[Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Darkwilliam » Sam 09 Oct 2010 - 10:20   Sujet: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Bien le bonjour camarades écrivains!

Comme vous avez pu peut-être le constater si vous êtes passés dans cette merveilleuse partie du forum ces derniers temps, un brainstorming a été mené avec un seul but avoué: sauver cette belle aventure que constitue les Recueils SWU. Pour ceux qui ne verraient pas de quoi je parle, il suffit de vous diriger par là:

fan-fictions-hdf-f17/il-faut-sauver-les-recueils-swu-t13292.html

Bref, le résultat de cette réflexion est concluant, car grâce à elle, je suis aujourd'hui en mesure d'ouvrir ce topic dont le sujet aura été librement choisi par vous même, auteurs et lecteurs de FF! Cette première dans l'histoire des recueils SWU m'apparaissait nécessaire pour relancer une machine sérieusement grippée par le recueil numéro 5, premier du nom, qui va donc être amené à finir aux archives.

Mais revenons à notre sujet présent. Je vous propose donc de vous pencher sur la rédaction d'une nouvelle ayant pour thème: Dans l'ombre d'un personnage célèbre. Pour répondre aux attentes du plus grand nombre et assurer le succès de ce nouveau recueil, ce personnage célèbre pourra être issu de l'ensemble de la chronologie Star Wars. Si vous voulez choisir un héros des films, vous pouvez, si vous souhaitez utiliser un personnage incontournable de l'UE, vous pouvez également. Quant au quidam que vous choisirez, il peut-être humain, alien, droïd, sèche cheveux...c'est vous qui décidez! 8)

Je vous épargnerai le blabla habituel qui inaugure chaque sujet de recueil sur la nécessité de proposer un texte soigné, d'une longueur acceptable (deux pages minimum) et qui ne représente pas un crime odieux contre la langue française. :D

Dernière précision, n'hésitez pas à préciser au début de votre nouvelle (par exemple dans le titre) quelle période vous avez choisi pour votre histoire. Voilà, je crois que tout est dit, les dès sont jetés, c'est à présent à vous de jouer. :)

L'aventure des Recueils SWU continue! 8)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Minos » Dim 10 Oct 2010 - 11:46   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Bon, y'a plus qu'à... On a une deadline ? (pour mieux ne pas la respecter :paf: )
Les hommes sont si nécessairement fous, que ce serait être fou, par un autre tour de folie, de n'être pas fou.
Blaise Pascal.
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2989
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Darkwilliam » Dim 10 Oct 2010 - 12:11   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

J'ai préféré ne pas donner de deadline, tout simplement parce que je sais pertinemment que vous ne la respecterez pas, bande de petits faquins! :D
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Darth Piejs » Lun 11 Oct 2010 - 21:48   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Question votre honneur : Le héros dans lequel notre personnage principal est dans l'ombre peut-il être inventé?
Par exemple si je veux que mon texte se déroule durant la période KoTOR et que je veux faire de mon perso principal le droid de protocole du Chancelier, on ne connait pas le Chancelier de l'époque, puis-je le créer?
C'est un example hein,je ne compte pas vraiment faire ça. ^^
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8875
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Den » Mar 12 Oct 2010 - 9:28   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Darkwillou a écrit:J'ai préféré ne pas donner de deadline, tout simplement parce que je sais pertinemment que vous ne la respecterez pas, bande de petits faquins! :D
Waho! Tu nous connais bien :lol:

Bon, il ne me reste plus qu'à retrouver mes notes, installer le programme adéquat, tout remettre en ordre et commencer à écrire! :D

Oh! J'oubliais, il faut que je trouve le temps aussi! :x

PS: Moi aussi, j'aimerai connaître la réponse à la question de Piejs^^
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5260
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Mar 12 Oct 2010 - 12:06   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Je dirais qu'il faut que le héros des récits doit être dans l'ombre d'un (ou plusieurs) personnage(s) existant.

D'une part, ça facilitera le repérage dans le temps (en plus de l'indication préalable de la période) et d'autre part, ça permettra au lecteur et à l'auteur de se focaliser essentiellement sur le protagoniste principal du texte.
Si l'on se met à se demander "ok, le perso principal, je le cerne bien mais il est dans l'ombre de qui exactement ?", ce serait, à mon avis, contre productif.
Raphus cucullatus

- End of line -
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9888
Enregistré le: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar Darkwilliam » Mar 12 Oct 2010 - 12:12   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Je plussoie le Dodo pour les raisons qu'il a déjà invoquées!

Prenez un personnage emblématique déjà existant! :)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Nijuni » Dim 14 Nov 2010 - 21:51   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Je travaille sur une petite idée de nouvelle pour ce recueil, mais j'aurais une question :
est-ce que la personne qui vit dans l'ombre du héros peut être un personnage secondaire des films ?
En gros, est-ce qu'on doit obligatoirement créer notre inconnu, ou peut-on prendre un personnage peu important de l'univers Star Wars (qui vit donc déjà dans l'ombre des héros) et exploiter son histoire ?
Ce n'était pas le combat d'un Sith contre un Jedi, de l'obscurité contre la lumière, du bien contre le mal. Ça n'avait rien à voir avec le devoir, la philosophie, la religion ou la morale. C'était la guerre d'Anakin contre Obi-Wan. C'était personnel.
Nijuni
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 38
Enregistré le: 03 Mar 2009
 

Messagepar AJ Crime » Lun 15 Nov 2010 - 0:28   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Marrant, je ne me posais même pas la question. Pour moi, il était évident qu'il fallait choisir un personnage existant afin de donner une profondeur de réalisme.

Merci donc à toi Nijuni d'avoir posé cette question fort à propos. Nous attendrons la réponse de darkwilliam avec d'autant plus d'impatience.

Au plaisir de te lire Nijuni.... :wink: fait gaffe tout de même, j'ai une sale trogne. :)
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Darth Piejs » Lun 15 Nov 2010 - 0:44   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Ca a déjà été fixé, le personnage principal qui fait de l'ombre à notre héros doit être connu, mais pas notre héros ; il peut être inventé :jap:
The Old Republic : "Piejs", Chef de Guilde Section Wampa XXI
Chroniques des Nouvelles Guerres Sith : Les Mémoires de Darth Piejs
Darth Piejs
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8875
Enregistré le: 28 Fév 2008
Localisation: Meditating on the Dark Side in my Roon's Castle
 

Messagepar Nijuni » Lun 15 Nov 2010 - 20:09   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Ok, il peut être inventé, donc je présume que ce n'est pas obligatoire.
D'accord, merci pour la précision. Je pense avoir fini ma nouvelle avant la fin de la semaine. Je la posterai dès que ce sera fait.
Ce n'était pas le combat d'un Sith contre un Jedi, de l'obscurité contre la lumière, du bien contre le mal. Ça n'avait rien à voir avec le devoir, la philosophie, la religion ou la morale. C'était la guerre d'Anakin contre Obi-Wan. C'était personnel.
Nijuni
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 38
Enregistré le: 03 Mar 2009
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 20 Nov 2010 - 13:50   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Tiens, j'avais zappé de répondre. :transpire:

Je plussoie les propos de Piejs, il va de soit que le héros doit être connu (comment pourrait-il être un héros de Star Wars autrement) mais que votre personnage principal peut-être inventé. J'ai rien contre qu'il ne le soit pas...mais pour prendre un exemple concret, autant Bib Fortuna peut être dans l'ombre de Jabba, autant Luke ne peut pas être dans celle de Lando. Enfin, vous voyez le genre quoi... :)
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Sam 20 Nov 2010 - 13:53   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Darkwilliam a écrit:Tiens, j'avais zappé de répondre. :transpire:

Je plussoie les propos de Piejs, il va de soit que le héros doit être connu (comment pourrait-il être un héros de Star Wars autrement) mais que votre personnage principal peut-être inventé. J'ai rien contre qu'il ne le soit pas...mais pour prendre un exemple concret, autant Bib Fortuna peut être dans l'ombre de Jabba, autant Luke ne peut pas être dans celle de Lando. Enfin, vous voyez le genre quoi... :)


Tiens, question: et si c'était un personnage qui était dans l'ombre à ce moment-là mais qui en est sorti par la suite, peut-être des années après?
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Darkwilliam » Sam 20 Nov 2010 - 13:59   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Genre Pellaeon dans l'ombre de Thrawn? :D

Pourquoi pas...mais bon, l'intérêt du truc est quand même plus, à mon sens, de faire évoluer un personnage crée par vos soins dans l'entourage d'un héros de Star Wars. Plus vous choisirez comme "personnage dans l'ombre", un personnage qui ne l'était qu'en partie ou qui est apparu dans la lumière au fur et à mesure du temps, plus vous limiterez l'intérêt originel du sujet. :wink:
Merlin: Elias, sauras-tu répondre à cette énigme: qu'est ce qui est petit et marron?
Elias: Un marron.
Merlin: Oh putain il est fort ce con!
Darkwilliam
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7046
Enregistré le: 03 Oct 2004
Localisation: Exilé à Niort
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Sam 20 Nov 2010 - 14:05   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Je pensais à un personnage moins connu même s'il a pris de l'importance par la suite, quand même, surtout que le travail de Pellaeon dans l'ombre de Thrawn nous est déjà connu par une certaine trilogie^^

Vous en saurez plus quand j'aurais fini Perle Rouge.

Et massacré ma prof de TD.
Modifié en dernier par Mitth'raw Nuruodo le Jeu 05 Mai 2011 - 17:08, modifié 1 fois.
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar AJ Crime » Ven 24 Déc 2010 - 10:46   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Bon, voici une petite nouvelle qui correspond je l'espère à ce que l'on attend dans le recueil. Si je comprend bien, c'est moi qui ouvre le bal, comme promis, j'ai réussi à trouver un personnage, une idée et écrire un texte avant la fin du mois de décembre... j'ai deux autres personnages pour peut-être réussir à écrire une ou deux autres histoires en fonction de l'inspiration.

Celle-ci est la description dans le détail d'une scène rapportée par le héros de la nouvelle à Leia. Je me situe donc directement en parallèle de l'action décrite par Timothy Zahn.






Raalracheen





Alors que le grand Amiral Thrawn prépare
une guerre totale contre la nouvelle
république, Luke se trouve aux prises avec
Mara Jade prête à venger la mort de
l’empereur.
Les Nogris de Thrawn ont retrouvé la trace
de Leia Organa Solo. La tuer reviendrait à
priver la république de son icône et à en
précipiter la fin. Heureusement, les Wookies
veillent en Rwookrrorro sur Kashyyyk…

L’héritier de l’empire
Chapitre XXV



Salporin et Chewie montaient une garde alternée avec Raalracheen, harassé par le poids des ans qui blanchissait sa fourrure autrefois brune. Raalra s’ennuyait ferme et la fatigue pointait le bout de son nez en cette fin de nuit chaude et humide. Tous les trois restaient en permanence à proximité de la princesse, qu’ils dorment, mangent ou se contraignent à des tours de garde. La menace entraperçue par la sénatrice perdait de sa dangerosité au fil de ces jours mornes à attendre une attaque impalpable. La frénésie des premières heures avaient démontrés l’absence d’étrangers dans les environs. Depuis, la centaine de mâles wookiees mobilisés s’était érodé pour se réduire à eux trois, fatigués, las et démotivés.

La forêt bruissait de l’activité secrète des animaux nocturnes, aucun danger immédiat pour des Wookiees dans la capitale de Kashyyyk. Ils veillaient en silence dans la pièce commune de la cabane perchée sur le tronc d’un arbre gigantesque afin de ne pas gêner le sommeil de la princesse. Pour troubler l’ennui et se ragaillardir un peu au contact de la fraîcheur nocturne, Raalracheen grogna en langage wookiee pour Chewbacca :

- Allons faire une inspection !

Son ami ronchonna avant de jeter un regard envieux à Salporin. Ce dernier profitait pleinement de son quart de repos. Le Wookiee ronflait doucement. Les paupières animées de mouvements spasmodiques, les griffes sortaient de leurs fourreaux par instant ; il chassait, affalé dans un fauteuil confortable.

- Ce sera ton tour lorsque nous reviendrons, chuchota Raalra goguenard.

Chewie marcha jusqu’à la porte au fond de la pièce commune ovale, huma l’air et tendit l’oreille. Il déclara d’une voix sourde :

- Elle dort aussi.
- Bien, répondit Raalra, laconique, une main sur la crosse de son blaster.

Avant de se fondre dans les ombres de la nuit, Chewbacca attrapa son arbalète laser et opina du chef. L’impression de danger dissipée depuis longtemps, ils avaient conscience de se complaire dans une mortelle routine. Ils ne jugèrent pas opportun de réveiller Salporin avant de passer le seuil et de refermer délicatement la porte, si les Wookiees montraient un tant soit peu de finesse.

Les nocturnes s’ébattaient dans la canopée tout autour du village plongé dans le calme. Des piaillements d’oiseaux et les cris discrets des grands fauves se répondaient au sein de la mélopée de la vie et de la mort. Les prédateurs mangeaient les proies et Raalracheen n’y redisait rien, aucun animal à proximité ne présentait un danger direct pour des Wookiees.

Habitués à l’obscurité, les deux amis s’éloignèrent en cercles concentriques de l’habitation à un mètre l’un de l’autre, silencieux, Raalracheen ouvrait la marche. Par acquis de conscience, ils visitèrent les soubassements de l’habitation en sachant pertinemment, comme les jours passés, que nul ennemi ne s’y dissimulait. Les sens affûtés, aux aguets, ils se faufilèrent au travers de l’entrelacs des branches et descendirent à la force des griffes le long du tronc noueux. La fatigue trompée par l’exercice, Raalra se divertit à observer Chewie sauter d’un point d’appui à un autre, son arme en bandoulière collée dans le dos. L’instant aurait été propice à une attaque mais il n’était pas un adversaire, il admira la souplesse de son compagnon.

A peine quelques minutes s’écoulèrent et Raalra rappela le jeune Wookiee à l’ordre. Chewie grogna mais revint vers lui en quelques bonds puissants. Il ne profitait plus guère de la jungle maintenant qu’il disparaissait entre les lointaines étoiles pour vivre des aventures palpitantes qu’il contait avec fierté et amusement. Les enfants le regardaient avec envie, les femelles avec admiration, les mâles avec jalousie. Chewie était hors du commun et Raalra se félicitait de le compter parmi ses amis.

Détendus, ils remontèrent en échangeant des suites de grognements sur des sujets triviaux. Les deux Wookiees revenaient d’un pas tranquille sous les frondaisons noires qui masquaient le ciel. Ils ne remarquèrent rien avant que la fureur ne se déchaîne. Trois ombres se jetèrent sur eux. De grands échalas à la peau grise et au faciès rugueux, sortis de nulle-part, les agressèrent à coups de poing. Déjà au corps à corps, Chewie ne pouvait plus attraper son arme, ses deux adversaires l’attaquaient sur les flancs. Raalra le vit sauter sur la droite et lever une patte pour l’abattre sur un Nogri. Le froid de l’acier brilla dans l’obscurité.

Raalra ne réussit pas à prévenir son ami tout en dégainant son arme. Le troisième ennemi, muet, tira une salve dans sa direction. Raalracheen se coucha pour esquiver la trajectoire. Un train de marchandise percuta son coté droit ; un paralyseur, drôle d’arme contre un Wookiee. Il entendit distinctement son blaster ricocher sur les branches en dessous. Il prit appui sur son bras gauche et se balança vers l’avant. Raalra retomba tout contre son adversaire déconcerté qui recula, déstabilisé. Un bras inutile, il faucha le Nogri à la hauteur des genoux. L’autre sauta en l’air et l’accueillit d’une grêle de coup de poings. Raalra sentit la peur, la douleur et l’adrénaline se répandre dans son organisme. Il repoussa l’agresseur d’un coup de genoux dans les hanches avant de frapper la mâchoire épaisse avec le coude. Elle craqua mais le Nogri ne s’en émut pas et d’une pirouette se redressa, forme floue, insaisissable. Raalra ne s’occupait plus de Chewie, sa vision nocturne étrécie sur l’individu qu’il affrontait.

Raalracheen para le tranchant d’une main avec les griffes et agrippa l’avant bras. Une série de coups portés avec une violence redoublée lui lardèrent le thorax. Il recula sur le tronc glissant. Le Wookiee ne donnait plus cher de sa peau lorsque la chair se déchira sous ses griffes. Le Nogri glapit de douleur.

La paralysie gagnait du terrain et immobilisait l’épaule droite de Raalra. Il tenterait quelque chose maintenant ou serait précipité dans le vide vers la noirceur humide de la forêt. Des animaux féroces se repaîtraient de sa dépouille. Un sursaut de fierté l’emporta et il tourna sa patte vers l’intérieur pour obliger son adversaire à se pencher sous la douleur d’un bras presque arraché. Raalra pivota et percuta le Nogri avec son épaule au niveau de la gorge. Il rétracta ses griffes, emportant la chair et le sang. Le corps brusquement relâché bascula en arrière. Raalra croisa le regard brillant de haine de l’assassin avant que celui-ci ne disparaisse.

Raalracheen oscilla de faiblesse sur ses jambes avant de sursauter. Une branche venait de se briser sur sa droite. Tout de suite en position de défense, il se tourna vers la menace. Une main Nogri dont le corps se perdait dans un amas de fourrure rousse, lâcha un poignard qui roula sur le bois avec un son mat. Inquiet pour Chewie qui avait affronté deux adversaires, Raalracheen esquissa un pas en avant. Chewbacca se redressa en grondant, la colonne vertébrale du dernier Nogri cassé en deux sur son genou :

- La princesse vite !

Il écarta le corps désarticulé.

- Va, Chewie, répondit Raalra, les gestes empesés.

Ce paralyseur lui ôtait l’énergie et la détermination indispensable pour voler au secours de la précieuse humaine.

- Tu es blessé ? s’étonna-t-il soudain.

Un sang épais poissait les poils du buste de Chewie.

- Un revers, grogna-t-il.

Raalra suivit son ami clopin-clopant. Leia avait eu raison de s’inquiéter, la patience des Nogris l’emportait sur son expérience. Il avait échoué à sa mission, Salporin dormait lorsqu’ils s’étaient absentés l’esprit tranquille ; des tueurs avaient dû s’infiltrer dans la bâtisse dans son dos après avoir disposé des sentinelles pour les couvrir. Il aurait procédé ainsi à leur place. Raalra affronterait le déshonneur avec le courage qui le caractérisait, il ne se pardonnerait jamais cette faiblesse.

Raalra sursauta, la lueur d’un incendie jaillit sur sa gauche. Une maison venait littéralement d’exploser un peu plus loin. Une diversion ?

Raalracheen entra dans la pièce commune qu’ils avaient quittée moins d’une demi-heure plus tôt et l’anxiété augmenta d’un cran. Salporin ne ronflait plus, la gorge entaillée d’une oreille à l’autre, toujours assis dans le fauteuil de son dernier repos. Raalra pleurait déjà un nouveau frère disparu alors que Chewie se jetait dans la chambre de la princesse Leia.

- Ne le tue pas ! entendit-il distinctement.

Un bruit de lutte et il se traîna jusqu’à la porte grande ouverte. La princesse s’inquiétait de la santé d’un assassin alors que l’un deux gisait à gauche du lit de la jeune humaine, découpé par un sabre laser. Il était temps de la rassurer et d’expérimenter d’autres moyens de protection.





Et voilà, c'était rapide, hein, moins de 7 500 caractères EC.
Modifié en dernier par AJ Crime le Dim 09 Jan 2011 - 12:34, modifié 1 fois.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Den » Ven 24 Déc 2010 - 11:07   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Comme je l'ai déjà lue, je vais te donner mon avis de suite!

Au niveau de l'histoire, je dois dire que ce fut un réel plaisir! Le texte est court, mais on entre de suite dans l'histoire pour se laisser porter avec douceur jusqu'à la fin. De plus, le fait de placer ton histoire à un tel moment de "l'héritier de l'empire" et, à mon avis, vraiment une bonne idée!
Personnellement, j'ai été conquis! Voilà une bonne histoire comme je les aime!
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5260
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Mar 28 Déc 2010 - 12:40   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Ça commence bien, c'est sympa de se faufiler à ce moment de L'Héritier de l'Empire chez les Wookies et d'assister à l'assaut des Noghris; bonne écriture en plus, ça se lit sans problème. J'aurais peut-être souhaité que ce soit un peu plus développé, par contre, qu'on en sache un peu plus sur les personnages Wookies, leur point de vue sur la guerre... Mais vu que j'ai la plus grande peine à boucler mes fan-fics, je ne suis peut-être pas un modèle^^
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Mar 28 Déc 2010 - 18:08   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Allez, à mon tour... C'est un peu vite écrit, mais l'idée m'est venue dès qu'on a suggéré ce recueil, et j'ai pensé que ça pouvait faire un texte assez court et intéressant, en plus de combler un blanc sur un autre moment de la Trilogie de Thrawn... Mais vous verrez bien^^ Quatre pages Open Office, pas plus... Pour une fois^^ J'espère que ça vous plaira, mais de toute façon, je repasserais, à l'occasion, avec l'espoir de faire mieux. Bref, bonne lecture^^

An 9

TR-889


J'ai souvent ce genre de réflexions depuis qu'ils m'ont expliqué qui j'étais réellement: je porte une armure de Stormtrooper Impérial, j'effectue une patrouille dans les couloirs les plus sombres d'un Destroyer Stellaire comme un Stormtrooper Impérial, j'ai même les traits d'un Stormtrooper Impérial sous mon casque... Pourtant, je ne suis pas comme eux, je ne suis pas comme ces hommes en armures toutes de blanc immaculé et de noir qui m'accompagnent pour cette patrouille. Je fais partie d'une immense armée d'hommes tous unis sous la même armure, je fais moi aussi de mon mieux pour servir l'Empire dans l'ombre des grands stratèges et des politiciens, comme maintenant, pendant que les officiers de la flotte commandent notre Chimaera dans cette bataille; pourtant, je sais que je suis bien plus que mes compagnons d'armes.
Peu importe que je demeure dans l'ombre, je deviendrais moi aussi un jour l'un des héros de l'Empire; j'ai été créé pour cela.
« Ici TR-889, signalai-je dans mon comlink alors que mon escouade achevait de contourner l'un des postes d'artillerie tribord, rien à signaler pour le moment.
-Reçu, TR-889. Pensez à passer près de la... Enfin, près du deuxième pont. Soyez vigilants, les contrebandiers sont de la partie, apparemment, et on a pas besoin que quelqu'un à bord fasse une bêtise en pleine bataille...
-Compris. Le Noghri s'occupe de la sécurité de notre principal atout, de toute façon... TR-889, terminé. »
TR-889...
Il a porté des années durant la même armure que moi, il a personnellement servi l'Empereur, il a porté ce matricule et mon nom bien avant moi; suis-je à sa hauteur? Est-ce que je sers la grandeur de l'Empire Galactique aussi bien qu'il l'a fait avant moi?
Lui ne se posait probablement pas ce genre de questions tous les jours comme je le fais, en tous cas plus après un certain temps; après tout, un homme, non pas un homme comme moi mais un homme normal, peut avoir foi en sa valeur lorsqu'il est devenu Garde Royal de l'Empereur à vingt-quatre ans, lorsqu'il a persévéré à servir l'Empire même après Endor contrairement à tant d'autres jusqu'à cette terrible bataille sur Generis dont je ne peux pas me souvenir. Oui, je pense que pour un humain ordinaire, il pouvait se dire sans prétention qu'il avait été un combattant exceptionnel pour l'Empire. Seulement, moi, je ne suis pas un humain ordinaire, je ne dois pas être un humain ordinaire; nulle femme ne m'a jamais donné le sein, nul homme n'a jamais veillé sur moi, je ne suis pas venu au monde pour vivre; je suis venu au monde pour être le meilleur.
Meilleur que lui.
J'ai sa force, j'ai sa vivacité, j'ai tout ce qui fait le guerrier authentique; mais je dois aussi savoir réfléchir posément, analyser, chercher à comprendre ce qui n'est pas immédiat, je dois aussi savoir commander. Je dois être le meilleur soldat que l'Empire ait connu. Je dois être au-dessus de lui, au-dessus de tous.
Même de l'autre, même de celui qui m'a voulu ainsi, de celui que je sers; peut-être son rôle n'a-t-il finalement été que de me créer comme il créera plus tard mes frères. Pour le remplacer. Pour servir l'Empire, pour être l'Empire.
L'idéal que voulait forger Palpatine... Je n'ai pas connu le vieil homme comme lui, mais je crois qu'il serait de toute façon passé bien loin de son objectif, en tous cas de l'objectif qu'il prétendait s'être donné; je crois qu'il n'était pas animé par une vraie vision comme l'est mon créateur. Lui est également un grand chef comme l'était sûrement Palpatine, mais il est surtout quelqu'un qui sait voir au-delà de sa propre personne, je crois qu'il sait que la perfection lui est inaccessible, parce que malgré son génie, il est né dans le seul but de vivre, il est né d'un homme et d'une femme comme celui qui m'a donné mes traits, que ce soit un homme et une femme non-humains n'y change rien; il sait que moi et les frères qu'il me donnera un jour sont l'aboutissement de l'ordre et de la civilisation, de l'Empire. Forger l'homme nouveau, le parfait conquérant, oui, c'est bien cela, le véritable objectif de l'Empire, et je me demande si notre défunt Empereur l'avait bien compris.
Ce n'est pas ce que me disent tous ces souvenirs de lui que je n'ai jamais vécu.
D'ailleurs, j'ai honte de me poser une telle question car on pourrait penser que cela remet en cause ma loyauté à l'Empire, mais je me demande parfois si mon maître lui-même comprend, je me demande pourquoi je suis toujours le seul?
Oh, il y en a d'autres, bien sûr, soldats de choc, pilotes de TR-TT, pilotes de TIE, techniciens, hommes d'équipage surtout, techniciens aussi, tout ce que vous voulez; oui, il y en a d'autres au sein de l'Empire qui vivent sans qu'aucune femme ne leur ait jamais donné la vie. Mais... Mais ce sont des copies, des répliques d'hommes qui servent l'Empire pour vivre, qu'ils en aient conscience ou non, et non d'hommes qui vivent pour servir l'Empire.
Je ne les aime pas. Ils servent l'ordre pour toucher leur salaire à la fin du mois, pour se donner l'impression qu'ils servent à quelque chose, pour être fidèles à l'éducation que leur ont donné leurs parents, pour connaître le goût du sang... Que sais-je encore! Moi, je sers l'ordre parce que je suis né pour cela, c'est ma fonction, je ne peux pas plus cesser de le faire qu'un chasseur TIE ne peut se transformer en jeu de Dejarik Klatooinien.
Je dois être plus qu'eux, et j'espère vraiment que je le suis, je ne veux pas ressembler à ça, je n'ai pas été créé pour ressembler à ça.
Je dois être plus. Je ne dois pas vraiment servir l'Empire, je dois être l'Empire, du moins être l'un de ses composants.
L'Empire est partout autour de moi: ces parois métalliques, ces hommes qui n'en sont plus une fois prisonniers de leurs armures, ces officiers aux sobres uniformes noirs et verts sombre... L'Empire, c'est quelque chose d'au-dessus des êtres vivants qui le composent, d'au-dessus de l'anarchie et de l'individualisme qui caractérisent la vie en-dehors de nos armées; l'Empire, c'est la négation de la vie, et je représente une étape de plus dans le processus mis en marche autrefois par Palpatine puisque tout en étant un être vivant, je suis né pour autre chose que pour ma propre vie, comme si j'étais moi-même une machine avec une fonction déterminée.
Le jour où tous me ressemblerons, nous serons allés jusqu'au bout, l'Empire aura gagné parce qu'il sera tout, il aura supprimé non seulement toute action mais aussi toute pensée qui ne lui serait pas utile, la Galaxie ne sera plus qu'une machine titanesque; vous pouvez juger cela bien ou mal, qu'importe, je ne m'aventure pas dans ces notions-là, cela ne veut rien dire parce que chacun peut trouver à redire à l'action de son voisin, y compris lorsque celui-ci la juge irréprochable.
Bien ou mal, c'est ce que je sers, je m'arrête là.
Les civils ne sont pas l'Empire, ils sont ses esclaves, mais ils aiment ça, ils aiment se dédouaner de toutes leurs responsabilités, attribuer leurs biens et plus encore leurs maux à quelque chose de plus grand qu'eux-mêmes, ça leur évite d'avoir à penser et à agir.
« TR-889, tout est calme en-dessous la cabine du Grand Amiral, informai-je. Comment ça se passe, dehors?
-Ça pourrait être pire, mais ils ont eu l'une de nos plate-forme Golan... Enfin, faisons confiance au Grand Amiral; sans lui, nous serions en train de les attendre sur Tangrene comme des imbéciles, à l'heure qu'il est...
-Sans lui, bien des choses et bien des gens ne seraient pas là où ils sont aujourd'hui... TR-889, terminé. Les autres, on termine comme d'habitude par les hangars tribord.
-Reçu. »
Aussi loyal que je sois, je ne peux pas m'empêcher de me dire que je m'ennuie à mourir ici, à patrouiller bêtement alors que tout se joue dans l'espace, sous la conduite de mon maître... Dire que nous sommes en pleine bataille spatiale, je m'en rend à peine compte, ici, au cœur du vaisseau; seules les vibrations occasionnelles témoignant des impacts infligés au Destroyer ou de la fureur de nos propres turbolasers indiquent que ce jour n'est pas un jour comme un autre pour l'Empire, c'est celui où le Grand Amiral est parvenu à piéger l'Amiral Rebelle Ackbar dans le système de Bilbringi... Et moi, je reste là avec les autres soldats de choc, loin de toute décision, pendant que les officiers jouent l'avenir de la guerre... Mais ce n'est pas à moi d'en décider, et je sais que l'Empire n'aurait pu se trouver meilleur commandant que le Grand Amiral, en tous cas pour le moment. Mais cela ne m'empêche pas d'attendre avec impatience le moment où je sortirais enfin de mon rôle de Stormtrooper pour rejoindre ceux qui décident vraiment... Tant pis si certains ne peuvent pas comprendre ma supériorité, tant pis si je dois diriger depuis l'ombre, je veux servir l'Empire de toutes mes forces...
Ce désir me rend-il aussi idiot et prétentieux que les humains normaux? J'espère que non, et j'espère bien avoir une occasion de prouver, du moins de me prouver que je vaux mieux que ça.
Qu'importe, je vais terminer cette maudite patrouille et les officiers annonceront un peu plus tard que mon créateur a une fois de plus triomphé des Rebelles... Il représente une part suffisamment importante de moi-même pour que je sache à quel point il est difficile de le vaincre aux commandes d'une flotte. Et un jour, je ne serais plus seul; un jour, l'Empire aura de nouveaux seigneurs, et s'il reste encore des Rebelles à ce moment-là, ils regretteront de ne pas être devenus marchands de droïdes... Je ne comprend pas pourquoi le Grand Amiral ne cesse de repousser ce jour, j'avoue que je me demande parfois s'il a toujours confiance en le projet que je représente... Il sait pourtant mieux que personne que je n'abandonnerai jamais la lutte pour la victoire de l'Empire...
Une seconde... C'est l'alarme, que j'entends? Finalement, je vais peut-être avoir autre chose à faire aujourd'hui que de tourner en rond pendant que les commandants de vaisseaux jouent entre eux...
« TR-889, TR-889, vous me recevez?
-Que se passe-t-il?
-Revenez tout de suite vers la cabine du Grand Amiral, quelqu'un vient juste d'y déclencher l'alarme! Je ne sais pas encore si c'est lui, le Capitaine ou son garde du corps, mais soyez parés à toute éventualité...
-Compris, on y va. Allez, vite! »
On y va au pas de course, cette fois; j'avoue que pour la première fois de ma plus ou moins courte vie, je suis vraiment inquiet, mais là encore, je n'ai pas peur comme mes camarades ont peut-être peur de tomber ou d'être accusés de n'avoir pas su empêcher quelque terrible incident... J'ai peur qu'il soit arrivé quelque chose de si grave que cela fasse voler en éclats l'Empire, j'ai peur que la raison même de mon existence disparaisse, me laissant naufragé dans cette Galaxie... Que ferais-je si...? Oh non, je ne veux pas y penser...
On arrive aux turbo-élévateurs...
« Attention, le Noghri! » prévient l'un des Stormtroopers alors qu'un petit être à la peau grise jaillit précipitamment de l'ouverture...
Oh non, non, j'étais sûr que quelque chose de ce genre finirait par arriver...
Le Noghri, Rukh, je crois, nous regarde une fraction de seconde de ses yeux jaunes puis, avec une rapidité fulgurante, fonce dans la direction inverse...
« Arrêtez-vous! » ordonna-je au fuyard, mais je sais très bien au fond de moi pourquoi il s'enfuit, je dis cela uniquement pour respecter la procédure, au cas où il serait toujours l'un des nôtres... Cependant, au fond de moi, je connais déjà la vérité.
Face au refus du non-humain, nous ouvrons le feu tout en le poursuivant, sans disposer d'une précision optimale, bien sûr; le Noghri s'arrête soudain, et avant que nous n'ayons pu faire quoi que ce soit pour l'en empêcher, il se jette sur l'un de mes camarades... Un mouvement de la main si rapide que j'ai à peine le temps de le voir, et l'un de mes Stormtroopers n'a plus de gorge, il s'effondre avec un cri étouffé tandis que le traître se jette sur moi, manifestement décidé à me faire subir le même sort...
Je sens sa petite masse se précipiter de toutes ses forces contre moi et me plaquer contre la paroi, je vois sa face grisâtre déformée en un rictus haineux, je vois le poignard déjà ensanglanté dans sa main... Oui, mais je ne suis pas n'importe quel Stormtrooper, je suis un ancien Garde Royal Impérial... Enfin, plus ou moins.
Je n'ai pas besoin de réfléchir, mon poing ganté part tout seul porter un coup à Rukh; il est surpris, il ne croyait pas que je réagirais à temps, j'en profite pour lui décocher un coup de pied.
Le Noghri ne prend même pas le temps de reprendre son souffle avant de me balancer son bras armé droit vers le visage; trop tard, je le vois transpercé simultanément par trois rafales rougeoyantes qui secouent son corps de part en part... Le bras retombe mollement, loin de ma tête, le corps de l'assassin avec...
« Ça va?
-Pour moi, sans problèmes; mais je crois qu'on va avoir de sacrés ennuis dans les prochains jours... Une seconde, je reprend contact avec le commandement.
Pourvu que ce ne soit pas ce que je croie... Ce n'est pas possible, ce n'est pas comme cela que les choses devaient se passer...
« On vient de tuer le garde du corps du Grand Amiral qui prenait la fuite, que s'est-il passé? Ne me dites pas qu'il...
-J'ai bien peur que si, TR-889... Je viens d'avoir le Capitaine Pellaeon, il est formel: le Grand Amiral Thrawn est mort. Pellaeon a ordonné la retraite, je ne sais pas ce que... Laissez tomber, vous avez fait du bon boulot, vous avez réagi à temps pour intercepter ce traître...
-Pour le peu de soulagement que ça nous apporte!
-Laissez tomber, les officiers de la flotte verront bien ce qu'ils vont faire maintenant que nous avons perdu le Grand Amiral, comme d'habitude... Cela ne nous concerne pas. Terminé. »
Terminé, oui, c'est terminé, l'Empire a raté sa chance de reprendre le contrôle de la Galaxie sous le commandement d'un chef meilleur encore que Palpatine... Mon créateur n'est plus, je ne suis plus qu'un Stormtrooper parmi d'autres; sans lui, qui reprendra ses projets, à présent? Une voix me murmure que Thrawn lui-même ne voulait plus de moi, mais je ne dois pas l'écouter, je ne dois pas, Thrawn voulait que je sois l'avenir de l'Empire, c'est pour cela qu'il m'a créé...
Aurais-je pu empêcher ça? Est-ce de ma faute si Thrawn est mort alors que le meilleur soldat qui soit se trouvait juste en-dessous de sa cabine? Si l'Empire s'effondre, à présent, est-ce que ce sera de ma faute? Si certains des humains normaux qui tirent les ficelles de l'Empire choisissent de se rendre, est-ce que ce sera de ma faute?
Si Thrawn était toujours là, penserait-il que je n'ai pas rempli ma mission?
Si mon modèle était là, penserait-il que je ne suis pas son digne successeur?
C'est lui que je verrais tout à l'heure, lorsque je retirerai mon casque; je suis l'homme qui aurait dû représenter l'avenir de l'Empire mais n'a même pas su sauver son créateur, et lorsque je retirerai mon casque, je verrais le visage d'un homme qui au contraire a servi l'Empire de son mieux, un brillant Stormtrooper devenu Garde Royal Impérial avant de tomber au cours de la campagne du Grand Amiral Thrawn sur Generis.
Lorsque je retirerai mon casque, je verrai le visage de Grodin Tierce.
Modifié en dernier par Mitth'raw Nuruodo le Sam 08 Jan 2011 - 13:25, modifié 2 fois.
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar AJ Crime » Mer 29 Déc 2010 - 13:26   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Mitth'raw Nuruodo a écrit:Ça commence bien, c'est sympa de se faufiler à ce moment de L'Héritier de l'Empire chez les Wookies et d'assister à l'assaut des Noghris; bonne écriture en plus, ça se lit sans problème. J'aurais peut-être souhaité que ce soit un peu plus développé, par contre, qu'on en sache un peu plus sur les personnages Wookies, leur point de vue sur la guerre... Mais vu que j'ai la plus grande peine à boucler mes fan-fics, je ne suis peut-être pas un modèle^^
Moi aussi j'aurais aimé développer un peu plus, mais il y a longtemps que je ai lu ce livre et je n'ai pas réussi à me replonger totalement dans l'univers pour apporter ce petit plus de psychologie. J'avoue que SW m'attire de moins en moins, déçu que j'ai été par la lecture de plusieurs ouvrages. L'écriture de FF n'est devenu pour moi qu'un passe temps entre l'écriture d'autres textes plus personnels et que j'espère réussir à faire aboutir. Mais ta remarque est bien noté dans un coin de ma mémoire, j'essaierai de la prendre en compte au cours de ma relecture avant édition du recueil si celui-ci a plus de chance que le précédent. Reste qu'après l'écriture, et ma première relecture, je ne savais vraiment pas quoi ajouter. En tout cas, merci pour vos lectures, j'espère réussir une autre nouvelle pour le début de l'année.

Bon, que je lise ton texte maintenant :
J'ai souvent ce genre de réflexions depuis qu'ils m'ont expliqué qui j'étais réellement: je porte une armure toute de noir et de blanc immaculé tout comme les Stormtroopers Impériaux qui m'accompagnent, je patrouille dans les coursives les plus sombres de notre Destroyer Stellaire tout comme les Stormtroopers Impériaux qui m'accompagnent, j'ai même les traits d'un Stormtrooper Impérial sous mon casque; pourtant, je ne suis pas comme eux.
Cette phrase est un peu trop longue. Il y a un florilège de conjonctions et les phrases à rallonge à moins d'être très bien architecturée deviennent vite difficile à suivre. Autant la suivante parait compréhensible, autant celle-ci mériterait un redécoupage, à mon humble avis.

« Ici TR-889, signala-je dans mon comlink
"signalai-je"

Quelques remarques générales :
- Je ne m'aperçois pas qu'ils sont en plein combat spatial, ce qui semble pourtant le cas :
Soyez vigilants, les contrebandiers sont de la partie, apparemment, et on a pas besoin que quelqu'un à bord fasse une bêtise en pleine bataille...
. Bref, je verrais mieux la phase d'introspection avant la mise en situation des évènements, de la patrouille et de l'action en elle-même. Simple, je trouve cela plus logique, non ?
Même de l'autre, même de celui qui m'a voulu ainsi, de celui que je sers;
c'est un peu flou, ce clone parle de celui qui l'a précédé et emploi des pronom impersonnel pour parler aussi de Thrown, puisque je crois que c'est de lui qu'il parle mais il serait temps de le cité de manière plus explicite.

tout est calme en-dessous la cabine du Grand Amiral, informa-je.
pareil, première personne du passé simple "informai-je". (et il y en a d'autres)

s'il a toujours confiance en le projet
"dans" peut-être en tout cas, il y a quelque chose qui ne va pas.
Il sait pourtant mieux que personne que je n'abandonnerais jamais la lutte pour la victoire
"abandonnerai" remplace par la deuxième ou troisième personne si ça se fini en "a" ou "as" alors met "ai" si non, mets "ais".

du Grand Amiral, il c'est passé quelque chose!
"s'" et pis, en général, lorsque l'on ordonne quelque chose à la radio, il faut être plus directif... ce discours plein d'interrogations et d'imprécisions ne motivera pas les troupes.

j'avoue que pour la première fois de ma courte vie, j'ai vraiment peur, mais là encore, je n'ai pas peur comme mes camarades ont peut-être peur de tomber ou d'être accusés de n'avoir pas su empêcher quelque terrible incident.
répétition, dans la structure, j'aurais compris l'usage en double mais trois fois, c'est trop.

et lorsque je retirerais mon casque, je verrais le visage d'un homme
pareil pour les temps... futur : "ai" à la première personne... et lorsque j'ai un doute, j'utilise ceci : http://www.la-conjugaison.fr/

qui au contraire a servi l'Empire de son mieux, qui a été Stormtrooper puis Garde Royal Impérial, qui est tombé lors de la campagne du Grand Amiral Thrawn sur Generis.
Je pense que tu peux garder le premier "qui" mais que les suivant sont superflus.

Ben voilà un texte qui prend bien le temps de décrire ce qui se passe dans la tête de ce clone... bon, de mon avis, un peu trop parce que je n'ai pas du tout perçu ce qui se passait autour du vaisseau alors qu'il me semble qu'ils sont soumis à une attaque spatiale. Hormis ce détail, le texte s'intercale très bien dans l'univers.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Mer 29 Déc 2010 - 13:40   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Mouarf, je peux aller réviser ma conjugaison, si je comprend bien :paf: Merci de me l'avoir signalé, je vais essayer de corriger ça^^

Cette phrase est un peu trop longue. Il y a un florilège de conjonctions et les phrases à rallonge à moins d'être très bien architecturée deviennent vite difficile à suivre. Autant la suivante parait compréhensible, autant celle-ci mériterait un redécoupage, à mon humble avis.


Je vais voir ce que je peux faire.

- Je ne m'aperçois pas qu'ils sont en plein combat spatial, ce qui semble pourtant le cas :


C'est vrai que j'ai pas mal délaissé cet aspect des choses au profit des réflexions de Tierce, en effet.

c'est un peu flou, ce clone parle de celui qui l'a précédé et emploi des pronom impersonnel pour parler aussi de Thrown, puisque je crois que c'est de lui qu'il parle mais il serait temps de le cité de manière plus explicite.


Non, là, par contre, c'est tout ce qu'il y a de plus volontaire: je veux montrer que Tierce pense si souvent à son modèle et à Thrawn que c'est tout juste s'il prend la peine de les nommer, en tous cas jusqu'à ce que Thrawn soit tué.

"s'" et pis, en général,


C'est déjà corrigé, en fait^^

Ben voilà un texte qui prend bien le temps de décrire ce qui se passe dans la tête de ce clone... bon, de mon avis, un peu trop parce que je n'ai pas du tout perçu ce qui se passait autour du vaisseau alors qu'il me semble qu'ils sont soumis à une attaque spatiale. Hormis ce détail, le texte s'intercale très bien dans l'univers.


Merci :)
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar AJ Crime » Mer 29 Déc 2010 - 15:11   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Non, là, par contre, c'est tout ce qu'il y a de plus volontaire: je veux montrer que Tierce pense si souvent à son modèle et à Thrawn que c'est tout juste s'il prend la peine de les nommer, en tous cas jusqu'à ce que Thrawn soit tué.
j'avais bien compris que c'était volontaire, mais un manque de précision, même volontaire, amène le trouble dans l'esprit du lecteur qui ne va pas s'investir dans une histoire et aura d'autant plus de mal à s'identifier. Enfin, c'est ce dont je suis persuadé... à toi de voir.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Notsil » Jeu 06 Jan 2011 - 22:14   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Deux points de vue bien différents à une période similaire, j'aime bien ^^

Un peu de mal à me mettre dans l'ambiance wookiee, après une vision sympathique des sympathiques des évènements.

Pour le clone je me suis perdue une ou deux fois dans les pronoms, sinon chouettes pensées, même si je ne suis pas sûre qu'il ait été conçu pour réfléchir autant :p
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2308
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Jeu 06 Jan 2011 - 22:55   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Deux points de vue bien différents à une période similaire, j'aime bien ^^


Je t'assure qu'on a pas fait exprès^^

Pour le clone je me suis perdue une ou deux fois dans les pronoms,


Arf, je ne pensais pas que ça irait à ce point-là...

même si je ne suis pas sûre qu'il ait été conçu pour réfléchir autant :p


Ben en fait, si, plus ou moins, puisque le Grand Amiral voulait en faire un soldat doué de capacité de réflexion stratégeek, et s'il a une capacité de réflexion stratégeek, il n'y a pas de raison pour que cette capacité ne finisse pas par se déporter (essayer de le faire, du moins) vers d'autres domaines. Ceci dit, Thrawn a finalement considéré que l'expérience était un échec.

Merci de ta lecture :jap:
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Notsil » Jeu 06 Jan 2011 - 23:23   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Ouaip après c'est vrai que mes souvenirs de ces bouquins commencent à devenir flous, donc si a priori ça peut paraitre un peu étrange, ça se justifie davantage quand on connait mieux les personnages c'est sûr ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2308
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Minos » Sam 08 Jan 2011 - 1:05   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Lu les deux histoires. AJ, tu sais ce que j'en pense, donc je passe direct à la Mite.

Sur la forme : typologiquement parlant, toujours laisser un espace avant comme après les deux points et les points-virgule. Et toujours laisser un espace avant les points d'interrogation et les points d'exclamation. Pour la conjug, la fin du texte projette vers le futur : je ne suis pas un pro de la conjug, mais je pense qu'il faut virer les "s" ("je verrai", "je retirerai", etc). Ça, c'est dit.

Sur le fond, j'ai bien aimé vu que j'aime bien les récits psychologiques. Un seul bémol néanmoins : c'est peut-être pas assez structuré, au sens où les réflexions vont et viennent parfois un peu au hasard, sans une logique claire. Tu me diras, c'est un instantané d'un cerveau donc ça se justifie, et tu auras raison, mais ceci dit, comme c'est un texte écrit, il doit tout de même obéir à un minimum de codes (ce qu'il fait mais pas assez à mon goût).

Conclusion : sympa bien qu'un peu confus par moments. Et j'ai commencé à soupçonner qu'il soit le clone Tierce dès la mention de Garde Royal, na !
Les hommes sont si nécessairement fous, que ce serait être fou, par un autre tour de folie, de n'être pas fou.
Blaise Pascal.
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2989
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Sam 08 Jan 2011 - 11:34   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Ah, le pape du retard, merci de ta lecture :jap:

typologiquement parlant, toujours laisser un espace avant comme après les deux points et les points-virgule.


Arf, j'en ai bien conscience, mais je n'y pense pour ainsi dire jamais, ce n'est jamais devenu un automatisme chez moi, et en général, personne ne le remarque :(

Et toujours laisser un espace avant les points d'interrogation et les points d'exclamation.


Je me coucherais moins con ce soir^^

je ne suis pas un pro de la conjug, mais je pense qu'il faut virer les "s" ("je verrai", "je retirerai", etc).


Euh, quelqu'un confirme? Je ne sais jamais si c'est ça ou l'inverse, justement...

Merci de ces remarques, je vais finir par arriver à écrire Français :D

Tu me diras, c'est un instantané d'un cerveau donc ça se justifie,


C'est exactement cela, c'est pourquoi je laisse tel quel.

Et j'ai commencé à soupçonner qu'il soitle clone Tierce dès la mention de Garde Royal, na !


Ah^^ Enfin, heureusement, l'objectif était surtout de le dépersonnaliser^^
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Code 44 » Sam 08 Jan 2011 - 13:13   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

La Mitthe a écrit:Euh, quelqu'un confirme? Je ne sais jamais si c'est ça ou l'inverse, justement...

Merci de ces remarques, je vais finir par arriver à écrire Français :D



Les L à la rescousse !

C'est simple, sans s, le verbe est au futur, avec, il est au conditionnel.
Dans un sens comme dans un autre, on se projete en avant, le seul truc qui change étant le degré de réussite de l'action :wink:
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Sam 08 Jan 2011 - 13:24   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

D'accord, merci Codounet :)
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar AJ Crime » Sam 08 Jan 2011 - 14:10   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Merci pour vos lectures.

J'espère pouvoir faire des corrections (propositions faites par ailleurs) dans le WE Notsil et minos. En tout cas, finalement, le thème n'est pas si facile que cela à aborder en partie à cause du juste dosage à trouver pour la mise en situation dans un univers déjà écrit par des écrivains professionnels. Mais bon, ça s'écrit tout de même. En espérant voir d'autres textes fleurir dans ce topic.


ps du dimanche matin : nouvelle Raalaracheen éditée et mise à jour des dernières modifs (réécriture partielle).
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Code 44 » Mar 25 Jan 2011 - 0:28   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Il parait qu'il faut bien s'y mettre un jour alors let's go. C'est court, flippez pas ;)



Dans l'ombre de mon maître.
C'est là que j'avais toujours été.
Plus d'une fois, au sein de l'Ordre, j'avais entendu dire qu'on grandissait d'autant mieux sous sous l'aile d'un maître puissant. Cerulian et Yoda pour Dooku. Dooku pour Qui Gon Jinn. Qui Gon Jinn pour Kenobi. Kenobi pour Skywalker.
Effectivement, ici la lignée semblait digne de maillon en maillon. Sans nul doute que le ou la padawan de Skywalker, quand il deviendrait chevalier, puis maître, sera à son tour un grand jedi.
J'ai été content la première fois que j'ai vu maître Mobari. Elle m'avait choisi alors que je venais de sortir troisième du tournoi des novices. J'ai été ravi d'échapper à l'AgriCorps. Je ne voyais pas et je ne vois toujours pas ce qui était digne à gratter la terre quand on avait goûté à la Force.
Cela dit, actuellement, les Jedi du Corps Agricole s'en sortaient mieux que nous. Ils n'étaient pas enfoncés jusqu'au cou dans cette bouse de Bantha qu'était la guerre des clones.
Sauter dans une navette, naviguer jusqu'à une planète perdue au fin fond de la Bordure, sauver les habitants d'une invasion séparatiste, remporter la victoire, repartir,...
Tout cela était horriblement lassant. Peut-être que le corps finissait par trop s'habituer aux muscles luxés, aux fractures, aux tendons étirés jusqu'à en claquer, à la douleur, aux pleurs. Quoiqu'il en soit, au bout d'un mois de ce régime et je ne ressentais plus rien. Je n'avais plus la foi Jedi en moi. Sa flamme brûlait toujours lorsque je montais à l'assaut, à la tête d'une division clone mais elle était soufflée en un instant dès que mon maître faisait son apparition.
Maître Sora Mobari, mon maître, une très grande Jedi, mon professeur, mon mentor, ma mère spirituelle. La personne que je détestais le plus au monde.
J'avais mis du temps à éprouver du ressentiment pour elle. Mais désormais, il était ancré si profondément en moi que je me demandais comment j'avais pu vivre, respirer, bouger sans la haïr.
Haïr n'était pas assez fort comme terme pour expliquer le sentiment de colère et de dégoût mélés qui s'emparait de moi dès que maître Mobari faisait son apparition. Ces derniers temps, je ne me couchais et ne me levais qu'avec l'image de Mobari gravée dans mon esprit. Je voulais qu'elle disparaisse une fois pour toutes qu'elle cesse d'empoisonner la galaxie par son existence.
Pourquoi ?
Avez vous déja pensé une seule seconde ce que cela faisait d'être un être ordinaire dans l'ombre d'une personne qui ne l'était pas ? Au sein de l'Ordre, vous ne trouverez personne pour critiquer maître Mobari. Tous s'accorderont à dire qu'elle mériterait de sièger au Conseil si elle le désirait. Après tout, n'était-elle pas une fine diplomate, habile dans l'usage de la Force, plus que douée en tant que bretteuse ? N'était-elle pas une des professeurs préférés des novices ?
Plus la personne est grande, plus grande est son ombre. Plus la personne qui s'y trouve est écrasée.
Je n'étais en définitive qu'un Jedi banal. Plus capable qu'une bonne partie des quidams de la galaxie, par ma maîtrise partielle de la Force mais loin d'égaler les prouesses d'un Skywalker. Ou d'une Mobari.
J'avais pourtant essayé de m'améliorer. De passer des heures dans la Salle aux Etoiles, étudier par coeur la géographie spatiale. Combattre des jours durant sous l'enseignement de Main de Fer. De pratiquer des exercices de télékinésie, me concentrant à m'en faire sauter l'esprit.
Malgré tous mes efforts, je ne progressais pas. Ou trop peu. Oh bien sûr, maître Mobari était fière de moi. Elle posait maternellement sa main sur mon épaule en me félicitant pour mon travail accompli mais je n'étais pas idiot. Je savais lire dans les regards, décrypter ce que pensaient les gens. Et tous les spectateurs songeaient à la même chose : comment un maître aussi puissant pouvait s'encombrer d'un padawan aussi ordinaire ?
J'avais espéré avec la guerre, que les choses changeraient. Qu'en devenant commandant dans la Grande Armée de la République, je pourrais enfin faire mes preuves. A la galaxie, à l'Ordre, à moi-même.
Mais même encore là, maître Mobari me volait mes victoires. Que je m'empare d'une position clée et elle gagnait la bataille à elle seule. Que je désosse dix superdroïdes de combat et elle en expédiait cent à la casse. Que je projette des rochers sur les rangs séparatistes et elle leur offrait le goût d'une montagne.
On aurait pu en faire une équation : là où je faisais quelque chose, elle le faisait en mieux. Une règle éternelle. Immuable.
Je m'étais promis que cette fois, alors que nous enquêtions sur ces terroristes ithoriens, tout serait différent. Et j'allais avoir raison !
Maître Mobari était partie à l'autre bout de la ville, à suivre la piste de ses intuitions, guidées par la Force . Moi, j'avais préféré axer mes recherches à l'aide des informations d'un indicateur rencontré quelques jours plus tôt, dans une cantina crasseuse. Evidemment, je n'avais rien dit à mon maître. Le hangar dans lequel je me trouvais en ce moment même, rempli de bidons explosifs, la cache des terroristes, je l'avais trouvé seul ! J'emporterais seul les lauriers de cette victoire !
Il n'y aurait plus personne pour mettre mon talent en doute ! L'Ordre devra reconnaître que j'étais le digne padawan de maître Mobari !
Mon sabre laser à la main, j'effleurais du bout des doigts le plastacier du tonneau le plus proche de moi. Oui, je serais le sauveur de cette ville perdue. Je serais enfin un héros.
Un bruit. Une porte s'ouvre. Je me tiens prêt à bondir. Les terroristes qui reviennent ? Je vais en faire de la chair à blaster ! Ils vont voir comment se débrouille un "médiocre" apprenti de l'Ordre Jedi !
Mais ce ne sont pas des pas ithoriens. Une démarche humaine. Une silhouette de femme. Des cheveux bruns. Je sens mon coeur se serrer alors que je reconnais maître Mobari.
Non. Non. Non, impossible ! Elle était à l'autre bout de la cité elle n'a pas pu venir ici aussi vite ! Et puis comment saurait-elle que sur les dizaines de hangars de la zone portuaire, c'était celui-ci que nous cherchions ?
Je l'entendis qui m'appelait dans l'immensité du dépôt. Qui m'expliquait qu'elle avait simplement suivi la Force qui l'avait conduite ici. Qu'elle savait que j'étais arrivé avant elle et qui me félicitait. Elle me cria que nous nous partagerions la gloire de la réussite de cette mission à armes égales.
C'est faux ! C'est faux !
Elle sera tenue pour seule responsable du succès de l'opération. Moi, on me considérera encore comme le suiveur, un simple second-vibrolame.
Mes yeux se portèrent sur le tonneau. Plein d'un liquide explosif extrêmement puissant. Tout le hangar est rempli de tonneaux semblables.
Et si ces bidons venaient à exploser ? Si maître Mobari périssait dans une déflagration provoquée d'une manière ou d'une autre, il n'y aurait plus personne pour remettre en doute la légitimité de mes actes lors de cette opération. Moi, je triompherais, survivrais à maître Mobari.
Je serais enfin traité en héros.
Alors sans hésiter, tout en me nimbant d'un bouclier de Force, je plongeai ma lame de plasma dans le plastacier, provoquant une formidable explosion.
Pendant un soupir, j'étais au centre d'une explosion gargantuesque. Pendant un battement de coeur, j'étais à l'épicentre de sa lumière. Pendant un soupir, je n'étais plus dans l'ombre. Pendant ce laps de temps très court, j'étais enfin un héros.
Puis je ne pus me protéger d'avantage de la déflagration.
Je péris ainsi, trahissant mon professeur, sans une ombre d'arrière pensée.
A mon grand désarroi, ce que je préressenti une nanoseconde avant d'être vaporisé, ce fut la peur.
Je sentis que là où j'allais, il n'y aurait même pas de lumière à laquelle je pourrais me raccrocher.
Je plongeai dans un monde d'ombres pour l'éternité parce que j'avais refusé de rester dans celle de mon maître.
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Mar 25 Jan 2011 - 1:04   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Ah, c'est malin, j'ai l'air de quoi à côté, maintenant, avec mon Stormtrooper à deux crédits? :paf: Bon, bah c'est très bien fait, c'est particulièrement noir, on prend un plaisir sinistre à imaginer ce Padawan nourrissant jalousie et paranoïa dans l'ombre tandis que son maître essaie de l'aider avec amabilité, croyant bien faire ; la fin est peut-être un peu précipitée, mais les dernières lignes sont très soignées, j'aime. Un reproche de fond, quand même : c'est un peu gênant de commencer le texte par un si long passage de réflexions du narrateur, j'aime bien pouvoir donner un cadre aux personnages que je découvre avant, moi, donc j'aurais peut-être préféré lire ce que le Padawan est en train de faire (traquer des terroristes Ithoriens pour protéger une association pacifiste Gamorréenne) avant qu'on ne s'étende autant, ça aurait pu par exemple démarrer juste après le "Dans l'ombre de mon maître. C'est là que j'avais toujours été." avec un petit enchaînement logique. Sur la forme, autant les phrases courtes rendent bien sur l'histoire de Alsh, autant là, des longues auraient peut-être eu un meilleur effet, mais cela n'engage que moi.

En tous cas, un texte parfaitement centré sur le sujet :wink:
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Code 44 » Mar 25 Jan 2011 - 7:13   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Mitth'raw Nuruodo a écrit:Ah, c'est malin, j'ai l'air de quoi à côté, maintenant, avec mon Stormtrooper à deux crédits? :paf: Bon, bah c'est très bien fait, c'est particulièrement noir, on prend un plaisir sinistre à imaginer ce Padawan nourrissant jalousie et paranoïa dans l'ombre tandis que son maître essaie de l'aider avec amabilité, croyant bien faire ; la fin est peut-être un peu précipitée, mais les dernières lignes sont très soignées, j'aime.


Merci ma Mitthe, content que tu aies apprécié. Je reste assez partagé sur ce texte, j'ai quand même la sensation que j'aurais pu en faire plus.


Un reproche de fond, quand même : c'est un peu gênant de commencer le texte par un si long passage de réflexions du narrateur, j'aime bien pouvoir donner un cadre aux personnages que je découvre avant, moi, donc j'aurais peut-être préféré lire ce que le Padawan est en train de faire (traquer des terroristes Ithoriens pour protéger une association pacifiste Gamorréenne) avant qu'on ne s'étende autant, ça aurait pu par exemple démarrer juste après le "Dans l'ombre de mon maître. C'est là que j'avais toujours été." avec un petit enchaînement logique.


Peut-être mais après tout, on est dans la tête du narrateur, donc, ses pensées se baladent pas mal, allant très rapidement d'un sujet à l'autre. Un récit plus structuré aurait peut-être un peu cassé ce schéma.


Sur la forme, autant les phrases courtes rendent bien sur l'histoire de Alsh, autant là, des longues auraient peut-être eu un meilleur effet, mais cela n'engage que moi.


Sans doute mais je reste toujours aussi mauvais avec les longues phrases. Je préfère donc rester dans un domaine que je maîtrise mieux, les phrases plus courtes.


En tous cas, un texte parfaitement centré sur le sujet :wink:


Là, je suis fier parce que j'ai eu un mal de chien à trouver l'inspi. Heureusement que j'ai relu Jabiim il y a quelques jours avec le passage sur New Holstice. Ca donne des idées :D
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Notsil » Mar 25 Jan 2011 - 13:08   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

J'ai bien aimé qu'on commence par explorer ses pensées pour ma part :p Qu'on puisse comprendre tout le cheminement jusqu'à son geste, alors que si on avait débarqué directement dans le hangar, on se serait douté de ce qui allait suivre :)

Bon il est vrai que dès qu'on est dans la haine du padawan, on se doute que ça va mal finir pour le Maître ; j'ai apprécié cette fin qui sans être très surprenante restait différente de ce à quoi je m'attendais (un duel maitre / apprenti, par exemple ^^), un bon choix de pure trahison qui se retourne contre lui :)
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2308
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Minos » Mar 25 Jan 2011 - 14:14   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Lu à mon tour, et bien aimé aussi. On suit son cheminement intérieur, décrit dans son évolution avec une logique implacable. Le texte aurait peut-être gagné en émotivité, en "montée de stress", si tu avais forcé le trait de la haine du padawan, avec le coeur qui palpite, la boule au ventre, des frissons de dégoût quand son maître débarque à la fin, bref des sensations plus physiques qui "explosent" d'un coup sur la fin.
Les hommes sont si nécessairement fous, que ce serait être fou, par un autre tour de folie, de n'être pas fou.
Blaise Pascal.
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2989
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Code 44 » Mar 25 Jan 2011 - 14:39   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Pas bête.

C'est vrai que j'ai tendence à me centrer sur la psychologie avant tout mais des descriptions biologiques comme tu le propose auraient effectivement boosté le texte.

Merci en tout cas, j'axerais plus là dessus à l'avenir.
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Minos » Mar 25 Jan 2011 - 17:36   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

A moi, à moi, à moi ! (dans les temps, en plus, quel scandale pour ma réputation ! :transpire: ).

Coniwen Redstorm


Tranquillement assis, le jeune adulte Coniwen Redstorm somnolait. Adossé à un mur baigné d’une ombre salvatrice qui empêchait les rayons des soleils jumeaux de Tatooine de le cuire, les bras croisés sur sa poitrine, il attendait paisiblement que les heures les plus chaudes ne soient plus qu’un souvenir. Là, en plein après-midi, un bon nombre de personnes marchait dans les rues sablonneuses de Mos Eisley, mais Coniwen savait par expérience que ce n’était rien à côté de la véritable foule qui s’emparerait de la ville dès que les soleils se mettraient à décliner dans le ciel.
De temps à autre, il s’épongeait machinalement le front et frottait ses mains moites sur sa chemise crasseuse. La fournaise régnant avait un avant-goût d’enfer. Mieux valait économiser ses forces, et Coniwen s’y employait consciencieusement. De toute manière, il était chômeur depuis quelques jours et ne s’en portait pas plus mal : le travail de journalier dans les fermes d’humidité était assez épuisant, surtout en cette saison, la plus chaude de l’année… si tant est qu’on puisse considérer qu’il y avait un réel hiver sur la planète.
Une saute de vent le gifla de son souffle brûlant. Il déglutit et, se rendant compte que sa bouche était sèche, se demanda s’il n’allait pas se traîner jusqu’à une cantina. Une boisson fraîche aurait un goût de paradis, sans parler de la climatisation. Il décida finalement de ne pas bouger. Écrasé par la chaleur, il avait l’impression qu’il allait fondre s’il faisait un seul pas. Il rabattit son chapeau à bords larges sur ses yeux, ferma les yeux et inspira profondément, à la recherche d’une illusoire bouffée d’air frais.
Ses pensées se mirent à vagabonder. Tout naturellement, elles se tournèrent vers son sujet de prédilection, à savoir les mythiques Jedi. Depuis tout petit, il avait toujours été fasciné par les histoires mettant en scène ces sorciers aujourd’hui disparus. Si vivre à Mos Eisley avait un avantage, c’était bien celui de croiser de nombreux voyageurs, venant des quatre coins de la galaxie. C’est par eux qu’il avait appris que les Jedi n’étaient pas une légende. Non seulement ils avaient existé, mais la rumeur leur attribuait des pouvoirs surnaturels. Très excité par ces découvertes, il s’était imaginé plus d’une fois dans la peau de l’un d’eux, même si ce genre de rêve ne s’appuyait pas sur quoi que ce soit de concret. Les informations concernant les Jedi étaient tellement lacunaires et contradictoires…
Certains en faisaient des héros, des moines-guerriers au service des plus faibles. D’autres d’anciens laquais de la défunte et corrompue République. La version officielle qui circulait était qu’ils s’étaient retournés contre le pouvoir en place, et que Palpatine, alors chancelier de la République, n’avait pas eu d’autre choix que de proclamer la naissance d’un Empire aux pouvoirs étendus afin de lutter contre la rébellion des Jedi.
Depuis lors, une grande purge avait eu lieu : non seulement les Jedi avaient disparu, mais toutes les archives les concernant avaient été soigneusement détruites. Le simple fait de mentionner leur nom était un crime grave. Heureusement, certains pilotes fréquentant Mos Eisley avaient la langue bien pendue, surtout après quelques verres… Un jour, sur l’insistance de Coniwen, l’un d’eux lui avait même montré un holo de qualité médiocre, muet. Dessus, on pouvait voir un humain barbu vêtu d’une longue cape, maniant avec une indéniable grâce un sabrelaser contre quatre agresseurs munis de vibro-lames. L’holo ne durait que quelques secondes. Le pilote avait juré que le Jedi en question était rien moins que le général Obi-Wan Kenobi, l’un des plus célèbres membres de l’Ordre, qui s’était illustré pendant la guerre des clones.
On racontait aussi que les sabrelasers étaient des lames d’énergie capables de découper n’importe quoi, et qui vrombissaient quand elles entraient en action. Coniwen avait du mal à croire à ce dernier détail : quelle intérêt de se battre avec une épée laser au temps des blasters ? Il avait été encore plus dubitatif quand on lui avait affirmé que les sabrelasers étaient capables de détourner des tirs de blaster. C’était vraiment n’importe quoi, mais son naturel rêveur ne pouvait s’empêcher de s’imaginer une telle arme à la main. Dans ses rêves, il tenait tête à des pillards tusken qui osaient s’en prendre à la ferme hydroponique des Clayscratcher, et à leur superbe fille Vera. Coniwen avait beaucoup d’imagination et en était très content. C’était un palliatif tellement essentiel à la morne vie tatooinienne.
Plusieurs années auparavant, somnolant à la même place qu’aujourd’hui, il avait eu une vision, un mélange de rêve et de réalité. Ses yeux tournés vers le désert étaient tombés sur une silhouette noire qui tranchait sur le fond sableux qui s’étendait à perte de vue. Qui pouvait être assez fou pour se promener en plein jour au cœur du désert ? Une fois l’humanoïde suffisamment proche, Coniwen avait senti son cœur faire des bonds dans sa poitrine : l’inconnu portait une cape sombre, dont le capuchon rabattu sur les yeux ne masquait pas un collier de barbe blanche.
Le souvenir de l’holo du général Jedi étaient remontés à la surface, et il s’était aussitôt imaginé qu’Obi-Wan Kenobi lui-même s’avançait vers lui. Il l’avait vu combattre des droïdes séparatistes, mener une flotte au combat, signer des traités de paix avec des espèces exotiques qu’il inventa pour l’occasion. Le temps de sortir de son délire, le vieil humain avait dépassé sa position, et Coniwen s’était mis à rire intérieurement de sa propre bêtise. Curieux de connaître le mot de la fin, il avait hélé un porteur d’eau de sa connaissance, qui passait à proximité, et lui avait demandé s’il connaissait le drôle d’oiseau qui venait d’entrer en ville. Coniwen était resté sans voix face à la réponse de son interlocuteur : l’homme était un vieil ermite un peu fou, du nom de Ben Kenobi. Kenobi ?
Et si… ? Non, c’était tout bonnement impossible. Et puis qu’aurait fait un ancien héros de la République sur une planète coloniale comme Tatooine ? Pourtant, depuis ce jour, Coniwen n’avait eu de cesse d’espionner l’ermite quand il le voyait. Ce qui n’était pas arrivé plus de cinq fois en autant d’années.
L’avant-dernière fois, il l’avait épié avec des macrojumelles, à la recherche d’un signe, de quelque chose sortant de l’ordinaire. Il n’avait pas été déçu : alors que l’ermite donnait quelques pièces à un porteur d’eau, Coniwen avait distinctement aperçu le sabrelaser sous le manteau entrouvert. Le cœur battant à tout rompre, il s’était enfui jusque chez lui, où il s’était barricadé. Dès lors, le doute n’était plus permis pour Coniwen : le général Obi-Wan Kenobi et l’ermite Ben Kenobi ne faisaient qu’un.
La dernière fois qu’il l’avait vu, il avait pris son courage à deux mains et décidé de l’aborder. C’était plus fort que lui, il fallait qu’il sache. Les Jedi étaient-ils réellement les courageux défenseurs de la paix qu’il voulait voir en eux, et à qui il s’identifiait quand son esprit se perdait dans des rêves éveillés ? L’entretien avait été aussi bref qu’étrange : c’était le vieux Ben qui lui avait parlé le premier, lui demandant son nom. Après que Coniwen lui eut répondu, ils avaient discuté de la saison agricole qui venait de s’achever, survolant un certain nombre d’aléas qui avaient émaillé la saison. Puis ils s’étaient séparés. Rien de plus.
Pourquoi Coniwen n’avait-il pas abordé le sujet qui lui tenait tant à cœur ? C’était comme s’il l’avait complètement oublié une fois devant l’ermite, comme s’il s’agissait d’un sujet trop trivial pour mériter d’être mentionné. L’imagination enfiévrée de Coniwen avait une réponse toute prête : le vieux Ben était décidément un sorcier Jedi et il avait lancé ses pouvoirs sur Coniwen pour lui embrouiller l’esprit. D’après l’une des nombreuses rumeurs qu’il avait entendu à propos des Jedi, celle de manipuler les esprits était parvenue à ses oreilles et semblait parfaitement coller avec ce qui venait de lui arriver.

Coniwen revint au présent et sortit un peu de sa torpeur. Il s’étira tout en baillant ostensiblement. Tiens, les Stormtroopers sont encore là, se dit-il en jetant un œil distrait à la patrouille impériale qui arrêtait tous les droïdes croisés pour interrogatoire. Ils n’avaient vraiment que ça à faire, depuis des heures qu’ils étaient postés là.
Son œil dériva et tomba sur un nuage de poussière venant du désert. Une tempête se préparait-elle ? Il se redressa en constatant qu’il s’agissait d’un landspeeder se dirigeant droit sur Mos Eisley. Il fut bientôt pleinement réveillé, après avoir pu distinguer les quatre occupants du speeder : un jeune fermier du coin qui avait sensiblement son âge et qu’il connaissait de vue, Skywalker, deux droïdes… et un vieil homme encapuchonné qu’il identifia vite comme étant le vieux Ben Kenobi.
Il se releva prestement, comme ses interrogations sur le mystérieux ermite revenaient le tarauder. Les Stormtroopers aussi avaient remarqué l’arrivée des voyageurs, et ils les interceptèrent. Coniwen se rencogna dans l’ombre et braqua ses macrojumelles sur le groupe. L’échange fut aussi courtois que bref, ce qui ne manqua pas d’intriguer Coniwen : à chaque fois que les Stormtroopers avaient interrogé des droïdes jusque-là, ils avaient pris leur temps, y passant plusieurs bonnes minutes. Or là, tout se déroula très vite. Le rêveur en Coniwen y vit un signe des pouvoirs de Jedi du vieux Kenobi. Son esprit rationnel, lui, tenta de balayer une idée aussi ridicule, en vain. Coniwen suivit le landspeeder, d’autant plus facilement que celui-ci avançait au pas.
Kenobi, Skywalker et les droïdes s’arrêtèrent non loin de là et disparurent dans la cantina de Chalmun. Coniwen déglutit nerveusement et prit son courage à deux mains. Il les suivit, malgré la piètre réputation de l’établissement. Dans la volée de marches qui descendait jusqu’à la cantina, il croisa les droïdes qui ressortaient. Arrivé en bas, il dut attendre quelques bonnes secondes avant que sa vision ne s’adapte aux lumières tamisées de l’établissement.
Bon sang, mais qu’est-ce qu’il faisait là ? Partout où ses yeux se posaient, il ne voyait que des mines plus patibulaires les unes que les autres. Les effluves corporels, humains ou non et mâtinés d’odeurs entêtantes de différents tabacs, agressèrent ses narines pourtant peu délicates. La légère fumée qui imprégnait les lieux lui piqua les yeux. L’orchestre bith qui jouait un air enjoué sur une scène de l’établissement semblait incongru au regard du reste. Une musique plus sombre, peut-être une marche funèbre, aurait été plus appropriée.
Coniwen avisa Skywalker, assis au comptoir. Kenobi allait de groupe en groupe, posant de brèves questions, comme s’il cherchait quelque chose. Coniwen s’avança discrètement et se fit tout petit : cette cantina avait tout d’un coupe-gorge. Comme Skywalker, il choisit d’aller vers le comptoir. Le barman à la si détestable réputation, Wuher, semblait à ce moment le seul point d’ancrage civilisé du lieu pour Coniwen.
Un Aqualish se mit à discuter avec véhémence avec Skywalker, qui fit de son mieux pour l’ignorer. Coniwen s’assit prudemment à bonne distance. Le ton monta, et l’excitation gagna Coniwen quand Kenobi s’approcha de Skywalker et de ses interlocuteurs. Le vieil homme allait-il leur embrouiller l’esprit ? Allait-il les intimider rien qu’en sortant son sabrelaser, dans un geste noble et gracieux digne d’un chevalier des temps anciens ?

L’événement qui suivit se déroula trop rapidement pour que Coniwen le suive des yeux, même si son cerveau le reconstitua très vite. Le non-humain avait repoussé Kenobi et brandi un blaster. Le vieil homme avait activé son sabrelaser et tranché le bras armé du non-humain. Le tout n’avait pas excédé une seconde. Le sabrelaser vrombissant à lame bleue toujours activé, Ben Kenobi toisa les occupants de la cantina, sur le qui-vive, l’air de dire « Un autre amateur ? ». Personne n’osa intervenir.
Le plus tranquillement du monde, Kenobi releva le jeune Skywalker et ils partirent discuter avec un Corellien un peu plus loin, avant de s’esquiver par une porte dérobée suite à l’arrivée d’une patrouille de Stormtroopers.
De son côté, Coniwen était en état de choc. Il ne parvenait pas à quitter du regard l’Aqualish mutilé par Kenobi, qui gémissait piteusement. Quel imbécile il avait été de croire, d’espérer que les Jedi avaient été des héros, des sorciers paladins des temps modernes ! La vérité lui apparut enfin, tellement crue : les Jedi étaient bien les monstres décrits par la propagande officielle, n’hésitant pas à découper quiconque se dressait sur leur chemin. Une sueur froide baigna instantanément son front : comme il avait eu de la chance de ne pas subir le même sort que l’Aqualish quand il avait abordé Kenobi auparavant ! Coniwen imagina des centaines de Ben Kenobi trancher des membres, semer la terreur et la violence dans la galaxie. Il comprit pourquoi la République avait dû se muer en un Empire, plus dur, mieux adapté face à la terrible menace représentée par les Jedi. Penser qu’il avait pu les déifier le rendit malade.
Il repensa à la face ravagée de l’empereur Palpatine, vestige de l’ultime attaque des Jedi pour s’emparer du pouvoir, et il éprouva un élan de compassion sans borne envers le vieux Naboo. Quel courage il avait fallu à Palpatine pour continuer à tenir les rênes de la galaxie après ces événements ! Une sérénité nouvelle vint soudain le baigner, et il sourit. En fin de compte, il était content qu’un homme tel que Palpatine dirige l’empire : si quelqu’un pouvait y ramener la paix et la sécurité, c’était bien lui, qui avait tant souffert face aux Jedi. Il leva son verre pour un toast muet.
Longue vie à l’empereur !
Mort aux Jedi !
Les hommes sont si nécessairement fous, que ce serait être fou, par un autre tour de folie, de n'être pas fou.
Blaise Pascal.
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2989
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Mar 25 Jan 2011 - 21:17   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Mais t'es taré Minos, MDR :lol: Décidément, tu aimes bien nous surprendre à la fin, c'est sympa de voir la perception ambivalente des Jedi de ce jeune homme, même si finalement, il ne fait pas grand chose^^ Tu te payes un certain luxe de description, mais je ne m'en plains pas, il y a juste ce qu'il faut pour planter le cadre.

Bon, ben ça fait plaisir de voir que le recueil commence à bien avancer ; j'essaierais de pondre un autre texte à l'occasion, je dois bien avoir trois ou quatre idées qui se baladent dans ma tête, je verrais lesquelles je retiens^^
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Minos » Mar 25 Jan 2011 - 21:47   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Mitth'raw Nuruodo a écrit:Mais t'es taré Minos, MDR :lol:

C'est pas moi, c'est mon perso ! / Merci pour le compliment. :jap: (j'avoue que j'hésite entre les deux répliques).
Mitth'raw Nuruodo a écrit:Décidément, tu aimes bien nous surprendre à la fin

Déjà dit tout récemment, mais j'adore les nouvelles à chute... surtout si elles vont dans une direction opposée à celle dans laquelle je semble mener les lecteurs. En fait, à la réflexion, faut même pas envoyer le lecteur vers une direction, faut le laisser dans le flou : s'il voit la direction évidente dans laquelle il est mené, il risque de deviner la chute, qui en est d'habitude l'exact opposé.
Mitth'raw Nuruodo a écrit:c'est sympa de voir la perception ambivalente des Jedi de ce jeune homme, même si finalement, il ne fait pas grand chose^^

Ça fait pas du bien, pour une fois, un vrai héros pacifiste dans Star Wars, et qui ne fait rien ? :paf:
Mitth'raw Nuruodo a écrit:Tu te payes un certain luxe de description, mais je ne m'en plains pas, il y a juste ce qu'il faut pour planter le cadre.

C'est mon astuce pour ne pas éventer la fin : présenter tranquillement mon perso dans son contexte... avant d'arriver à la chute, brutale.
Les hommes sont si nécessairement fous, que ce serait être fou, par un autre tour de folie, de n'être pas fou.
Blaise Pascal.
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2989
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Notsil » Mer 09 Fév 2011 - 20:02   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Il est tout mignon ce petit fermier innocent de Tatooine :)

On rentre facilement dans ces rêves qu'un monde merveilleux existait avant, qu'il aurait voulu connaitre pour oublier la brûlante monotonie de son existence.
Alors on sait, nous, ce qui va se passer dans la cantina (ambiance chouettement retranscrite d'ailleurs), mais son point de vue qui reste avec le mutilé, son horreur, et son changement de loyauté, joliment pensé, pas vu venir non plus ;)
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2308
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar AJ Crime » Sam 12 Fév 2011 - 15:53   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Pour code44 et minos, j'ai copié vos nouvelles dans un .doc.

Je vous donnerai l'ensemble de mes commentaires la semaine prochaine lorsque j'aurai fini de vous lire....
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar AJ Crime » Sam 19 Fév 2011 - 11:00   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Bon, désolé pour le double post mais ça fait une semaine alors si je ne le fais pas.... mes commentaires risquent de passer inaperçus... Je m'en excuse d'avance.

Pour minos, tu connais ma façon de décortiquer, je suis stable au cap !

mes réflexions globales:
J’adore la fin de cette nouvelle… c’est très exactement ce que m’inspire les Jedi de la guerre des clones. C’est bien rendu.
Dans l’ensemble, j’aime bien, le sujet est traité sans longueurs et on voit tout de suite de quel événement tu comptes parler.
Coniwen_Redstorm_Minos_CorrAJC.doc
(44 Kio) Téléchargé 60 fois



Pour code 44, tu n'as pas encore trop gouter à la chaleur tranchante de mon sabrelaser alors ne te bile pas. Mes remarques sortent du coeur au moment où elles sortent et je les note dans la foulée. C'est ma façon de voir ton texte, et donc subjectif relativement à ma position (cf relativité restreinte), tu prends ce qui te plais, tu adaptes ce que tu veux, tu corriges si tu en as envie, pour le reste, si ça n'a aucun intérêt à tes yeux tu jettes. Il n'y a que toi pour avoir l'objectivité de ton texte.
Dans_lombre_maitre_Code44_CorrAJC.doc
(35 Kio) Téléchargé 63 fois


J'ai aimé cette vision très franche des Jedis de la guerre des clones. Perso, je ne les aime pas pour moi, ils ont tout des jedi sombres.


Voilà, bonne corrections à vous deux.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Minos » Dim 20 Fév 2011 - 1:56   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Merci pour les remarques, AJ ! J'y retrouve en effet un certain nombre de choses que je reproche aux autres, plus quelques mauvaises habitudes dont il est dur de se défaire... :transpire:
Les hommes sont si nécessairement fous, que ce serait être fou, par un autre tour de folie, de n'être pas fou.
Blaise Pascal.
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2989
Enregistré le: 14 Jan 2007
 

Messagepar Code 44 » Lun 21 Fév 2011 - 1:00   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Je m'associe au lapin blanc, grand maître du retard pour les remerciments AJ.
Il est évident que je corrigerai ce petit texte dès que j'aurais une minute et que tes remarques vont m'y aider.
Par contre, il y a un truc que j'ai pas très bien compris dans cette phrase :

J'ai aimé cette vision très franche des Jedis de la guerre des clones. Perso, je ne les aime pas pour moi, ils ont tout des jedi sombres.


Alors tu aimes cette vision des Jedi ou pas finalement ? :D
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar AJ Crime » Sam 26 Fév 2011 - 19:04   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

j'aime la vision que tu transcris...

Et une virgule oubliée dans ma phrase... et des fautes de frappe, j'imagine... : "Perso, je ne les aime pas, pour moi, ils sont tous des jedi sombres." C'est donc bien les jedi de cette époque que je n'aime pas, je les trouve tellement guerriers et imbus d'eux même qu'ils me dégoutent. Ils auraient mieux fait de reconnaître qu'ils s'adonnaient au côté obscure... Yoda en tête.
En quête de votre intérêt et de vos suggestions, votre dévoué serviteur dans la force, AJC
AJ Crime
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 709
Enregistré le: 28 Juil 2007
Localisation: france, lorient
 

Messagepar Code 44 » Mar 01 Mar 2011 - 16:02   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Understood !
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Jeu 05 Mai 2011 - 17:03   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Bah alors, il bide, ce recueil? :shock: L'idée était pourtant bonne :( En tous cas, moi, je suis là, et je vous présente le premier chapitre d'un nouveau texte sur lequel je suis en train de travailler ; j'espère que ça vous intéressera, d'autres suivront. Sur conseil de mes avocats, je tiens à préciser n'avoir jamais entendu parler d'une fan-fiction de Code 44 sur le COMPORN :siffle: Pour changer, ce sera un texte à la première personne^^

Un Simple Policier


I.


C'est une nuit fraîche sur Coruscant, l'une de celles qui vous font ressentir le froid sans que vous n'en souffriez réellement, l'une de celles qui agitent votre corps de frissons plus enivrants que désagréables ; pourtant, le froid est bien là, et quand on y pense, il ne doit rien présenter d'enivrant pour les malheureux qui doivent passer toute la nuit avec lui.
Mais on y pense pas. Ce serait insupportable.
Pour ma part, j'ai la chance d'avoir de l'argent et un appartement à moi, dans un quartier relativement calme de Coruscant, aussi le froid nocturne ne me concerne-t-il qu'en quelques rares occasions telles que celle-ci, pour cet étrange métier qui est à présent le mien.
« Hmmm... J'imagine que c'est le grand bâtiment à droite? je demande à ma supérieure, le sergent Shan Frankland.
Non que la faculté d'Histoire soit facilement distinguable au sein de ce quartier prestigieux ; tous ces bâtiments dotés de fonctions toutes plus enviées les unes que les autres déploient tant d'efforts pour sortir de l'ordinaire à grand renfort de dimensions imposantes et de décorations en tous genres qu'ils se ressemblent tous, paradoxalement.
Cependant, le fait que le bâtiment soit encore allumé à cette heure-là me laisse une marge d'erreur assez faible... Même les sièges des sociétés installés à côté ne sont pas assez dingues pour imposer autant d'heures à leurs salariés.
-C'est bien cela, oui, Max, confirme Shan, sur un ton détaché qui ne lui ressemble pas.
Il faut dire que je connais cette énergique jeune femme depuis que je suis entré dans les Forces de Sécurité de Coruscant, et jusque-là, elle m'était toujours apparue comme quelqu'un qui, sans nécessairement prendre plaisir à son travail, avait une haute opinion de son utilité ; je l'ai vue faire de son mieux pour maîtriser toutes sortes d'individus potentiellement dangereux, elle en faisait souvent une affaire personnelle à tel point qu'on aurait juré qu'un ordre du vieux Palpatine en personne ne l'aurait pas arrêtée. Mais plus ces derniers temps, on dirait que cela ne l'intéresse plus ; c'est plutôt démotivant de la voir ainsi, mais d'une certaine façon, je comprend.
On commence tous à comprendre que la nature de notre travail est en train de changer en même temps que le régime politique...
Il y a tant de lumières, enseignes agressives, publicités s'étalant sur de gigantesques écrans, indications lumineuses destinées au trafic incessant de speeders, même à cette heure-là... Il y a des fois où je me demande si se faire remarquer n'est pas l'objectif principal que se donne tout le monde sur Coruscant, il faut absolument bâtir partout de grands bâtiments, s'habiller richement lorsqu'on est un homme, se vêtir aussi court que possible lorsqu'on est une femme, attirer le regard par toutes sortes d'éclairages agressifs, se pavaner dans des speeders de luxe... On est dans le culte de l'apparence, il ne faut pas seulement réussir mais aussi et surtout le montrer, montrer que l'on est au-dessus de tous ces gens moins fortunés...
Naturellement, pour le Coruscanti moyen tel que moi-même, c'est plutôt agaçant, sans parler de ceux qui dorment dans le froid ; tout ce luxe mégalomane a été vaguement relativisé au cours de la Guerre des Clones, et j'avoue avoir plus ou moins espéré que la proclamation de l'Empire nous ramènerait à un minimum de sobriété, mais non, il semble que la vanité des riches Coruscantis se soit simplement adaptée au pouvoir Impérial, et deux ans après la fin de la guerre, je crois que nous sommes bien partis pour un nouvel âge d'or de la frime... La seule véritable différence, c'est que maintenant, ce sont surtout les dignitaires du nouveau régime les dépensiers arrogants, c'est au nom de la gloire de l'Empire qu'on claque des sommes pharaoniques, plus en celui des intérêts privés. Bon, vous me direz, à tout prendre, je crois que je préfère encore cela...
Sous cette légion d'éclairages artificiels qui semble une insulte à l'étoile naturelle de Coruscant, nous sommes ainsi une trentaine d'agents des Forces de Sécurité de Coruscant à progresser au pas de course vers la Faculté d'Histoire ; les gens que nous croisons malgré l'heure tardive nous regardent passer avec un intérêt amusé plutôt qu'avec de la peur, l'air de dire « Ça va barder pour les jeunes! ». Je crois qu'en fait, ça leur passe un peu au-dessus de la tête, et de la mienne aussi d'ailleurs, sauf que moi, je suis agent des FSC.
Nous empruntons une passerelle, à ma droite ; nous ne sommes pas arrivés les premiers, la faculté est déjà cernée d'agents. J'imagine qu'on espère tous que les étudiants vont laisser tomber et accepter de plier bagage, mais qui peut sérieusement ignorer que les choses vont probablement finir comme lorsqu'ils ont supprimé les enseignements de philosophie? Les jeunes saisissent n'importe quelle occasion pour affirmer leur différence avec les autres générations, ils vont encore s'accrocher à leurs revendications jusqu'au dernier moment... Ils n'ont peut-être pas tort, d'ailleurs, mais ce n'est pas vraiment le travail de Max Cyn, agent des FSC, que d'en décider.
« Ça se présente comment? demande Shan à un Capitaine déjà présent, Grellish, je crois que c'est lui, avec son épaisse moustache grise.
-À votre avis ? rétorque l'autre. Apparemment, ils se sont bien amusés aujourd'hui, ils ne se sont pas contentés de scander leurs slogans contre-révolutionnaires dans tout le quartier comme leurs collègues de philo ; il y a eu pas mal de casse, et pas seulement par les étudiants humains de trente ans, si vous voyez ce que je veux dire...
Personne ne commente cette dernière allégation, mais tout le monde la comprend ; ce n'est un secret pour personne au sein des forces de l'ordre que les services de renseignements ont coutume d'infiltrer les manifestations pour discréditer toute opposition, et peut-être aussi les gars de cet organisme bizarre récemment créé qu'on appelle sobrement le Bureau de la Sécurité Impériale... Et naturellement, même si nous n'approuvons pas, on préfère tous éviter que ça se sache, sans quoi c'est nous qui sommes discrédités auprès de la population en tant que représentants les plus visibles des pouvoirs publics, or nous sommes bien placés pour savoir quelles conséquences désastreuses cela aurait sur une planète pareille... Une police doit avoir la confiance de ceux qu'elle protège pour fonctionner.
-... Bref, reprit Grellish, les gars du Bloc Renaissance Coruscantie, vous savez, les jeunes tellement allumés que même au COMPORN ils n'en veulent pas, ont eu l'excellente idée d'essayer de faire notre travail à notre place, et pour une fois, ils ont réussis à tomber sur aussi violent qu'eux... Pas besoin de vous expliquer la suite, ça a salement dégénéré, blessures graves, y compris pour des gens qui se sont bêtement retrouvés pris entre deux feux, et même quelques incendies... Des vrais tarés, d'un côté comme de l'autre. Même nos gars envoyés tout à l'heure ont dû se replier... Maintenant, eh bien, c'est eux qui se sont retirés dans leur faculté, et ils ont décrété qu'ils n'en bougeraient pas tant que leurs revendications n'auraient pas été entendues...
Je jette un coup d’œil à la faculté en question ; ils ont l'air de s'être plutôt bien barricadés, là-dedans, ça va être coton... J'aperçois partout des slogans révolutionnaires inscrits à la hâte ; amusant, ces jeunes contestataires n'essayent même pas d'empêcher les autorités de les accuser de reprendre le combat de la défunte Confédération des Systèmes Indépendants, ils s'en revendiquent même... Il s'agit certainement plus de provocation que de conviction, ils ont compris qu'il fallait choquer pour se faire entendre.
Mais ils se donnent du mal pour rien, tout le quartier est dominé par les riches hommes d'affaires et les fonctionnaires hauts placés, un électorat qui est, reconnaissons-le après deux ans sous l'Empire, totalement acquis à Palpatine. Encore un espoir déçu après la proclamation de l'Empire Galactique, j'espérais qu'un souverain unique serait plus à même de mettre en place une politique de lutte contre les inégalités économiques et sociales qu'une assemblée, ne serait-ce que parce qu'il rend des comptes à sa population personnellement, mais il faut croire que même un monarque est obligé de composer avec les puissances économiques, même celui qui a réussi à se débarrasser des Jedi... Le fric plus fort que la Force?
-Et les jeunes du Bloc, interroge l'un de mes collègues, Neekl, ils sont devenus quoi ?
-On les a arrêtés juste avant de passer ici, rapporte Grellish. Les instructions étaient claires, pas question de laisser une bande d'abrutis se substituer à la puissance publique, surtout si c'est pour un résultat pareil ; du coup, il va sans doute y avoir quelques sanctions, histoire de les ramener un peu sur terre, quoi. Mais en haut, ce qui les intéresse vraiment, ce sont les imbéciles qui mettent Coruscant sens-dessus-dessous parce qu'ils pensent savoir mieux que le Sénat comment l'Histoire doit être enseignée...
-Charmant, et on est censés faire quoi, pour les déloger d'ici, exactement? demande Shan, sans la moindre trace d'entrain. Entrer et frapper tout le monde jusqu'à ce qu'ils acceptent de rentrer chez eux en attendant la prochaine manifestation? En arrêter le plus possible en espérant que ça découragera les autres?
Le contraste entre le ton inexpressif de Shan et la violence des actions qu'elle suggérait aurait pu être comique, mais ce n'était pas le cas.
-C'est probablement exactement ce qu'ils attendent, je remarque. S'ils arrivent à tenir suffisamment longtemps, ils vont attirer encore un peu plus d'attention sur eux et leurs revendications, inciter d'autres à défier le pouvoir politique...
Grellish secoue la tête.
-Les ordres sont clairs : ils doivent dégager de là, et vite ; les étudiants se sont déjà assez fait remarquer comme cela avec leurs revendications, j'ai crû comprendre que là-haut, on espérait que les nouvelles lois sur l'enseignement supérieur passeraient avec une certaine discrétion... Donc on les mate en vitesse, oui.
-Ça vaut sans doute mieux, ajoute un sous-officier. S'ils continuent à contester les réformes de l'enseignement, les lycéens vont s'y mettre aussi, et les contestataires de tout poil vont finir par se réveiller... Et là, je ne vous dis pas le bordel qu'on va avoir à gérer sur Coruscant, il y a un milliard de possibilités pour semer le désordre sur une planète aussi urbanisée. Autant en finir avant que cela ne devienne trop sérieux...
-Allons, pas de panique, nous ne sommes plus sous la République, commente Shan, sarcastique. Maintenant, on a des moyens d'action efficaces ; les soldats de choc vont remettre tout le monde au pas, et nous n'aurons pas besoin de faire trop d'heures supplémentaires...
-Ça n'a rien de drôle, sergent, je souligne, avec l'approbation de plusieurs agents.
-Non, je ne trouve pas non plus. Bon, et concrètement, on fait quoi, alors? Parce que « on les mate en vitesse », moi, je veux bien, mais ça manque un peu de détail...
Grellish reprend la parole :
-Arrestations massives, il faut en prendre autant que possible, et avec les lois qui sont passées ces derniers temps, ceux que nous aurons vont avoir de sérieux problèmes... Usez de toute la force nécessaire, tous les coups sont permis ; plus important, si la menace devient trop sérieuse, n'ayez pas peur de tuer. Les Coruscantis du coin doivent se sentir en sécurité, et il faut frapper un grand coup si on veut vraiment stopper l'escalade... On doit leur montrer que nous ne plaisantons pas. On est pas spécialement là pour tuer, mais disons qu'au premier cadavre, ils devraient comprendre qu'il ne s'agit pas d'un jeu. Ne vous inquiétez pas, je vous rappelle qu'il y a présomption quasi-irréfragable de légitime défense pour les forces de l'ordre, maintenant ; le seul moyen de la renverser est de prouver que vous agissiez sans autorisation et à des fins étrangères à vos fonctions, ce qui ne sera évidemment pas le cas ici.
Je n'en crois pas mes oreilles, n'ayez pas peur de tuer ? À chaque fois que j'entends ce genre d'ordre, je me demande si je ne suis pas la dernière personne saine d'esprit sur Coruscant... Grellish et les autres réalisent-ils à quel point tout cela est irréaliste par rapport à ce que nous connaissions sous la République? Ou est-ce moi qui ne suis pas normal? J'interviens à nouveau :
-Dites, ce ne sont pas des terroristes interstellaires, hein, juste des étudiants qui ont besoin qu'on leur rappelle que ce ne sont pas eux qui commandent...
-Peut-être préféreriez-vous que ce soit mes Stormtroopers qui s'occupent de la situation, agent ? demande une voix à glacer les sangs derrière moi.
Oh non, pas lui, quand même pas lui, que fait-il ici ? Lentement, moi et mes collègues nous retournons, je suis sûr que nous avons tous les réflexe immédiat de prendre le temps de supplier pour nous tromper... Mais non, évidemment, cette respiration mécanique ne trompe pas. Il a l'air complètement déplacé avec son armure noire dans le décor Coruscanti, et ce n'est pas pour nous rassurer... Naturellement, ses espèces de droïdes vivants en armure blanche sont là aussi, quelques dizaines qui sortent avec une rapidité inutile mais impressionnante de speeders.
-Parce que si c'est le cas, cela ne me pose aucun problème personnel, me rassure celui que l'on connait sous le nom de Darth Vader...
-Seigneur Vader, balbutie Grellish, nous ignorions que... Nous...
-... L'Empereur tient à ce que l'on sache qu'il prend la sécurité de la capitale millénaire de la civilisation Galactique très au sérieux, s'explique Vader. Vous êtes des Hommes ordinaires, il est normal que certains enjeux vous échappent, que vous puissiez commettre des erreurs, surtout si vous avez été formés avant les réformes de notre Empereur...
Une belle façon de dire que les FSC sont en disgrâce et que Palpatine tient à s'assurer que nous fassions bien notre travail en des circonstances critiques... Mais quand même, nous envoyer Vader en personne... Non seulement ce type est un cauchemar de juriste, une espèce de serpent de mer du droit public dont personne ne connait exactement la longueur, mais en plus on lui attribue d'étranges facultés mystiques... Certains le considèrent comme un déchet vivant, un semi-droïde comme l'était le Général Grievous, mais quand on est en face de lui, on est trop occupé à trembler de la tête aux pieds pour penser des choses pareilles... Je ne comprends pas qu'on puisse ne serait-ce que penser à envoyer Vader et les fous de guerre du 501ème à d'humbles manifestants étudiants qui ont un peu dépassé les bornes, mais comment demander quoi que ce soit quand on a ce cauchemar que l'on jurerait jailli tout droit des mythes Jedi en face de soi...
Naturellement, il doit y avoir des caméras de l'holonet dans le coin, occupées à montrer que Palpatine ne lésine pas sur les moyens pour assurer la sécurité de sa population, et éventuellement, que Vader n'est pas un monstre, si c'est bien nous et non les Stormtroopers qui nous chargeons des étudiants ; j'ai souvent trouvé que l'information sous la République laissait trop d'ambigüités interprétables par les démagogues pour manipuler des gens qui ne comprennent pas grand chose à la politique, mais sous Palpatine, c'est trop, on dirait que la politique en général et la propagande ne font plus qu'une... D'un autre côté, je comprends le raisonnement, éviter l’émergence d'une pensée contraire à l'ordre public, c'est éviter les actions contre ce même ordre. C'est d'ailleurs probablement pour cela que l'on réforme l'enseignement supérieur.
Malgré l'aura de terreur qui accompagne Vader partout où il va, Shan ose prendre la parole, comme si elle avait lu dans mes pensées :
-Les dispositions de l'Empereur nous touchent, et je ne doute pas que les civils sachent les apprécier à leur juste valeur, mais... Votre présence est-elle bien nécessaire, seigneur Vader ? Cette insurrection relève des FSC, de la police civile, je...
Évidemment, l'argument est facilement rejetable, puisque personne ne sait jusqu'où exactement s'étendent les attributions de Vader ; néanmoins, on l'a toujours associé à l'armée, pour autant que je sache. En tous cas, on le voit mal superviser la mise au pas d'une bande d'étudiants, même violents...
-Félicitez-vous que ce soit encore le cas, sergent, rétorque Vader, la respiration sifflante. Au cas où vous ne l'auriez pas compris, nous avons déjà franchi une étape supplémentaire depuis les agissements des étudiants en philosophie ; si cela continue ainsi, demain, ce ne sera plus avec les volontaires d'une association un peu trop zélée que se battront les insurgés mais avec vos hommes, et ce sera au fusil-blaster. On ne détruit pas une République millénaire en une journée, on en coupe la tête, seulement ; après cela, il faut lentement démembrer le corps, sinon il se réveille et commence à chercher sa tête... À l'exception regrettable de la tentative de coup d’État des Jedi, nous n'avons pas eu à affronter trop de troubles de l'ordre public jusqu'ici. Si nous voulons que cela dure, les gens doivent savoir qu'ils peuvent nous faire confiance, et cela implique de faire taire immédiatement toute voix discordante le temps de reconstruire des institutions efficaces. A cette fin, notre Empereur a considéré qu'un encadrement conséquent devait être créé pour les FSC, dans le but de vous guider vers des méthodes qui servent efficacement l'Empire. Les FSC ont toujours été un corps dévoué à l'ordre et à l'unité, il serait regrettable qu'ils ne soient pas capables de s'adapter à l'aboutissement logique du gouvernement qui les a créés...
Oui, bon, tout ça pour dire que le vieux Palpatine n'est pas entièrement sûr de pouvoir faire confiance à une police emblématique de la République à un moment décisif pour la popularité qui semble jusque-là celle de l'Ordre Nouveau sur Coruscant, et qu'il envoie le pire cauchemar de n'importe quel être sensé s'assurer que nous faisons en sorte que personne ne réveille la conscience politique des citoyens pendant qu'elle existe encore... Voilà, c'est ça, mon boulot, depuis que Palpatine a proclamé l'Empire, assurer qu'il puisse effacer une à une toutes les constructions de la République pour les remplacer par les siennes, lesquelles pourraient difficilement être moins fiables que les précédentes, d'ailleurs, mais la méthode me gêne un peu ; enfin, soyons réalistes, si on veut changer quoi que ce soit dans cette Galaxie, il n'y a pas tellement le choix, Palpatine a au moins le mérite d'avoir compris cela, contrairement à ses prédécesseurs. Soit dit en passant, d'après ce qu'on me disait de lui quand ce psychopathe en armure noire est apparu, Vader a l'air de s'améliorer, au niveau des discours.
-Donc, en clair, reprend Grellish d'un ton obséquieux qui aurait pu donner envie de le baffer s'il ne s'était pas adressé à Darth Vader, nous neutralisons ces manifestants par tous les moyens possibles, sinon ce sont vos hommes qui s'en chargeront, c'est bien cela ?
-Vous comprenez vite, vous. Le plus simple serait sûrement de commencer par là, à vrai dire, cela rassurerait davantage les habitants du quartier, ils sauraient que l'on ne plaisante pas avec leur protection ; néanmoins, l'Empereur a décidé de faire preuve d'indulgence, aussi préférerait-il que ce soit vous qui vous en chargiez...
Ouais, ou alors, il a décidé que les civils ne se sentiraient pas plus en sécurité s'il sortait les Stormtroopers à la première manifestation venue, allez savoir ; enfin bon, dans un cas comme dans l'autre, il a raison, un pouvoir se doit d'être légitime aux yeux de ceux sur lesquels il s'exerce pour durer. Et puis bon, on ne peut pas considérer que la puissance publique doit faire quelque chose pour sa propre sécurité en tant que citoyen et refuser de faire cette chose en tant qu'agent de cette même puissance publique, n'est-ce pas ? Il faut bien que quelqu'un fasse le sale boulot, et je ne suis pas différent des autres policiers, il est donc juste que j'affronte les mêmes difficultés. Mais ça me dérange quand même, naturellement, et je comprends plutôt bien le désengagement de Shan... Peut-être qu'elle n'est plus vraiment faite pour ce métier, maintenant que les règles du jeu ont changé, quand bien même elles auraient changé en bien ; peut-être que moi non plus, d'ailleurs.
Grellish hoche la tête.
-L'Empereur peut compter sur nous, seigneur Vader. »
Oh, ça, c'est sûr... Si jamais nous avons envie de remettre en cause l'ordre qui s'établit, l'Empereur a un argument imparable pour nous convaincre, un argument qui se résume en trois lettres : B, S, I. Aux FSC, on a tous une peur bleue de passer sous la coupe de cette bande de psychopathes, qui n'est d'ailleurs que l'un des tentacules de la pieuvre COMPORN... Rien qu'à l'idée de ce qui se passerait si la sécurité de Coruscant passait entre les mains de cette organisation qui n'a rien d'autre à l'esprit que de respecter ses quotas d'opposants présumés arrêtés, je suis bien content que nous soyons toujours du côté du pouvoir. Pas vous ?
Modifié en dernier par Mitth'raw Nuruodo le Mer 26 Oct 2011 - 0:40, modifié 3 fois.
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Code 44 » Jeu 05 Mai 2011 - 22:38   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Ma Mithe comment je le sens bien ce minroman ! Déja rien qu'avec le titre et ça :
Sur conseil de mes avocats, je tiens à préciser n'avoir jamais entendu parler d'une fan-fiction de Code 44 sur le COMPORN
mon coeur a raté quelques battements. Et je m'y suis pas trompé en continuant ma lecture.
Oh boy ! :love:



C'est un cadeau d'anniversaire avant l'heure non ? Une fic qui relate l'imperialisation du régime, comme dans l'Eclosion mais avec le ressenti d'un type plus extérieur, un simple flic des FSC.
D'ailleurs, ça m'étonnerait pas que les autres chapitres relatent des saynètes de Triple Zéro par les yeux de Max alors que le COMPORN et la brutalité gagnent en puissance.

Qu'est-ce que je peux dire d'autre, voyons...ah oui, le Bloc Renaissance Coruscantie ça fleure bon le Bloc Indentitaire, ça, non ?
Ca peut aussi avoir un lien avec Occident et toutes ces joyeuses assocs d'étudiants mais au nom, je penche plutôt pour le BI, surtout quand je sais à quel point tu aimes ces gens ô combien ouverts d'esprits :D

Deux trucs : un, c'est "mater" et pas "mâter" sinon, tu pars sur un terme nautique ;)
Et après, mais ça n'engage que moi, je ne sais pas vraiment pourquoi tu as opté pour un Darth Vader plutôt qu'un bon vieux Dark Vador qui dépote. J'ai toujours préféré la VF sur le coup. Mais tu fais comme tu veux après tout

Et vive Aldérande, le Milenium Condor et Chique-Tabac ! :cute:
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Jeu 05 Mai 2011 - 22:55   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

mon coeur a raté quelques battements. Et je m'y suis pas trompé en continuant ma lecture.
Oh boy ! :love:


Ça fait plaisir, mais n'en rate pas trop, quand même :D :)

C'est un cadeau d'anniversaire avant l'heure non ? Une fic qui relate l'imperialisation du régime, comme dans l'Eclosion mais avec le ressenti d'un type plus extérieur, un simple flic des FSC.
D'ailleurs, ça m'étonnerait pas que les autres chapitres relatent des saynètes de Triple Zéro par les yeux de Max alors que le COMPORN et la brutalité gagnent en puissance.


J'avoue que j'ai pensé à toi en écrivant^^ A la base, l'idée m'était venu en écoutant une musique de KMFDM (du rock industriel :x ), ça m'avait donné l'idée de quelque chose de complètement opposé à Perle Rouge, quelque chose de bien ancré dans la réalité, même Starwarsienne, mais avec des hommes comme vous et moi pour l'affronter ; et puis, j'ai pensé au début de ta fan-fic, je me suis dit que cette époque d'avènement progressif de l'Empire me convenait bien :)

Qu'est-ce que je peux dire d'autre, voyons...ah oui, le Bloc Renaissance Coruscantie ça fleure bon le Bloc Identitaire, ça, non ?
Ca peut aussi avoir un lien avec Occident et toutes ces joyeuses assocs d'étudiants mais au nom, je penche plutôt pour le BI, surtout quand je sais à quel point tu aimes ces gens ô combien ouverts d'esprits :D


Exact, j'étais sûr que tu le verrais^^ A la base, l'idée me venait des heurts entre les manifestants socialistes et les Ligues dans la France des années 30, mais j'ai effectivement décidé de baptiser l'association ainsi en référence à un mouvement qui fait fureur (oui, vous avez bien lu^^) à Nice...

Deux trucs : un, c'est "mater" et pas "mâter" sinon, tu pars sur un terme nautique ;)


Ça doit être à cause de l'écriture de Perle Rouge, je suis encore en mode aquatique :transpire:

Et après, mais ça n'engage que moi, je ne sais pas vraiment pourquoi tu as opté pour un Darth Vader plutôt qu'un bon vieux Dark Vador qui dépote. J'ai toujours préféré la VF sur le coup. Mais tu fais comme tu veux après tout




Et vive Aldérande, le Milenium Condor et Chique-Tabac ! :cute:


:D

Ma Mithe comment je le sens bien ce minroman !


Je sais que j'ai souvent un peu de mal à donner une fin à mes œuvres, mais c'est censé être une nouvelle, hein^^

PS : J'attends de voir si quelqu'un va trouver (sans passer par internet :diable: ) pourquoi la supérieure de Max s'appelle Shan Frankland :)
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5578
Enregistré le: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Notsil » Ven 06 Mai 2011 - 16:22   Sujet: Re: [Recueil SWU #5:] Dans l'Ombre des Héros

Ah chouette du nouveau par ici :)

Pour ma part pas encore d'inspiration, j'avais une magnifique idée d'un homme de ménage au Temple Jedi, sauf qu'ils utilisent des droïdes à cet effet :transpire: raté ;)

Bon, les ptites remarques ^^

On commence tous à comprendre que la nature de notre travail est en train de changer en même temps que le régime politique...
Il y a tant de lumières, enseignes agressives, publicités s'étalant sur de gigantesques écrans, indications lumineuses destinées au trafic incessant de speeders, même à cette heure-là...

-> alors là perso j'ai du mal avec la transition entre tes 2 phrases. Un saut de ligne qui manque ? Enfin au début on est en plein avec les pensées du personnage, on pense qu'il va illustrer ses propos par un exemple concret... et au final, on part totalement à côté sur une description ^^


Je crois qu'en fait, ça leur passe un peu au-dessus de la tête, et de la mienne aussi d'ailleurs, sauf que moi, je suis agent des FSC.
Nous empruntons une passerelle, à ma droite ; nous ne sommes pas arrivés les premiers, la faculté est déjà cernée d'agents.

-> Là un peu pareil. On a une fin de phrase qui claque bien ("moi, je suis agent des FSC") et bim, on passe à autre chose alors qu'il y aurait eu moyen de développer, ou au moins conclure, les pensées du personnage.


J'imagine qu'on espère tous que les étudiants vont laisser tomber et accepter de plier bagage, mais qui peut sérieusement ignorer que les choses vont probablement finir comme lorsqu'ils ont supprimé les enseignements de philosophie? Les jeunes saisissent n'importe quelle occasion pour affirmer leur différence avec les autres générations, ils vont encore s'accrocher à leurs revendications jusqu'au dernier moment... Ils n'ont peut-être pas tort, d'ailleurs, mais ce n'est pas vraiment le travail de Max Cyn, agent des FSC, que d'en décider.

-> là je me demande pourquoi "Max Cyn" et pas un simple "mon travail" ? La précision "agent des FSC" est inutile vu qu'on le sait déjà, donc là, à part présenter son nom (en a-t-on besoin ?)... ça casse la narration en "je" à mon sens :)

« Ça se présente comment? demande Shan à un Capitaine déjà présent, Grellish, je crois que c'est lui, avec son épaisse moustache grise.

-> Je pense que ta phrase gagnerait à être découpée. Un point après "présent", éventuellement un retour à la ligne, pour montrer qu'on passe aux pensées du personnage et non à la suite du dialogue (à ma 1ère lecture, j'ai pensé que le "je crois" faisait référence à Shan).

Et naturellement, même si nous n'approuvons pas, on préfère tous éviter que ça se sache, sans quoi c'est nous qui sommes discrédités auprès de la population en tant que représentants les plus visibles des pouvoirs publics, et nous sommes bien placés pour savoir quelles conséquences désastreuses cela aurait sur une planète pareille...

-> ben perso, j'aurais préféré qu'il détaille les conséquences en question, parce que je ne les imagine pas :)

Le fric plus fort que la Force?

-> très chouette phrase :p

Oh non, pas lui, quand même pas lui, que fait-il ici ? Lentement, moi et mes collègues nous retournons, je suis sûr que nous avons tous les réflexe immédiat de prendre le temps de supplier pour nous tromper

-> "le réflexe immédiat" Je trouve cependant étrange que Vador arrive à les surprendre... entrée discrète avec une 10aine de véhicules ? Ils n'ont pas fait gaffe aux véhicules vu qu'il y avait déjà les leurs ? Il s'est approché en apnée ? :)

L'Empereur tient à ce que l'on sache qu'il prend la sécurité de la capitale millénaire de la civilisation Galactique très au sérieux, s'expliqua Vader.

-> "s'explique" vu que ton texte est au présent. Au passage, ton Vador ne me semble pas suffisamment... je sais pas, sec, impressionnant, menaçant ? On dirait presque un gentil officier supérieur qui vient expliquer qu'il faut y aller, sinon il va leur botter les fesses :)

Je ne comprend pas qu'on puisse ne serait-ce que penser à envoyer Vader

-> comprends

D'un autre côté, je comprend le raisonnement,

-> comprends (difficile la transition "je" ^^)

rétorque Vader, la respiration sifflante.

-> voilou, là il est + dans son rôle je trouve (étrange que sa respiration vienne si tard, même si c'est assez cliché de partir là-dessus, je te l'accorde).

Les FSC ont toujours été un corps dévoué à l'ordre et à l'unité, il serait regrettable qu'ils ne soient pas capables

-> qu'elles ne soient pas

le pire cauchemar de n'importe quel être censé s'assurer que nous faisons en sorte que personne ne réveille la conscience politique des citoyens pendant qu'elle existe encore...

-> un être sensé ou il est censé s'assurer que ?

reprend Grellish d'un ton obséquieux qui aurait pu donner envie de la baffer s'il ne s'était pas adressé à Darth Vader

-> le baffer, j'ai cru comprendre qu'il s'agissait d'un gars à moustache ? ^^

sinon ce sont vos hommes qui sen chargeront, c'est bien cela ?

-> s'en (tu pourrais éventuellement dire "chargent" aussi)

Vous comprenez vite, vous. Le plus simple serait sûrement de commencer par-là,

-> le tiret entre "par" et "là" est inutile.

on ne peut pas considérer que la puissance publique doit faire quelque chose pour sa propre sécurité en tant que citoyen et refuser de faire cette chose

-> un double "chose", pour pinailler, et parce que le terme "chose" est assez moche à mon goût ^^

et je comprend plutôt bien le désengagement de Shan...

-> comprends

maintenant que les règles du jeu ont changées,

->changé

Voilou, je me suis un peu perdue entre les réflexions et les commentaires du bonhomme, un ptit gars qui fait son boulot par habitude et qui suit les ordres par peur du BSI, tout en étant content d'être du côté du pouvoir... je sais pas si j'ai tout pigé en fait :) Un texte globalement sympathique, mais je pense que tu aurais pu approfondir les réflexions de Max ^^

NB : aucune idée du pourquoi du nom de la supérieure, ça ressemble pas à un nom de cailloux :)
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2308
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Suivante

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations