L'Appel de la Force Tome 1: Les Reliques Perdues

Les Fan-Fictions avortées ou à l’abandon depuis plus de six mois sont disponibles à la lecture dans ce sous-forum.

Retourner vers Les Archives (textes inachevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar ShamanWhills » Mar 02 Fév 2016 - 23:50   Sujet: L'Appel de la Force Tome 1: Les Reliques Perdues

Bonsoir à vous, chers lecteurs et lectrices. Je suis nouveau sur le forum et même si je me suis inscrit le mois dernier, ce post sera mon tout premier sur le site.

J'aime l'écriture et lire des fans fictions m'a poussé à en écrire. Pour Star Wars, je souhaite vous proposer le synopsis de mon tout premier tome, uniquement pour vous présenter l'histoire. J'espère que ce petit résumé vous donnera envie. En tout cas, je pense qu'il faudra attendre la semaine prochaine pour le lancement de l'histoire.

Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée et à bientôt.

Chayasar Mindwalker s’apprête à quitter une planète en cachète pour accomplir sa vision.

Evangeline reçoit la bénédiction de son peuple avant de partir.

Raya Volikar réussit à se libérer de sa condition d’esclave pour partir en quête de réponses à ses questions portant sur sa « magie ».

Azar est à la recherche de trésors. C’est dans une ancienne vallée qu’il va les trouver, en la personne d’un antique sorcier.

Une Miraluka, une Diathim, une Twi’leck et un Sith au Sang-Pur. Aucun point en commun en apparence. Pourtant, leurs quêtes personnelles sont la manifestation d’un Appel provenant d’une Source Mystique qui va les amener à retrouver les Reliques Perdues de deux Ordres Légendaires.
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 310
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mer 03 Fév 2016 - 8:33   Sujet: Re: L'Appel de la Force Tome 1: Les Reliques Perdues

Bienvenue sur SWU ! :jap:

C'est une histoire sur quelle période ? L'Ancienne République je suppose, vu qu'il y a un Sith au sang pur... Mais plus précisément ? ^^

Sinon, ce petit synopsis est aiguichant ! Bon courage pour la rédaction de ton histoire ! :jap:
“La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute.” - Confucius
Jagen Eripsa
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 19800
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar L2-D2 » Mer 03 Fév 2016 - 10:46   Sujet: Re: L'Appel de la Force Tome 1: Les Reliques Perdues

Salut et bienvenue sur SWU !

Effectivement, le synopsis a l'air très intéressant, et les caractéristiques de tes personnages sont déjà identifiables par le lecteur ! Je suis curieux de lire ce que cela va donner ! :)
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5502
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Sam 06 Fév 2016 - 20:26   Sujet: Re: L'Appel de la Force Tome 1: Les Reliques Perdues

Ça parait prometteur, en effet.
Pour la période, on peut même dire que c'est probablement avant SWTOR, parce qu'après, à part quelques clans éparpillés...
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2742
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar ShamanWhills » Jeu 10 Mar 2016 - 19:53   Sujet: Re: L'Appel de la Force Tome 1: Les Reliques Perdues

Bonsoir. je vous informe que ma fiction est toujours en cours d'écriture (j'ai pris beaucoup de retard pour le chapitre 1 et je m'en excuse d'avances).

Je vous envoie un petit extrait pour vous faire patienter, qui je pense, vous donnera la réponse quant à la période concernée:

Spoiler: Afficher
"Elles arrivèrent dans une sombre clairière. La végétation avait essayé tant bien que mal d’ensevelir la structure de pierre faisant office de tombeau. Celui-ci était effrité de parts et d’autres, comme si la pierre elle-même n’avait pas réussi à rester solide. Tout autour du lieu, les feuilles et autres fleurs étaient fanées, noircis, prêtes à tomber en milles morceaux, alors que les autres, bien plus loin, respiraient la vie. C’était un contraste saisissant, le vert entourant le noir, la vie entourant la mort.
La légende raconte qu’un homme aurait brulé son pire ennemi et que ses restes calcinés seraient restés tel quel sur le bûché, avant que des années plus tard une stèle soit construite tout autour du corps, en son nom. Malheureusement, pour une raison là encore inconnue, personne n’avait réussi à s’approcher du tombeau pour y lire le nom inscrit sans ressentir des effets physiques désagréables comme maux de tête, douleurs articulaires, mal de ventre, voir pis, perte de conscience…. Effets qu’Ambre commençait tout juste à ressentir…"
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 310
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar L2-D2 » Ven 11 Mar 2016 - 8:45   Sujet: Re: L'Appel de la Force Tome 1: Les Reliques Perdues

Alors là, c'est intéressant ! J'ai l'impression qu'on part sur une époque post-Retour du Jedi... J'ai bon ?
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5502
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar ShamanWhills » Ven 11 Mar 2016 - 20:26   Sujet: Re: L'Appel de la Force Tome 1: Les Reliques Perdues

@L2-D2: oui, tu as bon, mais je ne t'en dis pas plus.
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 310
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar ShamanWhills » Mer 13 Avr 2016 - 20:43   Sujet: Re: L'Appel de la Force Tome 1: Les Reliques Perdues

Bonsoir à tous, chers lecteurs.

Aujourd'hui je vous propose le tout premier chapitre. J'espère qu'il vous plaira. Je vous souhaite une bonne lecture.

Chapitre 1 : Escapade Nocturne

Le bruit des oiseaux était apaisant. La brise fraiche de la nuit caressait doucement le visage de la jeune fille. Tout était si beau à travers ces sons. Alors qu’elle respirait à plein nez l’odeur d’une fleur violette, dont le touché lui faisait penser à de la soie, elle entendit des pas derrière elle.

- Ce n’est pas facile de se diriger dans cette forêt. J’ai faillit tomber sur toi !

- Allons Ambre, tu sais tout comme moi que la petite rivière qui se trouve devant nous conduit à l’air d’atterrissage N°20-B-2, expliqua t’elle avec enthousiaste.

- Ce n’est pas tous les jours qu’on reçoit de la visite. Cette planète est plus connue pour les boules de poils qui y résident qu’autre chose. Je te signale que c’est encore une très mauvaise idée d’être ici.

- Je maintiens que ma vision doit nous faire quitter la planète.

- Ah oui c’est vrai, « cette vision ». Quoi qu’il en soit, si on nous surprend, on est bon pour un retour au bercail avec de la corvée en prime. Mes parents refusent que je devienne une… Une…

- Contrebandière c’est ça ? dit la jeune fille avec sourire.

- Oui, c’est ça ! et qu’est-ce qu’on va faire ? Voler un vaisseau ! Non mais vraiment, qu’est-ce qui m’a pris de te suivre comme ça ?! En plus, le sac est super lourd !

- Il ne contient rien qu’il ne soit superflus. Et puis arrête de te plaindre comme ça ! Même si tes parents ont changé de métier, ils t’ont quand même transmis le goût de l’aventure. Rappelles-toi toutes ces virées dans la forêt en moto-jet !

Ambre se remémora avec nostalgie ces courses de vitesse à travers la forêt luxuriante. Elle avait pu battre ses amies, et même quelques boules de poils qui lui faisaient rire à chaque fois. Mais pour une raison qu’elle n’avait s’eut à l’époque, son amie arrivait toujours à être première, évitant les obstacles avec une grande assurance. Il fallait avoir des réflexes surhumains pour éviter les branches et autres gros troncs jonchant le sol. Même certains des meilleurs pilotes de course des planètes avoisinantes s’y étaient cassés les dents. Mais sa meilleure amie non, d’autant plus qu’elle portait systématiquement un bandeau aux yeux… Jusqu’au jour où elle apprit la vérité, il y a dix ans de cela…

Un autre bruit se fit entendre derrière eux et c’est avec surprise que les deux filles virent la petite boule de poils, chargée elle-aussi d’un sac trop grand, les rejoindre avec enthousiaste.

- Oh ce n’est pas vrai, le revoilà ! Reek, je t’avais dit de ne pas nous suivre ! lâcha la jeune fille à l’encontre de la boule de poils qui rouspéta par un charabia incompréhensible à quiconque ne parlait pas la langue des Ewoks.

- Dis, tu n’as pas été suivit j’espère ? Nos parents ne doivent pas savoir, demanda Ambre.

Le petit être répondit par la négative et se tourna vers la jeune fille aveugle.

- Oh, je vois. Ainsi Rawbacca s’inquiète pour moi. Pourtant, il sait très bien que je ne suis pas comme les autres.

- Ce Wookie est super. Je n’en avais jamais vu un de près. Il t’aime et il te considère comme ta propre fille. D’ailleurs c’est lui qui a pris soin de toi après ton départ d’après ce que tu m’as dit, remarqua Ambre.

- Oui. Je lui ai laissé une lettre. Il comprendra.

Au village des Ewoks, le Wookie était inquiet. Sa protégée n’était pas là. Même si elle partait la nuit pour se recueillir, étant différente des autres habitants, où cohabitaient Ewoks, Wookies et Humains, il avait peur qu’il lui arrive quelque chose de mal.
Il continua à inspecter la hutte, espérant qu’il la découvre cacher quelque part pour lui faire une surprise, comme elle en avait si bien l’habitude. Il fouilla tous les recoins, cherchant de fond en comble, jusqu’à trouver un papier sur la table du salon. Il le prit et lu son contenu…. Il s’eu que cette fois-ci, elle ne reviendrait pas. Son désir de poursuivre « son rêve » était plus fort que tout.
Il entendit des cris. Ils provenaient de l’une des maisons construites dans les arbres. Il sortit de sa propre maison et se dirigea vers eux.

Dans l’enceinte du village, il y eut de nombreuses flammes allumées et autres lumières artificielles. Un couple sortit en trombe et la femme commença à crier :

- Où est-elle, où est-elle ?

- Qui ? demanda un homme âgé.

- Ma fille ? Où est Ambre ? A chaque fois, il faut qu’elle parte avec son amie à faire je ne sais quoi à des heures tardives !

-Allons, il n’y a rien de particulier aujourd’hui, informa l’homme âgé.

Le Wookie vint à leur encontre et parla dans sa langue natale.

-Quoi ? Une lettre, fait voir ! ordonna le père. Sa femme se colla à lui pour lire la lettre.

Après quelques minutes, la jeune mère commença à paniquer.

- Là, on n’y peut rien chérie. Je pense que notre fille va la suivre. J’ai vu qu’elle avait prit pas mal d’affaires.

- Mais je n’ai pas envie qu’elle devienne une contrebandière ! Elle est trop jeune pour ces choses là, paniqua t’elle.

- Je sais, mais c’est une pilote hors pair. Elle a gagné pas mal de courses de motos-jet et puis nous lui avons appris à piloter pas mal de vaisseaux !

- Mais là c’est autre chose !

Un Ewok parla.

- Tu dis que Reek est parti lui aussi ? demanda le père.

La boule de poils affirma ses propos.

- Tel que je connais Reek, elles ne se sentiront pas en danger. C’est un débrouillard. Je l’ai toujours vu comme un explorateur.

Le Wookie ne se sentait pas rassuré pour autant. Le père d’Ambre le réconforta comme il put.

- Ecoute, je sais que c’est difficile pour toi, mais c’est une grande fille maintenant. Bon certes elle a dix-huit ans, elle est encore très jeune, mais elle est très mature pour son âge et espiègle. Je ne me fais pas de soucis pour elle. Elle a son propre rite de passage à effectuer... Tu ne peux pas l’en empêcher….

Le Wookie acquiesça de la tête par un petit grognement.


Dans la forêt luxuriante, le petit groupe continuait son chemin petit à petit. Ambre se demandait à grand renforts de questions sur quoi ils allaient tomber. Son amie par contre, était confiante, se déplacement tranquillement en évitant avec aisance les branches et autres obstacles dressés sur son chemin, comme s’il elle pouvait « voir ». Ambre, bien que connaissant la vérité à son sujet, restait quand même un peu sceptique au sujet du « don » qu’avait son amie.

Alors qu’ils traversaient un chemin escarpé, la jeune aveugle s’arrêta subitement. Son amie se prit son dos en pleine face, ce qui la mit de mauvaise humeur, et fit rire le jeune Ewok.

- Oh toi ça va hein !

La petite boule de poils continua à se moquer de son amie.

- Je sens quelque chose d’étrange ici, murmura la non-voyante.

-Quoi ? Il y a quelque chose qui pourrait nous menacer ? Reek, tu veux bien partir en éclaireur ?

L’Ewok ne se fit pas prier. Il prit ses armes, constituées d’un petit blaster et de sa lance, laissa son sac et courut à travers les broussailles. Pendant ce temps, la jeune aveugle tournait la tête pour savoir où se trouvait cette sensation étrange….

- Alors, tu vois quelque chose ?

Cette question n’était pas anodine. La jeune fille aux yeux bandés fit non de la tête, même si en son fort intérieur elle savait que quelque chose n’allait pas. Pourtant, pas de trace de prédateurs, de pièges ou de quoi que ce soit d’autres qui pourrait mettre en péril leur vie…
Alors qu’elles s’apprêtaient à continuer, l’aveugle tourna la tête brusquement. C’était là-bas, dans ce lieu interdit…

- Suis-moi, dit-elle.

Ambre l’a suivi, tout en portant les affaires de Reek. Elle reconnu le chemin et tenta de stopper son amie :

- Je crois qu’on devrait rebrousser chemin. On se dirige vers la stèle maudite.

- Je le sais, mais je trouve enfin ce qui m’a si souvent troublé, dit la jeune aveugle.

Elles arrivèrent dans une sombre clairière. La végétation avait essayé tant bien que mal d’ensevelir la structure de pierre faisant office de tombeau. Celui-ci était effrité de part et d’autres, comme si la pierre elle-même n’avait pas réussi à rester solide. Tout autour du lieu, les feuilles et autres fleurs étaient fanées, noircis, prêtes à tomber en milles morceaux, alors que les autres, bien plus loin, respiraient la vie. C’était un contraste saisissant, le vert entourant le noir, la vie entourant la mort.
La légende raconte qu’un homme aurait brulé son pire ennemi et que ses restes calcinés seraient restées tel quel sur le bûché, avant que des années plus tard une stèle soit construite tout autour du corps, en son nom. Malheureusement, pour une raison là encore inconnue, personne n’avait réussi à s’approcher du tombeau pour y lire le nom inscrit sans ressentir des effets physiques désagréables comme maux de tête, douleurs articulaires, mal de ventre, voir pis, perte de conscience…. Effets qu’Ambre commençait tout juste à ressentir…

- Je. Je ne me sens pas… très… bien, murmura Ambre qui commençait à vaciller et à perdre tout repère visuel.

La jeune aveugle ressentait les mêmes effets mais plus fort. Alors qu’elle chancelait également, la respiration de moins en moins régulière, elle eu un « flash » et « vit » un homme devant elle…

« Elle s’approcha. L’homme en question portait une torche enflammée à sa main droite gantée de noir. Son « regard » se porta sur le corps allongé. Un corps massif, grand, sur lequel une armure toute noire était sur le point d’être brûlée. Elle sentait une profonde paix en même temps qu’une certaine froideur au fur et à mesure qu’elle avançait. Le porteur de la torche se retourna lentement, comme s’il l’avait sentie. La lumière de la flamme l’aveugla »

Des douces sensations la réveillèrent lentement. Elle « vit » dans « ce champs » « l’énergie » de Reek, qui la caressait de sa petite patte sertie de poils.

L’aveugle prit quelques instants avant de se lever. Ils étaient loin de la stèle maudite. Reek avait réussi à les écarter de ce lieu. Avec quelques grognements, il expliqua à la jeune aveugle qu’ils allaient être en retard d’un moment à l’autre. La jeune fille acquiesça avant de se tourner vers son amie qui était toujours inconsciente.

- Ambre… Ambre… répéta t’elle en la secouant.

Mais son amie ne bouger pas. La non voyante ne savait que faire. Ils allaient rater le prochain vol qui serait sur le point de décoller d’un moment à l’autre et ils étaient assez loin de l’air d’atterrissage. Elle « observa » les lieux et « aperçut » une moto-jet !

‘Super, avec ça, on y sera en rien de temps’.

Elle se retourna de nouveau vers Ambre. Elle essaya quelque chose qu’elle avait déjà faite, sans s’en rendre compte la première fois. Elle posa l’une de ses mains sur le front de la jeune fille, l’autre sur son ventre et se concentra.

Reek continuait à observer les alentours. Il savait qu’un danger pouvait venir à tout instant. Il exprima son inquiétude à la jeune aveugle qui commença à ressentir de l’énergie bienfaisante. Une douce chaleur sortie de ses mains et elle « vit » une sorte de fluide lumineux parcourir tout le corps d’Ambre. Quelques instants plus tard, celle-ci ouvrit les yeux en reprenant en douceur sa respiration.

- Qu’. Qu’est-ce qui s’est passé ? s’adressa t’elle à l’aveugle, qui l’aider à se relever.

- Pas mal de choses. Il m’est arrivée un truc bizarre. Je préfère t’en parler plus tard. Il faut que nous partions maintenant.

Elles rassemblèrent leurs affaires, montèrent sur la moto-jet et avec Reek foncèrent à la plate-forme d’atterrissage.

Sur celle-ci, un vaisseau de la classe YT attendait patiemment son chargement. En effet, le pilote était venu faire du commerce avec les autochtones et les autres humains installés sur Endor. Des épices, du bacta et autres plantes qu’on ne trouve nulle part ailleurs constituaient le gros de son activité. Les membres d’équipage n’arrêtaient pas de tourner en rond, impatient.

- Eh bien dit donc, ils en mettent du temps ! lança le copilote.

- Oui, ce n’est pas leur genre d’être en retard. Il a dû se passer quelque chose de grave. Normalement ils sont toujours à l’heure, expliqua le commandant de bord.

-Tu sais quoi, on devrait quitter cette fichue planète. Ces boules de poils ne valent pas la peine qu’on s’y attarde.

- Sache que sans eux, nous ne serions pas payés. Je tiens à mon argent. J’ai une famille à nourrir hein ! Et puis ils ne sont pas si bêtes que ça ! J’en ai déjà vu piloter des moto-jets !

- Sérieux ?! Ces boules de poils seraient vite éjectées de l’appareil vu leurs poids ridicules.

- Pourtant j’ai été témoin d’une course de moto-jet, je t’assure qu’ils assurent grave, malgré tout le mal qu’on pourrait en dire sur eux.

Le copilote n’était pas convaincu. Il fallait qu’il le voit de ses propres yeux. Pour l’instant, son avis était tranché. Les Ewoks n’étaient pas assez intelligent pour commercer avec les autres races de la galaxie en plus de ne pas savoir piloter quelque appareil de transport que ce soit.


Sur le trajet menant à la plate-forme, Ambre s’accrochait tant bien que mal à Reek qui pilotait l’appareil. Ils allaient vite et le jeune Ewok savait éviter les arbres et autres troncs qui lui barraient son chemin, connaissant parfaitement les différents trajets menant à la plate-forme d’atterrissage.


Un bruit se fit entendre et les deux hommes virent avec leurs jumelles une moto-jet arriver à vive allure. Le co-pilote n’en cru pas ses yeux quand ses jumelles lui montrèrent un Ewok aux commandes, évitant les obstacles avec une facilité surprenante.

- j’hallucine !

Le groupe arriva sur place. Malheureusement pour elles, les deux hommes les avaient repérées.

- Comment on va faire ? On était censée voler leur vaisseau, chuchota Ambre.

- C’est vrai, tu as une idée ?

Surprise, son amie répliqua :

- Dit donc, je croyais que c’était toi la meneuse ?

- Euh… Oui, mais là, sur le coup, je sèche ! Je n’avais pas prévu qu’ils nous auraient repéré.

Les deux hommes se dirigèrent vers elles et les interpellèrent.

- On dirait que vous êtes surprises de nous voir. Etes-vous le groupe que nous attendions ? Nous devons récupérer une cargaison d’épices et d’herbes médicinales qu’on ne trouve qu’ici.

Les deux filles ne savaient que répondre. Elles avaient apporté de quoi survivre : crédits républicains, vêtements chauds, quelques ustensiles de cuisine, une petite trousse de soin et de la nourriture pour le voyage, mais rien que recherchaient leurs deux interlocuteurs.

Le petit Ewok descendit de la moto-jet, prit son sac à l’arrière et se dirigea vers eux.

- Reek, mais qu’est-ce que tu fais ? demanda Ambre, surprise.
La boule de poils posa son sac à leurs pieds, l’ouvrit et présenta une touffe d’herbes mélangées à de la terre. Il « parla » aux deux hommes.

- Qu’est-ce qu’il dit l’ourson en peluche ?

- Qu’il a ce que vous recherchez. Il vous montre des herbes médicinales, répondit la non-voyante.

Le copilote regarda attentivement la main de l’Ewok. Il reconnaissait bien là des herbes médicinales. Le pilote vérifia en parallèle sur son appareil portable que c’était bien le groupe qu’ils attendaient et les fameuses herbes tant convoitées… Il toussa légèrement pour marquer son désaccord.

- Je crois que nous avons un petit problème. Selon mes informations, vous n’êtes pas le groupe que nous attendions et les herbes médicinales ne sont pas celles que nous recherchions. Vous me paraissez plutôt être des enfants en cavale. Je ne sais pas de quel village vous venez, mais nous allons vite le savoir.

Les deux filles commencèrent à paniquer. Si jamais le contact de cet homme lui donnait le nom du village dans lequel elles habitaient, leurs parents seraient vite mis au courant, surtout ceux d’Ambre, qui était censée dormir.

L’Ewok continua à tendre la patte, mais le copilote d’un geste nonchalant refusa, faisant tomber le contenu par terre. Reek sentit que cet homme ne l’aimait pas du tout et qu’il venait expressément de faire tomber les herbes.

Ambre sentit une légère tension entre eux. Elle descendit rapidement de l’appareil pour se diriger vers eux et tenter de calmer la situation qui commençait à devenir dangereuse.

- Je crois que nous allons en rester là, dit-elle, la voix tremblante, voyant l’homme commencer à froncer les sourcils et à porter sa main à sa ceinture.

La jeune aveugle descendit elle aussi de l’appareil et récupéra les affaires. Elle ne savait comment mais elle « sentit » clairement qu’un danger était sur le point de survenir…

Contre tout attente, Reek frappa du pied le tibia de l’homme qui souffla légèrement sur le coup de la douleur. Il commença à sautiller tandis que l’Ewok sortit de sa petite ceinture son blaster, menaçant l’homme.

-Eh-eh-eh-Oh ! C’est quoi ce bordel ?! cria le pilote.

‘On y est ! Mince’

L’aveugle couru vers l’homme et lui donna un coup de poing au visage, ce qui surprit celui-ci qui chancela sur le côté. Ambres-en profita pour faire de même et s’empara de l’arme du copilote et le braqua sur lui.

- Pas de gestes brusques, ou nous vous abattons comme des chiens ! cria t’elle.

L’aveugle prit rapidement l’arme et la lança vers Ambre. Celle-ci la prit en vol.

- Non mais ça ne va pas ou quoi ?! hurla le pilote.

- Toi, donnes moi tout ce qui a trait à ton vaisseau : codes d’accès, trajets, etc. Et dans le même temps, tu vas me donner tout objet susceptible de nous trouver, allez vite ! ordonna l’amie de la non voyante.

Le pilote obéit rapidement. En plus des codes d’accès, datapads et autres informations sur la navigation, il lui tendit de petits objets sphériques.

- Des traceurs, pas mal du tout, utile en cas de cargaisons perdues ou volées. Mais là ils ne vous serviront à rien. Vous autres, dans le vaisseau !

- Mais et toi ? s’inquiéta son amie.

- T’inquiète ! Allez !

L’aveugle et l’Ewok prirent leurs affaires, récupérèrent les objets du pilote et montèrent à bord. Ambre ordonna aux deux marchands de mettre leurs mains sur leur tête et de se retourner.

- Voilà, maintenant à genoux !

- Si tu crois qu’on va… mais un tir traversant l’espace formé par la position de ses bras dissuada le copilote de faire quoi que ce soit.

- Le prochain, c’est dans ta tête ! cria t’elle.

Elle s’approcha à grand pas et assomma d’un coup de crosse les deux hommes.

Elle courut en direction du vaisseau et monta à bord. Reek et son amie avaient posé leurs affaires. Ils étaient dans la pièce centrale.

- Ce vaisseau ressemble beaucoup au légendaire Faucon Millénium, remarqua l’aveugle.

- Je sais et vu que j’ai piloté pas mal de vaisseaux similaires, celui-ci sera un jeu d’enfant expliqua Ambre.

Le petit groupe se dirigea au poste de pilotage, pour voir que la disposition de la cabine ne permettait qu’à deux personnes seulement d’entrer, les sièges étant placés à la verticale l’un de l’autre.

- On verra plus tard qui s’installera. Allez vous asseoir à l’arrière, on va décoller en trombe.

Les deux amis retournèrent dans la pièce centrale et s’attachèrent tandis qu’Ambre commençait à appuyer sur de nombreux boutons. Les voyants s’allumèrent et un vrombissement se fit entendre. Les moteurs commencèrent à s’allumer et petit à petit le vaisseau prit de la hauteur. Ambre poussa les moteurs à fond et cabra l’appareil pour prendre de la hauteur, ce qui enfonça ses deux amis dans leur siège, plaqués, immobilisés par la puissance de la poussée.


Un bruit lointain se fit entendre et les villageois levèrent la tête. Ils virent un vaisseau quitter la planète !

- Tu vois, c’est trop tard ma chérie. Ils sont partis, dit le mari.

Rawbacca marqua son chagrin par une longue plainte et lâcha la lettre. Le message disait clairement le désir de sa protégée de réaliser sa vision, qu’elle ne pouvait pas rester encore plus longtemps et qu’elle quitterait Endor via le premier transport qui arriverait ce soir même…

« Je dois accomplir quelque chose qui me semble important, je ne sais pas ce que c’est exactement, mais c’est trop puissant pour que je l’ignore »… entre autre…

Dans le vaisseau qui venait de sortir de l’atmosphère d’Endor et entrait dans l’espace profond, l’Ewok et la jeune aveugle défirent leurs ceintures de sécurité et quittèrent la salle pour retourner au cokpit. Ambre pilotait l’appareil avec une grande facilité.

- Pour quelqu’un qui a déjà piloté des vaisseaux de ce type, je trouve que tu t’en sors relativement bien, complimenta son amie.

- Merci. La disposition des sièges est assez inhabituelle mais je pense qu’on peut s’habituer rapidement.

La jeune aveugle accepta.

- Ce vaisseau n’est pas à nous. Tôt ou tard, les deux pilotes vont très vite rapporter à nos parents ce que nous avons fait. Nous devrons emprunter un autre navire…

- Quand tu dis « emprunter », tu veux dire voler n’est-ce pas ? demanda la jeune aveugle.

Ambre soupira. Elle n’aimait pas cela mais vu comment elle s’était comportée tout à l’heure, en vrai voleuses de vaisseaux, en « contrebandière », il ne pouvait plus y avoir de retour…

- Je suppose que oui…

Reek essayer de comprendre ce qui se passait mais il préféra se reposer. Il quitta les deux filles pour aller se reposer. Toute cette aventure l’avait fatigué.

- Et si nous parlions de ta « vision », dit-elle en faisant le signe des guillemets avec ses doigts.
- Oui. Disons que j’ai vu… Comment dire…

Elle posa un doigt sur son menton, réfléchissant intensément….

- Tu as oublié ?

- Non, c’est juste qu’avec tout ce qui vient de se passer, il me faut un peu de temps…

Après quelques instants qui semblaient de longues minutes, elle informa :

- Ma vision me montrait une sorte d’autel, au centre d’une grande caverne remplis de cristaux plus brillants les uns que les autres…

- Avec ça, on ne va pas aller loin. Il existe des milliers d’endroits de ce genre. Tu n’aurais pas un nom ? questionna avec insistance Ambre.

La non-voyante continua à réfléchir plus longuement jusqu’à ce qu’un mot sorte :

- Mimban !

Il eut un silence….

- Attends tu n’es pas sérieuse là ?

- Ben quoi qu’est-ce qu’il y a ?

- Mimban est une planète de la Région de l’Expansion gouvernée par le Soleil Noir et les Hutts.

- Ah ? Je ne savais pas, disons que j’ai très peu voyagé comparée à toi, fit remarquer l’aveugle.

- Mais je n’ai pas voyagé autant que tu le prétends. Même si j’ai fait un peu plus de sorties que toi… lança Ambre en ricanant.

- Marre-toi bien !

- Je te charries ça va, ce n’est pas la mort non plus ! Je vais calibrer le saut.

Ambre pianota quelques boutons et quelques instants plus tard, les étoiles s’étirèrent devant elles et le vaisseau entra dans le couloir de l’hyperespace.

- Bien, maintenant, il est temps de se reposer.

Elles quittèrent le cockpit et retournèrent dans la salle principale. Reek était affalé sur l’un des sièges et s’était endormi. Les deux filles en firent de même en explorant le vaisseau et en y trouvant des couchettes.

Ambre s’endormit d’un coup. Son amie continuait encore de penser à cet homme en noir tenant une torche et à son message plus qu’énigmatique :

« Continue de voir. Tu es sur le chemin. Ton voyage commence maintenant Chayasar Mindwalker »
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 310
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 

Messagepar ShamanWhills » Ven 03 Fév 2017 - 22:33   Sujet: Re: L'Appel de la Force Tome 1: Les Reliques Perdues

Bonsoir tout le monde. J'ai le plaisir de vous présenter le deuxième chapitre de mon histoire. Je sais que cela a prit beaucoup de temps, mais j'ai eu pas mal de choses à faire entre-temps ce qui a drastiquement ralenti la publication des chapitres. Ma fiction n'est pas à l'abandon, je tiens à le préciser.

Je vous souhaite une bonne lecture. A bientôt.

Chapitre 2 : Le Départ

Le soleil se levait sur Millius Prime, une lune de Iegos, une planète se trouvant dans le système des Mille Lunes. La vie se réveilla également, au son des animaux d’espèces exotiques qui manifestaient leur présence au sein des forêts et autres pleines montagneuses.
Accompagnant cette manifestation de la vie, au sein d’une ville, des êtres à la peau blanche lumineuse, grands et abordant six pairs d’ailes, des excroissances naturelles dans leur dos, sortirent avec grâce. Leur aura jaune scintillait à la lumière de l’astre. La beauté qui émanait d’eux était magnifique, presque divine tant on ne pouvait trouver pareille beauté nulle part dans la Galaxie. Aujourd’hui était une journée particulière car l’un de ces êtres avait pour objectif de partir… très loin….

D’autres êtres, au physique totalement opposé aux autres, sortirent de terre. Ils étaient plus sombres, avaient deux paires d’ailes en guise d’excroissance dans leur dos, des griffes aiguisées comme des lames de rasoir, un corps massif bardé de muscles, ainsi qu’une aura rouge sombre. Leur visage n’avait rien d’humanoïde, mais ayant plus l’apparence d’un animal, avec des cornes longues et incurvées en arrière. Ils n’en étaient pas moins aussi beau que leurs compatriotes à l’aspect angélique…

L’un de ces êtres angéliques parla. Le son qui sortit était doux, ayant une tonalité cristalline. Si un humain était ici, il en serait émerveillé, et ressentirait une sensation d’euphorie grâce à cette nature sonore, très agréable pour ses oreilles. Cependant, il ne pourrait comprendre les propos de « l’ange », car celui-ci parlait dans sa propre langue naturelle différente du Basic parlé dans toute la galaxie.

<Je suis prête à entamer le voyage>

<Nous le savons. Mais où dois-tu aller ? On dit que tu aurais entendu la Force ?>

L’ange sourit. Il est vrai que ce peuple en connaissait beaucoup sur la Force.

<Il semblerait que les rumeurs soient fondées. Cependant, je ne peux affirmer que cela soit bien la Force. Pourtant, cet appel me pousse à quitter notre foyer> expliqua celle qui devait voyager.

<Bien, tu sais ce qu’il te reste à faire donc>

<Oui> dit-elle.

Un autre habitant, à l’aspect démoniaque, prit la parole :

<Où iras-tu exactement ?>

<C’est assez flou. J’ai juste entendu un nom : Dagobah> répondit-elle.

<Selon nos cartographes, il s’agit d’une planète de la Bordure Extérieure, dans le secteur Sluis.> informa l’un des habitants en faisant apparaître dans sa main une carte holographique de la Galaxie.

<Oui, c’est bien elle> confirma l’ange.

<Alors nous te souhaitons un bon voyage. Cependant, as-tu autre chose à faire ici> ?

L’ange ne répondit pas tout de suite. Il ferma les yeux et attendit. Il ne savait pas comment, mais la réponse se trouvait dans cet appel qu’il avait entendu.

<Non, rien. Je suis prête à partir> répondit-il.

<Tu sais que tu peux quitter notre planète par les airs mais qu’on pourrait te prendre pour un danger céleste. Un vaisseau arrivera dans deux jours.>, expliqua l’un des habitants, craignant que son amie ne soit prise pour cible.

<Je le sais mais je préfère ce moyen de transport. L’espace est immense. Le voyage n’en sera que meilleur.>

Les autres habitants autour ne savaient quoi dire. La crainte se lisait sur leur visage. Mais l’ange était confiant. Il savait qu’il devait partir. L’Appel était trop fort pour qu’il puisse passer à côté.

<Je sais que le voyage sera dangereux mais je prends le risque. Qui sait, peut-être que je suis promis à quelque chose de grandiose, qui me dépasse>

<Dans ce cas, nous te souhaitons bonne chance. Nous serons avec toi tout au long de ton voyage> confia l’un des « démons ».

Le petit groupe se mit en cercle autour du voyageur et entamèrent un chant que tout être humanoïde qualifierait de « divin ». L’ange s’éleva dans les airs, déployant ses majestueuses ailes, et les autres le suivirent. Durant la montée, une lumière commença à entourer l’ange et dans l’espace, elle fut si brillante que tout pilote passant à côté en serait aveuglé, croyant voir le soleil… D’un coup, l’ange disparut, emporté par cette lumière qui avait également disparu aussi. Les autres habitants retournèrent à leur planète.


Dans la lumière qui était devenue une sphère, l’ange était protégé par celle-ci. Autour, le bleu du couloir hyperspatial défilait.


Le vaisseau quitta l’hyperespace. Devant lui, la planète Mimban, berceau d’une civilisation dont les habitants étaient maintenant esclaves des Hutts et de l’organisation la plus tristement célèbre qui soit : le Soleil Noir.

- Voilà, nous sommes arrivés. Mieux vaut faire profil bas, recommanda Ambre.

- Avec un vaisseau volé ? Cela ne va pas être facile, rétorqua gentiment Chayasar.

La jeune fille à la peau verte jura dans sa bouche. Son amie avait raison. Un vaisseau volé ne passerait pas inaperçu. D’autant plus que les autorités aux sols pourraient envoyer des troupes scanner l’appareil.

- Normalement il y a des armements sur les YT. Mais celui-ci est un vaisseau de marchandise. J’espère que les deux pilotes ont gardé le minimum syndical.

Heureusement pour le nouvel équipage, le vaisseau était armé. Certes il lui manquait quelques armes importantes comme les canons à Ions, mais les deux canons blasters et les deux tourelles simples au-dessus et en-dessous de l’appareil leur permettrait de se protéger temporairement en cas de bataille spatial.

Un grésillement se fit entendre quand le vaisseau entra dans l’atmosphère. Quelques instants plus tard, une voix se fit entendre.

-Ici station 123 A-C. Nos radars vous ont repérés. Identifiez-vous pour autorisation d’atterrissage.

La jeune Mirialan réfléchit. Soit elle ne répondait pas, et le vaisseau serait de suite poursuivi, soit elle utilisait les données récupérées sur les anciens propriétaires, et elle devrait dans ce cas trouver une bonne excuse à leur absence.

-Ne t’inquiète pas, tout ira bien, murmura la jeune Miraluka.

-Tu m’a l’air bien confiante tout d’un coup.

-Une intuition, rétorqua l’aveugle.

La voix se fit de nouveau entendre et Ambre utilisa les données des datapads pour se faire connaître.

-Bien reçu. Vous êtes autorisés à atterrir sur la plateforme 33F.

Le vaisseau entama son approche et quelques instants plus tard, atterrit sur lesdites plateforme. Les occupants prirent leurs affaires et descendirent du vaisseau pour être accueillis par un petit comité d’accueil.

-Je suis Henry Jones, responsable technique de la station. Bienvenue sur Mimban.

-Je vous remercie de votre accueil monsieur Jones. Mon amie et moi sommes venues en tant que visiteurs, sans plus, informa Chayasar.

-Pourtant la planète est sous le contrôle du Soleil Noir et les races non-humaines comme vous sont destinées à être le plus souvent esclaves des Hutts.

-C’est vrai en effet. Mais nous ne voulons aucun mal. Nous sommes justes de simples voyageurs.

-Alors expliquez-moi ce que vous avez fait des deux autres membres d’équipages qui étaient propriétaires à l’origine ? Nous avons scanné le vaisseau pendant votre approche.

Les deux femmes sentaient que la situation leur échappait. D’un regard, Ambre demanda un soutien à son amie qui était confiante il y a quelques instants. Mais celle-ci ne répondit pas à son soutient, comme s’il elle était « absente ».

-Bon, puisque vous ne répondez-pas, nous allons vous arrêter et vous emmener au poste pour interrogatoire. Ici, sur Mimban, les contrebandiers et autres voleurs sont légions et nous essayons de réguler leurs arrivées. Certes ce n’est pas Nar Shadaa, mais avec le Soleil Noir présent, toutes les crapules de la Galaxie voudront le rejoindre ou résider sur la planète. Je tiens à la justice.

S’adressant à ces hommes, il leur ordonna de les accompagner aux postes. Reek commença à s’inquiéter. Il n’avait jamais été en prison. Pour un premier voyage hors de chez lui, il n’y avait pas mieux….

Avant même qu’Ambre n’ouvre la bouche pour protester et tenter de trouver une solution à leur situation, Chayasar parla en faisant un léger mouvement de la main :

-Il est inutile de nous arrêter.

Henry Jones se figea. Il ne savait pas pourquoi, mais ces personnes n’étaient pas ce qu’il pensait être…

-Il est inutile de les arrêter.

Cela surpris ses hommes. L’un d’eux l’apostropha.

-Mais patron….

-Qu’est-ce que j’ai dit ? Qu’il était inutile de les arrêter ! Ces personnes ne sont pas ce que nous pensons qu’ils sont.

-Vous avez entendu votre patron ? demanda Ambre, qui commençait à comprendre ce qui était en train de se passer.

-Ce n’est pas la peine de nous emmener au poste pour que nous soyons interrogés.

-Ce n’est pas la peine de les emmener au poste pour qu’ils soient interrogés.

-Mais…

-James ?! Encore une fois et vous êtes viré ! sermonna le responsable de la station.

Sous le coup de la peur, James lâcha Ambre qui se détendit.

-Bon très bien nous pouvons partir.

-Bon très bien vous pouvez partir. Allez-y.

Le petit groupe quitta la station, sous le regard ahuris des hommes du responsable et surtout d’Ambre qui avait du mal à y croire.

Il leur fallut prendre un taxi pour se diriger vers la capitale et c’est durant le trajet que Chayasar reprit doucement sa vigilance. Elle ne dit rien pour l’instant. Après avoir payé le chauffeur, le petit groupe entra dans un bar, loin des regards pour se désaltérer.

-Wouah ! Non mais qu’est-ce qui s’est passé ?

Reek aussi ne savait que trop penser de cet événement.

Chayasar ne savait que répondre. Elle ne savait pas pourquoi, ni comment, mais son intuition qu’elle avait ressenti dans le vaisseau avait été très forte à ce moment-là et lui avait soufflée de faire ce geste, de dire ces mots.

-Je n’en sais rien. J’ai été « absente » à un moment donné et je ne sais pas… c’est comme si quelque chose m’avait poussé à faire ce que j’ai fait.

-C’est peut-être ton « don » ? En tout cas c’était très impressionnant. Je ne sais pas comment tu as fait, mais cela a marché. Nous ne sommes pas recherchés pour vol.

Reek manifesta sa joie aussi. Au moins, il ne croupirait pas en prison pour son premier voyage.

-Bon, maintenant que nous y sommes, comment va-t-on faire pour trouver cette mystérieuse caverne aux cristaux ? demanda Ambre, le verre à ses lèvres.

-Aucune idée. Nous sommes dans la Capitale et d’après monsieur Jones, nous ne sommes pas les bienvenus. Il faudra être particulièrement vigilant concernant les autochtones.

-Oh je ne m’en fais pas ! s’exclama la Mirialan. Vu ce qu’il s’est passé tout à l’heure, je suis sûre que tu pourras refaire ton tour.

-Je ne sais pas si j’en serai capable. Je ne connais pas très bien mon « don » comme tu dis. Il faudrait que je trouve quelqu’un qui sache ce que c’est. Je t’avoue qu’au début j’avais peur, ne pas réussir à y mettre un nom de dessus.

-C’est vrai qu’au début j’ai eu peur, je le reconnais, dit Ambre tout en posant son verre. Mais au fil des années j’ai appris à te connaître et j’ai accepté, malgré le scepticisme et le doute, ton « don ». Si ta vision nous a amené ici, c’est pour une bonne raison, continua-t-elle d’expliquer.

-Oui, tu as raison. Rien n’arrive pas hasard j’en suis sûre.

Non loin de là, un jeune homme, lisait une information sur son datapad. Il avait remarqué l’arrivée du petit groupe. Il était assez proche d’eux et avait pu entendre leurs conversations.

‘Serait-il possible que ce soit eux ? Et surtout elle ?’ se demanda-t-il, alors qu’un serveur lui donner son troisième verre d’une mixture colorée.


Dans l’immensité de l’espace, une sphère apparut de nul part. A l’intérieur, l’Ange en question se dirigeait vers une planète verdoyante.

Durant son approche, elle sentit un puissant afflux d’énergie émanant de la planète. La Vie était grouillante et puissante, mais également la Mort. L’énergie que l’Ange pensa être la Force la touchait profondément. Il continua sa descende vers la forêt et les marécages qui devenaient de plus en plus visible au fur et à mesure qu’il se rapprochait du sol. Quand il se posa, il observa son environnement…
Tout autour de lui respirait la Vie et la Mort. Ici un lézard qui s’apprêtait à retourner vers son nid, trop apeuré par l’étrange créature qu’il avait sentie ; là un oiseau d’un aspect bizarre voltigeait autour de lui, essayant de savoir si ce drôle d’individu était un prédateur ou une proie. Ne sachant pas à quelle catégorie appartenait la créature, l’oiseau l’a laissa sur place, espérant trouver une autre créature un peu plus petite et plus facile à trapper si celle-ci s’avérerait être une proie.
L’Ange continua d’observer son environnement. En plus de la Nature, l’air était respirable, et un léger brouillard entourait les lieux. Le voyageur marcha sans but précis, regardant avec admiration toute cette vie grouillante autour d’elle, tout en ressentant cette forte énergie qui émanait de Dagobah. A un moment donné il s’arrêta et se tourna vers un grand arbre. A sa base, au niveau de l’une des racines, il y avait un amoncellement de terre, impossible à distinguer et à reconnaître. Il ne savait pourquoi, mais il sentait que ce monticule de terre avait été autre chose, il y a très longtemps… au point que cela l’attira comme un aimant. L’Ange s’avança, et s’étant suffisamment rapproché du tas de terre, se pencha en avant et tandis la main.

Au contact, le voyageur fut victime de spasmes et tomba à la renverse.

Quand le phénomène prit fin, il se releva et sursauta.

Devant lui se tenait une drôle de créature, toute verte, avec des grandes oreilles en pointes, habillée d’une simple tenue marron recouverte par une toge blanche et portant une sorte de canne en bois. Il était accompagné par un jeune humain en débardeur gris, avec un pantalon orange. Apparemment, celui-ci était décontenancé et abattu.

« La Force est mon alliée. Elle est mon alliée la plus puissante. La Vie l’a créée. Nous sommes des êtres illuminés, pas de simple matière brute ! Tu dois sentir la Force autour de toi : l’arbre, le rocher, la plante, l’animal, le robot, et oui, aussi… le vaisseau ! » expliqua la créature à l’humain qui était de plus en plus sceptique.

L’Ange observait la scène. Il ne savait pas ce que c’était. Un souvenir, une vision, une illusion ? Il ne s’aurait le dire. Alors qu’il s’apprêtait à faire un geste pour indiquer sa présence, un bruit clair comme le cristal parvint à ses oreilles et cela lui fit du bien. Il tourna sa tête pour voir le petit être vert entourée de plusieurs lucioles. Ce qui surprit l’Ange, c’était que la créature verte paraissait un peu plus jeune, plus robuste, plus agile dans sa démarche. Le voyageur tourna à nouveau la tête vers la scène qui avait disparu. Cela était étrange. Se concentrant sur la version plus jeune de la créature, celle-ci semblait discuter avec quelqu’un, alors qu’il n’y avait personne alentour. Il entendit une voix, sorti de nulle part…

« Je suis une manifestation de la Force. Une Force constituée de deux parties. Les êtres vivants génèrent la Force Vive qui à son tour alimente la source qui est la Force Cosmique. Toute l’énergie de la Force Vive, de toute les choses qui ont jamais vécu se concentrent dans la Force Cosmique unissant tout et communiquant avec nous par le biez des Midi-Chloriens. »

La petite créature verte se dirigeait vers une sorte de caverne ou de grotte. Alors que le voyageur s’apprêtait de nouveau à manifester sa présence, il sentit une sensation de mal l’être et sa vue commença à flouter. Une difficulté à respirer, un voile noir quelques instants plus tard, et il s’effondra par terre.



Sur Minban, dans le bar en question, le groupe de voyageurs continuaient à discuter du meilleur moyen d’accéder à cette fameuse caverne aux cristaux, sans savoir que quelques mètres plus loin, un homme les observait en sirotant sa boisson d’une étrange couleur, se posant des questions sur leur identité, s’attardant plus sur la femme aux yeux bandés qu’aux deux autres.

‘C’est sur, c’est elle’ pensa t’il. Alors qu’il s’apprêtait à reprendre une gorgée de son breuvage, il vit que la femme aveugle le « regardait ». Il savait qu’il ne fallait pas se fière aux apparences, après tout, les histoires de son peuple mentionnaient souvent des êtres aveugles capables de prodiges, de choses dépassant l’imagination…
Il se leva, terminant son verre au passage puis se dirigea vers la table en question. A sa venue, Ambre leva la tête vers le nouveau venu, qui n’avait pas détaché son regard de la femme aveugle. Il se présenta :

-Bonjour, je suis John Turquin. Puis-je me joindre à vous ?

-Vous êtes de la région ? Demanda Ambre.
-Oui, en effet.

-Pourquoi souhaitez-vous vous joindre à nous ? demanda Chayasar, qui, ne sachant pas comment, avait ressenti que cet homme en question n’avait pas cessé de l’observer.

-Chaya, que t’arrive t-il ? Cet homme ne me semble pas dangereux.

-Non en effet, mais depuis quelques temps, il n’a pas arrêté de me regarder. Je ne sais pas pourquoi.

-C’est vrai, veuillez m’excuser pour la gêne occasionnée, c’est juste que vous me faites penser à une héroïne des anciennes histoires, expliqua John, avant de continuer en se rapprochant pour ne pas trop se faire entendre. Une héroïne capable de prodiges…

Les deux femmes se regardèrent, ne sachant pas trop où cet homme voulait en venir.

-Je sais que c’est bizarre ce que je dis, mais je pense savoir ce que vous êtes…

Les deux individus se redressèrent sur leur siège.

-Précisez, ordonna la Miraluka.

-Voilà, dans les histoires, l’héroïne en question était aveugle mais elle semblait mieux voir que personne d’autres.

Les deux femmes restèrent silencieuses. Reek regardait la scène, ne sachant pas trop de quel côté se ranger.

-Les aveugles sont capables de voir à travers leurs autres sens. Je ne vois pas où vous voulez-en venir, précisa l’aveugle en question.

-Attendez, attendez, ce n’est pas tout ! Dans les histoires, l’héroïne était capable de faire des miracles : soulever des objets sans l’aide de ses mains, et aussi, on raconte qu’elle se battait avec une épée laser.

-Ce ne sont que des histoires. Rien de vrai là-dedans. Je pense que vous vous êtes trompé de personne monsieur Turquin, conclut Ambre, qui ne souhaitait pas avoir d’autres problèmes.

- Pour un profane oui ce ne sont que des histoires à dormir debout ! Toutefois, au sein de mon peuple, ces histoires font parties de notre culture. On raconte même qu’un jeune homme serait venu explorer des grottes à la recherche d’un cristal puissant pour son épée laser.

Au mot grotte, les deux femmes se regardèrent et décidèrent de tendre l’oreille.

-Que pouvez-vous nous dire sur ces grottes ? Sont-elles remplis de cristaux ? demanda Chayasar, qui commençait à trouver la discussion fort intéressante maintenant qu’elle commençait à prendre un tout autre chemin…
-Je vois que cela vous intéresse. Que diriez-vous de venir avec moi ? Je connais l’emplacement de ces grottes.

-Contre quoi ? demanda Ambre, qui sentait le piège à plein nez

-Pardon ? s’étonna l’homme qui ne comprenait pas où la Mirialan voulait en venir ?

-Nous sommes sur une planète contrôlée par le Soleil Noir et les Hutts. Rien n’est gratuit ici, et même ailleurs cela dit… Bon bref, vous voulez quoi en échange ?

-Mais je ne veux rien de tout cela. Je désire juste vous aider c’est tout… rétorqua un peu en colère John Turquin.

-C’est bon Ambre, ne t’embête pas. Il dit la vérité, déclara l’aveugle, qui sentait que cet homme ne voulait pas leur faire du mal.

-Tu es sure ?

-Mon intuition me le dit, et mon « don » aussi, sans que je ne sache vraiment comment, répondit-elle.

-Votre « don » ? Qu’est-ce que sait ?

-Inutile d’en dire plus. Vous nous menez à la grotte, et on vous dira ce que vous souhaitez connaître, d’accord ? Proposa Ambre, qui ne voulait pas se faire prendre à nouveau.

John regarda les deux femmes et l’ewok qui grommela, montrant sa méfiance envers cet étranger qu’il ne lui inspirait pas confiance, même si en apparences, ses intentions étaient bonnes…

Ils discutèrent encore de nombreuses heures et alors que la nuit était tombée depuis bien longtemps, ils quittèrent le bar, content d’avoir conclu un « accord ». Ils prirent une petite navette pour quitter le centre ville et se diriger vers le peuple de John Turquin.


Le voyageur se releva avec difficulté, ressentant toujours cette sensation d’étouffement en lui et aux alentours de la grotte. Il ne savait pas comment il était arrivé là, mais il s’éloigna en titubant, encore choqué de ce qu’il venait de ressentir. Il ne savait pas ce qu’était cette sensation, ni comment il avait eu un voile noir devant ses yeux mais cette grotte et ses alentours lui semblèrent dangereux et à éviter à tout prix.

Il continua de tituber, essayant de retrouver ses esprits. Quand il fut suffisamment loin de la grotte, il s’assit à une branche d’arbre et tenta clarifier ses pensées. De nombreuses questions fusèrent dans sa tête. L’Ange ne savait pas pourquoi il avait vécu ce genre d’événement, mais il en était sure, cela faisait parti de quelque chose de plus grand, mais il ne savait pas quoi.

Alors qu’il continuait toujours de réfléchir, il ne vit pas que non loin de lui se tenait la fameuse créature verte à la canne de bois.

-<Des réponses, tu recherches> dit la créature.

L’Ange sursauta. Il n’avait pas vu le petit être vert. Celui-ci se tenait debout sur une grosse branche d’arbre. Ce qui surpris le voyageur en le regardant de plus près, c’était que la créature semblait ne pas avoir de forme concrète. L’Ange pouvait voir à travers la créature l’arbre qui trônait derrière elle.

- <Qui êtes-vous> ? demanda l’Ange

- <Celui qui t’as appelé> répondit la petite créature.

A suivre…
ShamanWhills
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 310
Enregistré le: 01 Jan 2016
Localisation: Toulouse
 


Retourner vers Les Archives (textes inachevés)


  •    Informations