StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Préambule
 
Preambule


Une mort à petit feu…


Après la sortie du troisième film, le niveau de la série décline progressivement. Plusieurs raisons : après le film, il n’a pas été donné à la série une nouvelle direction assez vite, et quand cette direction a été choisie, elle était bonne mais pas appliquée assez strictement. La faute en incombe certainement autant aux éditeurs qui n’ont pas assez poussé la série qu’aux auteurs en manque d’inspiration.

Heureusement, malgré le lectorat qui fond comme neige au soleil en l’absence de nouveaux films, et malgré le niveau général très moyen d’une série qui manquait de direction, ces deux années bénéficient de quelques numéros d’excellent niveau. De stand alone surtout, avec le passage d’auteurs comme Stradley et McLeod, mais aussi des story-arcs de haute volée comme les trois épisodes marquant l’arrivée de Lumiya et des Nagaïs.
2. La chronologie de lecture
 
Il paraît évident de commencer la lecture avec le #1 et de la finir avec le #107 puis d'intercaler les "annuals" qui sont des histoires à part. Mais avec Marvel Star Wars, les auteurs ont usé (et parfois abusé) du flash-back. Cela rend certaines histoires difficiles à suivre. Voici donc la chronologie de lecture de tous les épisodes. Par convention, la bataille de Yavin IV est l'an 0.

Le Retour du Jedi ayant été publié à part, sa numérotation ne suit pas celle de la série régulière.

Chaque épisode est relié directement à sa fiche dans la section « critique » du site, lesdites fiches étant classées dans la section « Infinities » par ordre de publication. Pour ceux qui souhaiteraient avoir une vision globale, ça se passe ici.

Attention, les descriptions ci-dessous sont susceptibles de contenir (beaucoup) de spoilers.



L'an +4


#1. In the hand of Jabba the Hutt - Episode VI : Le Retour du Jedi, partie 1.
#2. The Emperor commands ! - Episode VI : Le Retour du Jedi, partie 2.
#3. Mission to Endor - Episode VI : Le Retour du Jedi, partie 3.
#4. The final duel ! - Episode VI : Le Retour du Jedi, partie 4.

#81. Jawas of doom - Han, Leia, et R2-D2 retournent sur Tatooine pour récupérer des biens appartenant à Han. Mais R2-D2 est volé par les Jawas et la poursuite les mène jusqu'à un Boba Fett toujours en vie.

#82. Diplomacy - A la recherche d'émissaires pour les anciens systèmes de l'Empire, Luke retourne sur Iskalon.

#87. Still active after all these years - Le contrebandier rodien Chihdo prépare un piège dans les catacombes de Shawkan. Luke est obligé d'intervenir pour sauver ses amis.



#85. The hero - Han, Chewie et Lando sont après Bossk et IG-88 sur Keyorin, le monde des chasseurs de primes.

#88. Figurehead - Mon Mothma et la Princesse Leia se battent contre des forces impériales envoyées par la mystérieuse Lumiya sur la planète Herdessa.

#90. The choice - Au moment où la Nouvelle République rencontre les représentants de plusieurs mondes libres, des troubles éclatent avec Rik Duel et la République

#91. Wookiee world - Han, Lando et Chewie découvrent que le commerce d'esclaves a été réactivé sur le monde de Kashyyyk.

#92. The dream - Un réfugié pilote la Nouvelle République vers un bastion impérial mené par un disciple de Dark Vador.

#93. Catspaw - Luke, Leia et Han mènent l'enquête sur des rumeurs à propos d'une activité impériale dans le système de Cantros.

#94. Small wars - Sur Endor, un faux aide de l'Amiral Ackbar tente de provoquer une guerre entre les Ewoks et les Lahsbees, de nouveaux alliés.



#95. No Zeltrons - Leia, Han et une bande de Zeltrons sont confrontés à une race de l’extérieur de la galaxie : les Nagaï. Luke et Lumiya se battent sur le monde de la bordure Kinooine.

#96. Duel with a dark lady - Luke se bat contre Lumiya et ses alliés Nagaï. Il découvre un secret : la flotte d'invasion Nagaï arrive.

#97. Escape - Luke, Kiro et Dani se battent pour faire échouer l'invasion Nagaï sur Kinooine.

#101. Far, far away - Accompagné par les droïdes et les Hoojibs, Han Solo fait un petit détour pour remplir une mission pour la Nouvelle République.

#99. Touch of goddess - La bande cherche des composants pour une machine mystique qui est le seul espoir des non-habitants d'un monde qui se meurt.

#100. First strike - La Nouvelle République essaie de combattre l'invasion Nagaï en quittant Endor.



#102. School spirit - Luke et Lando combattent l'invasion Nagaï sur Iskalon. Kiro est aussi de la partie.

#103. Tai - Leia et les Zeltrons en apprennent un peu plus sur leur ennemi quand ils rencontrent un jeune Nagaï sur la planète Trenwyth.

#104. Nagaïs and dolls - L'invasion Nagaï est sur Zeltros et surprend les gardiens de la Nouvelle République et nos héros.

#105. The party's over - Le chaos règne sur Zeltros au moment où les Tofs, des aliens de la galaxie Nagaï, envahissent la planète.

#106. My Hiromi - Luke et les Hiromis essayent de sauver Leia des griffes des Tofs. L'action est sur Zeltros.

#107. All together Now - La Nouvelle République se joint aux guerriers Nagaï et aux impériaux pour arrêter l'invasion Tof avant qu'elle ne commence.

#84. Seoul searching - Han et Chewie enquêtent sur les vestiges de l'Empire à la recherche d'un trésor sur Seoul 5.

#89. I'll see you in the throne room - Luke est à la recherche d'un traître à la Nouvelle République sur le monde exotique de Solay.

#98. Supply and demand - Han Solo est envoyé sur Vandelheim pour régler un problème d'approvisionnement et enrayer un complot impérial.
3. Les auteurs
 
David MichelinieMary Jo Duffy
Jo Duffy est une femme, ce qui est assez rare dans le monde du comics. Durant sa carrière elle a publié des nouvelles et des articles. Mais elle est surtout connue pour avoir écrit des comics dont The Punisher, Wolverine, Fallen Angels, et Iron Fist. Elle a également adapté en anglais le manga Akira et participé à Francis, brother of the universe, un comic sur la vie de Saint François d'Assise. Ses projets futurs concernent l'écriture de livres de Fantasy et Nestrobber, un comics d'action aventure. Sur Star Wars, elle a travaillé d'avril 1983 à décembre 1986, c'est une des plus longues périodes sur la série. Elle est l'auteur de la résurrection de Boba Fett dans le volume #81, Jawas of doom (Retrouvailles, dans le Titans n°82) qui est le numéro qui suit le Retour du Jedi. Elle a assuré avec Cynthia Martin la fin de la série jusqu'au #107. Ensemble, elles ont donné une touche féminine d'élégance à Star Wars et aux personnages, dont les fameux Zeltrons. Mais sur la fin les ventes déclinaient et les personnages n'avaient plus vraiment de motivation ce qui a décidé son arrêt.

Cynthia Martin
Cynthia Martin n’a pas fait réellement carrière. Son poste le plus important aura été sa prestation sur Star Wars en début de carrière. Par la suite, elle aura fait quelques apparitions furtives aux dessins ou à l’encrage de quelques séries comme Wonder Woman, Marvel Comics Present, Web of Spider-Man ou encore Blue Beetle plus récemment.

Glynis Wein
Glynis Wein-Oliver est une coloriste très prolifique dans l’industrie du comic-book. Elle a reçu un Shazam Award très tôt dans sa carrière en 1973 et a été mariée durant de nombreuses années à Len Wein. Durant trois décennies, elle a travaillé quasi exclusivement pour Marvel sur des titres aussi célèbres que Captain America, Fantastic Four, ainsi que plusieurs séries X-Men et Spider-Man.
4. Paroles, paroles...
 
Interview de Mary Jo Duffy et Louise Jones publié dans Titans 82

Les épisodes de la Guerre des Etoiles que nous publions maintenant se déroulent après la Retour du Jedi. Louise Jones, Directrice de Publication, et Mary Jo Duffy, scénariste, nous ont parlé de l’orientation qu’elles comptaient donner à la série.

LUG : A la fin du film « La Retour du Jedi », la guerre est terminée et les deux principaux « vilains » sont morts. Alors… qu’allez-vous faire maintenant ?

Louise Jones : Qui vous dit que les deux principaux « vilains » sont morts ?

Mary Jo Duffy : Et qui vous dit que la guerre est terminée ? La mort d’un chef ne met pas forcément fin aux hostilités. En fait, désormais le jeu est ouvert : l’Empire subsiste mais il est décapité. Dans ce cas là, que ce passe-t-il ?

LUG : C’est la lutte pour le pouvoir.

MJD : Et de deux choses l’une, soit l’Empire survit et l’ambition va dresser les gens les uns contre les autres, soit il s’écroule et il faudra rebâtir autre chose.

LJ : L’un n’empêche pas l’autre.

MJD : Cette situation politique nous servira de contexte à l’action à laquelle participeront Luke, dépositaire de la Force et qui a maintenant trouvé un équilibre et une maturité, Leia, sa sœur, élevée pour régner et qui est la figure de proue de la Rébellion, Lando Calrissian, remarquablement intelligent et qui n’accepte pas d’être le second, Han Solo, ce vagabond galactique amoureux d’une princesse, les droïdes, les Wookiees… Au lieu de continuer à opposer les Rebelles à l’Empire, nous pouvons imaginer des aventures individuelles se déroulant sur des mondes différents et n’ayant aucun lien avec le conflit politique. D’ailleurs, David Michelinie, Archie Goodwin, Roy Thomas et moi-même avons créé de nombreux personnages que nos lecteurs aiment et ont envie de voir revenir.

LUG : Nous aimerions savoir comment vous voyez les personnages. Leia, par exemple, elle est née pour régner mais sa planète n’existe plus, comment réagit-elle ?

MJD : Je pense que Leia est un leader né, quelqu’un que l’on consulte et dont l’on respecte les décisions. Elle a une autorité naturelle qui fait d’elle un personnage clé dans toutes les circonstances.

LUG : Qu’est ce qui reste en Luke, devenu un Chevalier Jedi, du jeune fermier qu’il était à l’origine ?

MJD : Ron Frenz, Louise, Tom Palmer et moi nous sommes entretenus de ce problème. Luke est désormais un adulte, il n’oublie pas ses origines mais il est plus sûr de lui, plus serein, il ne sera plus gauche et naïf.

LJ : De plus, nous savons désormais qui est son père, Luke n’est pas un jeune fermier ordinaire. S’il a été élevé comme tel, il a toujours eu quelque chose de particulier et c’est ce côté de sa personnalité que nous allons mettre en évidence.

MJD : Il ne va pas perdre son humanité mais son adolescence.

LUG : A ce propos, Han Solo était, lui, un adolescent attardé. Or, il a un domicile permanent et il est amoureux d’un leader de l’Alliance. Comment va-t-il réagir ?

MJD : Il n’est pas sûr du tout qu’il restera avec Leia et l’Alliance, mais il devra choisir entre le genre de vie qu’il a mené jusqu’ici et ceux qu’il aime. Nous verrons s’il est capable de se ranger et si Leia est prête à l’accepter tel qu’il est.

LUG : Allons nous assister à des luttes d’influence au sein du gouvernement que l’Alliance va établir ?

MJD : Nous ne savons pas encore quelles seront les forces en présence, mais nous avons une ligne générale. La Rébellion va devoir se structurer car jusqu’à présent elle n’existait qu’en opposition à l’Empire.

LUG : La Guerre des Etoiles reposait sur le concept du bien contre le mal : l’Alliance contre l’Empire, Luke contre Darth Vader et l’Empereur. Ceux-ci étant morts, qui personnifiera le mal ?

MJD : Quelqu’un ou quelque chose d’autre. Le mal prend parfois des formes plus subtiles qu’un Darth Vader sur lequel personne ne pouvait se tromper.

LUG : La bande dessinée suit son propre cours mais vous savez que tous les deux ou trois ans, vous devez vous « greffer » sur le fil qui va sortir, or vous ne le connaissez pas à l’avance.

LJ : Parfois nous avons des intuitions et nous imaginons un scénario qui s’approche de celui du film. En ce cas, Lucasfilm met son veto.

LUG : Mais cette fois-ci, George Lucas a demandé deux ans de répit. Si l’on y ajoute trois ans de tournage, cela vous laisse cinq ans pendant lesquels vous ne risquez pas de marcher sur ses plates-bandes.

LJ : Je pense que la prochaine série de films racontera des évènements qui précèdent la Guerre des Etoiles. Il ne devrait donc pas y avoir de problème puisque nous, nous écrivons la suite du Retour du Jedi. De plus, nous avons créé une multitude de personnages qui n’ont rien à voir avec le film et auxquels nos lecteurs sont très attachés, à nous de les utiliser à bon escient.


Traduction d'un texte publié dans le cadre d’un dossier du site officiel
A propos de Cynthia Martin :


Au contraire de son prédécesseur, Cynthia Martin avait très peu d’expérience lorsqu’on lui a demandé d’illustrer la série Star Wars après le Retour du Jedi. J’avais dessiné exactement un numéro, un épisode double de Ms. Victory pour un éditeur indépendant. Je n’avais jamais été payé, donc techniquement parlant, Star Wars était mon premier job. J’ai sauté de joie ».

ExtraitL’excitation était la réaction initiale de Martin comme elle l’explique elle-même, bien qu’elle se soit transformée rapidement en crainte. « J’avais été une fan enthousiaste depuis l’été où Un Nouvel Espoir était sorti dans les salles. Mais une fois ce gentil délire retombé, je me suis rendu compte que je n’avais aucune expérience de dessinateur sur une série mensuelle. J’étais terrifiée ».

Martin assuma sa peur, en partie grâce à sa partenaire la scénariste Mary Jo Duffy. « J’avais la chance de travailler avec Mary Jo Duffy, une scénariste avec un talent et une imagination exceptionnelle. Elle était une source intarissable d’idées marrantes et intelligentes, et m’apportait des montagnes de références pour les visuels qu’elle voulait voir réalisés ».

Comme Simonson, Martin explique qu’elle ne pouvait réaliser. « A un moment, nous avions fini une couverture montrant un Ewok victorieux portant le casque d’un stormtrooper. Cela fut repoussé avec la directive de redessiner ça immédiatement. L’Ewok apparaissait trop féroce ou quelque chose comme ça. »

Martin, en compagnie de Duffy, fut responsable de la création des Nagaïs, une race d’envahisseurs pâles et maigres, anticipant en quelques sortes sur les Yuuzhan Vong du Nouvel Ordre Jedi de Del Rey. Décris comme des spectres émaciés dans l’univers étendu, avec des coupes de cheveux dans le style punk des années 80, Martin nous explique comment elle en est arrivée à ce design.

« Mary Jo Duffy me suggéra que je regarde un anime pour trouver l’inspiration pour le look des Nagaïs. » explique Martin. « C’était à l’époque où les animes étaient à peine connus du grand public, Mary Jo était vraiment en avance sur son temps. Elle me montra une BD japonaise à propos d’un vampire tragique qui eu une très forte influence sur mes concepts. »

« Le méchant principal de Mary Jo, Den, était un mec plutôt partagé, malgré sa propension à la cruauté, et je l’ai dessiné aussi mince que possible afin d’induire qu’il avait certaines vulnérabilités. Je garde une grande affection pour ce look… et ces cheveux. »

En compagnie de Duffy, Martin a travaillé sur le dernier numéro de la série, le #107 « All Together Now », dont elles n’ont appris qu’il était le final qu’à la dernière minute. « Dans mes souvenirs, les trois quarts d’un numéro ne virent jamais le jour. Mary Jo et moi avons eu nos primes de départ qui ont filé direct au compte, et je crois que nous avons ramé pour obtenir un dernier numéro qui conclurait certaines histoires inachevées. J’avais beaucoup de regrets à propos de l’annulation, car j’avais l’impression d’avoir trouver une sorte de connexion avec la série et je commençais à me dire que je pourrais produire un boulot exceptionnel. Mais c’est ainsi. »

Martin explique qu’elle adorerait travailler de nouveau sur Star Wars. Elle se sent une affinité spéciale pour le travail de l’écrivain de roman junior Jude Watson. « Je donnerais beaucoup pour travailler sur un comic basé sur les romans Jedi Apprentice de Jude Watson. Ou alors une série limitée sur les méchants de la prélogie mettant en scène Xanatos bien sûr. »

« Je suis toujours une fan enthousiaste de Star Wars sous toutes ses formes : les films, les romans, les comics » explique Martin. « Cela a été une source de réjouissances pendant plusieurs années, et je suis toujours surprise de la source d’inspiration que cela représente pour tant de personnes talentueuses. J’ai vraiment apprécié d’en faire partie ».


Traduction d'un texte publié dans le cadre d’un dossier du site officiel
A propos de Randy Stradley et Jan Duursema :


Il n’y a qu’une petite sélection de créateurs qui ont travaillé sur la série Star Wars de Marvel et qui ont ensuite été choisis pour retourner dans cette galaxie très, très lointaine sous la bannière de Dark Horse. L’un d’eux, Al Williamson, était déjà un vétéran lorsqu’il a travaillé sur la série Marvel, réalisant les deux adaptations de l’Empire contre-attaque et du Retour du Jedi. Mais globalement, Williamson n’a fait que des couvertures pour Dark Horse. Avec la série Republic, les rênes sont passées d’un « Marvelites » à un autre. Jan Duursema et Randy Stradley n’étaient peut-être que des padawans à l’époque de Marvel, mais maintenant ils prennent en charge Star Wars et ses déclinaisons comics.

Extrait« Le numéro 86 (The Alderaan Factor) de la série Marvel était mon tout premier boulot dans les comics » explique Stradley, devenu depuis l’éditeur de Dark Horse pour la ligne Star Wars. « J’avais travaillé avec Chris Warner et Mike Badger sur des histoires pour APA-5 (une association de publication amateur) que nous avons mis en avant lorsque l’on a commencé à avoir des boulots professionnels, j’avais donc un peu d’expérience dans l’écriture de scripts de comics. Cependant, le travail de Marvel exigeait que je travaille à l’écriture d’une histoire globale, ce qui était une nouvelle expérience. »

Duursema, qui a illustré entre autres l’adaptation de l’Attaque des Clones, était elle aussi encore une bleue dans le business lorsqu’elle a réalisé le numéro 92 (Le Rêve), ayant travaillé sur Arion Lord of Atlantis. « Je n’étais dans l’industrie des comics que depuis quelques années lorsque j’ai rejoins la série Marvel. Etant une grande fan, je ne pouvais pas laisser passer l’occasion de travailler sur Star Wars lorsqu’on me l’a offerte ! Je travaillais sur un autre projet à l’époque, mais j’ai fais des heures supplémentaires pour dessiner aussi mon numéro de Star Wars. J’imaginais ne jamais avoir une autre chance. »

Cette chance, et la motivation, ont retrouvé Duursema en 1999. « Je suis revenu à Star Wars à cause de la Menace Fantôme. Quand je suis entré dans la salle pour voir ce film, je n’étais pas sur de vouloir encore dessiner des comics. Après avoir vu l’histoire d’Obi-Wan, Qui-Gon et les Jedi de cette époque, après avoir vu la bataille finale avec Darth Maul, je savais que je devais dessiner des comics Star Wars à nouveau. »

Duursema explique qu’elle avait hésité à demander plus de travail à l’époque de Marvel car elle était très nouvelle dans l’industrie, mais Stradley révèle qu’il a essayé de soumettre d’autres histoires… s’en trop de succès. « Puis, l’éditrice Ann Nocenti me demanda d’écrire plus d’histoires, mais elle voulait que toutes ces histoires incluent les Hoojibs, ces petits lapins télépathes aliens » explique Stradley. « J’ai essayé de produire des histoires incluant les Hoojibs, mais comme à peu prêt tout ce qu’ils pouvaient faire était de traîner sur l’épaule de Luke, je n’ai jamais pu me satisfaire du fait qu’il devait être dans les histoires. En conséquence, je suis sûr que la plupart des histoires que j’ai soumises étaient nazes. »

« Alderaan Factor », cependant, a toujours été une des préférées des fans. L’histoire met en scène un stormtrooper qui lutte pour réconcilier ses racines alderaaniennes et son devoir envers l’Empire. « Je voulais donner aux stormtroopers un visage » explique Stradley. « Ca semblait si étrange qu’on ne les voit jamais sans leur casque dans les films. C’est facile de haïr et tuer un ennemi sans visage. C’est plus dur quand vous voyez à quel point ils sont humains. »

A part ces histoires, Stradley explique qu’il a aussi soumis une histoire sur Han et Chewie qui a été rejetée car jugée « trop dramatique », de même qu’une histoire impliquant les vestiges de la Garde Impériale de l’Empereur. « On m’a expliqué qu’à l’époque, Lucasfilm avait mis les gardes impériaux hors d’atteinte. Heureusement, une douzaine d’années plus tard, j’ai pu les utiliser dans l’Empire Ecarlate. »

L’Empire Ecarlate n’est que l’un des nombreux comics que Stradley a produit pour Dark Horse, incluant sa séquelle Council of Blood, et la mini-série sur le Conseil Jedi, Acts of War.

Extrait Stradley explique que si les films de Star Wars se concentrent sur des thèmes épiques, il préfère descendre l’échelle de l’action un petit peu. « Je préfère toujours les histoires plus petites, plus personnelles. Les films contiennent tellement d’action, tellement de menaces galactiques, que les scénaristes tentent de reproduire cela dans les comics et autres fictions. Malheureusement, comme les histoires sont considérées comme ‘canon’, cela signifie que la galaxie Star Wars est soumise à un flux permanent de menaces mortelles. Selon moi, ça nuit à la crédibilité. »

« Je préfère encore voir une histoire plus petite, dont les évènement sont importants pour un ou deux personnages. Je dis, laissons le gros matériel pour les films. Je pense que mes histoires favorites sont les bons côtés de ‘The Alderaan Factor’ et l’aventure solo de Kir Kanos ‘How the Mighty are Fallen’. »

Alors que le travail de Stradley a eu tendance à favoriser les personnages masqués (stormtroopers, garde impériaux, et chasseurs de primes), Duursema semble avoir un truc pour les seigneurs Sith, dessinant Maul, Anakin ou Dooku dans ses différents numéros. Mais le premier vilain du Côté Obscur de Duursema était Flint, le personnage de The Dream.

« Le personnage de Flint était une sorte d’analogie pour Luke… un espèce de ‘Que serait-il advenu si Luke était passé du Côté Obscur ?‘ » explique Duursema. « Flint était un personnage sympa à designer. Mary Jo Duffy et moi aimions toutes les deux les influences samouraï dans le costume de Vader, nous voulions piocher là-dedans tout en créant vraiment quelque chose d’unique pour Flint. Donc j’ai fait des recherches sur les armures d’Extrême-Orient et les armures médiévales, en essayant de parvenir à un mélange pour le costume de Flint. Lucasfilm était vraiment ouvert à l’interprétation du design sur ce personnage.

Actuellement, Stradley est toujours l’éditeur de la ligne Star Wars. Et Duursema gère le gros succès de la ligne qu’est la série Legacy.
<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité