StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Description
 
A Game of Thrawn

Il y a quelques temps, dans une galaxie proche, très proche…

Le 30 octobre 2012, LucasFilm rachète Disney, bouleversant en quelques instants – et avec quatre milliards – l’équilibre si fragile de ce monde imaginaire nommé Star Wars. 
Loin des turpitudes et des fortunes de l’Amérique, un jeune auteur réfléchit pensivement à ce que cela signifie pour lui...

J’ai vis-à-vis de l’UE « Legends », tel qu’on doit désormais le nommer, une approche assez détachée. Oui, j’aime cet Univers Étendu, oui, ses histoires m’ont fait vibrer… Pour autant, j’ai approuvé la « remise à zéro » opérée par LucasFilm, car elle me semblait nécessaire pour que les choses reviennent en ordre. De mon point de vue, les dernières années nous présentaient un UE aussi en forme que l’UE. Comprenne qui voudra. 
J’ai pourtant découvert l’Univers Étendu grâce à ces nouvelles œuvres plus récentes : L’Héritage de la Force, notamment, ou Le Pouvoir de la Force. J’y apprécie de nombreux éléments, même si je regrette qu’il n’y ait pas une plus grande coordination, telle qu’elle existait à la grande époque des X-WingsShadows of the Empire ou des Jedi Knight. Mais de tout l’Univers Étendu Legends post-Épisode VI, comme on a coutume de l’appeler, une entité m’intéresse plus particulièrement : l’Empire. 

Comment l’œuvre supposée millénaire de Palpatine a-t-elle pu s’effondrer aussi vite, malgré une puissance largement supérieure à celle de la Rébellion ? Pourquoi les Seigneurs de Guerre se sont-ils entredéchirés pour des territoires qu’ils étaient incapables de conserver ? Comment la population a-t-elle pu accepter le retour de Palpatine malgré les crimes qu’il avait commis ? Et surtout, que se serait-il produit si Thrawn avait survécu à la Bataille de Bilbringi
En tant qu’amateur d’uchronies (Ces histoires que l’Univers Star Wars nomme « Infinities »), cette dernière question m’intéressait particulièrement. Thrawn est le premier méchant de l’Univers Étendu, et celui qui m’inspire le plus de respect. Il ne verse pas dans la violence gratuite – même s’il est davantage retors dans La Croisade Noire du Jedi Fou que dans les récits postérieurs de Zahn, qui semble s’être pris d’affection pour son personnage. Il agit avec intelligence et discernement. C’est un conquérant raisonné, qui se bat pour bâtir et non détruire. C’est un visionnaire, qui prévoit avec des décennies d’avance la future attaque Yuuzhan Vong et les moyens nécessaires pour la neutraliser. Plus que tout autre, ce personnage-là méritait mon attention. 
Je souhaitais également créer un récit plus politique que ne le sont les œuvres de l’Univers Étendu de cette époque-là. Certes, nous avons droit, dans les récits, aux travers de la Nouvelle République, aux complots de l’Empire… Mais surtout à partir de La Main de Thrawn pour ce dernier. Or, cette duologie n’est que l’aboutissement de la Guerre Civile Galactique, le moment où l’Empire est le plus faible et, paradoxalement, le plus uni depuis la mort de l’Empereur. La chronologie officielle est à peine plus détaillée sur les intrigues internes de l’Empire que les livres ; tout juste sait-on que la mort de Thrawn, comme celle de l’Empereur, ouvrit la voie à une Guerre Civile impériale, et que la situation resta plus ou moins telle quelle jusqu’à l’arrivée de Daala, hormis la campagne de l’Empire des Ténèbres. 
Le dernier point que je voulais explorer est plus psychologique. Comment Palpatine est-il parvenu à embrigader un peuple entier, à transformer des hommes honorables qui avaient autrefois servi la République en bouchers tuant au nom de l’Empire ? Le cas de Gilad Pellaeon est à mon avis significatif. Dans mon récit, la caractérisation des personnages se rapprochera davantage des mentalités de La Main de Thrawn que de celles de La Croisade Noire du Jedi Fou : moins de manichéisme, plus de réalisme. 

Voilà plus ou moins le raisonnement qui m’a conduit vers les premières ébauches de La Fédération Impériale

Or, à l’époque, je menais de front deux projets : en premier lieu, la rédaction de la nouvelle mouture de mon histoire fétiche, lesChroniques de la Marine Républicaine, et une série inédite nommée Loyautés Opposées dont je n’avais présenté que les premiers chapitres du premier tome, Empire… Qui était pour moi avant tout l’occasion d’améliorer mes capacités rédactionnelles tout en mettant en avant une période méconnue de l’histoire de l’UE Legends. Je savais que je ne parviendrais pas à mener trois histoires de front. Or, les contraintes que je m’étais imposées pour Empire – notamment le respect parfait de l’UE sur une période de plus de trente ans – étaient trop importantes pour la satisfaction que j’éprouvais à la vue du résultat. Le choix fut donc vite fait. 
La Fédération Impériale était née, et je savais déjà que je ne pourrais pas mener entièrement l’histoire de front. Les Chroniques sont des histoires tirées de mon imagination et de ma relecture de récits de l’UE Legends dont je diverge quelque peu ; La Fédération Impériale est un récit plus imposant, plus détaillé, et comprenant une foule de personnages, dont certains issus des textes déjà existants, ce qui n’est pas une mince affaire. Je me mis donc en quête d’un co-auteur qui serait emballé par mon projet. 
Le choix de Mitth’raw Nuruodo, qui était alors mon co-staffeur et qui reste toujours un ami et un excellent auteur, me parut d’emblée évident. Mitth’ étant très à l’aise avec les descriptions, je me débrouillerais avec les dialogues qui sont ma partie préférée du texte. 
Nous avons discuté pendant plusieurs mois à propos de cette histoire, de ses tenants, de ses aboutissants, jusqu’à affiner le scénario. Mais Mitth’, étant pris par le temps et par ses propres histoires, dût quitter l’aventure. 
Pendant que nous discutions de l’histoire de La Fédération Impériale, un nouvel auteur, Revan Bane, avait émergé sur le forum, et montrait des signes considérables de progrès. Après avoir lu attentivement son récit, je me décidai à le contacter. Lui aussi se montra enthousiaste à propos de cette trame cohérente que j’étais parvenu à construire. Il fut décidé par la suite que je m’occuperais de la première partie du Tome I, et que nous collaborerions sur les parties suivantes. Malheureusement, les contraintes imposées à Revan Bane finirent par faire de cette histoire un texte personnel. 

Voilà, chers lecteurs, la genèse de La Fédération Impériale

Reste la portée de cette histoire pour l’auteur. De mon point de vue, c’est un hommage rendu à l’UE Legends, hommage que vous retrouverez à travers l’utilisation de nombreux personnages plus ou moins connus et l’emploi de titres qui vous rappelleront, je l’espère, de très bons souvenirs. 

Bonne lecture, et que l’Inspiration soit avec vous !
La Fédération Impériale
 
Affichage : [-] Simplifié         [+] Détaillé
An -19
[+]
An -12
[+]
Publicité