Les Ombres du futur

Les Fan-Fictions avortées ou à l’abandon depuis plus de six mois sont disponibles à la lecture dans ce sous-forum.

Retourner vers Les Archives (textes inachevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Lunia » Sam 24 Fév 2018 - 11:58   Sujet: Les Ombres du futur

Hello les gens :)
Voici une fic que j'ai posté sur fanfiction.net et que je me décide à poster ici. Elle fait 27 chapitres au total et c'est un peu mon bébé ^^
C'est une traduction d'une fic de Stormqueen.


Les Ombres du futur

OoOoOoO


UA Obi-Wan a perdu le duel sur Mustafar, mais au lieu de mourir il se retrouve des années en arrière sur un vaisseau quittant Tatooine, avec son ancien maître et un jeune garçon familier. Comment les événements vont-ils se dérouler à présent qu'il connaît le futur ? (traduction)

Période : Se passe d'abord à la fin de la Revanche des Sith, puis vers le milieu de la Menace fantôme.

Personnages : Obi-Wan, Qui-Gon, Anakin qui a neuf ans, une touche de Yoda, Mace et Padmé.

OoOoOo

Prologue

Époque : treize ans après la crise de Naboo

Lieu : Mustafar

Pourquoi ?

Obi-Wan se posait la question en silence, l'air virevoltant autour de lui et le vent hurlant à ses oreilles alors qu'il levait les yeux vers la passerelle en retrait. Ana...non, le visage de Vador ricanait vers lui, et le rire du Sith retentissait partout autour de lui, envoyant des frissons dans le colonne vertébrale d'Obi-Wan. Il était triste et distraitement résigné. Anakin avait été un jeune homme charismatique, et le voir réduit à quelque chose de si mauvais, si tordu, était un véritable crime.

Pourquoi as-tu fait ça ?

Même si c'était un crime, Obi-Wan n'en connaissait pas la raison. Son esprit se comportait bizarrement, et c'était certainement l'une des raisons pour laquelle il se déplaçait si lentement. La gravité sur Mustafar n'était pas différente de ce qui serait considéré comme normal, et la planète était de la même taille et de la même masse que les mondes les plus peuplés. Son esprit lui jouait sûrement un tour ou alors il était en train de défier une loi naturelle. Tandis que le vent battait à ses oreilles, Vador semblait s'éloigner de plus en plus. Que lui arrivait-il ?

Pourquoi nous as-tu trahi ?

Obi-Wan se dit qu'il allait mourir. Tout était ralenti autour de lui parce que son cerveau avait décidé d'allonger ses derniers moments, pour savourer les dernières secondes qui lui restait encore à vivre. C'était sûrement une chose rationnelle que son cerveau voulait faire, mais était-ce vraiment rationnelle ?

Pourquoi as-tu tué tout le monde ?

Obi-Wan fronça légèrement les sourcils d'abord pourquoi était-il en train de tomber ? Etait-il même vraiment en train de tomber ? Il y avait une passerelle au-dessus de lui dont il se souvenait vaguement, et en dessous de lui, une rivière de lave en fusion l'attendait. Mais que c'était-il passé ? Avait-il été poussé ? Était-ce Vador ?

Pourquoi n'as-tu épargné personne, pas même des enfants innocents ?

Obi-Wan réfléchit un instant. Oui, c'était ça, Vador l'avait poussé, car ils se battaient en duel. Cela avait été tout à fait insensé de leur part, de se battre, si près de la lave, complètement exposés aux toxines et en étant non protégés de la chaleur. Pourtant, ils s'étaient quand même combattus, avec acharnement, libérant leurs angoisses et leurs frustrations de la seule façon qu'ils connaissaient. Aucun des deux n'avait vraiment parlé à l'autre, quand il était venu le moment de faire face à leurs émotions.

Pourquoi nous as-tu détesté à ce point ?


Quelqu'un hurlait.

Qu'avons-nous fait pour mériter tant de haine ?


Il criait, criait, sans jamais se taire. Quémandant la paix qu'il implorait désespérément.

Je veux savoir.


Obi-Wan commença à réaliser que c'était lui, il hurlait. Son esprit essaya de le secouer, de le sortir de cet état étrange dans lequel il s'était lui-même enfermé, lui disant de faire quelque chose, de se battre, d'utiliser ses forces et de le sauver de cette mort certaine qui le guettait dans la lave...

Je veux savoir pourquoi.


Son esprit était en train de réussir, et il revint progressivement à la réalité. Les cris redoublèrent, le vent hurlait tandis qu'il déchirait sa tunique et brûlait sa peau. Le rire de Vador se répercutait en écho dans la roche volcanique, ses yeux jaunes perçant les nuages sombres qui tournoyaient entre eux, et le temps s'accéléra. La gorge d'Obi-Wan était sèche, ses yeux brûlaient, et sa main se tendit, tentant de s'accrocher désespérément à la passerelle, vers la personne qui le haïssait avec une telle ferveur écœurante...

Je vais mourir, mais avant cela, je veux une réponse à cette question.


Obi-Wan respirait avec difficulté, ses poumons protestant contre les fumées nocives qui l'envahissaient, l'air brûlant lui meurtrissait les tissus. Il ferma les yeux, le visage amer de Vador défila devant lui, ses yeux jaunes railleurs, accusateurs, emplis de haine. Où était-il passé ? Lorsque Anakin était devenu un monstre. Pourquoi n'y avait-il pas pris garde ? Aurait-il pu l'arrêter ?

C'est une simple demande.


Non pas que cela importait vraiment, ajouta une partie de lui, parce que de toute façon il allait bientôt mourir. Il avait échoué, il était temps de tout abandonner.

Juste une réponse à cette question, et ensuite je serais enfin tranquille.

Il avait échoué, dans presque toutes les manières possibles, et il n'y avait rien qu'il puisse faire à ce sujet.

Pourquoi as-tu fait ça ?

Une partie de lui s'indigna, n'avait-il pas fait ce que son maître lui avait demandé et fait d'Anakin le meilleur chevalier Jedi de la galaxie ?

Qu'est-ce qui t'a pris ?

Non, contra son esprit, il avait échoué.

Pourquoi est-ce que tu me détestes ?

Parce qu'Anakin était tombé.

Ne t'ai-je pas appris à aimer ?


Il aurait voulu être le meilleur maître possible envers l'enfant, l'aider à freiner sa colère, l'aider à suivre le Code, mais Obi-Wan avait aussi échoué.

Pourquoi est-ce que tu me détestes ?


Parce qu'Anakin était tombé.

Parce que je ne t'ai pas montré mon amour ?


Et cela s'était mal passé, ajouta une partie de lui-même, à présent il était en train de tomber vers la mort qui l'attendait. C'était assez ironique dans un sens, un maître chutant vers une morte certaine parce que son apprenti était tombé. Il aurait ri, s'il avait pu.

Parce que j'étais trop différent de toi ?


Au moins ne souffrirait-il pas à la toute fin. La Force était encore avec lui, après tout. Obi-Wan étendit son esprit, repoussant son épuisement et l'appela à lui autant qu'il le pouvait.

Parce que je n'avais pas le cœur sur la main ?


Il voudrait qu'on le libère de ses regrets, de sa douleur. Et tout effacer pour qu'il puisse au moins mourir en paix afin de laisser la galaxie à son sort et enfin se reposer. Une partie de lui-même estime qu'il devrait s'en soucier, mais honnêtement, pourquoi s'en donnerait-il la peine ? Anakin était tombé. Il avait échoué. Il n'était rien. Il ne pouvait rien faire. Il ne pouvait pas changer quoi que ce soit.

Parce que je n'ai jamais rien dit ?


Après tout, ce qu'il s'était produit appartenait désormais au passé, et le passé était immuable.

Pourquoi n'as tu pas vu à quel point je me faisais du soucis pour toi ?


Il réalisa qu'il voulait mourir. Il voulait que ce soit fini. Il ne voulait pas avoir à vivre en sachant que le jeune homme qu'il avait aimé comme un fils, comme un frère, avait vendu son âme à l'obscurité. Anakin était devenu un monstre tordu, et Obi-Wan ne pouvait pas commencer à en comprendre la raison.

Je pensais que c'était évident, je pensais que tu savais.


La galaxie avait sombré dans le chaos et personne ne s'en souciait. Personne n'avait essayé de stopper le génocide des Jedi. Personne ne les avait pleurés, alors qu'ils se faisaient massacrés les uns après les autres, et Obi-Wan voulait juste que tout s'arrête. Plus de chaos, plus de Guerres des clones, plus de trahisons ou d'ambiguïté. Juste lui, la Force, et une paix éternelle.

Tu étais ma famille, je t'aimais.


Il se sentit sourire quand la Force s'enveloppa autour de lui comme un voile chaud et rassurant, ses bras le berçant dans leur douce chaleur.

Tu t'en moquais, tu t'en moquais de savoir si je t'aimais.


Dans un sens, cela lui rappelait Qui-Gon. Il était calme et apaisant, des sentiments qu'il avait toujours associé à son ancien maître l'entourèrent tout à coup, touchant doucement son esprit et l'emmenant loin de cette anxiété qui persistait.

J'ai fait tout ce que j'ai pu pour toi, y mettant mes larmes, ma force et mon âme, mais ça n'a pas suffi.


Ce fut alors qu'il sut.

Répond à cette question : pourquoi n'y avait-il pas suffisamment d'amour pour toi ?


Il sut qu'il était prêt à mourir.

Pourquoi, Anakin ?
"Tu étais l'élu, c'était toi ! La prophétie voulait que tu détruise les Siths, pas que tu deviennes comme eux ! Tu devais rétablir l'équilibre dans la Force, pas la condamner à la nuit !"
Lunia
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 77
Enregistré le: 16 Mai 2014
Localisation: Quelque part sur Coruscant, probablement au Temple Jedi
 

Messagepar L2-D2 » Lun 05 Mar 2018 - 16:41   Sujet: Re: Les Ombres du futur

Chapitre lu !

Bon, je t'avoue que cela m'embête, en fait. Je ne sais trop quoi penser de ton texte, qui n'est pas vraiment ton texte en fait puisque, tu le dis toi-même, il s'agit d'une traduction.

C'est bien écrit. Et l'idée de départ est originale, et me rappelle une idée que j'ai moi-même eu pour le recueil "Et si..." de SWU, le coup d'Obi-Wan qui est vaincu sur Mustafar par Vador. Après, je me demande tout de même ce qu'il va se passer : va-t-il s'agir d'un gigantesque flash-back ? Obi-Wan va-t-il se retrouver projeté dans son corps plus jeune ? :?
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5412
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Lunia » Mer 30 Mai 2018 - 19:47   Sujet: Re: Les Ombres du futur

Merci beaucoup pour ton avis :)

Voici la suite ^^

Chapitre un


Époque : Durant la crise de Naboo

Lieu : Tatooine

Je n'arrive pas à y croire, pensait Anakin, essoufflé tandis qu'il courrait pour rejoindre Qui-Gon. Peut-être que j'ai perdu la tête. Je suis resté trop longtemps au soleil. Ouais, ça doit être ça. Ou alors, j'ai dû mal entendre.

« Anakin ! Suis-moi ! »

Il grimaça en entendant la voix de Qui-Gon. Non, en fait, il avait bien entendu. Apparemment, la marche rapide, Anakin s'était mis à courir, ne suffisait pas pour rejoindre le Jedi. Il aurait voulu courir plus vite. Mais c'était durant la partie de la journée la plus chaude, dans une zone où le sable léchait leur cheville à chaque pas, et sans aucune ombre en vue.

« Ouaip » pensa Anakin, en resserrant son emprise sur son sac à dos, avalant des goulées d'air dans sa gorge déjà sèche. J'ai perdu la tête. C'est sûrement à cause de tous ces accidents de pod. Ils ont détruit le peu de cervelle qu'il me restait.

Alors qu'il courrait, courrait aussi vite que ses jambes de neuf ans pouvaient le permettre, essayant de rattraper le grand Maître Jedi, son sac cogna lourdement contre son dos et il trébucha à plusieurs reprises sous la perte d'équilibre. Il commit l'erreur de soulever son sac de plus bel qui l'emporta avec lui et le fit tomber en arrière dans un cri, le sable était douloureusement chaud. Il commençait à le sentir à travers les fines semelles de ses chaussures et une partie de lui commença à se se plaindre qu'il était peut-être mieux avec Watto.

Non, se dit-il en serrant sa mâchoire et en fermant ses portes mentales avant qu'elles ne puissent être complètement ouvertes. J'ai promis à Maman que je ne regarderai pas en arrière. Donc, je ne le ferai pas. Je dois me dire que nous allons bientôt arriver. Qui-Gon est suffisamment intelligent pour réaliser que c'est complètement fou de courir par ici et il ne l'aurait jamais fait sans avoir une bonne raison.

Et le Jedi pouvait avoir n'importe quelle bonne raison, Anakin le suivrait n'importe où dans cette chaleur, et aussi vite que possible.

Sa partie grincheuse se calma, mais non sans un dernier sursaut de frustration, quand Anakin glissa à nouveau, le sable lui brûlant ses chevilles.

« Tu te débrouilles bien, Ani ! C'est juste un peu plus loin ! »

Anakin soupira de lassitude en entendant le cri d'encouragement de Qui-Gon, mais une autre partie de lui était emplie de vigueur et de fierté, apportant une nouvelle force à ses jambes endolories. Il dérapa sur le bas d'une autre dune et ressentit une pointe de soulagement en voyant qu'ils étaient arrivés dans un endroit relativement plat.

« Monsieur Qui-Gon, monsieur » appela-t-il, haletant, « Pouvons-nous nous reposer ? Je suis fatigué ! »

« Pas encore, » répondit le Maître Jedi. « Nous sommes presque arrivés. Tu ne vois pas le vaisseau ? »

La tête d'Anakin se redressa sous la déclaration de Qui-Gon. Ses yeux balayèrent l'horizon, cherchant un signe de leur destination. Il sourit d'un air penaud quand son regard tomba finalement sur le vaisseau spatial étincelant, comment diable avait-il pu le manquer ? Sa surface d'argent étincelait au soleil, lui faisant presque signe de se dépêcher, il avait en effet hâte d'explorer l'intérieur mystérieux et rafraîchissant. Il manqua s'arrêter pour regarder et examiner tous les détails possibles, mais il préféra ne pas ralentir sa course, l'excitation inondant ses veines.

« Génial ! » murmura-t-il en se forçant à courir plus vite, malgré le point qui s'installait sur son côté droit et la sueur qui coulait sur son front. Ce vaisseau, beau et élégant, était son billet pour quitter enfin ce coin abandonné de Tatooine, et aucune fatigue n'allait l'arrêter, à présent qu'il venait presque de goûter la liberté.

Mais le destin semblait déterminé à le freiner.

« Anakin ! »

Le cri de Qui-Gon le fit lever la tête, son attention se portant instantanément sur le maître Jedi.

« A terre! »

Il obéit sans se poser de questions, plongeant tête la première dans le sable alors qu'un speeder bike frôlait sa tête. Le choc lui fit oublier la chaleur brûlante, il se pressa sur le sol, et se redressa rapidement.

Sa mâchoire manqua se décrocher quand il aperçut une silhouette noire et encapuchonnée sauter du speeder, tenant un long cylindre d'argent dans sa main droite.

Pourquoi ce type ne s'effondre-t-il pas sous cette chaleur ? se demandait Anakin alors qu'un son étrange résonnait au milieu des dunes. Il haleta d'émerveillement. Des sabre-laser ! Il n'en avait jamais vu en action avant et...

Ils sont super ! Il regarda Qui-Gon repousser habilement un coup qui aurait pu facilement lui ôter la tête, les lames rouges et vertes sifflaient et tournoyaient tandis qu'ils se déplaçaient. Si c'était cela être un Jedi, arriver à manier une de ces armes redoutables et géniales, alors il devait absolument en être un !

« Anakin ! »

Le cri de Qui-Gon le ramena une fois de plus à la réalité, son attention se focalisa sur le Jedi. « Cours vers le vaisseau ! Dis-leur de décoller ! »

Anakin hocha la tête même s'il savait que Qui-Gon était trop occupé à repousser l'autre Jedi pour le voir, et commença une course folle vers le vaisseau spatial. La peur envahit son ventre un bref instant, un frisson monta jusqu'à sa nuque, et son instinct lui cria d'aller plus vite. Il se mit à zigzaguer à travers le sable, se frayant un chemin aussi imprévisible que possible, et fut reconnaissant d'avoir été prudent lorsque plusieurs tirs d'énergie le frôlèrent. Est-ce que la silhouette sombre avait un blaster en plus de son sabre-laser ?

Ne t'occupe pas de ça, fonce ! cria-t-il à lui-même alors qu'il sentait ses jambes ralentir. Il suffit de rentrer à l'intérieur ! Ensuite, tu seras en sécurité !

Dans un dernier sursaut d'énergie, il se jeta à l'intérieur du vaisseau, en poussant un soupir de soulagement.

Mais le destin n'en avait pas fini avec lui.

Il cria lorsqu'il percuta quelqu'un de plein fouet. Il bascula vers l'arrière, tombant sur le dos dans une plainte douloureuse où il espéra sincèrement que personne ne l'avait entendue.

« Aie... » marmonna-t-il en poussant quelques jurons bien sentis en langage Hutt tout en frottant son front, qui avait cogné ce qu'il avait rencontré.

« Est-ce que tu vas bien ? »

Le calme et la douceur de la voix accentua la surprise d'Anakin, et il se retrouva à cligner des yeux face à un jeune homme aux cheveux courts, bruns tirant sur le roux, et des yeux bleu-vert, clairs et perçants. Son apparence générale était assez étrange malgré ses vêtements qui ressemblaient vaguement à ceux d'un agriculteur d'humidité pauvre de Tatooine. Anakin remarqua la longue tresse mince qui pendait à l'oreille droite du jeune homme, dont les quelques perles qui l'ornaient brillaient à travers la lumière artificielle.

Un Jedi
se dit Anakin, et il resta bouche bée.

« Tu m'as heurté dans ta hâte de monter à bord, » poursuivit le jeune homme, et il se pencha vers Anakin avec un mélange de curiosité et d'inquiétude. « Es-tu blessé? »

« Je...je vais très bien » répondit-il enfin, rassemblant ses esprits. Encore haletant légèrement, il se redressa. « Mais Qui-Gon, il est en difficulté ! Il m'a dit de vous dire de décoller ! »

Un froncement de sourcils assombrit les traits du jeune homme, mais il resta calme. « Tu restes là. Je vais relayer ton message. »

Dans un mouvement fluide, le jeune homme disparut au large d'un couloir, ce qui conduisit Anakin à supposer que c'était le cockpit. Quelques instants plus tard, le vaisseau gronda et Anakin roula sur le ventre afin qu'il puisse regarder dehors.

Il constata qu'ils étaient en vol stationnaire à quelques mètres du sol et il cligna des yeux en voyant des éclairs rouges et verts au milieu d'un nuage de sable tourbillonnant.

Qui-Gon ! Pensa-t-il avec un bref éclair de panique. Le Jedi était plus âgé. Est-ce qu'il tiendrait contre son adversaire ? Comment allait-il monter à bord ? Allaient-ils décoller et le laisser seul livrer bataille ?

Avec tout ce sable, je ne peux pas voir grand chose ! pensa-t-il avec un grognement, plissant les yeux alors qu'il observait les lames se heurter encore et encore dans un tourbillon de mouvement, et serrant les poings sous lui contre le métal froid de la passerelle. Il détestait être impuissant, mais il y avait peu de chose qu'il pouvait faire. Que pourrait-il contre cette silhouette sombre ? Contre quelqu'un d'expérimenté avec un sabre-laser ?

Ce fut alors qu'il se rendit compte qu'ils se rapprochaient, et il regarda la lame verte rompre la lutte. Il sursauta légèrement, s'inquiétant pour Qui-Gon, puis tout à coup, le maître Jedi était là, atterrissant sur la passerelle. Anakin en eut à nouveau le souffle coupé et sortit dès que la trappe commença à se fermer. La trappe siffla et fut totalement scellée.

D'un bond, Anakin se rendit auprès auprès du Jedi qui s'effondra en arrière.

« Monsieur Qui-Gon ! »

« Ne...t'inquiète pas, » rassura le Maître Jedi, hors d'haleine, et Anakin fronça les sourcils devant cet épuisement manifeste. « Je vais très bien. Les combats dans une telle chaleur ont toujours de l'effet sur moi. »

« Nous n'aurions peut-être pas dû courir comme ça. Vous auriez sans doute mieux combattu si nous ne l'avions pas fait, » dit Anakin en cherchant dans son sac un récipient et de l'eau, il pensait qu'il les avais mis dans ses affaires, juste au cas où.

« Peut-être » fit Qui-Gon en le remerciant d'un sourire alors qu'Anakin lui passait le petit récipient. « Peut-être pas. Je suis en vie, et c'est ce qui compte. »

« C'était quoi cette créature alors ? » demanda-t-il, agenouillé près de Qui-Gon, et se mordillant la lèvre inférieur. « Et pourquoi nous a-t-elle attaqué ? »

« C'est ce que tout le monde aimerait savoir. »

Anakin leva les yeux en entendant la voix familière et constata que le jeune homme était revenu. Il adressa un petit hochement de tête à Anakin en guise de salutation, avant de s'agenouiller de l'autre côté de Qui-Gon, puis il posa une main sur l'épaule du Maître Jedi.

« Allez-vous bien, Maître ? » demanda le jeune homme et Anakin cligna des yeux. Maître ? Ce jeune homme n'était pas un esclave...

N'est-ce pas ?

Non, se dit fermement Anakin. Les Jedi faisaient partis de la République, et ils ont interdit l'esclavage.

Alors pourquoi ce jeune homme avait-il appelé Qui-Gon « Maître », s'il n'était pas un esclave ?

Qui-Gon sourit en réponse, ses yeux bleus brillaient avec chaleur tout en hochant la tête. « Je pense que oui, padawan. Cependant, ce fut une sacrée surprise. Et je doute que je l'oublierais de sitôt. »

Anakin fronça les sourcils de plus bel. Padawan ? Était-ce le nom du jeune homme ? Ça ressemblait plus à un titre...

« Qu'est-ce que c'était ? » demanda le jeune homme, en répétant la question d'Anakin.

« Je n'en suis pas sûr » répondit Qui-Gon. « Mais il a bien été formé dans les arts Jedi. Mon sentiment est qu'il en avait après la reine. »

Le jeune homme acquiesça. « Ils ont dû trouver un moyen de tracer la transmission que nous avons reçu. Il n'y a pas d'autre façon, ils pourraient arriver à nous situer.»

Qui-Gon fronça légèrement les sourcils et but une gorgée d'eau. « Mais s'il a été formé de la même façon que nous alors il est possible qu'il puisse nous suivre à travers la Force. » réfléchit le Maître Jedi, le regard plongé dans ses pensées, et Anakin remarqua que le jeune homme s'était raidi.

« Qu'est-ce que cela signifie, maître ? Pourrions-nous avoir un traître quelque part dans le Temple ? » questionna le jeune homme, un froncement de sourcils froissant ses traits quand il prononça ces mots.

« Cela me paraît peu probable, mais tout est possible » déclara l'homme plus âgé en se frottant l'arête du nez. Anakin regarda le jeune homme serrer l'épaule de Qui-Gon, son froncement de sourcils céda la place à un sourire crispé qui irradiait d'une détermination farouche, et le Jedi plus âgé se retourna.

« Mais nous sommes en sécurité, non ? » demanda finalement Anakin, incapable de garder le silence plus longtemps, et il fixait à son tour le Jedi. Qui-Gon lui adressa un sourire chaleureux et acquiesça.

« C'est suffisamment sûr pour l'instant » dit-il alors que le jeune homme se rasseyait. Et Anakin remarqua qu'il rangeait ses mains dans les manches de sa robe. « Mais je ne doute pas qu'il connaît notre destination. »

« Et alors qu'est-ce qu'on va faire ? » demanda Anakin en voyant Qui-Gon cligner des yeux vers lui, ce qui devait être l'équivalent d'un choc chez les Jedi. L'enfant pouvait sentir le jeune homme le fixer de la même façon, tout en haussant les sourcils.

« Nous allons être patients » fit Qui-Gon avec un petit sourire amusé, et un rire jaillit de sa gorge. « Et nous allons être prudents quand on atteindra Coruscant. En attendant, nous... »

Un hoquet de surprise provenant du jeune homme coupa Qui-Gon et son regard dériva ver lui instantanément. « Padawan ? Que se passe-t-il ? »

Le jeune homme ne répondit pas. Au lieu de ça, il fixait Anakin avec des yeux étrangement vides, les mains crispées sur sa robe. Mal à l'aise, Anakin se tortilla sous ce regard, ne sachant pas ce qu'il se passait, et regarda Qui-Gon, guettant une réaction.

Cependant, le regard du Maître Jedi était rivé sur le jeune homme, et Anakin vit son front se plisser d'inquiétude.

Qui-Gon se redressa ensuite, avec l'intention de toucher l'épaule du jeune homme. « Obi-Wan ? » demanda-t-il et Anakin se posa intérieurement de nouvelles questions. Obi-Wan était le nom du jeune homme, ou était-ce un autre titre ? C'était assez étrange. « Que se passe-t-il, Obi-Wan ? Viens-tu d'avoir une vision ? »

Une vision ?

Anakin tourna son regard vers le jeune homme. Est-ce qu'il voyait quelque chose à travers la Force ? Est-ce pour cela que ses yeux avaient l'air si vides ?

Qui-Gon toucha doucement l'épaule du jeune homme, et Anakin tressaillit alors que le Jedi reculait avec un hoquet de surprise. Ses yeux bleu-vert se voilèrent et il s'effondra sur le côté, ses bras s'enroulant autour de lui. Des spasmes secouèrent le corps du jeune homme et il ferma les yeux.

« Obi-Wan, qu'est-ce qui t'est arrivé ? » questionna Qui-Gon, le regard préoccupé.

Le jeune homme cligna des yeux et son regard vitreux se focalisa sur eux. Anakin s'agita en remarquant que le regard du jeune homme avait glissé sur lui et un frisson secoua sa colonne vertébrale.

Qu'est-ce qui ne va pas avec cette visio
n ? s'inquiétait-il en soutenant de son mieux le regard bleu-vert brumeux. Les visions produisent-ils cet état ? Les Jedi en ont souvent?

Le jeune homme ouvrit la bouche, ses yeux toujours braqués sur Anakin, et après un moment, il se redressa et secoua la tête.

Il tendit alors lentement sa main vers Anakin, qui fronça un peu les sourcils, et se déplaça doucement vers lui.

Le jeune homme sursauta avant qu'il n'ait pu aller très loin. Anakin se figea, haletant, et regarda le Jedi s'effondrer.

« Obi-Wan ! »

Qui-Gon attrapa le jeune homme et l'allongea sur le dos, les yeux de plus en plus soucieux. Cette fois le jeune Jedi avait les yeux fermés et semblait s'être évanoui. Anakin se frotta vigoureusement les bras durant de longues minutes, tentant d'arrêter les frissons qui parcouraient sa peau.

Une fois qu'ils se calmèrent, Anakin conserva une petite distance prudente avec les Jedi.

« Qu'est-ce qui s'est passé ? Est-ce qu'il va bien ? »

« J'aimerais te répondre, Ani » fit tranquillement Qui-Gon, observant toujours le jeune homme. « Obi-Wan est mon apprenti. Normalement un lien profond nous unit et nous permet de sentir ce qui indispose l'autre. Mais... »

Alors ainsi son nom était Obi-Wan. Cela éclaircissait la question que s'était posé Anakin. « Ça ne marche pas ? » questionna-t-il et Qui-Gon secoua la tête en posant ses doigts sur le front du jeune Jedi.

« Pas du tout. Il n'a pas été brisé, mais gravement affaibli. Je peux à peine sentir les boucliers d'Obi-Wan. »

« Il a des boucliers ? Où ? » s'enquit Anakin, et Qui-Gon rit un peu.

« Des boucliers non physiques, Ani. Des boucliers mentaux » éclaira-t-il avant de se lever et de prendre le corps inerte d'Obi-Wan dans ses bras. « Je vais le mettre au lit et puis je t'expliquerai tout, d'accord ? »

« Vous ne voulez pas vous nettoyer ? » demanda Anakin tandis qu'il se levait aussi et allait prendre son sac posé au sol. « Ou peut-être rassurer l'équipage pour leur dire que nous sommes en sécurité ? »

Qui-Gon lui sourit comme ils se dirigeaient vers un couloir. « Je pourrais parler avec la reine Amidala, mais je ne veux pas risquer de m'éloigner d'Obi-Wan quand il se réveillera. Il pourrait ne pas être complètement lucide et je dois être là pour l'aider, si je le peux. »

« Vous voulez que je parle à la reine à votre place, je suppose ? » devina-t-il et Qui-Gon hocha la tête.

« Tu apprends vite, Ani » le félicita-t-il et Anakin rayonna. « S'il te plaît, informe-la de ce qui s'est passé et dit-lui que je serais retardé dans mon rapport, avec tous mes regrets. Si elle souhaite envoyer une servante ou s'adresser directement à moi, dis-lui que je l'invite à le faire. »

« Je le ferais, Monsieur Qui-Gon » fit-il en hochant la tête. « Où est-ce que je peux la trouver ? »

OoOoOoOoOoO

Obi-Wan brûlait.

Il avait l'impression que quelqu'un essayait d'arracher sa peau, de déchirer la chair de ses muscles, et que les flammes léchaient son corps de haut en bas. Il frissonna, essayant de bouger ses mains et de repousser le feu, mais il ne pouvait pas bouger. Il était coincé dans un état de douleur pure, incapable de s'arracher à cet endroit.

Qu'était-il arrivé à la Force ? Pourquoi ne le protégeait-elle pas ?

Il hurla quand la douleur brûlante éclata dans ses articulations, il pouvait entendre sa peau craquer comme il brûlait, une odeur étrange flottait jusqu'à ses narines. Même si ses poumons ne fonctionnaient pas correctement, il ne pouvait pas identifier cette odeur et, à ce moment là, il souhaita ne pas réussir. C'était encore une autre forme de torture.

-Obi-Wan !

Il sursauta à ce cri mental, quelqu'un était à sa recherche.

Qui ? Qui se soucierait de l'échec d'un Maître Jedi pathétique ? Sûrement Yoda, il avait dû sentir sa mort et avait dû se lancer à sa recherche.

Maître Yoda...

A la pensée du petit maître, Obi-Wan se mit à frissonner, des souvenirs de leur séparation défilèrent devant ses yeux.

« Il est comme mon frère...Je ne peux pas le faire. » Sa voix rauque était pleine de douleur, ses mains tremblantes, malgré la façon dont il les avait jointes.

« Le garçon que tu as entraîné, mort il est... » fut la réponse douce. « Par le Côté Obscur distordu. Par Dark Vador consumé
. »

Il leva la tête, croisant les yeux verts qui le fixaient avec une profonde pitié.

Vous demandez l'impossible ! voulu-t-il crier. Je ne peux pas le tuer ! Je ne veux pas le tuer !

Mais les mots refusaient de franchir ses lèvres.

« Utilise tes sentiments, Obi-Wan, et le trouver, tu pourras. »

« Non ! » siffla-t-il en fermant ses souvenirs, il n'avait plus le temps de s'y attarder.

-Obi-Wan !

Celui qui était à sa recherche était persévérant. Peut-être était-ce Vador, venu finir ce qu'il avait commencé, poignarder Obi-Wan, lui couper la tête, le démembrer, ou faire ce qu'il jugeait nécessaire pour tuer son ancien maître. Vu le déroulement, il y avait peu qu'Obi-Wan puisse faire pour arrêter le Sith. Il ne pouvait pas bouger, il ne pouvait pas respirer.

Peut-être que Vador était venu pour le regarder mourir.

- Obi-Wan, que se passe-t-il ? Pourquoi ne m'écoutes-tu pas ? Tu ne peux pas m'entendre?-

Ses yeux s'ouvrirent, les vapeurs autour de lui le picotèrent et le firent halluciner. Au lieu de l'obscurité à laquelle il s'attendait, il vit une lumière éclatante. Le blanc étincelant le fit grimacer, et il aperçut deux silhouettes floues . Il les identifia provisoirement comme des personnes, commençant à se demander ce qui était arrivé. Quelqu'un l'avait-il emmené à un centre médical ? Allait-il obtenir un traitement pour ses blessures ?

_ Padawan ?

Obi-Wan ne pouvait pas le croire. Cette présence frôlait ses boucliers, ce flux mental familier...son cœur se serra douloureusement et il eut le souffle coupé. Ce n'était pas possible. Ce n'était pas possible. Obi-Wan l'avait regardé mourir, l'avait tenu dans ses bras, jusqu'au bout.

_ Padawan, répond!-

Qui-Gon sanglotait son esprit. La présence réconfortante et lumineuse de son Maître l'enveloppa et l'attira, il s'y accrocha avec la force infime qui lui restait. Un spasme secoua son corps blessé et il sursauta à nouveau, incapable de conjurer la douleur. Il sentit alors la profonde préoccupation émanant de son maître et il sentit des larmes glisser sur ses joues.

Je suis en sécurité
, pensa-t-il en fermant les yeux, une obscurité apaisante se refermant sur lui. La Force, semblait-il, avait décidé de revenir. Je suis enfin en sécurité...

Il laissa la Force l'emmener.
"Tu étais l'élu, c'était toi ! La prophétie voulait que tu détruise les Siths, pas que tu deviennes comme eux ! Tu devais rétablir l'équilibre dans la Force, pas la condamner à la nuit !"
Lunia
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 77
Enregistré le: 16 Mai 2014
Localisation: Quelque part sur Coruscant, probablement au Temple Jedi
 


Retourner vers Les Archives (textes inachevés)


  •    Informations