StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Introduction
 
Comment en est-on arrivé là ? Non parce que c’est tout de même fabuleux. Dans les pages du dossier qui suit, vous allez découvrir une vraie langue avec un vrai vocabulaire. Tout ceci parce qu’un jour un mec, avec un jet-pack a fait le malin dans « l’Empire Contre Attaque ». Découvrez dans les paragraphes suivants mon analyse très personnelle du Mythe Mandalorien qui vous conduira vers le travail de WedgeR7, fan absolu de cette civilisation.
2. D’abord il y eut Boba...
 
Boba c’est quand même l’élément déclencheur. Tout comme Mon Mothma parlant des espions Bothans dans le Retour du Jedi ne pouvait que faire fantasmer les fans. Boba, avant son apparition dans l’Empire, est passé par l’horrible case Holiday Special. Mais quelle case mes amis ! Avant même d’apparaître à la télévision, le personnage disposa d’une figurine exclusive Kenner ce qui excita déjà l’imagination des premiers fans. En 1980, Boba fit sa réelle apparition dans l’Empire avec des phrases devenues plus cultissimes les unes que les autres. C’est aussi l’homme qui ose tenir tête verbalement à Dark Vador. Vador par ailleurs l’annonce déjà comme un gros tueur en lui demandant d’éviter « la désintégration ». Le mythe de Boba Fett est né, il tue sans vergogne et désintègre ses adversaires. Il tient tête à Vador en ces mots : « mort il ne me servira à rien » et il est l’Homme qui capture Han Solo.

Le mythe se perpétua donc naturellement avec le Retour du Jedi en 1983. Là, Boba Fett, au-delà de son apparence de mec super cool avec son masque qui enchante la grande majorité des fans, sort ses gadgets. Alors que Han Solo essaye de s’échapper en compagnie de Luke Skywalker, il nous livre un festival de surprises avec son jet-pack, ses fusils et filins. Malheureusement pour lui, il meurt suite à un coup maladroit de Han Solo. Il est propulsé par son jet-pack en folie dans le ventre du Sarlacc.

Comment ça, il meurt ? Et bien non, le pire c’est qu’il ne meurt pas. Il tombe dans le Sarlacc et croyez-le ou non mais il sortira de la bestiole grâce à ses gadgets. Boba est un tueur et l’engouement des fans fait de lui le représentant officiel d’une nouvelle civilisation : les Mandaloriens. Il n’est plus le seul désormais, il a tout un peuple à son image : ils portent des armures à la Boba Fett et ils sont tous de sacré guerriers.

Telle fut la première marque du personnage dans le monde de Star Wars. L’univers étendu continua d’exploiter le chasseur de primes en le montrant comme un intouchable. C’est un homme dont le coût des services est exorbitant. Mais il réussit toujours sa mission et on ne pouvait pas le doubler. La quête du Saint Graal pour Boba Fett resta néanmoins la poursuite de Han Solo. Comme si ce n’était pas suffisant, Boba devint par la suite le nouveau Mandalore (chef des clans Mandaloriens) durant la guerre Yuuzhan Vong, un titre bien mérité me direz-vous.

Voilà ce qu’on pouvait dire sur Boba Fett... du moins jusqu'à ce que George Lucas décide de faire sa prélogie. Les fans savaient déjà qu’il existait un lien entre Boba et les Stormtroopers. Plusieurs indices existaient. George Lucas mit fin aux rumeurs avec l’Attaque des Clones en 2002. Ce grand retour de Boba nous montra son père : Jango Fett. Nous découvrions alors le jeune Boba comme étant un clone de Jango… qui était par ailleurs le Mandalorien typique avec son armure chromée. Il était au moins aussi redoutable que Boba en son temps. Cependant tous les clones de la Grande Armée de la République étaient bien des clones de Jango Fett ce qui faisait de Boba leur frère. Les Soldats Clone étant les prédécesseurs des Stormtroopers, le lien était enfin fait. Une fois de plus Boba Fett laissait une marque indélébile dans l’univers Star Wars qui fut désormais un univers façonné en partie par la civilisation Mandalorienne. Voilà l’essence même du Mythe. Vous qui n’êtes pas nécessairement au fait de ce que sont les Mandaloriens, vous avez toujours vu les films Star Wars sans vous poser la question, vous saurez dorénavant que les Mandaloriens sont partout.
3. ... Puis il y eut l’univers étendu
 
AAAAAAAAAAAAH notre fameux univers étendu qui vous poussera après cette analyse à aller consulter la grammaire et le lexique Mando’a spécial SWU. L’univers étendu, au-delà des histoires de Boba Fett, a permis de faire découvrir la civilisation Mandalorienne et spécialement sa construction via les guerres. Les comic-books furent le support privilégié pour raconter ces histoires. L’histoire des Mandos démarre aux débuts de l’UE. Ainsi en 1995, le scénariste Kevin J. Anderson posa les bases de ce que nous appellerons plus tard « les Guerres Mandaloriennes ». Les Mandaloriens ont maintenant la notoriété d’être des guerriers et de ne poursuivre qu’un seul et unique but dans leur vie : la conquête de nouveaux territoires. Ainsi dans « Sith War », de la série « Tales of the Jedi », apparait Mandalore l’Indomptable qui s’alliera plus tard à Ulic Qel-Droma afin de conquérir la galaxie. Les fantasmes de fans furent en partie réalisés grâce à des armures de type Boba Fett Old School et des vaisseaux typiquement Mandos comme les fameux droïdes de guerre Basiliks.
Notez que là, la galaxie a failli tomber sous le joug des Mandos.

Il faudra par la suite attendre le jeu vidéo Knight of the Old Republic pour entendre parler à nouveau des Mandaloriens. On découvrira donc les Néo-Croisés, jadis dirigés par Mandalore l’Ultime (successeur de Mandalore l’Indomptable). KotOR nous raconte brièvement la deuxième Guerre Mandalorienne où, encore une fois, les Mandos ont failli renverser la République. Mais ce n’est qu’avec les comic-books KotOR que John Jackson Miller mettra en œuvre certaines des plus grandes batailles de cette Guerre Mandalorienne. Fidèles à eux-mêmes, les Mandos tentent d’envahir la République à grand coup d’ogives nucléaires et de batailles spatiales spectaculaires. Ils sont sanguinaires et sans merci jusqu'à se livrer à un génocide sur Cathar. Via leur scientifique Démagol, ils tentent même de percer le secret qui lie les Jedi à la Force. Enfin, pour asseoir le mythe, KotOR (le comic) nous présente Cassus Fett, illustre ancêtre de Boba.

Bref, voilà une machine bien huilée qui donne envie et surtout c'est une menace autrement plus originale que les seigneurs Sith encore et toujours de retour dans l’univers Star Wars.
4. Karen Traviss, la maman des Commandos
 
Karen Traviss c’est un peu l’aboutissement du symbole Mandalorien. Ou comment une femme a donné naissance à l’une des langues les plus détaillées de l'univers Star Wars.

Karen est une romancière originaire d’Angleterre et plus précisément de la région de Portsmouth. Bien avant d’écrire ses romans, elle servit dans l’armée britannique et travailla pour le ministère de la défense. Ceci explique peut-être son intérêt pour les romans guerriers des Commandos de la République. Enfin bref, elle devint connue dans sa spécialité, la science fiction, puis elle s’attaqua enfin à Star Wars et aux Mandaloriens. Là, le mythe et la civilisation sont à un tournant décisif de l’histoire. Au-delà de l’aspect guerrier, Karen va décrire une nouvelle langue. Mais elle ne s’arrête pas là. Dans certaines nouvelles du Star Wars Insiders (magazine américain), elle décrira la société et le mode de vie Mandalorien. Plus que jamais, Karen installe la culture Mandalorienne au cœur de la Grande Armée de la République. Il est maintenant reconnu que des Mandaloriens choisis par Jango Fett, les Cuy’val Dar, ont été désignés pour entraîner les Commandos de la République. Jango Fett quant à lui a entrainé les premiers Clones, dit Soldats ARC. Cet enseignement a déteint dans toute l’armée, ainsi les clones parlent le langage Mandalorien et chantent les chansons présentes dans ce dossier. Tout ceci déteint également à jamais sur le reste de l’univers étendu de la Guerre des Clones, des comics aux jeux vidéo.

Du moins tout cela était vrai jusqu'à ce que The Clone Wars (la série animée) débarque, remettant tout en cause, y compris les romans de Karen Traviss. Nous ne savons pas encore a quel point la série tv affecte son travail mais si on se cantonne à la quadrilogie Mando, cela reste encore du domaine de l’acceptable. Toujours est-il que pour ce saccage, Karen Traviss claqua la porte des romans franchisés Star Wars. Aujourd’hui elle travaille essentiellement sur d’autres projets d’envergure comme Gears of War ou Halo et semble avoir définitivement tourné la page Star Wars.
5. Et The Clone Wars dans tout ça ?
 
Chez nous, on appelle ça la loose ou comment détruire le mythe et désacraliser les Mandaloriens. Après des années d’univers étendu nous montrant les Mandaloriens comme un peuple de guerriers que rien n’arrête, George Lucas et Dave Filloni nous livrent leur vision très personnelle des Mandaloriens dans une quadrilogie de The Clone Wars diffusée dés l’année 2010. Stupeur chez les fans, les Mandaloriens sont devenus pacifistes. Nous avons perdu plusieurs fans suite à des infarctus à répétition. Comment oser toucher au sacro-saint mythe de l’UE. Pourtant rien n’arrête le rouleau compresseur Lucasfilm Animation, comme je vais vous l’expliquer.

Dans la chronologie Star Wars, il existe une période de prospérité et de paix qui, à mesure que les années passent, n’en a plus que le nom. Cette période s’étendant entre – 1 000 et – 19 aurait vu, selon la nouvelle chronologie officielle, un conflit dévastateur entre la République Galactique et les Mandaloriens. En – 730, la République décida de mettre un terme à la menace Mandalorienne et lança une attaque cataclysmique qui ravagea la surface de la planète Mandalore. Ce fut un tel traumatisme que les Mandaloriens se tournèrent vers de nouvelles valeurs : la tolérance et le pacifisme...Non mais sans blague !!!!

Ça fume sévère chez Lucasfilm Animation quand même. Fort heureusement, Leland Chee usa à bon escient de son rôle de gardien de l’Holocron, pour une fois, en nous ressortant le Death Watch, une organisation belliqueuse ne reconnaissant pas la duchesse Satine (dirigeante des Mandaloriens pacifistes) comme leader légitime et reniant les nouveaux principes des Mandaloriens. Heureusement le mythe Mandalorien fut conservé mais il a été fortement ébranlé par le départ de Karen Traviss. Les Mandaloriens redevinrent par la suite ce qu’ils étaient en renversant le gouvernement pacifiste durant l’ère de l’Empire Galactique. Voilà comment, avec un seul média dit « plus légitime » que les autres, Lucasfilm Animation à bien failli réussir à détruire l’un des éléments de l’UE des plus importants... Mais tout est bien qui finit bien jusqu'à la prochaine fois.
Page suivante >>
Publicité