StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Premières influences
 

D'après un article de Pierre-Eric Salard (Darkee), publié à l'origine sur son site personnel.

 

A l'instar de Metropolis, King Kong ou encore 2001 l'Odyssée de l'espace, la Trilogie Originale est une œuvre qui a durablement imprimé son empreinte sur l'Histoire du cinéma, et ce dès la sortie d'Un Nouvel Espoir en 1977. Or la naissance de ce chef d'œuvre au succès inattendu est indissociable des influences d'un certain George Lucas.

Il faut remonter à 1973 pour découvrir l'origine de ce film culte qu'est Star Wars. Après un premier long-métrage, THX 1138, passé inaperçu auprès du grand public, George Lucas rencontre enfin le succès avec American Graffitti, chroniques s'inspirant de sa propre jeunesse. Les mois précédant la sortie du film étant synonymes de vaches maigres, le jeune cinéaste se tourne à nouveau vers son passé pour composer l'intrigue d'un projet de film de science-fiction.

Lors de son enfance, le timide George, se réfugie dans les méandres de son imagination et la lecture de contes de fée. L'arrivée d'un poste de télévision dans le foyer familial, en 1954, est une véritable révélation pour le garçon, qui visionne avec délectation des westerns et des sérials des années 1930. Il se passionne plus particulièrement pour les aventures d'un certain Flash Gordon (1936) – ce qui ne sera pas sans conséquences. Intrigué depuis toujours par cet emblématique héros, Lucas rêve d'espace et entend bien contribuer à ce sous-genre de la science-fiction. Le jeune homme, âgé de 29 ans en 1973, tente d'abord de se procurer les droits de Flash Gordon afin de réaliser sa propre adaptation cinématographique des aventures du personnage. Mais Fellini l'ayant devancé, il décide de s'atteler, seul, à l'écriture d'un space-opéra épique dans le style des sérials qui ont enchanté sa jeunesse. Sans regret, puisque Lucas comprend rapidement que l'univers pré-existant de Flash Gordon aurait constitué un frein à sa créativité.

« J'ai compris que j'étais capable d'inventer un univers entièrement nouveau. Je voulais recycler et moderniser d'anciens motifs mythologiques »

- George Lucas

Cette combinaison pose indéniablement les bases de l'oeuvre lucassienne.

2. L'Art du recyclage
 

Alors qu'il étudie l'anthropologie, George Lucas découvre un livre de Joseph CampbellLe Héros aux Milles Visages, qui aborde les caractéristiques des héros des mythes et des religions ! A l'instar de Flash Gordon, cette lecture ne laissera pas indemne l'imagination du jeune homme. Les expériences cinématographiues avortées de Lucas influent aussi considérablement sur l'homme. En effet, peu après le tournage d'American Graffitti, celui-ci est contraint d'abandonner son projet suivant : un certain Apocalypse Now, dont les repérages avaient pourtant débuté ! Le studio Columbia Pictures, qui devaient produire ce film, craignent les controverses liées à la guerre du Vietnam. 

Mais impossible pour Lucas de faire une croix sur ces idées nouvelles, nées de ses recherches sur ce conflit. Le réalisateur transfert plusieurs thèmes du script dans celui de Star Wars, et en recycle certains concepts aux confins de l'univers ! C'est ainsi qu'un immense empire inter-galactique se retrouve aux trousses d'un petit groupe de rebelles. L'intrigue qu'il met en place s'inspire donc autant de Flash Gordon que du livre de Joseph Campbell, du contexte socio-politique de l'époque, de la Seconde Mondiale à l'aube de laquelle il a grandi, ainsi que de sa passion pour la vitesse. Inventer, c'est avant tout recycler ! « L'artiste est celui qui transmet les mythes de son époque », écrivait Campbell. Mais encore faut-il savoir digérer correctement toutes ces références pour créer une œuvre à la fois contemporaine et éclairée... 

3. L’Éternel recommencement
 

C'est donc la quête d'un héros que George Lucas imagine au cours des multiples réécritures du scénario, originellement intitulé « Journal of the Whills » - soi-disant écrit par le mystérieux « C.P. Thorpe, apprenti padawan des célèbres Jedi ». Dès le départ, l'intrigue respecte la définition faite par Joseph Campbell : le héros doit quitter son environnement habituel au moment où l'histoire commence ; puis, dans le nouveau monde à travers lequel il voyage, il doit subir une série d'épreuves initiatiques et surmonter de nombreux obstacles pour découvrir des manières d'être qui lui étaient inconnus jusqu'alors ; enfin, il retourne vers les autres afin de partager avec eux ce qu'il a appris.

Les grandes lignes de l'histoire étant rapidement imaginées, c'est dans les détails que George Lucas se plonge par la suite. Il invente de très nombreux noms pour ses personnages, planètes et vaisseaux spatiaux ; nombre d'entre-eux seront modifiés, alors que d'autres auront droit à leur heure de gloire qu'une trentaine d'années plus tard... Anakin Starkiller est alors un « Roi de Bebers », Luke Skyuwalker un Prince puis un Général ! Dès le premier traitement, datant de mai 1973, des (ancêtres de) Jedi sont de la partie, un illustre pilote se nomme Han et un Empire Galactique dicte sa loi. Avec le concept du « Journal of the Whills », George Lucas s'inspire des contes de fées des studios Disney pour présenter une histoire qui s'est déjà déroulée... dans ce qui deviendra une galaxie lointaine, très lointaine !

Les graines sont plantées, et l'imagination fertile de George Lucas va les faire germer à force de réécritures. Le second traitement s'inspire indéniablement d'un film d'Akira KurosawaLa Forteresse Cachée (1958). George Lucas confirme le rôle joué par ce film dans la construction de son intrigue.

« J'avais plusieurs scènes en tête, dont celles de la cantina et de la bataille spatiale - tirée des images d'archives des combats aériens de la Seconde Guerre mondiale, mais je ne réussissais pas à relier toutes mes idées au sein d'une intrigue forte. Je disposais juste d'un concept prometteur. Puis je me suis souvenu de La Forteresse Cachée. J'en ai reproduit l'intrigue dans les premiers scripts de Star Wars ! »

- George Lucas

Le film de Kurosawa narre les aventures d'un groupe formé d'un général, de deux paysans et d'une princesse qui détient un trésor du clan et tente de rejoindre un territoire allié au milieu d'une guerre civile... Cela ne vous rappelle rien ? Remplacez les deux paysans par deux droides, et le tour est joué, ou presque ! Le réalisateur s'attelle à l'écriture de plusieurs versions du scénario, dont chaque étape représente une importante évolution par rapport à la précédente.

4. Derniers coups de pouce
 

Parallèlement, George Lucas présente son projet aux dirigeants d'United Artists, qui déclinent la proposition, tout comme ceux de la Paramount – qui ne croient pas au potentiel d'American Graffiti. Quel studio acceptera de financer les trois millions de dollars de budget nécessaires à la production d'un film de SF ? La 20th Century Fox, dont le cinquième et dernier volet de la franchise La Planètes de Singes vient de sortir. George Lucas exige le contrôle artistique du film, ainsi que les droits de merchandising, d'édition musicale... et des éventuelles suites que pourrait engendrer son film ! Car le cinéaste a rapidement compris qu'il ne pourrait jamais intégrer tous les éléments de son histoire. En août 1973, American Graffiti sort sur les écrans... et rencontre un succès inattendu ! 

George Lucas peut enfin se concentrer totalement sur le production de Star Wars. Il collecte des enregistrements de batailles aériennes, regarde tous les films de guerre diffusés à la télévision, lit des classiques de la littératures de fantasy comme John Carter of Mars pour essayer de créer un futur classique du film du genre. Il réunit ses inspirationsd'autres concepts développés par des auteurs ou ancrés dans la réalité. La première version du scénario date de juillet 1974. Les Jedi y luttent contre des Sith ; des robots accompagnent Han Solo et une certaine Princesse Leia... Le concept de la Force y fait surtout son apparition. En janvier 1975, George Lucas termine Adventures of the Starkiller: Episode 1 - The Star Wars. La structure du scénario a changé, plusieurs éléments tirés de La Forteresse Cachée sont évacués et l'histoire est narrée du point de vue des deux robots.

Parallèlement, l'artiste Ralph McQuarrie commence à créer l'univers visuel du film. Le design de C-3PO rappelle le Metropolis de Fritz Lang, et le masque de Dark Vador reprend les lignes des casques des samouraïs. Après une troisième version du scénario terminée en août 1975, une quatrième, livrée le 1er janvier 1976, ressemble enfin au résultat que nous connaissons. Mais tout reste encore à faire : des trucages inédits, un tournage harassant en Angleterre et en Tunisie, puis une post-production intense. Le film sort finalement le 25 mai 1977 aux Etats-Unis et bénéficie d'un excellent bouche-à-oreille. La suite fait partie de la légende.

 

En plus de ces multiples oeuvres, Lucas s'est inspiré de nombreuses cultures et symboles pour bâtir sa trilogie. Nous vous proposons de les découvrir à travers les pages suivantes de ce dossier !

Encore merci à Darkee !

 

Bibliographie utilisée pour la rédaction de cette partie :

 

Page suivante >>
Publicité