StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Annonce du projet
 

"Les films de la saga sont centrés sur la saga de la famille Skywalker. Les histoires suivent un récit linéaire qui est lié aux six précédents films. Le Réveil de la Force suit Le Retour du Jedi et poursuit cette histoire générationnelle. Les films Anthology offrent des opportunités d'explorer de nouveaux personnages, de nouvelles histoires et une variété de genres au sein de l'univers Star Wars."

- Kathleen Kennedy

 

Un spin-off est une histoire se focalisant sur un ou plusieurs personnages d'une précédente œuvre, ayant pour cadre un univers de fiction similaire sans pour autant avoir nécessairement de personnages en commun avec elle. L'idée de réaliser des films spin-offs au sein de l'univers Star Wars émerge dès l'annonce du rachat par Disney, intervenu en octobre 2012. Après trois mois de rumeurs, Lucasfilm annonce officiellement des films en marge de la saga principale le 5 février 2013. Ces films permettront d'élargir le mythe et les profondeurs de l'univers Star Wars d'une manière jusque-là inexplorée. Chacun de ces spin-offs sera centré sur un personnage spécifique, et racontera une histoire autonome vis-à-vis des autres.

 

La galaxie cinématographique de Star Wars est sur le point de connaître un Big Bang. Lucasfilm annonce officiellement de nouveaux films dérivés qui élargiront les mythes et les profondeurs de l'univers Star Wars d'une manière jusque-là inexplorés.

L'un des spin-off sera écrit par Lawrence Kasdan, scénariste de L'Empire contre-attaque, des Aventuriers de l'Arches Perdues et co-scénariste du Retour du Jedi, tandis que l'autre sera écrit par Simon Kinberg, scénariste de Sherlock Holmes et Mr et Mme Smith. Les films seront séparés des prochains épisodes VII, VIII et IX, sur lesquels Kasdan et Kinberg sont consultant également, et devraient sortir après l'épisode VII. Chaque film autonome se concentrera sur un personnage spécifique, et deux films dérivés sont actuellement confirmés.

Dans un appel aux investisseurs, Bob Iger, président et PDG de The Walt Disney Company, a révélé que si l'accent était mis sur la trilogie de la suite tant attendue, l'idée de films dérivés a été rapidement évoquée et les films supplémentaires sont en train de devenir réalité. "Nous sommes en train de développer quelques films indépendants", a-t-il dit, "qui ne font pas partie de la saga Star Wars ... il y a maintenant des entités créatives qui travaillent sur le développement de scénarios pour ces films autonomes."

Restez à l'écoute de StarWars.com à mesure que d'autres développements passionnants se dérouleront.

- Traduction de l'annonce effectuée sur le site officiel

 

Lors de la Celebration Anahiem en avril 2015, la première appellation de la série de spin-offs est révélée : Anthology, mais ce groupe de films est finalement renommé Star Wars Stories en août de la même année.

 

logo

Ouverture sur les spin-offs
 

L'annonce des spin-offs autour de la franchise a provoqué beaucoup d'interrogation. Pour tenter d’éclaircir nombre de points qui restaient alors flous, le staff film avait concocté un article de fond afin de comprendre ou d'imaginer les choix de Walt Disney Pictures et de Lucasfilm. Bonne lecture !

***

Qu'est ce que l'Univers Étendu (UE) de Star Wars ? C'est simplement l'ensemble des productions multimédia qui composent l'univers de Star Wars en dehors des films (et éventuellement des séries TV Clone Wars). Que ce soit en romans, en jeux-vidéos ou en bandes-dessinés, ce sont plusieurs centaines d’œuvres qui étendent l'univers très vaste de la galaxie Star Wars. Au moment de l'annonce des spin-offs, cet univers (qui correspond à l'UE aujourd'hui dit Legends) s'étalait sur plus de 25.000 ans. Ce qui laisse les portes ouvertes à des possibilités quasi-infinies pour développer des histoires.

Pourquoi parler de ça à présent ? Tout simplement parce que les récents projets cinématographiques dévoilés par la Walt Disney Pictures et Lucasfilm (LFL) risquent bien de chambouler les règles établies depuis maintenant plus de 30 ans. En effet, en plus d'une nouvelle trilogie de films (les épisodes VII, VIII et IX) qui se dérouleraient aux alentours de +40, les nouveaux projets de films spin-offs (et donc non numérotés) ont vu le jour. Quels sont-ils ? Pour le moment, seuls Rogue One et Solo sont sortis.

Et ensuite ? Disney et LFL semblent bien décidés à lancer la machine Star Wars à la vitesse supérieure, et à multiplier les projets audiovisuels à un rythme effréné. Verrons-nous bientôt un rythme tel que celui suivit par Marvel avec deux films par an ? Quels impacts sur la qualité des films ? Quelles ont été les conséquences sur l'Univers Étendu actuel, si cher dans le cœur des fans ? Début de réponse. 


Les six films de la saga



Etat des lieux

You had one job bro La saga Star Wars est avant tout composée de films et est destinée à la production audiovisuelle. Néanmoins, au fil des années, l'ampleur des récits proposés dans l'UE a conduit de nombreux fans à s'investir plus profondément dans les aventures des héros qui parsèment ces ouvrages, quitte à faire passer les films de Georges Lucas au second plan. L'arrivée de nouveaux films a nourri les inquiétude, d'autant que la période supposée de la nouvelle trilogie empiétait sur un héritage de certaines des meilleures œuvres littéraires de Star Wars. 

Comment créer de nouveaux films dans cette chronologie saturée d'événements en tenant compte du moindre détail déjà écrit ? Si la tâche semble déjà ardue, elle devient impossible quand on tient compte de la nécessité financière de pouvoir toucher le grand public, qui n'aura évidemment connaissance d'aucune des aventures hors-films. Afin de faire de la place à cette nouvelle trilogie, mais également aux films spin-offs, LFL a pris une mesure radicale : le reboot de l'UE a été décidé en avril 2014 (plus d'informations dans ce dossier).


Une solution évidente ?                             

Lawrence Kasdan responsable d'un spin-offDisons le tout net, cette mesure était le choix le plus simple. Mais dans ce cas, comment ne pas tomber dans l'excès et rebooter sans arrêt les événements comme ça peut être le cas dans le monde des comics ?

La multiplication des films engendre une autre inquiétude sur les moyens de Lucasfilm pour continuer de produire des œuvres de qualité. Ce qui caractérise de manière forte les précédents volets de la saga, c'est l'importance donnée à la finition de la production. Pour rappel, les précédents films sont sortis avec un intervalle de 3 ans entre chaque volet. Est-ce que l'apport financier et l'expérience de Disney en terme de blockbuster suffira a bousculer les habitudes des membres de Lucasfilm ? Il serait dommage de se retrouver en face de films en deçà des attentes en terme de qualité au profit d'une profusion d'épisodes qui pourraient en plus finir par lasser le spectateur. Le pari de Disney reste risqué avec un univers aussi exigent que celui de Star Wars. Nul doute que les fans et le public sauront donner raison ou non à ce grand projet.


Adapté d'un article proposé par Obiwan Keshnobi le 10 février 2013.

Interviews
 

Kathleen Kennedy

 

• Kathleen Kennedy et Kiri Hart parlent des futures Star Wars Stories. (source : Entertainment Weekly). Lire l'interview complète.

Kathleen Kennedy, la présidente de Lucasfilm, indique qu'il est possible que la saga principale s'arrête après l'Episode IX. Chaque année sortirait alors une nouvelle Star Wars Story. "C'est une conversation qui a lieu en ce moment même", dit-elle. "Je dois vous dire honnêtement, pourrions-nous [ne faire que des stand-alones] ? Bien sûr. Mais je ne sais pas. Nous examinons tout cela."

Lucasfilm voit Rogue One comme un test pour voir à quel point il est possible de s'éloigner des codes de la saga principale. "Il est fort probable que nous n'ayons pas de texte défilant", dit Kennedy. "Nous estimons que c'est exclusif aux films de la saga. Mais comment tout cela évoluera... ? Nous n'avons pas encore pleinement décidé, et [les éléments traditionnels de Star Wars] pourraient être assez restreints pour ce premier film." 

Lucasfilm attend désormais la sortie de Rogue One avant de décider des futures Star Wars Stories. "Il y a de [possibles films] dont nous avons beaucoup discuté", dit Kennedy. "Mais nous prévoyons de nous réunir en janvier, car nous aurons alors sorti Rogue One en plus d'avoir sorti Le Réveil de la Force et d'avoir terminé le tournage de l'Episode VIII. Nous avons assez d'informations pour prendre du recul et dire : "Que faisons-nous ? Qu'est-ce que nous trouvons excitant ? Et quelles sont les choses que nous voulons explorer ?"

La présidente de Lucasfilm explique qui prendra les décisions : "L'équipe des histoires, les dirigeants, et l'équipe des effets visuels avec qui nous avons travaillé. Nous incluons toujours les réalisateurs et les scénaristes qui ont participé aux trois autres films. Nous créons pratiquement un groupe collégial de gens qui partagent des idées."

Elle rappelle que c'est George Lucas lui-même qui a lui a donné l'idée de produire des spin-off avant de quitter Lucasfilm : "George m'a parlé de faire ceci quand je suis arrivée. Il avait souvent pensé à le faire, et il avait écrit trois ou quatre pensées et idées, des directions vers lesquelles on pourrait aller. Il y avait évidemment des tas d'opportunités au sein de la mythologie. Ca a donc été la première conversation que j'ai eue." 

Toutefois, ce n'est pas lui qui a imaginé les intrigues de Rogue One ou du film sur Han : "Non, nous avons certes discuté d'histoires sur les origines de personnages, mais nous ne sommes pas rentrés dans les détails", dit Kennedy. "Nous avons beaucoup parlé des Jedi et des idées fondatrices auxquelles George avait pensées lorsqu'il a créé la mythologie. Nous lancions des idées en l'air, en quelque sorte."

Kiri Hart, la chef du développement des histoires à Lucasfilm, explique que Rogue One sort en premier car même les fans occasionnels saisissent le sujet du film : "Rogue One paraissait être un commencement génial car ils sont au courant pour les plans de l'Etoile de la Mort", dit-elle. "Ils connaissent les choses qui se sont déroulées dans Un Nouvel Espoir. Le film avait donc ces éléments familiers, ces points d'ancrage, mais il traitait aussi d'un ensemble complètement nouveau de personnages. Ca semblait donc être un très bon modèle pour le genre de choses que ces films peuvent faire." 

Si Rogue One est bien acceuilli, les prochaines Star Wars Stories pourraient ne pas s'appuyer sur des évènements de la saga. "Je pense que c'est excitant pour les fans", dit Kennedy. 

"C'est sans doute excitant pour un réalisateur ; la notion de la possibilité d'explorer ces histoires qui ont vraiment un début, un milieu et une fin, et qui ne doivent pas forcément se rattacher à quelque chose de spécifique."

 

******

 

• Kathleen Kennedy et J.J. Abrams parlent des futurs Star Wars. (source : Variety). Lire l'interview complète.

"Un des nombreux sous-produits de l'univers que George a créé est le fait que presque tout peut s'y dérouler", dit Abrams. "Nous pouvons raconter d'autres histoires dans ce même esprit transporteur et transcendant. À l'avenir, vous verrez des films qui prennent un autre ton, certains seront plus crus et durs, et d'autres plus humoristiques par nature." 

Elle précise qu'il ne faut pas s'attendre à voir un texte défilant en introduction des spin-off : "Nous estimions que c'était vraiment indicatif des films de la saga. Nous allons probablement commencer le film d'une manière traditionnelle, avec seulement le titre."

La présidente de Lucasfilm espère qu'une femme réalisera un des futurs Star Wars : "Nous voulons nous assurer que lorsque nous amènerons une réalisatrice pour faire Star Wars, elle soit parée pour le succès. Ce sont des films gigantesques, et on ne peut pas y venir sans expérience." 

L'équipe de Lucasfilm cherche à repérer de jeunes talents féminins pour préparer de futures collaborations : "Nous voulons vraiment commencer à nous concentrer sur des gens avec qui nous aimerions travailler, et voir quelles sortes de choses elles font pour gravir les échelons en ce moment, puis les inclure le moment venu", explique Kennedy. 

  

******

 

• Kathleen Kennedy expliquent la démarche derrière les spin-off. (source : Slahfilm). Lire l'interview complète

La présidente de Lucasfilm indique "les films standalone peuvent constituer une grande variété de genres au sein de l'univers Star Wars."

Elle nuance la comparaison faite avec les films Marvel : "C'est sans aucun doute dans l'esprit des genres, mais Star Wars est très différent de Marvel dans le sens où ces derniers construisent leurs histoires autour de personnages, avant d'implanter ces personnages dans différentes histoires. Star Wars, c'est d'abord un endroit, un univers, donc ces histoires sont construites un peu différemment de celles de Marvel." 

Les spin-off "sont vraiment conçus comme des films standalone, ce qui est fantastique pour les réalisateurs que nous amenons et pour les acteurs que nous engageons, car c'est une sensibilité différente."  

Kennedy assure que ces films "ne sont pas forcément conçus pour bâtir de nouvelles licences." Les histoires auront "un début, un milieu et une fin très nets". Il ne faut donc pas forcément s'attendre à voir de nombreux films avec le jeune Han Solo.

Bien que Rogue One et le spin-off sur Han dévoilent le passé d'éléments de la saga principale, Kennedy assure que ce n'est pas l'objectif global : "Non, non. Il s'avère juste que Rogue One est le prédecesseur d'Un Nouvel Espoir, et oui, il y a aussi cette idée sur Han Solo, mais je ne dirais pas que nous mettons en place un quelconque concept de préquelle avec ces films standalone. Je pense que c'est une coïncidence jusqu'à présent. Et pour être tout à fait honnête, nous avons changé leur ordre à la dernière minute, donc ce n'était pas notre intention du tout."

Kennedy assure en tout cas que "Les histoires peuvent se situer à peu près n'importe où dans la chronologie." 

"Il n'y a pas de lignes directrices strictes pour ce que nous faisons", poursuit-elle.

Pour développer ces Star Wars Stories, il a fallu mettre de côté l'ancien Univers Etendu : "George [Lucas] a vraiment permis à cet univers étendu de suivre sa propre voie. Certaines choses étaient extraordinaires et vraiment bien faites. D'autres l'étaient moins. Mais ça ne suivait aucune structure narrative, et avec tout le développement qui allait englober des tas de zones différentes, les choses auraient été trop chaotiques. On ne l'a pas abandonné parcequ'on pensait qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas là-dedans, mais parceque c'était allé dans des directions trop différentes sans aucune supervision de George, et c'est quelque chose qu'on essaie de rectifier. Donc le concept d'univers étendu est similaire à ce qu'on continue de faire, mais on y met plus de structure."

À noter que la présidente de Lucasfilm dit aussi que la série TV Underworld et le jeu vidéo 1313 ne sont pas des projets complètement abandonnés : 

"Non. Non, c'est intéressant car ce sont des choses sur lesquelles on a passé beaucoup de temps, en lisant tout le matériel que [George] a développé, et on aimerait vraiment explorer ça." 

"Notre attitude consiste à ne rien jeter de tout ça. C'est de l'or. On passe beaucoup de temps à examiner et à discuter de ça, et on pourrait très bien pousser plus loin le développement de ces choses. On le veut vraiment."

 

 ******

 

• Kathleen Kennedy évoque sa gestion de la licence. (source : Starwars7news). Lire l'interview complète.

"Les films Saga sont centrés sur la saga de la famille Skywalker. Les histoires suivent un récit linéaire qui est lié aux six précédents films. Le Réveil de la Force suit Le Retour du Jedi et poursuit cette histoire générationnelle. Les films Anthologie offrent des opportunités d'explorer de nouveaux personnages, de nouvelles histoires et une variété de genres au sein de l'univers Star Wars."

• Sur son apprentissage de l'univers Star Wars : "Il y a des gens dans cette entreprise qui sont des enyclopédies sur pattes. Je me suis donc d'abord immergée avec beaucoup d'entre eux, juste pour discuter de ce que nous allions commencer par faire. Et j'ai eu George à ma disposition pendant presque six mois. Il m'a dit : "Tu sais, beaucoup de ces choses sont dans ma tête." J'ai donc passé autant de temps que possible à sonder son cerveau et à lui poser des questions, et à essayer de comprendre fondamentalement quelles étaient les valeurs que George a personnellement apportées à Star Wars."

• Sur la création du "story group" : "La première chose à laquelle j'ai pensé quand je suis entrée à Lucasfilm était qu'il y avait une telle variété de contenu créé, que ce soit un film ou jeu, une publication électronique ou des parcs d'attraction. Et comme tout cela tourne autour de l'univers de Star Wars, je sentais que la chose la plus importante était de créer une sorte de savoir institutionnel au sein de la société, qui permettrait un échange très organique d'idées, ainsi qu'une compréhension de ce que chacun faisait et de la manière dont tout cela pourrait se connecter. [...] Ainsi, si quelqu'un travaille sur un jeu, il saurait ce qui se passe dans le film et il saurait ce qui se passe dans un livre qui doit être publié. Cet échange d'idées est vraiment important au sein de cet univers unique."

• Sur les nouveaux réalisateurs et scénaristes :"Si vous avez entre trente-cinq et cinquante ans et que vous travaillez dans le cinéma, Star Wars a probablement eu un impact important sur votre identité de cinéaste, et sur ce qui vous a poussé à travailler dans le cinéma. En général, la première chose qui sort de leur bouche est : "Laissez-moi vous dire à quel point Star Wars a été important dans ma vie."" 

• Sur l'héritage de George Lucas : "Ce que George a tenté d'explorer dans son récit, [tous les gens impliqués, du personnel de Lucasfilm aux artistes individuels] ont le même intérêt à l'explorer. Et ils y apportent leur point de vue et leur passion personnelles. Car si on n'a pas cela, les décisions qu'on prend en cours de route ne sont pas authentiques. C'est ce qui a permis de durer, et j'espère que cela continuera à durer, car c'est l'aspect important que nous essayons de poursuivre : l'héritage créé par George." 

 

******

 

• Lors de la Star Wars Celebration Anaheim en avril 2015, plusieurs informations ont été révélées. (source : StarWars.com) (Lire l’actu) :

Selon Kathleen Kennedy, les films de la série des "Histoires Star Wars" sont dédiés à des "personnages et à des évènements par-delà de la saga Star Wars centrale". 

Kiri Hart a dit que chaque spin-off se suffira à lui-même. Ils varieront en terme de genre et d'échelle. "Je vois ça comme une opportunité d'exploiter les talents émergents parmi les réalisateurs, et de faire des choses inattendues."   

Pour Pablo Hidalgo, l'un des intérêts des films Star Wars Stories est qu'ils peuvent y raconter des histoires sans Jedi.

C'est George Lucas qui a lancé l'idée de produire des spin-off Star Wars avant de quitter Lucasfilm en 2012. D'après Kathleen Kennedy, Lucas "était vraiment intéressé par l'exploration de toutes les histoires existant au sein de l'univers." 

 

******

 

• Selon Kathleen Kennedy, les films Star Wars Stories n’influeront pas sur la saga principale. George Lucas a fixé une feuille de route pour ces nouveaux films. 

"George a clairement expliqué comment fonctionnent les choses. Le canon qu'il a créé est la saga Star Wars. À présent, l'épisode sept s'inscrit dans ce canon. Les films spin-off, qu'on nommera peut-être différemment à l'avenir, existent à l'interieur du vaste univers qu'il a créé", dit-elle. 

"Il n'y a aucune volonté d'amener les personnages [des films autonomes] dans les épisodes de la saga. D'un point de vue créatif, c'est une feuille de route que George a fixée très clairement", ajoute-t-elle. (source : Toysrevil). Lire l'actu.

Page suivante >>
Publicité