StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Avant de commencer...
 
Prochaine étape dans notre processus de colorisation : construire les marges.
Dans une BD classique, les marges, c'est-à-dire tout ce qui se trouve à l'extérieur entre les cases ainsi que les bulles, sont blanches. Nous allons respecter cette convention. Bien entendu, certains artistes produisent des BD avec des marges de couleur, voire des marges noires, mais le principe restera le même, il suffira de changer la couleur de remplissage le moment venu.
Là encore, deux cas se présentent à nous : la page de départ en mode Traits (la plus simple) et la page pas très propre que nous avons obtenu en Sélection douce.
2. Cas 1 : page en mode traits
 
Cas 1) Si la page est au départ en mode trait (cas 1 de l'étape précédente), c'est facile.
Commencez d'abord par créer un calque nommé “marges” placé juste sous les traits. Nous y reviendrons plus tard.
Revenez sur le calque “traits” et, à l'aide de l'outil “Baguette magique” et cette fois en ayant pris soin de cocher la case “pixels contigus” (ce qui aura pour effet de ne sélectionner que les pixels immédiatement à côté de votre point de sélection, mais pas les autres zones vides ailleurs sur la page), cliquez dans une des marges de la page. Si vous avez bien fermé vos cases à l'encrage, toutes vos marges seront sélectionnées.
Toujours à l'aide de la baguette magique, sélectionnez aussi les bulles qui devront être en blanc et les cadres de descriptifs le cas échéant. Mais ce n'est pas parfait. Les textes manuscrits, par exemple, ne seront pas sélectionnés correctement. Il faut affiner cette sélection avant de la remplir.
Utilisez d'abord la fonction Séléction/modifier/dilater et réglez la valeur de dilatation sur 3 pixels, ce qui augmentera les contours de la sélection de 3 pixels. Le but est que la sélection arrive sous les traits, qui dans notre cas font environ 5 pixels de large. La sélection se situera donc grosso modo au milieu des traits (voir les trois étapes ci-dessous).
Pour vérifier que tout est bon, cliquez sur la case “Mode masque” au bas de la palette d'outils de dessin (la case rectangulaire avec un rond - figure 1 ci-dessous) et tout ce qui n'est pas sélectionné se retrouvera à l'écran masqué en rouge transparent, ce qui vous permettra de corriger d'éventuelles erreurs de sélection (figure 2 ci-dessous). Pour cela, il suffit de dessiner dans le masque avec l'outil crayon pour modifier ce masque rouge et donc, par voie de conséquence, la sélection correspondante. Avec cet outil, passez sur les textes pour effacer le masque rouge (voir figure 3 ci-dessous). Cette fonction s'utilise également pour définir des cases à fond perdu, mais là on entre dans le travail de spécialiste.
Une fois votre sélection parfaite, quittez le “mode masque”, retournez sur le calque “marges” et utilisez la fonction Edition/Remplir ; sélectionnez la couleur blanc, puis OK, puis Sélection/Désélectionner.
Et voilà : vos marges, bulles, descriptifs sont emplis d'un beau blanc pur. Verrouillez ensuite ce calque et sauvegardez votre travail. Nous sommes prêts à passer à la phase suivante pour ce cas 1.
3. Cas 2 : page pas très propre
 
Cas 2) La page pas très propre.
Il convient dans une BD d'avoir des marges correctes, blanches, fermées (ce qui nous sera indispensable pour la suite), sans tâches ni traits qui dépassent des cases, sauf s'ils sont prévus pour. Si la planche n'est pas parfaite à ce niveau, il va falloir la retoucher au niveau des traits, d'où l'intérêt d'avoir un calque ne comportant que les traits.
Sur mon calque “traits”, je vais utiliser l'outil gomme, en choisissant l'option “crayon” plutôt que “forme” : il faut que les bords de la gomme soient durs, sans quoi on obtiendra un gommage en dégradé qui ne sera pas du plus bel effet. Ensuite, avec notre gomme, on efface soigneusement tout ce qui dépasse du bord des cases et dont nous n'avons pas besoin, que ce soit les traits d'encadrement trop grands (figure 1 et 2) ou les traits “parasites” (figure 3 et 4).
Il peut arriver parfois que les cases de notre BD ne soient pas complètement fermées. Il convient de les fermer, par exemple avec l'outil “lignes” ou “traits”, en mettant l'épaisseur de la ligne de manière à ce qu'elle corresponde aux traits d'origine, soit environ 4 ou 5 pixels.
Une fois les cases bien fermées et les marges nettoyées, on peut créer un nouveau calque juste en dessous des traits et l'appeler “marges”.
Maintenant, un nouveau problème se pose : impossible d'utiliser la même méthode que dans le cas 1. Si les traits ont été crées avec la sélection douce, l'utilisation de la baguette magique ne sera pas efficace, car quand vous sélctionnerez le blanc dans les marges, il restera des franges en niveaux de gris le long des traits, même fines (voir flèches rouges), voire des aplats gris clairs qui risquent de ne pas être sélectionnés.
Si on opte pour cette technique, il faudrait, en utilisant le “mode masque” tout corriger à l'aide de l'outil crayon, ce qui dans certains cas sera complètement fastidieux et prendra des heures. Heureusement, il y a d'autres méthodes :

Méthode 1 : sur le calque “marges”, dessiner les contours des cases avec l'outil “crayon”. C'est plus facile qu'il n'y paraît : en effet, en posant un premier point puis en appuyant sur la touche “majuscule” en posant le second, on peut facilement tracer des lignes droites en posant simplement deux points (voir figure 1 ci-dessous). Entourer les cases devient un jeu d'enfant. Une fois les contours dessinés, on remplit les vides avec la fonction “Remplir” ou le pot de peinture, et voilà nos marges qui apparaissent (voir figure 2 ci-dessous).

Méthode 2: remplir l'intégralité du calque “marges” avec du blanc et, en utilisant l'outil de sélection “lasso polygonal”, on trace une sélection en suivant les traits entourant les cases (voir figure 1 ci-dessous). C'est assez long, il faut bien se concentrer, mais c'est efficace. Une fois les polygones sélectionnés refermés, il suffit d'appuyer sur la touche “Suppr.” pour que le blanc disparaisse des cases (figure 2 ci-dessous).

C'est plus long à réaliser pour les bulles qui sont en général circulaires, mais un peu de patience permet de bien s'en sortir, soit en utilisant le lasso, soit en utilisant l'outil “crayon” en mode masque (voir étape précédente). C'est là que la tablette graphique est la bienvenue. Faire tout cela à la souris peut s’avérer difficile.

Bon, nous avons enfin notre page prête pour la colorisation : les marges en blanc, les traits au-dessus et le fond des cases en vert clair. Le travail de colorisation en lui-même va pouvoir commencer sérieusement. Sauvegardons notre page et passons à la suite.
4. Pour experts : fonds perdus
 
Pour aller un peu plus loin dans la technique, on va corser le problème. Nous voilà en face d'une page pas très propre qui présente une case pleine page, c'est-à-dire qu'elle remplit toute la largeur de la page et même se retrouve en-dessous d'autres cases.
Comment créer facilement des marges qui vont tenir compte de cette particularité ?
Nous allons créer une marge dégradée.
Nous avons donc, comme dans notre cas 2, une page pas très propre. Nous avons déjà retouché les traits et nous en sommes à la méthode 1 pour la constitution des marges. Notre page présente trois calques : fond (rempli de vert), marges (transparent pour le moment) et traits tout au-dessus (figure 1 ci-dessous). Pour créer notre marge dégradée, qui passera du blanc à la couleur de la case elle-même, nous allons d'abord créer une sélection rectangulaire à l'endroit où devra se trouver notre dégradé (figure 3 ci-dessous).
Une fois ceci fait, travaillons avec l'outil “Dégradé”. Il se trouve avec l'outil “pot de peinture” et pour le rendre visible, il suffit de cliquer sur le pot de peinture et laisser le doigt enfoncé sur le clic. L'outil supplémentaire apparaîtra. Cet outil nous donnera accès à une fenêtre de paramétrage de dégradé. Laissons de côté les dégradés prédéfinis, qui ne servent que rarement, et travaillons avec la partie basse où se trouve le curseur permettant de paramétrer le dégradé.
Au-dessus du curseur à gauche, et en-dessous à gauche, les paramètres de notre couleur de départ. A droite, les paramètres de la couleur d'arrivée. Le carré du haut permet de paramétrer l'opacité, et celui du bas la couleur. A gauche, définissez une couleur blanche d'opacité 100%. De l'autre côté, une couleur tout aussi blanche mais d'opacité 0%. Assurons-nous que le petit losange au centre soit positionné au milieu, tant dessus que dessous, et nous voilà en présence d'un dégradé allant du blanc pur au transparent.
Une fois ceci fait, placez-vous sur le calque “Marges” et remplissez le rectangle sélectionné de ce dégradé en prenant bien soin de faire un remplissage vertical.
Nous voilà avec un beau dégradé. Maintenant, à l'aide de l'outil “pot de peinture”, remplissons la partie haute, au-dessus du dégradé, avec du blanc, et nous obtenons ceci :
Nous n'avons plus qu'à procéder exactement comme dans la méthode 2 expliquée plus haut : créer avec l'outil “lasso polygonal” des sélections correspondant aux contours des cases dans le calque “marges”, et presser sur “Suppr.” pour les vider de leur blanc.
Mais, dirons certains, il reste du blanc, par exemple dans les lettres “OOO” en haut de la case. Qu'à cela ne tienne : utilisons l'outil “gomme” pour effacer ces zones de blanc indésirables.
On nous dira aussi : mais les bulles sont vides ! Elles sont vertes ! Qu'à cela ne tienne ! Utilisons l'outil “Crayon” d'un diamètre de 9, et avec de la couleur blanche sur le calque “Marges” traçons les contour de nos bulles. Ceci fait, le pot de peinture viendra remplir ces bulles.
Reproduisons ces procédures aux endroits appropriés et voilà une page prête à être colorisée, avec une marge en dégradé.
Prenez soin de verrouiller votre calque de marges, et sauvegardez la page. Nous peindrons la couleur des décors en-dessous de ces marges, ce qui nous donnera un joli dégradé.
<< Page précédente
Publicité