StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Introduction
 
X-WingLe tournant du millénaire annonça une nouvelle ère passionnante pour LucasArts. Premièrement, la sortie du film Star Wars : Episode I en mai 1999 fournit aux designers de la compagnie des personnages, mondes et événements comme inspiration renouvelée pour une pléthore de nouveaux jeux Star Wars. Durant cette période, LucasArts étendit par ailleurs ses franchises Star Wars les plus connues – X-Wing, Rogue Squadron et Jedi Knight - et en créa de nouvelles comme Star Wars Starfighter et Star Wars Galactic Battlegrounds. Associés à la puissance des machines de jeu de nouvelle génération, les jeux Star Wars prirent une apparence de plus en plus photo réaliste. Leur contenu devint plus que jamais semblable à ce qui pouvait être vu sur grand écran.

LucasArts poursuivit en même temps son riche héritage de jeux basés sur des idées originales, y compris la vénérable série des Monkey Island. Et début 2002, LucasArts commença à annoncer des titres qui seraient disponibles à partir de 2003 et au-delà. Ces projets récemment dévoilés, comme les suites de Full Throttle et Sam & Max [NdT: hélas, Sam & Max 2 a également été annulé au printemps 2004], soulignèrent vivement l'engagement pris de longue date par LucasArts de développer des jeux basés à la fois sur des licences et sur des concepts originaux.
2. Jeux d'aventure
 
  • Escape from Monkey Island (Novembre 2000, PC, PlayStation 2)
  • Indiana Jones® et la Machine infernale® (Novembre 1999, PC, Nintendo 64)

Elaine Marley-ThreepwoodLa série Monkey Island réapparut en novembre 2000 – avec cette fois Guybrush Threepwood en 3D ! Escape from Monkey Island – quatrième épisode de cette longue série – fut le premier Monkey Island 100% 3D et le début des jeux d'aventure de LucasArts sur les consoles de nouvelle génération. Les idioties de Threepwood commencèrent peu après sa lune de miel avec le Gouverneur Elain Marley-Threepwood. Débarqués sur l'île de Melee, les jeunes mariés découvrent que Elaine a été déclarée morte et pire encore, que le manoir du Gouverneur doit être démoli ! Armé de son esprit le plus tranchant, Guybrush partit à l'aventure pour découvrir le fin mot d'un nouveau mystère de pirates dans les Caraïbes. Le jeu fut apprécié, mais aussi critiqué pour sa maniabilité douteuse.

Un autre héros célèbre nous revint lui aussi durant cette période : Indiana Jones. Indiana Jones et la Machine infernale était un jeu d'action-aventure en 3D temps réel dont l'action prenait place en 1947, dans la Guerre Froide. Indy y parcourt le monde pour contrecarrer la recherche effrénée par les Soviétiques des morceaux de la mystérieuse Machine infernale. Le jeu comprenait des scènes d'action comme une poursuite en Jeep ou un circuit en wagonnet de mine qui accompagnaient l'esprit et le fouet d'Indy. Il souffrit commercialement de la concurrence directe Tomb Raider IV, série qui avait ouvertement plagié à l'origine les aventures du Docteur Jones. Au printemps 2003, Indiana Jones nous est revenu dans une nouvelle aventure interactive : Indiana Jones et le Tombeau de l'Empereur.
3. Star Wars
 
Console

Star Wars Episode 1 : RacerLorsque Star Wars : Episode I apparut sur les écrans, LucasArts sortit deux jeux offrant une intense immersion dans la première saga Star Wars. Star Wars: Episode I Racer se base sur la saisissante course de Pods du film pour en faire un jeu de course ultrarapide. Dans Star Wars: Episode I Racer, les joueurs sont aux rênes de chars mûs par des turbines et se poursuivant à un mètre du sol à 800 km/h – comme dans le film. Le jeu étend considérablement le cadre du « sport » de Podracing en proposant 21 courses sur 8 planètes différentes. Extrêmement rapide, le jeu n'en était pas moins assez facile.

Alors que Star Wars: Episode I Racer avait pris une scène d'action clé du film et l'avait adaptée en particulier, Star Wars Episode I: La Menace Fantôme fut une transposition complète de l'histoire film sous forme interactive. Le jeu commence lorsque Obi-Wan et Qui-Gon viennent négocier avec la cupide Fédération du Commerce. Au fil de ce jeu d'action en 3D objective, le joueur prend le rôle d'Obi-Wan, de Qui-Gon, de la Reine Amidala et du Capitaine Panaka, explorant les mondes de Naboo, Coruscant ou les rues de Mos Espa.

Au printemps 2000, Star Wars: Episode I Jedi Power Battles s'inspira des jeux d'arcade classiques, et permit de sélectionner un Chevalier Jedi parmi cinq et de le mener à la victoire. Star Wars: Episode I Battle For Naboo disposait quant à lui d'un scénario original et consistait à combattre la Fédération du Commerce à bord de multiples véhicules, dont le Naboo Starfighter, le surblindé STAP et le puissant Gian Speeder. Bien que développé par Factor 5, son moteur graphique et ses missions répétitives en firent une déception. Cette même année, Star Wars: Demolition permit également aux joueurs de piloter des véhicules Star Wars connus afin de confronter de nombreux adversaires dans des luttes organisées par Jabba le Hutt.

PC
Tout en éditant des jeux relatifs à Star Wars: Episode I, LucasArts permit aussi de découvrir les secrets de la réalisation de la préquelle avec Star Wars: Episode I Insider's Guide. Cette « suite » à Star Wars: Behind the Magic offrit un regard interactif sur les coulisses du tournage et sur la création du film

X-Wing AllianceMarchant sur les traces des jeux à succès X-Wing et TIE Fighter, Star Wars: X-Wing Alliance, l'ultime titre de la série des X-Wing, fut une simulation de combat sortie sur PC. Doté de graphismes avancés et de cockpits 3D, X-Wing Alliance proposait plus de 50 missions en solitaire et cinq missions multijoueurs. Il est resté dans la mémoire des fans comme le jeu qui permit enfin de piloter le Faucon Millenium lors de l'assaut contre la seconde Etoile de la Mort, la séquence paroxystique du Retour du Jedi.

A destination des joueurs intéressés par de nouveaux types de jeux Star Wars, LucasArts commença l'exploration du genre populaire de la stratégie en temps réel. Star Wars: Force Commander, un RTS 3D, permit aux joueurs de commander les armées des batailles épiques de Star Wars comme Hoth. Il fut Concept de spatioport dans Galactic Battlegroundsbientôt suivi de Star Wars Galactic Battlegrounds, qui couvre l'intégralité de la saga. Ce titre utilisait une version améliorée du moteur du jeu de stratégie Age of Empires II.

Six civilisations-clés étaient proposées : l'Empire Galactique, l'Alliance Rebelle, les Wookiees, les Gungans, les Naboo et la Fédération du Commerce. En mai 2002, LucasArts sortit l'add-on Star Wars Galactic Battlegrounds: Clone Campaigns qui élargit le - déjà large - champ de jeu par l'introduction de scénarios de grandes batailles tirées du film Star Wars: Episode II.

En 2002, le célèbre héros Kyle Katarn fit un retour triomphal dans Star Wars Jedi Knight II : Jedi Outcast. Ce jeu d'action à la première personne, qui sortit plus tard sur consoles, tirait profit du moteur de Quake III : Arena. Cette fois, Katarn fut contraint de revisiter son sombre passé afin de préserver l'avenir de la Galaxie d'un vil Jedi Noir. De la Cité des Nuages à l'Académie Jedi de Yavin IV, Jedi Outcast incluait en outre une large palette de pouvoirs de la Force et un support multijoueurs. Dès sa sortie en mars 2002, Jedi Knight II entra dans le top des ventes et fut l'un des jeux d'action les plus vendus de l'année.

Consoles de nouvelle génération
Screenshot de Jedi StarfighterLe premier titre de LucasArts sur PlayStation 2 fut Star Wars Starfighter. Un jeu d'action spatiale, inspiré par les grandes simulations de LucasArts comme X-Wing, et qui proposait une histoire originale et trois vaisseaux inédits à piloter : le N-1 Starfighter de Star Wars Episode I ; le Havoc, un puissant bombardier ; et le maniable Guardian Mantis. Le jeu se composait d'intenses combats spatiaux et terrestres. Ce fut néanmoins un shoot assez médiocre. L'épreuve finale consistait à se joindre à l'assaut du vaisseau mère de la Fédération, vu dans Star Wars Episode I. Star Wars Starfighter fut considéré pour ses superbes paysages et sa prise en main aisée. Une édition spéciale du jeu sortit sur XBox, nantie de cinq missions bonus et d'un mode exclusif de combats à deux joueurs via un écran splitté. Le premier jeu LucasArts sur XBox fut Star Wars Obi-Wan, un titre d'action à la troisième personne dans lequel les joueurs usent de la maîtrise de la Force et des capacités athlétiques d'Obi-Wan.

Au moment où George Lucas mettait la touche finale au film Star Wars: Episode II : l'Attaque des Clones, LucasArts présenta un avant-goût du film dans Star Wars Jedi Starfighter, suite de Star Wars Starfighter. Le jeu sortit deux mois avant le film et permit de piloter le Jedi Starfighter aux lignes épurées. Star Wars Jedi Starfighter conserva le même aspect et les mêmes sensations que son prédécesseur, tout en y joignant un certain nombre de contenus inédits. En particulier, la possibilité d'utiliser les pouvoirs de la Force depuis le cockpit, comme les Eclairs pour détruire les ennemis et les Réflexes pour ralentir le jeu autour du joueur. Doté de 15 missions terrestres et spatiales, Star Wars Jedi Starfighter incluait aussi des missions coopératives à deux joueurs.

Screenshot de Rogue LeaderAutre jeu de combat aérien sorti en cette période, Star Wars Rogue Squadron II : Rogue Leader prend place dans la trilogie originale. Titre de lancement du Nintendo GameCube, il fut partout récompensé pour ses spectaculaires graphismes photoréalistes et son système sonore Solby Pro Logic II. Suite du hit de la Nintendo 64 Rogue Squadron, Rogue Leader engagea les joueurs dans les combats spatiaux les plus épiques de Star Wars, l'attaque de la tranchée de l'Etoile Noire ou la bataille de Hoth. Ce fut le plus grand succès du lancement du GameCube.

Début 2002, LucasArts revisita un autre de ses classiques dans une suite: Star Wars Racer Revenge. Huit ans après Star Wars Racer, Sebulba est déterminé à se venger de l'humiliante victoire d'Anakin Skywalker. Avec 16 différents podracers, Star Wars Racer Revenge monte la barre d'un cran en permettant aux joueurs d'engager le combat pendant la course. Il était possible de précipiter ses adversaires sur les murs et de les forcer à quitter la course avant même que la ligne d'arrivée ne soit en vue. Son aspect enfantin le destina à un plus jeune public que Racer.

Après la sortie de Star Wars : Episode II, LucasArts sortit deux nouveaux jeux destinés à explorer certains aspects qui n'avaient pas été abordés par l'Attaque des Clones. Star Wars: The Clone Wars, jeu de shoot très défoulant mais répétitif, place le joueur dans le rôle d'un Chevalier Jedi menant l'armée de la République dans les plus grandes batailles de la Guerre des Clones. Incarnant soit Obi-Wan, Mace Windu ou Anakin Skywalker, les joueurs combattent dans six immenses univers, des plaines dévastées de Géonosis aux ruines glacées de Rhen Var. The Clone Wars disposait également d'un mode multijoueur capable d'accueillir jusqu'à quatre joueurs.

Bounty HunterEnfin, Star Wars: Bounty Hunter permit d'incarner le plus impitoyable et le plus redouté de tous les chasseurs de primes de la Galaxie: Jango Fett. Ce jeu d'action à la troisième personnage mêle les événements du film Star Wars: Episode II avec l'histoire propre de Jango et son ascension vers le rang du plus célèbre des mercenaires. Dans ce jeu, Jango se met à la recherche d'un Jedi Noir devenu fou. Un équipement spécial incluant un jet pack destiné à traverser les vastes et complexes environnements du jeu servait sa quête. Star Wars Bounty Hunter bénéficia particulièrement de la collaboration de deux sociétés soeurs de LucasArts : ILM travailla les séquences cinématiques en images de synthèse, et Skywalker Sound fut responsable de la création sonore.

Ceci conclut l'Histoire de LucasArts, écrite en hommage à la riche lignée des jeux créés par la compagnie durant ces vingt dernières années.
Publicité