StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Fiche Technique
 
L'Aventure des EwoksTitre Original : An Ewok Adventure: Caravan of Courage
Date de Sortie : 25 novembre 1984 – sortie en salles en France le 6 février 1985
Durée : 96 minutes

Réalisation : John Korty
Scénario : Bob Carrau (d'après une histoire de George Lucas)
Production : Patricia Rose Duigan (producteur associé), George Lucas (producteur exécutif), Thomas Smith
Directeur de la photographie : John Korty
Direction artistique : Joe Johnston
Montage : John Nutt
Musique : Peter Bernstein

Distribution :

Warwick Davis : Wicket
Aubree Miller : Cindel Towani
Eric Walker : Mace Towani
Fionnula Flanagan : Catarine Towani
Guy Boyd : Jeremitt Towani
Daniel Frishman Deej
Debbie Lee Carrington : Weechee
Tony Cox : Widdle
Kevin Thompson : Chukha-Trok
Margarita Fernandez : Kaink
Pam Grizz : Shodu
Bobby Bell Logray
Tiffany Brissette : Voix de Cindel (VO)
Narrateur : Burl Ives (VO) / Dorothée (VF)
2. Résumé
 
La famille Towani et leurs amis EwoksSuite au crash de leur vaisseau spatial sur Endor, la famille Towani se retrouve séparée. Les enfants, Mace (14 ans) et Cindel (4 ans), sont recueillis et soignés par les Ewoks.
Malgré quelques problèmes de communication, ils apprennent que leurs parents sont retenus par le géant Gorax. Bien décidés à aller les délivrer, ils demandent aux Ewoks de les aider. Réticents au début, les Ewoks finissent par accepter, et un petit groupe (dont le jeune Wicket) se met en route.
Ensemble, ils affronteront la faune et la flore d'Endor au cours d'un long périple, avant de combattre Gorax.
3. SWU vous en dit plus
 
Wicket face à la caméra de John KortyChronologiquement situé avant l’Episode VI, l’Aventure des Ewoks s’adresse essentiellement à un public familial, l’intention première de Lucas étant de produire quelque chose que sa fille Amanda (alors agée de 3 ans) puisse regarder.
Bien qu'initialement prévu pour le réseau de télévision américain ABC, il a néanmoins été distribué dans les cinémas européens au cours de l’année 1985 (92000 spectateurs en France).
A l'époque, Lucas ne souhaitait pas rattacher directement cette œuvre à sa saga cinématographique ; aussi le logo Star Wars n’apparaissait nulle part sur les documents promotionnels. En revanche, les distributeurs européens ne se génèrent pas pour inscrire « Par les créateurs de Star Wars » en haut des affiches.
Aujourd’hui, marketing oblige, le boitier du dvd arbore le titre Star Wars bien en évidence.

Le tournage se déroula en Californie du Nord pendant 6 semaines, plus 1 semaine de prises de vues additionnelles (et 2 semaines de post-synchronisation). Outre sa participation au scénario, George Lucas dirigea le tournage additionnel (le réalisateur John Korty étant alors pris par d’autres engagements), et supervisa également une partie du montage.

Warwick Davis reprit le rôle de l’Ewok Wicket W. Warrick (clin d'oeil au prénom de l'acteur), qu’il avait tenu dans Le Retour du Jedi. Durant la production, lui et Eric Walker (Mace Towani), tous deux du même âge, devinrent de grands copains. La législation américaine sur l’emploi des enfants dans le cinéma limite ceux-ci à 4 heures de travail par jour ; de plus, une institutrice nommée Ramsey assurait le suivi scolaire des jeunes acteurs. Ce fut elle qui incita les deux garçons à tirer parti de cette expérience, et de leur intérêt pour le cinéma, en réalisant un documentaire sur le tournage. Ils profitèrent donc de leur temps libre pour réaliser un véritable making-of, sous le label W&W Productions (pour Warwick & Walker). Deux versions furent montées, une pour l’équipe, et une spécialement pour George Lucas (où l’on peut le voir en compagnie de sa fille et de la chanteuse Linda Ronstadt). Malheureusement, le grand public n’a jamais eu accès à ces documents, mais si par hasard vous en possédez une copie, merci de nous contacter.

John Korty et ses 3 acteurs principauxLe budget assez conséquent pour un téléfilm (mais toutefois moins important que pour un long-métrage classique), et les effets spéciaux réalisés bien évidemment par ILM (dont une quarantaine de matte-paintings, et des costumes d'ewoks améliorés) assuraient un certain gage de qualité. De fait, l'Aventure des Ewoks fut relativement bien accueilli par le public et une partie de la critique. D’autres, en revanche, constatèrent amèrement que les reproches concernant l’aspect mercantile de la présence des Ewoks dans le Retour du Jedi s’avéraient bien fondés.

Caravan of Courage fut nominé aux Emmy Awards, catégorie programmes pour enfants, et remporta celui des effets spéciaux.
Ce qui encouragea tout naturellement Lucasfilm à poursuivre l’expérience en produisant une suite à ce téléfilm.
4. Une critique de l'époque
 
Critique de Dominique Monrocq, publiée dans L'année du Film Fantastique 85/86 :

Révélations du Retour du Jedi, les Ewoks faisaient fi du drame cornélien où gravitaient Luke Skywalker, Han Solo et la princesse Leia. Dotés à la fois d'un courage à toute épreuve et d'un sens de l'humour irrésistible, ils réussissaient à éclipser la résolution du dernier acte de l'opéra (de l'espace) de La guerre des Etoiles. Mais ces "nounours" en peluche animée n'ont pas mérité le traitement qui leur est réservé dans L'aventure des Ewoks...

Produit pour la télévision, ce film leur ôte toute dignité pour les ravaler au rang de jouets serviles et intelligents entre les mains de deux enfants insupportables. Après bien des vicissitudes propres à émouvoir tous les moins de 5 ans (leur vaisseau spatial s'est écrasé sur Endor, et leurs parents ont été enlevés par Gorax, une créature monstrueuse), ces derniers sont recueillis par les Ewoks. Mais ils se montrent tellement désagréables, intransigeants lorsqu'ils exigent de l'aide, et avares de remerciements, que le premier extraterrestre venu les jetterait sans tarder en pâture au Gorax le plus proche. Physiquement très diminués (leurs costumes font des plis disgracieux au moindre geste et leurs lèvres, figées dans un rictus niais, ne sont plus articulées), les Ewoks en sont malheureusement incapables. Ils vont même permettre à ces gosses de sauver leurs géniteurs d'un sort sans doute atroce, mais qui n'a rien à envier à celui qui attend le pauvre spectateur innocent. Tiraillé par des envies contradictoires (son estomac se révulse devant la pauvreté des effets spéciaux et l'indigence du scénario, ses mains le démangent de gifler ces sales gamins pour leur inculquer un minimum de savoir-vivre, ses jambes tentent de l'entraîner le plus vite possible vers la sortie), le supplice est horrible et ses effets physiologiques à long terme ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale.

Pour éviter semblable désagrément, mieux vaut aller revoir Le Retour du Jedi. Les Ewoks y demeurent tels qu'ils n'auraient jamais du cesser d'être : combatifs, drôles, et surtout heureux... Yap Yapeedeeyap, Yap Yap !
5. Extrait
 

La bande-annonce du film



Le début du film raconté par Dorothée
<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité