StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Une canonicité en questions
 

Tout d’abord, afin d’être sûr que nous sommes tous sur la même longueur d’onde, une petite précision s’impose : les Tales et le Visionaries appartiennent à l’univers Legends !

Poursuivons donc sereinement ^^ N’y allons pas par quatre chemins, la canonicité des Tales a toujours été sujette à débats, et le flou persiste encore sur la nature de certaines. Cette ambiguïté provient du fait que ces récits n’ont initialement pas été pensés pour faire partie de la continuité Legends. Il s’agissait simplement de divertir le lectorat via des récits de tous genres, sans plus de prétention. Cependant, il s’avère que certaines histoires s’inscrivent tout de même à merveille dans la chronologie, et que les différents acteurs de la licence se sont dits qu’il serait bien dommage de passer à côté. Ils ont ainsi commencé à en introduire certaines dans la continuité, en y faisant référence plus ou moins explicitement dans d’autres médias bien canons ! Bref, la canonicité doit être examinée au cas par cas.

A mon humble avis, ce n’est pas très pertinent de présenter une liste rébarbative de toutes les références faites aux Tales (si toutefois, chers lecteurs, vous souhaitez voir une telle liste apparaître dans ce dossier, n’hésitez pas à me le faire savoir !). D’autant plus que rien n’indique qu’une Tales liée à aucune autre œuvre ne fait pas partie de la continuité Legends. C’est pourquoi, je vous propose le critère suivant, qui fonctionne presque à tous les coups :

Les récits appartenant aux Tales #21 à #24 sont canons. Pour le reste, si le récit est vraisemblable, il est canon, sinon, il est classé infinities !

2. Un ironique placement in-universe
 

Pour ne pas s’embêter avec ces soucis de continuité, Dark Horse a choisi la ruse ! Les deux premiers numéros des Tales sont dotés d’un édito in-universe, qui justifie à lui-seul les écarts vis-à-vis de la continuité, et la non-vraisemblance de certains éléments relatés. Le lecteur est mis dans la peau d’un visiteur de l’holo-bibliothèque d’une certaine Peeja Mobet (un nom qui rappelle étrangement celui du rédacteur en chef de ces deux premiers numéros, Peet Janes), bien des années après la fin de la Guerre Civile Galactique. Il est invité à découvrir et à louer des récits d’aventures survenues il y a bien longtemps, et mettant parfois en scène des héros charismatiques.

Mais Peeja Mobet prévient : tout ce qui se trouve dans son établissement n’est pas « historiquement véridique » ! Certains conteurs ont en effet pu prendre des libertés dans leur récits, ignorer des événements significatifs, ou encore spéculer sur des faits non-avérés ! La notion de point de vue joue en outre un rôle prépondérant dans la manière de retranscrire un récit. Selon Peeja, la seule chose qui importe vraiment est de distraire ses visiteurs.

Chapeau à Dark Horse pour cette approche subtile, malheureusement largement méconnue des fans (qui ne prennent souvent pas le temps de lire les éditos ^^).

Ceci est une image d'hologramme à but purement illustrative, qui n'a rien à voir avec les Tales

3. Les Tales "importantes" dans la continuité
 

Vous en conviendrez, il existe des récits plus fondamentaux que d'autres au sein de l'univers étendu, qui apportent sans conteste un vrai plus à la continuité globale. Petite liste détaillée et nécessairement un brin subjective de ces aventures, classées chronologiquement.

 

Ancienne République

 

Emergence de l'Empire

 

Empire

 

Nouvelle République

 

Nouvel Ordre Jedi

  • Revenants : Solo retrouve Boba Fett des années après leur dernière rencontre.

 

Héritage

4. En bonus : les artistes mis en scène
 

A partir de la Tales #10, certains membres de l’équipe de réalisation de ces comics, et notamment le rédacteur en chef, se mettent en scène dans une page à caractère humoristique au début de chaque numéro. Si certains se posent la question (on ne sait jamais ^^), ces planches sont purement infinities, mais ce procédé est suffisamment inhabituel et amusant pour être souligné. Petit extrait :

La page bonus de la Tales #10

<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité