enfoncèrent les portes pour prendre d'assaut les bâtiments. La dernière machine était à peine entrée lorsque, soudainement, les bâtiments explosèrent en une grande gerbe de feu et de débris. La fumée, en se dissipant fit apparaître des cratères noircis.
Un point pour les gentils, pensèrent les humains. Quelques pouces se levèrent pour féliciter Sanaz et Mapper d'avoir piégé les bâtiments. Mais ce n'était qu'une infime partie de la horde qu'ils avaient à affronter. Pourtant, les machines tueuses n'avancèrent pas de suite, elles semblaient réfléchir.
« Elles ne peuvent pas nous voir sauf si elles ont des détecteurs de chaleur », chuchota le lieutenant dans son comlink.
Comme si ils l'avaient entendu, les droïdes tournèrent leurs yeux électroniques dans sa direction et se mirent à avancer au pas cadencé.
C'était un spectacle terrible : des êtres équipés comme des soldats, agissant comme des soldats. Mais des êtres artificiels. Ils ne connaissaient ni la peur ni la douleur, le goût et la vue du sang les laissaient indifférents : leur seul désir était d'obéir à leur programmation. Programmation qui se résumait à : éliminer tous les intrus.
Ils n'étaient plus qu'à deux cent mètres des positions impériales. Toujours aucune réaction des défenseurs. Dans la tranchée, le lieutenant chuchotait toujours :
« Attendez encore… encore… ».
Et ils attendaient.
Plus que cent cinquante mètres.
Cent quarante huit, cent quarante sept, cent quarante six, cent quarante cinq…
Les trois premières lignes des attaquants furent détruites par une série d'explosions : la dizaine de mines artisanales fabriquées par Sanaz pendant la nuit. Dorénavant, les seuls explosifs restants étaient la dotation individuelle de grenades de chaque homme.
Les forces mécaniques ne furent guère secouées par la perte de leurs congénères et reprirent l'assaut. En traversant le rideau de fumée marquant la tombe de l'avant-garde, elles furent accueillies par des tirs en provenance de la tranchée impériale. Leurs capteurs analysèrent l'attaque et rendirent leur verdict : armes d'infanterie, faible puissance. Bien que chacun de ces tirs abatte l'un d'entre eux, leur détermination n'en fut que renforcée et ils reprirent l'attaque.
Quand ils ne furent plus qu'à cent mètres, les positions occupées par les clones se démasquèrent et les rangs droïdes furent ravagés par les tirs croisés des T-21. Mais ils étaient trop nombreux et la masse mécanique se rapprochait inexorablement …
A cinquante mètres, le lieutenant ordonna de lancer une salve de grenades. Sanaz en ramassa une, la dégoupilla et la lança aussi loin que possible, imitée par les autres. Les neufs explosions déchirèrent encore une fois les lignes adverses et, miraculeusement, la formation des droïdes changea : ils se repliaient.
Mais la joie des fantassins impériaux fut de courte durée car, à deux cent mètres d'eux, la ligne se reforma et les machines repartirent à l'attaque. Cette fois, elles ouvrirent le feu. Les tirs étaient heureusement imprécis mais obligèrent les humains à s'abriter mieux ce qui diminua l'efficacité de leur riposte.
Une fois encore, des grenades furent lancées et les droïdes se replièrent pour attaquer de nouveau. Par trois fois la même situation se répéta : les tirs étaient échangés jusqu'à ce que les droïdes ne soient plus qu'à cinquante mètres. Alors, une salve de grenades les faisait se replier et ils attaquaient de nouveau.
Mais les grenades finirent par s'épuiser et les machines avançaient de plus belle. Leur cadence de tir augmenta et Sanaz dut se baisser pour éviter plusieurs traits qui transformèrent le sable en verre devant elle. Cependant, un problème plus pressant que la précision des tirs droïdes se faisait jour : les munitions. En effet, le T-21 de Stardriver cessa de tirer et ce dernier ressortit son fusil E-11 pour riposter. Quelques secondes plus tard, ce fut au tour de Mapper de changer d'arme. La perte des blasters lourds venait d'entamer sérieusement leur puissance de feu et les droïdes dépassèrent la limite symbolique des cinquante mètres. C'est alors que Sanaz remarqua que l'un des assaillants ne portait pas de fusil-blaster. Elle mit une seconde - qui lui sembla une éternité - avant de se rendre compte de quoi il s'agissait et de réagir en conséquence. Elle cria dans son comlink intégré :
« Abattez celui-là au centre ! Il a une… »
Trop tard.
Le droïde activa le détonateur thermique qu'il portait et le lança. Neuf traits de blaster le désintégrèrent mais le mal était fait : la position occupée par Compass et Stardriver fut secouée par une explosion, les corps sans vie des deux clones projetés au loin.
Plus que vingt mètres avant le corps à corps final.
Le lieutenant Jarek hurla pour se faire entendre :
« Il faut qu'on se replie ! Helm, Mapper : préparez-vous à nous couvrir !
- On pourra pas se replier comme ça !, hurla Sanaz.
- Pas le choix ! A mon signal : une, deux, »
A ce moment, un nouvel hurlement retentit, mais il ne provenait pas de leurs comlinks : c'était le sergent Hoffie qui avait on se sait comment trouvé la force de se relever. Hurlant comme un dément, il se jeta dans la mêlée, faisant feu de son blaster. Il ne se passa pas longtemps avant que les droïdes de guerre ne l'abattent mais il eu le temps de lancer sa grenade sur le centre de leur première ligne.
Le sacrifice du sergent leur avait offert la diversion dont ils avaient besoin pour se replier sans trop de casse; ce qu'ils firent, couverts par Helm et Mapper.
Une fois au bas des marches, ils suivirent le plan initial qui consistait à tendre une embuscade aux droïdes depuis les deux pièces contenant les statues agenouillées. Le groupe principal se mit en position et attendait que les clones arrivent quand les premières machines firent irruption au bas des marches et abattirent Helm. Mapper put se cacher dans la pièce d'en face et ils attendirent.
Le claquement des innombrables pieds métalliques allait en s'accroissant… Ils étaient tout proches maintenant. Le lieutenant fit un geste et les impériaux sortirent en hurlant.
Le cri avait pris les machines par surprise et une quinzaine tomba avant que les autres ne réagissent et forcent les fantassins à se mettre à couvert derrière le tournant, toujours couverts par Mapper. Mais il n'alla pas plus loin et dit aux autres de continuer sans lui. Il épuisa encore deux chargeurs avant de périr sous les coups adverses.
Pendant ce temps, les derniers survivants arrivèrent dans la grande salle aux colonnes, leur dernier point de résistance. En effet, le plan prévoyait d'utiliser au maximum l'abri offert par les piliers pour résister pied à pied en se fondant sur le fait que l'entrée de la salle constituait un goulet ralentissant leurs adversaires. Et surtout, après, il n'y avait que quelques étroits corridors avant le hangar des droïdes. Là bas, aucune résistance ne serait possible; c'était donc ici qu'il fallait livrer bataille.
Ils prirent alors position derrière une colonne chacun et mirent l'entrée en joue. Epuisée par la lutte qu'ils avaient offerte jusqu'ici, Sanaz vit comme dans un rêve les droïdes s'engouffrer dans la salle. Elle se vit lever son arme et tirer, encore et encore. Les machines tombaient, frappées par ses tirs ou ceux des autres mais il en venait encore plus. Tout se ralentissait maintenant, elle se vit reculer derrière la colonne suivante et continuer à tirer, elle vit le lieutenant Jarek s'écrouler, les jambes carbonisées par des tirs et Jia le tirer jusqu'à elle. Puis, Ashoka, à court de munitions, cessa de tirer et se cacha derrière sa colonne, hurlant sous les tirs droïdes. Derek luttait toujours de l'autre côté de l'allée centrale.
Le fusil-blaster de Sanaz finit par émettre un cliquetis : vide. Et elle avait donné son arme de poing à Jawa Juice … Toujours au ralenti, elle vit un droïde : il était tout proche et allait la mettre en joue.
« Non c'est impossible ! Ça ne peut pas se finir ainsi ! », se dit-elle. Alors, une partie d'elle-même se révolta : « Bats-toi ! Tue ! N'abandonne jamais ! ». Se ressaisissant, elle dégaina son épée et la planta dans la carcasse du droïde qui fut secoué de chocs électriques et s'effondra. Elle reprit l'épée et la brandit vers un autre assaillant quand elle ressentit une douleur aiguë à la jambe gauche et vacilla. Néanmoins, le deuxième robot subit le même sort que le précédent. Une autre douleur, au bas ventre cette fois. Pourtant, s'appuyant sur sa jambe valide, elle frappa encore. Puis son bras fut touché et elle lâcha son arme. Un autre tir et sa jambe valide ne la soutint plus, elle tomba.
La salle fut secouée par une série d'explosions venant de l'extérieur mais Sanaz n'écoutait plus : elle tentait de reprendre l'épée avec son bras gauche. Du coin de l'œil, elle vit Derek en train de tenir ses adversaires à distance à l'aide de son pistolet-blaster. Puis, de nouveaux tirs et des formes couleurs sable pénétrèrent dans la salle mais s'en fut trop pour elle : la douleur prit le dessus sur sa volonté et elle perdit connaissance.
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar Den » Sam 26 Mai 2007 - 16:19   Sujet: 

La suiiiite! roooh trop bien ça!
Alors j'avoue que je suis agréablement surpris par ton histoire. Déjà tu rends les Imériaux humains, très humains à l'image du Commodor Waldemar qui ne peut lutter contre l'émotion de condamner ses hommes.
Jarek est vraiment un personnage exceptionnel, j'l'aime bien :lol:
Pour ce qui est de l'histoire, et bien toujours aussi mystérieuse et oppressante, j'adore l'atmosphère qu'elle dégage. J'en redemande encore! Vivement la suiiiite
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5351
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Notsil » Sam 26 Mai 2007 - 21:11   Sujet: 

Génial ^^ Ambiance très bien rendue, combat impressionnant....
Comment nous abandonner à ce moment ?^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2454
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Minos » Dim 27 Mai 2007 - 17:17   Sujet: 

Je suis aussi enthousiaste que mes camarades ! Très belle scène d'assaut, qui ne semble laisser place à aucun espoir pour les héros.
La fin arrive bientôt, déjà ? :shock:

Quelle qu'elle soit, j'espère qu'on aura d'autres histoires par la suite ! :)
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar ilu » Dim 27 Mai 2007 - 19:49   Sujet: 

NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON c'est déjà fini!! Va falloir qu'on attende la fin du récit :cry: :cry:

Hum hum... Je me ressaisis :D


Très beau passage, j'apprécie particulièrement la description des états d'esprits des protagonistes :)

Bravo!
Arrête de contempler les étoiles. Rejoins-les!
ilu
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 345
Enregistré le: 23 Sep 2006
 

Messagepar Titi77 » Lun 04 Juin 2007 - 19:26   Sujet: 

Bonjour à tous.
<Roulement de tambours ...>

Ca y est ! Le chapitre 8 et l'épilogue de la ff sont là ! Bonne lecture.


===========================


Chapitre 8 - Débriefing



Ouranos V, orbite haute.


Peu à peu, la conscience revint. Et avec elle, les sensations. C'était étrange, comme si elle nageait sous l'eau mais ses membres étaient au repos et elle semblait respirer normalement. Elle voulut ouvrir les yeux mais tout était d'un rose translucide. Un bruit sourd et elle se sentit entraînée - même si elle n'aurait su dire dans quelle direction. Les sons se clarifièrent et le rose fut remplacé par une lumière blanche aveuglante. Elle sentit des bras la soulever et l'aider à s'étendre sur un lit. Il lui fallut plusieurs minutes pour s'habituer à la clarté ambiante et pouvoir observer son environnement à sa guise.
Sanaz se trouvait dans ce qui ressemblait à un bloc médical. A l'autre bout de la pièce se trouvait une cuve bacta. Elle était la seule occupante de la pièce ce qui la rassura car elle se rappelait maintenant de la lutte désespérée et de ses blessures. Suis-je morte ? Mais pourquoi une chambre d'hôpital dans ce cas ?
Ses interrogations trouvèrent une réponse lorsqu'un médecin militaire fit irruption dans la pièce.
« Bonjour, caporal. Comment vous sentez-vous ?
- Et bien, pas si mal compte tenu de l'état dans lequel je devais être.
- Vous avez raison, confirma t-il en souriant. Vous avez eu une sacrée veine que la compagnie Aurek soit arrivée pile au bon moment pour vous évacuer. Vous avez du passer deux jours en cuve bacta depuis lors. Allons, redressez-vous un peu. »
Le médecin prit son pouls et sa tension, observa les zones où se trouvaient les blessures, maintenant complètement régénérées suite au traitement.
« Excellent, déclara t-il. Vous ne garderez même pas de cicatrices. »
A ce moment, Sanaz prit conscience du fait qu'elle était nue tête et vit avec angoisse son reflet dans un miroir sur le mur d'en face.
« Qu'y a-t-il ? Ah bien sûr, fut la réponse du médecin. Ne vous inquiétez pas pour ça, je n'ai pas de préjugés et, de toutes façons, vos anges gardiens ne m'auraient pas laissé vous faire du tort.
- Qui ça ?
- Et bien, vos compagnons. »
La porte s'ouvrit de nouveau et trois personnes entrèrent.
« Surprise ! », crièrent-ils.
En effet, il s'agissait d'Ashoka, Derek et Jia, en pleine forme et visiblement ravis de la voir rétablie. Après quelques minutes de congratulations et de grandes claques dans le dos, Sanaz s'enquit de la santé du lieutenant Jarek. Le médecin prit un air grave.
« Il a été durement touché aux jambes et il a fallu l'opérer. Nous n'avons malheureusement pu sauver qu'un seul membre. Il est dans la chambre d'à-côté si vous voulez le voir. »
Sanaz eut du mal à se relever - normal après deux jours d'immobilité complète. On lui apporta un uniforme neuf pour remplacer sa blouse d'hôpital.
Quelques minutes plus tard, c'est devant un Jarek grognant sur le mal qu'il avait avec sa prothèse qu'ils arrivèrent. Instinctivement, ils se mirent au garde-à-vous.
« Oh, repos », déclara-t-il en remarquant leur arrivée.
Ils s'exécutèrent. L'officier s'approcha péniblement de Sanaz et l'étudia un moment avant de lui serrer les mains en la félicitant.
« Ha ha ha ! Ce que je suis content de vous revoir, caporal ! Et plus encore ici, sur le Retaliator ! Vous aviez raison en disant qu'il ne faut jamais abandonner. Je crois que je vous dois des excuses pour ne pas vous avoir crue.
- Mais pas du tout lieutenant ! Je… »
Deux autres personnes venaient d'entrer et observaient les cinq fantassins. Aussitôt, ces derniers se mirent au garde-à-vous. Le plus âgé des arrivants prit la parole :
« Repos. Le major Esyllt et moi-même sommes venus vous féliciter pour vos actes sur la planète. Je présiderai un service funèbre à la mémoire des disparus du bataillon d'ici quatre heures. Mais, auparavant, nous sommes tous les sept convoqués à un briefing sur le Devastator.
- Mais, il n'y a aucun vaisseau de ce nom dans la flottille, commodore, s'exclama Sanaz, intriguée.
- En effet, caporal Miren. Il s'agit du vaisseau amiral de la flotte placée sous le commandement du Seigneur Vador. »
Devant leur air surpris, il s'expliqua :
« Mais rassurez-vous, on m'a informé que c'est une personnalité arrivée avec lui du Centre Impérial qui mènera cette réunion. Si tout le monde est prêt, je crois que nous devrions nous diriger vers ma navette. »
Pendant leur trajet à travers les coursives du Retaliator, on raconta à Sanaz les détails de l'opération de sauvetage : camoufler la force d'assaut au sein d'une pluie de météorites pour échapper aux défenses planétaires, voler en rases mottes pour éviter la détection… Jusqu'à l'arrivée sur zone et l'attaque menée par les chasseurs Arc 170 pour couvrir le débarquement des forces terrestres, les combats féroces pour dégager un accès vers les souterrains et aller les secourir, enfin les frappes menées sur les batteries anti-aérospace pour dégager un couloir de retour…
« Fort heureusement, conclut le major Esyllt, les pertes lors de cette mission se résument à des dégâts matériels. »
Arrivés au hangar, ils montèrent dans la navette Thêta du commodore. Pendant le trajet, Sanaz put observer les vaisseaux de la flotte fraîchement arrivée encercler Ouranos V comme lors d'un blocus. Elle vit aussi de nombreux transports de troupes aller et venir entre la planète et les destroyers stellaires. Le commodore dut le remarquer, car il se retourna et commenta la scène :
« Ce sont des troupes chargées de s'assurer que les défenses planétaires ont été correctement démantelées et de poursuivre l'enquête sur les évènements de ces derniers jours. »
Il fit un sourire triste et ajouta :
« Le Seigneur Vador a pris les choses en main, on dirait. »
Les soldats voulurent questionner le commodore pour en savoir plus, mais, déjà, la navette se posait dans le hangar du Devastator.
À leur descente, un aspirant les mena à une salle de conférences située à la base de l'"île" . Comme toutes les salles de conférences, la pièce était austère et, au fond, un homme était assis dans un siège. Ses cheveux étaient grisonnants avec une raie de couleur plus claire sur le sommet du crâne, son front était ridé, mais ses yeux perçants annonçaient toute la subtilité du personnage. Il portait un uniforme impérial sans insignes.
À l'approche du petit groupe, l'homme se leva et alla accueillir chaleureusement chacun d'entre eux en les appelant par leur nom. Toutefois, son regard continuait de les observer, calculateur. Sanaz fut aussitôt mal à l'aise et constata que le commodore l'était aussi, même si il essayait de le cacher.
« Bienvenue à bord du Devastator. Je suis Armand Isard, directeur de l'Ubiqtorate . »
A cette annonce, ils se raidirent. Isard ne parut pas le remarquer et poursuivit en les invitant à s'asseoir :
« Tout d'abord, permettez-moi de féliciter chacun d'entre vous. Lieutenant Jarek pour votre commandement sur le terrain et votre abnégation, caporal Hanako, technicien Otieno et première classe Sandy pour votre bravoure au combat. Caporal Miren, pour vos initiatives, qui, si mes renseignements sont exacts, ont plusieurs fois sauvé la vie de vos compagnons et permis d'obtenir de précieuses informations; mais aussi pour votre dévouement aux idéaux de l'Ordre Nouveau malgré vos origines… peu ordinaires pour un soldat impérial. Et je n'oublierais pas le major Esyllt et le commodore Waldemar pour leur acharnement à tout mettre en œuvre pour vous sauver. »
Ils hochèrent la tête en signe de remerciement.
« Je suis porteur d'un certain nombre de nouvelles, expliqua t-il.
- Les décisions suivantes ont été prises par le haut commandement, poursuivit t-il en prenant une feuille. Il se mit à lire :
- Suite aux opérations menées sur Ouranos V, le 537e bataillon d'infanterie spatioportée est cité à l'ordre de l'armée impériale pour son dévouement et sa bravoure face à l'ennemi. À ce titre, chacun de ses membres recevra l'étoile d'argent de Coruscant pour acte de courage. De plus, compte tenu des pertes subies, le bataillon sera envoyé dans les plus brefs délais sur Prefsbelt IV pour y être reformé en attendant de nouveaux ordres. »
Une pause.
« Maintenant, les récompenses individuelles : lieutenant Jarek, vous êtes nommé au grade de capitaine et êtes affecté à l'académie militaire de Prefsbelt IV en tant qu'instructeur. Quant aux autres, avant de vous dire ce qui est écrit ici, je vais faire un compte-rendu rapide de l'état des recherches. »
Il s'arrêta pour les regarder l'un après l'autre. Une fois certain d'avoir obtenu leur attention, il se lança :
« Comme le suggérait le lieutenant Jarek lors de son rapport préliminaire, nous avons comparé les corps des scientifiques à nos listes : il en manque deux. Ceci ajouté au fait qu'aucun compte-rendu, aucune note relatant les avancées des travaux de la MAI n'a pu être retrouvé nous amène fort logiquement à la conclusion suivante : deux des archéologues ont - sur ordre certainement - volé les découvertes et réactivé ces droïdes pour couvrir leurs traces. Ensuite, ils n'ont plus eu qu'à pirater les défenses automatisées de la garnison et à y envoyer leur armée pour finir le travail. »
Waldemar demanda alors :
« Mais quelles étaient ces fameuses découvertes ? Qu'avaient-elles de si important pour justifier le massacre d'un régiment impérial et de tant de civils ?
- Cela, c'est l'analyse de l'ordinateur du temple qui nous l'a révélé - du moins en partie. Ce qui me fait penser, caporal Miren, pendant votre séjour en cuve bacta, j'ai fait procéder à des analyses sur l'épée que vous avez retrouvée - notamment en datation - ainsi que sur les carcasses des droïdes.
- Et ?, demanda Sanaz.
- Les datations sont formelles : environ quatre mille ans avant nous, à plus ou moins un siècle. Cette épée est un mystère pour nos chercheurs, car elle semble fabriquée dans un alliage appliqué en fines couches lors de la forge, ce qui expliquerait cette résistance phénoménale. Et oui, ce n'est pas avec un simple couteau de combat que vous auriez empalé toutes ces machines. Quant aux droïdes de combat, d'après nos archives, ils correspondent à un modèle couramment employé dans les forces armées à cette époque.
- Mais alors, savez-vous qui a construit ce temple et placé ces trucs à l'intérieur ?, demanda Jarek ?
- Oui, c'est l'ordinateur qui - là encore - nous a éclairés. Ils appartenaient à l'armée de l'Empire Sith alors en guerre contre la République. Maintenant, à propos de la fameuse information que vous désirez connaître, nous n'avons que des données fragmentaires : un message à moitié effacé où il est fait mention d'une Forge.
- Tout ça pour ça ?!, s'exclama Ashoka.
- Attendez. Je ne parle pas de l'échoppe d'un vulgaire artisan. Quelques connaissances en histoire galactique vous auraient appris que la République détruisit à cette époque la principale usine d'armement des Sith. Une usine située à bord d'une station spatiale et capable de fabriquer une flotte et des armées droïdes en un temps record et à partir de rien. On l'appelait… la Forge Stellaire.
- Mais, interrogea le commodore, si la station a été détruite, pourquoi diable s'en inquiéter quatre millénaires après ?
- Nous pensons que des plans de la station se trouvaient dans ce temple. Et même si tout cela n'est qu'une chimère, la menace qu'elle ferait planer sur l'Empire si elle s'avérait réelle serait au moins aussi importante qu'une guerre civile à l'échelle galactique.
- Et qu'avons nous à voir avec tout ça ?, questionna Sanaz.
- Lors de cette mission, vous avez fait montre de posséder des ressources insoupçonnées; je désirerais donc voir ces capacités mieux employées au service de l'Ordre Nouveau. À cette fin, vous êtes dorénavant détachés de l'armée impériale dans les forces spéciales dépendant du directeur de l'Ubiqtorate. Vous recevrez un entraînement accéléré pendant un mois, puis, des ordres de mission vous envoyant à la recherche de ces deux ex-archéologues vous seront fournis. Vous les traquerez dans tout l'Empire, jusqu'aux confins de la galaxie s'il le faut mais vous les retrouverez, eux et ces plans s'ils existent. Pour l'Empire et aussi pour votre satisfaction personnelle, car vous n'avez guère apprécié êtres mis ainsi en quasi échec, je me trompe ? »
Ils acquiescèrent en effet.
« J'en étais certain. Pour ne pas perdre de temps, une fois le service funèbre terminé, vous embarquerez sur l'Inquisitor à destination de votre centre d'entraînement. Vous ferez votre rapport durant le trajet, caporal Miren. »
Les quatre soldats étaient abasourdis par ces informations. Leur détachement équivalait à une promotion, plus dangereuse qu'une affectation normale certes, mais ô combien plus gratifiante. Un nouvel avenir allait s'offrir à eux.
C'est alors qu'après avoir échangé à voix basse quelques mots avec le lieutenant Jarek, le major Esyllt prit la parole :
« Monsieur le Directeur, qu'en est-il de la recommandation faite par le lieutenant Jarek et moi-même dans nos rapports respectifs ?
- Et bien, commença Isard visiblement gêné.
- Vous n'avez aucune intention d'en tenir compte n'est-ce pas ? C'est donc ça, la récompense offerte par l'Empire à ceux qui se dévouent aux idéaux de l'Ordre Nouveau ?
- Ecoutez major, j'ai longuement réfléchi à ma décision. Il n'y a eu aucun précédent auparavant et puis, il faut tenir compte du qu'en dira t-on à l'État Major et dans les hautes sphères.
- Alors, vous préférez caresser la noblesse oisive dans le sens du poil et laisser leurs protecteurs sans récompenses ?
- Major, surveillez vos paroles !, s'emporta le Directeur. Je ne suis peut-être pas votre supérieur direct mais…
- Excusez-moi, intervint Sanaz, mais de quoi parlez-vous ? »
Les regards se tournèrent vers elle tandis qu'Isard baissait la tête sous l'effet de la colère. Ce fut le lieutenant Jarek qui répondit à Sanaz :
« C'est très simple. En vertu de vos actions lors de la mission, le major Esyllt et moi-même vous avons recommandée pour le grade de lieutenant. »
Lieutenant ! La porte vers le monde des officiers et l'avancement ! Sanaz n'osait en rêver, sachant que cela impliquerait que tous sachent qu'elle était Zabrak. Ce qui compliquerait d'autant ses relations avec sa hiérarchie et ses subordonnés. Elle ouvrit la bouche pour répondre mais ne put proférer un son, assaillie par des émotions contradictoires.
Ce fut finalement le commodore Waldemar qui trancha :
« Major, les ordres signés par le Directeur Isard indiquent que le détachement ne sera effectif qu'à partir de leur embarquement sur l'Inquisitor, n'est-ce pas ? »
Surprise, elle mit du temps à répondre :
« Et bien… c'est exact.
- Cela signifie donc que la troisième section de la compagnie B est encore sous votre commandement direct ?
- O… Oui. »
Puis, comprenant où le commodore voulait en venir, elle se leva et sorti une boîte de sa poche. Elle se tourna vers Isard et le vit hocher de la tête, dépité, mais bon joueur.
« Caporal Sanaz Miren, veuillez vous lever. »
Sanaz obtempéra et se mit au garde-à-vous.
« Pour acte de bravoure au combat et initiatives ayant permis l'accomplissement de votre mission, moi, major Elpis Esyllt, commandant le 537ème bataillon d'infanterie spatioportée, vous nomme au grade de lieutenant. »
Et, joignant le geste à la parole, elle ouvrit la boîte et accrocha les insignes qu'elle contenait sur la poitrine de Sanaz.
« Félicitations, lieutenant Miren. »
Submergée par l'émotion, Sanaz ne put que saluer.
Une fois les deux femmes rassises, Isard aborda le dernier point :
« Quant à vous commodore,… »
Les esprits se tendirent, prêts à accueillir la sanction.
« Suite à vos actions, vous êtes nommé contre-amiral et partez avec le Retaliator et ses escorteurs prendre commandement d'un groupe de combat spécial affecté à la zone de sécurité du noyau central . Nos renseignements font état d'une possible… agitation par là-bas. »
Reiner n'en croyait pas ses oreilles. Le haut commandement l'avait absous ! Mieux : il était enfin promu et pourrait faire arborer fièrement son pavillon sur le Retaliator. Evidemment, sa mission était certainement un test de plus : mater une rébellion quasi inexistante et s'attaquer à des civils sans défense. Mais peut-être trouverait-il un moyen d'accomplir sa tâche sans faire verser le sang plus que nécessaire. En attendant, la réunion était terminée et ils devaient retourner sur le Retaliator pour le service funèbre.

***

L'activité habituelle régnait dans le hangar principal du destroyer. Équipes d'entretien du groupe aérospatial embarqué, pilotes préparant leur prochaine mission, ou tout simplement les hommes d'équipage qui n'étaient pas de quart et voulaient se détendre. Au milieu de toute cette agitation, une navette appartenant au destroyer Inquisitor accueillait des passagers à bord. Ils n'étaient que quatre, en uniforme de l'infanterie spatioportée.
Sanaz était la dernière à embarquer. Elle était satisfaite de voir que sa casquette d'officier cachait judicieusement des cornes. Cependant, les nouvelles allaient vite sur un bâtiment de guerre : en effet, des regards se tournaient pour l'observer et on chuchotait sur son passage. Certains officiers - de grade supérieur - allaient même jusqu'à afficher ouvertement mépris et condescendance; mais elle n'en avait cure : cette mission lui avait appris qu'au-delà du paraître, c'étaient les actes qui comptaient. À plus forte raison dans l'armée.
Pleine d'espoir quant à sa nouvelle vie aux Renseignements Impériaux, elle allait monter dans la navette quand elle crut sentir une présence derrière elle. Elle se retourna et ne vit personne. Puis, elle remarqua l'homme en armure noire à l'entrée du hangar. Vador. Il l'observait, insondable. S'efforçant de ne rien laisser paraître de son trouble, elle embarqua.




Épilogue



L'homme en armure noire s'agenouilla devant le projecteur holographique. Au bout de quelques secondes, une image apparut. L'aspect fantomatique du buste dû au halo bleuté entourant l'image était rehaussé par le fait que l'interlocuteur avait le visage à moitié recouvert d'une capuche noire. On ne pouvait distinguer que des rides et une bouche déformée par un rictus. L'homme agenouillé prit la parole :
« Mon Maître, fit-il en baissant la tête.
- Quel est votre rapport, Seigneur Vador ?, s'enquit l'image.
- Vos craintes ont été confirmées : deux des scientifiques ont volé les informations que vous désiriez. Selon vos instructions, le directeur Isard a lancé ses meilleurs éléments à leur poursuite. J'ai aussi ordonné à la Flotte de se tenir prête à tout.
- Excellent, Seigneur Vador. Ne relâchez la traque à aucun moment, faites ce qui sera nécessaire, n'ayez aucune pitié, ordonna l'interlocuteur du Sith. Souvenez-vous qu'ils disposent déjà de la principale source d'énergie nécessaire suite à votre échec à Chorax. »
Il y eu un instant de silence quand Vador se crispa en réaction à la mention de sa mission ratée. Puis, il se reprit :
« Il sera fait selon vos désirs, Maître. »
La conversation aurait dû se conclure ainsi mais l'image ne coupa point la communication. Au contraire, elle semblait examiner le Seigneur Noir, comme pour mieux transpercer son âme. Vador ne bougea pas. L'interlocuteur sourit - un sourire mauvais.
« Vos pensées vont vers cette jeune personne. N'ayez crainte, son destin viendra à elle bien assez tôt. Je l'ai prédit.
- Oui, mon Maître.
- Faîtes votre devoir, Seigneur Vador. La possession de ces informations nous sera d'une grande utilité pour ce fameux… projet de construction dont vous avez certainement entendu parler.
- La Volonté de l'Empereur sera appliquée et ses ennemis connaîtront Sa Vengeance où qu'ils se terrent. »
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar Minos » Lun 04 Juin 2007 - 20:06   Sujet: 

Cette fin est à l'image de tout ce qui a précédé : c'est très très très bon, je suis fan !!!!

Et puis avec une fin pareille, on sait qu'on aura une suite ! :)

T'as tellement réussi que j'ai presque envie de m'engager dans l'Empire ! Grand bravo ! :D
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3019
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Titi77 » Lun 04 Juin 2007 - 20:08   Sujet: 

une suite !

Damned ! Je suis fait !
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar Den » Lun 04 Juin 2007 - 20:18   Sujet: 

Roooh c'est la fin :cry:
Mais quelle fin! Du grand spectacle digne des meilleurs passages de la trilo!
Et comme l'a dit Minos, ça laisse présager une suite! En tout cas, je te dis bravo pour cette FF originale, et très bien menée.
Je me suis attaché à ces soldats impériaux, et en plus, l'Epilogue m'a donné une sensation que j'ai rarement ressenti!
En bref! Vive L'Ordre Nouveau, Vive Soldat!
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5351
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Notsil » Lun 04 Juin 2007 - 20:43   Sujet: 

Snif, déjà fini... ^^

Un bien bel épilogue avec toutes ces récompenses et promotions, mais snif, quelles ouvertures sur la fin !

Comme Minos et Den j'espère qu'il y a aura une suite...un jour, peut être ? ^^

Bravo en tout cas pour cette chouette FF dans le monde impérial !
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2454
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Titi77 » Lun 04 Juin 2007 - 21:28   Sujet: 

Bon, merci pour tous ces avis positifs :)
Sinon, autant confirmer les rumeurs : oui j'envisage une suite. (edit : The Saga Continues !)
Qui : toujours moi derrière le stylo/clavier
Quoi : ben la suite de l'histoire ;) (Edit : en fait ça dépend. J'avais - et j'ai toujours - un certain nombre d'idées à des époques différentes. Pêle mêle : KoTOR, post endor, NOJ, ... Evidemment, pour les plus récentes je pensais réutiliser certains persos que j'ai créés mais on verra bien. Be patient and Trust The Force)
Comment : en écrivant des mots sur une feuille de papier (sisi)
Quand : heu... ben... when it's done as usual.

Sinon, en attendant, je continuerais à corriger des passages / faire une mise en page correcte sous LateX (Word c'est bien pour écrire et permettre aux beta lecteurs de corriger mais niveau jolis documents, LateX c'est le bien ;) )
Voilà, ceux qui le désirent pourront obtenir un pdf/doc si/quand je me décide à le mettre en ligne.

edit 2 : fr.wikipedia.org/wiki/LaTeX au cas où certains ne sauraient pas.
Modifié en dernier par Titi77 le Lun 04 Juin 2007 - 21:34, modifié 2 fois.
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar Notsil » Lun 04 Juin 2007 - 21:33   Sujet: 

Youpi ! Je suis partante pour la version Collector 8) ^^

Et sinon heu...c'est quoi ce truc LateX ??
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.

Novembre approche...
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2454
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Jet d'ail » Mer 06 Juin 2007 - 11:59   Sujet: 

Super fin mais qui ça serait cruel de te consacrer à autre chose que la suite de cette histoire maintenant :P
On veut savoir ce qu'il adviendra des plans qu'on leur a volés (tiens ça me rapelle quelque chose ça :D)
Signé ... à votre avis ;)
Jet d'ail
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 198
Enregistré le: 21 Fév 2007
Localisation: Ici ... enfin devant l'ordinateur ... assis ... sur un siège ... à Liège ... à priori
 

Messagepar ilu » Mer 06 Juin 2007 - 12:33   Sujet: 

Une fois de plus, on en a la confirmation: VIVE L'EMPIRE! :D


Bravo, très belle fin! :wink:
Arrête de contempler les étoiles. Rejoins-les!
ilu
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 345
Enregistré le: 23 Sep 2006
 

Messagepar Titi77 » Mer 06 Juin 2007 - 19:38   Sujet: 

Héhé Jet d'Ail, rassures toi, je pense me consacrer à la suite (en tout cas aux recherches préliminaires pour savoir si c'est faisable. En fait c'est pas les sujets possibles/idées qui manquent, le tout est de trier. (ou pas)
Sinon, pour le coup des plans, je n'avais pas pensé à ça (si tu penses bien à ce que je pense que tu penses) mais techniquement, ils ne leurs appartenaient pas encore vu que les archéologues cherchaient (ils ont certes trouvés mais l'annonce officielle n'ayant pas été faite, ... blabla ...)

Dernière chose, merci à tous/à toutes pour votre enthousiasme. :)
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar Den » Mer 06 Juin 2007 - 20:09   Sujet: 

l'Ewook avec un casque de Boba Fett a écrit:Héhé Jet d'Ail, rassures toi, je pense me consacrer à la suite (en tout cas aux recherches préliminaires pour savoir si c'est faisable

Allez Titi! Allez Titi! on est tous avec toiii! :lol:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5351
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Jet d'ail » Jeu 07 Juin 2007 - 6:57   Sujet: 

Titi77 a écrit:si tu penses bien à ce que je pense que tu penses
Ca fait mal à la tête de lire ça si tôt le matin :(

Titi77 a écrit:ils ne leurs appartenaient pas encore vu que les archéologues cherchaient
C'était surtout pour sortir cette allusion là que j'ai dit ça comme ça :P
Sinon on peut dire que ça appartenait à l'Empire dans le sens où ils étaient payés pour les trouver au moment où ils les ont découverts! (du moins ça serait le cas sur notre bonne vieille Terre).
Signé ... à votre avis ;)
Jet d'ail
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 198
Enregistré le: 21 Fév 2007
Localisation: Ici ... enfin devant l'ordinateur ... assis ... sur un siège ... à Liège ... à priori
 

Messagepar Titi77 » Jeu 07 Juin 2007 - 20:05   Sujet: 

Ca fait mal à la tête de lire ça si tôt le matin
:roll:

Pour ceux qui veulent le fichier (.doc ou .pdf, selon vos préférences) -> mp
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar AJ Crime » Dim 07 Oct 2007 - 23:01   Sujet: 

La progression m’a semblé plutôt linéaire alors pourquoi faire un compteur aussi précis pendant un bonne partie de ton texte ?

Si non c’est très bon, l’action se déroule sans heurts, c’est documenté et précis, le texte est posé, travaillé, fluide. Sympa de caser le père Isard ici pour un débriefing à la Corsec.

Voilà qui m’éclaire sur Sécession, à coup sûre.

Euhh un caporal qui passe direct lieutenant, mais de qui se moque-t-on ? Une lettre de félicitation et le droit de s’acheter elle-même sa médaille pour la faire briller pendant une corvée de chiottes, oui.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Titi77 » Lun 08 Oct 2007 - 19:33   Sujet: 

La progression m’a semblé plutôt linéaire alors pourquoi faire un compteur aussi précis pendant un bonne partie de ton texte ?

Au départ, c'était pour dater les repère mais j'ai abandonné car je ne connaissais pas vraiment le type de calendrier utilisé dans l'univers de SW. Ca a permis de dater les évènements du début qui sont un peu plus denses que le reste (tout est relatif hein). Et oui, ça n'a pas servi à grand chose, mais comme tu es le seul à avoir fait la remarque, on passera là-dessus ;)

débriefing à la Corsec

Hmm, coquille AJ, Isard dirige les SR impériaux, pas la police Corellienne :)
Et d'un autre côté, son choix m'a semblé logique puisqu'il s'agit d'une affaire touchant la sécurité intérieure de l'Empire au plus haut niveau (enfin pas autant qu'une guerre ouverte).


Euhh un caporal qui passe direct lieutenant, mais de qui se moque-t-on ?

On est dans SW, tout est possible ;)
"And gradually their bittersweet laughter floated from the wooden table [...], up, ever up into stars too numerous to count [...], vectoring out across space and time, as if destined to be heard in galaxies far, far away..."
The Unifying Force
Titi77
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 05 Jan 2007
 

Messagepar AJ Crime » Lun 08 Oct 2007 - 21:24   Sujet: 

Ouais, pour la corsec même si j'ai posté un peu tard, mon erreur date de bien plus longtemps que cela. J'étais persuadé que Coran Horn avait servi sous les ordres du père Isard. Mais je ne suis pas suffisamment affûté sur l'UE pour faire ce genre de commentaire. Mon erreur a été de poster sans faire de recherches préalables.

Je ne pouvais pas me respecter sans faire une réflexion sur une telle promotion même si tout est possible dans SW.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Précédente

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations