StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Naissance du Kriegspiel
 
C'est en 1811 qu'un Prussien, du nom de Von REISWITZ, mit au point une règle permettant de simuler une bataille en miniature. Pour recréer le contexte, étaient nécessaires une table recouverte de sable, des reliefs de terrain et des figurines à la même échelle. H.G. WELLS, auteur de science-fiction et passionné de jeux, apporta, par une série d'article en 1912, des règles complémentaires à cette nouvelle forme de jeu nommé "KriegSpiel" ("Wargame" aux Etats-Unis et "Jeu d'Histoire" en France). Bien plus tard, le jeu évolua de nouveau quand Charles ROBERTS, Fondateur des Editions AVALLON HILL substitua le plateau de sable par un plateau recouvert d'hexagone et les figurines par des pions en carton.

2. Du début du jeu de rôles ...
 
Héritier du jeu d'histoire avec figurines, le jeu de rôle, tel que nous le connaissons, trouve son origine en 1969, lorsqu'un groupe de joueur souhaitant s'écarter des classiques reproductions de batailles, créèrent progressivement des règles pour simuler des affrontements de 5 à 10 soldats, des tests pour embuscades et autres pièges. Une fois toutes ses règles au point, ils s'aperçurent qu'ils pouvaient tout à fait intégrer le tout dans l'univers fantastique de J.R.R. TOLKIEN, auteur du Seigneur des Anneaux. Ces joueurs, dont on retiendra surtout par la suite Gary Gygax et Dave Anderson, substituent progressivement le plateau par l'imagination des joueurs.
Un an plus tard, Gary Gygax fonde TSR (Tactical Studies Rules) et publie par la suite un livret de règles introduisant des créatures mythiques dans l'univers des Wargames : elfes, géants, Nains, Trolls,... Deux ans après, il tente de vendre son dernier jeu, où prêtres et guerriers côtoient de puissants magiciens pour l'exploration de souterrains. Le jeu, d'abord rejeté par Avallon Hill, rencontre un succès inattendu : D&D (Dungeons and Dragons) est né.

Dungeons & DragonsGary Gygax
3. ... à nos jours.
 
Le succès de ce nouveau style de jeux gagne progressivement le monde et atteint la France où apparaissent alors des magasins et revues spécialisés comme l'Oeuf Cube, Descartes Editeurs ou encore Casus Belli.
Le jeu de rôles continue aujourd'hui de croître régulièrement, ce qui prouve qu'il ne relevait pas simplement du phénomène de mode. Ce n'est pas Gary Gygax qui démentira, lui qui a fabriqué les premiers exemplaires de D&D dans sa cuisine pour devenir le multimillionnaire d'aujourd'hui, ni les nombreuses adaptations de livres et films qui apparaissent chaque année dans ce secteur.
4. Et Star Wars dans tout ca ?
 
Gary Gygax

Après la sortie officielle de l'Episode IV en 1977 et l'importance des produits dérivés sous licence Star Wars, il semblait logique qu'un jeu de rôle reprenant l'univers de la saga sorte rapidement. De nombreux éditeurs de jeux de simulations tentèrent de faire paraître Star Wars sous forme de jeu, comme SPI n'a pas attendu en sortant dès 1979 un jeu de rôle reprenant le concept du space opera : Freedom in the Galaxy.

Étrangement, il faudra attendre 1988 pour que l'éditeur de jeux de rôle West End Games (surnommé WEG par les initiés) obtienne la licence tant convoitée. Pourquoi une telle attente ?

Le succès du jeu de rôle "Star Wars : The Roleplaying Game" édité par WEG est immédiat. A tel point que la traduction française sortira seulement un an après par l'intermédiaire de l'éditeur Descartes !

Quelles sont les raisons de ce succès ? Plusieurs raisons sont avancées :

- contrairement aux autres jeux de rôle orientés science-fiction, tout le monde connaît l'univers de Star Wars. Il n'est pas nécessaire de se palucher des livres épais pour entrer dans l'univers. Exemple : le premier jeu de rôle SF Metamorphosis Alpha en 1975, variante futuriste de Dungeons & Dragons, n'eut pas de succès. Donc la première qualité de ce jeu de rôle est d'être très accessible en terme de background.

- autre point concernant l'accessibilité du jeu de rôle Star Wars, le système de jeu est très souple et facile à utiliser. Il est basé sur le dé à 6 faces - fer de lance de WEG. D'où le terme de système D6. Dans le manuel de base, ce système de jeu est expliqué de manière très pédagogique et devient donc très abordable pour les maîtres du jeu et les joueurs débutants.

- l'approche du jeu de rôle est très cinématographique, c'est-à-dire que les joueurs sont incités à réaliser des actes de bravoure et à faire des actions très peu réalistes, comme au cinéma. Le MJ, lui-même, est décrit comme un metteur en scène. Pendant le déroulement du jeu, il intervient entre deux scènes pour dire "fondu en noir" et narrer une action se passant à l'autre bout de la galaxie.

- ce jeu de rôle a été très rapidement traduit dans d'autres langues, dont le français, ce qui a permis de toucher un public plus large que les rôlistes anglophones.

- depuis la première version de ce système de jeu, West End Games sortit plusieurs dizaines de suppléments en ayant l'autorisation de puiser dans la richesse des archives de LucasFilm mais devant tout soumettre à approbation avant publication. De ce fait, toutes les informations présentes dans ces livres recevaient l'estampille "Officielle" et augmentèrent la richesse de l'univers. On peut donc dire sans hésiter que même pour le non-fan de Jeu de Rôles, cette édition (et la suivante) représente une mine d'informations sur la Trilogie (comme le Trilogy Source Book par exemple).

Toutes ces raisons ont conduit WEG à devenir l'éditeur de jeux sous licence le plus rentable. Ce dernier a d'ailleurs édité d'autres jeux qui ont bien marché dont Indiana Jones et Ghostbusters.

Un tel succès n'a pu qu'inciter WEG à sortir un nombre faramineux de suppléments (plus de 120 !), une deuxième version du manuel du joueur en 1992, puis une seconde édition révisée pendant l'été 1996 : "Star Wars RPG, seconde édition révisée et étendue".

Malheureusement, en 1998, suite à une mauvaise gestion financière, WEG perd la licence Star Wars si lucrative.


Gary Gygax

L’année suivante, la licence Star Wars passe dans le giron du mastodonte Wizards of the Coast (WotC pour initiés), devenu le premier éditeur de jeux au monde grâce notamment au jeu de carte Magic.
Avec la sortie de L'Épisode I : La Menace Fantôme, la venue de nouveaux fans va permettre de lancer la machine.

WOTC, dont le jeu de rôle phare était Advanced Dungeons & Dragons 3ème édition (3.5 pour les puristes) sous système D20, va appliquer ce système tel quel à Star Wars. Cela obligea l'achat du nouveau manuel des joueurs ainsi que tous les suppléments afférents.
Il est à noter que plusieurs membres du Staff qui s'occupe de Star Wars sont des transfuges de WEG, et que donc ils voulaient tenir compte d'une partie du travail effectué chez WEG.
Pari tenu, car de manière à ne pas se mettre les anciens adeptes de WEG trop à dos, un système de conversion des fiches de personnage du D6 au D20 fut intégré à la fin du manuel des joueurs (mais pas dans sa deuxième version) et mis en ligne sur le site web de WotC sous forme de logiciel de conversion. De plus, lors du développement du livre, WotC ouvra un forum où chaque aficionado de WEG ou les simples fans de JdR tentés par l'aventure Star Wars pouvaient venir donner leur avis ou des conseils sur le système à mettre en place.
Ainsi, on retrouve effectivement une portion des règles de WEG dans le jeu de WotC qui tient compte dans une certaine mesure des souhaits des joueurs du monde entier.


Après plusieurs annonces de traduction par l’éditeur Asmodée (Siroz), l'idée de faire une version française du jeu de rôle version WotC a été malheureusement définitivement abandonnée.
5. Système D6 ou système D20 ?
 
29/06/2014
Quant à déterminer quel est le meilleur système de jeu, le débat a fait rage sur le forum avant sa parution entre les partisans de système D6 de WEG et D20 de WotC.
Gary Gygax
Néanmoins, pour les départager, on pourra constater quelques points "extra-système".

WotC ne semble pas avoir le droit ou l'envie de marcher sur les plates-bandes de WEG. Car malgré la revente de la licence Star Wars, ce dernier possède encore les droits sur ses parutions et leur contenu.
En fait, on remarque que les romans couverts par WotC sont surtout la Prélogie et le Nouvel Ordre Jedi, tandis que WEG profite des romans allant de Han Solo and the Corporate Sector à L'Académie Jedi. Avec des points notables tel que l'absence de suppléments sur la série des X-Wing, mais des suppléments couvrant les comics "Tales of the Jedi" ou "Dark Empire".
WEG a également abreuvé la "galaxie" de nombreuses races, héros, et événements majeurs.
Gary Gygax
D'un autre coté, WotC est le seul à avoir sorti un supplément entièrement dédié à l'ordre Jedi et au Coté Obscur, ainsi qu'un autre entièrement consacré aux mondes du Noyau.

Donc à vous de réellement faire votre choix quant aux règles mais il sera difficile de faire écran à l'un ou l'autre si l'on souhaite TOUT connaître de l'univers, ses races, son passé et ses héros.
<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité