StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Disclaimer
 
Nous tenons à remercier, dans le désordre le plus complet : gus, Han Solo 35, Dago, Kharn 9, Ayoros, Aerwind, Titi 77, Lewis_Orne, As I Lay Dying, Xximus, bof50634, Valentinxxx, Gricha, Aegus one, liselotte, Dark Sider, B2oster, Shughart, Ikrit, Sirius, Loïc Solaris, DarkHubb, Tamose, Wedge 25, Alpha 63, Talon d'Agile, Melvins, Naruto 93, Seedeur, Rico, Poton, Darth Piejsounet (staffeur d'un jour pour l'occasion), Mitth'raw Nuruodo, Darkchap, Para Emperor, Darkwillou, Gilad, Drenskin et Sky Karrde.

En tout, 40 votants ont distribué 8600 points à 94 évènements cultes de l'Univers Étendu. 94 seulement ? Et oui, parmi les 99 moments soumis au vote, 5 n'ont finalement obtenu aucune voix !

Voici les vingt meilleurs moments de l'UE sélectionnés par nos Jedi SWU et commentés pour vous par le staff litté.

C'est parti, alors accrochez-vous, ça décoiffe !
2. 20ème - La création de l'escadron Spectre
 
124 points

« Ils sont simplement… différents. Donnez-leur une liste d'instructions classiques et ils les réaliseront de la manière la plus classique. Donnez-leur un objectif sans aucune instruction et ils l'atteindront d'une façon tout à fait inhabituelle. »
Wedge Antilles à Wes Janson

Ces quelques mots du fondateur de l'Escadron Spectre résument bien la singularité de ces hommes et femmes d'exception. Cousins des célèbres Rogues, les Spectres n'en sont pas pour autant une pâle copie, comme nous l'explique leur père, l'écrivain Aaron Allston :

« Les pilotes de l'Escadron Spectre diffèrent quelque peu de ceux de l'Escadron Rogue. Ils sont essentiellement marginaux et se voient donner une toute dernière chance d'exercer comme pilotes de chasseurs stellaires. Ils ne sont pas aussi bons pilotes que ceux de l'Escadron Rogue : s'ils devaient s'affronter, les Rogues les vaporiseraient (non sans souffrir de pertes considérables). Cependant, les Spectres ont de nombreuses compétences supplémentaires en plus du pilotage qui font de l'escadron une arme redoutable dans de nombreuses autres situations ».

Mi-commando, mi-pilote d'élite, les Spectres ont ainsi mené à bien des dizaines de missions allant de la lutte contre le Seigneur de Guerre Zsinj à la Guerre contre les Yuuzahn Vong. Si certains de ces pilotes connurent une mort précipitée, comme Jesmin Ackbar, la nièce de l'Amiral, d'autres firent preuve d'une longévité record comme Garik Loran, Kell Tainer ou encore Voort saBinring. Mais une chose reste certaine, tous ont trouvé une place bien à part au panthéon des militaires de la Nouvelle République.



Debout, de gauche à droite : Tyria Sarkin, Ton Phanan, Myn Donos, Voort "Piggy" saBinring, Falynn Sandskimmer, Kell Tainer, Garik "Face" Loran, Hohass "Runt" Ekwesh

Un genoux à terre, de gauche à droite, Jesmin Ackbar, Wedge Antilles, Wes Janson, Eurrsk "Grinde" Thri'ag



Tawak
3. 19ème - Sith, Jedi, Rakghouls et mort d'un Seigneur Sith sur Had Habbadon
 
126 points

« C'est une vision splendide Monseigneur. Mais parfois, pour que le rêve vive… le rêveur doit mourir. »
Dark Wyylork III, à Dark Krayt

Pour la conclusion du crossover Vector, Jan Duursema et John Ostrander nous ont offert un final somptueux ! Qui dit final somptueux, dit casting de luxe, et il n'y a pas à dire, il y avait du beau monde sur Had Abbadon :

  • Trois pirates de l'espace bien décidés à en finir avec l'Empereur Sith : Deliah Blue, Jariah Syn et Cade Skywalker.
  • Un Jedi du Nouvel Ordre Jedi pour aider… et surveiller Cade : Shado Vao.
  • Une Jedi de l'Ancienne République possédée par un Seigneur Sith d'autrefois : Celeste Morne et Karness Muur.
  • Trois Chevaliers Impériaux pas seulement intéressés par Krayt : Draco Antares, Ganner Krieg et Azlyn Rae.
  • Cinq Seigneurs Sith remontés comme jamais et prêts à capturer le petit dernier de la lignée Skywalker : Dark Krayt, Dark Wyyrlok, Dark Talon, Dark Maladi et Dark Stryfe.
  • Et plusieurs dizaines de Rakghouls pour s'amuser un peu !

    Ready ? FIGHHHHHHHHT !



    De nombreux personnages sont mis K.O. quand l'improbable se produit : un petit bout de femme, Azlyn Rae, embroche littéralement l'Empereur Dark Krayt :



    Notre mâchoire se décroche. Une première fois. La suite est simple, Celeste Morne se sacrifie pour que Cade Skywalker en finisse avec Karness Murr… pas sans nous faire une petite frayeur, bien entendu. Sacré Cade !



    Bien entendu, nos deux auteurs n'en restent pas là puisque sur les trois dernières planches, ils continuent à jouer avec nos cœurs : Dark Wyyyrlok découvre que son Maître est encore en vie… avant de l'achever !



    Trahison de Wyylork ? Coup de génie ? Mal nécessaire ? Début de la fin chez les Sith ?

    Les fans n'ont pas encore la réponse, mais ce moment que vous avez classé 19ème a fait date… et pas que chez les Sith !


    Tawak
  • 4. 18ème - L'escadron Rogue arrache Coruscant aux griffes de l'Empire
     
    130 points

    « De son point de vue, le lieutenant Virar Needa vit les lumières de la planète clignoter et s'éteindre. »

    Reprendre la capitale galactique à l'Empire n'est pas ce qu'on pourrait appeler une mission de routine pour l'escadron Rogue. Plutôt qu'attaquer de front, les hommes de l'Alliance montent une opération d'infiltration et jouent toutes leurs cartes pour faire tomber la planète de l'intérieur : tentant de rallier la population à leur cause, libérant d'anciens détenus du Soleil Noir pour travailler à saboter l'Empire, les Rebelles, sur une Coruscant qui les considère encore comme les meurtriers de Palpatine, vont au final parvenir à désactiver les boucliers orbitaux et permettre à la flotte de l'Alliance de prendre le monde-capitale :

    « Le Conseil provisoire voyait en Coruscant un symbole. Quiconque s'en emparerait deviendrait le maître incontesté de la galaxie. La plupart des mondes neutres rejoindraient à leur tour la République. Un ralliement qui hâterait la fin de l'Empire. »

    Mais face à cet idéal stratégique, le constat est accablant : si les Rogues ont mené à bien leur mission et donné Coruscant à l'Alliance, celle-ci paye déjà un lourd tribut. Le gouvernement se retrouve désormais avec sur les bras un monde en proie à un virus meurtrier, Krytos, laissé volontairement par les impériaux, tel un cheval de Troie inversé. Avec deux Rogues infectés par le virus et Corran Horn à la merci d'Ysanne Isard à bord du Lusankya, la victoire laisse à nos héros, et au lecteur, un goût amer...

    « Coruscant était devenu un trou noir auquel l'Alliance n'avait pu échapper : un objet de convoitise pour tous les prétendants au trône de Palpatine. En atteignant son but, la Rébellion venait de se lier les mains. L'univers entier saurait désormais où se trouvait ses quartiers généraux. »



    Mickael Stackpole nous fait vivre ici un tournant majeur de l'Histoire galactique, et nous surprend avec cette victoire qui sonne déjà comme une défaite, méritant ainsi largement sa place dans ce best-of de l'UE.


    Xximus
    5. 17ème - La tragique Bataille de Jabiim
     
    130 points

    La souffrance n'existe pas, il n'y a que la Force...
    – La souffrance... n'existe pas ? Le Jedi est assis au milieu des morts et il soutient que la souffrance n'existe pas... La semaine dernière, j'ai vu ma cousine ramper dans la boue – le ventre brûlé par un blaster, les jambes écrasées par une machine de guerre Jedi... C'était de la souffrance ça, Jedi ? Et quand elle est morte dans mes bras, qu'ai-je ressenti, si ce n'était pas de la souffrance ?

    Commandant Stratus, s'adressant à un Jedi défait et à genoux avant de le décapiter, vingt-huitième jour de la Bataille de Jabiim



    Toutes les guerres sont par définition sales, tragiques, destructrices et sources de maux terribles pour ceux qui ont connu cet enfer. Dans notre Histoire, la Guerre du Vietnam est par exemple restée tristement célèbre pour avoir poussé à son paroxysme toutes ces funestes caractéristiques. L’univers de Star Wars a également son Vietnam. Il s’appelle Jabiim.



    Souvenez-vous. La Guerre des Clones a débuté en grandes pompes au cinéma et dans la foulée, la machine commerciale de George Lucas se met en branle pour nous narrer sur différents supports les évènements épiques de ce conflit sans précédent qui mènera la République à sa perte. Si la Bataille de Kamino est un premier évènement majeur, ce n’est rien à côté de l’impact que vont avoir sur nous la Bataille de Jabiim et son cortège d’horreurs.



    Pour la première fois, le lecteur est plongé avec réalisme dans le chaos absolu de la guerre et il est presque surpris de voir que, oui, l’univers de Star Wars peut raconter de tels massacres et de tels drames. Et toutes les émotions y sont magnifiquement sublimées : la peur, la trahison, l’amitié, le courage, le sacrifice de soi. Les héros doivent combattre alors qu’autour d’eux, les éléments sont déchaînés. Obligés de patauger dans la boue sous une pluie diluvienne, les protagonistes de ce conflit ont le moral aussi sombre que les cieux tourmentés de Jabiim. Le choix même des personnages n’est pas un hasard et résonne en nous. Le lecteur est bousculé, au même titre que ces jeunes Jedi, par les évènements destructeurs qui secouent ce monde isolé. Plus génial encore, la trame scénaristique nous amène même à douter du bien fondé d’une telle intervention de la République.



    Et bien vite, on comprend qu’un dénouement apocalyptique se profile. Malgré leur jeune âge, les Padawans n’ont pas le choix, ils doivent combattre jusqu’au bout car aucun salut ne semble se présenter à l’horizon. Le lecteur assiste alors à la mort violente de tous ces Jedi, les uns après les autres, fauchés inéluctablement et sans pitié par un conflit dont ils ne comprennent même pas tous les tenants et les aboutissants. Seul Anakin Skywalker, miraculeusement sauvé par Palpatine, réchappe au carnage, mais son âme restera à jamais tourmentée par ce qu’il a vécu sur cette planète maudite.



    « Je n'ai plus de chez moi. Votre guerre l'a détruit. [...] Retournez dans les jupes de la République. Mais nous n'oublierons pas cette trahison. Nous n'oublierons pas. »
    Capitaine Gillmunn, maudissant le départ d'Anakin Skywalker et le retrait des troupes de la République, quarante-troisième jour de la Bataille de Jabiim



    En lisant cette histoire, le lecteur comprend que la saga Star Wars vient de prendre un tournant majeur. Finies les aventures où les héros triomphent du mal et s’en sortent sans une égratignure. A présent, la galaxie est devenue un immense champ de bataille où personne n’est épargné. La Bataille de Jabiim vient de balayer en quelques pages tous les codes scénaristiques que nous pensions confortablement installés. Et c’est tant mieux. Dès lors, la présence dans notre classement de ce grand moment de l’Univers Étendu sonne comme une évidence.




    Darkwilliam
    6. 16ème - Quinlan Vos passe du Côté Obscur et ne semble plus rien maîtriser
     
    153 points

    « Je ne fais pas partie de l’obscurité. Je me suis juste un peu plus enfoncé dans l’ombre. »
    Quinlan Vos, à lui-même

    Nous ne sommes encore qu’au bas du classement et déjà, des moments majeurs de l’UE se bousculent au portillon. A la seizième place donc, Quinlan Vos et son "flirt" avec le Côté Obscur. Le terme est toutefois bien trop faible pour rendre compte du calvaire que lui font traverser les auteurs Ostrander et Duursema.



    C’est pendant la Guerre des Clones que le Conseil Jedi accepte de faire du Kiffar un agent double. Son objectif : s’infiltrer chez les Séparatistes et convaincre le Comte Dooku qu’il est de son côté, pour mieux lui soutirer des informations. Le Jedi semble avoir toutes les qualités et les défauts requis pour cette mission. Des dons psychométriques pour accéder à la « mémoire » des objets, une conviction profonde dans la nécessité d’arrêter le conflit, et un penchant pour des méthodes que le Conseil n’approuverait pas toujours…

    « Si je peux faire quoi que ce soit pour abréger cette guerre, je dois le faire. A n’importe quel prix. »
    Quinlan Vos, s’adressant aux Maîtres Windu et Tholme

    Mais très vite, le premier double jeu auquel se livre Vos se duplique : comme dans tout bon plan d’infiltration qui se respecte, seuls quelques Jedi sont au courant du stratagème, et le Jedi va devoir tromper ses pairs de plus en en plus soupçonneux.



    Sur fond de conflit galactique, Quinlan Vos est sans cesse sur le fil, entre obligation de mener sa mission à bien et difficulté de prouver sa bonne foi au camp de la République. Les membres du Conseil viennent à douter de sa loyauté, le Comte Dooku de même, poussant le personnage dans ses derniers retranchements, au mensonge, au meurtre. Pour protéger sa couverture, Quinlan Vos sème le doute, et finit lui-même par ignorer si le Côté Obscur l’a déjà englouti…



    « Tuer sans nécessitée un Jedi ne doit pas. Ce que Quinlan Vos fait semblant d’être, il est devenu. »
    Maître Yoda, faisant part de ses doutes aux Maîtres Windu et Tholme

    Les Jedi Agen Kolar, K’Kruhk, Saesee Tiin et bien d’autres n’ont de cesse de vouloir le stopper, sa Padawan Aayla Secura et son propre maître Tholme iront jusqu’à l’affronter... sa compagne de fortune Khaleen et son amour inconditionnel restant ses seules bouées de sauvetage pour ne pas sombrer. Une infiltration délicate, qui devient la clé de voûte de la guerre, dont dépend son allégeance à l’un ou l’autre des deux camps.

    La plongée dans les ténèbres de Vos est un bijou de suspense et de complexité narrative, où les conflits entre les protagonistes emmènent au passage le lecteur dans un tourbillon de doutes. Nous nous retrouvons propulsés au cœur du dilemme moral de Vos, et à chaque fois que l’on pense connaître la vérité, le sol se dérobe sous nos pieds et nous plonge dans l’incertitude. Une place dans ce best-of était forcément réservée pour ce pan de l’UE magistralement traité. Si vous n’avez pas encore découvert ces moments cultes et ignorez si Quinlan Vos rejoint ou non finalement la lumière, foncez sur ces ouvrages incontournables.




    Xximus
    7. 15ème - Dark Vador se lance dans la Purge Jedi
     
    168 points

    « Un jeune Jedi nommé Dark Vador, qui a été mon meilleur disciple, a soudain rejoint l'ennemi. Il a traqué et assassiné les Chevaliers Jedi pour le compte de l'Empire. »
    Obi-Wan à Luke, épisode IV, Un Nouvel Espoir

    Dans ces simples phrases figuraient déjà ce que l'UE nous a désormais fait connaître sous le nom de « Purge Jedi ». Environ un mois après le tragique Ordre 66, les quelques Jedi survivants sont traqués sans relâche par l'Empire et son serviteur noir, Dark Vador. Alors que beaucoup parmi les Jedi préfèrent se cacher et attendre des temps plus propices pour faire renaître l'ordre, d'autres décident de passer à l'action sans attendre : abandonnant leur statut de proies, ils attirent volontairement leur chasseur jusqu'à eux dans les mines de Kessel, pour un affrontement sans merci. Seul contre huit Jedi, Vador se lance dans la Grande Purge :

    « Étendez votre perception, Maître Tsui Choi. Ne le sentez-vous pas venir ? La mort en marche, le poing de fer de Palpatine, le successeur de Dooku, l'héritier de Maul, le Nouveau Sith... Dark Vador. »



    Purge dévoile sans détours les débuts « des jours sombres, et de l'avènement de l'Empire », nous montre un Vador traquant et tuant des Jedi, qui luttent jusqu'au bout quitte à s'entretuer et se sacrifier pour tenter de vaincre. En une vingtaine de pages, John Ostrander et Doug Weathley offrent aux fans un condensé d'action, de bravoure et de tragique qui n'a pas son pareil. Comment aurait-il pu ne pas figurer dans notre classement ?


    Xximus
    8. 14ème - Zayne Carrick échappe de justesse au massacre des Padawans
     
    170 points

    « Si la main met en danger le membre, coupez là. »
    Lucien Draay

    Il paraît qu’il est plus difficile de donner de la profondeur à un personnage dans un comics que dans un roman. Moins de lignes ? Moins de pages ? Moins d’intérêt ? John Jackson Miller, scénariste de Knights of the Old Republic ne s’est pas encombré de tout ça lorsqu’il a décidé de nous présenter Zayne Carrick.

    Maladroit comme un adolescent qu’il est, appliqué à ses études Jediesques sans toujours bénéficier de la réussite escomptée, Zayne est un personnage attachant, visiblement à fleur de peau et qui semble avoir quelque chose à prouver aux autres… sans doute pour se prouver lui-même qu’il n’est pas ce cancre Jedi.

    Evidemment, Zayne est le sujet de plaisanteries, de moqueries parfois méprisantes, de la part de ses camarades et de ses Maîtres. On aurait pu déboucher sur un personnage stéréotypé qui attire plus la pitié que notre sympathie, mais Zayne est plus fort qu’il n’y paraît. Oh, et puis il y a cette fille, vous savez, la sœur de son meilleur ami, dont la beauté n’a d’égal que la timidité de Zayne… Un classique ? Oui, mais que c'est bon...



    Impassible, Zayne redouble d’efforts jusqu’au jour des épreuves. Un concours de circonstance, un con-artiste exaspérant, un groupuscule obscur de Jedi qui veut sauver la galaxie à tout prix et Zayne découvre ses amis Padawan assassinés, passés au fil du sabre-laser par leurs anciens Maîtres. Accusé de leur meurtre, haï de ses anciens amis, Zayne s’enfuit, plus brisé que jamais.

    Une tragédie ? Non. Zayne prévient ses Maîtres : si l’un d’entre eux avoue ses crimes, sa vie est sauve. Et Zayne Carrick vous emmènera dans un tourbillon d’aventures aux personnages hauts en couleur ! La belle et mystérieuse Jarael, l’entrepreneur escroc Gryph, le rénégat Mandalorien Rohlan ; de l’action, du rire, des larmes… ou comment faire revivre la saga.

    Gilad
    9. 13ème - La Garde Prétorienne Vong pénètre dans la Galaxie
     
    171 points

    « Il ne s'agit pas de votre insignifiante planète. Nous allons conquérir toute la Galaxie. Nous détruirons vos machines, ce sont des abominations. Nous partagerons nos coutumes, nos croyances. Et surtout, nous partagerons la douleur. Comme nous, vous apprendrez à l'embrasser. »
    Commandant Shak'el à Kaye Galfridian.

    La demi-mesure, les Yuuzhan Vong ne connaissent pas. Cette race de guerriers extragalactiques est belliqueuse, sanguinaire et implacable, tuent et asservissent au nom de dieux qui ont sacrifié des parties d'eux-mêmes pour créer l'Univers. Lorsque les Yuuzhan Vong pénètrent dans la Galaxie, en 1999, les Solo / Skywalker sont en vacances, la Nouvelle République ronronne sous un règne nouveau de bureaucrates et de politiciens ambitieux, surtout en ce qui concerne leur propre carrière.

    Le synopsis est tombé, et rien ne vous fait plus peur : Luke, Han et Leia ont vaincu l'Empire, les Yevetha, Thrawn, la Triade Saccorienne, les Ssi-Ruuks... sans vraiment une égratignure. Alors les Yuu-machin là, ils vous font bien rigoler.



    Et bien, vous vous trompez. Les premières apparitions de Yomin Carr et Nom Anor vous font douter, tant leur charisme n'a d'égal que leur invisibilité dans la Force. Puis les premières flottes arrivent, on parle de milliers de guerriers, de milliers de chasseurs, de vaisseau-mondes plus grands encore que les Etoiles Noires. Coup sur coup tombent les Apôtres de la Vengeance, un escadron d'élite comprenant deux pilotes Jedi dont le célèbre Kyp Durron, une flottille de la Nouvelle République et le puissant Chewbacca. Les Yuuzhan Vong tuent des héros, bottent le cul de la flotte de la Nouvelle République, détruisent des planètes entières. Qu'importe ! Il reste les Jedi non ? Même eux sont impuissants devant cet ennemi invisible dans la Force, capable de briser l'un des leurs grace à leurs yammosks, des créatures tentaculaires télépathiques. A tel point que c'est la définition même de la Force que certains Jedi remettent en doute.

    « Malgré tout le mal que l'ennemi répand, il n'est pas exactement obscur : il est entièrement étranger à la Force. »
    Jacen Solo

    La Garde Prétorienne est vaincue, mais ça y est, vos convictions aussi.
    Nos héros ne sont plus à l'abri. Ils ont peur. Et vous n'êtes plus sûrs de rien ...


    Gilad
    10. 12ème - La mort du grand Mitth'raw'nuruodo
     
    172 points

    « Mais... c'était si artistement fait. »
    Grand Amiral Thrawn

    De tous les grands méchants qui peuplent l'Univers Étendu, le Grand Amiral Thrawn est sans conteste celui qui restera « gravé dans les annales de l'Empire ». Ce fin stratège fait trembler la Nouvelle République encore chancelante avec une simple flotte de Croiseurs Impériaux, des officiers compétents, et un sens aigu, presque surnaturel, de l'art de la guerre.

    Car il y a du génie dans ce personnage : celui que lui a insufflé son créateur, Timothy Zahn, faisant de lui un connaisseur d'art à la culture vertigineuse, mise au service d'une intelligence tactique aussi admirable que terrifiante.

    « Il faut apprendre l'art, capitaine[...]. Lorsque vous comprenez l'art d'une race, c'est la race que vous comprenez. »
    Le Grand Amiral Thrawn au capitaine Gilad Pellaeon

    À personnage grandiose, fin grandiose. L'auteur fait prendre à l'Amiral une dimension supérieure, Zahn fait de Thrawn son Napoléon, le hisse au rang des grands hommes qui ont marqué l'Histoire, dont les citations résonnent encore jusqu'à nous. Fin non dénuée d'ironie tragique, assassiné par ceux qu'il croyait fidèles.



    « Mais... c'était si artistement fait. »

    Ou celui qui sait se détacher de sa propre mort pour mieux l'admirer.


    Xximus
    11. 11ème - Wedge Antilles reforme et prend la tête de l'ecadron Rogue
     
    186 points

    « A l'Escadron Rogue, aux amis disparus, aux batailles que nous avons livrées, et à la terreur que notre retour inspirera à l'ennemi.»
    Wedge Antilles, portant un toast après la première mission réussie de l'escadron.



    L'escadron Rogue est une légende, un symbole, dont la renommée a traversé la galaxie grâce au talent des pilotes qui ont compté parmi ses rangs. Wedge Antilles, ayant la lourde tâche de reformer le légendaire groupe après la victoire de l'Alliance sur Palpatine, le présente ainsi à ses nouvelles recrues :

    « Avant même qu'il existe officiellement, on nous a donné pour mission de détruire la première Étoile Noire. Nous l'avons fait, perdant un grand nombre de bons pilotes dans l'aventure. Ce sont tous des héros de la Rébellion. [...] Si je vous parle de tout ça, c'est que je veux souligner un fait qui ne vous est peut-être pas apparu clairement lors de votre sélection. Vous êtes des pilotes d'élites, et plus encore. Mais quelles que soient vos qualités et vos victoires, vous ne serez jamais à la hauteur de pilotes comme Biggs Darklighter, Jek Porkins et tous ceux qui ont donné leur vie au service de l'Escadron Rogue. Ils sont entrés dans la légende, comme cette unité. Aucun de nous ne pourra jamais dépasser leur notoriété. »

    Difficile de prendre la relève... Et pourtant, avec les « anciens » comme Wedge Antilles et Tycho Celchu, et les « bleus » comme Gavin Darklighter ou Corran Horn, la formation va décrocher à nouveau ses lettres de noblesses, et renouer avec sa gloire passée : Wedge redonne vie à un mythe, et Michael Stackpole embarque chacun de ses lecteurs à bord d'un X-wing, nous plongeant au cœur de batailles spatiales comme peu d'autres ouvrages de l'UE ont su le faire. Les Rogues sont désormais de retour, vous en avez fait votre numéro 11, une place dans ce best-of largement méritée. Car comme le souligne son leader :

    « L'Escadron Rogue recevra des missions difficiles. On attendra que nous réussissions, car nous sommes les meilleurs. »




    Xximus
    12. 10ème - Le (superbe) saccage du Temple Jedi par les Sith
     
    203 points

    « Vous pensiez qu'aucune force ne pouvait vous défier. Et finalement... nous sommes revenus. »
    Seigneur Sith inconnu, pendant le Saccage du Temple Jedi.

    Oui. Superbe. Saccage. L’alliance de mots est tout sauf incongrue. Quand Deceived, le trailer de The Old Republic, prochain MMO Star Wars, a débarqué sur SWU en juin 2009, ce fut une révolution. Même la charte de modération sur l’emploi de termes grossiers s’est faite plus souple l’espace d’un instant… Pour la bonne cause. Voici l’effet dévastateur qu’a eu cette vague sur nous autres petits forumeurs mais grands fans de Star Wars que nous sommes. Petit pot pourri de citations :

    OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG
    Max-attac

    Hallucinante cette vidéo !! Sublime même !
    Darkplokoon

    Owiiii ! Sinon OMG, même si c'est pas du ingame, la vidéo est vraiment énorme, y a pas d'autre mot !
    Alpha 63

    OMG
    Alex Kenobi

    Oh putain ... je suis encore sous le choc !
    Tawak

    Incroyable...Je pensais l'avoir rêvé tellement j'étais cassé ce matin, mais non, elle est bien là et toujours aussi grandiose.
    DarkHubb

    Nan mais là, c'est un choc émotionnel d'une intensité sans précédent, en ce qui me concerne. C'est tout simplement ce que j'ai rêvé de voir depuis toujours !
    emiwam

    Encu** de Put*** de Put*** de bordel de me*** de saloper** de ta m*** 0_________0. C'est… c'est magnifique, non même pas… C'est bien plus que ça, y a pas de mot... Je... je... je jouis.
    J'ai eu les larmes aux yeux en regardant la cinématique... Vous y croyez vous ça ?! Je crois que je deviens sentimental. 4 fois que je la regarde et à chaque fois j'ai le cœur serré.

    Calimero

    Je viens seulement de voir la vidéo... Un seul mot ... Ouahahahahahahah !
    3 min de pur bonheur pour les yeux, c'est impressionnant de qualité, de réalisation et d'intensité !

    Darth_Revan

    Ouahouaourgouchihaaaaaaaa, ça c'est de la bande annonce !
    Rico

    Je viens de regarder le trailer, sur Coruscant, eh bien je ne sais pas quoi dire, je me crois en 1977 quand le premier film est sorti... sur le cul le gars, les jambes coupées, non vraiment c'est du lourd ça, du très lourd !
    obywan67

    Ben merde je suis sous le choc là. Cette vidéo est magnifique, je viens de me rappeler pourquoi j'adore l'Univers de Star Wars.
    le dieu jedi

    OMG le trailer !!! OMG !! Y'a pas à dire ça envoie du bois ! C'est vrai que j'étais sceptique (et je le reste un petit peu) mais là Bioware a fait très fort !
    Shughart

    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH mais c'est sublime !!!!
    Dark_tyrannus_csi

    Que c'était bon !
    Sky Karrde

    OH MY GOD!!!!!!!!! OMG OMG OMG! Tout simplement énorme! Quel bon kiff!!!! Magnifique depuis le temps que je rêve de voir ça !
    Darth Piejs


    Entre autres.

    Même Darkchap a été forcé d’admettre que c’était «vraiment très impressionnant ». C’est dire…


    Cette vidéo marque l’entrée dans le top 10, maintenant comme dirait un staffeur célèbre, ça va envoyer du gros pâté. Vous n’avez jamais vu Deceived ? Vous le connaissez par cœur et bouillez d’impatience de le regarder à nouveau ? N'ayant rien à rajouter à ce qui a été dit au-dessus, enjoy !



    Vous pouvez aussi le voir sur YouTube


    Xximus
    13. 9ème - Chute de Coruscant et noble fin du président Fey'lya
     
    211 points

    « Dans les rêves que je fais ici, j'assiste à la destruction du Temple Jedi. A la mort de la République. Je vois le Temple en ruine, le Sénat effondré et Coruscant elle même succombant au bombardement orbital de vaisseaux spatiaux aux lignes impossibles. Je vois Coruscant, siège de la culture galactique, devenir une jungle bien plus hostile et bien plus étrange que celle qui couvre Haruun Kal.
    J'assiste à la fin de la civilisation. »

    Mace Windu, 50 ans avant la Chute de Coruscant.

    L’univers en perpétuelle expansion de Star Wars regorge de mondes surprenants, atypiques et magnifiques. Et parmi cette incroyable variété de planètes, celle qui constitue le cœur battant de la galaxie est indéniablement la plus impressionnante. Coruscant. Née du génial esprit de Timothy Zahn, cette planète a été reprise et mise en image par George Lucas dès l’épisode I. Coruscant est en fait une immense ville, une impénétrable forêt de buildings tous plus majestueux les uns que les autres, le centre névralgique du pouvoir et le bastion de l’Ordre Jedi du temps de sa splendeur. Coruscant, riche de sa diversité, est un joyau qui ne dort jamais, sa surface étant perpétuellement striée de lumières éblouissantes. Dès lors, quoi de plus normal que le terrible affrontement qui la meurtrit et embrasa ses cieux 27 ans après la bataille de Yavin, soit un de vos moments préférés de l’Univers Etendu ?



    Le Nouvel Ordre Jedi nous avait assené sa première claque avec Vecteur Prime, la deuxième d’envergure advint avec le palpitant Etoile après Etoile. Dans ce roman de Troy Denning, tous les pions se mettent inéluctablement en place pour le grand assaut sur Coruscant, où Fey’lya et la Nouvelle République tentent de résister à l’avancée implacable des envahisseurs Yuuzhan Vong. Mais le Maître de Guerre a un plan horrible pour faire céder la ville-monde et la plonger dans le chaos. Alors que la bataille fait rage au dessus de la planète, illuminant le ciel d’innombrables décharges rougeoyantes, Tsavong Lah décide de précipiter des vaisseaux remplis d’innocents réfugiés par vagues successives sur les boucliers planétaires pour les faire définitivement plier. La Nouvelle République assiste impuissante à ce carnage effroyable tandis que ses forces se désagrègent peu à peu, fuyant un monde à l’agonie.



    Et tandis que les soldats envahisseurs se répandent sur Coruscant telle une plaie destructrice, le président de la Nouvelle République, Borsk Fey’lya, prend une décision inimaginable pour tous ceux qui ont appris à connaître ce personnage fourbe, perpétuellement attiré par la conquête du pouvoir. Le Bothan rassemble un courage dont on le croyait dénué et décide de se sacrifier en emmenant dans la mort Tsavong Lah et plus de 25 000 guerriers ennemis. Le lecteur captivé assiste alors à une succession de scènes dantesques où Coruscant abdique devant la puissance ennemie, ses habitants tentant de fuir par tous les moyens. Puis, le moment décisif survient lorsque Fey’lya, comprenant qu’il ne parviendra pas à attirer Tsavong Lah dans son piège, décide de faire sauter sa charge explosive. Une immense partie de l’ancien Palais Impérial est littéralement dévorée par les flammes, emportant dans les abysses plus de vingt milles soldats ennemis.

    Par son geste héroïque, Fey’lya a voulu se punir pour ne pas avoir pris au sérieux la menace que représentaient les Yuuzhan Vong au début de l’offensive. Sa disparition ainsi que la chute de Coruscant qui se prépare à devenir Yuuzhan'tar, marquent la fin de la Nouvelle République. Dès lors, la galaxie semble irrémédiablement plonger dans les ténèbres.


    Darkwilliam
    14. 8ème - Vergere révèle la vraie nature de la Force à Jacen
     
    221 points

    « Jacen Solo, écoutez-moi bien. Tout ce que je vous dis est faux. Chaque question que je vous pose est destinée à vous piéger. Et vous ne trouverez pas une once de vérité dans mes réponses. Même si vous ne croyez en rien d'autre, vous pouvez être sûr de ça. »
    Vergere à Jacen Solo.



    Vergere.

    Votre petit frère est mort.

    Votre sœur jumelle glisse vers le Côté Obscur.

    Vous vous sentez responsable. Vous savez que ce n'est pas vrai, mais rien ni personne ne pourra atténuer le sentiment de culpabilité qui empoigne votre cœur.

    L'alien qui vous a sauvé vous a livré aux Yuuzhan Vong, elle vous torture. Oh, pas la torture de l'Étreinte de la Douleur, la Force l'apaise. Non, la torture des mots, celle qui rouvre des plaies à peine cicatrisées dans votre âme : la mort de Chewbacca, un père méconnaissable, une mère battue à en perdre ses jambes.

    Puis, même la Force n'est plus, mais vous apprenez.

    Vergere vous explique le mensonge qu'est votre vie, la lâcheté dont vous faites preuve devant la douleur, la lâcheté qui vous anime lorsqu'un choix s'impose à vous.

    Elle vous apprend à jardiner. A écouter votre cœur pour mieux le soigner, à écouter votre ennemi pour mieux le vaincre.

    Dans les ruines de Coruscant - la nouvelle Yuuzhan'tar - vous avez vu la noirceur du cœur des hommes, dans une galaxie que la Force semble avoir abandonnée. Vous les haïssez, et l'obscurité vous accueille volontiers, elle voudrait vous apaiser. Avec vos convictions résignées, votre désespoir affamé et votre douleur lancinante, vous rampez jusqu'à l'ancien appartement de la famille Solo.

    La famille Solo. Qu'en reste-t-il aujourd'hui ? Moins que les ruines de l'ancien appartement. En position fœtale, vous sentez à peine les larmes qui coulent sur vos joues, votre esprit détaché de votre corps. Des éons passent, et vous vous relevez.

    Prêt. Déterminé. Jacen Solo renaît, Vergere est là : un professeur, un mentor, une amie. Vous avez choisi, vous allez agir.

    Qu'importe la suite, une partie de vous restera à jamais ici, brisée, sur le sol de duracier, dans l'obscurité qui vous réclame.

    Vous êtes prêt. Vous êtes déterminé. Vous êtes un jardinier.



    Gilad Pellaeon
    15. 7ème - La révélation inattendue de l'identité de Revan
     
    241 points

    « Qui je suis n’est pas important, mon message l’est. »
    Revan lors de la création du mouvement Revanchiste

    Revan. Un des personnages les plus adulés par les fans alors qu’il n’est apparu que dans le jeu vidéo Knights of the Old Republic et sporadiquement dans la série de comics éponyme. La présence de la révélation de son identité dans ce best of est un hommage à ce sublime (ou excellent) jeu vidéo, porté aux nues tant par la presse spécialisée que par les fans de Star Wars. KotOR est un monument de l’UE et sa place dans le top 10 n’est qu’une juste reconnaissance de sa qualité. Drew Karpyshin, le scénariste principal, également auteur des romans Dark Bane, a su créer une intrigue captivante au temps de l’Ancienne République.

    « J’ai entendu dire qu’il était un homme très puissant. Très charismatique »
    Yuthura Ban, instructeur Sith à propos de Revan.



    Au cœur de cette intrigue, Revan, personnage aussi charismatique qu’énigmatique, caché derrière un masque tel Dark Vador et dont la révélation de l’identité nous ramène à notre premier visionnage de l’Empire contre attaque : un choc ! La puissance de l’image animée, de la musique et du son apportent à ce moment une dimension prenante et tous les ingrédients sont présents pour que cette révélation marque un véritable tournant de l’époque KotOR.

    « Sauveur, conquérant, héros, vilain. Vous êtes toutes ces choses, Revan... et pourtant vous n’êtes rien. Au final vous n’appartenez ni à la lumière ni à l’obscurité. Vous marcherez toujours seul. »

    Ces mots prononcés par Dark Malak, son ami de toujours devenu son apprenti puis son pire ennemi, résument bien les problèmes d’identité de Revan. Le Chevalier Jedi intronisé Leader Revanchiste a toujours été entouré d’une aura de secret. Son visage dissimulé sous une sombre capuche puis derrière un casque Mandalorien, il terrassera Mandalore et ses légions, se posant en sauveur de la République avant d’en devenir son oppresseur en tant que Seigneur Noir des Sith.



    « L’importance accordée au nom est trompeuse, vous plus que tout autre devriez vous en souvenir. »
    Nemo à Revan amnésique.

    Ces propos trouvent toute leur signification lorsque Revan perd la mémoire et se voit attribuer un nouveau nom suite à la tentative de prise de pouvoir de son apprenti. Cet accident imprévu lui permettra de redevenir un Jedi, serviteur de la lumière. Il fera tomber l’Empire Sith presqu’à lui tout seul, en tuant en combat singulier le nouveau Seigneur Noir Dark Malak et recouvrera la plupart de ses souvenirs au cours de sa quête, découvrant ainsi son identité passée, terrible héritage d’ancien Seigneur Noir des Sith.

    Aujourd’hui encore, Revan ne nous a pas livré tous ses secrets et reste un personnage bien mystérieux. Toujours à la frontière entre la lumière et l’obscurité, celui qui sauva la galaxie des Mandaloriens puis de la menace Sith qu’il avait lui-même créée, la condamnera à nouveau à l’obscurité en étant l’instigateur indirect de la Règle des Deux de Dark Bane.

    La présence à la 7ème place de ce personnage adulé et de KotOR au sens large, est donc un hommage à la qualité de ce voyage dans l’Ancienne République. La présence d'un tel évènement sorti tout droit d'un jeu-vidéo dans un classement dominé par les romans et comics est bien la preuve indéniable de la nature incontournable de ce pan de l’UE.


    Darth Piejs
    16. 6ème - "Yub yub, commandant !" et autres blagues des Spectres
     
    262 points

    « Yub Yub ! »
    Lieutenant Kettch

    Le n°6 du classement fait un peu figure d’outsider. Au-dessus de moments épiques, tragiques, héroïques qui jalonnent l’histoire de l’UE, vous avez choisi les Spectres et leur humour… incomparable. Les hommes de l’escadron n’ont pas leur pareil pour détendre l’atmosphère, et Aaron Allston n’a pas volé sa réputation de "mister humor". Les aventures des Spectres sont en effet parsemées de brins d’humour, plus ou moins douteux soit, mais qui créent une ambiance inimitable.



    Leçon de déguisement pour infiltration, façon Garik « Face » Loran :

    Face sortit un moment. Il revint avec une pile de vêtements colorés, qu’il distribua à ses camarades. Wedge déplia son paquet. Il contenait une tunique imprimée de fruits tropicaux orange et jaune, et un short couleur lavande.
    -Je crois que je vais vomir.
    Face sourit.
    -Gardez les chapeaux. Nous ressemblerons davantage au stéréotype de l’Agamarien borné et sans aucun sens de l’esthétique !
    Donos regarda tristement son ensemble, une chemise aux rayures horizontales vertes et rouges et un short à rayures verticales noires et blanches.
    -Monsieur, puis-je tuer Face ?
    -Permission accordée. Mais n’enlevez pas votre chapeau !


    La connivence entre les protagonistes est évidente, et la familiarité grandissante autorise l’humour potache et les blagues en tout genre pour notre plus grand plaisir, celle de la peluche ewok en tête :

    -Baissez-vous, il y a un ennemi dans le simulateur !
    -Je ne crois pas, monsieur, dit Face, essayant de cacher un sourire.
    Wedge avança et se pencha pour regarder dans le simulateur.
    Le jouet était habillé d’une combinaison de pilote de la Nouvelle République parfaitement réaliste. Il tenait un blaster dans une main et un databloc dans l’autre. Wedge tendit la main, saisit le databloc et lut ce qui était affiché sur l’écran.
    Lieutenant Kettch à vos ordres, monsieur.
    Yub yub, commandant !


    Allston va même plus loin, en intégrant la joke dans son intrigue militaire. Kettch s’inscrit peu à peu comme un membre à part entière de la formation, au point d’être utilisé par ses membres pour tromper le Seigneur Zinsj. De là l’utilisation abusive de la peluche, qui devient une sorte de mascotte. Chaque pilote répond désormais par un « Yub Yub ! » pour accuser réception, les impériaux croient avoir à faire à un ourson dézinguant du TIE Fighter depuis son cockpit de X-Wing… Bref on s’éclate, et le lecteur aussi. La blague va si loin que Wes Janson, ayant abusé pendant un certain temps de ce petit gag sur Wedge, se retrouvera nu devant l’escadron tout entier. Toute une histoire…



    En poussant la veine comique des situations et des caractères, l’auteur a su renouer avec la touche humoristique qui contribue pour beaucoup au charme de la trilogie. Un mélange avec l’action qui fonctionne à merveille, nos pilotes alternant sans cesse prouesses aériennes et dérision, façon Top Gun.

    « - Je me disais que nous avons volé une corvette corellienne et deux chasseurs Tie. Pourquoi nous arrêter en si bon chemin ?
    Il nous faut un exemplaire de tous les vaisseaux utilisés par l’Empire !
    Wedge sourit.
    - Y compris un certain superdestroyer nommé le Poing d’Acier ?
    - Ça nous ferait une jolie collection, non ? »
    Wes Janson à Wedge Antilles


    Simple mais irrésistible. De grands moments de l’UE, assurément.


    Xximus
    17. 5ème - Ganner Rhysode meurt en véritable héros : "Vous ne passerez pas"
     
    310 points

    « Il était né pour devenir une légende. »
    Vergere

    Il est des héros qui se construisent seuls, il en est qui s'autoproclament comme tels.

    A croire que les héros têtes-à-claques sont à la mode en ce début de Nouvel Ordre Jedi Ganner Rhysode apparait, l'antithèse d'un Jacen Solo considéré comme mou. Ganner Rhysode donne tout son sens au mot Chevalier : la veuve et l'orphelin c'est son truc, les arrivées en fanfare, le show-off et la raconte.



    La jeunesse comme tison contre les enseignements désuets du Temple Jedi, l'arrogance comme fer de lance de ses combats face aux Yuuzhan Vong, Ganner Rhysode fait partie de la nouvelle génération de Jedi, des hard-liners qui apprennent sur le terrain face un ennemi absent de la Force. Pas facile de coller aux idéaux philosophiques du Praxeum.

    Pour un Yuuzhan Vong la beauté d'un visage se mesure au nombre de cicatrices qu'il porte. Lors d'un combat qui le voit sauver (héroïquement, cela va sans dire) Corran Horn, Ganner voit son visage balafré d'un coup de bâton amphi, une cicatrice nouvelle qu'il décide de garder pour qu'il se remémore à jamais de ce que son arrogance lui a coûté.

    A Ithor, puis Myrkr, Ganner gagne en humilité pour finalement s'imposer une réserve caractérisée, lui, Jedi pas si doué que ça, loin d'être le héros que les enfants Solo sont en train de devenir aux yeux de la galaxie. Et quand la galaxie perd ses héros, Ganner ne l'accepte et part à la recherche de Jacen. Lorsqu'il le trouve, celui-ci est plus puissant que jamais, modelé aux mains de Vergere. Comment faire confiance à cet homme changé ? Accepter le sacrifice qu'il lui demande ? Ce sont questions que Ganner Rhysode emporte avec lui, loin de son âme, lorsque sur un acte de foi il choisit, puis agit.



    Le sabre laser d'Anakin Solo dans la main, le sabre d'un héros, Ganner Rhysode repousse à lui seul des centaines de guerriers Yuuzhan Vong pour permettre à Jacen de s'échapper. Un combat d'une intensité époustouflante, d'une maîtrise de la Force n'ayant d'égal que l'immersion de son être dans l'énergie vitale. Ganner Rhysode brûle d'une fièvre mortelle, pour ses adversaires d'abord, pour son corps ensuite. Enseveli sous des monts de membres déchiquetés et des rivières de sang, son corps le trahit, du poison court dans ses veines, sa peau se craquèle de coupures, de plus en plus profondes.

    Dans le dernier souffle qui l'emporte, Ganner Rhysode sauve la galaxie et sème les graines du semi-Dieu qu'il deviendra pour les générations futures de Yuuzhan Vong. Le Ganner, Gardien des Portes de la Mort.
    Ganner croyait qu'il était un héros.

    Il est mort en héros.

    L'histoire ne retient que la fin.



    Gilad Pellaeon
    18. 4ème - Dark Bane instaure la Règle des Deux
     
    319 points

    « _ Nous avons trop de seigneurs noirs. Même le vin le plus fort ne se sent plus dans un océan d'eau. Pour que le côté obscur retrouve ses forces, il devra être contenu dans un seul récipient ! Un seul seigneur !
    _Ou deux.
    _Ou deux.
    »

    Dark Bane à Githany, avant la bataille de Ruusan



    Parmi les nombreux Seigneur Sith qu'a connus la galaxie, le nom de Dark Bane résonnera encore longtemps dans l'histoire de l'UE et des films. Si Yoda fait référence à « un maître et un apprenti » à la fin de La Menace Fantôme, c'est parce qu'il sait que les Sith ont patienté dans l'ombre durant un millénaire, et sont bel et bien revenus. Leur résurgence trouve son origine avec Dark Bane, le fléau : il offre au Côté Obscur son serviteur le plus parfait, et sa vision permettra, bien des années plus tard, de renverser à la fois la République et l'ordre Jedi.

    Alors que l'ordre Sith compte encore de multiples Seigneurs Noirs à l'aube de la bataille de Ruusan, les paroles de Dark Bane montrent qu'il a déjà en tête le modèle de la Règle des Deux. Avant même qu'il ne s'octroie le titre de Dark Bane, Des est un mineur musculeux, violent et passionné. Les années passées à se former chez les Seigneurs Noirs l'endurcissent et forment sa propre vision de l'Ordre Sith.

    «Je pense qu'il pourrait être celui que nous cherchons. Il pourrait être le Sith'ari »
    Lord Kopecz

    Les Seigneurs Sombres les plus influents s'enlisent dans une guerre sans fin avec leurs légendaires ennemis Jedi et Bane prend peu à peu ses distances, son indépendance. Après son voyage sur la planète sombre de Korriban, aux sources du Côté Obscur et de la Sith, Bane revient auréolé de son titre. Dark Bane. Il revient également avec un plan : celui d'annihiler à la fois Jedi et Sith, même s'il doit trahir Githany, son alliée de l'académie Sith. Et le conflit grandiose qui oppose les deux factions va faciliter son plan...

    Des deux côtés, les combattants tombent par centaines sur le champ de bataille, se lançant dans des affrontements à mort qui semblent ne jamais devoir finir... Un conflit manichéen traité dans toute sa splendeur, avec une issue cataclysmique sans précédent dans l'histoire de l'Univers étendu.



    « Tous mes amis sont morts. Toutes les notions idiotes qui ont réchauffé ma jeunesse aussi. Ça ne me gêne pas de mourir. Ça ne me gênerait pas que tous les Jedi meurent si cela signifiait la fin des Sith. »

    Le Général Hoth, s'adressant à Kaan dans ses derniers instants

    Plus qu'un vainqueur, Dark Bane est un survivant : il est le seul à résister à la terrible bombe psychique lâchée par Kaan, dans laquelle se retrouve piégé pour l'éternité l'ensemble des factions de l'ombre et de la lumière. Bane, ignorant les opposants qui s'entretuent, laissant la haine des Jedi aux autres Sith pour réaliser une aspiration plus grande. Bane, le seul Sith à sortir vivant du conflit... avec une jeune fille, Zannah, dont le potentiel prometteur va lui permettre de concrétiser sa vision du nouvel ordre, fondateur de celui que nous découvrons dans l'ensemble de la saga.

    L'événement de Ruusan est la véritable genèse des éléments inscrits dans les six films concernant les forces du Côté Obscur. Il s'agit là d'un pan fondateur de l'histoire des Sith traité avec brio, le retenir parmi ces 20 meilleurs moments de l'UE et le rapprocher du trio de tête n'était que justice.



    Caché aux yeux de tous, Dark Bane commence l'apprentissage de Zannah et le sort qu'il prépare à la République, déstabilisant dans l'ombre. Mais quelques Jedi ne sont pas dupes et croient dur comme fer que la menace Sith est loin d'être éliminée. Bane en mission sur Tython à la recherche d'enseignements perdus et Zannah sur Coruscant se retrouvent traqués jusque sur Tython. Le combat entre deux Sith et cinq Jedi est d'une férocité rare, et Dark Bane sort vainqueur bien que gravement blessé. Contre toute attente, après avoir éliminé les dernières menaces Jedi sur Ambria, Zannah sauve la vie de Dark Bane et devient Dark Zannah, une apprentie méritante. La jeune Sith sait qu'elle a besoin du savoir de son maître pour le vaincre et le remplacer finalement. Dark Bane trouve là une apprentie à la hauteur de la Règle qu'il énonça :

    «Il n'y pas d'autre Sith. Il n'y en n'aura jamais, sauf nous. Un maître, un apprenti ; l'un détenant le pouvoir, l'autre le désirant »
    Dark Bane à Dark Zannah

    Xximus et Gilad
    19. 3ème - La campagne de génie du Grand Amiral Thrawn
     
    319 points

    "- Ce fut ma seule erreur des jours où je parcourais la Frange. La fois où la compréhension de l'art d'une espèce ne m'a donné aucune indication de leur psyché. Tout du moins, pas à cette époque. Maintenant, je crois que je les comprends enfin.
    - Je suis sûr que cela nous sera utile à l'avenir.
    - J'en doute fortement. J'ai fini par détruire leur monde."

    Mitth'raw'nuruodo à Gilad Pellaeon, à propos d'une espèce inconnue dans les Régions du même nom



    Vous avez choisi d'élever la campagne de génie du Grand Amiral Thrawn au troisième rang de ce classement. Probablement en honneur du travail de fond et fondateur qu'a effectué l'auteur de la Trilogie de Thrawn, Timothy Zahn. Certainement aussi pour crier tout votre amour pour un des personnages les plus célèbres de l'UE, Thrawn, que vous aviez déjà choisi plus tôt dans ce classement.

    L'amiral Chiss, aux qualités stratégiques incommensurables, fut découvert par Palpatine peu avant la Guerre des Clones, ramené dans l'espace impérial au service de sa majesté. Au milieu d'un nid d'intrigues, Thrawn sera renvoyé dans les Régions Inconnues pendant que l'Empire s'effondrait. Entre temps, des jumeaux et un contrebandier rendaient l'espoir à une galaxie entière et bientôt Mon Mothma proclamait la Nouvelle République. Malgré la poursuite de la guerre contre un Empire encore puissant, il semblait bien que l'installation de la Nouvelle République comme première puissance de la galaxie était inexorable. C'était sans compter sur le génie de Thrawn.

    "Je n'ai aucune difficulté à accepter une idée utile parce que ce n'était pas la mienne."
    Grand Amiral Thrawn



    Thrawn étudie toute forme d'art pour comprendre son adversaire afin de mieux le vaincre. D'une facilité déconcertante, le Chiss est aussi capable de se faire respecter de l'enseigne assignée au communications jusqu'aux cuisiniers du Chimaera, en passant par son capitaine Gilad Pellaeon. Le Chimaera cristallise tout ce que l'Empire a vécu à la mort de l'Empereur : la débâcle d'Endor et les multiples destroyers stellaires qui ont été détruits ou capturés par les Rebelles ne sont que les arbres qui cachent la forêt de désertion, de morcellement, de perte d'autorité, de légitimité et de foi dans l'Empire.

    Lorsque le Grand Amiral Thrawn reprend les rênes de l'Empire, il lui reste un quart du territoire que l'ancienne puissance galactique possédait. Son génie stratégique ne s'arrête pas même aux batailles : l'information est une de ses priorités. Renseignements Impériaux, sources plus ou moins douteuses et contrebandiers, infiltration des sphères républicaines au plus haut niveau, en quelques mois, Thrawn élevé l'Empire, le transformant à nouveau en une machine de guerre implacable, réunissant même les Seigneurs de Guerre les plus farouches à son côté. Ses plans ambitieux se mettent en route et les planètes flambent les unes après les autres sous la puissance de la Flotte Impériale appuyé des centaines de dreadnought de la mystérieuse flotte Katana retrouvée. La Nouvelle République est au bord de l'implosion, minée par des conflits d'intérêt. Bientôt, Coruscant même est attaquée.

    L'Empire fait à nouveau peur, et c'est le fait d'un seul homme : le Grand Amiral Thrawn.

    "L'Histoire est en marche, Capitaine. Ceux qui ne pourront suivre seront laissés derrière, à regarder de loin. Et ceux qui se dresseront sur notre chemin ne verront plus jamais."
    Grand Amiral Thrawn



    Gilad Pellaeon
    20. 2ème - La sacrifice de Chewbacca sur Sernpidal
     
    412 points

    "Tu peux te détendre, mon vieux. C'est enfin terminé. On s'est bien battu, tu sais, et on a gagné. Tu m'as souvent donné l'exemple. Merci pour ça, Chewie, et merci d'avoir sauvé Anakin, de lui avoir donné le temps nécessaire pour accomplir son destin. Je ne t'oublierai jamais."
    Han Solo, la Force Unifiée



    Si on devait raconter l’immense histoire de Star Wars a un jeune novice, que dirait-on de Chewbacca ? Nous sentirions-nous obligés d’insister sur son rôle lors de la bataille de Kashyyyk durant la Guerre des Clones ? Ou trouverions-nous normal de commencer par narrer les aventures du duo intrépide qu’il formait avec Han Solo ? A moins qu’on ne préfère s’attarder sur son rôle essentiel dans la Trilogie Originale, celui d’un copilote habile prêt à se sacrifier pour aider ses amis. Oui, le point de départ de notre récit à propos de Chewie serait difficile à trouver, mais une chose est certaine, il finirait immanquablement à un moment précis. Il finirait sur les évènements tragiques de Sernpidal. Car c’est là bas, dans ce coin reculé de la galaxie que le héros Wookiee a mené son dernier combat. Et nous avons décidé d’en faire notre second moment préféré de l’Univers Etendu.

    Remember. Le Nouvel Ordre Jedi est venu bouleverser ce que l’on croyait savoir sur l’univers Star Wars. On pensait que rien ne pouvait arriver aux héros principaux, qu’aucune catastrophe ne pouvait venir arrêter leur course folle. Vecteur Prime nous a prouvé le contraire à tous. Pour renouveler l’intérêt des romans de la saga, il fallait frapper un grand coup, faire comprendre aux lecteurs que tout était dorénavant possible. Et pour ça, un héros devait mourir. Mission accomplie.
    L’invasion des Yuuzhan Vong vient de commencer et bien sûr, Han Solo et sa famille se retrouvent une fois encore en première ligne. Mais cette fois ci, ils ne s’en sortiront pas indemnes. Car les Yuuzhan Vong ont décidé de détruire Sernpidal en décrochant sa lune de son orbite pour la forcer à s’écraser sur la planète. Rien que ça. Et tandis que Solo tente de sauver le maximum de personnes en les embarquant à bord du Faucon, son propre fils Anakin se retrouve en danger.



    C’est comme si nous avions senti ce moment épique et tragique approcher lentement. Le dénouement n’en est pas moins inéluctable et brutal. Menant à bien une dernière fois la mission qu’il s’est confié il y a des années, Chewbacca se sacrifie pour sauver Anakin. Qui peut prétendre être resté de marbre quand le Wookie, terriblement blessé, défie la lune qui va définitivement l’engloutir ? Qui peut assurer que le désespoir et la tristesse infinie de Han Solo l’ont laissé insensible ?

    On ressort de Vecteur Prime secoué, avec ce sentiment que la saga Star Wars a perdu plus qu’un de ses personnages emblématiques, elle a dit adieu à l'un de ses repères. La mort de Chewbacca est bien plus qu’une simple disparition, elle symbolise le début d’une aire de chaos et de destruction pour toute la galaxie. Et dès lors, les clans Solo et Skywalker ont perdu plus qu’un ami, ils se sont vus privés de leur plus fidèle protecteur. Une lune tout entière l’aura emportée. Il fallait bien ça.


    Darkwilliam
    21. 1er - La mort tragique d'un gamin : Anakin Solo rejoint les étoiles
     
    420 points

    "- J'ai placé un lourd fardeau sur Anakin lorsque je lui ai donné ce nom, n'est-ce pas ?
    - Il est assez fort pour accepter ce fardeau, Leia"

    Leia Organa Solo & Elegos A'Kla




    Avant le Nouvel Ordre Jedi, nous les lecteurs, naviguions dans ce vaste univers avec la certitude absolue et la pensée réconfortante que rien ne pouvait arriver aux héros, que quels que soient les évènements qui secouaient la galaxie, la bande à Solo et Skywalker s’en sortirait toujours indemne, malgré les épreuves et les combats impitoyables. Mieux encore, les affres de la guerre semblaient les épargner, comme si quelqu’un avait décidé qu’ils resteraient à jamais sous une bonne étoile. Et puis soudain, tout a basculé.

    Tout a basculé parce que le Nouvel Ordre Jedi a débarqué et avec lui, la claque Vecteur Prime. Et un premier héros, que l’on croyait invincible est mort au champ d’honneur. Chewbacca, personnage culte de la Trilogie Originale a brutalement cessé de protéger la famille Solo. En tant que lecteurs, nous avons alors été nombreux à penser que les auteurs ne pouvaient aller plus loin dans le tragique, qu’ils avaient réussi en quelques pages le tour de force de rendre la galaxie tout à coup beaucoup plus effrayante. Nous nous trompions.

    "Ne me mens pas, Anakin. Le désir de sauver la galaxie coule si fort dans tes veines que je l'entends crier d'ici"
    Mara Jade Skywalker




    Car ce que vous avez plébiscité comme étant votre meilleur moment de l’Univers Etendu, c’est la mort héroïque d’un gamin. Anakin Solo n’est plus et dès lors, plus rien ne sera comme avant. Rappelez vous, Etoile après Etoile déboule et avec lui son lot d’évènements bouleversants qui changeront à jamais le visage de la galaxie. Celle ci a plongé dans le chaos absolu. La défaite de la Nouvelle République semble inéluctable tandis que ses armées plient sous les assauts d’un ennemi implacable et les Jedi eux-mêmes sont traqués pour être exterminés.

    "Tu ne t'en rends peut-être pas compte, mais tous les jeunes Jedi et même certains des plus vieux t'admirent. On dit que tu es le prochain Luke Skywalker."
    Corran Horn




    Mais Anakin Solo refuse de déposer les armes. Afin de traquer les voxyns, ces monstres Yuuzhan Vong tueurs de Jedi, il prend la tête d’un commando chargé de détruire la reine de ces créatures maléfiques. Cette dernière mission va l’emmener sur Myrkr, où les membres de son escouade vont périr les uns après les autres. Pour nous lecteurs, le sentiment d’horreur va crescendo. Jusqu’à l’apothéose. Car le moment venu, Anakin décidera lui même de se sacrifier pour offrir une chance aux survivants de s’échapper. Son dernier combat est titanesque. Alors que la Force le consume littéralement, l’enveloppant d’une aura lumineuse, il parvient à repousser des dizaines de soldats Yuuzhan Vong. Nom Anor lui-même reste impressionné par cet ultime don de soi.

    "Il a découvert quelque chose que nous ne savons pas, quelque chose qui aurait pu faire toute la différence, si seulement il avait eu le temps de de l'approfondir. Si le destin existe, alors c'était le sien. Il a toujours été différent. Spécial."
    Jaina Solo




    Et tandis qu’Anakin Solo s’éteint, sa présence dans la Force disparaît également, alertant aussitôt ses proches, Luke et Leia en tête. C’est peut-être ça, plus que son combat final qui vous a marqué. La détresse de ses amis, le chagrin de sa famille et ce sentiment que si un gamin de 16 ans peut mourir au combat, alors aucune limite n’est infranchissable dans cette lutte sans merci pour la survie. Et tandis qu’on referme Etoile après Etoile, on comprend que plus rien n’est impossible. Le temps où le lecteur savait que tout se terminerait bien est étrangement lointain, comme s’il n’en restait plus qu’un faible écho. Car Anakin Solo a rejoint les innombrables étoiles de la galaxie Star Wars. Mais à l’évidence, pour vous, c’est indéniablement la plus brillante d’entre toutes.

    Spoiler: Afficher


    "L'Ordre ne peut pas attendre qu'un grand Chevalier Jedi le guide. C'est ainsi que tout le monde me voyait, et lorsque je suis mort, j'ai emporté beaucoup trop avec moi. Ne reproduis pas mes erreurs, ne laisse personne te pousser sur ce chemin. Chaque Jedi doit être sa propre lumière, car la lumière ne devrait pas s'éteindre lorsqu'un seul Jedi meurt."
    Anakin Solo à Ben Skywalker


    Darkwilliam & Gilad Pellaeon
    << Page précédente
    Publicité